Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Une journée a Pise - guide historique, artistique et commercial
Author: Anthony, Eve Destantins
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Une journée a Pise - guide historique, artistique et commercial" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



UNE JOURNÉE A PISE

GUIDE
HISTORIQUE. ARTISTIQUE ET COMMERCIAL

PAR

EVE DESTANTINS ANTHONY

Prix: 1 fr. 50

EN VENTE
CHEZ TOUS LES LIBRAIRES ET CHEZ L'AUTEUR
_Sotto Borgo, 6, PISE_

Tous droits de traduction et de reproduction réservés



PRÉFACE


_Afin de satisfaire à la demande de plusieurs étrangers, j'ai entrepris
d'écrire en italien et en français un petit guide de Pise, dont le
contenu est fort abrégé. Je me réserve de publier, au besoin, une
seconde édition plus étendue.

J'espère que ce modeste ouvrage sera bien accueilli des touristes et des
Pisans.

Mon but a été d'attirer toujours plus les étrangers dans cette ville
dont le séjour est très agréable et qui est non moins illustre par son
histoire que par ses monuments.

Il faut espérer que cette ancienne et jolie cité conservera son prestige
bien mérité. On vient de l'embellir de belles et spacieuses rues,
d'élégantes et commodes habitations, ce qui nous fait supposer qu'elle
aura, plus encore que par le passé, le bonheur de recevoir un grand
nombre de bienveillants étrangers, attirés par la douceur de son climat,
par la beauté et la commodité de sa position, et par l'affabilité et la
politesse de ses habitants.

EVE DESTANTINS ANTHONY_.



HISTOIRE


D'après une respectable opinion (opinion très accréditée), Pise tire son
origine d'une colonie grecque, qui y serait venue du Péloponèse bien
avant l'ère vulgaire.

Pélops, fils de Tantale, roi de Phrygie, fut, dit-on, celui qui, arrivé
en Italie sur le rivage de la Méditerranée, à l'embouchure de l'Arno,
ayant trouvé dans le voisinage de la mer une plaine délicieuse arrosée
par deux fleuves, l'Arno et le Serchio, y bâtit cette ville, qu'en
mémoire de son ancienne patrie d'Elide, il appela _Pise_.

Virgile, le grand poète latin, nous apprend dans son _Enéide_, au liv.
Xe, qu'un valeureux capitaine nommé Asila, vint au secours d'Enée à la
tête de mille guerriers pisans; d'où il résulte que déjà dans ces temps
reculés notre Pise était puissante.

Pour attester l'origine de Pise, je citerai ces vers de Virgile traduits
en italien par Beverini:

   Degli uomini e degli Dei terzo scorreva
   Asila.................................
   Mille lance da Pisa egli traeva
   In sembianze a vedersi orride e belle;
   Città, se fama il ver già non offusca,
   D'origin Greca e di tirreno Etrusca.

Elle dut par la suite devenir une ville étrusque, et, sous les Romains,
elle fit partie de la _Tribu Galéria_. Sa fidélité aux aigles romaines
lui valut le nom de _Colonie Julie obséquieuse_. Elle fut alors ornée de
temples magnifiques, de superbes thermes, de cirques et de théâtres.

A la chute de l'empire Romain, elle devint, comme les autres villes
d'Italie, la proie des barbares et fut assujettie aux Longobards.

Cette cité est célèbre pour son port muni de trois tours qui reçut le
nom de _Triturrita_. Il y avait encore jadis une grande quantité de
tours dans la ville et dans ses environs, qui ont presque toutes
disparu.

La puissance de Pise et son commerce furent très considérables au
Moyen-Age; les exploits militaires de ses habitants la rendirent célèbre
et lui procurèrent des privilèges et de grands honneurs.

Les Pisans défirent les Sarrasins près de Rome, en 1003; à Reggio de
Calabre, en 1006, à Carthage, en 1030, à Palerme, en 1063, et plusieurs
fois en Sardaigne. Ils prirent part à la première croisade en 1099; et
l'un d'eux, _Cucco de Ricucchi_, fut le premier à monter sur les
remparts de Jérusalem vaincue, dont l'archevêque Daïbert, pisan, devint
patriarche. Tandis que Cucco de Ricucchi, portant l'étendard surmonté
d'une croix en métal avec le Christ, était attentif à la bataille, la
hampe tourna dans sa main, et le Christ se trouva la face vers lui.
Alors il s'écria: _Continuez, Chrétiens, la victoire est à nous!_ ce qui
advint. De là l'usage des Pisans de porter le crucifix la face tournée
vers le porteur.

Il est de tradition qu'en mémoire de ce miracle, le pontife Pascal II
adopta depuis le même usage ainsi que les patriarches, les primats, les
archevêques, les évêques et les prélats, qui ont pour privilège l'usage
de la croix.

Les Pisans construisirent sur le mont Sion une forteresse qui porte
encore le nom de _Tour des Pisans_.

En 1117, après une guerre longue et acharnée, les Pisans s'emparèrent
des îles Baléares et firent prisonniers la femme et le fils du roi
Nazaréodole.

La reine veuve de Nazaréodole et son fils Lambert se firent chrétiens.
Une inscription, sur la façade du _Duomo_, indique qu'elle fut ensevelie
dans cette ville.

Ces exploits et d'autres entreprises de la République de Pise, contre
les barbares, accrurent sa puissance, sa richesse et sa renommée; mais
les guerres fréquentes et surtout les luttes qu'elle eut à soutenir
contre les Florentins, les Lucquois, les Génois et d'autres peuples
voisins, troublèrent trop souvent sa tranquillité et sa prospérité.

En 1134, les Pisans combattirent contre le roi Roger de Naples. Deux ans
après ils surprirent Amalfi, la pillèrent et emportèrent le célèbre Code
Justinien, c'est-à-dire les Pandectes.

Partisans de l'empereur Frédéric, ils s'attirèrent la haine d'une grande
partie de l'Italie; plus tard ayant embrassé le parti des Gibelins, ils
reconnurent son successeur et d'autres empereurs allemands.

L'inimitié entre Pise, Gênes et Florence fut continuelle. La paix de
temps à autre conclue entre les trois rivales fut toujours de courte
durée.

La catastrophe de la _Méloria_, en 1284, abattit irréparablement la
puissance de Pise. Un grand nombre de ses enfants tombèrent en
combattant auprès de ce fatal écueil, et empourprèrent de leur sang les
eaux de la mer; un grand nombre d'autres allèrent remplir les prisons de
Gênes. Alors le soupçon de la trahison suffit pour soulever les Pisans
contre le Comte Ugolin de la Gherardesca. Celui-ci expia ses complots
dans la _Tour_,--à jamais mémorable,--_de la Faim_.

Gouvernée alternativement par les Gherardesca, par Dell'Agnello et par
les Gambacorti, Pise subit bien des vicissitudes. Le 14 octobre 1406,
cette illustre ville, affaiblie par ses discordes intestines et
lâchement trahie par ses chefs, tomba au pouvoir des Florentins conduits
par le fameux _Gino Capponi_.

Quatre-vingt-huit ans après, les Pisans, fatigués d'un lourd esclavage,
se soulevèrent pour secouer le joug de leurs voisins, et les femmes
autant que les hommes firent des prodiges de valeur pour reconquérir
l'indépendance de la patrie; mais ce fut en vain, car, abandonnés par le
roi de France et à bout de ressources, ils durent se plier aux
conditions des Florentins et subir de nouveau leur domination, au mois
de juin de l'année 1509.

Sous les grands-ducs de Médicis, Pise se releva de son abaissement. Sa
célèbre Université brilla d'une nouvelle splendeur en 1543, et, en 1561,
l'Ordre des Chevaliers de Saint-Etienne y établit son siège principal.
En 1571, elle eut encore la gloire d'avoir ses galères à la fameuse
bataille de Lépante, où les susdits Chevaliers de l'Ordre de
Saint-Etienne remportèrent une éclatante victoire sur Sélim II, près des
îles Curzolari. Ferdinand Ier l'enrichit, l'embellit d'importants
édifices, et lui procura le bienfait d'eaux salubres amenées par de
longs aqueducs qui d'Asciano viennent jusqu'à Pise. Cette ville a reçu
un grand nombre de bienfaits de la dynastie de Lorraine, et sous le
gouvernement actuel elle n'a pas été moins favorisée parmi les villes du
royaume, ce qui lui a permis de réaliser de grands progrès. Elle se
promet, avec raison, d'obtenir de nouveaux et importants avantages,
grâce à la vigilance de son syndic, M. le Com. Thomas Simonelli, et au
zèle de son Député, M. le Prof. Ulisse Dini, lequel est toujours guidé
par l'amour de sa patrie. Son préfet actuel, M. le baron François
Brescia-Morra, bien que n'étant pas de la région, ne montre pas moins
d'empressement à faire régner l'ordre et à donner une bonne direction à
toutes choses. En 1859, son Université a recouvré la Faculté de
Jurisprudence qui avait été transférée à Sienne. Elle a été embellie de
nouveaux quartiers, de nouveaux édifices et de nouveaux Instituts pour
la jeunesse.

De plus, elle a eu l'avantage d'avoir été choisie pour point central du
réseau de la voie ferrée, ce qui contribue beaucoup à l'affluence des
étrangers.



UNE JOURNÉE A PISE

I


Pise, chef-lieu de province qui comprend l'arrondissement de Volterra,
est une ville très ancienne. Son histoire, comme nous l'avons déjà dit,
se perd dans les ténèbres d'une époque fort reculée. Elle est située
dans une plaine très fertile, à environ 10 kil. de la mer, et s'étend
aux pieds des monts Pisans.

Son climat, doux et tempéré, attire chaque année une grande quantité
d'étrangers qui, atteints principalement de maladies de poitrine, y
trouvent un prompt soulagement. Pise mérite d'être visitée pour ses
monuments qui, bien que peu nombreux, sont cependant dignes d'admiration
par leur beauté et leur antiquité.--Sa population est de 26,514
habitants en ville, dans ses dépendances, elle en a 27,040, en tout
53,554, comme il résulte du dernier recensement qui a eu lieu le Ier
janvier 1882.

L'eau, qui vient des monts d'Asciano, et qui est amenée en ville par le
moyen d'un aqueduc de la longueur de 7 kil., est très légère.

La ville est entourée de murailles en forme de quadrilatère. Six portes
y donnent accès: celle de la _Barrière Victor-Emmanuel_, la plus
rapprochée de la gare; celle de _Saint-Marc, ou Porte Florentine_,
conduisant à Florence, en traversant la plaine Pisane; celle de _Porta a
Mare_, ancien chemin conduisant à Livourne, passant par Saint-Pierre à
Grado; la _Porta Nuova_ conduisant à Viareggio, Spezia, Gênes, etc.; la
_Porte de Lucques_ qui conduit à la ville de ce nom; et la _Porte aux
Plages_, sur les bords de l'Arno. De ce côté on va à _Calci_, où est
située la Chartreuse dont nous parlerons plus tard. La même voie conduit
aussi aux délicieux villages de Buti, Vico Pisano, Lugnano, S. Giovanni
alla Vena, Cucigliano, Uliveto, lieux renommés pour leurs huiles
exquises. Hors de ces portes se trouvent d'agréables promenades dont les
principales sont: celle de la _Porte aux Plages_, sur les bords de
l'Arno, ombragée d'arbres et ornée de gracieux bosquets; celle de la
_Porta à Lucca_, bordée de platanes jusqu'aux Bains de Saint-Julien,
lieu agréable dont nous parlerons également; et celle de la _Porte
Neuve_, par laquelle on va aux _Cascine S. Rossore_, ancienne métairie
ducale, aujourd'hui château de chasse du roi, et de là à la mer.

Pise est divisée par le fleuve Arno en deux parties qui communiquent par
le moyen de trois ponts: le _Ponte di Mezzo_, le _Pont aux Plages_, ou
_alla Fortezza_, et le _Pont Solferino_, appelé aussi _Pont Neuf_. Il y
a encore, hors de la _Porta a Mare_, deux autres ponts: le pont de
circonvallation, utile au commerce pour transporter les marchandises
sans rentrer en ville; et le pont de fer sur lequel passent les trains
du chemin de fer. Les quais de l'Arno forment la promenade la plus belle
et la plus animée de la ville et offrent un coup d'oeil enchanteur. Ils
portent les noms de _Lungarno Galileo_, _Gambacorti_, _Regio_ et
_Mediceo_. On compte à Pise quatre théâtres: deux diurnes placés hors
des portes et deux nocturnes en ville, savoir: Teatro Nuovo, rue
Palestro (pl. 52, C. 1); R. Teatro E. Rossi, place S. Niccola (pl. 53,
C. 4); Politeama, hors de Porta a Piagge (pl. 54, D 23); Arena Federighi
ou Garibaldi, hors la Porta a Lucca (pl. 55, A 6).



II


La première pensée du touriste qui visite Pise est de voir ses monuments
et tout d'abord ceux qui sont réunis sur la place de la Cathédrale. Pour
y aller, le voyageur, après avoir passé la _Barrière Victor-Emmanuel_,
pourra prendre à son gré la rue _Fibonacci_, chemin plus court, ou la
rue _Victor-Emmanuel_ qui, traversant le centre de la ville, est plus
agréable. Par cette dernière, ayant passé devant la petite église de _S.
Domenico_ (pl. 44, D 7), il pourra s'arrêter afin de visiter l'église du
Carmine (Carme) (pl. 9, D 6), à côté de laquelle se trouve l'_Hospice de
Mendicité_; puis, en continuant son chemin, ayant passé les _Logge de
Banchi_, construites en 1605, par Buontalenti, pour Ferdinand Ier,
transformées aujourd'hui en halle au blé, il arrivera au _Ponte di
Mezzo_ (Pont du Milieu), ayant à droite le palais de la Préfecture et à
gauche l'ancien palais Gambacorti, actuellement la Commune.

Arrivé au milieu du pont, l'étranger sera émerveillé du magnifique
aspect que présentent les deux quais de l'Arno.

Ce pont est mémorable à cause du combat simulé dit le _Jeu du Pont_,
dans lequel deux factions de citoyens se disputaient le prix.

Une autre curiosité de Pise revient à notre esprit en ce lieu: c'est la
fameuse _Luminara_ (illumination) qu'on avait l'habitude de faire tous
les trois ans pour la fête de S. Ranieri (Regnier), patron de la ville.
De là, mieux qu'en tout autre endroit, l'on jouissait dans toute sa
splendeur du spectacle féerique des _lungarni_ illuminés par des dessins
représentant d'anciens édifices qui apparaissaient tracés en bandes de
feu sur le sombre champ de la nuit.

Il est à regretter que, depuis quelques années, cette fête qui appelait
tant d'étrangers de toutes les parties du monde semble tombée dans
l'oubli.

