Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Essai sur la littérature merveilleuse des noirs, suivi de Contes indigènes de l'Ouest africain français - Tome premier
Author: Équilbecq, François-Victor
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Essai sur la littérature merveilleuse des noirs, suivi de Contes indigènes de l'Ouest africain français - Tome premier" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



made available by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



PARIS ERNEST LEROUX, ÉDITEUR 28, RUE BONAPARTE, VIe



                        ESSAI SUR LA LITTÉRATURE
                         MERVEILLEUSE DES NOIRS
                                SUIVI DE
                            CONTES INDIGÈNES
                                  DE
                        L'OUEST-AFRICAIN FRANÇAIS

                                 PAR

                            F.V. EQUILBECQ
                   ADMINISTRATEUR-ADJOINT DES COLONIES


                             TOME PREMIER

                                 1913



_À Monsieur_
Le Gouverneur CLOZEL

_En témoignage de respectueuse reconnaissance_.



PRÉFACE

Pour bien connaître une race humaine, pour apprécier sa mentalité,
pour dégager ses procédés de raisonnement, pour comprendre sa vie
intellectuelle et morale, il n'est rien de tel que d'étudier son
folklore, c'est-à-dire la littérature naïve et sans apprêts issue de
l'âme populaire et nous la livrant dans sa nudité primitive.

Aussi convient-il d'encourager tous ceux qui, appelés par leurs
fonctions à vivre au contact de populations aussi mal connues de nous
que le sont encore les Noirs de l'Afrique Occidentale, ont eu la
patience et le talent d'écouter parler les indigènes et de recueillir de
leur bouche les contes merveilleux ou légendaires, les fables d'animaux,
les apologues satiriques qui constituent le fond de la littérature orale
de ces peuplades privées de littérature écrite.

Par tout le continent africain, et notamment dans l'immense région qui
s'étend entre le Sahara et la forêt équatoriale et que nous appelons
communément le Soudan, cette littérature orale fleurit depuis des
siècles et elle a acquis, de génération en génération, une richesse et
une ampleur d'autant plus considérables que, sauf dans une minorité de
musulmans instruits et versés dans la langue arabe, aucune littérature
écrite n'est venue lui faire concurrence.

Un certain nombre de voyageurs, de missionnaires, de fonctionnaires
et d'officiers ont rapporté d'Afrique des contes, des fables et des
légendes et les ont publiés dans des ouvrages divers ou dans des
articles de revues. Mais ces publications ont le défaut d'être
dispersées et par suite peu accessibles à ceux que le folk-lore nègre
intéresse plus particulièrement. Les recueils proprement dits de contes
soudanais sont rares à l'heure actuelle, bien que l'éditeur Ernest
Leroux nous ait dotés, à cet égard, d'une bibliothèque renfermant des
ouvrages aussi précieux et intéressants que ceux de Bérenger-Féraud, de
Ch. Monteil, de Dupuis-Yakouba, de P. de Zeltner.

Grâce au concours bienveillant de M. le Gouverneur Clozel, que
l'on trouve toujours disposé à favoriser toutes les publications
d'ethnographie et de linguistique soudanaises, cette bibliothèque
s'enrichit aujourd'hui d'une nouvelle série, due à M. l'administrateur
Equilbecq, série dont le présent volume ne forme que le début et dont
l'importance ni l'intérêt n'échapperont à personne.

Les hasards de sa carrière ont promené M. Equilbecq du Sénégal au Niger
et des montagnes de la Guinée aux vallées marécageuses de la Volta.
Partout où il est passé, il s'est mis en relation avec les griots, qui
forment en quelque sorte la caste littéraire chez les populations du
Soudan, et il a collectionné toutes les histoires qu'il a pu se faire
conter. Sa moisson a été fort riche et se trouve être fort variée. Mais
il ne s'est pas contenté de moissonner: il a voulu tirer parti de sa
récolte et il nous présente aujourd'hui une étude d'ensemble sur la
littérature populaire du Soudan que tout le monde lira avec le plus vif
intérêt et que les folkloristes en particulier salueront avec le plus
vif plaisir.

Les deux principaux mérites de son travail, à mon avis, se résument
en ceci: d'une part la multiplicité et la variété des contes publiés,
d'autre part les considérations générales dont il fait précéder sa
publication et qui l'éclairent d'un jour tout spécial.

Je suis persuadé que son ouvrage rencontrera le succès auquel il a
droit: les spécialistes, comme je l'indiquais à l'instant, y trouveront
matière à compléter leurs connaissances et sans doute à découvrir des
aperçus nouveaux; la masse du public, elle aussi, voudra lire ce livre
et ceux qui le suivront, car, aujourd'hui comme au temps de La Fontaine,
nous aimons tous et toujours à nous faire conter l'histoire de Peau
d'Ane; notre plaisir se double même d'une piquante sensation de
curiosité lorsque c'est un nègre qui nous la conte, pourvu que ce nègre
ait trouvé un interprète aussi averti que l'est M. Equilbecq.

Maurice Delafosse, _Administrateur en Chef des Colonies_.



                    AUX LUEURS DES FEUX DE VEILLÉE
                           CONTES INDIGÈNES
                     De L'Ouest-Africain Français.



                       ESSAI SUR LA LITTÉRATURE
                        MERVEILLEUSE DES NOIRS


SOMMAIRE DES CHAPITRES

Chapitre 1.--_Préliminaires et exposé du plan_.--Dans quelles conditions
ces contes ont été recueillis. Leur utilité pour l'étude de la
psychologie indigène. Nécessité de les transcrire avant qu'ils aient
perdu leur caractère pré-islamique. De quelle façon la forme a été
respectée. Justification d'un titre, en apparence, un peu général.
Sources diverses des contes. Contes personnels et contes, tirés d'autres
folkloristes, étudiés dans cet essai.

Bibliographie.

Plan de cette étude. Classification des contes d'après leurs caractères
prédominants: légendes cosmogoniques, ethniques, héroïques, sociales,
pseudo-scientifiques. Récits d'imagination pure: anecdotes,
hallucinations individuelles, merveilleux simplement surnaturel et
merveilleux macabre. Contes didactiques de morale théorique et de morale
pratique. Fables. Légende burlesque de l'hyène et du lièvre. Contes
égrillards. Contes à combles. Contes charades. Cette classification est
toute relative.

Chapitre II.--_Le fond et la forme dans la littérature indigène_.--1°
Fond: Thèmes favoris des noirs, 2° Forme: Leurs procédés de
prédilection. Comparaison à ce point de vue avec les Indo-Européens:
Mythologie.--Allemands (Grimm et Bechstein).--Bretons (Barsaz-Breiz,
Luzel, Le Braz).--Russes (Sneegoroutchka).--Français (Perrault, Mme
d'Aulnoy, Mme Leprince de Beaumont).--Histoire de France.--Scandinaves
(Andersen, Légende de Sire Olaf dans le bal des Elves)--Sémites (1001
nuits et légendes bibliques).

Procédés qui semblent exclusivement indigènes.

Thèmes indo-européens qui ne paraissent pas avoir été traités dans la
littérature merveilleuse des noirs.

Le chevaleresque dans les légendes indigènes. Les Torodo.

Le symbolisme indigène: les apologues.

L'onomatopée.

La forme du conte. Les parties rythmées et chantées. Un jugement
prématuré rectifié par l'expérience.

Chapitre III.--_Personnages merveilleux des contes indigènes_.--1°
Personnages merveilleux. La divinité: Allah, Outênou, Ouinndé, NGouala.
Potentats débonnaires Les «guinné». Pourquoi on a diversifié leurs
appellations génériques. Différence avec les djinns arabes. Mélange du
génie africain et du démon sémite. Répugnance des noirs à les
désigner sans périphrase. Leurs diverses appellations. Géants et
nains.--Personnification des 4 éléments:

Les démons et les hafritt. Les animaux-génies. Conceptions différentes
des animaux, personnages des contes et des animaux jouant un rôle dans
les fables.

Aspect physique des guinné. Effet produit par leur vue. Moyen d'en
éviter ou d'en réparer les effets.--Ouokolo, tyityirga, konkoma,
gottéré.

Moeurs des guinné. Leur caractère. Moyens de se soustraire à leur
malfaisance. Intervention éventuelle.

Leurs unions avec la race humaine. Leurs métis. Enlèvements et
substitutions d'enfants. Les batitâdo.

Durée de la vie des guinné. Goules et vampires. Sorciers et
anti-sorciers. Jettatori.

Végétaux, minéraux, objets, abstractions jouant un rôle dans les contes.

Talismans. Remèdes merveilleux. Armes magiques.

Chapitre IV.--_Les fables et leurs acteurs_.--Personnages
non-merveilleux des fables et des contes. Les professions mises en
scène.

But des fables indigènes. Sont-ce des satires sociales?

Les deux grands premiers rôles. Le lièvre roublard et sceptique, mais
serviable; l'hyène stupide et crédule, féroce, vorace et infatuée.
Divers sobriquets de l'hyène. Son rôle dans les contes.

Rôle de l'homme dans les fables. Portrait peu flatté.

Animaux divers jouant un rôle fréquent dans les fables.

Le roi des animaux dans la littérature indigène: Lion, éléphant et
hyène, le riz, l'araignée.

Chapitre V.--_Déductions pour la compréhension de la psychologie
indigène_.--_Conclusion_.--Révélation, par les contes et fables, non de
ce que sont les noirs, mais de ce qu'ils rêvent d'être tant au point de
vue idéal qu'au point de vue pratique. Quelques aphorismes de morale des
apologues. Psychologie succincte des indigènes.

A) Sentiments: 1° Sentiments affectifs. Sentiments de famille.
Conception de la beauté. Instinct sexuel.

2° Sentiments religieux préislamiques. Solidarité raciale. Esprit
d'association. Dévouement au maître. Magnanimité. Reconnaissance.
Charité. Humeur hospitalière. Respect de la vieillesse.

Sentiments envers les animaux--envers les captifs. Vanité. Sens de
Tordre et de la discipline.

B) Idées: Indifférence pour la vie. Admiration du courage, de la ruse.
Considération pour la complaisance, la courtoisie. Indulgence pour
la paresse ingénieuse. Mépris de l'envie, de l'avarice, de l'humeur
fanfaronne, de la prétention, de l'ivrognerie, de l'intempérance verbale
et de l'indiscrétion.

Goût pour les paris risqués.

Les hypothèses cosmogoniques, ethniques et zoologiques des noirs.

Conclusion.--But de l'auteur: planter des jalons pour faciliter le
travail de ceux qui voudront approfondir une matière, digne d'une étude
plus poussée que celle-ci.



                      ESSAI SUR LA LITTÉRATURE
                       MERVEILLEUSE DES NOIRS



Chapitre I.--Préliminaires et exposé du plan.--Dans quelles conditions
ces contes ont été recueillis.--Leur utilité pour l'étude de la
psychologie indigène.--Nécessité de les transcrire avant qu'ils aient
perdu leur caractère pré-islamique.--De quelle façon la forme a été
respectée.--Justification d'un titre, en apparence, un peu trop
général.--Sources diverses des contes.--Contes personnels et contes,
tirés d'autres folkoristes, étudiés dans cet essai.

Bibliographie.

Plan de cette étude.--Classification des contes d'après leur caractère
prédominant: légendes cosmogoniques, ethniques, héroïques, sociales,
pseudo-scientifiques.--Récits d'imagination pure: anecdotes,
hallucinations individuelles, merveilleux simplement surnaturel,
merveilleux macabre, contes de morale théorique et de morale
pratique.--Fables. Légende burlesque de l'hyène et du lièvre.--Contes
égrillards.--Contes à combles.--Contes charades.

Cette classification est toute relative.

Depuis dix ans bientôt l'auteur de ce recueil a successivement servi,
au Sénégal, en Guinée et au Soudan, dans l'Administration des Affaires
Indigènes. Pendant ce temps il a mis à profit les loisirs que lui
laissait son travail pour transcrire les contes populaires du pays
que lui racontaient des indigènes de toutes classes et de toutes
professions: griots[1], gardes, interprètes, dioulas[2], laptots[3],
simples cultivateurs.

[Note 1: Musiciens ou bouffons indigènes.]

[Note 2: Colporteurs.]

[Note 3: Matelots ou piroguiers au service de l'Administration.]

Ce travail ne lui a pas été corvée et il ne dissimule pas que le plaisir
d'entendre narrer des histoires que beaucoup tiennent pour uniquement
puériles a tout d'abord sensiblement stimulé sa vocation naissante de
folkloriste. Mais il n'a pas tardé à se rendre compte du parti qui
peut être tiré de ces récits pour la compréhension de la psychologie
indigène. Le noir, qui se déroberait à un interrogatoire précis, dont
le but, pressenti, éveille en lui une défiance confuse, se révèle au
contraire en toute ingénuité dans ses contes où se traduisent les
tendances--tout au moins idéales--de la race. Il n'éprouve aucune fausse
honte à exposer, sous l'apparence d'un récit fantaisiste, la conception
qu'il a de l'univers et de sa formation, des lois, morales et naturelles
qui le régissent et, en général, de la vie.

Au point de vue pratique, l'utilité de ces récits n'est pas moindre pour
le fonctionnaire qui entend diriger les populations assujetties au mieux
des intérêts du pays qui l'a commis à cette tâche. Il faut connaître
celui que l'on veut dominer, de façon à tirer parti tant de ses défauts
que de ses qualités en vue du but que l'on se propose. Ce n'est qu'ainsi
qu'on parvient à s'assurer sur lui ce prestige moral qui fait les
suprématies effectives et durables.

Les conclusions que l'on peut tirer de la lecture des contes sous ce
rapport ont, au moins, une valeur confirmative de ce que l'observation
directe du noir nous aura déjà appris.

D'autre part, à cette heure où l'Islam envahit de plus en plus la terre
d'Afrique, il est bon d'enregistrer sans retard des traditions qui ne
sont pas encore tout à fait dénaturées dans les pays déjà islamisés
et qui, dans les régions encore intactes, ont conservé--ou peu s'en
faut--leur pureté. Ces traditions sont les suprêmes vestiges des
croyances primitives de la race noire et, à ce titre, méritent d'être
sauvées de l'oubli.

Elles le méritent encore au point de vue littéraire. Le fond des récits
et la façon dont ils sont traités les maintiennent au niveau des contes
populaires indo-européens ou sémites, avec lesquels ces récits offrent
d'ailleurs de manifestes ressemblances.

Quant à la forme qu'on a respectée, autant qu'il était possible de le
faire pour être compris des lecteurs français, elle est, espérons-nous,
celle même que comporte la narration de contes populaires[4]. Les contes
recueillis de 1904 à 1910 ont été sténographiés sous la lente dictée des
narrateurs indigènes: Ahmadou Diop, Boubakar Mamadou, Amadou Kouloubaly,
Ousmann Guissé, Gaye Bâ, etc. Ceux transcrits au cours des années 1911
et 1912 ont été traduits par Samako Niembélé, un interprète intelligent,
parlant assez correctement le français et je pourrais dire qu'ils sont
plutôt son ouvre que la mienne, si je n'avais essayé, par quelques mots
changés çà et là, de donner à son style la vivacité et l'expression
qu'il ne pouvait, malgré une connaissance assez avancée de notre langue,
lui communiquer autant qu'il l'aurait souhaité.

[Note 4: Nombre de personnes, qui ne s'attendaient guère à trouver
chez le noir une imagination aussi variée, m'ont demandé si j'étais bien
certain que ces contes fussent vraiment populaires ou si l'on ne pouvait
les supposer, au contraire, l'oeuvre et l'apanage exclusif de relatifs
lettrés. J'ai répondu, je réponds encore ceci que ceux qui me les ont
racontés appartenaient tous aux classes les plus modestes de la société;
que d'ailleurs, au cours de déplacements qui m'amenaient parmi des
peuplades très diverses; j'avais entendu raconter avec quelques
variantes insignifiantes, les mêmes récits. Ainsi Le fils du sérigne
(ouolof), Le plus terrible des êtres animés (bambara) Kahué l'omniscient
(peuhl). Trois frères en voyage (gourmantié), exposent mêmes symboles et
les deux premiers reproduisent à peu près le même récit. Il en est de
même d'un conte môssi recueilli par Froger qui est conçu sur le même
plan. Je pourrais multiplier les exemples, mais je préfère indiquer ces
rapports en note à la fin du conte qui en occasionne la constatation.]

J'insiste sur ce point que ni le fond ni les détails n'ont eu à souffrir
de ce souci d'amélioration de la forme.

On trouvera ici beaucoup d'expressions locales, familières sans doute
aux coloniaux, mais médiocrement intelligibles, sauf explication, pour
le lecteur européen. J'ai cru pourtant devoir les conserver pour laisser
au récit sa couleur locale encore qu'il y ait une incohérence apparente
à mélanger dans un même conte des expressions ouoloves comme «tiéré»[5]
et soussou comme «kélé»[6]. En fait, notre occupation, en amenant des
rapports plus fréquents entre populations qui s'ignoraient à peu près
auparavant, favorise la création d'une sorte de sabir ouest-africain
au sein duquel des vocables du Ouadaï voisineront bientôt avec des
expressions du Cayor ou du Baoulé. Ce sabir contient en puissance le
patois futur de l'A.O.F. dont le français restera--nous y comptons--la
langue officielle et littéraire.

[Note 5: Couscous.]

[Note 6: Amant.]

Les contes enregistrés dans ce recueil émanent de sources assez diverses
pour justifier plus qu'à demi le sous-titre, guère trop général, qui
leur a été donné. Pour que ce sous-titre fût absolument légitime, il
faudrait qu'au nombre des contes rassemblés ici figurent ceux de la
Côte d'Ivoire et du Dahomey. Néanmoins, étant données les grandes
ressemblances des contes de ces deux dernières colonies[7] avec ceux des
trois autres pays composant le Gouvernement Général, on peut dire qu'il
existe une littérature ouest-africaine, homogène dans ses grandes
lignes et provenant d'une mentalité générale commune. C'est pourquoi
le sous-titre «Contes indigènes de l'Ouest-Africain, français» semble
pouvoir être maintenu.

[Note 7: Voir pour la Côte d'Ivoire, les contes de Delafosse et
notamment: Le ciel, l'araignée et la mort. La conquête du Baoulé. Le
crapaud et le caméléon, etc.]

Quant au titre principal: _Aux lueurs des feux de veillée_, il
s'explique par les conditions dans lesquelles se racontent généralement
ces récits. C'est le soir, aux lueurs vacillantes du feu près duquel les
noirs attardent leurs veillées, sinon dans le flou laiteux d'une nuit
lunaire, qu'on les entend narrer le plus volontiers. La pénombre
ajoute son charme de mystère au merveilleux pittoresque des contes. Si
l'impression devient trop angoissante, un conte égrillard, une fable
satirique dissipent la terreur qui commence à peser sur l'auditoire.

Il semble même que ce décor de demi-obscurité soit devenu indispensable
pour le conteur. A l'exception, en effet, des noirs qui ont longuement
vécu en contact avec nous et qui ont acquis à ce contact un certain
scepticisme, il n'est guère de narrateur qui raconte volontiers ses
légendes à la lumière du soleil. J'en ai acquis la certitude par ma
propre expérience.

L'indigène éprouve une sorte de défiance instinctive qui le fait
répugner tout d'abord à livrer ses traditions à la curiosité des Blancs.
Il ne peut saisir pour quelle raison l'Européen, qui affiche souvent
l'incrédulité, peut s'intéresser à des récits de vieillards ou
d'enfants. Aussi cherche-t-il une arrière-pensée à cette curiosité.
Il faut le convaincre peu à peu, feindre soi-même de croire aux êtres
mystérieux de la nuit et surtout lui prouver, par des citations
d'histoires de même nature, que déjà l'on a mis d'autres conteurs en
confiance. Alors il ne se défend plus et loin d'être hésitants à votre
appelles contes affluent bientôt... d'autant mieux que la perspective
d'un «bounia» (cadeau) détermine les bons vouloirs, d'abord indécis.

Il résulte de ce qui vient d'être dit que la récolte des contes, assez
maigre au début des recherches, se fait de plus en plus fructueuse au
bout d'un certain temps: 41 des contes de ce recueil ont été enregistrés
de 1904 à 1907; 47, de 1909 à 1910, en moins de 6 mois et 187 de juillet
1911 à octobre 1912. On voit la progression!



SOURCES DES CONTES

La majeure partie est d'origine bambara (70).

Puis viennent, par ordre de fréquence.

Peuhl (ou Torodo)..................... 54
Gourmantié............................ 42
Ouolof................................ 26
Haoussa............................... 24
Malinké............................... 23
Hâbé.................................. 17
Môssi.................................  8
Soussou...............................  3
Kouranko..............................  2
Sénofo................................  2
Kissi.................................  1
Khassonké.............................  1
Dyerma................................  1
Gourounsi.............................  1

Voici la répartition détaillée de ces contes, classés par races, pour
permettre à ceux qui désireront étudier plus spécialement la littérature
merveilleuse de telle ou telle race, de se retrouver plus aisément dans
ce recueil:

CLASSIFICATION DES CONTES PAR RÉPARTITION ENTRE LES DIVERSES RACES


I. Contes Ouolof (26).

La légende de Diâdiane NDiaye.
Les trois gloutons.
La fille d'Aoua Gaye.
L'ensorcelée de Thiévaly.
Le laptot giflé.
Le guéhuel et le damel.
Les incongrus.
Le lion, le guinné et le ouarhambâné.
Le fils du sérigne.
Les maîtres de la nuit.
Le chat-guinné de Saint-Louis.
L'enterré vif.
La précaution inutile.
Le spahi et la guinné.
Le ngortann.
Le cabri.
Mamadou et Anta la guinné.
Le milicien et les cabris.
Le chasseur de Ouallalane.
Service de nuit.
Une ronde impressionnante.
Hammat et Mandiaye.
Le guinné altéré.
La sage-femme de Dakar.
Les talibés rivaux.
Ibrahima et les hafritt.

II. CONTES SOUSSOU (3).

Le fils des bâri.
L'enfant de Salatouk.
L'almamy-caïman.

III. Contes Dyerma (1).

L'homme touffu.

IV. Contes Gourounsi (1).

Le canari merveilleux.

V. Contes Sénofo (2).

L'éléphantiasis de Moriba.
Les présents des faro.

VI. Contes Môssi (8).

Les six géants et leur mère.
L'hyène, le lièvre et le calao.
La lionne et l'hyène.
La lionne et le chasseur.
Le fils du seigneur Ouinndé.
L'organe dénonciateur.
Le mauvais gardien.
La case de cuivre pâle.

VII. Contes Malinké (23).

Le minimini.
La tâloguina de Dàfolo.
Le châtiment de la diâto.
Le konkoma.
Déro et ses frères.
Le chien et le caméléon.
Namara Soundiéta.
Le rapt des métaux précieux.
L'igname.
Le guina du tâli.
Le roi et le lépreux.
La fausse fiancée.
Le petit sorcier.
La sorcière punie.
Le feu des guina.
La guiloguina.
La chèvre domestiquée.
Fadôro.
La première des dots.
Le pupille du cailcédrat.
L'hyène et le singe vert.
La gourde.
Les calaos et les crapauds.

VIII. Contes Haoussa (24).

Le vampire.
L'hermaphrodite.
La moqueuse.
Les amants fidèles.
Le prince qui ne veut pas d'une femme niassée.
Jalousie de co-épouse.
L'avare et l'étranger.
L'implacable créancier.
La femme-biche.
Mariage ou célibat?
La femme de l'ogre.
Le lionceau et l'enfant.
L'orpheline de mère.
Takisé, le taureau de la vieille.
Le jaloux assagi.
Le dioula et le lièvre.
La bergère de fauves.
L'hyène et le pèlerin.
Aubaine manquée.
Les trois femmes du sartyi.
La fanfaronnade.
Les six compagnons.
Le riche et son fils.
Khadidya l'avisée.

IX. Contes Peuhl (ou Torodo) (54).

Kahué l'omniscient.
La cliente de mauvaise foi.
Hâbleurs bambara.
La tête de mort.
L'arbre à fruits humains.
La geste de Samba Guélâdio Diègui.
Les adroits voleurs.
Bassirou et Ismaïla.
Bilâli.
Aux fêtes de la circoncision.
L'hyène machiavélique.
Frère lièvre règle ses dettes.
Les coups de main du guinnârou.
Amady Sy, roi du Boundou.
L'ancêtre des griots.
Le bien qui vous vient en dormant.
Les coureurs émérites.
Une leçon de courage.
La buse et le soleil.
Bissimilaye et Astafroulla.
Le bengala d'âne.
Ingratitude.
Le vieillard, son fils et les sept têtes.
Samba et Dioummi.
La chèvre grasse.
Le choix d'un lanmdo.
Les quatre fils du chasseur.
Amatelenga.
L'origine des pagnes.
Hammadi Diammaro.
Le guinnârou de Fonfoya.
Le melon révélateur.
L'intrus dans l'Aldiana.
Le mariage de Niandou.
L'éléphant de Molo.
L'ivresse de l'hyène.
La bague aux souhaits.
Les dons merveilleux du guinnârou.
Le kitâdo vengé.
La femme fatale.
Le fils adoptif du guinnârou.
La chèvre au mauvais oil.
Màdiou le charitable.
La Mauresque.
La mounou de la Falémé.
L'homme au piti.
Le koutôrou porte-veine.
Fatouma Siguinné.
Le karamoko puni.
Les fourberies de MBaye Poullo.
Le barké.
Les prétendants de Fatoumata.
Quels bons camarades!
Le pardon du guinnârou.

X. Contes Habé (17).

En retour d'une offrande de farine.
Le laôbé et le yébem du cailcédrat.
La mangeuse de clients.
La fiancée de race yblisse.
Le congé à l'hyène.
Le fer qui coupe le fer.
Affront pour affront.
Le chiffon magique.
Anntimbé, ravisseur du bohi.
L'anneau de la tourterelle.
Amadou Kékédiourou, sauveur des siens,
La sentence du koutôrou.
Le feint lépreux.
Les ancêtres des Bozo.
L'assistante de la nuit de noces.
Les ailes dérobées.
La case magique du défilé.

XI. Contes Gourmantié (42).

Le cadavre ambulant.
Trois frères en voyage.
Les deux voleurs.
Le lâri reconnaissant.
L'anguille et l'homme au canari.
Les méfaits de Fountinndouha.
La tortue et la pintade.
Le miel aux tyityirga
Goumbli-Goumbli-Niam etc.
Les tomates de la pori.
Concours matrimonial.
Le cultivateur.
La fille qui voulait apprendre à chanter.
La créance de la Mort.
Le tailleur de boubous en pierre.
Revanche conjugale.
La vengeance du pori.
L'hyène et le poulet sans plumes.
La termitière-aux-pora.
Le procès funèbre de la bouche.
La protection des djihon.
La grenouille indiscrète.
La femme enceinte.
Chacun son tour!
Le cheval noir.
La queue d'yboumbouni.
Les deux faux dioulas.
La nyinkona.
Au temps de la famine.
Outénou et le marabout.
Une leçon de bonté.
L'invention des cases.
Les perfides conseillers.
La revendication du lièvre.
Le tisserand et le serpent.
Bénipo et ses soeurs.
Les orphelines.
Le courage mis à l'épreuve.
Les prétendants.
Diadiàri et Maripoua.
Le lièvre qui traya la vache de brousse.
Le bouvier d'Outênou.

XII. Contes Bambara (70).

Le riz de la bonne épouse.
A la recherche de son pareil.
Bala et Kounandi.
La tortue et l'oiseau-trompette.
La case des botes de brousse.
La plus terrible des créatures.
Ybilis.
Le plus brave des trois.
D'où vient le soleil.
Les deux vérités de la chèvre.
Binanmbé, l'homme à la sagaie.
Le bouc et l'hyène à la pêche.
Histoire de NMolo-la-crapule.
NDar ou l'enfant-né-avec-des-dents.
Pourquoi les poules éparpillent leur manger.
Amadou Sofa Niânyi.
Le lion, le sanglier et le lièvre.
L'épreuve de la paternité.
Soutadounou.
La fille du massa.
Les ouokolo et l'apprenti chasseur.
Le fama et le marabout.
La famille Diâtrou à la curée.
Les obligés ingrats de NGouala.
Les oeufs de blissiou.
Le mari jaloux.
Les voleurs de miel.
La flûte d'Ybilis.
Le maître chasseur et ses deux compagnons.
La lionne coiffeuse.
Au village des sorciers.
Le lièvre et l'hyène aux cabinets.
Les funérailles du calao.
Le chien de Dyinamissa.
La peur de l'eau.
Les générosités de l'hyène.
La conquête du dounnou.
Mamady-le-chasseur.
La femme aux sept amants.
Les deux jumelles.
Les nyama et le cultivateur.
Le lièvre, l'hyène et le taureau de guina.
L'hyène et l'homme, son compère.
Le sounkala de Marama.
La marâtre punie.
Engagement d'honneur.
Le diable jaloux.
L'hyène commissionnaire.
Le joli fils de roi.
Les jumeaux de la pauvresse.
En l'année des grêlons comestibles.
Le singe ingrat.
Zankêni Karâto, l'agaceur de malechance.
Le dispensateur de pluie.
Le couard devenu brave.
Les pleureurs et le cultivateur.
Le fils du maître voleur.
Ntyi vainqueur du boa.
Le chien lutteur.
Les inséparables.
Le boa marié.
Les sinamousso.
Le lièvre et les pleureurs.
Les musiciens ambulants.

Les deux Ntyi.
La revanche de l'orphelin.
Quelqu'un qui cherchait aussi malin que soi.
Le boa du puits.
Le forage du puits.
Les deux intimes.

XIII. CONTES KOURANKO (2).

Le cheval de nuit.
Nancy Mâra.

XIV. CONTES KHASSONKE.

Le dévouement de Yamadou Hâve.

XV. CONTES KISSO.

Chassez le naturel.


Dans cette étude de la littérature merveilleuse indigène je tiendrai
compte, non seulement des récits recueillis par moi personnellement,
mais encore de ceux publiés par différents folkloristes.

Afin que le lecteur puisse contrôler les sources étrangères auxquelles
je me référerai au cours de ce travail, je les indique ci-dessous en une
brève notice biographique.

ARCIN, _La Guinée française_. Challamel, éditeur, 1907[8].

[Note 8: Il existe encore d'autres ouvrages que je n'ai pu consulter
en temps utile: _L'ancien royaume de Dahomey_, par Le Hérissé (Larose
édit.). _Légendes de la Sénégambie_ (Bérenger-Féraud, Leroux édit.),
_Contes haoussa_, par Landeroin et un recueil de contes ouolof par un
abbé. On peut se procurer ce dernier ouvrage en s'adressant au délégué
apostolique à Dakar.]

BAROT, _L'Ame soudanaise_. Pages libres, 1902.

MGR. BAZIN, _Dictionnaire Français-Bambara_. Imprimerie Nationale, 1901.

BÉRENGER-FÉRAUD, _Contes populaires de la Sénégambie_. Leroux éditeur.

DELAFOSSE, _Essai sur la langue agni_. André éditeur, 1901.

Lieutenant DESPLAGNES, _Le plateau central nigérien_. Larose, éditeur,
1907.

DUPUIS-YAKOUBA, _Contes des Gow_. Leroux, éditeur, 1911.

FAIDHERBE, _Le Sénégal_.

FROGER, _Etude sur la langue mossi_. Leroux, éditeur, 1910.

DE GUIRAUDON, _Manuel de langue foule_. Welter, éditeur, 1894.

Lieutenant LANREZAC, _Essai sur le folklore indigène_. Revue Indigène,
1908.

MOUSSA TRAVÉLÉ, _Manuel bambara_. Geuthner, éditeur, 1910.

UN MISSIONNAIRE DE SÉGOU, _Manuel de bambara_. Maison Carrée, Alger,
1905.

Pour les contes d'origine indo-européenne:

Contes des Bretons armoricains, par Luzel. Bibliothèque populaire
Gauthier-Villars.

Barsaz-Breiz, par H. de la Villetnarqué. Franck éditeur, 1846.

Contes de Grimm. Philipp RECLAM, Leipzig.

La Bretagne, par Pitre-Chevalier. W. Coquebert éditeur.

Contes des 1001 Nuits, traduits par Galland.

Contes inédits des 1001 Nuits, traduits par de Hammer et Trebutien.
Doddey éditeur, 1828.


L'étude de ces divers contes[9] se subdivisera comme suit:

I. Classification des contestables et légendes d'après leurs caractères
prédominants.

II. Thèmes favoris des conteurs. Procédés les plus usités pour provoquer
l'intérêt et l'émotion. Comparaison, au double point de vue du fond et
de la forme, avec les conteurs indo-européens et sémites. Influences
étrangères possibles.

[Note 9: Les contes qui ne me sont pas personnels feront l'objet
de notes en bas de page ou seront comparés aux contes correspondants
recueillis par moi dans des notes spéciales mises à la fin de chacun de
ces derniers contes.]

III. Personnages des contes. Personnages humains et extra-humains.
Professions le plus souvent mises en scène. Les animaux _dans les
contes_. Caractère essentiel, différent de celui qui leur est attribué
dans les fables.

IV. Personnages animaux des fables. Le geste burlesque de l'hyène et du
lierre: comparaison avec le roman du Renard.

V. Conclusion.--Le noir d'après ses contes et fables. Sa morale idéale.
Sa morale pratique. Quels modèles il se propose et quels exemples il
suit.

Je renvoie aux sommaires détaillés des chapitres qui se trouvent en tête
de cet essai.


I.--CLASSIFICATION GÉNÉRALE D'APRÈS LES CARACTÈRES PRÉDOMINANTS.


On peut répartir ces récits entre 7 grandes catégories:

A. Légendes cosmogoniques, ethniques, héroïques et sociales.

B. Contes de science fantaisiste (histoire naturelle, astronomie, etc.).

C. Récits d'imagination pure et dépourvus d'intentions didactiques.

D. Contes à intentions didactiques, tant de morale pure que de morale
pratique.

E. Fables. Geste burlesque du lièvre et de l'hyène.

F. Contes égrillards. Contes à combles (se confondant souvent avec les
contes égrillards).

G. Contes-charades[10].

[Note 10: Genre des «Roetselmoehrchen» allemands.]


Cette division en catégories n'a rien que de relatif et, pour l'établir,
j'ai dû ne tenir compte que du caractère le plus marqué du récit à
classer, alors que, par ses caractères accessoires, ce même récit
pourrait se voir rangé dans une ou deux autres catégories.

Nous allons voir, en étudiant chacune de ces grandes catégories,
qu'elle comporte encore d'autres subdivisions. Indiquer dans le tableau
ci-dessus ces subdivisions nuirait à la clarté de la classification.


_A. Légendes cosmogoniques, etc._

Ces légendes essaient d'exposer--sans grande conviction, d'ailleurs--la
création du monde, l'origine de certaines races ou de certains peuples,
l'histoire des héros fabuleux, l'évolution de la civilisation.

Je n'ai recueilli que peu de légendes cosmogoniques ou métaphysiques;
ce sont les contes intitulés: D'où vient le soleil[11]--La créance de
la Mort--Le chien et le caméléon--L'anguille et l'homme au canari--Les
nyama et le cultivateur. Mais on en trouvera de nombreux exemples
chez d'autres folkloristes. Ainsi, la controverse du crapaud et du
caméléon[12] nous apprend qui, des montagnes ou de la boue, a été créé en
premier lieu; celui du «Déluge universel» nous expose la tradition agni
sur ce sujet. Le conte de Froger, intitulé: «Le genre humain» élucide
le problème de la création de la femme selon les Môssi. Enfin, la
différence des races et l'infériorité des noirs sont expliqués par des
contes divers de Laumann, d'Ollone, d'Arcin[13] et de Bérenger-Féraud[14].

[Note 11: Pour les contes cités, se référer à la table des matières
_alphabétique_ qui sera publiée à la fin de l'ouvrage terminé.]

[Note 12: Delafosse, Essai de manuel de la langue Agni. La formation
du Monde. Le Déluge universel.]

[Note 13: Arcin, La Guinée française.]

[Note 14: Contes populaires de la Sénégambie. (Voir aussi Vigne
d'Octon cité par Arcin (le 1er griot) et Bérenger-Féraud «L'origine des
griots et des laôbé». _Op. cit._).]

L'évolution de la civilisation, telle que l'entendent les noirs, se
trouve exposée dans les contes ci-après: L'invention des cases.--Le
minimini ou la fondation des villages.--La conquête du dounnou
et Antimbé, ravisseur du bohi, (relatifs à l'invention des
tambours).--L'ancêtre des griots.--Le cadavre ambulant.--La première des
dots.--Les sinamousso.

La légende se fait historique ou quasi-historique pour expliquer
l'origine de divers téné[15]. Voir à ce sujet les contes de Fadôro--de La
femme enceinte--du Cheval noir--du Lionceau et l'enfant.

[Note 15: Le téné est l'animal «tabou» pour une famille, une race
ou une tribu, celui qu'on ne doit pas tuer, ni surtout manger quand on
appartient au groupement pour lequel il est sacré. C'est aussi une sorte
de blason rudimentaire.]

Elle est même délibérément historique--abstraction faite du
merveilleux--quand elle célèbre les exploits d'un héros mythique comme
Samba Guénâdio Diêgui (La geste de S.-G. Diègui) Namara Soundieta, NDar,
Amadou Sefa Niânyi, la fondation d'une dynastie royale: (Légende de
NDiadiane, NDiaye), la conquête du pouvoir (L'éléphant de Molo) ou
encore quand elle rappelle les aventures des Sorko pêcheurs ou des Gow
chasseurs du Niger[16] l'émigration des Agni, sous la conduite d'Aoura
Pokou, leurs guerres au Baoulé contre les Gori[17], la faiblesse
paternelle du damel Amady NGôné[18], la folie «caligulienne» de l'almamy
torodo Amady Si (Amady Si, roi du Boundou) le dévouement du Khassonké
Yamadou Hâvé ou de la fille du massa, etc., etc.[19].

