Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Le Tour du Monde; Athos - Journal des voyages et des voyageurs; 2. sem. 1860
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Tour du Monde; Athos - Journal des voyages et des voyageurs; 2. sem. 1860" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



Notes au lecteur de ce fichier digital:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées.

Ce fichier est un extrait du recueil du journal "Le Tour du monde:
Journal des voyages et des voyageurs" (2ème semestre 1860).

Les articles ont été regroupés dans des fichiers correspondant aux
différentes zones géographiques, ce fichier contient les articles sur
Athos.

Chaque fichier contient l'index complet du recueil dont ses articles
sont originaires.

Page 123: La phrase «Dieu voulant consoler son Église a fait passer
l'empire des Grecs SUPERBÉISSANTS aux Latins humbles, superstitieux et
DÉSOBLES, pieux, catholiques et soumis.» est probablement une erreur
pour «Dieu voulant consoler son Église a fait passer l'empire des
Grecs SUPERBES ET DÉSOBÉISSANTS aux Latins humbles, superstitieux et
NOBLES, pieux, catholiques et soumis.»



                    LE TOUR DU MONDE



            IMPRIMERIE GÉNÉRALE DE CH. LAHURE
               Rue de Fleurus, 9, à Paris



                    LE TOUR DU MONDE

               NOUVEAU JOURNAL DES VOYAGES

                PUBLIÉ SOUS LA DIRECTION

                 DE M. ÉDOUARD CHARTON

        ET ILLUSTRÉ PAR NOS PLUS CÉLÈBRES ARTISTES



                         1860
                   DEUXIÈME SEMESTRE

            LIBRAIRIE DE L. HACHETTE ET Cie
         PARIS, BOULEVARD SAINT-GERMAIN, No 77
          LONDRES, KING WILLIAM STREET, STRAND
              LEIPZIG, 15, POST-STRASSE

                         1860



TABLE DES MATIÈRES.


UN MOIS EN SICILE (1843.--Inédit.), par M. Félix BOURQUELOT.

  Arrivée en Sicile. -- Palerme et ses habitants. -- Les monuments
    de Palerme. -- La cathédrale de Monreale. -- De Palerme à
    Trapani. -- Partenico. -- Alcamo. -- Calatafimi. -- Ruines de
    Ségeste. -- Trapani. -- La sépulture du couvent des capucins. --
    Le mont Éryx. -- De Trapani à Girgenti. -- La Lettica. --
    Castelvetrano. -- Ruines de Sélinonte. -- Sciacca. -- Girgenti
    (Agrigente). -- De Girgenti à Castrogiovanni. -- Caltanizzetta.
    -- Castrogiovanni. -- Le lac Pergusa et l'enlèvement de
    Proserpine. -- De Castrogiovanni à Syracuse. -- Calatagirone. --
    Vezzini. -- Syracuse. -- De Syracuse à Catane. -- Lentini. --
    Catane. -- Ascension de l'Etna. -- Taormine. -- Messine. --
    Retour à Naples.                                                 1


VOYAGE EN PERSE, fragments par M. le comte A. de GOBINEAU (1855-1858),
dessins inédits de M. Jules LAURENS.

  Arrivée à Ispahan. -- Le gouverneur. -- Aspect de la ville. -- Le
    Tchéhar-Bâgh. -- Le collége de la Mère du roi. -- La mosquée du
    roi. -- Les quarante colonnes. -- Présentations. -- Le pont du
    Zend-è-Roub. -- Un dîner à Ispahan. -- La danse et la comédie. --
    Les habitants d'Ispahan. -- D'Ispahan à Kaschan. -- Kaschan. --
    Ses fabriques. -- Son imprimerie lithographique. -- Ses
    scorpions. -- Une légende. -- Les bazars. -- Le collége. -- De
    Kaschan à la plaine de Téhéran. -- Koum. -- Feux d'artifice. --
    Le pont du Barbier. -- Le désert de Khavèr. -- Houzé-Sultan. --
    La plaine de Téhéran. -- Téhéran. -- Notre entrée dans la ville.
    -- Notre habitation.                                            16

  Une audience du roi de Perse. -- Nouvelles constructions à
    Téhéran. -- Température. -- Longévité. -- Les nomades. -- Deux
    pèlerins. -- Le culte du feu. -- La police. -- Les ponts. -- Le
    laisser aller administratif. -- Les amusements d'un bazar persan.
    -- Les fiançailles. -- Le divorce. -- La journée d'une Persane.
    -- La journée d'un Persan. -- Les visites. -- Formules de
    politesses. -- La peinture et la calligraphie persanes. -- Les
    chansons royales. -- Les conteurs d'histoires. -- Les spectacles:
    drames historiques. -- Épilogue. -- Le Démavend. -- L'enfant qui
    cherche un trésor.                                              34


VOYAGES AUX INDES OCCIDENTALES, par M. Anthony TROLLOPE
(1858-1859); dessins inédits de M. A. de BÉRARD.

  L'île Saint-Thomas. -- La Jamaïque: Kingston; Spanish-Town; les
    _réserves_; la végétation. -- Les planteurs et les nègres. --
    Plaintes d'une Ariane noire. -- La toilette des négresses. --
    Avenir des mulâtres. -- Les petites Antilles. -- La Martinique.
    -- La Guadeloupe. -- Grenada. -- La Guyane anglaise. -- Une
    sucrerie. -- Barbados. -- La Trinidad. -- La Nouvelle-Grenade. --
    Sainte-Marthe. -- Carthagène. -- Le chemin de fer de Panama. --
    Costa Rica: San José; le Mont-Blanco. -- Le Serapiqui. --
    Greytown.                                                       49


VOYAGE DANS LES ÉTATS SCANDINAVES, par M. Paul RIANT. (Le
Télémark et l'évêché de Bergen.) (1858.--Inédit.)

  LE TÉLÉMARK. -- Christiania. -- Départ pour le Télémark. -- Mode
    de voyager. -- Paysage. -- La vallée et la ville de Drammen. --
    De Drammen à Kongsberg. -- Le cheval norvégien. -- Kongsberg et
    ses gisements métallifères. -- Les montagnes du Télémark. --
    Leurs habitants. -- Hospitalité des _gaards_ et des _sæters_. --
    Une sorcière. -- Les lacs Tinn et Mjös. -- Le Westfjord. -- La
    chute du Rjukan. -- Légende de la belle Marie. -- Dal. -- Le
    livre des étrangers. -- L'église d'Hitterdal. -- L'ivresse en
    Norvège. -- Le châtelain aubergiste. -- Les lacs Sillegjord et
    Bandak. -- Le ravin des Corbeaux.                               65

  --_Le Saint-Olaf_ et ses pareils. -- Navigation intérieure. --
    Retour à Christiania par Skien.                                 82

  L'ÉVÊCHÉ DE BERGEN. -- La presqu'île de Bergen. -- Lærdal. -- Le
    Sognefjord. -- Vosse-Vangen. -- Le Vöringfoss. -- Le
    Hardangerfjord. -- De Vikoër à Sammanger et à Bergen.           85


VOYAGE DE M. GUILLAUME LEJEAN DANS L'AFRIQUE ORIENTALE
(1860.--Texte et dessins inédits.)--Lettre au Directeur du _Tour
du monde_ (Khartoum, 10 mai 1860).

  D'ALEXANDRIE À SOUAKIN. -- L'Égypte. -- Le désert. -- Le simoun.
    -- Suez. -- Un danger. -- Le mirage. -- Tor. -- Qosséir. --
    Djambo. -- Djeddah.                                             97


VOYAGE AU MONT ATHOS, par M. A. PROUST (1858.--Inédit.)

  Salonique. -- Juifs, Grecs et Bulgares. -- Les mosquées. --
    L'Albanais Rabottas. -- Préparatifs de départ. -- Vasilika. --
    Galatz. -- Nedgesalar. -- L'Athos. -- Saint-Nicolas. -- Le P.
    Gédéon. -- Le couvent russe. -- La messe chez les Grecs. --
    Kariès et la république de l'Athos. -- Le voïvode turc. -- Le
    peintre Anthimès et le pappas Manuel. -- M. de Sévastiannoff.  103

  Ermites indépendants. -- Le monastère de Koutloumousis. -- Les
    bibliothèques. -- La peinture. -- Manuel Panselinos et les
    peintres modernes. -- Le monastère d'Iveron. -- Les carêmes. --
    Peintres et peintures. -- Stavronikitas. -- Miracles. -- Un
    Vroukolakas. -- Les bibliothèques. -- Les mulets. -- Philotheos.
    -- Les moines et la guerre de l'Indépendance. -- Karacallos. --
    L'union des deux Églises. -- Les pénitences et les fautes.     114

  La légende d'Arcadius. -- Le pappas de Smyrne. -- Esphigmenou. --
    Théodose le Jeune. -- L'ex-patriarche Anthymos et l'Église
    grecque. -- L'isthme de l'Athos et Xerxès. -- Les monastères
    bulgares: Kiliandari et Zographos. -- La légende du peintre. --
    Beauté du paysage. -- Castamoniti. -- Une femme au mont Athos. --
    Dokiarios. -- La secte des Palamites. -- Saint-Xénophon. -- La
    pêche aux éponges. -- Retour à Kariès. -- Xiropotamos, le couvent
    du Fleuve Sec. -- Départ de Daphné. -- Marino le chanteur.     130


VOYAGE D'UN NATURALISTE (Charles DARWIN).--L'archipel Galapagos
et les attoles ou îles de coraux.--(1838).

  L'ARCHIPEL GALAPAGOS. -- Groupe volcanique. -- Innombrables
    cratères. -- Aspect bizarre de la végétation. -- L'île Chatam. --
    Colonie de l'île Charles. -- L'île James. -- Lac salé dans un
    cratère. -- Histoire naturelle de ce groupe d'îles. --
    Mammifères; souris indigène. -- Ornithologie; familiarité des
    oiseaux; terreur de l'homme; instinct acquis. -- Reptiles;
    tortues de terre; leurs habitudes.                             139

  Encore les tortues de terre; lézard aquatique se nourrissant de
    plantes marines; lézard terrestre herbivore, se creusant un
    terrier. -- Importance des reptiles dans cet archipel où ils
    remplacent les mammifères. -- Différences entre les espèces qui
    habitent les diverses îles. -- Aspect général américain.       146

  LES ATTOLES OU ÎLES DE CORAUX. -- Île Keeling. -- Aspect
    merveilleux. -- Flore exiguë. -- Voyage des graines. -- Oiseaux.
    -- Insectes. -- Sources à flux et reflux. -- Chasse aux tortues.
    -- Champs de coraux morts. -- Pierres transportées par les
    racines des arbres. -- Grand crabe. -- Corail piquant. --
    Poissons se nourrissant de coraux. -- Formation des attoles. --
    Profondeur à laquelle le corail peut vivre. -- Vastes espaces
    parsemés d'îles de corail. -- Abaissement de leurs fondations. --
    Barrières. -- Franges de récifs. -- Changement des franges en
    barrières et des barrières en attoles.                         151


BIOGRAPHIE.--Brun-Rollet.                                          159


VOYAGE AU PAYS DES YAKOUTES (Russie asiatique), par OUVAROVSKI
(1830-1839).

  Djigansk. -- Mes premiers souvenirs. -- Brigandages. -- Le
    paysage de Djigansk. -- Les habitants. -- La pêche. -- Si les
    poissons morts sont bons à manger. -- La sorcière Agrippine. --
    Mon premier voyage. -- Killæm et ses environs. -- Malheurs. --
    Les Yakoutes. -- La chasse et la pêche. -- Yakoutsk. -- Mon
    premier emploi. -- J'avance. -- Dernières recommandations de ma
    mère. -- Irkoutsk. -- Voyage. -- Oudskoï. -- Mes bagages. --
    Campement. -- Le froid. -- La rivière Outchour. -- L'Aldan. --
    Voyage dans la neige et dans la glace. -- L'Ægnæ. -- Un Tongouse
    qui pleure son chien. -- Obstacles et fatigues. -- Les guides. --
    Ascension du Diougdjour. -- Stratagème pour prendre un oiseau. --
    La ville d'Oudskoï. -- La pêche à l'embouchure du fleuve Ut. --
    Navigation pénible. -- Boroukan. -- Une halte dans la neige. --
    Les rennes. -- Le mont Byraya. -- Retour à Oudskoï et à
    Yakoutsk.                                                      161

  Viliouisk. -- Sel tricolore. -- Bois pétrifié. -- Le Sountar. --
    Nouveau voyage. -- Description du pays des Yakoutes. -- Climat.
    -- Population. -- Caractères. -- Aptitudes. -- Les femmes
    yakoutes.                                                      177


DE SYDNEY À ADÉLAÏDE (Australie du Sud), notes extraites d'une
correspondance particulière (1860).

  Les Alpes australiennes. -- Le bassin du Murray. -- Ce qui reste
    des anciens maîtres du sol. -- Navigation sur le Murray. --
    Frontières de l'Australie du Sud. -- Le lac Alexandrina. -- Le
    Kanguroo rouge. -- La colonie de l'Australie du Sud. -- Adélaïde.
    -- Culture et mines.                                           182


VOYAGES ET DÉCOUVERTES AU CENTRE DE L'AFRIQUE, journal du docteur
BARTH (1849-1855).

  Henry Barth. -- But de l'expédition de Richardson. -- Départ. --
    Le Fezzan. -- Mourzouk. -- Le désert. -- Le palais des démons. --
    Barth s'égare; torture et agonie. -- Oasis. -- Les Touaregs. --
    Dunes. -- Afalesselez. -- Bubales et moufflons. -- Ouragan. --
    Frontières de l'Asben. -- Extorsions. -- Déluge à une latitude où
    il ne doit pas pleuvoir. -- La Suisse du désert. -- Sombre vallée
    de Taghist. -- Riante vallée d'Auderas. -- Agadez. -- Sa
    décadence. -- Entrevue de Barth et du sultan. -- Pouvoir
    despotique. -- Coup d'oeil sur les moeurs. -- Habitat de la
    girafe. -- Le Soudan; le Damergou. -- Architecture. -- Katchéna;
    Barth est prisonnier. -- Pénurie d'argent. -- Kano. -- Son
    aspect, son industrie, sa population. -- De Kano à Kouka. -- Mort
    de Richardson. -- Arrivée à Kouka. -- Difficultés croissantes. --
    L'énergie du voyageur en triomphe. -- Ses visiteurs. -- Un vieux
    courtisan. -- Le vizir et ses quatre cents femmes. -- Description
    de la ville, son marché, ses habitants. -- Le Dendal. --
    Excursion. -- Angornou. -- Le lac Tchad.                       193

  Départ. -- Aspect désolé du pays. -- Les Ghouas. -- Mabani. -- Le
    mont Délabéda. -- Forgeron en plein vent. -- Dévastation. --
    Orage. -- Baobab. -- Le Mendif. -- Les Marghis. -- L'Adamaoua. --
    Mboutoudi. -- Proposition de mariage. -- Installation de vive
    force chez le fils du gouverneur de Soulleri. -- Le Bénoué. --
    Yola. -- Mauvais accueil. -- Renvoi subit. -- Les Ouélad-Sliman.
    -- Situation politique du Bornou. -- La ville de Yo. -- Ngégimi
    ou Ingégimi. -- Chute dans un bourbier. -- Territoire ennemi. --
    Razzia. -- Nouvelle expédition. -- Troisième départ de Kouka. --
    Le chef de la police. -- Aspect de l'armée. -- Dikoua. -- Marche
    de l'armée. -- Le Mosgou. -- Adishen et son escorte. -- Beauté du
    pays. -- Chasse à l'homme. -- Erreur des Européens sur le centre
    de l'Afrique. -- Incendies. -- Baga. -- Partage du butin. --
    Entrée dans le Baghirmi. -- Refus de passage. -- Traversée du
    Chari. -- À travers champs. -- Défense d'aller plus loin. --
    Hospitalité de Bou-Bakr-Sadik. -- Barth est arrêté. -- On lui met
    les fers aux pieds. -- Délivré par Sadik. -- Maséna. -- Un
    savant. -- Les femmes de Baghirmi. -- Combat avec des fourmis. --
    Cortége du sultan. -- Dépêches de Londres.                     209

  De Katchéna au Niger. -- Le district de Mouniyo. -- Lacs
    remarquables. -- Aspect curieux de Zinder. -- Route périlleuse.
    -- Activité des fourmis. -- Le Ghaladina de Sokoto. -- Marche
    forcée de trente heures. -- L'émir Aliyou. -- Vourno. --
    Situation du pays. -- Cortége nuptial. -- Sokoto. -- Caprice
    d'une boîte à musique. -- Gando. -- Khalilou. -- Un chevalier
    d'industrie. -- Exactions. -- Pluie. -- Désolation et fécondité.
    -- Zogirma. -- La vallée de Foga. -- Le Niger. -- La ville de
    Say. -- Région mystérieuse. -- Orage. -- Passage de la Sirba. --
    Fin du rhamadan à Sebba. -- Bijoux en cuivre. -- De l'eau
    partout. -- Barth déguisé en schérif. -- Horreur des chiens. --
    Montagnes du Hombori. -- Protection des Touaregs. -- Bambara. --
    Prières pour la pluie. -- Sur l'eau. -- Kabara. -- Visites
    importunes. -- Dangereux passage. -- Tinboctoue, Tomboctou ou
    Tembouctou. -- El Bakay. -- Menaces. -- Le camp du cheik. --
    Irritation croissante. -- Sus au chrétien! -- Les Foullanes
    veulent assiéger la ville. -- Départ. -- Un preux chez les
    Touaregs. -- Zone rocheuse. -- Lenteurs désespérantes. -- Gogo.
    -- Gando. -- Kano. -- Retour.                                  226


VOYAGES ET AVENTURES DU BARON DE WOGAN EN CALIFORNIE
(1850-1852.--Inédit).

  Arrivée à San-Francisco. -- Description de cette ville. -- Départ
    pour les placers. -- Le claim. -- Première déception. -- La
    solitude. -- Mineur et chasseur. -- Départ pour l'intérieur. --
    L'ours gris. -- Reconnaissance des sauvages. -- Captivité. --
    Jugement. -- Le poteau de la guerre. -- L'Anglais chef de tribu.
    -- Délivrance.                                                 242


VOYAGE DANS LE ROYAUME D'AVA (empire des Birmans), par le
capitaine Henri YULE, du corps du génie bengalais (1855).

  Départ de Rangoun. -- Frontières anglaises et birmanes. -- Aspect
    du fleuve et de ses bords. -- La ville de Magwé. -- Musique,
    concert et drames birmans. -- Sources de naphte; leur
    exploitation. -- Un monastère et ses habitants. -- La ville de
    Pagán. -- Myeen-Kyan. -- Amarapoura. -- Paysage. -- Arrivée à
    Amarapoura.                                                    258

  Amarapoura; ses palais, ses temples. -- L'éléphant blanc. --
    Population de la ville. -- Recensement suspect. -- Audience du
    roi. -- Présents offerts et reçus. -- Le prince héritier
    présomptif et la princesse royale. -- Incident diplomatique. --
    Religion bouddhique. -- Visites aux grands fonctionnaires. -- Les
    dames birmanes.                                                273

  Comment on dompte les éléphants en Birmanie. -- Excursions autour
    d'Amarapoura. -- Géologie de la vallée de l'Irawady. -- Les
    poissons familiers. -- Le serpent hamadryade. -- Les Shans et
    autres peuples indigènes du royaume d'Ava. -- Les femmes chez les
    Birmans et chez les Karens. -- Fêtes birmanes. -- Audience de
    congé. -- Refus de signer un traité. -- Lettre royale. -- Départ
    d'Amarapoura et retour à Rangoun. -- Coup d'oeil rétrospectif sur
    la Birmanie.                                                   280


VOYAGE AUX GRANDS LACS DE L'AFRIQUE ORIENTALE, par le capitaine
BURTON (1857-1859).

  But de l'expédition. -- Le capitaine Burton. -- Zanzibar. --
    Aspect de la côte. -- Un village. -- Les Béloutchis. -- Ouamrima.
    -- Fertilité du sol. -- Dégoût inspiré par le pantalon. -- Vallée
    de la mort. -- Supplice de M. Maizan. -- Hallucination de
    l'assassin. -- Horreur du paysage. -- Humidité. -- Zoungoméro. --
    Effets de la traite. -- Personnel de la caravane. -- Métis
    arabes, Hindous, jeunes gens mis en gage par leurs familles. --
    Ânes de selle et de bât. -- Chaîne de l'Ousagara. --
    Transformation du climat. -- Nouvelles plaines insalubres. --
    Contraste. -- Ruine d'un village. -- Fourmis noires. -- Troisième
    rampe de l'Ousagara. -- La Passe terrible. -- L'Ougogo. --
    L'Ougogi. -- Épines. -- Le Zihoua. -- Caravanes. -- Curiosité des
    indigènes. -- Faune. -- Un despote. -- La plaine embrasée. --
    Coup d'oeil sur la vallée d'Ougogo. -- Aridité. -- Kraals. --
    Absence de combustible. -- Géologie. -- Climat. -- Printemps. --
    Indigènes. -- District de Toula. -- Le chef Maoula. -- Forêt
    dangereuse.                                                    305

  Arrivée à Kazeh. -- Accueil hospitalier. -- Snay ben Amir. --
    Établissements des Arabes. -- Leur manière de vivre. -- Le Tembé.
    -- Chemins de l'Afrique orientale. -- Caravanes. -- Porteurs. --
    Une journée de marche. -- Costume du guide. -- Le Mganga. --
    Coiffures. -- Halte. -- Danse. -- Séjour à Kazeh. -- Avidité des
    Béloutchis. -- Saison pluvieuse. -- Yombo. -- Coucher du soleil.
    -- Jolies fumeuses. -- Le Mséné. -- Orgies. -- Kajjanjéri. --
    Maladie. -- Passage du Malagarazi. -- Tradition. -- Beauté de la
    Terre de la Lune. -- Soirée de printemps. -- Orage. -- Faune. --
    Cynocéphales, chiens sauvages, oiseaux d'eau. -- Ouakimbou. --
    Ouanyamouézi. -- Toilette. -- Naissances. -- Éducation. --
    Funérailles. -- Mobilier. -- Lieu public. -- Gouvernement. --
    Ordalie. -- Région insalubre et féconde. -- Aspect du Tanganyika.
    -- Ravissements. -- Kaouélé.                                   321

    Tatouage. -- Cosmétiques. -- Manière originale de priser. --
    Caractère des Ouajiji; leur cérémonial. -- Autres riverains du
    lac. -- Ouatata, vie nomade, conquêtes, manière de se battre,
    hospitalité. -- Installation à Kaouélé. -- Visite de Kannéna. --
    Tribulations. -- Maladies. -- Sur le lac. -- Bourgades de
    pêcheurs. -- Ouafanya. -- Le chef Kanoni. -- Côte inhospitalière.
    -- L'île d'Oubouari. -- Anthropophages. -- Accueil flatteur des
    Ouavira. -- Pas d'issue au Tanganyika. -- Tempête. -- Retour.  337


FRAGMENT D'UN VOYAGE AU SAUBAT (affluent du Nil Blanc), par M.
Andrea DEBONO (1855)                                               348


VOYAGE À L'ÎLE DE CUBA, par M. Richard DANA (1859).

  Départ de New-York. -- Une nuit en mer. -- Première vue de Cuba.
    -- Le Morro. -- Aspect de la Havane. -- Les rues. -- La volante.
    -- La place d'Armes. -- La promenade d'Isabelle II. -- L'hôtel Le
    Grand. -- Bains dans les rochers. -- Coolies chinois. -- Quartier
    pauvre à la Havane. -- La promenade de Tacon. -- Les surnoms à la
    Havane. -- Matanzas. -- La Plaza. -- Limossar. -- L'intérieur de
    l'île. -- La végétation. -- Les champs de canne à sucre. -- Une
    plantation. -- Le café. -- La vie dans une plantation de sucre.
    -- Le Cumbre. -- Le passage. -- Retour à la Havane. -- La
    population de Cuba. -- Les noirs libres. -- Les mystères de
    l'esclavage. -- Les productions naturelles. -- Le climat.      353


EXCURSIONS DANS LE DAUPHINÉ, par M. Adolphe JOANNE (1850-1860).

  Le pic de Belledon. -- Le Dauphiné. -- Les Goulets.              369

  Les gorges d'Omblèze. -- Die. -- La vallée de Roumeyer. -- La
    forêt de Saou. -- Le col de la Cochette.                       385


EXCURSIONS DANS LE DAUPHINÉ, par M. Élisée RECLUS (1850-1860).

