Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Le Tour du Monde; Indes Occidentales - Journal des voyages et des voyageurs; 2. sem. 1860
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Tour du Monde; Indes Occidentales - Journal des voyages et des voyageurs; 2. sem. 1860" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



[Note au lecteur de ce fichier digital:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées.

Ce fichier est un extrait du recueil du journal "Le Tour du monde:
Journal des voyages et des voyageurs" (2ème semestre 1860).

Les articles ont été regroupés dans des fichiers correspondant aux
différentes zones géographiques, ce fichier contient les articles sur
les Indes occidentales.

Chaque fichier contient l'index complet du recueil dont ces articles
sont originaires.]



                    LE TOUR DU MONDE



            IMPRIMERIE GÉNÉRALE DE CH. LAHURE
               Rue de Fleurus, 9, à Paris



                    LE TOUR DU MONDE

               NOUVEAU JOURNAL DES VOYAGES

                PUBLIÉ SOUS LA DIRECTION

                 DE M. ÉDOUARD CHARTON

        ET ILLUSTRÉ PAR NOS PLUS CÉLÈBRES ARTISTES



                         1860
                   DEUXIÈME SEMESTRE

            LIBRAIRIE DE L. HACHETTE ET Cie
         PARIS, BOULEVARD SAINT-GERMAIN, No 77
          LONDRES, KING WILLIAM STREET, STRAND
              LEIPZIG, 15, POST-STRASSE

                         1860



TABLE DES MATIÈRES.


UN MOIS EN SICILE (1843.--Inédit.), par M. Félix BOURQUELOT.

  Arrivée en Sicile. -- Palerme et ses habitants. -- Les monuments
    de Palerme. -- La cathédrale de Monreale. -- De Palerme à
    Trapani. -- Partenico. -- Alcamo. -- Calatafimi. -- Ruines de
    Ségeste. -- Trapani. -- La sépulture du couvent des capucins. --
    Le mont Éryx. -- De Trapani à Girgenti. -- La Lettica. --
    Castelvetrano. -- Ruines de Sélinonte. -- Sciacca. -- Girgenti
    (Agrigente). -- De Girgenti à Castrogiovanni. -- Caltanizzetta.
    -- Castrogiovanni. -- Le lac Pergusa et l'enlèvement de
    Proserpine. -- De Castrogiovanni à Syracuse. -- Calatagirone. --
    Vezzini. -- Syracuse. -- De Syracuse à Catane. -- Lentini. --
    Catane. -- Ascension de l'Etna. -- Taormine. -- Messine. --
    Retour à Naples.                                                 1


VOYAGE EN PERSE, fragments par M. le comte A. de GOBINEAU (1855-1858),
dessins inédits de M. Jules LAURENS.

  Arrivée à Ispahan. -- Le gouverneur. -- Aspect de la ville. -- Le
    Tchéhar-Bâgh. -- Le collége de la Mère du roi. -- La mosquée du
    roi. -- Les quarante colonnes. -- Présentations. -- Le pont du
    Zend-è-Roub. -- Un dîner à Ispahan. -- La danse et la comédie. --
    Les habitants d'Ispahan. -- D'Ispahan à Kaschan. -- Kaschan. --
    Ses fabriques. -- Son imprimerie lithographique. -- Ses
    scorpions. -- Une légende. -- Les bazars. -- Le collége. -- De
    Kaschan à la plaine de Téhéran. -- Koum. -- Feux d'artifice. --
    Le pont du Barbier. -- Le désert de Khavèr. -- Houzé-Sultan. --
    La plaine de Téhéran. -- Téhéran. -- Notre entrée dans la ville.
    -- Notre habitation.                                            16

  Une audience du roi de Perse. -- Nouvelles constructions à
    Téhéran. -- Température. -- Longévité. -- Les nomades. -- Deux
    pèlerins. -- Le culte du feu. -- La police. -- Les ponts. -- Le
    laisser aller administratif. -- Les amusements d'un bazar persan.
    -- Les fiançailles. -- Le divorce. -- La journée d'une Persane.
    -- La journée d'un Persan. -- Les visites. -- Formules de
    politesses. -- La peinture et la calligraphie persanes. -- Les
    chansons royales. -- Les conteurs d'histoires. -- Les spectacles:
    drames historiques. -- Épilogue. -- Le Démavend. -- L'enfant qui
    cherche un trésor.                                              34


VOYAGES AUX INDES OCCIDENTALES, par M. Anthony TROLLOPE
(1858-1859); dessins inédits de M. A. de BÉRARD.

  L'île Saint-Thomas. -- La Jamaïque: Kingston; Spanish-Town; les
    _réserves_; la végétation. -- Les planteurs et les nègres. --
    Plaintes d'une Ariane noire. -- La toilette des négresses. --
    Avenir des mulâtres. -- Les petites Antilles. -- La Martinique.
    -- La Guadeloupe. -- Grenada. -- La Guyane anglaise. -- Une
    sucrerie. -- Barbados. -- La Trinidad. -- La Nouvelle-Grenade. --
    Sainte-Marthe. -- Carthagène. -- Le chemin de fer de Panama. --
    Costa Rica: San José; le Mont-Blanco. -- Le Serapiqui. --
    Greytown.                                                       49


VOYAGE DANS LES ÉTATS SCANDINAVES, par M. Paul RIANT. (Le
Télémark et l'évêché de Bergen.) (1858.--Inédit.)

  LE TÉLÉMARK. -- Christiania. -- Départ pour le Télémark. -- Mode
    de voyager. -- Paysage. -- La vallée et la ville de Drammen. --
    De Drammen à Kongsberg. -- Le cheval norvégien. -- Kongsberg et
    ses gisements métallifères. -- Les montagnes du Télémark. --
    Leurs habitants. -- Hospitalité des _gaards_ et des _sæters_. --
    Une sorcière. -- Les lacs Tinn et Mjös. -- Le Westfjord. -- La
    chute du Rjukan. -- Légende de la belle Marie. -- Dal. -- Le
    livre des étrangers. -- L'église d'Hitterdal. -- L'ivresse en
    Norvége. -- Le châtelain aubergiste. -- Les lacs Sillegjord et
    Bandak. -- Le ravin des Corbeaux.                               65

  --_Le Saint-Olaf_ et ses pareils. -- Navigation intérieure. --
    Retour à Christiania par Skien.                                 82

  L'ÉVÊCHÉ DE BERGEN. -- La presqu'île de Bergen. -- Lærdal. -- Le
    Sognefjord. -- Vosse-Vangen. -- Le Vöringfoss. -- Le
    Hardangerfjord. -- De Vikoër à Sammanger et à Bergen.           85


VOYAGE DE M. GUILLAUME LEJEAN DANS L'AFRIQUE ORIENTALE
(1860.--Texte et dessins inédits.)--Lettre au Directeur du _Tour
du monde_ (Khartoum, 10 mai 1860).

  D'ALEXANDRIE À SOUAKIN. -- L'Égypte. -- Le désert. -- Le simoun.
    -- Suez. -- Un danger. -- Le mirage. -- Tor. -- Qosséir. --
    Djambo. -- Djeddah.                                             97


VOYAGE AU MONT ATHOS, par M. A. PROUST (1858.--Inédit.)

  Salonique. -- Juifs, Grecs et Bulgares. -- Les mosquées. --
    L'Albanais Rabottas. -- Préparatifs de départ. -- Vasilika. --
    Galatz. -- Nedgesalar. -- L'Athos. -- Saint-Nicolas. -- Le P.
    Gédéon. -- Le couvent russe. -- La messe chez les Grecs. --
    Kariès et la république de l'Athos. -- Le voïvode turc. -- Le
    peintre Anthimès et le pappas Manuel. -- M. de Sévastiannoff.  103

  Ermites indépendants. -- Le monastère de Koutloumousis. -- Les
    bibliothèques. -- La peinture. -- Manuel Panselinos et les
    peintres modernes. -- Le monastère d'Iveron. -- Les carêmes. --
    Peintres et peintures. -- Stavronikitas. -- Miracles. -- Un
    Vroukolakas. -- Les bibliothèques. -- Les mulets. -- Philotheos.
    -- Les moines et la guerre de l'Indépendance. -- Karacallos. --
    L'union des deux Églises. -- Les pénitences et les fautes.     114

  La légende d'Arcadius. -- Le pappas de Smyrne. -- Esphigmenou. --
    Théodose le Jeune. -- L'ex-patriarche Anthymos et l'Église
    grecque. -- L'isthme de l'Athos et Xerxès. -- Les monastères
    bulgares: Kiliandari et Zographos. -- La légende du peintre. --
    Beauté du paysage. -- Castamoniti. -- Une femme au mont Athos. --
    Dokiarios. -- La secte des Palamites. -- Saint-Xénophon. -- La
    pêche aux éponges. -- Retour à Kariès. -- Xiropotamos, le couvent
    du Fleuve Sec. -- Départ de Daphné. -- Marino le chanteur.     130


VOYAGE D'UN NATURALISTE (Charles DARWIN).--L'archipel Galapagos
et les attoles ou îles de coraux.--(1838).

  L'ARCHIPEL GALAPAGOS. -- Groupe volcanique. -- Innombrables
    cratères. -- Aspect bizarre de la végétation. -- L'île Chatam. --
    Colonie de l'île Charles. -- L'île James. -- Lac salé dans un
    cratère. -- Histoire naturelle de ce groupe d'îles. --
    Mammifères; souris indigène. -- Ornithologie; familiarité des
    oiseaux; terreur de l'homme; instinct acquis. -- Reptiles;
    tortues de terre; leurs habitudes.                             139

  Encore les tortues de terre; lézard aquatique se nourrissant de
    plantes marines; lézard terrestre herbivore, se creusant un
    terrier. -- Importance des reptiles dans cet archipel où ils
    remplacent les mammifères. -- Différences entre les espèces qui
    habitent les diverses îles. -- Aspect général américain.       146

  LES ATTOLES OU ÎLES DE CORAUX. -- Île Keeling. -- Aspect
    merveilleux. -- Flore exiguë. -- Voyage des graines. -- Oiseaux.
    -- Insectes. -- Sources à flux et reflux. -- Chasse aux tortues.
    -- Champs de coraux morts. -- Pierres transportées par les
    racines des arbres. -- Grand crabe. -- Corail piquant. --
    Poissons se nourrissant de coraux. -- Formation des attoles. --
    Profondeur à laquelle le corail peut vivre. -- Vastes espaces
    parsemés d'îles de corail. -- Abaissement de leurs fondations. --
    Barrières. -- Franges de récifs. -- Changement des franges en
    barrières et des barrières en attoles.                         151


BIOGRAPHIE.--Brun-Rollet.                                          159


VOYAGE AU PAYS DES YAKOUTES (Russie asiatique), par OUVAROVSKI
(1830-1839).

  Djigansk. -- Mes premiers souvenirs. -- Brigandages. -- Le
    paysage de Djigansk. -- Les habitants. -- La pêche. -- Si les
    poissons morts sont bons à manger. -- La sorcière Agrippine. --
    Mon premier voyage. -- Killæm et ses environs. -- Malheurs. --
    Les Yakoutes. -- La chasse et la pêche. -- Yakoutsk. -- Mon
    premier emploi. -- J'avance. -- Dernières recommandations de ma
    mère. -- Irkoutsk. -- Voyage. -- Oudskoï. -- Mes bagages. --
    Campement. -- Le froid. -- La rivière Outchour. -- L'Aldan. --
    Voyage dans la neige et dans la glace. -- L'Ægnæ. -- Un Tongouse
    qui pleure son chien. -- Obstacles et fatigues. -- Les guides. --
    Ascension du Diougdjour. -- Stratagème pour prendre un oiseau. --
    La ville d'Oudskoï. -- La pêche à l'embouchure du fleuve Ut. --
    Navigation pénible. -- Boroukan. -- Une halte dans la neige. --
    Les rennes. -- Le mont Byraya. -- Retour à Oudskoï et à
    Yakoutsk.                                                      161

  Viliouisk. -- Sel tricolore. -- Bois pétrifié. -- Le Sountar. --
    Nouveau voyage. -- Description du pays des Yakoutes. -- Climat.
    -- Population. -- Caractères. -- Aptitudes. -- Les femmes
    yakoutes.                                                      177


DE SYDNEY À ADÉLAÏDE (Australie du Sud), notes extraites d'une
correspondance particulière (1860).

  Les Alpes australiennes. -- Le bassin du Murray. -- Ce qui reste
    des anciens maîtres du sol. -- Navigation sur le Murray. --
    Frontières de l'Australie du Sud. -- Le lac Alexandrina. -- Le
    Kanguroo rouge. -- La colonie de l'Australie du Sud. -- Adélaïde.
    -- Culture et mines.                                           182


VOYAGES ET DÉCOUVERTES AU CENTRE DE L'AFRIQUE, journal du docteur
BARTH (1849-1855).

