Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Le Tour du Monde; Ava - Journal des voyages et des voyageurs; 2. sem. 1860
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Tour du Monde; Ava - Journal des voyages et des voyageurs; 2. sem. 1860" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



[Note au lecteur de ce fichier digital:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées.

Ce fichier est un extrait du recueil du journal "Le Tour du monde:
Journal des voyages et des voyageurs" (2ème semestre 1860).

Les articles ont été regroupés dans des fichiers correspondant
aux différentes zones géographiques, ce fichier contient les articles sur
Ava.

Chaque fichier contient l'index complet du recueil dont ces
articles sont originaires.]



                    LE TOUR DU MONDE



            IMPRIMERIE GÉNÉRALE DE CH. LAHURE
               Rue de Fleurus, 9, à Paris



                    LE TOUR DU MONDE

               NOUVEAU JOURNAL DES VOYAGES

                PUBLIÉ SOUS LA DIRECTION

                 DE M. ÉDOUARD CHARTON

        ET ILLUSTRÉ PAR NOS PLUS CÉLÈBRES ARTISTES



                         1860
                   DEUXIÈME SEMESTRE

            LIBRAIRIE DE L. HACHETTE ET Cie
         PARIS, BOULEVARD SAINT-GERMAIN, No 77
          LONDRES, KING WILLIAM STREET, STRAND
              LEIPZIG, 15, POST-STRASSE

                         1860



TABLE DES MATIÈRES.


UN MOIS EN SICILE (1843.--Inédit.), par M. Félix BOURQUELOT.

  Arrivée en Sicile. -- Palerme et ses habitants. -- Les monuments
    de Palerme. -- La cathédrale de Monreale. -- De Palerme à
    Trapani. -- Partenico. -- Alcamo. -- Calatafimi. -- Ruines de
    Ségeste. -- Trapani. -- La sépulture du couvent des capucins. --
    Le mont Éryx. -- De Trapani à Girgenti. -- La Lettica. --
    Castelvetrano. -- Ruines de Sélinonte. -- Sciacca. -- Girgenti
    (Agrigente). -- De Girgenti à Castrogiovanni. -- Caltanizzetta.
    -- Castrogiovanni. -- Le lac Pergusa et l'enlèvement de
    Proserpine. -- De Castrogiovanni à Syracuse. -- Calatagirone. --
    Vezzini. -- Syracuse. -- De Syracuse à Catane. -- Lentini. --
    Catane. -- Ascension de l'Etna. -- Taormine. -- Messine. --
    Retour à Naples.                                                 1


VOYAGE EN PERSE, fragments par M. le comte A. de GOBINEAU (1855-1858),
dessins inédits de M. Jules LAURENS.

  Arrivée à Ispahan. -- Le gouverneur. -- Aspect de la ville. -- Le
    Tchéhar-Bâgh. -- Le collége de la Mère du roi. -- La mosquée du
    roi. -- Les quarante colonnes. -- Présentations. -- Le pont du
    Zend-è-Roub. -- Un dîner à Ispahan. -- La danse et la comédie. --
    Les habitants d'Ispahan. -- D'Ispahan à Kaschan. -- Kaschan. --
    Ses fabriques. -- Son imprimerie lithographique. -- Ses
    scorpions. -- Une légende. -- Les bazars. -- Le collége. -- De
    Kaschan à la plaine de Téhéran. -- Koum. -- Feux d'artifice. --
    Le pont du Barbier. -- Le désert de Khavèr. -- Houzé-Sultan. --
    La plaine de Téhéran. -- Téhéran. -- Notre entrée dans la ville.
    -- Notre habitation.                                            16

  Une audience du roi de Perse. -- Nouvelles constructions à
    Téhéran. -- Température. -- Longévité. -- Les nomades. -- Deux
    pèlerins. -- Le culte du feu. -- La police. -- Les ponts. -- Le
    laisser aller administratif. -- Les amusements d'un bazar persan.
    -- Les fiançailles. -- Le divorce. -- La journée d'une Persane.
    -- La journée d'un Persan. -- Les visites. -- Formules de
    politesses. -- La peinture et la calligraphie persanes. -- Les
    chansons royales. -- Les conteurs d'histoires. -- Les spectacles:
    drames historiques. -- Épilogue. -- Le Démavend. -- L'enfant qui
    cherche un trésor.                                              34


VOYAGES AUX INDES OCCIDENTALES, par M. Anthony TROLLOPE
(1858-1859); dessins inédits de M. A. de BÉRARD.

  L'île Saint-Thomas. -- La Jamaïque: Kingston; Spanish-Town; les
    _réserves_; la végétation. -- Les planteurs et les nègres. --
    Plaintes d'une Ariane noire. -- La toilette des négresses. --
    Avenir des mulâtres. -- Les petites Antilles. -- La Martinique.
    -- La Guadeloupe. -- Grenada. -- La Guyane anglaise. -- Une
    sucrerie. -- Barbados. -- La Trinidad. -- La Nouvelle-Grenade. --
    Sainte-Marthe. -- Carthagène. -- Le chemin de fer de Panama. --
    Costa Rica: San José; le Mont-Blanco. -- Le Serapiqui. --
    Greytown.                                                       49


VOYAGE DANS LES ÉTATS SCANDINAVES, par M. Paul RIANT. (Le
Télémark et l'évêché de Bergen.) (1858.--Inédit.)

  LE TÉLÉMARK. -- Christiania. -- Départ pour le Télémark. -- Mode
    de voyager. -- Paysage. -- La vallée et la ville de Drammen. --
    De Drammen à Kongsberg. -- Le cheval norvégien. -- Kongsberg et
    ses gisements métallifères. -- Les montagnes du Télémark. --
    Leurs habitants. -- Hospitalité des _gaards_ et des _sæters_. --
    Une sorcière. -- Les lacs Tinn et Mjös. -- Le Westfjord. -- La
    chute du Rjukan. -- Légende de la belle Marie. -- Dal. -- Le
    livre des étrangers. -- L'église d'Hitterdal. -- L'ivresse en
    Norvége. -- Le châtelain aubergiste. -- Les lacs Sillegjord et
    Bandak. -- Le ravin des Corbeaux.                               65

  --_Le Saint-Olaf_ et ses pareils. -- Navigation intérieure. --
    Retour à Christiania par Skien.                                 82

  L'ÉVÊCHÉ DE BERGEN. -- La presqu'île de Bergen. -- Lærdal. -- Le
    Sognefjord. -- Vosse-Vangen. -- Le Vöringfoss. -- Le
    Hardangerfjord. -- De Vikoër à Sammanger et à Bergen.           85


VOYAGE DE M. GUILLAUME LEJEAN DANS L'AFRIQUE ORIENTALE
(1860.--Texte et dessins inédits.)--Lettre au Directeur du _Tour
du monde_ (Khartoum, 10 mai 1860).

  D'ALEXANDRIE À SOUAKIN. -- L'Égypte. -- Le désert. -- Le simoun.
    -- Suez. -- Un danger. -- Le mirage. -- Tor. -- Qosséir. --
    Djambo. -- Djeddah.                                             97


VOYAGE AU MONT ATHOS, par M. A. PROUST (1858.--Inédit.)

  Salonique. -- Juifs, Grecs et Bulgares. -- Les mosquées. --
    L'Albanais Rabottas. -- Préparatifs de départ. -- Vasilika. --
    Galatz. -- Nedgesalar. -- L'Athos. -- Saint-Nicolas. -- Le P.
    Gédéon. -- Le couvent russe. -- La messe chez les Grecs. --
    Kariès et la république de l'Athos. -- Le voïvode turc. -- Le
    peintre Anthimès et le pappas Manuel. -- M. de Sévastiannoff.  103

  Ermites indépendants. -- Le monastère de Koutloumousis. -- Les
    bibliothèques. -- La peinture. -- Manuel Panselinos et les
    peintres modernes. -- Le monastère d'Iveron. -- Les carêmes. --
    Peintres et peintures. -- Stavronikitas. -- Miracles. -- Un
    Vroukolakas. -- Les bibliothèques. -- Les mulets. -- Philotheos.
    -- Les moines et la guerre de l'Indépendance. -- Karacallos. --
    L'union des deux Églises. -- Les pénitences et les fautes.     114

  La légende d'Arcadius. -- Le pappas de Smyrne. -- Esphigmenou. --
    Théodose le Jeune. -- L'ex-patriarche Anthymos et l'Église
    grecque. -- L'isthme de l'Athos et Xerxès. -- Les monastères
    bulgares: Kiliandari et Zographos. -- La légende du peintre. --
    Beauté du paysage. -- Castamoniti. -- Une femme au mont Athos. --
    Dokiarios. -- La secte des Palamites. -- Saint-Xénophon. -- La
    pêche aux éponges. -- Retour à Kariès. -- Xiropotamos, le couvent
    du Fleuve Sec. -- Départ de Daphné. -- Marino le chanteur.     130


VOYAGE D'UN NATURALISTE (Charles DARWIN).--L'archipel Galapagos
et les attoles ou îles de coraux.--(1838).

  L'ARCHIPEL GALAPAGOS. -- Groupe volcanique. -- Innombrables
    cratères. -- Aspect bizarre de la végétation. -- L'île Chatam. --
    Colonie de l'île Charles. -- L'île James. -- Lac salé dans un
    cratère. -- Histoire naturelle de ce groupe d'îles. --
    Mammifères; souris indigène. -- Ornithologie; familiarité des
    oiseaux; terreur de l'homme; instinct acquis. -- Reptiles;
    tortues de terre; leurs habitudes.                             139

  Encore les tortues de terre; lézard aquatique se nourrissant de
    plantes marines; lézard terrestre herbivore, se creusant un
    terrier. -- Importance des reptiles dans cet archipel où ils
    remplacent les mammifères. -- Différences entre les espèces qui
    habitent les diverses îles. -- Aspect général américain.       146

  LES ATTOLES OU ÎLES DE CORAUX. -- Île Keeling. -- Aspect
    merveilleux. -- Flore exiguë. -- Voyage des graines. -- Oiseaux.
    -- Insectes. -- Sources à flux et reflux. -- Chasse aux tortues.
    -- Champs de coraux morts. -- Pierres transportées par les
    racines des arbres. -- Grand crabe. -- Corail piquant. --
    Poissons se nourrissant de coraux. -- Formation des attoles. --
    Profondeur à laquelle le corail peut vivre. -- Vastes espaces
    parsemés d'îles de corail. -- Abaissement de leurs fondations. --
    Barrières. -- Franges de récifs. -- Changement des franges en
    barrières et des barrières en attoles.                         151


BIOGRAPHIE.--Brun-Rollet.                                          159


VOYAGE AU PAYS DES YAKOUTES (Russie asiatique), par OUVAROVSKI
(1830-1839).

  Djigansk. -- Mes premiers souvenirs. -- Brigandages. -- Le
    paysage de Djigansk. -- Les habitants. -- La pêche. -- Si les
    poissons morts sont bons à manger. -- La sorcière Agrippine. --
    Mon premier voyage. -- Killæm et ses environs. -- Malheurs. --
    Les Yakoutes. -- La chasse et la pêche. -- Yakoutsk. -- Mon
    premier emploi. -- J'avance. -- Dernières recommandations de ma
    mère. -- Irkoutsk. -- Voyage. -- Oudskoï. -- Mes bagages. --
    Campement. -- Le froid. -- La rivière Outchour. -- L'Aldan. --
    Voyage dans la neige et dans la glace. -- L'Ægnæ. -- Un Tongouse
    qui pleure son chien. -- Obstacles et fatigues. -- Les guides. --
    Ascension du Diougdjour. -- Stratagème pour prendre un oiseau. --
    La ville d'Oudskoï. -- La pêche à l'embouchure du fleuve Ut. --
    Navigation pénible. -- Boroukan. -- Une halte dans la neige. --
    Les rennes. -- Le mont Byraya. -- Retour à Oudskoï et à
    Yakoutsk.                                                      161

  Viliouisk. -- Sel tricolore. -- Bois pétrifié. -- Le Sountar. --
    Nouveau voyage. -- Description du pays des Yakoutes. -- Climat.
    -- Population. -- Caractères. -- Aptitudes. -- Les femmes
    yakoutes.                                                      177


DE SYDNEY À ADÉLAÏDE (Australie du Sud), notes extraites d'une
correspondance particulière (1860).

  Les Alpes australiennes. -- Le bassin du Murray. -- Ce qui reste
    des anciens maîtres du sol. -- Navigation sur le Murray. --
    Frontières de l'Australie du Sud. -- Le lac Alexandrina. -- Le
    Kanguroo rouge. -- La colonie de l'Australie du Sud. -- Adélaïde.
    -- Culture et mines.                                           182


VOYAGES ET DÉCOUVERTES AU CENTRE DE L'AFRIQUE, journal du docteur
BARTH (1849-1855).

  Henry Barth. -- But de l'expédition de Richardson. -- Départ. --
    Le Fezzan. -- Mourzouk. -- Le désert. -- Le palais des démons. --
    Barth s'égare; torture et agonie. -- Oasis. -- Les Touaregs. --
    Dunes. -- Afalesselez. -- Bubales et moufflons. -- Ouragan. --
    Frontières de l'Asben. -- Extorsions. -- Déluge à une latitude où
    il ne doit pas pleuvoir. -- La Suisse du désert. -- Sombre vallée
    de Taghist. -- Riante vallée d'Auderas. -- Agadez. -- Sa
    décadence. -- Entrevue de Barth et du sultan. -- Pouvoir
    despotique. -- Coup d'oeil sur les moeurs. -- Habitat de la
    girafe. -- Le Soudan; le Damergou. -- Architecture. -- Katchéna;
    Barth est prisonnier. -- Pénurie d'argent. -- Kano. -- Son
    aspect, son industrie, sa population. -- De Kano à Kouka. -- Mort
    de Richardson. -- Arrivée à Kouka. -- Difficultés croissantes. --
    L'énergie du voyageur en triomphe. -- Ses visiteurs. -- Un vieux
    courtisan. -- Le vizir et ses quatre cents femmes. -- Description
    de la ville, son marché, ses habitants. -- Le Dendal. --
    Excursion. -- Angornou. -- Le lac Tchad.                       193

  Départ. -- Aspect désolé du pays. -- Les Ghouas. -- Mabani. -- Le
    mont Délabéda. -- Forgeron en plein vent. -- Dévastation. --
    Orage. -- Baobab. -- Le Mendif. -- Les Marghis. -- L'Adamaoua. --
    Mboutoudi. -- Proposition de mariage. -- Installation de vive
    force chez le fils du gouverneur de Soulleri. -- Le Bénoué. --
    Yola. -- Mauvais accueil. -- Renvoi subit. -- Les Ouélad-Sliman.
    -- Situation politique du Bornou. -- La ville de Yo. -- Ngégimi
    ou Ingégimi. -- Chute dans un bourbier. -- Territoire ennemi. --
    Razzia. -- Nouvelle expédition. -- Troisième départ de Kouka. --
    Le chef de la police. -- Aspect de l'armée. -- Dikoua. -- Marche
    de l'armée. -- Le Mosgou. -- Adishen et son escorte. -- Beauté du
    pays. -- Chasse à l'homme. -- Erreur des Européens sur le centre
    de l'Afrique. -- Incendies. -- Baga. -- Partage du butin. --
    Entrée dans le Baghirmi. -- Refus de passage. -- Traversée du
    Chari. -- À travers champs. -- Défense d'aller plus loin. --
    Hospitalité de Bou-Bakr-Sadik. -- Barth est arrêté. -- On lui met
    les fers aux pieds. -- Délivré par Sadik. -- Maséna. -- Un
    savant. -- Les femmes de Baghirmi. -- Combat avec des fourmis. --
    Cortége du sultan. -- Dépêches de Londres.                     209

  De Katchéna au Niger. -- Le district de Mouniyo. -- Lacs
    remarquables. -- Aspect curieux de Zinder. -- Route périlleuse.
    -- Activité des fourmis. -- Le Ghaladina de Sokoto. -- Marche
    forcée de trente heures. -- L'émir Aliyou. -- Vourno. --
    Situation du pays. -- Cortége nuptial. -- Sokoto. -- Caprice
    d'une boîte à musique. -- Gando. -- Khalilou. -- Un chevalier
    d'industrie. -- Exactions. -- Pluie. -- Désolation et fécondité.
    -- Zogirma. -- La vallée de Foga. -- Le Niger. -- La ville de
    Say. -- Région mystérieuse. -- Orage. -- Passage de la Sirba. --
    Fin du rhamadan à Sebba. -- Bijoux en cuivre. -- De l'eau
    partout. -- Barth déguisé en schérif. -- Horreur des chiens. --
    Montagnes du Hombori. -- Protection des Touaregs. -- Bambara. --
    Prières pour la pluie. -- Sur l'eau. -- Kabara. -- Visites
    importunes. -- Dangereux passage. -- Tinboctoue, Tomboctou ou
    Tembouctou. -- El Bakay. -- Menaces. -- Le camp du cheik. --
    Irritation croissante. -- Sus au chrétien! -- Les Foullanes
    veulent assiéger la ville. -- Départ. -- Un preux chez les
    Touaregs. -- Zone rocheuse. -- Lenteurs désespérantes. -- Gogo.
    -- Gando. -- Kano. -- Retour.                                  226


VOYAGES ET AVENTURES DU BARON DE WOGAN EN CALIFORNIE
(1850-1852.--Inédit).

  Arrivée à San-Francisco. -- Description de cette ville. -- Départ
    pour les placers. -- Le claim. -- Première déception. -- La
    solitude. -- Mineur et chasseur. -- Départ pour l'intérieur. --
    L'ours gris. -- Reconnaissance des sauvages. -- Captivité. --
    Jugement. -- Le poteau de la guerre. -- L'Anglais chef de tribu.
    -- Délivrance.                                                 242


VOYAGE DANS LE ROYAUME D'AVA (empire des Birmans), par le
capitaine Henri YULE, du corps du génie bengalais (1855).

  Départ de Rangoun. -- Frontières anglaises et birmanes. -- Aspect
    du fleuve et de ses bords. -- La ville de Magwé. -- Musique,
    concert et drames birmans. -- Sources de naphte; leur
    exploitation. -- Un monastère et ses habitants. -- La ville de
    Pagán. -- Myeen-Kyan. -- Amarapoura. -- Paysage. -- Arrivée à
    Amarapoura.                                                    258

  Amarapoura; ses palais, ses temples. -- L'éléphant blanc. --
    Population de la ville. -- Recensement suspect. -- Audience du
    roi. -- Présents offerts et reçus. -- Le prince héritier
    présomptif et la princesse royale. -- Incident diplomatique. --
    Religion bouddhique. -- Visites aux grands fonctionnaires. -- Les
    dames birmanes.                                                273

  Comment on dompte les éléphants en Birmanie. -- Excursions autour
    d'Amarapoura. -- Géologie de la vallée de l'Irawady. -- Les
    poissons familiers. -- Le serpent hamadryade. -- Les Shans et
    autres peuples indigènes du royaume d'Ava. -- Les femmes chez les
    Birmans et chez les Karens. -- Fêtes birmanes. -- Audience de
    congé. -- Refus de signer un traité. -- Lettre royale. -- Départ
    d'Amarapoura et retour à Rangoun. -- Coup d'oeil rétrospectif sur
    la Birmanie.                                                   280


VOYAGE AUX GRANDS LACS DE L'AFRIQUE ORIENTALE, par le capitaine
BURTON (1857-1859).

  But de l'expédition. -- Le capitaine Burton. -- Zanzibar. --
    Aspect de la côte. -- Un village. -- Les Béloutchis. -- Ouamrima.
    -- Fertilité du sol. -- Dégoût inspiré par le pantalon. -- Vallée
    de la mort. -- Supplice de M. Maizan. -- Hallucination de
    l'assassin. -- Horreur du paysage. -- Humidité. -- Zoungoméro. --
    Effets de la traite. -- Personnel de la caravane. -- Métis
    arabes, Hindous, jeunes gens mis en gage par leurs familles. --
    Ânes de selle et de bât. -- Chaîne de l'Ousagara. --
    Transformation du climat. -- Nouvelles plaines insalubres. --
    Contraste. -- Ruine d'un village. -- Fourmis noires. -- Troisième
    rampe de l'Ousagara. -- La Passe terrible. -- L'Ougogo. --
    L'Ougogi. -- Épines. -- Le Zihoua. -- Caravanes. -- Curiosité des
    indigènes. -- Faune. -- Un despote. -- La plaine embrasée. --
    Coup d'oeil sur la vallée d'Ougogo. -- Aridité. -- Kraals. --
    Absence de combustible. -- Géologie. -- Climat. -- Printemps. --
    Indigènes. -- District de Toula. -- Le chef Maoula. -- Forêt
    dangereuse.                                                    305

  Arrivée à Kazeh. -- Accueil hospitalier. -- Snay ben Amir. --
    Établissements des Arabes. -- Leur manière de vivre. -- Le Tembé.
    -- Chemins de l'Afrique orientale. -- Caravanes. -- Porteurs. --
    Une journée de marche. -- Costume du guide. -- Le Mganga. --
    Coiffures. -- Halte. -- Danse. -- Séjour à Kazeh. -- Avidité des
    Béloutchis. -- Saison pluvieuse. -- Yombo. -- Coucher du soleil.
    -- Jolies fumeuses. -- Le Mséné. -- Orgies. -- Kajjanjéri. --
    Maladie. -- Passage du Malagarazi. -- Tradition. -- Beauté de la
    Terre de la Lune. -- Soirée de printemps. -- Orage. -- Faune. --
    Cynocéphales, chiens sauvages, oiseaux d'eau. -- Ouakimbou. --
    Ouanyamouézi. -- Toilette. -- Naissances. -- Éducation. --
    Funérailles. -- Mobilier. -- Lieu public. -- Gouvernement. --
    Ordalie. -- Région insalubre et féconde. -- Aspect du Tanganyika.
    -- Ravissements. -- Kaouélé.                                   321

    Tatouage. -- Cosmétiques. -- Manière originale de priser. --
    Caractère des Ouajiji; leur cérémonial. -- Autres riverains du
    lac. -- Ouatata, vie nomade, conquêtes, manière de se battre,
    hospitalité. -- Installation à Kaouélé. -- Visite de Kannéna. --
    Tribulations. -- Maladies. -- Sur le lac. -- Bourgades de
    pêcheurs. -- Ouafanya. -- Le chef Kanoni. -- Côte inhospitalière.
    -- L'île d'Oubouari. -- Anthropophages. -- Accueil flatteur des
    Ouavira. -- Pas d'issue au Tanganyika. -- Tempête. -- Retour.  337


FRAGMENT D'UN VOYAGE AU SAUBAT (affluent du Nil Blanc), par M.
Andrea DEBONO (1855)                                               348


VOYAGE À L'ÎLE DE CUBA, par M. Richard DANA (1859).

  Départ de New-York. -- Une nuit en mer. -- Première vue de Cuba.
    -- Le Morro. -- Aspect de la Havane. -- Les rues. -- La volante.
    -- La place d'Armes. -- La promenade d'Isabelle II. -- L'hôtel Le
    Grand. -- Bains dans les rochers. -- Coolies chinois. -- Quartier
    pauvre à la Havane. -- La promenade de Tacon. -- Les surnoms à la
    Havane. -- Matanzas. -- La Plaza. -- Limossar. -- L'intérieur de
    l'île. -- La végétation. -- Les champs de canne à sucre. -- Une
    plantation. -- Le café. -- La vie dans une plantation de sucre.
    -- Le Cumbre. -- Le passage. -- Retour à la Havane. -- La
    population de Cuba. -- Les noirs libres. -- Les mystères de
    l'esclavage. -- Les productions naturelles. -- Le climat.      353


EXCURSIONS DANS LE DAUPHINÉ, par M. Adolphe JOANNE (1850-1860).

  Le pic de Belledon. -- Le Dauphiné. -- Les Goulets.              369

  Les gorges d'Omblèze. -- Die. -- La vallée de Roumeyer. -- La
    forêt de Saou. -- Le col de la Cochette.                       385


EXCURSIONS DANS LE DAUPHINÉ, par M. Élisée RECLUS (1850-1860).

  La Grave. -- L'Aiguille du midi. -- Le clapier de
    Saint-Christophe. -- Le pont du Diable. -- La Bérarde. -- Le col
    de la Tempe. -- La Vallouise. -- Le Pertuis-Rostan. -- Le village
    des Claux. -- Le mont Pelvoux. -- La Balme-Chapelu. -- Moeurs des
    habitants.                                                     402


LISTE DES GRAVURES.                                                417

LISTE DES CARTES.                                                  422

ERRATA.                                                            427



[Illustration: ROYAUME D'AVA.--Grande pagode de Rangoun.--Dessin de
Français d'après une photographie.]



VOYAGE DANS LE ROYAUME D'AVA

(EMPIRE DES BIRMANS)

PAR LE CAPITAINE HENRI YULE,

DU CORPS DU GÉNIE BENGALAIS.

1855.


     Départ de Rangoun. -- Frontières anglaises et birmanes. -- Aspect
     du fleuve et de ses bords.

Lord Dalhousie, gouverneur général de l'Inde, ayant décidé l'envoi
d'une ambassade près de la cour d'Ava, les membres de la mission, à
laquelle il voulut bien m'adjoindre en qualité de secrétaire, se
réunirent à Rangoun dans le courant de juillet 1855. Cette ville est
célèbre par sa belle position commerciale et maritime au débouché de
la navigation intérieure du Pégu et de l'Ava, ainsi que par sa grande
pagode, un des sanctuaires les plus renommés de l'Indo-Chine.

Le 1er août, au point du jour, toute l'ambassade, portée sur les
bateaux plats _le Sutlege_ et _le Panlang_, remorqués par _le
Bentinck_ et _le Nerbudda_, quitta cette ville et gagna le bras
principal de l'Irawady.

Après avoir traversé les provinces anglaises d'_Enzada_ et de _Prome_,
on nous annonça l'approche d'une députation birmane qui devait nous
servir d'escorte.

[Illustration: Bateau à voile sur l'Irawady.]

À quelques heures au nord de Prome, des piliers blancs élevés sur
chaque rive du fleuve nous indiquent la ligne frontière des
possessions anglaises et birmanes. Les canons des forts saluent notre
passage.

Entre le fleuve et la base des chaînes qui bordent son bassin
s'étendent des bandes de terrain où se déploie cette richesse de
végétation qu'impriment au paysage les bois où les grands arbres se
mélangent aux palmiers élancés. Les villages sont assez nombreux,
agréables d'aspect; le plus souvent la masse sombre d'un monastère
domine de ses triples étages les cabanes et les arbres; puis en
arrière, pour dernier plan, se dressent des collines qui, couvertes
d'un gazon sec, sont couronnées de pagodes auxquelles conduisent des
sentiers tortueux.

Une course au sommet d'une des premières collines des terres d'Ava
nous procure une vue magnifique de la contrée et du cours du fleuve.
Dans le lointain nous n'apercevons pas de villages, mais des routes se
dirigeant vers l'intérieur, et de temps à autre apparaissent
quelques-uns de ces chariots indigènes (_neat_) qu'entraînent de leur
trot rapide des boeufs rouges, vigoureux et en parfait état.

Ces animaux, quoique beaucoup plus petits que les boeufs de l'Inde
centrale et du Deccan, sont beaucoup plus forts, plus grands que les
boeufs du Bengale; je n'en ai peut-être jamais vu en meilleure
condition. Ces boeufs sont loin de se livrer à des excès de travail.
La principale raison de leur parfait état tient probablement à ce que,
les indigènes ne consommant pas de lait, les veaux ne sont pas privés
de leur aliment naturel.

Les terres qui avoisinent la frontière sont excessivement ondulées, et
les fonds seuls sont cultivés. Le nom de charrue ne peut s'appliquer à
l'instrument qu'on emploie dans les cultures sèches; c'est plutôt une
sorte de râteau avec trois larges dents d'acacia. Près d'Ava, surtout
dans les rizières, les paysans se servent de charrues qui rappellent
un peu plus les charrues indoues.

Les terres, bien qu'imparfaitement labourées, étaient proprement
tenues et leurs sillons plus réguliers que dans la plupart de nos
champs de l'Inde. Ce mode de culture n'en excita pas moins le mépris
d'un robuste Hindoustan du Doab, zémindar dans notre cavalerie
irrégulière. «C'est à Dieu et non pas à leur travail qu'ils doivent
leur nourriture,» disait-il. Les paysans se plaignaient beaucoup de la
sécheresse; ils n'avaient pas récolté de riz depuis plusieurs années,
et n'espéraient pas même une récolte cette année encore.