  La Grave. -- L'Aiguille du midi. -- Le clapier de
    Saint-Christophe. -- Le pont du Diable. -- La Bérarde. -- Le col
    de la Tempe. -- La Vallouise. -- Le Pertuis-Rostan. -- Le village
    des Claux. -- Le mont Pelvoux. -- La Balme-Chapelu. -- Moeurs des
    habitants.                                                     402


LISTE DES GRAVURES.                                                417

LISTE DES CARTES.                                                  422

ERRATA.                                                            427



VOYAGE AU MONT ATHOS,

PAR M. A. PROUST.

1858.--INÉDIT

     Salonique. -- Juifs, Grecs et Bulgares. -- Les mosquées. --
     L'Albanais Rabottas.


À l'extrémité de la péninsule Chalcidique, entre Orfano et le cap
Felice, s'élève au-dessus de la mer une montagne, connue chez les
anciens sous le nom d'_Athos_, et appelée depuis [Grec: Hagionoros] ou
_Monte-Santo_, à cause de sa population exclusivement composée de
religieux. Ces religieux, sous les empereurs byzantins, ont aidé au
mouvement des lettres et des arts qui prépara la Renaissance, et
possèdent encore aujourd'hui de riches bibliothèques et une école de
peinture.

J'avais formé, pendant mon séjour en Grèce, le projet de visiter leurs
couvents, et, le 9 mai 1858, après m'être muni à Constantinople de
lettres patriarcales, sans lesquelles on court le risque d'être mal
accueilli des moines, je quittai Pera avec mon ami Schranz et le
drogman Voulgaris. Schranz devait m'aider à reproduire les peintures
par la photographie; Voulgaris se chargeait de la linguistique et de
la cuisine. Notre projet était de toucher à Salonique, et de là de
gagner l'Athos par terre.

Le 10 nous entrions dans le golfe Thermaïque, et le lendemain nous
doublions la pointe de Kara-Bournou.

Derrière cette pointe, au fond d'une large baie paisible comme un lac,
Salonique[1], ceinte d'un cordon de murs bastionnés, s'étage en
amphithéâtre sur les flancs arides du Cortiah. Cette ville, déchue de
sa splendeur, a un air de coquetterie surannée assez étrange; ses
maisons décrépites, ridées et replâtrées, semblent se pencher
complaisamment pour refléter leur image dans la mer; agaceries
perdues, car, à part quelques vieux courtisans qui viennent là par
habitude chercher les soies de _Serrès_ et le tabac de _Yenidjé_, la
rade est vide. Nulle part le proverbe grec: _Là où l'Osmanli met le
pied, la terre devient stérile,_ ne trouverait une application plus
juste. Le sol est sans culture, coupé de flaques d'eaux croupissantes,
l'air chargé de miasmes putrides. Aussi, pendant les chaleurs de
l'été, un grand nombre des habitants, fuyant les fièvres, se retirent
à l'ouest de la ville dans un faubourg appelé Kalameria (beaux lieux).
De ce côté, en effet, de joyeuses touffes de platanes, groupées selon
le caprice des pentes, dessinent le cours du Vardar et respirent la
vie, tandis qu'au levant de maigres cyprès cachent mal les cimetières,
ce qui indique bien clairement que c'est de là que vient la mort.

              [Note 1: Salonique, ancienne Thermès ou
              Thessalonique. Philippe avait donné le nom de
              Thessalonique à sa fille en mémoire d'une victoire
              remportée sur les Thessaliens ([Grec: thessalos],
              Thessaliens; [Grec: nikê], victoire), et Cassandre,
              gendre de Philippe, fit donner le nom de sa femme à la
              ville de Thermès.]

La ville est partagée en deux par une rue qui s'étend de l'est à
l'ouest, parallèlement à la mer. Cette rue est grande, régulière,
bordée de boutiques à auvents, et terminée à chacune de ses extrémités
par un arc de triomphe. C'est là l'endroit vivant, le quartier animé
de la ville; ailleurs le silence est complet, les rues sont désertes,
étroites et taillées à pic dans le rocher. On ne s'explique cette
préférence pour la ville basse que par la difficulté d'atteindre les
quartiers hauts; car les immondices entraînées par la pente naturelle
font de la première un véritable égout, et il n'est rien de plus sale
que cette large rue et le bazar qui l'avoisine, si ce n'est la
population qui l'anime. Cette population est en grande partie composée
de juifs. «Le grand nombre de juifs, dit naïvement Hadji-Kalfa[2], est
une tache pour la ville, mais le profit qu'on retire de leur commerce
fait fermer les yeux aux vrais croyants.»

              [Note 2: _Hadji-Kalfa_, savant Turc de
              Constantinople, grand trésorier d'Amurat IV, a publié de
              nombreux ouvrages, entre autres une _Géographie_ et une
              _Histoire de Constantinople_.]

Au milieu des Bulgares et des Grecs, confondus par un costume noir
comme un vêtement de deuil, on reconnaît les juifs à leur coiffure
faite d'un mouchoir de coton roulé en turban, à leur veste bordée de
fourrures, et surtout à ce nez proéminent qu'ils ont conservé sous
toutes les latitudes. Leurs femmes ont un accoutrement qui rappelle
les modes du Directoire: un diadème en carton, recouvert de métal et
serré sous la mâchoire par une étoffe légère, leur cache complétement
les cheveux, fait saillir les joues et ressortir la pâleur mate de
leur visage. Une robe de laine frangée en dents de scie, retenue sous
les seins par une ceinture agrafée d'or, accuse les formes et laisse
voir les pieds chaussés de babouches ou de brodequins lacés.

En butte au mépris de tous, hommes et femmes ont cet air inquiet
qu'imprime la persécution.

Un hasard heureux nous avait fait arriver à Salonique le jour où les
bergers descendent de la montagne pour se louer pendant le temps de la
moisson: le bazar en était encombré. Nous profitâmes de cette foule
pour perdre deux ministres anglicans qui, depuis le bateau, nous
entretenaient avec ténacité de discussions religieuses à notre gré
trop subtiles, et nous nous mîmes à la recherche des mosquées.

[Illustration: Mosquée de Salonique.--Dessin de Girardet d'après M. A.
Proust.]

Salonique, qui compte au plus soixante mille habitants, n'a pas moins
de trente sept mosquées, parmi lesquelles on reconnaît dix anciennes
basiliques appropriées au culte musulman par l'adjonction de minarets
et de portiques sarrasins. Un Juif, qui tenait comptoir de _saraf_
(banquier) au coin d'une rue, consentit à nous servir de guide, et
nous mena à Saint-Démétrius (_Kassoumihié-Djami_), dans le quartier
_d'Eski-Acapoussi_.

Cette basilique a été construite au commencement du huitième siècle
sur le tombeau de saint Démétrius, martyrisé à Salonique en 307. «De
ce tombeau, dit l'historien Nicétas, jaillissait une source d'huile
sainte.» Au jour même de l'entrée d'Amurat dans la ville, cette source
se tarit. Les imans ont respecté le tombeau et le montrent aux
étrangers dans un des angles de la mosquée, tolérance dont le mérite
est atténué par le bénéfice qu'ils en retirent. L'église est précédée
d'une petite cour carrée, ombragée de figuiers. Le narthex a deux
entrées. (Le narthex est le vestibule, le _pronaon_ des temples grecs.
Cette disposition n'existe pas dans les églises du moyen âge, dont la
nef communique directement avec la rue.) C'est dans le narthex que se
tenaient les catéchumènes ([Grec: katêchoumenoi], qui se font
instruire), les énergumènes ([Grec: energoumenoi], possédés) et tous
ceux qu'on ne jugeait pas dignes d'approcher du sanctuaire. Les portes
de l'église leur restaient ouvertes seulement pendant le sermon qui
précédait la célébration du service divin: de là vient qu'il y a
souvent dans les homélies grecques des discours adressés aux païens
pour combattre leurs croyances et les attirer à la foi chrétienne,
coutume qui semble s'être conservée dans les sermons de nos
prédicateurs, qui parfois s'adressent à leurs ouailles comme à des
infidèles. Le narthex est couvert par le [Grec: gynaichônitêst],
galerie réservée aux femmes. «Le peuple était assis par ordre, dit
saint Grégoire de Nazianze, les hommes d'un côté, les femmes de
l'autre, et, pour être plus séparées, elles montaient à une galerie
haute, s'il y en avait.» (Il en est toujours ainsi dans les églises du
rite grec.)

[Illustration: Femmes albanaises près d'un arabas, à Vasilika (voy. p.
107).--Dessin de Villevieille d'après M. A. Proust.]

La basilique de Saint-Démétrius est partagée en trois nefs par deux
rangs de colonnes qui soutiennent les galeries latérales. La
principale nef est formée par seize colonnes de vert antique, et le
sanctuaire par quatre colonnes de granit rouge d'Égypte. Les dalles
sont de marbre blanc, les murs marquetés de porphyre, la charpente,
apparente, en bois de chêne, sans peinture et sans ornement.

Tout près de là est _Ostendji-Effendi_, ancienne église de
Saint-Georges, connue dans la ville sous le nom de Rotonde à cause de
sa forme circulaire. On y conserve un bloc de vert antique sur lequel
prêcha saint Paul. Ce monument, garni à l'intérieur de mosaïques, doit
être un des plus anciens de la chrétienté. M. Cousinery le fait
remonter au temps des dieux Cabires[3]. Cabires ou non, il est
possible que ce temple soit païen, mais il est certain que les
mosaïques qui l'ornent sont chrétiennes; mosaïques, du reste, assez
médiocres et bien loin de valoir celles de Sainte-Sophie, petite
église élevée par Justinien dans le quartier de _Souuk-Sou_ (l'eau
froide). Je ne connais pas de vestige plus beau de l'art des
mosaïstes que cette coupole, respectée par les Turcs peut-être à cause
de son admirable pureté. Quinze figures de plus de trois mètres
d'élévation occupent le pourtour. Elles représentent la Vierge entre
deux anges et les douze apôtres. Au centre plane le Christ dans une
gloire avec cette inscription: «Homme de Galilée, pourquoi vous
arrêtez-vous levant les yeux au ciel? Jésus, qui en vous quittant
s'est élevé dans le ciel, viendra de la même manière que vous l'y avez
vu monter.» Ces figures se détachant sur le fond d'or par larges
teintes d'un ton franc sont d'un effet décoratif merveilleux.

              [Note 3: La forme circulaire n'est pas une preuve
              d'origine païenne. Sainte Hélène fonda sur le mont des
              Oliviers, à Jérusalem, l'église de l'Ascension. Ce
              monument est circulaire. (Voy. Lenoir, _Archéologie
              monumentale de l'histoire de France_.)]

Après Sainte-Sophie, je citerai _Sarali-Djami-Si_, dans le quartier
_d'Eski-Saraï_, remarquable par sa disposition en croix latine;
_Eski-Djouma_, basilique à deux étages comme Saint-Jean-Studius de
Constantinople; et l'ancienne église de Saint-Bardias, aujourd'hui
_Kassendjitar-Djami-Si_, mosquée des chaudronniers. (_L'esnaf_ ou
corporation des chaudronniers et celle des tanneurs ont une grande
importance à Salonique.)

La disposition de ces basiliques n'affecte que deux types, l'un à
branches égales, voûté en coupoles; l'autre, sans coupoles et sans
croix, de forme longue comme les basiliques de Rome. Toutes sont
petites et la plus grande ne couvrirait pas le cinquième de la surface
d'une de nos cathédrales. On n'y trouve pas la hardiesse des monuments
du moyen âge, mais le plan en est plus saisissable et se rapproche
plus, à ce titre, des conceptions de l'antiquité grecque si admirables
par leur unité. Le jour y pénètre faiblement par de petites lucarnes,
et donne un air de mystère à ces sanctuaires intimes d'une religion
dont la morale austère ne s'accommodait pas encore des splendeurs que
la foi affaiblie devait plus tard demander à profusion.

J'ai parlé de deux arcs de triomphe placés à chaque extrémité de la
Grande-Rue, ancienne voie Egnatia. Ces deux monuments élevés, l'un à
Auguste, l'autre à Constantin, sont en mauvais état et engagés à leur
base dans des maisons qui empêchent d'en saisir les détails. Dans
cette même rue, au-dessus d'une terrasse juive, paraissent cinq
colonnes d'ordre corinthien avec des cariatides sculptées en
bas-relief. Pokocke fait une description pompeuse de cette ruine, qui
n'eut sans doute pour nous que le tort de se trouver trop près des
chefs-d'oeuvre d'Athènes. On pense que là était l'emplacement de
l'hippodrome où Théodose fit massacrer les chrétiens, et que ces
restes sont la tribune qui formait le fond du cirque. Les juifs
appellent ces cariatides: _las Encantadas_, les Enchantées, et les
Turcs: _Soureti-malek_, figures d'anges.

.... Depuis notre arrivée à Salonique nous n'entendions parler que des
exploits d'un brigand albanais, appelé Rabottas, qui ravageait la
Chalcidique. Les quelques tours de son métier qu'on racontait dans les
cafés n'avaient rien de rassurant; cependant il n'y avait qu'une voix
pour dire que c'était un honnête homme. Cette qualification d'honnête
homme, accolée à celle de brigand, a pour nos oreilles quelque chose
de malsonnant. En Turquie, cet assemblage d'épithètes semble tout
naturel et l'est en effet. Il faut savoir que le raya[4] est à
l'Osmanli à peu près ce que l'ilote était au Spartiate. Or le raya,
qui ne peut supporter ni la surcharge d'impôts, ni l'enlèvement de sa
fille ou de sa femme, ni autre injure du même genre, se retire dans la
montagne pour fuir l'oppression. Jusque-là cet homme est parfaitement
honnête; mais il arrive forcément qu'il ne peut vivre sur un rocher
inculte de l'air du temps; alors il pille les caravanes, rançonne les
villages, et, son indépendance compromettant celle de beaucoup
d'autres, il prend naturellement place dans la catégorie des brigands.
Ce sont ces brigands qui ont poussé la Grèce à la résistance une
première fois et qui, selon toute probabilité, l'aideront une seconde.
En attendant il est prudent de s'en garder quand on voyage; le pacha
nous donna à cet effet une escorte de deux _zaptiés_ de sa garde, ou
_bachi-bozouks_, et la Porte y adjoignit deux hommes armés pour
protéger ses chevaux. Notre départ était fixé au 14 mai. Un marchand
de Scio, qui allait au mont Athos pour affaires, nous demanda la
permission de se joindre à nous. Nous la lui accordâmes, mais, faute
d'un cheval, nous nous vîmes forcés de refuser la même faveur à un
moine qui revenait du Sinaï et désirait regagner sa Thébaïde. Ce fut
sans regret, car le P. Gédéon était bien la personnification du moine
dont il est dit: [Grec: ho anaxios, kai anôphelês hieromonachos, ho
anypodêtos kai rhakendytês kai alogôn alogôteros], l'indigne,
l'inutile moine sacré, le _va-nu-pieds, le déguenillé et le plus
animal de tous les animaux_, et il n'avait certes pas médité cette
parole de saint Ambroise: «Que la netteté de ton visage, de tes mains
et de tes vêtements soit un signe de la pureté de ton coeur et de
l'innocence de ta vie.»

              [Note 4: On appelle en Turquie _raya_ tout sujet non
              musulman, tout individu qui fait partie de la race
              vaincue: Grec, Juif, Bulgare, etc., etc.]


     Préparatifs de départ. -- Vasilika. -- Galatz. --
     Nedgesalar. -- L'Athos Saint-Nicolas. -- Le P. Gédéon.

Jean Belon, du Mans, dans son livre _Des singularités_, dit «que les
Turcs sont gens qui savent le mieux charger et descharger bagages en
allant par pays que nuls autres.» Les Turcs de Salonique ont compromis
cette réputation d'équilibristes; car l'empressement maladroit qu'ils
mettaient à charger les chevaux de bât nous fit perdre deux grandes
heures, et la chaleur était déjà accablante quand la colonne se mit en
mouvement.

Les deux zaptiés ouvraient la marche. L'accoutrement des
_bachi-bozouks_ varie selon le caprice de chacun. Ceux-là portaient la
veste albanaise couleur lie de vin rehaussée de broderies noires, le
pantalon large resserré au genou et le turban conique: un arsenal
d'armes de toute sorte chargeait leurs ceintures. Les armes sont le
luxe des Albanais, et leur vanité à cet endroit ne s'arrête qu'à la
limite de leurs moyens pécuniaires, limite qui chez les bachi-bozouks
n'est précisée que par leur plus ou moins d'aptitude au pillage. De
nombreux [Grec: kalê hôra] (bonne heure), [Grec: kalê hêmera] (bon
jour), _augourler ola_ (que les augures soient bons), nous étaient
adressés par les curieux que le bruit de ce convoi de _tchelebis_
avait attirés sur leurs seuils.

Après trois heures de marche pénible dans les sables, sous un soleil
de plomb, nous arrivâmes au _Kiarvan-Saraï_ de Vasilika. Vasilika est
un hameau de dix ou douze maisons au plus, relevé sur les ruines qu'en
fit en 1821 Achmet-Bey. Quelques familles grecques l'habitent. Le sol
est riche, fertile, planté de vignobles et de figuiers, et l'eau y
descend en abondance de la montagne.

Sous cette oasis verdoyante, un groupe de femmes se reposaient près
d'un arabas. Nous cherchions à les deviner sous leur voile
transparent, quand, à la vue des Albanais, elles s'enfuirent, preuve
du respect qu'inspirent les agents de l'autorité turque....

À mesure qu'on s'éloigne de la mer, les habitations deviennent rares,
le myrte pousse librement dans cette terre féconde que méprise la
charrue, et ce n'est qu'à Galatz qu'on retrouve l'agriculture et son
cortège mugissant: Galatz est adossé au mont Disoron, au fond d'un
cirque gigantesque. Ses maisons, éparpillées sur le rocher, et
surmontées d'une énorme tour qui projette dans la vallée son ombre
trapue et massive, lui donnent l'aspect d'une petite ville....

.... Le lendemain, quand nous partîmes, le brouillard enveloppait
encore la montagne, mais le soleil ne tarda pas à devenir ardent comme
la veille, et nous mîmes pied à terre à _Nedgesalar_ pour prendre une
tasse de ce café léger qu'on sait faire bon en Orient dans la plus
pauvre cabane. Il nous fut servi par une grande fille assez laide,
mais dans la plus jolie cafetière du monde, vraie merveille de poterie
dont la forme ovoïde rappelait les anciens types grecs.

À partir de Nedgesalar le sentier va toujours en montant, et nous
remarquions qu'en sens inverse de la végétation, qui se rabougrit et
se ratatine par degrés à mesure qu'on approche des hauts sommets, les
hommes ont les épaules plus larges, le regard plus fier et la démarche
plus assurée, la tyrannie oisive qui courbe et flétrit ayant
d'ordinaire le pied peu montagnard. Mais comme il n'y a pas de règle
sans exception, nous n'avions pas fait un kilomètre, que la première
partie de nos observations se trouva de tous points inexacte, et que
nous entrâmes sous un couvert d'arbres, tels que nous n'en avions
encore vu dans aucune vallée. On se ferait difficilement une idée de
ces monstrueux colosses entrelacés et enchevêtrés les uns dans les
autres comme les serpents de la tête de Méduse. Quelques-uns ont monté
droits, unis, comme d'un seul jet, par l'échappée que leur laissaient
les voisins; d'autres, moins heureux, refoulés par de plus forts, se
sont contournés, tordus en rameaux courts, énormes, boursouflés aux
extrémités, et la séve faisant irruption a ouvert dans leurs flancs de
larges cratères béants ou mis à nu des excroissances informes. Sous
cette végétation tourmentée fleurissent, comme en une serre chaude, le
rhododendron à fleur pourpre, l'airelle rouge et l'amaryllis.

Au sortir de ce ligneux orage nous attendait un de ces spectacles
géographiques qui surprennent sans émouvoir. L'Athos[5], semblable à
un sphinx accroupi dans la mer, s'étalait à l'horizon dans toute sa
longueur: jusqu'à lui les vallées se succédaient nombreuses comme les
sillons d'un champ labouré; à droite, on découvrait toute la
presqu'île de Pallène et, à gauche, Orfano, au bout d'un golfe arrondi
au compas: tout, même au plus loin, était baigné d'une nappe de
lumière limpide et transparente. On suit encore de là, à chaque pas,
les traces de l'incendie de 1821. Les Turcs ont appliqué la sinistre
parole de Makmoud: «Fer, feu, esclavage,» ont tout détruit jusqu'à
Polyhieros (ancienne Olynthe).

              [Note 5: Les anciens dont l'orologie était loin
              d'être parfaite prétendaient que de la cime de l'Athos
              on voyait le soleil trois heures avant son lever. Ce qui
              a pu accréditer cette erreur, c'est que cette montagne
              qui, d'après les calculs récents du capitaine Gautier,
              n'a en réalité que deux mille six cents mètres
              d'élévation, semble, par sa position isolée au-dessus de
              la mer, plus élevée qu'aucune montagne de l'Orient.
              Sophocle, Pline et Plutarque disent que son ombre
              atteignait la place publique de Mirina à Lemnos. (Voir à
              cet égard les calculs de Choiseul-Gouffier et les
              travaux de M. Delambre.--Choiseul-Gouffier, _Voyage dans
              l'Empire Ottoman_, vol. II, p. 246; Éd. Aillaud, 1852.)]

Le soir, à neuf heures, nous traversions la rivière de Doutlitchaï (de
la mûre noire), quand un pappas qui passait par là nous dit que nous
étions venus trop sur le sud-est, qu'il nous fallait gagner la plage
de Gemati, et que près de là nous trouverions le village
d'Agios-Nicolaos où nous pourrions passer la nuit. À minuit nous
arrivions audit village, mais là, complication imprévue! les maisons
étaient encombrées de vers à soie. On nous déblaya bien deux chambres
de ces hôtes incommodes, mais on oublia d'en chasser les puces,
punaises, pucerons et maringouins qui n'eurent garde de nous oublier,
étant conviés à un festin assez rare pour eux. Je compris à ce moment
la distance que mon ami C.... met entre ces deux mots: Voyage....
d'agrément; mais toute peine a sa récompense, et, ne pouvant dormir
dans cette magnanerie, nous eûmes le loisir d'admirer aux premiers
rayons du soleil les cocons rangés sur des claies comme autant de
petites bulles d'or.

Une tartane qui chargeait du bois tout près de là, à _Vorvourou_, nous
offrit de nous faire traverser le golfe de Monte-Santo. Nous
attendions à l'ombre d'un platane que les vents nous fussent propices,
quand nous vîmes arriver le P. Gédéon, haletant, essoufflé, ruisselant
et les pieds gonflés. Il était venu de Salonique à pied en suivant la
côte. C'était au fond un assez bon homme que ce P. Gédéon, malgré sa
malpropreté, et cette malpropreté même était peut-être une vertu.
Saint Basile n'a-t-il pas dit: «Que l'humilité du moine paraisse dans
tout son extérieur, qu'il ait la tête mal peignée, l'habit sale et
négligé.» Il nous donna de nombreux renseignements sur sa Thébaïde,
nous dit d'abord qu'on y vivait très-vieux, d'accord en cela avec
Élien qui constate que les habitants de l'Athos étaient appelés
_Macrobi_, ensuite qu'il y avait au milieu de la montagne un village
peuplé de moines, appelé Kariès, de [Grec: Kara], tête, et outre les
vingt monastères qui garnissaient la montagne un grand nombre de
skites[6], d'ermitages et de cellules, en tout environ neuf cent
cinquante églises et chapelles; il ajouta que les moines qu'on appelle
caloyers ([Grec: Kalogeroi], bons vieillards), n'étaient plus que
trois mille de six mille qu'ils étaient autrefois, mais qu'il y avait
des frères lais, des ermites et des profès, enfin que le séjour en
était délicieux, et qu'on était fort bien accueilli par le conseil de
Kariès, si l'on était bien recommandé, pourvu toutefois qu'on n'eût ni
femme, ni chienne, ni chatte, ni aucun animal du sexe femelle, la
règle étant inflexible à cet égard.

              [Note 6: Skites a la même signification que cellules
              et vient de Skete, partie de l'Égypte habitée par des
              moines.]

Le récit du P. Gédéon était coupé d'invocations à la Vierge qui,
disait-il, avait appelé le mont Athos sa terre de prédilection.


