Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La cour et la ville de Madrid vers la fin du XVIIe siècle - Relation du voyage d'Espagne par la comtesse d'Aulnoy
Author: Aulnoy, Madame d' (Marie-Catherine), 1651?-1705
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La cour et la ville de Madrid vers la fin du XVIIe siècle - Relation du voyage d'Espagne par la comtesse d'Aulnoy" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



[Notes au lecteur de ce ficher digital: Les erreurs clairement
introduites par le typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine
a été conservée.]



LA COUR

ET

LA VILLE DE MADRID

VERS LA FIN DU XVIIe SIÈCLE

RELATION DU VOYAGE D'ESPAGNE

PAR

LA COMTESSE D'AULNOY

ÉDITION NOUVELLE, REVUE ET ANNOTÉE

PAR

Mme B. CAREY

PARIS

E. PLON ET Cie, IMPRIMEURS-ÉDITEURS

10, RUE GARANCIÈRE

1874

_Tous droits réservés_



RELATION

DU

VOYAGE D'ESPAGNE

PAR

LA COMTESSE D'AULNOY

L'auteur et l'éditeur déclarent réserver leurs droits de traduction et
de reproduction à l'étranger.

Ce volume a été déposé au ministère de l'intérieur (section de la
librairie) en avril 1874.

PARIS.--TYPOGRAPHIE E. PLON ET Cie, 8, RUE GARANCIÈRE.

[Illustration]



AVIS AU LECTEUR.


Ce livre méritait, à notre sens, d'être tiré de l'oubli où, depuis
longtemps, il était tombé. Diverses circonstances ont contribué à le
discréditer. Le nom de l'auteur, entre autres, n'a pas été sans
influence à cet égard. En effet, madame d'Aulnoy s'est fait connaître
surtout par des contes de fées et autres fadaises qui ne donnent point
idée du véritable tour de son esprit. Elle ne manquait pas de finesse,
savait observer et peindre, mais elle ne s'en doutait pas et, fort à
tort, se croyait douée d'imagination. Nous ne saurions nous expliquer
autrement la forme bizarre qu'elle a donnée à la relation de son séjour
en Espagne. La fiction s'y mêle sans cesse à la réalité. Ainsi madame
d'Aulnoy nous raconte en termes qui ne manquent pas d'agrément ses
aventures de voyage. A chaque pas elle a maille à partir avec les gens
du pays; les muletiers, les hôteliers s'efforcent à l'envi de la piller
en sa qualité d'étrangère. Elle résiste à leurs exigences et finit par
s'en débarrasser. Elle arrive à Saint-Sébastien. Jusque-là, rien que de
fort naturel; mais, au moment de se coucher, elle aperçoit un rayon de
lumière qui filtre à travers la muraille; elle regarde et voit deux
jeunes filles qu'un vieillard maltraite cruellement. Elle s'en étonne,
va les trouver, et apprend ainsi leur lamentable histoire. A quelques
jours de là, elle se trouve mêlée à des événements non moins
romanesques. Le lecteur, surpris, se demande ce qu'il doit en croire. A
la fin, il s'aperçoit, non sans humeur, que madame d'Aulnoy lui fait des
contes.

Est-ce une raison de jeter le livre? Nous ne le pensons pas. Ces contes
sont de simples intermèdes, destinés dans la pensée de l'auteur à
délasser l'attention de son public. Tournez la page, et vous verrez
qu'elle en revient à ses propres affaires sans plus se souvenir des
personnages qu'elle a mis en scène. Elle parle des méchants gîtes
qu'elle trouve, de la chère abominable qu'on lui fait faire, de
l'accueil qu'elle reçoit à Madrid. Elle va visiter les dames de la Cour,
assiste à leur toilette, s'enquiert avec un intérêt bien naturel de
leurs ajustements, de leur genre de vie, de leurs affaires de ménage.
Elle recueille, en passant, les histoires scandaleuses du jour. Elle a
l'honneur d'être présentée aux deux Reines, et, comme elle parle le
castillan, elle ne tarde pas à se mettre au fait de toutes les
intrigues du palais. A ce point de vue quelque peu frivole, elle observe
bien, mais il ne faut point l'en tirer. Ne lui demandez pas son opinion
sur la politique de Philippe II, ni sur les causes de la décadence de
l'Espagne. Elle n'en sait rien et ne s'en soucie guère. En revanche,
elle saisit au vol les physionomies, les rend nettement, et arrive
ainsi, sans y songer, à composer un tableau fort curieux de la Cour et
de la ville de Madrid. Nous devons l'avouer, les détails qu'elle nous
donne sur les mœurs des Espagnols sont parfois tellement extraordinaires
qu'on hésite à la croire sur parole. Ce doute nous laissait un devoir à
remplir. Il fallait, nous assurer du degré de confiance que méritaient
ses assertions.

Nous avons consulté, dans cette pensée, les relations de voyage, les
mémoires et les ouvrages qui se rapportent à cette époque. L'impression
qui nous en est restée est favorable à madame d'Aulnoy. Néanmoins, nous
n'oserions point nous prononcer si nous n'avions encore une autre preuve
de sa véracité. En effet, ces mœurs, qui nous semblent si fort étranges,
se sont perpétuées jusqu'à nos jours; du moins, nous en trouvons encore
maints vestiges. Les témoignages de nos contemporains ne nous laissent
aucun doute à cet égard. Nous citerons, entre autres, celui du vicomte
de Saint-Priest, ambassadeur de Sa Majesté Charles X en Espagne. Nous
avons recueilli dans des notes ces divers renseignements, qui
non-seulement confirment, mais encore accentuent souvent les traits les
plus piquants de ces récits. Nous avons corrigé quelques erreurs, ajouté
des éclaircissements qui nous semblaient indispensables.

Nous avons, d'ailleurs, conservé au livre sa physionomie, nous avons
ainsi respecté jusqu'aux négligences de style. Les contes de madame
d'Aulnoy ne méritaient assurément pas de tels ménagements. A tout hasard
nous les avons conservés, seulement nous en donnons le texte entre
guillemets. Nous avertissons ainsi le lecteur et l'engageons à se
contenter de les feuilleter. Madame d'Aulnoy ne nous pardonnerait
vraisemblablement pas la liberté de ce conseil, mais les curieux de
notre temps nous en sauront gré, nous l'espérons, du moins.



LETTRES

DE

LA COMTESSE D'AULNOY

RELATION DU VOYAGE D'ESPAGNE



PREMIÈRE LETTRE.


Puisque vous voulez être informée de tout ce qui m'arrive et de tout ce
que je remarque dans mon voyage, il faut vous résoudre, ma chère
cousine, de lire bien des choses inutiles, pour en trouver quelques-unes
qui vous plaisent. Vous avez le goût si bon et si délicat, que vous ne
voudriez que des aventures choisies et des particularités agréables. Je
voudrais bien aussi ne vous en point raconter d'autres: mais quand on
rapporte fidèlement les choses telles qu'elles se sont passées, il est
difficile de les trouver toujours comme on les souhaite.

Je vous ai marqué par ma dernière lettre tout ce qui m'est arrivé
jusqu'à Bayonne. Vous savez que c'est une ville de France, frontière du
royaume d'Espagne. Elle est arrosée par les rivières de l'Adour et de
la Nive qui se joignent ensemble, et la mer monte jusque-là; le port et
le commerce y sont considérables. J'y vins de Dax par eau, et je
remarquai que les bateliers de l'Adour ont la même habitude que ceux de
la Garonne; c'est-à-dire, qu'en passant à côté les uns des autres, ils
se chantent pouille, et ils aimeraient mieux n'être point payés de leur
voyage que de manquer à se faire ces sortes de huées, quoiqu'elles
étonnent ceux qui n'y sont pas accoutumés. Il y a deux châteaux assez
forts pour bien défendre la ville, et l'on y trouve en plusieurs
endroits des promenades très-agréables.

Lorsque je fus arrivée, je priai le baron de Castelnau, qui m'avait
accompagnée depuis Dax, de me donner la connaissance de quelques jolies
femmes avec lesquelles je pusse attendre sans impatience les litières
qu'on devait m'envoyer de Saint-Sébastien.

Il n'eut pas de peine à me satisfaire, parce que, étant homme de qualité
et de mérite, on le considère fort à Bayonne; il ne manqua pas, dès le
lendemain, de m'amener plusieurs dames me rendre visite; c'est la
coutume, en ce pays, d'aller voir les dernières venues, lorsqu'on est
informé quelles elles sont.

Elles commencent là de se ressentir des ardeurs du soleil; leur teint
est un peu brun; elles ont les yeux brillants; elles sont aimables et
caressantes; leur esprit est vif, et je vous rendrais mieux raison de
leur enjouement si j'eusse entendu ce qu'elles disaient. Ce n'est pas
qu'elles ne sachent toutes parler français, mais elles ont tant
d'habitude au langage de leur province, qu'elles ne peuvent le quitter,
et comme je ne le savais point, elles faisaient entre elles d'assez
longues conversations où je n'entendais rien.

Quelques-unes, qui vinrent me voir, avaient un petit cochon de lait sous
le bras, comme nous portons nos petits chiens; il est vrai qu'ils
étaient fort décrassés et qu'il y en avait plusieurs avec des colliers
de rubans de différentes couleurs; mais, vous conviendrez que c'est une
inclination fort bizarre, et je suis persuadée qu'il y en a beaucoup
entre elles dont le goût est trop bon pour s'accommoder de cette
coutume. Il fallut, lorsqu'elles dansèrent, laisser aller dans la
chambre ces vilains animaux, et ils firent plus de bruit que des lutins.
Ces dames dansèrent à ma prière, le baron de Castelnau ayant envoyé
querir les flûtes et les tambourins. Pour vous faire entendre ce que
c'est, il faut vous dire qu'un homme joue en même temps d'une espèce de
fifre et du tambourin, qui est un instrument de bois fait en triangle et
fort long, à peu près comme une trompette marine, montée d'une seule
corde, qu'on frappe avec un petit bâton; cela rend un son de tambour
assez singulier.

Les hommes, qui étaient venus accompagner les dames, prirent chacun
celle qu'il avait amenée, et le branle commença en rond, se tenant tous
par la main; ensuite, ils se firent donner des cannes assez longues, ne
se tenant plus que deux à deux avec des mouchoirs qui les éloignaient
les uns des autres. Leurs airs ont quelque chose de gai et de fort
particulier, et le son aigu de ces flûtes se mêlant à celui des
tambourins, qui est assez guerrier, inspire un certain feu qu'ils ne
pouvaient modérer; il me semblait que c'était ainsi que devait se danser
la Pyrrhique, dont parlent les anciens, car ces messieurs et ces dames
faisaient tant de tours, de sauts et de cabrioles, leurs cannes se
jetaient en l'air et se reprenaient si adroitement, que l'on ne peut
décrire leur légèreté et leur souplesse. J'eus aussi beaucoup de plaisir
à les voir, mais cela dura un peu trop longtemps; je commençais à me
lasser de ce bal mal ordonné, lorsque le baron de Castelnau, qui s'en
aperçut, fit apporter plusieurs bassins de très-belles confitures
sèches. Ce sont des juifs qui passent pour Portugais et qui demeurent à
Bayonne, qui les font venir de Gênes; ils en fournissent tout le pays.
On servit quantité de limonades et d'autres eaux glacées, dont ces
belles dames burent à longs traits, et la fête finit ainsi.

On me mena le lendemain voir la synagogue des juifs, au faubourg du
Saint-Esprit; je n'y trouvai rien de remarquable. M. de Saint-Pé[1],
lieutenant du roi, qui m'était venu voir, quoiqu'il fût fort incommodé
de la goutte, me convia de dîner chez lui. J'y fis un repas très-délicat
et magnifique, car c'est un pays admirable pour la bonne chère; tout y
est en abondance et à très-grand marché. J'y trouvai des femmes de
qualité extrêmement bien faites qu'il avait priées pour me tenir
compagnie. La vue du château, qui donne sur la rivière, est fort belle;
il y a toujours une bonne garnison.

Lorsque je fus de retour chez moi, je demeurai surprise d'y trouver
plusieurs pièces de toile qu'on m'avait apportées de la part des dames
qui m'étaient venues voir, avec des caisses pleines de confitures sèches
et de bougies. Ces manières me parurent fort honnêtes pour une dame
qu'elles ne connaissaient que depuis trois ou quatre jours; mais il ne
faut pas que j'oublie de vous dire qu'on ne peut voir de plus beau linge
que celui que l'on fait en ce pays-là, il y en a d'ouvré et d'autre qui
ne l'est point. La toile en est faite d'un fil plus fin que les cheveux,
et le beau linge y est si commun, qu'il me souvient qu'en passant par
les landes de Bordeaux, qui sont des déserts où l'on ne rencontre que
des chaumières et des paysans qui font compassion par leur extrême
pauvreté, je trouvai qu'ils ne laissaient pas d'avoir d'aussi belles
serviettes que les gens de qualité en ont à Paris.

Je ne manquai pas de renvoyer à ces dames de petits présents que je crus
qui leur feraient plaisir. Je m'étais aperçue qu'elles aimaient
passionnément les rubans, et elles en mettaient quantité sur leur tête
et à leurs oreilles; je leur en envoyai beaucoup; je joignis à cela
plusieurs beaux éventails; en revanche, elles me donnèrent des gants et
des bas de fil d'une finesse admirable.

En me les envoyant, elles me convièrent d'aller au salut aux Frères
Prêcheurs, qui n'étaient pas éloignés de ma maison. Elles savaient que
j'ai quelque goût pour la musique, et elles voulurent me régaler de ce
qu'il y avait de plus excellent dans la ville. Mais encore qu'il y eût
de très-belles voix, l'on ne pouvait guère avoir du plaisir à les
entendre, parce qu'ils n'ont ni la méthode ni la belle manière du chant.
J'ai remarqué dans toute la Guyenne et vers Bayonne que l'on y a de la
voix naturellement et qu'il n'y manque que de bons maîtres.

Les litières que l'on devait m'envoyer d'Espagne étant arrivées, je
songeai à mon départ: mais je vous assure que je n'ai jamais rien vu de
plus cher que ces sortes d'équipages, car chacune des litières a son
maître qui l'accompagne. Il garde la gravité d'un sénateur romain, monté
sur un mulet et son valet sur un autre, dont ils relaient de temps en
temps ceux qui portent les litières; j'en avais deux, je pris la plus
grande pour moi et mon enfant; j'avais outre cela quatre mules pour mes
gens et deux autres pour mon bagage. Pour les conduire, il y avait
encore deux maîtres et deux valets; voyez quelle misère de payer cette
quantité de gens inutiles pour aller jusqu'à Madrid et pour en revenir
aussi, parce qu'ils comptent leur retour au même prix: mais il faut
s'accommoder à leur usage et se ruiner avec eux, car ils traitent les
Français ce qui s'appelle de Turc à Maure.

Sans sortir de Bayonne, je trouvai des Turcs et des Maures, et je crois
même quelque chose de pis: ce sont les gens de la douane. J'avais fait
plomber mes coffres à Paris tout exprès pour n'avoir rien à démêler
avec eux; mais ils furent plus fins, ou pour mieux dire, plus opiniâtres
que moi, et il leur fallut donner tout ce qu'ils demandèrent. J'en étais
encore dans le premier mouvement de chagrin, lorsque les tambours, les
trompettes, les violons, les flûtes et les tambourins de la ville me
vinrent faire désespérer; ils me suivirent bien plus loin que la porte
Saint-Antoine, qui est celle par où l'on sort quand on va en Espagne par
la Biscaye; ils jouaient chacun à leur mode et tous à la fois sans
s'accorder; c'était un vrai charivari. Je leur fis donner quelque
argent, et comme ils ne voulaient que cela, ils prirent promptement
congé de moi. Aussitôt que nous eûmes quitté Bayonne, nous entrâmes dans
une campagne stérile, où nous ne vîmes que des châtaigniers; mais nous
passâmes ensuite le long du rivage de la mer, dont le sable fait un beau
chemin, et la vue est fort agréable en ce lieu.

Nous arrivâmes d'assez bonne heure à Saint-Jean de Luz. Il ne se peut
rien voir de plus joli, c'est le plus grand bourg de France et le mieux
bâti; il y a bien des villes beaucoup plus petites. Son port de mer est
entre deux hautes montagnes qu'il semble que la nature a placées exprès
pour le garantir des orages; la rivière de Nivelle s'y dégorge, la mer y
remonte fort haut et les grandes barques viennent commodément dans le
quai. On dit que les matelots en sont très-habiles à la pêche de la
baleine et de la morue. On nous y fit fort bonne chère et telle que la
table était couverte de pyramides de gibier; mais les lits ne
répondaient point à cette bonne chère, il leur manque des matelas; ils
mettent deux ou trois lits de plumes de coq les uns sur les autres, et
les plumes sortant de tous les côtés font fort mal passer le temps. Je
croyais, lorsqu'il fallut payer, que l'on m'allait demander beaucoup;
mais ils ne me demandèrent qu'un demi-louis, et assurément il m'en
aurait coûté plus de cinq pistoles à Paris.

La situation de Saint-Jean de Luz est extrêmement agréable. On trouve
dans la grande place une belle église bâtie à la moderne. L'on passe en
ce lieu la rivière de Nivelle sur un pont de bois d'une extraordinaire
longueur. Il y a là des péagers qui font payer le droit des marchandises
et des bardes que l'on porte avec soi. Ce droit n'est réglé que par leur
volonté, et il est excessif quand ils voient des étrangers. Je me tuais
de parler français et de protester que je n'étais pas Espagnole, ils
feignaient de ne me pas entendre, ils me riaient au nez: et s'enfonçant
la tête dans leurs capes de Béarn, il me semblait voir des voleurs
déguisés en capucins. Enfin, ils me taxèrent à dix-huit écus; ils
trouvaient que c'était grand marché, et pour moi je trouvais bien le
contraire: mais je vous l'ai déjà dit, ma chère cousine, quand on voyage
en ce pays-ci, il faut faire provision de bonne heure de patience et
d'argent.

Je vis le château d'Artois qui paraît assez fort; et un peu plus loin
Orognes, où l'on ne parle que biscayen, sans se servir de la langue
française ni de l'espagnole. Je n'avais dessein que d'aller coucher à
Irun, qui n'est éloigné de Saint-Jean de Luz que de trois petites
lieues, et j'étais partie après midi. Mais la dispute que nous avions
eue avec les gardes du pont, la peine que nous eûmes à passer les
montagnes de Béobie, et le mauvais temps joint à d'autres petits
embarras qui survinrent, furent cause que nous n'arrivâmes qu'à la nuit
au bord de la rivière de Bidassoa qui sépare la France de l'Espagne. Je
remarquai le long du chemin, depuis Bayonne jusque-là, des petits
chariots sur lesquels on met toutes les choses que l'on transporte; il
n'y a que deux roues qui sont de fer, et le bruit en est si grand, qu'on
les entend d'un quart de lieue lorsqu'il y en a plusieurs ensemble, ce
qui arrive toujours, car on en rencontre soixante et quatre-vingts à la
fois[2]. Ce sont des bœufs qui les traînent. J'en ai vu de pareils dans
les landes de Bordeaux, et particulièrement du côté de Dax.

La rivière de Bidassoa est d'ordinaire fort petite: mais les neiges
fondues l'avaient grossie à tel point, que nous n'eûmes pas peu de peine
à la passer, les uns en bateau et les autres à la nage sur leurs mulets.
Il faisait un grand clair de lune, à la faveur duquel on me fit
remarquer à main droite l'île de la Conférence, où s'est fait le mariage
de notre roi avec Marie-Thérèse, infante d'Espagne. Je vis peu après la
forteresse de Fontarabie qui est au Roi d'Espagne; elle est à
l'embouchure de cette petite rivière. Le flux et le reflux de la mer y
entrent. Nos rois prétendaient autrefois qu'elle leur appartenait, et
ceux d'Espagne le prétendaient aussi; il y a eu de si grandes
contestations là-dessus, particulièrement entre les habitants de
Fontarabie et ceux d'Andaye, qu'ils en sont venus plusieurs fois aux
mains. Cette raison obligea Louis XII et Ferdinand de régler qu'elle
serait commune aux deux nations. Les Français et les Espagnols partagent
les droits de la barque; ces derniers tirent le payement de ceux qui
passent en Espagne, et les premiers le reçoivent de ceux qui vont en
France, mais des deux côtés l'on rançonne également.

La guerre n'empêche point le commerce sur cette frontière; il est vrai
que c'est une nécessité dont leur vie dépend; ils mourraient de misère,
s'ils ne s'entr'assistaient[3]. Ce pays appelé la Biscaye est plein de
hautes montagnes, où l'on trouve beaucoup de mines de fer. Les Biscayens
grimpent sur les rochers aussi vite et avec autant de légèreté que
ferait un cerf. Leur langue (si l'on peut appeler langue un tel
baragouin) est si pauvre, qu'un même mot signifie plusieurs choses. Il
n'y a que les naturels du pays qui se puissent entendre; l'on m'a dit
qu'afin qu'elle leur soit plus particulière, ils ne s'en servent pas
pour écrire; ils font apprendre à leurs enfants à lire et à écrire en
français ou espagnol, selon le roi duquel ils sont sujets[4]. Il est
vrai qu'aussitôt que j'eus passé la petite rivière de Bidassoa, on ne
m'entendait plus à moins que je ne parlasse castillan; et ce qui est de
singulier, c'est qu'un demi-quart d'heure auparavant on ne m'aurait pas
entendue si je n'avais parlé français.

Je trouvai de l'autre côté de cette rivière un banquier de
Saint-Sébastien à qui j'étais recommandée; il m'attendait avec deux de
ses parents. Les uns et les autres étaient vêtus à la Schomberg, c'est
proprement à la manière de France, mais d'une manière ridicule; les
justaucorps sont courts et larges, les manches ne passent pas le coude
et sont ouvertes par devant; celles de leurs chemises sont si amples,
qu'elles tombent plus bas que le justaucorps. Ils ont des rabats sans
avoir de collets au pourpoint, des perruques où il y a plus de cheveux
qu'il n'en faut pour en faire quatre autres bien faites, et ces cheveux
sont plus frisés que du crin bouilli; l'on ne peut voir des gens plus
mal coiffés. Ceux qui ont leurs cheveux les portent fort longs et fort
plats; ils les séparent sur le côté de la tête, et en passent une partie
derrière les oreilles: mais quelles oreilles, bon Dieu! je ne crois pas
que celles de Midas fussent plus grandes, et je suis persuadée que, pour
les allonger, ils se les tirent étant encore petits; ils y trouvent sans
doute quelque sorte de beauté.

Mes trois Espagnols me firent en mauvais français de très-grands et
très-ennuyeux compliments. Nous passâmes le bourg de Tran, qui est à peu
près à un quart de lieue de la rivière, et nous arrivâmes ensuite à
Irun, qui en est éloigné d'un autre quart de lieue. Cette petite ville
est la première d'Espagne que l'on trouve en sortant de France. Elle est
mal bâtie. Les rues en sont inégales, et il n'y a rien dont on puisse
parler. Nous entrâmes dans l'hôtellerie par l'écurie, où donne le pied
du degré par où l'on monte à la chambre: c'est l'usage du pays. Je
trouvai cette maison fort éclairée par une quantité de chandelles qui
n'étaient guère plus grosses que des allumettes; il y en avait bien
quarante dans ma chambre, attachées sur des petits morceaux de bois;
l'on avait mis au milieu un brasier plein de noyaux d'olives en charbon
pour ne pas faire mal à la tête.

L'on me servit un grand souper que les galants Espagnols m'avaient fait
préparer; mais tout était si plein d'ail, de safran et d'épice, que je
ne pus manger de rien; et j'aurais fait fort mauvaise chère si mon
cuisinier ne m'eût accommodé un petit ragoût de ce qu'il put trouver le
plus tôt prêt.

Comme je ne voulais aller le lendemain qu'à Saint-Sébastien, qui n'est
éloigné que de sept à huit lieues, je crus que je devais dîner avant que
de partir. J'étais encore à table, lorsqu'une de mes femmes m'apporta ma
montre pour la monter à midi, comme c'était ma coutume; c'était une
montre d'Angleterre de Tampion, qui me rappelait les heures et qui me
coûtait cinquante louis. Mon banquier, qui était auprès de moi, me
témoigna quelque envie de la voir; je la lui donnai avec la civilité que
l'on a d'ordinaire, lorsque l'on présente ces sortes de choses; c'en
fut assez: mon homme se lève, me fait une profonde révérence et me dit
«qu'il ne méritait pas un présent si considérable; mais qu'une dame
comme moi n'en pouvait faire d'autre; qu'il m'engageait sa foi et sa
parole qu'il garderait ma montre toute sa vie et qu'il m'en avait la
dernière obligation». Il la baisa en achevant ce beau compliment, et
l'enfonça dans une poche plus creuse qu'une besace. Vous m'allez trouver
bien sotte de ne rien dire à tout cela; j'en tombe d'accord, mais je
vous avoue que je demeurai si surprise de son procédé, que la montre
avait déjà disparu avant que je pusse bien déterminer ce que je voulais
faire. Mes femmes et ceux de mes gens qui se trouvèrent présents me
regardaient, je les regardais aussi, toute rouge de honte et de chagrin
d'être prise pour dupe. Je ne l'aurais pas été longtemps; car, grâce à
Dieu, je sais fort bien comme on refuse ce que l'on ne veut pas donner,
mais je fis réflexion que cet homme devait me compter une grosse somme
pour achever mon voyage et pour renvoyer de l'argent à Bordeaux où j'en
avais pris; que j'avais des lettres de crédit pour lui, sur lesquelles,
en cas de fâcheries, il pouvait me faire attendre et dépenser deux fois
la valeur de la montre. Enfin, je la lui laissai, et j'essayai de me
faire honneur d'une chose qui me faisait grand dépit.

J'ai su depuis cette petite aventure que c'est la mode en Espagne,
lorsqu'on présente quelque chose à quelqu'un et qu'on baise la main, que
ce quelqu'un peut l'accepter s'il en a envie. Voilà une assez plaisante
mode, et comme je ne l'ignore plus, ce sera ma faute si j'y suis
rattrapée[5].

Je partis de cette hôtellerie, où l'on acheva de me ruiner; car tout est
gueux en ce pays-là, et tout y voudrait être riche aux dépens du
prochain. Peu après que nous fûmes sortis de la ville, nous entrâmes
dans les montagnes des Pyrénées qui sont si hautes et si droites, que
lorsqu'on regarde en bas, l'on voit avec frayeur les précipices qui les
environnent. Nous allâmes de cette manière jusqu'à Rentery. Don Antonio
(c'est le nom de mon banquier) prit les devants, et pour me faire aller
plus commodément, il m'obligea de quitter ma litière, parce qu'encore
que nous eussions traversé beaucoup de montagnes, il en restait de plus
difficiles à passer. Il me fit entrer dans un petit bateau qu'il avait
fait préparer pour descendre sur la rivière d'Andaye, jusqu'à ce que
nous fussions proche de l'embouchure de la mer où nous vîmes d'assez
près les galions du roi d'Espagne. Il y en avait trois d'une grandeur et
d'une beauté considérables. Nos petits bateaux étaient ornés de
plusieurs petites banderoles peintes et dorées; ils étaient conduits par
des filles d'une habileté et d'une gentillesse charmantes: il y en a
trois à chacun, deux qui rament et une qui tient le gouvernail.

Ces filles sont grandes, leur taille est fine, le teint brun, les dents
admirables, les cheveux noirs et lustrés comme du jais; elles les
nattent et les laissent tomber sur leurs épaules avec quelques rubans
qui les attachent; elles ont sur la tête une espèce de petit voile de
mousseline brodé de fleurs d'or et de soie qui voltige et couvre la
gorge; elles portent des pendants d'oreilles d'or et de perles et des
colliers de corail: elles ont des espèces de justaucorps comme nos
bohémiennes, dont les manches sont fort serrées. Je vous assure qu'elles
me charmèrent. L'on me dit que ces filles au pied marin nageaient comme
des poissons et qu'elles ne souffraient entre elles ni femmes, ni
hommes; c'est une espèce de petite république où elles viennent de tous
côtés, et les parents les y envoient jeunes.

Quand elles veulent se marier, elles vont à la messe à Fontarabie; c'est
la ville la plus proche du lieu qu'elles habitent, et c'est là que les
jeunes gens se viennent choisir une femme à leur gré; celui qui veut
s'engager dans l'hyménée va chez les parents de sa maîtresse leur
déclarer ses sentiments, régler tout avec eux; et cela étant fait, l'on
en donne avis à la fille; si elle est contente, elle se retire chez eux
où les noces se font.

Je n'ai jamais vu un plus grand air de gaieté que celui qui paraît sur
leurs visages. Elles ont des petites maisonnettes qui sont le long du
rivage, elles sont sous de vieilles filles auxquelles elles obéissent
comme si elles étaient leurs mères; elles nous contaient toutes ces
particularités en leur langage, et nous les écoutions avec plaisir,
lorsque le diable qui ne dort point nous suscita noise.

Mon cuisinier, qui est Gascon et de l'humeur vive des gens de ce
pays-là, était dans un de nos bateaux de suite, assis proche d'une jeune
Biscayenne qui lui parut très-jolie; il ne se contenta pas de le lui
dire, il voulut lever son voile et le voulut bien fort; elle n'entendit
point de raillerie, et sans autre compliment, elle lui cassa la tête
avec un aviron armé d'un croc qui était à ses pieds. Quand elle eut fait
cet exploit, la peur la prit, elle se jeta promptement à l'eau,
quoiqu'il fît un froid extrême; elle nagea d'abord avec beaucoup de
vitesse, mais comme elle avait tous ses habits et qu'il y avait loin
jusqu'au rivage, les forces commencèrent à lui manquer; plusieurs filles
qui étaient sur la grève entrèrent vite dans leurs bateaux pour la
secourir: cependant celles qui étaient restées avec le cuisinier,
craignant la perte de leur compagne, se jetèrent sur lui comme deux
furies, elles voulaient résolument le noyer; et le petit bateau n'en
allait pas mieux, car il pensa deux ou trois fois se renverser; nous
voyions du nôtre toute cette querelle, et mes gens étaient bien empêchés
à les séparer et à les apaiser.

Je vous assure que l'indiscret Gascon fut si cruellement battu, qu'il en
était tout en sang; et mon banquier me dit que quand on irritait ces
jeunes Biscayennes, elles étaient plus farouches et plus à craindre que
des petits lions. Enfin, nous prîmes terre, et nous étions à peine
débarqués, que nous vîmes cette fille que l'on avait sauvée bien à
propos, car elle commençait à boire lorsqu'on la tira de l'eau; elle
venait à notre rencontre avec plus de cinquante autres, chacune ayant
une rame sur l'épaule; elles marchaient sur deux longues files, et il y
en avait trois à la tête qui jouaient parfaitement bien du tambour de
basque; celle qui devait porter la parole s'avança, et me nommant
plusieurs fois _Andria_, qui veut dire madame (c'est tout ce que j'ai
retenu de la harangue), elles me firent entendre que la peau de mon
cuisinier leur resterait ou que les habits de leur compagne seraient
payés à proportion de ce qu'ils étaient gâtés. En achevant ces mots, les
joueuses de tambour commencèrent à les frapper plus fort; elles
poussèrent de hauts cris, et ces belles pirates firent l'exercice de la
rame en sautant et dansant avec beaucoup de disposition et de bonne
grâce[6].

Don Antonio, pour m'indemniser du présent qu'il m'avait escamoté (j'en
parle souvent, mais il me tient encore au cœur), voulut pacifier toute
chose; il trouvait que mon cuisinier, qui se croyait suffisamment battu,
aurait raison de ne vouloir rien donner, et ce fut lui qui distribua
quelques patagons[7] à la troupe maritime. A cette vue, elles firent des
cris encore plus grands et plus longs que ceux qu'elles avaient déjà
faits, et elles me souhaitèrent un heureux voyage et un prompt retour,
chacune dansant et chantant avec les tambours de basque.

Nous entrâmes dans un chemin très-rude et nous montâmes longtemps par
des sentiers si étroits, au bas desquels il y a des précipices, que
j'avais grand peur que les mulets qui portaient ma litière ne fissent un
faux pas. Nous passâmes ensuite sur une campagne sablonneuse. Je
m'arrêtai quelque temps au couvent de Saint-François; il est bâti proche
de la rivière d'Andaye; nous la traversâmes sur un pont de bois
extrêmement long, et bien que nous fussions fort proche de
Saint-Sébastien, nous ne l'apercevions point encore, parce qu'une butte
de sable assez haute cachait cette ville. Elle est située au pied d'une
montagne qui sert d'un côté comme de digue à la mer; elle en est si
proche, qu'elle y forme un bassin, et les vaisseaux viennent jusqu'au
pied de cette montagne pour se mettre à l'abri des orages, car il y a
quelquefois là des tempêtes extraordinaires et des ouragans si affreux,
que les navires à l'ancre périssent dans le port. Il est profond et
fermé par deux môles qui ne laissent qu'autant de place qu'il en faut
pour passer un seul navire. On a élevé en cet endroit une grosse tour
carrée, où il y a toujours une bonne garnison pour se défendre en cas de
surprise. Le jour était beau pour la saison où nous sommes; je trouvai
la ville assez jolie, elle est ceinte d'un double mur. Il y a plusieurs
pièces de canon sur celui qui donne du côté de la mer, avec des bastions
et des demi-lunes; elle est située dans une province de l'Espagne nommée
Guipuscoa; les dehors en plaisent infiniment à cause que la mer, comme
je viens de vous le dire, lui sert de canal. Les rues de cette ville
sont longues et larges, pavées d'une grande pierre blanche qui est fort
unie et toujours nette; les maisons en sont assez belles et les églises
très-propres, avec des autels de bois chargés depuis la voûte jusqu'au
bas, de petits tableaux grands comme la main. Les mines de fer et
d'acier se trouvent très-facilement dans tout le pays, on y en voit de
si pur, que l'on tient qu'il n'y en a point de pareil en Europe; c'est
leur plus grand trafic. On y embarque des laines qui viennent de la
Vieille-Castille et il s'y fait un gros commerce. Bilbao et
Saint-Sébastien sont les deux ports les plus considérables que le roi
d'Espagne ait sur l'Océan; le château est très-élevé et d'une médiocre
défense. J'y ai pourtant vu d'assez belles pièces de canon et il y en a
quantité le long des remparts; mais la garnison est si faible, que des
femmes la battraient avec leurs quenouilles[8].

Tout est aussi cher dans cette ville qu'à Paris; on y fait très-bonne
chère, le poisson est excellent, et l'on me dit que les fruits y étaient
d'un goût et d'une beauté admirables. Je descendis dans la meilleure
hôtellerie, et quelque temps après que j'y fus, Don Fernand de Tolède
m'envoya un gentilhomme savoir s'il pourrait me voir sans m'incommoder.
Mon banquier, qui le connaissait et qui était pour lors dans ma chambre,
me dit que c'était un Espagnol de grande qualité, neveu du duc d'Albe,
qu'il venait de Flandre et qu'il allait à Madrid[9].

Je le reçus avec l'honnêteté qui était due à sa naissance et j'y ajoutai
bientôt des égards particuliers pour son propre mérite. C'est un
cavalier qui est bien fait de sa personne, qui a de l'esprit et de la
politesse; il est complaisant et agréable, il parle aussi bien français
que moi; mais comme je sais l'espagnol et que je serais bien aise de le
savoir encore mieux, nous ne parlâmes qu'en cette langue.

Je restai très-satisfaite de ses manières; il me dit qu'il était venu en
poste depuis Bruxelles et que si je le trouvais bon, il augmenterait mon
train et serait de ma suite. Je crus qu'il raillait et je lui répondis
en plaisantant; mais il ajouta que les chemins étaient si remplis de
neige qu'effectivement il lui serait impossible d'aller en poste, qu'il
pourrait bien faire sur des chevaux de plus grandes traites que s'il
allait en litière, mais que l'honneur de m'accompagner, etc... Enfin, je
connus qu'il était fort honnête et qu'il ne démentait point la
galanterie naturelle aux cavaliers espagnols; je regardai comme un
très-grand secours d'avoir un homme de cette qualité et du pays qui
saurait se faire entendre et encore mieux obéir par les muletiers, qui
ont des têtes de fer et des âmes de boue.

Je lui dis que j'étais fort aise de l'avoir rencontré et que les
fatigues du chemin me seraient bien adoucies par une aussi bonne
compagnie que la sienne. Il commanda aussitôt son gentilhomme d'aller
chercher une litière pour lui. Il était déjà tard, il prit congé de moi
et je me couchai après avoir fort bien soupé; car, ma chère cousine, je
ne suis pas une héroïne de roman, qui ne mange point.

«Je commençais à peine à m'endormir, lorsque j'entendis quelqu'un parler
français si proche de moi, que je crus d'abord que c'était dans ma
chambre; mais ayant écouté avec plus d'attention, je connus que c'était
dans une chambre qui n'était séparée de la mienne que par une cloison
d'ais assez mal joints. J'ouvris mon rideau du côté de la ruelle,
j'aperçus de la lumière au travers des planches, et je vis deux filles
dont la plus âgée paraissait avoir dix-sept à dix-huit ans; ni l'une ni
l'autre n'étaient pas de ces beautés sans défauts, mais elles avaient
tant d'agréments, le son de la voix si beau et une si grande douceur sur
le visage, que j'en fus charmée.

»La plus jeune, qui semblait continuer la conversation, disait à
l'autre: «Non, ma sœur, il n'y a point de remèdes à nos maux, il faut
mourir ou les tirer des mains de cet indigne vieillard. Je suis résolue
à tout, dit l'autre en poussant un profond soupir, m'en dût-il coûter la
vie; qu'avons-nous à ménager? n'avons-nous pas tout sacrifié pour eux?
Alors, faisant réflexion sur leurs infortunes, elles s'embrassèrent et
se mirent à pleurer fort douloureusement, et après avoir consulté et dit
encore quelques paroles dont je perdais la plus grande partie à cause de
leurs sanglots, elles conclurent qu'il fallait qu'elles écrivissent;
chacune le fit de son côté, et voici à peu près ce qu'elles se lurent
l'une à l'autre:

»Ne juge pas de mon amour et de ma douleur par mes paroles, je n'en sais
point t'exprimer l'un et l'autre; mais souviens-toi que tu vas me perdre
si tu ne te portes aux dernières extrémités contre celui qui nous
persécute.

»Il vient de me faire dire que si je tarde à partir, il nous fera
arrêter. Juge par cet indigne traitement de ce qu'il mérite et
souviens-toi que tu me dois tout, puisque tu me dois mon cœur.»

       *       *       *       *       *

»Il me semble que l'autre billet était en ces termes:

«Si je pouvais assurer ton repos en perdant le mien, je t'aime assez
pour t'en faire le sacrifice. Oui, je te fuirais si tu pouvais être
heureux sans moi, mais je connais trop ton cœur pour t'en croire
capable. Cependant tu restes aussi tranquille dans ta prison que si tu
me voyais sans cesse; romps tes chaînes sans différer, punis l'ennemi de
notre amour, mon cœur en sera la récompense.»

       *       *       *       *       *

«Après avoir fermé ces billets, elles sortirent ensemble, et je vous
avoue que j'eus de l'inquiétude pour elles et beaucoup d'envie de savoir
ce qui pouvait être arrivé à deux si jolies personnes. Cela m'empêcha de
me rendormir et j'attendais qu'elles revinssent, quand tout d'un coup,
l'on entendit un grand bruit dans la maison. Dans ce moment, je vis un
vieillard qui entrait dans cette chambre, suivi de plusieurs valets; il
tenait les cheveux d'une de ces belles filles tortillés autour de son
bras et la tirait après lui comme une misérable victime; sa sœur n'était
pas traitée avec moins de cruauté par ceux qui la menaient. «Perfides,
leur disait-il, vous n'êtes pas contentes du tort irréparable que vous
faites à mes neveux; vous voulez leur persuader d'être mes bourreaux: si
je ne vous avais surprises avec ces billets séducteurs, qu'en pouvait-il
arriver? Quelles suites funestes n'aurais-je pas eu lieu d'en craindre?
Mais vous me paierez tout pour une bonne fois. Dès que le jour paraîtra,
je vous ferai punir comme vous le méritez.»--«Ah! seigneur, dit celle
des deux qu'il tenait encore, considérez que nous sommes des filles de
qualité et que notre alliance ne peut vous déshonorer; que vos neveux
nous ont donné leur foi et reçu la nôtre; que dans un âge si peu avancé
nous avons tout quitté pour les suivre; que nous sommes étrangères et
abandonnées de tout le monde. Que deviendrons-nous? Nous n'oserions
retourner chez nos parents, et si vous voulez nous y contraindre ou nous
mettre en prison, donnez-nous plutôt la mort tout d'un coup.» Les larmes
qu'elle versait en abondance achevèrent de me toucher sensiblement, et
si le vieillard avait été aussi attendri que moi, il leur aurait bientôt
rendu le repos et la joie.

»Mes femmes, qui avaient entendu un si grand bruit et si proche de ma
chambre, se levèrent dans la crainte qu'il ne me fût arrivé quelque
accident; je leur fis signe de s'approcher doucement et de regarder à
travers les planches ce triste spectacle.

»Nous écoutions ce qu'ils disaient, lorsque deux hommes, l'épée à la
main, entrèrent dans ma chambre, dont mes femmes avaient laissé la porte
ouverte; ils avaient le désespoir peint sur le visage et la fureur dans
les yeux; j'en eus une si grande frayeur, que je ne vous la puis bien
exprimer; ils se regardèrent sans rien dire, et ayant entendu la voix du
vieillard, ils coururent de ce côté-là.

»Je ne doutai point que ce fût les deux amants, et c'était eux, en
effet, qui entrèrent comme deux lions dans cette chambre; ils
inspirèrent une si grande terreur à ces marauds de valets, qu'il n'y en
eut aucun qui osât s'approcher de son maître pour le défendre, quand ses
neveux s'avancèrent vers lui et lui mirent l'épée sur la gorge.
«Barbare, lui dirent-ils, pouvez-vous traiter ainsi des filles de
qualité que nous devons épouser? Pour être notre tuteur, avez-vous droit
d'être notre tyran? Et n'est-ce pas nous arracher la vie que de nous
séparer de ce que nous aimons? Nous pourrions bien à présent vous en
faire porter une juste punition, mais nous sommes incapables de nous
venger d'un homme de votre âge qui n'est pas en état de se défendre.
Donnez-nous votre parole et nous jurez sur ce qu'il y a de plus saint,
qu'en reconnaissance de la vie que nous vous laissons, vous contribuerez
à notre bonheur et que vous souffrirez que nous exécutions ce que nous
avons promis.»

»Le pauvre vieillard était si transi que les paroles lui mouraient dans
la bouche; il jura plus qu'on ne le voulait; il se mit à genoux, il
baisa plus de cent fois son pouce mis en croix sur un autre de ses
doigts, à la manière d'Espagne. Il leur dit néanmoins qu'en tout ce
qu'il avait fait, il n'avait envisagé que leurs propres intérêts; que
sans cette vue, il devait lui être fort indifférent qu'ils se mariassent
à leur fantaisie, et qu'enfin cela était résolu, qu'il ne s'y opposerait
de sa vie. Deux de ses domestiques le prirent sous le bras et
l'emportèrent plutôt qu'ils ne lui aidèrent à marcher. Alors les
cavaliers se voyant libres, se jetèrent entre les bras de leurs
maîtresses; ils se dirent les uns aux autres tout ce que la douleur,
l'amour et la joie peuvent inspirer dans de pareilles occasions. Mais,
en vérité, il faudrait avoir le cœur aussi touché et aussi content
qu'était le leur pour redire toutes ces choses. Elles ne sont propres
qu'aux personnes plus tendres que vous ne l'êtes, ma chère cousine;
dispensez-moi donc de vous en fatiguer. J'étais si fatiguée moi-même de
n'avoir pas encore dormi, que je ne les entendais plus que confusément;
mais pour ne plus les entendre du tout, je m'enfonçai dans mon lit et je
me couvris la tête de ma couverture.

»Le lendemain, Don Fernand de Tolède m'envoya des vins de liqueur avec
une grande quantité de confitures et d'oranges. Dès qu'il crut que l'on
me pouvait voir, il y vint. Après l'avoir remercié de son présent, je
lui demandai s'il n'avait rien entendu de ce qui s'était passé pendant
la nuit; il me dit que non, parce qu'il était dans un autre corps de
logis, mais qu'il en avait déjà appris quelque chose. J'allais lui
raconter ce que j'en savais, lorsque notre hôtesse entra dans ma
chambre. Elle me venait prier de la part des deux cavaliers qui
m'avaient fait si grand'peur, l'épée à la main, de vouloir bien recevoir
leurs excuses. Elle me dit aussi que deux demoiselles qui étaient proche
de Blaye souhaitaient de me faire la révérence. Je répondis à ces
honnêtetés comme je devais, et ils ne tardèrent guère sans venir.

»Que le retour de la joie produit des effets charmants! Je trouvai ces
messieurs fort bien faits et ces demoiselles très-aimables; ni les uns
ni les autres n'avaient plus sur leurs visages les caractères du
désespoir; un air de gaieté était répandu dans leurs actions et dans
leurs paroles. L'aîné des deux frères me dit tout ce qu'on peut dire de
plus honnête sur la bévue qu'ils avaient faite d'entrer dans ma chambre:
il ajouta qu'il avait bien remarqué la peur qu'il m'avait causée; mais
qu'il m'avouait que dans ce moment il se possédait si peu, qu'il n'avait
su penser à autre chose qu'à secourir sa maîtresse. Vous auriez été
blâmable, lui dis-je, si vous aviez pensé à autre chose; cependant, s'il
est vrai que vous ayez l'envie de réparer l'alarme que vous m'avez
donnée, ne refusez pas de satisfaire ma curiosité, et si ces belles
personnes y veulent consentir, apprenez-moi ce qui vous a réduits les
uns et les autres aux extrémités où vous avez été. Il les regarda comme
pour demander leur approbation, et elles la donnèrent de fort bonne
grâce à ce que je souhaitais; il commença ainsi:

«Nous sommes deux frères, madame, nés à Burgos et d'une des meilleures
maisons de cette ville. Nous étions encore fort jeunes lorsque nous
restâmes sous la conduite d'un oncle qui prit soin de notre éducation et
de notre bien, qui est assez considérable pour n'envier pas celui
d'autrui. Don Diègue (c'est le nom de notre oncle) avait lié depuis
longtemps une très-étroite amitié avec un gentilhomme qui demeure proche
de Blaye, dont le mérite est beaucoup au-dessus de sa fortune; on
l'appelle M. de Messignac. Comme notre oncle avait résolu de nous
envoyer quelque temps en France, il l'écrivit à son ami qui lui offrit
sa maison; il l'accepta avec joie. Il nous fit partir, et il y a un an
qu'on nous y reçut avec beaucoup de bonté. Madame de Messignac nous
traita comme ses propres enfants; elle en a plusieurs, mais de ses
quatre filles, celles que vous voyez, madame, sont les plus aimables. Il
aurait été bien difficile de les voir tous les jours, de demeurer avec
elles et de se défendre de les aimer éperdument.

«Mon frère me cacha d'abord sa passion naissante: je lui cachai aussi la
mienne; nous étions tous deux dans une mélancolie extrême; l'inquiétude
d'aimer sans être aimés et la crainte de déplaire à celles qui causaient
notre passion, tout cela nous tourmentait cruellement; mais une nouvelle
peur augmenta encore celle que nous avions déjà: ce fut une jalousie
effroyable que nous prîmes l'un contre l'autre. Mon frère voyait bien
que j'étais amoureux; il crut que c'était de sa maîtresse: je le
regardais aussi comme mon rival, et nous avions une haine l'un contre
l'autre qui nous aurait portés aux dernières extrémités, si un jour que
je m'étais trouvé dans un état à ne pouvoir plus ignorer ma destinée
sans mourir de douleur, je ne me fusse déterminé à découvrir mes
sentiments à mademoiselle de Messignac; mais comme je n'étais pas assez
hardi pour lui parler moi-même, j'écrivis sur des tablettes quelques
vers que j'avais faits pour elle et je les glissai dans sa poche; elle
ne s'en aperçut point. Mon frère, qui m'observait toujours, le remarqua,
et badinant avec elle, il les prit adroitement et trouva que c'était une
déclaration d'amour timide et respectueuse que je lui faisais. Il les
garda jusques au soir, que m'étant retiré dans ma chambre avec la
dernière inquiétude, il vint m'y trouver, et m'embrassant tendrement, il
me dit qu'il venait me témoigner l'excès de sa joie de me savoir
amoureux de mademoiselle de Messignac.

»Je demeurai comme un homme frappé de la foudre; je voyais mes tablettes
entre ses mains, je me persuadais qu'elle lui en avait fait un sacrifice
et qu'il venait insulter à mon malheur. Il connut à mon air et dans mes
yeux une partie de ce que je pensais. Détrompez-vous, continua-t-il,
elle ne m'a point confié vos tablettes; je les ai prises sans qu'elle
ait eu le temps de les voir. Je veux vous servir auprès d'elle; mais,
mon cher frère, servez-moi aussi près de sa sœur aînée. Je l'embrassai
alors et je lui promis tout ce qu'il voulait; ainsi, mutuellement, nous
nous rendions de bons offices l'un à l'autre, et nos maîtresses, qui ne
connaissaient point encore le pouvoir de l'amour, commencèrent à
s'accoutumer à en entendre parler.

«Ce serait abuser de votre patience de vous dire, madame, comme nous
parvînmes enfin par nos soins et nos assiduités à gagner leurs cœurs.
Que d'heureux moments! que de beaux jours! de voir sans cesse ce que
l'on aime, d'en être aimé, de se trouver ensemble à la campagne où la
vie innocente et champêtre laisse goûter sans trouble les plaisirs d'une
passion naissante! C'est une félicité que l'on ne peut exprimer.

«Comme l'hiver approchait, madame de Messignac fut à Bordeaux, où elle
avait une maison; nous l'y accompagnâmes: mais cette maison n'étant pas
assez grande pour nous loger avec toute sa famille, nous en prîmes une
proche de la sienne.

«Bien que cette séparation ne fût que pour la nuit, nous ne laissâmes
pas de la ressentir vivement; ce n'était plus se trouver à tous moments,
nos visites avaient un certain air de cérémonies qui nous alarmait; mais
nos alarmes redoublèrent beaucoup lorsque nous vîmes deux hommes riches
et bien faits s'attacher à mesdemoiselles de Messignac et attaquer la
place en forme; cela s'appelle qu'ils déclarèrent qu'ils prétendaient à
l'hyménée et qu'ils furent agréablement écoutés du père et de la mère.
O Dieu! que devînmes-nous? Leurs affaires allaient fort vite et nos
chères maîtresses, qui partageaient notre désespoir, mêlaient tous les
jours leurs larmes avec les nôtres. Enfin, après nous être bien
tourmentés et avoir cherché mille moyens inutiles, je me résolus d'aller
trouver M. de Messignac. Je lui parlai et je lui dis tout ce que ma
passion me put inspirer, pour lui persuader de différer ces mariages. Il
me dit qu'il recevait avec reconnaissance les offres que mon frère et
moi lui faisions; que n'étant point encore en âge, ce que nous ferions à
présent pourrait être cassé dans la suite; qu'il aimait l'honneur; que
sa fortune était médiocre, mais qu'il s'estimerait toujours heureux tant
qu'il pourrait vivre sans reproche; que mon oncle qui nous avait confiés
à lui serait en droit de l'accuser de nous avoir séduits, et qu'en un
mot, il n'y fallait pas penser.

«Je me retirai dans une affliction inconcevable, je la partageai avec
mon frère, et ce fut un trouble affreux parmi nous. M. de Messignac,
pour mettre le comble à nos malheurs, écrivit à mon oncle ce qui se
passait et le conjura de nous donner des ordres précis de partir. Il le
fit aussitôt; et ne voyant plus de remèdes à nos maux, nous fûmes, mon
frère et moi, trouver mesdemoiselles de Messignac; nous nous jetâmes à
leurs pieds, nous leur dîmes ce qui peut persuader des cœurs déjà
prévenus, nous leur donnâmes notre foi et des promesses signées de notre
sang; enfin, l'amour acheva de les vaincre, elles consentirent à leur
enlèvement. Il ne nous fut pas malaisé de prendre des mesures justes,
et notre voyage avait été heureux jusqu'à notre arrivée céans; mais il y
a deux jours, entrant dans cette maison, la première personne qui se
présenta à nous, ce fut Don Diègue. Il était impatient de notre retour,
et, pour se tirer de peine, il venait nous quérir lui-même. Que
devînmes-nous à cette vue? Il nous fit arrêter comme des criminels, et
oubliant que mesdemoiselles de Messignac étaient les filles de son
meilleur ami et personnes de qualité, il les chargea d'injures et les
accabla de reproches après qu'il eut appris d'un de mes gens que nous
avions résolu d'aller incognito jusqu'à Madrid, chez des parents que
nous y avons, pour attendre en ce lieu que nous eussions une entière
liberté de déclarer notre mariage. Il nous enferma dans une chambre
proche de la sienne, et nous y étions lorsque ces demoiselles sont
venues cette nuit, au clair de la lune, tousser sous nos fenêtres. Nous
les avons entendues et nous y sommes courus. Elles nous ont fait voir
leurs lettres et nous cherchions quelque chose pour les tirer, quand mon
oncle a été averti de ce qui se passait. Il est descendu sans bruit avec
tous ses gens, et à nos yeux il a outragé ces aimables personnes. Dans
l'excès de notre désespoir, nos forces ont sans doute augmenté, nous
avons enfoncé les portes que l'on avait fermées sur nous et nous
courions pour les secourir, lorsque imprudemment, madame, nous sommes
entrés dans votre chambre.

«Le cavalier se tut en cet endroit; je trouvai qu'il avait raconté sa
petite histoire avec esprit. Je le remerciai, et j'offris à ces
demoiselles mes soins et ceux de mes amis pour apaiser leur famille.
Elles les acceptèrent et m'en témoignèrent beaucoup de reconnaissance.»

Quelques dames de la ville, qui me sont venues voir, veulent m'arrêter;
elles me proposent d'aller chez des religieuses dont le couvent est au
haut de la côte. Elles m'offrent de m'y faire entrer, et me disent que
la vue de ce lieu n'a point de bornes, que l'on découvre tout à la fois
la mer, des vaisseaux, des villes, des bois et des campagnes; elles
vantent fort la voix, la beauté et les agréments de ces religieuses.
Ajoutez à cela que le mauvais temps est augmenté d'une telle manière, et
que la neige est tombée en si grande abondance, que personne ne me
conseille de me mettre en chemin.

J'ai balancé un peu, mais l'impatience que j'ai de me rendre à Madrid
l'emporte sur toutes ces considérations, et je pars demain; j'ai reçu de
mon banquier l'argent dont j'avais besoin. Il ne faut pas, au reste, que
j'oublie de vous dire que les habitants de cette ville ont un privilége
assez particulier, et dont aussi ils se vantent beaucoup. C'est que,
lorsqu'ils traitent de quelques affaires avec le roi d'Espagne, et que
c'est directement avec lui, il est obligé de leur parler la tête
découverte; on ne m'en a pu dire la raison[10].

On m'a avertie qu'il faut faire une grosse provision pour ne pas mourir
de faim en quelques endroits par où nous devons passer. Comme les
jambons et les langues de porc sont en réputation dans le pays, j'en ai
fait prendre une bonne quantité, et, à l'égard du reste, nous n'avons
rien oublié[11]. Cependant c'est aujourd'hui le jour du courrier, je ne
veux pas laisser passer cette occasion de vous donner de mes nouvelles,
ma chère cousine, et de vous assurer de toute ma tendresse.

A Saint-Sébastien, ce 20 février 1679.



DEUXIÈME LETTRE.


Je reprends sans compliment la suite de mon voyage, ma chère cousine. En
sortant de Saint-Sébastien, nous entrâmes dans un chemin fort rude qui
aboutit à des montagnes si affreuses et si escarpées, que l'on ne peut
les monter qu'en grimpant; on les appelle _sierra de San Andrian_. Elles
ne montrent que des précipices et des rochers, sur lesquels un amant
désespéré se tuerait à coup sûr, pour peu qu'il en eût envie. Des pins
d'une hauteur extraordinaire couronnent la cime de ces montagnes: tant
que la vue peut s'étendre, on ne voit que des déserts coupés de
ruisseaux plus clairs que du cristal. Vers le haut du mont San Andrian,
on trouve un rocher fort élevé qui semble avoir été mis au milieu du
chemin pour enfermer le passage, et séparer ainsi la Biscaye de la
Vieille-Castille.

Un long et pénible travail a percé cette masse de pierre en façon de
voûte: on marche quarante ou cinquante pas dessous, sans recevoir de
jour que par les ouvertures qui sont à chaque entrée. Elles sont fermées
par de grandes portes. On trouve sous cette voûte une hôtellerie que
l'on abandonne l'hiver à cause des neiges. On y voit aussi une petite
chapelle de saint Adrian et plusieurs cavernes où, d'ordinaire, les
voleurs se retirent; de sorte qu'il est dangereux d'y passer sans être
en état de se défendre. Lorsque nous eûmes traversé le roc, nous
montâmes encore un peu pour arriver jusqu'au sommet de la montagne, que
l'on tient la plus haute des Pyrénées; elle est toute couverte de grands
bois de hêtre. Il n'a jamais été une si belle solitude; les ruisseaux y
coulent comme dans les vallons; la vue n'est bornée que par la faiblesse
des yeux; l'ombre et le silence y règnent, et les échos répondent de
tous côtés. Nous commençâmes ensuite à descendre autant que nous avions
monté: l'on voit en quelques endroits des petites plaines peu fertiles,
beaucoup de sable et, de temps en temps, des montagnes couvertes de gros
rochers. Ce n'est pas sans raison, qu'en passant si proche l'on
appréhende qu'il ne s'en détache quelqu'un dont on serait assurément
écrasé, car on en voit qui sont tombés du sommet et qui se sont arrêtés
dans la pente sur d'autres rochers; et ceux-là, ne trouvant rien en leur
chemin, feraient mal passer le temps aux voyageurs. Je faisais toutes
ces réflexions à mon aise, car j'étais seule dans ma litière avec mon
enfant, et la conversation d'une petite fille n'est pas d'un grand
secours. Une rivière, nommée Urrola, assez grosse, mais qui était
beaucoup augmentée par les torrents et les neiges fondues, coule le long
du chemin et forme d'espace en espace des nappes d'eau et des cascades
qui tombent avec un bruit et une impétuosité sans pareille; cela donne
beaucoup de plaisir à la vue.

On ne trouve pas là ces beaux châteaux qui bordent la Loire, et qui
font dire aux voyageurs que c'est le pays des fées. Il n'y a, sur ces
montagnes, que des cabanes de bergers et quelques petits hameaux si
reculés, que pour y arriver, il faut les chercher longtemps; cependant
tous ces objets naturels, quoique affreux, ne laissent pas que d'avoir
quelque chose de très-beau. Les neiges étaient si hautes, que nous
avions toujours vingt hommes qui nous frayaient les chemins avec des
pelles. Vous allez peut-être croire qu'il m'en coûtait beaucoup: mais
les ordres sont si bien établis et si bien observés, que les habitants
d'un village sont obligés de venir au-devant des voyageurs, et de les
conduire jusqu'à ce qu'on trouve les habitants d'un autre village; et
comme l'on n'a aucun engagement de leur rien donner, la plus petite
libéralité les satisfait. On ajoute à ce premier soin celui de sonner
les cloches sans cesse, pour avertir les voyageurs des lieux où ils
peuvent faire retraite dans un si mauvais temps; il est très-rare d'en
voir un pareil dans ce pays; et l'on m'assura que, depuis quarante ans,
les neiges n'y avaient pas été si hautes que nous les trouvions: ainsi
on les regardait comme une espèce de prodige, et il se passe beaucoup
d'hivers sans qu'il gèle dans cette province.

Notre troupe était si grosse, que nous l'aurions bien disputé à ces
fameuses caravanes qui vont à la Mecque; car, sans compter mon train et
celui de Don Fernand de Tolède, il se joignit à nous, proche de
Saint-Sébastien, trois chevaliers avec leurs gens qui revenaient d'une
commanderie de Saint-Jacques. Ils étaient deux de cet ordre et un de
celui d'Alcantara. Ceux-là portaient leurs croix rouges, faites en
forme d'épée brodée, sur l'épaule, et celui d'Alcantara en avait une
verte: un des deux premiers est d'Andalousie, l'autre de Galice, et le
troisième de Catalogne. Ils sont d'une naissance distinguée: celui
d'Andalousie se nomme Don Estève de Carvajal; celui de Galice s'appelle
Don Sanche de Sarmiento; et celui de Catalogne, Don Frédéric de
Cardonne. Ils sont bien faits et savent fort le monde. J'en reçois
toutes les honnêtetés possibles, et je leur trouve quelque chose de nos
manières françaises. Il est vrai aussi qu'ils ont voyagé dans toute
l'Europe et que cela les a rendus fort polis. Nous allâmes coucher à
Galareta; c'est un bourg peu distant du mont Saint-Adrian, situé dans la
petite province d'Espagne dont je viens de parler, nommée Alava, qui
fait partie de la Biscaye. Nous y fûmes très-mal. L'on compte, de là à
Saint-Sébastien, onze lieues.

Nous eûmes un plus beau chemin depuis Galareta jusqu'à Vittoria, que
nous ne l'avions eu le jour précédent. La terre y rapporte beaucoup de
blés et de raisins, et les villages y sont fort près les uns des autres.
Nous trouvâmes les gardes de la douane, qui font payer les droits du roi
lorsqu'on passe d'un royaume à l'autre, et les royaumes en Espagne sont
d'une médiocre étendue. Ces droits se prennent sur les hardes et sur
l'argent que l'on porte. Ils ne nous dirent rien par une raison assez
naturelle, c'est que nous étions les plus forts[12]. Don Fernand de
Tolède m'avait raconté, le soir, que l'on voyait proche de notre chemin
le château de Quebare, où l'on disait qu'il revenait un lutin. Il me dit
cent extravagances que les habitants croyaient, et dont ils étaient si
bien persuadés, qu'effectivement personne n'y voulait demeurer. Je
sentis un grand désir d'y aller; car, encore que je sois naturellement
aussi poltronne qu'une autre, je ne crains pas les esprits; et, quand
bien même j'aurais été peureuse, notre troupe était si grosse, que je
comprenais assez qu'il n'y avait rien à risquer. Nous prîmes un peu sur
la gauche et nous fûmes au bourg de Quebare. Le maître de l'hôtellerie
où nous entrâmes avait les clefs du château; il disait, en nous y
menant, que le Duende, c'est-à-dire l'esprit follet, n'aimait pas le
monde, que, quand nous serions mille ensemble, si l'envie lui en
prenait, il nous battrait tous à nous laisser pour morts. Je commençai à
trembler; Don Fernand de Tolède et Don Frédéric de Cardonne qui me
donnaient la main, s'aperçurent bien de ma frayeur, et s'en éclatèrent
de rire. J'en eus honte, je feignis d'être rassurée, et nous entrâmes
dans le château, qui aurait passé pour un des plus beaux si l'on avait
pris soin de l'entretenir. Il n'y avait aucun meuble, excepté dans une
grande salle une tapisserie fort ancienne qui représentait les amours de
Don Pedro le Cruel et de Dona Maria de Padilla. On la voyait dans un
endroit, assise comme une reine au milieu des autres dames, et le roi
lui mettait sur la tête une couronne de fleurs. Dans un autre, elle
était à l'ombre d'un bois, le roi lui montrait un épervier qu'il tenait
sur le poing. Dans un autre encore, elle paraissait en habit de
guerrière, et le roi tout armé lui présentait une épée, ce qui m'a fait
croire qu'elle avait été à quelque expédition de guerre avec lui. Elle
était très-mal dessinée, et Don Fernand disait qu'il avait vu de ses
portraits, qu'elle avait été la plus belle et la plus mauvaise personne
de son siècle, et que les figures de cette tapisserie ne ressemblaient
point ni à elle ni au roi. Son nom, son chiffre et ses armes, étaient
partout. Nous montâmes dans une tour, au haut de laquelle était le
donjon, et c'est là que l'esprit follet demeurait. Mais apparemment il
était en campagne, car assurément nous ne vîmes et n'entendîmes rien qui
eût aucun rapport avec lui. Après avoir parcouru ce grand bâtiment, nous
en sortîmes pour reprendre notre chemin. En approchant de Vittoria, nous
traversâmes une plaine très-agréable; elle est terminée par la ville que
l'on trouve au bout, et qui est située dans cette province d'Espagne
dont je viens de parler, nommée Alava; c'est la ville capitale, aussi
bien que la première de Castille. Elle est formée de deux enceintes de
murailles, dont l'une est vieille et l'autre moderne; du reste, il n'y a
aucune fortification. Après que je me fus un peu délassée de la fatigue
du chemin, l'on me proposa d'aller à la comédie. Mais, en attendant
qu'elle commençât, j'eus un vrai plaisir de voir arriver dans la grande
place quatre troupes de jeunes hommes précédés de tambours et de
trompettes; ils firent plusieurs tours, et enfin, tout d'un coup, ils
commencèrent la mêlée à coups de pelotes de neige avec tant de vigueur,
qu'il n'a jamais été si bien peloté; ils étaient plus de deux cents qui
se faisaient cette petite guerre. De vous dire ceux qui tombaient, qui
se relevaient, qui culbutaient, qui étaient culbutés, et le bruit et la
huée du peuple: en vérité cela ne se peut. Mais je fus obligée de les
laisser dans ce ridicule combat pour me rendre au lieu où se devait
représenter la comédie. Quand j'entrai dans la salle, il se fit un grand
cri de _mira! mira!_ qui veut dire: regarde! regarde! La décoration du
théâtre n'était pas magnifique. Il était élevé sur des tonneaux et des
planches mal rangées; les fenêtres tout ouvertes: car on ne se sert
point de flambeaux, et vous pouvez penser tout ce que cela dérobe à la
beauté du spectacle. On jouait la _Vie de Saint-Antoine_; et lorsque les
comédiens disaient quelque chose qui plaisait, tout le monde criait:
_Victora! victora!_ J'ai appris que c'est la coutume de ce pays-ci. J'y
remarquai que le diable n'était pas autrement vêtu que les autres, et
qu'il avait seulement des bas couleur de feu et une paire de cornes pour
se faire reconnaître[13]. La comédie n'était que de trois actes, et
elles sont toutes ainsi. A la fin de chaque acte sérieux, on en
commençait un autre de farce et de plaisanteries, où paraissait celui
qu'ils nommaient _el gracioso_, c'est-à-dire le bouffon, qui, parmi un
grand nombre de choses assez fades, en dit quelquefois qui sont un peu
moins mauvaises[14]. Les entr'actes étaient mêlés de danses au son des
harpes et des guitares. Les comédiennes avaient des castagnettes et un
petit chapeau sur la tête, c'est la coutume quand elles dansent; et,
lorsque c'est la sarabande, il ne semble pas qu'elles marchent, tant
elles courent légèrement. Leur manière est toute différente de la nôtre:
elles donnent trop de mouvement à leurs bras, et passent souvent la main
sur leurs chapeaux et sur leurs visages, avec une certaine grâce qui
plaît assez; elles jouent admirablement bien des castagnettes.

Au reste, ne pensez pas, ma chère cousine, que ces comédiens, pour être
dans une petite ville, soient fort différents de ceux de Madrid. L'on
m'a dit que ceux du roi sont un peu meilleurs; mais, enfin, les autres
jouent ce que l'on appelle la _comedias famosas_; je veux dire les plus
belles et les plus fameuses comédies; et en vérité la plupart sont
très-ridicules. Par exemple, quand saint Antoine disait son _Confiteor_,
ce qu'il faisait assez souvent, tout le monde se mettait à genoux et se
donnait des _mea culpa_ si rudes, qu'il y avait de quoi s'enfoncer
l'estomac[15].

Ce serait ici un endroit à vous parler de leurs habits, mais il faut,
s'il vous plaît, que vous attendiez que je sois à Madrid; car,
description pour description, il vaut mieux choisir ce qui est plus
beau. Je ne puis pourtant pas m'empêcher de vous dire que toutes les
dames que je vis dans cette assemblée avaient une si prodigieuse
quantité de rouge, qui commence juste sous l'œil, et qui passe du menton
aux oreilles et aux épaules et dans les mains, que je n'ai jamais vu
d'écrevisses cuites d'une si belle couleur.

La gouvernante de la ville s'approcha de moi; elle touchait mes habits
et retirait vite sa main comme si elle s'était brûlée. Je lui dis, en
espagnol, qu'elle n'eût point de peur. Elle s'apprivoisa aisément, et me
dit que ce n'était pas par crainte, mais qu'elle avait appréhendé de me
déplaire; qu'il ne lui était pas nouveau de voir des dames françaises,
et que, s'il lui était permis, elle aimerait fort à prendre leurs modes.
Elle fit apporter du chocolat, dont elle me présenta, et l'on ne peut
disconvenir qu'on ne le fasse ici meilleur qu'en France. La comédie
étant finie, je pris congé d'elle après l'avoir remerciée de toutes ses
honnêtetés.

«Le lendemain, comme j'entrais dans l'église pour entendre la messe, je
vis un ermite qui avait l'air d'un homme de qualité et qui me demanda
l'aumône si humblement, que j'en fus surprise. Don Fernand, l'ayant
remarqué, s'approcha de moi et me dit: «La personne que vous regardez,
Madame, est d'une illustre maison et d'un grand mérite; mais sa destinée
a été bien malheureuse.--Vous me faites naître, lui dis-je, une forte
curiosité d'en savoir davantage, voudrez-vous bien la satisfaire?--Je
voudrai toujours ce qui dépendra de moi pour vous plaire, me dit-il;
mais je ne suis pas assez bien informé de ses aventures pour
entreprendre de vous les raconter, et je crois qu'il vaut mieux que je
l'engage de vous en faire le récit lui-même.» Il me quitta et s'en fut
aussitôt l'embrasser, comme l'on s'embrasse quand on se connaît. Don
Frédéric de Cardonne et Don Estève de Carvajal l'avaient déjà abordé,
parce qu'ils le connaissaient, et lorsque Don Fernand les eut joints,
ils le prièrent tous très-instamment de venir avec eux quand on aurait
dit la messe. Il s'en défendit un peu; mais lui ayant dit que j'étais
étrangère et qu'ils le conjuraient que je puisse apprendre de lui-même
ce qui l'avait obligé de se faire ermite, il y consentit enfin, à
condition que je lui permettrais d'amener un de ses amis qui était
parfaitement bien informé de tout ce qui le regardait.--«Rendons-nous
justice, continua-t-il, et jugez si je pourrais raconter de telles
particularités avec l'habit que je porte.» Ils trouvèrent qu'il avait
raison, et le prièrent de vouloir amener son ami; c'est ce qu'il fit
peu après que je fus revenue chez moi. Il me présenta un cavalier
très-bien fait; et prenant congé de nous fort civilement, il lui dit
qu'il lui serait obligé de satisfaire la curiosité que Don Fernand de
Tolède m'avait donnée, de connaître la source de ses malheurs; ce
gentilhomme prit place auprès de moi et commença en ces termes:

«Je me trouve fort heureux, Madame, que mon ami m'ait choisi pour
satisfaire l'envie que vous avez de savoir ses aventures; mais
j'appréhende de ne pas m'en acquitter aussi bien que je le voudrais.
Celui dont vous voulez apprendre l'histoire a été un des hommes du monde
le mieux faits; il serait difficile d'en bien juger, à présent qu'il est
comme enseveli dans son habit d'ermite. Il avait la tête belle, l'air
grand, la taille aisée, toutes les manières d'un homme de qualité; avec
cela, un esprit charmant, beaucoup de bravoure et de libéralité. Il est
né à Cagliari, capitale de l'île de Sardaigne, d'une des plus illustres
et des plus riches maisons de tout ce pays.

»On l'éleva avec un de ses cousins germains, et la sympathie qui se
trouva dans leur humeur et dans leurs inclinations fut si grande, qu'ils
étaient bien plus étroitement unis par l'amitié que par le sang: ils
n'avaient rien de secret l'un pour l'autre, et lorsque le marquis de
Barbaran fut marié (c'est le nom de son cousin), leur tendresse continua
de la même force.

»Il épousa la plus belle personne du monde et la plus accomplie: elle
n'avait que quatorze ans, elle était héritière d'une très-grande maison;
le marquis découvrait tous les jours de nouveaux charmes dans l'esprit
et dans la personne de sa femme, qui augmentaient aussi tous les jours
sa passion. Il parlait sans cesse de son bonheur à Don Louis de
Barbaran; c'est le nom, Madame, de mon ami, et lorsque quelques affaires
obligeaient le marquis de s'éloigner, il le conjurait de rester auprès
de la marquise et de la consoler de son absence. Mais, ô Dieu! qu'il est
malaisé, quand on est dans un âge incapable de réflexions sérieuses, de
voir sans cesse une personne si belle, si jeune et si aimable, et de la
voir avec indifférence. Don Louis aimait déjà éperdument la marquise et
croyait encore ne l'aimer qu'à cause de son mari. Pendant qu'il était
dans cette erreur, elle tomba dangereusement malade: il en eut des
inquiétudes si violentes, qu'il connut alors, mais trop tard, qu'elles
étaient causées par une passion qui devait faire tous les malheurs de sa
vie. Se trouvant dans cet état et n'y pouvant plus résister, il se fit
la dernière violence, et se résolut enfin de fuir et de s'éloigner d'un
lieu où il risquait de mourir d'amour ou de trahir les devoirs de
l'amitié. La plus cruelle mort lui aurait semblé plus douce que
l'exécution de ce dessein; cependant, lorsque la marquise commença de se
porter mieux, il fut chez elle pour lui dire adieu et ne la plus voir.

»Elle était occupée à choisir, parmi plusieurs pierreries de grand prix,
celles qui étaient les plus belles, dont elle voulait ordonner un
nouvel assortiment. Don Louis était à peine entré dans sa chambre,
qu'elle le pria, avec cet air de familiarité que l'on a pour ses
proches, de lui aller quérir d'autres pierreries qu'elle avait encore
dans son cabinet. Il y courut, et par un bonheur auquel il ne
s'attendait point, il trouva, parmi ce qu'il cherchait, le portrait de
la marquise fait en émail, entouré de diamants et rattaché d'un cordon
de ses cheveux; il était si ressemblant, qu'il n'eut pas la force de
résister au désir pressant qu'il eut d'en faire un larcin. «Je vais la
quitter, disait-il, je ne la verrai plus, je sacrifie tout mon repos à
son mari. Hélas! n'en est-ce point assez, et ne puis-je point sans crime
chercher dans mes peines une consolation aussi innocente que celle-ci.»
Il baisa plusieurs fois ce portrait; il le mit à son bras, il le cacha
avec soin, et, retournant vers elle avec ses pierreries, il lui dit en
tremblant la résolution qu'il avait prise de voyager. Elle en parut
étonnée; elle en changea de couleur. Il la regardait en ce moment; il
eut le plaisir de s'en apercevoir, et leurs yeux d'intelligence en
disaient plus que leurs paroles.--Hé! qui peut vous obliger, Don Louis,
lui disait-elle, de nous quitter? Votre cousin vous aime si tendrement;
je vous estime; nous sommes ravis de vous voir; il ne pourra vivre sans
vous. N'avez-vous pas déjà voyagé? Vous avez sans doute quelque autre
raison pour vous éloigner; mais au moins ne me le cachez pas. Don Louis,
pénétré de douleur, ne put s'empêcher de pousser un profond soupir, et
prenant une des belles mains de cette charmante personne, sur laquelle
il attacha sa bouche: «Ah! Madame, que me demandez-vous, lui dit-il; que
voulez-vous que je vous dise et que puis-je en effet vous dire dans
l'état où je suis?» La violence qu'il se faisait pour cacher ses
sentiments lui causa une si grande faiblesse, qu'il tomba demi-mort à
ses pieds. Elle resta troublée et confuse à cette vue; elle l'obligea de
s'asseoir auprès d'elle; elle n'osait lever les yeux sur lui, mais elle
lui laissait voir des larmes qu'elle ne pouvait s'empêcher de répandre
ni se résoudre de lui cacher.

»A peine étaient-ils remis de cette première émotion où le cœur n'écoute
que ses mouvements, lorsque le marquis entra dans la chambre. Il vint
embrasser Don Louis avec tous les témoignages d'une parfaite amitié; il
fut inconsolable quand il apprit qu'il partait pour Naples. Il n'omit
rien pour l'en dissuader; il lui montra inutilement toute sa douleur, il
ne s'y rendit point; il prit congé de la marquise sur-le-champ et ne la
revit plus. Le marquis sortit avec lui, il ne le quitta point jusqu'au
moment de son départ. C'était une augmentation de peine pour Don Louis,
il aurait bien voulu rester seul pour avoir une entière liberté de
s'affliger.

»La marquise fut sensiblement touchée de cette séparation; elle s'était
aperçue qu'il l'aimait avant qu'il l'eût bien connu lui-même, et elle
lui trouvait un mérite si distingué, qu'à son tour elle l'avait aimé
sans le savoir; mais elle ne le sut que trop après son départ. Comme
elle sortait d'une grande maladie dont elle n'était pas encore bien
remise, ce surcroît de chagrin la fit tomber dans une langueur qui la
rendit bientôt méconnaissable; son devoir, sa raison, sa vertu la
persécutaient également; elle sentait avec une extrême reconnaissance
les bontés de son mari, et elle ne pouvait souffrir qu'avec beaucoup de
douleur qu'un autre que lui occupât ses pensées et remplît sa tendresse;
elle n'osait plus prononcer le nom de Don Louis; elle ne s'informait
jamais de ses nouvelles; elle s'était fait un devoir indispensable de
l'oublier. Cette attention qu'elle avait sur elle-même lui faisait
souffrir un continuel martyre; elle en fit la confidence à une de ses
filles qu'elle aimait chèrement.--Ne suis-je pas bien malheureuse, lui
dit-elle? il faut que je souhaite de ne jamais revoir un homme pour
lequel je ne suis plus en état d'avoir de l'indifférence; son idée m'est
toujours présente; trop ingénieux à me nuire, je crois même le voir en
la personne de mon époux; la ressemblance qui est entre eux ne sert qu'à
entretenir ma tendresse. Ah! Marianne, il faut que je meure pour expier
ce crime, bien qu'il soit involontaire; il ne me reste que ce moyen de
me défaire d'une passion dont je n'ai pu jusqu'ici être maîtresse.
Hélas! que n'ai-je point fait pour l'étouffer, cette passion qui ne
laisse pas que de m'être chère!» Elle accompagnait ces paroles de mille
soupirs; elle fondait en larmes, et bien que cette fille eût de l'esprit
et beaucoup d'attachement pour sa maîtresse, elle ne pouvait lui rien
dire qui fût capable de la consoler.

»Cependant le marquis reprochait tous les jours à sa femme son
indifférence pour Don Louis. «Je ne puis souffrir, lui disait-il, que
vous ne pensiez plus à l'homme du monde que j'aime davantage et qui
avait pour vous tant de complaisance et tant d'amitié. Je vous avoue que
c'est une espèce de dureté qui fait mal juger de la bonté de votre cœur;
mais convenez au moins, Madame, qu'il n'était pas encore parti que vous
l'aviez déjà oublié.--De quoi lui servirait mon souvenir? disait la
marquise avec une langueur charmante; ne voyez-vous point qu'il nous
fuit? Ne serait-il pas encore avec nous s'il nous avait véritablement
aimés? Croyez-moi, Seigneur, il mérite un peu qu'on l'abandonne à son
tour.» Tout ce qu'elle pouvait dire ne rebuta point le marquis; il la
persécutait sans cesse pour qu'elle écrivît à Don Louis de revenir. Un
jour, entre autres, qu'elle était entrée dans son cabinet pour lui
parler de quelques affaires, elle le trouva occupé à lire une lettre de
Don Louis qu'il venait de recevoir.

»Elle voulut se retirer, mais il prit ce moment pour l'obliger de faire
ce qu'il souhaitait. Il lui dit fort sérieusement, qu'il ne pouvait plus
supporter l'absence de son cousin; qu'il était résolu de l'aller
trouver; qu'il y avait déjà deux ans qu'il était parti sans témoigner
aucun désir de revoir son pays et ses amis; qu'il était persuadé qu'il
aurait plus de déférence pour ses prières que pour les siennes; qu'il la
conjurait de lui écrire, et qu'enfin elle pouvait choisir ou de lui
donner cette satisfaction ou de se résoudre à le voir partir pour
Naples, où Don Louis devait faire quelque séjour. Elle demeura surprise
et embarrassée de cette proposition; mais connaissant qu'il attendait
avec une extrême inquiétude qu'elle se fût déterminée: «Que voulez-vous
que je lui mande, Seigneur? lui dit-elle d'un air triste. Dictez-moi
cette lettre, je l'écrirai; c'est tout ce que je puis, et je crois même
que c'est plus que je ne dois.» Le marquis, transporté de joie,
l'embrassa tendrement; il la remercia de sa complaisance et lui fit
écrire ces paroles devant lui:

«Si vous avez de l'amitié pour nous, ne différez pas votre retour, j'ai
des raisons pressantes pour le souhaiter; je vous veux du mal que vous
songiez si peu à revenir, et c'est payer les sentiments que l'on a pour
vous d'une indifférence qui n'est pas ordinaire. Revenez, Don Louis, je
le souhaite, je vous en prie, et s'il m'était permis de me servir de
termes plus pressants, je dirais peut-être que je vous l'ordonne.»

»Le marquis fit un paquet seul de cette fatale lettre, afin que Don
Louis ne pût croire que c'était par son ordre que la marquise la lui
avait écrite; et l'ayant envoyé au courrier, il en attendait le succès
avec une impatience qui n'est pas concevable. Que devint cet amant à la
vue d'un ordre si cher et si peu espéré? Bien qu'il eût remarqué des
dispositions de tendresse dans les regards de cette belle personne, il
n'aurait osé se promettre qu'elle eût souhaité son retour, sa raison se
révoltait contre sa joie. «Que je suis malheureux! disait-il; j'adore la
plus aimable de toutes les femmes et je n'ose lui vouloir plaire; elle a
de la bonté pour moi; l'honneur et l'amitié me défendent d'en profiter.
Que ferai-je donc, ô ciel! que ferai-je? Je m'étais flatté que l'absence
me pourrait guérir; hélas! c'est un remède que j'ai tenté inutilement;
je n'ai jamais jeté les yeux sur son portrait, que je ne me sois trouvé
plus amoureux et plus misérable que lorsque je la voyais tous les jours.
Il faut lui obéir: elle ordonne mon retour, elle veut bien me revoir et
elle ne peut ignorer ma passion. Lorsque je pris congé d'elle, mes yeux
lui déclarèrent le secret de mon cœur, et quand je me souviens de ce que
je vis dans les siens en ce moment, toutes mes réflexions deviennent
inutiles, et je me résous plutôt à mourir à ses pieds que de vivre
éloigné d'elle.»

»Il partit sans différer d'un seul jour et sans dire adieu à ses amis;
il laissa un gentilhomme pour l'excuser auprès d'eux et pour régler ses
affaires. Il avait tant d'empressement de revoir la marquise, qu'il fit,
pour se rendre auprès d'elle, une diligence que personne que lui
n'aurait pu faire. En arrivant à Cagliari, capitale de la Sardaigne, il
apprit que le marquis et sa femme étaient à une magnifique maison de
campagne, où le vice-roi les était allé voir avec toute sa cour. Il sut
encore que le marquis de Barbaran lui préparait une grande fête où il se
devait faire une course de cañas, à l'ancienne manière des Maures. Il
était le tenant et devait soutenir avec sa quadrille: qu'un mari aimé
est plus heureux qu'un amant.

»Bien des gens qui n'étaient pas de cette opinion se préparaient pour
lui aller disputer le prix que la marquise, à la prière de la
vice-reine, devait donner au victorieux: c'était une écharpe qu'elle
avait brodée elle-même et semée de ses chiffres. L'on ne devait y
paraître qu'en habit de masque, pour que tout y fût plus libre et plus
galant.

»Don Louis eut un secret dépit de comprendre le marquis si satisfait.
«Il est aimé, disait-il, je ne puis m'empêcher de le regarder comme un
rival et comme un rival heureux; mais il faut essayer de troubler sa
félicité en triomphant de sa vaine gloire.» Ayant formé ce dessein, il
ne voulut point paraître dans la ville; il se fit faire un habit de
brocart vert et or; il avait des plumes vertes, et toute sa livrée était
de la même couleur pour marquer ses nouvelles espérances.

»Lorsqu'il entra dans la lice où l'on devait courre, tout le monde
attacha les yeux sur lui; sa magnificence et son air donnèrent de
l'émulation aux cavaliers, et beaucoup de curiosité aux dames. La
marquise en sentit une émotion secrète dont elle ne put démêler la
cause; il était placé fort proche du balcon où elle était avec la
vice-reine; mais il n'y avait là aucune dame qui ne perdît tout son
éclat auprès de celui de la marquise: son air de jeunesse qui ne passait
pas encore dix-huit ans, son teint de lis et de rose, ses yeux si beaux
et si touchants, sa bouche incarnate et petite, un sourire agréable, et
sa taille qui commençait à passer les plus avantageuses, la rendaient
l'admiration de tout le monde.

»Don Louis fut tellement ravi de la revoir si belle et de remarquer, à
travers de ses charmes, un air triste et abattu, qu'il se flatta d'y
avoir quelque part; et ce fut le premier moment où il se trouva heureux.
Quand son tour vint, il courut contre le marquis et lui lança ses cannes
avec tant d'adresse, qu'il n'y en eut aucune qui manquât son coup. Il ne
fut pas moins habile à se parer de celles qu'il lui jeta; et enfin il
gagna le prix avec un applaudissement général.

»Il se rendit aux pieds de la marquise pour le recevoir de ses mains; il
déguisa le son de sa voix, et lui parlant avec son masque assez bas pour
n'être entendu que d'elle: «Divine personne, lui dit-il, veuillez
remarquer ce que la fortune décide en faveur des amants.» Il n'osa lui
en dire davantage; et, sans le connaître, elle lui donna le prix avec
cette grâce naturelle dont toutes ses actions étaient accompagnées.

»Il se retira promptement, de peur d'être connu, car ç'aurait été un
sujet de querelle entre le marquis et lui; et sans doute il ne lui
aurait pardonné qu'avec peine la victoire qu'il venait de remporter.
Cela l'obligea de se tenir encore caché pendant quelques jours. Le
vice-roi et sa femme revinrent à Cagliari; et monsieur et madame de
Barbaran les y accompagnèrent avec toute la Cour.

»Don Louis se fit voir alors; il feignit d'arriver et ne fit pas même
semblant d'avoir appris ce qui s'était passé à la campagne. Le marquis
de Barbaran fut transporté de joie en le voyant, et l'absence n'avait en
rien altéré la tendresse qu'il avait pour ce cher parent. Il ne fut pas
malaisé de se ménager un moment favorable pour entretenir son aimable
marquise; il avait autant de liberté dans sa maison que dans la sienne
propre, et vous jugerez bien, Madame, qu'il n'oublia pas de lui parler
du prix qu'il avait reçu de ses belles mains. «Que je suis malheureux,
lui disait-il, que vous ne m'ayez pas reconnu! Hélas! je me flattais,
Madame, que quelques secrets pressentiments vous apprendraient qu'un
autre que moi ne pouvait soutenir, avec tant de passion, la cause des
amants contre les maris.--Non, Seigneur, lui dit-elle d'un air assez
fier pour ne lui laisser aucune espérance, je ne voulais pas deviner que
vous fussiez partisan d'une si mauvaise cause, et je n'aurais pas cru
que vous eussiez pris des engagements si forts à Naples, que vous
fussiez venu jusqu'en Sardaigne triompher d'un ami qui soutenait mes
intérêts aussi bien que les siens.--Je mourrais de douleur, Madame,
interrompit Don Louis, si je vous avais déplu dans ce que j'ai fait; et
si vous aviez des dispositions un peu plus favorables et que j'osasse
vous prendre pour ma confidente, il ne me serait pas difficile de vous
persuader que ce n'est point à Naples que j'ai laissé l'objet de mes
vœux.» Comme la marquise appréhenda qu'il ne lui en dît plus qu'elle
n'en voulait entendre, et qu'il lui paraissait vivement touché du
reproche qu'elle lui avait fait, elle prit un air enjoué et, tournant la
conversation sur un ton de raillerie, elle lui répondit qu'il prenait
trop sérieusement ce qu'elle lui avait dit. Il n'osa profiter de cette
occasion pour lui déclarer son amour. S'il l'aimait plus que toutes
choses au monde, il ne la respectait pas moins.

»Lorsqu'il l'eut quittée, il commença de se reprocher sa timidité. «Eh
quoi! disait-il, souffrirai-je toujours sans chercher quelque
soulagement à mes peines?» Il se passa assez de temps sans qu'il pût
rencontrer une occasion favorable, parce que la marquise prenait soin de
l'éviter. Mais étant venu un soir chez elle, il la trouva seule dans son
cabinet. Le plafond en était tout peint et doré; il y avait, depuis le
haut jusqu'en bas, de grandes glaces jointes ensemble; un lustre de
cristal et des girandoles de même étaient remplis de bougies, qui
rassemblaient toutes leurs lumières autour d'elle, et la faisaient
paraître la plus belle personne du monde. Elle était couchée sur un lit
d'ange, le plus galant que l'on eut jamais vu; son déshabillé était
magnifique, et ses cheveux, rattachés de quelques nœuds de pierreries,
tombaient négligemment sur sa gorge. Le trouble qu'elle sentit, en
voyant Don Louis, parut sur son visage et la rendit encore plus belle.
Il s'approcha d'un air timide et respectueux; il se mit à genoux auprès
d'elle; il la regarda quelque temps sans oser lui parler; mais devenant
un peu plus hardi: «Si vous considérez, Madame, lui dit-il, l'état
pitoyable où vous m'avez réduit, vous comprendrez sans peine qu'il
n'est plus en mon pouvoir de garder le silence; je n'ai pu parer des
coups aussi inévitables que sont les vôtres, je vous ai adorée dès que
je vous ai vue, j'ai essayé de me guérir en vous fuyant, je me suis
arraché à moi-même en m'arrachant au plaisir d'être auprès de vous: ma
passion n'en a pas eu moins de violence. Vous m'avez rappelé, Madame, de
mon exil volontaire, et je meurs mille fois le jour, incertain de ma
destinée. Si vous êtes assez cruelle pour me refuser votre pitié,
souffrez au moins qu'après avoir appris ma passion je meure de douleur à
vos pieds.» La marquise fut quelque temps sans se pouvoir résoudre de
lui répondre. Enfin, se rassurant: «Je vous l'avoue, lui dit-elle, Don
Louis, j'ai déjà connu une partie de vos sentiments, mais je voulais me
persuader que c'était les effets d'une tendresse innocente; ne me rendez
point complice de votre crime; vous en faites un quand vous trahissez
l'amitié que vous devez à mon époux; mais, bon Dieu! vous n'en serez que
trop puni; je sais que le devoir vous défend de m'aimer; à mon égard il
ne me défend pas seulement de vous aimer, il m'ordonne de vous fuir. Je
le ferai, Don Louis, je vous fuirai, je ne sais même si je ne devrais
point vous haïr; mais, hélas! il me semble qu'il serait impossible de le
faire.--Hé! que faites-vous donc, Madame, interrompit-il d'un air de
douleur et de désespoir, que faites-vous, cruelle, quand vous prononcez
l'arrêt de ma mort! Vous ne pourriez me haïr, dites-vous: ne me
haïssez-vous pas, et ne me faites-vous point tout le mal dont vous êtes
capable, lorsque vous prenez la résolution de me fuir? Achevez, Madame;
achevez, ne laissez pas votre vengeance imparfaite; sacrifiez-moi à
votre devoir et à votre époux, aussi bien la vie m'est odieuse si vous
m'ôtez l'espoir de vous plaire.» Elle le regarda dans ce moment avec des
yeux pleins de langueur. «Don Louis, lui dit-elle, vous me faites des
reproches que je voudrais bien mériter.» En achevant ces mots elle se
leva; elle craignait trop que la tendresse triomphât de sa raison, et,
malgré l'effort qu'il fit pour la retenir, elle passa dans la chambre où
toutes ses femmes étaient.

»Elle crut avoir beaucoup gagné sur elle d'être sortie de cette
conversation sans répondre aussi favorablement que son cœur l'aurait
souhaité; mais l'amour est un séducteur qu'il ne faut point du tout
écouter, si l'on veut s'en défendre. Depuis ce jour, Don Louis commença
de se croire heureux, quoiqu'il manquât beaucoup de choses à sa parfaite
félicité: la marquise avait, en effet, un principe de vertu qui
s'opposait toujours avec succès aux désirs de son amant.

»Il n'avait plus ces scrupules d'amitié pour le marquis de Barbaran, qui
avaient si fort troublé son repos. L'amour avait entièrement banni
l'amitié; il le haïssait même en secret.

»Enfin, Don Louis se flattant que, peut-être, il pourrait trouver un
moment favorable pour toucher le cœur de la marquise de quelque pitié,
il le cherchait avec soin, et pour le trouver, un jour qu'il faisait
excessivement chaud, sachant bien que la marquise avait la coutume de se
retirer pour dormir l'après-midi, comme c'est un usage que chacun suit
en ce pays-là, il vint chez elle, ne doutant pas que tout le monde ne
fût endormi.

«Elle était dans un appartement bas qui donnait sur le jardin; tout
était fermé, et ce ne fut qu'à la faveur d'un faux jour qu'il vit sur
son lit cette charmante personne; elle dormait d'un profond sommeil.
Elle était à demi déshabillée, et il eut le temps de découvrir des
beautés qui augmentaient encore la force de sa passion. Il s'approcha si
doucement d'elle, qu'elle ne s'éveilla point; il y avait déjà quelques
moments qu'il la regardait avec tous les transports d'un homme qui ne se
possède plus, lorsque, voyant sa gorge nue, il ne put s'empêcher de lui
faire un larcin amoureux. Elle se réveilla en sursaut, elle n'avait pas
encore les yeux bien ouverts, la chambre était sombre, et elle n'aurait
jamais pu croire que Don Louis eût été si téméraire. Je vous ai dit,
Madame, qu'il ressemblait beaucoup au marquis de Barbaran; elle ne douta
donc point que ce fût lui, et le nommant plusieurs fois mon cher marquis
et mon cher époux, elle l'embrassa tendrement. Il connut bien son
erreur; quelque plaisir qu'elle lui procurât, il aurait souhaité n'en
être redevable qu'aux bontés de sa maîtresse. Mais, ô ciel! quel
contre-temps! le marquis vint dans ce dangereux moment, et ce ne fut pas
sans la dernière fureur qu'il vit la liberté que Don Louis prenait
auprès de sa femme. Au bruit qu'il avait fait en entrant, elle avait
tourné les yeux vers la porte, et voyant entrer son mari qu'elle croyait
auprès d'elle, l'on ne peut rien ajouter à sa surprise et à son
affliction de se trouver entre les bras d'un autre. Don Louis, désespéré
de cette aventure, se flatta que peut-être il ne l'aurait pas reconnu;
il passa promptement dans la galerie; et trouvant une fenêtre ouverte
qui donnait sur le jardin, il s'y jeta et sortit aussitôt par une porte
de derrière. Le marquis le poursuivit sans pouvoir le joindre. En
revenant sur ses pas, il trouva malheureusement le portrait de la
marquise qui était tombé du bras de Don Louis comme il courait. Il fit
sur-le-champ de très-cruelles réflexions; un tête-à-tête de Don Louis et
de sa femme à une heure où les dames ne voient personne, ce portrait
rattaché de ses cheveux qu'il venait de laisser tomber, enfin avoir vu
la marquise l'embrasser, tout cela ensemble lui donna lieu de soupçonner
sa vertu. «Je suis trahi, s'écria-t-il, je suis trahi par tout ce que
j'aimais au monde; qui peut être aussi malheureux que moi?» En achevant
ces mots, il rentra dans la chambre de sa femme. Elle se jeta d'abord à
ses pieds, et, fondant en larmes, elle voulut se justifier et lui faire
connaître son innocence; mais le démon de la jalousie le possédait à un
tel point, qu'il la repoussa avec violence, il n'écouta plus que les
transports de sa rage et de son désespoir, et détournant les yeux, pour
ne pas voir un objet aussi aimable et qu'il avait tant aimé, il eut la
barbarie d'enfoncer son poignard dans le sein de la plus belle et de la
plus vertueuse femme du monde. Elle se laissa égorger comme une
innocente victime, et son âme sortit avec un ruisseau de sang.

«O Dieu! m'écriai-je, trop imprudent Don Louis, pourquoi
abandonniez-vous cette charmante personne aux fureurs d'un mari
amoureux, emporté et jaloux? Vous l'auriez arrachée de ses cruelles
mains.--Hélas! Madame, reprit ce gentilhomme, il sortit sans réflexion,
et s'il avait pu prévoir un tel malheur, que n'aurait-il pas fait?»

«Aussitôt que l'infortunée marquise eut rendu les derniers soupirs, son
bourreau ferma son appartement, prit tout ce qu'il avait de pierreries
et d'argent, monta à cheval et s'enfuit avec une diligence extrême. Don
Louis, inquiet et plus amoureux qu'il ne l'avait jamais été, revint le
soir chez elle, au hasard de tout ce qui pourrait lui arriver. Il fut
surpris quand on lui dit qu'elle avait toujours dormi, que sa chambre
était encore fermée et que le marquis était monté à cheval. Un
pressentiment secret commença de lui faire tout craindre; il fut vite
dans le jardin, et par la même fenêtre qu'il avait trouvée ouverte, il
entra dans la galerie et de là dans la chambre. Il y faisait si sombre,
qu'il marchait à tâtons, lorsqu'il sentit quelque chose qui faillit le
faire tomber. Il se baissa et connut bien que c'était un corps mort. Il
poussa un grand cri, et ne doutant point que ce fût celui de sa chère
maîtresse, il tomba pâmé de douleur. Quelques-unes des femmes de la
marquise se promenaient sous les fenêtres de son appartement; elles
entendirent les cris de Don Louis; elles montèrent aisément par la même
fenêtre et entrèrent. Quel triste spectacle, bon Dieu! peut-on se le
figurer! l'amante morte, l'amant prêt à mourir; je ne trouve point de
paroles qui vous puissent bien exprimer l'état où il était. Il ne fut
pas plutôt revenu à soi par la force des remèdes, que sa douleur, sa
rage et son désespoir éclatèrent avec tant de violence, que l'on croyait
qu'il n'y aurait jamais rien qui pût le consoler, et je suis persuadé
qu'il n'aurait point survécu à celle dont il venait de causer la perte,
si le désir de la venger ne l'avait encore animé.

«Il partit comme un furieux à la quête du marquis de Barbaran, il le
chercha partout sans pouvoir le trouver. Il parcourut l'Italie, passa
par l'Allemagne, il revint en Flandre, il se rendit en France. On
l'assura que le marquis était à Valence, en Espagne. Il y fut et ne l'y
rencontra point. Enfin, trois ans s'étant écoulés sans qu'il pût trouver
les moyens de sacrifier son ennemi aux mânes de sa maîtresse; la grâce
qui peut tout, et particulièrement sur les grandes âmes, toucha la
sienne si efficacement, que tout à coup il changea ses désirs de
vengeance en des désirs sérieux de faire son salut et de sortir du
monde.

«Étant rempli de cet esprit, il retourna en Sardaigne: il vendit tout
son bien, qu'il distribua à quelques-uns de ses amis, qui avec beaucoup
de mérites étaient fort pauvres, et par ce moyen il se rendit si pauvre
lui-même, qu'il voulut être réduit à demander l'aumône.

«Il avait vu, en allant autrefois à Madrid, un lieu tout propre à faire
un ermitage (c'est vers le Mont-Dragon). Cette montagne est presque
inaccessible, et l'on n'y passe que par une ouverture qui est au milieu
d'un grand rocher. Elle se ferme lorsqu'il tombe de la neige, et
l'ermitage est enseveli plus de six mois dessous. Don Louis en fit bâtir
un en ce lieu; il avait accoutumé d'y passer des années entières sans
voir qui que ce soit. Il y faisait les provisions nécessaires, il a de
bons livres et il demeurait seul dans cette affreuse solitude; mais
cette année, on l'a forcé de venir ici à cause d'une grande maladie dont
il a pensé mourir. Il y a déjà quatre ans qu'il mène une vie toute
spirituelle et si différente de celle pour laquelle il était né, que ce
n'est qu'avec peine qu'il voit les personnes qui le connaissent.

«A l'égard du marquis de Barbaran, il a quitté pour jamais l'île de
Sardaigne, où il n'a pas la liberté de retourner. J'ai appris qu'il
s'est remarié à Anvers, à la veuve d'un Espagnol nommé Fonceca.

«Et c'est lui-même qui a raconté à un de mes amis les particularités de
son crime; il en est si furieusement bourrelé, qu'il croit toujours voir
sa femme mourante qui lui fait des reproches, et son imagination en est
si blessée, qu'il en a contracté une noire mélancolie dont on appréhende
qu'il ne meure bientôt ou qu'il ne perde tout à fait l'esprit.»

«Ce cavalier se tut à cet endroit, et comme je n'avais pu m'empêcher de
pleurer la fin tragique d'une si aimable personne, Don Fernand de
Tolède, qui l'avait remarqué et qui n'avait pas voulu m'en parler,
crainte d'interrompre le fil de l'histoire, m'en fit la guerre et me dit
galamment, qu'il était ravi de me connaître sensible a la pitié, et que
je pourrais n'être pas longtemps sans trouver des sujets dignes de
l'exercer. Je m'arrêtai moins à lui répondre, qu'à remercier ce
gentilhomme qui avait bien voulu me raconter une aventure aussi
extraordinaire. Je le priai de faire mes compliments à Don Louis et de
lui donner de ma part deux pistoles, puisqu'il recevait des aumônes. Don
Fernand et chacun des chevaliers en donnèrent autant. «Voilà, nous dit
ce cavalier, de quoi enrichir les pauvres de Vittoria, car Don Louis ne
s'approprie pas des charités si fortes.» Nous dîmes qu'il en était le
maître et qu'il en ferait tel usage qu'il jugerait à propos; mais pour
en revenir à mes aventures.»

Bien que j'aie un passe-port du roi d'Espagne le mieux spécifié et le
plus général qu'il est possible, j'ai été obligée de prendre un billet
de la douane, car, sans cette précaution, on aurait confisqué toutes mes
hardes. De quoi me sert le passe-port du roi? leur ai-je dit.--De rien
du tout, ont-ils répliqué; les commis et les gardes des douanes ne
daignent pas même jeter les yeux dessus; ils disent qu'il faut que le
roi vienne les assurer que cet ordre vient de lui; lorsque l'on manque à
la formalité de prendre ce billet, l'on vous confisque tout ce que vous
avez. Il est inutile de s'excuser sur ce que l'on est étranger et qu'on
est mal informé des coutumes du pays. Ils répondent sèchement que
l'ignorance de l'étranger fait le profit de l'Espagnol[16]. Le mauvais
temps m'a retenue encore deux jours ici, pendant lesquels j'ai vu la
Gouvernante et la Comédie. La principale place de cette ville est ornée
d'une fort belle fontaine, qui est au milieu; elle est entourée de la
Maison de Ville, de la prison, de deux couvents et de plusieurs maisons
assez bien bâties. Il y a la ville neuve et la vieille; tout le monde
quitte cette dernière pour venir demeurer dans l'autre. On y trouve des
marchands fort riches; leur commerce se fait à Saint-Sébastien ou à
Bilbao. Ils envoient beaucoup de fer à Grenade, en Estramadure, en
Galice et dans les autres parties du royaume. Je remarquai que les
grandes rues sont bordées de beaux arbres, et ces arbres arrosés de
ruisseaux d'eau vive. Du Mont Saint-Adrian ici, il y a sept lieues;
enfin je vais partir et finir cette longue lettre; il est tard, et je
vous ai tant parlé de ce que j'ai vu, que je ne vous ai rien dit de ce
que je sens pour vous. Croyez au moins, ma chère cousine, que ce n'est
pas manque d'avoir bien des choses à vous dire; votre cœur m'en sera
caution s'il est encore à mon égard ce que vous m'avez promis.

De Vittoria, ce 24 février 1679.



TROISIÈME LETTRE.


Mes lettres sont si longues qu'il est difficile de croire, quand je les
finis, que j'aie encore quelque chose à vous dire; cependant, ma chère
cousine, je n'en ferme jamais aucune qu'il ne me reste toujours de quoi
vous en écrire une autre. Quand je n'aurais à vous parler que de mon
amitié, c'est un chapitre inépuisable. Vous en jugerez aisément par le
plaisir que je trouve à faire ce que vous souhaitez. Vous avez voulu
savoir toutes les particularités de mon voyage: je vais continuer de
vous les raconter.

Je partis assez tard de Vittoria, à cause que je m'étais arrêtée chez la
Gouvernante dont je vous ai parlé, et nous fûmes coucher à Miranda. Le
pays est fort agréable jusqu'à Arigny. Nous arrivâmes ensuite par un
chemin difficile au bord de la rivière d'Urola, dont le bruit est
d'autant plus grand qu'elle est remplie de gros rochers sur lesquels
l'eau frappe, bondit, retombe et forme des cascades naturelles en
plusieurs endroits. Nous continuâmes de monter les hautes montagnes des
Pyrénées où nous courûmes, mille dangers différents. Nous y vîmes les
restes antiques d'un vieux château, où l'on ne fait pas moins revenir de
lutins qu'à celui de Guebare; il est proche de Gargançon, et comme il
nous y fallut arrêter pour montrer mon passe-port, parce que l'on paye
là les droits du Roi, j'appris de l'alcade du bourg, qui s'approcha de
ma litière pour lier conversation avec moi, que l'on disait dans le pays
qu'il y avait autrefois un roi et une reine qui avaient pour fille une
princesse si belle et si charmante, qu'on la prenait plutôt pour une
divinité que pour une simple mortelle. On l'appelait Mira, et c'est de
son nom qu'est venu le _Mira_ des Espagnols, qui veut dire regarde;
parce que, aussitôt qu'on la voyait, tout le monde attentif s'écriait:
Mira, Mira; voilà l'étymologie d'un nom tirée d'assez loin. On ne voyait
point cette princesse sans en devenir éperdument amoureux; mais sa
fierté et son indifférence faisaient mourir tous ses amants. Le basilic
n'avait jamais tant tué de monde que la belle et trop dangereuse Mira.
Elle dépeupla ainsi le royaume de son père et toutes les contrées
d'alentour. Ce n'était que morts et mourants. Après s'être adressé
inutilement à elle, on s'adressait au ciel pour demander justice de sa
rigueur. Les dieux s'irritèrent enfin, et les déesses ne furent pas les
dernières à se fâcher; de sorte que, pour la punir, les fléaux du ciel
achevèrent de ravager le royaume de son père. Dans cette affliction
générale, il consulta l'oracle, qui dit que tant de malheurs ne
cesseraient point jusqu'à ce que Mira eût expié les maux que ses yeux
avaient faits, et qu'il fallait qu'elle partît; que les destins la
conduiraient dans le lieu fatal où elle devait perdre son repos et sa
liberté. La princesse obéit, croyant qu'il était impossible qu'elle fût
touchée de tendresse. Elle ne mena avec elle que sa nourrice; elle
était vêtue en simple bergère, de peur qu'on la remarquât, soit par mer,
soit par terre. Elle parcourut les deux tiers du monde, faisant chaque
jour trois où quatre douzaines d'homicides, car sa beauté n'était point
diminuée par les fatigues du voyage. Elle arriva proche de ce vieux
château qui était à un jeune comte appelé Nios, doué de mille
perfections, mais le plus farouche de tous les hommes. Il passait sa vie
dans les bois; dès qu'il apercevait une femme, il la fuyait, et, de
toutes les choses qu'il voyait sur la terre, c'était celle qu'il
haïssait davantage. La belle Mira se reposait un jour au pied de
quelques arbres, lorsque Nios vint à passer, vêtu de la peau d'un lion,
un arc à sa ceinture et une massue sur l'épaule. Il avait ses cheveux
tout mêlés et il était barbouillé comme un charbonnier (cette
circonstance est du conte). La princesse ne laissa pas que de le trouver
le plus beau et le plus charmant des hommes. Elle courut après lui comme
une folle; il s'enfuit comme un fou. Elle le perdit de vue; elle ne sut
où le trouver; la voilà au désespoir, pleurant jour et nuit avec sa
nourrice. Nios revint à la chasse; elle le vit encore, elle voulut le
suivre; dès qu'il l'eut aperçue, il fit comme la première fois, et Mira
de pleurer amèrement. Mais sa passion lui donnant des forces, elle
courut mieux que lui, elle l'arrêta par ses longs cheveux et le pria de
la regarder; elle croyait que cela suffisait pour le toucher. Il jeta
les yeux sur elle avec autant d'indifférence que si elle eût été de
bois. Jamais fille n'a été si surprise; elle ne voulut point le
quitter; elle vint malgré lui à son château. Dès qu'elle y fut entrée,
il l'y laissa et ne parut plus. La pauvre Mira, inconsolable, mourut de
douleur, et depuis, l'on dit que l'on entend de longs gémissements qui
sortent du château de Nios. Les jeunes filles de la contrée y allaient
et lui portaient de petits présents de fruits, de lait et d'œufs,
qu'elles posaient à la porte d'une cave où personne ne veut entrer.
Elles disaient que c'était pour la consoler; mais cette coutume a été
abolie comme une superstition. Bien que je n'aie rien cru de tout ce que
l'on me dit à Gargançon de Mira et de Nios, je ne laissai pas de prendre
plaisir au récit de ce conte dont j'omets mille particularités, dans la
crainte de vous ennuyer par sa longueur.

Ma fille était si aise qu'il ne tint pas à elle que nous ne
retournassions sur nos pas, pour mettre à la porte de la cave quelques
perdrix rouges que mes gens venaient d'acheter. Elle comprenait que les
mânes de la princesse seraient fort consolées de recevoir ce témoignage
de notre bonne volonté; mais pour moi je compris que je serais plus
contente qu'elle d'avoir ces perdrix à mon souper. Nous passâmes la
rivière d'Urola sur un grand pont de pierre; et, après en avoir traversé
un autre à gué assez difficilement, à cause des neiges fondues, nous
arrivâmes à Miranda d'Ebro. C'est un gros bourg ou une fort petite
ville. Il y a une grande place ornée de fontaines. La rivière de l'Èbre,
qui est une des plus considérables de l'Espagne, la traverse; l'on voit
sur le haut d'une montagne le château avec plusieurs tours. Il paraît
être de quelque défense, et il sort une si grosse fontaine d'un rocher
sur lequel il est bâti, que dès sa source elle fait moudre des moulins.
Du reste, je n'y remarquai rien qui mérite de vous être écrit. Les trois
chevaliers, dont je vous ai déjà parlé, étaient arrivés avant moi et ils
avaient donné tous les ordres nécessaires pour le souper. Ainsi nous
mangeâmes ensemble, et bien que la nuit parût avancée, parce que les
jours sont courts en cette saison, il n'était pas tard. De sorte que ces
Messieurs, qui ont beaucoup d'honnêteté et de complaisance pour moi, me
demandèrent ce que je voulais faire. Je leur proposai de jouer à
l'hombre, et dis que je me mettrais de moitié avec Don Fernand de
Tolède. Ils acceptèrent la partie. Don Frédéric de Cardone dit qu'il
aimerait mieux m'entretenir que de jouer. Ainsi les trois autres
commencèrent, et je m'arrêtai quelque temps à les voir avec beaucoup de
plaisir, car leurs manières sont tout à fait différentes des nôtres. Ils
ne prononcent jamais un mot, je ne dis pas pour se plaindre (cela serait
indigne de la gravité espagnole), mais je dis pour demander un gano,
pour couper de plus haut ou pour faire entendre que l'on peut prendre
quelque autre avantage. Enfin il semble des statues qui agissent par le
moyen d'un ressort, et il est vrai qu'ils se reprocheraient à eux-mêmes
le moindre geste.

Après les avoir examinés, je passai vers le brasier et Don Frédéric s'y
plaça près de moi; il me demanda en quel état étaient les affaires
lorsque j'étais partie de Paris; qu'il m'avouait que les grandes
qualités du roi de France faisaient bien souvent le sujet de ses plus
agréables réflexions; qu'il avait eu l'honneur de le voir, que son idée
lui était toujours présente et que, depuis ce temps-là, il en avait
parlé comme d'un monarque digne de l'amour de ses sujets et de la
vénération de tout le monde. Je lui répliquai que les sentiments qu'il
avait pour le Roi me confirmaient la bonne opinion que j'avais déjà de
son esprit et de ses lumières; qu'il était certain que nos ennemis et
les étrangers ne pouvaient, sans admiration, entendre parler des grandes
actions de ce monarque, de sa conduite, de sa bonté pour ses peuples et
de sa clémence. Que, quelque temps avant mon départ, on avait reçu les
nouvelles de la ratification de la paix avec la Hollande; qu'il savait
assez combien la guerre, qui avait commencé en 1672, avait intéressé de
princes; que les Hollandais, mieux conseillés que les autres, avaient
fait leur paix, et que le traité qui venait d'être conclu à Nimègue
était su de toute l'Europe, et lui rendait la tranquillité qu'elle avait
perdue.

J'ajoutai à cela que le roi venait de réduire ses compagnies de
cavalerie à trente-sept maîtres et celles de dragons à quarante-cinq;
que cette réforme allait à quatre mille chevaux, et que celle qu'il
avait encore faite de quinze soldats par compagnie d'infanterie, montait
à quarante-cinq mille hommes; qu'il avait aussi retranché dix hommes par
chaque compagnie de cavalerie, ce qui allait à douze mille chevaux; que
tout cela faisait voir ses dispositions pour entretenir les traités de
bonne foi.

Il me répondit que le Roi son maître n'y était pas moins disposé; qu'il
l'en avait entendu parler plusieurs fois, et qu'il y avait peu qu'il
l'avait quitté; qu'il s'était rendu auprès de lui parce qu'il avait été
député par la principauté de Catalogne, avec ceux du royaume de Valence,
pour le supplier de faire sortir de leur pays les troupes qui y sont en
quartier d'hiver; que bien loin de l'obtenir, ils s'estimaient heureux
qu'on ne leur eût pas donné quelques-unes de celles qui étaient venues
de Naples et de Sicile; qu'ils avaient paré les coups avec bien de la
peine; qu'on les avait envoyées sur les frontières du Portugal et dans
les royaumes de Galice et de Léon. Mais, continua-t-il, si on nous avait
secondés, ce ne serait pas, à présent, au roi d'Espagne que nous nous
adresserions pour être soulagés. Les peuples de Catalogne, accablés de
l'oppression et de la violence inouïe des Castillans, cherchèrent, en
1640, les moyens de s'en affranchir. Ils se mirent sous la protection du
Roi Très-Chrétien et, pendant l'espace de douze ans, ils s'y trouvèrent
fort heureux. Les guerres civiles qui troublèrent le repos dont la
France jouissait, lui ôtèrent les moyens de nous secourir contre le roi
d'Espagne. Il sut bien profiter de la conjoncture, et il réunit
Barcelone, avec la plus grande partie de cette principauté, sous son
obéissance[17]. Je lui demandai s'il retournerait bientôt en ce
pays-là; il me dit que la duchesse de Medina-Celi, sa proche parente,
venait de gagner un grand procès contre la duchesse de Frias, sa
belle-mère, femme du connétable de Castille; qu'il s'agissait du duché
de Segorbe, dans le royaume de Valence, et du duché de Cardone, dans la
principauté de Catalogne; que madame de Medina-Celi prétendait à ces
deux terres, comme fille aînée et héritière du duc de Cardone; que la
duchesse de Frias, l'ayant épousé en premières noces, en était en
possession par le testament de son mari, qui lui en avait laissé la
jouissance sa vie durant; mais qu'enfin madame de Frias avait été
condamnée à rendre les terres à la duchesse de Medina-Celi, avec les
jouissances de neuf ans, qui montaient à quarante mille écus par an[18];
qu'elle voulait l'engager d'aller, en son nom, prendre possession du
duché de Cardone et qu'il ne pensait pas qu'il pût la refuser.

Il me dit ensuite qu'il y avait deux choses assez singulières dans ce
duché, dont l'une est une montagne de sel, en partie blanche comme la
neige, et l'autre plus claire et plus transparente que du cristal; qu'il
y en a de bleu, de vert, de violet, d'incarnat, d'orangé et de mille
couleurs différentes, qui ne laisse pas de perdre sa teinture et de
devenir tout blanc quand on le lave; il s'y forme et y croît
continuellement, et bien qu'il soit salé, et que d'ordinaire les
endroits où l'on trouve le sel soient si stériles que l'on n'y voit pas
même de l'herbe, il y a dans ce lieu-là des pins d'une grande hauteur et
des vignobles excellents. Lorsque le soleil darde ses rayons sur cette
montagne, il semble qu'elle soit composée des plus belles pierreries du
monde, et le meilleur, c'est qu'elle est d'un revenu considérable[19].

L'autre particularité dont il me parla, c'est d'une fontaine dont l'eau
est très-bonne et la couleur pareille à du vin clairet. On ne m'a rien
dit de celle-là, interrompis-je; mais un de mes parents, qui a été en
Catalogne, m'a assuré qu'il y en a une, près de Balut, dont l'eau est de
sa couleur naturelle, et cependant tout ce que l'on y met est comme de
l'or. Je l'ai vue, Madame, continua Don Frédéric, et je me souviens
qu'un homme fort avare et encore plus fou y allait tous les jours jeter
son argent, parce qu'il croyait qu'il se changerait en or; mais il se
ruinait, bien loin de s'enrichir, car quelques paysans plus fins et plus
habiles que lui, ayant aperçu ce qu'il faisait, attendaient un peu plus
bas, et le coulant de l'eau leur conduisait cet argent. Si vous
retourniez en France par la Catalogne, ajouta-t-il, vous verriez cette
fontaine. Ce ne serait pas elle qui pourrait m'y attirer, lui dis-je,
mais l'envie de passer par le Montserrat me ferait faire un plus long
voyage. Il est situé, dit-il, proche de Barcelone, et c'est un lieu
d'une grande dévotion: il semble que le rocher est scié par la moitié;
l'église est un peu plus haut, petite et obscure. A la clarté de
quatre-vingt-six lampes d'argent, on aperçoit l'image de la Vierge qui
est fort brune, et que l'on tient pour miraculeuse. L'autel a coûté
trente mille écus à Philippe second, et l'on y voit chaque jour des
pèlerins de toutes les parties du monde. Ce saint lieu est rempli de
plusieurs ermitages, habités par des solitaires d'une grande piété.

