Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Documents Inédits sur Alfred de Musset
Author: Clouard, Maurice, 1857-
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Documents Inédits sur Alfred de Musset" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.

SUR ALFRED MUSSET ***



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



  Note de transcription: Les erreurs clairement introduites par le
  typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été
  conservée et n'a pas été harmonisée.
  Certaines transcriptions des illustrations comportant un fac-similé
  ont été ajoutées.
  «Redgnauntley» est effectivement l'orthographe de la personne
  principale de «LA QUITTANCE DU DIABLE», il ne s'agit pas d'une
  erreur du typographe.



  DOCUMENTS INÉDITS

  SUR

  ALFRED DE MUSSET



OUVRAGES DU MÊME AUTEUR


_Bibliographie des OEuvres d'Alfred de Musset_ et des ouvrages,
vignettes et gravures qui s'y rapportent. Lettre de Ch. de Lovenjoul
et portrait d'Alfred de Musset d'après la statue de Granet. Paris,
Rouquette, 1883. 1 vol. in-8º.

_L'OEuvre de Champfleury_, dressé d'après ses propres notes et
complété par M. Clouard. Paris, L. Sapin, 1891. Brochure gr. in-8º.

_Notes sur les dessins de Victor Hugo_, accompagnées de lettres
inédites et d'un dessin. Paris, A. Colin et Cie, 1898. Brochure in-8º.


EN PRÉPARATION

_Histoire des OEuvres d'Alfred de Musset_, ornée de portraits et de
fac-similés en noir et en couleur.

_Suite de huit vignettes et portraits_ gravés à l'eau-forte par L.
Charbonnel d'après Célestin Nanteuil, Théophile Gautier, Nadar et
Granet pour illustrer la Bibliographie des OEuvres d'Alfred de Musset.
Paris, 1883.

Épreuves in-folio sur Japon, noir et sanguine; in-4º, sur Chine, en
noir; in-4º, sur vergé, en noir.



  MAURICE CLOUARD

  DOCUMENTS INÉDITS

  SUR

  ALFRED DE MUSSET

  PARIS

  LIBRAIRIE A. ROUQUETTE

  69-73, Passage de Choiseul, 69-73

  1900



  TIRAGE

  A TROIS CENT CINQUANTE EXEMPLAIRES NUMÉROTÉS A LA PRESSE,

  Savoir:

  310 sur papier vergé, de         1 à 310.

   40 sur papier de Hollande, de   I à XL.

   No 50



  LES PORTRAITS

  DE

  ALFRED DE MUSSET



LES PORTRAITS


Il est une petite pièce de vers, écrite en 1854, qu'on chercherait en
vain dans les dix volumes de ses _OEuvres complètes_ et que nous
citons page 205 de ce livre, dans laquelle Alfred de Musset fait
lui-même la critique des portraits qui le représentent. Plusieurs sont
omis, des meilleurs. Cependant, elles ne sont pas aussi nombreuses
qu'on pourrait le croire, les reproductions des traits de l'auteur des
_Nuits_. Je ne parle ni des caricatures ni des charges, non plus que
de ses portraits quand il était enfant, figures qui n'ont d'autre
mérite que celui de la curiosité ou de la rareté. Tous les portraits
d'Alfred de Musset se rapportent à quatre types, dessinés, peints ou
sculptés du vivant du poète par David d'Angers, Eugène Lami, Charles
Landelle et Gavarni; lesquels, après 1857, ont servi de modèles à
ceux, peintres ou sculpteurs, qui ont voulu le représenter. Je ferai
remarquer que ce sont les portraits les plus ressemblants qui sont les
moins connus.


VAN BRÉE

1814.

Portrait à l'huile, dont l'original est au musée Carnavalet. La soeur
du poète, Mme Lardin de Musset, en possède une copie exacte, cadre et
toile.

Alfred de Musset a trois ans; c'est un bébé tout rose, avec de jolis
cheveux blonds qui tombent en boucles sur ses épaules. Dans la
clairière d'un bois, il est assis sur une grosse pierre, au bord d'un
ruisseau, les pieds dans l'eau, retenant avec ses mains, le long de sa
poitrine, sa petite chemise qui glisse et le laisse presque nu. A ses
côtés est une grande épée «pour se défendre contre les grenouilles»
qui le regardent curieusement.

Gravé à l'eau-forte par Lalauze, en 1891, et joint à l'édition du
conte d'Alfred de Musset _La Mouche_, publiée à la librairie Ferroud.
(1 vol. in-8º.)


DUFAUT

1815.

Portraits d'Alfred et de Paul de Musset, formant groupe; peinture à
l'huile représentant les deux frères à mi-corps; Alfred a une petite
robe rouge; ses cheveux blonds bouclés, tombent sur ses épaules. Il
appuie la tête contre la poitrine de son frère Paul, qui met la main
sur l'épaule d'Alfred, plus petit que lui.

L'original est, comme celui du portrait précédent, au Musée
Carnavalet. Mme Lardin de Musset en a également fait exécuter une
copie exacte: «Je ne crois pas, dit M. Jules Cousin, dans
_l'Intermédiaire des Chercheurs et Curieux_ du 28 février 1898, qu'il
ait été publié de reproduction gravée de ce double portrait; nous la
réservons pour le grand album des pièces les plus curieuses du Musée.
Mais j'en ai fait prendre un beau cliché photographique, dont tout
intéressé obtiendrait sans difficulté l'autorisation de faire tirer à
ses frais une épreuve.» Je ne connais pas non plus de reproduction
gravée; mais, comme M. Cousin, je suis possesseur d'un cliché
photographique dont quelques épreuves ont été données _meis et
amicis_.


ROEHN

1828.

_Le beau Grec_, portrait-charge d'Alfred de Musset au fusain et crayon
de couleur avec lavis. La tête seule du patient, émergeant d'un
faux-col et coiffée d'un fez rouge qui est posé sur des cheveux en
broussaille, est représentée de profil à gauche.

En 1890, j'ai fait fac-similer cette caricature, par l'imprimerie
Lemercier, à Paris; il a été tiré trente épreuves in-4º sur Hollande,
puis la pierre a été effacée.


DEVÉRIA

Vers 1830.

Alfred de Musset en costume de page, portrait en pied lithographié,
exécuté probablement pour l'une des soirées travesties données par
Achille Devéria.

I. PLANCHE REFUSÉE, in-4º.--Il n'existe, à ma connaissance, qu'une
seule épreuve de cette planche, appartenant à M. Gabriel Devéria. Dans
la campagne, dont des rochers forment le fond, le jeune page, la main
gauche appuyée sur la hanche, soutient de la main droite le bouffant
de sa manche. Il a les yeux baissés et regarde de côté; un poignard
pend à sa ceinture.

Reproduit en phototypie dans le volume de Mme Arvède Barine sur Alfred
de Musset. (Hachette, 1893, in-12).

II. PLANCHE PUBLIÉE, grand in-4º.--Lithographie de Fonrouge. Même
costume que ci-dessus, mais sans le poignard. Le décor est changé:
dans une salle, la main droite appuyée sur le dossier d'une chaise, la
main gauche sur la hanche, le page tourne légèrement la tête à gauche,
bien que le regard soit dirigé de face. C'est le portrait le plus
ressemblant d'Alfred de Musset jeune. La lithographie originale n'a
pas, que je sache, été reproduite.


DAVID D'ANGERS

1831.

Médaillon rond de 0m17 de diamètre, représentant Alfred de Musset à
l'âge de 23 ans: col nu, cheveux longs ramenés en avant; la figure,
vue de trois quarts, ne porte ni barbe ni moustache, mais seulement de
légers favoris; les yeux sont tournés à droite; sur le côté droit du
médaillon, est gravé le nom du poète; à gauche, on lit: «David, 1831.»

L'original, en plâtre, appartient à Mme Lardin de Musset. Des
reproductions en bronze ont été et sont faites par la maison Thiébault
frères, à Paris. Alfred de Musset venait poser à l'atelier de David,
comme le témoigne cette lettre[1]:


    «Paris, samedi soir. 1831.

    «Monsieur,

  «Je suis de service demain, pour presque toute la journée; c'est
  ce qui me privera du plaisir de vous recevoir à mon atelier.
  Lundi, le jury qui doit juger le concours pour la monnaie du Roy,
  aura certainement terminé son opération vers midi; je me rendrai
  de suite rue de Fleurus, et si vous pouvez disposer de quelques
  instants, je vous y attendrai. Vous obligerez votre bien dévoué
  serviteur.

    «DAVID.»

  [1] Publiée en 1893 dans la _Revue de l'Art français_, page 204.
  Il s'agit de son service comme garde national.

Le poète et le sculpteur restèrent en relations amicales. M. Henry
Jouin, dans son livre _David d'Angers et ses relations littéraires_
(Plon, 1890. In-8º, p. 67), publie le billet suivant, écrit
probablement en 1832:

  «Mon cher David, je suis allé chez Micheli pour avoir de vos
  médailles. Il demande une autorisation de vous pour cela. Soyez
  assez bon pour m'envoyer deux mots de votre main, pour Micheli et
  pour votre _Petit Cardillac des Enfants Rouges_; vous obligerez
  votre dévoué de coeur.»

    «ALFD DE MUSSET.»

Que signifie ce _Petit Cardillac des Enfants Rouges_? Je n'ai pu
trouver le sens de ce surnom et l'expliquer mieux que M. H. Jouin. En
janvier 1828, David d'Angers fut victime d'une tentative d'assassinat,
à trois pas de l'Abbaye, derrière Saint-Germain-des-Prés. La rue des
Enfants-Rouges allait de la rue Porte-Foin à celle des Quatre-Fils;
c'est aujourd'hui la rue des Archives. Quel rapport peut-il y avoir
entre Cardillac, l'orfèvre assassin des _Contes_ d'Hoffmann, et
l'assassin de David? la rue de l'Abbaye, où s'est passé le drame de
1828, et cette rue du Quartier du Temple?

Le médaillon de David a été reproduit par la gravure:

1º En 1876, eau-forte in-32 par Waltner, pour l'édition des _OEuvres_
d'Alfred de Musset dans la collection dite Petite Bibliothèque
Charpentier. (Salon de 1876, no 4004).

2º En 1877, eau-forte in-18 par Martinez, pour l'édition des _OEuvres_
à la librairie Lemerre. (Salon de 1877, no 4165).

3º En 1889, eau-forte in-8º par F. Courboin, publiée dans l'_Artiste_
du 1er janvier 1890.

4º En 1896, gravure in-8º sur bois par Florian, publiée comme
frontispice de _Les Nuits_, par Alfred de Musset. (Paris, Pelletan,
1896. 1 vol. in-8º).

5º En 1898, pointe-sèche in-4º, gravée par Bracquemond d'après le
médaillon (la figure est renversée) et tirée à dix épreuves,
numérotées et signées par le graveur; après ce tirage restreint, le
cuivre a été verni et encadré.

Voir l'ouvrage intitulé: _David d'Angers, sa vie, son oeuvre, par H.
Jouin_. (Paris, Plon, 1877, 2 vol. in-4º) et un article de Théophile
Gautier dans le _Moniteur Universel_ du 4 mai 1868.


CARICATURES PAR LUI-MÊME

1833-1834.

Pendant les quelques mois que dura l'entente cordiale de George Sand
et d'Alfred de Musset, à Paris comme à Venise, le poète fit plusieurs
fois sa propre charge. Ces caricatures, dessinées à la mine de plomb,
existent sur deux albums: celui de George Sand, qui appartient
aujourd'hui à M. le vicomte de Spoelberch de Lovenjoul, et celui
d'Alfred de Musset, qui est entre les mains de sa soeur, Mme Lardin de
Musset.

1º Le poète chevelu, 1833 (Album de G. Sand). De face, à mi-jambe, les
deux mains dans ses poches; taille de guêpe serrée dans une redingote
boutonnée; tête piriforme, de chaque côté de laquelle se relèvent les
boucles enroulées d'une luxuriante chevelure. Il a été fait une
reproduction lithographique in-8º, tirée à 25 exemplaires qui ont été
joints au tirage à part de notre article intitulé: «Quelques oeuvres
inédites ou peu connues d'Alfred de Musset», publié dans la _Revue
d'Histoire littéraire de la France_ du 15 janvier 1898.

2º Alfred de Musset et George Sand, décembre 1833 (Album d'A. de
Musset). En buste, de face, coiffures et costumes plus ou moins
vénitiens. Non reproduit.

3º «Ballade», 1834. (Album de G. Sand). En pied, vu de dos, canne à la
main droite. Au fond, à droite, église et son clocher, que surmonte la
lune, «comme un point sur un i». Imite le dessin d'un enfant. Dessiné
sur papier jaune, non reproduit.

4º «Don Juan allant emprunter dix sous, pour payer son idéale et
enfoncer Byron». 1834. (Album de G. Sand). En buste, de profil à
droite, fumant un énorme cigare. Long nez et cheveux lissés, légers
favoris. Non reproduit.


THÉOPHILE GAUTIER

1835.

Portrait-charge en pied d'Alfred de Musset et d'Honoré de Balzac,
gravé sur bois par Géniole, d'après un dessin de Théophile Gautier,
publié dans le _Mercure de France_ du 15 juillet 1835.

Les deux écrivains sont l'un près de l'autre. A gauche, Alfred de
Musset, vu de dos, les jambes écartées, la taille serrée dans sa
redingote, et coiffé d'un chapeau haut de forme, lance en l'air la
fumée de sa cigarette. A droite, Balzac, vu de profil, au ventre
proéminent, tient de ses deux mains, derrière son dos, sa fameuse
canne et son chapeau.

Une réduction de ces deux portraits a été publiée dans _La Vie
Moderne_ des 26 juillet et 9 août 1879.

En 1883, la vignette du _Mercure de France_ a été fac-similée à
l'eau-forte par Louis Charbonnel. Il a été fait un tirage ordinaire
sur Hollande in-4º et un tirage de luxe à 26 épreuves en noir et 15
épreuves en sanguine sur Japon 1/2 colombier. (Imprimerie Lemercier.)

Le livre de M. Adolphe Jullien, _Le Romantisme et l'Éditeur Eugène
Renduel_ (Paris, Charpentier et Fasquelle, 1897. 1 vol. in-12) donne
page 55 un nouveau fac-similé agrandi de cette vignette, et le _Mois
Littéraire_ de juin 1899, en publie page 697 une réduction.

En 1883, j'ai retrouvé un fragment du dessin original de Théophile
Gautier, dessin qui semble avoir été coupé en quatre morceaux. Sur
celui que je possède, il reste Alfred de Musset, vu depuis le milieu
environ de la basque de son habit; c'est un dessin à la sépia et au
lavis. Louis Charbonnel l'a fac-similé à l'eau-forte et il en a été
tiré par l'imprimerie Lemercier 41 épreuves en bistre sur Japon 1/2
colombier.


ROGER DE BEAUVOIR

Vers 1835.

Portrait-charge dessiné à la plume: Alfred de Musset en pied, vu de
dos, brandit d'une main sa canne et de l'autre sa cigarette. Reproduit
ci-contre.


CARICATURE PAR LUI-MÊME

Vers 1838.

Portrait-charge à mi-jambe, dessiné sur l'album de Mme Caroline
Jaubert. Le poète s'est représenté de profil à droite, tête énorme,
presque toute en nez; jabot de dentelle.

L'album où se trouvait ce dessin fut perdu à Paris, dans une voiture,
par une personne à laquelle Mme Jaubert l'avait confié. Mais il
existait de cette charge une épreuve photographique _unique_, tirée
par un ami de la Marraine, qui l'avait joint à l'exemplaire des
_OEuvres_ de son filleul; c'est l'original actuel, dont il m'a été
permis de prendre un cliché photographique.

Pour assurer la conservation de ce dessin, j'en ai fait faire un
fac-similé sur zinc, dont il n'a été tiré que quelques épreuves,
données à des amis.

[Illustration: Alfred de Musset, portrait-charge dessiné à la plume
par Roger de Beauvoir.]


EUGÈNE LAMI

1841.

Portrait en pied, dessiné au trait, en sanguine, et dont la tête seule
est ombrée. Signé: «E. L. 1841.» Le poète est représenté de profil à
gauche, la tête nue; de la main droite, il tient son chapeau appuyé
sur sa cuisse; le bras gauche est replié derrière le dos, et dans la
main gauche sont des gants. Il est vêtu d'un frac déboutonné, à collet
de velours; pantalon rayé, cravate montante, toute la barbe. La tête
seule est terminée.

Le dessin original appartient à la Comédie-Française, à laquelle M.
Alexandre Dumas fils en a fait don. H.: 0.180--L.: 0.065.

La pose, trop affectée, n'est pas celle d'Alfred de Musset, m'ont dit
plusieurs personnes qui ont connu le poète.

Ce dessin a été reproduit: 1º En fac-similé à l'eau-forte, par
Legenisel: A. En 1874, de la grandeur de l'original. (Salon de 1874,
no 3502).--B. En 1876, format in-32, pour être joint à un volume
des _OEuvres_ d'Alfred de Musset dans la Petite Bibliothèque
Charpentier.--C. En 1878, format in-12, tiré à très petit nombre et
non mis dans le commerce.

2º Gravé sur bois, in-8º, en noir, dans l'_Univers Illustré_ du 4 mars
1882.

3º Par des procédés divers, in-12 et in-32, dans la _Revue
Encyclopédique_ du 14 novembre 1896, le _Magasin littéraire_ du 1er
décembre 1896, les _Annales politiques et littéraires_ du 6 décembre
1896.


CARICATURE PAR LUI-MÊME

1842.

Tête de profil, au nez démesuré, dessinée à la mine de plomb par
Alfred de Musset, sur son album, à Lorey. Les cheveux longs tombent à
plat autour de la tête; front aplati, menton rentrant, moustache
tombante, col montant.

En 1876, il a été fait une reproduction à l'eau-forte, réduite de
moitié environ, par les soins de l'éditeur Charpentier; cette charge
devait être jointe à l'un des volumes des _OEuvres_ dans la Petite
Bibliothèque Charpentier; mais il fut décidé que l'édition ne
donnerait que des portraits _sérieux_, et le cuivre, après avoir été
tiré à 75 exemplaires sur papier vergé in-18, fut effacé. Aucun
exemplaire n'a été mis dans le commerce.


BIARD

(Sans date).

Quel est ce portrait et où se trouve-t-il? C'est ce qu'il m'a été
impossible de savoir. La fille du peintre, Mme la baronne Double, n'a
pu, malgré son bon vouloir, me fournir aucun renseignement.

Toutefois, Mme veuve Martelet, qui s'appelait Adèle Colin lorsqu'elle
était gouvernante d'Alfred de Musset, m'a fait voir une petite
photographie, format carte de visite, faite chez Pexme, 20,
Chaussée-d'Antin, à Paris, photographie toute jaunie et déjà un peu
effacée, que son maître lui avait donnée certain soir, vers 1844 ou
1845, en lui disant que c'était la reproduction d'un portrait qu'un
peintre venait de faire de lui. Alfred de Musset est représenté en
pied, de trois quarts à droite, la main gauche enfoncée dans la poche
de son pantalon, le bras droit appuyé sur le fût d'une colonne;
redingote dont le seul bouton du haut est boutonné, pantalon uni. Le
poète n'a pas le ruban de la Légion d'honneur, ce qui prouve que ce
portrait est antérieur au 30 avril 1845.--Serait-ce une photographie
du portrait de Biard? Alfred de Musset n'a pas prononcé le nom du
peintre en remettant la photographie à Mlle Colin, qui ne connaît pas
le portrait de Biard.

En 1877, la librairie Charpentier joignait à l'un des volumes de
l'édition in-32 des _OEuvres_ d'Alfred de Musset, un portrait gravé à
l'eau-forte par Monziès «d'après une photographie prise d'après
nature». Suivant les renseignements qui m'ont été fournis parla
famille de Musset, Alfred de Musset n'a jamais été directement
photographié. La tête du portrait de Monziès ressemble à celle de la
photographie de Pexme. Une reproduction en phototypie de la
photographie de Pexme, est publiée dans _Dix Ans chez Alfred de
Musset_, par Mme Martelet, née Adèle Colin. (Paris, Chamuel, 1899. 1
vol. in-12).


RIFFAUT

1845.

Portrait à mi-corps, dessiné et gravé à la manière noire par A.
Riffaut, publié dans l'_Artiste_ du 18 janvier 1846. C'est un
médaillon ovale, placé dans un encadrement rectangulaire, représentant
Alfred de Musset presque de face, jusqu'à la hauteur des genoux. La
tête, de trois quarts à droite, est découverte; cheveux longs, toute
la barbe; le bras gauche est replié et le pouce gauche enfoncé dans la
poche du gilet; le bras droit pend le long du corps, et de la main
droite le poète tient une canne. Pantalon uni, décoration.

La pose est raide et ni la ligure ni le regard n'ont d'expression.


MADEMOISELLE MARIE MOULIN

1848.

Miniature peinte par Mlle Marie Moulin, cousine d'Alfred de Musset et
figurant au Salon de 1848 (no 3411. Trois miniatures: Alfred de
Musset, Paul de Musset et Mme M***.) C'est un portrait de face, à
mi-corps, barbe légèrement taillée, frac déboutonné, gilet à fleurs
très ouvert, tête découverte, cravate montante. L'original appartient
à Mme Lardin de Musset.

Reproductions: 1º Photographie 18x24 exécutée par la maison Bingham,
50, rue de La Rochefoucauld, à Paris, pour la famille de Musset, et
non mise dans le commerce.

2º Gravure à l'eau-forte par Burney, faite en 1887 pour l'édition des
_Nouvelles_ d'Alfred de Musset publiées en 1 vol. in-8º à la librairie
Conquet. (Imp. Chardon.)


EUGÈNE GIRAUD

(Sans date).

Portrait-charge, dessiné et peint à l'aquarelle, représentant Alfred
de Musset en pied, avec une très grosse tête sur un tout petit corps.
L'original faisait partie de la collection de M. de Nieuwerkerke, et
on a pu le voir quai Malaquais, à l'Exposition des Maîtres Français de
la Caricature, qui fut faite à l'École des Beaux-Arts au mois d'avril
1888 (no 440 du catalogue). Actuellement, cette collection est en
Italie: M. de Nieuwerkerke est mort, ses héritiers habitent près de
Lucques, en Toscane, et il est à craindre que toute cette réunion des
charges de nos meilleurs écrivains, ne soit perdue pour la France.

Ce portrait d'Alfred de Musset n'a pas été reproduit. L'_Illustration_
du 5 mai 1888 donne ceux d'A. Houssaye et d'A. Dumas.


TRICHON ET C. F.

1853.

Portraits d'Alfred de Musset et de Berryer, «les deux derniers
Académiciens», gravés sur bois par Trichon, d'après C. F. (Faxardo?)
et publiés à mi-page dans le _Musée des Familles_ de novembre 1853,
tome XXI, page 61.

Alfred de Musset, de trois quarts, est à gauche; Berryer est de face,
à droite. Le poète est représenté jusqu'au dessous de la ceinture, le
bras droit tombant, le gauche légèrement replié; il est vêtu d'une
redingote ouverte, cravate montante, cheveux longs, toute la barbe. La
note suivante accompagne les portraits:

  «L'image de M. de Musset, nommé en même temps que M. Berryer et
  reçu l'année dernière, on se souvient avec quel succès, était
  digne d'accompagner sur la même page celle du grand orateur auprès
  duquel il va s'asseoir. Ces deux derniers Académiciens seront
  certainement deux des premiers sur les bancs des Quarante.»


PROSPER MÉRIMÉE

Vers 1853.

Tête de profil, dessinée à la plume par P. Mérimée, pendant une séance
de l'Académie Française et donnant un Alfred de Musset plus vieilli
que nature... ou endormi.

L'original de ce portrait appartient à M. le Vicomte de Spoelberch de
Lovenjoul, qui, en 1891, a bien voulu m'autoriser à le l'aire
fac-similer sur pierre et tirer à quelques épreuves sur vergé in-4º
(Imprimerie Lemercier), dont aucune n'a été mise dans le commerce.


LANDELLE

1854.

Portrait dessiné au pastel, en 1854, par Charles Landelle et exposé au
Salon de 1855 (no 5480).

Alfred de Musset est de profil, en buste, tête nue, les yeux tournés à
droite; il porte toute sa barbe, les cheveux rejetés en arrière sur
le col; cravate montante, faisant plusieurs tours. Il est vêtu d'une
redingote boutonnée, ornée du ruban de la Légion d'honneur.

C'est le portrait le plus connu et le plus répandu. Mme Lardin de
Musset, à laquelle je m'étais adressé pour savoir quel était le
véritable original, m'écrivit le 17 octobre 1882: «L'original du
portrait de Landelle est le beau pastel qui est chez Madame Lardin de
Musset. L'aquarelle de la Comédie-Française en est la copie faite par
Pollet[2]. Le portrait à l'huile du Musée de Versailles est une copie
du pastel, faite par Landelle lui-même, mais moins bonne que le
pastel.» Alfred de Musset avait cependant posé pour cette
reproduction:


    _Monsieur Alfred de Musset_,

    Rue du Monthabor, 6.

    «Mardi 10 octobre 1854.

    «Mon cher monsieur de Musset,

  «Je viens réclamer de votre obligeance une séance pour terminer le
  portrait _peint_ que je dois donner au Théâtre-Français.

  «Si vous voulez bien me fixer _d'avance_ le jour dont vous pourrez
  disposer la semaine prochaine, je m'arrangerai pour n'avoir pas
  modèle.

  «Veuillez de nouveau croire à mes témoignages de sympathie et
  d'affection.

    «C. LANDELLE.»

  «Vous seriez bien gentil de venir déjeuner dimanche matin à 11 h.
  à l'atelier et de m'amener Arago, si vous le trouvez sur votre
  chemin.

  «Réponse S. V. P.»

  [2] Exposée au Salon de 1859, no 2491.

Nombreuses en sont les reproductions, mais toutes ne sont pas
heureuses ni ressemblantes, par suite d'un défaut au nez, défaut causé
par une ombre sur le pastel, qui est généralement traduite par une
bosse dans les reproductions.

1º Photographie remontée sur bristol in-4º, exécutée par la maison
Bertsch et Arnaud, en 1854, d'après le pastel original.

2º Photographie format carte de visite, tirée, en 1854, par la maison
Bingham, sur le pastel original, pour la famille de Musset, et non
mise dans le commerce.

3º Gravure in-32 sur acier par Gervais, (Imprimerie Chardon), faite
d'après le portrait de Landelle, figure renversée, publiée dans la
_Biographie d'A. de Musset par E. de Mirecourt_. (Paris, Roret, 1854,
1 vol. in-32).

4º Gravure in-4º sur bois par A. Greppi, publiée dans le _Triboulet et
Diogène_ du 13 mai 1857. Très mauvaise exécution; on y remarque ce
changement que le bas du buste est drapé dans un manteau.

5º Gravure in-4 sur acier par Pollet; médaillon ovale de H.: 0.150,
L.: 0.105, publié dans l'_Artiste_ du 3 janvier 1858, exposé au Salon
de 1859 (no 3638). (Imprimerie Drouart). Bonne reproduction, à
laquelle M. Taxile Delord consacre une étude dans le _Magasin de
Librairie_ du 10 mai 1859.

6º Gravure in-8º sur acier par Daguin, avec encadrement rectangulaire,
faite en 1865 et exposée au Salon de 1866 (no 3119). H.: 0.178. L.:
0.112.

7º Gravure in-4º sur acier par Léopold Flameng: médaillon ovale,
entouré d'un cartouche rectangulaire et de branches de laurier.
Publiée primitivement à la librairie Charpentier, dans l'édition in-4º
des _OEuvres_ d'Alfred de Musset, dite de souscription; puis jointe à
toutes les éditions in-4º et in-8º des _OEuvres_, comportant les
figures de Bida.--Il existe des épreuves d'artiste, avant la lettre,
ne donnant que le médaillon, sans aucun encadrement.--Exposée au Salon
de 1867 (no 2610).

8º Gravure in-8º sur acier par Adrien Nargeot, publiée dans la _Revue
du XIXe siècle_ du 1er mai 1866. Médaillon ovale, porté par un socle,
avec encadrement rectangulaire, sur fond haché. H.: 0.128. L.: 0.088.

9º Photographie in-32, faite par Colin en 1867, pour l'édition des
_OEuvres_ d'Alfred de Musset en 10 vol. in-32, ornée de la
reproduction photographique des dessins de Bida.

10º Gravure sur acier, exécutée en 1867 par Goutière: médaillon ovale,
fermé par un cordon de perles, dans un encadrement rectangulaire
quadrillé, avec ornements. H.: 0.088. L.: 0.065. Sans nom d'imprimeur
ni d'éditeur. Tirage in-folio sur Chine monté avant lettre, in-4º sur
blanc avant lettre, et in-8º sur vélin avec lettre (Salon de 1867, no
2621).

C'EST, D'APRÈS LA DÉCLARATION MÊME DE Mme LARDIN DE MUSSET, LE
PORTRAIT LE PLUS RESSEMBLANT DE SON FRÈRE ALFRED. L'artiste a su
reconnaître que, sur le pastel original, la tache qui se voit au nez
est une ombre portée de l'arcade sourcillière et non pas l'effet d'une
protubérance. Tout le travail de gravure est d'une très grande
finesse.

11º Gravure in-32 sur acier par Goutière, avec fac-similé de la
signature d'Alfred de Musset. Publié en tête du tome I des _Poésies_
d'Alfred de Musset. (Charpentier, 1867,2 vol. in-32).

Une contrefaçon de ce portrait a été publiée à Bruxelles, avec
fac-similé de la signature au bas du médaillon; on y a joint le
fac-similé de la première strophe autographe de la _Ballade à la
Lune_. Épreuves en noir et en sanguine, très mauvaise exécution.

12º Gravure à l'eau-forte par Mongin, faite en 1876 pour l'édition des
_OEuvres_ d'Alfred de Musset à la librairie Lemerre. (10 vol. in-18).

13º Gravure à l'eau-forte par Le Rat, d'après le portrait de Landelle,
avec des modifications dans le costume, publiée en 1876 dans l'édition
des _OEuvres_ à la librairie Lemerre.

14º Gravure in-32 à l'eau-forte par Flameng, publiée en 1876 dans les
_OEuvres_, collection de la Petite Bibliothèque Charpentier.

15º Gravure à l'eau-forte par Hanriot, figure renversée. Tirage sur
Hollande in-4º et in-8º, sans nom d'imprimeur ni d'éditeur.

16º Gravure à l'eau-forte et pointe-sèche par Lessore, figure
renversée. Éditée en 1878, à la librairie Rouquette. Imp. de Vve
Cadart. Épreuves sur Hollande in-4º et in-8º.

17º En 1879, M. Mazerolle, dans son plafond de la salle de la
Comédie-Française, a représenté Alfred de Musset dans un de ses
groupes; la tête est faite d'après le portrait de Landelle; le poète,
drapé dans son manteau, est placé aux côtés d'Alexandre Dumas.

L'_Illustration_ du 2 août 1879 donne une gravure de ce plafond.

En 1882, M. Raphaël Breynat a gravé sur bois une reproduction de ce
plafond pour le livre _Paris_ (Librairie Rothschild). (Salon de 1882,
no 5211).

18º _Programme de la représentation extraordinaire, donnée au Palais
du Trocadéro, le dimanche 9 mai 1880._ (Imp. Motteroz, 4 pages in-4º).
Parmi les ornements lithographies du titre, se trouve une reproduction
du médaillon de Landelle.