Au delà du pont, on rencontre la _Place du Pont_ où stationnent les
voitures publiques, puis on rentre dans le _Sotto Borgo_ ou _via del
Borgo_, rue bordée de portiques. Presque au commencement on voit une
église dont la sombre façade présente le caractère d'une grande
antiquité; c'est l'église de _Saint-Michel_, (pl. 29, E 4) à laquelle
était annexée une illustre _Abbaye des Camaldules_. Cette église a une
crypte appréciée par les archéologues qui y voient un hypogée romain. Un
peu plus loin vis-à-vis est le marché aux herbes.

A l'extrémité des portiques, prenant à gauche, vous trouverez la rue du
_Mont de Piété_, et vous observerez dans un point, toujours à gauche, de
chaque côté du magasin de l'orfèvre Bargellini, deux élégants chapiteaux
surmontant des colonnes presque ensevelies qui appartenaient à
l'ancienne église de Saint-Félix.

Par cette rue on va à la place des Chevaliers.



III

PIAZZA DEI CAVALIERI


Cette place tire son nom du palais et de l'église des Chevaliers de
l'Ordre militaire de Saint-Etienne, à présent supprimé, et qui avait son
siège principal à Pise. Autrefois c'était la place des Anciens,
c'est-à-dire des Anciens de la République, qui y avaient leur palais
devenu par la suite l'Ecole militaire des Chevaliers ou la _Carovana_,
aujourd'hui _Ecole Normale Supérieure_. Au-dessus de la façade de ce
palais se trouvent les bustes de six grands maîtres. La statue qui est
devant représente Cosme Ier, fondateur de l'Ordre de Saint-Etienne. La
statue, ainsi que la fontaine qui est à sa base, sont l'oeuvre de
_Francavilla_.

L'église de Saint-Etienne, dite des _Cavalieri_ (Chevaliers) (pl. 18, D
3), s'élève avec sa belle façade de marbre sur une spacieuse place. On
voit sur l'architrave de la porte une croix en agate qui porte cette
inscription: _In hoc signo vinces_ (avec ce signe tu vaincras).

Elle n'a qu'une nef et un seul autel en porphyre.

Sur cet autel est la statue du saint titulaire, sous laquelle se trouve
un riche siége en bronze renfermant une partie d'un autre siége qui a
appartenu au saint et plus bas, dans un reliquaire, se trouvent ses os.
Les trophées suspendus aux parois, enlevés aux Turcs, rappellent les
exploits des Chevaliers de l'ordre. Le riche plafond de l'église des
Cavalieri mérite d'être observé. On y admire les précieuses peintures
qui représentent la prise d'habit de Cosme Ier, par _Ludovic Cardi_, dit
le Cigoli; le retour de la bataille de Lépante, de _Jacopo Ligozzi_;
l'embarquement à Livourne de Marie de Médicis, par _Christophe Allori_;
la conquête de 4 navires turcs, de _Jacopo d'Empoli_; la prise de la
Prevesa, ou bataille de Nicopolis, de _Ligozzi_; et enfin la prise de
Bone, du même _Jacopo d'Empoli_. Dans les chapelles latérales on voit la
lapidation de saint Etienne, du _Vasari_; la multiplication des pains,
par _Ludovic de Buti_; la Nativité de J.-C., par Alexandre Allori, dit
le _Bronzino_.

Cette église possède deux orgues, dont l'un à gauche est excellent. Il
faut l'entendre pour Noël, à la messe de minuit, quand il est touché par
l'habile organiste Henri Barsanti.

La place des Cavalieri est renommée à cause de la fameuse _Tour de la
Muda_, dite aussi de la _Faim_, dans laquelle on fit mourir de faim le
malheureux comte Ugolin de la Gherardesca avec ses enfants et ses
neveux, comme le décrit le Dante dans le 33e chant de son Enfer. Elle
était située sur l'aile droite du palais appelé aujourd'hui
Finocchietti, lequel présente dans sa façade seulement quelques restes
des belles fresques du _Paladini_ et du _Maruscelli_.

A côté du petit oratoire de Saint-Roch, est le _Collège Puteano_, fondé
par l'archevêque C. Ant. del Pozzo, pour 8 jeunes Piémontais qui y sont
entretenus pendant leurs études universitaires. A l'angle, est situé le
_palais du Conseil Provincial_. Entre l'ancien palais, qui était jadis
le siège du _Conseil des Chevaliers_, et la _Maison Canoniale_, s'ouvre
la rue _S. Frediano_, par laquelle on va à l'_Académie des Beaux-Arts_,
(no. 972), (pl. I, D 3) fondée en 1812 par Napoléon Ier, où se trouvent
une galerie de tableaux antiques et des livres ecclésiastiques d'un
grand prix en parchemin enluminé. En continuant de suivre ce chemin, on
passe devant l'ancienne église de S. Frediano (pl. 23, D 3), et l'on
arrive, non loin du Lungarno, à la R. Université, (pl. 50, CD 4), qui
est une des plus anciennes d'Italie et qui contient la Bibliothèque
publique. Cette Université, fondée par _Bonifacio della Gherardesca_ en
1340, et en 1542 réorganisée par Cosme Ier, se compose de 4 facultés
avec plus de 70 chaires. Faculté de Jurisprudence, Faculté de
Philosophie et Lettres, Faculté de Médecine et Chirurgie, Faculté de
Sciences physiques, Mathématiques et Sciences naturelles. Elle est et a
été illustrée par les savants les plus éclairés, qui, en diverses
époques, y instruisirent la jeunesse; l'un des plus renommés est
Galilée, dont la statue, placée d'abord dans la cour, en 1839, à
l'occasion de la première assemblée des _Savants Italiens_, a été
ensuite transportée dans l'Aula Magna (grande salle). La Bibliothèque
(pl. 58, CD 4), qui fut ouverte au public en 1742, possède plus de cent
mille volumes. Elle s'est formée en grande partie par la générosité des
citoyens qui l'ont peu à peu augmentée. Je citerai parmi les dons les
plus récents In partie nommée la Bibliothèque Carrara composée de 4.000
volumes de Jurisprudence sur le Droit civil et criminel, donnés en 1880
par M. Carrara, professeur de Droit criminel et l'une des célébrités de
notre époque.

La famille du professeur Ferrucci, notre regretté Bibliothécaire que
nous venons de perdre, a fait cadeau récemment d'environ 6.000 volumes
sur l'Histoire, l'Archéologie et la Littérature.

La bibliothèque Carrara est ouverte au public le lundi, le mercredi et
le vendredi.

A côté de l'église de Saint-Frediano, se trouve la résidence de
l'Archiconfraternité de la Miséricorde, institution dont le but est de
porter des secours en cas d'accidents, de transporter les malades à
l'hôpital, et souvent d'accompagner les morts au cimetière.

Revenant à la place des Cavalieri, on s'achemine vers le Duomo (la
cathédrale), en passant à côté de Saint-Sixte (pl. 36, C 3), église
élevée par les Pisans en mémoire de plusieurs victoires remportées sur
leurs ennemis le jour de la fête du dit saint (6 août).

Le presbytère de Saint-Sixte renferme le tombeau d'un Bonaparte, qui
était professeur de médecine à Pise en 1744.

Puis, par Sainte-Euphrasie, on arrive sur la place du _Stellino_, et
l'on peut, en prenant à droite, aller directement à la cathédrale, ou,
si l'on préfère, par le côté opposé, au _Musée d'Histoire naturelle_ et
au _Jardin Botanique_ (pl. 37, C 3), situés dans la belle rue
Sainte-Marie.

Ce musée, un des plus anciens d'Italie, fut fondé en 1544; en 1563 il
fut réorganisé par Incèlebre Cesalpino. Le jardin a été créé, en 1595,
par Joseph Benincasa.

En allant par la rue Sainte-Marie, vers le N., on trouve à droite
l'ancien collège Ferdinand, fondé par Ferdinand I'er, l'an 1595, en
faveur de quelques jeunes gens. Près de là est l'_Hospice des Enfants
trouvés_ (pl. 56, C 2).



IV

IL DUOMO


Nous voici sur la place de la Cathédrale, où se présentent à nos yeux
les ravissants et gigantesques monuments de la _Cathédrale_, de la _Tour
penchée_ et du _Baptistère_.

La cathédrale (pl. 22, B 1), construite en marbre, commença à être
édifiée en 1063 sur l'emplacement de l'ancienne église de
Sainte-Reparate. Une inscription fixée à la façade dit que les Pisans,
avec les trésors enlevés aux barbares dans la conquête de Palerme,
entreprirent ce superbe ouvrage sous la direction de l'architecte
_Buschetto_. Son sépulcre est là, près du tombeau de la reine des îles
Baléares, îles dont, par une éclatante victoire, les Pisans se rendirent
maîtres en 1117.

FAÇADE DE LA CATHÉDRALE

Les trois merveilleuses portes en bronze (du côté de la façade), avec
des bas-reliefs exprimant les principaux faits de la Vie de
Notre-Seigneur et de la Vierge, furent exécutées, en 1602, par le _P.
Dow. Partigiani_, dominicain, et par _Ange Serrano_, sur les dessins de
_Jean de Bologne_, du _Turini_, du _Mochi_, de _Jean dell'Opera_ et de
_Gaspard Mora_.

La façade, tournée au couchant, est ornée de 58 colonnes et d'arcades,
qui forment 4 galeries de colonnettes superposées diminuant
graduellement.

Au-dessus de ces galeries sont placées cinq statues, la plus élevée
desquelles représente la Vierge. Elles sont du temps de _Niccola
Pisano_.

La basilique, de la longueur de près de 100 mètres et de plus de 32 de
largeur a la forme d'une croix latine; elle a cinq nefs et est ornée de
belles galeries et d'un riche plafond à caissons dorés. Un transept à 3
nefs la traverse. Dans la nef du milieu, on admire l'abside avec une
grande mosaïque sur fond d'or représentant le Sauveur entre la Vierge et
saint Jean-Baptiste, par _Cimabuë_, et au-dessus s'élève la magnifique
voûte, dite du _Ghirlandajo_, parce qu'elle est décorée d'anges peints
par cet artiste.

La coupole, de forme elliptique, fut peinte à l'huile par _Horace
Riminaldi de Pise_. A un des grands piliers qui la soutiennent, le
dernier à droite, est suspendu le précieux tableau de sainte Agnès
d'_Andréa del Sarto_, et, en face, une Madone de _Pierino del Vaga_. Au
milieu de la voûte est suspendu un lampadaire ancien, orné de petits
enfants en bronze, de _Vincent Possenti_ (1583). La tradition veut qu'en
observant ses oscillations, le grand Galilée Galilei découvrit les lois
du pendule.

Douze autels, ouvrage de _Stagio Stagi_, dont le dessin est attribué à
Michel-Ange, avec de belles peintures, se trouvent placés le long des
parois latérales du bras principal de la croisée, et l'un d'eux, celui
qui est derrière la chaire, a un beau tableau d'_Andrea del Sarto_. On
voit aussi sur les murs plusieurs toiles représentant des Bienheureux
Pisans, tels que, en rentrant par une des 3 grandes portes, à gauche, le
martyre du bienheureux Signoretto Alliata, par _Benvenuti_; la fondation
de l'Hospice des Enfants Trouvés par le Bienheureux pisan Dominique
Vernagalli, du peintre _Gaetano Gandolfi_; l'arrivée du Bienheureux
Baudouin, archevêque pisan, en Sardaigne, au moment où il repousse le
féroce juge d'Arborée, du peintre _Joseph Collignon_, le baptême de
Lambert, fils du roi des Baléares, par _Laurent Pêcheux de Lyon_. A côté
de ce tableau, se trouve l'autel dit des Anges, avec une très jolie
peinture de _Ventura Salimbeni_; et dans le tableau qui le suit, la tête
de saint Torpè sauvée des flots, par _G. Bettino Ciguaroli_, puis le
martyre du même saint pisan, par _Placide Costanzi_. Revenant aux 3
portes principales, on voit à droite la prise d'habit de sainte Bona,
pisane, par _A. Cavallucci_; sainte Ubaldesca, pisane, qui soigne une
infirme pendant la nuit, éclairée par un flambeau, sujet peint avec une
rare habileté par _Dominique Calvi de Viterbo_; le Serment de Richard
Coeur de Lion, en faveur des Pisans, près de Tolémaïde, par _Gius
Bezzuoli_; Eugène III célébrant la messe devant les évêques orientaux,
par _Jean Tempesti_, pisan; le Bienheureux Pierre Gambacorti, pisan,
devant le Pape Urbain IV, du peintre _Sébastien Conca_; et le même
Bienheureux qui fonde l'ordre des Ermites de Saint-Jérôme, par _Franç.
Mancini_. Dans l'autel contigu reposent les corps des saints martyrs
Nicodème, disciple de J.-C., Gamaliele, maître de l'apôtre saint Paul,
et Abibone, donnés aux Pisans par Godefroy de Bouillon, en 1100. Cet
autel a été édifié sur un dessin de Michel-Ange. En face est un autre
autel en marbre, travail de _Lino_.

Dans le transept Nord, on voit la Nativité, la Circoncision, l'Adoration
des Mages, l'Aveugle-né, par _Aurèle Lomi_; la Dispute dans le Temple,
par _Pierre Torri_, et une Vierge de _Dom. Cresti_. A l'extrémité de ce
transept, est l'autel du Très-Saint Sacrement, qui a des gradins en
argent, avec le précieux tabernacle, aussi en argent, dessiné par _G.-B.
Foggini_, et exécuté par _Séb. Tamburini de Pise_, en 1692.

Derrière l'autel sont les statues de la Vierge, de l'Archange Gabriel,
d'Adam et d'Eve, et plusieurs bas-reliefs de _Franç. Mosca_, dit le
_Moschino_.

Les autres ouvrages en marbre sont du _Stagi_. Dans le haut, se trouvent
la mosaïque de l'Annonciation, oeuvre de _Gaddo Gaddi_, et la Foi et la
Charité, d'_Antoine Marini_. En face des plus petites nefs, on voit deux
statues de _Fancelli_: sainte Marie-Madeleine et sainte Christine.

De ce bras du transept, on vient, en tournant à gauche, à l'autel de la
Madone de Sous-les-Orgues, pour laquelle on a une vénération
particulière, et dont l'effigie, de style byzantin, ne se découvre que
dans de graves circonstances.

Sur le mur latéral est peinte la Nativité de la Vierge Marie, par
_Giacinto Corrado_.

Nous voici au choeur. Le maître-autel, érigé en 1774, est composé de
marbres très rares. Son grand Crucifix en bronze est de _Jean de
Bologne_.

De chaque côté des deux chaires épiscopales, on voit des tableaux
d'_Andrea del Sarto_.

Derrière l'autel, dans le pourtour de l'abside, sont disposées en
plusieurs rangs des peintures d'excellents artistes tels que: le
_Beccafumi_, _De Labrugia_, _Sogliani_, _Sodoma_, _Salimbeni_,
_Bélivert_, _Lomi_, _Guidotti_, _Rosselli_, _Manetti_, _Riminaldi_,
_Gamberucci_, _Vannini_ et le _Cinganelli_. Ces tableaux représentent
des sujets bibliques. Les peintures les plus élevées, des arcs au
plafond, sont à fresque et représentent des scènes de la vie de la
Vierge Marie, par _Maruscelli_; mais les prophètes sont du _Poccetti_.