Ce sont, pour la plupart, des personnes de naissance, qui n'ont quitté
le monde qu'après l'avoir bien connu et qui paraissent charmés des
douceurs de leur retraite, bien que le séjour en soit affreux et qu'il
eût été impossible d'y aborder si l'on n'avait pas taillé un chemin dans
les rochers. On ne laisse pas d'y trouver plusieurs beautés, une vue
admirable, des sources de fontaine, des jardins très-propres, cultivés
de la main de ces bons religieux, et partout un certain air de solitude
et de dévotion qui touche ceux qui s'y rendent. Nous avons encore une
autre dévotion fort renommée, ajouta-t-il: c'est _Nuestra Señora del
Pilar_. Elle est à Saragosse, dans une chapelle, sur un pilier de
marbre; elle tient le petit Jésus entre ses bras. On prétend que la
Vierge apparut sur ce même pilier à saint Jacques, et l'on en vénère
l'image avec beaucoup de respect. On ne peut la remarquer fort bien,
parce qu'elle est élevée et dans un lieu si obscur que, sans les flammes
qui l'éclairent, on ne s'y verrait pas. Il y a toujours plus de
cinquante lampes allumées; l'or et les pierreries brillent de tous
côtés, et les pèlerins y viennent en foule[20]. Mais, continua-t-il, je
puis dire, sans prétention pour Saragosse, que c'est une des plus belles
villes qu'on puisse voir. Elle est située le long de l'Èbre, dans une
vaste campagne; elle est ornée de grands bâtiments, de riches églises,
d'un pont magnifique, de belles places et des plus jolies femmes du
monde, agréables, vives, qui aiment la nation française et qui
n'oublieraient rien pour vous obliger à dire du bien d'elles, si vous y
passiez. Je lui dis que j'en avais déjà entendu parler d'une manière
très-avantageuse. Mais, continuai-je, ce pays est fort stérile, et les
soldats n'y subsistent qu'avec beaucoup de peine. En effet,
répliqua-t-il, soit que l'air n'y soit pas sain, ou qu'il leur manque
quelque chose, les Flamands et les Allemands n'y peuvent vivre; et s'ils
n'y meurent pas tous, ils tâchent de trouver les moyens de déserter. Les
Espagnols et les Napolitains sont encore plus portés qu'eux à cet esprit
de désertion. Ces derniers passent par la France et retournent en leur
pays; les autres côtoient les Pyrénées, le long du Languedoc et rentrent
dans la Castille par la Navarre ou par la Biscaye. C'est une route que
les vieux soldats ne manquent guère de tenir; pour les nouveaux, ils
périssent dans la Catalogne, parce qu'ils n'y sont pas accoutumés, et
l'on peut assurer qu'il n'y a pas de lieu où la guerre embarrasse tant
le Roi d'Espagne qu'en celui-là. Il ne s'y soutient qu'avec beaucoup de
dépense, et les avantages que les ennemis y remportent sur lui ne
peuvent être petits. Je sais aussi que l'on est plus sensible à Madrid
sur la moindre perte qui se fait en Catalogne, qu'on ne le serait sur la
plus grande qui se ferait en Flandre, à Milan ou ailleurs. Mais à
présent, continua-t-il, nous allons être plus tranquilles que nous ne
l'avons été; l'on espère, à la Cour, que la paix sera de durée, parce
que l'on y parle fort d'un mariage qui ferait une nouvelle alliance; et
comme le marquis de Los Balbazes, plénipotentiaire à Nimègue, a reçu
ordre de se rendre promptement auprès du Roi Très-Chrétien, pour
demander Mademoiselle d'Orléans, l'on ne doute point que le mariage ne
se fasse, et l'on pense déjà aux charges de sa maison. Il est vrai que
l'on est surpris que don Juan d'Autriche consente à ce mariage. Vous me
feriez un plaisir singulier, lui dis-je en l'interrompant, de
m'apprendre quelques particularités de ce prince; il est naturel d'avoir
de la curiosité pour les personnes de son caractère; et quand on se
trouve dans une Cour où l'on n'a jamais été, pour n'y paraître pas trop
neuve, on a besoin d'être un peu instruite. Il me témoigna que ce serait
avec plaisir qu'il me dirait les choses qui étaient venues à sa
connaissance, et il commença ainsi:

Vous ne serez peut-être pas fâchée, Madame, que je prenne les choses dès
leur source, et que je vous dise que ce prince était fils d'une des plus
belles filles qui fût en Espagne, nommée Maria Calderona. Elle était
comédienne, et le duc de Medina-de-las-Torres en devint éperdument
amoureux. Ce cavalier avait tant d'avantages au-dessus des autres, que
la Calderona ne l'aima pas moins qu'elle en était aimée. Dans la force
de cette intrigue, Philippe IV la vit et la préféra à une fille de
qualité qui était à la Reine et qui demeura si piquée du changement du
Roi, qu'elle aimait de bonne foi et dont elle avait eu un fils, qu'elle
se retira à Las Descalzas Reales, où elle prit l'habit de religieuse.
Pour la Calderona, comme son inclination se tournait toute du côté du
duc de Medina, elle ne voulut point écouter le Roi qu'elle ne sût
auparavant si le duc y consentirait. Elle lui en parla et lui offrit de
se retirer secrètement en quelque lieu qu'il voudrait; mais le duc
craignit d'encourir la disgrâce du Roi, et il lui répondit qu'il était
résolu à céder à Sa Majesté un bien qu'il n'était pas en état de lui
disputer. Elle lui en fit mille reproches; elle l'appela traître à son
amour, ingrat pour sa maîtresse, et elle lui dit encore que s'il était
assez heureux pour disposer de son cœur comme il le voulait, elle
n'était pas dans les mêmes circonstances, et qu'il fallait absolument
qu'il continuât de la voir, ou qu'il se préparât à la voir mourir de
désespoir. Le duc, touché d'une si grande passion, lui promit de feindre
un voyage en Andalousie et de rester chez elle, caché dans un cabinet.
Effectivement, il partit de la Cour et fut ensuite s'enfermer chez elle,
comme il en était convenu, quelque risque qu'il y eût à courir par une
conduite si imprudente[21]. Le Roi, cependant, en était fort amoureux et
fort satisfait. Elle eut dans ce temps-là don Juan d'Autriche, et la
ressemblance qu'il avait avec le duc de Medina-de-las-Torres a persuadé
qu'il pouvait être son fils; mais, bien que le Roi eût d'autres enfants,
et particulièrement l'évêque de Malaga, la bonne fortune décida en sa
faveur, et il a été le seul reconnu.

Les partisans de Don Juan disent que c'était en raison de l'échange qui
avait été fait du fils de Calderona avec le fils de la reine Élizabeth,
et voici comme ils établissent cet échange, qui est un conte fait
exprès pour imposer aux peuples, et qui, je crois, n'a aucun fondement
de vérité. Ils prétendent que le Roi était éperdument amoureux de cette
comédienne; elle devint grosse en même temps que la Reine, et voyant que
la passion du monarque était si forte qu'elle en pouvait tout espérer,
elle fit si bien, qu'elle l'engagea de lui promettre que si la Reine
avait un fils et qu'elle en eût un aussi, il mettrait le sien à sa
place. Que risquez-vous, lui disait-elle, Sire? ne sera-ce pas toujours
votre fils qui régnera, avec cette différence que, m'aimant comme vous
me le dites, vous l'en aimerez aussi davantage[22]? Elle avait de
l'esprit, et le Roi avait beaucoup de faiblesse pour elle. Il consentit
à ce qu'elle voulait; et, en effet, l'affaire fut conduite avec tant
d'adresse, que la Reine étant accouchée d'un fils et Calderona d'un
autre, l'échange s'en fit; celui qui devait régner et qui portait le nom
de Balthazar mourut à l'âge de quatorze ans. L'on dit au Roi que c'était
de s'être trop échauffé en jouant à la paume; mais la vérité est qu'on
laissait conduire ce prince par de jeunes libertins qui lui procuraient
de fort méchantes fortunes. On prétend même que Don Pedro d'Aragon, son
gouverneur et premier gentilhomme de sa chambre, y contribua plus
qu'aucun autre, lui laissant la liberté de faire venir dans son
appartement une fille qu'il aimait. Après cette visite, il fut pris
d'une violente fièvre: il n'en dit point le sujet. Les médecins, qui
l'ignoraient, crurent le soulager par de fréquentes saignées qui
achevèrent de lui ôter le peu de force qui lui restait, et, par ce
moyen, ils avancèrent la fin de sa vie. Le Roi sachant, mais trop tard,
ce qui s'était passé, exila Don Pedro pour n'avoir pas empêché cet
excès, ou pour ne pas l'avoir découvert assez tôt.

Cependant Don Juan d'Autriche, qui était élevé comme fils naturel, ne
changea point d'état, bien que cela eût dû être, si effectivement il
avait été fils légitime. Malgré cela, ses créatures soutiennent qu'il
ressemble si parfaitement à la reine Élisabeth, que c'est son portrait;
et cette opinion ne laisse pas de faire impression dans l'esprit du
peuple qui court volontiers après les nouveautés, et qui aimait cette
grande Reine si passionnément qu'il la regrette encore comme si elle
venait de mourir; très-souvent même, l'on prononce son panégyrique, sans
autre engagement que celui de la vénération que l'on conserve pour sa
mémoire. Il est vrai que si Don Juan d'Autriche avait voulu profiter des
favorables dispositions du peuple, il a trouvé bien des temps propres à
pousser sa fortune fort loin. Mais son unique but est de servir le Roi
et de tenir ses sujets dans les sentiments de fidélité qu'ils lui
doivent.

Pour en revenir à la Calderona, le Roi surprit un jour le duc de
Medina-de-las-Torres avec elle, et dans l'excès de sa colère il courut à
lui, son poignard à la main. Il allait le tuer, lorsque cette fille se
mit entre eux deux, lui disant qu'il pouvait la frapper s'il voulait.
Comme il avait la dernière faiblesse pour elle, il ne put s'empêcher de
lui pardonner, et il se contenta d'exiler son amant. Mais ayant appris
qu'elle continuait à l'aimer et à lui écrire, il ne songea plus qu'à
faire une nouvelle passion. Quand il en eut une assez forte pour
n'appréhender point les charmes de la Calderona, il lui fit dire de se
retirer dans un monastère, ainsi que c'est la coutume, lorsque le Roi
quitte sa maîtresse. Celle-ci ne différa point; elle écrivit une lettre
au duc pour lui dire adieu, et elle reçut le voile de religieuse de la
main du nonce apostolique, qui fut depuis Innocent X[23]. Il y a
beaucoup d'apparence que le Roi ne crut pas que Don Juan fût à un autre
qu'à lui, puisqu'il l'aima chèrement. Une chose qui vous paraîtra assez
singulière, c'est qu'un roi d'Espagne ayant des fils qu'il a reconnus ne
peut les laisser entrer dans Madrid tant qu'il vit. Ainsi, Don Juan a
été élevé à Ocaña, qui en est éloigné de quelques lieues. Le roi son
père s'y rendait souvent, et il le faisait même venir aux portes de la
ville, où il l'allait trouver. Cette coutume vient de ce que les grands
d'Espagne disputent le rang que ces princes veulent tenir. Celui-ci,
avant qu'il allât en Catalogne, demeurait d'ordinaire au _Buen-Retiro_,
qui est une maison royale à l'une des extrémités de Madrid, un peu hors
la porte. Il se communiquait si peu, qu'on ne l'a jamais vu à aucune
fête publique pendant la vie du feu Roi; mais, depuis, les temps ont
changé, et sa fortune est sur un pied fort différent.

Pendant que la reine Marie-Anne d'Autriche, sœur de l'Empereur et mère
du Roi, gouvernait l'Espagne, et que son fils n'était pas encore en âge
de tenir les rênes de l'État, elle voulut toujours que Don Juan fût
éloigné de la cour; et d'ailleurs elle se sentait si capable de
gouverner, qu'elle avait aussi fort grande envie de soulager longtemps
le Roi du soin de ses affaires. Elle n'était point trop fâchée qu'il
ignorât tout ce qui donne le désir, de régner: mais bien qu'elle
apportât les dernières précautions pour l'empêcher de sentir qu'il était
dans une tutelle un peu gênante, et qu'elle tâchât de ne laisser
approcher de lui que les personnes dont elle pouvait s'assurer, cela
n'empêcha pas que quelques-uns des fidèles serviteurs du Roi ne
hasardassent tout pour lui faire comprendre ce qu'il pouvait faire pour
sa liberté. Il voulut suivre les avis qu'on lui donnait, et enfin, ayant
pris des mesures justes, il se déroba une nuit et fut au _Buen-Retiro_.
Il envoya aussitôt un ordre à la Reine, sa mère, de ne point sortir du
palais.

Don Juan est d'une taille médiocre, bien fait de sa personne; il a tous
les traits réguliers, les yeux noirs et vifs, la tête très-belle; il est
poli, généreux et fort brave. Il n'ignore rien des choses convenables à
sa naissance, et de celles qui regardent toutes les sciences et tous les
arts. Il écrit et parle fort bien en cinq sortes de langues, et il en
entend encore davantage. Il a étudié longtemps l'astrologie judiciaire.
Il sait parfaitement bien l'histoire. Il n'y a pas d'instrument qu'il
ne sache et qu'il ne touche comme les meilleurs maîtres; il travaille au
tour, il forge des armes, il peint bien. Il prenait fort grand plaisir
aux mathématiques, mais, étant chargé du gouvernement de l'État, il a
été obligé de se détacher de toutes ses autres occupations.

Il arriva au Buen-Retiro au commencement de l'année 1677, et aussitôt
qu'il y fut, il fit envoyer la reine-mère à Tolède, parce qu'elle
s'était déclarée contre lui et qu'elle empêchait son retour auprès du
Roi. Don Juan eut une joie extrême de recevoir, par le Roi lui-même,
l'ordre de pourvoir à tout et de conduire les affaires du royaume; et ce
n'était pas sans sujet qu'il s'en déchargeait sur lui, puisqu'il
ignorait encore l'art de régner. On apportait pour raison d'une
éducation si tardive, que le roi son père était mourant quand il lui
donna la vie; que même, lorsqu'il vint au monde, l'on fut obligé de le
mettre dans une boîte pleine de coton, car il était si délicat et si
petit qu'on ne pouvait l'emmaillotter; qu'il avait été élevé sur les
bras et sur les genoux des dames du palais jusqu'à l'âge de dix ans,
sans mettre une seule fois les pieds à terre pour marcher[24]; que dans
la suite, la reine sa mère, qui était engagée par toutes sortes de
raisons à conserver l'unique héritier de la branche espagnole,
appréhendant de le perdre, n'avait osé le faire étudier de peur de lui
donner trop d'application et d'altérer sa santé qui, dans la vérité,
était fort faible; et l'on a remarqué que ce nombre de femmes avec
lesquelles le Roi était toujours et qui le reprenaient trop aigrement
des petites fautes qu'il commettait, lui avait inspiré une si grande
aversion pour elles que, dès qu'il savait qu'une dame l'attendait en
quelque endroit sur son passage, il passait par un degré dérobé, ou se
tenait enfermé tout le jour dans sa chambre. La marquise de Los-Velez,
qui a été sa gouvernante, m'a dit qu'elle a cherché l'occasion de lui
parler six mois de suite fort inutilement. Mais, enfin, quand le hasard
faisait qu'elles parvenaient à le joindre, il prenait le placet de leurs
mains et tournait la tête, de crainte de les voir. Sa santé s'est si
bien affermie, que son mariage avec l'archiduchesse, fille de
l'Empereur, ayant été rompu par Don Juan, à cause que c'était l'ouvrage
de la reine-mère, il a souhaité d'épouser Mademoiselle d'Orléans. Les
circonstances de la paix qui vient d'être conclue à Nimègue lui firent
jeter les yeux sur cette princesse, dont les belles qualités, Madame,
vous sont encore mieux connues qu'à moi.

Il aurait été difficile de croire qu'ayant des dispositions si éloignées
de la galanterie, il fût devenu tout à coup aussi amoureux de la Reine
qu'il le devint sur le seul récit qu'on lui fit de ses bonnes qualités,
et sur son portrait en miniature qu'on lui apporta. Il ne veut plus le
quitter et le met toujours sur son cœur; il lui dit des douceurs qui
étonnent tous les courtisans, car il parle un langage qu'il n'a jamais
parlé; sa passion pour la princesse lui fournit mille pensées qu'il ne
peut confier à personne; il lui semble que l'on n'entre pas assez dans
ses impatiences, et dans le désir qu'il a de la voir; il lui écrit sans
cesse, et il fait partir presque tous les jours des courriers
extraordinaires pour lui porter ses lettres, et lui rapporter de ses
nouvelles. Lorsque vous serez à Madrid, ajouta Don Frédéric, vous
apprendrez, Madame, plusieurs particularités qui, sans doute, se seront
passées depuis que j'en suis parti et qui satisferont peut-être plus
votre curiosité que ce que je vous ai dit. Je vous suis très-obligée,
répliquai-je, de votre complaisance; mais faites-moi la grâce encore de
me dire quel est le véritable caractère des Espagnols. Vous les
connaissez, et je suis persuadée que rien n'est échappé à vos lumières;
comme vous m'en parlerez sans passion et sans intérêt, je pourrai m'en
tenir à ce que vous m'en direz. Pourquoi croyez-vous, Madame, reprit-il
en souriant, que je vous en parle plus sincèrement qu'un autre? il y a
des raisons qui pourraient me rendre suspect; ils sont mes maîtres, je
devrais les ménager, et si je ne suis pas assez politique pour le faire,
le chagrin d'être contraint de leur obéir serait propre à me donner sur
leur chapitre des idées contraires à la vérité. Quoi qu'il en soit,
dis-je en l'interrompant, je vous prie de m'apprendre ce que vous en
savez.

Les Espagnols, dit-il, ont toujours passé pour être fiers et glorieux:
cette gloire est mêlée de gravité, et ils la poussent si loin, qu'on
peut l'appeler un orgueil outré. Ils sont braves sans être téméraires:
on les accuse même de n'être pas assez hardis. Ils sont colères,
vindicatifs sans faire paraître d'emportement, libéraux sans
ostentation, sobres pour le manger, trop présomptueux dans la
prospérité, trop rampants dans la mauvaise fortune. Ils adorent les
femmes, et ils sont si fort prévenus en leur faveur que l'esprit n'a
point assez de part au choix de leurs maîtresses. Ils sont patients avec
excès, opiniâtres, paresseux, particuliers, philosophes; du reste, gens
d'honneur et tenant leur parole au péril de leur vie. Ils ont beaucoup
d'esprit et de vivacité, comprennent facilement, s'expliquent de même et
en peu de paroles. Ils sont prudents, jaloux sans mesure, désintéressés,
peu économes, cachés, superstitieux, fort catholiques, du moins en
apparence. Ils font bien les vers et sans peine. Ils seraient capables
des plus belles sciences, s'ils daignaient s'y appliquer. Ils ont de la
grandeur d'âme, de l'élévation d'esprit, de la fermeté, un sérieux
naturel, et un respect pour les dames qui ne se rencontre point
ailleurs. Leurs manières sont composées, pleines d'affectation; ils sont
entêtés de leur propre mérite, et ne rendent presque jamais justice à
celui des autres. Leur bravoure consiste à se tenir vaillamment sur la
défensive, sans reculer et sans craindre le péril; mais ils n'aiment
point à le chercher et ils ne s'y portent pas naturellement, ce qui
vient de leur jugement plutôt que de leur timidité. Ils connaissent le
péril et ils l'évitent; leur plus grand défaut, selon moi, c'est la
passion de se venger et les moyens qu'ils y emploient. Leurs maximes,
là-dessus, sont absolument opposées au christianisme et à l'honneur:
lorsqu'ils ont reçu un affront, ils font assassiner celui qui le leur a
fait. Ils ne se contentent pas de cela, car ils font assassiner aussi
ceux qu'ils ont offensés dans l'appréhension d'être prévenus, sachant
bien que s'ils ne tuent ils seront tués. Ils prétendent s'en justifier
quand ils disent que leur ennemi ayant pris le premier avantage, ils
doivent s'assurer du second; que s'ils y manquaient, ils feraient tort à
leur réputation; que l'on ne se bat point avec un homme qui vous a
insulté; qu'il se faut mettre en état de l'en punir, sans courre la
moitié du danger. Il est vrai que l'impunité autorise cette conduite:
car le privilége des Églises et des couvents d'Espagne est de donner une
retraite assurée aux criminels, et, tout autant qu'ils le peuvent, ils
commettent leurs mauvaises actions près du sanctuaire, pour n'avoir
guère de chemin à faire jusqu'à l'autel; on le voit souvent embrassé par
un scélérat, le poignard encore à la main, tout sanglant du meurtre
qu'il vient de commettre[25].

A l'égard de leur personne, ils sont fort maigres, petits, la taille
fine, la tête belle, les traits réguliers, les yeux beaux, les dents
assez bien rangées, le teint jaune et basané. Ils veulent que l'on
marche légèrement, que l'on ait la jambe grosse et le pied petit, que
l'on soit chaussé sans talon, que l'on ne mette point de poudre, qu'on
se sépare les cheveux sur le côté de la tête et qu'ils soient coupés
tout droits et passés derrière les oreilles, avec un grand chapeau
doublé de taffetas noir, une golille plus laide et plus incommode qu'une
fraise, un habit toujours noir; au lieu de chemise des manches de
taffetas ou de tabis noir, une épée étrangement longue, un manteau de
frise noire par là-dessus, des chausses très-étroites, des manches
pendantes et un poignard. En vérité, tout cela gâte à tel point un
homme, quelque bien fait qu'il puisse être d'ailleurs, qu'il semble
qu'ils affectent l'habillement le moins agréable de tous, et les yeux ne
peuvent s'y accoutumer.

Don Frédéric aurait continué de parler, et j'avais tant de plaisir à
l'entendre que je ne l'aurais point interrompu; mais il s'interrompit
lui-même, ayant remarqué que la reprise d'hombre venait de finir, et
comme il eut peur que je ne voulusse me retirer, et que nous devions
partir le lendemain de bonne heure, il sortit avec les autres messieurs.
Je me levai, en effet, fort matin, parce que nous avions une grande
journée à faire pour aller coucher à Birbiesca. Nous suivîmes la rivière
pour éviter les montagnes, et nous passâmes, à Oron, un gros ruisseau
qui se jette dans l'Èbre. Nous entrâmes, peu après, dans un chemin si
étroit qu'à peine nos litières pouvaient y passer. Nous montâmes le long
d'une côte fort droite jusqu'à Pancorvo, dont je vis le château sur une
éminence voisine. Nous traversâmes une grande plaine, et c'était une
nouveauté pour nous de voir un pays uni. Celui-ci est environné de
plusieurs montagnes, qui semblent se tenir comme une chaîne, et
particulièrement la chaîne d'Occa; il fallut passer encore une petite
rivière avant que d'arriver à Birbiesca. Ce n'est qu'un bourg qui n'a
rien de remarquable que son collége et quelques jardins assez jolis le
long de l'eau; mais je puis dire que nous nous y rendîmes par le plus
mauvais temps que nous eussions encore eu. J'en étais si fatiguée, qu'en
arrivant je me mis au lit; ainsi je ne vis Don Fernand de Tolède et les
autres chevaliers que le lendemain à Castel de Peones; mais il faut bien
vous dire, comme l'on est dans les hôtelleries, et comptez qu'elles sont
toutes semblables. Lorsqu'on y arrive fort las et fort fatigué, rôti par
les ardeurs du soleil ou gelé par les neiges (car il n'y a guère de
milieu entre ces deux extrémités), l'on ne trouve ni pot-au-feu, ni
plats lavés; l'on entre dans l'écurie et de là l'on monte en haut.
Cette écurie est d'ordinaire pleine de mulets et de muletiers qui se
font des lits des bâts de leurs mulets pendant la nuit, et le jour ils
leur servent de tables. Ils mangent de bonne amitié avec leurs mulets et
fraternisent beaucoup ensemble.

L'escalier par où l'on monte est fort étroit et ressemble à une méchante
échelle. La Señora de la casa vous reçoit en robe détroussée et en
manches abattues; elle a le temps de prendre ses habits du dimanche
pendant que l'on descend de la litière, et elle n'y manque jamais, car
elles sont toutes pauvres et glorieuses.

L'on vous fait entrer dans une chambre dont les murailles sont assez
blanches, couvertes de mille petits tableaux de dévotion fort mal faits;
les lits sont sans rideaux, les couvertures de coton à houppes
passablement propres, les draps grands comme des serviettes et les
serviettes, comme de petits mouchoirs de poche; encore faut-il être dans
une grosse ville pour en trouver trois ou quatre, car ailleurs il n'y en
a point du tout, non plus que de fourchettes. Il n'y a qu'une tasse dans
toute la maison, et si les muletiers la prennent les premiers, ce qui
arrive toujours s'ils le veulent (car on les sert avec plus de respect
que ceux qu'ils conduisent), il faut attendre patiemment qu'elle ne leur
soit plus nécessaire, ou boire dans une cruche. Il est impossible de se
chauffer au feu des cuisines sans étouffer; elles n'ont point de
cheminée. Il en est de même de toutes les maisons que l'on trouve sur la
route. On fait un trou au haut du plancher et la fumée sort par là. Le
feu est au milieu de la cuisine. L'on met ce que l'on veut faire rôtir
sur des tuiles par terre, et quand cela est bien grillé d'un côté on le
tourne de l'autre. Lorsque c'est de la grosse viande, on l'attache au
bout d'une corde suspendue sur le feu, et puis on la fait tourner avec
la main, de sorte que la fumée la rend si noire, qu'on a peine seulement
de la regarder.

Je ne crois pas qu'on puisse mieux représenter l'enfer qu'en
représentant ces sortes de cuisines et les gens que l'on trouve dedans;
car, sans compter cette fumée horrible, qui aveugle et suffoque, ils
sont une douzaine d'hommes et autant de femmes, plus noirs que des
diables, puants et sales comme des cochons, et vêtus comme des gueux. Il
y en a toujours quelqu'un qui racle impudemment une méchante guitare, et
qui chante comme un chat enroué. Les femmes sont tout échevelées: on les
prendrait pour des Bacchantes; elles ont des colliers de verre, dont les
grains sont aussi gros que des noix; ils font cinq ou six tours à leur
col et servent à cacher la plus vilaine peau du monde.

Ils sont tous plus voleurs que des chouettes, et ils ne s'empressent à
vous servir que pour vous prendre quelque chose, quoi que ce soit, ne
fût-ce qu'une épingle, elle est prise de bonne guerre quand on la prend
à un Français.

Avant toutes choses, la maîtresse de la maison nous amène ses petits
enfants, qui sont nu-tête au cœur de l'hiver, n'eussent-ils qu'un jour.
Elle leur fait toucher vos habits, elle leur en frotte les yeux, les
joues, la gorge et les mains. Il semble que l'on soit devenu relique et
que l'on guérit tous les maux. Ces cérémonies achevées, l'on vous
demande si vous voulez manger, et, fût-il minuit, il faut envoyer à la
boucherie, au marché, au cabaret, chez le boulanger, enfin, de tous les
côtés de la ville, pour assembler de quoi faire un très-méchant repas.
Car, encore que le mouton y soit fort tendre, leur manière de le frire
avec de l'huile bouillante n'accommode pas tout le monde; c'est que le
beurre y est très-rare. Les perdrix rouges s'y trouvent en quantité et
fort grosses; elles sont un peu sèches, et, à cette sécheresse
naturelle, l'on y en ajoute une autre qui est bien pire; je veux dire
que, pour les rôtir, on les réduit en charbon.

Les pigeons y sont excellents; et, en plusieurs endroits, on trouve de
bon poisson, particulièrement des bessugos, qui ont le goût de la truite
et dont on fait des pâtés qui seraient fort bons, s'ils n'étaient pas
remplis d'ail, de safran et de poivre.

Le pain est fait de blé d'Inde que nous appelons en France blé de
Turquie. Il est assez blanc, et l'on croirait qu'il est pétri avec du
sucre, tant il est doux; mais il est si mal fait et si peu cuit, que
c'est un morceau de plomb que l'on se met sur l'estomac. Il a la forme
d'un gâteau tout plat et n'est guère plus épais que d'un doigt; le vin
est assez bon, et dans la saison des fruits l'on a tout sujet d'être
content, car les muscats sont d'une grosseur et d'un goût admirables;
les figues ne sont pas moins excellentes. L'on peut alors se retrancher
à coup sûr sur le dessert. L'on y mange encore des salades faites d'une
laitue si douce et si rafraîchissante, que nous n'en avons point qui en
approche.

Ne pensez pas, ma chère cousine, qu'il suffise de dire: allez quérir
telles choses pour les avoir, très-souvent on ne trouve rien du tout.
Mais supposez que l'on trouve ce que l'on veut, il faut commencer par
donner de l'argent; de manière que, sans avoir encore rien mangé, votre
repas est compté et payé, car on ne permet au maître de l'hôtellerie que
de vous donner le logement. Ils disent pour raison qu'il n'est pas juste
qu'un seul profite de l'arrivée des voyageurs, et qu'il vaut mieux que
l'argent se répande en plusieurs endroits[26].

L'on n'entre en aucun lieu pour dîner; l'on porte sa provision, et l'on
s'arrête au bord de quelque ruisseau où les muletiers font manger leurs
mulets. C'est de l'avoine ou de l'orge avec de la paille hachée qu'ils
ont dans de grands sacs; car pour du foin, on ne leur en donne point. Il
n'est pas permis à une femme ou à une fille de demeurer plus de deux
jours dans une hôtellerie sur les chemins, à moins qu'elle n'ait des
raisons très-apparentes. En voilà assez pour que vous soyez informée des
hôtelleries, et de la manière dont on y est reçu.

Après le souper, ces messieurs jouèrent à l'hombre, et, comme je ne
suis pas assez forte pour jouer contre eux, je m'intéressai avec Don
Frédéric de Cardone, et Don Fernand de Tolède se mit près du brasier
avec moi. Il me dit qu'il aurait bien souhaité que j'eusse eu le temps
de passer par Valladolid; que c'est la plus agréable ville de la vieille
Castille; qu'elle avait été longtemps la demeure des rois d'Espagne et
qu'ils y ont un palais digne de leur grandeur; que, pour lui, il y avait
des parentes qui se feraient un plaisir de m'y régaler, et qu'elles
n'auraient pas manqué de me faire voir l'église des Dominicains, que les
ducs de Lerme ont fondée; qu'elle était fort riche, et le portail d'une
singulière beauté, à cause des figures et des bas-reliefs qui
l'enrichissent; que, dans le collége du même couvent, les Français y
voyaient avec satisfaction toutes les murailles semées de fleurs de lis,
et que l'on disait qu'un évêque qui appartenait au roi de France les
avait fait peindre. Il ajouta qu'elles m'auraient menée aux religieuses
de Sainte-Claire, pour voir, dans le chœur de leur église, le tombeau
d'un chevalier castillan, dont on prétend qu'il sort des accents et des
plaintes toutes les fois que quelqu'un de sa famille doit mourir. Je
souris à cela, comme étant dans le doute d'une chose à laquelle
effectivement je ne crois point. Vous n'ajoutez pas foi à ce que je vous
dis, continua-t-il, et je ne voudrais pas non plus vous l'assurer comme
une vérité incontestable, bien que tout le monde en soit persuadé en ce
pays-ci. Mais il est certain qu'il y a une cloche en Aragon, dans un
bourg appelé Vililla, sur l'Èbre, laquelle a dix brasses de tour; et il
arrive qu'elle sonne quelquefois toute seule, sans que l'on puisse
remarquer qu'elle soit agitée par les vents ni par aucun tremblement de
terre, en un mot, par rien de visible. Elle tinte d'abord, et ensuite,
d'intervalle en intervalle, elle sonne à volée tant le jour que la nuit.
Lorsqu'on l'entend, on ne doute point qu'elle n'annonce quelque sinistre
accident. C'est ce qui arriva en 1601, le jeudi 13 de juin jusqu'au
samedi 15 du même mois. Elle cessa alors de sonner et elle recommença le
jour de la Fête-Dieu, comme on était sur le point de faire la
procession. Elle sonna aussi quand Alphonse, cinquième Roi d'Aragon,
alla en Italie pour prendre possession du royaume de Naples. On
l'entendit à la mort de Charles-Quint. Elle marqua le départ pour
l'Afrique du Roi de Portugal Don Sébastien, l'extrémité du Roi Philippe
second et le trépas de sa dernière femme, la Reine Anne. Vous voulez que
je vous croie, Don Fernand, lui dis-je, il semble que je suis trop
opiniâtre de ne me pas rendre encore; mais vous conviendrez qu'il est
des choses dont il est permis de douter. Avouez plutôt, Madame,
reprit-il d'un air enjoué, que c'est manque de foi pour moi; car je ne
vous ai rien dit qui ne soit su de tout le monde; mais peut-être
croiriez-vous davantage Don Estève de Carvajal, sur une chose aussi
extraordinaire qui est en son pays. Il l'appela en même temps, et lui
demanda s'il n'était pas vrai qu'il y avait, au couvent des Frères
Prêcheurs de Cordoue, une cloche qui ne manquait pas de sonner toutes
les fois qu'il doit mourir un religieux, et qu'ainsi l'on en sait le
temps à un jour près. Don Estève confirma ce que disait Don Fernand, et
si je m'en suis pas demeurée absolument convaincue, j'en ai, tout au
moins, fait semblant.

Vous passez si vite dans la Vieille-Castille, continua Don Fernand, que
vous n'aurez pas le temps d'y rien voir de remarquable. On y parle
partout du portrait de la sainte Vierge qui s'est trouvé miraculeusement
empreint sur un rocher[27]. Il est aux religieuses Augustines d'Avila,
et beaucoup de personnes s'y rendent par dévotion; mais on n'a guère
moins de curiosité pour certaines mines de sel qui sont proches de là,
dans un village appelé Mangraville; l'on descend plus de deux cents
degrés sous terre, et l'on entre dans une vaste caverne, formée par la
nature, dont le haut est soutenu par un seul pilier de sel cristallin
d'une grosseur et d'une beauté surprenantes. Assez proche de ce lieu,
dans la ville de Soria, on voit un grand pont sans rivière et une
grande rivière sans pont, parce qu'elle a changé de lit par un
tremblement de terre.

Mais si vous veniez jusqu'à Médina-del-Campo, ajouta-t-il, je suis sûr
que les habitants vous y feraient une entrée, par la seule raison que
vous êtes Française, et qu'ils se piquent d'aimer les Français, pour se
distinguer un peu des sentiments des autres Castillans. Leur ville est
tellement privilégiée, que le Roi d'Espagne n'a pas le pouvoir d'y créer
des officiers, ni le Pape même d'y conférer des bénéfices. Ce droit
appartient aux bourgeois, et très-souvent ils se battent pour l'élection
des ecclésiastiques et des magistrats.

Une des choses que les étrangers trouvent la plus belle dans ce pays-ci,
c'est l'aqueduc de Ségovie, qui est long de cinq lieues; il a plus de
deux cents arches d'une hauteur extraordinaire, bien qu'en plusieurs
endroits il y en ait deux l'une sur l'autre, et il est tout bâti de
pierres de taille, sans que pour les joindre on y ait employé ni mortier
ni ciment. On le regarde comme un ouvrage des Romains, ou du moins qui
est digne de l'être. La rivière qui est au bout de la ville entoure le
château et lui sert de fossé: il est bâti sur le roc. Entre plusieurs
choses remarquables, on y voit les portraits des Rois d'Espagne qui ont
régné depuis plusieurs siècles et de toutes les villes du royaume. On ne
bat monnaie qu'à Séville et à Ségovie; l'on tient les pièces de huit
qu'on y fait pour plus belles que les autres. C'est par le moyen de la
rivière que certains moulins tournent, lesquels servent à battre la
monnaie. On y trouve aussi des promenades charmantes le long d'une
prairie plantée d'ormeaux dont le feuillage est si épais, que les plus
grandes ardeurs du soleil ne le peuvent pénétrer. Je ne manque pas de
curiosité, lui dis-je, pour toutes les choses qui le méritent, mais je
manque à présent de temps pour les voir; je serais néanmoins bien aise
d'arriver d'assez bonne heure à Burgos pour me promener dans la ville.
C'est-à-dire, Madame, reprit Don Fernand, qu'il faut vous laisser en
état de vous retirer. Il en avertit les chevaliers, qui quittèrent le
jeu, et nous nous séparâmes.

Je me suis levée ce matin avant le jour et je finis cette lettre à
Burgos où je viens d'arriver. Ainsi, ma chère cousine, je ne vous en
manderai rien aujourd'hui; mais je profiterai de la première occasion
pour vous donner de mes nouvelles.

A Burgos, le 27 février 1679.



QUATRIÈME LETTRE.


Nous eûmes lieu de nous apercevoir, en arrivant à Burgos, que cette
ville est plus froide que toutes celles par où nous avions passé; l'on
dit aussi que l'on n'y ressent jamais ces grandes et excessives chaleurs
qui tuent dans les autres endroits de l'Espagne. La ville est sur la
pente de la montagne et s'étend dans la plaine, jusqu'au bord de la
rivière qui mouille le pied des murailles. Les rues sont fort étroites
et inégales; le château, qui n'est pas grand, mais assez fort, se voit
sur le haut de la montagne; un peu plus bas est l'arc de triomphe de
Fernando Gonzalès, que les curieux trouvent extrêmement beau. Cette
ville a été la première reconquise sur les Maures, et les Rois d'Espagne
y ont demeuré longtemps; c'est la capitale de la Vieille-Castille. Elle
tient le premier rang dans les deux États des deux Castilles, bien que
Tolède le lui dispute. On y voit de beaux bâtiments, et le palais des
Velasco est un des plus magnifiques[28]. L'on trouve, dans tous les
carrefours et dans les places publiques, des fontaines jaillissantes,
avec des statues dont quelques-unes sont bien faites; mais ce qui est le
plus beau, c'est l'église cathédrale; elle est tellement grande et
vaste, que l'on y chante la messe en cinq chapelles différentes sans
s'interrompre les uns les autres; l'architecture en est si délicate et
d'un travail si exquis, qu'elle peut passer entre les bâtiments
gothiques pour un chef-d'œuvre de l'art; cela est d'autant plus
remarquable que l'on bâtit assez mal en Espagne: en quelques endroits
c'est par pauvreté, et en quelques autres, manque de pierre et de chaux.
On m'a dit qu'à Madrid même on y voyait des maisons de terre, et que les
plus belles sont faites de briques liées avec de la terre au lieu de
chaux. Pour passer de la ville au faubourg de Béga, on traverse trois
ponts de pierre; la porte qui répond à celui de Santa-Maria est fort
élevée, avec l'image de la Vierge au-dessus; ce faubourg contient la
plus grande partie des couvents et des hôpitaux: on y en voit un fort
grand fondé par Philippe II, pour recevoir les pèlerins qui vont à
Saint-Jacques, et les garder un jour; l'abbaye de Mille-Flores, dont le
bâtiment est très-magnifique, n'en est pas très-éloignée. On voit encore
dans ce faubourg plusieurs jardins qui sont arrosés de fontaines et de
ruisseaux d'eaux vives; la rivière leur sert de canal, et l'on trouve,
dans un grand parc entouré de murailles, des promenoirs en tous temps.

Je voulus voir le saint crucifix qui est au couvent des Augustins; il
est placé dans une chapelle du cloître assez grande et si sombre, qu'on
ne l'aperçoit qu'à la lueur des lampes, qui sont sans cesse allumées; il
y en a plus de cent; les unes sont d'or et les autres d'argent, d'une
grosseur si extraordinaire, qu'elles couvrent toute la voûte de cette
chapelle; il y a soixante chandeliers d'argent plus hauts que les plus
grands hommes, et si lourds, qu'on ne les peut remuer à moins de se
mettre deux ou trois ensemble. Ils sont rangés à terre des deux côtés de
l'autel; ceux qui sont dessus sont d'or massif. L'on voit, entre deux,
des croix de même garnies de pierreries, et des couronnes qui sont
suspendues sur l'autel, ornées de diamants et de perles d'une beauté
parfaite. La chapelle est tapissée d'un drap d'or fort épais; elle est
si chargée de raretés et de vœux, qu'il s'en faut bien qu'il n'y ait
assez de place pour les mettre tous; de sorte que l'on en garde une
partie dans le trésor.

Le saint crucifix est élevé sur l'autel, à peu près de grandeur
naturelle; il est couvert de trois rideaux les uns sur les autres, tous
brodés de perles, et de pierreries: quand on les ouvre, ce que l'on ne
fait qu'après de très-grandes cérémonies, et pour des personnes
distinguées, l'on sonne plusieurs cloches; tout le monde est prosterné à
genoux, et il faut demeurer d'accord que ce lieu et cette vue inspirent
un très-grand respect. Le crucifix est de sculpture et ne peut être
mieux fait, sa carnation est très-naturelle; il est couvert, depuis
l'estomac jusqu'aux pieds, d'une toile fine fort plissée, qui fait comme
une espèce de jupe; ce qui ne lui convient guère, du moins à mon sens.

On tient que c'est Nicodème qui l'a fait; mais ceux qui aiment toujours
le merveilleux prétendent qu'il a été apporté du ciel miraculeusement.
On m'a conté que de certains religieux de cette ville le volèrent
autrefois et l'emportèrent, et qu'il fut retrouvé le lendemain dans sa
chapelle ordinaire; qu'alors ces bons moines le remportèrent à force
ouverte une autre fois, et qu'il revint encore. Quoi qu'il en soit, il
fait plusieurs miracles, et c'est une des plus grandes dévotions de
l'Espagne; les religieux disent qu'il sue tous les vendredis[29].

J'allais rentrer dans l'hôtellerie, lorsque nous vîmes le valet de
chambre du chevalier de Cardone qui accourait de toute sa force après
nous. Il était botté, et trois religieux le suivaient fort échauffés.
Je fis dans ce moment un jugement fort téméraire, car je ne pus
m'empêcher de croire que c'est qu'il avait volé quelque chose dans cette
riche chapelle et qu'on l'avait pris sur le fait. Mais son maître, qui
était avec moi, lui ayant demandé ce qui le faisait aller si vite, il
lui dit qu'il était entré avec ses éperons dans la chapelle du
Saint-Crucifix, qu'il y était demeuré le dernier, et que les religieux
l'avaient enfermé pour lui faire donner de l'argent; qu'il s'était
échappé de leurs mains après en avoir reçu quelques gourmades, et qu'ils
le poursuivaient encore, comme nous venions de voir. C'est la vérité que
l'on n'y porte point d'éperons, ou que tout au moins il en coûte quelque
chose. La ville n'est pas extrêmement grande; elle est ornée d'une belle
place, où il y a de hauts piliers qui soutiennent de fort jolies
maisons; l'on y fait souvent des courses de taureaux, car le peuple aime
beaucoup cette sorte de divertissement. Il y a aussi un pont très-bien
bâti, fort long et fort large. La rivière qui passe dessous arrose une
prairie, au bord de laquelle on voit des allées d'arbres qui forment un
bocage très-riant; le commerce autrefois y était considérable, mais il
est bien diminué. On y parle mieux castillan qu'en aucun autre lieu de
l'Espagne, et les hommes y sont naturellement soldats; de manière que
lorsque le Roi en a besoin, il en trouve là de plus braves et en plus
grand nombre qu'ailleurs.

Après le souper, on se mit au jeu à l'ordinaire; Don Sanche Sarmiento
dit qu'il cédait sa place à qui la voudrait, et qu'il lui semblait que
c'était à lui de m'entretenir ce soir-là. Je savais qu'il y avait
très-peu qu'il était de retour de Sicile. Je lui demandai s'il avait été
un de ceux qui avaient aidé à châtier ce peuple rebelle. Hélas! Madame,
dit-il, le marquis de Las-Navas[30] suffisait pour les punir au delà de
leur crime. J'étais à Naples dans le dessein de passer en Flandre, où
j'ai des parents du même nom que moi. Le marquis de Los-Velez, Vice-Roi
de Naples, m'engagea à quitter mon premier projet et à m'embarquer avec
le marquis de Las-Navas, que le Roi envoyait Vice-Roi en Sicile. Nous
fîmes voile sur deux bâtiments de Majorque, et nous nous rendîmes à
Messine, le 6 de janvier. Comme il n'avait point fait avertir de sa
venue et que personne n'y était préparé, on n'eut pas le temps de le
recevoir avec les honneurs que l'on rend d'ordinaire aux Vice-Rois;
mais, en vérité, ses intentions étaient si contraires à ces pauvres
gens, que son entrée n'aurait été accompagnée que de larmes.

Il fut à peine arrivé qu'il fit mettre en prison deux jurats, nommés
Vicenzo Zuffo et Don Diego; il établit deux Espagnols à leur place; il
cassa rigoureusement l'Académie des Chevaliers de l'Étoile et commença
d'exécuter les ordres que Don Vicenzo Gonzaga avait reçus depuis
longtemps et qu'il avait éludés par bonté ou par faiblesse. Il fit
publier aussitôt un règlement par lequel le Roi changeait toute la forme
du gouvernement de Messine, ôtait à la ville les revenus dont elle
jouissait, lui défendait de porter à l'avenir le titre glorieux
d'_Exemplaire_, cassait le Sénat et mettait à la place des six jurats,
six élus, dont deux seraient Espagnols; que ces élus ne pourraient plus
à l'avenir aller en public avec leurs habits de magistrats; que les
tambours et les trompettes ne marcheraient plus devant eux; qu'ils
n'iraient pas ensemble dans un même carrosse à quatre chevaux, comme ils
avaient accoutumé; qu'au lieu du _Stratico_, qui demeurait aboli, le Roi
nommerait un gouverneur espagnol qu'il pourrait révoquer à sa volonté;
qu'ils ne seraient plus assis que sur un banc; qu'on ne les encenserait
plus dans les églises; qu'ils seraient habillés à l'espagnole; qu'ils ne
pourraient s'assembler pour les affaires publiques que dans une chambre
du palais du vice-roi, et qu'ils n'auraient plus de juridiction sur le
plat pays[31].

Chacun demeura consterné, comme si les carreaux de la foudre étaient
tombés du ciel pour les écraser. Mais leur douleur augmenta bien le
cinquième du même mois, lorsque le mestre de camp général fit enlever
tous les priviléges en original, et jusqu'aux copies qu'il trouva dans
le palais de la ville, et le bourreau brûla publiquement ces papiers.
L'on arrêta ensuite le prince de Condro: et la désolation de sa famille,
mais particulièrement de la princesse Éléonore, sa sœur, avait quelque
chose de si touchant, que l'on ne pouvait se défendre de mêler ses
larmes aux siennes. Cette jeune personne n'a pas encore dix-huit ans; sa
beauté et son esprit sont de ces miracles qui surprennent toujours. Don
Sanche s'attendrit au souvenir de la princesse, et je connus aisément
que la pitié n'avait pas toute seule part à ce qu'il m'en disait. Il
continua, cependant, à me parler de Messine.

Le Vice-Roi, ajouta-t-il, fit publier une ordonnance par laquelle il
était enjoint à tous les bourgeois, sous peine de dix ans de prison et
de cinq mille écus d'amende, d'apporter leurs armes dans son palais. Il
fit en même temps ôter la grosse cloche de l'hôtel de ville, qui servait
à faire prendre les armes aux habitants, et, devant lui, on la brisa en
mille morceaux. Il déclara peu après qu'il allait faire bâtir une
citadelle qui contiendrait le quartier appelé _Terra-Nova_ jusqu'à la
mer. On fondit par son ordre toutes les cloches de l'église cathédrale,
pour faire la statue du Roi d'Espagne, et les enfants du prince de
Condro furent arrêtés. Mais leur crainte devint extrême, lorsque le
Vice-Roi fit couper la tête à Don Vicenzo Zuffo, l'un des jurats. Cet
exemple de sévérité alarma tout le monde, et ce qui parut plus terrible,
c'est que, dans les derniers troubles, quelques familles de Messinois
s'étant retirées en plusieurs endroits, le marquis de Liche, ambassadeur
d'Espagne à Rome, leur conseilla de bonne foi de retourner en leur pays;
il les assura que tout y était calme et que l'amnistie générale y devait
être déjà publiée; et pour leur faciliter le passage, il leur donna des
passe-ports. Ces pauvres gens, qui n'avaient pas pris les armes et qui
n'étaient pas du nombre des révoltés, ne se reprochaient rien et ne
croyaient pas aussi qu'on dût les traiter en coupables; ils se rendirent
à Messine. Mais ils avaient à peine pris terre au port, que la joie de
se revoir dans leur pays natal et au milieu de leurs amis, fut
étrangement troublée lorsqu'on les arrêta; et, sans aucun quartier, dès
le lendemain, le Vice-Roi les fit tous pendre, n'ayant point d'égards ni
pour l'âge ni pour le sexe[32]. Il envoya renverser la grosse tour de
Palerme; et les principaux bourgeois de cette ville ayant voulu
s'opposer aux impôts excessifs que le marquis de Las-Navas venait de
mettre sur le blé, les soies et les autres marchandises, il les envoya
aux galères, sans se laisser toucher par les larmes de leurs femmes et
par le besoin que tant de malheureux enfants pouvaient avoir de leurs
pères[33].

Je vous avoue, continua Don Sanche, que mon caractère est si opposé aux
rigueurs qu'on exerce chaque jour sur ce misérable peuple, qu'il me fut
impossible de rester plus longtemps à Messine. Le marquis de Las-Navas
voulait envoyer à Madrid pour informer le Roi de ce qu'il avait fait. Je
le priai de me charger de cette commission; et, en effet, il me donna
ses dépêches que j'ai rendues à Sa Majesté, et, en même temps, je
parlai pour le comte de Condro. J'ose croire que mes offices ne lui
seront pas tout à fait inutiles. Je suis persuadée, lui dis-je, que ç'a
été le principal motif de votre voyage. Je ne suis pas pénétrante, mais
il me semble que vous prenez un tendre intérêt dans les affaires de
cette famille. Il est vrai, Madame, continua-t-il, que l'injustice que
l'on fait à ce malheureux prince me touche sensiblement. S'il n'était
pas frère de la princesse Éléonore, lui dis-je, peut-être que vous
seriez plus tranquille sur ce qui le regarde; mais n'en parlons plus. Je
remarque que ce souvenir vous afflige; veuillez plutôt m'apprendre
quelque chose de ce qu'on trouve de plus remarquable dans votre pays.
Ah! Madame, s'écria-t-il, vous me voulez insulter, car je ne doute pas
que vous sachiez que la Galice est si pauvre et d'une beauté si
médiocre, qu'il n'y a pas lieu de la vanter; ce n'est pas que la ville
de Saint-Jacques de Compostelle ne soit considérable; elle est capitale
de la province, et il n'y en a guère, en Espagne, qui lui puisse être
supérieure en grandeur ni en richesses. Son archevêché vaut soixante-dix
mille écus de rente, et le chapitre en a autant. Elle est située dans
une agréable plaine entourée de coteaux dont la hauteur est médiocre, et
il semble que la nature ne les a mis en ce lieu que pour garantir la
ville des vents mortels qui viennent des autres montagnes. Il y a une
université; on y voit de beaux palais, de grandes églises, des places
publiques, et un hôpital des plus considérables et des mieux servis de
l'Europe. Il est composé de deux cours, d'une grandeur extraordinaire,
bâties chacune de quatre côtés avec des fontaines au milieu; plusieurs
chevaliers de Saint-Jacques demeurent dans cette ville; et la métropole,
qui est dédiée à ce saint, conserve son corps. Elle est extrêmement
belle et prodigieusement riche. On prétend que l'on entend au tombeau de
saint Jacques un cliquetis, comme si c'était des armes que l'on frappât
les unes contre les autres, et ce bruit ne se fait que lorsque les
Espagnols doivent souffrir quelque grande perte. Sa figure est
représentée sur l'autel, et les pèlerins la baisent trois fois, et lui
mettent leurs chapeaux sur la tête, car cela est de la cérémonie. Ils en
font encore une autre assez singulière; ils montent au-dessus de
l'église qui est couverte de grandes pierres plates; en ce lieu est une
croix de fer où les pèlerins attachent toujours quelques lambeaux de
leurs habits[34]. Ils passent sous cette croix par un endroit si petit,
qu'il faut qu'ils se glissent sur l'estomac contre le pavé, et ceux qui
ne sont pas menus sont prêts à crever. Mais il y en a eu de si simples
et de si superstitieux qu'ayant omis de le faire, ils sont revenus
exprès de quatre ou cinq cents lieues, car on voit là des pèlerins de
toutes les contrées du monde. Il y a la chapelle de France dont on a
beaucoup de soin. L'on assure que les Rois de France y font du bien de
temps en temps. L'église qui est sous terre est plus belle que celle
d'en haut. On y trouve des tombeaux superbes et des épitaphes
très-anciennes qui exercent la curiosité des voyageurs. Le palais
archiépiscopal est grand, vaste, bien bâti, et son antiquité lui donne
des beautés au lieu de lui en ôter. Un homme de ma connaissance, grand
chercheur d'étymologies, assurait que la ville de Compostelle se nommait
ainsi, parce que saint Jacques devait souffrir le martyre dans le lieu
où il verrait paraître une étoile à Campo-Stella. Il est vrai,
reprit-il, que quelques gens le prétendent ainsi, mais le zèle et la
crédulité du peuple vont bien plus loin, et l'on montre à Padion, proche
de Compostelle, une pierre creuse, et l'on prétend que c'était le petit
bateau dans lequel saint Jacques arriva après avoir passé dedans tant de
mers, où, sans un continuel miracle, la pierre aurait bien dû aller au
fond. Vous n'avez pas l'air d'y ajouter foi, lui dis-je. Il se prit à
sourire, et, continuant son discours: Je ne puis m'empêcher, dit-il, de
vous faire la description de nos milices; on les assemble tous les ans
au mois d'octobre, et tous les jeunes hommes, depuis l'âge de quinze
ans, sont obligés de se montrer; car s'il arrivait qu'un père ou qu'un
parent celât son fils ou son cousin, et que ceux qui les assemblent le
sussent, ils feraient condamner celui qui cache son enfant à demeurer
toute sa vie en prison. L'on en a vu quelquefois des exemples; mais, à
la vérité, ils ne sont pas fréquents, et les paysans ont une si grande
joie de se voir armer et de se voir traiter de _cavalleros_ et de
_nobles soldados del Rey_, qu'ils ne voudraient pour rien perdre cette
occasion. Il est rare que dans tout un régiment il se trouve deux
soldats qui aient plus d'une chemise; leurs habits sont d'une étoffe si
épaisse, qu'il semble qu'elle soit faite avec de la ficelle. Leurs
souliers sont de corde; les jambes nues; chacun porte quelques plumes de
coq ou de paon à son petit chapeau, qui est retroussé par derrière avec
une fraise de guenilles au cou; leur épée, bien souvent sans fourreau,
ne tient qu'à une corde; le reste de leurs armes n'est guère en meilleur
ordre, et, dans cet équipage, ils vont gravement à Tuy où est le
rendez-vous général, parce que c'est une place frontière au
Portugal[35]. Il y en a trois de cette manière: celle-là, Ciudad-Rodrigo
et Badajoz; mais Tuy est la mieux gardée, parce qu'elle est vis-à-vis de
Valencia, place considérable du royaume de Portugal et que l'on a
fortifiée avec soin. Ces deux villes sont si proches, qu'elles peuvent
se battre à coups de canon; et, si les Portugais n'ont rien oublié pour
mettre hors d'insulte Valencia, les Espagnols prétendent que Tuy n'est
pas moins en état de se défendre. Elle est bâtie sur une montagne, dont
la rivière de Minho mouille le pied, avec de bons remparts, de fortes
murailles et beaucoup d'artillerie. C'est là, dis-je, que nos Gallegos
demandent à combattre les ennemis du Roi et qu'ils assurent, d'un air un
peu fanfaron, qu'ils ne les craignent pas. Il en est peut-être quelque
chose; car, dans la suite des temps, on en forme d'aussi bonnes troupes
qu'il s'en puisse trouver dans toute l'Espagne. Cependant c'est un mal
pour le royaume que l'on en prenne ainsi toute la jeunesse. Les terres,
pour la plupart, y demeurent incultes, et, du côté de
Saint-Jacques-de-Compostelle, il semble que ce soit un désert; de celui
de l'Océan, le pays étant meilleur et plus peuplé, il y a beaucoup de
choses utiles à la vie et même agréables, comme des grenades, des
oranges, des citrons, de plusieurs sortes de fruits, d'excellent
poisson, et particulièrement des sardines plus délicates que celles qui
viennent de Royan à Bordeaux.

Une des choses, à mon gré, les plus singulières de ce royaume, c'est la
ville d'Orense, dont une partie jouit toujours des douceurs du printemps
et des fruits de l'automne à cause d'une quantité de sources d'eau
bouillante qui échauffent l'air par leurs exhalaisons, pendant que
l'autre partie de cette même ville éprouve la rigueur des plus longs
hivers, parce qu'elle est au pied d'une montagne très-froide; ainsi,
l'on y trouve, dans l'espace d'une seule saison, toutes celles qui
composent le cours de l'année.

Vous ne me parlez point, interrompis-je, de cette merveilleuse fontaine
appelée Louzana. Hé! qui vous en a parlé à vous-même, Madame, dit-il
d'un air enjoué? Des personnes qui l'ont vue, ajoutai-je. On vous a donc
appris, continua-t-il, que dans la haute montagne de Cebret, on trouve
cette fontaine à la source du fleuve Lours, laquelle a son flux et son
reflux comme la mer, bien qu'elle en soit éloignée de vingt lieues; que
plus les chaleurs sont grandes, plus elle jette d'eau, et que cette eau
est quelquefois froide comme de la glace, et quelquefois aussi chaude
que si elle bouillait, sans que l'on en puisse alléguer aucune cause
naturelle. Vous m'en apprenez des particularités que j'ignorais, lui
dis-je, et c'est me faire un grand plaisir, car j'ai assez de curiosité
pour les choses qui ne sont pas communes. Je voudrais, reprit-il, qu'il
fût moins tard, je vous rendrais compte de plusieurs raretés qui sont en
Espagne et que vous seriez bien aise, peut-être, de savoir. Je vous en
tiens quitte pour ce soir, lui dis-je, mais j'espère qu'avant que nous
soyons arrivés à Madrid nous trouverons le temps d'en parler. Il me le
promit fort honnêtement, et le jour étant fini, nous nous dîmes adieu.

Quand je voulus me coucher, l'on me conduisit dans une galerie pleine de
lits comme on les voit dans les hôpitaux. Je dis que cela était ridicule
et que, n'en ayant besoin que de quatre, il n'était pas nécessaire de
m'en donner trente et de me mettre dans une halle où j'allais geler. On
me répondit que c'était le lieu le plus propre de la maison, et il
fallut en passer par là. Je fis dresser mon lit, mais j'étais à peine
couchée que l'on frappa doucement à ma porte. Mes femmes l'ouvrirent et
demeurèrent bien surprises de voir le maître et la maîtresse suivis
d'une douzaine de misérables si déshabillés qu'ils étaient presque nus.
J'ouvris mon rideau au bruit qu'ils faisaient, et j'ouvris encore plus
les yeux à la vue de cette noble compagnie. La maîtresse s'approcha de
moi et me dit que c'étaient d'honnêtes voyageurs qui allaient coucher
dans les lits qui étaient de reste. Comment! coucher ici! lui dis-je; je
crois que vous perdez l'esprit? Je le perdrais, en effet, dit-elle, si
je laissais tant de lits inutiles. Il faut, Madame, que vous les payiez
ou que ces Messieurs y demeurent. Je ne puis vous exprimer ma colère; je
fus tentée d'envoyer quérir Don Fernand et mes chevaliers, qui les
auraient plutôt fait passer par les fenêtres que par la porte. Mais, au
fond, cela aurait été un beau sujet de vacarme pour une douzaine de
méchants grabats. Je m'apaisai donc et je tombai d'accord de payer vingt
sols pour chacun de ces lits. Ils ne sont guère plus chers à
Fontainebleau quand la cour y est. Ces illustres Espagnols, ou, pour
parler plus juste, ces marauds, qui avaient eu l'insolence d'entrer dans
cette galerie, se retirèrent aussitôt, après m'avoir fait beaucoup de
révérences.

Le lendemain, je pensai pâmer de rire, bien que ce fût à mes dépens,
quand je connus l'habileté de mes hôtes pour me ruiner; car vous saurez,
en premier lieu, que ces prétendus voyageurs étaient leurs voisins et
qu'ils sont accoutumés à ce manége lorsqu'ils voient des étrangers; mais
quand je voulus compter les lits pour les payer, on les roula tous au
milieu de la galerie, et l'on commença de tirer des ais qui étaient le
long de la muraille et qui cachaient de certains trous pleins de paille
qui auraient pu servir à coucher des chiens; je les payai pourtant aussi
chacun vingt sols. Quatre pistoles terminèrent notre petite dispute. Je
n'eus pas la force de m'en fâcher, tant je trouvai la chose singulière.
Je ne vous raconterais pas ce petit incident, sans qu'il pût servir à
vous faire connaître le caractère de cette nation.

Nous ne partîmes de Burgos que bien tard. Le temps était si mauvais, et
il était tombé pendant la nuit une si grande abondance de pluie, que
j'attendis le plus longtemps que je pus, espérant toujours qu'elle
cesserait. Enfin je me déterminai, et je montai dans ma litière. Je
n'étais pas encore éloignée de la ville, que je me repentais déjà d'en
être partie. On ne voyait aucun chemin, particulièrement celui d'une
grande montagne fort haute et fort roide, par laquelle il fallait de
nécessité passer. Un de nos muletiers qui allait devant prit trop sur le
penchant de cette montagne, et il tomba avec son mulet dans une espèce
de précipice où il se cassa la tête et se démit le bras. Comme c'était
le fameux Philippe, de Saint-Sébastien, lequel est plus intelligent que
tous les autres, et qui conduit d'ordinaire les personnes de qualité à
Madrid, il s'attira une compassion générale, et nous demeurâmes
très-longtemps à le tirer du très-haut endroit où il était tombé; Don
Fernand de Tolède eut la charité de lui donner sa litière. La nuit vint
promptement, et nous nous en serions consolés si nous eussions pu
revenir à Burgos, mais il était impossible; les chemins n'étaient pas
moins couverts de neige de ce côté-là que de tous les autres. Ainsi nous
nous arrêtâmes à Madrigalesco, qui n'a pas douze maisons, et je puis
dire que nous y fûmes assiégés sans avoir des ennemis. Cette aventure ne
laissa pas de nous donner quelque inquiétude, bien que nous eussions
apporté des provisions pour plusieurs jours.

La plus considérable maison du village était à demi découverte, et il y
avait peu que j'y étais logée lorsqu'un vénérable vieillard me demanda
de la part d'une dame qui venait d'arriver. Il me fit un compliment et
me dit qu'elle avait appris que c'était le seul lieu où l'on pouvait
être moins incommodé; qu'ainsi elle me priait de lui permettre qu'elle
s'y retirât avec moi. Il ajouta, que c'était une personne de qualité
d'Andalousie; qu'elle était veuve depuis peu, et qu'il avait l'honneur
d'être à elle.

Un de nos chevaliers nommé Don Estève de Carvajal, qui est du même pays,
ne manqua pas de demander son nom au vieux gentilhomme, qui lui dit que
c'était la marquise de Los-Rios[36]. A ce nom, il se tourna vers moi et
m'en parla comme d'une personne dont le mérite et la naissance étaient
également distingués; j'acceptai avec plaisir cette bonne compagnie.
Elle vint aussitôt dans sa litière, dont elle n'était pas descendue,
parce qu'elle n'avait trouvé aucune maison où l'on pût la recevoir.

Son habit me parut fort singulier. Il fallait être aussi belle qu'elle
était pour y conserver des charmes. Elle avait une coiffe d'une étoffe
noire, la jupe de même, et par-dessus une manière de surplis de toile de
batiste qui lui descendait plus bas que les genoux; les manches étaient
longues, serrées au bras, et tombaient jusque sur les mains. Ce surplis
s'attachait sur le corps, et comme il n'était pas plissé par devant, il
semblait que c'était une bavette. Elle portait sur sa tête un morceau de
mousseline qui lui entourait le visage, et l'on aurait cru que c'était
une guimpe de religieuse, sauf qu'il était trop chiffonné et trop clair.
Il couvrait sa gorge et descendait plus bas que le bord du corps de
jupe.

Il ne lui paraissait aucuns cheveux, ils étaient tous cachés sous cette
mousseline. Elle portait une grande mante de taffetas noir, qui la
couvrait jusqu'aux pieds; et, par-dessus cette mante, elle avait un
chapeau dont les bords étaient fort larges, attaché sous le menton avec
des rubans de soie. On me dit qu'elles ne portent ce chapeau que
lorsqu'elles sont en voyage.

Tel est l'habit des veuves et des dueñas, habit qui n'est pas
supportable à mes yeux; et si l'on rencontrait la nuit une femme vêtue
ainsi, je suis persuadée que l'on pourrait en avoir peur, sans être trop
poltron. Cependant il faut avouer que cette jeune dame était d'une
beauté admirable avec ce vilain deuil. On ne le quitte jamais, à moins
que l'on ne se remarie, et par toutes les choses qu'il faut que les
veuves observent en ce pays-ci, on les contraint de pleurer la mort d'un
époux qu'elles n'ont quelquefois guère aimé vivant[37].

J'ai appris qu'elles passent la première année de leur deuil dans une
chambre toute tendue de noir, où l'on ne voit pas un seul rayon de
soleil; elles sont assises les jambes en croix sur un petit matelas de
toile de Hollande. Quand cette année est finie, elles se retirent dans
une chambre tendue de gris. Elles ne peuvent avoir ni tableaux, ni
miroirs, ni cabinets, ni belles tables, ni aucuns meubles d'argent.
Elles n'osent porter de pierreries, et moins encore de couleurs. Quelque
modestes qu'elles soient, il faut qu'elles vivent si retirées, qu'il
semble que leur âme est déjà dans l'autre monde. Cette grande contrainte
est cause que plusieurs dames qui sont très-riches, et particulièrement
en beaux meubles, se remarient pour avoir le plaisir de s'en servir.

Après les premiers compliments, je m'informai de la belle veuve où elle
allait; elle me dit qu'il y avait longtemps qu'elle n'avait vu une amie
de sa mère qui était religieuse à Las Huelgas de Burgos, qui est une
abbaye célèbre où il y a cent cinquante religieuses, la plupart filles
de princes, de ducs et de titulados[38]. Elle ajouta que l'abbesse est
dame de quatorze grosses villes, et de plus de cinquante autres places
où elle établit des gouvernements et des magistrats; qu'elle est
supérieure de dix-sept couvents, confère plusieurs bénéfices et dispose
de douze commanderies, en faveur de qui il lui plaît. Elle me dit
qu'elle avait dessein de passer quelque temps dans un monastère.
Pourrez-vous, Madame, lui dis-je, vous accoutumer à une vie aussi
retirée que l'est celle d'un couvent? Il ne me sera pas difficile,
dit-elle, je crois même que je voyais moins de monde chez moi que je
n'en verrai là; et en effet, excepté la clôture, ces religieuses ont
beaucoup de liberté. Ce sont d'ordinaire les plus belles filles d'une
maison qu'on y met. Ces pauvres enfants y entrent si jeunes, qu'elles ne
connaissent, ni ce qu'on leur fait quitter, ni ce qu'on leur fait
prendre dès l'âge de six à sept ans, et même plus tôt. On leur fait
faire des vœux: bien souvent c'est le père ou la mère, ou quelque proche
parente, qui les prononcent pour elles, pendant que la petite victime
s'amuse avec des confitures et se laisse habiller comme on veut. Le
marché tient néanmoins, il ne faut pas songer à s'en dédire: mais à cela
près, elles ont tout ce qu'elles peuvent souhaiter dans leur condition.
Il y en a, à Madrid, que l'on appelle les Dames de Saint-Jacques. Ce
sont proprement des chanoinesses qui font leurs preuves comme les
chevaliers de cet ordre. Elles portent, comme eux, une épée faite en
forme de croix, brodée de soie cramoisie; elles en ont sur leurs
scapulaires et sur leurs grands manteaux qui sont blancs. La maison de
ces Dames est magnifique; toutes celles qui les vont voir y entrent sans
difficulté. Leurs appartements sont très-beaux; elles ne sont pas moins
bien meublées qu'elles le seraient dans le monde. Elles jouissent de
très-grosses pensions, et chacune d'elles a trois ou quatre femmes pour
la servir. Il est vrai qu'elles ne sortent jamais, et ne voient leurs
plus proches parents qu'au travers de plusieurs grilles. Cela ne
plairait peut-être pas dans un autre pays, mais en Espagne on y est
accoutumé[39].

Il y a même des couvents où les religieuses voient plus de cavaliers que
les femmes qui sont dans le monde. Elles ne sont aussi guère moins
galantes. L'on ne peut avoir plus d'esprit et de délicatesse qu'elles en
ont: et comme je vous l'ai dit, Madame, la beauté y règne plus
qu'ailleurs; mais il faut convenir qu'il s'en trouve parmi elles qui
ressentent bien vivement d'avoir été sacrifiées de si bonne heure. Elles
regardent les plaisirs qu'elles n'ont jamais goûtés comme les seuls qui
peuvent faire le bonheur de la vie. Elles passent la leur dans un état
digne de pitié, disant toujours qu'elles ne sont là que par force, et
que les vœux qu'on leur fait prononcer à cinq ou six ans, doivent être
regardés comme des jeux d'enfants.

Madame, lui dis-je, il aurait été grand dommage que vos proches vous
eussent destinée à vivre ainsi; et l'on peut juger, en vous voyant, que
toutes les belles Espagnoles ne sont pas religieuses. Hélas! Madame,
dit-elle, en poussant un soupir, je ne sais ce que je voudrais être. Il
semble que j'aie l'esprit fort mal tourné de n'être pas contente de ma
fortune; mais on a quelquefois des peines que toute la raison ne saurait
surmonter. En achevant ces mots, elle attacha ses yeux contre terre, et
elle s'abandonna tout à coup à une si profonde rêverie, qu'il me fut
aisé de juger qu'elle avait de grands sujets de déplaisir; quelque
curiosité que j'eusse de les apprendre; il y avait si peu que nous
étions ensemble, que je n'osai la prier de me donner ce témoignage de sa
confiance, et, pour la tirer de la mélancolie où elle était, je la priai
de me dire des nouvelles de la cour d'Espagne, puisqu'elle venait de
Madrid. Elle fit effort sur elle-même pour se remettre un peu; elle nous
dit que l'on avait fait de grandes illuminations et beaucoup de
réjouissances à la fête de la Reine mère; que le Roi avait envoyé un des
gentilshommes de sa chambre à Tolède pour lui faire des compliments de
sa part; mais que ces belles apparences n'avaient pas empêché que le
marquis de Mancera, majordome de la Reine, n'eût reçu ordre de se
retirer à vingt lieues de la cour, ce qui avait fort chagriné cette
princesse. Elle nous apprit que la flotte qui portait des troupes en
Galice avait malheureusement péri sur les côtes du Portugal; que la
petite duchesse de Terra-Nova devait épouser Don Nicolo de Pignatelli,
prince de Monteleon, son oncle[40]; que le marquis de Leganez avait
refusé la vice-royauté de Sardaigne, parce qu'il était amoureux d'une
belle personne qu'il ne pouvait se résoudre à quitter; que Don Carlos
Omodeï, marquis d'Almonazid, était malade à l'extrémité, de désespoir de
ce qu'on lui refusait le traitement de grand d'Espagne qu'il prétend,
pour avoir épousé l'héritière de la maison et du grandat de
Castel-Rodrigue[41]; et que, ce qui l'affligeait le plus sensiblement,
c'est que Don Aniel de Gusman, premier mari de cette dame, avait joui de
cet honneur, de manière qu'il regardait les difficultés que l'on faisait
comme attachées à sa personne, et que c'était un nouveau sujet de
chagrin pour lui. En vérité, Madame, lui dis-je, il m'est difficile de
comprendre comme un homme de cœur peut s'abattre si fortement pour des
choses de cette nature; tout ce qui n'attaque ni l'homme ni la
réputation ne doit point être mortel. L'on n'a pas une ambition si
réglée en Espagne, reprit la belle veuve en souriant; et, comme vous
voyez, Madame, en voilà une preuve.

Don Frédéric de Cardone, qui s'intéressait beaucoup pour le duc de
Medina-Celi, lui en demanda des nouvelles. Le Roi, lui dit-elle, vient
de le faire président du Conseil des Indes. La Reine mère a écrit au
Roi, sur le bruit qui court qu'il se veut marier, qu'elle est surprise
que les choses soient déjà aussi avouées qu'elles le sont, et qu'il ne
lui en ait point fait part. Elle ajoute, dans sa lettre, qu'elle lui
conseillait, en attendant que tout fût prêt pour cette cérémonie,
d'aller faire un voyage en Catalogne et en Aragon: Don Juan d'Autriche
en comprend assez la nécessité, et il presse le Roi de partir pour
contenter les peuples d'Aragon, en leur promettant, par serment, selon
la coutume des nouveaux Rois, de leur conserver leurs anciens
priviléges. Est-ce, Madame, lui dis-je en l'interrompant, que les
Aragonais ont d'autres priviléges que les Castillans? Oui, reprit-elle,
ils en ont d'assez particuliers; et comme vous êtes étrangère, je crois
que vous serez bien aise que je vous en informe. Voici ce que j'en ai
appris.

La fille du comte Julien, nommée Cava, était une des plus belles
personnes du monde. Le roi Don Rodrigue prit une passion si violente
pour elle, que son amour n'ayant plus de bornes, son emportement n'en
eut point aussi. Le père, qui était alors en Afrique, informé de
l'outrage fait à sa fille, qui ne respirait que vengeance, traita avec
les Maures, et leur fournit les moyens d'entrer dans l'Espagne (cela
arriva en 1214, après la bataille donnée le jour de Saint-Martin, où Don
Rodrigue perdit la vie; d'autres disent qu'il s'enfuit en Portugal, et
qu'il y mourut dans une ville appelée Viscii)[42], et d'y faire, pendant
le cours de plusieurs siècles, tous les désordres dont l'histoire parle
amplement.

Les Aragonais furent les premiers qui secouèrent le joug de ces
barbares, et ne trouvant plus parmi eux aucun prince de la race des Rois
goths, ils convinrent d'en élire un, et jetèrent les yeux sur un
seigneur du pays, appelé Garci Ximenès. Mais, comme ils étaient les
maîtres de lui imposer des lois, et qu'il se trouvait encore trop
heureux de leur commander sous quelque condition qu'ils voulussent lui
obéir, ces peuples donnèrent des bornes bien étroites à son pouvoir.

Ils convinrent entre eux qu'aussitôt que le monarque dérogerait à
quelques-unes des lois, il perdrait absolument son pouvoir, et qu'ils
seraient en droit d'en choisir un autre, quand bien même il serait
païen; et pour l'empêcher de violer leurs priviléges et les défendre
contre lui au péril de la vie, ils établirent un magistrat souverain
qu'ils nommèrent le Justicia, lequel devait être commis pour veiller à
la conduite du Roi, des juges et du peuple; mais, la puissance d'un
souverain étant propre à intimider un simple particulier, ils voulurent,
pour affermir le Justicia dans ses fonctions, qu'il ne put être condamné
ni en sa personne, ni en ses biens, que par une assemblée complète des
états qu'on nomme les Cortès.

Ils ajoutèrent encore que, si le Roi oppressait quelqu'un de ses sujets,
les grands et les notables du royaume pourraient s'assembler pour
empêcher qu'on ne lui payât rien de ses domaines, jusqu'à ce que
l'innocent fût justifié, ou qu'il fût rentré dans son bien. Le Justicia
devait tenir la main à toutes ces choses; et pour faire sentir de bonne
heure à Garci Ximenès le pouvoir que cet homme avait sur lui, ils
l'élevèrent sur une espèce de trône et voulurent que le Roi, ayant la
tête nue, se mît à genoux devant lui, pour faire serment, entre ses
mains, de garder leurs priviléges. Cette cérémonie achevée, ils le
reconnurent pour leur souverain, mais d'une manière aussi bizarre que
peu respectueuse; car au lieu de lui promettre fidélité et obéissance,
ils lui dirent: Nous qui valons autant que vous, nous vous faisons notre
Roi et Seigneur, à condition que vous garderez nos priviléges et
franchises, autrement nous ne vous reconnaissons point[43].

Le Roi Don Pedro, dans la suite du temps, étant parvenu à la couronne,
trouva que cette coutume était indigne de la grandeur royale, et elle
lui déplut à tel point que par son autorité, par ses prières et par les
offres qu'il fit d'accorder plusieurs beaux priviléges au royaume, il
obtint que celui-là serait aboli dans l'assemblée des états. L'on en
passa le consentement général, que l'on écrivit, et qui lui fut
présenté. Aussitôt qu'il eut le parchemin, il tira son poignard et se
perça la main, disant qu'il était bien juste qu'une loi qui donnait aux
sujets la liberté d'élire leur souverain s'effaçât avec le sang du
souverain. On voit encore aujourd'hui sa statue dans la salle de la
Députation de Saragosse. Il tient le poignard d'une main, le privilége
de l'autre[44]. Les derniers Rois n'en ont pas été si religieux
observateurs que les premiers.

Mais il y a une loi qui subsiste encore, et qui est fort singulière;
c'est la loi de la manifestation: elle porte que, si un Aragonais a été
mal jugé, en consignant cinq cents écus, il ne peut faire sa plainte
devant le Justicia, lequel est obligé, après une exacte perquisition, de
faire punir celui qui n'a pas jugé équitablement; et, s'il manque,
l'oppressé a recours aux états du royaume, qui s'assemblent et nomment
neuf personnes de leurs corps, c'est-à-dire des grands, des
ecclésiastiques, de la petite noblesse, et des communautés. On en prend
trois du premier corps et deux de chacun des autres: mais il est à
remarquer qu'ils choisissent les plus ignorants pour juger les plus
habiles de la robe, soit pour leur faire plus de honte de leur faute,
ou, comme ils le disent, que la justice doit être si claire, que les
paysans mêmes, et ceux qui en savent le moins, puissent la connaître
sans le secours de l'éloquence. On assure aussi que les juges tremblent
quand ils prononcent un arrêt, craignant que ce n'en soit un pour
eux-mêmes, pour la perte de leur vie ou de leurs biens, s'ils y
commettent la moindre erreur, soit par malice ou par inapplication.
Hélas! que si cette coutume était établie partout, on verrait de
changements avantageux!

Cependant, ce qui n'est pas moins singulier, c'est que la justice
demeure toujours souveraine, et, bien que l'on punisse rigoureusement le
mauvais juge de son arrêt, il ne laisse pas de subsister dans toute sa
force et d'être exécuté. S'il s'agit de la mort d'un malheureux, malgré
son innocence reconnue, on le fait mourir; les juges sont exécutés à ses
yeux. Voilà une faible consolation. Si le juge accusé a bien fait sa
charge, celui qui s'en était plaint laisse les cinq cents écus qu'il
avait consignés: mais, dût-il perdre cent mille livres de rente par
l'arrêt dont il se plaint, l'arrêt, dis-je, demeure pour bon, et l'on ne
condamne le juge qu'à lui payer cinq cents écus; le reste du bien de ce
juge est confisqué au profit du Roi, ce qui est, à mon avis, une autre
injustice; car, enfin, l'on devrait avant toutes choses récompenser
celui qui perd par un méchant arrêt.

Ces mêmes peuples ont la coutume de distinguer par le supplice le crime
qu'on a commis. Par exemple, un cavalier qui en a tué un autre en duel
(car il est défendu de s'y battre), on lui tranche la tête par devant,
et celui qui a assassiné, on la lui tranche par derrière; c'est pour
faire connaître celui qui s'est conduit en galant homme ou en
traître[45].

Elle ajouta qu'à parler en général des Aragonais, ils avaient un orgueil
naturel qu'il était difficile de réprimer; mais aussi que, pour leur
rendre justice, on devait convenir qu'il se trouvait parmi eux une
élévation d'esprit, un bon goût et des sentiments si nobles, qu'ils se
distinguaient avec avantage de tous les autres sujets du Roi d'Espagne;
qu'ils n'avaient jamais manqué de grands hommes, depuis leur premier Roi
jusqu'à Ferdinand, et qu'ils en comptaient un nombre si surprenant,
qu'il paraissait y entrer beaucoup d'exagération; qu'il était vrai
cependant qu'ils s'étaient rendus fort recommandables par leur valeur et
par leur esprit.

Qu'au reste, leur terrain était si peu fertile, qu'excepté quelques
vallées qu'on arrosait avec des canaux, dont l'eau venait de l'Èbre, le
reste était si sec et si sablonneux, que l'on n'y trouvait que de la
bruyère et des rochers; que la ville de Saragosse était grande, les
maisons plus belles qu'à Madrid, les places publiques ornées d'arcades;
que la rue Sainte, où l'on faisait le cours, était si longue et si
large, qu'elle pouvait passer pour une grande et vaste place; que l'on y
voyait les palais de plusieurs seigneurs; que celui de Castelmorato
était un des plus agréables; que la voûte de l'église de Saint-François
surprenait tout le monde, parce qu'étant d'une largeur extraordinaire,
elle n'est soutenue d'aucun pilier; que la ville n'était pas forte, mais
que les habitants en étaient si braves, qu'ils suffisaient pour la
défendre; qu'elle n'a point de fontaine, et que c'est un de ses plus
grands défauts; que l'Èbre n'y portait point de bateaux, à cause que
cette rivière est remplie de rochers très-dangereux: qu'au reste,
l'archevêché valait soixante mille écus de rente; que la vice-royauté
n'était d'aucun revenu, et que c'était un poste fort honorable, où il ne
fallait que de grands seigneurs en état de faire de la dépense pour
soutenir leur rang, et pour soumettre des peuples qui étaient
naturellement fiers et impérieux, point affables aux étrangers, et si
peu prévenants, qu'ils aimeraient mieux rester seuls toute leur vie dans
leurs maisons, que de faire les premières démarches pour s'attirer
quelque connaissance nouvelle; qu'il y avait une sévère Inquisition dont
le bâtiment était magnifique, et un parlement très-rigide; que cela
n'empêche pas qu'il ne sorte de ce royaume des compagnies de voleurs,
appelés _bandoleros_[46], qui se répandent par toute l'Espagne et qui
font peu de quartier aux voyageurs; qu'ils enlèvent quelquefois des
filles de qualité, qu'ils mettent ensuite à rançon, pour que leurs
parents les rachètent; mais que, lorsqu'elles sont belles, ils les
gardent, et que c'est le plus grand malheur qui puisse leur arriver,
parce qu'elles passent leur vie avec les plus méchantes gens du monde,
qui les retiennent dans des cavernes effroyables, ou qui les mènent à
cheval avec eux; qu'ils en ont une jalousie si furieuse, qu'un de leurs
capitaines, ayant été attaqué depuis peu par des soldats que l'on avait
envoyés dans les montagnes pour les prendre, étant blessé à mort, et
ayant avec lui sa maîtresse, qui était de la maison du marquis de
Camaraza, grand d'Espagne; lorsqu'elle le vit si mal, elle ne songea
qu'à profiter de ce moment pour se sauver; mais que, s'en étant aperçu,
tout mourant qu'il était, il l'arrêta par les cheveux et lui plongea son
poignard dans le sein, ne voulant pas, disait-il, qu'un autre possédât
un bien qui lui avait été si cher: c'est ce qu'il avoua lui-même aux
soldats qui le trouvèrent et qui virent ce triste spectacle.

La belle marquise de Los-Rios se tut en cet endroit, et je la remerciai
autant que je devais, de la bonté qu'elle avait eue de m'apprendre des
choses si curieuses, et que j'aurais peut-être ignorées toute ma vie
sans elle. «Je ne pensais pas, Madame, me dit-elle, que vous me dussiez
des remercîments, et je craignais bien plutôt d'avoir mérité des
reproches pour une conversation si longue et si ennuyeuse; mais c'est un
défaut dans lequel on tombe, même sans s'en apercevoir, lorsqu'on
raconte quelque événement extraordinaire.»

Je ne voulus point souffrir qu'elle me quittât pour manger ailleurs, et
je l'obligeai de coucher avec moi, parce qu'elle n'avait pas son lit. Un
procédé si franc et si honnête l'engagea de me vouloir du bien. Elle
m'en assura en des termes si tendres, que je n'en pus douter; car je
dois vous dire que les Espagnoles sont plus caressantes que nous, et
qu'elles ont, pour ce qu'il leur plaît, des manières bien plus
touchantes et bien plus délicates que les nôtres.

«Enfin, je ne puis m'empêcher de lui dire que si elle avait pour moi
l'amitié dont elle me flattait, elle aurait aussi la complaisance de
m'informer de ce qui lui faisait de la peine, que je l'avais entendue
soupirer la nuit; qu'elle était rêveuse et mélancolique, et que si elle
pouvait trouver quelque soulagement à partager ses chagrins avec moi, je
m'offrais de lui servir de fidèle amie. Elle m'embrassa d'un air fort
tendre, et me dit, que sans différer d'un moment, elle allait satisfaire
ma curiosité; c'est ce qu'elle fit en ces termes:

«Puisque vous me voulez connaître, Madame, il faut que, sans rien vous
déguiser, je vous avoue toutes mes faiblesses, et que par ma sincérité
je mérite une curiosité aussi obligeante qu'est la vôtre.

»Je ne suis pas d'une naissance qui me distingue dans le monde; mon père
se nommait Davila, il n'était que banquier; mais il était estimé et il
avait du bien. Nous sommes de Séville, capitale de l'Andalousie, et nous
y avons toujours demeuré. Ma mère savait le monde, elle voyait beaucoup
de personnes de qualité, et, comme elle n'avait que moi d'enfant, elle
m'élevait avec de grands soins; on trouvait que j'y répondais assez, et
j'avais le bonheur que l'on ne me voyait guère sans me vouloir du bien.

»Nous avions deux voisins qui venaient fort souvent dans notre maison;
ils étaient agréablement reçus de mon père et de ma mère. Leur condition
n'avait aucun rapport: l'un était le marquis de Los-Rios, homme riche et
de grande naissance, il était veuf et d'un âge avancé; l'autre était le
fils d'un gros marchand qui trafiquait aux Indes; il était jeune et bien
fait; il avait de l'esprit, et toutes ses manières le distinguaient
avantageusement. Il s'appelait Mendez. Il ne fut pas longtemps sans
s'attacher à moi avec une si forte passion, qu'il n'y avait rien qu'il
ne fît pour me plaire et pour m'engager à quelque retour.

»Il se trouvait dans tous les endroits où j'allais; il passait des nuits
entières sous mes fenêtres, pour y chanter des paroles qu'il avait
composées pour moi, qu'il accompagnait fort bien de sa harpe, ou pour
m'y donner des concerts; en un mot, il ne négligeait rien de tout ce qui
pouvait me faire connaître sa passion.

»Mais voyant que ses empressements n'avaient pas tout l'effet qu'il en
attendait, et ayant passé un assez long temps de cette manière, sans
oser me parler de sa tendresse, il résolut enfin de profiter de la
première occasion qu'il pourrait rencontrer pour m'en entretenir.

»Je l'évitais depuis une conversation que j'avais eue avec une de mes
amies, qui avait bien plus d'expérience et d'usage du monde que moi.
J'avais senti que la présence de Mendez me donnait de la joie, que mon
cœur avait une émotion pour lui qu'il n'avait point pour les autres; que
lorsque ses affaires ou nos visites l'empêchaient de me voir, j'étais
inquiète, et comme j'aimais cette belle fille tendrement et que je lui
étais chère, elle avait remarqué que j'étais moins gaie qu'à
l'ordinaire, et que mes yeux quelquefois s'attachaient avec attention
sur Mendez. Un jour qu'elle m'en faisait la guerre, je lui dis avec une
naïveté assez agréable: «Ne me refusez pas, ma chère Henriette, de me
définir les sentiments que j'ai pour Mendez. Je ne sais encore si je
dois les craindre et si je ne dois point m'en défendre; mais je sens
bien que j'y aurais beaucoup de peine, et qu'ils me font du plaisir.»
Elle se prit à rire, elle m'embrassa et me dit: «Ma chère enfant, n'en
doutez point, vous aimez.--J'aime, m'écriai-je avec effroi. Ah! vous me
trompez, je ne veux point aimer, je ne veux point aimer.--Cela ne dépend
pas toujours de nous, continua-t-elle d'un air plus sérieux, notre
étoile en décide avant notre cœur; mais au fond, qu'est-ce qui vous
épouvante si fort? Mendez est d'une condition proportionnée à la vôtre,
il a du mérite, il est bien fait, et si ses affaires continuent d'avoir
un succès aussi favorable qu'elles ont eu jusqu'à présent, vous pouvez
espérer d'être heureuse avec lui.--Et qui m'a dit, repris-je en
l'interrompant, qu'il sera heureux avec moi, et même qu'il y pense?--Oh!
je vous en réponds, me dit-elle; tout ce qu'il fait a ses vues, et l'on
ne passe pas les nuits sous les fenêtres et les jours à suivre une
personne indifférente.»

»Après quelque autre discours de cette nature, elle me quitta, et je fis
dessein, malgré la répugnance que j'y sentais, de ne plus donner lieu à
Mendez de me parler en particulier.

»Mais un soir que je me promenais dans le jardin, il vint m'y trouver.
Je fus embarrassée, de me voir seule avec lui, et il eut lieu de le
remarquer sur mon visage et à la manière dont je le recevais. Cela ne
put le détourner du dessein qu'il avait fait de m'entretenir. «Que je
suis heureux, belle Marianne, me dit-il, de vous trouver seule: mais que
dis-je, heureux! Peut-être que je me trompe, et que je dois craindre que
vous ne vouliez pas apprendre un secret que je veux vous confier.--Je
suis encore si jeune, lui dis-je en rougissant, que je ne vous conseille
pas de me rien dire, à moins que vous ne vouliez que j'en fasse part à
mes amis.--Hé quoi! continua-t il, si je vous avais dit que je vous
adore, que tout mon repos dépend des dispositions que vous avez pour
moi; que je ne saurais plus vivre sans quelque certitude que je pourrai
vous plaire un jour, le diriez-vous à vos amies?--Non, lui dis-je avec
beaucoup d'embarras, je regarderais cette confidence comme une
raillerie, et ne voulant pas la croire, je ne voudrais pas hasarder de
la laisser croire à d'autres.»

»L'on nous interrompit comme j'achevais ces mots; il me parut qu'il
n'était guère content de ce que je lui avais répondu, et, peu de temps
après, il trouva l'occasion de m'en faire des reproches.

»Je ne pus les soutenir, et j'écoutai favorablement le penchant que
j'avais pour lui; tout avait à mon gré une grâce particulière dans sa
bouche, et il n'eut guère de peine à me persuader qu'il m'aimait plus
que toutes les choses du monde.

»Cependant le marquis de Los-Rios me trouvait si bien élevée, et toutes
mes manières lui revenaient si fort, qu'il s'attacha uniquement à me
plaire. Il avait de la délicatesse et ne pouvait se résoudre de ne me
devoir qu'à la seule autorité de mes parents. Il comprenait assez qu'ils
recevraient comme un honneur les intentions qu'il avait pour moi; mais
il voulait que j'y consentisse avant que de s'adresser à eux.

»Dans cette pensée, il me parla un jour, et me dit tout ce qu'il put
imaginer de plus engageant. Je lui témoignai que je me ferais toujours
un devoir indispensable d'obéir à mon père, que cependant nos âges
étaient si différents, que je lui conseillais de ne point songer à moi;
que j'aurais une éternelle reconnaissance des sentiments avantageux
qu'il avait pour moi; que je lui accorderais toute mon estime, mais que
je ne pouvais disposer que de cela en sa faveur. Après m'avoir entendue,
il fut quelque temps sans parler, et prenant tout d'un coup une
résolution fort généreuse: «Aimable Marianne, me dit-il, vous auriez pu
me rendre le plus heureux homme du monde, et si vous aviez de
l'ambition, je pourrais aussi la satisfaire; cependant vous me refusez,
vous souhaitez d'être à un autre, j'y consens; j'ai trop d'amour pour
balancer entre votre satisfaction et la mienne; je vous en fais donc un
entier sacrifice, et je me retire pour jamais.» En achevant ces mots, il
me quitta, et me parut si affligé, que je ne pus m'empêcher d'en être
touchée.

»Mendez arriva peu après et me trouva triste. Il me pressa si fort de
lui en apprendre la cause, que je ne pus lui refuser cette preuve de ma
complaisance. Un autre que lui m'aurait eu une sensible obligation de
l'exclusion que je venais de donner à son rival; mais bien loin de m'en
tenir compte, il me dit qu'il voyait dans mes yeux que je regrettais
déjà un amant qui pouvait me mettre dans un rang plus élevé que lui, et
qu'il y avait bien de la cruauté dans mon procédé. J'essayai inutilement
de lui faire connaître l'injustice du sien; quoi que je puisse lui dire,
il continua de me reprocher mon inconstance. Je restai surprise et
chagrine de cette manière d'agir, et je demeurai plusieurs jours sans
vouloir lui parler.

»Il fit enfin réflexion qu'il n'avait pas de sujet de se plaindre; il
vint me trouver, il me demanda pardon et me témoigna beaucoup de
déplaisir de n'avoir pas été le maître de sa jalousie. Il s'excusa,
comme font tous les amants, sur la force de sa passion. J'eus tant de
faiblesse, que je voulus bien oublier la peine qu'il m'avait causée.
Nous nous raccommodâmes, et il continua de me rendre des soins fort
empressés.

»Son père ayant appris la passion qu'il avait pour moi, crut qu'il ne
pourrait lui procurer un mariage plus convenable; il lui en parla et
vint ensuite trouver mon père pour lui en faire la proposition. Ils
étaient amis depuis longtemps, il fut agréablement écouté, et il lui
accorda avec plaisir ce qu'il souhaitait.

»Mendez vint m'en apprendre la nouvelle avec des transports qui auraient
semblé ridicules à tout autre qu'à une maîtresse. Ma mère m'ordonna
d'avoir pour lui des égards; elle me dit que cette affaire m'était
avantageuse, et qu'aussitôt que la flotte des Indes serait arrivée, où
il avait un intérêt très-considérable, on conclurait le mariage.

»Pendant que ces choses se passaient, le marquis de Los-Rios était
retiré dans une de ses terres, où il ne voyait presque personne. Il
menait une vie languissante qui le tuait; il m'aimait toujours, et
s'empêchait de me le dire et de se soulager par cet innocent remède.
Enfin, son corps ne put résister à l'accablement de son esprit, il tomba
dangereusement malade; et sachant des médecins qu'il n'y avait pas
d'espérance pour lui, il fit un effort pour m'écrire la lettre du monde
la plus touchante, et il m'envoya en même temps une donation de tout son
bien, au cas qu'il mourût. Ma mère se trouva dans ma chambre lorsqu'un
gentilhomme me présenta ce paquet de sa part; elle voulut savoir ce
qu'il contenait.

»Je ne pus donc, à ce moment, m'empêcher de lui dire ce qui s'était
passé, et nous fûmes l'une et l'autre dans la dernière surprise de
l'extrême générosité du marquis. Elle lui manda que j'irais, avec ma
famille, le remercier d'une libéralité que je n'avais point méritée, et
en particulier elle me reprit fortement de lui avoir fait un mystère
d'une chose que j'aurais dû lui dire sur-le-champ. Je me jetai à ses
genoux, je m'excusai le moins mal qu'il me fut possible, et je lui
témoignai tant de douleur de lui avoir déplu, qu'elle me pardonna
facilement. Au sortir de ma chambre, elle fut trouver mon père, et lui
ayant appris tout ce qui s'était passé, ils résolurent d'aller, le
lendemain, voir le marquis, et de m'y mener.

»Je le dis le soir à Mendez, et la crainte que j'avais qu'enfin mes
parents ne me voulussent faire épouser ce vieillard, si par hasard il
échappait de sa maladie; quelque touchée que je lui parusse, il
s'emporta si fort, et il me fit de si grands reproches, qu'il fallait
l'aimer autant que je l'aimais pour ne pas rompre avec lui. Mais il
avait un tel ascendant sur mes volontés, qu'encore qu'il fût le plus
injuste de tous les hommes, je croyais qu'il fût le plus raisonnable.

»Nous fûmes chez le marquis de Los-Rios; sa maison de campagne n'est
qu'à deux lieues de Séville. Tout mourant qu'il était, il nous reçut
avec tant de joie, qu'il nous fut aisé de la remarquer. Mon père lui
témoigna son déplaisir de le trouver dans un état si pitoyable; il lui
fit ses remercîments pour la donation qu'il m'avait faite et l'assura
que s'il trouvait quelque prétexte honnête et plausible, il romprait
avec Mendez, auquel il avait donné sa parole; que s'il pouvait y
réussir, il la lui engageait; que je ne serais jamais à d'autre qu'à
lui. Il reçut cette assurance comme il aurait pu recevoir sa parfaite
félicité; mais il connut bien la douleur que j'en ressentais. Je devins
pâle, mes yeux se couvrirent de larmes, et lorsque nous le quittâmes, il
me pria de m'approcher de lui. Il me dit d'une voix mourante: «Ne
craignez rien, belle Marianne, je vous aime trop pour vous déplaire;
vous serez à Mendez, puisque Mendez a touché votre cœur.» Je lui dis que
je n'avais point de penchant particulier pour lui, que l'on m'avait
ordonné de le regarder comme un homme qui devait être mon époux, et
qu'enfin je le priais de guérir.

»Il me semble que c'était la moindre démarche que je pouvais faire pour
une personne à qui j'avais de si grandes obligations. Il en parut assez
satisfait, et faisant un effort pour prendre ma main et la baiser:
«Souvenez-vous, au moins, me dit-il, que vous m'ordonnez de vivre, et
que ma vie étant votre ouvrage, vous serez obligée de la conserver.»

»Nous revînmes le soir, et l'impatient Mendez nous attendait pour me
faire de nouveaux reproches. Je les pris, à mon ordinaire, comme des
preuves de sa passion; et après m'être justifiée, je lui demandai si
l'on n'avait point quelque nouvelle de la flotte. «Hélas! me dit-il, mon
père en a reçu qui me désespèrent; je n'ose vous les
apprendre.--Avez-vous quelque chose de caché pour moi, lui dis-je en le
regardant tendrement, et pouvez-vous croire que je me démente à votre
égard?--Je suis trop heureux, reprit-il, que vous ayez des dispositions
si favorables, et comme, en effet, je ne puis avoir rien de secret pour
vous, il faut que je vous avoue que le galion dans lequel nous avions
tout notre bien s'est entr'ouvert et a échoué contre la côte.

»La plus grande partie de sa charge est perdue; mais j'y serais bien
moins sensible, quelque intérêt que j'y aie, si je n'envisageais pas la
suite des malheurs que cette perte me prépare. Votre présence aura rendu
la santé au marquis de Los-Rios; l'on sait dans votre famille ses
sentiments pour vous: il est riche et grand seigneur; je deviens
misérable, et si vous m'abandonnez, ma chère Marianne, je n'aurai plus
d'espoir que dans une prompte mort.» Je fus pénétrée de douleur à des
nouvelles si affligeantes; je pris une de ses mains, et la serrant dans
les miennes, je lui dis: «Mon cher Mendez, ne croyez point que je sois
capable de vous aimer et de changer par les effets de votre bonne ou de
votre mauvaise fortune. Si vous êtes capable de faire un effort pour
lui résister, croyez aussi que j'en serai capable. J'en atteste le ciel,
continuai-je, et pourvu que vous m'aimiez et que vous me soyez fidèle,
je veux bien qu'il me punisse si jamais je change.»

»Il me témoigna toute la sensibilité qu'il devait à des assurances si
touchantes, et nous résolûmes de ne pas divulguer cet accident.

»Je me retirai fort triste, et m'enfermai dans mon cabinet, rêvant aux
suites que pourrait avoir la perte de tant de biens. J'y étais encore,
lorsque j'entendis frapper doucement contre les jalousies qui fermaient
ma fenêtre (car j'étais logée dans un appartement bas); je m'approchai,
et je vis Mendez au clair de la lune. «Que faites-vous ici à l'heure
qu'il est, lui dis-je?--Hélas! me dit-il, je veux essayer de vous parler
avant que de m'en aller.

»Mon père vient encore de recevoir des nouvelles du galion; il veut que
je parte tout à l'heure, et que j'aille où il est échoué, pour tâcher
d'en sauver quelque chose; il y a fort loin d'ici et je vais être un
temps considérable sans vous voir. Ah! ma chère Marianne, pendant tout
ce temps, me tiendrez-vous ce que vous m'avez promis? Puis-je espérer
que ma chère maîtresse me sera fidèle?--Si vous le pouvez espérer,
dis-je en l'interrompant. Mendez, que vous ai-je fait pour le mettre en
doute? Oui, continuai-je, je vous aimerai, fussiez-vous le plus
infortuné de tous les hommes.»

»Ce serait abuser de votre patience, Madame, que de vous raconter tout
ce que nous nous dîmes dans cette douloureuse séparation; et bien qu'il
n'y parût aucun danger, nos cœurs se saisirent à tel point, que nous
avions déjà un pressentiment des disgrâces qui nous devaient arriver. Le
jour approchait, et il fallut enfin nous dire adieu; je lui vis répandre
des larmes, et j'étais toute mouillée des miennes.

»Je me jetai sur mon lit, roulant dans mon esprit mille tristes pensées,
et je parus le lendemain si abattue, que mon père et ma mère eurent peur
que je ne tombasse dangereusement malade.

»Le père de Mendez les vint voir, pour excuser son fils de ce qu'il
était parti sans prendre congé d'eux. Il ajouta qu'il s'agissait d'une
affaire si pressée, qu'elle ne lui avait pas laissé un moment à sa
disposition. A mon égard, Madame, je n'avais plus de joie, je n'étais
sensible à rien, et si quelque chose pouvait me soulager, c'était la
conversation de ma chère Henriette, avec qui je me plaignais en liberté
de la longue absence de Mendez.

»Cependant le marquis de Los-Rios était hors de danger, et mon père
l'allait voir souvent. Je remarquai un jour beaucoup d'altération sur le
visage de ma mère: elle et mon père furent longtemps enfermés avec des
religieux qui les étaient venus trouver, et après avoir conféré
ensemble, ils me firent appeler, sans que je pusse en deviner la cause.

»J'entrai dans leur cabinet si émue, que je ne me connaissais pas
moi-même. Un de ces bons pères, vénérable par son âge et par son habit,
me dit plusieurs choses sur la résignation que nous devons aux ordres
de Dieu, sur sa providence dans tout ce qui nous regarde, et la fin de
son discours fut que Mendez avait été pris par les Algériens, qu'il
était esclave, et que par malheur ces corsaires avaient su qu'il était
fils d'un riche marchand, ce qui avait été cause qu'ils l'avaient mis à
une furieuse rançon; qu'ils étaient à Alger dans le temps qu'il y
arriva; qu'ils auraient bien voulu le ramener, mais que l'argent qu'ils
avaient porté pour tous n'aurait pas suffi pour lui seul: qu'à leur
retour, ils étaient allés chez son père pour lui apprendre ces fâcheuses
nouvelles, mais qu'ils avaient su qu'il s'était absenté, et que la perte
d'un galion sur lequel il avait tous ses effets, sans en avoir pu rien
sauver, l'avait réduit à fuir des créanciers qui le cherchaient pour le
faire mettre en prison; que les choses étant en cet état, ils ne
voyaient guère de remède aux maux du pauvre Mendez; qu'il était entre
les mains de Meluza, le plus renommé et le plus intéressé de tous les
corsaires, et que, si je suivais leur conseil et celui de mes parents,
je songerais à prendre un autre parti. J'avais écouté jusque-là ces
funestes nouvelles si transie, que je n'avais pu les interrompre que par
de profonds soupirs; mais quand il m'eut dit qu'il fallait penser à un
autre parti, j'éclatai et fis des cris et des regrets si pitoyables, que
je touchai de compassion mon père, ma mère et ces bons religieux.

»L'on m'emporta dans ma chambre, comme une fille plus près de la mort
que de la vie; l'on envoya quérir Doña Henriette, et ce ne fut pas sans
douleur qu'elle me vit si malheureuse et si affligée. Je tombai dans une
mélancolie inconcevable; je me tourmentais nuit et jour, rien n'était
capable de m'ôter le souvenir de mon cher Mendez.

»Le marquis de Los-Rios ayant appris ce qui se passait, conçut de si
fortes espérances, qu'il se trouva bientôt en état de venir demander à
mon père, de même à moi, l'effet des paroles que nous lui avions
données. Je voulus lui faire entendre que la mienne n'était point
dégagée à l'égard de Mendez, qu'il était malheureux, mais que je ne lui
étais pas moins promise. Il m'écouta sans se laisser persuader, et me
dit que j'avais autant d'envie de me perdre que les autres en ont de se
sauver; que c'était moins son intérêt que le mien qui le faisait agir.
Et ravi d'avoir un prétexte qui lui semblait plausible, il pressa mon
père avec tant de chaleur, qu'il consentit à tout ce qu'il souhaitait.

»Je ne puis vous représenter, Madame, dans quelle douleur j'étais
abîmée. Qu'est devenue, Seigneur, disais-je au marquis, cette
scrupuleuse délicatesse qui vous empêchait de vouloir mon cœur d'une
autre main que de la mienne? Si vous me laissiez au moins le loisir
d'oublier Mendez, peut-être que son absence et ses disgrâces me le
rendraient indifférent; mais dans le temps où je suis, tout occupée du
cruel accident qui me l'arrache, vous ajoutez de nouvelles peines à
celles que j'ai déjà, et vous croyez qu'avec ma main je pourrais vous
donner ma tendresse!

«Je ne sais ce que je crois, me disait-il, ni ce que j'espère, je sais
bien que ma complaisance a pensé me coûter la vie; que si vous n'êtes
point destinée pour moi, un autre vous possédera; que Mendez, par l'état
de sa fortune, n'y doit plus prétendre, et qu'enfin, puisque l'on veut
vous rétablir, vous avez bien de la dureté de refuser que ce soit avec
moi. Vous n'ignorez pas ce que j'ai fait jusqu'ici pour vous plaire, mon
procédé vous doit être caution de mes sentiments; et qui vous répondra
d'un autre cœur fait comme le mien?»

»Les jours se passaient ainsi dans les disputes, dans les prières et
dans une affliction continuelle.

»Le marquis faisait bien plus de progrès sur l'esprit de mon père que
sur le mien. Enfin, ma mère m'ayant envoyé quérir un jour, elle me dit
qu'il n'y avait plus à balancer, et que mon père voulait absolument que
j'obéisse à ses ordres. Ce que je pus dire pour m'en dispenser, mes
larmes, mes remontrances, ma douleur, mes peines, tout cela fut inutile
et ne m'attira que des duretés.

»L'on prépara toutes les choses nécessaires à mon mariage, le marquis
voulut que tout eût un air de magnificence convenable à sa qualité; il
m'envoya une cassette pleine de bijoux et pour cent mille livres de
pierreries. Le jour fatal pour notre hymen fut arrêté. Me voyant réduite
dans cette extrémité, je pris une résolution qui vous surprendra,
Madame, et qui marque une grande passion. J'allai chez Doña Henriette,
cette amie m'avait toujours été fidèle, et je me jetai à ses pieds; je
la surpris par une action si extraordinaire. «Ma chère Henriette, lui
dis-je, fondant en larmes, il n'y a plus de remèdes à mes maux, si vous
n'avez pitié de moi; ne m'abandonnez pas, je vous en conjure, dans le
triste état où je suis; c'est demain que l'on veut que j'épouse le
marquis de Los-Rios. Il n'est plus possible que je l'évite. Si l'amitié
que vous m'avez promise est à toute épreuve et vous rend capable d'une
résolution généreuse, vous ne me refuserez point de suivre ma fortune et
de venir avec moi à Alger payer la rançon de Mendez, et le tirer du
cruel esclavage où il est. Vous me voyez à vos genoux, continuai-je en
les embrassant (car quelques efforts qu'elle eût pu faire, je n'avais
pas voulu me lever), je ne les quitterai point que vous ne m'ayez donné
votre parole de faire ce que je souhaite.» Elle me témoigna tant de
peine de me voir à ses pieds, que je me levai pour l'obliger à me
répondre. Aussitôt, elle m'embrassa avec de grands témoignages de
tendresse. «Je ne vous refuserai jamais rien, ma chère Marianne, me
dit-elle, fût-ce ma propre vie; mais vous allez vous perdre et me perdre
avec vous. Comment deux filles pourront-elles exécuter ce que vous
projetez? Votre âge, notre sexe et votre beauté nous exposeront à des
aventures dont la seule imagination me fait frémir. Ce qu'il y a de bien
certain, c'est que nous allons combler nos familles de honte; or si vous
y aviez fait de sérieuses réflexions, il n'est pas possible que vous
pussiez vous y résoudre.--Ah! barbare, m'écriai-je, plus barbare que
celui qui retient mon amant, vous m'abandonnez; mais bien que je sois
seule, je ne laisserai pas de prendre mon parti; aussi bien, le secours
que vous pourriez me donner ne me pourrait être fort utile: restez,
restez, j'y consens, il est juste que j'aille sans aucune consolation
affronter tout le péril; j'avoue même qu'une telle démarche ne convient
qu'à une fille désespérée.»

»Mes reproches et mes larmes émurent Henriette; elle me dit que mon
intérêt l'avait obligée, autant que le sien propre, de me parler comme
elle avait fait; mais qu'enfin, puisque je persistais dans mon premier
sentiment et que rien ne pouvait m'en détourner, elle était résolue de
ne me point abandonner; que si je l'en voulais croire, nous nous
travestirions, qu'elle se chargeait d'avoir deux habits d'homme, et que
c'était à moi de pourvoir à tout le reste. Je l'embrassai avec mille
témoignages de reconnaissance et de tendresse.

»Je lui demandai ensuite si elle avait vu les pierreries que le marquis
m'avait envoyées; je les porterai, lui dis-je, pour en payer la rançon
de Mendez. Nous résolûmes de profiter de tous les moments, parce qu'il
n'y en avait aucun à perdre, et nous ne manquâmes, ni l'une ni l'autre,
à rien de ce que nous avions projeté.

»Jamais deux filles n'ont été mieux déguisées que nous le fûmes, sous
l'habit de deux cavaliers. Nous partîmes cette même nuit et nous nous
embarquâmes sans avoir trouvé le moindre obstacle; mais après quelques
jours de navigation, nous fûmes surprises d'une tempête si violente,
que nous crûmes qu'il n'y avait point de salut pour nous. Dans tout ce
désordre et ce péril, je sentais bien moins de crainte pour moi que de
douleur de n'avoir pu mettre mon cher Mendez en liberté, et d'avoir
engagé Henriette dans ma mauvaise fortune. C'est moi, lui disais-je en
l'embrassant, c'est moi, ma chère compagne, qui excite cet orage; si je
n'étais pas sur la mer elle serait calme; mon malheur me suit en quelque
lieu que j'aille, j'y entraîne tout ce que j'aime. Enfin, après avoir
été un jour et deux nuits dans des alarmes continuelles, le temps
changea et nous arrivâmes à Alger.

«J'étais si aise de me voir en état de délivrer Mendez, que je ne
comptais pour rien tous les dangers que j'avais courus. Mais, ô Dieu!
que devins-je en débarquant, lorsqu'après toute la perquisition que l'on
put faire, je connus qu'il n'y avait point d'espérance de retrouver la
cassette où j'avais mis tout ce que j'avais de plus précieux; je me
sentis pressée d'une si violente douleur que je pensai expirer avant de
sortir du vaisseau. Sans doute cette cassette, qui était petite et dont
je pris peu de soin pendant la tempête, tomba dans la mer ou fut volée;
lequel que ce soit des deux, je fis une perte considérable, et il ne me
restait plus que deux mille pistoles de pierreries que j'avais gardées à
tout événement et que je portais sur moi.

»Je résolus avec cela de faire une tentative près du patron de Mendez.
Aussitôt que nous fûmes dans la ville, nous nous informâmes de sa
maison; et l'ayant apprise sans peine (car Meluza était fort connu),
nous nous y fîmes conduire vêtues encore en cavaliers.

»Je ne puis vous exprimer, Madame, dans quel trouble j'étais en
approchant de cette maison où je savais que mon cher amant languissait
dans les fers; quelles tristes réflexions ne faisais-je point! Hélas!
qu'est-ce que je devins, lorsqu'en entrant chez ce corsaire, je vis
Mendez enchaîné avec plusieurs autres que l'on allait mener à la
campagne pour les faire travailler à polir le marbre? Je serais tombée à
ses pieds si Henriette ne m'avait soutenue. Je ne savais plus ni où
j'étais, ni ce que je faisais; je voulus lui parler, mais la douleur
m'avait si fort serré le cœur et lié la langue que je ne pus proférer
une seule parole. Pour lui, il ne me regarda pas; il était si triste et
si abattu qu'il n'avait des yeux pour personne, et il fallait l'aimer
autant que je l'aimais pour le pouvoir reconnaître, tant il était
changé.

»Après avoir été quelque temps à me remettre de cette violente
agitation, j'entrai dans une salle basse, où l'on me dit que Meluza
était. Je le saluai et je lui dis le sujet de mon voyage, que Mendez
était mon proche parent, qu'il avait été ruiné par la perte d'un galion
et par sa captivité, et que c'était sur mon propre bien que je prenais
de quoi payer sa rançon. Le Maure me parut fort indifférent à tout ce
que je lui disais; et, me regardant dédaigneusement, il me dit qu'il ne
s'informait point où je prendrais cet argent, mais qu'il savait, de
science certaine, que Mendez était riche; que, cependant, pour me
marquer qu'il ne voulait pas se servir de tous ses avantages, il ne le
mettait qu'à vingt mille écus.

»Hélas! que ç'aurait été peu si je n'avais pas perdu mes pierreries!
mais que c'était trop en l'état où je me trouvais. Enfin, après avoir
longtemps disputé inutilement, je pris tout d'un coup une résolution qui
ne pouvait être inspirée que par un amour extrême.

«Voilà tout ce que j'ai, dis-je au corsaire en lui donnant mes diamants,
cela ne vaut pas ce que tu demandes; prends-moi pour ton esclave, et
sois bien persuadé que tu ne me garderas pas longtemps. Je suis fille
unique d'un riche banquier de Séville; retiens-moi pour otage et laisse
aller Mendez, il reviendra bientôt pour me retirer.» Le barbare fut
surpris de me trouver capable d'une résolution si généreuse et si
tendre.--Tu es digne, me dit-il, d'une meilleure fortune. Va, j'accepte
le parti que tu m'offres, j'aurai soin de toi et te serai bon patron. Il
faut que tu quittes l'habit que tu portes pour en prendre un convenable
à ton sexe; tu garderas même tes pierreries si tu veux, j'attendrai
aussi bien pour le tout que pour une partie.

»Doña Henriette était si confuse et si éperdue du marché que je venais
de conclure, qu'elle ne pouvait assez m'exprimer son déplaisir; mais,
enfin, malgré toutes ses remontrances et ses prières, je tins ferme, et
Meluza me fit apporter un habit d'esclave dont je m'habillai. Il me
conduisit dans la chambre de sa femme à laquelle il me donna, après lui
avoir raconté ce que je faisais pour la liberté de mon amant.

»Elle en parut touchée et me promit qu'elle adoucirait le temps de ma
servitude par tous les bons traitements qu'elle me pourrait faire.

»Le soir, quand Mendez fut de retour, Meluza le fit appeler et lui dit
que, comme il était de Séville, il lui voulait faire voir une esclave
qu'il avait achetée, parce qu'il la connaîtrait peut-être.

»Aussitôt on me fit entrer. Mendez, à cette vue, perdant toute
contenance, vint se jeter à mes genoux, et prenant mes mains qu'il
baisait tendrement et qu'il mouillait de ses larmes, il me dit tout ce
qui se peut penser de plus touchant et de plus tendre. Meluza et sa
femme se divertirent de voir les différents mouvements de joie et de
tristesse, d'amour et de peine dont nous étions agités; enfin ils
apprirent à Mendez les obligations qu'il m'avait, qu'il était libre et
que je resterais à sa place. Il fit tout ce que l'on put faire pour me
détourner de prendre un tel parti.--Hé quoi! me disait-il, vous voulez
que je vous charge de mes chaînes, ma chère maîtresse, pourrai-je être
libre quand vous ne le serez pas? Je vais donc faire pour vous ce que
vous venez de faire pour moi; je me vendrai et je vous rachèterai de cet
argent; car, enfin, considérez que quand même je serais en état,
aussitôt que j'arriverai à Séville, d'y trouver des secours et de
revenir sur mes pas pour vous ramener, je ne pourrais cependant me
résoudre de vous quitter; jugez donc si je le pourrai dans un temps où
ma fortune ne me promet rien et que je suis le plus malheureux de tous
les hommes.--J'opposai à toutes ses raisons la tendresse de mon père qui
ne me laisserait pas esclave aussitôt qu'il le saurait. Enfin j'employai
tout le pouvoir que j'avais sur son esprit, pour qu'il profitât de ce
que je faisais en sa faveur.

»Que vous dirai-je, Madame, de notre séparation? Elle fut si douloureuse
que les paroles ne peuvent exprimer ce que nous sentîmes. J'obligeai
Henriette de partir avec lui, afin qu'elle allât solliciter et presser
mes parents de faire leur devoir à mon égard.

»Cependant mon père et ma mère étaient dans une affliction inconcevable;
et, lorsqu'ils s'aperçurent de ma fuite, ils en pensèrent mourir de
douleur.

»Ils se reprochaient sans cesse ce qu'ils avaient fait pour m'obliger à
épouser le marquis de Los-Rios; il n'était pas, de son côté, dans un
moindre désespoir; ils me faisaient chercher inutilement dans tous les
endroits où ils pouvaient s'imaginer que je serais cachée.

»Deux années entières s'écoulèrent sans que je reçusse ni nouvelles ni
secours de Mendez; ce qui me fit croire, avec beaucoup d'apparence,
qu'Henriette et lui étaient péris sur mer. Je leur avais donné toutes
les pierreries que Meluza m'avait laissées; mais ce n'était pas leur
perte ni celle de ma liberté que je regrettais, c'était mon cher amant
et ma fidèle amie, dont le souvenir m'occupait sans cesse et me causait
une affliction sans égale. Je n'avais plus de repos ni de santé, je
pleurais nuit et jour; je refusais de sortir d'esclavage en négligeant
d'écrire à mon père ma triste destinée. Je ne souhaitais qu'une prompte
mort et j'aurais voulu la rencontrer pour finir mes peines et mes
malheurs.

»Meluza et sa femme avaient pitié de moi: ils ne doutaient point que
Mendez ne fût péri. Ils me traitaient moins cruellement que ces gens-là
n'ont accoutumé de traiter les malheureux qui tombent entre leurs mains.

»Un jour que Meluza revenait de course, il ramena plusieurs personnes de
l'un et l'autre sexe qu'il avait prises, mais entre autres une jeune
fille de condition, qui était de Séville et que je connaissais. Cette
vue renouvela toutes mes douleurs; elle fut fort surprise de me trouver
dans ce triste lieu. Nous nous embrassâmes tendrement, et comme je
gardais un profond silence: «Comment, belle Marianne, me dit-elle,
êtes-vous si indifférente pour vos proches et pour votre patrie, que
vous n'ayez aucune curiosité d'en apprendre des nouvelles?» Je levai les
yeux vers le ciel, et poussant un profond soupir, je la priai de me dire
si l'on ne savait point en quel lieu Mendez et Henriette étaient
péris.--Qui vous a dit qu'ils soient péris? reprit-elle. Ils sont à
Séville, où ils mènent une vie fort heureuse.

»Mendez a rétabli ses affaires, et s'est fait un plaisir et un honneur
de publier partout les extrêmes obligations qu'il avait à Henriette.
Peut-être ignorez-vous, continua-t-elle, que Mendez avait été pris et
fait esclave par les Algériens? Cette généreuse fille se travestit et
vint le racheter jusqu'ici; mais il n'en a pas été ingrat, il l'a
épousée. C'est une union charmante entre eux, l'hymen n'en a point banni
l'amour.» Comme elle parlait encore, elle s'aperçut tout d'un coup que
j'étais si changée, qu'il semblait que j'allais mourir. Mes forces
m'abandonnèrent, mes yeux se fermèrent et je tombai évanouie entre ses
bras. Elle s'effraya extrêmement, elle appela mes compagnes qui me
mirent au lit, et tâchèrent de me tirer d'un état si pitoyable.

«Cette belle fille s'y empressa plus qu'aucune autre; et lorsque je fus
revenue à moi, je commençai à me plaindre, je poussai des soupirs et des
sanglots capables d'émouvoir quelque chose de plus barbare qu'un
corsaire.

»Meluza, en effet, fut touché du récit d'une trahison si inconcevable,
et, sans m'en rien dire, il s'informa de sa nouvelle esclave du nom de
mon père; il lui écrivit aussitôt tout ce qu'il savait de mes malheurs.