Nous trouvâmes enfin à _Menh'la_, chef-lieu de district, la
députation annoncée depuis plusieurs jours. Elle se composait du
Woondouk[1] Moung Mhon; du gouverneur de Tseen-goo, petit vieillard
original; de Makertich, gouverneur du district de Maloon. Ce dernier,
d'origine arménienne, s'habille comme les Birmans; son teint est
peut-être un peu plus foncé que celui des indigènes, dont il se
distingue par des traits plus aquilins. Il y avait en outre des
scribes et des officiers.

         [Note 1: _Woondouk_, ministre de second ordre. Dans le
         _Hlwot-dau_, grand conseil de la couronne, il y a quatre
         _woon-gyi_, assistés chacun d'un woondouk. _Woon_, gouverneur
         ou ministre; ce mot signifie littéralement fardeau.
         _Woon-gyi_, grand woon; _woondouk_, soutien du woon.]

[Illustration: Canot de parade.]

La députation était escortée de cinq ou six canots de guerre; c'était
la première fois que nous rencontrions ces immenses embarcations;
l'avant en est très-bas et très-fin; l'arrière, très-élevé, se
recourbe au-dessus de l'eau; les rameurs, au nombre de quarante à
soixante, sont deux sur chaque banc: tout l'extérieur du canot est
doré, et toutes les rames le sont aussi. Les matelots, vigoureux et
robustes, portaient tous leur conique chapeau de bambou; dans quelques
canots ils étaient vêtus de mauvaises jaquettes noires d'uniforme. Des
bandes de mousseline et des _filets_ couverts de clinquant ornent les
poupes élevées des canots de guerre, où flotte avec grâce une grande
bannière blanche bordée d'argent, sur laquelle s'étale le blason de
l'empire, un paon grossièrement dessiné. Souvent, à côté de l'oiseau
oriental, une carafe européenne sert de pomme au mât de bambou auquel
s'attache le pavillon. C'est un ornement très en faveur chez les
Birmans, et parfois même une modeste bouteille à eau de Seltz domine
la pointe extrême des pagodes. Un court mâtereau dressé à l'extrémité
de la poupe des canots de guerre porte le _htee_[2], cet emblème royal
et sacré. Ce n'est pas à l'arrière, comme en Europe, mais à l'avant du
canot, sur une espèce de petite plate-forme, que se place le
personnage le plus important du bord.

         [Note 2: Le _htee_ est l'ornement en fer doré qui couronne le
         dôme de toutes les pagodes.]

[Illustration: Bateau de commerce.]

Nous débarquâmes et nous nous rendîmes à la résidence de Makertich.
C'est une élégante construction en bambou, élevée sur piliers et
entourée d'une palissade de même bois, selon la mode du pays. Une
chambre tout à jour d'un côté, garnie de tapis indiens, servait de
pièce de réception. Au fond de la salle, on voyait rangés sur un
râtelier les fusils de la garde du gouverneur, qui habite, dans un
coin de la cour, un petit corps de bâtiment, d'où les femmes
regardaient curieusement les _Kalàs_ (étrangers); les communs et les
corps de garde étaient appuyés sur la clôture elle-même.

Dans la soirée, en compagnie de Makertich, nous allâmes faire un tour
dans la ville, qui est toute neuve, et ne date que de l'entrée en
fonction de ce gouverneur; elle n'a que six mois d'existence. C'est
certainement la ville la plus propre et d'aspect le plus prospère que
nous ayons rencontrée sur le fleuve depuis notre départ de Rangoun:
une longue voie perpendiculaire à la rivière, et que viennent croiser
trois autres rues, compose cette jeune cité. Les maisons ne sont pas
situées au bord de la rivière; les Birmans négligent presque
universellement les avantages d'une telle position; une large zone
couverte de grands arbres s'étend toujours entre l'eau et leurs
habitations; des _simul_ (l'arbre à coton des Anglo-Hindous), des
tamarins, de nombreuses variétés de figuiers forment un ombrage
impénétrable aux rayons du soleil. Les rues sont larges, bien
entretenues, bien drainées. Un groupe de monastères et de pagodes
entouré d'un bosquet de tamarins, de palmiers et de talipots, s'élève
sur le bord du fleuve, et nous remarquons dans plusieurs de ces
édifices religieux l'absence de la forme conique ou mieux de cette
forme en poire qui est le modèle stéréotypé de toutes les pagodes du
Pégu.

Le lendemain _13 août_ nous nous remîmes en route, après une visite
matinale de notre escorte, ennuyeux cérémonial qu'il fallut subir
pendant tout le voyage. Le woondouk et sa suite étaient dans deux
barges remorquées par les canots de guerre; ces barges étaient peintes
tout en blanc, couleur royale; les parasols d'or des dignitaires se
dressaient aux coins de la cabine, devant laquelle était une verandah
tendue en drap grossièrement brodé.

[Illustration: Carte du cours intérieur de l'Irawady.]

Les bateaux, nombreux à _Menh'la_, offraient quelques bons spécimens
des grandes embarcations de l'Irawady; il y en avait de 120 à 130
tonneaux.

On se sert sur la rivière de deux sortes de barques différant
complétement l'une de l'autre. Les plus grandes, les _hnau_, sont
aussi les plus employées: quelle que soit leur grandeur, le modèle
pour toutes est le même. La quille se compose d'un tronc d'arbre qu'on
creuse et qu'on élargit à l'aide du feu, quand le bois est vert
encore; c'est simplement un canot. Sur cette espèce de quille on monte
les membrures et les clins. Les courbes de l'avant, toujours très-bas,
sont magnifiques, très-évidées, et ressemblent beaucoup à celles de
nos steamers modernes. L'arrière s'élève beaucoup au-dessus de l'eau,
et ses lignes d'eau sont très-fines. On y trouve toujours un banc
élevé, ou plutôt une espèce de plate-forme soigneusement sculptée
servant au timonier. Le gouvernail est un large aviron attaché à la
hanche de bâbord; il se manoeuvre à l'aide d'une petite barre qui
vient en travers du banc du pilote.

[Illustration: Birmans dans une forêt.--Dessin de J. Pelcoq d'après
une photographie.]

Ce qu'il y a de plus curieux dans ces navires, c'est la mâture et la
voilure. Le mât se compose de deux espars; attachés à deux morceaux de
charpente et fixés à la quille, ils sont disposés sur ces pièces de
bois de façon à pouvoir s'abaisser et même se démonter à volonté.
Cette même mâture sert aux fameux pirates d'Ilanon, dans l'archipel
Indien; quand ces écumeurs de mer sont poursuivis, ils se réfugient
dans une crique et abaissent leurs mâts, qui pourraient trahir leur
retraite. Il me semble qu'il y a entre les races indo-chinoises et les
habitants de l'archipel Indien de nombreux points de ressemblance qui
doivent fixer l'attention des ethnologistes.

Ces deux mâtereaux, réunis par des traverses qui forment une espèce
d'échelle, se rejoignent au-dessus de la vergue, et se terminent en un
mât unique.

La vergue est formée d'un ou de plusieurs bambous d'une longueur
énorme, très-flexibles; elle est attachée au mât par de nombreuses
drisses, de manière à se courber en forme d'arc. Le long de la vergue
court une corde dans laquelle passent des anneaux servant à attacher
la voile, qui, à la manière d'un rideau, se tire des deux côtés du
mât. Il y a de plus un hunier installé de la même manière. La voile
est de cette toile de coton légère qui sert aux vêtements des
indigènes. S'il n'en était pas ainsi, il serait impossible à ces
bateaux de porter l'immense voilure qui les caractérise. À Menh'la, un
de ces bateaux se trouvait près du rivage, je pus mesurer sa vergue;
elle avait, tout en négligeant sa courbure, cent trente pieds
(trente-neuf mètres) de long, et la surface de la voilure ne pouvait
pas être au-dessous de quatre mille pieds carrés (367 mètres).

[Illustration: Pattshaing ou tambour-harmonica.]

Ces bateaux ne peuvent marcher que vent arrière; mais pendant la
saison des pluies, le vent est presque toujours favorable à la remonte
d'Irawady. Une flottille de ces bateaux filant devant le vent, avec le
soleil dorant leurs immenses voiles blanches, ressemble à de
gigantesques papillons effleurant l'eau.

Au-dessus de _Menh'la_ le courant est très-violent, nos steamers
remorqueurs n'avançaient qu'à grand'peine. Sur notre gauche se
dressaient d'abruptes collines de grès rouge; au pied de ces rochers,
qui s'entr'ouvrent çà et là pour former de charmants vallons herbeux,
apparaissaient de magnifiques arbres qui projetaient leurs ombres sur
les remous de la rivière. La pagode de Myenka-taoung, déjà signalée
par Crawfurd en 1824, se dresse encore à l'extrémité de la falaise,
suspendue au-dessus des eaux qui minent la base des rochers sur
lesquels elle est assise. C'est là qu'en 1056 fut assassiné Chaulu,
roi de Pagán.

Nous nous arrêtons à Men-goon (le site du palais rustique), grand
village de deux à trois cents maisons. La population entière est sur
le rivage, drapeaux et bannières flottant au vent, un corps de musique
jouant à tout rompre; des bateaux dorés, d'autres embarcations moins
éclatantes, mais ayant le même aspect «centipède,» circulent autour de
nos vaisseaux; les rameurs poussent des hurlements ou chantent en
choeur, ce qui est la même chose; deux ou trois individus ressemblant
à des démons dansent avec frénésie sur les bancs des canots;
l'excitation générale donne à ce spectacle un caractère étrange et
bizarre.

Un peu au-dessus de Men-goon, le fleuve change d'aspect, il s'étend en
un immense chenal de deux à cinq milles de large (trois mille deux
cents à huit mille mètres), embrassant de nombreuses îles d'alluvion;
et il conserve cet aspect jusqu'au confluent du _Kyend-wen_.

Dans tout ce parcours, des berges élevées, des falaises escarpées de
_grès ou d'argile rouge_ encaissent la rivière à l'orient. Près du
fleuve les terrains sont ravinés et tourmentés; plus loin le sol
s'élève en longues pentes ou en collines ondulées. La végétation a
perdu ici son caractère tropical: rare et rabougrie en quelque sorte,
elle ne se compose guère que d'une variété de _zizyphus jujuba_,
_acacia cathechu_, entremêlés de ces euphorbes décharnés et de ces
pâles et maladifs _madars_ qui se rencontrent dans tous les endroits
stériles et desséchés de l'Inde, depuis le Peshawer jusqu'au Pégu.

[Illustration: Pattshaing à baguettes.]

Hâtons-nous de dire que ces falaises stériles s'ouvrent de temps à
autre pour laisser entrevoir, dans l'intérieur des terres, de jolis
vallons perpendiculaires au fleuve; au débouché de tous, de verdoyants
bosquets de palmiers et de grands arbres ombragent de riants petits
villages dont la verte ceinture de champs cultivés et de haies bien
entretenues forme un charmant contraste avec les collines stériles et
nues qui les environnent.

Sur la rive droite, ces hautes terres disparaissent près Memboo, à
dix-huit milles (vingt-neuf kilomètres) de Menh'la; une immense plaine
d'alluvion s'étend jusqu'aux derniers contre-forts des monts Aracan;
c'est la province de Tsalen, une des plus riches de l'empire birman.

De Men-goon, nous gagnons Magwé; entre ces deux localités, sur des
collines dénudées, brillent les blanches pagodes de Kwé-zo, auxquelles
on arrive par d'interminables escaliers.


     La ville de Magwé. -- Musique, concert et drames birmans.

Magwé, peuplée de huit à neuf mille âmes, est la plus grande ville que
nous ayons encore vue en ce pays. Il y avait sur la plage deux ou
trois cents bateaux de toute forme et de toute grandeur. Selon le
wondouk, la ville renferme trois mille maisons, et ce chiffre ne nous
sembla nullement exagéré.

En approchant de Magwé, nous vîmes un joli spécimen de pont birman:
les Birmans sont bien plus avancés que les Hindous dans ce genre de
construction; il est rare de ne pas rencontrer de pont là où les
débordements empêchent la circulation.

La longueur de ces ponts est souvent excessive; leur construction ne
m'a jamais semblé varier. Des pilotis en bois de teck de douze à
treize pieds de long, des traverses qui se fixent aux pieux par des
mortaises, un plancher solide, une balustrade souvent élégamment
sculptée, voilà tout ce qu'on exige d'un ingénieur birman. Les
pilotis, enfoncés sans l'aide du mouton, résistent pourtant au
courant.

[Illustration: Harpe birmane.]

Les chaumières des faubourgs étaient en bon état; presque toutes
avaient un large porche en treillage, qui, recouvert de plantes
grimpantes, formait un frais berceau d'ombre et de verdure.

Les principales maisons de la grand'rue étaient occupées par des
soldats dont les armes étaient rangées le long des verandahs. De
nombreux chevaux circulaient dans les rues; c'était la monture de la
milice du pays, convoquée sans doute pour notre arrivée.

Les boutiques étaient veuves de leurs marchandises, et la population
avait un air d'inquiétude qui est peu dans le caractère des Birmans;
notre présence semblait les préoccuper.

Nous ne rencontrâmes aussi que très-peu de femmes, ce qui n'est pas
l'habitude du pays. C'est la seule fois que nous nous soyons aperçus
de ce manque de confiance; mais les femmes ne se montrèrent plus en
grand nombre que dans le voisinage de la capitale.

En sortant de la ville, nous nous trouvâmes dans une campagne ouverte,
ondulée et divisée en enclos par des haies de jujubiers morts. La
principale culture était le sésame. L'aspect des routes et des champs
nous montrait un degré de civilisation auquel nous ne nous attendions
pas.

[Illustration: Harmonica birman.]

Du bord de notre bateau à vapeur, nous avions remarqué une masse
sombre de toitures s'étageant les unes sur les autres; c'étaient deux
immenses monastères, d'une construction solide et simple, une chapelle
(_thein_) et enfin une pagode. Le tout, y compris de vastes terrains,
était entouré d'une grossière palissade de bois de teck de sept à huit
pieds de haut.

Le _thein_ était le monument le plus remarquable et le plus richement
sculpté que nous ayons encore rencontré: ce n'est que dans les
environs d'Amarapoura que nous avons vu des monastères le surpassant;
plutôt encore par la richesse que par le goût de l'ornementation.

M'étant mis à en faire un croquis, je fus aussitôt entouré d'une foule
de moines et de profès, tous très-joyeux, mais aussi très-questionneurs.
Quand je demandais à l'un d'eux de poser pour que je pusse le
représenter dans mon dessin, il s'approcha à toucher mon visage, et je
ne pus lui faire comprendre qu'il était trop près.

Le soir, nous fîmes connaissance avec le drame birman, distraction qui
prendrait grande place dans ma narration, s'il me fallait raconter
ceux dont nous avons été journellement gratifiés pendant tout notre
voyage.

Le gouverneur avait ordonné une exhibition de marionnettes et un drame
régulier et classique; comme c'était la première fois qu'on nous
faisait une politesse de ce genre, le major Mac Phayre, l'ambassadeur,
y exigea notre présence.

Nous avions un orchestre birman au grand complet, composé
d'instruments très-curieux, et qui, je crois, sont particuliers à la
Birmanie.

Le principal instrument, tant au point de vue du volume que du son,
est le _pattshaing_ ou tambour-harmonica. C'est une espèce de châssis
circulaire, en forme de baquet, d'environ trente pouces
(soixante-quinze centimètres) de haut sur quatre pieds et demi (un
mètre cinquante centimètres) de diamètre. Ce châssis consiste en
espèces de douves curieusement sculptées, qu'on maintient les unes
près des autres à l'aide d'un tenon qui s'introduit dans une mortaise
taillée dans un cercle. À l'intérieur sont suspendus verticalement
dix-huit à vingt tambourins, dont le diamètre varie, de six à
vingt-cinq centimètres. Pour accorder l'instrument, on modifie le son
de chaque tambour, quand cela est nécessaire, en étendant avec le
pouce un peu d'argile mouillée au centre de la peau d'âne. Le
musicien, accroupi à l'intérieur, joue de cet instrument avec les
doigts ou la paume de la main, et parvient à en tirer certains effets
musicaux. Un autre instrument ressemble beaucoup au _pattshaing_,
mais, au lieu de tambours, il contient des tamtams, et les musiciens
se servent de baguettes pour toucher ce clavier, qui donne des sons
d'une douceur et d'une mélodie charmantes. Le reste de l'orchestre se
compose de deux ou trois clairons à large pavillon, d'une misérable
trompette d'un son, de cymbales, et quelquefois d'un immense tamtam;
invariablement il y a des castagnettes de bambou qui battent fort bien
la mesure, mais qui aussi se font par trop entendre.

Les Birmans ont en outre des instruments pour la musique spéciale de
salon ou de concerts; les principaux sont la harpe et l'harmonica aux
touches de bambou et quelquefois d'acier.

Nous avons vu à Amarapoura un de ces derniers instruments; c'était
l'oeuvre des augustes mains du roi Tharawady, qui, comme Louis XVI,
était plus adroit mécanicien qu'habile monarque.

Enfin une longue guitare cylindrique à trois cordes, ayant la forme
d'un caïman, dont elle porte d'ailleurs le nom, clôt la liste de
l'instrumentation birmane.

Revenons au drame. Le sol, couvert de nattes, sert généralement de
scène. Les personnages distingués se placent sur des estrades, la
_plèbe_ s'accroupit, se plaçant de son mieux dans tous les espaces
libres. Au milieu de la scène il y a toujours un arbre, ou simplement
une grosse branche d'arbre; comme l'autel dans les tragédies grecques,
c'est le centre de l'action, c'est le seul décor; on a toujours
répondu à mes questions à ce sujet que c'était en prévision du cas où
l'on aurait une forêt ou un jardin à représenter; mais je suis
convaincu que cet arbre avait une signification symbolique qui, avec
le temps, s'est perdue.

[Illustration: Pagode à Pagán.]

L'éclairage, à l'huile minérale, consiste en quelques vases de terre
qu'un des acteurs remplit de temps à autre et qui lancent leurs lueurs
rougeâtres autour de l'arbre symbolique. L'orchestre, sur un des côtés
de la scène, a près de lui une espèce de chevalet d'où pendent une
foule de masques grotesques. Le coffre qui renferme les costumes de la
troupe lui fait face; invariablement ce coffre fait fonction de trône
à l'usage des rois, toujours très-nombreux dans ces drames.

De fait, rois, princes, princesses, ministres et courtisans sont les
seuls personnages qui y figurent. Quant à l'intrigue, s'il y en a une,
elle est très-difficile à découvrir. Le héros est le plus souvent un
jeune prince, qui a toujours pour valet un bouffon, comme celui de nos
anciennes comédies; le Crispin de Magwé remplissait parfaitement son
rôle de comique, ainsi qu'en témoignaient les éclats de rire de
l'audience. C'était le seul acteur digne de ce nom, et son jeu était
souvent si hautement épicé, que pour le comprendre il n'était pas
besoin de connaître la langue dont il se servait. L'interminable
prolixité du dialogue dépassait toutes les bornes; je ne pense pas que
personne pût comprendre ni ce qu'il signifiait ni sa raison d'être; ce
qu'il y a de certain, c'est que l'action marchait si lentement qu'il
eût fallu plusieurs semaines pour arriver au dénoûment.

Une partie du dialogue était chantée; dans ces moments, les attitudes,
les gestes et certaines lamentations prolongées avaient un caractère
très-comique, mais dont on se lassait bientôt. Des danseurs et des
danseuses viennent souvent jouer des intermèdes ou même prendre part à
l'action. Les rôles de femmes, dans les villes éloignées de la
capitale, étaient joués par de jeunes garçons.

[Illustration: Représentation théâtrale dans le royaume d'Ava.--Dessin
de W. Haussoullier et Hadamard d'après H. Yule.]

Les marionnettes sont encore plus populaires que les drames: les
représentations de ces acteurs de bois ont lieu sur des théâtres assez
élevés, ayant souvent neuf mètres de développement, ce qui permet de
transporter la scène selon les exigences du sujet; le plus
communément, on voit un trône à un bout, c'est la cour; à l'autre
extrémité des branches d'arbre représentent une forêt. Les pièces que
jouent ces marionnettes sont, comme celles des acteurs vivants,
très-prolixes, et elles m'ont paru avoir une tendance au surnaturel,
car on y voit des princesses enchantées, des dragons, des esprits
(_hàts_), des chariots volants, etc. Ces marionnettes jouent souvent
aussi des mystères qui se rapportent à l'histoire de Gautama, et qu'on
ne pourrait laisser représenter par des acteurs.


     Sources de naphte; leur exploitation. -- Un monastère et ses
     habitants.

La ville de Ye-nan-Gyong, que nous atteignîmes le 13, révèle la nature
de son industrie et à la vue et à l'odorat; on y sent partout l'odeur
nauséabonde du pétrole; la plage est couverte de vases de terre qui
ruissellent d'huile; de toutes parts on voit fumer des poteries. Nous
montâmes sur les collines qui entourent la ville; un sol de sable ou
de pierre, à peine assez d'herbe pour ne pas accuser une stérilité
absolue, çà et là quelques euphorbes rabougris, du bois pétrifié en
abondance, tel est l'aspect désolé du pays.

Le 15 août fut consacré à visiter les mines; nos chevaux n'étaient pas
mauvais; mais je n'en puis dire autant de leur harnachement. Après
avoir chevauché pendant trois milles (cinq kilomètres) à travers des
ravins et des collines escarpées de grès en pleine désagrégation, nous
arrivâmes sur une hauteur au centre de l'exploitation. C'est un
plateau irrégulier qui forme une espèce de péninsule au milieu des
ravins.

[Illustration: Dagobah ou pagode en forme de cloche.]

Les puits sont, dit-on, au nombre de cent; mais il en est qui sont
abandonnés. Leur profondeur est variable, suivant qu'ils sont percés à
la partie supérieure du plateau ou sur ses flancs. Nous en avons
mesuré plusieurs à l'aide de longues cordes qui servent à puiser
l'huile, et nous avons trouvé cinquante-quatre, cinquante-sept,
quatre-vingt-un et jusqu'à quatre-vingt-onze mètres. Cette
exploitation occupe une surface d'environ deux cent soixante hectares.

Un treuil grossier, monté sur un tronc d'arbre, posé lui-même sur des
branches fourchues, est tout le matériel employé. On laisse descendre
un pot de terre, il se remplit d'huile, puis un ouvrier, homme ou
femme, tirant la corde, descend la pente de la colline jusqu'à ce que
le vase arrive à l'orifice du puits. Les Birmans se servent de cette
huile pour l'éclairage; on l'emploie aussi pour préserver les bois de
construction des atteintes des insectes; c'est souvent même un
médicament. Ce pétrole, qui depuis quelques années et largement
importé en Europe, sert à l'éclairage, au graissage des machines, et
la substance solide est employée à la fabrication des bougies.

Cette huile, de couleur verdâtre, a la consistance de la mélasse; son
odeur n'est pas désagréable quand on est en plein air, et qu'elle est
en petite quantité.

Le travail dans ces puits, d'où s'échappent des gaz délétères, n'est
pas sans danger, surtout quand on approche du niveau de l'huile. Le
capitaine Macleod, qui vit travailler au percement de l'un d'eux,
rapporte que les ouvriers ne restent au fond du puits que de quatorze
à vingt-huit secondes; encore en sortent-ils très-épuisés.

Cette exploitation fournit par mois vingt-sept mille
_viss_(quarante-cinq mille kilogrammes de pétrole), il en revient
mille au roi, mille au seigneur du district, et environ neuf mille aux
ouvriers. Par suite de la demande du marché européen, cette substance
vaut actuellement, à Londres, de mille à onze cents francs la tonne.
La production totale annuelle de tous les puits, y compris ceux de la
région sud, est d'environ douze mille tonnes.

Dans la soirée j'allai avec le major Phayre faire une promenade dans
les environs: un chemin bien entretenu nous conduisit, à travers des
collines arides, jusqu'à un petit vallon ombreux s'ouvrant sur la
rivière; il avait son monastère et sa pagode. Les écoliers du
monastère s'attroupant autour de nous, un vieux _poon-gyi_[3]vint sous
le _zayat_[4]comme s'il voulait nous parler. Ces moines n'adressent
jamais la parole les premiers: c'est la seule classe dans le Pégu avec
laquelle il soit agréable de parler, parce qu'ils ne sont jamais
quémandeurs.

         [Note 3: _Poon-gyi_, grande gloire, nom qui, dans la
         Birmanie, sert à désigner les prêtres de Bouddha.]

         [Note 4: _Zayat_, espèce de portique ou d'abri public, qui,
         servant aux voyageurs, aux promeneurs, etc., se trouve dans
         presque toutes les pagodes.]

Nous invitâmes le vieux poon-gyià venir visiter les steamers; mais il
nous refusa en lorgnant soupçonneusement un _avocat de Penang_ (un
bâton), que l'un de nous avait à la main. «Je crains d'être battu,»
nous dit-il.

Ce peuple semble croire que parler birman implique une communauté de
foi avec eux. On demandait invariablement à l'ambassadeur: «Est-ce que
vous adorez les pagodes?» Comme en parlant au poon-gyi il avait
employé les termes de respect qu'on emploie à l'égard des prêtres, un
des assistants aux dents noires lui dit d'une façon assez
impertinente: «Quoi! est-ce que vous adorez les poon-gyis; pourquoi
alors n'avez-vous pas rendu à celui-ci les hommages que vous lui
devez?--Parce qu'aujourd'hui n'est pas un jour de culte,» répliqua
l'envoyé. Cette réponse excita un rire général dans tout l'auditoire.


     La ville de Pagán. -- Myeen-Kyan. -- Amarapoura.

À mesure que nous approchons de _Pagán_, le fleuve semble grandir. La
rive orientale est magnifique de végétation. Ce n'est qu'une
succession continue de vallons richement boisés, de bouquets
d'élégants palmiers abritant des villages; c'est un contraste frappant
avec la rive opposée, qui ne présente qu'une série de collines
stériles, dénudées, dont l'apparence est d'autant plus désolée que les
îles qui surgissent à leurs pieds sont couvertes d'une épaisse
verdure.

Nous voici enfin à Pagán; d'abord un dôme immense apparaît, c'est le
_Tsetna-phya_; ensuite des pyramides éclatantes qui, étagées les unes
sur les autres, surmontent des toitures resplendissantes de dorures;
des temples sombres, étranges, avec leurs bases carrées, d'où s'élance
un clocher en forme de mitre; puis enfin des coupoles blanches,
noires, bizarres, fantastiques, se dessinant au milieu des maisons,
des palmiers, des champs et des jardins.

Voici venir les canots de guerre, les parasols dorés, les rameurs qui
hurlent, les danseurs frénétiques, la musique assourdissante; c'est le
gouverneur de Pagán, le _Myit-sing-woon_, espèce de grand shérif de
l'Irawady.

Les temples apparaissent de plus en plus nombreux, les villages se
montrent de toutes parts; de tous côtés, sous des arbres majestueux,
une population qui fourmille; enfin nous laissons tomber l'ancre
devant Pagán, et, comme d'habitude, près du théâtre.

L'escorte du Myit-sing-woon était la plus nombreuse que nous ayons
encore vue. Dans son canot il avait cinquante hommes armés d'épées;
une vingtaine portaient des fusils de tout calibre, mais tous à deux
coups, plusieurs même de ces équipages portaient un uniforme. Nous
comptâmes trente canots, qui en moyenne avaient trente hommes à bord.
Enfin environ deux cents cavaliers, montés sur des petits chevaux
campagnards, parmi lesquels il y avait plus d'une jument suivie de son
poulain, nous attendaient sur la plage. Notre mouillage était des plus
pittoresques. Près de nous, sur le bord du fleuve, s'élevait un
temple, petit, il est vrai, mais d'une construction très-originale:
son dôme avait la forme d'un oeuf, le gros bout en l'air, et était
surmonté d'une simple flèche.

Cet oeuf pose sur une terrasse de _chunam_ ou chaux qui est faite avec
des coquillages ou du corail blanc; elle descend jusqu'à la rivière
par une série de murs en talus, dont les parapets sont couronnés d'un
cordon de trèfle mystique. En arrière une châsse de bois sculpté et
doré, et un _thein_ en brique avec son clocher pyramidal, s'étagent
l'un derrière l'autre. Ce thein est d'une richesse et d'un fini
d'exécution rares actuellement chez les Birmans.