Il faut aussi admirer les stalles du choeur, beau travail de marqueterie
par _Julien de Majano_, par _Jules de S. Gallo_, par le _Serravallino_,
par _Dom de Mariotto_ et par _Jean B. Cervelliera_. La balustrade qui
entoure le choeur est décorée d'ornements et d'arabesques avec
marqueteries, jaspes, lapis-lazulis et d'autres marbres précieux. Les
deux anges de bronze qui s'appuient sur cette balustrade sont de _Jean
de Bologne_.

Dans l'autre bras du transept S. à gauche, se trouve le gracieux petit
autel de S. Biagio, du _Stagi_. La porte très ancienne et de style grec
est en bronze, les toiles représentent des scènes de la vie de S.
Ranieri, pisan, protecteur de Pise, dont le corps sacré repose au fond
de la chapelle, dans la précieuse urne de marbre vert de polsevera,
oeuvre de _Faggini_. Le grand-duc Cosme III la fit édifier; il fit aussi
décorer de marbre toute cette chapelle. Les statues et les bas-reliefs
de l'Assomption sont du _Mosca_.

L'antique mosaïque de la haute niche est du _Gaddi_, et les peintures du
_Marini_. Les toiles où sont peintes encore des scènes de la vie de S.
Ranieri représentent sa prise d'habit, du peintre _Ben. Luti_; la
délivrance de la Possédée, par _Dom. Muratori_; la mort du Saint, par
_Gius. Melani de Pise_; et le miracle de l'enfant ressuscité, commencé
par le peintre _Torelli_ et achevé par _Lucie Casalina_.

Sur l'autel latéral qui fait face à la porte, est une Madone entourée de
Saints, par _Pierino del Vaga_, lequel peignit aussi les deux petits
enfants qui sont en haut sur la muraille.

En rentrant par l'autel de saint Ranieri, le bénitier entre la porte et
le choeur, sur lequel s'élève une Vierge avec l'Enfant Jésus, a été fait
d'après un modèle de Michel-Ange. Les deux autres, près des trois
portes, l'un surmonté du Rédempteur, l'autre de saint Jean Baptiste,
sont en bronze, modelés par _Jean de Bologne_, fondus par _Félix Palma
de Masse_.

Plus de cent fenêtres, la plupart aux vitraux coloriés, donnent une
douce et faible clarté très convenable à la majesté de ce lieu. L'église
primatiale pisane fut endommagée par un déplorable incendie dans la nuit
du 25 octobre 1595. Une grande quantité des merveilles d'art qu'elle
renfermait furent alors détruites. Sa restauration est due à la
munificence de Ferdinand Ier et à la générosité des citoyens.

Cette auguste basilique fut consacrée avec une grande solennité, par le
pape Gélase II, le 26 septembre 1119. C'est là que le pape Clément fut
élu et couronné, on y tint aussi un grand Concile en 1409.

L'_Archivio del Duomo_ renferme des chartes fort anciennes.

Quand Napoléon Ier vint à Pise, il s'empara d'un tableau du _Sodoma_
représentant le Sacrifice d'Isaac, qui était dans la Cathédrale, et le
porta à Paris; mais en 1815 on dut le restituer parce que la Toscane le
demanda et obtint de le ravoir au moyen d'un traité. Une copie de ce
tableau est à Paris au Louvre; mais l'original est ici.



V

BAPTISTÈRE


Devant la façade de la Cathédrale s'élève majestueusement le Baptistère
(pl. 15 B 1), de forme ronde, décoré à l'extérieur de deux rangs de
colonnades: l'un, formé de vingt colonnes; l'autre, qui lui est
superposé, a une plus grande quantité de colonnes sur lesquelles
s'élèvent d'élégants arcs surmontés d'aiguilles. D'autres aiguilles
dominent de grandes croisées qui forment le dernier tour que surmonte
enfin le dôme, au sommet duquel est placée la statue de saint
Jean-Baptiste. Quatre portes donnent accès au Baptistère, qui, dans
l'intérieur, est partagé en deux ordres d'architecture: le premier a 12
arcades à plein cintre soutenues par 8 grandes colonnes et par 4
piliers.

[Illustration: BAPTISTÈRE]

Dans l'épaisseur de la muraille sont construits deux escaliers par
lesquels on peut commodément monter aux galeries supérieures et aux
secondes voûtes.

Au milieu, s'élèvent les Fonts Baptismaux de forme octogone, en marbre
sculpté.

La statue en bronze de saint Jean, qui était autrefois au milieu de
l'édifice, est placée maintenant au-dessus de la porte au couchant.

L'oeuvre qui appelle davantage l'attention est la superbe chaire de
_Nicolas de Pise_, qui est à juste titre regardée comme une des plus
belles productions de l'art. Elle est de forme hexagonale, toute en fin
marbre statuaire, soutenue par neuf colonnes, dont plusieurs sont
appuyées sur le dos d'animaux féroces et sur des figures humaines
groupés ensemble. Les chapiteaux et les arcs sont élégamment travaillés.
Sur le soubassement sont sculptées cinq histoires évangéliques. On lit
sur une bande de marbre l'éloge du grand artiste. Une chose digne
d'observation, c'est que le plus léger bruit est renforcé par la
répercussion que produisent les voûtes elliptiques et forme un écho
admirable.

Ce remarquable monument fut commencé en l'an 1152.



VI

CAMPOSANTO


Ce grandiose édifice (pl. 16, B 1), oeuvre de génie du célèbre sculpteur
et architecte _Jean de Pise_, fut élevé par les soins de la République
pisane en 1278, dans le lieu où se trouvait, au temps du paganisme, le
temple d'Adrien, comme on le voit sur un ancien plan de Pise, fait par
l'_architecte Bonanno_, l'an 800.

Le Camposanto (Cimetière) est de forme rectangulaire et renferme au
centre une pelouse destinée autrefois à ensevelir les gens du peuple. Il
est ouvert tous les jours du matin au soir sans excepter les jours de
fête. (Sonner à la porte à gauche. Donner un pourboire au gardien.) Il
est long de 135 m., large de 43 m. et haut de 15. Il a, à l'extérieur,
43 arcades reposant sur 44 pilastres dont les chapiteaux sont décorés de
figures.

Cet enclos contient 53 galères de terre sainte provenant du Mont
Calvaire, transportée de Jérusalem à Pise par les Pisans en 1192, comme
raconte notre historien Tronci. Cette terre avait la propriété (on ne
sait si par nature ou par prodige) de consumer les cadavres dans
l'espace de 24 heures, et l'on croit que les trois cadavres peints au
fond du tableau de _l'Orgagna_, dit le _Triomphe de la Mort_,
représentent les trois états successifs du changement de ces corps: leur
putréfaction, leur dissolution et leur réduction en poussière dans ce
court espace de temps.

Quatre galeries avec 62 fenêtres en ogive et des colonnettes de style
gothique entourent en long et en large ce champ sépulcral.

Dans les galeries se trouvent les tombeaux d'une grande quantité
d'illustres citoyens dont les noms sont gravés sur chacun des monuments
funéraires. On voit à droite et à gauche, le long de la muraille, des
sarcophages, des urnes cinéraires, des statues mutilées et d'autres
objets précieux par leur antiquité, qui rendent ce cimetière un _vrai et
noble Musée_, comme il fut appelé par la reine Suédoise
_Christine-Alexandrine_.

On y entre par deux portes ouvertes dans la façade antérieure ornée de
piliers et d'arcs, lesquelles portes sont placées dans la perspective de
la Cathédrale et du Baptistère. En entrant par la porte la plus
rapprochée de ce dernier monument, on trouve à gauche les fresques de
_Giotto_, qui représentent la pitoyable histoire de Job. Les derniers
tableaux de cette histoire sont, dit-on, de _Nello de Vanni_, non de
_François de Volterra_ comme d'autres le prétendent. A l'aile
occidentale, on voit l'histoire d'Esther, peinte par _Augustin Ghirlanda
de Carrare_, et celle de Judith, par _Paul Guidotti_, lucquois. Il faut
remarquer, sous la première peinture, le monument des comtes Boniface de
la Gherardesca, de _Donoratico_, ouvrage de l'école pisane du XIVe
siècle; et celui de l'empereur Henri VII de Luxembourg, protecteur de
Pise, appartenant au parti Gibelin, qui mourut à Buonconvento le 24 août
1313, et fut enseveli à Pise. On voit au-dessus, de grosses chaînes
suspendues à la muraille, ce sont les chaînes du port Pisan enlevées en
1362, par les Florentins et les Génois, restituées à Pise par la commune
de Florence en 1848, et par celle de Gênes en 1860.

Nous voilà dans la longue galerie septentrionale. La première peinture
nous présente la _Mappemonde céleste_, c'est-à-dire une série de sphères
l'une dans l'autre, la Terre dans le centre et le Créateur qui les
soutient. Cet ouvrage est établi selon le système de Ptolémée. Au bas
sont les effigies de deux Docteurs: saint Augustin et saint Thomas.
Cette peinture est de _Pietro di Puccio d'Orvieto_, elle a été attribuée
à _Buffalmacco_. Vient ensuite l'histoire de la Genèse depuis Adam
jusqu'à Noé, par _Pierre d'Orvieto_ et _Benozzo Gozzoli_; de ce dernier
sont aussi les sujets de l'Ancien Testament jusqu'à la prise de Jéricho,
ainsi que les peintures de l'Annonciation et de l'Adoration des Mages de
la première chapelle, dans laquelle est une fresque de l'école de
_Giotto_ et un buste de saint Pierre, par _Luca della Robbia_. Il y a
aussi une Madone de Taddeo Gaddi. Cette chapelle renferme encore le
monument du professeur Ammannati (1359), par _Giovanni Pisano_.

A propos de la susdite peinture de l'adoration des Mages, il faut dire
que, dans le jeune homme à cheval qui a la tête couverte d'un capuchon,
Benozzo a voulu, à ce que l'on prétend, reproduire sa propre image.

Sur le sarcophage marqué du n° XVIII est un bas-relief de _Nicolas de
Pise_, représentant la naissance de J.-C. A côté, est un autre
sarcophage contenant les cendres d'Aldobrando del Bondo, surmonté d'un
buste représentant Isotta, célèbre peintre de Rimini, oeuvre de _Nino de
Fiesole_. Le sarcophage n° XX renferme les cendres de Béatrix de
Canossa, mère de la célèbre comtesse Mathilde, toutes deux bienfaitrices
de notre basilique. Le mythe d'Hippolyte et de Phèdre est sculpté sur ce
superbe monument d'art grec, qui a servi d'étude à Nicola Pisano. On
voit aussi, sculptée sur le sarcophage n° XXX, la chasse de Méléagre.

Près de la porte de la chapelle Aulla, se trouve le tombeau du peintre
Benozzo, que les Pisans, pour l'honorer, firent placer sous le tableau
qui représente l'histoire de Joseph.

A l'aile orientale, on voit l'hippogriffe en bronze, qui était autrefois
à l'Est du sommet de la cathédrale; sur sa croupe sont gravés des
animaux et des inscriptions cophtes exprimant des souhaits de bonheur
aux possesseurs du griffon.

A l'autre extrémité orientale, nous avons devant nous les peintures qui
représentent des scènes delà vie du roi Ozias et le fameux festin de
Balthazar, exécutées en 1666, par _Zacharie Rondinosi_.

Sous cette peinture se trouve le monument de Philippe Decio, qui a été
professeur à Pise, oeuvre de _Stagio Stagi de Pietrasanta_ (1500).

On croit que la statue assise sous l'histoire de Moïse est le portrait
de Henri VII ou de Frédéric Ier entouré de 4 conseillers.

La chapelle majeure surmontée d'une coupole fut élevée par l'archevêque
dal Pozzo (c'est pourquoi on la dit Puteana). Le tableau représentant le
saint titulaire, saint Jérôme, est d'_Aurèle Lomi_.

On voit, dans le pourtour de cette chapelle, un crucifiement sur
panneau, de _Giunta Pisano_; un saint Jean du _Clementone_; la Nativité,
par _Corrado_; le Nazaréen avec Marthe et Madeleine, par _Rosselli_; un
crucifiement sur parchemin, d'_Appolonius_, grec (XIIIe siècle); un
autre crucifiement avec deux têtes, de _Giunta Pisano_; et quelques
copies d'autres peintures, parmi lesquelles celle du Sacrifice
d'Abraham, par _Razzi_, dont l'original est dans la cathédrale, copie
qui fut exécutée par _Guillemont_.

Au sortir de la chapelle, on remarque à gauche l'Ascension, la
Résurrection, attribuées à _Antoine Vite de Pistoie_, et le Christ en
croix qui est de _Buffalmacco_.

Prenant ensuite la grande galerie méridionale, on voit à droite: le
_Triomphe de la Mort_, le _Jugement universel_, peints par _André
Orgagna_, et l'Enfer, par son frère _Bernard_. Sous le même tableau du
Triomphe de la Mort, on voit encore les fameux cénotaphes Pisans, avec
l'inscription sur marbre de deux décrets concernant la Colonie Julia
obséquieuse (nom que porta Pise sous les Romains). L'un annonce la mort
de Lucius César et l'autre celle de Caïus César, tous deux fils
d'Auguste; ils ordonnent à la ville de Pise un deuil profond. Ces
cénotaphes ont été décrits et appréciés par de savants écrivains et
dernièrement par M. Clément Lupi[1].

[Note 1: Voir son livre imprimé à la typ. Mariotti, en 1879.]

Il faut observer, dans le tableau représentant le Jugement, le roi
Salomon qui, sortant de son tombeau, paraît indécis et semble se
demander de quel côté il sera placé, le peintre ayant ainsi voulu
figurer l'opinion incertaine où l'on est concernant le salut de ce roi.

Viennent ensuite les _Anachorètes de la Thébaïde_, par _Pierre Laurati_,
puis l'Assomption, par _Simon Memmi_, sur la porte d'entrée.

La vie et les miracles du patron de Pise, S. Ranteri, et les exploits du
martyr de Sardaigne, saint Ephèse, d'une admirable exécution, occupent
le reste de la muraille jusqu'à l'autre porte par laquelle on est entré
dans le Camposanto.

Le même _Simon Memmi_ et _Antoine Veneziano_, en 1386, peignirent
supérieurement les tableaux qui se rapportent à saint Ranieri, et
_Spinello Aretino_, en 1390, ceux qui représentent des scènes de la vie
de saint Potitus et les combats ainsi que le martyre de saint Ephèse;
mais ils sont pour la plupart endommagés.

Le long de cette galerie méridionale se trouvent encore de précieux
bas-reliefs, des urnes et des statues des écoles grecques, romaines et
pisanes des temps antiques.

