Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Cri des colons contre un ouvrage de M. l'évêque et sénateur Grégoire, ayant pour titre 'De la Littérature des nègres'
Author: Tussac, F.-R. de (Fr.-Richard)
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Cri des colons contre un ouvrage de M. l'évêque et sénateur Grégoire, ayant pour titre 'De la Littérature des nègres'" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



                            CRI DES COLONS
                          CONTRE UN OUVRAGE
                                DE
                       M. L'ÉVÊQUE ET SÉNATEUR
                             GRÉGOIRE,
               AYANT POUR TITRE DE LA LITTÉRATURE
                            DES NÈGRES,

                                OU

RÉFUTATION des inculpations calomnieuses faites aux Colons par l'auteur,
et par les autres philosophes négrophiles, tels que Raynal, Valmont de
Bomare, _etc_.

Conduite atroce des Nègres et des Mulâtres qui ont joué les premiers
rôles dans les scènes tragiques de S. Domingue, et dont l'évêque
Grégoire préconise les qualités morales et sociales.

                  DISSERTATION SUR L'ESCLAVAGE.

Devoit-on? pouvoit-on affranchir tous les Nègres dans un jour? L'évêque
Grégoire n'a point eu pour but, dans son ouvrage, de prouver la
Littérature des Nègres.

                              A PARIS,
               CHEZ LES MARCHANDS DE NOUVEAUTÉS.

                                1810.



                              DÉDICACE.


Notre dédicace sera courte; nous n'avons pas eu, comme les nègres, le
bonheur de trouver cent soixante-dix-sept défenseurs, dont l'évêque
Grégoire cite les noms, et auxquels il dédie son ouvrage. Nous faisons
hommage du nôtre à un seul François, dont nous ignorons même le nom,
mais dont le courageux et vertueux dévouement à notre cause, est parvenu
jusqu'à nous au-delà des mers, et restera pour jamais gravé dans nos
coeurs. Un seul François, rédacteur du _Journal historique et politique
de la Marine et des Colonies_, en 1796[1], osa faire entendre la vérité,
en dénonçant au Directoire la perfidie et la scélératesse de ses agens
dans les colonies. Nous allons rapporter mot pour mot l'article du
journal, pour ne pas le dénaturer ni l'affoiblir.

[Note 1: Voyez _Journal historique et politique de la Marine et des
Colonies_, 27 novembre 1796, nº 102.]

«Le Directoire, obligé de s'en rapporter aux déclarations de ses agens
dans les colonies, est trompé, comme l'ont été les trois législatures
qui ont procédé la constitution de 1795. Des agens de l'Angleterre, des
ennemis implacables de la classe la plus industrieuse des colonies,
occupent toutes les places dans le Nouveau-Monde; et c'est sur le
rapport de pareils hommes que le Corps Législatif prononceroit sur le
situation politique et commerciale des colonies! sur le rapport des
bourreaux on prononceroit sur le sort des victimes! Non, le Directoire a
été surpris; il ne confondra pas long-temps l'imposture avec la vérité;
les traîtres qui ont perdu les colonies, avec ceux qui, après les avoir
défendues au prix de leur sang et de leur fortune, demandent justice ou
la mort. Ce rapport n'est pas du Directoire, des sentimens plus justes
l'eussent dicté; protecteur de l'égalité, il n'eût pas laissé dans
l'oubli la classe blanche, classe respectable par ses malheurs, pour
n'occuper le Corps législatif que des brigands qui ont dévasté cet
infortuné pays, que des scélérats qui, après les avoir mis en mouvement,
surprennent sans cesse la religion, et trompent la confiance du
Directoire. Puisque le Directoire ne peut se rapporter qu'à la
correspondance de ses agens, nous croirions trahir les intérêts de la
France et de ses colonies, si nous n'observions pas combien il seroit
dangereux de ne pas remonter plus haut.

«Quand les colonies fleurissoient; quand la France jouissoit de la
prépondérance dans le commerce du monde entier, les propriétés étoient
respectées, la sûreté individuelle n'étoit pas une chimère, la classe
blanche animoit tout par la supériorité des moyens que la nature et
l'éducation lui donnoient sur les autres classes; l'installation du
Directoire eût dû être le retour aux principes de justice et de cette
égalité que ses agens méprisent et rejettent dans les colonies de la
manière la plus outrageante pour le nom françois. Est-ce la persécution,
est-ce la nullité des blancs qui doit constituer l'égalité des hommes
libres dans les colonies? Voilà pourtant l'infamie, l'injustice qu'on
voudroit faire consacrer au Corps législatif.

«On ne peut lire sans éprouver une foule de sentimens contradictoires
les uns aux autres; on ne peut lire sans gémir, le passage suivant de ce
message:

«L'article XV de la déclaration des droits, assure à jamais à la
République toute la population noire des colonies. Cet article, il est
vrai, contrarie les habitans et l'intérêt de quelques anciens
propriétaires; de là les haines contre les agens, qui cependant ne
doivent être considérés que comme chargés de faire exécuter le voeu du
peuple françois.

«Par quel abus de mots on en impose sans cesse au Peuple françois, au
Corps législatif et au Directoire, qui, dans ce moment, par une
confiance immodérée, consacre dans ce paragraphe l'assassinat des colons
blancs et l'incendie des propriétés[2]! Il ne reste plus qu'à faire
égorger les restes de cette triste population, qu'à incendier les
vestiges mêmes de cette colonie (cela est arrivé), à qui toutes les
villes maritimes de la France ont dû leur élévation, et dont les
puissances étrangères seront éternellement jalouses, si le gouvernement
redevient juste envers les colons.

[Note 2: L'événement n'a que trop justifié cette assertion.]

«Connoît-on en France, le Directoire même connoît-il cette population
que l'article XV de la déclaration des droits _assure_, dit-il, à la
République? Aveugle crédulité des François, opiniâtreté à ne point
entendre les colons, vous fûtes (et vous êtes encore) la source de tous
nos maux! Qui détruira votre funeste influence? le Directoire. Les
François savent-ils qu'avec une misérable bouteille de taffia
(eau-de-vie de sucre) il n'est peut-être pas un nègre qu'on ne rende
François le matin, Anglois à midi, et Espagnol le soir[3]. C'est l'armée
noire de Sonthonax qui répondoit à la République de la sûreté du
Port-au-Prince et des quarante-huit bâtimens de commerce qui étoient
dans la rade. Les Anglois s'en sont emparés sans coup férir (plusieurs
de nous étoient témoins), et on affecte d'oublier que le général
Montbrun, présent à l'attaque, a déclaré, a imprimé que Sonthonax avoit
livré cette ville aux Anglois[4]. Accusera-t-on les blancs? il n'y en
avoit plus; chassés, égorgés, déportés ou emprisonnés, tous avoient
disparu. Étoit-ce là l'esprit de la constitution? Étoit-ce là le voeu du
peuple françois? Et quand a-t-il manifesté le désir, la volonté de faire
égorger par les agens du gouvernement, ses amis, ses parens, ses frères?
Le peuple françois connoissoit à peine l'état des colonies; que
pouvoit-il vouloir? quel voeu pouvoit-il former? il vouloit l'égalité,
mais ordonna-t-il à ses constitués le massacre et l'incendie des
colonies? Peuple françois, réponds enfin au cri des colons... Le sang
qui a coulé dans les colonies n'est-il pas le sang qui circule dans tes
veines? et est-il un François qui n'ait pas perdu à S. Domingue un
parent, ou un ami? et ce sont les plaintes des colons, leur regrets,
qu'on appelle résistance à la loi! Falloit-il tendre la gorge aux
couteaux africains? falloit-il encore baiser la main qui dirigeoit les
torches et les poignards? pense-t-on enfin que le tropique ait altéré
chez les colons le caractère françois? Que le François des colonies ne
soit pas sensible à l'injustice et aux outrages? il abhorre la tyrannie,
et celle qu'on lui reproche, et qui étoit plutôt une surveillance aussi
indispensable qu'utile à la métropole, à l'humanité même, fut toujours
exagérée pour servir de prétexte à la destruction des colonies et aux
projets de l'Angleterre.

[Note 3: En voici la preuve la plus convainquante. Quand les Anglois se
sont emparés des quartiers de S. Marc, du Port-au-Prince et Jérémie, ils
ont formé des régimens de nègres, commandés par des blancs; ces nègres
se battoient contre les républicains qui vouloient leur donner la
liberté, et tuoient leurs frères nègres, parce qu'ils vouloient être
libres.]

[Note 4: Ce qui vient à l'appui de cette inculpation, c'est que quand
les Anglois eurent pris possession de la ville du Port-au-Prince, des
habitans dirent au général anglois que Sonthonax étoit parti de la ville
avec plusieurs mulets chargés d'argent; qu'il n'étoit pas encore bien
loin, et qu'il seroit facile de le joindre. Le général anglois répondit
qu'il falloit le laisser aller.]

«Nos propriétés sont détruites, notre sûreté fut mille fois compromise;
nos familles sont dispersées, en proie à la misère, après avoir été
exposées au mépris national, après avoir échappé à la mort dans les deux
hémisphères: tel fut (et tel est encore aujourd'hui) le sort des colons;
le sort du plus infortuné propriétaire européen est-il comparable à
celui du propriétaire de S.-Domingue? Nous en appelons à tous les
peuples sensibles témoins de nos malheurs».

Quæ regio in terris nostri non plena laboris.

Qui donc aura pitié de nous; qui versera sur nos plaies, que le temps
n'a pu cicatriser, un baume salutaire? L'enfant prodigue, malgré ses
fautes, fut reçu dans le sein de sa famille, et y trouva secours et
consolation; nos malheurs ne sont pas (quoiqu'on en dise) l'effet de
notre inconduite; pourtant au lieu de secours et de consolations que
nous avions droit d'espérer en rentrant dans notre ancienne patrie, la
coupe de larmes et de fiel dont nous sommes abreuvés depuis long-temps,
vient d'être remplie de nouveau; et par qui? Nous laissons à une plume
plus exercée que la nôtre, le soin de le faire connoître:

«Un athlète courageux, dit M. de Lanjuinais, descend de nouveau dans
l'arène avec les armes qui lui sont depuis long-temps familières, celles
de la raison, de la religion, du sentiment et de l'érudition la plus
étonnante; on aime, dit-il, à voir s'avancer dans cette noble carrière,
un membre distingué du Sénat conservateur et de l'Institut national, un
évêque illustre, un écrivain courageux, que rien n'a pu détacher des
idées religieuses et libérales; qui s'est montré constamment le patron
des opprimés (_noirs_)».

Nous eussions peut-être pensé comme M. de Lanjuinais, en 1790, à
quelques modifications près... Mais depuis que les _prétendus_ opprimés
sont devenus les oppresseurs, depuis que foulant aux pieds tous les
sentimens de la nature et de la raison, ils ont assassiné les blancs,
leurs maîtres, de la manière la plus atroce et la plus outrageante;
depuis qu'ils ont poussé l'excès de dégradation humaine jusques à porter
leurs mains sacriléges sur les blancs mêmes, qui, après leur avoir donné
la liberté, combattoient encore avec eux pour la leur conserver[5];
depuis qu'ils ont trempé leurs mains parricides dans le sang de leurs
propres enfans, les hommes de couleur et nègres libres; depuis que ne
pouvant plus assouvir leur rage sanguinaire sur les blancs et sur les
mulâtres, ils s'entre-détruisent eux-mêmes, et qu'ils ont réduit à
l'esclavage le plus misérable ceux de leurs frères qui ne sont pas en
état de porter les armes pour eux; depuis... n'en avons-nous pas assez
dit? nous en appelons au tribunal de la raison, de la saine politique,
de la religion même; pourra-t-on croire? la postérité croira-t-elle
qu'une caste, telle que nous venons de la peindre? que disons-nous, dont
nous venons d'esquisser le tableau, a trouvé un célèbre panégyriste.
C'est selon lui la race primitive, le type du genre humain. C'est à
cette race que nous devons toutes les sciences même l'art de parler et
d'écrire... au moins l'auteur conviendra-t-il qu'il n'a pas été heureux
dans le choix des circonstances, pour faire paroître ce panégyrique:

Non erat hic locus.....

D'après la lecture de l'ouvrage de l'évêque Grégoire, d'après celle de
l'article du journaliste de la marine et des colonies, nous laissons à
la saine partie des François à porter son jugement; les colonies sont
perdues par l'opinion de l'un, elles eussent été sauvées si l'on eût
écouté l'autre.

[Note 5: Ils ont chassé de Saint-Domingue Sonthonax, qu'ils appeloient
leur père au commencement de la révolution, et ils l'auroient détruit
s'il eût resté. Ils ont détenu pendant neuf mois le commissaire Roume,
qui étoit tout pour eux, dans une prison étroite, au dondon, où il
seroit mort de faim, si les blancs, plus charitables qu'ils ne devoient
l'être à l'égard des émissaires de la République, ne lui eussent fait
passer des vivres. Ils ont horriblement traité le général Vincent, qui
n'a jamais cessé, même après les mauvais traitemens qu'il en a reçus, de
plaider leur cause.....]

Recevez l'hommage de notre reconnoissance, vertueux et courageux
François, malheureusement pour la France, malheureusement pour nous,
malheureusement pour les nègres eux-mêmes, vous avez prêché dans le
désert; l'astre pur de la vérité pouvoit-il faire briller ses feux au
travers des nuages épais de toutes les passions déchaînées?



                             AVANT-PROPOS


Couchés nonchalamment sur les sombres bords du fleuve d'oubli, où nous
essayons vainement, depuis bien des années, de noyer le triste souvenir
de nos malheurs, nous contemplions avec surprise le nombre presque
incalculable de productions éphémères dont ce fleuve étoit couvert, et
qui livrées à la rapidité de son courant, arrivent dans peu de temps
dans cette mer sans fond où elles s'engloutissent pour jamais. Une de
ces productions peu éloignée du rivage, nous permit d'en lire le titre
(_de la Littérature des Nègres_). En notre qualité de colons, ce titre
étoit de nature à piquer notre curiosité, nous fîmes donc tous nos
efforts pour la retirer du fleuve, et nous y réussîmes. Après la lecture
de cet ouvrage qui excita notre juste indignation, nous mîmes en
délibération si nous rejetterions dans le fleuve cette compilation
ridicule de calomnies invraisemblables, et de faits, qui dans la
supposition même que quelques-uns fussent vrais, ne prouveroient pas
plus contre la généralité des colons que le caractère féroce de
Robespierre et de quelques autres monstres de la révolution, prouve
contre la nation françoise.

Nous mettrons-nous en devoir de confondre l'auteur? la lutte ne seroit
pas égale. M. de Lanjuinais nous apprend[6] que nous ayons affaire à un
athlète vigoureux, habitué de longue main à manier les armes
triomphantes de l'érudition la plus étonnante; tandis que nous,
malheureux colons, n'avons pas eu même assez de connoissance en
littérature pour soupçonner celle des nègres; et notre intelligence est
si bornée, que nous ne l'avons pas plus connue après la lecture de
l'ouvrage de l'évêque Grégoire.

[Note 6: Voy. la notice de l'ouvrage de M. l'évêque et sénateur
Grégoire, par J. D. Lanjuinais, pag. 6.]

Peut-être devrions-nous nous borner à interposer entre l'auteur et nous
la barrière du mépris: nous avions déjà pris ce parti, relativement à
ses anciennes opinions, parce qu'elles furent énoncées dans un temps où
l'exaltation générale, ayant fait dévier le génie et taire la raison, ne
permettoit peut-être pas d'apercevoir dans l'avenir les conséquences
funestes, et pour les blancs et pour les nègres eux-mêmes, que ces
opinions, au moins irréfléchies, pouvoient et devoient infailliblement
avoir, et qu'elles ont eues malheureusement; mais depuis que la raison,
ayant repris son empire, a rendu aux François leur forme naturelle, et a
posé des digues insurmontables aux laves dévorantes que vomissoit un
impur cratère; depuis que l'expérience, contre laquelle échouent toutes
les théories et tous les raisonnemens, a démontré à l'univers que la
race actuelle des nègres, qui n'a rien de commun que la couleur avec
quelques individus nègres dont parle l'évêque Grégoire; que cette race,
disons-nous, étoit incapable de jouir de la liberté sans y avoir été
préparée de longue main; l'évêque Grégoire ose remuer des cendres encore
fumantes, et ne craint pas d'exciter de nouveau un embrasement qui
pourra consumer le reste des colonies. L'expérience du passé n'est rien
pour lui; le massacre presque général des colons, la destruction
presqu'entière des hommes de couleur; l'anéantissement des deux tiers de
la population noire; la misère affreuse de leurs vieillards, des
infirmes, des orphelins, hors d'état de pourvoir à leur subsistance, et
qui n'ont sorti de l'esclavage moral, que pour tomber dans celui de la
nécessité, le pire de tous, la guerre sanglante qu'ils se font entr'eux,
toutes ces considérations sont nulles aux yeux de l'auteur.

Notre silence ne seroit-il pas coupable, lorsque la sécurité des
colonies encore intactes et l'existence des colons échappés aux premiers
désastres est de nouveau compromise? Qu'on ne s'attende pas à trouver
dans notre ouvrage ni pureté de style, ni érudition, ni littérature; des
cultivateurs ne sont point des savans: nous cédons à nos nègres la
prééminence que leur accorde, sur ce point et sur bien d'autres,
l'évêque Grégoire.



                          CRI DES COLONS
                        CONTRE UN OUVRAGE
                              DE
                    M. L'ÉVÊQUE ET SÉNATEUR
                           GRÉGOIRE,
         AYANT POUR TITRE DE LA LITTÉRATURE DES NÈGRES.



                           CHAPITRE PREMIER

                 ANALYSE DE LA DÉDICACE DE L'AUTEUR.


Ridiculum acre fortiùs et meliùs magnas plerumque secat reis.

    Monsieur l'abbé, vous n'ignorez de rien;
    Onc on ne vit mémoire si féconde!

Qui ne sera pas surpris avec nous de la prodigieuse mémoire de l'évêque
Grégoire, qui a pu se rappeler les noms (dont plusieurs sont, à la
vérité, très-mémorables) de soixante-onze philantropes françois et une
Françoise; de vingt-deux Américains; de neuf Nègres ou sang mêlé; de
sept Allemands et une Allemande; de huit Danois; de huit Suédois; de six
Hollandois et une Hollandoise; de quatre Italiens; d'un Espagnol; de
cent trente-sept Anglois et neuf Angloise; mais n'y auroit-il pas un peu
d'anglomanie dans le fait de l'auteur? Quoi, la nation angloise l'auroit
emporté en philantropie sur la françoise! Au reste, nous sommes sur ce
point un peu de son avis; car, en cherchant à améliorer le sort des
nègres, les négrophiles anglois n'ont point à se reprocher d'avoir fait
sacrifier les blancs; et parmi cent quarante-six noms d'Anglois que cite
l'évêque Grégoire, il n'en est pas un seul connu pour devoir être effacé
des fastes de la vertu: de l'aveu même de l'auteur, il n'en est pas
ainsi de quelques noms de François qu'il a cités, et auxquels il a fait
hommage de son ouvrage. Ne serions-nous pas fondés à faire à l'évêque
Grégoire le reproche d'avoir confondu les noms des uns et des autres
dans la même citation? N'est-ce pas nous exposer à des incertitudes, à
des méprises fâcheuses, et peut être à exagérer le nombre des individus
qui se trouvent dans la malheureuse hypothèse?

L'esprit de l'homme est si enclin à mal penser; d'ailleurs, nous étions
à dix-huit cents lieues de la France, et d'après la conduite atroce à
notre égard, des négrophiles qui nous étoient venus de ce pays là,
n'étions-nous pas un peu fondés à porter un jugement défavorable sur le
compte de ceux dont ils se disoient les envoyés? Cependant la
connoissance que nous avons acquise de plusieurs d'entr'eux, à notre
arrivée en France, nous a pleinement convaincus de la pureté de leurs
intentions; ils vouloient un plan d'affranchissement basé sur la
certitude morale, que l'existence physique des colons ne seroit en
aucune manière compromise.

Revenons à la dédicace de l'évêque Grégoire. Il ne cite que vingt-deux
Américains; comment ce prélat a-t-il oublié de donner les noms de tous
les quakers? cette liste vraiment honorable auroit figuré
merveilleusement dans sa dédicace; nous croyons deviner la cause de cet
oubli; la conduite raisonnée de ces véritables philantropes, à l'égard
des nègres, auroit été la critique la plus forte de celle des
négrophiles françois. Les quakers cherchent à faire instruire et à
civiliser les nègres, afin de les mettre dans le cas de pouvoir jouir
d'un bienfait dont il faut savoir apprécier l'étendue avec assez de
discernement, pour ne pas chercher à en reculer les limites d'une
manière dangereuse pour la société, et pour soi-même.

Qu'est-il arrivé en France, lorsque le mot liberté a été prononcé parmi
un peuple que l'on devoit croire civilisé? et les négrophiles n'ont pu
prévoir ce qui pouvoit arriver parmi des sauvages! ou, s'ils l'ont
prévu, que penser d'une pareille philantropie? Allemagne, Danemarck,
Suède, Hollande, Italie, il eût été préférable pour vous que l'évêque
Grégoire vous eût oubliés, la postérité auroit au moins ignoré que, dans
cinq royaumes, il ne s'est trouvé que trente-six négrophiles. Mais! nous
tromperions-nous? l'évêque Grégoire ne cite que huit nègres, ou sang
mêlé; seroit-il possible, que dans le grand nombre de littérateurs qu'il
promet de nous faire connoître, il se soit trouvé si peu de nègres et de
mulâtres qui aient employé leurs talens littéraires à plaider la cause
de leurs frères et la leur? Peut-on avoir de meilleur avocat que
soi-même? d'ailleurs il en coûte moins, car il faut payer les commettans
et les avocats. A Dieu ne plaise que nous ayons l'intention de donner à
entendre que l'évêque Grégoire ait jamais rien reçu des nègres ou
mulâtres; nous avons appris de lui-même qu'il en a été soupçonné, mais
nous lui rendons la justice qu'il mérite, et sommes bien persuadés qu'il
n'a soutenu la cause des nègres, que par amour pour l'espèce humaine,
noire! nous disons noire, parce que, dans des temps qu'il est douloureux
de rappeler, quelques classes de la société blanche, ayant été plus
qu'opprimées, il ne nous est parvenu, à Saint-Domingue, aucun ouvrage de
l'évêque Grégoire, qui eût pour but de prouver que les individus de ces
classes étoient des hommes comme les autres, et qu'il falloit les
traiter en frères.

Heureux Avendano! votre nom inscrit seul dans les fastes de la
philantropie africaine, deviendra à jamais célèbre; qu'eût pensé la
postérité de la nation espagnole et portugaise, si l'évêque Grégoire ne
lui eût appris que si vous vous êtes mis seul en frais de prouver à
l'univers que les nègres appartiennent à la grande famille du genre
humain, et non à celle des singes, c'est qu'au-delà des Pyrénées les
droits des nègres ne furent jamais problématiques: nous vous avouerons
franchement que cette assertion est un vrai problème pour nous; car si
les Espagnols et les Portugais étoient bien convaincus que les nègres
sont en tout leurs égaux et ont les mêmes droits qu'eux,
maintiendroient-ils l'esclavage dans leurs colonies? Ils font donc comme
beaucoup d'autres, ils pensent et écrivent très-bien, et agissent fort
mal. Que l'évêque Grégoire ne croye pas excuser cette inconséquence, en
avançant que, dans leurs établissemens, les Portugais et les Espagnols
envisagent les nègres comme des frères d'une teinte différente; si, au
lieu de borner ses voyages à faire le tour de son cabinet, et avant de
vouloir donner l'histoire des nègres, des colonies et des colons qu'il
ne connoît pas, il eût eu l'occasion de voir par ses propres yeux, il
auroit su que les nègres esclaves, loin d'être traités en frères dans
les colonies espagnoles et portugaises, ne parlent jamais, à leurs
maîtres, qu'ayant un genou en terre; jamais ils n'ont été soumis à ce
degré d'humiliation, dans les colonies françoises. Les Espagnols ne se
servent pas, à la vérité, de fouet pour les châtier, mais ils employent
une manchette, (espèce de sabre) avec laquelle, dans un mouvement de
colère, ils peuvent les blesser, et cela n'arrive que trop souvent; et
lorsqu'un nègre récidive, ou à voler ou à aller marron, on lui coupe le
jarret, avec cet instrument, ou plutôt, cette arme; cela vaut bien les
coups de fouet qu'on donne dans les mêmes circonstances, dans les
colonies françoises.

Ce que nous ne pouvons contester, c'est que, dans les colonies
espagnoles et portugaises, il existe une bien plus grande quantité
d'affranchis que dans les colonies françoises, et que les lois
constitutionnelles leur sont beaucoup plus favorables; nous allons en
donner la raison, qu'il ne faut chercher, ni dans l'humanité, ni dans la
fraternité que l'auteur Grégoire suppose exister entre les maîtres et
les esclaves espagnols et portugais. Peu habitués à la médisance,
presqu'inconnue dans nos pays, il nous en coûte de révéler que la source
de ces affranchissemens n'est pas aussi pure que l'évêque Grégoire a
bien voulu le persuader au public. Les besoins physiques, plus pressans
sous la zône torride, portent presque'invinciblement un sexe à
rechercher l'autre; l'amour ne connoît point de différence entre les
états ni entre les couleurs; lorsque, cédant à ce maître du monde, les
colons espagnols ou portugais ont eu quelque liaison intime avec une
beauté africaine, et que cette liaison a eu des suites, les lois du pays
obligent les deux amans à devenir époux; de ces mariages très fréquens,
résulte la liberté de la mère négresse et de tous les enfans qui en
proviennent; de là une grande quantité de négresses affranchies et un
nombre encore plus considérable de mulâtres, qui, quoiqu'ils n'aient ni
la couleur de leur père blanc, ni celle de leur mère négresse, n'en sont
pas moins légitimes et libres; et par une loi dictée, d'une part par la
nature, de l'autre, par l'orgueil, peut-être par une sage politique, ils
jouissent du rang et des prérogatives des citoyens blancs; ils peuvent,
comme eux, prétendre à toutes les places, lorsqu'ils ont acquis par
l'éducation le degré d'instruction nécessaire pour en remplir les
devoirs: on en voit d'avocats, de procureurs, de notaires et, même, de
prêtres. Comme il est bon d'égayer, de temps à autre les lecteurs, nous
rapporterons que quelques-uns de nous voyageant dans la partie espagnole
de S.-Domingue, avant qu'elle eût été cédée à la France, nous assistâmes
à une grand'messe célébrée par un prêtre nègre, ou noir, ou africain, ou
éthiopien, peut-être maure; et malgré que nous fussions entourés
d'espagnols, qui ne sont pas très-tolérans dans les églises, il nous fut
impossible de nous empêcher de rire, lorsque le célébrant, avec ce ton
d'assurance que donne une foi vive, entonna d'une voix de Stentor:
_Asperges me, domine, hysopo, et mundabor, lavabis me, et super nivem
dealbabor_; il faudra bien du savon, nous dîmes-nous à l'oreille les uns
aux autres, pour que tu deviennes plus blanc que la neige. Nous
ignorions, à cette époque, ce que l'évêque Grégoire nous a appris dans
son ouvrage; qu'un nègre pouvoit devenir blanc, et qu'il ne falloit que
quatre mille ans pour ce changement.

Il est clair, d'après ce que nous venons de dire, que ce n'est point par
la belle porte qu'indique l'évêque Grégoire, que les frères noirs
entrent dans la famille des frères blancs espagnols ou portugais: ce qui
vient encore à l'appui de ce que nous avançons, c'est que il est presque
sans exemple qu'une femme espagnole blanche se marie à un esclave noir.

Selon l'évêque Grégoire, chez les Portugais et chez les Espagnols, les
droits des nègres ne sont point problématiques, et ces deux nations sont
les premières de l'Europe qui aient acheté des Africains pour en faire
des esclaves. Ne sont-ce pas les Espagnols, qui, sous le règne de la
reine Anne, passèrent un contrat avec les Anglois, contrat connu sous le
nom d'_assiento_, par lequel ces derniers s'engageoient à leur vendre la
quantité d'esclaves nécessaire à l'exploitation de leurs colonies?
N'est-ce pas un des Espagnols, le plus célèbre par son humanité,
Las-Casas, qui, outré de la barbarie de ses concitoyens envers les
naturels du Nouveau-Monde, proposa de leur substituer des esclaves
africains, ce qui fut accepté et exécuté?

Avant de terminer nos réflexions sur la dédicace de l'évêque Grégoire,
qu'il nous permette de lui témoigner notre surprise. Quels patrons
a-t-il choisis! quelles autorités à citer, que des hommes dont, d'après
son propre aveu, les noms ne peuvent pas être inscrits dans les fastes
de la vertu! De quel oeil les gens honnêtes, dont l'opinion, dictée par
le coeur (dont trop souvent l'esprit est dupe), verront-ils leurs noms
inscrits sur la même ligne que ceux des * * * * dont l'existence
physique et morale pourroit être regardée comme un tort de la nature et
des lois? Heureux, pour quelques-uns, si leurs noms pouvoient être
oubliés comme leurs ouvrages; car si, comme le dit l'évêque Grégoire, il
est des auteurs qui ne valent pas leurs livres, il est aussi des livres
qui ne valent pas mieux que leurs auteurs; et l'un et l'autre méritent
de tomber dans le fleuve d'oubli.



                               CHAPITRE II.

_Ce qu'on entend par le mot nègre. Disparité d'opinion sur leur origine.
Unité du type primitif de la race humaine_.


Si nous avons admiré dans la dédicace de l'ouvrage de l'évêque Grégoire,
la prodigieuse mémoire dont la nature a doué ce prélat, nous ne sommes
pas moins étonnés de l'immensité des recherches qu'il lui a fallu faire,
pour nous apprendre les différens noms qu'ont portés, autrefois, les
nègres. «Les Grecs les appeloient Éthiopiens, et cette assertion
s'appuye sur des passages de la Bible des septante, d'Hérodote, de
Théophraste, de Pausanias, d'Athenée, d'Héliodore, d'Eusèbe, de
Flavius-Joseph, de Pline l'ancien et de Térence. A Rome, on les appeloit
Africains, mais la dénomination d'Éthiopiens leur étoit donnée en
Orient, parce qu'ils y arrivoient par l'Éthiopie.» Cela nous paroît
concluant; cependant l'auteur nous apprend que la dénomination
d'Africain prévaut actuellement, malgré qu'il y ait des noirs
asiatiques; plus loin, il nous parle de nègres pasteurs; ce seront donc
des noirs, si l'on veut; des nègres, si on l'aime mieux; des Éthiopiens,
si on le préfère; des Africains, selon d'autres; des maures, même, selon
quelques-uns; mais l'auteur ne nous dit pas à laquelle de ces
dénominations il s'est fixé; quoique cela importe fort peu pour ce qui
semble être l'objet de son ouvrage, nous eussions été bien aises de le
savoir, afin de ne pas nous servir de dénominations choquantes. Dans le
principe de la révolution de S.-Domingue, les Africains ne vouloient
plus qu'on les appelât nègres, mais noirs; ensuite ils se donnèrent
entr'eux les noms de Monsieur, Madame et Mademoiselle; et ils donnoient
aux blancs celui de Citoyen et Citoyenne; ils prétendoient n'être plus
ni nègres ni noirs. Ils ne croyoient pas, à cette époque, que la couleur
noire étoit la couleur primitive. Cependant, Sonthonax leur avoit déjà
dit: «Cette couleur noire étant, selon l'auteur, le caractère le plus
marqué qui sépare des blancs une partie de l'espèce humaine, on a été
moins attentif aux différences de conformation, qui, entre les noirs
eux-mêmes, établissent des variétés.» Il existe donc, d'après M.
Grégoire, des variétés parmi les nègres? Mais, n'y auroit-il pas plus
loin d'un blanc à un nègre, que d'un nègre à un autre nègre? et s'il
existe plusieurs variétés dans l'espèce d'hommes, ne peut-il pas exister
plusieurs espèces dans le genre? Les Asiatiques que l'auteur appelle
noirs, n'ont autre chose, qui les distingue des blancs, que la couleur;
tandis que les Africains qu'il nomme nègres, ont les os des joues
proéminens, l'os nazal si court, qu'il est presque oblitéré, le coccis
très-allongé, de la laine sur la tête, au lieu de cheveux: si, comme le
pensait l'illustre Buffon, la couleur noire étoit l'effet du climat, on
pourroit croire que les Asiatiques étoient originairement blancs; mais
la différence de conformation dans une grande partie des Africains, ne
laisse pas, selon nous, de doute, qu'ils ne soient une espèce
particulière d'hommes qui diffèrent autant des Asiatiques que des
Européens. Au reste, que les nègres soient une espèce, une variété, ou
une race identique avec la blanche, nous les avons toujours reconnus,
quoi qu'en disent les négrophiles, pour de véritables hommes, et la
majeure partie de nous les traitoit en conséquence, soit par humanité,
soit par intérêt; car, quand nous les eussions mis au rang des bêtes de
somme, peu d'hommes sont assez insensés pour acheter des boeufs ou des
chevaux, et ne pas les nourrir, les assommer du matin au soir, et les
faire mettre tout vivans dans un four; ces sortes de fantaisies coûtent
trop cher. Mais cette digression nous éloigne de notre sujet, et nous
attendons avec impatience les chefs-d'oeuvres de littérature que
l'évêque Grégoire nous a annoncés, qui doivent prouver, sans réplique,
que l'on ne doit pas juger des facultés intellectuelles d'un homme par
sa couleur, ni par sa conformation. Il y auroit, comme le dit l'auteur,
de quoi rire. Cependant, que ferons-nous de la doctrine du docteur Gall,
qu'il cite avec vénération? Ce docteur fameux, ne nous a-t-il pas
démontré que chaque faculté intellectuelle avoit sa bosse particulière
(ch. I, p. 6,)? «Le caractère spécifique des peuples est permanent, tant
que ce peuple est isolé, il s'affoiblit et disparoît par le mélange;
cela est incontestable.» Ici, l'auteur paroît avoir oublié qu'il
n'admettoit pas d'espèce dans le genre _homme_: c'est donc le caractère
national, et non le spécifique qui change; il dit, un peu plus bas,
très-éloquemment, «que les caractères nationaux sont presque
méconnoissables au physique et au moral, depuis que les peuples de notre
continent sont _transvasés_ les uns dans les autres.» L'expression de
_transvaser_ est riche, elle n'est cependant pas neuve. Nous nous
rappelons que, dans notre enfance, qui, pour plusieurs de nous, date de
très-loin, nos bonnes nous disoient que si l'on pouvoit faire une
bouteille assez grande, on pourroit y transvaser Paris; si cela
arrivoit, et qu'avec les Parisiens on transvasât tous les étrangers que
les conquêtes de la France amènent à Paris, des Italiens, des Espagnols,
des Portugais, des Allemands, des Russes, des Autrichiens, il n'y a pas
de doute que la physionomie nationale ne changeât; les Parisiens moins
François tiendroient un peu de l'Allemand, un peu de l'Espagnol, un peu
de l'Italien, un peu du Portugais, un peu de l'Autrichien, un peu du
Russe. Oh, pour le coup, il y auroit de quoi rire de la bigarure des
caractères physionomiques! Les cheveux plats des Espagnols, le teint
jaune des Portugais, les grands nez à la romaine des Italiens, l'air
sérieux des Allemands; quels charmans composés que ces minois _gallo,
hispanico, lusitanico, italico germaniques!_ Que les Chinois sont sages!
ils n'ont jamais voulu laisser transvaser aucun peuple étranger dans
leur bouteille nationale! aussi ont-ils conservé sans altération leurs
grands fronts majestueux, leurs petits yeux ovales, enfin tous leurs
traits physionomiques primitifs; et ce qu'il y a de plus précieux, leurs
lois et leurs moeurs.

Avant d'aborder la littérature des nègres, monseigneur Grégoire pense
qu'il est nécessaire que nous apprenions «que (ch. I, p. 7) les Grecs
avoient des esclaves nègres, qu'un de ces nègres étoit employé au
service des bains; mais on ne sait pas son nom (ce qui eût été d'un
très-grand intérêt), que Visconti et Caylus ont publié plusieurs figures
de ces esclaves. Il nous apprend encore que les Hébreux achetoient des
esclaves noirs et eunuques, malgré que la loi mosaïque défendît de
mutiler les hommes. _Ruit in vetitum nefas gens hebraïca_.» Tout cela
n'est pas encore bien concluant en faveur de la littérature nègre; mais
ce qui le devient, c'est que Blumenbach, le plus fameux des crânomanes,
et qui possède la plus belle collection de crânes humains, qui soit au
monde, sans en excepter celle du docteur Gall (ch. I, pag. 11), «prétend
que la figure du nègre se trouve dans la figure du sphinx; on peut s'en
convaincre en examinant les sphinx dessinés dans Caylus, dans Norden,
dans Niehbur et Cassas. Volney et Olivier, qui ont aussi examiné le
sphinx sur les lieux, trouvent une ressemblance frappante avec le nègre;
preuve incontestable que c'est à la race noire, aujourd'hui esclave, que
nous devons les arts, les sciences, et jusqu'à l'art de la parole.»
Salut aux premiers artistes, aux premiers savans qui montrèrent aux
humains à attacher des idées aux différentes modifications de l'air: Ce
n'est pas tout: sans doute c'est à eux

    Que nous devons encor cet art ingénieux
    De peindre la parole et de parler aux yeux.

Volney, qui nous assure que les nègres nous ont appris à parler, auroit
bien dû nous dire quelle espèce de langue ils nous ont montrée; car les
savans blancs qui ont succédé aux nègres, ne sont point d'accord
entr'eux, quand il s'agit de décider quelle a été la langue primitive:
mais pourquoi, les nègres qui sont si savans dans l'art de la parole,
n'ont-ils pas montré à parler aux singes, qui, selon eux, sont des
petits hommes fort adroits, mais fort paresseux, qui ne veulent pas
apprendre à parler, pour qu'on ne les fasse pas travailler? Les nègres
de Saint-Domingue, qui ont oublié leur langue primitive, disent, dans
leur idiome d'aujourd'hui, _singes, ça ptit monde, qui malouc trop, ïo
pas vle palé, pou que ïo pa fair travail_.

Mais, si les nègres ont été si savans, si grands littérateurs, comment
ne reste-t-il d'eux aucun ouvrage qui puisse nous tirer de l'incertitude
où nous sommes sur leur origine, sur la nature des grands événemens,
qui, de la première nation du monde, en ont fait la dernière?

    Déplorable Africain qu'as-tu fait de ta gloire?
    . . . . . . . . . . . de ton antique grandeur,
    il ne nous reste, hélas! que la triste mémoire!

Mais M. Grégoire vous console, en vous présageant les plus hautes
destinées (chap. IX, pag. 283.) «Peut-être, dit-il un jour, cette
vieille et orgueilleuse Europe deviendra une colonie de l'Amérique, et
alors, et alors:» Quelle heureuse prédiction pour les Européens!

Ce qui prouve encore, selon M. Grégoire, que les sciences nous ont été
transmises par les nègres, c'est que, même dans l'hypothèse où elles
nous seroient venues de l'Inde, en Europe, elles auroient traversé
l'Égypte; donc que les nègres ou Éthiopiens qui étoient alors en Égypte
les ont prises au passage pour nous les transmettre; donc qu'ils ont été
nos pères dans les sciences; cette vérité démontrée, augmente encore le
désir que l'auteur a fait naître en nous d'admirer les chefs-d'oeuvres
de ces illustres nègres; mais ce n'est pas encore le moment, Monseigneur
Grégoire veut essayer de nous apprendre pourquoi ces Africains sont
noirs; seroit-ce l'effet du climat? seroit-ce parce qu'ils ont la
membrane réticulaire noire? seroit-ce, enfin, parce que la couleur
primitive de l'homme étoit noire? _adhuc sub judice lis est_. La
question n'est pas facile à résoudre. Le climat peut, sans doute,
changer la couleur de la peau jusqu'à un certain point; mais les blancs
qui sont établis en Afrique, de temps immémorial, y sont devenus bruns,
basanés, mais, non pas noirs; leur membrane réticulaire est restée
blanche, et les noirs, qui, depuis plusieurs générations, ont habité
l'Europe, n'y sont pas devenus blancs, et leur membrane réticulaire est
toujours restée la même, c'est-à-dire, très-noire. Monseigneur Grégoire
ne pourroit-il pas nous dire s'il existe d'autre différence que la
couleur entre la peau d'un nègre et celle d'un blanc? lui qui a vu,
manié et observé tant de différentes peaux humaines, chez l'amateur
Bonn; mais il ne les a observées qu'après avoir été tannées; il eût
fallu aller chez l'écorcheur avant d'aller chez l'amateur..... Dans une
peau tannée le système cutané est dénaturé, la membrane réticulaire,
noire chez les nègres, et blanche chez les Européens, n'offre plus, dans
l'une et dans l'autre peau, que les mêmes résultats. Il étoit donc
indispensable, comme nous avons eu l'honneur de le dire à Monseigneur
Grégoire, de se transporter chez l'écorcheur; là, il eût été possible
d'observer les différens systèmes organiques qui composent le corps d'un
blanc et celui d'un nègre; il eût pu voir si ces systèmes sont égaux en
nombre, si l'harmonie, la concordance qui règnent entr'eux est la même;
car c'est de cette harmonie, plus ou moins parfaite, que provient la
différence qui existe entre les animaux; différence qui, selon le
docteur Gall, est toujours annoncée par des disparités dans le» organes
apparens. Mais si les peaux n'ont pu fournir à l'auteur Grégoire des
caractères assez tranchans, que de bosses, ou protubérances, il a dû
observer sur les crânes africains, chez Blumenbach, qui a la plus belle
collection de crânes qui soit au monde (si, toutefois, on en excepte
l'ancien charnier des Innocens)! Si chaque qualité morale que M.
Grégoire donne aux nègres, et chaque défaut que leur attribue Valmont de
Bomare (Voyez Valmont de Bomare, Dictionnaire d'histoire naturelle,
article Nègre, édition in-4º.), ont leurs bosses particulières,
quelques-uns de ces crânes ne doivent pas mal ressembler à une pomme de
pin, d'autant qu'il y en a quelques-uns d'un peu pointus, à la Caraïbe;
d'autres, plus arrondis, doivent avoir l'air de melons cantalous qui,
comme on le sait, sont tout couverts de protubérances de différentes
grosseurs. Les jardiniers nomment ces espèces de melons, melons de race,
melons de qualité, sans doute par ce que toutes les bosses dont ils sont
couverts sont des indices de qualités: ce n'est pas la seule analogie
qui se trouve entre le règne animal et le végétal.

Pour mettre nos lecteurs à même de se faire une idée de la grande
quantité de protubérances bonnes ou mauvaises qui doivent couvrir les
crânes des nègres, nous allons exposer, sous leurs yeux, deux tableaux
fortement coloriés par deux grands maîtres: l'évêque Grégoire et Valmont
de Bomare. Ces deux tableaux, opposés dans leur intention, sont un
exemple frappant que, s'il faut de l'élévation pour porter l'imagination
d'un peintre à la hauteur de son sujet, l'exaltation le porte toujours
au-delà des bornes de la vraisemblance.

L'abbé Grégoire, après avoir accordé aux nègres les qualités morales les
plus éminentes, passe à l'énumération de leurs qualités physiques,
d'après des voyageurs, impartiaux sans doute, et très dans le cas d'en
juger. (Chap. I, p. 29.) Il parle de la beauté sans égale des négresses
de Juida, d'après Bauman (surnommé, à Nantes, Baumenteur, et qui avoit
épousé une princesse noire en Afrique, non pour sa beauté, mais pour
favoriser sa traite d'esclaves.) Il cite les négresses Jaloses d'après
Leydar et Lucas, comme des modèles de perfection pour les formes. Lobo
vante par-dessus tout la beauté des Abyssins: Adanson, celle des
négresses du Sénégal: Cossigny n'a rien vu de beau comme les nègres et
négresses de Gorée. Ligon s'est extasié devant une négresse de S. Yago,
qui réunissoit la beauté et la majesté, à un point, qu'il n'avoit jamais
vu rien de comparable. Robert Chasle, dans le _Voyage du Journal_ de
l'amiral Duquesne, n'a rien vu de beau comme les négresses des îles du
cap Vert. Legnat, Ulloa et Izert assurent qu'ils n'ont rien vu de
comparable en beauté aux négresses de Batavia, de l'Amérique et de
Guinée. Osez donc encore, fiers Européens, vous enorgueillir du
caractère de beauté et de supériorité que vous supposez imprimé sur vos
fronts blancs. Faites un voyage en Afrique et en Amérique, et vous
direz, avec tous les voyageurs que nous venons de citer, en voyant une
de ces beautés africaines sans pareille, _nigra es, sed formosissima;
ideo_..... Voici donc la couleur noire reconnue pour type de la vraie
beauté. Tremblez! tremblez! jeunes européennes, que la prédiction de
l'abbé Grégoire ne s'accomplisse, et que l'Europe, devenant une colonie
d'Afrique, les négresses, fières de leur beauté originale, ne viennent
vous ravir vos jeunes époux et vos tendres amans, afin de régénérer la
race blanche, et de lui rendre sa primitive beauté. Que je vous plains!
génération présente! que je vous plains! vous ne verrez pas s'opérer
cette heureuse métamorphose! M. Grégoire nous apprend qu'il faut cinq
générations de race croisées, et qu'il se passera cent vingt-cinq ans
avant l'époque heureuse où les enfans des Européens n'auront plus à
rougir d'avoir reçu de leurs pères une preuve incontestable de leur
dégénération, la couleur blanche; et alors, pour que l'harmonie soit
complète, on fera venir de la Guinée, des chiens noirs, des chats noirs,
des moutons noirs, des boeufs noirs, des chevaux noirs, des cochons
noirs, des singes noirs, toutes sortes d'oiseaux noirs; surtout des
cygnes, des perroquets noirs, auxquels on apprendra à dire aux
perroquets verts des autres pays, fi donc! fi donc! vilain vert-vert.
Nous oublions des poules noires; c'est, dit-on, un trésor qu'une poule
noire? Heureuse Guinée, pays digne d'envie, où tous les animaux
raisonnables et autres ont conservé sans tache la couleur primitive
qu'ils tiennent immédiatement du Créateur.