[Note 16: Ajouter Malick Sy (Légendes de Bérenger-Féraud et de
Lanrezac). La fondation de l'empire Diolof (B.-F.).]

[Note 17: Dupuis-Yakouba, Contes des Gow et Desplagnes «Le Plateau
central nigérien».]

[Note 18: Delafosse, op. cit.]

[Note 19: Conte de Bérenger-Féraud. Damel signifie «roi» en
cayorien.]

On pourrait s'étendre longuement là-dessus, mais de plus longs
développements contraindraient à dépasser le cadre, peut-être trop ample
déjà, qu'on s'est imposé pour cette étude.


_B. Contes de science fantaisiste_.

Ces récits, bien entendu, ne prétendent nullement à la science et c'est
très consciemment qu'ils procèdent de l'imagination de leurs conteurs.
Les auditeurs ne les tiennent guère, non plus, pour scientifiques et
leur demandent un amusement bien plutôt qu'un enseignement.

Le plus souvent ils donnent la cause originelle des particularités
physiques de certains animaux: les zébrures horizontales du pelage
de l'hyène (L'hyène et l'homme son compère); la déclivité de son
arrière-train (Les générosités de l'hyène--La chèvre grasse); les
rayures abdominales de la biche (La femme-biche); ils expliquent
pourquoi les grenouilles n'ont plus de queue (La grenouille indiscrète)
pourquoi le cheval arbore un si beau panache et l'hippopotame,
un moignon ridicule, en guise d'appendice caudal[20]; d'où vient
l'enfoncement des yeux du singe dans leurs orbites (Le singe ingrat).

[Note 20: Arcin, _op._ cit. Le cheval et l'hippopotame.]

Ils expliquent encore les habitudes qu'ont certains animaux: les
tourterelles, d'aller toujours par deux (Les deux jumelles); l'hyène,
de farfouiller dans la paille bottelée (L'hyène commissionnaire); les
poules, d'éparpiller leur manger (Pourquoi les poules etc...); les
motifs qu'a la race caprine de redouter l'eau (La peur de l'eau)
ceux qu'elle eut de se résigner à la domestication (Les chèvres
domestiquées).

De même ils exposent l'origine de certains oiseaux (Les obligés ingrats
de Ngouala.--Le cultivateur, etc., etc.).

_C. Récits _(_merveilleux ou non_) _de pure imagination et sans
intentions didactiques_.

J'ai classé dans cette catégorie les contes qui n'ont d'autre but que de
provoquer l'intérêt par l'exposé d'événements de deux sortes: les
uns, comportant des personnages de nature fabuleuse et les autres ne
produisant en scène que des personnages de nature humaine qui évoluent
au milieu d'une action purement anecdotique ou romanesque.

Il y a lieu de distinguer cette catégorie de celle dont on parlera
immédiatement après, en ce que le conteur n'imagine que pour le
plaisir d'imaginer tandis que l'autre catégorie trahit des intentions
d'enseignement moral.


I.--_Récits merveilleux_.

Les récits uniquement merveilleux sont les plus nombreux. Il serait
trop long de les énumérer. Aussi me bornerai-je à indiquer qu'ils se
subdivisent en 3 classes principales et à donner quelques exemples, afin
de mieux préciser la pensée qui a présidé à cette sous-classification.

Ce sont:

I° _Les hallucinations individuelles_ où le conteur rapporte ses propres
visions, nées d'un état d'exaltation tel que la terreur de l'obscurité
ou même une folie commençante. Les contes d'Amadou Diop ne sont guère
que cela. Je citerai notamment: La fille d'Aoua Gaye--Service de
nuit--Le cabri--Une ronde impressionnante. C'est encore le cas pour La
guiloguina et quelques autres contes correspondant à des impressions
réelles de gens affolés par un sentiment de la nature que l'on vient
d'indiquer. Dans ces derniers récits le conteur rapporte un événement
arrivé à d'autres qu'à lui (voir Le konkoma--Le chasseur de
Ouallalane--Les maîtres de la nuit, etc.).

2° _Le merveilleux ordinaire_ où jouent leur rôle tous les êtres
fabuleux créés par l'imagination des noirs: génies, hafritt, taloguina,
nains, ogres, animaux-génies, etc. Ces contes sont très nombreux. Nous
en étudierons les personnages en détail au chapitre III (personnages des
contes).

3° _Le merveilleux macabre_. On en trouve des exemples moins nombreux
que ceux de la subdivision précédente. (Voir les contes «d'Ybilis» de
«La flûte d'Ybilis», du Cadavre ambulant», de «La fille qui voulait
apprendre à chanter», du «Vieillard, son fils et les 7 têtes», de «La
moqueuse», de «La créance de la Mort» de, «La sorcière punie», de
«L'implacable créancier», du «Vampire»). Les races gourmantié, haoussa
et bambara surtout, semblent, comme la race bretonne en France, très
hantées de l'idée de la mort[21].

Il existe un conte gourmande: «La femme enceinte» analogue au conte
haoussa de «L'implacable créancier» mais l'impression d'effroi y est
moins intense. De même, pour une variante malinké de «La flûte d'Ybilis»
où la substitution de Thyène au démon Ybilis atténue l'horreur du conte
bambara.

[Note 21: Cf. aux contes sur Ybilis: Le Ciel, l'araignée et la Mort
(Delafosse _op. cit_.).]


II--_Contes anecdotiques et romanesques_.

A côté de ces récits fantastiques ou simplement merveilleux se placent
ceux ayant pour base un événement romanesque ou même une anecdote sans
portée. C'est le caractère de la majorité des contes recueillis par
Bérenger-Féraud dans ses Contes populaires de la Sénégambie et d'un
conte du Dr Barot. (Lanséni et Maryama.) Parmi ceux du présent recueil
je citerai tant comme romanesques qu'anecdotiques: Bala et Kounandi--La
Mauresque--Les inséparables--Le couard devenu brave--Les deux intimes.


_D. Contes à intentions didactiques_.

Ces contes, que l'on pourrait appeler aussi contes moraux--car leur
didactisme s'inspire généralement d'un prosélytisme moral--sont de deux
sortes: les contes de morale idéale (religieuse et musulmane le plus
souvent) ou théorique et ceux de morale pratique ou réelle. Ces derniers
contes ont un grand rapport avec les fables et ne s'en différencient que
par la nature humaine de leurs personnages.

1° _Contes de morale théorique_.

J'ai dit que les contes de morale théorique présentent le plus souvent
un caractère religieux. Il convient cependant de noter que cette
religion n'est pas toujours l'Islam. Ainsi «Une leçon de bonté»
est sûrement d'inspiration fétichiste, ainsi que le conte du
«Riz-de-la-bonne-épouse»[22], celui de «La femme fatale» ou du «Mariage
de Niandou» qui préconisent le respect dû aux parents et aux personnes
âgées.

[Note 22: Cf. Le riz blanc.]

Dans ces divers contes, il n'y a pas intervention divine comme dans les
contes islamiques. Les génies seuls assurent le respect des principes.
Dans d'autres récits au contraire c'est Dieu qui intervient sous
divers noms (Allah, Outênou, Ouinndé etc.) soit directement, soit par
l'entremise de ses serviteurs. Il prend le rôle de ces êtres surnaturels
qui semblent d'anciennes personnifications des forces de la Nature dans
le panthéisme dit «fétichisme» (Voir notamment les contes intitulés:
Mâdiou le charitable--Le barké--Le marabout et le fama[23]--Les obligés
ingrats de Ngouala--Le ngortann--L'enterré-vif--Le melon révélateur,
etc).

[Note 23: V. Bérenger-Féraud (_op. cit_.). Légende du bracelet
rapporté par le poisson.]

2° _Contes de morale pratique_.

Cette catégorie peut, au point de vue forme, se subdiviser en apologues
symboliques et en contes proprement dits. Parmi les apologues
symboliques il y a lieu de citer: Le guehuel et le damel--Kahué
l'omniscient--La tête de mort--Trois frères en voyage--Le fils
du sérigne--Le choix d'un lanmdo, etc. Ces contes, généralement
sentencieux--ne sont pas toujours aisément intelligibles.

Pour les contes proprement dits où le récit offre un élément d'intérêt
plus accentué, se reporter, entre autres, à ceux-ci après désignés:
Le pardon du guinnârou--Le bien qui vous vient en dormant--Le lâri
reconnaissant--et divers contes de Bérenger-Féraud[24], de Froger[25] et
de Moussa Travélé[26].

[Note 24: V. Bérenger-Féraud (_id_.) Le cavalier qui soignait mal
son cheval--Le sage qui ne mentait jamais--L'homme qui avait beaucoup
d'amis--L'ami indiscret.]

[Note 25: Connaître par soi-même--Enseignements d'un père à son
fils.]

[Note 26: Le cultivateur et son fils.]


_E. Fables_.

On pourrait ranger les fables dans la 2e classe de la catégorie
précédente (morale pratique) si elles ne présentaient ce caractère
spécial que leurs principaux acteurs sont des animaux, à l'exclusion
presque absolue de l'homme dont le rôle--quand il lui advient d'en jouer
un--n'est jamais qu'accessoire. Ce n'est pas que les animaux ne figurent
dans les contes mais, dans ce cas, ils y sont dépeints avec des
caractéristiques qui les rendent essentiellement différents du type, qui
leur est attribué dans les fables. Les animaux des contes sont, soit des
génies travestis, soit de véritables animaux-génies. Qui reconnaîtrait,
par exemple, l'hyène grotesque et couarde des fables dans le chef
des hyènes du conte de «Binanmbé» ou bien encore dans celui du conte
intitulé «D'où vient le soleil[27]»?

[Note 27: Voir également les animaux gardiens du dounnou ou l'hyène
vengeresse de la morale outragée dans «Le châtiment de la diâto».]

Le caractère fixé pour chaque animal dans la littérature «fablesque» est
purement conventionnel. Ainsi le lièvre dont les Indo-Européens ont fait
le symbole de l'inquiétude toujours en éveil[28] devient chez les noirs
l'animal avisé, détenteur de ce sac à malices dont nous avons fait,
nous, la propriété de compère le renard. Le lion n'est pas toujours pour
eux le roi des animaux et l'éléphant leur parait plus souvent digne
de ce titre d'honneur. Le serpent en qui nous voyons l'emblème de la
prudence n'est pas nettement campé comme tel. En revanche, il ne
joue pas inévitablement le rôle d'ingrat auquel l'a condamné notre
imagination[29]. Même dans le conte-fable «Ingratitude», il met en garde
l'homme contre l'ingratitude d'un propre congénère de celui-ci.

[Note 28: Les noirs lui donnent aussi quelquefois ce rôle. V.
«Chassez le naturel....»]

[Note 29: Même dans le conte du serpent, cet animal agit plutôt en
ingrat passif.--La Fontaine a d'ailleurs dit chez nous:

... Que le symbole des ingrats.
Ce n'est pas le serpent, c'est l'homme.]



Chaque peuple a ses conceptions, plus ou moins convaincues, sous ce
rapport et nul ne songerait à proposer le recueil des fables de notre La
Fontaine comme un modèle de vérité scientifique.

En regard des fables--relativement rares--qui relatent les aventures
d'animaux divers, il en est un grand nombre qui s'attachent avec
complaisance à évoquer les tours pendables de frère lièvre à son
éternelle dupe: l'hyène. C'est ainsi qu'à côté des fables ésopiques
s'est constitué au moyen âge le roman du renard.

A première vue on est tenté d'établir des similitudes, d'identifier
Diâtrou, l'hyène, au brutal Isengrin et frère lièvre à Goupil le renard,
mais l'ouvre médiévale est avant tout une suite de fabliaux satiriques
où l'humeur gouailleuse du populaire s'esbaudit à un pastiche de la
société féodale. Or il ne semble pas qu'on en puisse dire autant de la
geste burlesque de l'hyène et du lièvre dans la littérature indigène,
encore qu'elle célèbre, elle aussi, le triomphe de l'esprit madré sur la
force brutale.

Cependant il serait présomptueux de prétendre porter un jugement
définitif sur cette question. Quoi qu'il en soit, il est un fait à
retenir c'est qu'à part le titre de roi donné à l'éléphant on ne voit
pas trace dans les fables indigènes d'une société animale constituée
avec ses marabouts, ses parasites des puissants, ses dignitaires et
ses magistrats, bien que la société indigène offre des exemples d'un
semblable état de choses[30].

[Note 30: Ainsi la cour des bourbas diolofs avait son toubé ou
vice-roi, ses diarafs (ou? comtes) son bicète (héraut) etc., comme je
l'ai indiqué dans une autre étude.]

Nous reviendrons un peu plus longuement sur tout cela quand, au chapitre
IV, nous étudierons les personnages des fables et, plus spécialement les
deux grands premiers Rôles.


F. _Contes égrillards, humoristiques et à combles_.

De même que celle de nos ancêtres gaulois ou moyen-âgeux, la
civilisation attardée des noirs ne s'effraie ni de l'anecdote
scatologique, ni du récit égrillard. On sait d'ailleurs qu'en France
même, la pudibonderie... verbale ne remonte guère qu'à deux siècles et
demi tout au plus.

Est-ce immoralité chez l'indigène? Non pas; mais amoralité absolue. Le
noir, non catéchisé, est naturellement et ingénuement amoral. Il n'a
pas, comme nous, cet atavisme de morale religieuse dont l'influence
persiste même chez les «libres-penseurs» les plus dégagés, en apparence,
de l'étreinte du passé et qui nous fait nous effaroucher devant le récit
d'actes ou d'événements somme toute conformes à la loi de Nature.

Il semble cependant que cette amoralité s'achemine peu à peu vers la
réprobation de certains de ces actes naturels puisqu'elle cesse de s'en
désintéresser, ce qu'elle manifeste en commençant à les tourner en
dérision, au lieu de les laisser passer aussi inaperçus que le fait de
manger quand on a soif ou de dormir lorsqu'on a sommeil.

C'est, d'ailleurs, en les exagérant que l'humeur gaillarde du noir
parvient à rendre comiques ces actes-là. Aussi ferons-nous voisiner les
contes à combles dans cette catégorie avec les récits scabreux.

Par «contes à combles» j'ai voulu désigner ces récits d'exagération
puérile où la drôlerie résulte du caractère excessif des actes prêtés
à ceux qui y figurent. Cette dénomination a été donnée en souvenir de
cette mode des «combles» qui sévit jadis en France... dans un milieu où
l'on se montre assez accommodant quant à la qualité de l'esprit. Quel
est le comble de la vitesse? Quel est le comble de ceci? Quel est le
comble de cela?

Les thèmes habituels des contes égrillards sont: l'adultère et les
vaines précautions des maris jaloux; les mésaventures des amants surpris
en posture «déshonnête»; les incongruités formidables (Les incongrus)
des «gauloiseries» sur les organes sexuels, tant masculin que féminin
(Le procès funèbre de la bouche.--L'organe dénonciateur.--Le jaloux
assagi.--Bissimilaye et Astafroulla.--Le bengala d'âne, etc.).

Comme spécimens de contes à combles, je signalerai notamment: Les
trois gloutons. Les coureurs émérites.--Les six géants et leur
mère.--Amatelenga.--Les dons merveilleux du guinnârou (et diverses
variantes de ce conte de Grimm). Sechse kommen durch die ganze Welt»[31].

[Note 31: Cf. Lanrezac, Comment les quatre merveilles du Soudan se
connurent, etc. (_Op. cit_.).]

Comme contes simplement humoristiques ou satiriques, je citerai entre
autres: Hâbleurs bambara.--L'avare et l'étranger; ceux qui racontent
les exploits de quelques joyeux sacripants: tels que Fountinndouha
(les méfaits de Foutinndouha).--Les fourberies de M Baye Poullo[32]; la
merveilleuse habileté de voleurs hors de pair: (Les adroits voleurs.--Le
fils du maître voleur.--Les deux faux dioulas), à moins qu'ils ne
rapportent quelque histoire de feinte naïveté comme: Les coups de main
du guinnârou.

[Note 32: Voir Arcin, Les trois menteurs (_op. cit_.) Moussa Travélé:
Kalon Ntyi, etc.]


G. _Contes-Charades_.

Ces récits ont pour objet d'animer les conversations de la veillée en
leur fournissant des sujets de discussions ou d'entretiens prolongés.

Quelques contes à combles se rattachent à cette catégorie qui a une
grande analogie avec celle des «Roetselmoehrchen» allemands (notamment:
Les 2 faux dioulas). A citer encore: Le plus brave des trois.--L'arbre à
fruits humains.

On en trouvera des spécimens dans Bérenger-Féraud: (L'homme à la poule)
et dans Froger. (Les trois grigris,--Zaleum et Songo).



                            CHAPITRE II.


_Le fond et la forme dans la littérature indigène_.

1° Fond: Thèmes favoris des noirs, 2° Forme: Leurs procédés de
prédilection. Comparaison à ce point de vue avec les Aryens:
Mythologie.--Allemands (Grimm et Bechsteitv).--Bretons (Barsaz-Breiz,
Luzel, La Braz).--Russes (Sneegoroutchka).--Français (Perrault, Mme
d'Aulnoy, Mme Leprince de Beaumont); Histoire de France.--Scandinaves
(Andersen. Légende de Sire Olaf dans le bal des Elves) et sémites (1.001
nuits et légendes bibliques).--Procédés qui semblent exclusivement
indigènes.--Thèmes indo-européens qui ne semblent pas avoir été traités
dans la littérature merveilleuse des noirs.--Le chevaleresque dans
les légendes indigènes. Les Torodo.--Le symbolisme indigène: les
apologues.--L'onomatopée.--La forme du conte. Les parties rythmées et
chantées. Un jugement prématuré rectifié par l'expérience.

Je vais, dans ce chapitre, être obligé une fois de plus à une sèche
nomenclature, mais il va de soi que cette étude n'est pas destinée à
tous les lecteurs de ce recueil. Elle n'a pour but que de faciliter leur
travail à ceux qui entreprendraient d'étudier la matière plus à fond.
Aussi ne conseillai-je qu'à ceux-là la lecture un peu aride de cet
avant-propos.


THÈMES FAVORIS DES CONTEURS INDIGÈNES.

Il est certains thèmes pour lesquels les noirs ont une préférence
marquée. Ces thèmes se retrouvent pour la plupart dans les littératures
mythiques des autres races avec des variantes assez légères.

D'autres, au contraire, semblent--ici, comme dans tout le cours de cet
essai, je préfère n'affirmer qu'au cas de certitude absolue--semblent,
dis-je être spéciaux à la littérature indigène.

La faiblesse protégée. Un de ces thèmes, qui dénote de la part des noirs
une sensibilité assez prompte à s'apitoyer, est celui qui a trait à
l'existence misérable des orphelins de mère (la marâtre joue seule ici
le rôle odieux qu'elle partage dans l'imagination des Européens avec la
belle-mère proprement dite). Par bonheur les puissances surnaturelles
viennent en aide à ces déshérités pour la cessation de leurs peines et
le triomphe de la justice[33] à moins que ce triomphe ne se voie
assuré par reflet d'un hasard, apparent ou réel. Voir: Le sounkala de
Marama,--L'orpheline de mère,--Les orphelines,--La marâtre punie,--Sambo
et Dioummi, etc.

[Note 33: Cf. Barot, Le pilon de Marama.]

_La vantardise humiliée_.--Il n'est si fort sur terre qui ne puisse
trouver plus fort encore que soi. A ce thème se rattachent des contes en
grand nombre qui prouvent que tel est un colosse, comparé aux êtres de
sa race, qui se trouve n'être plus qu'un nain minuscule et débile en
regard des guinné. A citer en ce sens: Hâbleurs tfambara--Les six géants
Môssi.

_La bonne et la mauvaise petite fille.--C'est le thème de divers contes
allemands et français (Bechstein: Die Bienenkoenigin, Goldmaria und
Pechmaria; Grimm: Bei Frau Holle.--Perrault: Les fées, etc.). Quelqu'un
mène à bien certaine entreprise parce que ses qualités de coeur lui
attirent des sympathies et des concours utiles. Tel autre, au contraire,
à qui le succès de son compagnon a fait espérer même réussite, échoue
dans une entreprise de même nature parce que ces qualités de cour lui
font défaut. Voir: Le sounkala de Marama.--L'orpheline de mère.--La
femme de l'ogre.--Les présents des faro.--Hammat et Mandiaye, etc.

_Le sacrifice d'une vierge à un monstre et la libération par un héros
d'un peuple contraint à ce tribut_.--C'est la vieille légende de Persée
et de Thésée vainqueur du Minotaure. On la retrouve aussi dans les
contes allemands, celtes et méridionaux (V. Grimm. Voir aussi Le dragon
d'Elorn, La Tarasque), Le monstre[34] est tué soit par l'amoureux de la
victime désignée (Le boa du puits. Amadou Sêfa Niânyi)[35], soit par un
sauveur désintéressé (Les 2 Ntyi--Samba Guénâdio Diêgui). Ce thème est
très fréquemment développé.

[Note 34: V. aussi Béranger-Féraud, Le serpent du Bambouk (_op.
cit_.) et Lanrezac (La légende du Ouagadou).]

[Note 35: Le monstre est le plus souvent un boa mais ce peut être
aussi un lion (B.-F. Légende de Samba Foul), un caïman (S.-G. Diêgui)
ou simplement une armée de souris (Les 2 Ntyi). Cela peut être même un
fleuve (La Comoë, V. Delafosse: Aoura Pokou).]

_Le dévouement d'un homme à sa race_.--(V. Le Dévouement de Yamadou Hâvé
et (peut-être) La fille du massa)[36]. Thème de Décius, de Codrus et
d'Arnold de Winkebried.

[Note 36: V. Delafosse: La conquête du Baoulé.]

_Les enfants précoces_.--V. NDar ou l'enfant-né-avec-des-dents--Amadou
Kékédiourou--L'enfant de Salatouk, etc.[37].

[Note 37: V. Lanrezac: Tiéoulé. Ibonia et, Dupuis-Yakouba: Misandé
Sambadjo (_op. cit._).]

_Le courage mis à l'épreuve_.--(V. Les prétendants de Fatoumata--Le
couard devenu brave).

_La petite soeur ou le petit frère avisé_.--C'est encore souvent un cas
d'enfants précoces comme dans le conte Kado: Amadou Kékédiourou ou dans
Khadidia l'avisée. Un enfant sauve sa soeur, ses frères, ses oncles, sa
mère et, en général, le fait presque malgré eux, en passant outre à
leur défense de les accompagner. (V. La bergère de fauves--La femme de
l'ogre--Le boa marié, etc.).

Ce thème, sur lequel brode complaisamment l'imagination, tant indigène
qu'indo-européenne, paraît s'inspirer de cette idée que les apparences
sont presque toujours le contrepied de la vérité et que chez tel
qui manifeste une évidente intériorité physique se rencontrent des
ressources de perspicacité et de malice plus précieuses que la force
brutale pour sortir indemne d'un mauvais pas, comme si la faiblesse
faisait aux débiles une nécessité de se rattraper du côté de la malice.
Semblable idée a dû faire incarner la roublardise dans le lièvre, si peu
apte à se défendre par la force.

_Les jettatori_.--Une croyance vague au mauvais oeil se décèle dans les
contes intitulés: Le Kitâdo vengé--La chèvre au mauvais oeil--L'hyène et
le bouc à la pêche--La lionne et l'hyène, etc.

_Le voleur émérite_.--V. Le fils du maître voleur--Les fourberies de M
Baye Poullo[38].

[Note 38: V. aussi Kalon Ntyi (Moussa Travélé, _op. cit_.) Die
Probestücke des Meisterdiebes (Bechstein et Grimm.). Les trois menteurs
(Arcin, Guinée Française), etc.]

Les hommes doués d'une force extrême ou d'une faculté
extraordinaire.--Voir les 6 géants Môssi et leur mère--A la recherche de
son pareil--Le maître chasseur et ses 2 compagnons--Amatelenga--Hâbleurs
bambara, etc. A ce thème se rattache le suivant:

_Association d'hommes ou d'êtres merveilleusement doués en vue de
parvenir à la fortune_.--Ces contes rappellent ceux de Grimm et de
Bechstein, intitulés Sechse kommen durch die ganze Welt. (Voir Ntyi,
vainqueur du boa--Les dons merveilleux du guinnârou--Les 6 compagnons).

_La révélation par l'intéressé du défaut de sa cuirasse_.--V. Amadou
Kêkédiourou, Le prince qui ne veut pas d'une femme niassée et divers
contes des Gow (Dupuis-Yakouba).

_La répulsion pour les marques cicatricielles_.--Ce thème se retrouve
parmi les populations qui usent elles-mêmes de ces marques et non pas
seulement chez celles qui ne s'en font aucune. V. Le Boa marié--Khadidia
l'avisée--Le prince qui ne veut pas d'une femme niassée--La femme de
l'ogre--L'anguille et l'homme au canari--Une leçon de courage--Le cheval
noir--Le roi et le lépreux.--Engagement d'honneur, etc., etc.

_L'avarice bafouée_.--V. Ybilis--Le vieillard et les 7 têtes--L'avare et
l'étranger.

_La jalousie conjugale tournée en dérision_.--C'est le thème de maints
contes gaillards de tous les pays et de toutes les races d'hommes.
L'humanité ne se lasse pas de se gausser d'un sentiment que jamais
pourtant elle ne cessera d'éprouver. V. La précaution inutile--Le jaloux
assagi--Le mari jaloux--Bala et Kounandi.

_La jalousie entre co-épouses_.--Ce thème remplace, nous l'avons dit
plus haut, dans la littérature indigène, le thème de la
belle-mère jalouse de sa bru. V. Le riz de la bonne épouse--Les
sinamousso--Jalousie de co-épouse, etc.[39].

[Note 39: V. Barot (op. cit.), Le riz blanc.]

C'est cette haine jalouse d'une femme contre sa compagne qui se reporte
souvent sur les orphelins de celle-ci, comme en témoignent divers contes
cités plus haut et relatifs aux dits orphelins.

Il y aurait certainement un grand nombre d'autres thèmes à énumérer,
mais ceux que je viens de citer sont les plus fréquemment mis en
ouvre[40].

[Note 40: Noter pour les apologues les symboles des puits
communicants: (Kahué l'omniscient--Adina--Enseignements d'un fils)
Froger, _op. cit._,--du boeuf gras qui ne mange pas et du boeuf maigre
qui dévore sans profit (Kahué, 3 frères en voyage, etc.).]


PROCÉDÉS DE PRÉDILECTION DES CONTEURS NOIRS.

Il y a lieu maintenant de voir de quelle façon nos conteurs brodent sur
leurs divers thèmes. Tout en indiquant les procédés d'intérêt dont ils
usent le plus volontiers, nous signalerons les ressemblances de ces
procédés avec ceux que les Indo-Européens emploient et nous constaterons
au passage de très nombreuses ressemblances.

Voici les principaux de ces détails dont s'enjolivent nos récits:

_L'avalement de l'adversaire_.--V. Le fer qui coupe le fer[41]. Ce
procédé est employé aussi pour embellir celui à qui on l'applique (V.
Les prétendants de Fatoumata).

[Note 41: V. Dupuis-Yakouba, Contes des Gow: Misandé Sambadjo.]

_Le corps où l'on pénètre sans difficulté.--V. Hâbleurs bambara[42].

_La rémunération modeste demandée en échange d'un service qu'on va
rendre_.--Une vieille femme, en général demande comme récompense d'une
précieuse révélation qu'elle se dispose à faire, soit de la viande sans
os (des oeufs) soit un peu de son et une vieille pipe (V. La fausse
fiancée.--L'homme touffu.--Les 3 femmes du sartyi, etc).[43]

_La ruse de celui qu'on porte à noyer_ et qui persuade à un autre de
prendre sa place en lui affirmant que c'est là un sûr moyen de gagner
des trésors. V. MBaye Poullo, La fiancée de race yblisse, etc.[44]

[Note 42: V. Desplagnes, Conte de Farang-Nabo.]

[Note 43: De V. Farang et Korarou, Fatimata de Tigiem.]

[Note 44: Cf. Kalon Ntyi (M. Travélé, _op. cit_.) et Petit Clauss et
Grand Clauss d'Andersen. Cf. également Contes inédits des 1001 Nuits
(Trébutien).]

_Les épreuves bizarres_ auxquelles un prétendant est astreint pour se
voir agréer. V. Le mariage de Niandon.--Affront pour affront, etc. Ces
épreuves sont parfois scabreuses; elles peuvent n'être qu'amusantes.
(Les prétendants).

_Le baobab aux fruits d'or_ ou contenant de l'or. (V. Déro et ses
frères. Histoire de NMolo Diâra la crapule.--Les présents des faro,
etc.)[45].

--_L'animal qui excrète de l'or_--Voir Ntyi le menteur (M. Travélé)[46].

[Note 45: Cf. le Goldesel de Esel streck'dich. (Bechstein et Grimm).]

[Note 46: On rencontre une association fréquente entre l'idée de l'or
et celle d'un baobab ou de la proximité d'un baobab.]

_Le dédain de l'athlète pour les armes qu'on lui présente_.--V.
Amatelenga.

Les procédés que je viens de rapporter sont, à ma connaissance, presque
exclusivement indigènes. Ceux qui vont suivre ont des correspondants
dans la littérature indo-européenne. Nous noterons ces rapports de
ressemblance au fur et à mesure. Ils sont tellement fréquents qu'ils
pourront faire croire à plus d'un lecteur que le noir est surtout un
imitateur et que sa littérature merveilleuse n'est qu'un pastiche pur et
simple.

Le lieutenant Lanrezac s'est élevé contre cette opinion dans son
Essai de folklore au Soudan. Il a dit le nécessaire, à mon sens, pour
condamner cette hypothèse et soutenu victorieusement la thèse que la
littérature indigène est presque absolument originale. Nous verrons en
effet que l'influence qui paraîtrait la moins probable--celle des races
européennes avec lesquelles le noir est en contact depuis beaucoup moins
de temps qu'avec les sémites musulmans--serait, en réalité, la plus
manifeste, à en juger d'après les apparences. Les musulmans qui,
auraient dû, semble-t-il, inspirer fortement la littérature merveilleuse
des noirs, n'y laissent au contraire que de rares traces d'influence.

Sans doute il se rencontre quelques réminiscences de la Bible dans les
contes des pays islamisés de longue date mais l'énumération en serait
brève.

Ainsi on peut rapprocher l'histoire de Déro et de ses frères de celle de
Joseph vendu par les siens et leur rendant le bien pour le mal. De même
dans les contes des Gow de Dupuis-Yakouba on notera des réminiscences
de l'histoire de Joseph et de la femme de Putiphar (histoire qui est
d'ailleurs un peu celle de Phèdre et d'Hippolyte).

On peut encore rapprocher de la bénédiction d'Isaac mourant, surprise
par Jacob au moyen d'un stratagème, celle du roi Dinah surprise par son
second fils (Lanrezac, _op. cit._) mais de telles rencontres, sont, je
le répète, très peu fréquentes.

J'aurai à peu près épuisé les comparaisons entre les littératures
islamique et indigène, au point de vue des procédés, en énumérant
quelques détails, réminiscences des 1001 Nuits. Contre mon attente, ces
ressouvenirs, qui peuvent d'ailleurs souvent se référer aussi bien à des
procédés indo-européens, ne sont pas très nombreux. Ainsi: _la condition
imposée à un passager transporté par un génie de ne pas prononcer le nom
de Dieu_ (Conte des calenders. Le cavalier d'airain) se retrouve dans le
conte ouolof Ibrahima et les hafritt[47].

[Note 47: Cf. conte des calenders (1001 Nuits). Le prince qui ne veut
pas d'une femme niassée. Benipo et ses soeurs. Khadidia l'avisée. C'est
la légende de Protée.]

_Les marques signalétiques faites à la maison d'un voleur pour la
reconnaître et effacées par l'intéressé_ se rencontrent aussi bien dans
Le fils du maître voleur que dans Ali Baba et dans le conte d'Andersen:
Das blaue Licht.

_L'art de se débarrasser d'un cadavre gênant_ est pratiqué de la même
façon dans Le tailleur et le bossu (1001 Nuits) et dans Le fils adoptif
du guinnârou.

A citer encore:

_Le mutisme tenacement observé au milieu de provocations insultantes_ ou
en présence d'événements de nature à faire rompre le silence; cf. Les 3
soeurs jalouses de leur cadette (1001 Nuits) et L'orpheline de mère.

_Les multiples transformations afin de se dérober à la poursuite d'un
ennemi_[48].

[Note 48: Voir contes des Gow: Moussa Nyamé, Kamankiri NDana, Mama
Yari, etc. Ce procédé est d'ailleurs de tous les pays, cf. Magali,
Légende bretonne de Gwion et de Koridgwenn, etc.]

_Le «Sésame ouvre-toi!»_.--Cf. La case de cuivre pâle.

_L'ingratitude des frères pour leur sauveur_ et le meurtre répondant au
bienfait. Cf. Codedad et ses frères (1001 Nuits), divers contes de Grimm
et Fatouma Siguinné.

_La curiosité punie_.--Cf. conte des calenders et La mounou de la
Falémé.

_Les calomnies des co-épouses_ pour perdre l'épouse préférée, par
exemple, en représentant celle-ci comme étant accouchée d'un monstre;
cf. Codedad et ses frères. Les soeurs jalouses de leur cadette (1001
Nuits) et Les 3 femmes du sartyi. (Voir aussi contes de Grimm et La
belle au bois dormant).

_Le dormeur éveillé_.--Cf.(Moussa Travélé): Le cultivateur et son fils.
C'est le thème du conte des 1001 Nuits portant ce titre et aussi de la
fable: Perrette et le Pot au lait.

_Voyageurs retenus loin de leur pays_ par l'effet de circonstances
obstinément hostiles à leur retour; voir: Ibrahima et les haffritt.
C'est le sujet même de l'Odyssée, dont les 1001 Nuits trahissent de
multiples réminiscences.

_Le tapis volant_.--Voir Mamadou et Anta la guinné. Cf. conte du prince
Ahmed et de la fée Péri-Banoum (1001 Nuits).



INFLUENCE INDO-EUROPÉENNES.

Ces influences, nous les tenons pour plus apparentes que réelles. Il y
a lieu cependant de constater que la littérature indigène reproduit
surtout les détails des mythes indo-européens (Grèce antique, Bretagne,
France, Allemagne, Russie même)[49].

[Note 49: Voir là comte de Takisé, la fille de graisse qui fond au
soleil comme Sneegoroutchka, la fille de neige.]

Je vais indiquer ces rencontres. Il s'en trouve même sur le terrain de
la légende historique. Sous ce dernier rapport, j'appellerai l'attention
sur les détails ci-après:

_Procédé de Sévi_ écrasant le tas de pagnes et de bijoux apporté en
tribut par le tounka (La geste de S.-G. Diêgui) Cf. Brennus jetant son
épée dans la balance où se pèse le tribut libérateur de Rome et Noménoé
faisant le poids avec la tête de l'envoyé du roi frank.

_Procédé de Malick Sy_[50], le rusé marabout obtenant, par sa diligence
entendue, un terrain considérablement plus vaste que celui que comptait
lui concéder le chef du pays. Cf. la ruse de Didon, faisant découper en
lanières la peau de boeuf qui devait contenir la terre accordée pour la
fondation de Carthage.

[Note 50: Conte de Bérenger-Féraud (_op. cit_.).]

_Les serments de bons desseins réciproques_ entre ennemis
irréconciliables: cf. Jean-Sans-Peur et le duc d'Orléans--Le Kitâdo
vengé.

_Procédé de Konkobo Moussa_ (Geste de S.-G. Diêgui) s'emplissant la
culotte de terre afin de s'interdire toute tentative de fuite. Cf.
les milices flamandes s'attachant avec des chaînes dans le même but à
Roosebecque et les Cimbres[51] à Verceil.

[Note 51: Plutarque: In Mario.]

_Les enfants reprochant à un futur héros de n'avoir pas de père_. Cf.
Contes des Sorkos: Farang Nabo. Contes des Gow: Misandé Sambadjo. Cf.
Xénophon Cyropédie: Cyrus enfant et Mandane.

On en trouverait encore sans grand peine un certain nombre d'autres.



PROCÉDÉS GERMANIQUES.

Au nombre des procédés qui sont communs aux littératures merveilleuses
allemande et indigène, je citerai, tout en m'efforçant de rester aussi
bref que possible:

_La gifle qui semble décapiter_ la personne à qui on l'applique. Cf.
L'amandier (Grimm et Bechstein) et La fille qui veut apprendre à
chanter.

_L'aide prêtée par les bêtes._--Cf. Ntyi vainqueur du boa--La femme de
l'ogre--La protection des djihon--Le cheval noir et Die Bienenkoenigin
(Bechstein et Grimm) (Cf. aussi La belle aux cheveux d'or.)

_Les armes dédaignées par le jeune géant_.--Cf. Amatelenga et Der junge
Riese (Grimm).

_La capture de l'animal cornu_, grâce à une ruse qui l'amène à enfoncer
ses cornes dans un tronc d'arbre d'où il ne pourra plus les retirer.
Cf. Le brave petit tailleur (Grimm et Bechstein) et Le fils du seigneur
Ouinndé.

_La poursuite retardée_ par des obstacles naturels suscités par
la sorcellerie. Cf. La fiancée de race yblisse--La queue
d'Yboumbouni--Khadidia l'avisée et Die Wassernixe (Grimm).