Mais à cause de la brièveté qui m'est imposée je ne puis les décrire
minutieusement. Je ferai cependant connaître les monuments modernes, et,
commençant à gauche de la porte d'entrée, je les nommerai par ordre.

N° i.--Monument érigé au célèbre oculiste André Vacca Berlinghieri,
professeur de chirurgie à l'Université de Pise, mort en 1826, par
_Albert Thorwaldsen_, danois, qui y a sculpté l'histoire de Tobie.

N° 2.--Monument consacré à Joseph Morosi de Ripafratta, célèbre
mécanicien, mort en 1840. La Renommée qui y est sculptée est l'ouvrage
de _Fraccaroli Veronese_.

N° 3.--Monument érigé à Vincent Marulli des ducs d'Ascoli, patricien
napolitain, mort à Pise en 1808, par Michel Van Lint. Un Génie qui
montre les oeuvres du défunt est sculpté sur ce monument.

N° 4.--Inscription et effigie de l'avocat J.-B. Fanucci, pisan, auteur
de l'histoire des trois célèbres peuples maritimes d'Italie, mort en
1834 par _François Storni_.

N° 5.--Un buste consacré à la mémoire de F. A. Puccinelli, par _Paul
Folini de Pietrasanta_.

N° 6.--Monument représentant Thérèse des Comtes Wratislow de Prague,
veuve Pozzo di Borgo (morte en 1830); son attitude indique qu'elle donne
ses vêtements aux pauvres qui l'entourent. Par _Henri Van Lint de Pise_.

N° 7.--Monument représentant le Comte F. Del Testa del Tignoso, mort en
1824, par _Thomas Masi de Pise_.

N° 8.--Souvenir commémoratif pour les Pisans morts à Cortatone et à
Montanara en 1848, par _Bilancini de Florence_.

N° 9.--Monument où est représentée l'Astronomie avec les signes du
Zodiaque, par _Dupré_, dédié à Octave Fabrice Mossotti, professeur
d'Astronomie à l'Université de Pise, né à Novare, et mort à Pise en
1863.

N° 10.--Monument érigé à Marie Selvaggia Borghini, célèbre poète pisan,
morte en 1781, par _Henri Van Lint_.

N° 11.--Monument consacré à la mémoire du général de Villarej, mort à la
bataille de Custosa, en 1866.

N° 12.--La statue de Giovanni, fils de Niccola Pisano, architecte du
Camposanto, par le professeur _Salvino Salvini_.

N° 13.--Le buste du Comte Cavour, par le professeur _Vela de Milan_.

N° 14.--Monument consacré au professeur de physique Charles Matteucci
(mort le 24 juin 1868), par _Dupré_.

N°15.--Sculpture représentant le professeur Georges Regnoli, par
_Bilancini_ (1860).

N°16.--Tombeau de la Comtesse Anastasie Schouwaloff de
Saint-Pétersbourg, représentée sous l'emblème de la Mansuétude invoquant
le secours du ciel. Sur le devant trois petites statues: la Foi,
l'Espérance et la Charité, par _Michel Van Lint_.

N°17.--Monument consacré au peintre J.-B. Tempesti, mort en 1804, avec
une statue qui représente l'Amitié, par le professeur _Thomas Masi_.

N°18.--Monument érigé au Philosophe-Historien-Fabuliste, Laurent Pignoni
d'Arezzo, mort en 1812. La statue qui est sur le monument représente un
génie tenant d'une main un flambeau renversé, de l'autre, une couronne,
par _Stefano Ricci_, florentin.

N°19.--Monument consacré à Pierre Cuppari, professeur d'Agronomie, mort
le 3 février 1870, par le professeur _Pio Fedi de Florence_.

N° 20.--Buste du chev. Bruno Antonio Scorzi, marguillier de la
Primatiale de Pise, à qui on doit les restaurations faites à cette
église en 1826 et en 1830, mort en 1838, par _François Stornì de Pise_.

N° 21.--Monument de Joseph Orosi, célèbre chimiste, mort le 14 décembre
1873, par _Hugue Cambi de Florence_.

N° 22.--Monument consacré au professeur Paul Mazzolo de Padoue, mort en
1868, par _Natale Sanavio de Padoue_.

N° 23.--Monument d'Alexandre Doveri, né à Livourne, professeur à Pise,
où il est mort en 1872, par _Ange Blondi_.

N° 24.--Buste du Docteur J.D. Anguillesi, mort en 1833, par _Louis
Pampaloni de Florence_.

N° 25.--Monument du professeur Montanelli, mort à Fucecchio en 1862. Un
bas-relief représente la proclamation de la Constitution à Livourne, en
1848, par _P. Romanelli de Florence_.

N° 26.--Statue de Léonard Fibonacci qui apporta les chiffres arabes en
Europe, par _G. Paganucci de Florence_ (1862).

N° 27.--Monument d'Alexandre Gherardesca, architecte pisan, par le prof.
_Santarelli de Florence_ (mort en 1852).

N° 28.--Le tombeau du Comte Mastiani Brunacci, mort en 1839, par le
prof. _Bartolini de Florence_. Plus on regarde la statue qui est sur le
tombeau (l'Inconsolable), plus on lui trouve une expression navrante.

Nº 29. Monument où est représentée la Loi, dédié à Vincent Salvagnoli,
né à Corniola d'Empoli, mort à Pise en 1861, par le prof. _Fantacchiotti
de Florence_.

N° 30.--Monument d'Angélique Catalani, célèbre cantatrice, morte à Paris
en 1849, par le prof. _Costali de Florence_. Ce monument forme un groupe
remarquable de 3 statues de grandeur naturelle. La plus élevée
représente sainte Cécile patronne des musiciens. L'ange, assis dans une
attitude pensive, a une sublime expression vitale.

N° 31.--Statue de Niccola Pisano, père de l'architecte du Camposanto et
sculpteur de la superbe chaire du Baptistère, par le prof. _Salvino
Salvini_.

Nº 32.--Monument de César Camille Borghi, noble pisan, mort en 1847, par
le prof. _Tommaso Masi_.

Nº 33.--Monument élevé à la mémoire d'Alexandre Morrona, auteur de «Pisa
illustrata nell' arte del disegno», mort en 1824.

N° 34.--Monument consacré à la mémoire de Antoine Franceschi
Quarantotto, mort en 1793.

Nº 35.--Effigie de l'Architecte--Ingénieur Rodolphe Castinelli, par
_Rigìnaldo Bilancini_.

N° 36.--Monument élevé à la mémoire du poète Ranieri Tempesti, mort en
1819.

Nº 37.--Buste du chevalier Gaétan Savi, professeur d'Histoire Naturelle,
mort en 1844, par _Jérôme Marconi de Pise_.

Nº 38.--Souvenir commémoratif dédié à Jacopo Barzelletti, professeur de
médecine, mort en 1843, par _Benedetto Mori Aretino_.

Le Camposanto est visible tous les jours du matin au soir, même les
jours de fête. On n'a qu'à sonner à la porte à gauche (un pourboire au
gardien). Une chose qui mérite d'être vue, c'est l'intérieur de cet
édifice par un beau clair de lune. L'effet produit est ravissant. Si
l'on veut assister à ce spectacle nocturne, il sera bon d'avertir à
l'avance le gardien auquel on donnera un pourboire. Et, sans en dire
plus long, nous reviendrons sur la place du Dôme, pour aller visiter la
fameuse Tour penchée.



VII

CAMPANILE


Ce surprenant édifice (pi. 22. B. I), fut commencé, en 1174, par
l'architecte _Bonnanno de Pise_, et fut continué par _Jean d'Inspruck_,
par _Jean Ennipotentano_, allemands, et par _Thomas de Pise_, lequel, à
la moitié du XIVe siècle, ajouta la dernière spire où sont les cloches.

On a beaucoup discuté sur l'inclinaison de cette tour. Les uns veulent
que cette inclinaison soit l'effet du hasard (par exemple un abaissement
du sol); les autres sont d'avis que c'est avec préméditation qu'elle a
été ainsi construite. Il ne manque pas de preuves pour appuyer la
première opinion, telles que les étages inclinés des galeries, et un
aqueduc pour l'écoulement des eaux, établi en sens inverse de
l'inclinaison du clocher.

CAMPANILE OU TOUR PENCHEE

La hauteur de la tour est de 54 mètres 474, et sa circonférence, à la
base, de 48 mètres 638. Elle est, au dehors, entourée de 8 rangs de
colonnes superposés les uns aux autres. Ces colonnes sont en tout au
nombre de 207. Sur la porte d'entrée, des sujets en ronde-bosse
représentent la Vierge avec l'Enfant Jésus, saint Pierre et saint Jean,
oeuvre de l'antique Ecole pisane. On voit à l'entrée d'autres
bas-reliefs et parmi eux une tour avec deux navires, représentant
peut-être la fameuse tour de la _Meloria_, oeuvre de _Bonanno_, près de
laquelle tour, en 1284, les Génois battirent complètement les Pisans.

Notre clocher est célèbre par l'expérience qu'y fit Galilée, à l'âge de
23 ans, sur la chute des corps graves, expérience qui établit les
fondements de la dynamique, comme le dit une inscription latine placée
au mur interne de la tour, dans lequel on, trouve encore un reste de
l'inscription sépulcrale de l'architecte Bonanno.

Par un escalier de 293 marches, on monte au septième étage, et par un
autre escalier en colimaçon on arrive au sommet, d'où l'on jouit d'un
panorama splendide. Ses 7 cloches ont un son harmonieux qui correspond
aux 7 notes musicales. On ne peut monter au dernier étage moins de 3
personnes, afin qu'une surveillance puisse être exercée sur les
personnes qui seraient tentées de se suicider.



VIII


Au sortir de la tour, l'étranger qui prendra la nouvelle et large rue
_Torelli_ trouvera à gauche la petite église de _S. Ranieri_ ou _S.
Ranierino_ (pl. 33, B C I), église succursale de la Primatiale,
construite en 1864, après la démolition de l'église du même nom qui se
trouvait située à l'angle de la rue conduisant à l'Archevêché et dont la
porte, dit la tradition, avait été dessinée par Michel-Ange. Attenante à
cette église est l'habitation Curiale qui dépend du _Dôme_ ainsi que les
Archives des registres Baptismaux. En face, une petite rue mène à
l'_Arcivescovado_ (pl. 3, C I), (palais Archiépiscopal), édifice d'un
aspect imposant construit en 1116 et rebâti vers la fin du XVIe siècle,
agrandi par la suite et achevé en 1849.

Ce palais a une élégante cour, au centre de laquelle se trouve une
statue de Moïse, oeuvre de _Vaccà de Carrare_. La chapelle supérieure a
été peinte par les frères _Melani_. Les archives archiépiscopales
renferment des manuscrits antiques très précieux.

En continuant de suivre cette rue, on arrive au célèbre _Bain de Néron_
(pl. 4, DI) près de la Porta a Lucca. C'est un ancien _sudatorium_ des
temps romains, de forme octogone, avec quatre majestueuses niches et des
arcs à l'intérieur. Les savants ont beaucoup disserté sur cet imposant
monument où donne accès une grille (cancello) ayant de chaque côté une
inscription en marbre.

Vient ensuite l'église du martyr pisan saint Torpè (pl. 12, DI),
construite sur l'emplacement du palais de Néron.

C'est près de là, dit-on, que se trouvait l'ancienne habitation royale
du monarque Pélops, fondateur de Pise.



IX

SAINTE-CATHERINE


Après avoir suivi une partie de la rue Sainte-Anne, si l'on tourne à
gauche par celle de Sainte-Catherine, on arrive à l'église de ce nom
(pl. 17, E 2), qui se présente avec sa façade de style gothique, ornée
de plusieurs rangs de colonnes. A côté est le séminaire et le collège
(pl. 7, E 1), jadis couvent des Dominicains, où vécurent des hommes
illustres tels que: _B. Giordano de Rivalto_, _Dominique Cavalca_,
_Barthélemy de S. Concordio_ et _Alexandre Spina_, inventeur des
lunettes.

La bibliothèque du Séminaire contient plus de 40,000 volumes et des
manuscrits très anciens. Parmi les personnes qui l'ont enrichie, il faut
citer l'archevêque Franceschi et le cardinal Corsi. Le dernier a légué à
ce pieux institut sa riche bibliothèque dans la salle de laquelle on
admire, entre autres choses, des peintures sur panneau du _Traini_,
ancien et illustre peintre pisan.

A propos de ce célèbre couvent, il est intéressant de lire la
_Chronique_ de Fr. Dominique de Peccioli. L'église construite en 1253,
d'après le dessin de _Guillaume Agnelli_, possède à l'intérieur deux
beaux monuments funéraires en marbre; l'un de ces monuments est le
mausolée de l'archevêque Saltarelli par _Nino Pisano_(1342). Les
tableaux des autels représentent des saints de l'ordre des Dominicains.
Celui de saint Thomas d'Aquin, par _Franc. Traini_, pisan (1340), est
très estimé. Le saint y est représenté assis au moment où lui viennent
d'en haut les rayons du savoir; plus bas que lui, se trouvent les
nombreux disciples de sa doctrine. A côté de l'autel est une chaire que
la constante tradition dit être celle d'où le savant Docteur, se
trouvant à Pise, dicta ses saintes leçons. Une inscription en caractères
gothiques, placée sur cette chaire et recouverte d'une plaque en
cristal, dit:

           HIC PISIS HAC IPSA HOSPES SUM SEDE LOQUTUS.
           PISAS ET SEDEM NUNC QUOQUE GRATUS AMO.

Le tableau du pisan _Tempesti_, représentant la Vierge du Rosaire, est
d'une belle conception.

La place de Sainte-Catherine est une des principales de Pise. Elle est
de forme elliptique, ombragée à l'entour de platanes touffus. Au milieu
s'élève la statue de Léopold Ier, du _Pampaloni_, avec la simple, mais
éloquente inscription: «_Au Grand-Duc Pierre-Léopold premier, quarante
ans après sa mort._»

Allant ensuite vers l'Est, par la rue de Saint-Laurent, on trouvera à
droite la _Banque Toscane_, et de suite en tournant, la rue
Sainte-Elisabeth, par laquelle on va au remarquable temple de
Saint-François.



X

S. FRANCESCO


L'église de Saint-François (pl. 10, E F 3), actuellement changée en
dépôt d'artillerie, a été fondée avec le couvent annexe en 1211. Selon
le Morrona, l'architecte _Nicolas de Pise_ en est l'auteur. Il n'y a
qu'une seule et grande nef ayant à son extrémité un transept avec
plusieurs chapelles. D'élégants piliers octogones bordent le grand jubé
et les chapelles latérales et soutiennent de majestueuses arcades de
forme ogivale.

Les tableaux des autels sont l'oeuvre d'habiles artistes qui ont aussi
décoré notre Cathédrale. Les cérémonies religieuses se font dans une
chapelle du couvent.