De la rivière, cet ensemble d'architecture était si fantastique, si
étrange, qu'en le voyant, on aurait pu se croire dans un monde
nouveau.

Pagán nous causa à tous un profond étonnement. Aucun des voyageurs qui
nous avaient précédés ne nous avait préparés au spectacle de ruines
aussi vastes, aussi intéressantes. C'est à Pagán, dans les décombres
de la vieille cité, que le 8 février 1826, l'armée des Birmans,
commandée par le malheureux Naweng-Chuyen (le roi du coucher du
soleil), livra son dernier combat aux Anglais envahisseurs.

[Illustration: Intérieur d'une pagode.]

Les ruines de Pagán couvrent, le long du fleuve, un espace de treize
kilomètres de long sur trois kilomètres de large. Le nombre des
temples ruinés ou en bon état est de huit cents, peut-être même de
mille. Il y en a de toute espèce: pagodes en forme de cloche, en forme
de bouton, en forme de potiron ou d'oeuf; _Dagobahs_, _Chaityas_,
_Bo-phyas_[5], tout s'y trouve réuni, avec toutes les variantes que
comportent d'ailleurs ces différents types. Ces constructions, presque
toutes sur le même plan, affectent la forme cubique: à l'intérieur une
grande chambre avec des voûtes gothiques; à la principale entrée,
grand porche qui fait saillie; à l'orient, deux portes latérales; le
plan a la forme d'une croix; le bâtiment s'élève en terrasses
successives pour se terminer par une flèche, le plus souvent une
espèce de pyramide renflée vers le milieu. Ces constructions sont en
briques revêtues de plâtre. Les murs intérieurs et les chapelles ont
un revêtement pareil, richement décoré de fresques d'un travail
soigné.

         [Note 5: _Dagobah_ est le nom donné aux temples de Ceylan; il
         signifie, en sanscrit, réceptacle des reliques. On suppose
         généralement que notre expression de pagode est une
         corruption de ce mot. _Chaitys_ désigne les temples
         bouddhistes; _Bo-phya_ est le nom des pagodes en forme d'oeuf
         ou de potiron.]

Tel est en général le type de ces pagodes, dont la superficie varie de
quatre-vingts à huit cents mètres carrés.

Ce qu'il y a de plus remarquable sans contredit dans ces temples, ce
sont les chapelles à idoles, colossales statues de neuf mètres qui se
ressemblent toutes; la seule différence qui existe entre elles est
dans leur attitude: les unes prient, les autres prêchent, celles-ci
donnent leur bénédiction. Posées sur un piédestal en bois sculpté en
lotus, elles font face à l'entrée des chapelles, qui toutes sont
ornées de magnifiques grilles de sept mètres de haut: ces grilles en
bois sont très-curieusement fouillées; des guirlandes de feuillage
d'un fini précieux s'enroulent autour de chaque traverse; les voûtes
sont treillissées et semées de rosaces d'or.

L'immense niche où se trouve la statue a parfois plus de quinze mètres
d'élévation; tout autour court une dentelle de métal doré,
soigneusement découpée: au sommet de la voûte, à l'abri des regards du
spectateur, se trouve une fenêtre dont le jour est dirigé sur la tête
et les épaules de l'idole, qui, couverte d'or, semble ruisseler de
lumière. Ce rayonnement éclatant au fond d'une chapelle sombre saisit
le spectateur et produit un effet étrange.

Ces pagodes sont, je crois, toutes construites en _kucha-pukka_,
c'est-à-dire en briques cimentées de vase. On se représente
difficilement des monuments de ce genre, atteignant une hauteur de
soixante mètres; il faut dire que ces constructions sont presque des
masses solides, si bien que les corridors et les voûtes ressemblent
plutôt à des excavations qu'à de grandes nefs. Ces travaux sont
d'ailleurs exécutés avec un tel soin, le joint des briques est si bien
fait, qu'il est difficile d'introduire entre elles la lame d'un
couteau. Toute cette maçonnerie est couverte de plâtre; la nature même
de cette construction exige qu'il en soit ainsi.

[Illustration: Maison de l'ambassade, à Amarapoura.]

Là où le plâtre a résisté, les monuments sont en bon état; quand il a
disparu, les monuments tombent en ruine. Il va sans dire que tous les
ornements sont exécutés en plâtre; ils sont d'un goût et d'un fini
qu'on rencontre rarement dans ce pays et dans les Indes.

Myeen-kyan, ville importante entre Pagán et la capitale du royaume,
fait un grand commerce; c'est le principal marché à riz de la
Birmanie. Les rues étaient très-animées: ici on battait le riz, là on
le vannait, plus loin, on l'emballait et on le mettait à bord de
grandes barques de cinquante à cent tonneaux, qui emportaient aussi
des balles de coton destinées à la Chine. Celui que nous avons vu
était sale et court de laine.

Les habitants se pressaient en foule pour voir les navires; ils
regardaient par les sabords ouverts, questionnant, plaisantant sur
tout ce qu'ils voyaient; qu'on fût à sa toilette ou non, ils ne se
dérangeaient point.

Les eaux du fleuve étaient si hautes et inondaient tellement les
champs et les prés, qu'il nous fut impossible de juger de l'importance
du Kyend-wen, un des affluents de l'Irawady: nous remarquâmes au
confluent de ces deux rivières un petit _kyaung_ (monastère), bâti sur
pilotis: il avait été construit, nous dit-on, pour les mariniers.

[Illustration: Vallée des puits de bitume.--Dessin de Karl Girardet
d'après H. Yule.]

Au delà de cette ville nous fûmes témoins de la fabrication indigène
du salpêtre. Comme aux Indes, il se recueille ici sur le sol; pendant
la saison sèche, on racle la terre à une profondeur de quinze
centimètres environ; puis on met ce qu'on a ainsi ramassé dans des
espèces de filtres d'osier garnis d'argile à l'intérieur et qu'on
monte sur des châssis de bois. On les recouvre de balles de riz, puis
on verse de l'eau sur le tout. Cette eau, passant lentement à travers
l'appareil, vient tomber dans un vase en terre qui sert de
récipient. On répète les lavages deux fois et on porte les eaux mères
à la cuisson.

Celle-ci s'opère dans de larges vases peu profonds, juste assez élevés
au-dessus du sol pour qu'on puisse faire un petit feu: ces chaudières
sont en fonte de Chine, métal connu par ses qualités tenaces et
ductiles. Le salpêtre vient se cristalliser sur les parois des vases,
d'où on le retire en les raclant avec un couteau de bois.

La plus grande partie du salpêtre est vendue au roi; c'est un commerce
libre; cependant, si on en vendait de grandes quantités pour
l'exportation, il est probable qu'on l'arrêterait à la frontière. Ce
qui ne se vend pas au roi sert à faire des pièces d'artifices, car les
Birmans excellent dans la pyrotechnie.

Le 29 août, nous rencontrâmes une flotte de bateaux de guerre qui
accompagnait une députation nouvelle envoyée à notre rencontre. Le
chef vint abord, c'était Nan-ma-dau-woon, le gouverneur du palais de
la reine; au commencement de la guerre, il était gouverneur de Dalla,
et avait été à la tête de la députation envoyée à Calcutta. Il portait
une longue robe d'organdi et avait sur l'épaule un _tsal-wé_[6] d'or à
douze rangs. C'était le fonctionnaire le plus distingué que nous
eussions rencontré. Son canot avec ses cinquante-six rameurs était un
spécimen modèle du genre.

         [Note 6: Le _tsal-wé_, chaîne d'or à plusieurs rangs, est
         l'insigne qui distingue les nobles birmans; il se porte
         attaché sur l'épaule gauche, traverse la poitrine, et vient
         se fixer sur le dos, derrière le bras droit. D'après le major
         Phayre, ce serait une modification du fil ou cordon
         brahmanique des Hindous.]

Le spectacle avait un grand caractère. La flottille de canots se
divisa en deux bandes, l'une restant sur la rive droite, l'autre
traversant la rive gauche; les vapeurs avançaient lentement pendant
tous ces préparatifs; nous comptâmes trois cents canots; ils avaient
en moyenne un équipage de trente hommes, le tout formant un total de
neuf mille hommes, qui nous accompagnaient de leurs chants et de leur
musique habituelle.

M. Spears, négociant anglais résidant depuis longtemps à Amarapoura,
vint à bord avec Antonio Camaretta, Portugais de Goa, un des employés
de confiance du gouvernement birman; il est actuellement receveur des
douanes dans la capitale et maître de la garde-robe du roi.

Nous débarquâmes à Sagaïn, juste en face du vieil Ava; un bois épais,
quelques pagodes blanches, quelques monastères en ruines, des remparts
couverts d'herbes et de broussailles, indiquent seuls l'ancienne
capitale du royaume. Aussitôt arrivés, le padre Abbona, prêtre
piémontais, vint nous voir; nous eûmes de nombreux rapports avec lui
dans la suite.

Le patron du canot de guerre qui avait amené le vieux woon, et qui
était monté à bord avec lui, nous avait beaucoup amusés le long de la
route. C'était un gaillard gros et gras, d'un aspect désagréable, qui
se prélassait avec des airs d'importance, ainsi qu'il convient à qui
possède un abdomen puissant et un _putso_ battant neuf. Sa vanité
subit ici un léger échec, et nous eûmes un curieux exemple de la
manière dont cela se passe en Birmanie. Au moment du mouillage,
plusieurs canots, qui auraient dû être au large, se trouvèrent gêner
notre manoeuvre. Un des chefs prononça quelques paroles, et tout
aussitôt deux de ces licteurs nus qui suivent tout personnage de
marque, et dont les insignes caractéristiques sont un long et
vigoureux rotin et des chapeaux en laque rouge, se précipitèrent sur
notre pilote, au moment où il débarquait dans toute sa gloire, le
saisirent par sa houppe de cheveux, lui lièrent les pieds et les
poings, et sans souci du _putso_ neuf et de son importance, le
jetèrent, près l'avoir fort malmené, sur un tas de briques situé
derrière notre demeure.

Dans la soirée, nous explorâmes la ville et ses environs. Cette ville,
qui plus d'une fois fut la capitale du royaume, est fermée par une
enceinte en briques tombant en ruines et entourant, au milieu d'épais
bouquets de magnifiques tamariniers, quelques rares maisons. Les
boutiques, plus rares encore, ne contenaient rien d'intéressant.


     Paysage. -- Arrivée à Amarapoura.

Les chemins des environs de la ville auraient eu parfois un aspect
tout anglais, n'étaient des haies de cactus qui nous rappelaient à la
réalité. M. Oldham et moi, après avoir gravi fort péniblement environ
trois cents marches très-roides, par un escalier ressemblant beaucoup
à celui qui décorait le fronton du temple de la Renommée dans les
livres de notre enfance, nous arrivâmes à un temple ruiné, qui
lui-même ne nous paya pas de notre fatigue; mais du haut de ses
terrasses nous eûmes une de ces vues qu'on n'oublie jamais. Il n'est
rien sur les bords du Rhin qui puisse s'y comparer. Ici l'Irawady fait
un coude brusque et s'infléchit presque à angle droit. Tantôt,
étincelant comme une zone d'argent, il baigne des îles verdoyantes
comme de sombres émeraudes, et semble se perdre dans les montagnes
bleues qui apparaissent à l'horizon; tantôt il rayonne ardent sous les
feux du soleil, comme un fleuve d'or liquide. Devant nous, Amarapoura,
enveloppée d'une vapeur légère qui couvre ses maisons de clayonnage et
ses pagodes de plâtre, de cette estompe mystérieuse qui permet à
l'imagination de rêver de palais de marbre, de pagodes de porphyre et
d'or. Derrière ses lagunes, c'est la merveilleuse Venise! À nos pieds
des arbres splendides (il n'est pas d'arbres comme ceux de la
Birmanie), d'où se détachent des pagodes, des temples éclatants de
dorure; plus loin, large comme un lac, s'étend une nappe d'eau où se
reflètent la profonde verdure des coteaux et les nuages blancs qui
courent dans le ciel; puis encore le fleuve, que sillonnent les canots
de guerre tout dorés et dont la musique et les chants arrivent jusqu'à
nous; plus loin encore les collines nues, abruptes, désolées de
Sagaïn, où, sur chaque mamelon, se dresse un sombre monastère ou un
blanc _Bo-phya_; puis des îles, des temples, des villages, des
collines nues, et, comme Cybèle, couronnées de tours, puis enfin de
l'autre côté de l'Irawady, le vieil Ava, sombre forêt où surgissent
encore quelques blanches pagodes ... splendide spectacle qui ne
sortira jamais de ma mémoire!

En allant visiter la pagode de Khoung-moo-dau, nous traversâmes
plusieurs villages habités chacun par des corps d'état distincts: dans
l'un, des fabricants de papier; dans l'autre, des forgerons; un
troisième ne renfermait que des marbriers. Ces derniers sculptent une
quantité innombrable de gautamas en marbre. Ils polissent
merveilleusement ces statues du Bouddha, se servant à cet effet d'une
pâte faite avec du bois fossile. On demandait, pour un gautama d'un
mètre de haut, deux cent trente-sept dollars; un petit gautama
portatif, de vingt centimètres environ, tout rehaussé d'or, ne valait
que vingt et un dollars.

_30 août._--Vers midi arriva une autre immense flottille de canots de
guerre; elle escortait le magwé-mengyi, qui venait au-devant de
l'envoyé anglais. Ce fonctionnaire jouit d'une haute réputation de
modération et d'honnêteté; il a la préséance sur tous les membres du
_hwlot-dau_ (conseil royal). Un certain air sensuel, combiné avec son
air intelligent et rusé, le fait ressembler aux portraits de quelques
rois du moyen âge.

L'entrevue fut très-cordiale; on causa de différents sujets, et enfin
on vint à parler du système planétaire, que le major Phayre chercha à
leur faire comprendre, sans y pouvoir réussir toutefois; c'était trop
complétement opposé à la théorie des Birmans, qui admettent
l'existence d'une montagne centrale (Myen-mo) dont la hauteur est de
plusieurs millions de kilomètres, et autour de laquelle sont
solidement attachées quatre grandes îles (l'Europe et l'Asie sont
situées sur l'île du sud). Le soleil éclaire ces quatre terres en
tournant autour de l'immense Myen-mo. Après quelques discussions sur
ce thème, le woon-gyi, se tournant vers le major Phayre, lui demanda
quels étaient les peuples qui croyaient à ce système.

«Les Anglais, les Français, les Portugais, les Américains, répondit
celui-ci.

--Tous les blancs, alors. Il faudra que j'en parle au P. Abbona,»
répondit le woon-gyi.

Dans la soirée M. Camaretta arriva avec une nombreuse suite de valets
qui portaient une trentaine de plats d'argent massifs, contenant des
ragoûts et des sucreries que le roi et la reine envoyaient à
l'ambassade.

C'étaient les premiers spécimens de la cuisine indigène soumis à notre
appréciation; aussi tous les plats furent-ils soigneusement dégustés.
Il y avait, entre autres, une espèce de vol-au-vent de volaille et de
porc, dont la pâte était de farine de riz, qui fut déclaré comparable
aux meilleurs produits de l'art culinaire français. Les sucreries,
préparées sous la direction de Son Altesse la princesse Pakhan, propre
soeur du roi, étaient dignes d'une si haute provenance.

Partis le 1er septembre pour la capitale, nous trouvâmes le fleuve
tellement débordé, qu'on fut obligé de faire jalonner devant nous le
chenal par des canots de guerre, jusqu'à ce que, quittant l'Irawady,
nous fîmes notre entrée dans le Myit-ngé ou lac d'Amarapoura, au
milieu d'une forêt d'embarcations de toute espèce, parmi lesquelles
apparurent bientôt les bateaux du roi. L'un d'eux était vraiment une
embarcation royale; la proue représentait une tête de paon, et sur le
pont s'étageaient les uns sur les autres de nombreux pavillons; le
tout ruisselait d'or. Les tours et détours de la rivière étaient si
fréquents que les collines de Sagaïn avaient l'air de danser autour de
nous.

Enfin, après avoir traversé un dédale de canaux plus étroits les uns
que les autres, si étroits que la _Nerbudda_ avec ses tambours brisait
les branches des arbres du rivage, nous arrivons au but de notre
voyage, à cet interminable pont de bois qui traverse le lac pour aller
rejoindre Amarapoura. Le pont et la berge étaient couverts de monde,
et plus d'un curieux, pour mieux voir, n'avait pas craint d'entrer
dans l'eau jusqu'à mi-corps.

Des éléphants nous attendaient au débarcadère, mais le major Phayre
ayant préféré marcher, nous nous acheminâmes pédestrement entre deux
haies de soldats d'assez piètre apparence, tous armés de sabres et de
fusils du vieux modèle français. Les réguliers, ou pour mieux dire les
quasi-réguliers, ceux qui sont de service dans la capitale, avaient
des jaquettes rouges de drap grossier, des ceinturons en étain et de
vastes chapeaux à grands bords, en forme de cloche; ces coiffures sont
en bambou tressé et recouvert de laque verte ou dorée. Les irréguliers
étaient vêtus chacun selon sa fantaisie. De temps en temps
apparaissaient sur le second rang des pelotons de cavalerie. Les
cavaliers, montés sur de maigres chevaux, armés de courtes lances et
de _dhas_ ou cimeterres, faisaient triste figure. Quelques officiers
étaient splendides, au point de vue de la parade s'entend. Encastrés
entre leurs pommeaux d'or prodigieusement élevés, avec d'immenses
quartiers de selle en buffle doré ou couverts de dragons fantastiques,
ils faisaient un effet merveilleux. Ce quartier de selle, qui a
quelquefois un mètre de diamètre, est certainement ce qu'il y a de
plus curieux dans l'accoutrement des cavaliers birmans; c'est
peut-être un reste des anciennes armures.

Nous arrivâmes à notre résidence, située à environ trois kilomètres de
notre flottille; ce qui n'était rien moins que commode; mais il nous
fallut nous résigner. Les précédents règlent tout en Birmanie; le
colonel Symes, le capitaine Canning, pendant leur séjour à Amarapoura,
avaient demeuré là, ce fut raison suffisante pour nous y loger.

Notre habitation, dont la superficie était d'environ cinq cents mètres
carrés, était entourée d'une palissade de bambous. À l'extérieur
existaient des abris servant à environ six cents soldats placés là
pour nous protéger, ou plutôt pour nous surveiller. Notre demeure,
dans le fait, n'était rien autre qu'un large bungalow avec de nombreux
pignons et non moins de larmiers, qui, ainsi que nous pûmes bientôt
nous en assurer par expérience, laissaient facilement pénétrer l'eau
dans les chambres. La charpente était en bois de teck, les murs et
planchers en bambou.

Une immense chambre de plus de vingt-cinq mètres de long nous servait
de salle à manger: de grands vases de Chine garnis d'arbres
artificiels couverts de fleurs et de fruits la décoraient. Ces
derniers imitant des mangues, des pêches, des ananas ou autres fruits,
étaient bons à manger ou au moins destinés à l'être, car on les
remplaçait tous les jours; c'étaient des sucreries ou des pâtes de
fruits suspendues aux branches par des fils de fer. Les arbres, assez
bien imités d'ailleurs, formaient une décoration agréable.

Le plancher de la salle était couvert de tapis chinois en feutre
imprimé; nous avions aussi des tables, des chaises, un _punka_ orné de
grandes lanternes chinoises dans lesquelles on mettait tous les soirs
de petites bougies indigènes en cire jaune, et qui n'éclairaient guère
mieux que des veilleuses.

[Illustration: Types de grands seigneurs et hauts fonctionnaires
birmans.--Dessin de Morin d'après H. Yule.]

Le long de ce salon régnait une verandah ayant vue sur un grand
portique, immense abri circulaire avec un toit conique supporté par un
seul mât placé au centre. Sous cet immense parapluie se trouvaient et
le théâtre, et les marionnettes, et la musique destinée à nos
plaisirs, ou plutôt à ceux de notre garde d'honneur, car ils ne nous
causèrent jamais que des insomnies.

Dans notre portique-théâtre et sur la verandah brillaient d'énormes
jarres d'argent massif où deux hommes auraient logé sans peine;
d'immenses cuillers, aussi en argent, permettaient de se désaltérer
avec l'eau qu'elles contenaient: c'était d'un aspect vraiment royal.

Amarapoura, en pali, «la ville immortelle,» n'a aucune prétention à
l'antiquité; elle a été fondée par Mentaragyi Phra, fils de ce grand
Alompra, qui, vers le milieu du siècle dernier, affranchit la Birmanie
du joug des Péguans. D'après le P. San-Germano, Mentaragyi prit
possession de son palais le 10 mai 1783. La ville fut abandonnée par
son successeur en 1822; cet acte fut considéré comme de mauvais
augure; ce fut ce qui amena, disent les Birmans, les désastres de
1824-1826. Les résidences royales, à chaque changement, avaient
toujours remonté la rivière, de Prome à Pagán, de Pagán à Panya, de là
à Ava, puis à Amarapoura: cet abandon des antiques coutumes amena la
mauvaise chance et les revers.

  (_La suite à la prochaine livraison._)



[Illustration: Le palais du roi et l'éléphant blanc.--Dessin de Navlet
d'après H. Yule.]



VOYAGE DANS LE ROYAUME D'AVA

(EMPIRE DES BIRMANS),

PAR LE CAPITAINE HENRI YULE,

DU CORPS DU GÉNIE BENGALAIS[7].

1855

         [Note 7: Suite.--Voy. page 257.]


     Amarapoura; ses palais, ses temples. -- L'éléphant
     blanc. -- Population de la ville. -- Recensement suspect.

Amarapoura est bâtie sur un terrain légèrement élevé au-dessus de la
rivière et qui, dans la saison des pluies, forme une longue péninsule
rattachée à la terre ferme par le nord. Des chaussées revêtues de
briques, ou des ponts de bois d'une longueur énorme, la font
communiquer avec les rivages est, sud et sud-ouest. Pendant la saison
sèche l'Irawadi ne baigne que le faubourg occidental.

La ville proprement dite, placée au point le plus large de la
péninsule, a la forme d'un carré dont chaque côté peut avoir seize
cents mètres environ; un mur de briques de trois mètres cinquante
centimètres à quatre mètres, garni de créneaux et appuyé sur des
terrassements, l'entoure de toutes parts. Chacun des côtés du carré a
trois portes et de treize à quatorze bastions. À environ trente mètres
du mur, un fossé de cinq à six mètres de profondeur, avec une escarpe
et une contrescarpe en briques, en défend les approches. Toutes ces
défenses sont d'ailleurs de peu d'importance: il n'y a de canons nulle
part, et, défendues par les Birmans, toutes ces fortifications
n'offriraient pas plus de résistance que des chevaux de frise.

Les rues vont d'une porte à l'autre, et, se coupant à angles droits,
divisent la cité en îlots rectangulaires.

Suivant le caractère propre à toutes les vieilles cités des Birmans,
et qui se retrouve dans Pégu, Sagaïn, Toungoo, Tavoy, etc., le palais
occupe le centre de la ville, et ses murs affectent un parallélisme
parfait avec les remparts de la cité. Il y a trois enceintes, et de
plus une haute palissade en troncs de teck, à laquelle vient s'ajouter
un épais mur de briques. Du côté de l'est, où se trouve l'entrée
publique, s'étend une esplanade d'environ cent vingt-cinq mètres, qui
se termine par un autre mur en briques avec double porte. Chaque face
du palais a une grille, confiée à la garde d'un officier qui, chargé
de veiller à la sûreté du roi, prend le titre de commandant de la
porte du nord, de la porte du sud, et ainsi de suite.

Après avoir franchi le dernier mur, on se trouve devant le Myé-nan
(palais de terre), ainsi nommé à cause de son sol en terre battue:
c'est la grande salle des audiences. Construite sur une terrasse en
briques recouvertes de plâtre, de quatre-vingts mètres de long sur
trois mètres de hauteur, sa façade est couronnée d'un triple pignon,
et sur les ailes soutenues par des colonnettes s'étage un double toit;
cette construction, tout en bois, est dorée. La salle d'audience a de
dix-huit à vingt mètres de profondeur; à son extrémité se trouve le
trône; au-dessus du trône, au centre du palais et de la ville, autant
qu'aient pu y réussir les géomètres birmans, s'élève un élégant
_phya-sath_ (clocher de bois) semblable à ceux des monastères, et sur
lequel brille un _htee_ doré, privilége que le roi seul partage avec
les établissements religieux. Le phya-sath aussi avait été doré, mais,
lors de notre visite, il ne conservait plus de trace de son ancien
éclat.

Au nord du palais, se trouve le palais du _seigneur éléphant blanc_,
derrière lequel sont les appartements ordinaires de Sa Seigneurie.
Près de sa demeure se trouvent les écuries où l'on renferme les
éléphants vulgaires.

L'éléphant blanc actuel occupe sa haute position depuis plus de
cinquante ans. Je croirais volontiers que c'est celui dont parle le P.
San-Germano, et qui fut pris en 1806, à la grande joie du roi, qui
venait de perdre celui qu'il possédait.

C'est un éléphant énorme; il a plus de trois mètres de haut, une tête
superbe, des défenses magnifiques. Malheureusement son corps est long,
efflanqué, mal fait. Il nous parut dans un mauvais état de santé. Son
regard est faux et désagréable, et ses gardiens semblent se méfier de
son caractère: ils nous ont toujours conseillé de ne pas nous
approcher de sa tête; le petit anneau rougeâtre qui entoure son iris
ressemble, dit-on, à un «cercle des neuf pierres précieuses»
(talisman). À peu près uniforme, sa couleur rappelle celle des taches
que l'on voit sur les oreilles et sur la trompe des éléphants
ordinaires; en somme il mérite bien son nom d'éléphant blanc.

Ses _paraphernalia_ royaux, qu'on déploie quand il arrive des
visiteurs, sont magnifiques: son _driving-hook_[8], qui avait environ
un mètre, était incrusté de perles dans toute sa longueur; ça et là
cerclé de rubis, son manche était de cristal avec des ornements d'or.
La tiare, de drap écarlate, ruisselait de gros rubis et de diamants
splendides; son front était orné de «cercles des neuf pierres
précieuses» qui détournent les mauvaises influences.

         [Note 8: Sorte d'aiguillon à crochet qui remplacé le fouet du
         cocher entre les mains du mahout du cornac.]

Quand il était en grand costume, comme les grands dignitaires birmans,
comme le roi lui-même, il portait sur sa tête une plaque d'or où se
lisaient tous ses titres, et entre ses yeux resplendissait un
croissant de grosses pierres précieuses. À ses oreilles pendaient
d'énormes glands d'argent, et il était harnaché de bandes écarlates
tissées d'or et de soie et embossées d'or pur.

Il a un fief qui lui appartient en propre, un _woon_ (ministre),
quatre ombrelles d'or, et une maison composée de trente personnes.
Avant d'entrer dans son palais, les Birmans ôtent leur chaussure.

On annonce souvent la prise d'éléphants blancs; il y a alors grand
émoi à la cour; mais la plupart du temps, vérification faite, il se
trouve que ce n'est de leur part qu'une prétention à ce titre, au
grand regret du roi, qui saluerait la venue d'un véritable éléphant
blanc comme la consécration par la nature de ses droits légitimes à la
royauté; car il n'est pas sans quelques remords, paraît-il, au sujet
de l'usurpation qui l'a placé sur le trône de son frère. En 1831 on
avait pris un de ces éléphants suffisamment blanc pour qu'on lui
assignât un apanage. Mais le gouvernement étant alors obligé de payer
les dernières indemnités de la paix de Yandabo, on fut obligé d'y
appliquer les revenus du nouveau _Senmeng_ (seigneur éléphant). Une
députation présenta en grande pompe, au pachyderme, une lettre du roi,
écrite sur une longue feuille de palmier. Le roi le priait de ne pas
s'offenser si on le privait de son revenu pour payer les _kalàs_
(étrangers), et on lui donnait l'assurance que le tout lui serait
remboursé avant deux mois.

Je n'ai pu m'assurer si les Birmans intelligents ont conservé leur
antique superstition pour les éléphants blancs, ou s'ils ne voient là
qu'une sorte d'attribut traditionnel de la royauté; quelque chose
comme les chevaux café au lait qui conduisent la reine d'Angleterre
quand elle ouvre ou proroge le parlement.