_Le talisman de nourriture_ et les aliments qui se préparent
d'eux-mêmes. Cf. Les 4 fils du chasseur--Le sounkala de Marama--La
bergère de fauves--Hammat et Mandiaye et Tischlein deck'dich (Grimm et
Bechstein).

_Le fouet qui frappe de lui-même_.--Cf. La nyinkona et Knuppel aus dem
Sack (Grimm et Bechstein).

_Les animaux parias qui associent leur misère_ pour en diminuer les
inconvénients. Cf. Die bremer Musikanten (Grimm et Bechstein) et L'hyène
machiavélique[52].

_La marchande de galettes soporifiques_.--Cf. conte de l'Homme touffu et
Sneewitchen[53] (la pomme empoisonnée).

[Note 52: Cf. l'exposé comique de leurs griefs contre l'homme. Voir
Arcin, L'homme le caïman et le lapin et La Fontaine (Fables).]

[Note 53: Également Barsaz-Breiz: Merlin l'Enchanteur.--La Princesse
du Soleil (Luzel), etc.]

_L'égoïsme féroce du cruel compagnon de route_ et l'aumône d'un
peu d'eau, payée d'un prix exorbitant. Cf. Die beide Wanderer
(Grimm)--Falada--La fausse fiancée--Les 2 Ntyi.

_La demande de cheveux_ d'un être puissant ou merveilleux, épreuve
malaisée comme condition d'un pardon ou d'une faveur: Cf. Le fils du
seigneur Ouinndé (cheveux de tyityirga) La queue d'Yboumbouni et Boccace
(Décaméron)--Grimm: Der Teufel mit den 3 goldene Haaren.

_Le remède indiqué à un blessé, par l'entretien d'animaux_ qui ne
soupçonnent pas sa présence. Cf. Déro et ses frères--Les 2 Ntyi, et
Grimm: Die beide Wanderer--Der treue Johannes.

_L'apparent déshérité tirant parti de son maigre lot_.--Cf. Les 2 Ntyi
et Die 3 Gluckskinder (Grimm) où le héros s'enrichit en vendant un chat
dans un pays où il est inconnu et où foisonnent les souris.

_L'enfant promis à un génie_ (de l'eau dans la plupart des cas),
promesse qui n'est pas tenue: Cf. Die Nixe im Teich et Das Moedchen ohne
Hoende (Grimm).

_Les signes pour se faire reconnaître comme le vainqueur du monstre_.
Le vainqueur laisse sur place ses sandales et ses bracelets (Le boa
du puits--Samba Guénâdio Diêgui); son couteau (Les 2 Ntyi); son chien
(B.-F. Samba Poul); ou emporte un morceau de la bête (la peau du caïman,
la langue du lion) Samba Guénâdio--Die 2 Bruder (Grimm).

Dans le conte de Hammadi Diammaro, ce dernier use d'un moyen analogue
pour confondre les imposteurs.

_Le sabre destiné à un héros qui, seul, pourra s'en emparer_.--Cf. B.-F.
Faveurs accordées aux nouveaux convertis et Légende de Siegmund.

_L'association de héros merveilleusement doués_ que j'ai signalée comme
un des thèmes favoris des conteurs noirs est aussi un procédé commun aux
littératures germanique et indigène.

_Le langage des animaux devenu intelligible grâce a un
aliment-talisman_.--Cf. Le lièvre et le dioula et Die weisse Schlange
(Grimm). Cf. également l'apologue de début des 1001 Nuits: L'âne, le
boeuf et le cultivateur. Dans tous ces contes, il en coûte la vie à qui,
détenteur de ce secret, se laisserait aller à le révéler.

_La danse irrésistible_ par l'effet de certaine chanson ou d'un air joué
sur un instrument magique. Cf. Le joli fils du roi et Der Jude im Dorn
(Grimm).--Das blaue Licht (Andersen).

_La révélation par quelqu'un du procédé grâce auquel on viendra à bout
de lui_. Voir Amadou Kêkédiourou.--Ntyi vainqueur du boa.--Der Mann ohne
Herz (Bechstein).--Contes des Gow.--Le prince qui ne veut pas d'une
femme niassée, etc. Cette révélation est souvent interrompue dans les
contes indigènes; d'où le salut de l'imprudent trop expansif.

_L'âne qui excrète de l'or_. Voir: Les trois menteurs (Arcin, _op.
cit_.), Kalon Ntyi (M. Travélé)--Esel streck'dich (Grimm et Bechstein).

_L'épreuve de la maîtrise en friponneries_, notamment par l'enlèvement
de quelqu'un qui s'y attend. V. Le fils du maître voleur--Les fourberies
de MBaye Poullo Kalon Ntyi. Cf. Die Probestucke des Meisterdiebes (Grimm
et Bechstein) et le conte égyptien rapporté par Hérodote.

_La femme fourbe et ambitieuse qui se substitue à la véritable fiancée_
qu'elle est chargée d'accompagner. Cf. La fausse fiancée et Falada (Paul
Arndt. Es war einmal) ou à la femme qu'elle a fait périr: Die falsche
Braut (Grimm).--Jalousie de co-épouse[54].

[Note 54: Cf. également le rôle de Longue Épine dans la Biche au
bois.]

_Les promesses merveilleuses faites par des filles qui rêvent d'un
époux_. Cf. Les 2 soeurs jalouses de leur cadette (1001 Nuits), Grimm:
divers contes et Les trois femmes du sartyi.

_Le stratagème pour s'introduire dans le paradis_ en dépit de celui qui
en garde l'entrée. Cf. Bruder Lustig (Grimm) et L'intrus dans l'Aldiana
(Dr Cremer).

_La découverte d'une source là où ne la soupçonnaient pas les gens du
village privé d'eau_. Cf. Déro et ses frères et Der Teufel mit den 3
goldene Haaren (Grimm).

Je note, pour en finir avec cette longue comparaison entre contes
allemands et contes indigènes, l'analogie qui existe entre la puérile
explication de l'origine du soleil (D'où vient le soleil) et celle du
conte de Grimm (Der Mond) relative à la lune.


PROCÉDÉS FRANÇAIS.

Si maintenant nous comparons les procédés des conteurs noirs à ceux des
conteurs français, nous trouverons, outre les rapports déjà signalés
accessoirement, les ressemblances suivantes.

_Précaution détenir un enfant à l'écart de telle chose ou de telle
personne qui doit lui être fatale_.--Cf. La Fontaine (Fables)--La biche
au bois--La belle au bois dormant[55].

[Note 55: Cf. également 1001 Nuits. Conte des calenders.]

_La bête reconnaissante à qui l'a épargnée_. V. contes des Gow. Sanou
Mandigné. Cf. La belle aux cheveux d'or[56].

[Note 56: Voir aussi Grimm, Die 2 Bruder.--Die Bicnenkoenigin.]

_L'oeuf miraculeux_ de Florise (dans l'Oiseau bleu) a ses équivalents
dans les oeufs du conte de L'orpheline de mère ou les calebasses de
Hammat et Mandiaye et du Sounkala de Marama.

_L'odeur de chair fraîche_. Voir La femme de l'ogre--La lionne
coiffeuse--La fiancée de race yblisse. Cf. Le petit Poucet.

_L'ogresse ou la sorcière qui tue ses propres enfants, croyant tuer ses
hôtes_.--Cf. Amadou Kêkédiourou et Le petit Poucet.

_Les choses semées sur la route pour retrouver son chemin au retour_.
Ce sont des graines de plantes rampantes (La femme de l'ogre) un sac de
cendre troué, (L'hyène, le lièvre et le somono). (Arcin, _op. cit._).
Cf. Le petit Poucet[57].

_La baguette magique_[58]. Voir: Les obligés ingrats de Ngouala.

[Note 57: Cf. Grimm, Hoensel und Gretel.]

[Note 58: Cf. la baguette magique d'Athêné (Odyssée).]

_Les petits animaux transformés en chevaux_. Voir: Les jumeaux de la
pauvresse.--Cf. Cendrillon: (les lézards, les souris et le rat).

_Le héros ingénu lors de ses débuts dans la vie_.--Cf. Guénâdio Diêgui
et Pérédur (ou Perceval le Gallois)[59].

[Note 59: Cf. aussi Lez Breiz (Barsaz-Breiz. La Villemarqué).]

_L'oiseau voleur, cause des accusations portées contre un
innocent_.--(Voir Geste de S-G. Diêgui).--Cf. la légende populaire de la
pie voleuse.

_L'épreuve du triage de grains_ pénible à effectuer.--Cf. La protection
des djihon.--Gracieuse et Percinet[60].

[Note 60: Cf. aussi Die Bienenkoenigen et Aschenbroedel (Grimm).]

_Le mannequin qui trompe l'exécution des mauvais desseins_.--Cf. La
flûte d'Ybilis--Le forage du puits--Le pardon du guinnârou et L'adroite
princesse (Mme d'Aulnoy).

_La feinte d'un animal pour déjouer les invites doucereuses d'un
ennemi de sa race_.--Cf. L'hyène et le bouc à la pêche.--L'hyène et le
pèlerin--et La Fontaine (Fables): Le coq et le renard.

_Le remède indiqué à un puissant et qui se compose des organes vitaux
de celui qui a tenté de nuire au conseilleur du dit remède_.--Cf.
Ingratitude--Le tailleur de boubous en pierre--La protection des
djihon--La tortue et la pintade--le renard conseillant au lion malade de
s'envelopper d'une peau de loup écorché vif. (La Fontaine, Fables).


Procédés celtiques.

Passant aux contes de la littérature celtique, nous trouvons, comme
présentant des ressemblances évidentes avec les procédés des récits
indigènes, les détails suivants:

_La ronde de lutins_ [61] empêchant le voyageur attardé dans la nuit de
poursuivre son chemin.--Cf. Le chasseur de Ouallalane et divers contes
de korrigans.

_Les substitutions d'enfants._--Un génie substitue un enfant de sa race
à un enfant de race humaine. Cette tradition est également allemande et
Scandinave (Les doeckâlfar).--Cf. Le fils des bâri et L'enfant supposé
(Barsaz-Breiz) [62].

[Note 61: Cf. également les trolls norvégiens. Voir Peer Gynt
(Ibsen).]

[Note 62: Voir aussi Grimm: Die Wichtelmoenner.]

_Le procédé pour amener un muet volontaire à rompre le silence._--Cf.
Légende de NDiadiane NDiaye et l'Enfant supposé (Barsaz-Breiz).

Nombre d'aventures et de détails évoquent en outre des souvenirs de
l'histoire grecque ou romaine:

_Le dévouement_ de Yamadou Hâvé rappelle celui du Romain Décius, du Grec
Codrus ou du Suisse Arnold de Winkelried.

_La folie_ d'Amady Sy, élevant une gueule tapée à la co-royauté n'est
pas sans analogie avec celle de Caligula nommant consul son cheval
Incitatus.

_Le refus des parents_ de se sacrifier pour racheter la vie de leur
enfant et _le dévouement de l'épouse,_ contrastant à cette occasion avec
leur conduite, c'est le thème de l'Alkestis d'Euripide et aussi ceux de
La Mauresque et de Diadiari et Maripoua, comme du Kitâdo vengé.

Nous trouvons les conditions _presque irréalisables_ imposées à
quelqu'un, avec l'arrière-pensée de l'envoyer à la mort, dans le conte
des Sorkos[63] où Fatimata de Tigilem exige de son mari qu'il lui apporte
de la graisse d'un hippopotame qui a jusqu'alors anéanti tous ses
adversaires.--Cf. La protection des djihon. Ce thème est fréquent dans
la littérature merveilleuse de tous les peuples. C'est l'histoire des
travaux imposés à Hercule par Eurysthée.--Cf.

[Note 63: Desplagnes (_Op. cit._).]

Conte de Gracieuse et Percinet (Mme d'Aulnoy) Le prince Ahmed et la fée
Peri-Banoum (1001 Nuits), La belle aux cheveux d'or--Le brave petit
tailleur (Grimm).

_La curiosité fatale de la femme._--Thème de Psyché, de Lohengrin,
Serpentin Vert etc., de l'apologue de l'Ane, le boeuf et le cultivateur
(1001 Nuits), de la Mauresque, du Lièvre et le dioula, du Koutôrou
porte-veine.

_L'avis donné au moyen de présents symboliques._--Voir Namara
Soundiéta--Les 6 compagnons--Les 2 intimes--Quels bons camarades!

_Le sacrifice fait aux divinités des éléments_ pour obtenir le succès
d'une entreprise. Voir: La conquête du Baoulé (Delafosse, _Op. cit._)
Iphigénie sacrifiée à Neptune, etc.

_La transformation_ d'êtres humains en _animaux inconnus_
jusqu'alors et, par suite, l'origine de cette nouvelle espèce
d'animaux--L'explication de _particularités physiques_ d'autres espèces.
Voir les divers contes de pseudo-histoire naturelle.[64]--Cf. Philomèle,
Progné, etc.

[Note 64: Cf. le conte sur l'origine des rayures du tigre. R.
Kypling, Livre de la Jungle.]

_La transformation_ d'une jeune fille _en chose inanimée_ pour la
soustraire aux désirs d'un être surhumain: Goloksalah et Penda Balou
(Bérenger-Féraud, _Op. cit._) Cf. Légende d'Apollon et de Daphné et
autres légendes mythologiques grecques.

La femme essayant de _séduire un proche parent de son mari_ (fils,
frère) et, faute d'y parvenir, _accusant_ celui-ci _d'avoir voulu la
violenter._ Contes des Gow: Kelimabé--Cf. Phèdre, Joseph, les femmes de
Camaralzaman (1001 Nuits).

_L'énigme donnée à deviner sous peine de mort._--Cf. Bilâli--OEdipe et
le Sphinx.--Contes de Grimm. Au cas où le mot de l'énigme est trouvé,
celui ou celle qui l'a proposé meurt sur le champ ou tout au moins tombe
sous le pouvoir de celui qui l'a résolue.

_L'ami dévoué qui se porte garant, au péril de sa vie, du retour de son
ami condamné._--Cf. Les 2 amis peulhs (B.-F., _op. cit._), Damon et
Pythias.

_L'épreuve de l'amitié dans l'adversité._--Cf. L'homme aux nombreux amis
(B.-F. _op. cit_) et Timon le misanthrope.

_Le musicien qui attire les animaux par le_ _charme de son
instrument._--Cf. Farang Nabo (contes des Sorkos) Légendes d'Orphée et
d'Amphion.

_Le bijoux perdu (ou rejeté) retrouvé dans un poisson_[65].--Cf. Le
marabout et le fama--La bague aux souhaits--L'anneau de Polycrate
(Hérodote).

[Note 65: C'est le rôle invariable et exclusif du poisson dans les
contes. Voir B.-F. Le bracelet rapporté par le poisson.]

_Le mari se séparant de sa femme pour sauver la vie d'un ami,_ malade
de désir ou d'amour pour celle-ci.--Cf. Les 2 amis peulhs (B.-F. _Op.
cit_). et Séleucus Nicanor répudiant Stratonice au profit de son fils
Antiochus.

_La révélation d'un forfait qui semblait devoir rester à jamais
inconnu._--Cf. Le melon révélateur et Les grues d'Ybicus[66].

[Note 66: Cf. également Bechstein, Die klare Sonne bringt es am Tag
et Grimm.]

Enfin, sans comparer spécialement à telle ou telle fraction de la
littérature indo-européenne, nous aurons à mettre en regard des procédés
généraux communs de celle-ci les procédés indigènes ci-après:

_La croyance à la voix du sang._--Voir Bala et Kounandi--Lanséni
et Maryama (Barot)--Le fils du seigneur Ouindé--L'épreuve de la
paternité--Fatouma Siguinné--Hammadi Bitâro--Les 3 femmes du sartyi,
etc.

_Épreuves analogues aux ordalies_: Voir Delafosse: La mort du chien
et, contes des Gow, l'épreuve subie par Sanou Mandigné. Voir aussi
l'interrogatoire du cadavre dans Le cheval de nuit et La taloguina.

_L'indiscrétion punie._ Histoires pour impressionner les touche-à-tout.
Voir: Le canari merveilleux.

_Caractère fatidique des nombres 3 ou 7 et de leurs multiples._ Il y
aurait trop d'occasions de le souligner. Le lecteur le constatera en
cours de lecture.

_Le talisman d'invisibilité._ L'anneau de Gygès, le bonnet (Hutlein) des
contes allemands. Le bonnet magique de Sanou Mandigné (contes des Gow).
Le sirikou bambara. La queue d'hyène (pour les voleurs).

_La bague à souhaits._ Le Wunschring des Allemands. Voir La bague aux
souhaits. L'anneau de la tourterelle, etc.

_Minuit, heure des apparitions et des crimes_ chez les noirs comme chez
les blancs. Voir: Les jumeaux de la pauvresse--Amadou Kêkédiourou.

_Les loups-garous._--Voir: L'ensorcelée de Thiévaly.--La
taloguina.--L'almamy caïman.

_La mort aux porteurs de mauvaises nouvelles._--(Voir Amadou
Kêkédiourou.--La geste de S.-G. Diêgui).


Procédés exclusivement indigènes.

En outre un certain nombre de procédés peuvent, jusqu'à plus ample
informé, être considérés comme exclusivement indigènes:

_La transformation de quelqu'un par l'avalement._--V. Hammadi
Diammaro--Fatouma Siguinné, etc.

_Certaines épreuves bigarres ou scabreuses._--Mariage de
Niandou.--Affront pour affront.--Les prétendants, etc. Ces épreuves sont
généralement des conditions posées pour l'acceptation d'un prétendant.

_Les bêtes justicières._--Voir: Le châtiment de la diâto--La lionne
coiffeuse.

Un animal de brousse ou un guinné _se_ _changeant en femme pour assurer
sa vengeance._--Voir Mamady le chasseur.--La flûte d'Ybilis.--Kamankiri
NDana (contes des Gow).--La lionne et le chasseur.

_Le vol d'une autruche et la recherche de sa graisse._--V. Les
fourberies de MBaye Poullo et Le fils du maître-voleur.

_Le faux talisman qui passe pour ressusciter les morts par son
contact_ et dont un personnage, dénué de scrupules, fait commerce. La
résurrection d'un prétendu cadavre. Voir Kalon Ntyi (M. Travélé)--Les 3
menteurs (Arcin).--Les fourberies de MBaye Poullo--Mensonge et Vérité
(Froger).

_Les enfants élevés par des guinné._--V. Déro et ses frères.--Les
jumeaux de la pauvresse.--Le Kitâdo vengé.--Le fils adoptif du
guinnârou, etc.

_Les griots excitant le courage des victimes qu'on mène au sacrifice._
(Le geste de Samba Guenâdio Diêgui) par leurs chants ou leurs
imprécations.

_Les gestes magnétiques._--Voir: NDar--Kélimabé (contes des Gow).

_La révélation interrompue_ des métamorphoses ou sortilèges successifs
grâce auxquels un chasseur se dérobe à la colère des bêtes de la
brousse. Voir Kamankiri NDana et divers autres contes des Gow et
des Sorkos. (Dupuis-Yakouba et Desplagnes, _op. cit._) Mamady le
chasseur.--Le riche et son fils.--Le prince qui ne veut pas d'une femme
niassée, etc.

La femme fourbe se faisant accompagner par le mari dont elle médite la
perte et _dissuadant celui-ci d'emporter chacune des armes qu'il
prend successivement_ pour sa sûreté. Voir contes des Gow,--Mamady le
chasseur.--La lionne et le chasseur.--Le prince qui ne veut pas d'une
femme niassée.

_L'hyène prise comme monture._--V. L'hyène et le pèlerin.--Les
prétendants etc.

_Le geste «jettatorique» de la barbiche braquée._--V. L'hyène et le bouc
à la pêche.--La chèvre au mauvais oeil.--La lionne et l'hyène.

_La compagnie tenue, malgré eux,_ à des gens que l'on voudrait sauver et
les multiples transformations de celui qui les accompagne.--V. Amadou
Kêkédiourou.--Khadidia l'avisée.--La bergère de fauves et divers autres
contes de petits frère ou soeur avisés.

_L'enfant qui parle dans le sein de sa mère_ _et s'enfante
de lui-même._--V. Misandé Sambadjo (contes des Gow)--Tiéoulé
(Lanrezac)--Amadou Kêkédiourou--Amatelenga etc.

_Le cadeau artificieux._--V. La chèvre grasse.--Les générosités de
l'hyène.

La bête blessée emportant l'arme dans sa plaie _et menant ainsi le
chasseur jusqu'au village des animaux._--V. D'où vient le soleil et
(contes des Gow) Sanou Mandigné chez les éléphants.

_L'avalement comme mode de combat._--V. Misandé Sambadjo (contes des
Gow).--Le fer qui coupe le fer.

_Le retour irrésistible à son naturel._--V. Chassez le naturel... et Le
lièvre et l'hyène aux cabinets. V. aussi Delafosse (_op. cit._) Le Ciel,
l'araignée et la mort.


THÈMES OMIS PAR LA LITTÉRATURE INDIGÈNE.

Par contre, il est des thèmes dont il ne semble pas que la littérature
indigène ait tiré parti.

Rien d'analogue à Circé ou aux magiciennes des 1001 nuits, changeant,
d'un geste, les hommes en animaux dans le but de leur nuire. Ce thème
est pourtant très employé par les conteurs musulmans.

Il n'y a pas de conte qui manifeste la conception d'un Scharaffenland,
d'un pays de Cocagne où les hommes vivraient heureux dans l'abondance
et l'inaction. Cependant un rêve de cette nature semble plus conforme
encore au tempérament des noirs qu'à celui de l'Indo-Européen[67].

[Note 67: Le conte-charade de Bérenger-Féraud: «L'homme à la poule»
ne semble pas contredire cette opinion, malgré les apparences. Le héros
du conte a bien un fils qui abat les oiseaux tout préparés, mais encore
faut-il qu'il fasse l'effort de tendre son arc et de les mettre en
joue.]

_Pas d'histoires de brigands_ non plus, de ces récits cauchemardants
dont la Roeuber-brautigam de Grimm est un type achevé et qu'on retrouve
aussi dans les 1001 Nuits (Ali-Baba et les 40 voleurs).

_Pas d'êtres minuscules de nature humaine._ Rien qui équivaille aux
voyages de Gulliver à Liliput ou au conte de Grimm et de Bechstein:
Daumesdick. Certains héros des contes indigènes paraissent petits,
mais c'est par contraste avec les géants, d'origine surnaturelle, qui
figurent en même temps qu'eux dans le récit.

Pas de meurtres simulés dont _l'exécution serait prouvée_ par la
présentation des organes de certains animaux, comme on le voit dans
Geneviève de Brabant, Camaral-zaman (1001 nuits) ou la 2e partie de la
Belle au bois dormant (épisode d'Aurore et du petit Jour). Dans Déro et
ses frères on présente bien au père le vêtement ensanglanté de Déro,
mais ce conte n'est pas d'inspiration indigène. C'est une réminiscence
incontestable de l'histoire de Joseph livré par ses frères.

_Pas de haine de la belle-mère contre sa bru._ Cet élément d'intérêt
dramatique est--nous l'avons déjà dit--remplacé par la haine des
co-épouses entre elles ou des marâtres contre les enfants d'un autre
lit.

_Pas d'intersignes_ comme dans les contes bretons.

_Pas de paysans naïfs jusqu'à la stupidité_ comme dans les contes
allemands.

_Pas_ d'existence, ou plutôt, _de personnalité caractérisée_ donnée à
des ustensiles usuels. Cf. avec le conte d'Andersen qui met en scène une
théière un sucrier, des pinces à feu, etc. (Es war einmal. Paul Arndt).

_Pas de races traditionnellement caricaturées_ comme les Souabes ou les
Schildburger en Allemagne, à moins qu'on ne considère comme telle celle
des Bagnoums (V. Bérenger-Féraud: La chasse au lion des Bagnoums).

_Pas de professions raillées ou décriées_ comme, jadis en Bretagne,
celle des tailleurs. Les griots n'ont pas un plus mauvais rôle que les
autres indigènes, encore que dans la vie réelle ils bénéficient d'une
très relative estime. Peut-être les contes sont-ils--en principe--leur
oeuvre, ce qui expliquerait que, sur ce point, la littérature ne soit
pas le reflet toujours fidèle de l'esprit de la race qui en fait son
moyen d'expression.

_Pas de légende dans le genre de celles des 7 Dormants_, de Rip van
Winkle ou du moine extatique. Les conteurs noirs n'ont vu que le côté
comique des sommeils indéfiniment prolongés.

_Pas de contes de revenants proprement dits._--Tous ceux où l'on
voit des morts agir n'ont pas ce caractère, à mon avis. Les mères
d'orphelines revivent après être sorties de la tombe. Quant à celle de
Marama (Le sounkala de Marama) c'est une vision de rêve et non pas un
revenant réel. Le mort du Cadavre ambulant est un mort que l'on n'a pas
enterré et non un véritable revenant.

_Pas de légendes relatives aux génies de là terre ou du sous-sol_, non
plus qu'aux génies de la montagne. Je ne voudrais cependant pas me
montrer trop catégorique à ce propos, n'ayant recueilli de contes que
dans des régions dépourvues d'accidents de terrain bien caractérisés
et étant insuffisamment renseigné, faute d'un séjour prolongé, sur la
littérature merveilleuse des montagnards du cercle de Bandiagara.


LE CHEVALERESQUE DANS LA LITTÉRATURE DES NOIRS

C'est principalement dans les récits des Torodo que nous relevons les
traces d'une mentalité chevaleresque, analogue à celle de notre moyen
âge. Je regarde ce que j'ai intitulé La geste de Samba Guénâdio Diêgui
comme une chanson de geste véritable. Je renvoie le lecteur à cette
légende, non sans avoir souligné les quelques détails ci-dessous:

1° _Noms donnés aux armes et aux montures des héros._--Le fusil de Samba
s'appelle Boussalarbi, tout comme l'épée de Charlemagne avait nom:
Joyeuse et celle de Siegfried: Balmung. Le cheval de Samba s'appelle
Oumoullatôma et celui de Birama NGourôri: Golo, de même que celui des
4 fils Aymon était appelé: Bayard et ceux de Gradlon, roi de Kérys:
Morvarc'h et Gadifer.

2° _Naïveté ingénue de Samba adolescent._--Il est honnête et ne
soupçonne pas le mal chez autrui. Il prend pour argent comptant les fins
de non-recevoir gouailleuses de son oncle Konkobo Moussa. Cette naïveté
n'est pas sans analogie avec celle que manifestent Pérédur ou Lez-Breiz.

3° _Combat singulier de 2 chefs._--(Duel de Samba et de Birama). Voir de
même dans Amadou Sêfa Niânyi, le duel d'Amadou et de Samba Koumbelé.

4° _L'offre généreuse, faite à l'ennemi désarmé, de moyens de continuer
le combat._--Samba donne à plusieurs reprises, au cours du combat, un
cheval à son oncle Konkobo qui a eu les siens tués sous lui.

5° _L'étrange loyauté des adversaires de Samba_ qui vient dans leur camp
la veille de la bataille et qu'ils traitent avec le plus grand respect
des droits de l'hospitalité, par égard pour la bravoure confiante qu'il
manifeste ainsi envers eux.

6° _La volonté de vaincre ou de mourir_ dont fait preuve Konkobo en
alourdissant sa culotte avec de la terre, pour s'interdire la fuite au
cas où son courage aurait une défaillance.

7° La ressemblance déjà soulignée plus haut entre _l'acte de Sévi_ et le
geste de Brennus.

8° _La générosité de Samba vainqueur de Birama_ rendant spontanément au
vaincu--par solidarité raciale--la moitié des troupeaux qu'il a conquis
sur lui.

Les notes de la légende compléteront ce qu'il y a d'un peu sommaire dans
cette étude hâtive de l'esprit chevaleresque chez les Torodo.


LE SYMBOLISME INDIGÈNE.--LES APOLOGUES.

Ce symbolisme reste forcément assez obscur car les interprètes qui
traduisent les termes abstraits de la langue indigène ne possèdent que
rarement le français d'une façon suffisante pour rendre exactement
l'idée. Aussi leurs explications, même comparées entre elles, ne
m'ont-elles été que d'un faible secours pour découvrir ce qu'elles
voulaient exprimer.

J'ai indiqué les principaux apologues, tant ouolofs (Adina-Guéhuel et
Damel), que peuhls (Kahué l'omniscient--La tête de mort) gourmantié
(Trois frères en voyage) et môssi (Enseignements d'un fils à son père;
Froger.)

Les thèmes favoris sont:

1° _Celui des 3 puits_ dont 2, communiquant entre eux, représentent
les puissants de la terre qui laissent à l'écart le troisième, lequel
symbolise les pauvres gens.

2° _Celui des 2 boeufs._--L'un reste maigre encore qu'il ait de la
nourriture en abondance et qu'il mange plus qu'à sa faim. L'autre
devient de plus en plus gras quoiqu'il n'ait rien à manger auprès de
lui. Le premier maigrit sans cesse, miné par les soucis que lui donne sa
parenté. Le second vit en égoïste et en solitaire et n'a même pas besoin
de nourriture tant il prospère naturellement.

3º _Celui d'Adina_ ou la misère humaine qui, ne pouvant soulever un
fardeau, en augmente encore le poids après chaque tentative inutile
qu'il a faite pour le charger sur sa tête.

4° _Celui du guéhuel et du damel_ déjà enregistré par Bérenger-Féraud
(Histoire de Cothi-Barma) et qui enseigne la défiance envers les femmes,
la considération pour les vieillards et quelques autres menus axiomes de
sens commun.

Dans l'apologue de Kahué l'omniscient il y a beaucoup de puérilité et
le symbole est parfois inintelligible. Malgré de nombreux efforts et
quoique je me sois renseigné près de divers Indigènes, je n'ai pu
trouver d'explications satisfaisantes ni surtout concordantes du sens de
ces mots: soutoura, hakilé et dyiké, et, par suite, il m'est impossible
de déterminer le sens des symboles auxquels ils correspondent. Peut-être
le parfait symbolisme est-il après tout celui qui se prête à mille
interprétations différentes.

On peut aussi cataloguer sous l'étiquette: symbolisme, les dons faits à
certains personnages des contes, soit pour les avertir, soit pour les
menacer. Ainsi, dans «Les 6 compagnons», la femme d'un roi haoussa
répond aux propositions d'un soupirant par l'envoi d'un os, de feuilles
de tôro et d'une poignée d'herbes. Elle lui indique ainsi, sans
commentaires, les précautions qu'il aura à prendre selon les périls
qu'il doit éviter. Dans Namara Soundiéta, celui-ci menace le chef qui
lui refuse un terrain où enterrer sa mère, de détruire ses villages
(balles et poudre), de tuer quiconque accepterait le prix de la
concession (un couteau) de démolir ses cases où les volailles viendront
prendre leurs ébats (poules et pintades) et de mettre ses villages en
tel état que les arachides et le coton y pousseront sans être cultivés
ni récoltés.

On peut encore voir du symbolisme dans le procédé de la soeur de Birama
NGourôri (La geste de S.-G. Diêgui) qui, pour annoncer d'une façon moins
brutale à son frère que ses troupeaux ont été enlevés, lui fait apporter
pour son repas un couscouss uniquement composé d'herbes, sans le
moindre morceau de viande, lui donnant ainsi à entendre qu'à moins de
reconquérir ses bestiaux dérobés, il n'aura plus désormais que les
produits du sol pour le nourrir.

Je ne m'étendrai pas plus longuement sur le symbolisme indigène. Il
serait aisé d'en multiplier les exemples. Les contes de ce recueil en
offriront un certain nombre à ceux qui seraient tentés d'étudier la
question plus à fond.


L'onomatopée chez les noirs.

De même, je n'effleurerai ce sujet qu'en passant. L'oreille des noirs ne
perçoit pas, semble-t-il, les sons de la même façon que la nôtre, sinon,
il faudrait conclure qu'ils interprètent leurs perceptions d'une manière
très différente de nous. J'ai cru devoir transcrire les sons comme
ils m'ont été figurés plutôt que de les traduire par les onomatopées
françaises correspondantes, quitte à indiquer en note ces dernières.

Ces onomatopées indigènes, comme les nôtres, rendent non seulement les
bruits, mais encore les mouvements silencieux tels que le tortillement
du serpent ou le balancement d'un objet. A côté de cela, on trouve dans
les chansons des noirs des mots sans signification spéciale qui forment
une sorte de refrain analogue aux «tra dé ri dera» ou aux «et lon lon
laire et lon lon la» de nos chansons françaises.

Voici quelques-unes de ces onomatopées:

Ouellêni iô!: bruit des grelots attachés en bracelets aux chevilles des
enfants = Dindelinn?

Gouinsinkélé gouinsan: aucune signification.

Kénié kéniéndé: frottement des écailles du serpent les unes contre les
autres = Frik! Frak!

Bayevélé! Vélébaya!: bruit de l'eau jetée à la volée et qui retombe dans
l'eau = Floc! Flac!

Bataou!: bruit d'un objet tombant dans l'eau et s'y engloutissant =
Plouf?

Miniki manaka!: allure sinueuse du serpent (impression visuelle) =
Tortilli, tortilla? Kourmé diendien dienkou: bruit de sonnailles du
harnachement = ?

Kouhoukou: Roucoulement des tourtourelles = Tourdourou?

Yérébéré: onomatopée rendant l'impression visuelle produite par un objet
qu'on balance = ?

Fim! Fim! Crissement des éperons dans les flancs de la monture = Kriss!
Kriss!?

Figuilan ndianyeu: bruit de la queue d'Yboumbouni fouettant l'air =
Flips! Flaps!


Quelques mots me restent à ajouter touchant la forme des récits que je
publie. Sa relative correction a surpris plus d'un de mes collègues à
qui j'avais communiqué mon manuscrit. Moi-même je suis resté quelque
temps indécis, me demandant si je ne devais pas les présenter dans la
forme brute sous laquelle ils m'avaient été contés. Le résultat obtenu
par quelques folkloristes qui avaient adopté cette méthode m'a tout à
fait détourné de l'employer à mon tour.

En ce qui concerne les parties rythmées, et chantées je les ai
transcrites textuellement. J'étais d'abord assez sceptique sur la
réalité de leur existence et les ai tenues longtemps pour une fantaisie
de traducteurs qui auraient voulu imiter la forme des contes de Perrault
ou de Mme d'Aulnoy. Je le croyais d'autant plus que dans aucun des
récits recueillis par moi, au Sénégal et en Guinée, je n'en avais
trouvé la moindre trace et que les contes des _Mille et une Nuits_ n'en
présentaient point d'exemple dans la traduction, d'ailleurs médiocrement
fidèle, de Galland. Depuis mon arrivée au Haut-Senégal-Niger, j'ai eu
au contraire maintes fois l'occasion d'en entendre chanter et une
traduction des contes inédits des _Mille et une Nuits_, lue depuis
cette époque, m'a convaincu que dans toutes les littératures
merveilleuses le petit couplet est une partie essentielle du conte.
C'est en souvenir de ce démenti donné à ma première opinion que je
n'avance que sous réserves les convictions que je me suis formées en
matière de folklore, préférant n'être formel qu'en cas de certitude
absolue.

Ces petites strophes se chantent sur un rythme monotone. Le conteur,
pour les chanter, adoucit la rudesse de sa voix masculine en prenant une
voix de tête dont l'effet devient assez comique, par contraste, lorsque
c'est, par exemple, un garde-cercle qui raconte.

Quant au style, en général, je renvoie à ce que j'ai dit au début de
la préface. La traduction a été aussi littérale que possible, tout en
tâchant de garder à ces contes faits pour être dits à haute voix toute
la saveur qu'y ajoute la mimique expressive des conteurs. J'avoue
toutefois que pour leur donner plus de vivacité, j'ai substitué parfois
le style direct au style indirect et que j'ai remplacé, de temps à
autre, par des noms les périphrases qui désignaient les personnages.
S'il y a péché, le fait de l'avouer me vaudra, je l'espère, un
demi-pardon.



                              CHAPITRE III

SOMMAIRE: Personnages merveilleux des contes indigènes.--1° Personnages
merveilleux. La divinité: Allah, Outônou, Ouinndé, Ngouala.--Potentats
débonnaires: les «guinné».--Pourquoi on a diversifié leurs appellations
génériques.--Différence avec les djinns arabes.--Mélange du génie
africain et du démon sémite.--Répugnance des noirs à les désigner
sans périphrase.--Leurs diverses appellations.--Géants et
nains.--Personnification des quatre éléments.--Les démons et les
hafritt.--Les animaux-génies.--Conceptions différentes des animaux,
personnages des contes et des animaux jouant un rôle dans les
fables.--Aspect physique des guinné.--Effet produit par leur vue.--Moyen
d'en éviter ou d'en réparer les effets.--Ouokolo, tyityirga, konkoma,
gotteré.--Moeurs des guinné.--Leur caractère.--Moyen de se soustraire à
leur malfaisance.--Intervention éventuelle.--Leurs unions avec la race
humaine.--Leurs métis.--Enlèvements et substitutions d'enfants.--Les
bàtitado.--Durée de la vie des guinné.--Goules et vampires.--Sorciers
et anti-sorciers.--Jettatori--Végétaux, minéraux, objets, abstractions
jouant un rôle dans les contes.--Talismans, remèdes merveilleux, armes
magiques.

Chaque littérature merveilleuse a ses personnages de prédilection: êtres
surnaturels ou êtres humains. Les êtres surnaturels se distinguent par
les traits, le caractère, les moeurs, l'apparence physique que leur
prête l'imagination des conteurs; les hommes d'après leurs professions,
certaines de celles-ci étant plus souvent mises en scène que les
autres[68].

[Note 68: Par exemple, les tailleurs, les pêcheurs, les chasseurs,
les rois, les meuniers, dans la littérature indo-européenne.]