  Henry Barth. -- But de l'expédition de Richardson. -- Départ. --
    Le Fezzan. -- Mourzouk. -- Le désert. -- Le palais des démons. --
    Barth s'égare; torture et agonie. -- Oasis. -- Les Touaregs. --
    Dunes. -- Afalesselez. -- Bubales et moufflons. -- Ouragan. --
    Frontières de l'Asben. -- Extorsions. -- Déluge à une latitude où
    il ne doit pas pleuvoir. -- La Suisse du désert. -- Sombre vallée
    de Taghist. -- Riante vallée d'Auderas. -- Agadez. -- Sa
    décadence. -- Entrevue de Barth et du sultan. -- Pouvoir
    despotique. -- Coup d'oeil sur les moeurs. -- Habitat de la
    girafe. -- Le Soudan; le Damergou. -- Architecture. -- Katchéna;
    Barth est prisonnier. -- Pénurie d'argent. -- Kano. -- Son
    aspect, son industrie, sa population. -- De Kano à Kouka. -- Mort
    de Richardson. -- Arrivée à Kouka. -- Difficultés croissantes. --
    L'énergie du voyageur en triomphe. -- Ses visiteurs. -- Un vieux
    courtisan. -- Le vizir et ses quatre cents femmes. -- Description
    de la ville, son marché, ses habitants. -- Le Dendal. --
    Excursion. -- Angornou. -- Le lac Tchad.                       193

  Départ. -- Aspect désolé du pays. -- Les Ghouas. -- Mabani. -- Le
    mont Délabéda. -- Forgeron en plein vent. -- Dévastation. --
    Orage. -- Baobab. -- Le Mendif. -- Les Marghis. -- L'Adamaoua. --
    Mboutoudi. -- Proposition de mariage. -- Installation de vive
    force chez le fils du gouverneur de Soulleri. -- Le Bénoué. --
    Yola. -- Mauvais accueil. -- Renvoi subit. -- Les Ouélad-Sliman.
    -- Situation politique du Bornou. -- La ville de Yo. -- Ngégimi
    ou Ingégimi. -- Chute dans un bourbier. -- Territoire ennemi. --
    Razzia. -- Nouvelle expédition. -- Troisième départ de Kouka. --
    Le chef de la police. -- Aspect de l'armée. -- Dikoua. -- Marche
    de l'armée. -- Le Mosgou. -- Adishen et son escorte. -- Beauté du
    pays. -- Chasse à l'homme. -- Erreur des Européens sur le centre
    de l'Afrique. -- Incendies. -- Baga. -- Partage du butin. --
    Entrée dans le Baghirmi. -- Refus de passage. -- Traversée du
    Chari. -- À travers champs. -- Défense d'aller plus loin. --
    Hospitalité de Bou-Bakr-Sadik. -- Barth est arrêté. -- On lui met
    les fers aux pieds. -- Délivré par Sadik. -- Maséna. -- Un
    savant. -- Les femmes de Baghirmi. -- Combat avec des fourmis. --
    Cortége du sultan. -- Dépêches de Londres.                     209

  De Katchéna au Niger. -- Le district de Mouniyo. -- Lacs
    remarquables. -- Aspect curieux de Zinder. -- Route périlleuse.
    -- Activité des fourmis. -- Le Ghaladina de Sokoto. -- Marche
    forcée de trente heures. -- L'émir Aliyou. -- Vourno. --
    Situation du pays. -- Cortége nuptial. -- Sokoto. -- Caprice
    d'une boîte à musique. -- Gando. -- Khalilou. -- Un chevalier
    d'industrie. -- Exactions. -- Pluie. -- Désolation et fécondité.
    -- Zogirma. -- La vallée de Foga. -- Le Niger. -- La ville de
    Say. -- Région mystérieuse. -- Orage. -- Passage de la Sirba. --
    Fin du rhamadan à Sebba. -- Bijoux en cuivre. -- De l'eau
    partout. -- Barth déguisé en schérif. -- Horreur des chiens. --
    Montagnes du Hombori. -- Protection des Touaregs. -- Bambara. --
    Prières pour la pluie. -- Sur l'eau. -- Kabara. -- Visites
    importunes. -- Dangereux passage. -- Tinboctoue, Tomboctou ou
    Tembouctou. -- El Bakay. -- Menaces. -- Le camp du cheik. --
    Irritation croissante. -- Sus au chrétien! -- Les Foullanes
    veulent assiéger la ville. -- Départ. -- Un preux chez les
    Touaregs. -- Zone rocheuse. -- Lenteurs désespérantes. -- Gogo.
    -- Gando. -- Kano. -- Retour.                                  226


VOYAGES ET AVENTURES DU BARON DE WOGAN EN CALIFORNIE
(1850-1852.--Inédit).

  Arrivée à San-Francisco. -- Description de cette ville. -- Départ
    pour les placers. -- Le claim. -- Première déception. -- La
    solitude. -- Mineur et chasseur. -- Départ pour l'intérieur. --
    L'ours gris. -- Reconnaissance des sauvages. -- Captivité. --
    Jugement. -- Le poteau de la guerre. -- L'Anglais chef de tribu.
    -- Délivrance.                                                 242


VOYAGE DANS LE ROYAUME D'AVA (empire des Birmans), par le
capitaine Henri YULE, du corps du génie bengalais (1855).

  Départ de Rangoun. -- Frontières anglaises et birmanes. -- Aspect
    du fleuve et de ses bords. -- La ville de Magwé. -- Musique,
    concert et drames birmans. -- Sources de naphte; leur
    exploitation. -- Un monastère et ses habitants. -- La ville de
    Pagán. -- Myeen-Kyan. -- Amarapoura. -- Paysage. -- Arrivée à
    Amarapoura.                                                    258

  Amarapoura; ses palais, ses temples. -- L'éléphant blanc. --
    Population de la ville. -- Recensement suspect. -- Audience du
    roi. -- Présents offerts et reçus. -- Le prince héritier
    présomptif et la princesse royale. -- Incident diplomatique. --
    Religion bouddhique. -- Visites aux grands fonctionnaires. -- Les
    dames birmanes.                                                273

  Comment on dompte les éléphants en Birmanie. -- Excursions autour
    d'Amarapoura. -- Géologie de la vallée de l'Irawady. -- Les
    poissons familiers. -- Le serpent hamadryade. -- Les Shans et
    autres peuples indigènes du royaume d'Ava. -- Les femmes chez les
    Birmans et chez les Karens. -- Fêtes birmanes. -- Audience de
    congé. -- Refus de signer un traité. -- Lettre royale. -- Départ
    d'Amarapoura et retour à Rangoun. -- Coup d'oeil rétrospectif sur
    la Birmanie.                                                   280


VOYAGE AUX GRANDS LACS DE L'AFRIQUE ORIENTALE, par le capitaine
BURTON (1857-1859).

  But de l'expédition. -- Le capitaine Burton. -- Zanzibar. --
    Aspect de la côte. -- Un village. -- Les Béloutchis. -- Ouamrima.
    -- Fertilité du sol. -- Dégoût inspiré par le pantalon. -- Vallée
    de la mort. -- Supplice de M. Maizan. -- Hallucination de
    l'assassin. -- Horreur du paysage. -- Humidité. -- Zoungoméro. --
    Effets de la traite. -- Personnel de la caravane. -- Métis
    arabes, Hindous, jeunes gens mis en gage par leurs familles. --
    Ânes de selle et de bât. -- Chaîne de l'Ousagara. --
    Transformation du climat. -- Nouvelles plaines insalubres. --
    Contraste. -- Ruine d'un village. -- Fourmis noires. -- Troisième
    rampe de l'Ousagara. -- La Passe terrible. -- L'Ougogo. --
    L'Ougogi. -- Épines. -- Le Zihoua. -- Caravanes. -- Curiosité des
    indigènes. -- Faune. -- Un despote. -- La plaine embrasée. --
    Coup d'oeil sur la vallée d'Ougogo. -- Aridité. -- Kraals. --
    Absence de combustible. -- Géologie. -- Climat. -- Printemps. --
    Indigènes. -- District de Toula. -- Le chef Maoula. -- Forêt
    dangereuse.                                                    305

  Arrivée à Kazeh. -- Accueil hospitalier. -- Snay ben Amir. --
    Établissements des Arabes. -- Leur manière de vivre. -- Le Tembé.
    -- Chemins de l'Afrique orientale. -- Caravanes. -- Porteurs. --
    Une journée de marche. -- Costume du guide. -- Le Mganga. --
    Coiffures. -- Halte. -- Danse. -- Séjour à Kazeh. -- Avidité des
    Béloutchis. -- Saison pluvieuse. -- Yombo. -- Coucher du soleil.
    -- Jolies fumeuses. -- Le Mséné. -- Orgies. -- Kajjanjéri. --
    Maladie. -- Passage du Malagarazi. -- Tradition. -- Beauté de la
    Terre de la Lune. -- Soirée de printemps. -- Orage. -- Faune. --
    Cynocéphales, chiens sauvages, oiseaux d'eau. -- Ouakimbou. --
    Ouanyamouézi. -- Toilette. -- Naissances. -- Éducation. --
    Funérailles. -- Mobilier. -- Lieu public. -- Gouvernement. --
    Ordalie. -- Région insalubre et féconde. -- Aspect du Tanganyika.
    -- Ravissements. -- Kaouélé.                                   321

    Tatouage. -- Cosmétiques. -- Manière originale de priser. --
    Caractère des Ouajiji; leur cérémonial. -- Autres riverains du
    lac. -- Ouatata, vie nomade, conquêtes, manière de se battre,
    hospitalité. -- Installation à Kaouélé. -- Visite de Kannéna. --
    Tribulations. -- Maladies. -- Sur le lac. -- Bourgades de
    pêcheurs. -- Ouafanya. -- Le chef Kanoni. -- Côte inhospitalière.
    -- L'île d'Oubouari. -- Anthropophages. -- Accueil flatteur des
    Ouavira. -- Pas d'issue au Tanganyika. -- Tempête. -- Retour.  337


FRAGMENT D'UN VOYAGE AU SAUBAT (affluent du Nil Blanc), par M.
Andrea DEBONO (1855)                                               348


VOYAGE À L'ÎLE DE CUBA, par M. Richard DANA (1859).

  Départ de New-York. -- Une nuit en mer. -- Première vue de Cuba.
    -- Le Morro. -- Aspect de la Havane. -- Les rues. -- La volante.
    -- La place d'Armes. -- La promenade d'Isabelle II. -- L'hôtel Le
    Grand. -- Bains dans les rochers. -- Coolies chinois. -- Quartier
    pauvre à la Havane. -- La promenade de Tacon. -- Les surnoms à la
    Havane. -- Matanzas. -- La Plaza. -- Limossar. -- L'intérieur de
    l'île. -- La végétation. -- Les champs de canne à sucre. -- Une
    plantation. -- Le café. -- La vie dans une plantation de sucre.
    -- Le Cumbre. -- Le passage. -- Retour à la Havane. -- La
    population de Cuba. -- Les noirs libres. -- Les mystères de
    l'esclavage. -- Les productions naturelles. -- Le climat.      353


EXCURSIONS DANS LE DAUPHINÉ, par M. Adolphe JOANNE (1850-1860).

  Le pic de Belledon. -- Le Dauphiné. -- Les Goulets.              369

  Les gorges d'Omblèze. -- Die. -- La vallée de Roumeyer. -- La
    forêt de Saou. -- Le col de la Cochette.                       385


EXCURSIONS DANS LE DAUPHINÉ, par M. Élisée RECLUS (1850-1860).

  La Grave. -- L'Aiguille du midi. -- Le clapier de
    Saint-Christophe. -- Le pont du Diable. -- La Bérarde. -- Le col
    de la Tempe. -- La Vallouise. -- Le Pertuis-Rostan. -- Le village
    des Claux. -- Le mont Pelvoux. -- La Balme-Chapelu. -- Moeurs des
    habitants.                                                     402


LISTE DES GRAVURES.                                                417

LISTE DES CARTES.                                                  422

ERRATA.                                                            427



[Illustration: Vue de l'île Saint-Thomas.--Dessin de M. de Bérard.]



VOYAGES AUX INDES OCCIDENTALES,

PAR M. ANTHONY TROLLOPE[1].

         [Note 1: _The west Indies and the Spanish main._ By Anthony
         Trollope. New edition, in-8.--London, Chapman and Hall's.
         1860.]