19º Gravure in-32 sur bois, sans signature et d'une très mauvaise
exécution, publiée dans _Alfred de Musset et Edgar Quinet enfants, par
V. Tinayre_. (Paris, Keva, 1881, 1 vol. in-32).

20º Gravure in-8º sur acier, sans encadrement, par Adrien Nargeot,
publiée dans _Souvenirs poétiques de l'École Romantique, par Ed.
Fournier_. (Paris, Laplace, 1880, 1 vol. in-8).

21º Gravure in-8 sur bois par Thiriat, publiée dans la _Lecture
Rétrospective_ du 5 juillet 1890.

22º Gravure sur cuivre, à la pointe-sèche, par Adrien Nargeot,
exécutée en octobre 1891 et destinée primitivement à orner l'édition
du conte _La Mouche_, par Alfred de Musset, publiée à la librairie
Ferroud. M. Lalauze ayant gravé toutes les vignettes du volume, fit
une nouvelle planche du portrait qui fut donnée dans le livre à la
place de celle de M. Nargeot.--Finement gravé.

23º Gravure à l'eau-forte par Lalauze, publiée dans _La Mouche_, par
Alfred de Musset. (Paris, Ferroud, 1891, 1 vol. in-8º. Imp. Wittmann).

24º Dans le médaillon rond, renfermant le double portrait de George
Sand et d'Alfred de Musset, gravé à l'eau-forte par Abot, qui orne le
titre de l'édition de _La Confession d'un enfant du siècle_, publiée
en 1891 chez Quantin, 1 vol. in-8º; le buste du poète est la
reproduction à peu près exacte du portrait de Landelle, ce qui est un
anachronisme, _la Confession_ étant de 1835 et le portrait, de 1854.

25º Je possède une épreuve in-4º sur Japon, sans date et sans nom
d'imprimeur ni d'éditeur, d'un portrait d'Alfred de Musset, gravé à la
pointe-sèche par Loys Delteil. Musset est représenté à mi-corps,
presque de face, le bras droit replié et la main passée dans
l'ouverture de sa redingote; le bras gauche pend le long du corps. La
tête est inspirée par le portrait de Landelle.

26º Le _Programme de la soirée du 7 Octobre 1896_, donnée à la
Comédie-Française en l'honneur de LL. MM. le Czar et la Czarine
(Stern, graveur, 1 f. in-4º), présente parmi son ornementation une
reproduction du médaillon de Landelle.

27º Enfin, dans le commerce, on trouve des reproductions
photographiques de ce portrait, trop noires en général, format
carte-album et carte de visite, éditées par la maison Charles Jacotin.

Il existe encore d'autres reproductions du pastel de Landelle, dans
des revues et des journaux illustrés, un entre autres, in-8º, gravée
sur bois par Collette, dont il m'a été impossible de retrouver la
provenance; j'en ai rencontré jusque sur des titres de morceaux de
musique. Tous ces portraits pèchent en général par leur exécution et
ne sont, pour le plus grand nombre, que des _clichages_ n'offrant
aucun intérêt artistique.


GAVARNI

1854.

Portrait en pied, in-4º, lithographie par Gavarni, et publié dans la
série des _Contemporains illustres_. (Imp. Lemercier).

Musset est presque de face, les yeux tournés à droite, cheveux longs,
toute la barbe. De la main droite, il tient une canne, le bout en
avant; le bras gauche, appuyé sur la hanche, est recouvert par un
vaste manteau qui, enveloppant les épaules et le buste, descend
jusqu'aux genoux. Paysage au fond.--H: 0.345; L: 0.222. Trait
rectangulaire, cintré dans la marge supérieure; sous le portrait,
fac-similé de la signature.

Le reproche qu'on peut adresser à ce portrait, est de représenter un
Alfred de Musset plus vieilli qu'il n'était en réalité.

1º Reproduction partielle du buste seul, figure renversée, sans le
manteau, gravée sur bois et publiée dans le _Monde illustré_ du 9 mai
1857 et dans l'_Almanach des célébrités contemporaines_. (1 vol.
in-8º, p. 26).

2º Fac-similé de la lithographie originale gravé sur bois par Pistho,
publiée dans l'_Illustration_ du 16 mai 1857.

3º Gravure sur bois in-12, non signée, représentant Alfred de Musset à
mi-corps, publiée comme frontispice de l'_Almanach de la littérature,
du théâtre et des beaux-arts_ pour 1858, par J. Janin. (Paris,
Pagnerre. 1 vol. in-12 carré).

4º Lithographie in-4º, semblable à l'original et probablement tirée
sur la même pierre, publiée dans le _Panthéon des Illustrations
françaises au XIXe siècle, par Victor Frond_. (Paris, Abel Pilon,
1865-1873. 17 vol. in-folio.)

5º Gravure à l'eau-forte par Boilvin, ne donnant que le haut du buste,
exécutée en 1876, pour l'édition des _OEuvres_ à la librairie Lemerre.

6º Réduction in-32, gravée à l'eau-forte par A. Leroy, en 1876, pour
l'édition des _OEuvres_ dans la Petite Bibliothèque Charpentier.

7º Reproduction du buste seul, gravé sur bois, dans _El Libéral_
(Madrid) du 11 novembre 1898 pour accompagner une Notice sur A. de
Musset, par Tello Tellez.

Voir: _Gavarni, l'homme et l'oeuvre, par E. et J. de Goncourt_.
(Paris, Plon, 1873. 1 vol. in-8º, pages 153 et 401.)--_L'OEuvre de
Gavarni, par Armelhaut et Bocher_ (Paris, Librairie des Bibliophiles,
1873. 1 vol. in-8º, p. 13).


NADAR

1857.

Portrait-charge in-32, gravé sur bois par Diolot, d'après un dessin de
Nadar, publié dans la 1re livraison des _Binettes Contemporaines, par
Joseph Citrouillard_, (Commerson). (Paris, Havard, 1857. 2 vol.
in-32).

Musset, orné d'une énorme tête sur un tout petit corps, et vu de
profil, se promène, en costume d'académicien, devant les lions de
l'Institut. Une main dans sa poche, tenant de l'autre son chapeau
derrière son dos, il roule de gros yeux et semble désespéré d'avoir un
nez aussi phénoménal que celui dont on l'a doté.

La tête de ce portrait se trouve lithographiée sous le no 13 du
_Panthéon Nadar_. (Prime du Figaro. 1 feuille in-plano grand aigle).

En 1883, M. Louis Charbonnel a gravé en fac-similé à l'eau-forte le
bois de Nadar; les quelques épreuves tirées à l'imprimerie Lemercier
n'ont pas été mises dans le commerce.


BARRE

_Le tombeau d'Alfred de Musset._

1859.

Buste en marbre blanc, sculpté par Auguste Barre et placé sur le
tombeau d'Alfred de Musset, au cimetière du Père-Lachaise, à Paris.

Des reproductions de ce buste, également en marbre, se trouvent chez
Mme Lardin de Musset et à l'Académie Française.

On trouve dans le commerce des photographies 18×24 du Tombeau et par
conséquent du buste. En outre, buste et tombeau ont été gravés:

1º Sur bois, dans l'_Illustration_ du 4 mai 1861.

2º A l'eau-forte, par Abot, en 1877, format in-32, pour l'édition des
_OEuvres_ dans la Petite Bibliothèque Charpentier.

Auguste Barre était un ami d'Alfred de Musset, qui s'était plusieurs
fois essayé chez lui en l'art du statuaire. Certain jour que le poète
devait l'aller voir, un événement inattendu l'en ayant empêché, il lui
envoya ce billet:


    «Mon cher ami,

  «Je vous écris de chez Mlle Rachel, qui me garde à dîner. Ainsi,
  ne m'attendez donc pas ce soir. A bientôt.

    «A vous,

    «ALFd Mt.»

  «J'ai ébauché une belle petite chatte. J'ai employé d'abord un
  couperet de cuisine, puis mes mains, puis vos petits bâtons. J'ai
  tout lieu de croire que ce sera admirable, mais dans ce moment-ci,
  mon idéal a encore un torticolis et une fluxion. Venez donc voir
  ça.»

C'est sans doute à cause de cette intimité que Paul de Musset
s'adressa à M. Barre pour le buste qui devait orner le tombeau de son
frère. Ce tombeau, qui se trouve au cimetière du Père-Lachaise, à
Paris, est construit sur les plans donnés par l'architecte Anatole
Jal, dans la grande avenue qui mène à la chapelle centrale; il est
élevé sur un emplacement concédé par l'État, aux frais de la famille
de Musset et de l'éditeur Charpentier:


    «_A Monsieur le Préfet de la Seine._

    «Paris, 8 juin 1857.

    «Monsieur le Préfet,

  «Alfred de Musset, dont la mort prématurée cause en ce moment une
  émotion si profonde, est né à Paris. Comme la plupart des grands
  poètes, il ne laisse point de fortune. Dans une élégie touchante,
  que tout le monde connaît, il a exprimé le voeu suivant:

    Mes chers amis, quand je mourrai,
    Plantez un saule au cimetière;
    J'aime son feuillage éploré,
    La pâleur m'en est douce et chère,
    Et son ombre sera légère
    A la terre où je dormirai.

  «Afin de pouvoir répondre au désir formulé dans ces vers, je
  prends la liberté de m'adresser à vous, Monsieur le Préfet, pour
  obtenir la concession gratuite au Cimetière de l'Est, d'un terrain
  de cinq ou six mètres carrés, espace rigoureusement nécessaire à
  l'érection d'un tombeau modeste, orné d'un buste en marbre, offert
  par le statuaire Barre, et accompagné d'un saule pleureur.

  «Le poète si justement regretté n'est pas seulement une des
  gloires de la France; il est aussi un enfant de Paris, et j'ose
  espérer que sa ville natale voudra bien accorder à l'un des
  esprits les plus aimables et les plus aimés qu'elle ait produit,
  une dernière demeure digne de lui.

  «Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l'assurance de ma haute
  considération.

    «PAUL DE MUSSET.»

  «Je recommande à la bienveillance de Monsieur le Préfet de la
  Seine la demande de M. Paul de Musset; que le voeu exprimé d'une
  manière si poétique et si touchante, par son frère, soit rempli.
  La Ville de Paris doit un tombeau à un poète né dans ses murs et
  dont la mémoire ne finira jamais.

    «P. MÉRIMÉE.»

  «Je me joins bien cordialement à mon confrère M. Mérimée.

    «EMPIS.»

  «Le saule que demande ce jeune et charmant poète, aura des
  pèlerins; à présent, ceux qui l'ont aimé, et toujours, ceux qui
  sauront aimer et lire la poésie impérissable.--Puisse la Ville de
  Paris planter et renouveler perpétuellement cet arbre mélancolique
  sur sa tombe.

   «ALFRED DE VIGNY.»

  «Je me joins à mes confrères dans le voeu qu'ils expriment en
  faveur d'un des rares poètes dont le nom survivra.

    «SAINTE-BEUVE,
    de l'Académie Française.»

Mais M. le baron Haussmann, préfet de la Seine, n'était pas partisan
de ce projet et trouva mille prétextes pour en ajourner l'examen. Paul
de Musset, dans le but d'obtenir la concession nécessaire au tombeau,
fit agir d'autres influences:


    «_A Monsieur Alfred Arago._

    «Mon cher Alfred,

  «On me fait observer que M. Delmas ayant promis à Jal que la
  pétition déjà lancée serait classée parmi celles que l'Empereur
  doit lire et non parmi celles dont on lui rend compte, il serait
  convenable, avant de tenter une autre démarche, d'attendre le
  résultat de celle-là. Il n'y a pas de raison pour que ce résultat
  ne soit pas favorable. Je ne demande qu'un appui dans
  l'accomplissement d'un devoir pieux, et je me sens très fort sur
  ce terrain. Le Conseil Municipal a été pressenti: tous les membres
  à qui on en a parlé, ont été d'avis que le rapport fût présenté.
  M. Husson a fait ce rapport et l'a porté à la signature: M. le
  Préfet a refusé de le signer. Il n'y a pas d'autre obstacle.

  «Pendant ce temps-là, Charpentier me proposait d'ouvrir une
  souscription pour l'achat du terrain, disant que les frais en
  seraient couverts en quelques jours. Je ne l'ai pas voulu, pour
  l'honneur de la Ville de Paris, car il ne faut pas se dissimuler
  que tout cela est de l'histoire, et qu'on lira le récit de ces
  détails dans cinq cents ans.

  «Dites toujours au Prince Impérial[3] combien je suis touché de
  l'intérêt qu'il prend à cette affaire et des paroles chaleureuses
  qu'il vous a fait entendre. Malgré la démarche dont je dois, par
  convenance, attendre le résultat, un mot de lui au Préfet ne peut
  pas nuire.

  «A bientôt, mon cher Alfred, et tout à vous.

    «PAUL DE MUSSET.

    «Vendredi, 27 novembre 1857.»

  [3] A cette époque, le Prince Impérial était encore Joseph
  Napoléon, nommé par décret du 18 décembre 1852, confirmé le 23
  par un sénatus-consulte.

La parcelle de terrain fut enfin obtenue... par achat et le tombeau
aussitôt érigé.

L'exhumation eut lieu le 23 mars 1858.


    «_A Monsieur le Sénateur, Préfet de la Seine._

    «Paris, le 12 mai 1858.

    «Monsieur le Préfet,

  «J'ai l'honneur de vous prier de vouloir bien autoriser le
  remboursement de la somme qui doit me revenir sur le prix d'un
  terrain de deux mètres au cimetière de l'Est, acquis
  conditionnellement le 3 mai 1857, pour la sépulture de
  Louis-Charles-Alfred de Musset, mon frère, décédé le 2 du même
  mois; ce terrain étant devenu libre par suite de l'exhumation
  faite le 23 mars 1858 et de la réinhumation dans un terrain de
  trois mètres 38 c., acquis le 29 décembre 1857, sous le numéro
  936. Ci-joint le certificat de M. le Conservateur du cimetière de
  l'Est.

  «Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l'assurance de ma haute
  considération.

    «PAUL DE MUSSET.

    «Rue des Pyramides, 8.»

M. Paget, dans l'_Illustration_ du 4 mai 1861, décrit ainsi le
tombeau:

  «Le monument dont nous donnons ici la figure, a 2m de large sur
  2m20 de haut. La partie supérieure, forme médaillon placé dans le
  fronton, porte la tête de Minerve, symbole de l'Institut.
  Au-dessous du piédouche qui supporte le buste en marbre d'Alfred
  de Musset, tel qu'il était peu de temps avant sa mort, on a
  sculpté la lyre, la plume, avec une palme et une branche de
  laurier, attributs du poète illustre. Dans un cartel placé sous
  ces attributs, sont gravés six vers, extraits d'une élégie
  touchante que tout le monde connaît; elle est intitulée _Lucie_:

    Mes chers amis, quand je mourrai,
    Plantez un saule au cimetière;
    J'aime son feuillage éploré,
    La pâleur m'en est douce et chère,
    Et son ombre sera légère
    A la terre où je dormirai.

  «...Enfin, sur les deux cippes parallèles, sont gravés: d'un côté,
  quatre titres d'oeuvres en vers: _Namouna_, _Rolla_, _Mardoche_,
  _Les Nuits_; de l'autre, trois titres d'ouvrages en prose: _Un
  Caprice_, _Lorenzaccio_, _Frédéric et Bernerette_.»

Un saule pleureur est placé près du tombeau qu'il recouvre de ses
branches; mais le pauvre arbre a bien peu de terre et il faut le
remplacer souvent, ce à quoi veilla d'abord le frère et veille
aujourd'hui la soeur du poète. Fréquemment, des mains amies vont y
déposer des fleurs et tous les ans, le 2 mai, une manifestation a
lieu, organisée par des jeunes gens enthousiastes et des admirateurs
de l'auteur des _Nuits_.

Le 9 mai 1880, une représentation extraordinaire fut donnée au Palais
du Trocadéro, organisée par MM. Grippa de Winter, Buchelbry, Raymond
Bonnial, le comité des fêtes du Quartier-Latin, l'école de M. Talbot
et les délégations des Facultés de Bruxelles, Lille, Liège, etc...,
sous la présidence d'honneur de M. Paul de Musset. Une quête fut
faite par Mmes Sarah Bernhardt, Leslino, Hess, Schriwanech, etc...,
dont le produit devait être affecté à l'embellissement de la tombe
d'Alfred de Musset, quête contre laquelle protesta Paul de Musset par
cette lettre adressée au _Figaro_:


    «_A Monsieur le Rédacteur du_ Figaro.

    «Le 10 mai 1880.

    «Monsieur le Rédacteur,

  «L'état de ma santé ne m'a pas permis d'assister hier, 9 mai, à la
  représentation extraordinaire qui a eu lieu dans la salle du
  Trocadéro, en l'honneur d'Alfred de Musset. Mais je viens
  d'apprendre qu'une quête, organisée par des dames, a été faite,
  malgré ma défense, dont le produit est destiné à l'embellissement
  de la tombe d'Alfred de Musset.

  «Je proteste contre cette étrange prétention d'_embellir_ la tombe
  de mon frère. Cette tombe est connue de toute la terre par la
  photographie; elle n'a besoin d'aucun embellissement, et je ne
  permettrai à personne d'y porter les mains.

  «Si le saule pleureur a été gelé, le jardinier du cimetière le
  remplacera; il est payé pour cela. Que ces dames portent des
  couronnes et des fleurs tant qu'elles voudront, elles ne seront
  pas les seules. Mais l'entretien du tombeau n'appartient qu'à la
  famille du poète.

  «Je vous serai très obligé, monsieur le Rédacteur, si vous voulez
  bien prêter à ma protestation le secours de votre grande
  publicité.

  «Recevez, Monsieur, l'assurance de ma considération la plus
  distinguée.

    «PAUL DE MUSSET.»

A l'occasion de cette fête, on moula le buste d'A. de Musset, dû au
ciseau de Barre, et ce buste fut couronné au cours de la
représentation; moule et buste sont depuis lors chez Mme Lardin de
Musset. Un programme, orné d'une vignette lithographiée par H. Dillon,
fut imprimé.

Le _Petit Journal_ du 2 novembre 1891 donne une petite vignette du
tombeau, qu'accompagne un article descriptif.

A propos de la manifestation du 3 mai 1892, M. Paul Ferrier composa
une pièce de vers «Sur la tombe d'Alfred de Musset»:

    Portez des fleurs au cimetière,
    Les fleurs du printemps que j'aimai
    Les lilas à la grappe altière
    Et les pâles roses de mai;
    Venez avec une prière
    Sur la tombe où je dormirai.
    ...........................

que publièrent le _Gaulois_ du 8 mai 1892 et la _Semaine Politique et
Littéraire_ du 6 novembre de la même année.


MEZZARA

1865.

Buste en marbre, sculpté par Mezzara en 1865 et dont la physionomie
semble inspirée principalement par le portrait de Landelle. Alfred de
Musset est représenté de trois quarts à gauche, le col découvert, la
cravate retombant au milieu de la poitrine, les épaules drapées dans
un manteau. Sur le socle, on lit: «Alfred de Musset, né à Paris le 11
décembre 1810, mort le 2 mai 1857.»

    «_A Monsieur Alfred Arago._

    «20 avril 1865.

    «Mon cher Alfred,

  «Le buste de Mezzara est terminé. Je le trouve vraiement très
  ressemblant. On a dit à l'auteur qu'on lui enverrait l'Inspecteur
  des Beaux-Arts. Tâchez donc que ce soit vous, car un autre n'ayant
  pas connu mon frère ne pourrait point juger de la ressemblance,
  qui est une chose très importante.

  «Je voudrais bien que ce buste fût mis dans le foyer de la
  Comédie-Française. Il y serait bien à sa place. M. Mezzara m'a
  l'air d'un homme très modeste, sans protections, comme beaucoup de
  gens de talent. Il ne semble pas que ce soit une raison de
  l'abandonner. Tâchez de faire quelque chose pour lui.

    «Tout à vous,

    «PAUL DE MUSSET.»

    «_A Monsieur Alfred Arago._

    «10 février 1868.

    «Mon cher Alfred,

  «J'ai revu pour la dernière fois le buste de mon frère dans
  l'atelier de M. Mezzara et je l'ai trouvé parfait. Ma soeur et
  moi, nous avons presqu'été scandalisés de ne plus trouver une
  seule observation à faire à l'auteur sur la ressemblance. M.
  Mezzara a réellement beaucoup de talent. Il pense avec raison que
  le foyer de la Comédie Française sera pour lui la meilleure des
  expositions. Je suis aussi pressé que lui de voir ce beau buste
  dans les rangs des Corneille et des Molière. Faites écrire à
  l'artiste de vous l'envoyer. Édouard Thierry l'attend.

  «Je vous serre la main bien cordialement et suis tout à vous.

    «PAUL DE MUSSET.»

Le buste est placé dans la galerie du Foyer public au théâtre de la
Comédie-Française: «Musset, le poète aimé qui revit dans l'oeuvre de
Mezzara, dit M. René Delorme, reçoit chaque jour de pieuses visites.
Souvent, des groupes s'arrêtent pour le contempler; aucune physionomie
ne reste indifférente alors: les unes s'assombrissent, les autres
s'éclairent, double hommage de regret et d'admiration[4].»

  [4] _Le Musée de la Comédie-Française._ Paris, Ollendorff, 1878.
  1 vol. in-8, p. 46.

Quatre reproductions: 1º Gravure à l'eau-forte in-32 par A. Lamotte,
faite en 1876 pour l'édition des _OEuvres_ dans la Petite Bibliothèque
Charpentier.

2º Gravure à l'eau-forte par Monziès, en 1877, pour l'édition in-18
des _OEuvres_ à la librairie Lemerre.

3º Peinture sur émail faite en 1881 par Mme Rosine Mezzara.

4º Glyptographie in-4º, publiée en tête du tome I de l'édition
populaire illustrée des _OEuvres_ à la librairie Charpentier, 1889. (5
vol. in-4º).


EUGÈNE LAMI

1879.

Dans le portrait d'Alfred de Musset peint en 1879 par M. Eugène Lami,
le poète est représenté à mi-corps, de trois quarts, la figure à
droite. Il est appuyé sur la tablette d'une cheminée et de la main
gauche tient un livre à demi fermé.

Gravé à l'eau-forte par Waltner, pour l'édition in-32 des _OEuvres_
dans la Petite Bibliothèque Charpentier.


PIERRE GRANET

1882.

Statue en pied, exécutée en 1882 par Pierre Granet, et figurant au
Salon de la même année. Alfred de Musset est représenté de face; de la
main gauche, il tient son chapeau appuyé sur la cuisse; son bras droit
est replié, et, dans la main droite, il tient un stick et des gants;
un long manteau, tombant de l'épaule droite, lui couvre une partie du
dos.

Cette statue a été inspirée pour la pose et l'attitude par les
portraits en pied d'Eugène Lami et de Gavarni; pour la figure,
beaucoup par celui de Mlle Marie Moulin et un peu par celui de
Landelle. Elle était primitivement destinée au concours ouvert par la
Ville de Paris pour l'ornementation des façades de l'Hôtel de Ville;
mais, par suite de circonstances indépendantes de sa volonté, M.
Granet n'ayant pu prendre part à ce concours, il présenta son oeuvre à
Mme Lardin de Musset qui l'accepta et, à son tour, proposa à la
Société des Gens de lettres de dresser cette statue sur l'une des
places publiques de Paris; mais, comme on le verra plus loin, ce
projet échoua. Aujourd'hui, cette statue est au Louvre.

Une reproduction a été gravée à l'eau-forte à la fin de l'année 1882
par Louis Charbonnel, pour servir de frontispice à ma _Bibliographie
des OEuvres d'Alfred de Musset_ (Rouquette, 1883, gr. in-8º). Voir
dans le _Salon de 1882_ édité chez Baschet, (1 vol. in-4º, p. 253), le
jugement porté par M. Philippe Burty sur cette statue. Une contrefaçon
en phototypie, un peu réduite, de l'eau-forte de Charbonnel, est
publiée dans _A Selection from the Poetry and comedies of Alf. de
Musset_, edited by Oscar Kuhns. (Boston, 1895, in-8º).


IDRAC

1883.

Statue en pied, exécutée en 1883 par M. J.-M.-A. Idrac et placée dans
l'une des niches de la façade de l'Hôtel de Ville de Paris, côté du
quai, pavillon de droite, 1er étage.

Alfred de Musset est de face: la main gauche, glissée dans la poche de
son pantalon, soulève le pan de sa redingote; la main droite émerge en
avant, sortant des plis du manteau, qui, tombant de l'épaule, recouvre
le bras droit qui le soutient.

Une reproduction par M. D. Cauconnier se trouve page 145 de l'ouvrage
intitulé: _Les Statues de l'Hôtel de Ville, par Georges Veyrat_.
(Paris, ancienne librairie Quantin, 1892, 1 vol. gr. in-8º.)--_L'Art_
du 1er octobre 1892 donne également le dessin de cette statue.


FALGUIÈRE et MERCIÉ

_Monument d'Alfred de Musset._

Il y a vingt-deux ans que l'on parle, si je ne me trompe, d'élever une
statue à Alfred de Musset, et je crois que ce fut M. Félix Platel qui,
le premier, en eut l'idée; il écrivait dans le _Figaro_ du 27 juin
1877:

  «....Un autre poète français, Ponsard, que j'ai beaucoup connu, a
  déjà sa statue. Musset ne l'a pas, quoique bien plus grand. C'est
  que Musset est parisien, et seule, la province élève des statues à
  ses compatriotes.... Pour le poète immortel, coupez dans la
  carrière une belle tranche de marbre. Musset! C'est toi et moi, ô
  lecteur! C'est l'homme fait d'âme et de chair, que vous aimez,
  avez aimé ou aimerez, ô lectrice! C'est notre jeunesse!--IGNOTUS».

Trois ans plus tard, le 9 décembre 1880, dans le même journal, Émile
Zola revient sur cette idée, alors qu'il était question d'ériger une
statue à Balzac:

  «....O Paris ingrat! s'il te faut des gloires littéraires, où est
  la statue de Musset, ce grand poète du siècle, le plus humain et
  le plus vivant? où est celle de Théophile Gautier, cet artiste
  parfait...?»

Mais ce n'étaient encore que propos d'atelier ou de salon et c'est
seulement en 1887 qu'on tenta réellement de mettre ce projet à
exécution. M. Marquet de Vasselot, auteur de la statue de Lamartine
qui se dresse à Passy, offrit de sculpter gratuitement une statue à
Alfred de Musset. Un comité se forma, présidé par Arsène
Houssaye[5].--D'autre part, Mme Lardin de Musset s'entendait avec la
Société des Gens de Lettres et lui soumettait une maquette par Pierre
Granet, exécutée depuis 1882. Mais la Société, occupée de la statue de
La Fontaine, n'eut pas le temps ou ne voulut pas s'occuper de celle
d'Alfred de Musset[6].

  [5] Voir: Le _Figaro_, 12 mars 1887, Suppl. Art. par George
  Herbert.--Le _Gil Blas_, 19 avril 1887, art. par F. Xau.

  [6] Voir: L'_Écho_ de Paris, 13 avril 1887.--La _Petite Presse_,
  17 avril 1887, etc.

En 1888, cette même Société des Gens de Lettres, sur la proposition de
M. Philibert Audebrant, décidait qu'un Congrès littéraire
international serait ouvert à Paris en 1889, qui devait coïncider avec
le centenaire de 1789 et l'Exposition Universelle, et que trois
statues seraient érigées à Balzac, A. de Musset et V. Hugo, mais cette
décision resta toujours à l'état de voeu.

Pendant que ces divers projets s'élaboraient sans aboutir, un riche
Américain, M. Osiris, agissait: il mettait à la disposition du Conseil
municipal de Paris la somme nécessaire à l'érection d'un monument; MM.
Falguière et Mercié, de l'Institut, seraient chargés de son exécution:
M. Mercié, de la statue elle-même, M. Falguière, du piédestal et des
allégories qui l'orneront. _La Cocarde_, du 27 février 1889, le décrit
ainsi:

  «....Ce monument se compose d'un piédestal sur lequel est placée
  la statue du poète; une figure allégorique, représentant la
  Jeunesse, dépose des fleurs à ses pieds. MM. Falguière, Mercié et
  Osiris ont demandé, pour y édifier leur oeuvre, le terre-plein
  situé devant la Comédie-Française.»

Le Conseil Municipal préférait voir la statue de Musset s'élever sur
le square situé devant l'église Saint-Augustin.

La même année 1889 voit se former un nouveau comité ayant pour but
d'ériger par souscription une statue à Alfred de Musset[7]. Cette
affiche fut placardée un peu partout:


    SOUSCRIPTION

    _ouverte par la Jeunesse de France
    pour élever une statue à_

    ALFRED DE MUSSET

    Camarades,

  On parle depuis longtemps d'élever une statue à Alfred de Musset.
  L'heure nous semble venue de passer de la parole à l'action. C'est
  à nous, les jeunes, qu'il appartient de prendre l'initiative d'un
  monument à celui qui est et restera le poète des jeunes.

    Camarades,

  Vous entendrez notre appel, et bientôt, grâce à vous, Paris verra
  se dresser sur l'une de ses places, l'image impérissable d'Alfred
  de Musset.

    LE COMITÉ.

  [7] Voir: Le _Gaulois_, 24 avril 1889.--Paris, 11 juillet.--Le
  _Public_, Le _Voltaire_, 18 juillet.--Le _Parisien_, 25
  septembre, etc.

Une longue liste de noms suivait. Le comité se subdivisait: 1º En
comité d'initiative: MM. Frédéric Giraud et Auguste Renucci,
secrétaires.--2º En comité d'honneur: M. Émile Augier, président. MM.
J. Claretie, F. Coppée, A. Dumas, L. Halévy, Ed. Pailleron, Ch. Buloz,
H. Fouquier, A. Houssaye, J. Richepin, F. Sarcey, E. Zola, Delaunay,
Got, G. Charpentier, etc. Les souscriptions étaient reçues à la
librairie Lemerre.--Mais 912 francs seulement furent recueillis, qui
suffirent à peine à solder les frais de publicité.

Il ne restait plus que le monument Falguière-Mercié. Plusieurs
maquettes furent successivement modelées.

  1891. Le _Gaulois_, 13 avril.--«....Musset est représenté assis,
  les yeux fixés sur un livre. Devant lui, passe une figure
  allégorique, la Muse de la Poésie, effeuillant des fleurs dans
  l'espace. L'ensemble est imposant et d'une grâce empreinte de
  mélancolie. Le monument aura environ 7m 50 de hauteur. Les deux
  grands sculpteurs espèrent que leur oeuvre sera achevée vers le
  mois de juillet.»

  1892. Le _Temps_, 26 février.--«....On verra dans la partie
  inférieure, une Muse, foulant d'un pied léger le soubassement, se
  tourner au passage vers le poète; du bras droit, elle tiendra une
  lyre appuyée contre sa poitrine; elle déposera de la main gauche
  une palme aux pieds du chantre des _Nuits_, que M. Mercié
  représentera assis, les jambes croisées, sur une roche, et le bras
  appuyé sur son genou, le menton dans sa main, méditant.»