Nous venons d'exposer le tableau de la race nègre par l'abbé Grégoire;
nous allons exposer, ci-dessous son pendant, par Valmont de Bomare
(article nègre, Dict. d'Hist. Nat., par Valmont de Bomare, édit. in-4º.
t. V, p. 267).

«La laideur et l'irrégularité de la figure caractérisent l'extérieur du
nègre; les négresses ont les reins écrasés et une croupe monstrueuse, ce
qui donne à leur dos la forme d'une selle de cheval. Les vices les plus
marqués semblent être l'apanage de cette race; la paresse, la perfidie,
la vengeance, la cruauté, l'impudence, le vol, le mensonge,
l'irréligion, le libertinage, la malpropreté et l'intempérance, semblent
avoir étouffé chez eux tous les principes de la loi naturelle, et les
remords de la conscience; les sentimens de compassion leur sont presque
inconnus; seroient-ils un exemple terrible de la corruption de l'homme
abandonné à lui-même? l'on peut, jusqu'à un certain point, regarder les
races des nègres comme des nations barbares, dégénérées ou avilies:
leurs usages sont quelquefois si bizarres, si extravagans, et si
déraisonnables, que leur conduite, jointe à leur couleur, a fait douter,
pendant long-temps, s'ils étoient véritablement des hommes issus du
premier homme comme nous, tant leur férocité et leur animalité les fait,
en certaines circonstances, ressembler aux bêtes les plus sauvages. On a
vu de ces peuples se nourrir de leurs frères, et dévorer leurs propres
enfans.» Quel contraste avec le tableau de l'abbé Grégoire! lequel des
deux peintres a le plus approché de la vérité? ni l'un ni l'autre;
chacun d'eux pouvoit s'appliquer le vers d'Horace:

      Cur nescire, pudens prave, quam discere malo?

Le savant professeur de Goettingue, attribuant la couleur des nègres au
climat, avance (chap. I, p. 16) que «dans la Guinée, les hommes, les
chiens, les chevaux, les boeufs, les oiseaux, et surtout les
gallinacées, sont de couleur noire». Cette assertion est absolument
fausse, excepté pour les hommes, encore y a-t-il quelques familles
d'hommes blancs établies, de temps immémorial en Guinée; quant aux
quadrupèdes, il n'y en a pas plus de noirs et moins que dans d'autres
climats, car les poils noirs exposés à l'ardeur du soleil, deviennent
roux; cela arrive aux chevaux noirs qu'on transporte d'Europe dans les
Antilles. Les oiseaux, en Guinée sont parés, comme dans presque tous les
pays chauds, des couleurs les plus variées, les plus vives et les plus
brillantes: on peut se convaincre de cette vérité, en observant la belle
collection de perroquets et autres oiseaux d'Afrique, qui se trouve au
muséum d'histoire naturelle à Paris. Il existe, à la vérité, parmi les
gallinacées, une variété de poules dont la peau et les os sont noirs;
mais la majeure partie des autres poules est semblable à celles
d'Europe; nous pouvons le certifier, ayant observé les volailles que
portoient les capitaines négriers qui venoient de Guinée. «La couleur
noire étant donc, selon Knigt, l'attribut de la race primitive dans tous
les animaux, il est évident, selon lui, que le nègre est le type
original de l'espèce humaine.» Il y a un instant nous recherchions la
cause de la couleur noire des nègres; il nous faut, actuellement
chercher à découvrir comment des nègres ont produit des blancs:

      Felix qui potuit rerum cognoscere causas!

quant à nous, nous baissons pavillon; la physiologie n'est pas de notre
compétence. Salut à la race privilégiée, dont la couleur noire de la
peau est une preuve incontestable de sa céleste origine; nous doutons,
cependant que le docteur Knigt puisse parvenir à persuader à nos jolies
européennes, qu'une peau noire et opaque doive l'emporter sur leur peau
blanche et fine dont le tissu, délicat et transparent, laisse apercevoir
les roses de la pudeur et ses nuances variées à l'infini, dont chacune,
peignant un sentiment de l'ame, fait de leur physionomie un tableau
magique et enchanteur.

Il nous semble qu'après avoir cité l'autorité de Knigt, l'auteur tient
davantage à l'opinion de Buffon, de Camper, de Bonn, de Zimmermann, de
Blumenbach, de Chardel, de Sommering, qui attribuent la couleur des
nègres aux effets du climat. D'après cela, nous lui demanderons, si
c'est dans le temps que les Africains étoient blancs, qu'ils étoient nos
maîtres dans les sciences et dans les arts, ou si c'est depuis qu'ils
sont devenus noirs? D'après Demanet et Imlay, les descendans des
Portugais établis au Congo sont devenus noirs, mais ils ne nous disent
pas si c'est l'effet du climat, ou de leurs alliances avec les
négresses, (ce qui est plus que vraisemblable). Un Portugais aura épousé
une Congo, il en sera provenu des mulâtres, qui, en se mariant à une
négresse, auront fait des griffes, lesquels griffes, se mariant encore à
une négresse, pour lors, les enfans, qu'on nomme marabous, sont si noirs
qu'il faut être très-habitué dans le pays pour les distinguer d'avec les
nègres: voilà comme les blancs peuvent devenir noirs, et les noirs,
devenir blancs; en épousant des blanches, et en en faisant épouser à
leurs enfans et petits-enfans.

Selon un auteur que cite M. Grégoire, il faut quatre mille ans pour
qu'un nègre devienne blanc par l'effet du climat, et six cents ans
seulement pour un Indien: ceci nous paroît un peu problématique. Quant à
ce qu'il avance, que les changemens s'opèrent plus vite chez les nègres,
dans l'état de domesticité, pour le moral, cela est vrai; mais pour la
couleur, mieux un nègre est nourri et à l'aise, plus il est noir; s'il
est maigre, ou qu'il ait du chagrin, ou qu'il ne se porte pas bien, il
devient couleur de bistre; nous pensons aussi que c'est à un certain
état de maladie qu'il faut attribuer la couleur, non pas noire, mais
très-brune, que prend la peau de certaines femmes pendant leur
grossesse, ce qu'on appelle le masque. Nous ne conviendrons pas, pour
cela, avec Hunter, que la race blanche soit une race dégénérée, au moins
quant à la couleur (chap. I. p. 20). Il est vrai, comme l'assure le
chimiste Beddoés, «qu'on peut blanchir la peau d'un nègre, avec de
l'acide muriatique oxigéné.» Il n'est pas même besoin de cette dernière
condition, tous les acides concentrés ont la propriété, en se combinant
avec les corps gras, d'en altérer la nature et la couleur; le feu et les
caustiques produisent le même effet sur la peau des nègres: ainsi, la
compagnie de blanchisseurs qu'un journaliste, _grand ricaneur_, (dit
l'évêque Grégoire, chap. I, p. 20) veut envoyer en Afrique, pourra
employer plus d'un moyen; mais, si la race blanche, comme le pensent
quelques-uns des savans que cite M. Grégoire, est une race dégénérée,
abatardie, ne désirera-t-elle pas aussi une compagnie de noircisseurs?
Nous pensons que cette dernière compagnie sera beaucoup plus facile à
compléter que la première. La chimie, pendant la révolution, a fait des
découvertes si importantes pour les teintures en noir, qu'on ne sera
embarrassé que du choix des sujets; quant au chef de la compagnie, cette
place sera dévolue de droit à ****; personne ne peut ni ne veut la lui
contester: nous revenons à Monseigneur Grégoire; nous lui ferons une
question à laquelle il ne sera sans doute pas embarrassé de répondre.
Adam et Eve étoient-ils noirs, ou blancs? L'opinion de l'auteur semble
être prononcée en faveur de la couleur noire, puisqu'il cite l'autorité
de Knight (chap. I, p. 16), qui pense que le nègre est le type original
de l'espèce humaine. N'eût-il pas été plus exact de dire du genre
humain, puisque l'auteur Grégoire ne suppose point d'espèce dans le
genre homme? Plus loin, (chap. II, p. 18) il cite une autre autorité, T.
Williams, qui dit que, pour amener les noirs à la couleur blanche, sans
croisement de races, et, par la seule action du climat, il faut quatre
mille ans. Nous ferons, d'après cela, une petite objection à M.
Grégoire. A l'époque où vivoit Moïse, il n'y avoit que deux mille cinq
cents ans que le monde étoit créé; Moïse et tous ceux qui existoient
alors étoient donc nègres, et il n'a dû paroître d'hommes blancs que
quinze cents ans après; _Credat judaeus Appella!_ Dans un autre endroit
(chap. I, p. 7), l'évêque Grégoire cite l'autorité de Jahn, qui, dans
son _Archéologie biblique_, assure que les rois des Hébreux achetoient
des autres nations, des eunuques, et spécialement des noirs: il y avoit
donc, à l'époque de Moïse, des hommes blancs et des hommes noirs: qu'en
conclure? Ou qu'il ne faut pas quatre mille ans, pour blanchir un nègre,
ou que la race primitive n'étoit pas noire, ou qu'il s'est passé quatre
mille ans avant le déluge, ce qui feroit un anachronisme dans notre
cosmogonie chrétienne. _Fiat lux_.

L'évêque Grégoire cite (chap. I, p. 26) Sommering, qui, tout en disant:
«qu'il n'ose décider si la race primitive de l'homme, en quelque coin de
la terre que l'on place son berceau, s'est perfectionnée en Europe, ou
altérée en Nigritie, affirme que pour la force et l'adresse, la
conformation des nègres est aussi accomplie et, peut-être plus que celle
des Européens». Voyez le Dictionnaire d'Histoire naturelle de Valmont de
Bomare, article Nègre, édition in-quarto, t. V. p. 257, il vous donnera
une idée de la belle conformation et des qualités éminentes des nègres
d'Afrique. L'évêque Grégoire ne connoît pas sans doute cet ouvrage; il
n'eût pas oublié de donner au tableau qu'il a fait des colons, un
dernier coup de pinceau d'après le grand maître Valmont de Bomare; «Les
colons font (selon lui) deux où trois fois par an des visites dans les
hôpitaux de leurs habitations, (des hôpitaux dans les habitations? les
négrophiles pourront-ils le croire?) N'allez pas vous imaginer, (dit
Bomare) que ce soit pour y porter les secours que l'humanité et même
leur intérêt exigeroient; ces barbares y vont avec des pistolets, et
tuent tous les nègres qui, par vieillesse ou par des infirmités
incurables, sont hors d'état de rendre service à l'habitation.» Eh bien,
Monseigneur! cela vaut bien les nègres cuisiniers jetés dans des fours,
pour avoir manqué des plats de pâtisserie? Admirez donc notre bonhomie
et notre bonne-foi, vous aviez oublié, dans notre examen général, ce
gros péché, nous le rappelons nous-mêmes à votre souvenir, mais aussi,
nous espérons que d'après cette confession sincère; nous obtiendrons de
Votre Excellence, indulgence plénière et absolution finale. Nous venons
de faire un grand pas vers le ciel, s'il est vrai, comme on nous l'a
appris dans notre jeunesse, qu'il est plus difficile à un riche d'entrer
dans le royaume des cieux, qu'à un chameau de passer par le chas d'une
aiguille. Nous avons le plus grand espoir, il ne reste plus rien à la
majeure partie de nous, et les François nos frères, ont trop à coeur
notre salut, pour chercher à nous remettre dans la voie de la perdition.

Revenons à votre peuple chéri. «Les nègres, dites vous, sont plus forts
et plus adroits que les Européens;» nous vous l'accorderons, si cela
vous fait plaisir; mais le boeuf est aussi plus fort que l'homme, et le
singe est plus adroit; qu'en concluerez-vous? «Les nègres, dites-vous,
surpassent les blancs par la finesse exquise de leurs sens, surtout de
l'odorat (chap. I, pag. 16).» Prenez bien garde, Monseigneur, les
animaux les plus sauvages, les plus éloignés de l'état de domesticité,
sont ceux que la nature favorise le plus du côté de la finesse des sens;
il semble que cette bonne mère, aimant également tous ses enfans, a
voulu dédommager, sous quelques rapports, ceux auxquels elle a moins
accordé sous d'autres. Vous citez les nègres marrons de la Jamaïque,
«comme des êtres doués d'un sens exquis, avec une taille droite, une
contenance fière, et une vigueur qui indiquent leur supériorité.» Nous
oserons vous dire, Monseigneur, que vous les avez vus, avec votre
lorgnette de cabinet, dont les verres, en grossissant trop les objets,
les dénaturent totalement.

Le tableau que nous allons faire de ces nègres est d'après nature; nous
l'avons fait sur les lieux même, dans les montagnes Bleues de la
Jamaïque.

Qu'on se figure des hommes, dont les corps plus jaunes que noirs,
décharnés, et couverts à demi de haillons, que les nègres esclaves
n'oseroient pas porter, laissant leurs femmes, leurs enfans, leurs
vieillards dans la misère la plus crapuleuse, parce qu'ils n'ont pas
assez de courage pour cultiver les terres que le gouvernement anglois
leur a accordées. Ils sont avilis, au point de livrer, pour quelques
pièces de monnoie, les nègres esclaves qui viennent chez eux se
réfugier, ou qu'ils vont chercher dans les bois, quand les Colons les
font avertir qu'un d'eux a déserté. Leur moyen de vivre consiste
principalement dans la chasse et la pêche; mais quand par le mauvais
temps, cette ressource leur manque, ils sont forcés de descendre dans
les plaines, se louer à la journée parmi les esclaves. Voilà les hommes
dont vous préconisez la supériorité. Nous les avons vus dans leurs
huttes, car ils n'ont pas eu même le courage ni l'adresse de se
construire des logemens qui méritent le nom de cases. «Pourrez-vous nous
dire que ces nègres de la Montagne Bleue ne peuvent s'organiser
politiquement, parce que les arts de la paix ne peuvent être cultivés
par une troupe fugitive, toujours cachée dans les forêts, toujours
occupée à se nourrir et à se défendre contre ses oppresseurs?» Mais les
nègres dont nous parlons ne sont point dans cette hypothèse; le
gouvernement est en pleine paix avec eux; ils ont des terres qu'ils
peuvent cultiver tranquillement; ils n'ont pas besoin de se défendre
contre des oppresseurs; ils sont indépendans: pourquoi donc ne
s'organisent-ils pas en corps politique, et ne sont-ils qu'une
association de lâches, de paresseux, qui deviendroit très-dangereuse, si
la crapule honteuse dans laquelle ils vivent, n'étoient un obstacle à
l'augmentation de leur population. Vous donnez encore pour preuve de
leur supériorité, la manière dont ils communiquent entr'eux à des
distances considérables par le moyen d'une corne. A vous entendre, nos
télégraphes ne sont rien en comparaison. Vous ignorez que dans la partie
de S. Domingue, qui a été cédée à la France par les Espagnols, tous les
pâtres font revenir leurs troupeaux par le moyen d'une corne, ou plus
souvent un coquillage qu'on nomme _lomby_, dans lequel, en produisant
certains sons plus ou moins forts, ou différemment modifiés, ils
appellent ou leurs cochons, ou leurs chevaux, ou leurs troupeaux de
chèvres, et jamais un troupeau ne vient dans la place d'un autre;
d'après cela, quelle merveille que les nègres soient convenus entr'eux,
que lorsqu'ils sonneront d'une certaine manière, ce sera tel ou tel
nègre qu'ils voudront désigner. D'après ce que nous venons de vous dire
des nègres de la Montagne Bleue de la Jamaïque, ne les citez pas comme
exemple de la prééminence de la race nègre sur la blanche; vous
prêteriez à rire à tous ceux qui les connoissent. Nous ne
disconviendrons cependant pas qu'il n'y ait des nègres (non parmi eux)
qui ont des qualités morales; nous dirons même, à la honte de la couleur
blanche, que si beaucoup de nègres de S. Domingue n'avoient pas été
meilleurs que les blancs de France, qui sont venus les révolutionner, il
n'eût pas resté un seul colon pour répondre aux calomnies des
négrophiles, et confondre leurs raisonnemens absurdes. Un savant
respectable, que vous avez désigné par son nom, pour avoir méconnu des
qualités morales dans les nègres, et les avoir assimilés aux singes,
nous autorise à vous dire que vous avez dénaturé totalement ce qu'il a
dit des nègres. Mais, tout en convenant qu'ils sont des hommes, nous ne
conviendrons pas pour cela qu'ils soient des hommes comme nous. La
civilisation et l'éducation, qui en est la suite, ont mis entr'eux et
nous, une distance immense, qu'ils ne pourront franchir que peu à peu,
par la succession des temps, et des circonstances favorables, qui,
malheureusement pour eux, sont bien plus éloignés que vous le pensez.



                             CHAPITRE III.


«Les systèmes qui supposent une différence essentielle entre les nègres
et les blancs, ont été accueillis (ch. II, p. 30) 1º. par ceux qui
veulent à toute force matérialiser l'homme, et lui arracher des
espérances chères à son coeur; 2º. par ceux qui, dans une diversité
primitive de races, humaines, cherchent un moyen de démentir le récit de
Moïse; 3º. par ceux qui, intéressés aux cultures coloniales, voudroient,
dans l'absence supposée des facultés morales du nègre, se faire un titre
de plus, pour le traiter impunément comme des bêtes de somme.»

Abstraction faite de ce que nous enseigne la religion catholique, de la
création de l'homme; dans la supposition (sans doute gratuite) que Dieu
eût créé deux espèces d'hommes, l'une blanche et l'autre noire, ce que
nous ne croyons pas contradictoire à sa toute-puissance qui est sans
bornes, ne pouvoit-il pas avoir doué l'une et l'autre espèce de ce
souffle divin que nous appelons ame, et que nous regardons avec raison
comme immortelle? La supposition de cette diversité primitive de races
humaines, ne tend donc en aucune manière à matérialiser l'homme; si cela
étoit, la race blanche se trouveroit dans la même hypothèse, et l'on
auroit le même titre pour la traiter comme des bêtes de somme.

«L'opinion de l'infériorité des nègres n'est pas nouvelle; la prétendue
supériorité des blancs, n'a pour défenseurs que des blancs juges et
parties, dont on pourroit d'abord discuter la compétence, avant
d'attaquer leur décision (chap. II, pag. 35).»

M. Grégoire nous dit, d'une part, que l'opinion de l'infériorité des
nègres n'est pas nouvelle; nous le savions déjà, et ils viennent d'en
donner une preuve toute récente, par la manière dont ils se sont
comportés en recevant la liberté. D'une autre part, il nous cite des
autorités imposantes, qui nous assurent que ces mêmes nègres ont été nos
pères et nos maîtres dans les sciences et dans les arts: cela ne nous
paroît pas trop conséquent; ce qui ne l'est pas plus, c'est que, selon
lui, les blancs ne peuvent pas s'ériger en défenseurs de leur propre
cause, pour prouver leur prétendue supériorité sur les nègres. L'évêque
Grégoire, appelle-t-il être juge de sa cause, que d'en être l'avocat?
C'est sans doute pour éviter que l'on ne fasse ce reproche aux nègres,
qu'il s'est constitué leur défenseur officieux. Ce n'est qu'après avoir
mis dans un creuset de comparaison les productions des blancs et celles
des nègres, qu'on peut assigner le degré de supériorité des uns sur les
autres; l'évêque Grégoire nous fera sans doute revenir de notre
prévention, en nous mettant sous les yeux les chefs-d'oeuvres de ces
protégés; il peut être certain que nous serons justes. _Amicus Plato,
magis amica veritas_. Nous demanderons, à M. Grégoire, si la citation de
l'apologue du lion, qui, en voyant un tableau où l'on voyoit un lion
terrassé par un homme, dit, les lions n'ont point de peintres, a bien le
mérite de l'a'propos? Les nègres, d'après son ouvrage, n'ont-ils pas des
artistes et des savans?

      A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

L'évêque Grégoire cite des autorités respectables, pour avoir le plaisir
de les confondre (chap. II, p. 36). «Hume, Jefferson, qui tous deux
prétendent que la race blanche est la seule cultivée, que dans des
circonstances données les mêmes pour des blancs et des nègres, ceux-ci
ne pouvoient jamais rivaliser avec ceux-là, que jamais on ne vit un
nègre distingué par ses actions et par ses lumières.» Il cite encore
Barré de S. Venant, à qui il fait dire, que si la nature promet aux
nègres quelques combinaisons, qui les élèvent au-dessus des autres
animaux, elle leur interdit les impressions profondes, et l'exercice
continu de l'esprit, du génie et de la raison. Nous nous permettrons
d'observer, à M. Grégoire, qu'il a dénaturé le passage de Barré de S.
Venant, en n'en citant qu'une partie. Le voici tel qu'il est: «Dans la
Guinée, une atmosphère embrasée, une chaleur constante, affaisse le
corps, porte la torpeur dans tous les membres, et éloigne l'homme de
tout travail; le développement des forces physiques et morales y est
sans cesse arrêté par je ne sais quelle action secrète, qui ôte toute
énergie, et plonge l'homme (il ne dit pas seulement le nègre) dans une
sorte de stupidité et d'engourdissement qui le réduit presque à l'état
des brutes: si elle lui permet quelques petites combinaisons, qui
l'élèvent au-dessus des autres animaux, elle lui interdit les
impressions profondes et l'exercice continu de l'esprit, du génie et de
la raison.» C'est donc au climat et non à la qualité d'homme noir, que
Barré de Saint-Venant attribue l'espèce d'abrutissement des hommes, de
quelque couleur que vous les supposiez, qui habitent la zone torride. La
preuve en deviendra évidente, par la citation suivante du même auteur
(chap. I, pag. 5): «La nature repousseroit-elle la civilisation dans les
pays chauds? Il est impossible de le croire; l'homme, dans tous les
climats, a reçu le même germe d'intelligence, qui le rend partout
également perfectible, le nègre d'Afrique, est donc appelé, comme le
blanc d'Europe, à jouir de ce bienfait; son organisation est la même,
mais son gouvernement est différent.» Il est évident que ce passage
détruit absolument l'inculpation que l'auteur fait à Barré de S. Venant.
Quand bien même Hume, Jefferson et Barré de S. Venant admettroient une
différence entre l'homme nègre et l'homme blanc, quant aux facultés
intellectuelles, qu'en conclueroit-on? Ne remarque-t-on pas cette même
différence d'individu à individu parmi les, blancs; de famille à
famille; de département à département; de royaume à royaume? à plus
forte raison peut-elle exister d'un climat à un climat tout à fait
opposé; il n'y auroit donc rien d'étonnant que cette différence, existât
entre la race blanche et la nègre; l'auteur a même cité des autorités
qui font pencher la balance du côté de cette dernière. En notre qualité
de colons, nous avons eu occasion d'observer différentes nations nègres;
nous avons trouvé, dans quelques-unes, des degrés d'intelligence»
d'aptitude à l'instruction, de beaucoup supérieurs à ceux que nous
rencontrions dans d'autres. Les Congos sont, de tous les nègres, les
plus spirituels, les plus propres à faire des ouvriers, des domestiques;
ils sont en général petits. Pour les travaux de la terre, on choisit de
préférence les Sénégalais et les Aradas; ils ont moins d'intelligence
que les Congos, mais ils sont plus laborieux. Les Aradas ont une
aptitude ou un goût particulier pour la connoissance des plantes
usuelle, même des vénéneuses, aussi trouve-t-on parmi eux beaucoup de
_caprélatas_, ce qui signifie en françois des médecins; il y en a aussi
de _macandals_, ce qui signifie empoisonneur, ensorcelleur. Les Congos
sont naturellement gais, railleurs, improviseurs de chansons qui ont
toujours pour sujet de se moquer de quelqu'un, nègre ou blanc;
quelquefois même de leurs maîtres. Les Mandingues ou Mondongues ont un
caractère de stupidité qui va jusqu'à la férocité; ils sont, pour la
plupart, anthropophages; peut être est-ce pour cela que dans leur pays
on leur lime les dents en pointes: on est souvent forcé de les détruire
sur les habitations, pour avoir dévoré un camarade, ou des enfans.

«Il faut, pour qu'un peuple soit taxé avec raison d'absence totale de
génie, qu'il ait existé en corps de nation, aussi long-temps que les
Grecs, avant d'avoir un Homère; les Romains, un Virgile; les François,
un Racine (chap. I, pag. 38).» Quel pompeux éloge l'évêque Grégoire fait
de la race nègre, puisqu'avant cette époque, elle peut compter un nombre
si considérable de savans distingués dans tous les genres, dont il
promet de nous faire connoître les noms et les ouvrages. Genty a donc
grand tort, lorsqu'il avance que le génie ne peut naître au sein de
l'opprobre et de la misère, quand on n'entrevoit aucune récompense,
aucun espoir de soulagement. Genty veut-il parler des nègres en Afrique,
ou des esclaves de S. Domingue? Ceux d'Afrique existent depuis
long-temps en corps de nation; ils n'y ont pas été sans doute assez
long-temps. Quant à ceux des Antilles et autres colonies de S. Domingue,
nous ferons observer, à M. Genty, que les deux mots opprobre et misère
sont inconvenans. Le mot opprobre ne peut nullement s'appliquer aux
esclaves honnêtes, qui, en remplissant les devoirs attachés à leur
condition qui n'est malheureuse que comparativement, sont tout aussi
respectables, et s'estiment autant qu'une infinité de blancs qui, en se
targuant du titre illusoire d'hommes libres, sont, sous plusieurs
rapports, plus esclaves qu'eux, surtout, sous celui de la misère, dont
le nom seul est ignoré dans les Antilles; fille des besoins naturels
multipliés sous les zones tempérées ou froides, elle n'a jamais dépassé
les tropiques. Tout aussi Vrais philantropes que quelques Européens,
nous désirons, pour beaucoup d'individus, que nous avons sous les yeux,
un sort pareil à celui des nègres esclaves bons sujets. Hélas! plus d'un
tiers des Américains sont réduits en France à le désirer pour eux-mêmes.
Selon le curé Sibire, nous en sommes bien dignes; pourtant nous ne
l'avons pas.

«La religion chrétienne seroit sans doute un grand moyen de hâter et de
maintenir la civilisation (ch. I, p. 41).»

Nous n'en pouvons disconvenir; sa morale sublime devroit être un des
moyens les plus puissans de rendre les hommes meilleurs; mais hélas!
nous voyons avec peine que son effet n'est pas toujours infaillible; le
sang des ministres de cette sainte religion, ne fume-t-il pas encore? ne
crie-t-il pas vengeance contre ceux qui, en se décorant du nom pompeux
de chrétien, se sont vautrés dans la fange, et se sont rendus coupables
de tous les crimes de la barbarie la plus sauvage? Ne se disoient-ils
pas chrétiens, les émissaires qui nous sont venus de France aux
Antilles, et qui ont souillé nos villes et nos campagnes, par des
sacrifices de sang humain? N'eût-il pas mieux vallu, pour nous servir
des propres expressions de M. Grégoire, nous envoyer des serpens à
sonnettes? A Dieu ne plaise que nous en accusions la religion, si nous
maintenons seulement qu'elle n'ait pas toujours un frein assez puissant
pour la multitude, si un chef juste et ferme ne se réunit à elle pour
faire respecter et exécuter ses lois.

«Barron (ch. I, p. 43) attribue la barbarie actuelle de quelques
contrées d'Afrique, au commerce des esclaves.» Il seroit plus vrai de
dire que le commerce des esclaves par les Européens, suscite peut-être
plus de guerres en Afrique qu'il n'y en avoit autrefois; mais les
souverains sont moins barbares depuis qu'ils trouvent à vendre leurs
prisonniers, puisqu'alors ils les faisoient périr; et quoi qu'en disent
les négrophiles, l'esclavage des Antilles est préférable à la mort; et
la fausse idée que les Européens s'en sont fait, ne provient que de
l'exaltation et de l'exagération des négrophiles qui dénaturent tout;
ils veulent à toute force «que les esclaves n'entrevoient dans l'avenir
aucun espoir de récompense, ni de soulagement.» Conviendront-ils qu'il y
avoit dans les colonies beaucoup d'affranchis? D'où leur est venue cette
liberté? N'étoit-elle pas la récompense des services rendus à
l'habitation, au maître? Il n'y avoit presque pas d'exemple qu'un
habitant mourût sans avoir, par son testament, légué la liberté à
plusieurs de ses sujets, soit domestiques, soit cultivateurs; n'étoit-il
pas d'usage de donner la liberté aux négresses qui avoient six enfans
vivans; à celles qui avoient été nourrices des enfans du maître? Mais,
ne parlons pas des affranchissemens, qui ne pouvoient être la récompense
que d'un petit nombre de nègres, la certitude pour tous d'être logés,
vêtus, nourris, médicamentés depuis l'époque où ils cessent, par leur
âge, de pouvoir rendre des services à l'habitation, jusqu'à leur mort,
qui, quoi qu'en disent les négrophiles, arrive souvent à une époque très
reculée; cette certitude n'est-elle pas une récompense, un espoir de
soulagement et de repos pour l'avenir? Vos journaliers, en Europe, et
tous les hommes sans propriétés ou sans talens ont-ils ce même espoir?
Du jour où ils cessent d'être utiles à la société, commence leur misère;
et leurs ressources finissent précisément à l'époque ou leurs besoins
augmentent, quand la vieillesse et les infirmités qui l'accompagnent
viennent les accabler. N'est-ce pas là l'esclavage de la nécessité,
mille fois pire que celui dont, pour le malheur du plus grand nombre de
nègres, les négrophiles ont demandé imprudemment l'abolition, dans un
temps inconvenant, et de la manière la plus impolitique et la plus
dangereuse.

«Homère assure que quand Jupiter condamne un homme à l'esclavage, il lui
ôte la moitié de son esprit (chap. I, pag. 44).»

N'admirez-vous pas en cela, Monseigneur, la bonté paternelle de Jupiter
pour tous ses enfans. Si les esclaves avoient autant d'esprit et de
connoissance que leur maître, ne seroient-ils pas doublement malheureux,
de pouvoir faire la comparaison entre leur état et le sien? Donnez à des
enfans de paysans et de journaliers la même éducation qu'aux enfans des
riches qui sont destinés à remplir les premières places dans le
gouvernement; renvoyez-les ensuite à leurs pères, pensez-vous qu'ils
veuillent labourer ou bécher la terre? Et dans la supposition qu'ils
soient forcés de le faire, ne souffriront-ils pas plus que ceux de leurs
frères, qui, sans chercher à s'élever au-dessus de la profession de
leurs pères, auront appris dès leur enfance à labourer et à bécher?
Mais, nous direz-vous, on peut mettre dans les places les fils de
paysans, lorsqu'ils ont reçu de l'éducation; on ne peut en disconvenir,
mais, qui labourera? qui béchera la terre? Peuplez la terre de savans,
elle sera bien vite stérile. Remercions donc Jupiter de n'avoir pas
prodigué cette arme si dangereuse, qui dans des mains imprudentes, cause
la plus grande partie des malheurs de la société, l'esprit...

«Quels sentimens de dignité, de respect pour eux-mêmes, peuvent
concevoir des êtres considérés comme le bétail, et que des maîtres
jouent quelquefois contre quelques barils de riz, ou d'autres
marchandises? Que peuvent être des individus dégradés au-dessous des
brutes excédés de travail, couverts de haillons, dévorés par la faim; et
pour la moindre faute, déchirés par le fouet sanglant d'un commandeur
(chap. I, pag. 44).»

Les négrophiles veulent, à toute force, que les colons regardent leurs
nègres comme un troupeau de bétail! nous le leur accordons pour un
instant. Il paroît qu'ils ne sont pas au courant de ce qui se passe dans
les campagnes chez les laboureurs d'Europe; qu'ils n'ont jamais observé
les soins particuliers qu'ils prennent de leur bétail, qui fait leur
principale fortune. Un boeuf est-il malade? rien n'est épargné pour
avoir les médicaments nécessaires; on se lève dix fois dans la nuit, ou
plutôt on ne se couche pas, pour être à même de lui porter tous les
secours que demande son état: nous dirons, même à la honte de l'humanité
que le paysan sera parcimonieux lorsqu'il s'agira d'acheter des remèdes
pour sa femme ou ses enfans, et qu'il ne regardera point à l'argent pour
le soulagement de son boeuf. Nous avons été témoins, en France, qu'un
laboureur venant chez un curé de campagne, lui porter de l'argent pour
faire dire une messe pour le rétablissement d'un de ses boeufs, et que,
le curé lui ayant remontré qu'il devoit plutôt en faire dire pour sa
femme, qui étoit au lit depuis trois mois, il lui répartit que si sa
femme venoit à mourir, il ne lui faudroit pas d'argent pour en avoir une
autre, mais qu'il n'en étoit pas ainsi de son boeuf. Un nègre, qui coûte
mille écus, et souvent beaucoup plus lorsqu'il a des talens, n'excitera
chez les colons ni le sentiment de l'humanité ni même celui de
l'intérêt! Que doit-on penser de ceux qui ne supposent dans les colons
ni l'un ni l'autre de ces mobiles? qu'ils nous prennent tous pour des
fous ou des barbares. Mais y auroit-il existé des colons riches, en
excédant de travail leurs nègres, et, ce qui est contradictoire, en les
faisant mourir de faim (comme si l'homme ou la brute qui ne mangent pas
pouvoient travailler fortement) et en les déchirant par le fouet
sanglant des commandeurs? Peut-on disconvenir que les deux tiers des
colons, non-seulement jouissoient de très grandes fortunes, mais encore
faisoient celle de tous les Européens qui étaient en relation avec eux?
Il seroit facile de démontrer cette vérité, démentie aujourd'hui par une
partie des négocians de France, qui, ne pouvant plus sucer un sein tari
par les circonstances, le déchirent à belles dents. Il en existe
cependant encore un petit nombre d'honnêtes, qui, mêlant leurs larmes
avec les nôtres, gémissent sur le malheur de leur patrie, de s'être
laissée conduire par des esprits exaltés, de faux philosophes, dont les
théories dangereuses ne tendant pas moins qu'à une anarchie universelle,
ont détruit le plus beau pays du monde, S. Domingue.

«Les colons (dit l'auteur) jouoient, aux cartes ou au billard, leurs
esclaves contre quelques barils de ris.» L'évêque Grégoire prouve bien
par là qu'il est dans l'ignorance du prix des marchandises animales et
végétales des colonies. Combien il auroit fallu de barils de riz (qui,
dans ce pays-là, est à un très bas prix), pour équivaloir au prix d'un
nègre que les François nous vendoient au poids de l'or. Nous ne dirons
pas cependant, qu'on ne jouât pas quelquefois des nègres; mais c'étoit
de mauvais sujets que l'on jouoit pour s'en défaire, et plutôt à qui ne
les auroit pas, qu'à qui les gagneroit; quoiqu'ils ne fussent pas
regardés par nous comme des brutes, cependant, d'après leur qualité
d'esclave, ils étoient vénals. Il paroît que, d'après les sentimens de
pitié qu'ont excités dans l'ame sensible de l'évêque Grégoire, les
chevaux de Paris, il ne vendroit pas même les siens, et qu'à plus forte
raison, il ne les joueroit pas. Nous en trouvons cependant un exemple
dans le clergé de France. Un très-digne prélat d'ailleurs, mais qui
aimoit un peu le jeu, (les prélats sont hommes quelquefois) l'évêque de
******, passant près d'une maison qu'il connoissoit sans doute, dit à sa
soeur qui étoit avec lui dans sa voiture, qu'il avoit affaire pour un
instant dans cette maison, et qu'elle voulût bien l'attendre;
Monseigneur perdit non-seulement tout l'argent qu'il avoit sur lui, mais
joua sa voiture et ses chevaux et perdit tout; son vainqueur, impatient
de jouir de sa nouvelle conquête offrit à Monseigneur de le conduire à
son palais épiscopal, et descendit pour prendre possession de la
voiture. Quel fut son étonnement, lorsqu'il aperçut, dedans, une dame:
Madame en est-elle aussi? dit-il à Monseigneur.

Revenons à nos nègres; vous voyez que, quand bien même nous les
mettrions au rang des brutes; nous en aurions, cependant, le soin que
l'on a des brutes, quand on en veut tirer du travail; et qu'en les
excédant, en ne les nourrissant pas, en ne les vêtissant pas, en les
faisant déchirer à coups de fouet, nous n'irions pas à la fortune par
cette voie impossible. Les Européens sont donc des imposteurs, et non
pas les colons, comme le dit votre inestimable cure Sibire, à qui il
paroît que les François rendent la justice qui lui est due. L'intérêt,
Monseigneur! l'intérêt est le plus puissant de tous les mobiles; il
commanderoit aux colons, si leur humanité se taisoit: nous ne pouvons
cependant disconvenir qu'il se trouvât parmi eux quelques insensés (ne
s'en trouve-t-il pas en Europe?), qui sacrifioient, à leur brutal
caractère, tous les sentimens d'humanité, même d'intérêt; mais le nombre
en étoit si petit qu'il n'étoit qu'une exception; encore la faute
doit-elle en être imputée aux commandans et aux magistrats qui sont
chargés par le gouvernement de faire exécuter le code noir (ce code est
un édit rendu par Louis XIV, en 1685, touchant la police des îles
françaises cultivées par des esclaves), dans lequel sont clairement et
sagement énoncés les devoirs des esclaves envers leurs maîtres et les
obligations des maîtres envers leurs esclaves; dans ce code est limitée
l'étendue de leurs pouvoirs relativement aux châtimens des nègres. Quel
homme sera assez injuste et assez impolitique, pour prétendre qu'il faut
laisser le crime ou les fautes graves impunis, parmi les nègres, parce
qu'ils ont le malheur d'être esclaves? Qu'arriveroit-il, dans les
sociétés policées et libres, si la crainte du châtiment n'étoit un frein
pour les méchans? Chaque habitation est l'image d'une petite république;
supposez-la composée d'hommes sans défauts et sans vices, le fouet sera
aussi étranger aux individus, que les punitions le sont aux blancs
libres qui se comportent bien; car, encore une fois, on ne bat point son
nègre, ni son boeuf, ni son cheval pour le plaisir de le battre; et si
les chevaux de Paris, sur lesquels l'extrême sensibilité de l'évêque
Grégoire, a laissé tomber des larmes de pitié, appartenoient aux
charretiers qui les conduisent, ils ne les traiteroient pas avec
barbarie comme ils le font. A Dieu ne plaise que nous veuillons
reprocher, à l'évêque Grégoire, son amour bien prononcé pour les nègres
d'Afrique, pour les chevaux de Paris, et pour les oiseaux d'Italie. Nous
connoissons des individus apathiques qui n'aiment ni les hommes, ni les
bêtes, il y a donc un certain mérite à aimer une partie de l'espèce,
qu'on nomme humaine (qui parfois ne l'est pas trop), ne fût-ce que
l'espèce noire.

Nous sommes cependant forcés de faire un aveu vraiment fait pour
apitoyer sur le sort des esclaves, mais auquel on peut remédier. Il
reste, dans le coeur des blancs, nés dans les colonies, une étincelle
d'amour pour leur ancienne patrie, la France; de cette source, qui
paroît pure, jaillissent les causes les plus directes des malheurs des
nègres, et même des blancs. Les colons, à peine sortis des mains de
leurs nourrices tournent leurs premiers regards et leurs premières
pensées vers la France (_inde mali labes_); tout ce qu'ils entendent
dire par les François qui débarquent, exalte encore leur imagination,
faute de connoître les véritables jouissances, celles de l'âme et celles
de la nature; jouissances que l'homme sage trouve partout, et peut-être
plus facilement en Amérique que dans les autres climats, ils sont dans
la fausse persuasion que l'homme riche ne peut et ne doit trouver qu'en
France tous les moyens de satisfaire ses goûts et ses passions. Oh! trop
funeste erreur! les colons sans expérience ignorent que ce métal, qui,
selon l'usage que l'on en fait, procure également le bonheur et le
malheur de ceux qui le possèdent, diminue des deux tiers en s'éloignant
de la mine dont il est tiré, qu'il s'amincit à l'extrême, en passant par
les filières des régisseurs et des négocians. Que s'ensuit-il delà? Le
colon vient chercher en France un bonheur imaginaire, y dérange sa
fortune; et ce qu'il y a de plus affligeant pour les véritables amis de
l'humanité, c'est qu'abandonnant à des mains mercenaires ses malheureux
esclaves, s'il n'a pas eu le bonheur de choisir un régisseur honnête,
ils seront victimes de la cupidité de l'Européen, qui, ne les regardant
pas comme sa propriété, les contraint à des travaux qui excèdent leurs
forces, les exténue, et fait périr ceux dont le tempéramment ne peut
suffire aux grandes fatigues. Voici, Monseigneur, une des causes
principales des mauvais traitemens des esclaves. Les négrophiles en
accusent les colons, qui n'en sont qu'une cause indirecte en
s'absentant; mais doit-on les couvrir de l'opprobre des Européens? Nous
en revenons toujours à rejeter la faute sur les magistrats et
commandans-inspecteurs des cultures, qui, dans l'absence des colons
propriétaires, devroient regarder les nègres esclaves comme des
orphelins confiés à leurs soins paternels et à leur humanité.

«L'estimable curé Sibire, qui après avoir missionné avec succès en
Afrique, est actuellement, comme tant de dignes prêtres, repoussé du
ministère par des fanatiques; Sibire dit, en se moquant des colons, ils
ont fait des descriptions si bizarres de la béatitude de leur nègres, et
sous des couleurs si riantes et si aimables, qu'en admirant leurs
tableaux d'imagination, on regrette presque, d'être libre, ou qu'il
prend envie d'être esclave..... Je ne souhaiterois pas à ces colons
esclaves, un pareil bonheur dont ils ne sont que trop dignes (ch. II,
pag. 45).»

Comme l'évêque Grégoire nous cite parfois des apologues, et qu'il nous a
mis sous les yeux celui du lion, auquel on montroit un tableau
représentant un lion terrassé par un homme, nous allons aussi, à
l'occasion du bon Sibire, lui rappeler l'apologue du lion mourant. _Tu
quoque mi Sibire!_ vous nous donnez aussi en passant une petite ruade,
encore vous nous avertissez que c'est en vous moquant de nous; nous
sommes si bons, si bons, qu'en vérité nous ne l'eussions pas deviné;
mais nous sommes sans rancune, et nous pensons, comme l'évêque Grégoire,
qu'un aussi digne ecclésiastique que vous, un missionneur aussi zélé,
qui a missionné [7] en Afrique, avec tant de succès, ne devroit pas être
repoussé du ministère, dans une circonstance surtout où l'on manque de
prêtres; ce ne peut-être, comme le dit très-bien l'évêque Grégoire, que
l'effet du fanatisme. Comme nous étions dans l'erreur! nous croyons ce
monstre totalement terrassé en France; eh! contre qui ose-t-il encore
lever sa tête altière? La France n'a-t-elle pas à craindre, que le digne
apôtre Sibire, secouant la poussière de ses souliers, ne retourne en
Afrique? Avec quel plaisir ces chères brebis noires reverroient leur bon
pasteur blanc; mais pourquoi n'iroit-il pas, à S. Domingue, affermir les
nègres dans la doctrine qu'il leur a prêché?

[Note 7: Le mot missionner est nouveau sans doute? nous ne le
connoissions pas; aussi avons-nous mis missionneur au lieu du vieux mot
missionnaire.

      _Ita verborum vetus interit ætas_.
]

«Les colons (ch. II, pag. 46), dit Sibire, ont fait des descriptions si
bizarres, de la béatitude de leurs nègres, qu'ils feroient presque
désirer d'être esclave.»

Si vous étiez capable, homme de Dieu, de laisser tomber un regard de
pitié sur les débris des malheureuses familles américaines, que vos
écrits et votre opinion exaltée ont plongées dans l'abîme de la misère
la plus affreuse, vous sauriez que plus des deux tiers se regarderoient
comme très-heureux d'avoir le sort dont jouissoient leurs nègres bons
sujets; et ce sort que vous leur souhaitez, par dérision, est mille fois
à préférer à l'état précaire et malheureux de la majorité d'eux. Nous ne
conviendrons pas, par exemple, que nous eussions autrefois changé notre
sort avec celui de nos nègres, quoiqu'il ne fût pas malheureux: et que
c'est une grosse absurdité, de la part du curé Sibire, de nous avoir
fait le reproche de ne l'avoir pas fait; cela ne prouve rien pour lui,
et l'ironie n'est pas heureuse; car beaucoup de blancs en France sont
heureux dans l'état de domesticité. Cependant il est sans exemple qu'un
maître ait eu la fantaisie de changer son état avec son domestique,
quoique souvent il fût, sous bien des rapports, plus malheureux que lui.
Quand l'évêque Grégoire siégeoit sur le trône épiscopal, lui est-il
jamais venu dans l'idée de changer de place avec un de ses chanoines?
Cependant, les chanoines (dans l'ancien régime) étoient si heureux,
qu'on disoit trivialement: _heureux comme un chanoine._ Et vous, bon
curé Sibire, vous est-il jamais venu dans l'idée de vous mettre à la
place de votre sacristain, qui sans doute n'étoit pas malheureux.