»Ces lettres pensèrent faire mourir ma mère. Elle ne pouvait s'imaginer
qu'à dix-huit ans je fusse dans les fers, sans verser un torrent de
larmes; mais ce qui augmenta tous ses déplaisirs, c'était le désordre
des affaires de mon père. Plusieurs banqueroutes considérables l'avaient
ruiné; il n'était plus dans le commerce, et c'était une chose
impossible de trouver les vingt mille écus que Meluza voulait avoir
pour ma rançon.

»Le généreux marquis de Los-Rios apprit ces nouvelles et vint trouver
mon père pour lui offrir tout ce qui était à son pouvoir. Je ne le fais
point, lui dit-il, en vue de violenter les inclinations de votre fille
lorsqu'elle sera ici; je l'aimerai toujours, mais je ne la chagrinerai
jamais. Comme mon père n'avait point d'autre parti à prendre, il accepta
ce qui lui était présenté de si bon cœur, et après lui avoir témoigné sa
reconnaissance pour des obligations si peu communes, il s'embarqua et
arriva heureusement à Alger dans le temps où je ne songeais qu'à mourir.

»Il m'épargna tous les reproches que je méritais; il me racheta et
racheta, à ma prière, cette aimable fille de Séville: la rançon était
médiocre. Nous retournâmes ensemble, et ma mère me reçut avec tant de
joie, qu'il ne s'en peut ressentir une plus parfaite. J'y répondis
autant qu'il me fut possible: mais, Madame, je portais toujours dans mon
cœur le trait fatal qui m'avait blessée. Tout ce que ma raison me
pouvait représenter n'était pas capable d'effacer de mon souvenir
l'image du traître Mendez.

»Je vis le marquis de Los-Rios; il n'osa me parler des sentiments qu'il
avait conservés pour moi, mais je lui avais des obligations si
pressantes, que la reconnaissance me fit faire pour lui ce que
l'inclination m'aurait fait faire pour un autre.

»Je lui offris ma main, et il me donna la sienne avec autant de passion
que s'il n'avait pas eu des sujets essentiels de se plaindre de moi.

»Je l'épousai enfin; et comme j'appréhendais de revoir Mendez, cet
ingrat auquel je devais tant d'horreur, et pour lequel j'en avais si
peu, je priai le marquis que nous demeurassions à la maison de campagne
qu'il avait près de Séville.

»Il voulait toujours ce que je voulais avec la dernière complaisance. Il
souhaita même que mon père et ma mère s'y retirassent. Il adoucit le
méchant état de leur fortune par des libéralités essentielles; et je
puis dire qu'il ne s'est jamais trouvé une âme plus véritablement
grande. Jugez, Madame, de tous les reproches que je faisais à mon cœur
de n'être pas pour lui aussi tendre qu'il le devait; mais c'était un
crime où mon malheur seul avait part; il ne dépendait pas de moi
d'oublier Mendez, et je sentais toujours de nouveaux déplaisirs, lorsque
j'apprenais sa félicité avec l'infidèle Henriette.

»Après avoir passé deux ans dans une continuelle attention sur moi-même
pour ne rien faire qui ne fût agréable à mon époux, le ciel me l'ôta, ce
généreux époux; et il fit pour moi, dans ces derniers moments, ce qu'il
avait toujours fait jusqu'alors, c'est-à-dire qu'il me donna tout son
bien avec des témoignages d'estime et de tendresse qui relevaient
beaucoup un don si considérable. Il me rendit la plus riche veuve
d'Andalousie, mais il ne sut me rendre la plus heureuse.

»Je ne voulus point retourner à Séville, où mes parents me
souhaitaient, et, pour m'en éloigner, je pris le prétexte qu'il fallait
que j'allasse dans mes terres y donner les ordres nécessaires. Je
partis; mais comme il y a une fatalité particulière dans tout ce qui me
regarde, en arrivant à une hôtellerie, le premier objet qui frappa ma
vue, ce fut l'infidèle Mendez. Il était en grand deuil, et il n'avait
rien perdu de tout ce qui me l'avait fait trouver trop aimable. Je
frissonnai, je pâlis, et voulant m'éloigner promptement, je me sentis si
faible et si tremblante que je tombai à ses pieds. Quoi qu'il ne me
connût pas encore, il s'empressa pour m'aider à me relever; mais la
grande mante dans laquelle j'étais cachée, s'étant ouverte, que
devint-il, en me voyant? Il ne resta guère moins éperdu que moi. Il
voulut s'approcher; mais jetant un regard furieux sur lui: «Oseras-tu,
parjure, lui dis-je, oseras-tu t'approcher de moi? Ne crains-tu point la
juste punition de tes perfidies?» Il fut quelque temps sans répondre, et
j'allais le quitter, lorsqu'il s'y opposa.--Accablez-moi de reproches,
Madame, me dit-il; donnez-moi les noms les plus odieux, je suis digne de
toute votre haine; mais ma mort va bientôt vous venger. Oui, je mourrai
de douleur de vous avoir trahie et de vous avoir déplu, et si je
regrette quelque chose en mourant, c'est de n'avoir qu'une vie à perdre,
pour expier les crimes dont vous pouvez justement m'accuser.» Il me
parut fort touché en achevant ces mots; et plût au ciel que l'on pût se
promettre un véritable repentir d'un traître! Je ne voulus pas hasarder
une plus longue conversation avec lui. Je le quittai sans daigner lui
répondre, et cette marque de mépris et d'indifférence lui fut sans doute
plus sensible que tous les reproches que j'aurais pu lui faire.

»Il avait perdu sa femme depuis quelque temps, cette infidèle qui lui
avait aidé à se révolter contre tous les devoirs de l'amour, de
l'honneur et de la reconnaissance, et, depuis ce jour-là, il me suivit
partout. Il était comme une ombre plaintive attachée à mes pas, car il
devint si maigre, si pâle et si changé, qu'il n'était plus
reconnaissable. O Dieu! Madame, quelle violence ne me faisais-je point
pour continuer de le maltraiter? Je sentis enfin que je n'avais pas le
courage de résister à la faiblesse de mon cœur et à l'ascendant que ce
malheureux a sur moi. Plutôt que de faire une faute si honteuse et de
lui pardonner, je partis pour Madrid; j'y ai des parents, je cherchai
parmi eux un asile contre mes propres mouvements.

»Je n'y fus pas longtemps que Mendez ne l'apprit et ne m'y vint
chercher. Je vous avoue que je n'étais point fâchée de ce qu'il faisait
encore pour me plaire; mais, malgré le penchant que j'ai pour lui, je
fis une forte résolution de l'éviter, puisque je ne pouvais le haïr; et
sans que personne l'ait su, j'ai pris le chemin de Burgos, où je vais
m'enfermer avec une de mes amies qui y est religieuse.

«Je me flatte, Madame, d'y trouver plus de repos que je n'en ai eu
jusqu'à présent. La belle marquise se tut en cet endroit, et je lui
témoignai une reconnaissance particulière de la grâce qu'elle m'avait
faite. Je l'assurai de la part que je prenais à ses déplaisirs; je la
conjurai de m'écrire et de me donner de ses nouvelles à Madrid, et elle
me le promit le plus obligeamment du monde.»

Nous apprîmes le lendemain qu'il était impossible de partir, parce qu'il
avait neigé toute la nuit et que l'on ne voyait aucun sentier battu dans
la campagne; mais nous avions une assez bonne compagnie pour nous
consoler, et nous passions une partie du temps à jouer à l'hombre et
l'autre en conversation. Après avoir été trois jours avec la marquise de
Los-Rios, sans m'être aperçue de la longueur du temps, par le plaisir
que j'éprouvais à l'entendre et à la voir (car elle est une des plus
aimables femmes du monde), nous nous séparâmes avec une véritable peine,
et ce ne fut pas sans nous être encore promis de nous écrire et de nous
revoir.

Le temps s'est adouci, j'ai continué mon voyage pour arriver à Lerma.
Nous avons trouvé des montagnes effroyables qui portent le nom de Sierra
de Cogollos; ce n'a été qu'avec beaucoup de peine que nous nous y sommes
rendus. Cette ville est petite; elle a donné son nom au fameux cardinal
de Lerma, premier ministre de Philippe III. C'est celui à qui Philippe
IV ôta les grands biens qu'il avait reçus du Roi, son maître. Il y a un
château que je verrai demain, et dont je vous pourrai parler dans ma
première lettre. L'on m'avertit qu'un courrier extraordinaire vient
d'arriver et qu'il partira cette nuit. Je profite de cette occasion pour
vous donner de mes nouvelles et finir cette longue lettre; car, en
vérité, je suis lasse du chemin et lasse d'écrire; mais je ne le serai
jamais de vous aimer, ma chère cousine, soyez-en bien persuadée.

Adieu, je suis tout à vous.

De Lerme, ce 5 mars 1679.



CINQUIÈME LETTRE.


Ma dernière lettre était si grande, et j'étais si lasse quand je la
finis, qu'il me fut impossible d'y ajouter quelques particularités qui
ne vous auraient peut-être pas déplu. Je vais, ma chère cousine,
continuer de vous dire celles de mon voyage, puisque vous le souhaitez.

J'arrivai tard à Lerma, et je résolus d'attendre jusqu'au lendemain pour
aller voir le château. Les Espagnols l'estiment à tel point, qu'ils le
vantent comme une merveille après l'Escurial; et véritablement, c'est un
fort beau lieu. Le cardinal de Lerma, favori de Philippe III, l'a fait
bâtir. Il est sur le penchant d'un coteau; pour y arriver, on passe sur
une grande place entourée d'arcades et de galeries au-dessus. Le château
consiste en quatre gros corps de logis, qui composent un carré parfait
de deux rangs de portiques en dedans de la cour: ils ne s'élèvent guère
moins haut que le toit, et empêchent que les appartements aient des vues
de ce côté-là. Ces portiques fournissent les passages nécessaires par
les vestibules, les offices et l'entrée des cours. Les fenêtres donnent
en dehors et regardent sur la campagne. Mais ce qui déshonore le
bâtiment, ce sont des petits pavillons qui sont aux côtés de ces grands
corps de logis. Ils sont faits en forme de petites tours, qui se
terminent en pointe de clocher, et qui, bien loin de servir d'ornement,
servent à gâter tout le reste. C'est la coutume, en ce pays-ci, de
mettre partout ces sortes de colifichets. Les salles sont spacieuses,
les chambres sont belles et fort dorées. Il y en a un nombre prodigieux,
et tout y paraît assez bien entendu. Ce château est accompagné d'un
grand parc qui s'étend dans la plaine. Il est traversé d'une rivière et
arrosé de plusieurs ruisseaux; de grands arbres, qui forment les allées,
bordent la rivière, et l'on y trouve aussi un bois très-agréable. Je
crois que c'est un séjour charmant dans la belle saison[47].

Le concierge me demanda si je voulais voir les religieuses dont le
couvent est attaché au château. Je lui dis que j'en serais très-aise, de
sorte qu'il nous fit passer dans une galerie, au bout de laquelle on
trouve une grille, qui prend depuis le haut jusqu'au bas. L'abbesse,
ayant été avertie, s'y rendit avec plusieurs religieuses plus belles que
l'astre du jour, caressantes, enjouées, jeunes et parlant fort juste de
toutes choses. Je ne me lassais point d'être avec elle, lorsqu'une
petite fille entra; elle vint parler bas à l'abbesse, qui me dit ensuite
qu'il y avait dans la maison une dame de grande qualité qui s'y était
retirée; que c'était la fille de Don Manrique de Lara, comte de Valence,
et fils aîné du duc de Najera; qu'elle était veuve de Don Francisco
Fernandez de Castro, comte de Lemos, grand d'Espagne et duc de
Tauresano[48]; que lorsqu'elle savait qu'il passait par Lerma des dames
françaises ou quelqu'un de cette nation, elle les envoyait prier de la
venir voir, et que, si je le trouvais bon, elle m'entretiendrait
quelques moments. Je lui dis qu'elle me ferait beaucoup d'honneur. Cette
jeune enfant qui s'était fort bien acquittée de la commission, fut lui
rendre ma réponse.

Cette dame vint peu après, vêtue comme les Espagnoles étaient il y a
cent ans; elle avait des chapins, qui sont des espèces de sandales où
l'on passe le soulier, et qui haussent prodigieusement, mais l'on ne
peut marcher avec sans s'appuyer sur deux personnes. Elle s'appuyait sur
deux filles du marquis del Carpio; l'une est blonde, ce qui est assez
rare dans ce pays-ci, et l'autre a les cheveux noirs comme du jais. En
vérité, leur beauté me surprit, et il ne leur manque à mon gré que
l'embonpoint. Ce n'est pas un défaut dans ce pays, où ils aiment que
l'on soit maigre à n'avoir que la peau et les os. La singularité des
habits de la comtesse de Lemos me parut si extraordinaire, que je m'en
occupais comme d'une nouveauté. Elle avait une espèce de corset de satin
noir, découpé sur du brocart d'or et boutonné par de gros rubis d'une
valeur considérable. Ce corset prenait aussi juste au col qu'un
pourpoint; ses manches étaient étroites, avec de grands ailerons autour
des épaules, et des manches pendantes aussi longues que sa jupe, qui
s'attachaient au côté avec des roses de diamants. Un affreux vertugadin,
qui l'empêchait de s'asseoir autrement que par terre, soutenait une jupe
assez courte de satin noir, tailladée en bâtons rompus sur du brocart
d'or. Elle portait une fraise et plusieurs chaînes de grosses perles et
de diamants, avec des enseignes attachées qui tombaient par étage devant
son corps. Ses cheveux étaient tout blancs; ainsi elle les cachait sous
un petit voile avec de la dentelle noire. Toute vieille qu'elle était,
car elle a plus de soixante-quinze ans, il me sembla qu'elle devait
avoir été extraordinairement belle; son visage n'a pas une ride, ses
yeux sont encore brillants, le rouge qu'elle met, et qui ranime son
teint, lui sied assez bien, et l'on ne peut avoir plus de délicatesse et
de vivacité qu'elle en a; son esprit et sa personne, à ce qu'on m'a dit,
ont fait grand bruit dans le monde; je la regardais comme une belle
antiquité.

Elle me dit qu'elle avait eu l'honneur d'accompagner l'Infante
lorsqu'elle épousa le Roi Louis XIII; qu'elle était une de ses menines,
et des plus jeunes qui fussent auprès d'elle; mais qu'elle avait
conservé une idée si avantageuse de la cour de France, et qu'elle aimait
si fort tout ce qui en venait, qu'elle était toujours ravie quand elle
en pouvait parler. Elle me pria de lui dire des nouvelles du Roi, de la
Reine, de Monseigneur et de Mademoiselle d'Orléans. Nous allons voir
cette princesse, ajouta-t-elle avec un air de joie; elle va devenir la
nôtre, et l'on peut dire que la France va enrichir l'Espagne. Je
répondis à toutes les choses qui pouvaient satisfaire à sa curiosité, et
elle m'en parut contente. Elle me demanda comment se portait la veuve du
comte de Fiesque. Je ne la connaissais pas par elle-même,
continua-t-elle, mais j'étais amie particulière de son mari, lorsqu'il
était à Madrid pour les intérêts du prince de Condé. Il était né galant,
je n'ai pas connu de cavalier dont l'esprit fût mieux tourné; il faisait
bien les vers, et je me souviens même qu'il commença, à ma prière, une
comédie où des personnes plus capables d'en juger que moi trouvèrent de
fort beaux endroits: elle aurait été admirable, s'il eût voulu se donner
la peine de la finir; mais une fièvre lente, une profonde mélancolie et
une véritable dévotion, l'arrachèrent tout d'un coup à l'amour et à tous
les plaisirs de la vie. Je lui appris que la comtesse de Fiesque était
toujours l'une des plus aimables femmes de la cour, et qu'elle n'avait
pas moins de mérite que feu son mari.--Vous dites beaucoup, reprit-elle,
et l'estime que le prince de Condé avait pour lui fait seule son
panégyrique. J'ai eu l'honneur de connaître le prince dans le temps
qu'il était en Flandre, et que la Reine de Suède y vint.--Vous avez vu
cette Reine, dis-je en l'interrompant; eh! Madame, veuillez, de grâce,
m'informer de quelques particularités de son humeur.--J'en sais,
dit-elle, d'assez singulières, et je me ferai un plaisir de vous les
raconter.

Le Roi d'Espagne envoya Don Antonio Pimentel[49] en qualité
d'ambassadeur, à Stockholm, pour découvrir les intentions des Suédois,
autant que cela lui serait possible. Ils étaient depuis longtemps
opposés à la Maison d'Autriche, et l'on ne doutait pas qu'ils ne fissent
de nouveaux efforts pour la traverser, dans le dessein de faire élire
pour roi des Romains le fils de l'Empereur. On chargea Pimentel de
conduire cette affaire délicatement. Il était bien fait, galant,
spirituel, et il réussit beaucoup mieux que l'on n'aurait osé se le
promettre. Il connut d'abord le génie de la Reine, il entra aisément
dans sa confidence. Il démêla que la nouveauté avait des charmes
puissants sur elle; que, de cette foule d'étrangers qu'elle attirait à
sa cour, le dernier venu était le plus favorisé. Il se fit un plan pour
lui plaire, et il gagna si bien ses bonnes grâces, qu'il était informé
par elle-même des choses les plus secrètes et qu'elle devait le moins
lui dire; mais on peut prendre tous ces avantages quand une fois on a
trouvé le chemin du cœur. Celui de la Reine le prévint à tel point pour
lui, qu'il se rendit le souverain arbitre des volontés de cette
Princesse, et, par ce moyen, il se mit bientôt en état d'écrire à
l'Empereur et aux Électeurs des choses si positives et si agréables,
qu'il lui fut aisé de juger que le conseil de la Reine de Suède n'avait
aucune part, à la déclaration qu'elle faisait en faveur du Roi de
Hongrie.

Cette intrigue était consommée; on croyait que le Roi rappellerait
Pimentel, parce qu'il ne paraissait aucune affaire qui demandât la
présence d'un ambassadeur. Mais s'il était inutile au Roi d'Espagne
qu'il demeurât à Stockholm, la chose n'était point égale du côté de la
Reine, et elle ne négligea rien pour le conserver auprès d'elle. Il la
suivit dans tous les lieux où elle alla depuis, et bien des gens qui
sont toujours la dupe des apparences, jugèrent, lorsqu'elle quitta la
couronne à son cousin, qu'elle le faisait avec plaisir, parce qu'elle
avait les yeux secs, et qu'elle eut le courage de haranguer les états
avec beaucoup de force et d'éloquence. Mais, le public était dans
l'erreur sur les mouvements secrets de cette princesse. Son âme, dans le
même moment, était pénétrée de la plus vive douleur; elle était au
désespoir de céder au prince Palatin un sceptre qu'elle se trouvait
digne de porter toute seule, et dont elle était légitime héritière.

Ce prince eut l'adresse de faire déclarer que, si elle voulait se
marier, elle le choisirait pour époux. Aussitôt que cette déclaration
fut faite, elle commença à souffrir de l'assujettissement dans lequel on
la mettait; d'un autre côté, le peuple ne s'accommodait pas d'être
gouverné par une fille. Il étudiait plus ses défauts que ses belles
qualités. Le Prince y contribuait sous main; la Reine, qui était
pénétrante, s'en aperçut; elle remarqua l'inclination que l'on avait
pour lui, et les vœux que l'on faisait pour le voir sur le trône: elle
en eut de la jalousie, et de ce premier mouvement, elle passa à ceux
d'une haine secrète dont elle ne pouvait arrêter le cours. La présence
du Prince lui devint si insupportable que, s'en étant aperçu, il se
retira dans une île qu'on lui avait donnée pour son apanage; mais il ne
fit cette démarche qu'après avoir laissé de bons mémoires à ses
créatures contre la conduite de la Reine.

Lorsqu'elle se vit délivrée d'un objet dont la vue la blessait, elle ne
ménagea plus les grands ni les officiers de son royaume. Elle suivit le
penchant qu'elle avait pour les belles-lettres. Elle s'appliqua tout
entière à l'étude. Son esprit merveilleux faisait des progrès admirables
dans les sciences les plus profondes, mais elles lui étaient moins
nécessaires qu'une bonne conduite pour ménager sa gloire et ses
intérêts. Il arrivait souvent qu'après avoir passé dans son cabinet un
certain nombre de jours, elle en paraissait ensuite dégoûtée; qu'elle
traitait les auteurs d'ignorants, qui avaient l'esprit gâté, et qui
gâtaient celui des autres; et quand les seigneurs de sa cour la voyaient
dans cette disposition, ils l'approchaient avec plus de familiarité, et
il n'était plus question que de goûter les plaisirs que l'amour, les
comédies, le bal, les tournois, la chasse et les promenades fournissent.
Elle s'y donnait tout entière; rien ne pouvait plus l'en tirer, mais
elle ajoutait à ce défaut celui d'enrichir les étrangers aux dépens de
son État.

Les Suédois commencèrent d'en murmurer; la Reine en fut avertie. Leurs
plaintes lui parurent injustes et peu respectueuses; elle en eut du
dépit contre eux, et elle fut si malhabile qu'on s'en vengea contre
elle-même. En effet, à l'heure que l'on s'y attendait le moins, et dans
un temps où elle était encore en état de trouver des remèdes moins
violents, elle abandonna tout d'un coup sa couronne et son royaume à son
cousin; à ce cousin, dis-je, qu'elle n'aimait point, auquel elle
souhaitait tant de mal, et auquel elle fit tant de bien. Elle ne croyait
point que l'on pût en pénétrer les motifs; elle prétendait, par ce grand
trait de générosité, se distinguer entre les héroïnes des premiers
siècles; mais, en effet, la conduite qu'elle tint dans la suite ne la
distingua qu'à son désavantage.

On la vit partir de Suède, vêtue d'une manière bizarre, avec une espèce
de justaucorps, une jupe courte, des bottes, un mouchoir noué au col, un
chapeau couvert de plumes, une perruque; et, derrière cette perruque, un
rond de cheveux nattés, tels que les dames en portent en France
lorsqu'elles sont coiffées, ce qui faisait un effet ridicule. Elle
défendit à toutes ses femmes de la suivre; elle ne choisit que des
hommes pour la servir et l'accompagner. Elle disait ordinairement
qu'elle n'aimait pas les hommes parce qu'ils étaient hommes, mais
qu'elle les aimait parce qu'ils n'étaient pas femmes. Il semblait
qu'elle avait renoncé à son sexe en abandonnant ses États, quoiqu'elle
eut quelquefois des faiblesses qui auraient fait honte aux moindres
femmes.

Le fidèle Pimentel passa en Flandre avec elle; et comme j'y étais alors,
continua-t-elle, je l'y vis arriver. Il me procura l'honneur de lui
baiser la main, et il ne fallait pas moins que son crédit pour y
parvenir, car elle fit dire à toutes les dames de Bruxelles et d'Anvers
qu'elle ne souhaitait point qu'elles allassent chez elle. Elle ne laissa
point de me recevoir fort bien, et le peu qu'elle me dit me parut plein
d'esprit et d'une vivacité extraordinaire; mais elle jurait à tous
moments comme un soldat; ses paroles et ses actions étaient si libres,
pour ne pas dire si peu honnêtes, que si l'on n'avait pas respecté son
rang, on ne se serait guère soucié de sa personne.

Elle disait à tout le monde qu'elle souhaitait passionnément de voir le
prince de Condé; qu'il était devenu son héros; que ses grandes actions
l'avaient charmée; qu'elle avait envie d'aller apprendre le métier de la
guerre sous lui. Le prince n'avait pas moins de curiosité de la voir
qu'elle en témoignait pour lui. Au milieu de cette commune impatience,
la Reine s'arrêta tout d'un coup sur quelques formalités et sur
quelques démarches qu'elle refusa de faire, lorsqu'il viendrait la
saluer. Ces raisons l'empêchèrent de le voir avec les cérémonies
accoutumées; mais un jour que la chambre de la Reine était pleine de
courtisans, le prince s'y glissa; soit qu'elle eût vu son portrait, ou
que son air martial le distinguât entre tous les autres, elle le démêla
et le reconnut: elle voulut aussitôt le lui témoigner par des civilités
extraordinaires. Il se retira sur-le-champ; elle le suivit pour le
conduire. Alors, il s'arrêta et se contenta de lui dire: «Ou tout, ou
rien.» Peu de jours après, on ménagea une entrevue entre eux au Mail,
qui est le parc de Bruxelles; ils s'y parlèrent avec beaucoup
d'honnêteté et beaucoup de froideur.

A l'égard de Don Antonio Pimentel, les bontés qu'elle a eues pour lui
ont fait assez de bruit pour aller jusqu'à vous, et si vous les ignorez,
Madame, je crois que je ne dois pas vous en apprendre le détail, dont
j'ai peut-être été moi-même mal informée. Elle se tut, et je profitai de
ce moment pour la remercier de la complaisance qu'elle avait eue de me
parler d'une Reine qui m'avait toujours donné tant de curiosité. Elle me
dit civilement que je la remerciais sans avoir lieu de le faire, et elle
s'informa ensuite si j'avais vu tout le château de Lerma. Celui qui l'a
fait bâtir, dit-elle, était favori de Philippe III, dont les
circonspections de la cour d'Espagne causèrent la mort. J'ai toujours
dit qu'une telle aventure ne serait jamais arrivée au Roi de France.

Philippe III, dont je vous parle, continua-t-elle, faisait des dépêches
dans son cabinet; comme il faisait froid ce jour-là, on avait mis
proche de lui un grand brasier, dont la réverbération lui donnait si
fort au visage, qu'il était tout en eau, comme si on lui en eût jeté sur
la tête: la douceur de son esprit l'empêcha de s'en plaindre, et même
d'en parler, car il ne trouvait jamais rien de mal fait. Le marquis de
Pobar ayant remarqué l'incommodité que le Roi recevait par cette extrême
chaleur, en avertit le duc d'Albe, gentilhomme de la chambre, pour qu'il
fit ôter le brasier; celui-ci dit que cela n'était pas de sa charge,
qu'il fallait s'adresser au duc d'Uzeda, sommelier du corps. Le marquis
de Pobar, inquiet de voir souffrir le Roi et n'osant lui-même le
soulager, crainte d'entreprendre trop sur la charge d'un autre, laissa
toujours le brasier dans sa place; mais il envoya chercher le duc
d'Uzeda, qui était par malheur allé, proche de Madrid, voir une maison
magnifique qu'il y faisait bâtir. On vint le redire au marquis de Pobar,
qui proposa encore au duc d'Albe d'ôter le brasier. Il le trouva
inflexible là-dessus, et il aima mieux envoyer à la campagne quérir le
duc d'Uzeda; de sorte qu'avant qu'il fût arrivé, le Roi était presque
consommé; et dans la nuit même, son tempérament chaud lui causa une
grosse fièvre, avec un érésipèle qui s'enflamma; l'inflammation dégénéra
en pourpre, et le pourpre le fit mourir[50].

Je vous avoue, ajouta-t-elle, qu'ayant vu dans mes voyages d'autres
cours que la nôtre, je n'ai pu m'empêcher de blâmer ces airs de
cérémonie et d'arrangement qui empêchent de faire un pas plus vite que
l'autre dans des occasions nécessaires, comme était, par exemple, celle
dont je viens de vous entretenir; et je loue le Ciel de ce que nous
aurons une Reine française, qui pourra établir parmi nous des coutumes
plus raisonnables. J'ai même quitté mes habits de veuve pour en prendre
de _bizarros_ et de _gala_, afin d'en témoigner ma joie. Je vous dirai,
ma chère cousine, que ces termes de _bizarros_ et de _gala_, signifient
galants et magnifiques. La vieille comtesse de Lemos aimait à parler, et
continua son discours. «Qui pourrait aussi manquer de se réjouir,
dit-elle, de l'espérance de voir sur le trône une seconde reine
Élisabeth, dont la bonté avait rendu ses sujets dignes de l'envie de
toutes les autres nations? j'avais un proche parent qui connaissait bien
la grandeur de son mérite: c'était le comte de Villamediana[51]. «Ce
nom-là, Madame, ne m'est pas inconnu, dis-je en l'interrompant, et j'ai
ouï raconter qu'étant un jour dans l'église de Notre-Dame d'Atocha, et y
ayant trouvé un religieux qui demandait pour les âmes du Purgatoire, il
lui donna une pièce de quatre pistoles. Ah! Seigneur, dit le bon père,
vous venez de délivrer une âme. Le comte tira encore une pareille pièce,
et la mit dans sa tasse. Voilà, continua le religieux, une autre âme
délivrée; il lui en donna de cette manière six de suite, et à chaque
pièce, le moine se récriait: l'âme vient de sortir du Purgatoire.--M'en
assurez-vous? dit le comte.--Oui, Seigneur, reprit le moine
affirmativement, elles sont à présent au Ciel.--Rendez-moi donc mes six
pièces de quatre pistoles, dit-il; car il serait inutile qu'elles vous
restassent, et puisque les âmes sont au Ciel, il ne faut pas craindre
qu'elles retournent au Purgatoire.»--«La chose se passa comme vous venez
de le dire, ajouta la comtesse, mais il ne reprit pas son argent, car on
s'en ferait un vrai scrupule parmi nous. La dévotion au mérite des
messes et aux âmes du Purgatoire nous paraît la plus recommandable; cela
est même quelquefois poussé trop loin, et j'ai connu un homme de grande
naissance qui, étant fort mal dans ses affaires, ne laissa pas de
vouloir en mourant, qu'on lui dît quinze mille messes. Sa dernière
volonté fut exécutée, de sorte que l'on prit cet argent préférablement à
celui qu'il devait à ses pauvres créanciers; car, quelque légitimes que
soient leurs dettes, ils ne sauraient rien recevoir jusqu'à ce que
toutes les messes qui sont demandées par le testament soient dites.
C'est ce qui a donné lieu à cette manière de parler dont on se sert
ordinairement: _Fulano a dejado su alina heredera_, ce qui veut dire: Un
tel a fait son âme héritière; et l'on entend par là qu'il a laissé son
bien à l'Église pour faire prier Dieu pour lui.

«Le Roi Philippe IV ordonna que l'on dît cent mille messes à son
intention, voulant que, s'il cessait d'en avoir besoin, elles fussent
pour son père et pour sa mère, et que s'ils étaient au Ciel, on les
appliquât pour les âmes de ceux qui sont morts dans les guerres
d'Espagne.

»Mais ce que je vous ai déjà dit du comte de Villamediana me fait
souvenir qu'étant un jour dans l'église avec la Reine Élisabeth, dont je
viens de vous parler, il vit beaucoup d'argent sur l'autel, que l'on
avait donné pour les âmes du Purgatoire; il s'en approcha et les prit en
disant: «Mon amour sera éternel; mes peines seront aussi éternelles;
celles des âmes du Purgatoire finiront; hélas! les miennes ne finiront
point; cette espérance les console; pour moi, je suis sans espérance et
sans consolation: ainsi, ces aumônes qu'on leur destine me sont mieux
dues qu'à elles.» Il n'emporta pourtant rien, et il ne dit ces mots que
pour avoir lieu de parler de sa passion devant cette belle Reine qui
était présente; car, en effet, il en avait une si violente pour elle,
qu'il y a quelque sujet de croire qu'elle en aurait été touchée, si son
austère vertu n'avait garanti son cœur contre le mérite du comte. Il
était jeune, beau, bien fait, brave, magnifique, galant et spirituel;
personne n'ignore qu'il parut, pour son malheur, dans un carrousel qui
se fit à Madrid, avec un habit brodé de pièces d'argent toutes neuves,
que l'on nommait des réales, et qu'il portait pour devise: _Mis amores
son reales_, faisant une allusion au mot de _reales_, qui veut dire
royales, avec la passion qu'il avait pour la Reine; cela est du plus fin
espagnol et veut dire: Mes amours sont royales.

«Le comte d'Olivarez, favori du Roi, et l'ennemi secret de la Reine et
du comte, fit remarquer à son maître la témérité d'un sujet qui osait
jusqu'en sa présence déclarer les sentiments qu'il avait pour la Reine,
et dans ce moment même, il persuada au Roi de se venger. On en attendait
une occasion qui ne fît point d'éclat; mais voici ce qui avança sa
perte: Comme il n'appliquait son esprit qu'à divertir la Reine, il
composa une comédie que tout le monde trouva si belle, et la Reine, plus
particulièrement que les autres, y découvrit des traits si touchants et
si délicats, qu'elle voulut la jouer elle-même le jour qu'on célébrait
la naissance du Roi. C'était l'amoureux comte qui conduisait toute cette
fête; il prit soin de faire faire des habits, et il ordonna des machines
qui lui coûtèrent plus de trente mille écus. Il avait fait peindre une
grande nuée, sous laquelle la Reine était cachée dans une machine. Il en
était fort proche; et à certain signal qu'il fit à un homme qui lui
était fidèle, il mit le feu à la toile de la nuée. Toute la maison, qui
valait cent mille écus, fut presque brûlée; mais il s'en trouva consolé,
lorsque, profitant d'une occasion si favorable, il prit sa souveraine
entre ses bras et l'emporta dans un petit escalier; il lui déroba là
quelques faveurs, et ce qu'on remarque beaucoup en ce pays-ci, il toucha
même à son pied. Un petit page qui le vit en informa le Comte-Duc, qui
n'avait pas douté, quand il aperçut cet incendie, que ce fût là un effet
de la passion du Comte. Il en fit une perquisition si exacte, qu'il en
donna des preuves certaines au Roi; et ces preuves rallumèrent si fort
sa colère, que l'on prétend qu'il le fit tuer d'un coup de pistolet, un
soir qu'il était dans son carrosse avec Don Louis de Haro. On peut dire
que le comte de Villamediana était le cavalier le plus parfait de corps
et d'esprit que l'on ait jamais vu, et sa mémoire est encore en
recommandation parmi les amants malheureux[52].»

Voilà une fin bien funeste, dis-je, en l'interrompant; je ne pensais pas
même que les ordres du Roi y eussent contribué, et j'avais entendu dire
que ce coup avait été fait par les parents de Doña Francisca de Tavara,
Portugaise, laquelle était dame du palais et fort aimée du Comte. «Non,
continua la comtesse de Lemos, la chose s'est passée comme je viens de
vous le dire et, pendant que je vous parle de Philippe IV, dit-elle, je
ne puis m'empêcher de vous conter qu'une des personnes qu'il a aimée
avec le plus de passion, c'était la duchesse d'Albuquerque; il ne
pouvait trouver un moment favorable pour l'entretenir. Le Duc, son mari,
faisait bonne garde sur elle; et, plus le Roi rencontrait d'obstacles,
plus ses désirs augmentaient; mais un soir qu'il jouait fort gros jeu,
il feignit de se souvenir qu'il avait une lettre à écrire de la dernière
conséquence. Il appela le duc d'Albuquerque qui était dans sa chambre,
et lui dit de tenir son jeu. Aussitôt, il passa dans son cabinet, prit
un manteau, sortit par un degré dérobé et fut chez la jeune duchesse
avec le Comte-Duc, son favori. Le duc d'Albuquerque, qui songeait à ses
intérêts domestiques plus qu'au jeu du Roi, crut aisément qu'il ne lui
en aurait pas donné la conduite sans quelque dessein particulier. Il
commença donc de se plaindre d'une colique horrible, et faisant des cris
et des grimaces à faire peur, il donna les cartes à un autre et sans
tarder il courut chez lui. Le Roi ne faisait que d'y arriver, sans
aucune suite; il était même encore dans la cour et, voyant venir le Duc,
il se cacha; mais il n'y a rien de si clairvoyant qu'un mari jaloux.
Celui-ci apercevant le Roi, et ne voulant point qu'on apportât des
flambeaux pour n'être pas obligé de le reconnaître, il fut à lui avec
une grosse canne qu'il portait ordinairement: Ha! ha! maraud, lui
dit-il, tu viens pour voler mes carrosses; et sans autre explication, il
le battit de toute sa force. Le Comte-Duc ne fut pas non plus épargné,
et celui-ci, craignant qu'il n'arrivât pis, s'écria plusieurs fois que
c'était le Roi, afin que le Duc arrêtât sa furie: Bien éloigné, il en
redoubla ses coups et sur le Prince et sur le Ministre, s'écriant à son
tour, que c'était là un trait de la dernière insolence, d'employer le
nom de Sa Majesté et de son favori dans une telle occasion: qu'il avait
envie de les mener au palais, parce qu'assurément le Roi le ferait
pendre. A tout ce vacarme, le Roi ne disait pas un mot, et il se sauva
enfin demi-désespéré d'avoir reçu tant de coups et de n'avoir eu aucune
faveur de sa maîtresse. Cela n'eut pas même de suites fâcheuses pour le
duc d'Albuquerque; au contraire, le Roi, n'aimant plus la duchesse, en
plaisanta au bout de quelque temps. Je ne sais si je n'abuse point votre
patience par la longueur de cette conversation, ajouta la comtesse de
Lemos, et je tombe insensiblement dans le défaut des personnes de mon
âge, qui s'oublient lorsqu'elles parlent de leur temps. Je vis bien
qu'elle voulait se retirer; et après l'avoir remerciée de l'honneur
qu'elle m'avait fait, je pris congé d'elle et je retournai dans mon
hôtellerie. Le temps se trouva si mauvais, que nous eûmes de la peine à
nous mettre en chemin; mais ayant pris une bonne résolution, nous
marchâmes tant que la journée dura, tombant et nous relevant comme nous
pouvions. On ne voyait pas à quatre pas devant soi. La tempête était si
grande, qu'il tombait des quartiers de rocher du haut des montagnes, qui
venaient jusque dans le chemin, et qui blessèrent même un de nos gens;
il en aurait été tué, s'il n'avait esquivé une partie du coup. Enfin,
après avoir fait plus de huit lieues, à notre compte, nous fûmes bien
étonnés de nous retrouver aux portes de Lerma, sans avoir avancé ni
reculé; nous avions tourné autour de la ville sans l'apercevoir, comme
par enchantement, tantôt plus loin, tantôt plus près, et nous pensâmes
nous désespérer d'avoir pris tant de peines inutilement.

»L'hôtesse, ravie de nous revoir, elle qui aurait voulu que nous
eussions marché ainsi tous les jours de notre vie, pour revenir coucher
chez elle toutes les nuits, m'attendait au bout de son petit degré. Elle
me dit qu'elle était bien fâchée de ne me pouvoir rendre ma chambre,
mais qu'elle m'en donnerait une autre qui me serait aussi commode, et
que la mienne était occupée par une señora des plus grandes señoras
d'Espagne. Don Fernand lui en demanda le nom; elle lui dit qu'elle
s'appelait Doña Éléonor de Tolède[53]; il m'apprit aussitôt que c'était
sa proche parente. Il ne pouvait comprendre par quel hasard il la
trouvait en ce lieu.

»Pour en être promptement éclairci, et pour satisfaire aux devoirs de la
proximité, il envoya son gentilhomme lui faire un compliment et savoir
s'il ne l'incommoderait point de la voir. Elle répondit qu'elle avait
une grande satisfaction de cette heureuse rencontre, et qu'il lui ferait
beaucoup d'honneur. Il passa aussitôt dans sa chambre, et il apprit
d'elle plusieurs particularités qui la regardaient. Il vint ensuite me
trouver, et il me dit fort civilement que si Doña Éléonor n'était pas
malade et très-fatiguée, elle me viendrait voir. Je crus que je devais
faire les premiers pas à l'égard d'une femme de cette qualité, et si
proche parente d'un cavalier dont je recevais tant d'honnêtetés. Ainsi
je le priai de me conduire dans sa chambre; elle me reçut de la manière
du monde la plus agréable, et je remarquai dans les premiers moments de
notre conversation, qu'elle avait beaucoup d'esprit et de politesse.
Elle était dans une négligence magnifique (si cela se peut dire); elle
n'avait rien sur sa tête; ses cheveux, qui sont noirs et lustrés,
étaient séparés des deux côtés et faisaient deux grosses nattes qui se
rattachaient par derrière à une troisième. Elle avait une camisole de
Naples brochée d'or et mêlée de différentes couleurs, fort juste par le
corps et par les manches, garnie de boutons d'émeraudes et de diamants;
sa jupe était de velours vert couvert de point d'Espagne. Elle portait
sur ses épaules une mantille de velours couleur de feu, doublée
d'hermine. C'est de cette manière que les dames espagnoles sont en
déshabillé. Ces mantilles font le même effet que nos écharpes de
taffetas noir, excepté qu'elles siéent mieux; elles sont plus larges et
plus longues, de sorte que, quand elles veulent, elles les mettent sur
leur tête et s'en couvrent le visage.»

»Je la trouvais parfaitement belle; ses yeux étaient si vifs et si
brillants, que l'on n'en soutenait l'éclat qu'avec peine. Don Fernand
lui dit qui j'étais, et que j'allais voir une de mes proches parentes à
Madrid. Son nom ne lui était pas inconnu non plus que sa personne; elle
me dit même qu'il y avait peu que le Roi l'avait faite _titulada_ et
marquise de Castille. «Que je vous serais obligée, Madame, dis-je en
l'interrompant, de m'apprendre ce que signifie ce titre-là, parce
qu'elle m'en a parlé dans ses lettres sans me l'expliquer, non plus que
celui de grandat et de majorasque. J'en ai entendu dire à plusieurs
personnes; mais soit qu'elles l'ignorassent elles-mêmes ou qu'elles ne
voulussent pas se donner la peine de me le dire, je n'en ai jamais été
bien instruite.»

«Je vous apprendrai avec plaisir ce que j'en sais, reprit Doña Éléonor;
et j'ai toujours entendu dire que, du temps des premiers rois d'Oviédo,
de Galice et d'Asturie, ils étaient toujours élus par les prélats du
royaume et par les ricos-hombres. Ces seigneurs n'ayant point encore
obtenu les titres de ducs, de marquis et de comtes, qui les distinguent
d'avec les gentilshommes, on les appelle ricos-hombres, ce qui était
comme les grands d'Espagne d'aujourd'hui. C'était l'ordre qu'ils
choisissent toujours pour régner les plus proches parents des Rois qui
venaient de mourir. Mais cette coutume ne fut observée que depuis Pélage
jusqu'à Ramire. En 843, on le déclara successeur d'Alphonse le Chaste,
roi d'Asturie, et l'on admit sous son règne la succession du père au
fils en ligne directe, ou du frère au frère, en ligne collatérale, pour
la couronne; que ce consentement devint dès lors une loi municipale, qui
s'est toujours depuis observée en Espagne. Vous remarquerez que le mot
de ricos-hombres n'a pas la même signification que hombres ricos, qui
veut dire hommes riches en français. Les ricos-hombres se couvraient
devant le Roi, entraient aux états, y avaient leur voix active et
passive. Sa Majesté leur accordait toutes ces prérogatives par des actes
authentiques, et les titulados d'à présent sont les mêmes que l'on
appelait alors ricos-hombres; mais leurs priviléges ne sont pas si
étendus, et la plupart de ces honneurs, ainsi que je vous le dirai, ont
été réservés aux grands d'Espagne[54]. Les titulados peuvent avoir un
dais dans leur chambre, un carrosse dans Madrid à quatre chevaux, avec
_los tiros largos_; ce sont de longs traits de soie, qui attachent les
derniers chevaux aux premiers. Quand il y a des fêtes de taureaux, on
leur donne des balcons dans la grande place, où leurs femmes sont
régalées de corbeilles remplies de gants, de rubans, d'éventails, de bas
de soie et de pastilles, avec une magnifique collation de la part du Roi
ou de la ville, selon que c'est le Roi ou la ville qui donne ces fêtes
au public. Ils ont leur banc marqué dans les cérémonies; et quand le Roi
fait un titulados marquis de Castille, d'Aragon ou de Grenade, il entre
aux États de ces royaumes-là[55].

»A l'égard des grands, il y en a de trois classes différentes; et la
manière dont le Roi leur parle en les faisant, les distinguent. Les uns
sont ceux à qui il dit de se couvrir, sans y rien ajouter, la grandesse
n'est attachée qu'à leur personne et n'est point conservée dans leur
maison.

»Les autres que le Roi qualifie du titre d'une de leurs terres, comme
par exemple, duc ou marquis d'un tel lieu: _Couvrez-vous pour vous et
pour les vôtres_, sont grands d'une manière plus avantageuse que les
premiers, parce que la grandesse étant attachée à leur terre passe à
leur fils aîné; et s'ils n'en ont point, à leur fille ou à leur
héritier. Cela fait que dans une seule maison il peut y avoir plusieurs
grandesses, et que l'on voit des héritières qui en portent jusqu'à six
ou sept à leurs maris, lesquels sont grands à cause des terres de leurs
femmes.

»Les derniers ne se couvrent qu'après avoir parlé au Roi, et l'on fait
la différence des uns aux autres en disant: Ils sont grands à vie ou à
race. Il faut encore remarquer qu'il y en a que le Roi fait couvrir
avant qu'ils lui parlent en leur disant: _Cubrios_, et ils parlent et
écoutent parler le Roi toujours couverts. D'autres qui ne se couvrent
qu'après lui avoir parlé et qu'il leur a répondu. Et les troisièmes qui
ne se couvrent qu'après s'être retirés d'auprès du Roi vers la muraille;
mais, lorsqu'ils sont tous ensemble dans des fonctions publiques ou à la
chapelle, il n'y a aucune différente entre eux: ils s'assoient et se
couvrent devant lui; et, lorsqu'il leur écrit, il les traite comme s'ils
étaient princes, ou leur donne le titre d'Excellence. Ce n'est pas que
quelques grands seigneurs se contentent de les traiter de Votre
Seigneurie; mais cela est moins honnête et très-peu usité. Quand leurs
femmes vont chez la Reine, elle les reçoit debout; et, au lieu d'être
seulement assises sur le tapis de pied, on leur présente un carreau[56].

«Pour les mayorasques, c'est une espèce de substitution qui se fait de
la plupart des grandes terres qui appartiennent à des personnes de
naissance; car celui qui ne serait pas noble et qui posséderait une de
ces terres ne jouirait pas du privilége de mayorazgo; mais lorsque c'est
un homme de qualité, quelques dettes qu'il ait, on ne saurait lui faire
vendre ses terres en mayorasque s'il ne le veut bien, et il ne le veut
presque jamais, de sorte que ses créanciers n'ont que la voie d'arrêter
son revenu; et ce n'est pas encore la plus courte, parce qu'avant qu'ils
en touchent un sol, les juges ordonnent une pension convenable, selon le
rang de celui sur qui on vient de faire la saisie, tant pour ses
enfants que pour sa table, ses habits, ses domestiques, ses chevaux et
même ses menus plaisirs. D'ordinaire, tout le revenu est employé à cela
sans que les créanciers soient en droit de s'en plaindre, bien qu'ils en
souffrent beaucoup.

«Voilà, Madame, continua Doña Éléonor, ce que vous avez souhaité de
savoir, et je me trouve heureuse d'avoir eu lieu de satisfaire votre
curiosité.» Je lui témoignai qu'elle avait ajouté extrêmement au plaisir
que je pouvais trouver dans le simple récit des choses dont je m'étais
informée, et que je mettrais toujours une grande différence entre ce que
j'apprendrais d'elle, ou ce que j'apprendrais d'une autre.

Elle me demanda si je savais celui que le Roi venait de nommer pour être
son ambassadeur en Espagne; je lui dis qu'on ne me l'avait pas encore
écrit. «Je n'ai pu apprendre qui c'est, ajouta-t-elle, avant que je sois
partie de Madrid; mais j'ose dire que tout le monde ne nous convient
pas. Nous souhaitons que l'on ait de bonnes qualités personnelles et de
la naissance. Nous ne souffrons qu'avec peine qu'un homme d'un mérite et
d'une condition médiocres soit revêtu d'une dignité qui l'élève si fort
au-dessus des autres, lorsqu'il représente un grand monarque et qu'il
traite de sa part avec le nôtre. Nous voulons, dis-je, qu'il honore son
caractère autant que son caractère l'honore.»

Elle apprit ensuite à Don Fernand de Tolède que la marquise de la Garde,
sa tante, était morte il y avait peu, et que le comte de Médelin, frère
de cette dame, était mort le lendemain; que, plusieurs personnes
croyaient que c'était de douleur de la mort de sa sœur.--«Hé quoi!
Madame, dis-je en l'interrompant, les Espagnols ont-ils un si bon
naturel? Il me semble que leur gravité s'accorde mal avec la tendresse.»
Elle se prit à rire de ma question, et elle me dit que j'étais comme
toutes les autres dames françaises qui se préviennent aisément contre
les Espagnols; mais qu'elle espérait que lorsque je les connaîtrais,
j'en aurais meilleure opinion. Elle eut l'honnêteté de me prier de venir
me reposer quelques jours, proche de Lerma, dans une maison dont elle
était la maîtresse. Je la remerciai de ses offres obligeantes, et lui
dis que j'en aurais profité avec plaisir si j'avais des raisons moins
pressantes d'aller à Madrid; mais que je l'assurais que lorsqu'elle y
serait, je ne manquerais pas de la voir. Nous demeurâmes le reste du
soir ensemble, et l'heure de se retirer étant venue, je lui dis adieu et
la priai de m'accorder son amitié.

Je me levai avant le jour parce que nous avions une furieuse journée à
faire pour aller coucher à Aranda de Duero. Le temps s'étant adouci, il
faisait un grand brouillard mêlé de pluie, et, en arrivant le soir,
l'hôte nous dit que nous serions fort bien chez lui, mais que nous
n'aurions point du tout de pain. «C'est pourtant une chose dont on se
passe difficilement, répondis-je.» Et, en effet, cette nouvelle me
chagrina. Je m'informai d'où venait cette disette; Il me fut dit que
l'alcalde-mayor de la ville (c'est celui qui ordonne de tout, et qui
est tout ensemble le gouverneur et le juge), avait envoyé quérir le pain
et la farine qui étaient chez les boulangers et les avait fait apporter
dans sa maison, pour en faire une distribution proportionnée aux besoins
de chaque particulier; et que, ce qui avait donné lieu à cela, c'était
que la rivière de Duero, qui passe autour de la ville, était gelée, et
les rivières de Leon, de Suegra, de Burgos, de Termes et de Salamanque,
qui s'y jettent et s'y perdent, avaient aussi cessé leurs cours;
qu'ainsi, aucun moulin ne pouvait moudre, ce qui faisait appréhender la
famine. Cela nous obligea de nous adresser à lui pour avoir le pain qui
nous était nécessaire. Don Fernand lui envoya un gentilhomme de sa part,
de celle des trois chevaliers et de la mienne. Aussitôt on nous envoya
tant de pain, que nous en eûmes assez pour en donner à notre hôte et à
sa famille qui en avait grand besoin.

Nous n'étions pas encore à table, lorsque mes gens apportèrent dans ma
chambre plusieurs paquets de lettres qu'ils avaient trouvés sur les
degrés de l'hôtellerie. Celui qui les portait, ayant bu plus qu'il ne
fallait, s'y était endormi, et tous ses paquets étaient exposés à la
curiosité des passants. Il y a, dans ce pays, un très-méchant ordre pour
le commerce; et, lorsque le courrier de France arrive à Saint-Sébastien,
on donne toutes les lettres qu'il apporte à des hommes qui vont fort
bien à pied et qui se relayent les uns les autres. Ils mettent ces
paquets dans un sac attaché avec de méchantes cordes sur leurs épaules,
de manière qu'il arrive souvent que les secrets de votre cœur et de
votre maison sont en proie au premier curieux qui fait boire ce
misérable piéton. C'est ce qui arriva dans cette occasion, car Don
Frédéric de Cardone, ayant regardé plusieurs dessus de lettres, reconnut
l'écriture d'une dame à laquelle il prenait apparemment intérêt; du
moins je le jugeai ainsi par l'émotion de son visage et par
l'empressement avec lequel il ouvrit le paquet. Il lut la lettre et
voulut bien me la montrer, sans vouloir me dire ni de qui elle venait,
ni pour qui elle était, mais il me promit de m'en informer à Madrid.
Comme je la trouvai bien écrite, il me vint dans l'esprit que vous
seriez peut-être bien aise de voir le style d'une Espagnole quand elle
écrit à ce qu'elle aime; je priai le chevalier de m'en laisser prendre
une copie, mais il est vrai que la traduction ôte beaucoup d'agrément à
cette lettre; la voici:

       *       *       *       *       *

«Tout contribue à m'affliger dans la malheureuse ambassade où vous
allez, sans compter que l'éloignement est le poison des plus fortes
amitiés. Je ne puis me flatter que quelque rupture entre les souverains
ne puisse abréger le temps de votre absence et me rendre un bien sans
lequel je ne saurais vivre. De tous les princes de l'Europe, celui à qui
l'on vous envoie est le plus uni avec nous; je ne prévois point de
guerre contre lui; et ce fléau, dont le ciel punit les coupables, serait
pour moi mille fois plus doux que la paix. Oui, je consentirais d'en
porter seule tous les désastres, de voir mes terres ruinées, mes maisons
en feu, de perdre mon bien et ma liberté, pourvu que nous fussions
ensemble, et que, sans vous faire partager mes disgrâces, je puisse
jouir du plaisir de vous voir. Vous devez juger, par de telles
dispositions, de l'état où je suis, quand je pense qu'effectivement vous
allez partir, que je reste à Madrid, que je n'ose vous suivre; que mon
devoir étouffe tout d'un coup les projets que je pourrais faire pour me
consoler, et que je vous perds enfin, dans le temps où je vous trouve le
plus digne de ma tendresse; où j'ai plus de sujet d'être persuadée de la
vôtre, et où je sens davantage les marques que vous m'en donnez. Je
devrais vous cacher ma douleur et ne rien ajouter à la vôtre; mais quel
moyen de pleurer et de pleurer sans vous! Hélas! hélas! je serai bientôt
réduite à pleurer toute seule. Ne craignez-vous point qu'une affliction
si vive ne me tue, et ne pourriez-vous pas feindre d'être malade pour ne
me point quitter? Songez à tous les biens qui sont renfermés dans cette
proposition. Mais je suis folle de vous la faire; vous préférez les
ordres du Roi aux miens, et c'est me vouloir attirer de nouveaux
chagrins que de vous mettre à une telle épreuve. Adieu, je ne vous
demande rien, parce que j'ai trop à vous demander; je n'ai jamais été si
affligée.»

       *       *       *       *       *

Comme j'achevais de traduire la lettre que je vous envoie, le fils de
l'alcalde vint me voir; c'était un jeune homme qui avait une bonne
opinion de lui-même et qui était un vrai _guap_[57]. Que ce mot ne vous
embarrasse pas, ma chère cousine; _guap_ veut dire, en espagnol, brave,
galant et même fanfaron. Ses cheveux étaient séparés sur le milieu de la
tête et noués, par derrière, avec un ruban bleu, large de quatre doigts
et long de deux aunes, qui tombait de toute sa longueur; il avait des
chausses de velours noir qui se boutonnaient de cinq ou six boutons
au-dessus du genou, et sans quoi il serait impossible de les ôter sans
les déchirer en pièces, tant elles sont étroites en ce pays. Il avait
une veste si courte qu'elle ne passait pas la poche, et un pourpoint à
longues basques de velours noir ciselé, avec des manches pendantes,
larges de quatre doigts; les manches du pourpoint étaient de satin blanc
bordées de jais, et au lieu d'avoir des manches de chemise de toile, il
en portait de taffetas noir fort bouffantes avec des manchettes de même;
son manteau était de drap noir, et comme c'était un _guap_, il l'avait
entortillé autour de son bras, parce que cela est plus galant, avec un
_broquel_ à la main; c'est une espèce de bouclier fort léger et qui a au
milieu une pointe d'acier: ils le portent quand ils vont la nuit en
bonne ou en mauvaise fortune. Il tenait, de l'autre main, une épée plus
longue que demi-pique, et le fer qu'il y avait à la garde aurait pu
suffire à faire une petite cuirasse; comme ces épées sont si longues
qu'on ne pourrait les tirer du fourreau à moins que l'on ne fût aussi
grand qu'un géant, ce fourreau s'ouvre en appuyant le doigt sur un petit
ressort. Il avait aussi un poignard dont la lame était étroite; il était
attaché à sa ceinture contre son dos; sa golille de carton, couverte
d'un petit quintin, lui tenait le col si droit, qu'il ne pouvait ni
baisser ni tourner la tête[58]. Rien n'est plus ridicule que ce
hausse-col; car ce n'est ni une fraise, ni un rabat, ni une cravate;
cette golille, enfin, ne ressemble à rien, incommode beaucoup et
défigure de même. Son chapeau était d'une grandeur prodigieuse, la forme
basse et doublée de taffetas noir avec un gros crêpe autour, comme un
mari le porterait pour le deuil de sa femme. L'on m'a dit que ce crêpe
est le titre le plus incontestable de la plus fine galanterie. Ceux qui
se piquent de se mettre bien ne portent ni chapeaux bordés, ni plumes,
ni nœuds de rubans d'or et d'argent; c'est un crêpe bien large et bien
épais dont ils se parent, et il n'y a point de Chimène qui puisse tenir
contre cette vision. Ses souliers étaient d'un maroquin aussi fin que
les peaux dont on fait les gants, et tout découpés, malgré le froid, si
justes aux pieds qu'il semblait qu'ils fussent collés dessus, et
n'avaient point de talon. Il me fit, en entrant, une révérence à
l'espagnole, les deux jambes croisées l'une sur l'autre et se baissant
gravement comme font les femmes lorsqu'elles saluent quelqu'un[59]. Il
était fort parfumé, et ils le sont tous beaucoup; sa visite ne fut pas
longue; il savait assez son monde; il n'oublia pas de me dire qu'il
allait souvent à Madrid, et qu'il ne se faisait pas de courses de
taureaux où il n'exposât sa vie. Comme j'avais sur le cœur le peu de
soin qu'on prend des lettres, je lui parlai du courrier que mes gens
avaient trouvé endormi sur le degré; il me dit que cela venait de la
négligence du grand maître des postes, ou, pour mieux dire, de ce qu'il
voulait trop gagner; et que, si le Roi en était informé, il ne le
souffrirait pas. Ce nom de grand maître des postes fit que je lui
demandai si l'on allait quelquefois en poste en Espagne; il me dit que
oui, pourvu qu'on eût la permission du Roi ou du grand maître, qui est
toujours un homme d'une naissance distinguée, et qu'à moins d'un ordre
bien signé et en bonne forme, on ne donnait point de chevaux. Mais, lui
dis-je, un homme qui vient de se battre ou qui a d'autres raisons de
vouloir faire diligence, que fait-il? Rien, Madame, me dit-il; s'il a de
bons chevaux il s'en sert, et, s'il n'en a pas, il est assez embarrassé;
mais lorsque l'on veut aller en poste et que l'on ne part pas
directement de Madrid, il suffit de prendre un billet de l'alcalde, qui
veut dire gouverneur des villes par où l'on passe. Ma curiosité étant
satisfaite sur ce chapitre, le galant Espagnol se retira, et nous
soupâmes tous ensemble à notre ordinaire.

Il y avait déjà du temps que j'étais couchée et endormie, quand je fus
réveillée par un son de cloches et par un bruit confus de voix
effroyables. Je ne savais encore ce qui le causait, lorsque Don Fernand
de Tolède et Don Frédéric de Cardone, sans frapper à ma porte,
l'enfoncèrent, et m'appelant de toutes leurs forces pour me trouver
(car ils n'avaient point de lumière), vinrent l'un et l'autre à mon lit,
et jetant ma robe sur moi, ils m'emportèrent avec ma fille au plus vite
jusqu'au haut de la maison. Je ne peux vous représenter mon étonnement
et ma crainte; je leur demandai enfin ce qui était arrivé. Ils me dirent
que le dégel était venu tout d'un coup avec tant de violence, que les
rivières, grossies par les torrents qui tombaient de tous côtés des
montagnes dont la ville est entourée, s'étaient débordées et
l'inondaient; qu'au moment qu'ils m'étaient venus prendre, l'eau était
déjà dans ma chambre, et que le désordre était horrible. Il n'était pas
nécessaire qu'ils m'en dissent davantage, car j'entendais des cris
affreux et l'eau ébranlait toute la maison. Je n'ai jamais eu si
grand'peur, je regrettais tendrement ma chère patrie. Hélas! disais-je,
j'ai bien fait du chemin pour me venir noyer au quatrième étage d'une
hôtellerie d'Aranda. Toute mauvaise plaisanterie à part, je croyais
mourir, et j'étais si troublée que je fus prête vingt fois de prier MM.
de Tolède et de Cardone de m'entendre en confession. Je crois que dans
la suite ils en auraient plus ri que moi. Nous fûmes jusqu'au jour dans
les alarmes continuelles; mais l'alcalde et les habitants de la ville
travaillèrent si promptement et si utilement à détourner les torrents,
et à faire écouler les eaux, que nous n'en eûmes que la peur. Deux de
nos mulets furent noyés, mes litières et mes hardes si pénétrées d'eau,
que, pour les faire sécher, il a fallu rester un jour tout entier: et ce
n'était pas une chose trop facile, car il n'y a pas de cheminée aux
hôtelleries. L'on chauffa le four et l'on mit toutes mes hardes dedans.
Je vous assure que je n'ai point gagné à cette malheureuse inondation;
je me couchai après cela, où pour mieux dire, je me mis dans le bain,
mon lit étant aussi mouillé que tout le reste.

Nos voyageurs ont jugé qu'il fallait me laisser un peu en repos; j'ai
employé une partie de ma journée à vous écrire. Adieu, ma chère cousine,
il est temps de finir. Je suis toujours plus à vous que personne au
monde.

A Aranda de Duero, ce 9 de mars.



SIXIÈME LETTRE.


L'exactitude que j'ai à vous apprendre les choses que je crois dignes de
votre curiosité m'oblige très-souvent de m'informer de plusieurs
particularités que j'aurais négligées, si vous ne m'aviez pas dit
qu'elles vous font plaisir, et que vous aimez à voyager sans sortir de
votre cabinet.

Nous partîmes d'Aranda par un temps de dégel qui rendait l'air bien plus
chaud, mais qui rendait aussi les chemins plus mauvais. Nous trouvâmes
peu après la montagne de Somosierra, qui sépare la Vieille-Castille de
la nouvelle, et nous ne la traversâmes pas sans peine, tant pour sa
hauteur que pour la quantité de neige dont les fonds étaient remplis, et
où nous tombions quelquefois comme dans des précipices, croyant le
chemin uni. L'on appelle ce passage _Puerto_[60]. Il semble que ce nom
ne devrait être donné qu'à un port où l'on s'embarque sur la mer ou sur
la rivière, mais c'est ainsi qu'on explique le passage d'un royaume dans
un autre; et toujours en faisant son chemin il en coûte, car les gardes
des douanes, qui font payer les droits du Roi, attendent les voyageurs
sur les grands chemins, et ne les laissent point en repos, qu'ils ne
leur aient donné quelque chose.

En arrivant à Buitrago, nous étions aussi mouillés que la nuit
d'inondation à Aranda, et encore que je fusse en litière, je ne
m'apercevais guère moins du mauvais temps que si j'eusse été à pied ou à
cheval, parce que les litières sont si mal faites en ce pays, et si mal
fermées, que lorsque les mulets passent quelque ruisseau, ils jettent
avec leurs pieds une partie de l'eau dans la litière, et quand elle y
est une fois, elle y demeure, de sorte que je fus obligée, en arrivant,
de changer de linge et d'habits. Ensuite Don Fernand, les trois
cavaliers, ma fille et mes femmes, vinrent avec moi au château dont on
m'avait beaucoup parlé.

Il me parut aussi régulièrement bâti que celui de Lerma, un peu moins
grand, mais plus agréable. Les appartements en sont mieux tournés, et
les meubles ont quelque chose de fort riche et même de singulier, tant
par leur antiquité que par leur magnificence. Ce château est, comme
celui de Lerma, à Don Rodrigo de Silva de Mendoza, duc de Pastrana et de
l'Infantado. Sa mère se nomme Doña Catalina de Mendoza et Sandoval,
héritière des duchés de l'Infantado et de Lerma. Il vient de père en
fils de Ruy Gomes de Silva, qui fut fait duc de Pastrana et prince
d'Eboli par le Roi Philippe II. Cette princesse d'Eboli, dont il a été
tant parlé pour sa beauté, était sa femme, et le Roi en était
très-amoureux. On me montra son portrait, qui doit avoir été fait par un
excellent peintre; elle est représentée toute de sa grandeur, assise
sous un pavillon attaché à quelques branches d'arbre; il semble qu'elle
se lève, car elle n'a sur elle qu'un linge fin qui laisse voir une
partie de son corps. Si elle l'avait aussi beau qu'il paraît dans son
portrait, et si ses traits étaient aussi réguliers, on doit croire
qu'elle était la plus charmante de toutes les femmes; ses yeux sont si
vifs et si remplis d'esprit qu'il semble qu'elle va vous parler. Elle a
la gorge, les bras, les pieds et les jambes nus; ses cheveux tombent sur
son sein, et des petits amours, qui paraissent dans tous les coins du
tableau, s'empressent pour la servir: les uns tiennent son pied et lui
mettent un brodequin, les autres passent des fleurs dans ses cheveux, il
y en a qui soutiennent son miroir. On en voit plus loin qui lui
aiguisent des flèches, pendant que les autres en emplissent son carquois
et bandent son arc. Un faune la regarde au travers des branches, elle
l'aperçoit et elle le montre à un petit Cupidon qui est appuyé sur ses
genoux, et qui pleure, comme s'il en avait peur ce qui la fait sourire.
Toute la bordure est d'argent ciselé et doré en beaucoup d'endroits. Je
demeurai longtemps à la regarder avec un extrême plaisir, mais on me fit
passer dans une autre galerie où je la vis encore. Elle était peinte
dans un très-grand tableau, à la suite de la Reine Élisabeth, fille de
Henri II, Roi de France, que Philippe II, Roi d'Espagne, épousa au lieu
de la donner au prince Don Carlos son fils, avec qui elle avait été
accordée. La Reine faisait son entrée à cheval, comme c'est la coutume,
et je trouvai la princesse d'Eboli moins brillante auprès d'elle qu'elle
ne m'avait paru étant seule. Il faut juger par là des charmes de cette
jeune Reine; elle était vêtue d'une robe de satin bleu, mais du reste
tout de même que je vous ai représenté la comtesse de Lemos. Le Roi la
regardait passer de dessus un balcon. Il était habillé de noir avec le
collier de la Toison; ses cheveux roux et blancs, le visage long, pâle,
vieux, ridé et laid. L'infant Don Carlos accompagnait la Reine; il était
fort blanc, la tête belle, les cheveux blonds, les yeux bleus, et il
regardait la Reine avec une langueur si touchante, qu'il paraît que le
peintre a pénétré le secret de son cœur, et qu'il a voulu l'exprimer.
Son habit était blanc et brodé de pierreries; il était en pourpoint
tailladé, avec un petit chapeau relevé par le côté, couvert de plumes
blanches. Je vis dans la même galerie un autre tableau qui me toucha
fort: c'était le prince Don Carlos mourant. Il était assis dans un
fauteuil, son bras appuyé sur une table qui était devant lui, et sa tête
penchée sur sa main; il tenait une plume comme s'il eût voulu écrire, il
y avait devant lui un vase où il paraissait quelque reste d'une liqueur
brune, et apparemment que c'était un poison. Un peu plus loin, l'on
voyait préparer le bain, où l'on devait lui ouvrir les veines; le
peintre avait représenté parfaitement bien l'état où l'on se trouve
dans une occasion si funeste; et comme j'avais lu son histoire et que
j'en avais été attendrie, il me sembla qu'effectivement je le voyais
mourir[61]. On me dit que tous ces tableaux étaient de grand prix. On me
conduisit dans une chambre dont l'ameublement avait appartenu à
l'archiduchesse Marguerite d'Autriche, gouvernante des Pays-Bas, et l'on
prétend qu'elle y a travaillé elle-même; c'est un petit lit de gaze sur
lequel on a appliqué des plumes d'oiseaux de toutes les couleurs, et
cela forme des grotesques, des plumes, des fleurs, des petits animaux.
La tapisserie est pareille, et les différentes nuances des plumes font
un effet très-agréable. Voilà ce que je remarquai de plus singulier au
château de Buitrago; et comme il était déjà tard, nous en sortîmes.

Il y avait plusieurs jours que je n'avais eu le plaisir de voir jouer à
l'hombre, je fis apporter des cartes. Don Fernand avec deux des
chevaliers commencèrent une reprise; je m'intéressai à mon ordinaire,
et Don Estève de Carvajal en fit autant; de sorte qu'après avoir regardé
jouer quelques moments, je lui demandai auquel des trois chevaliers
était la commanderie, d'où ils revenaient lorsque je les rencontrai. Il
me dit qu'elle n'était pas à un d'eux; qu'ils y étaient allés voir un de
leurs amis communs, sur un accident très-fâcheux qui lui était arrivé à
la chasse. Me trouvant sur le chapitre des commanderies, je le priai de
m'apprendre si les ordres de Saint-Jacques, de Calatrava et d'Alcantara
étaient anciens. Il me dit qu'il y avait plus de cinq cents ans qu'ils
subsistaient; que l'on appelait autrefois l'ordre de Calatrava, le
Galant; celui de Saint-Jacques, le Riche; celui d'Alcantara, le Noble.
Ce qui les faisait nommer ainsi, c'est que, d'ordinaire, il n'entrait
dans Calatrava que des jeunes cavaliers; que Saint-Jacques était plus
riche que les deux autres; et que, pour être reçu chevalier d'Alcantara,
il fallait faire ses preuves de quatre races; au lieu que pour entrer
dans les autres, il ne faut les faire que de deux. Dans les premiers
temps que ces ordres furent établis, les chevaliers faisaient des vœux,
vivaient très-régulièrement en communauté et ne portaient des armes que
pour combattre les Maures; mais, ensuite, il y entra les plus grands
seigneurs du royaume, qui obtinrent la liberté de se marier, sous cette
condition qu'ils seraient obligés d'en demander une dispense expresse au
Saint-Siége. Il faut avoir un brevet du Roi, faire ses preuves de
noblesse et prouver aussi que l'on vient de Cristianos Viejos,
c'est-à-dire qu'il n'est entré dans la famille du père ni de la mère
aucun Juif ni Maure. Le Pape Innocent VIII donna, en 1489, au Roi
Ferdinand et à ses successeurs la disposition de toutes les commanderies
de ces trois ordres, que l'on nomme militaires. Le Roi d'Espagne en
dispose, en effet, sous le titre d'administrateur perpétuel, et il jouit
des trois grandes maîtrises, qui lui valent plus de quatre cent mille
écus de rente. Lorsqu'il tient chapelle comme grand maître de l'ordre ou
qu'il fait quelque assemblée, les chevaliers ont le privilége d'être
assis et couverts devant lui. Don Estève ajouta que l'ordre de Calatrava
avait trente-quatre commanderies et huit prieurés, qui valaient cent
mille ducats de revenu; qu'Alcantara avait trente-trois commanderies,
quatre alcaldies et quatre prieurés, qui rapportaient quatre-vingt mille
ducats, et que les quatre-vingt-sept commanderies de Saint-Jacques, tant
en Castille qu'au royaume de Leon, valaient plus de deux cent
soixante-douze mille ducats. Vous pouvez juger par là, Madame,
continua-t-il, qu'il y a des ressources pour les pauvres gentilshommes
espagnols[62].

Je conviens, lui dis-je, que ce serait une chose très-avantageuse pour
eux, s'ils étaient les seuls que l'on voulût admettre dans ces trois
ordres; mais il me semble que vous venez de me dire que les plus grands
seigneurs en possèdent les plus belles commanderies. C'est par une
règle générale, interrompit-il, qui veut toujours que les biens aillent
aux plus riches, quoiqu'il y eût de la justice d'en faire part aux
autres; et les aînés de grande qualité auraient encore de quoi se
satisfaire en obtenant l'ordre de la Toison, qui distingue extrêmement
ceux que le Roi en honore. Cependant, comme c'est une faveur qui n'est
accompagnée d'aucun revenu et qu'elle ne se donne pas même aisément, peu
de gens la recherchent et l'on ne voit, d'ordinaire, l'ordre de la
Toison qu'à des princes. Si vous savez qui l'a instituée, lui dis-je,
vous m'obligerez de m'en informer. On prétend, reprit-il, que dans le
temps que les Maures possédaient la plus grande et la meilleure partie
de l'Espagne, un villageois, qui vivait selon Dieu, le priant avec
ferveur de délivrer le royaume de ces infidèles, aperçut un ange qui
descendait du ciel, lequel lui donna une toison d'or et lui commanda de
s'en servir pour amasser des troupes, parce que, à cette vue, on ne
refuserait pas de le suivre et de combattre les ennemis de la foi. Ce
saint homme obéit, et plusieurs gentilshommes prirent les armes sur ce
qu'il leur dit.

Le succès de cette entreprise répondit à l'espérance que l'on en avait
conçue; de manière que Philippe le Bon, duc de Bourgogne, institua
l'ordre de la Toison d'or en l'honneur de Dieu, de la Vierge et de saint
André, l'an 1429, et le propre jour de ses noces avec Isabeau, fille du
roi de Portugal, fut choisi pour cette cérémonie. Elle se fit à Bruges;
il ordonna que le duc de Bourgogne serait chef personnel de l'ordre,
parce que saint André est patron de la Bourgogne. On appelle ceux qui
l'ont _Cavalleros del Tuzon_, c'est-à-dire chevaliers de la Toison, et
l'on peut remarquer par là que l'on fait une différence à l'égard de cet
ordre, disant, quand on parle des autres: _Fulano es cavallero de la
orden de Santiago, ou de la orden de Calatrava_, qui veut dire un tel
est chevalier de l'ordre de Saint-Jacques ou de l'ordre de Calatrava.

Dans le temps que nous parlions ainsi, nous entendîmes un assez grand
bruit, comme d'un équipage qui s'arrêtait. Au bout d'un moment, le valet
de chambre de Don Frédéric de Cardone entra dans ma chambre, pour
avertir son maître que M. l'archevêque de Burgos venait d'arriver.

C'est une rencontre heureuse pour moi, me dit-il, car j'étais parti de
Madrid pour le voir, et, ne l'ayant pas trouvé à Burgos, j'en étais fort
chagrin.

La fortune est toujours dans vos intérêts, lui dit Don Sanche en
souriant; mais, pour ne pas vous retarder le plaisir de voir cet
illustre parent, nous allons quitter notre reprise. Don Frédéric
témoigna qu'il l'achèverait volontiers, et que son impatience céderait
toujours à leur satisfaction.

Don Fernand et Don Sanche se levèrent. Apparemment, dit Don Estève, que
Don Frédéric ne sera pas des nôtres de ce soir. J'en juge d'une autre
manière, interrompit Don Fernand; l'archevêque est l'homme du monde le
plus honnête; dès qu'il saura qu'il y a ici une dame française, il
voudra la venir voir. Il me ferait beaucoup d'honneur, dis-je; mais
avec tout cela j'en serais un peu embarrassée, car il faut souper et se
coucher de bonne heure. J'achevais à peine ces paroles quand Don
Frédéric revint sur ses pas. Dès que M. l'archevêque a su qu'il y avait
une dame étrangère à Buitrago, me dit-il, il n'a plus songé à moi; et,
si vous le voulez bien, Madame, il viendra vous offrir tout ce qui
dépendra de lui en ce pays-ci.

Je répondis à cette civilité comme je le devais, et Don Frédéric, étant
retourné vers lui, l'amena un moment après dans ma chambre. Je lui
trouvai beaucoup de civilité; il parla peu et garda la gravité
convenable à son caractère et à la nation espagnole. Il me plaignit fort
de faire un si long voyage dans une saison si rigoureuse; il me pria de
lui commander quelque chose en quoi il me pût obéir. C'est le compliment
qu'on fait d'ordinaire en ce pays. Il avait par-dessus ses habits une
soutanelle en velours violet, avec des hauts de manches tout plissés qui
lui allaient jusqu'aux oreilles, et une paire de lunettes sur le nez.

Il fit apporter à ma fille un petit sagouin qu'il voulut lui donner; et,
bien que j'en eusse de la peine, il fallut bien y consentir, par les
instances qu'il m'en fit et par l'envie que mon enfant avait de
l'accepter. Toutes les fois que M. l'archevêque prenait du tabac, ce
qu'il faisait assez souvent, le petit singe lui tendait la patte et il
en mettait dessus qu'il feignait de prendre. Ce prélat me dit que le Roi
d'Espagne attendait avec une extrême impatience la réponse du marquis de
Los Balbazes, sur les ordres qu'il lui avait donnés de demander, de sa
part, Mademoiselle au Roi Très-Chrétien. S'il ne l'obtenait pas,
ajouta-t-il, je ne sais ce qui en arriverait, car il est sensiblement
touché de son mérite; mais toutes les apparences veulent que, si l'on
considère bien la grandeur du Roi Très-Catholique, on souhaitera ce
mariage. Quand le soleil se couche sur une partie de ses royaumes, il se
lève sur l'autre; et ce monarque ne jouit pas seul de sa grandeur, il a
le plaisir de la partager avec ses sujets; il est en état de les
récompenser, de les rendre heureux, de les mettre dans des postes élevés
où toute ambition est remplie, où ils reçoivent les mêmes honneurs que
des souverains; et n'est-ce pas aussi ce que doit souhaiter un Roi,
d'être en état de récompenser magnifiquement les services qu'on lui
rend, de prévenir par ses bienfaits, et de forcer un ingrat à devenir
reconnaissant? C'est une chose surprenante que le nombre d'emplois dans
l'épée, de dignités dans l'Église et de charges de judicature que Sa
Majesté donne tous les jours[63].

M. l'archevêque se retira en me priant de permettre qu'il m'envoyât son
oille, parce qu'elle était toute prête et que je n'aurais rien de
meilleur à mon souper. Je l'en remerciai et je lui dis que la même
raison m'engageait à la refuser, puisque, sans elle, il ferait aussi
mauvaise chère que nous.

Cependant Don Frédéric de Cardone l'était déjà allé quérir, et il revint
chargé d'une grande marmite d'argent; mais il fut bien attrapé de la
trouver fermée avec une serrure; c'est la coutume en Espagne. Il voulut
avoir la clef du cuisinier qui, trouvant mauvais que son maître ne
mangeât pas son oille, répondit qu'il en avait malheureusement perdu la
clef dans les neiges et qu'il ne savait plus où la prendre. Don
Frédéric, fâché, voulut, malgré moi, l'aller dire à l'archevêque qui
ordonna à son majordome de la faire trouver; il menaça le cuisinier, et
la scène se passait si près de ma chambre, que je l'entendais tout
entière. Mais, ce que j'y trouvai de meilleur, c'était les réponses du
cuisinier qui disait: _No puedo padecer la riñà, sendo Cristiano viejo,
hidalgo como el Rey, y proco mas_, ce qui veut dire: Je ne puis souffrir
qu'on me querelle, étant de race de vieux chrétiens, nobles comme le
Roi, et même un peu plus[64].

C'est ordinairement de cette manière que les Espagnols se prisent.
Celui-ci n'était pas seulement glorieux, il était opiniâtre, et, quoi
que l'on pût faire et dire, il ne voulut point donner la clef de la
marmite, de sorte que l'oille y demeura sans que nous y eussions goûté.
Nous nous couchâmes assez tard; et, comme je n'ai pas été matinale, tout
ce que j'ai pu faire avant de partir a été de finir cette lettre, et,
dès demain, j'en recommencerai une autre, où vous serez informée de la
suite de mon voyage. Continuez, ma chère cousine, d'y prendre un peu
d'intérêt; c'est le moyen de me le rendre heureux et agréable.

A Buitrago, ce 13 mars 1679.



SEPTIÈME LETTRE.


Il est bien aisé de s'apercevoir que nous ne sommes pas loin de Madrid;
le temps est beau malgré la saison, et nous n'avons plus besoin de feu.
Mais une chose assez surprenante, c'est que, dans les hôtelleries qui
sont les plus proches de cette grande ville, on y est traité bien plus
mal que dans celles qui en sont éloignées de cent lieues. L'on croirait
bien plutôt arriver dans des déserts que d'approcher d'une ville où
demeure un puissant roi, et je vous assure, ma chère cousine, que, dans
toute notre route, je n'ai pas vu une maison qui plaise ni un beau
château. J'en suis étonnée, car je croyais qu'en ce pays-ci, comme au
nôtre, je trouverais de belles promenades et des petits palais
enchantés; mais l'on y voit à peine quelques arbres qui croissent en
dépit du terrain; et à l'heure qu'il est, bien que je ne sois qu'à dix
lieues de Madrid, ma chambre est de plain-pied avec l'écurie; c'est un
trou où il faut apporter de la lumière, à midi. Mais, bon Dieu! quelle
lumière! il vaudrait mieux n'en point avoir du tout; car c'est une lampe
qui ôte la joie, par sa triste lueur, et la santé, par sa fumée puante.
L'on est allé partout, et même chez le curé, pour avoir une chandelle;
il ne s'en est point trouvé, et je doute qu'il y ait des cierges dans
son église. Il règne ici un fort grand air de pauvreté[65]. Don Fernand
de Tolède, qui s'aperçoit de ma surprise, m'assure que je verrai de
très-belles choses à Madrid; mais je ne puis m'empêcher de lui dire que
je n'en suis guère persuadée. Il est vrai que les Espagnols soutiennent
leur indigence par un air de gravité qui impose. Il n'est pas jusqu'aux
paysans qui ne marchent à pas comptés. Ils sont, avec cela, si curieux
de nouvelles, qu'il semble que tout leur bonheur en dépend. Ils sont
entrés sans cérémonie dans ma chambre, la plupart sans souliers, et
n'ayant sous les pieds qu'un méchant feutre rattaché par des cordes. Ils
m'ont priée de leur apprendre ce que je savais de la cour de France.
Après que je leur en eus parlé, ils ont examiné ce que je venais de
dire, et puis ils ont fait leurs réflexions entre eux, laissant paraître
un fonds d'esprit et de vivacité surprenant. Constamment cette nation a
quelque chose de supérieur à bien d'autres. Il est venu parmi les autres
femmes une manière de bourgeoise assez jolie: elle portait son enfant
sur ses bras; il est d'une maigreur affreuse, et avait plus de cent
petites mains, les unes de jais, les autres de terre ciselée, attachées
à son col et sur lui de tous les côtés[66]. J'ai demandé à la mère ce
que cela signifiait; elle m'a répondu que cela servait contre le mal des
yeux. Comment, lui ai-je dit, est-ce que ces petites mains empêchent d'y
avoir mal? Assurément, Madame, a-t-elle répliqué, mais ce n'est pas
comme vous l'entendez; car vous saurez, si cela vous plaît, qu'il y a
des gens en ce pays qui ont un tel poison dans les yeux, qu'en regardant
fixement une personne, et particulièrement un jeune enfant, ils le font
mourir en langueur. J'ai vu un homme qui avait un œil malin, c'est le
nom qu'on lui donne, et comme il faisait du mal lorsqu'il regardait de
cet œil, on l'obligea de le couvrir d'une grande emplâtre. Pour son
autre œil, il n'avait aucune malignité, mais il arrivait quelquefois
qu'étant avec ses amis, lorsqu'il voyait beaucoup de poules ensemble, il
disait: Choisissez celle que vous voulez que je tue: on lui en montrait
une, il ôtait son emplâtre, il regardait fixement la poule, et peu
après, elle tournait plusieurs tours, étourdie, et tombait morte. Elle
prétend aussi qu'il y a des magiciens, qui, regardant quelqu'un avec une
mauvaise intention, leur donnent une langueur qui les fait devenir
maigres comme des squelettes; et son enfant, m'a-t-elle dit, en est
frappé. Le remède à cela, ce sont ces petites menottes, qui viennent
d'ordinaire du Portugal. Elle m'a dit encore que c'est la coutume,
lorsqu'on voit qu'une personne nous regarde attentivement, et qu'elle a
assez méchante mine pour craindre qu'elle donne le mal d'_ojos_ (on
l'appelle ainsi, parce qu'il se fait par les yeux), de leur présenter
une de ces petites mains de jais, ou la sienne même fermée, et de lui
dire: _toma la mano_, ce qui veut dire, prends cette main. A quoi il
faut que celui qu'on soupçonne réponde: _Dios te bendiga_, Dieu te
bénisse; et s'il ne le dit pas, l'on juge qu'il est malintentionné, et
là-dessus on peut le dénoncer à l'Inquisition, ou, si l'on est plus
fort, on le bat jusqu'à ce qu'il ait dit _Dios te bendiga_.

Je ne vous assure pas, comme une chose certaine, que le conte de la
poule soit positivement vrai; mais ce qui est de vrai, c'est qu'ici l'on
est fortement persuadé qu'il y a des gens qui vous font du mal en vous
regardant, et même il y a des églises où l'on va en pèlerinage pour en
être guéri. J'ai demandé à cette jeune femme s'il ne paraissait rien
d'extraordinaire dans ce qu'ils appellent les yeux malins. Elle m'a dit
que non, si ce n'est qu'ils sont remplis d'une vivacité et d'un tel
brillant, qu'il semble qu'ils soient tout de feu, et qu'on dirait qu'ils
vont vous pénétrer comme un dard. Elle m'a dit encore que, depuis peu,
l'Inquisition avait fait arrêter une vieille femme que l'on accusait
d'être sorcière, et qu'elle croyait que c'était elle qui avait mis son
enfant dans le pitoyable état où je le voyais. Je lui ai demandé ce que
l'on ferait de cette femme. Elle m'a dit que, s'il y avait des preuves
assez fortes, on la brûlerait infailliblement, ou qu'on la laisserait
dans l'Inquisition, et que le meilleur parti pour elle, c'était d'en
sortir avec le fouet dans les rues; qu'on attache ces sorcières à la
queue d'un âne, ou qu'on les monte dessus, coiffées d'une mitre de
papier peint de toutes les couleurs, avec des écriteaux qui apprennent
les crimes qu'elles ont commis; qu'en ce bel équipage on les promène par
la ville, où chacun a la liberté de les frapper ou de leur jeter de la
boue. Mais, lui ai-je dit, par où trouvez-vous que si elle restait en
prison, leur condition serait pire? Oh! Madame, m'a-t-elle dit, je vois
bien que vous n'êtes pas encore informée de ce que c'est que
l'Inquisition. Tout ce que l'on en peut dire n'approche point des
rigueurs que l'on y exerce. L'on vous arrête et l'on vous jette dans un
cachot, vous y passez deux ou trois mois, quelquefois plus ou moins,
sans que l'on vous parle de rien. Au bout de ce temps, on vous mène
devant les juges, qui, d'un air sévère, vous demandent pourquoi vous
êtes là; il est assez naturel de répondre que vous n'en savez rien. Ils
ne vous en disent pas davantage, et vous renvoient dans cet affreux
cachot, où l'on souffre tous les jours des peines mille fois plus
cruelles que la mort même. L'on n'en meurt pourtant point et l'on est
quelquefois un an en cet état. Au bout de ce temps, on vous ramène
devant les mêmes juges, ou devant d'autres, car ils changent et vont en
différents pays. Ceux-là vous demandent encore pourquoi vous êtes
détenu; vous répondez que l'on vous a fait prendre et que vous en
ignorez le sujet. On vous renvoie dans le cachot, sans parler davantage.
Enfin l'on y passe quelquefois sa vie. Et comme je lui ai demandé si
c'était la coutume qu'on s'accusât soi-même, elle me dit que pour
certaines gens, c'était assurément le meilleur et le plus court; mais
que les juges ne tenaient cette conduite que contre ceux contre lesquels
il n'y avait pas de peines assez fortes, car, d'ordinaire, lorsque
quelqu'un accuse une personne de crimes capitaux, il faut que le
dénonciateur reste en prison avec le criminel, et cela est cause que
l'on y est un peu plus modéré. Elle m'a conté des particularités, des
supplices de toutes les manières, dont je ne veux point remplir cette
lettre; rien n'est plus effroyable. Elle m'a dit encore qu'elle a connu
un Juif, nommé Ismaël, qui fut mis dans la prison de l'Inquisition de
Séville, avec son père, qui était un rabbin de leur loi. Il y avait
quatre ans qu'ils y étaient, lorsqu'Ismaël, ayant fait un trou, grimpa
jusqu'au plus haut d'une tour, et se servant des cordes qu'il avait
préparées, il se laissa couler le long du mur avec beaucoup de péril.
Mais, lorsqu'il fut descendu, il se reprocha qu'il venait d'abandonner
son père, et, sans considérer le risque qu'il courait de plus d'une
manière, puisque son père et lui étaient jugés et devaient être conduits
dans peu de jours à Madrid avec plusieurs autres, pour y souffrir le
dernier supplice, il ne laissa pas de se déterminer; il remonta
généreusement sur la tour, descendit dans son cachot, en tira son père,
le fit sauver avant lui et se sauva ensuite[67]. J'ai trouvé cette
action fort belle, et digne d'être donnée pour exemple aux chrétiens,
dans un siècle où le cœur se révolte aisément contre les devoirs les
plus indispensables de la nature.

«Je continuais d'entretenir avec plaisir cette bonne Espagnole, lorsque
Constance, celle de mes femmes que vous connaissez, m'est venue dire,
avec beaucoup d'empressement, qu'elle venait de voir M. Daucourt, et
que, si je voulais, elle l'irait appeler. C'est un gentilhomme qui est
riche et que j'ai connu à Paris. Il est honnête garçon, homme d'esprit
et bien fait de sa personne. Je sais qu'il a à Madrid son frère, lequel
est auprès de Don Juan d'Autriche. Ayant témoigné que je serais bien
aise de lui parler, Constance l'est allée chercher et me l'a amené.
Après les premières honnêtetés, et m'être informée des nouvelles de ma
parente, que je croyais bien qu'il connaissait, je lui ai demandé de ses
nouvelles particulières et s'il était bien content de son voyage. Ah!
Madame, ne me parlez pas de mon voyage, s'est-il écrié, il n'en a jamais
été un plus malheureux, et si vous étiez venue quelques jours plus tôt,
vous m'auriez vu pendre. Comment, lui ai-je dit, qu'entendez-vous par
là? J'entends, m'a-t-il dit; que tout au moins j'en ai eu la peur
entière, et que voici bien le pays du monde le plus déplaisant pour les
étrangers. Mais, Madame, si vous avez assez de loisir, et que vous en
vouliez savoir davantage, je vous conterai mon aventure. Elle est
singulière, et vous prouvera bien ce que j'ai l'honneur de vous dire.
Vous me ferez beaucoup de plaisir, lui ai-je dit, nous sommes ici dans
un lieu où quelque nouvelle, agréablement contée, nous sera d'un grand
secours. Il la commença aussitôt de cette manière:

»Quelques affaires qui me regardent et l'envie de revoir un frère dont
j'étais éloigné depuis plusieurs années, m'obligèrent, Madame, de faire
le voyage de Madrid. Je ne savais guère les coutumes de cette ville-là;
je croyais que l'on allait chez les femmes sans façon, que l'on jouait,
que l'on mangeait avec elles; mais je fus étonné d'apprendre que chacune
d'elles est plus retirée dans sa maison qu'un chartreux ne l'est dans sa
cellule, et qu'il y avait des gens qui s'aimaient depuis deux ou trois
ans, qui ne s'étaient encore jamais parlé. Des manières si singulières
me firent rire; je dis là-dessus toutes les bonnes et les mauvaises
plaisanteries qui me vinrent en l'esprit; mais je traitai la chose plus
sérieusement, lorsque j'appris que ces femmes, si bien enfermées,
étaient plus aimables que toutes les autres femmes ensemble; qu'elles
avaient une délicatesse, une vivacité et des manières que l'on ne
trouvait que chez elles; que l'amour y paraissait toujours nouveau, et
que l'on ne changeait jamais une Espagnole que pour une autre Espagnole.
J'étais au désespoir des difficultés qu'il y avait pour les aborder; un
de mes amis, appelé Belleville, qui avait fait le voyage avec moi, et
qui est un joli garçon, n'enrageait guère moins de son côté que je
faisais du mien. Mon frère, qui craignait qu'il ne nous arrivât quelque
fâcheux accident, nous disait sans cesse que les maris en ce pays-ci
étaient très-jaloux, grands tueurs de gens, et qui ne faisaient pas plus
de difficulté de se défaire d'un homme que d'une mouche. Cela
n'accommodait guère deux hommes qui n'étaient pas encore las de vivre.

»Nous allions dans tous les endroits où nous croyions voir des dames;
nous en voyions en effet, mais ce n'était pas contentement; toutes les
révérences que nous leur faisions ne nous produisaient rien, chacun de
nous revenait tous les soirs fort las et fort dégoûté de nos inutiles
promenades.

»Une nuit que Belleville et moi fûmes veiller au Prado (c'est une
promenade plantée de grands arbres, ornée de plusieurs fontaines
jaillissantes, dont l'eau, qui tombe à gros bouillons dans des bassins,
coule, quand on le veut, dans le cours pour l'arroser et le rendre plus
frais et plus agréable), cette nuit-là, dis-je, était la plus belle que
l'on pouvait souhaiter. Après avoir mis pied à terre et renvoyé notre
carrosse, nous nous promenâmes doucement. Or, nous avions déjà fait
quelques tours d'allées, lorsque nous nous assîmes sur le bord d'une
fontaine; nous commençâmes là de faire nos plaintes ordinaires. Mon cher
Belleville, dis-je à mon ami, ne serons-nous jamais assez heureux pour
trouver une Espagnole qui soit de ces spirituelles et engageantes tant
vantées? Hélas! dit-il, je le désire trop pour l'espérer; nous n'avons
trouvé jusqu'ici que ces laides créatures qui courent après les gens
pour les faire désespérer, et qui sont, sous leurs mantilles blanches,
plus jaunes et plus dégoûtantes que des bohémiennes; je vous avoue que
celles-là ne me plaisent point, et que, malgré leur vivacité, je ne puis
me résoudre à lier une conversation avec elles.

»Dans le moment qu'il achevait ces mots, nous vîmes sortir d'une porte
voisine deux femmes; elles avaient quitté leurs jupes de dessus, qui
sont toujours fort unies; et, quand elles entr'ouvraient leurs mantes,
le clair de la lune nous les faisait voir toutes brillantes d'or et de
pierreries. Vrai Dieu! s'écria Belleville, voici tout au moins deux
fées. Parlez mieux, lui dis-je, ce sont tout au moins deux anges. En les
voyant approcher, nous nous levâmes et leur fîmes la plus profonde
révérence que nous eussions jamais faite. Elles passèrent doucement et
nous regardèrent, tantôt d'un œil et tantôt de l'autre, avec les petites
minauderies qui siéent si bien aux Espagnoles. Elles s'éloignèrent un
peu; nous étions en doute si elles reviendraient sur leurs pas, ou si
nous devions les suivre; et pendant que nous délibérions ensemble, nous
les vîmes approcher; elles s'arrêtèrent quand elles furent proche de
nous; une d'elles prit la parole et nous demanda si nous savions
l'espagnol. Je vois à vos habits, continua-t-elle, que vous êtes
étrangers; mais dites-moi, je vous prie, de quel pays vous êtes? Nous
lui répondîmes que nous étions Français, que nous savions assez mal
l'espagnol, mais que nous avions grande envie de le bien apprendre; que
nous étions persuadés que, pour y réussir, il fallait aimer une
Espagnole, et qu'il ne tiendrait pas à nous, si nous en trouvions
quelqu'une qui voulût être aimée. L'affaire est délicate, reprit l'autre
dame qui n'avait point encore parlé, et je plaindrais celle qui s'y
embarquerait; car l'on m'a dit que les Français ne sont pas fidèles. Ha!
Madame, s'écria Belleville, on a eu dessein de leur rendre un mauvais
office auprès de vous, mais c'est une médisance qu'il est aisé de
détruire; et bien que je donnasse mon cœur à une jolie femme, je sens
bien que je ne pourrais pas le reprendre de même. Eh quoi! interrompit
celle qui m'avait déjà parlé, êtes-vous capable de vous engager sans
réflexion et à une première vue? j'en aurais un peu moins bonne opinion
de vous. Ha! pourquoi, s'écria-t-il, Madame, perdre un temps qui doit
être si précieux. S'il est bon d'aimer, il est bon de commencer tout le
plus tôt que l'on peut; les cœurs qui sont nés pour l'amour s'usent et
se gâtent quand ils n'en ont point. Vos maximes sont galantes, dit-elle,
mais elles me paraissent dangereuses; il ne faut pas seulement éviter de
les suivre, je tiens qu'il faut éviter de les entendre. Et, en effet,
elles voulaient se retirer, lorsque nous les priâmes, avec beaucoup
d'instance, de rester encore quelques moments au Prado, et nous leur
dîmes tout ce qui pouvait les obliger de se faire connaître et de nous
donner la satisfaction de les voir sans leurs mantes. La conversation
était assez vive et assez agréable; elles avaient infiniment d'esprit;
et comme elles savaient ménager leurs avantages, elles nous montraient
leurs mains en raccommodant sans affectation leurs coiffures; et ces
mains étaient plus blanches que la neige: malgré le soin apparent
qu'elles prenaient de se cacher, nous les voyions assez pour remarquer
qu'elles avaient le teint fort beau, les yeux vifs et les traits assez
réguliers. Nous les quittâmes le plus tard que nous pûmes, et nous les
conjurâmes de revenir à la promenade, ou de nous accorder la permission
d'aller chez elles. Elles ne convinrent de rien; et, en effet, nous
fûmes plusieurs fois de suite au Prado, et toujours proche de la
fontaine où nous les avions vues la première fois, sans que nous
pussions les apercevoir. Voilà bien du temps perdu, disions-nous; quel
moyen de passer sa vie dans cette grande oisiveté! il faut renoncer à
des dames d'un accès si difficile. C'était bien aussi notre dessein,
mais il ne dura guère; car, à peine l'avions-nous formé, que nous vîmes
sortir de la même porte les deux inconnues. Nous les abordâmes
respectueusement, et nos manières honnêtes ne leur déplurent pas.
Belleville donna la main à la plus petite et moi à la plus grande. Je
lui fis des reproches auxquels elle ne me parut point indifférente, et,
devenant plus hardi, je lui parlai des sentiments qu'elle m'avait
inspirés, et je l'assurai qu'il ne tiendrait qu'à elle de m'engager pour
le reste de ma vie; elle me parut fort réservée sur la plus petite
marque de bonté. Dans la suite de notre conversation, elle me dit
qu'elle était héritière d'un assez grand bien, qu'elle s'appelait Inès,
que son père avait été chevalier de Saint-Jacques et qu'il était d'une
qualité distinguée; que celle qui l'accompagnait se nommait Isabelle, et
qu'elles étaient cousines. Toutes ces particularités me firent plaisir,
parce que je trouvais en elle une personne de naissance, et que cela
flattait ma vanité. Je la priai, en la quittant, de m'accorder la
permission de l'aller voir. Ce que vous désirez est en usage dans votre
pays, me dit-elle, et si j'en étais, je me ferais un plaisir d'en suivre
les coutumes; mais les nôtres sont différentes, et, bien que je ne
comprenne aucun crime en ce que vous me demandez, je suis obligée de
garder des mesures de bienséance auxquelles je ne veux point manquer. Je
chercherai quelque moyen de vous voir sans cela, reposez-vous-en sur
moi, et ne me sachez pas mauvais gré de vous refuser une chose dont je
ne suis pas absolument la maîtresse. Adieu, continua-t-elle, je
penserai à ce que vous souhaitez, et je vous informerai de ce que je
puis. Je lui baisai la main, et me retirai fort touché de ses manières,
de son esprit et de sa conduite.

»Aussitôt que je me trouvai seul avec Belleville, je lui demandai s'il
était content de la conversation qu'il venait d'avoir. Il me dit qu'il
avait sujet de l'être, et qu'Isabelle lui paraissait douce et aimable.
Vous êtes bien heureux, lui dis-je de lui avoir déjà trouvé de la
douceur. Inès ne m'a pas donné lieu de croire qu'elle en a, son
caractère est enjoué, elle tourne tout ce que je lui dis en raillerie,
et je désespère de lier une affaire sérieuse avec elle. Nous demeurâmes
quelques jours sans les voir, ni personne de leur part; mais un matin
que j'entendais la messe, une vieille femme, cachée sous sa mante,
s'approcha de moi, et me présenta un billet, où je lus ces mots:

       *       *       *       *       *

»Vous me paraissez trop aimable pour vous voir souvent, et je vous avoue
que je me défie un peu de mon cœur; si le vôtre est véritablement touché
pour moi, il faut songer à l'hymen. Je vous ai dit que je suis riche et
je vous ai dit vrai. Le parti que je vous offre n'est point mauvais à
prendre. Pensez-y, je me trouverai ce soir aux bords du Mançanarez, où
vous me pourrez dire vos sentiments.

       *       *       *       *       *

»Comme je n'étais pas en lieu où j'eusse de quoi lui faire réponse, je
me contentai de lui écrire sur mes tablettes:

»Vous êtes en état de me faire faire le voyage que vous voudrez. Je sens
bien que je vous aime trop pour mon repos, et que je devrais me défier
beaucoup plus de ma faiblesse que vous n'avez sujet de vous défier de la
vôtre. Cependant je me trouverai au Mançanarez, résolu de vous obéir,
quoi que vous vouliez de moi.

       *       *       *       *       *

»Je donnai mes tablettes à cette honnête messagère, qui avait la mine
d'en voler les plaques et les fermoirs avant que de les rendre. Je priai
Belleville de me laisser aller seul à mon rendez-vous. Il me dit qu'il
en avait de la joie, parce qu'Isabelle l'avait fait avertir qu'elle lui
voulait parler en particulier à la Floride. Nous attendîmes avec
impatience l'heure marquée, et nous nous séparâmes tous deux, après nous
être souhaité une heureuse aventure.

»Dès que je fus arrivé au bord de l'eau, je regardai avec soin tous les
carrosses qui passèrent; mais il m'aurait été difficile d'y rien
connaître, parce qu'ils étaient fermés avec des doubles rideaux. Enfin,
il en vint un qui s'arrêta, et j'aperçus des femmes qui me faisaient
signe de m'approcher. Je le fis promptement; c'était Inès, qui était
encore plus cachée qu'à son ordinaire, et que je ne pouvais discerner
d'avec les autres qu'au son de sa voix. Que vous êtes mystérieuse, lui
dis-je; pensez-vous, Madame, qu'il n'y ait pas de quoi me faire mourir
de chagrin de ne vous voir jamais et d'en avoir toujours tant d'envie?
Si vous voulez venir avec moi, me dit-elle, vous me verrez, mais je veux
dès ici vous bander les yeux. En vérité, lui dis-je, vous m'avez paru
fort aimable jusqu'à présent; mais ces airs mystérieux, qui ne mènent à
rien et qui font souffrir, ne me conviennent guère. Si je suis assez
malheureux pour que vous me croyiez un malhonnête homme, vous ne devez
jamais vous fier en moi; mais, au contraire, si vous m'avez donné votre
estime, vous me la devez témoigner par un procédé plus franc. Vous devez
être persuadé, interrompit-elle, que j'ai de puissantes raisons d'en
user comme je fais, puisque, malgré ce que vous venez de me dire, je ne
change point de résolution: la chose cependant dépend de vous; mais à
mon égard, je ne souffrirai point que vous montiez dans mon carrosse
qu'à cette condition. Comme les Espagnoles sont naturellement
opiniâtres, je choisis plutôt de me laisser bander les yeux que de
rompre avec elle. J'avoue que j'avais quelque sorte de vanité de ces
apparences de bonne fortune, et je m'imaginais être avec quelque
princesse qui ne voulait pas que je la connusse en ce moment, mais que
je trouverais dans la suite une des plus parfaites et des plus riches de
l'Espagne. Cette vision m'empêcha de m'opposer plus longtemps à ce
qu'elle voulait. Je lui dis qu'elle était la maîtresse de me bander les
yeux, et même de me les crever, si elle y trouvait quelque plaisir. Elle
m'attacha un mouchoir autour de la tête, si serré, qu'elle me fit
d'abord une douleur effroyable: je me mis ensuite auprès d'elle; il
était déjà nuit, je ne savais point où nous allions, et je m'abandonnai
absolument à sa conduite.

»Inès avait avec elle deux autres filles; le carrosse fit tant de tours,
que nous courûmes la plus grande partie des rues de Madrid. Inès
m'entretenait avec trop d'esprit pour que je m'aperçusse de la longueur
du chemin; et j'étais charmé de l'entendre, lorsque notre malheureux
carrosse, qui était assez mal attelé, fut accroché par un autre, et
renversé tout d'un coup. Ainsi nous nous trouvâmes dans ce que l'on
appelle la marée, c'est-à-dire dans un des plus grands et des plus
vilains ruisseaux de la ville. Je n'ai jamais été si chagrin que je le
fus; les trois señoras étaient tombées sur moi, elles m'étouffaient par
leur pesanteur et me rendaient sourd par leurs cris. Mes yeux étaient
toujours bandés, et mon visage se trouvait tourné d'une certaine manière
que je ne pouvais crier à mon tour, sans avaler de cette eau puante.
C'est là que je fis quelques réflexions sur les contre-temps de la vie,
et quoique j'aimasse beaucoup Inès, je sentais que je m'aimais encore
davantage, et que j'aurais souhaité de ne l'avoir jamais vue. Sans que
j'aie positivement su ce qui se passa, je me sentis délivré du fardeau
qui m'accablait, et lorsque je me fus relevé à l'aide de quelques gens
qui me tirèrent de là, je ne trouvai plus Inès ni ses compagnes. Ceux
qui étaient autour de moi riaient comme des fous de me voir les yeux
bandés, et si mouillé de cette eau noire, qu'il semblait que l'on m'eût
trempé dans de l'encre. Je demandai au cocher où était sa maîtresse. Il
me dit que la dame avec qui j'étais n'était point sa maîtresse, et
qu'elle s'en était allée en me maudissant; qu'elle était fort crottée,
qu'il ne la connaissait point, et qu'elle lui avait seulement dit en
partant que c'était moi qui le payerais. Et où l'as-tu donc prise, lui
dis-je? A la porte de las Delcalças Reales, me dit-il; une vieille m'est
venue quérir et m'a mené prendre celle-là. Je l'obligeai pour mon argent
de me conduire chez moi. J'attendis Belleville avec une impatience mêlée
de chagrin; il revint fort tard et fort content d'Isabelle, à laquelle
il trouvait assez de bonté et bien de l'esprit.

»Je lui racontai mon aventure, il ne put s'empêcher d'en rire de tout
son cœur; et comme il avait un fonds de joie extraordinaire, il me fit
cent plaisanteries qui achevèrent de me mettre de très-mauvaise humeur.
Nous ne nous couchâmes qu'au jour, et je me levai seulement pour aller
faire un tour au Prado avec lui. Comme nous passions sous des fenêtres
assez basses, j'entendis Inès qui me dit: Cavalier, n'allez pas si vite,
il est bien juste de vous demander comment vous vous trouvez de la chute
d'hier au soir. Mais vous-même, belle Inès, lui dis-je en approchant de
la fenêtre, que devîntes-vous? Et n'étais-je pas déjà assez à plaindre
sans avoir le malheur de vous perdre? Vous ne m'auriez pas perdue,
continua-t-elle, sans qu'une dame de mes parentes qui passa dans ce
moment, reconnût le son de ma voix; je fus obligée, malgré moi, de
monter avec elle dans son carrosse, car je ne voulais pas qu'elle vît
que nous étions ensemble. Bien que le cocher m'en eût parlé d'une autre
manière, je n'osais entrer dans un plus grand éclaircissement, crainte
de lui faire quelque peine, et je lui demandai, avec beaucoup de
tendresse, quand je pourrais lui dire sans obstacles jusqu'où allaient
ma passion et mon respect pour elle. Ce sera bientôt, me dit-elle, car
je commence à croire que vous-m'aimez, mais il faut que le temps
confirme cette opinion. Ah! cruelle, lui dis-je, vous ne m'aimez guère,
de différer toujours ce que je vous demande avec tant d'instance. Avouez
la vérité, continua-t-elle, et dites-moi si vous me voulez épouser. Je
veux vous épouser si vous le voulez, lui dis-je; cependant je ne vous ai
encore jamais bien vue, et je n'ai point l'avantage de vous connaître.
Je suis riche, ajouta-t-elle, j'ai de la naissance, et l'on me flatte
d'avoir quelque mérite personnel. Vous avez tout ce qu'il faut avoir,
lui dis-je, pour me plaire plus que personne du monde: votre esprit m'a
enchanté, mais vous me mettez au désespoir, et j'aimerais mieux mourir
tout d'un coup que de tant souffrir. Elle se prit à rire, et depuis ce
soir-là, il ne s'en passa point que je ne l'entretinsse au Prado, au
Mançanarez, ou dans des maisons qui m'étaient inconnues, et où elle
prenait soin de me faire conduire. A la vérité, je n'entrais point dans
la chambre avec elle, et je lui parlais seulement au travers des
jalousies, où je faisais, pendant quatre heures durant, le plus
impertinent personnage du monde. J'avoue qu'il faut être en Espagne pour
s'accommoder de ces manières, mais effectivement j'aimais Inès, je lui
trouvais quelque chose de vif et d'engageant qui m'avait surpris et
touché.

»Je l'avais été trouver dans un jardin où elle m'avait mandé de venir,
et où elle m'avait fait plus d'amitiés qu'à son ordinaire. Comme elle
vit qu'il était tard, elle m'ordonna de me retirer. Je lui obéis avec
peine, et je passais dans une rue fort étroite, lorsque j'aperçus trois
hommes qui, l'épée à la main, en attaquaient un tout seul et qui se
défendait vaillamment. Je ne pus souffrir une partie si inégale; je
courus pour le seconder; mais, dans le moment que je l'abordais, on lui
porta un coup qui le fit tomber sur moi comme un homme mort. Ces
assassins prirent la fuite avec une grande diligence; et le bruit ayant
attiré beaucoup de gens qui me virent encore l'épée à la main, on ne
douta point que je ne fusse du nombre des coupables. Ils se disposaient
à me prendre, mais, m'étant aperçu de leurs mauvaises intentions, je
cherchai plutôt mon salut dans ma fuite que dans mon innocence. J'étais
poursuivi de près, et, de quelque côté que je pusse aller, l'on me
coupait chemin. Dans cette extrémité, j'entrevis une porte entr'ouverte,
je me glissai dedans sans que l'on m'eût vu entrer, et, tout à tâtons,
je montai jusque dans une salle fort obscure; j'aperçus de la lumière au
travers d'une porte, j'étais bien en peine si je devais l'ouvrir, et, au
cas qu'il y eût du monde, ce que j'avais à dire. J'ai l'air effrayé,
disais-je en moi-même, et l'on me prendra peut-être pour un homme qui
vient de faire un mauvais coup et qui cherche les moyens d'en faire
encore un autre. Je consultai longtemps; j'écoutai avec grande attention
si l'on ne parlait point, et, n'ayant rien entendu, enfin je me
hasardai. J'ouvris doucement la porte, je ne vis personne; je regardai
promptement où je pourrais me cacher, il me sembla que la tapisserie
avançait en quelques endroits, et, en effet, je me mis derrière dans un
petit coin. Il y avait peu que j'y étais, lorsque je vis entrer Inès et
Isabelle. Je ne puis vous représenter, Madame, combien je fus
agréablement surpris de connaître que j'étais dans la maison de ma
maîtresse; je ne doutai point que la fortune ne se fût mise dans mes
intérêts, je n'appréhendais plus rien de ceux qui pouvaient encore me
chercher, et j'étais prêt à m'aller jeter à ses pieds lorsque j'entendis
Isabelle commencer la conversation.--Qu'as-tu fait aujourd'hui,
dit-elle, ma chère Inès? As-tu vu Daucourt?--Oui, dit Inès, je l'ai vu
et j'ai lieu de croire qu'il m'aime éperdument, ou toutes mes règles
seraient bien fausses; il parle très-sérieusement de m'épouser. Ce qui
m'embarrasse, c'est qu'il veut me voir et me connaître.--Et comment
pourras-tu te défendre de l'un et de l'autre? poursuivit Isabelle.--Je
ne prétends pas aussi m'en défendre, reprit Inès; mais je ménagerai mes
avantages autant que je le pourrai. Je n'irai pas m'aviser de me mettre
au grand jour avec tous les rideaux ouverts, je prétends qu'ils soient
bien fermés et que les fenêtres ne laissent passer que de faibles rayons
du soleil qui servent à embellir. A l'égard de ma naissance, j'ai fait
dresser une généalogie authentique; il n'en coûte qu'un peu de parchemin
demi-usé et rongé des souris, et, pour l'argent comptant, tu sais que
mon amant, le fidèle Don Diego, m'en doit prêter. Lorsque Daucourt
l'aura compté et reçu, il ne s'avisera pas de soupçonner que des voleurs
doivent lui enlever la même nuit de notre mariage. J'ai loué aujourd'hui
un bel appartement tout meublé; ainsi tu conviendras que je n'ai rien
négligé de tout ce qui peut faire réussir une affaire qui m'est si
avantageuse et que je souhaite tant.--Ces précautions paraissent justes,
dit Isabelle; néanmoins je crains le dénoûment de la pièce.--Mais
toi-même, ma chère, interrompit Inès, que fais-tu?--Bien moins de
progrès du côté de l'hymen, dit Isabelle; mais, à la vérité, ce n'est
point mon but. Je trouve que Belleville est un honnête homme, je sens
que je l'aime; je ne souhaite que la possession de son cœur, et je crois
que je serais fâchée qu'il voulût m'épouser.--Ton goût est bizarre, dit
Inès, tu l'aimes, ta fortune n'est pas des meilleures, tu serais
heureuse avec lui; et, cependant, tu ne serais pas bien aise d'être sa
femme.--Et qui t'a dit que je serais heureuse avec lui? interrompit
Isabelle. L'amour est si capricieux, qu'à peine les premiers moments de
l'hymen en sont agréables; l'amour, dis-je, veut quelque chose qui le
réveille et qui le pique. Il se fait un ragoût de la nouveauté, et quel
moyen qu'une femme soit toujours nouvelle?--Et quel moyen aussi, s'écria
Inès, qu'une maîtresse le soit toujours? Va, mon Isabelle, tes maximes à
la mode ne sont pas raisonnables.--Ce que tu prétends, reprit Isabelle,
l'est bien moins à mon gré, et, si tu m'en veux croire, tu feras de
sérieuses réflexions sur ton âge; car, pour te parler naturellement, tu
es vieille et fort vieille; est-il permis, à soixante ans, de vouloir
tromper un homme de trente? Il sera enragé contre toi, il te quittera
très-assurément, ou bien il te rouera de coups; il arrivera même qu'il
ne te laissera qu'après t'avoir assommée. Inès était vive et prompte,
elle prit pour un reproche sanglant ce qu'Isabelle lui disait sur son
âge, et elle lui donna le plus furieux soufflet qui s'était peut-être
jamais donné. L'autre, peu patiente de son naturel, lui en rendit deux.
Inès riposta d'une douzaine de coups de poing qui ne lui furent pas dus
longtemps. Ainsi nos deux championnes entrèrent dans le champ de
bataille; elles commencèrent un si plaisant combat entre elles, que j'en
étouffais de rire dans mon coin et que j'avais beaucoup de peine à
m'empêcher d'éclater, car je n'y prenais plus d'intérêt, comme vous le
pouvez bien penser, Madame, après ce que j'avais entendu de la pièce que
l'on me préparait avec tant de malice, et il m'était bien naturel de ne
regarder plus Inès que comme une insigne friponne. Isabelle, qui savait
les endroits faibles de son ennemie, s'en prévalut si à propos, qu'étant
plus jeune et plus forte, elle lui arracha sa coiffure et la laissa
toute pelée. Je n'ai, de ma vie, été plus surpris que de voir tomber
ainsi des cheveux qui m'avaient paru si beaux et que je croyais à elle;
mais ce ne fut qu'un prélude, car, d'un coup de poing, elle lui fit
sauter quelques dents de la bouche et deux petites boules de liége qui
aidaient à soutenir ses joues creuses. La noise finit là, parce que
leurs femmes de chambre, qui avaient entendu ce vacarme, accoururent et
les séparèrent avec beaucoup de peine; elles se dirent les dernières
duretés, jusqu'à se menacer de révéler à l'Inquisition des crimes
affreux qu'elles se reprochaient.

Inès, se trouvant seule avec celle qui la servait, se regarda longtemps
dans un grand miroir, et elle protesta qu'il n'y avait point d'outrages
qu'elle ne fît à Isabelle pour se venger de ceux qu'elle venait d'en
recevoir. Ensuite elle s'assit et prit un peu de repos; on apporta une
petite table devant elle sur laquelle elle mit un œil d'émail qui
remplissait la place de celui qui lui manquait; elle s'ôta aussitôt tant
de blanc et tant de rouge que, sans exagération, on en eût bien fait un
masque. Il serait difficile, Madame, de vous exprimer la laideur
extraordinaire de cette femme qui m'avait semblé fort belle jusqu'à ce
moment. Je me frottais les yeux; je faisais comme un homme qui croit
rêver et faire un mauvais songe. Enfin elle se déshabilla et se mit
presque nue; c'est ici que je ne vous représenterai rien de cette
affreuse carcasse; mais, assurément, il n'a jamais été un pareil remède
d'amour: elle avait des concavités partout où les autres ont des
élévations. Il semblait que c'était un squelette qui courait dans la
chambre par le moyen de quelque ressort. Elle était en jupe avec une
mantille blanche sur les épaules, la tête chauve, et ses petits bras
maigres tout découverts. Elle se souvint que, pendant le combat, ses
bracelets de perles s'étaient défilés, elle voulut les ramasser et elle
eut beaucoup de peine à les retrouver, sa femme de chambre lui aidait à
les chercher; elles les comptaient ensemble et elles les avaient toutes,
à la réserve de deux qui furent bien maudites pour moi. Inès jura par
saint Jacques, patron d'Espagne, qu'elle ne se coucherait point avant
qu'elle ne les eût retrouvées. Sa femme de chambre et elle regardèrent
partout, tirant les tables, renversant les chaises, et jetant, deçà et
delà, tout ce qu'elles rencontraient sous leurs mains, car Inès était de
fort mauvaise humeur. Comme je la vis venir devers mon coin, la crainte
d'être trouvé par une telle furie m'obligea de me reculer tout le plus
loin que je pus; mais, par malheur, en reculant, je fis tomber plusieurs
bouteilles qui étaient là sur des planches et qui firent beaucoup de
bruit. Inès, qui crut que son chat venait de faire ce désordre, cria de
toute sa force _gato_, _gato_; et, levant aussitôt la tapisserie pour
punir le chat, elle m'aperçut, avec un étonnement et une rage qui
faillirent à la faire mourir sur-le-champ. Elle se jeta à mes cheveux et
me les arracha, elle me dit mille injures; elle était comme forcenée,
les veines de son col étaient tellement enflées et ses rides étaient si
affreuses, qu'il me semblait voir la tête de Méduse, et, dans ma juste
frayeur, je méditais ma retraite, lorsqu'un grand bruit que j'entendis
dans l'escalier me causa une nouvelle alarme. Inès me laissa et courut
pour savoir ce qui se passait; en même temps toute la maison fut
remplie de cris et de pleurs. La justice, qui avait trouvé ce jeune
homme dont je vous ai parlé, Madame, étendu sur le carreau, et qui avait
été cause que l'on m'avait poursuivi avec tant de chaleur, sut, après
quelque perquisition, que c'était le fils d'une dame qui demeurait dans
ce même lieu; on le lui rapportait percé de coups et tout sanglant; elle
se désespérait à cette triste vue; et, comme j'avais dit quelque chose
de mon aventure à Inès, pour lui rendre raison de ce qui m'avait fait
venir dans sa chambre, cette mégère ne voulut pas me garder le secret,
et, pour se venger et me punir de ce que j'avais découvert ses
artifices, elle s'avisa de me dénoncer.--J'ai le meurtrier en mon
pouvoir, s'écria-t-elle, venez, venez avec moi, je vais le remettre
entre vos mains. Aussitôt elle ouvre la porte de sa chambre, et, suivie
d'une troupe d'alguazils, ce sont ceux qui servent de sergents en ce
pays-ci, elle me livra avec tous les témoignages nécessaires pour me
faire faire diligemment mon procès. J'ai vu ce misérable, disait-elle,
qui tenait encore son épée nue toute sanglante du coup qu'il venait de
faire; il est entré dans ma chambre pour se sauver et il m'a menacée de
la mort si je le décelais. Tout ce que je pus dire pour ma justification
ne servit à rien, l'on ne voulut pas m'entendre; on me lia les mains
avec des cordes et l'on me traînait en prison comme un malheureux
criminel pendant que la charitable Inès, avec la mère et la sœur du
blessé, me chargeaient de malédictions et de coups. Elles me firent
mettre dans un cachot où je demeurai plusieurs jours sans avoir la
liberté d'avertir mon frère et mes amis de ce qui se passait; ils
étaient, de leur côté, dans une peine inconcevable, ne doutant plus que
l'on ne m'eût assassiné dans quelque coin de rue ou à quelques-uns de
mes rendez-vous nocturnes.