Dans une lettre que publie l'_Événement_ du 18 août 1892, M. Osiris
déclare que le monument est presque terminé, et cependant les mois et
les années se passent sans qu'Alfred de Musset ait sa statue. La cause
de ce retard? La raison donnée est que MM. Mercié et Falguière
attendent que le Conseil municipal leur désigne l'emplacement, pour
savoir quelles proportions ils doivent donner à leur monument. De son
côté, le Conseil municipal déclare attendre que MM. Falguière et
Mercié aient terminé leur oeuvre avec ses dimensions pour désigner
l'emplacement. Le _Gaulois_ du 29 octobre 1896 s'étonne à bon droit
d'un pareil retard, alors que depuis plus de deux ans la maquette est
acceptée par le Conseil municipal, et, sans résultat du reste, demande
des explications. Le plus ennuyé est M. Osiris, qui, sur la somme de
quarante mille francs à laquelle la Commission des Beaux-Arts a évalué
le prix du Monument, en a versé dix mille et voudrait remettre le
surplus aux mains du Conseil municipal.

A la fin de l'année 1897, M. Falguière se retire de l'association:

  «....Il a considéré, d'accord avec son ami Mercié, que ce serait
  trop de deux auteurs pour une oeuvre qui ne saurait être de
  dimensions très grandes. Et comme M. Mercié était chargé de la
  figure principale, il a été convenu que le même artiste
  s'occuperait également des motifs accessoires....»

Telle est l'explication que donne le _Figaro_ du 10 octobre 1897. Je
crois que l'ennui causé par tous ces retards est la véritable raison
de la retraite de M. Falguière. Et, à mon humble avis, il se passera
bien du temps encore, avant que nous ne voyions la statue d'Alfred de
Musset se dresser à Paris, sur une place publique; cependant,
l'Exposition universelle de 1900 présente une excellente occasion
d'inaugurer ce monument.

M. Antonin Mercié reste donc seul chargé de l'exécution. Le _Figaro_
du 17 janvier 1898 donne la description de la maquette du dernier
projet:

  «....Mercié nous a montré une cire représentant Alfred de Musset
  assis sur un banc, un livre à la main, un manteau tombant de ses
  épaules, le regard perdu dans un rêve. Ingres n'eût pas mieux
  dessiné l'élégant poète dandy, que Mercié nous a rendu vivant:
  «C'est tout. Peut-être encore sur le piédestal, un bas-relief
  donnant quelques scènes des proverbes. Cela dépendra de l'ampleur
  du monument, c'est-à-dire de la place que va me désigner le
  Conseil.»

place du Théâtre-Français, qui fait face à la rue Saint-Honoré, et sur
lequel donne l'entrée des artistes de la Comédie Française; on le
débarrassera des édicules qui l'encombrent. Il avait également été
question d'ériger la statue d'Alfred de Musset, place de la Sorbonne,
au milieu de la jeunesse des Écoles; ce projet semble abandonné.

Quant à la _physionomie_ elle-même de la statue, M. Mercié l'a
composée d'après les portraits exécutés du vivant d'Alfred de Musset
et les données que lui fournirent diverses personnes, parents et amis,
ayant connu le poète. Mme Lardin de Musset a remis au sculpteur des
vêtements portés par l'auteur de _Un Caprice_ et est même venue poser
pour les yeux et le haut de la figure qu'elle a semblables à ceux de
son frère.


PORTRAITS DIVERS

I.--Portrait-charge dessiné par Alfred de Musset sur l'album de son
ami Alfred Tattet. Mme Tattet avait bien voulu me faire voir ce
portrait; mais aujourd'hui cette dame est morte et j'ignore lequel de
ses héritiers le possède actuellement.

II.--Un matin de l'année 1882, le graveur Louis Charbonnel m'apporta
un portrait peint à l'huile sur une toile collée sur carton fort; il
prétendait que c'était Alfred de Musset par Eugène Delacroix: le poète
était représenté en buste, de face et vêtu d'une chemise de femme. Je
ne pouvais discuter avec lui l'authenticité du Delacroix, car il avait
sous ce rapport beaucoup plus de connaissances que moi; mais, ce que
je pus lui affirmer, c'est que son tableau me semblait une affreuse
croûte et que ce n'était sûrement pas Alfred de Musset. Charbonnel
n'en voulut pas moins graver à l'eau-forte ce portrait, le réduisant à
peu près au quart, et me donna le cuivre. Cet ami est mort en 1884 et
je ne sais ce qu'est devenu l'original; quant au cuivre j'en ai, cette
même année 1884, fait tirer 25 épreuves à l'imprimerie Lemercier et
l'ai mis au tond d'un de mes tiroirs où il est encore.

III.--Une vignette de Bertall, gravée sur bois par Le Blanc: «Panthéon
du Diable à Paris: la poésie, la philosophie, la littérature», publiée
dans le _Diable à Paris_, (Hetzel, 1845, 2 vol. in-4º, tome II, page
336), renferme un petit portrait-charge d'Alfred de Musset.

IV.--On prétend qu'Alfred de Musset aurait, sans le savoir, été pris
comme modèle pour cette gravure de modes: «L'Homme du Monde, par
Humann, 83, rue Neuve-des-Petits-Champs», lithographie in-4º par
Gavarni, publiée dans: _Le Voyageur_, journal de l'office aqw
universel, place de la Bourse, 27. 1847;--_La Mode_, 15 décembre 1847.
Puis isolément avec cette légende: «L'Homme du Monde au foyer de
l'Opéra, par Humann.» (Imp. Lemercier.)--Je ne connais aucune preuve à
l'appui de ce dire.

V.--Vignette sur bois non signée, publiée dans le _Livre des 400
auteurs_. (Paris, Bureau du Magasin des Familles, 1850, 1 vol. in-4º,
page 8): «Pourquoi Alfred de Musset résiste-t-il avec tant de froideur
à la Muse, que pour lui échapper il lui laisse aux mains son manteau
de poète.» La vignette représente la scène de Joseph et la femme de
Putiphar.

VI.--Dans l'_Album des portraits comiques_, contenant plus de 100
sujets variés, (Paris, Bureau du Magasin des Familles, s. d., in-8º
oblong), on trouve page 11, un portrait-charge d'Alfred de Musset en
berger, qui n'est autre que le portrait d'Arsène Houssaye.

VII.--La Comédie des comédiennes, no 2. «C'est une belle chose que
l'Amour, n'est-ce pas, poète? C'est Dieu qui a fait l'Amour!--Oui,
mais c'est le diable qui a fait la femme». Lithographie in-4º par
Cisneros d'après Talin, (Imp. Bertauts), publiée dans l'_Artiste_ du
16 décembre 1855. Ce sont, dit-on, Alfred de Musset et Rachel.

VIII.--Portrait d'Alfred de Musset, tableau par M. Eugène Carrière.
Salon de 1878 (no 412).

IX.--En 1881, le libraire et marchand d'estampes Fabré vendait un
portrait in-8º, gravé au vernis mou, signé: «Ch. Senties» et portant à
côté de ce nom le fac-similé de la signature d'Alfred de Musset.
J'ignore quel personnage M. Ch. Senties a voulu représenter; mais,
quel qu'il soit, ce n'est pas un portrait d'Alfred de Musset.

X.--Buste en plâtre, par Zacharie Rimbez. Salon de 1885 (no 4139).

XI.--«Trinité Poétique: Alfred de Musset, Victor Hugo, Lamartine.»
Tableau par Guillaume Dubuffe. Salon de 1888 (no 887).

XII.--«Collection Prunaire, no 43. Alfred de Musset». Portrait in-8º
colorié, gravé sur bois par A. Prunaire, d'après le dessin de E.
Loevy, (Picard et Kaan, éditeurs à Paris. Imp. de Ch. Unsinger), avec,
au verso, une notice par H. Mossier. Image donnée en récompense dans
les écoles.

XIII.--Caricature in-32, gravée au trait par Malatesta, à propos de
_Lorenzaccio_:

    Publiez mes secrets, défigurez mon drame,
    Mais épargnez du moins l'interview à mon âme.

publiée dans l'_Illustration_ du 30 janvier 1897.



  ALFRED DE MUSSET

  ET

  GEORGE SAND


Cette étude a paru primitivement dans la _Revue de Paris_ du 15 août
1896. Depuis lors, les lettres de George Sand à Alfred de Musset et à
Sainte-Beuve ont été publiées. Des fragments assez étendus, mais
toutefois peu corrects quant au texte, des lettres d'Alfred de Musset
à George Sand, ainsi que beaucoup d'autres documents, ont également
été mis au jour. Cela a nécessité quelques remaniements dans cet
article.

Je réponds en même temps à des objections qui m'ont été faites et
rectifie certaines erreurs de ma relation. Enfin, la façon peu
courtoise dont une personne qui avait eu momentanément entre les mains
le dossier réuni par moi, n'a pas hésité à le communiquer, à mon insu,
à d'autres personnes, me permet de parler aujourd'hui de choses que
j'avais cru devoir taire jusque-là.

Une dame russe, Mme Wladimir Karenine, vient de publier un ouvrage
d'érudition intitulé: _George Sand, sa vie et ses oeuvres_ (Paris,
Ollendorff, 1899; 2 vol. in-8º) dans lequel on trouve l'analyse de
tout ce qui a été écrit sur les «amants de Venise», ainsi que quantité
de documents inédits. Je ne puis en donner le détail, mais j'engage le
lecteur à consulter cette étude qui est la plus complète et «la plus
près de la vérité» de celles qui ont été écrites sur la question
Sand-Musset. Je n'ai pas l'honneur de connaître Mme Karenine, mais je
la prie de vouloir bien recevoir ici tous mes remerciements pour la
bonne opinion qu'elle veut bien avoir de moi.

    M. C.

    Juillet 1899.



ALFRED DE MUSSET ET GEORGE SAND


La _Véritable histoire de «Elle et Lui»_ récemment publiée par M. le
vicomte de Spoelberch de Lovenjoul[8], a rouvert de la façon la plus
curieuse, entre Alfred de Musset et George Sand, un débat qui ne sera
pas décidément clos, ni l'équitable jugement prononcé, avant la mise
en plein jour des lettres échangées par ces amants illustres[9]. La
réputation du célèbre _Chercheur_ n'est plus à faire et nous nous
garderons de dire le bien que nous en pensons. Nous ne voulons, à
notre tour, que joindre au dossier commun quelques pièces
authentiques. La «véritable histoire» de cette liaison, apparemment,
ce n'est pas _Elle et Lui_, ce n'est pas davantage _Lui et Elle_--et
nous ne disons rien de _Lui_, qui fut l'oeuvre d'une personne
étrangère au débat, et l'exercice de rancunes particulières:--on ne
saurait préparer avec trop de soin le difficile triomphe de la vérité.

  [8] _Comospolis_, revue internationale des 1er mai et 1er juin
  1896. L'ouvrage a reparu très augmenté, à la librairie
  Calmann-Lévy. 1897. 1 vol. in-12.

  [9] Les _Lettres de George Sand à Alfred de Musset et à
  Sainte-Beuve_ ont été publiées à la librairie Calmann-Lévy. 1897.
  1 vol. in-12.

Mais, d'abord, adressons l'hommage de notre plus respectueuse
gratitude à Mme Lardin de Musset, la soeur de «Lui»; à Mme Lina Sand,
la veuve du fils d'«Elle», qui ont mis généreusement à notre
disposition tous les documents qu'elles possèdent. Il nous faut
remercier aussi M. Alexandre Tattet, qui nous a communiqué les lettres
adressées à son frère.

       *       *       *       *       *

Alfred de Musset et George Sand se virent pour la première fois au
mois d'avril ou de mai 1833. Écrivant l'un et l'autre à la _Revue des
Deux-Mondes_, ils avaient naturellement l'occasion de se rencontrer;
des amis communs, Sainte-Beuve surtout, firent le reste. Relations de
courtoisie littéraire, d'abord: Alfred de Musset envoyait des vers à
George Sand, _Après la lecture d'Indiana_, datés du 24 juin 1833[10],
puis des fragments de son poème _Rolla_ qu'il écrivait en ce moment.
Peu à peu leur intimité devint plus grande et George Sand adresse à
Musset un exemplaire de _Lelia_ portant ces dédicaces:

Tome I: «A Monsieur mon gamin d'Alfred, George.»

Tome II: «A Monsieur le vicomte Alfred de Musset, hommage respectueux
de son dévoué serviteur, George Sand.»

Envoi auquel Musset répond: «Éprouver de la joie à la lecture d'une
belle chose, faite par un autre, est le privilège d'une ancienne
amitié. Je n'ai pas ces droits auprès de vous, madame; il faut
cependant que je vous dise que c'est là ce qui m'est arrivé en lisant
_Lélia_...»

  [10] Cette poésie ne se trouve pas dans les OEuvres d'Alfred de
  Musset, mais Paul de Musset l'a publiée dans la _Revue des
  Deux-Mondes_ du 1er novembre 1878.

[Illustration: George Sand, portrait-charge dessiné au crayon
par Alfred de Musset.]

Dans des stances burlesques fort connues, le _Songe du Reviewer ou
Buloz consterné_, Musset chante les rédacteurs de la _Revue des
Deux-Mondes_:

    George Sand est abbesse
    Dans un pays lointain;
    Fontaney sert la messe
    A Saint Thomas d'Aquin;
    Fournier, aux inodores,
    Présente le papier,
    Et quatre métaphores
    Ont étouffé Barbier.

    Cette nuit, Lacordaire
    A tué de Vigny;
    Lherminier veut se faire
    Grotesque à Franconi;
    Planche est gendarme en Chine;
    Magnin vend de l'onguent;
    Le monde est en ruine:
    Bonnaire est sans argent!!![11]

  [11] Je cite ces deux dernières strophes, dont le texte publié
  jusqu'à ce jour, est fort incorrect.

Dans une autre pièce de vers, demeurée inédite, Alfred décrit
familièrement les soirées de son amie:

    George est dans sa chambrette,
    Entre deux pots de fleurs,
    Fumant sa cigarette,
    Les yeux baignés de pleurs.

    Buloz, assis par terre,
    Lui fait de doux serments;
    Solange, par derrière,
    Gribouille ses romans.

    Planté comme une borne,
    Boucoiran[12] tout crotté
    Contemple d'un oeil morne
    Musset tout débraillé.

    Dans le plus grand silence
    Paul se versant du thé
    Écoute l'éloquence
    De Menard tout crotté.

    Planche, saoul de la veille,
    Est assis dans un coin
    Et se cure l'oreille
    Avec le plus grand soin.

    La mère Lacouture[13]
    Accroupie au foyer
    Renverse une friture
    Et casse un saladier.

    De colère pieuse,
    Gueroult tout palpitant
    Se plaint d'une dent creuse
    Et des vices du temps.

    Pâle et mélancolique
    D'un air mystérieux
    Papet[14] pris de colique
    Demande où sont les lieux.

  [12] Précepteur de Maurice Sand.

  [13] Femme de ménage de George Sand.

  [14] Gustave Papet, ami de George Sand.

Débraillé ou non, Musset dessine sur un album la charge des habitués
de la maison, Rollinat, Gueroult, Mérimée, Dumas «charpentant un
viol», Sainte-Beuve, qu'il appelle le «bedeau du temple de Gnide»,
Buloz, et, après beaucoup d'autres, lui-même, en «ballade à la lune»,
en «Don Juan allant emprunter dix sous», en «poète chevelu»[15], et,
pour se faire pardonner ses caricatures, essaye un portrait plus
sérieux de Lelia:

    «Mon cher George,

  «Vos beaux yeux noirs que j'ai outragés hier m'ont trotté dans la
  tête ce matin. Je vous envoyé cette ébauche, toute laide qu'elle
  est, par curiosité, pour voir si vos amis la reconnaîtront et si
  vous la reconnaîtrez vous-même.

  «Good night.--I am gloomy to-day.

    «ALFD DE MUSSET.»

  [15] Cet album de dessins d'Alfred de Musset, renferme huit
  portraits de George Sand. M. A. Brisson a donné dans le _Temps_
  du 4 novembre 1896 la description détaillée de plusieurs de ces
  pages, qui sont en bonnes mains.--Maurice Sand a également
  caricaturé les amis de sa mère; ses charges de A. Gueroult,
  Buloz, Ch. Didier, etc., ont beaucoup de rapport avec celles
  qu'en avait fait Alfred de Musset. George Sand a fait aussi
  plusieurs caricatures de ses habitués.--A la même époque, le
  poète s'est encore rendu coupable de certaine _Revue Romantique_,
  absolument inconnue, «généralement attribuée à M. de
  Chateaubriand», et que George Sand a consignée pages 79 et 80 de
  son journal intime, _Sketches and Hints_.

A la fin du mois d'août, ils sont amants[16]. Leur vie, durant cette
période, est semblable à celle des peuples heureux et n'a pas
d'histoire. Il suffit, à la rigueur, de lire ce qui est publié de la
correspondance de George Sand et de Sainte-Beuve, dans le tome I des
_Portraits contemporains_, édition de 1888, et ce que Paul de Musset
raconte dans la _Biographie_ de son frère. On devine le reste. On nous
permettra de ne pas les suivre avant leur voyage en Italie.

  [16] Voir un fragment de lettre de George Sand à Sainte-Beuve,
  publié par celui-ci dans les _Portraits contemporains_, nouvelle
  édition. Paris, 1869, in-12, tome I, page 516.


I

VOYAGE EN ITALIE

Le 12 décembre 1833, dans la soirée, Paul de Musset conduisit les deux
voyageurs jusqu'à la malle-poste. Ils s'arrêtèrent à Lyon, où ils
rencontrèrent Stendhal; à Avignon, Marseille[17], Gênes, et le 28 se
trouvaient à Florence. Ce fut probablement pendant le court séjour
qu'ils y firent qu'Alfred de Musset entreprit des recherches sur
quelques-uns de ses ancêtres[18] et trouva ce fragment du livre XV des
_Chroniques Florentines_ qui lui fournit le sujet de _Lorenzaccio_.

  [17] Dans la _Correspondance_ de George Sand, tome I, pages 256
  et 258, deux lettres d'elle sont publiées, écrites de cette ville
  et datées, l'une du 18, l'autre du 20 décembre.

  [18] Guillaume de Musset, seigneur de la Rousselière, du Prai, du
  Lude, d'Ozouer-le-Breuil et de la Courtoisie, avait épousé le 9
  novembre 1580, demoiselle Cassandre d'Epeigney, fille de Jean
  d'Epeigney et de Cassandre de Salviati, dont l'aïeul, Bernard de
  Salviati avait quitté Florence, appelé en France par Catherine de
  Médicis, sa parente.

De cette ville, les dates précises nous sont fournies par le passeport
d'Alfred de Musset:

  _Firenze, 28 Dic. 1833. Visto alla Legazione d'Austria per
  Venezia._

  _Firenze, 28 Dic. 1833. Visto buono per Bologna et Venezia.--G.
  Molinari._

  _Visto, buono per Bologna--Dellaca, 29 dicembre 1833._

  _Bologna, 29 Dic. 1833. Per la continuazione del suo viaggio via
  di Ferrara._

  _Francolino. 30 Dic. 1833. Visto sortire._

  _Rovigo, 30 Dic. 1833. Buono per Padova._

  _Vu au Consulat de France à Venise. Bon pour séjour. Venise, te 19
  janvier 1834.--Le consul de France: Silvestre de Sacy._

Les divers incidents du voyage, qui, du reste, n'ont rien de
particulier, sont racontés par George Sand dans son _Histoire de ma
vie_, et par Paul de Musset dans la _Biographie_ de son frère. Alfred
de Musset en a même consigné quelques épisodes sur un petit carnet de
voyage, dessins faits à la hâte, mais qui représentent bien ce qu'ils
veulent peindre: ce sont d'abord un vieux monsieur et une vieille
dame, types de provinciaux probablement aperçus à travers les vitres
d'une portière de diligence. Plus loin, un marchand de bibelots offre
sa pacotille à nos deux voyageurs dont un troisième dessin nous donne
les portraits. Ce sont ensuite la douane de Gênes, et, sur le bateau,
la rencontre d'un voyageur trop bavard. Puis vient Stendhal, à
Pont-Saint-Esprit: «Il fut là d'une gaieté folle, dit George Sand, se
grisa raisonnablement, et dansant autour de la table avec ses grosses
bottes fourrées»[19] fit l'admiration de la servante d'auberge. Voici
maintenant George Sand se masquant le bas de la figure avec son
éventail; un autre portrait de Stendhal; une tête de vieillard avec
cette légende: «Il dottor Rebizzo»; et enfin, la dernière scène de la
traversée: l'auteur, affalé sur le bord du bateau, paye son tribut à
la mer, tandis que sa compagne fume gaillardement une cigarette: «Homo
sum et nihil humani a me alienum puto»[20]. A cela vient se joindre un
autre dessin, sur une feuille séparée, représentant «Il signor
Mocenigo.»

  [19] _Histoire de ma vie_, 5e partie, chapitre 3.

  [20] Mme Arvède Barine, dans son livre sur Alfred de Musset,
  avait déjà mentionné cet album, qu'il ne faut pas confondre avec
  celui ayant appartenu à George Sand.

A Gênes, George Sand avait senti les premières atteintes des fièvres
du pays; son état ne fit que s'aggraver dans la suite du voyage, elle
arriva malade à Venise.

Les deux amants s'installèrent sur le quai des Esclavons, à l'hôtel
Danieli, que tenait il signor Mocenigo. Jadis, lord Byron avait habité
un palais sur le Grand Canal: «_Aveva tutto il palazzo, lord Byron_»,
leur dit leur hôte. Ce souvenir du poète anglais est demeuré si vivace
chez Alfred de Musset, que huit ans plus tard, on le retrouve dans son
_Histoire d'un merle blanc_[21]: «J'irai à Venise et je louerai sur
les bords du Grand Canal, au milieu de cette cité féerique, le beau
palais Mocenigo, qui coûte quatre livres dix sous par jour: là, je
m'inspirerai de tous les souvenirs que l'auteur de _Lara_ doit y avoir
laissés».

  [21] _Scènes de la vie privée et publique des Animaux._ Paris,
  Hetzel, 1842. T. II, p. 362.

Les premiers temps de leur séjour furent calmes; malgré son état
maladif, George Sand accompagnait Musset, qui, tout en visitant la
ville, prenait des notes sur les usages, sur les dénominations des
lieux: nous avons de lui plusieurs pages d'adresses, de recettes
culinaires, mots du dialecte vénitien, courtes notices sur des
familles ou des noms célèbres à Venise, inscriptions copiées sur les
monuments, tout cela pêle-mêle, au hasard des rencontres. Nous voyons
là qu'ensemble ils visitèrent Chioggia, déjeunèrent au restaurant du
Sauvage, à Venise, et se promenèrent dans les jardins de Saint Blaise,
à la Zuecca:

    A Saint Blaise, à la Zuecca,
    Vous étiez, vous étiez bien aise,
        A Saint Blaise;
    A Saint Blaise, à la Zuecca,
    Nous étions bien là!....[22]

  [22] Publié dans les _Nouvelles Poésies_, avec la date de:
  Venise, 3 février 1834.

C'est probablement pendant l'une de ces promenades qu'Alfred de Musset
recueillit cette chanson italienne, retrouvée dans ses papiers, que
l'on peut rapprocher de la _Serenata_ du Dr Pagello, dont George Sand
cite une version non signée dans sa _Deuxième lettre d'un voyageur_ et
que M. le vicomte de Spoelberch a publiée en entier[23]:

   LE FOU

    Lascia, lascia, il cimitero
    Siedi tosto a me d'accanto.
    Tra la la! Quel loco e nero!
    Vieni, vieni, io t'amo tanto!
    Amor mio, vieni con me!
        Povero me!

    Oh! perche quel caro viso
    Mi nascondi entro una fossa.
    Tra la la! Voglio il tuo riso,
    E mi mostri 'sol quel ossa?
    Amor mio, vieni con me!
        Povero me!

    Ecco l'sole e dormi ognora!
    Sorgi su! senti l'amante!
    Tra la la! Che si t'adora,
    Che si strugge a te davante!
    Amor mio, vieni con me
        Povero me!

   Eri bella, ora sei brutta,
   Fredda resti ai bacci miei!
   Tra la la! Se mia sei tutta!
   Che mi fa che morta sei!
   Amor mio, vieni con me!
       Povero me!

_Traduction:_

  Quitte, quitte le cimetière--Assieds-toi vite auprès de moi--Tra
  la la! Ce lieu est noir--Viens, viens, je t'aime tant!--Mon amour,
  viens avec moi!--Pauvre moi!

  Oh! pourquoi ce cher visage--Se cache-t-il dans une tombe?--Tra la
  la! je voudrais ton sourire!--Pourquoi ne me montrer que tes
  os?--Mon amour, viens avec moi!--Pauvre moi!

  Voici le soleil, et tu dors toujours!--Allons, lève-toi, entends
  le bien aimé!--Tra la la! qui tellement t'adore--Qui fait tant
  d'efforts pour aller au-devant de toi--Mon amour, viens avec
  moi!--Pauvre moi!

  Tu étais belle! A présent tu es laide!--Tu restes froide à mes
  baisers!--Tra la la! Puisque tu es toute à moi--Que m'importe que
  tu sois morte?--Mon amour, viens avec moi!--Pauvre moi!

  [23] _Véritable Histoire de Elle et Lui._ Paris, C. Lévy, 1897, 1
  vol. in-12, p. 36.--Cette Serenata avait déjà été imprimée dans
  le _Corriere della Sera_ (Milan) du 29-30 janvier 1881; dans
  _Racconti, Scene, Bozzetti_, etc... di Luigia Codemo, Trevise,
  Zopelli, 1882. 2 vol. in-12. Tome I, p. 153; etc.

Mais bientôt George Sand dut garder la chambre et son ami continua
seul ses excursions.

Alfred de Musset avait écrit plusieurs fois à sa mère depuis son
départ: de Marseille, de Gênes, de Florence, puis de Venise. Les
premières lettres parvinrent à leur adresse[24]; mais vers la fin de
janvier, les nouvelles cessèrent brusquement. Mme de Musset s'en
plaignit à son fils:


    «Paris, ce jeudi, 13 février 1834.

  «Il m'est impossible, mon cher enfant, de me rendre compte des
  motifs que tu peux avoir pour me laisser si longtemps sans
  nouvelles, après la promesse que tu m'avais faite de m'éviter au
  moins ce chagrin là. Tu connais ma facilité malheureuse à
  m'inquiéter; si tu lui laisses un libre cours, je ne puis pas
  prévoir où elle me conduira. Ces jours derniers, Hermine[25] était
  malade, elle a pris un rhume en sortant d'un bal chez Mme
  Hennequin, qui nous avait invitées. Je veillais près d'elle et
  passais de longues nuits, que l'incertitude de ta position, de ta
  santé, rendaient bien tristes. Le matin, j'avais une fièvre
  nerveuse, la tête me tournait, il me semblait que j'allais devenir
  folle; je pleurais, je marchais à grands pas dans ma chambre,
  cherchais quel moyen je pourrais imaginer pour me procurer de tes
  nouvelles. Enfin, j'ai supplié Paul[26], après plusieurs jours de
  cet état intolérable, d'aller voir Buloz et de savoir de lui si
  quelqu'un des amis de Mme Sand avait eu de ses nouvelles.
  Heureusement Buloz avait reçu une lettre de toi, datée du 27
  janvier; Paul m'a calmé le sang en me rapportant cette nouvelle.
  Je ne suis plus malade, mais je suis bien triste; car il faut que
  tu aies des raisons pour me laisser dans une pareille inquiétude,
  si tu n'es pas malade, ce que cette lettre à Buloz ne prouve
  nullement, puisque je ne l'ai pas lue; au moins, tu es ennuyé,
  lui-même l'a dit à Paul; tu ne te plais plus à Venise, peut-être
  en es-tu parti; je t'écris à tout hasard; ma lettre ne te
  parviendra probablement pas, mais c'est le moindre de mes soucis.
  Je me soulage en t'écrivant; il me semble au moins, pendant que je
  promène ma plume sur ce papier, que tu m'entends et que tu vas te
  hâter de soulager mon ennui en m'écrivant bien vite. Fais-le, mon
  bon fils, si cette lettre arrive jusqu'à toi et surmonte la
  paresse ou le malaise qui t'en a empêché depuis six semaines, car
  il y a réellement tout ce temps que je n'ai reçu un mot de toi. La
  dernière [lettre], qui m'a fait tant de plaisir, est datée du 6
  janvier; je l'ai relue bien des fois, mais maintenant je ne puis
  plus la relire, elle me fait mal, car cette phrase par laquelle tu
  la termines: «Ne crains pas, ma chère mère, il t'en coûtera des
  ports de lettres...» etc.: n'y a-t-il pas dans cette assurance de
  quoi faire naître les plus vives inquiétudes? Car, qui peut te
  détourner d'une si bonne et si chère résolution, que des accidents
  graves ou un état d'abattement causé par la maladie? Je sens, mon
  cher enfant, que si rien de tout cela n'existe, je vais l'ennuyer
  par mes doléances; mais figure toi un peu ce que c'est que d'être
  à trois cents lieues de son fils chéri, et de ne savoir à quels
  saints se vouer pour savoir s'il existe ou s'il est mort,
  assassiné, noyé, que sais-je? Il y a de quoi en perdre l'esprit et
  c'est ce que je fais.

  «Nous avons passé un triste carnaval.... (Détails sur les bals où
  elle était invitée avec sa fille.)

  «Je ne sais pas si tu as reçu les deux lettres que je t'ai
  adressées à Venise? La première était adressée poste restante, à
  Venise; la seconde, quai des Esclavons ou bureau restant. Mais
  j'avais mis sur l'adresse _Monsieur de Musset_ sans le prénom
  d'_Alfred_; je crains que si tu l'as été chercher on ne te l'ait
  pas donnée. Enfin je me persuade que tu n'as pas reçu mes lettres,
  puisque tu n'as répondu à aucune. Celle-ci sera-t-elle plus
  heureuse? Cela est fort douteux. Fais réclamer les autres si on ne
  te les a pas encore données. Il faudrait y aller toi-même, car on
  ne les donne pas à d'autres qu'à la personne même à laquelle elles
  sont adressées.

  «Mais cela est du bavardage, tu le sais aussi bien que moi.

  «Je te quitte en t'embrassant bien tendrement; ton frère et ta
  soeur en font autant, mais personne au monde ne t'aime comme

    «Ta mère.»

  [24] Ces lettres, qui étaient entre les mains de Paul de Musset,
  ont disparu, et ne se sont pas retrouvées parmi les papiers
  laissés par Mme Paul de Musset.

  [25] La soeur d'Alfred de Musset.

  [26] Le frère aîné d'Alfred.

Ce n'était ni la paresse ni la maladie qui empêchaient Alfred de
Musset de donner de ses nouvelles; il écrivait régulièrement et
confiait ses lettres à un gondolier, nommé Francesco, pour les porter
à la poste avec l'argent nécessaire à leur affranchissement: mais
Francesco dépensait l'argent au cabaret et jetait la lettre à l'eau.