«Si par impossibilité, il existoit sur la terre un homme nécessité à
servir de proie à ses semblables, il seroit un argument invincible
contre la providence (ch. II, pag. 46.)»

L'évêque Grégoire n'est pas beaucoup plus habile que nous, quand il
s'agît des décrets de la providence; ils sont impénétrables aux foibles
mortels. N'existe-t-il pas anthropophages au physique et au moral?
L'homme qui sert de pâture ou de victime à un autre homme, n'a-t-il pas
le droit de penser, que s'il n'a pas été créé pour cela, au moins il
n'étoit pas dans les décrets du Père commun de l'empêcher? L'homme
pauvre n'est-il pas nécessité de servir le riche, de lui vendre sa
liberté? le pauvre et le riche ne sont ils pas également les enfans, du
même Père commun? pourquoi donc ne sont-ils pas traités de la même
manière? La timide brebis devient la proie du tigre féroce; le Créateur
lui a refusé les moyens de se défendre, et a donné au tigre une gueule
énorme garnie de dents déchirantes auxquelles elle ne peut opposer aucun
moyen de résistance. La timide colombe, malgré son vol rapide, tombe
entre les serres poignantes de l'épervier, qui en fait sa pâture. Un
oiseau est pourvu d'un large bec, d'un gosier énorme, il engloutit dans
un jour des milliers d'insectes. L'araignée est pourvue d'un réservoir
rempli d'une substance glutineuse, qui, en se combinant avec l'air et la
lumière, prend assez de consistance pour former des fils d'un diamètre
infiniment petit avec lesquels cet insecte tisserand forme des filets en
forme de réseau, dans lesquels viennent se prendre des mouches de toute
espèces, destinées à lui servir de nourriture. Combien de genres de
poissons ne vivent que d'autres poissons? L'homme omnivore fait servir à
sa nourriture, quadrupèdes, oiseaux, poissons, végétaux, même ses
semblables, et devient lui-même, après sa mort, quelquefois même pendant
sa vie, la proie des insectes qui étoient l'objet de ses mépris, tout ce
qui a reçu l'existence ne peut donc la prolonger que par la destruction
des êtres vivans comme lui. Voilà sans doute des contradictions
apparentes; mais n'est-ce pas de ces prétendues contradictions que naît
l'ordre admirable qui maintient l'univers.

«Si les esclaves sont si heureux, pourquoi en le voit-on annuellement
d'Afrique quatre-vingt mille noirs, pour remplacer ceux qui avoient
succombé aux fatigues, à la misère, au désespoir; car, de l'aveu des
planteurs, il en périt beaucoup dans les premiers temps de leur séjour
en Amérique (chap. II, pag. 46).»

S'il arrivoit aux Antilles quatre-vingt mille nègres tous lès ans, ce
qui est exagéré, ce n'étoit pas tant pour remplacer les mortalités que
pour augmenter les cultures, en faisant de nouveaux défrichemens; et
s'il en périssoit une partie pendant les premières années de leur
séjour, ce n'étoit ni par les fatigues, ni par la misère, ni par le
désespoir. Les Européens de bonne foi, qui sont allés dans les colonies,
attesteront que l'on avoit un soin tout particulier des nègres
nouvellement arrivés, qu'on leur donnoit une nourriture saine et
abondante, parce qu'ils n'avoient pas encore, comme les nègres anciens,
des volailles, des cochons, un petit jardin particulier à fruits et à
légumes; qu'on ne les faisoit travailler qu'autant qu'il falloit, pour
que cela leur servît d'exercice. Ce ne sont donc pas, comme le disent
les négrophiles, ni la faim, ni les fatigues qui causent la mort des
nègres qui arrivent dans les colonies, mais les mêmes causes qui
occasionnent la mort des Européens, quoiqu'ils n'éprouvent en arrivant
ni misère ni fatigue, le changement de climat, de nourriture, et surtout
les affections morales. Il y a des nègres assez bornés pour croire que
les blancs les ont achetés pour les engraisser, les manger, et boire
leur sang. Cette malheureuse prévention porte à se détruire, ceux
d'entr'eux surtout, qui croient à la métempsycose (les mina sont surtout
dans ce cas là); mais ces sortes de suicides sont beaucoup moins communs
que veulent le faire croire les négrophiles, et ils n'ont lieu que dans
les premiers temps de l'arrivée des nègres dans les colonies, lorsqu'ils
sont encore dans l'incertitude de leur sort. Ils avouent tous par la
suite, qu'ils préfèrent leur nouvel état, au sort incertain qu'ils
avoient dans leur pays. Les prétendus élans d'allégresse que suppose
l'évêque Grégoire, aux nègres, lorsqu'ils assistent aux funérailles de
leurs camarades, ou de leurs parens, ne sont rien moins que la preuve
qu'il sont bien aises de les voir délivrés de l'esclavage et de la
misère. Chaque caste ou nation nègre a ses cérémonies particulières pour
les funérailles de ses morts; mais nous avons observé que toutes
s'accordent sur deux points principaux; toutes conduisent le mort à sa
tombe, en pleurant, ou feignant de pleurer, et en chantant des airs
lugubres; et toutes reviennent de la cérémonie en chantant des airs
gais, que leur inspirent les libations abondantes de taffia qu'elles ont
faites sur cette tombe; et les unes et les autres passent la nuit à
boire et à danser.

«A Batavia (chap. II, p. 48), d'après Barlow, on s'abonne, à tant par
année, pour faire fouetter en masse les esclaves, et, sur le champ, on
prévient la gangrène en couvrant les plaies de poivre et de sel». Nous
regardons cette assertion comme si invraisemblable que nous nous croyons
en droit de la nier: pourtant, dans la supposition que les nègres de
Batavia fussent de la nature des sabots, qui ne tournent que lorsqu'on
les fouette, pourquoi imputer aux colons de S.-Domingue, la cruauté des
Hollandois, et supposer à nos esclaves les mêmes vices qu'aux leurs?
Sommes-nous donc les boucs émissaires de tous les peuples? François, ne
sommes-nous plus vos frères? Hélas! les pauvres n'ont plus de frères:
nous sommes dépouillés, et par qui? par ceux même qui devoient nous
garantir nos propriétés, puisqu'ils nous les avoient vendues[8].

[Note 8: Barlow a oublié, on peut-être ne sait pas de quelle manière se
fait cette flagellation en masse. L'entrepreneur, dit-on, a des
mécaniques, des espèces de moulins; on prétend que deux cents nègres, en
se présentant bien, ce qu'ils acquièrent par la grande habitude, peuvent
recevoir le fouet en même temps. Vive les Hollandois pour l'invention!
nous autres François nous ne sommes pas encore rendus à ce degré de
perfection; aussi, pour faire fouetter nos nègres (car il faut que des
nègres soient fouettés), on commence au chant du coq, et l'on n'a pas
fini lorsque la nuit vient. C'est ce qu'assure l'évêque Grégoire,
d'après Wimphen, qui écrivoit, dit-il, pendant la révolution; or, ce qui
a été écrit à cette époque, doit être cru comme parole d'évangile.]

Abandonnant pour un instant les colons, l'évêque Grégoire cite
l'anecdote «d'un capitaine «négrier qui, manquant d'eau et voyant la
mortalité ravager sa cargaison, «jetoit, _par centaines_, les nègres à
la mer».

Le capitaine n'en eût-il jeté que deux cents, engloutissoit dans les
flots, une somme de quatre cent mille francs: à qui l'évêque Grégoire
pourra-t-il faire croire qu'un homme, par un caprice barbare, se décide
à perdre une pareille somme? Si le fait est vrai, il ne peut être
attribué qu'à la force des circonstances, et ne peut nullement être
imputé au capitaine. La disette de vivres, par la longueur des
traversées, a mis, plus d'une fois les capitaines dans la dure nécessité
de sacrifier une partie des hommes de leur vaisseau pour conserver
l'autre, lors même qu'il n'y avoit que des blancs à bord. Comment M.
Grégoire, qui a tant lu, ne connoît-il pas ces anecdotes? Si on lui
disoit qu'il s'est trouvé des circonstances où l'on a tiré au sort, pour
décider lequel des hommes d'un vaisseau serviroit de pâture aux autres.
Nous pouvons citer un fait, dont il existe à Paris des témoins qui se
sont trouvés dans une conjoncture où l'on a tiré au sort à qui seroit
sauvé, ou à qui seroit noyé; l'on ne pouvoit sauver que la moitié dès
individus, il falloit en passer par là ou périr tous..... Il n'y a donc
que des négrophiles exaltés qui puissent avancer qu'un capitaine a jeté
par caprice ou par barbarie des nègres à la mer, et par centaines. S'il
a été forcé par les circonstances, que signifie cette inculpation? en
quoi consiste le crime du capitaine?

Suit l'anecdote d'un autre capitaine qui, «las d'entendre les cris de
l'enfant d'une négresse, l'arrache du sein de sa mère, et le précipite
dans les flots».

En niant la possibilité de ce fait, nous nous permettons de rappeler à
la charité chrétienne l'évêque Grégoire; son zèle l'emporte et fait tort
à sa cause: qui dit trop, ne dit souvent rien. Que d'erreurs sont sujets
à commettre, les savans de cabinet, par le défaut de connoissances
locales! erreurs d'autant plus funestes que la réputation, l'esprit et
l'érudition de ceux qui les avancent, les font adopter presque sans
examen. La chambre du capitaine est très-loin de l'entre-pont où l'on
tient les nègres, et les négresses ne peuvent venir sur le gaillard de
l'arrière, au bout duquel se trouve cette chambre, qu'autant que le
capitaine le leur permet, et il est naturel que si l'enfant d'une
négresse incommodoit le capitaine, il lui ordonnerait de l'emporter, car
en le jetant à la mer, il ne remédieroit point à l'incommodité
d'entendre crier un enfant, puisqu'il s'en trouve toujours plusieurs
dans une cargaison de nègres. Le capitaine auroit aussi jeté la mère
(dit charitablement l'évêque Grégoire), s'il n'eût espéré en tirer
parti. Monseigneur ignoroit qu'une négresse avec son entant se vend plus
cher de 2 à 300 l.

La troisième anecdote que cite l'évêque Grégoire n'est pas si dépourvue
de vraisemblance.

«Un capitaine ayant apaisé une insurrection de nègres dans son bâtiment,
s'exerçoit à chercher des genres de supplice, pour punir ce qu'il
appeloit une révolte».

Il ne faut jamais faire un métier à demi, puisque ce capitaine étoit
marchand d'esclaves, ne devoit-il pas prendre tous les moyens possibles,
soit pour apaiser cette révolte, soit pour empêcher qu'elle ne
recommençât? cela est dans l'ordre et indispensable, si l'on veut éviter
de tomber soi-même entre les mains des esclaves. C'est la loi du plus
fort, ou du plus rusé, qui, presque toujours, est la meilleure; cette
loi quoiqu'injuste en apparence, est dictée par la nature, puisqu'elle
est établie même parmi les animaux irraisonnables. Mais, si les
anecdotes que vient de citer l'évêque Grégoire, d'après John Newton,
sont vraies, pourquoi ne pas nommer les capitaines? La médisance a
quelquefois un bon côté, en faisant connoître des fautes, elle peut
porter à se corriger, ou, au moins elle sert aux bons à se prémunir
contre les pervers: mais, la calomnie, la calomnie!...

«Outre les coups de fouet, par lesquels on déchire les nègres, à la
Jamaïque, on les musèle, pour les empêcher de sucer une des cannes à
sucre arrosées de leur sueur, et l'instrument de fer, avec lequel on
leur comprime la bouche, empêche encore d'entendre leurs cris lorsqu'on
les fouette (chapitre II, p. 50.)»

Comme l'imagination des négrophiles est active quand il s'agit de
calomnies contre les colons! Cette dernière est si outrée et si
invraisemblable, qu'elle tombe d'elle-même. Les colons de la Jamaïque
n'ont pas besoin d'y répondre. Plusieurs de nous avons habité assez
long-temps cette colonie, même à l'époque que cite l'évêque Grégoire, et
jamais nous n'avons vu, ni même entendu parler de l'instrument ridicule
et barbare avec lequel, dit, impudemment un imposteur et, d'après lui,
l'évêque Grégoire, on musèle les nègres empêcher de sucer les cannes à
sucre, et qui sert, en outre, à leur comprimer la bouche, pour empêcher
qu'on entende leurs cris lorsqu'on les fouette: cet instrument ne les
empêcherai t-il pas aussi de respirer? Cela seroit peu de chose. Cette
méchante inculpation est si fausse, que tous les nègres, quand ils
coupent des cannes à sucre, non-seulement en sucent à discrétion, mais
encore, en emportent à leur case pour leurs enfans et leurs vieillards.
L'auteur d'une pareille imposture mériteroit bien qu'on lui comprimât la
bouche avec l'instrument de son invention. Ce sont de semblables
calomnies émises par les ennemis de la France, qui lui ont fait perdre
ses colonies, et fait tarir la source principale de son commerce et de
ses richesses. Les nègres, même, n'ont-ils pas été, et ne sont-ils pas
encore victimes des maux incalculables sortis de la boîte infernale du
négrophilisme, au fond de laquelle il n'est pas même resté l'espoir.

«La crainte qu'inspirèrent les marrons de la Jamaïque, en 1795, fit
trembler les planteurs; un colonel Quarrel offrit à l'assemblée
coloniale d'aller à Cuba chercher des chiens dévorateurs; sa proposition
est accueillie avec transport: il part; arrivé à Cuba, il revient à la
Jamaïque avec ses chiens et ses chasseurs qui, heureusement, ne
servirent pas, parce qu'on fit la paix avec les marrons. (Chap. II. p.
51.)»

Ce fait est vrai, mais il est denaturé dans l'intention. Les Anglois
envoyèrent à Cuba chercher des chiens, non pour dévorer les nègres
marrons, mais bien pour découvrir et lever les embuscades que ces nègres
leur tendoient dans les bois et dans les ravines des montagnes;
d'ailleurs, peut-on supposer que les Espagnols de l'île de Cuba, qui
n'ont jamais méconnu les droits des nègres et qui les ont toujours
traités comme des frères d'une teinte différente (v. les pages 11 et 12
de la dédicace de M. Grégoire); peut-on supposer que ces mêmes Espagnols
fissent dresser et styler des chiens dévorateurs, et qu'ils en fissent
trafic avec les autres insulaires, en envoyant même des chasseurs
habitués à conduire ces meutes négrophages? Si le fait est vrai, M.
Grégoire nous permettra d'en rabattre sur le compte de ces bons
Espagnols, et de leur appliquer une de ses phrases: «Il est donc vrai
que toujours la soif de l'or rend les Hommes féroces, altère leur raison
et anéantit tout sentiment moral». Nous demanderons à l'évêque Grégoire,
si le colonel Quarrel, qui a fait l'acquisition des chiens, est plus
coupable que ceux qui les font dresser pour les vendre. Pour inspirer
quelque confiance, il faut, au moins être juste, et surtout conséquent.
Et Dallas que l'évêque Grégoire a cité plusieurs fois, comme une
autorité authentique, n'est plus ici qu'un écrivain partial, pour avoir
prétendu que la mesure que les Anglois avoient prise, de faire venir des
chiens, étoit légitime, et qu'on pouvoit aussi bien les employer à la
guerre, que des éléphans et des chevaux.

«Plut à Dieu, ajoute le sensible Grégoire, que les flots eussent
englouti ces meutes antropophages, stylées et dressées par des hommes,
contre des hommes (chap. II, pag. 53).»

Et ces hommes, comme nous l'avons dit plus haut, étoient des Espagnols,
chez lesquels, dit l'évêque Grégoire, les droits des nègres n'ont jamais
été problématiques.

«J'ai ouï assurer, dit encore l'évêque Grégoire, plus bas, que lors de
l'arrivée des chiens de Cuba à S. Domingue, on leur livra, par manière
d'essai, le premier nègre qui se trouva sous la main; la promptitude
avec laquelle ils dévorèrent cette curée, réjouit des tigres blancs à
figure humaine.»

Quant il s'agit de charger d'une nouvelle iniquité les malheureux
colons, les négrophiles ne sont pas à un anachronisme près. Le fait que
cite l'évêque Grégoire, dont nous avons aussi entendu parler, est arrivé
à une époque où, s'il existoit encore quelques colons à S. Domingue, ils
étoient frappés de la nullité la plus absolue, et n'avoient aucune part
à ce qui se passoit.

«Wimphen, qui écrivoit pendant la révolution, déclare, qu'à S. Domingue,
les coups de fouet et les gémissements remplaçoient le chant du coq
(chap. II, p. 53).»

Il n'y a qu'un mot à dire pour réfuter cette méchante inculpation. A
l'époque où Wimphen écrivoit (pendant la révolution), les nègres étoient
maîtres des blancs, comment en auroient-ils reçu le fouet?

      Ficta voluptatis causa sint proxima veris.

A plus forte raison, comment auroient-ils souffert «qu'une femme eût
fait jeter son cuisinier nègre dans un four, pour avoir manqué un plat
de pâtisserie. Avant elle, dit le même Wimphen, un autre planteur en
avoit fait autant.»

Plusieurs de nous avons habité S. Domingue pendant très-long-temps,
plusieurs autres y sommes nés, et ne sommes sortis de cette île
infortunée, qu'après l'arrivée des commissaires françois, époque trop
mémorable de la perte de la colonie; nous pouvons certifier, avec
vérité, que nous n'avons jamais entendu parler de ces deux horribles
forfaits. Quand bien même on pourroit en prouver l'existence: dans tous
les temps et dans tous les pays, n'y a-t-il pas eu des fous et des
barbares? Qu'en peut-on conclure contre la généralité des colons?
Robespierre a existé en France; qu'en concluera-t-on? Nous avons déjà
fait cette objection, et nous la répétons. Wimphen et l'évêque Grégoire
peuvent-ils supposer, que si le planteur qu'ils accusent de ce crime,
s'en est réellement rendu coupable, le gouvernement ne soit pas
intervenu, et n'ait pas fait un exemple tellement frappant dans sa
personne, qu'il eût effrayé l'américaine dont ils parlent, et l'eût
certainement détournée de se couvrir d'une pareille infamie. Ces
messieurs ignorent sans doute qu'un nègre cuisinier coûte dix à douze
mille francs, et que l'intérêt est un contre-poids bien puissant du
caprice et de la barbarie.

«En lisant Robin (qui a voyagé à la Louisiane et à la Floride), dit
l'évêque Grégoire, on voit que beaucoup de femmes créoles ont abjuré la
pudeur et la douceur, qui sont l'héritage patrimonial de leur sexe. Avec
quelle effronterie cynique elles vont dans les marchés visiter, acheter
des nègres nus, et qu'on transporte dans les ateliers, sans leur donner
de vêtemens pour se couvrir; ils sont réduits à se faire des ceintures
de mousse (chap. II, pag. 54).»

Nous ne sommes point allés à la Louisiane, ni à la Floride; mais d'après
ce que l'évêque Grégoire nous a dit de la nation espagnole, qu'elle
n'avoit jamais mis en problème les droits des nègres, nous étions bien
loin de soupçonner que les dames créoles de ces pays, qui sont presque
toutes espagnoles, eussent abjuré la pudeur et la douceur, au point que
le dit le voyageur Robin, et qu'elles aillent elles-mêmes visiter et
acheter leurs frères d'une teinte différente; mais nous pouvons
certifier, que dans les Antilles, quand les créoles n'ont ni mari, ni
frères, elles envoient leur régisseur et leur chirurgien pour visiter et
acheter les nègres dont elles ont besoin pour les cultures. Ces nègres,
comme le dit Robin, sont nus; mais pourrions-nous nous en rapporter à la
bonne foi des capitaines négriers, qui, d'après l'assertion même de
l'évêque Grégoire, ordonnent à leurs chirurgiens de donner aux nègres
des remèdes pour répercuter les maladies cutanées qu'ils pourroient
avoir, et qui feroient tort à leur vente? Ces mêmes nègres, s'ils
étoient habillés, ne pourroient-ils pas, sous leurs vêtemens, cacher des
vices naturels plus considérables que les maladies cutanées; nous
payions les nègres deux mille francs, et plus quelquefois, cela valoit
bien la peine de les visiter; et n'est-il pas des cas, en Europe, où
l'on visite aussi les blancs libres? Il est également certain, dans les
Antilles, qu'on ne mène les nègres, dans les ateliers, qu'après leur
avoir donné une chemise et un pantalon.

Le même voyageur Robin, pour donner le dernier coup de pinceau au joli
portrait qu'il vient de faire des créoles de la Floride et de la
Louisiane, ajoute, qu'elles renchérissent encore sur la cruauté des
hommes. Oh! M. Robin! ou vous n'aimiez pas les femmes, ou vous n'en
étiez pas aimé; cependant nous ne disconviendrons pas, que dans les
Antilles même, il se soit trouvé quelques femmes qui aient sorti de ce
caractère de douceur et d'humanité qui doit être l'apanage de leur sexe,
en ordonnant parfois des châtimens trop sévères: nous même avons gémi
sur cette bizarrerie de la nature, et avons essayé d'en chercher la
cause, que nous croyons avoir trouvé dans l'extrême sensibilité des
femmes; cela paroît un paradoxe. N'importe, nous allons développer notre
idée, s'il est possible. Chez les femmes, le système nerveux est
beaucoup plus délicat, plus susceptible d'ébranlement; de cette grande
susceptibilité, il résulte sans doute quelques avantages, mais elle
n'est pas exempte d'inconvéniens.

Nous avons observé les créoles, lorsqu'elles reviennent de France, où on
avoit coutume de les envoyer très-jeunes, pour y recevoir une éducation
plus soignée; nous avons observé les Européennes qui viennent pour la
première fois dans les colonies: les unes ni les autres ne pouvoient
supporter même l'idée d'un nègre que l'on faisoit fouetter; elles se
seroient trouvé mal, si elles eussent été forcées d'assister à ce
châtiment, qui, dans le vrai, ne devroit jamais être exécuté sous les
yeux d'une femme. Les nègres domestiques qui ont un tact particulier
pour connoître le caractère des blancs, et qui savent parfaitement
mettre à profit leurs foibles, ne manquent jamais d'abuser de la pitié
naturelle des créoles et des européennes qui ne les connoissent pas
encore; pendant quelques mois, ils le font impunément; on se plaint, on
se fâche, mais cela ne va pas plus loin: après avoir pardonné plusieurs
fois et que l'esclave tombe toujours dans la même faute, la patience se
lasse, la pitié diminue, on veut se faire servir, on commence par
menacer; les menaces sont toujours comptées pour rien par les nègres;
enfin, nos sensibles européennes, nos bonnes créoles sont forcées d'en
venir à des châtimens qui n'auroient pas eu lieu si les nègres, qui
s'étoient bien aperçus de leur foiblesse, n'eussent été dans la
persuasion qu'ils pouvoient impunément manquer à leurs devoirs: et les
châtimens qu'ordonnent, pour lors, ces dames détrompées, sont d'autant
plus sévères que leur patience, poussée à bout, leur amour-propre, piqué
d'avoir pardonné sans effet trop souvent, semblent trouver, dans ces
châtimens, une petite vengeance d'avoir été trop long-temps les dupes.
La vengeance est, dit-on, le plaisir des dieux; les foibles mortels se
donnent, aussi, parfois, ce petit passe-temps, mais ils vont quelquefois
trop loin, nous en convenons, ce qui nous autorise, en quelque sorte, à
faire une réflexion à cet égard (dont nous demandons pardon au
beau-sexe): nous voudrions que, dans les colonies, il existât un
règlement par lequel il ne seroit pas permis à une femme, de faire
châtier un nègre sous ses yeux; elle porteroit ses plaintes au
régisseur, qui proportionneroit le châtiment au délit. Nous connoissons
parfaitement les nègres d'après une expérience de plusieurs années, et
nous avons appris qu'avec eux il ne faut ni tort ni grace, il faut être
juste et ferme sans sévérité; si on est foible, ils en abusent; si on
les châtie sans raison, le dépit s'en mêlera, et comme ils ne
gagneroient rien à bien faite, ils feront mal; il est rare qu'ils le
fassent s'ils sont sûrs d'être punis. Nous avons vu des ateliers de 3 à
400 nègres, où il n'y en avoit pas six qui se missent dans le cas d'être
punis; encore c'étoit toujours, les mêmes qui voloient ou leur maître ou
leurs camarades: les régisseurs ne leur passoient rien et ils le
savoient bien, aussi leur manquoient-ils moins qu'au maître.

«Les nègres condamnés au fouet, continue Robin, sont attachés la face
contre terre entre quatre piquets (ch. II, p. 54).»

Cela est vrai; mais on n'emploie ce moyen que dans les cas où un nègre a
commis une faute grave, par exemple, pour le vol d'un boeuf, d'un
cochon, soit à un maître, soit à des voisins, soit à des camarades. Mais
nous demandons ce que l'on feroit en Europe, à un blanc libre, qui se
seroit rendu coupable du même crime? Dans beaucoup de pays, il seroit
condamné à la mort; dans d'autres, ce qui pourroit lui arriver de
moindre, ce seroit d'être marqué avec un fer rouge sur l'épaule, et
envoyé aux galères, après avoir été exposé attaché à un poteau sur un
échafaud, la face découverte, et ostensible à tout un peuple, qui vient
être témoin de son infamie. Avouez que cela équivaut bien à être attaché
la face contre terre entre quatre piquets. Voudroit-on donc que le crime
restât impuni, parce que c'est un nègre esclave qui l'a commis?
Pourroit-il exister des colonies avec un pareil régime? mais ce n'est
pas ce qui inquiète les négrophiles; nous nous rappelons encore de leur
phrase: _périssent plutôt les colonies, qu'un seul de nos principes_.
Comment n'ont-ils pas ajouté, et les colons aussi; hélas! ils le
pensoient, et cela est malheureusement arrivé. Tout a péri, colonies et
colons.

«Les enfans blancs, d'après le même Robin, font leur apprentissage
d'inhumanité; en s'amusant à tourmenter les négrillons (chap. II, pag.
55).»

Cela peut-être, chez les Espagnols, à la Louisiane et à la Floride, où a
voyagé M. Robin; mais rien de semblable ne se voyoit dans les Antilles.
Les petits négrillons s'amusoient avec les petits blancs, et se
traitoient absolument comme camarades, jusqu'à ce que les uns et les
autres fussent arrivés à un âge, ou il étoit nécessaire de faire sentir
au domestique, ou à l'esclave, la distance qui devoit exister entre lui
et le maître; mais les petits blancs conservoient toujours une affection
particulière pour eux, quelquefois leur donnoient le nom de frères, et
il n'étoit pas rare que les pères et mères, en mourant, léguassent la
liberté aux nègres enfans de la nourrice des leurs, qui avoient été
élevés avec eux.

«Quoique le cri de l'humanité s'élève de toutes parts contre les
forfaits de la traite et de l'esclavage, quoique le Danemarck,
l'Angleterre et les Etats-Unis repoussent «l'un et l'autre, on ose en
France, dit l'évêque Grégoire, en solliciter le rétablissement, malgré
les décrets rendus, et ces mots de la proclamation du chef de la nation,
«aux nègres de S. Domingue: _Vous êtes tous égaux et libres devant Dieu
et la république_ (chap. II, pag. 55).»

Malgré cela, on ose, dit l'évêque Grégoire solliciter encore le
rétablissement de l'esclavage à S. Domingue, et la continuation de celui
qui n'a cessé d'exister dans les autres colonies françoises.

Négrophiles exaltés, répondez-nous? qu'ont fait les nègres, au
commencement de la révolution, après que Polverel et Sonthonax leur ont
fait proclamer, par leurs maîtres mêmes, le funeste décret qui les
rendoit libres? Nous disons funeste; il l'a été pour les nègres mêmes.
Qu'ont-ils fait à une autre époque, lorsque le chef de la nation leur a
adressé la proclamation que l'évêque Grégoire vient de citer, qui leur
disoit: _Vous êtes tous égaux et libres devant Dieu et la république?_
Ils ont égorgé leurs maîtres, même ceux qui avoient proclamé leur
liberté, et qui avoient combattu avec eux pour la conserver. Les
commissaires, eux-mêmes, s'ils n'eussent fui, auraient été les victimes
de leur imprudence, pour ne rien dire de plus. Et c'est après une
pareille expérience, que l'évêque Grégoire sollicite, dans un nouvel
ouvrage, l'affranchissement des nègres dans les autres colonies, et ose
leur prédire de nouveau (voy. p. 281, ch. II), que bientôt le soleil
n'éclairera plus que des hommes libres sur les rivages des Antillles.

Colons de S. Domingue! victimes malheureuses des faux systèmes, et de
l'exaltation des négrophiles, votre sang, qui fume encore, celui de vos
pères, de vos femmes, et de vos enfans, dont le sol de S. Domingue est
encore rougi, n'est point un holocauste avec expiatoire, pour les
prétendus crimes des colons envers leurs esclaves; il faut de nouvelles
victimes, le négrophilisme les réclame, et c'est par la voix d'un
ministre des autels!

      Eh quoi! d'un prêtre est-ce là le langage?

Si au lieu d'employer son génie sa prodigieuse mémoire, son étonnante
érudition, sa raison, ses sentimens, sa religion, à composer des
volumes, pour faire connoître de nouveau, et remettre sous les yeux, des
nègres les crimes vrais, ou prétendus des colons de tous les pays,
l'évêque Grégoire eût employé tous ses talens, à combiner sagement un
plan, pour un affranchissement successif, raisonnable, possible enfin,
sans compromettre, ni la vie des nègres, ni celle des colons, dont la
majeure partie (quoi qu'en disent les négrophiles) n'a jamais mérité,
sous aucun rapport, le sort malheureux qu'elle a eue; il auroit eu des
droits à la juste reconnoissance, et à l'estime des blancs et des
nègres, les uns et les autres lui eussent érigé des autels. Mais non!
les négrophiles ont détruit l'édifice avant d'avoir aucuns matériaux
pour le reconstruire; et de quelle manière l'ont-ils renversé? en
établissant dessous une mine, dont l'effet a été si subit et si
terrible, que tous ceux qui étoient aux environs ont été ensevelis sous
ses décombres.

«Mais, objecte l'évêque Grégoire, les amis des noirs ne vouloient point
un affranchissement subit et général.»

Qu'importe aux colons qu'ils ne le voulussent pas, lorsqu'ils ont
effectué l'un et l'autre. Penser le bien et faire le mal, n'est-il pas
le comble de la déraison?

«Les planteurs, continue l'évêque Grégoire, ont repoussé avec
acharnement, les décrets par lesquels l'assemblée constituante vouloit
graduellement amener des réformes salutaires.»

S'il étoit vrai que les colons eussent pu repousser les décrets de
l'assemblée constituante, pour un affranchissement graduel, auroient-ils
accepté le décret de l'affranchissement subit et général qu'ils ont
proclamé eux-mêmes, par les ordres de Sonthonax, et qu'ils savoient bien
devoir entraîner la perte de la colonie? Certes, s'il eût été à leur
pouvoir de les repousser, ils l'auroient fait, et dans un autre temps,
la France leur auroit voté des remercîmens, comme un malade guéri de la
fièvre ardente, remercie ceux qui l'ont empêché de se précipiter par la
fenêtre.

N'est-ce pas une dérision de nous citer l'Angleterre et les Etats-Unis,
comme repoussant la traite et l'esclavage, lorsque ces deux nations ont
des colonies cultivées par des esclaves, et que, de l'aveu même de M.
Grégoire, ils font le commerce des nègres avec les autres îles, et vont,
pour cet effet, à la côte d'Afrique pour en traiter?

«Ces pamphlétaires parlent sans cesse des malheureux colons, et jamais
des malheureux noirs (chap. II, pag. 56).»

Puissions-nous dire de l'évêque Grégoire, qu'il parle toujours des
malheureux noirs, et jamais des malheureux colons!

«Les planteurs répètent que le sol des colonies a été arrosé de leurs
sueurs, et jamais un mot sur la sueur des esclaves.»

L'évêque Grégoire prouve bien, qu'il connoît peu le caractère de
l'esclave noir; s'il lui arrive de suer, c'est par la chaleur du climat,
et jamais par le travail qu'il fait pour le maître; aussi rien de plus
faux que le proverbe trivial, _travailler comme un nègre_. Un paysan
fait dans un jour plus de travail que n'en feroient quatre nègres; aussi
employoit-on dans les colonies deux cents nègres, pour cultiver un
terrain, que trente vignerons auroient pu entretenir, si toutefois le
climat permettoit aux blancs comme aux nègres d'Afrique, de braver les
ardeurs du soleil.

«Les colons peignent, avec raison, comme des monstres, les nègres de
S.-Domingue, qui, usant de coupables représailles, ont égorgé des
blancs, et jamais ils ne disent que les blancs ont provoqué ces
vengeances, en noyant des nègres, en les faisant dévorer par des chiens
(chap. II, p. 56.).»

Il falloit encore un anachronisme, pour excuser la barbarie des nègres
envers les colons de S.-Domingue; l'évêque Grégoire n'est pas à cela
près, ce sont ses lieux communs; peut-il, cependant, ignorer que les
premiers massacres des colons ont été exécutés plusieurs années avant
les noyades de nègres, et avant que l'on eût fait venir des chiens, pour
s'en servir contr'eux, dans la guerre qu'on a été forcé de leur faire,
et les derniers massacres des blancs qui ont eu lieu à l'arrivée des
François à S. Domingue, en 1802, ont été la cause et non l'effet des
fusillades et des noyades des nègres, par les François arrivant, qui ont
voulu venger la mort des colons leurs frères, dont les cadavres mutilés,
jonchoient encore les grands chemins au moment de leur débarquement. Les
massacres des blancs par les nègres ne sont donc pas des représailles:
et quelles étoient les victimes dont le sang fumoit encore? Nous l'avons
dit plus haut, ceux même qui après leur avoir donné la liberté, aveuglés
par une malheureuse confiance, avoient eu l'imprudence de rester avec
eux pendant la révolution, et de faire cause commune contre les ennemis
de leur liberté; et ces montres d'ingratitude trouvent encore des
panégyristes!

Ce dernier trait de leur férocité ne suffiroit-il pas pour, sinon
légitimer, au moins excuser le sentiment de ceux qui veulent qu'on
replonge dans l'esclavage cette nation barbare, qui n'est point encore
parvenue au degré de civilisation nécessaire pour jouir de la liberté?
La punition ne seroit-elle pas encore trop douce, ce seroit notre avis,
si nous n'étions pas convaincus, que la totalité des nègres ne fût point
coupable des crimes horribles que leurs scélérats chefs ont ordonné à
quelques-uns d'eux, et qu'ils les ont forcés de commettre. Ne
serions-nous pas nous-mêmes taxés, avec raison, de l'ingratitude la plus
marquée, si nous ne publiions pas hautement que la majeure partie de
nous, qui végétons encore sur cette terre de douleur, devons l'existence
à des nègres, qui ont compromis leur vie pour sauver la nôtre? Ils ne
haïssoient donc pas autant leurs maîtres que veulent le faire croire les
négrophiles.

«L'érudition des colons est riche de citations en faveur de la
servitude, personne mieux qu'eux ne connoît la tactique du despotisme
(chap. II, pag. 56).»

Ne diroit-on pas, à entendre l'évêque Grégoire, que ce sont les colons
qui ont institué l'esclavage? n'existoit-il pas long-temps avant la
découverte du nouveau monde? n'auroit-il point, comme le dit Firmin,
pour origine, la loi naturelle, qui est la loi du plus fort, et qui
exista de tout temps? Un vainqueur, un conquérant, chez un peuple encore
sauvage, fait des prisonniers, qu'en fera-t-il? S'il les renvoie, il
aura toujours la guerre à recommencer; il les tue, quelquefois les
mange; un commencement de civilisation, une population plus nombreuse,
amènent un autre ordre de choses; les productions naturelles, ne pouvant
plus suffire aux besoins de tous, que fera pour lors le vainqueur? Au
lieu de tuer ses prisonniers, il les condamnera à travailler pour lui.
Nous croyons que c'est là l'origine de l'esclavage, nous pouvons
certainement nous tromper; mais on ne peut contester qu'il existe, de
temps immémorial; ce qui est à nos yeux un argument concluant, pour en
prouver, sinon la légitimité, au moins la grande utilité, pour ne pas
dire la nécessité. D'après M. Grégoire même, nous pourrions dire que
l'esclavage est juste, puisque, selon lui, il n'y a d'utile et de
durable que ce qui est juste. Or, qu'il nous assigne une époque où
l'esclavage n'existoit pas? Nous le regardons comme une fatalité
attachée à la malheureuse espèce humaine; et s'il y a quelque
probabilité de pouvoir l'y soustraire, ce ne pourroit être que par la
civilisation générale; or, est-il au pouvoir des hommes de civiliser
tous les peuples de l'univers? et l'histoire ne nous apprend-elle pas,
que ceux même qui ont atteint le plus haut degré de perfection, sous ce
rapport, et qui en ont joui pendant plusieurs siècles, à certaines
époques, retombent dans la barbarie? Si le règne de Robespierre avoit
continué, la France n'étoit-elle pas sur le point d'en offrir elle-même
un exemple terrible? Or, l'esclavage existoit avant qu'il y eût des
colons, car le vendeur existe avant l'acheteur; ce sont donc ces mêmes
François qui nous ont vendu les nègres, pour en faire des esclaves, qui
se sont arrogés le droit étrange de les affranchir, sans aucune
indemnité; en avoient-ils le droit? Nous ne pouvons mieux faire, que de
rapporter mot pour mot, ce qu'un de nous a écrit sur ce sujet, dans un
ouvrage trop peu connu [9].

[Note 9: _Réflexions sur la liberté des nègres_, dans les colonies
françoises, par Barnabé o'Schiell.]

«Si le nègre n'a jamais pu ni dû être esclave, on n'a jamais été fondé à
me le vendre. Vous donc, métropole, qui avez autorisé cette vente, et
vous, négociant, qui l'avez consommée, vous nous avez également trompés,
et l'un et l'autre, si ce n'est tous les deux, et vous nous devez
indubitablement une indemnité quelconque, parce que rien n'a pu me faire
perdre le droit de garantie que la vente m'a conféré. Si nous sommes
coupables, pour nous être prêtés à une acquisition odieuse et
attentatoire aux droits de l'homme, l'êtes-vous donc moins, vous autres
tous, qui en avez été les premiers mobiles, qui y avez participé en tout
point et librement, et en avez retiré d'avance tous les profits?
Faudra-t-il que nous supportions, nous colons, nous seuls, tout l'odieux
et toute la charge d'un marché qui nous est commun? Que plusieurs
peuplades de nègres se fussent concertées sur les côtes d'Afrique, pour
venir affranchir leurs frères des iles, ou que parmi ces derniers,
plusieurs se fussent réunis en armes, pour faire la conquête de leurs
droits, ces efforts eussent été bien légitimes, et autorisés par la même
loi de la nature, qui les avoit rendus esclaves; mais que la même nation
qui, sous une forme de gouvernement, a autorisé l'esclavage, s'est
enrichie, elle et une foule de citoyens, par ce genre de trafic, veuille
sous une autre forme le proscrire, en privant tous les possesseurs
actuels d'esclaves de tout dédommagement quelconque; ce n'est pas suivre
les lois de la nature, mais celle des tyrans qui veulent ériger leurs
décisions en lois, et leur force en droit. C'est un reproche que nous
avons le droit de faire à l'assemblée constituante, et nous lui
demanderons si l'intérêt de la classe noire, qui a bien prouvé qu'elle
étoit étrangère aux Antilles, comme à la France, devoit prévaloir
exclusivement sur l'intérêt de la classe blanche, infiniment plus
nombreuse par tous les rameaux qui vont s'implanter jusque dans le sein
de la métropole, et qui lui est attaché par tous les liens du sang, et
par les intérêts les plus chers? Les droits des nègres étoient-ils
tellement sacrés, qu'ils dussent effacer et anéantir radicalement tous
ceux des blancs? Au moins devoit-on chercher à concilier les uns et les
autres?»

Comme l'ouvrage de l'évêque Grégoire ne ressemble pas mal à un habit
d'arlequin, dont les pièces de toutes couleurs, ramassées dans les
quatre coins du monde sont, à la vérité, très-artistement cousues; nous
allons aussi essayer à faire un petit habillement de plusieurs pièces.
Mais qu'on n'exige pas de nous la perfection d'un maître comme M.
Grégoire; nous ne sommes que des petits garçons tailleurs sans
prétentions: aucun de nous n'est patenté. _Non licet omnibus adire
Corinthum_.

Nous revenons à l'article esclavage. Comme la majeure partie des
reproches que fait l'évêque Grégoire aux colons leur a déjà été faite
par les Raynal, les Valmont de Bomare et autres prétendus philosophes du
siècle passé, nous ne croyons pouvoir mieux faire que de citer la
réponse qu'un de nous leur a faite dans l'avant-propos d'un ouvrage
qu'il a publié sous le titre de Flore des Antilles: comme cet ouvrage,
par son luxe typographique, et par la belle exécution des gravures,
n'est pas à la portée de tout le monde, par son prix, nous croyons faire
plaisir au public, en lui mettant sous les yeux le tableau fidèle de
l'esclavage des nègres dans les Antilles, et les réflexions de l'auteur
sur les différentes causes de la perte de S.-Domingue, dont la
principale a été l'affranchissement subit des esclaves.....

«Avant de parler (dit l'auteur) d'un sujet qui réveille de si douloureux
souvenirs, je prie le lecteur de se transporter à l'époque ou j'ecrivois
en 1792. Qu'il s'imagine être avec moi sur les bords de l'Artibonite,
dont les eaux, teintes du sang des malheureux colons, entraînoient vers
la mer leurs cadavres mutilés: qu'il fixe, s'il en a la force, ces
tourbillons de flamme couleur de sang, qui dévoroient leurs habitations;
qu'il sache que les poignards et les torches de ces infâmes assassins,
avoient été mis entre leurs mains contre les colons, par..... oserai-je
le dire? Si, d'après ce spectacle affreux, le lecteur trouve trop amer
le fiel dans lequel j'ai trempé ma plume, il est indigne de la qualité
d'homme, il n'a point d'ame: peu m'importe son suffrage ou son blâme!
(Flore des Antilles, discours préliminaire, page 18.).»

D'après les produits précieux des colonies, dont quelques-uns sont
devenus en Europe des objets de première nécessité (vérité qu'on ne peut
raisonnablement contester), comment expliquer le peu d'importance qu'on
a mis, pendant la révolution, à la conservation de ces mêmes colonies?
«N'avons-nous pas Orléans qui nous fournira du sucre (ont crié, d'une
voix de Stentor, ces faux patriotes, aussi ignorans qu'exaltés)? Nos
chimistes, éclairés par le flambeau du patriotisme, ne nous ont-ils pas
appris que ce sel sucré, qui fait nos délices, ne se trouve pas
exclusivement dans la canne à sucre; ne possédons-nous pas, dans notre
territoire, des betteraves, des carottes, des poires, des raisins, des
bouleaux, qui nous fourniront abondamment cette substance qui doit
perdre toute sa douceur auprès des bons patriotes, lorsque l'on
considère qu'elle a été arrosée de la sueur, que dis-je? du sang des
malheureux Africains que l'on a la cruauté d'enlever à leur patrie? (_à
laquelle ils ne peuvent être attachés, puisqu'ils y naissent les
esclaves d'un despote atroce qui a sur eux le droit de mort, et qui en
use quand son caprice ou son intérêt le demande._) d'enfans qu'on
arrache impitoyablement des bras de leurs pères et mères (_qui les
vendent eux-mêmes, lorsqu'ils ont des besoins et qu'ils sont assez forts
pour les livrer._), des pères et mères que l'on enlève à leurs enfans
(_qui les vendent aussi quand ils peuvent, ou les massacrent sans pitié,
lorsqu'ils deviennent trop vieux, et qu'ils_ sont hors d'état de
pourvoir eux-mémes à leur subsistance particulière, et se soustrayent,
par cette atrocité, au plus saint et au plus doux des devoirs, de
nourrir dans leur vieillesse ceux qui ont pourvu à leurs besoins pendant
leur jeune âge.), des malheureux que l'on enlevé à leurs douces
habitudes (qui n'en ont d'autres que de se faire une guerre continuelle,
ou pour se défendre eux-mêmes ou pour le despote dont ils sont esclaves,
et dont la chance, s'ils sont faits prisonniers, est d'être massacrés,
si le vainqueur ne trouve pas à les vendre). Oh! philantropes ignorans,
s'il vous étoit possible de mettre en parallèle l'esclave africain avec
celui de S. Domingue, dont le sort vous est absolument étranger, et,
dont vous parlez en aveugles; vous seriez forcés de convenir que,
puisqu'il est impossible de civiliser les Africains chez eux, c'est une
grande amélioration dans leur sort que de devenir les esclaves d'un
peuple civilisé, chez lequel ils sont, à la vérité, asservis à un
travail journalier, mais qui, plus heureux que les blancs européens sans
propriété, ont une subsistance assurée pour toute leur vie; pendant leur
enfance, pendant leur vieillesse, pendant leurs maladies; d'un côté, je
vois l'esclave de nom, de l'autre, l'esclave de la nécessité: si ce
n'est l'humanité, c'est au moins l'intérêt qui adoucit le sort du
premier; quelle ressource trouve le second dans votre prétendue
philantropie? le payez-vous, l'habillez-vous, le nourrissez-vous,
lorsque l'enfance, la vieillesse ou les infirmités, le mettent hors
d'état de vous donner en échange un travail beaucoup plus pénible que
celui de nos nègres? vous chargez-vous, dans ces circonstances
fâcheuses, de pourvoir aux besoins pressans de sa famille infortunée?
Non, non! Votre hypocrite philantropie a pour objet un peuple sauvage à
deux mille lieues, qui vous a prouvé de plus d'une manière qu'il
dédaignoit votre fausse pitié, et qui, lorsque vous lui avez mis les
armes à la main et fait connoître sa force, les a tournées contre
vous-mêmes, et vous a prouvé sans réplique que celui qui a la témérité
de démuseler un ours, avant de l'avoir apprivoisé, en est presque
toujours la première victime; vous l'auriez été, oh monstres! que je
n'ose nommer, de crainte de souiller ma plume, si vous n'aviez pris le
parti de fuir devant Toussaint, qui voyoit en vous des hommes plus
ambitieux que lui. Mais, qu'eussent été quelques victimes infâmes, pour
expier le sang des milliers de victimes innocentes que vous avez fait
sacrifier, dirai-je, par votre philantropie? non; ce sentiment étoit
trop pur pour entrer dans vos ames: dirai-je par un faux système? non;
vous n'en fûtes jamais dupes: mais par la soif inextinguible de l'or des
malheureux colons:

    Auri sacra fames! quid non mortalia pectora cogis?