»Enfin Belleville, qui continuait de voir Isabelle, lui fit part de son
déplaisir, et la pria de lui aider à découvrir tout au moins ce que l'on
aurait fait de mon corps; elle fut si soigneuse de s'en informer, que la
femme de chambre d'Inès, qui avait reçu d'assez mauvais traitements de
sa maîtresse, lui apprit le secret de l'histoire, bien que cette bonne
dame le lui eût fort défendu. A cette nouvelle, mon frère alla supplier
le Roi d'avoir pitié de moi et d'ordonner que l'on me retirât de ce
cachot qui ressemblait plutôt à l'enfer qu'à une prison. Je m'évanouis
aussitôt que j'aperçus le jour, j'étais si faible et si exténué que je
faisais peur; cependant je ne pus sortir de prison de quelque temps à
cause des formalités, et je vous laisse à penser, Madame, ce que je
méditais contre la perfide Inès; mais j'ignorais encore si je serais en
état d'exécuter tous les projets de ma juste vengeance, à cause que le
gentilhomme que l'on avait blessé était toujours fort mal, et que l'on
désespérait de sa vie; la mienne en dépendait à un tel point que je
faisais des vœux ardents pour lui, et je passais bien des mauvais quarts
d'heure dans une si fâcheuse incertitude; mais mon frère, qui était
persuadé de mon innocence, n'omettait rien pour découvrir ceux qui
avaient fait cet assassinat.

»Il apprit enfin que ce jeune cavalier blessé avait un rival, et il
suivit la chose avec tant de soin qu'il sut, de certitude, que c'était
de cette part que le coup avait été fait; il fut assez heureux pour le
faire prendre, et cet homme avoua son crime, ce qui me tira d'affaire.
Je sortis donc et j'en eus une si grande joie, qu'elle me rendit malade
pendant plusieurs jours, ou, pour mieux dire, ce fut l'effet du méchant
air que j'avais pris dans la prison.

»La méchante Inès, qui n'était pas, de son côté, trop en repos sur ce
qui pouvait lui arriver d'un tour aussi gaillard que celui qu'elle
m'avait fait, ayant appris que j'étais en liberté et en état de lui
faire perdre la sienne, plia bagage et partit une nuit sans que l'on sût
quel chemin elle avait pris, de sorte que lorsqu'il fut question de la
trouver pour en faire, tout au moins, un exemple parmi les friponnes,
cela me fut impossible. Je m'en consolai parce que, naturellement, je
n'aime point à faire du mal aux femmes; mais la crainte qu'elles ne m'en
fissent davantage m'a fait partir de Madrid, afin d'éviter, tout au
moins, celles d'Espagne. Je retourne en France, Madame, continua-t-il,
où je porterai vos ordres si vous me faites l'honneur de m'en charger.

»Bien que j'aie eu du chagrin de ce qui est arrivé à ce gentilhomme, je
n'ai pu m'empêcher de rire des circonstances de son aventure, et j'ai
cru, ma chère cousine, que vous ne seriez point fâchée que je vous en
fisse part. Je ne vous écrirai plus que je ne sois arrivée à Madrid;
j'espère y voir des choses plus dignes de votre curiosité que celles que
je vous ai mandées jusqu'ici.»

De Saint-Augustin, ce 15 mars 1679.



HUITIÈME LETTRE.


Ne grondez point, s'il vous plaît, ma chère cousine, de n'avoir pas eu
de mes nouvelles aussitôt que j'ai été arrivée à Madrid. J'ai cru qu'il
valait mieux attendre que je fusse en état de vous dire des choses plus
particulières. Je savais que ma parente devait venir au-devant de moi
jusqu'à Alcovendas, qui n'est éloigné de Madrid que de six lieues. Comme
elle n'y était pas encore, je voulus l'attendre, et Don Frédéric de
Cardone me proposa d'aller dîner dans une fort jolie maison, dont il
connaissait particulièrement le maître. Ainsi, au lieu de descendre dans
la petite ville, nous la traversâmes, et par une assez belle avenue, je
me rendis chez Don Augustin Pacheco. Ce gentilhomme est vieux. Il a
épousé depuis peu en troisièmes noces Doña Teresa de Figueroa, qui n'a
que dix-sept ans, si agréable et si spirituelle que nous demeurâmes
charmés de son esprit et de sa personne. Il n'était que dix heures quand
nous arrivâmes. Les Espagnoles sont naturellement paresseuses; elles
aiment à se lever tard, et celle-ci était encore au lit. Son mari nous
reçut avec tant de franchise et de civilité, qu'il marquait assez le
plaisir que nous lui avions fait d'aller chez lui. Il se promenait dans
ses jardins, dont la propreté ne cède en rien aux nôtres. J'y entrai
d'abord, car le temps était fort beau, et les arbres sont aussi avancés
en ce pays au mois de mars qu'ils le sont en France à la fin de juin.
C'est même la saison la plus charmante pour jouir de ce qu'ils appellent
_la Primavera_, c'est-à-dire le commencement du printemps, car lorsque
le soleil devient plus fort et plus chaud, il brûle et sèche les
feuilles, comme si le feu y passait. Les jardins dont je parle étaient
ornés de boulingrins, de fontaines et de statues; Don Augustin ne
négligea pas de nous en faire voir toutes les beautés. Il s'y attache
beaucoup, et il y fait aisément de la dépense, parce qu'il est fort
riche. Il nous fit entrer dans une galerie où il y avait des tablettes
de bois de cèdre pleines de livres. Il me conduisit d'abord près de la
plus grande, et nous dit qu'elle contenait des trésors d'un prix
inestimable, et qu'il y avait ramassé toutes les comédies des meilleurs
auteurs. Autrefois, continua-t-il, les personnes vertueuses ne se
pouvaient résoudre d'aller à la comédie; on n'y voyait que des actions
opposées à la modestie, on y entendait des discours qui blessaient la
liberté, les acteurs faisaient honte aux gens de bien, on y flattait le
vice, on y condamnait la vertu; les combats ensanglantaient la scène, le
plus faible était toujours opprimé par le plus fort, et l'usage
autorisait le crime. Mais depuis que Lope de Vega a travaillé avec
succès à réformer le théâtre espagnol, il ne s'y passa plus rien de
contraire aux bonnes mœurs, et le confident, le valet, ou le villageois,
gardant leur simplicité naturelle et la rendant agréable par un
enjouement naïf, trouvent le secret de guérir nos princes, et même nos
rois, de la maladie de ne point entendre les vérités où leurs défauts
peuvent avoir part. C'est lui qui prescrivit les règles à ses élèves et
leur enseigna de faire des comédies en trois jornadas, qui veut dire en
trois actes. Nous avons vu depuis briller les Montalvanes, Mendozas,
Rojas Alarcones, Velez, Mira de Mescuas, Coellos, Villaizanes; mais,
enfin, Don Pedro Calderon excella dans le sérieux et dans le comique, et
il passa tous ceux qui l'avaient précédé. Je ne pus m'empêcher de lui
dire que j'avais vu à Vittoria une comédie qui m'avait semblé assez
mauvaise, et que s'il m'était permis de dire mon sentiment, je ne
voudrais point que l'on mêlât dans des tragédies saintes qui demandent
du respect, et qui par rapport au sujet doivent être traitées dignement,
des plaisanteries fades et inutiles. Il répliqua qu'il connaissait, à ce
que je lui disais, le génie de mon pays, qu'il n'avait guère vu de
Français approuver ce que les Espagnols faisaient; et comme cette pensée
le fit passer à des réflexions chagrinantes, je l'assurai que
naturellement nous n'avions pas d'antipathie pour aucune nation, que
nous nous piquions même de rendre justice à nos ennemis; et qu'à l'égard
de la comédie, que je n'avais point trouvée à mon gré, ce n'était point
une conséquence pour les autres qui pouvaient être beaucoup meilleures.
La manière dont je lui parlai le remit un peu, de sorte qu'il me pria de
passer dans l'appartement de sa femme au bout de la galerie.

Don Fernand de Tolède et les trois chevaliers demeurèrent là, parce que
ce n'est pas la coutume en Espagne d'entrer dans la chambre des dames
pendant qu'elles sont au lit. Un frère n'a ce privilége que lorsque sa
sœur est malade. Doña Teresa me reçut avec un accueil aussi obligeant
que si nous avions été amies depuis longtemps. Mais il faut dire, à la
louange des Espagnoles, qu'il n'entre point dans leurs caresses un
certain air de familiarité qui vient du manque d'éducation, car, avec
beaucoup de civilité et même d'empressement, elles savent fort bien
observer ce qu'elles doivent aux autres et ce qu'elles se doivent à
elles-mêmes. Elle était couchée sans bonnet et sans cornette, ses
cheveux séparés sur le milieu de la tête, noués par derrière d'un ruban,
et mis dans du taffetas incarnat qui les enveloppait. Sa chemise était
fort fine, et d'une si grande largeur, qu'il semblait d'un surplis. Les
manches en étaient aussi larges que celles des hommes, boutonnées au
poignet avec des boutons de diamants. Au lieu d'arrière-points de fil au
col et aux manches, il y en avait de soie bleue et couleur de chair,
travaillés en fleurs. Elle avait des manchettes de taffetas blanc
découpé, et plusieurs petits oreillers lacés de rubans et garnis de
dentelle haute et fine. Un couvre-pied à fleurs de point d'Espagne d'or
et de soie, qui me sembla fort beau. Son lit était tout de cuivre doré
avec des pommettes d'ivoire et d'ébène; le chevet garni de quatre rangs
de petites balustres de cuivre très-bien travaillées.

Elle me demanda permission de se lever; mais quand il fut question de se
chausser, elle fit ôter la clef de sa chambre et tirer les verrous. Je
m'informai de quoi il s'agissait pour se barricader ainsi; elle me dit
qu'elle savait qu'il y avait des gentilshommes espagnols avec moi, et
qu'elle aimerait mieux avoir perdu la vie qu'ils eussent vu ses pieds.
Je m'éclatai de rire, et je la priai de me les montrer, puisque j'étais
sans conséquence. Il est vrai que c'est quelque chose de rare pour la
petitesse, et j'ai bien vu des enfants de six ans qui les avaient aussi
grands. Dès qu'elle fut levée, elle prit une tasse pleine de rouge avec
un gros pinceau, et elle s'en mit non-seulement aux joues, au menton,
sous le nez, au-dessus des sourcils et au bout des oreilles, mais elle
s'en barbouilla aussi le dedans des mains, les doigts et les épaules.
Elle me dit que l'on en mettait tous les soirs en se couchant, et le
matin en se levant; qu'elle ne se fardait point et qu'elle aurait assez
voulu laisser l'usage du rouge, mais qu'il était si commun, que l'on ne
pouvait se dispenser d'en avoir, et que quelques belles couleurs que
l'on eût, on paraissait toujours pâle et malade auprès des autres quand
on ne mettait point du rouge. Une de ses femmes la parfuma depuis la
tête jusqu'aux pieds, avec d'excellentes pastilles, dont elle faisait
aller la fumée sur elle; une autre la _roussia_[68], c'est le terme, et
cela veut dire qu'elle prit de l'eau de fleur d'orange dans sa bouche,
et qu'en serrant les dents, elle la jetait sur elle, comme une pluie;
elle me dit que rien au monde ne gâtait tant les dents que cette-manière
d'arroser, mais que l'eau en sentait bien meilleur: c'est de quoi je
doute, et je trouverais bien désagréable qu'une vieille telle qu'était
celle que je vis là vînt me jeter au nez l'eau qu'elle aurait dans la
bouche.

Don Augustin ayant su par une des _criadas_ de sa femme qu'elle était
habillée, voulut bien passer par-dessus la coutume, et il amena Don
Fernand de Tolède et les chevaliers dans sa chambre. La conversation ne
fut pas longtemps générale, chacun se cantonna; pour moi, j'entretins
Doña Teresa. Elle m'apprit qu'elle était née à Madrid, mais qu'elle
avait été élevée à Lisbonne près de sa grand'mère, qui était sœur de Don
Augustin Pacheco, de sorte qu'elle était petite-nièce de son mari, et
ces alliances se font souvent en Espagne. Elle me parla fort de la jeune
Infante de Portugal dont elle vanta l'esprit; elle ajouta que si je
voulais entrer dans son cabinet, je jugerais de sa beauté, parce qu'elle
avait son portrait. J'y passai aussitôt; et je demeurai surprise des
charmes que je remarquai à cette Princesse. Elle avait ses cheveux
coupés et frisés comme une perruque d'abbé, et un guard-infant si grand,
qu'il y avait dessus deux corbeilles avec des fleurs, et des petits
vases de terre sigillée, dont on mange beaucoup en Portugal et en
Espagne, bien que ce soit une terre qui n'a que très-peu de goût. Doña
Teresa me montra la peau d'un serpent que son mari, me dit-elle, avait
tué dans les Indes, et tout mort qu'il était il ne laissait pas de me
faire peur. Ceux de cette espèce sont extrêmement dangereux; mais il
semble que la Providence a voulu en garantir les hommes, car ces
serpents ont à la tête une espèce de clochette qui sonne quand ils
marchent, et c'est un avertissement qui fait retirer les voyageurs.

Cette jeune dame qui aime fort le Portugal, m'en parla
très-avantageusement. Elle me dit que la mer qui remonte dans le Tage
rend cette rivière capable de porter les plus gros galions et les plus
beaux vaisseaux de l'Océan, que la ville de Lisbonne est sur le penchant
d'une colline, et qu'elle descend imperceptiblement jusqu'au bord du
Tage; qu'ainsi les maisons étant élevées les unes au-dessus des autres,
on les voit toutes du premier coup d'œil, et que c'est un objet
très-agréable. Les anciens murs dont les Maures l'avaient entourée
subsistent encore. Il y en a quatre enceintes, faites en divers temps;
la dernière peut avoir six lieues de tour. Le château, qui est sur une
montagne, a ses beautés particulières. L'on y trouve des palais, des
églises, des fortifications, des jardins, des places d'armes et des
rues, il y a toujours bonne garnison avec un gouverneur; cette
forteresse commande à la ville, et de ce lieu on pourrait la foudroyer,
si elle ne demeurait pas dans le devoir. Le palais où demeure le Roi est
plus considérable, si ce n'est pas dans sa force, c'est dans la
régularité de ses bâtiments. Tout y est grand et magnifique, les vues
qui donnent sur la mer ajoutent beaucoup aux soins que l'on a pris de
l'embellir. Elle me parla ensuite des places publiques qui sont ornées
d'arcades, avec de grandes maisons autour du couvent des Dominicains, où
est l'Inquisition, et devant le portail il y a une fontaine où l'on voit
des figures de marbre blanc qui jettent l'eau de tous les côtés. Elle
ajouta que la foire du Roucio se tient les mardis de chaque semaine sur
une place que l'on pourrait prendre pour un amphithéâtre, parce qu'elle
est environnée de petites montagnes sur lesquelles on a bâti plusieurs
grands palais. Il y a un autre endroit au bord du Tage, où l'on tient le
marché, et l'on y trouve tout ce que le goût saurait désirer de plus
exquis, tant en gibier et en poisson qu'en fruits et en légumes. La
douane est un peu plus haut, où sont des richesses et des raretés
infinies; on a fait quelques fortifications pour les garder. L'église
métropolitaine n'est recommandable que par son ancienneté, elle est
dédiée à saint Vincent. On prétend qu'après lui avoir fait souffrir le
martyre, on lui dénia la sépulture, et que les corbeaux le gardèrent
jusqu'à ce que quelques personnes pieuses l'enlevassent et le portassent
à Valence, en Espagne, pour le faire révérer; de sorte que l'on nourrit
des corbeaux dans cette église, et qu'il y a un tronc pour eux, où l'on
met des aumônes pour leur avoir de la mangeaille.

Bien que Lisbonne soit un beau séjour, continua-t-elle, nous demeurions
à Alcantara; ce bourg n'est éloigné de la ville que d'un quart de lieue;
il y a une maison royale, moins belle par ses bâtiments que par sa
situation. La rivière lui sert de canal, on y voit des jardins
admirables tout remplis de grottes, de cascades et de jets d'eau. Belem
en est proche: c'est le lieu destiné à la sépulture des rois de Portugal
dans l'église des Hiéronymites. Elle est tout incrustée de marbre
blanc, les colonnes et les figures en sont aussi. Les tombeaux se
trouvent rangés dans trois chapelles différentes, entre lesquelles il y
en a de fort bien travaillées. Belem, Feriera, Sacavin, et quelques
autres endroits autour de la ville, sont remarquables par le grand
nombre d'orangers et de citronniers dont ils sont remplis; l'air qu'on y
respire est tout parfumé, l'on est à peine assis au pied des arbres, que
l'on se trouve couvert de leurs fleurs. L'on voit couler près de soi
mille petits ruisseaux, et l'on peut dire que rien n'est plus agréable
pendant la nuit que d'entendre les concerts qui s'y font très-souvent.
Il y a de grands magasins à Belem remplis d'oranges douces et aigres, de
citrons, de poncirs et de limes. On les charge dans des barques pour les
transporter dans la plus grande partie de l'Europe.

Elle me parla des chevaliers _del habito del Cristo_, dont la quantité
rendait l'ordre moins considérable, et des comtes du royaume, qui ont
les mêmes priviléges que les grands d'Espagne. Ils possèdent _las
Comarcas_, ce sont des terres qui appartiennent à la couronne, et
divisées en comtés d'un revenu considérable. Elle me dit que, lorsque le
Roi devait sortir du palais pour aller en quelque lieu, le peuple en
était averti par une trompette qui sonnait dès le matin dans tous les
endroits où Sa Majesté devait passer. Pour la Reine, c'étaient un fifre
et un tambour, et pour l'Infante, un hautbois. Quand ils sortaient, tous
ensemble, la trompette, le fifre, le tambour et le hautbois marchaient
de compagnie, et, par ce moyen, si quelqu'un ne pouvait entrer au palais
pour présenter son placet, il n'avait qu'à attendre le Roi sur son
passage. L'on trouve, à huit lieues de Coïmbre, une fontaine dans un
lieu appelé Cedima, laquelle attire et engloutit tout ce qui touche son
eau. On en fait souvent l'expérience sur de gros troncs d'arbres et,
quelquefois, sur des chevaux qu'on en fait approcher et que l'on n'en
retire qu'avec beaucoup de difficulté.

Mais ce qui cause plus d'étonnement, ajouta-t-elle, c'est le lac de la
montagne de Strella, où l'on trouve quelquefois des débris de navires,
de mâts rompus, d'ancres et de voiles, bien que la mer en soit à plus de
douze lieues et qu'il soit sur le sommet d'une haute montagne. On ne
comprend pas par où ces choses peuvent y entrer. J'écoutais avec un
grand plaisir Doña Teresa, lorsque son mari et le reste de la compagnie
vinrent nous interrompre. Don Augustin avait de l'esprit, et, malgré sa
vieillesse, il l'avait fort agréable. Si ma curiosité n'est pas
indiscrète, me dit-il, apprenez-moi, Madame, de quoi cette enfant vous a
entretenue. _Mi tio_, reprit-elle (_tio_ veut dire oncle), vous pouvez
bien croire que c'est du Portugal. Oh! je m'en doutais déjà,
s'écria-t-il, c'est toujours là qu'elle prend son champ de bataille. Mon
Dieu! dit-elle, nous avons chacun le nôtre; et quand vous êtes une fois
à votre Mexique, l'on ne saurait vous en arracher. Vous avez été aux
Indes, repris-je, Doña Teresa m'a montré un serpent qu'elle m'a dit que
vous y avez tué. Il est vrai, Madame, continua-t-il, et je vous
entretiendrais avec plaisir de ce que j'y ai vu, s'il n'était temps de
vous faire dîner. Mais, ajouta-t-il, je dois aller à Madrid, et, si vous
le permettez, je vous mènerai Doña Teresa. C'est là, en effet, que je
prendrai mon champ de bataille, et que je vous apprendrai des choses que
vous ne serez pas fâchée de savoir. Je l'assurai qu'il me ferait un
sensible plaisir de me donner un témoignage, de son souvenir si
obligeant, que je serais ravie de voir la belle Doña Teresa, et de
l'entendre parler des Indes, lui qui parlait si bien de toutes choses.
Il me prit par la main, et me fit descendre dans un salon pavé de
marbre, où il n'y avait que des tableaux au lieu de tapisseries et des
carreaux rangés autour. Le couvert était mis sur une table pour les
hommes, et il y avait à terre, sur le tapis, une nappe étendue avec
trois couverts, pour Doña Teresa, moi et ma fille.

Je demeurai surprise de cette mode, car je ne suis pas accoutumée à
dîner ainsi. Cependant, je n'en témoignai rien, et je voulus y essayer,
mais je n'ai jamais été plus incommodée; les jambes me faisaient un mal
horrible; tantôt je m'appuyais sur le coude, tantôt sur la main; enfin,
je renonçais à dîner, et mon hôtesse ne s'en apercevait point, parce
qu'elle croyait que les dames mangent par terre en France comme en
Espagne. Mais Don Fernand de Tolède, qui remarqua ma peine, se leva avec
Don Frédéric de Cardone, et ils me dirent l'un et l'autre qu'absolument
je me mettrais à table. Je le voulais assez, pourvu que Doña Teresa s'y
mît; elle ne l'osait à cause qu'il y avait des hommes, et elle ne levait
les yeux sur eux qu'à la dérobée. Don Augustin lui dit de venir sans
façon, et qu'il fallait me témoigner qu'ils étaient bien aises de me
voir chez eux: mais ce fut quelque chose de plaisant quand cette petite
dame fut assise sur un siége, elle n'y était pas moins embarrassée que
je l'avais été sur le tapis; elle nous avoua, avec une ingénuité
très-agréable, qu'elle ne s'était jamais assise dans une chaise, et que
la pensée ne lui en était même pas venue[69]. Le dîner se passa fort
gaiement, et je trouvai qu'il ne se pouvait rien ajouter à la manière
obligeante dont j'avais été reçue dans cette maison. Je donnai à Doña
Teresa des rubans, des épingles et un éventail. Elle était ravie, et
elle fit plus de remercîments qu'elle n'aurait dû m'en faire pour un
gros présent. Ses remercîments n'étaient pas communs, et l'on n'y
remarquait rien de bas ni d'intéressé. En vérité, l'on a bien de
l'esprit en ce pays; il paraît jusque dans les moindres bagatelles.

Il n'y avait pas une heure que j'étais partie de cette maison, lorsque
je vis venir deux carrosses attelés chacun de six mules, qui allaient au
grand galop, et plus vite que les meilleurs chevaux ne pourraient faire.
J'aurais eu peine à croire que des mules eussent couru de cette force;
mais, ce qui me surprit davantage, c'était la manière dont elles étaient
attelées. Ces deux carrosses et leur attirail tenaient presque un quart
de lieue de pays. Il y en avait un avec six glaces assez grandes, et
fait comme les nôtres, excepté que l'impériale était fort basse, et,
par conséquent, incommode. Il y a dedans une corniche de bois doré, si
grosse, qu'il semble que ce soit celle d'une chambre. Il était doré par
le dehors, ce qui n'est permis qu'aux ambassadeurs et aux étrangers.
Leurs rideaux sont de damas et de drap cousus ensemble. Le cocher est
monté sur une des mules de devant. Ils ne se mettent point sur le siége,
quoiqu'il y en ait un, et, comme j'en demandai la raison à Don Frédéric
de Cardone, il me répondit qu'on lui avait assuré que cette coutume
était venue depuis que le cocher du comte-duc d'Olivares, menant son
maître, entendit un secret important qu'il disait à un de ses amis; que
ce cocher le révéla, et que la chose ayant fait grand bruit à la cour,
parce que le comte accusait son ami d'indiscrétion, bien qu'il fût
innocent, l'on a toujours pris la précaution de faire monter les cochers
sur la première mule. Leurs traits sont de soie ou de corde, si
extraordinairement longs, que, d'une mule à l'autre, il y a plus de
trois aunes. Je ne comprends pas comment tout ne se rompt point en
courant comme ils font. Il est vrai que, s'ils vont bien vite par la
campagne, ils vont bien doucement par la ville: c'est la chose du monde
la plus ennuyeuse, que d'aller ainsi à pas comptés. Quoique l'on n'ait
que quatre mules dans Madrid, l'on se sert toujours d'un postillon. Ma
parente était dans ce premier carrosse avec trois dames espagnoles. Les
écuyers et les pages étaient dans l'autre qui n'était pas fait de même.
Il avait des portières comme à nos anciens carrosses; elles se défont,
et le cuir en est ouvert par en bas; de telle sorte que, quand les dames
veulent descendre (elles qui ne veulent pas montrer leurs pieds), on
baisse cette portière jusqu'à terre pour cacher le soulier. Il y avait
des glaces deux fois grandes comme la main, attachées aux mantelets,
avec une autre devant, et une autre derrière, pour appeler par là les
laquais. Rien ne ressemble mieux à nos petites lucarnes de grenier.
L'impériale du carrosse est couverte d'une housse de bouracan gris, avec
de grands rideaux de même qui pendent en dehors sur le cuir, tirés tout
autour fort longs et rattachés par de gros boutons à houppes; cela fait
un très-vilain effet, et l'on est enfermé là dedans comme dans un
coffre.

Ma parente était habillée, moitié à la française, moitié à l'espagnole;
elle parut ravie de me voir, et ma joie ne cédait en rien à la sienne.
Je ne la trouvai point changée quant à sa personne; mais je ne pus
m'empêcher de rire de sa manière de parler; elle ne sait plus guère le
français, quoiqu'elle le parle toujours, et qu'elle l'aime tant, qu'il
lui a été impossible d'apprendre parfaitement aucune autre langue; de
sorte qu'elle mêle l'italien, l'anglais et l'espagnol avec la sienne
naturelle, et cela fait un langage qui surprend ceux qui savent comme
moi qu'elle a possédé la langue française dans toute sa pureté, et
qu'elle pouvait en faire des leçons aux plus habiles. Elle ne veut pas
qu'on lui dise qu'elle l'a oubliée, et, en effet, elle ne peut le
croire, parce qu'elle n'a pas discontinué de la parler chez elle avec
quelques-unes de ses femmes, ou avec les ambassadeurs et les étrangers
qui la savent presque tous. Cependant elle parle fort mal; car, si l'on
n'est pas à la source, l'on ne saurait guère bien parler une langue qui
change tous les jours, et dans laquelle il se fait sans cesse de
nouveaux progrès.

Je trouvai les dames qui étaient avec elle extrêmement jolies; je vous
assure qu'il y en a ici de fort belles et de fort aimables. Nous nous
embrassâmes beaucoup, et nous revînmes à Madrid. Avant d'y arriver, nous
passâmes par une plaine sablonneuse d'environ quatre lieues, si peu unie
que l'on se trouve à tous moments dans de grands creux qui font cahoter
le carrosse, et qui l'empêchent de pouvoir aller vite. Ce chemin inégal
continue jusqu'à un petit village nommé Mandis, qui n'est éloigné de
Madrid que d'une demi-lieue. Tout le pays est sec et fort découvert,
vous voyez à peine un arbre de quelque côté que la vue puisse s'étendre.
La ville est située au milieu de l'Espagne dans la Nouvelle-Castille. Il
y a plus d'un siècle que les Rois d'Espagne la choisirent pour y établir
leur cour, à cause de la pureté de l'air et de la bonté des eaux, qui,
en effet, sont si bonnes et si légères, que le Cardinal-Infant, étant en
Flandre, n'en voulait point boire d'autre, et il en faisait apporter par
mer dans des cruches de grès bien bouchées. Les Espagnols prétendent que
le fondateur de Madrid était un prince nommé Ogno Biano, fils de
Tibérino, roi des Latins, et de Menta, qui était une Reine plus célèbre
par la science de l'astrologie, qu'elle possédait merveilleusement, que
par son rang. L'on remarque que Madrid doit être au cœur de l'Europe,
parce que la petite ville de Pinto, qui n'en est éloignée que de trois
lieues, s'appelait en latin _Punctum_, et qu'elle est au centre de
l'Europe.

La première chose que je remarquai, c'est que la ville n'est pas
entourée de murailles ni de fossés; les portes, pour ainsi dire, se
ferment au loquet. J'en ai déjà vu plusieurs toutes rompues. Il n'y a
aucun endroit qui parle de défense, ni château, ni rien enfin que l'on
ne puisse forcer à coups d'oranges et de citrons. Mais aussi, il serait
assez inutile de fortifier cette ville; les montagnes qui l'environnent
lui servent de défense, et j'ai traversé, dans les montagnes, des
endroits que l'on peut fermer avec un quartier de roche et en défendre
avec cent hommes le passage à toute une armée. Les rues sont longues et
droites, d'une fort belle largeur, mais il ne se peut rien de plus mal
pavé; quelque doucement que l'on aille, l'on est roué de cahots, et il y
a des ruisseaux et des boues plus qu'en ville du monde. Les chevaux en
ont toujours jusqu'aux sangles; les carrosses vont au milieu, de sorte
qu'il en rejaillit partout sur vous, et l'on en est perdu, à moins de
hausser les glaces ou de tirer ces grands rideaux dont je vous ai parlé.
L'eau entre bien souvent dans les carrosses par le bas des portières qui
ne sont pas fermées.

Il n'y a aucune porte cochère, du moins sont-elles bien rares, et les
maisons où il y en a ne laissent pas d'être sans cour. Les portes sont
assez grandes, et, pour ce qui est des maisons, elles sont fort belles,
spacieuses et commodes, quoiqu'elles ne soient bâties que de terre et de
briques. Je les trouve pour le moins aussi chères qu'à Paris. Le premier
étage que l'on élève appartient au Roi, et il peut le louer ou le
vendre, à moins que le propriétaire de la maison ne l'achète, ce qu'il
fait presque toujours, et c'est un revenu considérable pour le Roi.

L'on a ordinairement dans toutes les maisons dix ou douze grandes pièces
de plain pied. Il y en a, dans quelques-unes, jusqu'à vingt et même
davantage. L'on a son appartement d'été et d'hiver, et souvent celui de
l'automne et du printemps. De sorte qu'ayant une prodigieuse quantité de
domestiques, il faut nécessairement qu'on les loge dans des maisons
voisines qu'on loue exprès pour eux.

Il ne faut pas que vous soyez surprise, ma chère cousine, qu'il y ait un
si grand nombre de domestiques. Deux raisons y contribuent. La première
est que, pour la nourriture et les gages, les Espagnols ne leur donnent
que deux réaux par jour, qui ne valent pas plus de sept sols et demi les
deux. Je dis que ce sont les Espagnols, car les étrangers les payent sur
le pied de quatre réaux, qui font quinze sous de notre monnaie, et les
Espagnols ne donnent à leurs gentilshommes que quinze écus par mois, sur
quoi il faut qu'ils s'entretiennent et s'habillent de velours en hiver,
et de taffetas en été. Aussi ne vivent-ils que d'oignons, de pois et
d'autres viles denrées, ce qui rend les pages plus larrons que des
chouettes. Mais je ne dois pas parler des pages plutôt que des autres
domestiques; car, là-dessus, ils ont tous la même inclination, quelques
gages qu'on leur donne. La chose va si loin, qu'en apportant les plats
sur la table, ils mangent la moitié de ce qui est dedans; ils avalent
les morceaux si brûlants qu'ils ont les dents toutes gâtées. Je
conseillai à ma parente de faire faire une marmite d'argent, fermée à
cadenas, comme celle que j'avais vue à l'archevêque de Burgos, et elle
n'y manqua pas; de manière qu'après que le cuisinier l'a remplie, il
regarde par une petite grille si la soupe se fait bien. Les pages, à
présent, n'ont plus que la fumée. Avant cet expédient, il arrivait cent
fois que lorsqu'on voulait tremper le potage, l'on ne trouvait ni viande
ni bouillon; car il faut que vous sachiez que si les Espagnols sont
sobres quand ils font leurs dépenses, ils ne le sont point quand ils
vivent chez autrui. J'ai vu des personnes de première qualité manger
avec nous comme des loups, tant ils étaient affamés; ils y faisaient
réflexion eux-mêmes et nous priaient de n'en être point surprises, que
cela venait de ce qu'ils trouvaient les ragoûts, à la mode de France,
excellents.

Il y a des cuisines publiques presqu'à tous les coins de rues. Ce sont
de grands chaudrons qui bouillent sur des trépieds. L'on y va acheter
toutes sortes de méchantes choses, des fèves, de l'ail, de la ciboule et
un peu de bouillon dans lequel ils trempent leur pain. Les gentilshommes
d'une maison et les demoiselles y vont comme les autres, car on ne fait
point d'ordinaire que pour le maître, la maîtresse et les enfants. Ils
sont d'une retenue surprenante sur le vin. Les femmes n'en boivent
jamais, et les hommes en usent si peu, que la moitié d'un demi-setier
leur suffit pour un jour. L'on ne saurait leur faire un plus sensible
outrage que de les accuser d'être ivres. En voilà beaucoup pour une des
raisons qui engage d'avoir tant de domestiques. Voici l'autre:

Lorsqu'un grand seigneur meurt, s'il a cent domestiques, son fils les
garde sans diminuer le nombre de ceux qu'il avait déjà dans sa maison.
Si la mère vient à mourir, ses femmes, tout de même, entrent au service
de sa fille ou de sa bru, et cela s'étend jusqu'à la quatrième
génération; car on ne les renvoie jamais. On les met dans ces maisons
voisines dont je vous ai parlé et on leur paye ration. Ils viennent de
temps en temps se montrer, plutôt pour faire voir qu'ils ne sont pas
morts que pour rendre aucun service[70]. J'ai été chez la duchesse
d'Ossone (c'est une très-grande dame). Je demeurai surprise de la
quantité de filles et de dueñas, dont toutes les salles et les chambres
étaient pleines. Je lui demandai combien elle en avait. Je n'en ai plus
que trois cents, me dit-elle, mais il y a peu que j'en avais encore cinq
cents. Si les particulières ont la coutume de garder ainsi tant de
monde, le Roi, qui en use de même, doit en avoir infiniment davantage.
Cela lui coûte extrêmement et même incommode fort les affaires. L'on m'a
dit que, dans Madrid seulement, il donnait ration à plus de dix mille
personnes, en comptant les pensions qu'il paye.

Il y a chez le Roi des dépenses où l'on va querir chaque jour une
certaine provision qui est réglée selon la qualité des personnes. L'on
distribue là de la viande, de la volaille, du gibier, du poisson, du
chocolat, des fruits, de la glace, du charbon, de la bougie, de l'huile,
du pain; en un mot, de tout ce qui est nécessaire pour la vie.

Les ambassadeurs ont des dépenses, et quelques grands d'Espagne aussi.
Ils ont certaines personnes qui vendent, chez eux, tout ce que je viens
de nommer, sans payer aucun droit. Cela leur rapporte un revenu
considérable, car les droits d'entrée sont excessifs.

Il n'y a que les ambassadeurs et les étrangers qui puissent avoir un
grand nombre de pages et de laquais à leur suite; car, par la
Pragmatique (c'est ainsi qu'ils appellent les édits de réformation), il
est défendu de mener plus de deux laquais. Ainsi ils nourrissent quatre
et cinq cents personnes chez eux pour n'être accompagnés que de trois.
La troisième est un palefrenier qui va à pied, et qui se tient auprès
des chevaux pour empêcher qu'ils ne s'embarrassent les pieds dans leurs
longs traits. Il ne porte point d'épée comme les laquais, mais il faut
avouer que ces trois hommes-là sont assez vieux pour se rendre au moins
recommandables par leur âge. J'ai vu des laquais de cinquante ans, et
je n'en ai pas vu qui en eussent moins de trente. Ils sont désagréables,
la couleur jaune, l'air malpropre. Ils se coupent les cheveux sur le
haut de la tête et n'en gardent qu'un petit tour, un peu longs, bien
gras et rarement peignés. Les cheveux qu'ils coupent leur font une
espèce de hure de sanglier sur le haut de la tête. Ils portent de
grandes épées avec des baudriers et un manteau par-dessus. Ils sont tous
vêtus de bleu ou de vert, et souvent leurs manteaux de drap vert sont
doublés de velours bleu ciselé; leurs manches sont de velours, de satin
ou de damas. Il semble que cela devrait faire de beaux habits; et,
cependant, rien n'est plus mal entendu, et leur mauvaise mine déshonore
la livrée qu'ils portent. Ils mettent des rabats sans collet de
pourpoint, ce qui est ridicule. Ils ne portent, sur leurs habits, ni
galons, ni boutonnières houppées; ils n'ont aucune chamarrure.

Les gentilshommes et les pages vont toujours dans le carrosse de suite,
et sont habillés de noir en toutes saisons. Ils ont, en hiver, du
velours avec des manteaux de drap assez longs, mais qui traînent à terre
quand ils sont en deuil. Ils ne portent point d'épée tant qu'ils sont
pages; la plupart ont un petit poignard caché sous leurs vestes. Ils
sont vêtus de damas ou de taffetas pour l'été, avec des manteaux d'une
étoffe de laine fort légère.

Il n'y a que les grands seigneurs et les titulados qui puissent aller
dans la ville avec quatre mules attelées de ces longs traits de soie ou
de corde. Si une personne qui n'est pas distinguée voulait aller de
même, quelque riche qu'elle fût, on lui ferait l'insulte, en pleine rue,
de lui couper ses traits et de lui faire payer une grosse amende. Il ne
suffit pas ici d'être riche, il faut aussi être de qualité. Le Roi seul
peut avoir six mules à son carrosse et six à ses carrosses de suite[71].
Ils ne sont pas semblables aux autres, et on les distingue parce qu'ils
sont couverts d'une toile cirée verte, et ronds par-dessus comme nos
grands coches de voiture, excepté qu'ils ne sont pas d'osier; mais la
sculpture en est grossière et mal faite; ils ont des portières qui
s'abaissent, et cela est extrêmement laid. Je ne sais comment un si
grand Roi peut s'en servir. On m'a dit que cette manière de faire des
carrosses était en usage, en Espagne, avant Charles-Quint; que les siens
étaient pareils, et qu'à l'imitation d'un si grand empereur, tous les
Rois qui ont régné depuis n'en veulent pas avoir d'autres. Il faut bien
qu'il y ait quelques raisons très-fortes; car il ne laisse pas d'avoir
les carrosses les plus beaux du monde, les uns faits en France, les
autres en Italie et ailleurs. Les grands seigneurs en ont aussi de
magnifiques; mais, à l'exemple du Roi, ils ne les font pas sortir
quatre fois l'année. Tous les carrosses se mettent dans de grandes cours
où il y a des remises fermées. L'on en voit ainsi jusqu'à deux cents
dans un seul endroit. Il y a plusieurs de ces cours en chaque quartier.
Ce qui fait que l'on envoie les carrosses hors de chez soi, c'est qu'il
n'y a pas où les mettre et que les maisons comme je viens de vous le
dire, n'ont ni cours, ni portes cochères. Le mode est venue, depuis
quelque temps, de se servir de chevaux au lieu de mules. On peut dire
qu'ils sont d'une beauté admirable. Rien ne leur manque, et il semble
que les meilleurs peintres n'en sauraient peindre de plus parfaits.
C'est un meurtre de les atteler à ces grands carrosses qui sont lourds
comme des maisons, et le pavé est si méchant qu'ils s'usent les pieds en
moins de deux ans. Ils coûtent très-cher et ne sont pas assez forts pour
le carrosse; mais j'en ai vu à de petites calèches très-jolies, toutes
peintes et dorées, et à des soufflets comme on les fait en Hollande.
Rien n'est plus agréable à voir, on dirait des cerfs, tant ils vont vite
et portent bien leur tête. Dès que l'on est sorti de la ville, on peut
mettre six chevaux à son carrosse. Leurs harnais sont fort propres, et
l'on attache leurs crins, qui traînent à terre, avec des rubans de
différentes couleurs, et quelquefois on leur fait tomber du col
plusieurs bouillons de gaze d'argent, ce qui fait un très-bon effet.
Pour les harnais de mules, ce sont des bandes de cuir toutes plates,
fort larges, et dont elles sont presque couvertes.

Il y a deux jours que j'allai, avec ma parente, me promener hors la
porte Sainte-Bernardine, c'est où l'on va l'hiver. Don Antoine de
Tolède, fils du duc d'Albe, y était avec le duc d'Uzeda et le comte
d'Altamire. Il avait un attelage isabelle qui me parut si beau, que je
ne pus m'empêcher de lui en parler lorsque son carrosse approcha du
nôtre. Il me dit, selon la coutume, qu'il les mettait à mes pieds; et,
le soir, quand nous fûmes revenues, l'on vint me dire qu'un gentilhomme
me demandait de sa part. Il me fit un compliment, et me dit que les six
chevaux de son maître étaient dans mon écurie. Ma parente se prit à
rire, et lui répondit, pour moi, que j'étais si nouvelle débarquée à
Madrid, que je ne savais pas encore qu'il ne fallait rien louer de ce
qui était à un cavalier aussi galant que Don Antoine; mais que ce
n'était pas la mode de recevoir des présents de cette conséquence, et
qu'elle le priait de les ramener. C'est ce qu'il ne voulut point faire;
on les renvoya sur-le-champ, il les renvoya encore. Enfin je vis l'heure
que l'on passerait la nuit en allées et en venues. Après tout cela, il
fallut lui écrire et même se fâcher, pour lui faire trouver bon qu'on ne
les acceptât point[72].

L'on m'a dit que lorsque le Roi s'est servi d'un cheval, personne par
respect ne le monte jamais. Il arriva que le duc de Medina-de-las-Torres
avait acheté un cheval de vingt-cinq mille écus, qui était le plus beau
et le plus noble que l'on eût jamais vu. Il le fit peindre; le Roi
Philippe IV vit le tableau, et voulut voir le cheval. Le duc le supplia
de l'agréer; mais le Roi refusa, parce qu'il l'exercerait peu, dit-il,
et que, comme personne ne s'en servirait après lui, ce cheval perdrait
toute sa vigueur.

L'on met des jeunes filles de bonne maison et fort jolies auprès des
dames. Elles s'occupent d'ordinaire à faire de la broderie d'or et
d'argent, ou de soie de différentes couleurs au bord du col et des
manches de leurs chemises. Mais si on leur laisse suivre leur
inclination naturelle, elles travaillent fort peu et parlent beaucoup.
L'on a aussi des nains et des naines qui sont très-désagréables. Les
naines particulièrement sont d'une laideur affreuse; leur tête est plus
grosse que tout leur corps; elles ont toujours leurs cheveux épars qui
tombent jusqu'à terre. On ne sait d'abord ce que l'on voit, quand ces
petites figures se présentent aux yeux. Elles portent des habits
magnifiques; elles sont les confidentes de leurs maîtresses, et, par
cette raison, elles en obtiennent tout ce qu'elles veulent[73].

Dans chaque maison, à certaines heures marquées, toutes les femmes se
rendent avec la dame du logis dans la chapelle, pour y réciter le
rosaire tout haut. Elles ne se servent point de livres pour prier Dieu,
ou si elles en ont, cela est fort rare. Le comte de Charny[74], qui est
Français, bien fait, homme de mérite et général de la cavalerie en
Catalogne pour le Roi d'Espagne, m'a conté qu'étant l'autre jour à la
messe, il lisait dans ses Heures, lorsqu'une vieille Espagnole les lui
arracha, et les jetant à terre avec beaucoup d'indignation: Laissez
cela, lui dit-elle, et prenez votre chapelet. C'est une chose à voir que
l'usage continuel qu'elles font de ce chapelet. Toutes les dames en ont
un attaché à leur ceinture, si long, qu'il ne s'en faut guère qu'il ne
traîne à terre. Elles le disent sans fin, dans les rues, en jouant à
l'hombre, en parlant, et même en faisant l'amour, des mensonges ou des
médisances, car elles marmottent toujours sur ce chapelet, et quand
elles sont en grande compagnie cela n'empêche qu'il n'aille son train.
Je vous laisse à penser comme il est dévotement dit; mais l'habitude a
beaucoup de force en ce pays[75].

Les femmes portaient, il y a quelques années, des guard-infants d'une
grandeur prodigieuse; cela les incommodait et incommodait les autres. Il
n'y avait point de portes assez grandes par où elles pussent passer.
Elles les ont quittés, et ne les portent plus que lorsqu'elles vont chez
la Reine ou chez le Roi, mais ordinairement, dans la ville, elles
mettent des sacristains, qui sont, à proprement parler, les enfants des
vertugadins. Ils sont faits de gros fils d'archal, qui forment un rond
autour de la ceinture; il y a des rubans qui y tiennent, et qui
attachent un autre rond de même, qui touche plus bas et qui est plus
large. L'on a ainsi cinq ou six cerceaux qui descendent jusqu'à terre et
qui soutiennent les jupes. L'on en porte une quantité surprenante, et
l'on aurait peine à croire que des créatures aussi petites que sont les
Espagnoles, pussent être si chargées. La jupe de dessus est toujours de
gros taffetas noir, ou de poil de chèvre gris tout uni, avec un grand
troussis, un peu plus haut que le genou, autour de la jupe; et quand on
leur demande à quoi cela sert, elles disent que c'est pour la rallonger
à mesure qu'elle s'use. La Reine mère en a comme les autres à toutes ses
jupes, et les carmélites mêmes en portent aussi bien en France qu'en
Espagne. Mais, à l'égard des dames, c'est plutôt une mode qu'elles
suivent qu'une épargne qu'elles veulent faire, car elles ne sont ni
avares ni ménagères, et elles en font faire deux ou trois fois la
semaine de neuves. Ces jupes sont si longues par devant et par les
côtés, qu'elles traînent beaucoup, et elles ne traînent jamais par
derrière. Elles les portent à fleur de terre; mais elles veulent
marcher dessus, afin qu'on ne puisse voir leurs pieds, qui sont la
partie de leur corps qu'elles cachent le plus soigneusement[76]. J'ai
entendu dire qu'après qu'une dame a eu toutes les complaisances
possibles pour un cavalier, c'est en lui montrant son pied qu'elle lui
confirme sa tendresse, et c'est ce qu'on appelle ici la dernière faveur.
Il faut convenir aussi que rien n'est plus joli en son espèce. Je vous
l'ai déjà dit, elles ont les pieds si petits que leurs souliers sont
comme ceux de nos poupées. Elles les portent en maroquin noir, découpé
sur du taffetas de couleur, sans talons et aussi justes qu'un gant.
Quand elles marchent, il semble qu'elles volent. En cent ans nous
n'apprendrions pas cette manière d'aller. Elles serrent leurs coudes
contre leurs corps, et vont sans lever les pieds comme lorsqu'on glisse.
Mais pour revenir à leur habillement, sous cette jupe unie elles en ont
une douzaine plus belles les unes que les autres, d'étoffes fort riches,
et chamarrées de galons, de dentelles d'or et d'argent jusqu'à la
ceinture. Quand je vous dis une douzaine, ne croyez pas au moins que
j'exagère; pendant les excessives chaleurs de l'été, elles n'en mettent
que sept ou huit, parmi lesquelles il y en a de velours et de gros
satin. Elles ont en tout temps une jupe blanche sous toutes les autres,
qu'elles nomment _sabenagua_; elle est de ces belles dentelles
d'Angleterre, ou de mousseline brodée d'or passé, et si amples qu'elles
ont quatre aunes de tour. J'en ai vu de cinq ou six cents écus. Elles ne
portent point de sacristain chez elles, ni de chapins. Ce sont des
espèces de petites sandales de brocart ou de velours, garnies d'une
plaque d'or qui les hausse d'un demi-pied. Quand elles les ont, elles
marchent fort mal et sont toujours prêtes à tomber. Il n'y a guère de
baleines dans leurs corps, les plus larges sont d'un tiers. On ne voit
point ailleurs de femmes si menues. Le corps est assez haut par devant,
mais par derrière on leur voit jusqu'à la moitié du dos, tant il est
découvert, et ce n'est pas une chose trop charmante, car elles sont
toutes d'une maigreur effroyable, et elles seraient bien fâchées d'être
grasses; c'est un défaut essentiel parmi elles. Avec cela elles sont
fort brunes, de sorte que cette petite peau noire, collée sur des os,
déplaît naturellement à ceux qui n'y sont pas accoutumés. Elles mettent
du rouge à leurs épaules comme à leurs joues qui en sont toutes
couvertes. Le blanc n'y manque pas, et, quoiqu'il soit fort beau, il y
en a peu qui le sachent bien mettre. On le découvre du premier coup
d'œil. J'en ai vu quelques-unes dont le teint est très-vif et
très-naturel. Elles ont presque toutes les traits délicats et réguliers;
leur air et leurs manières ont une petite affectation de coquetterie
que leur humeur ne dément point. C'est une beauté parmi elles, de
n'avoir point de gorge, et elles prennent des précautions de bonne heure
pour l'empêcher de venir. Lorsque le sein commence à paraître, elles
mettent dessus de petites plaques de plomb et se bandent comme les
enfants qu'on emmaillotte. Il est vrai qu'il s'en faut peu qu'elles
n'aient la gorge aussi unie qu'une feuille de papier, à la réserve des
trous que la maigreur y creuse, et ils sont toujours en grand nombre.
Leurs mains n'ont point de défaut, elles sont petites, blanches et bien
faites. Leurs grandes manches, qu'elles attachent juste au poignet,
contribuent encore à les faire paraître plus petites. Ces manches sont
de taffetas de toutes couleurs, comme celles des Égyptiennes, avec des
manchettes d'une dentelle fort haute. Le corps est d'ordinaire d'étoffe
d'or et d'argent, mêlée de couleurs vives; les manches en sont étroites,
et celles de taffetas paraissent au lieu de la chemise. Les personnes de
qualité ont cependant de fort beau linge, mais toutes les autres n'en
ont presque point. Il est cher et rare; avec cela les Espagnols ont la
sotte gloire de le vouloir fin, et tel qui pourrait avoir six chemises
un peu grosses, aime mieux n'en acheter qu'une fort-belle, et rester au
lit pendant qu'on la blanchit, ou s'habiller quelquefois à cru, ce qui
arrive assez souvent. Ce linge fin est bien maltraité, quand on le
blanchit. Les femmes le mettent sur des pierres pointues et le battent à
grands coups de bâton, de sorte que les pierres le coupent en cent
morceaux. Il n'y a pas de choix à faire entre la plus habile
blanchisseuse et celle qui l'est le moins; toutes sont également
maladroites.

Je reviens à l'habillement des dames, que j'ai quitté plusieurs fois,
pour faire des digressions sur diverses choses dont je me suis souvenue.
Je vous dirai qu'elles ont autour de la gorge une dentelle de fil
rebrodée de soie rouge ou verte, d'or ou d'argent. Elles portent des
ceintures entières de médailles et de reliquaires. Il y a bien des
églises où il n'y en a pas tant. Elles ont aussi le cordon de quelque
ordre, soit de saint François, des Carmélites ou d'autres. C'est un
petit cordon de laine noire, blanche ou brune, qui est par-dessus leurs
corps, et tombe devant jusqu'au bord de la jupe. Il y a plusieurs nœuds,
et d'ordinaire ces nœuds sont marqués par des boutons de pierreries. Ce
sont des vœux qu'elles font aux saints de porter leur cordon, mais bien
souvent quel est le sujet de ces vœux?

Elles ont beaucoup de pierreries, des plus belles que l'on puisse voir.
Ce n'est pas pour une garniture, comme en ont la plupart de nos dames de
France. Celles-ci vont jusqu'à huit ou dix; les unes de diamants, les
autres de rubis, d'émeraudes, de perles, de turquoises, enfin de toutes
les manières. On les met très-mal en œuvre: on couvre presque tous les
diamants, l'on n'en voit qu'une petite partie. Je leur en ai demandé la
raison, et elles m'ont dit que l'or leur semblait aussi beau que les
pierreries. Mais, pour moi, je pense que c'est que leurs lapidaires ne
les savent pas mieux mettre en œuvre. J'en excepte Verbec, qui le
ferait fort bien s'il voulait s'en donner la peine.

Les dames portent de grandes enseignes de pierreries au haut de leurs
corps, d'où il tombe une chaîne de perles, ou dix ou douze nœuds de
diamants qui se rattachent sur un des côtés du corps. Elles ne mettent
jamais de collier, mais elles portent des bracelets, des bagues et des
pendants d'oreilles qui sont bien plus longs que la main, et si pesants,
que je ne comprends pas comment elles peuvent les porter sans s'arracher
le bout de l'oreille. Elles y attachent tout ce qui leur semble de joli.
J'en ai vu qui y mettaient des montres assez grandes; d'autres, des
cadenas de pierres précieuses, et jusqu'à des clefs d'Angleterre fort
bien travaillées, ou des sonnettes. Elles mettent des agnus et des
petites images sur leurs manches, sur leurs épaules et partout. Elles
ont la tête toute chargée de poinçons, les uns faits en petites mouches
de diamants, et les autres en papillons dont les pierreries marquent les
couleurs. Elles se coiffent de différentes manières, mais c'est toujours
la tête nue. Elles séparent leurs cheveux sur le côté de la tête, et les
couchent de travers sur le front; ils sont si luisants que, sans
exagération, l'on s'y pourrait mirer. D'autres fois, elles mettent une
tresse de faux cheveux, la plus mal faite que l'on saurait voir; ils
tombent épars sur leurs épaules, et c'est de peur de mêler les leurs qui
sont admirablement beaux. Elles se font d'ordinaire cinq nattes
auxquelles elles attachent des nœuds de ruban, ou qu'elles cordonnent de
perles. Elles les nouent toutes ensemble à la ceinture, et l'été,
lorsqu'elles sont chez elles, elles les enveloppent dans un morceau de
taffetas de couleur, garni de dentelle de fil. Elles ne portent point de
bonnet, ni le jour, ni la nuit. J'en ai vu qui avaient des plumes
couchées sur la tête comme les petits enfants. Ces plumes sont fort
fines et mouchetées de différentes couleurs, ce qui les rend beaucoup
plus belles. Je ne sais pourquoi l'on n'en fait pas de même en France.

Les jeunes filles ou les nouvelles mariées ont des habits
très-magnifiques, et leurs jupes de dessus sont de couleur, brodées
d'or. J'ai été voir la princesse de Monteleon. C'est une petite personne
qui n'a pas treize ans; on vient de la marier à son cousin germain nommé
Don Nicolo Pignatelli. Sa mère est fille de la duchesse de Terranova,
nommée pour être la camareria-major de la nouvelle Reine. Elles
demeurent toutes ensemble, c'est-à-dire les duchesses de Terranova,
d'Hijar et de Monteleon, avec la jeune princesse de ce nom et ses
petites sœurs[77]. La duchesse de Terranova peut avoir soixante ans; ma
parente est fort de ses amies, et elle nous reçut avec une honnêteté qui
ne lui est pas ordinaire, car elle est la plus fière personne du monde,
et elle en a bien l'air. Le son de sa voix est rude; elle parle peu,
elle affecte quelque bonté. Mais si ce que l'on dit est vrai, elle n'en
a point du tout dans le cœur. On ne peut avoir plus d'esprit et plus de
pénétration qu'elle en a. Elle nous parla fort de la charge qu'elle
allait remplir dans la maison de la Reine. Je n'oublierai rien,
disait-elle, pour lui être agréable, j'entrerai dans tout ce qui pourra
lui faire quelque plaisir. Je sais qu'une jeune princesse, qui est née
Française, doit avoir un peu plus de liberté que n'en aurait une infante
d'Espagne élevée à Madrid. Ainsi il ne tiendra pas à moi qu'elle ne
trouve aucune différence entre son pays et celui-ci. Elle me donna un
chapelet de _Palo d'Aguila_; c'est un bois rare qui vient des Indes. En
vérité, quand je le tiens, il tombe jusqu'à terre. Il y a deux touffes
de petits rubans de taffetas vert, et à chacune environ trois cents
aunes. Elle me donna aussi des _bucaros_ de Portugal, ce sont des vases
de terre sigillée, garnis de filigrane, et elle me régala encore de
plusieurs petits bijoux fort jolis.

Il serait difficile de rien voir de plus somptueux que leur maison.
Elles occupent des appartements hauts qui sont tendus de tapisseries
toutes relevées d'or. On voit, dans une grande chambre plus longue que
large, des portes vitrées qui entrent dans des cabinets ou cellules. Il
y a d'abord celle de la duchesse de Terranova, tapissée de gris avec un
lit de même et le reste fort uni. A côté, était couchée sa fille, la
duchesse de Monteleon, laquelle est veuve, et meublée comme la mère.
Ensuite, on trouve la chambre de la princesse de Monteleon, qui n'est
pas plus grande que les autres, mais dont le lit est de damas or et
vert, doublé de brocart d'argent avec du point d'Espagne. Il y avait,
autour des draps, un passement d'Angleterre d'une demi-aune de hauteur.
Vis-à-vis étaient les chambres des petites de Monteleon et d'Hijar,
toutes meublées de damas blanc. Elles sont nommées pour être menines de
la Reine. Ensuite était la petite chambre de la duchesse d'Hijar,
meublée de velours cramoisi à fond d'or. Elles n'étaient toutes séparées
les unes des autres que par des cloisons de bois de senteur, et elles me
dirent que six de leurs femmes couchaient dans la chambre sur des lits
qu'elles y mettaient le soir.

Les dames étaient dans une grande galerie couverte de tapis de pied
très-riches. Il y a, tout autour, des carreaux de velours cramoisi en
broderie d'or; ils sont tous plus longs que larges. On voit encore de
grands cabinets de pièces de rapport enrichis de pierreries, lesquels ne
sont pas faits en Espagne; des tables d'argent entre-deux et des miroirs
admirables, tant par leur grandeur que par leurs riches bordures, dont
les moins belles sont d'argent. Ce que j'ai trouvé de plus beau, ce sont
des _escaparates_. C'est une espèce de petit cabinet fermé d'une grande
glace et rempli de tout ce qu'on peut se figurer de plus rare, soit en
ambre gris, porcelaines, cristal de roche, pierre de bézoard, branches
de corail, nacre de perle, filigrane d'or, et mille autres choses de
prix. J'y vis la tête d'un poisson sur laquelle il y avait un petit
arbre; il n'est ni de bois, ni de mousse. Il tient au crâne du poisson
qui est assez petit; cela me parut fort curieux.

Nous étions plus de soixante dames dans cette galerie, et pas un pauvre
chapeau. Elles étaient toutes assises par terre, les jambes en croix
sous elles. C'est une ancienne habitude qu'elles ont gardée des Maures.
Il n'y avait qu'un fauteuil de maroquin piqué de soie et fort mal fait.
Je demandai à qui il était destiné. On me dit que c'était pour le prince
de Monteleon, qui n'entrait qu'après que toutes les dames étaient
retirées. Je ne pouvais demeurer assise à leur mode, et je me mis sur
les carreaux. Elles étaient cinq ou six ensemble, ayant au milieu
d'elles un petit brasier d'argent plein de noyaux d'olives pour ne pas
entêter. Quand il arrivait quelque dame, la naine ou le nain le venait
dire, mettant un genou en terre. Aussitôt elles se levaient toutes, et
la petite princesse allait la première, jusqu'à la porte, recevoir celle
qui venait la voir sur son mariage[78]. Elles ne se baisent point en se
saluant. Je crois que c'est pour ne pas emporter le plâtre qu'elles ont
sur le visage; mais elles se présentent la main dégantée; et, en se
parlant, elles se disent tu et toi, et elles ne s'appellent ni madame,
ni mademoiselle, ni Altesse, ni Excellence, mais seulement, Doña Maria,
Doña Clara, Doña Teresa. Je me suis informée d'où vient qu'elles en
usent si familièrement, et j'ai appris que c'est pour n'avoir aucun
sujet de se fâcher entre elles; et que, comme il y a beaucoup de
manières de se parler qui marquent, quand elles veulent, une entière
différence de qualité et de rang, et que toutes ces différences ne sont
pas aisées à faire sans se chagriner quelquefois, pour l'éviter, elles
ont pris le parti de se parler sans cérémonie[79]. Il faut ajouter à
cela qu'elles ne se mésallient point, et qu'ainsi ce sont toujours des
personnes de condition. Les femmes de la robe ne vont pas même chez les
femmes de la cour, et un homme de naissance épouse toujours une fille de
naissance. On ne voit pas là de roture entée sur la noblesse comme en
France; ainsi elles ne risquent guère quand elles se familiarisent
ensemble. S'il vient cent dames de suite, on se lève autant de fois, et
l'on marche comme à une procession pour les aller recevoir jusque dans
l'antichambre. J'en fus si fatiguée ce jour-là, que j'en étais d'assez
méchante humeur.

Elles étaient toutes fort parées; et, comme je vous l'ai déjà dit, elles
ont des habits magnifiques et des pierreries d'une grande beauté. Il y
avait deux tables d'hombre où l'on jouait gros jeu sans bruit. Je ne
connais rien à leurs cartes; elles sont aussi minces que du papier, et
peintes tout autrement que les nôtres. Il semble que l'on ne tient
qu'une lettre pliée quand on a un jeu dans la main. Il serait bien aisé
à un filou d'escamoter plusieurs cartes, ou un jeu tout entier.

L'on parlait de toutes les nouvelles de la cour et de la ville. Leur
conversation est libre et agréable. Il faut convenir qu'elles ont une
vivacité dont nous ne pouvons approcher. Elles sont caressantes, elles
aiment à louer, elles louent d'une manière noble, pleine d'esprit et de
discernement. Je suis surprise qu'elles aient tant de mémoire avec un si
grand feu d'esprit. Leur cœur est tendre de même, et, beaucoup plus
qu'il ne le faudrait. Elles lisent peu, elles n'écrivent guère;
cependant le peu qu'elles lisent leur profite, et le peu qu'elles
écrivent est juste et concis.

Leurs traits sont fort réguliers et délicats, mais leur grande maigreur
choque ceux qui n'y sont point accoutumés. Elles sont brunes, leur teint
est fort uni. Il faut que la petite vérole ne les gâte pas tant ici
qu'elle gâte ailleurs, car je n'en ai guère vu qui soient marquées.

Leurs cheveux sont plus noirs que l'ébène et fort lustrés, bien qu'il y
ait quelque apparence qu'elles se peignent longtemps avec le même
peigne. En effet, je vis l'autre jour chez la marquise d'Alcañizas[80]
(c'est la sœur du connétable de Castille qui avait épousé en premières
noces le comte duc d'Olivares), sa toilette mise, et, bien que cette
dame soit une des plus propres et des plus riches, cette toilette était
sur une petite table d'argent, et consistant en un monceau de toile des
Indes, un miroir de la grandeur de la main, deux peignes avec une
pelote, et dans une tasse de porcelaine, du blanc d'œuf battu avec du
sucre candi. Je demandai à une de ses femmes ce qu'elle en faisait. Elle
me dit que c'était pour se décrasser et se rendre le visage luisant.
J'en ai vu qui avaient le front si lustré que cela surprenait. L'on
dirait qu'elles ont un vernis passé sur le visage, et, la peau en est
tendue et tirée d'une telle manière, que je ne doute pas qu'elle ne leur
fasse mal. La plupart des femmes se font les sourcils, elles n'en
laissent qu'un filet. Rien n'est plus vilain, à mon gré, mais ce qui
l'est bien davantage, c'est qu'elles se peignent le milieu du front afin
que leurs sourcils paraissent joints, c'est, à leur gré, une beauté
incomparable.

Il y en a beaucoup cependant qui n'ont pas cette inclination, et j'ai
trouvé des Espagnoles plus régulièrement belles que nos Françaises,
malgré leur coiffure de travers et le peu d'accompagnement qu'elles
donnent à leur visage. L'on peut dire qu'il est comme hors-d'œuvre, sans
aucuns cheveux dessus, ni cornettes ni rubans, mais aussi en quel pays
y a-t-il des yeux semblables aux leurs? Ils sont si vifs, si spirituels;
ils parlent un langage si tendre et si intelligible, que, quand elles
n'auraient que cette seule beauté, elles pourraient passer pour belles
et dérober les cœurs. Leurs dents sont bien rangées et seraient assez
blanches si elles en prenaient soin; mais elles les négligent, outre que
le sucre et le chocolat les leur gâtent. Elles ont la mauvaise habitude,
et les hommes aussi, de les nettoyer avec un cure-dents, en quelque
compagnie qu'ils soient. C'est une de leurs contenances ordinaires. On
ne sait ce que c'est ici que de les faire accommoder par des gens du
métier; il n'y en a point, et, quand il en faut arracher, les
chirurgiens le font comme ils peuvent.

Je demeurai surprise, en entrant chez la princesse de Monteleon, de voir
plusieurs dames fort jeunes avec une grande paire de lunettes sur le
nez, attachées aux oreilles, et, ce qui m'étonnait encore davantage,
c'est qu'elles ne faisaient rien où des lunettes leur soient
nécessaires. Elles causaient et ne les ôtaient point. L'inquiétude m'en
prit, et j'en demandai la raison à la marquise de la Rosa, avec qui j'ai
lié une grande amitié. C'est une jolie personne, qui sait vivre et dont
l'esprit est bien tourné; elle est Napolitaine. Elle se prit à rire de
ma question, et elle me dit que c'était pour la gravité, et qu'on ne les
mettait pas par besoin, mais seulement pour s'attirer du respect.
«Voyez-vous cette dame», me dit-elle, en m'en montrant une qui était
assez proche de nous, «je ne crois pas que depuis dix ans elle ne les
ait quittées que pour se coucher. Sans exagération, elles mangent avec,
et vous rencontrerez, dans les rues et dans les compagnies, beaucoup de
femmes et d'hommes qui ont toujours leurs lunettes[81]». Il faut à ce
propos, continua-t-elle, que je vous dise qu'il y a quelque temps que
les Jacobins avaient un procès de la dernière conséquence; ils en
craignaient assez l'événement pour n'y rien négliger. Un jeune Père de
leur couvent avait des parents de la première qualité, qui, à sa prière,
sollicitèrent très-fortement. Le prieur l'avait assuré qu'il n'y avait
rien qu'il ne dût se promettre de sa reconnaissance, si, par son crédit,
le procès se gagnait. Enfin, le procès se gagna. Le jeune Père,
transporté de joie, courut lui en dire la nouvelle, et se préparait en
même temps à lui demander une grâce qu'il avait envie d'obtenir; mais le
prieur, après l'avoir embrassé, lui dit d'un ton grave: _Hermano, ponga
las ojalas_; cela veut dire: mon Frère, mettez des lunettes. Cette
permission combla le jeune moine d'honneur et de joie. Il se trouva trop
bien payé de ses soins et il ne demanda rien davantage. Le marquis
d'Astorga, ajouta-t-elle, étant Vice-Roi de Naples, fit tirer son buste
en marbre, et il ne manqua pas d'y faire mettre ses belles lunettes. Il
est si commun d'en porter, que j'ai entendu dire qu'il y a des
différences dans les lunettes comme dans les rangs; à proportion que
l'on élève sa fortune, l'on fait grandir le verre de sa lunette et on
la hausse sur son nez. Les grands d'Espagne en portent de larges comme
la main, que l'on appelle _ojalas_, pour les distinguer. Ils se les font
attacher derrière les oreilles, et les quittent aussi peu que leur
golille. Ils en faisaient autrefois venir les verres de Venise; mais,
depuis que le marquis de la Cueva[82] fit cette entreprise qui fut
nommée le triumvirat, parce qu'ils étaient trois qui voulaient mettre le
feu dans l'arsenal de Venise avec des miroirs ardents, afin de rendre,
par ce moyen, le Roi d'Espagne maître de cette ville; les Vénitiens, à
leur tour, firent faire un grand nombre d'ojalas qu'ils envoyèrent à
leur ambassadeur à Madrid. Il en régala toute la cour, et tous ceux qui
les mirent pensèrent devenir aveugles. C'étaient des miroirs ardents
très-bien travaillés et enchâssés dans une matière si combustible, que
les moindres rayons de soleil mettaient tout en feu. Il arriva qu'un
jour de conseil, on avait laissé une fenêtre ouverte dans le lieu où ils
étaient assemblés, de manière que le soleil, tombant d'aplomb sur les
lunettes, il se fit tout à coup une espèce de feu d'artifice fort
dangereux pour les sourcils et les cheveux. Tout fut brûlé, et on ne
peut s'imaginer jusqu'où alla l'épouvante de ces vénérables vieillards.
Je voudrais bien, dis-je à la marquise, pouvoir croire à cette aventure,
car elle me paraît fort plaisante. Comme je ne l'ai pas vue, reprit-elle
en souriant, je ne veux pas vous assurer positivement qu'elle soit
vraie, mais ce que j'ai d'original, c'est l'affaire des Jacobins que je
vous ai racontée. J'ai remarqué depuis des personnes de qualité dans
leurs carrosses, quelquefois seules, quelquefois plusieurs ensemble, le
nez chargé de ces lunettes qui font peur à mon gré.

Nous fîmes collation chez la princesse; les femmes vinrent, au nombre de
dix-huit, tenant chacune de grands bassins d'argent remplis de
confitures sèches, tout enveloppées de papier coupé exprès et doré. Il y
a une prune dans l'un, une cerise ou un abricot dans l'autre, et ainsi
du reste. Cela me parut fort propre, car au moins on peut en prendre et
en emporter sans salir ses mains ni sa poche. Il y a de vieilles dames
qui, après s'être crevées d'en manger, ont cinq ou six mouchoirs
qu'elles apportent exprès, et elles les remplissent de confitures. Bien
qu'on les voie, on n'en fait pas semblant. On a l'honnêteté de leur en
laisser prendre tant qu'elles veulent, et même d'en aller encore querir.
Elles attachent ces mouchoirs avec des cordons tout autour de leur
sacristain. Cela ressemble au crochet d'un garde-manger où l'on pend du
gibier. L'on présenta ensuite le chocolat, chaque tasse de porcelaine
sur une petite soucoupe d'agate garnie d'or, avec du sucre dans une
boîte de même. Il y avait du chocolat à la glace, d'autre chaud, et
d'autre avec du lait et des œufs. On le prend avec du biscuit, ou du
petit pain aussi sec que s'il était rôti et que l'on fait exprès. Il y a
des femmes qui en prennent jusqu'à six tasses de suite, et c'est souvent
deux et trois fois par jour. Il ne faut pas s'étonner si elles sont si
sèches, puisque rien n'est plus chaud. Outre cela, elles mangent tout si
poivré et si épicé, qu'il est impossible qu'elles n'en soient point
brûlées. Il y en avait plusieurs qui mangeaient des morceaux de terre
sigillée. Je vous ai dit qu'elles ont une grande passion pour cette
terre, qui leur cause ordinairement une opilation; l'estomac et le
ventre leur enflent et deviennent durs comme une pierre, et elles sont
jaunes comme des coings. J'ai voulu tâter de ce ragoût, tant estimé et
si peu estimable; j'aimerais mieux manger du grès. Si on veut leur
plaire, il faut leur donner de ces _bucaros_ qu'elles nomment _barros_;
et souvent leurs confesseurs ne leur imposent pas d'autre pénitence que
d'être un jour sans en manger. On dit qu'elle a beaucoup de propriétés.
Elle ne souffre point le poison, et elle guérit de plusieurs maladies.
J'en ai une grande tasse qui tient une pinte, le vin n'y vaut rien,
l'eau y est excellente. Il semble qu'elle bouille quand elle est dedans,
au moins on la voit agitée et qui frissonne (je ne sais si cela se peut
dire), mais quand on l'y laisse un peu de temps, la tasse se vide toute,
tant cette terre est poreuse; elle sent fort bon[83]. On nous donna des
eaux très-bien faites. L'on peut dire qu'il n'y a point de lieux où l'on
boive plus frais. Ils ne se servent que de la neige, et tiennent qu'elle
rafraîchit bien mieux que la glace. C'est la coutume ici, avant de
prendre du chocolat, de boire de l'eau fort fraîche; on tient qu'il est
malsain autrement.

Après que la collation fut finie, on apporta des flambeaux. Il entra un
petit bonhomme tout blanc, qui était le gouverneur des pages. Il avait
une grande chaîne d'or au col avec une médaille. C'était le présent
qu'il eut aux noces du prince de Monteleon. Il mit un genou en terre au
milieu de la galerie, et dit tout haut: Loué soit le Très-Saint
Sacrement; à quoi tout le monde répondit: A jamais. On a cette coutume
quand on apporte de la lumière. Ensuite vingt-quatre pages entrèrent
deux à deux, et vinrent, les uns après les autres, mettre de même un
genou en terre; ils portaient chacun deux grands flambeaux ou un
_belon_, et quand ils les eurent posés sur les tables et sur les
escaparates, ils se retirèrent avec la même cérémonie. Alors, toutes les
dames se firent les unes aux autres une grande révérence, l'accompagnant
d'un souhait, comme quand on éternue. Il faut vous dire que ces belons
sont des lampes élevées sur une colonne d'argent, qui a son pied fort
large. Il y a huit ou douze canaux à la lampe, quelquefois moins, par
lesquels la mèche passe, de sorte que cela fait une clarté surprenante.
Pour qu'elle soit encore plus grande, on y attache une plaque d'argent
sur laquelle elle réfléchit. On n'est point incommodé de la fumée, et
l'huile qu'on y brûle vaut l'huile de Provence que l'on mange en salade.
J'ai trouvé cette mode fort jolie[84]. Lorsque tous les flambeaux eurent
été posés dans la galerie où ils devaient être, la jeune princesse de
Monteleon dit à ses femmes d'apporter ses habits de noces pour que je
les visse. Elles allèrent querir trente corbeilles d'argent, aussi
grandes et aussi profondes que celles que nous appelons des mannes, dans
lesquelles on porte le couvert. Elles étaient si lourdes, qu'elles se
mirent quatre à chacune. Il y avait dedans tout ce qui se peut voir de
plus beau et de plus riche, selon la mode du pays. Entre autres, six
justaucorps de brocart d'or et d'argent, faits en petites vestes pour
s'habiller le matin, avec des boutons, les uns de diamants, les autres
d'émeraudes, et ainsi chacun en avait six douzaines. Le linge et les
dentelles n'étaient pas moins propres que tout le reste. Elle me montra
ses pierreries, qui sont admirables, mais si mal mises en œuvre, que les
plus gros diamants ne paraissaient pas tant qu'un de trente louis que
l'on aurait mis en œuvre à Paris.

Je ne vous écrirai pas souvent, parce que je veux avoir toujours une
provision de nouvelles à vous mander. C'est une récolte qu'on ne fait
pas ici tout d'un coup. Pardonnez-moi la longueur de cette lettre, et le
peu d'ordre que j'y ai gardé. Je vous dis les choses à mesure qu'elles
me viennent dans l'esprit, et je les dis toutes fort mal; mais comme
vous m'aimez, ma chère cousine, cela me rassure contre mes fautes.

De Madrid, ce 29 mars 1679.



NEUVIÈME LETTRE.


J'appréhende que vous ne soyez fâchée de ce que j'ai laissé passer un
ordinaire sans vous écrire; mais, ma chère cousine, je voulais être
informée de plusieurs choses dont je vais vous rendre compte.

Je vous parlerai d'abord des églises de Madrid. Je les trouve fort
belles et très-propres. Les femmes de qualité n'y vont guère, parce
qu'elles ont toutes des chapelles dans leurs maisons; mais il y a
certains jours de l'année où elles ne manquent pas d'y aller. Ceux de la
semaine sainte en sont; elles y font leurs stations et quelquefois elles
vont s'y confesser.

L'église de Notre-Dame d'Atocha, c'est-à-dire Notre-Dame du Buisson, est
fort belle. Elle est dans l'enceinte d'un vaste couvent, où il y a un
grand nombre de religieux qui ne sortent presque jamais; c'est une de
leurs observances. Leur vie est fort austère. L'on y vient en dévotion
de toutes parts. Lorsque les rois d'Espagne ont quelque heureux
événement, c'est le lieu où ils font chanter le _Te Deum_. Il y a une
Vierge qui tient le petit Jésus. On la dit miraculeuse. Elle est noire;
on l'habille souvent en veuve, mais aux grandes fêtes, elle est
richement vêtue et si couverte de pierreries, qu'il ne se peut rien voir
de plus magnifique. Elle a particulièrement un soleil autour de la
tête, dont les rayons jettent un éclat admirable. Elle a toujours un
grand chapelet dans sa main ou à sa ceinture. Cette chapelle est à côté
de la nef de l'église, dans un lieu qui semblerait fort sombre, s'il n'y
avait plus de cent grosses lampes d'or et d'argent toujours allumées. Le
Roi y a son balcon avec une jalousie devant. L'on se sert dans toutes
les églises de certains ronds de jonc fort propres, que l'on met sous
ses genoux, et lorsqu'il arrive une personne de qualité ou une dame
étrangère, le sacristain apporte un grand tapis devant elle, sur lequel
il met un prie-Dieu et des carreaux, ou bien, il la fait entrer dans de
petits cabinets tout peints et dorés, avec des vitres autour, où l'on
est fort commodément. Il n'est pas de dimanche que l'autel ne soit
éclairé de plus de cent cierges. Il est paré d'une prodigieuse quantité
d'argenterie, et cela est ainsi dans toutes les églises de Madrid. L'on
y fait des parterres de gazon ornés de fleurs; on les embellit de
fontaines dont l'eau retombe dans des bassins, les uns d'argent, les
autres de marbre ou de porphyre. L'on met autour un grand nombre de gros
orangers aussi hauts que des hommes et qui sont dans de fort belles
caisses. On y laisse aller des petits oiseaux qui font des manières de
petits concerts. Cela est presque toute l'année, comme je viens de vous
le représenter, et les églises ne sont jamais sans orangers et sans
jasmins, qui les parfument bien plus agréablement que l'encens[85].

On voit dans la chapelle de Nuestra Señora de Alucinada, une Vierge que
l'on dit que saint Jacques apporta de Jérusalem et qu'il cacha dans une
tour, laquelle était dans l'enceinte de Madrid. Les Maures ayant assiégé
la ville, les habitants se trouvèrent réduits à une grande famine: de
sorte qu'ils délibéraient pour se rendre, lorsqu'on trouva cette tour
pleine de blé. Une telle abondance ne pouvait qu'être l'effet d'un
miracle; le peuple ravi prit courage, et se défendit si bien, que les
Maures, fatigués de la longueur du siége, se retirèrent. On trouva
ensuite l'image de la Vierge, et en reconnaissance on lui bâtit une
chapelle où l'on peignit cette histoire à fresque sur les tours.
L'autel, le balustre et toutes les lampes sont d'argent massif.

Les Minimes ont une église proche de là dans laquelle est la chapelle de
Nuestra Señora de la Soledad, où l'on dit le salut tous les soirs. C'est
un lieu de grande dévotion, j'entends pour les véritables dévots, car
il y a bien des personnes qui s'y donnent rendez-vous.

La chapelle de Saint-Isidore passe toutes les autres en beauté. C'est le
patron de Madrid, qui n'était qu'un pauvre laboureur. Les murailles de
la chapelle sont tout incrustées de marbre de plusieurs couleurs, avec
des colonnes de même, et des figures de quelques saints. Son tombeau est
au milieu et quatre colonnes de porphyre soutiennent au-dessus une
couronne de marbre qui représente des fleurs avec les couleurs qui leur
sont naturelles. Rien ne peut être mieux travaillé, et l'on peut dire
que l'art a surpassé la nature. Les figures des douze apôtres ornent au
dehors le dôme de la chapelle.

J'ai vu à Saint-Sébastien (qui est à présent une paroisse) une chaise
que la Reine mère a fait faire, pour porter le Saint-Sacrement aux
malades quand il fait mauvais temps. Elle est de velours cramoisi en
broderie d'or, couverte de chagrin et garnie de clous d'or. Le tour est
orné de grandes glaces, et du milieu de son impériale il s'élève une
manière de petit clocher rempli de plusieurs clochettes d'or. Quatre
prêtres la portent, lorsque quelque personne de qualité est malade et
demande à recevoir Notre-Seigneur. Il est suivi de tous les gens de la
Cour. Plus de mille flambeaux de cire blanche éclairent, avec divers
instruments, et l'on s'arrête dans les grandes places qui sont sur le
chemin, pendant que le peuple, à genoux, reçoit la bénédiction et que
les musiciens chantent et jouent de la harpe et de la guitare. C'est
ordinairement le soir qu'on le porte ainsi avec beaucoup de cérémonie et
de respect.

Lorsqu'on doit célébrer quelque fête dans une église, dès la veille l'on
fiche de grandes perches en terre au haut desquelles sont des espèces de
réchauds assez profonds, que l'on emplit de copeaux de bois avec du
soufre et de l'huile. Cela brûle très-longtemps et rend une fort grande
clarté. On forme des allées avec ces perches; c'est une sorte
d'illumination très-agréable. L'on s'en sert aussi dans toutes les
réjouissances publiques.

Les femmes qui vont à la messe, hors de chez elles, en entendent une
douzaine et marquent tant de distractions, que l'on voit bien qu'elles
sont occupées d'autre chose que de leurs prières. Elles portent des
manchons qui ont plus d'une grande demi-aune de long. Ils sont de la
plus belle martre zibeline que l'on puisse voir et valent jusqu'à quatre
et cinq cents écus. Il faut qu'elles étendent leurs bras autant qu'elles
peuvent pour mettre seulement le bout de leurs doigts à l'entrée de
leurs manchons. Il me semble que je vous ai déjà dit qu'elles sont
extrêmement petites, et ces manchons ne sont guère moins grands
qu'elles. Elles portent toujours un éventail, et, soit l'hiver ou l'été,
tant que la messe dure, elles s'éventent sans cesse. Elles sont assises,
dans l'église, sur leurs jambes et prennent du tabac à tous moments,
sans se barbouiller comme on fait d'ordinaire, car elles ont pour cela,
aussi bien qu'en toute autre chose, des petites manières propres et
adroites. Lorsqu'on lève Notre-Seigneur, les femmes et les hommes se
donnent chacun une vingtaine de coups de poing dans la poitrine, ce qui
fait un tel bruit que la première fois que je l'entendis, j'eus une
grande frayeur, et je crus que l'on se battait.

Quant aux cavaliers (je veux parler de ceux qui sont galants de
profession et qui portent un crêpe autour de leur chapeau), lorsque la
messe était finie, ils allaient se ranger autour du bénitier; toutes les
dames s'y rendaient, ils leur présentaient de l'eau bénite et leur
disaient en même temps des douceurs. Elles y répondaient fort juste en
peu de mots, car il faut convenir qu'elles disent précisément ce qu'il
faut, et elles n'ont pas la peine de le chercher, leur esprit y fournit
sur-le-champ. Mais M. le nonce a défendu, sous peine d'excommunication,
que les hommes présentent de l'eau bénite aux femmes. On dit que cette
défense est intervenue à la prière de quelques maris jaloux. Quoi qu'il
en soit, on l'observe, et même elle porte que les cavaliers ne se
donneront point d'eau bénite entre eux[86].

De quelque qualité que soient les Espagnoles, elles n'ont jamais de
carreau dans l'église, et l'on ne leur porte point la robe. Pour nous,
quand nous y entrons avec nos habits à la française, tout le monde
s'assemble et nous environne; mais ce qui m'incommode fort, ce sont les
femmes grosses qui sont beaucoup plus curieuses que les autres, et pour
lesquelles on a ici les dernières complaisances, parce que l'on prétend
que lorsqu'elles veulent quelque chose et qu'on leur refuse, il leur
prend aussitôt un certain mal qui les fait accoucher d'un enfant mort.
De sorte qu'elles sont en droit de tirailler, de déganter et de faire
tourner les gens comme il leur plaît.

Les premiers jours que cela m'arriva, je n'y entendais point raillerie,
et je leur parlai si sèchement qu'il y en eut qui se mirent à pleurer et
qui n'osèrent y revenir. Mais il y en avait d'autres qui ne se
rebutaient point; elles voulaient voir mes souliers, mes jarretières, ce
que j'avais dans mes poches; et, sur ce que je ne le souffrais point, ma
parente me dit que si le peuple voyait cela, il vous jetterait des
pierres, et qu'il fallait que je les laissasse faire. Les filles qui me
servent en sont encore plus tourmentées que moi. Je n'oserais vous dire
jusqu'où va la curiosité de ces femmes grosses.

L'on m'a conté qu'un jeune homme de la Cour étant éperdument amoureux
d'une fort belle dame que son mari gardait à vue, et ne pouvant trouver
moyen de lui parler, se déguisa en femme grosse et fut chez elle. Il
s'adressa au jaloux et lui dit qu'il avait _l'antojo_ (c'est le terme)
d'entretenir sa femme en particulier. Le mari, déçu par la figure, ne
mit point en doute que ce ne fût une jeune femme grosse, et aussitôt il
lui fit donner par son épouse une longue et très-agréable audience.

Quand il prend envie à ces femmes grosses de voir le Roi, elles le lui
font dire, et il a la bonté de venir sur un grand balcon qui donne sur
la cour du palais, et s'y tient autant qu'elles le veulent.

Il y a quelque temps qu'une Espagnole, nouvellement arrivée de Naples,
fit prier le Roi qu'elle pût le voir, et quand elle l'eut assez regardé,
transportée de son zèle, elle lui dit en joignant les mains: _Je prie
Dieu, Sire, qu'il vous fasse la grâce de devenir un jour Vice-Roi de
Naples._ L'on prétend que l'on fit jouer cette pièce pour informer le
Roi que la magnificence du Vice-Roi d'alors, qui n'était pas aimé,
passait de beaucoup la sienne. Il vient très-souvent des dames au logis
que nous ne connaissons point, et auxquelles ma parente fait beaucoup
d'honnêtetés, parce qu'elles sont grosses et qu'il ne faut pas les
fâcher.

Grâces au ciel, le carême est passé, et bien que je n'aie fait maigre
que la semaine sainte, ce temps-là m'a paru plus long que tout le carême
n'aurait fait à Paris, parce qu'il n'y a point de beurre ici. Celui que
l'on y trouve vient de plus de trente lieues, enveloppé comme des
petites saucisses dans des vessies de cochon. Il est plein de vers et
plus cher que celui de Vanvre. On peut se retrancher sur l'huile, car
elle est excellente; mais tout le monde ne l'aime pas, et moi, par
exemple; je n'en mange point sans m'en trouver fort mal.

Ajoutez à cela que le poisson est très-rare; il est impossible d'en
avoir de frais qui vienne de la mer, car elle est éloignée de Madrid de
plus de quatre-vingts lieues. Quelquefois on apporte des saumons dont on
fait des pâtés qui se mangent à la faveur de l'épice et du safran. Il y
a peu de poisson d'eau douce, et, l'on ne s'embarrasse guère de tout
cela, puisque personne ne fait carême, ni maîtres, ni valets, à cause de
la difficulté qu'il y a de trouver de quoi le faire. On prend la bulle
chez M. le nonce; elle coûte quinze sous de notre monnaie[87]. Elle
permet de manger du beurre et du fromage pendant le carême, et les
issues les samedis de toute l'année. Je trouve assez singulier que l'on
mange, ce jour-là, les pieds, la tête, les gésiers, et que l'on n'ose
pas manger autre chose du même animal.

La boucherie est ouverte le carême comme le carnaval. C'est quelque
chose de bien incommode que la manière dont on y vend la viande. Elle
est enfermée chez le boucher, à qui on parle au travers d'une petite
fenêtre; on lui demande la moitié d'un veau, et le reste à proportion;
il ne daigne ni vous répondre, ni vous donner quoi que ce soit; vous
vous retranchez à une longe de veau; il vous fait payer d'avance et puis
vous donne, par sa lucarne, un gigot de mouton; vous le lui rendez, en
disant que ce n'est point cela que vous voulez; il le reprend et vous
donne à la place un aloyau de bœuf. On crie encore plus fort pour avoir
la longe, il ne s'en émeut pas davantage, jette votre argent et vous
ferme la fenêtre au nez. On s'impatiente, on va chez un autre qui en
fait tout autant et quelquefois pis. De sorte que le meilleur est de
leur demander la quantité de viande que l'on veut et de les laisser
faire à leur tête. Cette viande fait mal au cœur, tant elle est maigre,
sèche et noire; mais, telle qu'elle est, il en faut moins qu'en France
pour faire une bonne soupe. Tout est si nourrissant ici, qu'un œuf vous
profite plus qu'un pigeon ailleurs. Je crois que c'est un effet du
climat.

Quant au vin, il ne me semble point bon. Ce n'est pas de ce pays-ci que
l'on boit l'excellent vin d'Espagne. Il vient de l'Andalousie et des
îles Canaries, encore faut-il qu'il passe la mer pour prendre cette
force et cette douceur qui le rendent bon. A Madrid, il est assez fort
et même un peu trop, mais il n'a point le goût agréable. Ajoutez à cela
qu'on le met dans des peaux de bouc qui sont apprêtées, et il sent
toujours la poix ou le brûlé. Je ne suis pas surprise que les hommes
fassent si peu de débauche avec une telle liqueur. On en vend pour si
peu d'argent que l'on en veut, pour un double ou pour deux; mais celui
qui se débite ainsi aux pauvres gens devient encore plus mauvais, parce
qu'on le laisse dans de grandes terrines de terre, tout le jour à l'air,
et l'on en prend là pour ceux qui en veulent. Il s'aigrit et sent si
fort, qu'en passant devant ces sortes de cabarets, l'odeur en fait mal à
la tête.

Le carême ne change rien aux plaisirs; ils sont toujours si modérés, ou,
du moins, ceux que l'on prend font si peu de bruit, qu'ils sont de
toutes les saisons.

Personne ne se dispense, pendant la semaine sainte, d'aller en station;
particulièrement depuis le mercredi jusqu'au vendredi. Il se passe, ces
trois jours-là, des choses bien différentes entre les véritables
pénitents, les amants et les hypocrites. Il y a des dames qui ne
manquent point d'aller, sous prétexte de dévotion, en de certaines
églises où elles savent, depuis un an entier, que celui qu'elles aiment
se trouvera; et, bien qu'elles soient accompagnées d'un grand nombre de
dueñas, comme la presse est toujours grande, l'amour leur donne tant
d'adresse, qu'elles se dérobent en dépit des argus et vont dans une
maison prochaine, qu'elles connaissent à quelque enseigne et qui est
louée exprès sans servir à personne que dans ce seul moment. Elles
retournent ensuite à la même église où elles trouvent leurs femmes
occupées à les chercher. Elles les querellent de leur peu de soin pour
les suivre; et le mari, qui a gardé pendant toute l'année sa chère
épouse, la perd dans le temps où elle lui devrait être la plus fidèle.
La grande contrainte où elles vivent leur inspire le désir de
s'affranchir, et leur esprit, soutenu de beaucoup de tendresse, leur
donne le moyen de l'exécuter[88].

C'est une chose bien désagréable de voir les disciplinants. Le premier
que je rencontrai pensa me faire évanouir. Je ne m'attendais point à ce
beau spectacle, qui n'est capable que d'effrayer; car, enfin,
figurez-vous un homme qui s'approche si près qu'il vous couvre toute de
son sang: c'est là un de leurs tours de galanterie. Il y a des règles
pour se donner la discipline de bonne grâce, et les maîtres en
enseignent l'art comme on montre à danser et à faire des armes. Ils ont
une espèce de jupe de toile de batiste fort fine qui descend jusque sur
le soulier; elle est plissée à petits plis et si prodigieusement ample
qu'ils y emploient jusqu'à cinquante aunes de toile. Ils portent sur la
tête un bonnet trois fois plus haut qu'un pain de sucre et fait de même;
il est couvert de toile de Hollande; il tombe de ce bonnet un grand
morceau de toile qui couvre tout le visage et le devant du corps; il y a
deux petits trous par lesquels ils voient; ils ont derrière leur
camisole deux grands trous sur leurs épaules; ils portent des gants et
des souliers blancs, et beaucoup de rubans qui attachent les manches de
la camisole et qui pendent sans être noués. Ils en mettent aussi un à
leur discipline; c'est d'ordinaire leur maîtresse qui les honore de
cette faveur. Il faut, pour s'attirer l'admiration publique, ne point
gesticuler des bras, mais seulement que ce soit du poignet et de la
main; que les coups se donnent sans précipitation, et le sang qui en
sort ne doit point gâter leurs habits. Ils se font des écorchures
effroyables sur les épaules, d'où coulent deux ruisseaux de sang; ils
marchent à pas comptés dans les rues; ils vont devant les fenêtres de
leurs maîtresses où ils se fustigent avec une merveilleuse patience. La
dame regarde cette jolie scène au travers des jalousies de sa chambre,
et, par quelque signe, elle l'encourage à s'écorcher tout vif, et elle
lui fait comprendre le gré qu'elle lui sait de cette sotte galanterie.
Quand ils rencontrent une femme bien faite, ils se frappent d'une
certaine manière qui fait ruisseler le sang sur elle. C'est là une fort
grande honnêteté, et la dame reconnaissante les en remercie. Quand ils
ont commencé de se donner la discipline, ils sont obligés, pour la
conservation de leur santé, de la prendre tous les ans, et, s'ils y
manquent, ils tombent malades. Ils ont aussi de petites aiguilles dans
des éponges, et ils s'en piquent les épaules et les côtés avec autant
d'acharnement que s'ils ne se faisaient point de mal[89]. Mais voici
bien autre chose: c'est que le soir, les personnes de la Cour vont
aussi faire cette promenade. Ce sont, d'ordinaire, de jeunes fous qui
font avertir tous leurs amis du dessein qu'ils ont. Aussitôt on va les
trouver, fort bien armés. Le marquis de Villahermosa[90] en a été cette
année, et le duc de Vejar a été l'autre. Ce duc sortit de la maison sur
les neuf heures du soir; il avait cent flambeaux de cire blanche que
l'on portait deux à deux devant lui. Il était précédé de soixante de ses
amis, et suivi de cent autres qui avaient tous leurs pages et leurs
laquais. Cela faisait une fort belle procession. On sait quand il doit y
avoir des gens de cette qualité. Toutes les dames sont aux fenêtres avec
des tapis sur des balcons et des flambeaux attachés aux côtés, pour
mieux voir et pour être mieux vues. Le chevalier de la discipline passe
avec son escorte et salue la bonne compagnie; mais, ce qui fait souvent
le fracas, c'est que l'autre disciplinant qui se pique de bravoure et de
bon air, passe par la même rue avec grand monde. Cela est arrivé de
cette manière à ceux que je viens de vous nommer. Chacun d'eux voulut
avoir le haut du pavé, et aucun ne le voulut céder. Les valets qui
tenaient les flambeaux se les portèrent au visage et se grillèrent la
barbe et les cheveux. Les amis de l'un tirèrent l'épée contre les amis
de l'autre. Nos deux héros qui n'avaient point d'autres armes que cet
instrument de pénitence, se cherchèrent; et s'étant trouvés, ils
commencèrent entre eux un combat singulier. Après avoir usé leurs
disciplines sur les oreilles l'un de l'autre, et couvert la terre de
petits bouts de corde dont elles étaient faites, ils s'entre-donnèrent
des coups de poing comme auraient pu faire deux crocheteurs. Cependant
il n'y a pas toujours de quoi rire à cette momerie-là, car l'on s'y bat
fort bien, l'on s'y blesse, l'on s'y tue, et les anciennes inimitiés
trouvent lieu de se renouveler et de se satisfaire. Enfin le duc de
Vejar céda au marquis de Villahermosa. On ramassa les disciplines
rompues que l'on raccommoda comme on put; le bonnet qui était tombé dans
le ruisseau fut décrotté et remis sur la tête du pénitent; on emporta
les blessés chez eux. La procession commença de marcher plus gravement
que jamais et parcourut la moitié de la ville.

Le duc avait bien envie le lendemain de reprendre sa revanche, mais le
Roi lui envoya défendre, ainsi qu'au marquis, de sortir de leurs
maisons. Pour revenir à ce que l'on fait dans ces occasions, vous saurez
que lorsque ces grands serviteurs de Dieu sont de retour chez eux, il y
a un repas magnifique préparé avec toutes sortes de viandes; vous
remarquerez que c'est un des derniers jours de la semaine sainte. Mais
après une si bonne œuvre, ils croient qu'il leur est permis de faire un
peu de mal. D'abord, le pénitent se fait frotter fort longtemps les
épaules avec des éponges trempées dans du sel et du vinaigre, de peur
qu'il n'y reste du sang meurtri; ensuite il se met à table avec ses amis
et reçoit d'eux les louanges et les applaudissements qu'il croit avoir
bien mérités. Chacun lui dit, à son tour, que de mémoire d'homme on n'a
vu prendre la discipline de si bonne grâce. On exagère toutes les
actions qu'il a faites; et surtout le bonheur de la dame pour laquelle
il a fait cette galanterie. La nuit entière s'écoule en ces sortes de
contes, et quelquefois celui qui s'est si bien étrillé en est tellement
malade, que le jour de Pâques il ne peut pas aller à la messe. Ne croyez
pas, au moins, que je m'avise d'embellir l'histoire pour vous réjouir.
Tout cela est vrai à la lettre et je ne vous mande rien que vous ne
puissiez vérifier par toutes les personnes qui ont été à Madrid.

Mais il y a de véritables pénitents qui font une extrême peine à voir.
Ils sont vêtus tout de même que ceux qui se disciplinent, excepté qu'ils
sont nus depuis les épaules jusqu'à la ceinture et qu'une natte étroite
les emmaillotte et les serre à tel point, que ce qu'on voit de leur peau
est tout bleu et tout meurtri, leurs bras sont entortillés dans la même
natte et tout étendus. Ils portent jusqu'à sept épées passées dans leur
dos et dans leurs bras[91]. Ces épées leur font des blessures dès qu'ils
se remuent trop fort ou qu'ils viennent à tomber, ce qui leur arrive
souvent, car ils vont nu-pieds, et le pavé est si pointu que l'on ne
peut se soutenir dessus sans se couper les pieds. Il y en a d'autres
qui, au lieu de ces épées, portent des croix si pesantes qu'ils en sont
accablés. Ne pensez pas que ce soit des personnes du commun, il y en a
de la première qualité. Ils, sont obligés de se faire accompagner par
plusieurs de leurs domestiques qui sont déguisés et dont le visage est
couvert, de peur qu'on ne les reconnaisse. Ces gens portent du vin, du
vinaigre et d'autres choses pour en donner, de temps en temps, à leur
maître, qui tombe bien souvent comme mort de la peine et de la fatigue
qu'il souffre. Ce sont, d'ordinaire, les confesseurs qui enjoignent ces
pénitences, et l'on tient qu'elles sont si rudes que celui qui les fait
ne passe point l'année. M. le nonce m'a dit qu'il avait fait défense à
tous les confesseurs de les ordonner. Cependant j'en ai vu plusieurs;
apparemment cela venait de leur propre dévotion.

Depuis les premiers jours de la semaine sainte jusqu'à la Quasimodo, on
ne peut sortir sans trouver un nombre infini de pénitents de toutes les
sortes, et le vendredi saint, ils se rendent tous à la procession. Il
n'y en a qu'une générale dans la ville, composée de toutes les paroisses
et de tous les religieux. Ce jour-là, les dames sont plus parées qu'à
celui de leurs noces. Elles se mettent sur leurs balcons, qui sont ornés
de riches tapis et de beaux carreaux; elles sont quelquefois cent dans
une seule maison. La procession se fait sur les quatre heures du soir,
et à huit, elle n'est pas finie, car je ne vous puis dire la quantité
innombrable de monde que j'y ai vu, à compter depuis le Roi, Don Juan,
les cardinaux, les ambassadeurs, les grands, les courtisans et toutes
les personnes de la Cour et de la ville. Chacun tient un cierge, et
chacun a ses domestiques en très-grand nombre, qui portent des torches
ou des flambeaux. On voit à cette procession toutes les bannières et les
croix couvertes de crêpe. Il y a un très-grand nombre de tambours qui en
sont couverts de même et qui battent comme à la mort d'un général. Les
trompettes sonnent des airs tristes. La garde du Roi, composée de quatre
compagnies de différentes nations, savoir: de Bourguignons, d'Espagnols,
d'Allemands et de la Lancilla, porte ses armes couvertes de deuil, et
les traîne par terre. Il y a de certaines machines qui sont élevées sur
des théâtres, et qui représentent les mystères de la vie et de la mort
de Notre-Seigneur. Les figures sont de grandeur naturelle, très-mal
faites et très-mal habillées. Il y en a de si pesantes, qu'il faut cent
hommes pour les porter, et il en passe un nombre surprenant, car chaque
paroisse a les siennes. Je remarquai la Sainte Vierge qui fuyait en
Égypte. Elle était montée sur un âne très-bien caparaçonné. La housse
était toute brodée de belles perles; la machine était grande et fort
lourde[92].

L'on appréhende ici qu'on ne manque quelquefois à faire ses dévotions à
Pâques; c'est pourquoi un prêtre de chaque paroisse va dans les maisons
savoir du maître combien il y a de communiants chez lui. Lorsqu'il en
est informé, il l'écrit sur son registre. Quand on a communié, l'on vous
donne un billet qui en fait foi. A la Quasimodo, on va dans toutes les
maisons querir les billets que l'on doit avoir, suivant le premier
mémoire, et si l'on ne peut les fournir, on fait une exacte perquisition
de celui ou de celle qui n'a pas communié. En ce temps-là, les pauvres
qui sont malades mettent un tapis à leurs portes et on leur apporte la
communion avec une procession fort belle et fort dévote.

Depuis que je suis à Madrid, je n'ai guère vu d'enterrements
magnifiques, excepté celui d'une fille du duc de Medina-Celi. Son
cercueil était d'un bois rare des Indes, mis dans un sac de velours
bleu, croisé de bandes d'argent, et les glands de même attachaient le
sac par les deux bouts, comme une valise faite d'étoffe. Le cercueil
était dans un chariot couvert de velours blanc, avec des festons et des
couronnes de fleurs artificielles tout autour. On la portait ainsi à
Medina-Celi, ville capitale du duché de ce nom.

Ordinairement, on habille les morts des habits de quelque ordre
religieux, et on les porte le visage découvert jusque dans l'église où
ils doivent être inhumés. Si ce sont des femmes, on leur met l'habit de
carmélite. Cet ordre est en grande vénération ici; les princesses du
sang s'y retirent. Les Reines même, lorsqu'elles deviennent veuves, sont
obligées d'y passer le reste de leur vie, à moins que le Roi en ait
ordonné autrement avant sa mort, comme fit Philippe IV en faveur de la
Reine Marie-Anne d'Autriche, sa femme. Et à l'égard d'une Reine
répudiée, il faut aussi qu'elle se mette en religion, car, répudiées ou
non, elles n'ont pas la liberté de se remarier.

Les Rois d'Espagne se tiennent si fort au-dessus des autres rois, qu'ils
ne veulent pas qu'une princesse qui a été leur épouse le devienne jamais
d'un autre, en eût-elle la plus grande passion du monde.

Don Juan a une fille naturelle, religieuse carmélite de Madrid. Elle est
d'une beauté admirable, et l'on dit qu'elle n'avait aucune envie de
prendre le voile; mais c'était sa destinée, et c'est celle de bien
d'autres de sa qualité qui n'en sont guère plus contentes qu'elle.

On les nomme les Descalzas Reales, ce qui veut dire les demoiselles
royales. Cela s'étend même jusqu'aux maîtresses du Roi, soit qu'elles
soient filles ou veuves. Quand il cesse de les aimer, il faut qu'elles
se fassent religieuses.

J'ai vu quelques-unes des œuvres de sainte Thérèse, écrites de sa propre
main; son caractère est lisible, grand et médiocrement beau. Doña
Béatrix Carillo, qui est sa petite-nièce, les garde fort précieusement.
C'est elle qui me les a montrées. Ce sont des lettres dont on a fait un
recueil; je ne crois pas qu'on les ait jamais imprimées. Elles sont
parfaitement belles, et on voit dans toutes un certain air de gaieté et
de douceur qui marque beaucoup le caractère de cette grande sainte.

Pendant le Carême et même dans les autres temps, on trouve des
prédicateurs à chaque coin de rue, qui font là des sermons fort mal
étudiés et qui font aussi fort peu de fruit; mais, du moins, ils
contentent et leur zèle et leur désir de prêcher. Leurs plus fidèles
auditeurs sont les aveugles, qui tiennent lieu ici de nos chanteurs du
Pont-Neuf. Chacun d'eux, conduit par un petit chien, qui les mène fort
bien, va chantant des romances et des jacara (ce sont de vieilles
histoires, ou des événements modernes que le peuple est bien aise de
savoir); ils ont un petit tambour et une flûte dont ils jouent. Ils
disent souvent la chanson du _Roi François Ier_: Quand le Roi partit
de France, à malheur il en partit..... Vous la savez assurément, ma
chère cousine, car qui ne la sait pas? Cette chanson est chantée en fort
mauvais français par des gens qui n'en entendent pas un seul mot; tout
ce qu'ils en savent, c'est que le Roi fut pris par les Espagnols, et,
comme cette prise est fort à leur gloire, ils en veulent faire passer le
souvenir à leurs enfants.

Il y a une fleur de lis toute dorée sur le haut de la chambre où ce Roi
était prisonnier, et je ne dois pas oublier de vous dire que la prison
est un des plus beaux bâtiments de Madrid; les fenêtres en sont aussi
larges que celles des autres maisons. A la vérité, il y a des barreaux
de fer, mais ils sont tous dorés et d'une distance assez éloignée pour
ne pas faire soupçonner qu'on les a mis là pour empêcher qu'on ne se
sauve[93]. Je demeurai surprise de la propreté apparente d'un lieu si
désagréable en effet, et je pensai que l'on voulait démentir en Espagne
le proverbe français qui dit: «Qu'il n'y a pas de belles prisons, ni de
laides amours.» Pardonnez-moi ce proverbe, je ne les aime pas assez pour
vous en étourdir souvent.

Tous les meubles que l'on voit ici sont extrêmement beaux, mais ils ne
sont pas faits si proprement que les nôtres, et il s'en faut du tout
qu'ils ne soient si bien entendus. Ils consistent en tapisseries,
cabinets, peintures, miroirs et argenteries. Les vice-rois de Naples et
les gouverneurs de Milan ont rapporté d'Italie de très-excellents
tableaux; les gouverneurs des Pays-Bas ont eu des tapisseries
admirables; les vice-rois de Sicile et de Sardaigne des broderies et
des statues; ceux des Indes des pierreries et de la vaisselle d'or et
d'argent. Ainsi, chacun revenant de temps en temps chargé des richesses
d'un royaume, ils ne peuvent pas manquer d'avoir enrichi cette ville de
quantité de choses précieuses.

On change de meubles plusieurs fois l'année. Les lits d'hiver sont de
velours chamarrés de gros galons d'or; mais ils sont si bas et les
pentes si hautes, que l'on est comme enseveli dedans. On n'a l'été ni
rideau, ni quoi que ce soit autour de son lit; cela est de fort méchante
grâce. L'on y met quelquefois de la gaze de couleur pour garantir des
moucherons.

On passe l'hiver dans les appartements hauts, et l'on monte quelquefois
jusqu'au quatrième étage, selon le froid qu'il fait, pour s'en garantir.
On occupe à présent les appartements d'été qui sont bas et fort
incommodes. Toutes les maisons ont beaucoup de plain-pied, on traverse
douze ou quinze salles ou chambres tout de suite. Ceux qui sont les
moins bien logés en ont six ou sept. Les pièces sont d'ordinaire plus
longues que larges; les plafonds ne sont ni peints ni dorés, ils sont de
plâtre et tout unis, mais d'une blancheur à éblouir, car tous les ans on
les gratte et on les reblanchit aussi bien que les murailles, qui
semblent être de marbre, tant elles sont polies. Le carreau des
appartements d'été est fait d'une certaine matière qui, après que l'on a
jeté dessus dix seaux d'eau, sèche au bout d'une demi-heure et laisse
une fraîcheur agréable, de sorte que le matin on arrose tout, et peu
après on étend des tapis d'un jonc fort fin, mêlé de différentes
couleurs, qui couvrent le pavé. L'appartement est tapissé de ce même
jonc, de la hauteur d'une aune, pour empêcher que la fraîcheur des
murailles n'incommode ceux qui s'y appuient. Il y a au-dessus de ce jonc
des tableaux et des miroirs. Les carreaux de brocart d'or et d'argent
sont placés sur les tapis avec des tables et des cabinets très-beaux, et
d'espace en espace, des caisses d'argent remplies d'orangers et de
jasmins. L'on met des paillassons aux fenêtres, qui garantissent du
soleil, et l'on se promène sur le soir dans les jardins. Il y a
plusieurs maisons qui en ont de fort beaux où l'on trouve des grottes et
des fontaines en grande quantité, car les eaux sont ici en abondance et
fort bonnes. On compte dans le nombre de ces belles maisons celles du
duc d'Ossone, de l'amirante de Castille, de la comtesse d'Oñate et du
connétable de Castille. Mais j'ai tort de vouloir vous les spécifier,
car il est constant qu'il y en a une quantité considérable[94].

Au reste, il me semble qu'après toutes les précautions que je vois
prendre, la chaleur, quelque excessive qu'elle soit, ne peut incommoder,
nous le verrons. Ne pensez pas, s'il vous plaît, qu'il n'y ait que les
grands seigneurs qui occupent des appartements bas, chacun veut avoir le
sien, à la vérité selon son pouvoir; mais ne fût-ce qu'une petite cave,
ils y demeurent de bon cœur.

Il y a peu de menu peuple dans Madrid, et l'on n'y voit guère que des
personnes de qualité. Si l'on en excepte sept ou huit rues pleines de
marchands, vous ne trouvez aucune boutique dans cette ville, si ce ne
sont celles où se vendent les confitures et les liqueurs, les eaux
glacées et la pâtisserie.

Je ne veux pas omettre de vous dire que mille gens ont des dais ici;
car, sans compter les princes et les ducs, les titrés (qui sont en grand
nombre) en ont aussi. Les titrés sont ce qu'on appelle les grands
d'Espagne: les vrais marquis, les vrais comtes. S'il y a trente chambres
de plain-pied chez eux, vous y trouverez trente dais. Ma parente en a
vingt chez elle. Le Roi l'a faite marquise de Castille. Vous ne sauriez
croire, comme je tiens bien ma gravité sous un dais, particulièrement
quand on m'apporte mon chocolat; car trois ou quatre pages vêtus de
noir, comme de vrais notaires, me servent à genoux. C'est une coutume à
laquelle j'ai peine à m'accoutumer, parce qu'il me semble que ce respect
ne devrait être rendu qu'à Dieu. Mais cela est tellement d'usage ici,
que si un apprenti savetier présentait une savate à son maître, il
mettrait un genou en terre. Cette qualité de titulos donne beaucoup de
priviléges, dont je vous ai déjà parlé, et particulièrement celui
d'avoir un dais. On ne met point de balustres autour du lit.

Je vous l'ai déjà dit, ma chère cousine, il s'en faut beaucoup que nous
ne soyons si bien meublés en France que les personnes de qualité le sont
ici, principalement en vaisselle d'argent. C'est une différence si
notable, qu'on ne la croirait pas si on ne la voyait. L'on ne se sert
point de vaisselle d'étain, celle d'argent ou de terre sont les seules
qui soient en usage; et vous saurez que les assiettes ici ne sont guère
moins pesantes que les plats en France; car tout est d'une pesanteur
surprenante.

Le duc d'Albuquerque est mort il y a déjà quelque temps. On m'a dit
qu'on avait employé six semaines à écrire sa vaisselle d'or et d'argent
et à la peser; pendant ce temps, on y passait chaque jour deux heures
entières; cela ne se faisait qu'à gros frais. Il y avait, entre autres
choses, quatorze cents douzaines d'assiettes, cinquante grands plats et
sept cents petits. Tout le reste à proportion, et quarante échelles
d'argent pour monter jusqu'au haut de son buffet, qui était par gradins
comme un autel, placé dans une grande salle. Quand on me dit cette
opulence d'un particulier, je crus qu'on se moquait de moi; j'en
demandai la confirmation à Don Antoine de Tolède, fils du duc d'Albe,
qui était au logis. Il m'assura que c'était la vérité, et que son frère,
qui ne s'estimait pas riche en vaisselle d'argent, avait six cents
douzaines d'assiettes d'argent et huit cents plats. C'est une chose qui
ne leur est guère nécessaire pour les grands repas qu'ils font, à moins
que l'on ne soit aux mariages où tout est fort magnifique. Mais ce qui
cause cette abondance de vaisselle, c'est qu'on l'apporte toute faite
des Indes, et qu'elle ne paye point de droits au Roi. Il est vrai
qu'elle n'est guère mieux faite que les pièces de quatre pistoles, que
l'on frappe dans les galions, en revenant de ce pays-là[95].

C'est une chose digne de compassion que le mauvais ménage des grands
seigneurs. Il y en a beaucoup qui ne veulent point aller dans leurs
États (c'est ainsi qu'ils nomment leurs terres, leurs villes et leurs
châteaux). Ils passent leur vie à Madrid, et se rapportent de tout à un
intendant qui leur fait croire ce qu'il juge le plus à propos pour son
profit. Ils ne daignent pas seulement s'informer s'il dit vrai ou s'il
ment; cela serait trop exact et, par conséquent, au-dessous d'eux. Voilà
déjà une faute bien considérable; cette profusion de vaisselle pour
mettre deux œufs et un pigeon en est une autre.

Mais ce n'est pas seulement sur ces choses-là qu'ils manquent, c'est
aussi sur la dépense journalière de leur maison. On ne sait ce que c'est
que de faire des provisions de quoi que ce puisse être. On va querir
chaque jour ce qu'il faut, et le tout à crédit, chez le boulanger, le
rôtisseur, le boucher, et ainsi des autres. On ignore même ce qu'ils
écrivent sur leurs livres; et ce qu'ils donnent, ils le mettent au prix
qu'ils veulent; cela n'est ni examiné, ni contrarié. Il y a souvent
cinquante chevaux dans une écurie qui n'ont ni paille, ni avoine; ils
périssent de faim. Et lorsque le maître est couché, s'il se trouvait mal
la nuit, on y serait bien empêché, car il ne reste chez lui ni vin, ni
eau, ni pain, ni viande, ni charbon, ni bougie; en un mot, rien du tout,
parce que encore on ne prend les choses si justes qu'il n'en demeure.
Les domestiques ont la coutume d'emporter ces choses chez eux, et le
lendemain on recommence la même provision.

On ne tient pas une meilleure conduite avec les marchands. Un homme ou
une femme de qualité aimerait mieux mourir que de marchander une étoffe,
des dentelles ou des bijoux, ni de reprendre le reste d'une pièce d'or;
ils le donnent encore au marchand pour la peine de leur avoir vendu dix
pistoles ce qui n'en vaut pas cinq. S'ils ont un prix raisonnable, c'est
que celui qui leur vend a la conscience assez bonne pour ne se prévaloir
pas de leur facilité à donner tout ce qu'on leur demande, et comme ils
ont crédit des dix années de suite, sans penser à payer, ils se trouvent
à la fin accablés de leurs dettes.

Il est fort rare qu'ils s'embarquent dans de longs procès, et qu'ils
laissent décréter leurs biens; ils s'exécutent eux-mêmes. Ils assemblent
leurs créanciers, et ils leur donnent une certaine quantité de terres,
dont ils jouissent pendant un temps. Quelquefois ils cèdent tout, et
gardent une pension viagère, qui ne peut être arrêtée par les créanciers
qui pourraient dans la suite leur prêter quelque chose. Mais afin qu'ils
n'y soient pas trompés, on affiche les conventions du seigneur et de ses
créanciers.

Tout le papier de chicane est marqué et coûte plus que le commun. Il y a
un certain temps où l'on fait la distribution des procès. On les
instruit à Madrid, et l'on n'y en juge guère. On met toutes les pièces
d'une partie dans un sac; celles de l'autre dans un autre; l'instruction
dans un troisième. Et quand le temps de distribuer un procès est venu,
on les envoie aux parlements éloignés, de manière qu'on est bien souvent
jugé sans en savoir rien. On écrit sur un registre où le procès a été
envoyé, et on le tient fort secret. Quand l'arrêt est prononcé, on le
renvoie à Madrid, et on le signifie aux parties. Cela épargne bien des
peines et des sollicitations, qui devraient être toujours défendues.
Quant aux affaires que l'on a ici, elles sont d'une longueur mortelle,
soit à la cour, soit à la ville, et ruinent en peu de temps. Les
praticiens espagnols sont grands fripons de leur métier.

Il y a plusieurs conseils différents, tous composés de personnes de
qualité, et la plupart sont conseillers d'épée. Le premier est le
conseil d'État, les autres s'appellent conseil suprême de guerre,
conseil royal de Castille, alcaldes de cour, conseil de la
Sainte-Inquisition, conseil des ordres, conseil sacré suprême et royal
d'Aragon, conseil royal des Indes, conseil de la chambre de Castille,
conseil d'Italie, conseil des Finances, conseil de la Croisade, conseil
de Flandre, chambres pour le droit des maisons, chambres pour les bois
de Sa Majesté, chambre des millions.

On a si peu d'économie ici, que lorsqu'un père meurt et qu'il laisse de
l'argent comptant et des pupilles, l'on enferme l'argent dans un bon
coffre sans le faire profiter. Par exemple, le duc de Frias, dont la
veuve est remariée au connétable de Castille[96], a laissé trois filles,
et six cent mille écus comptants. On les a mis dans trois coffres, avec
le nom de chacune des petites filles. L'aînée n'avait pas sept ans; elle
est mariée à présent, en Flandre, au comte de Ligne. Les tuteurs ont
toujours gardé les clefs de ces coffres, et n'ont ouvert celui de
l'aînée que pour en compter l'argent à son mari. Voyez quelle perte
d'intérêts; mais ils disent que ce serait bien pis s'ils venaient à
perdre le principal; qu'on croit quelquefois l'avoir bien placé, et
qu'il l'est fort mal; qu'une banqueroute fait tout perdre, et qu'ainsi
il vaut mieux ne rien gagner que de hasarder le bien des pupilles.

Il est temps que je finisse, ma chère cousine, je craindrais de vous
fatiguer par une plus longue lettre. Je vous supplie de faire rendre
toutes celles que je vous envoie et de me pardonner la liberté que je
prends. Adieu, je vous embrasse et je vous aime toujours de tout mon
cœur.

A Madrid, ce 17 avril 1679.



DIXIÈME LETTRE.


Vous m'avez fait un grand plaisir de m'apprendre que vous recevez toutes
mes lettres, car j'étais en peine des deux dernières. Et puisque vous le
voulez, ma chère cousine, je continuerai de vous informer de tout ce qui
se passe ici et de tout ce que j'y vois.