Nous allons passer en revue, étudier sommairement les divers personnages
des contes indigènes en indiquant les attributions qui leur sont
conférées selon les différentes races qui les imaginèrent.

Tout d'abord, constatons le rôle de la divinité dans quelques-uns de nos
contes. Le dieu s'appelle Allah dans les contes des peuples anciennement
islamisés et il a, en gros, le caractère du dieu de Mahomet. Chez les
Bambara à demi-fétichistes, il devient Gouala ou Nouala et la conception
arabe est déjà déformée sensiblement. Quant au dieu des Môssi, il
est d'un caractère plus autochtone, c'est Ouinndé. Il en est de même
d'Outênou, la divinité des Gourmantié.

En général, ces dieux sont des souverains débonnaires et qui tiennent à
l'homme de très près: Outênou pardonne aux méfaits de ce sacripant
de Fountinndouha et s'en fait même le complice puisqu'il se laisse
corrompre par la promesse d'un bounia[69]. NGouala, passagèrement gêné
dans ses affaires, demande du crédit à ses obligés. Outênou philosophe
avec un marabout. Les races qui ont imaginé ces potentats accommodants
ne peuvent être ni méchantes, ni foncièrement férues de hiérarchie.

[Note 69: Le backchich des noirs (alias «dimanche»).]

Pour messagers ces dieux ont les malakas de même qu'un nâba môssi, ses
soronés ou un bâdo gourmantié, ses lâris.

_Démons._--Les démons, ce type de la révolte vaincue et de l'éternelle
rancune, semblent assez rares et de conception islamique. Leur nom; les
blissi-ou (venu d'Yblis) indique cette origine. Encore Ybilis est-il
moins un démon qu'un guinné[70] féroce et malfaisant[71]. Les noirs
emploient souvent le mot français «diables» pour désigner les guinné
mais c'est faute de connaître celui de «génies» qui serait un peu plus
conforme au caractère qu'ils prêtent à ces êtres surnaturels sans
toutefois leur convenir absolument.

[Note 70: Mot ouolof qui bénéficie du fait que c'est le premier que
l'on entend en venant en Afrique pour désigner les êtres surnaturels des
contes indigènes.]

[Note 71: Ybilis ou Yblis chez les Bambara, même fétichistes,
symbolise l'esprit de discorde. Quand deux noirs se disputent, on dit
«Bilissa est entre eux» mais c'est là une singerie de l'Islam, car
l'Islam est surtout affaire de mode chez le noir. C'est une croyance
bien portée et qui élève d'un degré social quiconque en fait
profession.]

_Guinné._--Les guinné jouent le rôle le plus constamment important dans
les contes merveilleux ou moraux. D'où ce nom leur vient-il? Déjà les
Latins employaient le mot genius (venu du grec gênios) et les Arabes
le mot djinn qui en est sans doute le prototype. Ces génies ont ici un
caractère si différent de celui des djinns de la légende arabe et des
génies tels que nous les concevons que j'ai cru devoir leur conserver le
nom générique indigène. J'ai adopté pour cette étude le nom ouolof avec
lequel mes premières études de folklore m'avaient tellement familiarisé
qu'il me paraît le seul nom qui convienne. Aucune autre raison ne me
porte à favoriser le nom bambara, gourmantié, peuhl ou haoussa de
préférence à celui-ci.

Le nom de guinné, à mon avis, a dû être donné à une conception mythique
et panthéiste, antérieure à l'apparition de l'Islam. Cette conception
serait d'origine africaine. En revanche, l'idée du démon me paraît une
importation sémite.


RÉPUGNANCE A LES NOMMER.

De même que les Grecs usaient d'une antiphrase pour nommer les
malfaisantes Erynnies, de même qu'en Écosse on use de la même précaution
narrative, qu'en Allemagne les fées sont «les bonnes dames» (Die weise
Frauen), de même les noirs convaincus ne s'aventurent-ils pas à appeler
les guinné par leur nom générique. Ils les nomment: la chose, l'être, la
créature de brousse (kongomorho bambara, moutâné ndâzi) l'homme de l'eau
(moutâné rouha), le maître de l'eau (diandiam en peuhl)[72]. Le noir qui
navigue sur le Niger entre Mopti et Ségou désignera de même la faro[73]
par cette périphrase: la femme peuhle (foula mousso) de peur que,
mécontente de ce nom de faro, elle ne submerge sa barque.

[Note 72: Serait-ce l'origine de NDiâdiane (Légende de NDiâdane
Ndiaye) au lieu de celle, sereré, proposée? C'est probable.]

[Note 73: Génie de l'eau.]

_Noms divers_.--Cependant les guinné ont leur nom: en bambara: guina,
en gourmantié: dyini et odyingou; en peuhl: guinnârou (pl. guinâdyi),
dzinna en songhay; bêlou[74] en gourmantié de Pâma; siga en môssi; bâri
en soussou; yébem en kâdo (pl. dougouné). Ces noms sont ceux des guinné
de grande taille. Les nains eux, portent des noms spéciaux qui leur
sont un brevet plus catégorique encore d'autochtonie: ouokolo ou
nyama (bambara) tikirga ou tyityirga (môssi) pori (au pluriel pora)
gourmantié; gotteré (peuhl), konkoma (malinké), artakourma (dyerma)
dêguédégué (ou dêdégué) (même pluriel kâdo).

[Note 74: Ce mot signifie surtout: ombre. Il en est peut-être ainsi
du tyityirga môssi.]

Au cours des récits où figureront ces personnages surnaturels, je leur
conserverai le nom que leur donne l'indigène du pays où l'action se
passe. En effet ces guinné ne sont pas tous absolument taillés sur le
même patron. Ils se différencient assez nettement les uns des autres
pour nécessiter un nom distinct et plus évocateur que celui, trop
uniforme, de guinné. Je n'emploie ce dernier vocable d'une façon
générale que pour les explications contenues dans cet essai. Les récits
exigeront plus de couleur, donc plus de précision.


CARACTÈRE DES GUINNÉ.--LEURS DIFFÉRENTES VARIÉTÉS.

Je vois dans ces guinné des sortes de divinités inférieures, reste d'une
religion primitive qui adorait craintivement les éléments symbolisés.
Comme nature, les guinné sont intermédiaires entre l'homme et le dieu
supérieur dénommé ou pressenti. Lorsque cette divinité eut centralisé
les attributions dans ses mains et monopolisé à son profit le culte,
les anciennes divinités de second ordre passèrent au rang de grandeurs
déchues, presque de démons. Les dieux de l'antiquité ne furent-ils par
rabaissés au rang de démons au moyen âge lorsque le Christ régna en dieu
incontesté sur le monde?[75].

[Note 75: Voir à ce sujet la Chanson de Roland où Mahom et Apollin
sont considérés comme des idoles de païens et des démons.]

Nous allons les étudier par rapport aux éléments. Guinné de la terre et
des profondeurs souterraines, guinné de l'air, guinné du feu, guinné de
l'eau.

_I° Guinné de la terre et des profondeurs souterraines._--Ce sont les
guinné ouolof, les guina bambara, etc. Ils se divisent en géants et en
nains. Je ne connais pas de contes se rapportant aux guinné souterrains
comme on en trouve dans la littérature allemande. Cela tient sans doute
à ce que les accidents de terrain sont rares en Afrique et que
les quelques races qui habitent les régions accidentées sont peu
communicatives et de tempérament défiant. J'en ai fait l'expérience avec
les Foutanké et les Habé et je n'ai malheureusement séjourné que très
peu de temps dans le Fouta Djallon ou dans le cercle de Bandiagara, ce
qui m'a empêché d'apprivoiser des gens, très réfractaires tout d'abord à
la confiance, surtout en ce qui concerne les êtres mystérieux.

Je sais cependant qu'au Bouré on croit à l'existence d'un guinné qu'on
appelle Sanou (c'est-à-dire l'Or ou le semeur d'or). Les filons sont les
traces de son passage sous la terre.

De temps à autre il se venge des mineurs qui violent sa retraite en
provoquant un éboulement meurtrier puis, apaisé pour quelque temps, il
les laisse en paix pendant une période plus ou moins prolongée. Je
ne serais pas surpris qu'il y ait eu dans ces régions aurifères des
sacrifices humains destinés à calmer la colère du Sanou et à obtenir
de lui la permission d'exploiter les mines. La légende du Ouagadou
rapportée par Lanrezac (_op. cit._) me confirme dans cette opinion.
Sitôt en effet que, manquant au pacte consenti, les habitants de ce pays
laissent Mamadou Saké tuer le serpent fétiche à qui l'on consentait des
sacrifices périodiques, on cesse de trouver de l'or dans la région.

Les gotteré peuhl semblent aussi de véritables gardiens des trésors
cachés (tels les korrigans bretons). Vaincus à la lutte, c'est avec de
l'or qu'ils rachètent leur vie.

_2° Guinné de l'air._--Les ouokolo se déplacent souvent au milieu des
tourbillons qui, aux approches de l'hivernage, courent en entonnoirs de
poussière à la surface du sol desséché. Il suffit, paraît-il, de donner
un coup de dent dans ce tourbillon pour couper en deux le guinné. On
voit alors tomber des gouttes de sang sur le sol.

La tornade est considérée comme le signe du passage d'un guinné.

On pourrait peut-être ranger les hafritt parmi les guinné de l'air.
Ceux-ci, dont la conception est plus proche de l'idée de djinn que les
autres guinné sont des génies qui se déplacent en volant, des sortes de
génies-oiseaux dont le déplacement s'effectue progressivement, donc
avec une moindre rapidité que celui des autres guinné. Ces derniers se
transportent d'un endroit à un autre avec la rapidité de la pensée.

_3° Guinné du feu._--Comme guinné du feu, je ne vois guère à citer que
les taloguina. Dans les contes autres que celui de ce nom on voit des
guinné vomir le feu (V. Le konkoma) se transformer en torche ardente
(V. Service de nuit); mais le feu n'est pas leur essence même et ils ne
vivent pas en lui comme dans un élément indispensable à leur existence
[76].

[Note 76: Les blissi-ou se présentent souvent sous l'aspect d'une
boule de feu mais il y a lieu de ne considérer cet aspect que comme un
déguisement passager. Même observation pour la Mort dans le conte agni
de Delafosse (_op. cit._).]

_4° Guinné de l'eau_: Ils portent les noms de guiloguina en malinké, de
faro chez les Bambara; de mounou chez les Torodo, de moutâné rouha chez
les Haoussa, d'arikouna dyini chez les Dyerma et de diandiam chez les
Peuhl. Il y a en outre le démon des rapides de Soutadounou (v. le conte
de ce titre) et le caïman Goloksalah guinné des rapides de la Falémé (v.
Bérenger-Féraud).

Ce sont eux qui submergent les barques, rongent les cadavres des noyés
et provoquent les inondations. Lorsque Kayes fut inondé en 1905, on dit
que le faro du Sénégal se vengeait de ce qu'on lui avait capturé un de
ses enfants; que celui-ci se trouvait dans la citerne de la Délégation
sur le plateau, et qu'elle tentait d'aller l'y reprendre.

Ces guinné ne sont pas toujours malfaisants, et rendent parfois service
aux hommes, semblables en cela aux autres guinné.


ANIMAUX-GUINNÉ

Parmi les guinné, certains ont pour forme normale la forme animale. Il
y a lieu de les distinguer de ceux qui ne prennent cette forme
qu'accidentellement et en vue d'un but à réaliser. Je citerai dans cette
catégorie des animaux-guinné: Niabardi Dallo le caïman, Ninguinanga le
boa et le lièvre de Féna. (A. S. Niânyi), l'hyène du conte de Binanmbé,
le lièvre de Le lièvre et le dioula, le serpent Minimini, le cheval de
nuit, le ouârasa le bayéni (Mauvais Gardien) les hyènes du conte «D'où
vient le soleil», celles qui gardent les métaux précieux (conte du Rapt
des métaux), l'éléphant Mamadi Bâ (Molo), l'hyène qui renseigne le roi
Dinah (Lanrezac _op. cit._) le caïman Goloksalah (B.-F.) le charognard
de Fatouma Siguinné; l'hyène et le lion gardiens de la morale; les
enfants animaux de la reine des guinné (Hammat et Mandiaye) etc., etc.

Ces animaux-guinné perdent, lorsqu'ils figurent dans les contes, les
caractéristiques conventionnelles que les fables leur attribuent d'une
façon invariable. Le pleureur perd sa turbulence et ses instincts
malfaisants pour devenir secourable (v. La femme enceinte). L'hyène
n'est plus un animal grotesque, avide et couard mais un sage gardien
des talismans (Binanmbé). Ce sont donc en réalité des guinné sous forme
animale et non des animaux ayant la puissance surnaturelle des guinné.



ASPECT PHYSIQUE

_1° Les Géants._--L'aspect véritable des guinné n'est pas connu et ne
saurait l'être car--disent les Peulh--ils prennent toutes les formes
qu'il leur plaît. Aussi les verrait-on tels qu'ils sont réellement qu'on
ne pourrait affirmer que cet aspect est réellement le leur [77].

[Note 77: Voir à ce sujet Le kitado vengé.]

Les Ouolof se les représentent comme des géants à membres grêles [78]
ayant un seul oeil fendu dans le sens vertical et placé sur le front
au-dessus d'un nez très allongé. Ils leur supposent de très longs
cheveux et une barbe qui tombe jusqu'aux pieds. [79] Enfin ils leur font
jeter le feu par les yeux et par la bouche. Quant aux déguisements
qu'ils peuvent revêtir, ils sont innombrables: bouc, cabri, chat,
serpent, cartouche, torche flambante, etc, etc.

[Note 78: Voir La fille d'Aoua Gaye.]

[Note 79: Voir Le chasseur de Ouallalane.]

Selon les Peuhl, le guinnârou est de taille gigantesque; ses pieds sont
tournés à l'envers et sa bouche fendue verticalement. Lui aussi porte
des cheveux très longs. Quant à sa couleur, elle est infiniment variable
ainsi que les formes qu'il prend. Dans Hammat et Mandiaye il est
présenté comme ayant le dos en forme de lame de rasoir et avec un seul
de chacun des membres que l'espèce humaine possède en double.

Le guina bambara ressemble au guinné ouolof. Les contes où l'on parle de
lui sont d'ailleurs très sobres de descriptions. [80]

[Note 80: Voir notamment: Les nyama et le cultivateur,
L'hermaphrodite, Les oukolo et l'apprenti chasseur.]

Le conte de La mounou de la Falémé s'accorde avec la description qui m'a
été faite des faro pour dépeindre celles-ci comme des femmes de couleur
claire à cheveux longs et lisses ainsi que les portent les femmes maures
(ou syriennes, c'est-à-dire de race blanche).

Aucune indication précise, différente de celles que je viens de
transcrire, ne m'a été donnée sur l'aspect physique des guinné
gourmantié, haoussa, dyerma, hâbé [81].

[Note 81: Hâbé est le pluriel de Kâdo.]

_2° Les Nains._--Nul conte ouolof, à ma connaissance, ne fait jouer de
rôle aux nains et de ce côté nous n'avons aucun détail sur leur aspect
physique. En revanche ces petits guinné figurent dans un certain nombre
de contes bambara et l'un d'eux en donne un signalement assez précis.

Le nom du nain gourmantié: «pora» signifie aussi jumeau. Il y a chez
beaucoup de races noires un préjugé hostile aux jumeaux qui sont
considérés comme sorciers (Peulh, Bambara, Gourmantié, Môssi, etc.).

Le tyityirga môssi est-il, comme l'indique Desplagnes (_op. cit._) une
larve errant dans l'attente de sa réintégration? Aucun renseignement
précis ne me permet de l'affirmer ou d'y contredire[82].

[Note 82: A ce propos je crois bon de noter que le nom de Mâlobali,
l'éhonté, l'impudent que portent nombre de Bambara se rapporte à une
croyance de cette nature. L'enfant qui en est affligé passe pour la
réincarnation d'une larve, qui a fait à plusieurs reprises aux parents
de l'enfant ainsi nommé la plaisanterie de s'incarner dans des mort-nés.
De là l'épithète dont on la taxe lorsqu'elle s'est enfin décidée à
s'incarner pour de bon.]

D'après les Peulh, les gotteré ont une tête énorme. Leurs pieds ne
présentent pas le caractère anormal de ceux des guinâdyi.--Les gotteré
sont robustes et trapus et porteurs d'une très longue barbe.

Le konkoma malinké est, lui aussi, une variété des ouokolo (ou nyama)
bambara et, à la barbe près, il répond au signalement qui vient d'être
donné du gottéré.

Le ouokolo est un guinné intermédiaire entre le grand guinné et l'homme.
Haut d'un mètre au plus, il a les pieds tournés en arrière et porte
la longue barbe qui semble à peu près générale chez les nains; il est
toujours de couleur sale par suite de l'habitude qu'il a de se coucher
parmi la cendre.

Son nom de nyama est donné en sobriquet au gens de petite taille. On le
donne aussi aux griots.


EFFET PRODUIT PAR LA VUE DES GUINNÉ

Comme pour les Napeae antiques, qui les voit devient fou et meurt le
plus souvent. Sinon il reste muet ou paralysé. Ceux même qui sont
parvenus à les mettre en fuite gardent longtemps l'esprit égaré et le
corps malade et ne se rétablissent que malaisément.[83] Cependant on
peut se préserver de ce danger en portant des grigris spéciaux, donnés
généralement par les guinné eux-mêmes. (Voir Le fils adoptif du
guinnârou). L'homme assez brave pour rester calme à leur aspect a des
chances de se tirer indemne du mauvais pas. (Les maîtres de la nuit, Le
cabri, etc.).

[Note 83: Voir Guinnârou de Fonfoya, Spahi et guinné. Le chasseur de
Ouallalane, etc.]

_Moeurs et habitudes des Guinné_.--Les guinné proprement dits habitent
parfois des villages bâtis à la façon de ceux des hommes. Ces villages
restent invisibles pour quiconque ne possède pas de talisman particulier
tel par exemple que la bague du mari d'Anta la guinné[84]. Il y a même de
ces villages au fond de l'eau pour les guilo-guina et les faro[85].
Une faro habite entre Ségou et Mopti sur le Niger une île qu'on nomme
Faroti. Si cette faro est irritée, les innombrables oiseaux qui sont sur
la grève restent silencieux. S'ils jacassent bruyamment c'est un signe
que la faro n'est point en colère et que l'on peut passer sans péril.

[Note 84: Hist de Mamadou et d'Anta la guinné.]

[Foonote 85: Voir La guiloguina. Les présents des faro. La femme
enceinte.]

Les guinné sont cependant plutôt d'humeur solitaire et habitent de
préférence certains arbres, les plus majestueux de la brousse. Ceci
semble confirmer mon hypothèse que ce sont d'anciens dieux inférieurs
comme le furent par exemple les dryades et les sylvains. Leurs demeures
végétales de prédilection sont les baobabs, les fromagers, les
cailcédrat, les tâli et les siengueu. Ceux qui sont moins farouchement
individualistes habitent, à deux ou trois, des bosquets dans un
isolement moins absolu.

D'autres sont encore plus éclectiques en fait d'habitation. Ils élisent
domicile dans des termitières (v. Le chiffon magique--La femme de
l'ogre) ou encore dans des terriers.

Le guinné possède au plus haut point l'instinct de propriété. Il n'aime
pas qu'on viole son domicile, qu'on fasse un lougan sur son terrain (Le
chien de Dyinamissa,--Les coups de main du guinnârou), qu'on vienne
chercher du bois dans ses futaies (Le feu des guina). Il se venge
cruellement de toute atteinte portée à ses droits. Parfois même il fait
payer à l'espèce humaine sans discernement le tort qu'un homme lui aura
fait subir (v. Le diable jaloux). Il y a chez les guinné comme chez
les humains, pour ceux du moins qui vivent en société, une hiérarchie
constituée. Ils ont des chefs de village (v. La gourde), des rois et
même des reines (v. La sage-femme de Dakar,--Hammat et Mandiaye). Il
n'existe pas de loi salique chez les guinné.

Les guinné ont des troupeaux à eux (voir à ce sujet le conte de
Soutadounou--Les ancêtres des Bozo, etc.). Cultivent-ils des lougans?
Eux qui sont doués du pouvoir de procurer aux hommes tant de choses
par une simple manifestation de leur volonté ne doivent pas se donner
beaucoup de peine pour faire produire la terre. Cependant la logique
n'est pas l'inspiratrice exclusive des faiseurs de contes. Aussi ne
peut-on conclure par déduction qu'ils ne cultivent pas de lougans. Et en
effet nous voyons dans «Les tomates de la pori» que celle-ci en cultive
un. Les guinné d'ailleurs se nourrissent volontiers de végétaux et si,
l'on en croit le conte kouranko de Nancy Mâra, ne les mangent qu'à
condition qu'ils n'aient pas subi de cuisson.

Il y a des guinné marabouts et même «ouâliou» mais, ceux-là me font
l'effet d'être déjà démarqués par l'Islam envahissant (le conte
d'Ibrahima et des hafritt est plutôt arabe que ouolof). C'est d'ailleurs
chez les Ouolof que j'ai trouvé presque exclusivement ce type de guinné.
Le véritable guinné ne saurait avoir de religion que celle de soi-même
s'il est, comme je le pense, un des vestiges d'une ancienne religion
panthéiste. Il dut y avoir, dès l'origine, de bons et de méchants guinné
comme il est des forces naturelles favorables et de néfastes. C'est
cette bonté ou cette méchanceté que le musulman traduira par croyance ou
mécréance, mais il y a là une interprétation inexacte de la conception
initiale.

_Intelligence._--Le guinné devine la pensée. Il dit presque
invariablement à qui il rencontre: «Je sais ce que tu as dans le
coeur.--Je sais ce que tu veux».

_Caractère._--Comme tous les êtres animés et conscients, le guinné est
tantôt bon, tantôt méchant et même l'un et l'autre en même temps et
selon les circonstances. Quelquefois, sa malfaisance se restreint à des
farces dangereuses. C'est ainsi qu'il s'amuse à épouvanter ceux qui
s'aventurent dans son domaine d'obscurité car la nuit appartient au
guinné et il interdit l'ombre comme d'autres interdisent l'espace. Ses
apparitions terrifiantes semblent surtout avoir pour but d'éprouver
le courage des voyageurs (v. Le guinné altéré.--Les maîtres de la
nuit.--S.-G. Diêgui, etc.). Le courage le désarme et le rend impuissant.

Il n'est pas que le courage pour se sauver de lui. De bons grigris sont
efficaces, soit pour l'écarter, soit pour guérir les effets fâcheux
produits par sa vue. Ces grigris peuvent être des mots du Koran comme
dans le chasseur de Ouallalane. Quant aux simagrées des médecins
toubabs, elles restent de nul effet (v. Le spahi et la guinné _in
fine_).

Pour la faro, il y a des précautions particulières à prendre, notamment
quand on passe à proximité de l'île appelée Faroti entre Mopti et Ségou.
Il est nécessaire, si l'on a parmi les provisions des douceurs (lait ou
miel), d'en verser un peu dans le fleuve en offrande à la faro; faute de
le faire on courrait le risque d'être englouti.

Le conte du Laptot giflé indique encore un moyen de se préserver des
maléfices du guinné lorsque l'on vient à quitter sa maîtresse tard dans
la nuit. Il faut que celle-ci attache son pagne de la main gauche et
reste assise jusqu'à ce que l'amant soit rentré chez lui.

Ils n'aiment pas les abeilles; aussi n'habitent-ils pas les arbres où se
trouvent des ruches (v. Le miel aux tytyirga).

Les chevaux aussi protègent leurs cavaliers contre les guinné (v. à
ce sujet le conte de Service de Nuit).--Enfin il est à noter que la
présence d'un chien noir épouvante aussi les êtres de la nuit (v. à ce
sujet Les nyama et le cultivateur--Le canari merveilleux et Le chien
de Dyinamissa). Je renvoie le lecteur à la note détaillée qui suit ce
conte.

On peut aussi deviner leur véritable nature à leur façon de parler
(le guinné aime à parodier l'accent de ses interlocuteurs) et à leur
prononciation nasale. (Voir la fille d'Aoua Gaye).

Certains guinné protègent la faiblesse persécutée: les orphelines
tourmentées par leurs marâtres, les frères victimes de mauvais frères,
les sinamousso dont les autres co-épouses cherchent la perte, etc.
D'autres au contraire ont un secret penchant pour les gens malhonnêtes
et les aident de tout leur pouvoir (v. NMolo, MBaye Poullo, etc., etc.).
Quelquefois, ils font payer assez cher leurs services. Ainsi, dans Le
pardon du guinnârou, le guinné veut la vie de la soeur de son protégé en
échange de l'aide donnée.

Ils sont vindicatifs (v. Le guinné du tâli et L'implacable créancier)
et parfois même gratuitement féroces comme le guinnârou de Fonfoya.
Cependant ils ont l'orgueil de leur race et opposent volontiers, en
paroles sinon en actions, leur loyauté à la félonie de la race des
hommes (v. Mamadou et Anta la guinné).

Quelques guinné ont aussi des habitudes d'anthropophagie qui les
apparentent aux ogres de la légende indo-européenne. (V. La femme de
l'ogre--Le boa marié[86]--Ntyi vainqueur du boa--Khadidia l'avisée--Les
ailes dérobées etc.). Les faro rongent certaines parties du corps des
gens qu'elles ont entraînés au fond de l'eau. Ainsi, il y a quelques
années, un père blanc s'étant noyé avant d'arriver à Ségou, on l'a
retrouvé avec le nombril et la cloison du nez entièrement rongés; ce
sont les morceaux de prédilection de la faro.

[Note 86: Cf. Nantêné et le boa (Barot, _op. cit._).]

Les ouokolo (ou nyama) bambara sont plutôt farceurs que réellement
malfaisants[87]; en général, ils semblent avoir un faible pour les
tomates et ne les demandent pas au travail de la terre mais à leurs
talents de filous. Ils dérobent aussi volontiers le couscouss dans les
cases. On les corrige de cette mauvaise habitude en pimentant fortement
ce mets. Quand ils se sont bien brûlé le palais, ils n'y reviennent
plus.

[Note 87: C'est à eux cependant qu'on attribue des boursouflures qui
(paraît-il) se produisent sur le corps des noirs qui ont pris la
fièvre à trop travailler. (Cette maladie doit être rarissime chez les
indigènes). On traite cette éruption par une infusion des feuilles de
l'arbuste appelée de leur nom nyama fora (feuille à saveur acide dont
on se sert pour la préparation de la bouillie gourmantié et aussi pour
coaguler le caoutchouc).]

Les nains sont en général peu serviables. Voir cependant le conte de
L'hermaphrodite.

Quant à leur intelligence, elle passe pour très bornée. Aussi leur nom
est-il souvent adressé comme injure collective à la caste des griots.

Ils ont pour fétiche le Komo: fétiche des Bambara.

Le konkoma malinké est malfaisant gratuitement si l'on en croit le conte
de ce nom, le seul que j'aie recueilli sur lui.

Le gottéré peuhl aime à provoquer à la lutte ceux qu'il rencontre. Le
vaincu est voué à la mort. Si c'est le nain qui a le dessous, il offre
de se racheter avec de l'or[88]. Il est prudent, au cas où on le reçoit
à rançon, de lui faire à la main une incision pour lui rappeler sa
promesse. Si on néglige cette précaution, il revient peu après tuer par
surprise son trop confiant créancier.

Ceci est à rapprocher de ce que l'on dit du ouokolo. Si vous le frappez,
il vous demande de lui donner un second coup. Ce serait une grave faute
que d'accéder à sa demande. Un coup unique est mortel pour le Ouokolo.
Le deuxième coup serait mortel à celui qui le porterait[89].

[Note 88: Cf. les korrigans bretons.]

[Note 89: Contes inédits des 1001 Nuits (De Hammer Tome II, p. 169,
Hist. de Seïfol Molouk et de Bediol-Djemal) le génie qui supplie Saïd
qui l'a frappé de lui donner un 2e coup et qui meurt du refus de Saïd
de lui donner satisfaction alors qu'un 2e coup l'eut guéri de sa Ire
blessure.]

Allah, d'après les musulmans, ne reste pas toujours impassible en
présence des méfaits de certains guinné trop malfaisants. Le châtiment
d'un guinné par le pivert alors qu'il prépare la ruine d'un village.
(Conte du NGortann) en est la preuve.

Les guinné s'unissent assez volontiers à la race des hommes, les guinné
mâles principalement car il semble ressortir du conte d'Anta que les
femmes guinné s'y prêtent moins facilement. Comme exemple de ces
dernières unions, je citerai les contes de Mamadou et d'Anta la
guinné,--La guiloguina, La tâloguina,--La mounou de la Falémé,--Kelimabé
et Moussa Nyamé (Contes des Gow. D.-Y.) Le cas le plus fréquent est
celui où c'est une femme de race humaine qui épouse un guinné (Nancy
Mâra--Kahué l'omniscient--Moussa Nyamé[90]--La femme de l'ogre--Le mari
de Nantêné--Le cheval noir--Goloksalah et Penda Balou[91]).

[Note 90: Contes des Gow (D.-Y).]

[Note 91: Bérenger-Féraud.]

Les enfants nés de ces unions tiennent en général du guinné plus que de
la race humaine. Ils se sentent plus à l'aise parmi les guinné. Ainsi,
dans le conte de La femme de l'ogre, le fils du guinné soustrait sa mère
à l'appétit paternel mais, après l'avoir menée hors d'atteinte, il
s'en retourne près des siens. En général ces métis sont des sortes de
surhommes: des sages comme Kahué l'omniscient, des héros comme Moussa
Nyamé. Kahué jouit d'une jeunesse prolongée au delà des limites
normales.

Ces unions ne sont pas heureuses et finissent de façon fâcheuse; aussi
se contractent-elles généralement grâce à l'insincérité du prétendant
qui dissimule sa véritable nature avant et même, dans la plupart des
cas, après le mariage.

Les guinné adoptent volontiers des enfants de race humaine et les
enlèvent à leurs parents dans cette intention. Ils les instruisent, leur
donnent certains pouvoirs de divination ou de prestidigitation[92]. Ils
en font surtout des médecins capables de guérir les maladies et au
besoin de les provoquer. Voir à ce sujet: Le kitâdo vengé--Les jumeaux
de la pauvresse--Le fils adoptif du guinnârou,--L'orpheline et son
frère,--Déro,--Les talibés rivaux, etc., etc.

[Note 92: Samako Niembelé m'a rapporté le fait suivant: «Il y a à
Kayes un nommé Diéna Moussa qui passe pour avoir été élevé par les faro.
Un jour il m'a dit: «Samba donne-moi des kolas!--Je n'en ai pas, ai-je
répondu--Mets des cailloux dans ta chéchia» Je l'ai fait et après
quelques tours de passe-passe il me l'a rendue pleine de kolas. On dit
que la faro lui a donné tous les grigris qu'il a».]

Par contre, les guinné se débarrassent fréquemment de leurs enfants mal
venus en les substituant à des enfants d'hommes. Les Peuhl appellent ces
enfants des batitâdo. Cette croyance était celle des anciens Bretons
et des Allemands[93]. Le conte d'Ondine est inspiré par cette idée,
puisqu'il s'agit de faire acquérir, par la petite créature des éléments,
l'âme immortelle dont elle est dépourvue. Quand il arrive à des
indigènes d'avoir des enfants retardés dans leur développement et qu'ils
soupçonnent d'être fils de guinné, ils peuvent obliger leurs parents à
les reprendre en les exposant dans de certaines conditions et en les
adjurant de retourner avec ceux de leur race. Le procédé breton et
alllemand consiste à les obliger à parler de façon à se trahir par
le timbre grêle de leurs voix puis à les fouetter jusqu'à ce que les
korrigans ou Wichtelmoenner, leurs parents, accourent les reprendre[94].

[Note 93: Voir Grimm et La Villemarqué: Barsaz-Brez.]

[Note 94: Voir Die Wichlelmoenner et l'Enfant supposé
(Barsaz-Breiz).]

La durée de la vie des guinné n'est pas indéfinie, leur existence est
longue et leur croissance lente et dès qu'ils ont atteint un âge avancé
ils meurent pour recommencer à vivre.

Quant aux konkoma ce sont, dit la tradition, des porcs épics qui
renaissent dans les mêmes conditions.

Outre les génies de différentes sortes que nous venons de passer en
revue et les hommes de toutes professions, y compris celles de voleur,
de griot, d'apiculteur et d'éleveur de poules, les personnages ci-après
jouent leur rôle dans les contes: goules, vampires, sorciers et
contre-sorciers, végétaux, minéraux, objets divers et abstractions
variées: la faim, la mort, le mensonge et la vérité, etc, etc.

Après avoir examiné rapidement ces divers personnages, j'étudierai
aussi brièvement que possible les talismans, remèdes merveilleux,
armes magiques et tous objets qui, sans être, à proprement parler, des
talismans, présenteront un caractère surnaturel.

Goules: Ybilis déterreur et mangeur de cadavres est une véritable goule
(V. Flûte d'Ybilis).

Vampires: Dans le conte peuhl: «Les mots magiques» il est parlé d'une
soukoun âdio». Cette soukounâdio est le vampire suceur de sang. V. aussi
La mangeuse de ses clients (conte kâdo) et Le vampire.

Sorciers: Les sorciers jouent dans les contes un rôle assez fréquent.
V. la tâloguina,--La sorcière punie,--Le chien-sorcier[95],--L'almamy
caïman,--Le chat guinné de Saint-Louis (Ce dernier est plutôt une sorte
de loup-garou comme le sont les sorciers dont parle Samba Atta Dabo dans
L'ensorcelée de Thiévaly), les caïmans du Milo (Fadôro) etc. Contre
cette engeance malfaisante il y a un remède. Lorsqu'ils se sont
dépouillés de leur peau pour aller rôder dans la nuit sous une autre
forme que leur forme naturelle, il faut saupoudrer la face interne de
cette peau soit avec du sel soit avec du piment. Les sorciers sont
alors à votre merci[96].

[Note 95: Contes des Gow. L'hyène de Djenné (D-Y. _op. cit._).]

[Note 96: V. Contes de Fadôro et du Vampire.]

Il existe d'ailleurs des exorcistes ou conjureurs des sorciers: les
bourhama (en ouolof) qui les obligent par leurs conjurations à réparer
le mal causé. Ces exorcistes sont doués d'un pouvoir plus ou moins
fort C'est sous la dictée de l'un d'eux qui se targue d'une puissance
supérieure à celle de ses confrères, que j'ai transcrit le conte
intitulé L'ensorcelée de Thiévaly. Chez les musulmans, ce rôle est tenu
le plus souvent par les marabouts, chez les fétichistes bambara par les
nama, chez les gourmantié, par les niogoudâno. Ces derniers combattent
par des fumigations le mauvais sort jeté.

On trouvera dans Bérenger-Féraud (_Op._ _cit._) quelques indications
relatives à la croyance aux sorciers dans la Sénégambie.--Chez les
Sénofo et les Bobo comme chez les Kissiens et les Kouranko, dès qu'une
mort subite fait soupçonner le maléfice d'un sorcier, on procède à des
épreuves destinées à révéler le nom de celui-ci. Le conte du Cheval
de nuit documentera le lecteur sur ce point. Il y est procédé à un
véritable interrogatoire du cadavre.

On peut rapprocher de la croyance aux sorciers la foi en l'efficacité
néfaste du mauvais oeil. Voir le Kitâdo vengé,--La chèvre au mauvais
oeil, etc., etc. Les possesseurs du mauvais oeil sont d'ailleurs
considérés comme des jettatori conscients, ce qui n'est pas toujours le
cas, en Italie par exemple. La croyance au «cattio occhio» est générale
en Orient et notamment en Turquie. Pline et Virgile en parlent ainsi que
Théocrite. (V. Contes inédits des 1001 nuits, _op. cit._ Notes du Tome
II p. 323).

Comme végétaux figurant dans les contes il y a lieu de citer le riz (V.
Le choix d'un d'un damel.)

Comme minéraux: le caillou (Ntyi vainqueur du boa.)

Comme choses diverses: le gigot, (Le sounkala de Marama), la boule de
mil et la cravache (La nyinkona), la marmite (Hammat et Mandiaye), la
sauce, les canaris et les calebasses (Bergère de fauves).

Comme abstractions: La Mort[97] (V. La mort créancière,--L'intrus dans
l'Aldiana [98], la Faim, Le choix d'un lanmdo, l'Humanité [Adina], le
Mensonge et la Vérité)[99]. Voir aussi abstractions des contes ci-après:
Kahué l'omniscient,--L'éléphantiasis de Moriba, les diverses parties du
corps (Le procès funèbre de la bouche).

Comme animaux fabuleux: le ouârasa, le mangeur d'hommes (Le plus brave
des 3, le minimini), l'yboumbouni.

[Note 97: Voir Delafosse: Le Ciel l'araignée et la Mort.]

[Note 98: D'après le D. Cremer.]

[Note 99: Conte de Froger.]


TALISMANS


Les talismans sont nombreux et variés Citons:

La bague (Bissimillaye et Astafroulla, La bague aux souhaits--Mamadou et
Anta la guinné--Mâdiou le charitable).

Les oeufs ou les calebasses magiques (Hammat et Mandiaye,--Le sounkala
de Marama--La conquête du dounnou--Anntimbé ravisseur du bohi).

La cravache qui frappe d'elle-même (La nyinkona).

La calebasse (ou le canari) inépuisable (La nyinkona et La bergère de
fauves.)

Le tapis volant (Mamadou et Anta la guinné).

La poudre magique qui rend intelligible le langage des bêtes (Le lièvre
et le dioula).