Devant le soubassement de la salle d'audience se trouvent une
vingtaine de canons remarquables soit par leur grandeur, soit par leur
exécution. J'y remarquai entre autres deux pièces de bronze de 24, que
certains détails semblent désigner comme d'origine birmane, et qui
font grand honneur à l'intelligence de ce peuple. Quelques pièces de
petit calibre imitant des dragons hérissés, la gueule ouverte, les
ailes éployées, sont d'un fini remarquable; ces dernières ont, dit-on,
été prises aux Siamois.

Un peu plus loin on voit une énorme pièce d'artillerie amenée de
l'Aracan, à la fin du dernier siècle, après la conquête de ce pays.
Semblable à la Mons-meg d'Édimbourg, elle est formée de barres de fer
longitudinales entourées de massifs cercles de fer, très-imparfaitement
soudés. Cette pesante machine a environ huit mètres soixante-dix
centimètres de long; son diamètre extérieur à la culasse est de
quatre-vingts centimètres, mais son calibre n'est que de trente.

Immédiatement à la sortie du palais, on trouve le _yoom-dau_ (maison
de ville), et le _tara-yoom_, chambres de conseil ou de justice; à
l'ouest du palais est l'_anouk-yoom_, où un magistrat spécial juge les
délits des femmes du palais; non loin de là aussi est la prison
publique: c'est, comme les maisons de la ville, un assemblage de
huttes en nattes et de barrières de bambou. Les prisonniers sont
obligés de se nourrir, de sorte que ceux qui ne peuvent payer ou
attendrir leurs geôliers, meurent de faim. Ils sont très-maltraités.
Le roi, il est vrai, a ordonné de nourrir les prisonniers et s'imagine
que ses ordres sont exécutés, mais il n'en est rien. Un jour, en
sortant de son palais, Sa Majesté avisa un bouffon très-activement
occupé à piocher; à la demande du roi sur ce qu'il faisait: «Je
cherche, répondit le bouffon, un de ces nombreux ordres qui émanent
journellement du palais et du conseil suprême et dont on n'entend
jamais plus parler.»

Les rues sont très-larges et assez propres par un temps sec; on n'y
rencontre pas de ces mauvaises odeurs si insupportables dans les
villes indiennes. Il n'y a cependant aucune police attachée au
nettoyage des rues; les chiens sont les seuls êtres qui s'occupent de
ce soin. L'écoulement des eaux se fait à la grâce de Dieu; aussi,
quand il pleut, la boue arrive à une profondeur impraticable; il est
même des quartiers de la ville dont elle interdit l'accès.

Amarapoura ne s'est jamais relevée de l'incendie qui, pendant les
guerres civiles de 1831, la consuma complètement, à l'exception
toutefois du palais du roi. Aussi la population y est-elle
clair-semée; les habitations sont rares; on rencontre souvent de
grands espaces déserts.

La plupart des maisons, construites en bambou, sont exhaussées sur des
pieux. Le long des rues principales, à quelques pieds des maisons,
court un rang de palissades bien faites et blanchies à la chaux; les
pieux qui les soutiennent sont couronnés de pots de fleurs, et souvent
entre la palissade et la maison fleurissent des arbustes.

Le _yaja-mat_ (palissade du roi) a pour but d'empêcher la foule
d'encombrer irrespectueusement le passage du monarque, et même de le
voir; car il faut dire qu'en Birmanie «le droit qu'a un chien de
regarder un roi» ne semble pas encore bien établi. Ce système de
palissades donne une apparence de propreté à la ville; mais comme
elles cachent les boutiques et les habitants, c'est-à-dire ce qu'il y
a de plus intéressant pour un étranger, elles jettent par cela même un
grand caractère de monotonie sur tout l'ensemble. De fait, quand nous
nous rendions au palais en grand apparat, n'eût-ce été de nos
éléphants qui nous servaient de monture et nous permettaient de voir
derrière les barrières, nous ne nous serions jamais doutés du nombre
de personnes, hommes, femmes, enfants, occupés à nous épier.

Aux portes de la ville s'élèvent des corps de garde construits en bois
et ouverts de toutes parts. Les portes semblent avoir été taillées au
travers des bastions, et n'ont d'autres ornements que de grossières
moulures en plâtre; ces bastions, blanchis à la chaux, rompent
toutefois la monotonie que la couleur de la brique imprime au reste de
la muraille. Au-dessus des portes s'élèvent des pavillons à triples
toits pour les entrées principales et à doubles toits pour les autres;
de moindres pavillons couvrent les bastions. Dans le passage des
portes les plus fréquentées stationne une foule de petits détaillants
dont le commerce consiste en sandales, peignes de bois, cuillers,
ciseaux, crayons de stéatite, etc. Des échoppes de pareils articles se
groupent aux angles des palissades du palais, et à sa principale porte
on trouve la plupart des marchands de _para-beiks_ (tablettes noires)
et de crayons de stéatite, qui constituent tout le matériel à écrire
des Birmans dans leurs transactions ordinaires.

Les demeures des princes, des ministres d'État et autres dignitaires
occupent généralement les emplacements tracés par les rues
rectangulaires qui divisent la ville. Ces palais, entre autres celui
du prince héréditaire, sont vastes, construits en bois et semblables
aux monastères, mais d'un style moins orné; leurs doubles et triples
toitures (permises seulement à la famille royale) sont recouvertes de
tuiles petites et minces. Les autres habitations sont faites de nattes
de bambou encadrées de bois de teck, avec des pignons et des larmiers
en teck et des toits de chaume. Ça et là, dans de larges espaces sous
les remparts, on rencontre les greniers royaux.

On compte, suivant le major Allan, dans l'enceinte des murs, cinq
mille trois cent trente-quatre maisons, ce qui donne un chiffre de
vingt-six mille six cent soixante-dix âmes; toute la capitale, y
compris les faubourgs, contiendrait dix-sept mille six cent
cinquante-neuf maisons, qui pourraient fournir une population de
quatre-vingt-dix mille âmes. Le woondouk nous apprit un jour que le
nombre des habitants s'élevait à dix millions! nombre, suivant lui,
fort exact, car il correspondait à celui des pièces d'étoffes
distribuées lors de l'avénement du roi à chaque homme, femme et enfant
d'Amarapoura; mais, pour nous, ce nombre fabuleux ne pouvait, hélas!
que nous donner une idée approximative du chiffre effrayant des
_pots-de-vin_ prélevés par les fonctionnaires chargés de la fourniture
des étoffes.

Le faubourg de l'ouest, qui couvre la péninsule au delà des murs
d'Amarapoura, est de beaucoup le plus peuplé. Les rues y sont percées
avec la même régularité que dans la ville, quoique moins larges, et
sont animées d'une activité qui augmente à mesure qu'on s'éloigne du
foyer royal; les principales sont garnies des mêmes palissades que
dans la cité et près du fort; elles constituent le quartier
qu'habitent les étrangers. On dit que les natifs ne peuvent, sans
l'autorisation du roi, élever des demeures en briques ou pierres; du
reste leurs habitudes et leurs préjugés les en éloignent, et comme
cette prohibition ne s'étend pas aux étrangers, les quartiers
qu'habitent ceux-ci, à l'exception des Chinois, sont en partie
construits en briques. Ce sont des maisons à deux étages, assez basses
et de médiocre apparence, percées d'étroites fenêtres et sans
verandahs. Il n'y a qu'un marchand anglais, demeurant actuellement à
Amarapoura, M. Thomas Spears, qui ait toujours su maintenir son crédit
auprès des rois qu'il a vus se succéder, en se tenant à l'écart des
intrigues locales. Quelques agents des maisons de Rangoun viennent
habiter temporairement le quartier des étrangers. Nous vîmes plusieurs
aventuriers français pendant notre séjour, mais on ne peut pas les
considérer comme établis dans le pays. Nous devons citer
particulièrement M. Camaretta, Portugais de Goa, qui demeure dans le
pays depuis une trentaine d'années et a été employé par le
gouvernement birman sous Tharawadi, père du roi actuel; il fut même
nommé en 1839 _shabunder_ (surintendant) du port de Rangoun. Il jouit
d'une haute faveur auprès de Mendoon-Men, qu'il a connu enfant, et le
poste de confiance qu'il occupe auprès de lui le rend l'objet de
l'envie des employés birmans. Il paraît dévoué au roi, et s'il lui
cache de désagréables vérités, au moins ne l'abuse-t-il point par de
basses flatteries. Il est à cette heure akouk-woon ou receveur des
douanes de la capitale, et jouit de l'estime des étrangers. Les
Arméniens fréquentaient autrefois en grand nombre la cour birmane; on
en compte actuellement une douzaine de familles qui s'occupent de
commerce. Ils sont généralement ennemis de l'Angleterre et grands
partisans de la Russie; mais on ne saurait dire s'ils sont les
émissaires du tzar dans ces régions lointaines. Makertich, l'un d'eux,
nous escorta de Maloon à la capitale. Gouverneur du district de
Maloon, il remplit aussi le poste de kalâ-woon ou surintendant des
étrangers de l'ouest.

[Illustration: Sculptures comiques dans le monastère royal, à
Amarapoura.--Dessin de Lancelot.]

À quelques exceptions près, les maisons d'Amarapoura ne sont que des
huttes. Près de la rivière et là où le terrain est sujet aux
inondations, elles sont bâties sur pilotis et s'élèvent au-dessus de
l'eau comme les habitations des insulaires malais.

[Illustration: Vue du Maha-Toolut-Boungyot, monastère royal, à
Amarapoura.--Dessin de Lancelot d'après H. Yule.]

Le bambou est la seule matière employée dans ces constructions.
Pilotis, murs, revêtement et poutres, planchers et toitures, chevilles
et liens, ustensiles et mobilier, tout est bambou. L'emploi de cette
canne défraye toute la fabrication, on pourrait dire toute
l'industrie du pays: échafaudages, échelles, jetées et ponts,
appareils de pêche, roues d'irrigation et écopes, rames, mâts et
vergues, flèches et lances, chapeaux et casques, arcs, cordes et
carquois, jarres à huile, jarres à eau, marmites, tuyaux de pipes,
tuyaux à eau, boîtes à vêtements, boîtes de luxe, plateaux,
instruments de musique, torches, balles, cordages, soufflets, nattes,
papier, etc., tout cela n'est de même que bambou.

Le tissage des soies que la Chine importe à l'état grége occupe les
bras d'une population nombreuse dans les faubourgs et dans la banlieue
de la capitale, particulièrement des Munnipoorians ou Kathé, comme les
appellent les Birmans. Cette race descend des infortunés qui furent
enlevés de leur pays natal par les Birmans, au temps du roi
Mentaragyri et de ses prédécesseurs; elle constitue la majeure partie
de la population de la capitale, et se trouve répandue dans presque
tous les districts de la Birmanie centrale. C'est une race opprimée;
on en peut juger par ce mot que je recueillis de l'un d'eux: «Si un
Birman a cinq enfants, on en prend un pour le service du roi; à un
Kathé, on les prend tous les cinq!»

À part le bazar des soieries et celui où l'on vend les objets en
laque, qui proviennent généralement de Pagán et de Nyoungoo, les
magasins de cette capitale offrent peu d'intérêt pour l'étranger.

L'objet le plus remarquable du faubourg du nord est le _Ye-nan-dau_ ou
palais d'eau du roi. C'est un monument dans le style monacal,
construit en bois, avec une pyasath ou flèche en bois; il s'élève sur
pilotis du sein des eaux du lac intérieur. À l'époque de l'inondation
il doit être d'un aspect très-pittoresque. C'est là que le roi
siégeait jadis pour assister aux courses des bateaux de guerre, mais
depuis la perte des provinces du bas Irawady, d'où provenaient les
meilleurs rameurs, ces jeux sont tombés en désuétude.

Deux routes conduisent au _Maha-myat-muni_, le temple de la célèbre
idole de bronze qui, en 1784, fut apportée de l'Aracan. Il est à
environ trois kilomètres de la ville. Sur les routes qui y conduisent
se presse la foule des adorateurs journaliers du dieu; le chemin est
bordé sur toute sa longueur de boutiques de vêtements à bon marché, et
surtout de marbriers et de fondeurs de cloches à qui les dévots
assurent un débit considérable de leurs marchandises.

Une de ces routes est une chaussée remblayée, soigneusement entretenue
et garnie de parapets en briques sur toute son étendue. C'est le long
de cette chaussée qu'on rencontre les plus splendides modèles de
l'architecture birmane et que les artistes de l'Indo-Chine ont déployé
toutes les ressources du goût le plus luxueux.

Grâce aux photographies du capitaine Tripe, je puis donner au lecteur
une idée assez exacte des plus remarquables d'entre ces constructions,
le _Maha-Toolut-boungyo_ (p. 277) et le _Maha-comiye-peima_ (p. 281).

Ces deux monuments ont été construits, l'un par la reine douairière
actuelle, l'autre par sa fille, la femme du roi régnant: ils sont
modernes, ce qui explique leur parfait état de conservation, malgré la
détérioration rapide de ces constructions tout en bois.

Dans leur enceinte sont de nombreux monastères et des chapelles; au
centre se trouve un _kyoung_ ou sanctuaire immense d'environ cent
mètres de long; le premier et unique étage s'étale en forme de large
terrasse sur laquelle les constructions dressent leurs quadruples
toits. À partir du balcon, tout est doré; larmiers, balustres et toits
sont couverts de sculptures. Mais c'est surtout dans deux petits
bâtiments situés près du kyoung central que les artistes birmans ont
déployé tout le luxe que pouvait suggérer leur imagination.

Dans le Maha-Toolut-boungyo, le sanctuaire conserve la forme affectée
aux monastères, mais il est sculpté comme le serait une châsse
d'ivoire, et il ruisselle d'or et de lumière. Les traverses du
soubassement sont dorées, aussi bien que les escaliers et les parapets
de briques qui conduisent à la terrasse, ce que je n'avais jamais vu.

Les larmiers, découpés en gigantesques couronnes impériales, sont
supportés par des dragons fantastiques qui, la tête penchée, semblent
ronger les pieux qu'ils enserrent de leurs griffes puissantes, tandis
que leur queue se déroule flamboyante: il nous semblait les voir
s'agiter.

Les quadruples toits, couverts de zinc, rayonnaient comme s'ils
eussent été d'argent, et les murs incrustés de mosaïques, de verre et
de dorure, étincelaient comme une mer de lumière couverte d'un filet
d'or.

Les échelles même qui servent à monter d'un toit à l'autre pour les
réparations quotidiennes étaient couvertes d'or et de verreries.

Le long du soubassement régnaient des sculptures assez originales,
offrant les types de différentes races: des Birmans, des Chinois, un
Anglais. Ce dernier, avec son chien et son fusil, formait une
caricature qui ne manquait pas de vérité. À l'intérieur, on voyait
aussi des scènes fort curieuses d'animaux conversant entre eux et nous
rappelant les illustrations de La Fontaine par Grandville (voir page
276).

Le Maha-comiye-peima, dont le plan général ressemble à la construction
dont nous venons de parler, nous fut annoncé comme plus fastueux
encore par les Birmans; nous ne voulûmes pas les croire d'abord, mais
il fallut nous rendre à l'évidence.

Dans ce monument, les trois clochers ne sont pas dorés, sans doute par
suite des guerres civiles de 1852. Le contraste de l'harmonie éteinte
du bois de teck avec les masses d'or produit un effet charmant. Les
soubassements, au lieu d'être complètement dorés, sont incrustés de
panneaux de laque écarlate, avec des bordures sculptées et dorées. Les
piliers se rattachent les uns aux autres par des filigranes d'or en
forme de croissant, d'un travail et d'un goût exquis. Les
encorbellements qui soutiennent les larmiers des terrasses n'ont pas
le style de ceux du Toolut-boungyo; ce sont des hommes à têtes
d'animaux: éléphants, taureaux, etc. Ces statues, toutes dans
différentes attitudes de danse, sont couvertes de dorures et de
mosaïques en glaces et en cristaux.

Le balcon de la balustrade est merveilleux. Ce ne sont pas, comme
d'ordinaire, des pilastres en bois tourné ou des panneaux sculptés,
mais de larges bandes sculptées, s'enlaçant très-artistement les unes
dans les autres; à leurs points de rencontre saillissent des
sculptures représentant des êtres appartenant au monde des rêves, qui,
si elles laissent à désirer au point de vue de l'exécution, n'en sont
pas moins très-mouvementées; le long et au bas de ce balcon règne un
larmier d'un goût exquis: il consiste en bandes sculptées qui,
rappelant le travail du balcon, s'enroulent autour d'écussons.

Des serpents enlacés, écaillés de verres de couleur, avec des bouquets
de fleurs en mosaïques de verre de glace, sortant de leur gueule,
forment les rampes des escaliers, qui sont dorés. Les piliers sont
couronnés de _htees_ qui sont loin de produire l'effet des couronnes
impériales du Toolut-boungyo. Les murs des étages supérieurs sont
diaprés et fleuris de mosaïques en cristallerie; les larmiers et le
faite des toits sont en bois sculpté d'une main-d'oeuvre exquise.

On ne peut regarder ces _kyoungs_ sans un profond sentiment
d'étonnement. On se demande comment un peuple qui, au point de vue des
instruments de travail, a si peu de ressources, en est arrivé à
produire des monuments d'un goût et d'un travail aussi précieux.

L'idole colossale apportée du temple d'Aracan est un Gautama dans sa
posture habituelle, c'est-à-dire accroupi sur un _raja Palèn_. Cette
statue a environ trois mètres cinquante centimètres. Sa face est
brillante et polie, mais le reste du corps n'a plus forme humaine,
recouvert qu'il est d'une épaisse couche d'or en feuilles, don des
fidèles.


     Audience du roi. -- Présents offerts et reçus. -- Le prince héritier
     présomptif et la princesse royale. -- Incident diplomatique.

Cependant les jours s'écoulaient, et nous étions entrés dans la
mauvaise saison. Il pleuvait à torrents; la pluie pénétrait à flots
dans notre résidence. Le _tsare-dau-gyi_ (scribe royal), chargé de la
surveillance, se contentait de sourire à nos observations et se
remettait à fumer gravement son cigare. On l'avait sans doute choisi à
cause de son impassibilité devant toute réclamation. Ce devait être un
des membres de cet universel ministère _des fins de non-recevoir_
qu'on retrouve dans tous les pays. Quand M. Edwards s'adressa au
woondouk à ce sujet, celui-ci lui répondit en riant, qu'à Rangoun, les
Anglais avaient logé l'ambassade birmane dans une résidence jouissant
des mêmes avantages. Il ne faisait donc que s'en tenir strictement au
précédent que nous avions établi.

Enfin, après d'ennuyeuses discussions d'étiquettes, notre entrevue
avec le roi ayant été fixée au 13 septembre, ce jour-là, de grand
matin, le _Nan-ma-dau-Phra-Woon_, le woondouk _Moung-Mhon_ et le
_tara-thoongyi_, grand juge et, de plus, joyeux compagnon, accompagné
d'une suite d'officiers, vinrent nous prendre pour nous conduire au
palais.

Ils étaient dans leurs robes d'apparat, et si singulièrement travestis
que nous eûmes quelque peine à les reconnaître tout d'abord. Leur
coiffure, grande mitre de velours écarlate, encerclée à sa base d'une
couronne de clinquant, se repliait en arrière sous la forme d'une
volute bizarre. Leur robe de même étoffe, à larges manches et brodée
de brocart, ressemblait à une lourde chape de prêtre romain. Il est de
bon ton, paraît-il, d'avoir la mitre très-serrée sur la tête, à peu
près comme les coiffes des bonnets des paysannes normandes; chaque
dignitaire avait à la main un instrument en ivoire ressemblant à un
couteau à papier, et à l'aide duquel il ramenait son bonnet sur le
front tout en repoussant les quelques cheveux qui s'échappaient de
dessous sa coiffure. Le _tsal-wé_, avec le nombre de rangs que
comporte le grade de chacun, et une trompe acoustique complétaient ce
costume officiel.

Le temps s'était heureusement remis au beau. Les embarcations des
navires de guerre, les vêtements rouges de nos soldats, les pavillons
et les flammes qui flottaient au vent, les dignitaires birmans dans un
canot de guerre tout doré avec leurs cinquante matelots qui ramaient
en cadence; le blanc clocher d'Ananda se détachant du milieu de la
verdure de magnifiques cotonniers et de palmiers élancés; au loin les
montagnes du pays des Shans, étageant les unes sur les autres leurs
rampes azurées: tout cet ensemble formait, pendant notre passage du
lac, une scène très-belle et très-pittoresque.

En débarquant nous passâmes au milieu de soldats ayant l'air plus ou
moins belliqueux; ce qui nous amusa beaucoup fut de voir ces guerriers
juchés sur de petits tabourets (il avait beaucoup plu la veille et les
rues étaient remplies de boue) et les officiers eux-mêmes accroupis
sur des siéges, naturellement plus élevés, et ayant près d'eux leur
boîte de bétel, leur crachoir, etc. Je ne remarquai pas un seul bel
homme parmi tous ces disciples de _Mars_. Les femmes regardaient
curieusement à travers les interstices des palissades qui garnissent
toutes les rues; d'autres membres du beau sexe dominaient dans la
foule, d'ailleurs silencieuse; il y en avait beaucoup d'agréables et
qui étaient mises avec goût; mais elles ont en général l'aspect
très-fatigué et de vilaines bouches. Enfin notre escorte, arrivée à
l'entrée du palais, la baïonnette au bout du fusil, s'arrêta et se mit
en rang pour nous laisser passer.

Au même instant arriva le cortége de l'héritier présomptif: incident,
sans aucun doute, préparé de longue main pour déployer, par occasion,
aux yeux des sujets birmans la majesté de leurs souverains. Le prince
trônait sur une massive litière dorée, entouré de huit immenses
parapluies d'or déployés au-dessus de lui. Aussitôt qu'il fut entré on
ferma les portes sur lui; il nous fallut attendre.

Au bout de quelque temps, le woondouk ayant envoyé annoncer notre
arrivée, nous entrâmes après nous être débarrassés de nos épées; nous
étions obligés d'en passer par là; c'est la stricte étiquette du
palais; les gardes du roi peuvent seuls entrer avec des armes,
privilége interdit à l'héritier présomptif lui-même.

Les dignitaires, en passant par la porte d'entrée, _Ywé-aau-yoo-Taga_
(la porte royale des élus), ôtèrent leurs chaussures et nous
demandèrent inutilement d'en faire autant; puis, à mesure que nous
approchâmes de la grille intérieure, ils firent quatre fois le
_shikho_ (acte de soumission qui s'exécute en mettant les mains sur le
front et en inclinant la tête jusqu'à terre), nous engageant encore à
les imiter: second refus de notre part.

Arrivés enfin à la salle d'audience, nous dûmes laisser nos souliers à
la porte.

Les longues ailes de cette salle ressemblaient aux transepts d'une
cathédrale. Devant nous s'étendait ce que nous pouvions considérer
comme le choeur, où, au lieu d'un autel, se trouvait le trône, placé
sous la grande flèche aux étages sans nombre qu'on aperçoit de tous
les côtés de la ville. Cette espèce de choeur est entouré d'immenses
colonnes, dont la base est recouverte de laque et d'ornements rouges.
Il y a aussi des rangs de colonnes le long des transepts; à part la
base des colonnes, fûts, chapiteaux, panneaux, tout ruisselle de
dorures.

Le trône ressemble exactement à ceux qui, dans les temples, supportent
les idoles de Gautama. Sa forme singulière rappelle assez deux
triangles réunis par leur sommet: ces deux triangles représentent le
feu et l'eau qui, dans la cosmogonie bouddhiste, sont les symboles de
la destruction et de la régénération. Le mortel privilégié qui siége
sur un trône de ce genre représente donc le maître de l'univers: telle
est la modeste prétention du souverain d'Ava.

Ce trône, auquel le roi arrive par une porte de treillis doré, est
garni de coussins et de carreaux de velours écarlate: c'est une espèce
de mosaïque d'or, d'argent et de fragments de glaces. Tout autour se
trouvent quelques niches, où l'on voit des statues représentant,
dit-on, les progéniteurs de la race humaine, puis cinq bâtons dorés
avec des pennons, autres emblèmes royaux.

[Illustration: PLAN D'AMARAPOURA et de sa banlieue comprenant les
ruines D'AVA ET DE TSAGAIN d'après les relevés du Major Grant Allan
Ingénieur en chef des frontières du Pégou.]

Nous étions accroupis sur des tapis anglais d'Axminster; le reste de
la salle était simplement recouvert de nattes; seulement, plusieurs
hauts dignitaires avaient leurs tapis particuliers. Il n'y avait
personne devant nous, excepté une double rangée de jeunes princes
vêtus de brocart d'or et d'argent et de _putso_ (jupons) éclatants. Il
y en avait quatre d'un côté, les fils du roi, cinq de l'autre, les
fils de l'héritier de la couronne.

[Illustration: Détails intérieurs du Maha-comye-peyma, à
Amarapoura.--Dessin de Navlet d'après H. Yule.]

Celui-ci, l'_Einshe-men_ lui-même, assis devant eux sur une espèce de
litière sculptée, était vêtu de brocart d'or; sa mitre ressemblait à
celle des autres officiers, elle était seulement beaucoup plus riche
et couverte de pierreries. Il ne se tourna jamais vers nous, mais
l'usage fréquent qu'il faisait d'un miroir témoignait assez de sa
curiosité. Devant et autour de nous se trouvaient les ministres et
quelques vieux princes du sang, à l'aspect sensuel et aux mâchoires
saillantes. Leurs tiares constellées de joyaux et leurs vêtements de
pourpre les faisaient ressembler à des abbés mitrés du moyen âge.

Dans les transepts, se tenaient une foule d'officiers inférieurs et
plusieurs _tsaubwas_, princes Shans tributaires; nous fûmes frappés de
l'aspect de ces derniers et de leurs manières beaucoup plus
distinguées que celles des Birmans.

En s'accroupissant, l'ambassadeur posa la lettre du gouverneur général
sur un tabouret doré, recouvert de mousseline. Chacun des officiers
avait près de lui une espèce de petite étagère dorée avec des plateaux
où se trouvaient du tabac, du bétel, du thé conservé et autres curieux
condiments, le tout fort proprement arrangé dans des soucoupes d'or et
accompagné de tasses en or et de bouteilles contenant de l'eau
musquée.

Nous attendîmes pendant environ vingt minutes l'arrivée du roi; tout
ce que nous apercevions nous intéressait au point de nous faire
oublier la position incommode où nous nous trouvions faute de siéges.

Enfin un bruit de musique qui semblait venir des cours intérieures
annonça l'arrivée de Sa Majesté: un détachement de soldats entra dans
la salle d'audience, se plaça dans les entre-colonnements et
s'agenouilla, chaque homme tenant son fusil entre les genoux, et ses
mains croisées dans l'attitude de la prière.

Nous vîmes, à travers la grille dorée, le roi montant à son trône; il
en gravissait lentement les degrés, se servant de son sabre à fourreau
d'or comme d'une canne. Nous crûmes d'abord que c'était affaire
d'étiquette, mais M. Camaretta nous assura que le vêtement du roi,
couvert de pierreries, pesait plus de cinquante kilogrammes. La reine
venait immédiatement derrière son époux.

Le roi resta un moment debout; puis, après avoir épousseté les
coussins avec son éventail, s'assit à la gauche du trône. La reine se
plaça à la droite du roi, un peu en arrière, lui présentant de temps à
autre quelques-uns de ces menus objets, de ces articles indispensables
à une personne de haut rang: la boîte à bétel, le crachoir d'or, etc.
Entre Leurs Majestés s'élevait l'image sacrée d'une oie ou d'un cygne
sur un piédestal d'or.

Après s'être servie de son éventail, et avoir éventé son mari, la
reine se fit apporter par une de ses suivantes un cigare allumé
qu'elle mit aussitôt dans sa royale bouche. Ce n'est pas manquer à
l'étiquette, pour un étranger comme pour un sujet, que de fumer devant
le souverain.

De la distance à laquelle nous étions du roi, il nous parut d'une
taille assez forte. Ses traits, où se reflétait la physionomie
nationale, quoique adoucie, indiquaient plus de distinction qu'on n'en
trouve d'ordinaire chez ses sujets, et semblaient empreints de bonté
et d'intelligence; ses mains étaient remarquables de finesse et de
délicatesse. Sa longue tunique de soie claire disparaissait, à la
lettre, sous la profusion de joyaux qui la décoraient. Sa coiffure ou
couronne avait la forme d'une tiare, semblable à un _morion_ hindou,
s'élevant en pointe, terminée par un ornement haut de plusieurs pouces
et relevé en forme d'ailes au-dessus de chaque oreille. Le front était
orné d'une plaque d'or. Cette couronne s'appelle _tharapeo_.