Le palais royal est situé sur une éminence dont la pente va jusqu'aux
bords de la rivière nommée Mançanarez. Ses vues s'étendent sur la
campagne qui, en ce lieu-là, est assez agréable. L'on y va par la Calle
Mayor, c'est-à-dire par la Grand'Rue. En effet, elle est fort longue et
fort large. Plusieurs maisons considérables en augmentent la beauté. Une
place spacieuse est devant le palais. Les personnes, de quelque qualité
qu'elles soient, n'entrent point en carrosse dans la cour. On arrête
sous la grande voûte de la porte, à moins qu'on y fasse des feux de joie
ou quelque course de masques, car alors les carrosses y entrent. Un fort
petit nombre de hallebardiers se tiennent à la porte. Lorsque je
demandai pourquoi un si grand Roi avait si peu de monde à le garder:
Comment, Madame, me dit un Espagnol, ne sommes-nous pas tous ses gardes?
Il règne trop bien dans le cœur de ses sujets pour en devoir rien
craindre, et pour s'en défier. Le palais est à l'extrémité de la ville,
vers le midi. Il est bâti de pierres fort blanches. Deux pavillons de
briques terminent la façade; le reste n'est point régulier. Il y a
derrière deux cours carrées, bâties chacune des quatre côtés. La
première est ornée de deux grandes terrasses qui règnent tout du long.
Elles sont élevées sur de hautes arcades; des balustres de marbre
bordent ces terrasses, et des bustes de la même matière ornent la
balustrade. Ce que j'y ai trouvé d'assez singulier, c'est que les
statues des femmes ont du rouge aux joues et aux épaules. On entre par
de beaux portiques qui conduisent au degré, lequel est extrêmement
large. On trouve des appartements remplis d'excellents tableaux, de
tapisseries admirables, de statues très-rares, de meubles magnifiques,
en un mot de toutes les choses qui conviennent à un palais royal[97].
Mais il y a plusieurs chambres qui sont obscures. J'en ai vu qui ne
reçoivent de jour que par la porte, et auxquelles l'on n'a pas fait de
fenêtres. Celles qui en ont ne sont guère plus claires, parce que les
ouvertures sont fort petites. Ils disent que les chaleurs sont si
grandes, qu'il faut éviter, tant que l'on peut, de laisser entrer le
soleil. Il est encore vrai que le verre est rare et fort cher, de sorte
qu'à l'égard des autres maisons, il y a beaucoup de fenêtres sans
vitres, et lorsqu'on vient à parler d'une maison où il ne manque rien,
l'on dit: En un mot, elle est vitrée. Ce défaut de vitre ne paraît point
au dehors à cause des jalousies. Le palais est orné de plusieurs balcons
dorés qui font un très-bel effet. Tous les conseils s'y tiennent, et
lorsque le Roi y veut aller, il passe par des galeries et des corridors
sans être aperçu[98]. Il y a bien du monde persuadé que le château de
Madrid, que François Ier fit bâtir proche du bois de Boulogne, a été
pris sur le modèle du palais du Roi d'Espagne; mais c'est une erreur,
rien n'est moins ressemblant. Les jardins ne répondent pas à la dignité
de ce lieu. Ils ne sont ni aussi étendus ni aussi bien cultivés qu'ils
devraient être. Le terrain, comme je l'ai marqué, s'étend jusqu'au bord
du Mançanarez. Tout est enclos de murailles, et si ces jardins ont
quelque beauté, elle vient toute de la nature. On travaille avec
application à mettre l'appartement de la jeune Reine en état de la
recevoir. Tous ses officiers ont été nommés, et le Roi l'attend avec la
dernière impatience.

Le Buen-Retiro est une maison royale à l'une des portes de la ville. Le
comte-duc y fit faire d'abord une petite maison qu'il nomma Galinera,
pour mettre des poules fort rares qu'on lui avait données, et comme il
allait les voir assez souvent, la situation de ce lieu, qui est sur le
penchant d'une colline et dont la vue est très-agréable, l'engagea
d'entreprendre un bâtiment considérable. Quatre gros corps de logis et
quatre gros pavillons font un carré parfait. On trouve au milieu un
parterre rempli de fleurs et une fontaine dont la statue, qui jette
beaucoup d'eau, arrose, quand on veut, les fleurs et les contre-allées
par lesquelles on passe d'un corps de logis à l'autre. Ce bâtiment a le
défaut d'être trop bas. Les appartements en sont vastes, magnifiques et
embellis de bonne peinture. Tout y brille d'or et de couleurs vives dont
les plafonds et les lambris sont ornés[99]. Je remarquai dans une
grande galerie l'entrée de la Reine Élisabeth, mère de la feue Reine.
Elle est à cheval, vêtue de blanc, avec une fraise au cou et un
guard-infant. Elle a un petit chapeau garni de pierreries avec des
plumes et une aigrette. Elle était grasse, blanche et très-agréable; les
yeux beaux, l'air doux et spirituel. La salle pour les comédies est d'un
beau dessin, fort grande, tout ornée de sculpture et de dorure. L'on
peut être quinze dans chaque loge sans s'incommoder. Elles ont toutes
des jalousies, et celle où se met le Roi est fort dorée. Il n'y a ni
orchestre ni amphithéâtre; on s'assoit dans le parterre sur des bancs.
On voit, au bord de la terrasse, la statue de Philippe II, sur un cheval
de bronze. Cette pièce est d'un prix considérable. Les curieux se font
un plaisir de dessiner le cheval. Le parc a plus d'une grande lieue de
tour. On y trouve plusieurs pavillons détachés fort jolis et dans
lesquels il y a assez de logement. Ce n'a pas été sans beaucoup de
frais, que l'on a fait venir des sources d'eau vive dans un canal et
dans un carré d'eau sur lequel le Roi a de petites gondoles peintes et
dorées. Il y va pendant les grandes chaleurs de l'été, parce que les
fontaines, les arbres et les prairies rendent cet endroit plus frais et
plus agréable que les autres. Il y a des grottes, des cascades, des
étangs, du couvert, et même quelque chose de champêtre en certains
endroits, qui conserve la simplicité de la campagne et qui plaît
infiniment.

La Casa del Campo sert de ménagerie. Elle n'est pas grande, mais sa
situation est belle, étant au bord du Mançanarez. Les arbres y sont fort
hauts, et fournissent de l'ombre en tout temps. Je parle des arbres de
ce pays-ci, parce que l'on n'y en trouve que très-peu. Il y a de l'eau
en divers endroits, particulièrement un étang qui est entouré de grands
chênes. La statue de Philippe IV est dans le jardin. Ce lieu est un peu
négligé. J'y ai vu des lions, des ours, des tigres et d'autres animaux
féroces, lesquels vivent longtemps en Espagne, parce que le climat n'est
guère différent de celui d'où ils viennent. Bien des gens y vont rêver,
et les dames choisissent ordinairement cet endroit pour s'y promener,
parce qu'il est moins fréquenté que les autres. Mais j'en reviens au
Mançanarez. C'est une rivière qui n'entre point dans la ville. En de
certains temps, ce n'est ni une rivière ni un ruisseau, quoiqu'elle
devienne quelquefois si grosse et si rapide, qu'elle entraîne tout ce
qu'elle trouve sur son passage. Pendant l'été, on s'y promène en
carrosse. Les eaux en sont tellement basses dans cette saison, qu'à
peine pourrait-on s'y mouiller le pied, et cependant en hiver elle
inonde tout d'un coup les campagnes voisines[100]. Cela tient de ce que
les neiges qui couvrent les montagnes, venant à se fondre, les torrents
d'eau entrent avec abondance dans le Mançanarez. Philippe II fit bâtir
un pont dessus, que l'on nomme le pont de Ségovie. Il est superbe, et
pour le moins aussi beau que le Pont-Neuf, qui traverse la Seine à
Paris. Quand les étrangers le voient, ils s'éclatent de rire. Ils
trouvent qu'il est ridicule d'avoir fait un tel pont dans un lieu où il
n'y a point d'eau. Il y en eut un qui dit plaisamment là-dessus, qu'il
conseillerait de vendre le pont pour acheter de l'eau.

La Floride est une maison très-agréable et dont les jardins plaisent
infiniment. Des statues d'Italie, et de la main des meilleurs maîtres, y
sont en grand nombre. Les eaux y font un doux murmure qui charme avec
l'odeur des fleurs, dont on a pris soin de rassembler les plus rares et
les plus odoriférantes. On descend de là au Prado Nuevo, où il y a des
fontaines jaillissantes, et les arbres y sont extrêmement hauts. C'est
une promenade qui, pour n'être pas unie, n'en est guère moins agréable,
sa pente étant si douce que l'on ne s'aperçoit guère de l'inégalité de
ce lieu.

Il y a encore la Carzuela, qui n'a que des beautés champêtres, et
quelques salles assez fraîches, où le Roi passe et se repose au retour
de la chasse. Mais la vue en fait le plaisir, et l'on aurait pu y
ménager de grandes beautés.

Pour vous parler d'autre chose que des maisons du Roi, je vous dirai, ma
chère cousine, que le premier jour de mai, l'on fait le cours hors la
porte de Tolède. Cela se nomme _el sotillo_, et personne ne se dispense
d'y aller. J'y ai donc été, bien plus pour y voir que pour être vue,
quoique mes habits à la française me rendent assez remarquable et
m'attirent bien des regards. Les femmes de grande qualité ne se vont
promener en toute leur vie que la première année de leur mariage,
j'entends aux promenades publiques, et encore c'est tête-à-tête, avec
leur époux, la dame au fond, le mari au-devant, les rideaux tout
ouverts, et elle est fort parée. Mais c'est une sotte chose à voir que
ces deux figures droites comme des cierges, qui se regardent sans se
dire en une heure un seul mot. Il y a de certains jours destinés à la
promenade; tout Madrid y va, le Roi s'y trouve rarement[101]; mais
excepté Sa Majesté et un petit nombre de gens qui font leur cour, tout
le reste du monde n'y manque jamais. Ce qui incommode fort, ce sont ces
longs traits qui tiennent un si grand espace de pays, que tous les
chevaux s'y embarrassent. Il y a beaucoup de dames qui ne sont pas de
celles du premier rang, qui vont à ces promenades, leurs rideaux tout
fermés. Elles ne voient que par de petites vitres qui sont attachées aux
mantelets du carrosse. Le soir, il y vient aussi de grandes dames
_incognito_. Elles se font même un plaisir d'aller au Prado à pied quand
la nuit est venue. Elles mettent des mantilles blanches sur leur tête.
Ce sont des espèces de capes d'une étoffe de laine, qui les couvrent.
Elles les bordent de soie noire. Il n'y a que les femmes du commun et
celles qui cherchent des aventures qui en portent; mais quelquefois,
comme je vous le dis, il y a des dames de la cour qui vont en cet
équipage. Les cavaliers, de leur côté, mettent pied à terre et leur
disent des mots nouveaux; mais à bien attaqué, bien défendu.

Le comte de Berka, envoyé d'Allemagne, m'a conté que, comme il soupait
l'autre jour, ses fenêtres fermées à cause du froid, l'on frappa assez
fort contre les jalousies de la salle. Il envoya voir qui c'était: on
trouva trois femmes en mantilles blanches qui prièrent qu'on leur ouvrît
les fenêtres afin qu'elles pussent le voir. Il leur manda qu'elles
seraient plus commodément dans la salle. Elles entrèrent toutes cachées
et se mirent dans un coin, se tenant debout tant qu'il fut à table. Il
les pria inutilement de s'asseoir et de manger des confitures, elles ne
voulurent faire ni l'un ni l'autre, et, après lui avoir dit beaucoup de
plaisanteries où la vivacité de leur esprit parut tout entière, elles
sortirent. Il avait reconnu que c'étaient les duchesses de Medina-Celi,
d'Ossone et d'Uzeda (il les avait vues chez elles, car les ambassadeurs
ont la liberté d'aller quelquefois chez les grandes dames en visite
d'audience); mais il en voulut avoir une plus forte certitude et il les
fit suivre. On les vit rentrer chez elles par une fausse porte où
quelques-unes de leurs femmes les attendaient. Ces petits déguisements
ne se passent pas toujours avec autant d'innocence.

Pour les hommes, lorsqu'il est nuit, ils se promènent à pied dans le
Prado. Ils abordent les carrosses où ils voient des dames, s'appuyant
sur la portière, et jetant des fleurs et des eaux parfumées sur elles.
Quand on le leur permet, ils entrent dans le carrosse avec elles.

A l'égard de la promenade du premier de mai; c'est un vrai plaisir de
voir les bourgeois et le peuple assis, les uns dans les blés, les autres
sur le bord du Mançanarez; quelques-uns à l'ombre, quelques autres au
soleil, avec leurs femmes, leurs enfants, leurs amis ou leurs
maîtresses. Les uns mangent une salade d'ail et d'oignons; les autres,
des œufs durs; quelques-uns du jambon et même des _Galinas de leche_ (ce
sont des poulardes excellentes). Tous buvant de l'eau comme des canes,
et jouant de la guitare ou de la harpe[102]. Le Roi y vint avec Don
Juan, le duc de Medina-Celi, le connétable de Castille et le duc de
Pastrane. Je vis seulement son carrosse de toile cirée verte, tiré par
six chevaux pies, les plus beaux de l'univers, tout chargés de petites
papillotes d'or et de nœuds de ruban couleur de rose. Les rideaux du
carrosse étaient de damas vert avec une frange d'or; mais si bien fermés
que l'on ne pouvait rien remarquer que par les petites glaces des
mantelets. C'est la coutume que lorsque le Roi passe on s'arrête, et,
par respect, on tire les rideaux; mais nous en usâmes à la mode
française, et nous laissâmes les nôtres ouverts, nous contentant de
faire une profonde révérence. Le Roi remarqua que j'avais sur moi une
épagneule que la marquise d'Alhuye, qui est une fort aimable dame,
m'avait priée de porter à la connétable Colonne, et, comme je l'aimais
fort, elle me l'envoyait de temps en temps. Le Roi me la fit demander
par le comte de Los Arcos, capitaine de la garde espagnole, lequel
marchait à cheval à côté de la portière. Je la donnai aussitôt, et elle
eut l'honneur d'être caressée par Sa Majesté, qui trouva les petites
sonnettes qu'elle avait au cou et les boucles de ses oreilles fort à son
gré. Il a une chienne qu'il aime fort, et il envoya savoir si je voulais
bien qu'il les prît pour Daraxa; c'est ainsi qu'elle s'appelle.

Vous jugez bien, ma chère cousine, ce que je répondis. Il me renvoya
l'épagneule sans collier et sans boucles, et il chargea le comte de Los
Arcos de me donner une boîte d'or tout unie, pleine de pastilles qu'il
avait sur lui, souhaitant que je la gardasse. Elle est d'un prix fort
médiocre, mais je l'estime infiniment venant d'une telle main.

Ce fut Don Juan, qui est un des amis de ma parente, qui m'attira cette
marque de la bonté du Roi; car il savait que j'étais à Madrid, bien que
je n'eusse pas encore eu l'honneur de le voir.

Deux jours après, comme j'étais seule dans mon appartement, occupée à
peindre un petit ouvrage, je vis entrer un homme que je ne connaissais
point, mais qui me parut d'assez bonne mine, pour juger à sa physionomie
qu'il était de qualité. Il me dit que, n'ayant pas trouvé ma parente, il
avait résolu de l'attendre, parce qu'il avait une lettre à lui donner.
Après quelques moments de conversation, il la fit tomber sur Don Juan,
et il me dit qu'il ne doutait point que je ne le visse souvent. Je
répliquai qu'il était bien vrai que depuis que j'étais arrivée, ce
prince était venu voir ma parente, mais qu'il ne m'avait pas demandée.
C'est, peut-être, ajouta-t-il, que vous étiez malade ce jour-là. Je n'ai
point été malade, répliquai-je, et j'aurais été bien aise de le voir et
de l'entendre, parce qu'on m'en a dit du bien et du mal, et que je
voudrais démêler si on lui fait tort ou justice. Ma parente, à qui je
l'ai témoigné, m'a dit qu'il n'y avait pas moyen, et qu'il est si dévot
qu'il ne veut parler à aucune dame. Serait-il possible, dit-il en
souriant, que la dévotion lui eût si fort renversé l'esprit? Pour moi,
je me persuade qu'il vous a demandée, et qu'on lui a assuré que vous
aviez la fièvre. La fièvre, repris-je, voilà qui me paraît bien positif.
Hé! de grâce, comment le savez vous? Ma parente arriva dans ce moment.
Elle demeura fort surprise de trouver Don Juan avec moi, et je ne le fus
pas moins qu'elle, car je ne savais point que ce fût lui. Il lui dit
plusieurs fois qu'il ne lui pouvait pardonner l'idée qu'elle m'avait
donnée de lui; qu'il n'était point un bigot, et qu'il était persuadé que
la dévotion ne rendait personne sauvage.

Je le trouvai fort bien fait, l'air galant, les manières polies et
civiles, extrêmement d'esprit et de vivacité. Comme ma parente en a
beaucoup, elle se défendit fort bien du reproche qu'il lui faisait; mais
lorsqu'il fut parti, elle me pensa manger de lui avoir dit que je
n'avais point la fièvre. Je voulus m'excuser sur ce que j'ignorais
qu'elle lui eût dit elle-même, et que je ne savais point deviner. Elle
me répliqua qu'il fallait deviner à la cour, et que, à moins de cela,
l'on y faisait le personnage d'une bête.

Elle demanda au prince s'il était vrai que la Reine-mère eût écrit au
Roi pour le prier qu'elle pût le voir et qu'il l'eût refusé. Il en
convint, et que c'était aussi la seule raison qui empêchait Sa Majesté
d'aller à Aranjuez, de peur qu'elle vînt l'y trouver malgré la défense
qui lui était faite de sortir de Tolède. Quoi! seigneur, m'écriai-je, le
Roi ne veut pas voir la Reine sa mère? Dites plutôt, reprit-il, que
c'est la politique de l'État qui défend aux souverains de suivre leurs
inclinations quand elles ne s'accordent pas avec le bien public. Nous
avons pour maxime, dans le conseil d'État, de consulter toujours
l'esprit du grand Charles-Quint dans toutes les affaires difficiles;
nous examinons ce qu'il aurait fait dans telle ou telle rencontre, et
nous tâchons de le faire à notre tour. Pour moi, j'ai trouvé, avec bien
d'autres, qu'il n'aurait pas vu sa mère, après avoir eu lieu de
l'exiler; et, le Roi en est si persuadé, qu'il lui a répondu que cela
ne se pouvait. Il ne me fut pas malaisé de connaître que Don Juan
accommodait le génie de Charles-Quint au sien propre.

Le Roi est allé au Buen-Retiro, où j'ai eu l'honneur de le voir pour la
première fois à la comédie, car il ouvrit les jalousies de sa loge pour
nous regarder dans la nôtre, parce que nous étions vêtues à la
française. L'ambassadrice de Danemark y était habillée de même, et si
belle, qu'il dit au prince de Monteleon que nous étions toutes à son
gré, mais que c'était dommage que nous ne fussions coiffées et mises à
l'espagnole; que plus il regardait l'habit des dames françaises, plus il
lui semblait choquant; que celui des hommes ne l'était pas tant. On
jouait devant lui l'opéra d'Alcine; j'y eus peu d'attention, parce que
je regardais toujours le Roi pour vous le dépeindre. Je vous dirai qu'il
a le teint délicat et blanc, le front grand, les yeux beaux et doux, le
visage fort long et étroit, les lèvres très-grosses comme tous ceux de
la maison d'Autriche, et la bouche grande, le nez extrêmement aquilin,
le menton pointu et relevé, les cheveux blonds en quantité, tout plats
et passés derrière les oreilles; la taille assez haute, droite et
déliée, les jambes menues et presque tout unies[103]. Il a naturellement
beaucoup de bonté, il est enclin à la clémence, et, de plusieurs
conseils qu'on lui donne, il prend celui qu'il croit le plus utile pour
ses peuples; car il les aime fort. Il n'est point vindicatif; il est
sobre, il aime à donner, il est pieux; ses inclinations sont portées au
bien, son humeur égale et d'un accès facile. Il n'a pas eu toute
l'éducation qui sert à former l'esprit. Il n'en manque pourtant point.
Je vais vous en marquer quelques traits que l'on m'a racontés, et encore
qu'ils ne soient pas importants, cela fait toujours plaisir à savoir.

Il n'y a pas longtemps que madame la connétable Colonne, qui était en
religion à San-Domingo, étant sortie de cette abbaye où elle était
rentrée et sortie plusieurs fois, les religieuses, fatiguées de son
procédé, résolurent de ne la plus recevoir; et, en effet, la dernière
fois qu'elle y voulut rentrer, elles lui dirent nettement qu'elle
pouvait rester dans le monde, ou choisir une autre retraite que leur
maison. Elle se sentit fort offensée de ce refus, qui ne convenait point
à une personne de sa qualité et de son mérite. Elle fit agir ses amis
auprès du Roi, et il envoya dire à l'abbesse qu'elle eût à ouvrir sa
porte à la connétable. L'abbesse et toutes les religieuses, s'obstinant
dans leur refus, dirent qu'elles voulaient représenter leurs raisons à
Sa Majesté, et qu'elles l'iraient trouver. Lorsqu'on rapporta au Roi la
réponse de ces religieuses, il s'éclata de rire et dit: J'aurai bien du
plaisir de voir cette procession de nonnes, qui viendront en chantant:
_Libera nos, Domine, de la condestabile._

Elles n'y allèrent pourtant pas, et elles prirent le parti de
l'obéissance, qui est toujours le meilleur[104].

Il pleuvait, il y a quelques jours, le tonnerre était effroyable; le
Roi, qui se divertit quelquefois à faire des petites malices à ses
courtisans, commanda au marquis d'Astorga d'aller l'attendre sur la
terrasse du palais. Le bon vieillard lui dit en riant: Sire, serez-vous
longtemps à venir? Pourquoi, dit le Roi? C'est, répliqua-t-il, que Votre
Majesté n'aura qu'à faire apporter un cercueil pour me mettre dedans,
car il n'y a pas d'apparence que je résiste à un temps comme celui-ci.
Allez, allez, marquis, dit le Roi, j'irai vous trouver. Le marquis
sortit, et, sans balancer, il monta dans son carrosse et s'en alla chez
lui. Au bout de deux heures, le Roi dit: Assurément, le bonhomme est
pénétré jusqu'aux os; qu'on le fasse descendre, je veux le voir en cet
état. On dit au Roi qu'il ne s'y était pas exposé; sur quoi il dit,
qu'il n'était pas seulement vieux, mais qu'il était fort sage.

On prit, il y a peu, une des plus belles courtisanes de Madrid, déguisée
en homme auprès du palais; elle avait attaqué son amant, dont elle
croyait avoir sujet de se plaindre. Celui-ci, l'ayant reconnue au son de
sa voix et à la manière dont elle se servait de son épée, ne voulut
point employer la sienne pour se défendre; bien loin de là, il ouvrit
son _jubon_, qui est une veste, et lui laissa l'entière liberté de le
frapper. Il croyait peut-être qu'elle n'aurait pas assez de colère ou de
courage pour le faire; mais il se trompa, et elle lui porta un coup de
toute sa force qui le fit tomber très-blessé. A peine eut-elle vu couler
son sang, qu'elle se jeta par terre et fit des cris effroyables; elle se
déchira le visage avec ses ongles et s'arracha les cheveux. Le peuple,
s'étant amassé autour d'elle, vit bien, à son air et à ses longs
cheveux, que c'était une femme. Ainsi la justice l'arrêta, et quelques
seigneurs qui passaient dans ce même moment, l'ayant vue, contèrent au
Roi ce qui venait d'arriver. Il voulut lui parler, on l'amena devant
lui. Est-ce toi, lui dit-il, qui a blessé un homme près du palais? Oui,
Sire, répondit-elle, j'ai voulu me venger d'un ingrat. Il m'avait promis
de me garder son cœur, j'ai su qu'il l'a donné à une autre. Et pourquoi
donc, reprit-il, es-tu si affligée puisque tu t'es vengée? Ah! Sire,
continua-t-elle, je me suis punie en cherchant à me venger. Je suis au
désespoir, je supplie Votre Majesté d'ordonner qu'on me fasse mourir,
car je mérite le dernier châtiment. Le Roi en eut compassion, et se
tournant vers ceux qui l'environnaient: En vérité, dit-il, j'ai peine à
croire qu'il y ait au monde un état plus malheureux que celui d'aimer
sans être aimé. Va, continua-t-il, tu as trop d'amour pour avoir de la
raison. Tâche d'être plus sage que tu ne l'as été et n'abuse point de la
liberté que je te fais rendre. Elle se retira, sans être menée, dans le
lieu où l'on enferme les misérables qui ont une mauvaise conduite[105].

Tout ce que je vous ai dit du Roi m'a éloignée de l'opéra d'Alcine. Je
le vis le premier jour avec tant de distraction que lorsque j'y
retournai il me parut tout nouveau. Il n'a jamais été de si pitoyables
machines. On faisait descendre les dieux à cheval sur une poutre qui
tenait d'un bout du théâtre à l'autre. Le soleil était brillant par le
moyen d'une douzaine de lanternes de papier huilé, dans chacune
desquelles il y avait une lampe. Lorsque Alcine faisait des
enchantements et qu'elle invoquait les démons, ils sortaient commodément
des enfers avec des échelles; le _gracioso_, c'est-à-dire le bouffon,
dit cent impertinences. Les musiciens ont la voix assez belle, mais ils
chantent trop de la gorge. On avait autrefois l'indulgence de laisser
entrer beaucoup de gens dans la salle, quoique le Roi y fût. Cette
coutume est changée, il n'y entre plus que de grands seigneurs, et, tout
au moins, des titrés ou des chevaliers des trois ordres militaires.
Cette salle est assurément fort belle, elle est toute peinte et dorée;
les loges, ainsi que je vous l'ai marqué, sont toujours grillées de
jalousies comme celles que nous avons à l'Opéra; mais elles tiennent
depuis le haut jusqu'en bas, et il semble que ce soient des chambres. Le
côté où le Roi se met est magnifique. Au reste, la plus belle comédie du
monde, j'entends de celles que l'on joue dans la ville, est bien souvent
approuvée ou blâmée selon le caprice de quelque misérable. Il y a, entre
autres, un cordonnier qui en décide, et qui s'est acquis un pouvoir si
absolu de le faire, que lorsque les auteurs les ont achevées, ils vont
chez lui pour briguer son suffrage. Ils lui lisent leurs pièces; le
cordonnier prend son air grave, dit cent impertinences qu'il faut
pourtant essuyer. Au bout de tout cela, quand il se trouve à la première
représentation, tout le monde a les yeux attachés sur le geste et les
actions de ce faquin. Les jeunes gens, de quelque qualité qu'ils soient,
l'imitent. S'il bâille, ils bâillent; s'il rit, ils rient. Enfin
l'impatience le prend quelquefois, il a un petit sifflet, il se met à
siffler. En même temps, cent autres sifflets font retentir la salle d'un
ton si aigu, qu'il rompt la tête aux spectateurs. Voilà mon pauvre
auteur au désespoir, et toutes ses veilles et ses peines à la merci de
la bonne ou de la méchante humeur d'un maraud[106].

Il y a, dans la salle de ces comédiens, un certain endroit que l'on
nomme la _casuela_ (c'est comme l'amphithéâtre); toutes les dames d'une
médiocre vertu s'y mettent, et tous les grands seigneurs y vont pour
causer avec elles. Il s'y fait quelquefois tant de bruit, que l'on
n'entendrait point le tonnerre, et elles disent des choses si
plaisantes, qu'elles font mourir de rire, car leur vivacité n'est
arrêtée par aucune bienséance. Elles savent, de plus, les aventures de
tout le monde; et, s'il y avait un bon mot à dire sur Leurs Majestés,
elles aimeraient mieux être pendues un quart d'heure après que d'avoir
manqué à le dire.

On peut dire que les comédiennes sont adorées dans cette cour. Il n'y en
a aucune qui ne soit la maîtresse d'un fort grand seigneur, et pour
laquelle il ne se soit fait plusieurs combats, où il y a eu bien des
gens tués. Je ne sais pas ce qu'elles disent de si joli; mais, en
vérité, ce sont les plus vilaines carcasses du monde. Elles font une
dépense effroyable, et on laisserait plutôt périr toute sa maison de
faim et de soif que de souffrir qu'une gueuse de comédienne manquât des
choses les plus superflues[107].

Nous sommes dans une saison assez incommode, parce que c'est l'usage de
faire prendre le vert aux mules, et presque tout le monde est à pied. On
ne voit, dans ce temps, que de l'herbe qu'on porte de tous les côtés, et
les plus grands seigneurs gardent à peine deux mules pour les mener; ils
prennent, à cause de cela, le parti d'aller souvent à cheval.

Les chevaux qui ont paru aux courses de taureaux, et qui sont adroits
pour ces sortes de fêtes, augmentent beaucoup de prix, et sont fort
recherchés. Le Roi, se voulant divertir, en ordonna une pour le 22 de
ce mois. J'en eus de la joie, parce qu'encore que j'en eusse entendu
parler, je n'en avais point vu jusqu'à présent, et le jeune comte de
Koenigsmarck, qui est Suédois, voulut tauriser pour une fille de mes
amies, de sorte que je fus encore plus empressée à me rendre à la Plaza
Major, où ma parente, en qualité de titulada de Castille, avait son
balcon marqué et paré d'un dais, avec des tapis et des carreaux du
garde-meuble de la couronne. Pour vous informer bien de tout ce qui se
passe à ces sortes de fêtes, je dois vous dire que lorsque le Roi
ordonne que l'on en fasse, l'on mène dans les montagnes et dans les
forêts de l'Andalousie, des vaches que l'on nomme des _mandarines_. On
sait que les plus furieux taureaux sont dans ces endroits-là. Et comme
elles sont faites au badinage (s'il m'est permis de parler ainsi), elles
s'enfoncent dans la montagne, les taureaux les voient et s'empressent de
leur faire la cour. Elles fuient, ils les suivent; et elles les engagent
dans certaines palissades que l'on met exprès le long des chemins, qui
sont quelquefois de trente à quarante lieues. Plusieurs hommes armés de
demi-piques et bien montés, chassent ces taureaux et les empêchent de
retourner sur leurs pas; mais quelquefois ils sont obligés de les
combattre dans ces barrières, et souvent l'on y est tué ou blessé.

Des gens qui sont postés exprès sur les chemins, viennent donner avis du
jour que les taureaux arrivent à Madrid; et l'on met de même des
palissades dans la ville, afin qu'ils ne puissent faire du mal à
personne. Les mandarines, qui sont de vraies traîtresses, marchent
toujours devant, et ces pauvres taureaux les suivent bonnement jusqu'à
la place destinée pour la course, où l'on dresse exprès une grande
écurie avec des ais propres à les enfermer. Il y en a quelquefois
trente, quarante et jusqu'à cinquante. Cette écurie a deux portes, les
mandarines entrent par l'une et se sauvent par l'autre, et quand les
taureaux veulent continuer de les suivre, l'on baisse une trappe, et ils
se trouvent pris.

Après qu'ils se sont reposés quelques heures, on les fait sortir de
l'écurie, les uns après les autres, dans la grande place, où il vient
quantité de jeunes paysans, forts et robustes, dont les uns prennent le
taureau par les cornes, les autres l'arrêtent par la queue; parce qu'ils
le marquent à la cuisse d'un fer chaud, et qu'ils lui fendent les
oreilles, on les nomme _herradores_. Ceci ne se passe pas si
paisiblement qu'il n'y ait quelquefois plusieurs personnes tuées, et
c'est un prélude de la fête qui fait toujours beaucoup de plaisir au
peuple, soit qu'il aime à voir répandre du sang, ou qu'il aime seulement
les choses extraordinaires, qui le surprennent d'abord et qui lui
donnent lieu de faire ensuite de longues réflexions. Mais s'il en fait
sur ce qui arrive de fâcheux dans cette fête, il ne paraît pas qu'il en
profite, car il est toujours prêt à s'exposer dans toutes les courses
que l'on fait.

On donne à manger aux taureaux; on choisit les meilleurs pour la course,
et même on les connaît pour les fils ou les frères de ceux qui ont bien
fait du carnage aux fêtes précédentes. On attache à leurs cornes un
long ruban; à la couleur du ruban tout le monde les reconnaît et cite
l'histoire de leurs ancêtres: que l'aïeul ou le trisaïeul de ces
taureaux tuèrent courageusement tels et tels, et l'on ne se promet pas
moins de ceux qui paraissent.

Quand ils sont suffisamment reposés, on sable la Plaza Major, et l'on
met tout autour des barrières de la hauteur d'un homme, qui sont peintes
des armes du Roi et de celles de ses royaumes. Cette place est, ce me
semble, plus grande que la place Royale. Elle est plus longue que large,
avec des portiques, sur lesquels les maisons sont bâties, et sont toutes
semblables, faites en manière de pavillons, à cinq étages, et à chacun
un rang de balcon sur lequel on entre par de grandes portes vitrées.
Celui du Roi est plus avancé que celui des autres, plus spacieux et tout
doré. Il est au milieu d'un des côtés avec un dais au-dessus. Vis-à-vis,
sont les balcons des ambassadeurs qui ont séance quand il tient
chapelle, c'est-à-dire M. le nonce, l'ambassadeur de l'Empereur,
l'ambassadeur de France, et ceux de Pologne, de Venise et de Savoie:
ceux d'Angleterre, de Hollande, de Suède, de Danemark, et des autres
princes protestants, ne tiennent pas de rang là. Les conseils de
Castille, d'Aragon, de l'Inquisition, d'Italie, de Flandre, des Indes,
des Ordres, de Guerre, de la Croisade et des Finances, sont à la droite
du Roi.

On les reconnaît aux armes qui sont sur leurs tapis de velours cramoisi
tout brodés d'or. Ensuite le corps de ville, les juges, les grands et
les titulados, sont placés chacun son rang, et aux dépens du Roi ou de
la ville, qui louent les balcons de divers particuliers qui demeurent
là.

On donne de la part du Roi, à tous ceux que je viens de marquer, une
collation dans des corbeilles fort propres, et l'on apporte aux dames
avec cette collation, qui consiste en fruits, confitures sèches et des
eaux glacées, des gants, des rubans, des éventails, des pastilles, des
bas de soie et des jarretières. De sorte que ces fêtes-là coûtent
toujours plus de cent mille écus. Cette dépense se prend sur les amendes
qui sont adjugées au Roi ou à la ville. C'est un fonds auquel on ne
toucherait pas pour tirer le royaume du plus grand péril, et, si on le
faisait, il en pourrait arriver une sédition, tant le peuple est
enchanté de cette sorte de plaisir.

Depuis le niveau du pavé jusqu'au premier balcon, l'on fait des
échafauds, pour placer tout le monde. On loue un balcon jusqu'à quinze
et vingt pistoles, et il n'y en a aucun qui ne soit occupé et paré de
riches tapis et de beaux dais. Le peuple ne se met point sous le balcon
du Roi, cet endroit est rempli par ses gardes. Il y a seulement trois
portes ouvertes, par lesquelles les personnes de qualité viennent dans
leurs plus beaux carrosses, particulièrement les ambassadeurs; et l'on y
fait plusieurs tours quelque temps avant que le Roi arrive. Les
cavaliers saluent les dames qui sont sur les balcons, sans être
couvertes de leurs mantes. Elles sont parées de toutes leurs pierreries
et de ce qu'elles ont de plus beau. On ne voit que des étoffes
magnifiques, des tapisseries, des carreaux et des tapis tout relevés
d'or. Je n'ai jamais rien vu de plus éblouissant. Le balcon du Roi est
entouré de rideaux vert et or, qu'il tire quand il ne veut pas qu'on le
voie.

Le Roi vint sur les quatre heures, et aussitôt tous les carrosses
sortirent de la place. C'est ordinairement l'ambassadeur de France qu'on
y remarque le plus, parce que lui et tout son train sont habillés à la
française, et c'est le seul ambassadeur qui ait ici ce privilége, car
les autres se mettent à l'espagnole. Mais le marquis de Villars n'est
pas encore arrivé. Le carrosse du Roi est précédé de cinq ou six autres
où sont les officiers, les menins et les pages de la chambre, et le
carrosse de respect, où il n'y a personne dedans, marche immédiatement
devant celui de Sa Majesté, dont le cocher et le postillon vont toujours
tête nue, et un valet de pied porte leur chapeau. Le carrosse est
entouré de gardes à pied. Ceux que l'on nomme gardes du corps ont des
pertuisanes et marchent fort près du carrosse. Aux portières sont en
grand nombre les pages du Roi, habillés de noir, et sans épée, qui est
la seule marque qui les fasse connaître pour être des pages. Comme les
dames destinées à être près de la jeune Reine ont déjà été nommées,
elles venaient toutes sous la conduite de la duchesse de Terranova, dans
les carrosses du Roi; et des hommes de la première qualité marchaient à
la portière, les uns à pied pour en être plus proche, et les autres
montés sur les plus beaux chevaux du monde, qui sont dressés exprès, et
que l'on appelle chevaux de mouvement. Pour faire cette galanterie, il
faut en avoir obtenu permission de sa maîtresse; autrement on s'en
attirerait de grands reproches, et même une affaire avec les parents de
la dame, qui prendraient cette liberté au point d'honneur. Lorsqu'elle
le trouve bon, on peut faire toutes les galanteries dont ces sortes de
fêtes fournissent l'occasion. Mais bien qu'ils n'aient rien à craindre
de la part des dames qu'ils servent, ni de leurs familles, toutes les
difficultés ne sont pas levées pour cela: car les _dueñas de honor_,
dont il y a une provision incommode dans chaque carrosse, et les
_guardadamas_ qui vont à cheval, sont de fâcheux surveillants. A peine
a-t-on commencé un peu de conversation, que les vieilles tirent le
rideau, et les _guardadamas_ vous disent que l'amour le plus respectueux
est le plus discret. Ainsi, il faut bien souvent se contenter de se
parler avec les yeux et de faire des soupirs si hauts qu'ils s'entendent
de fort loin.

Toutes les choses étant ainsi disposées, les capitaines des gardes et
les autres officiers entrent dans la place, montés sur de très-beaux
chevaux et suivis des gardes espagnole, allemande et bourguignonne. Ils
sont vêtus de velours ou de satin jaune, qui sont les livrées du Roi,
avec des galons veloutés cramoisi, or et argent. Les archers de la
garde, que je nomme gardes du corps, ont seulement un petit manteau de
la même livrée sur des habits noirs. Les Espagnols ont des chausses
retroussées à l'antique, les Allemands, appelés Tudesques, en ont comme
les Suisses. Ils se rangent l'un auprès de l'autre, du côté du balcon du
Roi, pendant que les deux capitaines et les deux lieutenants, ayant
chacun un bâton de commandement à la main, et suivis d'une nombreuse
livrée, marchent tous quatre de front à la tête des gardes, et font
plusieurs tours dans la place pour donner les ordres nécessaires, et
pour saluer les dames de leur connaissance. Leurs chevaux font cent
courbettes et cent bonds. Ils sont couverts de nœuds de ruban et de
housses en broderie. On les nomme _picadores_ pour les distinguer.
Chacun de ces seigneurs affecte de porter ces jours-là les couleurs que
sa maîtresse aime davantage.

Après que le peuple est sorti des barrières et s'est rangé sur les
échafauds, on arrose la place avec quarante ou cinquante tonneaux d'eau
qui sont tirés chacun par une charrette. Les capitaines des gardes
reviennent alors prendre leurs postes sous le balcon du Roi, où tous les
gardes se mettent aussi, et font une espèce de haie, se tenant fort
serrés; et quoique les taureaux soient quelquefois prêts à les tuer, il
ne leur est pas permis de reculer ni de sortir de leur place. Ils leur
présentent seulement la pointe de leurs hallebardes, et se défendent
avec beaucoup de péril de leur part. Lorsqu'ils en tuent un, il est à
eux.

Je vous assure que cette foule innombrable de peuple (car tout en est
plein, et les toits des maisons comme tout le reste), ces balcons si
bien parés, avec tant de belles dames, cette grande cour, ces gardes et
enfin toute cette place, donnent un des plus beaux spectacles que j'aie
jamais vus.

Aussitôt que les gardes occupent le quartier du Roi, il entre dans la
place six alguazils ou huissiers de ville, tenant chacun une grande
baguette blanche. Leurs chevaux sont excellents, harnachés à la
morisque, chargés de petites sonnettes. L'habit des alguazils est noir.
Ils ont des plumes et tiennent la meilleure contenance qu'ils peuvent
dans l'extrême crainte dont ils sont saisis, à cause qu'il ne leur est
pas permis de sortir de la lice; et ce sont eux qui vont querir les
cavaliers qui doivent combattre.

Je dois vous dire, avant de continuer cette petite description, qu'il y
a des lois établies pour cette sorte de course, que l'on nomme _Duelo_,
c'est-à-dire duel, parce qu'un cavalier attaque le taureau et le combat
en combat singulier. Voici quelques-unes des choses que l'on y observe.
Il faut être né gentilhomme et connu pour tel pour combattre à
cheval[108]. Il n'est pas permis de tirer l'épée contre le taureau,
qu'il ne vous ait fait insulte. On appelle insulte, quand il vous
arrache de la main le _garrochon_, c'est-à-dire la lance, ou qu'il a
fait tomber votre chapeau, ou votre manteau; ou qu'il vous a blessé vous
ou votre cheval, ou quelqu'un de ceux qui vous accompagnent. En ce cas,
le cavalier est obligé de pousser son cheval droit au taureau, car
c'est un _empeño_, cela veut dire un affront qui engage à le venger ou à
mourir; et il faut lui donner _una cuchillada_, c'est-à-dire un coup du
revers de son épée à la tête ou au cou. Mais si le cheval sur lequel le
cavalier est monté résiste à avancer, l'on met aussitôt pied à terre, et
l'on marche courageusement contre ce fier animal. On est armé d'un épieu
fort court et large de trois doigts. Il faut que les autres cavaliers
qui sont là pour combattre descendent aussi de cheval, et accompagnent
celui qui est dans l'empeño: mais ils ne le secondent point pour lui
procurer aucun avantage contre son ennemi. Lorsqu'ils vont tous de cette
manière vers le taureau, s'il s'enfuit à l'autre bout de la place, au
lieu de les attendre ou de venir à eux; après l'avoir poursuivi quelque
temps, ils ont satisfait aux lois du duel.

Lorsqu'il y a dans la ville des chevaux qui ont servi à tauriser, et qui
sont adroits, bien que l'on ne connaisse point celui à qui ils sont, on
les lui emprunte, soit qu'il ne souhaite pas les vendre, soit qu'on ne
soit pas en état de les acheter; et l'on n'en est jamais refusé. Si par
malheur le cheval est tué, et qu'on le veuille payer, on ne le souffre
pas, et ce serait manquer à la générosité espagnole que de recevoir de
l'argent en telle rencontre. Il est, cependant, assez désagréable
d'avoir un cheval que l'on a bien pris de la peine à dresser, et que le
premier inconnu vous fait tuer sans qu'il en soit autre chose. Cette
sorte de combat est jugée si périlleuse, qu'il y a des indulgences
ouvertes en beaucoup d'églises pour ces jours-là, à cause du massacre
qui s'y fait. Plusieurs Papes ont voulu abolir tout à fait des
spectacles si barbares, mais les Espagnols ont fait de si grandes
instances envers la cour de Rome, pour qu'on les laissât, qu'elle s'est
accommodée à leur humeur, et jusqu'ici elle les a tolérés.

Le premier jour que j'y fus, les alguazils vinrent à la porte qui est au
bout de la lice, querir les six chevaliers, dont le comte de
Koenigsmarck était un, qui se présentaient pour combattre. Leurs chevaux
étaient admirablement beaux et magnifiquement harnachés. Sans compter
ceux qu'ils montaient, ils en avaient chacun douze, que les palefreniers
menaient en main, et chacun six mulets chargés de _rejones_ ou
garrochons[109], qui sont, comme je vous l'ai déjà dit, des lances de
bois de sapin fort sec, longues de quatre ou cinq pieds, toutes peintes
et dorées avec le fer très-poli, et par-dessus, les mulets avaient des
couvertures de velours, aux couleurs de ceux qui devaient combattre.
Leurs armes y étaient en broderies d'or. Cela ne se pratique pas à
toutes les fêtes. Quand c'est la ville qui les donne, il y a bien moins
de magnificence; mais comme c'était le Roi qui avait ordonné celle-ci,
et qu'elle se faisait à cause de son mariage, rien n'y était oublié.

Les cavaliers étaient vêtus de noir brodé d'or et d'argent, de soie ou
de jais. Ils avaient des plumes blanches mouchetées de différentes
couleurs, qui s'élevaient toutes sur le côté du chapeau, avec une riche
enseigne de diamants et un cordon de même. Ils portaient des écharpes,
les unes blanches, les autres cramoisies, bleues et jaunes brodées d'or
passé: quelques-uns les avaient autour d'eux, d'autres, mises comme un
baudrier, et d'autres au bras. Celles-ci étaient étroites et courtes.
C'étaient sans doute des présents de leurs maîtresses; car, d'ordinaire,
ils courent pour leur plaire et pour leur témoigner qu'il n'y a point de
péril auquel ils ne s'exposassent pour contribuer à leur divertissement.
Ils avaient par-dessus un manteau noir qui les enveloppait, dont les
bouts étant jetés par derrière, les bras n'en étaient point embarrassés.
Ils portaient de petites bottines blanches avec de longs éperons dorés,
qui n'ont qu'une pointe, à la mode des Maures. Ils sont aussi à cheval
comme eux, les jambes raccourcies, ce qui s'appelle _cavalgar à la
gineta_.

Ces cavaliers étaient fort bien à cheval, et mis de bon air pour le
pays. Leur naissance était illustre. Chacun d'eux avait quarante
laquais, les uns vêtus de moire d'or, garnie de dentelle; les autres de
brocart incarnat rayé d'or et d'argent; et les autres d'une autre façon.
Chacun était habillé à l'étrangère, soit en Turc, Hongrois, Maure,
Indien ou sauvage. Plusieurs laquais portaient des faisceaux de ces
garrochons dont je vous ai parlé, et cela avait beaucoup de grâce autour
d'eux. Ils traversèrent la Plaza Mayor, avec tout leur cortége, conduits
par les six alguazils, et aux fanfares des trompettes. Ils vinrent
devant le balcon du Roi, auquel ils firent une profonde révérence, et
lui demandèrent la permission de combattre les taureaux; ce qu'il leur
accorda en leur souhaitant la victoire. En même temps, les trompettes
recommencèrent à sonner de toutes parts, c'est comme le défi que l'on
fait aux taureaux. Il s'éleva de grands cris de tout le peuple qui
répétait: _Viva, viva los bravos cavalleros_! Ils se séparèrent ensuite
et furent saluer les dames de leur connaissance. Les laquais sortent de
la lice, et il n'en resta que deux à chacun, chargés de rejones. Ils se
tenaient aux côtés de leurs maîtres et ne quittèrent guère la croupe de
leurs chevaux.

Il entre dans la place beaucoup de jeunes hommes, qui viennent exprès de
bien loin pour combattre ces jours-là. Ceux dont je vous parle sont à
pied; et comme ils ne sont pas nobles, on ne leur fait aucune cérémonie.
Pendant qu'un cavalier combat, les autres se retirent sans cependant
sortir des barrières; et ils n'attaquent point le taureau qu'un autre a
commencé à combattre, à moins qu'il ne vienne à eux. Le premier auquel
il s'adresse, quand ils sont tous ensemble, c'est celui qui le combat.
Lorsqu'il a blessé le cavalier, on crie: _Fulano es empeño_, comme qui
dirait c'est un engagement à un tel de venger l'insulte qu'il a reçue du
taureau. En effet, il est engagé d'honneur d'aller à cheval, ou de
mettre pied à terre pour attaquer le taureau et lui donner un coup
d'épée, comme je viens de dire, à la tête ou à la gorge, sans le frapper
ailleurs. Il peut ensuite le combattre de telle manière qu'il veut; et
le frapper où il peut, mais c'est une chose qui ne se fait pas sans
hasarder mille fois de perdre la vie. Lorsque ce premier coup est
donné, si les cavaliers sont à pied, ils peuvent remonter à cheval.

Quand le Roi jugea qu'il était temps de commencer la fête, deux
alguazils vinrent sous son balcon, et il donna à Don Juan la clef de
l'écurie où les taureaux sont enfermés; car le Roi la garde, et quand il
faut la jeter, il la remet entre les mains du _privado_, ou premier
ministre, comme une faveur. Aussitôt les trompettes sonnèrent, les
timbales et les tambours, les fifres et les hautbois, les flûtes et les
musettes, se firent entendre tour à tour; et les alguazils, qui sont
naturellement de grands poltrons, allèrent tout tremblants ouvrir la
porte où les taureaux étaient enfermés. Il y avait un homme qui était
caché derrière, qui la referma vite, et grimpa par une échelle sur
l'écurie: car c'est l'ordinaire que le taureau en sortant cherche
derrière la porte, et commence son expédition par tuer, s'il peut,
l'homme qui est là. Ensuite, il se met à courir de toute sa force après
les alguazils, qui pressent leurs chevaux pour se sauver, parce qu'il ne
leur est point permis de se mettre en défense, et toute leur ressource
est dans la fuite. Ces hommes, qui sont à pied, lui lancent des flèches
et de petits dards plus pointus que les alênes, et tout garnis de papier
découpé. Ces dards s'attachent sur lui de telle sorte, que la douleur
l'obligeant de s'agiter, le fer entre encore plus avant, et le papier,
qui fait du bruit lorsqu'il court, et auquel on met le feu, l'irrite
extrêmement. Son haleine forme un brouillard épais autour de lui, le feu
lui sort par les yeux et par les narines; il court plus vite qu'un
cheval léger à la course, et il se tient même beaucoup plus ferme. En
vérité, cela donne de la terreur. Le cavalier qui le doit combattre
s'approche, prend un rejon, le tient comme un poignard; le taureau vient
à lui, il gauchit, et lui appuie le fer du garrochon; il le repousse
ainsi, et le bois, qui est faible, se casse. Aussitôt les laquais qui en
tiennent dix ou douze douzaines, en présentent un autre, et le cavalier
le lui lance encore dans le corps; de sorte que le taureau mugit,
s'anime, court, bondit, et malheur à celui qui se trouvera sur son
passage. Lorsqu'il est sur le point de joindre un homme, on lui jette un
chapeau ou un manteau, ce qui l'arrête; ou bien on se couche par terre,
et le taureau, en courant, passe sur lui. L'on a des bilboquets (ce sont
des figures assez grandes faites de carton) avec quoi on l'amuse pour
avoir le temps de se sauver. Ce qui garantit encore, c'est que le
taureau ferme toujours les yeux avant de frapper de ses cornes, et dans
cet instant les combattants ont l'adresse d'esquiver le coup; mais ce
n'est pas une chose si sûre qu'il n'y en périsse plusieurs.

Je vis un Maure qui, tenant un poignard fort court, alla droit au
taureau dans le temps qu'il était au plus fort de sa furie, et lui
enfonça son poignard entre les deux cornes, dans la suture des os, en un
endroit très-délicat, aisé à percer, mais moins grand qu'une pièce de
quinze sols. Ce fut le coup le plus téméraire et le plus adroit que l'on
puisse imaginer. Le taureau tomba mort sur-le-champ. Aussitôt les
trompettes sonnèrent, et plusieurs Espagnols accoururent l'épée à la
main, pour mettre en pièce la bête qui ne pouvait plus leur faire de
mal. Quand un taureau est tué, quatre alguazils sortent et vont querir
quatre mules que des palefreniers, vêtus de satin jaune mêlé d'incarnat,
conduisent. Elles sont couvertes de plumes et de sonnettes d'argent;
elles ont des traits de soie, avec quoi l'on attache le taureau qu'elles
entraînent. Dans ce moment-là, les trompettes et le peuple font un grand
bruit. L'on en courut vingt le premier jour; il en sortit un furieux qui
blessa très-dangereusement à la jambe le comte de Koenigsmarck; encore
ne reçut-il pas tout le coup, son cheval en fut crevé. Il sauta
promptement à terre, et bien qu'il ne soit pas Espagnol, il ne voulut
pas se dispenser d'aucune des lois. C'était un spectacle digne de pitié
de voir le plus beau cheval du monde en cet état. Il courait de toute sa
force autour de la lice, faisant feu avec ses pieds, et il tua un homme
en le frappant de la tête et du poitrail. On lui ouvrit la grande
barrière et il sortit. Pour le comte, aussitôt qu'il fut blessé, une
fort belle dame espagnole, qui croyait qu'il combattait pour elle,
s'avança sur son balcon et lui fit signe plusieurs fois avec son
mouchoir, apparemment pour lui donner du courage; mais il ne parut pas
avoir besoin de ce secours-là. Il s'avança fièrement l'épée à la main,
quoiqu'il perdît un ruisseau de sang et qu'il fût obligé de s'appuyer
sur un de ses laquais qui le soutenait, il ne laissa pas de faire une
grande blessure à la tête du taureau; et aussitôt s'étant tourné du côté
où était cette belle fille pour laquelle il combattait, il se laissa
aller sur ses gens qui l'emportèrent demi-mort.

Mais il ne faut pas penser que ces sortes d'accidents interrompent la
fête; il est dit qu'elle ne cessera que par l'ordre du Roi, de manière
que lorsqu'il y a un des cavaliers blessé, les autres l'accompagnent
jusqu'à la barrière, et sur-le-champ ils reviennent combattre. Il y eut
un Biscayen si hardi, qu'il se jeta à cheval sur le dos d'un taureau, le
prit par les cornes, et, quelques efforts que pût faire l'animal pour le
renverser par terre, le Biscayen y resta plus d'un quart d'heure, et
rompit une des cornes du taureau[110]. Quand ils se défendent trop
longtemps, et que le Roi en veut faire sortir d'autres (car les nouveaux
sont agréables, parce que chacun a sa manière particulière de
combattre), l'on amène les dogues d'Angleterre. Ils ne sont pas si
grands que ceux que l'on voit d'ordinaire; c'est une race semblable à
ceux que les Espagnols menaient aux Indes, lorsqu'ils en firent la
conquête. Ils sont petits et bassets, mais si forts que, quand une fois
ils tiennent une goulée, ils ne lâchent point, et ils se laisseraient
plutôt couper par morceaux. Il y en a toujours quelques-uns de tués. Le
taureau les met sur ses cornes, et les fait sauter en l'air comme si
c'étaient des ballons. Quelquefois on lui coupe les jarrets avec de
certains fers faits en croissants; on les met au bout d'une grande
perche, et cela s'appelle des _jaretar el toro_.

Un autre cavalier fut empeño, parce qu'en combattant son chapeau tomba.
Il ne mit pas pied à terre, il tira son épieu, et poussant son cheval
droit au taureau qui l'attendait, il lui donna un coup dans le cou, dont
il ne demeura que légèrement blessé, de manière que la douleur ne
servait qu'à l'animer davantage. Il grattait la terre de ses pieds, il
mugissait, il sautait comme un cerf. Je ne saurais vous bien décrire ce
combat, non plus que les acclamations de tout le monde, les battements
de mains, la quantité de mouchoirs que l'on élevait en l'air, et que
l'on montrait en signe d'admiration, les uns criant: _Victor, Victor!_
et les autres, _ha toro, ha toro!_ pour exciter ensuite sa furie. Je ne
saurais non plus vous dire mes alarmes particulières, et comme le cœur
me palpitait, lorsque que je voyais ces terribles animaux prêts à tuer
ces braves cavaliers: tout cela m'est également impossible.

Un Tolédan, jeune et bien fait, ne put éviter le coup de corne d'un
taureau; il fut élevé bien haut et mourut sur-le-champ. Il y en eut deux
autres mortellement blessés, et quatre chevaux tués ou blessés à mort.
Cependant ils disaient tous que la course n'avait pas été fort belle,
parce qu'il n'y avait guère eu de sang répandu; que, pour une telle
fête, il y aurait dû avoir au moins dix hommes tués sur la place. L'on
ne peut bien exprimer l'adresse des cavaliers à combattre, et celle des
chevaux pour éviter le coup. Ils tournent quelquefois une heure autour
du taureau sans en être plus loin que d'un pied, et sans qu'il puisse
les approcher; mais lorsqu'il les touche, il les blesse cruellement. Le
Roi jeta quinze pistoles au Maure qui avait tué le taureau avec son
poignard; il en donna autant à celui qui en avait dompté un autre, et
dit qu'il se souviendrait des cavaliers qui avaient combattu. Je
remarquai un Castillan qui, ne sachant comment se garantir, sauta
par-dessus le taureau aussi légèrement qu'aurait fait un oiseau.

Ces fêtes sont belles, grandes et magnifiques; c'est un spectacle fort
noble et qui coûte beaucoup. L'on ne peut en faire une peinture juste;
il faut les voir pour se les bien représenter. Mais je vous avoue que
tout cela ne me plaît point, quand je pense qu'un homme, dont la
conservation vous est chère, a la témérité de s'aller exposer contre un
taureau furieux, et que, pour l'amour de vous (car c'en est d'ordinaire
le motif), vous le voyez revenir tout sanglant et demi-mort. Peut-on
seulement approuver aucune de ces coutumes? Et supposé même qu'on n'y
eût pas un intérêt particulier, peut-on souhaiter de se trouver à des
fêtes qui, presque toujours, coûtent la vie à plusieurs personnes? Pour
moi, je suis surprise que, dans un royaume où les Rois portent le nom de
catholiques, l'on souffre un divertissement si barbare. Je sais bien
qu'il est fort ancien, puisqu'il vient des Maures; mais il me semble
qu'il devrait être tout à fait aboli, aussi bien que plusieurs autres
coutumes qu'ils tiennent de ces infidèles.

Don Fernand de Tolède, me voyant fort émue et fort inquiète pendant la
course, et remarquant que je devenais quelquefois aussi pâle qu'un mort,
tant je craignais de voir tuer quelques-uns de ceux qui combattaient, me
dit en souriant: Qu'auriez-vous fait, Madame, si vous aviez vu ce qui
se passa ici il y a quelques années? Un cavalier de mérite aimait
passionnément une jeune fille qui n'était que la fille d'un lapidaire;
mais elle était parfaitement belle, et devait avoir de fort grands
biens. Ce cavalier ayant appris que les plus fiers taureaux des
montagnes avaient été pris, et croyant qu'il y aurait beaucoup de gloire
de les vaincre, résolut de tauriser, et il en demanda la permission à sa
maîtresse. Elle fut si saisie de la simple proposition qu'il lui en fit,
qu'elle s'en évanouit, et elle lui défendit, par tout le pouvoir qu'il
lui avait donné sur son esprit, d'y penser de sa vie. Mais, malgré cette
défense, il crut ne pouvoir lui donner une plus grande preuve de son
amour, et il fit travailler secrètement à toutes les choses qui lui
étaient nécessaires. Quelque soin qu'il apportât à cacher son dessein à
sa maîtresse, elle en fut avertie, et elle n'omit rien pour le
détourner. Enfin, le jour de cette fête étant venu, il la conjura de s'y
trouver, et il lui dit que sa présence suffirait pour le faire vaincre
et pour lui acquérir une gloire qui le rendrait encore plus digne
d'elle. Votre amour, lui dit-elle, est plus ambitieux qu'il n'est
tendre, et le mien est plus tendre qu'ambitieux. Allez où la gloire vous
appelle, vous voulez que j'y sois, vous voulez combattre devant moi;
oui, j'y serai, je vous le promets, et peut-être que ma présence vous
troublera plus qu'elle ne vous donnera d'émulation. Il la quitta enfin
et fut sur la Plaza mayor, où tout le monde était déjà assemblé. Mais à
peine commençait-il de se défendre contre un fier taureau qui l'avait
attaqué, qu'un jeune villageois jette un dard à ce redoutable animal
qui le perce et lui fait sentir beaucoup de douleur. Il quitte aussitôt
le cavalier qui le combattait, et en mugissant il prend sa course vers
celui qui venait de le frapper. Ce jeune homme, interdit, voulut se
sauver: alors le bonnet dont sa tête était couverte vint à tomber, et en
même temps les plus beaux cheveux du monde, et les plus longs, se
déployèrent sur ses épaules et firent reconnaître que c'était une fille
de quinze à seize ans. La peur lui avait causé un tel tremblement,
qu'elle ne pouvait plus ni courir ni éviter le taureau. Il lui avait
porté un coup effroyable dans le côté, au même moment que son amant, qui
était le toréador, et qui l'avait reconnue, avait couru vers elle pour
la secourir. O Dieu! quelle douleur fut la sienne, lorsqu'il vit sa
chère maîtresse dans ce funeste état! Il devint transporté, il ne
ménagea plus sa vie, et, plus furieux que le taureau, il fit des choses
incroyables. Il fut mortellement blessé en plusieurs endroits. Ce fut
bien ce jour-là qu'on trouva la fête belle. On porta les deux infortunés
amants chez le malheureux père de la fille. Ils voulurent être en même
chambre, et demandèrent en grâce que, pour le peu d'heures qui leur
restaient à vivre, on les mariât, et que, puisqu'ils ne pouvaient vivre
ensemble, ils n'eussent au moins qu'un même tombeau après leur mort.
Cette histoire a beaucoup ajouté à l'aversion que j'avais pour ces
sortes de fêtes. Je le dis à Don Fernand, après l'avoir remercié de la
peine qu'il avait prise de me la raconter.

Je ne vous ai rien dit jusqu'ici de la langue espagnole, dans laquelle
je tâche de faire quelques progrès. Je la trouve tout à fait à mon gré,
elle est expressive, noble et grave. L'amour ne laisse pas d'y trouver
son langage et d'y badiner agréablement. Les personnes de la cour
parlent plus concis que les autres. Elles ont de certaines comparaisons
et des métaphores si abstraites, qu'à moins d'être accoutumé à les
entendre, l'on perd la moitié de leurs conceptions. J'ai appris
plusieurs langues, du moins j'en ai eu les premiers principes; mais, de
toutes, il n'y a que la nôtre qui me paraisse plus belle que
l'espagnole.

Je viens de voir arriver dix galères, cela est assez surprenant dans une
ville qui est à quatre-vingts lieues de la mer; mais ce sont des galères
de terre; car, s'il y a bien des chevaux et des chiens marins, pourquoi
n'y aurait-il pas des galères terrestres? Elles ont la forme d'un
chariot, elles sont quatre fois plus longues; chacune a six roues, trois
de chaque côté; cela ne va guère plus doucement qu'une charrette. Le
dessous en est rond et assez semblable à celui des galères. On les
couvre de toile. On y peut tenir quarante personnes. On s'y couche, on y
fait sa cuisine; enfin, c'est une maison roulante. L'on met dix-huit ou
vingt chevaux pour la traîner. La machine est si longue, qu'elle ne peut
tourner que dans un grand champ. Elles viennent de Galice et de la
Manche, pays du brave Don Quichotte. Il en part huit, dix ou douze
ensemble, pour s'entre-secourir au besoin; car, lorsqu'une galère verse,
c'est un grand fracas, et le mieux qu'il puisse vous arriver c'est de
vous rompre un bras ou une jambe. Il faut être plus de cent à la
relever. L'on porte là-dedans toutes sortes de provisions, parce que le
pays par lequel on passe est si ingrat que sur des montagnes de
quatre-vingts lieues de long, le plus grand arbre que l'on trouve est un
peu de serpolet et de thym sauvage. Il n'y a là ni hôte, ni hôtellerie;
l'on couche dans la galère, et c'est un misérable pays pour les
voyageurs.

M. Mellini, nonce apostolique, sacra le patriarche des Indes le jour de
la Trinité, et le Roi y vint. Je le vis entrer. Il était habillé de noir
avec une broderie de soie aurore et de petites perles autour des fleurs.
Son chapeau était si grand, que les bords, qu'on ne relève jamais ici,
tombaient des deux côtés et ne faisaient pas un bon effet. Je remarquai,
pendant la cérémonie, qu'il mangeait quelque chose qu'on lui tenait sur
un papier; je demandai ce que c'était. On me dit que ce devait être de
l'ail ou des petites échalotes, parce qu'il en mange assez souvent.
J'étais trop éloignée pour le bien voir. Il ne retourna point au
Buen-Retiro, à cause de la fête du Saint-Sacrement, à laquelle il
voulait assister. Lorsque je sortis de l'église, je reconnus un
gentilhomme français nommé Du Juncas, qui est de Bordeaux et que j'y
avais vu. Je lui demandai depuis quand il était en cette ville. Il me
dit qu'il y avait peu, et que son premier soin aurait été de me venir
voir, sans qu'il s'était engagé à Bayonne de ne perdre pas un moment à
la recherche d'un scélérat que l'on croyait caché à Madrid; que ce
n'était pas la curiosité de voir sacrer le patriarche des Indes qui
l'avait obligé de venir aux Jéronimites (autrement les filles de la
Conception); mais, qu'ayant demandé à parler à une religieuse, on lui
avait répondu qu'on ne pouvait la voir que le Roi ne fût sorti. C'est,
ajouta-t-il, une des plus belles filles du monde, et elle a causé un
grand malheur, à Bayonne, dans la famille de M. de la Lande. Je me
souvins de l'avoir vue en passant, et je le priai de m'apprendre ce que
c'était. C'est une trop longue et funeste aventure, me dit-il, pour vous
la raconter en un moment; mais, si vous voulez voir la jeune religieuse
dont je vous parle, je suis persuadé qu'elle ne vous déplairait pas. Je
pris volontiers le parti qu'il me proposait, parce que j'ai toujours
entendu dire qu'elles ont encore plus d'esprit dans les monastères que
dans le monde. Nous montâmes au parloir, dont trois affreuses grilles,
les unes sur les autres, tout hérissées de pointes de fer me surprirent.
Comment! dis-je, on m'avait assurée que les religieuses étaient, en ce
pays, fort galantes; mais je suis persuadée que l'amour n'est pas assez
hardi pour hasarder d'entrer au travers de ces longues pointes et de ces
petits trous, où il périrait indubitablement. Vous êtes la dupe des
apparences, Madame, s'écria Du Juncas, et, si la dame qui va venir
pouvait m'en laisser le temps, vous sauriez, dès aujourd'hui, ce que
j'appris d'un Espagnol de mes amis, au premier voyage que je fis ici.
Doña Isidore entra en ce moment au parloir. Je la trouvai encore plus
belle que je ne me l'étais figuré. M. Du Juncas lui dit que j'étais une
dame française qui avait eu envie de la connaître sur le récit qu'il
m'avait fait de son mérite. Elle me remercia avec beaucoup de modestie,
et elle nous dit ensuite qu'il était bien vrai que ce misérable dont on
voulait savoir des nouvelles avait été à Madrid depuis peu; mais,
qu'elle était certaine qu'il n'y était plus, et qu'il avait même eu la
hardiesse de lui écrire par un homme chez lequel il logeait; qu'on lui
avait apporté la lettre après son départ et qu'elle n'avait pas voulu la
recevoir. Il me semble, dis-je en l'interrompant, que l'on ne pourrait
pas le prendre, supposé qu'il fût encore ici. On en obtient quelquefois
la permission du Roi, dit Doña Isidore; il est de certains crimes qui ne
doivent point trouver d'asile, et celui-là en est un. Elle se prit à
pleurer, quelque violence qu'elle se fît pour retenir ses larmes; et
elle ajouta que, grâce au ciel, elle n'avait rien à se reprocher sur ce
qui s'était passé; mais que cela n'empêchait pas qu'elle ne s'affligeât
extrêmement d'en avoir été la cause. Nous parlâmes encore quelque temps
ensemble; je demeurai aussi charmée de son esprit que de sa beauté, et
je me retirai ensuite[111].

Je suis absolument à vous, ma très-chère cousine, soyez-en bien
persuadée.

A Madrid, ce 29 de mai 1679.



ONZIÈME LETTRE.


Il faut vous aimer autant que je vous aime, ma chère cousine, pour me
pouvoir résoudre à vous écrire dans un temps où la chaleur est
excessive. Tout ce que l'on m'en avait dit, et tout ce que je m'en étais
pu imaginer, n'est rien en comparaison de ce que je trouve. Pour m'en
garantir, je laisse mes fenêtres ouvertes tant que la nuit dure, sans
appréhender le vent de Galice qui estropie. Je couche nu-tête, je mets
mes mains et mes pieds dans de la neige; une autre en mourrait, mais je
tiens qu'il vaudrait autant mourir que d'étouffer comme on fait ici.
Minuit sonne sans que l'on ait senti le plus petit air du zéphire. Pour
moi, je pense qu'il ne fait pas plus chaud sous la ligne.

Quand on va à la promenade, l'on est assez embarrassé, car, si l'on
baisse les glaces du carrosse, l'on est suffoqué de la poudre dont les
rues sont si remplies qu'à peine s'y peut-on voir; et bien que les
fenêtres des maisons soient fermées, elle passe au travers et gâte tous
les meubles; de sorte que les méchantes odeurs de l'hiver et la poudre
de l'été noircissent l'argenterie et toutes choses, à tel point que rien
ne peut se conserver longtemps beau. Quelque soin que l'on prenne à
présent, l'on a toujours le visage couvert de sueur et de poudre,
semblables à ces athlètes que l'on représente dans la lice.

Je dois vous dire que j'ai vu la fête du Saint-Sacrement, qui est fort
solennelle ici. L'on y fait une procession générale, composée de toutes
les paroisses et de tous les religieux, qui sont en très-grand nombre.
L'on tapisse les rues, par où elle doit passer, des plus belles
tapisseries de l'univers; car je ne vous parle pas seulement de celles
de la couronne que l'on y voit. Il y a mille particuliers, et même
davantage, qui en ont d'admirables. Tous les balcons sont sans
jalousies, couverts de tapis remplis de riches carreaux, avec des dais.
Il y a du coutil tendu qui passe d'un côté de la rue à l'autre et
empêche que le soleil incommode. On jette de l'eau sur ce coutil afin
qu'il soit plus frais; les rues sont toutes sablées, fort arrosées et
remplies d'une si grande quantité de fleurs, que l'on ne saurait marcher
sur autre chose. Les reposoirs sont extraordinairement grands, et parés
de la dernière magnificence.

Il ne va point de femmes à la procession. Le Roi y était avec un habit
de taffetas noir lustré, une broderie de soie bleue et blanche marquait
les tailles. Les manches étaient de taffetas blanc, bordées de soie
bleue et de jais; elles étaient fort longues et ouvertes par devant. Il
avait de petites manches pendantes qui tombaient jusqu'à la ceinture;
son manteau autour de son bras; son grand collier d'or et de pierreries,
d'où pendait un petit mouton de diamant. Il avait aussi des boucles de
diamant à ses souliers et à ses jarretières; un gros cordon à son
chapeau, qui brillait presque autant que le soleil, avec une enseigne
qui retroussait son chapeau, et au bas de cette enseigne une perle que
l'on nomme la _peregrine_; elle est aussi grosse qu'une poire de
rousselet et de la même forme[112]. L'on prétend que c'est la plus belle
qui soit en Europe, et que l'eau et la qualité en sont parfaites. Toute
la cour, sans exception, était à la suite du Saint-Sacrement. Les
conseils y marchaient sans ordre de préséance comme ils se trouvaient,
tenant des cierges de cire blanche. Le Roi en portait un, et allait le
premier après le tabernacle où était le Corpus. C'est, assurément, une
des plus belles cérémonies que l'on puisse voir. J'y remarquai que tous
les gentilshommes de la Chambre avaient chacun une grande clef d'or à
leur côté. C'est celle de la chambre du Roi, où ils peuvent entrer quand
ils veulent. Elle est aussi grande que la clef d'une cave. J'y vis
plusieurs chevaliers de Malte, qui portent tous une croix de Malte de
toile de Hollande, brodée sur leur manteau. Il était près de deux heures
après minuit que la procession n'était pas encore rentrée. Lorsqu'elle
passa devant le palais l'on tira des boîtes et beaucoup de fusées.

Le Roi était allé trouver la procession à Santa-Maria; c'est une église
qui est proche du palais[113]. Toutes les dames prennent ce jour-là
leurs habits d'été. Elles sont très-parées sur leurs balcons; elles y
trouvent des corbeilles pleines de fleurs, ou des bouteilles remplies
d'eau de senteur, et elles en jettent lorsque la procession passe. Pour
l'ordinaire, les trois compagnies qui gardent le Roi sont vêtues de
neuf. Quand le Saint-Sacrement est rentré dans l'église, chacun va
manger chez soi pour se trouver aux _autos_. Ce sont des tragédies dont
les sujets sont pieux et l'exécution assez bizarre. On les représente
dans la cour ou dans la rue du président de chaque conseil à qui cela
est dû. Le Roi y vient, et toutes les personnes de qualité reçoivent des
billets dès la veille pour s'y trouver. Ainsi nous y fûmes conviées, et
je demeurai surprise qu'on allumât un nombre extraordinaire de flambeaux
pendant que le soleil donnait à plomb sur les comédiens, et qu'il
faisait fondre les bougies comme du beurre. Ils jouèrent la plus
impertinente pièce que j'aie vue de mes jours. En voici le sujet.

Les chevaliers de Saint-Jacques sont assemblés, et Notre-Seigneur les
vient prier de le recevoir dans leur ordre. Il y en a plusieurs qui le
veulent bien, mais les anciens représentent aux autres le tort qu'ils se
feraient d'admettre parmi eux une personne née dans la roture; que saint
Joseph, son père, est un pauvre menuisier, et que la Sainte Vierge
travaille en couture. Notre-Seigneur attend avec beaucoup d'inquiétude
la résolution que l'on prendra. L'on détermine, avec quelque peine, de
le refuser. Mais là-dessus on ouvre un avis qui est d'instituer exprès
pour lui l'ordre del Cristo, et par cet expédient tout le monde est
satisfait[114]. Cet ordre est celui du Portugal. Cependant ils ne font
pas ces choses dans un esprit de malice, et ils aimeraient mieux mourir
que de manquer au respect qu'ils doivent à la religion.

Les autos durent un mois. Je suis si lasse d'y aller que je m'en
dispense tout autant que je le puis. On y sert beaucoup de confitures et
d'eau glacée, dont on a bien besoin, car l'on y meurt de chaud et l'on y
étouffe de la poudre. Je fus ravie de trouver à l'hôtel du président de
la Hazienda, Don Augustin Pacheco et sa femme, dont je vous ai déjà
parlé. Ils s'y étaient rendus, parce qu'ils sont alliés au président.
Nous étions placés proche les uns des autres, et après que la fête fut
finie, nous allâmes nous promener au Prado à la française, c'est-à-dire
des hommes et des femmes dans un même carrosse. Don Frédéric de Cordone
en était: nos rideaux demeurèrent fermés tant qu'il y eut grand monde, à
cause de la belle petite Espagnole. Mais comme nous restâmes plus tard
que les autres, M. le nonce et Frédéric Cornano, ambassadeur de Venise,
ayant fait approcher leur carrosse du nôtre, causaient avec nous,
lorsque nous vîmes tout à coup une grande illumination le long de
l'allée, et en même temps il parut soixante cardinaux montés sur des
mules, avec leurs habits et leurs chapeaux rouges. Le pape vint ensuite,
on le portait sur une machine entourée de grands tapis de pied; il était
sous un dais assis dans un fauteuil, la tiare et les clefs de saint
Pierre sur un carreau, avec un bénitier plein d'eau de fleur d'orange
qu'il jetait à tout le monde. La cavalcade marchait gravement. Quand ils
furent arrivés au bout du Prado, MM. les cardinaux commencèrent à faire
mille tours de souplesse pour réjouir Sa Sainteté: les uns jetaient
leurs chapeaux par-dessus les arbres, et chacun se trouvait assez juste
dessous pour que son chapeau lui retombât sur la tête. Les autres se
mettaient debout sur la selle de leurs mules et les faisaient courir
tant qu'elles pouvaient. Il y avait un grand concours de peuple qui
faisait le cortége. Nous demandâmes à M. le nonce ce que cela voulait
dire, et il nous assura qu'il ne savait point, et qu'il ne trouvait rien
de bon dans cette plaisanterie. Il envoya s'informer d'où venait ainsi
le Sacré Collége. Nous apprîmes que c'était la fête des boulangers, et
que, tous les ans, ils avaient accoutumé de faire cette belle
cérémonie[115]. Le nonce avait grande envie de la troubler par une salve
de coups de bâton. Il avait déjà commandé à ses estafiers de commencer
la noise; mais nous intercédâmes pour ces pauvres gens qui n'avaient
d'autre intention que de fêter leur saint. Cependant quelqu'un qui avait
entendu donner les ordres perturbateurs du repos public en avertit le
pape et les cardinaux. Il n'en fallut pas davantage pour mettre la fête
en désordre. Chacun se sauva comme il put, et leur crainte fut cause que
notre plaisir finit bientôt. L'on ne souffrirait point en France de
telles mascarades; mais il y a bien des choses qui sont innocentes dans
un pays, qui ne le seraient peut-être pas dans un autre.

Ma parente sachant la manière honnête dont j'avais été reçue par Don
Augustin Pacheco, le convia à souper chez elle. Je le priai de se
souvenir qu'il m'avait promis un entretien sur ce qu'il savait des
Indes. Je vais, me dit-il aussitôt, vous parler de celles que l'on
distingue par Indes occidentales, dans lesquelles une partie de
l'Amérique est comprise.

Sous le règne de Ferdinand, roi de Castille et d'Aragon, Christophe
Colomb, Génois, découvrit cette partie du monde en 1492. Comme les
Espagnols furent les premiers qui trouvèrent cette heureuse terre
inconnue aux Européens, le roi Ferdinand et la reine Isabelle en eurent
la propriété par une bulle d'Alexandre VI. Il établit eux et leurs
successeurs, vicaires perpétuels du Saint-Siége dans tout le vaste pays.
De sorte que les rois d'Espagne en sont seigneurs spirituels et
temporels; qu'ils nomment aux évêchés et autres bénéfices; et qu'ils
reçoivent les dîmes. Leur pouvoir est plus étendu là qu'en Espagne; car
il faut remarquer que l'Amérique seule forme une des quatre parties du
monde, et que nous y possédons beaucoup plus de pays que toutes les
autres nations ensemble. Le conseil des Indes, qui est établi à Madrid,
est un des plus considérables du royaume, et, dans la nécessité où l'on
est d'entretenir une correspondance très-fréquente entre l'Espagne et
les Indes, d'envoyer des ordres et de maintenir toute l'autorité du côté
de la cour, l'on a été obligé d'établir une Chambre particulière,
composée de quatre des plus anciens conseillers du conseil des Indes,
lesquels prennent connaissance des affaires de finance, et font faire
les expéditions par les secrétaires du conseil.

Outre cette Chambre qui est à Madrid, il y en a une à Séville, appelée
la maison de _contratacion_. Elle est composée d'un président et de
plusieurs conseillers de robe et d'épée, avec les autres officiers
nécessaires. Les conseillers d'épée prennent connaissance des choses qui
concernent la flotte et les galions. Les autres conseillers rendent la
justice. Les appellations de ce tribunal vont au conseil des Indes de
Madrid. On tient des registres dans la maison de contratacion de
Séville, où l'on écrit toutes les marchandises que l'on envoie aux
Indes, et toutes celles qu'on en rapporte, pour empêcher que le Roi ne
soit fraudé de ses droits; mais cela sert de peu; les marchands sont si
adroits et ceux qui leur font rendre compte prennent si volontiers le
parti de partager avec eux, que le Roi n'en est assurément pas mieux
servi; et son droit, qui n'est qu'un cinquième, est si mal payé, qu'il
ne reçoit pas la quatrième partie de ce qui lui appartient[116].

C'est le conseil de Madrid qui propose au Roi des sujets pour remplir
les vice-royautés de la Nouvelle-Espagne et du Pérou[117]. Il faut
remarquer que tous les emplois s'y donnent de trois ans en trois ans, ou
de cinq ans en cinq ans, afin qu'un seul homme ne puisse pas s'enrichir
pendant qu'il y en a tant d'autres qui ont besoin d'une part aux
bienfaits du prince.

Dans les endroits des Indes où il n'y a pas de vice-roi, celui qui est
président est aussi gouverneur. Lorsqu'un vice-roi meurt, le président
en charge dans la vice-royauté prend le gouvernement en main, jusqu'à ce
qu'on ait envoyé d'Espagne un autre vice-roi. C'est Sa Majesté
Catholique qui donne ces grands postes-là, et les gouvernements les plus
considérables. Les vice-rois pourvoient aux petits gouvernements, et ces
vice-rois rapportent sans peine, en cinq ans, cinq et six cent mille
écus. On n'y va point sans s'y enrichir; et cela est si vrai, que
jusqu'aux religieux qu'on y envoie pour prêcher la foi et convertir les
Indiens, rapportent chacun de leur mission trente ou quarante mille
écus. Le Roi dispose de plusieurs pensions qui sont sur les villages des
Indes. On en tire depuis deux jusqu'à six mille écus de rente, et c'est
encore un moyen de gratifier ses sujets.

Les îles Philippines, qui sont proches du royaume de la Chine, dépendent
du Roi d'Espagne. Le commerce qui s'y fait consiste en soie. Elles lui
coûtent plus à garder qu'elles ne lui rapportent.

Les Castillans ont eu leurs raisons pour ne vouloir pas qu'il y eût
aucune sorte de manufacture aux Indes, ni que l'on y fît des étoffes, ni
pas une des autres choses qui sont indispensablement nécessaires. Cette
politique est cause que tout vient d'Europe, et que les Indiens, qui
aiment passionnément leurs commodités et ce qui les pare, sacrifient
volontiers leur argent à leur satisfaction. De cette manière, on les
met hors d'état de rien amasser, parce qu'ils sont obligés d'acheter
bien cher les moindres bagatelles qu'on leur porte, et dont on les
amuse[118].

La flotte consiste en plusieurs vaisseaux chargés de marchandises que
l'on envoie aux Indes, et il y a d'autres grands navires de guerre
qu'ils appellent galions, par lesquels le Roi les fait escorter. Ces
navires ne devraient porter aucune marchandise, mais l'avidité du gain
l'emporte sur les défenses expresses du Roi, et ils sont quelquefois si
chargés, que si l'on venait à les attaquer, ils ne pourraient se
défendre. Lorsque les navires partent, l'expédition que les marchands
obtiennent au conseil des Indes de Madrid, afin de les envoyer, coûte
pour chacun depuis trois jusqu'à six mille écus, selon que les vaisseaux
sont grands. Il est aisé de juger, que puisque l'on donne tout, l'on est
assuré de gagner bien davantage.

Les galions ne vont que jusqu'à Porto-Velo, où l'on apporte tout
l'argent du Pérou. La flotte les quitte en cet endroit, et continue le
voyage jusqu'à la Nouvelle-Espagne. Pour les galions, ils vont de San
Lucar à Carthagène des Indes, en six semaines ou deux mois au plus. Ils
y demeurent peu, et en cinq ou six jours ils se rendent à Porto-Velo.
C'est un bourg situé sur la côte de l'Amérique. L'air en est
très-malsain, et il y fait des chaleurs excessives. De l'autre côté de
l'isthme, à dix-huit lieues seulement de distance, on trouve la ville de
Panama où l'on apporte du Pérou une grande quantité d'argent en barre,
et des marchandises que l'on voiture toutes par terre jusqu'à Porto-Velo
où sont les galions, et où il se tient une des plus grandes foires de
l'univers; car en moins de quarante ou cinquante jours, il s'y débite au
moins pour vingt millions d'écus de toutes sortes de marchandises
d'Europe, que l'on paye comptant. Après que la foire est finie, les
galions retournent à Carthagène, où il se fait un assez gros commerce de
marchandises des Indes et de celles du royaume de Sainte-Foy, aussi bien
que de la Morigenta. Ensuite il vont à la Havane prendre les choses
nécessaires pour leur voyage, et de ce lieu à Cadix, ils reviennent
d'ordinaire en deux mois.

Mais à l'égard de la flotte, elle s'arrête à Porto-Rico, pour se
rafraîchir. Elle se rend à la Vera-Cruz en cinq semaines. Elle y
décharge ses marchandises que l'on porte par terre à quatre-vingts
lieues de là, dans la grande ville de Mexico. La vente en est bientôt
faite, et la flotte part ensuite pour venir à la Havane. Mais il faut
que ce passage ne se fasse que dans les mois d'avril ou de septembre, à
cause des vents du nord. Le voyage des galions au Pérou est
ordinairement de neuf mois, celui de la flotte est de treize ou de
quatorze; quelques particuliers y vont aussi à leurs frais, après en
avoir obtenu une permission du Roi, et s'être fait enregistrer à la
contratacion de Séville. Ceux-là vont aux côtes de San-Domingo,
Honduras, Caracas et Buenos-Ayres[119].

Il faut toujours que l'argent qui vient des Indes, directement pour le
Roi, soit apporté par un galion. On donne cet argent à un maître de la
monnaie, lequel paye au Roi six mille écus toutes les fois qu'il fait le
voyage, et il retient un pour cent de l'argent qui lui passe par les
mains, ce qui va fort loin. A l'égard de l'argent des particuliers, il
vient dans les vaisseaux qu'ils veulent choisir. C'est le capitaine qui
doit en rendre compte.

Il y a un certain droit appelé avarie, c'est-à-dire qu'on le prend sur
les marchandises enregistrées et sur l'argent que l'on rapporte des
Indes. Ce droit est si considérable, qu'il fournit à ce qu'il faut pour
mettre les galions et la flotte en état de faire le voyage, bien que la
dépense monte à neuf cent mille écus. Celle de la flotte n'est pas si
grande.

Celui que le Roi choisit pour être général des galions lui avance
quatre-vingts ou cent mille écus, qu'on lui rend aux Indes avec un gros
intérêt. Chaque capitaine avance aussi de l'argent au Roi, à proportion
de la grandeur du vaisseau qu'il commande. Il y a, de plus, une patache
qui va avec les galions et s'en sépare au golfe de Las Jeguas. Elle va
aux îles de la Marguerite prendre les perles que l'on paye au Roi pour
le droit du cinquième, c'est-à-dire le cinquième de tout ce que l'on
pêche de perles, et ensuite elle se rend à Carthagène.

L'on a découvert, il y a peu d'années, à soixante-dix lieues de Lerma,
des mines qui sont d'un grand revenu. Celles du Pérou et de tout le
reste des Indes occidentales rendent le cinquième au Roi, tant de l'or
que de l'argent et des émeraudes. Il y a, au Potosi, des mines plus
abondantes que partout ailleurs. On porte tout l'argent que l'on tire au
port d'Arica, on l'envoie de là à Callao. C'est un des ports de Lima où
les galions viennent le recevoir. Le royaume du Pérou rend, chaque
année, en or et en argent, la valeur de onze millions d'écus[120]. On
tire de la nouvelle Espagne cinq millions d'écus et des marchandises
qui sont ordinairement des émeraudes, de l'or, de l'argent, de la
cochenille, du tabac, des laines de vigogne, du bois de Campêche, du
bejouar et des cuirs.

On a été longtemps, dans la nouvelle Espagne, sans y vouloir souffrir
des ouvriers qui travaillassent en soie et en laine. Il y en a
présentement, et cela pourra faire tort aux étoffes que l'on apporte
d'Europe. On ne permet pas d'y planter des oliviers ni des vignes, afin
que le vin et l'huile qu'on y apporte se vendent aisément. Le Roi a dans
les Indes, aussi bien qu'en Espagne, le droit de vendre la bulle de la
Cruzada, pour manger de la viande tous les samedis, et pour jouir du
bénéfice des indulgences.

Les Indiens idolâtres ne sont point soumis à l'Inquisition des Indes;
elle n'est établie que contre les hérétiques et les Juifs. On ne souffre
point que les étrangers aillent aux Indes; et, s'il y en va quelqu'un,
il faut qu'il ait une permission expresse, que l'on n'accorde que
très-rarement.

Comment vous exprimerai-je, continua Don Augustin, les beautés de la
ville de Mexique, les églises, les palais, les places publiques, les
richesses, la profusion, la magnificence et les délices; une ville si
heureusement située, qu'elle jouit, dans toutes les saisons, d'un
printemps continuel, où les chaleurs n'ont rien d'excessif, et où l'on
ne ressent jamais la rigueur de l'hiver! La campagne n'est pas moins
charmante; les fleurs et les fruits en toute saison chargent également
les arbres. La récolte se renouvelle plus d'une fois pendant le cours de
l'année; les lacs sont pleins de poisson, les prairies chargées de
bétail; les forêts, d'excellent gibier et de bêtes fauves. La terre ne
semble s'ouvrir que pour donner l'or qu'elle renferme. L'on y découvre
des mines de pierreries, et l'on y pêche les perles. Ah! m'écriai-je,
allons vivre dans ce pays-là, et quittons celui-ci. Une telle
description m'enchante; mais comme le voyage est long, il faut, s'il
vous plaît, Madame, dis-je à Doña Tereza en riant, que vous soupiez
avant de partir. Je la pris aussitôt par la main, et nous entrâmes dans
la salle où j'avais pris soin de faire venir les meilleurs musiciens,
qui sont assez mauvais, et qui, à mon avis, ne se peuvent rendre
recommandables que par leur cherté. Mon cuisinier nous fit quelques
ragoûts à la française, que Doña Tereza trouva si excellents, qu'elle me
pria qu'on lui fît un mémoire de la manière dont on les apprêtait, et
Don Augustin me pria aussi de lui faire donner des lardoires. En effet,
on chercherait par toute l'Espagne sans en trouver une seule. Nous
demeurâmes fort tard ensemble; car, en cette saison, on veille jusqu'à
quatre ou cinq heures du matin à cause des chaleurs, et que le meilleur
temps est celui de la nuit.

Il y a de certains jours dans l'année où tout le monde se promène sur
les ponts traversant le Mançanarès; mais, à présent, les carrosses
entrent dans son lit; le gravier et quelques petits ruisseaux
contribuent à le rendre fort frais. Les chevaux souffrent beaucoup de
ces promenades-là; rien ne leur use davantage les pieds que les cailloux
sur lesquels ils marchent toujours. On s'arrête en quelques endroits
dans cette rivière, et l'on y demeure jusqu'à deux et trois heures après
minuit. Il y a souvent plus de mille carrosses. Quelques particuliers y
portent à manger, les autres y chantent et jouent des instruments. Tout
cela est fort agréable pendant une belle nuit. Il y a des personnes qui
s'y baignent; mais, en vérité, c'est d'une manière bien désagréable.
L'ambassadrice de Danemark le fait depuis quelques jours. Ses gens vont
un peu avant qu'elle arrive creuser un grand trou dans le gravier, qui
s'emplit d'eau. L'ambassadrice se vient fourrer dedans. Voilà un bain,
comme vous le pouvez juger, fort plaisant; cependant c'est le seul dont
on puisse user dans la rivière.

Vous ne serez peut-être pas fâchée de savoir qu'il faut, en faisant ici
ses preuves de noblesse, prouver que l'on descend, du côté de père et de
mère, de _viejos cristianos_, c'est-à-dire d'anciens chrétiens. La tache
que l'on doit craindre, est qu'il soit entré dans une famille des Juifs
ou des Maures[121].

Comme les peuples de Biscaye et de Navarre ont été défendus de
l'invasion des barbares par la hauteur et l'âpreté de leurs montagnes,
ils s'estiment tous cavaliers, jusqu'aux porteurs d'eau. En Espagne, les
enfants prennent quelquefois le nom de leur mère, lorsqu'il est plus
illustre que celui du père. Il est certain qu'il y a peu de familles qui
n'aient été interrompues, et dont le nom et la noblesse n'aient été
portés par une fille unique dans une autre famille. Celle de Velasco
n'est pas comprise dans ce rang, car ils comptent dans leur maison dix
connétables de Castille, de père en fils[122]. Une chose assez
singulière, et qui, je pense, n'est établie en aucun autre pays, c'est
que les enfants trouvés sont nobles, et jouissent du titre d'_hidalgos_
et de tous les priviléges attachés à la noblesse. Mais il faut, pour
cela, qu'ils prouvent qu'on les a trouvés, et qu'ils ont été nourris et
élevés dans l'hôpital où l'on met ces sortes d'enfants.

Il se trouve de grandes maisons en Espagne, lesquelles possèdent presque
tout leur bien à titre de _Mayorasgo_, et lorsqu'il arrive que tous ceux
du nom sont morts et aussi les plus proches parents mâles, s'il y a des
fils naturels, ils héritent; s'il n'y en a point, c'est le plus ancien
domestique qui prend le nom et les armes de son maître, et qui devient
héritier de ses biens[123]: C'est ce qui fait que des cadets d'autres
maisons, aussi nobles et aussi illustres, ne dédaignent point de servir
dans celles-là, et leurs espérances sont assez bien fondées, car il
arrive souvent que les familles s'éteignent à cause que les Espagnoles
ont moins d'enfants que les femmes d'aucun autre pays.

Il est arrivé depuis peu une aventure bien funeste à une fille de
qualité, nommée Doña Clara. Son cœur n'avait pu se défendre contre le
mérite du comte de Castrillo[124], homme de la cour très-spirituel et
très-bien fait. Ce cavalier avait su lui plaire sans en former le
dessein; il ignorait les dispositions qu'elle avait pour lui, et ne
cultivait point son bonheur. Bien que le père de cette aimable fille fût
absent, elle n'en avait pas une plus grande liberté, parce que son
frère, Don Henriquez, à qui son père l'avait recommandée, veillait
incessamment sur sa conduite. Elle ne pouvait parler à ce qu'elle
aimait, et c'était pour elle un nouveau martyre de souffrir sans se
plaindre et sans partager au moins sa peine avec celui qui la causait.
Elle résolut enfin de lui écrire et de chercher quelque moyen de lui
faire rendre sa lettre. Mais comme cette affaire lui était de la
dernière conséquence, elle hésitait à faire le choix d'une confidente,
et elle resta ainsi quelque temps, jusqu'à ce qu'ayant jeté les yeux sur
une de ses amies, qui lui avait toujours témoigné beaucoup de tendresse,
sans balancer davantage, elle écrivit une lettre fort touchante au
comte de Castrillo, et elle allait chez son amie pour la prier de la
faire rendre à ce cavalier, lorsqu'elle le vit passer proche de sa
chaise. Cette vue augmenta le désir qu'elle avait de l'informer de ses
sentiments, et, prenant tout d'un coup parti, elle lui jeta le billet
qu'elle tenait, feignant dans ce moment que c'en était un qu'il venait
lui-même de lui donner en passant. Apprenez, Seigneur, dit-elle tout
haut et d'un air plein de colère, que ce n'est point à moi, qu'il se
faut adresser pour des desseins tels que sont les vôtres. Voilà votre
billet que je ne veux seulement pas ouvrir. Le comte avait trop d'esprit
pour ne pas comprendre l'intention favorable de cette belle personne,
et, ramassant ce papier avec soin: Vous ne vous plaindrez point, Madame,
lui dit-il, que je n'aie pas profité de vos avis. Il se retira aussitôt
pour lire une lettre qui ne pouvait lui donner que beaucoup de plaisir.
Il fut informé, par ce moyen, des intentions de Doña Clara et de ce
qu'il fallait faire pour la voir. Il ne manqua à rien, il en devint
éperdument amoureux, et il se crut, avec raison, un des cavaliers
d'Espagne qui avait la meilleure fortune. Ils attendaient avec
impatience le retour du père de Doña Clara, pour lui proposer le
mariage, qui apparemment ne pouvait que lui être fort agréable. Mais
quelques précautions que ces jeunes amants eussent prises pour bien
établir et pour faire durer un commerce qui faisait la félicité de leur
vie, le soupçonneux et trop vigilant Henriquez découvrit leur intrigue.
Il la crut criminelle, et dans l'excès de sa rage, sans en rien
témoigner ni faire aucun éclat, il entra une nuit dans la chambre de
l'infortunée Doña Clara, et comme elle dormait profondément, il
l'étrangla avec toute la barbarie imaginable.

Cependant, bien que l'on connût qu'il était l'auteur de cette méchante
action, elle ne fut point poursuivie par la justice, parce que Don
Henriquez avait trop de crédit, et que cette pauvre fille n'ayant point
de parents qui ne fussent ceux de son frère, sa famille ne voulut pas
augmenter des malheurs qui étaient déjà assez grands. Après ce mauvais
coup, Henriquez feignit de se mettre dans une grande dévotion. Il ne
paraissait plus en public; il entendait la messe chez lui et voyait
très-peu de monde. C'est qu'il appréhendait que le comte de Castrillo,
qui n'avait point caché son désespoir, et qui l'avait laissé paraître
dans toute sa force, ne vengeât enfin sa maîtresse. Il en cherchait
aussi les occasions avec les derniers soins; mais après avoir tenté
inutilement tous les moyens qu'il pût s'imaginer, il en trouva un qui
lui réussit.

Il se déguisa en _aguador_, c'est-à-dire en porteur d'eau. Ces sortes de
gens chargent un âne de plusieurs grandes cruches, et les portent par la
ville. Ils sont vêtus d'une grosse bure; leurs jambes sont nues avec des
souliers découpés, ou bien ils ont de simples semelles attachées avec
des cordes. Notre amant ainsi déguisé se tenait tout le long du jour
appuyé sur le bord d'une fontaine, dont il grossissait les eaux par
l'abondance de ses larmes; car cette fontaine était devant la maison où
il avait vu si souvent sa chère et belle Clara, et c'était là que
demeurait l'inhumain Henriquez. Comme le comte avait les yeux attachés
sur cette maison, il en aperçut une des fenêtres entr'ouverte, et il vit
en même temps que son ennemi s'en approchait. Il tenait un miroir dans
sa main et s'y regardait. Aussitôt le fin aguador lui jeta des noyaux de
cerises, comme en riant, et quelques-uns l'ayant frappé au visage, Don
Henriquez, offensé de l'insolence d'un homme qui ne lui paraissait qu'un
misérable aguador, emporté du premier mouvement de sa colère, descendit
seul pour le châtier. Mais à peine fut-il dans la rue, que le comte, se
faisant connaître et tirant une épée qu'il tenait cachée pour ce
dessein: Traître, lui cria-t-il, songe à défendre ta vie. La surprise et
l'effroi surprirent à tel point Don Henriquez, qu'il ne se trouva en
état que de lui demander quartier; mais il ne put en obtenir de cet
amant irrité, qui vengea la mort de sa maîtresse sur celui qui l'avait
si cruellement fait périr. Le comte aurait eu bien de la peine à se
sauver, venant de faire un tel coup devant la maison d'un homme de nom,
et qui avait un grand nombre de domestiques. Mais dans les moments que
tous les gens de Don Henriquez sortaient sur le comte, il fut si heureux
que le duc d'Uzeda passa avec trois de ses amis. Ils sortirent aussitôt
de leur carrosse et le secoururent si à propos, qu'il s'est sauvé sans
que nous sachions encore où il est. Je m'y intéresse parce que je le
connais, et que c'est un très-honnête homme.

Il est assez ordinaire, en ce pays-ci, d'assassiner pour plusieurs
sujets qui sont même autorisés par la coutume, et l'on n'en a point
d'affaire fâcheuse. Par exemple, lorsqu'on prouve qu'un homme a donné
un soufflet à un autre, ou un coup de chapeau dans le visage, ou du
mouchoir, ou du gant, ou qu'il l'a injurié, soit en l'appelant ivrogne,
ou en certains termes qui intéressent la vertu de son épouse; ces
choses-là ne se vengent que par l'assassinat. Ils disent pour raison,
qu'après de telles insultes, il n'y aurait pas de justice de hasarder sa
vie dans un combat singulier avec des armes égales, où l'offensé
pourrait périr de la main de l'agresseur. Ils vous garderont vingt ans
une vengeance, s'ils ne peuvent trouver, avant ce temps-là, l'occasion
de l'exécuter. S'ils viennent à mourir avant de s'être vengés, il
laissent leurs enfants héritiers de leur ressentiment comme de leurs
biens; et le plus court, pour un homme qui a fait affront à un autre,
c'est de quitter le pays pour le reste de sa vie. L'on m'a raconté, il y
a peu, qu'un homme de condition, après avoir été vingt-cinq ans aux
Indes, pour éviter le mauvais tour qu'un autre qu'il avait offensé, lui
voulait faire, ayant appris sa mort, et même celle de son fils, crut
être en sûreté. Il revint à Madrid, après avoir pris la précaution de
changer son nom, pour n'être pas reconnu; mais tout cela ne le put
garantir; et le petit-fils de celui qu'il avait maltraité le fit
assassiner peu après son retour, bien qu'il n'eût encore que douze ans.

Pour faire ces mauvaises actions, l'on fait d'ordinaire venir des hommes
de Valence. C'est une ville d'Espagne, dont le peuple est de la dernière
méchanceté. Il n'y a pas de crimes dans lesquels ils ne s'engagent
déterminément pour de l'argent. Ils portent des stylets et des armes
qui tirent sans faire aucun bruit. Il y a deux sortes de stylets. Les
uns de la longueur d'un petit poignard, qui sont moins gros qu'une
grosse aiguille, et d'un acier très-fin, carré et tranchant par les
quarts. Avec cela ils font des blessures mortelles, parce qu'allant fort
avant, et ne faisant qu'une ouverture aussi petite que le pourrait faire
une piqûre d'aiguille, il ne sort point de sang; à peine peut-on voir
l'endroit où vous avez été frappé. Il est impossible de se faire panser,
et l'on en meurt presque toujours. Les autres stylets sont plus longs,
et de la grosseur du petit doigt, si fermes que j'en ai vu du premier
coup percer une grosse table de noyer. Il est défendu de porter de ces
sortes d'armes en Espagne, comme il l'est en France de porter des
baïonnettes. Il n'est pas permis non plus d'avoir de ces petits
pistolets qui tirent sans bruit. Mais, malgré la défense, beaucoup de
personnes s'en servent.

On m'a dit qu'un homme de qualité, croyant avoir sujet de faire périr un
de ses ennemis, s'adressa à un _bandolero_ de Valence; il lui donna de
l'argent pour l'assassiner. Mais ensuite il s'accommoda avec son ennemi,
et voulant en user avec bonne foi, le premier de ses soins fut d'avertir
le bandolero de ce qui se passait, afin qu'il se gardât bien de tuer cet
homme. Le bandolero voyant que l'on n'avait plus besoin de lui, offrit
de rendre la somme qu'il avait reçue, et celui qui la lui avait donnée
le pria de la garder. Eh bien! dit-il, j'ai de l'honneur, je garderai
l'argent et je tuerai votre homme. L'autre le pria instamment de n'en
rien faire, attendu leur réconciliation. Tout ce que je puis faire, lui
dit-il, c'est de vous donner le choix, que ce soit ou vous, ou lui; car
il faut nécessairement que pour gagner en conscience l'argent que vous
m'avez donné, je tue quelqu'un. Quelques prières que l'autre lui pût
faire, il persista dans son dessein et l'exécuta. On aurait bien pu le
faire prendre, mais il y a trop de danger; car ils sont tant de
bandoleros ensemble, que la mort de celui qu'on exécuterait serait
bientôt vengée. Ces misérables ont toujours une liste de meurtres et de
méchantes actions qu'ils ont commis, dont ils se font honneur; et
lorsqu'on les emploie, ils vous la montrent et demandent si l'on veut
qu'ils portent des coups qui fassent languir, ou qu'ils tuent tout d'un
coup. Ce sont les plus pernicieuses gens de l'univers. En vérité, si je
voulais vous dire tous les événements tragiques que j'apprends chaque
jour, vous conviendriez que ce pays-ci est le théâtre des plus terribles
scènes du monde[125]. L'amour en donne souvent le sujet. Pour le
satisfaire ou pour le punir, il n'y a rien que les Espagnols ne puissent
entreprendre; rien n'est au-dessus de leur courage et de leur tendresse.

On dit que la jalousie est leur passion dominante; on prétend qu'il y
entre moins d'amour que de ressentiment et de gloire; qu'ils ne peuvent
supporter de voir donner la préférence à un autre, et que tout ce qui va
à leur faire un affront les désespère: quoi qu'il en soit, et de
quelques sentiments qu'ils soient animés, il est constant que c'est une
nation furieuse et barbare sur ce chapitre. Les femmes ne voient point
d'hommes. Il est vrai qu'elles savent fort bien écrire pour les
rendez-vous qu'elles veulent donner, quoique le péril soit grand pour
elles, pour leurs amants et pour le messager. Mais malgré le péril, par
leur esprit et par leur argent, elles viennent à bout de tromper les
plus fins Argus.

Il est difficile de comprendre que des hommes qui mettent tout en usage
pour satisfaire leur vengeance, et qui commettent les plus mauvaise
actions, soient superstitieux jusqu'à la faiblesse, dans le temps qu'ils
vont poignarder leur ennemi. Ils font faire des neuvaines aux âmes du
Purgatoire, et portent sur eux des reliques qu'ils baisent souvent, et
auxquelles ils se recommandent pour ne pas succomber dans leur
entreprise[126]. Je ne prétends pas attribuer ce caractère à toute la
nation. On peut dire qu'il y a d'aussi honnêtes gens qu'en lieu du
monde, et qu'ils ont beaucoup de grandeur d'âme. Je vais vous en citer
quelques exemples que vous regarderez peut-être comme des folies, car
chaque chose a un bon et un mauvais côté.

Le connétable de Castille est, en vérité, un des plus riches seigneurs
de la cour en fonds de terre; mais comme il a la même négligence que
tous ses semblables, qui est de ne prendre connaissances d'aucuns de ses
intérêts, cela est cause qu'il ne l'est pas en argent comptant. Les
pensions que le Roi lui fait, pour être doyen du conseil d'État,
connétable de Castille et grand fauconnier, sont si considérables,
qu'elles pourraient suppléer à ce qui lui manque; mais il est si fier
qu'il ne veut rien recevoir. Il dit pour ses raisons que, lorsqu'un
sujet a suffisamment de quoi vivre, il ne doit pas être à charge à son
Prince; qu'il doit le servir et s'en estimer heureux; que de se faire
payer comme un mercenaire, c'est devenir esclave.

Le duc d'Arcos, autrement d'Aveïro, a bien une autre opiniâtreté. Il
prétend que le Roi de Portugal a usurpé la couronne sur ceux de sa
maison, et par cette raison, lorsqu'il en parle, il ne le nomme que le
duc de Bragance[127]. Il a cependant quarante mille écus de rentes au
Portugal, dont il ne jouit pas, parce qu'il ne veut pas se soumettre à
baiser la main de ce Roi, ni lui faire hommage. Le Roi de Portugal lui a
fait dire qu'il le dispensait d'y venir lui-même, pourvu qu'il envoyât à
sa place un de ses fils, soit l'aîné ou le cadet, à son choix; qu'il lui
laisserait recevoir son revenu et lui en payerait les arrérages qui
montent à des sommes immenses. Le duc d'Aveïro n'en veut pas seulement
entendre parler. Il dit qu'après avoir perdu la couronne, il serait
honteux de se soumettre à l'usurpateur pour quarante mille écus de
rente; que les grands maux empêchent de ressentir les petits, et que le
Roi tirerait plus de gloire de son hommage qu'il ne tire de profit de
son revenu; qu'il aurait à se reprocher de lui avoir fait un honneur
qu'il ne lui doit pas.

Celui que je vous garde pour le dernier, c'est le prince de Stigliano.
Il a des charges et des commissions à donner à la Contratacion de
Séville, pour quatre-vingt mille livres de rente. Il aime mieux les
perdre que de signer de sa main les expéditions nécessaires, disant
qu'il n'est pas de la générosité d'un cavalier comme lui de se donner la
peine de signer son nom pour si peu de chose, car ces quatre-vingt mille
livres de rente ne sont pas en un seul article; il y en a plus de
trente; et lorsque son secrétaire lui présente une expédition de charge
à signer de quatre ou cinq mille livres, il le refuse, et allègue sa
qualité, disant toujours: _esto es una niñeria_: c'est une bagatelle. Le
Roi n'est pas là-dessus si difficile, car c'est lui qui y pourvoit à la
place du prince et qui en tire le profit. Vous m'allez dire que les
Espagnols sont fous avec leur chimérique grandeur. Peut-être que vous
direz vrai; mais pour moi qui crois les connaître assez, je n'en juge
pas de cette manière. Je demeure d'accord, néanmoins, que la différence
que l'on peut mettre entre les Espagnols et les Français, est tout à
notre avantage. Il semble que je ne devrais pas me mêler de décider
là-dessus, et que j'y suis trop intéressée pour en parler sans passion.
Mais je suis persuadée qu'il n'y a guère de personnes raisonnables qui
n'en jugent ainsi.

Les étrangers viennent moins à Madrid qu'en lieu du monde, et ils ont
raison; car s'ils ne trouvent quelqu'un qui leur procure un appartement
chez des particuliers, ils courent risque d'être fort mal logés, et les
Espagnols ne se pressent pas trop d'offrir leurs maisons à personne à
cause de leurs femmes, dont ils sont extrêmement jaloux. Je ne sais dans
toute cette ville que deux auberges, dont il y en a une où l'on mange à
la française; mais dès qu'elles sont pleines (et elles le sont bientôt,
car elles sont fort petites), l'on ne sait que devenir. Ajoutez à cela
qu'on ne trouve point de voitures commodément. Les carrosses de louage y
sont assez rares; pour les chaises, on en a autant que l'on veut, mais
ce n'est guère la coutume ici que les hommes se fassent porter en
chaise, à moins qu'ils ne soient fort vieux ou fort incommodés. Enfin
pourquoi les étrangers viendraient-ils à Madrid? ce qui est de plus beau
et de plus aimable est toujours caché. Je veux parler des dames. Ils ne
sauraient avoir de commerce avec elles, et celles que l'on peut voir
sont des femmes si dangereuses pour la santé, qu'il faut avoir une
grande curiosité pour se résoudre de la satisfaire avec de pareils
risques. Malgré cela, le seul plaisir et l'unique occupation des
Espagnols, c'est d'avoir un attachement. De jeunes enfants de qualité
qui ont de l'argent, commencent dès l'âge de douze à treize ans à
prendre une _amancebade_, c'est-à-dire une maîtresse concubine pour
laquelle ils négligent leurs études, et prennent dans la maison
paternelle tout ce qu'ils peuvent attraper. Ils ne voient pas longtemps
ces créatures sans se trouver en état de se repentir de leur mauvaise
conduite.

Ce qui est effroyable, c'est qu'il y a peu de personnes en ce pays, soit
de l'un ou l'autre sexe, et même des plus distinguées, qui soient
exemptes de cette maligne influence. Les enfants apportent le mal du
ventre de leur mère, ou le prennent en tetant leur nourrice. Une vierge
en est peut-être soupçonnée, et à peine veulent-ils se faire guérir,
tant ils ont de certitude de retomber dans les mêmes accidents. Mais il
faut qu'ils ne soient pas si dangereux en Espagne qu'ailleurs, car ils y
conservent de fort beaux cheveux et de fort belles dents. On
s'entretient de cette maladie chez le Roi et parmi les femmes de la
première qualité, comme de la fièvre ou de la migraine, et tous
prennent leur mal en patience, sans s'en embarrasser un moment. Dans le
doute où l'on est que la femme la plus vertueuse ou le petit enfant n'en
aient leur part, l'on ne saigne jamais au bras, c'est toujours au pied.
Un enfant de trois semaines sera saigné au pied, et c'est même une
coutume si bien établie, que les chirurgiens, qui ne sont pas fort
habiles, ne savent point saigner au bras. J'ai été incommodée; il a
fallu me servir du valet de chambre de M. l'ambassadeur de France pour
me saigner au bras. Il est aisé de juger par tout ce que je vous ai dit
que c'est le présent de noces qu'un Espagnol fait à sa femme; et bien
que l'on se marie, l'on ne quitte point sa maîtresse, quelque dangereuse
qu'elle puisse être. Toutes les fois que ces maîtresses se font saigner,
leur amant est obligé de leur donner un habit neuf complet, et il faut
remarquer qu'elles portent jusqu'à neuf et dix jupes à la fois; de
manière que ce n'est pas une médiocre dépense. Le marquis de Liche[128],
ayant su que sa maîtresse venait d'être saignée et ne pouvant attendre
que le tailleur eût fait l'habit qu'il voulait lui donner, lui en envoya
un qu'on venait d'apporter à la marquise de Liche, qui est extrêmement
belle. Il dit ordinairement que pour être le plus heureux de tous les
hommes, il ne souhaiterait qu'une maîtresse aussi aimable qu'est sa
femme.

Les grands seigneurs, qui reviennent fort riches de leurs gouvernements
où ils vont la plupart fort pauvres et où ils pillent le plus qu'ils
peuvent, parce qu'ils n'y demeurent au plus que cinq ans, n'emploient
pas à leur retour leur argent à acheter des terres. Ils le gardent dans
leurs coffres, et tant qu'il dure, ils font belle dépense, car ils
tiennent au-dessous d'eux de faire profiter cet argent. Il est
difficile, de cette manière, que les plus grands trésors ne s'épuisent;
mais l'avenir ne les inquiète pas trop, car chacun d'eux espère quelque
vice-royauté ou quelque autre poste qui rétablit tout d'un coup les
affaires les plus négligées. On doit convenir que le Roi d'Espagne est
bien en état de satisfaire l'ambition de ses sujets et de récompenser
leurs services. Beaucoup de ses sujets, en effet, remplissent la place
de plusieurs souverains qui ont été les premiers hommes de leur siècle.

La différence est notable entre ces souverains des temps jadis et les
Espagnols du temps présent. Elle est moindre du côté de la naissance que
de celui du mérite; car les maisons des grands seigneurs sont
très-illustres. On en voit beaucoup qui descendent des rois de Castille,
de Navarre, d'Aragon et de Portugal. Cela n'empêche pas que plusieurs
(car j'y mets une exception) ne démentent la vertu de leurs ancêtres.
Mais aussi, de quelle manière les élève-t-on? Ils n'étudient point; on
néglige de leur donner d'habiles précepteurs. Dès qu'on les destine à
l'épée, on ne se soucie plus qu'ils apprennent le latin ni l'histoire.
On devrait au moins leur enseigner ce qui est de leur métier: les
mathématiques, à faire des armes et à monter à cheval. Ils n'y pensent
seulement pas. Il n'y a point ici d'académie ni de maîtres qui montrent
ces sortes de choses. Les jeunes hommes passent le temps qu'ils
devraient employer à s'instruire dans une oisiveté pitoyable, soit à la
promenade ou à faire leur cour aux dames. Et malgré tout cela, ils sont
persuadés qu'il n'y a pas de gens au monde plus dignes qu'eux de
l'admiration publique. Ils croient que Madrid est le centre de la
gloire, des sciences et des plaisirs; ils souhaitent en mourant à leurs
enfants le paradis et puis Madrid. Et par là, ils mettent cette ville
au-dessus même du paradis, tant ils y vivent satisfaits. C'est ce qui
les empêche aussi d'aller chercher dans les autres cours une politesse
qu'ils n'ont pas parmi eux et qu'ils ne connaissent point. C'est ce qui
les oblige encore de presser leur retour à Madrid, en quelque lieu que
le Roi les envoie, quelque rang qu'ils y tiennent, quelques honneurs
qu'ils y reçoivent, quelques richesses qu'ils y amassent; l'amour de la
patrie et la prévention pour elle a un tel empire sur eux, qu'ils
renoncent à tout, et ils aiment mieux mener une vie fort commune et que
personne ne remarque, sans train, sans faste et sans distinction, pourvu
que ce soit à Madrid.

Il est très-rare qu'un père fasse voyager son fils; il le garde auprès
de lui et lui laisse prendre les habitudes qu'il veut. Vous pouvez
croire que ce ne sont pas d'ordinaire les meilleures, car il y a un
certain âge où l'on n'a pas d'autre but que de goûter les plaisirs. Ils
s'y entraînent les uns les autres, et ce qui devrait être sévèrement
repris est toléré par l'exemple de ceux de qui ils dépendent. Ajoutez à
tout cela qu'on les marie, pour ainsi dire, au sortir du berceau. L'on
établit à seize ou dix-sept ans un petit homme dans son ménage, avec une
petite femme qui n'est qu'un enfant. Cela fait que ce jeune homme
apprend encore moins ce qu'il devrait savoir, et qu'il devient plus
débauché, parce qu'il est le maître de sa conduite. De sorte qu'il passe
sa vie au coin de son feu, comme un vieillard dans sa caducité, et parce
que ce noble fainéant est d'une illustre maison, il sera choisi pour
aller gouverner des peuples qui pâtissent de son ignorance. Ce qui est
encore plus pitoyable, c'est qu'un tel homme se croit un grand
personnage, et ne se gouverne que par sa propre suffisance et sans
prendre conseil de personne; aussi fait-il tout de travers. Sa femme
n'aura guère plus de génie et d'habileté; une gloire insupportable, dont
elle s'applaudit, fera son plus grand mérite, et souvent des gens d'une
capacité consommée seront soumis à ces deux animaux qu'on leur donne
pour supérieurs[129].

Mais, d'un autre côté, rendons à César ce qui appartient à César. Il
faut convenir que quand un Espagnol a été assez favorablement regardé du
ciel pour avoir une bonne éducation, qu'il voyage et qu'il voit le
monde, il en profite mieux que personne. La nature leur a été moins
avare qu'ils ne le sont à eux-mêmes. Ils sont niais avec plus d'esprit
que les autres; ils ont une grande vivacité avec un grand flegme; ils
parlent et s'énoncent facilement; ils ont beaucoup de mémoire, écrivent
d'une manière nette et concise; ils comprennent fort vite. Il leur est
aisé d'apprendre tout ce qu'ils veulent; ils entendent parfaitement la
politique; ils sont sobres et laborieux lorsqu'il le faut. On peut sans
doute trouver de grandes qualités parmi eux, de la générosité, du
secret, de l'amitié, de la bravoure, en un mot, ces beaux sentiments de
l'âme qui font le parfait honnête homme. Il me semble que voici un
endroit assez propre pour finir ma lettre, et pour vous inspirer de
l'estime pour eux. Je ne serais pas fâchée de leur procurer cet
avantage, car je ne m'accommode point si mal de leurs manières, que
beaucoup d'autres qui crient contre eux, et qui les condamnent d'abord
sans les examiner et sans les connaître à fond. Pour moi, je dis qu'il y
a du bon et du mauvais ici, comme dans tous les autres endroits du
monde.

De Madrid, ce 27 juin 1679.



DOUZIÈME LETTRE.


Tout est ici dans la joie depuis l'arrivée du secrétaire du marquis de
Los Balbazès, qui apporta, le 13 de ce mois, les assurances que le Roi
Très-Chrétien a accordé Mademoiselle au Roi d'Espagne. Il attendait
cette nouvelle si impatiemment, qu'il demandait à toute heure si l'on ne
voyait point arriver le courrier, et aussitôt qu'il l'eut reçue, il alla
entendre le _Te Deum_ à Notre-Dame d'Atocha. Comme les dames ne vont
point là, elles se contentent de se parer beaucoup et de se mettre aux
fenêtres. J'avais pris ce parti, et je pensai étouffer et perdre les
yeux, tant la poudre était grande. Je vis le Roi dans son carrosse de
toile cirée verte à portières, comme nous en avions autrefois en France.
Il y avait peu de suite; une vingtaine de hallebardiers vêtus de jaune
avec des chausses retroussées, semblables à celles des pages, marchaient
devant et derrière. Les carrosses de suite étaient en tel nombre, à
cause des personnes de la cour qui l'accompagnaient, que l'on ne pouvait
les compter.

Le peuple, épars de tous les côtés, jusque sur les toits des maisons,
criait: _Viva el Rey, Dios le bendiga,_ et plusieurs ajoutèrent: _Viva
al Reina, nuestra señora._ Il n'y avait point de maisons particulières
ni de rues, où il n'y eût des tables pour manger; chacun avait un
oignon, de l'ail et des ciboules à la main, dont l'air qu'on respirait
était tout parfumé, et l'on faisait débauche d'eau pour boire à la santé
de Leurs Majestés. Car, je vous l'ai déjà mandé, ma chère cousine, et il
me semble que je puis encore vous le répéter, il n'y a jamais eu de gens
si sobres que ceux-ci, particulièrement sur le vin, et ils ont une si
grande horreur pour ceux qui rompent cette tempérance, qu'il est porté
par les lois, que lorsqu'on produit en justice un homme pour rendre
témoignage, il est récusé pour témoin si l'on prouve qu'il se soit
enivré seulement une fois, et il est renvoyé après avoir été réprimandé
en pleine chambre. Quand il arrive aussi que l'on appelle un homme
_borracho_, cette injure se venge par l'assassinat.