     Le couvent russe. -- La messe chez les Grecs. -- Kariès et
     la république de l'Athos. -- Le voïvode turc. -- Le peintre
     Anthimès et le pappas Manuel. -- M. de Sévastiannoff.

[Illustration: Un juif de Salonique (voy. p. 104).--Dessin de Bida.]

Le 17 mai, à deux heures de la nuit, nous jetions l'ancre devant le
couvent russe, sur la côte occidentale de l'Athos. Aux premières
lueurs de l'aube, des masses de têtes apparurent aux fenêtres des
galeries hautes. On ne saurait voir rien de plus incohérent que la
construction de ce monastère. C'est un mélange incroyable de redans,
de bastions, de tours, tourillons et culs-de-lampe: tout cela lézardé,
ébréché et jauni par le temps. Dans la longue étendue de ces murailles
il n'y a aucune ouverture, mais seulement au-dessous de la toiture,
des galeries de bois en saillie, étayées sur le mur par des
arcs-boutants. Ces galeries, ajoutées depuis que les pirates ont cessé
d'inquiéter les moines, sont peintes d'une couleur sang de boeuf qui
rompt la monotonie du ton général. Cet amas de maçonnerie est entassé
sur un rocher planté au milieu d'une verdure luxuriante.

Voulgaris que j'avais dépêché en ambassadeur revint suivi de deux
caloyers, chargés de melons et de figues fraîches que nous envoyait
l'higoumène.

Après avoir fait honneur à cet envoi, nous montâmes la pente ardue qui
mène au monastère. Une porte double, verrouillée comme la porte d'une
prison et surmontée d'une Vierge ([Grec: panagia portaitisa]) dont on
distingue les vêtements dorés à travers un treillage, donne entrée
dans la cour principale. Au milieu de cette cour est le Catholicon,
basilique à cinq coupoles percées d'ouvertures jumelles: tout autour,
sur un double rang d'arcades superposées les cellules. On nous
conduisit d'abord à l'église, selon la règle de saint Basile:
«Suscepti hospites ad orationem..., et postea cum eis sedeat.» C'était
l'heure de la messe: les moines se rangeaient dans les stalles. Ces
moines ou caloyers sont vêtus d'une robe brune retombant à plis
droits, et, par-dessus, d'un vêtement également très-long, mais de
couleur plus claire et serré à la taille par une ceinture de cuir
noir, agrafée de cuivre. Ils ont les pieds chaussés de brodequins, et
la tête couverte d'un bonnet jaune amadou en forme de gâteau de
Savoie. Prenant à la lettre la parole de l'Écriture, «et le fer ne
touchera pas à sa tête,» ils portent les cheveux et la barbe aussi
longs qu'ils veulent croître. Quelques-uns roulent leurs cheveux en un
chignon énorme qu'ils retroussent sous leur bonnet, mais un grand
nombre, non contents de la longueur démesurée de leurs barbes,
laissent retomber sur les épaules leur abondante crinière, ce qui, à
la longue, par le frottement, rend leur lévite complétement
imperméable et leur donne une apparence de porc-épic derrière laquelle
disparaît toute expression de physionomie.

[Illustration: Une juive de Salonique (voy. p. 104).--Dessin de Bida.]

Cependant parmi les vieillards qui entraient dans l'église d'un pas
chancelant, je vis un jeune homme s'avancer d'un pas ferme: je ne
crois pas avoir jamais rencontré d'expression plus pure de la beauté
mâle: ses yeux brillaient comme des flambeaux au milieu de la pâleur
mate de son visage, amaigri par le jeûne et sa barbe retroussée par la
ligne fière de ses lèvres se divisait sur sa poitrine, mêlant ses
reflets bleuâtres aux tons plus sombres de sa chevelure. C'était un
Grec de Zante, arrivé depuis peu sur la montagne.

Quand les assistants eurent psalmodié un psaume sur le rhythme lent et
nasillard de l'Église grecque, qui est un récitatif plutôt qu'un
chant, le prêtre commença la messe. Il fit d'abord trois signes de
croix suivis d'une inclination. (Le signe de croix se fait chez les
Grecs en portant la main de droite à gauche, parce que le Christ donna
pour être crucifié sa main droite la première, et à l'aide des trois
premiers doigts de la main réunis, pour indiquer qu'il n'y a qu'un
Dieu en trois personnes. L'inclination remplace la génuflexion, qui
n'est admise par l'Église d'Orient que le jour de la Pentecôte.) Il
revêtit ensuite une aube de soie brochée, et se ceignit d'une ceinture
large à laquelle pend une sorte de sachet en losange appelé
_hipognation_, de [Grec: epi] sur, [Grec: gonu], genou. Après le
_Confiteor_ et l'_Introït_, le prêtre prit le pain[7], coupa le
morceau de croûte qui porte la formule, _Jésus-Christ vainqueur_,
ainsi disposée:

  ___|___
  IC | X
 ____|____
  NI | K

la mit dans le bassin, versa le vin et l'eau, recouvrit le bassin
d'une croix et offrit le sacrifice.

              [Note 7: L'usage des azymes est au nombre des
              dissidences qui séparent l'Église de Rome de l'Église
              d'Orient. Les catholiques disent que Jésus-Christ ayant
              fait la cène avec ses disciples, devait avoir employé du
              pain azyme, selon la coutume des Juifs qui font la pâque
              avec ce pain. Les Grecs disent, au contraire, que
              puisque l'époque de la pâque n'était pas venue,
              Jésus-Christ fit la cène avec du pain ordinaire,
              c'est-à-dire avec du pain inzyme.

              Les principales dissidences sont, du reste, au nombre de
              trois: 1º la suprématie du pape; 2º la procession du
              Saint-Esprit, c'est-à-dire l'addition _filioque_; 3º le
              purgatoire.

              La question des azymes peut être classée dans les
              différences d'usage qui sont: 1º les azymes; 2º le
              baptême par triple immersion; 3º la prêtrise chez les
              hommes mariés; 4º la communion chez les enfants; 5º la
              génuflexion; 6º l'abstinence du mercredi.]

Les Grecs ne disent pas la messe sur un autel de forme tumulaire comme
le nôtre, mais sur une table recouverte d'un linge consacré appelé
_antimension_. Ils attachent une idée de profanation à sacrifier dans
le même sanctuaire qu'un autre prêtre, en sorte que dans ces
monastères les chapelles et oratoires sont innombrables.

Après le service divin nous pûmes circuler librement dans l'église. Le
plan de celle-ci est à branches égales; des fresques tapissent les
murs jusqu'à la voûte, disposées dans cet ordre, à peu près invariable
dans les églises du rite grec: au centre le Christ bénissant[8],
portant ce monogramme: IHC XC. O [Grec: pantokratôr], Jésus-Christ
tout-puissant; du côté de l'Orient la Vierge ([Grec: panagia], toute
sainte), entre les anges Michel et Gabriel; plus bas les prophètes;
dans les pendentifs, les évangélistes; au dedans du bêma la Cène;
au-dessus du narthex, la Transfiguration; et sur les branches de la
croix, les miracles de Jésus-Christ et les sujets de l'Ancien
Testament. En dehors, sous la voûte du narthex, les ascètes, les
stylites, les saints philosophes et les saints évêques.

              [Note 8: La main qui bénit est ainsi disposée: le
              pouce croisé avec le quatrième doigt, de manière que
              l'index reste droit, et le troisième recourbé; on forme
              ainsi le nom de Christ, I X C.]

Après une visite dans les cellules, meublées d'une simple estrade en
bois sur laquelle couchent les moines, on nous conduisit au réfectoire
où la communauté dînait d'un macaroni trop cuit noyé dans une sauce
trop longue. Un caloyer lisait une homélie pendant le repas.

Ce monastère est habité par des caloyers russes[9] et grecs. Nous
prîmes congé d'eux pour présenter le plus tôt possible nos lettres
d'introduction à Kariès. Ce village est à quatre heures du couvent
russe. On traverse jusqu'à une certaine hauteur des jardins et des
plants d'oliviers entretenus par les moines, à l'aide d'un système
d'irrigation très-ingénieux; l'eau est amenée des hautes assises du
rocher par des troncs d'arbres creux ajustés bout à bout et étayés
d'une branche à l'autre. Plus haut ce sont des bois de chênes et de
châtaigniers d'une vigueur surprenante à cause du voisinage de la mer.
Les historiens byzantins parlent fréquemment de cette végétation
merveilleuse. «Ceux qui appellent l'Athos la terre de Dieu ne se
trompent pas,» dit Cantacuzène. «La douceur de la température, dit
Nicéphore Grégoras, la multiplicité des végétaux qui réjouissent la
vue et embaument l'air, le chant des oiseaux, le murmure des eaux, le
vol strident des abeilles, l'aspect de la grande mer, le calme des
vallées, le silence et la solitude des bois, tout cela forme un tissu
de voluptés qui ravissent les sens et élèvent vers Dieu l'âme
recueillie dans de pieuses pensées.»

              [Note 9: Il y a une opinion généralement accréditée
              qui veut que l'Église russe soit séparée de l'Église de
              Constantinople, et que le tzar en soit le chef. Cela
              n'est pas tout à fait exact. Dans les annotations du
              _Pedalium_, recueil des canons, l'Église d'Orient dit:
              «Il y a eu autrefois un patriarche de Russie, mais ce
              patriarche n'existe plus.» En effet, Ivan III avait pris
              le titre de patriarche de Russie, mais Pierre le Grand
              ne le conserva pas, nomma un conseil d'évêques qu'il
              appela _saint Synode dirigeant_, et prit le titre de
              Protecteur de l'Église. Il demanda la confirmation de
              ces mesures au patriarche de Constantinople, lui écrivit
              qu'il avait toujours reconnu sa primauté synodale sur
              l'Église orthodoxe, et le pria de l'aider de ses
              conseils.]

Kariès est caché dans un pli du versant oriental, au milieu de skites
et d'ermitages accrochés à toutes les aspérités de la montagne. Les
maisons sont basses, faites en bois, enduites d'un crépi rose ou
blanc, et alignées sur les côtés d'une rue unique. Dans cette rue se
tiennent, au fond de petites boutiques, ouvertes en tabatière, des
moines qui vendent des rosaires, des gravures et des ustensiles de
ménage sculptés par les ermites. C'est au bout de cette rue, dans une
grande maison de modeste apparence, que siège le conseil qui gouverne
la montagne.

Ce conseil est composé de vingt épistates représentant les vingt
monastères. Un président, élu tous les quatre ans par cette assemblée,
partage le pouvoir exécutif avec les représentants des quatre
monastères de _Lavra_, _Iveron_, _Vatopédi_ et _Kiliandari_. Ces
quatre représentants administrent la montagne, et rendent compte de
leur administration à l'assemblée générale qui, outre ces fonctions,
juge les délits et les crimes. Les rescripts ou ordonnances doivent
porter l'empreinte d'un sceau[10] dont chacun des quatre représentants
possède un quart, ce qui fait que l'opposition d'un seul annule toute
décision. Le gouvernement turc a reconnu cette petite république
monacale après la prise de Constantinople, et s'en est déclaré le
protecteur, moyennant un tribut annuel de 500.000 piastres versées
entre les mains d'un aga qui réside à Kariès. La république entretient
une garde de vingt Albanais chrétiens, destinés à faire la police de
la montagne.

              [Note 10: Ce sceau est en argent coupé en quatre
              parties égales. Une cinquième volonté est nécessaire
              pour valider les actes: c'est celle du président qui
              possède la clef à vis qui réunit les quatre portions.
              Autour de ce sceau, représentant la Vierge, est
              l'inscription suivante en grec et en turc: _Sceau des
              Épistates de la communauté de la Sainte-Montagne_.]

J'ai dit qu'il y a vingt monastères sur l'Athos. Dix-sept sont habités
par des caloyers[11] grecs, un par des caloyers russes et grecs, et
deux par des Serbes et des Bulgares.

              [Note 11: Les _caloyers_ ou moines appartiennent au
              premier ordre du clergé grec, appelé ordre des
              _hiéronomaques_. Lorsque l'Église d'Orient se sépara de
              celle de Rome, elle divisa son clergé en deux ordres:
              les _hiéronomaques_ et les _pappas_. Les premiers, voués
              au célibat, comprennent les _patriarches_, les
              _énarques_, _métropolitains_, _archevêques_, _évêques_,
              _archimandrites_ et _caloyers_.

              Les seconds, qui peuvent se marier, sont les pappas,
              nommés aussi journaliers.

              Il y a quatre patriarches, qui occupent les trônes de
              _Constantinople_, _Alexandrie_, _Jérusalem_ et _Damas_.
              Celui de Constantinople a la primauté synodale.

              Les caloyers du mont Athos relèvent de ce dernier.]

Tous sont de l'ordre de saint Basile, mais ne sont plus gouvernés
d'après les mêmes lois. Autrefois, ils avaient chacun un higoumène
inamovible; mais à la suite de discussions dont je n'ai pu savoir au
juste la date, l'organisation fut modifiée, et aujourd'hui dix de ces
monastères seulement, dits couvents de cénobites[12], ont conservé les
anciens usages; les dix autres ont pris la dénomination de couvents
libres (ou [Grec: diorismoi], distincts), et sont régis par un
conseil d'épitropes renouvelé tous les quatre ans.

              [Note 12: [Grec: Koinobion] signifie proprement
              communauté.]

Les monastères des cénobites sont: _Iveron_, _Kiliandari_,
_Dyonisios_, _Koutloumousis_, _Zographos_, _Philothéos_, _Grigorios_,
_Xénophon_, _Esphigmenou_ et _Roussicon_, couvent russe.

Les dix autres couvents se nomment: _Vatopédi_, _Lavra_,
_Pantocrator_, _Xiropotamos_, _Dokiarios_, _Karacallos_, _Simopétra_,
_Stavronikitas_, _Agios Pablos_ et _Castamoniti_.

Les représentants des monastères de _Lavra_, _Vatopédi_, _Iveron_ et
_Kiliandari_, gouvernent les autres, non-seulement parce qu'ils sont
les plus riches et les plus anciens, mais parce qu'ils portent le
titre de monastères impériaux. (Sous les empereurs byzantins il y
avait trois sortes de monastères: ceux qui relevaient directement de
l'empereur, ceux qui relevaient des patriarches, et enfin ceux qui
appartenaient aux évêques ou archevêques.)

[Illustration: Sceau du monastère.]

Les revenus de tous ces couvents sont produits par l'exploitation des
bois, la vente des noisettes et des olives. _Koutloumousis_ récolte à
lui seul deux cent mille ocques de noisettes. _Lavra_, _Iveron_ et
_Philothéos_ exploitent annuellement pour cinq cent mille piastres de
bois. Outre ces produits, les monastères ont de vastes propriétés
appelées Métok, en Valachie, à l'île de Thasos et sur le littoral de
la Turquie d'Europe.

Le jour de notre arrivée à Kariès était la veille d'un changement de
gouvernement. Les épistates étaient enfermés pour procéder aux
élections, et il y avait absence totale d'êtres vivants dans la cour
du _Konach_. Au bout de quelques instants employés à nous promener
dans le village, nous fûmes introduits dans une grande salle, sorte de
galerie haute, ouverte sur la cour et garnie tout alentour de divans
en estrades. Sur ces divans les membres de l'assemblée étaient assis à
la manière turque, vêtus d'un manteau à manches amples, ouvert à la
poitrine sur une robe de soie bleue ou violette, selon leur
hiérarchie, et coiffes d'un _kalimafki_ de feutre noir taillé comme
une toque d'avocat. Sur les murs, lavés à la chaux d'un ton jaunâtre,
ces personnages étoffés s'enlevaient merveilleusement. Le président
s'avança appuyé sur sa crosse ([Grec: pateriza], sorte de petite
béquille noire garnie de nacre), et nous invita à prendre place sur le
divan; puis il ouvrit les lettres, et quand il arriva à celle du
patriarche, il en baisa la signature. Un Albanais avait apporté un
escabeau chargé de confitures sèches et de café, et quand chacun fut
armé de sa tasse et du tchibouk de rigueur, tous nous firent des
questions sur la France, sur Constantinople, et surtout sur le but de
notre voyage à l'Athos. Il leur semblait étrange qu'on vînt voir de
pauvres moines, quand on vivait au milieu des splendeurs de l'Occident
dont on leur avait dit merveille.

En notre qualité d'artistes, le président nous dit qu'il nous logerait
chez le peintre Anthimès, une des lumières de la Sainte-Montagne.
Avant d'aller chez notre hôte, nous montâmes faire visite à l'aga, qui
habite la seconde aile du Konack. Ce pauvre musulman est là tout à
fait dépaysé, n'ayant pour compagnons qu'un secrétaire et quelques
Albanais de sa religion. C'est un jeune homme de trente à trente-cinq
ans, ni beau ni laid, engraissé par l'oisiveté, hébété par la
solitude. Il nous accueillit avec tout l'enthousiasme d'un homme ravi
de voir d'autres visages que les profils liturgiques qui l'entourent;
mais cette expansion fut de courte durée, et il retomba dans son
assoupissement, dont il ne sortira vraisemblablement que le jour où il
sera appelé à d'autres fonctions, ou admis à faire valoir ses droits à
la retraite.

Anthimès, notre hôte, était un tout autre homme, vif, alerte et
remuant. Il habitait sa petite maisonnette en compagnie d'un pappas
appelé Manuel, sorte de paria qui faisait la cuisine, cultivait le
jardin, nettoyait la maison, aidait le peintre dans ses travaux,
l'assistait à la messe et trouvait le temps de dormir et de boire
quelquefois outre mesure, malgré ces nombreuses occupations.

Pendant que nous attendions le moment d'être admis auprès du conseil,
j'étais allé jusqu'au Catholicon[13]. Là entrait en même temps que moi
un jeune homme. Vêtus tous les deux comme on l'est au pays du macadam,
nous nous devinâmes Français. Il était peintre, s'appelait Vaudin, et
travaillait avec M. de Sévastiannoff. J'avais entendu parler en Grèce
des travaux de M. de Sévastiannoff[14] au mont Athos. Ma première
visite fut naturellement pour lui. L'auteur des admirables
reproductions photographiques que l'Institut a vues il y a quelques
années, m'accueillit avec cette courtoisie et cette cordialité
habituelle à l'aristocratie russe. Nous causâmes de la France en
français, ce qui est une grande jouissance, et nous prîmes le thé en
russe, ce qui est la bonne manière.

              [Note 13: On appelle catholicon l'église de la
              Vierge. Le mont Athos est tout entier sous l'invocation
              de la Vierge, et dans chaque monastère l'église
              principale lui est dédiée.]

              [Note 14: M. de Sévastiannoff a reproduit à l'aide
              de la photographie: 1º un manuscrit du douzième siècle
              en caractères microscopiques; 2º des sermons de saint
              Grégoire le Théologien, de Jean Damascène; 3º un traité
              inédit de médecine; 4º la géographie de Ptolémée; 5º une
              liturgie de saint Jean Chrysostome sur parchemin; 6º des
              chartes en langues grecque et slave; 7º des fragments de
              la Légende dorée.

              Pendant que j'étais au mont Athos, M. de Sévastiannoff
              préparait de nombreux travaux. Son séjour devait être
              encore fort long sur la montagne, et l'infatigable
              voyageur avait le projet de compléter ce travail
              gigantesque par une excursion au Sinaï.]

L'histoire du mont Athos est très-obscure depuis Jésus-Christ jusqu'au
dixième siècle. Les moines font remonter à Constantin la fondation du
monastère de Lavra, construit par saint Athanase l'Athonite. De ce
saint Athanase il n'est question dans aucun historien; mais dans ce
même monastère de Lavra, une fresque représente ledit saint Athanase
recevant une chrysobulle des mains de l'empereur Nicéphore Phocas,
c'est-à-dire vers 965. Cependant il est probable que certains
monastères sont de fondation plus ancienne: ceux d'_Iveron_ et de
_Vatopédi_, par exemple, construits sur l'emplacement des villes de
Dium et d'Olophisos, dont parle Hérodote et dont ne parlent pas les
historiens byzantins.

[Illustration: Vue générale du mont Athos.--Dessin de Villevieille
d'après M. A. Proust.]

Quoi qu'il en soit, voici la version des moines: saint Athanase
demanda à l'empereur la permission de construire un monastère sur
l'Athos et éleva la grande Lavra ou Laure (Lavra signifie réunion,
communauté, association); mais la montagne était occupée par des
ermites. Ces ermites envoyèrent une députation à Constantinople pour
protester contre l'envahissement de leur retraite. Leurs prières ne
furent pas écoutées et les monastères se succédèrent sur les flancs de
la montagne.

                                        A. PROUST.

(_La suite à la prochaine livraison._)

[Illustration: MONT ATHOS.--Le conseil des Épistates au mont
Athos.--Dessin de G. Boulanger d'après M. A. Proust.]



VOYAGE AU MONT ATHOS,

PAR M. A. PROUST[15].

              [Note 15: Suite.--Voy. page 103.]

1858.--INÉDIT.

     Ermites indépendants. -- Le monastère de Koutloumousis. --
     Les bibliothèques. -- La peinture. -- Manuel Panselinos et
     les peintres modernes.


Chose assez singulière! ces ermites relégués sur le haut du rocher ont
trouvé des continuateurs, qui vivent loin des habitations, comme des
bêtes fauves. Lorsqu'ils ne trouvent plus à se nourrir sur la
montagne, ils descendent à la porte des monastères et échangent contre
des légumes, de petits chapelets et des croix sculptées. Malgré
l'aversion qu'ils témoignent aux moines, ceux-ci les vénèrent comme
des saints. En venant du monastère russe, nous en vîmes un accroupi
sur un rocher, véritable homme des bois, qui n'avait pour tout
vêtement que sa barbe démesurément longue. Il est vrai que la légèreté
de ce costume avait son excuse dans la chaleur de l'atmosphère.

J'ai parlé de la règle qui interdit à toute femme et à tout animal du
sexe femelle l'entrée de la montagne. Il est probable que cette règle
rigoureuse, dans laquelle on a cru voir un scrupule exagéré, a été une
mesure toute politique pour chasser les habitants qui persistaient à
rester sur la montagne, et en interdire l'entrée même aux bergers qui
eussent été tentés d'y conduire leurs troupeaux.

Les monastères de l'Athos ont joué un rôle important sous les
empereurs byzantins. C'est là que se recrutaient les patriarches. «On
prit souvent, dit Grégoras, dans les monastères, pour les élever au
patriarcat, des moines ignorants, car les princes choisissent pour les
grandes places tels sujets qui leur soient soumis servilement.»
Quelquefois cependant ces patriarches disposèrent de l'empire. J'aurai
plus loin l'occasion de parler de la secte des Palamites, qui prit
naissance sur l'Athos et agita longtemps la chrétienté orientale.

Nous pouvions observer chaque jour au couvent de Koutloumousis, à
quelques minutes de Kariès, les habitudes des caloyers. Laissant le
soin de l'agriculture et du jardinage aux frères lais, ces cénobites
ne font absolument rien que prier. Le matin ils descendent de leurs
cellules, chantent les matines, entendent la messe, vont au
réfectoire, assistent aux vêpres à quatre heures, soupent à six,
disent complies, se couchent avec le soleil et se relèvent au milieu
de la nuit pour aller à l'église. Ces différents exercices sont
annoncés par une simandre[16]. En dehors de l'eukologue (bréviaire),
ils lisent peu. Il y en a cependant quelques-uns qui ont voyagé, vu,
étudié et acquis une instruction sérieuse. Malgré cela les
bibliothèques sont dans un état de désordre dont on ne peut se faire
idée, et l'emploi de _cartophilax_[17] est une sinécure.

              [Note 16: La simandre est un morceau de bois ou de
              fer suspendu à un chevalet, qui rend un son prolongé
              lorsqu'on le frappe à l'aide d'un marteau. Les cloches
              furent en usage de bonne heure en Occident, et les
              premières sont, je crois, attribuées à saint Paulin,
              évêque de Nole, au cinquième siècle; mais les caloyers
              de l'Orient, très-attachés aux premiers usages du
              christianisme, se servent toujours de la simandre. Cet
              instrument est très-ancien; on en a trouvé plusieurs
              dans les ruines de Pompéi.]

              [Note 17: On doit cependant à l'archimandrite
              Porphiry, du couvent russe, une connaissance assez
              exacte d'un certain nombre de manuscrits et de
              chrysobulles renfermés dans quelques couvents de
              l'Athos. Il en a fait un catalogue en langue russe
              publié à Pétersbourg en 1847. Ce catalogue a été traduit
              en allemand par Miklowich dans sa bible slave (Vienne,
              1851; in-8{o}). Le gouvernement français a envoyé deux
              personnes au mont Athos: M. Minas Minoidès, qui a
              rapporté quelques manuscrits, et M. Lebarbier, de
              l'école d'Athènes, dont les recherches ont été
              incomplètes.]