II

A VENISE

Il y avait un peu plus d'un mois que les deux amants étaient à Venise,
quand éclata la crise terrible dont s'est ressentie leur vie entière:
fatigué au physique et au moral par le voyage, affaibli par le climat,
ennuyé de cette compagne toujours malade qui lui faisait si triste
figure, Alfred de Musset devint nerveux, irritable, s'emportant à la
moindre contradiction, au moindre obstacle; George Sand, que la fièvre
rendait non moins irascible et maussade, reçut mal ses observations ou
ses doléances: de là ces querelles qui firent de leur chambre d'hôtel
un enfer. Ce ne fut pas leur faute, il ne faut les accuser ni l'un ni
l'autre: le milieu seul fut coupable. Et puis, sans vouloir en
convenir avec eux-mêmes, ils commençaient malgré eux à sentir que leur
beau rêve était irréalisable et que l'amour idéal ne se trouvait pas
sur terre. C'est alors qu'Alfred de Musset fut à son tour atteint par
la fièvre; et dans l'état d'excitation où il vivait, le mal ne fit pas
chez lui de lents progrès comme chez George Sand: il l'abattit d'un
seul coup. George Sand éperdue, ne sachant où donner de la tête, manda
par une lettre pressante[27] un jeune médecin, qui, peu de temps
auparavant, l'avait soignée pour une migraine, le docteur Pierre
Pagello:

  «...E mi pregava di accorrer subito, e, se lo credessi opportuno,
  di condur meco un altro medico, per consultare, trattandosi d'un
  uomo di grande ingegno poetico e di un individuo che cio che di
  meglio amava sulla terra. Accorsi subito e mi associai al dottor
  Zuanon, valentissimo giovane e collega, assistente all'ospitale
  dei S.S. Giovanni e Paolo. Abbiamo diagnosticata la malattia per
  febbre tifoidea nervosa.....»[28].

  «...Elle me priait de venir aussitôt, et, si je le jugeais
  opportun, d'amener avec moi un autre médecin pour une
  consultation; il s'agissait d'un homme d'un grand génie poëtique,
  d'une personne qui était ce qu'elle aimait le mieux sur la terre.
  J'accourus de suite et m'adjoignis le docteur Zuanon, jeune homme
  fort remarquable et mon collègue, assistant à l'hôpital des Saints
  Jean et Paul. Nous avons diagnostiqué la maladie: une fièvre
  typhoïde nerveuse....»

  [27] Cette lettre a été publiée par M. le vicomte de Spoelberch
  de Lovenjoul (_Cosmopolis_). Le docteur Cabanes a écrit dans la
  _Revue Hebdomadaire_ une très curieuse étude sur les relations de
  George Sand, Pagello et Alfred de Musset; son récit diffère
  quelque peu du nôtre dans les détails, mais le fond de l'histoire
  est le même.

  [28] Extrait d'une lettre du Dr Pagello, publiée dans le
  _Corriere della sera_, de Milan, du 29-30 janvier 1881.

Pagello vint et remplaça avantageusement un vieux médecin qui, nous ne
savons comment, se trouvait au chevet de Musset, dès le début de sa
maladie, le docteur Rebizzo[29].

  [29] M. Raffaello Barbiera, dans l'_Illustrazione Italiana_ du 15
  novembre 1896, répond à cette allégation: «_La Revue de Paris_ e
  altre reviste scambiano il Rebizzo con un decrepito, tremebundo
  chirurgo, che s'era provato invano, a Venezzia, ad aprir la vena
  di Alfredo de Musset malato di febbre cerebrale. Quel tremante
  salassatore era, invece, un provero avanzo della Republica
  Veneta, certo Santini, piu che ottuagenario.» Je me suis appuyé
  pour donner ce nom de Rebizzo sur le dessin de l'album d'Alfred
  de Musset représentant un vieillard, une lancette entre les
  lèvres, la tête recouverte d'une perruque à longs cheveux et qui
  prononce ces paroles: «Non v'e arteria!». Sous le dessin, ce nom,
  écrit par Paul de Musset: «Il dottor Rebizzo.»

Pagello ordonna des compresses d'eau glacée et une potion calmante:

    _Aq. ceras nigr_                [Greek: x] _ij_
    _Laud. liquid. Sydn. gutt_           _XX_
    _Aq. coob. laur. ceras, gutt_        _XV_

    _Dr PAGELLO._

Autrement dit:

    Eau de cerises noires              1 once, 2 gros.
    Laudanum liquide de Sydenham       20 gouttes.
    Eau distillée de laurier cerise    15 gouttes.

[Illustration: Fac-similé de l'Ordonnance du docteur Pagello.]

Pendant plus de huit jours, le poète fut soigné avec un admirable
dévouement par George Sand et Pagello qui ne quittèrent pas son
chevet:

  «....Par instants les sons de leurs voix me paraissaient faibles
  et lointains; par instants ils résonnaient dans ma tête avec un
  bruit insupportable. Je sentais des bouffées de froid monter du
  fond de mon lit, une vapeur glacée, comme il en sort d'une cave ou
  d'un tombeau, me pénétrer jusqu'à la moelle des os. Je conçus la
  pensée d'appeler, mais je ne l'essayai même pas, tant il y avait
  loin du siège de ma pensée aux organes qui auraient dû l'exprimer.
  A l'idée qu'on pouvait me croire mort et m'enterrer avec ce reste
  de vie réfugié dans mon cerveau, j'eus peur, et il me fut
  impossible d'en donner aucun signe. Par bonheur, une main, je ne
  sais laquelle, ôta de mon front une compresse d'eau froide que
  j'avais depuis plusieurs jours et je sentis un peu de chaleur.
  J'entendis mes deux gardiens se consulter sur mon état, ils
  n'espéraient plus me sauver.......»[30].

  [30] Relation de ce qui s'est passé à Venise, par Paul de Musset,
  manuscrit inédit.--Voir un peu plus loin.

«Le 5 février, George Sand écrivait à Boucoiran: «...Je viens
d'annoncer à Buloz l'état d'Alfred, qui est fort alarmant ce
soir......» Et le 8, au même: «.....La maladie suit son cours sans de
trop mauvais symptômes, mais non pas sans symptômes alarmants......
Heureusement j'ai trouvé enfin un jeune médecin excellent, qui ne le
quitte ni jour ni nuit et qui lui administre des remèdes d'un très bon
effet...... Gardez toujours un silence absolu sur la maladie d'Alfred
et recommandez le même silence à Buloz......»

A des crises nerveuses d'une violence extrême, succédait cette
léthargie qui ressemblait à la mort. Le neuvième ou le dixième jour,
Musset, comme s'il sortait d'un rêve, ouvrit les yeux en poussant un
léger cri, et reconnut les deux personnes présentes: «.....J'essayai
alors de tourner ma tête sur l'oreiller et elle tourna. Pagello
s'approcha de moi, me tâta le poulx et dit: «Il va mieux; s'il
continue ainsi, il est sauvé.....»[31]. Musset était hors de danger,
en effet, mais il s'en fallait de beaucoup qu'il fût guéri: dans une
lettre adressée à George Sand, datée du 4 avril 1834, il dit que cette
crise a duré dix-huit jours.

  [31] Extrait de la même relation de Paul de Musset.

Ici nous sommes obligé de toucher un point délicat: pendant cette
période aiguë de sa maladie, Alfred de Musset a-t-il réellement vu ou
s'est-il imaginé voir George Sand entre les bras de Pagello?

Dans une relation datée de décembre 1852, écrite entièrement de sa
main, Paul de Musset déclare que son frère lui a toujours dit l'avoir
_vue_, pendant qu'il était étendu sur son lit de douleur, mais sans
pouvoir préciser le moment: «En face de moi, je voyais une femme
assise sur les genoux d'un homme, elle avait la tête renversée en
arrière..... Je vis les deux personnes s'embrasser.» Et plus loin: «Le
soir même ou le lendemain, Pagello s'apprêtait à sortir, lorsque
George Sand lui dit de rester et lui offrit de prendre le thé avec
elle..... En les regardant prendre leur thé, je m'aperçus qu'ils
buvaient l'un après l'autre dans la même tasse.» Mais c'est Paul qui a
écrit cela et non Alfred, et pas une ligne d'Alfred ne fait allusion à
ce fait; il reproche bien des choses à sa maîtresse, mais jamais cela.

Il ne nous paraît guère possible d'admettre que George Sand, épuisée
par les veilles, malade elle-même, se soit donnée à un autre homme
sous les yeux de celui qu'elle soignait avec un dévouement sans
bornes. Toute sa vie, elle a protesté contre cela; elle s'est
défendue, non pas d'avoir été la maîtresse de Pagello, mais de l'être
devenue dans les circonstances que voilà.--Je parle du fait matériel
et non de la _déclaration_ adressée par elle à Pagello et signalée par
le docteur Cabanès. Le meilleur moyen de détruire cette légende, ne
serait-il pas de publier la correspondance des deux amants? Mais une
correspondance complète, et non des lettres tronquées comme celles qui
circulent sous main.

D'autre part, madame Tattet, lorsqu'elle me fit l'honneur de me
recevoir, m'a déclaré que son mari lui avait toujours dit que c'était
lui, Alfred Tattet, qui s'était aperçu de l'intimité existant entre G.
Sand et le docteur, ce dont il avait averti Alfred de Musset déjà
convalescent. Musset, qui n'avait jamais eu la moindre _Vision_ au
sens où l'entend son frère, entra dans une rage folle à cette
nouvelle; il voulut se lever pour tuer G. Sand et Pagello; Tattet
parvint à le calmer, et il se contenta de provoquer Pagello en duel.
C'est à cela que G. Sand fait évidemment allusion dans la lettre
qu'elle adressa le 24 août 1838 à Alfred Tattet: «...Je trouvais
légitime que vous me préférassiez votre ami; et, après tout, vous me
rendiez un plus grand service que de me garder le secret, car vous
l'empêchiez de se battre et je n'eusse pas voulu payer votre silence
au prix de la moindre goutte de son sang....» Enfin, G. Sand parvint à
illusionner Alfred de Musset et à lui persuader que Tattet avait mal
vu. Cela ne vous semble-t-il pas plus vraisemblable que le récit
alambiqué de Paul de Musset?

Cette même relation de Paul de Musset parle aussi d'une querelle
survenue pendant la convalescence d'Alfred. Une nuit, Alfred surprit
George écrivant sur ses genoux; il voulut savoir ce qu'elle disait
dans cette lettre et à qui elle l'adressait. George Sand refusa toute
explication et plutôt que de lui remettre son papier, elle le lança
par la fenêtre. Alfred de Musset fut convaincu par cela seul qu'elle
écrivait à Pagello pour lui donner un rendez-vous.--Nous parlons
toujours d'après Paul de Musset.

Dans une note jointe à une lettre d'Alfred de Musset, datée du 30
avril 1834, George Sand affirme qu'elle donnait simplement des
nouvelles d'Alfred à Pagello et qu'elle ne voulut pas lui faire voir
le billet parce qu'elle y parlait de folie: «Plus tard, _elle_
consentit, à Paris, «_à lui_ remettre cette fameuse lettre»; car,
Alfred de Musset parti, elle descendit aussitôt dans la rue où elle la
retrouva.

Or, il y a, dans les papiers d'Alfred de Musset, une _Canzonetta nuova
supra l'Elisire d'Amore_, qui répond en tous points à la pièce décrite
par George Sand dans la note citée plus haut: c'est une sorte de
placard de quatre pages, imprimé à Venise, sur mauvais papier, et qui
se vendait quelques sous dans la rue. Au dos de cette romance, on lit
cette phrase écrite, au crayon, par George Sand: «_Egli e stato molto
male questa notte, poveretto! credeva si vedere fantasmi intorno al
suo letto, e gridava sempre: Son matto_, je deviens fou. _Temo molto
per la sua ragione. Bisogna sapere dal gondoliere se non ha bevuto
vino di Cipro, nella gondola, ieri. Se forse ubri....._» C'est-à-dire:
«Il s'est trouvé très mal cette nuit, le pauvre! Il croyait voir des
fantômes autour de son lit et criait sans cesse: _Je suis fou, je
deviens fou._ Je crains beaucoup pour sa raison. Il faut savoir du
gondolier s'il n'a pas bu du vin de Chypre, en gondole, hier. Si
peut-être il était gris.....» George Sand ajoute: «La phrase devait
probablement se terminer ainsi: _S'il n'était que gris, cela ne serait
pas si inquiétant._ Il éprouvait un insurmontable besoin de relever
ses forces par des excitants, et deux ou trois fois, malgré toutes les
précautions, il réussit à boire en s'échappant, sous prétexte de
promenade en gondole. Chaque fois, il eut des crises épouvantables, et
il ne fallait pas en parler au médecin devant lui, car il s'emportait
sérieusement contre ces révélations.»

On était alors aux premiers jours de mars; un secours inattendu arriva
aux malheureux voyageurs. M. Alfred Tattet visitait l'Italie, en
compagnie d'une personne dont le nom fut célèbre au théâtre[32]; il
fit un détour pour venir voir à Venise son ami Alfred de Musset, qu'il
croyait en bonne santé. Il le trouva revenant à la vie; lui aussi se
fit garde-malade et ils furent trois au lieu de deux:

«...J'ai tâché pendant mon séjour à Venise, écrivait-il à
Sainte-Beuve, de procurer quelques distractions à Madame Dudevant, qui
n'en pouvait plus; la maladie d'Alfred l'avait beaucoup fatiguée. Je
ne les ai quittés que lorsqu'il m'a été bien prouvé que l'un était
tout à fait hors de danger et que l'autre était entièrement remise de
ses longues veilles.....»[33].

  [32] Je n'avais pas cru devoir donner le nom de Mlle Dejazet par
  égard pour Mme Tattet. M. Mariéton ayant trouvé ce nom dans _mes_
  notes s'est empressé de le publier.

  [33] Cette lettre, datée de Florence, 17 mars 1834, a été publiée
  par M. le Vicomte de Spoelberch de Lovenjoul (_Cosmopolis_).

Un billet de George Sand vient confirmer cette lettre:


    «_A Monsieur Alfred Tattet, hôtel de l'Europe._

  «Alfred ne va pas mal; nous irons au spectacle si vous voulez.
  Mais guérissez-vous de votre rhume et soignez-vous.

    «Tout à vous.

    «GEORGE.»

Dès qu'il avait pu le faire, Alfred de Musset avait écrit à sa mère
pour lui dire son état et lui annoncer son retour: «Je vous
apporterai un corps malade, une âme abattue, un coeur en sang, mais
qui vous aime encore.»[34].

  [34] _Biographie_, p. 129.

Voici la réponse de Mme de Musset:


    «Paris, 17 mars 1834.

  «Oh! mon pauvre fils! mon pauvre fils! Quel fatal voyage tu as
  fait là! Et quelle affreuse maladie! Ta lettre m'a bouleversée;
  j'en, suis restée trois heures sans pouvoir parler. D'après le
  traitement qu'on t'a fait subir, ton frère conclut que tu as eu
  une fièvre cérébrale. Pour moi, je me perds dans les conjectures
  les plus sinistres pour deviner quelle complication de maladies a
  pu l'assaillir, toi si sain, si fort jusque-là, et qui n'as jamais
  fait sous mes yeux ce qu'on peut appeler une maladie. Je suis
  persuadée que le malsain climat dans lequel vous êtes allés vous
  fixer a contribué à ton malheur. Venise est inhabitable une grande
  partie de l'année; je voudrais à tout prix t'en savoir dehors. Il
  ne faut pas cependant que tu te mettes en route pour la France
  avant que ta pauvre santé soit consolidée; tu n'aurais pas la
  force de supporter le voyage et une rechute serait plus dangereuse
  encore. Mais si tu t'en sens la force, tâche d'aller passer ta
  convalescence loin de Venise, elle en sera plus courte et plus
  sûre. J'ai une bien grande reconnaissance pour Madame Sand et pour
  tous les soins qu'elle t'a donnés. Que serais-tu devenu sans elle?
  C'est affreux à penser. J'étais, lorsque j'ai reçu ta lettre, dans
  une inquiétude impossible à exprimer. J'avais été jeudi chez
  Buloz, qui venait de recevoir une lettre de Madame Sand; il ne
  voulait pas me la montrer et il feignait de l'avoir perdue. Il
  avait imprudemment lâché le mot d'indisposition: Alfred a une
  indisposition! Il n'en fallait pas tant pour me faire deviner la
  vérité, l'horrible vérité; et je suis sortie de chez lui plus
  morte que vive.

  «Je n'ai pas besoin de te dire, mon bien cher enfant, que tout ce
  que tu désires de changements dans notre appartement sera fait de
  suite...... (Description des modifications à opérer)...... Si ce
  projet te convient, écris-le moi, je le ferai exécuter avant ton
  retour, pour t'éviter l'ennui des ouvriers, autrement, nous
  attendrons ton retour et je me bornerai à faire ce que tu me
  demandes.

  «Je te supplie de m'écrire lettres sur lettres, mon cher enfant;
  tu comprends combien cela m'est nécessaire en ce moment. Je suis
  si malheureuse, si tourmentée! Ton frère et ta soeur sont bien
  inquiets aussi. J'ai appris avec plaisir que M. Tattet est avec
  vous; ce te sera une distraction agréable: un ami est bien
  précieux à trois cents lieues de tous les siens.

  «Nous nous portons tous bien, à l'inquiétude près, qui est un mal
  insupportable pour moi. Je t'embrasse, mon cher fils, de toute mon
  âme et t'aime plus que ma vie.

    «Ta mère

    «EDMÉE.»

  «Tu ne m'as pas donné d'adresse positive et pas dit si tu as reçu
  une seule de mes lettres; de sorte que je crains toujours qu'elles
  ne te soient pas parvenues.»

Le timbre d'arrivée à Venise porte la date du 25 mars. A cette époque,
Alfred de Musset était donc suffisamment rétabli pour sortir et aller
lui-même chercher ses lettres à la poste.

D'autre part, George Sand écrivait à Alfred Tattet, qui lui demandait
des nouvelles:

  «Votre lettre me fait beaucoup plaisir, mon cher monsieur Alfred,
  et je suis charmée que vous me fournissiez l'occasion de deux
  choses. D'abord de vous dire qu'Alfred, sauf un peu moins de force
  dans les jambes et de gaieté dans l'esprit, est presque aussi bien
  portant que dans l'état naturel. Ensuite de vous remercier de
  l'amitié que vous m'avez témoignée et des moments agréables que
  vous m'avez fait passer en dépit de toutes mes peines. Je vous
  dois les seules heures de gaieté et d'expansion que j'aie goûtées
  dans le cours de ce mois si malheureux et si accablant. Vous en
  retrouverez de meilleures dans votre vie; quant à moi, Dieu sait
  si j'en rencontrerai jamais de supportables. Je suis toujours dans
  l'incertitude où vous m'avez vue, et j'ignore absolument si ma
  vieille barque ira échouer en Chine, ou à toute autre morgue,
  _questo non importa_, comme dirait notre ami Pagello, et je vous
  engage à vous en soucier fort peu. Gardez-moi seulement un bon
  souvenir du peu de temps que nous avons passé à bavarder au coin
  de mon feu, dans les loges de la Fenice et sur les ponts de
  _Venezia la Bella_, comme vous dites si élégamment. Si quelqu'un
  vous demande ce que vous pensez de la féroce Lélia, répondez
  seulement qu'elle ne vit pas de l'eau des mers et du sang des
  hommes, en quoi elle est très inférieure à Han d'Islande; dites
  qu'elle vit de poulet bouilli, qu'elle porte des pantoufles le
  matin et qu'elle fume des cigarettes de Maryland. Souvenez-vous
  tout seul de l'avoir vue souffrir et de l'avoir entendue se
  plaindre, comme une personne naturelle.--Vous m'avez dit que cet
  instant de confiance et de sincérité était l'effet du hasard et du
  désoeuvrement. Je n'en sais rien, mais je sais que je n'ai pas eu
  l'idée de m'en repentir, et qu'après avoir parlé avec franchise
  pour répondre à vos questions, j'ai été touchée de l'intérêt avec
  lequel vous m'avez écoutée. Il y a certainement un point par
  lequel nous nous comprenons: c'est l'affection et le dévouement
  que nous avons pour la même personne. Qu'elle soit heureuse, c'est
  tout ce que je désire désormais. Vous êtes sûr de pouvoir
  contribuer à son bonheur, et moi, j'en doute pour ma part. C'est
  en quoi nous différons et c'est en quoi je vous envie. Mais je
  sais que les hommes de cette trempe ont un avenir et une
  providence. Il retrouvera en lui-même plus qu'il ne perdra en moi;
  il trouvera la fortune et la gloire, moi je chercherai Dieu et la
  solitude.

  «En attendant, nous partons pour Paris dans huit ou dix jours, et
  nous n'aurons pas, par conséquent, le plaisir de vous avoir pour
  compagnon de voyage. Alfred s'en afflige beaucoup, et moi, je le
  regrette réellement. Nous aurions été tranquilles et _allegri_
  avec vous, au lieu que nous allons être inquiets et tristes. Nous
  ne savons pas encore à quoi nous forcera l'état de sa santé
  physique et morale. Il croit désirer beaucoup que nous ne nous
  séparions pas et il me témoigne beaucoup d'affection. Mais il y a
  bien des jours où il a aussi peu de foi en son désir que moi en ma
  puissance, et alors, je suis près de lui entre deux écueils: celui
  d'être trop aimée et de lui être dangereuse sous un rapport, et
  celui de ne pas l'être assez, sous un autre rapport, pour suffire
  à son bonheur. La raison et le courage me disent donc qu'il faut
  que je m'en aille à Constantinople, à Calcutta ou à tous les
  diables. Si quelque jour il vous parle de moi et qu'il m'accuse
  d'avoir eu trop de force ou d'orgueil, dites-lui que le hasard
  vous a amené auprès de son lit dans un temps où il avait la tête
  encore faible, et qu'alors, n'étant séparé des secrets de notre
  coeur que par un paravent, vous avez entendu et compris bien des
  souffrances auxquelles vous avez compati. Dites-lui que vous avez
  vu la vieille femme répandre sur ses tisons deux ou trois larmes
  silencieuses, que son orgueil n'a pas pu cacher. Dites-lui qu'au
  milieu des rires que votre compassion ou votre bienveillance
  cherchait à exciter en elle, un cri de douleur s'est échappé une
  ou deux fois du fond de son âme pour appeler la mort.

  «Mais je vous ennuye avec mes bavardages, et peut-être vous aussi,
  vous pensez que, par habitude, j'écris des phrases sur mon
  chagrin. Cette crainte là est ce qui me donne ordinairement de la
  force et une apparence de dédain. Je sais que je suis entachée de
  la désignation de _femme de lettres_, et, plutôt que d'avoir l'air
  de consommer ma marchandise littéraire par économie dans la vie
  réelle, je tâche de dépenser et de soulager mon coeur dans les
  fictions de mes romans; mais il m'en reste encore trop, et je n'ai
  pas le droit de le montrer sans qu'on en rie. C'est pourquoi je le
  cache; c'est pourquoi je me consume et mourrai seule, comme j'ai
  vécu. C'est pourquoi j'espère qu'il y a un Dieu qui me voit et qui
  me sait, car nul homme ne m'a comprise, et Dieu ne peut pas avoir
  mis en moi un feu si intense pour ne produire qu'un peu de
  cendres.

  «Ensuite, il y a des gens qui prennent tout au sérieux, même la
  Mort, et qui vous disent: «Cela ne peut pas être vrai, on ne peut
  pas plaisanter et souffrir, on ne peut pas mourir sans frayeur, on
  ne peut pas déjeuner la veille de son enterrement.» Heureux ceux
  qui parlent ainsi. Ils ne meurent qu'une fois et ne perdent pas le
  temps de vivre à faire sur eux-mêmes l'éternel travail de
  renoncement, ce qui est, après tout, la plus stupide et la plus
  douloureuse des opérations.

  «A propos d'opérations, _l'illustrissimo professore Pagello_ vous
  adresse mille compliments et amitiés. Je lui ai traduit
  servilement le passage sombre et mystérieux de votre lettre où il
  est question de lui et de mademoiselle Antonietta, sans y ajouter
  le moindre point d'interrogation, sans chercher à soulever le
  voile qui recouvre peut-être un abîme d'iniquités. Le docteur
  Pagello a souri, rougi, pâli; les veines colossales de son front
  se sont gonflées, il a fumé trois pipes; ensuite, il a été voir
  jouer un opéra nouveau de Mercadante, à la Fenice; puis il est
  revenu, et, après avoir pris quinze tasses de thé, il a poussé un
  grand soupir, et il a prononcé ce mot mémorable que je vous
  transmets aveuglément pour que vous l'appliquiez à telle question
  qu'il vous plaira: _Forse!_

  «Ensuite, je lui ai dit que vous pensiez beaucoup de bien de lui,
  et il m'a répondu qu'il en pensait au moins autant de vous, que
  vous lui plaisiez _immensamente_ et qu'il était bien fâché que
  vous ne vous fussiez pas cassé une jambe à Venise, parce qu'il
  aurait eu le plaisir de vous la remettre et de vous voir plus
  longtemps. J'ai trouvé que son amitié allait trop loin, mais j'ai
  partagé son regret de vous avoir si tôt perdu.

  «Je n'écris pas à Sainte-Beuve parce que je ne me sens pas le
  courage de parler davantage de mes chagrins, et qu'il m'est
  impossible de feindre avec lui une autre disposition que celle où
  je suis. Mais si vous lui écrivez, remerciez-le pour moi de
  l'intérêt qu'il nous porte. Sainte-Beuve est l'homme que j'estime
  le plus; son âme a quelque chose d'angélique et son caractère est
  naïf et obstiné comme celui d'un enfant. Dites-lui que je l'aime
  bien; je ne sais pas si je le verrai à Paris; je ne sais pas si je
  le reverrai jamais.

  «Ni vous non plus, mon cher; mais pensez à moi quelquefois, et
  tâchez d'en penser un peu de bien avec ceux qui n'en penseront pas
  trop de mal. Je ne vous dis rien de la part d'Alfred, je crois
  qu'il vous écrira de son côté. Amusez-vous bien, courez, admirez
  et surtout ne tombez pas malade.

    T. à v.

    «GEORGE SAND.»

    22 mars [1834].

  «Écrivez-moi à Paris, quai Malaquais, 19, si vous avez quelque
  chose à me dire.»


III

RETOUR D'ITALIE

Le 22 mars 1834, il était donc décidé que George Sand et Alfred de
Musset revenaient ensemble à Paris; mais le 28, tout était changé: les
troisième, quatrième et cinquième chapitres de la dernière partie de
la _Confession d'un Enfant du siècle_ donnent une idée de ce qui a dû
se passer durant ces quelques jours. Musset, apparemment, crut faire
acte de grandeur d'âme et de générosité en partant seul, laissant
George Sand en compagnie de Pagello.

Avant de le quitter, ses «deux grands amis» remirent au voyageur un
petit portefeuille portant ces deux dédicaces autographes[35]. Sur la
première page:

    A son bon camarade, frère et ami Alfred
    Sa maîtresse George
    Venise 28 mars 1834.

sur la dernière:

    _Pietro Pagello
    Raccomanda
    Mr Alfred de Musset
    A Pietro Pirzio
                         Ingegnesi
    A Vincenzo Stefanelli
    A Mr J. R. Aggiunta._

  [35] Ce carnet a soixante-douze feuillets. Sur le premier, envoi
  de George Sand. Les feuillets 3 à 12 portent des notes
  manuscrites d'Alfred de Musset: maximes, extraits de divers
  auteurs: Sénèque, Pindare, Marc-Aurèle, Homère, Byron, etc...;
  d'autres encore, français, anglais, italiens.

  Les feuillets 2, 15 à 48, 57 à 71 sont restés blancs.

  Les feuillets 13, 14, 49 à 56 sont arrachés. Sur les fragments qui
  en restent, on distingue des traces d'écriture au crayon.

  Sur le feuillet 72 et dernier, envoi de Pagello, écrit en sens
  inverse des autres pages. C'est de ce carnet qu'il s'agit dans la
  lettre d'Alfred de Musset à George Sand, datée du 15 juin 1834.

[Illustration: Fac-similé de la Dédicace écrite par George Sand
sur le carnet d'Alfred de Musset.]

[Illustration: Fac-similé de la Dédicace écrite par Pierre Pagello
sur le carnet d'Alfred de Musset.]

Alfred de Musset quitta Venise dans la journée ou dans la soirée du 29
mars 1834; son passeport nous fournit encore des indications précises:

  _Venezia, 28 marzo 1834. Dir Gen. di Poli. Buono per Milano._

  _Vu au Consulat de France à Venise. Bon pour se rendre à Paris.
  Venise, 29 mars 1834. Le Consul de France: Silvestre de Sacy._

  _Visto al Comando. Arona, 1 aprile 1834._

  _Vu au Pont Saint Maurice, le 3 avril 1834, allant en France._

  _Vu à Genève, le 5 avril 1834. Bon pour Paris._

  _Vu à Bellegarde, le 6 avril 1834._

Il était accompagné par une sorte de domestique, nommé Antonio, que
George Sand avait chargé de veiller sur son maître pendant le voyage
et qui devait la tenir au courant des incidents de la route. Elle-même
reconduisit Musset jusqu'à Mestre, dit-elle dans son _Histoire de ma
vie_,--jusqu'à Vicence, d'après une lettre d'elle à Boucoiran[36].

  [36] Datée du 6 avril 1834, et publiée dans sa _Correspondance_,
  tome I, p. 265.--D'après une lettre qu'elle écrivit le 15 avril
  1834 à Musset lui-même, c'est le lendemain de son départ qu'elle
  est allée à Vicence, pour savoir comment il avait passé sa
  première nuit de voyage.

Il lui écrivit de Padoue et de Genève:

    «Monsieur Pagello, Dr médecin
    Pharmacie Ancilla, C. Sn Luca

    _Pour remettre à Madame Sand._      Venise.

    [Genève], vendredi, 4 avril [1834].

  «Mon George chéri, je suis à Genève. Je suis parti de Milan sans
  avoir trouvé de lettre de toi à la poste. Peut-être m'avais-tu
  écrit; mais j'avais retenu mes places tout de suite en arrivant,
  et le hasard a voulu que le courrier de Venise, qui arrive
  toujours deux heures avant le départ de la diligence de Genève,
  s'est trouvé en retard cette fois. Je t'en prie, si tu m'as écrit
  à Milan, écris au directeur de la poste de me faire passer ta
  lettre à Paris. Je la veux, n'eût-elle que deux lignes. Écris-moi
  à Paris..... Quand tu passeras le Simplon pense à moi, George.
  C'était la première fois que les spectacles éternels des Alpes se
  levaient devant moi dans leur force et dans leur calme. J'étais
  seul dans le cabriolet; je ne sais comment rendre ce que j'ai
  éprouvé: il me semblait que ces géants me parlaient de toutes les
  grandeurs sorties de la main de Dieu: «Je ne suis qu'un enfant, me
  suis-je écrié, mais j'ai deux grands amis, et ils sont
  heureux!....»

Elle, de son côté, lui adressa une lettre à Milan.

Je ne parlerai pas de l'existence à Venise de George Sand et de
Pagello, après le départ d'Alfred de Musset. La publication, par M. le
Dr Cabanès, dans la _Revue Hebdomadaire_ des 1er août et 15 octobre
1896, de longs fragments du journal intime de P. Pagello et autres
documents; les révélations de M. R. Barbiera dans l'_Illustrazione
Italiana_, de Milan, des 15, 22 et 29 novembre 1896, joints au livre
de Mme L. Codemo, que nous citons ci-dessus, permettent de retrouver,
presque jour par jour, les détails de leur vie privée. Suivons donc le
poète dans son voyage.