Le même soir que le Roi fut à Atocha, nous éclairâmes toutes nos maisons
avec de gros flambeaux de cire blanche que l'on nomme _hachas_. Ils sont
plus longs que ceux dont on se sert à Paris pour éclairer le soir devant
les carrosses, mais ils sont aussi bien plus chers, parce qu'on apporte
la cire à grands frais de hors du royaume, et que l'on en fait une
consommation prodigieuse en Espagne. On ne se contente pas, lorsqu'on
fait des illuminations, de mettre quatre ou six flambeaux, on en attache
deux à chaque balcon, et deux à chaque fenêtre, jusqu'aux étages les
plus élevés. Il y a telles maisons auxquelles il en faut quatre ou cinq
cents. On fit des feux partout, et nous allâmes au palais pour voir la
mascarade de cent cinquante seigneurs qui devaient y venir. Je ne sais
pourquoi on nomme ainsi ces divertissements, car ils ne sont point
masqués. On choisit d'ordinaire la nuit la plus obscure. Tous les hommes
de la cour montent sur leurs plus beaux chevaux. Ces chevaux étaient
tout couverts de gaze d'argent et de housses en broderies d'or et de
perles. Les cavaliers étaient vêtus de noir, avec des manches de satin
de couleur, brodées de soie et de jais. Ils avaient des petits chapeaux
noirs retroussés avec des diamants, des plumes sur le côté du chapeau,
des écharpes magnifiques et beaucoup de pierreries; avec cela pourtant
le manteau noir et la laide golille qui les défigure toujours. Ils vont
à cheval comme les Turcs et les Maures, c'est-à-dire à la gineta. Les
étriers sont si courts, que leurs jambes sont levées et appuyées sur les
épaules de leurs chevaux. Je ne saurais accoutumer mes yeux à cette
mode. Ils disent que, quand ils sont ainsi, ils en ont plus de force
pour donner un coup, et qu'ils peuvent s'élever et s'avancer contre
celui qu'ils attaquent. Mais pour revenir à la mascarade, ils
s'assemblèrent tous dans un lieu marqué (c'est ordinairement à
quelqu'une des portes de la ville). Les rues par où ils devaient passer
étaient sablées, et des deux côtés, il y avait des perches avec des
réchauds, qui faisaient des illuminations, sans compter les flambeaux de
cire blanche. On mit des lanternes transparentes et toutes peintes aux
fenêtres des maisons, ce qui faisait un très-bon effet. Chaque cavalier
avait un grand nombre de laquais, qui étaient vêtus de toile d'or et
d'argent. Ils marchaient à côté de leurs maîtres avec des flambeaux.
Les maîtres allaient quatre à quatre au petit pas, tenant aussi chacun
un flambeau. Ils traversèrent toute la ville avec des trompettes, des
timbales, des musettes et des fifres. Quand ils furent arrivés au
palais, qui était tout illuminé, et dont la cour était sablée, ils
firent plusieurs tours, coururent les uns contre les autres, et
s'entre-poussèrent pour tâcher de se faire choir[130].

Le prince Alexandre de Parme, qui est prodigieusement gros, tomba de
cette manière. Il fit autant de bruit qu'une petite montagne qui
tomberait d'un lieu élevé. L'on eut beaucoup de peine à l'emporter, car
il était tout froissé de sa chute. Il y en avait plusieurs avec leurs
grandes lunettes, mais particulièrement le marquis d'Astorga, qui ne les
porte pas seulement pour la gravité; il est vieux et il en a besoin;
malgré cela, il est toujours galant. Il sera _Mayordomo mayor_ de la
jeune Reine. Il est grand d'Espagne.

A propos de grand d'Espagne, Don Fernand de Tolède me disait l'autre
jour une chose assez plaisante. Son beau père, qui se nomme le marquis
de Palacios, fait des dépenses effroyables; car il est un des galants de
profession des dames du palais; et pour y parvenir, il faut avoir de
l'esprit et beaucoup de magnificence. Je dis une certaine sorte d'esprit
toute particulière; une délicatesse, des termes choisis, des modes
singulières. Il faut savoir écrire en prose et en vers, et le savoir
mieux qu'un autre. Enfin, l'on parle et l'on agit dans cette galanterie
du palais autrement qu'à la ville. Pour en revenir au marquis de
Palacios, il y avait une fête ordonnée dont le Roi l'avait mis; il
n'avait pas le sou pour y paraître. Il a plusieurs villes à lui; il
s'avisa d'y aller en poste, et dès qu'il fut arrivé dans la première, il
fit afficher que tous ceux qui voudraient être faits grands vinssent le
trouver. Il n'y eut ni juges, ni bourgeois, ni marchands qui ne se
sentissent pressés d'un désir d'ambition pour le grandat. La maison se
trouva remplie de toutes sortes de gens; il fit marché avec chacun en
particulier; il en tira le plus qu'il put, et ensuite, il les fit tous
couvrir devant lui, comme fait le Roi quand il accorde le grandat, et
leur en donna des patentes en forme. Cela lui réussit trop bien dans la
première ville pour manquer de faire la même tentative dans les autres.
Il y trouva de semblables dispositions pour lui donner de l'argent et
pour obtenir, par son moyen, le grandat. Il amassa ainsi une somme
considérable, et vint faire une grosse dépense à la cour. Mais comme
l'on a toujours des ennemis, il y eut quelques personnes qui voulurent
lui faire une affaire, auprès du Roi, de cette plaisanterie. Il en fut
averti, et il se justifia aisément, en disant que tous ceux à qui il
avait accordé la permission de se couvrir devant lui, étant nés ses
vassaux, lui devaient trop de respect pour prendre cette liberté sans
son consentement; qu'ainsi il les avait faits grands à son égard. Après
cela on tourna la chose en raillerie.

Ce marquis vient souvent nous voir, et comme il était de la vieille
cour, il me disait hier qu'un fameux astrologue étant un jour avec le
feu Roi sur la terrasse du palais, le Roi lui demanda la hauteur de cet
endroit. Il regarda le ciel et dit une hauteur fixe. Le Roi donna ordre
secrètement que l'on haussât le pavé de la terrasse de trois ou quatre
doigts, et l'on y travailla toute la nuit. Le lendemain matin, il fit
appeler l'astrologue, et, l'ayant mené sur la terrasse, il lui dit: Je
parlais, hier au soir, de ce que vous m'avez dit sur la hauteur de ce
lieu, mais l'on m'a soutenu que vous vous trompez. Sire, dit-il, j'ose
croire que je ne me suis point trompé. Considérez, dit le Roi, et puis
nous en ferons la honte à ceux qui se vantent d'être plus habiles que
vous. Il recommença aussitôt de faire ses spéculations. Le Roi le voyait
changer de couleur, et il paraissait fort embarrassé. Enfin il
s'approcha et lui dit: Ce que j'avançai hier à Votre Majesté était
véritable, mais je trouve aujourd'hui que la terrasse est un peu haussée
ou que le ciel est un peu baissé. Le Roi sourit et lui dit la pièce
qu'il lui avait faite.

Pour vous parler d'autre chose, je vous dirai que le Roi a trois
personnes dans sa maison, que l'on nomme particulièrement les grands
officiers. C'est le _Mayordomo major_, le _Sumiller_ du corps et le
Grand Écuyer. Ces trois charges sont distinguées en ce que le mayordomo
commande dans le palais, que le sumiller du corps a le pas dans la
chambre du Roi, et que le grand écuyer ordonne lorsque le Roi est
ailleurs qu'au palais.

Les charges de gentilshommes de la chambre du Roi sont après celles-là.
Ils portent, pour marque de leur dignité, une clef dorée pendue à leur
ceinture. Il y a trois sortes de ces clefs. La première donne l'exercice
de gentilhomme de la chambre; la seconde, l'entrée sans l'exercice; et
la troisième est appelée la _llave capona_, qui ne donne l'entrée que
dans l'antichambre[131]. Le nombre de ces gentilshommes est grand. Il y
en a quarante d'exercice, qui servent tour à tour chacun un jour, et ils
sont, pour la plupart, des grands d'Espagne. Les _mayordomos_, qui
veulent dire maîtres d'hôtel ordinaire, ont les mêmes entrées que les
gentilshommes de la chambre. Les personnes de la première qualité
remplissent ces charges. Ce sont, pour la plupart, les seconds fils des
grands. Ils servent par semaine, et, lorsque le grand maître est absent,
ils sont revêtus de son pouvoir. Ils servent aussi d'introducteurs aux
ministres étrangers quand ils vont à l'audience. Il y en a huit.
Quelquefois le nombre en augmente, mais il ne diminue pas.

Le Roi a trois compagnies sous sa garde, qui n'ont rien de commun les
unes avec les autres. Le marquis de Falces commande la garde flamande
ou bourguignonne. Elle est de cent hallebardiers; et, quoiqu'on les
nomme ici archers de la garde, on peut les appeler gardes du corps. La
garde allemande est de pareil nombre. Don Pedro d'Aragon en est
capitaine. La garde espagnole est aussi de cent hallebardiers, sous le
commandement du comte de Los Arcos. Il est encore capitaine d'une autre
compagnie de cent Espagnols appelés les gardes de la _Lancilla_, et
celle-là ne paraît qu'aux grandes cérémonies et aux enterrements des
Rois[132].

Les affaires de l'État sont gouvernées par un premier ministre que l'on
nomme _Privado_. Il a sous lui un secrétaire d'État, dont le bureau est
dans le palais. Les affaires qui viennent au Roi et au ministre doivent
d'abord passer par ses mains; et, comme il expédie aussi tout ce que le
Roi a ordonné, on l'appelle _Secretario del Despacho universal_.

Le conseil d'État et plusieurs autres conseils examinent les affaires,
et le Roi ou le premier ministre en décident ensuite. Il y a un grand
nombre de conseils. Voici le nom de ceux qui entrent à présent dans le
conseil d'État:

Le connétable de Castille, de la maison de Velasco, en est le doyen.

Le duc d'Albe.

Le duc de Medinaceli.

Don Pedro d'Aragon.

L'amirante de Castille.

Le marquis d'Astorga.

Le prince de Stigliano.

Le duc d'Ossone.

Le comte de Chinchon.

Don Vincente Gonzaga, prince de Guastalla.

Don Louis Portocarrero, cardinal-archevêque de Tolède.

Le marquis de Liche.

Le marquis de Los Balbazes.

Don Diego Sarmiento.

Don Melchior Navarro.

Le marquis de Los Velez.

Le marquis de Mansera.

Le duc d'Albuquerque.

Outre ce conseil, qui est le principal, il y a ceux de l'Inquisition, de
la Guerre, des ordres d'Aragon, des Indes, d'Italie, de la Hazienda, de
la Croisade et de Flandre. Il y a aussi la chambre de Castille, des
Alcaldes de Corte, de la Contaduria, del Aposento, de Los Bosques
Reales, de Los Milliones et de Competencias. Mais ne pensez pas, ma
chère parente, que les appointements et les profits soient médiocres.
Par exemple, les conseillers du conseil des Indes retirent dix-huit à
vingt mille écus de rente de leur charge. A propos de charges, on croit
qu'elles ne se vendent point ici, et cela est au moins en apparence. Il
semble que l'on accorde tout au mérite ou à la naissance; cependant on
fait sous mains des présents si considérables, que, pour avoir de
certaines vice-royautés, l'on donne jusqu'à cinq mille pistoles et
quelquefois davantage. Ce qui s'appelle acheter ailleurs, s'appelle à
Madrid faire un _regalo_, c'est-à-dire un présent, et l'un vaut l'autre,
avec cette différence qu'une charge qu'on achète, ou un gouvernement est
à vous tant que vous vivez, et passe quelquefois en héritage à vos
enfants, par le droit naturel ou par commission du prince. Mais en
Espagne on ne jouit que trois ans, cinq ans au plus, d'un poste que l'on
a payé bien cher. Il est aisé de juger que ceux qui font de telles
avances savent bien où se rembourser de l'intérêt et du principal. Le
peuple en souffre horriblement; il se voit toujours sur les bras un
nouveau vice-roi ou un nouveau gouverneur, qui vient de s'épuiser pour
donner à la cour tout ce qu'il avait d'argent comptant et quelquefois
celui de ses amis. Il arrive affamé; il faut l'enrichir en peu de temps;
et ce pauvre peuple est pillé à toutes mains, sans que des plaintes
aient lieu. C'est bien autre chose dans les Indes, où l'or est si
commun, et où l'on est encore plus éloigné du Roi et des ministres. Il
est certain qu'on en rapporte des sommes immenses, comme je vous l'ai
déjà mandé. Il n'est pas jusqu'aux religieux qui vont y prêcher qui n'en
reviennent avec quarante et cinquante mille écus qu'ils amassent en
trois ou quatre ans; de sorte que, malgré leur vœu de pauvreté, ils
trouvent le secret de s'enrichir; et pendant leur vie on les laisse
jouir du fruit de leur mission.

Les couvents ont encore une autre adresse qui leur réussit
ordinairement, c'est que, lorsqu'un religieux devient fils unique, si
son père a du bien, on lui persuade de le laisser au monastère où son
fils a pris l'habit, à condition qu'il en touchera le revenu pendant sa
vie, et qu'après sa mort le couvent en héritera et priera Dieu pour le
père et pour le fils. De sorte qu'il y a de simples religieux qui ont
trente mille livres de rente à leur disposition. Cette abondance, dans
un pays où la raison n'a guère d'empire sur le cœur, ne sert pas
toujours à les sanctifier; et s'il y en a quelques-uns qui en font un
bon usage, il y en a beaucoup qui en abusent.

On remarque qu'il vient des Indes, tous les deux ans, plus de cent
millions de livres, sans que le quart entre dans les coffres du roi
d'Espagne. Ces trésors se répandent dans toute l'Europe; les Français,
les Anglais, les Hollandais et les Génois en tirent la meilleure partie.
Il semble qu'il n'est pas d'une politique aussi raffinée que celle des
Espagnols de consommer leurs propres sujets à tirer l'or des mines, pour
en laisser profiter des nations avec lesquelles ils sont bien souvent en
guerre. Mais la paresse naturelle, qui les empêche de travailler et
d'avoir chez eux des manufactures, les oblige d'avoir recours à ceux qui
peuvent fournir des marchandises pour ce pays-là.

Comme les étrangers n'osent hasarder d'y aller, parce qu'il n'y va pas
de moins que d'être pendu, ils mettent leurs effets sous le nom des
marchands espagnols, avec lesquels on trouve beaucoup de fidélité; et
quand le Roi le voudrait, il ne pourrait empêcher que les étrangers ne
reçussent leurs lots, car les Espagnols, dans cette rencontre,
aimeraient mieux perdre le leur, que de voir faire tort aux autres. Une
chose singulière, c'est que, lorsque la flotte vient mouiller à Cadix,
il se trouve là des gens qui font profession publique d'aider à frauder
les droits du Roi sur les entrées de l'argent et des marchandises. C'est
leur négoce, comme à un banquier de tenir sa banque. On les nomme
_metadors_, et, quelque fripons qu'ils soient à l'égard du Roi, il faut
convenir qu'ils ne le sont pas avec les particuliers qui font un traité
avec eux, par lequel, moyenant une certaine remise, ils leur
garantissent tout leur argent dans la ville où ils veulent. C'est un
commerce si sûr, qu'on n'en voit point qui manquent de parole. On
pourrait punir ces gens-là des friponneries qu'ils font au Roi, mais il
en naîtrait des inconvénients pour le commerce, qui nuiraient peut-être
plus que cette punition n'apporterait de profit. De manière que le
gouvernement et les juges n'entrent point en connaissance de ce qui se
passe. Il y aurait un remède assez aisé pour empêcher que le Roi perdît
tout en cette occasion; ce serait de diminuer une partie des droits, qui
sont fort hauts, et ce qui se donne à ces metadors se payerait à la
contratacion, et même davantage, parce que naturellement les marchands
n'aiment pas la fraude, et qu'ils craignent toujours de payer tout d'un
coup, ce qu'ils évitent en dix voyages. Mais les Espagnols veulent tout
ou rien, et bien souvent ils n'ont rien. Quant à Madrid, il n'y faut pas
chercher de plus grands voleurs que les gens de justice. Ce sont eux qui
s'approprient impunément les droits du Roi, et qui le pillent d'une
telle manière qu'il ne faut pas s'étonner s'il manque si souvent
d'argent. Ils ne se contentent pas de faire tort à leur souverain, ils
n'épargnent pas le peuple; et bien que les lois du pays soient
très-bonnes et même très-équitables, personne ne s'en ressent. Ceux qui
les ont en main, et qui sont préposés pour les exécuter, sont les
premiers qui les corrompent. En donnant quelque argent à un alcalde ou à
un alguazil, on fera arrêter la personne du monde la plus innocente; on
la fera jeter dans un cachot et périr de faim, sans nulle procédure,
sans ordre, sans décret; et quand on sort de prison, il ne faut pas
seulement penser à prendre à partie cet indigne officier de la justice.
Les gens de cette espèce sont ordinairement fort intéressés partout;
mais ici, c'est une chose outrée, et les bons juges sont plus rares en
ce pays qu'ailleurs.

Les voleurs, les assassins, les empoisonneurs, et les personnes capables
des plus grands crimes, demeurent tranquillement à Madrid, pourvu qu'ils
n'aient pas du bien, car, s'ils en ont, on les inquiète pour le
tirer[133].

On ne fait justice que deux ou trois fois l'année. Ils ont la dernière
peine de se résoudre à faire mourir un criminel qui est, disent-ils, un
homme comme eux, leur compatriote et sujet du Roi. Ils les envoient
presque tous aux mines ou aux galères, et quand ils font pendre quelque
misérable, on le mène sur un âne, la tête tournée vers la queue. Il est
habillé de noir; on lui tend un échafaud où il monte pour haranguer le
peuple, qui est à genoux tout en larmes, et qui se donne de grands coups
dans la poitrine. Après avoir employé le temps qu'il veut à parler, on
l'expédie gravement; et comme ces exemples de justice sont rares, ils
font beaucoup d'impression sur ceux qui les voient.

Quelques richesses qu'aient les grands seigneurs, quelque grande que
soit leur fierté ou leur présomption, ils obéissent aux moindres ordres
du Roi avec une exactitude et un respect que l'on ne peut assez louer.
Sur le premier ordre ils partent, ils reviennent, ils vont en prison ou
en exil, sans se plaindre. Il ne se peut trouver une soumission et une
obéissance plus parfaites, ni un amour plus sincère que celui des
Espagnols pour leur Roi. Ce nom leur est sacré, et pour réduire le
peuple à tout ce que l'on souhaite, il suffit de dire, le Roi le veut.
C'est sous son nom que l'on accable ces pauvres gens d'impôts dans les
deux Castilles. A l'égard des autres royaumes ou provinces, ils n'en ont
pas tant; ils se vantent, la plupart, d'être libres et de ne payer que
ce qu'ils veulent.

Je vous ai déjà marqué, ma chère cousine, que l'on suit exactement en
toutes choses la politique de Charles-Quint; sans se souvenir que la
succession des temps change beaucoup aux événements, quoiqu'ils
paraissent semblables et dans les mêmes circonstances, et que ce qu'on
pouvait entreprendre il y a six-vingts ans, sans témérité, sous un règne
florissant, serait une imprudence sous un règne qui l'est beaucoup
moins. Cependant leur vanité naturelle les empêche d'examiner que la
Providence permet quelquefois que les empires, comme les maisons
particulières, aient à proportion leurs révolutions. Pour les Espagnols,
ils se croient toujours les mêmes; mais, sans avoir connu leurs aïeux,
j'ose dire qu'ils se trompent.

Pour quitter des réflexions peut-être trop sérieuses et trop élevées
pour moi, je vais vous dire que c'est une réjouissance générale à
Madrid, dans le temps que la flotte des Indes arrive. Comme on n'y est
pas d'humeur à thésauriser, cette abondance d'argent, qui vient tout
d'un coup, se répand sur tout le monde. Il semble que ces sommes
immenses ne coûtent rien, et que c'est un argent que le hasard leur
envoie. De sorte que les grands seigneurs assignent là-dessus leurs
créanciers, et qu'ils les payent avec une profusion qui, sans contredit,
a quelque chose de noble et de généreux; car on trouve en peu de pays
une libéralité aussi naturelle qu'en celui-ci; et je dois y ajouter
qu'ils ont une patience digne d'admiration. On les a vus soutenir des
sièges très-longs et très-pénibles, où, malgré les fatigues de la
guerre, ils ne se nourrissaient que de pain fait avec du blé gâté, et ne
buvaient que de l'eau corrompue, bien qu'il n'y ait pas d'hommes au
monde plus délicats qu'eux sur la bonne eau. On les a vus, dis-je,
exposés à l'injure des temps, demi-nus, couchés sur la dure, et malgré
cela plus braves et plus fiers que dans l'opulence et la prospérité. Il
est vrai que la tempérance qui leur est naturelle leur est d'un grand
secours pour endurer la faim quand ils y sont réduits. Ils mangent fort
peu, et à peine veulent-ils boire du vin. La coutume qu'ils ont d'être
toujours seuls à table contribue à les entretenir dans leur frugalité.
En effet, leurs femmes ni leurs filles ne mangent pas avec eux. Le
maître a sa table, et la maîtresse est par terre sur un tapis avec ses
enfants, à la mode des Turcs et des Maures. Ils ne convient presque
jamais leurs amis pour se régaler ensemble; de sorte qu'ils ne font
aucun excès. Aussi disent-ils qu'ils ne mangent que pour vivre, au lieu
qu'il y a des peuples qui ne vivent que pour manger. Néanmoins, bien des
personnes raisonnables trouvent cette affectation trop grande, et, comme
il n'entre aucune familiarité dans leur commerce, ils sont toujours en
cérémonie les uns avec les autres, sans jouir de cette liberté qui fait
la véritable union et qui produit l'ouverture du cœur.

Cette grande retraite les livre à mille visions, qu'ils appellent
philosophie; ils sont particuliers, sombres, rêveurs, chagrins, jaloux,
au lieu que s'ils tenaient une autre conduite, ils se rendraient
capables de tout, puisqu'ils ont une vivacité d'esprit admirable, de la
mémoire, du bon goût, du jugement et de la patience. Il n'en faut pas
davantage pour se rendre savant, pour se perfectionner, pour être
agréable dans la conversation, et pour se distinguer parmi les nations
les plus polies. Mais bien loin de vouloir être ce qu'ils seraient
naturellement, pour peu qu'ils le voulussent, ils affectent une
indolence qu'ils nomment grandeur d'âme; ils négligent leurs affaires
les plus sérieuses et l'avancement de leur fortune. Le soin de l'avenir
ne leur donne aucune inquiétude. Le seul point où ils ne sont pas
indifférents, c'est sur la jalousie, ils la portent jusqu'où elle peut
aller. Le simple soupçon suffit pour poignarder sa femme ou sa
maîtresse. Leur amour est toujours un amour furieux, et cependant les
femmes y trouvent des agréments. Elles disent qu'au hasard de tout ce
qui leur peut arriver de plus fâcheux, elles ne voudraient pas les voir
moins sensibles à une infidélité; que leur désespoir est une preuve
certaine de leur passion; et elles ne sont pas plus modérées qu'eux
quand elles aiment. Elles mettent tout en usage pour se venger de leurs
amants, s'ils les quittent sans sujet. De sorte que les grands
attachements finissent d'ordinaire par quelque catastrophe funeste. Par
exemple, il y a peu qu'une femme de qualité, ayant lieu de se plaindre
de son amant, trouva le moment de le faire venir dans une maison dont
elle était la maîtresse, et après lui avoir fait de grands reproches,
dont il se défendit faiblement, parce qu'il les méritait, elle lui
présenta un poignard et une tasse de chocolat empoisonné, lui laissant
seulement la liberté de choisir le genre de mort. Il n'employa pas un
moment pour la toucher de pitié. Il vit bien qu'elle était la plus forte
en ce lieu, de sorte qu'il prit froidement le chocolat, et n'en laissa
pas une goutte. Après l'avoir bu, il lui dit: Il aurait été meilleur si
vous y aviez mis plus de sucre, car le poison le rend fort amer;
souvenez-vous-en pour le premier que vous accommoderez. Les convulsions
le prirent presque aussitôt. C'était un poison très-violent, et il ne
demeura pas une heure à mourir. Cette dame, qui l'aimait encore
passionnément, eut la barbarie de ne le point quitter qu'il ne fût mort.

L'ambassadeur de Venise, qui est fort poli, était chez lui ces jours
passés; on vint lui dire qu'une dame couverte d'une mante voulait lui
parler, et qu'elle se cachait si bien qu'on n'avait pu la voir. Elle
avait deux écuyers et assez de train. Il la fit entrer dans sa chambre
d'audience; elle le pria de faire sortir tout le monde. Quand elle fut
seule, elle se dévoila et elle lui parut parfaitement belle. Je suis
d'une illustre maison, lui dit-elle, je me nomme Doña Blanca de Gusman.
J'ai passé par-dessus tout ce que la bienséance me prescrit, en faveur
de la passion que j'ai pour vous; je viens vous le déclarer, seigneur,
et vous dire que je veux rester ici cette nuit. A des paroles si
impudentes, l'ambassadeur ne put douter que ce ne fût quelque friponne
qui avait emprunté un nom de qualité, pour le faire donner dans le
panneau. Il lui dit cependant avec honnêteté, qu'il ne s'était jamais
cru malheureux de servir la République, que dans ce moment il aurait
souhaité n'être point ambassadeur, pour profiter de la grâce qu'elle
voulait lui faire, mais que l'étant, il n'y avait point d'apparence
qu'il fît demeurer chez lui une personne si distinguée; que cela lui
attirerait des affaires, et qu'il la priait de vouloir bien se retirer.
Cette femme aussitôt devint comme une furieuse, et, après l'avoir chargé
d'injures et de reproches, elle tira un stylet et elle se jeta sur lui
pour le frapper. Il l'en empêcha sans peine, et ayant appelé un de ses
gentilshommes, il lui dit de donner cinq ou six pistoles à cette femme.
Elle méritait si peu cette générosité et elle en fut tellement apaisée,
qu'elle lui avoua de bonne foi qu'elle était une créature telle qu'il
l'avait soupçonnée, et que ce qui l'avait fait entrer dans un si grand
désespoir, c'est que les écuyers qui l'attendaient en bas étaient ses
amants, qui l'auraient assommée de coups si elle n'avait rien rapporté
de sa quête; qu'il aurait fallu encore qu'elle payât à ses dépens
l'équipage qui était loué pour cette unique cérémonie, et qu'elle aurait
autant aimé mourir que d'essuyer tous ces chagrins. L'ambassadeur trouva
qu'elle se confessait si plaisamment qu'il lui fit donner encore dix
pistoles; car, lui dit-il, puisque vous avez à partager avec tant
d'honnêtes gens, votre part serait trop petite. Elle réussit si bien en
ce lieu-là, que, du même pas, elle fut chez l'ambassadeur de France;
mais on ne l'y reçut point avec une pareille courtoisie. Peu s'en fallut
qu'au premier emportement qu'elle marqua, on ne la régalât des
étrivières, elle et son cortége. Il ne lui donna pas un sol, trop
heureuse d'en sortir comme elle y était entrée, parce que tout lui était
contraire.

Nous étions arrêtées ce matin dans la Plaza Mayor, pour attendre la
réponse d'un gentilhomme que ma parente avait envoyé proche de là.
C'est en ce lieu que l'on vend du poisson, et il y avait une femme qui
vendait quelques petits morceaux de saumon qu'elle disait être frais.
Elle faisait un bruit désespéré avec son saumon; elle appelait tous les
passants pour que l'on vînt le lui acheter. Enfin il est venu un
cordonnier, que j'ai connu tel, parce qu'elle l'a nommé Senor
_Capatero_. Il lui a demandé une livre de saumon. (Vous remarquerez
qu'ici l'on achète tout à la livre jusqu'au bois et au charbon.) Vous
n'hésitez point sur le marché, lui a-t-elle dit, parce que vous croyez
qu'il est à bon prix, mais vous vous trompez, il vaut un écu la livre.
Le cordonnier, indigné du doute où elle était, lui a dit d'un ton de
colère: S'il avait été à bon marché, il ne m'en aurait fallu qu'une
livre; puisqu'il est cher, j'en veux trois. Aussitôt il lui donna trois
écus, et enfonçant son petit chapeau (car les gens de métier les portent
aussi petits que les gens de qualité les portent grands), après avoir
relevé sa moustache par rodomontade, il a levé aussi la pointe de sa
formidable épée jusqu'à son épaule, et nous a regardées fièrement,
voyant bien que nous écoutions son colloque et que nous étions
étrangères. La beauté de la chose, c'est que peut-être cet homme si
glorieux n'a rien au monde que ces trois écus-là, que c'est le gain de
toute sa semaine, et que demain, lui, sa femme et ses petits enfants
jeûneront plus rigoureusement qu'au pain et à l'eau; mais telle est
l'humeur de ces gens-ci; il y en a même plusieurs qui prennent les pieds
d'un chapon, et les font pendre par-dessous leur manteau, comme s'ils
avaient effectivement un chapon; cependant ils n'en ont que les pieds.

On ne voit pas un menuisier, un sellier, ou quelque autre homme de
boutique, qui ne soit habillé de velours et de satin, comme le roi,
ayant sa grande épée, le poignard et la guitare attachée dans sa
boutique. Ils ne travaillent que le moins qu'ils peuvent, et je vous ai
déjà dit plus d'une fois qu'ils sont naturellement paresseux. En effet,
il n'y a que l'extrême nécessité qui les oblige de faire quelque chose;
alors ils travaillent les dimanches et les fêtes, sans façon, tout comme
les autres jours, et puis ils vont porter leur marchandise. Si c'est un
cordonnier et qu'il ait deux apprentis, il les mène tous deux avec lui,
et donne à chacun un soulier à porter; s'il en a trois, il les mène tous
trois, et ce n'est qu'avec peine qu'il se rabaisse à vous essayer sa
besogne. Quand elle est livrée, il va s'asseoir au soleil (que l'on
nomme le feu des Espagnols) avec une troupe de fainéants comme lui, et
là, d'une autorité souveraine, ils décident des affaires d'État et
règlent les intérêts des princes. Souvent ils se querellent là-dessus.
Quelque grand politique, qui se croit plus habile que les autres, veut
que l'on cède à son avis, et quelques autres, aussi opiniâtres que lui,
n'en veulent rien faire. De sorte qu'ils se battent sans quartier.
J'étais, il y a deux jours, chez l'ambassadrice du Danemark, lorsqu'on y
apporta un malheureux qui venait d'être blessé dans la rue. C'était un
fruitier; il avait soutenu que le Grand Seigneur serait un malhabile
homme s'il ne faisait point étrangler son frère. Un autre, à qui ce
jeune prince n'était pas si désagréable, voulut prendre son parti; et
là-dessus ils s'étaient battus. Mais il faut remarquer que tous ces
gens-là parlent des affaires de la politique avec assez de connaissance
pour appuyer ce qu'ils disent de bonnes raisons.

Il y a dans la ville plusieurs maisons qui sont comme des académies, où
chacun s'assemble: les uns pour jouer et les autres pour la
conversation. L'on y joue fort fidèlement, et quelque somme que l'on
perde sur sa parole, les vingt-quatre heures ne passent jamais que l'on
ne paye. Si l'on y manquait, on serait perdu d'honneur et de réputation.
Il n'y a aucune raison qui puisse surmonter cette nécessité de payer
dans les vingt-quatre heures. L'on y joue fort grand jeu et
très-honnêtement, sans bruit et sans faire paraître aucun chagrin. Quand
on gagne, c'est la coutume de donner le _barato_. Il me semble que cela
se pratique aussi en Italie. C'est-à-dire que vous donnez de l'argent à
quelques-uns de ceux qui sont présents, aux uns plus, aux autres moins;
soit que vous les connaissiez ou non. Celui à qui l'on a présenté le
_barato_ ne doit jamais le refuser, fût-il cent fois plus riche et plus
de qualité que celui qui le lui donne. L'on peut aussi le demander à un
joueur qui gagne, et il ne manque pas de le donner. Il y a des gens qui
ne subsistent que par ce moyen-là. Cependant cette coutume est
désagréable, parce que celui qui gagne n'emporte quelquefois rien de son
gain, et s'il recommence à jouer, il perd bien souvent le sien.

Au reste, si l'on connaissait qu'un homme eût filouté, il pourrait de
bonne heure renoncer à la société civile, car il n'y aurait pas
d'honnêtes gens qui voulussent avoir commerce avec lui, et si on le
surprenait en filoutant, il serait heureux d'en être quitte pour des
_cuchillades_, c'est-à-dire des coups du tranchant de l'épée, et non pas
de la pointe.

A l'égard des conversations que l'on fait dans ces académies, il y en a
de fort spirituelles, et il s'y trouve bien des personnes savantes. Car,
enfin, il y en a ici tout comme ailleurs, et l'on y écrit de fort jolies
choses. Ce qu'ils appellent des nouvelles me semble d'un caractère
charmant. Ils y gardent toujours la vraisemblance, et leur sujet est si
bien conduit, leur narration si concise et si simple, sans être ni basse
ni rampante, que l'on doit convenir qu'ils ont un génie supérieur pour
ces sortes d'ouvrages. Je tâcherai d'en recouvrer quelqu'un de ce genre,
je le traduirai et je vous l'enverrai, pour que vous jugiez par
vous-même. Comme je ne suis pas capable de parler des choses qui
traitent de matières plus relevées, je ne vous en dirai rien, jusqu'à ce
que je sache là-dessus le sentiment des connaisseurs, et que, tout au
plus, je puisse leur servir d'écho. Il est vrai, cependant, que je les
trouve outrés dans leurs louanges et qu'ils n'y gardent pas assez de
vraisemblance. Leur imagination, qui est fort vive, fait quelquefois
trop de chemin. Je lisais l'autre jour dans un livre, qu'en parlant de
Philippe IV, l'auteur disait que ses vertus et ses grandes qualités
étaient si étendues, que, pour les écrire, il n'y avait pas
suffisamment de papier dans l'univers, et qu'une plume ordinaire
n'était pas digne de tracer des choses si divines; qu'ainsi il fallait
que le soleil les écrivît avec ses rayons sur la surface des cieux[134].
Vous m'avouerez que c'est se perdre dans les nues, et qu'à force de
vouloir élever le héros, le pauvre auteur tombe et se casse le cou.
Leurs livres sont très-mal imprimés, le papier en est gris; ils sont
fort mal reliés, couverts pour la plupart d'un méchant parchemin ou de
basane[135].

Je ne veux pas omettre de vous dire comme une chose essentielle, que la
politique des Espagnols les oblige de hasarder la récompense d'un cent
de faux avis, plutôt que de négliger l'occasion d'en recevoir un bon. Ni
le pays d'où l'on est, ni les gens qui agissent ne leur sont point
suspects; ils veulent tout savoir et payent libéralement ceux qui les
servent. Ils n'attendent pas même que le service soit reçu pour avancer
la récompense. Vous ne sauriez croire combien cette maxime leur a valu.
Ils ont été quelquefois pris pour dupes, cela ne les a point rebutés,
et dans la suite ils y trouvent toujours leur compte. Il est encore vrai
que pour peu de prétexte que l'on ait de demander une grâce au Roi,
pourvu que l'on ne se rebute point et que l'on suive son premier dessein
avec persévérance, tôt ou tard vous obtenez une partie de ce que vous
souhaitez. Les ministres sont persuadés qu'il ne serait pas de la
grandeur d'un si puissant monarque de refuser peu de chose, et bien
qu'il n'y ait pas de justice à prétendre une faveur que l'on n'a point
méritée par ses services, cependant on l'obtient quand on la demande
sans relâche. J'en avais des exemples tous les jours.

Je ne vous ai pas encore dit, ma chère cousine, que lorsque j'arrivai
ici, toutes les dames me firent l'honneur de me venir voir les
premières. C'est l'usage de prévenir les étrangères, quand on est
informé de leur qualité et de leur conduite. Elles regardent fort à
l'une et à l'autre. Quand je fus leur rendre visite, chacune me fit un
petit présent, et dans une seule maison j'en recevais quelquefois une
douzaine; car jusqu'aux enfants de quatre ans veulent vous régaler. On
m'a donné de grandes corbeilles de vermeil doré, enrichies de corail,
qui forme des fleurs très-délicatement travaillées. Cela se fait à
Naples et à Milan. J'ai eu des boîtes d'ambre garnies d'or émaillé,
pleines de pastilles. Plusieurs m'ont donné des gants, des bas de soie
et des jarretières en quantité. Mais ces gants ont cela de particulier,
qu'ils sont aussi courts que ceux des hommes, parce que les femmes
attachent leurs manches au poignet. Il n'y a que les doigts qui sont
d'une longueur ridicule. Pour les bas, ils les font de _pelo_, c'est de
la soie écrue. On les fait si courts et si petits par le pied, que j'ai
vu bien des poupées à qui ils ne pourraient être propres. Les
jarretières sont d'un ruban large, fort léger et travaillé très-clair,
semblable à celui dont les paysans se servent à leurs noces. Ces
jarretières sont garnies aux deux bouts de dentelle d'Angleterre de fil.
On m'a aussi donné de fort belles coupes de terre sigillée et mille
autre choses de cette manière. Si jamais je pars d'ici et que j'y fasse
un second voyage, ce sera à moi de leur faire des présents. Mais tout
les contente; des aiguilles, des épingles, quelques rubans et surtout
des pierreries du Temple les ravissent. Elles, qui en ont tant de fines
et qui sont si belles, ne laissent pas d'en porter d'effroyables. Ce
sont proprement des morceaux de verre que l'on a mis en œuvre, tout
semblables à ceux que nos ramoneurs vendent à nos provinciales qui n'ont
jamais vu que leur curé et leurs brebis. Les plus grandes dames sont
chargées de ces verrines, qu'elles achètent fort cher. Lorsque je leur
ai demandé pourquoi elles aiment tant les diamants faux, elles m'ont dit
que c'est à cause que l'on en trouve d'aussi gros que l'on en veut. En
effet, elles en portent à leurs pendants d'oreilles de la grosseur d'un
œuf, et tout cela leur vient de France ou d'Italie; car, comme je vous
l'ai dit, on ne fait guère de choses à Madrid; on y est trop paresseux.

Il n'y a point de bons peintres dans cette ville, la plupart de ceux
qui y travaillent ne sont pas du pays; ce sont des Flamands, des
Italiens ou des Français qui viennent s'y établir et qui n'y font
pourtant pas grande fortune, car l'argent ne roule pas et n'entre point
dans le commerce. Pour moi, je vous avoue que je n'en ai jamais moins
vu. Ma parente reçoit d'assez grosses sommes tout en _quartos_, c'est de
la monnaie de cuivre, aussi sale que des doubles, et toute vilaine
qu'elle est, elle sort du trésor royal. On les donne au poids (car quel
moyen de compter cette gueuserie-là). Des hommes les apportent dans de
grandes corbeilles de natte qu'ils attachent sur leur dos; et quand ces
payements arrivent, toute la maison passe huit jours à compter les
quartos. Sur dix mille francs, il n'y a pas cent pistoles en or ou en
argent[136].

On a ici un grand nombre d'esclaves qui s'achètent et se vendent fort
cher. Ce sont des Maures et des Turcs. Il y en a qui valent jusqu'à
quatre et cinq cents écus. Autrefois, on avait droit de vie et de mort
sur eux. Un patron pouvait tuer son esclave comme il aurait pu tuer un
chien; mais on a trouvé que cette barbarie ne s'accordait pas avec les
maximes de la religion chrétienne, et c'est à présent une chose
défendue. Cependant ils les battent jusqu'à leur casser quelquefois les
os, sans en être recherchés. Il est vrai qu'il n'y a guère de maîtres
qui se portent à ces sortes d'extrémités; et lorsqu'un homme aime son
esclave et qu'elle consent à ce qu'il veut, elle devient aussitôt libre.
A l'égard des autres domestiques, il serait dangereux de les maltraiter;
ils prétendent, la plupart, d'être d'aussi bonne maison que le maître
qu'ils servent, et s'ils en étaient outragés, ils seraient capables,
pour se venger, de le tuer en trahison ou de l'empoisonner. On en a vu
plusieurs exemples. Ils disent qu'il ne faut pas insulter à leur
mauvaise fortune; que pour être réduits à servir, ils ne renoncent pas à
l'honneur, et qu'ils le perdraient s'ils souffraient des coups de qui
que ce pût être.

Les pauvres même ont de la gloire, et quand ils demandent l'aumône,
c'est d'un air impérieux et dominant. Si on les refuse, il faut que ce
soit avec civilité, en leur disant: _Cavallero perdone usted, no tenga
moneda_; cela veut dire: Cavalier, pardonnez-moi, je n'ai point de
monnaie. Si on les rebute, ils se fondent en raisons, et veulent vous
prouver que vous ne méritez pas la grâce que Dieu vous fait de vous
donner du bien, et ils ne vous laissent pas un moment en repos. Mais
aussitôt qu'on leur parle avec honnêteté, ils semblent satisfaits et se
retirent.

Les Espagnols sont naturellement assez doux, ils marient leurs esclaves,
et quand c'est avec une autre esclave, les enfants qu'ils ont ne sont
pas libres, et sont soumis au patron comme leurs parents; mais si ces
enfants se marient, leurs enfants ne sont plus esclaves. Il en est de
même si une femme esclave épouse un homme libre, ses enfants suivent la
condition de leur père. L'on est fort bien servi de ces malheureux; ils
ont une assiduité et une soumission que les autres n'ont pas. Il y en a
peu qui veulent changer de religion. J'en ai une qui n'a que neuf ans,
elle est plus noire que l'ébène, et ce devait être un miracle de beauté
dans son pays, car son nez est tout plat, ses lèvres prodigieusement
grosses, l'émail de ses yeux blanc, mêlé de couleur de feu, et ses dents
admirables, aussi bien en Europe qu'en Afrique. Elle ne sait un mot
d'autre langue que la sienne. Elle se nomme Zayde. Nous l'avons fait
baptiser. Cette petite chrétienne avait été si bien accoutumée,
lorsqu'on la voulait vendre, de quitter son manteau blanc et de se
dépouiller toute nue, que j'ai eu beaucoup de peine à l'empêcher de le
faire; et l'autre jour que nous avions grande compagnie, mademoiselle
Zayde, que j'envoyai querir, prit la peine de paraître tout d'un coup
avec son petit corps noir aussi nu que lorsqu'elle vint au monde. J'ai
résolu de la faire fouetter pour lui faire comprendre que cette sorte
d'habitude ne me plaît point. Je ne puis le lui faire entendre que par
ce moyen. Ceux qui me l'ont vendue disent qu'elle est fille de
condition; et la pauvre enfant, bien souvent, vient se mettre à genoux
devant moi, joint les mains, pleure et me montre le côté de son pays. Je
l'y renverrais volontiers et m'en ferais même un grand plaisir, si elle
y pouvait être chrétienne. Mais cette impossibilité m'oblige de la
garder. Je voudrais bien l'entendre, car je crois qu'elle a de l'esprit,
et toutes ses actions en marquent. Elle danse à sa mode, et c'est d'une
manière si plaisante, qu'elle nous réjouit beaucoup. Je lui mets des
mouches de taffetas blanc qui l'enchantent. Elle a un habit comme on les
porte au Maroc. C'est une jupe courte et presque sans plis, de grandes
manches de chemise de toile très-fine, rayée de différentes couleurs,
semblables à celles de nos bohémiennes; un corps qui n'est qu'une bande
de velours cramoisi à fond d'or, rattaché au côté par des boucles
d'argent avec des boutons de même; et un manteau blanc d'étoffe de laine
très-fine, fort ample et fort long, dont elle s'enveloppe et dont elle
se couvre la tête d'un des bouts. Cet habit est assez beau. Ses petits
cheveux, qui ressemblent à de la laine, sont coupés en plusieurs
endroits; ils forment des croissants aux côtés, un rond au milieu et
comme un cœur au devant. Elle m'a coûté vingt pistoles. Ma fille lui a
donné son sagouin à gouverner; c'est ce petit singe dont M. l'archevêque
de Burgos lui fit présent. Je vous assure que Zayde et le sagouin sont
faits l'un pour l'autre, et qu'ils s'entendent fort bien.

Pour vous parler d'autre chose, il est arrivé ici un homme que l'on est
allé chercher jusqu'au fond de la Galice. C'est un saint qui, à ce que
l'on prétend, a fait des miracles. La marquise de Los Velez, autrefois
gouvernante du Roi, a pensé mourir, et elle l'envoya querir promptement;
mais l'on a été si longtemps à faire ce voyage, qu'elle a recouvré la
santé sans lui. L'on savait le jour qu'il devait arriver, et elle
l'attendait, lorsque Don Fernand de Tolède, qui est son neveu, et qui
n'avait pu la voir depuis son retour de Flandre, à cause de la maladie
qu'elle avait eue, sachant qu'elle était beaucoup mieux, se rendit chez
elle, à l'heure à peu près que le saint de Galice y devait venir. Les
gens de la marquise le voyant et ne le connaissant point (car il était
absent depuis plusieurs années), sans examiner qu'il n'y a guère
d'hommes de son âge et de son air assez heureux pour faire des miracles,
crurent, dès qu'il parut, que c'était le saint; ils ouvrirent la grande
porte, sonnèrent une cloche pour servir de signal, comme la marquise le
leur avait ordonné. Toutes les dueñas et les filles vinrent le recevoir
avec chacune un cierge à la main; il y en avait plusieurs qui se
jetaient à genoux, et ne voulaient pas le laisser passer qu'il ne leur
eût donné sa bénédiction. Il pensa devenir fou d'une telle réception. Il
ne savait s'il dormait ou s'il était enchanté, et, quoi qu'il pût
s'imaginer, il n'était point au fait; il avait beau parler, on ne
l'écoutait pas, tant le bruit et la presse étaient grands. On lui
faisait toucher des chapelets, et celles qui étaient éloignées les lui
jetaient à la tête avec des centaines de médailles. Les plus zélées
commencèrent à lui couper son manteau et son habit. Ce fut alors qu'il
eut la peur entière que pour multiplier ses reliques on le taillât par
morceaux. La marquise de Los Velez, que l'on portait à quatre dans un
grand fauteuil, vint au-devant du saint homme. Il est vrai que
lorsqu'elle aperçut la méprise, et qu'elle vit son neveu, elle fit de si
grands et de si longs éclats de rire, qu'ils passaient de beaucoup les
forces qu'on lui croyait. En sortant de chez elle, il vint nous voir
encore tout déchiré par ces dévotes personnes.

Je dois vous dire, ma chère cousine, que tout est fort retiré dans cette
cour; et voici comme l'on vit chez les particuliers. Le matin, en se
levant, on prend de l'eau glacée, et incontinent après le chocolat.
Quand l'heure du dîner est venue, le maître se met à table; sa femme et
ses enfants, comme je vous l'ai marqué, mangent par terre, auprès de la
table; ce n'est pas respect, c'est parce que la maîtresse ne saurait
être assise sur une chaise, elle n'y est point accoutumée, et il y a de
vieilles Espagnoles qui ne s'y sont peut-être jamais mises. Le repas est
léger, car on mange peu de viande. Ce qu'ils ont de meilleur, ce sont
des pigeons, des gelinottes, et leur oille qui est excellente. Mais on
ne servira au plus grand seigneur que deux pigeons et quelque ragoût
très-méchant, plein d'ail et de poivre, ensuite du fenouil et un peu de
fruit. Quand ce petit dîner est fait, chacun se déshabille dans la
maison et se jette sur son lit, où l'on étend des peaux de maroquin bien
passées pour avoir plus frais. A cette heure, vous ne trouverez pas une
âme dans les rues. Les boutiques sont fermées, le commerce est cessé, et
il semble que tout est mort. A deux heures l'hiver, à quatre l'été, on
commence à se rhabiller, l'on mange des confitures, l'on prend du
chocolat ou des eaux glacées, et chacun va où il juge à propos. Enfin
l'on se retire à onze heures ou minuit. Je vous parle au moins des gens
réglés. Alors le mari et la femme se couchent, l'on apporte une grande
nappe qui couvre tout le lit, et chacun se l'attache au col. Les nains
et les naines servent le souper, qui est aussi frugal que le dîner; car
c'est une gelinotte en ragoût ou quelque pâtisserie qui brûle la bouche,
tant elle est poivrée. Madame boit de l'eau tout son soûl, monsieur ne
boit guère de vin; et le souper fini, chacun dort comme il peut[137].

Ceux qui ne sont pas mariés, ou qui ne gardent guère de mesure avec
leurs femmes, après qu'ils ont été à la promenade du Prado, où ils sont
l'été à demi déshabillés dans leurs carrosses (j'entends lorsqu'il est
fort tard), font un bon repas, montent à cheval, et prennent un laquais
en trousse derrière eux. Ils en usent ainsi pour ne le pas perdre; car
allant par la plus obscure nuit dans les rues et marchant vite, quel
moyen qu'un laquais puisse toujours démêler et suivre son maître? Il y
en peut avoir quelques-uns qui le feraient, mais la plupart prendraient
la fuite en pareil cas, car ils ne sont pas braves. Cette cavalcade
nocturne se fait en l'honneur des dames. C'est pour les aller voir, et
ils ne manqueraient pas cette heure-là pour un empire; ils leur parlent
au travers de la jalousie; ils entrent quelquefois dans le jardin, et
montent, quand ils le peuvent, à la chambre. Leur passion est si forte,
qu'il n'y a point de périls qu'ils n'affrontent; ils vont jusque dans le
lieu où l'époux dort; et j'ai ouï dire qu'ils se voient des années de
suite, sans oser prononcer une parole, de peur d'être entendus. On n'a
jamais su aimer en France comme on prétend que ces gens-ci aiment; et
sans compter les soins, les empressements, la délicatesse, le dévouement
même à la mort (car le mari et les parents ne font point de quartier),
ce que je trouve de charmant, c'est la fidélité et le secret. On ne
verra jamais un cavalier se vanter d'avoir reçu des faveurs d'une dame.
Ils parlent de leurs maîtresses avec tant de respect et de
considération, qu'il semble que ce soit leurs souveraines. Aussi ces
dames n'ont point envie de vouloir plaire à d'autres qu'à leurs amants.
Elles en sont tout occupées et, bien qu'elles ne le voient pas le jour,
elles trouvent le moyen d'employer plusieurs heures à son intention,
soit en lui écrivant, ou en parlant de lui avec une amie qui est du
secret, ou demeurant une journée entière à regarder au travers d'une
jalousie pour le voir passer. En un mot, sur toutes les choses que l'on
m'a dites, je croirais aisément que l'amour est né en Espagne.

Pendant que les cavaliers sont avec leurs maîtresses, les laquais
gardent leurs chevaux à quelque distance de la maison. Mais il leur
arrive très-souvent une aventure fort désagréable. C'est que les maisons
n'ayant pas de certains endroits commodes, on jette toute la nuit, par
les fenêtres, ce que je n'ose vous nommer. De sorte que l'amoureux
espagnol, qui passe à petit bruit dans la rue, est quelquefois inondé
depuis la tête jusqu'aux pieds, et bien qu'il se soit parfumé avant de
sortir de chez lui, il est contraint d'y retourner au plus vite pour
changer d'habits. C'est une des plus grandes incommodités de la ville,
et qui la rend si puante et si sale, que l'on n'y peut marcher le matin.
Je dis le matin, parce que l'air est si vif et a tant de force, que
toute cette vilenie est consumée avant midi.

Quand il meurt un cheval, ou quelque autre animal, on le laisse dans la
rue où il est, fût-ce devant la porte du palais, et le lendemain il est
en poudre. L'on est persuadé que si l'on ne jetait pas ainsi ces ordures
dans les rues, la peste ne serait pas longtemps sans être à Madrid, et
elle n'y est jamais[138].

Sans compter que les amants voient leurs maîtresses par les moyens que
je vous ai dits, ils en ont encore d'autres; car les dames se visitent
fort, et rien ne leur est plus aisé que de prendre une mante, d'entrer
dans une chaise par la porte de derrière et de se faire porter où elles
veulent. Cela est d'autant plus facile que toutes les femmes se gardent
un secret inviolable; quelques querelles qui pussent arriver entre
elles, et quelque colère qu'elles aient les unes contre les autres,
elles n'ouvrent jamais la bouche pour se déceler. Leur discrétion ne
saurait être assez louée. Il est vrai que les conséquences en seraient
bien plus dangereuses qu'ailleurs, puisque l'on assassine ici sur de
simples soupçons.

Voici comme se passent les visites que les dames se rendent les unes aux
autres. On ne va point chez son amie quand on en a envie, il faut
attendre qu'elle vous envoie prier d'y venir; et la dame qui veut
recevoir compagnie chez elle écrit un billet le matin, par lequel elle
vous invite. Vous sortez dans votre chaise; on les fait extrêmement
grandes et larges, et, pour qu'elles soient moins lourdes, elles ne sont
que de simple étoffe tendue sur un châssis de bois. Ces étoffes sont
toujours mêlées d'or et d'argent et fort magnifiques. Il y a trois
grandes glaces, et le dessus est d'un cuir très-mince, couvert comme le
reste; il se lève pour que la dame entre et sorte plus commodément. L'on
a quatre porteurs qui se relayent; un laquais porte le chapeau du
porteur de devant, car, quelque mauvais temps qu'il fasse, il ne faut
pas qu'il soit couvert devant sa maîtresse. La dame est enchâssée dans
sa chaise comme un diamant dans son chaton. Elle n'a point de mante, ou,
si elle en porte, c'est avec une grande dentelle noire d'Angleterre, de
la hauteur d'une demi-aune, faite à dents comme les réseaux du temps
passé, fort riche et fort chère. Cela sied bien.

Il y a un carrosse à quatre mules, avec ses longs traits, dont je vous
ai parlé, qui suit la chaise au petit pas. Il est, d'ordinaire, rempli
de deux vieux écuyers et de cinq ou six pages; car elles en ont toutes,
et la femme de mon banquier en a deux. Les dames ne mènent jamais aucune
de leurs femmes et, bien qu'elles se trouvent plusieurs ensemble qui
vont au même endroit, elles montent chacune dans leur chaise, sans se
mettre les unes avec les autres dans leur carrosse. Je me trouvai
l'autre jour dans un embarras et je vis passer cinquante chaises et
cinquante carrosses à la file. On sortait de chez la duchesse de Frias,
et l'on allait chez la duchesse d'Uzeda. Je vous dirai pourquoi elles y
allaient, quand je vous aurai dit que, la dame étant arrivée chez celle
qu'elle va voir, ses porteurs la portent jusque dans l'antichambre. Les
degrés sont faits exprès fort larges et fort bas pour qu'on les puisse
monter avec plus de facilité. Aussitôt qu'elles sont entrées, elles
renvoient tous leurs gens et leurs carrosses. Elles marquent l'heure où
on viendra les querir; c'est, d'ordinaire, entre dix et onze heures du
soir, car leurs visites sont d'une longueur à faire perdre patience.

Il n'entre jamais d'hommes où elles sont. Un mari jaloux aurait beau
venir chercher sa femme, l'on s'en moquerait et l'on ne se donnerait pas
même la peine de lui répondre: elle y est ou elle n'y est pas. Elles
sont fines, les bonnes dames, et cette liberté ne les sert pas mal; car
vous observerez qu'il n'y a pas une maison qui n'ait sa porte de
derrière par où elles peuvent sortir sans être vues. Ajoutez à cela
qu'un frère demeure chez sa sœur, un fils chez sa mère, un neveu chez sa
tante, et c'est encore un moyen de se voir. L'amour est ingénieux en ce
pays-ci. L'on n'épargne rien pour satisfaire sa passion, et l'on est
fidèle à sa maîtresse. Il y a des intrigues qui durent aussi longtemps
que la vie, bien que l'on n'ait pas perdu une heure pour les conclure.
L'on met tous les moments à profit; et, dès qu'on se voit et qu'on se
plaît, il n'en faut pas davantage.

J'étais, il y a peu de jours, chez la marquise d'Alcañizas, c'est une
des plus grandes et des vertueuses dames de cette cour; elle nous disait
à toutes en parlant de cela: Je vous l'avoue, si un cavalier avait été
tête à tête avec moi une demi-heure, sans me demander tout ce que l'on
peut demander, j'en aurais un ressentiment si vif que je le
poignarderais si je pouvais. Et lui accorderiez-vous toutes les faveurs
qu'il pourrait vous demander? interrompit la marquise de Liche, qui est
jeune et belle. Ce n'est pas une conséquence, dit madame d'Alcañizas,
j'ai même lieu de croire que je ne lui accorderais rien du tout; mais,
au moins, je n'aurais aucun reproche à lui faire; au lieu que, s'il me
laissait si fort en paix, je le prendrais pour un témoignage de son
mépris. Il n'y en a guère qui n'aient de pareils sentiments
là-dessus[139].

Une chose que je trouve fort singulière et qui ne convient point, ce me
semble, dans un royaume catholique, c'est la tolérance que l'on a pour
les hommes qui ont des maîtresses si déclarées, que c'est absolument une
chose sans mystère. Il est bien vrai que les lois le défendent: mais ils
négligent les lois et ne suivent que leur inclination; personne ne se
mêle de les reprendre de leur faute. Ces maîtresses se nomment
_amancebadas_. Bien que l'on soit marié, l'on ne laisse pas d'en avoir
de cette manière; et souvent les enfants naturels sont élevés avec les
légitimes, au vu et au su d'une pauvre femme qui souffre tout cela et
qui n'en dit pas le mot. Il est même très-rare de voir des brouilleries
entre le mari et la femme, et beaucoup plus rare qu'ils se séparent
comme on fait en France. D'un nombre infini de personnes que je connais
ici, je n'ai vu que la princesse Della Rocca qui n'est pas avec son mari
et qui vit dans un couvent. La justice n'est point étourdie des démêlés
domestiques.

Il me paraît extraordinaire qu'une dame, dont un cavalier est amoureux
et aimé, ne soit point jalouse de son amancebada. Elle la regarde comme
une seconde femme, elle croit que cela ne peut entrer en comparaison
avec elle. De sorte qu'un homme a sa femme, son amancebada et sa
maîtresse. Cette dernière est presque toujours une personne de qualité;
c'est elle que l'on va trouver la nuit et pour qui l'on hasarde sa vie.

Il arrive quelquefois qu'une dame couverte de sa grande mante unie, ne
montrant, de tout son visage, que la moitié d'un œil, vêtue fort
simplement pour n'être pas connue, et ne voulant point se servir d'une
chaise, va à pied au lieu du rendez-vous. Le peu d'habitude qu'elle a de
marcher, ou bien souvent son air, la fait distinguer. Un cavalier se met
à la suivre et à lui parler; incommodée d'une telle escorte dont il ne
lui est pas aisé de se défaire, elle s'adresse à quelque autre qui
passe, et, sans se faire autrement connaître: Je vous conjure, lui
dit-elle, empêchez que cet importun ne me suive davantage; sa curiosité
pourrait nuire à mes affaires. Cette prière tient lieu d'un commandement
au galant espagnol; il demande à celui dont on se plaint, pourquoi il
veut fatiguer une dame malgré elle; il lui conseille de la laisser en
repos; et, s'il trouve un opiniâtre, il faut tirer l'épée, et
quelquefois on s'entre-tue sans savoir pour qui l'on s'est exposé.
Cependant la belle gagne au pied, les laisse aux mains, et va où elle
est attendue. Mais le meilleur, c'est que bien souvent c'est le mari ou
le frère qui prend ainsi l'affirmative, qui défend la dame des
poursuites du curieux, et qui lui donne lieu de se rendre entre les bras
de son amant.

Il y a quelques jours qu'une jeune dame qui aimait chèrement son mari,
étant informée qu'il était assez déréglé dans sa conduite, se déguisa,
prit sa mante, et s'étant arrêtée dans une rue où il passait souvent,
elle lui donna lieu de lui parler. Après qu'il l'eut abordée, elle le
tutoya, et c'est d'ordinaire par cette manière familière que les femmes,
en ce pays, font connaître leurs sentiments. Il lui proposa un parti
qu'elle accepta sous les conditions qu'il n'aurait pas la curiosité de
la voir ni de la connaître. Il lui en donna sa parole, et il la mena
chez un de ses amis. Lorsqu'ils se séparèrent, il l'assura qu'il
s'estimait le plus heureux de tous les hommes et qu'il n'avait jamais eu
une si bonne fortune. Il lui donna une fort belle bague, et il la pria
de la garder pour se souvenir de lui. Je la garderai chèrement, et je
reviendrai ici quand tu voudras, lui dit-elle, car il vaut autant que
j'aie tes pierreries qu'une autre. En achevant ces paroles, elle ouvrit
sa mante, et le mari, voyant sa femme, resta dans la dernière confusion
de son aventure. Mais il pensa que, puisqu'elle avait bien trouvé le
moyen de sortir de chez elle pour l'attendre, elle trouverait aisément
celui de lui jouer quelque autre tour moins agréable, et pour s'en
garantir, il mit deux dueñas auprès d'elle qui ne la quitèrent plus.

Il arrive aussi quelquefois qu'un homme qui n'a pas sa maison proche du
quartier où le hasard lui fait rencontrer sa maîtresse, entre sans façon
dans celle d'un autre. Soit qu'il le connaisse on non, il le prie
civilement de vouloir bien sortir de sa chambre, parce qu'il trouve
l'occasion d'entretenir une dame, et que s'il la perd, il ne la reverra
de longtemps. Cela suffit pour que le maître de la maison la laisse au
pouvoir de l'amant et de sa maîtresse, et quelquefois je vous assure que
c'est la femme du sot qui s'en va si bonnement. Enfin l'on est d'une
témérité surprenante, pour avoir le moyen de se voir seulement un quart
d'heure.

Il me souvient d'une dame française qui, parlant d'un homme à une de ses
amies, disait: Rends-le amoureux, je te le rends ruiné. Cette maxime est
établie ici plus qu'en lieu du monde. Un amant n'a rien à lui, il n'est
pas nécessaire de lui faire entrevoir, non pas de vrais besoins, mais
seulement de légères envies d'avoir quelque chose. Ils n'omettent jamais
rien là-dessus; et la manière dont ils s'en acquittent relève beaucoup
le prix de leurs libéralités. Je les trouve bien moins aimables que nos
Français, mais on dit qu'ils savent mieux aimer. Leur procédé est aussi
mille fois plus respectueux. Cela va même si loin, que lorsqu'un homme,
de quelque qualité qu'il soit, présente un bijou ou une lettre à une
dame, il met un genou en terre, et il en fait de même quand il reçoit
quelque chose de sa main.

Je vous ai dit que je vous apprendrais pourquoi tant de dames allaient
chez la duchesse d'Uzeda. Elle est fort aimable, et fille du duc
d'Ossone. Son mari a eu querelle avec le prince Stigliano, pour une dame
qu'ils aimaient. Ils ont tiré l'épée, c'est une assez grande affaire. Le
Roi les a mis en arrêt; ce n'est pas à dire qu'on les ait mis
prisonniers, mais il leur est défendu de sortir de leur maison, si ce
n'est la nuit, qu'ils en sortent secrètement pour aller à leurs
galanteries ordinaires. Et, ce qu'il y a de rare, c'est que la pauvre
épouse ne met pas les pieds dehors tant que son mari est en arrêt,
quoique ce soit toujours pour quelque infidélité qu'il lui a faite. Il
en est de même lorsqu'ils sont exilés ou relégués dans quelques-unes de
leurs terres, ce qui arrive fort souvent. Dans le temps de leur absence,
leurs femmes restent chez elles, sans sortir une seule fois. On m'a dit
que la duchesse d'Ossone a été plus de deux ans prisonnière de cette
sorte; c'est la coutume, et cette coutume est cause qu'elles s'ennuient
fort.

Ce ne sont pas seulement les dames espagnoles qui s'ennuient ici, les
Françaises s'y divertissent assez mal. Nous devons aller dans peu de
jours à Aranjuez et à Tolède baiser la main de la Reine mère. Je vous
écrirai, ma chère cousine, le détail de mon petit voyage, et je voudrais
être en état de vous donner des marques plus essentielles de ma
tendresse.

De Madrid, ce 25 juillet 1679.



TREIZIÈME LETTRE.


Je vous mandai par ma dernière lettre, ma chère cousine, que nous irions
saluer la Reine mère; j'ai eu cet honneur. Mais, avant de vous conduire
chez elle, il vous faut parler d'autres choses. Je ne voulais pas sortir
de Madrid que je n'eusse vu l'entrée du marquis de Villars. Il la fit à
cheval, c'est la coutume en ce pays-ci, et quand un homme est bien fait,
cela lui est avantageux. Lorsque l'ambassadeur de Venise fit la sienne,
il fut heureux de n'être pas dans son carrosse. Il en avait un qui
valait 12,000 écus, qui versa en sortant de chez lui; mais comme c'était
l'hiver, la marée (c'est cette vilaine boue noire qui fait des ruisseaux
dans les rues, où un cheval entre jusqu'aux sangles), la marée, dis-je,
gâta si fort le velours à fond d'or, la belle broderie dont il était
relevé, qu'il n'a jamais pu servir depuis. Je demeurai surprise que,
pour une chose aussi commune que ces sortes d'entrées, toutes les dames
fussent sur leurs balcons, avec des habits magnifiques, et le même
empressement qu'elles auraient pour le plus grand roi du monde. Mais
elles ont si peu de liberté, qu'elles profitent avec joie de toutes les
occasions de se montrer. Et comme leurs amants ne leur parlent presque
jamais, ils ne manquent pas de se mettre dans leurs carrosses, proche
du balcon de leurs maîtresses, où elles les entretiennent des yeux et
des doigts. C'est un usage d'un grand secours pour se faire entendre
plus promptement que s'ils se servaient de leurs voix. Ce langage muet
me paraît assez difficile, à moins que d'y avoir beaucoup d'habitude.
Mais ils l'ont aussi, et il n'y a que deux jours que je voyais une
petite fille de six ans et un petit garçon à peu près du même âge, qui
savaient déjà se dire mille jolies choses de cette manière. Don Frédéric
de Cardone, qui les voyait comme moi, et qui les entendait bien mieux,
m'expliquait tout; et, s'il n'a rien ajouté du sien à la conversation de
ces deux enfants, il faut avouer qu'ils sont nés ici pour la
galanterie[140].

La marquise de Palacios, mère de Don Fernand de Tolède, est une des
meilleures amies de ma parente. Elle a une belle maison appelée
_Igariça_, aux bords du _Xarama_. Et, bien que cette dame soit déjà
vieille, elle n'y avait jamais été, quoique ce ne soit qu'à huit lieues
de Madrid. Elles croient, en ce pays-ci, que ce n'est pas de la grandeur
de se donner la peine d'aller dans leurs terres, à moins que ce ne
soient des principautés ou des villes, et pour lors elles les nomment
leurs états. Je fis un peu la guerre à cette dame de sa paresse, et ma
parente l'engagea d'être du voyage avec sa fille Doña Mariquita, qui
est une petite personne blanche, grasse et blonde. Ces trois qualités
sont également rares ici, et elle y est admirée de tous ceux qui la
voient. La jeune marquise de la Rosa voulut être de la partie. Son époux
y vint à cheval avec Don Fernand de Tolède, Don Sanche Sarmiento et Don
Estève de Carvajal. Don Frédéric de Cardone n'y aurait pas manqué, mais
l'archevêque de Burgos lui avait écrit de venir le trouver en diligence.
Lorsqu'il me le dit, je le priai d'aller voir la belle marquise de Los
Rios à las Huelgas. Je lui donnai une lettre pour elle, par laquelle je
lui reprochais son silence et je lui demandais de ses nouvelles un peu
particulièrement. Nous partîmes dans deux carrosses le 16 août, sur les
dix heures du soir, par le plus beau temps du monde. Les chaleurs
étaient si excessives, qu'à moins que d'exposer sa vie, il serait
impossible de marcher le jour; mais les nuits sont fraîches, et les
carrosses sont, l'été, tout ouverts, les mantelets levés autour, avec de
grands rideaux de toile de Hollande fort fine, garnie de belle dentelle
d'Angleterre, avec des nœuds de ruban de couleur. Comme on les fait
changer souvent, cela est fort propre. Nous allions si vite, que je
mourrais de peur qu'il se rompît quelque chose à notre carrosse, car il
est constant que nous aurions été mille fois tuées, avant que le cocher
eût pu s'en apercevoir. Je crois que l'on ne court ainsi que pour
s'indemniser de la lenteur avec laquelle on va dans Madrid. Car, au
petit pas des mules, c'est encore trop à cause du mauvais pavé, des
trous, des boues en hiver et de la poudre en été, dont les rues sont
pleines. La marquise de Palacios avait un petit chapeau sur sa tête,
garni de plumes, selon la coutume des dames espagnoles, quand elles vont
à la campagne; et la marquise de la Rosa était fort jolie avec son
justaucorps court, ses manches étroites, et le reste de son ajustement,
sur lequel nous nous écriâmes que nous la trouvions _muy bizarra et muy
de gala_, c'est-à-dire fort galante et fort magnifique.

Je trouvai assez plaisant que ces dames nous obligeassent de descendre
en trois endroits sur le chemin, pour entendre jouer de la guitare par
deux gentilshommes du marquis de la Rosa qu'il avait amenés exprès, et
qui galopaient, leurs guitares attachées d'un cordon et passées derrière
le dos. Cette petite musique, mal concertée, ne laissa pas de ravir la
compagnie qui se récriait fort sur les agréments de la campagne pendant
une belle nuit. Je n'ai jamais vu de femmes si satisfaites. Nous
arrivâmes à Aranjuez à cinq heures du matin; je demeurai surprise de sa
merveilleuse situation. Nous passâmes, à une demi-lieue en deçà du Tage,
sur un pont de bois qui ferme, et nous entrâmes ensuite dans des avenues
d'ormes et de tilleuls si hauts, si verts et si frais, que le soleil ne
les pénètre point. C'est une chose bien extraordinaire que l'on trouve
si proche de Madrid des arbres si parfaits en leur qualité, car le
terrain est ingrat et il n'y en vient point. Cependant l'on n'a pas lieu
de s'apercevoir à Aranjuez de ce que je dis, parce que l'on a fait le
long des allées et proche des arbres, un petit fossé dans lequel l'eau
du Tage coule et humecte leurs racines. Ces avenues sont si longues
que, lorsqu'on est au milieu, l'on n'en peut voir le bout. Plusieurs
allées se joignent à celle-ci et forment des étoiles de tous côtés. On
se promène au bord du Tage et du Xarama. Ce sont deux fameuses rivières
qui entourent l'île dans laquelle Aranjuez est bâti, et qui lui
fournissent des eaux qui contribuent fort à son embellissement. En
effet, je n'ai pas vu de lieu plus agréable. Il est vrai que les jardins
sont trop serrés, et que l'on y trouve plusieurs allées étroites; mais
les promenades y sont ravissantes, et lorsque nous y arrivâmes, je
croyais être dans quelque palais enchanté. La matinée était fraîche, les
oiseaux chantaient de tous côtés, les eaux faisaient un doux murmure,
les espaliers chargés de fruits excellents, les parterres de fleurs
odoriférantes, et je me trouvais en fort bonne compagnie. Nous avions un
ordre de Don Juan pour être logés dans le château, de manière que
l'alcayde nous reçut avec beaucoup de civilité, et nous fit voir
soigneusement tout ce qu'il y avait de plus remarquable. Les fontaines
sont de ce nombre. On en trouve une si grande quantité, qu'il est
impossible de passer dans une allée, dans un cabinet, dans un parterre,
ou sur une terrasse, sans en rencontrer partout cinq ou six avec des
statues de bronze et des bassins de marbre. Les jets d'eau s'élèvent
très-haut, ils ne sont pas d'eau vive, ils viennent tous du Tage. Je
vous parlerai entre autres de la fontaine de Diane. Elle est sur une
éminence qui la fait découvrir d'assez loin. La déesse est au milieu,
entourée de cerfs, de biches et de chiens qui jettent tous de l'eau. On
a ménagé un peu plus bas, un rond de myrtes que l'on a taillés de
plusieurs manières différentes, et de petits Amours sont à moitié cachés
dedans, qui jettent de l'eau contre les animaux dont la fontaine est
bordée. Le mont Parnasse s'élève au milieu d'un grand étang avec
Apollon, les Muses, le cheval Pégase et une chute d'eau qui tombe et
représente le fleuve Hélicon. Il sort de ce rocher mille jets d'eau
différents, dont les uns s'élancent, les autres serpentent sur la
surface de l'étang; les autres coulent sans efforts, les autres forment
des fleurs en l'air, ou une pluie. La fontaine de Ganymède a ses
beautés. Ce bel enfant, assis sur l'aigle de Jupiter, semble alarmé de
son vol; l'oiseau est en haut d'une colonne, les ailes déployées; il
jette l'eau par le bec et par les serres. La fontaine de Marsen est tout
proche. Celle des Harpies est belle: elles sont sur des colonnes de
marbre fort hautes; aux quatre coins, elles jettent l'eau de tous côtés,
et il semble qu'elles ont envie d'inonder un bel adolescent qui est
assis au milieu de la fontaine et qui cherche une épine dans son pied.
Mais la fontaine d'Amour est la plus agréable. Ce petit dieu y paraît
élevé avec son carquois plein de flèches, et de chacune il sort un jet
d'eau. Les trois Grâces sont assises aux pieds de l'Amour; et ce qui est
de plus singulier, c'est ce qu'il tombe du haut de quatre grands arbres
des fontaines, dont le bruit plaît beaucoup et surprend, car il n'est
point naturel que l'eau vienne de là[141].

Je craindrais de vous ennuyer, si j'entreprenais de vous dire le nombre
de cascades, de chutes d'eau et de fontaines que je vis. Je puis vous
assurer, en général, que c'est un lieu digne de la curiosité et de
l'attention de tout le monde. Le soleil commençait d'être trop fort à
huit heures; nous entrâmes dans la maison, mais il s'en faut bien
qu'elle soit aussi belle qu'elle devrait l'être, pour répondre dignement
à tout le reste. Lorsque le Roi y va, ceux qui l'accompagnent sont si
mal logés, qu'il faut se contenter d'y aller à toute bride faire un peu
sa cour, ou de passer jusqu'à Tolède, car il n'y a que deux méchantes
hôtelleries et quelques maisons de particuliers en fort petit nombre. Si
nous n'avions pas eu la précaution de porter jusqu'à du pain, je suis
bien certaine que nous n'en aurions point eu, à moins que l'alcayde ne
nous eût donné le sien. Je vous marquerai en passant de ne pas confondre
alcayde avec alcalde. Le premier signifie gouverneur d'un château ou
d'une place, et l'autre, un sergent. Bien que les tableaux les plus
exquis soient à l'Escurial, je ne laissai pas d'en trouver de très-bons
à Aranjuez, dans l'appartement du Roi. Il est meublé selon la saison où
nous sommes, c'est-à-dire avec les murailles toutes blanches, et une
tapisserie de jonc très-fin, de la hauteur de trois pieds. Il y a
au-dessus des miroirs ou des peintures. On trouve dans ce bâtiment
plusieurs petites cours qui en diminuent la beauté. Nous déjeunâmes tous
ensemble, et l'on voulut me persuader de manger d'un certain fruit nommé
_pimento_, qui est long comme le doigt, et si violemment poivré, que si
peu qu'on en mette dans la bouche elle est tout en feu. On laisse
tremper longtemps le piment dans du sel et du vinaigre pour en ôter la
force. Ce fruit vient en Espagne sur une plante, et je n'en ai point vu
dans les autres pays où j'ai été. Nous avions une oille, des ragoûts de
perdrix froides avec de l'huile, et du vin de Canarie; des poulardes,
des pigeons qui sont excellents ici, et des fruits d'une beauté
extraordinaire. Ce repas, qui valait un fort bon dîner, étant fini, nous
nous couchâmes et nous n'allâmes à la promenade que sur les sept heures
du soir. Les beautés de ce lieu me parurent aussi nouvelles que si je ne
les avais pas vues le matin, particulièrement cette situation toute
charmante que j'admirais toujours de quelque côté que je tournasse les
yeux. Le Roi y est en sûreté avec une demi-douzaine de gardes, parce que
l'on ne saurait y arriver que par des ponts qui ferment tous; et le
Harama, qui grossit en cet endroit les eaux du Tage, fortifie Aranjuez.
Après nous être promenés jusqu'à dix heures du soir, nous revînmes dans
un grand salon pavé de marbre et soutenu par des colonnes semblables.
Nous le trouvâmes éclairé de plusieurs lustres, et Don Estève de
Carvajal y avait fait venir, sans nous en rien dire, des musiciens qui
nous surprirent agréablement; du moins les dames espagnoles et ma
parente en demeurèrent très-satisfaites. Pour moi, je trouvai qu'ils
chantaient trop de la gorge, et que leurs passages étaient si longs,
qu'ils en devenaient ennuyeux. Ce n'est pas qu'ils n'eussent la voix
belle, mais leur manière de chanter n'est pas bonne, et communément tout
le monde ne chante pas en Espagne comme l'on fait en France et en
Italie. Le souper étant fini, nous allâmes au grand canal où il y avait
un petit galion peint et doré. Nous entrâmes dedans et nous y demeurâmes
jusqu'à deux heures après minuit, que nous en sortîmes pour prendre le
chemin de Tolède.

Je remarquai qu'en sortant d'Aranjuez nous ne trouvâmes que des
bruyères. L'air ne laisse pas d'être parfumé du thym et du serpolet dont
ces plaines sont couvertes. On me dit qu'il y avait là une grande
quantité de lapins, de cerfs, de biches et de daims, mais ce n'était pas
l'heure de les voir. La conversation ayant été quelque temps générale,
j'étais déjà à deux lieues d'Aranjuez, que je n'avais pas encore parlé à
Don Fernand qui était auprès de moi. Mais voulant profiter du temps pour
m'instruire à fond des particularités de cette redoutable Inquisition
dont il m'avait promis de m'entretenir, je le priai de m'en dire quelque
chose.

L'Inquisition, me dit-il, n'a été connue dans l'Europe qu'au
commencement du treizième siècle. Avant ce temps-là, les évêques et les
magistrats séculiers faisaient la recherche des hérétiques qu'ils
condamnaient au bannissement, à la perte de leurs biens ou à d'autres
peines qui n'allaient presque jamais à la mort. Mais le grand nombre
d'hérésies qui s'élevèrent vers la fin du douzième siècle, furent la
cause de l'établissement de ce tribunal. Les papes envoyèrent des
religieux vers les princes catholiques et vers les évêques, pour les
exhorter de travailler avec un soin extraordinaire à l'extirpation des
hérésies et à faire punir les hérétiques opiniâtres, ce qui continua, de
cette manière, jusqu'à l'année 1250.

En l'année 1251, Innocent IV donna pouvoir aux Dominicains de connaître
de ces sortes de crimes avec l'assistance des évêques. Clément IV
confirma ces tribunaux en 1265. Il y en eut ensuite plusieurs qui furent
érigés dans l'Italie et dans les royaumes dépendant de la couronne
d'Aragon, jusqu'au règne de Ferdinand et d'Isabelle, que l'Inquisition
fut établie dans les royaumes de Castille, et puis en Portugal par le
roi Jean III, en l'année 1536.

Les inquisiteurs avaient eu, jusqu'alors, une puissance bornée et
souvent contestée par les évêques, à qui la connaissance des crimes
d'hérésie appartenait. Selon les canons, il était contre les règles de
l'Église que les prêtres condamnassent les criminels à mort, et même
pour des crimes que souvent les lois civiles punissaient par des peines
moins rigoureuses. Mais le droit ancien cédant au droit nouveau, les
religieux de Saint-Dominique s'étaient mis, depuis deux siècles, en
possession de cette justice extraordinaire par les bulles des papes; et,
les évêques ayant été entièrement exclus, il ne manquait aux
inquisiteurs que l'autorité du prince pour l'exécution de leurs
jugements. Avant qu'Isabelle de Castille parvînt à la couronne, le
Dominicain Jean Torquemada, son confesseur et qui, depuis, fut cardinal,
lui avait fait promettre de persécuter les infidèles et les hérétiques
lorsqu'elle serait en pouvoir de le faire. Elle obligea Ferdinand, son
mari, d'obtenir, en 1483, des bulles du pape Sixte IV, pour
l'établissement d'une charge d'inquisiteur général dans les royaumes
d'Aragon et de Valence; car ces deux royaumes étaient à lui de son chef,
et il est à remarquer que Ferdinand donnait les charges dans ses États,
et Isabelle dans les siens. Mais la Reine procura cette charge à
Torquemada. Les papes étendirent ensuite sa juridiction sur tous les
États catholiques, et Ferdinand et Isabelle établirent un conseil
suprême de l'Inquisition dont ils le firent président. Il est composé de
l'inquisiteur général, qui est nommé par le Roi d'Espagne et confirmé
par le Pape; de cinq conseillers, dont l'un doit être dominicain, par un
privilége de Philippe III accordé à cet ordre en 1616; d'un procureur
fiscal, d'un secrétaire de la Chambre du Roi, de deux secrétaires du
conseil, d'un alguazil mayor, d'un receveur, de deux rapporteurs et de
deux qualificateurs et consulteurs[142]. Le nombre des _Familiares_ et
des menus officiers de l'Inquisition, n'étant justiciables que de ce
tribunal, se mettent, par ce moyen, à couvert de la justice ordinaire.

Le conseil supérieur a une entière autorité sur les autres inquisitions,
qui ne peuvent faire d'_auto_ ou exécution, sans la permission du grand
inquisiteur. Les inquisitions particulières sont celles de Séville, de
Tolède, de Grenade, de Cordoue, de Cuença, de Valladolid, de Murcie, de
Llerena, de Logroño, de Saint-Jacques, de Saragosse, de Valence, de
Barcelone, de Majorque, de Sardaigne, de Palerme, des Canaries, de
Mexico, de Carthagène et de Lima.

Chacune de ces inquisitions est composée de trois inquisiteurs, de trois
secrétaires, d'un alguazil mayor et de trois receveurs, qualificateurs
et consulteurs.

Tous ceux qui entrent dans ces charges sont obligés de faire preuve de
_casa limpia_, c'est-à-dire de n'avoir dans leur famille aucune tache de
judaïsme ni d'hérésie, et d'être catholique d'origine.

Les procédures de ce tribunal sont fort extraordinaires. Un homme étant
arrêté demeure dans les prisons sans savoir le crime dont on l'accuse,
ni les témoins qui déposent contre lui. Il ne peut en sortir qu'en
avouant une faute, dont souvent il n'est pas coupable, et que le désir
de la liberté lui fait avouer, parce qu'on ne fait pas mourir l'accusé
la première fois, quoique la famille soit taxée d'infamie, et que ce
premier jugement rende les personnes incapables de toutes charges.

Il n'y a aucune confrontation de témoins, ni aucun moyen de se défendre,
parce que ce tribunal affecte sur toutes choses un secret inviolable. Il
procède contre les hérétiques, et particulièrement contre les chrétiens
judaïsants et les Maranes ou Mahométans secrets, dont l'expulsion des
Juifs et des Maures, par Ferdinand et Isabelle, a rempli l'Espagne.

La rigueur de cette justice fut telle, que l'inquisiteur Torquemada fit
le procès à plus de cent mille personnes, dont six mille furent
condamnées au feu, dans l'espace de quatorze ans[143].

Le spectacle de plusieurs criminels condamnés au dernier supplice, sans
avoir égard à leur sexe, ni à leur qualité, confirme, à ce que l'on
prétend, les peuples dans la religion catholique, et l'Inquisition seule
a empêché les dernières hérésies de se répandre en Espagne dans le temps
qu'elles ont infesté toute l'Europe. C'est pourquoi les Rois ont donné
une autorité excessive à ce tribunal, que l'on appelle le tribunal du
Saint-Office.

Les actes généraux de l'Inquisition en Espagne, qui sont considérés dans
la plus grande partie de l'Europe comme une simple exécution de
criminels, passent parmi les Espagnols pour une cérémonie religieuse,
dans laquelle le Roi-Catholique donne des preuves publiques de son zèle
pour la religion. C'est pourquoi on les appelle _auto-da-fe_, ou actes
de foi. Ils les font ordinairement à l'avénement des Rois à la couronne,
ou à leur majorité, afin qu'ils soient plus authentiques. Le dernier se
fit en 1632, et l'on en prépare un pour le mariage du Roi. Comme il ne
s'en est pas fait depuis longtemps, on fait de grands préparatifs pour
rendre celui-ci fort solennel et aussi magnifique que peuvent être ces
sortes de cérémonies[144]. Un des conseillers de l'Inquisition en a
déjà fait un projet qu'il m'a montré. Voici ce qu'il porte:

On dressera dans la grande place de Madrid un théâtre de cinquante pieds
de long. Il sera élevé à la hauteur du balcon destiné pour le Roi, sous
lequel il finira.

A l'extrémité et sur toute la longueur de ce théâtre, il s'élèvera, à la
droite du balcon du Roi, un amphithéâtre de vingt-cinq ou trente degrés,
destiné pour le conseil de l'Inquisition et pour les autres conseils
d'Espagne, au-dessous desquels sera, sous un dais, la chaire du grand
inquisiteur, beaucoup plus élevée que le balcon du Roi. A la gauche du
théâtre et du balcon, on verra un second amphithéâtre de même grandeur
que le premier, et où les criminels seront placés.

Au milieu du grand théâtre, il y en aura un autre fort petit, qui
soutiendra deux cages où l'on mettra les criminels pendant la lecture de
leur sentence.

On verra encore sur le grand théâtre trois chaires préparées pour les
lecteurs des jugements et pour le prédicateur, devant lequel il y aura
un autel dressé.

Les places de Leurs Majestés Catholiques seront disposées de sorte que
la Reine sera à la gauche du Roi et à la droite de la Reine mère. Toutes
les dames des Reines occuperont le reste de la longueur du même balcon
de part et d'autre. Il y aura d'autres balcons préparés pour les
ambassadeurs et pour les seigneurs et les dames de la cour, et des
échafauds pour le peuple.

La cérémonie commencera par une procession qui partira de l'église de
Sainte-Marie. Cent charbonniers armés de piques et de mousquets
marcheront les premiers, parce qu'ils fournissent le bois qui sert au
supplice de ceux qui sont condamnés au feu. Ensuite viendront les
Dominicains, précédés d'une croix blanche. Le duc de Medinaceli portera
l'étendard de l'Inquisition, selon le privilége héréditaire de sa
famille. Cet étendard est de damas rouge. Sur l'un des côtés est
représentée une épée nue dans une couronne de laurier, et sur l'autre
les armes d'Espagne.

Ensuite on portera une croix verte entourée d'un crêpe noir. Plusieurs
grands et d'autres personnes de qualité de l'Inquisition marcheront
après, couverts de manteaux ornés de croix blanches et noires bordées de
fils d'or. La marche sera fermée par cinquante hallebardiers ou gardes
de l'Inquisition, vêtus de noir et de blanc, commandés par le marquis de
Pobar, protecteur héréditaire du royaume de Tolède.

La procession, après avoir passé en cet ordre devant le palais, se
rendra à la place. L'étendard et la croix verte seront plantés sur
l'autel, et les Dominicains seuls resteront sur le théâtre et passeront
une partie de la nuit à psalmodier, et dès la pointe du jour, ils
célébreront sur l'autel plusieurs messes.

Le Roi, la Reine, la Reine mère et toutes les dames paraîtront sur les
balcons vers les sept heures du matin; à huit, la marche de la
procession commencera comme le jour précédent, par la compagnie des
charbonniers, qui se placeront à la gauche du balcon du Roi; la droite
sera occupée par ses gardes. Plusieurs hommes porteront ensuite des
effigies de carton grandes comme nature. Les unes représenteront ceux
qui sont morts dans la prison, dont les os seront aussi portés dans des
coffres avec des flammes peintes à l'entour, et les autres figures
représenteront ceux qui se sont échappés et qui auront été jugés par
contumace. On placera ces figures dans une des extrémités du théâtre. On
lira ensuite leur sentence, et ils seront exécutés. Mais je dois vous
dire, ajouta-t-il, que le conseil suprême de l'Inquisition est plus
absolu que tous les autres. On est persuadé que le Roi même n'aurait pas
le pouvoir d'en retirer ceux qui seraient dénoncés, parce que ce
tribunal ne reconnaît que le Pape au-dessus de lui, et qu'il y a eu des
temps et des occasions où la puissance du Roi s'est trouvée plus faible
que celle de l'Inquisition. Don Diégo Sarmiento est inquisiteur général.
C'est un grand homme de bien; il peut avoir soixante ans. Le Roi nomme
le président de l'Inquisition et Sa Sainteté le confirme; mais à l'égard
des inquisiteurs, le président les propose au Roi, et après avoir eu son
approbation, il les pourvoit de leur charge.

Le tribunal connaît tout ce qui regarde la foi, et il est absolument
revêtu de l'autorité du Pape et de celle du Roi. Ses arrêts sont sans
appel, et les vingt-deux tribunaux de l'Inquisition qui sont dans tous
les États d'Espagne, et qui dépendent de celui de Madrid, lui rendent
compte tous les mois de leurs finances, et tous les ans des causes et
des criminels. Mais ceux des Indes et des autres lieux éloignés ne
rendent compte qu'à la fin de chaque année. A l'égard des charges de ces
tribunaux inférieurs, elles sont remplies par l'inquisiteur général,
avec l'approbation des conseillers. Il serait assez difficile de pouvoir
dire précisément le nombre d'officiers qui dépendent de l'Inquisition,
car dans l'Espagne seule il y a plus de vingt-deux mille familiares du
Saint-Office. On les nomme ainsi, parce que ce sont comme des espions
répandus partout, qui donnent sans cesse à l'Inquisition des avis vrais
ou faux, sur lesquels on prend ceux qu'ils accusent[145].

Dans le temps que j'écoutais Don Fernand avec le plus d'attention, la
marquise de Palacios nous interrompit, pour nous dire que nous étions
proche de Tolède, et que les restes antiques d'un vieux château que
nous voyions à gauche, sur une petite montagne, étaient ceux d'un palais
enchanté. Nous voici encore, dis-je tout bas à Don Fernand, aux châteaux
de Guebare et de Nios. Nous en sommes à tout ce qu'il vous plaira,
dit-il, mais il est certain que c'est une tradition très-ancienne dans
ce pays-ci. On prétend qu'il y avait une cave fermée, et une prophétie
menaçait l'Espagne des derniers malheurs lorsqu'on ouvrirait cette cave;
chacun, effrayé de ces menaces, ne voulait point en attirer les effets
sur soi. Ce lieu demeura donc fermé pendant des siècles. Mais le Roi Don
Rodrigue, moins crédule, ou plus curieux, fit ouvrir la cave, et ce ne
fut pas sans entendre des bruits épouvantables. Il semblait que tous les
éléments allaient se confondre, et que la tempête ne pouvait être plus
grande. Cela ne l'empêcha pas d'y descendre, et il vit, à la clarté de
plusieurs flambeaux, des figures d'hommes dont l'habillement et les
armes étaient extraordinaires. Il y en avait un qui tenait une lame de
cuivre, sur laquelle on trouva écrit en arabe, que le temps approchait
de la désolation de l'Espagne, et que ceux dont les statues étaient en
ce lieu ne seraient pas longtemps sans arriver. Je n'ai jamais été en
aucun endroit, dis-je en riant, où l'on fasse plus de cas des contes
fabuleux qu'en Espagne. Dites plutôt, reprit-il, qu'il n'y a jamais eu
de dame moins crédule que vous, et je n'ai pas entrepris de vous faire
changer de sentiment en vous disant cette histoire. Mais autant qu'on
peut assurer des choses sur la foi des auteurs, celle-ci doit être
recevable.

Le jour était assez grand pour bien remarquer tous les charmes de la
campagne. Nous passâmes le Tage sur un beau et grand pont, dont on
m'avait parlé, et ensuite je découvris Tolède tout environnée de
montagnes et de rochers qui la commandent. On trouve là des maisons
très-belles, que l'on a bâties dans les montagnes pour jouir d'une
agréable solitude. L'archevêque de Tolède y en a une où il va souvent.
La ville est élevée sur le roc, dont l'inégalité en plusieurs endroits
contribue à la rendre haute et basse. Les rues sont étroites, mal pavées
et difficiles; ce qui fait que toutes les personnes de qualité y vont en
chaise ou en litière. Et comme nous étions en carrosse, nous allâmes
demeurer proche de la Plaza Mayor, parce que c'est le seul quartier où
l'on puisse passer en voiture. Nous descendîmes, en arrivant, à
l'hôpital de Foira, qui est dans le faubourg et dont le bâtiment entoure
de trois côtés une très-grande cour carrée. L'église contient le
quatrième; nous y entendîmes la messe. Cet hôpital a été bâti par un
archevêque de Tolède, dont le tombeau et la statue en marbre sont au
milieu de la nef. Les murailles de la ville ont été rebâties par les
Maures; elles sont bordées d'une grande quantité de petites tours qui
servaient autrefois à les défendre, et la place serait bonne, étant
presque tout entourée du Tage, et ayant des fossés extrêmement profonds,
si les montagnes voisines ne la commandaient pas; car on peut aisément
la battre de ces lieux-là. Il n'était pas huit heures quand nous
arrivâmes. Nous voulûmes employer le reste de la matinée à voir
l'église, qui est, à ce que l'on dit, une des plus belles de l'Europe.
Les Espagnols l'appellent Sainte, soit à cause des reliques que l'on y
voit, ou par quelque autre raison que l'on ne m'a pas expliquée. Si elle
était aussi longue et aussi haute qu'elle est large, elle n'en serait
que mieux. Elle est ornée de plusieurs chapelles aussi grandes que des
églises. Elles sont tout éclatantes d'or et de peintures. Les
principales sont celles de la Vierge, de saint Jacques, de saint Martin,
du cardinal de Sandoval, et du connétable de Luna. Je vis une niche dans
le chœur, d'où l'on prétend qu'il sortit une source d'eau plusieurs
jours de suite, et qui servit à désaltérer les soldats et les citoyens,
dans le temps qu'ils soutenaient le siége contre les Maures, et qu'ils
étaient demi-morts de soif. Car, sans m'éloigner de mon discours, je
dois dire qu'il n'y a pas une fontaine dans la ville, et qu'il faut
descendre jusqu'au Tage pour en apporter l'eau; ce qui est une chose si
incommode, que je ne puis comprendre comment Tolède est aussi peuplé. On
trouve, proche de l'entrée de l'église, un pilier de marbre que l'on y
révère, parce que la Sainte Vierge apparut dessus à saint Alphonse. Il
est enfermé dans une grille de fer, et on le baise par une petite
fenêtre, au-dessus de laquelle il est écrit: _Adorabimus in loco ubi
steterunt pedes ejus_. Entre chaque siége des chanoines, il y a une
colonne de marbre, et la sculpture de toute l'église est fort délicate
et bien travaillée. Je vis le trésor avec admiration. Il faut trente
hommes pour porter le tabernacle le jour de la Fête-Dieu. Il est de
vermeil doré, il finit en plusieurs pointes de clocher, d'un travail
exquis, couvert d'anges et de chérubins. Il y en a encore un autre au
dedans, lequel est d'or massif, avec une quantité de pierreries si
considérable, que l'on n'en peut dire la juste valeur. Les patènes, les
calices et les ciboires ne sont pas moins beaux. Tout y brille de gros
diamants et de perles orientales. Le soleil où l'on met le
Saint-Sacrement, les couronnes de la Vierge et ses robes sont les choses
les plus magnifiques que j'aie vues de mes jours. Mais, en vérité, cet
archevêché est si riche, qu'il est bien juste que tout y réponde. Je
vous ai mandé, ma chère cousine, que l'archevêque de Burgos me dit que
celui de Tolède avait trois cent cinquante mille écus de rente. Ajoutez
à cela que la fabrique en a cent.

Quarante chanoines, chacun mille. Le grand archidiacre, quarante mille.
Trois archidiaconés, dont le premier vaut quinze mille écus; le second,
douze mille; le troisième, dix mille. Le doyenné, dix mille.

Il y a, de plus, un nombre infini de chapelains, de clercs de chapelle
et de personnes qui reçoivent la distribution des rations.

Il y a le chapelain mayor de la chapelle de los Reis, qui jouit de douze
mille écus de revenu, et six autres sous lui, qui ont chacun mille écus.

Après avoir passé beaucoup de temps à considérer les beautés dont cette
cathédrale est remplie, dans le moment que nous allions en sortir pour
retourner dans l'hôtellerie où nous avions laissé notre carrosse, nous
trouvâmes un aumônier et un gentilhomme du cardinal Porto-Carrero, qui
vinrent de sa part nous faire un compliment, et nous assurer qu'il ne
souffrirait pas que nous fussions demeurer ailleurs qu'à l'archevêché.
Ils s'adressèrent particulièrement à la marquise de Palacios, qui est sa
proche parente et qui nous pressa fort d'y aller. Nous nous en
défendîmes sur le désordre où nous étions, ayant passé la nuit sans
dormir, et n'étant qu'en déshabillé. Elle dit à son fils d'aller trouver
M. le cardinal et de le prier d'agréer nos excuses. Don Fernand revint
au bout d'un moment, suivi d'un grand nombre de pages, dont quelques-uns
portaient des parasols de brocart d'or et d'argent. Il nous dit que Son
Éminence souhaitait fort que nous allassions chez lui, et qu'il lui
avait témoigné tant de chagrin du refus que nous en faisions, qu'il lui
avait promis de nous y mener; que là-dessus il avait commandé que l'on
prît des parasols pour nous garantir du soleil, et que l'on arrosât la
place que nous avions à traverser pour aller de l'église à l'archevêché.
Nous aperçûmes aussitôt deux mules qui traînaient une petite charrette,
sur laquelle il y avait un poinçon plein d'eau. On nous dit que c'était
la coutume, toutes les fois que le cardinal devait venir à l'église,
d'arroser ainsi le chemin.

Le palais archiépiscopal est fort ancien et fort grand, très-bien
meublé, et digne de celui qui l'occupe. On nous conduisit dans un bel
appartement, où l'on nous apporta d'abord du chocolat, et ensuite toutes
sortes de fruits, de vins, d'eaux glacées et de liqueurs. Nous étions si
endormis, qu'après avoir un peu mangé, nous priâmes la marquise de
Palacios de voir M. le cardinal, et de nous excuser auprès de lui si
nous différions à nous donner cet honneur, mais que nous ne pouvions
plus nous passer de dormir. En effet, la jeune marquise de la Rosa, ma
parente, nos enfants et moi, nous prîmes le parti de nous coucher, et,
sur le soir, nous nous habillâmes pour aller chez la Reine mère. La
marquise de Palacios, qui lui avait toujours été fort dévouée, était
allée à l'Alcazar (c'est ainsi que l'on nomme le château), et elle
l'avait vue pendant que nous dormions. De manière qu'elle lui dit
qu'elle nous donnerait audience sur les huit heures du soir; et pour la
première fois je me mis à l'espagnole. Je ne comprends guère d'habit
plus gênant. Il faut avoir les épaules si serrées, qu'elles en font mal,
on ne saurait lever le bras, et à peine peut-il entrer dans les manches
du corps. On me mit un guard-infant d'une grandeur effroyable (car il
faut en avoir chez la Reine). Je ne savais que devenir avec cette
étrange machine. On ne peut s'asseoir, et je crois que je le porterais
toute ma vie sans m'y pouvoir accoutumer. On me coiffa à la _Melene_,
c'est-à-dire les cheveux tout épars sur le cou, et noués par le bout
d'une nonpareille. Cela échauffe bien plus qu'une palatine. De sorte
qu'il est aisé de juger comme je passais mon temps au mois d'août en
Espagne. Mais c'est une coiffure de cérémonie, et il ne fallait manquer
à rien en telle occasion. Enfin je mis des chapins, plutôt pour me
casser le cou que pour marcher avec. Quand nous fûmes toutes en état de
paraître, car ma parente et ma fille allaient aussi à l'espagnole, on
nous fit entrer dans une chambre de parade, où M. le cardinal nous vint
voir. Il se nomme Don Luis Porto-Carrero, il peut avoir quarante-deux
ans; il est fort civil, son esprit est doux et complaisant. Il a pris
assez les manières polies de la cour de Rome. Il demeura une heure avec
nous; on nous servit ensuite le plus grand repas qui se pouvait faire,
mais tout était si ambré, que je n'ai jamais goûté à des sauces plus
extraordinaires et moins bonnes[146]. J'étais à cette table comme un
Tantale mourant de faim, sans pouvoir manger. Il n'y avait point de
milieu entre des viandes toutes parfumées ou toutes pleines de safran,
d'ail, d'oignon, de poivre et d'épices. A force de chercher, je trouvai
de la gelée et du blanc-manger admirable, avec quoi je me dédommageai.
On y servit aussi un jambon qui venait de la frontière du Portugal, et
qui était meilleur que ceux de mouton que l'on vante si fort à Bayonne,
et que ceux de Mayence. Mais il était couvert d'une certaine dragée que
nous nommons en France de la nonpareille, et dont le sucre se fondit
dans la graisse. Il était tout lardé d'écorce de citron, ce qui
diminuait bien de sa bonté[147]. Pour le fruit, c'était la meilleure et
même la plus divertissante chose que l'on pût voir, car on avait glacé
dans le sucre, à la mode d'Italie, des petits arbres tout entiers: vous
jugez bien au moins que les arbres étaient fort petits. Il y avait des
orangers confits de cette manière, avec des petits oiseaux contrefaits
attachés dessus. Des cerisiers, des framboisiers, des groseilliers, et
d'autres encore, chacun dans une petite caisse d'argent.

Nous sortîmes promptement de table, parce que l'heure d'aller chez la
Reine approchait. Nous y fûmes en chaise, quoiqu'il y ait loin et
particulièrement beaucoup à monter, car l'Alcazar est bâti sur un rocher
d'une prodigieuse hauteur, et la vue en est merveilleuse. Il y a devant
la porte une très-grande place; l'on entre ensuite dans une cour de cent
soixante pieds de long et de cent trente de large, ornée de deux rangs
de portiques, et dans la longueur de dix rangs de colonnes, chacune
d'une seule pierre. Il y en a huit rangs dans la largeur, et cela fait
un bel effet. Mais ce qui plaît beaucoup davantage, c'est l'escalier qui
est au fond de la cour, et qui contient les cent trente pieds qu'elle a
de largeur. Après que l'on a monté quelques marches, il se sépare en
deux, et l'on doit dire en vérité que c'est un des plus beaux de
l'Europe. Nous traversâmes une grande galerie et des appartements si
vastes, et dans lesquels il y avait si peu de monde, qu'il ne paraissait
pas que l'on y dût trouver la Reine mère d'Espagne. Elle était dans un
salon, dont toutes les fenêtres étaient ouvertes et donnaient sur la
plaine et la rivière. La tapisserie, les carreaux, les tapis et le dais
étaient de drap gris. La Reine était debout, appuyée sur un balcon,
tenant dans sa main un grand chapelet. Lorsqu'elle nous vit, elle se
tourna vers nous, et nous reçut d'un air assez riant. Nous eûmes
l'honneur de lui baiser la main, qu'elle a petite, maigre et blanche.
Elle est fort pâle, le teint fin, le visage un peu long et plat, les
yeux doux, la physionomie agréable, et la taille d'une médiocre
grandeur. Elle était vêtue comme toutes les veuves le sont en Espagne,
c'est-à-dire en religieuse, sans qu'il paraisse un seul cheveu, et il y
en a beaucoup (mais elle n'est pas du nombre) qui se les font couper
lorsqu'elles perdent leur mari, pour témoigner davantage leur douleur.
Je remarquai qu'il y avait des troussis autour de sa jupe pour la
rallonger quand elle est usée. Je ne dis pas pour cela qu'on la
rallonge, mais c'est la mode en ce pays-ci. Elle me demanda combien il y
avait que j'étais partie de France, je lui en rendis compte. Elle
s'informa si en ce temps-là on parlait du mariage du Roi son fils avec
Mademoiselle d'Orléans; je lui dis que non. Elle ajouta qu'elle voulait
me faire voir son portrait, que l'on avait tiré sur celui que le Roi son
fils avait, et elle dit à une de ses dames, qui était une vieille dueña
bien laide, de l'apporter. Il était peint en miniature de la grandeur de
la main, dans une boîte de satin noir dessus et de velours vert dedans.
Trouvez-vous, dit-elle, qu'elle lui ressemble? Je l'assurai que je n'y
reconnaissais aucun de ses traits. En effet, elle paraissait louche, le
visage de côté, et rien ne pouvait être moins ressemblant à une
princesse aussi parfaite que l'est Mademoiselle. Elle me demanda si elle
était plus ou moins belle que ce portrait. Je lui dis qu'elle était sans
comparaison plus belle. Le Roi mon fils sera donc agréablement trompé,
reprit-elle, car il croit que ce portrait est tout comme elle, et l'on
ne peut en être plus content qu'il est. A mon égard, ses yeux de travers
me faisaient de la peine, mais pour me consoler, je pensais qu'elle
avait de l'esprit et bien d'autres bonnes qualités. Ne vous
souvenez-vous pas, ajouta-t-elle en parlant à la marquise de Palacios,
d'avoir vu mon portrait dans la chambre du feu Roi? Oui, Madame, reprit
la marquise, et je me souviens aussi qu'en voyant Votre Majesté nous
demeurâmes fort étonnées que la peinture lui eût fait tant de tort.
C'est ce que je voulais vous dire, reprit-elle; et lorsque je fus
arrivée, et que je jetai les yeux sur ce portrait que l'on me dit être
le mien, j'essayai inutilement de le croire, je ne pus y réussir. Une
petite naine grosse comme un tonneau, et plus courte qu'un potiron,
toute vêtue de brocart or et argent, avec de longs cheveux qui lui
descendaient presque jusqu'aux pieds, entra et se vint mettre à genoux
devant la Reine, pour lui demander s'il lui plaisait de souper. Nous
voulûmes nous retirer; elle nous dit que nous pouvions la suivre, et
elle passa dans une salle toute de marbre, où il y avait plusieurs
belons sur des escaparates. Elle se mit seule à table, et nous étions
toutes debout autour d'elle. Ses filles d'honneur vinrent la servir,
avec la camarera mayor, qui avait l'air bien chagrin. Je vis
quelques-unes de ces filles qui me semblèrent fort jolies. Elles
parlèrent à la marquise de Palacios, et elles lui dirent qu'elles
s'ennuyaient horriblement, et qu'elles étaient à Tolède comme on est
dans un désert. Celles-ci se nomment _Damas de palacio_, et elles
mettent des chapins; mais, pour les petites menines, elles ont leurs
souliers tout plats. Les menins sont des enfants de la première qualité
qui ne portent ni manteau ni épée.

On servit plusieurs plats devant la Reine: les premiers furent des
melons à la glace, des salades et du lait, dont elle mangea beaucoup
avant de manger de la viande, qui avait assez mauvaise grâce. Elle ne
manque pas d'appétit, et elle but un peu de vin pur, disant que c'était
pour cuire le fruit. Lorsqu'elle demandait à boire, le premier menin
apportait sa coupe sur une soucoupe couverte; il se mettait à genoux en
la présentant à la camarera, qui s'y mettait aussi lorsque la Reine la
prenait de ses mains. De l'autre côté, une dame du palais présentait à
genoux la serviette à la Reine pour s'essuyer la bouche. Elle donna des
confitures sèches à Doña Mariquita de Palacios et à ma fille, en leur
disant qu'il n'en fallait guère manger, que cela gâtait les dents aux
petites filles. Elle me demanda plusieurs fois comment se portait la
Reine Très-Chrétienne, et à quoi elle se divertissait. Elle dit qu'elle
lui avait envoyé depuis peu des boîtes de pastilles d'ambre, des gants
et du chocolat. Elle demeura plus d'une heure et demie à table, parlant
peu, mais paraissant assez gaie. Nous lui demandâmes ses ordres pour
Madrid; elle nous fit une honnêteté là-dessus, et ensuite nous prîmes
congé d'elle. On ne peut pas disconvenir que cette Reine n'ait bien de
l'esprit, et beaucoup de courage et de vertu, de prendre, comme elle
fait, un exil si désagréable.

Je ne veux pas oublier de vous dire que le premier des menins porte les
chapins de la Reine, et les lui met. C'est un si grand honneur en ce
pays, qu'il ne le changerait pas avec les plus belles charges de la
couronne. Quand les dames du palais se marient, et que c'est avec
l'agrément de la Reine, elle augmente leur dot de cinquante mille écus,
et d'ordinaire on donne un gouvernement ou une vice-royauté à ceux qui
les épousent.

Lorsque nous fûmes de retour chez M. le cardinal, nous trouvâmes un
théâtre dressé dans une grande et vaste salle, où il y avait beaucoup de
dames d'un côté et de cavaliers de l'autre. Ce qui me parut singulier,
c'est qu'il y avait un rideau de damas qui contenait toute la longueur
de la salle jusqu'au théâtre et qui empêchait que les hommes et les
femmes se pussent voir. On n'attendait plus que nous pour commencer la
comédie de _Pyrame et Thisbée_! Cette pièce était nouvelle et plus
mauvaise qu'aucune que j'eusse encore vue en Espagne. Les comédiens
dansèrent ensuite fort bien, et le divertissement n'était pas fini à
deux heures après minuit.

On servit un repas magnifique dans un salon où il y avait plusieurs
tables, et M. le cardinal nous y ayant fait prendre place, alla
retrouver les cavaliers, qui, de leur côté, étaient servis comme nous.
Il y eut une musique italienne excellente; car Son Éminence avait amené
des musiciens de Rome, auxquels il donnait de grosses pensions. Nous ne
pûmes nous retirer dans notre appartement qu'à six heures du matin; et
comme nous avions encore bien des choses à voir, au lieu de nous
coucher, nous allâmes à la Plaza Mayor, que l'on appelle _Socodebet_.
Les maisons dont elle est entourée sont de briques, et toutes
semblables, avec des balcons. Sa forme est ronde; il y a des portiques
sous lesquels on se promène, et cette place est fort belle. Nous
retournâmes au château pour le voir mieux, avec plus de loisir. Le
bâtiment en est gothique et très-ancien; mais il y a quelque chose de si
grand, que je ne suis pas surprise de ce que Charles-Quint aimait mieux
y demeurer qu'en aucune ville de son obéissance. Il consiste en un carré
de quatre gros corps de logis, avec des ailes et des pavillons. Il y a
de quoi loger commodément toute la cour d'un grand roi. On nous montra
une machine qui était merveilleuse avant qu'elle fût rompue; elle
servait à puiser de l'eau dans le Tage, et la faisait monter jusque dans
le haut de l'Alcazar. Le bâtiment en est encore tout entier, bien qu'il
y ait plusieurs siècles qu'il soit fait. On descend plus de cinq cents
degrés jusqu'à l'a rivière. Lorsque l'eau était entrée dans le
réservoir, elle coulait par des canaux dans tous les endroits de la
ville où il y avait des fontaines. Cela était d'une extrême commodité,
car il faut à présent descendre environ trente toises pour aller querir
de l'eau.

Nous vînmes entendre la messe dans l'église de Los Reys. Elle est belle
et grande, et toute pleine d'orangers, de grenadiers, de jasmins et de
myrtes fort hauts, qui forment des allées dans des caisses jusqu'au
grand autel, dont les ornements sont extraordinairement riches. De sorte
qu'au travers de toutes ces branches vertes, et de toutes ces fleurs de
différentes couleurs, voyant briller l'or, l'argent, la broderie et les
cierges allumés dont l'autel est paré, il semble que ce soient les
rayons du soleil qui vous frappent les yeux. Il y a aussi des cages
peintes et dorées remplies de rossignols, de serins et d'autres oiseaux,
qui font un concert charmant. Je voudrais bien que l'on prît, en France,
la coutume d'orner nos églises comme elles le sont en Espagne. Les
murailles de celles-ci sont toutes couvertes en dehors de chaînes et de
fers des captifs que l'on va racheter en Barbarie. Je remarquai en ce
quartier-là que, sur la porte de la plupart des maisons, il y a un
carreau de _fayence_ sur lequel est la salutation angélique avec ces
mots: _Maria sue concebida sin pecado original_. On me dit que ces
maisons appartenaient à l'archevêque, et qu'il n'y demeure que des
ouvriers en soie, qui sont nombreux à Tolède.

Les deux ponts de pierre qui traversent la rivière sont fort hauts, fort
larges et fort longs. Si l'on voulait un peu travailler dans le Tage,
les bateaux viendraient jusqu'à la ville, ce serait une commodité
considérable; mais on est naturellement trop paresseux pour considérer
l'utilité du travail préférablement à la peine de l'entreprendre. Nous
vîmes encore l'hôpital de _Los Niños_, c'est-à-dire des Enfants
trouvés, et la maison de ville, qui est proche de la cathédrale. Enfin,
notre curiosité étant satisfaite, nous revînmes au palais
archiépiscopal, et nous nous mîmes au lit jusqu'au soir, que nous fîmes
encore un festin aussi splendide que ceux qui l'avaient précédé. Son
Éminence mangea avec nous, et après l'avoir remerciée autant que nous le
devions, nous partîmes pour nous rendre au château d'Igariça. Le marquis
de Los Palacios nous y attendait avec le reste de sa famille, de manière
que nous y fûmes reçues si obligeamment, qu'il ne se peut rien ajouter à
la bonne chère et aux plaisirs que l'on nous procura pendant six jours,
soit à la pêche sur la rivière du Xarama, soit à la chasse, à la
promenade ou dans les conversations générales. Chacun faisait paraître
sa bonne humeur à l'envi l'un de l'autre, et l'on peut dire que lorsque
les Espagnols font tant que de quitter leur gravité, qu'ils vous
connaissent et qu'ils vous aiment, on trouve de grandes ressources avec
eux du côté de l'esprit. Ils deviennent sociables, obligeants, empressés
pour vous plaire et de la meilleure compagnie du monde. C'est ce que
j'ai éprouvé dans la partie que nous venons de faire et dont je ne vous
aurais pas rendu un compte si exact si je n'étais persuadée, ma chère
cousine, que vous le voulez ainsi, et que vous me tenez quelque compte
de ma complaisance.

A Madrid, ce 30 août 1679.



QUATORZIÈME LETTRE.


La cérémonie se fit ici le dernier du mois d'août, de jurer la paix
conclue à Nimègue entre les couronnes de France et d'Espagne. J'avais
beaucoup d'envie de voir ce qui s'y passerait, et comme les femmes n'y
vont point, le connétable de Castille nous promit de nous faire entrer
dans la chambre du Roi, aussitôt qu'il serait entré dans le salon.
Madame Gueux, ambassadrice de Danemark, et madame de Chais, femme de
l'envoyé de Hollande, y vinrent aussi. Nous passâmes par un degré dérobé
où un gentilhomme du connétable nous attendait, et nous demeurâmes
quelque temps dans un fort beau cabinet rempli de livres espagnols bien
reliés et très-divertissants. J'y trouvai, entre autres, l'histoire de
Don Quichotte, ce fameux chevalier de la Manche, dans laquelle la
naïveté et la finesse des expressions, la force des proverbes et ce que
les Espagnols appellent _el pico_, c'est-à-dire la pointe et la
délicatesse de la langue, paraissent tout autrement que les traductions
que nous en voyons en notre langue. Je prenais tant de plaisir à le
lire, que je ne pensais presque plus à voir la cérémonie. Elle commença
aussitôt que le marquis de Villars fut arrivé, et l'on ouvrit une
fenêtre fermée d'une jalousie par laquelle nous regardions ce qui se
passait. Le Roi se plaça au bout du grand salon doré, qui est un des
plus magnifiques qui soient dans le palais. L'estrade était couverte
d'un tapis merveilleux. Le trône et le dais étaient brodés de perles, de
diamants, de rubis, d'émeraudes et d'autres pierreries précieuses. Le
cardinal Porto Carrero était assis dans un fauteuil au bas de l'estrade,
à la droite du trône; le connétable de Castille était sur un tabouret.
L'ambassadeur de France s'assit à la gauche du trône, sur un banc
couvert de velours, et les grands étaient proche du cardinal. Lorsque
chacun se fut placé selon son rang, le Roi entra, et quand il fut assis
dans son trône, le cardinal, l'ambassadeur et les grands s'assirent et
se couvrirent. Un secrétaire d'État lut tout haut le pouvoir que le Roi
Très-Chrétien avait envoyé à son ambassadeur. On apporta ensuite une
petite table devant le Roi, avec un Crucifix et le livre des Évangiles,
et pendant qu'il tenait la main dessus, le cardinal lut le serment par
lequel il jurait de garder la paix avec la France. Il se passa encore
quelques cérémonies, auxquelles je ne fis pas assez attention pour
pouvoir vous en rendre compte. Le Roi rentra peu après dans son
appartement, et nous en sortîmes auparavant. Nous restâmes dans le même
cabinet où nous nous étions arrêtées d'abord. Il était si près de la
chambre, que nous entendions le Roi qui disait qu'il n'avait jamais eu
si chaud et qu'il allait quitter sa golille. Il est vrai que le soleil
est bien ardent en ce pays. Les premiers jours que j'y ai été, j'étais
accablée d'une migraine extraordinaire dont je ne pouvais trouver la
raison; mais ma parente me dit que c'était de me couvrir trop la tête,
et que si je n'y prenais garde, j'en pourrais perdre les yeux. Je ne
tardai pas à quitter mon bonnet et mes cornettes, et, depuis ce
temps-là, je n'ai point eu de mal de tête. Pour moi, je ne saurais
croire qu'en aucun lieu du monde, il y ait un plus beau ciel qu'ici. Il
est si pur, qu'on n'y aperçoit pas un seul nuage, et l'on m'assure que
les jours d'hiver sont semblables aux plus beaux jours qu'on voit
ailleurs. Ce qu'il y a de dangereux, c'est un certain vent de Gallego,
qui vient du côté des montagnes de Galice; il n'est point violent, mais
il pénètre jusqu'aux os, et quelquefois il estropie d'un bras, d'une
jambe ou de la moitié du corps pour toute la vie. Il est plus fréquent
en été qu'en hiver. Les étrangers le prennent pour le zéphyr et sont
ravis de le sentir; mais à l'épreuve, ils connaissent sa malignité. Les
saisons sont bien plus commodes en Espagne qu'en France, en Angleterre,
en Hollande et en Allemagne; car, sans compter cette pureté du ciel, que
l'on ne peut s'imaginer aussi beau qu'il est, depuis le mois de
septembre jusqu'au mois de juin, il ne fait pas de froid que l'on ne
puisse souffrir sans feu. C'est ce qui fait qu'il n'y a point de
cheminée dans aucun appartement, et que l'on ne se sert que de brasiers.
Mais c'est quelque chose d'heureux que, manquant de bois comme on fait
dans ce pays, on n'en ait pas besoin. Il ne gèle jamais plus de
l'épaisseur de deux écus et il tombe fort peu de neige. Les montagnes
voisines en fournissent à Madrid pendant toute l'année. Pour les mois
de juin, juillet et août, ils sont d'une chaleur excessive.

J'étais, il y a quelques jours, dans une compagnie où toutes les dames
étaient bien effrayées. Il y en avait une qui disait qu'on lui avait
écrit de Barcelone qu'une certaine cloche dont on ne se sert que dans
les calamités publiques, ou pour les affaires de la dernière importance,
avait sonné toute seule plusieurs coups. Cette dame est de Barcelone, et
elle me fit entendre que lorsqu'il doit arriver quelque grand malheur à
l'Espagne, ou que quelqu'un de la maison d'Autriche est près de mourir,
cette cloche s'ébranle; que, pendant un quart d'heure, le battant tourne
dans la cloche d'une vitesse surprenante et frappe des coups en
tournant. Je ne voulais pas le croire et je ne le crois pas trop encore;
mais toutes les autres confirmèrent ce qu'elle disait. Si c'est un
mensonge, elles sont plus de vingt qui l'ont aidée à le faire. Elles
songeaient sur quoi ou sur qui pourrait tomber le malheur dont ce signal
avertissait, et comme elles sont assez superstitieuses, la belle
marquise de Liche augmenta leur frayeur en venant leur apprendre que Don
Juan était fort malade.