La poudre magique qui fait sortir de terre un tata avec sa population et
son bétail (La revanche de l'orphelin et Le pupille du cailcédrat).

L'arme qui assure le pouvoir à son possesseur (sagaie de Binanmbé, fusil
de Molo)[100]

[Note 100: Le sabre de Malick Sy roi des Diawara (Lanrezac) celui
d'Alioun (Faveurs aux nouveaux convertis) (B.F.).]

Le bonnet qui rend invisible[101] (Contes des Gow: Sanou Mandigné).

[Note 101: V. Contes des Gow: Sanou Mandigné (D.-Y. _op. cit._). V.
Grimm et aussi Chamisso. Pierre Schlemihl.]

L'onguent qui contraint les gens à ramasser de l'herbe jusqu'à
épuisement (Bilâli).

Le grigri révélateur d'aînesse (Bilâli.--Les quatre fils du chasseur).

L'onguent léthargique (Fatouma Siguinné).

Le grigri de malice[102] et d'habileté dans la friponnerie (MBaye Poullo
et Le grigri de malice).

[Note 102: V. Manuel des pères de Brouardou.]

Le grigri de bravoure (L'homme au piti).

Le grigri de science (Mâdiou le charitable).


ARMES MERVEILLEUSES.

Le grigri de victoire (Yamadou Hâvé).

Le fusil qui tue quantité de gens d'un seul coup (A.-S. Niânyi.--S.-G.
Diêgui.--La bague aux souhaits).

La poudre à tuer le gibier (La lionne et l'hyène).

La barbiche meurtrière (Même conte. Le bouc et l'hyène à la pêche).

Le sabre qui coupe des têtes multiples d'un coup unique (Voir B.-F.
Faveurs aux nouveaux convertis).


REMÈDES SOUVERAINS.

Les drogues des «Talibés rivaux».

Les remèdes de Déro.

Ceux de Ntyi le patient (Les deux Ntyi).


OBJETS MERVEILLEUX AUTRES QUE DES TALISMANS[103].

L'arbre prophétique du Boundou (Amady Sy)[104].

Le canari-aigrette (Le canari merveilleux).

La graisse et les boyaux de Takisé (Le taureau de la vieille).

L'arbre aux fruits d'or.

Le baobab rempli d'or (Les présents des faro).

[Note 103: J'entends par là ceux qui ne sont pas affectés à l'usage
d'un possesseur unique et n'ont pas pour objet unique le bien de ce
possesseur.]

[Note 104: Cf. les chênes de Dodone.]



                              CHAPITRE IV

PERSONNAGES DES FABLES.

SOMMAIRE: _Les fables et leurs acteurs._--Personnages non-merveilleux
des fables et des contes.--Les professions mises en scène.--But des
fables indigènes.--Sont-ce des satires sociales?--Les deux
grands premiers rôles.--Le lièvre roublard et sceptique, mais
serviable.--L'hyène stupide et crédule, féroce, vorace et
infatuée.--Divers sobriquets de l'hyène.--Son rôle dans les
contes.--Rôle de l'homme dans les fables.--Portrait peu flatté.--Animaux
divers jouant un rôle fréquent dans les fables.--Le roi des animaux dans
la littérature indigène: lion, éléphant et hyène; le riz.

On ne saurait dire de ces fables, comme de celles de La Fontaine par
exemple, qu'elles ont le caractère d'un enseignement voulu de morale
pratique. Moraliser n'est pas leur principal but et s'il leur arrive de
formuler un précepte de cette sorte c'est par hasard pur et sans que le
conteur ait cherché à le faire.

Les fables ne sont pas non plus--comme on aurait tendance à le croire
au premier abord--des sortes de fabliaux satiriques dans le genre des
récits analogues du Moyen-Age. Elles ne visent pas, à travers l'hyène,
la brutalité et l'avidité des puissants et n'exaltent pas, dans le
lièvre, la roublardise de la faiblesse opprimée. Du moins il ne me le
semble pas.

On pourrait objecter pourtant que la société animale comporte, dans
les fables, une hiérarchie rappelant d'assez près celle de la société
indigène. A la tête des animaux se trouve un roi qui est soit
l'éléphant, soit le lion, soit même l'hyène[105] et, qui pis est,
l'araignée (chez les Agni). Le noir qui a conçu les guinné comme
semblables aux hommes, au point de vue du caractère, imagine de même les
animaux organisés en société semblable à la sienne mais il n'a pas
pour but, en adoptant cette conception, de railler, sous un voile
d'allégorie, la constitution du groupement social dont il fait partie.
Il lui semble qu'il n'existe qu'une forme de société possible: la
sienne, et il ne songe pas à se fatiguer l'imagination à rêver d'une
autre organisation sociale.

[Note 105: Conte de La lionne et l'hyène.]

Les fables indigènes sont donc des récits exclusivement destinés à
l'amusement des auditeurs et n'ont nullement pour but d'enseigner la
morale, fût-elle uniquement pratique, ni de dénoncer les abus sociaux.

Parmi ces récits, les plus nombreux--et de beaucoup--sont ceux qui
rapportent les bons tours joués par maître lièvre à l'hyène, son ennemie
intime. Généralement ces bonnes farces se terminent tragiquement pour la
bête couarde féroce et stupide qui en est l'objet, mais la bassesse de
son caractère nous l'a rendue, par avance, si antipathique et ridicule
qu'on applaudit de tout coeur à la victoire du kékouma (le rusé
compère).

Ce dernier a, d'ailleurs, toute sorte de droits à la sympathie. Toujours
serviable, du moment qu'il ne s'agit pas de fournir un travail qui le
fatiguerait, mais simplement de donner un malin conseil ou de suggérer
une heureuse idée, absolument désintéressé, et ne réclamant pas de
récompense pour ses bons offices, comment ne lui souhaiterait-on pas
réussir dans ce qu'il entreprend?

Avec cela rien moins que naïf! S'il oblige gratuitement, ce n'est pas
qu'il se fasse illusion sur la gratitude de ses obligés. Tout en les
aidant, il les guette du coin de l'oeil afin qu'ils ne lui jouent pas
quelque mauvais tour tandis qu'il s'emploie à leur rendre service (V.
L'homme, le caïman et le lapin[106],--Le lièvre, la panthère et les
antilopes[107]). Il trouve sans doute sa rémunération dans cette
satisfaction d'orgueil qu'il éprouve à voir que tous, même les plus
forts, sont contraints d'avoir recours à son intelligence. Pour ce qui
le concerne, il n'est point de mauvais pas dont il ne se tire à son
honneur. Une fable le montre pris au piège (un piège grossier)[108] mais
on ne le garde pas longtemps (V. Le forage du puits). Quant à celle
du Hibou et du lièvre, c'est le seul cas où le lièvre commette
véritablement un impair et ne le rachète pas par son ingéniosité.

[Note 106: Arcin, _op. cit._]

[Note 107: Barot _(op. cit.)._]

[Note 108: Voir une aventure analogue dans les fables sur le «vieux
frère Lapin». Collection Larousse. De même, pour le lièvre utilisant
l'hyène comme monture. Rien de plus naturel. Ces traditions ont été
apportées par les noirs d'Afrique en Amérique. (Lapin est ici pour
lièvre. Arcin emploie aussi ce mot le plus souvent).]

Je l'ai dit, il ne montre pas une ardeur immodérée pour le travail.
Pourquoi se donnerait-il de la peine puisqu'avec un petit effort
d'intelligence il arrive aisément à faire son profit de ce que les
autres ont créé pour eux-mêmes? (V. Le forage du puits,--La case des
animaux de brousse,--Le lapin, la hyène et l'éléphant). Il élabore de la
ruse aussi naturellement, je dirais presque aussi inconsciemment, qu'il
boit, mange ou respire. Et ce n'est pas un mince titre à l'admiration
des noirs.

Qu'il figure dans les contes ou dans les fables, c'est toujours à son
honneur, différent en cela de l'hyène, dont le rôle est beaucoup plus
relevé dans les contes que dans les fables où son sort constant est
celui de la dupe. Maître lièvre dupe toujours en spéculant sur les
défauts de ceux à qui il a affaire: gourmandise ou vanité. C'est un
psychologue averti; en dépit de sa faiblesse il vainc invariablement
et c'est peut-être à cause de cette faiblesse même qu'on l'a opposé à
l'hyène forte et brutale pour le piquant du contraste. Son triomphe,
devient de ce fait, encore plus significatif que celui du renard sur le
loup dans les fabliaux de notre pays.

Vis-à-vis de l'homme, c'est en ami qu'il se comporte toujours[109]. Il en
serait fort mal récompensé s'il était d'un naturel confiant mais sire
lièvre escompte d'avance l'ingratitude de son obligé, ce qui lui permet
d'en esquiver les manifestations.

[Note 109: Voir Arcin, (L'homme le caïman et le lapin, _op. cit._) et
Mgr Bazin (Le caïman Dict. Bambara).]

Le lièvre est souvent figuré, la kora en main. Serait-il une
personnification du griot rusé tandis que l'hyène serait celle du
pitre de bas étage: le founé opposé au diéli? Ce point serait assez
intéressant à élucider; mais je n'ai pas d'éléments d'appréciation assez
sûrs pour me prononcer là-dessus.

Comme toutes les dupes, l'hyène, victime du lièvre, n'en a pas moins
sans cesse recours à lui et nul autre que lui n'a sa confiance.
Veut-elle s'associer à quelqu'un pour une entreprise? C'est au lièvre
qu'elle s'adresse et c'est lui qu'elle charge d'en élaborer le plan. Et
pourtant ces associations ne lui réussissent guère! (V. Arcin, Le lapin,
l'hyène et le somono, etc). Ceci est bien observé. Dans la vie ne
voyons-nous pas la dupe aller instinctivement au charlatan, dédaignant
l'honnête associé qui ne force pas l'attention par une jactance
exubérante ou des dehors artificiels?

L'hyène n'est pas seulement sotte et crédule, elle se signale en toute
circonstance par son insigne mauvaise foi, mauvaise foi de brute qui se
sait forte et qui n'allègue de prétexte que pour railler celui qu'elle
peut écraser s'il ne feint pas de prendre pour argent comptant sa
grossière explication. Malgré cela, son machiavélisme rudimentaire se
retourne fatalement contre elle sitôt qu'elle a affaire au kékouma.

Quant à son avidité gloutonne, elle la manifeste dans tous les contes
(V. notamment Les oeufs de blissiou.--L'hyène, le lièvre et le taureau
de guina.--La case de cuivre pâle). Elle ne peut retarder d'un instant
l'heure de la bombance et se met l'imagination à la torture pour hâter
le départ du lièvre, son guide, vers le lieu du festin.

Comment elle se comporte envers ceux qu'elle appelle ses amis, c'est
ce que nous montrent les contes de L'hyène et l'homme son compère.--La
famille Diâtrou à la curée. Les avanies qu'elle subit ne l'empêchent
pas de rester infatuée d'elle-même au plus haut point. Ses enfants
commettent-ils une maladresse? elle est prompte à les renier et à les
taxer de bâtardise car quiconque ne lui ressemble pas intellectuellement
ne peut être né de ses oeuvres.

Quand au courage, elle montre une prudence excessive qui ressemble à tel
point à la couardise qu'il est aisé de la confondre avec ce sentiment.
Une plume d'autruche piquée devant l'orifice de son terrier suffit pour
la terroriser et la contraindre à subir dans cette retraite les tortures
de la faim.

En un mot l'hyène a tous les défauts et pas une qualité.

_Ses sobriquets._--L'hyène est un des animaux qui ont le plus de
sobriquets: chose ou être de nuit (Souroufin), le puant (Soumango),
le bourricot de nuit, le déterreur de cadavres (Soubobâra), Dioudiou,
(onomatopée), Diâtrou, Souroukou, Niénemba (le pitre femelle). Le nom de
genre est «nama».

Je ne m'arrêterai pas davantage sur les autres animaux qui figurent dans
les fables de ce recueil et--en tant que véritables animaux--dans les
contes. Bien peu manqueraient à l'appel de ceux qui foisonnent sur la
terre d'Afrique. Je ne vois guère que la girafe, le chacal ou le canard
dont il ne soit pas parlé dans ceux que je reproduis ici. Ceux qui se
représentent le plus souvent sont le boa, le charognard ou vautour
d'Afrique, le lion, la chèvre, la mouche, le singe pleureur, le chien,
le boeuf, la pintade, l'autruche, la tortue, l'oiseau-trompette, le
cheval, le lézard, la panthère.

Je noterai cependant que le chien semble symboliser l'indiscrétion et
le bavardage (V. Le chien et caméléon et conte de Delafosse: La mort du
chien). Le singe, comme l'homme son semblable, y incarne l'ingratitude
(V. le singe ingrat--Le lièvre et les pleureurs). Il représente en outre
l'humeur de malfaisance.

J'ai dit que l'homme n'est que rarement présenté à son avantage dans les
fables[110] où il est mis en contact avec les animaux[111]. Dans les contes
et fables de cette nature, les griefs des animaux contre lui sont
énumérés soit de façon acrimonieuse, soit d'une manière plaisante, mais
toujours en grande abondance et on est obligé de reconnaître que le
portrait est exact et justifie la pointe du fabuliste français que le
plus pervers des animaux:

Ce n'est point le serpent, c'est l'homme[112].

[Note 110: Voir p. l'homme, Ingratitude, L'hyène machiavélique et,
Arcin, L'homme, le caïman et le lapin.]

[Note 111: V. La Fontaine. Fables.]

[Note 112: Si vous n'étiez si ingrats (préambule constant des offres
de service). V. Le caïman.]

Puisque je suis amené à parler de La Fontaine, je citerai quelques
fables de lui auxquelles certains détails des contes et fables indigènes
nous font penser: Livre VIII, 3. Le lion, le loup et le renard (Cf.
Ingratitude--Le bouc et l'hyène à la pêche). Le chat et les deux
moineaux (Cf. Les calaos et les crapauds). Le coq et le renard. Livre
II, 15 (Cf. L'hyène et le bouc à la pêche et L'hyène et le pèlerin).

En revanche, on chercherait vainement une fable indigène analogue à La
cigale et la fourmi. Les noirs y donneraient délibérément tort à la
fourmi, tant ils confondent aisément l'économie et la prévoyance avec
l'avarice. (Voir à ce sujet leurs contes sur les avares). De même, ils
sont trop vaniteux pour goûter la leçon de la fable «Le renard et le
corbeau» et, si vraiment les griots sont pour quelque chose dans la
conception des contes et des fables, on comprendra qu'ils ne soient
guère disposés à prêcher une morale si contraire à leurs intérêts.

Les animaux ont leur roi comme ceux de notre littérature «fablesque»,
mais ce n'est pas toujours, le lion. Pour la plupart des races, c'est
l'éléphant, la plus robuste, sinon la plus féroce, des bêtes de la
brousse; pour d'autres, c'est le lion; pour quelques autres ce sera
l'hyène et même... l'araignée. Celle-ci mériterait la royauté par sa
rouerie et son intelligence, si on en croit les Agni. Je ne parle que
pour mémoire de la royauté du riz, cette royauté étant toute allégorique
dans le conte où les animaux la proclament (Choix d'un lanmdo).



                                CHAPITRE V

DÉDUCTIONS POUR LA COMPRÉHENSION DE LA PSYCHOLOGIE INDIGÈNE.--CONCLUSION

SOMMAIRE: Révélation par les contes et fables, non de ce que sont les
noirs, mais de ce qu'ils rêvent d'être, tant au point, de vue idéal
qu'au point de vue pratique.--Quelques aphorismes de morale des
apologues.--Psychologie succincte des indigènes.--A) Sentiments: 1°
Sentiments affectifs. Sentiments de famille. Conception de la beauté.
Instinct sexuel.--2° Sentiments religieux préislamiques. Sociabilité.
Solidarité raciale. Esprit d'association. Dévouement au maître.
Magnanimité. Reconnaissance. Charité. Humeur hospitalière. Respect de la
vieillesse. Sentiments envers les animaux, envers les captifs. Vanité.
Sens de l'ordre et de la discipline.--B) Idées; Indifférence pour
la vie. Admiration du courage, de la ruse. Considération pour la
complaisance, la courtoisie. Indulgence pour la paresse ingénieuse.
Mépris de l'envie, de l'avarice, de l'humeur fanfaronne, de la
prétention, de l'ivrognerie, de l'intempérance verbale et de
l'indiscrétion. Goût pour les paris risqués.--Les hypothèses
cosmogoniques, ethniques et zoologiques des noirs.--Conclusion.--But
de l'auteur: planter des jalons pour faciliter le travail de ceux qui
voudront approfondir une matière digne d'une étude plus poussée que
celle-ci.

Il me reste, pour en finir, à relever quelques indications de
psychologie, découlant des récits du présent recueil. Assurément on ne
peut conclure de façon ferme que le noir présente les défauts ou possède
les qualités qu'il attribue aux héros de ses récits. Cela équivaudrait à
juger des Français d'après les oeuvres de Ponson du Terrail ou de Xavier
de Montépin et des déductions ainsi basées n'aboutiraient qu'à de
grossières erreurs. Ce que l'on peut dire simplement c'est que nous
retrouverons dans les contes et fables les tendances idéales et
théoriques de la race dont ils émanent.

La geste de S.-G. Diêgui, notamment, nous révèle l'esprit chevaleresque
des Torodo et, si l'on peut parfois comparer une période de notre
évolution à l'état présent de la civilisation chez telle ou telle race
indigène, il n'y aurait aucune audace à admettre des rapports marqués
entre la mentalité des Torodo et celle de nos belliqueux ancêtres des
premiers temps du Moyen-Age.

De même, les contes gaillards nous confirmeront dans cette idée que la
paillardise existe toujours--avouée ou non avouée--au fond du coeur de
toutes les races.

Les apologues et les fables sont intéressants en ce que leurs
conclusions nous montrent sans équivoque de quelle façon l'indigène
comprend l'existence au point de vue pratique.

J'en extrais dès à présent quelques maximes. «Le besoin seul nous
apprend la juste valeur de ce qui sert à le satisfaire» (Le choix d'un
lanmdo).--«Les chefs s'entendent entre eux comme larrons en foire et
toujours les petits seront par eux tenus à l'écart» (Kahué--Le fils du
sérigne--Les trois frères en voyage).--«Mieux vaut peu de nourriture
et point de soucis que de la nourriture à satiété et des ennuis à
l'avenant» (Les trois frères en voyage--Kahué).--«Il ne faut pas se
confier aux femmes» (Guéhuel et damel,--Mariage ou célibat?--Le riche et
son fils).--«Il n'est personne au monde qui ne trouve plus fort que soi»
(Hâbleurs bambara et divers analogues signalés plus haut).--«Chassez
le naturel, il revient au galop». (L'hyène et le lièvre aux
cabinets,--Chassez le naturel).--«Pour garder son pouvoir, un talisman
doit rester caché»[113] (Le koutôrou porte-veine, etc.).--«Il faut se
méfier de la bouche, c'est elle qui nous trahit». (V. La tête de
mort).--«Un fils adoptif n'a pas pour son père les sentiments d'un
fils»--(Guéhuel et damel). «La vérité doit parfois être atténuée ou même
cachée» (Hammat et Maudiaye[114]).

[Note 113: Ce qui peut se traduire symboliquement par ceci: l'homme le
mieux armé contre les autres sera le moins expansif.]

[Note 114: V. aussi, L'ami indiscret, Bérenger-Féraud.]

On pourrait citer bon nombre d'aphorismes de ce genre, mais je ne
prétends pas épuiser le sujet et je m'en tiendrai là.


PSYCHOLOGIE INDIGÈNE.

Pour un lecteur attentif, il ressortira aisément de la lecture des
récits de ce recueil une impression, sinon très nette du moins très
exacte, de la mentalité des indigènes. Et l'impression ainsi obtenue
sera de beaucoup plus instructive que celle que pourraient donner toutes
les définitions imaginables.

1°_Sentiments affectifs_.--Prenons d'abord parmi les sentiments
affectifs l'amour des parents pour leurs enfants et réciproquement celui
des frères et soeurs entre eux. Nous trouverons moins d'exemples d'amour
paternel que d'amour filial, en ce qui concerne le père du moins. Il est
même plusieurs contes qui paraissent en contradiction avec la notion des
devoirs de dévouement des parents envers leurs enfants chez les peuples
de race blanche. Dans le conte peuhl de La Mauresque, dans celui
(gourmantié), de Diadiâri et Maripoua, dont le premier est une réplique
partielle, dans le conte du Fils adoptif du guinnârou, les parents
refusent de sacrifier leur vie pour ressusciter leur fils mort[115]. De
même, le père de Hammadi Bitâra (conte de Fatouma Siguinné) sacrifie
bien légèrement son fils à de faibles soupçons. De même encore le
kuohi[116] dans «Le joli fils de roi».

[Note 115: C'est le thème d'Alkestis d'Euripide où la femme se dévoue
à la place du père et mère de son mari pour sauver la vie à celui-ci.]

[Note 116: Roi, en haoussa.]

Cependant on peut opposer à ces exemples l'amour, allant jusqu'à la plus
extrême faiblesse, d'Amady NGoné pour son fils[117] indigne Biroum Amady;
les parents sacrifiant leurs biens puis leur vie pour sauver leur fille
(L'implacable créancier); la mère de la jeune mariée vengeant sa fille
que le père n'a pas le courage de venger. (Une leçon de courage). En
général, la mère manifeste une affection plus profonde que le père pour
ses enfants, ce que l'on constatera chez les mères de toute race (V. le
conte du prince qui ne veut pas d'une femme niassée.--La lionne et le
chasseur--Mamady le chasseur--La lionne et l'hyène).

[Note 117: V. Bérenger-Féraud, _op. cit._ Amady NGoné et son fils.]

Il semble résulter de certains contes; L'hyène, le lièvre et
l'hippopotame--Goumbli-Goumbli-Niam, que les parents ont, comme la mère
du Petit Poucet, une préférence pour le dernier-né.

L'exemple de fils ingrats envers leurs parents ne se rencontre que dans
le conte de Bérenger-Féraud déjà cité. Les noirs n'ont guère hérité
de l'irrespect de leur ancêtre Cham pour son père Noé. La voix du
sang--cette voix du sang dont le mélodrame a tant abusé--parle
éloquemment au coeur des jeunes noirs, si l'on en croit le conte
intitulé «L'épreuve de la paternité», où les fils adultérins, bien
qu'ignorant leur origine réelle, font franchir délibérément à leurs
chevaux le corps du mari de leur mère, alors que les véritables fils se
refusent à cette épreuve, malgré tous leurs efforts pour obéir à l'ordre
formel de leur père.

Les contes d'orphelines et de marâtres témoignent aussi du profond amour
filial des noirs. Voir encore le dévouement de la fille du massa se
sacrifiant, dans le conte ainsi intitulé, pour garder le pouvoir à son
père.

Cet amour des enfants est susceptible de s'atténuer sous l'influence
de certaines considérations. Aussi NDar ne pardonne pas à sa mère de
l'avoir abandonné et S.-G. Diêgui condamne le frère de son père à la
mendicité après l'avoir réduit à la déchéance. Le lionceau (Le lionceau
et l'enfant) tue sa mère pour venger celle de son camarade que la lionne
a dévorée. Diéliman aussi tue sa mère pour sauver sa femme (La sorcière
punie). Deux contes (Quels bons camarades! et Les deux intimes) nous
montrent des fils aidant leurs camarades à tromper leur père et cela
(dans le conte: Quels bons camarades!) avec leur propre mère.

Dans ces derniers contes, la puissance de l'amitié chez les noirs est
fortement mise en relief. On pourrait dire que cette parenté d'élection
qu'est l'amitié crée souvent des liens beaucoup plus solides que la
parenté de sang.--Le titre de frère, donné à un camarade, caractérise
l'amitié à son plus haut degré. Cela ne signifie pas cependant qu'entre
frères il y ait une affection bien résistante. Le frère est représenté
jaloux de son frère (Le joli fils du roi.--Les perfides conseillers).
Souvent la soeur aînée abdique d'un coeur léger son rôle de protectrice
d'un frère plus jeune (V. La revanche de l'orphelin).--Par contre, je
citerai un conte dans lequel un frère montre un dévouement très grand à
son cadet (V. L'ancêtre des griots).

Je ne déduirai pas de deux contes où les frères entretiennent des
relations avec leurs soeurs que l'inceste soit chose courante parmi les
noirs. Ce serait généraliser hâtivement (V. Bénipo et ses soeurs et
l'Origine des pagnes). (En France le conte de Peau d'Âne nous représente
bien un roi désireux d'épouser sa fille). Ce n'est pas qu'il n'existe
des allégations en ce sens, mais affirmer n'est pas prouver.

De marâtre à enfants d'un premier lit il ne saurait y avoir d'affection.
De très nombreux contes en témoignent et notamment ceux ci-après: Sambo
et Dioummi--Le sounkala de Marama. Je n'en vois qu'un seul où une
marâtre ait le beau rôle. C'est celui de La marâtre punie.

Le beau-père est, au contraire, généralement présenté sous le jour le
plus favorable. Il montre autant de tendresse pour l'enfant du premier
lit que pour ceux qu'il a eus de sa propre femme; souvent il n'est payé
que d'ingratitude par son fils adoptif (V. Guéhuel et damel et le conte
de B.-F. Kothi Barma).

Continuant cet examen rapide des sentiments familiaux des noirs, nous
en venons à l'amour conjugal. Ici l'amour en général a des droits plus
sérieux au qualificatif de désir qu'à l'épithète de platonique. Il y a
pourtant dans la littérature indigène des histoires d'amour purement
spirituel (V. en ce sens: Les inséparables,--La Mauresque,--Diadiâri et
Maripoua [1ère partie],--Amadou Sêfa Niânyi[118]). On rapporte même des
exemples de fidélité excessive: les amants fidèles, la femme d'Ibrahima
(Ibrahima et les hafritt) qui attend son mari neuf ans mais finit tout
de même par se remarier.

[Note 118: Voir également B-F., Ballade de Diudi.]

En revanche, les histoires de maris trompés sont innombrables. Le noir
les prend gauloisement et considère que la jalousie est une maladie
quelque peu ridicule puisqu'elle s'obstine à empêcher l'inévitable.
Peut-être se console-t-il tout simplement, en raillant le voisin, d'une
infortune à laquelle lui aussi n'échappera pas.

Il sait que toute précaution restera vaine (La précaution inutile), que
jamais homme ne sera assez malin pour obliger sa femme à la fidélité, si
roublard soit-il d'autre part; (V. L'hyène commissionnaire). Aussi la
jalousie tragique semble-t-elle assez rare, si l'on en croit les contes,
car je n'en vois qu'un seul où le désir exaspéré amène une tragédie
domestique (V. B.-F., Le beau-frère coupable). Encore, dans ce conte,
est-ce le beau-frère qui tue parce qu'il ne peut amener sa belle-soeur à
céder à ses instances.

En général la femme inspire aux noirs aussi peu d'estime qu'elle leur
fait, par contre, éprouver de désirs violents. Ils la tiennent pour
bavarde et incapable de stabilité dans ses affections. Lui confie-t-on
un secret, elle s'empresse de le trahir par étourderie ou par
malignité (Guéhuel et damel--Le koutôrou porte-veine--Le riche et son
fils--Malick-Sy)[119]. Dans le conte de Diadiâri et Maripoua, celle-ci,
qui avait offert sa vie en sacrifice pour sauver Diadiâri, le trahit
ensuite pour un amant qu'elle croit plus riche et tend à ce dernier
l'arme qui doit tuer son mari. De même, Ashia trompe Amadou Sêfa, qui
l'a sauvée du serpent, avec un amant qu'elle juge cependant inférieur
à son mari, comme elle le lui exprime sans équivoque dans le cours du
récit.

[Note 119: Lanrezac (_op. cit._).]

De même, la femme cherche toujours à desservir ses co-épouses et même
à les faire périr si cela lui est possible (v. La femme-biche.--La
gourde.--Les trois femmes du sartyi.--L'hermaphrodite.--Takisé.--Les
deux sinamousso.--Jalousie de co-épouse.--L'implacable créancier, etc.,
etc.). Après la mort de celle-ci, c'est sur les enfants de la co-épouse
qu'elle se venge (v. les contes de marâtre cités plus haut).

De ce qui précède on peut conclure--ce que confirment les faits--que le
noir possède, fortement accentué, le sentiment de la famille. Il aime sa
mère et honore son père mais est moins fortement attaché à ses frère
et soeur en ce sens que son affection pour ceux-ci peut plus aisément
s'affaiblir par suite des constants froissements du contact quotidien.
Quant aux questions d'intérêt c'est une cause de zizanie peu importante,
étant donnée la constitution patriarcale de la famille indigène, où la
qualité de chef est toujours déterminée par des règles précises.

Au point de vue désir sexuel, on pourrait croire le noir plus proche
de la bestialité que le civilisé mais il n'y a qu'une différence
d'épaisseur dans le vernis. D'après les contes, ce désir se manifeste
avec violence chez le noir. Bilâli inspire un appétit si violent aux
filles qu'il rencontre sur sa route qu'elles mettent à mort leurs
parents pour lui ouvrir la route sur laquelle elles le suivront
docilement [120]. De son côté lui et son compagnon acceptent volontiers
la mort en échange de la possession de femmes qu'ils désirent (v.
Bilâli--L'homme au piti, etc.).

[Note 120: Voir aussi le désir de la femme de Kélimabé (D.-Y) pour son
beau-frère et aussi l'amour violent qu'inspire celui-ci à la fille d'un
chef. V. le conte de B.-F.: Les deux amis peuhl.]

Il est rare qu'une considération quelconque combatte l'effet de ce
désir. Cependant un conte de B.-F.: Les deux amis peuhl, montre, par
exception, le conflit du devoir et du désir et même le triomphe du
devoir.

A côté du désir sexuel, il y a place pour l'amour véritable, né d'une
émotion esthétique en présence de la beauté soit physique soit morale.
La ligne de démarcation est malaisée parfois à tracer. Il semble
pourtant que le sentiment soit pur encore dans le conte de Bala et
Kounandi, dans Lansêni et Maryama (Barot) et dans Amadou Sêfa Niànyi.
Chez Amadou Sêfa, il triomphe de l'infidélité d'Ashia et celle-ci reste
pour lui une sorte de joyau qu'il enchâsse dans le précieux écrin d'une
chaise d'or. Pour satisfaire ses moindres désirs, il envoie à la mort
sans scrupule. Il ne lui demande que de rester belle. La Beauté lui
tient lieu de toute autre vertu.

Sur la conception indigène de la beauté physique, les contes renferment
peu de détails. On parle des pieds petits de S.-G. Diègui, mais sans
commenter davantage. Dans le conte de Hammadi Diammaro, le conteur,
sur mon invitation, a décrit les perfections d'une femme telle qu'elle
devrait être à son sens pour être tenue pour jolie[121]. Il est délicat
d'insister en pareille matière. Le conteur, pour flatter l'Européen,
prendrait comme type de la beauté pure les traits de la race blanche.

[Note 121: Voir également Le mariage de Niandou.]

Ce ne serait donc que sous les plus expresses réserves que j'accepterais
les indications du Dr Barot, ainsi formulées dans sa brochure «L'Ame
soudanaise»:

«_Il m'est arrivé personnellement d'interroger souvent les Noirs. Chez
nous ils préfèrent les hommes grands à nez droit, portant la barbe,
noire de préférence. Ils admirent beaucoup nos cheveux lisses. Ils se
moquent de nos pieds rétrécis déformés par les chaussures; les yeux
bleus leur plaisent davantage[122].

[Note 122: Je ne serais pas surpris que ces éloges correspondent au
signalement de l'interrogateur.]

«Chez eux ils regardent comme les plus beaux et les plus belles ceux
dont les traits_ _du visage et la couleur de la peau se rapprochent le
plus de la race blanche_».

Une seule certitude ressort, à ce point de vue, des contes que je
connais, c'est que la marque cicatricielle, la balafre faciale, en quoi
nous avons tendance à voir un ornement, ne présente pas d'attrait pour
les noirs qui la considéreraient au contraire comme disgracieuse, s'il
faut en juger par les contes, très nombreux et d'origines très diverses,
où jeunes filles et jeunes gens recherchent, pour l'épouser, un jeune
homme ou une jeune fille qui ne soit pas défiguré par des marques de
cette nature (v. La femme de l'ogre,--Le boa marié,--L'anguille et
l'homme au canari,--Le prince qui ne veut pas d'une femme niassée).

_Amitié_.--Le noir apporte à l'amitié une ardeur excessive et rendrait
aisément des points à Oreste et Pylade, à Nysus et Euryale. Cette amitié
va jusqu'à des extrémités qui peuvent nous choquer, à moins qu'elles ne
nous paraissent héroïques... d'un héroïsme que nous ne serions pourtant
guère tentés d'imiter. Le cas de ces fils sacrifiant l'honneur de leur
père à la passion de leur intime ami (Quels bons camarades! Les deux
intimes), du lionceau tuant sa mère pour venger celle de son ami, de
Bassirou oubliant qu'Ismaïla a tué le fils d'un ami par rage de voir la
mère de celui-ci résister à sa convoitise (Bassirou et Ismaïla), de ce
peuhl qui, pour sauver son ami mourant de désir, lui cède sa propre
femme[123], tout cela montre que la fraternité d'élection inspire des
sentiments aussi forts pour le moins que la fraternité du sang.

Il est bon de noter en passant que l'histoire de Mafal, dans
Bérenger-Féraud, témoigne d'un certain scepticisme quant au dévouement
des amis dans l'adversité[124]. On se rappellera aussi le dicton de Kothi
Barma dans le conte de Bérenger-Féraud. «On a parfois un ami, on n'en a
jamais plusieurs» (cf. le conte de L'hyène et l'homme son compère).

[Note 123: Cf. les contes de B.-F., Les deux amis peuhl, et celui de
la coquette où se trouve un trait de l'histoire de Damon et Pythias (Les
deux amis brouillés par une maîtresse).]

[Note 124: Noter la ressemblance de cette histoire avec Timon le
Misanthrope.]

2º _Idées religieuses.--Sociabilité._--Si nous écartons d'emblée les
contes--relativement peu nombreux dans ce recueil--d'inspiration
musulmane, on trouvera peu d'indications sur les idées religieuses des
noirs.

Le dieu des Gourmantié: Outênou est, comme son confrère Ouinndé, dieu
des Môssi, un potentat assez bénin qui philosophe, par le truchement de
ses envoyés, avec les serviteurs plus ou moins sincères d'Allah, son
concurrent envahissant. Quant à NGouala (ou Nouala), sorte d'Allah
déformé à l'usage des Bambara fétichistes évoluant vers le monothéisme,
c'est, lui aussi, une personnalité pleine de «bonace», un roi d'Yvetot,
parfois à court d'argent, qui se voit obligé d'avoir recours aux humains
de temps à autre quand l'arrivée d'hôtes inattendus ou la mort de sa
belle-mère lui occasionnent des dépenses inaccoutumées.

Outênou connaît les faiblesses humaines; comme juge, il frôle, et
de très près, la prévarication. Aussi serait-il mal venu à prêcher
l'intégrité aux hommes. (V. Les méfaits de Fountinndouha où il donne
raison à un sacripant, celui-ci lui ayant promis comme épices un don de
trois idiots).

Tous ces dieux sont faits à l'image des petits potentats locaux, ce qui
donnerait à penser que ces derniers ne furent pas toujours de si odieux
tyrans qu'on les a représentés.

Ici, comme partout, l'anthropomorphisme se manifeste et les dieux sont
faits à l'image des plus puissants des hommes dans une société où la
puissance fut initialement la plus respectée des qualités.

Le noir se gausse, à l'occasion, des mômeries des hypocrites (V. Outênou
et le marabout et Le boeuf marchand de grigris) [125]. Il ne méconnaît pas
le parti fructueux que tirent les marabouts et prêtres de toute sorte
des sentiments religieux des naïfs... ce qui ne l'empêche pas, à
l'occasion, de tomber dans leurs filets.

[Note 125: Faidherbe, _Le Sénégal_.]

Il semble qu'il y ait dans quelques contes des traces de dendrolâtrie
ou culte primitif des arbres. V. à ce sujet le conte de NMolo Diâra où
celui-ci sacrifie un mouton au baobab. V. aussi le conte d'Amady Sy et
ce qu'il y est dit des arbres prophétiques de Sendêbou, qui approuvent
ou désapprouvent l'élection des nouveaux chefs et annoncent à l'almamy
sa mort ou sa guérison en cas de maladie.

Il y a lieu aussi de noter quelques manifestations de patriotisme ou,
plus exactement, de solidarité raciale. Le noir a, en premier lieu, la
fierté de son village natal et en éprouve la nostalgie quand il en est
éloigné. Ce patriotisme de clocher, si naturel à l'homme, se manifeste
dans le conte du Courage mis à l'épreuve. Le kitâdo, qui n'a plus de
parents dans son village d'où on l'a chassé, regrette pourtant d'en être
éloigné.

Cette idée prend rarement une plus grande extension pour devenir un
sentiment s'apparentant au patriotisme. Quand le fait se produit, quand
il y a, comme dans l'histoire de Yamadou Hâvé, un acte de dévouement
à la race, ce dévouement-là n'a qu'un rapport relatif avec celui d'un
Décius et d'un Winkelried se vouant à la mort pour assurer la victoire
de leurs compatriotes. C'est un marché où Yamadou stipule, en échange
du sacrifice de sa vie, le pouvoir pour ses descendants et tous les
avantages qu'il peut obtenir. C'est encore le cas, quoique à un moindre
degré, puisqu'elle a déjà le pouvoir de fait, pour le dévouement de la
reine Aoura Pokou sacrifiant son fils au fleuve Comoé dans le conte
rapporté par Delafosse.