Le 12 avril, Alfred de Musset arriva à Paris (le 10, dit Paul dans la
_Biographie_), exténué au physique et au moral. Il s'enferma dans sa
chambre, et, pendant plus d'un mois, ne voulut voir personne:

  «....Je fus saisi d'une souffrance inattendue, raconte-t-il plus
  tard dans son _Poète déchu_[37]; il me semblait que toutes mes
  idées tombaient comme des feuilles sèches, tandis que je ne sais
  quel sentiment inconnu, horriblement triste et tendre, s'élevait
  dans mon âme. Dès que je vis que je ne pouvais lutter, je
  m'abandonnai à la douleur, en désespéré... La douleur se calma
  peu à peu, les larmes tarirent, les insomnies cessèrent, je connus
  et j'aimai la mélancolie...»

  [37] En 1839.--Paul de Musset en cite des fragments dans la
  _Biographie_.

Ce qui entretenait encore le poète en ce malheureux état, c'était la
correspondance établie entre _lui_ et _elle_: n'étant plus en contact,
ils renouvelaient leur rêve et poétisaient jusqu'à leurs querelles
passées:

    _Alfred de Musset à George Sand._

  «Paris, 19 avril 1834.--..... Je regardais l'autre soir cette table
  où nous avons lu ensemble Goetz de Berlichingen. Je me souviens du
  moment où j'ai posé le livre sur la table, après le dernier cri du
  héros mourant: Liberté! Liberté! Tu étais beaucoup pour moi, ma
  pauvre amie, plus que tu ne croyais et que je ne croyais moi-même.
  Tu es donc dans les Alpes? N'est-ce pas que c'est beau? Il n'y a
  que cela au monde. Je pense avec plaisir que tu es dans les Alpes.
  Je voudrais qu'elles pussent te répondre; elles te raconteraient
  peut-être ce que je leur ai dit....»

    _George Sand à Alfred de Musset_[38].

  «Venise, 29 avril.--..... Ta lettre est triste, mon ange, mais elle
  est bonne et affectueuse pour moi. Oh! quelle que soit la
  disposition de ton esprit, je trouverai toujours ton coeur,
  n'est-ce pas, mon bon petit?....»

  [38] Publiée dans la _Revue de Paris_ du 1er novembre 1896,
  lettre 4.

    _Alfred de Musset à George Sand._

  «Paris, 30 avril--..... Ce n'est donc pas un rêve, mon enfant
  chéri? Cette amitié qui survit à l'amour, dont le monde se moque
  tant, dont je me suis tant moqué moi-même, cette amitié-là existe!
  C'est donc vrai, tu me le dis et je le crois, je le sens, _tu
  m'aimes!_.....»

Dans son journal intime, _Sketches and Hints_, George Sand consigne
sous le titre de «_Venise_» une sorte de poème du désespoir: «O
Venise, pourquoi es-tu si belle et pourquoi m'es-tu si chère, à moi
qui ne dois plus aimer et qui vais mourir?»

En outre des lettres qu'ils s'adressaient tous les trois ou quatre
jours, George Sand lui envoyait ses _Lettres d'un Voyageur_: la
première, le 29 avril; la deuxième, dans les premiers jours de juin,
par l'entremise de Buloz:

  «.....Buloz, écrit le 15 juin Alfred de Musset à George Sand,
  vient de m'apporter la lettre que tu lui as envoyée pour la
  _Revue_. Il me l'a lue en ânonnant, jusqu'à ce que, impatienté des
  coups d'épingles que sa lourde déclamation me donnait dans le
  coeur, je lui ai arraché le papier des mains, pour le finir à
  haute voix. Maintenant le voilà parti, et le coeur me bat si fort
  qu'il faut que je t'écrive ce que j'éprouve.....»

Puis, le 17 juin, «la seconde moitié du second volume de _Jacques_,»
avec mission de la lire et d'y faire les coupures qu'il jugerait
nécessaires[39]. C'est Musset qui s'occupait à Paris des affaires de
George Sand, restée à Venise, voyait ses fournisseurs, s'entendait
pour elle avec Buloz, et lui faisait expédier par ses éditeurs les
sommes dont ils lui étaient redevables; il était aidé en cela par
Boucoiran.

  [39] En tête de l'exemplaire de _Jacques_ que possédait Alfred de
  Musset, se trouve cet envoi autographe: «_George à Alfred_».

D'autre part, il mandait ceci, dès le 30 avril, à son amie: «J'ai bien
envie d'écrire notre histoire; il me semble que cela me guérirait et
m'élèverait le coeur. Je voudrais te bâtir un autel, fût-ce avec mes
os; mais j'attendrai ta permission formelle».--Et le 12 mai, George
Sand lui répondait: «Il m'est impossible de parler de moi dans un
livre, dans la disposition d'esprit où je suis; pour toi, fais ce que
tu voudras, romans, sonnets, poèmes; parle de moi comme tu
l'entendras, je me livre à toi les yeux bandés».--Ce projet, on le
sait, est devenu la _Confession d'un enfant du siècle_. On a donc eu
tort de prétendre que George Sand avait imaginé _Elle et Lui_ pour
répliquer à cette confession[40]. Non seulement elle était prévenue
des intentions d'Alfred de Musset, mais elle l'autorisait à écrire.
Bien plus, la rupture définitive s'étant consommée dans les premiers
jours de mars 1835, et la _Revue des Deux-Mondes_ publiant dès le 15
septembre le deuxième chapitre de la première partie de la
_Confession_, celle-ci fut commencée probablement avant cette rupture.

  [40] L'exemplaire de la _Confession d'un enfant du siècle_
  appartenant à George Sand, porte cette dédicace manuscrite: «_A
  George Sand.--Alfd Mt._».

  Au verso de la couverture de _Leone Leoni_, par G. Sand (Paris,
  Bonnaire et Magen, 1835. 1 vol. in-8) se trouve cette annonce de
  librairie:

    «Pour paraître prochainement:

  «AU-DELA DU RHIN, par Lherminier, professeur au Collège de France.
  2 vol. in-8.

  «LA CONFESSION D'UN ENFANT DU SIÈCLE, par Alfred de Musset. 2 vol.
  in-8.

  «SERVITUDE ET GRANDEUR MILITAIRES, par Alfred de Vigny. 1 vol.
  in-8.

  «LA SECONDE CONSULTATION DU DOCTEUR NOIR, par le même. 1 vol.
  in-8.

  «UN NOUVEAU ROMAN, par George Sand. 2 vol. in-8.

  «GRANGENEUVE, par H. Delatouche. 2 vol. in-8.»

Pagello, emporté dans le même tourbillon, écrivait des lettres, lui
aussi; mais il n'osait pas encore s'adresser directement à Alfred de
Musset: il s'en prenait à son ami Tattet. Voici la première de ces
lettres que nous avons retrouvées:

    «7 giugno 1834, Venezia.

    «Mio caro amico,

  «Mi sono affrettato di eseguire la vostra commissione, son
  assicurato che le due casse di bottiglie sono già sulla strada
  della Francia.--Se niente arrivasse al contrario, scrivetemi, e vi
  serviro.--Madame G. vi saluta cordialmente, sta bene e si diverte
  abbastanza per questo poco che puo offrire Venezia in confronto di
  Parigi.--Addio, buon amico. La nostra amicizia di un giorno sembra
  quella di due anni: forse ci vedremo a Parigi.--Non vi so dire ne
  il quando ne il come, so che ci rivedremo.--Si vedete Alfred de
  Musset, bacciatelo per me.

    «Addio, addio, vostro sincero

    «PIETRO PAGELLO.»

  _Traduction._

    «Venise, 7 juin 1834.

    «Mon cher ami,

  «Je me suis hâté de faire votre commission, et je me suis assuré
  que les deux caisses de bouteilles sont déjà sur la route de
  France.--S'il n'arrivait rien, au contraire, écrivez-moi, et je
  vous servirai.--Madame G. [George] vous salue cordialement; elle
  va bien de santé et se divertit suffisamment, pour le peu qu'offre
  Venise en comparaison de Paris.--Adieu, bon ami; notre amitié d'un
  jour semble celle de deux années; peut-être nous verrons-nous à
  Paris.--Je ne sais vous dire ni quand ni comment, je sais que nous
  nous reverrons.--Si vous voyez Alfred de Musset, embrassez-le pour
  moi.

    «Adieu, adieu, votre sincère

    «PIERRE PAGELLO.»

       *       *       *       *       *

Pendant que s'échangeaient toutes ces lettres, on s'occupait d'Alfred
de Musset et de George Sand, à Paris, beaucoup plus qu'ils ne
l'auraient désiré. Buloz, et surtout Boucoiran, tenaient George Sand
au courant de ce qui se disait, bien qu'elle le leur défendît. Cela
devint tel, qu'elle crut devoir mettre sa mère elle-même en garde
contre tous ces racontars:

    «_A madame Dupin, à Paris._

    «Venise, 5 juin 1834.

  «Ma chère maman, il y a bien longtemps que je veux répondre à
  votre bonne lettre. J'ai été malade, j'ai voyagé, j'ai eu du
  chagrin et des inquiétudes très graves, mais enfin, je suis bien
  portante et tranquille. Vous avez peut-être entendu dire que mon
  compagnon de voyage, après avoir fait une maladie mortelle à
  Venise, a été forcé, par l'état de sa poitrine, de quitter l'air
  de l'Italie et de retourner en France. Je suis restée ici pour
  achever mon travail et jouir encore quelque temps du séjour de ce
  beau pays.....»[41]

  [41] Lettre inédite.

Le brusque retour du poète sans sa compagne avait prêté à des récits
fort éloignés de la vérité: ne sachant rien, on inventait. Les
premières semaines, confiné dans sa solitude volontaire, Musset ignora
ce qui se disait; mais dès sa rentrée dans le monde, ces méchants
propos parvinrent à ses oreilles. Ce fut Buloz qui, sans le savoir,
éveilla ses soupçons. Alfred de Musset donna le démenti le plus formel
à tous ces mensonges et défendit énergiquement George Sand. Mais les
insinuations malveillantes de Gustave Planche avaient fait leur
chemin; malgré ses efforts, Musset ne put imposer silence aux
calomniateurs. De leur côté, les amis de George Sand avaient jasé à
tort et à travers, et quand on sut qu'elle allait revenir avec le
troisième complice, ce fut un véritable scandale.

Le 15 juin, Pagello avait écrit directement à Alfred de Musset. Sa
lettre, dont Mme A. Barine avait publié un fragment[42], a été citée
en entier par M. le vicomte de Spoelberch de Lovenjoul[43]. Le 11
juillet, Alfred de Musset lui répondait:

    «Al mio caro P. Pagello,

  «Mon cher, vous êtes bien gentil de m'avoir un peu écrit; je dis
  un peu, car ce n'est guère; mais si petit que soit le morceau de
  papier qui me parle de votre amitié, en quel moment de ma vie ne
  sera-t-il pas bien reçu? Il n'en est peut-être pas de même de vos
  recommandations sur le vin de champagne, et je n'ose avouer au
  grand salviatico Pietro, combien était fondé le juste remords qui
  m'a saisi à cet article de votre lettre. Mais je vous promets que
  jamais, jamais, je ne boirai plus de cette maudite boisson--sans
  me faire les plus grands reproches.

  «George me mande que vous hésitez à venir ici avec elle; il faut
  venir, mon ami, ou ne pas la laisser partir. Trois cents lieues
  sont trop longues pour une femme seule.....

    «ALFd DE Mt.»

  [42] _Alfred de Musset_, par A. Barine. Paris, Hachette, 1893. 1
  vol. in-12, p. 73.

  [43] _Véritable histoire_, etc...., p. 39.

Un mois plus tard, le 19 juillet 1834, George Sand écrivant à
Boucoiran, pour lui annoncer son retour, lui disait:

  «.....J'en ai fini avec les passions; la dernière est celle qui
  m'a fait le plus de mal, mais c'est la seule dont je ne me repente
  pas, car il n'y a eu dans mes chagrins ni de ma faute ni de celle
  d'autrui. Vous dites que vous ne l'approuviez pas, mon ami! Il y a
  des choses entre deux amants dont eux seuls au monde peuvent être
  juges!....»

Elle ne prévoyait pas alors les orages futurs.


IV

VOYAGE DE MUSSET A BADE

George Sand, à son tour, avait quitté Venise; le 29 juillet, elle
était à Milan, puis elle traversait la Suisse; elle arrivait à Paris
vers le 10 août--avec Pagello.--Alfred de Musset, qu'elle avait
prévenu depuis longtemps, l'attendait, et leur premier soin fut
de se revoir. C'est par le livre de Mme Arvède Barine[44] qu'il
faut connaître cette période de leur existence: brouilles et
raccommodements se succèdent sans interruption, compliqués par la
présence de Pagello, devenu jaloux. Ajoutez à cela que tout le bruit
fait autour d'eux déchire brutalement le bandeau qui les aveuglait:
ils comprennent combien leur situation est fausse et ridicule.

  [44] L'auteur a consacré un long chapitre aux relations d'Alfred
  de Musset et de George Sand. Des documents précis, habilement
  groupés, des extraits de lettres, en font un ensemble
  psychologique des plus attrayants.

Après un de ces orages, Alfred de Musset, n'y pouvant plus tenir,
envoie ce billet à George Sand: «Je vais mettre une seconde fois la
mer et la montagne entre nous; si Dieu le permet, je reverrai ma mère,
mais je ne reverrai jamais la France».

Quelques jours plus tard, nouvelle lettre dans laquelle il la remercie
de lui accorder un rendez-vous: «...Quant à ma résolution de partir,
n'en parlons pas, elle est irrévocable. Je l'ai prise hier soir en me
couchant. Ce matin, j'ai ouvert ma fenêtre et j'ai regardé le soleil;
lui-même, du haut des sphères célestes, il n'aurait rien vu qui put la
changer. Quoique tu m'aies connu enfant, crois aujourd'hui que je suis
homme; je ne m'abuse sur rien, je ne crains, ni n'espère rien.....»

En même temps, il écrivait à Buloz:

    «Lundi, 18 [août 1834.]

  «Mon ami, ma mère me donne de quoi aller aux Pyrénées, et je vais
  partir. Dites-moi si vous croyez pouvoir, quand je serai là-bas,
  m'envoyer quelqu'argent. J'y vais pour travailler; je vous
  donnerai d'abord les vers que je vous ai promis, vous aurez
  ensuite et bientôt mon roman. Je m'engagerai, si vous voulez, à un
  dédit pour une époque que vous fixerez, et à laquelle vous
  recevrez le manuscrit entier, à moins de maladie grave, auquel
  cas, tout vous sera fidèlement rendu. Répondez-moi un mot ou venez
  me voir si vous avez le temps. Mais tout de suite, car je ne serai
  pas ici vendredi.

    «T. à v.       «ALFd DE MUSSET.»

Il devait aller à Toulouse voir son oncle, M. Desherbiers, alors
sous-préfet à Lavaur; de là aux Pyrénées, puis à Cadix. En
conséquence de quoi, il partit pour..... Bade. Nous avons de nouveau
recours au passeport:

  _Vu au Ministère des Affaires Étrangères. Paris, 20 août 1834.

  Vu pour Francfort et les bords du Rhin. Paris, 20 août 1834.
  Préfecture de Police.

  Vu à la Légation de Bade. Paris, 21 août 1834.

  Vu à la Légation des Villes Libres d'Allemagne. Paris, 21 août
  1834.

  Vu pour les eaux de Bade. Strasbourg, 28 août 1834.

  Baden, 30 august 1834. (Signature illisible)._

D'autre part, George Sand s'était réfugiée à Nohant; elle y était déjà
installée le 31 août, seule, ayant eu la sagesse de laisser Pagello à
Paris. Mais ses idées de suicide l'avaient reprise, et, à cette date,
elle écrivait à Boucoiran: «.....Je lui dois (à Pagello) la vie
d'Alfred et la mienne. Pour ce qui est de la mienne, je sais bien
l'usage que je vais en faire; quant à celle d'Alfred, rien ne peut la
payer.....»[45]. Et elle lui donne des instructions en conséquence.

  [45] Fragment inédit d'une lettre publiée dans la
  _Correspondance_, tome I, p. 279-281.

Cependant, entre Nohant et Bade recommença une nouvelle correspondance
encore plus passionnée que celle échangée entre Paris et Venise[46];
et, pendant ce temps-là, Pagello, resté seul à Paris, inconnu, se
lamentait de son isolement et écrivait à Alfred Tattet:


    «Parigi, 6 settembre 1834.

    «Mio caro Alfredo,

  «Il vostro povero amico e a Parigi.--Ho domandato di voi alla
  vostra casa, mi fu detto che siete alla campagna. Se avessi tempo,
  sarei venuto a darvi un bacio, ma come sono qui per poco ve lo
  mando in questo foglio. Non so quanti giorni ancora restero a
  Parigi.--Voi sapete che io son obbligato di obbedire alla mia
  piccola borsa, e questa mi comanda digia la partenza.--Addio.--Se
  potro vedervi a Parigi, saro fortunato; se non potro, mandatemi un
  bacio anche voi in un pezzetto di carta, Hôtel d'Orléans, no 17,
  rue des Petits-Augustins.--Addio, mio buono, mio sincero amico,
  addio.

    «Vo affmo amico          «PIETRO PAGELLO.»

  _Traduction._

    «Paris, 6 septembre 1834.

    «Mon cher Alfred,

  «Votre pauvre ami est à Paris.--Je suis allé chez vous demander de
  vos nouvelles; on m'a dit que vous étiez à la campagne. Si j'avais
  eu le temps, je serais allé vous embrasser, mais comme je suis ici
  pour peu, je vous embrasse par cette feuille. Je ne sais combien
  de jours encore je resterai à Paris; vous savez que je suis obligé
  d'obéir à ma petite bourse et celle-ci me commande déjà le
  départ.--Adieu.--Si je puis vous voir à Paris, je serai heureux;
  si je ne puis, envoyez-moi un baiser, vous aussi, sur un petit
  bout de papier, Hôtel d'Orléans, no 17, rue des
  Petits-Augustins.--Adieu, mon bon, mon sincère ami, adieu.

    «Votre très affectionné

    «Pierre _Pagello_.»

  [46] L'une des lettres de Musset à George Sand a été publiée dans
  l'_Homme Libre_ du 14 avril 1877 et dans le _Figaro_ du 28 avril
  1882.

Alfred de Musset, dans _Une bonne fortune_, raconte un des incidents
de son séjour à Bade[47]. Après un mois de promenades et de
distractions variées, entremêlées de travail, Alfred de Musset songea
au retour; son amour, qu'il pensait calmer par l'absence, n'avait fait
que s'exalter. Le 10 octobre, il passe à Strasbourg, et dès son
arrivée à Paris, le 13, il écrit à George Sand, encore à Nohant: «Mon
amour, me voilà ici; tu m'as écrit une lettre bien triste, mon pauvre
ange, et j'arrive bien triste aussi. Tu veux bien que nous nous
voyions! Et moi, si je veux!....» Quelques jours après, George Sand
venait le rejoindre.

  [47] On trouvera d'autres détails dans: 1º _Alfred de Musset à
  Bade_ par Émile Krantz. Extrait des Annales de l'Est. Nancy,
  Imprimerie Berger-Levrault et Cie, 1888. In-8º.--2º _Kleine
  beiträge zur Wurdigung Alfred de Musset_ (Poésies Nouvelles), von
  Dr Moritz Werner. Berlin, C. Vogt, 1896. In-8º.--De l'enquête à
  laquelle s'est livré le Dr Werner, il semble résulter qu'Alfred
  de Musset voyageait en compagnie d'un monsieur Roussel:
  «.....Voici ce que j'ai trouvé, m'écrit le Dr Werner, dans le
  recueil des listes des étrangers que je m'étais fait envoyer de
  Bade. Dans la liste du dimanche 31 août, qui indique les
  étrangers arrivés de la veille, il y a à l'hôtel «Zahringer
  Hoff»: M. de Musset _et_ M. Roussel, de Paris». (Je souligne cet
  _et_ parce qu'il ne se trouve que dans le cas où les étrangers se
  sont fait inscrire ensemble). Le jour suivant, 1er septembre,
  étrangers arrivés le 31 août, on trouve chez M. le secrétaire
  Mesmer: «M. le vicomte de Musset», et dans la rubrique spéciale
  qui contient les changements de logis: «M. Roussel, de Paris»,
  qui a changé de logis en passant lui aussi chez Mesmer. Vous
  voyez qu'à prendre ces indications au pied de la lettre, il y
  aurait eu deux Musset à Bade. Mais ce ne sera qu'une faute
  d'impression ou bien de rubrication, de sorte que la 2e fois
  Musset devrait se trouver lui aussi parmi les changements de
  logis et non parmi les récemment arrivés.....»

Pagello n'était pas encore parti; mais ce double retour le décida bien
vite à reprendre le chemin de Venise, non sans avoir adressé une
lettre d'adieu à son ami Alfred Tattet, en lui recommandant le
silence:

    «Monsieur Alfred Tattet,
    rue Grange Batelière, no 13, Paris.

    «Parigi, 23 ottobre 1834.

    «Mio buon amico,

  «Prima di partire, vi mando un bacio ancora. Vi congiuro di non
  dar parola giammai del mio amore con la George.--Non voglio
  vendette.--Parto colla sicurezza d'aver agito in homo
  onesto.--Questo mi fa dimenticare la mia sofferenza e la mia
  poverta.--Addio, mio angelo.--Vi scrivero da Venezia. Addio,
  addio.

    «PIETRO PAGELLO».

  _Traduction_.

    «Paris, 23 octobre 1834.

    «Mon bon ami,

  «Avant de partir je vous envoye encore un baiser. Je vous conjure
  de ne souffler jamais mot de mon amour avec la George.--Je ne
  veux pas de vengeances[48].--Je pars avec la certitude d'avoir agi
  en honnête homme.--Ceci me fait oublier ma souffrance et ma
  pauvreté.--Adieu, mon ange.--Je vous écrirai de Venise.--Adieu,
  adieu.

    «PIERRE PAGELLO.»

  [48] De plusieurs lettres de George Sand, il ressort qu'au moment
  où elle est devenue la maîtresse de Pagello, «il s'est trouvé
  dans sa vie à lui, de ses liens mal rompus avec d'anciennes
  maîtresses, des situations ridicules et désagréables»; au moment
  de la quitter, il semble craindre de voir se renouveler ces
  ennuis.


V

A PARIS

Alfred Tattet avait dissuadé Alfred de Musset de revoir George Sand;
d'où brouille entre les deux amis: Musset convenait bien, en son for
intérieur, qu'il avait tort, mais il ne voulait pas qu'on le lui dît.
George Sand, ne connaissant pas encore les raisons invoquées par
Tattet, voulut dissiper ce nuage:

    «Mardi, 28 octobre 1834.

    «Mon cher Tattet,

  «J'apprends que j'ai été la cause indirecte et très involontaire
  d'un différend entre vous et Alfred. Je serais bien fâchée de
  savoir deux vieux amis désunis par rapport à moi. J'espère bien
  que cela ne sera pas.

  «Dans tous les cas, je vous prie de venir me voir; après l'intérêt
  que vous m'avez témoigné, j'ai lieu d'être surprise et affligée de
  votre oubli. Je désire causer avec vous et vous attends à votre
  premier retour à Paris. Toujours quai Malaquais, 19.

    «GEORGE SAND.»

  «Quand vous serez ici[49], écrivez-moi un mot, je vous donnerai
  rendez-vous, car je suis souvent dehors ou enfermée.»

  [49] Alfred Tattet avait un domicile à Paris, 15 (et non 13), rue
  Grange-Batelière, mais il habitait le plus souvent une grande
  propriété qu'il possédait à Bury, près Margency, dans la vallée
  de Montmorency.

Mais à peine les deux amants se sont-ils revus qu'ils ne peuvent plus
eux-mêmes s'entendre:

    _George Sand à Alfred de Musset._

  «N'ai-je pas prévu que tu souffrirais de ce passé qui t'exaltait
  comme un beau poème, tant que je me refusais à toi, et qui ne te
  paraît plus qu'un cauchemar, à présent que tu me ressaisis?»

    _Alfred de Musset à George Sand._

  «Ne penses pas au passé! Non, non! Ne compare pas! Ne réfléchis
  pas! Je t'aime comme on n'a jamais aimé!»

Les crises se succèdent avec rapidité: ils s'adorent le matin et se
disent des injures le soir, pour retomber le lendemain dans les bras
l'un de l'autre. C'est la phase de leurs amours la plus tourmentée, la
plus poignante: à la lecture de ce qui a été publié de leurs lettres,
on se demande comment ils n'y ont pas laissé tous deux leur raison.

Alfred de Musset a la fièvre, et George Sand veut prendre un
déguisement pour venir le soigner chez sa mère: «Si je peux me lever,
je t'irai voir», lui répond-il.

Le 8 novembre, Alfred de Musset provoque en duel Gustave Planche qui a
mal parlé de George Sand; Planche lui fait des excuses, et le 12
novembre, Alfred de Musset écrit à Alfred Tattet:

    «Mon cher ami,

  «Tout est fini.--Si par hasard on vous faisait quelques questions
  (comme il est possible qu'on vous soupçonne de m'avoir parlé); si
  enfin peut-être, on allait vous voir pour vous demander à
  vous-même si vous ne m'avez pas vu, répondez purement que non, que
  vous ne m'avez pas vu et soyez sûr que notre secret commun est
  bien gardé de ma part.--J'irai vous voir bientôt.

    «A vous de coeur.

    «ALFRED DE MUSSET.»

Puis il va dans la Côte-d'Or, à Montbard, chez l'un de ses parents.
Quelques jours après le «pauvre vieux lierre» est revenu où il
s'attache.

Le 25 novembre, George Sand écrit à Sainte-Beuve que Musset ne veut
plus la voir[50]; son exaltation touche à la folie: la rupture paraît
complète. Le 15 décembre, George Sand est à Nohant, d'où elle écrit à
Boucoiran: «Si Alfred vous fait demander de mes nouvelles, dites que
vous ne savez rien de moi, que je ne vous ai pas écrit. Recommandez à
Buloz de dire la même chose.....» Et le 13 janvier 1835, elle adresse
cette lettre à Alfred Tattet:

    «Monsieur,

  «Il y a des opérations qui sont fort bien faites et qui font
  honneur à l'habileté du chirurgien, mais qui n'empêchent pas la
  maladie de revenir. En raison de cette possibilité, Alfred est
  redevenu mon amant; comme je présume qu'il sera bien aise de vous
  voir chez moi, je vous engage à venir dîner avec nous au premier
  jour de liberté que vous aurez. Puisse l'oubli que je fais de mon
  offense ramener l'amitié entre nous.

    «Adieu, mon cher Tattet.

     «Tout à vous.             «GEORGE SAND».

  [50] Lettre publiée par M. le vicomte de Spoelberch de Lovenjoul,
  ainsi que celle d'Alfred de Musset au même (_Cosmopolis_ puis
  _Véritable Histoire_, etc...).

Combien le ton de ce billet diffère de celui du 28 octobre 1834! C'est
que Musset avait parlé et raconté à George Sand, dans un moment
d'expansion, que son ami Tattet avait fait de son mieux pour empêcher
leur rapprochement: de là, colère de la maîtresse contre le gêneur,
et, charmée de prendre sa revanche, elle tient à le lui faire savoir.
Six jours plus tard, Liszt reçoit les confidences de George Sand:

  «.....Je vais partir pour essayer de rompre une passion bien
  sérieuse pour moi et bien terrible. Je doute que cela me serve à
  quelque chose, car chaque nouveau jour de cette passion m'apprend
  à douter de mon libre arbitre..... Je compte sur vous aussi pour
  me rendre cette justice, qu'aux jours de ma plus grande douleur,
  je n'ai point accusé l'auteur de mes souffrances. Je vous l'ai
  dit, moi seule suis coupable et porte la peine d'une faute
  immense. En fuyant un pardon trop humiliant, je fais preuve de
  faiblesse et non de force.....»[51].

  [51] Cette lettre, datée du 19 janvier 1835, est publiée dans:
  _Briefe hervorragender Zeitgenassen an Frantz Liszt....,
  herausgegeben von La Marra_. Leipzig, Breitkopf und Härtel, 1895.
  2 vol. in-8º. Tome I, p. 9.

Peu après se produit un incident qui remet Pagello en scène et sur
lequel nous n'avons pas de renseignement antérieur à cette lettre
écrite par George Sand à Alfred Tattet:

    «14 février 1835.

    «Monsieur,

  «J'ai une affaire indispensable à terminer avec vous. Il s'agit
  d'une affaire d'argent dans laquelle je suis compromise d'honneur
  aux yeux de Pierre Pagello. J'ai besoin d'une attestation de vous
  et vous êtes trop galant homme pour me la refuser. Je sais que
  vous m'êtes extrêmement hostile, et j'ai peu sujet de vous bénir.
  Mais soyez sûr que j'ai trop le sentiment des convenances, pour
  vous en faire des reproches, et que jamais aucune vengeance de ma
  part ne cherchera à vous atteindre. Ayez donc, monsieur, la bonté
  de recevoir chez vous quatre tableaux qui appartiennent à Pierre
  Pagello et que je m'étais chargé de vendre. Voyant qu'il avait
  besoin d'argent, et sachant, par l'avis d'un expert, que les
  tableaux ne valaient rien, je lui en donnai la somme de deux mille
  francs, et j'y ajoutai le procédé de lui cacher le secours que
  [je] lui apportais. Je lui remis mille francs en argent et le tins
  quitte d'une somme plus forte qu'il me devait. Je crus devoir ces
  ménagements à sa position fâcheuse et délicate à Paris.
  Aujourd'hui, Pierre Pagello, averti par un de mes amis, me fait un
  grand crime de cette action et pense que je l'ai faite à dessein
  de la divulguer et d'avilir son nom; d'abord, en racontant
  l'histoire telle qu'elle est, je n'ai point sujet de l'avilir;
  ensuite, je ne l'ai racontée qu'à Alfred, qui vous l'a redite, à
  vous seul. Voulez-vous avoir la bonté, monsieur, de rendre
  témoignage de ma discrétion, lorsque vous écrirez à Pierre
  Pagello?

  «En second lieu, cette personne insinue que je pourrais bien
  m'être défaite des tableaux à mon avantage, afin de me donner en
  même temps les gants d'une générosité singulière. Elle ajoute que,
  s'ils sont entre mes mains, _en effet_, elle espère que vous
  voudrez bien les recevoir, afin de les lui renvoyer ou de les lui
  faire vendre. Je fais porter les tableaux chez vous; voulez-vous
  bien en accuser réception à Pierre Pagello? J'espère que oui. Vous
  avez pensé que le sentiment d'équité vous forçait à vous faire le
  bourreau d'une âme criminelle. Je ne savais pas que vous eussiez
  l'âme aussi austère et le bras aussi ferme. J'en souffre, mais je
  vous en estime d'autant plus, monsieur, et à cause de cela, je
  pense que vous me laverez de l'accusation de friponnerie, car si
  votre amour de la vérité vous a commandé de me nuire, il doit vous
  commander de me réhabiliter sous les rapports par où je le mérite.

  «Veuillez m'honorer d'un mot de réponse. J'ai l'honneur de vous
  saluer.

    «GEORGE SAND.»