Vous avez réduit ces infortunés, après les avoir fait languir dans les
fers, à venir mendier dans un empire où, jadis, ils portèrent
l'abondance et la prospérité. [10] Toussaint, l'atroce et hypocrite
Toussaint, fut moins coupable que vous: un tigre déchaîné par une main
imprudente, obéit au penchant irrésistible de la nature. Que j'ai honte
de la couleur de ma peau! disoit un jour un de ces fourbes philantropes
dans une orgie patriotique, en s'extasiant sur la couleur noire, de la
peau visqueuse d'un gros vilain nègre Congo, qui exhaloit à la ronde une
odeur si fétide, que plusieurs des convives, malgré leur civisme,
étoient sur le point de faire le sacrifice de leur dîner à cet arôme
fraternel. Non! monstre infâme! ta peau ne devoit pas être blanche, elle
devoit être teinte du sang des innombrables victimes qu'a fait immoler
ta rage révolutionnaire. Vous êtes la race primitive, disoit-il à tous
les nègres, vous êtes le type du genre humain, les blancs ne sont qu'une
race dégénérée; reconnoissez enfin, reprenez votre dignité, et que la
race coupable qui vous a avilis jusqu'à ce jour, vous cède enfin un pays
dont vous êtes les indigènes (selon lui, les nègres et les hommes de
couleur étoient les indigènes de S. Domingue), ou que, périssant victime
de son opiniâtreté, elle serve d'un exemple frappant à la postérité.
N'étoit-ce pas mettre le poignard, dans les mains des nègres, contre les
blancs? Peu de jours après les massacres commencèrent, et les monstres
qui avoient prêché l'insurrection, voyageoient en sûreté parmi les
assassins.

[Note 10: Plusieurs de ceux qui ont été incarcérés par eux, sont à
Paris..... plusieurs sont morts dans les prisons.]

Parmi toutes les causes qui ont produit l'insouciance des François pour
les colonies, et qui ont amené leur perte, qu'on ne ressent que depuis
qu'elle est consommée; il en est qu'il n'est plus permis de rappeler,
depuis que le règne de la raison a succédé à celui de l'exaltation: mais
aussi il est des systèmes dangereux, qui s'opposeroient à leur
rétablissement indispensable, si l'on ne prémunissoit contre eux les
personnes qui n'ont pas les connoissances locales nécessaires pour se
défier des innovations. Un auteur, à la pureté des intentions duquel je
rends justice, M. de Cossigni, mais qui lui-même est dupe de son zèle
patriotique, a proposé de cultiver les cannes à sucre en France; il ne
met même pas en question si ces cannes pourront acquérir le degré de
maturité nécessaire pour produire le sel essentiel que l'on nomme sucre;
et malgré les objections sages et bien raisonnées du ministre de la
marine (M. Forfait), il a persisté à proposer le moyen de faire réussir
ce projet dangereux dans son exécution, supposé qu'il fût possible. Il a
été démontré par l'expérience, que même dans les contrées méridionales
de la France, en Provence, où l'on avoit introduit la canne à sucre, on
a été forcé d'en abandonner la culture, parce que les produits
n'équivaloient pas aux dépenses de l'exploitation. En Espagne même,
plusieurs capitalistes ont dérangé leur fortune en établissant des
sucreries, le climat est cependant beaucoup plus favorable que celui de
la France, mais la main d'oeuvre est trop chère. Il faut partir d'un
principe: une culture ne peut être avantageuse, qu'autant qu'elle sera
favorisée par le climat et par le sol; et j'oserois prédire la ruine de
la France, et en même temps celle de nos colonies, du jour où l'on
adopteroit le faux système de planter des cannes à sucre en France, et
du blé et des vignes dans les colonies. Consultons la nature; ce guide
ne nous égarera jamais. Nunquam aliud sapientia, aliud natura dicit.
Elle a désigné le pays où doivent habiter certains animaux, où doivent
croître certains végétaux; changez cet ordre, tout sera bouleversé.
L'animal languit ou meurt; la plante à peine végète; il faut, aux
Antilles, des jardins couverts pour les plantes d'Europe, afin de les
soustraire aux rayons trop directs d'un soleil dévorant; il faut, en
Europe, des serres chaudes pour les végétaux des Antilles, pour les
garantir de la rigueur des hivers. L'Européen, en cherchant l'ombre et
la fraîcheur, à S. Domingue, a bien de la peine, malgré toutes ces
précautions, à se soustraire à l'influence d'un climat, qui n'est
dangereux pour lui qu'en sa qualité d'Européen. L'Américain des
Antilles, quelques moyens qu'il emploie pour lutter contre les frimas de
l'Europe, est exposé à des maladies qu'il n'eût jamais éprouvées dans
son pays natal, et périt en sa qualité d'Américain. Il ne faut cependant
pas prendre trop strictement la maxime, qu'il n'est pas avantageux de
transporter des animaux, ou des végétaux, d'un climat dans un autre, et
d'essayer à les y naturaliser; il est d'heureuses exceptions. Parmi les
animaux, il en est qui s'accommodent de tous les climats, et qui peuvent
y devenir très-utiles. Il est également des végétaux constitués d'une
manière, qu'ils peuvent supporter le soleil brûlant des zones torrides,
et qu'ils ne craignent pas les glaces des zones tempérées. Mais
souvenons-nous d'être sagement entreprenans, et ne donnons hospice aux
étrangers, dans ces deux genres, qu'autant que le nombre en sera peu
considérable d'abord, et que nous pouvons sans danger en étudier les
bonnes ou mauvaises qualités, avant de leur donner des lettres de
naturalisation. Parmi les végétaux exotiques, un de ceux que je crois
pouvoir être cultivé en France, dans les parties méridionales, est le
coton, mais, le coton herbacé seulement, qui peut, en cinq mois,
produire son fruit; car, quant à toutes les autres espèces, même dans la
zone torride, il leur faut huit à neuf mois.

On doit encore mettre au rang des causes les plus directes de la perte
des colonies, les écrits des prétendus philosophes; entr'autres, de
Raynal, de Valmont de Bomare, et des Grégoire. Ah! Raynal! dont
l'éloquence captieuse présente trop souvent, pour la vérité, les rêves
aune imagination exaltée, je vais analyser de sang-froid les calomnies
atroces que tu as vomi contre les colons, et les reproches mal fondés
que tu leur as faits; reproches dont les conséquences malheureuses ont
amené la révolution de ce pays infortuné; révolution aussi funeste aux
nègres, qui paroissoient en être l'objet, et dont elle a presque anéanti
la race, qu'à la France, dont elle a ruiné le commerce.

Qu'êtes-vous, me dira-t-on, pour oser, avec une foible plume, lutter
contre Raynal? La colombe ne doit-elle pas fuir devant l'aigle? A cela,
je répondrai, que la véritable beauté ne tire pas son éclat des riches
vêtemens, elle brille par elle-même; telle est la vérité, dont le
flambeau me servira toujours de guide. Ah! combien est dangereux un
auteur, qui, fascinant nos sens, par les charmes de sa diction, les
maîtrise et entraîne notre raison par le torrent de son éloquence. Quel
poison subtil se mêle au doux parfum des fleurs qui embellissent le
vaste champ de son érudition!

Protée dangereux, est-ce bien le même homme? est-ce bien Raynal qui
entre dans le temple de Gnide, pour y dérober la palette de l'Amour, et
les pinceaux de la Volupté, avec lesquels il peint le tableau séduisant
des Bailladères de Surate, qui delà descend dans l'antre de Vulcain,
pour y faire forger des lances, des poignards, pour y allumer des
torches qu'il met dans les mains des esclaves, contre des maîtres, dont
la majeure partie cherchoit à adoucir leur sort, et qui les ont achetés
de ces mêmes négrophiles, qui jouissent sans remords du produit de ce
trafic, et qui osent encore réclamer des colons ce qu'ils peuvent leur
devoir pour l'acquisition d'une propriété dont leur système les a
privés.

Je les ai vus, ces négrophiles de mauvaise foi, savourer avec volupté du
café dans lequel ils avoient mis avec profusion, ce sucre qui, selon
eux, est teint du sang des malheureux Africains; soyez donc conséquens;
si vous voulez me persuader.

Ah! Raynal! si les âmes dégagées de leur enveloppe mortelle, peuvent
encore être affectées de quelque passion, et qu'elles puissent en donner
des signes dans la région que tu habites, ne dois tu pas être obsédé par
la foule innombrable des ombres plaintives des malheureuses victimes que
ta philosophie exaltée et ton système impolitique ont précipitées dans
l'abîme du tombeau. Instruit par l'expérience, et détrompé à un âge plus
mur, tu as reconnu l'erreur de ton système et les malheurs qui pouvoient
en dériver; tu as chanté la palinodie et fait amende honorable aux
malheureux colons; mais il n'étoit plus temps, le poison fatal avoit
déjà pénétré, le mal étoit sans remède.

Interprète et vengeur, si je le puis, de tous mes frères les colons des
Antilles, je vais entreprendre, non de les disculper, car le plus grand
nombre ne fut jamais coupable; mais de démontrer aux yeux de l'Europe,
combien sont peu fondés les reproches que leur ont faits les philosophes
négrophiles. Je commencerai par Raynal. Vérité sainte, je t'invoque et
fais le serment, sur tes autels, de ne jamais marcher qu'à la lueur de
ton flambeau.

«Il est des colons barbares qui regardent la pitié comme une faiblesse;
se plaisent à tenir la verge de la tyrannie; toujours levée sur leurs
esclaves (Histoire philosophique, tom. III, pag. 175).»

Quel homme même, d'un sens ordinaire, examinant de sang-froid et sans
prévention, cette inculpation ridicule, pourra se persuader qu'il se
trouve dans le monde une contrée, où les hommes, ne connoissant ni les
sentimens d'humanité, ni cette passion impérieuse, l'intérêt, sacrifient
leur bonheur et leur fortune, au plaisir atroce de tourmenter des êtres,
sans aucune utilité, que de satisfaire leur caprice.

«Ils ne donnent, continue Raynal, que très-peu de nourriture à ces
malheureux esclaves, encore est-elle de mauvaise qualité (tom. III, pag.
177).»

Vous n'avez sans doute jamais connu de laboureur assez fou, assez ennemi
de lui-même, pour priver, par spéculation ou par caprice, ses boeufs ou
ses chevaux de la nourriture nécessaire, tant pour leur existence, que
pour réparer les pertes qu'ils font en travaillant, et leur donner des
forces nouvelles; et après les avoir fait jeûner, se repaître du plaisir
extraordinaire de les frapper du matin au soir? pensez-vous, qu'avec de
pareils moyens, les boeufs fussent long-temps capables de labourer? Les
nègres sont-ils pour le physique bien différens des boeufs dont je viens
de parler? Et si les colons des Antilles ne leur donnoient que très-peu
de nourriture, et encore de mauvaise qualité, la nature outragée ne
mettrait-elle pas un terme très-court à cette manière bizarre d'agir, et
le moral, vivement affecté, se joignant au physique mutilé, les nègres
vivroient-ils bien long-temps? Et dans la supposition qu'ils puissent
résister à des châtimens réitérés, et à une diète austère, comment
pourroient-ils suffire à des travaux pénibles que Raynal exagère chaque
fois qu'il en trouve l'occasion?

Que tous ceux que Raynal pourroit avoir persuadés sachent que chaque
nègre esclave, outre la portion de vivres que lui fournit l'habitation,
qui serait plus que suffisante pour sa subsistance, possède encore un
jardin particulier, où il cultive du tabac, du ris, des giraumonts, des
pois de toute espèce, qu'il va vendre les dimanches au marché des
blancs, dans les villes ou dans les bourgs, preuve incontestable qu'il
n'en a pas besoin pour vivre. Il possède aussi des cochons qu'il
engraisse; il en tue de temps en temps, en fait fondre la graisse qu'il
vend aux blancs; il coupe la chair par morceaux et va la vendre dans les
habitations voisines, et il en réserve pour lui, dont il fait du
petit-salé. J'oserois avancer qu'il n'y a pas de nègre, lorsqu'il est
laborieux, qui, de son tabac, de son riz, de ses cochons, de ses poules,
ne se fasse un revenu de plus de mille francs, tous les ans.

Si l'on en croyoit Raynal, un atelier d'esclaves nègres n'offriroit aux
yeux qu'un troupeau dégoûtant de squelettes mutilés, poignardés,
couverts de cicatrices, sans aucune énergie, sans vigueur et sans
courage. Eh bien! suivez ces mêmes nègres au jardin, lorsqu'ils sont à
planter une pièce de cannes, qui est le travail le plus pénible qu'ils
aient jamais à faire, vous verrez des hommes vigoureux, à poitrine
large, à muscles fortement prononcés, faisant, à chaque coup de houe,
trembler au loin la terre autour d'eux. Suivez-les encore, quand ils
sortent de ce travail le samedi au soir; ils se rendent à leurs cases,
et après avoir pris un bain de propreté, ils mangent leur calalou, leur
morue, ou leur petit-salé, ou du poisson frais qu'ils ont pêché dans les
heures d'intervalle de leur travail, ils boivent du taffia, font leur
toilette, et vont au _calenda_ (c'est ce que nous appelons un bal),
passer la nuit à danser. Observez-les dans leurs danses, examinez la
souplesse de tous leurs mouvemens, leurs différentes attitudes, la
passion et la gaieté qui règnent dans leurs chants; et, si vous êtes de
bonne-foi, je vous demanderai si des hommes excédés de fatigue par un
travail au-dessus de leurs forces, exténués par le défaut de nourriture,
macérés par les coups de fouet d'un commandeur féroce, peuvent se livrer
à un exercice qui, outre qu'il exige des forces corporelles, n'annonce
certainement pas un moral vivement affecté d'une condition, peut-être
malheureuse sous quelques rapports et comparativement, mais, sur
laquelle ils ne réfléchissent jamais, parce qu'ils sont nés dans cet
ordre de choses....

«Le suicide, dit Raynal, est très commun parmi les nègres (ch. III, p.
44).»

S'il eût habité pendant plusieurs années les Antilles, il eût su que si
quelques nègres se donnent la mort, ce sont particulièrement ceux de
nation mina et ils ne le font que peu de jours après leur arrivée dans
les colonies, et lorsqu'ils sont encore incertains du sort qu'on leur
prépare; quelques-uns se persuadent que les blancs les ont achetés pour
boire leur sang; d'après cela, comme ils croient à la résurrection, ils
pensent, qu'en se donnant la mort, c'est un moyen de retourner dans leur
pays. Ce ne sont donc pas, comme le dit Raynal, les mauvais traitemens
de leurs maîtres qui les portent à cela; car on a encore un soin bien
plus particulier des nègres nouvellement arrivés, que des anciens qui
peuvent se pourvoir par eux-mêmes de tout ce qu'ils ont besoin. Le
suicide, parmi les nègres créoles, est très-rare, et la seule cause qui
les y porte, est la jalousie, passion beaucoup plus commune et plus
exaltée dans les zones torrides. Eh, ne voyons-nous pas, parmi les
blancs d'Europe, des exemples trop fréquens du dégoût d'un pèlerinage
dans ce bas monde, dont les routes ne sont pas toujours semées de
fleurs; et que seroit-ce, s'ils étoient persuadés, comme les nègres,
qu'ils dussent ressusciter dans un nouveau monde, où tous leurs goûts
seroient flattés, et leurs passions satisfaites.

«Les nègres, dit encore notre philantrope, se vengent des mauvais
traitemens de leur maître, en empoisonnant leurs camarades, ou lui-même.
Ils sont, dit-il, dès l'enfance, instruits dans l'art des
empoisonnemens.»

Des causes bien différentes entr'elles portent les nègres à se servir de
poison: les mauvais traitemens d'un maître barbare en sont la cause la
plus rare; car l'expérience apprend aux Antilles, que plus les esclaves
ont à craindre de la rigueur d'un maître sévère, et moins ils se
décident à lui manquer. Cela me semble dans la nature. Tandis que les
colons, qu'on nomme _gâte-nègres_, parce qu'ils sont faibles à leur
égard, sont presque toujours la victime des bontés mal entendues qu'ils
ont pour eux; les nègres font une grande différence entre le tyran
auquel ils obéissent par crainte; l'homme humain, ferme et juste, auquel
ils obéissent sans peine, et l'homme pusillanime et sans caractère,
qu'ils méprisent, et dont ils font tourner tous les foibles à leur
profit.

Je rapporterai ici une cause d'empoisonnement, que l'on croira sans
doute inventée à plaisir; elle n'en est pas moins vraie. Beaucoup de
nègres périssoient depuis quelque temps sur une habitation, le
chirurgien et médecin (car on est l'un et l'autre dans les Antilles)
avertit le propriétaire, que le poison en étoit la seule cause; on fait
des perquisitions, enfin, on découvre le coupable, on s'en saisit;
c'étoit le commandeur (l'on nomme commandeur, le nègre qui dirige les
travaux de l'habitation, d'après les ordres qu'il reçoit du maître). Le
commandeur avoue tout; on lui demande la raison d'une conduite aussi
atroce; sa réponse extraordinaire fut, qu'aimant beaucoup son maître, et
en recevant tous les jours de nouveaux bienfaits, il avoit appris qu'il
se préparoit à partir pour la France, et qu'il avoit cherché à le rendre
pauvre en empoisonnant ses nègres, pour le mettre dans l'impossibilité
d'exécuter son projet. J'ai connoissance qu'un nègre domestique, fort
attaché à son maître, crut lui en donner une preuve non équivoque, en
empoisonnant son frère, pour lui en procurer l'héritage. En général, les
empoisonnemens ne sont point aussi fréquens que veulent le persuader les
négrophiles; et les nègres ne sont point, comme le dit Raynal,
instruits, dès leur enfance, dans l'art des empoisonnemens. Une remarque
bien essentielle qui prouve le contraire, c'est que, par l'ouverture de
plusieurs individus empoisonnés, nègres ou blancs, on a découvert que le
poison étoit de l'arsenic. Si les nègres, comme le prétend Raynal,
étoient instruits dans la connoissance des plantes délétères,
s'exposeroient-ils, ou à voler de l'arsenic dans une pharmacie qu'on
auroit imprudemment laissée ouverte, ou chercheroient-ils à tenter par
de l'argent, la cupidité d'un pharmacien, qui, s'il ne se trouvoit pas
malhonnête, pourroit les perdre? Il est bien à désirer que le
gouvernement s'oppose à l'avenir à l'introduction dangereuse de ce métal
meurtrier dans nos colonies; ne vaut-il pas mieux avoir des rats de
plus, que des nègres de moins: d'ailleurs, nous n'avons point dans les
Antilles de manufacture qui ait besoin d'employer cette drogue
malfaisante.

«_Rien de plus affreux, dit notre négrophile Raynal, que la condition du
noir en Amérique_.»

Si ce n'est celle du blanc Européen, sans propriétés et sans talens,
lorsqu'il est vieux, malade ou infirme. Et combien sont dans ce cas là?

      «Une cabane étroite, malsaine, sans commodités lui sert de
      demeure.»

Dans la majeure partie des habitations, les cases des nègres sont plus
grandes, plus propres, plus commodes que celles d'un tiers des habitans
de l'Europe; n'est-il pas du plus grand intérêt de mettre à l'abri des
intempéries de l'air, des individus que la cupidité des négocians
européens nous fait acheter au poids de l'or. La paille qui couvre les
cases des nègres, les met dans l'été à l'abri des fortes chaleurs, bien
mieux que ne feroient des tuiles qui, une fois pénétrées par le
calorique, le conservent long-temps, même jusque pendant la nuit; elle
fait aussi une couverture bien plus impénétrable aux grosses pluies
d'orage, dont souvent on n'est pas garanti par les tuiles ou les
ardoises; la paille résiste aussi bien mieux à l'impétuosité du vent,
qui, une fois qu'il a soulevé quelques tuiles, les a bien vite enlevées
toutes. Enfin, la paille offre tant d'avantages que presque tous les
anciens colons, préférant la salubrité et la commodité au luxe, avoient
encore, à l'époque de la révolution, la case particulière, où ils
couchoient, couverte en paille. Les feuilles de latanier remplissent
parfaitement cet objet, et on ne manque pas de leur donner la
préférence, lorsqu'on est à même de s'en procurer.

«Les lits des nègres, dit Raynal, sont des claies plus propres à briser
le corps qu'à le reposer.»

De quoi est donc composé le fond des lits des blancs malheureux en
Europe? n'est-il pas aussi de bois? combien j'en ai vu qui n'étoient
autre chose que des sarmens de vigne. Vous êtes vous occupé, philantrope
Raynal, de leur procurer une couche plus molle? Nos nègres se servent de
nattes épaisses qui les empêchent de ressentir le bois, et tous ceux qui
ne sont pas insoucians pour leurs aises, ont des paillasses de paille de
maïs, même des couvertures; et ils ont de moins, que vos blancs
malheureux, à se garantir de la rigueur des hivers.

«Quelques plats de bois, quelques pots de terre forment l'ameublement
des nègres.»

Quand cela seroit vrai, les paysans, les journaliers de France, enfin,
les blancs sans propriétés, mangent-ils dans de la porcelaine? J'ai vu
chez eux aussi des écuelles de bois, et leurs pots à soupe, quand ils en
ont, sont de terre. Mais je soutiendrai que les plats de bois des nègres
sont plus souvent remplis; jamais un nègre ne se contente, même pour
déjeûner, des patates délicieuses qui lui servent de pain, que je mets
pour la salubrité et le goût, beaucoup au-dessus du mauvais pain noir
des paysans et journaliers; il lui faut en outre, ou du calalou dans son
écuelle de bois, ou de la morue, ou autre poisson, soit frais, soit
salé, tandis que votre journalier, votre paysan, mange le plus souvent
son pain sec à déjeûner. Eh! quel pain? Quant à leurs meubles, tous les
nègres aisés (et il ne dépend que d'eux de l'être tous) ont des coffres
de bois d'acajou, bien mieux garnis que ceux des pauvres paysans
européens sans propriété. Ils ont des chaises, de la faïence, une
chaudière de fer, qui est le premier meuble qu'on leur donne.

«La toile grossière qui cache une partie de leur nudité, ne les garantit
ni des chaleurs insupportables du jour, ni des fraîcheurs dangereuses de
la nuit (tom. III, pag. 177).»

Les lois du Code noir obligent l'habitant d'habiller deux fois par an
ses nègres. On donne à tous les nègres nouveaux, arrivant d'Afrique (où
ils vont tous nus), un pantalon de grosse toile, une chemise assez
longue pour lui couvrir tout le corps, et par dessus une espèce de
surtout qu'on nomme _vareuse_, fait de zinga. Et s'il est destiné à
aller dans les montagnes, où il fait froid, à la place de la vareuse de
zinga, on lui donne une casaque de laine, et une couverture également de
laine; il a donc, quoi qu'en dise Raynal, de quoi couvrir sa nudité
toute entière, et de quoi se garantir, ou des ardeurs du soleil, ou des
fraîcheurs de la nuit. Mais comme la pudeur, quoi qu'en dise l'évêque
Grégoire, est une vertu, en général, inconnue parmi les nègres
d'Afrique, ceux qui travaillent dans les plaines se débarrassent le plus
souvent de vêtemens qui les gênent, et auxquels ils ne sont pas
habitués. Un Européen qui les verroit dans ce moment, croiroit que c'est
faute de vêtemens, qu'ils sont ainsi nus; ce qu'il y a encore de
certain, c'est que les nègres que l'on achette d'Afrique, mettent si peu
d'importance aux vêtemens qu'on leur donne, que beaucoup d'entr'eux les
vendent aussitôt qu'on les leur a donnés. Quant aux nègres créoles,
j'oserois avancer que Raynal et la majeure partie des négrophiles, qui
s'apitoyent sur le sort des nègres et sur leur nudité, n'ont jamais
porté de chemise d'une toile plus belle et d'un prix aussi élevé que
celles que ces mêmes nègres ou négresses portent les jours de fête
lorsqu'elles vont au _calanda_ (c'est-à-dire au bal), beaucoup
d'entr'elles ont des chemises dont la toile a coûté dix-huit à vingt
francs l'aune; des mouchoirs de madras à leur tête, de cinquante à
soixante-six livres, des bracelets de grenat, des jupes de toile des
Indes, d'un grand prix. Il n'est pas rare de voir ces mêmes négresses
venir travailler le lendemain au jardin avec cette toilette, parce
qu'étant sorties du _calenda_, trop tard, elles n'ont pas eu le temps de
se déshabiller. Que de choses pourroient envier bon nombre d'Européens,
à ce peuple noir, dont on plaint tant le sort, qu'on ne connoît pas!

«L'Europe retentit depuis un siècle, des plus saines, des plus sublimes
maximes de la morale: la fraternité de tous les hommes est établie de la
manière la plus touchante, dans d'_immortels écrits_ (t. III, p. 177).»

Cela est vrai, mais malheureusement cette morale sublime n'existe que
dans vos livres; la preuve en est trop récente pour qu'il soit besoin de
la citer.

«Ce ne sont pas les nègres qui refusent de se multiplier dans les
chaînes de l'esclavage, c'est la cruauté de leurs maîtres qui a su
rendre inutile le voeu de la nature; ils exigent des négresses, des
travaux si durs, avant et après leur grossesse, que leur fruit ou
n'arrive pas à terme, ou survit peu à l'accouchement (t. III, p. 183.).»

Une calomnie de plus ne coûte rien à cet auteur trop célèbre; si, au
lieu de s'en rapporter à des mémoires faux ou exagérés, Raynal eût fait
un voyage aux Antilles, il auroit vu que les négresses enceintes étoient
ménagées, qu'on ne leur donnoit jamais à faire des travaux qui fussent
dans le cas de nuire à leur fruit; et en sortoient une heure plutôt,
ainsi que celles qui étoient déjà accouchées depuis peu de temps, et qui
même, ne revenoient au travail que deux mois après leur accouchement: et
pour les encourager à avoir soin de leurs enfans (qui faisoient la
richesse du colon par la suite), on donnoit à chaque négresse,
soixante-six francs, lorsque son enfant avoit passé dix jours, époque
critique pendant laquelle il périt une partie des enfans nègres
nouvellement nés, d'une maladie que l'on nomme mal de mâchoire, ou
tétanos; c'est une espèce de spasme: outre cela, quand une négresse
avoit six enfans vivans, on lui donnoit sa liberté sur l'habitation, (ce
qu'on appeloit liberté de savane), et une exemption de tous autres
travaux, que le soin et la conduite de ses enfans. Dans beaucoup
d'anciens ateliers, les naissances égalant les mortalités, on n'avoit
pas besoin d'acheter des nègres d'Afrique.

«L'Amérique est peuplée de colons atroces, qui, usurpant insolemment le
droit des souverains, font expirer par le fer ou par la flamme les
infortunées victimes de l'avarice (t. III, p. 196).»

Voilà donc un peuple entier transformé en autant de bourreaux! Ne
semble-t-il pas qu'il y ait, sur chaque habitation, des échafauds
toujours dressés, des bûchers toujours prêts à recevoir et à dévorer des
victimes innocentes? Le maître seul est coupable! Calomniateur exalté!
Que doit-on penser de celui qui toujours suppose le crime? La loi défend
aux colons de faire justice capitale sur leurs habitations; mais cette
même loi a cru devoir tolérer dans sa sagesse (ce qui paroît un abus à
Raynal) que le châtiment fût infligé quelquefois, sur le lieu même du
délit; afin de retenir les autres nègres par un exemple plus frappant.
Quel est le magistrat du pays qui ne sache par expérience qu'il n'existe
point de colon assez dénaturé pour faire périr un esclave pour un crime
imaginaire.

Quiconque, noir ou blanc, libre ou esclave, a tué ou empoisonné, ne
mérite-t-il pas la mort? Que le coupable la subisse sur l'habitation où
il a commis le crime, ou sur une place publique dans une ville,
qu'importe? Voilà les seuls crimes pour lesquels on fasse subir la peine
de mort, et ce crime, quoi qu'en dise Raynal, est très-rare. J'ai habité
les colonies pendant 17 ans, je n'ai eu connoissance que de deux
exemples de nègres empoisonneurs qui ont été exécutés sur des
habitations. Il n'est pas étonnant que celui qui met le poignard dans
les mains des esclaves, qui leur prêche la révolte contre leurs maîtres,
et qui leur conseille de chercher dans leur sein pour y percer leur
coeur; il n'est pas, dis-je, étonnant, qu'il présume cet attentat
très-fréquent. Comment Raynal ne légitimoit-il pas la révolte de
l'esclave contre son maître, lorsqu'il dit aux colons, «implorez
l'assistance de la métropole à laquelle vous êtes soumis, et si vous en
éprouvez un refus, rompez avec elle, c'est trop d'avoir à supporter à la
fois, et la misère et l'indifférence (tom. III, pag. 438.).»

Oh! philosophe dangereux! il y avoit dans le temps que vous avez écrit,
une bastille, et vous étiez libre!

«Pourquoi les esclaves, plus heureux (disent les colons) dans les
Antilles que dans leur patrie, soupirent-ils pour y retourner (tom. III,
pag. 199)?»

Argument spécieux, qui tombe par le fait. Sur cent nègres, arrivant
d'Afrique à S. Domingue, il n'est pas douteux, que, tant qu'ils seront
dans l'incertitude du sort qui les attend, ils désireront tous de
retourner dans leur pays; consultez ces mêmes nègres deux ans après, il
n'y en aura pas un qui veuille échanger l'esclavage de S. Domingue, pour
sa condition passée en Afrique, à moins qu'il n'eût pour maître des
négrophiles détrompés, qui passent toujours (quand leur intérêt le
demande), d'un sentiment qui tient autant de la foiblesse que de la
pitié, nous ne disons pas la sévérité, mais à la cruauté et à
l'injustice envers les esclaves. La preuve de ce que j'avance deviendra
bien évidente, lorsque l'on saura que les colons, mécontens d'un
esclave, le menaçoient de le renvoyer dans son pays.

«Il ne seroit pas même peut-être impossible d'obtenir les productions
coloniales, par des mains libres (Raynal, t. III, p. 201).»

Raynal entend-il parler des blancs européens transportés dans les
colonies, ou des nègres affranchis? Une malheureuse expérience nous a
appris que les deux tiers au moins des Européens étoient moissonnés par
le climat brûlant des Antilles, dans la première années qu'ils y
arrivoient, lorsqu'ils étoient forcés de s'adonner à des travaux qui
exigeoient qu'ils s'exposassent aux ardeurs du soleil; et plus ils sont
robustes, et moins ils résistent. Je demanderois à M. Raynal s'il
existoit, ce que sont devenus tous les blancs que l'on a fait passer à
Cayenne? que sont devenus tous les Acadiens et les Allemands que l'on a
fait passer à S. Domingue? Sur plusieurs milliers, il reste à peine
quelques familles à Bombarde, près du Môle, qui fournissent la preuve la
plus convaincante que les blancs ne peuvent s'adonner aux grandes
cultures dans les Antilles. Les plantations des Acadiens et Allemands se
bornent à quelques pieds de café, quelques ceps de vigne, quelques
figuiers, quelques légumes qu'ils vont vendre dans les marchés du Môle.
Ils peuvent, à la vérité, avoir une existence assez douce par ces petits
moyens, mais ils sont condamnés à une éternelle médiocrité; s'ils
vouloient augmenter leurs cultures, il leur faudroit louer des blancs,
pour lors les frais surpasseroient de beaucoup les revenus; ils
donneroient alors la solution du problème (ne pourroit-on pas obtenir
les productions coloniales, par des mains libres?).

Peut-être Raynal entendoit-il, par mains libres, les nègres affranchis?
Le problème est encore résolu par l'expérience. Les nègres, depuis leur
affranchissement, depuis même qu'ils sont momentanément maîtres de S.
Domingue, et qu'ils travaillent pour eux-mêmes, ne font pas le quart des
revenus qu'ils faisoient lorsqu'ils étoient esclaves; et ils cesseroient
totalement de travailler à la culture des denrées de commerce, si les
deux chefs, qui se disputent aujourd'hui l'empire de ce pays infortuné,
ne les forçoient à quelque culture, pour pouvoir faire des échanges avec
les Américains, qui leur fournissent des armes et des munitions de
guerre.

«Craindroit-on, qu'en donnant la liberté aux nègres, la facilité de
subsister, sans agir sur un sol naturellement fertile, de se «passer de
vêtemens, sous un ciel brûlant, plongeât les hommes dans l'oisiveté?»

Oui, sans doute, on doit le craindre, et l'expérience l'a démontré.
Quoi! les mêmes nègres qui n'étoient, dans l'Afrique, leur pays, qu'un
peuple vagabond, guerrier par occasion, vivant de chasse et de pêche, et
des fruits que la nature leur offre partout, changera tout-à-coup ses
habitudes, son caractère, et formera un peuple agricole et commerçant,
qui obéira aux besoins factices, fils naturels d'un luxe qu'il n'a
jamais connu? Raynal peut-il comparer ces Africains, aux habitans de
l'Europe, qui dit-il, ne se bornent pas aux travaux de première
nécessité; mais existe-t-il des travaux de seconde nécessité, pour celui
qui n'en connoît pas même de première? Est-ce bien Raynal, homme de
génie, qui établit cette comparaison, et met sur la même ligne un peuple
sauvage, qui habite la zone torride, et un peuple civilisé, dans une
zone froide ou tempérée? Que deviendroit l'Européen, s'il cessoit de
déchirer péniblement le sein de la terre pour en retirer sa nourriture,
et ses vêtemens? où trouveroit-il, pendant quatre ou cinq mois, que
cette même terre est gelée ou couverte de neige, de quoi alimenter une
famille d'autant plus malheureuse, que le besoin de manger n'est pas le
seul tourment dont elle est affectée? Le froid, ce mal-être
insuportable, inconnu à l'Africain, ne force-t-il pas l'Européen, à
élever des troupeaux, qui lui fourniront de la laine, que la nécessité,
seule mère de l'industrie, lui a appris à ourdir pour s'en faire des
vêtemens? Qui pourra contraindre l'Africain? La chaleur dévorante de son
climat le porte le plus souvent à rejeter de dessus lui de minces
vêtemens qui lui deviennent à charge. Peut-il souffrir de la faim dans
un pays où la nature, en portant l'homme à l'indolence, lui prodigue ses
dons sans qu'il ait presque besoin de les demander; quelques bananiers,
qui rapportent en toute saison, et pour ainsi dire sans culture;
quelques cocotiers, qui, une fois semés, n'exigent aucun soins; quelques
plans de manioc; du riz et du maïs dont les récoltes ne manquent presque
jamais, et exigent peu de travail; la chasse, la pêche très-abondante.
Tout cela ne suffit il pas à un peuple qui ne connût que les besoins
naturel? Enfin, je vous demanderai pourquoi, ce peuple africain, auquel
vous prenez tant d'intérêt, ne fait-il pas dans son pays, ce que vous
avez prétendu qu'il feroit dans les Antilles, après son
affranchissement? Avant que les Portugais, les Anglois, les François
fussent allés en Afrique acheter des esclaves, quelles étoient les
moeurs des nègres? leur lois, leur commerce, leur industrie, leur
agriculture; enfin, qu'étoit leur pays? ce qu'est S. Domingue, depuis
qu'ils en sont maîtres.

«N'est-il pas avilissant pour l'humanité, de se servir pour punir des
hommes, du même fouet dont on se sert pour les bêtes de somme?»

Lorsque des circonstances rassemblent dans un même lieu, un grand nombre
d'hommes incivilisés, qui ne doivent et ne peuvent connoître les
obligations sociales et morales, ne faut-il pas employer des moyens pour
que le plus foible ne devienne pas la victime du plus fort, que le plus
borné ne soit pas dépouillé par le plus rusé? Quels moyens
employez-vous, philantropes européens, pour réprimer le crime dans vos
sociétés civilisées? Que votre cheval, que votre boeuf, votre mouton
vous soient ravis; que votre domestique, abusant de la confiance que
vous avez mise en lui, vous dérobe un couvert d'argent, une pièce de
monnoie d'une médiocre valeur; s'il dépend de vous de connoître et de
vous emparer du coupable, que faites-vous? vous le livrer sans pitié à
la justice, et vous êtes forcés de le faire, pour le maintien de l'ordre
social: Qu'arrive-t-il à ce malheureux? Dans le temps que Raynal
écrivoit, il étoit condamné à mort: les lois d'aujourd'hui, moins
sévères, le condamnent à être marqué sur l'épaule, d'un caractère
ineffaçable d'infamie pire que la mort; à être fouetté en public, et à
passer plusieurs années, quelquefois le reste de sa vie dans les fers,
supplice d'autant plus affreux qu'il est infligé dans un pays ou
l'opinion publique est comptée pour beaucoup. Dans ces mêmes cas, quand
des nègres ont volé à leur maître, un boeuf, un mouton; un cochon, des
poules, de l'argent même, à leurs camarades, que leur arrive-t-il? on
leur donne le fouet. De quel côté est la rigueur, la barbarie? le fouet
du commandeur nègre est-il plus avilissant que le fer et les verges du
bourreau blanc? et celui qui ne se croit pas déshonoré en volant son
maître et ses camarades, se croira-t-il avili par quelques coups de
fouet? Mais, me direz-vous, ce n'est pas toujours pour des vols que les
nègres reçoivent des coups de fouet. J'en conviens; mais, dans un climat
où l'homme est naturellement porté à l'indolence, à la paresse, il faut
bien, lorsque la raison ne peut se faire entendre, que la crainte du
châtiment soit un stimulant; et, ne vaut-il pas mieux se servir du fouet
que de la prison qui priveroit de leur travail, et où ils ne
demanderoient pas mieux que de rester, pour s'y soustraire. Que Raynal
ne vienne pas me demander de quel droit un homme en peut forcer un autre
au travail: je vais copier, mot pour mot, ce qu'il dit à cet égard pour
les Européens:

«Les pays prétendus policés du globe sont couverts d'hommes paresseux,
qui trouvent plus doux de tendre la main dans les rues, que de se servir
de leurs bras dans les ateliers; certes, notre dessein n'est pas
d'endurcir les coeurs, mais, nous prononcerons, sans balancer, que ces
misérables sont autant de voleurs du vrai pauvre, et que celui qui leur
donne des secours se rend leur complice. La connoissance de leur
hypocrisie, leurs vices, de leurs débauches, de leurs nocturnes
saturnales, affoiblit la commisération qui est due à l'indigence réelle.
On souffre, sans doute, à priver un citoyen de sa liberté, la seule
chose qu'il possède, et d'ajouter la prison à sa misère; cependant celui
qui préfère la condition abjecte de mendiant à un asile où il trouverait
le vêtement et la nourriture à côté du travail, est un vicieux qu'il
faut y conduire par la force.»

(Raynal vient de faire, sans le vouloir, le tableau le plus ressemblant
possible du peuple nègre, et il met, sans s'en douter, le remède à côté
du mal, à quelques modifications près.) Voilà donc l'apôtre de la
liberté pour les nègres, qui, s'érigeant en souverain, prononce
l'esclavage, du blanc européen, qu'il prétend que l'on force au travail
ou que l'on traîne en prison, lorsque, trop faible ou trop paresseux, il
tâche de gagner sa vie d'une manière plus douce, en cherchant à exciter
la commisération publique. D'après notre philosophe négrophile, les
nègres seront moins vicieux que les blancs, ils se porteront d'eux-mêmes
à travailler sans y être contraints, les vices qu'il attribue à
l'Européen leur seront étrangers, point d'hypocrisie, point de
débauches, point de nocturnes saturnales. Ah! Raynal! que n'avez-vous
passé quelques années parmi ces frères si parfaits, vous eussiez vu par
vous-même, qu'en fait de vices, d'hypocrisie, de débauches, de nocturnes
saturnales, les Européens que vous citez, quelque vicieux que vous les
supposiez; peuvent venir prendre des leçons, et se perfectionner dans ce
genre, parmi les nègres, vos protégés. Le nègre Toussaint, homme
extraordinaire dans sa caste, doué d'une profonde politique, et d'une
grande connoissance du caractère de ses semblables, a bien senti, que
s'ils ne les contraignoit au travail, par la voie de la rigueur, ils se
livreroient à tous leur vices, surtout à la paresse, qu'il s'ensuivroit
une anarchie affreuse, et une famine qui les détruiroient tous; aussi
fit-il des lois très-sévères sur le travail; et ceux qui s'y refusoient
étaient passés par les verges, supplice bien pire que le fouet; car ces
verges étoient d'acacia, garnies d'épines longues et poignantes, dont
les blessures, dans un pays chaud, sont presque toujours suivies d'un
spasme mortel. Le féroce Dessalines, qui pour lors étoit inspecteur
général des cultures, a fait, de ma connoissance, fusiller plusieurs
commandeurs, pour n'être pas assez sévères envers les nègres, et pour
n'avoir pas fait mettre en culture autant de terre, que le nombre des
nègres travailleurs le comportoit. Pourtant ces mêmes nègres avoient le
quart dans les revenus qu'ils pouvoient faire. Ceux qui ne connoissent
pas le caractère du nègre, doivent naturellement penser, que cette
portion de revenu qui, dans les sucreries, est conséquente, auroit dû
être un stimulant puissant pour les porter à travailler davantage. Je
l'aurois certainement cru moi-même, si je n'eusse été pendant plusieurs
années témoin, que depuis l'époque où ils ont commencé à avoir une part
dans les revenus, ils en ont fait les deux tiers de moins. D'après cette
connoissance fondée sur l'expérience, j'oserois avancer que, si au lieu
du quart des revenus, on eût dit aux nègres: vos maîtres sont
dépossédés, vous êtes les propriétaires des habitations, tous les
produits vous appartiendront désormais; redoublez donc d'activité, afin
d'en augmenter la somme, et qu'on les eût livrés à eux-mêmes: j'oserois
avancer, avec une certitude morale, qu'au bout de six mois, la culture
des revenus en sucre, café, coton et indigo, seroit totalement
abandonnée, que chaque nègre (si toutefois il eût resté sur l'habitation
de son ancien maître) se serait borné à choisir un petit coin de terre,
où il sémeroit du riz, un peu de tabac, quelques pieds de maïs, du
manioc, planteroit quelques touffes de bananiers; que ce jardin, d'une
très petite étendue, seroit infecté de mauvaises herbes qu'il ne
prendroit pas la peine de sarcler.

Bientôt la guerre s'allumeroit entr'eux, ils se disputeroient l'empire,
ils se batteroient pour une femme, pour le coin de terre qu'ils auroient
choisi (cela n'est-il pas arrivé comme je l'avois prévu?). Voilà le
nègre livré à lui-même; voilà l'homme de la nature dans les pays chauds;
quelques racines; quelques fruits sauvages; la chasse, la pêche; le
nourrissent sans beaucoup de peine; le climat ni la pudeur ne le forcent
point à se vêtir; il se contente d'une simple natte de jonc, ou de
quelques feuilles de bananier desséchées, qu'il étend sur la terre pour
y jouir d'un sommeil que l'ambition ne troubla jamais; c'est dans cet
état que le nègre fait consister la liberté et le bonheur.

Nous avons sous les yeux, à S. Domingue, un exemple de ce qu'est
l'homme, même blanc, lorsqu'il n'est pas stimulé par des besoins
renaissans et factices. La partie espagnole, qui vient d'être cédée à la
France, est occupée par soixante ou quatre-vingt mille habitans, tant
Européens que créoles, sans compter les nègres esclaves ou libres. Que
font-ils? Ils passent les journées entières, pendant toute leur vie, à
se balancer dans un hamac, à y dormir, à y fumer du tabac. Leurs lits
sont des cuirs de boeufs qui n'ont d'autre préparation que d'être
desséchés au soleil. Ceux qui ont le plus d'énergie, vont quelquefois
dans les bois, avec une meute de chiens, pour y chasser des cochons
marrons, dont ils font dessécher la chair au soleil, parce que toute
autre préparation entraîneroit trop de soins. Ils ne connoissent point
l'usage du pain ni du vin; et pourtant ces hommes si indolens possèdent
une étendue immense d'une terre vierge, dont le sein ne demanderait qu'à
être légèrement caressé, pour être d'une fécondité sans exemple.