Dans leur grand deuil, ils sont faits comme des fous, particulièrement
les premiers jours, que les laquais aussi bien que leurs maîtres ont de
longs manteaux traînants, et qu'ils mettent, au lieu de chapeau, un
certain bonnet de carton fort haut, couvert de crêpe. Leurs chevaux sont
tout caparaçonnés de noir, avec des housses qui leur couvrent la tête et
le reste du corps. Rien n'est plus laid. Leurs carrosses sont si mal
drapés, que le drap qui couvre l'impériale descend jusque sur la
portière. Il n'y a personne qui, en voyant ce lugubre équipage, ne croie
que c'est un corps mort qu'on porte en terre. Les gens de qualité ont
des manteaux d'une frise noire, fort claire et fort méchante; la moindre
chose la met en pièces, et c'est le bon air, pendant le deuil, d'être
tout en guenilles. J'ai vu des cavaliers qui déchiraient exprès leurs
habits, et je vous assure qu'il y en a à qui l'on voit même la peau,
peau médiocrement belle à voir; car encore que les petits enfants soient
ici plus blancs que l'albâtre et si parfaitement beaux, qu'il semble que
ce soient des anges, il faut convenir qu'ils changent en grandissant
d'une manière surprenante. Les ardeurs du soleil les rôtissent, l'air
les jaunit, et il est aisé de reconnaître un Espagnol parmi bien
d'autres nations. Leurs traits sont pourtants réguliers, mais enfin ce
n'est pas notre air ni notre carnation.

Tous les écoliers portent de longues robes avec un petit bord de toile
au cou. Ils sont vêtus à peu près comme les Jésuites. Il y en a qui ont
trente ans et davantage; on reconnaît à leurs habits qu'ils sont encore
dans les études.

Je trouve que cette ville-ci a l'air d'une grande cage où l'on engraisse
des poulets. Car enfin, depuis le niveau de la rue jusqu'au quatrième
étage, l'on ne voit partout que des jalousies dont les trous sont fort
petits, et aux balcons même, il y en a aussi. On aperçoit toujours
derrière de pauvres femmes qui regardent les passants, et, quand elles
l'osent, elles ouvrent les jalousies et se montrent avec beaucoup de
plaisir. Il ne se passe pas de nuit qu'il n'y ait quatre ou cinq cents
concerts que l'on donne dans tous les quartiers de la ville. Il est vrai
qu'ils sont à juste prix, et qu'il suffit qu'un amant soit avec sa
guitare ou sa harpe, et quelquefois avec toutes les deux ensemble,
accompagnées d'une voix bien enrouée, pour réveiller la plus belle
endormie et pour lui donner un plaisir de reine. Quand on ne connaît pas
ce qui est de plus excellent, ou qu'on ne peut l'avoir, on se contente
de ce qu'on a. Je n'ai vu ni téorbes ni clavecins.

A chaque bout de rue, à chaque coin de maison, il y a des Notre-Dame
habillées à la mode du pays, qui ont toutes un chapelet à la main et un
petit cierge ou une lampe devant elles. J'en ai vu jusqu'à trois ou
quatre dans l'écurie de ma parente, avec d'autres petits tableaux de
dévotion; car un palefrenier a son oratoire aussi bien que son maître,
mais ni l'un ni l'autre n'y prient guère. Lorsqu'une dame va en visite
chez une autre, et que c'est le soir, quatre pages viennent la recevoir
avec de grands flambeaux de cire blanche, et la reconduisent de même;
pendant qu'elle entre dans sa chaise, ils mettent d'ordinaire un genou
en terre. Cela a quelque chose de plus magnifique que les bougies que
l'on porte en France dans des flambeaux.

Il y a des maisons destinées pour mettre les femmes qui ont une mauvaise
conduite, comme sont à Paris les Madelonnettes. On les traite avec
beaucoup de rigueur, et il n'y a point de jour qu'elles n'aient le fouet
plusieurs fois. Elles en sortent, au bout d'un certain temps, pires
qu'elles n'y sont entrées, et ce qu'on leur fait souffrir ne les corrige
pas. Elles vivent presque toutes dans un certain quartier de la ville,
où les dames vertueuses ne vont jamais. Lorsque, par hasard, quelqu'une
y passe, elles se mettent après elle et lui courent sus comme à leur
ennemie, et s'il arrive qu'elles soient les plus fortes, elles la
maltraitent cruellement. A l'égard des cavaliers, quand ils y passent,
ils courent risque d'être mis en pièces. C'est à qui les aura. L'une les
tire par le bras, une autre par les pieds, une autre par la tête; et
lorsque le cavalier se fâche, elles se mettent toutes ensemble contre
lui, elles le volent et lui prennent jusqu'à ses habits. Ma parente a un
page italien qui ne savait rien de la coutume de ces misérables filles,
il passa bonnement par leur quartier; en vérité, elles le dépouillèrent
comme des voleurs auraient pu faire dans un bois; et il faut en demeurer
là; car, à qui s'adresser pour la restitution?

La cloche de Barcelone n'a été que trop véritable dans son dernier
pronostic. Don Juan se trouva si accablé de son mal le premier de ce
mois, que les médecins en désespérèrent, et on lui fit entendre qu'il
fallait se préparer à la mort. Il reçut cette nouvelle avec une
tranquillité et une résignation qui aida bien à persuader ce qu'on
croyait déjà, qu'il avait quelques secrets déplaisirs qui le mettaient
en état de souhaiter plutôt de mourir que de vivre. Le Roi entrait à
tous moments dans sa chambre et passait plusieurs heures au chevet de
son lit, quelque prière qu'il pût lui faire de ne se pas exposer à
gagner la fièvre. Il reçut le saint viatique, fit son testament, et
écrivit une lettre de quelques lignes à une dame dont je n'ai pas su le
nom. Il chargea Don Antoine Ortis, son premier secrétaire, de la porter
avec une petite cassette fermée que je vis. Elle était de bois de chêne,
assez légère pour croire qu'il n'y avait dedans que des lettres, et
peut-être quelques pierreries. Comme il était dangereusement malade, il
arriva un courrier qui apporta la nouvelle du mariage du Roi avec
Mademoiselle. La joie ne s'en répandit pas seulement dans le palais,
toute la ville la partagea, de sorte qu'il y eut des feux d'artifice et
des illuminations pendant trois jours dans tous les quartiers de Madrid.
Le Roi, qui ne se contenait pas, courut dans la chambre de Don Juan; et,
quoiqu'il fût un peu assoupi et qu'il eût grand besoin de repos, il
l'éveilla pour lui apprendre que la Reine viendrait dans peu, et le pria
de ne plus songer qu'à sa guérison, afin de lui aider à la bien
recevoir. Ah! Sire, lui répondit le prince, je n'aurai jamais cette
consolation; je mourrais content si j'avais eu l'honneur de la voir. Le
Roi se prit à pleurer, et lui dit qu'il n'y avait au monde que l'état où
il le voyait qui pût troubler son contentement. On devait faire une
course de taureaux, mais la maladie du Prince la fit différer, et le Roi
n'aurait pas permis que l'on eût fait des feux d'artifice dans la cour
du palais sans que Don Juan l'en priât, bien qu'il souffrît d'un mal de
tête horrible. Enfin, il mourut le 17 de ce mois, beaucoup regretté des
uns, et peu des autres. C'est la destinée des princes et des favoris,
aussi bien que celle des personnes ordinaires. Et comme son crédit
était déjà diminué, et que les courtisans ne pensaient qu'au retour de
la Reine mère et à l'arrivée de la nouvelle Reine, c'est une chose
surprenante que l'indifférence avec laquelle on vit la maladie de Don
Juan et sa mort. On n'en parlait pas même le lendemain; il semblait
qu'il n'eut jamais été au monde. Hé! mon Dieu, ma chère cousine, cela ne
mérite-t-il pas un peu de réflexion? Il gouvernait tous les royaumes du
Roi d'Espagne. On tremblait à son nom. Il avait fait éloigner la Reine
mère; il avait chassé le père Nitard et Valenzuela, qui étaient tous
deux favoris. On lui faisait plus régulièrement la cour qu'au Roi. Je
vis, vingt-quatre heures après, plus de cinquante personnes de la
première qualité en différents endroits, qui ne disaient pas un mot de
ce pauvre prince, et il y en avait plusieurs qui lui avaient beaucoup
d'obligation. Il est vrai, de plus, qu'il avait de grandes qualités
personnelles. Il était d'une taille médiocre, bien fait de sa personne.
Il avait tous les traits réguliers, les yeux noirs et vifs, les cheveux
noirs, en grande quantité et fort longs. Il était poli, plein d'esprit
et généreux, très-brave, bienfaisant et capable de grandes affaires. Il
n'ignorait rien des choses convenables à sa naissance, ni de toutes les
sciences et de tous les arts. Il écrivait et parlait fort bien en cinq
sortes de langues, et il en entendait encore davantage. Il savait
parfaitement bien l'histoire. Il n'y avait pas d'instrument qu'il ne fît
et qu'il ne touchât comme les meilleurs maîtres. Il travaillait au tour;
il forgeait des armes; il peignait bien; il prenait un fort grand
plaisir aux mathématiques; mais, ayant pris en main le gouvernement, il
fut obligé de se détacher de toutes ces occupations. Les choses
changèrent de face en un moment. Il avait à peine les yeux fermés, que
le Roi, n'écoutant plus que sa tendresse pour la Reine sa mère, courut à
Tolède pour la voir et pour la prier de revenir. Elle y consentit avec
autant de joie qu'elle en eut de revoir le Roi. Ils pleurèrent assez
longtemps en s'embrassant, et nous les vîmes revenir ensemble. Toutes
les personnes de qualité allèrent au-devant de Leurs Majestés, et le
peuple témoignait beaucoup de joie. Je m'étendrais davantage sur ce
retour si je n'en parlais dans les mémoires particuliers que j'écris.

Don Juan demeura trois jours sur son lit de parade, avec les mêmes
habits qu'il avait fait faire pour aller au-devant de la jeune Reine. On
le porta ensuite à l'Escurial. Le convoi funèbre n'avait rien de
magnifique. Les officiers de sa maison l'accompagnèrent et quelques amis
en petit nombre. On le mit dans le caveau qui est proche du Panthéon,
lequel est destiné pour les princes et les princesses de la maison
royale. Car il faut remarquer que l'on n'enterre que les Rois dans le
Panthéon, et les Reines qui ont eu des enfants. Celles qui n'en ont
point eu sont dans ce caveau particulier.

Nous devons aller dans peu de jours à l'Escurial, c'est le temps que le
Roi y va. Mais il est si occupé de la jeune Reine, qu'il ne songe qu'à
s'avancer vers la frontière pour aller au-devant d'elle. Dans tous les
endroits où je vais, l'on me fait sonner bien haut qu'elle va être
Reine de vingt-deux royaumes. Apparemment qu'il y en a onze dans les
Indes, car je ne connais que la vieille et la nouvelle Castille,
l'Aragon, Valence, Navarre, Murcie, Grenade, Andalousie, Galice, Léon et
les îles Majorques. Il y a dans ces lieux des endroits admirables, où il
semble que le ciel veuille répandre ses influences les plus favorables.
Il y en a d'autres si stériles que l'on ne voit ni blé, ni herbe, ni
vignes, ni fruits, ni prés, ni fontaines; et l'on peut dire qu'il y en a
plus de ceux-là que des autres. Mais, généralement parlant, l'air y est
bon et sain; les chaleurs excessives en certains endroits; le froid et
les vents insupportables en d'autres, quoique ce soit dans la même
saison. On y trouve plusieurs rivières; mais ce qui est plus singulier,
c'est que les plus grosses ne sont pas navigables, particulièrement
celles du Tage, du Guadiana, du Minho, du Douro, du Guadalquivir et de
l'Èbre; soit les rochers, les chutes d'eau, les gouffres ou les détours,
les bateaux ne peuvent aller dessus, et c'est une des plus grandes
difficultés du commerce, et qui empêche davantage que l'on ne trouve les
choses dont on a besoin dans les villes; car, si elles pouvaient se
communiquer les unes aux autres les denrées et les marchandises qui
abondent en de certains endroits, et dont on manque dans d'autres,
chacun se fournirait de tout ce dont il a besoin à bon prix, au lieu que
le port et les voitures par terre sont d'un si grand coût, qu'il faut se
passer de tout ce dont on n'est pas en état de payer trois fois plus
qu'il ne vaut.

Entre plusieurs villes qui dépendent du Roi d'Espagne, ou compte, pour
la beauté ou pour la richesse: Madrid, Séville, Grenade, Valence,
Saragosse, Tolède, Valladolid, Cordoue, Salamanque, Cadix, Naples,
Milan, Messine, Palerme, Cagliari, Bruxelles, Anvers, Gand et Mons. Il y
en a quantité d'autres qui ne laissent pas d'être fort considérables, et
la plupart des bourgs sont aussi gros que de petites villes. Mais on n'y
voit point cette multitude de peuple qui fait la force des Rois;
plusieurs raisons en sont cause[148]. Premièrement, lorsque le Roi Don
Ferdinand chassa les Maures de l'Espagne et qu'il établit l'Inquisition,
tant par le châtiment que l'on a exercé sur les Juifs que par l'exil, il
est mort ou sorti de ce royaume, en peu de temps, plus de neuf cent
mille personnes. Outre cela, les Indes en attirent beaucoup; les
malheureux vont s'y enrichir, et quand ils sont riches, ils y demeurent
pour jouir de leurs biens et de la beauté du pays. Ou lève des soldats
espagnols que l'on envoie en garnison dans les autres villes de
l'obéissance du Roi. Ces soldats se marient et s'établissent dans les
lieux où ils se trouvent, sans retourner dans celui où on les a pris.
Ajoutez à cela que les Espagnoles ont peu d'enfants. Quand elles en ont
trois, c'est beaucoup. Les étrangers ne s'y viennent point établir comme
ailleurs, parce qu'on ne les aime pas et que les Espagnols se tiennent
naturellement _recatados_, c'est-à-dire particuliers et resserrés entre
eux, sans se vouloir communiquer avec les autres nations pour lesquelles
ils ont de l'envie ou du mépris. De manière qu'ayant examiné toutes les
choses qui contribuent à dépeupler les États du Roi Catholique, il y a
encore lieu d'être surpris de trouver autant de monde qu'il y en a.

Il croît peu de blé dans la Castille; on en fait venir de Sicile, de
France et de Flandre. Et comment en pousserait-il, à moins que la terre
n'en voulût produire d'elle-même, comme dans le pays de promission? Les
Espagnols sont trop paresseux pour se donner la peine de la cultiver;
et, comme le moindre paysan est persuadé qu'il est _hidalgo_[149],
c'est-à-dire gentilhomme, que dans la moindre maisonnette il y a une
histoire apocryphe, composée depuis cent ans, qui se laisse pour tout
héritage aux enfants et aux neveux du villageois, et que, dans cette
histoire fabuleuse, ils font tous entrer de l'ancienne chevalerie et du
merveilleux, disant que leurs trisaïeux, Don Pedro et Don Juan, ont
rendu tels et tels services à la couronne, ils ne veulent pas déroger à
la _gravedad_ ni à la _descendencia_. Voilà comme ils parlent, et ils
souffrent plus aisément la faim et les autres nécessités de la vie, que
de travailler, disent-ils, comme des mercenaires, ce qui n'appartient
qu'à des esclaves. De sorte que l'orgueil, secondé par la paresse, les
empêche, la plupart, d'ensemencer leurs terres, à moins qu'il ne vienne
des étrangers la cultiver, ce qui arrive toujours par une conduite
particulière de la Providence et par le gain que ces étrangers, plus
laborieux et plus intéressés, y trouvent. De sorte qu'un paysan est
assis dans sa chaise lisant un vieux roman, pendant que les autres
travaillent pour lui et tirent tout son argent[150].

On n'y voit point d'avoine, le foin y est rare. Les chevaux et les mules
mangent de l'orge avec de la paille hachée. Les montagnes sont, dans les
royaumes dont je vous ai parlé, d'une hauteur et d'une longueur si
prodigieuses, que je ne pense pas qu'il y ait aucun lieu du monde où il
y en ait de pareilles. On en trouve de cent lieues de long, qui
s'entretiennent comme une chaîne, et qui, sans exagération; sont plus
élevées que les nues. On les nomme _Sierras_, et l'on compte, entre
celles-là, les montagnes des Pyrénées, de Grenade, des Asturies,
d'Alcantara, la Sierra Morena, celle de Tolède, de Doua, de Molina et
d'Albanera. Ces montagnes rendent les chemins si difficiles, que l'on
n'y peut mener de charrette, et l'on porte tout sur des mulets dont la
jambe est si sûre, qu'en deux cents lieues de chemin dans des rochers et
dans des cailloux continuels, ils ne bronchent pas une seule fois.

On m'a montré des patentes expédiées au nom du Roi d'Espagne. Je n'ai
jamais lu tant de titres; les voici: Il prend la qualité de Roi
d'Espagne, de Castille, de Léon, de Navarre, d'Aragon, de Grenade, de
Tolède, de Valence, de Galice, de Séville, de Murcia, de Jaën, de
Jérusalem, Naples, Sicile, Majorque, Minorque et Sardaigne, des Indes
orientales et occidentales, des îles et terre ferme de la mer Océane,
archiduc d'Autriche, duc de Bourgogne, de Brabant, de Luxembourg, de
Gueldre, de Milan, comte de Habsbourg, de Flandre, de Tyrol et de
Barcelone, seigneur de Biscaye et de Molina, marquis du Saint-Empire,
seigneur de Frise, de Saline, d'Utrecht, de Malines, Over-Yssel,
Gronenghen; Grand Seigneur de l'Asie et de l'Afrique. On m'a conté que
François Ier s'en moqua, lorsqu'ayant reçu une lettre de
Charles-Quint remplie de tous ces titres fastueux, en lui faisant
réponse, il n'en prit pas d'autres que Bourgeois de Paris et Seigneur de
Gentilly.

On ne pousse pas les études bien loin ici, et pour peu que l'on sache,
on tire parti de tout, parce que l'esprit, joint à un extérieur sérieux,
les empêche de paraître embarrassés de leur propre ignorance. Lorsqu'ils
parlent, il semble toujours qu'ils sachent plus qu'ils ne disent; et,
lorsqu'ils se taisent, il semble qu'ils soient assez savants pour
résoudre les questions les plus difficiles. Cependant il y a de fameuses
universités en Espagne, entre autres, Saragosse, Barcelone, Salamanque,
Alcala, Santiago, Grenade, Séville, Coïmbre, Tarragone, Evora, Lisbonne,
Madrid, Murcie, Majorque, Tolède, Lérida, Valence et Occa. Il y a peu de
grands prédicateurs. Il s'en trouve quelques-uns qui sont assez
pathétiques; mais, soit que ces sermons soient bons ou mauvais, les
Espagnols qui s'y trouvent se frappent la poitrine de temps en temps
avec une ferveur extraordinaire, interrompant le prédicateur par des
cris douloureux de componction. Je crois bien qu'il y en entre un peu,
mais, assurément, beaucoup moins qu'ils n'en témoignent. Ils ne quittent
point leurs épées ni pour se confesser ni pour communier. Ils disent
qu'ils la portent pour défendre la religion; et le matin, avant de la
mettre, ils la baisent et font le signe de la croix avec. Ils ont une
dévotion et une confiance très-particulières à la sainte Vierge. Il n'y
a presque point d'homme qui n'en porte le scapulaire ou quelque image en
broderie qui aura touché quelques-unes de celles que l'on tient
miraculeuses; et, quoiqu'ils ne mènent pas, d'ailleurs, une vie fort
régulière, ils ne laissent pas de la prier comme celle qui les protège
et les préserve des plus grands maux. Ils sont fort charitables, tant à
cause du mérite que l'on s'acquiert par les aumônes, que par
l'inclination naturelle qu'ils ont à donner, et la peine effective
qu'ils souffrent lorsqu'ils sont obligés, soit par leur pauvreté, soit
par quelque autre raison, de refuser ce qu'on leur demande. Ils ont la
bonne qualité de ne point abandonner leurs amis pendant qu'ils sont
malades. Leurs soins et leur empressement redoublent dans un temps où
l'on a sans doute besoin de compagnie et de consolation. Des personnes
qui ne se voient point quatre fois en un an, se voient tous les jours
deux ou trois fois, dès qu'elles souffrent et qu'elles se deviennent
nécessaires les unes aux autres. Mais lorsqu'on est guéri, on reprend la
même forme de vie que l'on tenait avant d'être malade.

Don Frédéric de Cardone, dont je vous parle à présent, ma chère cousine,
comme d'un homme de votre connaissance, est de retour. Il m'a apporté
une lettre de la belle marquise de Los Rios, qui est toujours une des
plus jolies femmes du monde, et qui ne s'ennuie pas dans la retraite. Il
m'a dit aussi des nouvelles de Mgr l'archevêque de Burgos, dont le
mérite est peu commun. Il ajouta qu'il était venu avec un gentilhomme
espagnol qui lui avait conté des choses fort extraordinaires, entre
autres, que tous les Espagnols qui sont nés le vendredi saint,
lorsqu'ils passent devant un cimetière et que l'on y a enterré des
personnes qui ont été tuées, ou bien que s'ils passent en quelque lieu
où il se soit commis un meurtre, encore que celui qu'on a tué en ait été
ôté, ils ne laissent pas de le voir tout sanglant, et de la même manière
qu'il était lorsqu'il est mort, soit qu'ils l'aient connu ou non; ce qui
est une chose assurément fort désagréable pour ceux à qui cela arrive;
mais, en récompense, ils guérissent la peste de leur souffle, et ils ne
la prennent point, quoiqu'ils soient avec des pestiférés. Bien des gens,
disait-il, étaient surpris que Philippe Quatrième portât la tête si
haute et les yeux levés vers le ciel; c'est qu'il était né le vendredi
saint, et qu'étant encore jeune, il eut plusieurs fois l'apparition de
ces personnes qui avaient été tuées, et qu'en ayant été effrayé, il
avait pris l'habitude de baisser très-rarement la tête. Mais, dis-je à
Don Frédéric, parlait-il sérieusement, et comme d'une chose que tout le
monde sait sans la mettre en doute? Don Fernand de Tolède entra dans ma
chambre, comme je disais qu'il fallait le demander à quelqu'un digne de
foi; il le lui demanda, et Don Fernand m'assura qu'il en avait toujours
entendu parler de cette manière, mais qu'il n'en voudrait pas être
caution. On dit encore, continua-t-il, qu'il y a certaines gens qui
tuent un chien enragé en soufflant sur lui, et que ceux-là ont la vertu
de se mettre dans le feu sans brûler. Cependant je n'en ai point vu qui
aient voulu s'y fier. Ils disent pour raison qu'ils le pourraient bien
faire, mais qu'il y aurait trop de vanité à vouloir se distinguer des
autres hommes par des faveurs du ciel si particulières. Pour moi, dis-je
en riant, je crois que ces personnes-là ont plus de prudence que
d'humilité; elles craignent, avec raison, la morsure du chien et la
chaleur du brasier. Je n'en suis pas moins persuadé que vous, Madame,
reprit Don Frédéric. Je n'ajoute guère de foi aux choses surnaturelles.
Je ne prétends pas vous les faire croire, dit Don Fernand, quoique je ne
trouve rien de plus extraordinaire en ceci qu'en mille prodiges que l'on
voit tous les jours. Trouvez-vous, par exemple, qu'il y ait moins lieu
de s'étonner de ce lac qui est proche de Guadalajara, en Andalousie, qui
pronostique les tempêtes prochaines, par des mugissements horribles que
l'on entend à plus de vingt mille pas? Que dites-vous de cet autre lac
que l'on trouve sur le sommet de la montagne de Clavijo dans le comté de
Roussillon, proche de Perpignan? Il est extrêmement profond. Il y a des
poissons d'une grandeur et d'une forme monstrueuses, et lorsqu'on y
jette une pierre, l'on en voit sortir, avec grand bruit, des vapeurs qui
s'élèvent en l'air, qui se convertissent en nuées, qui produisent des
tempêtes horribles, avec des éclairs, des tonnerres et de la grêle.
N'est-il pas vrai encore, continua-t-il, en s'adressant à Don Frédéric,
que proche le château de Garcimanos, dans une caverne que l'on nomme la
Judée, joignant le pont de Talayredas, on voit une fontaine dont l'eau
se gèle en tombant, et se durcit de manière qu'il s'est fait une pierre
dure, que l'on ne casse qu'avec beaucoup de peine, et qui sert à bâtir
les plus belles maisons de ce pays-là. Vous avez bien des exemples, dit
Don Frédéric, et si vous voulez, je vais vous en fournir quelques autres
qui vous serviront au besoin. Souvenez-vous de la Montagne de Monrayo en
Aragon: si les brebis y paissent avant que le soleil soit levé, elles
meurent; si elles sont malades et qu'elles y paissent après qu'il est
levé, elles guérissent. N'oubliez pas non plus cette fontaine de l'île
de Cadix qui sèche lorsque la mer est haute, et qui coule quand la mer
est basse. Vous ne serez pas le seul, lui dis-je en l'interrompant, qui
secondera Don Fernand dans son entreprise. Je veux bien lui dire que,
dans cette même île de Cadix, il y a une plante qui se fane au moment où
le soleil paraît, et qui reverdit lorsque la nuit vient[151]. Ah! la
jolie plante! s'écria Don Fernand en riant, je ne veux qu'elle pour me
venger de toutes les railleries que vous me faites depuis une heure. Je
vous déclare une guerre ouverte sur cette plante, et si vous ne la
faites venir de Cadix, je sais bien ce que j'en croirai. L'enjouement
de ce cavalier nous fit passer une fort agréable soirée; mais nous fûmes
interrompus par ma parente, qui revenait de la ville et qui avait passé
une partie du jour chez son avocat qui était à l'extrémité. Il était
fort vieux et très-habile homme dans sa profession. Elle nous conta que
tous ses enfants étaient autour de son lit, et que la seule chose qu'il
leur recommandât fut de garder la gravité, puis en les bénissant il leur
dit: Quel plus grand bien puis-je vous souhaiter, mes chers enfants,
sinon de passer votre vie à Madrid, et de ne quitter ce Paradis
terrestre que pour aller au ciel? Cela peut faire voir, continua-t-elle,
la prévention que les Espagnols ont pour Madrid, et sur la félicité dont
on jouit dans cette Cour. Pour moi, dis-je en l'interrompant, je suis
persuadée qu'il entre beaucoup de vanité dans le goût qu'ils ont pour
leur patrie; et, dans le fond, ils ont trop d'esprit pour ne pas
connaître qu'il est bien des pays plus agréables. N'est-il pas vrai,
dis-je en m'adressant à Don Fernand, que si vous ne parlez pas comme
moi, vous pensez de même? Ce que je pense, dit-il en riant, ne porte
point de conséquence pour les autres; car depuis mon retour tout le
monde me reproche que je ne suis plus Espagnol. Il est certain que l'on
est si infatué des délices et des charmes de Madrid que, pour n'avoir
pas lieu de le quitter en aucun temps de l'année, personne ne s'est
avisé de faire bâtir de jolies maisons à la campagne, pour s'y retirer
quelquefois, de manière que tous les environs de la ville, qui devraient
être remplis de beaux jardins et de châteaux magnifiques, sont
semblables à de petits déserts, et cela est cause aussi que, l'été comme
l'hiver, la ville est toujours également peuplée. Ma parente dit
là-dessus qu'elle voulait me mener à l'Escurial, et que la partie était
faite avec les marquises de Palacios et de La Rosa, pour y aller dans
deux jours. Madame votre mère vous en a mis, ajouta-t-elle, en parlant à
Don Fernand, et moi j'en ai mis Don Frédéric. Ils lui dirent l'un et
l'autre que ce serait avec beaucoup de joie qu'ils feraient ce petit
voyage. En effet, nous allâmes chez la Reine mère lui baiser les mains,
et lui demander ses ordres pour l'Escurial. C'est l'ordinaire, quand on
sort de Madrid, de voir la Reine auparavant. Nous ne l'avions pas vue
depuis son retour. Elle paraissait plus gaie qu'à Tolède. Elle nous dit
qu'elle ne pensait pas revenir si tôt à Madrid, et qu'il lui semblait à
présent qu'elle n'en n'était jamais sortie. On lui amena une géante qui
venait des Indes. Dès qu'elle la vit, elle la fit retirer, parce qu'elle
lui faisait peur. Ses dames voulurent faire danser ce colosse qui tenait
sur chacune de ses mains, en dansant, deux naines qui jouaient des
castagnettes et du tambour de basque. Tout cela était d'une laideur
achevée. Ma parente remarqua dans l'appartement de la Reine mère
beaucoup de choses qui venaient de Don Juan; entre autres une pendule
admirable toute garnie de diamants. Il l'a faite en partie son
héritière, apparemment pour lui témoigner son regret de l'avoir tant
tourmentée.

La partie de l'Escurial s'est faite avec tous les agréments possibles.
L'envie de vous en entretenir m'a empêchée de vous envoyer ma lettre
que j'avais commencée avant d'y aller. Les mêmes dames qui vinrent à
Aranjuez et à Tolède ont été bien aises de profiter de la belle saison
pour se promener un peu, et nous fûmes d'abord au _Pardo_, qui est une
maison royale. Le bâtiment en est assez beau, comme tous les autres
d'Espagne, c'est-à-dire un carré de quatre corps de logis, séparés par
de grandes galeries de communication, lesquelles sont soutenues par des
colonnes. Les meubles n'y sont pas magnifiques, mais il y a de bons
tableaux, entre autres, ceux de tous les Rois d'Espagne habillés d'une
manière singulière.

On nous montra un petit cabinet que le feu Roi appelait son favori,
parce qu'il y voyait quelquefois ses maîtresses; et ce prince si froid
et si sérieux en apparence, que l'on ne voyait jamais rire, était en
effet le plus galant et le plus tendre de tous les hommes. Il y a là un
grand jardin assez bien entretenu, et un parc d'une étendue
considérable, où le Roi va souvent à la chasse. Nous fûmes ensuite à un
couvent de Capucins, qui est au sommet d'une montagne. C'est un lieu
d'une grande dévotion, à cause d'un Crucifix détaché de sa croix qui
fait souvent des miracles. Après y avoir fait nos prières, nous
descendîmes de l'autre côté de la montagne, dans un ermitage, où il y
avait un reclus qui ne voulut ni nous voir ni nous parler; mais il jeta
un billet par sa petite grille, dans lequel nous trouvâmes écrit qu'il
nous recommanderait à Dieu. Nous étions toutes extrêmement lasses, car
il avait fallu monter la montagne à pied, et il faisait très-chaud. Nous
aperçûmes dans le fond du vallon une petite maisonnette au bord d'un
ruisseau qui coulait entre des saules. Nous tournâmes de ce côté-là, et
nous étions encore assez loin, lorsque nous vîmes une femme et un homme
fort propres, qui se levèrent brusquement du pied d'un arbre où ils
étaient assis, et entrèrent dans cette maison, dont ils fermèrent la
porte avec la même diligence que s'ils nous avaient pris pour des
voleurs. Mais c'était sans doute la crainte d'être reconnus qui leur
faisait prendre cette précaution. Nous vînmes dans le lieu qu'ils
venaient de quitter, et, nous étant assis sur l'herbe, nous mangeâmes
des fruits que nous avions fait apporter. C'était si proche de la petite
maison que l'on pouvait nous voir des fenêtres. Il en sortit une
paysanne fort jolie, qui vint à nous, tenant une corbeille de jonc
marin; elle se mit à genoux devant nous et nous demanda des fruits de
notre collation, pour une personne qui était grosse et qui mourrait si
nous lui en refusions. Aussitôt nous lui envoyâmes les plus beaux. Un
moment après, la jeune fille revint avec une tabatière d'or, et nous dit
que la señora de la _casilla_, c'est-à-dire la dame de la petite maison,
nous priait de prendre de son tabac, en reconnaissance de la grâce que
nous lui avions faite. C'est la mode ici de présenter du tabac, quand on
veut témoigner de l'amitié. Nous demeurâmes si longtemps au bord de
l'eau, que nous fîmes résolution de n'aller pas plus loin que la
_Carçuela_, qui est encore une maison du Roi, moins belle que le Pardo,
et tellement négligée, que l'on n'y trouve rien de recommandable que les
eaux. Nous y couchâmes assez mal, quoique ce fût dans les lits mêmes de
Sa Majesté, et nous ne fîmes jamais mieux que d'y porter tout ce qu'il
fallait pour notre souper. Nous entrâmes ensuite dans les jardins qui
sont en mauvais ordre. Les fontaines jettent jour et nuit. Les eaux sont
si belles et si abondantes que, pour peu qu'on le voulût, il n'y aurait
pas de lieu au monde plus propre à faire un séjour agréable. Ce n'est
pas la coutume de ce pays, depuis le Roi jusqu'aux particuliers,
d'entretenir plusieurs maisons de campagne. Ils les laissent périr,
faute d'y faire quelques petites réparations. Nos lits étaient si
mauvais, que nous n'eûmes pas de peine à les quitter le lendemain de
bonne heure, afin d'aller à l'Escurial. Nous passâmes par Monareco, où
commencent les bois, et un peu plus loin, le parc du couvent de
l'Escurial; car c'en est un, en effet, que Philippe II a bâti dans les
montagnes pour y trouver plus aisément la pierre dont il avait besoin.
Il en a fallu une quantité si prodigieuse, que l'on ne peut le
comprendre sans le voir, et c'est un des grands bâtiments que nous ayons
en Europe. Nous y arrivâmes par une très-longue allée d'ormes, plantée
de quatre rangs d'arbres. Le portail est magnifique, orné de plusieurs
colonnes de marbre, élevées les unes au-dessus des autres, jusqu'à une
figure de saint Laurent qui est au haut. Les armes du Roi sont là
gravées sur une pierre de foudre que l'on apporta d'Arabie, et il coûta
soixante mille écus pour les faire graver dessus. Il est aisé de croire
qu'ayant fait une dépense si considérable pour une chose si peu
nécessaire, on n'a pas épargné celles qui pouvaient être utiles pour
contribuer à la beauté de ce lien. C'est un grand bâtiment carré; mais
par delà le carré on trouve une longueur qui sert aux bâtiments de
l'entrée, et représente, en cette sorte, un gril qui servit au supplice
de saint Laurent, patron du monastère. L'ordre est dorique et fort
simple. Le carré se divise par le milieu, et une des divisions qui
regardent l'Orient se partage de chaque côté en quatre autres moins
carrées, qui sont quatre cloîtres bâtis selon l'ordre dorique; et qui en
voit un, voit tous les autres. Le bâtiment n'a rien de surprenant, ni
dans le dessin, ni dans l'architecture. Ce qu'il y a de beau, est la
masse du bâtiment qui est de trois cent quatre-vingts pas d'un homme, en
carré. Car outre ces quatre cloîtres, dont j'ai parlé, l'autre partie du
carré, subdivisée en deux, forme deux autres bâtiments. L'un est le
quartier du Roi, et l'autre est le collège, parce qu'il y a là-dedans
quantité de pensionnaires auxquels le Roi donne pension pour étudier.
Les religieux qui l'habitent sont Hiéronymites. Cet ordre est inconnu en
France, et il a été aboli en Italie, parce qu'un Hiéronymite attenta à
la vie de saint Charles Borromée, mais il ne le blessa point, encore
qu'il eût tiré sur lui, et que les balles eussent percé ses habits
pontificaux. Cet ordre ne laisse pas d'être ici en grand crédit. Il y a
trois cents religieux dans le couvent de l'Escurial. Ils vivent à peu
près comme les Chartreux. Ils parlent peu, prient beaucoup, et les
femmes n'entrent point dans leur église. Outre cela, ils doivent étudier
et prêcher.

Ce qui rend encore ce bâtiment considérable, c'est la nature de la
pierre que l'on y a employée. On l'a tirée des carrières voisines. Sa
couleur est grisâtre. Elle résiste à toutes les injures de l'air. Elle
ne se salit pas, et conserve toujours la couleur qu'elle a apportée à sa
naissance. Philippe II fut vingt ans à le bâtir; il en jouit treize et
il y mourut. Cet édifice lui coûta six millions d'or. Philippe IV y
ajouta le Panthéon, c'est-à-dire un mausolée à la façon du Panthéon de
Rome, pratiqué sous le grand autel de l'église, tout de marbre, de jaspe
et de porphyre, où sont enchâssés dans les murailles vingt-six tombeaux
magnifiques. On descend par un degré de jaspe. Je me figurais entrer
dans quelqu'un de ces lieux enchantés, dont parlent les romans et les
livres de chevalerie. Le tabernacle, l'architecture de la table d'autel,
les degrés par où on y monte, le ciboire fait d'une seule pièce d'agate,
sont autant de miracles. Les richesses en pierreries et en or ne sont
pas croyables. Une seule armoire de reliques (car il y en a quatre, dans
quatre chapelles de l'église) surpasse de beaucoup le trésor de
Saint-Marc de Venise. Les ornements de l'église sont brodées de perles
et de pierreries. Les calices et les vases sont de pierres précieuses,
les chandeliers et les lampes de pur or. Il y a quarante chapelles et
autant d'autels où l'on met tous les jours quarante divers parements. Le
devant du grand autel est composé de quatre ordres de colonnes de jaspe,
et l'on monte à l'autel par dix-sept marches de porphyre. Le tabernacle
est enrichi de plusieurs colonnes d'agate et de plusieurs belles figures
de métal et de cristal de roche. On ne voit au tabernacle qu'or, lapis
et pierreries si transparentes, que l'on voit au travers le
Saint-Sacrement. Il est dans un vaisseau d'agate. On estime ce
tabernacle un million d'écus. Il y a sept chœurs d'orgues. Les chaires
du chœur sont de bois rare; il vient des Indes, admirablement bien
travaillé, sur le modèle de Saint-Dominique de Bologne. Les cloîtres du
monastère sont parfaitement beaux. Il y a au milieu un jardin de fleurs
et une chapelle ouverte des quatre côtés, dont la voûte est soutenue de
colonnes de porphyre, entre lesquelles il y a des niches où sont les
quatre Évangélistes avec l'ange et les animaux de marbre blanc plus
hauts que nature, qui jettent des torrents d'eau dans des bassins de
marbre. La chapelle est voûtée, d'une fort belle architecture, pavée de
marbre blanc et noir. Il y a plusieurs tableaux d'un prix inestimable,
et dans le chapitre, qui est très-grand, outre des tableaux excellents,
on y voit deux bas-reliefs d'agate, chacun d'un pied et demi, qui sont
hors de prix. Pour l'église, elle n'a rien d'extraordinaire dans sa
structure. Elle est plus grande, mais de la façon de celle des Jésuites
de la rue Saint-Antoine, excepté qu'elle est, comme la maison, d'ordre
dorique. Bramante, fameux architecte d'Italie, donna le dessin de
l'Escurial. Les appartements du Roi et de la Reine n'ont rien de fort
magnifique. Mais Philippe II regardait cette maison comme un lieu
d'oraison et de retraite, et ce qu'il a voulu embellir davantage, c'est
l'église et la bibliothèque. Le Titien, fameux peintre, et plusieurs
autres encore ont épuisé leur art pour bien peindre les cinq galeries
de la bibliothèque. Elles sont admirables tant par les peintures, que
par cent mille volumes, sans compter les originaux manuscrits de
plusieurs saints Pères et docteurs de l'Église, qui sont tous fort bien
reliés et dorés. Vous jugerez aisément de la grandeur de l'Escurial
quand je vous aurai dit qu'il y a dix-sept cloîtres, vingt-deux cours,
onze mille fenêtres, plus de huit cents colonnes, et un nombre infini de
salles et de chambres. Peu après la mort de Philippe III, on ôta aux
religieux de l'Escurial une terre que le feu Roi leur avait donnée,
nommée _Campello_, qui vaut dix-huit mille écus de rente, et cela en
vertu de la clause de son testament, par laquelle il révoquait les dons
immenses qu'il avait faits pendant sa vie.

Le duc de Bragance étant à la cour de Philippe II, le Roi voulut qu'on
le menât à l'Escurial pour voir ce superbe édifice. Et comme celui qui
avait charge de le montrer lui dit qu'il avait été bâti pour accomplir
le vœu qu'avait fait Philippe II à la bataille de Saint-Quentin; le duc
repartit fort spirituellement: «Celui qui faisait un si grand vœu devait
avoir grand peur.» En vous parlant de Philippe II, je me souviens qu'on
m'a dit que Charles-Quint lui recommanda de conserver les trois clefs
d'Espagne. C'étaient la Goulette en Afrique, Flessingue en Zélande, et
Cadix en Espagne. Les Turcs ont pris la Goulette; les Hollandais,
Flessingue; les Anglais, Cadix. Mais le Roi d'Espagne n'a pas été
longtemps sans recouvrer cette dernière place.

L'Escurial est bâti sur la pente de quelques rochers, dans un lieu
désert, stérile, environné de montagnes. Le village est au bas, où il y
a peu de maisons. Il y fait presque toujours froid. C'est une chose
prodigieuse que l'étendue des jardins et du parc. On y trouve des bois,
des plaines, une grande maison au milieu où logent les garde chasses.
Tout y est rempli de bêtes fauves et de gibier. Après avoir vu un lieu
si digne de notre admiration, nous en partîmes tous ensemble, et comme
nous avions passé par les maisons royales du Pardo et de la Carçuela,
nous revînmes par les montagnes, dont le chemin est plus court, mais
plus difficile. Nous passâmes par Colmenar, et, côtoyant la petite
rivière de Guadarama, nous nous rendîmes par Rozas et Aravaca à Madrid,
où nous apprîmes que la maison de la Reine allait partir pour l'aller
attendre sur la frontière. Nous fûmes aussitôt au palais pour dire adieu
à la duchesse de Terranova et aux autres dames. Le Roi les avait fait
monter toutes à cheval, pour voir de quelle manière elles seraient le
jour de l'entrée. Les portes et les jardins étaient soigneusement gardés
à cause de cela, et il ne fallait pas qu'aucun homme y entrât. Les
jeunes dames du palais avaient assez bonne grâce; mais, bon Dieu!
quelles figures que la duchesse de Terranova et Doña Maria d'Alarcon,
gouvernante des filles de la Reine! Elles étaient chacune sur une mule
toute frisée et ferrée d'argent, avec une grande housse de velours noir,
semblable à celle que les médecins mettent sur leurs chevaux à Paris.
Ces dames, vêtues en veuves, costume dont je vous ai fait la
description, fort vieilles, très-laides, l'air sévère et impérieux,
avaient un grand chapeau rattaché avec des cordons sous le menton, et
vingt gentilshommes qui étaient à pied autour d'elles, les tenaient, de
peur qu'elles ne se laissassent tomber. Elles n'eussent jamais souffert
qu'ils les eussent touchées ainsi, sans qu'elles appréhendassent de se
casser le cou. Car vous savez, ma chère cousine, qu'encore que les dames
aient deux écuyers et qu'ils aillent avec elles partout où elles vont,
ils ne leur donnent jamais la main. Ils marchent à leurs côtés et leur
présentent les coudes enveloppés dans leurs manteaux, ce qui fait
paraître leurs bras monstrueusement gros. Les dames n'en approchent
point. Mais bien davantage, si la Reine en marchant venait à tomber et
qu'elle n'eût pas ses dames autour d'elle pour la relever, quand il y
aurait cent gentilshommes, elle prendrait la peine de se relever toute
seule ou de rester par terre tout le jour, plutôt qu'on ôsât la
relever[152].

Nous passâmes une partie de l'après-midi à voir ces dames. L'équipage
qu'elles ont mené est fort magnifique, mais médiocrement bien entendu.
La duchesse de Terranova seule a six litières de velours de différentes
couleurs en broderies, et quarante mulets, dont les housses sont aussi
riches que j'en ai jamais vu!

Vous n'aurez pas de mes nouvelles, ma chère cousine, que la Reine ne
soit ici. Pendant que le Roi ira au-devant d'elle et que toute la Cour
va s'absenter, ma parente veut aller en Andalousie, où elle a quelques
affaires. Je pourrai vous envoyer une petite relation de notre voyage,
si vous m'assurez que ce soit un plaisir pour vous. Je vous embrasse de
tout mon cœur.

Ce 30 septembre.



QUINZIÈME LETTRE.


Toute la cour est de retour, et vous verrez dans mes Mémoires, ma chère
cousine, les particularités du voyage de la Reine. Je la vis arriver
avec le Roi dans un même carrosse, dont les rideaux étaient tout
ouverts. Elle était vêtue à l'espagnole, et je ne la trouvai pas moins
bien dans cet habit que dans le sien à la française. Mais le Roi s'était
habillé à la Schomberg; c'est l'habit de campagne des Espagnols, et
c'est être vêtu presque à la française. J'ai entendu raconter la
surprise de la Reine lorsqu'elle eut l'honneur de le voir la première
fois. Il avait un justaucorps fort court et fort large de bouracan gris,
des chausses de velours, des bas de _pelo_ (c'est de la soie écrue que
l'on travaille si lâche, que l'on voit la chaussette au travers). Cela
est fin comme des cheveux, et le Roi veut les chausser tout d'un coup,
bien qu'ils soient fort justes, de sorte qu'il en rompt quelquefois
jusqu'à vingt paires. Il avait une fort belle cravate que la Reine lui
avait envoyée; mais elle était attachée un peu trop lâche.

Ses cheveux étaient derrière ses oreilles, et il portait un chapeau gris
blanc. Ils firent tout le voyage, qui était assez long, tête à tête dans
un grand carrosse, ne pouvant guère se faire entendre que par quelques
actions, car le Roi ne sait point du tout le français et la Reine
parlait peu la langue espagnole. En arrivant à Madrid, ils allèrent
entendre le _Te Deum_ à Notre-Dame d'Atocha, suivis de toutes les
personnes de qualité et de tout le peuple qui poussait de grands cris de
joie. Ensuite, Leurs Majestés furent au Buen-Retiro, parce que les
appartements du palais n'étaient point préparés et qu'il fallait que la
Reine attendît le temps de son entrée pour y aller demeurer. Ce temps a
dû lui paraître bien long, car elle ne voyait personne que la camarera
mayor et ses dames. On lui fait mener une vie si contrainte, qu'il faut
avoir tout l'esprit et toute la douceur qu'elle a pour la supporter.
Elle n'a pas même la liberté de voir l'ambassadeur de France; enfin,
c'est une gêne continuelle. Cependant toutes les dames espagnoles
l'aiment chèrement et la plaignent entre elles.

J'étais, il y a quelque temps, chez la comtesse de Villambrosa avec une
grande compagnie. La marquise de la Fuente y vint, et comme elles sont
fort superstitieuses en ce pays-ci, elle leur dit, tout effrayée,
qu'elle s'était trouvée chez la Reine qui, se regardant dans un grand
miroir, avait appuyé sa main dessus, le touchant fort légèrement, et que
la glace s'était fendue depuis le haut jusques en bas; que la Reine
avait regardé cela sans s'émouvoir et qu'elle avait même ri de la
consternation de toutes les dames qui étaient auprès d'elle, leur disant
qu'il y avait de la faiblesse à s'arrêter sur les choses qui pouvaient
avoir des causes naturelles. Elles raisonnèrent longtemps là-dessus, et
dirent en soupirant que la Reine ne vivrait pas longtemps.

Elle nous dit aussi que la Reine avait été bien plus émue de
l'incivilité de la camarera mayor qui, voyant quelques-uns de ses
cheveux mal arrangés sur son front, avait craché dans ses mains pour les
unir; sur quoi la Reine lui avait arrêté le bras, disant, d'un air de
souveraine, que la meilleure essence n'y était pas trop bonne; et
prenant son mouchoir, qu'elle s'était longtemps frotté les cheveux à
l'endroit où cette vieille les avait si malproprement mouillés. Il n'est
pas extraordinaire ici de se mouiller la tête pour se polir et s'unir
les cheveux. La première fois que je me suis coiffée à l'espagnole, une
des femmes de ma parente entreprit ce beau chef-d'œuvre; elle fut trois
heures à me tirailler la tête, et voyant que mes cheveux étaient
toujours naturellement frisés, sans m'en rien dire, elle trempa deux
grosses éponges dans un bassin plein d'eau, et elle me baptisa si bien,
que j'en fus enrhumée plus d'un mois.

Mais, pour en revenir à la Reine, c'est une chose digne de pitié que le
procédé qu'a cette vieille camarera avec elle. Je sais qu'elle ne
souffre pas qu'elle ait un seul cheveu frisé ni qu'elle approche des
fenêtres de sa chambre, ni qu'elle parle à personne. Cependant le Roi
aime la Reine de tout son cœur; il mange ordinairement avec elle et sans
aucune cérémonie. De sorte que fort souvent, quand les filles d'honneur
mettent le couvert, le Roi et la Reine leur aident pour se divertir.
L'un apporte la nappe et l'autre les serviettes. La Reine se fait
accommoder à manger à la manière de France, et le Roi à celle
d'Espagne. C'est une cuisinière qui apprête tout ce qui est pour la
bouche; la Reine tâche de l'accoutumer aux ragoûts qu'on lui sert, mais
il n'en veut point. Ne croyez-pas, au reste, que Leurs Majestés soient
environnées de personnes de la Cour quand elles dînent. Il y a tout au
plus quelques dames du palais, des menins, quantité de naines et de
nains.

La Reine fit son entrée le 13 de janvier. Après que toutes les avenues
du grand chemin qui conduit au Buen-Retiro furent fermées et défense
faite aux carrosses d'y entrer, on fit construire un arc de triomphe où
était le portrait de la Reine. Cette porte était ornée de divers
festons, de peintures et d'emblèmes. Elle avait été mise sur le chemin
par où la Reine devait passer pour entrer à Madrid et pour y arriver. Il
y avait des deux côtés une espèce de galerie avec des enfoncements dans
lesquels étaient les armes des divers royaumes de la domination
d'Espagne, attachées les unes aux autres par des colonnes qui
soutenaient des statues dorées, lesquelles présentaient chacune des
couronnes et des inscriptions qui se rapportaient à ces royaumes.

Cette galerie était continuée jusqu'à la porte triomphale du grand
chemin, qui était très-riche, et ornée de diverses statues, et quatre
belles jeunes filles vêtues en nymphes y attendaient la Reine, tenant
des fleurs dans des corbeilles pour en faire une jonchée à son passage.
A peine avait-on passé cette porte, que l'on découvrait la seconde, et
ainsi on les voyait toutes de fort loin les unes après les autres.
Celle-ci était ornée du conseil du Roi, de celui de l'Inquisition, des
conseils des Indes, d'Aragon, d'État, d'Italie, de Flandre et d'autres
lieux, sous la figure d'autant de statues dorées. Celle de la Justice
était plus élevée que les autres. On trouvait un peu plus loin le Siècle
d'or, accompagné de la Loi, de la Récompense, de la Protection et du
Châtiment. Le temple de la Foi était représenté dans un tableau;
l'Honneur et la Fidélité en ouvraient la porte, et la Joie en sortait
pour aller recevoir la nouvelle Reine. On voyait encore un tableau qui
représentait l'accueil que fit Salomon à la reine de Saba, et Débora
dans un autre, qui donnait des lois à son peuple. Il y avait aussi les
statues de Cérès, Astrée, l'Union, la Vertu, la Vie, la Sûreté, le
Temps, la Terre, la Tranquillité, la Paix, la Grandeur, le Repos, Thémis
et la Libéralité. Parmi diverses peintures, je remarquai Énée lorsqu'il
voulut descendre aux Enfers; Cerbère, attaché par la Sibylle; les Champs
Élysées, où Anchise fit voir à son fils ceux qui viendraient après lui
de sa postérité. Le reste était rempli d'un nombre innombrable de
hiéroglyphes. La Reine s'arrêta vers la troisième porte, à un fort beau
parterre qui était dans son chemin, avec des cascades, des grottes, des
fontaines et des statues de marbre blanc. Rien n'était plus agréable que
ce jardin. C'étaient les religieux de Saint-François de Paule qui
l'avaient fait. La quatrième porte était au milieu de la place appelée
_del Sol_. Elle n'était pas moins brillante que les autres d'or et de
peinture, de statues et de devises.

La rue des Pelletiers était remplie d'animaux, dont les peaux étaient si
bien accommodées, qu'il n'y avait personne qui n'eût cru que c'était des
tigres, des lions, des ours et des panthères en vie. La cinquième porte,
qui était celle de la Guadalajara, avait des beautés particulières; et
ensuite la Reine entra dans la rue des Orfèvres. Elle était bordée de
grands anges d'argent pur. On y voyait plusieurs boucliers d'or, sur
lesquels étaient les noms du Roi et de la Reine, avec leurs armes
formées de perles, de rubis, de diamants, d'émeraudes et d'autres
pierreries si belles et si riches, que les connaisseurs disent qu'il y
en avait pour plus de douze millions. On voyait un amphithéâtre dans la
Plaza Mayor, chargé de statues et orné de peintures. La dernière porte
était proche de là. Au milieu de la première face du palais de la Reine
mère, on voyait Apollon, toutes les Muses, le portrait du Roi et de la
Reine à cheval et plusieurs autres choses que je n'ai pas assez bien
remarquées pour vous en parler. La cour du palais était entourée de
jeunes hommes et jeunes filles qui représentaient les fleuves et les
rivières d'Espagne. Ils étaient couronnés de roseaux et de lis d'étang,
avec des vases renversés, et le reste de leurs habits était convenable.
Ils vinrent complimenter la Reine en latin et en espagnol. Deux châteaux
de feux d'artifice étaient aussi élevés dans cette cour. Tout le palais
était tendu des plus belles tapisseries de la couronne, et il n'y a
guère de lieu au monde où l'on en voie de plus belles. Deux chars
remplis de musiciens allaient devant Sa Majesté.

Les magistrats de la ville étaient sortis du lieu de leur assemblée en
habits de cérémonie. C'étaient des robes de brocart brodées d'or, des
petits chapeaux retroussés chargés de plumes, et ils étaient montés sur
de très-beaux chevaux. Ils vinrent présenter les clefs de la ville à la
Reine, et la recevoir sous un dais. Le Roi et la Reine mère allèrent
dans un carrosse tout ouvert, afin que le peuple pût les voir, chez la
comtesse d'Ognate où ils virent arriver la Reine.

Six trompettes en habits blancs et rouges, accompagnés des timbales de
la ville, montés sur des beaux chevaux, dont les housses étaient de
velours noir, marchaient devant l'alcalde de la Cour. Les chevaliers des
trois ordres militaires, qui sont Saint-Jacques, Calatrava et Alcantara,
suivaient avec des manteaux tout brodés d'or, et leurs chapeaux couverts
de plumes. On voyait après eux les titulados de Castille et les
officiers de la maison du Roi. Ils avaient des bottes blanches, et il
n'y en avait guère qui ne fussent grands d'Espagne. Leurs chapeaux
étaient garnis de diamants et de perles, et leur magnificence paraissait
en tout. Leurs chevaux étaient admirables; chacun avait un grand nombre
de livrées, et les habits des laquais étaient de brocart d'or et
d'argent mêlé de couleurs, ce qui faisait un fort bel effet.

La Reine était montée sur un fort beau cheval d'Andalousie que le
marquis de Villa-Meyna, son premier écuyer, conduisait par le frein. Son
habit était si couvert de broderies, qu'on n'en voyait pas l'étoffe.
Elle avait un chapeau garni de quelques plumes avec la perle appelée la
_Peregrina_, qui est aussi grosse qu'une petite poire, et d'une valeur
inestimable. Les cheveux étaient épars sur ses épaules et de travers sur
son front; sa gorge un peu découverte et un petit vertugadin. Elle avait
au doigt le grand diamant du Roi, que l'on prétend être un des plus
beaux qui soient en Europe. Mais la bonne grâce de la Reine et ses
charmes brillaient bien plus que toutes les pierreries dont elle était
parée. Derrière elle et hors du dais, marchaient la duchesse de
Terranova vêtue en dueña, et Dona Maria de Alarcon, gouvernante des
filles de la Reine. Elles étaient chacune sur une mule. Immédiatement
après elles, les filles de la Reine, au nombre de huit, toutes couvertes
de diamants et de broderies, paraissaient montées sur de beaux chevaux,
et à côté de chacune il y avait deux hommes de la Cour. Les carrosses de
la Reine allaient ensuite, et la garde de la lancilla fermait la marche.
Elle s'arrêta devant la maison de la comtesse d'Ognate pour saluer le
Roi et la Reine mère. Elle vint descendre à Sainte-Marie, où le cardinal
Porto-Carrero, archevêque de Tolède, l'attendait, et le _Te Deum_
commença aussitôt. Dès qu'il fut fini, elle remonta à cheval pour aller
au palais. Elle y fut reçue par le Roi et la Reine mère. Le Roi lui aida
à descendre de cheval, et la Reine mère, la prenant par la main, la
conduisit à son appartement, où toutes les dames l'attendaient, et se
jetèrent à ses pieds pour lui baiser respectueusement la main.

Pendant que je suis sur le chapitre du palais, je dois vous dire, ma
chère cousine, que j'ai appris qu'il y a certaines règles établies chez
le Roi, que l'on suit depuis plus d'un siècle, sans s'en éloigner en
aucune manière. On les appelle les étiquettes du palais. Elles portent
que les reines d'Espagne se coucheront à dix heures l'été et à neuf
l'hiver. Au commencement que la Reine fut arrivée, elle ne faisait point
de réflexion à l'heure marquée, et il lui semblait que celle de son
coucher devait être réglée par l'envie qu'elle aurait de dormir; mais
aussi il arrivait souvent qu'elle soupait encore que, sans lui rien
dire, ses femmes commençaient à la décoiffer, d'autres la déchaussaient
par-dessous la table, et on la faisait coucher d'une vitesse qui la
surprenait fort.

Les Rois d'Espagne couchent dans leur appartement et les Reines dans le
leur. Mais celui-ci aime trop la Reine pour vouloir se séparer d'elle.
Voici comment il est marqué dans l'étiquette que le Roi doit être
lorsqu'il vient la nuit de sa chambre dans celle de la Reine: il a ses
souliers mis en pantoufles (car on ne fait point ici de mules), son
manteau noir sur ses épaules, au lieu d'une robe de chambre dont
personne ne se sert à Madrid; son broquel passé dans son bras (c'est une
espèce de bouclier dont je vous ai déjà parlé dans quelqu'une de mes
lettres), la bouteille passée dans l'autre avec un cordon. Cette
bouteille au moins n'est pas pour boire, elle sert à un usage tout
opposé que vous devinerez. Avec tout cela, le Roi a encore sa grande
épée dans l'une de ses mains et la lanterne sourde dans l'autre. Il
faut qu'il aille ainsi tout seul dans la chambre de la Reine[153].

Il y a une autre étiquette, c'est qu'après que le Roi a eu une
maîtresse, s'il vient à la quitter il faut qu'elle se fasse religieuse,
comme je vous l'ai déjà écrit. L'on m'a conté que le feu Roi étant
amoureux d'une dame du palais fut un soir frapper doucement à la porte
de sa chambre. Comme elle comprit que c'était lui, elle ne voulut pas
lui ouvrir et elle se contenta de lui dire au travers de la porte:
_Vaya, vaya, con Dios, non quiero per monja_; c'est-à-dire: Allez,
allez, Dieu vous conduise, je n'ai pas envie d'être religieuse.

Il est encore marqué que le Roi donnera quatre pistoles à sa maîtresse
toutes les fois qu'il en recevra quelque faveur. Vous voyez que ce n'est
pas pour ruiner l'État, et que la dépense qu'il fait pour ses plaisirs
est fort modérée. Tout le monde sait à ce propos, que Philippe IV, père
du Roi d'à présent, ayant entendu parler de la beauté d'une fameuse
courtisane, fut la voir chez elle; mais, religieux observateur de
l'étiquette, il ne lui donna que quatre pistoles. Elle resta fort en
colère d'une récompense si peu proportionnée à ses mérites, et
dissimulant son chagrin, elle fut voir le Roi vêtue en cavalier, et
après s'être fait connaître, et avoir eu de lui une audience
particulière, elle tira une bourse où il y avait quatre cents pistoles,
et la mettant sur la table: C'est ainsi, dit-elle, que je paye mes
maîtresses. Elle prétendait, dans ce moment, que le Roi était sa
maîtresse, puisqu'elle faisait la démarche de l'aller trouver en habit
d'homme.

On sait, par l'étiquette, le temps fixe que le Roi doit aller à ses
maisons de plaisir, comme à l'Escurial, à Aranjuez et au Buen-Retiro, de
manière que, sans attendre ses ordres, on fait partir tous les
équipages, et on va, dès le matin, l'éveiller pour l'habiller de l'habit
qui est décrit dans l'étiquette, selon la saison, et puis il monte dans
son grand carrosse, et Sa Majesté va où il a été dit, il y a plusieurs
siècles, qu'elle irait.

Quand le temps marqué de revenir est arrivé, quoique le Roi se plaise
dans le lieu où il est, il ne laisse pas d'en partir pour ne point
déroger à la coutume.

On sait aussi quand il doit se confesser et faire ses dévotions. Le
confesseur se présente[154].

Il faut que tous les courtisans et même les ambassadeurs, quand ils
entrent dans la chambre du Roi, aient de certaines petites manchettes
de quintin qui s'attachent toutes plates sur la manche. Il y a des
boutiques dans la salle des gardes où les seigneurs vont les louer et
les rendre en sortant. Il faut, de même, que toutes les dames, quand
elles sont chez la Reine, aient des chapins. Je me souviens de vous
avoir déjà dit que ce sont des petites sandales dans lesquelles on passe
le soulier; cela les hausse extrêmement. Si elles avaient paru devant la
Reine sans chapins, elle le trouverait très-mauvais.

Les Reines d'Espagne n'ont auprès d'elles que des veuves ou des filles.
Le palais en est si rempli, que l'on ne voit qu'elles au travers des
jalousies ou sur les balcons. Et voici ce qui me paraît assez singulier,
c'est qu'il est permis à un homme, quoique marié, de se déclarer amant
d'une dame du palais et de faire pour elle toutes les folies et les
dépenses qu'il peut, sans que l'on y trouve à redire. L'on voit ces
galants-là dans la cour et toutes les dames aux fenêtres qui passent les
jours à s'entretenir avec les doigts. Car vous saurez que leurs mains
parlent un langage tout à fait intelligible; et, comme on le pourrait
deviner s'il était pareil, et que les mêmes signes voulussent dire
toujours les mêmes choses, ils conviennent, avec leurs maîtresses, de
certains signes particuliers que les autres n'entendent point. Ces
amours-là sont publiques. Il faut avoir beaucoup de galanterie et
d'esprit pour les entreprendre, et pour qu'une dame veuille vous
accepter, car elles sont fort délicates. Elles ne parlent point comme
les autres. Il règne un certain génie au palais tout différent de celui
de la ville, et si singulier, que, pour le savoir, il le faut apprendre
comme on fait un métier. Quand la Reine sort, toutes les dames vont avec
elle, ou, du moins, la plus grande partie. Alors les amants, qui sont
toujours alertes, vont à pied auprès de la portière du carrosse pour les
entretenir. Il y a du plaisir à voir comme ils se crottent, car les rues
sont horribles; mais aussi le plus crotté est le plus galant. Quand la
Reine revient tard, il faut porter, devant le carrosse où sont les
dames, quarante ou cinquante flambeaux de cire blanche; et cela fait
quelquefois une très-belle illumination, car il y a plusieurs carrosses,
et dans chacun plusieurs dames. Ainsi l'on voit souvent plus de mille
flambeaux sans ceux de la Reine.

Lorsque les dames du palais se font saigner, le chirurgien a grand soin
d'avoir la bandelette ou quelque mouchoir où soit tombé du sang de la
belle. Il ne manque pas d'en faire un présent au cavalier qui l'aime; et
c'est en cette grande occasion qu'il faut se ruiner effectivement. Il y
en a d'assez fous pour donner la plus grande partie de leur vaisselle
d'argent au chirurgien; et ne croyez pas que ce soit seulement une
cuiller, une fourchette et un couteau, comme nous connaissons certaines
gens qui n'en ont guère davantage. Non, non, cela va à des dix et douze
mille livres; et c'est une coutume si fort établie parmi eux, qu'un
homme aimerait mieux ne manger toute l'année que des raves et des
ciboules que de manquer à faire ce qu'il faut en ces sortes de
rencontres.

Il ne sort guère de dame du palais sans être fort avantageusement
mariée. Il y a aussi les menines de la Reine, qui sont si jeunes quand
on les met auprès d'elle, qu'elle en a de six ou sept ans. Ce sont des
enfants de la première qualité. J'en ai vu de plus belles que l'on ne
peint l'Amour.

Aux jours de cérémonie où les dames du palais sortent, ou quand la Reine
donne audience, chaque dame peut placer deux cavaliers à côté d'elle, et
ils mettent leurs chapeaux devant Leurs Majestés, bien qu'ils ne soient
pas grands d'Espagne. On les appelle _embevicedos_, c'est-à-dire enivrés
d'amour, et si occupés de leur passion et du plaisir d'être auprès de
leurs maîtresses, qu'ils sont incapables de songer à autre chose. Ainsi
il leur est permis de se couvrir comme à un homme qui a perdu l'esprit,
de manquer aux devoirs de la bienséance. Mais pour paraître ainsi, il
faut que leurs dames le leur permettent, autrement ils n'oseraient le
faire[155].

Il n'y a point d'autres plaisirs à la cour que les comédies; mais,
pendant le carnaval, l'on vide des œufs par un petit trou et on les
emplit d'eau de senteur, on les bouche avec de la cire, et, lorsque le
Roi est à la comédie, il en jette à tout le monde. Chacun, à
l'imitation de Sa Majesté, s'en jette. Cette pluie parfumée embaume
l'air et ne laisse pas de bien mouiller. C'est là un de leurs plus
grands divertissements. Il n'y a guère de personnes qui, dans cette
saison, ne porte une centaine d'œufs avec de l'eau de Cordoue ou de
naffe dedans; et, en passant en carrosse, on se les jette au visage. Le
peuple, dans ce temps-là, se fait aussi des plaisirs à sa mode. Par
exemple, on casse une bouteille dont on attache l'osier avec le verre
dedans à la queue d'un chien ou d'un chat, et ils sont quelquefois plus
de deux mille qui courent après.

Je n'ai jamais rien vu de si joli que le nain du Roi qui s'appelle
Louisillo[156]. Il est né en Flandre et d'une petitesse merveilleuse,
parfaitement bien proportionné. Il a le visage beau, la tête admirable
et de l'esprit, plus qu'on ne peut se l'imaginer, mais un esprit sage et
qui sait beaucoup. Quand il se va promener, il y a un palefrenier monté
sur un cheval qui porte devant lui un cheval nain qui n'est pas moins
bien fait, en son espèce, que son maître en la sienne. On porte ce petit
cheval jusqu'au lieu où Louisillo le monte, car il serait trop fatigué
s'il fallait qu'il y allât sur ses jambes, et c'est un plaisir de voir
l'adresse de ce petit animal et celle de son maître, lorsqu'il lui fait
faire le manége. Je vous assure que quand il est monté dessus, ils ne
font pas plus de trois quartiers de hauteur. Il disait l'autre jour fort
sérieusement qu'il voulait combattre les taureaux à la première fête,
pour l'amour de sa maîtresse Doña Elvire. C'est une petite fille de sept
à huit ans, d'une beauté admirable. La Reine lui a commandé d'être son
galant. Cette enfant est tombée, par un grand bonheur, entre les mains
de la Reine. En voici l'aventure:

Les Pères de la Merci allèrent racheter un certain nombre d'esclaves
qu'ils ramenèrent à Madrid. Comme ils faisaient la procession de la
ville, selon la coutume, la Reine vit une des captives qui tenait deux
petites filles par la main; elles paraissaient être sœurs, mais il y
avait cette différence que l'une était extrêmement belle et l'autre
extrêmement laide. La Reine la fit approcher et lui demanda si elle
était la mère de ces enfants. Elle dit qu'elle ne l'était que de la
laide. Et par quel hasard avez-vous l'autre, lui dit la Reine? Madame,
répondit-elle, nous étions dans un vaisseau où il y avait une grande
dame qui était grosse et que nous ne connaissions point; mais à son
train et à la magnificence de ses habits, il était aisé de juger de sa
qualité. Nous fûmes pris après un rude combat, la plus grande partie de
ses gens furent tués; elle eut tant de peur qu'elle accoucha et mourut
aussitôt.

J'étais auprès d'elle, et voyant cette pauvre petite créature sans
nourrice et prête à mourir, je résolus de la nourrir, s'il était
possible, avec l'enfant que j'avais. Dès que les corsaires se furent
rendus maîtres de notre bâtiment, ils partagèrent le butin entre eux;
ils étaient dans deux vaisseaux, et chacun prit ce qui lui était échu.
Ce qui restait des femmes et des autres gens de cette dame furent d'un
côté et moi de l'autre, de sorte, Madame, que je n'ai pu savoir à qui
appartenait celle que j'ai sauvée. Je la regarde à présent comme ma
propre fille, et elle croit que je suis sa mère. Une œuvre si
charitable, lui dit la Reine, ne sera pas sans récompense. J'aurai soin
de vous et je garderai la petite inconnue. La Reine, en effet, l'aime si
fort, qu'elle est toujours habillée magnifiquement. Elle la suit partout
et lui parle avec tant de grâce et de liberté, que cela ne sent point sa
misérable. Peut-être découvrira-t-on quelque jour qui elle est.

Il n'y a point ici de ces agréables fêtes que l'on voit à Versailles, où
les dames ont l'honneur de manger avec Leurs Majestés. Tout est fort
retiré dans cette cour, et il n'y a, selon moi, que l'habitude que l'on
se fait à toutes choses qui puisse garantir de s'y ennuyer beaucoup. Les
dames qui ne demeurent pas actuellement dans le palais, ne vont faire
leur cour à la Reine que lorsqu'elle les mande, et il ne lui est pas
permis de les mander souvent. Elle demeure d'ordinaire avec ses femmes,
et jamais vie n'a été plus mélancolique que la sienne.

Quand elle va à la chasse (et vous observerez qu'elle est la première
reine de toutes celles qui ont régné en Espagne, qui ait eu cette
liberté), il faut qu'au lieu du rendez-vous pour monter à cheval, elle
mette les pieds sur la portière de son carrosse, et qu'elle se jette sur
son cheval. Il n'y a pas longtemps qu'elle en avait un assez ombrageux,
qui se retira comme elle s'élançait dessus, et elle tomba fort rudement
à terre. Quand le Roi s'y trouve, il lui aide, mais aucun autre n'ose
s'approcher des Reines d'Espagne pour les toucher et les mettre à
cheval. On aime mieux qu'elles exposent leur vie et qu'elles courent
risque de se blesser.

Il y a quatorze matelas à son lit; on ne se sert ni de sommiers de crin,
ni de lits de plume; et ces matelas, qui sont de la meilleure laine du
monde en Espagne, n'ont pas plus de trois doigts d'épaisseur, de sorte
que son lit n'est pas plus haut que les nôtres en France. On fait les
matelas minces pour les pouvoir tourner et les remuer plus aisément. Il
est vrai que j'ai remarqué qu'ils s'affaissent moins et ne durcissent
pas plus.

C'est la coutume à Madrid que le maître ou la maîtresse du logis passent
toujours devant ceux qui leur rendent visite. Ils prétendent que c'est
une civilité d'en user ainsi, parce qu'ils laissent, disent-ils, tout ce
qui est dans leur chambre au pouvoir de la personne qui y reste la
dernière. Pour les dames, elles ne se baisent point en se saluant, elles
se présentent seulement la main dégantée.

Il y a une autre coutume que je trouve assez singulière, c'est que
lorsqu'une fille veut être mariée et qu'elle est majeure, si elle a déjà
fait un choix, bien que son père et sa mère s'y opposent, elle n'a qu'à
parler au curé de sa paroisse et lui déclarer son dessein. Aussitôt, il
l'ôte de la maison de ses parents, et il la met dans une maison
religieuse, ou chez quelque dame dévote, où elle passe un peu de temps;
ensuite, si elle persévère dans sa résolution, on oblige le père et la
mère à lui donner une dot proportionnée à leur qualité et à leur bien,
et on la marie malgré eux. Cette raison est en partie cause du soin que
l'on prend de ne laisser parler personne aux filles, et de les tenir si
renfermées qu'il est difficile qu'elles puissent prendre des mesures
pour conduire une intrigue. Du reste, pourvu que le cavalier soit
gentilhomme, cela suffit, et il épouse sa maîtresse, quand bien elle
serait fille d'un grand d'Espagne[157].

Depuis que je suis en ce pays, il me semble que je n'ai rien omis à vous
dire. Je vais à présent achever d'écrire mes Mémoires de la cour
d'Espagne, puisque les premiers que je vous ai envoyés vous ont plu. Je
vous les enverrai à mesure qu'il se présentera des événements dignes de
votre curiosité. Je vous promets aussi la relation que vous me demandez.
Mais pour tant de petites choses, accordez-m'en une bien considérable,
ma chère cousine, c'est la continuation de votre amitié, dont je fais
tout le cas que je dois.

De Madrid, ce 28 septembre 1680.


FIN DU VOYAGE D'ESPAGNE.



APPENDICE.


NOTE _A_.

LA DÉVOTION A LA CROIX.


Eusebio et Julia naquirent dans une forêt, au pied d'une croix. Pendant
les douleurs de l'enfantement, leur mère implora l'assistance de la
croix, dont l'image sanglante s'imprima sur la poitrine des deux
enfants, comme un signe visible de la grâce divine. Recueilli par un
berger qui l'élève, Eusebio se lasse bientôt de la vie paisible qu'il
mène chez son bienfaiteur. Il préfère à sa chaumière l'agitation d'une
vie aventureuse. Grâce à la croix qui le protége, il échappe au
naufrage, à l'incendie, aux poursuites des brigands. Mais il finit par
se faire brigand lui-même, et devient incestueux et assassin. Toutefois,
au milieu de ses forfaits, il conserve une ardente dévotion à la croix
au pied de laquelle il est né, et dont l'image est gravée sur sa
poitrine. Il habite les forêts et les montagnes les plus inaccessibles,
et guette les voyageurs pour les dépouiller. Lorsqu'il tue un homme, il
a soin de couvrir le cadavre d'un peu de terre et de planter une croix
sur le lieu de la sépulture. Sa conscience est ainsi satisfaite, et il
ne ressent plus aucun remords. Quelquefois, l'aspect subit du signe
sacré l'arrête au moment où il va verser le sang. Lorsqu'il a déjà
frappé sa victime, il lui permet d'aller se confesser avant de mourir.
Lizardo, le fiancé de sa sœur, auquel il vient d'accorder cette grâce,
lui promet d'intercéder auprès de Dieu pour lui obtenir plus tard la
même faveur. Un jour, il surprend, avec sa bande, un saint évêque, nommé
Alberto, qu'il épargne. Le prêtre, touché de sa générosité pieuse,
prend l'engagement de venir l'assister dans ses derniers instants.

Sa sœur Julia est entrée dans un couvent après la mort de son fiancé.
Eusebio vient l'en arracher; mais, en voyant l'image de la croix
empreinte sur sa poitrine, il s'enfuit éperdu. Cependant Julia, déguisée
en homme, s'échappe de son couvent et va rejoindre Eusebio, qui la
repousse avec terreur. En ce moment, des cris de mort se font entendre.
Les paysans armés fondent sur les brigands. A leur tête est Curcio, le
père d'Eusebio et de Julia. Eusebio paraît sur un rocher. Les paysans
l'entourent: ils vont l'atteindre. Désespérant de son salut, il se
précipite en invoquant Lizardo et Alberto. Les paysans trouvent son
corps brisé, et l'enterrent sous d'épais branchages, car il est mort
sans confession, et ne mérite pas de reposer en terre sainte. Mais un
cri sourd et plaintif a retenti dans la forêt: Alberto! En effet, le
saint évêque est revenu de Rome pour remplir sa promesse. Il entend la
voix qui l'appelle et se hâte d'écarter les branchages qui couvrent
Eusebio. C'est un cadavre, déjà glacé par la mort. Il se dresse
lentement et se confesse au milieu des assistants glacés de terreur. Le
prêtre n'hésite pas à donner l'absolution à celui pour qui Dieu vient
d'accomplir un miracle. Aussitôt le cadavre redevient muet et rentre
dans sa tombe. Julia arrive en ce moment. Alberto lui apprend la mort
d'Eusebio et le miracle dont il avait été témoin. Saisie d'épouvanté,
elle embrasse la croix plantée sur la sépulture de son frère et fait vœu
de retourner dans son couvent. Son père arrive pour la saisir, mais au
même instant ses vêtements d'homme tombent, et on la voit agenouillée,
en habit de religieuse, devant la croix qui s'élève avec elle dans les
airs et l'emporte triomphante au ciel. Les nuages se partagent; Eusebio
apparaît entouré d'une auréole radieuse, les bras étendus vers Julia.
(Weiss, t. II, page 360.)


NOTE _B_.

LES PRIVILÉGES DU ROYAUME D'ARAGON.

Les libertés des Aragonais existaient de toute antiquité; cependant
elles ne furent expressément définies qu'en 1283, époque où le roi Don
Pedro III signa la charte connue en Aragon sous le nom de PRIVILÉGE
GÉNÉRAL. Cette charte formulait les droits des Cortès, des ordres, des
personnes, suivant leur condition, et réglait, en conséquence,
l'administration de la justice. Elle était considérée comme la base de
toutes les institutions du pays. Les rois, à leur avénement, juraient
d'en respecter les clauses. Ils ne pouvaient ni conférer des fonctions à
des étrangers, ni garder des soldats étrangers à leur solde, ni décréter
des lois, ni lever des contributions, ni entreprendre des guerres sans
l'assentiment des Cortès.

Les Cortès se composaient des ricoshombres, des évêques et des élus des
chapitres, des députés des caballeros, enfin des députés des villes. Ces
ordres, les quatre bras de l'État, écoutaient réunis les demandes que le
Roi leur adressait en personne; ils en délibéraient séparément,
formulaient leurs griefs et, le plus souvent, ne concédaient rien au Roi
avant qu'il ne leur eût donné satisfaction. Les moindres affaires
entraînaient des discussions interminables, si fort orageuses
d'ordinaire, que les partis en venaient aux mains. Il n'était pas
facile, en effet, d'arriver à une solution dans de semblables
assemblées. L'unanimité des votes était requise, et le Roi n'avait même
pas la ressource de dissoudre les Cortès; il devait donc s'armer de
patience et s'estimer heureux s'il obtenait, en définitive, les subsides
qu'il réclamait. Enfin, les Cortès se séparaient, elles déléguaient
alors leur autorité à une députation permanente qui, dans l'intervalle,
souvent fort long des sessions, veillait au maintien des droits de
chacun; et ce n'était pas chose facile, à une époque où la fraude, la
corruption et la violence semblaient des moyens d'action parfaitement
légitimes.

Les priviléges qui sauvegardaient la liberté des personnes et la
sécurité des biens, étaient l'objet de contestations perpétuelles. Les
Rois s'étaient emparés de la juridiction criminelle qui jadis
appartenait aux ricoshombres et aux villes, et ils en usaient sans le
moindre scrupule dans leur intérêt. S'agissait-il pour eux de se
débarrasser d'un adversaire? ils l'impliquaient dans un procès criminel,
et le faisaient condamner par des juges à leur dévotion. Les juges
n'hésitaient jamais, mais leurs sentences ne s'exécutaient pas sans
opposition. Les Aragonais invoquaient leurs priviléges et, en forme
d'argument, recouraient volontiers aux armes. Enfin un accord s'était
fait. Les Rois avaient conservé le droit de justice, mais les parties
qui se trouvaient lésées pouvaient en appeler au tribunal du
grand-justicier. Ce personnage était nommé par le Roi et par l'Assemblée
des Cortès; il ne pouvait être révoqué que de leur consentement mutuel;
en cas de violation de ses devoirs, il était jugé par les Cortès, et,
pour cette raison, il était pris, non dans la classe des ricoshombres,
que leurs priviléges mettaient à l'abri de la peine capitale, mais dans
celle des simples caballeros. Assisté de ses lieutenants, le
grand-justicier revisait les sentences rendues par les juridictions
royales, et les cassait s'il ne les trouvait pas conformes aux lois du
royaume. Il était lui-même surveillé par des inquisiteurs qui
contrôlaient ses actes, et en rendaient compte à la députation
permanente. Cette délégation des Cortès faisait exécuter les sentences
du grand-justicier et, si elle le jugeait nécessaire, elle appelait le
peuple aux armes pour la seconder.

Le droit d'appel au grand-justicier était cher aux Aragonais. Il était,
disaient-ils, la _manifestation_ de leurs libertés. Les Rois catholiques
n'osèrent y porter atteinte, mais il essayèrent de l'annuler à l'aide
des procédures de l'Inquisition. En raison de son caractère religieux,
l'Inquisition semblait n'avoir rien à démêler avec la politique. Les
Aragonais laissèrent donc sa juridiction s'étendre sur leur pays; à
l'origine, ils furent même satisfaits de voir brûler des Juifs et des
Maures, mais ils ne tardèrent pas à s'apercevoir que, sous prétexte
d'atteintes à la religion, l'Inquisition évoquait des causes qui ne lui
appartenaient pas, et contestait les priviléges que le grand-justicier
était chargé de défendre. L'autorité civile et l'autorité religieuse
entrèrent en lutte. Le grand-justicier mettait en liberté les prévenus
que l'Inquisition avait fait arrêter; l'Inquisition excommuniait le
grand-justicier, le grand-justicier en appelait à la cour de Rome, et
les Cortès votaient les sommes les plus considérables pour assurer le
triomphe de leur cause. Cette situation se prolongea jusque vers la fin
du règne de Philippe II. Fatigué de l'indocilité des Aragonais, ce
prince avait renoncé à réunir les Cortès. Il ne leur demandait plus de
subsides, et abandonnait le pays à lui-même. Une circonstance imprévue
le décida à mettre un terme à cette anarchie. Le secrétaire d'État
Antonio Perez qu'il poursuivait de sa haine, s'étant réfugié à
Saragosse, le Roi voulut le faire juger par le tribunal de
l'Inquisition. Antonio Perez réclama ses priviléges d'Aragonais; un
soulèvement s'ensuivit. Le Roi fit entrer ses troupes en Aragon et
s'empara de Saragosse. Après avoir intimidé les mutins par le supplice
du grand-justicier et d'un nombre considérable d'autres personnages, il
réunit les Cortès, et se fit concéder le droit de révoquer le
grand-justicier, de nommer aux fonctions sans distinction de
nationalité, enfin de tenir garnison à Saragosse. L'organisation des
Cortès ne fut pas essentiellement modifiée. Le Roi se réserva seulement
de déléguer la présidence à un personnage de son choix, de ne point
appeler, s'il le jugeait à propos, la classe turbulente des caballeros,
enfin d'accorder le droit de représentation à des villes qui n'avaient
point ce privilége. Il faut le reconnaître, Philippe II usa avec
modération de l'ascendant que lui donnaient les circonstances. Les
princes qui lui succédèrent eurent à le regretter. Libres d'accorder ou
de refuser les impôts, de promulguer les lois, de gouverner en un mot le
pays, les Cortès continuèrent à tenir les Rois d'Espagne en échec
jusqu'au jour où l'Aragon prit parti contre Philippe V, succomba dans la
lutte et se vit enlever ses priviléges.


NOTE _C_.

LES RICOSHOMBRES.

Les ricoshombres n'étaient autres, en termes généraux, que les grands
barons de l'Espagne; mais si nous arrivons aux détails, il faut cette
fois, comme toujours, distinguer entre le royaume de Castille et le
royaume d'Aragon.

Le régime des États qui reconnaissaient pour souverains les Rois
d'Aragon était essentiellement féodal. La population indigène était
réduite à la condition du servage, si ce n'est dans les villes, qui
avaient chacune leurs priviléges et les défendaient énergiquement. Les
seigneurs d'origine franque en Catalogne, navarraise en Aragon,
formaient la race dominante. Ils s'étaient partagé le sol d'après les
règles de la hiérarchie féodale. Leurs fiefs relevaient à divers degrés
de la couronne. Les caballeros étaient ainsi les vassaux des
ricoshombres, et les ricoshombres reconnaissaient pour leur suzerain et
souverain seigneur le Roi. Ces éléments se modifièrent sans doute par la
suite des temps; les ricoshombres n'en demeurèrent pas moins les chefs
d'une aristocratie puissante qui manifesta son ascendant jusqu'à la fin
du dix-septième siècle.

Il en était autrement en Castille. Le sol avait été successivement
reconquis et ensuite repeuplé par les Wisigoths espagnols, descendus des
montagnes où ils s'étaient réfugiés. Libres et fiers d'être libres, les
Espagnols s'étaient organisés, il est vrai, dans des conditions
analogues à celles de la féodalité. Mais alors même ils avaient conservé
cet esprit d'indépendance germanique que Tacite a caractérisé par une
phrase célèbre: «_Reges ex nobilitate, duces ex virtute sumunt._» Ils
devaient ainsi le service militaire à leur Roi; mais, à la différence du
régime féodal, ils étaient libres de choisir leur chef. Ce chef était le
plus souvent un aventurier brave et entreprenant. Sa demeure, entourée
d'épaisses murailles, lui permettait de mettre à l'abri d'une incursion
de l'ennemi les vivres et les armes qui formaient ses seules richesses.
Les chaudières qu'il faisait porter devant lui, et que nous retrouvons
dans les armoiries de sa famille, attestaient qu'il était en mesure de
pourvoir à l'entretien de ses compagnons d'armes. Sa renommée de
vaillance attirait sous son pennon les cavaliers du voisinage. Il
partageait avec eux son butin, et, si la fortune le secondait, il
s'emparait de quelque forte position, d'où il pouvait dominer la
contrée. Il engageait alors ses compagnons d'armes à se grouper autour
de sa nouvelle demeure. Les terres étaient divisées; les plus fertiles
revenaient au _poblador_, elles formaient le _solar_ de sa famille; les
autres étaient cédées en pleine propriété aux _diviseros_; une charte
l'attestait et réglait en même temps les rapports du seigneur et de ses
vassaux. Le seigneur s'engageait à protéger ses vassaux et à respecter
leurs droits. Les vassaux devaient au seigneur le service militaire, les
aides dans les conditions définies; en reconnaissance de sa munificence,
ils lui baisaient la main et témoignaient ainsi qu'ils se dévouaient à
son service. Ils n'aliénaient pas néanmoins leur liberté, et
conservaient le droit de se dégager en rendant leurs terres au seigneur.
Ils étaient de vieux chrétiens, et se seraient révoltés à l'idée d'être
enchaînés à la glèbe. Entouré de ses cavaliers toujours prêts à quitter
la charrue pour courir aux armes, le _señor de vassalos_ occupait déjà
un rang considérable. Ses enfants héritaient-ils de sa valeur, de son
heureuse chance, parvenaient-ils à accroître leurs domaines, leurs
richesses, la voix publique les désignait comme des _ricoshombres de
tierra y solar conocido_. Le Roi les appelait dès lors à siéger aux
Cortès, à confirmer sa signature, à prendre ainsi part à tous les actes
du gouvernement. Il leur reconnaissait le droit d'invoquer, le cas
échéant, les priviléges qui garantissaient aux ricoshombres la sécurité
de leurs personnes et de leurs biens. Mais ces biens, il fallait les
défendre à la force du bras. Nul alors ne pouvait répondre du présent,
encore moins de l'avenir. L'heure des revers arrivait; les familles
déclinaient avec leurs richesses et leur puissance; elles perdaient leur
rang, finissaient par se confondre parmi les simples _infanzones_. En
Castille, disait Don Juan Manuel, les lignages montent et descendent
selon que tourne la roue de fortune.

De simples hidalgos figuraient parfois au nombre des ricoshombres.
Investis de fiefs détachés du domaine de la couronne, ils avaient reçu
de la main du Roi le pennon et la chaudière, insignes de leur dignité;
mais cette dignité leur était personnelle.

En définitive, ils étaient des vassaux, et n'avaient ainsi ni l'autorité
ni l'indépendance des ricoshombres de naissance, qui ne devaient rien à
la faveur royale. Le plus célèbre des ricoshombres, le Cid Campeador,
l'entendait ainsi, lorsqu'il adressait au Roi Don Fernando ces altières
paroles: J'aimerais mieux être attaché au clou à vous avoir pour
seigneur, et à me dire votre vassal. De ce que mon père vous a baisé la
main, je me tiens pour affronté.

La ricombria se maintint dans ces conditions pendant les guerres avec
les Maures; elle en subissait les alternatives et passait de main en
main, selon les chances de la fortune. Cette instabilité restreignait sa
puissance. Mais il n'en fut pas toujours ainsi. Survinrent les guerres
civiles. Les princes qui se disputaient la couronne en appelèrent aux
ricoshombres; ils durent récompenser leurs services et aliéner entre
leurs mains les domaines royaux. Don Enrique de Transtamare avait, entre
autres, à satisfaire les aventuriers étrangers qui l'avaient suivi en
Espagne. Il leur concéda les seigneuries qui leur revenaient pour leur
part, selon les formes usitées en France et en Angleterre. Soria fut
érigé en duché en faveur de Don Beltran Claquin; l'Anglais Don Hugo de
Carbolay fut comte de Carrion; Don Bernal de Fox y Bearne épousa
l'héritière de Medina-Celi, et les domaines de sa femme furent également
érigés en comté. Les ricoshombres tinrent à s'égaler à ces étrangers.
Ils se firent concéder des titres analogues; ils en arrivèrent enfin à
une innovation qui devait changer la face de la société: la création des
majorats. Ces majorats, à défaut d'hoirs mâles, se transmettant par les
femmes, allèrent rapidement grossir l'avoir des grandes familles. Le
marquis de Santillane, pour en citer un exemple, se trouva ainsi réunir
soixante majorats et quatre-vingt mille vassaux. Les grands d'Espagne
acquirent dès lors une puissance démesurée; la royauté se trouva
complétement annulée. Mais cette même hérédité féminine allait avoir une
conséquence à laquelle nul ne s'attendait. Doña Isabel, héritière de la
couronne de Castille, épousa Don Fernando, héritier de la couronne
d'Aragon. Grâce à la réunion de leurs couronnes, les Rois Catholiques
recouvrèrent une autorité dont ils usèrent pour abaisser la grandesse.
Les actes les plus importants de leur règne, tels que la confiscation de
la grande maîtrise des ordres militaires, l'organisation des Cours de
justice, de la Santa Hermandad, de l'Inquisition, furent dictés par
cette politique. Les circonstances leur vinrent en aide. Il n'y avait
plus à guerroyer contre les Maures; les grands perdirent ainsi l'usage
des armes; ils se bornèrent à jouir de leurs immenses richesses, et
s'isolèrent de leurs terres, d'où les rois catholiques se gardèrent bien
de les tirer. Leur puissance s'évanouit; leurs priviléges, qui allaient
jusqu'à leur donner le droit de s'armer contre le souverain,
s'oblitérèrent insensiblement; mais leur orgueil n'en demeura pas
moindre.

Les seigneurs castillans s'étaient toujours couverts devant le Roi.
C'était là un ancien usage dont nul ne s'étonnait en Espagne; il n'en
était pas de même à l'étranger. Les courtisans flamands de Philippe le
Bon se découvraient devant leur prince, suivant l'étiquette de la cour
de Bourgogne. Ils furent choqués du contraste qu'offrait leur attitude
avec celle des Castillans. Ils en relevèrent l'inconvenance. Le duc de
Najera et Don Juan Manuel, qui tenaient à plaire à Philippe,
s'interposèrent. Ils décidèrent les Castillans à suivre l'exemple des
Flamands; les Aragonais, au contraire, qui accompagnaient Ferdinand lors
de sa rencontre avec son gendre, demeurèrent couverts. Il n'en fut rien
de plus pour le moment. Les Castillans revinrent à leur ancien usage,
mais l'incident se renouvela lorsque Charles-Quint arriva en Espagne.
Cette fois, ce fut le duc d'Albe qui se mêla de l'affaire; il amena les
Castillans à se découvrir devant le Roi. Charles, satisfait de cette
concession, voulut en faire une de son côté, et il invita les seigneurs
les plus qualifiés à se couvrir, en leur adressant ces mots qui
devinrent sacramentels: _Cubrios_. En d'autres circonstances,
Charles-Quint en usa de même. Ce n'était encore là, de sa part, qu'un
acte de courtoisie. Philippe II, qui aimait la pompe, en fit une
cérémonie. Ses successeurs constatèrent la cérémonie par des lettres
patentes et transformèrent ainsi la grandesse en dignité.


NOTE _D_.

LISTE

DES ARCHEVÊCHÉS ET ÉVÊCHÉS, DONNÉE A MADAME D'AULNOY PAR L'ARCHEVÊQUE DE
BURGOS[158].

Plusieurs personnes m'en ont parlé comme vous, Monseigneur, lui dis-je,
mais j'espère m'en instruire parfaitement à Madrid. Je suis en état de
vous éclaircir au moins d'une partie de ce que vous voulez savoir,
reprit-il; quelques raisons m'ont obligé d'en faire un petit mémoire,
et je pense même l'avoir sur moi. Il me le donna aussitôt, et, comme
j'en ai gardé une copie, et qu'il me paraît curieux, je vais, ma chère
cousine, vous le traduire ici.


VICE-ROYAUTÉS QUI DÉPENDENT DU ROI D'ESPAGNE.

Naples, Sicile, Aragon, Valence, Navarre, Sardaigne, Catalogne, et, dans
la Nouvelle-Espagne, le Pérou.


GOUVERNEMENTS DE ROYAUMES ET DE PROVINCES.

Les États de Flandre, de Milan, Galice, Biscaye, les îles de Majorque et
Minorque. Sept gouvernements dans les Indes occidentales, à savoir: les
îles de Madère, le cap Vert, Mina, Saint-Thomas, Angola, Brésil et
Algarves. En Afrique: Oran, Ceuta, Mazagran. En Orient: les Philippines.


ÉVÊCHÉS ET ARCHEVÊCHÉS DE LA NOMINATION DU ROI TRÈS-CATHOLIQUE DEPUIS
QUE LE PAPE ADRIAN VI CÉDA LE DROIT QU'IL AVAIT D'Y NOMMER.

Premièrement, dans les deux Castilles: l'archevêché de Tolède, dont
l'archevêque est primat d'Espagne, grand chancelier de Castille et
conseiller d'État. Il parle aux États et dans le Conseil, immédiatement
après le Roi, et on le consulte ordinairement sur toutes les affaires
importantes. Il a trois cent cinquante mille écus de revenu et son
clergé quatre cent mille.

L'archevêque de Braga, en Portugal, lequel est seigneur spirituel et
temporel de cette ville, et qui, pour marque de son autorité, porte la
crosse à la main et l'épée au côté, prétend la primatie de toute
l'Espagne et la dispute à l'archevêque de Tolède, parce que cette
primatie était autrefois à Séville, qu'on la mit à Tolède à cause de
l'invasion des Maures, et que, Tolède étant tombée entre leurs mains,
elle fut transférée à Braga. De sorte que l'archevêque posséda longtemps
cette dignité; mais, après que les Espagnols eurent repris Tolède,
l'archevêque redemanda sa primatie; celui de Braga ne voulut pas
consentir à la rendre, et ce différend n'ayant jamais été terminé, ils
en prennent l'un et l'autre le titre.

L'archevêché de Séville vaut trois cent cinquante mille ducats, et son
chapitre en a plus de cent mille. Il ne se peut rien voir de plus beau
que cette cathédrale. Entre plusieurs choses remarquables, il y a une
tour bâtie de briques, large de soixante brasses et haute de quarante.
Une autre tour s'élève au-dessus, qui est si bien pratiquée par dedans
que l'on y monte à cheval jusqu'au haut. Le dehors en est tout peint et
doré.

L'archevêché de Saint-Jacques de Compostelle vaut soixante mille ducats,
et un ducat vaut trente francs monnaie de France; son chapitre en a cent
mille.

L'archevêché de Grenade vaut quarante mille ducats.

Celui de Burgos, à peu près autant.

L'archevêché de Saragosse, cinquante mille.

L'évêché d'Avila, vingt mille ducats de rente.

L'archevêché de Valence, quarante mille.

L'évêché d'Astorga, douze mille.

L'évêché de Cuença, plus de cinquante mille.

L'évêché de Cordoue, environ quarante mille.

L'évêché de Siguenza, de même.

L'évêché de Ségovie, vingt-cinq mille.

L'évêché de Calahorra, vingt mille.

L'évêché de Salamanque, un peu plus.

L'évêché de Plasencia, cinquante mille.

L'évêché de Palencia, vingt-cinq mille.

L'évêché de Jaca, plus de trente mille.

L'évêché de Malaga, quarante mille.

L'évêché d'Osma, vingt-deux mille.

L'évêché de Zamora, vingt mille.

L'évêché de Coria, vingt mille.

L'évêché de Ciudad-Rodrigo, dix mille.

L'évêché des îles Canaries, vingt-deux mille.

L'évêché de Lugo, huit mille.

L'évêché de Mondoñedo, dix mille.

L'évêché d'Oviédo, vingt mille.

L'évêché de Léon, vingt-deux mille.

L'évêché de Pampelune, vingt-huit mille.

L'évêché de Cadix, douze mille.

L'évêché d'Orense, dix mille.

L'évêché d'Onguela, dix mille.

L'évêché d'Almeria, cinq mille.

L'évêché de Cadix, neuf mille.

L'évêché de Tuy, quatre mille.

L'évêché de Badajoz, dix-huit mille.

L'évêché de Valladolid, quinze mille.

L'évêché de Huesca, douze mille.

L'évêché de Tarazona, quatorze mille.

L'évêché de Balbastro, sept mille.

L'évêché d'Albarracin, six mille.

L'évêché de Teruel, douze mille.

L'évêché de Jaca, six mille.

Je ne dois pas omettre de marquer que la cathédrale de Cordoue est
extraordinairement belle; elle fut bâtie par Abderhaman, qui régnait sur
tous les Maures d'Espagne. Elle leur servait de mosquée en l'an 787;
mais les chrétiens ayant pris Cordoue en 1236, ils firent une église de
cette mosquée. Elle a vingt-quatre grandes portes toutes travaillées de
sculptures et d'ornements d'acier; sa longueur est de six cents pieds
sur cinquante de large; il y a vingt-neuf nefs dans la longueur et
dix-neuf dans la largeur; elle est parfaitement bien proportionnée, et
soutenue de huit cent-cinquante colonnes, dont la plus grande partie
sont de jaspe et les autres de marbre noir d'un pied et demi de
diamètre; la voûte est très-bien peinte, et l'on peut juger par là de
l'humeur magnifique des Maures.

Il est difficile de croire, après ce que j'ai dit de la cathédrale de
Cordoue, que celle de Léon soit plus considérable. Cependant rien n'est
plus vrai, et c'est ce qui a donné lieu à ce que l'on dit communément,
que l'église de Léon est la plus belle de toutes celles d'Espagne;
l'église de Tolède la plus riche; celle de Séville la plus grande, et
celle de Salamanque la plus forte.

La cathédrale de Malaga est merveilleusement bien parée et d'une juste
grandeur; les chaises du chœur ont coûté cent cinq mille écus, et tout
le reste répond à cette magnificence.


PRINCIPAUTÉ DE CATALOGNE.

L'archevêché de Tarragone.

L'évêché de Barcelone.

L'évêché de Lérida.

L'évêché d'Urgel.

L'évêché de Girone.

L'évêché de Vich.

L'évêché de Salsona.

L'évêché de Tortose.

L'évêché d'Elm.


DANS L'ITALIE.

L'archevêché de Brindes.

L'archevêché de Lanciano.

L'archevêché de Matera.

L'archevêché d'Otrante.

L'archevêché de Rocli.

L'archevêché de Salerne.

L'archevêché de Trani.

L'archevêché de Tarente.

L'évêché d'Ariano.

L'évêché d'Acerra.

L'évêché d'Aguila.

L'évêché de Costan.

L'évêché de Caslellamare.


AU ROYAUME DE NAPLES.

L'évêché de Gaëte.

L'évêché de Galipoli.

L'évêché de Giovenazzo.

L'évêché de Mosula.

L'évêché de Monopoli.

L'évêché de Puzol.

L'évêché de Potenza.

L'évêché de Trivento.

L'évêché de Tropea.

L'évêché d'Ugento.


ROYAUME DE SICILE.

L'archevêché de Palerme.

L'archevêché de Montréal.

L'évêché de Girgenti.

L'évêché de Mazzara.

L'évêché de Messine.

L'évêché de Parti.

L'évêché de Cefalu.

L'évêché de Catania.

L'évêché de Zaragoza.

L'évêché de Malte.


A MILAN.

L'archevêché de Milan.

L'évêché de Vigevano.


ROYAUME DE MAJORQUE.

L'évêché de Majorque.


ROYAUME DE SARDAIGNE.

L'archevêché de Cagliari.

L'archevêché d'Oristan.

L'archevêché de Sacer.

L'évêché d'Alguerales.

L'évêché de Boza.

L'évêché d'Ampurias.


EN AFRIQUE.

L'évêché de Tanger.

L'évêché de Ceuta.


AUX INDES ORIENTALES.

L'archevêché de Goa.

L'évêché de Madère.

L'évêché d'Angola, dans les Indes Terceres.

L'évêché de Cabouerde.

L'évêché de Saint-Thomas.

L'évêché de Cochin.

L'évêché de Malara.

L'évêché de Maliopor.

L'évêché de Macao.

De tous les archevêchés et évêchés, il ne revient rien au Pape de
l'évêque qui meurt, ni pendant que le bénéfice est vacant. On aurait
peine à rapporter le nombre d'abbayes et d'autres dignités auxquelles le
Roi d'Espagne présente.

Il faut parler à présent des six archevêchés et des trente-deux évêchés
de la Nouvelle-Espagne, de ses îles et du Pérou.

L'archevêché de la ville de los-Reyes, capitale de la province du Pérou,
vaut trente mille écus de rente.

L'évêché d'Arequipa, seize mille.

L'évêché de Truxillo, quatorze mille.

L'évêché de Saint-Francisco de Quito, dix-huit mille.

L'évêché de la grande ville de Cuzco, vingt-quatre mille.

L'évêché de San-Jean-de-la-Victoire, huit mille.

L'évêché de Panama, six mille.

L'évêché de Chilé, cinq mille.

L'évêché de Notre-Dame de Chilé, quatre mille.

L'archevêché de Bogota, du nouveau royaume de Grenade, quatorze mille.

L'évêché de Popayan, cinq mille.

L'évêché de Carthagène, six mille.

L'évêché de Sainte-Marie, dix-huit mille.

L'évêché de la Plata, de la province de los Charcas, soixante mille.

L'archidiacre de cet évêché en a cinq mille; le maître des
enfants de chœur, le chantre et le trésorier, chacun quatre
mille; six chanoines, chacun trois mille.

Six autres dignités, qui valent chacune dix-huit cents écus, et l'on
remarquera par la richesse du chapitre de la Plata, que les autres n'en
ont guère moins.


L'ARCHEVÊCHÉ DE LA PLATA A POUR SUFFRAGANTS:

L'évêché de Paz.

L'évêché de Tucuman.

L'évêché de Santa-Cruz de la Sierra.

L'évêché de Paraguay de Buenos-Ayres.

L'évêché del Rio de la Plata.

L'évêché de Saint-Jacques, dans la province de Tucuman, vaut six mille écus.

L'évêché de Saint-Laurent de las Barrancas, douze mille.

L'évêché de Paraguay, seize mille.

L'évêché de la Sainte-Trinité, quinze mille.

L'archevêché de Mexico, érigé en 1518, vingt mille reales.

L'évêché de los Angelos, cinquante mille reales.

L'évêché de Valladolid, de la province de Mechoacan, quatorze mille écus.

L'évêché d'Antequera, sept mille.

L'évêché de Guadalaxara, province de là Nouvelle-Galice, sept mille.

L'évêché de Durango, quatre mille.

L'évêché de Merida, capitale de la province de Yucatan, huit mille.

L'évêché de Gantiago, de la province de Guatemala, huit mille.

L'évêché de Santiago de Léon, suffragant de l'archevêché de Lima, trois mille.

L'évêché de Chiapa, cinq mille.

L'archevêché de San Domingo, des îles espagnoles,
primat des Indes, trois mille.

L'évêché de San Juan de Porto-Rico, cinquante mille reales.

L'évêché de l'île de Cuba, huit mille écus.

L'évêché de Santa Anna de Coro, huit mille.

L'évêché de Camayagua, capitale de la province de Honduras, trois mille.

L'archevêché métropolitain de Manille, capitale des îles Philippines,
trois mille écus que le Roi s'est obligé de lui payer, par la bulle
accordée en 1595. Le Roi paye de même tout le chapitre. Cet archevêché a
trois suffragants: l'un dans l'île de Zebu, l'autre dans l'île de Luçon,
le troisième à Comorin.


NOTE _E_.

LA CASA DE CONTRATACION.

La casa de contratacion formait le rouage principal d'une machine qui
témoignait à la fois de l'ignorance et de la cupidité des Espagnols.
Leur chimère était d'accumuler l'or entre leurs mains et d'en rester
seuls possesseurs. Ils s'étaient réservé, en conséquence, le monopole de
l'Amérique. La surveillance de ce monopole appartenait à la casa de
contratacion; elle enregistrait les marchandises destinées à ce
commerce, en constatait l'origine espagnole, et les expédiait ensuite
par les galions et la flotte. Les gouverneurs du Mexique et du Pérou
renvoyaient des lingots en échange. Ces lingots, une fois arrivés en
Espagne, il s'agissait de les y conserver. Rien ne semblait plus simple;
il suffisait d'ordonner que les payements à l'étranger se fissent
exclusivement en monnaie de cuivre. Ce système parut d'abord fort
avantageux. L'or afflua en Espagne; mais, en raison même de son
abondance, il ne tarda pas à s'avilir. Le prix de toutes les denrées
s'éleva à des taux exorbitants; les populations se plaignirent; les
Cortès adressèrent des représentations au Roi. Nul ne soupçonnait la
véritable cause de cette cherté. On l'attribua à la concurrence
étrangère; on interdit en conséquence l'exportation des denrées du pays.
La situation ne s'améliorant pas, on en revint à les taxer à des prix
qui semblaient équitables, si on les comparait aux taux anciens, mais
qui ne l'étaient plus en réalité. Les producteurs, ne faisant plus leurs
frais, se découragèrent. Le malaise général fut encore aggravé par les
exigences du fisc. Aux prises avec la Turquie, l'Angleterre, la France,
les princes d'Allemagne, les Barbaresques, les Flandres révoltées, les
Rois d'Espagne voyaient s'épuiser les ressources dont ils disposaient.
Les trésors de l'Amérique ne faisaient plus que passer par leurs mains.
Pour solder les dépenses de leurs armées, ils se trouvèrent dans la
nécessité de recourir à des extorsions de tous genres, à des emprunts
usuraires, à la banqueroute, enfin à l'altération des monnaies. Au
milieu de ces secousses, l'industrie déclina rapidement. Les négociants
espagnols, si intéressés qu'ils fussent au maintien de leur monopole, se
virent dans la nécessité de recourir au commerce étranger. La fraude
devint ainsi la base de toutes les relations avec l'Amérique. Il se
forma à Cadix même une classe d'intermédiaires, les _metadores_, qui se
chargèrent des intérêts de toutes les places de l'Europe. Ils
expédiaient sous leur nom les marchandises qui leur étaient confiées,
s'entendaient avec les agents de la casa de contratacion pour que
l'origine n'en fût pas constatée, recevaient l'or en retour et rendaient
compte de toutes leurs opérations avec une probité rigoureuse. Ils
finirent par jouer ainsi un rôle immense dans le commerce de l'Europe,
et contribuèrent à ruiner celui de l'Espagne, qui tomba aux mains des
Français, des Anglais et surtout des Hollandais. Spectateur impuissant
de cet état de choses, le gouvernement finit par renoncer lui-même à
ses idées de monopole. Il n'en conserva pas moins la casa de
contratacion, mais il s'en servit uniquement pour rançonner le commerce
étranger. Conservant ainsi le droit de confisquer les marchandises qui
n'étaient pas d'origine espagnole, il ne manquait pas de le rappeler à
l'époque où la flotte de l'Inde allait mettre à la voile. De part et
d'autre, on se comprenait. Les consuls de Cadix invitaient les
négociants à offrir au Roi une somme qui dédommageât la couronne du tort
que lui faisait la contrebande. Chacun se taxait en raison des intérêts
qu'il avait engagés, versait la somme à la casa de contratacion qui
fermait les yeux moyennant cette concession, connue sous le nom
d'_Indult_.


NOTE _F_.

LISTE

DES GOUVERNEMENTS DÉPENDANT DE LA COURONNE D'ESPAGNE.

On les donne pour cinq ans, et tous les autres emplois aussi, dont les
plus considérables sont ceux-ci:

Gouverneur, capitaine général et président de la chancellerie royale de
San-Domingo dans les îles espagnoles.

Gouverneur et capitaine général de la ville de Saint-Christophe de la
Havana.

Gouverneur et capitaine de guerre de la ville de Saint-Jacques de Cuba.

Gouverneur et capitaine général de la ville de Saint-Jean de
Puerto-Rico.

Gouverneur et capitaine général de la ville de Saint-Augustin, province
de la Floride.

Gouverneur de la ville de l'Ascension, de l'île de la Marguerite.

Gouverneur et capitaine général de la ville de Cumana, capitale de la
Nouvelle-Andalousie.

Vice-roi, gouverneur et capitaine général de la Nouvelle-Espagne, un
président de l'audience royale, qui réside dans la ville de Mexique.

Gouverneur et capitaine général de la ville de Merida, capitale de la
province de Yucatan.

Président et gouverneur de l'audience et chancellerie royale qui réside
dans la ville de Guadalaxara, capitale du royaume de la Nouvelle-Galice.

Gouverneur et capitaine général de la ville de Guadiana, capitale du
royaume de la Nouvelle-Biscaye.

Gouverneur, capitaine général et président de la chancellerie qui réside
dans la ville de Santiago, de la province de Guatemala.

Gouverneur de la province de Locnusco, dans le détroit de Guatemala.

Gouverneur et capitaine général de la ville de Cornagua, de la province
de Honduras.

Gouverneur de la ville Saint-Jacques de Leon, capitale de la province de
la Nicaragua.

Gouverneur et capitaine général de la ville de Carthagène, capitale de
la province de Costa-Rica.

Gouverneur, capitaine général et président de la chancellerie royale,
qui réside dans la ville de Manille aux îles Philippines.

Gouverneur et lieutenant des forteresses de Ternate et gouverneur et
général de la milice du même pays.

Vice-roi, gouverneur, capitaine général et président de l'audience de la
ville de Lima.

Plus huit conseillers, quatre alcaldes, deux accusateurs, un protecteur
des Indiens, quatre rapporteurs, trois portiers et un chapelain dans la
même ville.

Gouverneur de Chucuito.

Gouverneur de Zico.

Gouverneur d'Ica.

Gouverneur de los Collaguas.

Gouverneur de Guamanga.

Gouverneur de Santiago de Miraflores de Zana.

Gouverneur de San-Marco.

Gouverneur d'Arequipa.

Gouverneur de Truxillo.

Vice-roi de Castra.

Vice-roi de Saint-Michel y Puerto de Plata.

Mestre de camp dans le détroit de Puerto del Callao.

Le président de la Plata a sous lui six conseillers, un accusateur, deux
rapporteurs et deux portiers.

Gouverneur de la province de Tucuman.

Gouverneur de la province de Sainte-Croix.

Gouverneur et capitaine général de la province de la Plata.

Gouverneur de la province de Paraguay.

Gouverneur de la citadelle de la ville de la Plata et de la ville
impériale de Potosi.

Gouverneur de Saint-Philippe d'Autriche et des Mines d'or.

Gouverneur de la ville de la Paix.

Gouverneur principal des mines du Potosi.

Gouverneur, capitaine général et président de la ville de Sainte-Foy.

Le gouverneur et capitaine général de la province de Carthagène a sous
lui un lieutenant, un capitaine et un maréchal de camp.

Gouverneur et lieutenant du château Saint-Mathias.

Gouverneur et capitaine général de la province de Sainte-Marthe.

Gouverneur de la citadelle de Sainte-Marthe.

Gouverneur de la province de Antoja.

Gouverneur de la province de Papayan.

Gouverneur de los Musos y Colinos.

Gouverneur de la province de Merida.

Gouverneur de la ville de Tunja.

Gouverneur de la ville de Toca Emalbague et des peuples de la Terre
Brûlante.

Gouverneur de Quixos Zumoco Ecanela.

Gouverneur de la ville de Jean.

Gouverneur de la ville de Luenca.

Gouverneur de la ville de Santiago de Quayaquil.

Gouverneur de la ville de Loja Zomora et des mines de Comura.

Président, gouverneur et capitaine général de la ville de Panama.

Gouverneur de Veragua, lequel a sous lui un capitaine général, un
lieutenant général, un capitaine des compagnies d'infanterie et un
capitaine d'artillerie.

Gouverneur et capitaine du château de Saint-Philippe, dans la ville de
Puerto-Velo.

Gouverneur et capitaine général de la province de Sainte-Marthe et de la
rivière de la Hacha.

Gouverneur de la Grande-Taxamarca.

Je ne mets point ici les charges de judicature ni les bénéfices qui sont
en très-grand nombre.


NOTE _G_.

LA SACCADE DU VICAIRE.

.....Il faut savoir une coutume d'Espagne, que l'usage à tournée en loi,
et qui est également folle et terrible pour toutes les familles.
Lorsqu'une fille, par caprice, ou par amour ou par quelque raison que ce
soit, s'est mis en tête d'épouser un homme, quelque disproportionné
qu'il soit d'elle, fût-ce le palefrenier de son père, elle et le galant
le font savoir au vicaire de la paroisse de la fille, pourvu qu'elle ait
seize ans accomplis. Le vicaire se rend chez elle, fait venir son père,
et en sa présence et celle de la mère, demande à leur fille si elle
persiste à vouloir épouser un tel. Si elle répond que oui, à l'instant
il l'emmène chez lui, et il y fait venir le galant; là il réitère la
question à la fille devant cet homme qu'elle veut épouser; et si elle
persiste dans la même volonté, et que lui aussi déclare la vouloir
épouser, le vicaire les marie sur-le-champ sans autre formalité, et de
plus sans que la fille puisse être déshéritée. C'est là ce qui se peut
traduire du terme espagnol, _la saccade du vicaire_, qui, pour dire la
vérité, n'arrive comme jamais.

Monteleone avait sa fille, dame du palais de la Reine, qui voulait
épouser le marquis de Mortare, homme d'une grande naissance, mais fort
pauvre, à qui le duc de Monteleone ne la voulait point donner. Mortare
l'enleva et en fut exilé. Là-dessus arriva la mort de Charles II. Cette
aventure parut au cardinal de Portocarrero toute propre à satisfaire sa
haine. Il se mit donc à presser Monteleone de faire le mariage de
Mortare avec sa fille, ou de lui laisser souffrir la saccade du vicaire.
Le duc tira de longue; mais enfin, serré de près avec une autorité
aiguisée de vengeance, appuyée de la force de l'usage tourné en loi et
du pouvoir tout-puissant du cardinal, il eut recours à Montriet, puis à
Louville, à qui il exposa son embarras et sa douleur. Ce dernier n'y
trouva de remède que de lui obtenir une permission tacite de faire
enlever sa fille par d'Urse, gentilhomme des Pays-Bas, qui s'attachait
fort à Louville et qui en eut depuis la compagnie des mousquetaires
flamands, formée sur le modèle de nos deux compagnies de mousquetaires.
Monteleone avait arrêté le mariage avec le marquis de Westerloo, riche
seigneur flamand de la maison de Mérode et chevalier de la Toison d'or,
qui s'était avancé à Bayonne, et qui, sur l'incident fait par le
cardinal Portocarrero, n'avait osé aller plus loin. D'Urse y conduisit
la fille de Monteleone, qui, en arrivant à Bayonne, y épousa le marquis
de Westerloo, et s'en alla tout de suite avec lui à Bruxelles, et le
comte d'Urse s'en revint à Madrid. Le cardinal, qui de plus en plus
serrait la mesure, tant que la fuite fut arrêtée et exécutée, le sut
quand le secret fut devenu inutile, et que Monteleone compta n'avoir
plus rien à craindre depuis que sa fille était mariée en France, et avec
son mari en chemin des Pays-Bas.

Mais il ignorait encore jusqu'à quel excès se peut porter la passion
d'un prêtre tout-puissant qui se voit échapper d'entre les mains une
proie qu'il s'était dès longtemps ménagée. Portocarrero en furie ne le
ménagea plus, alla trouver le Roi, lui rendit compte de cette affaire,
et lui demanda la permission de la poursuivre. Le Roi, tout jeune et
arrivant presque, et tout neuf encore aux coutumes d'Espagne, ne pensa
jamais que cette poursuite fût autre qu'ecclésiastique, comme diocésain
de Madrid; et sans s'en informer, n'en put refuser le cardinal qui, à
partir de là, sans perdre un instant, fit assembler le conseil de
Castille, de concert avec Arias, gouverneur de ce conseil et son ami, et
avec Monterey, qui s'y livra par je ne sais quel motif; et là, dans la
même séance, en trois heures de temps, un arrêt par lequel Monteleone
fut condamné à perdre 600,000 livres de rente en Sicile, applicables aux
dépenses de la guerre; à être, lui, appréhendé au corps jusque dans le
palais de la Reine à Tolède, mis et lié sur un cheval, conduit ainsi
dans les prisons de l'Alhambra à Grenade, où il y avait plus de cent
lieues, et par les plus grandes chaleurs; d'y demeurer prisonnier gardé
à vue pendant le reste de sa vie, et de plus, de représenter sa fille et
de la marier au marquis de Mortare; à faute de quoi à avoir la tête
coupée et à perdre le reste de ses biens.

D'Urse fut le premier qui eut avis de cet arrêt épouvantable. La peur
qu'il eut pour lui-même le fit courir à l'instant chez Louville. Lui,
qui ne s'écartait jamais, s'était avisé ce jour-là d'aller à la
promenade; et ce contre-temps pensa tout perdre, parce qu'on ne le
trouva que fort tard. Louville, instruit de cet énorme arrêt, alla
d'abord au Roi qui entendait une musique, et ce fut un autre
contre-temps où les moments étaient chers. Dès qu'elle fut finie, il
passa avec le Roi dans son cabinet, où, avec émotion, il lui demanda ce
qu'il venait de faire. Le Roi répondit qu'il voyait bien ce qu'il
voulait dire, mais qu'il ne voyait pas quel mal pouvait faire la
permission qu'il avait donnée au cardinal. Là-dessus, Louville lui
apprit tout ce de quoi cette permission venait d'être suivie, et lui
représenta, avec la liberté d'un véritable serviteur, combien sa
jeunesse avait été surprise, et combien cette affaire le déshonorait,
après la permission qu'il avait donnée de l'enlèvement et du mariage de
la fille; que sa bouche avait, sans savoir, soufflé le froid et le
chaud, et qu'elle était cause du plus grand des malheurs, dont il lui
fit aisément sentir toutes les suites. Le Roi, ému et touché, lui
demanda quel remède à un si grand mal et qu'il avait si peu prévu, et
Louville, ayant fait apporter une écritoire, dicta au Roi deux ordres
bien précis: l'un à un officier de partir au moment même, de courir en
diligence à Tolède pour empêcher l'enlèvement du duc de Monteleone, et,
en cas qu'il fût déjà fait, de pousser après jusqu'à ce qu'il l'eût
joint, le tirer des mains de ses satellites, et le ramener à Tolède chez
lui; l'autre au cardinal, d'aller lui-même à l'instant au lieu où se
tient le conseil de Castille, d'arracher de ses registres la feuille de
cet arrêt et de la jeter au feu, en sorte que la mémoire en fût à jamais
éteinte et abolie.