Monsieur Just Pagello, parlant au nom de son père, a déclaré au Dr
Cabanès: «Que ces toiles, sans être des Raphaël, étaient loin d'être
des oeuvres médiocres. Elles étaient signées du peintre Ortesiti, un
maître»[52]. J'ignore quelle était la valeur de ces peintures, mais
précieuses ou non, le Dr Pagello me semble en avoir fait peu de cas,
car, trois ans plus tard, George Sand répondait le 24 août 1838 à
Alfred Tattet, qui lui demandait ce qu'il fallait faire de ce dépôt:

  «.....Je ne pense pas qu'il y ait lieu de vous occuper de ces
  tableaux; votre maison est assez vaste pour que vous les laissiez
  relégués dans un coin de cave ou de grenier. Je n'ai pas eu plus
  de relations que vous avec Pagello, depuis le triste temps vers
  lequel vous reportez mes souvenirs, et j'aime à penser qu'après
  ces orages, ses idées sont devenues justes et élevées, comme son
  âme l'était dans le calme. Nous sommes tous ainsi plus ou moins;
  la colère et la haine sont des maladies qui nous tueraient, si la
  Providence ne les avait faites de courte durée. Je ne suis pas
  plus qu'une autre à l'abri de ces passions.....»

  [52] _Revue Hebdomadaire_, 24 octobre 1896, p. 618.

Et à la mort d'Alfred Tattet, en novembre 1856, ces tableaux, m'a dit
une personne de sa famille, furent retrouvés dans le grenier où ils
avaient été mis en 1835 et où peut-être ils sont encore.

Cependant Alfred de Musset et George Sand sont tous deux moralement à
bout de forces; ils ne peuvent plus se voir sans se quereller et n'ont
pas le courage de se quitter. Ils se rencontrent, ils s'écrivent
encore, mais le dénouement est proche:

  «.....Il me semble comprendre à ta lettre, répond Musset à un
  billet de G. Sand, que nous ne nous verrons plus avant ton départ
  et le mien. Je pars lundi; ma place est retenue dans la
  malle-poste de Strasbourg[53]; les derniers mots de ton billet ont
  l'air d'un adieu et un mot de notre dernière conversation m'a
  presqu'ôté le courage de t'en dire un autre. Je suis étonné qu'il
  reste dans mon coeur de la place pour une souffrance nouvelle.
  Qu'il en soit ce qui plaît à Dieu.....»

  [53] Si Alfred de Musset est parti, ce qui est peu probable, il
  est retourné à Montbard, dans la Côte-d'Or. C'est alors qu'il
  aurait visité la maison de Buffon et écrit sur un panneau de la
  boiserie les vers qu'on lui attribue.--Voir à ce sujet la
  plaquette intitulée: _Le Centenaire de Buffon. Troyes,
  Mongolfier. 1889._ In-8º.

C'est George Sand qui se reprend la première; le 6 mars, elle écrit à
Boucoiran: «Aidez-moi à partir aujourd'hui». Et le lendemain, Musset
venant au rendez-vous, trouve la maison vide:


    «_A Monsieur Boucoiran, Passage Choiseul, 28._

    «Monsieur,

  «Je sors de chez Madame Sand et on m'apprend qu'elle est à Nohant.
  Ayez la bonté de me dire si cette nouvelle est vraie. Comme vous
  avez vu Madame Sand ce matin, vous avez pu savoir quelles étaient
  ses intentions, et si elle ne devait partir que demain, vous
  pourriez peut-être me dire si vous croyez qu'elle ait quelques
  raisons pour désirer de ne point me voir avant son départ. Je n'ai
  pas besoin d'ajouter, que dans le cas où cela serait, je
  respecterais ses volontés.

    «ALFRED DE MUSSET».

Cette fois, c'était fini et bien fini. Ce fut une détente, un
soulagement:

    _George Sand à Boucoiran_[54].

    «9 mars 1835.

  «Je suis très calme, j'ai fait ce que je devais faire; la seule
  chose qui me tourmente, c'est la santé d'Alfred».

  [54] Publié par M. le vicomte de Spoelberch de Lovenjoul
  (_Cosmopolis_ puis dans _Véritable Histoire_, etc...).

Pendant un mois environ, elle fut en proie à une sorte de maladie de
langueur, puis le calme vint réellement, et bientôt l'indifférence.

Chez Alfred de Musset, au contraire, l'apaisement parut se faire tout
de suite, mais ce n'était qu'une apparence trompeuse.

    J'ai vu le temps où ma jeunesse
    Sur mes lèvres était sans cesse
    Prête à chanter comme un oiseau;
    Mais j'ai souffert un dur martyre,
    Et le moins que j'en pourrais dire,
    Si je l'essayais sur ma lyre,
    La briserait comme un roseau.[55]

  [55] _La Nuit de Mai_, écrite en mai 1835.--On prétend que
  _toutes les Nuits_ sont adressées à George Sand. Tel n'est pas
  mon avis. Ce n'est pas elle l'inconnue de la _Nuit d'Octobre_ à
  laquelle il dit: «Honte à toi qui la première, etc...» Ce n'est
  pas elle l'innommée de la _Lettre à Lamartine_. Je crois qu'il
  faut remonter au moins à l'année 1828 pour la retrouver. Ce ne
  serait qu'un _Souvenir_, évoqué non par une rencontre, comme
  celui de 1841, mais cette fois par une mort.--Mme Wladimir
  Karenine donne son nom: Madame de Groiselliez (T. II, p. 28).

Le 21 juillet, il écrivait à son fidèle ami:

    «_Monsieur Alfred Tattet, à Baden, poste restante._

  «Votre lettre, mon cher Alfred, est arrivée comme je n'étais pas à
  Paris, ce qui fait que ma réponse est en retard de quelques jours.
  Pour répondre d'abord à votre question sur ce qui regarde
  Madame.... (Affaire personnelle à Alfred Tattet).... je crois que
  ce que je peux vous dire de mieux, c'est qu'il y a tantôt huit ou
  neuf mois, j'étais où vous êtes, aussi triste que vous, logé
  peut-être dans la chambre où vous êtes, passant la journée à
  maudire le plus beau, le plus bleu ciel du monde et toutes les
  verdures possibles. Je dessinais de mémoire le portrait de mon
  infidèle; je vivais d'ennuis, de cigares et de pertes à la
  roulette. Je croyais que c'en était fait de moi pour toujours, que
  je n'en reviendrais jamais. Hélas! Hélas! Comme j'en suis revenu!
  comme les cheveux m'ont repoussé sur la tête, le courage dans le
  ventre, l'indifférence dans le coeur, par dessus le marché! Hélas!
  A mon retour, je me portais on ne peut mieux; et si je vous disais
  que le bon temps, c'est peut-être celui où l'on est chauve, désolé
  et pleurant! Vous en viendrez là, mon ami. Je vous plains
  aujourd'hui bien sincèrement, parce que vous souffrez. Quand vous
  serez guéri, vous n'en serez pas fâché, soyez-en sûr. Tout ce qui
  fait vivre est bon et sain. Je vous promets de vous tenir au
  courant de tout ce que je pourrai savoir....

  «Je travaille à force. Combien de temps comptez-vous rester à
  Bade? Adieu. Je suis à vous.

    «ALFRED DE MUSSET.»

Hélas! Non, Alfred de Musset «n'en était pas revenu». Quelque chose
s'était brisé en lui, laissant une plaie qui saigna jusqu'à sa mort.


VI

APRÈS

Après leur rupture, Alfred de Musset avait continué d'écrire à George
Sand, à des intervalles plus ou moins longs; une correspondance d'un
nouveau genre, toute amicale, s'était établie entre eux:

    _George Sand à Alfred de Musset._

  «Avec les gens qu'on n'aime ni n'estime, on peut avoir des
  exigences et ne pas se donner la peine de les motiver. De moi à
  toi, il n'en sera jamais ainsi et je ne te demanderai jamais rien
  sans savoir de toi-même à quel point tu approuves ma demande.»

    [1836]

Lorsqu'au mois de janvier 1836 la _Confession d'un Enfant du Siècle_
parut en librairie, George Sand fit part à Mme d'Agoult de ses
impressions:

  «....Je vous dirai que cette _Confession d'un Enfant du Siècle_
  m'a beaucoup émue en effet. Les détails d'une intimité malheureuse
  y sont si fidèlement rapportés depuis la première heure jusqu'à la
  dernière, depuis la _soeur de charité_ jusqu'à l'_orgueilleuse
  insensée_, que je me suis mise à pleurer comme une bête, en
  fermant le livre. Puis j'ai écrit quelques lignes à l'auteur pour
  lui dire je ne sais quoi: que je l'avais beaucoup aimé, que je lui
  avais tout pardonné et que je ne voulais jamais le revoir... Je
  sens toujours pour lui, je vous l'avouerai bien, une profonde
  tendresse de mère au fond du coeur; il m'est impossible d'entendre
  dire du mal de lui sans colère, et c'est pourquoi quelques-uns de
  mes amis s'imaginent que je ne suis pas bien guérie....»[56]

  [56] Fragment inédit d'une lettre datée de La Châtre, 25 mai
  1836, publiée dans la _Correspondance_ de G. Sand (Paris, C.
  Lévy, in-12, T. I, p. 365), lequel a été publié postérieurement
  par M. Rocheblave dans la _Revue de Paris_ du 15 décembre 1894,
  p. 812.

Pendant l'hiver de 1837, George Sand vint passer quelques jours à
Paris; ils se retrouvent et ont «six heures d'intimité fraternelle,
après lesquelles il ne faudra jamais se mettre à douter l'un de
l'autre, fût-on dix ans sans se voir et sans s'écrire.»

«Tu peux disposer de moi comme d'un ami, et compter que je ferai avec
joie tout ce qui te sera agréable», répond-elle le 19 avril 1838 à
Alfred de Musset qui lui avait recommandé quelqu'un.

La même année ou l'année suivante, Alfred de Musset impose silence à
Alfred Tattet qui avait raconté divers incidents du voyage à Venise:

  «J'apprends, mon cher Alfred, que vous avez manqué plusieurs fois
  à la parole que vous m'aviez donnée de garder le silence sur tout
  ce qui s'est passé en Italie. Cela m'a fait beaucoup de peine,
  d'abord pour vous, qui manquez à votre promesse, et ensuite pour
  moi, qui ai cru, pendant plus de quatre ans, avoir un véritable
  ami.

    «T. à v.

    «ALFD DE MUSSET.»

En 1839, Alfred de Musset écrit _Le Poète Déchu_, sorte
d'autobiographie inédite, qui ne fut pas terminée et dont le manuscrit
a été presqu'entièrement détruit par son frère Paul (il n'en subsiste
plus guère que les divers fragments publiés dans la _Biographie_).
Alfred de Musset y dépeint ainsi son état moral, après sa rupture avec
George Sand:

  «....J'étais si sûr de moi, que je crus d'abord n'éprouver ni
  regret ni douleur. Je m'éloignai fièrement. Mais à peine eus-je
  regardé autour de moi, que je vis un désert.... Je rompis avec
  toutes mes habitudes, je m'enfermai dans ma chambre, j'y passai
  quatre mois à pleurer sans cesse, ne voyant personne.... Plus
  tranquille, je jetai les yeux sur tout ce que j'avais quitté; au
  premier livre qui me tomba sous la main, je m'aperçus que tout
  avait changé: rien du passé n'existait plus, ou du moins, ne se
  ressemblait. Un monde nouveau m'apparaissait comme si je fusse né
  de la veille.... Je compris alors ce que c'est que l'expérience,
  et je vis que la douleur apprend la vérité....»[57]

  [57] Publié dans la _Biographie_ d'Alfred de Musset par Paul de
  Musset (Charpentier, 1877. 1 vol. in-12, p. 133). J'ai rectifié
  le texte sur l'autographe.--Un autre fragment est déjà cité
  ci-dessus.

M. le vicomte de Spoelberch de Lovenjoul, dans son livre, cite les
lettres qu'«Elle» et «Lui» échangèrent en 1840 à propos de leur
correspondance passée.--Moi-même ai déjà raconté dans une lettre
publiée par _l'Intermédiaire des chercheurs et curieux_ du 20 novembre
1892, comment M. Jules Grévy, pour Alfred de Musset, et M. F.
Rollinat, pour George Sand, furent chargés, en vue d'un échange, de
reconnaître les paquets de lettres confiés pour le moment à Gustave
Papet (qui les tenait de Mme Ursule Josse, et j'ajouterai qu'ils
passèrent ensuite par les mains de MM. Alexandre Manceau, Ludre
Gabillaud, et enfin Émile Aucante, détenteur actuel) et comment
l'affaire n'aboutit pas.

Dans les premiers jours de 1841, nouvelle rencontre des deux anciens
amants, qui inspire à Alfred de Musset son _Souvenir_[58].

  [58] Publié dans la _Revue des Deux-Mondes_ du 15 février 1841.
  M. Maxime Du Camp, dans ses _Souvenirs Littéraires_ (Hachette,
  1882-1883, 2 vol. in-8, T. II, p. 358) fait un récit différent de
  celui de Paul de Musset.

Au commencement de l'année 1844, Paul de Musset visite l'Italie et son
frère lui rappelle l'ancien amour dans les stances qu'il lui
dédie[59]:

    Toits superbes, froids monuments,
    Linceul d'or sur des ossements,
            Ci-gît Venise!
    Là, mon pauvre coeur est resté!
    S'il doit m'en être rapporté,
            Dieu le conduise!
  Mon pauvre coeur, l'as-tu trouvé,
    Sur le chemin, sous un pavé,
            Au fond d'un verre?
    Ou dans ce grand palais Nani
    Dont tant de soleils ont jauni
            La noble pierre[60]

    . . . . . . . . . . . . . .
    L'as-tu trouvé tout en lambeaux
    Sur la rive où sont les tombeaux?
            Il y doit être.
    Je ne sais qui l'y cherchera
    Mais je crois bien qu'on ne pourra
            L'y reconnaître.

  [59] A mon frère revenant d'Italie, _Revue des Deux-Mondes_, 1er
  avril 1844.

  [60] On peut rapprocher de ces vers, ce passage du 1er chapitre
  de _Léone Léoni_ de George Sand:

  «...Nous étions tous deux seuls dans une des salles de l'ancien
  palais Nasi, situé sur le quai des Esclavons et converti
  aujourd'hui en auberge, la meilleure de Venise. Etc...»--Alfred de
  Musset écrit «palais Nani».

En 1854, George Sand, pour repousser les attaques de la _Biographie_
de Mirecourt, adresse une lettre au journal _Le Mousquetaire_[61]:

  «...Je ne défendrai pas M. de Musset des offenses que vous lui
  faites. Il est de force à se défendre lui-même, et il ne s'agit
  que de moi pour le moment. C'est pourquoi je me borne à vous dire
  que je n'ai jamais confié à personne ce que vous croyez savoir de
  sa conduite à mon égard, et que, par conséquent, vous avez été
  induit en erreur par quelqu'un qui a inventé ces faits. Vous dites
  qu'après le Voyage en Italie, je n'ai jamais revu M. de Musset.
  Vous vous trompez, je l'ai beaucoup revu et je ne l'ai jamais revu
  sans lui serrer la main....»

  [61] Insérée dans le numéro du 15 février 1854.

Jusqu'à la mort d'Alfred de Musset, survenue comme on sait, le 3 mai
1857, les deux anciens amants restèrent plutôt amis qu'ennemis. Il n'y
eut jamais de guerre ouverte, ils se défendirent même réciproquement
dans plusieurs circonstances et nous avons donné la preuve que plus
d'une fois l'un approuva ce que l'autre avait écrit sur tous deux.
Ils se sont querellés, ils se sont disputés, d'accord! Mais leurs
différends sont restés entre eux et aucune accusation directe n'a été
formulée par eux-mêmes. Ce sont des amis maladroits et indiscrets, des
ennemis sournois qui, pour les exciter l'un contre l'autre,
dénaturaient les paroles de nos deux héros, qu'il faut rendre
responsables de tout le bruit qui se fit dans les salons et dans la
presse.


VII

DEUX LIVRES

Donc, malgré la correction de leurs relations, vingt mois après la
mort d'Alfred de Musset, le 15 janvier 1859, George Sand commençait
dans la _Revue des Deux-Mondes_ la publication de _Elle et Lui_. Il
nous est impossible de trouver le pourquoi de ce livre.

Ce n'est pas une réponse à la _Confession d'un Enfant du Siècle_; nous
avons donné la preuve que George Sand tenait ce récit pour vrai.
Alors, pourquoi ce silence de vingt années, si la _Confession_ était
une accusation mensongère? Pourquoi surtout n'avoir parlé que
lorsqu'Alfred de Musset n'était plus là pour se défendre?--Ce n'est
pas non plus une attaque directe contre Alfred de Musset, car George
Sand se donnerait à elle-même un démenti et renierait toute sa
conduite depuis 1835.

Est-ce le besoin de faire parler d'elle? Non, car par ses romans et
son rôle politique en 1848, elle était parvenue à la célébrité.--Le
besoin d'argent doit aussi être écarté, car, à cette époque, sa
fortune la mettait au-dessus des nécessités de la vie.

Je ne vois qu'une raison plausible: c'est que George Sand, obsédée
des instances de ceux qui menaient campagne contre Alfred de Musset,
n'eut pas la volonté nécessaire pour leur résister plus longtemps et
finit, pour se débarrasser d'eux, par dire ce qu'ils voulaient lui
faire dire, et cela, sans bien se rendre compte des conséquences.

_Elle et Lui_ parut, d'abord dans la _Revue des Deux-Mondes_, puis en
volume. Grand tapage au profit de Buloz, mais scandale énorme et qui
retomba sur l'auteur. Quelques amis de George Sand, qui détestaient
Alfred de Musset et avaient toujours essayé de lui nuire, furent seuls
à approuver, avec les ennemis personnels du poète; le blâme fut
général, et il suffit de lire les journaux de l'époque pour s'en
assurer.

M. le vicomte de Spoelberch de Lovenjoul nous raconte même dans
_Cosmopolis_ (p. 763), puis dans sa _Véritable histoire d'Elle et Lui_
(p. 185) que lorsqu'en 1861, il fut demandé à l'Académie Française de
décerner un prix à George Sand, la publication d'_Elle et Lui_ fut un
des griefs invoqués pour refuser ce prix.

Paul de Musset prit, comme il le devait, la défense d'Alfred, et
redemanda, sans succès du reste, les lettres de son frère. Alors, sans
rien dire à personne[62], il envoya _Lui et Elle_ au _Magasin de
Librairie_, dirigé par Charpentier, l'éditeur d'Alfred[63]; ce fut par
cette revue que Mme de Musset mère apprit l'existence d'une réponse:

    _«A Monsieur Paul de Musset._

    «Dimanche, 10 avril 1859.

  «Si tu avais pris, mon cher Paul, la peine de m'écrire pour me
  donner tes raisons, comme tu l'as fait dans ta lettre d'hier, je
  n'aurais pas été si vivement impressionnée de cette nouvelle
  inattendue, et je m'y serais probablement rendue, comme je le fais
  aujourd'hui. Puisque la chose est faite, et sans remède, je m'y
  soumets, tout en regrettant amèrement de n'en avoir rien su
  d'avance. Je trouve ta première partie brillante de style,
  d'intérêt et d'esprit; on ne dira toujours pas de ceci que c'est
  ennuyeux, comme on l'a dit de l'autre. Les portraits sont de main
  de maître et d'une ressemblance vivante.

  «Mais j'en reviens à mes inquiétudes. Je crois que tu te fais une
  foule d'ennemis irréconciliables. Tous ces personnages existent
  encore; sous leurs sobriquets, ils ne pourront manquer de se
  reconnaître. D'ailleurs, la dame les y aidera. C'est là vraiment la
  plus forte objection que j'ai toujours eue pour cette publication
  qui, dans ma prévision, t'attirera une foule de désagréments. Si ce
  n'était cette crainte, je ne pourrais m'empêcher d'être électrisée
  par des pages si belles et si bien écrites. Il y en a plusieurs
  d'étonnantes; mais si j'avais été consultée, je t'aurais engagé à
  ne pas oublier la scène étrange qui s'est passée entre elle et moi
  à l'occasion du départ pour l'Italie.

  «Je t'ai raconté cent fois, qu'avant de partir, ton frère m'avait
  demandé mon consentement à ce triste voyage, et que je l'avais
  obstinément refusé; enfin, voyant mon désespoir, il s'était jeté à
  mes genoux en me disant: «Ne pleure pas, ma mère. Si l'un de nous
  deux doit pleurer, ce ne sera pas toi.» Ce sont ses propres
  paroles. Tu comprends que je ne les ai jamais oubliées; il s'en
  alla, après m'avoir rassurée, et déclara à la dame qu'il ne pouvait
  partir, qu'il ne pouvait affliger sa mère. Le bon fils! Que fit
  cette femme? A neuf heures du soir, elle prit un fiacre et se fit
  conduire à ma porte. On vint m'avertir que quelqu'un me demandait
  en bas; je descendis, suivie d'un domestique et n'y comprenant
  rien. Je montai dans cette voiture, voyant une femme seule. C'était
  elle. Alors elle employa toute l'éloquence dont elle était
  maîtresse à me décider à lui confier mon fils, me répétant qu'elle
  l'aimerait comme une mère, qu'elle le soignerait mieux que moi. Que
  sais-je? La sirène m'arracha mon consentement. Je lui cédai, tout
  en larmes et à contre coeur, car _il avait une mère prudente_, bien
  qu'elle ait osé dire le contraire dans _Elle et Lui_.

  «Cette scène a son prix et je suis fâchée qu'elle ne se trouve pas
  dans ton récit véridique. Vois si tu peux l'introduire en parlant
  des regrets qu'il laissa derrière lui dans sa famille.

  «Adieu, mon cher fils. Je suis peinée de t'avoir affligé par ma
  lettre. Le sort en est jeté, nous verrons ce que l'avenir nous
  garde.

  «Je t'embrasse et t'aime tendrement.

    «EDMÉE».

  [62] Depuis la publication de cette étude, une lettre de Paul de
  Musset au compositeur Ed. Garnier, du 2 novembre 1859, est
  parvenue à notre connaissance, dans laquelle il lui dit: «...
  J'ai des engagements pris qu'il serait trop long de vous
  expliquer, des travaux considérables à faire, et, entre autres,
  une biographie aussi complète que possible d'un poète aimé, que
  des harpies déchirent, et dont il faut que je prépare une défense
  écrasante pour en finir...»

  [63] _Lui et Elle_ est publié dans les livraisons des 10, 25
  avril et 10 mai 1859, et parut en volume à la fin de la même
  année, avec la date de 1860.

Certes, Paul de Musset eut raison de répondre; nous blâmons seulement
la manière dont il le fit. On ne riposte pas à un pamphlet par un
autre pamphlet; on ne réfute pas des faits dénaturés dans un sens en
les dénaturant dans le sens contraire. Selon nous, le mieux eût été
d'opposer des documents certains à ces histoires plus ou moins
travesties; de publier, en un mot, la correspondance même des deux
amants,--nous en revenons toujours là.--Paul de Musset pouvait le
faire. George Sand, ayant les originaux, se croyait à l'abri de cette
réplique: elle ignorait qu'Alfred de Musset, aussitôt après leur
rupture définitive, avait confié ses lettres à Mme Caroline Jaubert,
et que celle-ci en avait pris la copie exacte[64].

  [64] C'est du moins ce qu'affirme Paul de Musset dans une note
  manuscrite.

J'ai retrouvé, parmi les papiers laissés par Paul de Musset, cette
_clef_ des personnages de _Lui et Elle_, écrite par l'auteur lui-même:

    Olympe de B***           George Sand.
    Édouard de Falconey      Alfred de Musset.
    Diogène                  Gustave Planche.
    Jean Cazeau              Jules Sandeau.
    Pierre                   Paul de Musset.
    L'éditeur                Buloz.
    Caliban                  Boucoiran.
    Hercule                  Laurens.
    Le comte Meretti         [En blanc].
    Le docteur Palmerillo    Le Dr Pagello.
    Édouard Verdier          Alfred Tattet.
    Hans Flocken             L'abbé Liszt.

_Lui et Elle_ ne fit qu'augmenter le tapage: deux camps se formèrent
et l'encre coula à flots. Nous ne prétendons pas écrire l'histoire de
cette guerre; nous ne voulons plus que citer deux lettres inédites, la
première et la dernière en date, de celles que Paul de Musset
recueillit en cette occasion et dont il forma tout un dossier.

    _Mme Augustine Brohan à Paul de Musset._

    «Avenue de Saint-Cloud, 28 mai 1859.

  «Je viens de lire _Lui et Elle_, puis _Elle et Lui_. Cela,
  Monsieur, vous sera sans doute fort indifférent d'avoir mon avis;
  mais votre esprit généreux comprendra que j'aie voulu vous le
  donner.

  «Si vous vous souvenez de mon nom, vous vous souviendrez aussi que,
  pendant de longues années, notre grand poète, votre frère,
  m'appelait son _amie_, et ami, véritablement je l'étais.
  Simplement, sans que cela fût la suite ou le commencement d'un
  autre voyage du coeur, il lui avait plu de se plaindre à moi de ces
  horribles souffrances qui avaient aigri et changé sa nature
  première, parce qu'il avait compris quelle sympathie il y avait
  dans mon âme pour sa pauvre âme brisée. Souvent, il m'a dit que
  s'il y avait un remède pour le sauver de cette incurable maladie
  qui le minait, c'est moi qui le saurais trouver. Mais, hélas! quels
  que fussent mes efforts, le besoin d'oublier le replongeait dans
  les étourdissements qu'il recherchait. D'ailleurs, là où votre
  affection échouait, il n'y avait plus de remède.

  «Quand la mort, cruelle pour nous qui le perdions, est venue le
  délivrer, le seul regret qu'on peut raisonnablement avoir était de
  ne plus rien pouvoir pour lui; qui donc aurait pu jamais supposer
  qu'on eût à le venger? Il n'est pas besoin de vous dire quel
  dégoût (il n'est pas besoin non plus d'être femme pour l'éprouver,)
  quel dégoût, dis-je, prend à la gorge en lisant ce pamphlet d'_Elle
  et Lui_!...

  «Assurément, mon intention n'est point de faire de grandes phrases,
  mais comment parler posément de cette audacieuse calomnie, qui a
  tenté de ternir la mémoire illustre d'un génie et d'un coeur comme
  celui que nous pleurons!

  «Je ne voulais, Monsieur, que vous dire bonnement que votre réponse
  a déchargé ma colère, dont j'étouffais. Je voulais vous remercier
  d'avoir remis dans mon coeur, fidèle au souvenir, les mots, les
  idées, les _airs ressemblants_ du cher mort. Vous m'avez donné de
  profondes joies, et je vous devais de vous en dire ma
  reconnaissance.

  «Alfred de Musset, vous l'avez bien voulu dire vous-même,
  appartient à la jeunesse, à ce qui souffre, à ce qui aime, et j'ai
  été jeune en son temps. J'ai souffert,--qui n'a pas souffert?--et
  j'aime un bel enfant qui est le mien, à qui j'apprends à épeler
  dans ces belles poésies sorties du coeur du poète et qui devaient
  le protéger contre tous, quand encore on n'aurait pas eu l'honneur
  d'être aimée de lui.

  «Recevez, Monsieur, mes compliments les meilleurs et les plus
  empressés sur la noble façon dont vous avez rempli la tâche que
  tout esprit honnête voudrait avoir à remplir.

    «BROHAN».

Si véhémente que puisse paraître cette lettre, aujourd'hui que les
esprits sont calmés, elle n'égale pas en violence les articles de _La
Correspondance littéraire_, du _Journal des Débats_, de la _Revue
Contemporaine_, etc.

    _Philarète Chasles à Madame Chodzko._

    «29 avril 1861.

  «Vous devinez avec la grâce et la sûreté de coup d'oeil les plus
  charmantes, chère Madame, tout ce qui peut m'être cher et
  précieux. Il n'y a pas d'être plus noblement doué ni que je vénère
  plus que Madame Dudevant. C'est le premier écrivain de cette
  époque, et si Dieu lui avait donné un peu plus de faiblesse,
  c'est-à-dire un peu plus d'amour, et, avec ce don, un peu plus
  d'indulgence (l'amour n'est que pardon), elle ne serait peut-être
  pas un peintre aussi incomparable. Elle n'aurait pas non plus
  commis les deux seules erreurs graves de sa vie, de parler de ses
  ancêtres féminins dans ses Mémoires et d'Alfred de Musset dans son
  livre. Deux malheurs que l'honnête homme a pu se permettre, mais
  que _la femme_, si elle eût été plus terriblement femme, n'aurait
  pas admises, alors même que le vilain monstre pécuniaire et
  corrupteur qui lui a soufflé ces crimes contre la délicatesse
  d'âme, l'eût encore plus violemment entraînée à les commettre.

  «Mais il faut accepter ce que Dieu nous donne, la cerise avec son
  poison et l'ananas avec son ivresse et le soleil de l'Inde avec la
  fièvre. Il y a chez George Sand un génie de peinture, une grandeur
  de sentiment, une largeur chaude de style artistique, rares chez
  les génies les plus rares, qui, mêlés à une probité et à une
  équité superbes, en font un des plus beaux honneurs de notre
  France actuelle.

  «Je serai très heureux qu'elle veuille bien agréer mon humble
  hommage et je vous remercie bien cordialement d'une entremise qui
  me rend, certes, notre grand homme plus favorable....

  «Mille tendres et respectueux remerciements.

    «PHILARÈTE CHASLES».

       *       *       *       *       *

Aujourd'hui, toutes ces haines sont mortes; le poète est couché selon
ses voeux sous le saule qu'il a lui-même demandé:

    Mes chers amis, quand je mourrai,
    Plantez un saule au cimetière;
    J'aime son feuillage éploré,
    La pâleur m'en est douce et chère,
    Et son ombre sera légère
    A la terre où je dormirai.

Tandis que là-bas, sous le grand cyprès, la Bonne Dame de Nohant
repose auprès de son fils et de son petit-fils. Alors, pourquoi la
soeur du poète ne veut-elle pas laisser dire toute la vérité et, comme
la famille de George Sand, autoriser la publication des lettres, pour
dissiper toute équivoque? Ni l'un ni l'autre des amants n'a rien à y
perdre, tous deux ont beaucoup à y gagner.



INDEX BIBLIOGRAPHIQUE



INDEX BIBLIOGRAPHIQUE


1833

20 et 25 juin.--Le Temps. Critique de _Un Spectacle dans un Fauteuil_,
par A. G. (2 articles).

11 juillet.--Journal des Débats. Critique de _Valentine_, par C. R.
(Cuvillier-Fleury).

28 juillet.--Journal des Débats. Critique de _Un Spectacle dans un
Fauteuil_ et des _Contes d'Espagne et d'Italie_, par J. S.

LÉLIA, PAR GEORGE SAND. Paris, Dupuis et Tenré, 1833. 2 vol. in-8.

7 août.--Bagatelle. Critique de _Lélia_, par Lottin de Laval.

9 août.--L'Europe littéraire. Les Bas-Bleus, par Capo de Feuillide.

Réimprimé dans: CHRONIQUES DU CAFÉ DE PARIS, 1er LIV., LE JEUNE
HOMME. Paris, U. Canel et A. Guyot, 1833. 2 vol. in-8. Tome II, p.
283.

15 août.--Revue des Deux-Mondes. Critique de _Lélia_, par G. Planche.

22 août.--L'Europe littéraire. Critique de _Lélia_, par Capo de
Feuillide.

24 août.--Le Figaro. Il ou Elle. (Sur le duel Planche-De Feuillide).