Je reviens à Raynal. «Il existe donc, (selon lui), sur la terre, une
race d'hommes (si, l'on peut la qualifier ainsi) qui fait consister son
bonheur à tourmenter continuellement, à poignarder, à brûler des êtres
déjà malheureux par leur condition, qui sacrifie même son intérêt
particulier à ce plaisir barbare, et qui pire que les tigres, qui au
moins épargnent leurs victimes, lorsque leur faim est assouvie, ne
laisse pas un instant de relâche aux victimes de sa férocité: et cette
race est celle des colons des Antilles.»

Quel est l'homme sensible qui ne reculera pas d'horreur à l'aspect d'un
pareille tableau? Il n'est pourtant pas achevé, Valmont de Bomare va y
donner le dernier coup de pinceau.

«Quelquefois, dit-il, des maîtres impitoyables et barbares, en visitant
leurs hôpitaux, se font un jeu atroce de poignarder, parmi leurs nègres,
les malades mutilés ou trop vieux, pour éviter les frais de leur
traitement, ou de leur nourriture (Dict. d'hist. nat., édit. in-4º, tom.
V, pag. 267).»

La plume tombe de mes mains, et je ne sais si je dois répondre à une
pareille calomnie? Valmont de Bomare, dit lui-même, qu'on se refuse à
croire un pareil calcul d'intérêt; mais se croit-il innocent, d'avoir
promulgué dans ses écrits une pareille atrocité, sans pouvoir en donner
des preuves; comment n'a-t-il pas prévu les conséquences funestes d'une
pareille inculpation?

Quel charmant pays à habiter que celui qui renferme des colons tels que
les peignent Raynal, Valmont de Bomare et l'évêque Grégoire. Ah!
Messieurs les philosophes, si au lieu d'avoir écrit dans vos cabinets,
d'après des mémoires ou faux, ou exagérés, vous eussiez voyagé dans les
Antilles, vous sauriez que la majeure partie de ces colons tant décriés,
tant calomniés, étoient plutôt les pères de leurs nègres, que leurs
maîtres! vous eussiez trouvé chez eux une noble et généreuse
hospitalité, dont on ne connoît point d'exemple en Europe. Ce n'étoit
qu'aux Antilles, où l'on trouvoit des hommes, qui venoient au devant des
Européens sans fortune, leur offrir et leur procurer les moyens d'en
commencer une, leur concéder la jouissance d'un morceau de terre, leur
avancer de l'argent, ou les cautionner pour l'achat de quelques nègres,
pour commencer leurs cultures. Combien citeroit-on d'exemples semblables
en Europe?

On reprochoit aux colons, de la hauteur; un ton impérieux qu'on a raison
de ne pas aimer dans la société; mais, qui n'a pas ses défauts? Le plus
parfait, est celui qui en a le moins; heureux ceux qui les rachètent par
quelques bonnes qualités; les anges même ont-ils pu se défendre de ce
péché mignon, qu'on nomme orgueil? Si quelque motif peut, sinon le
légitimer, au moins l'excuser dans les colons, ne seroit-ce pas la
position où ils se trouvoient? Peut-on se défendre d'un peu
d'amour-propre, lorsqu'en commandant à plusieurs centaines d'esclaves,
on peut se dire à soi-même, j'adoucis, autant qu'il est en moi, le sort
des sujets que l'ordre social a mis sous mon pouvoir, et je les traite
comme des amis malheureux.

J'avoue ingénûment, pour justifier jusqu'à un certain point,
l'animadversion de quelques François contre les colons des Antilles, que
d'après la lecture de l'Histoire philosophique de Raynal, à l'article
qui concerne l'esclavage des nègres, et la conduite supposée des colons
à leur égard; d'après les écrits de Valmont de Bomare, des Grégoire et
autres philosophes négrophiles; si je n'eusse pas passé dix-sept ans
dans les colonies, j'aurois cru voir dans chaque colon blanc des
Antilles, le bourreau d'un nègre.

Combien donc doivent être circonspects les historiens qui n'ont pas vu
par eux-mêmes, et qui écrivent d'après des mémoires fournis ou par des
personnes prévenues, ou qui ayant resté peu de temps dans les Antilles,
auront pu être témoins de quelque châtiment, où elles ont cru ne voir
que le caprice du maître contre son esclave: je leur accorde même que
cela fût? Doit-on conclure, d'après un exemple, du caractère et de la
conduite de tous les colons? Si quelques habitans faisoient infliger des
châtimens trop rigoureux en raison du délit, la faute en étoit aux
magistrats, qui dévoient sévir contre le colon qui ne se conformoit pas
aux sages ordonnances du Code noir. J'ai eu connoissance qu'un colon
trop sévère, peut-être injuste et cruel envers ses nègres, avoit eu
ordre de quitter la colonie, et avoit été déclaré incapable de régir son
habitation. Que l'on fasse exécuter ponctuellement les lois du Code
noir, et tout ira bien, et pour les intérêts de l'humanité, et pour ceux
des colons.

En cherchant à réfuter les calomnies des Raynal, des Valmont et des
Grégoire, à Dieu ne plaise que je veuille m'ériger en apôtre de
l'esclavage. Je voudrois la race humaine, noire, blanche, jaune ou
rouge, assez raisonnable pour vivre en société, en en remplissant par
devoir, par instinct ou par raisonnement, toutes les obligations
morales, sans qu'il fût besoin de lois contre l'injustice, de punitions
contre le crime; mais ne fais-je pas une supposition purement gratuite?
Né avec une ame sensible, je me suis attristé plus d'une fois sur la
condition malheureuse des hommes de toutes les couleurs, de tous les
pays, qui sont tous plus ou moins voués, les uns à l'esclavage physique,
qui eut pour origine la loi du plus fort; et les autres, à l'esclavage
moral, qui commença avec la civilisation.

Quel est celui qui, réunissant le plus de connoissances dans l'histoire
de ce bas monde, pourra citer une époque, un pays, où l'homme
incivilisé, foible ou ignorant, n'a pas toujours été, soit dans les
zones torrides, soit dans les tempérées ou glaciales, l'esclave du plus
fort ou du plus rusé; qu'il cite une contrée où l'homme civilisé, vivant
en société, et voulant jouir de tous les avantages attachés à cet ordre,
qui en apparence est le plus parfait, puisse dire je suis libre.
Quiconque reconnoit un chef suprême, se soumet à toutes les lois qui
émanent de cette puissance; il cesse donc d'avoir une volonté, il
renonce à lui-même, puisqu'il doit le sacrifice de son sang, lorsqu'il
s'agit de l'intérêt de ce chef, ou de celui du corps social dont il est
membre. Où est donc sa liberté? L'état de domesticité n'est-il pas un
esclavage temporaire; changer de maître, est-ce ne plus en avoir?
L'esclavage, soit moral, soit naturel, a donc toujours existé; et ce qui
a toujours existé, ne doit-il pas être regardé comme étant dans l'ordre
naturel. Cette vérité est affligeante, j'en conviens. Constantin rendit
une loi par laquelle tous les esclaves qui se feroient chrétiens,
acquerroient par là leur liberté. Cette loi, dictée par l'imprudence et
le fanatisme, doit pour jamais servir d'exemple, qu'une grande
innovation est toujours un grand danger, et que les droits primitifs de
l'espèce humaine (droits bien imaginaires, et qui ont fait couler bien
du sang) ne peuvent et ne doivent pas toujours être les fondements de
l'administration. Cette loi de Constantin ébranla l'état, en ôtant aux
grands propriétaires les bras qui faisoient valoir leurs domaines, et
qui par là se trouvoient réduits à la plus affreuse indigence. Quelle
similitude avec l'affranchissement subit des nègres de St Domingue?
Cette loi irréfléchie, plutôt fille de l'exaltation et de la jalousie,
que de la philanthropie, n'a-t-elle pas entraîné les plus grands
malheurs? En ruinant les colons de S. Domingue, n'a-t-elle pas anéanti
le commerce de France? tari les sources de la fortune, pour un tiers des
Européens malheureux?

Qu'on ne se persuade pas que la perte de nos fortunes nous fasse tenir
un pareil langage. Si, comme l'évêque Grégoire paroit le croire, et
comme il a voulu le persuader au public, les nègres esclaves avoient été
des hommes comme les autres, c'est-à-dire, parvenus au degré de
civilisation nécessaire pour apprécier et jouir du bienfait de la
liberté, n'eussions-nous pas trouvé dans ce nouvel ordre de choses, une
somme de bonheur plus grande, sans diminuer celle de notre fortune; car
nous eussions gagné d'un côté ce que nous perdions de l'autre: plus
d'achats de nègres à faire, plus de mortalités ruineuses à craindre, et
s'il nous eût fallu débourser de l'argent pour le salaire des
cultivateurs, nous n'eussions eu à payer que ceux qui auroient
travaillé; et si cette méthode eût été plus dispendieuse que l'ancienne,
nous eussions augmenté d'autant le prix des denrées coloniales; car il
faut nécessairement qu'il s'établisse une balance entre le prix de la
denrée et celui de la _faisance valoir_, sans cela plus de culture. Nous
n'avions donc qu'à gagner par l'affranchissement des nègres, s'il eût
été possible. Mais que deviendroient les vieillards, les infirmes, les
enfans? La loi, pour les colons des Antilles, sera-t-elle différente que
celle qui existe en France, pour les ouvriers qui sont dans ce cas là?
Les négrophiles avoient-ils d'avance fait bâtir des hospices pour les
recevoir? y avoient-ils attaché des revenus?

    Oh non! trop de prudence entraîne trop de soin;
    Ils ne prévoyoient pas les choses de si loin.

Les colons, ont-il dit, ne doivent-ils pas par reconnoissance nourrir,
loger et vêtir ceux qui ont sacrifié leur temps et leurs peines pour
leur fortune? Nous le ferions sans doute; mais où seront nos moyens,
lorsque les nègres, en état de travailler, voulant jouir de la plénitude
de leur liberté, ou quitteront l'habitation de leur maître pour
vagabonder, ou s'ils y restent, ne feront pas (comme l'expérience l'a
démontré) le quart du revenu nécessaire pour l'exploitation de
l'habitation, pour la subsistance du maître, et pour la leur. Forcerez
vous les nègres à rester sur les habitations? les attacherez-vous à la
glèbe? Leur liberté ne sera plus qu'une dérision.

Nous allons donner aux Européens une idée du peu d'intelligence de la
majeure partie des nègres. Lorsque la loi par laquelle ils devoient
avoir le quart des revenus a été promulguée, il n'a pas été possible de
leur faire concevoir en quoi consistoit le quart d'une chose; et chaque
fois que sur une habitation, il s'agissoit de faire les partages du
revenu, on étoit obligé d'avoir un piquet de gendarmerie pour empêcher
le tumulte, et pour mettre hors de danger la vie du propriétaire, qu'ils
accusoient toujours de les tromper. Pourtant les partages étoient faits
par le juge de paix et par le commandant du quartier, qui tous les deux
étoient nègres. Ce qui les mécontentait le plus, c'est qu'ils voyaient
donner une portion plus forte aux uns qu'aux autres; on ne pouvoit leur
faire entendre, que les nègres paresseux; les malades, les infirmes, ne
dévoient pas être payés au même taux que ceux qui travailloient tout les
jours. Beaucoup prétendoient que le quart du revenu devoit être la
moitié; d'autres vouloient qu'on partageât d'une autre manière. Sur neuf
balots de coton, ils en vouloient sept, et disoient c'est là le quart.
Voilà les hommes que l'évêque Grégoire préconise pour leurs facultés
intellectuelles, et qu'il place au premier rang dans le genre _homme_.

Revenons à l'évêque Grégoire. La Littérature des nègres, d'après le
titre de son ouvrage, sembloit en être le sujet principal; rien moins
que cela. Sur neuf chapitres dont il est composé, deux seulement en
disent quelque chose: tous les autres y sont absolument étrangers. Nous
suivrons donc l'auteur pas à pas, et nous continuerons de tâcher de
réfuter les mille et une inculpations dont il continue de nous
gratifier.

«Les esclaves, dit-il, sont presque entièrement livrés à la discrétion
des maîtres. Les lois ont fait tout pour ceux-ci, tout contre ceux-là,
qui, frappés de l'incapacité légale ne peuvent pas même être admis en
témoignage contre les blancs (chap. II, pag. 60).»

Nous ignorons si dans les colonies étrangères, les nègres sont
entièrement livrés à la discrétion des maîtres; mais il est notoire, que
dans toutes les Antilles, il existe un Code noir très-sage, qui prescrit
l'étendue des devoirs des maîtres envers leurs esclaves, et limite celle
de leurs pouvoirs relativement aux châtimens qu'ils ont droit de leur
infliger. Et quand les esclaves se sont rendus coupables de crimes
capitaux, les magistrats seuls ont le droit d'en connoître, et de
déterminer le genre de punition; dans ces cas là le gouvernement payoit
le nègre au propriétaire. Nous l'avons déjà dit, et nous le répétons,
parce que l'auteur nous répète le reproche; il se plaint encore que les
esclaves ne soient point admis en témoignage contre les blancs. Mais en
France, les domestiques, quoique réputés libres, peuvent-ils témoigner
contre leurs maîtres? Si le bon Lafontaine vivoit encore, nous lui
demanderions si les rats pouvoient être appelés en témoignage contre les
chats, ou les poules contre les renards? Il est pourtant des cas où les
nègres esclaves sont appelée à témoigner contre des blancs, même contre
leurs maîtres. On ne les condamne pas, à la vérité, d'après leurs
uniques dépositions; mais elles servent d'inductions qui peuvent
conduire à découvrir la vérité.

«Si un nègre tente de fuir, le Code noir de la Jamaïque, laisse au
tribunal, la faculté de le condamner à mort (chap. II, pag. 60).»

Dans les colonies françoises, le tribunal n'a aucun droit sur l'esclave
d'un colon, à moins que; coupable d'un crime capital, il ne soit livré
par lui-même à sa justice. Il est sans exemple qu'un colon ait consenti
à perdre son nègre pour avoir seulement tenté de fuir (car l'évêque
Grégoire ne dit pas, pour avoir fui). Quand un nègre fuit, ce que l'on
appelle dans le pays _aller marron_, on tâche de le faire reprendre,
souvent il revient de lui-même, on se fait présenter à son maître par un
des voisins, qui ordinairement obtient sa grace, surtout si cela est
arrivé pour la première fois. Si le nègre, au lieu d'être rentré, s'est
fait prendre, on lui fait donner le fouet; s'il récidive plusieurs fois,
on lui met un fer au pied qui l'empêche de retourner. Ne punit-on pas en
Europe les déserteurs de régimens? Mais jamais nous n'avons entendu
parler qu'on eût fait mourir un nègre pour avoir été marron. Les bons
Espagnols les punissent plus sévèrement que les François, quand ils ont
été plusieurs fois marrons, et qu'on a pu les reprendre, ils leur font
couper le jarret. Cette punition est bien forte pour des frères d'une
teinte différente. Le preuve que les colons de la Jamaïque ne laissent
point au tribunal la faculté de condamner à mort les esclaves qui vont
marrons, c'est qu'ils font avertir dans ces cas là les nègres de la
Montagne bleue, qui se mettent à leur poursuite, et le ramènent à leur
maître moyennant une somme de deux guinées; et leur châtiment est autant
de coups de fouet que le Code noir le permet dans pareil cas. Si nous
n'étions trop près encore d'un temps de barbarie où l'on condamnoit à
mort des citoyens, sur des intentions, que, disoit-on, ils devoient
avoir, pourroit-on se permettre d'imputer à un peuple civilisé, et dans
des circonstances calmes, où la justice ci la raison exercent leur
empire dans toute son étendue, de livrer au tribunal, pour être condamné
à mort, un nègre qui n'auroit eu que l'intention de fuir? L'évêque
Grégoire convient pourtant que depuis quelques années, des règlemens
moins féroces ont été substitués dans le Code de cette île; mais il ne
tarde pas à atténuer, pour ne pas dire annuler, ces améliorations, en
ajoutant que ces déterminations récentes pourroient bien n'être autre
chose qu'une dérision législative, pour fermer la bouche aux
réclamations des philantropes; car, dit-il, les blancs font toujours
cause commune contre tout ce qui n'est pas de leur couleur. L'évêque
Grégoire peut sans doute se placer au premier rang dans l'exception, et
on ne lui appliquera pas le proverbe trivial, _similis simili gaudet_.

«Aux Barbades, comme à Surinam, celui qui volontairement et par cruauté,
tue un esclave, s'acquitte en payant quinze livres sterling au trésor
public; dans la Caroline du Sud, l'amende est double; mais un journal
américain nous apprend que ce crime y est absolument impuni, puisque
l'amende n'est jamais payée (chap. II, pag. 61).»

Nous ne sommes allés ni aux Barbades, ni à Surinam, ni dans la Caroline,
mais nous ne pouvons concevoir qu'il puisse exister un gouvernement où
les législateurs aient déterminé une amende pour un crime que l'on ne
pouvoit ni ne devoit prévoir. C'est aux Hollandois et aux Américains à
répondre à cette horrible inculpation, qui est absolument dénuée de
vraisemblance; car si, dans ces pays là, il est permis de tuer son
esclave, pourquoi payer quinze livres sterling au trésor public?
n'est-ce pas assez de perdre sa valeur? Et si l'esclave n'appartient pas
à celui qui l'a tué, comment le colon à qui il appartient, se
contente-t-il d'un prix aussi médiocre?

«Si l'existence des esclaves est à peu près sans garantie, leur pudeur
est livrée sans réserve à tous les attentats de la brutale lubricité.
John Newton, qui, après avoir été employé neuf ans à la traite, est
devenu ministre anglican, fait frissonner les âmes honnêtes, en
déplorant les outrages faits aux négresses, quoique souvent, on admire
en elles des traits de modestie et de délicatesse, dont une Angloise
vertueuse pourroit s'honorer (chap. II, pag. 62).»

La pudeur des négresses! _Risum teneatis amici_. Pour le coup il y a de
quoi rire. L'évêque Grégoire entend-il parler des négresses d'Afrique,
ou de celles des Antilles? Ces dernières, qui ne sont encore qu'au
premier échelon de la civilisation, peuvent-elles bien connoître ce
sentiment délicat, cette perfection morale qui, selon nous ne peut
exister que chez les peuples dont la civilisation est au moins très
avancée, si elle n'est pas autant achevée qu'elle peut l'être; ce
sentiment ne tient-il pas tout-à-fait au préjugé de l'éducation? ne
seroit-il pas même peut-être un rafinement de coquetterie de la part des
femmes? Pardon, Mesdames, nous ne le regardons pas moins comme une vertu
recommandable, mais nous maintenons que ce sentiment n'est point dans la
nature. Nous naissons nus, et si nous habitions dans un climat dont la
température ne nous força pas de nous vêtir, nous resterions nus, si les
préjugés ne nous apprenoient pas qu'il y a plus de mal a montrer
certaines parties de notre corps, que d'autres. A quelle époque notre
première mère a-t-elle commencée à se vêtir? C'est lorsqu'elle eût
acquis des connoissances nouvelles, en mangeant du fruit de l'arbre de
la science du bien et du mal.

Il n'est pas possible de faire un tableau plus expressif de la pudeur,
que celui qu'a fait J. J. Rousseau. La pudeur est aux belles, ce que les
feuilles sont aux arbres, leur plus belle parure, et leur plus bel
apanage. Il n'entendoit certainement pas parler de la pudeur des
négresses des Antilles, elle n'est autre chose qu'une imitation et une
affaire de luxe; elles sont naturellement un peu singes (non que nous
entendions par là les assimiler à ce genre d'animaux); nous voulons dire
qu'elles sont imitatrices, comme le sont les enfans et les peuples qui
sortent des mains de la nature. A l'exemple des femmes créoles blanches,
elles voilent leurs appas avec de superbes mouchoirs de madras,
très-artistement arrangés; car, s'il est un art même pour les guimpes
des religieuses, comme nous l'apprend Gresset, il en est à plus forte
raison, pour arranger ces beaux mouchoirs, qu'on nommoit dans notre
vieux temps _fichus_, et comme ils servoient également à dérober aux
yeux indiscrets des appas qui souvent n'en avoient que le nom, et
d'autres que la bonne nature avoit modelé sur le type le plus parfait,
on avoit donné différens noms à ces prétendus voiles de pudeur; les
premiers s'appeloient _fichus menteurs_; les second, _fichus fichus_.
Nous demandons pardons à l'évêque Grégoire, d'oser lui parler de parures
profanes dont il doit même ignorer le nom.

Nous revenons donc à notre sujet; et pour prouver que les négresses des
Antilles ne connoissent ni pudeur, ni modestie (ce qu'elles prouvent de
mille manières, que la bienséance nous empêche de faire connoître; car
nous avons aussi un peu de pudeur), nous dirons que presque toutes les
jeunes négresses vont nues jusqu'à l'âge de puberté; elles portent, à la
vérité, une chemise, mais par manière d'acquit, et pour peu qu'il fasse
chaud, et qu'elles aient quelque travail un peu pénible à faire, elles
les quittent, et elles se montrent alors telles qu'elles sont venues au
monde; elles n'en sont pas moins innocentes pour cela, parce qu'elles ne
pensent pas qu'il y ait plus de mal à faire voir certaines parties de
leurs corps que d'autres; elles sont donc sans modestie et sans pudeur.
A une certaine époque, elles mettent une jupe par dessus la chemise,
mais moins par pudeur que par un autre motif, elles ne quittent jamais
la jupe; mais si elles ont à travailler, elles quittent leur chemise, en
rabattent la partie supérieure sur leur jupe; elles ont pour lors le
haut du corps nu..... Nous n'avons pas vu chez elles, les négresses
d'Afrique; mais nous savons, par les capitaines négriers, que presque
toutes vont nues, à l'exception d'une ceinture à laquelle tient un petit
tablier fait d'écorce d'arbre, qui sert à garantir, plutôt qu'à voiler
les parties du corps que la modestie et la pudeur défendent de montrer
chez les peuples civilisés. Les petites-maîtresses ou les coquettes (car
les négresses ont aussi leur coquetterie) garnissent ce tablier de
plumes de perroquets ou d'autres oiseaux. C'est avec cette simple parure
qu'on nous les amène dans les Antilles. Et quoi qu'en dise John Newton,
nous nous sommes aperçus plus d'une fois que ces pudiques Africaines
paroissoient très-flattées d'être ce qu'il appelle outragées par les
blancs, ne fût-ce que par les matelots, et qu'elles regardoient cela
comme un honneur.

D'après le portrait que nous venons de faire de la modestie et de la
pudeur des négresses, que penser de l'assertion de John Newton, qui dit,
que les dames angloises vertueuses, pourroient s'honorer des traits de
modestie et de délicatesse des négresses? Mais n'avons-nous pas lieu
d'être surpris, que le capitaine John Newton, devenu depuis ministre
anglican, qui _fait frissonner les ames honnêtes en déplorant les
outrages faits par les blancs aux négresses_, ait continué, pendant neuf
ans, d'en aller chercher à la côte de Guinée, pour les amener vendre
dans les colonies, et exposer leur pudeur et leur modestie aux outrages
des blancs? Ces sortes de contradictions sont faciles à expliquer; on
gagne beaucoup d'argent à ce trafic, puis, quand on est riche, comme
quand on est vieux, on se convertit. Nous connaissons plusieurs
négocians dans ce cas là; après avoir fait fortune à la traite, ils ont
voté pour l'affranchissement des mêmes nègres qu'ils avoient vendus
l'année précédente. Nous rapporterons à cette occasion une note de M.
o'Schiell, dans son ouvrage, ayant pour titre _Reflexions sur la liberté
des nègres, dans les colonies françoises_, pag. 39.

«La frégate l'_Astrée_, croisant dans la partie du sud de S. Domingue,
s'empara d'un bâtiment négrier destiné pour la Jamaïque, et le conduisit
aux Cayes. Ces nègres furent vendus publiquement par le commissaire
Delpech, dans le mois de juin 1793, partie comptant, partie à termes, et
adjugés au plus offrant et dernier enchérisseur. La proclamation de la
liberté générale du fait des commissaires, parut en août de la même
année, et les acquéreurs, dont les termes se prolongeoient au-delà de
cette époque, furent également obligés de payer comme s'il n'existoit
aucune liberté.

«S'il y a une justice aux enfers, dit l'auteur, elle doit ressembler
fort à celle «qui a été exercée par ces infâmes agens.»

N.B. «Il est de fait, qu'il y avoit dans les prisons du Port-au-Prince,
plus de cinquante à soixante esclaves épaves; Sonthonax les fit vendre
au comptant, au profit du gouvernement, empocha l'argent, et les déclara
libres peu de temps après.»

Revenons à l'évêque Grégoire.

«Tandis que dans les colonies françoises et hollandoises, la loi ou
l'opinion repoussoit les mariages mixtes, au point que les blancs qui
les contractoient, étoient réputés _mésalliés_, et comme tels, ne
pouvoient plus prétendre aux avantages sociaux dont jouissoient les
blancs; les Portugais et les Espagnols formoient une exception
honorable, et, dans leurs colonies, le mariage catholique affranchit
(chap. II, pag. 62).»

Nous avons déjà parlé, dans notre chapitre premier, page 27, de ces
espèces d'affranchissemens, et de ces mariages mixtes, qui étoient
ordonnés par une loi religieuse, qui avoit pour but de mettre un frein
au libertinage, en forçant celui qui avoit eu quelqu'intimité avec une
négresse, à en devenir l'époux.

«Je laisse aux physiologistes, dit l'évêque Grégoire, le soin de
développer les avantages du croisement des races, tant pour l'énergie
des facultés morales, que pour la constitution physique, comme à l'île
Sainte-Hélène, où il a produit une magnifique variété de mulâtres (chap.
II, p. 63).»

L'évêque Grégoire veut à toute force, que les blancs, s'il n'est pas
possible qu'ils fassent des nègres, fassent au moins des mulâtres; c'est
pour lui moitié gagné. Nous ne pouvons disconvenir qu'il y auroit
peut-être quelqu'avantage quant à la constitution physique; car (sans
comparaison), le mulet est plus fort que le cheval et l'âne; mais le
mulet réunit souvent tous les défauts de son père et de sa mère, sans
avoir une seule de leurs bonnes qualités. Tout est donc bien compensé:
ce que l'on gagne d'une part, on le perd de l'autre.

«Je laisse aux moralistes et aux politiques qui devroient partir des
mêmes principes, et qui souvent sont diamétralement opposés, à peser les
résultats de l'opinion qui croit déshonorant d'avoir pour épouse
légitime une négresse, lorsqu'il ne l'est pas de l'avoir pour concubine.
Joël Barlow voudroit, au contraire, que ces mariages mixtes fussent
favorisés par des primes d'encouragement».

Il n'existoit point de loi dans les colonies françoises qui défendit les
mariages mixtes; mais le préjugé étoit à un tel degré, qu'il avoit force
de loi. Et si quelques blancs le franchissoient, ce n'étoit point, comme
le dit l'évêque Grégoire, par libertinage, parce qu'il ne peut être
impérieux dans un pays où l'on peut se procurer autant de concubines que
l'on veut; mais bien par ce motif trop puissant qui porte l'homme à
éluder et lois et préjugés, l'intérêt. Il existoit des mulâtresses et
des négresses libres très-riches.

On devoit s'attendre que ce préjugé avilissant, devoit porter, tôt ou
tard, les hommes de couleur, à chercher à s'y soustraire par tous les
moyens possibles; ils en ont sans doute employé d'illicites et de
barbares, dont ils devoient redouter les suites; mais ils ont prétendu,
et ce n'est pas sans raison, que la mort étoit préférable à l'état
d'abjection où ils étoient réduits. On ne peut s'empêcher d'avouer qu'il
existoit une contradiction bien étrange dans la conduite des colons à
l'égard des hommes de couleur, qui étoient leurs enfans. Pourquoi, s'ils
vouloient les tenir, par la suite, dans l'état d'humiliation,
sacrifioient-ils des sommes considérables pour les envoyer en France,
prendre une éducation qui les mettoit à même de sentir plus vivement
l'état d'opprobre et d'abjection, qui les attendoit à leur retour dans
les colonies? Leurs pères avoient eu souvent pour eux, dans leur
enfance, plus d'affection, plus de foibles que pour leurs enfans
légitimes, et quand ils étoient grands, ils ne leur étoit pas permis de
manger à leur table, pas même de s'asseoir à côté d'eux. Et cela leur
devoit être d'autant plus sensible, qu'ils étoient élevés en Europe,
comme des blancs, et qu'ils ignoroient absolument le préjugé; aussi
plusieurs se sont-ils détruits à leur arrivée à S. Domingue. Leur haine
contre les blancs devoit donc tôt ou tard éclater, et produire les
funestes effets dont plusieurs ont été victimes. S. Domingue existeroit
sans doute encore sans cette aristocratie de couleur portée à l'extrême
(_est modus in rebus_).

La réunion des blancs et des hommes de couleur pouvoit, sinon opposer
une digue insurmontable aux projets dangereux des délégués de la
république, et aux factions des non propriétaires, au moins maintenir
les nègres après leur affranchissement, et les empêcher de céder aux
coupables impulsions qu'ils recevoient des blancs révolutionnaires de
France, qui leur prêchoient l'insurrection et la vengeance.

L'histoire nous apprend que dans tous les pays où il y avoit des
esclaves, les fils d'affranchis jouissoient de toutes les prérogatives
de la société, pourquoi n'auroient-ils pas eu cet avantage dans les
Antilles? Quel inconvénient pouvoit-il en résulter? aucun; et cette
augmentation de population libre, unie par les mêmes intérêts eût fait
la sûreté de la colonie. Cela est incontestable; mais nous sommes bien
éloignés du sentiment de Joël Barlow, qui veut que les mariages mixtes
soient encouragés par des primes; cela ressemble un peu à la récompense
qu'un législateur de la république vouloit que l'on eût accordé aux
filles publiques qui produiroient un enfant. Qu'on n'attache point
d'infamie aux alliances avec les femmes de couleur, la nature fera le
reste. Nous croyons donc d'une très-mauvaise politique d'encourager les
blancs à faire des enfans jaunes, au lieu de blancs, et nous sommes
persuadés d'avance, que la compagnie des jaunisseurs que Joël Barlow
veut instituer, ne fera pas fortune, malgré la prime d'encouragement
qu'il veut qu'on lui accorde. Si l'on vouloit consulter Knight, il
seroit d'avis de ramener la race blanche à sa couleur primitive, qu'il
dit être la noire, et il accorderoit la prime d'encouragement à une
compagnie de noircisseurs. Comment les accorder? Hélas! laissons le
monde comme il est, c'est le plus sage parti. La tentative inutile et
malheureuse que l'on a faite en France, de ramener toutes les classes de
la société, à une égalité chimérique, n'a-t-elle pas assez démontré la
nécessité d'une hiérarchie dans la société? On a été forcé d'y revenir;
il est donc impolitique que le maître s'abaisse à épouser son esclave.
Que pense-t-on aujourd'hui de ceux qui, pour encenser l'idole du jour,
pendant la révolution, ont épousé leurs servantes, qu'ils n'osent
produire en société, depuis que le règne de la raison a prévalu? Les
préjugés sont donc souvent nécessaires quand ils sont modifiés d'après
les pays et les moeurs.

Cependant, nous sommes bien de l'avis de l'évêque Grégoire, qu'il est
injuste et impolitique de prolonger jusqu'à plusieurs générations,
l'exclusion des affranchis, des prérogatives sociales. Le nègre
Toussaint, plus rusé politique que la majeure partie des colons, ne
craignoit rien tant que la franche réunion des hommes de couleur et des
affranchis avec les blancs, qui n'auroit pas manqué d'être un obstacle
insurmontable à ses projets audacieux; aussi ordonna-t-il au nègre
Dessalines, son sicaire, d'exterminer la race entière des mulâtres et
nègres libres. Ce tigre noir, pour lequel cet ordre sanguinaire étoit
une vraie jouissance ne manqua pas de le mettre à exécution, en les
faisant fusiller et noyer par centaines. Nous avons été forcés d'être
témoins oculaires de ces horribles exécutions, dont le théâtre étoit à
l'Arcahaye. Sur l'habitation des sources, près le grand chemin qui
conduit à S. Marc, la terre y est encore couverte des ossemens de ces
malheureuses victimes de la politique barbare du nègre Toussaint.
D'autres ont été noyés dans le canal, qui sépare les terres de
l'Arcahaye de celles de Léogane. Si parmi ces hommes de couleur (comme
il n'y a pas de doute), il en existoit quelques-uns de coupables envers
les blancs, il y en avoit aussi beaucoup auxquels plusieurs colons
devoient la vie. Nous nous attendions bien que toutes ces horreurs
étoient les préludes de ce qui devoit nous arriver; mais, où fuir? On
nous refusoit à cette époque des passeports, et dans la supposition que
nous eussions pu nous en procurer, où aller avec rien? Pouvions-nous
retourner en France, notre ancienne patrie? Nous étions instruits, qu'à
cette époque, l'opinion étoit fortement prononcée contre nous; nous
n'ignorions pas que plusieurs de nos frères colons, victimes de
l'opinion des négrophiles, avoient porté leur tête sur l'échafaud: telle
étoit notre position, qu'en cherchant à éviter un écueil, nous ne
pouvions éviter de tomber dans un autre. Le féroce Dessalines, trop
borné pour être politique, en passant une revue à Jérémie, entendit
quelques blancs qui parloient de la paix entre la République et
l'Angleterre; il leur dit, dans son idiome nègre (car il ne savoit pas
d'autre langue), _blancs, zotes après palé la pe, e ben quand la pe vini
pren gar cor à zotes_. Blancs, vous parlez de la paix, et bien, quand la
paix viendra, prenez garde à vos corps. Sa prédiction ne s'est que trop
accomplie.

«L'usage des bourreaux fut toujours de calomnier les victimes (chap. II,
p. 67).»

    _Quo usque tandem abutere patientia nostra?
    quandiu etiam furor iste tuus nos eludet?_

Vous ne verrez donc toujours dans les colons que des bourreaux, et dans
les nègres que des victimes? En vous citant au tribunal de la vérité,
nous vous demanderons de quel côté sont aujourd'hui les victimes, et de
quel côté sont les bourreaux?

«Les marchands négriers et les planteurs ont dites-vous nié ou atténué
le récit des forfaits dont on les accuse.»

Depuis quel temps n'est-il plus permis de repousser des inculpations
calomnieuses? Montesquieu, que vous citez pour avoir ridiculisé
l'infaillibilité des colons, l'auroit-il transmise aux négrophiles?
Hélas! il ne pouvoit transmettre ce qu'il n'avoit pas lui-même, _cujus
vis hominis errare_. Nous appliquerons aux négrophiles la seconde partie
de la phrase de Cicéron, _sed nullius nisi insipientis perseverare in
errore_. Ne sommes nous pas fondés à leur faire ce reproche, lorsque la
funeste expérience des malheurs incalculables qui ont dérivé de leur
système (n'a apporté aucun changement dans leur opinion)?

«Les colons ont même voulu faire parade d'humanité, en soutenant que
tous les esclaves, tirés d'Afrique, étoient des prisonniers de guerre,
ou des criminels qui, destinés au supplice, devoient se féliciter
d'avoir la vie sauve, et d'aller cultiver le sol des Antilles; démentis
par une foule de témoins oculaires, ils l'ont été de nouveau, par ce bon
John Newton, qui a résidé long-temps en Afrique.»

Nous demanderons à l'évêque Grégoire s'il existoit des guerres entre les
nègres d'Afrique avant l'établissement de la traite? Il ne pourra le
contester. Que faisoient alors les vainqueurs, de leurs prisonniers?
Plusieurs voyageurs nous ont appris qu'ils les tuoient, et souvent les
mangeoient. Ont-ils encore des guerres entr'eux? il n'y a pas de doute.
M. Grégoire nous dit, même d'après Barlow, que les Européens, pour se
procurer des nègres, font naître et perpétuent l'état de guerre en
Afrique. Que font aujourd'hui les conquérans de leurs prisonniers? ils
les vendent: qu'en feroient-ils, si la traite cessoit? peut-être, un peu
moins barbares qu'ils ne l'étoient jadis, ils ne les tueroient, ni ne
les mangeroient; mais il n'y a pas de doute qu'ils n'en fissent leurs
esclaves: que gagneroient donc les nègres à l'abolition de la traite?
Nous avons déjà indiqué le seul moyen de changer la condition vraiment
malheureuse de ces peuples; c'est la civilisation, mais comment y
parvenir? _Hoc opus; hic labor est_. Si l'on pouvoit former une
compagnie de missionnaires tels que le bon curé Sibire, l'entreprise
deviendroit peut-être possible: mais! où en trouver de semblables?
_Quando ullum invenient parem?_ L'évêque Grégoire ajoute, qu'une foule
de témoins oculaires, affirment le contraire de ce que les planteurs et
les marchands négriers avancent sur ce sujet; mais de cette foule de
témoins, il ne cite qu'un individu, que nous sommes bien en droit de
récuser (John Newton) qui, tout en déclamant contre la traite et
l'esclavage des nègres, en a vendu et acheté pendant neuf années
consécutives. Nous ne pourrions pas dire de lui, ce que Pline disoit,
lorsqu'on lui reprochoit d'écrire avec trop de licence:

_Lasciva est nobis pagina, vita proba_.

En transposant le premier et le dernier mot de cette phrase, elle pourra
s'appliquer à John Newton.

_Proba est nobis pagina, vita lasciva_.

Rien de plus commun que la contradiction entre la conduite et les
écrits; mais si l'on veut persuader, il faut prêcher d'exemple, et ne
pas être marchand de nègres, quand on dit et écrit, que ce commerce est
abominable. Ce que nous ne nions pas; mais.....

L'extrême sensibilité de l'évêque Grégoire ne s'étend pas seulement sur
l'espèce humaine noire, comme quelques méchans ont voulu lui en faire le
reproche. Dans son ouvrage sur la _Littérature des nègres_, il
sollicite, de la police de Paris, justement sévère, un règlement qui
déterminera une punition contre les féroces charretiers, et les brutaux
cochers de fiacre, qui tous les jours excèdent de fatigue et de coups,
le plus utile des animaux domestiques, le cheval, que le célèbre Buffon
appelle la plus belle conquête de l'homme. La tolérance de la police, à
cet égard, dit l'évêque Grégoire, habitue le peuple à être insensible et
cruel; aussi ce prélat cite avec plaisir un règlement qu'il a lu à
Londres, qui décerne les amendes contre quelqu'un qui maltraiteroit
inutilement des animaux. Mais est-il bien facile de constater ce délit?
les prévenus, ne soutiendront-t-ils pas toujours que leurs chevaux ne
vouloient pas avancer sans cela, et qu'ils sont bien les maîtres de les
frapper? Nous rapporterons à cette occasion, qu'un prélat, dont nous
avons oublié le nom, qui avoit, comme M. Grégoire, beaucoup de
sensibilité pour les animaux utiles, défendit à un postillon qui menoit
sa voiture, de frapper les chevaux, et surtout de jurer contre eux. Un
mauvais pas se présente, les chevaux s'embourbent, le postillon, d'après
les ordres qu'il avoit reçus, leur parle avec douceur, peut-être même
avec politesse, ils semblent ne pas l'entendre; il leur montre son fouet
en les menaçant seulement; il n'en font aucun cas, et ne bougent pas; le
prélat, pressé de se rendre, demande au postillon si cela durera encore
long-temps? Autant de temps, répondit-il, à sa grandeur, qu'elle ne me
permettra pas de me servir de mon fouet, et de parler à mes chevaux dans
les termes que j'ai coutume d'employer en pareil cas. Le prélat, fatigué
d'attendre: faites et dites tout ce que vous voudrez, pourvu que vous me
sortiez du bourbier. Pour lors le postillon appliqua à sa manière
quelques coups de fouet à ses chevaux, en prononçant quelques gros mots
d'un ton très-énergique et les chevaux sortirent la voiture du bourbier.
Mais, si le cheval est la plus belle conquête de l'homme, ne
pourrions-nous pas avancer que le boeuf est la plus utile? Pourquoi donc
l'évêque Grégoire ne solliciteroit-il pas un règlement en leur faveur?
N'est-ce pas le comble de l'ingratitude de la part des hommes, de se
nourrir d'un pain arrosé de leur sueur. Que disons-nous? du sang de ces
quadrupèdes malheureux, que les laboureurs percent impitoyablement à
coups d'aiguillons, et dont la vie n'est qu'un supplice prolongé, et de
les vendre quand ils sont vieux, et hors d'état de travailler à un
barbare boucher qui les assomme impitoyablement, et en vend les lambeaux
encore fumans au philosophe Grégoire, qui en fait faire de la soupe, et
aux sensibles Anglois, qui en font faire des _roast beef_. Cependant des
maximes touchantes, à cet égard, nous dit, M. Grégoire, sont consignées
dans les livres sacrés que révèrent les Juifs et les Chrétiens (Ep. B.
Pauli ad Thimoteum, ch. V, v. 18). _Non alligabis os bovi trituranti_.

Que dirons-nous de ces quadrupèdes si intéressans, dont la douceur est
l'apanage, que nous dépouillons, tous les ans, de leur toison, pour en
faire des vêtemens qui nous garantissent de la rigueur des saisons?
Qu'en fait-on, quand ils sont vieux? Ne trouveront-ils pas aussi une ame
sensible qui s'appitoyera sur l'ingratitude des hommes à leur égard? Ne
pourrions-nous pas accuser l'évêque Grégoire d'un peu de partialité,
lorsque, du cheval, il passe de suite aux oiseaux, qui, certes n'auront
pas à se plaindre? L'Aréopage condamna à mort un homme pour avoir tué un
oiseau qui, poursuivi par un épervier, s'étoit réfugié dans son sein.
Cette peine, dit M. Grégoire, étoit sans doute exagérée; ce mot: sans
doute, ne laisse point d'incertitude sur l'opinion de ce prélat,
relativement à ce jugement; il trouvoit la punition, à la vérité, un peu
forte pour la première fois; mais, il ne la désapprouve pas tout-à-fait.
Notre manière de voir est bien différente; car nous pensons que les
juges qui ont eu la barbarie de condamner à mort un homme pour avoir tué
un oiseau, que tous les autres hommes mangent, après les avoir tués ou
fait tuer, méritoient de périr sur le même échafaud, et leurs cadavres
auroient dû être exposés sur des arbres, pour servir de pâture aux
corbeaux leurs protégés. Pour être conséquent dans ses principes, sans
doute que l'évêque Grégoire ne mange ni perdrix, ni cailles, ni
alouettes. Votre objection, nous dira-t-on, n'a pas le mérite de
l'à-propos; quand Monseigneur mange des perdrix, des cailles ou des
alouettes, ce n'est pas lui qui les a tuées, elles ont tombé toutes
rôties sur sa table: savez-vous la différence que nous mettons entre
l'ornithocide et l'ornithophage? Celle que l'on met entre le voleur et
le receleur; ils sont, à peu de chose près, aussi coupables l'un que
l'autre. Si les hommes n'achetoient pas le gibier pour le manger, il ne
se trouveroit pas de chasseurs ni d'oiseleurs qui passeroient leur temps
à tendre des filets pour les prendre et pour les tuer. _Sublata causa,
tollitur effectus_. On nous a assuré que M. Grégoire aimoit les huîtres
et qu'il en mangeoit beaucoup: mais ce sensible philosophe songe-t-il
bien qu'il dévore impitoyablement des animaux tout vivans? Est-ce parce
que la nature leur a refusé la faculté d'exprimer la douleur qu'ils
ressentent lorsqu'on les mange? Faut-il donc être dévoré parce que l'on
est stupide. Il faut donc vivre de végétaux! nous dira-t-on. Hélas! si
l'on en croit Pythagore, nous ne serions pas encore exempts de
reproches; ce philosophe ne mangeoit point de fèves, dans la crainte de
manger ses cousines.

«Vingt ans d'expérience m'ont appris, dit M. Grégoire, ce qu'opposent
les marchands de chair humaine: à les entendre, il faut avoir vécu dans
les colonies, pour avoir droit d'opiner sur la légitimité de
l'esclavage, comme si les principes immuables de la liberté et de la
morale, varioient selon les degrés de latitude.»

Nous n'avons jamais avancé qu'il fallût avoir vécu dans les colonies,
pour avoir le droit d'opiner sur la légitimité de l'esclavage, c'est une
question à part: nous avons seulement dit, et nous le répétons, que les
lois de notre gouvernement l'avoient rendu légitime à notre égard; nous
ne l'avions pas institué, et il n'étoit pas en notre pouvoir de
l'abolir. Nous maintenons de plus (ce qui vient d'être prouvé par
l'expérience), qu'il faut avoir une parfaite connoissance du climat, des
colons et des nègres, pour pouvoir entreprendre une opération, que les
législateurs les plus consommés, et les hommes doués de la politique la
plus judicieuse, ont toujours regardée comme très-difficile, même comme
dangereuse, l'affranchissement des esclaves. Constantin, que cite
l'évêque Grégoire, en offre lui-même un argument sans réplique; il
ébranla par l'affranchissement subit les bases de son empire. Est-il de
plus zélé défenseur de la cause des nègres que Raynal? est-il de
négrophile qui ait élevé sa voix au même ton que lui, pour solliciter
l'abolition de l'esclavage? Au moins du milieu du volcan embrasé de son
imagination exaltée, sortent par intervalles des étincelles de raison.