1858-1859.

DESSINS INÉDITS PAR M. A. DE BÉRARD.


M. Anthony Trollope est l'auteur de romans très-justement estimés:
récemment chargé par le gouvernement anglais d'une mission relative
aux communications postales entre la Grande-Bretagne et les Indes
occidentales, il a consigné le résultat de ses observations dans un
volume, où, à défaut de documents scientifiques ou géologiques
nouveaux, on rencontre des appréciations, des descriptions, qui
révèlent un esprit brillant et original, et dont le tour piquant prête
un grand charme à des sujets d'ailleurs pleins d'intérêt. La situation
des colonies anglaises, depuis le grand et généreux acte
d'émancipation qui y a modifié la vie sociale et les conditions du
travail, le tableau de la colonie espagnole exposée aux convoitises
des Américains, celui des provinces de l'Amérique centrale par où
s'effectuent les communications entre les États-Unis de l'Atlantique
et les riches provinces baignées par l'Océan Pacifique, tous ces
thèmes variés se développent dans l'ouvrage de M. Trollope avec
élégance et clarté, à travers des anecdotes pleines d'esprit et des
dissertations d'économie politique sans lourdeur.


     L'île Saint-Thomas. -- La Jamaïque: Kingston; Spanish-Town; --
     les _réserves_; la végétation.

Parti le 17 novembre 1858 sur _l'Atrato_, paquebot de la _Royal Mail
Steam Packet Company_, notre voyageur arriva le 2 décembre à l'île
Saint-Thomas. Cette petite île, qui appartient au Danemark, est le
relais principal de la Compagnie Royale dans les mers des
Antilles.--Voulez-vous aller de la Demerara dans la Guyane anglaise, à
l'isthme de Panama? il faut passer par Saint-Thomas; de Panama à la
Jamaïque ou à Honduras? par Saint-Thomas; de Honduras et la Jamaïque à
Cuba ou Mexico? par Saint-Thomas; de Cuba aux Bahamas? toujours par
Saint-Thomas. Sans s'y arrêter, M. Trollope partit immédiatement pour
Kingston, le port principal de la Jamaïque. Quelques extraits feront
connaître cette ville.

«Le port de Kingston est une grande lagune, formée par un long banc de
sable qui s'étend dans la mer, commence à trois ou quatre milles
au-dessus de Kingston et reste parallèle à la côte jusqu'à cinq ou six
milles en dessous de la ville. Ce banc de sable se nomme «les
Palissades» et à l'extrémité se trouve Port-Royal. C'est le siège de
la suprématie navale de la Grande-Bretagne dans les Indes
occidentales. C'est là qu'est le vaisseau-pavillon; on y trouve un
dock, un hôpital, des piles d'ancres invalides et tous les
accessoires habituels d'un semblable établissement.»

Kingston est une ville mal bâtie, sans trottoirs, sans éclairage: on
ne songe pas à y marcher à pied, tant la chaleur y est accablante,
mais cette ville a l'air encore moins morne que Spanish-Town, la
capitale officielle de l'île, située à treize milles de Kingston et où
l'on se rend par chemin de fer. C'est là que vit le gouverneur; là
vivent aussi les satellites ou lunes qui entourent le luminaire
central, c'est-à-dire les secrétaires et les ministres. Le conseil
législatif et la chambre y tiennent leurs sessions.

La ville, malgré son lustre officiel, est une ville de morts: dans ses
longues rues, on ne voit passer aucun habitant: ça et là, on
n'aperçoit qu'une négresse assise à une porte ou un enfant solitaire
qui joue dans la poussière.

«À la Jamaïque il vaut mieux, comme dit M. Trollope, être rat des
champs que rat des villes. La contrée est admirable, et le voyageur
est consolé par la nature de la cherté des voyages, de l'absence
d'hôtels et du mauvais état des chemins. Une partie de l'île est
consacrée à la culture de la canne à sucre: mais la plus grande
portion est encore couverte de forêts vierges et de jungles. Ça et là,
en voyageant, on aperçoit les jardins ou _réserves_ des nègres. Ce
sont des lots de terrain qu'ils cultivent, pour lesquels ils payent
quelquefois un loyer, mais où assez souvent ils s'installent sans rien
payer.

«Ces réserves sont très-pittoresques. Elles ne sont point remplies,
comme un jardin de paysan en Angleterre ou en Irlande, de pommes de
terre ou de choux, mais elles contiennent des cocotiers, des orangers,
des mangos, des arbres à pain et une quantité d'autres arbres à la
végétation luxuriante, d'une grande taille et d'une remarquable
beauté. L'arbre à pain et le mango sont charmants, et je ne connais
rien d'aussi beau qu'un verger d'orangers à la Jamaïque. Ils ont en
outre le yam, qui est au nègre ce que la pomme de terre est à
l'Irlandais. On n'en mange, comme pour la pomme de terre, que les
racines, mais la partie supérieure, formée de tiges grimpantes, est
soutenue comme nos vignes.

«Je n'oublierai jamais le jour où je vis pour la première fois la
végétation tropicale dans toute sa splendeur: peut-être le plus
précieux de tous les arbres est le bambou. Il croît ou en bouquets,
comme les groupes d'arbres qu'on voit dans les parcs anglais, ou, ce
qui est plus commun quand on le trouve à l'état indigène, en longues
allées le long des cours d'eau. Le tronc des bambous est un large tube
creux, et ils n'ont de feuilles qu'au sommet. Leur grande élévation,
la grâce de leur courbe, l'extrême épaisseur de leur feuillage qu'ils
marient en se groupant par centaines, produisent un effet que rien ne
peut surpasser.

«Le cotonnier est presque aussi beau quand il est isolé. Le tronc de
cet arbre s'élève majestueusement et a de magnifiques proportions: il
est ordinairement droit et n'étend ses branches qu'à la hauteur où
atteindrait la cime de nos arbres ordinaires. La nature, pour
supporter une semblable masse, l'a armé de larges racines qui
s'élèvent comme des contre-forts jusqu'à vingt pieds au-dessus du sol.
J'en ai mesuré plus d'un qui avec ses racines avait plus de trente
pieds d'épaisseur. Du sommet, les branches s'étendent avec une
luxurieuse profusion et couvrent un espace immense de leur ombre.

«Mais ce qui donne le caractère le plus frappant à ces arbres, ce sont
les plantes parasites qui les environnent et qui sont suspendues de
leurs branches jusqu'au sol en lianes d'une force étonnante. Ces
parasites sont de plusieurs sortes; le figuier est un de ceux dont les
embrassements sont le plus vivaces. Souvent il est si développé que
l'arbre lui même disparaît et qu'on ne s'imagine plus qu'il soit
au-dessous. Quelquefois les parasites étouffent l'arbre avant qu'il
ait pu atteindre toute sa croissance; mais quand il a pu se développer
à temps, ils ne font plus que l'orner. Chaque branche est couverte
d'une merveilleuse végétation, de plantes de mille couleurs et de
mille espèces. Les unes tombent en longues et gracieuses lianes
jusqu'au sol, les autres pendent en boules de feuilles et de fleurs
entremêlées.»


     Les planteurs et les nègres. -- Plaintes d'une Ariane noire.

Après la contrée, il faut bien parler des habitants. La race blanche
et la race noire, désormais affranchie, se trouvent en présence: en
lisant les jugements que porte sur elles M. Anthony Trollope, on sent
trop qu'il obéit quelquefois, sans le savoir peut-être, à l'influence
des planteurs avec lesquels il s'est trouvé naturellement plus en
contact; il se rend l'écho de leurs regrets, de leurs passions; il
oublie trop souvent que le mal ne peut s'effacer en un jour, et que
l'esclavage est une très-mauvaise préparation à l'exercice de la
liberté: ces restrictions faites, voyons comment M. Trollope apprécie
noirs, hommes de couleur et blancs, et quelle idée il se fait de
l'avenir de cette population mélangée.

«Aucun Anglais, aucun Anglo-Saxon ne serait ce qu'il est aujourd'hui
sans cette portion d'énergie sauvage qui nous vient de nos ancêtres
Vandales. N'est-il pas permis de supposer qu'un temps viendra où la
race qui habitera ces îles charmantes, formée par la nature pour leur
brûlant soleil, aura dans son sang une portion de l'énergie morale du
nord, et devra sa force physique à des ancêtres africains? cette race
alors ne sera pas plus honteuse du nom de noire que nous ne le sommes
de celui de Saxon.

«Mais que faire, en attendant, de notre ami le noir, à son aise couché
sous le cotonnier et refusant de travailler après dix heures du matin?

«Non, merci, maître, fatigué maintenant, pas besoin d'argent.»

«Telle est la réponse que le planteur suppliant reçoit quand vers dix
heures du matin il prie son voisin noir de retourner dans les champs
de cannes et de gagner son second schelling, ou quand il le prie de
travailler plus de quatre jours par semaine, ou le supplie à Noël de
se contenter de dix jours de loisir. Ses cannes sont mûres, il faut
les porter au moulin; mais qu'importe au nègre?

«Non, moi plus travailler.»

[Illustration: CARTE DES GRANDES ET DES PETITES ANTILLES. Dessinée par
A. Vuillemin. Gravé chez Erhard R. Bonaparte 42.]

«Et qui peut blâmer le noir? il est libre de travailler, libre de ne
pas le faire. Il peut vivre sans travail, s'étendre au soleil, sucer
des oranges, manger des patates: oui, et peut-être monter à cheval, et
porter un gilet blanc, et une chemise empesée le dimanche. Pourquoi se
soucierait-il du planteur? je n'irai pas nettoyer des cannes pour une
demi-couronne par jour; pourquoi lui demanderai-je de le faire? Je
puis vivre sans cela: lui aussi.»

Le noir n'est pas voleur; les domestiques, qui sont tous noirs, ne
dérobent jamais rien. M. Trollope assure qu'on peut impunément laisser
sous leur main argent, clefs, tout ce qu'ils considèrent comme une
véritable propriété. Mais les fruits de la terre n'ont pas ce
caractère à leurs yeux: ils se les approprient sans scrupules et
vivent volontiers de maraude. Leurs besoins sont aisément satisfaits,
et sans grand préjudice pour personne, sur une terre qui sans culture
prodigue à ses habitants les fruits les plus variés et les plus
savoureux.

Le caractère de la population nègre a des côtés originaux, qui ne
pouvaient échapper à un romancier tel que M. Trollope, habitué à
rechercher ce qu'il y a de plus spontané dans les manifestations du
coeur humain; le noir a, si l'on me permet le mot, une drôlerie, un
sentiment du pittoresque, une naïveté, une vivacité dans la passion
qui le rendent souvent fort intéressant: je ne puis résister au
plaisir de citer une anecdote que raconte M. Trollope et où se
peignent très-bien tous ces traits particuliers de la race.

[Illustration: Saint-Pierre, à la Martinique.--Dessin de M. de
Bérard.]

M. Trollope se trouvait dans une petite auberge de Port-Antonio,
assis, après dîner, dans le salon.

«Je vis, dit-il, entrer une jeune demoiselle habillée tout de blanc.
Elle était, ma foi, fort bien mise, et ni crinoline, ni rubans ne
faisaient défaut. Elle appartenait à la race noire, et ses cheveux
d'un noir de jais, cotonneux et pourtant ondés, étaient, suivant la
mode, peignés en arrière. D'où elle venait et qui elle était, je
l'ignorais et ne l'ai jamais appris. Elle était, je pense, en termes
familiers dans la maison; je le présumai en la voyant remuer les
livres et les petits ornements sur la table et arranger des tasses et
des coquillages sur un rayon.

«Hélas!» se mit-elle à dire quand je l'eus observée pendant une minute
environ.

«Je savais à peine comment l'accoster: et pourtant il fallait être
poli.

«Ah, oui, hélas!» répéta-t-elle.

«Il était aisé de voir qu'elle avait un chagrin à raconter.

«Madame, lui dis-je (je ne savais, faute d'introduction, comment
commencer mon discours), madame, je crains que vous n'ayez quelque
chagrin.

[Illustration: Cataracte de Weinachts, Guyane anglaise--Dessin de M.
de Bérard.]

«--Du chagrin! dit-elle; je suis dans la plus profonde affliction.
Hélas! enfin! le monde doit finir un jour.»

«Et tournant son visage droit sur le mien, elle croisa ses mains.
J'étais assis sur un sofa; elle vint s'asseoir près de moi, croisant
ses mains sur ses genoux et regardant le mur opposé.

«Oui, tout doit finir un jour pour nous tous, répondis-je. Mais pour
vous, tout commence à peine.