Quant à la fille du massa, dans le conte de ce nom elle se sacrifie pour
son père plutôt que pour sa race.

_Esprit d'association._--Le noir a-t-il tendance à s'associer en vue
d'un but à atteindre? Il semble assez sceptique quant aux avantages qui
peuvent résulter de la mise en commun de l'effort. Son bon sens et son
esprit d'observation lui ont démontré que si l'union fait la force, elle
fait la force surtout du plus roublard des membres de l'association.
Dans les contes où il s'agit d'association, on voit presque toujours les
associés naïfs roulés éhontément. Dans les fables, cette malchance
de l'un des associés est constante et l'associé qui ne retire de son
association que des désavantages s'appelle l'hyène. L'autre est le
lièvre. La moralité semble donc ici: Ne vous associez à quelqu'un que si
vous avez la rouerie du lièvre.

Si l'association produit ses effets utiles quelquefois, c'est dans des
contes où l'imagination cherche moins à serrer la réalité que dans les
fables[126] (au point de vue de l'action, sinon des personnages). Voir en
ce sens, Les dons merveilleux du guinnârou. Mais il y a des contes, au
moins aussi nombreux, où l'association profite à un seul qui rémunère
peu généreusement ses associés eu égard aux risques courus (V. Les six
compagnons,--Ntyi vainqueur du boa, etc., etc.).

Dévouement au maître.--Les sentiments d'affection qu'un maître peut
inspirer à son serviteur vont-ils, de la part de ce dernier, jusqu'au
sacrifice de soi-même? Il n'en est pas d'exemple. Sans doute les captifs
de la mère de Samba Guélâdio Diêgui lui donnent tout le mil qu'ils ont
glané et se contentent d'herbes et de feuilles d'arbre pour leur propre
nourriture--sacrifice digne d'être pris en considération de la part de
gens qui traitent dédaigneusement ceux des autres races de mangeurs
d'herbe[127]--mais on ne verra pas d'exemples analogues à ceux du fidèle
Jean ou d'Henri-au-coeur-cerclé-de-fer dans les contes allemands[128].

[Note 126: Les merveilleux Soudanais (Lanrezac).]

[Note 127: Les Peuhl.]

[Note 128: Der treue Johannes; Der eiserne Heinrich.]

Certains captifs ont cependant une très forte affection pour leurs
maîtres puisqu'ils mettent le souci de l'honneur de ceux-ci au-dessus du
désir de leur plaire. Sévi Malallaya (conte de S.-G. Diêgui) et Albarka
Babata (conte des Sorkos, Desplagnes, _op. cit._) reprochent à leur
maîtres leur inaction. Voir aussi le conte du làri reconnaissant, fidèle
à son maître dans le malheur, conformément au proverbe bambara que l'on
doit boire de l'infusion amère de cailcédrat avec celui qui vous a fait
boire jadis de son eau miellée.

Reconnaissance.--Les noirs apprécient la beauté morale de la
reconnaissance, mais ne croient pas outre mesure à la fréquence de sa
mise en pratique. Ils représentent volontiers l'homme comme l'ingrat par
excellence (V. Ingratitude,--Les obligés ingrats de NGouala--Mâdiou le
charitable [129]).

[Note 129: Voir aussi Mgr Bazin, Le caïman. Arcin, L'homme, le lapin
et le caïman. La phrase adressée à l'homme: «Si vous n'étiez pas si
ingrats, je ferais ceci pour toi» revient constamment dans les contes.
V. La femme enceinte.]

Molo et S.-G. Diêgui témoignent une médiocre reconnaissance aux
animaux qui leur ont donné leurs talismans. L'un et l'autre tuent leur
bienfaiteur. Il est vrai qu'ils n'agissent ainsi que pour empêcher que
pareil don soit fait à quelque autre homme. C'est une explication, mais
pas une excuse. De même encore les frères de Hammadi Bitâra (conte de
Fatouma Siguinné) essaient de faire périr le frère qui les a sauvés.

Il y a d'ailleurs des contes où des animaux, et même des hommes, se
montrent reconnaissants envers qui les a obligés (V. Ingratitude--Le
lâri reconnaissant[130]--La protection des djihon, etc.).

[Note 130: Voir aussi Contes des Gow: l'éléphante de Sanou Mandigné.]

_Magnanimité_.--Les noirs comprennent la magnanimité et admirent
l'effort auquel elle oblige celui qui pardonne une offense. S'il y a,
dans leurs contes, des récits dont un ressentiment, souvent féroce[131],
fait le fond, il s'en trouve beaucoup aussi où l'offensé oublie son
ressentiment, telle l'orpheline pardonnant à sa marâtre (La marâtre
punie), le pauvre pardonnant au fils de roi (D'où vient le soleil). V.
encore: Une leçon du bonté,--Les deux Ntyi--Bassirou et Ismaïla. Chez
les fétichistes surtout on constate une certaine facilité à oublier les
injures, tandis que le pieux NDar, envoyé d'Allah, ne pardonne pas à
sa mère et que S.-G. Diêgui, croyant, n'oublie qu'à demi les mauvais
procédés de Konkobo Moussa à son endroit, non plus que ceux du tounka
envers sa mère.

[Note 131: Voir: Celui qui avait reçu le sommeil en partage.(B.-F.).]

_Compassion._--L'indigène n'a pas de pitié pour les infirmes, peut-être
parce que, sa sensibilité physique étant peu développée, il ne sent
pas toute l'horreur de leur sort. Maintes fois j'ai vu mes porteurs se
gausser au passage des aveugles et se pâmer aux cris inarticulés des
muets ou au gambillement des boiteux. A ce point de vue, ils sont
inférieurs aux blancs, non par la sensibilité, mais par la compréhension
de la souffrance. Cela est tellement probable que, pour certaines
misères, celle par exemple des orphelins que tourmente une marâtre, ils
sont pleins d'une pitié attendrie, comme le montrent les nombreux contes
imaginés sur ce thème.

_Hospitalité.--Générosité._--Les indigènes ont-ils le sens de
l'hospitalité et de la générosité sans arrière-pensée? J'ai tendance à
croire que, dans les manifestations apparentes de ces sentiments chez
eux, il y a plus d'ostentation que de bienveillance, instinctive ou
réfléchie. On peut cependant invoquer à l'appui de l'opinion contraire
l'antipathie violente dont ils témoignent contre l'avarice. Ils criblent
ce vice de sarcasmes dans un certain nombre de contes, parmi lesquels je
citerai: L'avare et l'étranger et Ybilis.

Peut-être, il est vrai, ces sarcasmes ont-ils pour but de stimuler
la vanité de ceux qui font passer leur intérêt propre avant leur
amour-propre. Peut-être la gloriole des uns joue-t-elle de la fausse
honte des autres pour les amener à ne rien conserver pour soi. Cette
explication me semblerait plausible si les contes sont, dans leurs
premières conception et forme, l'oeuvre de ces parasites qu'on nomme
griots.

_Respect pour les vieillards._--Le noir respecte les vieillards en
général parce qu'il y retrouve l'image de son père et de sa mère, soit
dans le présent, soit dans l'avenir. De plus, il considère en eux
l'expérience acquise qui confère à ceux-ci une force morale rehaussant
singulièrement le prestige qu'ils ont pu perdre du fait de leur
affaiblissement physique (V. à ce sujet le conte de La femme fatale).

_Pitié._--Envers les animaux, les indigènes ne manifestent guère de
pitié. Ils soignent ceux qui leur sont utiles et dont la perte leur
occasionnerait un remplacement onéreux, mais ils ne les aiment qu'en
raison du parti qu'ils en tirent[132]. Les Peuhl prennent soin de leurs
boeufs autant que des membres de leur propre famille, sinon davantage.
Les Torodo, notamment, aiment leur cheval jusqu'à lui donner un nom
comme à une personne. Quand au chien, on le considère comme gardien de
la maison et comme un protecteur contre les méfaits des guinné, (V. Le
chien de Dyinamoussa,--Le canari merveilleux) mais on ne lui témoigne
pas d'affection véritable.

[Note 132: V. B.-F., Le cavalier qui soignait mal son cheval.]

Dans un seul conte on voit l'attachement désintéressé à un animal:
l'affection maternelle d'une vieille pour son taureau. (V. Takisé, le
taureau de la vieille).

Quant aux captifs, on les tient pour des gens de caste inférieure avec
lesquels il est déshonorant de s'unir. C'est ainsi que S.-G. Diêgui
veut se suicider à cause du mariage de sa mère avec le captif Barka.
Cependant il semble résulter des contes que, loin de refuser aux fils,
nés de captifs et d'hommes libres, l'intelligence et les qualités de
coeur, on les oppose souvent, et à leur avantage, aux enfants issus de
parents libres l'un et l'autre.

_Orgueil._--L'orgueil est le défaut le plus évident des noirs. C'est le
premier dont on se rende compte d'abord et c'est par l'orgueil qu'on
tient le plus sûrement ceux-ci. Le lièvre, ce psychologue avisé,
n'ignore pas que l'orgueil est le plus grand ressort des êtres pensants
et il en joue magistralement vis-à-vis de ses dupes. (Voir les contes du
Grigri de malice, de La vache de brousse, etc., etc.).

_Sens de l'ordre et de la discipline._--La plupart des noirs, ceux du
moins qui se sont constitués en société, ont le sens de l'ordre et,
pour obtenir qu'il règne dans leurs groupements, ils s'astreignent sans
difficulté à l'obéissance. Voyez les Diolof choisissant Diâdiane pour
chef parce qu'il a su faire un partage juste du produit de leur
pêche entre de petits pêcheurs[133] et, par là, empêcher le retour
des contestations quotidiennes auxquelles ce partage donnait lieu
Auparavant.

[Note 133: V. Diâdiane NDiaye et la légende rapportée par B.-F.]

_Idées._--Si, de l'étude des sentiments, nous passons à celle des
idées, nous trouverons encore dans les contes des indications utiles à
recueillir.

Le noir--ceci résulte de sa littérature même--voit à l'existence divers
buts, presque tous matériels d'ailleurs: La conquête du pouvoir, celle
de la fortune, celle de la femme désirée. Le quatrième but répond à ses
instincts de vanité: c'est la conquête de la considération[134].

[Note 134: Voir à ce sujet les demandes formulées dans le conte de
Mâdiou le charitable.]

Pour atteindre ces buts divers, le noir sacrifiera tout, même sa vie
qu'il considère comme chose négligeable, car il ne voit au delà de la
vie que ce pis-aller peu effrayant: le néant. Même islamisé, il ne
semble guère croire à une vie future ou, s'il y croit, c'est avec
l'espoir de racheter, grâce à quelques bonnes oeuvres de la dernière
heure, tous les méfaits, petits et gros, qu'il aura pu commettre au
cours de son existence.

Ce mépris de la vie est facile à constater dans les contes. Voyez avec
quelle indifférence le conteur narre la mort des porteurs de mauvaises
nouvelles (S.-G. Diêgui). Un coup de poing de Birama et c'est fini. Le
narrateur ne s'attarde pas pour si peu. S'indigner, s'attendrir même, il
n'y songe pas. La contrariété que ces courriers fâcheux causent à leur
maître légitime justifie ce geste brutal et de si peu de conséquences.
D'ailleurs, en ce pays, on a si souvent la mort sous les yeux qu'on
se familiarise avec l'idée d'une fin définitive. L'Européen comme les
noirs.

Dans le conte de Bilâli encore, deux des personnages, Bilâli et Sanio,
promettent leur vie contre la possession éphémère de la femme désirée;
un troisième fait cet échange contre des boeufs et un beau cheval. Ils
acceptent que leur vie soit courte, sous condition qu'elle soit bonne.

Cette façon d'envisager l'existence prouve une bien faible foi en
l'Au-Delà. Et en effet la conception de la vie reste profondément
matérialiste malgré tous les enseignements de l'Islam. Il s'agit donc de
réaliser la plus grande somme de jouissances en ce monde et les moyens
dont on usera pour y parvenir constitueront les deux grandes vertus que
le noir prise par dessus tout: le courage et la ruse.

Le courage est donc apprécié grandement et les braves sont honorés par
les guinné eux-mêmes. (V. en ce sens contes du Guinné altéré)--de S.-G.
Diêgui--d'Hdi Diammaro--La lionne coiffeuse, etc. Mais comme le courage
n'est souvent qu'une force aveugle et incapable de tirer parti de ses
ressources, l'admiration des noirs place la ruse encore bien au-dessus
de lui. Aussi le héros de la vie pratique est-il le lièvre, symbole de
l'homme avisé, ou bien encore des individus d'une honnêteté plus que
douteuse mais débrouillards comme MBaye Poullo, NMolo Diâra, Féré (du
Fils adoptif du guinnârou).

Sans doute le héros principal du conte--littérature de passe-temps--est
l'homme courageux; mais celui des fables--littérature d'enseignement
pratique (de fait plus encore que d'intention)--est le personnage
roublard qui, malgré son peu de moyens physiques, arrive à ses fins et
triomphe constamment de la force brutale.

Ceci ne veut pas dire que le noir refuse son admiration--toute
platonique--aux qualités que toutes les races humaines s'accordent à
honorer, sinon à mettre en pratique. Il leur donne volontiers cette
satisfaction dont se paie la vanité de bon nombre d'humains.

Ainsi le conte, et même la fable, honorent le respect de la parole
donnée (Le roi et le lépreux)[135]. Ils flétrissent l'envie (Sambo et
Dioummi,--Les deux Ntyi), l'avarice (Les deux Ntyi). Ils raillent
les fanfaronnades des hâbleurs (V. Les six géants et leur mère,--La
fanfaronnade,--Hâbleurs bambara,--A la recherche de son pareil, etc.)
Ils conseillent la modération dans les ambitions et désirs de toute
sorte. C'est ainsi que ceux qui prétendent trouver chez leur future
épouse des qualités peu communes (ce que symbolise peut-être l'idée de
la personne sans balafres se voient punis de leur excessive prétention)
par les défauts moraux, contre-partie de la perfection physique (Voir
tous les contes relatifs aux marques cicatricielles).

[Note 135: Noter que ce respect ne va pas jusqu'à engendrer des
actions dans le genre de celles de Régulus ou de Porcon de la Babinais,
sauf peut-être dans le conte de Bérenger-Féraud (Les deux amis brouillés
par leur maîtresse) qui rappelle dans sa dernière partie l'histoire de
Damon et Pythias.]

Les contes et fables blâment encore la goinfrerie et l'intempérance (V.
L'ivresse de l'hyène, etc.). Ils prônent la discrétion, parfois même aux
dépens de la franchise, car la vérité n'est pas toujours bonne à dire
et mieux vaut la taire quand elle est trop désagréable à entendre. (V.
Hammat et Mandiaye.) Ils montrent la complaisance et la courtoisie
récompensées (Voir la femme fatale,--Hdi Diammaro, etc.).

De même ils sont sévères pour l'intempérance de langue (V. Le sounkala
de Marama,--Orpheline de mère,--Hammat et Mandiaye,--Le canari
merveilleux)[136], mais moins au point de vue moral qu'au point de vue
pratique. Ici le noir raille plus qu'il ne morigène. On ne trouve pas
chez le noir:

Ces haines vigoureuses
Que doit donner le vice aux âmes vertueuses.

[Note 136: V. B.-F.: L'ami indiscret; L'homme prudent en paroles.]

Quant à la paresse, elle se voit excusée avec une indulgence amusée dès
qu'elle se montre ingénieuse. Le lièvre, notamment, a toute la sympathie
de l'auditeur des contes quand il trouve moyen de tirer profit du
travail auquel il a refusé de participer (V. La case des animaux de
brousse et Le forage du puits). NMolo bénéficie de la même indulgence
quand il fait travailler à sa gerbe les petits palefreniers du fama Da
Diâra.

Il reste encore à signaler le goût des noirs pour des paris dont l'enjeu
est souvent leur propre vie (V. Guéhuel et damel,--La tête de mort,--Les
bons coureurs,--Quels bons camarades!--Le bien qui vient en dormant).

Pour en finir avec cette étude un peu aride je renvoie le lecteur à
ce j'ai dit (Chapitre I) des conceptions ethniques, cosmogoniques et
zoologiques des noirs telles qu'elles semblent ressortir des contes de
ce recueil.

Il va de soi que je n'entends pas dégager de ces contes une cosmogonie
cohérente et complète. J'ai indiqué seulement à titre de curiosité les
quelques récits relatifs à ces idées.

Ici se termine une étude que j'aurais voulu condenser davantage et
présenter sous une forme moins aride; mais j'ai dû sacrifier la
concision à la clarté. Je me suis préoccupé avant tout d'effectuer un
premier tri des matériaux que je présente au public afin de préparer son
travail à celui que la littérature merveilleuse indigène intéressera
et qui voudra en faire une étude plus approfondie et plus savante que
celle-ci.

Bandiagara, Octobre 1912.
F. V. Equilbecq.

N'ayant pris connaissance des «Contes populaires d'Afrique» (R. Basset.
Guilmoto, éditeur), et des «Contes soudanais» (Monteil. Leroux,
éditeur), que tardivement et au cours de l'impression de cet essai, je
n'ai pu, malgré l'intérêt de comparaison qu'ils présentent, faire état
de ces recueils dans l'étude ci-dessus. Je les signale à ceux que
le folklore indigène intéresse et y renverrai dans les notes et
éclaircissements placés à la fin de chacun de mes contes quand il y aura
lieu à comparaison.



CONTEURS AYANT COLLABORÉ AU PRÉSENT RECUEIL

AHMADOU DIOP--Ouolof.--Brigadier-chef de gardes régionaux à
Yang-Yang (Sénégal).
BOUBAKAR MAMADOU--Torodo.--Garde-régional de 1re classe à Yang-Yang.
(Sénégal).
SALIFOU GORNGO--Môssi.--Garde-cercle à Pama (Cercle de Fada).
DEMBA KAMARA--Malinké.--Garde-cercle à Pama (Cercle de Fada).
BADIAN KOULIBALY--Bambara.--Garde-cercle à Fada NGourma (Cercle de
Fada).
KAMORY KEÏTA (dit Samba Diallo)--Malinké.--Garde-cercle à Fada NGourma
(Cercle de Fada).
FILI KONÉ (dit Dielifili)--Malinké.--Garde-cercle à Fada NGourma
(Cercle de Fada).
MOUSSA DIAKITÉ--Bambara.--Garde cercle à Fada NGourma (Cercle de Fada).
GAYE BA--Torodo.--Brigadier-laptot à Dubréka.
EDOUARD NGOM--Ouolof.--Brigadier des Douanes à Sambadougou (Cercle de
Faranah, Guinée Fr.).
SAMAKO NIEMBÉLÉ (dit Samba Taraoré)--Bambara.--Interprète à Fada
puis à Bandiagara.
AMADOU SY--Torodo.--Interprète à Koyah (Guinée Fr., Cercle de Dubréka).
KALOUDO--Peuhl.--Elève-médecin à Fada, Ngourma.
OUSMANN GUISSÉ--Torodo.--Griot. Lampiste à Dubréka.
MBABA GALLO--Ouolof.--Griot de MBallarhé (Cercle de Louga, Sénégal).
BALLO YATARA--Peuhl.--Griot de Fada.
AMADOU YÉRO (dit Sidi Mâbo)--Torodo.--Griot et dioula à Fada.
OUMAROU SAMBA--Peuhl.--Griot de Bandiagara.
MAKI KARAMBÉ--Kâdo.--Griot de Bandiagara.
AMADOU MBAYE--Ouolof.--Cadi de Yang-Yang (Sénégal).
SAMBA ATTA DABO (dit Sadiandiam Dâbo)--Ouolof.--Exorciste à Yang-Yang.
CLEVELAND. Ecrivain indigène à Kaolakh (Sénégal).
Mame NDiahouar--Ouolof.--Menuisier à Kaolakh.
ALDIOUMA TARAORÉ--Sénofo de Sikasso.--Menuisier à Fada.
FAMORO SARDOUKA.--Dioula kissien.
KEURFA KÉRA.--Malinké de Leyadoula (Cercle de Faranah).--Cultivateur.
KANDA KAMARA.--Malinké de Faranah.
SANICI TARAORÉ. Chef de village malinké (Demba Siria; Cercle de Faranah).
FADÊBI TARAORÉ--Bambara de Kôkou (Cercle de Bougouni, Côte d'Ivoire).
BENDIOUA--Gourmantié.--Palefrenier à Bogandé (Cercle de Fada).
YAMBA--Môssi.--Palefrenier à Bogandé (Cercle de Fada).
PATÉ DIALLO--Peuhl.--Palefrenier à Bogandé (Cercle de Fada).
DYIGUIBA TAPILI--Kâdo.--Palefrenier à Bandiagara.
NOUNDIA TENDABA--Gourmantié.--Boy à Fada et Bandiagara.
ISSA KOROMBÉ--Dyerma.--Cuisinier à Fada et Bandiagara.
AMADOU KOULOUBALY--Bambara.--Cuisinier à Yang-Yang.
DEMBA SAMAKÉ--Bambara.--Cuisinier à Dubréka.
YARÉDIA,--jeune Gourmantié--de Fada.
YÉRIFIMA, fils d'Onouânou,--Gourmantié de Fada.
YAMBA, fils d'Oyempâgo.--Elève gourmantié de l'école de Fada.
TALATA.--Elève gourmantié de l'école de Fada.
SANKAGO, fils d'Abdou.--Elève gourmantié de l'école de Fada.
IBRAHIMA GUIRÉ.--Elève gourmantié de l'école de Fada.
MOPO.--Elève gourmantié de l'école de Fada.
TANKOUA, fils de Papandia.--Elève gourmantié de l'école de Fada.
HAMANN TOURÉ.--Elève rimâdio de l'école de Bandiagara.
MAKI TAL.--Elève rimâdio de l'école de Bandiagara.
AMADOU BA.--Elève rimâdio de l'école de Bandiagara.
BILALI TAMBOURA.--Elève rimâdio de l'école de Bandiagara.
SAGOU KÉLÉPILI.--Elève kâdo de l'école de Bandiagara.
MAKI KARAMBÉ.--Elève kâdo de l'école de Bandiagara.
BAKRARI KAMARA.--Elève malinké de l'école de Bandiagara.
NGADA KAREMBÉ.--Rimâdio de Bandiagara.
Fe SOGOUÉ TARAORÉ.--Malinké--de Keurfamoréa (Cercle de Kankan, Guinée
fr.).
Fe AMINATA TARAORÉ.--Malinké--de Soumankoye (Cercle de Kankan).
Fe SAMBA OUOLOGUÉ (dite Samba Kâdo).--Mendiante de Bandiagara.
Fe ADAMA YOUMANDI--Peuhl--de Bauddêni (Cercle de Fada).
Jeunes gourmantié de Bogandi (Cercle de Fada):
  Fe YELBI
  Fe OURDlO
  Fe NASSA
Fe KAMISSA SOUKO--Malinké,--femme d'Amadou Ly, interprète à Fada.
Fe FATIMATA OAZI--Dyerma,--(ayant vécu longtemps chez les Haoussa)
femme de l'interprète Samako Niembelé.
Fe ELISABETH NDIAYE, Ouolove de St-Louis.

Le Dr CREMER, médecin de l'Assistance médicale indigène à Koury (Cercle
de Dêdougou) a bien voulu me communiquer quelques contes recueillis par
lui. Trois de ces contes figurent dans le recueil.



I

TAKISÉ
LE TAUREAU DE LA VIEILLE
(Haoussa).

Une des vaches du troupeau d'un Peuhl s'échappa au moment de vêler et
alla mettre bas dans un «vieux» lougan (champ). Elle regagna ensuite le
parc à bestiaux de son maître. Les taureaux, la voyant débarrassée, se
mirent à la recherche de son petit, mais ils eurent beau fouiller les
broussailles, ils ne trouvèrent rien et rentrèrent tristement au parc en
se disant que le veau avait sans doute été dévoré par quelque fauve.

Une vieille, qui cherchait des feuilles d'oseille pour la sauce de son
touho (couscouss), dans ce lougan abandonné, aperçut le veau couché sous
un arbuste. Elle l'emporta chez elle et le nourrit de son, de mil salé
et d'herbe.

Le veau grandit et devint un taureau gros et gras.

Un jour un boucher vint demander à la vieille de lui vendre son taureau
mais elle s'y refusa formellement «Takisé, dit-elle (elle avait donné
ce nom à son nourrisson), «Takisé n'est pas à vendre.» Le boucher,
mécontent du refus, alla trouver le sartyi[137] et lui dit: «Il y a chez
la vieille Zeynêbou un «gros taureau qui ne doit être mangé que «par toi
tant il est beau.»

Le sartyi envoya le boucher et 6 autres avec lui sous le commandement
d'un de ses dansama[138], chercher le taureau de la vieille. Quand la
petite troupe arriva chez Zeynêbou le messager du chef dit à celle-ci:
«Le sartyi nous envoie prendre ton taureau «pour l'abattre dès
demain».--«Je ne puis «m'opposer aux volontés du roi, répondit-elle.
«Tout ce que je vous demande c'est de «ne m'enlever Takisé que demain
matin.»

[Note 137: Roi (terme haoussa).]

[Note 138: Messager, page, homme de confiance.]

Le lendemain, au point du jour, le dansama et les sept bouchers se
présentèrent chez la vieille et se dirigèrent vers le piquet auquel
était attaché Takisé. Celui-ci marcha à leur rencontre en soufflant
bruyamment et cornes basses. Les huit hommes, peu rassurés, reculèrent
et le dansama, appelant la vieille, lui dit: «La vieille! dis donc à ton
taureau «de se laisser passer la corde au cou.»

La vieille s'approcha du taureau: «Takisé! mon Takisé, lui
demanda-t-elle, laisse-les te passer la corde au cou.» Le taureau alors
se laissa faire. On lui mit le licol et on lui attacha une patte de
derrière avec une corde pour l'emmener chez le sartyi. Arrivés devant le
roi, les bouchers couchèrent le taureau sur le flanc et lui lièrent
les quatre membres puis un d'eux s'approcha avec son coutelas pour
l'égorger; mais le coutelas ne coupa même pas un poil de l'animal, car
Takisé avait le pouvoir d'empêcher le fer d'entamer sa chair.

Le chef des bouchers pria le sartyi de faire venir la vieille. Il
déclara que, sans elle, il serait impossible d'égorger Takisé qui devait
avoir un grigri contre le fer. Le sartyi manda la vieille et lui dit:
«Si on n'arrive pas à égorger ton taureau sans plus tarder, je vais te
faire couper le cou.»

La vieille s'approcha de Takisé qui était toujours lié et couché sur le
côté et lui dit: Takisé mon Takisé laisse-toi égorger. Tout est pour le
sartyi maintenant.»

Alors le doyen des bouchers égorgea Takisé sans nulle peine. Les
bouchers dépouillèrent le cadavre, le dépecèrent et en portèrent toute
la viande devant le sartyi. Celui-ci leur commanda de remettre à la
vieille pour sa part la graisse et les boyaux.

La vieille mit le tout dans un vieux panier et l'emporta chez elle.
Arrivée là, elle déposa graisse et boyaux dans un grand canari, car elle
ne se sentait pas le courage de manger de l'animal qu'elle avait élevé
et à qui elle avait tant tenu.

La vieille n'avait ni enfant ni captive et devait faire son ménage
elle-même; mais il advint que, depuis qu'elle avait déposé dans le
canari des restes de Takisé, elle trouvait chaque jour sa case balayée
et ses canaris remplis d'eau jusqu'au bord. Et il en était ainsi chaque
fois qu'elle s'absentait un moment. C'est que la graisse et les boyaux
se changeaient tous les matins en deux jeunes filles qui lui faisaient
son ménage.

Un matin, la bonne femme se dit: «Il «faut que je sache aujourd'hui
même qui me «balaye ainsi mon aire et me remplit mes «canaris...». Elle
sortit de sa case et en ferma l'entrée avec un séko[139] puis, se tenant
derrière le séko, elle s'assit et guetta à travers les interstices du
nattage, ce qui allait se passer à l'intérieur.

[Note 139: Séko: panneau de paille grossièrement tressée, utilisé
comme porte mobile.]

A peine était-elle assise qu'elle entendit du bruit dans la case. Elle
attendit sans bouger. C'étaient des frottements de balais sur le sol
qui produisaient ce bruit. Alors elle renversa brusquement le séko et
aperçut les deux jeunes filles qui couraient vers son grand canari pour
y rentrer au plus vite: «Ne rentrez pas! leur cria-t-elle. Je n'ai «pas
d'enfant, vous le savez: nous vivrons «ici toutes trois en famille.»

Les jeunes filles s'arrêtèrent dans leur fuite et vinrent auprès de
la vieille. Celle-ci donna à la plus jolie le nom de Takisé et appela
l'autre Aïssa.

Elles restèrent longtemps avec la vieille sans que personne s'aperçut
de leur présence car jamais elles ne sortaient. Un jour un gambari
(marchand) se présenta chez elle et demanda à boire. Ce fut Takisé qui
apporta l'eau, mais l'étranger était tellement ravi de sa beauté qu'il
ne put boire.

Quand il rendit visite au roi, le gambari lui raconta qu'il avait vu
chez une vieille femme du village une jeune fille d'une beauté sans
pareille: «Cette fille, conclut-il ne peut avoir qu'un sartyi pour
époux.»

Le sartyi ordonna incontinent à son griot d'aller, en compagnie du
dioula, chercher la jeune fille. Elle se présenta, suivie de la vieille.
«Ta fille est merveilleusement jolie dit le sartyi à cette dernière, je
vais la prendre pour femme.--Sartyi, répondit la vieille, je veux bien
te la donner comme épouse mais que jamais elle ne sorte au «soleil ou ne
s'approche du feu, car elle fondrait «aussitôt comme de la graisse.»

Le sartyi promit à la vieille que jamais Takisé ne sortirait aux heures
de soleil et que jamais non plus elle ne s'occuperait de cuisine. Il
n'y avait donc pas à craindre de cette façon qu'elle fût exposée à la
chaleur qui lui était funeste.

Takisé épousa le roi qui lui donna la place de sa femme préférée.
Celle-ci, déchue de son rang, n'eut plus que la situation des femmes
ordinaires, de celles qui ne doivent jamais se tenir, sans ordre exprès,
au côté de leur mari.

Au bout de sept mois, le sartyi s'en fut en voyage. Le lendemain de son
départ, ses femmes se réunirent et dirent à Takisé: «Tu es la favorite
du chef et tu ne travailles «jamais. Si tu ne nous fais de suite griller
«ces graines de sésame, nous allons te tuer «et nous jetterons ton corps
dans la fosse «des cabinets.»

Takisé, effrayée par cette menace, s'approche du feu pour faire
griller les graines de sésame dans un canari, et, à mesure qu'elle en
surveillait la torréfaction, son corps fondait comme beurre au soleil
et se transformait en une graisse fluide qui donna naissance à un grand
fleuve.

Les autres femmes du roi assistaient, sans en être émues, à cette
métamorphose. Quand tout fut terminé, l'ancienne favorite leur dit ceci:
«Maintenant, soyez-en certaines, «nous voilà perdues sans retour car «le
sartyi, une fois revenu de voyage, nous «fera couper la tête. Sûrement
il ne «pourra nous pardonner d'avoir contraint «sa préférée à travailler
près du «feu jusqu'à ce qu'elle soit entièrement «fondue. Et la première
décapitée, ce sera «moi.»

Les femmes du roi vécurent donc, jusqu'au retour de leur mari, dans
l'appréhension d'une mort inévitable.

Le sartyi revint de voyage quelques jours après. Avant même de boire
l'eau qu'on lui offrait, il appela sa préférée «Takisé! Takisé!»
L'ancienne favorite alors s'approcha de lui et lui dit: «Sartyi et mari,
je ne peux rien te cacher. En ton absence, les petites (c'était les
co-épouses qu'elle désignait ainsi) ont fait travailler ta favorite,
Takisé, près du feu. Elle a fondu comme beurre et, ce fleuve nouveau que
tu aperçois dans le lointain, c'est elle qui lui a donné naissance en
fondant de la sorte.»

«--Il me faut ma Takisé!» Telle était l'idée fixe du sartyi qui courut
aussitôt vers le cours d'eau, suivi de son ancienne favorite.

Quand ils furent au bord du fleuve, le roi se changea en hippopotame et
plongea à la recherche de Takisé. La favorite d'autrefois, qui avait un
sincère amour pour son mari, prit la forme d'un caïman et entra dans
l'eau, elle aussi, pour ne pas quitter le sartyi.

Depuis lors hippopotame et caïman n'ont pas cessé de vivre dans les
marigots.

Bogandé, 1911.

Fatimata Oazi (Interprété par SAMAKO
NIEMBÉLÉ dit SAMBA TARAORÉ).

ÉCLAIRCISSEMENTS:
Cf. Die Wichtelmoenner (Grimm) et Sneegoroutchtka, conte russe.


[Illustration: (Une frise)]



II

LE FILS DES BARI
(Soussou)

En avril 1899, j'ai été désigné pour rétablir le poste de Douanes
de Dankaldo dans le Kissi. A ce moment-là j'avais avec moi, comme
caporal-laptot, un Timiné[140], du nom d'Ali Bangoura, qui avait déjà
_fait_ avec moi le poste de Matakon. Quand je partis de ce dernier
poste, Nâna, la femme de mon caporal, était enceinte. Lorsqu'en 1902 on
m'envoya à Salatouk dans la Mellacorée je m'y retrouvai encore avec Ali
Bangoura. Sa femme était enceinte de nouveau.

[Note 140: Indigène du Sierra-Leone.]

Ne pouvant supposer que la grossesse de celle-ci durât depuis mon départ
de Matakon, je demandai à Ali ce qu'était devenu l'enfant dont elle
avait dû accoucher après mon départ et il me raconta l'histoire que
voici:

Vers le mois de mai 1899, Nâna avait donné naissance à un garçon, mais
ce petit garçon ne ressemblait en rien aux autres enfants. Il était venu
au monde avec une tête énorme et, à l'âge de trois ans, il ne savait pas
encore se tenir sur ses jambes. Où on le plaçait, il restait immobile, à
vrac, comme un paquet. La bave qui coulait de sa bouche avait donné la
gale à sa mère. Et ses parents se désolaient, ne pouvant rien comprendre
à tout cela.

Une vieille leur dit un jour: «Mais ce n'est pas un être humain, ce
petit monstre, c'est un bâri[141]!

«--Qu'allons-nous en faire? se demandait le caporal-laptot.--Jette-le
dans la brousse! lui conseilla la vieille. Il disparaîtra et vous en
serez débarrassés!

«--Crois-tu? dit le caporal anxieux. Mais si le commandant[142]
l'apprend!... Je n'ose pas.

[Note 141: Guinné (terme soussou).]

[Note 142: Le commandant de cercle, l'administrateur.]

«--Tu n'as pas besoin d'avoir peur, répliqua la vieille. Expose-le sous
un arbre de la plage. S'il est de race humaine, il restera où tu l'auras
placé. Mais si c'est un bâri--comme j'en suis convaincue,--ceux de sa
race viendront le prendre et l'emporteront avec eux. Il n'y a pas de
danger que tu te trompes».

La vieille a demandé 7 oeufs, du riz pilé délayé dans un peu d'eau
jusqu'à consistance de pâte et une bouteille de tafia de traite. Du riz,
elle a fait 7 boulettes, chacune de la grosseur d'un oeuf. Puis elle a
placé les oeufs dans une assiette, les boulettes de riz dans une autre
et la bouteille de tafia sur une troisième. Elle, le caporal, Nâna et
trois autres vieilles ayant passé l'âge d'avoir des enfants sont partis
vers 6 heures du soir au moment où la nuit tombe. Les quatre vieilles
portaient l'enfant.

Ils se sont rendus à la plage et ont déposé le petit sous un grand
fromager. Les trois assiettes avec leur contenu ont été rangées devant
l'enfant. Et la vieille a dit à celui-ci: «Quand tu ne vas plus nous
voir, si tu préfères rester avec ta mère, tu n'as qu'à te mettre à
pleurer. Mais si tu veux retourner avec ceux de ta race, va-t'en tout de
suite. Nous renonçons à toi».

Déjà les autres vieilles étaient allées avec Nâna se cacher derrière
l'énorme tronc du fromager. Quand à Ali Bangoura, il s'était éloigné de
dix pas, attendant pour voir ce qui allait se passer...

La vieille se dirigea vers le fromager pour s'y cacher avec les autres
femmes. A peine avait-elle fait un pas qu'une effroyable bourrasque vint
secouer frénétiquement les branches du fromager. Dans l'arbre les singes
se mirent à caqueter, à faire un tintamarre assourdissant. Les feuilles
s'envolaient comme un essaim, en tourbillonnant par centaines. Cela
dura une bonne demi-heure. Tous étaient transis, immobiles
d'épouvante.--Enfin le vent cessa.

L'enfant avait disparu et avec lui toutes les offrandes: les 7
boulettes, les 7 oeufs et la bouteille de tafia. Seules, les assiettes
étaient toujours au même endroit.

Jamais depuis on n'a revu l'enfant. Jamais plus on n'a entendu rien de
lui.

Sambadougou, 1907.

Conté par ÉDOUARD NGOM.


[Illustration: (une frise)]



III

LA TÊTE DE MORT
(Peuhl).

En entrant dans un village, un homme a trouvé une tête décharnée et aux
orbites vides de leurs yeux, qui était sur le bord de la route. C'était
la tête d'un homme mort depuis _sept_ ans: «Pourquoi cette tête-là
est-elle ici? se demande le passant».

Et la tête répond: «C'est ma bouche qui m'a fait mourir!»