L'officier courut si bien qu'il arriva à la porte de Tolède au moment
même que l'exécuteur de l'arrêt y entrait. Il lui montra l'ordre de la
main du Roi, et le renvoya de la sorte, sans passer outre. Celui qui fut
porter l'autre ordre du Roi au cardinal, le trouva couché, et quoique
personne n'entrât jamais chez lui, dès qu'il était retiré, au nom du Roi
toutes les portes tombèrent. Le cardinal lut l'ordre de la main du Roi,
se leva et s'habilla, et fut tout de suite l'exécuter, sans jamais
proférer une parole. Il n'y a au monde qu'un Espagnol capable de ce
flegme apparent, dans l'extrême fureur où ce contre-coup le devait faire
entrer. Avec la même gravité et la même tranquillité, il parut le
lendemain matin à son ordinaire chez le Roi, qui, dès qu'il l'aperçut,
lui demanda s'il avait exécuté son ordre. _Si, Señor_, répondit le
cardinal; et ce monosyllabe fut le seul qu'on ait ouï sortir de sa
bouche sur une affaire qui lui fut si mortellement piquante, et qui lui
dérobait sa vengeance et la montre de son pouvoir. (_Mémoires du duc de
Saint-Simon._)


FIN DE L'APPENDICE.


OUVRAGES CITÉS.


1 _Nouvelle collection des Mémoires relatifs à l'histoire de France._
Édition Michaud. Paris, 1857.

2 _Mémoires du duc de Saint-Simon._ Édition Cheruel. Paris, 1858.

3 _Négociations relatives à la succession d'Espagne_, par MIGNET. Paris,
1835-1844.

4 _Mémoires secrets sur l'établissement de la Maison de Bourbon en
Espagne_, extraits de la correspondance du marquis DE LOUVILLE. Paris,
1818.

5 _Souvenirs de C. H. baron de Gleichen._ Paris, 1868.

6 _Mémoires de la Cour d'Espagne_ (attribués au marquis DE VILLARS).
Londres.

7 _Lettres de la marquise de Villars._ Édition Courtois. Paris, 1868.

8 _La princesse des Ursins._ Édition Combe. Paris, 1858.

9 _L'Espagne sous le règne de Philippe II_, par WEISS. Paris, 1844.

10 _L'Espagne sous Charles-Quint, Philippe II et Philippe III_, par
RANKE. Paris, 1845.

11 _Antonio Perez et Philippe II_, par MIGNET.

12 _Voyage d'Espagne_ (attribué à Van Aarsen DE SOMMERDYCK). Cologne,
1666.

13 _Relation de l'État et Gouvernement d'Espagne_ (attribuée au sieur
BERTAULT). Cologne, 1666.

14 _Journal d'un voyage en Espagne_ (attribué au sieur BERTAULT). Paris,
1669.

15 _État présent de l'Espagne_ (attribué à l'abbé DE VAYRAC). Paris,
1715.

16 _Recherches généalogiques sur les grandeurs d'Espagne_, par IMHOF.
Amsterdam, 1707.

17 _Genealogiæ viginti illustrium in Hispania familiarum._ IMHOF.
Leipzig, 1712.

18 _Genealogiæ viginti illustrium in Italia familiarum_, par IMHOF.
Amsterdam, 1710.

19 _Historia Italiæ et Hispaniæ genealogica_, par IMHOF. Nuremberg,
1702.

_Nobiliario genealogico de los Reyes títulos de Espania_, par D. ALONZO
LOPEZ DE HARO. Madrid, 1622.

20 LLORENTE. _Provincias Vascongadas._ Madrid, Imprenta Real, 1806-1807.

21 _Mémoires du comte Miot de Melito._ Paris, 1858.


PARIS.--TYPOGRAPHIE DE E. PLON ET Cie, RUE GARANCIÈRE, 8.


NOTES:

[1] Ce nom n'est pas inconnu dans l'histoire. Un sieur de Saint-Pé était
agent politique du cardinal de Richelieu en Portugal. (Flassan,
_Histoire de la diplomatie_, t. III, p. 62.)

[2] Le paysan espagnol trouve inutile de graisser les moyeux des roues
de sa charrette. Il en résulte des grincements qui s'entendent à des
distances réellement extraordinaires. Les correspondances des armées, au
temps de Napoléon, mentionnent cet inconvénient, qui n'était pas sans
gravité lorsqu'il s'agissait de dérober une marche à l'ennemi.

[3] C'était là un privilége particulier à ces provinces, et il était
fondé sur l'extrême pauvreté du pays. «Si le commerce avec la France,
l'Angleterre, l'Aragon, la Navarre et le duché de Bretagne, n'était pas
libre, nul n'y pourrait subsister, dit l'ordonnance de 1479.» (Llorente,
_Provincias vascongadas_, p. 323, 332.)

[4] La langue basque, on le sait, est une langue primitive qui n'a
d'analogie avec aucune autre langue connue. Elle était néanmoins
infiniment plus usitée que le castillan dans cette partie de l'Espagne.
Aussi, lors de la réunion des juntes, les affaires étaient-elles
exposées en castillan et discutées en langue basque. (Weiss, t. 1er,
p. 207.)

[5] Ce personnage se conformait aux usages de son temps, ainsi que nous
le verrons par la suite. En pareille circonstance, les Espagnols vous
adressent encore ce compliment: «A la disposition de Votre Seigneurie.»
Mais il serait indiscret de les prendre au mot.

[6] Le conseiller Bertault, qui accompagna la maréchal de Gramont
lorsqu'il alla demander pour le roi la main de l'infante Anne
d'Autriche, fait également mention de ces jeunes et modestes batelières.
Il est vrai de dire qu'un de ses contemporains, le Hollandais Van
Aarsens de Sommerdyck, est loin d'être aussi édifié des façons des dames
du pays. Il raconte, avec un juste sentiment de pudeur alarmée, que ces
femmes s'abritent du soleil en relevant leurs jupes sur leurs têtes,
sans se préoccuper le moins du monde des bienséances. (_Voyage
d'Espagne_, p. 5.)

[7] Madame d'Aulnoy fait mention de patagons, de ducats, de piastres, de
pièces de huit réaux. Ces pièces avaient la même valeur, seulement les
patagons étaient monnayés en Flandre et en Franche-Comté à l'effigie de
l'archiduc Albert et de l'archiduchesse Isabelle. Les ducats étaient
monnayés dans le duché de Milan; les pièces de huit réaux, de même que
les réaux d'argent et de cuivre, en Espagne. Les rapports des pièces de
huit réaux avec les monnaies de France varièrent légèrement pendant le
cours du dix-septième siècle. Elles se rapprochaient généralement de la
valeur de l'écu d'or de Henri III, soit trois livres ou soixante sols.
Les rapports de ces pièces d'argent avec les pièces de cuivre nommées
réaux de vellon, au contraire, varièrent énormément, par la raison que
la monnaie d'argent sortait de l'Espagne avec une rapidité telle, que
les paiements dans l'intérieur du pays ne se faisaient qu'en monnaie de
cuivre. Nous trouvons à cet égard un renseignement précieux dans le
Journal du conseiller Bertault: «Un ducat, dit-il, est un peu moins
qu'une pièce de cinquante-huit sols, qui vaut huit réaux de plata
(argent), mais on n'en trouve pas. Tout se compte par quartos et ochavos
qui sont de cuivre et qu'ils appellent de vellon. Ainsi, un réal de
huit, qui est une pièce de cinquante-huit sols, vaut de douze et demi à
treize réaux de vellon (au lieu de huit réaux d'argent). Un ducat n'est
que de dix à onze (réaux de vellon), quarante à quarante-cinq sols de
France.» Cette proportion se rapporte à l'année 1660. Il est bon
d'observer aussi que les piastres frappées au Mexique étaient d'une
valeur beaucoup plus considérable que les piastres d'Espagne, mais nous
n'avons pas à nous en occuper.

[8] Le roi d'Espagne n'avait droit de tenir garnison que dans ces deux
villes. Le désarroi des finances était tel, que des places comme
Pampelune tombaient en ruine et étaient à peine gardées. Le Hollandais
Van Aarsens en fit l'observation lorsqu'il alla visiter cette place:
«Afin que nous ne la trouvassions pas si dépourvue de monde, dit-il, on
y avait fait entrer bon nombre de paysans qu'on mêla parmi les soldats.
Mais il nous fut aisé de les reconnaître, parce que, outre qu'ils
n'avaient pas la mine de traîneurs d'épée, la plupart n'en portaient pas
et faisaient la parade avec un simple mousquet ou quelque vieille
pique.» (_Voyage d'Espagne_, p. 339.)

[9] Nous ne saurions dire si ce personnage est de fantaisie. Il n'était
point assurément le neveu du duc d'Albe; mais le généalogiste Imhof, qui
cite souvent madame d'Aulnoy, pense que Don Fernand de Toledo
appartenait à une branche cadette éloignée des Toledo, ducs d'Albe. En
effet, madame d'Aulnoy dit plus loin qu'il était beau-fils du marquis de
Palacios. Or, Don Pedro Ruiz de Alarco Ledezma y Guzman, second marquis
de Palacios, avait épousé Dona Blanca de Toledo, huitième dame de Las
Higuarez. Imhof pense que cette Dona Blanca de Toledo avait pu avoir
d'un premier mariage ce fils qui, suivant l'usage assez général des
cadets en Espagne, aurait pris le nom de sa mère. En ce qui touche les
trois autres cavaliers qui vinrent rejoindre madame d'Aulnoy, nous ne
saurions rien affirmer. (Imhof, _Généalogie de vingt familles illustres
d'Espagne_.)

[10] Il nous semble à propos de donner quelques explications à ce sujet.
Lors de leur réunion à la couronne de Castille, les provinces basques,
Alava, Viscaya et Guipuscoa, avaient expressément stipulé le maintien de
leurs priviléges. Les Basques, n'ayant jamais subi le joug des Maures,
étaient considérés comme hidalgos. En conséquence, ils ne payaient pas
d'impôts au roi, ils ne pouvaient être jugés que par les tribunaux de
leur pays, avaient seuls droit aux emplois et jouissaient d'une liberté
de commerce illimitée avec leurs voisins. Chaque province était
gouvernée par une junte, dont l'organisation était à peu près partout la
même. La junte était élue par tous les habitants indistinctement, pourvu
qu'ils fussent d'origine basque et chrétienne. Elle votait les lois, les
règlements de police, fixait la quotité des impôts et du don gratuit
qu'elle accordait au roi. Lorsqu'elle se séparait, elle déléguait les
pouvoirs à une commission, qui se partageait les diverses attributions
du gouvernement, nommait aux emplois, administrait les fonds
provinciaux, rendait la justice, pourvoyait à la défense du pays, et
veillait surtout à ce que le roi n'empiétât pas sur ses priviléges et
n'amenât pas de troupes étrangères dans la province. Le roi, à son
avénement, se rendait en Biscaye sous l'antique chêne de Guernica,
jurait de respecter les fueros. Les délégués de la junte prêtaient le
même serment en prononçant, la main étendue sur le _machete vittoriano_:
«Je veux que ce couteau me coupe la gorge si je ne défends pas les
fueros.» (Llhorente, _Provincias Vascongadas_, t. II; _passim._, Weiss,
t. I, p. 210.)

[11] Les vivres, en effet, étaient si rares, que Gourville, se rendant à
Madrid, se vit dans la nécessité de faire faire du biscuit pour son
voyage. (_Collection des Mémoires relatifs à l'histoire de France_, t.
XXIX, p. 552.)

[12] Madame d'Aulnoy ne tarda pas à s'apercevoir qu'elle était dans
l'erreur.

[13] Les mystères du moyen âge, on le voit, s'étaient perpétués en
Espagne. Ils étaient fort plats, parfois même grotesques, si nous devons
en croire madame d'Aulnoy; mais nous n'acceptons pas son jugement d'une
façon absolue. Pour apprécier avec équité ce genre de représentations,
il faut lire les _autos sacramentales_ du dix-septième siècle. La valeur
littéraire en est incontestable. Nous n'essayerons pas de le démontrer.
Nous nous bornerons à dire que les grands auteurs de cette époque se
faisaient tous honneur d'écrire des _autos_. Calderon, entre autres, du
jour où il entra dans les ordres, consacra sa plume à la scène
religieuse, et l'éleva à la hauteur de son génie. Les _autos_ qu'il nous
a laissés peuvent être considérés comme les modèles du genre. Ils
reflètent dans toute leur énergie les sentiments ardents et mystiques de
la chevalerie espagnole, les qualités et les défauts de ses
contemporains, leur emphase, leur morgue, leur foi et leur superstition.
Le langage qu'il prête à ses héros est brillant à l'excès. Les
situations qu'il imagine, sont souvent invraisemblables, mais toujours
essentiellement dramatiques. Le lecteur en pourra juger par une esquisse
du plus célèbre de ses _autos_: _La Dévotion à la Croix_; nous la
donnerons plus loin, appendice _A_.

[14] Il s'agit ici des saynètes, intermèdes comiques fort connus
maintenant en France par d'heureuses imitations dues à la plume de
Prosper Mérimée.

[15] Il en était encore ainsi en 1823. Acteurs et spectateurs
s'agenouillaient, s'il leur arrivait d'entendre la sonnette qui
annonçait aux fidèles le passage du Saint-Sacrement. Les officiers de la
garnison française de Barcelone s'égayèrent de cet usage, et, comme on
jouait à cette époque le _Barbier de Séville_, ils se procurèrent la
sonnette de l'église voisine et la firent tinter juste au moment où
Figaro savonne le menton de son patron. Il en résulta une scène ridicule
qui fit quelque scandale dans la ville.

[16] Arrivée à la frontière de la Castille, madame d'Aulnoy rencontra
pour la première fois une ligne de douane. Ce n'est pas là une des
moindres singularités de son voyage. Les marchandises qui venaient de
France en Biscaye n'acquittaient pas de droits; mais celles qui
s'échangeaient entre la Biscaye, la Castille et la Navarre, ne
jouissaient pas de cette franchise. Les deux grands royaumes de Castille
et d'Aragon se trouvaient enfermés dans leurs lignes de douanes
respectives et s'efforçaient de protéger leur industrie à l'aide de
tarifs, comme s'ils eussent été des pays rivaux. De plus, chaque ville
avait ses péages et ses octrois. Les voyageurs, qui se trouvaient ainsi
arrêtés à chaque pas, s'en étonnaient, mais à tort. L'Espagne, en effet,
n'était qu'une agrégation de petites souverainetés, qui lors de leur
réunion à la couronne, avaient toujours eu grand soin de stipuler leurs
privilèges. Elles tenaient au maintien des droits qu'elles imposaient
aux marchandises étrangères, non-seulement en raison de leurs vieilles
rivalités, mais encore en raison de leurs intérêts matériels. Ces péages
formaient une partie de leur revenu et étaient affermés. Les fermiers
acceptaient naturellement de fort mauvaise grâce les passe-ports qui les
frustraient de leurs bénéfices; ils ne cédaient qu'en présence d'une
délibération du Conseil d'État, revêtue de la signature du Roi; encore
cette délibération devait-elle être confiée à un alcade de la Cour, qui
parfois recourait à la force. On en trouvera un exemple curieux, mais
trop long à rapporter ici, dans le voyage du Hollandais Van Aarsen de
Sommerdyck, pp. 256-292.

[17] La licence de la soldatesque fut la cause de ce soulèvement; mais
elle ne saurait expliquer à elle seule l'hostilité persistante de la
Catalogne, hostilité qu'atteste une longue suite de révoltes. Nous
croyons devoir en signaler la cause réelle, car elle ajoute un trait à
la physionomie de l'Espagne:

Les couronnes d'Aragon et de Castille se trouvèrent réunies par le
mariage de Ferdinand et d'Isabelle, mais ce fut là un fait purement
politique. Isolés par leurs âpres montagnes, les Aragonais, les Catalans
surtout, demeurèrent complétement étrangers aux Castillans. Ils
nourrissaient contre eux les mêmes sentiments d'animosité qui
signalèrent longtemps les relations des Anglais et des Écossais après
l'avènement du roi Jacques au trône d'Angleterre. Bien qu'ils se
gouvernassent par eux-mêmes et qu'ils n'eussent ainsi guère à se
plaindre de l'autorité royale, ils étaient toujours disposés à entrer en
lutte avec elle. L'esprit qui les animait devait se révéler encore une
dernière fois, lorsque Philippe V monta sur le trône. Ils ne manquèrent
pas de prendre parti contre le souverain qu'ils considéraient comme le
souverain des Castillans, et nous ne serions pas étonné qu'on trouvât
encore chez eux des traces de cette haine.

[18] Nous avons eu la curiosité de vérifier ce fait, qui en lui-même
n'avait pas d'importance, mais qui pouvait nous donner la mesure de la
véracité de madame d'Aulnoy. Il s'est trouvé parfaitement exact. En
effet, Don Luis d'Aragon Cordova y Cardona, sixième duc de Segorbe et
septième duc de Cardona, avait eu de son premier mariage avec Dona Maria
de Sandoval y Roxas, duchesse de Lerme, une fille unique, Dona Catarina
Antonia, qui épousa le duc de Medina-Celi et lui apporta, par la suite,
tous les biens de sa maison. Le duc de Cardona épousa en secondes noces
Dona Maria Teresa de Benavides, fille du comte de San Estevan, dont il
n'eut point d'enfant. Dona Maria Teresa, restée veuve, épousa Don Inigo
Melchior de Velasco, duc de Frias, et engagea le procès dont il est
question contre la duchesse de Medina-Celi.

[19] Le duché de Cardona comprend, en effet, le territoire de Solsona,
où se trouvent de célèbres carrières de sel.

[20] Lors de sa fuite en Espagne, le cardinal de Retz passa par
Saragosse, où il arriva accompagné de cinquante mousquetaires montés sur
des ânes. Il visita l'église de Notre-Dame del Pilar. Il y vit un homme
qui, au su de toute la ville, n'avait jamais eu qu'une jambe et s'en
était trouvé deux, grâce à l'intercession de la Vierge et à des onctions
répétées faites avec de l'huile des lampes qui brûlaient devant son
image. On célébrait à cette occasion une fête qui attirait plus de vingt
mille personnes. (_Collection des Mémoires relatifs à l'histoire de
France_, t. XXV, p. 450.)

[21] Il existe une _Vie de Maria Calderona_, imprimée à Genève en 1690.
Il n'y est nullement fait mention de son aventure avec le duc de
Medina-de-las-Torres. Le Roi s'en éprit du jour où elle débuta sur la
scène. Elle n'avait point de beauté, mais infiniment de grâce, d'esprit
et de charme dans la voix. Néanmoins, la version que donne madame
d'Aulnoy était fort accréditée en Espagne.

[22] Cette fable était répandue par les partisans de Don Juan qui
aspira, à ce qu'il semble, un instant à la couronne malgré sa bâtardise.
Une lettre de Louis XIV au chevalier de Gremonville témoigne que
l'opinion générale acceptait le récit dont parle madame d'Aulnoy.
(_Négociations relatives à la succession d'Espagne_, t. III, p. 390.)

[23] Les reines d'Espagne, à la mort de leurs époux, se retiraient dans
le couvent de las Descalzas Reales et, par un usage bizarre, les
maîtresses du Roi étaient obligées d'en faire autant lorsqu'il venait à
se séparer d'elles.

[24] A l'âge de quatre ans, le roi Charles II pouvait à peine marcher et
parler. Il était debout, dit l'archevêque d'Embrun, appuyé sur les
genoux de la señora Miguel de Texada, menine qui le soutenait par les
cordons de sa robe. Il porte sur sa tête un petit bonnet à l'anglaise
qu'il n'a pas la force d'ôter, ainsi qu'il l'aurait fait autrement
lorsque je m'approchai de lui avec M. le marquis de Bellefond. Nous n'en
pûmes tirer aucune parole, sinon celle qu'il me dit: _cubrios_, et sa
gouvernante, qui était à la droite de la menine, fit quelques réponses à
nos compliments. Il est extrêmement faible, le visage blême et la bouche
tout ouverte, ce qui marque quelque indisposition de l'estomac, ainsi
que les médecins en demeurent d'accord; et quoique l'on dise qu'il
marche sur ses pieds et que la menine le tient seulement par les cordons
pour l'empêcher de faire un mauvais pas, j'en douterais fort, et je vis
qu'il prit la main de sa gouvernante pour s'appuyer en se retirant.
Quoiqu'il en soit, les médecins jugent mal de sa longue vie, et il
semble que l'on prend ici ce fondement pour règle de toutes les
délibérations. (_Négociations relatives à la succession d'Espagne_, t.
I.)

[25] Le maréchal de Gramont fait en ces termes le portrait de la nation
espagnole: Nation, dit-il, fière, superbe et paresseuse. La valeur lui
est assez naturelle, et j'ai souvent ouï dire au grand Condé qu'un
Espagnol courageux avait encore une valeur plus fine que les autres
hommes. La patience dans les travaux et la constance dans l'adversité
sont des vertus que les Espagnols possèdent au dernier point. Les
moindres soldats ne s'étonnent que rarement des mauvais événements....
Leur fidélité pour le Roi est extrême et louable au dernier point. Quant
à l'esprit, ou voit peu d'Espagnols qui ne l'aient vif et agréable dans
la conversation, et il s'en trouve dont les saillies (agudezas) sont
merveilleuses. Leur vanité est au delà de toute imagination, et, pour
dire toute la vérité, ils sont insupportables à la longue à toute autre
nation, n'en estimant aucune dans le monde que la leur seule.... Leur
paresse et l'ignorance, non-seulement des sciences et des arts, mais
quasi-généralement de tout ce qui se passe de l'Espagne, vont presque de
pair et sont inconcevables. (_Collection des Mémoires relatifs à
l'Histoire de France_, t. XXXI, p. 524.)

[26] L'incurie espagnole a perpétué jusqu'à nos jours un règlement du
dix-septième siècle, qui avait pour but de faciliter les diverses
professions. Ce règlement s'appliquait alors avec une telle rigueur, que
l'aubergiste du Hollandais Van Aarsen de Sommerdyck fut traduit en
justice pour avoir engraissé des volailles qu'il destinait à la table de
ses hôtes. La police se mêlait, on le voit, des moindres détails.

[27] Chaque église avait ainsi sa légende. Le conseiller Bertault fut
invité à faire ses oraisons devant une cage de poules merveilleuses que
l'on conservait dans l'église de San Domingo de la Calzada, près de
Najera. Au dire du sacristain, un homme qui avait été pendu et qui, pour
le bon exemple, était depuis plusieurs années resté accroché à la
potence, appela de toutes ses forces un passant et le pria d'aller chez
le corrégidor pour obtenir qu'il fût décroché de sa potence, et qu'il
pût aller expliquer par quelle suite d'erreurs il avait été condamné. Le
passant trouva le corrégidor fort incrédule; c'était, à ce qu'il semble,
un esprit fort frisant l'hérétique. Il répondit qu'il croirait à ce
miracle si le poulet rôti qu'on venait de lui servir venait à
ressusciter. A l'instant, le poulet se dressa sur ses pattes et se mit à
chanter. Le corrégidor, touché cette fois, courut à la potence, délivra
son homme dont l'innocence ne tarda pas à être établie. En souvenir de
cette intervention de Dieu, le poulet fut précieusement recueilli, placé
comme une relique dans l'église, et devint l'auteur de la vénérable
famille que le conseiller Bertault avait sous les yeux. (_Journal d'un
Voyage en Espagne_, p. 17.)

[28] Les Velasco, ducs de Frias.

[29] Le besoin du vrai, si repoussant qu'il soit, dit un de nos
contemporains, est un trait caractéristique de l'art espagnol: l'idéal
et la convention ne sont pas dans le génie de ce peuple, dénué
complètement d'esthétique. La sculpture n'est pas suffisante pour lui;
il lui faut des statues coloriées, des madones fardées et revêtues
d'habits véritables. Jamais, à son gré, l'illusion matérielle n'a été
portée assez loin, et cet amour effréné du réalisme lui a fait souvent
franchir le pas qui sépare la statuaire du cabinet de figures de cire de
Curtius.

Le célèbre Christ si révéré de Burgos, que l'on ne peut faire voir
qu'après avoir allumé des cierges, est un exemple frappant de ce goût
bizarre. Ce n'est plus de la pierre, du bois enluminé: c'est une peau
humaine (on le dit, du moins), rembourrée avec beaucoup d'art et de
soin. Les cheveux sont de véritables cheveux; les yeux ont des cils, la
couronne d'épines est en vraies ronces, aucun détail n'est oublié. Rien
n'est plus lugubre et plus inquiétant à voir que ce long fantôme
crucifié, avec son faux air de vie et son immobilité morte; la peau,
d'un ton rance et bistré, est rayée de longs filets de sang si bien
imités, qu'on croirait qu'il ruisselle effectivement. Il ne faut pas un
grand effort d'imagination pour ajouter foi à la légende, qui raconte
que ce crucifix miraculeux saigne tous les vendredis. Au lieu d'une
draperie enroulée et volante, le Christ de Burgos porte un jupon blanc
brodé d'or qui lui descend de la ceinture aux genoux; cet ajustement
produit un effet singulier, surtout pour nous qui ne sommes pas habitués
à voir Notre-Seigneur ainsi costumé. Au bas de la croix sont enchâssés
trois œufs d'autruche, ornement symbolique dont le sens m'échappe, à
moins que ce ne soit une allusion à la Trinité, principe et germe de
tout. (Théophile Gautier, _Voyage en Espagne_, p. 50.)

[30] Les historiens, entre autres Dunlope, attribuent la répression des
troubles de Sicile, les uns au comte de San Estevan, les autres au
marquis de Las-Navas. Il est facile de les mettre d'accord; ces deux
titres appartenaient au même personnage, Don Francisco de Benavides de
la Cueva Davila y Torella, neuvième comte de San Estevan del Puerto,
marquis de Solera et de Las-Navas, comte de Concentaina et de Risco,
capitaine général de Sardaigne, puis de Sicile et de Naples. Revenu en
Espagne en 1696, il fut nommé conseiller d'État, cavallerizo mayor, puis
mayordomo mayor; la même année, il se couvrit devant le Roi.

[31] Le Roi d'Espagne n'était représenté à Messine que par le
_Stradico_, dont la nomination lui était réservée. Toutes les affaires
passaient par les mains des sénateurs élus par la noblesse et le peuple
et les jurats qui représentaient les vingt métiers de la bourgeoisie. La
ville avait des priviléges considérables qu'elle prétendait remonter au
temps d'Arcadius; entre autres, elle déterminait ses impôts et exerçait
une juridiction sans appel sur tout le territoire environnant. Restée
fidèle au Roi d'Espagne lors de l'insurrection de 1647, elle avait
obtenu à cette époque le monopole des soies de Sicile. Ce monopole
souleva de telles plaintes, que le Roi Charles II se vit dans la
nécessité de l'abolir. La ville de Messine, à son tour, envoya des
députés porter ses plaintes à Madrid et eut l'étrange idée de demander
pour eux le traitement accordé aux ambassadeurs des têtes couronnées.
Charles II repoussa cette prétention et, de plus, il maintint sa
décision première. Il en était résulté à Messine un sentiment
d'irritation qu'étaient venus aggraver des démêlés avec le Stradico, Don
Luis de Hojo. Ce personnage, usant de la politique habituelle aux
Espagnols, mit la faction populaire des Merli aux prises avec la faction
aristocratique des Malvezzi. Les Malvezzi, poussés à bout, appelèrent à
leur aide la flotte française, qui, après avoir occupé quelque temps la
ville, dut s'éloigner et abandonna ainsi Messine à la vengeance du Roi
d'Espagne.

[32] Madame d'Aulnoy exagère en cette circonstance les rigueurs de
l'Espagne. L'amnistie accordée par le Roi fut respectée; mais, trois
mois après l'entrée des troupes espagnoles à Messine, un complot ourdi
dans le but de livrer la ville aux Turcs amena une répression infiniment
plus violente que la première. Vingt habitants furent condamnés à mort,
soixante aux galères, quarante au bannissement. Les biens des fugitifs
furent confisqués et les priviléges de la ville modifiés, ainsi que le
dit madame d'Aulnoy.

[33] La situation des Vice-Rois en Espagne, il faut le dire, n'était pas
facile. En Sicile, de même que dans les autres contrées soumises à la
couronne d'Espagne, ils avaient à tenir compte de priviléges qui les
arrêtaient à chaque pas. Les provinces, les villes, les corporations, le
clergé, la noblesse, avaient les leurs et les défendaient opiniâtrément;
il était impossible de leur faire entendre raison. Pour se maintenir
pendant quelques années, les Vice-Rois étaient obligés de s'appuyer tour
à tour sur Palerme contre Messine, ou sur Messine contre Palerme; de
gagner à tout prix les magistrats influents et d'ajourner la solution
des questions les plus délicates. Les fonctionnaires révocables leur
étaient dévoués; ceux qui étaient inamovibles leur faisaient subir une
opposition tracassière, attribuant toutes les mesures utiles à leur
influence personnelle, tandis qu'ils imputaient les décisions
impopulaires au mépris que l'on faisait de leurs conseils. Les deux
partis en appelaient fréquemment au _Conseil d'Italie_, et la lutte qui
avait commencé en Sicile se continuait à Madrid. Toujours acharnés
contre leur ennemi, les Siciliens appuyaient leurs plaintes par des
présents et des menaces, et ils finissaient ordinairement par obtenir
une enquête dont le résultat était le rappel du Vice-Roi. (Weiss, t. I,
p. 216.)

[34] Cet usage est un vestige des mœurs arabes. Les pèlerins musulmans
laissent de semblables témoignages de leur dévotion dans les lieux
saints qu'ils visitent.

[35] Ainsi que nous l'avons dit, les Basques ne laissaient pas le Roi
amener des troupes étrangères dans leur pays et se chargeaient de le
défendre eux-mêmes.

[36] La marquise de Los-Rios est l'héroïne de l'histoire romanesque
qu'on lira plus loin. Son nom est donc imaginaire; mais les détails que
madame d'Aulnoy mentionne à l'occasion de sa rencontre avec cette dame
sont parfaitement réels.

[37] Le duc de Saint-Simon, lorsqu'il alla visiter la Reine douairière
d'Espagne, fut frappé de l'aspect lugubre du deuil que portait la
duchesse de Liñares. «Son habit m'effraya, dit-il; il était tout fait de
veuve et ressemblait en tout à celui d'une religieuse.» (_Mémoires_, t.
XVIII, p. 258.)

[38] Ce monastère, le plus noble et le plus riche de l'Espagne, fut
dévasté par l'armée française en 1811. Les tombeaux furent ouverts pour
y chercher des trésors. Les squelettes et les linceuls jonchaient le
pavé de l'église au moment du passage de Napoléon. (_Mémoires du comte
Miot de Melito_, t. III, p. 22.)

[39] Les Dames de Saint-Jacques se consolaient fort de leur
claustration, si nous en jugeons par une bonne fortune scandaleuse que
s'attribue le conseiller Bertault lors de son séjour à Burgos.

[40] Madame d'Aulnoy entre par la suite dans beaucoup de détails sur ce
mariage, et nous nous réservons de donner, à ce moment, les détails
nécessaires sur ces familles.

[41] Les Omodeï étaient issus d'une famille de jurisconsultes italiens.
A ce double point de vue, ils ne semblaient pas en Espagne dignes des
honneurs de la grandesse. Néanmoins, le marquis se couvrit devant le Roi
le 20 mars 1679.

[42] Les noms sont parfois tellement altérés dans le texte de madame
d'Aulnoy, qu'ils en deviennent méconnaissables; nous les donnons alors
tels quels.

[43] Tel était bien, d'après la tradition, le sens du fuero de Sobrarbe.
L'existence de ce fuero ne saurait être contestée en elle-même, car on
en retrouve des fragments dans divers documents; mais ces fragments, en
réalité, ne disent rien de semblable; néanmoins, personne ne révoquait
en doute une tradition qui s'accordait parfaitement avec les sentiments
et les idées des Aragonais. Nous voyons le secrétaire d'État, Antonio
Perez, lors de ses démêlés avec Philippe II, s'appuyer sur cette donnée
pour soulever les passions populaires et citer fort au hasard, mais sans
rencontrer de contradicteur, la formule que madame d'Aulnoy répète et
que tant d'autres ont répétée après elle.

[44] Il nous faut ici relever une erreur.

De temps immémorial, les Ricoshombres possédaient des priviléges qui,
selon l'expression de Don Alonzo III, les égalaient à des souverains. De
là des luttes continuelles avec les Rois d'Aragon. Don Pedro II et Don
Jayme-el-Conquistador, entre autres, s'efforcèrent de restreindre la
puissance de leurs barons. Appuyés sur le clergé et les villes, ils
l'emportèrent en diverses circonstances. Mais les barons prirent leur
revanche et contraignirent le Roi Don Alonzo III à signer les deux
chartes connues dans l'histoire d'Aragon sous le nom de Fueros de la
Union. Ces chartes réduisaient à néant l'autorité royale, en donnant aux
barons le droit de revendiquer leurs priviléges par la force des armes.
Don Pedro IV, surnommé el Ceremonioso, el Cruel, et plus souvent encore
el del Punyalete, renouvela la lutte et battit les barons à Epila en
1348. Il réunit ensuite les Cortès à Saragosse et déchira en leur
présence les chartes de la Union avec son poignard. S'étant blessé à la
main, il laissa couler son sang sur le parchemin, et prononça ces
paroles restées célèbres: «Les chartes qui ont coûté tant de sang
doivent être biffées avec le sang d'un Roi.» Cette particularité, bien
qu'elle ne soit pas mentionnée dans les Mémoires du Roi, semble avérée,
elle lui valut le surnom bizarre de el del Punyalete. Don Pedro IV ne
modifia, du reste, en aucune façon la constitution du royaume d'Aragon.

[45] Ces détails ne donnent qu'une idée vague des priviléges des
Aragonais. Nous ne saurions les compléter en quelques lignes et nous
nous réservons d'en parler plus loin. (Appendice _B._)

[46] L'Espagne entière était infestée de brigands organisés par bandes.
Les environs de Madrid, entre autres, étaient parcourus par trois
quadrilles de voleurs, qui arrêtaient souvent les courriers d'ambassade.
Le désordre était tel qu'ils étaient aidés dans leur besogne par le
régiment d'Aytona, qu'on fut obligé d'éloigner pour ce motif; le
véritable repaire de ces brigands était la région montagneuse de la
Catalogne et de l'Aragon. C'était là que se retiraient tous ceux qui
avaient maille à partir avec la justice. Ils nommaient cet exil, dit
l'historien Mello, _Andar al Trabajo_ (aller au travail). Ils se
divisaient en quadrilles ou escouades régulièrement organisés et
commandés par des chefs déterminés. Ces chefs s'accoutumaient ainsi à la
guerre de partisans, passaient ensuite dans les armées et y obtenaient
souvent les grades les plus élevés. Leurs hommes portaient en
bandouillère une courte arquebuse, point d'épée, point de chapeau, mais
un bonnet dont la couleur indiquait l'escouade à laquelle ils
appartenaient. Des espadrilles de corde à leurs pieds, une large cape de
serge blanche sur leurs épaules, un pain et une gourde d'eau suspendus à
leur ceinture complétaient leur équipement. Il y avait alors peu de
Catalans qui, pour une cause ou pour une autre, n'eussent fait partie de
ces escouades et n'eussent ainsi détroussé les voyageurs et les
officiers du Roi. Nul n'y attachait la moindre honte; loin de là, au
milieu des troubles qui agitaient la province, la sympathie des
populations leur était acquise. Cette sympathie se retrouve dans la
littérature du temps, et les héros du théâtre de Calderon sont, pour la
plupart, des chefs de brigands.

[47] Ce château, dit le duc de Saint-Simon, est magnifique par toute sa
structure, son architecture, par son étendue, la beauté et la suite de
ses vastes appartements, la grandeur des pièces, le fer à cheval de son
escalier. Il tient au bourg par une belle cour fort ornée et par une
magnifique avant-cour, mais fort en pente, qu'il joint, quoiqu'il soit
bien plus élevé que le haut de l'amphithéâtre du bourg; le derrière de
ce château l'est encore davantage, tellement que le premier étage est de
plain-pied à un terrain qui, dans un pays où l'on connaîtrait le prix
des jardins, en ferait un très-beau, très-étendu, en aussi jolie vue que
ce paysage en peut donner sur la campagne et sur le vallon, avec un bois
tout joignant le château, au même plain-pied, dans lesquels on entrerait
par les fenêtres ouvertes en portes. Ce bois est vaste, uni, mais clair
et rabougri, presque tout de chênes verts, comme ils sont presque tous
dans la Castille. (_Mémoires_, t. XVIII, p. 344).

On voit qu'en dépit du proverbe français: Il est des châteaux en
Espagne, il en est même plusieurs et magnifiques aux environs de Madrid;
seulement, ils sont, en général, bâtis au milieu d'une petite ville;
d'autres sont de véritables forteresses, mais abandonnés.

[48] Il y a là quelque erreur. Les noms du comte de Lemos sont exacts,
mais il n'y eut pas d'alliance entre les comtes de Lemos et les ducs de
Najera. Les noms et titres de ces derniers sont aussi donnés de la
manière la plus incorrecte. Madame d'Aulnoy parle un peu plus loin des
deux filles du marquis del Carpio; or, le marquis del Carpio, comte-duc
d'Olivarez, n'eut qu'une fille, Dona Catalina de Haro y Sotomayor Guzman
de la Paz, qui épousa, en 1688, le duc d'Alva.

[49] Pimentel, qui est venu en France, dit le conseiller Bertault, et
qui a beaucoup d'esprit, n'a pris ce nom qu'à cause que son père a été
domestique de la maison des Pimentel, comtes de Benevente, et l'on n'en
fait pas grand cas en Espagne, quoiqu'il soit plus habile que la plupart
de ceux qui le méprisent. (_Relation de l'État et gouvernement
d'Espagne_, p. 48).

On voit également, par la relation de Van Aarsens, que les esprits à
Madrid étaient fort intrigués de l'hospitalité fastueuse que le Roi
d'Espagne accordait à la Reine Christine et de la présence de Pimentel
près de cette princesse. Les mémoires du temps donnent la clef de cette
affaire, mais elle n'a pas directement trait à la situation intérieure
de l'Espagne.

[50] Le maréchal de Bassompierre, qui se trouvait alors en Espagne,
rapporte cet événement à peu près dans les mêmes termes.

[51] Don Juan de Tassis y Peralta, deuxième comte de Villamediana,
correo-mayor. Son père, Don Juan de Tassis, avait été envoyé par
Philippe II en ambassade près du Roi d'Angleterre, Jacques Ier. Il
déploya en cette circonstance une si grande magnificence, qu'il y
dépensa deux cent mille écus de son bien. En récompense, Philippe II lui
accorda la grande maîtrise des postes pour trois générations. Nous le
voyons mêlé par cette raison à l'histoire du malheureux Infant Don
Carlos, qui lui fit demander des chevaux de poste pour fuir le Roi son
père, et se décela ainsi.

Le comte de Villamediana, son fils, était un des plus brillants
gentilshommes de son temps. Il avait de l'esprit, des lettres, et, ce
qui ne laisse pas de surprendre en Espagne, s'intéressait aux efforts
que faisait Don Luis de Gongora pour faire triompher une forme de style
analogue à celle que prônaient en France Voiture et Benserade. Grâce à
l'influence qu'exerçait le comte de Villamediana, la vieille école,
représentée par Lope de Vega, se vit abandonnée, au grand détriment de
la littérature espagnole.

Le comte de Villamediana fut tué, ainsi que le dit madame d'Aulnoy, et
le titre de correo-mayor passa au fils de sa sœur, le comte d'Oñate.

[52] La passion romanesque du comte de Villamediana pour la Reine laissa
de longs souvenirs à Madrid. Le Hollandais Van Aarsens rapporte les
mêmes circonstances que madame d'Aulnoy et semble les considérer comme
des faits que personne de son temps ne révoquait en doute.

[53] Doña Éléonor de Tolède, ainsi que Don Fernand de Tolède sont
vraisemblablement des personnages de fantaisie.

[54] Ces assertions ne sont pas toutes parfaitement exactes. Nous
consacrons à cette question une note spéciale qu'on trouvera plus loin.
(Appendice _C_.)

[55] Depuis l'an 1538, les procuradores des villes siégeaient seuls aux
Cortès de Castille. Les titulados en étaient donc réduits à quelques
distinctions honorifiques; ils n'en tiraient pas autrement
considération. Les Rois d'Espagne, en prodiguant les titres, les avaient
fort avilis. «En Espagne comme en France, dit le duc de Saint-Simon,
tout est plein de marquis et de comtes. Les uns de qualité grande ou
moindre, les autres canailles, ou peu s'en faut, pour la plupart. Ceux
d'ici de pure usurpation de titre, ceux d'Espagne, de concession de
titre. Mais cette concession ne les mène pas loin; ces titres ne donnent
aucun rang, et depuis qu'il n'y a plus d'étiquette et de distinction de
pièces chez le Roi, pour y attendre, ces titulados ne jouissent d'aucune
distinction. Les marquis et les comtes de qualité sont honorés et
considérés de tout le monde, selon leur naissance, leur âge, leur
mérite.... Ces autres marquis et comtes en détrempe sont méprisés autant
et plus que s'ils ne l'étaient pas.» (_Mémoires_, t. XIX, p. 22.)

[56] Voici, en ce qui touche les grands d'Espagne, quelques autres
détails d'étiquette. «Ils ont aux chapelles un banc couvert de tapis en
suite du Roi, et y sont salués autant de fois que le Roi. Ils sont
couverts aux audiences solennelles et publiques, et toutes les fois,
partout où le Roi l'est sans qu'il le leur dise. Ils sont traités de
cousins quand le Roi leur écrit.... Ils ont hors de Madrid, et dans les
lieux où le Roi se trouve, un tapis à l'église et doubles carreaux pour
les coudes et les genoux. Ils ont tous les honneurs civils et
militaires, la première visite du vice-roi et sa main chez lui....
Pareillement à l'armée, une garde et la main chez le général.... Les
femmes de grands ont chez la Reine des carreaux de velours en tout
temps, et leurs belles filles aînées de damas ou de satin; de même à
l'église pour se mettre à genoux, à la comédie pour s'asseoir et
maintenant des tabourets au bal, distinction d'aller par la ville à deux
et à quatre mules à traits très-longs.... Les grands ne cèdent à
personne, excepté ce que j'ai dit, au président du gouverneur de
Castille, du majordome-major du Roi, et rarement des cardinaux et des
ambassadeurs.... Les grands sont traités d'égaux chez les Électeurs et
les autres souverains, comme les souverains d'Italie; chez le Pape et
dans Rome, comme les princes de Soglio.» (_Mémoires du duc de
Saint-Simon_, t. III, p. 288 à 302.)

[57] Le mot véritablement castillan est _guapo_.

[58] La golille était une sorte de collet d'un aspect étrange et qui
caractérisait le costume espagnol. Elle avait été adoptée pour la
première fois par le Roi Philippe IV. Ce prince avait été même si fort
satisfait de cette heureuse idée, qu'il avait institué une fête destinée
à en perpétuer le souvenir. Le Roi et la cour se rendaient
processionnellement à la chapelle du pont de l'Ange Gardien, pour rendre
grâce au Ciel.

[59] Les grands d'Espagne, lorsqu'ils saluaient le Roi, faisaient encore
de notre temps une révérence semblable à celle des femmes.

[60] Tel est bien, en castillan, le sens du mot _puerto_, que les
Français traduisent par celui de port. La ville de
Saint-Jean-Pied-de-Port tire ainsi son nom du port des Pyrénées, à
l'entrée duquel elle se trouve. Les Espagnols, de même que les Maures,
avaient établi des péages et des douanes à ces passages de montagne.
Aussi les lois fiscales font-elles mention des dîmes des ports secs, par
rapport aux dîmes des ports de mer. En Andalousie, on avait conservé les
lignes de douane des cinq royaumes arabes qui avaient été successivement
conquis. Les relations de voyage et autres documents du temps parlent
souvent des entraves qui en résultaient pour le commerce.

[61] Les contemporains de madame d'Aulnoy étaient persuadés que Don
Carlos avait péri victime de la jalousie de Philippe II. Louville, au
dire de Saint-Simon, assista à l'ouverture du cercueil de ce prince, et
s'assura ainsi par ses yeux que l'infant avait été décapité. Néanmoins,
toute cette histoire doit être reléguée au rang des fables. La vérité
pure et simple est que Don Carlos avait hérité de la constitution
maladive de son aïeule, Jeanne la Folle. Les accès de fureur auxquels il
s'abandonna devinrent tels, que Philippe II se vit dans la nécessité de
le faire enfermer. Mais ce fut dans le palais même et avec tous les
égards dus à son rang. Le malheureux prince ne tarda pas à succomber.
Les seigneurs de sa maison assistèrent à ses derniers moments et à ses
obsèques; suivant l'usage du temps, le corps fut porté à visage
découvert à l'Escurial.

Après avoir lu les savantes recherches de M. Gachard et de M. de Mouy,
on est surpris de la crédulité des historiens qui, sans le moindre
motif, ont propagé la fable dont parle madame d'Aulnoy.

[62] Il faut ajouter à ces trois ordres, l'ordre de Monteza, dans le
royaume de Valence. Il était infiniment moins considérable que les
autres et ne comprenait que treize commanderies, rapportant l'une dans
l'autre 2,300 ducats.

[63] Madame d'Aulnoy place ici la très-longue liste des vice-royautés,
gouvernements, archevêchés et évêchés, que nous renvoyons à l'appendice
_D_.

[64] «En Espagne, dit Lope de Vega, tout le monde est si bien né, que la
nécessité de servir distingue seule le pauvre du riche.» Le propos de ce
cuisinier n'a donc rien qui doive nous surprendre; il pouvait être
parfaitement un hidalgo. Le comte de Froberg, voyageant en Espagne et
cherchant un domestique, vit entrer chez lui un homme des montagnes du
Santander, auquel il dit d'aller chercher ses certificats. Cet homme, ne
comprenant pas ce qu'on lui demandait, rapporta les titres les plus
authentiques de noblesse depuis le roi Ordono II. (Weiss, t. II, p.
257.)

[65] On s'est persuadé d'âge en âge que l'Espagne avait été riche et
prospère à une époque antérieure. En réalité, elle a eu toujours cet
aspect misérable qu'on lui voit de nos jours. Nous en trouvons la preuve
dans le voyage du Vénitien Navagero, qui écrivait en 1526, époque où le
Pérou n'attirait pas encore les commerçants en Amérique, et où les
effets si funestes de la domination des rois austro-bourguignons ne se
faisaient pas encore sentir. Il nous montre la Catalogne dépeuplée et
pauvre en produits agricoles, l'Aragon désert et peu cultivé partout où
ce pays n'est pas vivifié par le cours des rivières. Les anciens canaux,
si nécessaires à la prospérité publique, tombant en ruine dans les
environs des villes peuplées, telles que Tolède; dans le reste de la
Castille, plusieurs grandes étendues de déserts, dans lesquels on ne
trouvait quelquefois qu'une venta ordinairement inhabitée, ressemblant
plus à un caravansérail qu'à une auberge. (Ranke, _l'Espagne_ p. 417.)

[66] Au dire du duc de Noailles, une des amulettes les plus curieuses de
cette époque, était la clochette que les Espagnols portaient pour se
garantir des atteintes de la foudre. Surpris en route par un orage, le
Roi Philippe V vit les seigneurs qui l'accompagnaient tirer leurs
clochettes et les faire tinter. Le fou rire que causa au Roi ce
carillon, fut considéré par les Espagnols comme la preuve d'une force
d'âme dont ils lui firent grand honneur (_Collection des Mémoires_, t.
XXXIV, p. 92.)

[67] La religion des Espagnols était fort grossière, leur esprit
nullement enclin aux controverses; aussi l'Inquisition avait-elle plus
affaire à des Juifs qu'à des hérétiques proprement dits.

«Comme je passais à Logroño, dit le conseiller Bertault, on me dit qu'on
y avait mis depuis peu à l'Inquisition un gentilhomme de qualité qui
avait parlé et disputé un peu dessus la liberté et dessus la grâce. Mais
il est vrai qu'ils n'y en mettent guère de cette nature, à cause que
personne ne sait rien, et ainsi ils ne parlent guère de choses de
religion. Ils n'y mettent guère souvent que ceux qui sont soupçonnés de
morisme et de judaïsme, dont ils en prennent souvent qu'ils mènent par
les rues, avec une _coroca_, qui est une espèce de bonnet pointu et fort
haut de papier jaune et rouge, pour quoi on les appelle _encorocados_.
Le conseil et les officiers de l'Inquisition marchent devant en mules,
et les familiers après, et les _encorocados_ sont au milieu. On les mène
ainsi dans l'église des Dominicains, et on leur fait un grand sermon. Il
y en a d'autres qu'on fouette quand ils sont relaps, d'autres à qui l'on
ordonne _el sanbenito_. C'est une espèce d'étole qu'on les oblige de
porter à leur col, et on les appelle _sanbenitos_. On écrit les noms de
tous ceux qui ont été pris ainsi en l'année sur les murailles des
églises, avec des croix de Saint-André, et la plupart des églises
d'Espagne en sont pleines.» (_Relation de l'État d'Espagne_, p. 89.)

[68] En castillan, _rociar_.

[69] A un grand bal de la cour, donné par Philippe V, le duc de
Saint-Simon vit encore les dames assises sur le vaste tapis qui couvrait
le salon. (_Mémoires_, t. VIII, p. 310.)

[70] L'usage d'avoir tant de domestiques était une conséquence des
majorats. «Il ne faut pas oublier que les héritiers de ces majorats
héritent de tous les domestiques, femmes et enfants, de ceux dont ils
héritent, de manière que, par eux-mêmes et par succession, ils s'en
trouvent infiniment chargés. Outre le logement, ils leur donnent une
ration par jour, et à tous ceux qui peuvent loger chez eux, deux tasses
de chocolat. Du temps que j'étais en Espagne, le duc de Medina-Celi,
qui, à force de successions accumulées dont il avait hérité, était onze
fois grand, avait sept cents de ces rations à payer. C'est aussi ce qui
les consume.» (_Mémoires du duc de Saint-Simon_, t. III, p. 248.)

[71] C'est uniquement à la qualité de l'attelage que l'on reconnaît la
qualité des personnes que l'on rencontre dans les rues, et cela
s'aperçoit très-distinctement. Le Roi seul va à six chevaux; les grands
et les titulados à quatre chevaux, avec un postillon; les personnes d'un
rang inférieur, à quatre chevaux sans postillon; celles du commun, à
deux chevaux. Rien n'est plus réglé que ces manières d'aller. Le grand
nombre de personnes qui ont des postillons a peut-être été cause d'une
autre sorte de distinction. C'est d'avoir des traits de corde,
très-vilains, pour toutes conditions, mais qui sont courts, longs,
très-longs, suivant le rang des personnes.... Les cochers sont d'une
adresse qui me surprenait toujours à tourner court et dans les lieux les
plus étroits, sans jamais empêtrer ni embarrasser les traits les plus
longs. (_Mémoires du duc de Saint-Simon_, t. III, p. 276.)

[72] Le duc d'Havré racontait une aventure à peu près semblable qui lui
était arrivée en émigration. Fort complimenteur, ainsi qu'il était
d'usage à Versailles, il s'avisa de louer la chaîne d'or que portait une
dame de la cour de Madrid. La dame s'empressa de l'ôter et de la lui
remettre, en ajoutant le compliment usité en pareille circonstance: «Es
a la disposicion de V. M.» Le duc d'Havré prend la chaîne, s'extasie de
nouveau sur sa beauté et se dispose à la rendre. La dame se recule en
faisant une révérence et lui répète ces mêmes paroles: «Es a la
disposicion de V. M.» Le duc était fort embarrassé et ne savait que
faire, lorsqu'un des assistants l'avertit qu'il ne pouvait plus s'en
dédire, qu'il devait garder la chaîne, sauf à faire à la dame, quelque
temps après, un présent de même valeur ou même plus considérable, s'il
le voulait.

[73] Ces nains étaient considérés comme un des ornements indispensables
à une grande maison. Aussi, n'en manquait-on pas à la cour. Ils y
jouissaient de priviléges singuliers, entre autres celui de monter dans
les carrosses du Roi avant les gentilshommes de la chambre, et se
croyaient le droit de dire tout ce qui leur passait par l'esprit. Ils
profitaient du peu d'attention qu'on leur prêtait pour observer ce qui
se passait, et se faisaient fort bien payer leur espionnage. Ce ne fut
pas pour Philippe V, dit le maréchal de Noailles, une petite affaire de
se débarrasser de cette «vermine de cour». (_Collection des Mémoires
relatifs à l'histoire de France_, t. XXXIV, p. 83.)

[74] Le comte de Charny était fils naturel de Gaston, duc d'Orléans. La
grande Mademoiselle s'était intéressée à lui, ainsi qu'on peut le voir
dans ses Mémoires.

[75] Le duc de Saint-Simon mentionne ainsi la camarera-mayor qui, à un
bal de la cour, tenait un grand chapelet découvert, causant et devisant
sur le bal et les danses, tout en marmottant ses patenôtres qu'elle
laissait tomber à mesure. (_Mémoires_, t. XVIII, p. 310.)

[76] Il s'agit ici du tantillo. Cet ajustement eut l'honneur de figurer
dans la correspondance de France avec Louis XIV. La Reine Louise de
Savoie, première femme de Philippe V, avait désiré que les dames du
palais fussent, comme elle, sans tantillo, parce qu'en le traînant, on
soulevait beaucoup de poussière. C'était du moins la raison que donnait
la princesse des Ursins. Cette innovation devint une affaire d'État.
Quelques maris poussaient l'extravagance jusqu'à dire qu'ils aimeraient
mieux voir leurs femmes mortes que de souffrir qu'on leur vît les pieds.
L'ambassadeur Blécourt écrivait gravement qu'une descente des Anglais
sur toutes les côtes d'Espagne causerait moins de trouble. Néanmoins, la
Reine finit par l'emporter, et les dames se trouvèrent si bien de la
mode nouvelle, qu'elles en arrivèrent par la suite à raccourcir
outrageusement leurs jupes. (_Mémoires du maréchal de Noailles_, t.
XXXIV, p. 118.)

[77] En cette circonstance, madame d'Aulnoy ne se méprend ni sur les
familles, ni sur leurs alliances; ce qui ne lui arrive pas toujours.

La duchesse de Terranova, héritière des biens immenses de son bisaïeul
Fernand Cortez, avait épousé Andrea Pignatelli, septième duc de
Monteleone. Elle en avait eu une fille, mariée au duc d'Hijar, et un
fils, le huitième duc de Monteleone. Ce dernier était mort du temps de
madame d'Aulnoy et avait laissé, entre autres enfants, une fille qui
allait épouser son grand-oncle Nicolo Pignatelli.

[78] La marquise de Villars, dans une de ses lettres, raconte à peu près
dans les mêmes termes le cérémonial qu'elle dut observer lorsqu'elle
reçut pour la première fois des visites. Ce fut la marquise d'Assera,
veuve du duc de Lerme, qui fit les honneurs de sa maison. «Je ne vous
dirai pas, dit la marquise, les pas comptés que l'on fait pour aller
recevoir les dames, les unes à la première estrade, les autres à la
seconde ou à la troisième; on les conduit dans une chambre couverte de
tapis de pied, un grand brasier d'argent au milieu. Toutes ces femmes
causent comme des pies dénichées, très-parées en beaux habits et
pierreries, hormis celles qui ont leurs maris en voyage. Une des plus
jolies, sans comparaison, était vêtue de gris pour cette raison. Pendant
l'absence de leurs maris, elles se vouent à quelque saint et portent
avec leurs habits gris ou blancs de petites ceintures de corde ou de
cuir. Nous étions toutes assises sur nos jambes sur ces tapis; car,
quoiqu'il y ait quantité d'almohadas ou carreaux, elles n'en veulent
point. Dès qu'il y a cinq ou six dames, on apporte la collation, qui
recommence une infinité de fois. (_Lettres de madame de Villars_, p.
95.)

[79] Cet usage, qui ne laisse pas que de surprendre une étrangère,
s'explique par les alliances continuelles des grandes familles d'Espagne
entre elles. Les Bourbons créèrent par la suite des grandesses en faveur
de personnages qui n'appartenaient pas à cette ancienne noblesse; le duc
de Losada, favori de Charles IV, était du nombre. Les grands d'Espagne
ne le tutoyaient pas, à son grand désappointement.

[80] Madame d'Aulnoy cite ce nom fort mal à propos. L'héritière du
marquisat d'Alcañizas était mariée au duc de Medina-de-Rioseco, amirante
de Castille.

[81] Le conseiller Bertault fait également mention de cette étrange
mode.

[82] Madame d'Aulnoy cite par erreur le nom du marquis de la Cueva. Ce
fut le marquis de Bedmar, ambassadeur de Philippe III à Venise, le
marquis de Villafranca, gouverneur de Milan, et le duc d'Osuna, Vice-Roi
de Naples, qui ourdirent ce complot d'autant plus extraordinaire que le
roi d'Espagne paraît n'en avoir pas été instruit, et que la république
de Venise se borna à arrêter les agents du marquis de Bedmar et ne se
plaignit pas à l'Europe de cet attentat. Cet événement appartient
surtout à l'histoire d'Italie. Nous nous bornons donc à la rapporter en
termes généraux et à faire remarquer la crédulité de madame d'Aulnoy en
ce qui touche les verres ardents de ces lunettes.

[83] Les _bucaros_ sont des espèces de pots de terre rouge d'Amérique,
assez semblable à celle dont sont faites les cheminées des pipes
turques; il y en a de toutes formes, de toutes grandeurs; quelques-uns
sont relevés de filets, de dorure et semés de fleurs grossièrement
peintes. Comme on n'en fabrique plus en Amérique, les bucaros commencent
à devenir rares, et dans quelques années seront introuvables et fabuleux
comme le vieux sèvres; alors tout le monde en aura.

Quand on veut se servir des bucaros, on en place sept ou huit sur le
marbre des guéridons ou des encoignures, on les remplit d'eau et on va
s'asseoir sur un canapé pour attendre qu'ils produisent leur effet et
pour en savourer le plaisir avec le recueillement convenable. L'argile
prend alors une teinte plus foncée, l'eau pénètre ses pores, et les
bucaros ne tardent pas à entrer en sueur et à répandre un parfum qui
ressemble à l'odeur du plâtre mouillé ou d'une cave humide qu'on
n'aurait pas ouverte depuis longtemps. Cette transpiration des bucaros
est tellement abondante, qu'au bout d'une heure, la moitié de l'eau
s'est évaporée; celle qui reste dans le vase est froide comme la glace
et a contracté un goût de puits et de citerne assez nauséabond, mais qui
est trouvé délicieux par les aficionados. Une demi-douzaine de bucaros
suffit pour imprégner l'air d'un boudoir d'une telle humidité, qu'elle
vous saisit en entrant; c'est une espèce de bain de vapeur à froid. Non
contentes d'en humer le parfum, d'en boire l'eau, quelques personnes
mâchent de petits fragments de bucaros, les réduisent en poudre et
finissent par les avaler. (T. Gautier, _Voyage en Espagne_.)

[84] Ces belons ne sont autres que des lampes romaines montées sur un
pied plus ou moins élevé. On en retrouve encore dans les ventas.

[85] Le Roi, dit le duc de Saint-Simon, n'entreprend jamais de vrais
voyages, et cela depuis un temps immémorial, qu'il n'aille en cérémonie
faire ses prières devant cette image, ce qui ne s'appelle point
autrement qu'aller prendre congé de Notre-Dame d'Atocha. Les richesses
de cette image en or, en pierreries, en dentelles, en étoffes
somptueuses, sont prodigieuses. C'est toujours une des plus grandes et
des plus riches dames qui a le titre de sa dame d'atours, et c'est un
honneur fort recherché, quoique très-cher, car il lui en coûte quarante
mille et quelquefois cinquante mille francs, pour la fournir de
dentelles et d'étoffes qui reviennent au couvent.

Je ne vis jamais moines si gros, si grands, si grossiers et si rogues.
L'orgueil leur sortait par les yeux et toute leur contenance; la
présence de Leurs Majestés ne l'affaiblissait point. Ce qui me surprit à
n'en pas croire mes yeux, fut l'arrogance et l'effronterie avec
lesquelles ces maîtres moines poussaient leurs coudes dans le nez des
dames et dans celui de la camarera-mayor comme des autres, qui toutes à
ce signal baisaient leurs manches, redoublaient après leurs révérences,
sans que le moine branlât le moins du monde. (_Mémoires du duc de Saint
Simon_, t. XIX, p. 90.)

[86] L'indévotion de quelques Espagnols et leur mascarade de religion
est une chose qui ne se peut comprendre, dit le maréchal de Gramont.
Rien n'est plus risible que de les voir à la messe, avec de grands
chapelets pendus à leurs bras, dont ils marmottent les patenôtres en
entretenant tout ce qui est autour d'eux, et songeant par conséquent
médiocrement à Dieu et à son Saint-Sacrifice. Ils se mettent rarement à
genoux à l'élévation; leur religion est toute des plus commodes, et ils
sont exacts à observer tout ce qui ne leur donne point de peine. On
punirait sévèrement un blasphémateur du nom de Dieu et une personne qui
parlerait contre les saints et les mystères de la foi, parce qu'il faut
être fou, disent-ils, pour commettre un crime qui ne donne point de
plaisir; mais pour ne bouger des lieux les plus infâmes, manger de la
viande tous les vendredis, entretenir publiquement une trentaine de
courtisanes et les avoir jour et nuit à ses côtés, ce n'est pas
seulement matière de scrupule pour eux. (_Collection des mémoires
relatifs à l'histoire de France_, t. XXXI, p. 324.)

[87] Il s'agit ici de la bulle de la croisade. Cette bulle fut accordée
par les Papes aux Espagnols, lors de leurs guerres contre les Arabes.
Elle fut renouvelée à diverses époques, entre autres sous le pontificat
de Pie II, en 1459. C'est même le premier titre que l'on en connaisse.
Lorsque les Arabes furent expulsés d'Espagne, les Papes continuèrent à
accorder les mêmes indulgences, notamment celle de manger le samedi les
issues des animaux. On en trouve la raison dans l'extrême difficulté de
se procurer du poisson. La dispense devait être achetée par une aumône
calculée sur la richesse des trois classes: des Excellences, des
Illustres et des personnages du commun. Le produit total de ces aumônes
devait être employé à des usages pieux, entre autres à la guerre contre
les infidèles. Les Rois d'Espagne étant toujours aux prises avec les
Turcs, les papes leur concédèrent la moitié des fonds provenant de la
bulle. Charles-Quint organisa même un conseil (_Consejo de la Santa
Cruzada_) pour en surveiller le recouvrement.

[88] Toutes les femmes sont parées et courent d'église en église toute
la nuit, hors celles qui ont trouvé dans la première où elles ont été ce
qu'elles y cherchaient, car il y en a plusieurs qui, de toute l'année,
ne parlent à leurs amants que ces trois jours-là. (_Lettres de madame de
Villars_, p. 123.)

[89] Sous le règne de Ferdinand VII, les pénitents se donnaient la
discipline dans une crypte obscure de l'église de San-Blas, à Madrid. Le
comte de Laporterie, vieil émigré français, resté au service d'Espagne,
eut la malencontreuse idée de se glisser dans cette crypte pour assister
à ce spectacle. Il fut découvert et chassé après avoir reçu bon nombre
de coups de discipline. Cette macération involontaire le rendit la fable
de tout Madrid.

[90] Il existait un duc, et non pas un marquis de Villahermosa.

[91] Il n'y a là rien d'impossible. Les Turcs en faisaient autant par
simple bravade. Le Baile vénitien, G. B. Donado, parle, dans la relation
de son ambassade (1688), d'un cavalier de son escorte qui, nu jusqu'à la
ceinture et couvert de sang, portait sa masse d'arme enfilée dans la
peau de son dos. Rien, au dire des Turcs, n'égalait une telle
galanterie.

[92] Après le dîner, dit le maréchal de Bassompierre, je fus en une
maison de la Calle-mayor que l'on m'avait préparée pour voir passer la
procession de las Cruces, qui est certes très-belle. Il y avait plus de
cinq cents pénitents qui traînaient de grosses croix, pieds nus, à la
ressemblance de celle de Notre-Seigneur, et de vingt croix en vingt
croix, il y avait, sur des théâtres portatifs, des représentations
diverses au naturel de la Passion.

Le jeudi saint, on fit, l'après-dîner, la grande procession des
pénitents, où il y eut plus de deux mille hommes qui se fouettèrent.
J'approuvai fort qu'avec les cloches qui cessent, les carrosses cessent
d'aller par la ville; on ne va plus à cheval, ni les dames en chaises.
On ne porte plus d'épée et aucun ne s'accompagne de sa livrée. Il se
fait aussi cette nuit-là beaucoup de désordres que je n'approuvai pas.
(_Collection des mémoires relatifs à l'histoire de France_, t. XX, p.
156.)

[93] François Ier fut, en effet, enfermé dans une maison, au centre
de Madrid. Mais soit qu'on ne l'y trouvât pas en sûreté, soit qu'on
voulût ébranler sa constance en le resserrant plus étroitement, on le
transféra au palais. Le duc de Saint-Simon parvint à voir sa prison. «La
porte en était prise dans l'épaisseur de la muraille et si bien cachée,
qu'il était impossible de l'apercevoir. Cette porte donnait accès sur
une espèce d'échelle de pierre d'une soixantaine de marches fort hautes,
au haut desquelles on trouvait un petit palier qui, du côté du
Mançanares, avait une fort petite fenêtre bien grillée et vitrée; de
l'autre côté, une petite porte à hauteur d'homme et une pièce assez
petite, avec une cheminée, qui pouvait contenir quelque peu de coffres
et de chaises, une table et un lit. Continuant tout droit, on trouvait
au bout de ce palier quatre ou cinq autres marches, aussi de pierre, et
une double porte très-forte, avec un passage étroit entre deux, long de
l'épaisseur du mur d'une fort grosse tour. La seconde porte donnait dans
la chambre de François Ier, qui n'avait point d'autre entrée et de
sortie. Cette chambre n'était pas grande, mais accrue par un enfoncement
sur la droite en entrant, vis-à-vis de la fenêtre assez grande pour
donner du jour suffisamment, vitrée, qui pouvait s'ouvrir pour avoir de
l'air, mais à double grille de fer, bien forte et bien ferme, scellée
dans la muraille des quatre côtés. Elle était fort haute du côté de la
chambre, donnait sur le Mançanares et sur la campagne au delà. A côté de
la chambre, il y avait un recoin qui pouvait servir de garde-robe. De la
fenêtre de cette chambre, au pied de la tour, il y a plus de cent pieds,
et tant que François Ier y fut, deux bataillons furent nuit et jour
de garde, sous les armes, au pied de la tour.» (_Mémoires du duc de
Saint-Simon_ t. XIX, p. 207.)

[94] Cette magnificence, dont il ne reste plus le moindre vestige, est
attestée par les auteurs espagnols aussi bien que par les étrangers qui
visitèrent l'Espagne à cette époque. «Il fallait aux grands, dit
Navarrete, les meubles les plus somptueux, des lambris dorés, des
cheminées en jaspe, des colonnes de porphyre, des cabinets remplis
d'objets rares et coûteux, des tables d'ébène incrustées de pierres
précieuses. Les pots de fleurs en argile furent remplacés par des vases
d'argent. Ils ne voulurent plus des tapis qui naguère suffisaient à des
princes, ils dédaignèrent les cuirs dorés et les taffetas d'Espagne qui
étaient recherchés dans tous les pays d'Europe. Au lieu des tentures
grossières dont se contentaient leurs ancêtres, ils faisaient venir à
grands frais des tapisseries de Bruxelles. Ils faisaient peindre à
fresque les murs de leurs appartements qui n'étaient pas ornés des
tapisseries les plus précieuses. La plupart de leurs vêtements étaient
tirés de l'étranger. Ils avaient apporté des manteaux anglais, des
bonnets de Lombardie, des chaussures d'Allemagne. Ils achetaient des
lins de Hollande, des toiles de Florence ou de Milan.» (Weiss, t. II, p.
128).

Il faut observer que Navarrette écrivait son livre de la _Conservacion_
_de la Monarquias_, vers le commencement du seizième siècle. L'affluence
des métaux précieux avait extraordinairement enrichi l'Espagne. Mais les
trésors de l'Amérique ne tardèrent pas à s'épuiser. Les dépenses
prodigieuses qu'entraînait la politique de Philippe II ruinèrent la
monarchie à ce point, qu'au temps de madame d'Aulnoy, on en était réduit
à falsifier les monnaies. Éblouie par ces restes de luxe qu'elle voyait
dans les demeures de Madrid, cette personne, assez frivole, ne se
doutait pas de la pauvreté réelle qui se cachait sous ses dehors.
Meilleur observateur, le marquis de Villars écrivait à la même époque
que les gens de qualité vendaient à bas prix leurs effets les plus
précieux, ne trouvant personne qui voulût leur avancer de l'argent. A
voir, ajoute-t-il, les riches meubles qui sortent de Madrid tous les ans
pour être transportés en pays étranger, on eût dit une ville livrée au
pillage.

[95] Il semble étrange qu'au milieu de leur détresse, les grands ne
songeassent pas à fondre ces masses d'argenterie; mais le fait
s'explique par cette circonstance, que les objets mobiliers tels que:
argenterie, tableaux, tapisseries, et autres objets de grande valeur,
étaient substitués et ne pouvaient pas plus être aliénés que les terres
de majorats. Ces meubles étaient désignés en ce cas sous le nom de
_alhagas vincutadas_. Madame d'Aulnoy, du reste, n'a pas exagéré ces
masses d'argenterie, et son dire est confirmé par celui du duc de
Saint-Simon. Il mentionne, entre autres, le palais du duc d'Albuquerque,
l'un des plus beaux et des plus vastes de Madrid, magnifiquement meublé
avec force argenterie, et jusqu'à beaucoup de bois de meubles qui, au
lieu d'être en bois, étaient en argent. (_Mémoires du duc de
Saint-Simon_, t. XVIII, p. 369.)

[96] Il y a ici quelque méprise. Les ducs de Frias étaient connétables
héréditaires de Castille.

[97] Il n'y a nul ornement dans les appartements, dit le duc de Gramont,
excepté le salon où le Roi reçoit les ambassadeurs. Mais ce qui est
admirable, ce sont les tableaux dont toutes les chambres sont pleines,
et les tapisseries superbes et beaucoup plus belles que celles de la
couronne de France, dont Sa Majesté Catholique a huit cents tentures
dans son garde-meuble; ce qui m'obligea de dire une fois à Philippe V,
lorsque depuis j'étais ambassadeur auprès de lui, qu'il en fallait
vendre quatre cents pour payer ses troupes, et qu'il lui en resterait
encore suffisamment de quoi meubler quatre palais comme les siens.
(_Collection des Mémoires relatifs à l'histoire de France_, t. XXXI, p.
317.)

Madame de Villars, dans une de ses lettres, nous décrit avec admiration
une de ces tapisseries: Le fond en est de perles, dit-elle; ce ne sont
point des personnages; on ne peut pas dire que l'or y soit massif, mais
il est employé d'une manière et d'une abondance extraordinaires. Il y a
quelques fleurs. Ce sont des bandes de compartiment; mais il faudrait
être plus habile que je le suis pour vous faire comprendre la beauté que
compose le corail employé dans cet ouvrage. Ce n'est point une matière
assez précieuse pour en vanter la quantité, mais la couleur et l'or qui
paraît dans cette broderie sont assurément ce qu'on aurait peine à vous
décrire. (_Lettres de madame de Villars_, p. 116.)

[98] De la cour du palais, on voit des portes à rez-de-chaussée. On y
descend plusieurs marches, au bas desquelles on entre en des lieux
spacieux, bas, voûtés, dont la plupart n'ont pas de fenêtres. Ces lieux
sont remplis de longues tables et d'autres petites, autour desquelles un
grand nombre de commis écrivent et travaillent sans se dire un seul mot.
Les petites sont pour les commis principaux, chacun travaille seul sur
sa table. Ces tables ont des lumières d'espace en espace, assez pour
éclairer dessus, mais qui laissent ces lieux fort obscurs. Au bout de
ces espèces de caves est une manière de cabinet un peu orné, qui a des
fenêtres sur le Mançanarez et sur la campagne, avec un bureau pour
travailler, des armoiries, quelques tables et quelques sièges. C'est la
_cavachuela_ particulière du secrétaire d'État, où il se tient toute la
journée et où on le trouve toujours.... Si on proposait de mener cette
vie à nos secrétaires d'État, même à leurs commis, ils seraient bien
étonnés, et je pense même indignés. (_Mémoires du duc de Saint-Simon_,
t. XIX, p. 96.)

Le conseil d'État, de même que les divers conseils de l'administration,
réglaient les affaires de leur compétence et se tenaient également au
palais, selon l'usage introduit par Philippe II; le Roi n'assistait,
jamais aux délibérations. Il était en mesure d'entendre tout ce qui se
disait, grâce à une fenêtre grillée où il pouvait se rendre de son
appartement, «ce qui tient un peu les ministres la croupe dans la volte,
dit le maréchal de Gramont, et les fait cheminer droit.» (_Collection
des Mémoires_, t. XXXI, p. 321.)

[99] Les appartements, dit le maréchal de Gramont, sont passablement
commodes, mais mal tournés et de mauvais goût, car les Espagnols n'en
ont aucun pour tout ce qui s'appelle meubles, jardins et bâtiments. Il y
avait trois ou quatre grandes salles pleines des plus beaux tableaux du
Titien et de Raphaël, d'un prix inestimable; mais, depuis la mort de
Philippe IV, la Reine, sa femme, prit en gré de les convertir en copies
et de faire passer en Allemagne tous les originaux qu'elle vendit quasi
pour rien. (_Collection des Mémoires relatifs à l'histoire de France_,
t. III, p. 317.)

[100] A la suite d'un de ces débordements du Mançanarez, la duchesse de
la Mirandole, sœur du marquis de Los Balbazes, fut trouvée noyée dans
son oratoire. Cette assertion du duc de Saint-Simon ne laisse pas que de
surprendre, nous devons le dire, car la ville de Madrid est fort élevée
au-dessus du lit du torrent.

[101] L'étiquette voulait, néanmoins, que le Roi se rendît parfois à
cette promenade, et la rigueur de l'étiquette était telle, que Philippe
IV s'y fit porter mourant. (_Négociations relatives à la succession
d'Espagne_, t. Ier, p. 367.)

[102] La galanterie de cette fête consiste principalement en
l'ajustement des femmes qui s'étudient d'y paraître avec éclat. Aussi
mettent-elles leurs plus beaux habits, et n'oublient ni leur vermillon
ni leur céruse. On les voit en diverses façons dans les carrosses de
leurs amants. Les unes ne s'y montrent qu'à demi et y sont, ou à moitié,
ou à rideaux tirés, ou s'y montrent à découvert et font parade de leurs
habits et de leur beauté. Celles qui ont des galants qui ne peuvent ou
ne veulent pas leur donner des carrosses, se tiennent sur les avenues du
cours.... C'est ici une partie de leur liberté, de demander
indifféremment à ceux qu'il leur plaît qu'ils leur payent des limons,
des oublies, des pastilles de bouche ou autres friandises. On voit de
plus, dans cette fête, quantité de beaux chevaux qui font parade de
leurs selles et des rubans dont ce jour-là on leur a paré le dos et le
crin. (_Voyage d'Espagne_, de Van Aarsens, p. 84.)

[103] «Laid à faire peur et de mauvaise grâce», écrit le marquis de
Villars à Louis XIV.

[104] Marie de Mancini était une de ces folles qui semblent plus encore
à plaindre qu'à blâmer. Elle inspira, on le sait, un innocent et
romanesque attachement au Roi Louis XIV, elle fut délaissée, s'éloigna
tout en larmes; arrivée en Italie, se trouva consolée, épousa le
connétable Colonne, jeune, aimable, magnifique, fait à peindre. Elle
mena à Rome une vie enchantée. Bals, comédies, cavalcades, parties
bruyantes, le connétable ne lui refusa rien, en dépit des usages sérieux
de la société romaine. Mais les frasques de Marie de Mancini finirent
par scandaliser; elle devint le point de mire des pasquinades; se
brouilla avec son époux, échappa par fortune aux galères du connétable
et aux corsaires turcs, arriva ainsi en France; fut invitée par le Roi à
se retirer dans un couvent, en sortit pour aller en Savoie, puis aux
Pays-Bas, où elle fut arrêtée, à la requête du connétable. Elle demanda
alors à être ramenée à Madrid. Elle se rencontra ainsi avec madame
d'Aulnoy et la marquise de Villars. Elle avait alors quarante ans, mais
n'en était pas plus raisonnable. «Elle s'est avisée, dit la marquise de
Villars, de prendre un amant qui est horrible, et il ne se soucie pas
d'elle. Elle veut me faire avouer qu'il est agréable et qu'il a quelque
chose de fin et de fripon dans les yeux.» Sur ces entrefaites, le
connétable la fit enfermer au château de Ségovie. Elle s'en échappa, se
réfugia chez sa belle-sœur, la marquise de Los Balbazes; puis, craignant
d'être livrée à son mari, elle alla demander un asile à l'ambassade de
France, fut chapitrée par la marquise de Villars et ramenée chez la
marquise de Los Balbazes. Elle demanda alors à entrer dans un couvent;
elle en sortit, puis y rentra pour en sortir de nouveau, et finit par
lasser ainsi la patience de ses meilleurs amis. Elle disparut enfin et
mourut en 1715, si fort ignorée, que le président de Brosses apprit avec
surprise que cette «_sempiternelle_» avait encore vécu de son temps.

[105] Ces personnes étaient, à ce qu'il paraît, d'un caractère fort
violent. Madame d'Aulnoy, suivant la pente de son caractère, les voit
sous un jour romanesque. Le Hollandais Van Aarsens les juge tout
autrement. «Elles contrefont, dit-il, et empruntent les transports d'un
amour véritable.» Le comte de Fiesque, qui, à son arrivée à Madrid,
donna fort sur le sexe, raconte comme une galanterie un trait que lui
joua une de ces bonnes pièces qui, en plein cours, lui sauta au poil, se
plaignant de son infidélité et le nommant _traydor_ et _picaro_, parce
qu'elle avait appris qu'il avait de nouvelles amours. M. de Mogeron, son
ami, éprouva la même aventure. (_Voyage d'Espagne_, p. 141.)

[106] Il y a deux salles qui s'appellent _corales_ à Madrid et qui sont
toujours pleines de tous les marchands et artisans qui quittent leurs
boutiques, s'en vont là avec la cape, l'épée et le poignard, et qui
s'appellent tous cavalieros, jusqu'aux savetiers, et ce sont ceux-là qui
décident si la comédie est bonne ou non, et, à cause qu'ils la sifflent
ou qu'ils l'applaudissent, qu'ils sont d'un côté et d'un autre en rang,
et que c'est comme une espèce de salve, on les appelle _mosqueteros_, et
la bonne fortune des auteurs dépend d'eux. On m'a conté d'un qui alla
trouver un de ces mosqueteros et lui offrit cent reales pour être
favorable à sa pièce. Mais il répondit fièrement que l'on verrait si la
pièce serait bonne ou non, et elle fut sifflée. (_Relation de l'État
d'Espagne_, p. 60.)

[107] Tous ceux qui ont été à Madrid assurent que ce sont les femmes qui
ruinent la plupart des maisons. Il n'y a personne qui n'entretienne sa
dame et qui ne donne dans l'amour de quelques courtisanes, et comme il
n'y en a point de plus spirituelles dans l'Europe et de plus effrontées,
dès qu'il y a quelqu'un qui tombe dans leurs rêts, elles le plument
d'une belle façon. Il leur faut des jupes de trente pistoles, qu'on
nomme des garde-pieds, des habits de prix, des pierreries, des carrosses
et des meubles. Et c'est un défaut de générosité, parmi cette nation, de
rien épargner pour le sexe.... On a quatre fêtes ici, ou processions
hors de la ville, qui sont comme autant de rendez-vous où elles essayent
de paraître. Alors, il faut que tous leurs galants leur fassent des
présents, et s'ils s'y oublient, tout est perdu et ils ne sont point
gens d'honneur. (_Voyage d'Espagne_, Van Aarsens, p. 50.)

Les mémoires du temps font mention de l'incroyable dissolution des
mœurs; de la dépense que les grands seigneurs faisaient pour les
comédiennes; de l'influence de la richesse et de la liberté de propos de
ces femmes. Elles se trouvaient en foule au palais lorsque le maréchal
de Gramont vint demander la main de l'infante, et ne lui permettaient
pas d'avancer. «Quant à moi, dit son fils, qui était fort beau, fort
jeune et fort paré, et qui marchait à ses côtés, je fus enlevé comme un
corps saint par les tapadas, lesquelles me prenaient à force après
m'avoir pillé tous mes rubans; peu s'en fallut qu'elles me violassent
publiquement.» (_Collection des Mémoires_, t. XXXI, p. 315.)

[108] Les combats de taureaux sont abandonnés maintenant à des gens qui
font leur profession de ce genre d'exercice; mais alors les plus grands
seigneurs se faisaient honneur de descendre dans l'arène. Madame de
Villars assista quelque temps après à un combat de taureaux, où
figurèrent six grands ou fils de grands d'Espagne. «C'est une terrible
beauté que cette fête, dit-elle, la bravoure des toréadors est grande,
aucuns taureaux épouvantables éprouvèrent bien celle des plus hardis et
des meilleurs. Ils crevèrent de leurs cornes plusieurs beaux chevaux, et
quand les chevaux sont tués, il faut que les seigneurs combattent à
pied, l'épée à la main, contre ces bêtes furieuses.... Ces seigneurs ont
chacun cent hommes vêtus de leurs livrées.» (_Lettres de madame de
Villars_, p. 112.)

Le duc de Saint-Simon cite parmi les toréadors les plus renommés de son
temps, le comte, puis duc de Los Arcos, grand écuyer de Philippe V.

[109] Les _rejones_ n'étaient autres que les _dscherids_ des Arabes,
javelines qu'on lançait de cheval et qui étaient, à ce qu'il paraît, une
arme redoutable. Les Espagnols les avaient empruntées aux Arabes et s'en
servaient encore à la guerre, du temps de Charles-Quint.

[110] Il se passait à ces combats des scènes grotesques, résultant de la
liberté qu'on laissait à tous les amateurs de se présenter dans l'arène.
Le Hollandais Van Aarsens vit ainsi un paysan monté sur un âne, qui fut
d'abord renversé par le taureau et finit cependant par le tuer. (_Voyage
d'Espagne_, p. 115.)

[111] Madame d'Aulnoy ne dit rien de plus des aventures de cette
intéressante personne. Elle se proposait sans doute de les narrer; et
nous devons croire qu'ayant renoncé à son idée, elle a, par
inadvertance, laissé subsister ce passage, qui dès lors n'a aucun sens.

[112] Cette perle, de la plus belle eau qu'on aît jamais vue, est
précisément faite et évasée comme ces petites poires qui sont musquées,
qu'on appelle des sept-en-gueule et qui paraissent dans leur maturité
vers la fin des fraises. Leur nom marque leur grosseur, quoiqu'il n'y
ait point de bouche qui en pût contenir quatre à la fois, sans péril de
s'étouffer. La perle est grosse et longue comme les moins grosses de
cette espèce, et sans comparaison plus qu'aucune autre perle que ce
soit. Aussi est-elle unique. On la dit la pareille et l'autre pendant
d'oreilles de celle qu'on prétend que la folie de magnificence et
d'amour fit dissoudre par Marc-Antoine dans du vinaigre, qu'il fit
avaler à Cléopâtre. (_Mémoires du duc de Saint-Simon_, t. XIX, p. 197.)

[113] L'abbé de Vayrac cite cette église de Sainte-Marie qui le frappa
par une étrange représentation de la Vierge et de saint Joseph. Saint
Joseph était habillé en Arlequin, et la Vierge en mère Gigogne. (_État
présent de l'Espagne_, p. 81.)

[114] Le baron de Gleichen assista à des autos semblables vers la fin du
dix-huitième siècle.

La première de ces pièces, à laquelle je me suis trouvé, était une pièce
allégorique qui représentait une foire. Jésus-Christ et la Sainte Vierge
y tenaient boutique en rivalité avec la Mort et le Péché, et les âmes y
venaient faire des emplettes. La boutique de Notre-Seigneur était sur le
devant du théâtre, au milieu de celles de ses ennemis, et avait pour
enseigne une hostie et un calice environnés de rayons transparents. Tout
le jargon marchand était prodigué par la Mort et le Péché pour s'attirer
des chalands, pour les séduire et les tromper, tandis que des morceaux
de la plus belle éloquence étaient récités par Jésus-Christ et la Sainte
Vierge, pour détourner et détromper ces âmes égarées. Mais malgré cela
ils vendaient moins que les autres, ce qui produisit à la fin de la
pièce le sujet d'un pas de quatre qui exprimait leur jalousie et qui se
termina à l'avantage de Notre-Seigneur et de sa Mère, lesquels
chassèrent la Mort et le Péché à grands coups d'étrivières.

Une autre pièce, assez plaisante et fort spirituelle, est la comédie du
Pape Pie V. C'est une critique très-bien faite des mœurs espagnoles.
Dans la dernière scène, on voit le Pape, qui est un saint, sur un trône
au milieu de ses cardinaux, et deux avocats pour plaider devant ce
consistoire pour et contre les belles qualités et les défauts des
Espagnols; l'avocat contre finit par dénoncer le fandango comme une
danse scandaleuse et licencieuse, et digne de la censure apostolique.
Alors, l'avocat tire une guitare de dessous son manteau, et dit qu'il
faut avant tout avoir entendu un fandango avant que de pouvoir en juger.
Il le joue, et bientôt le plus jeune des cardinaux ne peut plus y tenir:
il se trémousse, descend de son siége et remue les jambes; le second en
fait autant; la même envie passe au troisième et les gagne l'un après
l'autre, jusqu'au Saint-Père qui résiste longtemps, mais qui, enfin, se
mêle parmi eux; et tous finissent par danser et rendre justice au
fandango. (_Souvenirs du baron de Gleichen_, p. 15.)

[115] «Ces badineries de carême-prenant» s'accommodaient avec la
dévotion des Espagnols. Le conseiller Bertault vit aussi les moines de
Valladolid célébrer le plus sérieusement du monde la naissance du Christ
par une mascarade. Ils avaient de faux nez et de fausses barbes, les
accoutrements les plus étranges, et simulaient ainsi l'arrivée des Rois
Mages. Ils s'avançaient en jouant du tambourin et exécutaient des danses
grotesques dans l'église, tandis que l'orgue jouait une chacone.

[116] La Casa de contratacion exerça une influence désastreuse sur les
finances de l'Espagne. Nous nous sommes efforcés d'en donner la raison
dans la note que nous avons insérée plus loin. (Appendice _E._)

[117] Nous renvoyons à l'appendice _F_. la très-longue et
très-fastidieuse liste que donne madame d'Aulnoy des vice-royautés et
gouvernements d'Amérique.

[118] Les choses ne se passaient pas aussi simplement que semble le dire
madame d'Aulnoy. Ces ventes étaient devenues un des moyens d'extorsion
que les Espagnols employaient pour arracher aux Indiens leurs dernières
ressources. En effet, les marchandises espagnoles étaient remises aux
corrégidors qui en faisaient la répartition (_repartimento_). Ces
magistrats parcouraient aussitôt les districts auxquels ils étaient
préposés et fixaient arbitrairement la qualité et le prix de la
marchandise que chaque Indien devait recevoir. Ils donnaient des miroirs
à un sauvage dont la cabane n'avait pas de plancher, des cadenas à un
autre dont la chaumière était suffisamment gardée par une porte de jonc,
des plumes et du papier à un malheureux qui ne savait pas écrire....
Cette première répartition, qui suivait régulièrement l'arrivée de la
flotte et des galions, ne suffisait point à l'avidité des corrégidors.
Le plus souvent, ils revenaient au bout de quelques jours offrir aux
Indiens quelques marchandises qu'ils avaient tenues en réserve afin d'en
assurer le débit; ils ne distribuaient la première fois que des objets
inutiles à ces malheureux et gardaient soigneusement pour cette nouvelle
répartition les objets de première nécessité. (_Notizia secreta_, citée
par Ch. Weiss, t. II, p. 213.)

[119] Les galions fournissaient les marchés du Pérou et du Chili.
C'étaient dix vaisseaux de guerre, dont huit portaient de
quarante-quatre à cinquante-deux canons. Les deux autres étaient de
simples pataches, dont la plus grande était armée de vingt-quatre canons
et la plus petite de six ou huit. La flotte était destinée à faire le
commerce avec la Nouvelle-Espagne. Elle se composait de deux vaisseaux
de cinquante-deux à cinquante-cinq canons. Les deux escadres étaient
accompagnées de vaisseaux marchands qui avaient chacun de trente à
trente-quatre canons et cent vingt hommes d'équipage. Au temps de
Philippe II, soixante-dix vaisseaux de huit cents tonneaux
approvisionnaient la Nouvelle-Espagne, et quarante autres le Pérou.
Toute cette flotte marchande se trouvait réduite, sous le règne de
Charles II, à une vingtaine de vaisseaux. (Weiss, t. II, p. 209.)

[120] Les chiffres donnés par madame d'Aulnoy doivent se rapprocher de
la vérité, car ils s'accordent avec les curieuses recherches faites par
M. de Humbolt. S'appuyant sur des données positives et des conjectures,
ce savant démontre que les importations de l'or d'Amérique en Espagne
eurent lieu dans la progression suivante: deux cent cinquante mille
piastres (un million trois cent mille francs), année moyenne, de 1492 à
1500; trois millions de piastres (quinze millions six cent mille
francs), de 1500 à 1545; onze millions de piastres (cinquante-sept
millions deux cent mille francs), de 1545 à 1600; seize millions
(quatre-vingt-trois millions deux cent mille francs), de 1600 à 1700.
(Weiss, t. II, p. 115.)

Il est fort probable, du reste, que le hasard ait seul servi madame
d'Aulnoy, car, quelques pages plus loin, elle donne un chiffre tout
différent.

[121] L'impureté du sang était un des griefs les plus sérieux qu'on pût
alléguer; aussi, fallait-il prouver son origine chrétienne pour arriver
aux plus modestes fonctions. Les Espagnols avaient une véritable horreur
des Juifs et des Maures. Ce trait de caractère explique un grand nombre
de faits de leur histoire, entre autres la popularité de l'Inquisition,
la faveur avec laquelle les contemporains virent l'expulsion des
maurisques; enfin, dans les relations journalières, le prix que l'on
attachait à la pureté du sang. (_La limpieza de la sangre_, Ranke, p.
257.)

[122] La raison en était que, par une exception rare en Espagne, les
titres, dignités et majorats des Velasco ne se transmettaient pas par
les femmes.

[123] Cette dernière assertion est invraisemblable, les majorats se
transmettant par les femmes.

[124] Le héros de cette aventure devait être le fils du comte de
Castrillo, qui prit une part considérable au gouvernement sous le règne
de Philippe IV et pendant la minorité de Charles II. La faveur dont il
jouit tenait surtout, paraît-il, à ce que sa famille était une branche
cadette de la maison de Haro, dont le chef était alors Don Luis de Haro,
marquis del Carpio.

[125] La correspondance du marquis de Villars témoigne de l'incroyable
désordre qui régnait à Madrid. L'ambassadeur de Portugal, dit-il, a
trente laquais, les meilleurs soldats qu'il ait pu trouver à Lisbonne,
armés de toutes sortes d'armes; et quand les Espagnols ont tué ou fait
quelque insulte à sa famille, il envoie un parti de douze ou quinze
valets, avec ordre de tuer cinq ou six Espagnols, suivant l'injure qu'on
lui a faite.

Il est aussi familier d'assassiner ici que de se désaltérer lorsqu'on a
soif, et il n'y a jamais de châtiment. (_Négociations relatives à la
succession d'Espagne_, t. IV, p. 168.)

[126] La Reine Louise de Savoie, femme de Philippe V, racontait au
cardinal d'Estrée un exemple curieux de l'usage que les Espagnols
faisaient des reliques. La duchesse d'Albe, alarmée de l'état de santé
de son fils, fit demander à des moines de Madrid quelques reliques. Elle
obtint un doigt de saint Isidore, le fit piler et le fit prendre à son
fils, partie en potion, partie en clystère. (_Mémoires de Louville_, t.
II, p. 107.)

Le duc de Saint-Simon cite de ces folies espagnoles un exemple non moins
plaisant. Louville trouva, dit-il, le duc d'Albe assez malproprement
entre deux draps, couché sur le côté droit, où il était sans avoir
changé de place ni fait faire son lit depuis plusieurs mois. Il se
disait hors d'état de remuer, et se portait pourtant très-bien. Le fait
était qu'il entretenait une maîtresse qui, lasse de lui, avait pris la
fuite. Il en fut au désespoir, la fit chercher par toute l'Espagne, fit
dire des messes et autres dévotions pour la retrouver, et finalement fit
le vœu de demeurer au lit et sans bouger de dessus le côté droit,
jusqu'à ce qu'il l'eût retrouvée. Il contait cette folie à Louville
comme une chose capable de lui rendre sa maîtresse et tout à fait
raisonnable. Il recevait grand monde chez lui et la meilleure compagnie
de la cour, et était même d'excellente conversation. Avec ce vœu, il ne
fut de rien à la mort de Charles II, ni à l'avénement de Philippe V,
qu'il ne vit jamais. (_Mémoires du duc de Saint-Simon_, t. IV, p. 251.)

[127] La prétention du duc d'Arcos s'explique par cette circonstance,
qu'il avait épousé la duchesse d'Aveïro, héritière de Georges de
Portugal, bâtard du roi Jean II. Or, la branche de Bragance n'était pas
moins bâtarde que la branche des ducs d'Aveïro.

[128] Le nom castillan est Eliche.

[129] L'ignorance des Espagnols scandalisait les seigneurs de la cour de
France. Le duc de Gramont en cite des traits vraiment fort étranges. Le
duc d'Albe, dit-il, s'engagea par malheur à raconter une histoire de son
aïeul, qui avait gouverné les Pays-Bas. Il ne put jamais se souvenir du
nom du prince d'Orange, qui servait à son propos, et en sortit en
l'appelant toujours El rebelde. Un autre demandait, à propos d'un combat
naval livré par les Vénitiens aux Turcs, qui était vice-roi à Venise...
On peut parler devant la plupart de ces messieurs-là allemand, italien,
latin, français, sans qu'ils distinguent trop quelle langue c'est. Ils
n'ont nulle curiosité de voir les pays étrangers et encore moins de
s'enquérir de ce qui s'y passe... Le mépris que ces messieurs font des
gens qui vont à la guerre ou qui y ont été, n'est quasi pas imaginable.
J'ai vu Don Francisco de Mennesses qui avait si valeureusement défendu
Valenciennes contre Monsieur de Turenne, et si bien, qu'on ne put lui
prendre sa contrescarpe, n'être pas connu à Madrid et ne pouvoir saluer
le Roi ni l'amirante de Castille. (_Collection des Mémoires relatifs à
l'histoire de France_, t. XXXI, p. 226.)

[130] Le duc de Saint-Simon, qui assista à une fête semblable, en fait
la description en ces termes: Le duc de Medinaceli, le duc del Arco et
le corrégidor de Madrid avaient chacun leur quadrille de deux cent
cinquante bourgeois ou artisans de Madrid, toutes trois diversement
masquées, c'est-à-dire magnifiquement parées en mascarades diverses,
mais à visage découvert, tous montés sur les plus beaux chevaux
d'Espagne, avec de superbes harnais. Les deux ducs, couverts des plus
belles pierreries, ainsi que les harnais de leurs admirables chevaux,
étaient, ainsi que le corrégidor, en habits ordinaires, mais extrêmement
magnifiques. Les trois quadrilles, leurs chefs à la tête, suivies de
force gentilshommes, pages et laquais, entrèrent l'une après l'autre
dans la place, dont elles firent le tour, et toutes leurs comparses,
dans un très-bel ordre et sans la moindre confusion, au bruit de leurs
fanfares, celle de Medinaceli la première, celle del Arco après, puis
celle de la ville. Les chefs, l'un après l'autre, se rendirent après les
comparses sous le balcon de Leurs Majestés Catholiques, où étaient le
prince et la princesse, les infants et leurs plus grands officiers,
tandis que la brigade arrivait vis-à-vis, sous le balcon où j'étais. De
cet endroit, ils partirent deux à la fois, prenant chacun à l'entrée de
la lice un long et grand flambeau de cire blanche, bien allumé, qui leur
était présenté de chaque côté en même temps, d'où prenant d'abord le
petit galop quelques pas, ils poussaient leurs chevaux à toute bride
tout du long de la lice, et les arrêtaient tout à coup sur cul sous le
balcon du Roi. L'adresse de cet exercice, où pas un ne manqua, est de
courir de front sans se dépasser d'une ligne ni rester d'une autre plus
en arrière, tête contre tête et croupe contre croupe, tenant d'une main
le flambeau droit et ferme, sans pencher d'aucun côté et parfaitement
vis-à-vis l'un de l'autre et le corps ferme et droit. La quadrille del
Arco suivit dans le même ordre, puis celle de la ville. Chaque couple de
cavaliers n'entrait en lice qu'après que l'autre était arrivé, mais
partait au même instant, et à mesure qu'ils arrivaient, ils prenaient
leur rang en commençant sous le balcon du Roi, et quand chacune avait
achevé de courir, force fanfares, en attendant que l'autre commençât.
Les courses de toutes trois finies, les chefs en reprirent chacun la
tête de la sienne et dans le même ordre, mais alors se suivant, toutes
trois firent leurs comparses et le tour de la place au bruit de leurs
fanfares, sortirent après de la place et se retirèrent comme elles
étaient venues. L'exécution en fut également magnifique, galante et
parfaite, et dans un silence qui en releva beaucoup la grâce, l'adresse
et l'éclat. (_Mémoires du duc de Saint-Simon_, t. XIX, p. 200.)

[131] Il faut remarquer que le sommelier et les gentilshommes de la
chambre portent tous une grande clef qui sort par le manche de la
couture de la patte de leur poche droite; le cercle de cette clef est
ridiculement large et oblong. Il est doré, et encore rattaché à la
boutonnière du coin de la poche, avec un ruban qui voltige, de couleur
indifférente. Les valets intérieurs, qui sont en petit nombre, la
portent de même, à la différence que ce qui paraît de leur clef n'est
point doré. Cette clef ouvre toutes les portes des appartements du Roi,
de tous ses palais en Espagne. Si un d'eux vient à perdre sa clef, il
est obligé d'en avertir le sommelier qui, sur-le-champ, fait changer
toutes les serrures et toutes les clefs aux dépens de celui qui a perdu
la sienne, à qui il en coûte plus de dix mille écus. Cette clef se porte
partout, comme je viens de l'expliquer, et tous les jours, même hors
d'Espagne. Mais parmi les gentilshommes de la chambre, il y en a de deux
sortes: de véritables clefs qui ouvrent et qui sont pour les
gentilshommes de la chambre en exercice; et des clefs qui n'en ont que
la figure, qui n'ouvrent rien et qui s'appellent des clefs caponnes,
pour les gentilshommes sans exercice et qui n'ont que le titre et
l'extérieur de cette distinction. (_Mémoires de Saint-Simon_, t. III, p.
117.)

[132] Les Rois d'Espagne, dit le marquis de Louville, n'avaient jamais
eu de gardes que quelques méchants lanciers déguenillés qui ne le
suivaient guère et en petit nombre, et qui demandaient l'aumône à tout
ce qui entrait au palais, comme de vrais gueux qu'ils étaient.

[133] Cette absence de toute police ne tarda pas à entraîner ses
conséquences vers la fin du règne de Charles II. Le renchérissement du
pain entraîna des séditions qui firent trembler le Roi jusque dans son
palais. Sur cent cinquante mille habitants de Madrid, on en comptait,
dit le duc de Noailles, plus de soixante mille armés, presque tous
domestiques ou gens sans aveu, vagabonds, mendiants, à peine cinq mille
qui vivaient de leur travail. Sous le dernier règne, l'impunité avait
enhardi la licence. Nul combat de taureaux, nulle fête qu'on ne mit
l'épée à la main en présence du Roi. (_Collection des Mémoires relatifs
à l'histoire de France_, t. XXXIV, p. 82.)

[134] Voici un modèle du genre: «Après que, dans le céleste
amphithéâtre, le cavalier du jour, monté sur Phlégéton, a vaillamment
piqué le taureau lumineux, vibrant pour javelots des rayons d'or et
ayant pour applaudir à ses attaques la charmante assemblée des étoiles,
qui, pour jouir de sa taille élégante, s'appuient sur les balcons de
l'Aurore; après que, par une singulière métamorphose, avec des talons de
plume et une crête de feu, le blond Phébus, devenu coq, a présidé la
multitude des astres brillants, poules des champs célestes, entre les
poulets de l'œuf de Tyndare....» (Weiss, t. II, p. 344.)

[135] Les livres d'une valeur sérieuse s'imprimaient en France ou en
Hollande. Ainsi, le conseiller Bertault ayant été visiter le célèbre
Jésuite Escobar, apprit de lui qu'il s'était vu dans la nécessité de
faire imprimer son ouvrage à Lyon; il était du reste fort modeste,
avouait que personne ne se souciait de lui en Espagne; et fut même
très-surpris du bruit que sa doctrine faisait à l'étranger.

[136] Le comble du désordre était le déréglement de la monnaie, qui
avait passé si avant, que la pistole, qui ne peut valoir en Espagne que
quarante-huit réaux de vellon, c'est-à-dire de monnaie de cuivre, était
montée jusqu'à cent dix, et les piastres ou patagons, qui ne devaient
valoir que douze réaux, se changeaient publiquement pour trente.
(_Mémoires de la cour d'Espagne_, p. 95.)

Cette disette de monnaie d'or et d'argent remontait à une époque déjà
fort ancienne, ainsi que l'attestent un grand nombre d'auteurs du
dix-septième siècle. C'est là un des faits les plus curieux de cette
époque. Les maîtres des mines du Mexique et du Pérou n'avaient que de la
monnaie de cuivre. La raison, du reste, en est facile à comprendre;
l'industrie espagnole étant entièrement ruinée, il fallait solder avec
l'or de l'Amérique toutes les transactions à l'étranger.

[137] Voici en quels termes le duc de Saint-Simon décrivait la vie de
Madrid: «Les Espagnols ne mangeaient point, paressaient chez eux et
entre eux; peu de commerce, encore moins avec les étrangers; quelques
conversations par espèce de sociétés de cinq ou six chez l'un d'eux,
mais à porte ouverte s'il y venait de hasard quelque autre. J'en ai
trouvé quelquefois en faisant des visites. Ils demeuraient là trois
heures ensemble à causer, presque jamais à jouer. On leur apportait du
chocolat, des biscuits, de la mousse de sucre, des eaux glacées, le tout
à la main. Les dames espagnoles vivaient de même entre elles. (_Mémoires
du duc de Saint-Simon_, t. XIX, p. 193.)

[138] Ce fut Charles III qui s'avisa pour la première fois de purifier
la ville de Madrid. «L'infection y était si épouvantable, qu'on la
sentait six lieues à la ronde et qu'on la mâchait pendant six semaines
avant de s'en être blasé. Il n'y a sorte d'oppositions et de difficultés
qu'il n'éprouvât dans son projet. Il fallut faire venir et employer des
Napolitains pour établir de force des latrines dans les maisons, et le
corps des médecins composa un mémoire pour représenter que l'air de
Madrid ayant été fort sain, il leur paraissait dangereux de vouloir le
changer. Ceci me fait souvenir de l'histoire d'un Espagnol qui était
tombé malade en France et dont les médecins ne pouvaient deviner la
maladie. Son valet de chambre imaginant que l'air natal pourrait lui
faire du bien, et le malade ne pouvant être transporté, il fourra sous
son lit un bassin plein d'odeurs de Madrid. L'Espagnol, après des rêves
délicieux, s'éveilla en disant: O Madrid de mi alma! et il guérit.»
(_Souvenirs du baron de Gleichen_, p. 14.)

[139] Ce n'est pas que les dames ne soient de la meilleure volonté du
monde, et que bien souvent elles n'aillent chercher les hommes sans
faire connaître ce qu'elles sont, croyant toutes que c'est une chose
dont on ne saurait se passer que de se divertir.... On est si bien
persuadé de cela en Espagne, que ce n'est pas être homme que de ne pas
accoster une femme que l'on rencontre, soit dans l'église, soit dans la
rue, pourvu qu'elle n'ait point d'homme avec elle; car, en ce cas-là,
cela est contre l'ordre.... Les femmes ne sortent point qu'emmantelées
d'une mante noire, comme le deuil des dames de France. Elles ne se
découvrent qu'un œil et vont cherchant et agaçant les hommes avec tant
d'effronterie, qu'elles tiennent à affront quand on ne veut pas aller
plus loin que la conversation. (_Relation de l'État d'Espagne_, p. 53.)

[140] Le marquis de Louville fait allusion à cet usage dans sa
correspondance. Le duc d'Albe venait de refuser l'ambassade de France.
Cet homme, dit-il, le plus triste et le plus sérieux que j'aie jamais
vu, est devenu amoureux d'une dame du palais, sœur du duc d'Ossone,
aussi laide que lui. Comme il n'y voit goutte, c'est son valet qui fait
de loin les signes pour lui. (_Mémoires du marquis de Louville_, t. II,
p. 108.)

[141] Le duc de Saint-Simon donne une idée beaucoup plus nette des
jardins d'Aranjuez. «Le jardin, dit-il, est grand, avec un beau parterre
et quelques belles allées. Le reste, découpé de bosquets et de berceaux
bas et étroits et pleins de fontaines de belle eau, d'oiseaux,
d'animaux, de quelques statues, qui inondent les curieux qui s'amusent à
les considérer. Il en sort de l'eau de dessous leurs pieds; il leur en
tombe de ces oiseaux factices perchés sur les arbres une pluie abondante
et une autre qui se croise en sortant de la gueule des animaux et des
statues, en sorte qu'on est noyé en un instant sans savoir où se sauver.
Tout ce jardin est dans l'ancien goût flamand, fait par des Flamands que
Charles-Quint fit venir exprès. Il ordonna que ce jardin serait toujours
entretenu par des jardiniers flamands, sous un directeur de la même
nation, qui aurait seul le droit d'en ordonner, et cela s'est toujours
observé fidèlement depuis.» (_Mémoires du duc de Saint-Simon_, t. XIX,
p. 309.)

[142] Les fonctions des autres personnages s'expliquent d'elles-mêmes;
mais il nous semble à propos de donner quelques détails sur celles des
qualificateurs et des consulteurs. C'étaient des théologiens chargés
d'apprécier les points douteux des opinions religieuses émises par les
prévenus. Les subtilités des questions qui leur étaient soumises leur
permettaient de confondre les affaires politiques avec les affaires
religieuses. Ainsi, dans le procès d'Antonio Perez, le qualificateur
définit en ces termes son opinion sur un terme qui leur avait été
rapporté. Antonio Perez avait dit ces propres paroles: Si Dieu le Père y
voulait mettre obstacle, je lui couperais le nez. Cette proposition, dit
le qualificateur, est une proposition blasphématoire, sentant l'hérésie
des Vaudois, qui prétendent que Dieu est corporel et qu'il a des membres
humains. (_Antonio Perez et Philippe II_, Mignet, p. 145.)

[143] Au dire de Llorente, treize mille personnes furent brûlées, et
cent quatre-vingt-onze mille quatre cent treize furent condamnées à
diverses peines, de l'année 1481 à l'année 1518. Llorente se base sur un
passage de l'historien Mariana, qui parle de deux mille personnes
condamnées à Séville en 1481; il multiplie ce chiffre par le nombre des
tribunaux de l'Inquisition en Espagne, et arrive à se créer ainsi une
moyenne. La statistique seule peut accepter de semblables évaluations.

Mariana, d'ailleurs, semble avoir parlé fort à la légère. Marineo, un
contemporain, dit bien que deux mille personnes furent condamnées; mais,
ajoute-t-il, dans un court espace de temps, ce qui change fort la thèse.

En réalité, nous en sommes réduits à des conjectures plus ou moins
vagues.

[144] L'idée de célébrer avec pompe et magnificence l'effroyable
cérémonie de l'auto-da-fe était parfaitement espagnole, et madame
d'Aulnoy semble s'être identifiée avec le sentiment du pays, en laissant
tomber ces mots de sa plume sans autre réflexion. Il est impossible, en
effet, de le méconnaître, le tribunal du Saint-Office était considéré
comme une institution nationale et religieuse. A ce double point de vue,
il était entouré du respect et de la faveur populaires. Nous en trouvons
la raison dans le passé de l'Espagne. Tous les souvenirs se rattachant à
la lutte séculaire que les chrétiens avaient soutenue contre les
musulmans. Or, les rigueurs de l'Inquisition s'exerçaient principalement
contre les Maures et les Juifs. Il n'existait guère d'hérétiques en
Espagne, ou, s'il en existait, l'opinion générale les confondait avec
les Juifs. Les auto-da-fé étaient donc considérés comme des représailles
envers les oppresseurs du nom chrétien. Ils donnaient satisfaction au
fanatisme religieux, aux haines nationales, aux instincts féroces de la
multitude; ils devenaient ainsi pour elle une fête émouvante, plus
émouvante que le plus sanglant combat de taureaux. L'Inquisition avait
encore d'autres auxiliaires. Elle était, en effet, secondée par la
monarchie absolue, dont elle servait les intérêts. Primitivement appelée
à réprimer les atteintes portées à la foi religieuse, elle n'avait pas
tardé à subir la pression de l'autorité souveraine dont elle émanait et
était devenue un des rouages du gouvernement. Son intervention dans le
domaine politique avait puissamment aidé la royauté à se transformer en
une sorte de théocratie. Nul mieux que Philippe II ne comprit le parti
qu'il pouvait tirer d'un tribunal à sa dévotion. Aussi, s'efforça-t-il
de l'établir dans tous les pays soumis à son autorité. Mais
l'Inquisition n'avait sa raison d'être qu'en Espagne. Les haines
nationales qu'elle flattait n'existaient pas ailleurs; l'entreprise
échoua, ainsi que chacun le sait.

[145] Un gentilhomme, familier de l'Inquisition, peut après cela faire
toutes les méchantes actions du monde, tuer, assassiner, violer, sans
qu'il lui en arrive du mal; car dès qu'on le veut faire prendre, il se
réclame tout aussitôt de l'Inquisition, où il a ses causes commises, et
il faut que toute autre juridiction cède, car celle-ci a les mains plus
longues que les autres. Les inquisiteurs entreprennent donc ce procès,
et le familier ne manque point aussitôt de se faire écrouer prisonnier
de l'Inquisition, et après cela, il ne laisse pas de se promener
partout, pendant qu'on fait tirer le procès en longueur.... Quand je
passai à Cordoue, je vis un Don Diego de Cabrera y Sotomayor, chevalier
del habito de Calatrava, qui me fit voir la salle de l'Inquisition; tous
les coins et les prisons et le lieu où se donne la gêne aux accusés, et
il me dit qu'il y avait fort longtemps qu'il était prisonnier de
l'Inquisition de cette nature. (_Relation de l'État d'Espagne_, p. 87.)

[146] Ainsi que nous l'avons vu, les Espagnols étaient fort sobres; mais
lorsqu'il s'agissait de repas de cérémonie, ils se piquaient d'une
magnificence extraordinaire. Le maréchal, dit le duc de Gramont, fut
dîner chez l'amirante de Castille, qui lui fit un festin superbe et
magnifique, à la manière espagnole, c'est-à-dire pernicieux et duquel
personne ne put manger. J'y vis servir sept cents plats, tous aux armes
de l'amirante. Tout ce qui était dedans était safrané et doré; puis je
les vis reporter comme ils étaient venus, sans que personne de tout ce
qui était à table y pût tâter, et le dîner dura plus de quatre heures.
(_Collection des Mémoires relatifs à l'histoire de France_, t. XXXI, p.
317.)

[147] Il s'agit probablement de ces «petits jambons vermeils» sur
lesquels le duc de Saint-Simon s'extasie, fort rares en Espagne même,
qui ne se font que chez le duc d'Arcos et deux autres seigneurs, de
cochons renfermés dans des espèces de petits parcs remplis de halliers,
où tout fourmille de vipères dont ces cochons se nourrissent uniquement.
(_Mémoires du duc de Saint-Simon_, t. XIX, p. 131.)

[148] Les témoignages des contemporains sont trop unanimes, pour qu'il
soit possible de douter de la dépopulation rapide de l'Espagne au
dix-septième siècle. Il est difficile seulement de la formuler
exactement. L'organisation sociale n'était pas encore assez avancée pour
que les gouvernements eux-mêmes pussent s'en rendre compte autrement que
d'une manière approximative. Nous nous bornerons donc à donner les
chiffres suivants: Un recensement fait en 1594, époque où l'Amérique
avait déjà enlevé à l'Espagne un grand nombre d'émigrants, donna un
chiffre de 8,206,791 âmes. Au commencement du règne de Philippe IV, la
totalité de la population n'excédait guère plus de 6,000,000. Sous le
règne de Charles III, elle était de 5,700,000 âmes. Enfin, nous trouvons
un terme de comparaison dans le chiffre de la population, sous la
domination des Bourbons. En 1726, elle s'élevait à 6,025,000; en 1768, à
9,307,000; en 1797, à 10,541,000; et en 1825, à 14,000,000. (Weiss, t.
II, p. 72, 75, 383.)

[149] Les gentilshommes ne demeurent pas à la campagne, comme en France
et en Allemagne, de façon que demeurant tous dans les villes, et n'ayant
aucun droit ni privilège de chasse par-dessus les bourgeois et n'ayant
aucune justice à fief, ni vassaux, comme nos gentilshommes qui sont
seigneurs de leurs paroisses, ils n'ont aucune prérogative par-dessus
les bourgeois, si ce n'est les gentilshommes d'Aragon, dont je ne parle
point, de façon que ce que l'on appelle hijosdalgos n'est guère
différent des simples artisans qu'ils appellent officiales, que l'on
appelle aussi caballeros, encore que ce soient des cordonniers et autres
artisans, qui sont tous habillés de noir, avec des bas d'estame tirés et
la golille et l'épée au côté, comme les plus grands seigneurs.

Ainsi, à bien parler, on ne sait ce que c'est que la simple noblesse qui
est la plus considérable en France, et il n'y a de noblesse que ceux qui
ont los habitos des ordres militaires et à ce que l'on appelle titulos,
qui sont les comtes, marquis ou ducs. (_État de l'Espagne_, p. 96.)

[150] Je n'eus pas de peine à découvrir, dit Gourville, l'extrême
paresse et en même temps la vanité de ces peuples. Il y a des ouvriers
pour faire des couteaux, mais il n'y en aurait pas pour les aiguiser, si
une infinité de Français, que nous appelons gagne-petit, ne se
répandaient par toute l'Espagne. Il en est de même des savetiers et des
porteurs d'eau de Madrid. La Guyenne et d'autres provinces de France
fournissent un grand nombre d'hommes pour couper le blé et le battre.
Les Espagnols appellent ces gens-là gavoches et les méprisent
extrêmement. (_Collection des Mémoires relatifs à l'histoire de
France._)

Il résulte également d'une dépêche du marquis de Villars, qu'il y avait
de son temps en Espagne 67,000 Français, plus une foule considérable de
marchands et d'ouvriers italiens, allemands et anglais. Leur concours
fut jugé si nécessaire, que Philippe IV, pour les attirer, les exempta
pour six ans de l'impôt. (Weiss, t. II, p. 146, 147, 149.)

[151] On ferait un volume de toutes les superstitions des Espagnols.
Nous en citerons quelques traits perdus dans les mémoires des Français
qui accompagnèrent Philippe V. Ainsi le chambellan, comte de Benevente,
vint, les larmes aux yeux, avertir Louville de se défier d'une berline
attelée qui devait être donnée au Roi et qui, disait-il, «devait, par un
sortilége, devenir caisse d'oranger, pendant que le Roi deviendrait
oranger en caisse. Une autre fois, il s'agissait de la perruque du Roi,
affaire d'État, s'il en fut, pour le mayordomo-mayor. La prudence
exigeait qu'il s'informât à qui avaient appartenu les cheveux de cette
perruque, car ils pouvaient être ensorcelés. Le maréchal de Berwick
s'avance pour assiéger Pampelune. A la vue de son armée, les habitants
s'étonnent, ils n'en peuvent croire leurs yeux, ils croient à quelque
maléfice, à quelque vision émanant du Diable. Le clergé se rend sur les
remparts, exorcise les êtres fantastiques qui s'approchent, et il ne
reconnaît la réalité que lorsque les balles viennent siffler à ses
oreilles.

[152] Le duc de Saint-Simon en cite un exemple curieux. La Reine Louise
de Savoie, chassant avec Philippe V, tomba le pied pris dans son étrier
qui l'entraînait. Le premier écuyer, Don Alonzo Manrique, depuis duc del
Arco, eut l'adresse et la légèreté de se jeter à bas de son cheval et de
courir assez vite pour dégager le pied de la Reine. Aussitôt après, il
remonta à cheval et s'enfuit à toutes jambes jusqu'au premier couvent
qu'il put trouver. C'est qu'en Espagne, toucher aux pieds de la Reine
est un crime digne de mort. (_Mémoires du duc de Saint-Simon_, t. XVIII,
p. 370.)

[153] Madame de Maintenon, écrivait la princesse des Ursins, rirait bien
si elle savait tous les détails de ma charge. Dites-lui, je vous
supplie, que c'est moi qui ai l'honneur de prendre la robe de chambre du
roi d'Espagne, lorsqu'il se met au lit et de la lui donner avec ses
pantoufles quand il se lève. Jusque-là, je prendrais patience; mais que
tous les soirs, quand le Roi entre chez la Reine pour se coucher, le
comte de Benavente me charge de l'épée de Sa Majesté, d'un pot de
chambre et d'une lampe que je renverse ordinairement sur mes habits,
cela est trop grotesque. (_La Princesse des Ursins_, par Combes, p.
176.)--Paris, 1858.

[154] «C'est une belle chose que l'étiquette, écrivait le marquis de
Louville. La Reine vient d'avoir l'agrément de ses quatorze ans
accomplis. La fête, en pareille occasion, est grande en ce pays. On l'a
célébrée, comme vous l'allez voir, avec un haut éclat. Il y eut
baise-main général, et Vaset entra solennellement au milieu du cercle de
la cour en disant à haute voix: _La Reyna tiena sus reglas._ Je crus
qu'il était devenu fou, mais j'étais le seul à le croire.» (_Mémoires de
Louville_, t. II, p. 107.)

[155] Il ne reste plus à la cour d'Espagne, dit le duc de Saint-Simon,
trace aucune de cette tolérance de la vanité prétextée de la galanterie
espagnole de l'ancien temps, de personnes qui s'y couvrent sans aucun
droit que celui de son entretien avec la dame qu'il sert, dont l'amour
le transporte au point de ne savoir ce qu'il fait, si le Roi ou la Reine
sont présents, et s'il est couvert ou non. (_Mémoires_, t. III, p. 274.)

Il est également fait mention dans la _Relation de l'État d'Espagne_,
des embevecidos, si éperdus ou si attentifs à considérer leur dame,
qu'ils ne songent pas qu'ils sont devant la Reine.

[156] La marquise de Villars mentionne dans ses lettres ce nain qui, par
son babil, entretenait la conversation avec le Roi.

[157] Le duc de Saint-Simon donne sur cette coutume, connue sous le nom
de Saccade du Vicaire, de longs détails que nous reproduisons dans la
note G de l'appendice.

[158] Nous donnons cette liste des évêchés, gouvernements, telle quelle;
car, bien que généralement exacte, comme nous avons pris soin de nous en
assurer, madame d'Aulnoy semble posséder des notions assez vagues et
même fantasques sur la géographie. Nous déclinons donc toute
responsabilité d'exactitude.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La cour et la ville de Madrid vers la fin du XVIIe siècle - Relation du voyage d'Espagne par la comtesse d'Aulnoy" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home