Le costume de la reine était beaucoup moins majestueux, ce qui tenait
sans doute au caractère de sa coiffure que peu de femmes auraient
portée à leur avantage. Imaginez-vous un bonnet ajusté étroitement à
la forme de la tête, cachant les cheveux et les oreilles, et se
dressant en spirale recourbée en avant, comme la corne du rhinocéros,
ou comme certaines volutes pétrifiées des collections minéralogiques,
le tout accompagné de deux longues barbes tombant le long des joues.
Le reste du costume de Sa Majesté avait quelques points de
ressemblance avec celui de l'époque de la reine Élisabeth. Les manches
et la taille paraissaient formées d'une série de morceaux d'étoffe
tailladée, et le cou était entouré d'une collerette aussi tailladée et
descendant jusqu'à la ceinture; au-dessus de la taille le corsage
était plastronné de larges pierreries. La robe aussi bien que la
coiffure était roide de diamants. La reine est la _demi-soeur_ de son
époux, comme l'a toujours voulu la coutume de temps immémorial, parmi
les races royales de Birmanie, ainsi que chez celles d'Aracan et du
Pégu, au temps de l'indépendance de ces contrées.

Parmi les jeunes filles qui se tenaient en arrière du trône, était la
fille du roi, attifée à peu près comme la reine. Une autre charmante
petite fille, les cheveux ornés de fleurs et qui regardait à la
dérobée les _kalàs_ ou étrangers, était l'enfant de l'héritier
présomptif. Une fois le roi entré, nous nous découvrîmes, et au même
moment toute l'assemblée des natifs se mit la face contre terre, les
mains croisées sur le haut de la tête. Les deux rangées de petits
princes agenouillés en file devant nous doublèrent leurs rangs, et les
deux atwen-woons qui étaient à nos côtés se traînèrent, prosternés
qu'ils étaient, jusqu'à la moitié de la distance qui nous séparait du
trône, établissant ainsi un rempart entre le roi et nous.

Une dizaine de brahmanes en étoles et en mitres blanches ornées de
feuilles d'or entrèrent alors dans les stalles voisines du trône et
commencèrent un chant choral en sanscrit, bientôt suivi d'un chant
pareil en birman: ce n'était, à proprement parler, qu'une litanie, ou
énumération des dieux hindous, des sages et des créatures saintes dont
on invoque la bénédiction et l'intercession en faveur du roi. Les
chants terminés, notre ami le tara-thoongyi ou grand juge, qui était à
notre gauche, lut au roi une adresse énonçant que les offrandes que Sa
Majesté se proposait d'offrir à certaines pagodes de la capitale
étaient prêtes, et un des fonctionnaires dit: «Qu'on les dédie!» Sur
ce, les chants recommencèrent. Car, aussi bien que la cérémonie du
_A-beit-theit_ ou des lustrations solennelles, ils forment un
préliminaire indispensable des offrandes aux pagodes qui inaugurent
toujours l'ouverture d'une séance royale. La lettre du gouverneur
général fut alors retirée de son enveloppe et lue à haute voix par un
than-dau-gan ou receveur de la voix royale. Le même fonctionnaire lut
également la liste des présents offerts au roi et à la reine. Le
modèle de chemin de fer que sir Macdonald Stephenson avait remis à
l'ambassadeur, pour cette circonstance, fut le seul des présents
exhibé dans la salle, et ne causa pas peu d'intérêt aux Birmans.

Trois questions furent alors, suivant la coutume, faites à
l'ambassadeur, comme venant du roi. Sa Majesté ne remua pas les
lèvres, bien qu'elle parût intimer sa volonté en inclinant la tête. Ce
fut un atwen-woon qui, en se détournant à moitié, demanda:

«Le roi d'Angleterre va-t-il bien?» Puis, sur la réponse affirmative
de l'ambassadeur, le than-dau-gan répéta à haute voix: «En raison de
la haute et parfaite gloire de Votre Majesté, le roi d'Angleterre est
bien, et je souhaite, en toute humilité, qu'il en soit de même de
Votre Majesté.»

Puis une série de demandes et de réponses ayant eu lieu entre
l'atwen-woon et l'ambassadeur, le than-dau-gan, terrible paraphraseur,
les interpréta à peu près de la sorte: «En raison de la haute gloire
et excellence de Votre Majesté, il y a cinquante-cinq jours que ces
étrangers ont quitté l'Angleterre (le Bengale, avait dit le major
Phayre) et ils sont heureusement arrivés à tes pieds d'or et en toute
obéissance, etc.

«La pluie et l'air ont été propices sur leur passage, et au delà comme
en deçà des frontières ils n'ont trouvé que d'heureuses populations.»

Alors des présents nous furent offerts. Le major Phayre reçut une
coupe d'or portant les signes du zodiaque relevés en bosse, un beau
rubis, un _tsal-wé_ à neuf rangs et un beau putso, les autres
officiers eurent une coupe d'or simple, un anneau, un putso, ou un
anneau et un putso seulement.

Enfin le roi, s'appuyant sur la reine, se leva pour partir; ils
traversèrent le treillis doré qui formait le fond de la niche royale.
La musique joua derechef, les portes se refermèrent, et l'on nous
annonça que nous pouvions nous retirer: annonce accueillie avec
plaisir, car l'attitude forcée dans laquelle nous siégions et à
laquelle maints d'entre nous tentaient de se dérober, nous avait
attiré plus d'une fois le visible déplaisir du vieux nanma-dau-woon.

En descendant du palais nous jetâmes un coup d'oeil sur les danseurs
et les jongleurs qui opéraient dans la cour; ensuite on nous invita à
aller voir le _seigneur éléphant blanc_. Nous le contemplâmes casé
dans un vaste appartement situé au nord de la salle d'audience; puis,
suivant la même route que dans la matinée, nous arrivâmes à la
résidence, quelque peu fatigués, vers les quatre heures.

15 _septembre._--Le roi, par l'entremise du woondouk, nous a fait
informer qu'il était charmé des présents que nous lui avions apportés,
et surtout d'un candélabre en cristal coloré en rouge. Il désirait
aussi savoir si quelqu'un d'entre nous pouvait mettre son maître des
cérémonies à même de se servir de l'appareil photographique. Le major
Phayre, vu les difficultés, suggéra que l'on pourrait envoyer un des
familiers de la cour en apprendre la manipulation à Calcutta, ce qui
eut lieu plus tard. Mais tous les efforts du capitaine Tripe, l'habile
photographe attaché à l'ambassade, n'amenèrent qu'un résultat négatif.
Cette incapacité de leurs artistes n'empêchait pas toutefois les
Birmans de s'extasier devant les résultats obtenus par le capitaine
Tripe, surtout quand il s'agissait de la reproduction de leurs
monuments et de leurs monastères, si chargés de riches sculptures.

Leur goût, sous ce rapport, contraste avec l'inhabileté des Hindous à
reconnaître même les portraits les plus ressemblants, les dessins
aussi bien que les gravures européennes étant pour eux lettre close.
Ce trait distinctif de l'aptitude des Indiens et des Birmans ne me
paraît pas avoir jamais été signalé.

La coïncidence de notre arrivée avec celle de la pluie avait été fort
remarquée, et, à ce propos, le roi fit observer, en daignant sourire,
qu'il espérait que nous prolongerions notre séjour, car son royaume
avait encore besoin d'eau.

17 _septembre._--Ce jour fixé pour notre visite à l'Einshe-men,
l'héritier présomptif, nous fournit une occasion de naviguer sur le
lac. Accompagnés du woondouk et de quelques officiers, nous le
traversâmes pour gagner la porte sud de la cité où nous attendaient
des éléphants, ainsi qu'une escorte de quinze hommes de notre
cavalerie irrégulière. Aux abords du palais du prince, le plus grand
de la ville et le seul qui soit honoré d'un triple toit, se tenait un
fort détachement du régiment Madeya, qui nous accompagna et forma la
file de chaque côté de notre cortége.

L'ambassadeur fit avancer son tonjon jusqu'à la porte, et nous
descendîmes de nos éléphants aussi près que la foule nous le permit;
là nous fûmes reçus par un des woons du prince, sur l'avis que le
woondouk lui donna de notre arrivée. Ce personnage, homme très-obèse,
ne parut pas comprendre, ne répondit rien, et tout en mâchant son
bétel se contenta de promener ses regards sur nous. À la fin il dit
lentement: «Tous sont-ils arrivés? alors ouvrez la porte.» Les larges
portes de bois roulèrent sur leurs gonds et le palais du prince nous
apparut: construction immense, modestement ornée dans le style
monastique et entourée d'une clôture palissadée. Les sons d'un
orchestre nous arrivaient de l'intérieur, et à toutes les fenêtres,
sous toutes les verandahs, se pressait une foule de têtes curieuses.
Deux petits canons bien montés défendaient l'entrée.

Défilant entre deux lignes de fusiliers en jaquette verte, nous
parvînmes à l'entrée de l'escalier où, suivant ce qui était convenu,
nous laissâmes nos souliers. Parvenus au sommet, on nous fit d'abord
passer le long de verandahs où dansaient des bayadères; puis nous
pénétrâmes dans une salle grande, élevée, et si obscure que l'on n'y
voyait rien au premier abord, mais nous y discernâmes ensuite une
foule parmi laquelle se trouvaient des gens en uniforme armés de
sabres à large pointe. Ni or ni couleurs n'ornaient les murs et les
piliers de cette salle. Nous nous assîmes sur un tapis au centre, à
une dizaine de mètres du mur du fond où se trouvait, à six pieds
d'élévation, une porte à panneaux dont les interstices laissaient
filtrer une lumière plus brillante.

[Illustration: Une porte à Amarapoura.]

Le bétel et l'eau à boire furent placés devant nous, et après un quart
d'heure, que le silence, l'obscurité et notre position gênante nous
firent paraître bien long, la porte glissa et nous laissa voir le
prince et sa reine (ainsi qu'on l'appelle) s'asseyant sur le plancher
surélevé de l'appartement intérieur, au ras de la porte.

Cette scène, vue d'un premier plan obscur dans la vive lumière de
l'appartement intérieur, et encadrée par l'ouverture de la porte au
milieu de laquelle ces deux illustres personnages étaient immobiles,
nous fit l'effet d'un tableau, et d'un tableau d'un caractère aussi
rare que singulier.

[Illustration: Canon birman.]

Le prince, vêtu de brocart, coiffé d'une mitre chargée de joyaux et
cachant complétement ses cheveux, nous apparut comme le type mogol le
plus accentué, et nous fit une impression bien moins agréable que
celle que nous avions gardée de son royal frère.

[Illustration: Danse des éléphants.]

La princesse, habillée à la mode de sa parente, la grande reine, était
coiffée et costumée d'une façon plus avenante que celle-ci. Ses
oreilles ornées de joyaux étaient dégagées. C'était une jeune femme
gracieuse et modeste, d'une physionomie aimable et intelligente, et
qui semblait quelque peu décontenancée et gênée dans les plis
encombrants de sa robe. Elle est la _demi-soeur_ de son époux sans
être la soeur de la reine.

Un silence de quelques minutes, pendant lequel l'assemblée parut les
adorer, suivit leur arrivée, et lorsqu'une attente suffisante pour
établir la dignité du prince se fut écoulée, un des woons se permit
d'attirer l'attention de Sa Hautesse sur nous, en rampant vers la
porte et en relevant la face pour saisir un signe. Le prince ne parut
pas le remarquer, mais ensuite il se détourna et fit signe à un
officier, plus rapproché de nous, de commencer. Le personnage prit
alors sur un siége, où l'ambassadeur l'avait déposée, la liste des
présents que le gouverneur général offrait au prince, et lut un
discours préliminaire qui informait Sa Hautesse que l'ambassadeur
arrivé à la cour apportait des présents pour l'Einshe-men, ajoutant
que la reine d'Angleterre les lui offrait _respectueusement_. Sur quoi
le major Phayre se leva et dit à mi-voix au woondouk que le lecteur
devait rectifier ce sens de son discours. Après quelque échange de
sourdes paroles, l'ambassadeur répéta: «Je quitte la salle si la
rectification n'est immédiatement faite.» Alors le woondouk dit au
lecteur: «Ce sont des présents royaux d'un roi, et vous ne devez pas
vous servir du mot _respectueusement_.» L'officier rectifia sa phrase.

Pendant cet incident le prince, tout en conservant son immobilité,
parut sensiblement ému; la sueur perlait sur son front. Le
questionnaire d'étiquette épuisé, les présents distribués, le prince
se leva, sa charmante compagne le suivit; les portes se fermèrent et
les dérobèrent à notre vue. En somme cette cérémonie, dépourvue de la
splendeur barbare de la séance royale, ne nous parut relevée que par
la gracieuse apparition de la princesse. En traversant la cour, nous
inspectâmes les canons que nous jugeâmes de fabrique européenne, quoi
qu'en pût dire le woondouk; puis nous nous arrêtâmes sous un abri où
nous attendaient des rafraîchissements auxquels nous fîmes mine de
goûter. Là le woon du prince s'excusa du manque de convenance survenu
pendant la lecture du discours, incident que l'on devait attribuer
uniquement au lecteur habitué à la formule en usage. Le major Phayre,
toutefois, exigea du woon la promesse que le pauvre diable serait
réprimandé.

Le 20 septembre, je partis avec M. Oldham, qui se dirigeait sur
l'Irawady pour visiter les couches de houille qui se trouvent situées
à soixante-dix milles de la capitale. Le lendemain, le major Phayre
eut avec le roi une entrevue, dont le major a bien voulu me
communiquer les détails par écrit.

«Nous fûmes conduits, dit-il, dans la partie ouest du palais, et en
approchant d'une allée qui paraissait devoir mener au jardin, je vis
une foule de gens assemblés sous un bâtiment circulaire, où il y avait
concours de danse et de musique. C'était la cour, et comme le roi
était présent, je retirai mes souliers, et m'avançai en compagnie du
woondouk, de M. Spears et de deux ou trois officiers birmans. En
pénétrant dans l'assemblée, j'aperçus le roi assis sur un sofa
exhaussé sur une estrade. On me fit avancer pour me placer parmi les
ministres qui se tenaient à quelque distance du roi. Il y avait foule,
et tout le monde était accroupi à terre, à l'exception des danseurs.
Hors du bâtiment se tenaient les gardes en vestes rouges, avec leurs
casques rouges en papier mâché, et leurs fusils, crosse à terre, entre
leurs jambes croisées.

«On me fit savoir bientôt que le roi désirait me voir en particulier,
et l'on me fit passer dans un autre appartement. Les gardes étaient
groupés dans une verandah attenante. En entrant, je vis le roi
mi-couché sur un sofa, habillé dans le costume du pays, avec un putso
de soie, une ceinture de couleurs éclatantes, et une veste en coton,
descendant à la hanche: sa tête était recouverte d'un simple bonnet.

[Illustration: Canal d'irrigation dans le royaume d'Ava.--D'après une
gravure de l'édition anglaise.]

«À l'autre extrémité de la chambre, on voyait dans un vase une
imitation de fleurs de lotus; à la gauche du roi, à quelque distance,
une demi-douzaine de ses fils, bambins ou adolescents au-dessous de
seize ans, se vautraient sur le tapis.

«Dans l'antichambre, une troupe de musiciens exécutait une douce
musique sur des instruments à cordes. En m'asseyant près du vase à
lotus, je m'aperçus que j'avais été suivi par un des awten-woons, et
par quelques officiers et pages qui se blottirent dans un coin de la
chambre, ce qui rendait l'audience aussi peu confidentielle que
possible. Dès que nous fûmes assis, le roi leva la main et la musique
cessa. Il me dit alors de regarder le vase au lotus, ce que je fis; et
alors je vis les boutons s'épanouir et de l'un d'eux un oiseau
s'échapper. Le roi sourit et paraissait s'attendre à ma surprise aussi
bien qu'à mon admiration, sentiments que je ne manquai pas de
manifester. Un de mes voisins me dit que chaque bouton avait contenu
un oiseau prisonnier, mais qu'à l'exception de celui-ci, les autres
avaient trouvé moyen de s'échapper.

«Alors commença une conversation par demandes et réponses, qui se
suivirent, autant qu'il me souvienne, dans l'ordre suivant:

LE ROI. Connaissez-vous la littérature birmane?

L'AMBASSADEUR. J'en connais quelques ouvrages, Sire.

LE ROI. J'ai entendu parler de vous il y a trois ans. Avez-vous lu le
_Mengula-Thoot_?

L'AMBASSADEUR. Je l'ai lu, Sire.

LE ROI. L'avez-vous bien compris?

L'AMBASSADEUR. Je l'espère, l'ayant lu dans une traduction birmane
(l'original est en pali).

LE ROI. Combien de préceptes contient-il?

L'AMBASSADEUR. Trente-huit.

LE ROI. Très-bien; vous les rappelez-vous?

«Et comme le major hésitait et cherchait à excuser son défaut de
mémoire, le roi se mit à énumérer l'un après l'autre ces préceptes
contre l'orgueil, la colère, les mauvaises pensées, etc., accompagnant
le tout de commentaires et citations qui auraient mieux convenu à un
prédicateur en chaire qu'à un souverain parlant au représentant d'une
grande puissance, puissance voisine et redoutée.»


     Religion bouddhique.

Pour bien comprendre l'importance des questions et des sentencieuses
paroles adressées en cette occasion par Sa Majesté birmane à
l'ambassadeur anglais, il est nécessaire de jeter un coup d'oeil sur
le bouddhisme, qui forme le fond des croyances religieuses du roi
d'Ava et de la presque universalité de ses sujets.

Cette religion, qui compte encore, après vingt-cinq siècles
d'existence, de deux cents à trois cents millions de fidèles, est née
dans la vallée du Gange, six cents ans avant Jésus-Christ, lorsque
Rome avait des rois et que l'Asie occidentale était soumise à
Nabuchodonosor.

Gautama (le Bouddha) est un personnage historique, et quelle que soit
l'idée de divinité que lui attribuent ses adorateurs, on doit
l'admettre comme un grand et patriotique réformateur, qui s'éleva
contre les pratiques extérieures des brahmanes, et leur substitua un
code de morale plus pure.

Çakya-Mouni, Çakya-Sinha ou Gautama, le fondateur de cette doctrine,
était le fils d'un souverain de Kapilawastu, petite principauté sise
au nord du Gange, entre Gorakpour et Aoude, et descendant des Suryavas
ou enfants du Soleil. Né en l'an 623 avant Jésus-Christ, sa jeunesse
se passa dans les plaisirs. À vingt-neuf ans, la réflexion vint lui
démontrer la brièveté de la vie humaine et l'illusion de ses joies;
aussitôt il abandonna ses palais, ses jardins, son faste et ses
plaisirs, son épouse et son enfant, pour adopter la vie de l'ascète
mendiant. Pendant six ans, il se soumit à toutes les privations, et
alors, après de profondes méditations à un endroit qui s'appelle
encore aujourd'hui Bouddha-Gaya, il fut miraculeusement investi des
attributs qui le constituèrent Bouddha ou _être éclairé_. Il consacra
le reste de sa vie à parcourir les Indes, expliquant les lois de
l'existence, la vertu des actions méritoires, et prêchant comme la fin
de toute existence, la béatitude ou l'anéantissement absolu, rendu en
sanscrit par le mot _nirwana_ et en birman par celui de _nigban_. À
l'âge de quatre-vingts ans, il mourut entre deux arbres de sâl, dans
un bois à Kusinara, cinq cent quarante-trois ans avant Jésus-Christ.

Sans entrer dans l'exposition des diverses phases du bouddhisme, de
ses doctrines et des spéculations métaphysiques de ses docteurs, on
peut dire que cette religion se caractérise par sa tendance à faire
mépriser à l'homme les choses extérieures et à l'inciter à atteindre,
par ses propres efforts, par le seul développement de ses facultés
morales et intellectuelles, jusqu'à l'état divin du nirwana.

L'existence d'un Être suprême et de sa providence ne paraît pas
ressortir clairement et universellement des idées de Çakya et de ses
apôtres. Ce qu'il y a de certain, c'est que ni les Birmans ni les
Cingalais n'admettent l'Adi-Bouddha ou Être suprême des Népaulais et
des anciens bouddhistes théistes de l'Inde.

La récompense et la punition se perpétuent dans la succession des
existences qui passent par tous les degrés de la vie animée; c'est là
vraiment la clef de voûte du système, bien qu'il n'y ait pas, ce
semble, de juge ni de directeur moral. Un destin infaillible et
inexorable, qu'on pourrait appeler la force opérante de la nature,
régit la destinée ascendante ou descendante de toute créature, suivant
le mérite ou le démérite de la série de ses existences passées. Ceux
mêmes qui ont atteint le bonheur céleste en voient la fin et doivent
recommencer les vicissitudes infinies de la transmigration. Anitya,
Dukha, Anatta, le _Passager_, la _Souffrance_ et l'_Irréel_, sont les
conditions de toute existence, et le vrai bien est d'en être délivré
par la conquête du nirwana, état qui peut être l'absorption dans la
suprême essence, suivant les bouddhistes déistes, ou, suivant d'autres
docteurs, le néant absolu; ce serait, d'après le savant sanscritiste
Hodgson, le _lieu_ et le _mode_ dans lesquels vivent les éléments de
toutes choses, en leur dernier état d'abstraction et purifiés de
toutes les modifications particulières que nos sens et notre
intelligence peuvent comprendre.

Le Bouddha est un être qui, dans le passé infini des âges, a conçu le
désir d'atteindre ce suprême degré, afin d'acquérir la possibilité de
délivrer d'autres créatures des misères de la continuité de
l'existence. Il aurait pu atteindre sa liberté, il y a des myriades de
siècles; mais son libre arbitre l'en a détourné, l'a entraîné dans le
cours des existences successives, et par amour pour ses semblables il
a accepté d'innombrables renaissances, enduré des souffrances et des
afflictions et subi des épreuves comparables aux efforts qu'il
faudrait pour arracher la terre à sa base. À chaque renaissance, son
désir s'emploie à ces fins; à sa dernière renaissance dans la famille
humaine et sous les signes manifestes de sa haute destinée, il
embrasse la vie ascétique, atteint le but suprême et se trouve investi
du pouvoir et de la sagesse d'un Bouddha. Alors les mondes
innombrables de l'espace, la vue infinie du passé avec celle de toutes
ses préexistences, aussi bien que celles des autres êtres, et même les
pensées des hommes se dévoilent à la vue. Il est dégagé des passions
et des émotions humaines. Il possède l'infaillible sagesse pour
diriger les créatures dans les sentiers qui mènent au nirwana; la
nature et ses influences, le ciel et ses habitants lui obéissent. Mais
il est sujet à la souffrance, à la maladie, et, quand sonne son heure,
à la mort; même après avoir acquis la qualité de Bouddha, il souffre
jusqu'au trépas les peines terrestres que lui valent ses démérites
antérieurs.

La vie normale de ses disciples est l'ascétisme et la mendicité. Ses
conditions premières sont, comme dans l'Inde, la continence, la
pauvreté, l'humilité; suivent l'abstraction du monde, l'amour de
toutes les créatures vivantes, la pratique de certains préceptes
moraux, et de nombreuses cérémonies rituelles.

Les ascètes bouddhistes ont droit à l'adoration des laïques. Ce sont
de véritables moines, bien qu'ils assument parfois le caractère de
prêtre, en accomplissant certaines cérémonies qui passent pour attirer
des grâces sur ceux pour lesquels on les accomplit, en pratiquant
certains devoirs, comme de lire quelques-uns des livres sacrés au
peuple et d'instruire la jeunesse. Toutefois, leur principale affaire
est, et a été dès l'origine, de travailler à leur propre rédemption.

La doctrine touchant les laïques est obscure; ils constituent
néanmoins le complément nécessaire du système. L'ascète dépend d'eux
pour sa subsistance, leur prêche la doctrine, et les reconnaît
capables d'atteindre à quelques mérites et de s'élever dans l'échelle
de la félicité future. Mais on n'atteint le but final qu'en adoptant
la vie monastique.

Le culte des pagodes s'explique difficilement, bien qu'il ait pu
prendre naissance à l'origine dans le respect dû aux reliques de
Gautama ou de ses apôtres dont elles recueillirent les restes
sacrés[9]. Mais à cette heure la pagode elle-même, indépendante de
toute relique, semble être l'objet du culte. On offre à la pagode des
fleurs, des cierges et des feuilles d'or, et ceux qui font acte
d'adoration devant elle acquièrent des mérites qui porteront leurs
fruits aussi sûrement que si le Bouddha était présent dans le symbole
sacré.

         [Note 9: Ce culte et l'adoration des reliques n'ont commencé
         que lorsque la pureté primitive de la doctrine bouddhique,
         toute spiritualiste à l'origine, était déjà très-altérée par
         suite de l'ignorance superstitieuse des populations. M.
         Barthélemy Saint-Hilaire a donné récemment, en France, une
         étude complète du bouddhisme. Beaucoup de détails curieux sur
         cette religion ont été réunis dans les notes de l'article
         _Fa-hian_, à la fin de notre volume des _Voyageurs anciens_.]

La morale du bouddhisme, plus pure que celle du brahmanisme, a des
maximes qui rappellent les préceptes de l'Évangile. En Birmanie, la
réputation des moines tend à se maintenir sur un bon pied, et
cependant leur système de morale n'influe guère sur le caractère du
peuple. Ce qui prédomine, dans le système, est l'appel à la tendresse
du coeur, et pourtant il n'y a pas de pays, si ce n'est peut-être la
Chine demi-bouddhiste, où la vie soit sacrifiée plus aveuglément, plus
cruellement, soit dans l'application des pénalités, soit dans la
perpétration des crimes privés.


     Visites aux grands fonctionnaires. -- Les dames birmanes.

Le 24 septembre, l'ambassadeur accompagné du docteur Forsyth, du major
Allan et de M. Edwards, rendit une visite de cérémonie aux quatre
woon-gyis et au vieux Moung-Pathea, nan-ma-dau-woon ou contrôleur du
palais de la reine mère, et que nous connaissions sous le nom de
Dalla-Woon, d'après le poste qu'il occupait en qualité de gouverneur
de ce district au commencement de la guerre. Nous voulûmes lui faire
honneur en tant que chef de l'ambassade qui était allée à Calcutta,
mais aussi à cause de l'estime que nous avions pour lui.

La première course fut pour le magwé-mengyi, le plus considéré des
woon-gyis ainsi que le plus intelligent. Il vint à la rencontre de
l'ambassadeur jusqu'au bas de l'escalier et l'introduisit dans la
salle de réception que l'on avait évidemment décorée à notre
intention. Des tapis recouvraient le plancher, et il y avait des
chaises disposées autour d'une table qui occupait le centre de la
pièce. Un large rideau de soie séparait cette partie de la salle de
l'autre qui servait d'appartement aux femmes. Relevé par un de ses
coins, ce rideau permettait de voir les dames de la famille accroupies
sur des tapis.

Bon nombre de Birmans respectables par leur âge, et bien vêtus,
siégeaient ça et là dans la salle et dans la verandah; à l'extérieur,
il y avait une foule de gens respectueusement accroupis et qui
paraissaient être des voisins que la curiosité avait poussés à
assister à l'entrevue.

Peu d'instants après l'arrivée des visiteurs on servit le déjeuner.
Deux bandes d'une longue étoffe remplaçaient la nappe; les plats,
couteaux, fourchettes, tasses et soucoupes, aussi bien que le thé,
étaient servis à l'anglaise, et un Indien, ancien domestique d'un
officier, remplissait le rôle de majordome.

D'abord on servit pain et beurre, muffins et tartes; et comme les
domestiques en rapportaient, le woon-gyi s'écria plaisamment: «Allons,
allons, ils connaissent les mets anglais, qu'on apporte maintenant les
mets birmans!» et nous pûmes compter cinquante-sept plats où les
sucreries et les friandises les plus variées étaient accumulées à
profusion.

À la demande du major Phayre, la femme du woon-gyi, dame d'un certain
âge, fut priée de vouloir bien s'asseoir à table avec nous. On plaça
une chaise à côté de l'ambassadeur; mais la respectable dame, qui
n'avait pas l'aisance de manières de son mari, demanda qu'on l'écartât
de la table avant de vouloir s'y asseoir, ce qui ne suffit qu'à demi
pour la mettre à l'aise, car elle ne tarda pas à ajuster son vêtement
de façon à pouvoir croiser ses jambes sous elle. Elle avait de fort
belles bagues ornées de diamants de grand prix.