Mais si les moines ont négligé l'étude des lettres, ils ont continué
les travaux de peinture, de gravure et de sculpture sur bois qui leur
ont fait une si grande célébrité. Le catholicon de Kariès donne une
suite de fresques de l'époque la plus savante de l'école athonite. Ces
peintures sont de Manuel, surnommé Panselinos ([Grec: panaselênê]
pleine lune), né à Salonique vers le douzième siècle, date très-vague,
mais que je n'ai pu avoir plus précise. Panselinos est considéré
non-seulement comme le chef de l'école athonite, mais encore comme le
maître de l'école byzantine tout entière. Les traditions de cette
école ont été transmises dans un livre intitulé: [Grec: Hermêneia tês
Zôgraphichês] _Guide de la peinture_[18], rédigé vers 1650, par le
moine Denys, du couvent de Fourna, près d'Agrapha en Thessalie, et son
élève Cyrille de Chio. Ce manuel donne les recettes pour peindre, la
manière de représenter les sujets religieux et l'ordre dans lequel ils
doivent être disposés. Rédigé dans le but d'empêcher la défiguration
des compositions religieuses, il a lié les peintres dans un réseau de
règles invariables, et fait disparaître de leurs oeuvres toute
inspiration individuelle.

              [Note 18: M. Didron a donné une traduction de ce
              livre en 1839.]

On a cru voir dans les mosaïques et les fresques des premiers siècles
chrétiens une inspiration immédiate, puisée dans les préceptes de la
foi nouvelle. Il suffit d'observer attentivement ces compositions pour
se convaincre qu'il n'y a dans ces longues figures au type grec, au
geste pétrifié et aux draperies régulièrement plissées, qu'une
appropriation maladroite des chefs-d'oeuvre de l'antiquité aux besoins
du nouveau culte. Ce reste de style d'emprunt, et cette maladresse
même donnent à ces productions un mélange de science et de naïveté qui
étonne et séduit. Y eut-il dès ce temps-là un traité de la peinture
religieuse indiquant certaines règles de composition immuables? Cela
n'est pas probable ou s'il y en eut un, Manuel Panselinos s'en est
souvent écarté, car, le _Guide_ dont les peintres du mont Athos ont
chacun un exemplaire entre les mains, est dédié à Manuel Panselinos et
semble fait d'après son oeuvre. Le peintre moine a donc fait au mont
Athos le même travail qu'ont fait les peintres italiens d'après ces
mêmes fresques byzantines, exilées en Italie par la querelle des
iconoclastes. Il a conservé le style, et s'inspirant de la nature,
peut-être même aussi des fragments de la statuaire grecque trouvés sur
la montagne, il a donné plus d'ampleur aux contours, de réalité dans
l'expression et de poésie dans la conception. Après lui, il y eut une
sorte de renaissance qu'on suit jusqu'au dix-septième siècle à travers
l'oeuvre de peintres inconnus, désignés sur l'Athos sous le nom
uniforme de Panselinos[19], et qui se termine à un artiste appelé
_l'Albanais_.

              [Note 19: Cette qualification de _Panselinos_ semble
              avoir sur le mont Athos la même signification que celle
              de _maëstro_ en Italie. Les moines vous désignant des
              peintures faites à deux ou trois siècles de distance,
              disent: «Cela est de Panselinos;» ce que l'on ne peut
              comprendre raisonnablement que de cette façon: «Cela est
              d'un maître.»]

[Illustration: CARTE _DE LA_ CHALCIDIQUE

pour servir à l'intelligence du voyage de Mr. Proust au Mont Athos.
Dressée par A. Vuillermin.]

Depuis cette époque, l'art est tombé à un degré tel qu'on ne sait plus
si les moines qui le pratiquent méritent le nom d'artistes. La
première fois que j'allai dans l'atelier du peintre Anthimès, ce qui
me frappa c'est que dans cet atelier il n'y avait pas de peinture,
mais une suite de vases remplis de colle de poisson, de plâtre délayé,
d'huiles, de mordant pour la dorure, enfin ce qui constitue le
laboratoire d'un fabricant de couleurs. Je demandai à notre hôte de
nous montrer quelqu'une de ses oeuvres. «Nous ne faisons pas
d'esquisse, me dit-il, et travaillons immédiatement sur le mur; le
guide nous indique les proportions du corps humain, la disposition des
figures et leurs mouvements. Le P. Macarios, mon maître, tenait ses
principes du P. Nectarios, qui les lui avait transmis;» puis, prenant
un pinceau qu'il trempa dans du brun rouge délayé dans l'eau, il traça
un Christ sur une feuille de papier. Le contour était ferme, sans
hésitation, fait avec la dextérité d'un maître d'écriture, mais ce
dessin mathématique était insipide, bien qu'il n'y eût aucune faute
grossière.

[Illustration: Saint Georges, fresque de Panselinos dans le Catholicon
de Kariès. Dessin de Pelcoq d'après M. A. Proust.]

Dans sa préface de la traduction du _Guide du moine Denys_, M. Didron
raconte qu'il vit peindre un caloyer: «En une heure, dit-il, sous nos
yeux, il traça sur le mur un tableau représentant Jésus-Christ donnant
à ses apôtres la mission d'évangéliser et de baptiser le monde. Il fit
son esquisse de mémoire, sans carton, sans dessin, sans modèle. Ce
peintre, continue M. Didron, pourrait être mis certainement sur la
ligne de nos meilleurs artistes vivants, surtout lorsqu'ils exécutent
de la peinture religieuse.» Ceux-ci traitent assez mal la peinture
religieuse au point de vue liturgique, cela est vrai. Pourquoi? Parce
que l'inspiration est le mouvement et le dogme l'immobilité; mais mise
à part la question de tempérament qui fait comprendre à chacun la
traduction des choses divines de manière différente, ils cherchent, et
ne trouveraient-ils que la centième partie de ce qu'ils cherchent,
cette partie-là est l'inspiration, ce qui constitue l'art, tandis que
ces plates médiocrités de l'Athos, faites machinalement d'après un
système immuable, sont sans vie et sans âme. Je ne peux voir ce qu'il
y a de commun entre de semblables choses et l'art. J'ouvre le _Manuel_
et je trouve ceci: «Le corps d'un homme a neuf têtes en hauteur:
divisez la tête en trois parties: la première pour le front, la
seconde pour le nez, la barbe pour la troisième; faites les cheveux en
dehors de la mesure de longueur d'un nez, divisez de nouveau en trois
parties la longueur entre le nez et la barbe, etc., etc. À l'aide de
ces principes et d'un compas on fait un _bonhomme_, on arrive même par
l'habitude à le faire sans compas; mais on ne fait pas une oeuvre
d'art. Si le beau était absolu et s'appelait Michel-Ange, chacun
devrait dessiner comme Michel-Ange. Ceux qui l'ont cru n'ont fait que
des pastiches assez faibles; mais Rubens, qui avait étudié Michel-Ange
et la nature, a fait des Rubens. Les moines du mont Athos ont essayé à
faire toujours du Panselinos, d'après des lois transmises
successivement, sans se retremper dans l'étude de la nature qui
redonne la vie, et on ne peut mieux comparer leurs productions
actuelles qu'à une traduction qui serait elle-même faite d'après un
texte, résultat de cent traductions successives.

Dans les fresques de Panselinos, il ne faudrait pas chercher ce qui
nous attache et nous séduit dans les productions de l'esprit: un
reflet de nos sensations. On sent au contraire là l'éloignement de
toute préoccupation terrestre, et l'aspiration vers le divin ou plutôt
le surhumain. Le _Saint Georges_, une des seules figures que
l'obscurité du Catholicon de Kariès nous ait permis de reproduire par
la photographie, est une des mieux conservées (voy. p. 116). Le
procédé matériel de ces fresques est très-simple. Un large trait noir
entoure la figure; les traits sont nettement accusés, et l'ombre se
partage également de chaque côté.


     Le monastère d'Iveron. -- Les carêmes. -- Peintres et
     peintures. -- Stavronikitas. -- Miracles. -- Un Vroucolakas.
     -- Les bibliothèques.

Hadji-Linos, le président nouvellement élu, nous remit le 23 mai la
lettre surmontée du cachet qui devait nous ouvrir les portes des
monastères, et le 24 nous nous mîmes en route vers les couvents de la
côte orientale: un Albanais de la garde nous servait d'escorte.

Après trois heures de marche sur une pente sablonneuse, entre deux
haies de noisetiers et de caroubiers, nous arrivions à Iveron,
laissant à notre droite Koutloumoussis encore noir d'un incendie
récent.

[Illustration: Monastère d'Iveron.--Dessin de Karl Girardet d'après
une photographie.]

Il n'est pas aisé de démêler un plan dans cet amas de constructions:
aussi le plus court et le plus vrai est de dire qu'il n'y en a pas.
L'ensemble de cette Babel d'architecture, encaissé dans un vallon sur
le bord de la mer, est triste, et c'est à regret qu'on quitte les
sentiers boisés de la montagne pour les porches sombres et humides,
les cours froides et les galeries nauséabondes du monastère. Nous
tombions là dans un couvent de cénobites, c'est-à-dire en plein jeûne,
mais, grâce à un quartier de mouton que nous avait offert le voïvode
de Kariès, nous pûmes satisfaire nos appétits de carnivores.

Les jeûnes sont très-fréquents chez les Grecs. Voici les époques des
principaux carêmes, sans parler des abstinences en l'honneur de tel ou
tel saint particulier à chaque couvent: deux mois avant Pâques, trente
jours après la Pentecôte, quinze jours avant l'Assomption et quarante
jours avant Noël. Le lait, le poisson et les oeufs ne sont pas permis,
en sorte que le menu se réduit aux olives, au caviar et à quelques
racines et coquillages. Les Orientaux, habituellement très-sobres,
souffrent peu de ce régime que nous ne pourrions supporter longtemps.

L'higoumène ne fit donc qu'assister à notre repas. C'était un bon
homme sans façons, dépourvu d'instruction, mais ne manquant pas d'une
certaine finesse qui lui tenait lieu d'esprit. Il nous fit, après le
dîner, les honneurs de son petit État de la meilleure grâce du monde.
D'abondantes explications nous étaient données par le logothète,
personnage maigre, laid, mais instruit. Ce saint homme parlait avec
une telle familiarité de Dieu, de la Sainte-Vierge et des saints qu'on
eût pu le croire de la céleste famille, s'il n'avait pris soin de
rappeler de temps en temps son origine terrestre par de bruyantes
interruptions que répétaient les voûtes sonores et qui prouvaient
surabondamment que l'abus des plantes crucifères est chose nuisible à
la santé: le _cant_ oriental autorise ces écarts que notre politesse
réprouve.

J'ai déjà dit que la fondation d'Iveron me semblait devoir être
très-ancienne. On retrouve, en effet, dans les murailles des fragments
de sculpture antique provenant des ruines de la ville _d'Olophizos_,
ce qui permet de supposer que la construction a précédé la querelle
des iconoclastes qui respectaient peu l'antiquité dans ses
chefs-d'oeuvre. Le logothète nous dit que ce monastère avait été élevé
en l'honneur de saint Jean le Précurseur, par trois Géorgiens ou
Ibériens (Jean, Euthimius et Georges), ([Grec: tôn ibêrôn], des
Ibériens); quant à la date de la fondation il l'ignorait. Cet
établissement est immense et ne compte pas moins de trente églises
rangées autour du catholicon. La disposition de ce dernier a été
modifiée, car, à la suite d'un péristyle appuyé sur des arcs-boutants,
une seule porte donne entrée dans le narthex qui se trouve, par cette
économie, dans une obscurité presque complète. Il est du reste facile
de voir que l'entrée principale a été murée, par le dessin
transparent, sous le crépi du mur, d'une large arcade surmontée du
_labarum_. Il n'y a pas là de nefs latérales: le vaisseau est en forme
de trèfle. Une addition curieuse (particulière[20] aux églises de
l'Athos) est celle d'absides semi-circulaires ménagées derrière le
choeur pour servir de sacristie et de dépôt aux vases sacrés.
Au-dessus des plaques de faïences émaillées qui recouvrent les murs
jusqu'à hauteur d'appui, commencent les peintures. Les peintures de ce
dernier ont été rafraîchies en 1846. Je dis rafraîchies, parce que le
jour où un higoumène, ami de la propreté, trouve que la décoration de
son église est ternie, enfumée par le temps, il fait venir de Kariès
un maître-peintre. On l'héberge lui et ses élèves et, en peu de temps,
il remet les fresques à neuf. Dans l'intérieur le mal n'est pas
complet: le peintre a conservé les contours des anciennes images, et
s'est contenté de les remplir d'un badigeon blafard; mais sous le
porche extérieur, sa verve, ne trouvant plus de bornes, s'est livrée
aux excentricités les plus étranges, _sans sortir cependant des règles
du Guide_: il y a là une série assez peu ragoûtante de décollations,
où, sans respect pour la perspective, le sang jaillit jusqu'aux
derniers plans, occupés par une architecture bizarre. Ces maîtres
goujats ne craignent pas de recouvrir les inspirations de Manuel
Panselinos ou de tout autre maître de leurs méthodiques barbouillages,
sous prétexte de restauration. Cependant ces peintures, qui ne
supportent pas un examen sérieux, sont d'un effet décoratif
surprenant. Ce but de la décoration, qui est le premier auquel doive
tendre la peinture murale, semble avoir échappé à notre époque. On est
désagréablement impressionné, quand on pénètre dans un de nos
monuments religieux redécorés à grands frais, de cette mésintelligence
entre l'architecte, les peintres et les statuaires; et la réunion dans
un même cadre d'oeuvres faites avec talent, mais sous des inspirations
diverses, produit l'ensemble le plus discordant qui se puisse
imaginer. Ici le _moi_ disparaît; chacun comprend son rôle et s'y
tient. Les raccourcis audacieux ne viennent pas rompre la simplicité
des lignes architecturales, l'or s'y étale sans ambition, et la
mosaïque mêle ses tons modestes aux nuances du marbre. L'ensemble est
harmonieux, parce que l'inspiration est une, et ces fresques, plus que
médiocres, apportent leur humble tribut au caractère monumental de
l'édifice.

              [Note 20: On en voit cependant un autre exemple à
              Saint-Jean-Théotocos de Constantinople.]

Ces peintures veulent joindre à ce côté matériel un autre rôle qui me
semble moins complet: celui de l'enseignement. Il n'est pas un
ornement, un agencement de détails qui ne soit combiné dans un sens
mystique ou symbolique; rébus impénétrable à l'oeil et à la pensée
dont le sens est aujourd'hui souvent perdu. _Les peintures des temples
sont le livre des illettrés. Pour autres choses ne sont faites les
ymages, fors seulement pour montrer aux simples gens, qui ne sèvent
pas l'escripture, ce qu'ils doivent croire._ Ce but n'est pas rempli
par les peintres byzantins, et leur iconographie est souvent
très-abstraite. En voici un exemple pris dans une de leurs
compositions familières. Dans le crucifiement, au pied de la croix,
est ouverte une fosse remplie d'ossements sur lesquels coule le sang
du Christ. Du milieu de cette fosse sort Adam enveloppé d'un suaire,
il semble se ranimer au contact du sang divin. Que signifie cette
allégorie? Une légende veut que l'endroit même où fut plantée la
croix, sur le Golgotha, fut le lieu de la sépulture d'Adam, et l'idée,
déduite de ce fait que le sang divin vient racheter l'homme qui a
commis la première faute, est belle; mais l'allégorie ne s'arrête pas
là et, s'appuyant sur le texte d'une autre légende qui dit que la
croix de Jésus-Christ a été taillée dans un arbre venu sur la tombe
même d'Adam, veut que la faute du premier homme soit figurée par ce
même bois sur lequel meurt le Sauveur de l'humanité. Il n'est pas
facile de démêler dans ce double symbole la cause de l'effet, mais si
on comprend cependant dans cette corrélation une pensée sublime, ce
n'est pas toutefois chose faite pour les _simples gens_. La mort de
l'Homme-Dieu est dans notre iconographie plus simple, mais aussi plus
humaine; tandis que chez les Grecs la nature est calme et souriante le
jour du crucifiement, chez nous, au contraire, les éléments se
révoltent, la douleur est sur tous les visages, sentiment prosaïque
qui interprète mal, ce me semble, le fait de la rédemption, mais qui
est plus saisissable pour le vulgaire.

Pendant l'examen minutieux que nous faisions de ces peintures,
l'higoumène ne cessait d'attirer notre attention sur des tableaux
qu'il venait de recevoir de Russie. Rien n'est comparable au mauvais
goût de cette sorte de bimbeloterie qui attire l'oeil désagréablement.
Les têtes et les mains seules sont peintes et ressortent maigrement
d'un amas d'étoffes en relief surchargées de perles et de morceaux de
métal. Les moines raffolent de ces afféteries et Pétersbourg en inonde
les couvents.

On n'oublia pas de nous mener devant deux images de la Vierge en
grande vénération sur la montagne. La première est au-dessus de la
porte d'entrée, placée très-haut et peu visible à cause de l'épais
treillage qui la recouvre. Un vieux caloyer assis sous le porche nous
en conta l'histoire avec cette volubilité de _cicerone_ qui ne tient
aucun compte de la ponctuation. Voici le résumé de cette explication
en quelques mots. Théophile, patriarche d'Alexandrie, l'ennemi de
saint Jean Chrysostome, ayant fait brûler quelques monastères par
suite de mésintelligence avec le moine Isidore, fit disperser les
images. Une de ces images jetée à la mer fut poussée miraculeusement
devant Iveron et recueillie par un caloyer appelé Gabriel: c'est cette
image de la Vierge. La seconde est placée au fond d'une petite église
dédiée aux saints apôtres: le panneau enfumé est entaillé à la hauteur
du visage d'une large balafre dont s'échappent des gouttes de sang.
Vers l'an 650, des pirates vinrent attaquer le monastère et y
pénétrèrent. Leur chef, Éthiopien d'origine, s'avança jusqu'au fond de
cette chapelle et frappa la Vierge au visage d'un coup de couteau qui
fit jaillir le sang de la blessure. Le corsaire touché de ce miracle,
se fit moine avec ses compagnons, et termina sa vie dans le couvent,
donnant l'exemple d'une grande piété. On n'a su à ce nègre aucun gré
de son repentir, car, outre qu'on l'a souvent peint sur les murs d'une
façon peu indulgente pour son physique, on a eu l'idée de le faire
figurer sous la forme d'une grosse horloge en bois. La présence de ce
_Croquemitaine_ s'explique mal dans un pays où il n'y a pas d'enfants.

Au milieu de ce monde d'images dont nous voulions reproduire une
grande partie, les jours nous semblaient courts, malgré la bonne
volonté du soleil qui s'attarde volontiers dans ce ciel sans nuages.
Aussi nous ne sortions que rarement du couvent et profitions encore
d'une partie des nuits pour faire des recherches dans les
illustrations des manuscrits. Voulgaris, de son côté, imaginait des
raffinements inconnus pour apprêter le même poisson, l'éternel
_barbouni_ (espèce de rouget) sous des aspects différents. À ceux qui
voyageront en Orient, je recommande Voulgaris et le merle solitaire
(_turdus musicus_) qu'il accommode très-délicatement avec la menthe
hachée.

On a beaucoup chanté la vie monacale; on a célébré les louanges de ces
associations qui, avec leur ferme croyance, ont laissé des monuments
impérissables de leur génie. La foi du temps présent semble tendre
vers un autre but et les moines d'aujourd'hui sont écrasés par ces
constructions colossales du passé. Excepté aux heures de prière, ils
restent peu dans le couvent et vont au dehors respirer un air plus pur
que celui de leurs cellules.

Les frères lais se livrent aux travaux du jardinage, construisent des
embarcations, vont à la pêche ou filent la laine pour la confection
des vêtements. Pour ces différents travaux ils laissent leur lourde
tunique et ne gardent qu'une culotte, costume qui, complété d'un
chapeau de paille aux bords larges, leur donne la tournure de cosaques
déguisés en planteurs. Plusieurs sont surveillés par des moines, car
l'inviolabilité de la montagne fait que souvent, à côté de réfugiés
politiques, se glissent des assassins, voleurs, ou autres gens
d'humeur batailleuse.

Dans les couvents grecs l'hospitalité est toute gratuite et largement
pratiquée à l'égard du premier venu qui frappe à la porte, musulman,
juif ou chrétien: cependant il ne faut pas oublier que les Grecs sont
maîtres en l'art de la diplomatie, et force était souvent de donner un
_bakchich_ par-ci, faire un portrait par-là, pour retirer de tel ou
tel coin telle ou telle chose précieuse.

Parmi le peu d'étrangers qui ont séjourné ici, nous disait
l'higoumène, plusieurs sont tombés malades, malgré la salubrité du
climat. Cela n'a rien en effet qui doive surprendre. Il est évident
que celui que n'attire là aucun intérêt artistique, ne doit pas tarder
à être atteint d'un spleen précoce. Le régime monacal est mauvais, les
appartements pratiqués dans les galeries extérieures sont intolérables
dans le jour à cause de la chaleur, la propreté est douteuse, et les
sentiers de la montagne sont peu praticables. Il ne resterait donc,
outre l'accueil gracieux qu'on reçoit et le charme assez rare de la
conversation des moines, que le spectacle de la nature, splendide dans
ses effets les plus gigantesques, si la règle des couvents ne faisait
fermer les portes au coucher du soleil et ne vous réduisait à la
contemplation de l'horizon immense du haut d'un balcon accroché sous
les toits comme un nid d'hirondelles. Une de nos distractions était,
pendant la nuit, quand les simandres réveillaient les échos endormis
du couvent, de voir apparaître successivement sur les galeries les
moines à peine éveillés, se dirigeant vers l'église d'un pas
chancelant, armés de petites lampes à la lueur tremblotante. Cela
nous représentait, avec ces acteurs cassés par l'âge et vêtus de leurs
tuniques longues comme des suaires, quelque chose comme une répétition
du Jugement dernier, figuré dans les vieux almanachs.

Il nous prit fantaisie, un matin, de visiter le monastère de
Stavronikitas ([Grec: stauros], croix, [Grec: nikê], victoire), à
deux kilomètres à peu près d'Iveron. L'higoumène nous donna une barque
avec deux moines. P. Nyphon et P. Pacôme avaient les bras solides et,
en quelques coups d'avirons, ils nous débarquèrent sur une plage
fleurie de myrte et de rosiers. Nous gagnâmes de là le monastère à
pied. Sa construction, surmontée d'un donjon carré, flanquée de
tourillons en culs-de-lampe et surveillée à l'entrée par deux
échanguettes haut placées, offre un appareil militaire complet. On
nous avait vanté à Kariès les peintures de Stavronikitas, mais le
moment de notre visite était mal choisi; presque toutes les églises
étaient fermées. On réparait l'intérieur de la cour et il pleuvait des
moellons avec accompagnement continu de la scie et du marteau. Ce que
nous vîmes de plus surprenant était un moine dormant au milieu de ce
vacarme. Après avoir pris à la hâte quelques croquis, un entre autres
dans le Catholicon, d'après une belle image de saint Nicolas[21], nous
regagnâmes la barque. «Avez-vous vu, nous dit le P. Pacôme, l'image
miraculeuse?» Nous ne l'avions pas vue, mais nous n'en eûmes aucun
regret, étant déjà habitués à ces exhibitions qui se répètent dans
tous les couvents et n'offrent le plus souvent rien de remarquable au
point de vue de l'art.

              [Note 21: Saint Nicolas est en grande vénération
              chez les Grecs. Quand les empereurs byzantins se
              mettaient en campagne, ils se faisaient précéder d'un
              étendard en haut duquel était enchâssé un doigt de saint
              Nicolas.]

[Illustration: L'higoumène d'Iveron.--Dessin de Pelcoq d'après une
photographie.]