«--Ceci est un bien méchant monde, et le plus tôt fini, le meilleur.
Être ainsi traitée! briser ainsi le coeur d'une jeune fille! il est
brisé, complétement brisé, je le sais bien.»

«Et en parlant ainsi, elle avait posé ses mains de façon à me laisser
voir qu'elle n'avait pas oublié ses bagues.

«C'est donc l'amour qui vous tourmente?

«--Non! dit-elle brusquement, se tournant vers moi et plongeant ses
yeux noirs dans les miens. Non, je ne l'aime pas un brin,--ni
maintenant, ni jamais. Non, si je le voyais là suppliant....»

«Et elle frappa son petit pied par terre comme s'il y avait un cou
imaginaire sous son talon.

«Mais vous l'avez aimé?

«--Oui.»

«Ici elle se mit à parler très-doucement, en remuant gentiment sa
tête.

«Je l'ai aimé, oh! tant aimé! Il était si beau, si charmant. Jamais je
ne verrai un tel homme: des yeux, une bouche! et puis un si beau nez!
C'était un juif, vous savez.»

«Je ne l'avais jamais su et je l'appris peut-être avec une légère
surprise.

«C'était bien fait, n'est-ce pas? Moi qui suis baptiste, vous savez.
On m'a expulsée de la congrégation, je le sais bien. Mais je ne m'en
souciais bien!»

«Et elle se mit à frapper gentiment une de ses mains avec l'autre en
souriant; c'est une manie des femmes de couleur dans ce pays quand
elles sont engagées dans une conversation agréable. À ce moment, je
commençai à me sentir assez intime pour lui demander son nom.

«Joséphine est mon nom. Aimez-vous ce nom?

«--Il est presque aussi joli que celle qui le porte.

«--Jolie? non, je ne suis pas jolie. Si j'étais jolie il ne m'aurait
pas laissée là. Il a promis à une autre de l'épouser; mais peut-être
la trompera-t-il aussi.»

«Il était facile de voir que cette idée ne lui déplaisait pas.

«Alors il vous reviendra?

«--Oui, oui, et je lui cracherai à la figure.»

«Et dans la furie de son esprit, elle exécuta positivement le
simulacre de sa vengeance.

«Je voudrais qu'il revînt, je m'assiérais ainsi et j'écouterais.»

«Et elle croisa ses mains et prit un air de calme dignité qui lui
convenait fort.

«J'écouterais chaque mot, comme cela, jusqu'à ce qu'il eût fini, et
puis je sourirais.»

«Et elle sourit.

«Et puis il m'offrirait sa main.»

«Et elle étendit la sienne.

«Et puis je lui cracherais à la figure et tournerais le dos.»

«Et se levant majestueusement, elle sortit rapidement de la chambre.

«Comme elle fermait la porte derrière elle, je crus que l'entrevue
était terminée, et que je ne reverrais plus ma jeune amie; mais je me
trompais. La porte fut bientôt rouverte, et elle se rassit à côté de
moi.

«Votre coeur, lui dis-je, vous permettrait de faire de semblables
choses, et à un homme qui a un si beau nez?»

«--Oui; je me mépriserais maintenant, si je le reprenais, fût-il
encore plus beau. Mais je suis sûre d'une chose, je n'aimerai jamais
aucun autre, jamais. Il dansait si bien!»


     La toilette des négresses. -- Avenir des mulâtres.

Le goût de la parure est, comme on sait, très-développé dans la race
noire. Il n'y a rien de plus étonnant que le costume des femmes: «Il
est impossible de leur refuser, dit M. Trollope, beaucoup de goût et
une grande faculté d'assimilation. En Angleterre, parmi nos femmes de
chambre et même nos filles des champs, la crinoline, les fleurs
artificielles, les longues tailles, les manches flottantes, sont
devenues communes; mais elles ne les portent pas comme si elles y
étaient habituées. Elles ont généralement dans leurs habits de
dimanche quelque chose d'emprunté. Chez les négresses, rien de pareil.
D'abord elles ne connaissent pas la honte; ensuite, elles ont
généralement de belles proportions et savent les faire valoir. Leurs
costumes, les jours de fête et les dimanches, sont assurément
merveilleux. Elles ne se contentent pas de calicots imprimés: il leur
faut des mousselines et des soies légères, je ne sais à combien le
mètre. Elles portent des robes d'une énorme ampleur. On peut voir, par
un dimanche matin, trois dames occuper toute la largeur d'une rue qui,
le jour précédent, frottaient de la vaisselle ou portaient des pois
sur leur tête dans la ville. Cela ne les empêche pas de se promener
dans leur belle toilette comme si elles n'avaient porté rien d'autre
depuis l'enfance.

«Un dimanche soir, j'étais très-loin dans la campagne, à cheval, avec
un planteur, qui me promenait dans sa propriété; je vis passer une
jeune fille qui s'en revenait à pied de l'église. Elle était, des
pieds à la tête, vêtue de blanc. Elle avait des gants et tenait un
parasol ouvert. Son chapeau de paille était aussi clair, orné de
dentelles blanches. Elle marchait avec une majesté digne d'un tel
costume; par derrière venait sa suivante portant le livre de prières
de la jeune personne sur la tête. Une négresse porte tout sur la tête,
depuis la cruche remplie d'eau qui pèse cent livres jusqu'à une
bouteille de pharmacien.

«Quand nous arrivâmes près d'elle, elle se retourna et nous salua.
Elle salua, car elle reconnut son maître, mais avec beaucoup de
dignité, car elle avait conscience de sa belle toilette. La fille qui
suivait derrière avec le livre de prières fit la révérence ordinaire,
en se baissant puis se relevant plus vite que la pensée.

«Qui est cette princesse? dis-je à mon compagnon.

«--Vous voyez deux soeurs qui travaillent toutes deux à mon moulin,
dit mon ami. Dimanche prochain les rôles vont changer. Polly aura le
parasol et le chapeau, et Jenny portera le livre de prières derrière
elle sur sa tête.»

La race mêlée est celle qui paraît à M. Trollope destinée à recueillir
l'héritage de la prospérité des anciens planteurs. «Le mulâtre, bien
qu'il soit sous certains aspects une détérioration du nègre, sous
d'autres du blanc, l'emporte aussi sur tous deux sous certains
rapports. En règle générale, il ne peut pas travailler comme fait le
noir. Il ne pourrait pas rester dans les champs de canne pendant seize
heures sur vingt-quatre, comme fait l'esclave de Cuba; mais il peut
travailler sans danger sous un ciel tropical et faire une bonne
journée. Il n'est pas sujet à la fièvre jaune comme le blanc, et il
est aussi protégé par sa constitution contre les effets de la chaleur
que le climat l'exige.

«Il n'y a pas encore eu, que nous sachions, de Galilée, de Shakspeare
parmi les mulâtres. Il est possible même qu'il y en ait peu qui
puissent se rendre un compte exact du génie de tels hommes. Mais nier
que le mulâtre ait une large part de l'intelligence et de l'ambition
de ses ancêtres blancs, c'est je crois une sottise et de plus une
méchanceté; parce qu'une telle assertion ne peut naître que d'un
injuste désir de leur fermer les portes du progrès.»

Les hommes de couleur se rattachent par toutes les nuances possibles,
d'une part au noir, de l'autre au blanc; les neuf dixièmes ne peuvent
pas cacher leur origine, mais il y a une petite fraction qu'un oeil
exercé seul peut distinguer de la race blanche: malheureusement la
jalousie des planteurs et les préjugés maintiennent des barrières qui
survivent aux lois qui consacraient jadis l'inégalité des races.
L'avenir appartient pourtant aux hommes de couleur; on en compte plus
de soixante-dix mille tandis qu'il n'y a que quinze mille blancs, et
si l'émancipation peut attirer encore dans les Indes occidentales des
coolies ou des Chinois, elle n'y attire plus d'Européens. L'homme
blanc a passé là, il y a laissé sa trace: il a maintenant d'autres
provinces à conquérir.

«Heureusement, dit M. Trollope, les hommes de couleur sont capables
des travaux les plus élevés comme les plus humbles. Ils y réussissent
au grand dépit de la classe qui s'estime supérieure. Ils gagnent de
l'argent et savent en jouir. Ils savent être hommes d'État, avocats,
médecins. Qu'un étranger se promène dans les boutiques de Kingston, et
il verra combien d'entre elles appartiennent à des hommes de couleur;
qu'il aille au parlement, et il verra quel rôle ils jouent dans les
débats.»

Pour les blancs la Jamaïque n'est plus ce pays de Cocagne où l'on
accumulait jadis, grâce au travail servile, des richesses colossales
en peu d'années: ni ducs, ni comtes ne viennent plus gouverner l'île
avec grand apparat. Le gouvernement n'en est guère plus recherché que
celui de la Nouvelle-Zélande ou de la Colombie anglaise: la main
d'oeuvre fait défaut aux planteurs; il y a trop de montagnes, de pays
pastoral dans l'île, pour que les trois cent mille noirs qui s'y
trouvent aujourd'hui soient forcés de venir demander du travail dans
les champs de canne. Disons ensuite que la compétition de Cuba, du
Brésil, de Porto-Rico, des États-Unis, où l'esclavage existe encore et
prend chaque jour plus d'extension, est désastreuse pour la Jamaïque.
Une récolte abondante à Cuba peut, dans certaines années, abaisser le
prix du sucre à un taux ruineux pour le planteur de la colonie
anglaise. L'abolition de l'esclavage aux États-Unis suffirait pour
rendre aux Indes occidentales leur ancienne splendeur.


     Les petites Antilles. -- La Martinique. -- La Guadeloupe. --
     Grenada.

Quittons les grandes Antilles sans nous arrêter à Cuba où nous
reviendrons un jour, et entrons dans les petites Antilles dont
l'archipel s'étend en ligne recourbée depuis Porto-Rico jusqu'à la
Guyane anglaise, à l'embouchure de l'Orénoque. Passons rapidement
devant Saint-Thomas, Saint-Christophe, communément nommé Saint-Kitts
et Nevis, petites colonies prospères qui exportent chaque année plus
de sucre: de Nevis à Antigua on aperçoit l'îlot de Montserrat (voy. t.
I, p. 177). Antigua a un excellent port, nommé English Harbour, qui
autrefois servait de station navale. De là on arrive à la Guadeloupe,
et, après avoir longé la Dominique, à la Martinique, qui est aussi
française.

«Nous retrouvons dans ces îles, dit M. Trollope, les riches et
sauvages beautés des admirables îles de la mer des Caraïbes. Les
montagnes groupées dans les deux colonies françaises sont très-belles,
et les collines sont couvertes jusqu'à leur sommet de la plus
admirable végétation. Dans chacune de ces îles on est frappé par la
grande supériorité des villes principales sur celles des colonies qui
nous appartiennent: celle de la Guadeloupe se nomme Basse-Terre et la
capitale de la Martinique est Saint-Pierre. Ces villes offrent un
contraste avec Roseau et Port-Castries, les localités les plus
importantes des deux îles adjacentes anglaises de la Dominique et de
Sainte-Lucie. On débarque dans les ports français sur d'excellentes
jetées, par des escaliers commodes. Les quais sont ombragés par des
arbres, les rues propres et en bon état: les boutiques montrent que le
commerce est prospère. Des conduits amènent de l'eau courante dans la
ville. Les colons français, créoles ou Européens, considèrent les
Indes occidentales comme leur pays. Ils ne tournent pas sans cesse un
oeil de regret sur la France. Ils se marient, ils travaillent, ils
bâtissent pour la colonie et pour la colonie seulement. Chez nous il
en est autrement. On considère nos colonies des Indes comme un logis
temporaire qu'il faut déserter dès qu'on a gagné assez d'argent en
faisant du sucre et de la mélasse.»

[Illustration: Une sucrerie à la Guadeloupe, ancien système.--Dessin
de M. de Bérard.]

La Dominique et Sainte-Lucie exportent chacune annuellement six mille
tonnes environ de sucre, la Martinique jusqu'à soixante mille.

C'est depuis 1814 que la Martinique et la Guadeloupe, avec l'îlot
insignifiant de Marie-Galante, ont été politiquement séparées de la
Dominique et de Sainte-Lucie, bien que ces deux îles soient toutes
françaises par le langage, les moeurs, la religion et même en partie
par les lois.

Au delà de ce groupe intéressant, nous rencontrons Barbados qui est
comme la sentinelle avancée de la chaîne des petites Antilles:
Barbados, île tout anglaise, fière de sa richesse; puis Saint-Vincent
qui jadis a, pendant quelque temps, appartenu à la France; on côtoie
ensuite le petit archipel des Grenadines jusqu'à Grenada, le quartier
général des fruits de la terre, comme l'appelle M. Trollope, où l'on
mange les meilleurs ananas, oranges et mangos des Antilles. La
capitale, Saint-George, est une ville bien bâtie: encore importante,
bien que Grenada soit aujourd'hui bien déchue de son ancien rang. Nous
arrivons enfin à la Guyane anglaise.