Le woon-gyi parlait volontiers et avec assez de gaieté, commençant par
les questions d'usage chez les Birmans, sur l'âge des personnes
présentes, si elles étaient ou non mariées, et il s'étonna fort que
l'ambassadeur et le major Allan fussent restés garçons. «Quand vous
vous marierez, dit-il, j'espère que vous amènerez vos femmes ici.»

Après le déjeuner, on apporta le dessert, à la birmane, dans une série
de plateaux, remplis de petits plats en or et en argent, contenant des
noix de bétel, du bétel préparé, du chunam, du thé confit et mariné,
du gingembre salé en tranches minces, de l'ail frit, des noisettes
dépouillées de leur coque et des noix de terre rôties. Les convives
birmans semblèrent se délecter du bétel et du thé mariné plus que de
toute autre friandise, et le vieux Camaretta en fit autant. Les
cigares terminèrent la fête.

Notre seconde visite officielle fut pour le mein-loung-mengyi, qui
emprunte son titre à un district septentrional du royaume. C'est un
personnage, approchant de la soixantaine, édenté et d'assez pauvre
mine. Sa vieille épouse, de manières plus simples et plus distinguées
que lui, fit les honneurs d'un déjeuner à peu près pareil à celui
qu'on nous avait servi chez le magwé-mengyi, et de temps à autre elle
nous signalait certains plats. Ignorant la coutume de se serrer la
main au moment où l'ambassadeur la quittait, elle lui mit amicalement
la main sur l'épaule en l'assurant du plaisir que lui avait fait sa
visite.

À quelques détails près nos autres visites ressemblèrent aux deux
premières. Je dois mentionner seulement le déjeuner que nous offrit le
pakhan-mengyi, parce que sa femme y assista, avec ses deux soeurs et
sa mère. Leurs manières étaient aussi distinguées que réservées; plus
jolies que ne le sont d'ordinaire les Birmanes, elles possédaient
réellement la délicatesse et la grâce.

[Illustration: Jeunes dames birmanes.--Dessin de Morin d'après H.
Yule.]

Elles portaient le _tamein_ national, jupe étroite en soie rayée, des
jaquettes en fine mousseline blanche, et des ornements d'un éclat
qu'auraient envié des femmes plus civilisées. Leurs cylindres
d'oreilles étaient d'or; le cercle en était fermé et serti d'un
diamant, rubis ou émeraude, entouré de brillants de moindre grosseur.
Le collier était formé d'une étroite chaîne d'or, simple ou ornée de
perles fines, et garnie de deux rangs de diamants, l'un fixe et
l'autre en pendeloque. À leurs doigts scintillaient des bagues de
prix; nous y remarquâmes notamment des rubis de la première grandeur.

Deux des dames présentes se ressemblent singulièrement, et étaient
caractérisées par un front fuyant, type de la race d'Alompra. Elles
étaient filles de Mekaramen, oncle du roi Tharawadi et que le colonel
Burney signale, dans sa relation, comme très-curieux de tout ce qui se
rapporte aux sciences européennes.

La vieille mère, femme très-disposée à la conversation, qui avait
longtemps vécu à Rangoun et aimait à montrer l'habitude qu'elle avait
acquise des manières anglaises, était la veuve de Moung-Shwé-Doung,
autrefois le woong ou ministre de la princesse royale, actuellement
régnante. Elle se rappelait fort bien Jan-Ken-ning (le major John
Canning) pour l'avoir vu à Rangoun.

Parmi ces femmes, on nous en indiqua une d'un aspect charmant et tout
féminin, comme étant la femme d'un tsaubwa, ou prince shan, de Monè.
Elle était pour le moment dans la capitale «en congé.» Nous eûmes
ainsi l'occasion de voir la haute société birmane en famille, et
l'impression qu'elle nous laissa fut des plus favorables.

  (_La fin à la prochaine livraison._)



[Illustration: Le temple du Dragon. Dessin de Lancelot d'après H.
Yule.]



VOYAGE DANS LE ROYAUME D'AVA

(EMPIRE DES BIRMANS)

PAR LE CAPITAINE HENRI YULE,

DU CORPS DU GÉNIE BENGALAIS[10].

1855

         [Note 10: Suite et fin.--Voy. pages 257 et 273.]


     Comment on dompte les éléphants en Birmanie.

Le 26 septembre, plusieurs d'entre nous allèrent voir dompter des
éléphants, spectacle dont les Birmans sont aussi passionnément épris
que les Espagnols le sont d'un combat de taureaux.

On a construit dans ce but une arène à l'orient de la ville, sur les
bords d'un des lacs. Tout auprès s'élève, à l'usage du roi, un
pavillon en bois ordinairement appelé le palais de l'Éléphant.

C'est là une des institutions fondamentales de Birmanie, et on en
trouve des descriptions dans les livres des plus anciens voyageurs.

L'arène consiste en un enclos d'environ cent yards de diamètre et
entouré d'un mur très-épais de vingt-cinq pieds de haut. À une
vingtaine de pieds en dedans de cette première enceinte s'en trouve
une seconde, formée de poutres massives, mais espacées de façon à
permettre à un homme d'en traverser aisément les intervalles. Au
centre de l'enclos s'élève un petit réduit, palissadé de même, destiné
aux spectateurs. Le mur extérieur est percé de deux portes; leurs
battants sont composés de deux lourdes pièces de charpente
verticalement ajustées sur pivot et s'emboîtant, une fois fermées,
dans une rainure creusée dans le seuil. Des battants de même nature
sont disposés de distance en distance le long des faces parallèles
du mur d'enceinte et de la palissade, de manière à former, à un moment
donné, du couloir qui se trouve entre deux de ces portes, une cage de
vingt pieds de long qui se ferme avec rapidité. Un escalier conduit au
haut du mur, qui paraît être la place favorite des spectateurs de tout
rang; c'est là que des places avaient été préparées pour les personnes
de l'ambassade.

Une fois arrivés, nous vîmes un groupe d'environ deux douzaines
d'éléphants femelles, les unes montées par leurs cornacs, les autres
libres, réunies en une masse compacte dans la plaine, à quatre cents
mètres environ de l'enclos, et gardant avec soin au centre de leur
troupe deux éléphants mâles sauvages qu'elles avaient attirés. Ces
femelles paraissaient fort bien comprendre leur rôle, et poussaient
graduellement leurs victimes du côté de l'arène. Quand elles furent
arrivées à l'entrée, une femelle avec son mahout (cornac) passa dans
l'intérieur de l'enclos, suivie peu après par le plus grand des deux
mâles. On ferma l'entrée et on dirigea le reste de la troupe vers une
autre porte. Le nouveau captif était adulte, mais paraissait maigre et
faible, suite naturelle d'une abstinence forcée. Il courut autour des
palissades pour y chercher une issue; puis paraissant reconnaître le
passage qui s'était fermé derrière lui, il s'élança de toutes ses
forces contre ses poutres qui servaient de portes et, en
s'agenouillant, il s'efforça de les arracher de leurs gonds. Les coups
et les cris des gens qui se tenaient derrière la palissade, aussi bien
que les aiguillons dont le perçaient ceux qui s'introduisaient entre
les poutres, lui firent lâcher prise. Se retournant pour leur donner
la chasse, il se précipitait la tête la première contre les poteaux
dont les intervalles permettaient à ses persécuteurs de s'esquiver,
et, de son choc puissant, ébranlait toute la construction, à la grande
joie des spectateurs, mais non sans dommage pour lui-même. Après qu'on
eut ainsi longtemps harcelé la pauvre bête pour abattre ses forces et
son courage, et dès qu'il eut trahi son épuisement, un des principaux
mahouts l'excita à le poursuivre et l'entraîna dans le couloir que
formait le passage d'entrée. Les portes se fermèrent aussitôt, l'homme
s'échappa au travers des poteaux et l'éléphant se trouva dans une cage
qui ne lui permettait pas de se retourner. Alors on commença à lui
attacher les jambes de derrière et à lui mettre des liens autour du
cou. Afin de l'empêcher de s'en débarrasser, on lui jeta autour de
l'oreille un noeud coulant, fait d'une corde de cuir, et dont
l'extrémité retombait du côté opposé du cou. Toutes les fois qu'il
essayait de saisir le collier avec sa trompe, le premier obstacle
qu'il rencontrait était cette corde; en tirant dessus il se blessait,
et son attention distraite permettait aux mahouts de continuer à le
charger d'entraves. Pendant cette opération, le malheureux éléphant se
ruait avec une vaine fureur sur les poteaux qui l'entouraient, les
déchirant et les faisant voler en éclats avec ses défenses, labourant
la terre et rugissant avec rage.

On lui ajustait un second collier et on le fixait fort et ferme,
tandis qu'il était couché, haletant de fatigue: tout à coup il se
redressa sur son train de derrière et retomba sur le flanc.... Il
était mort!

On employa une autre méthode pour réduire le second éléphant, animal
de moindre taille. À un signal donné, il fut abandonné par les
femelles qui l'entouraient, et neuf ou dix mâles lui donnèrent la
chasse, montés par des mahouts armés de lazzos en cuir. On parvint à
lui en lier un à une de ses jambes de derrière, et on en fixa
solidement les extrémités à un pieu fiché en terre. Il fut ainsi
réduit au parcours d'un cercle d'environ quarante yards (trente
mètres) de rayon. Les vieux éléphants commencèrent à l'assaillir, le
chargeant à coups de trompe, le poussant et se le renvoyant jusqu'à ce
que la fatigue commençât à le gagner. Deux éléphants l'entourèrent
alors, leurs mahouts lui ajustèrent des liens autour du cou et le
menèrent sous un abri où il fut attaché à des piquets pour y rester
jusqu'à ce que le régime de la ration congrue lui fit comprendre la
nécessité de l'obéissance.

Quelques jours plus tard, on nous amena, à la résidence, deux
éléphants danseurs qui nous divertirent grandement. Un d'eux, jeune
sujet de six pieds de haut, n'avait qu'une instruction incomplète; son
art consistait à lever successivement ses jambes, au commandement de
son mahout, et à marcher sur ses genoux, ou pour mieux dire sur les
paturons de ses jambes de devant. À l'ordre qu'on lui donna de marcher
comme les dames d'honneur du palais, il s'avança vers nous avec ses
seules jambes de devant, traînant derrière lui celles de derrière (p.
284).

Le plus âgé, un vieux mâle, était plus versé dans son art. Son mahout
lui hurlait à l'oreille des ordres auxquels l'éléphant répondait par
un grognement d'assentiment d'un effet assez comique. Son pas le plus
brillant consistait à lever une patte et à lui faire décrire un cercle
avant de la remettre à terre. Les efforts des mahouts n'étaient pas ce
qu'il y avait de moins divertissant; leurs danses, leurs cris, leurs
encouragements, leurs applaudissements contrastaient plaisamment avec
la maladresse de leur élève. À la fin il commença à remuer
alternativement ses quatre pattes et à les jeter tantôt à droite,
tantôt à gauche; la gravité de sa tête et de ses yeux, l'étrangeté de
ses lourds mouvements complétaient le spectacle, qui eut un grand
succès de rire parmi tous les assistants, Anglais, Bengalais et
Birmans.


     Excursions autour d'Amarapoura.

Pendant que le major Phayre, avec une patience ultra-diplomatique, et
dans le désir d'atteindre enfin le but réel de sa mission, la
conclusion d'un traité d'alliance et de commerce, se pliait
complaisamment aux excentricités de la cuisine des Woongyis, et, ce
qui était bien autrement méritoire, aux incessants examens
métaphysico-religieux que lui faisait subir le roi, j'exécutai
plusieurs excursions autour de la capitale, en compagnie de notre
géologue, le docteur Oldman, que les Birmans qualifiaient du titre
pompeux de _professeur des roches_. La première, dirigée au nord, nous
conduisit successivement à Mengoun, sur la rive droite du fleuve, à
Madeya, localité importante de la rive gauche, aux carrières de marbre
blanc de Tsengo-myo, puis aux cavernes ou grottes de Malé, et enfin à
la ville de Tsampenago, chef-lieu d'un canton fertile, borné à
l'orient par la belle rangée de collines qui sépare l'Irawady du
district des mines de rubis. De là nous redescendîmes le grand fleuve
jusqu'au confluent du Myit-Nge, et pûmes contempler encore une fois,
du haut d'un pic que nous évaluâmes à environ dix-sept cents pieds, le
magnifique panorama qu'arrose cette petite et sinueuse rivière à son
débouché dans les vastes plaines où dorment, au milieu de la plus
épaisse verdure, Sagaïn et Ava, les vieilles capitales abandonnées.

Cette exploration permit au docteur de dresser une carte géologique de
toute la section du bassin de l'Irawady comprise entre les 22e et 23e
parallèles, et de recueillir, sur ces contrées, étudiées
scientifiquement pour la première fois, des observations auxquelles
mes lecteurs me sauront gré, à coup sûr, de faire quelques emprunts.

Mengoun, qui fut notre première étape, à seize kilomètres
d'Amarapoura, porte dans le pays le surnom caractéristique de _folie_
du roi Mentaragyi. Cet aïeul du roi actuel employa les trois derniers
quarts d'un règne de quarante ans, les sueurs et les bras non
rétribués de milliers de ses sujets, et des sommes incalculables, à
entasser les unes sur les autres, jusqu'à une hauteur de cinq cents
pieds, des masses énormes de briques et de mortiers: Pélion sur Ossa!
On prétend qu'une prédiction avait lié la fin de sa vie avec celle de
son oeuvre architecturale; mais il laissa celle-ci inachevée, et vingt
ans après lui, le terrible tremblement de terre de 1839 fit de son
temple de Mengoun la montagne de débris que la photographie nous a
permis de reproduire fidèlement (p. 203).

Vis-à-vis de ce témoignage du néant de l'homme et de ses oeuvres, une
pagode en miniature, proprette et sans félure, bien plus ancienne que
le géant écroulé, rappelle involontairement l'apologue du chêne et du
roseau.


     Géologie de la vallée de l'Irawady. -- Les poissons familiers. Le
     serpent hamadryade[11].

         [Note 11: Tout ce chapitre est emprunté au journal du docteur
         Oldman.]

«La formation géologique du pays arrosé par l'Irawady est assez
simple. Depuis le delta de la rivière, jusque dans le voisinage de la
vieille capitale d'Ava, le cours de la rivière ne présente que des
roches de formation tertiaire. Tantôt l'Irawady s'écoule dans des
gorges formées par ces roches, comme au-dessus de Prome; tantôt le
courant traverse des plaines étendues qui semblent desséchées comme
des lits d'anciens lacs. La direction générale de ces roches suit le
cours de ce fleuve, bien qu'en certains endroits leurs strates aient
fait obstacle au courant, qui a dû percer des couches assez épaisses
d'argile bleuâtre, entre des grès durs, et se faire un lit encaissé,
comme on le voit au-dessus de Prome.

«Si tel est le caractère général du sol, il faut remarquer pourtant
que les couches sont souvent disloquées, contournées et brisées.

«Appuyée sur les crêtes de ces couches bouleversées se trouve une
série de strates de grès et de conglomérats, moins consolidées que les
précédentes, mais aussi moins contournées. Souvent sablonneuses,
quelquefois calcaires, ces strates sont chargées de fer introduit par
voie de filtration. Ou y rencontre aussi d'innombrables ossements
fossiles de mastodontes, d'éléphants, de rhinocéros, de tapirs, à
cerfs, et de tortues.

«On peut fixer l'âge géologique des terrains les plus anciens à
l'époque éocène. Les terrains modernes, par leur analogie et
l'identité de leurs fossiles, paraissent devoir se rapporter à
l'époque miocène.

«Près de la capitale, on rencontre des chaînes de roches
métamorphiques et cristallines dans une direction nord et sud, et
formant une série de collines distinctes. Il est à présumer qu'elles
sont antérieures à la formation des couches tertiaires qui les
entourent. Après s'être déposées, ces couches ont été bouleversées par
des éruptions volcaniques qui, ayant brisé les roches anciennes, les
ont sillonnées, par intervalles, de longues dykes, et ailleurs les ont
recouvertes de leurs matières en fusion. Rien n'indique que ces
formations trappéennes soient antérieures aux couches que l'on peut
attribuer à l'époque miocène. Elles doivent sans doute leur origine
aux mêmes forces souterraines qui, de nos jours, couvent et grondent
encore sous le sol birman, qu'elles ébranlent de fois à autres, et qui
en 1839 notamment, secouèrent, comme des gerbes de blé mûr, les
gigantesques pagodes de Pagán et de Mengoun. Le même laboratoire
incandescent d'où jaillirent, dans les anciens âges, les étincelants
rubis du district de Momeit et les pépites d'or que roulent tous les
cours d'eau de la Birmanie, entretient ces vastes réservoirs d'huile
minérale qui font aujourd'hui la principale richesse du bassin de
l'Irawady et ces volcans de vase bouillante qui chaque jour hérissent
de cônes nouveaux la plaine de Membo (p. 301).

«En redescendant le fleuve, je fus témoin d'un incident qui m'étonna,
je le confesse, plus que tout ce que j'avais pu voir encore dans cet
étrange pays.

[Illustration: Rives de l'Irawady, près des mines de rubis.--D'après
H. Yule.]

«Arrivé à la proximité d'une petite île qui partageait le cours du
fleuve, le pilote se mit à pousser de toutes ses forces le cri _tet!
tet! tet! tet!_ et comme je lui en demandai la signification, il me
répondit tranquillement qu'il appelait les poissons. Effectivement je
ne tardai pas à voir bouillonner l'eau sur les deux côtés du bateau,
puis surgir à la surface une masse serrée de gros poissons au nez
blanc, ressemblant, par la forme de la tête du moins, au chien de mer,
et dont plusieurs atteignaient trois et quatre pieds de longueur. J'en
comptai plus de quarante autour du bateau, dressant presque
verticalement hors de leur élément une moitié au moins de leur corps,
et tenant leur bouche aussi ouverte que possible. Les gens du bateau,
prélevant des poignées de riz dans les plats préparés pour leur propre
dîner, s'empressèrent de les présenter à ces hôtes singuliers, et
chaque poisson, dès qu'il avait reçu sa portion, plongeait pour
l'avaler, puis se hâtait de reparaître le long du bord. Les bateliers
continuaient leur incessant _tet! tet! tet!_ et se penchant par-dessus
le plat-bord, caressaient de la main le dos de ces heureux poissons,
absolument comme on fait à des chiens favoris. Cette scène se
prolongea pendant une bonne demi-heure de navigation, et le seul effet
produit par le contact des mains des bateliers sur leurs aquatiques
convives, me parut être une surexcitation d'appétit et de familiarité.
On me dit que, durant le mois de mars, il y a dans ces parages une
grande fête et un grand concours de gens. Chacun s'efforce alors de
capturer un poisson, non pour en faire une friture ou une matelote,
mais pour lui rendre la liberté dès qu'on lui a décoré le dos d'une
couche bien appliquée de feuilles d'or, ni plus ni moins que si
c'était une idole. En effet, je remarquai sur plusieurs poissons des
traces de dorure. Jamais spectacle ne m'a autant amusé et intéressé
que celui-là. J'aurais bien désiré enrichir ma collection
ichthyologique d'au moins un spécimen de ces hôtes privilégiés du
fleuve. Mais au premier mot hasardé à ce sujet, tous les assistants,
saisis d'horreur, crièrent au sacrilége, et je crus prudent de me
tenir coi et muet sur ce point.

[Illustration: Petite pagode à Mengoun.--D'après H. Yule.]

«... Le lendemain, comme je revenais de visiter un gisement de houille
peu éloigné du fleuve, j'aperçus en travers du sentier un grand
serpent de l'espèce des _hamadryades_ (genre naja). Un homme de ma
suite, porteur d'un fusil à deux coups, se disposait à faire feu sur
la bête, quand tous ses camarades l'arrêtèrent par un concert de
gestes et de cris. Le serpent, mis en éveil par le bruit, leva la
tête, nous regarda un instant, puis s'évada sain et sauf. Je demandai
avec assez d'impatience au chasseur pourquoi il n'avait pas tiré sur
ce reptile; la réponse me frappa, comme venant à l'appui d'un fait
avancé par le naturaliste Mason dans son livre sur Tenasserim[12];
fait que j'avais jusque-là révoqué en doute. Mes gens affirmèrent que
si le serpent avait été blessé, il nous aurait fait face et nous
aurait poursuivis; qu'il valait donc mieux l'avoir laissé aller
paisiblement. L'animal avait bien trois mètres de longueur.»

         [Note 12: Les natifs de Tenasserim décrivent un serpent
         venimeux, dont la taille atteint dix à douze pieds, et qui,
         d'une couleur plus foncée que la _cobra_ commune, est presque
         entièrement noir. Je ne l'ai jamais rencontré, mais la
         description qu'on m'en a faite concorde assez avec le
         caractère générique des _hamadryades_ pour m'autoriser à le
         regarder comme une variété du genre. «L'hamadryade, dit le
         docteur Crantor, est excessivement farouche, toujours prête à
         se jeter sur quiconque l'attaque et à poursuivre tout ce qui
         l'irrite.» C'est là un grand trait d'analogie avec le serpent
         de Tenasserim. Un Birman fort intelligent m'a raconté qu'un
         de ses amis étant venu à heurter un jour une nichée de ces
         serpents, battit immédiatement en retraite, mais il avait été
         aperçu et la mère furieuse se lança immédiatement à sa
         poursuite. L'homme s'enfuit de toutes ses forces à travers
         coteaux, vallons, clairières et halliers; la terreur lui
         donnait des ailes. Arrivé sur les bords d'une petite rivière,
         il n'hésite pas à s'y jeter, dans l'espoir de faire ainsi
         perdre sa piste à son terrible ennemi. Mais, hélas! en
         atteignant la rive opposée, il y retrouve la furieuse
         hamadryade, la tête haute, les yeux en feu et dilatés par la
         rage, toute prête enfin à enfoncer ses crochets mortels dans
         ses chairs palpitantes. Désespéré, il saisit son turban et,
         par un mouvement instinctif, le lance au reptile, qui, se
         jetant comme un éclair sur cet objet inanimé, le couvre de
         furieuses morsures, et trompe ainsi sa colère et sa
         vengeance; après quoi il regagne tranquillement son repaire.
         (Mason, _Histoire naturelle de la Birmanie_, p. 345.)]

[Illustration: Grand temple de Mengoun, depuis le tremblement de terre
de 1839.--Dessin de K. Girardet d'après H. Yule.]


     Les Shans et autres peuples indigènes du royaume d'Ava.

Ma seconde excursion fut dirigée au sud-est de la capitale, sur la
frontière des petits États shans, tributaires d'Ava.

Les Shans ou Tais, comme ils se nomment eux-mêmes sont, de toutes les
races indo-chinoises, la plus répandue et probablement la plus
nombreuse. Entourant les Birmans du nord-ouest au sud-est, ils forment
un chaînon continu depuis les confins du Munnipour (si tant est que
les habitants de cette vallée ne soient pas de la même race) jusqu'au
coeur du Yunan, et depuis la vallée d'Assam jusqu'à Bankok et à
Cambodje. Partout ils professent le bouddhisme, partout ils ont
atteint à un degré de civilisation assez élevé, et partout ils parlent
une même langue sans grandes variantes, circonstance remarquable au
milieu de cette diversité d'idiomes que l'on trouve parmi tant
d'autres tribus, en dépit du voisinage et de la parenté. Cette
identité caractéristique dans la langue des Shans, tendrait à prouver
qu'il y a longtemps qu'ils ont atteint le degré de civilisation où ils
sont arrivés, et que jadis ils ont dû constituer un peuple homogène,
avant leur dispersion.

Les traditions siamoises, aussi bien que celles des Shans
septentrionaux, ont gardé le souvenir d'un ancien royaume considérable
fondé par leur race, au nord du présent empire birman, et le nom de
«Grands-Tais» appliqué au peuple de ces pays vient corroborer la
tradition. Des germes de désunion ont dû briser l'unité de cette race,
la fractionner en petites principautés, et le royaume de Siam renferme
peut-être, à cette heure, le seul État indépendant de cette famille.
Tous les autres sont tributaires d'Ava, de la Chine, de la Cochinchine
ou de Siam.

Les États, dont je parlerai sommairement, occupent une étendue de terrain
que l'on peut comprendre en masse entre le quatre-vingt-dix-septième et
le cent unième méridien, le vingt-quatrième et le vingtième degré de
latitude. Ce territoire se termine à l'ouest par la chaîne qui forme
la frontière orientale de la Birmanie pure. À l'est, il est borné par
le Mekhong ou grande rivière de Cambodje; au nord, par la vice-royauté
de Yunan: il comprend les Koshanpris ou neuf États shans qui,
successivement, ont passé sous la domination des Chinois et des
Birmans, et qui maintenant appartiennent aux premiers. Au sud, il
joint, pendant quelque distance, le territoire des Karens rouges, et,
à partir de là, le Mekhong forme la frontière des principautés
tributaires de Siam.

La suzeraineté des Birmans est plus ou moins reconnue dans ces pays;
dans les États contigus à la Birmanie propre, c'est une réalité active
et tyrannique; vers l'est elle tend à se relâcher, et vers l'extrême
orient et le nord-est, bien que ces États payent hommage à Ava,
l'influence chinoise prédomine.

Toutes ces contrées sont sillonnées de chaînes de montagnes, dont la
direction est nord et sud, comme celles des principales rivières, le
Salouen et le Mekhong. Le Menam, ou rivière de Siam, prend sa source
dans ces régions. Le caractère général de ces fleuves est torrentiel;
ils sont profondément encaissés et sujets aux débordements.

Les montagnes sont habitées par des tribus plus ou moins sauvages et
connues sous plusieurs dénominations. La plus considérable, peut-être,
est celle des Laouos, que les Shans considèrent comme les restes
sauvages des anciens aborigènes. On prétend que leur langue ne
ressemble aucunement à celle des Shans. Quelque barbares qu'on les
dise, ils paraissent adonnés à l'agriculture, soignant fort bien
l'indigo, la canne à sucre et le coton, que leur achètent les
marchands chinois du Kiang-hung, du Kiang-tung et des États
limitrophes. Ils travaillent le fer, sont bons forgerons, et
fabriquent des _dhas_ ou sabres et des fusils à mèches. Ils sont de
taille médiocre, mal bâtis et laids; ils ont le nez plat, le front bas
et le ventre gros. Ces caractères feraient penser que les Laouos ne
sont que le type dégénéré de la race des Shans, telle qu'elle existait
avant d'avoir été modifiée par l'action de la civilisation bouddhiste.
Les tribus les plus considérables, les plus sauvages et les plus
indépendantes de ces Laouos, se trouvent dans la partie nord et ouest
de Muang-Lem. Ils ne permettent à personne de pénétrer chez eux; et on
dit qu'ils guettent, saisissent et décapitent les voyageurs, pour
emporter leurs têtes en manière de trophées, comme font les Garows,
les Kookis et autres sauvages, voisins de notre frontière du Sylhet.

La contrée habitée par les Karen-nis ou Karens rouges, qui se sont
maintenus indépendants des Birmans et des Shans, comprend cette masse
montagneuse qui sépare le Sitang du Salouen et s'étend entre la
latitude de Toungoo et le vingtième degré trente minutes. On les croit
de race shanne; cependant il ne m'a guère été possible de trouver
d'autres preuves de cette parenté, que l'usage qu'ils font de la braie
pour vêtement. On attribue leur dénomination de _rouges_ à leur teint,
qui, étant naturellement clair, rougit plus qu'il ne brunit à l'action
du hâle; mais je crois que la couleur de leurs pantalons rouges est
pour beaucoup dans ce surnom, les Shans portant le pantalon bleu.

Le nom que se donnent les Karen-nis est Koyas, et les Shans les
appellent Niangs. Leur tradition veut qu'ils soient les descendants
d'un corps d'armée chinois qui s'endormit et que l'armée laissa
derrière elle dans une retraite. Il est singulier que les Kyens de
Yoma-doung aient la même tradition sur leur origine, à la différence,
toutefois, que l'armée était birmane et non chinoise.

Les Karens rouges sont de petite taille, avec des jambes grêles et de
gros ventres; leur malpropreté est notoire. Ils vivent dans un état de
société qui n'est cependant pas la sauvagerie, et bien des Shans se
sont établis sur leur territoire, trouvant leur régime social plus
doux que celui des Birmans. Leurs seuls actes religieux consistent à
apaiser les esprits malins qui frappent de maladie, et les sacrifices
qu'ils leur font sont considérables. Ils se servent, dans leurs
transactions commerciales, d'une monnaie d'argent assez grossière et
des poids en usage en Birmanie; leur agriculture est remarquable sous
plus d'un rapport.