Les miracles sont du reste fréquents dans l'Église d'Orient, et par ce
moyen les prêtres entretiennent la superstition. Nous en eûmes une
preuve le lendemain à Iveron. Il y a, à la porte des couvents, de
petites chapelles funéraires, appelées _kimisis_, dans lesquelles on
dépose les cadavres des moines. J'étais assis avec Schranz dans un de
ces caveaux abandonnés depuis longtemps et encombré d'ossements. Nous
étions là, absorbés dans des études phrénologiques, quand entra Ianni,
notre cavas albanais:

«Voilà un crâne de _vroucolacas_[22] (possédé), dit-il, me désignant
celui que je tenais à la main; il a les dents noires.--Cela prouve
tout au plus qu'il les avait mauvaises, répliqua Schranz.--Vous n'avez
donc jamais vu de vroucolacas, effendi?--Non.--J'en ai vu un, moi. Il
y avait à Kavala un homme qui s'appelait Makalakis, qui avait le
mauvais oeil et qui toute sa vie avait fait du mal aux autres hommes.
Quand il traversait le champ du voisin, le tabac montait sur pied, et
les femmes qu'il regardait devenaient stériles. Un jour on le trouva
mort près du _tsarchi_. Il était noir comme ceux qui meurent de la
peste. «Voilà qui est mauvais,» dit le pappas. Pendant toute une
année, Makalakis ne cessa de rôder autour des maisons voisines. On
alla chercher le pappas, et on déterra Makalakis: son corps était
toujours noir et ses chairs étaient fermes, comme s'il fût mort la
veille. «Allons chercher l'évêque,» dit le pappas, et quand vint
l'évêque, qui était un saint homme, les chairs se décomposèrent, mais
les os restèrent noirs, et cela n'est pas naturel, effendi, et ce
crâne que vous tenez là est celui d'un vroucolacas.

              [Note 22: Thévenot, parlant des moines du couvent de
              Niamounia à Chios, dit que quand ils meurent on les
              porte tout habillés dans une église dédiée à saint Luc,
              laquelle est hors du couvent, et on les met sur une
              grille de fer; si quelques-uns de ces cadavres ne se
              corrompent point, les autres moines disent que c'est
              signe qu'ils sont excommuniés. (Thévenot, _Voyage dans
              le Levant_, p. 180.)]

Comme nous en parlions le soir au logothète: «Cela est vrai,» nous
répondit-il froidement. Nous n'eûmes garde d'insister. C'était un fort
aimable homme du reste que ce logothète, n'eût été un grain de
méfiance qui l'empêchait souvent de nous donner tous les enseignements
que nous voulions de sa science. Nous passions une partie des soirées
avec lui dans la bibliothèque du Catholicon. La facilité avec laquelle
Schranz parla cinq ou six langues nous avait engagés à faire quelques
recherches, mais c'eût été vrai travail de géants, et la poussière que
renfermaient ces piles de livres ne tardait pas à rendre le séjour de
l'étroite chambre intolérable. J'ai dit que les recherches jusqu'à
ce jour avaient été peu fructueuses: Jean Belon[23], un des seuls
voyageurs qui aient écrit sur l'Athos, dit que les prélats de l'Église
grecque, ennemis de la philosophie, excommunièrent tous les prêtres et
religieux qui tiendraient livres, et en écriraient, ou liraient autres
qu'en théologie, et qu'ainsi plusieurs livres ont été ruinés et
perdus. «Voulez-vous savoir positivement, dit M. Deschanel, dans son
livre sur Sapho, comment furent perdues tant d'oeuvres d'un si grand
prix? écoutez un témoin irrécusable en cette question, un pape.
Halcyonius, savant du seizième siècle, fait parler ainsi Jean de
Médicis, qui fut plus tard Léon X. «J'ai entendu dire dans mon enfance
à Démétrius Chalcondyle, homme très-savant dans les lettres grecques,
que des prêtres chrétiens avaient eu assez de crédit auprès des
empereurs byzantins pour obtenir d'eux la faveur de brûler en entier
un grand nombre d'ouvrages des anciens poëtes grecs. On les remplaça
(ajoutait-il, avec un peu de malice, ce me semble) par les poëmes de
notre Grégoire de Nazianze, qui, s'ils inspirent des sentiments
religieux, ne peuvent pas cependant prétendre à une élégance aussi
attique. Si ces prêtres ont été honteusement impies envers les poètes
grecs, ils ont donné un grand témoignage de piété catholique.»

              [Note 23: Belon, naturaliste du seizième siècle,
              dans son livre des _Singularités_, a consacré quelques
              pages rapides _à la description du mont Athos et des
              choses mémorables qu'on y trouve_. (Voy. Belon,
              _Singularités_, imprimé à Paris, par Benoist Prevost,
              1555.)]

Il est cependant probable que des recherches minutieuses habilement
dirigées amèneraient de précieuses découvertes[24].

              [Note 24: M. de Villoison est le premier qui en ait
              tenté. Cet académicien, dit Choiseul-Gouffier, fit, en
              1785, un assez long séjour au mont Athos. Il s'y rendit,
              muni de toutes les recommandations qui devaient le faire
              accueillir dans les monastères, et lui ouvrir les portes
              de leurs bibliothèques. Mais il ne suffisait pas d'y
              porter la passion du travail, il fallait encore joindre
              l'art de ne pas effaroucher la confiance. Comment a-t-il
              pu paraître pénible à un si savant helléniste de montrer
              quelque bienveillance pour les enfants de ceux dont les
              écrits faisaient ses délices et sa gloire?
              (Choiseul-Gouffier, _Voyages_.)]

[Illustration: La Phiale ou le Baptistère du couvent de Lavra (voy. p.
123).--Dessin de Lancelot d'après une photographie.]


     Les mulets. -- Philotheos. -- Les moines et la guerre de
     l'indépendance. -- Karacallos. -- L'union des deux Églises.
     -- Les pénitences et les fautes.

Le 2 juin nous prîmes congé de l'higoumène pour gagner Philotheos, à
dos de mulet. Ce moyen de locomotion est le seul en usage chez les
moines. L'équipement de ces animaux est de la plus grande simplicité:
un bât surmonté de quatre pieux, placés comme les quatre points
cardinaux, une couverture en laine, des étriers en corde, un bridon
également en corde et une ou plusieurs clochettes selon le degré
d'affection que les moines portent à l'animal. Après un certain temps
d'étude, on arrive à être médiocrement bien sur ce siège, quand le
sentier monte, mais quand il descend, on est inévitablement fort mal.
La route monte toujours d'Iveron à Philotheos et tout allait pour le
mieux, quand le premier mulet arriva devant un ravin large d'un mètre
environ, au fond duquel courait un torrent d'eau rapide. L'animal
s'arrêta, regarda couler l'eau et ne bougea pas. Le P. Pacôme adressa
au quadrupède quelques douces paroles, le P. Nyphon en vint aux
reproches: immobilité complète. Enfin l'un des deux moines ayant
l'idée de sauter de l'autre côté, l'animal l'imita et après lui tous
ses compagnons, mais non sans douleur pour les cavaliers, dans la
partie atteinte par le contre-coup. Cet exercice renouvelé plusieurs
fois jusqu'à notre arrivée nous retarda, et peu s'en fallut que la
herse du couvent ne fût levée et que nous ne fussions forcés de
coucher dans le _xenodokion_ (on appelle ainsi un hangar ou
kervansaraï, placé en dehors du couvent, qui sert d'asile aux
voyageurs attardés. Chaque soir, une demi-heure avant le coucher du
soleil, les moines se réunissent et prient pour les égarés pendant que
les simandres font résonner au loin les échos de la montagne. Un
caloyer veille toute la nuit dans le xenodokion et donne des vivres
aux hommes et de l'orge aux mulets en attendant l'ouverture des
portes).

Philotheos a été fondé au dixième siècle, par trois caloyers de
l'Olympe, Arsène, Denis et Philotheos. Le supérieur devait, je pense
n'avoir pas beaucoup moins d'un siècle. Il avait pris une part active
à la guerre de 1821, et quand il prononçait les mots d'indépendance et
de liberté, son regard reprenait toute l'énergie et la fierté de la
jeunesse: chose surprenante pour nous qui voyons le plus souvent les
idées généreuses décroître avec l'âge et l'amour de la liberté traité
d'inexpérience et de maladie de jeunesse. Il était de ceux qui,
laissant leur retraite, descendirent dans la plaine tenant la croix
d'une main et le fusil de l'autre. Ce fut, chose triste à dire, le
petit nombre. «La pendaison d'un patriarche, dit un peu sévèrement
Pouqueville, était pour quelques-uns d'eux une bonne fortune qui
donnait l'espoir d'avancer aux higoumènes, parmi lesquels on choisit
le haut clergé, et pourvu qu'on ne touchât pas à ses revenus,
l'égoïsme monacal aurait appris sans regret le naufrage complet de la
patrie.» Les quelques moines qui prirent part à la lutte se mêlèrent
aux Grecs, soulevés dans la Macédoine. Diamantis, à la tête de ses
Albanais, vint les appuyer, s'établit dans la presqu'île de Pallène,
en face de l'Athos et battit Yousouf-bey dans une première rencontre;
mais les Turcs revinrent commandés par Abouloudoub, pacha de
Salonique: la lutte fut longue, sanglante, et les Grecs durent plier
devant le nombre. La panique se répandit alors sur la sainte Montagne.
Les moines laissèrent Kariès, embarquèrent leurs trésors et se
fortifièrent dans les couvents de Zographos et de Hierophon.
Abouloudoub n'osant attaquer de front ces remparts formidables, fit
faire des propositions de paix aux moines, leur jurant que leurs
propriétés seraient respectées, mais qu'il était de toute nécessité
qu'il mît chez eux une garnison. Ces propositions furent écoutées et
une fois que le pacha eut mis le pied dans les couvents, il les livra
au pillage. Heureusement les moines avaient fait transporter tous
leurs trésors, leurs reliques et une partie de l'artillerie à Lavra,
ce qui donna le temps à l'amiral Combasis, qui croisait devant Thasos,
d'embarquer, toutes ces choses. Transportées à Êgine, elles furent
rapportées plus tard sur l'Athos. Il est à peu près certain que la
résistance, si elle eût été bien organisée, pouvait être d'un grand
secours à l'insurrection grecque. L'higoumène de Philotheos, et il
n'est pas le seul[25], a le bon espoir que ce qui est différé n'est
pas perdu. Je lui souhaite bien sincèrement de vivre assez longtemps
pour voir ses voeux accomplis.

              [Note 25: L'hétairie a de nombreux affiliés dans les
              monastères. (Voyez pour cette association,
              l'introduction historique d'Alphonse Rabbe, aux
              _Mémoires sur la guerre de l'indépendance_, de M.
              Raybaud.) Cette vaste société secrète a été fondée par
              le poète Rigas pour la régénération de la nation
              grecque.]

Le plan de Philoteos, avec ses nombreux ateliers rangés autour du
Catholicon, prouve que, non-seulement les industries[26] mais les arts
de tous genres étaient pratiqués dans les couvents, particulièrement
l'orfèvrerie et l'émaillerie. On y faisait aussi les mosaïques
(psiphyses), les pâtes de verre, les terres cuites qu'on mêlait au
porphyre et au marbre dans le pavage des basiliques. Aujourd'hui,
outre la peinture, la gravure et l'architecture, ces deux premières
tombées très-bas, la sculpture sur bois s'est seule maintenue et à un
rare degré de perfection. Les moines fouillent en plein bois de vastes
compositions avec une habileté inouïe; j'ai vu au mont Athos des
croix, des triptyques, des iconostases (barrière qui sépare le choeur
de l'église), des stalles, vraies merveilles de patience et de
fantaisie originale. Le P. Agatangelos, un maître en ce genre de
travail, avait envoyé à l'Exposition universelle de 1855 un dessus de
livre très-remarquable, qui fut très-remarqué et qui ne le cédait en
rien au chef-d'oeuvre enchâssé d'or qu'on montre dans le trésor de
Kariès (voy. p. 125). Le _diaconicon_ de Philotheos est cependant
encore très-riche en orfèvrerie. On nous fit voir la couverture d'un
manuscrit slave en repoussé qui est certainement la perle la plus
précieuse du couvent. Nous avions déjà pu à Kariès, grâce à
l'obligeance des membres de l'épistasie, reproduire deux croix, l'une
émaillée sur arabesques, l'autre en bois enchâssée d'or (celle dont je
viens de parler). Il y a dans ce même trésor de Kariès un
brûle-encens, très-curieux de composition, représentant la Religion
menacée par la Philosophie. Cette allégorie est ainsi disposée: le
manche recourbé est terminé par une tête de dragon qui cherche à
atteindre de sa langue fourchue le temple qui contient l'encens.
Beaucoup de ces chefs-d'oeuvre ont été malheureusement détruits
pendant les croisades. On sait les atrocités que se permirent les
croisés après la prise de Constantinople en 1204, atrocités qui se
reproduisirent dans tout l'empire. Les soldats rompirent les châsses
et les reliquaires pour prendre l'or, l'argent, les pierreries. «Voilà
ce que vous avez fait, dit l'historien Nicétas, vous qui prétendez
être savants, sages, fidèles à vos serments, amis de la vérité,
ennemis des méchants, plus religieux et plus justes que nous autres
Grecs et plus exacts observateurs des préceptes de Jésus-Christ. Les
Sarrasins n'en ont pas usé de même que vous qui portez la croix sur
vos épaules. Ils ont traité vos compatriotes avec humanité à la prise
de Jérusalem. Ils n'ont point insulté aux femmes ni ensanglanté le
temple. Comment nous avez-vous traités nous chrétiens, vous
chrétiens?»

              [Note 26: Dans les monastères de l'Occident, réglés
              sur ceux de l'Orient, il en fut longtemps ainsi, et les
              moines ne cessèrent de construire eux-mêmes leurs
              habitations qu'au treizième siècle, époque à laquelle
              les confréries maçonniques prirent naissance.]

En quittant Philoteos nous descendîmes vers le couvent de Caracallos
dédié aux apôtres Pierre et Paul par Jean-Antoine Caracallos. La
montagne tombe de là presque à pic, et la vue s'étend du côté de
l'Orient jusqu'à Samotraki, Imbros et Ténédos.

On nous installa dans une chambre dont les divans contre l'ordinaire
étaient assez confortablement rembourrés, et nous allions nous y
laisser aller aux douceurs du kief, quand survint le père orateur. Cet
emploi n'existe pas dans les couvents, mais le P. Nectarios eût mérité
qu'on le créât en sa faveur. Depuis l'âge de dix-huit ans ce cénobite
habitait la montagne, et il était fort âgé. Au dire des caloyers, qui
le considéraient comme un saint, il répandait déjà une odeur d'encens:
étrange illusion de la foi! Le dogme de la procession du Saint-Esprit
était le thème favori du vieillard. Il n'était pas facile de suivre
son raisonnement, mais il était très-clair que le P. Nectarios disait
à ce propos d'assez vilaines choses sur le compte du monastère de
Lavra son voisin.

Voici la raison du peu de considération dont jouit ce dernier auprès
de ses confrères. En 1277, Lavra accueillit le patriarche Veccus. Or,
Veccus venait d'excommunier les Grecs qui refusaient de reconnaître le
pape. Les autres couvents furent d'autant plus irrités contre Lavra
que les violences qu'avait exercées Michel Paléologue[27] au nom de
cette excommunication avaient déjà aigri les esprits. Les fils de
Michel Comnène, Nicéphore et Jean, forts de l'appui du clergé, se
révoltèrent contre Paléologue, et la lutte fut ouvertement déclarée
entre les partisans de l'union et ses adversaires. Le pape Nicolas
envoya quatre légats en Orient: Barthélemy de Grossetto, Barthélemy de
Sienne, Philippe de Pérouse et Ange d'Orviette munis d'instructions
qui se terminaient ainsi: «Vous devez prendre garde que par une lettre
que nous vous adressons nous vous donnons pouvoir d'excommunier tous
ceux qui troubleront l'affaire de l'union, de quelque dignité qu'ils
soient, de mettre leurs biens en interdit et de procéder contre eux
spirituellement et temporellement, comme vous le jugerez à propos.»

              [Note 27: Michel Paléologue avait fait aveugler les
              princes Manuel et Isaac, qui tenaient contre l'union, et
              cette exécution avait eu lieu devant Veccus, à qui les
              deux princes reprochaient qu'ils souffraient ce supplice
              pour la créance qu'il avait professée.]

On procéda temporellement contre les moines de l'Athos, et, dans
beaucoup de couvents, des fresques représentent Nicolas III dirigeant
en personne les incendiaires, allégorie que les moines ignorants
prennent à la lettre. À l'extrémité de la montagne un monastère est
appelé Kiliandari, parce que devant ses portes on massacra mille
moines.

Le P. Nectarios n'était pas le premier qui nous parlait de cette
question de l'union, si souvent débattue, approuvée, puis rejetée, et
tout dernièrement encore remise sur le tapis par des livres et des
brochures.

Personne n'ignore que les dissidences dogmatiques ont servi de
prétexte au désir qu'avait l'Église de Constantinople de s'arracher à
la domination du pape et que la différence des langues, jointe à la
haine ancienne des Grecs et des Latins, rendit cette séparation
facile. Depuis cette séparation, et il faudrait remonter jusqu'au
cinquième siècle pour en trouver les premiers germes, les conciles
assemblés successivement ne cessèrent de discuter.[28]

              [Note 28: Le clergé grec est aujourd'hui
              très-ignorant, et quelques rares ministres de ce clergé
              seraient en état de discuter les questions de dogmes.

              On pourra se faire une idée des griefs que lui
              reprochent ses adversaires en lisant _l'Église
              orientale_, par _Jacques Pitzyipios_, _Rome_, _impr. de
              la Propagande_, 1855. La vraie dissidence, la seule, est
              la _suprématie du pape_; c'est elle qui a séparé, qui
              sépare et qui probablement séparera toujours les deux
              Églises.]

Les excommunications volaient de Rome à Constantinople et de
Constantinople à Rome. En 845, Nicolas excommunie Photius, Photius
excommunie Nicolas. Deux cents ans après, le pape lance de nouvelles
foudres contre Cerularius; Cerularius riposte par un anathème. Après
le sac de Constantinople par les croisés en 1204, Innocent III écrit:
«Dieu voulant consoler son Église a fait passer l'empire des Grecs
superbéissants aux Latins humbles, superstitieux et désobles, pieux,
catholiques et soumis.»

De ce jour les deux Églises sont devenues irréconciliables, et voici
ce que dit à cet égard une autorité qu'on ne peut accuser de
partialité pour les Grecs, l'abbé Fleury. «Deux raisons spécieuses,
dit-il, engagèrent Innocent III à approuver les croisés. D'un côté on
disait: Ce sont les Grecs qui ont le plus nui au succès des
croisades.» D'ailleurs on disait: «Ce sont des schismatiques obstinés,
des enfants de l'Église révoltés contre elle depuis plusieurs siècles
qui méritent d'être châtiés. Si la crainte de nos armes les ramène à
leur devoir, à la bonne heure, sinon il faut les exterminer et
repeupler le pays de catholiques.» Mais on se trompa. La conquête de
Constantinople attira la perte de la Terre-Sainte et rendit le schisme
des Grecs irréconciliable. Cette conquête et les guerres qu'elle
attira ébranlèrent tellement l'empire grec qu'elles donnèrent occasion
aux Turcs de le renverser deux cents ans après.»

En effet, l'empire grec ne tarda pas à menacer ruine. Les empereurs
s'adressèrent à Rome pour avoir des secours contre les infidèles. Les
papes demandèrent l'union. Jean Paléologue alla à Rome et l'union fut
consacrée à Florence, mais consacrée entre les évêques; le peuple n'en
voulut pas et se souleva contre Jean à son retour dans Constantinople:
l'empire s'écroula en 1453.

Depuis cette époque les choses en sont au même point et rien ne fait
prévoir qu'elles doivent changer, car on entretient avec un grand
soin l'animosité de part et d'autre. J'ai entendu un missionnaire, qui
revenait d'Orient et devait être bien informé, parler des chrétiens
grecs à peu près comme s'il eût été question de Cafres ou de
Hottentots, et bon nombre de Grecs voient toujours dans les Latins les
pillards de 1204.

Le P. Nectarios était de ces derniers. Heureusement le soleil ne tarda
pas à se coucher et avec lui le vieillard et son monologue.

Le lendemain, pendant que nous étions occupés dans l'église à relever
les peintures de l'iconostase, un gros moine à l'encolure de buffle ne
cessait de passer et de repasser devant ces fresques en y apposant les
lèvres et faisant force signes de croix. Comme cet exercice se
prolongeait et ne laissait pas que d'être fort gênant, nous prîmes le
parti de le prier de remettre la suite de ses dévotions à un autre
moment; mais il nous répondit qu'il était tenu d'accomplir cette
pénitence pendant deux heures, et il reprit son manège. Je ne pus
savoir quelle faute lui avait valu cette punition.

Le 6 juin nous abordions au port de Lavra. Ce port est à l'extrémité
orientale de la montagne dominée par le couvent de ce nom. Nulle part
sur l'Athos il n'y a d'endroit plus sec. Le sol est crevassé et les
couches de rochers mises à nu par le vent de la mer. À l'époque
florissante des couvents, celui-ci était le premier, le plus vaste, le
plus peuplé et le plus riche. Il n'est plus aujourd'hui qu'en
troisième ligne. Ses longs portiques sont muets comme des tombeaux.
Les tours et les bastions tombent en décomposition, et ça et là, aux
galeries abandonnées pendent des touffes de lierre.

C'est à Lavra que débarqua notre habile peintre français Papety, en
1844. Il y fut assez mal accueilli, mais il s'en inquiéta peu et
releva, d'après Panselinos, les dessins que possède aujourd'hui le
Louvre. L'oeuvre du maître est en effet là dans toute sa splendeur,
oeuvre complète qui comprend presque tous les sujets de la Bible et la
vie de Jésus-Christ. Papety est le premier qui ait fait connaître ce
génie sublime d'un coin de terre ignoré.

[Illustration: Croix sculptée en bois dans le trésor de
Kariès.--Dessin de Thérond d'après une photographie.]

On peut faire à Lavra une étude complète de l'art byzantin par le
rapprochement intéressant des fresques de la Trapeza d'une époque
antérieure à Panselinos. À deux pas des compositions du maître au jet
ferme et grandiose, ces minces figures étroitement drapées s'enlèvent
sur un fond d'or avec une roideur toute académique[29]. Je me sers du
mot académique, n'en connaissant pas qui rende mieux ce fait de
l'inspiration maladroite de l'antique.

              [Note 29: Voy. page 128 une de ces fresques de la
              Trapeza, représentant les patriarches portant leur
              postérité.]

J'ai dit que ce qui me semblait avoir été merveilleusement compris par
les Byzantins est l'effet décoratif, effet rendu même alors que le
côté technique de l'art leur fait défaut. Les compositions de
Panselinos se recommandent surtout par le goût parfait qu'enseigne
l'étude de l'antique, et il est impossible d'imaginer quelque chose de
plus simple et de plus sûr que la décoration du Catholicon de Lavra;
la facilité d'invention et le calme des ligues sont tels que
l'ensemble paraît tout d'abord froid à nos yeux habitués aux
raccourcis savants et aux perspectives puissantes des peintres de
Venise, mais on ne tarde pas à se familiariser avec cette sobriété, et
l'ordonnance générale paraît si complètement entendue qu'on est tenté
de croire que Panselinos fut en même temps le peintre et l'architecte.
La disposition des basiliques byzantines se prête du reste on ne peut
mieux à la décoration. (En France on connaît peu l'architecture
byzantine, et je ne crois pas qu'il y ait de monuments autres que les
églises de Souillac et de Périgueux qui soient purement de ce
style[30], qu'on a confondu souvent avec le style roman. Celui-ci a en
effet accolé à ses réminiscences romaines des emprunts faits aux
Byzantins. Sans entrer dans les différences de détails, les églises du
style roman cherchent dans leurs plans des proportions symétriques qui
n'existent pas dans les basiliques byzantines. Dans ces dernières, au
contraire, la partie circulaire surmontée de la coupole principale
était très-développée comparativement au reste de l'édifice, ce qui du
centre permet à l'oeil une libre circulation dans toutes les parties.)

              [Note 30: De Salonique au mont Athos, on peut suivre
              l'architecture byzantine dans ses transformations,
              depuis la forme allongée jusqu'à la disposition en croix
              grecque adoptée sous Justinien, et appelée [Grec:
              gammada]: la combinaison des quatre gamma donne le
              chiffre trois, et rappelle ainsi la Trinité.

              Ce dernier plan n'a pas subi de modifications bien
              sensibles, et les moines architectes le copient
              fidèlement aujourd'hui.]

[Illustration: Coffret dans le trésor de Kariès.--Dessin de Thérond
d'après une photographie.]