30 août.--L'Écho de la Jeune France, p. 216. Le Duel de G. Planche et
C. de Feuillide.

1er septembre.--Le Petit Poucet. Le Duel de G. Planche et de C. de
Feuillide.

1er septembre.--Journal des Débats. Critique de _Lélia_, par C. R.
(Cuvillier-Fleury).

29 septembre.--Le National. Critique de _Lélia_, par Sainte-Beuve.

4 novembre.--Journal des Débats. Sur G. Sand, à propos d'_Indiana_,
par J. J. (J. Janin).

29 novembre.--Journal des Débats. G. Sand et les _Heures du Soir_, par
J. J. (J. Janin).


1834

9 janvier.--L'Europe littéraire. G. Sand et J. Sandeau, par A. Luchet.

24 mars.--Journal des Débats. G. Sand à propos de _Valentine_, par J.
J. (J. Janin).

15 mai.--Revue des Deux-Mondes. 1re Lettre d'un Voyageur, par G. Sand.

15 juillet.--Revue des Deux-Mondes. 2e Lettre d'un Voyageur, par G.
Sand.

15 septembre.--Revue des Deux-Mondes. 3e Lettre d'un Voyageur, par G.
Sand.

1er octobre.--Journal des Femmes. Critique de _Un Spectacle dans un
Fauteuil_, par Mme Cl. Robert.

1er octobre.--Revue des Deux-Mondes. Critique de _Jacques_, par G.
Planche.

15 octobre.--Revue des Deux-Mondes. 4e Lettre d'un Voyageur, par G.
Sand.


1835

1er janvier.--Revue des Deux-Mondes. Une bonne fortune, par Alfred de
Musset.

15 janvier.--Revue des Deux-Mondes. 5e Lettre d'un Voyageur, par G.
Sand.

15 juin.--Revue des Deux-Mondes. La Nuit de Mai, par Alfred de Musset.

15 juillet.--Le Mercure de France. Quelques gens de Lettres dans leur
intérieur, par Une Contemporaine. (Mme Ida Saint-Elme).

15 septembre.--Revue des Deux-Mondes. Fragment de la _Confession d'un
Enfant du siècle_, par Alfred de Musset.

1er décembre.--Revue des Deux-Mondes. La Nuit de Décembre, par Alf. de
Musset.


1836

LA CONFESSION D'UN ENFANT DU SIÈCLE, PAR ALFRED DE MUSSET. Paris,
Bonnaire, 1836. 2 vol. in-8.

7 février.--Revue de Paris, p. 53.--Critique de _La Confession_, par
B. Z.

15 février.--Revue des Deux-Mondes. Critique de _La Confession_, par
Sainte-Beuve.

21 février.--Chronique de Paris. Critique de _La Confession_, par C.
A. (Chaudesaigues).

24 février.--La Quotidienne. Critique de _La Confession_ et
comparaison avec _Lélia_, par Th. Muret.

1er mars.--Revue des Deux-Mondes. Lettre à Lamartine, par Alfred de
Musset.

10 mars.--Petit Courrier des Dames. Critique et Extrait de _La
Confession_, non signé.

10 mars.--Le Voleur. Critique de _La Confession_, par H. C.

15 mars.--Le Mercure de France. Critique de _La Confession_, par S.-H.
Berthoud.

15 juin.--L'Écho de la Jeune France. Critique de _La Confession_, non
signé.

1er juillet.--Revue des Deux-Mondes. Portrait de G. Sand, gravé sur
acier par Calamatta, d'après Eugène Delacroix.

15 août.--Revue des Deux-Mondes. La Nuit d'Août, par Alfred de Musset.

CRITIQUES ET PORTRAITS LITTÉRAIRES, PAR SAINTE-BEUVE. Paris, Renduel,
1832-1836. 3 vol. in-8.--Tome II, p. 283. Les _Nuits_, la _Confession_
et les _Lettres d'un Voyageur_.

10 octobre.--Petit Courrier des Dames. Note et Extrait de _La Nuit
d'Août_.


1837

LETTRES SUR LES ÉCRIVAINS FRANÇAIS, PAR VAN ENGELGOM (Jules Lecomte).
Bruxelles, 1837. 1 vol. in-12.--p. 35. Pourquoi, au théâtre, Alfred de
Musset fuyait à la vue de G. Sand.

10 mars.--La Fronde. Critique de _La Confession_, non signé.

5 juin.--Le Voleur. Lettre de G. Sand au vicomte S. de
Larochefoucault.

LETTRES D'UN VOYAGEUR, PAR G. SAND. Paris, Bonnaire, 1837. 2 vol.
in-8.

30 juillet.--Revue de Paris, p. 314. Critique des _Lettres d'un
Voyageur_.


1839

LE POÈTE DÉCHU, PAR ALFRED DE MUSSET. OEuvre inédite.


1840

LA CONFESSION D'UN ENFANT DU SIÈCLE, PAR ALFRED DE MUSSET. Paris,
Charpentier, 1840. 1 vol. in-12.

26 juillet.--Revue de Paris, p. 289. G. Sand et ses _Lettres d'un
voyageur_.


1841

LES ÉCRIVAINS MODERNES DE LA FRANCE, PAR CHAUDESAIGUES. Paris.
Gosselin, 1841. 1 vol. in-12.--p. 88. Analyse de _La Confession_.
(Reproduction, avec quelques changements de l'article de la _Chronique
de Paris_ du 21 février 1836).

15 février.--Revue des Deux-Mondes. Souvenir, poésie, par Alfred de
Musset.


1844

1er avril.--Revue des Deux-Mondes. A mon frère revenant d'Italie,
stances, par Alfred de Musset.--Le Constitutionnel du 6 avril en
publie un extrait.


1846

18 janvier.--L'Artiste. Alfred de Musset, G. Sand et le Voyage en
Italie; les _Nuits_, par H. Vermot. Extrait d'une des _Lettres d'un
Voyageur_, par G. Sand.


1847

21 février.--L'Artiste, p. 249. Jugement de G. Sand sur Alfred de
Musset, par Aug. Desplaces.


1848

21-24 juin.--Le Petit-Fils du Père Duchêne. A propos du pamphlet:
_Amours et intrigues de G. Sand_ (par Brault, in-8).


1850

1er juillet.--L'Artiste. Parallèle du talent d'Alfred de Musset et de
celui de G. Sand.


1853

PORTRAITS A LA PLUME, PAR CLÉMENT DE RIS. Paris, Didier, 1853. 1 vol.
in-12. p. 30. Critique de _La Confession_.


1854

ALFRED DE MUSSET, PAR EUGÈNE DE MIRECOURT. Paris, Roret, 1854. 1 vol.
in-32.

GEORGE SAND, PAR EUGÈNE DE MIRECOURT. Paris, Roret, 1854. 1 vol.
in-32.

15 février.--Le Mousquetaire. Lettre de G. Sand à E. de Mirecourt, à
propos de sa _Biographie_.--E. de Mirecourt répond par une lettre
insérée dans le numéro du 17 février et toute une polémique s'engage
et se continue jusqu'au 2 mars.

12 mars.--Le Mousquetaire. Critique de _La Confession_, par A. Dumas.

HISTOIRE DE MA VIE, PAR G. SAND. Paris, Lecou, 1854-1855. 20 vol.
in-8.--Tome XVII, p. 219-233. Le Voyage en Italie.


1857

10 mai.--La Gazette de Paris. Sur _La Confession_, par Ph. Audebrand.

13 mai.--Triboulet et Diogène. Alfred de Musset, G. Sand et _La
Confession_, par Ch. de Lavarenne.

9 juin.--Les Contemporains. Comment écrivaient Alfred de Musset et G.
Sand, par Mirecourt.


1858

3 juillet.--L'Artiste. Alfred de Musset et G. Sand, par L. Ratisbonne.


1859

ELLE ET LUI, PAR GEORGE SAND. Revue des Deux-Mondes, 15 janvier, 1er
et 15 février, 15 mars.

ELLE ET LUI, PAR GEORGE SAND. Paris, Hachette, 1859. 1 vol. in-12.

LUI ET ELLE, PAR PAUL DE MUSSET. Magasin de Librairie, 10 et 25 avril,
10 mai.

LUI, PAR Mme LOUISE COLET. Le Messager de Paris, du 23 août au 16
septembre (22 feuilletons).

3 mars.--Journal des Débats. Critique de _Elle et Lui_, par
Prévost-Paradol.

5 avril.--La Correspondance Littéraire. Critique de _Elle et Lui_, par
Ludovic Lalanne.

11 avril.--La Mode. Critique de _Elle et Lui_, par U. Guttinguer.

15 avril.--Revue Anecdotique. Sur _Elle et Lui_, _Lui et Elle_, clef
des personnages.

20 avril et 5 mai.--La Correspondance Littéraire. Critique de _Lui et
Elle_, par Lud. Lalanne.

1er mai.--Revue Anecdotique. Rectification de la clef de _Elle et
Lui_.

21 mai.--L'Illustration. Critique de _Elle et Lui_.

24 mai.--Le Siècle. Critique de _Elle et Lui_, _Lui et Elle_, par
Delord.

5 juin.--Le Quart d'heure. Lettre à Paul de Musset, par A. Louvet.

7 juin.--La Gazette de France. Critique de _Elle et Lui_.

15 juin.--Le Pays. Critique de _Elle et Lui_, _Lui et Elle_, par
Barbey d'Aurevilly.

25 juillet.--Le Correspondant. Critique de _Elle et Lui, Lui et Elle_,
par A. de Pontmartin.

15 août.--Revue contemporaine. Confessions de Deux Enfants du Siècle,
par H. Babou.

18 août.--Revue de l'Instruction publique. Critique de _Elle et Lui_,
par A. Claveau.

15 octobre.--Revue des Deux-Mondes. Préface de _Jean de La Roche_, par
G. Sand.

1er novembre.--Revue Anecdotique. A propos de _Lui_, extrait du
_Causeur_.

25 novembre.--La Correspondance Littéraire. La préface de _Jean de La
Roche_ et Alfred de Musset.

27 novembre.--Journal des Débats. Critique de _Lui_, par
Cuvillier-Fleury.

10 décembre.--Magasin de Librairie. Critique de _Lui_, par T. Delord.

L'ANNÉE LITTÉRAIRE ET DRAMATIQUE, PAR VAPEREAU. ANNÉE 1859. Paris,
Hachette. 1 vol. in-12.--p. 63. A propos d'_Elle et Lui_.--p. 91. Sur
_Lui et Elle_.--p. 94. Sur _Lui_.


1860

LUI ET ELLE, par Paul de Musset. Paris, Charpentier, 1860. 1 vol.
in-12.

Lui, PAR Mme LOUISE COLET. Paris, Bourdilliat, 1860. 1 vol. in-12.

EUX, DRAME CONTEMPORAIN, PAR MOI (A. Doinet). Caen, Legost-Clerisse,
1860. 1 vol. in-12.

EUX ET ELLES, par M. de Lescure. Paris, Poulet-Malassis et De Broise,
1860. 1 vol. in-12.

1er janvier.--Revue Anecdotique. Note sur _Eux_, pseudonyme de
l'auteur.

Janvier.--Bentley's quarterly review. Étude sur G. Sand.

25 janvier.--La Correspondance Littéraire. Critique de _Lui et Elle_,
par Lud. Lalanne.

14 février.--Le Gaulois. Les Amours d'un poète, idylle en 4 colonnes
par A. Delatouche.

19 février.--Le Gaulois. Note relative aux Amours d'un Poète.

JEAN DE LA ROCHE, PAR GEORGE SAND. Paris, Hachette, 1860. 1 vol.
in-12.

1er mars.--Revue Anecdotique. Stances sur _Lui_, par Andréa P.

25 mars.--La Correspondance Littéraire. A propos des vers d'Andréa P.

1er avril.--Revue Anecdotique. Note sur le livre de M. de Lescure.

L'ANNÉE LITTÉRAIRE ET DRAMATIQUE, PAR VAPEREAU. 3e ANNÉE. 1860. Paris,
Hachette. 1 vol. in-12.--p. 145. Des clefs de roman, à propos de _Jean
de La Roche_.


1861

1er mars.--Revue Anecdotique, p. 97. _Elle et Lui_, pastiche en vers,
par Th. de Banville.

1er octobre.--Revue Anecdotique. Clef des personnages de _Lui_.


1862

ALFRED DE MUSSET, PAR ADOLPHE PERREAU. Paris, Poulet-Malassis, 1862. 1
vol. in-12.--p. 21 à 40. Alfred de Musset et G. Sand, les _Nuits_,
etc...

L'ITALIE DES ITALIENS, PAR Mme LOUISE COLET. Paris, Dentu, 1862. 4
vol. in-12. Tome I. p. 248.


1863

LES MORTS VONT VITE, PAR ALEXANDRE DUMAS. Paris, M. Lévy, 1863. 2 vol.
in-12.--T. II, p. 109, 135, 165. Sur _La Confession_, etc.


1864

15 mars.--Nouvelle Revue de Paris. Critique de _Elle et Lui_.

ALFRED DE MUSSET DEVANT LA JEUNESSE, PAR LISSAGARAY. Paris, Cournol,
1864. Brochure in-8º. p. 15. Sur _La Confession_, etc...

19 mars.--La Petite Revue. Réfutation de la conférence de M.
Lissagaray, par Pincebourde.

8 mai.--Le Temps. Réfutation de la conférence de M. Lissagaray, par H.
de Lagardie.


1865

LES POÉSIES D'ALFRED DE MUSSET, PAR CH. BIGOT, conférence. Nevers,
tous les libraires, 1865. Brochure in-8.--p. 7. Alfred de Musset et G.
Sand, désespoir du poète trahi.

Juin.--Revue Moderne. Deux Sonnets sur _Chatterton_ d'Alfred de Vigny,
par Alfred de Musset et G. Sand, et lettre de L. Ratisbonne.

Reproduit dans: La Petite Revue, 17 juin 1865.--Gazette Anecdotique,
28 février 1877.--Les Annales, 18 décembre 1887.--J'ai trouvé dans les
papiers d'Alfred de Musset une lettre de Paul de Musset à Louis
Ratisbonne; celui-ci, en sa qualité de directeur de la _Revue Moderne_
avait communiqué au frère du poète le texte des deux sonnets avant
leur publication.

Dans cette lettre, datée du 9 mai 1865, publiée par nous dans la
_Revue d'Histoire Littéraire_ du 15 janvier 1898, Paul de Musset nie
l'authenticité des deux sonnets. D'autre part, M. Georges Jubin met au
jour dans la _Revue Bleue_ du 3 avril 1897 des documents qui
établissent que George Sand n'a pas composé l'un de ces sonnets et
qu'Alfred de Musset est l'auteur de tous deux. Voir p. 208.

ALFRED DE MUSSET, SES POÉSIES. LECTURE FAITE A AMIENS le 8 avril 1865,
(par A. Th.) Amiens, Imprimerie de Jeunet, 1865. Brochure in-8, p. 15
à 36.


1866

1er avril.--Revue du XIXe siècle. La Littérature de 1830.

OEUVRES D'ALFRED DE MUSSET. Édition dédiée aux amis du poète, avec une
Notice biographique par son frère. Paris, Charpentier, 1865-1866. 10
vol. in-4.--Tome X, p. 19 à 27. Le Voyage en Italie, les _Nuits_, la
_Confession_.--p. 32-33. Sur le _Poète Déchu_, le _Souvenir_.

1er décembre.--Revue du XIXe siècle. Alfred de Musset et G. Sand,
d'après Pierre Leroux.


1868

3 octobre.--L'Illustration, p. 211. Les Correspondances de G. Sand
avec Michel de Bourges, M. de La Rounat et Alfred de Musset.


1869

PORTRAITS CONTEMPORAINS, PAR SAINTE-BEUVE. Nouvelle édition. Paris, C.
Lévy, 1869. 5 vol. in-12.--Tome I, p. 516. Lettres de George Sand à
Sainte-Beuve.

UNE GRANDE VICTIME DE L'ESPRIT DE SON TEMPS, ALFRED DE MUSSET, PAR
LUCIEN DEGRON. Caen, Domin, 1869. Brochure in-8, p. 30.


1872

19 octobre.--La Renaissance littéraire et artistique. Des livres
écrits sur Alfred de Musset et George Sand, d'après Champfleury.


1873

LES COULISSES DU PASSÉ, PAR PAUL FOUCHER. Paris, Dentu, 1873. 1 vol.
in-12.--p. 282. Le désespoir d'Alfred de Musset.--p. 371. Alfred de
Musset et G. Sand dans les _Portraits_ de Sainte-Beuve.

11 mars.--Le Corsaire. Sonnet à G. Sand: «Telle de l'Angelus», par
Alfred de Musset.

Reproduit dans: Le Constitutionnel, 12 janvier 1881.--Le Figaro, 15
janvier 1881.--Le Gaulois, 19 août 1896, etc.


1875

ALFRED DE MUSSET, PAR H. SECRETAN. Lausanne, Imprimerie
Howard-Delisle, 1875. 1 vol. in-8º.--p. 68. G. Sand et Alfred de
Musset, fragments de trois lettres de G. Sand à Sainte-Beuve.


1876

31 mars.--Gazette Anecdotique. Critique de _Lui_, par G. d'Heylli.

6 avril.--La Vie Littéraire. Alfred de Musset, G. Sand et Mme Colet,
par Maxime Rude.

LA CONFESSION D'UN ENFANT DU SIÈCLE, PAR ALFRED DE MUSSET, orné de 1
portrait et 1 vignette à l'eau-forte. Paris, Charpentier, 1876. 1 vol.
in-32.

ROMANCIERS CONTEMPORAINS, PAR MARIUS TOPIN. Paris, Charpentier, 1876.
1 vol. in-12.--p. 31. Sur _Lui et Elle_, _Elle et Lui_.


1877

BIOGRAPHIE D'ALFRED DE MUSSET, PAR PAUL DE MUSSET. Paris, Charpentier,
1877. 1 vol. in-12. Voir p. 118, 125 à 132, 139, 144 et 260.

Février.--La Patrie. Sur les sonnets à Alfred de Vigny, par Ed.
Fournier.

25 février.--Le Courrier littéraire, p. 364. Critique de _La
Confession_; G. Sand et Musset, par Coriolis.

CATULLE ET ALFRED DE MUSSET, PAR EUGÈNE ROSTAND. Discours de réception
à l'Académie de Marseille, prononcé le 4 février 1877. Paris, Hachette
et Cie, 1877. Brochure in-8º.--Voir p. 11, 12, 13, 19 à 29.

14 avril.--L'Homme libre. Lettre d'Alfred de Musset à G. Sand et
stances à G. Sand: «Porte ta vie...» par Alfred de Musset.

Stances reproduites dans: Le Figaro, 28 avril 1882.--Les Annales
politiques et littéraires, 19 avril 1891.--L'Observateur français, 21
avril 1891.--Le Courrier de Londres et de l'Europe, 26 avril
1891.--Gazette anecdotique, 15 mai 1891.--Le Figaro, 9 mai 1892.--Le
Jour, 11 mai 1892.--Simple Revue, 1er juillet 1894.--Pages d'art et de
sciences (Bruxelles), décembre 1894.--Saint-Raphaël-Revue, 28 juin
1896.--Le Courrier australien (Sidney), 3 octobre 1896.--Le Petit
Temps, 31 octobre 1896.--Le Précurseur (Anvers), 31 octobre 1896.--La
Revue de Paris, 1er novembre 1896.--Journal des Débats, 1er novembre
1896.--Fanfulla (Rome), 3-4 novembre 1896.--Il Resto del Carlino
(Bologne), 5 novembre 1896, etc.

ALFRED DE MUSSET, VON PAUL LINDAU. Berlin, A. Hoffmann, 1877. 1 vol.
in-8º.--p. 118 et suiv. Alfred de Musset et G. Sand, les _Lettres d'un
Voyageur_, _Elle et Lui_, _Lui et Elle_, _Lui_, etc...


1878

1er mars.--Revue des Deux-Mondes, p. 17. Allusions au Voyage en Italie
fait par G. Sand dans _Leone Leoni_.

15 mars.--Revue des Deux-Mondes. Sur _Elle et Lui_, par
d'Haussonville.

CATALOGUE DE LETTRES AUTOGRAPHES, comprenant les correspondances de
Ph. Chasles, G. Planche et Sauvage. Vente rue des Bons-Enfants le 28
juin 1878. Paris, Charavay, 1878. Brochure in-8º.--Nos 141 et 142.
Lettres d'Alfred de Musset à G. Planche et réponse de celui-ci, 8 et
10 novembre 1834. (Provocation en duel à propos de G. Sand et
excuses).

Septembre-octobre.--The North American review. Alfred de Musset et G.
Sand, par T. S. Perry.

LUI ET ELLE, PAR PAUL DE MUSSET, avec deux dessins de Rochegrosse.
Paris, Charpentier, 1878. 1 vol. in-32.

1er novembre.--Revue des Deux-Mondes. Après la lecture d'_Indiana_,
stances, par Alfred de Musset.


1879

7 février.--Revue du XIXe siècle. A propos de l'édition in-32 de _Lui
et Elle_, par Ch. Bigot.

SAINTE-BEUVE ET SES INCONNUES, PAR A. PONS. Paris, Ollendorff, 1879.
1 vol. in-12.--p. 115 à 121. Alfred de Musset, G. Sand, leur
correspondance, extraits, etc...

ALFRED DE MUSSET. SPOWIEDZ' DZIECIECIA WIEKU przklad L. Kaczynskiej.
Warszawa. Nakladem Radakcyl Przegladu Tygodniowego. 1879. 2 vol.
in-16. Traduction de _La Confession d'un Enfant du Siècle_.


1880

UN AMOUR DE MUSSET, PAR AUGUSTE MARIN, comédie en 1 acte, en vers.
Paris, Dentu, 1880. 1 vol. in-12.--Les deux personnages de cette
pièce, représentée pour la première fois à Marseille, sur le théâtre
du Gymnase, le 13 janvier 1880, sont G. Sand et Alfred de Musset. Elle
a été réimprimée en 1895 sous le titre de: «Un amour de Poète».

THE POET AND THE MUSE, BEING A VERSION OF ALFRED DE MUSSET: La Nuit de
mai, la Nuit d'août and la Nuit d'octobre, with an Introduction by
Walter Herries Pollock. London, Richard Bentley son, 1880. 1 vol.
in-12.

ALFRED DE MUSSET. LA CONFESION DE UN HIJO DEL SIGLO. Traduccion de R.
G. Madrid. Imprenta de la Gaceta Universal, 1880. 1 vol. in-12.

5 juin.--L'Illustration, p. 358. Sur la Correspondance de G. Sand avec
Alfred de Musset.

Septembre.--Temple Bar magazine (Londres). Alfred de Musset, non
signé.


1881

15 janvier.--Gazette Anecdotique. Note relative à la Correspondance de
G. Sand et d'Alfred de Musset.

29-30 janvier.--El Corriere della Sera (Milan). La Sand e il dottor
Pagello. (Lettre du Dr Pagello, Serenata à G. Sand.)

1er février.--The Fortnightly review (Londres). Tennyson et Alfred de
Musset, par A.-C. Swinburne.--p. 137 et suiv. G. Sand, la
_Confession_, etc...

14 mars.--Le Figaro. George Sand et Pagello, par D***. Traduction de
la lettre de Pagello publiée dans le Corriere della Sera.

1er avril.--La Revue Bordelaise. Un mot sur Alfred de Musset et G.
Sand.

1er mai.--L'Illustrazione Italiana (Milan). Le Dr Pagello et G. Sand à
Venise.

15 juin.--Revue des Deux-Mondes, p. 789. Sur G. Sand, _Elle et Lui_,
_Lui et Elle_, par E. Montégut.

DOCUMENTS LITTÉRAIRES, PAR ÉMILE ZOLA. Paris, Charpentier, 1881. 1
vol. in-12.--p. 101, 207, 224, 276.

22 octobre.--Le Parlement. Note inédite de Paul de Musset sur _Elle et
Lui_.


1882

26 avril.--Le Figaro. Lettre de G. Sand où il s'agit d'Alfred de
Musset.

25 juillet.--L'Intermédiaire des Chercheurs. Clef partielle de _Elle
et Lui_.

15 août.--Revue des Deux-Mondes. Critique de _Elle et Lui_, _Lui et
Elle_, _Lui_, par Maxime Du Camp.

31 août.--Gazette Anecdotique, p. 97. Alfred de Musset et G. Sand,
d'après Maxime Du Camp.

LUIGIA CODEMO. RACCONTI, SCENE, BOZZETTI, PRODUZIONI DRAMATICHE.
Treviso, coi typi di L. Zopelli editore. 1882. 2 vol. in-12 carré.--T.
I, p. 153 à 188: Sandiana. (G. Sand et Alfred de Musset à Venise,
fragments du Journal de Pagello, Lettre de G. Sand à Pagello, Pagello
à Paris, Serenata à G. Sand, sur _Lui et Elle_, etc...)

3 septembre.--Le Figaro. Stances à G. Sand: «Te voilà revenu», par
Alfred de Musset, article par Racot. (Extrait des _Souvenirs_ de
Maxime Du Camp).

Stances reproduites dans: La Gazette de France,
1882.--Saint-Raphaël-Revue, 28 juin 1896.--La Revue de Paris, 1er
novembre 1896.

19-20 septembre.--La République Française. G. Sand et sa
correspondance, par A. Leroy.

14 octobre.--Le Figaro. Lettre de G. Sand à Mirecourt (déjà publiée
dans le Mousquetaire, 1854).

LAS NOCHES DE ALFREDO DE MUSSET, versio castellana en verso per
Guillermo Belmonte. Madrid, 1882. 1 vol. in-32.

CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND, 1812-1876. Paris, C. Lévy, 1882. 6 vol.
in-12.--Voir principalement les tomes II et III.

SOUVENIRS LITTÉRAIRES, PAR MAXIME DU CAMP. Paris, Hachette, 1882-1883.
2 vol. in-8º.--Voir tome II, p. 339 et suiv., 348, 360.


1883

25 février.--L'Intermédiaire des Chercheurs. Sur la clef de _Elle et
Lui_.

28 février.--Gazette Anecdotique, p. 112. M. Grévy et l'échange des
lettres, d'après Le Gaulois.

15 avril.--La Gazette Anecdotique, p. 209. G. Sand, Sandeau et Alfred
de Musset, d'après Barbey d'Aurevilly.

4 mai.--Le Gaulois. Sur _Elle et Lui_, _Lui et Elle_.

10 mai.--L'Intermédiaire des Chercheurs. Serenata à G. Sand, par P.
Pagello.

15 mai.--Revue des Deux-Mondes, p. 435. Les Portraits d'Alfred de
Musset et de G. Sand à l'Exposition des Portraits du Siècle.

15 octobre.--Revue des Deux-Mondes, p. 855. Chopin, Alfred de Musset
et G. Sand, d'après Liszt.


1884

29 février.--Gazette Anecdotique, p. 105. Des papiers intimes de
George Sand remis à M. Alexandre Dumas fils.

15 mai.--Gazette Anecdotique, p. 275--Note sur Jules Sandeau et _Elle
et Lui_.

VOLUPTÉ, PAR SAINTE-BEUVE. 11e édition. Paris, Charpentier, 1885. 1
vol. in-12, p. 399. Lettre de George Sand à Sainte-Beuve.

LES CONFESSIONS, PAR ARSÈNE HOUSSAYE. Paris, Dentu, 1885. 4 vol. in-8º
(voir année 1891).--Tome I, p. 271 à 283.--Tome II, p. 1 à 37.


1886

CATALOGUE D'UNE COLLECTION D'AUTOGRAPHES, vente du 29 janvier 1886,
Hôtel Drouot. Paris, Étienne Charavay. Brochure in-8º.--No 10.
Quatrain à Gustave Planche, par Alfred de Musset, autographe et texte
imprimé.

Reproduit dans: L'Événement, 28 janvier 1886.--Le Temps, 28 janvier
1886.--La France, 31 janvier 1886.--Paris, 30 janvier 1886.--Revue de
France, 9 avril 1892.--Le Magasin Littéraire, mars 1895, p. 99.

CATALOGUE DE LETTRES AUTOGRAPHES. Vente du 10 mai 1886, Hôtel Drouot.
Paris, Eugène Charavay. Brochure in-8º.--No 226. Lettre de G. Sand à
Pagello et analyse de cette lettre.

30 juin.--Gazette Anecdotique, p. 272. Analyse de la Lettre de G. Sand
à Pagello. (Catalogue du 10 mai 1886).


1887

LES ÉDITIONS ORIGINALES DES ROMANTIQUES, PAR L. DEROME. Paris,
Rouveyre, 1887. 2 vol. in-8.--Tome I, p. 63-64.

3 mai (21 avril).--Rouskya Kourier (Moscou). Alfred de Musset et G.
Sand.

Octobre.--Les Annales de l'Est, no 4.--Alfred de Musset à Bade, par E.
Krantz, lettres inédites.


1888

ALFRED DE MUSSET A BADE, PAR ÉMILE KRANTZ, avec lettres inédites.
Extrait des Annales de l'Est. Nancy, imprimerie Berger-Levrault,
1888.--Brochure in-8º.

3 mars.--Gil Blas. G. Sand et Alfred de Musset, par A. Silvestre.

15 juillet.--La Revue de Paris et Saint-Pétersbourg. Alfred de Musset
et G. Sand en Italie, par A. Houssaye.


1889

27 avril.--Le Figaro. G. Sand, Alfred de Musset et Mme de Belgiojoso,
par A. Houssaye.

10 juin.--La Revue de Paris et Saint-Pétersbourg. Dialogue des morts
et des vivants, par Alceste.


1891

LES CONFESSIONS, PAR ARSÈNE HOUSSAYE. Tomes V et VI. Paris, Dentu,
1891. 2 vol. in-8º.--Tome V, p. 168.

19 avril.--Les Annales Politiques et Littéraires. Alfred de Musset et
G. Sand, d'après M. A. Brisson.

LA CONFESSION D'UN ENFANT DU SIÈCLE, PAR ALFRED DE MUSSET. Dix
compositions de Jazet gravées à l'eau-forte par Abot. Paris, ancienne
maison Quantin, May et Motteroz, 1891. 1 vol. in-4º.


1892

ÉTUDES ET RÉCITS SUR ALFRED DE MUSSET, PAR Mme DE JANZÉ. Paris, Plon,
1892. 1 vol. in-12.--p. 26 à 43. G. Sand et Alfred de Musset.

6 mars.--Le Soir (Bruxelles). Sur la correspondance d'Alfred de Musset
et de G. Sand.

5 mai.--La Dépêche (Toulouse). Les Femmes d'Alfred de Musset, par
Pierre et Paul.

12 septembre.--The Morning Post (Londres). Alfred de Musset et G.
Sand, d'après Maxime Du Camp.

15 octobre.--Revue Bleue. Alfred de Musset et G. Sand, par E. Grenier,
avec extraits de leurs lettres.

20 novembre.--L'Intermédiaire des Chercheurs. La Correspondance
Sand-Musset, par le Dr Cabanès.

THE CONFESSION OF A CHILD OF THE CENTURY, BY ALFRED DE MUSSET.
Translated by Kendall Warren. Chicago. C. H. Sergel and Co. 1892. 1
vol. in-12.

21 novembre.--L'Éclair. La Correspondance de G. Sand et d'Alfred de
Musset.

22 novembre.--The Morning Post (Londres). Sur la correspondance
Sand-Musset.