     La Guyane anglaise. -- Une sucrerie.

Cette colonie est divisée en trois provinces: Berbice, Demerara,
Essequibo, qui prennent les noms des trois grandes rivières du pays.
George-Town est la capitale de Demerara. La Guyane est une immense
plaine de sol alluvial, d'une extrême fertilité: il n'y a d'autre
limite à la production du sucre et du café que la quantité de
main-d'oeuvre disponible. Dès aujourd'hui la Guyane a quelque raison
de se glorifier de ses efforts; elle exporte plus de sucre et de rhum
qu'aucune autre colonie des Indes Occidentales. Barbados fournit à
l'Europe cinquante mille tonnes de sucre; Trinidad et la Jamaïque
moins de quarante mille; la Guadeloupe un peu plus de cinquante mille;
la Guyane anglaise soixante-dix mille. Toute la contrée cultivée
présente une particularité digne de notice. «Les transports se font
par eau, non-seulement des sucreries à la ville, mais des champs aux
sucreries et même de champ à champ. Tout le pays est coupé par des
drains qui sont nécessaires pour l'écoulement des eaux superficielles;
il n'y a point de pente naturelle, et sans des digues et des coupures,
le pays serait submergé pendant la saison des pluies. Parallèlement
aux drains circulent les canaux: il y en a ordinairement un entre deux
drains. Ces canaux ne séparent pas seulement de vastes champs et ne se
trouvent pas à une très-grande distance les uns des autres; ils
traversent chaque parcelle de façon que les cannes, une fois coupées,
ne sont jamais transportées qu'à très-petite distance. L'entretien de
ces travaux est cher; mais leur construction a dû exiger un travail
immense: c'est l'oeuvre des Hollandais. On peut se demander si aucune
autre race aurait eu assez de patience pour exécuter un tel travail.»

[Illustration: La Pointe-à-Pître, à la Guadeloupe.--Dessin de M. de
Bérard.]

C'est à la Guyane, qu'on applique le plus largement, dans la
fabrication du sucre, les méthodes perfectionnées qui permettent aux
producteurs coloniaux, depuis l'abolition du travail servile, de
retrouver leurs anciens profits. Veut-on avoir une idée des procédés
employés dans cette fabrication: voici la description qu'en donne M.
Trollope.

«La canne est coupée après quatorze mois environ de croissance. On la
porte au moulin où l'on en exprime le jus. La canne ne doit pas rester
deux jours coupée avant d'être écrasée. Il faut l'envoyer au moulin le
lendemain de la récolte, ou, si l'on peut, quelques heures après. À
Demerara les cannes sont toujours transportées au moulin par eau; à
Barbados, dans des charrettes traînées par des mulets; à la Jamaïque,
dans des wagons tirés par des boeufs; de même à Cuba. Un moulin se
compose de trois cylindres laminoirs. Les cannes passent entre deux de
ces cylindres, le premier par exemple et celui du milieu; et le résidu
(qu'on appelle _trash_ à la Jamaïque, _magasse_ à Barbados et
Demerara) revient entre le cylindre central et le troisième. Le jus
descend dans une citerne. Les cylindres sont très-rapprochés, au point
qu'il semblerait impossible d'y faire pénétrer les cannes; elles
passent avec facilité, quand le moulin est fort et en bon état; avec
difficulté dans le cas contraire (comme à Barbados). Les cannes
donnent de soixante à soixante-dix pour cent de jus; quelquefois moins
de soixante; rarement au delà de soixante-dix.

«Le jus, qui est alors d'une couleur jaune sale, et qui a apparemment
la consistance du lait, est amené du moulin par un tube dans une vaste
chaudière où on opère la _défécation_, opération qui consiste à y
ajouter de la chaux pour en détruire l'acidité. Dans cette première
chaudière, il est chauffé légèrement; puis on l'envoie dans d'autres
chaudières où il est soumis à l'ébullition. On les nomme _taches_ à
Barbados. Auprès de chacune se tient un homme avec une grande
écumoire, occupé à ramasser toutes les impuretés qui flottent à la
surface. Il y a de trois jusqu'à sept de ces chaudières; au-dessous
d'elles est un dernier bouilleur; c'est là que le jus devient
saccharin. Dans les taches, surtout dans les premières, la liqueur
devient vert foncé. À mesure qu'elle se rapproche du bouilleur, elle
s'épaissit et prend sa teinte bien connue, analogue à celle du tain.

«Près du dernier bouilleur se tient l'homme qui fait le sucre. C'est à
lui de régler convenablement la chaleur. Quand la matière est à l'état
convenable, on fait descendre dans la chaudière une autre chaudière
qui s'y emboîte presque exactement; le sucre s'y écoule et la remplit.
Ce vase ainsi rempli est relevé; au fond est une valve qui, une fois
ouverte à l'aide d'une ficelle, laisse écouler le liquide chaud. Cette
chaudière mobile est manoeuvrée par une grue, et on l'amène en
position pour faire écouler le sucre dans les grands réservoirs
découverts où il se refroidit. À cette phase de l'opération, diverses
méthodes sont mises en usage. L'ancienne routine consiste à faire
simplement refroidir le sucre dans des réservoirs, puis à le verser
dans des seaux à l'état demi-solide, et enfin dans ce que l'on nomme
les _hogsheads_.

«Dans les nouvelles méthodes plus avancées, le sucre, en sortant de la
chaudière mobile, coule dans des sacs qui le filtrent; on l'élève
ensuite à l'aide d'une pompe dans un grand réservoir où l'on opère le
vide. Puis on le réchauffe, et on le met dans des boîtes rondes qu'on
nomme centrifuges, dont les côtés sont faits en toile métallique. On
imprime à ces boîtes un mouvement de rotation d'une vitesse
extraordinaire; les molasses sont exprimées ainsi à travers les parois
et laissent le sucre desséché et presque blanc. Il est alors tout prêt
à être mis dans les _hogsheads_ et chargé à bord des navires.

«Mais avec le procédé ordinaire, les molasses se séparent du sucre
dans le hogshead; pour faciliter l'écoulement, on y plante des tiges
qui communiquent avec des trous placés dans le fond, pour qu'il se
forme ainsi des canaux que les molasses puissent suivre. Les hogsheads
sont debout sur des poutres placées à un pied les unes des autres;
au-dessous est un noir abîme où les molasses tombent.

«Il y a bien des procédés intermédiaires entre le très-civilisé
réservoir à évaporation dans le vide et le simple refroidissement: le
sucre se fait très-rapidement quand les appareils sont bons. Un
planteur de Demerara m'a assuré qu'il avait coupé ses cannes le matin
et que son sucre était arrivé à George-Town dans l'après-midi.»


     Barbados. -- La Trinidad

Laissons derrière nous la Guyane anglaise, à laquelle M. Trollope
promet un très-brillant avenir, et suivons-le dans ses voyages. Le
voici d'abord à Barbados, qui, ainsi que nous l'avons dit, fait partie
des petites Antilles:

«Barbados, dit-il, est une très-respectable petite île qui fait une
grande quantité de sucre. Elle n'est pas pittoresquement belle, comme
presque toutes les autres Antilles, et par conséquent présente peu
d'attrait au voyageur. Mais cette absence même de beauté scénique l'a
préservée du sort de ses voisines. Un pays qui est coupé en paysages,
qui se vante de ses montagnes, de ses bois, de ses cascades, qu'on
admire pour ses grâces sauvages, est rarement propice à l'agriculture.
Une portion de la surface dans de tels pays défie toujours les efforts
du cultivateur. De plus, une telle contrée sous les tropiques offre
toutes les séductions possibles au nègre indépendant. À la Jamaïque, à
la Dominique, à Sainte-Lucie, à Grenade, le nègre émancipé a pu
chercher un établissement et devenir heureux; à Barbados, il n'y avait
pas un pouce pour lui.

«Il a donc été obligé de continuer à travailler et à faire du sucre, à
travailler tout autant qu'il faisait étant esclave. Il en est résulté
que la main d'oeuvre a été abondante dans cette île, et dans cette île
seulement; et que, pendant la crise des Indes occidentales, elle a
tenu bon et continue à produire.»

L'île n'a que vingt milles de long sur douze environ de large, et la
population par hectare y est plus élevée que dans la Chine elle-même;
l'île compte cent cinquante mille habitants, plus que les immenses
plaines de la Guyane. Les nègres de Barbados sont très-intelligents,
en partie sans doute parce qu'ils sont constamment appliqués au
travail. Les _Bimo_, c'est le nom que se donnent les habitants blancs,
gagnent beaucoup d'argent, bien qu'ils emploient des procédés bien
plus grossiers que ceux de Demerara, de Cuba, de la Trinité, et même
de la Jamaïque. Ils ne conservent la fertilité de leurs champs qu'à
l'aide du guano; la terre est tellement épuisée que les cannes coupées
ne repoussent plus aussi aisément que dans les autres Antilles; dès la
deuxième année, le rendement diminue d'une manière très-sensible.
L'habitude de brûler la magasse ou canne écrasée et de ne rien rendre
au sol commence, sur ce point, à faire sentir ses effets. «Que
dirait-on, en Angleterre, de quelqu'un qui brûlerait sa paille? À cela
on dira que l'agriculteur anglais n'est pas dans la nécessité de
brûler sa paille; il n'a pas besoin de faire cuire son froment, ni ses
moutons ou ses boeufs, tandis que le fermier de Barbados est tenu à
faire cuire sa récolte; mais pourquoi le fait-il avec le résidu même
de ce que lui fournit sa terre? Il ne pourrait peut-être pas mettre de
charbon directement sous ses chaudières, mais il pourrait les chauffer
avec de la vapeur, ce qui reviendrait au même. Tout ceci s'applique
non-seulement à Barbados, mais à la Guyane, à la Jamaïque et aux
autres îles. Partout on brûle la magasse; mais nulle part l'engrais
n'est aussi nécessaire qu'à Barbados; on ne peut pas y mettre en
culture du sol vierge, quand on en a besoin, comme à la Guyane.»

«Trinidad est la plus méridionale des Antilles, et se trouve en face
du delta de l'Orénoque; elle étend deux pointes semblables à deux
cornes vers le continent, de façon à former une sorte de petite mer
intérieure comprise entre la terre ferme et l'île, qui se nomme le
golfe de Paria. C'est dans cette baie que sont situées les deux
villes, Port-d'Espagne et San Fernando. Les détroits par où on arrive
de l'Océan dans le golfe sont extrêmement pittoresques, surtout du
côté de Port-d'Espagne. Cette ville elle-même est grande, très-bien
située, avec des rues à angle droit, comme on le voit dans toutes les
villes neuves. Tout a été préparé pour une population beaucoup plus
grande que celle qui y réside actuellement, et on y voit à présent
beaucoup de vides et de lacunes. Mais le temps viendra, et cela
bientôt, où ce sera la meilleure ville des Indes occidentales
anglaises. Il y a aujourd'hui à Port-d'Espagne un esprit d'entreprise
commercial bien différent de la somnolence de la Jamaïque et de
l'apathie des petites villes.»

L'intérieur même de l'île est très-peu connu, et il n'y a qu'une
très-petite partie qui soit cultivée; tout récemment on a fait une
reconnaissance scientifique, et l'on prétend y avoir trouvé beaucoup
de charbon, mais les résultats de cette exploration n'ont pas encore
été publiés.

On sait que cette colonie a, elle aussi, appartenu jadis à la France;
elle en a conservé le langage, les manières et la religion. Il y a un
archevêque catholique dans l'île; le gouvernement anglais lui paye des
appointements, mais il ne les réserve pas à son propre usage et les
emploie à des oeuvres de charité.


     La Nouvelle-Grenade. -- Sainte-Marthe. -- Carthagène. -- Le
     chemin de fer de Panama.

Après avoir touché encore une fois à Saint-Thomas, s'y être promené
une fois de plus au milieu des Espagnols, des Danois, des nègres, des
Yankees, population mêlée, médiocrement morale et intéressante, que
l'amour de l'argent amène dans la station principale de la Compagnie
Royale anglaise, M. Trollope partit pour la Nouvelle-Grenade et
l'isthme de Panama. Ses observations sur ces régions, les moins
connues peut-être du continent américain, méritent d'être rapportées
fidèlement.