À Lavra, Panselinos a suivi le même ordre de décoration qu'à l'église
de Kariès; mais la pluie n'a respecté qu'une faible partie de l'oeuvre
du maître dans le Catholicon de Kariès, resté découvert pendant
soixante-dix ans. De grandes figures à mi-corps occupent la base des
murs et sont séparées des figures de la voûte par une suite de
compositions de dimensions moins grandes. Voici l'ordre: au fond de la
grande coupole, le Christ; au-dessous, les anges, archanges et
chérubins; à gauche en regardant le choeur: Jésus devant Pilate, la
Passion (admirable composition divisée en trois parties) et la
Résurrection; au-dessous et au-dessus de la bande d'émaux qui sur
monte les stalles, les saints guerriers martyrs, saint Georges, saint
Démétrius, saint Procope, saint Théodore et saint Mercure (reproduits
par Papety); à droite, Jésus devant les docteurs, le Massacre des
innocents, l'Entrée de Jésus-Christ à Jérusalem et l'Annonciation;
au-dessus de la porte du narthex, la Mort de la Vierge.

Devant les portes de bronze du narthex, données par Nicéphore Phocas,
s'élève sur de minces colonnettes, le baptistère appelé chez les Grecs
la _phiale_[31]. Sur le bord du bassin, à côté de deux lions
d'exécution médiocre, destinés à soutenir les cierges, des groupes
d'oiseaux sculptés dans le marbre boivent au vase sacré, image de la
communion. À la voûte est peinte la Vierge avec ce monogramme: [Grec:
hê Zôodochos Pêgê], la source qui donne la vie, et sur un des
pendentifs, saint Athanase frappant un rocher d'où jaillit une source.
Ce fait se rapporte à la légende suivante: pendant que saint Athanase
construisait le monastère de Lavra les envoyés de Satan desséchèrent
les cours d'eau: le saint s'adressa à la Vierge sa protectrice, qui
lui remit une baguette en fer et lui ordonna d'en frapper un rocher.
On montre la baguette dans le _diaconicon_ et la source à quelques pas
du monastère. Dans les nombreux miracles que les caloyers attribuent à
saint Athanase, la force musculaire joue un grand rôle, et les
légendes cessent d'être aussi miraculeuses quand on voit les tibias
énormes du saint précieusement conservés dans une châsse d'un travail
exquis.

              [Note 31: Cette fontaine est appelée par Eusèbe
              basilicæ lavacrum. C'est là que les premiers chrétiens
              faisaient les ablutions exigées avant d'entrer dans le
              temple, usage conservé par Mahomet dans le Koran. Cette
              fontaine servait aussi de baptistère et était séparée de
              l'église, comme cela se voit encore dans certaines
              villes de l'Italie. La veille de l'Épiphanie on y fait
              la bénédiction solennelle de l'eau en mémoire du baptême
              de Jésus-Christ.]

Le président du conseil des Épitropes, le P. Melchisédek, nous
montrait les reliques et les richesses du trésor avec un certain
orgueil, car Lavra est toujours resté le couvent le plus riche en
ornements de tout l'Athos. Il serait très-long d'énumérer ici les
reliquaires, les croix, les ostensoirs qu'on nous fit passer devant
les yeux. Je citerai seulement un tabernacle en or avec émaux
champlevés reproduisant une basilique. Ce tabernacle ne sort de
l'église qu'aux jours de grandes fêtes. On voulut bien nous laisser
reproduire au soleil ce chef-d'oeuvre, preuve de confiance que je
devais à une consultation médicale, couronnée d'un plein succès. Les
moines vivent dans la plus complète ignorance de la médecine et des
médecins, ce qui ne les empêche pas de passer souvent la centaine:
quelques-uns diraient que c'est là la raison. À notre arrivée dans le
couvent, la communauté, qui relevait d'un long jeûne au caviar et aux
olives, avait les yeux caves, le faciès mauvais, le pouls irrégulier
et l'humeur maussade: une distribution générale de calomel fit
merveille et le lendemain chacun avait le teint rose et frais, le
sourire facile et la repartie joyeuse; on nous eût, je crois, si nous
l'avions demandé, donné le monastère, avec d'autant moins de regret
qu'il a l'air de peser sur les épaules de ces pauvres moines. Tout
autour de cette trop vaste habitation, ils ont élevé des skites et des
cellules où ils se tiennent le plus habituellement. Rien n'est joli
comme ce paysage rajeuni, où les sentiers tournoient dans des plants
bien cultivés, coupés de cours d'eau.

Depuis que nous avions mis le pied sur l'Athos et que nous allions de
couvent en couvent, nous endormant chaque soir derrière les
ponts-levis au milieu du lugubre peuple des moines, il nous semblait
que nous voyagions en plein moyen âge: à Lavra nous trouvions
l'Europe. La vieille foi de l'Orient est malade un peu partout, elle
se meurt dans le monastère Saint-Athanase. C'était un couvent de
cénobites, c'est aujourd'hui un couvent libre, dans trente ans ce ne
sera plus un couvent: les moines s'ennuient. Ils ne lisent plus les
vieux préceptes gravés sur les murs; ils racontent les miracles d'un
air de doute, regardent au loin les bateaux à vapeur passer dans la
brume de l'horizon et vont plus volontiers à Constantinople qu'en
pèlerinage à Sainte-Anne sur la cime de la montagne.

J'ai dit que l'Athos avait 2066 mètres d'élévation. Au-dessous de la
région neigeuse est construite la chapelle Sainte-Anne où les moines
vont chaque année, au mois d'août, adresser des prières à la Vierge.

L'Athos[32] a cela de commun avec les autres montagnes qu'il est
très-fatigant d'y monter et qu'une fois en haut on n'y voit rien, que
les images en relief de la chapelle Sainte-Anne..., chose
extraordinaire, au milieu de la chrétienté grecque qui ne les tolère
pas ordinairement, mais spectacle assez commun en toute autre partie
du globe.

              [Note 32: C'est dans cette partie élevée de l'Athos
              où se trouve la chapelle Sainte-Anne, que le sculpteur
              Demophile voulait tailler une statue gigantesque
              d'Alexandre tenant d'une main une ville et de l'autre la
              source d'un torrent.]

La conservation de ces bas-reliefs se rattache à la querelle des
iconoclastes. Le culte des images depuis longtemps proscrit par les
évêques d'Égypte, qui voyaient ainsi un moyen de faire disparaître les
idoles, fut interdit en Orient par Léon l'Isaurien. Pendant l'été de
l'année 726, indiction neuvième, dit Théophane dans ses _Annales_, il
sortit une épaisse fumée, comme d'une fournaise ardente, entre les
îles de Thera et Theresia de l'Archipel; la mer, s'élevant à gros
bouillons, jeta quantité de pierres ponces de tous côtés, sur les
terres voisines d'Asie et d'Europe, et il parut une île nouvelle près
de l'île d'Hiera. Quoique de pareils accidents arrivent de temps en
temps, l'empereur Léon prit celui-ci pour un prodige et pour marque de
la colère de Dieu irrité de l'honneur qu'on rendait aux images. Car il
s'était mis dans l'esprit que c'était une idolâtrie. Donc, après la
dixième année de son règne, l'an de J. C. 727, ayant assemblé le
peuple, il dit publiquement que faire des images était un acte
d'idolâtrie; et que par conséquent on ne devait pas les adorer. Ce fut
là l'origine de la querelle[33]. Saint Jean de Damas fut un des
défenseurs les plus ardents du culte des images. Les empereurs
persécutèrent ceux qui tenaient pour Jean. Constantin Copronyme
ordonna que les églises fussent blanchies à la chaux, et assembla un
concile qui condamna les idolâtres. En 787, le concile de Nicée
condamna à son tour ces puritains, mais la querelle continua jusqu'en
842. Cette année, mourut l'empereur Théophile, laissant l'empire à son
fils Michel sous la tutelle de Théodora Despuna. Théodora éleva au
patriarcat Méthodius, défenseur des images, et la nuit du premier
dimanche de carême les images furent rétablies solennellement. On
nomma cette fête la fête de l'Orthodoxie, et l'Église grecque prit
alors le nom d'Église orthodoxe. Depuis cette époque on célèbre ce
même jour chaque année. On y chante à l'office de la nuit un hymne du
confesseur Théophane de Jérusalem, en récompense de ses souffrances,
et on y lit une légende qui contient l'histoire de l'hérésie des
iconoclastes, mêlée de quelques fables.

              [Note 33: Cette même querelle s'est produite depuis
              chez les Albigeois, les Hussites, les réformés et les
              Vaudois.]

Les statues et images en relief restèrent cependant proscrites à cause
de leur ressemblance avec les idoles, et dans aucune église grecque on
ne trouve de statues, excepté à la chapelle de Sainte-Anne. Les moines
donnent pour raison de cette infraction à la règle la fréquence des
orages qui n'a permis de conserver sur ce pic élevé que des images en
bronze.

Malgré le désir qu'avait le P. Melchisédek de nous retenir à Lavra,
nous en partîmes le 14 juin. Ce jour-là la chaleur était accablante;
aucun souffle n'agitait l'air et les ambres semblaient clouées sur le
sol. Les deux caloyers, qui devaient nous conduire en barque jusqu'au
couvent de Pantocrator, montraient du doigt le ciel avec un hochement
de tête qui ne présageait rien de bon. Il n'y avait pas une heure en
effet que nous étions partis que les nuages envahirent le ciel, la mer
devint livide et le vent hésitant fit battre la voile le long du mât.
Les moines gémissaient disant que nous serions punis de notre
imprudence; mais il était trop tard pour se plaindre: il eût été en ce
moment dangereux de chercher la côte qui présentait une muraille
inaccessible de rochers: chacun fit donc force de rames; une
demi-clarté tombait encore sur la foule pressée des vagues et
permettait de se diriger; mais l'obscurité ne tarda pas à devenir
complète, et l'orage éclata avec un fracas épouvantable au-dessus de
nos têtes; la bourrasque, augmentant de violence, arrivait par rafales
furibondes qui nous faisaient croire à chaque instant que nous allions
chavirer.

.... Enfin, à neuf heures, nous arrivâmes devant le couvent de
Pantocrator, mouillés, autant qu'on peut l'être, d'un mélange de l'eau
de la mer et de l'eau du ciel, mais beaucoup plus de la première qui
avait enlevé toute la partie supérieure d'un bordage et fort endommagé
le gouvernail. On cria dans le couvent au miracle et nous vîmes le
moment où on allait canoniser, séance tenante, les deux caloyers; car
il est bien entendu que nous autres n'étions pour rien en cette
affaire miraculeuse. Ce qu'on fit de plus sage fut de nous donner à
chacun une bonne houppelande fourrée dans laquelle nous dînâmes, avec
cette béatitude qu'on éprouve quand le vent mugit au dehors et qu'on
est au dedans chaudement attablé avec de gais compagnons.

Ayant l'intention de revenir plus tard à Pantocrator, nous demandâmes
aux Épitropes des mulets pour gagner Vatopédi dès le lendemain.
Vatopédi est à trois quarts de lieue de Pantocrator.

Il était encore de bonne heure quand nous partîmes; la brume du matin
était à peine transparente: les abeilles bourdonnaient dans l'herbe
humide encore de l'orage de la veille et les papillons séchaient leurs
couleurs éclatantes aux premiers rayons du soleil. Les moines
circulent si rarement sur la montagne que les oiseaux peu habitués à
voir des êtres de notre espèce, se penchaient curieusement sur les
branches, et rien n'était plus gai que cette petite troupe sautant
sans frayeur de branche en branche en secouant les dernières
gouttelettes de rosée. Après deux heures de marche apparut, derrière
un rideau de platanes, la face grisâtre du couvent.

Au-dessus de la porte d'entrée, trois moines grimpés sur un
échafaudage, peignaient à fresque la muraille extérieure. L'un d'eux
se retourna, c'était notre hôte, l'archimandrite Anthimès. L'occasion
était trop belle pour la manquer, et nous nous mîmes en observation
devant les trois peintres, qui en une heure achevèrent plus de deux
mètres carrés de peinture avec une merveilleuse facilité. Voici
comment ils procèdent. Ils revêtent le mur mis à nu d'une couche égale
de chaux et de paille hachée menu et ne couvrent que ce qu'ils peuvent
achever dans la journée. Cet enduit bien étalé, le maître mesure à
l'aide d'un compas fait de deux morceaux de roseau la place que doit
occuper chaque figure; puis, avec du brun rouge délayé dans la colle
de poisson, il indique les contours; l'élève alors remplit ces lignes
d'un ton plat sur lequel le maître relève les lumières et accuse les
ombres: l'ombre toujours répartie également sur les côtés et la
lumière au centre. Après l'indication générale des figures par teintes
plates, l'ensemble n'est pas désagréable à l'oeil; mais, à mesure que
le peintre indique les détails et pose brutalement ses lumières,
l'aspect devient heurté et criard. Cela tient, comme je l'ai dit, au
sentiment peu artistique qui les guide, car les procédés que leur a
transmis la tradition sont excellents.

Ces fresques représentaient les saints philosophes parmi lesquels
Selon, Aristote, Sophocle et Platon: hommage à la philosophie païenne
qu'on rencontre fréquemment dans les églises du rite grec.

Vatopédi n'est qu'un amas de toits ternes, de coupoles bronzées et de
tours dentelées, entassement prétentieux que fait paraître mesquin le
voisinage des hardis escarpements de la montagne. Sa situation est
privilégiée. Placé au bord de la mer dans une gorge abritée des vents
du midi par de hautes forêts, l'air y est le soir assez frais et le
soleil vient égayer ses cours plus vastes que celles des autres
couvents. Cet établissement est le plus peuplé de la montagne, par
conséquent celui dont les environs sont les plus cultivés. Il ne
faudrait pas croire cependant pour cela que les moines soient
très-exigeants envers le sol qui donne à pleines mains tout ce qu'on
lui demande. Quand les pentes ne sont pas trop roides, ils y montent
et ensemencent; ailleurs ils laissent venir les arbres selon leur
caprice, cueillent les fruits qui pendent aux branches basses et
mangent les autres quand ils tombent.

[Illustration: Peinture de la trapeza de Lavra: Les trois
patriarches.--Dessin de Thérond d'après une photographie.]

À la fondation de ce monastère se rattache une anecdote qui, selon
toute apparence, n'est qu'une fable. Les fils de Théodose, Arcadius et
Honorius, venaient de Naples à Constantinople avec leur mère quand ils
furent, à la hauteur d'Imbros, assaillis par une tempête. Arcadius
tomba à la mer et fut retrouvé par les ermites du mont Athos couché
sur une touffe de framboisier ([Grec: batos], framboisier). Les
ermites reconnaissant à la beauté de l'enfant son origine royale, le
portèrent à Constantinople, et, lorsque Arcadius succéda à son père,
il fit élever, à l'endroit même où il avait été poussé par la mer, un
couvent auquel il donna le nom de Vatopédi (de [Grec: batos],
framboisier; [Grec: paidion], enfant).

                                        A. PROUST.

(_La suite à la prochaine livraison._)

[Illustration: MONT ATHOS.--La confession.--Dessin de Bida.]



LE TOUR DU MONDE.

VOYAGE AU MONT ATHOS,

PAR M. A. PROUST[34].

              [Note 34: Suite et fin.--Voy. pages 103 et 113.]

1858.--INÉDIT.

     La légende d'Arcadius. -- Le pappas de Smyrne. --
     Esphigmenou. -- Théodose le jeune. -- L'ex-patriarche
     Anthymos et l'Église grecque. -- L'isthme de l'Athos et
     Xerxès. -- Les monastères bulgares, Kiliandari et Zographos.
     -- La légende du peintre. -- Beauté du paysage. --
     Castamoniti. -- Une femme au mont Athos.


On nous cite une autre légende qui veut que le monastère de Vatopédi
ait été fondé par un prince de Blakie et, chose assez singulière, un
prince catholique. Ce qui le ferait croire, c'est que le couvent de
Vatopédi a longtemps reçu des secours de Rome et que, dans un vieux
pan de murailles est encastré un petit bas-relief représentant cette
dotation à la Vierge par le prince.

L'école de théologie qu'y fondèrent au siècle dernier Eugène Boulgaris
et Nicéphore Théodoxis donna à ce couvent une grande importance: les
églises y sont nombreuses; le catholicon, placé contre l'ordinaire à
un des angles de la cour principale, est orné de fresques de
Panselinos malheureusement retouchées; il y a quelques belles
mosaïques[35] et entre autres un _tétramorphe_ très-bien conservé. (Le
tétramorphe est la réunion en un seul corps des quatre attributs des
évangélistes: l'ange de Saint Matthieu, l'aigle de saint Jean, le
livre de saint Marc et le boeuf de saint Luc, groupés sur un corps
humain ailé.) J'ai parlé de cette méthode symbolique pratiquée souvent
par les Byzantins: la source divisée en trois ruisseaux par exemple,
ou le soleil, sa lumière et son rayon, figurant la Trinité. Cet usage
répandu dans toutes les religions d'Orient vient des prophètes de la
Judée qui voyaient, dans l'arche d'alliance, la verge d'Aaron et
l'urne de la manne, les symboles de la Sainte Vierge; dans le serpent
d'airain, Jésus-Christ en croix, et dans la mer et la nuée, le
baptême.

              [Note 35: Il est intéressant, dit M. Didron, dans
              son _Iconographie_, de constater que la mosaïque est
              byzantine et chrétienne. D'après la chronique arabe du
              patriarche Eutichius, les musulmans trouvèrent l'église
              de Bethléem, église élevée par sainte Hélène, ornée de
              _fsefya_. Edrisi, dans sa description de la mosquée de
              Cordoue, affirme que l'enduit qui recouvre encore les
              murs de la Kibla fut envoyé de Constantinople vers le
              milieu du dixième siècle à Abdérame III par l'empereur
              romain. Les Grecs appellent encore aujourd'hui la
              mosaïque [Grec: psêphois] (psephises).]

Les Grecs qui viennent en pèlerinage à la Sainte-Montagne (pèlerinage
que tout bon orthodoxe doit faire une fois en sa vie) débarquent à
Vatopédi, que son commerce de bois met plus souvent en rapport avec
les villes de l'Asie que les autres couvents. Un pappas de Smyrne, qui
était allé à Kariès faire viser ses papiers, nous demanda de se
joindre à nous pour visiter les couvents. Il voyageait avec ses deux
fils: le plus jeune avait ces grands traits empreints de noblesse et
de mélancolie que les habitants de l'Asie ont conservés plus purs que
les Grecs de l'Attique, et portait la tête fièrement emmanchée sur le
col avec un air de conviction qu'elle lui appartenait, tandis que
nous, occidentaux civilisés, serrons la nôtre tellement dans des
cravates et l'enfonçons si profondément dans nos habits qu'il semble
que nous ayons peur de la perdre.

[Illustration: Bas-relief du couvent de Vatopédi.--D'après le dessin
de M. A. Proust.]

Un jour que nous allions visiter un skite à peu de distance du couvent
et que ces pèlerins marchaient devant nous, je remarquai combien ils
se fondent harmonieusement dans le paysage. Les chauds rayons du
soleil ont déteint sur leur fontanelle jaunie et adouci les couleurs
trop vives de leurs vêtements. Dans les pays du nord, quand la foule
s'éparpille au grand air un dimanche d'été, elle a revêtu sa chemise
reblanchie, ses souliers revernis et son chapeau aux reflets luisants;
alors, sur la verdure mate, le soleil s'accroche à tous ces êtres
comme à des paillettes d'or, et on croit entendre comme le bizarre
concert de fausses notes dans la pastorale de Beethoven. Ils font fuir
les oiseaux et mettre les boeufs en fureur, et cependant ils ont
raison et contre les boeufs et contre les oiseaux; car c'est un besoin
sous notre ciel gris d'attirer sur nos bottes et notre chapeau un
rayon de la lumière avare. Sous ce ciel d'Orient, au contraire, le
soleil est ardent, la végétation vigoureuse, et il semble qu'on
respire la santé dans l'air: les ermites de l'Athos ont vraiment un
grand mérite à ne pas devenir épicuriens. Du reste, le skite que nous
visitons ce jour-là ne ressemblait en rien à une trappe; ses habitants
tissaient des chemises en chantant, au bord d'un torrent empourpré de
lauriers-roses, et leur face réjouie, leurs larges épaules, leurs
mains noueuses disaient assez: «Frère, il faut vivre et longtemps
louer Dieu qui nous a faits si robustes sur un sol si prodigue.»

À quelques jours de là nous quittions Vatopédi avec le pappas, ses
deux fils et l'higoumène d'Esphigmenou, qui rejoignait son couvent.

Ce dernier monastère est presque entièrement neuf, réédifié il y a peu
d'années. On l'appelle Esphigmenou parce qu'il est placé dans une
vallée étroite ([Grec: sphingô], étrangler). Il a été dédié à Siméon
par Théodose le Jeune et sa soeur Pulchérie; Théodose est le saint
Louis des Byzantins. Son palais était tenu comme un monastère, dit
Théodoret; il se levait de grand matin pour chanter, avec ses soeurs,
à deux choeurs les louanges de Dieu; il jeûnait souvent, souffrait
patiemment le chaud et le froid et ne tenait rien de la mollesse d'un
prince né dans la pourpre. Si quelque criminel était condamné à mort,
il lui donnait sa grâce, car, disait-il, il est bien aisé de faire
mourir un homme, mais il n'y a que Dieu qui puisse le ressusciter.»
Les moines honorent beaucoup Théodose parce qu'il les craignait. «Un
jour, racontent-ils, un moine à qui il avait refusé une grâce
l'excommunia; l'empereur, qui allait prendre son repas, dit qu'il ne
mangerait point qu'il ne fût absous. Un évêque lui dit qu'il le
déclarait absous; mais Théodose ne voulut rien prendre avant qu'on eût
recherché le moine et qu'il l'eût rétabli dans la communion.»

C'est à Esphigmenou que s'est retiré le patriarche Anthymos[36] qui a
précédé le patriarche actuel sur le trône de Constantinople. Il n'est
pas sans utilité de donner ici quelques détails sur ce qu'est un
patriarche de Constantinople depuis 1453. Lorsque Mahomet II cherchait
à s'emparer de Constantinople, l'empereur Constantin s'adressa à Rome
pour en avoir des secours. Une partie du haut clergé grec, qui
craignait par l'union proposée avec l'Église romaine que son
importance ne diminuât, se rangea sous la bannière d'un mécontent, le
moine Georges Scholarius Genadius. Genadius s'entendit-il secrètement
avec Mahomet II? Quelques historiens l'affirment, mais rien ne le
prouve positivement, et il vaut mieux croire que le moine, après
l'entrée des Turcs dans la ville, réclama simplement du vainqueur le
poste de patriarche pour sauvegarder les intérêts des vaincus. Quoi
qu'il en soit, Mahomet II revêtit Genadius, non-seulement de
l'autorité spirituelle sur ses coreligionnaires, mais encore de
l'autorité civile et judiciaire, et le proclama chef de la nation
grecque, en sorte que le patriarche oecuménique de Constantinople est
depuis cette époque juge souverain des affaires civiles et
religieuses: c'est lui qui juge les procès, fait et défait les
mariages, lève les impôts, vend les indulgences (diavatirion) et
prélève des droits sur les objets en litige. Il est vrai qu'il a de
lourdes charges envers la Porte et que son élection lui coûte cher;
mais si le pallium se vend à l'encan, c'est le raïa qui paye les
enchères. On peut se faire une idée de la fréquence des élections, si
l'on songe qu'il suffit pour destituer un patriarche d'une simple
demande du synode des archevêques, qui tous désirent la place. Il n'y
a pas aujourd'hui dans les couvents grecs moins de six patriarches
destitués. Ces personnages, revêtus de pouvoirs aussi étendus sur la
nation grecque, pouvaient faire beaucoup pour elle: ils n'ont rien
fait que la tenir étroitement liée par le malheur et l'oppression. Que
la puissance patriarcale soit entre les mains de Pierre ou de Paul,
cela s'appelle toujours abus et despotisme[37]. Anthymos passe pour
être dévoué à la Russie; cela est possible, et on trouve de nombreux
exemples de ce dévouement dans l'aristocratie des couvents de l'Athos.
Les czars veulent-ils prendre Constantinople et rêvent-ils l'unité de
ces deux éléments, les Slaves et les Grecs? Les Anglais disent _oui_;
les Russes disent _non_. En admettant pour un instant la première de
ces hypothèses, le clergé grec s'entendra-t-il avec le conquérant
russe comme avec Mahomet II? Cela n'est pas probable, car ce qu'il
veut, comme toutes les puissances théocratiques, c'est l'État dans
l'État, et Pétersbourg ne semble pas favorable à ce principe. En
outre, il est permis de douter que le bon sens du peuple grec qui voit
plus clair dans les affaires de son clergé depuis quelques années, et
la partie même de ce clergé qui est vraiment nationale, permettent à
ces quelques dignitaires utopistes de perpétuer un système dont notre
siècle a fait justice et de _boyardiser_ une nation[38] qui a prouvé
qu'elle était digne d'être libre.