Le clocher est surprenant, car il pose par moitié sur un angle de
l'église, tandis que l'autre moitié repose sur de forts appuis. On voit
dans le cloître une grosse pierre sépulcrale près de la porte latérale
de l'église, comme celle qui couvre la tombe du Ghérardesca et du fameux
Comte Ugolin. L'inscription du sépulcre était ainsi conçue.

   HIC REQ............
   MAGNIFICI ET POTENTES VIRI DOMINI UGOLINI
   COMITIS DE DONORATICO QUI OBIIT DIE VIII.
   JANUAR MCCC XXXXII.

Les os des Ghérardesca furent enlevés de ce sépulcre par un gardien du
couvent et transportés à Florence, comme le raconte notre _Dal Borgo_.

Vient ensuite une chapelle décorée de belles peintures à fresque
exécutées, en 1391, par _Nicolas Petri_, disciple de Giotto.

Saint Bonaventure ayant tenu un chapitre de Frères Mineurs dans cette
chapelle, en 1255, elle fut appelée la _Chapelle du Chapitre de
Saint-Bonaventure_. Une inscription latine dit que, dans ce Chapitre,
fut établi pour la première fois l'usage de réciter la salutation
Angélique, ou _Angelus Domini_, trois fois par jour, comme cela se
pratique aujourd'hui dans tout le monde chrétien.

D'antiques fresques se trouvent aussi à la sacristie.

De Saint-François, en allant vers le Sud, nous viendrons à l'église de
Saint-André, en traversant la rue du même nom. On prétend que c'est dans
cette église que fut enseveli le malheureux _Piero delle Vigne_,
secrétaire de l'Empereur Frédéric II.

De là on va à la nouvelle rue _Palestro_, et l'on trouve la Synagogue
des Israélites.

Tournant à droite, on arrive, par une petite rue, à la nouvelle _Cour
d'Assises_, et revenant par le même chemin (toujours à droite), on voit
le grandiose _Théâtre Neuf_, après lequel vient la _Caserne de la
Gendarmerie_. Vis-à-vis, à gauche, on rencontre l'ancienne église de S.
Pierino.



XI

S. PIERINO OU S. PIERRE IN VINCULIS


Cette église (pl. 32, E 4), surnommée par le peuple S. Pierino, fut
fondée en 1072.

Une porte latérale introduit dans la crypte partagée en trois rangs de
piliers que surmontent des arcs en demi-cercle qui soutiennent les
voussures formées de grosses briques, comme celles qui se trouvent dans
les bâtisses romaines.

On entre dans l'église supérieure du côté de la _rue Cavour_ en montant
plusieurs marches. Au-dessus du portail est un bel architrave, reste
d'un ancien épistyle. L'objet qui dans cette église frappe l'attention
est un Crucifiement sur panneau, de l'ancienne école pisane. Au sortir,
en tournant à gauche, on trouve la place de la _Berlina_, où s'élève une
colonne avec la statue de l'Abondance, oeuvre de _Pierin da Vinci_,
neveu de l'immortel Léonard, et l'on rentre à Lungarno Mediceo.

Parmi les palais qu'on rencontre en descendant vers l'Est, nous
citerons: celui du comte Agostini, qui a une belle façade clair-obscur:
puis celui de Lanfranchi, maintenant Toscanelli, dont l'architecture est
attribuée à Michel-Ange. La façade est tout en marbre. Il fut habité par
Lord Byron en 1822. A côté est le palais de _Roncioni_, où l'on conserve
les plus riches archives privées de Pise, qui renferment des parchemins
du VIIIe et du XVIIIe siècle, et plusieurs documents de l'histoire du
pays. L'Archiprêtre Raphaël, auteur des _Histoires Pisanes_, était de la
famille Roncioni. Il mourut en 1618.

Nous voici, après avoir traversé la place de la Fontina, au célèbre
_Palais Mediceo_, qui fut autrefois la première résidence des
grands-ducs Médicis. Ce fut là que Cosme Ier tua son fils D. Garzia,
pour venger la mort de son autre fils le Cardinal Jean, que D. Garzia
avait par jalousie assassiné en 1562. Ce palais est devenu aujourd'hui
la propriété du marquis Spinola qui l'a fait reconstruire dans son
ancien style gothique.



XII

S. MATTEO


L'église de Saint-Mathieu (pl. 45, E 45), fondée en 1027, ainsi que le
monastère annexé, (aujourd'hui transformé en prison judiciaire), par
Donna Teuta, femme d'Hildebert Albito, attire la curiosité du voyageur
qui admire sa surprenante voûte peinte par les _Frères Melani de Pise_.
Pour mieux jouir de tous les sujets religieux et des ornements
d'architecture qui la décorent, il est nécessaire de s'arrêter au milieu
de l'église, sur une petite pierre bleuâtre, octangulaire. De là, on
aperçoit l'admirable artifice de ce travail, et la voûte se montre alors
beaucoup plus élevée qu'elle ne l'est en réalité.

Nous voici à l'extrémité du quai: vous avez à gauche la rue
Sainte-Marthe (pl. 27, F 4), où est l'église de ce nom édifiée en 1342,
dans laquelle on voit à droite de l'autel une peinture qui représente la
Nativité de Jésus-Christ, par _L. Pêcheux de Lyon_, et à gauche sainte
Marthe agenouillée devant le Seigneur, par _G.-B. Tempesti_. Il faut
observer à droite de la porte d'entrée un Crucifiement sur panneau de
l'ancienne école pisane.

Revenant vers Lungarno, vous avez encore à gauche la spacieuse place de
Saint-Silvestre, (pl. 46, G 5). Dans l'église (maintenant fermée), est
un remarquable bas-relief en terre cuite, ouvrage du célèbre _Della
Robbia_. Du couvent annexe, on a fait une maison de correction pour les
enfants.

Auprès du _pont de la Forteresse_ ou des _Piagge_, se trouvent la
Barrière et l'agréable promenade qui portent ce nom. Du pont, on jouit,
de chaque côté, d'un admirable coup d'oeil.

Lorsque vous avez traversé le pont, prenez le chemin que vous voyez sous
une sombre voûte du palais Scotto-Corsini, vous entrerez dans l'enceinte
de l'_antica fortezza_ (pl. 2, F 7), construite en 1475, par les
Florentins, quand ils se furent rendus maîtres de Pise. La petite église
qu'on rencontre à gauche est celle de _S.-Andrea in Chinseca_, où fut
baptisé Galilée, et où est ensevelie la mère de S. Ranieri.

Toujours à gauche, à peu de pas de là, vient la maison où, le 18 février
de l'an 1564, naquit de Vincent Galilei, florentin, officier de cette
forteresse, et de Julie Ammannati de Pescia, le célèbre Galilée, dont la
statue, comme il est déjà dit, se trouve dans la grande salle des hommes
illustres de l'Université. A l'occasion du troisième Centenaire de sa
naissance (18 février 1864), on a placé sur la porte de cette maison une
pierre en marbre où sont gravés ces mots: _Ici naquit Galileo Galilei,
le 18 février 1564_. On frappa aussi une médaille en commémoration de
cet événement.

Les murs et les remparts de l'ancienne forteresse réunis au susdit
palais Scotto-Corsini, forment une ravissante promenade, où l'on monte
au moyen d'un escalier qui est dans la cour. Cette promenade se compose
d'une longue galerie en arcades couverte d'un second passage en plein
air, interrompu par des tourelles et des plates-formes plantées d'arbres
et renfermant un beau jardin avec un charmant bosquet.

Dans ce vaste palais existe une suite de délicieuses salles, et l'on
remarque particulièrement la plus grande, où sont de belles fresques du
peintre Ademollo, représentant du côté droit: Enée quittant Didon, puis
le serment des Troyens; sur le mur, entre les fenêtres, le malheureux
Priam demande à Achille le corps de son fils; vient après le combat
entre Pâris et Ménélas, et, en dernier lieu, la vieille Hécube, mère de
Priam, qui va prier au Temple.

A chaque extrémité de cette salle se trouvent, dans deux grands meubles
en acajou entourés de cristal, de la riche vaisselle, des porcelaines de
Chine, une infinité d'objets de décoration pour tables à manger, en
argent plaqué et en bronze doré. Au-dessus de ces meubles, il y a une
collection de superbes vases en faïence et une infinité d'autres objets
précieux.

Deux salles plus loin, vous trouvez encore des fresques où sont peints
des traits d'histoire grecque, et près de la porte d'entrée un grand
tableau offrant le portrait en grandeur naturelle de la noble dame
Scotto, debout, habillée en velours noir, portant des bijoux de perles
et d'émeraudes. Avec elle, est sa fille, la princesse Corsini. Cette
dernière est représentée dans sa première jeunesse, vêtue de blanc avec
parure de turquoises et de diamants, assise devant un piano.

Au rez-de-chaussée du palais est une petite chapelle dédiée à saint
André Corsini, où l'on voit, en face la porte, un joli tableau qui
représente le saint. Cette chapelle contient une quantité d'objets
intéressants, entre autres un tableau où est peint un _Ecce Homo_
attribué à l'école de _Leonardo da Vinci_, et deux grands cierges donnés
par Pie IX. On peut y dire la messe et rien ne manque de ce qui est
nécessaire pour les cérémonies religieuses: chasubles, aubes ornées de
riches dentelles, etc. Tout le pavé du palais est en marbre à la
vénitienne.

Du donjon regardant la porte Florentine, un escalier conduit à un
souterrain qui, traversant sous l'Arno, va aboutir au fort de la
Verruca.

Lorsque vous avez franchi une arcade faisant face à la maison où naquit
Galilée, et qui était l'entrée occidentale de la forteresse, laissant à
gauche la porte Florentine, tournez à droite dans la rue S. Martino et
vous trouverez l'église de S. Martino (pl. 28, E 6.), construite par le
comte Boniface de la Gherardesca. Elle a appartenu successivement aux
Chanoines _Lateranensi_ et aux Clarisses. C'est là que l'on conserve le
corps de sainte Bone, pisane.

Après avoir parcouru une partie de la rue Saint-Martin, vous verrez à
gauche, dans le mur d'une maison, une statuette qui, dit-on, représente
_Chinseca de'Sismondi_, laquelle, en 1006, par un acte de courage
héroïque, sauva sa patrie d'une invasion de Barbares conduits par le
féroce Musetto, qui avaient tenté d'incendier la ville pendant la nuit.

A peu de pas, tournant à gauche vous rentrez dans la rue S. Giovannino,
où est l'église S. Giovanni. En face est celle de Saint-Bernard avec le
couvent annexé des _Cappuccine_ (pl. 42 E 6). Et revenant encore à Saint
Martin, vous trouverez bientôt à droite la place de Saint-Sépulcre.



XIII

S. SEPOLCRO


Saint-Sépulcre (pl. 35 E 5) est une église octogone, avec un dôme en
pyramide. C'est l'ancienne église des Chevaliers de Malte, vulgairement
dite S. Sepolcro, restaurée et rendue à sa forme primitive en 1860. On y
entre en descendant quelques marches. A l'origine elle était au niveau
de la place; celle-ci ayant été par la suite rehaussée, ce n'est que de
nos jours que cette église a été désensevelie. Dans l'intérieur, la
coupole est soutenue par des arcs en ogive, et l'autel est au-dessous,
isolé. Le temple a été construit par l'architecte _Diotisalvi_, l'an
1153.

En revenant dans la rue Saint-Martin, on trouve à gauche la nouvelle
église Evangélique. A peu de distance, passant par la rue Traversa, on
se retrouve sur le Lungarno Galileo, au palais de la Préfecture auquel
est annexé le Tribunal et le bureau du Télégraphe.

Ayant passé les _Logge de Banchi_, vous rencontrerez l'ancien palais
Gambacorti, qui a des fenêtres à double arcade soutenues au milieu par
une colonnette, et vous arriverez au _Bureau de la Poste aux lettres_,
(pl. 51, D 4. 5).

Peu après, au carrefour de deux rues, se présente la petite église de
_Sainte-Christine_, (pl. 21, D 45) _célèbre parce que Sainte Catherine
de Sienne_ y reçut les stigmates le 1er avril 1375.

En commémoration de ce fait, on y a érigé un autel.

On voit enfin apparaître à droite sur les bords du fleuve ce charmant
bijou d'art appelé _la Spina_.



XIV

SANTA MARIA DELLA SPINA


Sainte-Marie de l'Epine (pl. 26, C 5), est un petit temple, heureusement
restauré de nos jours, qui, bien que de petite dimension, donne une idée
du Saint-Ambroìse de Milan. Tout y est mignon, mais d'un travail exquis.
D'élégantes aiguilles, des statuettes, de petits tabernacles, des
rosaces, et d'autres ouvrages en marbre très fins de sculpture
embellissent l'église de trois côtés, mais surtout du côté méridional.

Elle a été édifiée en 1323 par le Sénat et par les soins de la famille
Gualandi. C'est là que venaient prier les marins au moment de leur
départ. Elle fut construite à la place d'un oratoire dit de
_Sainte-Marie du Pont Neuf_. Ce pont fut emporté dans un débordement de
l'Arno. Elle est appelée _Sainte-Marie de l'Epine_ parce que, en 1333,
une insigne relique de la Couronne sacrée d'épines de Notre-Seigneur y
fut enfermée.

Les statues qu'on remarque dans l'intérieur, sur l'autel, sont de _Ninus
de Pise_, lequel, comme l'a observé le Vasari, exprima l'effigie de son
propre père dans une des statues représentant saint Pierre; mais les
deux statues qui sont de chaque côté de l'autel, sont attribuées au
_Moschino_. On voit encore une autre statue de _Ninus_ entre les deux
portes.

Cette église contient peu de tableaux et ceux-ci sont de _Jean-Antoine
Razzi_. L'ornementation extérieure est en grande partie l'oeuvre de
_Jean de Pise_ et de quelques-uns de ses élèves. (Sonner vis-à-vis, au
n° 22, pour le gardien auquel on donne un pourboire.) De là, on monte
par une douce pente au nouveau et élégant pont Solferino, commencé le 18
août 1871 et achevé le 10 avril 1875, sous la direction de l'architecte
_Micheli_. En suivant toujours Lungarno Gambacorti, après avoir passé
devant le monastère de _S. Benedetto_ (Benoît) (pl. 41, B6), qui a sa
façade ornée d'ouvrages en terre cuite exécutés de nos jours, on trouve
la place de Saint-Paul.



XV

S. PAOLO


Nous voici à l'ancienne église _S. Paolo_ (Saint-Paul), _a Ripa d'Arno_
(pl. 31, B 6), qui était, dit-on, l'ancienne cathédrale de Pise. Fondée
l'an 805, elle resta en possession des moines Vallombrosaniens jusqu'à
l'an 1483. Il y a peu d'années qu'elle a été restaurée et remise dans
son état primitif. Elle a trois nefs et un transept. Sa façade est ornée
de plusieurs ordres de colonnes et d'arcs avec des encadrements, des
feuillages et des bas-reliefs bizarres. A l'intérieur, une inscription
contient l'éloge du célèbre _Burgundio de Pise_, un des plus doctes
hellénistes du XIIe siècle, interprète des Pandectes.