«La Nouvelle-Grenade est, comme on sait, la plus septentrionale des
républiques de l'Amérique du Sud; c'est la plus rapprochée de l'isthme
dont elle comprend une partie considérable, puisque le territoire du
golfe de Darien et le district de Panama sont compris dans les limites
de la Nouvelle-Grenade.

«Il n'y a pourtant pas longtemps que la Nouvelle-Grenade formait une
partie seulement de la république de la Colombie, dont Bolivar fut le
héros. Comme les habitants de l'Amérique centrale trouvèrent nécessaire
de diviser leurs États en plusieurs républiques, ainsi firent ceux de la
Colombie. Les héros et patriotes de Caracas et Quito ne voulurent pas
consentir à être gouvernés par Bogota; et d'un État on en fit trois: la
Nouvelle-Grenade, dont la capitale est Bogota; Venezuela, dont la
capitale est Caracas, à l'est de la Nouvelle-Grenade, et la république
de l'Équateur, située au sud, avec Guayaquil comme port principal sur le
Pacifique, et Quito, comme capitale. Le district de Colombie était un
des plus splendides apanages du trône d'Espagne à l'époque où ces
apanages étaient dans leur plus grand éclat. La ville et le port de
Carthagène, sur l'Atlantique, étaient admirablement fortifiés, comme
aussi Panama, sur le Pacifique. Les villes d'ordre inférieur étaient
populeuses, florissantes et pour la plupart assez civilisées.»

Voyons pourtant ce qu'elles sont aujourd'hui. Voici la description de
Sainte-Marthe, le premier port où descendit M. Trollope:

«Sainte-Marthe est un misérable village, bien qu'on l'appelle une
ville, où nous conservons, par une inconcevable cruauté, un consul
anglais et une poste. Il y a une cathédrale du vieux style espagnol,
avec l'autel placé, non dans le choeur, mais vers la porte
occidentale, et, m'a-t-on dit, un archevêque. Il semble qu'il n'y a
aucun commerce dans ce lieu, qui paraît tout à fait mort. Quelques
enfants noirs ou presque noirs courent dans les rues à l'état de
nudité.

[Illustration: Le Port d'Espagne à la Trinidad--Dessin de M. de
Bérard.]

«Tous mes prédécesseurs, ici, sont morts de la fièvre,» me dit le
consul d'un air de triomphe. Que «peut-on dire à un homme sur un sujet
si sensiblement mortel? Et ma femme a été prise de la fièvre treize
fois! Cieux! quelle existence!»

C'est près de Sainte-Marthe que mourut Bolivar. En véritable Anglais,
notre voyageur ne manqua pas d'aller visiter la petite et simple villa
où le 17 décembre 1830, le célèbre héros de l'indépendance rendit le
dernier soupir.

Carthagène, où il alla par mer en quittant Sainte-Marthe, est une plus
belle ville, mais elle est aussi en pleine décadence. «Elle n'est ni
si désolée ni si morte que Sainte-Marthe. Les boutiques y sont
ouvertes sur les rues, comme dans toutes les autres villes; on voit
quelques hommes et femmes à l'occasion sur la place, et il y a quelque
commerce de volailles, sinon d'autre chose.

Je rencontrai à Carthagène une famille du pays qui faisait un voyage,
de Bogota au Pérou. En regardant une carte, on devrait croire qu'un
voyage de Bogota à Buenaventura, sur le Pacifique, est facile et
court. La distance à vol d'oiseau (à vol de condor, devrait-on dire
plus exactement ici) ne serait que de deux cents milles environ. Et
pourtant cette famille, où l'on comptait une vieille femme, était
venue à Carthagène, après être restée vingt jours en route; il lui
restait à faire un long voyage de mer jusqu'à l'isthme et la traversée
jusqu'à Panama, et à faire encore un voyage de mer sur le Pacifique.
Le fait est qu'il n'y a aucun moyen de faire le voyage par terre, sauf
par quelques chemins d'une extrême difficulté. Bogota est à trois cent
soixante-dix milles de Carthagène, et on peut à peine faire le voyage
en moins de quatorze jours.»

[Illustration: La baie de Panama.--Dessin de M. de Bérard.]

De Carthagène, M. Trollope se rendit par mer à l'isthme et débarqua à
Aspinwall, d'où part le chemin de fer qui va à Panama. Aspinwall a
pris le nom d'un des négociants de New-York qui ont exécuté cette
ligne si importante malgré sa petite étendue. C'est une petite ville
misérable encore, malsaine, mal située, qui ne doit l'existence qu'au
chemin de fer et à l'immense trafic dont elle est devenue le centre en
peu d'années.

La construction du chemin de fer de Panama a été, malgré la petite
distance de cette ville à Panama, une entreprise des plus ardues: la
difficulté principale a été le défaut de main-d'oeuvre.

«La ligne a été percée à travers une forêt continue, et sur la plus
grande partie du trajet, le long de la rivière Chagres. Rien ne
pouvait être plus malsain que de tels travaux, et en conséquence les
hommes périssaient rapidement. Le taux élevé des salaires avait attiré
ici beaucoup d'Irlandais, mais beaucoup y trouvèrent leur tombeau. On
essaya des Chinois, mais ils étaient tout à fait incapables d'un tel
travail, et, quand ils se trouvaient trop malheureux, ils avaient la
mauvaise habitude de se pendre. Les ouvriers les plus utiles étaient
ceux qui venaient de Carthagène, mais on ne les obtenait qu'à
très-grand prix.

«La ligne entière traverse des forêts et des taillis où l'on peut
admirer l'épaisse végétation des tropiques, et elle présente par là
beaucoup d'intérêt. Mais il n'y a rien de remarquable dans les
paysages, pour ceux au moins qui ont déjà eu l'occasion de voir des
forêts des tropiques. La végétation est si rapide, que les bandes de
terrain adjacentes à la ligne, et qui ont environ vingt mètres de
largeur de chaque côté, doivent être défrichées tous les six mois;
abandonnées pendant un an, elles se couvriraient d'épais taillis de
douze pieds de hauteur. Tous les quatre milles environ, on rencontre
de grandes maisons en bois, maisons coquettes, bâties avec beaucoup de
goût, où demeure un surveillant avec un certain nombre d'ouvriers. Ces
hommes reçoivent leurs provisions et tout ce qui leur est nécessaire
de la compagnie; car il n'y a ici ni villages où des ouvriers pussent
vivre, ni boutiques où ils pussent faire leurs achats, ni main
d'oeuvre disponible à volonté.

«Panama est sans aucun doute devenue une ville importante pour les
Anglais et les Américains, et le nom en est aujourd'hui familier à nos
oreilles. C'est pourtant un lieu dont la gloire est déchue. C'était
jadis une grande ville espagnole, bien fortifiée, avec trente mille
habitants environ. Maintenant les fortifications ont à peu près
disparu, les églises tombent en ruines, comme les vieilles maisons, et
l'ancienne population espagnole s'est évanouie. Quoi qu'il en soit,
c'est encore la première ville d'un État, et le congrès y siége. Il y
a un gouverneur et des juges; mais sans les passagers de l'isthme, il
ne resterait bientôt plus rien de Panama.»


     Costa Rica: San José; le Mont-Blanco. -- Le Sérapiqui. --
     Greytown.

À Panama, M. Trollope s'embarqua sur le vaisseau de guerre anglais
_Vixen_, qui le conduisit à Punta Arenas, sur la côte de Costa Rica;
de là, il fit un petit voyage par terre jusqu'à San José, la capitale
de cet État, avec le capitaine du _Vixen_.

«Nous partîmes le premier jour sur un chemin de fer, car il y a un
_tramway_ qui pénètre jusqu'à douze milles dans la forêt. Nous étions
traînés sur ce chemin de fer par une excellente mule. On nous avait
recommandé de passer la première nuit à un endroit nommé Esparza, où
il y a une décente auberge. Mais avant de quitter Punta Arenas, nous
apprîmes que don Juan Raphaël Mora, le président de la république,
venait par le même chemin, avec une nombreuse retenue, pour inaugurer
les premiers travaux du canal projeté par un Français, M. Belly. Il
devait sur sa route rencontrer son confrère, président de la
république voisine, le Nicaragua, à San Juan del Sur, et c'est à
quelque distance de là que devait commencer ce grand travail. Il se
proposait de passer la nuit avec sa troupe à Esparza. Nous nous
décidâmes en conséquence à pousser plus loin, et en effet nous y
trouvâmes don Juan.--Il y était arrivé quelques heures avant nous, et
sa suite remplissait le petit hôtel.»

Les jours suivants, les voyageurs s'élevèrent peu à peu au sommet du
plateau élevé où se trouve la capitale San José. C'est une ville à
l'aspect assez ordinaire, avec quelques monuments, une place, des
casernes, etc.: elle est située à quatre mille cinq cents pieds
au-dessus du niveau de la mer; aussi, bien que sous les tropiques, et
à dix degrés seulement de la ligne, elle jouit d'un bon climat, et la
chaleur n'y est jamais excessive.

«Aucun climat ne peut être plus favorable que celui de Costa Rica. La
canne à sucre y vient à maturité beaucoup plus vite qu'à Demerara ou à
Cuba. Le sol, sans engrais, y fournit deux récoltes par an. Le café y
vient très-bien: le sol est volcanique et d'une indescriptible
fertilité; et on a tous ces biens sans cette intensité de chaleur qui
dans toutes ces régions méridionales accompagne généralement la
fertilité tropicale, et y rend le travail mortel pour les blancs. Je
ne parle, bien entendu, que des parties centrales, qui sont à quelques
milliers de pieds au-dessus du niveau de la mer. Le long des côtes de
l'Atlantique comme du Pacifique, la chaleur est aussi grande et le
climat aussi malsain que dans la Nouvelle-Grenade et les Indes
occidentales. Il serait difficile de trouver une ville plus mal
partagée sous ce rapport que Punta Arenas. Mais, bien que le plateau
de San José et l'intérieur de la contrée en général soient si
favorablement situés, je ne puis pas dire que la nation soit prospère.
Ceux qui réussissent le mieux ici, comme commerçants et comme
agriculteurs, sont les Allemands. Presque tous ceux qui font des
affaires sur une échelle un peu grande sont des étrangers,
c'est-à-dire ne descendent pas des Espagnols. Il y a ici des Anglais,
des Américains, des Français; mais, je crois que les Allemands sont le
mieux mariés au pays. Les meilleures terres à café sont entre les
mains des étrangers, ainsi que les plantations de cannes et les
scieries pour la préparation des bois: leur tâche est difficile; la
main d'oeuvre est extrêmement rare et chère. Le peuple n'est pas
paresseux comme sont les nègres, il aime l'argent et l'épargne, mais
les habitants sont peu nombreux, ils possèdent tous de la terre, et
sont à l'aise. Aux environs de San José, une journée d'homme vaut cinq
francs, encore ne peut-on toujours l'obtenir à ce prix.

«Les habitants de Costa Rica sont naturellement d'origine espagnole,
mais ici, comme dans toutes les contrées voisines, le sang est
très-mêlé; le sang espagnol pur est, je pense, une rare exception.
Cela se voit mieux dans la physionomie que dans la couleur, et se
remarque surtout dans les cheveux. Il y a un mélange de trois races,
de l'Espagnol, de l'Indien aborigène et du nègre; mais les traces de
ce dernier sont relativement plus faibles. Les nègres, hommes ou
femmes, tout à fait noirs, d'origine ou de famille purement africaine,
sont très-rares.

«Aux environs de San José, il y a une montagne volcanique dont le nom
est Irazu. On m'informa qu'elle fumait encore, bien qu'évidemment elle
ne donnât point de lave. La contrée entière est remplie de pareilles
montagnes. Il y en a une, le Mont-Blanco, dont le sommet n'a jamais
été atteint; telle est du moins la rumeur dans Costa Rica;
très-distante, enveloppée d'autres montagnes, qu'on ne peut atteindre
qu'en traversant d'épaisses forêts vierges; elle lance encore, et cela
constamment, de la lave enflammée.

«On a fait différentes excursions pour monter sur ce Mont-Blanco, mais
jusqu'ici en vain. Il n'y a pas longtemps, l'ascension fut tentée par
un baron français, mais lui et son guide restèrent vingt jours dans
les forêts et s'en revinrent, faute de provisions.

«Vous devriez faire l'ascension du Mont-Blanco, me dit sir William
Ouseley (sir William Ouseley était en ce moment à San José, occupé à
négocier un traité avec le gouvernement de Costa Rica), vous êtes à
l'aise, n'ayant rien à faire. C'est juste ce qui vous convient.

«C'est ainsi que sir William Ouseley faisait la satire de mes
occupations habituelles; je résolus pourtant de me contenter de
l'Irazu.»