              [Note 36: Les patriarches déposés se retirent dans
              les couvents, comme autrefois les empereurs détrônés.
              Jean Cantacuzène se retira ainsi au couvent de Vatopédi
              et y vécut de longues années sous le nom de P. Joasaph.]

              [Note 37: Plusieurs patriarches, le P. Constantius
              entre autres, retiré aujourd'hui à Chalkis, sont
              respectables à tous les titres et pour leur science et
              pour leur intégrité; mais la surveillance du synode et
              les exigences de la Porte, auprès de laquelle ils ont
              compromis leur indépendance par les abus simoniaques des
              élections, les rendent impuissants à faire le bien.

              En 1821, le patriarche Grégoire était contraint
              d'excommunier la cause pour laquelle il versait son sang
              quelques mois plus tard.]

              [Note 38: Par peuple grec, j'entends désigner,
              non-seulement le royaume de Grèce, mais encore la
              population intelligente de la Turquie d'Europe et du
              littoral de l'Asie. Le Grec de la Grèce, que l'Europe a
              jugée très-sévèrement, parce qu'après quatre siècles de
              servitude elle n'est pas arrivée à un degré de
              civilisation immédiate et qu'elle n'a pas encore produit
              de nouveau des Homère, des Phydias, des Sophocle ou des
              Aristide, n'est qu'une très-petite partie de la grande
              nation]

Anthymos, qui avait été déjà appelé deux fois au patriarcat, était au
couvent d'Esphigmenou entouré d'un grand respect par les autres
caloyers.

Le 23 juin, nous pliâmes bagages et envoyâmes chercher le pappas, qui
passait avec ses deux fils tout son temps à l'église. Notre pèlerin
était de très-bonne composition, toujours disposé à partir ou à
rester. Je lui dis que nous allions le soir coucher à Kiliandari, et
il monta sur son mulet. Il eût aussi bien été à l'occident qu'à
l'orient, peu lui importait, pourvu qu'il allât coucher dans un
monastère.

La vallée étroite qui remonte à Kiliandari cesse d'être une gorge au
bout de quelques cents mètres, s'élargit à mesure qu'on avance et
arrive à une petite plaine basse, jaunie de mousse et hérissée de
rochers. Cette plaine est l'isthme que fit entailler Xerxès. Je ne
tenterai pas de prouver le plus ou le moins de probabilité du
percement. Juvénal y croyait peu:

            «Creditur olim
  Velificatus Athos, et quidquid Græcia mendax
            Audet in historia.»

  (J., _Sat._, _X_, v. 173.)

Belon n'y croit pas.

Choiseul-Gouffier se livre à ce sujet à un calcul assez compliqué,
d'où il résulte qu'il aurait fallu à Xerxès soixante-deux mille
journées d'ouvriers pour arriver à terminer ce canal. Voici le passage
d'Hérodote à cet égard, liv. VII, chap. XVI et suiv. (traduct.
Larcher.)--«On avait fait des préparatifs environ trois ans d'avance
pour percer le mont Athos, parce que dans la première expédition la
flotte des Perses avait essuyé une perte considérable en doublant
cette montagne. Il y avait des trirèmes à la rade d'Éléonte dans la
Chersonèse. De là partaient des détachements de tous les corps de
l'armée, que l'on contraignait à coups de fouet de percer le mont
Athos, et qui se succédaient les uns aux autres Les habitants de cette
montagne aidaient aussi à la percer. Bubarès, fils de Mégabyze, et
Artachès, fils d'Artée, tous deux Perses de nation, présidaient à cet
ouvrage....

«.... Voici comment on perça cette montagne: on aligna au cordeau le
terrain près de la ville de Sané, et les barbares le partagèrent par
nations. Lorsque le canal se trouva à une certaine profondeur, ceux
qui étaient au fond continuaient à creuser, les autres remettaient la
terre à ceux qui étaient sur les échelles; ceux-ci se le passaient de
main en main jusqu'à ce qu'on fût venu tout au haut du canal; alors
ces derniers le transportaient et le jetaient ailleurs. Les bords du
canal s'éboulèrent, excepté dans la partie confiée aux Phéniciens, et
donnèrent aux travailleurs une double peine....

«.... Xerxès, comme je le pense sur de forts indices, fit percer le
mont Athos par orgueil, pour faire montre de sa puissance, et pour en
laisser un monument. On aurait pu, sans autant de peine, transporter
les vaisseaux d'une mer à l'autre, par-dessus l'isthme; mais il aima
mieux faire creuser un canal de communication avec la mer, qui fût
assez large pour que deux trirèmes pussent y voguer de front.»

[Illustration: Albanais, soldat de la garde des Épistates.--Dessin de
Villevieille d'après M. A. Proust.]

Le percement de cet isthme large de 1200 mètres au plus serait
aujourd'hui très-facile, le sol n'étant élevé que de quelques pieds
au-dessus du niveau de la mer. On ne s'explique guère pourquoi Xerxès
entreprit ce travail qui ne lui épargnait qu'un trajet de 12 ou 13
lieues et le forçait quand même à aller passer à la pointe de l'Athos
pour doubler les caps Felice et Palliouri qui forment avec celui-ci
comme les trois dents d'une fourchette. Si l'on admet le percement, il
faut admettre la raison d'_orgueil_ qu'en donne Hérodote; la raison
d'utilité était nulle.

Kiliandari est à peu de distance en dedans de cet isthme à l'extrémité
de la montagne. Le porche qui sert d'entrée est sombre, mais
l'intérieur de la cour avec son double rang d'arcades superposées a un
air de propreté et d'animation qui réjouit. La marqueterie en briques
du catholicon contribue à égayer cet ensemble. Au-dessus des murailles
la montagne développe sa ligne verte et les arbres se penchent jusque
sur les toits. Ce tableau heureux de lignes est sans doute fort beau,
mais à la longue ces montagnes deviennent étouffantes et on voudrait
pour beaucoup un de ces plats horizons de nos plaines au bout d'une
route droite comme un I qui laisse voir au loin le clocher du village
coiffé de son bonnet d'ardoise.

Les moines de Kiliandari, Serbes et Bulgares, ont un vêtement plus
sombre que celui des caloyers grecs, mais qui toujours, à une faible
nuance près, a l'apparence du feutre usé: leurs mains, leurs visages,
prennent sous l'ardeur du soleil cette même teinte, et je me
surprenais parfois contemplant avec admiration le pantalon de Nankin
de Schrany dont le jaune d'or rompait un peu la monotonie du ton
général.

[Illustration: Vue du couvent d'Esphigmenou.--Dessin de Karl Girardet
d'après une photographie.]

Les Bulgares, peuple tranquille et laborieux, forment une branche de
la famille slave, répandue dans le nord de la Turquie d'Europe; les
Serbes habitent la principauté de Servie, la Bosnie, l'Herzégovine et
le Monténégro. Bien qu'ils aient une langue particulière, ils
célèbrent les offices en langue grecque. Longtemps ils ont possédé une
liturgie en esclavon: cette concession leur avait été faite par
Photius pour les empêcher d'écouter les propositions d'union que leur
faisaient les légats du pape en 865. Étienne Dunschan, roi de Servie,
déclara en 1351 les Serbes indépendants de l'Église grecque et nomma
patriarche le métropolitain de Servie, mais en 1737 le patriarche de
Constantinople obtint de la Porte la suppression de son rival et
depuis nomma les évêques. La langue grecque fut alors imposée dans les
églises[39].

              [Note 39: Les Bulgares sont en effet peu satisfaits
              des évêques grecs. À ce propos un catholique a dit: «Si
              les Grecs refusent l'union, nous ferons à Constantinople
              un empire latin en séparant les Bulgares du patriarche
              oecuménique. Quelques Bulgares, oui; tous les Bulgares,
              non. Ils sont Slaves et l'action russe est puissante sur
              eux. Les convertirait-on qu'on ne pourra établir un
              empire latin à Constantinople pas plus qu'on n'y
              établira un empire russe. Le Bulgare est le boeuf de la
              Turquie: c'est le Grec qui mène la charrue.»]

La bibliothèque de Kiliandari est riche en manuscrits slaves (M. de
Sévastiannoff y a fait de précieuses découvertes), et ses jardins
dédiés à saint Tryphon, patron des jardiniers, sont les mieux cultivés
de la montagne. Saint Sabbas est le fondateur de ce monastère. On
montre dans le catholicon ses reliques[40]. Devant le bêma, entre deux
cierges toujours allumés, est une Vierge peinte sur bois qu'on appelle
la [Grec: panagia tricherousa]. Cette image est chargée d'annulaires
et d'ex-voto. C'est par sa vertu, disent les moines, que Jean
Damascène, qui avait eu la main droite coupée par les iconoclastes,
vit renaître son bras mutilé.

              [Note 40: Je n'ai pas parlé dans le cours de ce
              récit des reliques nombreuses que conservent les
              couvents de l'Athos (morceaux de la vraie croix,
              fragments des vêtements de Jésus-Christ, etc.);
              nomenclature qui eût été trop longue.]

Les moines de Kiliandari sortent peu, travaillent toute la journée à
des travaux manuels ou restent dans leurs cellules à prier, et font
voeu de pauvreté dans la plus stricte acception du mot. Notre
Albanais, Ianni, tenait les couvents slaves en grand mépris, parce que
le vin n'y est pas bon et que ces cénobites sérieux n'ont jamais le
plus petit mot pour rire.

De Kiliandari à Zographos, le second couvent bulgare, le pays est
boisé de sapins. De ces arbres résineux s'échappait une odeur
aromatique qui faisait dire au pappas que de ce saint lieu s'exhalait
une odeur d'encens. D'un couvent à l'autre la distance est de quatre
milles au plus, mais le sentier se recourbe et revient si souvent sur
lui-même, qu'on fait plus du double pour atteindre le pic aigu où se
dresse Zographos à une hauteur prodigieuse.

Ce nom de Zographos a pour origine une légende poétique. Vers l'an
895, Léon le Sage fit élever un couvent au mont Athos et en confia la
décoration au plus habile peintre de la montagne. Le _maestro_ couvrit
en peu de temps les murs de fresques, mais arrivé à l'endroit où il
devait représenter saint Georges, son talent lui fit défaut, et jour
et nuit il travaillait et grattait sans cesse ce qu'il venait de
faire, ne pouvant arriver à un résultat qui le satisfit. Un matin,
qu'il revenait découragé à son travail, il vit dans le fond de
l'église au milieu d'un cadre étincelant d'or et de pierreries une
image si parfaite du saint, qu'il tomba la face contre terre et se mit
en prières. Un moine, qui entrait à ce moment, reconnut le saint
Georges pour l'avoir vu au Sinaï où il était en grande vénération.
Chacun s'émerveilla de ce miracle et le couvent prit le nom de
Zographos (couvent du peintre). Quelque temps après, le miracle ayant
été répandu dans tout l'empire, un moine du Sinaï vint à Athos et
s'approchant du saint, lui reprocha son infidélité en le menaçant du
poing. Saint Georges saisit la main du moine insolent et lui coupa le
doigt avec les dents.

Nous restâmes deux jours à Zographos non pas tant pour les
bibliothèques et les églises riches en manuscrits et en peintures, que
pour la splendeur du paysage. Placé, comme je l'ai dit, sur un pic
aigu, ce couvent semble avoir voulu atteindre le ciel et s'être arrêté
en chemin. Les hautes forêts qui l'entourent, baignées de torrents,
gardent leur fraîcheur sous le soleil brûlant; nul bruit ne trouble
cette solitude que le clapotement métronomique d'un moulin qui moud en
philosophe la maigre pitance des moines. La vue change à chaque
instant du jour. À midi, l'oeil suit les molles ondulations de la
montagne, compte les cônes et plonge jusque dans l'intensité des
ombres; le soir, sous la lumière décroissante, les bois se colorent
diversement, mais c'est surtout le matin que le spectacle est
admirable quand la vallée sort du brouillard comme une jeune fille qui
lève son voile. Cette comparaison était-elle venue à l'esprit du fils
aîné des pappas? Je ne sais; toujours est-il qu'il se confessait
souvent; mais je crois que c'était plutôt le péché d'envie qu'il avait
commis. On ne saurait en effet envier gîte mieux placé, et volontiers
on renverrait cette triste population de moines pour s'y établir. Il
est vrai qu'à y bien réfléchir on serait assez mal en ce nid d'aigle,
depuis qu'ayant perdu l'habitude de marcher pieds nus et de se vêtir
de peaux de bêtes, l'homme a lié son existence à celle d'un tailleur
et d'un bottier.

Le 27 juin nous redescendions vers la mer.

Castamoniti, où nous fîmes halte pendant la chaleur, est à peine un
couvent, un peu plus qu'un skite, quelque chose comme un petit hameau
vermoulu, perdu au milieu d'une forêt épaisse. Les caloyers nous
virent arriver chez eux d'un air surpris: les pèlerins viennent
rarement jusque-là, et ils ont grand tort; car rien n'est en même
temps plus sauvage et plus riant que ce petit coin. La nature y a
complaisamment disposé les racines en sièges commodes tapissés de
mousse; la vigne sauvage s'allonge en guirlandes et unit les arbres
l'un à l'autre, l'oranger au cyprès, le chêne à l'olivier, le mélèze
au platane; au-dessus, dans le feuillage, on entend une merveilleuse
musique, la musique amoureuse des oiseaux; les sources jaillissent
entre les rochers, et se mariant aux ruisseaux, créent de petits
torrents joyeux qui bondissent dans la vallée; d'un bord à l'autre les
fleurs étendent les unes vers les autres leurs larges feuilles
languissantes.... Tout enfin respire la vie et l'immortalité, et
semble dire à ces moines que leur règle est un non-sens; tout, jusqu'à
ces insectes qui par une cruelle raillerie campent avec leur famille
sur un poil argenté de leur barbe.

«Est-ce que jamais une femme n'a mis le pied sur la montagne? me
demandait lady Franklin.

--Une seule fois, milady, et c'était une de vos compatriotes, elle
débarqua sur le rivage devant Iveron; alors les simandres s'agitèrent,
les moines prièrent, les portes grincèrent sur leurs gonds et de la
plus haute tour le plus sage cria: _Vade retro, Satanas_, et elle
disparut. Mais depuis ce jour les higoumènes surprennent de jeunes
diacres beaux comme Adonis et pâles comme des statues de marbre
interrogeant du regard l'horizon....»


     Dokiarios. -- La secte des Palamites. -- Saint-Xénophon. --
     La pêche aux éponges. -- Retour à Kariès. -- Xiropotamos, le
     couvent du Fleuve-Sec. -- Départ de Daphné. -- Marino le
     chanteur.

Le soir nous arrivions au-dessus du couvent de Dokiarios sur la côte
occidentale. Il y avait plus d'un mois que nous n'avions vu coucher le
soleil: le jour baissait lentement et à travers la douce transparence
du crépuscule, les teintes se fondaient dans une nuance uniforme qui
ne laissait plus voir que le dessin largement accusé des masses
d'arbres et des agglomérations de rochers. Dans le ciel refroidi les
vapeurs du couchant s'amoncelaient et une troupe de nuages noirs et
lourds, se pressant en vain les uns contre les autres pour cacher le
soleil, prenaient les formes les plus grotesques et me rappelaient une
de ces conspirations obscures qui cherchent en vain à étouffer la
vérité. Quand le soleil fut éteint, le monastère brilla de mille
petites lueurs pâles, mais le chemin par lequel on y descend devint
fort sombre, et de plus, étroit, pavé de petites pierres roulantes,
rondes comme des pois, il était peu praticable. Un mulet tomba! il n'y
eut qu'un cri, nous crûmes nos clichés photographiques brisés...
C'était le pappas qui avait failli se rompre le cou. Fort heureusement
il était tombé sur la tête; mais son turban qui l'avait protégé,
s'était enfoncé jusqu'au-dessous du nez, en sorte qu'il avait la plus
singulière tournure du monde. Il criait qu'il était certainement mort,
et chacun de nous riait tellement que personne n'avait la force de lui
arracher son éteignoir. Quand les moines arrivèrent nous avions l'air
de jouer à colin-maillard: ils durent nous prendre pour une bande de
fous. On rassura le pappas, on lui promit une neuvaine et nous nous
mîmes à table.

Cassien dit, en parlant des moines d'Égypte, que Serène, les traitant
un dimanche, leur donna une sauce avec un peu d'huile et de sel frit,
trois olives, cinq pois chiches, deux prunes et chacun une figue. Ce
menu, que Cassien traite de douceurs peu ordinaires aux moines, eût
été en effet menu de festin à côté du souper qu'on nous servit à
Dokiarios. Nos provisions étaient épuisées; depuis douze jours nous
faisions le pilaf sur un vieil os de jambon qui avait perdu tout
parfum originel; jusque-là cependant l'ordinaire des couvents avait
été copieux sinon succulent; ce soir-là il était insuffisant. «Ces
hommes sont des saints, dit le pappas après le souper, on les a
accusés de gloutonnerie, Dieu voit leur abstinence.» À ce mot de
gloutonnerie nous fîmes tous un geste de surprise. Qui donc a pu
porter une telle accusation?... Le moine Barlaam.

Voici ce qu'était ce moine qui nous valait si maigre chère.

En 1339 vint à Salonique un moine appelé Barlaam, Catalan d'origine.
Après avoir étudié les Pères de l'Église grecque, il tint plusieurs
conférences où il tenta de réunir les deux Églises. En ce même temps,
il y avait au couvent de Dokiarios un caloyer appelé Grégoire Palamas
qui était un homme saint entre tous et disait avoir vu de ses yeux
l'essence divine.

Palamas fit de nombreux sectateurs qui comme lui prétendirent être
arrivés à l'état de sublime quiétude. Barlaam les nomma Omphalopsyques
(qui ont l'âme au nombril) et les accusa de renouveler l'hérésie des
Massaliens condamnés à Antioche vers la fin du quatrième siècle. À ce
reproche se joignit celui d'intempérance. La querelle s'étant
envenimée de part et d'autre, Barlaam demanda à l'empereur Andronic la
réunion d'un concile afin de convaincre les Athonites de leurs
erreurs. Ce concile se tint à Sainte-Sophie le onzième jour de juin
1341. L'empereur le présidait en personne. Barlaam fut condamné.
Palamas triomphant fit élever au siège patriarcal un de ses disciples
appelé Calliste, homme grossier et sans instruction. Mais cette
élection ayant créé un schisme dans l'Église grecque, Cantacuzène fut
forcé de congédier Calliste.

Il y a un fait certain, c'est que, comme nous l'avons éprouvé, le
reproche d'intempérance serait aujourd'hui très-mal fondé à l'égard
des caloyers de Dokiarios.

Dès le lendemain nous prenions une barque qui nous menait à
Saint-Xénophon. Nous y fûmes reçus par un vieux caloyer, originaire de
Corfou, qui avait fait la campagne d'Égypte et celles de Grèce de 1821
a 1829. Son corps était troué de balles, mais il ne s'en portait que
mieux, car la seule chose, avouait-il naïvement, qui le retint à la
terre était le désir de prendre sa revanche. Il nous montra dans le
catholicon construit nouvellement, quelques curiosités arrachées à
l'ancienne église: deux beaux fragments de mosaïque représentant saint
Georges, _l'honneur de la Cilicie_ (_Ciliciæ decus_), et saint
Démétrius, les restes d'un retable en bois sculpté et un ostensoir
émaillé. Ce dernier objet, de forme rectangulaire, est décoré de têtes
de saints sur un fond d'entrelacs et d'arabesques.

[Illustration: Intérieur de la cour principale du couvent slave de
Kiliandari.--Dessin de Lancelot d'après une photographie.]

Pendant notre inspection, on avait servi le dîner sur une des galeries
hautes qui dominent la mer. Le père cuisinier avait reçu sans doute
des instructions spéciales de notre vieux cicérone, car la table était
servie avec un luxe inaccoutumé. Sur une nappe rehaussée de pailletons
d'or et de franges de soie, telle qu'en brodent les femmes de
Calamatta, un plat de dorades parfumées au genièvre fumait au milieu
d'un rempart de figues, de pastèques et de raisins, vrais produits de
Chanaan. Le repas fut gai: le caloyer commença le récit de ses
campagnes et le pappas égrena son chapelet d'épithètes à la louange de
la Sainte-Montagne. Le vin de Santorin est bon quand il est dépouillé,
le vin de Ténédos ne lui cède en rien, mais celui de Corinthe leur est
certainement bien supérieur: ce fut l'avis général. Le caloyer en
était à sa cinquième campagne, et le pappas, à bout d'épithètes
terrestres, en empruntait au ciel et parlait du paradis à faire croire
qu'il en revenait. On allait attaquer une outre de vin de Chypre,
quand nous entendîmes sous la galerie un bruit mesuré de rames.
C'étaient des pêcheurs d'éponges qui exploraient la côte. Ce spectacle
coupa court à la joie générale; car on ne peut se figurer quel
horrible métier que celui de ces hommes. Nous en vîmes rester sous
l'eau plus d'une minute, reparaître et replonger encore, répétant cet
abominable exercice pendant plusieurs heures. Ces plongeurs ont
l'apparence de noyés; les yeux injectés de sang, les paupières
gonflées, les joues bleuies et les lèvres pâles comme celles des
morts. Sur le pont, deux hommes, enveloppés de larges mantes,
examinaient attentivement ce que rapportaient leurs limiers
amphibies...

[Illustration: La récolte des noisettes au mont Athos.--Dessin de
Villevieille d'après M. A. Proust.]

Le soir, le bon vieux père, qui ne voulait nous laisser ignorer rien
des distractions de son bienheureux séjour, nous mena à la pêche aux
flambeaux. Cette pêche est la même que celle qui se fait dans la baie
de Naples et sur certaines côtes de France. On allume un feu de bois
résineux à la tête d'une embarcation légère et on perce d'un trident,
les poissons que l'on surprend endormis. Pendant l'été, les caloyers
font cette pêche et salent pour l'hiver les poissons en très-grande
abondance sur cette côte.

Le lendemain, nous allâmes visiter les ruines du monastère
d'Archangelos: en allant là, nous rencontrâmes un grand nombre de
moines qui récoltaient les baies de lauriers dont ils fabriquent une
huile très-estimée par les Turcs, et les noisettes qu'ils transportent
à Constantinople.

À notre retour au couvent, nous nous séparâmes de notre compagnon le
pappas. Lui continuait sa route par le couvent russe; nous, nous
retournions à Kariès.

Après de nouvelles visites dans les couvents qui entourent la
capitale, dans les skites, les ermitages et les cellules, nous fîmes
dans les ateliers de gravures[41], une collection complète d'images
qui devait nous servir à l'iconologie de la Grèce; nous achetâmes des
chapelets, rosaires, cuillers en bois, kalimafki, chemises de laine
(les moines ne portent que celles-là) et bouteilles clissées à la
résine que fabriquent les ermites et qu'on vend chaque samedi au
marché de Kariès; puis nous reprîmes notre pèlerinage, nous dirigeant
vers le couvent du _Fleuve-Sec_ (Xiropotamos), placé au-dessus du
petit port de _Daphné_.

              [Note 41: Ces gravures anciennes sont sur cuivre. La
              lithographie a été introduite depuis peu de temps par
              les Russes.]

Nous étions au 1er juillet: les images du passé, ce commencement de
spleen, commençaient à nous assaillir. Les couvents de la côte
occidentale étaient peu intéressants: _Agios Pablos_, _Agios
Dyonisios_, _Agios Gregorios_ n'avaient, nous disait-on, que des
églises neuves, des peintures refaites et des bibliothèques vides.
_Simo-Petra_ (la Pierre de Simon) ne nous avait rien montré que sa
position hardie sur un rocher aigu. Nous prîmes le parti de rester à
Xiropotamos qui nous offrait de nombreux sujets d'études. Mais, malgré
la conversation savante du P. Calliste, un des épitropes les plus
instruits de la montagne, malgré les plaisanteries du P. Bimataris,
infortuné sans barbe, qui n'avait pas été élevé dans le Seraï, mais en
avait connu les exigences, malgré nos occupations de tous les jours,
malgré le plaisir de la chasse, malgré les douceurs de la pleine-eau
et les charmes de la pêche, les faces mornes de ces moines nous
semblaient ennuyées et ennuyeuses, et chaque nuit nous surprenait
causant des différents modes de suicide.