L'étranger poursuit son chemin. Il dit au chef de village. «J'ai vu
la tête d'un homme mort depuis sept ans. Et maintenant encore elle
parle.--Ce n'est pas vrai! réplique le chef.--Eh bien si tu constates
qu'elle ne parle pas, tu pourras me tuer!»

Le chef envoie des hommes pour se rendre compte de la chose. L'étranger
va avec eux et leur montre la tête: «La voilà, leur dit-il.--Tête,
demandent les envoyés, est-il vrai que tu aies parlé?»

La tête ne répond rien. Deux fois, trois fois on répète la question. Pas
de réponse.

Les envoyés s'en retournent vers le chef: «Nous avons interrogé la tête,
lui rapportent-ils et elle ne nous a rien répondu.--«En ce cas, dit le
chef, ramenez l'étranger près de la tête et tuez-le à cet endroit».

On emmène l'homme. Les uns disent: «On va le tuer à coups de fusil».
D'autres disent: «Non ce sera par le bâton!»

On se dispose à le faire périr. «Arrêtez! s'écrie la tête». Et à
l'homme: «Quand tu m'as questionnée en passant, que t'ai-je répondu?

--«Que c'est ta bouche qui t'a fait mourir».

--«Un peu plus, reprend la tête et la bouche allait te faire mourir toi
aussi. J'avais insulté un chef par de mauvaises paroles. J'aurais dû me
taire car c'est à cause de cela que l'on m'a tranchée ici. Si tu étais
entré dans le village sans me poser de questions, si tu n'avais parlé à
personne, on ne t'aurait pas amené ici pour te donner la mort!».

Les gens ont rapporté cette conversation au chef qui a dit: «Il faut
laisser libre le nouveau venu».

Il est sage de réfléchir avant de parler, sinon il en résulte des
ennuis. La bouche est dangereuse.

Dubréka 1910.

Conté par OUSMANN GUISSÉ.
Interprété par GAYE BA.


[Illustration: (une frise)]



IV

LES AILES DÉROBÉES
(Kâdo).

Un prince, nommé Sakaye Macina, voyageait pour son agrément. Il arriva
un jour sur une place de marché. Comme il descendait de cheval, il
entendit un vieillard crier: «Qui veut, pour un jour de travail, gagner
100 mesures d'or?»[143].

[Note 143: Le début a un peu l'allure des contes des _Mille et une
Nuits_ (Les Hâbé sont «fétichistes»).]

Sakaye s'approcha du vieillard et lui dit: «Je suis prêt à travailler
toute une journée pour un tel salaire!» Ce vieillard était un yébem[144]
qui ne venait au marché que pour duper quelque étranger afin de
l'emmener chez lui et de le manger. Il répondit: «Eh bien, Sakaye
Macina, laisse ici ta monture et viens avec moi jusqu'au pied de cette
haute montagne. C'est là que tu trouveras de la besogne à faire».

[Note 144: Guinné (mot kâdo).]

Sakaye suivit, sans mot dire, le yébem qui avait pris le chemin de la
montagne indiquée. Quand ils furent au pied de cette montagne, le yébem
dit à son compagnon: «Grimpe là-haut. Tu y verras d'autres travailleurs
déjà en train de s'occuper.»

--«Mais par où monter? demanda Sakaye. Je ne sais comment m'y prendre!
La pente est par trop raide!».

--«Je vais te procurer une monture qui te portera jusqu'au sommet du
mont!»

Et le vieux frappa dans ses mains. Aussitôt une gigantesque tourterelle
apparut, toute sellée et bridée: «Enfourche ce cheval!» dit le vieux à
Sakaye. Celui-ci obéit à l'invitation et l'oiseau s'éleva jusqu'au faîte
du mont. Il déposa son cavalier sur un gros rocher et disparut.

Sakaye regarda tout autour de lui et aperçut une case toute vermeille.
Cette case était d'or pur.

Il s'en approcha et vit un autre vieillard dont les yeux étaient aussi
gros et aussi rouges que le soleil quand il se lève à l'horizon.

Comme il se dirigeait vers ce vieillard, il vit, au loin et bien
au-dessous de lui, l'univers entier (car la montagne sur laquelle il se
trouvait était la plus haute de toute la terre).

Quand il fut tout près du vieillard-aux-yeux-de-soleil, il reconnut
quantité de crânes humains épars sur le sol. Il demanda au vieux à qui
appartenait la case d'or et qui avait tué les propriétaires de tous ces
crânes.

Il lui demanda aussi pour quelle raison un homme aussi vieux que lui se
trouvait seul dans cet affreux endroit car, d'après les apparences, il
était le seul à y habiter.

«Sakaye Macina, lui répondit le vieux, c'est moi le gardien de cette
maison. Ceux qui l'habitent sont des yébem, mangeurs d'hommes. Te voilà
en leur pouvoir et tu ne leur échapperas pas! Leur père à tous t'a
rencontré au marché: il t'a leurré de l'espoir de beaucoup d'or. Donc
attends-toi à la mort car, dans un instant, tu auras cessé de vivre. On
va te dévorer quand le yebem qui t'a attiré ici sera de retour. Et il ne
saurait tarder!

--«Es-tu aussi un mangeur d'hommes? lui demanda Sakaye».

--«Moi? répondit le vieux, non pas!

«Je suis un yébem, mais pas un anthropophage. J'appartiens à une autre
race que ceux-là, mais ils me contraignent à rester ici, par le pouvoir
d'un grigri qui m'ôte l'usage de mes jambes; sans quoi je retournerais
auprès des miens. Ils me forcent à me tenir devant leur case pour leur
servir de gardien et il m'est impossible de me relever».

--«Eh bien, vieux! reprit Sakaye, où sont-ils en ce moment ces yébem
propriétaires de la case et maîtres de tes jambes?

--«Ils sont à la chasse et en reviendront en même temps que leur père,
celui que tu connais déjà».

--«Alors, personne dans la case maintenant?»

--«Personne, si ce n'est de jeunes yébem qui s'amusent à faire une
partie de hin[145]».

[Note 145: Le hin est le ouôri des Malinké. C'est un jeu qui se joue
à deux avec de petits cailloux ou des billes de métal qu'on range
dans douze trous (6 et 6) suivant des règles que je n'ai pu me faire
expliquer clairement. Ces trous sont pratiqués dans un billot de bois ou
simplement creusés dans la terre.]

«--En ce cas j'y vais entrer et me cacher dans quelque grenier en
attendant la nuit. A ce moment-là je m'échapperai».

--«Je t'en supplie n'y entre pas! Tu serais cause de ma perte car les
yébem, à leur retour, me tueraient sans pitié sitôt qu'ils auraient
senti l'odeur de chair humaine dans leur case.»

Sakaye qui savait que le guinné-aux-yeux-de-soleil ne pouvait rien
contre lui, puisque le grigri l'empêchait de se mettre debout, entra
précipitamment dans la case.

A la vue de l'intrus, les jeunes yébem qui étaient en train de jouer
et s'étaient débarrassés de leurs ailes pour se mettre à l'aise,
s'effrayèrent et sautèrent dans un grand trou qui s'ouvrait au milieu
de l'aire de la case. Mais ils avaient eu le temps de reprendre
leurs ailes. Seule, leur jeune soeur abandonna les siennes dans sa
précipitation.

Quand elle se retrouva au milieu de ses frères ceux-ci lui dirent:
«Petite! tu as laissé tes ailes là haut à la discrétion de l'intrus.
Retourne les chercher, au risque même d'être capturée par lui. Tu dois
tenter de les reprendre car il est sans exemple qu'une yébem ait laissé
ses ailes entre des mains humaines.»

La jeune yébem, malgré sa frayeur, remonta dans la case et s'adressant à
Sakaye: «Humain! lui dit-elle, je t'en prie, rends-moi mes ailes!»

--«Ce ne sera qu'à une condition, lui répondit le prince. Tu vas me
transporter chez moi?»

--«Je te le promets!» affirma-t-elle.

Alors Sakaye lui rendit ses ailes et elle les fixa à leur place. Cela
fait, elle mit le prince sur son dos et s'envola, si haut, si haut! que
celui-ci ne pouvait plus apercevoir la terre.

Elle le déposa juste devant la porte de l'amirou[146] son père. Ensuite
elle voulut s'en retourner mais Sakaye la retint de force. Il lui retira
ses ailes[147] et alla les cacher dans le magasin de l'amirou. Puis, au
bout de quelques jours, il la prit pour femme.

[Note 146: Chef (vient d'émir).]

[Note 147: Les ailes ne sont pas fixes mais semblent un produit de
l'industrie des yébem.]

Ils vécurent ainsi quelques années ensemble et Sakaye eut de la yébem
trois enfants droits «comme un chemin»[148] tous les trois et jolis comme
des verroteries.

[Note 148: La comparaison ayant été maintenue par le conteur malgré
mon incompréhension manifestée. (Les chemins indigènes ne sont rien
moins que droits), je la transcris telle quelle. Noter les diverses
comparaisons des contes indigènes: le port d'un rônier; joli comme des
verroteries, etc.]

Malgré la joie qu'elle ressentait d'être mère, la yébem n'avait pas le
coeur satisfait. Elle aspirait à la montagne.

Une nuit, pendant que ses enfants et son mari dormaient, elle se
transforma en souris et, par un petit trou, se glissa dans le magasin de
son beau-père. Elle y reprit ses ailes et se les fixa aux épaules; puis
elle revint chercher ses enfants, les cacha sous ses ailes et prenant
son essor, elle regagna sa chère montagne.

Conté par AMADOU BA, élève rimâdio
de l'école de Bandiagara, 1912.
Interprété par SAMAKO NIEMBÉLÉ,
dit SAMBA TARAORÉ.

ÉCLAIRCISSEMENTS:
Ce conte a quelques vagues rapports avec la légende allemande mise en
opéra par Scribe: Le lac des fées; (conte de Musoeus: Le voile enlevé).

Voir également, contes inédits des _Mille et une Nuits_: Histoire de
Djamasp et de la reine des serpents, tome I, pp. 209. Histoire de Hassan
de Bassra.

Voir, même ouvrage, même conte, p. 194, le travail qu'accomplit Hassan
sur la montagne pour le compte du vieillard qui l'y fait porter par un
rokh.


[Illustration: (une frise)]



V

L'AVARE ET L'ÉTRANGER
(Haoussa).

Il y avait un homme d'une avarice extrême qui quitta son village et s'en
alla habiter à l'écart, tant il craignait que des étrangers ne vinssent
lui demander l'hospitalité et partager avec lui son touho (couscouss).
On n'ignorait pas dans le pays que jamais il n'avait offert à manger à
quelqu'un et qu'il ne remettait jamais à sa femme le mil nécessaire pour
leur nourriture qu'après l'avoir soigneusement mesuré par poignées.

Un étranger entendit railler sa ladrerie: «Aujourd'hui, affirma-t-il, je
vais manger du touho de l'avare».

Il se rendit chez celui-ci et entra dans la case au moment même où la
femme demandait à son mari: «Maître, faut-il apporter le touho?».

L'avare apercevant l'étranger dit: «Pourquoi l'apporter puisqu'il n'est
pas prêt?»

La femme comprit ce que parler voulait dire et se garda bien de démentir
son avare époux.

L'étranger alla s'asseoir à côté du maître de la maison: «Mon hôte, lui
dit-il, voici 3 jours que je suis en route et j'ai grand faim, car, de
ces 3 jours, je n'ai pris aucune nourriture».

«--Ah! geignit l'avare, l'année dernière ma récolte a été pitoyable;
aussi cette année en suis-je réduit, faute de mil, à me nourrir de
feuilles et d'herbes. C'est ce qui fait que je n'ai rien à t'offrir».

L'étranger sortit et, par un détour, revint sur la route qui l'avait
conduit à la case de l'avare. Pendant ce temps, ce dernier s'était fait
apporter son touho. Tout à coup il aperçut l'étranger qui, de nouveau,
venait à lui: «Vite! vite! cria-t-il à sa femme, enlève le touho
et quand l'étranger entrera, annonce-lui que je viens de mourir».
L'étranger arrive: «Mon mari vient de mourir, lui déclare la
femme.--Bon, répond-il j'ai beau avoir faim, il me reste assez de force
pour lui creuser une tombe. Passe-moi un nôma (daba, pioche ou houe).»
Et il se mit à creuser une fosse.

Il saisit le faux cadavre, le jeta dedans et combla la fosse
complètement. L'avare restait muet, comptant sur sa femme pour le
retirer de là.

L'étranger se remit en chemin. Alors la femme rouvrit le tombeau et en
fit sortir son mari: «En fit-il cent fois plus, cet étranger! s'écria
l'avare, jamais il ne tâtera de mon touho! Apporte-le moi maintenant».

Au moment où l'avare portait les doigts au touho, l'étranger apparut
brusquement tout près de lui. L'avare prit alors la calebasse et la
versa avec sa sauce dans la poche de devant de son boubou. Le touho qui
avait été tenu au chaud lui brûlait l'estomac et le ventre et la sauce
découlait de sa poche: «Mon hôte, dit l'étranger, tu affirmes ne pas
avoir de couscouss et voilà la sauce qui suinte de ta poche!»

«--Etranger répliqua l'avare, je vais te dire la vérité; jamais
étranger, fût-ce un moutâné ndâzi[149] ne mangera chez moi».

[Note 149: Etre de la brousse, génie.]

L'étranger s'éloigna. Il se rendit dans une grande forêt pleine de
guinné qui tuaient tout homme qui passait par là. Quand ils le virent
arriver, ils se précipitèrent à sa rencontre, des couteaux aux poings:
«Je ne viens pas ici pour vous nuire leur dit-il, mais seulement pour
vous faire connaître que quelqu'un vous a insultés».

«--Et quel est celui-là? crièrent-ils furieux».

--«C'est l'homme qui habite là-bas. Il a juré que personne, même un
moutâné ndâzi, ne mangera de son mil».--«C'est bon grommelèrent les
guinné, retourne dans ton village et tu verras demain matin!».

Pendant la nuit les guinné sont venus chez l'avare. Ils lui ont dérobé
tout son mil. Le lendemain, l'avare s'en va porter plainte pour ce vol
devant le chef de village. En route il rencontre un guinné qui avait
pris la figure d'un homme et il lui raconte sa mésaventure.

--«Va chez le chef, lui conseille le moutâné ndâzi et préviens-le que,
s'il ne te retrouve pas ton mil, tu vas mourir devant sa case».

Arrivé chez le chef, l'avare lui parle ainsi: «Chef, on m'a volé mon
mil: il ne me reste rien pour nourrir ma femme et mes enfants. Si tu ne
me fais pas rendre ce qu'on m'a pris, je vais mourir ici-même devant ta
porte».

«--Mais s'exclame le chef: je ne sais qui est ton voleur».

A ces mots, l'avare se laisse choir sur le sol comme s'il était mort. Le
chef du village l'examine et, le croyant réellement défunt, il ordonne
de l'ensevelir. Cette fois il fut définitivement enterré et «ne revit
plus la terre»[150] car, avant qu'on l'enfouît, l'étranger à qui il avait
refusé le couscouss et qui se trouvait là lui avait fendu la tête d'un
coup de nôma.

[Note 150: «Ne plus revoir la terre» expression haoussa signifiant que
quelqu'un est bien mort.]

Depuis ce temps, on ne refuse jamais à manger aux gens de passage.

Bogande 1911.

Conté par ISSA KOROMBÉ.
Interprété par SAMAKO NIEMBÉLÉ
dit SAMBA TARAORÉ.

ÉCLAIRCISSEMENT

Cf. Le gourmand. Conte Soninké (Monteil. _Op. cit._).


[Illustration: (Une frise)]



VI

LE CANARI MERVEILLEUX.
(Gourounsi).

Baffo était une petite fille mal élevée. Toujours elle se battait avec
ses camarades et elle se refusait obstinément à travailler. De plus,
elle ne pouvait voir un objet sans y toucher.

Ses parents la frappaient souvent pour la corriger, mais c'était peine
perdue: elle n'en devenait pas meilleure pour cela.

Un jour Baffo est allée au marché. Elle y voit de petits canaris blancs
tout neufs. Elle en prend un et demande au dioula[151] qui était assis à
côté de l'étalage: «Quel est le prix de ce canari?

[Note 151: Colporteur.]

«--Je n'en sais rien répond le dioula. D'ailleurs il n'est pas à
vendre!»

Baffo jette à terre 20 cauris et s'éloigne en emportant le canari.
«Quand le marchand s'en reviendra, se dit-elle, il trouvera les cauris à
la place du canari».

Or ces petits canaris blancs n'étaient autres que des aigrettes qui, à
chaque jour de marché, se changeaient en canaris pour vivre un peu au
milieu des hommes.

Avant que Baffo ait atteint sa case, le canari est redevenu oiseau. Il
saisit la fille et s'envole avec elle jusqu'en haut d'un grand arbre.
Puis, déposant Baffo sur une grosse branche, il s'envole de nouveau et
disparaît.

Baffo pousse des cris. On l'entend et on va prévenir ses père et mère.

Ceux-ci accourent, amenant avec eux leur chien noir qui grimpa au
fromager et en redescendit Baffo.

La leçon profita à la fillette qui se corrigea de son indiscrétion. Et,
par reconnaissance, elle n'oublia jamais, chaque fois qu'elle mangeait
son couscouss, d'en donner la première et la dernière poignée au gros
chien noir qui l'avait tirée de ce mauvais pas.

Bogandé 1911.

Conté par FATIMATA OAZI
Interprété par SAMAKO NIEMBÉLÉ
dit SAMBA TARAORÉ.


[Illustration: (une frise)]



VII

LA FAUSSE FIANCÉE
(Malinké).

Un fama fit demander à un autre fama de lui donner sa fille Dêdé en
mariage et celui-ci y consentit.

Au moment du départ de la fiancée pour se rendre chez son mari, son père
lui donna une griote comme compagne de voyage. Elles se mirent en route.

On était en pleine saison sèche et la chaleur était excessive. Les
villages se faisaient rares sur la route et, le dernier jour du voyage,
elles avaient une très longue étape à effectuer dans une région
complètement désertique. Ce jour là, la provision d'eau vint à
s'épuiser. Seule la griote avait gardé de l'eau dans une outre qu'elle
portait.

Dêdé, qui avait grand soif, demanda un peu à boire à sa compagne de
route: «Si tu ne me donnes pas la moitié de tes bijoux, lui répondit
celle-ci, je ne te donnerai pas de mon eau».

La princesse remit alors à la griote un bracelet de bras et un bracelet
de pied et, en échange, celle-ci versa de l'eau plein une coquille
d'huître pour qu'elle put se désaltérer un peu.

Plus loin, Dêdé éprouva de nouveau le besoin impérieux de se rafraîchir.
La griote exigea d'elle le reste des bijoux dont elle était parée et lui
remit de nouveau de l'eau plein la coquille d'huître.

On n'était plus très loin du village du fiancé quand la princesse,
pressée par une soif ardente, supplia encore la griote de lui donner à
boire.

--«Donne-moi tous tes vêtements et tout ce qui témoigne de ton origine
royale, de façon qu'en nous voyant ensemble on croie que c'est moi la
véritable fiancée du fama.»

Dêdé, vaincue par la soif, céda aux exigences de la griote. Celle-ci
alors lui retira ses pagnes et ses boubous et lui remit en échange les
vêtements rouges de sa caste dont la princesse se revêtit.

Elles se présentèrent ainsi devant le fama.

Celui-ci, voyant la griote dans les vêtements de la princesse, la prit
pour sa fiancée et la fit entrer dans sa case.

Dêdé resta près d'elle comme servante. Elle ne révéla rien de ce qui
s'était passé car elle eût eu honte d'avouer qu'elle avait cédé à la
nécessité.

L'année suivante, la griote donna un enfant au fama et on confia le
petit à Dêdé pour le soigner. Chaque matin elle l'emportait avec elle
sur son dos quand elle allait chasser des lougans les perroquets
qui venaient pour manger la récolte. Elle s'asseyait sur une grande
termitière et faisait sauter le petit garçon dans ses bras pour apaiser
ses cris. En même temps elle chantait:

  Tais-toi petit de griote.
  Le jour que mon père m'a donnée au massa[152]
  C'est pour que je sois celle qui couche avec le roi.

  Le jour que ma mère m'a donnée au massa
  C'est pour que je sois celle qui couche avec le roi
  Tais-toi petit de griote. Tais-toi!

Tous les jours elle répétait cette chanson.

[Note 152: Roi.]

Il arriva qu'un jour une vieille qui cherchait des champignons en
bordure du lougan entendit Dêdé chanter. Elle s'en fut trouver le roi
et lui dit: «Grand massa, si tu me rassasies de viande sans os, je
t'apprendrai une nouvelle intéressante[153]».

[Note 153: Procédé fréquent des contes noirs. Cf. L'homme touffu--Les
trois femmes et le sartyi et (Contes des Gow) Fatimata de Tigilem.]

Le roi lui fit donner des oeufs durs autant qu'elle en voulut. Alors
la vieille lui déclara ceci: «La femme qui est chez toi comme ta femme
n'est pas la vraie fille du roi. C'est sa griote seulement. Si tu tiens
à savoir la vérité, fais venir ici toutes les filles du village et
ordonne leur de répéter la chanson qu'elles chantent le matin en
effarouchant les oiseaux pilleurs de lougans».

Le massa fit convoquer toutes les filles du village, chacune portant
l'enfant confié à ses soins. Il les invita à répéter la chanson qu'elles
chantaient le matin: et elles obéirent. Quand vint le tour de Dédé, qui
était la dernière, celle-ci chanta une tout autre chanson que celle que
la vieille avait surprise. Alors cette dernière, qui se tenait au côté
du chef, dit: «Ce n'est pas cette chanson-là!»

Le massa tira son sabre du fourreau et menaça la fausse griote de
l'égorger sur le champ si elle ne chantait pas la véritable chanson.

Épouvantée, Dêdé déposa à terre l'enfant qu'elle avait sur son dos puis,
le reprenant et le faisant sauter dans ses bras, elle chanta:

  Tais-toi, petit de griote, etc.

Quand elle eut fini de chanter, le massa comprit de quelle fourberie il
avait été la victime. Il fit venir la griote et lui coupa la gorge. Dêdé
alors se lava les mains dans le sang de l'aventurière[154] et prit la
place à laquelle elle avait droit.

[Note 154: Geste symbolique commun aux aryens et aux chamites. Cf. G.
de Castro: «Las mocedades del Cid».]

Quant au fils de griote, on le rendit à ceux de sa caste.

Fada 1912.

Conté par KAMISSA SOUKO, femme malinké
(région de Siguiri) épouse de MAMADOU LY,
interprète à FADA NGOURMA. Traduit par
SAMAKO NIEMBÉLÉ, dit SAMBA TARAORÉ.

ÉCLAIRCISSEMENTS:
Cf. contes allemands «Falada» et «Die beiden Wanderer. Cf. aussi: La
biche au bois».


[Illustration: (une frise)]



VIII

LES CALAOS ET LES CRAPAUDS
(Malinké).

En ce temps-là, crapauds et calaos vivaient en bonne intelligence. Le
roi calao avait donné sa fille en mariage au roi des crapauds.

Un fils était né de cette union. Un jour, il dit à sa mère: «Je vais
rendre visite à «grand-papa calao». Il se mit en route avec un camarade
et ils arrivèrent chez le grand-père.

Le camarade du prince crapaud se prit de querelle avec un des oncles de
son ami. Celui-ci le saisit et--crac!--d'un coup de bec, il le coupa en
deux. L'oncle calao avala par mégarde un des morceaux et surpris d'y
trouver si bon goût, il porta l'autre morceau au grand-père calao en
lui disant: «Baba! la chair de ces sales bêtes est délicieuse à manger.
Goûtes-en donc!»

Grand-papa calao prit le morceau et l'avala. La chair de crapaud lui
parut d'une saveur réellement très agréable. Il y prit goût à tel point
qu'il résolut de s'en procurer de nouveau. Mais il ne voyait pas le
moyen de parvenir à ses fins.

Il alla trouver le chat[155] et lui fit part de son désir et de son
embarras. «Tu es le beau-père du roi des crapauds, lui répondit le chat.
Eh bien! tu n'ignores pas que, lorsqu'on a accordé sa fille à quelqu'un,
l'usage veut que le gendre vienne cultiver le champ de son beau-père!
Envoie inviter le roi crapaud à défricher ton lougan demain matin. Il
viendra, accompagné de tout son peuple, et tu pourras faire d'eux tout
ce qu'il te plaira».

[Note 155: Le chat joue ici le rôle de conseiller comme dans le conte:
«D'où vient le soleil.»]

Grand-père calao envoya donc mander son gendre. Et toute la gent
crapaude arriva, précédée d'un griot[156] qui frappait du dounnou[157] et
qui chantait:

Culture pour le beau-père (bis).
Culture de la gent crapaude pour le beau-père!

[Note 156: Griot: bouffon, poète et chanteur domestique.]

[Note 157: Dounnou: gros tambour bambara.]

Tous les calaos s'étaient cachés autour du lougan. Les crapauds
pénétrèrent dans le champ de grand-papa calao, sans donner d'autre avis
de leur venue--comme, d'ailleurs, le prescrivent les convenances en
pareil cas.--Et ils commencèrent à défricher.

Tous en même temps, les calaos se précipitèrent sur eux et les gobèrent.

Depuis lors jamais plus crapauds et calaos ne redevinrent d'accord.

Bogandé 1911.

KAMORY KEÏTA dit SAMBA DIALLO, 1911.
Interprété par SAMAKO NIEMBÉLÉ
dit SAMBA TARAORÉ.

ÉCLAIRCISSEMENTS:
Comparer à la fable de La Fontaine. Le chat et les 2 moineaux.


[Illustration: (une frise)]



IX

CHASSEZ LE NATUREL...
(Kissien).

Le lièvre et le singe s'entretenaient un jour. Et, tout en conversant
avec son interlocuteur, chacun d'eux laissait libre cours à son tic
familier. De temps à autre, le singe se grattait de brefs coups de patte
saccadés et le lièvre, qui redoute sans cesse d'être surpris par quelque
ennemi de sa race, ne pouvait s'empêcher à tout instant de tourner la
tête tantôt d'un côté, tantôt de l'autre.

Les deux animaux ne pouvaient se tenir en repos.

«Il est extraordinaire vraiment, fit observer le lièvre au singe, que tu
ne puisses laisser passer une minute sans te gratter!»

--«Ce n'est pas plus singulier que de te voir sans répit tourner la tête
dans toutes les directions! riposta le singe».

--«Oh! protesta le lièvre, je saurais bien m'en empêcher, si j'y tenais
absolument».

--«Eh bien! voyons si tu pourras y parvenir. Tâchons, toi et moi, de
rester immobiles, celui qui bougera le premier aura perdu son pari».

--«Entendu!» accepta le lièvre.

Et tous deux s'étudièrent à ne pas faire le moindre mouvement.

L'immobilité ne tarda guère à leur sembler insupportable. Le singe se
sentait démangé comme jamais il ne l'avait été de sa vie. Quant au
lièvre, il éprouvait de vives angoisses au sujet de sa sûreté depuis
qu'il ne pouvait plus lancer à tout instant des coups d'oeil furtifs
vers chacun des points de l'horizon.

A la fin, n'y tenant plus: «Au fait! dit-il notre pari ne nous interdit
pas de nous raconter quelque histoire pour rendre le temps moins long,
n'est-il pas vrai, frère singe?»

--«Assurément! répondit celui-ci, qui se doutait de quelque stratagème
de son compère et s'apprêtait à en faire son profit en s'inspirant de
l'exemple qu'allait lui donner le lièvre».

--«Eh bien! je commence, dit ce dernier. Figure-toi qu'un jour de saison
sèche, me trouvant dans une vaste plaine, je courus le plus grand
danger...».

--«Tiens! s'exclama le singe, il m'est arrivé la même chose à moi
aussi!...»

--«Oui! poursuivait le lièvre pendant ce temps, je vis des chiens
accourir vers moi en aboyant. Il en venait de tous côtés: à droite!... à
gauche!... devant moi!... derrière moi!... Je me tournais de ce côté...
j'en entendais par là et puis par là... et par là encore!»

Et tout en disant cela sire lièvre, comme entraîné par son récit, mimait
ses inquiétudes en cette occurrence fâcheuse et regardait dans toutes
les directions auxquelles il faisait allusion.

Le singe, de son côté, racontait son histoire, sans écouter le
moindrement ce que disait son interlocuteur.

«Un jour, disait-il, je fus assailli par une troupe d'enfants qui me
pourchassèrent à coups de pierres. J'en recevais ici!--(Il se grattait
le flanc droit comme pour désigner la place où le coup avait porté)
là!... (au flanc gauche) sur les reins, à la cuisse, à la nuque». Et, à
chaque partie du corps qu'il nommait ainsi, il l'indiquait d'un geste
précipité qui faisait cesser l'impérieuse démangeaison.

Le lièvre ne pouvait plus contenir son envie de rire. Il éclata! Et le
singe, en le voyant pouffer, rit aussi de tout son coeur.

--«Oui! Oui! lui dit-il je t'entends. Vois-tu, nous aurons beau dire et
beau faire, jamais nous ne changerons notre naturel. La preuve en est
faite et bien faite. Tenons-nous en là. Nul de nous n'a gagné le pari et
nul de nous ne l'a perdu».

Sambadougou 1907.

Conté par EDOUARD NGOM.

ECLAIRCISSEMENTS.
Cf. Conte Le lièvre et l'hyène aux cabinets.

Noter que le lièvre ici est représenté comme le type de l'animal
craintif.


[Illustration: (une frise)]



X

SERVICE DE NUIT
(Ouolof).

En 1884, à Saint-Louis j'ai vu quelque chose d'extraordinaire.

C'est en remplissant une mission dont m'avait chargé mon officier: M.
Baffart-Coquard, sur mon retour de N'Diago[158] entre une heure et deux
heures du matin. J'avais été envoyé pour faire revenir l'aide de camp du
colonel, commandant supérieur des troupes de Saint-Louis. La cause de
cette convocation c'est que l'aide de camp en question: M. le lieutenant
Fametal rendait impossible le bal qui avait lieu à N'Diago ce soir là.
Il était plus joli que tous les autres officiers qui dansaient là-bas.

[Note 158: Village à 17 kilomètres N. de Saint-Louis.]

Aussi ses camarades avaient-ils arrangé un bon tour pour l'obliger à
rentrer à Saint-Louis.

J'avais accompagné mon lieutenant à N'Diago. Jusqu'à une heure du matin
j'étais resté couché avec les soldats d'infanterie. A ce moment, mon
lieutenant est venu me réveiller. Il m'a dit: «Ahmadou, il ne faut pas
avoir peur. Un spahi n'a jamais peur! Il y a un camarade à nous, un
officier qui gâte tout le bal. Personne ne sait comment l'en empêcher.
Aussi je te charge d'une mission--et le capitaine que tu vois t'en
charge aussi. (Ce capitaine était de l'infanterie). Si tu fais ce qu'il
faut, nous te donnerons 20 francs de bounia[159]».

[Note 159: Pourboire.]

--Et moi je lui réponds: «Mon lieutenant, il y a dans le bal un
commandant à quatre galons! Il y a un lieutenant-colonel et vous voulez
me faire mentir devant mes supérieurs! Le colonel, commandant supérieur
des troupes va me f..... dedans!

«--Ce n'est pas la peine de t'effrayer, Ahmadou, je me rends responsable
de ce qui arrivera.

Alors je dis: «C'est bon!».

«--Va t-en seller ton cheval et vivement! Dès que ce sera fait, monte
dessus aussitôt. Et puis arrive au triple galop et entre dans la salle
en parlant fort devant tous les officiers qui sont là. Dis hardiment:
«Lieutenant Fametal, répondez! Le commandant supérieur des troupes de
Saint-Louis vous ordonne de rentrer immédiatement car vous êtes venu au
bal sans permission.»

--Je monte à cheval. Je trotte d'abord comme si j'étais en colère puis,
lorsque je suis tout près, je charge!

La moitié de ceux qui étaient au bal se sauvent. On se demande:
«Qu'est-ce que cela veut dire?» Moi je réponds: «C'est moi, spahi!
J'arrive directement de Saint-Louis. Je viens avec mission du colonel,
commandant supérieur des troupes, appeler son secrétaire Monsieur le
lieutenant Fametal! Il est venu au bal sans permission. Et le colonel,
commandant supérieur des troupes m'a chargé de lui dire de me suivre et
de revenir en même temps que moi à Saint-Louis». (Ce n'était pas vrai.
Je l'ai dit, mais je mentais).

Je dis au lieutenant: «Mon lieutenant, je ne puis vous attendre car on
m'a donné l'ordre de me dépêcher.»

Je m'en retourne. J'arrive à Saint-Louis à deux heures du matin. Les
coqs commençaient à chanter. Je passe devant la maison de Michas... et
tout à coup je vois quelque chose qui, partant du sol, montait si haut
que mes yeux n'en pouvaient voir la fin.

C'était tout blanc!

Mon cheval s'est cabré par trois fois! Il ne voulait pas suivre la rue
où nous étions. Je lui donne une forte claque pour le forcer à passer.
Il refuse de m'obéir!

Alors le guinné qui était devant moi devient comme un bâton qui brûle!
Qu'est-ce que c'est que cela? me dis-je et un vent froid me passe dans
le cou et sur le crâne! Le cheval refusait d'avancer. Je le fais tourner
pour prendre une autre rue, je passe enfin.

Le lendemain, j'ai demandé aux vieilles gens ce que cela signifiait. On
m'a répondu: «C'est un guinné que tu as rencontré. Si tu n'avais pas été
sur ton cheval tu serais devenu fou. Quand tu es à cheval, les guinné ne
peuvent pas faire leurs sottises car ils sont amis des chevaux». (--Toi,
commandant, tu ne l'as jamais remarqué? La nuit ils viennent blaguer
avec eux, leur tresser les crins[160]... Non? Tu ne me crois pas? Vous
autres blancs, vous ne voulez jamais rien croire! Enfin bon!--).

[Note 160: Les guinné passent en effet pour venir jouer la nuit avec
les chevaux. Il paraît que, par les temps humides surtout, il arrive
fréquemment de trouver le matin la crinière des chevaux comme tressée.
Un Européen établi dans le pays me l'a affirmé.]

Le lendemain tout le monde est rentré à Saint-Louis. Le lieutenant,
Monsieur Fametal, a quitté la maison du colonel, commandant supérieur
des troupes. Il est venu me trouver chez mon officier, Monsieur
Baffart-Coquard. Il m'a dit: «Spahi, tu as de la chance que ton
supérieur soit là! Chaque fois que je te rencontrerai sans lui, je te
fais fusiller».

Il était venu, à deux heures du matin, réveiller le colonel commandant
supérieur des troupes. Il lui avait demandé: «Mon colonel, c'est vous
qui m'avez fait appeler?» Et le colonel avait répondu: «Parbleu! ce sont
vos camarades qui vous ont f....u dedans!»

Comme il ne pouvait plus retourner à N'Diago, il avait été forcé d'aller
se coucher.

Le lieutenant et le capitaine m'ont donné les 20 francs.

Tiens! je suis fatigué! J'ai chaud! Donne-moi l'alcool de menthe que tu
m'as promis pour cette histoire là.

Moi j'ai vu ça! Ce ne sont pas des kalao-kalô![161]

[Note 161: Mensonges, gasconnades.]

Yang-Yang 1904.

Conté par AHMADOU DIOP.


[Illustration: (une frise)]



XI

LE PLUS BRAVE DES TROIS
(Bambara)

Deux amis vivaient dans un même village, chacun avec sa maîtresse. Un
jour, la maîtresse de l'un d'eux alla en promenade dans un village pas
très éloigné. Au soir, l'amant, qui se nommait Kéléké, ne la voyant pas
revenir, pria Missa, son ami, d'aller au devant d'elle.

Comme Missa revenait avec la jeune femme, celle-ci qui marchait en avant
de lui aperçut un morhoméné ouâra[162] (c'est-à-dire une panthère mangeuse
d'hommes)[163] qui s'avançait à leur rencontre.

[Note 162: Il s'agit ici d'un sorcier qui s'est changé en panthère.
C'est ce qu'on appelle fauve attrapeur d'hommes (morhoméné-ouâra) ou
plutôt ouan-dialanga, ce dernier nom étant employé dans les récits pour
épargner aux auditeurs l'épouvante que leur inspire le premier. L'autre
nom: ouan-dialanga, signifie le puissant par excellence. Quand le lion
voit un ouan-dialanga, il feint de brouter de l'herbe.]

[Note 163: Ces contes-charades ou devinettes, analogues aux
oetselmoerchen allemands, se racontent à la veillée, soit au clair
de lune en filant le coton, soit auprès du feu dans les cases. La
conversation est alimentée par l'énigme proposée. Chacun expose son
opinion, en donne les motifs et les soutient. La controverse fait ainsi
passer le temps.]

«Missa, dit-elle, voilà une panthère qui vient sur nous».

--«Attends un peu, répondit-il. Je vais la tuer».

Il tire son grand sabre et, d'un coup, abat le fauve mangeur-d'hommes.
Ensuite il dit à la femme: «Il faut que je mette à l'épreuve la bravoure
de ton amant! Étends-toi sur le dos, je vais placer le morhoméné ouâra
sur toi, les pattes de derrière repliées sur tes cuisses, celles de
devant sur ta poitrine et sa gueule à ta gorge. Puis j'irai prévenir
Kéléké que tu viens d'être étranglée par une panthère et qu'elle est en
train de te dévorer. Nous verrons s'il a du courage!»

La femme accepte l'épreuve et Missa, la laissant là toute seule dans
l'obscurité; s'en va trouver son camarade:

«Ami, lui dit-il en l'abordant, près de la grande termitière rouge qui
se trouve sur la route du village voisin, une panthère m'a pris ta
maîtresse et elle est en train de la dévorer. J'ai eu peur et je me suis
enfui».