Nous ne suivrons pas notre voyageur sur le sommet de cette montagne
qui s'élève, dit-il, à onze mille cinq cents pieds au-dessus de la
mer: nous n'y apprendrions rien autre que le récit de ses
tribulations; les volcans ne sont décidément pas son fait, et sir
William Ouseley se trompait.

De San José, M. Trollope se rendit à San Juan, communément appelé
aujourd'hui Greytown; le voyage n'est pas très-facile: il faut
franchir le faîte de la chaîne qui sépare les eaux du Pacifique de
celles de l'Atlantique, passer la nuit dans de misérables _ranchos_, à
sept ou huit mille pieds au-dessus du niveau de la mer; il y a une
route jusqu'à un endroit nommé Desenganos, où les eaux des deux océans
se divisent; mais sur le versant qui descend vers l'Atlantique, les
mulets ne descendent plus qu'avec une extrême difficulté, dans des
sentiers à peine praticables. Qui croirait que, faute d'une route,
tout le café qu'on récolte sur les plateaux élevés de l'intérieur ne
peut se rendre dans les ports de l'Atlantique, et va faire le tour du
cap Horn, avant d'être dirigé sur l'Europe. En descendant du pays
élevé, on arrive à la rivière Sérapiqui que les voyageurs descendent
en canot, ainsi que la rivière San Juan où le Sérapiqui se jette.

«Le Sérapiqui est une belle rivière, très-rapide, mais pas assez pour
être dangereuse. Il n'y a pas une maison, pas même une hutte sur ses
bords, et la forêt descend jusque dans l'eau. Dans les grands arbres
sont suspendus les singes bavards, qui agitent leurs vilaines têtes
devant notre bateau ou poussent des cris de colère en voyant leur
territoire envahi. Les perroquets volent au-dessus de nos têtes en
faisant leur musique particulière. À trois heures, nous arrivions dans
le San Juan. C'est la rivière par où le grand lac de Nicaragua se
déverse dans la mer, le chemin suivi par toutes les compagnies de
transit qui se sont établies d'un océan à l'autre dans le Nicaragua;
les flibustiers ont tant fait que tout transit est banni de ses eaux:
c'est aussi la ligne que M. Belly a choisie pour son canal. Elle a vu
de terribles scènes de meurtre et de cruauté. Aujourd'hui, la rivière
roule paisiblement, dans son lit large et peu profond, entre les
ranchos et les dépôts de quelques sauvages colons qui sont venus
chercher un asile sur ces bancs tristes, solitaires, et brûlés du
soleil.»

«Le lendemain matin, nous atteignîmes Greytown, en suivant la rivière
San Juan. Il y a un autre passage qui conduit à la mer par le
Colorado, une branche qui, sortie du San Juan, rejoint l'Océan par un
plus court chemin. On a songé à choisir cette ligne pour le canal
projeté, de préférence au San Juan. Je crois ces deux lignes également
impraticables. Le San Juan lui-même est si peu profond que nous
touchâmes souvent le fond, même avec notre léger canot.

«Et que dirai-je de Greytown? nous y avons un consul général, dont le
devoir est de tenir sous sa protection spéciale le roi de Mosquitie,
comme certaines personnes se plaisent à appeler cette côte, ou de la
côte des Mosquitos, comme on la nomme plus généralement. Bluefields, à
quelque distance sur la côte, est la résidence préférée de ce tyran
nègre; mais Greytown est la capitale de son territoire.

«De tous les endroits où j'ai jamais mis le pied, Greytown est, je
crois, le plus misérable. C'est une petite ville de deux mille
habitants, à peu près, placée à l'embouchure du San Juan, et de toutes
parts entourée d'eau et de forêts impraticables. Une promenade d'un
mille est impossible dans toute autre direction que la plage de la
mer; mais ceci n'a que peu d'importance, parce que la chaleur
continuelle fait qu'on ne songe point à prendre de l'exercice.
Quelques Américains vivent ici, adorant le tout-puissant dollar comme
font les Américains, et ouvrant des boutiques d'eau-de-vie et des
comptoirs; on y trouve aussi quelques Anglais et quelques Allemands.
En fait de femmes, je ne vis que quelques négresses, et une femme
blanche, ou plutôt rouge, dans une boutique de rhum. La population
indigène se compose d'Indiens-Mosquitos, quoiqu'il paraisse qu'on leur
permette à peine de vivre à Greytown. On les voit se promenant dans
leurs canots, vendant quelques oeufs et des poules, attrapant des
tortues, ou assez fréquemment en train de s'enivrer.»

De l'isthme américain, M. Trollope se rendit aux Bermudes, archipel
composé de trois cent soixante-cinq îlots, encadrés par un dangereux
récif sous-marin dans un espace de vingt milles de longueur et de
trois milles de largeur. La gravure que nous donnons à la page
suivante représente le principal mouillage de cette possession
britannique.

                                   Aug. LAUGEL.

[Illustration: Vue des Bermudes.--Dessin de M. de Bérard.]



GRAVURES.