Anciennement les murs de ce temple étaient couverts des peintures de
_Buffalmacco_, de _Cimabuë_ et de _Simon Memmi_. Il ne reste maintenant
que deux ou trois sujets à fresque.

Sur un des autels est une Madone avec saint Ranieri et saint Torpè,
pisans, peints par _Turino Vanni_.

Dans un jardin contigu au presbytère, on voit une ancienne chapelle de
Sainte-Agathe, dont le sommet se termine en pyramide.

C'est dans cette église que l'on conserve le corps de sainte Anastasie,
vierge et martyre, et la tête de sainte Agathe de Catanie.

Le maître-autel fut consacré par le bienheureux Eugène III, pape pisan,
le 18 octobre 1149.

Derrière Saint-Paul est l'hospice des Orphelins, surnommé la
_Qualconia_.

Il ne faut pas oublier de signaler que la partie des murs qui s'étend
depuis Saint-Antoine jusqu'à Saint-Paul et au fort _Stampace_, situé à
l'angle occidental, est célèbre à cause des combats mémorables qui
eurent lieu en cet endroit entre les Pisans et les Florentins, au
commencement du XVIe siècle. Ce fort, à moitié ruiné et impraticable, a
des souterrains et des bastions.



XVI


Vu la brièveté de cet ouvrage, j'ai négligé de décrire bon nombre de
rues peu importantes, cependant je parlerai encore de quelques-unes qui
sont dans le centre de la ville, telles que: _Via del Borgo Largo_ qui
continue _via del Borgo_ ou _Sotto Borgo_. De cette dernière voie,
tournant à droite, on entre dans la rue Saint-François, le long de
laquelle est située à gauche l'église de Sainte-Cécile (pl. 19, E 3),
qui, dans la partie latérale, a deux anciens arcs de style moresque. La
rue qui s'ouvre devant cette église en porte le nom. Un peu plus loin, à
droite, on voit l'église de _S. Paolo all'Orto_ (pl. 30, E 3).

A la fin de Borgo Largo, il y a deux rues, dont l'une conduit sur la
place Sainte-Catherine, l'autre est la rue de Sainte-Anne, derrière
laquelle se trouvent la rue et l'église S. Apollonia (pl. 14, D 2). Dans
la rue Sainte-Anne, est le Royal Conservatoire des Jeunes Demoiselles,
réuni à l'église aussi de Sainte-Anne.

De retour au Lungarno Regio, nous remonterons la place Saint-Nicolas,
qui est ornée, au milieu, par une belle statue du _Francavilla_,
représentant le grand-duc Ferdinand 1er, dont l'attitude indique le
désir de soulager la ville de Pise, que symbolise une femme qui nourrit
deux enfants.

A quelques pas, sur la droite, le R. THÉATRE ERNEST ROSSI, autrefois
_dei Ravvivati_, qui a été construit en 1770, et qui depuis peu a été
restauré avec goût et élégance.

Au coin de la place, la façade sur Lungarno, est le _Palais Royal_, (pl.
49, C 4), érigé en 1550, sous la direction de l'architecte _Bandinelli_.

Contiguë au palais, la façade donnant rue Sainte-Marie, est l'église de
S. Niccola, (pl. 11, C 4), à laquelle peut aller la famille Royale par
des tribunes qui la réunissent au palais. Ce qui mérite le plus
d'attention pour ce qui concerne cette église, c'est le célèbre clocher,
un des plus beaux ouvrages de _Nicolas de Pise_, de forme octogone,
divisé à l'extérieur en quatre étages.

Digne d'observation est aussi, dans l'intérieur, l'escalier établi avec
un art extrême; il est soutenu par vingt-quatre colonnes de granit et de
marbre. Le Vasari assure que cet escalier servit de modèle au Bramante,
dans la construction de celui du belvédère à Rome, pour le pontife Jules
II.

En sortant de l'église _S. Niccola_, on revient à Lungarno Regio à
l'Est; prenant au coin de la place S. Niccola, on trouve d'abord le
palais Prini, puis, suivant toujours le quai, le palais Vitelli (pl. 50,
C 4), résidence des employés du roi, et, tout à fait à côté, le _Palais
Uppezinghi_, anciennement Lanfreducci, dit aussi le _Palais de Marbre_,
ou _Alla Giornata_ (à la journée) (pl. 47, C D 4), à cause de la devise
gravée sur l'architrave de la porte qu'on n'a pas encore su clairement
expliquer, pas plus que l'on n'a su trouver la signification d'un
morceau de chaîne qu'on y voit suspendue. Dans la petite galerie, le
palais possède entre autres peintures, un tableau de _Guido Reni_, qui
représente l'Amour divin et l'Amour terrestre.

Vous voyez à peu de distance une petite église nommée la _Madone des
Galletti_, édifiée sur l'emplacement de l'ancienne _Porte Aurea_,
mémorable pour avoir servi d'arc de triomphe aux Pisans lorsqu'ils
revenaient victorieux de leurs entreprises militaires.

A peu de distance est un autre palais du comte Agostini, dont la façade
de style gothique du XVe siècle est un travail en terre cuite.

Au rez-de-chaussée, est installé l'ancien et renommé café de l'Ussero.

De retour au Pont Solferino, on trouvera, après la descente à droite,
l'_Eglise Anglaise_, (pl. 24, B 5) avec l'entrée sur la petite place de
Santa Lucia; et reprenant la rue Solferino qui conduit directement à la
cathédrale, on passera devant les nouveaux établissements de l'école de
MÉDECINE ET DE CHIRURGIE, édifice vaste et imposant qui a été exécuté
sons la direction de _M. Corsani_, ingénieur communal. Cette école est
très fréquentée par d'habiles professeurs et par un nombre considérable
d'étudiants en médecine.

Au coin de cette même rue Solferino, et sur la place du _Duomo_, se
trouvent les RR. HÔPITAUX RÉUNIS (pl. 5, B 2). Rue Solferino, annexée
aux RR. hôpitaux, est la petite église de santa Chiara (pl. 43, B 2).

Rebroussant chemin, toujours dans la rue Solferino, nous apercevons
l'entrée du Jardin Botanique (pl. 37, C 3), ouvert au public depuis 9
heures du matin jusqu'à 4 heures du soir.

Revenant une autre fois à Lungarno Regio, nous trouvons, passé le Pont
Solferino, les _Stallette_ qui servent d'écuries à la garnison; et, à
côté, la petite église de S. Vito, célèbre à cause du monastère auquel
elle était réunie et dans lequel mourut le protecteur de Pise, S.
Ranieri. On voit à quelques pas, l'antique édifice de la Tour et de la
Citadelle, où est aujourd'hui la caserne occupée par un corps
d'artillerie, le 7me régiment.

De là, on aperçoit le nouveau pont de fer construit hors de la ville,
sur lequel passent les trains du chemin de fer.

Avant de quitter ce côté de la ville, nous dirons qu'il y a là un
nouveau quartier où l'on voit de magnifiques habitations entourées de
gracieux jardins donnant tous les agréments réunis de la ville et de la
campagne.

De l'autre côté de l'Arno, vous trouvez encore plusieurs rues, parmi
lesquelles une des plus importantes est la rue Saint Antoine, qui
s'étend depuis la Spina, en passant devant la petite église de S. Cosimo
et Damiano (pl. 20, C 5), jusqu'à l'église de Saint-Antoine. Cette
dernière fut bâtie, ainsi que le couvent annexe, en 1341, pour les
moines Arméniens de l'ordre de Saint-Basile, et appartint plus tard aux
Serviteurs de Marie, qui y officient encore aujourd'hui.

On rencontre ensuite l'église et la rue de la _Madeleine_ (pl. 25, D 5),
maintenant rue Mazzini, à l'extrémité de laquelle est la maison où est
mort Joseph Mazzini, le 10 mars 1872.

Dans cet endroit de Pise se trouvent aussi plusieurs nouvelles et belles
rues qui toutes aboutissent au _Parterre de la Barrière Victor-Emanuel_,
par lequel on pourra revenir à la gare du chemin de fer.



ENVIRONS DE PISE



XVII

S. PIERO A GRADO


En venant de la gare centrale, l'étranger peut, par un chemin situé à
gauche vers l'ouest, passant de la _Porta a Mare_ sur l'ancienne route
de Livourne, aller visiter le plus ancien monument sacré de Pise. C'est
l'insigne église de _S. Pietro a Grado_, ainsi appelée parce que jadis
la mer allait jusque là, et qu'il y avait des marches pour descendre
dans les barques. Une tradition reportée aussi par le cardinal Baronie,
dans ses _Annales ecclésiastiques_, à l'an 44 de J.-C. et par d'autres
auteurs, dit que l'apôtre saint Pierre, venant en Italie, aborda en ce
lieu, poussé par la force des vents; que ce fut là qu'il commença à
prêcher l'Evangile aux Pisans; qu'il y éleva même un autel sur lequel il
célébra les divins mystères, autel que plus tard il fit consacrer par
son disciple saint Clément. Lorsque celui-ci consacra l'église, tandis
qu'il disait la messe, il saigna du nez et le sang coula sur la pierre
de l'autel. Au Moyen-Age, pendant plusieurs années cette pierre fut
portée en procession de S. Piero au _Duomo_ et viceversa. Elle fut par
la suite taillée en morceaux pour en faire des reliques. Il n'en reste
aujourd'hui qu'un seul fragment que l'on conserve dans la cathédrale, à
droite de l'autel du Saint-Sacrement; ce fragment est protégé par un
réseau en fer.

L'ancien temple construit sur le même emplacement vers le XIe siècle, et
qui possédait des peintures concernant la vie de saint Pierre et sa
venue dans ce lieu, confirment cette tradition; on en a un autre
témoignage dans les fréquents pèlerinages que des régions les plus
éloignées on faisait encore à ce pays au Moyen-Age, et dans le soin
qu'eurent les anciens Pisans de conserver le temple et de l'embellir. Il
ne présente plus maintenant que quelques restes de ses anciennes
peintures et les portraits des Papes, depuis saint Pierre jusqu'à Jean
XIV (an 969).

Il renferme trois nefs avec des colonnes en granit oriental et en marbre
grec; il a deux absides qui, à chaque extrémité, forment à peu près la
proue et la poupe d'un navire, ce qui montre qu'on a voulu représenter
dans ce temple le mystique Navire de saint Pierre, comme on a fait en ce
qui concerne l'église du même saint à Tibériade de Palestine.

En 1630 et en 1791, on fit des restaurations qui changèrent assez
l'extérieur de cet édifice. On y entre par une porte latérale; son
clocher est une antique tour qui s'aperçoit de loin, même par les
personnes qui voyagent en chemin de fer, à mi-chemin entre Pise et
Livourne.

Dans l'intérieur de l'église, on voit au centre de la grande nef, une
petite ouverture fermée par une grille: on dit que c'est l'endroit où
s'arrêta la barque dans laquelle était saint Pierre.

Plus loin, dans le lieu où, dit-on, le Saint célébrait la messe, s'élève
un gracieux petit temple avec des colonnes, un autel et des statues de
marbre.

La distance de Saint-Pierre a Grado à Pise est de 4 milles; et, en
continuant toujours ce même chemin, on va au nouvel _Etablissement des
bains de la Gorgona a Marina_.



XVIII

LA CHARTREUSE


Ce superbe édifice, qui semble un château royal, s'élève à six milles de
Pise, vers l'est, sur un des plus beaux points des monts Pisans, dans la
_Vallée Gracieuse_, près du pays de Calci, renommé pour son excellente
huile d'olive connue et recherchée dans le commerce.

L'origine de la Chartreuse remonte à 1366; on la construisit avec les
fonds qu'un Arménien avait laissés à cette intention.

Martin V, en 1426, réunit à cette Chartreuse les chartreux de l'île de
la Gorgone, et Paul III, en 1538, confirma une telle union et la
possession des biens ecclésiastiques.

Après la première moitié du XVIIIe siècle, elle fut très bien restaurée.
Un ample cloître avec des colonnes de marbre et de superbes fontaines;
une splendide façade ayant un perron en marbre pour monter à l'église;
un beau groupe aussi en marbre représentant l'Assomption de la Vierge
placé au sommet de l'édifice; un beau réfectoire décoré de peintures
avec de longs corridors et d'élégants escaliers; une magnifique église
avec des peintures du _Rolli_, du _Graziani_, du _Vanni_, du
_Franceschini_ et du _Chartreux Etienne Cassiani_; de gracieuses
chapelles avec des pavés où sont représentés toutes sortes de dessins:
voilà, en peu de mots (pour nous taire sur bien d'autres choses) ce qui
véritablement mérite d'attirer l'attention des visiteurs. Cette
Chartreuse était une des plus riches avant sa suppression au temps de la
domination française; elle avait la possession de l'île de la Gorgone
dans la Méditerranée.

Sur le sommet du mont, à gauche de la Chartreuse, se trouve l'ancien
manoir de la Verruca.



XIX

LA VERRUCA


Ce robuste édifice fut construit en vedette par les Pisans, au XIe
siècle, pour épier les mouvements de l'ennemi et leur résister comme un
rempart inaccessible; il fut placé sur des roches escarpées. La porte
est ingénieusement cachée parmi les rochers.

Dans l'enceinte d'une épaisse muraille, on voit une place vide où se
trouvent, au-dessous, plusieurs citernes et des magasins. On croit qu'il
y avait jadis aussi de profonds souterrains. La vue dont on jouit de
cette hauteur est splendide. En 1496, le pays et l'abbaye de
Saint-Michel, qui étaient près de la Verruca, furent pris et détruits
par les Florentins. Il n'en reste plus maintenant que quelques ruines.



XX

ULIVETO ET Vico PISANO


Sous le mont de la Verruca, et le long de l'Arno, on trouve le village
d'_Uliveto_ avec son nouvel établissement d'eaux thermales et ses
carrières de pierres. Il y a également une pittoresque grotte dite la
_Grotta del Pippi_.

Après avoir passé plusieurs jolis villages sur le rivage du fleuve, on
arrive à _Vico Pisano_, où est la forteresse construite par _Philippe
Brunelleschi_. Pour satisfaire les amateurs d'antiquités, nous leur
indiquerons en outre les églises de _S. Cassìano_ et de _Cascina_, de
l'autre côté de l'Arno.



XXI

BAINS DE SAINT-JULIEN


Au N.-E. de Pise, à la distance d'environ 4 milles, existe le village de
Saint-Julien avec ses célèbres Thermes restés chers aux Pisans depuis
les plus anciens temps, et restaurés au XIVe siècle. Ils furent beaucoup
améliorés sous les grands-ducs Ferdinand 1er, en 1597, et François Ier,
en 1742. Deux établissements de bains restent isolés sur la place, en
face desquels s'élève un beau palais avec plusieurs vastes appartements,
une salle de bal, des salons de jeu, etc.