«Il ne faut pas, dit-il, faire tomber les fers des malheureux qui sont
nés dans la servitude, ou qui y ont vieilli. Ces hommes stupides, qui
n'auroient pas été préparés à un changement d'état, seroient incapables
de se conduire eux-mêmes, leur vie ne seroit qu'une indolence
habituelle, ou un tissu de crimes. Le grand bienfait de la liberté doit
être réservé pour leur, postérité, et même avec quelques modifications.»

S'il existe dans le monde quelqu'un, dans lequel on ne puisse soupçonner
la sincérité d'une semblable assertion, c'est sans contredit Raynal; il
n'a pu y avoir que la force de la vérité et de l'évidence qui aient pu
lui arracher un pareil aveu.

Revenons à l'évêque Grégoire.

«Quand on oppose aux colons l'accablante autorité d'hommes qui ont
habité ces climats, et même fait la traite, ils les démentent ou les
calomnient».

Nous ne sommes nullement accablés par l'autorité des hommes que cite
l'évêque Grégoire, nous ne nous mettrons même pas en frais de les
démentir; quiconque prêche la vertu, et pratique le vice, ne se
donne-t-il pas à soi-même le démenti le plus formel? Tel est John
Newton, qui, après avoir vendu des nègres pendant neuf ans, déclame
contre ce trafic abominable, depuis qu'il s'est fait ministre anglican.
Falloit-il donc neuf années pour qu'il s'aperçût qu'il étoit dans la
mauvaise voie; et s'il s'en est aperçu plutôt, que devons-nous penser de
ce ministre?

«Les planteurs auroient fini, dit l'évêque Grégoire, par dénigrer ce
Page, qui après avoir été un des plus forcenés défenseurs de
l'esclavage, chante la palinodie dans un ouvrage où il prend pour base
de la restauration de S. Domingue, la liberté des nègres.»

M. Page étoit colon, et la funeste prévention qui existoit contr'eux, à
l'époque où il s'est rétracté, a pu le déterminer à prendre peut-être le
seul moyen de mettre son existence à couvert; au reste, il ne seroit pas
impossible qu'il eût pu croire qu'il falloit, pour la restauration de S.
Domingue, prendre pour base la liberté des noirs; comme bien d'autres
colons, surtout ceux qui habitoient la France, il a cru que ces noirs
pouvoient, dans un instant, devenir des hommes civilisés. Quelle erreur
funeste! il ne les connoissoit nullement, il falloit, pour acquérir
cette connoissance, les avoir observés avant et depuis leur
affranchissement. L'homme noir ou blanc ne se montre jamais tel qu'il
est dans la servitude; et il n'est donné qu'à un petit nombre
d'observateurs de prévoir ce qu'il pourra devenir après son
affranchissement. Si M. Page écrivoit sur le même sujet, dans ce
moment-ci, il chanteroit de nouveau la palinodie.

«Les planteurs s'obstinent à soutenir que dans les colonies qui sont des
pays agricoles, le premier des arts doit être flétri par la servitude,
sous prétexte que ce travail excède les forces de l'Européen, quoi qu'on
leur allègue le fait irréfragable de la colonie d'Allemands et
d'Acadiens établie par M. d'Estaing, en 1764, à Bombarde, près le Môle
S. Nicolas, dont les descendans, voient autour de leurs habitations, des
cultures prospères, croître sous des mains libres (chap. II, pag. 70).»

L'argument le plus fort contre la possibilité de cultiver les Antilles
avec des Européens, est précisément la citation de l'évêque Grégoire, de
la petite colonie d'Allemands et d'Acadiens, qui ont été sacrifiés à
l'illusion malheureuse du ministère françois. De plusieurs milliers qu'y
conduisit M. d'Estaing, en 1764, il en reste à peine quelques centaines,
qui ne font autre chose que cultiver quelques légumes, quelques
figuiers, quelques ceps de vignes, dont ils vont vendre les fruits aux
habitans du Môle S. Nicolas, ou aux capitaines des navires qui partent
de ce port. Ce genre de culture n'exige pas plus de deux heures de
travail le matin et le soir; l'arrosage est ce qu'il y a de plus
essentiel, mais il n'est pas pénible, parce qu'ils ont disposé des
rigoles de manière qu'elles conduisent l'eau dans chacune des planches,
les unes après les autres. Quelques-uns, mais en petit nombre, cultivent
quelques pieds de café, mais seulement pour leur provision; il est
très-rare qu'ils en vendent. Voilà ce que l'évêque Grégoire appelle des
cultures prospères, qui croissent sous des mains libres.

Si l'absence de l'ambition, quand on est au-dessus des besoins, est une
fortune réelle, cette petit colonie est riche sous ce rapport; mais si
vous peuplez les Antilles de semblables cultivateurs, semez en Europe
des champs de chicorée, rétablissez vos sucreries d'Orléans, plantez des
érables, des betteraves; substituez la laine et la soie au coton, que le
pastel remplace l'indigo, que vos flottes se réduisent à de petits
bateaux qui transporteront sur vos rivières et sur vos superbes canaux
vos richesses territoriales. Vous en serez sans doute plus heureux; mais
hélas! il est attaché à la condition de l'espèce humaine, de rêver
toujours le bonheur, et de n'embrasser au réveil qu'une chimère. La
nation françoise peut-elle s'isoler, en rompant un des anneaux de la
grande chaîne politique, qui doit unir entr'elles toutes les puissances
civilisées, le commerce?

«Ignore-t-on, dit l'évêque Grégoire, que les premiers défrichemens du
sol colonial ont été faits par des blancs, surtout par des manouvriers
qu'on appeloit des engagés de trente-six mois?»

Cela est vrai, mais on ne dit pas qu'un très-petit nombre a pu résister
au climat; nous en avons connu un d'un âge très-avancé, qui nous a dit
avoir, pendant plusieurs années, marché pieds nus, n'ayant sur le corps
qu'une simple chemise de grosse toile, et un pantalon de matelot, et
qu'il n'avoit commencé à sortir de cette misère, qui seroit
insupportable à la majorité des Européens, qu'à l'époque où il avoit pu
se procurer des nègres; il nous a bien assuré que les neuf dixièmes
avoient succombé. La comparaison que fait M. Grégoire, de la chaleur du
climat des Antilles, avec celle des verreries et des forges d'Europe,
qui, selon lui, est bien plus forte, ce que nous ne contesterons pas,
n'a pas le mérite de la justesse; cette dernière chaleur n'est que
momentanée, pendant la nuit, et dans les intervalles des travaux, les
ouvriers peuvent respirer un air ou frais, ou au moins tempéré, ce qui
rend au système animal le ton qu'une chaleur immodérée lui avoit fait
perdre. Dans les Antilles, au contraire, pendant neuf mois de l'année,
la chaleur est constante, et la température des nuits ne diffère que
très-peu de celle des jours, ce qui fait qu'on se lève souvent aussi
fatigué que l'on s'étoit couché.

«Fût-il vrai que ces contrées ne puissent fleurir sans le secours des
nègres, il faudroit en tirer une conclusion très-différente de celle des
colons; mais ils appellent sans cesse le passé à la justification du
présent (chap. II, pag. 71).»

L'argument le plus irréfragable que nous puissions opposer, est
d'appeler le présent à la justification du passé. Que font les nègres,
depuis leur liberté? Mais entreprendre de persuader aux négrophiles, qui
ne connoissent en aucune manière le climat des Antilles, qu'il faut des
nègres et non des Européens pour en cultiver le sol, et qu'ils ne le
feront pas sans y être contraints, c'est vouloir _isthmum fodere_. Ils
vous diront pourtant (ch. I, pag. 18), qu'entre les tropiques, tous les
hommes sont noirs. Bonne nature, vous ne saviez donc ce que vous
faisiez, il falloit y mettre des blancs. Nous ne pouvons cependant
disconvenir qu'on puisse, dans les Antilles, employer des blancs à la
culture, mais à celle du café seulement, parce qu'elle ne peut avoir
lieu que dans les montagnes où la température, souvent plus que fraîche,
donne à l'air que l'on respire, beaucoup d'analogie avec celui d'Europe,
dans le printemps ou dans l'automne.

Supposons donc que les blancs, transportés dans les montagnes des
Antilles, y peuvent résider et travailler sans compromettre leur
existence, pas même leur santé. Voyons actuellement si la chose,
possible sous ce rapport, offre les avantages nécessaires pour
déterminer les colons à se servir des blancs pour la culture du café.

Pleins de santé, de vigueur et d'espérance, il faut se mettre au
travail. La première opération qui se présente et qui est très-urgente,
est de se construire une case, pour se mettre à l'abri des pluies qui
sont presque continuelles dans les montagnes, et pour se garantir du
froid qui est très-poignant pendant les nuits. Comme on ne peut porter
de la plaine, des bois de construction, pour bâtir, il faut couper des
arbres, les écarrir, les scier, travail très-pénible, pour des Européens
qui ne sont pas encore acclimatés; il faut aussi abattre du bois pour
défricher, car toutes les terres des montagnes sont couvertes de forêts
aussi antiques que le monde, il s'y trouve des arbres si gros, qu'un
seul homme ne viendroit pas à bout de le couper seul dans huit ou dix
jours; il faut débiter ensuite ces arbres (c'est un terme usité dans les
Antilles, pour signifier couper les branches d'un arbre, lorsqu'il est
abattu), opération nécessaire pour pouvoir y mettre le feu, car c'est la
manière dont on s'en débarrasse pour découvrir la terre. Après que le
feu a consumé une grande partie de ces énormes végétaux, on plante des
vivres, des pois, des patates, des bananiers surtout, car il faut,
pendant quatre ans, exister comme l'on peut, avant que la première
récolte du café, que l'on plante après les vivres, ou en même temps,
mette dans le cas le planteur de se procurer plus d'aisance, il ne fait
donc que de dépenser jusqu'à cette époque; car, outre les bâtimens qu'il
a fallu faire pour l'exploitation des cafés, il faut encore faire des
escarpemens très-pénibles et très-coûteux pour y faire des glacis ou
terrasses, pour étendre le café au soleil, quand on l'apporte des
jardins. Il faut aussi un moulin à piler, et des mulets pour le tourner.
Nous omettons encore bien d'autres détails et dépenses, parce que ce
n'est pas la plus grande difficulté. Il est évident, d'après tout ce que
nous venons de dire, qu'il faut un certain nombre d'hommes blancs pour
entreprendre la culture du café; il faudra donc que le propriétaire de
l'habitation en fasse venir d'Europe, paye leur passage, les salarie
pendant quatre ans, sans rien retirer de leur travail; car, comme nous
l'avons dit, on ne commence à récolter le café que la quatrième année de
sa plantation: voyons actuellement quelle est la quantité de café que
pourra ramasser un blanc? Un nègre en ramassoit quinze cents à deux
milliers par an; le blanc, moins paresseux et plus raisonnable, pourra
en ramasser quatre cents livres de plus; voilà donc deux mille quatre
cents livres de café par chaque blanc, qui, évalué à un prix moyen,
quinze sols (souvent il se vendoit moins, rarement plus), fera une somme
de dix-huit cents francs. Quel sera le salaire de chaque blanc? Il n'est
pas probable qu'un Européen consente à s'expatrier pour travailler à la
terre dans les Antilles, s'il n'y trouve pas une compensation au
sacrifice qu'il fait; nous jugeons donc qu'il est impossible d'avoir un
blanc à moins de douze cents francs par an et sa nourriture, ce qui fera
pour le moins une somme de dix-huit cents francs; or, nous demanderons
où sera le profit du maître de l'habitation. Le projet de faire cultiver
même le café, par des Européens, est donc une pure chimère qui ne peut
exister que dans le cerveau de ceux qui n'ont pas la moindre
connoissance des colonies.

Voudra-t-on faire travailler ces Européens dans les plaines, à la
culture du sucre, qui est beaucoup plus lucrative. Nous allons citer un
essai qui dépersuadera les négrophiles de la possibilité de le faire, si
toutefois un négrophile peut être dépersuadé. Le régiment de Vermandois,
étant en garnison à Léogane, en 1767, deux planteurs, MM. Merger et
Siber, demandèrent au gouvernement la permission d'employer des soldats
à la culture de leurs habitations; ce qui leur fut accordé. Dans
l'espace de trois mois, sur deux cents soldats, il en mourut cent
quatre-vingts; et pourtant ces hommes étoient contenus par une exacte
discipline, et réprimés dans tous leurs excès.

Revenons à M. Grégoire, notre apologie n'est pas encore finie.

«Tant qu'il y aura, dit-il, un être souffrant en Europe, les planteurs
nous défendent de plaindre ceux qu'on tourmente en Afrique et en
Amérique, ils s'indignent de ce qu'on trouble la puissance des tigres,
dévorant leur proie.»

Dans quel temps et dans quel occasion les planteurs ont-ils reproché de
plaindre les malheureux nègres, car il n'y a pas de doute qu'il n'y en
eût quelques-uns dans cette hypothèse; mais bon et sensible prélat, ne
savez-vous pas mieux que nous, que la pitié, vertu que vous devez
pratiquer plus particulièrement qu'un autre, est un sentiment
susceptible de se diviser, il falloit donc, en plaignant les nègres, que
l'on tourmente, dites-vous, en Afrique et en Amérique, songer un peu aux
suites funestes pour les malheureux blancs, que pouvoit avoir votre
pitié mal dirigée. _Hæc opportuit facere, et illa non omittere_. Mais
quelle pitié peuvent inspirer des tigres dévorant leur proie? M.
Grégoire avoit oublié jusqu'à présent ces belles qualifications, nous
n'avons rien perdu pour attendre; nous eussions cependant préféré le mot
négrophages à celui de tigres, car enfin nous ne marchons pas à quatre
pattes. Tout en nous donnant la douce épithète de tigres, l'évêque
Grégoire se plaint de ce que nous avons «tenté d'avilir la qualité de
philantrope ou ami des hommes, dont s'honore, quiconque n'a pas abjuré
l'affection pour ses semblables, ces colons ont créé, dit il, les
épithètes de négrophiles et de blancophages, dans l'espérance qu'elles
imprimeroient une flétrissure.»

Comme le dit très-bien M. Grégoire, le mot philantrope signifioit
anciennement, en Amérique comme en France, ami des hommes; mais depuis
que des monstres à figure humaine, que le diable, dans sa colère, vomit
sur les côtes de S. Domingue, pour le malheur des blancs et des noirs,
se sont qualifiés du nom de philantropes et de républicains, nous avons
cru que la révolution s'étoit opérée dans la langue françoise comme en
tout autre chose, et que les mots signifioient actuellement tout le
contraire d'autrefois.

«Nous avons, dit l'évêque Grégoire, créé les épithètes de négrophiles et
de blancophages, dans l'espérance qu'elles imprimeroient une
flétrissure.»

À l'égard de quelques négrophiles que nous avons connu, cela seroit
impossible; car, où placer une nouvelle flétrissure, sur des individus
qui en sont tous couverts?

«Ne demandez pas si vos antagonistes n'ont pas encore employé d'autres
armes que le sarcasme et la calomnie (chap. II, pag. 78).»

Pourquoi n'emploierions-nous pas les mêmes armes dont on se sert contre
nous? n'est-ce pas dans l'arsenal des négrophiles que nous les avons
dérobées? Qu'ils ne craignent pas d'en manquer, les auxiliaires leur en
fourniront; plusieurs d'entr'eux ont un talent particulier pour forger
et aiguiser ces sortes d'armes que l'évêque Grégoire nomme sarcasmes et
calomnies.

«Nous avons, dit-il, supposé que tous les amis des noirs étoient les
ennemis des blancs, et de la France.»

La supposition est-elle gratuite? Lorsque les deux tiers des blancs de
S. Domingue ont été victimes du système impolitique des amis des noirs,
et que cette opinion, au moins irréfléchie, est la cause la plus directe
de la ruine du commerce de France; et n'ont-ils pas à se reprocher, sous
ce rapport, d'avoir servi l'Angleterre, qu'ils en fussent soudoyés ou
non.

«Parle-t-on de justice? les colons répondent, en parlant de sucre, de
café, d'indigo, de balance du commerce. Raisonne-t-on? ils disent qu'on
déclame.»

Les grands mots, justice, vertu, fraternité, humanité, sortoient sans
cesse de la bouche des prétendus philantropes républicains; ils étoient
écrits en grosses lettres sur le frontispice de tous leurs édifices
publics, et dans le même temps, _fratres, fratres, cives, cives
trucidabant, tantum opinio potuit suadere malorum_. Dans quelles
circonstances les négrophiles ont-ils donc pratiqué à notre égard cette
justice dont ils se targuent? Quand ont-ils raisonné conséquemment? La
justice et la raison ont-elles jamais marché de front avec l'exaltation?

«On reproche aux colons de répondre aux objections qu'on leur fait; en
parlant d'indigo, de sucre, et de café.»

_Tractant fabrilia fabri_. Au moins parlent-ils de ce qu'ils
connoissent. Si, à l'exemple des Bossuet, des Fénélon, des Fléchier,
l'évêque Grégoire eût employé son érudition, ses talens littéraires; à
étayer, pendant là révolution, l'édifice de la religion qui écrouloit de
toute part, vraiment digne du caractère dont il est revêtu, nous
n'aurions pas le droit de rappeler à ce prélat, relativement à son
négrophilisme mal dirigé, la fable de l'Ours et de l'Amateur des
jardins.

    Rien n'est si dangereux qu'un ignorant ami;
    Mieux vaudroit un sage ennemi.

«Fait-on un appel aux coeurs sensibles? les planteurs ricannent.»

Ont-ils bien le droit de faire ce rappel, ceux auxquels le massacre des
deux tiers des colons, et la misère affreuse de ceux qui par miracle ont
échappé, ne peuvent pas faire faire un pas rétrograde vers la pitié?
Jouissez donc, jouissez encore, négrophiles opiniâtres; une nouvelle
curée se présente, quinze mille malheureuses victimes de votre erreur,
devenue coupable par la persévérance, viennent tout récemment d'être
chassés de l'île de Cuba, par les Espagnols; ils ont été déportés à la
Nouvelle-Orléans; suivez les vampires insatiables, précipitez-vous de
nouveau sur leurs corps décharnés, et sucez le reste de leur sang.
Sera-ce le dernier refuge de ces malheureux? Hélas! les pauvres n'ont
plus d'asile, et grace aux impostures des négrophiles, les infortunés
colons sont en horreur à toute la nature. Où trouveront-ils donc où
reposer leur tête, et où terminer une vie dont chaque jour est marqué
par de nouvelles calamités? Les négrophiles verront encore, dans le
dernier coup qui vient d'accabler les planteurs, une punition méritée de
leurs crimes prétendus, tandis que ce n'est qu'une suite funeste de leur
système irréfléchi, et de leurs calomnies outrées. Voltaire disoit qu'il
ne manquoit au peuple juif que d'être antropophage pour être le peuple
le plus abominable de la terre, en nous gratifiant de cette épithète,
l'évêque Grégoire nous met encore au-dessous de ce peuple. Les
planteurs, dit-il, s'acharnent sur les cadavres des malheureux nègres,
dont ils sucent le sang, pour en extraire de l'or.

«Vengeons-nous, dit ce bon prélat, d'une manière qui est la seule avouée
par la religion, saisissons toutes les occasions de faire du bien aux
persécuteurs, comme aux persécutés.»

Sublime morale de la religion chrétienne, pourquoi n'êtes-vous que dans
les livres et sur les lèvres des hommes?... Négrophiles de mauvaise foi,
si vous voulez avoir des droits à la reconnoissance des blancs que vous
qualifiez de l'épithète de persécuteurs, faites leur donc connoître le
bien que vous leur avez fait, ou celui que vous avez l'intention de leur
faire. Seroit-ce un autre ouvrage sur la liberté des nègres, que
l'évêque Grégoire annonce avoir encore l'intention de publier? Oh! pour
le coup, notre reconnoissance sera sans bornes, ainsi que celle des
persécutés noirs, si toutefois il en survit aux suites funestes du
premier essai des négrophiles dont il a causé la destruction des deux
tiers, et le malheur du reste.

A Dieu ne plaise cependant que nous ne rendions pas justice à la pureté
des intentions de l'évêque Grégoire; mais en politique, la plus petite
erreur peut avoir les suites les plus fâcheuses.

      Ludere qui nescit, campestribus abstinet armis.

«Les défenseurs de l'esclavage sont presque tous irréligieux, et les
défenseurs des esclaves, presque tous religieux (chap. II, pag. 77).»

Si nous n'avions pas plus de charité que l'évêque Grégoire, nous
donnerions ici une petite liste des noms de plusieurs défenseurs
d'esclaves, et nous laisserions le public maître de prononcer sur leur
moralité et leur religion. Mais, qu'entendent les négrophiles, par
défenseurs de l'esclavage? Ce sont sans doute ceux qui prétendent qu'une
certaine civilisation devoit précéder l'affranchissement des esclaves,
pour ne pas le rendre dangereux, et pour les maîtres, et pour eux-mêmes;
ce qui s'est passé à S. Domingue, à cette occasion, n'est-il pas la
preuve la plus convainquante qu'on en puisse donner. Que les défenseurs
de l'esclavage soient religieux ou irréligieux, la charité chrétienne
demandoit qu'on se tût à cet égard; car cela importe fort peu quand il
s'agit de la solution d'un problème politique.

«On a calomnié les nègres, d'abord pour avoir le droit de les asservir,
ensuite pour se justifier de les avoir asservis; et parce qu'on étoit
coupable envers eux (chap. II, pag. 74).»

Encore une fois, Monseigneur, ce ne sont pas les colons qui ont asservi
les nègres, et les potentats africains n'ont pas besoin d'avoir recours
à la calomnie, pour motiver le droit qu'ils s'arrogent de faire des
esclaves; la loi du plus fort chercha-t-elle jamais à se justifier?

Nous avons, dites-vous, tenté de dénaturer les livres saints, pour y
trouver l'apologie de l'esclavage colonial. Nous n'avons jamais trouvé
dans les livres saints d'apologie de l'esclavage; mais ils ne
l'improuvent pas, puisque S. Paul, dans son épître sixième, à Thimothée,
s'exprime ainsi à l'égard des esclaves: _Quicumque sunt sub jugo servi,
dominos suos omni honore dignos arbitrentur_. Et quelques négrophiles,
qui pourtant se disent chrétiens, leur ont mis le poignard à la main
contre nous.

«L'évêque Grégoire se plaint, que dans les temples des colonies, on voit
les noirs et sang mêlés, dans des places distinctes de celles des
blancs; les pasteurs, dit-il, sont criminels d'avoir toléré un usage si
opposé à l'esprit de la religion. C'est à l'église, dit Paley, que le
pauvre relève son front humilié, et que le riche le regarde avec
respect; c'est là qu'au nom du ciel le ministre des autels rappelle tous
ses auditeurs à l'égalité primitive, devant un Dieu qui déclare ne faire
acception de personne.»

Pour avoir le droit de citer, comme criminels, les pasteurs des temples
des colonies, qui tolèrent des distinctions dans les places, pour les
blancs et pour les noirs, il faudroit que les pasteurs des temples de
France, n'eussent aucun reproche à se faire sous ce même rapport. Or,
nous avons vu dans leurs temples, les riches séparés du peuple, par des
balustrades dorées, fléchissant à peine les genoux sur de superbes
carreaux de velours ornés de glands d'or; et depuis combien de temps ne
leur offre-t-on plus un encens qui ne dut jamais brûler que pour la
divinité. D'autres citoyens, moins riches sans doute, ou moins élevés en
dignité, étoient munis de deux chaises, l'une pour s'asseoir, et l'autre
pour se mettre à genoux, tandis que plusieurs, et en plus grand nombre
que ces premiers, se tenoient debout, et tellement pressés les uns par
les autres, qu'ils n'avoient pas même la faculté de se mettre à genoux.
Cette inégalité n'existe-t-elle pas jusque dans le sa sanctuaire? le
prélat n'y est-il pas distingué par son siège épiscopal? les chanoines
n'y sont-ils pas dans des stalles si commodes, qu'ils pourroient y
dormir, tandis que les prêtres du second ordre et les chantres sont sur
de simples tabourets, d'où ils pourroient culbuter très-aisément, s'ils
s'oublioient un instant. N'ayons-nous pas vu le riche, même après sa
mort, étendu sur un superbe lit de parade, insulter encore à la misère
du pauvre? Est-ce donc là l'esprit de la religion? est-ce là cette
égalité primitive, devant un Dieu qui a déclaré ne faire acception de
personne? Qu'on ne se persuade pas, qu'en parlant de la sorte, notre
intention soit de blâmer une hiérarchie que nous croyons au contraire
nécessaire dans l'ordre social, même dans les églises; mais doit il
exister une parfaite égalité dans les temples d'Amérique, entre les
maîtres et les esclaves, lorsqu'elle n'existe pas même dans les temples
de France, entre des hommes libres?

L'évêque Grégoire, encouragé sans doute par les éloges pompeux que
plusieurs journaux ont fait de son livre de la _Littérature des nègres_,
promet de donner un second ouvrage, où «l'on ne lira pas, dit ce prélat,
sans attendrissement, les décisions rendues contre l'esclavage des
nègres, par le Collége des cardinaux, et par la Sorbonne.»

Ces décisions, bien conformes aux principes de la religion chrétienne,
sont sans doute très-louables. Nous sommes bien éloignés (quoiqu'on
puisse en penser) de les désapprouver; mais nous maintenons, qu'avant de
rendre des décisions contre l'esclavage des nègres, il falloit préalable
avoir trouvé un moyen certain de les mettre à exécution, sans danger
pour les blancs, comme pour les nègres. Nous l'avons déjà dit et nous ne
pouvons trop répéter une vérité que les négrophiles ne veulent pas
entendre, ou qu'ils éludent toujours.

L'auteur de la _Littérature des nègres_, pour mettre le comble à la
perfection de sa race chérie, ne se borne pas à chercher à démontrer sa
supériorité sur les blancs, sous le rapport des sciences et des arts,
dans lesquels, dit ce prélat, elle nous a devancés; il nous annonce de
plus, qu'en fait de religion, elle ne nous cède en rien. Plusieurs
nègres, nous dit-il, ont été insérés comme saints dans le calendrier de
l'église catholique, et il en cite jusqu'à un [11], qui se nomme S.
Elesbaan, et que les nègres des dominations espagnoles ont adopté pour
patron; ce que nous croyons sans peine, bien persuadés que les nègres,
dans leur calendrier, n'ont point inséré de saints blancs, puisqu'ils
représentent le diable le plus blanc possible; nous, nous le peignons
noir, lesquels ont raison? _Diù sub judice lis erit_. Cela n'est pas
facile à décider, car dans un corps noir, comme le dit fort bien
l'évêque Grégoire, en parlant de Benoît de Palerme, il peut se
rencontrer une ame très-blanche, _nigro quidem corpore, sed candere
animi praeclarissimus_. Nous avons donc tort de peindre notre diable en
noir, surtout depuis que l'évêque Grégoire, d'après l'autorité de
Knight, nous a appris que la couleur noire étoit l'attribut de la race
primitive dans l'homme, comme dans tous les animaux. C'est sans doute
d'après cette assertion que le gouvernement Portugais a toujours insisté
pour que le clergé séculier et régulier, de ses possessions en Asie, fût
composé de noirs.

[Note 11: Mais il en existera sous peu un second, si toutefois, comme
l'annonçoient les gazettes de 1807, il est vrai que l'on s'occupe de sa
canonisation; il se nomme Benoît de Palerme.]



                             CHAPITRE IV.

_Qualités morales des Nègres. Amour du travail. Courage. Bravoure.
Tendresse paternelle et filiale. Générosité, etc._


L'évêque Grégoire auroit pu, nous dit-il, aborder brusquement la
Littérature des nègres, qui semble être l'objet de son ouvrage; mais ce
prélat a cru nécessaire, pour le complément de la perfection de la race
noire, de mettre sous les yeux des lecteurs l'énumération de ses
qualités morales et de ses vertus. Il nous semble que ce chapitre auroit
dû précéder celui où il nous dit que l'église catholique avoit inséré
dans son calendrier plusieurs saints nègres, car il faut être honnête
homme et vertueux avant que d'être saint; n'importe, s'ils acquièrent
ces vertus après leur canonisation, ils n'en seront pas moins
recommandables.

Commençons par la première vertu dont les gratifie l'évêque Grégoire,
l'amour du travail. Nous nous permettrons de dire, à l'occasion de cette
qualité morale, que si toute les autres vertus des nègres, sont chez eux
au même degré que celle-ci, nous craignons beaucoup que l'église
catholique n'ait introduit, dans son calendrier, des saints un peu
suspects, car l'oisiveté qui, comme tout le monde le sait, est la mère
de tous les vices, est le bonheur suprême, selon les neuf dixièmes des
nègres, et c'est dans la seule faculté de ne rien faire, qu'ils font
consister la liberté. L'évêque Grégoire convient cependant que cette
accusation peut avoir quelque chose de vrai; mais il en trouve de suite
la cause. Les nègres, dit-il, ne sont point stimulés par l'esprit de
propriété, par l'utilité ou par le plaisir; c'est toujours de principes
faux que les négrophiles tirent des conséquences; ils feignent
d'ignorer, que chaque nègre esclave, possède en jouissance, pour toute
sa vie, un morceau de terre, où il sème du tabac, du riz, des légumes de
toute espèce, qu'il y plante des arbres fruitiers, et qu'il va tous les
dimanches, et même tous les soirs, s'il est près d'une ville, vendre le
produit de ce jardin; et que les vivres qu'il peut y recueillir ne lui
sont point nécessaires pour la subsistance alimentaire, que doit lui
fournir l'habitation. Les nègres ont donc une propriété, ils peuvent
donc travailler pour leur utilité particulière, et pour leur plaisir; et
ceux qui sont laborieux (car dans le grand nombre il s'en trouve
quelques-uns), retirent de leurs jardins des profits considérables pour
tous autres que des nègres, qui dépensent ordinairement l'argent avec
autant de facilité qu'ils le gagnent; c'est un peu le caractère de tous
ceux qui sont nés au-delà des tropiques.

Revenons à la paresse du plus grand nombre des nègres; elle est telle,
que si les maîtres, ou les régisseurs ne les forçoient pas par la
crainte des punitions, à travailler dans leurs jardins particuliers, et
à nourrir le cochon qu'on leur a donné, ils le laisseroient mourir de
faim, et leur jardin seroit en friche; ceux qui ne veulent pas laisser
mourir leurs cochons, les laissent sortir pendant la nuit pour aller à
la picorée, au risque qu'ils attrapent un coup de fusil, ou du gérant,
ou des voisins; car ils font beaucoup de tort dans les patates, ou même
dans les pièces de cannes, qu'ils mangent avec avidité. Que les lecteurs
impartiaux et sans exaltation jugent, d'après ce que nous venons de
dire, de l'effet qu'a dû produire sur ces êtres indolens, un
affranchissement subit et général. Ils ont cessé tout-à-coup et
généralement de travailler; qu'en est-il résulté? Cela n'est pas
difficile à deviner: peu s'en est fallu qu'ils ne soient tous morts de
faim; et cela seroit arrivé s'il n'y eût pas eu des cannes à sucre qui
ayant résisté à l'abandon des cultures, leur ont servi de nourriture,
jusqu'à ce que Toussaint les eût forcés de rentrer sur les habitations,
pour y planter des vivres. Voilà la mesure de l'amour du travail chez
les nègres. La preuve irréfragable que l'esprit de propriété n'est pas
un stimulant suffisant pour eux et leur conduite actuelle. Depuis qu'ils
ont S. Domingue en propriété, que font-ils? Ils ramassent quelques
milliers de café, sur des arbres qu'ils n'ont pas pu détruire, et dont
ils n'entretiennent qu'une très-petite quantité. S'ils ne les avoient
pas trouvés tous plantés, ils ne feroient rien..... Quant au sucre et à
l'indigo! oh! il n'en faut pas parler, cela coûte trop de peine, il
faudroit planter les cannes à sucre, semer et sarcler l'indigo. Ce n'est
donc plus l'esprit de propriété qui leur manque; mais les besoins
naturels pour l'homme incivilisé, se réduisent à peu de chose dans les
zones torrides, et les besoins factices sont nuls, _inde mali labes_.

Toussaint qui savoit bien que les nègres, une fois libres, ne
travailleroient plus, rendit une ordonnance par laquelle il étoit
enjoint à tous les nègres de rentrer dans les habitations dont ils
avoient été esclaves; c'étoit le seul moyen de les contenir, et de les
forcer au travail; quelques uns obéirent, mais beaucoup continuèrent à
vagabonder. Il chargea Dessalines de l'inspection des cultures qu'il
vouloit absolument rétablir au moins en partie, ce qui étoit absolument
nécessaire pour l'exécution du projet qu'il avoit déjà conçu de se
rendre chef de S. Domingue. Dessalines, nègre féroce, ne pouvant par les
menaces venir à bout de faire exécuter les ordres de Toussaint, fit dire
aux nègres les plus rebelles, qui habitoient une montagne que l'on
appelle les Chaos, de venir le dimanche à la petite rivière (c'est un
bourg qui est le chef-lieu de l'endroit), pour y passer une revue, et
que personne ne pouvoit s'en exempter; comme tous les nègres étoient
censés former la milice du pays, et qu'ils étoient fiers de cet emploi,
ils se rendirent en très-grand nombre, les uns armés, les autres sans
armes, dans l'intention d'en demander. Dessalines les fit ranger sur
deux rangs sur la place d'armes, et après avoir fait mettre leurs fusils
en faisceaux, il les fit entourer par son régiment de Sans-Culottes, et
leur dit: je vous ai ordonné trois fois de rentrer dans les habitations
dont vous étiez sortis; vous n'avez tenu aucun compte de mes ordres et
de mes menaces, vous allez en être punis. Pour lors, à un signal qu'il
fit, toute la place d'armes fut investie par une armée qu'il avoit
disposée à l'effet qu'aucun nègre ne pût échapper. Ensuite, avec une
douzaine de sicaires, il suivoit les rangs des malheureux nègres
cultivateurs, et sans distinction de ceux qui avoient obéi ou non à
l'ordonnance de Toussaint, il les comptoit, un, deux et trois, et le
quatrième étoit sabré; il en fit exécuter de cette manière vingt-cinq ou
trente. Le commissaire du pouvoir exécutif, qui étoit un blanc, témoin
de cette scène affreuse, crut de son devoir de chercher à la faire
cesser, en implorant la grace des autres; mais le tigre noir, qui
n'étoit pas encore gorgé de sang, tira son sabre et fit le signe de
vouloir l'en frapper: le malheureux blanc s'esquiva heureusement dans la
foule, et la multiplicité des victimes le fit oublier. Mais il n'en fut
pas plus avancé, la peur avoit fait un tel effet sur lui, que la fièvre
le prit, et il mourut dans la journée.

Ce qui venoit de se passer à la petite rivière, fit à peu près l'effet
qu'en attendoient Toussaint et Dessalines, presque tous les nègres
vagabonds rentrèrent dans les habitations, à l'exception de ceux qui
avoient changé de quartier, et que l'on ne pouvoit facilement atteindre.
Toussaint et Dessalines voulurent encore remédier à un abus dont ils
s'étoient aperçus; toutes les négresses, mulâtresses et quarteronnes,
qui, avant l'affranchissement, étoient domestiques sur les habitations,
les avoient quittés; voulant jouir de la plénitude de leur liberté,
elles étoient venues s'établir dans les villes, où elles vivoient, les
unes, des fruits de leurs débauches; les autres, mais en plus petit
nombre, de leur industrie. Toutes affichoient le luxe le plus effréné;
ce qui déplaisoit fort à Toussaint, qui leur en avoit plusieurs fois
fait le reproche. Enfin, sa patience se lassa, il donna ordre à
Dessalines de mettre un frein à ce luxe qui le choquoit, en faisant
rentrer sur leurs habitations respectives toutes les mulâtresses et
négresses qui ne seroient pas de la ville. Toussaint répétoit sans cesse
aux nègres, vous êtes libres; mais l'homme libre doit travailler, s'il
ne le fait pas de bon gré, il doit y être forcé; sans cela la société ne
peut se maintenir. Voici le moyen qu'employa Dessalines pour faire
exécuter les ordres de Toussaint:

Ne vous effrayez pas, lecteur sensible. Si la scène tragique de la
petite rivière a excité dans votre ame des sentimens d'horreur et de
pitié, le tableau tragico-comique que nous allons exposer sous vos yeux,
y fera naître des sentimens bien différens. Dans une grande ville, que
nous croyons ne devoir pas nommer, par ménagement pour certains
individus qui se trouvent en France, et qui ont été acteurs dans la
scène que nous allons faire connoître. Dessalines ordonna une revue
générale le lendemain; et ce qui parut extraordinaire, c'est qu'il fit
dire à toutes les femmes, de quelque couleur qu'elles fussent, qu'elles
eussent à s'y trouver. Cet ordre inquiéta un peu; enfin, ne se doutant
de rien, nos belles se mettent dans leurs plus beaux atours. La mode
régnante d'alors, étoit de porter des robes de mousseline brodée, avec
des queues traînantes d'une longueur extraordinaire; d'ailleurs, les
négresses et mulâtresses, devenues libres, croyoient qu'il étoit du bon
ton d'outrer encore la mode. Rendues sur la place, Dessalines ordonna à
un aide-de-camp de les faire ranger sur une ligne, en observant de
placer alternativement une mulâtresse et une négresse; les hommes furent
également placés en ligne à peu de distance derrière les femmes. Tout
étant ainsi disposé, Dessalines, suivi de plusieurs conducteurs
d'habitations, et de plusieurs nègres munis de très-grands ciseaux,
s'approcha du rang des femmes, et en le parcourant, leur demanda de
quelle habitation elles étoient sorties, et pourquoi elles n'avoient pas
obéi aux ordres du général Toussaint, qui leur avoit enjoint d'y
rentrer? Comme elles ne purent donner que de très-mauvaises raisons, à
un signal que fit Dessalines, les nègres, munis de grands ciseaux
s'approchèrent, et coupèrent non-seulement les grandes queues traînantes
des robes, mais encore les chemises au-dessus de l'anagrame de _luc_. La
perspective singulière et plaisante d'un long damier noir et jaune étoit
bien faite pour prêter à rire aux blancs qui étoient derrière; mais
l'incertitude et la crainte de ce qui pouvoit leur arriver à eux-mêmes,
comprimoit en eux tous autres sentimens. Il ne leur arriva cependant
rien à cette époque.

Revenons à la revue qui n'est pas encore terminée. Après que toutes les
queues de robe et les chemises furent coupées, Dessalines allant
successivement d'une femme à l'autre, leur donnoit des petits coups sur
les fesses avec une cravache qu'il tenoit à la main, en leur disant,
retournez sur vos habitations travailler; et adressant la parole aux
conducteurs qui étoient présens, conduisez ces femmes sur les
habitations, je vous les recommande. Voilà comme ses bons et vertueux
nègres se traitent entr'eux. Une seule négresse montra, dans cette
occasion, un caractère qui déconcerta le général Toussaint; elle refusa
ouvertement de quitter la ville, et d'obéir à ses ordres. Etant traduite
devant lui: pourquoi, lui dit Toussaint, n'obéissez-vous pas à mes
ordres, en rentrant sur l'habitation dont vous étiez esclave?--Parce que
je ne le suis plus, et que vous-même m'avez dit, ainsi qu'à tous les
autres nègres, que nous étions libres.--L'homme libre doit travailler,
dit Toussaint.--Oui, s'il y est forcé par ses besoins; mais j'ai de quoi
vivre par mon industrie sans être à charge à personne, et nul n'a le
droit de me forcer au travail--Je vais vous faire fusiller, lui dit le
général.--Vous le pouvez, mais je mourrai libre, Toussaint ferma les
yeux sur la désobéissance de cette négresse, et ordonna qu'on la laissa
dans la ville. Le lecteur ne sera peut-être pas fâché de trouver ici une
notice sur Dessalines.

Dessalines après Toussaint, est sans contredit le nègre qui a joué le
rôle le plus important dans les scènes tragiques qui ont ensanglanté S.
Domingue. Esclave d'un nègre libre du même nom, qu'un de nous a connu
concierge du gouvernement au Cap, il fut, dès sa plus tendre jeunesse,
un complément de tous les vices, il avoit les fesses toutes couturées de
coups de fouet qu'on lui avoit donnés bien inutilement, car il ne se
corrigea jamais. Il disoit une fois en parlant de ses coutures, qu'il ne
pardonneroit, aux nègres comme aux blancs, que lorsqu'elles seroient
disparues. Nous entendons les négrophiles applaudir à cette résolution,
ou au moins excuser les forfaits de ce monstre, en disant ce sont des
représailles. A la vérité, il ne devoit pas avoir ces coutures,
puisqu'un blanc, pour le moindre des crimes qu'il avoit commis, auroit
été pendu; mais il appartenoit à un nègre libre, qui préféroit le faire
fouetter et en tirer profit. Son caractère froidement féroce le fit
distinguer par Toussaint, auquel il falloit en même temps un sicaire, et
un bouc émissaire, sur le compte duquel il put mettre toutes ses
iniquités; il le fit donc général, et ce titre fut confirmé par le
gouvernement françois de ce temps là. On pouvoit, à juste titre,
comparer, Dessalines à une bête féroce, à laquelle toute espèce de curée
est bonne; sa férocité meurtrière avoit également pour objet les nègres
comme les blancs, il n'épargnoit pas plus les uns que les autres. Le
général Toussaint l'avoit fait commandant d'un régiment de nègres qu'il
nomma les Sans-Culottes: ils l'étoient de nom et d'effet, car ils
alloient tout nus; vraiment dignes de leur chef, il n'y a point
d'horreurs et de crimes dont ils ne se soient rendus coupables.

Par une bizarrerie dont on voit quelques exemples, Dessalines avoit pour
épouse une négresse dont le caractère étoit absolument l'opposé de celui
de son mari. Pleine de sensibilité et de moralité, elle ne suivoit ce
monstre que dans l'intention de lui dérober quelques victimes; elle a,
non-seulement sauvé la vie à plusieurs blancs, mais elle leur a donné de
l'argent pour sortir de la colonie, l'usage du pays, parmi les nègres
esclaves, n'étoit point de se marier à l'église; ils s'adoptoient
seulement, et il étoit très-rare qu'ils se quittassent; mais après leur
affranchissement, le général Toussaint, qui affectoit d'avoir de la
religion, exigea de tous ses généraux qu'ils eussent à se marier
sacramentellement, Dessalines se trouva un peu embarrassé dans cette
occasion, il falloit produire au curé, un extrait de baptême; il n'en
avoit point: il fut trouver son ancien maître Dessalines, et lui
proposa, d'une manière à ne pouvoir être refusé, de lui vendre son
extrait de baptême; le maître répugnoit beaucoup à cela, mais quelqu'un
lui fit entendre qu'il n'en seroit pas moins chrétien. L'un de nous
tient cette anecdote de ce nègre libre Dessalines.

Revenons à notre tigre noir. Quand ses Sans-Culottes lui amenoient
quelques victimes blanches ou noires, il levoit sur eux la tête, qu'il
tenoit presque toujours baissée, leur faisant quelques questions en
jargon nègre (car il ne savoit pas parler françois); pendant qu'il
faisoit ses questions, il rouloit entre ses doigts sa tabatière, et
certaine manière de la rouler et de l'ouvrir étoit pour ses bourreaux le
signal de mort, ou de la délivrance des victimes, ce qui n'arrivoit que
très-rarement.

Revenons à l'évêque Grégoire.

«De l'amour du travail (vertu que ce prélat accorde bien gratuitement
aux nègres), il passe à leur bravoure, à leur courage, à leur
intrépidité, au milieu des supplices.»

Comme les nègres ne calculent point le danger, on prendroit aisément
pour bravoure, ce qui n'est chez eux que témérité; cependant on ne peut
disconvenir qu'ils ne puissent faire d'excellens soldats, s'ils ont des
chefs qui sachent diriger ce genre de bravoure. Souvent la témérité eut
des succès, lorsque la prudence aurait échoué. Quant au sang-froid que
quelques-uns paroissent avoir au milieu des supplices, nous croyons
qu'il tient plus à la stupidité qu'à tout autre sentiment; le physique
souffre beaucoup moins quand le moral est moins affecté; c'est ce qui
fait que les brutes mangent jusqu'au moment de mourir. A moins que
l'évêque Grégoire ne prétende que les nègres ajoutent encore à toutes
leurs qualités éminentes, la philosophie de Zénon, et qu'ils comptent la
douleur pour rien.

Comme nous n'avons jamais contesté à M. Grégoire, que les nègres fussent
susceptibles par la civilisation et par l'éducation, de devenir des
hommes comme les autres, supposés dans les mêmes circonstances, nous lui
accorderons avec plaisir, que plusieurs nègres ou mulâtres, qu'il nomme
dans son chapitre troisième, et que nous ne connoissons pas, se soient
distingués, soit à la guerre, soit dans quelqu'autre carrière; ce n'est
pas là la question qu'il s'agit de traiter. Quant aux nègres et aux
mulâtres, que nous avons mieux connus que l'évêque Grégoire, parce que
nous avons été à même de les observer pendant la révolution de S.
Domingue, nous nous permettrons de n'être pas du même avis, surtout
quant à la haute opinion que ce prélat veut donner du plus fameux, qui
est Toussaint Louverture, qui fut en même temps auteur et acteur, de la
sanglante tragédie dont S. Domingue a été le théâtre. Ce nègre,
extraordinaire dans sa caste, avoit, comme le dit très-bien l'évêque
Grégoire, porté les chaînes de l'esclavage; et ce qui prouve réellement
la supériorité de son génie sur les autres nègres, c'est qu'il ne crut
pas impossible de franchir l'espace immense qui se trouve entre
l'esclavage et le pouvoir suprême, il y étoit en quelque sorte parvenu;
mais,

    Celui qui met un frein à la fureur des flots,
    Sait aussi des méchans arrêter les complots.