Tout leur pays est montagneux, et dans la partie sud de leur district
il y a des pics de deux mille cinq cents mètres d'élévation. Leurs
villages sont généralement situés sur des collines arrondies ou
planes. La population est considérable. Dans une partie de leur pays,
entre le Salouen et le Me-pon, on voit les cultures s'étendre jusqu'au
sommet des coteaux, les vallées se dérouler en terrasses à la mode
chinoise, les routes sillonner le pays, et les villages nombreux à ce
point que d'un coup d'oeil on peut en embrasser huit ou dix. Leur plus
fort village est Ngouè-doung, dont les habitants sont en majeure
partie des Shans fugitifs.

Ces Karens rouges sont la terreur des districts avoisinants de la
Birmanie, où ils vont faire des razzias et enlever les habitants,
qu'ils échangent comme esclaves contre des buffles et des boeufs chez
les Shans siamois. Ce sont aussi les receleurs des esclaves que font
entre elles les petites communautés karennes sur les frontières du
côté de Toungoo. Les villes voisines leur payent redevance pour se
garantir de leurs incursions, qui s'étendent assez loin pour forcer
les habitants de Nyoung-Ynoué, à trente-deux kilomètres de leurs
frontières, à se tenir constamment en garde contre eux.

Les principautés shannes peuvent être divisées en cis-salouennes et
trans-salouennes. Le premier des États cis-salouens, en quittant le
pays des Karen-ni, qui forme sa frontière sud, est celui de Mobyé.

Ce petit État, dans le voisinage des Karens rouges, a été tellement
dévasté par eux, qu'il ne reste plus au _tsauboua_ ou prince, que
l'espace compris dans les murs de sa ville. À la fin, n'ayant pu
obtenir de secours de son suzerain d'Ava, il cessa de lui payer tribut
et transféra son allégeance à ses redoutables voisins.

Puis vient l'État de Mokmé ou Moung-mé, à cinq jours de marche de Moyé
et à trois jours de la frontière des Karen-ni; il est tellement
harassé par les razzias des Karens rouges, que tous les chefs de
villages leur payent redevance. La ville de Mokmé peut contenir trois
cent cinquante maisons.

À deux jours de marche nord de Mokmé se trouve la capitale de l'État
de Moné, qui est le centre du gouvernement des Birmans sur les
principautés shannes; aussi les Birmans y sont nombreux. Le territoire
est assez étendu au delà du Salouen. La ville, qui est située à cinq
cents mètres au-dessus du niveau de la mer, est la plus grande de
toutes les cités shannes; elle peut contenir huit mille âmes. Elle est
bâtie au pied des collines qui bordent la fertile vallée de
Nam-toueen, tributaire du Me-pon. À cinquante-six kilomètres
nord-ouest de Moné se trouve le Nyoung-Ynoué. C'est le plus occidental
de tous ces États et ce fut jadis un des plus grands et des plus
importants. Mais les déprédations des Karens rouges, la tyrannie des
Birmans, les dissensions intérieures ont tellement réduit la puissance
de son tsauboua, qu'elle ne s'étend guère que sur une centaine de
familles.

La ville ne contient pas plus de cent cinquante maisons. Elle est
située dans un bassin d'alluvion assez étendu et se trouve à cinq cent
cinquante mètres au-dessus de la mer. L'ensemble de ce bassin paraît
avoir été le lit d'un lac assez semblable à la vallée de Munnipour; il
en reste des traces dans le centre de ce terrain, où se trouve un
petit lac de vingt-deux kilomètres d'étendue, peu profond, et qui tend
à se dessécher graduellement.

Bien que le nombre des habitations soit fort réduit sur le territoire
du tsauboua, cependant la population de la vallée est considérable et
paye un tribut direct à la cour d'Ava. On y cultive principalement le
riz, la canne à sucre, le maïs, etc.

C'est dans ce district que se trouve le lac Nyoung-Ynoué, à la surface
duquel flottent d'innombrables îles naturelles, formées de racines de
roseaux et d'herbes entremêlées et recouvertes d'un peu de terre.
Elles servent de bateaux de pêche; on y construit même des chaumières:
elles tremblent sous les pieds, et, par un temps d'orage, tournent à
tout vent; il y en a d'assez grandes pour qu'on y voie trois à quatre
chaumières. Une énorme vieille femme, qui habitait un de ces îlots, où
nous descendîmes pour déjeuner, s'amusa beaucoup de la peur que
manifestait un homme de notre suite en mettant le pied sur ce sol
mouvant.

Les tsaubouas de toutes ces petites principautés, même quand ils sont
dans la dépendance la plus absolue de la Birmanie, tranchent de la
royauté; ils épousent leurs demi-soeurs, ils ont, comme le _Phra_
d'Ava, leur _Einshe-men_, leurs _Atwen-woons_, _Thandaut-ens_,
_Nakhan-gyis_, etc. Leurs palais ont le triple toit, le htee sacré et
le parasol blanc; en un mot, tous les insignes de la royauté.

Le pouvoir que les Birmans exercent sur ces principicules est en
raison de la distance; les plus voisins du centre du royaume sont
tyranniquement opprimés; les tributs qu'envoie le Kiang-hung, situé
sur les frontières de Chine, est une simple affaire de forme. Les
contingents que tous ces tributaires réunis doivent aux Birmans en
temps de guerre, peuvent s'élever à vingt mille hommes.

Il est à remarquer que tous les voyageurs s'accordent à mentionner
quel sentiment amer tous les Shans tributaires nourrissent contre les
Birmans, et à signaler les éloges exagérés qu'ils donnent à la
justice, à la modération et à la bonne foi des Chinois.

Ne pourrait-on pas appliquer à cette double appréciation la moralité
d'un apologue bien connu:

  Notre ennemi, c'est notre maître.


     Les femmes chez les Birmans et chez les Karens.

Une des plus brillantes pages de l'histoire des missions modernes est
celle qui raconte leurs succès chez les Karens du pays birman. Plus de
cent mille membres de ces tribus éparses ont, depuis une trentaine
d'années, été amenés à la connaissance de l'Évangile, et actuellement
on compte dans leurs rangs environ vingt mille communiants, dont la
foi naïve et simple, mais inébranlable, fait l'admiration des
voyageurs chrétiens qui ont pu parcourir le pays. Ces faits sont
connus, grâce surtout à une dame des États-Unis, à qui ses travaux
missionnaires parmi les Karens de la Birmanie ont acquis une juste
célébrité.

[Illustration: CARTE du cours supérieur de l'Irawady et partie Nord du
ROYAUME D'AVA. Gravé chez Erhard. R. Bonaparte 42.]

«Environ trente-cinq mille femmes karennes», dit Mme Mason, ont, nous
en avons la douce espérance, renoncé à leurs superstitions pour
embrasser la doctrine du Christ; mais parmi les Birmans on en
trouverait tout au plus un millier qui aient subi l'influence de
l'Évangile, et cependant la longue expérience que j'ai des moeurs du
pays me donne la conviction que le pays birman ne pourra efficacement
être entraîné dans les voies de la conversion que lorsque les femmes y
seront entrées.

[Illustration: Vallée l'Irawady au confluent du Myit-Nge (voy. p.
291).--Dessin de Paul Puet d'après H. Yule.]

«Ici, la femme ne ressemble en rien à ces créatures douces, timides
et indolentes qui se renferment dans les zènanahs de l'Inde, tremblant
à la voix ou sous le regard du maître, et n'exerçant sur ses
déterminations aucune espèce d'empire. La femme birmane jouit au
contraire d'une influence immense. Aux charmes de sa personne, elle
unit en général l'énergie de la volonté, et c'est elle, en réalité,
qui donne aux moeurs du pays leurs caractères les plus distinctifs. Il
suffit d'un désir exprimé par la femme d'un chef de village, pour que
le fier montagnard aille porter au loin le pillage et la mort, et dans
la capitale même de l'empire on a vu des guerres désastreuses qui
n'avaient pas d'autre cause que celle-là.

«La Société des traités religieux fournit ses traités, la Société
biblique donne des Bibles, la Société des Missions envoie ses agents
et construit des _zayats_ (chapelles du pays); mais tout cela en vue
des hommes, et qu'en résulte-t-il? Un Birman entre dans le zayat,
écoute, réfléchit, revient encore, puis, après avoir bien pesé ses
impressions, il dit un jour à sa famille: «Cette religion est la
vérité; je suis décidé à adorer désormais le Jésus-Christ qu'elle
prêche.» Mais à peine a-t-il laissé tomber ces mots, que sa mère se
précipite sur lui, lui arrache sa touffe de cheveux, ou menace de se
suicider; sa soeur le maudit, sa maîtresse l'injurie, ou bien, s'il
est marié, sa femme lui jette l'enfant qu'elle nourrit, s'enfuit et va
chercher ailleurs un autre mari. Nous, chrétiens, nous connaissons les
promesses faites à celui qui, pour obéir à l'Évangile, abandonne mère,
femme ou enfants, et cependant combien d'hommes parmi nous seraient
résolus à confesser toujours Jésus-Christ, au prix de pareils
sacrifices? Bien des Birmans, touchés par la prédication de la vérité,
souffriraient, j'en suis sûr, la prison, et monteraient courageusement
sur les bûchers plutôt que d'en renier la profession; mais se peut-il
imaginer une épreuve plus intolérable que les persécutions malicieuses
et incessantes d'une femme _païenne_, livrée aux emportements d'une
colère qu'aucun frein moral ne vient réprimer?

«Chez les Birmans, les femmes, loin de vivre en recluses, comme dans
d'autres contrées de l'Orient, fréquentent tous les lieux de réunion,
et il est évident que ce sont elles qui donnent le ton partout.
Pleines d'aisance et de grâce, polies, actives et très-rusées, elles
exercent, surtout dans leur pays, une sorte de fascination presque
irrésistible, et comme cette prépondérance même les rend
souverainement hautaines et égoïstes, il est rare qu'elle n'aboutisse
pas au mal. Aux régates, aux combats de taureaux, à la table de jeu,
la femme tient toujours le premier rang. Elle s'occupe des affaires,
elle fait le commerce, elle bâtit des maisons, ou du moins elle dirige
toutes les opérations de ce genre; qu'on juge, d'après cela, du bien
que cette partie de la population pourrait faire si son coeur était un
jour gagné à la cause de la vérité. La femme peut être appelée
l'_éducateur_ du Birman. C'est elle qui apprend à l'enfant tout ce
qu'il croit des sorcières et des esprits. C'est elle qui le mène
chaque soir chercher dans sa robe du sable pour le porter à la pagode.
C'est elle qu'on voit franchissant de longues distances et montant
d'interminables escaliers pour déposer son offrande devant les idoles.
C'est elle qui foule aux pieds le _livre blanc_ (l'Évangile) et met la
feuille de palmier entre les mains de son fils. C'est elle, comme je
l'ai déjà dit, qui plus d'une fois a soufflé le feu de la révolte et
qui, d'un mot, causera la ruine d'un empire.»


     Fêtes birmanes. -- Audience de congé. -- Refus de signer un
     traité. -- Lettre royale. -- Départ d'Amarapoura et retour à Rangoun.

À mon retour, la capitale était animée par les apprêts des fêtes qui
se succèdent dans ce moment de l'année, à l'occasion de la fin du
carême bouddhiste. On fabriquait dans la ville toutes sortes
d'offrandes. Dans les faubourgs, les potiers d'étain confectionnaient
des quantités de reliquaires fantastiques et des lanternes énormes,
contenant des chandelles de cire de plus de deux pouces d'épaisseur.
Les offrandes les plus riches étaient promenées à travers la ville.
Ici, un groupe de dévots transportait une gigantesque imitation de
feuilles de ces palmiers que les poongys portent comme parasol. Elle
était en papier aux couleurs brillantes, ornée de quantité de cahiers
de feuilles d'or. Là, un autre groupe voiturait un tabernacle en
clinquant, semblable aux tazéeas des mahométans shiites au Mohurrum;
plus loin, un immense dragon de cent pieds de long au moins était
très-adroitement manoeuvré dans les rues; il serpentait et rampait,
attaquant parfois les passants de ses défenses avec une férocité
très-habilement imitée.

Il est peut-être utile de noter, à ce sujet, qu'une des plus grandes
fêtes célébrées chez les Birmans tombe le 12 avril, date qui
correspond au dernier jour de leur année civile et religieuse.

Pour laver les impuretés du passé et commencer la nouvelle année libre
de souillure, le soir du 12 avril, les femmes ont coutume de jeter de
l'eau sur chaque homme qu'elles rencontrent, et les hommes ont droit
de leur riposter. On peut imaginer si cette licence engendre une
gaieté folle, principalement parmi les jeunes femmes qui, armées de
longues seringues et de flacons, entreprennent de jeter de l'eau sur
chaque homme qui passe, et, à leur tour, reçoivent celle qu'on leur
jette avec une parfaite bonne humeur. Mais il est défendu d'employer
de l'eau sale, et il n'est personne, homme ou enfant, qui ait le droit
de porter les mains sur une femme. Lors même qu'une femme refuserait
de prendre part au jeu, elle ne doit point être molestée, car elle est
supposée avoir pour excuse la maladie.

Je n'ai pas passé cet anniversaire sur le territoire d'Ava, mais je
puis en parler d'après le témoignage de deux Anglais qui vinrent après
nous à Amarapoura, et qui furent invités par un des woons à participer
chez lui à l'amusement national.

À leur entrée dans la maison du haut et puissant fonctionnaire (un de
nos vieux amis), les deux voyageurs reçurent chacun une bouteille
d'eau de rose, dont ils versèrent une partie dans les mains de leur
hôte, qui la répandit aussitôt sur ses vêtements, de la plus fine
mousseline à fleurs. La dame du logis parut alors à la porte, donnant
à comprendre qu'elle ne pouvait elle-même participer au jeu; mais, sur
son invitation, sa fille aînée, une charmante enfant, encore dans les
bras de sa nourrice, retira d'une coupe d'or un peu d'eau de rose,
mêlée avec du bois de sandal, et en répandit sur son père ainsi que
sur chacun des voyageurs. Ce fut le signal, et le jeu commença; les
étrangers s'y étaient préparés en s'habillant tout de blanc.

Aussitôt une quinzaine de jeunes femmes se précipitant des
appartements intérieurs dans la salle, et entourant le woon et les
deux invités, les inondèrent sans merci. Si l'un d'eux se montrait
contrarié d'avoir la face changée en gouttière, ces jeunes filles
riaient de tout leur coeur. Les mêmes scènes se passaient au dehors. À
la fin, tous les partners de ce jeu aquatique étant fatigués et
complètement trempés, il fut loisible à chacun de rentrer chez soi
pour changer d'habits.

Une heure après, nos compatriotes retournèrent à la maison du woon et
furent régalés d'une danse et d'un spectacle de marionnettes, qui
durèrent jusqu'à la naissance du jour. La nouvelle année était
inaugurée.

... Nous touchions au terme fixé à Calcutta pour le retour de notre
mission. Le major Phayre, comprenant que toute insistance pour obtenir
du roi la ratification du fameux traité était désormais superflue,
demanda son audience de congé. Elle fut fixée au 21 octobre.

Les souwars de la cavalerie irrégulière et la moitié des Européens
nous escortèrent jusqu'au palais pour voir l'éléphant blanc; la
musique nous accompagna, le roi ayant manifesté le désir de
l'entendre. La réception eut lieu dans le même emplacement et avec les
mêmes circonstances qu'auparavant; les bayadères du roi tournaient
dans la myé-nan, et les belles musiciennes, avec leurs mitres en tête
et leurs robes bariolées, jouaient sur leurs instruments dans les
verandahs. Au bout de vingt minutes, le roi entra et se jeta, à moitié
couché, sur un sofa. Il portait un simple tsal-wé de vingt-quatre
rangs à la manière accoutumée. Après quelques minutes de silence, il
demanda à l'ambassadeur: «Quand partez-vous?

L'AMBASSADEUR. Sire, après-demain.

LE ROI. Combien de jours vous faudra-t-il pour descendre le fleuve?

L'AMBASSADEUR. Nous pourrions faire le trajet en trois jours, mais je
désire m'arrêter à Pagán et dans d'autres localités.

LE ROI (à l'atwen-woon). Veillez à ce que tout soit prêt et à ce que
rien ne manque à leur bien-être.

L'ATWEN-WOON. Les ordres de Votre Majesté seront portés sur le haut de
notre tête.

LE ROI (à l'ambassadeur). Avez-vous lu les livres et traités religieux
que je vous ai envoyés?

L'AMBASSADEUR. J'ai parcouru le Maha-radza-weug, Sire, mais je n'ai
pas eu le loisir de l'étudier.

LE ROI. Ne les mettez pas de coté, mais étudiez-les, vous en retirerez
grand fruit.

L'AMBASSADEUR. Je le ferai, Sire.

LE ROI. Toute votre suite se porte bien?

L'AMBASSADEUR. Oui, Sire.

LE ROI. J'espère que vous n'avez manqué de rien depuis votre arrivée?

L'AMBASSADEUR. Non, grâce à Votre Majesté.

LE ROI. Si vous désiriez quelque chose, dites-le au woondouk, et il
veillera à ce que vous soyez satisfait.»

L'ambassadeur ayant ensuite présenté quelques-uns des nôtres qui
devaient rester dans le voisinage de la Birmanie comme inspecteurs ou
commandants des frontières, le roi, de ce ton débonnaire et doucement
sentencieux qui lui était propre, et que durent, sans aucun doute,
posséder jadis Édouard le Confesseur en Angleterre et le bon roi
Robert en France, déclara au major Phayre qu'il était bien heureux du
choix que le gouverneur général avait fait de ces messieurs, «car,
ajouta-t-il sagement, on devrait toujours placer sur la frontière des
hommes judicieux et modérés. Il est aisé de se fâcher et difficile d'y
remédier. La haine peut naître d'un seul mot, et cependant avec de
l'attention on peut empêcher une querelle de s'élever. Il est aisé de
se lier d'amitié pour quelque temps, mais il est difficile d'y
persévérer. Tous nos soins tendront vers cet objet.»

L'AMBASSADEUR. Sire, nous aussi, nous nous y efforcerons.

LE ROI. Comme les deux États n'en font qu'un, si quelqu'un désirait
venir des pays anglais dans mon royaume, serait-il libre de le faire?

L'AMBASSADEUR. Certainement, Sire.

LE ROI. Si vous pouvez me procurer quelques-unes des reliques
bouddhiques qui se trouvent dans l'Inde, ainsi que les coffrets
originaux qui les contiennent, écrivez pour m'en informer. Ce sont là
des objets que nous vénérons.

L'AMBASSADEUR. Je ferai tout mon possible pour satisfaire le voeu de
Votre Majesté.

LE ROI (à M. Camaretta). Voyez à ce que tout soit prêt pour le voyage.

(À l'ambassadeur). Désirez-vous me dire autre chose?

L'AMBASSADEUR. Rien de plus que de remercier Votre Majesté de toutes
les bontés qu'elle nous a témoignées depuis que nous sommes entrés
dans son royaume.

LE ROI. La reconnaissance honore les hommes, et ceux qui l'oublient,
les Birmans les considèrent comme des êtres avilis. À présent, la
capitale est bien boueuse; en été, la chaleur est gênante; l'hiver est
la meilleure saison pour y venir. Je considère les membres de
l'ambassade comme mes propres nobles, et plus tard s'ils revenaient
ici, même sans le major Phayre, je serais heureux de les recevoir dans
mon palais. Le kalâ-woon vous accompagnera jusqu'à la frontière, et
j'espère qu'Allan, le commandant de Prome, et lui se lieront
d'amitié.»

En ce moment M. Grant, notre artiste photographe, ayant apporté au
palais le portrait de l'éléphant blanc, un des atwen-woons remit
l'épreuve au roi, qui la regarda avec soin et dit: «C'est une
gravure.» Quand on lui eut affirmé le contraire, il s'écria: «Les
étrangers dessinent de vrais portraits; nos artistes ne dessinent que
pour plaire. Qu'on apporte notre portrait de l'éléphant blanc.»

[Illustration: Temple ruiné de Pagán.--Dessin de Lancelot d'après H.
Yule.]

Le dessin de l'artiste birman fut apporté et offert à l'ambassadeur de
la part du roi, qui, se levant alors brusquement de son sofa, disparut
à travers les longues colonnades aux portes dorées. Ce fut la dernière
fois que nous le vîmes.

Sa Majesté nous avait paru excitée et mal à l'aise pendant l'entrevue,
montrant peu de sa vivacité habituelle. Constamment occupé à garnir sa
bouche de pân qu'il rejetait bientôt, Mendoun-Men faisait allumer son
cigare qu'il laissait éteindre pour de nouveau le faire rallumer.
Avant notre sortie du palais, il nous fit dire par M. Camaretta qu'il
souffrait du mal de tête, ce qui nous expliquait sa retraite
précipitée.

[Illustration: Salces ou volcans de boue, à Membo.--D'après H. Yule.]

Après son départ nous nous entretînmes avec les atwen-woons et
goûtâmes de quelques rafraîchissements. Ces messieurs étaient
très-polis, nous assurant qu'ils se sentaient malheureux de l'idée de
notre départ; ce qui, je l'espère, n'était pas de leur part une
politesse banale, mais un sentiment réel.

Le 21 octobre, les quatre woon-gyis vinrent déjeuner avec nous et nous
faire leurs adieux. Ici nous récapitulerons leurs noms: le premier
était le vieux Magwé mengyi, dont la physionomie rappelait celle des
Médicis; puis le Mein-loung mengyi, vieillard corpulent et jovial,
dont la figure rayonnait de cordialité. Le troisième, le pabéwoon, ou
maître d'artillerie, connu sous le nom de Myadoung mengyi, était
maigre, gravé de la petite vérole, fin et de belles manières; il nous
accabla de questions sur notre artillerie, son calibre et la portée
des pièces. Le dernier, le pakan-woongyi, était le plus jeune des
quatre piliers de l'État; c'était un personnage bilieux d'aspect, avec
de grands yeux noirs et des manières froides et compassées. Il avait
été prêtre jusqu'au jour où le roi l'avait appelé à la cour.

[Illustration: Cônes volcaniques dans la plaine de Membo.--D'après H.
Yule.]

Ils restèrent avec nous jusqu'à midi et furent en général fort
aimables. Les trois woon-gyis les plus âgés se montrèrent, comme
toujours, gais, plaisants et de belle humeur. Le vieux seigneur de
Mein-loung parut s'intéresser fort au progrès de la guerre de Crimée,
et demanda même la permission d'écrire mes réponses à ses questions.
Toutes se rapportaient à la distance de l'Angleterre à Sébastopol, à
Saint-Pétersbourg, et de ces villes aux Indes, au nombre des navires
de guerre, des hommes et des canons employés de part et d'autre. Un
tsa-ye-gyi, ou secrétaire, se hâtait de transcrire mes réponses sur
son noir agenda avec son crayon de stéatite, lorsque l'on nous annonça
le déjeuner.

Le maître d'artillerie, de son côté, voulait surtout savoir pourquoi
la guerre traînait en longueur et pourquoi nous la faisions. Comme je
m'efforçais de lui expliquer que la puissance de la Russie s'étendait
trop et menaçait la tranquillité de l'Europe, cette réponse provoqua
une explosion de rires, dus, sans doute, à ce qu'ils en firent une
application à leur usage et au nôtre.

Pendant ce temps le Magwé-mengyi eut une conférence particulière avec
le major Phayre, relativement à la politique des frontières.

Enfin ils partirent en nous promettant d'envoyer sous peu la lettre
royale sur laquelle, en vérité, nous ne comptions plus. On avait
apporté à bord tous nos effets, et nous attendîmes jusqu'au coucher du
soleil sans voir arriver cette missive. Alors l'ambassadeur ne jugea
pas nécessaire de différer plus longtemps notre départ.

Le régiment birman, de garde à l'ambassade, et qui porte le nom de
Leyta-gyoung, se forma pour nous escorter, mais nous n'avions pas
gagné le lac que l'on nous annonça la venue de la procession chargée
de la lettre royale; nous fîmes donc halte, mais avant qu'elle ne nous
rejoignît, le soleil était couché.

La tête du cortége se composait de gens revêtus du plus fantastique
costume de guerre, de quelques fantassins et de la musique. La lettre
était portée par un makhangyi installé sur un éléphant caparaçonné
d'un howdah doré et flanqué de deux grands boucliers d'or. Huit
ombrelles dorées abritaient la lettre, qu'en ces occasions on ne
confie pas à de hauts dignitaires, afin de rendre par là le respect
que l'on témoigne à ce papier plus évident.

[Illustration: Paysans birmans en voyage.--D'après H. Yule.]

Comme la nuit nous gagnait, et que nous avions plusieurs milles à
franchir, l'ambassadeur proposa d'embarquer la lettre sur la chaloupe
de _la Zénobie_, et de la suivre dans les canots des steamers qui se
trouvaient sur le lac. On accepta; le woondouk prit le précieux papier
des mains du vieux nakhangyi, et le remit à l'ambassadeur en lui
disant: «Ceci est la lettre royale de Sa Majesté au gouverneur des
Anglais.» L'ambassadeur la reçut, la passa au secrétaire, qui la
déposa sur un plateau doré et la porta à bord de la chaloupe, où l'on
arbora aussitôt le pavillon de la Compagnie des Indes.

L'enveloppe de ladite lettre, d'une apparence étrange, consistait en
deux tubes d'ivoire longs de quinze pouces, enveloppés eux-mêmes dans
un fourreau de velours écarlate et chargé de plusieurs sceaux
représentant le paon et le palais sacré. L'ambassadeur en remit
l'ouverture au moment où nous aurions quitté la frontière, et alors
nous y vîmes que le roi avait évité toute allusion au traité qu'on
avait présenté à sa signature, bien que le major Phayre eût espéré,
d'après une conversation confidentielle avec le magwé-woongyi, que
quelques mots d'explication auraient été donnés à ce sujet.

Le 22 octobre, nous dérapâmes enfin du mouillage où nous étions restés
si longtemps, et notre petite flottille commença à descendre le
fleuve. Le P. Abbona, MM. Camaretta, Spears, le vieil Arménien
Makertich, le woondouk et le nanmadau Phra Woon insistèrent pour nous
suivre au moins jusqu'à notre première station, où nous accompagna
aussi le myo-woon d'Amarapoura, par ordre exprès de son souverain. Le
bon vieux nanmadau Phra Woon, assis sur notre pont, ne cessait de
compter les grains d'ambre de son petit rosaire, en répétant sans
cesse d'une voix étouffée: _Aneytya! Dokha! Anatta!_ mots _palis_ qui
expriment le caractère borné, transitoire, du bonheur terrestre, et le
néant des affections humaines.

Une douzaine de bateaux de guerre nous fit ainsi cortége jusqu'au
coucher du soleil, moment solennel où nous jetâmes l'ancre pour
prendre un dernier congé de nos amis, dont les discours d'adieux nous
touchèrent profondément. Le vieux Woon, s'essuyant les yeux avec les
pans de son _putso_, nous déclara que sa femme ne se consolerait pas
plus que lui du départ du major Phayre. «Je prierai Dieu
journellement, ajouta-t-il, pour le major, pour le gouverneur général,
pour votre souverain et pour vous tous enfin, demandant à sa
toute-puissance de vous mettre à l'abri des maladies, des démons et de
tous les malheurs possibles. Cette prière, je l'ai déjà faite ce matin
avant de quitter la ville avec vous. Quand je vais y rentrer, le roi
et la reine vont me demander, selon leur habitude, ce que vous avez
dit et pensé. Que dois-je leur répondre?

--Que nous sommes tous on ne peut plus reconnaissants de la
bienveillance dont Leurs Majestés ont comblé la mission pendant tout
son séjour dans leurs États.» Telle fut la réponse du major, qui
véritablement n'était que l'interprète fidèle des sentiments de tous
ses compagnons. L'ancre fut ensuite levée et nous reprîmes notre
voyage, non pourtant avant que le woondouk eût fait accepter à chacun
de nous une énorme caisse de confitures birmanes.

La baisse des eaux avait donné au pays que nous traversions un aspect
tout nouveau. Des îles étendues et de hauts bancs de sable s'élevaient
en des endroits où, lors de notre arrivée, nous n'avions vu que des
arbres à demi submergés et des maisons inondées. Le chenal du fleuve
était néanmoins bien mieux défini, et le paysage sur l'une et l'autre
rive plus frais, plus verdoyant, et plus fréquenté.