Cet édifice étant adossé à la montagne, on peut, par derrière, monter en
voiture jusqu'à l'étage du milieu.

Là, se trouvent des portiques et commencent d'agréables mais étroits
chemins qui conduisent sur la montagne, parmi des plantes ombrageuses.

Ces bains sont fort fréquentés pendant l'été à cause de l'efficacité de
leurs eaux. On peut y aller par le chemin de fer.



XXII

LES RR. CASCINE DI S. ROSSORE


En sortant par la Porte-Neuve, qui est vis-à-vis la Cathédrale, on
trouve bientôt à gauche une longue et large route bordée d'arbres,
laquelle va aux Cascine, métairies royales avec un château de chasse du
roi, situées au commencement des épaisses forêts qui s'étendent jusqu'à
la mer. Deux statues en marbre se trouvent à l'arrivée. On rencontre à
droite et à gauche de vastes prairies avant la grande place où sont les
_Cascine_ et d'autres édifices. Parmi les nombreux animaux qu'on
entretient dans ce lieu, se trouve une grande quantité de chameaux, le
seul troupeau qui existe en Europe.

Des allées en tous sens conduisent de la place dans plusieurs lieux
agréables, tels que, à gauche, les _Cascine Nuove_, vers l'Arno. Une
autre route va au Gombo, où existait autrefois un petit établissement de
bains de mer qui a été reporté à Marina, ou Bocca d'Arno.

C'est aux bains du Gombo que mourut le poète Shelley, le 7 juillet 1822.
Son ami lord Byron fit brûler le cadavre, et plus tard on enterra les
cendres près de la pyramide de Sextius à Rome.



XXIII

CAMPOSANTO SUBURBANO


Hors de cette même _Porte Neuve_, en s'acheminant vers le Nord, on
arrive au grand et nouveau cimetière, fermé par une série de galeries
qui environnent le vaste champ où l'on ensevelit journellement.

De nouvelles galeries sont en construction, et les secondes, comme les
premières, sont déjà remplies de sépultures, d'inscriptions funèbres et
de monuments en grande partie élégants, et dont quelques-uns même
méritent d'être remarqués comme travail artistique.

Ce cimetière public fut commencé vers la fin du dernier siècle, quand
Léopold Ier défendit que les morts fussent ensevelis en ville.

FIN.


_Offices, Bureaux et Etablissements publics et privés de la ville de
Pise._

Archives d'Etat: rue Banchi avec l'entrée par le palais municipal.

Archives des notaires: rue S. Martino, n° 9.

Académie des Beaux-Arts: rue S. Frediano, n° 9.

Archevêché et Offices Ecclésiastiques de l'Archevêché: place
dell'Arcivescovato.

Administration de la Liste Civile: palais Vitelli. Lungarno-Regio.

Archiconfrérie de la Miséricorde: pl. S. Frediano.

Banque nationale du royaume d'Italie: rue S. Martino, 5.

Banque d'Anticipation et d'Escompte: rue S. Martino, 9.

Banque Simonelli et Cie: place de Ricci, 6.

Banque nationale Toscane: rue S. Lorenzo, 28.

Bibliothèque circulaire: Sotto Borgo, 6.

Chambre de Commerce et Arts: rue degli Uffizi, 1.

Caisse d'épargne: place Donati, 2.

Cour d'Assises, rue Carmignani, derrière le théâtre Nuovo.

Commandement du 7e régiment d'artillerie: Cittadella, au bout de
Lungarno Regio.

Commandement militaire de la place: rue Santa Maria.

Conservatoire de Sainte-Anne: rue Santa Anna.

Cabinet de chimie et de physique technologique: rue Santa Maria.

Cabinet de physique: place S. Simone.

Direction des Impôts de Consommation: rue dell'Olmo.

Direction des Offices de Vigilance de la Commune: rue des Uffizi.

Etablissement des Mineurs Corrigendi (maison de correction pour les
enfants): pl. S. Silvestro.

Ecoles techniques: rue S. Frediano, 9.

Ecoles communales de S. Michel: Sotto Borgo.

Etablissement Zooiatrique: rue Savi, près de la rue Solferino.

Gardes pompiers municipaux: rue del Moro.

Hospice des Enfants-Trouvés: rue Santa Maria, près du collège Ferdinand.

Hospice de Mendicité: rue Vittorio Emanuele.

Intendance de Finances, place S. Niccola.

Inspection et Gardes de publique sûreté: rue S. Martino, 3.

Institut Agraire: Sul Borghetto, hors de la porta a Piagge.

Lycée et Gymnase: rue Cavour, 2.

Juge-Conciliateur: Lungarno Gambacorti, 2.

Musée d'Histoire Naturelle: rue Santa Maria.

Jardin Botanique: rue Solferino.

Magasin de Sels et Tabacs: Lungarno Galileo, 8.

Mont-de-Piété: rue del Monte et place S. Felice.

Nouveaux établissements Anatomiques: rue Solferino.

Office communal: rue dell'Olmo, 1.

Office ou Bureau Postal: Lungarno Gambacorti, 3.

Office des Hypothèques: pl. S. Niccola.

Office de l'Inspection des Télégraphes: rue Mazzini.

Office du Génie Civil: place dei Cavalieri.

Office des Fleuves et Fossés: rue S. Sponlero.

Orfanotrofio Maschile (hospice des Orphelins): rue S. Paolo a Ripa
d'Arno.

Office ou Bureaux Télégraphiques: Lungarno Galileo, sous le palais de la
préfecture.

Office ou Bureaux de la Préfecture: rue S. Martino, 1.

Pieuse maison de la Miséricorde: pl. S. Felice, 3.

Oeuvre de la Primatiale: place del Duomo.

Office Provincial: place dei Cavalieri.

Pieuse maison de Charité pour les filles: rue della Carità.

Philarmonique Chorale et Orchestrale Vincent Galilei: rue S. Giovannino,
15.

Prisons de S. Mathieu: Lungarno Mediceo.

Préture du 1er et 2e Mandement: rue dell'Olmo, 11.

R. Université et Bibliothèque publique: rue S. Frediano.

R. Gendarmerie: rue Palestro.

RR. Hôpitaux: rue Solferino.

Séminaire et Collège Archiépiscopal: place Santa Caterina.

Stanzine (salles de lecture et de récréation): sur le café de l'Arno,
Lungarno Regio.

Trésorerie Provinciale: place S. Niccola.

Tribunal Civil et Correctionnel: Lungarno Galileo.

Vice-Consulat de l'Empire Germanique: rue della Faggiola.

Institut musical des Concordi: rue S. Frediano, 22.

_Hôtels_

Grand Hôtel: Lungarno Regio. Hôtel de premier ordre.

Hôtel Royal Victoria: Lungarno Regio. Hôtel de premier ordre. Banque
succursale de MM. Maquay, Hooker et Cie, de Livourne.

Hôtel Grande Bretagne: Lungarno Regio, au Pont Solferino. Hôtel de
premier ordre.

Hôtel Nettuno (Hôtel et restaurant): Lungarno Regio. Hôtel de premier
ordre.

Hôtel de Londres, près de la gare: rue Fibonacci, propriétaire A.
Serandrei. Hôtel de premier ordre.

Grand Hôtel la Minerve et de la Ville. Restaurant Français et pension
Anglo-Américaine: près de la Gare. François Guidotti propriétaire.
Etablissement de premier ordre, qui offre à MM. les voyageurs tout le
confort et l'avantage d'une très belle position exposée au midi. Salons
de lecture et de réception avec piano, fumoir et jardin. Journaux
étrangers. On parle les principales langues. Omnibus â la gare. _Prix
modérés_.

Hôtel d'Europe et de Rome: Lungarno Mediceo. Hôtel de premier ordre.

Hôtel National, tenu par Victor Ascani. Chambres à 1 fr. 50, 2 fr., 3
fr. et plus. Dîners à 2 fr., 2 fr. 50, 3fr. et plus. Grande salle de
restaurant et table d'hôte. Cet Hôtel, situé près de la gare, 2e maison
à droite, offre à MM. les voyageurs tous les avantages, tant pour la
modicité des prix que pour la ponctualité du service.

Hôtel Washington: Tout près de la gare, avec jardin Prix modérés. On
parle les principales langues. Nouveau propriétaire. C. Parea.

Hôtel du Commerce et Ville de Milan. Tenu par Thomas Balestri. Prix
modérés. Le seul à gauche près de la gare.

Auberge et restaurant de l'Unione. Dirigé par Judith Della Nave, piace
Vittorio Emanuele, n°2, avec jardin, situé à la distance d'environ 60
mètres de la gare. Prix très modérés. Bon service.

Hôtel la Cervia, avec jardin: rue Tavoleria.

Auberge et Restaurant I Tre Re, tenu par Nicolas Banti: rue S. Martino,
6.

Pension Suisse: Lungarno Mediceo, 5.

Hôtel du Mont-Blanc. Pension à _St-Gervais-les-Bains_, chef-lieu de
canton de la Haute-Savoie, sur la route de Chamounix, à 6 heures de
Genève et à 8 heures d'Annecy par les diligences ou voitures
particulières. Station d'été recommandée par tous les médecins. Maison
admirablement située. Position et vue exceptionnelles. Prix modérés. _A.
Chambel_, propriétaire, ancien secrétaire du Grand Hôtel de l'Europe à
Aix-les-Bains. _Family Home, English Church service. Several languages
spoken_.

Villa Fraser: rue S. Michele degli Scalzi n° 23, hors de la porte a
Piagge. On loue des appartements meublés. Excellent service. Vue
magnifique sur la campagne.

Buffet de la gare: Excellent. Propriétaire Joseph Pellegrini.

_Changeur_

Cesare Cioni. Change de monnaies: Place du Pont.

_Voitures_

Voitures publiques et privées, de luxe, pour ville et la campagne, à 1
et 2 chevaux, de Rinaldo Campera: rue Vittorio Emanuele, 5, vis-à-vis le
magasin Matteucci.

Giovanni et frères Bracci. Voitures, 219, etc.: rue Sta-Maria, 43.

Marchetti Sabatino: rue Franceschi. Voitures publiques et privées, de
luxe, etc. G. Andreani: rue dell'Olmo.

On trouve à la gare du Chemin de fer, près des hôtels et des principaux
monuments des _Ciceroni_. Leurs prix varient suivant les services qu'ils
rendent.

_Médecins_

Professeur Com. Fedele Fedeli: rue Torelli, 3.

Professeur Charles Fedeli: rue Torelli, 3.

Professeur Chev. Gaetaro Puccianti: rue Manzoni, 1.

Dr Chev. Antoine Feroci: rue della Faggiola, 2.

Professeur Rutilio Shragia: rue Sta-Luccia.

Dr Frédéric Lombard, médecin-chirurgien de la Maison royale. Spécialiste
pour les maladies secrètes et des femmes: rue Vittorio Emanuele 50, 2e
étage. Reçoit pour les consultations tous les jours, depuis 4 jusqu'à 5
h. Cabinet médical, chirurgical Antonini, dirigé par MM. les docteurs
Lombard et Antonini. Ouvert tous les jours pour les consultations
gratuites, depuis 10, jusqu'à 11 h. De 11 heures jusqu'à midi,
consultations particulières. _Electrotérapie Pneumothérapie. Cure des
maladies des femmes._ Cures chirurgicales de tous genres: rue Solferino,
17, rez-de-chaussée.

Dr Oreste Gambini, médecin-chirurgien: place S. Francesco, 9.

Dr Samuel Galigo: rue Sta-Elisabetta.

Dr César Salama: rue S. Andréa.

Dr Ludovico del Chiappa, médecin-accoucheur: Borgo Largo.

_Chirurgie_

Professeur Com. Pascal Landi: rue du Risorgimento, 5.

Dr Iginio Pardocchi: rue Bonaini, Barrière Victor Emanuel.

Doct. Charles Pardocchi: rue Fibonacci.

Doct. Charles Layfield: rue Sta Cecilia, 13.

Doct. Dominique Barduzzi: rue Sta Maria, 95.

Doct. Chev. Léopold Peverada: rue Franceschi, 3.

Doct. Joseph-Martin Wedard, Médecin-Chirurgien: place S. Martin, 33.

_Pour les accouchements et maladies des femmes_.

Professeur Com. Charles Minati: rue Sta Maria, 23.

Doct. Auguste Garzella: Hôpital.

Doct. Léopold Peverada: rue Franceschi.

Doct. Frédéric Lombard: rue Vittorio Emanuele, 50.

_Maladies Nerveuses et mentales_.

Professeur Chev. Benjamin Sadun: rue S. Andrea, 16.

_Maladies des yeux_

(_Oculiste_)

Doct. Frédéric Lampredi: rue du Risorgimento.

_Maladies secrètes et de la peau_.

Doct. Dominique Barduzzi: rue Sta Maria, 95.

Docteur Frédéric Lombard: rue Vittorio Emanuele, 50.

_Accoucheuses_

Thérèse Franchini. Maîtresse sage-femme à la Maternité de Pise.

Ernestine Dainelli, sage-femme: rue Sta Maria, 57, 3e étage.

_Chirurgiens-Dentistes_

Doct. Paul Carreras: rue Sta Cecilia, 13.

Doct. dentiste. Serafino Pucci: près l'église des Capucins S. Guisto,
barrière Vittorio Emanuele.

_Pharmacies_

Pharmacie Giovanni Canopa: rue Vittorio Emanuele. Fabrique d'eaux
gazeuse, et d'eaux minérales: rue Palestre, 7.

Pharmacie Petri: rue S. Martino, au coin de la rue Vittorio Emanuele.

Pharmacie Anglaise, ci-devant Carrai. Tenue par le Chimiste-pharmacien
François Devoto: Lungarno Regio.

Pharmacie et Droguerie Camille Paladini. Dépôt de toutes les spécialités
médicinales nationales et étrangères. Les prescriptions sont exécutées
avec soin. On se sert des plus parfaits produits
chimiques-pharmaceutiques préparés dans les principaux
laboratoires.--Grand assortiment de vins étrangers et nationaux. Cognac
surfin, etc. Eaux minérales de Vichy et d'autres sources étrangères et
du pays: Lungarno Regio, près du Pont Solferino.

Pharmacie Royale et Laboratoire Chimique d'Etienne Rossini, près de la
rue Université: rue S. Frediane. Dépôt de toutes les spécialités
d'Europe et d'Amérique. Liqueurs et vins étrangers et italiens,
etc.--Grand assortiment d'articles en gomme élastique et d'appareils
chirurgicaux, etc. Eaux minérales.

Pharmacie Bottari: Sotto Borgo.

Pharmacie Bartalini: Sotto Borgo.

Pharmacie Bartolacci, dirigée par Ferdinando Capecchi: rue Torelli, 1.

_Cafés_

Grand café dell'Arno: Lungarno Regio.