Du faite de la grandeur, où il étoit monté par tous les crimes
qu'enfantèrent jamais l'ambition la plus démesurée, le fanatisme le plus
barbare, et la politique la plus machiavélique, Toussaint retomba dans
la fange dont il n'eût jamais dû sortir. Le seul jour peut-être, où il
ne fût pas défiant, fut pour lui le dernier de son règne, et il tomba
entre les mains du général Brunet qui avoit été instruit à temps par le
général Leclerc, du dessein perfide de ce traître, de venir attaquer le
Cap, où sur la foi du traité fait avec lui, tout le monde étoit
tranquille; un heureux hasard fit découvrir sa trahison.

Avant d'entrer dans les détails curieux et étonnans de la vie, et des
actions de ce nègre fameux, nous allons analyser les qualités que lui
accorde bien gratuitement l'évêque Grégoire.

«Tant de preuves (dit ce prélat) ont mis en évidence la bravoure de
Toussaint, que personne ne la conteste.»

Excepté ceux qui, comme nous, ont fait la guerre contre lui, à l'époque
où, traître à son parti, il étoit au service du roi d'Espagne, contre la
république françoise; ou à celle, où traître à l'Espagne, il combattoit
en apparence pour la république françoise contre les Anglois. Jamais on
ne le voyoit à la tête de ses armées, que lorsqu'il n'y avoit nul
danger, et ce qui prouve que les autres généraux nègres n'étoient pas
beaucoup plus braves que lui, c'est que des colons de S. Domingue, qui
commandoient des troupes nègres, auxquelles ils donnoient l'exemple de
la bravoure, en combattant toujours à leur tête, pouvoient, avec mille à
douze cents hommes, et souvent beaucoup moins, attaquer et défaire huit
à dix mille nègres, commandés par d'autres nègres. Ce qui porte cette
assertion jusqu'à l'évidence, c'est qu'au commencement de la révolution
il existoit à S. Domingue au moins cent cinquante mille nègres en état
de porter les armes, et qu'il n'y en a pas actuellement trente mille.
Aussi les colons ne doivent jamais oublier les noms des Dessources, des
Depestre et autres colonels et braves officiers qui auroient conservé à
la France une partie de la colonie intacte, sans la trahison de
Toussaint.

Nous ne contesterons pas, par exemple, à l'évêque Grégoire, la qualité
qu'il donne à Toussaint, d'avoir été actif et infatigable au-delà de
toute expression, nul homme peut-être d'aucune couleur et d'aucun pays,
ne posséda ces deux qualités au même degré. Il mettoit si peu de temps
pour se rendre d'un lieu à un autre très-éloigné, qu'il sembloit être
partout. Ce qui a lieu de nous surprendre beaucoup, c'est l'éloge
pompeux que fait de ce nègre extraordinaire, l'évêque Grégoire, d'après
M. de Vincent, officier du génie, qui certes devoit avoir une forte
récrimination contre lui. Si cet officier lit notre ouvrage, il saura
bien ce que nous voulons dire. Ce qui paroîtroit vraisemblable, c'est
que ce panégyrique, vrai sous quelques rapports, exagéré ou faux, sous
d'autres, a du être fait par M. de Vincent, à une époque postérieure à
l'évènement qui, dans son dernier voyage à S. Domingue, lui eût
certainement fait chanter la palinodie; à moins, qu'à l'imitation de
Notre Seigneur, il ne dise, pardonnez-lui, il ne sait ce qu'il fait. A
l'occasion de ce qui arriva par l'ordre de Toussaint, à cet officier du
génie, un malentendu, fut sur le point d'occasionner le massacre de tous
les habitans de l'Arcahaye. Toussaint avoit donné ordre à un colonel
noir, qui étoit à l'Arcahaye, de faire arrêter M. de Vincent à son
passage sur la route du Port-au-Prince, allant à S. Marc; en donnant cet
ordre; il dit à ce colonel qu'il ne vouloit plus dans la colonie des
blancs venant de France; le colonel entendit mal l'ordre, et crut que
Toussaint lui disoit qu'il ne vouloit plus de blancs: en conséquence,
pendant la nuit qui précédoit le passage de M. de Vincent, ce colonel
noir envoya sur toutes les habitations de l'Arcahaye, ordonner de
s'armer pour l'extermination de tous les blancs. Vers minuit, une
négresse domestique vint frapper à la porte de la grande case où nous
étions plusieurs couchés: Blancs! blancs! levez-vous promptement;
sauvez-vous. Nous nous levâmes à la hâte, et en ouvrant notre porte, qui
donnoit sur la savane, nous aperçûmes et nous entendîmes les préludes de
la scène sanglante dont nous allions être les victimes, mais sans doute
notre heure n'étoit pas encore venue, un hasard nous sauva; ce fut
l'arrivée inattendue du général Toussaint, qui, s'apercevant d'un
tumulte extraordinaire dans les habitations, en demanda la cause au
colonel noir, qui lui répondit que les nègres se préparoient à exécuter
l'ordre qu'il lui avoit donné d'exterminer tous les blancs. Malheureux!
lui dit-il, qu'alliez-vous faire, si je n'étois pas arrivé? Je ne vous
ai point donné un pareil ordre, je vous ai dit d'arrêter à son passage
l'ingénieur Vincent, parce que je ne voulois plus de blancs de France.
Le ciel m'a fait la grace d'arriver à temps pour vous empêcher de
commettre un crime affreux, les blancs de l'Arcahaye sont mes meilleurs
amis. Le monstre réservoit cet ordre pour une autre époque. Et il
parloit encore du ciel!

Revenons au caractère de Toussaint, toujours d'après M. de Vincent.

«La grande sobriété du général Toussaint, et la faculté donnée à lui
seul de ne jamais se reposer; et l'avantage qu'il a de reprendre le
travail du cabinet après de pénibles voyages, de répondre à cent lettres
par jour, et de lasser habituellement cinq secrétaires, en font un homme
tellement supérieur à tout ce qui l'entoure; que le respect, la
soumission pour lui, vont jusqu'au fanatisme dans le plus grand nombre
des têtes. L'on peut même assurer, qu'aucun individu aujourd'hui n'a eu
sur une masse d'hommes ignorans le pouvoir qu'a pris le général
Toussaint, sur ses frères.»

Nous n'avons rien à objecter à cet article, qui est vrai dans toute son
étendue. Il n'en sera pas ainsi de l'assertion qui suit: «Toussaint est
bon père et bon époux.»

Peut-on bien gratifier de la qualité honorable de bon père, celui qui,
pour couvrir les desseins perfides qu'il avoit conçus depuis long-temps
d'enlever la colonie à la France, et de s'en rendre le chef, avoit fait
le sacrifice de ses deux enfans, en les envoyant en otage au
gouvernement françois; sa révolte contre la France, avant le retour de
ses enfans, n'est-elle pas la preuve la plus forte de ce que nous
avançons? Ajoutez encore la manière dont il les reçut lorsque le général
Leclerc les lui envoya par leur instituteur. Ce monstre leur fit un si
mauvais accueil, qu'ils demandèrent à revenir auprès du général Leclerc,
qui ne crut pas devoir le leur permettre. Ils retournèrent donc près de
Toussaint, et l'un d'eux ayant voulu lui faire quelque représentation
sur sa conduite à l'égard de la France, ce bon père lui tira un coup de
pistolet, mais le manqua. Etoit-il meilleur époux? C'est ce que nous
ignorons; mais nous présumons que non. Un bon époux peut-il être mauvais
père? et _vice versa_.

M. de Vincent ajoute que Toussaint avoit une mémoire prodigieuse; (ce
que nous lui accordons); et que ses qualités civiques étoient aussi
sûres que sa vie politique étoit astucieuse et coupable. Nous sommes
bien éloignés de convenir que Toussaint eut des qualités civiques,
lesquelles peut-on lui supposer, lorsqu'il comprit dans le massacre
général des blancs, qu'il ordonna à l'arrivée du général Leclerc à S.
Domingue, ceux même d'entre eux qui lui étoient les plus dévoués et qui
lui avoient rendu les plus grands services. Ainsi, il ordonna froidement
l'assassinat de M. Vollée, son confident, son homme d'affaire et son
trésorier au Port-au-Prince; ainsi, il fit massacrer les blancs qui
s'étoient réfugiés autour de lui; et même chez lui, croyant éviter le
couteau des autres nègres, et viola les droits sacrés de l'hospitalité
qu'il avoit eu l'air d'accorder à ces malheureuses victimes de leur
confiance. Ainsi, il fit fusiller, sur l'habitation Déricour, soixante à
quatre-vingts nègres, dont les uns charretiers avoient charroyé l'argent
des douanes et autres recettes du Cap (somme qui se montoit à plusieurs
millions), et les autres l'avoient transporté sur leurs têtes dans les
montagnes, ou peut-être il est enfoui pour toujours puisqu'il ne reste
pas un seul individu qui puisse en donner le moindre indice. Les
cadavres de ces malheureux nègres couvroient encore la savane de
l'habitation Déricour, lors du débarquement de l'armée françoise au Cap.
Ainsi, il fit fusiller et noyer plusieurs milliers d'hommes de couleur
et nègres libres. Mais n'en n'avons-nous pas assez dit, pour
caractériser cet homme féroce, dans lequel on veut reconnoître des
qualités civiques.

«Toussaint, continue l'évêque Grégoire, rétablit le culte à S. Domingue,
et son zèle lui avoit mérité l'épithète de _capucin_, de la part des
gens à qui on pourroit en donner une autre. Avec moi, dit ce prélat, il
entretint une correspondance dont le but étoit d'obtenir douze
ecclésiastiques vertueux. Plusieurs partirent sous la direction de
l'estimable évêque Mauviel, sacré pour S. Domingue, qui se dévouoit
généreusement à cette mission pénible.»

Ce sera précisément à cet estimable prélat Mauviel que nous en
appellerons. Quel genre de culte Toussaint avoit-il rétabli? Et si,
comme le suppose l'évêque Grégoire, il eût eu même l'intention de le
faire, auroit-il mal accueilli l'évêque Mauviel, dont le zèle, les
vertus, les lumières eussent été le plus grand moyen, soit pour
rétablir, soit pour maintenir le culte. La correspondance de Toussaint,
avec l'évêque Grégoire, n'eut jamais la religion pour but, c'étoit un
moyen de plus qu'employoit cet hypocrite politique, pour mieux tromper
le gouvernement françois. Et comme à l'époque de l'arrivée de l'évêque
Mauviel, Toussaint croyoit, à peu de choses près, être parvenu au but
qu'il se proposoit, il avoit levé le masque, au point qu'on disoit
hautement qu'il ne se confessoit plus, ce qu'il faisoit plusieurs fois
par an, précédemment à cette époque. On prétend même (ce que nous
n'osons pas affirmer) qu'il communioit sans s'être confessé. Cet homme
étoit parvenu à un degré d'élévation si étonnant, en calculant son point
de départ, qu'il croyoit sans doute traiter de pair à pair avec la
Divinité. Au demeurant, l'évêque Grégoire ne nie pas que Toussaint ait
été cruel, hypocrite et traître, ainsi que les mulâtres et nègres
associés à ces opérations. Mais les blancs, ajoute-t-il..... N'est-ce
donc pas nier formellement les crimes de Toussaint, que de dire après,
cet aveu:

«Un jour peut-être les nègres écriront, imprimeront à leur tour, ou
l'impartialité guidera la plume de quelque blanc: les faits récens sont
le domaine de l'adulation et de la satyre. Tandis que des gens peignent
Toussaint, sans restriction, sous des couleurs odieuses, par un autre
excès, Whitchurch dans son poëme d'_Hispaniola_, en fait un héros.
Quoique Toussaint soit mort, la postérité qui rectifie, casse ou
confirme les jugemens des contemporains, n'est peut-être pas encore
arrivée pour lui.»

En attendant qu'elle arrive, témoins oculaires, et victimes déplorables
des forfaits du héros d'Hispaniola, nous nous croyons en droit de
prononcer et de dire, que si les François lui eussent rendu la justice
qu'il méritoit, il devoit être enchaîné vivant à un poteau, exposé dans
une voierie pour que les corbeaux et les vautours, chargés de la
vengeance des colons, vinssent dévorer chaque jour, non pas le coeur,
car il n'en eut jamais, mais le foie renaissant de ce nouveau Prométhée.

Plusieurs François sont dans la fausse persuasion que Toussaint étoit
conduit, et agissoit par les conseils des blancs; cette erreur est
d'autant plus difficile à détruire, qu'on ne se figure pas aisément,
qu'un nègre, qui n'avoit reçu qu'une très-mince éducation (car à peine
il savoit lire et écrire), et qui devoit tout à la nature; fût assez
versé dans la politique, et eût une connoissance suffisante du caractère
des blancs, des mulâtres et des nègres, pour s'être servi
avantageusement de tous pour les tromper et les détruire successivement
les uns par les autres, pour avoir paru servir plusieurs gouvernemens,
et les avoir tous joués. Cet homme extraordinaire dans cette caste,
commença par trahir son parti, et prit du service chez les Espagnols
pour combattre la république françoise, et s'opposer à la liberté des
nègres, ses frères. Dans la suite il a bien prouvé qu'il n'avoit jamais
eu pour but leur bonheur, mais seulement sa propre élévation.

Les Espagnols le firent général, ainsi que deux autres nègres nommés
Jean-François, et Biassou. Ce furent ces trois généraux, avec une armée
d'environ trois à quatre mille nègres, qui vinrent attaquer les
Gonaives, la Petite Rivière, et les Vérettes; ils se firent précéder
d'une proclamation, par laquelle ils disoient venir avec la torche et le
poignard, pour forcer les colons à se ranger sous les drapeaux de Sa
Majesté catholique le roi d'Espagne, que si l'on se rendoit
volontairement, on pouvoit compter sur une protection puissante, sans
cela tout seroit mis à feu et à sang. Cette proclamation étoit signée,
Toussaint Louverture, généralissime des armées de Sa Majesté catholique.

Le peu de forces qui se trouvoient alors dans ces trois paroisses,
obligea de recevoir la loi de ces brigands; et l'armée de Biassou,
composée d'environ quinze-cents nègres, fit son entrée triomphale à la
Petite Rivière. Ce spectacle, dont plusieurs de nous furent témoins,
étoit aussi ridicule qu'affligeant; presque tous ces nègres étoient
couverts de haillons, aux lambeaux desquels étoient attachées des croix
de S. Louis, déplorables dépouilles des blancs qui avoient été les
victimes de leur férocité dans la partie du nord; ils avoient jusqu'à
des cordons bleus, et affichoient l'aristocratie la plus prononcée,
faisant tout au nom du roi d'Espagne, et dévouant à la mort tous ceux,
blancs ou noirs, qui auroient osé même prononcer le nom de république.
Cet état de choses ne fut pas de longue durée, Toussaint ayant entendu
parler du rapprochement de la république françoise avec l'Espagne; ayant
sans doute déjà prémédité le projet audacieux de s'emparer de S.
Domingue, et d'en devenir le chef, sut fasciner les yeux de la
république, en faisant égorger toutes les garnisons blanches espagnoles
qui se trouvoient sur le territoire conquis, et s'empara de tous les
postes au nom de la France à laquelle il paroissoit vouloir les offrir,
en expiation des hostilités qu'il avoit commises contre elle. Ce trait,
d'une politique raffinée, ne manqua pas son effet; la république
investit Toussaint du titre pompeux de général en chef de l'armée de S.
Domingue, et ne vit plus en lui qu'un moyen puissant d'avoir dans les
nègres, qui étoient à sa dévotion, une force redoutable à opposer aux
Anglois qui, s'étant déjà emparés d'une partie de l'île, menaçoient
d'envahir le reste. Toussaint, revêtu de ce caractère, qui favorisoit
singulièrement ses projets, ne s'occupa plus que de chasser les Anglois
des cantons qu'ils avoient conquis. Après avoir fait pendant près de
trois ans des tentatives infructueuses contre eux, dans lesquelles il
perdoit considérablement de nègres; désespérant d'en venir à ses fins,
par la voie de la force, il se décida à employer la ruse. Il proposa aux
Anglois d'évacuer l'île, aux conditions qu'il feroit un traité de
commerce exclusif avec eux, qu'il déclareroit alors l'indépendance de la
colonie, qu'il leur laisseroit la possession du Môle S. Nicolas, la plus
forte place de S. Domingue. Les Anglois, qui n'avoient eu d'autre but,
en venant à S. Domingue, que la perte de cette trop belle colonie, ou en
la faisant détruire par la guerre, ou en la portant à se détacher de la
métropole, acceptèrent avec d'autant plus de plaisir les propositions de
Toussaint, que la conservation des cantons qu'ils avoient conquis, leur
coûtoit des sommes énormes, et que leur but principal étoit rempli, si
l'indépendance étoit déclarée. Ils traitèrent donc avec Toussaint, et
c'est la raison pour laquelle les Anglois ne voulurent pas remettre ce
qu'ils possédoient de la colonie, au général Hédouville, qui étoit alors
au Cap. Il paroît que le général anglois, qui conclut le traité avec
Toussaint, avoit carte blanche de la part de son gouvernement, et qu'il
prit sur lui de faire l'évacuation; la preuve en est, qu'il est arrivé
des troupes de l'Angleterre, au Môle S. Nicolas, peu après cette
évacuation, et pendant qu'on la faisoit. Cette opération n'a donc point
été ordonnée par la métropole, ni forcée par les armes des nègres,
puisque Toussaint qui, peu de temps avant, avoit fait attaquer les
Anglois, presque dans tous leurs postes, en même temps, avoit été
repoussé partout avec grande perte des siens. Toussaint ne fut pas plus
de bonne foi avec les Anglois, qu'il ne l'avoit été avec les Espagnols,
et qu'il ne le sera par la suite avec les François; les Anglois
voulurent, d'après un article du traité, s'emparer de la ville du Môle,
et Toussaint les reçut à coups de canons. Il ne resta plus à Toussaint
qu'à s'occuper de tromper la république françoise; et certes, il étoit
trop fin politique pour en faire part aux blancs de S. Domingue; il
répétoit souvent, que si son bras gauche pouvoit se douter de ce que
peut faire son bras droit, il le feroit couper. Ce n'est pas qu'il ne
consultât certains blancs quelquefois, non pour suivre leurs avis, dont
il devoit naturellement se défier, mais pour connoître l'opinion
publique, et la faire tourner à son profit. Il parloit presque toujours
par proverbes, comme Sancho Pancha, avec lequel il avoit d'ailleurs
beaucoup de rapport. Il prétendoit qu'un nègre, qui confioit son secret
à un blanc, donnoit du beurre à garder à un chat. Il lui arrivoit
quelquefois de parler de lui-même, comme d'un homme extraordinaire; il
se comparoit modestement au premier consul Bonaparte, et il n'hésitoit
pas à se placer au-dessus de ce grand homme, par la raison, disoit-il,
des avantages que la naissance et l'éducation avoient donnés sur lui, au
premier consul.

Beaucoup de François sont encore dans la fausse persuasion que l'on eût
sauvé S. Domingue, en en laissant le commandement à Toussaint. C'est une
grande erreur, la perte de cette colonie pour la France étoit évidente
depuis plusieurs années; et si la métropole ne s'est pas aperçu que
Toussaint s'étoit emparé de ce bel empire, c'est qu'elle a été
constamment trompée par les délégués dans lesquels elle avoit placé sa
confiance, dont les uns de bonne foi, mais n'ayant point les
connoissances locales, ont été dupes de leur zèle patriotique; et les
autres, bien instruits, ont sacrifié à leur intérêt particulier, ou à
leur opinion, l'intérêt de la France. Nous avons connu tous les blancs
qui ont approché Toussaint; pas un n'étoit capable de lui donner des
leçons; en fait de politique, il les laissoit bien loin derrière lui.
Depuis notre retour en France, nous entendons continuellement raisonner,
ou plutôt déraisonner sur S. Domingue; et ceux qui tranchent, avec le
ton le plus décisif, ou n'y sont jamais allés, ou n'y ont resté que
quelques mois, et dans un temps de guerre où l'on ne pouvoit plus juger
de rien, ils ne peuvent donc avoir aucune idée, ni de ce qu'étoit S.
Domingue, ni de ce qu'il peut être. Il est constant que Toussaint ne
vouloit de blancs que dans les villes, et tous les massacres des
infortunés colons, qui se sont faits en différens quartiers, n'étoient
exécutés que par ses ordres, et ce monstre, par une politique raffinée,
les mettoit sur le compte de ceux des généraux nègres qui
l'offusquoient, afin d'avoir un prétexte pour s'en défaire; ainsi, après
le massacre des blancs du Limbé, que l'on sait avoir été fait par ses
ordres, il fit mitrailler le général Moyse, son neveu, qui paroissoit
tenir pour la république françoise, et qui prenoit trop d'ascendant sur
les nègres de la partie du Nord. Par ce moyen, Toussaint se défaisoit
d'un concurrent qu'il craignoit, et trompoit le reste des blancs; dont
il paroissoit, par cette mesure, vouloir la conservation. Quel
raffinement de politique et de scélératesse! Quelques François ont porté
la calomnie contre les colons de S. Domingue, jusqu'à dire qu'ils
étoient de connivence avec Toussaint, pour ne pas recevoir les François
de la métropole. L'atrocité et la fausseté de cette calomnie ne
sont-elles pas démontrées par l'ordre que donna Toussaint, lors de
l'arrivée de l'armée françoise; de massacrer tous les blancs sans
exception; ordre qui n'a été que trop bien exécuté dans plusieurs
quartiers. Christophe, qui commandoit au Cap, fut le seul des généraux
nègres, rebelles à la France, qui n'exécuta pas cet ordre. Le général
Laplume en fit autant dans le sud de l'île, avec la différence que ce
dernier resta toujours fidèle à la métropole. La couleur blanche n'étoit
pas la seule dévouée à l'extermination par Toussaint; il craignoit les
hommes de couleur, qui, dans le fait, étoient pour les nègres des
ennemis plus redoutables que les blancs, par la plus grande connoissance
qu'ils avoient de leur caractère, de leurs habitudes, de leurs
retraites; sobres comme eux, capables de supporter les fatigues les plus
fortes, de les suivre dans les montagnes les moins accessibles, en
général plus braves et plus instruits qu'eux Toussaint, qui connoissoit
tout cela parfaitement, leur avoit déclaré une guerre à mort; il en fit
fusiller ou noyer plus de six mille dans la partie du sud et de l'ouest;
et par une suite de raffinement de sa politique, il prenoit pour
prétexte, que ces hommes de couleur avoient formé une conjuration contre
les blancs; par cette fausse inculpation, il se défaisoit de ses
ennemis, et rassuroit les blancs qu'il avoit intérêt de tromper, et de
garder encore pendant quelque temps, et en même temps les aliénoit
contre les hommes de couleur dont il redoutoit toujours la réunion
sincère avec eux. En cela, je crois qu'il voyoit très-bien, car il n'y a
pas de doute que si les blancs et les hommes de couleur eussent été
réunis de bonne foi, au commencement de la révolution, on eût maintenu
les nègres dans l'ordre, malgré la manière brusque et impolitique avec
laquelle le commissaire Sonthonax leur donna une liberté dont ils
étoient incapables de jouir, à laquelle même la majeure partie des
nègres ne crut pas, puisqu'ils se refusèrent à acheter des billets de
liberté, que ce commissaire avoit fait imprimer, et qu'il ne leur
vendoit que deux gourdains, qui ne font de notre monnoie de France, que
cinquante-deux sols. Ce prix, quoique très-modique, si chaque nègre eût
acheté un billet, eût rapporté à Sonthonax au moins deux millions: la
spéculation étoit bonne; mais il ne vendit pas pour cinquante louis de
ces billets. Tous les vieux nègres ne virent dans cette liberté, donnée
par l'esprit de parti, qu'un avenir affreux. Il y a du train en France,
disoient-ils, quand ce train sera passé, on viendra nous ôter cette
liberté à coups de fusil. Et supposé qu'elle existe long-temps, que
deviendrons-nous, quand nous serons hors d'état de travailler? qui aura
pitié de nous, qui nous secourra dans notre vieillesse, dans nos
infirmités? de qui pourrons-nous exciter la commisération? Hélas! ils
n'ont que trop bien prévu; on a vu, pour la première fois des nègres
mendier sur les grands chemins de S. Domingue; Sonthonax et Toussaint
peuvent donc, avec raison être réputés les deux auteurs principaux des
malheurs de S. Domingue; parmi les causes secondaires qui se sont
réunies, la plus étrange sans doute, a été l'opinion du commerce dont
les intérêts paroissoient devoir s'identifier avec ceux des colons. Il
s'est montré en faveur du décret impolitique et dangereux de la liberté
des nègres. Seroit-il que dupe de sa fausse pitié, il n'auroit pas connu
suffisamment le caractère du nègre, et qu'il se seroit persuadé,
qu'étant libres, et ayant une portion dans les revenus, les nouveaux
affranchis en feroient davantage? Je veux bien croire que quelques
négocians aient pensé ainsi. Mais quelques-uns ont vu, dans cet ordre
nouveau, un moyen plus rapide de parvenir à la fortune, en achetant les
denrées coloniales des mains des nouveaux colons noirs qui n'en
connoîtroient pas la valeur. Que nous importe, ont-ils dit, d'acheter
les denrées des noirs ou des blancs (cela n'étoit pas indifférent pour
eux sous tous les rapports)? Hélas! ils sont réduits, ces mêmes
négocians, à mêler leurs larmes avec celles des colons blancs, et à
gémir sur une erreur, qui leur a porté un coup mortel. Nos maux sont-ils
donc sans remède? Non. L'être bienfaisant qui a mis fin aux horreurs de
la révolution, en France, daignera jeter un regard de pitié sur les
restes infortunés des colons de S. Domingue, il leur rendra des
propriétés dont on les a dépouillés par un système erroné, sans qu'il en
soit, ni qu'il puisse en résulter aucun avantage pour l'humanité. Il
mettra par là le comble à sa gloire, et nous nous écrierons tous, le
coeur plein d'amour et de reconnoissance: _Deus nobis hæc otia fecit_
(Napoléon Bonaparte).

Ayons confiance dans sa sagesse pour les moyens qu'il emploiera pour la
restauration de la plus belle colonie du monde; qu'il daigne ne pas
rejeter des colons, quoique vieux, dont les connoissances locales sont
encore précieuses. De notre côté, ne manquons pas d'adopter, dans les
nouvelles plantations, quelques espèces de cannes à sucre de Bourbon et
d'Otahiti, dont l'avantage ne peut plus être révoqué en doute.
Servons-nous de la charrue dans les terres qui la comporteront, car elle
ne convient pas partout. Employons des boeufs au lieu de mulets, dans
toutes les sucreries où il y aura des moulins à eau; et qu'il n'y ait,
dans les habitations où il n'y en a point, que le nombre nécessaire de
mulets pour tourner le moulin à bêtes. Un de nous, fermier de
l'habitation Pois-la-Générat, à l'Arcahaye, a prouvé, par l'expérience,
que l'on pouvoit faire six cent milliers de sucre avec cinquante boeufs,
qui coûtent les deux tiers de moins, que cent cinquante mulets qu'il
faut et plus, pour exploiter cette même quantité de sucre. Il est encore
d'une grande considération, que c'est une mise dehors à faire une fois
seulement; car, quand les boeufs sont vieux, on les échanger à la
boucherie pour de jeunes taureaux, qui, trois mois après, peuvent être
mis au cabrouet. Les boeufs ne sont pas non plus sujets comme les
mulets, aux maladies épizootiques; telle que la morve, qui enlève
quelquefois, en peu de temps, la moitié du troupeau. Il seroit peut-être
très-avantageux d'introduire dans nos colonies le bison de l'Afrique, il
n'y a pas de doute qu'il ne remplaçât avec beaucoup davantage le boeuf
d'Europe dont nous nous servons, il supportera plus facilement les
ardeurs du soleil.

Pourquoi n'aurions-nous pas aussi des chameaux, dont un seul, avec un
appareil convenable, transporteroit plus de cannes au moulin, que quatre
cabrouets attelés de quatre boeufs. Nous savons que cet animal
intéressant peut se reproduire à S. Domingue, en ayant vu au
Port-au-Prince un jeune qui étoit né sur une habitation du Cul-de-Sac.
Le bufle pourroit aussi réussir dans notre climat, dont la température
n'est pas éloignée de celle de son pays.

Que le Code noir, perfectionné s'il en est besoin, soit mis
rigoureusement à exécution; que le nègre soit maintenu dans le devoir et
le respect qu'il doit au blanc; que le blanc n'oublie jamais ce que doit
l'homme à l'homme malheureux, que sa condition a mis sous son autorité;
qu'il se garde d'en abuser, son coeur y gagnera, et ses intérêts n'en
souffriront pas. Et s'il se trouve un colon, qui, étouffant les cris de
la nature, et sourd à la voix de sa conscience, outre-passe par caprice
le droit de châtiment que lui donne les lois du Code noir, sur ses
esclaves, qu'il soit déclaré incapable de régir son habitation; qu'on
lui nomme un substitut dont la moralité sera bien connue, et qu'il soit
embarqué pour la France. Qu'il disparoisse d'un pays, où lui et
quelques-uns de ses semblables, heureusement en plus petit nombre que
l'on ne pense, ont attiré, par leur conduite infâme, les calomnies qui
ont rejailli sur la généralité des colons, et qui ont contribué à la
perte de ce beau pays. Qu'il y ait dans chaque paroisse un inspecteur
des cultures, qui tous les trois mois fera sa visite sur les
habitations, et s'assurera par lui-même s'il y a la quantité nécessaire
de vivres plantés, relativement au nombre des nègres qui la cultivent.
Qu'en outre de ces inspecteurs particuliers, il y ait un inspecteur
général dans chaque arrondissement, qui fera sa visite tous les ans.
Qu'il y ait dans chaque quartier un médecin chargé de visiter les
hôpitaux des habitations, pour voir si les pharmacies sont pourvues des
remèdes nécessaires, et si les drogues sont de bonne qualité. Ce sera
par tous les moyens que nous venons d'indiquer, et beaucoup d'autres,
qui doivent émaner de la sagesse du gouvernement, que nous pouvons
espérer de voir cicatriser les plaies meurtrières que les François
ingrats ont faites au sein de leur mère nourricière, l'Amérique.

La conquête de S. Domingue ne sera point aussi difficile qu'on se le
persuade en France; le nombre des nègres guerriers, déjà
considérablement diminué, s'affoiblit encore tous les jours dans la
lutte continuelle qui existe entre les mulâtres du Sud, et les nègres du
Nord. Les cultivateurs n'ont jamais réellement cessé d'être esclaves,
les femmes, les enfans, et tous les nègres hors d'état de porter les
armes, ou qui ne le veulent pas, car nous savons qu'il en existe
quelques-uns, sont obligés de sacrifier à l'ambition de leurs chefs, le
produit, à la vérité, très-médiocre, du travail auquel on les force, sur
les habitations même dont ils étoient esclaves. Cette contrainte que les
frais de la guerre nécessite, est heureuse sous deux rapports; en
empêchant la désorganisation totale des habitations, elle en facilitera
beaucoup la restauration; sous un autre rapport, en forçant les nègres
au travail, elle les garantit de mourir de faim, ce qui ne manqueroit
pas d'arriver, s'ils jouissoient d'une liberté absolue. Les François
sont dans la fausse persuasion que tous les nègres sont dispersés et
errans dans les bois et dans les montagnes; si cela étoit ainsi, S.
Domingue seroit perdu sans ressource, toutes les habitations étant
affermées, et le produit devant en revenir au gouvernement, ou aux chefs
quelconque. Pour mettre le fermier à même de payer, il étoit nécessaire
de contraindre les nègres à rester sur la ferme; il a fallu, pour cela,
employer des voies de rigueur, dont nous avons déjà parlé à l'article du
nègre Dessalines, inspecteur des cultures à l'Artibonite, et de Lefranc,
mulâtre, inspecteur à S. Louis; l'un et l'autre ont fait fusiller ou
mourir, sous les verges, plusieurs conducteurs et cultivateurs, tout en
leur disant vous êtes libres, mais il faut travailler pour nous. Une
autre erreur encore très-accréditée en France, c'est qu'il ne faudra pas
laisser à S. Domingue un seul ancien nègre, de peur, dit-on, qu'il ne
donne de mauvais conseils aux nègres nouveaux dont il faudra repeupler
la colonie. Mais avant la révolution, n'y a-t-il pas eu des négrophiles
qui ont donné aux nègres le conseil de se soustraire au joug de leurs
maîtres? Tous les esclaves n'ont-ils pas naturellement, et sans qu'on
leur conseille, le désir de s'affranchir? Qui donc les empêchoit de
l'exécuter? Il falloit des armes, et il y avoit peine de mort contre un
blanc qui leur en auroit fourni; il falloit un point de ralliement
presque impossible par la surveillance des blancs. D'après cela, une
insurrection générale, telle que l'avoit prédite l'abbé Raynal, étoit
moralement impossible. Sonthonax n'auroit jamais réussi à désorganiser
la colonie, même en prononçant l'affranchissement général des nègres, et
en leur disant que l'insurrection étoit le plus saint des devoirs, si la
république françoise n'eût fait la faute irréparable, d'avoir envoyé à
S. Domingue cent mille fusils pour armer les noirs de Toussaint; et si
chaque parti, c'est-à-dire, les blancs contre les mulâtres, les mulâtres
contre les blancs, les royalistes contre les républicains, et les
républicains contre les royalistes n'eussent tous armés des nègres. Il
étoit aisé de prévoir ce que feroient tous ces nègres armés, après avoir
servi pendant quelque temps les partis différens.

Nous nous flattons que le lecteur nous pardonnera la digression que nous
venons de faire relativement à la restauration de S. Domingue; ne fut-ce
qu'une illusion, elle est chère à nos coeurs, le bonheur que l'on rêve
n'est pas tout-à-fait une chimère. Au reste, cette digression est bien
moins étrangère au sujet que nous traitons, que ne le sont les crimes
prétendus des colons, pour prouver la littérature des nègres.

Nous nous sommes oubliés un instant, déjà nous entendons l'évêque
Grégoire nous faire le reproche de passer trop légèrement sur le
chapitre des qualités morales des héros de son roman. Enfin nous y
voilà.

Après Toussaint, celui qui a joué le second rôle, sur le théâtre
révolutionnaire de S. Domingue, est le mulâtre Rigaud: comme nous étions
dans un quartier très-éloigné de celui où il avoit établi la petite
souveraineté que lui enleva Toussaint, nous ne parlerons de ce mulâtre
que d'après M. o'Schiell.[12]

[Note 12: _Réflexions sur la liberté des nègres_, dans les colonies
françoises; par _B. o'Schiell_, pag. 70.]

«Dans la province du Sud, dit cet auteur, les mulâtres dominent en
souverains, ils sont intéressés à faire travailler les nègres,
puisqu'eux seuls, à peu d'exception près, y prélèvent tous les revenus
et les partagent entr'eux; ils n'ont pu encore assujétir les nègres à un
travail suivi, malgré toutes les mesures de rigueur et de barbarie
qu'ils ont employées. Il est de notoriété publique qu'un nommé Lefranc,
mulâtre de S. Louis, établi inspecteur des travaux, faisant sa tournée
sur les habitations situées dans la plaine du Fond, accompagné de ses
alguasils s'est trouvé forcé de mener lui-même, aidé de ses records, les
nègres au travail, à grands coups de bâton et de plat de sabre, et que
plusieurs ont péri sur la place, par la violence de ses traitemens. Ces
inspections, accompagnées d'exécutions, ayant indisposé et irrité les
nègres, Rigaud, l'homme tigre, et le bourreau de toute cette dépendance,
s'est vu forcé de les supprimer, et d'aller cajoler lui-même les nègres,
dans la crainte qu'ils ne se révoltassent contre l'autorité sanguinaire
que tous les siens exerçoient dans ces contrées dévastées et
malheureuses. Les derniers désastres qui y ont eu lieu, à l'arrivée des
délégués des commissaires, le Borgne et Rey, et de Desfourneaux, dans
lesquels quatre cents blancs françois ont été massacrés, les uns chez
eux, les autres dans les rues et dans les places publiques, avec cette
joie et cette férocité brutale, que des animaux carnassiers mettent à
déchiqueter leur proie, à s'abreuver de leur sang. Ces affreux désastres
provinrent uniquement, de ce que le délégués avoient voulu établir les
lois de la république, et contraindre les nègres au travail, et de ce
que les mulâtres, surtout leur chef Rigaud, ont été choqués et irrités
de voir une autorité supérieure à la leur.»

Il nous est tombé dans les mains une lettre adressée aux citoyens Rigaud
et Bauvais, qui peut donner une idée de la souveraineté que s'étoient
arrogés les mulâtres dans la partie du sud. Cette lettre, écrite par les
commissaires délégués par la Convention nationale, aux îles du Vent, est
conçue en ces termes:

Basse-Terre, Guadeloupe, le 7 prairial, an 3 de la république.

_Aux citoyens Rigaud et Bauvais, commandans militaires dans les
provinces de l'ouest et du sud de S. Domingue._

C'est avec une surprise extrême que nous avons appris que vous avez mis
en réquisition la corvette le Scipion, c'est un droit que nous ne
connoissions pas encore au militaire, dans le gouvernement républicain.

Vous voudrez bien, sitôt la présente reçue, la renvoyer avec sa
cargaison aux îles du Vent, où l'égalité règne et la république
triomphe, où la mulâtricomanie est éteinte, où la véritable liberté
règne, où les seules vertus et le travail sont récompensés, et le crime
et la paresse punis.

Ce n'est pas assez de battre l'ennemi, il faut encore rétablir l'ordre
et faire aimer le travail, c'est ce que nous n'avons pas vu par les
dépêches que nous avons reçues par la Cornélie. Il faut avoir des vertus
pour pouvoir en inspirer, il faut avoir la confiance des hommes que l'on
commande, et être irréprochables. Les rapport du citoyen Kenel nous ont
sensiblement affligés, et votre système ne peut que rendre les maux de
S. Domingue irréparables. C'est l'amour des vertus et du travail qu'il
faut prêcher aux nègres. Quant aux hommes de couleur, ci-devant libres,
ils ne seront jamais susceptibles ni de l'un ni de l'autre; leur
despotisme à S. Domingue s'est acquis par des crimes, ne redoutez-vous
pas qu'il soit détruit par des crimes? pouvez-vous leur inspirer de la
confiance, vous, leurs chefs, qui en 1792, avez livré ceux qui vous
avoient soutenu vos droits pour être jetés sur une côte abandonnée,
après vous avoir soustraits au fer assassin de vos ennemis. Ce crime
encore ignoré en France, recevra un jour une juste punition: un jour
viendra où la France ouvrira les yeux sur tant d'atrocités, où elle
vengera tant de crimes et d'innocentes victimes.

_Signé_, Lebas et Victor Hugues.

Il paroît que, malgré toutes les dépositions qui ont été faites en
différens temps, contre Rigaud, la république françoise étoit aussi
aveugle sur son compte que sur celui de Toussaint; ce qui viendroit à
l'appui de cette assertion, c'est que le général Hédouville, agent
particulier du directoire exécutif, dans lequel nous n'avons connu que
des intentions bien pures de faire le bien à S. Domingue, mais qui par
les menées de Toussaint, n'en a eu ni le temps ni les moyens, avoit
envoyé à ce mulâtre le brevet de commandant général de la partie du Sud
[13], qu'il s'étoit arrogé d'avance, et où il régnoit en despote; de
cinq malheureux jeunes gens qui furent chargés de lui porter les
intentions du général Hédouville, quatre furent assassinés par les
ordres de Toussaint, à la ravine sèche, à une lieue de S. Marc: le
lendemain on vit leurs bourreaux vêtus de leurs habits, et cherchant à
vendre leurs armes et leurs bijoux. Un seul de ces jeunes gens, échappé
par miracle à cent nègres qui les attaquèrent dans un chemin creux, nous
a rapporté avec quel sang-froid un de ses camarades, nommé Cyprès, avoit
mangé un papier dont il étoit porteur, pour qu'il ne tombât pas entre
les mains des nègres, et avoit ensuite vendu sa vie, très-chèrement; ses
compagnons ne montrèrent pas moins de bravoure, mais ils succombèrent au
nombre des assassins.

[Note 13: Ce brevet ne pouvoit pas manquer d'être une pomme de discorde
entre Toussaint et Rigaud; aussi il en résulta une guerre sanglante dans
laquelle ont péri au moins quatre-vingt mille nègres ou mulâtres, ce qui
facilitera beaucoup la conquête de S. Domingue.]

Rigaud pouvoit être (sous un rapport seulement) comparé à Domitien; son
visage devenoit riant dans l'instant où sa haine contre les blancs se
concentroit autour de son coeur, ce moment étoit celui où il ordonnoit
leur meurtre; il avoit pour lors l'air serein et satisfait d'un homme
vertueux qui vient de trouver l'occasion de faire une bonne action. Tel
étoit, nous a-t-on dit, le caractère de sa figure, lorsqu'il fit
fusiller plusieurs blancs négocians ou colons, qu'il trouva dans la
ville de Léogane, lorsqu'il s'en empara; du nombre de ceux qu'il fit
sacrifier à sa haine, étoit le curé de Léogane, qui reçut le coup
funeste en chantant les louanges de l'Eternel, et en le priant de
pardonner à ses bourreaux.

Rigaud avoit pris en France l'état d'orfèvre, il avoit, dit-on, de
l'esprit, et avoit profité de l'éducation soignée que son père lui avoit
fait donner; mais les hommes, pour être éclairés, en sont-ils meilleurs?
Cette question souvent agitée vient enfin d'être résolue dans la
révolution. Rigaud est d'une figure agréable et douce (ah! Lawater, te
voilà en défaut); il portoit la dissimulation au point de donner un
déjeûner ou un dîner splendide, à de malheureuses victimes qu'il avoit
l'intention de faire sacrifier après, et pour cet effet, il proposoit
une promenade dans son jardin ou ailleurs, et là se trouvoient les
sicaires exécuteurs de sa férocité; et il faisoit succéder en un instant
toute l'horreur d'un supplice inattendu, à l'espoir qu'il avoit fait
naître d'y échapper. Quel raffinement de barbarie!

Rigaud avoit déclaré une guerre à mort à tous les colons qui se
trouvoient dans les dépendances occupées par les Anglois. Il avoit armé
des barges dont les capitaines avoient l'ordre, lorsqu'ils prendroient
des bâtimens où il se trouveroient des blancs, de massacrer tous les
mâles, jusqu'aux enfans, et d'abandonner les femmes sur des barques, à
la merci des flots.

C'est un fait que nous tenons de sept Américaines de S. Domingue, qui
ont elles-mêmes été victimes de cette ordre barbare. Après avoir été
témoins du massacre de leurs maris, de leurs enfans et de leurs gérans,
on les a dépouillées et on les a exposées dans cet état à la merci des
flots, dans une barque si frêle, que la moindre vague pouvoit les
engloutir; mais leur heure n'étoit pas sans doute venue, un vaisseau
anglo-américain passa par hasard dans les parages où elles se
trouvoient, et les recueillit à son bord; après les avoir vêtues comme
il le put, il les conduisit à l'île de Cuba, à Baracou, où deux de ces
malheureuses moururent en peu de jours des suites de cet événement. Cinq
existent encore et peuvent attester le fait.

S'il arrivoit à Rigaud de ne pas faire de suite massacrer les blancs,
que ses troupes avoient faits prisonniers, ce n'étoit que par un
raffinement de barbarie, et pour les condamner à un supplice mille fois
pire que la mort. Il les faisoit enchaîner deux à deux, les envoyoit aux
travaux publics, et les obligeoit de porter des pierres dont le poids
excédoit leurs forces, et quand ils paroissoient fléchir sous ce
fardeau, il les faisoit fouetter par des nègres. C'est ainsi qu'il
traita un capitaine blanc, nommé Sébire, qui trouva le moyen d'en
instruire son régiment. Nous tenons ce fait de ses camarades, et
malheureusement il y avoit avec lui beaucoup d'autres blancs, même des
femmes traitées de la même manière.

Ce qui prouve bien que les François étoient absolument dans l'erreur sur
la conduite de Rigaud, c'est que l'armée françoise, qui est venue à S.
Domingue, en 1802, le ramena dans cette île, au grand étonnement de tous
les blancs. Mais on ne fut pas long-temps à être détrompé à son égard.
Il fut envoyé dans la partie du Sud, où bientôt ses vues ambitieuses se
manifestèrent; une lettre maladroite, qu'il écrivit au général noir
_Laphime_, ne laissoit point de doute qu'il ne cherchât à reprendre
l'ascendant qu'il avoit eu sur les nègres de cette partie là, et à y
établir son empire; mais il fut pris et renvoyé en France.