Le 23, dans la matinée, nous nous retrouvâmes devant les ruines de
Pagán. La journée fut employée à visiter d'abord une manufacture de
laque, principale industrie de ce district, puis à revoir en détail la
grande pagode de Shwé-Zergoug qui s'élève non loin de là.

C'est un des temples les plus célèbres de la contrée. Tout Birman est
tenu d'y venir en pèlerinage, au moins une fois en sa vie. Suivant le
colonel Burney[13], il a été fondé par Nauratha Men-zan,
quarante-deuxième roi de Pagán, vers l'an 1064 de notre ère, et fut
achevé par un de ses généraux, qui monta sur le trône après un fils de
Nauratha. On y garde dans une châsse un _fac-simile_ d'une dent de
Gautama; dent que le roi envoya chercher en Chine avec une grande
armée. La sainte relique (une véritable défense d'éléphant), éludant
l'invitation, tint à rester en Chine, et le roi de Pagán fut obligé de
se contenter d'un miraculeux duplicata.

         [Note 13: _Burney's journal to Ava_, 1830.]

Après cette halte dans ce lieu que Karl Ritter appelle la Thébaïde
birmane, nous dûmes encore nous arrêter le lendemain à Menhlà, chez le
gouverneur Makertich, qui avait préparé, pour fêter notre passage, un
festival où ne figurèrent pas moins de quatre-vingt-quinze jeunes
filles, divisées en trois corps de ballets, chantant et dansant.

Le 27, au milieu du jour, nous passâmes devant les piliers qui
marquent les frontières de la Birmanie britannique et du territoire
que les guerres de 1824 et de 1852 ont laissé au royaume d'Ava; trois
jours plus tard, le 30 octobre, nous rentrions à Rangoun.


     Coup d'oeil rétrospectif sur la Birmanie.

Ptolémée paraît être le premier géographe de l'Occident qui ait parlé
d'une manière précise des contrées arrosées par l'Irawady. Sa
_Chersonèse_ d'or ne peut être cherchée ailleurs que dans la saillie
formée par le delta du grand fleuve, et l'on doit, comme l'a fait le
savant Gosselin, identifier avec Tenasserim la ville de _Thinæ_ du
géographe Alexandrin, retrouver sa _Tugma metropolis_ dans la
vénérable cité de Tagoung, et _Tharra_, ville centrale de la
Chersonèse, dans la moderne Tharawadi, ou peut-être mieux encore dans
Tharra-Khettara, un des anciens noms de Prome. À l'orient, sur les
confins des _Sinæ_, Ptolémée place les tribus des Kakobæ et des
Kadopæ, appellations différant bien peu de celles de Kakoos et de
Kadouns que se donnent eux-mêmes dans leurs dialectes les Kakhiens et
les Karens d'aujourd'hui. On voit qu'il est difficile d'être plus
exact et mieux renseigné sur les régions de l'extrême Orient que ne
l'était Ptolémée vers l'an 175 de notre ère.

Quant au nom de Chersonèse d'or sous lequel il les désignait à ses
contemporains, on a rattaché son origine à la profusion de métal
précieux répandu sur les édifices religieux de cette partie de
l'Indo-Chine; mais il est plus probable qu'il est dû à quelque rapport
exagéré sur les richesses minéralogiques de ces contrées; car la
dorure des temples et même l'architecture religieuse n'y ont été
introduites qu'avec les doctrines bouddhiques au commencement du
cinquième siècle.

De Ptolémée, il faut descendre jusqu'à Marco Polo pour trouver dans un
auteur européen une mention précise de ces mêmes régions. Le voyageur
vénitien cite Pagán sous le nom chinois de _Mien_, _grande et noble
cité, capitale du royaume_. Peu après le passage de Marco Polo, la
vallée de l'Irawady subit le joug d'un détachement de la grande
invasion mongole, et quand, à la faveur des discordes intestines qui
brisèrent l'unité de l'empire fondé par les fils de Tchenkis, les
Indo-Chinois repoussèrent leur domination, le nom d'Ava apparaît pour
la première fois dans l'histoire.

Vers l'an 1500, le territoire birman ne rayonne guère que de trente à
quarante lieues autour de cette métropole; puis, quatre-vingts ans
plus tard, il est englobé tout entier, à titre de vasselage, dans les
limites de l'empire du Pégu, qui couvre toute l'Indo-Chine, depuis le
golfe du Bengale jusqu'aux rives du Cambodje. Deux siècles de luttes,
de révoltes, de guerres, auxquelles se mêlent des aventuriers
européens, naissent de cet état de choses; enfin vers 1750, les
Péguans, après avoir assiégé et renversé Ava de fond en comble,
mettent fin à sa dynastie nationale. Elle comptait une série de
trente-neuf rois.

On sait comment, l'année suivante, un Birman de basse extraction,
c'est-à-dire Shan ou Karen d'origine, recommença, à la tête d'une
poignée d'hommes, la guerre de l'indépendance, et immortalisa son nom
d'Alompra, par l'expulsion des étrangers et la reconstitution de la
Birmanie dans une puissance et des limites qu'elle n'avait jamais
possédées avant lui.

La suprématie de ce nouvel empire sur les autres États de l'Indo-Chine
ne se soutint pas longtemps après la mort de son fondateur, survenue
en 1760. Dès 1786, les Siamois firent éprouver plusieurs échecs au
quatrième fils et _successeur_ du grand Alompra. Puis, avec le siècle
actuel naquirent, entre les gouvernements d'Amarapoura et de Calcutta,
des dissentiments qui, dès 1824, se traduisaient en hostilités
ouvertes. Deux ans après, la guerre se terminait sous les murs de la
capitale birmane assiégée, par la cession aux Anglais des provinces
d'Assam, d'Araccam, de Tavai et de Merghi: une moitié de l'empire!
Vingt ans s'écoulèrent encore, et une violation inconsidérée de ce
malheureux traité, par le huitième successeur d'Alompra, n'eut d'autre
résultat que d'amener sa déposition, précédée de l'annexion du Pégu
tout entier au territoire britannique. Depuis lors, les frontières sud
de la Birmanie ne descendent pas au-dessous du dix-neuvième degré
trente minutes de latitude.

[Illustration: Statue gigantesque de Bouddha, à Amarapoura.--Dessin de
Lancelot d'après H. Yule.]

Le roi actuel de ce pays déchu, l'ex-prince de Mengoun, que les
Anglais aiment à proclamer comme _le plus respectable descendant_
d'Alompra, n'est pas de force à reconstituer l'oeuvre de son glorieux
aïeul. C'en est fait du rôle historique de la Birmanie. Elle glisse
rapidement sur la pente rapide où se précipitent, à l'heure actuelle,
les moeurs, les institutions, les hommes et les choses de l'antique
Orient. Il en est de ces vieilles sociétés, ayant pour base
l'esclavage des multitudes et pour couronnement la déification d'un
despote, _fils du ciel_ ou _descendant du soleil_, comme de ces
gigantesques idoles bouddhiques, imposées à l'adoration de la foule et
dont le revêtement d'or ne sert qu'à voiler les irréparables félures
et les raccordements de plâtre.

  Traduit par F. de LANOYE.


Voir: _Recherches sur la géographie des anciens_, par R. F. J.
Gosselin, vol. III, Paris, 1813. -- _Marco Polo_, édition de la
Société de géographie de Paris. -- _Voyages de César-Frédérick, dans
Purchass_, vol. II, 1717. -- _Id._, _de Nicolo Conti dans Romusio_,
vol. I, 340. -- _History of the Discovery and conquest of India by the
Portuguese_, London, 1695, vol. II, 134-8. -- Valentin, _Description
of the Dutch east Indies_, 1726, vol. V, p. 126. -- Dalrymple,
_Oriental repertory_. -- Symes, _Account of an ambassade to Ava_,
1800, in-4. -- _Hiram Cox, Journal of a residence in the Burman
empire_, London, 1821, in-8. -- J. Crawfurd, _Journal of an ambassady
to the court of Ava_, 1829, in-8. -- Burney, _Journal to Ava_, 1830.
-- _Id._ _Historical Review of the political relations between the
British government in India and the empire of Ava_, 1834. -- Rév.
docteur Mason, _Natural productions of Burma_, Maulmain, 1850. --
Colonel Hannay, _A journey to the upper Irawady in 1835-36_
(manuscrit).



GRAVURES.

                                                      Dessinateurs.
  Chapelle de Sainte-Rosalie (près Palerme)              Rouargue      1
  Types et costumes siciliens                            Rouargue      4
  Ruines à Girgenti (Agrigente)                          Rouargue      5
  Vue de Syracuse                                        Rouargue      8
  Taormine et l'Etna                                     Rouargue      9
  La Marine à Messine                                    Rouargue     12
  Rocher de Scylla                                       Rouargue     13
  Stromboli                                              Rouargue     16
  Pigeonnier près d'Ispahan                         Jules Laurens     17
  Pont d'Allah-Verdi-Khan sur le Zend-è-Roud,
    à Ispahan                                       Jules Laurens     21
  Collége de la Mère du roi, à Ispahan              Jules Laurens     24
  Une peinture indienne dans le palais des
    Quarante-Colonnes, à Ispahan                    Jules Laurens     25
  Entrée de Kaschan                                 Jules Laurens     28
  Une caravane persane au repos                     Jules Laurens     29
  Types persans                                     Jules Laurens     32
  Faubourg de Téhéran                               Jules Laurens     33
  La porte de Schah-Abdoulazim                      Jules Laurens     36
  Dans une cour, à Téhéran                          Jules Laurens     37
  Types et portraits persans                        Jules Laurens     40
  Groupe de Persans                                 Jules Laurens     41
  Dans l'Enderoun (appartement intérieur
    -- Costumes d'intérieur et de sortie)           Jules Laurens     44
  Choix d'armes, d'instruments et objets divers
    persans                                         Jules Laurens     45
  Le Démavend                                       Jules Laurens     48
  Vue de l'île Saint-Thomas                             de Bérard     49
  Saint-Pierre, à la Martinique                         de Bérard     52
  Cataracte de Weinachts (Guyane anglaise)              de Bérard     53
  Une sucrerie à la Guadeloupe                          de Bérard     56
  La Pointe-à-Pître, à la Guadeloupe                    de Bérard     57
  Le port d'Espagne, à la Trinidad                      de Bérard     60
  La baie de Panama                                     de Bérard     61
  Vue des Bermudes                                      de Bérard     64
  Costumes norvégiens d'Hitterdal                          Pelcoq     65
  La vallée de Bolkesjö                                      Doré     68
  Costumes du Télémark                                     Pelcoq     69
  La vallée de Vestfjordal                                   Doré     72
  Intérieur d'auberge à Bolkesjö                         Lancelot     73
  Église d'Hitterdal                                      Wormser     75
  Le Rjukandfoss                                             Doré     76
  Un chalet à Bamble                                     Lancelot     77
  Vue du lac Bandak                                          Doré     80
  Le lac Flatdal                                             Doré     81
  Fjord de Gudvangen                                         Doré     84
  Église de Bakke                                            Doré     85
  Route de Stalheim                                          Doré     88
  Le Vöringfoss                                              Doré     89
  Vallée de l'Heimdal                                        Doré     92
  Femme du Sogn                                            Pelcoq     93
  Une noce en Norvége                                      Pelcoq     96
  Le marché aux grains (Suez)                       Karl Girardet     97
  Port de Suez                                      Karl Girardet    100
  Cimetière européen à Suez                         Karl Girardet    100
  Qosséir                                           Karl Girardet    101
  Djeddah                                           Karl Girardet    101
  Port de Souakin                                   Karl Girardet    101
  Mosquée de Salonique                              Karl Girardet    104
  Femmes albanaises, près d'un arabas,
    à Vasilika                                       Villevieille    105
  Un Juif de Salonique                                       Bida    108
  Une Juive de Salonique                                     Bida    109
  Sceau du monastère de Kariès                                       111
  Vue générale de mont Athos                         Villevieille    112
  Le Conseil des Épistates au mont Athos                Boulanger    113
  Saint Georges (fresque de Panselinos dans le
    Catholicon de Kariès)                                  Pelcoq    116
  Monastère d'Iveron                                Karl Girardet    117
  L'higoumène d'Iveron                                     Pelcoq    120
  La Phiale ou le Baptistère du couvent de Lavra         Lancelot    121
  Croix sculptée en bois dans le trésor de Kariès         Thérond    124
  Coffret dans le trésor de Kariès                        Thérond    125
  Peinture de la trapeza de Lavra: les trois patriarches  Thérond    128
  La confession                                              Bida    129
  Bas-relief du couvent de Vatopédi                     A. Proust    130
  Albanais, soldat de la garde des Épistates         Villevieille    132
  Vue du couvent d'Esphigmenou                      Karl Girardet    133
  Intérieur de la cour principale du couvent slave
    de Kiliandari                                        Lancelot    136
  La récolte des noisettes au mont Athos             Villevieille    137
  L'île Chatam, dans l'archipel Galapagos            E. de Bérard    140
  Baie de la Poste, dans l'île Floriana
    (archipel Galapagos)                             E. de Bérard    140
  L'île Charles, dans l'archipel Galapagos           E. de Bérard    141
  Aiguade de l'île Charles (archipel Galapagos)      E. de Bérard    144
  Oiseaux et reptile (archipel Galapagos)                  Rouyer    145
  Côtes de l'île Albermale, dans l'archipel
    Galapagos                                        E. de Bérard    148
  Oeno, dans l'archipel Pomotou (îles à coraux)      E. de Bérard    149
  Village de Vanou, dans l'île de Vanikoro
    (îles à coraux)                                  E. de Bérard    149
  Baie de Manevai, dans l'île de Vanikoro
    (îles à coraux)                                  E. de Bérard    152
  Récifs et piton de l'île de Borabora
    (îles à coraux)                                  E. de Bérard    153
  Rade et pic de l'île de Borabora (îles à coraux)   E. de Bérard    156
  Île de Whitsunday, dans l'archipel Pomotou
    (îles à coraux)                                  E. de Bérard    157
  Brun-Rollet                                                Fath    160
  Traîneau yakoute                                    Victor Adam    161
  Une sorcière tongouse                               Victor Adam    164
  Port d'Okhotsk                                      Victor Adam    165
  Bazar de Nertchinsk                                 Victor Adam    168
  Colonie ou village yakoute                          Victor Adam    169
  Voyageur russe en Sibérie                           Victor Adam    172
  Argali (mouton sauvage)                             Victor Adam    173
  Campement de Tongouses                              Victor Adam    176
  Chamans yakoutes                                    Victor Adam    177
  Femme yakoute                                       Victor Adam    180
  Poteaux des frontières du pays des Yakoutes et
    de la Chine                                       Victor Adam    181
  Types indigènes (Australie du Sud)                      G. Fath    184
  Sépultures australiennes dans les bois                 Lancelot    185
  Sépulture australienne au désert                           Doré    189
  Restes d'un voyageur retrouvés par ses compagnons
    dans les déserts du lac Torrens                          Doré    192
  Oasis d'Éderi (Fezzan)                                 Rouargue    193
  Mourzouk (capitale du Fezzan)                          Rouargue    196
  Gorge d'Agueri                                         Lancelot    197
  Vallée d'Auderaz                                       Rouargue    200
  Vue d'Agadez                                           Lancelot    201
  Vue de Kano (entrepôt du Soudan central)               Lancelot    204
  Dendal ou boulevard de Kouka (capitale du Bornou)      Lancelot    205
  Vue du lac Tchad                                       Rouargue    208
  Village marghi                                         Rouargue    209
  Halte dans une forêt du Marghi                         Rouargue    212
  Village mosgou                                         Rouargue    213
  Chef mosgovien                                         Rouargue    216
  Intérieur d'une habitation mosgovienne                 Rouargue    217
  Chef kanembou                                          Rouargue    220
  Entrée du sultan de Baghirmi dans Maséna
    (sa capitale)                                        Rouargue    221
  Une razzia à Barea (Mosgou)                            Rouargue    224
  Vue du marché de Sokoto                                Hadamard    225
  Bac sur le Niger, à Say                                Rouargue    228
  Vue des monts Homboris                                 Lancelot    229
  Village sonray                                         Lancelot    232
  Vue de Kabra (port de Tembouctou)                      Rouargue    233
  Camp touareg                                           Lancelot    236
  Arrivée à Tembouctou                                   Lancelot    237
  Vue générale de Tembouctou                             Lancelot    240
  Portrait en pied du baron de Wogan en costume
    de voyage                                           J. Pelcoq    241
  Grass-Valley                                          J. Pelcoq    244
  Un claim ou atelier de mineur                         J. Pelcoq    245
  Forêt de _taxodium giganteum_ ou pins géants           Lancelot    248
  Un cañon ou passage de la Sierra-Wah                   Lancelot    249
  La case du jugement                                   J. Pelcoq    252
  Le poteau de la guerre                                J. Pelcoq    253
  Types d'Indiennes du Rio-Colorado                     J. Pelcoq    256
  Grande pagode de Rangoun                               Français    257
  Bateau à voile sur l'Irawady                     Cliché anglais    258
  Canot de parade                                  Cliché anglais    259
  Bateau de commerce                               Cliché anglais    259
  Birmans dans une forêt                                J. Pelcoq    261
  Pattshaing ou tambour-harmonica                  Cliché anglais    262
  Pattshaing à baguettes                           Cliché anglais    262
  Harpe birmane                                    Cliché anglais    263
  Harmonica birman                                 Cliché anglais    263
  Pagode à Pagán                                   Cliché anglais    264
  Représentation théâtrale dans le royaume d'Ava         Hadamard    265
  Dagobah ou pagode en forme de cloche             Cliché anglais    266
  Intérieur d'une pagode                           Cliché anglais    267
  Maison de l'ambassade à Amarapoura               Cliché anglais    268
  Vallée des puits de bitume                        Karl Girardet    269
  Types de grands seigneurs et hauts fonctionnaires
    birmans                                                 Morin    272
  Le palais du roi et l'éléphant blanc                     Navlet    273
  Sculptures comiques dans le monastère royal à
    Amarapoura                                           Lancelot    276
  Vue du Maha-Toolut-Boungyo (monastère royal à
    Amarapoura)                                          Lancelot    277
  Détails intérieurs du Maha-comiye-peima à Amarapoura     Navlet    281
  Une porte à Amarapoura                           Cliché anglais    284
  Canon birman                                     Cliché anglais    284
  Danse des éléphants                              Cliché anglais    284
  Canal d'irrigation dans le royaume d'Ava         Cliché anglais    285
  Jeunes dames birmanes                                     Morin    288
  Le temple du Dragon                                    Lancelot    289
  Rives de l'Irawady (près des mines de rubis)     Cliché anglais    292
  Petite pagode à Mengoun                          Cliché anglais    292
  Grand temple de Mengoun (depuis le tremblement
    de terre de 1839)                               Karl Girardet    293
  Vallée de l'Irawady au confluent du Myit-Nge          Paul Huet    297
  Temple ruiné à Pagán                                   Lancelot    300
  Salces ou volcans de boue à Membo                Cliché anglais    301
  Cônes volcaniques dans la plaine de Membo        Cliché anglais    301
  Paysans birmans en voyage                        Cliché anglais    302
  Statue gigantesque de Bouddha à Amarapoura             Lancelot    304
  Zanzibar vue de la mer                             E. de Bérard    305
  Portrait de feu l'iman de Zanzibar                 E. de Bérard    308
  Pont de la ville de Zanzibar                       E. de Bérard    309
  Un village de la Mrima                                Lavieille    312
  Jihoué la Mkoa ou la roche ronde                 Cliché anglais    313
  La fontaine qui bout (source thermale dans le
    Khoutou)                                       Cliché anglais    313
  Sycomore africain                                Cliché anglais    314
  L'Ougogo                                         Cliché anglais    315
  Burton et ses compagnons en marche                    Lavieille    316
  Chaîne côtière de l'Afrique occidentale               Lavieille    317
  Passe dans l'Ousagara                                 Lavieille    320
  Paysage dans l'Ounyamouézi                            Lavieille    321
  Noirs de l'Ousumboua                               G. Boulanger    324
  Huttes à Mséné                                        Lavieille    325
  Nègres porteurs                                    G. Boulanger    328
  Noir de l'Ouganda                                  G. Boulanger    329
  Habitation de Snay ben Amir à Kazeh                   Lavieille    332
  Jeunes dames à Kazeh                               G. Boulanger    333
  Coiffures des indigènes de l'Ounyanyembé         Cliché anglais    334
  Coiffures des indigènes de l'Oujiji              Cliché anglais    335
  Maison des étrangers à Kaouélé                        Lavieille    336
  Navigation sur le lac Tanganyika                      Lavieille    337
  Le capitaine Burton sur le lac Tanganyika             Lavieille    339
  Habitation au bord du lac Tanganyika                  Lavieille    340
  Le bassin du Maroro                                   Lavieille    341
  Instruments et ustensiles des Ouajiji            Cliché anglais    342
  Riverains du Tanganyika (côté ouest)             Cliché anglais    343
  Riverains du Tanganyika (côté sud)               Cliché anglais    343
  Le bassin du Kisanga                                  Lavieille    344
  Végétation de l'Ougogi                                Lavieille    345
  Passe de l'Ouzagara                              Cliché anglais    346
  Rocher de l'Éléphant près du cap Gardafui        Cliché anglais    347
  Dernier établissement égyptien dans le Fazogl          Lancelot    348
  Contrée des Shelouks sur le Saubat                     Lancelot    349
  Bélénia (village bari sur le fleuve Blanc)             Lancelot    352
  Habitants de la Havane                                    Potin    353
  Coolies chinois à Cuba                                   Pelcoq    356
  Vue générale de la Havane (capitale de Cuba)           Lancelot    357
  Avenue de palmiers devant une habitation de Cuba   E. de Bérard    360
  Cathédrale de la Havane                                  Navlet    361
  La volante (voiture de la Havane)                   Victor Adam    363
  Vue de Matanzas                                        Lancelot    364
  Paysage dans l'île de Cuba: Loma (coteau)
    de Candela                                          Paul Huet    365
  Paysage dans l'île de Cuba (Loma de la Givora)        Paul Huet    368
  Grenoble et les Alpes dauphinoises                Karl Girardet    369
  Les Grands Goulets                                Karl Girardet    372
  Pont-en-Royans                                             Doré    373
  Sainte-Croix et les ruines du château de Quint    Karl Girardet    376
  Die et la vallée de Roumeyer (vue prise des
    hauteurs de Saint-Justin)                            Français    377
  Le Mont-Aiguille (vu de Clelles)                       Daubigny    380
  Pontaix                                           Karl Girardet    381
  Roumeyer et le mont Glandaz                            Français    384
  Entrée de la vallée de Roumeyer                   Karl Girardet    385
  La vallée de Léoncel                              Karl Girardet    388
  La vallée de la Véoure et de la plaine du Rhône
    (vue prise des hauteurs de la Vacherie)         Karl Girardet    389
  Beaufort                                               Français    392
  La forêt de Saou                                       Sabatier    394
  Poët-Cellard                                      Karl Girardet    395
  Bourdeaux                                         Karl Girardet    396
  Le Velan et Plan-de-Baix (vue des sources
    du Ruïdoux)                                     Karl Girardet    397
  Cascade de la Druïse                              Karl Girardet    398
  La gorge de Trente-Pas                            Karl Girardet    400
  Le mont Viso                                           Sabatier    401
  Le pont du Diable                                      Sabatier    405
  Le lac de l'Échauda                                    Sabatier    408
  Le Pelvoux                                             Sabatier    409
  Le mont Aurouze                                        Français    412
  Les montagnes du Devoluy                          Karl Girardet    413
  Ruines de la Chartreuse de Durbon                 Karl Girardet    416



CARTES ET PLANS.


  Carte de la Sicile, par M. A. Vuillemin.                             3
  Carte de la Perse, par M. A. Vuillemin.                             19
  Carte des grandes et petites Antilles, par M. A. Vuillemin.         51
  Carte du haut Télémark (Norvége méridionale), d'après
    M. Paul Riant.                                                    67
  Carte de la presqu'île de Bergen, d'après M. Paul Riant.            83
  Carte de la Chalcidique, par M. A. Vuillemin.                      115
  Partie du gouvernement d'Yakoutsk, par Piadischeff.                167
  Carte de l'Australie, par M. A. Vuillemin.                         187
  Carte des voyages du docteur Henri Barth en Afrique (partie
    orientale) d'après M. de Lanoye.                                 195
  Voyage du docteur Barth (Itinéraire de Sokoto à Tembouctou),
    par M. A. Vuillemin.                                             234
  Carte du cours inférieur de l'Irawady comprenant les possessions
    britanniques et la partie sud du royaume d'Ava, d'après le
    capitaine H. Yule.                                               260
  Plan d'Amarapoura et de sa banlieue, d'après les relevés du
    major Grant Allan.                                               280
  Carte du cours supérieur de l'Irawady et partie nord du royaume
    d'Ava, d'après le cap. Yule.                                     296
  Carte du voyage de Burton et Speke aux grands lacs de l'Afrique
    orientale (Itinéraire de Zanzibar à Kazeh).                      307
  Carte du voyage de Burton et Speke aux grands lacs de l'Afrique
    orientale (2e partie).                                           338
  Carte de l'île de Cuba, par M. A. Vuillemin.                       355
  Carte du Dauphiné (partie occidentale: Isère et Drôme),
    par M. A. Vuillemin.                                             371
  Carte du Dauphiné (partie orientale: Isère et Hautes-Alpes),
    par M. A. Vuillemin.                                             404



ERRATA.


I. Sous le titre _Voyage d'un naturaliste_, pages 139 et 146, on
a imprimé: (1858.--INÉDIT).--Cette date et cette qualification ne
peuvent s'appliquer qu'à la traduction.

La note qui commence la page 139 donne la date du voyage (1838)
et avertit les lecteurs que le texte a été publié en anglais.


II. Dans un certain nombre d'exemplaires, le voyage du capitaine
Burton AUX GRANDS LACS DE L'AFRIQUE ORIENTALE, 1re partie,
46e livraison, le mot ORIENTALE se trouve remplacé par celui
d'OCCIDENTALE.


III. On a omis, sous les titres de _Juif_ et _Juive de
Salonique_, dessins de Bida, pages 108 et 109, la mention
suivante: d'après M. A. Proust.


IV. On a également omis de donner, à la page 146, la description
des oiseaux et du reptile de l'archipel des Galapagos représentés
sur la page 145. Nous réparons cette omission:

1º _Tanagra Darwinii_, variété du genre des
_Tanagras_ très-nombreux en Amérique. Ces oiseaux ne diffèrent de
nos moineaux, dont ils ont à peu près les habitudes, que par la
brillante diversité des couleurs et par les échancrures de la
mandibule supérieure de leur bec.

2º _Cactornis assimilis:_ Darwin le nomme _Tisseim des
Galapagos_, où l'on peut le voir souvent grimper autour des
fleurs du grand cactus. Il appartient particulièrement à l'île
Saint-Charles. Des treize espèces du genre _pinson_, que le
naturaliste trouva dans cet archipel, chacune semble affectée à
une île en particulier.

3º _Pyrocephalus nanus_, très-joli petit oiseau du
sous-genre _muscicapa_, gobe-mouches, tyrans ou moucherolles. Le
mâle de cette variété a une tête de feu. Il hante à la fois les
bois humides des plus hautes parties des îles _Galapagos_ et les
districts arides et rocailleux.

4º _Sylvicola aureola._ Ce charmant oiseau, d'un jaune
d'or, appartient aux îles Galapagos.

5º Le _Leiocephalus grayii_ est l'une des nombreuses
nouveautés rapportées par les navigateurs du _Beagle_. Dans le
pays on le nomme _holotropis_, et moins curieux peut-être que
l'_amblyrhinchus_, il est cependant remarquable en ce que c'est
un des plus beaux sauriens, sinon le plus beau saurien qui
existe.

Le saurien _amblyrhinchus cristatus_, que nous reproduisons ici,
est décrit dans le texte, page 147.

[Illustration: _Amblyrhinchus cristatus_, iguane des îles Galapagos.]

       *       *       *       *       *

IMPRIMERIE GÉNÉRALE DE CH. LAHURE
Rue de Fleurus, 9, à Paris.

       *       *       *       *       *





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Tour du Monde; Ava - Journal des voyages et des voyageurs; 2. sem. 1860" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home