Serafino Burchi, fournisseur de la Maison Royale. Propriétaire du café
et des billards dell'Ussero: Lungarno Regio. Propriétaire de la
droguerie, pâtisserie et confiserie de Sotto Borgo. Spécialité de
liqueurs et d'ouvrages en sucre pour décoration. Breveté aux expositions
de Pise, de Livourne, de Milan, de Londres, de Vienne et de
Philadelphie.

Café et pâtisserie Ciardelli: Lungarno Regio.

Café l'Italia. Pâtisserie et droguerie Bagnani: Sotto Borgo.

Café del Popolo. Ranieri Franceschi propriétaire: Sotto Borgo.

Café Roma: Lungarno Mediceo.

_Pâtisseries et Drogueries_

Droguerie Bazzelli Smith et Cie. Fabrique de liqueurs et de pâtisserie.
Un magasin près de la gare, l'autre Lungarno Regio.

Phillippe Chiappa. Magasin de liqueurs et de vins étrangers: Lungarno
Regio.

Pâtisserie et droguerie Misoch: Sotto Borgo.

Produits médicinaux, ferrements, plaques, couleurs, vernis, savons et
autres articles. Frères Martin Wedard. Un magasin Sotto Borgo, un autre,
rue S. Martino, 33.

Droguerie et dépôt de vins des meilleures collines Toscanes: rue S.
Fradiano. Magasin de provisions, huile d'olive, savons, chandelles
stéariques, etc: rue Santa Maria. Propriétaire Ranieri Carli.

Francesco Stefano Bini, négociant en huiles: à S. Giovanni alla Vena,
province de Pise.

Débit normal de sels et tabacs d'Angelo Salvadori: Lungarno Regio, 1.

Dépôt et vente de pâtes de la fabrique médaillée de Joseph Paoletti de
Pontedera. Dépôt de biscuits du Guelfi: Sotto Borgo.

Débit de sel et tabac, n° 5. Vente de vins choisis, etc.: Lungarno
Mediceo, près du pont des Piagge.

Ancien magasin de Gustave Baroni. Successeur Giosaffate Baroni.
Boulangerie et fabrique de pâtes. Vente d'huile, chandelles stéariques,
etc. Rue Rigattieri, près la place de la Berlina.

_Circolo ou Club des chasseurs Pisans_

Lungarno Mediceo, n° 2, 1er étage. Cabinet de lecture de livres et de
journaux regardant la chasse. Le but de ce club est d'étudier tout ce
qui a rapport à la chasse, de promouvoir l'amélioration des races
canines. Les salles du club sont ouvertes tous les jours de 10 heures à
midi.--Les associés ont droit de présenter au club un chasseur amateur,
pourvu qu'il n'habite pas dans la commune de Pise.

_Sculpteurs_

Galerie de sculpture en marbre et autres pierres, médaille aux
expositions de 1858, 1868, 1873, 1878, de Joseph Andreoni: rue Santa
Maria, 95, près de la cathédrale, 97. Agents. MM. Maquay Hooker et Cie,
banquiers à Livourne, Correspondants: Baldwin Bross et Cie à New-York,
A.G. _Mercer_ à _Boston_, Davies Turner et Cie D.R. Mc Craken, London,
Staveley et Cie, Liverpool. Reçoit des commissions pour les monuments de
cimetières. On exécute des portraits en marbre au naturel. La
ressemblance garantie.

Frères Mazzoni sculpteurs: rue Santa Maria, 87.

Huguet et Van Lini. Sculptures en marbre et en autres pierres. Grande
collection de photographies d'E. Van Lint. Médaillé à Londres, à Paris,
à Florence et à Pise: Place dei Cavalieri, près de la Tour du comte
Ugolin.

Jean Barsanti sculpteur. Galeries de sculptures en marbre et en albâtre:
Lung'Arno Regio, 2, à côté de l'hôtel Victoria et place du Dôme, 1, en
face la Tour penchée.--Grand dépôt de photographies.--Correspondants en
Angleterre et en Amérique.

Charles Leonori, sculpteur. Objets d'art en albâtre: rue Santa Maria,
68.

Antoine Leonori, fabricant d'objets d'art en marbre et albâtre. Fait
remise sur les ventes de 10 pour cent. On reçoit les commissions et l'on
expédie partout les objets acquis: rue Santa Maria près de la place
dello Stellino, 35. Le transport de la marchandise est assuré jusqu'à
destination; on pourra payer la moitié au moment de l'achat, l'autre
moitié à la réception. On garantit une prompte expédition par chemins de
fer ou bateaux. Expéditionnaire: César Tremura à Livourne.

Emilio Giannasi, sculpteur. Objets d'art en marbre et autres pierres:
rue Vittorio Emanuele. On reçoit les commissions.

Giuseppe Di Giolo, sculpteur: Lungarno Gambacorti, 24, en face
Santa-Maria della Spina.--Collection de photographies.--_Carrara Marble
Works, Volterra Alabaster Works_.--On reçoit les commissions.

_Photographies_

Photographie artistique: rue S. Francesco, 3.

Photographie instantanée de Mme Marie Choquet: Sotto Borgo,8.

Etablissement photographique de portraits de Huguet et van Lint:
Lungarno Regio, près du Grand-Hôtel.

_Librairies_

Uebelhart, libraire-éditeur: Lungarno Regio, 6.

Ulrico Hoepli, libraire: Lungarno, Regio, 9. Littérature étrangère,
ouvrages scientifiques. Maison principale à Milan.

Librairie Galilée.--Ancienne maison Nistri frères: Sotto
Borgo.--Assortiment de livres anciens et modernes en tous
genres.--Collection Tauchnitz, Lévy, Roret, etc.--Guides, Marrays,
Baedeker, Joanne, du Pays, maison de Commission pour l'Europe, etc.

Librairie Luigi Giannelli: Sotto Borgo.

Salvestrini, libraire et relieur: rue S. Frediano.

Tempesti Michele, relieur de livres: rue Tavoleria, 18.

_Lithographies Papeteries_.

Typographie Vannucchi: rue del Monte, 12.

Lithographie Gozani: place Castelletto, 5, et rue S. Frediano, 14.

Typographie, lithographie et papeterie. Médaillé à l'Exposition
nationale de 1881 à Milan, de Giuseppe Meucci: rue Vittorio Emmanuele,
65, à Livourne, rue S. Frediano, à Pise.

Papeterie d'Antonio Lombardi: Sotto Borgo, 5, rue Vittorio Emanuele, 3,
et kiosque sur la place du pont.

Papeterie Antonio Pizzanelli: Sullo Borgo, 25.

Typographie Mariotti: rue della Faggiola, 8.

Typographie et papeterie d'Angelo Valenti: Sotto Borgo et rue S.
Frediano.

Imprimerie Orsolini, Prosperi: rue Borgo Largo, 12.

Typographie de la Maison Royale d'Ungher: rue S. Giuseppe.

Etablissement musical de R. Zanetti et Lami: rue della Faggiola,
15.--Succursales: Borgo Largo, 9, et à Viareggio.--Pianos, harmoniums,
instruments à vent, etc.

_Instituts et Professeurs_.

Institut musical des Concordi: rue S. Frediano, 22.

Institut Baroni Piccioli: rue S. Francesco, 23.

Institut pour les jeunes filles.--Martini: rue S. Francesco, 2.

Institut-Pensionnat pour les jeunes filles.--Directrice, Mlle Amalia
Abati. Les demoiselles reçoivent dans cette institution, une éducation
complète: rue Cacciarella, 13.

Institut-Pensionnat pour les jeunes tilles. Institution de
perfectionnement, dirigée par Mlle Emélie Capitoni.--Autorisée par le
gouvernement: rue della Tazza, 14, 2e étage, à Livourne.

Vittorio Castrucci, directeur de la chapelle de musique de la Primatiale
pisane: rue S. Frediano, 14. Donne des leçons de piano, chant,
contrepoint, etc.

Institut privé élémentaire, technique, gymnasial Vittorino da Feltre,
dirigé par le prof. A. Della Pura, Sotto Borgo, 10.

Francesco et Vittoria Torri, dessinateurs, ont un magasin de dessin rue
Santa Maria, 51, et donnent aussi des leçons de dessin et de peinture en
tous genres.

Tito Gordini, prof. de dessin à l'Ecole R. Normale: rue Santa
Appollonia, 5.

Colombo Colombi, professeur de piano et de chant: Lungarno Mediceo, 8.

Léopolda Padreddii, maîtresse de piano: rue del Giglio, 4.

Ida Stiatti, pianiste, donne des leçons de musique: rue Mazzini, 26.

Henri Barsanti, prof, de piano: rue S. Giuseppe.

B. W. Menocci et fille, maîtresses de langues: rue Niccola Pisano, 10.

Mlle Vittoria Biondi, maîtresse-normale-supérieure: rue du Campano.

Amérigo Venzy (piano): rue Magenta, 5.

Antoine Dell'Omo (trompette): rue S. Francesco, 3.

Giuseppe Menichetti (chant et piano): rue Santa-Lucia.

Mme Clary d'Aste. Leçons de piano: rue S. Paolo a Ripa d'Arno, 9.

Eve Destantins Anthony, maîtresse de langues. Sotto Borgo, 6, 2e étage.

_Chapeliers_

Frères Saviozzi. Fournisseurs de la Maison Royale. Négociants
chapeliers, chapeaux des fabriques. Médailles nationales. Assortiment de
fantaisie pour enfants, etc. On reçoit des commissions pour chapeaux,
bonnets, etc. à prix modérés. Sotto Borgo.

Thomas Michi. Magasins d'optique et de chapeaux: Lungarno Regio.

_Horlogers_

Zeffiro Pasqualih, horloger: place du Pont.

Horlogerie Gucci: Borgo Largo.

Cesare Fillippi, horlogerie: Borgo Largo.

Francesco Gatti, orfèvre et argentier. Ancien magasin. Beaux
assortiments: rue du Monte, 90.

Ancien magasin Bourgard, dirigé par Giuseppe Bellani, horloger de la
Maison Royale: Lungarno Regio, n° 1.

_Parfumerie_

Giuseppe Buoncristiani: Lungarno Regio, 4. Salon de coiffure, cravates,
gants et autres objets de Paris.

Giacomo Suggi. Salon de coiffure, Parfumerie: Lungarno Mediceo, près du
café Pietromani.

_Mercerie Quincaillerie, etc_.

De Cesari, magasin de quincailleries de luxe, merceries, gants, et
autres spécialités. Broderies, laines, soies en tous genres pour
exécuter des ouvrages, etc.: Sotto Borgo, 10.

Cesare del Guerra. Magasin de merceries, rue dei Rigattieri, 8.

Angioli di G. Straffa: Sotto Borgo, au coin de la rue S. Francesco.
Magasin de nouveautés. Assortiment d'étoffes. Soie, laine, cotonnades
nationales et étrangères.

Venturi Ranieri. Porcelaines et poteries: Lungarno Mediceo, près du Pont
des Piagge.

Piétro Marconi. Fabrique de cristaux: rue du Piaggione.

Magasin de meubles et faiseuse de franges. Angiolina Papi: Borgo Largo,
17.

Rinaldo Gianni, magasin de porcelaines, cristaux et lampes, etc.: Borgo
Largo, 17.

_Tailleuses_

Amalia Benedetti, tailleuse: Lungarno Mediceo, 15.

Francesca Berruti: rue St-Francesco, 3.

Maria Scalabrini, modiste: Lungarno Mediceo, 15.

Federiga Cecchi, tailleuse: rue Cariola, 22.



Burchi Serafino. Estimateur public et commissionnaire de ventes: place
du Montino, 6.

Pietro Gallani: Estimateur et expert public.



Angiolo Cardosi. Cordonnier: Lungarno Mediceo, 2.



Riccardo Travaglini, marchand de fleurs: Lungarno Mediceo, 2.



Fonderie métallurgique. Bani et Calvelli, rue S. Nicolajo, 18. On
exécute toutes sortes d'ouvrages en fer fondu; on se charge de
l'exécution et mise en oeuvre de grilles, toitures, etc. Prix modérés à
ne pas craindre de concurrence. Cette maison s'est chargée d'importantes
fournitures pour la Poissonnerie de Pise, etc.

A. Bederlunger et Cie.--Fonderie et usine mécanique: rue Vittorio
Emanuele, 50.



Clemente Rosi, ébéniste. Le seul qui répare les meubles antiques. Reçoit
des commissions pour tous pays. Lungarno Mediceo, 4.



Etablissement de Bains d'eau de mer et d'eau douce. A. Ceccherini et
frères: Lungarno Regio, près l'Arsenal Mediceo et les Stallette.

Assurances de Venise: rue S. Martino, 1.



_Tarif pour les voiture publiques._

_Dans l'intérieur de la Ville_
_Voitures à un cheval._

Une course.........L 0.80
Première demi-heure. 1.00
Chaque demi heure en
  plus.............. 0.70

_Hors de la Ville_

Course de la station
  du chemin de fer
  en ville ou dans
  les faubourgs, et
  viceversa......... 1.00

Course de la ville à
  l'extrême limite
  des faubourgs, et
  viceversa......... 1.00

_Dans le rayon de
3 kilomètres._

Une course.......... 1.60
Première demi-heure. 1.40
Chaque demi-heure en
plus................ 0.80

Pour les voitures à deux
  chevaux on paie un tiers
  en plus.

Pour la nuit, dès qu'on aura allumé les lanternes, les prix fixés par le
tarif sont augmentés de vingt centimes par course, ou par demi-heure.

Les bagages qui ne peuvent être placés dans les voitures paient de dix à
trente centimes suivant leur volume.

Les demandes empressées qui ont été faites du présent _Guide de Pise_ en
ont hâté l'exécution, ce qui n'a pas permis de publier toutes les
annonces commerciales des personnes qui auraient désiré être citées.
Pour suppléer à cela, il sera prochainement publié une 2e édition. Les
propriétaires d'hôtels, de magasins, d'usines, ainsi que les
professeurs, etc., soit du pays soit étrangers, qui voudront être
indiqués, pourront s'adresser à l'auteur _Eve Destantins Anthony_,
maîtresse de langues. Sotto Borgo, 6, à Pise, Italie.


TABLE DES MATIERES

PRÉFACE.
HISTOIRE.
Une journée à Pise.
Piazza dei Cavalieri.
Il Duomo.
Baptistère.
Camposanto.
Campanile.
Sainte Catherine.
S. Francesc.
S. Pierino.
S. Matteo.
S. Sepolcro.
Santa Maria della Spina.
S. Paolo.
S. Piero a Grado.
La Chartreuse.
La Verruca.
Uliveto et Vico Pisano.
Bains de Saint-Julien.
Les RR. Cascine di S. Rossore.
Camposanto suburbano.
Offices, Bureaux et Etablissements publics et privés de la ville de
Pise.
Tarif des voitures.


8544--Imp. A. VALTENER et Cie, Lyon


[Illustration: Pianta di Pisa]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Une journée a Pise - guide historique, artistique et commercial" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home