Lors de l'arrivée de ce monstre à S. Domingue, il passa au
Port-au-Prince pour se rendre dans le sud de l'île; on lui donna un
billet de logement, avec lequel il se présenta chez un blanc, qui à son
aspect recula d'effroi. Que me voulez-vous? lui dit ce blanc.--Je viens
loger chez vous, et voilà mon billet.--Vous n'y logerez pas, dit le
propriétaire de la maison.--J'y logerai malgré vous, lui répartit
Rigaud.--Eh bien, puisque vous pouvez m'y forcer, donnez-moi le temps de
trouver un logement pour moi, je craindrois, en logeant sous le même
toit que vous, d'être assassiné pendant la nuit.

S'il falloit ajouter un dernier coup de pinceau, au tableau de Rigaud,
nous pourrions indiquer un homme respectable qui est en France, auquel
on peut s'adresser; outré de la barbarie de ce petit despote, ce
courageux citoyen tenta de purger la terre de ce monstre, il lui tira un
coup de pistolet et le manqua; il eut heureusement le temps de se
soustraire à sa vengeance.



                              CHAPITRE V

                     _Continuation du même sujet_


Comme l'évêque Grégoire pouvoit faire des volumes sur les qualités
morales des nègres et des mulâtres, après avoir déjà parlé très au long,
dans son chapitre quatrième, de leur amour pour le travail, de leur
courage, de leur bravoure, de leur tendresse paternelle et filiale, de
leur générosité, etc., il passe au cinquième chapitre, et lui donne pour
titre _Continuation du même sujet_. Comme nous ne sommes pas toujours en
contradiction avec ce prélat, pour lui donner une preuve de notre
impartialité et de notre justice, en reconnoissant le mérite partout où
il se trouve, sans égard à la couleur des individus, nous allons
augmenter son chapitre d'une anecdote qui prouvera aux négrophiles que
les esclaves ne haïssent pas toujours leurs maîtres; c'est à un de nous
que le fait est arrivé, lui-même en sera l'historien.

Le général noir Christophe, qui commandoit au Cap, lors de l'arrivée de
l'armée françoise, en 1802, avoit reçu du général Toussaint, ainsi que
tous les autres chefs noirs, l'ordre exprès de faire tuer tous les
blancs, et de mettre le feu à la ville; ce général promit aux blancs
qu'il ne mettroit point cet ordre à exécution[14], et qu'il ne leur
arriveroit rien tant qu'il commanderoit au Cap. Mais il les avertit
qu'il feroit mettre le feu à la ville, aussitôt que l'escadre françoise
paroîtroit vouloir entrer dans le port; qu'alors il ne pouvoit plus
répondre de ce qui pourroit leur arriver, qu'ils eussent à sortir de la
ville et à se cacher pendant la crise. Peu d'heures après, un vaisseau
de l'escadre, s'étant approché du Fort Picolet, mille voix semblèrent
partir ensemble: le feu! le feu! Ce ne fut que dans ce moment plein
d'horreur, que j'aperçus toute la profondeur du précipice, sur les bords
duquel se trouvoient tous les malheureux blancs, et dans lequel ils
pouvoient être précipités dans un instant. Pouvions-nous conter sur la
foi du général Christophe, qui avoit promis qu'il ne mettroit point à
exécution l'ordre qu'il avoit reçu du général Toussaint, de faire tuer
tous les blancs? Je ne sais qu'elle a été la conduite de ce général,
depuis l'évacuation, envers les colons qui ont eu l'imprudence de rester
dans ce pays infortuné; mais tous ceux qui étoient au Cap, à l'époque de
l'arrivée de l'armée françoise, lui doivent la vie.

[Note 14: Il fit tuer un seul blanc, le frère du général Pajot. Nous en
ignorons la cause.]

Je reviens à cet instant de crise dont le danger devenoit plus pressant,
de minute en minute; le tocsin de la mort sonnoit de toutes parts. Quel
parti prendre, où se cacher? Si les nègres qui étoient sous les ordre de
Christophe devoient nous épargner, que n'avions-nous pas à craindre de
la part des nègres étrangers, qui, après avoir assouvi leur rage sur les
blancs de leurs cantons, ne manqueroient pas de venir aux environs du
Cap, chercher de nouvelles victimes dans cette cruelle conjoncture,
voyant la mort presque certaine, je me décidai à monter sur ma petite
habitation du morne du Cap, me livrer à mes nègres qui m'avoient
toujours témoigné de l'attachement, dans l'alternative de me sauver par
eux, ou d'être leur victime, s'ils n'étoient pas de bonne foi. Un
négociant du Port-au-Prince, M. Morin, me demanda de me suivre, et de
courir la même chance. Nous prîmes donc ensemble la route de mon
habitation; en arrivant on nous cria: qui vive! ce qui nous étonna un
peu; mais comme notre parti étoit pris, nous avançâmes, je reconnus pour
lors deux de mes nègres, armés chacun d'un fusil: je leur demandai
pourquoi ils étoient en armes, ils me répondirent que c'étoit pour se
garder, et empêcher qu'on ne mit le feu à leurs cases; ces paroles nous
donnèrent un peu d'assurance; je dis à l'un d'eux, que je désirerois
parler au conducteur, qui étant arrivé de suite, me dit qu'il
m'attendoit, pour savoir quel parti prendre; que l'intention de
l'atelier étoit de me rester fidèle; mais qu'ils avoient des risques à
courir de la part des autres nègres qui ne pensoient pas comme eux. Il y
avoit sur l'habitation une caverne assez profonde, formée par des
rochers considérables entassés les uns sur les autres; l'entrée en étoit
cachée par un bosquet épais de bambous. Je proposai au conducteur de
faire transporter, pendant qu'il faisoit nuit, tous les bagages de
l'atelier, dans cette vaste caverne, et de nous y réfugier tous
ensemble, pour y passer le moment de crise pendant le débarquement de
l'armée françoise, et jusqu'à ce que les nègres révoltés se fussent
éloignés. La majeure partie des nègres qui s'étoit rassemblée pendant
que nous délibérions, parut accepter avec plaisir cette proposition, et
dans moins de deux heures, nous fûmes tous rendus dans notre caverne.
Malgré les marques d'attachement que nous donnèrent les nègres, mon
camarade et moi nous étions obsédés par une foule d'idées plus sinistres
les unes que les autres, en voyant au-dessous de nous ce superbe et
horrible spectacle, de la plus belle et de la plus riche ville des
Antilles, dévorée par des tourbillons de flammes qui s'élevoient en
forme de trombes, et faisoient entendre un sifflement affreux; capable
de déchirer l'ame la plus insensible. Nos réflexions étoient d'autant
plus poignantes; qu'elles étoient concentrées, et que nous n'osions pas,
au milieu des nègres, nos ennemis naturels, rien énoncer qui pût les
choquer; mais, que dis-je, nos ennemis naturels! Cette dénomination ne
convient-elle pas plutôt à ceux qui, poussés par le démon de l'envie,
ont mis dans leurs mains les poignards et les torches? Tirons le rideau
sur cette scène d'horreurs. Nous sortîmes sains et saufs, mon camarade
et moi, de notre caverne (que j'ai nommée depuis l'antre de salut), où
les nègres ne nous avoient laissé manquer d'aucunes provisions, et nous
descendîmes au Cap pour y embrasser nos frères d'Europe, qui nous
promirent un avenir plus heureux; nous en acceptâmes l'augure, sans y
croire beaucoup. Mes bons nègres portèrent, au général qui commandoit au
Cap, des présens de légumes et de fruits; entr'autre un régime de
bananes qui pesoit près de cent livres (devois-je penser que cette
grappe seroit comme celle des Israélites). Le lendemain ils portèrent
des légumes et des fruits au marchés du Cap, et enhardirent par cette
démarche les autres nègres des mornes à suivre leur exemple, et le
marché se rétablit.

Je ne puis m'empêcher de citer ici un trait de bienfaisance de mon
atelier à mon égard: je crois devoir le faire, tant par reconnoissance,
que pour convaincre le public, que s'il a existé parmi les nègres des
scélérats qui se sont portés aux excès les plus condamnables, la vertu
n'est cependant point étrangère à cette race d'hommes, que tour-à-tour
on a, ou calomnié, ou exalté à l'excès. On doit diviser les nègres en
trois classes: les uns on fait le mal par instinct, par une férocité
naturelle, j'allois dire à l'homme sauvage; hélas! la triste expérience
nous a appris qu'il ne manquoit à quelques hommes civilisés que
l'occasion pour surpasser le sauvage en cruauté; les autres, sans
caractère, ont suivi par crainte ou par foiblesse l'impulsion qu'ils
recevoient des premiers, et ont fait le mal avec eux. Dans la troisième
classe, malheureusement la moins nombreuse, on peut citer des traits de
vertu et d'humanité qui feroient honneur aux hommes blancs les plus
civilisés. Plusieurs ont sauvé leurs maîtres en les cachant et les
dérobant aux recherches des assassins, au risque de perdre eux-mêmes la
vie si on les eût soupçonnés de favoriser un blanc; plusieurs leur ont
envoyé de l'argent hors de l'île de S. Domingue, pour subvenir aux
besoins les plus pressans. Ils ont fait évader des familles entières, en
les conduisant par des sentiers inconnus, jusqu'au bord de la mer, pour
y trouver des navires.

Mais revenons au trait que je veux et dois citer. Deux jours après
l'arrivée de l'escadre françoise au Cap, le général Leclerc envoya une
frégate à la Jamaïque, pour y complimenter le général anglois; ayant
perdu, dans l'incendie du Cap et de l'Arcahaye, tous mes moyens
pécuniaires, je sollicitai un passage sur cette frégate (la Cornélie),
commandée par M. de Lavillemadrin; j'obtins cette faveur et m'embarquai
dans l'espoir de trouver à la Jamaïque des ressources auprès de
quelqu'un qui m'étoit redevable d'une petit somme; nous ne fûmes pas à
une demi-lieue en mer que le calme nous surprit; nous vîmes arriver vers
la frégate une pirogue, que nous prîmes d'abord pour des pêcheurs; mais
quand elle fut plus près, je distinguai trois des nègres de mon
habitation, dont un nommé Gabou étoit le conducteur, quoiqu'il fût âgé
de plus de quatre-vingts ans; je demandai au capitaine la permission de
laisser monter à bord ce respectable vieillard, qui, aussitôt qu'il fut
sur le pont, demanda à me parler en particulier; quelle fut ma surprise,
lorsque ce bon patriarche me fit, au nom de tout l'atelier, des
reproches d'être parti sans leur rien dire; nous ne méritons pas, me
dit-il, cette indifférence de votre part. En même temps il tira d'un
petit papier un sac d'argent, et me le présenta au nom de tous les
nègres, qui s'étoient privés de la part d'argent qui leur revenoit sur
les produits de l'habitation, pour me l'envoyer, parce qu'ils savoient
que j'étois parti sans argent. Peut-être, me dit-il, ne reviendrez-vous
plus parmi nous; acceptez donc ce petit présent, qui vous fera rappeler
que nous vous sommes restés fidèles. Les larmes me gagnèrent, et
j'appelai le capitaine pour le rendre témoin d'une action qui feroit
honneur aux hommes de toutes les classes et de toutes les couleurs.
Aussi je frémis d'horreur et d'indignation, quand j'entends dire à
quelques François, qui par leur faux système, et leurs opinions
exaltées, ont démoralisé cette caste malheureuse, plus à plaindre qu'à
blâmer, qu'il faut exterminer jusqu'à l'enfant de six ans pour rétablir
la colonie. Ce système me paroît aussi absurde, aussi inhumain,
qu'impraticable dans son exécution.

A la fin du chapitre quatrième, de l'ouvrage de M. Grégoire, qui, comme
on l'a vu, est la continuation du troisième, sur les qualités morales
des nègres et des mulâtres, ce prélat commence à craindre que
l'exagération ne nuise un peu à la cause qu'il plaide, et il dit (pag.
127): «Gardons-nous cependant d'une exagération insensée, qui, chez les
noirs et les mulâtres, voudroit ne trouver que des qualités estimables;
mais, nous autres blancs, avons-nous le droit d'être leurs
dénonciateurs?»

Ici, la force de la vérité arrache à l'évêque Grégoire l'aveu que les
nègres et les mulâtres pourroient bien ne pas valoir autant qu'il l'a
dit; mais pour ne pas paroître tout-à-fait chanter la palinodie, les
blancs, dit-il, ne valent pas mieux; et d'après cela, ils n'ont pas le
droit d'être leurs dénonciateurs. Cette vérité affligeante pour
l'humanité entière, n'avoit malheureusement pas besoin de sortir de la
bouche d'un prélat pour acquérir la force d'une démonstration. La
révolution nous a appris que tous les hommes, noirs, jaunes, blancs,
cuivrés, olivâtres, civilisés ou non, savans ou ignorans, agités par les
mêmes passions, sont partout aussi méchans les uns que les autres; mais
en convenant de leur égale propension au vice, dans tous les climats,
nous ne conviendrons pas de leur aptitude égale pour les sciences et
pour les arts, que nous maintenons être les enfans naturels de
l'industrie, laquelle a pour mère la nécessité; et cette mère
malheureuse ne dépassa jamais les tropiques.



                             CHAPITRE VI

            Notice biographique du nègre Angelo-Solimann.


Nous voici au chapitre sixième de l'ouvrage de l'évêque Grégoire, et
tout ce que nous avons lu jusqu'ici est absolument étranger à la
_Littérature des nègres_; ce prélat auroit-il oublié le sujet de son
livre? Nous serions tenté de le croire, si nous ne lisions en tête de
chaque page, en très-gros caractères, de la Littérature des nègres. Au
reste, ce chapitre qui devoit être intitulé comme le précédent,
_Continuation du même sujet_, apprendra au lecteur l'histoire
très-intéressante du nègre Angelo, qui, s'il n'a pas publié de
chefs-d'oeuvres de littérature, pouvoit cependant en faire, puisqu'il
parloit sept langues, sans compter celle de son pays qui devoit être
très-riche. D'après cela, il n'en mérite pas moins, dit l'évêque
Grégoire, une des premières places «entre les nègres qui se sont
distingués par un haut degré de culture, par des connoissances étendues,
et plus encore par la moralité et l'excellence de son caractère.»

Il faut donc que vous sachiez, lecteur impatient, avant d'arriver à la
Littérature des nègres, qu'Angelo Solimann étoit fils d'un prince
africain, nommé _Magni Famori_; qu'on l'appeloit, quand il étoit petit,
_Mmadi-Make_; qu'il avoit une petit soeur dont on ignore le nom; que le
papa, _Magni Famori_, régnoit sur une peuplade qui avoit déjà un
commencement de civilisation, puisqu'elle adoroit les astres; qu'il y
avoit deux familles de blancs qui demeuroient dans le pays (sans doute
elles n'y étoient pas depuis assez de temps pour être devenues noires),
qu'une guerre éclata inopinément, que la maison du papa fut investie,
que le petit _Mmadi-Make_, âgé de sept ans, eut peur, et prit la fuite
avec la vitesse d'une flèche, que sa chère mère l'appela à grands cris,
en lui disant: où vas-tu, _Mmadi-Make?_ qu'il répondit, où Dieu veut
(n'auroit-il pas dû répondre, où me conduira mon étoile, puisque leurs
divinités étoient les astres). Qu'après un combat sanglant où l'on
entendoit le cliquetis des armes et les hurlemens des blessés, le petit
Mmadi-Make fut pris, malgré qu'il se fût caché les yeux avec ses mains;
qu'il fut vendu, que son premier maître l'échangea pour un cheval, que
le second maître le vendit à un troisième; que le troisième, après
l'avoir mis dans une maison flottante qui l'étonna beaucoup, et où il
essuya une tempête, le conduisit chez lui, que son épouse le reçut avec
bonté, lui fit beaucoup de caresses; que le mari lui donna le nom
d'André, et lui ordonna de conduire les chameaux aux pâturages et de les
garder. Qu'on ignore de quelle nation étoit cet homme là, ni combien de
temps resta chez lui Angelo, qui est mort depuis douze ans, ce qui fait
que cette Notice a été rédigée par ses amis, lesquels nous ont appris
que ce troisième maître le mit encore dans une maison flottante qui le
conduisit à Messine, où il fut vendu à une marquise dont on ne dit pas
le nom, mais qui eut pour lui les soins d'une mère; qu'il tomba
dangereusement malade; que pendant sa maladie il ne voulut pas être
baptisé; qu'il demanda lui-même à l'être dans sa convalescence; qu'il
voulut avoir le nom d'Angelo, à cause d'une négresse qu'il avoit
distingué parmi les domestiques de la marquise, qui se nommoit Angélina.
Que la marquise, malgré la grande affection qu'elle avoit pour lui, le
céda au prince Lobkowitz; qu'étant au service de ce prince, il devint
sauvage et colère; que le vieux maître-d'hôtel du prince, connoissant
son bon coeur et ses excellentes dispositions, malgré son étourderie,
lui donna un instituteur sous lequel il apprit, dans l'espace de
dix-sept jours, à écrire l'allemand (race future, vous ne pourrez le
croire)! qu'ensuite il devint guerrier et combattoit auprès de son
maître, qu'il l'emporta blessé sur ses épaules hors du champ de
bataille; que malgré les grandes obligations que lui avoit ce maître,
lorsqu'il mourut, il ne lui donna point la liberté, mais qu'il le légua
par son testament au prince Winceslas de Lichtenstein. Qu'il suivit ce
dernier maître dans ses voyages à Francfort, lors du couronnement de
l'empereur Joseph, comme roi des Romains; qu'il se maria clandestinement
à la veuve de Christiani, née Kellermann, Belge d'origine; que le prince
ayant appris son mariage, le bannit de sa maison; qu'il raya son nom de
son testament. Qu'ensuite il se retira avec son épouse, dans une petite
maison; que peu de temps après, le prince François le fit inspecteur de
l'éducation de son fils, place dont il remplissoit ponctuellement les
devoirs; qu'enfin, attaqué d'un coup d'apoplexie, il mourut dans la rue,
à l'âge de soixante-quinze ans.

    Multis ille bonis flebilis occidit,
      Nulli flebilior quam tibi.



                            CHAPITRE VII.

_Talens des Nègres pour les arts et métiers. Sociétés politiques
organisées par les Nègres_.


Dans le chapitre septième, l'évêque Grégoire cherche à prouver, que les
nègres joignent aux qualités morales, de grandes connoissances dans les
arts mécaniques et libéraux. Il cite «Bosman, Brue, Barbot, Holben,
James-Lyn, Kiernan, d'Alrymple, Towne, Wadstrom, Falcondridge, Wilson,
Klarkson, Durand, Stedmann, Mungo-Park, Ledyard, Lucas, Honython,
Hornemann, qui tous connoissoient les noirs (et qui tous en étoient
marchands), qui rendent témoignage à leurs talens industriels. Et Moreau
de S. Méry les croit capables de réussir dans les arts mécaniques et
libéraux.»

Nous pouvons, jusqu'à un certain point, juger de l'aptitude de tous les
nègres pour les arts mécaniques et libéraux, par ceux qu'on nous
apportoit à S. Domingue de presque toutes les nations d'Afrique, et que
nous étions dans l'usage d'envoyer en France, pour leur faire apprendre
un métier quelconque; quelques-uns y réussissoient jusqu'à un certain
point, mais jamais aucun n'atteignoit le degré de perfection nécessaire
pour pouvoir se passer d'un blanc pour le guider à son retour à S.
Domingue, dans quelque métier que ce fût. Nous ignorons la manière dont
en Afrique ils tannent et teignent les cuirs, nous n'avons jamais
entendu dire qu'ils portassent des souliers dans leur pays; il nous est
cependant arrivé plus d'une fois des fils de souverains, ils étoient,
comme les autres, nu-pieds; et il y a tant d'avantage à aller ainsi dans
les pays chauds, que nous doutons fort de l'assertion des voyageurs, qui
disent qu'ils préparent si bien les cuirs. Pourquoi, à S. Domingue, où
il existait des tanneries, n'ont-ils pas manifesté ce talent, ils
n'ignorent pas que l'esclave, qui possède un métier même imparfaitement,
a beaucoup d'avantages sur les autres, et que son sort en est amélioré.
L'évêque Grégoire cite l'indigo qu'ils savent préparer; mais la manière
dont ils le font est la preuve du contraire. Ils broyent entre deux
pierres les feuilles de l'indigotier, et en font de petites boulettes
qui, avec un peu de matière bleue, contiennent les trois-quarts et plus
de fécule des feuilles; c'est avec ses boulettes qu'ils teignent les
grosses toiles qu'ils fabriquent, et comme ils ne connoissent point de
mordant pour fixer cette couleur bleue, ces toiles se déteignent
aussitôt qu'on les lave. Il y a bien loin de cette préparation à celle
que les blancs connoissent par la fermentation et le battage, et de
l'application solide qu'ils en font sur les étoffes, par la dissolution
de l'indigo dans l'acide sulfurique. Leurs beaux tissus, que cite
l'évêque Grégoire, consistent dans de petits tapis composés d'une
bandelette blanche et l'autre bleue. Ces bandelettes, larges de trois
pouces, sont cousues à côté les unes des autres. Quant à leur belle
poterie, et aux vases de forme la plus élégante et la plus recherchée,
nous prions nos lecteurs d'en prendre connoissance dans les cabinets des
curieux, qui sans doute en sont munis, ainsi que des fétiches et des
magots en terre, qui donneront une juste idée du goût exquis des nègres
dans ce genre. Ce que nous pourrions en dire, seroit trop au dessous de
la vérité.

      Segnius irritant animor demissa per aures, quam quæ sunt
      oculis subjecta fidelibus, et quæ tradit ipse sibi
      spectator.

Nous regrettons aussi que M. le comte Hamilton n'aient pas insérés dans
sa belle collection de vases antiques, ces chefs-d'oeuvres du bon goût
des Africains, et nous engageons les éditeurs d'un nouvel ouvrage en ce
genre de n'en pas négliger la publication.

L'évêque Grégoire vente encore les bijoux exquis en or, argent et acier,
et les armes que font les nègres. Il nous semble que cette assertion est
détruite par les objets que les capitaines, qui alloient à la traite,
portoient en Afrique pour acheter des esclaves. Tout ce qu'il y avoit de
rebut en armes, en instrumens aratoires, en mauvais couteaux, en petits
miroirs, en verroterie, constituoit la pacotille que l'on portoit en
Afrique pour y traiter des nègres, s'ils avoient excellé dans
l'orfèvrerie, dans l'horlogerie, dans l'art de fabriquer les armes,
auroient-ils acheté ces objets de peu de valeur?

«Un voyageur rapporte qu'à Juida il a vu de très-belles cannes d'ivoire
longues de deux mètres (six pieds), et d'une seule pièce.»

Ne sommes-nous pas fondés à nier la possibilité du fait; les dents
d'éléphans, quelque longues qu'elles soient, sont courbes, et l'ivoire
ne peut se redresser. Nous connoissons parfaitement, pour en avoir vu,
les cannes dont parle l'évêque Grégoire; elles sont faites avec la corne
d'un poisson qu'on nomme le narval; cette corne est droite, quelquefois
longue de dix à douze pieds (trois mètres). Cette belle matière n'a pas
la blancheur matte de l'ivoire, mais elle a une demi-transparence, qui
plaît davantage, et elle n'est pas, comme l'ivoire, sujette à jaunir.

Nous allons, pour terminer ce chapitre, dire encore un mot de deux
chefs-d'oeuvres que cite l'évêque Grégoire, pour prouver la grande
aptitude des nègres, pour les arts mécaniques et libéraux.

«Dikson, dit ce prélat, parle avec admiration des serrures de bois
exécutées par les nègres, et des guitares, sur lesquelles ils jouent des
airs qui respirent une douce mélancolie.»

Rien selon nous n'est une preuve plus forte du peu d'étendue du génie
des nègres, que ces deux prétendus chefs-d'oeuvres. Tous les nègres qui
viennent d'Afrique savent fabriquer des serrures de bois, mais, quand on
en a vu une, on les a toutes vues; c'est comme les nids d'hirondelles,
qui sont partout les mêmes. La même clé peut ouvrir toutes ces serrures,
et quand ils la perdent, le premier petit morceau de bois qu'ils
rencontrent leur en sert.

Quant aux guitares, que les nègres nomment _banza_, voici en quoi elles
consistent: Ils coupent dans sa longueur, et par le milieu, une
callebasse franche (c'est le fruit d'un arbre que l'on nomme
callebassier). Ce fruit a quelquefois huit pouces et plus de diamètre.
Ils étendent dessus une peau de cabrit, qu'ils assujettissent autour des
bords avec des petits cloux; ils font deux petits trous sur cette
surface, ensuite une espèce de latte ou morceau de bois grossièrement
aplati, constitue le manche de la guittarre; ils tendent dessus trois
cordes de pitre (espèce de filasse tirée de l'_agave_ vulgairement
_pitre_); l'instrument construit. Ils jouent sur cet instrument des airs
composés de trois ou quatre notes, qu'ils répètent sans cesse; voici ce
que l'évêque Grégoire appelle une musique sentimentale, mélancolique; et
ce que nous appelons une musique de sauvages.

L'autre instrument, qui leur est le plus familier, parce que c'est celui
au son duquel ils dansent, est le tambour; il est aussi simple que la
guitare. Ils coupent un arbre creux, ils prennent une certaine longueur
du tronc, ils étendent sur chaque bout une peau de mouton, en mettant le
poil en dedans; cette peau est serrée autour du bois par un cercle de
lianne, voici le tambour fait. Ils ne se servent point de baguettes pour
le battre, mais de leurs mains. On peut aisément juger que cet
instrument est peu sonore, il est d'une monotonie insupportable pour les
blancs.

Dans une dissertation sur les briques flottantes des anciens, par
Fabroni, l'évêque Grégoire trouve ce passage: «Comment concevoir la
manière dont les anciens habitans de l'Irlande et des Orcades pouvoient
construire des tours de terre, et les cuire sur place? C'est cependant
ce que quelques nègres de la côte d'Afrique pratiquent encore.»

Voici à quoi se réduit ce chef-d'oeuvre inconcevable. Dans les cantons
de l'Afrique, où la pierre et le bois sont rares, les nègres
construisent grossièrement, non pas des tours, mais de petites huttes
carrées, avec de la terre argileuse; quand ils ont fini cette espèce de
pisé, ils remplissent l'intérieur de la case d'herbes sèches, et en
garnissent aussi le dehors, ensuite ils y mettent le feu; les murailles
se durcissent jusqu'à un certain point, mais ne cuisent point. Nous
avons vu de ces petites maisons de terre à S. Domingue, qui avoient été
construites par des nègres d'Afrique. Il y a bien loin de là, à des
tours cuites sur place.

«Un problème non résolu, jusqu'à présent, mais non pas insoluble, est,
selon M. Grégoire, la manière de concilier le développement de toutes
les facultés intellectuelles, de tous les talens, sans laisser germer
cette corruption que les arts d'agrément traînent, je ne dis pas
inévitablement, mais constamment à leur suite.»

M. Grégoire a raison de dire que ce problème n'est pas insoluble,
puisqu'il se trouve résolu par toutes les qualités morales que les
nègres joignent aux grands talens qu'il leur suppose.

Ce prélat, craignant d'être contredit par le grand nombre de capitaines
qui ont fréquenté les côtés d'Afrique, affirme, sur le témoignage de
quelques voyageurs, entr'autre de l'abbé Prévot, que les nègres de
l'intérieur de l'Afrique sont bien plus civilisés et plus moraux. En
nous bornant, «dit-il, à l'acception que présente l'idée de sociabilité,
d'aptitude à vivre avec les hommes, en rapport de services mutuels,
l'idée d'un état policé qui, a une forme constituée de gouvernement et
de religion, un pacte conservateur des personnes, des propriétés; qui
pourroit disputer à plusieurs peuples noirs la qualité de civilisés?
Seroit-ce à ceux dont parle Léon l'Africain, qui, dans les montagnes,
ont quelque chose de sauvage, mais qui, dans les plaines, ont bâti des
villes où ils cultivent les sciences et les arts.»

Ne sommes-nous pas en droit de demander ce que sont les villes dont nous
parle Léon? quelles sont les sciences et les arts qui y fleurissent,
pourquoi les voyageurs ne nous apportent pas le moindre produit de tant
de talens?[15] quelle est enfin la religion que l'on y professe? C'est
par elle particulièrement que nous pourrions juger du degré de
civilisation des peuples. Ne savons-nous pas que plusieurs de ces castes
noires adorent les astres, d'autres des serpens, les autres, des
fétiches.

[Note 15: «La France, dit un voyageur, est pleine des étoffes faites par
des nègres.» Cela est vrai; mais ces étoffes viennent de l'Inde, où
elles sont faites par des Indiens noirs à cheveux longs, qui ont
beaucoup plus d'intelligence que les nègres d'Afrique, qui ont de la
laine au lieu de cheveux.]

Il existe, parmi les peuples de l'intérieur de l'Afrique (à ce que nous
assure l'évêque Grégoire), un pacte conservateur des personnes.

Et le plus grand nombre des esclaves que traitent les capitaines
négriers, est amené de plus de deux cents lieues de l'intérieur des
terres. Ce prélat, pour nous prouver la perfection d'un des gouvernemens
de la contrée de Juida, nous cite la négresse Zingha, reine d'Angola,
dont l'astuce diplomatique ne le cédoit en rien à celle des souverains
d'Europe qui ont le plus perfectionné cet art funeste; la preuve en est,
dit-il, dans la conduite de cette reine, morte à quatre-vingt-deux ans;
à qui un esprit éminent et une intrépidité féroce assurent une place
dans l'histoire. Elle fit périr, à la vérité, une grande quantité de ses
sujets; mais, dans sa vieillesse, elle eut des remords, qui, comme le
dit fort bien M. Grégoire, ne rendoient pas la vie aux malheureux
qu'elle avoit fait sacrifier. Quel exemple de civilisation à citer! Ne
pourrions-nous pas, par la même raison, préconiser la civilisation du
féroce Dessalines, qui peut-être auroit aussi expié ses forfaits par des
remords, si les mulâtres et les nègres n'avoient purgé la terre de ce
monstre noir, qui, peu à peu, les auroit tous dévorés?

«En parlant des idées reçues parmi nous, communément on croit qu'un
peuple n'est pas civilisé, s'il n'a des historiens et des annales. Nous
ne prétendons, pas mettre les nègres au niveau de ceux qui, héritiers
des découvertes de tous les âges, y ajoutent les leurs; mais, peut-on
inférer de là, que les nègres sont incapables d'entrer en partage du
dépôt des connoissances humaines (chapitre VI, page 153)?»

Ce seroit sans doute un acte d'ingratitude la plus marquée de la part
des blancs: quand les pères ont perdu leur fortune, c'est un devoir de
la part des enfans de partager avec eux le peu qu'ils ont. L'évêque
Grégoire ne nous a-t-il pas dit, d'après Volney et Grégory, que les
nègres ont été nos pères dans les sciences et dans les arts, et qu'ils
nous ont appris jusqu'à l'art de parler.

L'évêque Grégoire ne peut pourtant s'empêcher de convenir que la
civilisation est presque nulle dans plusieurs de ces états nègres. Par
exemple, dans celui où l'on parle au roitelet, à travers une sarbacanne;
ou quand il a dîné, un héraut annonce qu'alors tous les autres potentats
du monde peuvent dîner à leur tour. Ce prélat traite encore de barbare
le roi de Kakongo, qui, réunissant tous les pouvoirs, juge toutes les
causes, avale une coupe de vin de palmier à chaque sentence qu'il
prononce, et termine quelquefois cinquante procès dans une séance.
Quelle barbarie! Tandis que chez nous, où la civilisation est montée au
dernier échelon, il faut souvent cinquante séances et plus, pour
terminer un procès.



                           CHAPITRE VIII

                   _De la Littérature des Nègres_.


_Tandem, tandem, tandem, tandem, denique tandem_.

Enfin, après sept chapitres, qui ne sont qu'un avant-propos, ou plutôt
un hors de propos, du sujet de l'ouvrage annoncé par l'évêque Grégoire,
ce prélat se décide à aborder la Littérature des nègres, dont, selon
notre manière de voir, il ne donne que des preuves négatives. Que
doit-on entendre par la Littérature d'un peuple? C'est l'ensemble des
productions littéraires de cette nation. En partant de cette définition,
nous allons examiner les preuves que prétend donner l'évêque Grégoire,
de l'existence de la Littérature des nègres.

«Willeberforce, de concert avec les membres de la société, qui s'occupe
de l'éducation des Africains, a fondé pour eux un espèce de collége à
Clapham, distant de Londres d'environ six mille, j'ai, dit M. Grégoire,
visité moi-même cet établissement en 1802, pour m'assurer du progrès des
élèves, et j'ai vu qu'entr'eux et les Européens, il n'existoit d'autre
différence que la couleur. La même observation a été faite à Paris, au
collège de Lamarche, par M. Coesnon, professeur de l'Université, où il y
avoit un certain nombre d'enfans nègres. La même observation a été faite
à Philadelphie, à Boston; et le bon Wadstrome prétendoit, à cet égard,
que les noirs avoient la supériorité sur les blancs. L'ancien consul
américain, Skipwith, est du même avis (chap. VII, pag. 176).»

En accordant à l'évêque Grégoire une égalité, même une supériorité
d'aptitude pour les sciences, à quelques nègres, sur les blancs, qu'en
peut-on conclure en faveur de la Littérature de leur nation? L'aptitude
à acquérir dans quelques individus, suppose-t-elle la science de la
nation dont ils sont sortis? Le nègre don Juan Latino, enseignoit à
Séville la langue latine; l'avoit-il apprise en Afrique? où existoient
leurs Universités, leurs Colléges? dans quelle langue leurs littérateurs
ont-ils écrit? Si Clénard, après avoir dit que les nègres étoient des
brutes, reconnut dans un autre temps leur aptitude, et qu'il leur
enseigna la littérature, dans la supposition qu'il ait réussi, n'a-t-il
pas formé des savans en littérature portugaise, et non en littérature
africaine? Que prouvent pour cette littérature, les réparties brillantes
des nègres, dont l'évêque Grégoire cite un exemple.

«Un nègre de la côte, dormoit. Son maître, en le réveillant, lui dit,
n'entends-tu pas maître qui appelle? Le nègre ouvre les yeux et les
ferme aussitôt, en disant sommeil n'a pas de maître.» Cette répartie ne
sent-elle pas un peu la littérature françoise?

Quelles preuves à donner de la littérature des nègres, que leur
intelligence pour les affaires, dont on ne peut citer que quelques
exemples très-rares, et leur mémoire prodigieuse dont on ne peut en
citer qu'un. Leur talent pour servir d'interprètes, pour lequel ils
n'ont besoin que de savoir un peu de françois, et l'idiome très-borné de
quelques peuplades africaines, qui leur vendent des esclaves.

Nous demanderons à M. Grégoire, pourquoi, s'il y avoit en Afrique une
Littérature, des Universités, le fils du roi de Nimbana, est-il venu en
Angleterre pour y apprendre l'hébreu? Pourquoi Stedman, qui accorde aux
Africains le génie poétique et musical, ne nous a-t-il pas apporté
quelques-uns de leurs chefs-d'oeuvres en ces genres? Un opera de leur
façon nous eût fait connoître leur poésie et leur musique, bien mieux
que des relations de voyageur dont on doit toujours se défier.

Enfin, des preuves irréfragables de la Littérature des nègres, selon
l'évêque Grégoire, ce sont les Chevilles du Père Adam, menuisier de
Nevers; les ouvrages de Louise, l'abbé de Lion, surnommée la Belle
Cordière; les oeuvres d'Hubert Pott, simple journalier en Hollande,
proclamé par le voyageur Pratt, le père de la poésie élégiaque; les
Poésies de Béronicius, ramoneur de cheminées; les Romans d'un domestique
de Glatz en Silésie; les Poésies de Bloomfield, valet de charrue; les
Poésies de Greensted, servante, et d'Anne Gearley, laitière à Bristol.
Or, il est évident, d'après ces exemples, que si les blancs, dans les
dernières classes de la société, sont parvenus à un degré de mérite
aussi éminent, à _Fortiori_, les nègres peuvent en faire autant et plus;
donc ils ont une Littérature. D'ailleurs, comme l'observe fort bien
l'évêque Grégoire, le génie est l'étincelle recelée dans le sein du
caillou; dès qu'elle est frappée par l'acier, elle s'empresse de
jaillir. Nous pensons sans doute sur ce point comme M. Grégoire; mais
nous avons observé que dans les cailloux noirs, l'étincelle étoit si
bien encroûtée, que l'acier le mieux trempé pouvoit à peine l'en faire
jaillir.



                             CHAPITRE IX

_Notice des Nègres et des Mulâtres distingués par leur talent et leurs
ouvrages. Annibal, Amo, Lacruz-Bagay, l'Ilet-Geofroy, Derham, Fuller,
Banaxe, Othello, Cugoano, Capitein, Williams, Vassa, Sancho,
Phillis-Weathley_.


Dans ce neuvième chapitre, nous allons examiner si les ouvrages faits
par les nègres, ou pour les nègres, sont bien une preuve de la
littérature de leur caste.

«_Annibal_ ou _Hannibal_, qui eut l'honneur d'être connu du Czar Pierre,
par son éducation et son instruction, fut élevé en Russie, au grade de
lieutenant-général, et de directeur du génie.»

Avoit-il reçu en Afrique l'éducation et l'instruction qui l'avoient
porté à ces grades?

_Amo_ (Antoine-Guillaume), né en Guinée, fut amené très-jeune à
Amsterdam; un de ses maîtres l'envoya faire ses études aux Universités
de Halle en Saxe, et de Wittemberg; il soutint une thèse, et publia une
dissertation _De Jure Maurorum_; il parloit le latin, le françois, le
hollandois et l'allemand.

Où avoit-il appris à parler toutes ces langues, étoit-ce dans les
Universités d'Afrique?

_Lacruz-Bagay_, étoit ou nègre ou sang mêlé; l'évêque Grégoire dénonce
lui-même son incertitude à cet égard. Selon nous, il n'étoit ni l'un ni
l'autre, puisqu'il étoit Indien Tagal, nation qui diffère beaucoup des
Africains nègres; il grava une carte des Philippines, composée par le
Père Murello Vélande, jésuite.

Un graveur est-il un littérateur?

L'Ilet Geoffroy, également indien, fit aussi des cartes qui ne prouvent
nullement la littérature des Africains.

_Derham_ (Jacques), esclave à Philadelphie, fut vendu par son maître à
un médecin, qui le vendît à un chirurgien, qui le vendît au docteur
Robert Dove, de la Nouvelle-Orléans; à l'âge de vingt-six ans, il est
devenu le médecin le plus distingué de la Nouvelle-Orléans; nous en
sommes bien persuadés. Mais qu'a de commun la science de la médecine
acquise à la Nouvelle-Orléans, avec la Littérature des nègres d'Afrique?

«Blumenbach, voyageant en Suisse, a vu, à Yverdun, une négresse citée
comme la personne la plus habile du pays, dans l'art des accouchemens.»

Qui pourra, d'après cela, douter de la Littérature des nègres?

_Fuller_ (Thomas), né en Afrique, et résidant à quatre milles
d'Alexandrie, ne savoit, à la vérité, ni lire ni écrire, mais il n'en
étoit pas moins littérateur, par sa prodigieuse facilité à calculer de
mémoire. Un jour, on lui demanda combien de secondes avoit vécu un homme
âgé de soixante-dix ans, «tant de mois et tant de jours? Il répondit
dans une minute et demie. L'un des interrogateurs prend la plume, et
après avoir longuement chiffré, prétend que Fuller s'est trompé en plus;
non, lui dit le nègre, l'erreur est de votre côté, car vous avez oublié
les bissextiles; le calcul se trouva juste.»

Les nègres des Antilles, qui pourtant viennent d'Afrique, sont encore
bien éloignés de ce degré de perfection de littérature arithmétique, ils
sont obligés, pour compter jusqu'à douze seulement, d'avoir recours;
n'allez pas croire que ce soit à la plume, mais à des grains de maïs, ou
à de petits cailloux. Pour savoir leur âge, ils mettent, à chaque
renouvellement de lune, un petit caillou dans une callebasse, destinée
pour cela, et quand on leur demande quel âge ils ont, ils répondent,
autant de lunes qu'il y a de petits cailloux dans cette callebasse: mais
il n'entre pas dans leur littérature de savoir de combien de lunes est
composée une année; encore moins de connoître le calendrier de César, et
le calendrier Grégorien; connoissance que le nègre calculateur, cité par
M. Grégoire, n'avoit pas certainement acquise dans son pays, qui, par
conséquent, ne prouve rien en faveur de la littérature africaine.

Nous pourrions encore donner ici les noms de quelques autres nègres ou
mulâtres, dont l'évêque Grégoire cite les ouvrages comme des preuves de
l'existence de la Littérature africaine; mais nous craignons d'abuser de
la patience du lecteur, et nous l'engageons à en prendre connoissance
dans l'ouvrage même de M. Grégoire. D'après cela, il conviendra avec
nous qu'il étoit bien inutile que ce prélat se mît en frais de produire
une foule de citations, dont plusieurs, très-insignifiantes, ne tendent
qu'à prouver ce que jamais nous ne lui avons contesté, qu'il se trouve
(quoique rarement) parmi les nègres d'Afrique, quelques individus qui
ont un certain degré d'aptitude à acquérir une certaine somme de
connoissance. Mais nous maintenons, et le lecteur impartial, conviendra
avec nous, que les ouvrages que l'évêque Grégoire attribue aux nègres et
aux mulâtres, bien au-dessous de l'idée que ce prélat s'est efforcé d'en
donner, ne prouvent nullement la littérature des nègres d'Afrique; 1º.
parce qu'ils sont tous écrits en langues totalement étrangères aux
différentes populations africaines; 2º. parce que leurs auteurs ont
puisé leurs connoissances, soit en Angleterre, soit en France, soit en
Hollande, soit en Portugal, soit en Espagne, et que pas un n'a composé
ses ouvrages dans son pays, nous maintenons donc que ces ouvrages sont
la preuve la plus irréfragable, que les Africains n'ont point de
littérature; et que les preuves que donne M. Grégoire, qu'ils en ont eu
une autrefois, ne sont rien moins que certaines.

Il est cependant possible, qu'en notre qualité de François, nous soyons,
comme le dit l'évêque Grégoire, tellement étrangers à tout ce qui
s'appelle littérature étrangère, que nous n'ayons pu deviner celle des
nègres. Au reste, l'intention de l'auteur est évidente; son but, en
faisant son ouvrage, n'a pas plus été de prouver la littérature des
nègres, que nous en faisant le nôtre, de la réfuter; on ne se bat pas
contre une chimère.

Pour prouver à l'évêque Grégoire notre reconnoissance, en suivant la
maxime sublime de l'Evangile, qui est de se venger de ceux qui nous font
du mal, en leur faisant du bien, nous donnerons à ce prélat un avis, qui
ne peut qu'être très-profitable à ses intérêts; c'est celui de ne pas
envoyer une pacotille trop considérable de ses ouvrages (surtout du
dernier), à la Guadeloupe, à la Martinique, aux îles Espagnoles, enfin,
dans toutes les Antilles, où la peste négrophilique n'a pas exercé ses
ravages; ce seroit une très-mauvaise spéculation, et nous craindrions
beaucoup que le colporteur ne fût très-mal accueilli.

Qu'il nous soit permis avant de terminer cet ouvrage, de jeter quelques
fleurs sur la tombe du général Ferrand; ce brave militaire, vraiment ami
de son pays, connut le prix des colonies, et fut l'ami des colons;
l'expérience l'avoit fait revenir de la malheureuse prévention que les
négrophiles ont donnée contr'eux à la majeure partie des François. La
perte de ce général est donc une nouvelle calamité qui atténue encore le
peu d'espoir qui leur restoit. Dans le nombre des militaires qui ont
partagé avec ce général les mêmes sentimens, nous nous plaisons à citer
ici un de ses aides-de-camp, M. Castel Laboulbene, chef d'escadron, et
commandant à Samana, qui réunit aux talens militaires les plus
distingués, les qualités sociales les plus aimables.

Nous croirions encore manquer à la reconnoissance, si nous ne citions
pas ici le général Morgan, qui, dans le peu de temps qu'il a resté dans
la colonie, a témoigné aux colons l'affection la plus marquée, et leur a
rendu, dans les circonstances critiques où ils se sont trouvés, tous les
services qui ont dépendu de lui. Ce brave général, à ses talens
militaires, réunissoit la connoissance des colonies, et il ne faut que
les connoître pour en sentir l'importance.

L'évêque Grégoire termine son ouvrage de la Littérature des nègres, par
une péroraison que nous allons copier.

«Puissent les nations européennes expier enfin _leurs crimes_ envers les
Africains! Puissent les Africains, relevant leurs fronts humiliés,
donner l'essor à toutes leurs facultés, ne rivaliser avec les blancs
qu'en talens et en vertus, oublier _les forfaits de leurs persécuteurs_,
ne s'en venger que par des bienfaits (ils les ont égorgés). Dût-on ici
bas n'avoir que rêvé ces avantages, il est du moins consolant d'emporter
au tombeau la certitude, qu'on a travaillé de toutes ses forces à la
procurer aux autres.»

N'eût-il pas été beau à l'évêque Grégoire d'emporter aussi dans le
tombeau le repentir des maux réels que son rêve a occasionnés, aux
blancs, aux nègres même, et à la France.


FIN.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Cri des colons contre un ouvrage de M. l'évêque et sénateur Grégoire, ayant pour titre 'De la Littérature des nègres'" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home