Kéléké n'attend même pas que son camarade ait fini de parler. Sans
armes, sans même un bâton, il part comme le vent. Missa a peine à le
suivre. Quand il est auprès de la bête, Kéléké se précipite sur elle
et, d'un formidable coup de poing, la rejette violemment sur un côté du
chemin.

Sa maîtresse alors se relève et lui dit en riant: «Ne te fais pas de mal
à la main; le morhoméné ouâra est déjà mort. Missa et moi nous avons
voulu savoir si tu m'abandonnerais en cas de péril réel».


Dites-moi: quelle est, de ces trois personnes, la plus brave? Est-ce
Missa qui a osé s'attaquer au morhoméné ouâra, armé d'un simple sabre?
Est-ce la femme qui a eu le courage de rester seule, en pleine nuit,
sous le cadavre du fauve, sans savoir si celui-ci était tout à fait mort
ou bien encore si une autre panthère ne surviendrait pas?

Est-ce enfin Kéléké qui voulait combattre l'animal, armé de ses seuls
poings?

Bogandé 1911.

Conté par SAMAKO NIEMBELÉ
dit SAMBA TARAORÉ.


[Illustration: (une frise)]



XII

L'HOMME TOUFFU
(Dyerma)

Un père de famille, à sa mort, laissa deux orphelins, un fils appelé
Daouda et une fille du nom d'Aïssata. Cette dernière était si jolie
que son frère craignit que le roi ne la lui enlevât de force. Aussi
construisit-il dans son lougan même[164] une case où il logea sa soeur
pour la soustraire à la vue du kuohi[165]. Il cessa lui-même d'habiter le
village et vécut près d'Aïssata pour la protéger, si besoin en était.

[Note 164: Les lougans sont situés à l'écart des villages et à une
assez grande distance.]

[Note 165: Roi, en dyerma.]

Un jour que Daouda chassait l'éléphant, un bouvier se présenta à la
porte de la case et demanda à boire. L'orpheline lui apporta de l'eau.

Après avoir bu, le bouvier dit à la jeune fille: «Tu es vraiment jolie!
Si tu y consens, je te prendrai comme femme et je te donnerai cent
taureaux en dot».

--«Éloigne-toi bien vite, répondit Aïssata, mon frère ne saurait tarder.
S'il te rencontrait ici, tu serais un homme mort».

Le bouvier tint compte de l'avis et s'enfuit sans même s'occuper de
son troupeau qui paissait près du champ de mil des orphelins. Une fois
rentré au village, il courut trouver le roi et lui dit: «Kuohi, je sais
où il y a une fille d'une beauté sans égale et je puis te l'amener, à
condition que tu me donnes des hommes pour l'enlever car elle est gardée
par son frère qui est d'une extrême cruauté».

Le roi le fit escorter par 30 cavaliers et il les guida vers la case
de Daouda. Quand la petite troupe fut à peu de distance de la case, le
bouvier se rappela la menace que lui avait faite Aïssata de la vengeance
de son frère. La peur le reprit. Il s'arrêta net et, s'adressant à son
escorte: «Entourez cette case, dit-il. C'est là que se trouve la jolie
fille que nous devons amener au kuohi. Pour moi, je vais à la recherche
de mon troupeau qui s'est égaré ce matin».

Les cavaliers marchèrent à la case. Aïssata qui les voyait venir de
loin appela son frère en lui criant: «Voici des cavaliers qui viennent
m'enlever».

Daouda cessa aussitôt son travail de culture, rentra dans la case
prendre ses armes et revenant, l'arc tendu et le carquois à l'épaule, il
dit à sa sour: «Je vais les tuer tous, à l'exception d'un seul qui ira
annoncer la mort de ses compagnons à celui qui les a envoyés ici».

Les cavaliers étaient maintenant proches de la case. Ils poussaient des
cris aigus pour épouvanter le défenseur d'Aïssata, mais Daouda commença
à décocher ses flèches dont chacune traversait de 3 à 4 cavaliers. Il
abattit ainsi 29 hommes et n'épargna que le dernier qui s'enfuit et alla
prévenir le roi du désastre.

Le kuohi exaspéré ordonna à cent cavaliers et à cent guerriers à pied
d'aller s'emparer de la jeune fille. De tous ces hommes il n'en revint
qu'un au village. Les autres avaient été tués par Daouda.

Successivement le kuohi envoya plusieurs colonnes qui furent, les unes
après les autres, anéanties par l'orphelin.

Un jour, une vieille vint le trouver et lui dit: «Tu gaspilles tes
guerriers sans résultat. Si tu me promets un présent de valeur, dès
demain tu auras en ton pouvoir la jolie fille, soeur de celui qui a tué
plus de la moitié de tes guerriers.

--«Trouve le moyen de me procurer cette jeune fille, déclara le kuohi et
ton fils aura pour femme une de mes filles».

La vieille salua le roi et s'en revint chez elle, où elle fit bouillir
une plante soporifique puis, après avoir retiré de cette décoction les
feuilles qu'y avaient bouilli, elle y délaya de la farine de mil. De
cette pâte légère elle fabriqua des «mâssa»[166].

[Note 166: Galettes appelées «monmi» chez les Bambara. Elles sont
faites de pâte de mil frite.]

La vieille prit alors le sentier qui menait au lougan des orphelins
et tout, en marchant, elle criait «Mâssa! Qui veut acheter de bonnes
mâssa?» Daouda, qui n'avait pas goûté de ces galettes depuis son départ
du village, héla la vieille, lui en acheta deux et les mangea à belles
dents. Il n'avait pas fini de mâcher la dernière bouchée qu'il tomba à
terre profondément endormi.

La vieille ne perdit pas de temps. Elle courut prévenir le kuohi qu'il
pouvait sans crainte envoyer prendre Aïssata par 2 hommes seulement car
son défenseur ne se réveillerait pas avant le lendemain.

Le roi dépêcha deux hommes avec ordre de se saisir de l'orpheline. Quand
Aïssata les aperçut, elle secoua son frère «Réveille-toi! Deux hommes
viennent pour s'emparer de moi!--Passe moi mon carquois et mon arc!»
balbutia Daouda, sans faire le moindre mouvement, tant il était paralysé
par le sommeil.

Les cavaliers s'emparèrent d'Aïssata et l'emportèrent chez le roi
qui l'épousa. Quand Daouda reprit ses sens et qu'il s'aperçut de la
disparition de sa soeur, il devint à moitié fou de rage. Il s'enfonça
dans la forêt ne voulant plus voir d'êtres humains. Il y vécut, chassant
avec les ziné[167]; il mangeait et dormait en leur compagnie. Il était
devenu tout à fait sauvage; des arbustes, des herbes poussaient sur sa
tête.

[Note 167: Nom dyerma des guinné ou génies.]

Un jour que, fatigué de marcher, il s'était étendu sous un arbre, des
bûcherons l'aperçurent. Ils se jetèrent sur lui, le ligottèrent et
l'entraînèrent au village où ils le livrèrent au roi.

Le kuohi fit couper les herbes et les arbustes qui lui avaient poussé
sur la tête; on lui rasa les cheveux. Ensuite le roi le donna à sa femme
Aïssata pour qu'il gardât l'enfant qu'elle avait eu de lui. Aïssata ne
reconnut pas en ce captif son frère Daouda; mais lui l'avait reconnue
dès en entrant dans sa case. Il prit l'enfant et chanta cette chanson:
«O mon neveu amuse-toi! Fils de celle que j'ai nourrie avec le lait des
vaches de notre père, amuse-toi!»

Aïssata, en l'entendant, se mit à pousser des cris. Le kuohi accourut
avec ses captifs et s'inquiéta de ce qu'elle avait à crier ainsi «Kuohi!
dit-elle, tu as fait de mon frère ton captif et tu me l'as donné pour
garder mon fils!»

Le roi demanda à Daouda si Aïssata disait la vérité. Celui-ci alors
raconta au kuohi toute son histoire; quand il fut à la fin, son
beau-frère lui donna de l'or et de l'argent en quantité, des bijoux,
des chevaux, des vaches et lui abandonna tout pouvoir sur la moitié du
village. Par la suite il lui confia une colonne à commander car Daouda
avait prouvé, aux dépens même du roi, qu'il était brave et qu'il tirait
adroitement de l'arc.

Bogandé 1911.

Conté par FATIMATA OAZI.
Traduit par SAMAKO NIEMBÉLÉ
dit SAMBA TARAORÉ.

ÉCLAIRCISSEMENTS:
Cf. La princesse du Soleil (Luzel, Contes et légendes des Bretons
Armoricains.) Merlin-devin (De La Villemarqué, Barsaz-Breiz)
Sneewittchen (Grimm).


[Illustration: (une frise)]



XIII

POURQUOI LES POULES ÉPARPILLENT LEUR MANGER
(Bambara)


On avait apporté une calebasse de karité à la poule et au chien. Tout le
beurre de karité qui embeurrait les légumes était descendu au fond de la
calebasse, si bien que le dessus se trouvait complètement sec.

Le chien, qui savait à quoi s'en tenir, ne s'attarda pas à manger le
dessus du plat. Il enfonça son museau jusqu'au fond de la calebasse et
fit ses délices des haricots ruisselants de beurre qu'il atteignait
ainsi.

La poule, moins avisée, ne picorait que le dessus du plat.

Quand les deux convives furent rassasiés, le chien retira son museau de
la calebasse et dit à la poule: «Faut-il que tu sois bête pour ignorer
que jamais on ne doit manger d'un plat sans s'assurer de ce qui se
trouve au fond!»

C'est depuis ce jour-là que les poules ont pris l'habitude de gratter
et d'éparpiller leur nourriture pour voir d'abord le fond du plat qu'on
leur donne à manger.

Bilanga 1911.

Conté par SAMAKO NIEMBÉLÉ,
dit SAMBA TARAORÉ.


[Illustration: (une frise)]



XIV

LE PROCÈS FUNÈBRE DE LA BOUCHE
(Gourmantié)

Quand la bouche fut morte, on consulta les autres parties du corps pour
savoir d'elles laquelle se chargerait de l'enterrement.

La tête, qu'on avait interrogée la première, déclara ne pas vouloir
entendre parler de cette corvée-là «C'était toujours la bouche qui se
plaignait d'être fatiguée quand, moi seule, je portais les fardeaux!
déclara-t-elle Que quelque autre se charge de l'inhumation!»

L'oreille aussi refusa toute assistance «C'est moi qui entends,
récrimina-t-elle et c'était toujours cette présomptueuse qui se targuait
d'avoir entendu!»

--«De même pour nous! déclarèrent les yeux. Ce que nous apercevions,
c'était elle toujours qui, à l'en croire, l'aurait vu!» Les mains, à
leur tour, refusèrent la tâche: «Ce n'est qu'une ingrate à qui il est
arrivé maintes fois de nous donner un coup de dent lorsque nous lui
portions la nourriture!»

--«Et moi, s'écria le ventre, j'ai contre elle de trop amers griefs! Ne
s'est-elle pas cent fois déclarée rassasiée, alors que j'avais encore
faim? En tant de circonstances elle m'a empêché par son orgueil de me
remplir à ma convenance!»

Le pied ne montra pas moins d'acrimonie contre la défunte. «Cette
bouche! dit-il, elle s'attribuait des mérites qu'elle n'avait nullement!
A tout instant on l'entendait dire: je suis allée ici; je me suis rendue
là. Était-ce elle qui y allait, elle qui s'en vantait si glorieusement?
On aurait juré vraiment qu'elle faisait tout et les autres rien!» Quand
fut venu le tour du «bengala»[168] il montra plus de complaisance «Ce sera
moi qui l'enterrerai! déclara-t-il, car elle fut pour moi une servante
et une amie. C'était elle qui parlait pour moi quand j'éprouvais le
besoin de me donner un peu de mouvement. C'était elle qui me donnait à
manger[169]».

Ainsi la bouche trouva tout de même son fossoyeur mais, il faut le
reconnaître, ce n'avait pas été sans peine.

[Note 168: Le mot gourmantié est «poundi» J'emploie l'expression
ouolove. En latin: mentula.]

[Note 169: Expression indigène.--La bouche a mauvaise réputation chez
les Gourmantié. Ils disent: Ingrat comme une bouche. L'expression: Tu es
une bouche, signifie: Tu es un ingrat.]

Bogandé 1911.

Conté par BENDIOUA.
Traduit par SAMAKO NIEMBÉLÉ,
dit SAMBA TARAORÉ.

ÉCLAIRCISSEMENTS:
Ce récit fait songer quelque peu à la fable «Les membres et l'estomac».


[Illustration: (une frise)]



XV

LE FILS DU SÉRIGNE
(Ouolof).

Samba Atta Dâbo, l'exorciste, m'a raconté ceci:

Il y avait un sérigne[170] très savant qui envoya son fils voyager: «Pars
demain matin de bonne heure, lui recommanda-t-il, et la première chose
que tu trouveras sur ton chemin, avale-la. La deuxième chose que tu
verras, tu devras l'enterrer. Quant à la troisième qui se rencontrera,
regarde-la bien pour te rendre compte exactement de ce que ce sera.
Enfin, si tu vois encore quelque chose pour la quatrième fois,
demandes-en le nom. Et quand le nom t'en aura été donné, alors tu
reviendras ici.»

[Note 170: Marabout, savant musulman.]

Au matin le gourgui[171] s'est mis en route. Il a suivi le chemin que lui
avait indiqué son père jusqu'à ce que quelque chose se soit montré à ses
yeux. Cette première chose c'était une sorte de grande case.

«Comment avaler cela?» se demande-t-il, tout effrayé.

Mais la case diminue, diminue... et devient grosse à peine comme une
graine de dar'har[172]. Il l'a avalée sans difficulté.

[Note 171: Garçon, (mot ouolof).]

[Note 172: Tamarinier, grand arbre du Sénégal.]

Il poursuit son voyage. Et voici qu'il rencontre de nouveau quelque
chose: un siga, c'est-à-dire un petit morceau de bois, de la grosseur
d'un crayon à peu près. Se souvenant des ordres de son père, il a mis le
siga dans le sable, mais, immédiatement, le siga saute du trou où il a
tenté de l'enterrer. Et chaque fois que le gourgui essaie de remettre en
terre le siga, le siga lui saute des mains. Pas moyen de le faire rester
aux endroits où il veut le mettre! Il y renonce.

Ensuite le gourgui a rencontré 3 séanes[173]. Dans le premier il y avait
de l'eau; dans le dernier aussi, mais rien dans celui du milieu. Après
qu'il eut laissé les séanes derrière lui, il se trouva en face d'un
ouarhambâné[174] plus fort qu'Oumar[175], deux fois plus grand. Il est
venu ramasser du bois avec deux lanières de cuir. Il en a formé un
énorme fagot. Chaque fois qu'il soulève ce fagot pour se le mettre sur
la tête, le trouvant trop lourd, il le rejette à terre et se remet à
ramasser du bois pour l'ajouter à cette charge qu'il lui est déjà
difficile de soulever.

[Note 173: Grand trou, creusé en entonnoir et peu profond, destiné à
recevoir les eaux de pluie ou à atteindre une nappe d'eau peu éloignée.]

[Note 174: Ouarhambâné, célibataire, homme dans la force de l'âge.]

[Note 175: Jardinier de la résidence, d'une taille de 1 m. 80
environ.]

Le gourgui demande à cet homme:

«Comment t'appelles-tu?»--Et l'autre lui répond: «Mon nom est Adina».

Le fils du marabout est revenu chez son père pour lui raconter ce qui
lui est arrivé. Le sérigne lui dit: «Qu'as-tu vu, mon petit garçon?--Mon
père, dit-il, j'ai d'abord vu quelque chose qui ressemblait à une
case».--«C'est la misère qu'elle représente, explique le père. Ceux qui
gardent bien leur misère en leur coeur verront un jour leur ennui les
quitter. Qu'as-tu rencontré après cela?»

--«J'ai vu, dit le gourgui, un morceau de bois de la grosseur d'un
siga».

«--Voilà un heureux présage pour tout le monde! Allah vous revaudra plus
tard ce que vous aurez fait sur terre. Et personne ne pourra cacher
dans la terre les bonnes actions faites par autrui. Elles en ressortent
toujours.»

«--J'ai vu encore trois séanes, dit le gourgui. Le premier communiquait
avec le troisième mais, dans celui du milieu, il n'y avait rien. Que
signifie cela?»

«--Cela veut dire, répond le sérigne, qu'à la fin du monde seuls les
hommes riches seront en bons rapports entre eux. Quant aux pauvres, on
les rejettera: ils ne compteront plus».

Le gourgui rapporte enfin que le porteur de bois ne pouvait arriver à
soulever son fardeau et que, chaque fois qu'il avait en vain tenté de le
faire, il allait chercher d'autres branches pour les ajouter à ce fagot
déjà trop lourd: «Ce porteur, dit-il m'a déclaré se nommer Adina[176]».

«--Ah! répond le savant marabout, celui-ci a dit vrai en se donnant ce
nom. A la fin du monde on verra ceux qui ne peuvent venir à bout de leur
tâche en augmenter eux-mêmes les difficultés, ne faire que des sottises,
de sorte que leur embarras n'aura pas de fin. Ils feront comme les
débiteurs qui augmentent sans cesse le chiffre de leurs dettes.»

C'est ainsi que le sérigne expliqua à son fils ce que ce dernier avait
vu.

Yang-Yang 1904.

Conté par SADIANDIAM DABO.
Interprété par AHMADOU DIOP.

[Note 176: La misère humaine.]

ÉCLAIRCISSEMENTS:
Cf. (présent recueil) Kahué l'omniscient--Trois frères en voyage et
(Monteil, Contes soudanais), le conte khassonké, intitulé: Curieux.


[Illustration: (une frise)]



XVI

LE DÉVOUEMENT DE YAMADOU HAVÉ
(Khassonké).

Il y a 400 ans environ, des Peuhl descendant de Diâdié, fondèrent un
village du nom de Bambéro, qui tire ce nom d'une montagne voisine. Le
village peu à peu prit de l'importance et ne tarda pas à compter 333
flèches ou guerriers. Les Tomaranké (Khassonkè[177] et Malinké du Tomara
dans la région de Médine) virent d'un mauvais oeil la prospérité rapide
de ces nouveaux venus et, poussés par la jalousie et la cupidité, leur
déclarèrent la guerre.

[Note 177: Gens du Khasso, région de Médine.]

Les Peuhl étaient bien peu nombreux encore pour résister à tant
d'ennemis mais, malgré cela, ils se résolurent à la résistance la plus
acharnée. Un marabout de Souyama-Toran, qui devait plus tard fonder le
royaume du Boundou et qui, à ce moment, voyageait dans le Haut-Sénégal
pour s'instruire, vint alors à Bambéro. Il se nommait Malick Sy[178]. Il
proposa aux Peuhl de leur préparer un grigri qui leur assurerait la
victoire malgré leur grande infériorité numérique: «Mais, ajouta-t-il,
il vous faudra souscrire à la condition que je vais vous poser...»

[Note 178: Voir légendes de Lanrezac et de Bérenger-Féraud sur ce
marabout.]

«--Parle! dirent les Peuhl».

«--Voici ma condition: vous fixerez ce grigri à la pointe d'une flèche.
Au début du combat, l'un de vous que je sais, un membre de la famille de
Diâdié, un de ceux que vous aimez le plus de vos concitoyens, décochera
la flèche au milieu des ennemis. Il sera tué dans le combat mais, à ce
prix, je vous garantis la victoire.»

Chacun alors de s'offrir pour ce mortel honneur mais Malick Sy resta
inébranlable jusqu'à ce qu'un jeune homme du nom de Mamadou ou (Yamadou)
Hâve se fût proposé.

Alors le marabout déclara: «Celui-ci est l'homme que j'attendais!»

«--Voilà qui est bien, dit Yamadou aux Peuhl, mais, puisque je m'offre
pour votre salut, je vous demande de consentir à votre tour à mes
demandes!

Il y avait là quatre tribus Peuhl: les Diallo, les Diakhité, les Sidibé,
les Sankaré. Toutes donnèrent leur consentement.

--«Le marabout, reprit Yamadou, a dit que, par la vertu du talisman, je
mourrai demain pour le salut de ma race. Je suis prêt; mais j'ai trois
enfants: deux garçons et une fille; le premier est Ségo Dohi, le second:
Mamadou Dohi et la troisième: Sané Dohi. Chers Peuhl, je vous les
confie, eux et leurs enfants! Je demande que leurs descendants
commandent aux Peuhl du Khasso. Je désire qu'ils puissent épouser les
femmes de votre race. Bien entendu, je ne parle que de celles qui
seraient libres et à qui ils pourraient se marier sans enfreindre les
prescriptions d'Allah.»

Les Peuhl ont, à l'unanimité, déclaré qu'il en serait selon son désir.

C'est à la mare de Tombi-Fara que s'est produit le choc entre les
Malinké et les Peuhl.

Dès le début de l'action, Yamadou Hâvé s'est précipité, sa flèche en
main, jusqu'au milieu des ennemis et les en a frappés. Il s'est battu
vaillamment et n'est tombé qu'au moment où les Malinké prenaient la
fuite. Et la prédiction du marabout s'est entièrement réalisée. La
victoire resta aux Peuhl. Leurs adversaires avaient perdu leur roi et
leur armée fut anéantie.

La paix était assurée pour de longues années et les Peuhl s'acquittèrent
de leur dette envers les enfants du héros. Ils les élevèrent avec
considération. S'ils empoisonnèrent Mamadou Dohi à cause de son
intolérable arrogance, ils firent de Ségo Dohi leur roi, dès sa majorité
et maintinrent le pouvoir suprême à ses descendants.

C'est de Ségo Dohi que descendent: Mojacé Sambala, chef de Médine;
Diourha Sambala un des défenseurs de cette ville avec Paul Holl; Kinty
Sambala, allié de la France et l'interprète Alfa Séga.

Hava Demba aussi en descend, lui qui fut l'allié de l'émir Abdoul Rhady
dans la guerre du Diolof du temps de Napoléon Ier.

Kaolakh, 1905.

Conté par CLEVELAND, écrivain indigène.

ÉCLAIRCISSEMENTS:
Cf. le dévouement de Décius, de Codrus, d'Arnold de Winkelried et de la
reine Pokou (La conquête du Baoulé. Delafosse).


[Illustration: (une frise)]



XVII

LA FLÛTE D'YBILIS
(Bambara).

Un enfant qui était sorcier, mais que sa mère portait encore sur le dos,
dit un jour à celle-ci: «Mère, porte-moi chez mon oncle; j'ai envie de
le voir».

La mère le chargea sur son dos et se dirigea vers le village de son
frère. En route, la pluie l'obligea à s'abriter dans une vieille case
pleine de crânes humains. C'était la case d'Ybilis.

Au bout de quelques instants ils entendirent Ybilis qui rentrait. La
mère et l'enfant se cachèrent dans la toiture et aussitôt Ybilis parut,
porteur d'un cadavre qu'il venait de déterrer.

Il posa son fardeau à terre puis, se débarrassant de sa flûte, il la
ficha dans la paille de la toiture, là où il avait pour habitude de la
placer. Il alluma ensuite un grand feu qui dégagea une fumée épaisse.
Cette fumée incommoda fort le petit qui se mit à crier: «Mère! Mère! la
fumée!»

Ybilis fut grandement surpris d'entendre cette voix. Il s'imagina que
c'était le cadavre qui parlait. Il reprit sa flûte et sortit de la case
malgré la pluie qui continuait à tomber à torrents. Une fois dehors, il
se mit à jouer la flûte. Et sa flûte disait:

J'ai déterré des cadavres du côté du Levant
Et du côté où tombe le soleil.
Et nul cadavre ne m'a dit:
«Mère! la fumée! Mère! la fumée!»

Cela fait, Ybilis rentra et remit sa flûte où il l'avait prise. Le bois
manquant tout à coup pour entretenir le feu, il sortit de nouveau pour
aller en ramasser.

Avant qu'il fût de retour, le petit redescendit de la toiture avec sa
mère et s'empara de la flûte d'Ybilis, puis il reprit sa place sur le
dos de la femme, et tous deux regagnèrent le village.

Ybilis revint avec du bois. Il fit cuire le cadavre et s'en repût.

Le lendemain seulement, au moment de repartir à la recherche des
cadavres, il chercha sa flûte pour l'emporter avec lui mais il lui fut
impossible de mettre la main dessus.

Vingt années entières, il la chercha partout sans succès. Un jour enfin
qu'il arrivait près d'un village il entendit un bilakoro[179] jouer de la
flûte: Et cette flûte disait:

J'ai déterré des cadavres vers le Levant
Et du côté où tombe le soleil
Et nul de ceux-là ne m'a dit
«Mère! la fumée! Mère! la fumée!».

[Note 179: Adolescent qui porte encore le «bila» ou caleçon.]

«Oh mais! murmura Ybilis, c'est de ma flûte qu'on joue là-bas!» Il alla
près de l'adolescent sous une forme qui ne pouvait éveiller la défiance
de celui-ci puis, arrivé tout à côté de lui, il se changea en arbre.

Le soir, quand le bilakoro rassembla ses moutons pour regagner le
village, Ybilis prit la forme d'une femme très belle et le suivit ainsi
jusqu'à la case de ses parents. Il y entra avec lui et dit au père: «Je
n'ai pas de mère et je suis venue pour t'épouser».

Le père était cet enfant d'autrefois qui avait dérobé à Ybilis sa flûte.
Il reconnut du premier coup d'oeil à qui il avait affaire mais il
dissimula: «Cela va bien, répondit-il, et je vais te prendre pour
femme».

Il donna à sa première épouse l'ordre de faire chauffer de l'eau pour
ses ablutions. Après s'être lavé, il vint trouver Ybilis: «Femme, lui
dit-il, c'est à ton tour d'aller te laver. Il reste de l'eau là-bas.
Vas-y. Ensuite tu viendras me rejoindre dans ma case où tu me trouveras
couché sous ma couverture et tu te coucheras derrière moi[180]».

[Note 180: Derrière moi... Les femmes indigènes dorment «derrière»
leurs maris, d'après le conteur, c'est-à-dire entre leur mari et le
mur.]

Ybilis alla faire ses ablutions. Avant qu'il revint, l'homme avait lié
ensemble trois pilons à mil et les avait placés sous la couverture de
façon à faire croire que c'était un homme qu'elle recouvrait.

Quand Ybilis revint, il aperçut cette forme confuse et se coucha près
d'elle sans souffler mot mais, à minuit, il se réveilla et, d'un seul
coup de ses mâchoires, il trancha net les trois pilons, croyant tuer
son voleur de flûte. Ensuite il partit, sans se préoccuper de son
instrument.

Le lendemain l'homme appela sa vieille mère et lui raconta ce qui
s'était passé. On ne revit plus Ybilis dont la flûte resta dans le
village.

Bogandé, 1911.

Conté par SAMAKO NIEMBÉLÉ,
dit SAMBA TARAORÉ.

ÉCLAIRCISSEMENTS:
Le travestissement d'un génie, ou d'un animal, en femme pour se venger
de quelqu'un est un procédé fréquent dans les contes de tous les pays.

La substitution d'un mannequin à une personne se rencontre aussi
fréquemment. Cf. L'adroite princesse (Mme d'Aulnoy).--Pardon du
guinnârou.--Le forage du puits.


[Illustration: (une frise)]



XVIII

LA BAGUE AUX SOUHAITS
(Peuhl).

Au pays de Sahel, il y avait un chasseur maure, nommé Ahmed, qui
possédait pour tout bien un chien et un chat. Un jour qu'il était à la
chasse, il a rencontré une guinnârou, dont les cheveux tombaient jusqu'à
terre. Il s'est tout doucement approché d'elle sans qu'elle semblât
l'apercevoir. Il lui voit au doigt une jolie bague d'or. Alors l'idée
lui vient de tuer la guinnârou pour lui voler sa bague. Il charge son
fusil... Mais la guinné n'ignore pas un seul de ses mouvements. Elle se
retourne et lui dit: «Pourquoi me tuer, Ahmed! Viens près de moi». Ahmed
obéit.

Je sais, continue-t-elle, ce qui se passe dans ton coeur. Tu es pauvre
et tu veux me tuer pour me prendre ma bague, mais cela ne t'enrichirait
guère! Je vais te fournir les moyens de devenir vraiment riche.»

Elle entre dans sa case et en ressort aussitôt: «Voici dit-elle le
grigri que je t'ai promis». Elle ouvre le coffret qu'elle a apporté et
en retire une bague d'argent: «Tu vas mettre cette bague à ton doigt.
Chaque fois que tu désireras obtenir quelque chose, tu te l'ôteras du
doigt et tu la poseras à terre. Ensuite, étendant ta main au-dessus
d'elle, tu demanderas à Allah ce que tu voudras avoir. Tu passeras de
nouveau la bague à ton doigt et, le lendemain matin, tu verras que tu
possèdes déjà ce que tu auras demandé à Dieu.»

Le Maure rentre dans son village. Pendant la nuit il a ôté sa bague et
l'a posée à terre, selon les indications de la guinnârou. Il prie Allah
de lui faire gagner de l'argent. Puis il s'endort et, pendant son
sommeil, la guinnârou qui le protège enterre dans le sol une marmite
pleine d'or.

A son réveil, Ahmed gratte la terre, en retire la marmite et s'approprie
l'or qui y est contenu.

Il a acheté des boeufs, des chevaux, des moutons, tout ce qu'il lui faut
avec cet or là. Puis il s'est construit un tata.

Il va ensuite se marier. Avant qu'il le fasse, la guinnârou lui dit:
«Ahmed, une fois marié, il ne faut pas laisser voir ta bague à ta femme.
Sinon elle agira de telle façon que tu redeviendras malheureux».

Ahmed s'est marié et un long espace de temps s'écoule sans que sa femme
voie la bague. Elle sait seulement qu'il en a une. Mais, un jour, Ahmed
a oublié d'enlever l'anneau pour le ranger dans le coffre: il se couche
avec sa femme et, quand il s'est endormi, la femme aperçoit la bague.
Elle la lui ôte et en fait cadeau à son kélé[181].

[Note 181: Amant: expression soussou.]

La femme dit au kélé: «J'ai entendu que cette bague fait avoir tout
ce qu'on lui demande. C'est une guinnârou qui accorde ce que l'on a
souhaité. Si c'est exact, je te demande de faire saisir mon mari, son
chien et son chat et de les faire jeter de l'autre côté du fleuve».

Le kélé a exprimé ce souhait. La guinnârou vient aussitôt, saisit Ahmed
et ses animaux et les dépose sur la rive opposée du cours d'eau. Ce
fleuve est très large et il fourmille d'animaux malfaisants. Personne
ne peut le passer à cet endroit-là et jamais on n'a osé y risquer une
pirogue.

La femme a installé son kélé dans la case d'Ahmed.

Le lendemain matin, vers 6 heures, Ahmed se réveille et s'aperçoit qu'il
est dans la brousse sur l'autre rive du fleuve. Alors il commence à
s'effrayer, en songeant qu'il n'a ni fusil ni rien. Il se demande
comment il va faire pour se procurer de la nourriture. Une heure se
passe dans ces angoisses.

La guinnârou alors s'en vient trouver Ahmed: «Le jour où je t'ai donné
la bague, lui reproche-t-elle, je t'ai recommandé de ne pas laisser ta
femme s'en emparer: Maintenant il te faut rester ici trois mois. Je vais
te donner un fusil et de la poudre de chasse. Chaque matin, tu tueras
deux poissons. Tu mangeras l'un le matin et l'autre le soir. Le dernier
jour de ce délai arrivé, avant de tirer ton dernier coup de fusil, tu
viendras me trouver et je te donnerai quelque chose».

Ahmed a suivi les instructions de la guinnârou.

Au dernier jour du troisième mois, il ne lui restait plus qu'un coup de
fusil à tirer. La guinnârou est venue la nuit pendant qu'il dormait.
Elle appelle le chat et le chien et leur dit: «Mettez-vous à l'eau
immédiatement, traversez le fleuve et rendez-vous à la case de votre
maître. Vous y trouverez porte close, mais cela ne fait rien! vous
entrerez quand même. La femme d'Ahmed va faire cette nuit ce qu'elle n'a
pas encore fait depuis l'enlèvement de son mari. Elle dormira avec la
bague au doigt. Vous lui prendrez la bague et me la rapporterez».

Le chat est parti avec le chien qui reste à faire le guet devant la
porte. Il vole la bague et tous deux reprennent leur chemin pour revenir
à la guinné. Arrivés au fleuve, le chat grimpe sur le chien qui va le
passer à la nage mais, quand ils sont au milieu de l'eau, le chien lui
dit: «Montre-moi cette bague; moi aussi je veux la voir.» Le chat prend
la bague pour la faire voir à son camarade, mais elle lui échappe et
tombe à l'eau. Un poisson se trouvait; là il avale la bague[182].

[Note 182: C'est à peu près l'unique rôle des poissons dans les
contes.]

De retour près de la guinnârou, le chien et le chat lui racontent la
chose: «C'est bon! dit la guinné, je vais vous préparer un grigri pour
retrouver le poisson qui a avalé l'anneau. Demain je ferai passer ce
poisson près d'Ahmed. Celui qui sera tué par le premier coup de fusil ne
sera pas ce poisson-là; ce sera le deuxième seulement et dans son corps
se trouvera la bague».

La guinnârou a ainsi parlé au chien sans qu'Ahmed sache rien de ce qui
s'est passé. Puis elle s'en est allée.

Ahmed se réveille: «Ah! se dit-il, je n'ai plus qu'un coup de fusil à
tirer et, après, plus moyen de me procurer de quoi manger!» Il vient au
bord du fleuve et aperçoit deux poissons. Il tire et les tue tous les
deux. Il les saisit, l'un après l'autre, et les dépose sur la rive.

Le chien sait ce qu'il a à faire et le chat aussi puisque la guinnârou
le leur a enseigné; mais tous deux restent muets.

Ahmed ouvre le premier poisson, puis le second; il en jette les boyaux.
Alors le chat et le chien se précipitent dessus, les saisissent par
leurs extrémités et tirent, chacun de son côté. La «saleté» se déchire
et la bague tombe à terre.

«Prends ta bague» disent-ils à Ahmed. Et ils lui racontent comment la
guinnârou les a envoyés pour reprendre la bague dérobée, comment le
poisson l'a avalée et ce que la guinnârou leur a prescrit.

Ahmed attend jusqu'à la nuit. Il retire alors la bague de son doigt et
formule un souhait. La guinnârou vient les prendre, lui et ses animaux,
et les dépose entre la femme et le kélé. Le chat se place près du lit et
le chien devant la porte à l'intérieur de la case.

Après avoir regardé la femme et le kélé, Ahmed sort doucement et
va appeler ses captifs: «Gardez bien les issues du tata, leur
commande-t-il, que personne ne puisse sortir!»

Il revient ensuite se coucher à la place où la guinnârou l'avait tout
d'abord déposé.

Pendant la nuit, la femme d'Ahmed cherche le kélé pour ce que l'on
devine; c'est Ahmed qu'elle touche et il fait des manières. Il refuse.
La femme lui demande alors: «Pourquoi es-tu fâché aujourd'hui?--Oh!
répond Ahmed, aujourd'hui je veux rester tranquille».--La femme a beau
lui demander pardon et insister pour qu'il se prête à son désir.--«Non,
dit-il, je ne le veux pas».

Alors la femme se fâche et se retourne de l'autre côté. Ils sont restés
ainsi jusqu'à quatre heures du matin.

A ce moment le kélé veut saisir la femme dans la même intention. Il pose
sa main sur la poitrine d'Ahmed et s'aperçoit qu'elle est velue. Il
regarde mieux alors et reconnaît Ahmed. Il est pris d'une violente
terreur.

A six heures Ahmed sort. Il envoie ses captifs convoquer les hommes du
village «Comment va-t-on mettre à mort ces deux là?» demande-t-il.

Il appelle sa femme et lui dit: «Mon bengala avait beau être gros, il
n'y en avait pas assez pour toi. Tu es allé chercher un kélé et tu m'as
fait toutes les misères possibles. Eh bien! avant que je te tue, il faut
que tu t'accouples avec lui devant tout le monde».

La femme et le kélé ont été bien forcés d'en passer par là. Ensuite
Ahmed a fait venir ses captifs et trois hommes armés de fusils. On a
fait un «feu de salve» et les coupables sont morts. On les a enterrés
tous deux à cet endroit là.

Depuis lors, et maintenant encore, les hommes ne doivent pas se fier aux
femmes.

Dubréka 1910.

Conté par Ousmann Guissé.
Interprété par Gaye Ba.

Eclaircissements:
Comparer la vengeance de l'amoureux évincé dans «Affront pour affront».



                           TABLE DES MATIÈRES
                            DU TOME PREMIER

Préface.

Essai sur la littérature merveilleuse des noirs.

Contes:

I. Takisé le taureau de la vieille.
II. Le fils des bâri.
III. La tête de mort.
IV. Les ailes dérobées.
V. L'avare et l'étranger.
VI. Le canari merveilleux.
VII. La fausse fiancée.
VIII. Les calaos et les crapauds.
XI. Chassez le naturel.
X. Service de nuit.
XI. Le plus brave des trois.
XII. L'homme touffu.
XIII. Pourquoi les poules éparpillent leur.
XIV. Le procès funèbre de la bouche.
XV. Le fils du sérigne.
XVI. Le dévouement de Yamadou Hâve.
XVII. La flûte d'Ybilis.
XVIII. La bague aux souhaits.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Essai sur la littérature merveilleuse des noirs, suivi de Contes indigènes de l'Ouest africain français - Tome premier" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home