Un matin que nous étions allés attendre des chacals au gué, nous vîmes
paraître à l'horizon, à la pointe du cap Felice, la voile rayée d'une
tartane; elle eut longtemps l'air d'hésiter..., enfin elle mit le cap
sur Daphné....

Le 9, nous faisions voile pour Salonique.

Notre tartane était montée par trois hommes et un enfant.

Le patron, ancien corsaire, faisait par pénitence un commerce peu
lucratif avec les moines, espérant, par l'intercession de ces saints
personnages, se faire bien venir de la _Panagia_, leur protectrice. En
revanche, les bons pères le tenaient en grande estime et l'honoraient
d'une confiance toute particulière.

«Sous la conduite de Tsavellas, nous avait dit le P. Calliste, vous
pourrez dormir tranquilles.»

Cette promesse était au figuré, car les cancrelas, espèce hideuse,
promenant sur nos mains et notre visage leurs extrémités froides et
velues, firent de notre première nuit un long cauchemar.

Aux premières lueurs de l'aube, nous étions sur le pont, nous croyant
déjà dans le golfe Thermaïque, mais la fortune nous réservait de dures
épreuves: nous étions encore en vue de l'Athos, les voiles pendaient
immobiles le long des mâts, la mer était sans rides, et l'équipage
dormait profondément.

«Holà? Pallikari!» cria Voulgaris.

Personne ne bougea, à l'exception d'un des marins qui, se retournant
d'un autre côté, murmura en se rendormant cette complainte:

  Deux à deux les petits oiseaux
  Sur les branches de myrte
  Chantent doucement.
  Le ciel resplendit joyeux;
  Mais dans mon coeur pleure
  La douleur amère.

«Voilà, me dit Schrany, un écumeur de mer bien sentimental.

--Eh! Cortaki! qui t'a appris cette chanson?

--Qui m'a appris cette chanson? répéta le matelot eu se soulevant sur
le coude, c'est Marino.

--Qui? Marino?

--Marino le chanteur. Si vous avez été au couvent russe, effendi, vous
avez vu Marinetto. Ce doit être le plus beau de la montagne; c'était
le plus beau de Zante. Personne ne dansait mieux le _Romaïka_, et ne
tournait plus galamment un compliment à une jolie fille.

--Et pourquoi s'est-il fait moine, ce don Juan?

--Oh! cela est une triste histoire, mon maître. Marino aimait
Cortaïna, la perle de la rue des Roses, et Cortaïna aimait Marino;
mais un jour, Marinetto partit pour un lointain voyage, vers l'Arabie.

«Trois fois les champs refleurirent, trois fois le rossignol chanta,
Marino ne revenait pas.

«La première fois, Cortaïna commença à pâlir, la seconde fois elle se
mit à pleurer, la troisième fois elle se coucha.

«Un matin, ceux qui étaient sur la plage virent venir un caïque chargé
d'ambre.

«--Lève-toi, lui dit sa mère, voici ton fiancé.

«--Ma mère, je ne peux plus me lever, mais quand il viendra ne
l'afflige pas; sers-lui à souper et donne-lui cette alliance, afin
qu'il puisse se marier ailleurs, et se faire de nouveaux parents et de
nouveaux amis.»

«Lorsque Marino vint à la maison, il sentit une odeur d'encens, et il
vit les voisins qui se voilaient le visage.

«--Quelqu'un est-il mort?» s'écrie-t-il.

«Aucun ne répondit.

«Il entra dans la maison et vit la mère qui s'arrachait les cheveux.

«Voilà pourquoi, effendi, Marino s'est fait moine.

--L'as-tu vu depuis?

--Non; et je ne veux pas le voir. C'est un mauvais coeur, il a oublié
sa mère. La pauvre vieille file la laine pour vivre; mais les larmes
troublent sa vue, et sans le patron qui, voyez-vous, est un bon homme
au fond, elle serait morte de faim.

--Allons, fainéant, cria Tsavellas, debout et laisse là tes histoires.
Voici la brise, et ce soir, avec l'aide de la _Panagia_, nous serons à
Zagora.

--À Salonique, vous voulez dire.

--À Zagora, j'ai bien dit. On ne va pas toujours où l'on veut,
effendi.»

                                        Ant. PROUST.



GRAVURES.

                                                      Dessinateurs.
  Chapelle de Sainte-Rosalie (près Palerme)              Rouargue      1
  Types et costumes siciliens                            Rouargue      4
  Ruines à Girgenti (Agrigente)                          Rouargue      5
  Vue de Syracuse                                        Rouargue      8
  Taormine et l'Etna                                     Rouargue      9
  La Marine à Messine                                    Rouargue     12
  Rocher de Scylla                                       Rouargue     13
  Stromboli                                              Rouargue     16
  Pigeonnier près d'Ispahan                         Jules Laurens     17
  Pont d'Allah-Verdi-Khan sur le Zend-è-Roud,
    à Ispahan                                       Jules Laurens     21
  Collége de la Mère du roi, à Ispahan              Jules Laurens     24
  Une peinture indienne dans le palais des
    Quarante-Colonnes, à Ispahan                    Jules Laurens     25
  Entrée de Kaschan                                 Jules Laurens     28
  Une caravane persane au repos                     Jules Laurens     29
  Types persans                                     Jules Laurens     32
  Faubourg de Téhéran                               Jules Laurens     33
  La porte de Schah-Abdoulazim                      Jules Laurens     36
  Dans une cour, à Téhéran                          Jules Laurens     37
  Types et portraits persans                        Jules Laurens     40
  Groupe de Persans                                 Jules Laurens     41
  Dans l'Enderoun (appartement intérieur
    -- Costumes d'intérieur et de sortie)           Jules Laurens     44
  Choix d'armes, d'instruments et objets divers
    persans                                         Jules Laurens     45
  Le Démavend                                       Jules Laurens     48
  Vue de l'île Saint-Thomas                             de Bérard     49
  Saint-Pierre, à la Martinique                         de Bérard     52
  Cataracte de Weinachts (Guyane anglaise)              de Bérard     53
  Une sucrerie à la Guadeloupe                          de Bérard     56
  La Pointe-à-Pître, à la Guadeloupe                    de Bérard     57
  Le port d'Espagne, à la Trinidad                      de Bérard     60
  La baie de Panama                                     de Bérard     61
  Vue des Bermudes                                      de Bérard     64
  Costumes norvégiens d'Hitterdal                          Pelcoq     65
  La vallée de Bolkesjö                                      Doré     68
  Costumes du Télémark                                     Pelcoq     69
  La vallée de Vestfjordal                                   Doré     72
  Intérieur d'auberge à Bolkesjö                         Lancelot     73
  Église d'Hitterdal                                      Wormser     75
  Le Rjukandfoss                                             Doré     76
  Un chalet à Bamble                                     Lancelot     77
  Vue du lac Bandak                                          Doré     80
  Le lac Flatdal                                             Doré     81
  Fjord de Gudvangen                                         Doré     84
  Église de Bakke                                            Doré     85
  Route de Stalheim                                          Doré     88
  Le Vöringfoss                                              Doré     89
  Vallée de l'Heimdal                                        Doré     92
  Femme du Sogn                                            Pelcoq     93
  Une noce en Norvége                                      Pelcoq     96
  Le marché aux grains (Suez)                       Karl Girardet     97
  Port de Suez                                      Karl Girardet    100
  Cimetière européen à Suez                         Karl Girardet    100
  Qosséir                                           Karl Girardet    101
  Djeddah                                           Karl Girardet    101
  Port de Souakin                                   Karl Girardet    101
  Mosquée de Salonique                              Karl Girardet    104
  Femmes albanaises, près d'un arabas,
    à Vasilika                                       Villevieille    105
  Un Juif de Salonique                                       Bida    108
  Une Juive de Salonique                                     Bida    109
  Sceau du monastère de Kariès                                       111
  Vue générale de mont Athos                         Villevieille    112
  Le Conseil des Épistates au mont Athos                Boulanger    113
  Saint Georges (fresque de Panselinos dans le
    Catholicon de Kariès)                                  Pelcoq    116
  Monastère d'Iveron                                Karl Girardet    117
  L'higoumène d'Iveron                                     Pelcoq    120
  La Phiale ou le Baptistère du couvent de Lavra         Lancelot    121
  Croix sculptée en bois dans le trésor de Kariès         Thérond    124
  Coffret dans le trésor de Kariès                        Thérond    125
  Peinture de la trapeza de Lavra: les trois patriarches  Thérond    128
  La confession                                              Bida    129
  Bas-relief du couvent de Vatopédi                     A. Proust    130
  Albanais, soldat de la garde des Épistates         Villevieille    132
  Vue du couvent d'Esphigmenou                      Karl Girardet    133
  Intérieur de la cour principale du couvent slave
    de Kiliandari                                        Lancelot    136
  La récolte des noisettes au mont Athos             Villevieille    137
  L'île Chatam, dans l'archipel Galapagos            E. de Bérard    140
  Baie de la Poste, dans l'île Floriana
    (archipel Galapagos)                             E. de Bérard    140
  L'île Charles, dans l'archipel Galapagos           E. de Bérard    141
  Aiguade de l'île Charles (archipel Galapagos)      E. de Bérard    144
  Oiseaux et reptile (archipel Galapagos)                  Rouyer    145
  Côtes de l'île Albermale, dans l'archipel
    Galapagos                                        E. de Bérard    148
  Oeno, dans l'archipel Pomotou (îles à coraux)      E. de Bérard    149
  Village de Vanou, dans l'île de Vanikoro
    (îles à coraux)                                  E. de Bérard    149
  Baie de Manevai, dans l'île de Vanikoro
    (îles à coraux)                                  E. de Bérard    152
  Récifs et piton de l'île de Borabora
    (îles à coraux)                                  E. de Bérard    153
  Rade et pic de l'île de Borabora (îles à coraux)   E. de Bérard    156
  Île de Whitsunday, dans l'archipel Pomotou
    (îles à coraux)                                  E. de Bérard    157
  Brun-Rollet                                                Fath    160
  Traîneau yakoute                                    Victor Adam    161
  Une sorcière tongouse                               Victor Adam    164
  Port d'Okhotsk                                      Victor Adam    165
  Bazar de Nertchinsk                                 Victor Adam    168
  Colonie ou village yakoute                          Victor Adam    169
  Voyageur russe en Sibérie                           Victor Adam    172
  Argali (mouton sauvage)                             Victor Adam    173
  Campement de Tongouses                              Victor Adam    176
  Chamans yakoutes                                    Victor Adam    177
  Femme yakoute                                       Victor Adam    180
  Poteaux des frontières du pays des Yakoutes et
    de la Chine                                       Victor Adam    181
  Types indigènes (Australie du Sud)                      G. Fath    184
  Sépultures australiennes dans les bois                 Lancelot    185
  Sépulture australienne au désert                           Doré    189
  Restes d'un voyageur retrouvés par ses compagnons
    dans les déserts du lac Torrens                          Doré    192
  Oasis d'Éderi (Fezzan)                                 Rouargue    193
  Mourzouk (capitale du Fezzan)                          Rouargue    196
  Gorge d'Agueri                                         Lancelot    197
  Vallée d'Auderaz                                       Rouargue    200
  Vue d'Agadez                                           Lancelot    201
  Vue de Kano (entrepôt du Soudan central)               Lancelot    204
  Dendal ou boulevard de Kouka (capitale du Bornou)      Lancelot    205
  Vue du lac Tchad                                       Rouargue    208
  Village marghi                                         Rouargue    209
  Halte dans une forêt du Marghi                         Rouargue    212
  Village mosgou                                         Rouargue    213
  Chef mosgovien                                         Rouargue    216
  Intérieur d'une habitation mosgovienne                 Rouargue    217
  Chef kanembou                                          Rouargue    220
  Entrée du sultan de Baghirmi dans Maséna
    (sa capitale)                                        Rouargue    221
  Une razzia à Barea (Mosgou)                            Rouargue    224
  Vue du marché de Sokoto                                Hadamard    225
  Bac sur le Niger, à Say                                Rouargue    228
  Vue des monts Homboris                                 Lancelot    229
  Village sonray                                         Lancelot    232
  Vue de Kabra (port de Tembouctou)                      Rouargue    233
  Camp touareg                                           Lancelot    236
  Arrivée à Tembouctou                                   Lancelot    237
  Vue générale de Tembouctou                             Lancelot    240
  Portrait en pied du baron de Wogan en costume
    de voyage                                           J. Pelcoq    241
  Grass-Valley                                          J. Pelcoq    244
  Un claim ou atelier de mineur                         J. Pelcoq    245
  Forêt de _taxodium giganteum_ ou pins géants           Lancelot    248
  Un cañon ou passage de la Sierra-Wah                   Lancelot    249
  La case du jugement                                   J. Pelcoq    252
  Le poteau de la guerre                                J. Pelcoq    253
  Types d'Indiennes du Rio-Colorado                     J. Pelcoq    256
  Grande pagode de Rangoun                               Français    257
  Bateau à voile sur l'Irawady                     Cliché anglais    258
  Canot de parade                                  Cliché anglais    259
  Bateau de commerce                               Cliché anglais    259
  Birmans dans une forêt                                J. Pelcoq    261
  Pattshaing ou tambour-harmonica                  Cliché anglais    262
  Pattshaing à baguettes                           Cliché anglais    262
  Harpe birmane                                    Cliché anglais    263
  Harmonica birman                                 Cliché anglais    263
  Pagode à Pagán                                   Cliché anglais    264
  Représentation théâtrale dans le royaume d'Ava         Hadamard    265
  Dagobah ou pagode en forme de cloche             Cliché anglais    266
  Intérieur d'une pagode                           Cliché anglais    267
  Maison de l'ambassade à Amarapoura               Cliché anglais    268
  Vallée des puits de bitume                        Karl Girardet    269
  Types de grands seigneurs et hauts fonctionnaires
    birmans                                                 Morin    272
  Le palais du roi et l'éléphant blanc                     Navlet    273
  Sculptures comiques dans le monastère royal à
    Amarapoura                                           Lancelot    276
  Vue du Maha-Toolut-Boungyo (monastère royal à
    Amarapoura)                                          Lancelot    277
  Détails intérieurs du Maha-comiye-peima à Amarapoura     Navlet    281
  Une porte à Amarapoura                           Cliché anglais    284
  Canon birman                                     Cliché anglais    284
  Danse des éléphants                              Cliché anglais    284
  Canal d'irrigation dans le royaume d'Ava         Cliché anglais    285
  Jeunes dames birmanes                                     Morin    288
  Le temple du Dragon                                    Lancelot    289
  Rives de l'Irawady (près des mines de rubis)     Cliché anglais    292
  Petite pagode à Mengoun                          Cliché anglais    292
  Grand temple de Mengoun (depuis le tremblement
    de terre de 1839)                               Karl Girardet    293
  Vallée de l'Irawady au confluent du Myit-Nge          Paul Huet    297
  Temple ruiné à Pagán                                   Lancelot    300
  Salces ou volcans de boue à Membo                Cliché anglais    301
  Cônes volcaniques dans la plaine de Membo        Cliché anglais    301
  Paysans birmans en voyage                        Cliché anglais    302
  Statue gigantesque de Bouddha à Amarapoura             Lancelot    304
  Zanzibar vue de la mer                             E. de Bérard    305
  Portrait de feu l'iman de Zanzibar                 E. de Bérard    308
  Pont de la ville de Zanzibar                       E. de Bérard    309
  Un village de la Mrima                                Lavieille    312
  Jihoué la Mkoa ou la roche ronde                 Cliché anglais    313
  La fontaine qui bout (source thermale dans le
    Khoutou)                                       Cliché anglais    313
  Sycomore africain                                Cliché anglais    314
  L'Ougogo                                         Cliché anglais    315
  Burton et ses compagnons en marche                    Lavieille    316
  Chaîne côtière de l'Afrique occidentale               Lavieille    317
  Passe dans l'Ousagara                                 Lavieille    320
  Paysage dans l'Ounyamouézi                            Lavieille    321
  Noirs de l'Ousumboua                               G. Boulanger    324
  Huttes à Mséné                                        Lavieille    325
  Nègres porteurs                                    G. Boulanger    328
  Noir de l'Ouganda                                  G. Boulanger    329
  Habitation de Snay ben Amir à Kazeh                   Lavieille    332
  Jeunes dames à Kazeh                               G. Boulanger    333
  Coiffures des indigènes de l'Ounyanyembé         Cliché anglais    334
  Coiffures des indigènes de l'Oujiji              Cliché anglais    335
  Maison des étrangers à Kaouélé                        Lavieille    336
  Navigation sur le lac Tanganyika                      Lavieille    337
  Le capitaine Burton sur le lac Tanganyika             Lavieille    339
  Habitation au bord du lac Tanganyika                  Lavieille    340
  Le bassin du Maroro                                   Lavieille    341
  Instruments et ustensiles des Ouajiji            Cliché anglais    342
  Riverains du Tanganyika (côté ouest)             Cliché anglais    343
  Riverains du Tanganyika (côté sud)               Cliché anglais    343
  Le bassin du Kisanga                                  Lavieille    344
  Végétation de l'Ougogi                                Lavieille    345
  Passe de l'Ouzagara                              Cliché anglais    346
  Rocher de l'Éléphant près du cap Gardafui        Cliché anglais    347
  Dernier établissement égyptien dans le Fazogl          Lancelot    348
  Contrée des Shelouks sur le Saubat                     Lancelot    349
  Bélénia (village bari sur le fleuve Blanc)             Lancelot    352
  Habitants de la Havane                                    Potin    353
  Coolies chinois à Cuba                                   Pelcoq    356
  Vue générale de la Havane (capitale de Cuba)           Lancelot    357
  Avenue de palmiers devant une habitation de Cuba   E. de Bérard    360
  Cathédrale de la Havane                                  Navlet    361
  La volante (voiture de la Havane)                   Victor Adam    363
  Vue de Matanzas                                        Lancelot    364
  Paysage dans l'île de Cuba: Loma (coteau)
    de Candela                                          Paul Huet    365
  Paysage dans l'île de Cuba (Loma de la Givora)        Paul Huet    368
  Grenoble et les Alpes dauphinoises                Karl Girardet    369
  Les Grands Goulets                                Karl Girardet    372
  Pont-en-Royans                                             Doré    373
  Sainte-Croix et les ruines du château de Quint    Karl Girardet    376
  Die et la vallée de Roumeyer (vue prise des
    hauteurs de Saint-Justin)                            Français    377
  Le Mont-Aiguille (vu de Clelles)                       Daubigny    380
  Pontaix                                           Karl Girardet    381
  Roumeyer et le mont Glandaz                            Français    384
  Entrée de la vallée de Roumeyer                   Karl Girardet    385
  La vallée de Léoncel                              Karl Girardet    388
  La vallée de la Véoure et de la plaine du Rhône
    (vue prise des hauteurs de la Vacherie)         Karl Girardet    389
  Beaufort                                               Français    392
  La forêt de Saou                                       Sabatier    394
  Poët-Cellard                                      Karl Girardet    395
  Bourdeaux                                         Karl Girardet    396
  Le Velan et Plan-de-Baix (vue des sources
    du Ruïdoux)                                     Karl Girardet    397
  Cascade de la Druïse                              Karl Girardet    398
  La gorge de Trente-Pas                            Karl Girardet    400
  Le mont Viso                                           Sabatier    401
  Le pont du Diable                                      Sabatier    405
  Le lac de l'Échauda                                    Sabatier    408
  Le Pelvoux                                             Sabatier    409
  Le mont Aurouze                                        Français    412
  Les montagnes du Devoluy                          Karl Girardet    413
  Ruines de la Chartreuse de Durbon                 Karl Girardet    416



CARTES ET PLANS.


  Carte de la Sicile, par M. A. Vuillemin.                             3
  Carte de la Perse, par M. A. Vuillemin.                             19
  Carte des grandes et petites Antilles, par M. A. Vuillemin.         51
  Carte du haut Télémark (Norvége méridionale), d'après
    M. Paul Riant.                                                    67
  Carte de la presqu'île de Bergen, d'après M. Paul Riant.            83
  Carte de la Chalcidique, par M. A. Vuillemin.                      115
  Partie du gouvernement d'Yakoutsk, par Piadischeff.                167
  Carte de l'Australie, par M. A. Vuillemin.                         187
  Carte des voyages du docteur Henri Barth en Afrique (partie
    orientale) d'après M. de Lanoye.                                 195
  Voyage du docteur Barth (Itinéraire de Sokoto à Tembouctou),
    par M. A. Vuillemin.                                             234
  Carte du cours inférieur de l'Irawady comprenant les possessions
    britanniques et la partie sud du royaume d'Ava, d'après le
    capitaine H. Yule.                                               260
  Plan d'Amarapoura et de sa banlieue, d'après les relevés du
    major Grant Allan.                                               280
  Carte du cours supérieur de l'Irawady et partie nord du royaume
    d'Ava, d'après le cap. Yule.                                     296
  Carte du voyage de Burton et Speke aux grands lacs de l'Afrique
    orientale (Itinéraire de Zanzibar à Kazeh).                      307
  Carte du voyage de Burton et Speke aux grands lacs de l'Afrique
    orientale (2e partie).                                           338
  Carte de l'île de Cuba, par M. A. Vuillemin.                       355
  Carte du Dauphiné (partie occidentale: Isère et Drôme),
    par M. A. Vuillemin.                                             371
  Carte du Dauphiné (partie orientale: Isère et Hautes-Alpes),
    par M. A. Vuillemin.                                             404



ERRATA.


I. Sous le titre _Voyage d'un naturaliste_, pages 139 et 146, on
a imprimé: (1858.--INÉDIT).--Cette date et cette qualification ne
peuvent s'appliquer qu'à la traduction.

La note qui commence la page 139 donne la date du voyage (1838)
et avertit les lecteurs que le texte a été publié en anglais.


II. Dans un certain nombre d'exemplaires, le voyage du capitaine
Burton AUX GRANDS LACS DE L'AFRIQUE ORIENTALE, 1re partie,
46e livraison, le mot ORIENTALE se trouve remplacé par celui
d'OCCIDENTALE.


III. On a omis, sous les titres de _Juif_ et _Juive de
Salonique_, dessins de Bida, pages 108 et 109, la mention
suivante: d'après M. A. Proust.


IV. On a également omis de donner, à la page 146, la description
des oiseaux et du reptile de l'archipel des Galapagos représentés
sur la page 145. Nous réparons cette omission:

1º _Tanagra Darwinii_, variété du genre des
_Tanagras_ très-nombreux en Amérique. Ces oiseaux ne diffèrent de
nos moineaux, dont ils ont à peu près les habitudes, que par la
brillante diversité des couleurs et par les échancrures de la
mandibule supérieure de leur bec.

2º _Cactornis assimilis:_ Darwin le nomme _Tisseim des
Galapagos_, où l'on peut le voir souvent grimper autour des
fleurs du grand cactus. Il appartient particulièrement à l'île
Saint-Charles. Des treize espèces du genre _pinson_, que le
naturaliste trouva dans cet archipel, chacune semble affectée à
une île en particulier.

3º _Pyrocephalus nanus_, très-joli petit oiseau du
sous-genre _muscicapa_, gobe-mouches, tyrans ou moucherolles. Le
mâle de cette variété a une tête de feu. Il hante à la fois les
bois humides des plus hautes parties des îles _Galapagos_ et les
districts arides et rocailleux.

4º _Sylvicola aureola._ Ce charmant oiseau, d'un jaune
d'or, appartient aux îles Galapagos.

5º Le _Leiocephalus grayii_ est l'une des nombreuses
nouveautés rapportées par les navigateurs du _Beagle_. Dans le
pays on le nomme _holotropis_, et moins curieux peut-être que
l'_amblyrhinchus_, il est cependant remarquable en ce que c'est
un des plus beaux sauriens, sinon le plus beau saurien qui
existe.

Le saurien _amblyrhinchus cristatus_, que nous reproduisons ici,
est décrit dans le texte, page 147.

[Illustration: _Amblyrhinchus cristatus_, iguane des îles Galapagos.]

       *       *       *       *       *

IMPRIMERIE GÉNÉRALE DE CH. LAHURE
Rue de Fleurus, 9, à Paris.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Tour du Monde; Athos - Journal des voyages et des voyageurs; 2. sem. 1860" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home