                                                      Dessinateurs.
  Chapelle de Sainte-Rosalie (près Palerme)              Rouargue      1
  Types et costumes siciliens                            Rouargue      4
  Ruines à Girgenti (Agrigente)                          Rouargue      5
  Vue de Syracuse                                        Rouargue      8
  Taormine et l'Etna                                     Rouargue      9
  La Marine à Messine                                    Rouargue     12
  Rocher de Scylla                                       Rouargue     13
  Stromboli                                              Rouargue     16
  Pigeonnier près d'Ispahan                         Jules Laurens     17
  Pont d'Allah-Verdi-Khan sur le Zend-è-Roud,
    à Ispahan                                       Jules Laurens     21
  Collége de la Mère du roi, à Ispahan              Jules Laurens     24
  Une peinture indienne dans le palais des
    Quarante-Colonnes, à Ispahan                    Jules Laurens     25
  Entrée de Kaschan                                 Jules Laurens     28
  Une caravane persane au repos                     Jules Laurens     29
  Types persans                                     Jules Laurens     32
  Faubourg de Téhéran                               Jules Laurens     33
  La porte de Schah-Abdoulazim                      Jules Laurens     36
  Dans une cour, à Téhéran                          Jules Laurens     37
  Types et portraits persans                        Jules Laurens     40
  Groupe de Persans                                 Jules Laurens     41
  Dans l'Enderoun (appartement intérieur
    -- Costumes d'intérieur et de sortie)           Jules Laurens     44
  Choix d'armes, d'instruments et objets divers
    persans                                         Jules Laurens     45
  Le Démavend                                       Jules Laurens     48
  Vue de l'île Saint-Thomas                             de Bérard     49
  Saint-Pierre, à la Martinique                         de Bérard     52
  Cataracte de Weinachts (Guyane anglaise)              de Bérard     53
  Une sucrerie à la Guadeloupe                          de Bérard     56
  La Pointe-à-Pître, à la Guadeloupe                    de Bérard     57
  Le port d'Espagne, à la Trinidad                      de Bérard     60
  La baie de Panama                                     de Bérard     61
  Vue des Bermudes                                      de Bérard     64
  Costumes norvégiens d'Hitterdal                          Pelcoq     65
  La vallée de Bolkesjö                                      Doré     68
  Costumes du Télémark                                     Pelcoq     69
  La vallée de Vestfjordal                                   Doré     72
  Intérieur d'auberge à Bolkesjö                         Lancelot     73
  Église d'Hitterdal                                      Wormser     75
  Le Rjukandfoss                                             Doré     76
  Un chalet à Bamble                                     Lancelot     77
  Vue du lac Bandak                                          Doré     80
  Le lac Flatdal                                             Doré     81
  Fjord de Gudvangen                                         Doré     84
  Église de Bakke                                            Doré     85
  Route de Stalheim                                          Doré     88
  Le Vöringfoss                                              Doré     89
  Vallée de l'Heimdal                                        Doré     92
  Femme du Sogn                                            Pelcoq     93
  Une noce en Norvége                                      Pelcoq     96
  Le marché aux grains (Suez)                       Karl Girardet     97
  Port de Suez                                      Karl Girardet    100
  Cimetière européen à Suez                         Karl Girardet    100
  Qosséir                                           Karl Girardet    101
  Djeddah                                           Karl Girardet    101
  Port de Souakin                                   Karl Girardet    101
  Mosquée de Salonique                              Karl Girardet    104
  Femmes albanaises, près d'un arabas,
    à Vasilika                                       Villevieille    105
  Un Juif de Salonique                                       Bida    108
  Une Juive de Salonique                                     Bida    109
  Sceau du monastère de Kariès                                       111
  Vue générale de mont Athos                         Villevieille    112
  Le Conseil des Épistates au mont Athos                Boulanger    113
  Saint Georges (fresque de Panselinos dans le
    Catholicon de Kariès)                                  Pelcoq    116
  Monastère d'Iveron                                Karl Girardet    117
  L'higoumène d'Iveron                                     Pelcoq    120
  La Phiale ou le Baptistère du couvent de Lavra         Lancelot    121
  Croix sculptée en bois dans le trésor de Kariès         Thérond    124
  Coffret dans le trésor de Kariès                        Thérond    125
  Peinture de la trapeza de Lavra: les trois patriarches  Thérond    128
  La confession                                              Bida    129
  Bas-relief du couvent de Vatopédi                     A. Proust    130
  Albanais, soldat de la garde des Épistates         Villevieille    132
  Vue du couvent d'Esphigmenou                      Karl Girardet    133
  Intérieur de la cour principale du couvent slave
    de Kiliandari                                        Lancelot    136
  La récolte des noisettes au mont Athos             Villevieille    137
  L'île Chatam, dans l'archipel Galapagos            E. de Bérard    140
  Baie de la Poste, dans l'île Floriana
    (archipel Galapagos)                             E. de Bérard    140
  L'île Charles, dans l'archipel Galapagos           E. de Bérard    141
  Aiguade de l'île Charles (archipel Galapagos)      E. de Bérard    144
  Oiseaux et reptile (archipel Galapagos)                  Rouyer    145
  Côtes de l'île Albermale, dans l'archipel
    Galapagos                                        E. de Bérard    148
  Oeno, dans l'archipel Pomotou (îles à coraux)      E. de Bérard    149
  Village de Vanou, dans l'île de Vanikoro
    (îles à coraux)                                  E. de Bérard    149
  Baie de Manevai, dans l'île de Vanikoro
    (îles à coraux)                                  E. de Bérard    152
  Récifs et piton de l'île de Borabora
    (îles à coraux)                                  E. de Bérard    153
  Rade et pic de l'île de Borabora (îles à coraux)   E. de Bérard    156
  Île de Whitsunday, dans l'archipel Pomotou
    (îles à coraux)                                  E. de Bérard    157
  Brun-Rollet                                                Fath    160
  Traîneau yakoute                                    Victor Adam    161
  Une sorcière tongouse                               Victor Adam    164
  Port d'Okhotsk                                      Victor Adam    165
  Bazar de Nertchinsk                                 Victor Adam    168
  Colonie ou village yakoute                          Victor Adam    169
  Voyageur russe en Sibérie                           Victor Adam    172
  Argali (mouton sauvage)                             Victor Adam    173
  Campement de Tongouses                              Victor Adam    176
  Chamans yakoutes                                    Victor Adam    177
  Femme yakoute                                       Victor Adam    180
  Poteaux des frontières du pays des Yakoutes et
    de la Chine                                       Victor Adam    181
  Types indigènes (Australie du Sud)                      G. Fath    184
  Sépultures australiennes dans les bois                 Lancelot    185
  Sépulture australienne au désert                           Doré    189
  Restes d'un voyageur retrouvés par ses compagnons
    dans les déserts du lac Torrens                          Doré    192
  Oasis d'Éderi (Fezzan)                                 Rouargue    193
  Mourzouk (capitale du Fezzan)                          Rouargue    196
  Gorge d'Agueri                                         Lancelot    197
  Vallée d'Auderaz                                       Rouargue    200
  Vue d'Agadez                                           Lancelot    201
  Vue de Kano (entrepôt du Soudan central)               Lancelot    204
  Dendal ou boulevard de Kouka (capitale du Bornou)      Lancelot    205
  Vue du lac Tchad                                       Rouargue    208
  Village marghi                                         Rouargue    209
  Halte dans une forêt du Marghi                         Rouargue    212
  Village mosgou                                         Rouargue    213
  Chef mosgovien                                         Rouargue    216
  Intérieur d'une habitation mosgovienne                 Rouargue    217
  Chef kanembou                                          Rouargue    220
  Entrée du sultan de Baghirmi dans Maséna
    (sa capitale)                                        Rouargue    221
  Une razzia à Barea (Mosgou)                            Rouargue    224
  Vue du marché de Sokoto                                Hadamard    225
  Bac sur le Niger, à Say                                Rouargue    228
  Vue des monts Homboris                                 Lancelot    229
  Village sonray                                         Lancelot    232
  Vue de Kabra (port de Tembouctou)                      Rouargue    233
  Camp touareg                                           Lancelot    236
  Arrivée à Tembouctou                                   Lancelot    237
  Vue générale de Tembouctou                             Lancelot    240
  Portrait en pied du baron de Wogan en costume
    de voyage                                           J. Pelcoq    241
  Grass-Valley                                          J. Pelcoq    244
  Un claim ou atelier de mineur                         J. Pelcoq    245
  Forêt de _taxodium giganteum_ ou pins géants           Lancelot    248
  Un cañon ou passage de la Sierra-Wah                   Lancelot    249
  La case du jugement                                   J. Pelcoq    252
  Le poteau de la guerre                                J. Pelcoq    253
  Types d'Indiennes du Rio-Colorado                     J. Pelcoq    256
  Grande pagode de Rangoun                               Français    257
  Bateau à voile sur l'Irawady                     Cliché anglais    258
  Canot de parade                                  Cliché anglais    259
  Bateau de commerce                               Cliché anglais    259
  Birmans dans une forêt                                J. Pelcoq    261
  Pattshaing ou tambour-harmonica                  Cliché anglais    262
  Pattshaing à baguettes                           Cliché anglais    262
  Harpe birmane                                    Cliché anglais    263
  Harmonica birman                                 Cliché anglais    263
  Pagode à Pagán                                   Cliché anglais    264
  Représentation théâtrale dans le royaume d'Ava         Hadamard    265
  Dagobah ou pagode en forme de cloche             Cliché anglais    266
  Intérieur d'une pagode                           Cliché anglais    267
  Maison de l'ambassade à Amarapoura               Cliché anglais    268
  Vallée des puits de bitume                        Karl Girardet    269
  Types de grands seigneurs et hauts fonctionnaires
    birmans                                                 Morin    272
  Le palais du roi et l'éléphant blanc                     Navlet    273
  Sculptures comiques dans le monastère royal à
    Amarapoura                                           Lancelot    276
  Vue du Maha-Toolut-Boungyo (monastère royal à
    Amarapoura)                                          Lancelot    277
  Détails intérieurs du Maha-comiye-peima à Amarapoura     Navlet    281
  Une porte à Amarapoura                           Cliché anglais    284
  Canon birman                                     Cliché anglais    284
  Danse des éléphants                              Cliché anglais    284
  Canal d'irrigation dans le royaume d'Ava         Cliché anglais    285
  Jeunes dames birmanes                                     Morin    288
  Le temple du Dragon                                    Lancelot    289
  Rives de l'Irawady (près des mines de rubis)     Cliché anglais    292
  Petite pagode à Mengoun                          Cliché anglais    292
  Grand temple de Mengoun (depuis le tremblement
    de terre de 1839)                               Karl Girardet    293
  Vallée de l'Irawady au confluent du Myit-Nge          Paul Huet    297
  Temple ruiné à Pagán                                   Lancelot    300
  Salces ou volcans de boue à Membo                Cliché anglais    301
  Cônes volcaniques dans la plaine de Membo        Cliché anglais    301
  Paysans birmans en voyage                        Cliché anglais    302
  Statue gigantesque de Bouddha à Amarapoura             Lancelot    304
  Zanzibar vue de la mer                             E. de Bérard    305
  Portrait de feu l'iman de Zanzibar                 E. de Bérard    308
  Pont de la ville de Zanzibar                       E. de Bérard    309
  Un village de la Mrima                                Lavieille    312
  Jihoué la Mkoa ou la roche ronde                 Cliché anglais    313
  La fontaine qui bout (source thermale dans le
    Khoutou)                                       Cliché anglais    313
  Sycomore africain                                Cliché anglais    314
  L'Ougogo                                         Cliché anglais    315
  Burton et ses compagnons en marche                    Lavieille    316
  Chaîne côtière de l'Afrique occidentale               Lavieille    317
  Passe dans l'Ousagara                                 Lavieille    320
  Paysage dans l'Ounyamouézi                            Lavieille    321
  Noirs de l'Ousumboua                               G. Boulanger    324
  Huttes à Mséné                                        Lavieille    325
  Nègres porteurs                                    G. Boulanger    328
  Noir de l'Ouganda                                  G. Boulanger    329
  Habitation de Snay ben Amir à Kazeh                   Lavieille    332
  Jeunes dames à Kazeh                               G. Boulanger    333
  Coiffures des indigènes de l'Ounyanyembé         Cliché anglais    334
  Coiffures des indigènes de l'Oujiji              Cliché anglais    335
  Maison des étrangers à Kaouélé                        Lavieille    336
  Navigation sur le lac Tanganyika                      Lavieille    337
  Le capitaine Burton sur le lac Tanganyika             Lavieille    339
  Habitation au bord du lac Tanganyika                  Lavieille    340
  Le bassin du Maroro                                   Lavieille    341
  Instruments et ustensiles des Ouajiji            Cliché anglais    342
  Riverains du Tanganyika (côté ouest)             Cliché anglais    343
  Riverains du Tanganyika (côté sud)               Cliché anglais    343
  Le bassin du Kisanga                                  Lavieille    344
  Végétation de l'Ougogi                                Lavieille    345
  Passe de l'Ouzagara                              Cliché anglais    346
  Rocher de l'Éléphant près du cap Gardafui        Cliché anglais    347
  Dernier établissement égyptien dans le Fazogl          Lancelot    348
  Contrée des Shelouks sur le Saubat                     Lancelot    349
  Bélénia (village bari sur le fleuve Blanc)             Lancelot    352
  Habitants de la Havane                                    Potin    353
  Coolies chinois à Cuba                                   Pelcoq    356
  Vue générale de la Havane (capitale de Cuba)           Lancelot    357
  Avenue de palmiers devant une habitation de Cuba   E. de Bérard    360
  Cathédrale de la Havane                                  Navlet    361
  La volante (voiture de la Havane)                   Victor Adam    363
  Vue de Matanzas                                        Lancelot    364
  Paysage dans l'île de Cuba: Loma (coteau)
    de Candela                                          Paul Huet    365
  Paysage dans l'île de Cuba (Loma de la Givora)        Paul Huet    368
  Grenoble et les Alpes dauphinoises                Karl Girardet    369
  Les Grands Goulets                                Karl Girardet    372
  Pont-en-Royans                                             Doré    373
  Sainte-Croix et les ruines du château de Quint    Karl Girardet    376
  Die et la vallée de Roumeyer (vue prise des
    hauteurs de Saint-Justin)                            Français    377
  Le Mont-Aiguille (vu de Clelles)                       Daubigny    380
  Pontaix                                           Karl Girardet    381
  Roumeyer et le mont Glandaz                            Français    384
  Entrée de la vallée de Roumeyer                   Karl Girardet    385
  La vallée de Léoncel                              Karl Girardet    388
  La vallée de la Véoure et de la plaine du Rhône
    (vue prise des hauteurs de la Vacherie)         Karl Girardet    389
  Beaufort                                               Français    392
  La forêt de Saou                                       Sabatier    394
  Poët-Cellard                                      Karl Girardet    395
  Bourdeaux                                         Karl Girardet    396
  Le Velan et Plan-de-Baix (vue des sources
    du Ruïdoux)                                     Karl Girardet    397
  Cascade de la Druïse                              Karl Girardet    398
  La gorge de Trente-Pas                            Karl Girardet    400
  Le mont Viso                                           Sabatier    401
  Le pont du Diable                                      Sabatier    405
  Le lac de l'Échauda                                    Sabatier    408
  Le Pelvoux                                             Sabatier    409
  Le mont Aurouze                                        Français    412
  Les montagnes du Devoluy                          Karl Girardet    413
  Ruines de la Chartreuse de Durbon                 Karl Girardet    416



CARTES ET PLANS.


  Carte de la Sicile, par M. A. Vuillemin.                             3
  Carte de la Perse, par M. A. Vuillemin.                             19
  Carte des grandes et petites Antilles, par M. A. Vuillemin.         51
  Carte du haut Télémark (Norvége méridionale), d'après
    M. Paul Riant.                                                    67
  Carte de la presqu'île de Bergen, d'après M. Paul Riant.            83
  Carte de la Chalcidique, par M. A. Vuillemin.                      115
  Partie du gouvernement d'Yakoutsk, par Piadischeff.                167
  Carte de l'Australie, par M. A. Vuillemin.                         187
  Carte des voyages du docteur Henri Barth en Afrique (partie
    orientale) d'après M. de Lanoye.                                 195
  Voyage du docteur Barth (Itinéraire de Sokoto à Tembouctou),
    par M. A. Vuillemin.                                             234
  Carte du cours inférieur de l'Irawady comprenant les possessions
    britanniques et la partie sud du royaume d'Ava, d'après le
    capitaine H. Yule.                                               260
  Plan d'Amarapoura et de sa banlieue, d'après les relevés du
    major Grant Allan.                                               280
  Carte du cours supérieur de l'Irawady et partie nord du royaume
    d'Ava, d'après le cap. Yule.                                     296
  Carte du voyage de Burton et Speke aux grands lacs de l'Afrique
    orientale (Itinéraire de Zanzibar à Kazeh).                      307
  Carte du voyage de Burton et Speke aux grands lacs de l'Afrique
    orientale (2e partie).                                           338
  Carte de l'île de Cuba, par M. A. Vuillemin.                       355
  Carte du Dauphiné (partie occidentale: Isère et Drôme),
    par M. A. Vuillemin.                                             371
  Carte du Dauphiné (partie orientale: Isère et Hautes-Alpes),
    par M. A. Vuillemin.                                             404



ERRATA.


I. Sous le titre _Voyage d'un naturaliste_, pages 139 et 146, on
a imprimé: (1858.--INÉDIT).--Cette date et cette qualification ne
peuvent s'appliquer qu'à la traduction.

La note qui commence la page 139 donne la date du voyage (1838)
et avertit les lecteurs que le texte a été publié en anglais.


II. Dans un certain nombre d'exemplaires, le voyage du capitaine
Burton AUX GRANDS LACS DE L'AFRIQUE ORIENTALE, 1re partie,
46e livraison, le mot ORIENTALE se trouve remplacé par celui
d'OCCIDENTALE.


III. On a omis, sous les titres de _Juif_ et _Juive de
Salonique_, dessins de Bida, pages 108 et 109, la mention
suivante: d'après M. A. Proust.


IV. On a également omis de donner, à la page 146, la description
des oiseaux et du reptile de l'archipel des Galapagos représentés
sur la page 145. Nous réparons cette omission:

1º _Tanagra Darwinii_, variété du genre des
_Tanagras_ très-nombreux en Amérique. Ces oiseaux ne diffèrent de
nos moineaux, dont ils ont à peu près les habitudes, que par la
brillante diversité des couleurs et par les échancrures de la
mandibule supérieure de leur bec.

2º _Cactornis assimilis:_ Darwin le nomme _Tisseim des
Galapagos_, où l'on peut le voir souvent grimper autour des
fleurs du grand cactus. Il appartient particulièrement à l'île
Saint-Charles. Des treize espèces du genre _pinson_, que le
naturaliste trouva dans cet archipel, chacune semble affectée à
une île en particulier.

3º _Pyrocephalus nanus_, très-joli petit oiseau du
sous-genre _muscicapa_, gobe-mouches, tyrans ou moucherolles. Le
mâle de cette variété a une tête de feu. Il hante à la fois les
bois humides des plus hautes parties des îles _Galapagos_ et les
districts arides et rocailleux.

4º _Sylvicola aureola._ Ce charmant oiseau, d'un jaune
d'or, appartient aux îles Galapagos.

5º Le _Leiocephalus grayii_ est l'une des nombreuses
nouveautés rapportées par les navigateurs du _Beagle_. Dans le
pays on le nomme _holotropis_, et moins curieux peut-être que
l'_amblyrhinchus_, il est cependant remarquable en ce que c'est
un des plus beaux sauriens, sinon le plus beau saurien qui
existe.

Le saurien _amblyrhinchus cristatus_, que nous reproduisons ici,
est décrit dans le texte, page 147.

[Illustration: _Amblyrhinchus cristatus_, iguane des îles Galapagos.]

       *       *       *       *       *

IMPRIMERIE GÉNÉRALE DE CH. LAHURE
Rue de Fleurus, 9, à Paris.

       *       *       *       *       *





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Tour du Monde; Indes Occidentales - Journal des voyages et des voyageurs; 2. sem. 1860" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home