25 novembre.--L'Estafette. A propos de l'article du Dr Cabanès dans
l'Intermédiaire.

25 novembre.--La Gironde (Bordeaux). Note sur la correspondance
Sand-Musset.

26 novembre.--Le Voltaire. Sur les traces perdues de la
Correspondance.

30 novembre.--Gazette Anecdotique, p. 360. Sur la publication de la
Correspondance.

8 décembre.--L'Indépendance Belge (Bruxelles). L'Affaire de la
Correspondance Sand-Musset, d'après le Dr Cabanès.

15 avril 1892 à 15 janvier 1893.--Université catholique. Les
_Confessions_ de Saint Augustin, J.-J. Rousseau et Alfred de Musset,
par C. Douais (8 art.).


1893

2 janvier.--Le Gaulois. Sur la correspondance Sand-Musset, par H.
Lapauze.

5 janvier.--El Correo (Madrid). La Correspondance Sand-Musset.

6 février.--L'Univers. Critique du cours de M. Benoist.

8 février.--Courrier de l'Ain. Sur le cours de M. Benoist, réponse à
l'Univers, par F. A.

15 et 22 février.--Le Figaro. La Correspondance de G. Sand et de
Sainte-Beuve, par le Vte de Spoelberch de Lovenjoul.

18 février.--L'Écho de Paris. Influence de G. Sand sur Alfred de
Musset, par Armand Silvestre.

23 février.--L'Événement. Les Amours de G. Sand.

Mars.--The Nineteenth Century (Londres).--p. 529. Alfred de Musset et
G. Sand, par L. Katscher.

ALFRED DE MUSSET, PAR Mme ARVÈDE BARINE. Paris, Hachette, 1893. 1 vol.
in-12.--p. 57 à 90. Alfred de Musset et G. Sand, extraits de leur
correspondance.--p. 94 et 134.

7 mai.--Le Gaulois. Les amoureux célèbres: Musset, Sand, Mme de
Belgiojoso.

29 mai.--The Oriental Advertiser (Constantinople). Les Amoureux
célèbres, G. Sand, Mme de Belgiojoso et Alfred de Musset. La
Correspondance d'Alfred de Musset et de G. Sand.

3 juin.--Le Gaulois. Des romans à clef, par P. Roche.

15 juin.--Le Monde Thermal. Alfred de Musset et G. Sand, d'après Mme
Barine, par Saint-Herem.

24 juin.--Le Siècle. Deux ancêtres. G. Sand et Alfred de Musset, par
Charley.

26 juin.--Gazette de France. G. Sand et Alfred de Musset, d'après Mme
Barine, par E. Biré.

15 juillet.--Le Téléphone. G. Sand et Alfred de Musset d'après Mme
Barine, par E. Trolliet.

21 juillet.--Le Temps. Critique du livre de Mme Barine, par A.
Bossert.

23 août.--Le Moniteur Universel. G. Sand, Alfred de Musset et Pagello,
d'après Mme Barine, par R. Doumic.

21 septembre.--Le Gaulois. Alfred de Musset et G. Sand, d'après Mme
Barine, par A. Filon.

31 décembre.--Le Figaro. Sur les portraits de G. Sand dessinés par
Alfred de Musset.


1894

11 et 12 février.--Le Gaulois. Sur la correspondance Sand-Musset.

14 février.--La Liberté. Ce qui subsiste de la correspondance
Sand-Musset.

17 février.--Paris. A propos des Sonnets à Alfred de Vigny, de G. Sand
et Alfred de Musset.

17 février.--The Irish Times (Dublin). Critique de la conférence de M.
Guilgault sur G. Sand et la _Nuit de Mai_.

15 mars.--Le Soir. Déclaration de Mme Lardin de Musset.

21 mars.--Étoile Belge (Bruxelles). Sur la correspondance Sand-Musset.

LES LUNDIS D'UN CHERCHEUR, PAR LE Vte DE SPOELBERCH DE LOVENJOUL.
Paris, C. Lévy, 1894. 1 vol. in-12.--p. 149 à 180. Les lettres
inédites de G. Sand.

17 août.--Le Gaulois. Quand publiera-t-on la correspondance
Sand-Musset?

ALFRED DE MUSSET AF SVEN SODERMANN. Stockolm, 1894. 1 vol. in-8º.--p.
98. A. de Musset, G. Sand. Voyage en Italie, les _Nuits_, _Lettres
d'un voyageur_, _Elle et Lui_, _Lui et Elle_, etc.--p. 112. Stances à
G. Sand: «Te voilà revenu».

2 décembre.--Courrier de l'Aisne (Laon). Alfred de Musset et G. Sand
en Italie, par A. Houssaye.

15 décembre.--La Revue de Paris. Une amitié romanesque, G. Sand et Mme
d'Agoult, par S. Rocheblave, avec lettres inédites.

ALFRED DE MUSSET, PAR A. CLAVEAU. Paris, Lecène et Oudin, 1894. 1 vol.
in-8º--p. 37 à 52. La Crise, G. Sand, les _Nuits_.


1895

12 janvier.--Le Gaulois. Sur la correspondance Sand-Musset, sa
publication par H. Lapauze.

1er mai.--La Nouvelle Revue. Deux lettres inédites de G. Sand à
Sainte-Beuve, par Ch. de Loménie.

30 juin.--Gazette Anecdotique, p. 112. Déclaration de Mme Lardin de
Musset sur les lettres.

ANONYME. UN AMOUR DE POÈTE, un acte, en vers. Collection de
l'Impressario. Br. in-16.

Cette pièce, qui a, dit-on, pour auteurs MM. Léon d'Agenais et Roger
Dubled, est la réimpression textuelle, sans le plus petit changement,
de celle publiée en 1880 sous le titre de _Un Amour de Musset_, par
Auguste Marin. Elle est à deux personnages, G. Sand et Alfred de
Musset, et a été représentée en janvier 1896 au Théâtre Mondain de la
Cité d'Antin.


1896

ALFRED DE MUSSET. LES NUITS ET SOUVENIR. Un portrait d'après David
d'Angers et 17 vignettes d'après A. Gérardin. Paris, Pelletan, 1896. 1
vol. in-8º.

24 janvier.--Le Siècle. Critique de _Un Amour de poète_, pièce en 1
acte.

23 février.--Journal des Débats. Critique de l'étude de M. Sven
Sodermann sur Musset (1894).

15 avril.--Le Gaulois. Des romans à clef, _Elle et Lui_, _Lui et
Elle_.

19 avril.--L'Estafette. Projet de M. Rocheblave de publier la
correspondance Sand-Musset.

1er mai et 1er juin. Cosmopolis. La véritable histoire d'Elle et Lui,
par M. le Vicomte de Spoelberch de Lovenjoul (2 articles)[65].

  [65] L'édition de cette Revue, publiée à Londres, a donné lieu,
  dans la presse anglaise, à un certain nombre d'articles qui ne
  sont pas tous parvenus à ma connaissance. Réimprimée en volume.

7 mai.--The Dundee Advertiser (Dundée). Critique de l'article de M. de
Spoelberch de Lovenjoul.

12 mai.--The Yorkshire Post (Leeds). La véritable histoire d'Elle et
Lui, d'après M. de Spoelberch de Lovenjoul.

15 mai.--Revue des Revues. Note sur l'article de M. de Spoelberch de
Lovenjoul.

21 mai.--Horse Guards Gazette. Note sur l'article de M. de Spoelberch
de Lovenjoul.

25 mai.--Paris. Sur _Elle et Lui_. A propos de l'article de M. de
Spoelberch de Lovenjoul.

30 mai.--Le Gaulois. Critique de l'article de M. de Spoelberch de
Lovenjoul, par A. Galdemar.

1er juin.--La Gironde (Bordeaux). Analyse de l'article de M. de
Spoelberch de Lovenjoul et extraits.

3 juin.--Le Radical (Marseille). Analyse de l'article de M. de
Spoelberch de Lovenjoul, avec 5 lettres.

4 juin.--Courrier de l'Aisne (Laon). Analyse de l'article de M. de
Spoelberch de Lovenjoul, avec 2 lettres.

6 juin.--L'Écho du Nord (Lille). Analyse et extrait de la lettre de G.
Sand à Pagello.

13 juin.--Revue Encyclopédique, p. 420. Les lettres d'Alfred de Musset
et de G. Sand, d'après l'article de M. de Spoelberch de Lovenjoul.

13 juin.--The Saturday Review. Sur la 2e partie de l'article de M. de
Spoelberch de Lovenjoul.

15 juin.--The Daily Free Press (Aberdeen). Elle et Lui, d'après M. de
Spoelberch de Lovenjoul.

20 juin.--The Spectator (Londres), p. 879. Critique de l'article de M.
de Spoelberch de Lovenjoul.

10 mai à 28 juin.--Saint-Raphaël Revue. Alfred de Musset, par Jean
Morin (8 art.). Voir les nos des 17 mai, 21 et 28 juin.

8 juillet.--Journal de Genève. Chronique parisienne, d'après M. de
Spoelberch de Lovenjoul.

15 juillet.--Revue d'histoire littéraire de la France. Critique de
l'article de M. de Spoelberch de Lovenjoul.

15 juillet.--La Vie contemporaine, p. 139. Les amantes lyriques, par
E. Besnus.

19 juillet.--Le Monde artiste, p. 454. Critique de l'article de M. de
Spoelberch de Lovenjoul et extraits.

19 juillet.--Neue freie Presse (Vienne). Sie und Er, Elle et Lui, par
W.

1er août.--Revue Hebdomadaire. Un roman vécu à trois personnages:
Alfred de Musset, G. Sand et le Dr Pagello, par le Dr Cabanès.

1er août.--Paris. Alfred de Musset, G. Sand et l'Autre, par Caribert.

2 août.--L'Événement. Des Lettres, Alfred de Musset et G. Sand, par
Maxime Rude.

2 août.--Le Voltaire. Histoire d'amour, par Raoul Deberd.

5 août.--Gil Blas. Alfred de Musset et G. Sand, par Gabriel Seguy.

5 août.--Journal des Débats. Critique de l'article du Dr Cabanès.

6 août.--Le Gaulois. Les Femmes de Musset, par H. Lapauze.

Reproduit: Écho de la Semaine, 16 août.

9 août.--L'Éclair. Elle, Lui et l'Autre, d'après le Dr Cabanès.

9-10 août.--Le Précurseur (Anvers). Alfred de Musset et G. Sand,
extrait de Paris.

11 août.--Paris. Les petits papiers, par Caribert.

13 août.--Journal des Débats. Sur Alfred de Musset, à propos de
l'article du Dr Cabanès, par Ed. Rod.

14 août.--Le Gaulois. Alfred de Musset et G. Sand, lettres inédites,
d'après M. Clouard, par H. Lapauze.

15 août.--Revue de Paris, p. 709. Alfred de Musset et G. Sand, notes
et documents inédits, par M. Clouard.

15 août.--Journal de Rouen, supplément. Sur Alfred de Musset, par Ed.
Rod, extrait du Journal des Débats.

15 août.--The Daily Telegraph (Londres). Note sur l'article de M.
Clouard.

16 août.--Le Progrès de la Côte-d'Or (Dijon). Pagello et G. Sand, par
Jacques de la Beaune.

16 août.--Annales politiques et littéraires. A propos des récents
articles sur Alfred de Musset et G. Sand.

17 août.--Le Journal. Viols de tombes, par Jean Richepin.

17 août.--Journal des Débats. Critique de l'article de M. Clouard.

19 août.--Le Précurseur (Anvers). Sur Alfred de Musset, extrait du
Journal des Débats.

19 août.--Journal de Rouen. Note sur l'article de M. Clouard.

19 août.--Le Patriote (Le Mans). Vieux Cancans, par Eug. Lautier.

19 août.--La République Libérale (Arras). Deux critiques sur l'article
de M. Clouard, l'une par P. Lebeau, l'autre tirée du Journal des
Débats.

20 août.--L'Événement. Liaisons et Passions, par P. Pascal.

20 août.--Rotterdamsche Courant (Rotterdam). Note sur l'article de M.
Clouard.

21 août.--Écho de l'Indre (La Châtre). Lettre parisienne, par Andhré
Bouché.

22 août.--Le Gaulois. Sur Alfred de Musset, G. Sand et Pagello, par
Solidor.

22 août.--La Jeune Belgique (Bruxelles). Note sur l'article de M.
Clouard.

22 août.--Le Voltaire. Déshabillage, par E. C.

24 août.--Le Gaulois. Comment travaillait G. Sand, par Silvio.

25 août.--Stamboul (Constantinople). Alfred de Musset et G. Sand,
d'après M. Clouard, par Régis Delboeuf.

25 août.--Le Procope. Note concernant les récents articles.

25-26 août.--Giornale di Sicilia (Palerme). Réflexions à propos d'une
lettre de G. Sand à Alfred Tattet dans la Revue de Paris.

27 août.--Le Patriote (Le Mans). Alfred de Musset et G. Sand d'après
M. Clouard, par Berthelot.

Reproduit: La Gironde (Bordeaux), 27 août.

28 août.--Le Charivari. N'écrivez jamais, par H. Second.

Reproduit: La France, 4 septembre; Le Patriote Landais
(Mont-de-Marsan), 9 septembre.

28 août.--Le Figaro. Un roman d'amour, par P. Bourget.

29 août.--Journal de Rouen. Alfred de Musset et G. Sand, par P.
Bourget, extrait du Figaro.

29 août.--The Levant Herald (Constantinople). Note sur l'article de M.
Clouard.

29 août.--L'Écho de Paris. G. Sand et Alfred de Musset, par H. Bauer.

30 août.--Le Gaulois. Alfred de Musset et G. Sand, à propos de
l'article de M. Brisson.

31 août.--Le Gaulois.--Ce qui sort des tombes, par R. Doumic.

1er septembre.--La Revue de Paris. Erratum concernant l'article de M.
Clouard.

1er septembre.--Revue des Revues. Critique de l'article de M. Clouard.

2 septembre.--L'Événement. Lettres d'amour, par Baude de Maurceley.

ALFRED DE MUSSET ET GEORGE SAND, PAR MAURICE CLOUARD. Extrait de la
Revue de Paris du 15 août 1896. Paris, Imprimerie Chaix. Brochure
in-8º, ornée de deux portraits de G. Sand dessinés par Alfred de
Musset, du fac-similé de l'Ordonnance du Dr Pagello, et suivie d'un
Index Bibliographique.

4 septembre.--Écho de l'Indre (La Châtre). De la critique, par Andhré
Bouché.

5 septembre.--Revue Encyclopédique, p. 619. Note sur G. Sand, Alfred
de Musset et Sainte-Beuve.

5 septembre.--Le Gaulois. La Correspondance Sand-Musset; Lettres de
Mmes d'Albert-Lake, Lina Sand et Lardin de Musset.

6 septembre.--Le Monde Élégant (Nice). Une vieille histoire, par
Froufou.

6 septembre.--La Loire Républicaine (Saint-Étienne). Amours de G. Sand
et d'Alfred de Musset, coupable divulgation.

7 septembre.--La Presse. Lettres dangereuses, par Ch. Formentin.

9 septembre.--L'Éclair. Le Coucher de la morte, par G. Jollivet.

10 septembre.--L'Abeille de Fontainebleau. Critique de _Alfred de
Musset et G. Sand_ de M. Clouard, par Maurice Bourges.

10 septembre.--Lyon Républicain, supplément. Feuilles volantes, par
Raoul Cinoh.

11 septembre.--Il Don Chisciotte (Rome). Un altro amore di G. Sand,
par G. P. Cavalcanti.

11 septembre.--Le Temps. Alfred de Musset et G. Sand, à propos de
Chopin, par C. Bellaigue.

12 septembre.--La Vie parisienne, p. 357. Notes sur les récentes
publications.

12 septembre.--Courrier d'Italie (Rome). G. Sand d'après le Don
Chisciotte.

13 septembre.--Le Courrier (Fourmies). Lettre de Mme Lardin de Musset
à propos de la Correspondance.

13 septembre.--Il Don Chisciotte (Rome). Le plus sérieux des trois,
par Febea (Mme Olga Ossani Lodi).

13 septembre.--Journal de Rouen, supplément. A propos des récents
articles.

14 septembre.--Le Voltaire. Lettres de femme, par Bernard Kahler.

15 septembre.--Review of Reviews (Londres). Critique de l'article de
M. Clouard.

15 septembre.--Nouvelle Revue Internationale. Alfred de Musset et G.
Sand, d'après P. Bourget.

16 septembre.--La Lanterne. Choses d'outre-tombe, par Jean Ajalbert.

27 septembre.--Le Réveil (Saint-Girons, Ariège). Chronique: Alfred de
Musset et G. Sand, par J. Francoeur.

27 septembre.--Journal d'Alsace (Strasbourg). Alfred de Musset et G.
Sand, d'après les articles récents.

3 octobre.--Courrier Australien (Sydney). Le démêlé
Sand-Musset-Pagello, non signé.

5 octobre.--La Gazette de France. Petits ménages romantiques, par Ch.
Maurras.

15 octobre.--Revue d'histoire littéraire de la France. L'histoire
d'Elle et Lui, d'après MM. de Spoelberch, Cabanes et Clouard.

16 octobre.--Le Gaulois. Histoire véridique des amants de Venise, I,
par P. Mariéton.

17 octobre.--Le Gaulois. Histoire véridique des amants de Venise. II,
par P. Mariéton.

19 octobre.--Gil Blas. Elle et Lui, d'après P. Mariéton, par L.
Lacour.

19 octobre.--Le Gaulois. La Correspondance Sand-Musset: chez le comte
Alexandre de Musset, par J. Gubert.

19 octobre.--Le Petit Méridional (Montpellier). Sur la non publication
de la correspondance Sand-Musset.

20 octobre.--Le Figaro. G. Sand à Venise, par E.

20 octobre.--Journal des Débats. Amours de gens de Lettres, par R.
Doumic.

20 octobre.--L'Écho de Paris. La Vie de G. Sand et du Dr Pagello à
Venise, III, par P. Mariéton.

21 octobre.--L'Écho de Paris. G. Sand, Alfred de Musset et Pagello,
IV, par P. Mariéton.

21 octobre.--L'Éclaireur (Nice). Amours des Gens de Lettres, extrait
du Journal des Débats.

21 octobre.--L'Événement. Le médecin Pagello ou l'amant malgré lui,
par H. Leyret.

21 octobre.--Gil Blas. Eux trois, par Santillane.

21 octobre.--Le Gaulois. Fleurs fanées--Les amants de Venise. (2
articles).

22 octobre.--L'Écho de Paris. Examen littéraire, par Graindorge:--Mot
d'Alfred de Musset sur G. Sand d'après Sainte-Beuve. (2 articles).

22 octobre.--L'Événement. Amours de G. Sand et d'Alfred de Musset, par
Gina Saxebey.

22 octobre.--Le Soleil. La Correspondance d'Alfred de Musset et de G.
Sand, par C. Canivet.--Alfred de Musset, G. Sand, etc., par H.
Duvernois. (2 articles).

22 octobre.--La Dépêche (Toulouse). Alfred de Musset et G. Sand, par
Noll.

23 octobre.--Courrier de l'Aisne (Laon). Alfred de Musset, Sand et
Pagello, d'après P. Mariéton, non signé.

23 octobre.--Le Gaulois. Les Trois, d'après le Dr Cabanès, par Ch.
Demailly.

23 octobre.--Patriote de Normandie (Rouen). Correspondance d'hommes
célèbres, résumé de l'article du Soleil.

24 octobre.--Revue hebdomadaire, p. 609.--Une Visite au Dr Pagello: la
Déclaration de George Sand au Dr Pagello, par le Dr Cabanès.

24 octobre.--L'Éclair. Amours de G. Sand et du Dr Pagello, d'après le
Dr Cabanès.

24 octobre.--L'Événement. Les amours de G. Sand, par Ferville.

24 octobre.--Le Figaro. Interdiction lancée par la famille Sand.--G.
Sand et Pagello, d'après le Dr Cabanès. (2 articles).

24 octobre.--Franche-Comté (Besançon). Interdiction de la famille Sand
à la Revue Hebdomadaire.

24 octobre.--Le Journal. Affaire Sand-Pagello, interdiction de Mme
Clesinger.

Reproduit: La Libre Parole, 24 octobre.--La Paix, 24 octobre.--Le
Figaro, 25 octobre.

24 octobre.--Le Rappel. Les Correspondances d'Hommes célèbres, par H.
Fouquier.

24 octobre.--Le Gaulois. Sand, Musset, Pagello, stances par Brandy and
Soda. Un procès sensationnel, affaire Sand-Pagello, par Tout-Paris. (2
articles).

24 octobre.--Le Monde Illustré, p. 263. Des récentes publications sur
Alfred de Musset et G. Sand, par P. Veron.

24 octobre.--Revue Politique et Littéraire, p. 540. _Journal_ de
Pagello, par Jean Louis.

24 octobre.--Le Soleil. Musset, Sand et Pagello, par C. Canivet.

24 octobre.--Le Temps. Le récit du Dr Pagello au Dr Cabanès; la
_Déclaration_ de G. Sand à Pagello.

24 octobre.--La Vie Parisienne. Ne va-t-on pas bientôt finir avec les
amours littéraires?

25 octobre.--L'Éclair. Elle et Eux, la _Déclaration_ de G. Sand à
Pagello, non signé.

25 octobre.--Journal de Bruxelles, supplément. Correspondances et
Révélations, par Ch. Canivet, extrait du Soleil.

25 octobre.--Le Gaulois. Le véritable propriétaire des lettres de G.
Sand.

25 octobre.--La Gironde (Bordeaux). Encore eux, n. s.

25 octobre.--Gil Blas. Cantique des Cantiques, par Santillane.

25 octobre.--Journal de Rouen, supplément. Un procès sensationnel.

25 octobre.--Journal des Débats. Correspondance d'Écrivains, par André
Hallys.--G. Sand, Pagello et le Dr Cabanès, non signé (2 articles).

25 octobre.--La Lanterne.--G. Sand et le Dr Pagello.

25 octobre.--La Patrie.--Autour d'une lettre.--La propriété des
lettres. (2 articles).

25 octobre.--La Presse. Amoureuse, par Ch. Formentin.

25 octobre.--Lyon Républicain, supplément (Lyon). Contre Pagello.

25 octobre.--La République Française. Roman d'outre-tombe, par Ad.
Brisson.

25 octobre.--Le Temps. Les amours de G. Sand, par A. B.--Vieux
papiers, par G. Deschamps. (2 articles).

25 octobre.--Lyon Républicain (Lyon). Note sur l'interdiction de la
famille Sand.

25-26 octobre.--Les Ardennes (Charleville). Eux et Elles, d'après le
Dr Cabanès, la _Déclaration_ de G. Sand.

26 octobre.--Le Figaro. Cruautés de l'information, dialogue, par A.
Capus.

26 octobre.--L'Éclaireur (Nice). Le roman à trois, d'après le Dr
Cabanès.

26 octobre.--Le Petit Niçois (Nice). Contre M. Mariéton et ses
révélations.

26 octobre.--Le Gaulois. Les lettres de G. Sand à Alfred de Musset
seront publiées, déclaration de M. Aucante, par M. Hutin.

26 octobre.--Gil Blas Mode. Alfred de Musset et G. Sand, par Babiole.

26 octobre.--La Liberté. Les amours de G. Sand et d'Alfred de Musset,
par Arnolphe.

26 octobre.--La Paix. Indiscrétions littéraires, par Édouard Beaufils.

26 octobre.--Le Soir. Après le festin, par Alex. Hepp.

26 octobre.--Le Soir (Bruxelles). Les révélations du Dr Cabanes, par
Piccolo.

26 octobre.--Le Stéphanois (Saint-Étienne). Critique et analyse de
l'article du Dr Cabanès.

26 octobre.--La Presse. L'affaire Sand-Musset, par H. Duvernois. (2
articles).

26 octobre.--Gazette de France. Vieux papiers et vieilles flammes, par
G. M.--Publication des Lettres.

26 octobre.--Frankfurter Zeitung (Francfort). George Sand und Dr
Pagello in der Revue Hebdomadaire.

27 octobre.--Le Figaro. Confessions et Correspondances, par G.
Larroumet.--La déclaration de Mme Lardin de Musset au Temps.

27 octobre.--L'Événement. Note sur l'opposition de Mme Lardin de
Musset.

27 octobre.--Le Siècle. Le roman de Venise, les lettres et
l'opposition de Mme Lardin de Musset, par Léo Marchès.

27 octobre.--La Dépêche (Toulouse). Paul Mariéton, profil, par Nick.

27 octobre.--Le Journal. Elle, Lui et l'Autre, par Ém.
Bergerat.--Menus propos, par V. de Cottens. (2 articles).

27 octobre.--Le Temps. Pourquoi la famille de Musset s'oppose à la
publication des lettres, déclaration de Mme Lardin de Musset.

27 octobre.--Les Ardennes (Charleville). Elle et Lui, la déclaration
de M. Aucante.

27 octobre.--Le Précurseur (Anvers). Les amours de G. Sand, d'après Le
Temps.

27 octobre.--La Liberté. G. Sand et ses amis, révélations et vieux
papiers, par P. P.

27 octobre.--Berliner Tageblatt (Berlin). Alfred de Musset und G.
Sand, die Korrespondenz.

28 octobre.--Le Charivari. Contre les révélations du Dr Pagello, sur
G. Sand.

28 octobre.--Le Courrier du Centre (Limoges). Alfred de Musset et G.
Sand, par Clément-Janin.

28 octobre.--L'Écho de Paris. G. Sand et Alfred de Musset;
l'opposition de Mme Lardin de Musset.

28 octobre.--L'Événement. Les Héritiers des grands écrivains, par
Henri Leyret.

28 octobre.--Berliner Börsen Courier (Berlin). G. Sand et Alfred de
Musset, les nouvelles révélations de la Revue Hebdomadaire.

28 octobre.--Gil Blas. La Lionne de l'hiver, par Ch. Martel.

28 octobre.--Journal des Débats. A propos de la Correspondance
Sand-Musset par Maurice Spronck.

28 octobre.--La Paix. Elle et Lui, dialogue, par A. Cerons.

28 octobre.--Paris. Papiers posthumes, par C. de Sainte-Croix.-Lettre
de Mme Lardin de Musset.

28 octobre.--Le Peuple (Lyon). Contre la publication des documents sur
G. Sand et Pagello.

28-29 octobre.--Il Secolo (Milan). Note sur l'interdiction de Mme
Lardin de Musset.

29 octobre.--Les Ardennes (Charleville). Elle et Lui, la lettre de Mme
Lardin de Musset au Temps.

29 octobre.--Le Charivari. Vilenie du scandale actuel.

29 octobre.--El Correo (Madrid). George Sand y Alfredo de Musset, par
X.

29 octobre.--Le Gaulois. Annonce de la publication des Lettres de G.
Sand à Alfred de Musset.--Lettres de G. Sand au _Mousquetaire_ à
l'occasion de la Biographie de Mirecourt, en 1854.

29 octobre.--La Gazette de France. La Correspondance d'Alfred de
Musset et de G. Sand; déclaration de Mme Lardin de Musset.

29 octobre.--Gil Blas. Lettres et Mémoires, par Montjoyeux.--G. Sand
et le féminisme, par Ch. Bardin.

29 octobre.--Le Journal. La Séductrice, par Gustave Geoffroy.

29 octobre.--La Liberté. Contre le scandale du jour, par Fabrice
Carré.

29 octobre.--Le Petit Vauclusien (Avignon). Alfred de Musset et G.
Sand, non signé.

29 octobre.--La Presse. Lettres de morts, par Marcel de Barre.

29 octobre.--Le Progrès Artistique. Annonce de la publication des
lettres de G. Sand à Alfred de Musset.

29 octobre.--Le Radical (Marseille). Contre les publications récentes.

30 octobre.--Le Charivari. Note sur le refus de Mme Lardin de Musset.

30 octobre.--Le Rappel. Nouvelles révélations, par P. Desachy.

30 octobre.--Le Télégramme (Toulouse). Amours d'écrivains, par A.
Alexandre, suivi d'une Lettre du Dr Cabanès relative à M. P. Mariéton.

31 octobre.--Don Juan. Laissez donc dormir ces secrets, par
Machecoul.--Amours littéraires, stances, par Des Esquintes. (2
articles).

31 octobre.--L'Événement. G. Sand dépeinte par Alfred de Musset dans
son _Histoire d'un Merle Blanc_.

31 octobre.--Le Gaulois. Les vraies lettres de G. Sand à A. de Musset,
analyse et extraits, par H. Lapauze.

31 octobre.--L'Illustration. Les révélations du Dr Pagello sur G.
Sand.

31 octobre.--Le Journal. Les amants de Venise, extrait du Soleil.--La
question Sand-Musset-Pagello, réponse par P. Mariéton.--Analyse et
extraits des lettres de G. Sand à Alfred de Musset. (3 articles).

31 octobre.--Le Matin. Note sur les lettres de G. Sand à Alfred de
Musset.

31 octobre.--Le Monde Illustré, couverture. Vignette satirique par
Guillaume.

31 octobre.--La Petite République. Déballage posthume, par Mercutio.

31 octobre.--Le Petit Temps. Lettre de G. Sand à Musset, 29 avril
1834.--Trois poèmes de Alfred de Musset à G. Sand.

31 octobre.--Le Précurseur (Anvers). Lettre de G. Sand à Alfred de
Musset, 29 avril 1834.--Stances d'Alfred de Musset à G. Sand: «Porte
ta vie».

31 octobre.--Le Démocrate (Saint-Brieuc). La _Potinite_ aiguë (sur
Sand et Musset), par Eddey.

31 octobre.--Neue Zücher Zeitung (Zurich). G. Sand et Alfred de
Musset, révélations du Dr Cabanès sur le Dr Pagello.

31 octobre.--La Semaine Littéraire (Genève). Sur les indiscrétions
Sand-Pagello.

31 octobre.--Revue Encyclopédique, p. 762. Alfred de Musset, G. Sand
et le Dr Pagello.

31 octobre.--Le Soleil. Les amants de Venise, par Ch. Maurras.

31 octobre.--L'Univers Illustré. Elle et Lui, la tranquillité des
morts, par Richard O'Monroy.

31 octobre.--La Vigie Algérienne (Alger). G. Sand et le Dr Pagello,
par Pierre Batail.

1er novembre.--La Revue de Paris, p. 1. Lettre de G. Sand à M. Émile
Aucante, du 10 mars 1864.--p. 5. Dix-huit lettres de George Sand à
Alfred de Musset.--p. 49. Cinq petits poèmes à G. Sand par Alfred de
Musset: 1º «Te voilà revenu» publié en 1882.--2º «Puisque votre
moulin», inédit.--3º «Toi qui me l'as appris», inédit.--4º «Il
faudra bien t'y faire», inédit.--5º «Porte ta vie», publié en 1877.

Reproduit, stances: «Toi qui me l'appris»:--Le Petit Temps, 31 octobre
1896.--Journal des Débats, 1er novembre 1896.--Fanfulla (Rome), 3-4
novembre 1896.--Il resto del Carlino (Bologne), 5 novembre
1896.--Journal de Maurice, 8 février 1897, etc...

Reproduit, stances: «Il faudra bien t'y faire». Le Petit Temps, 31
octobre 1896.--Journal des Débats, 1er novembre 1896.--Fanfulla
(Rome), 3-4 novembre 1896.--Il resto del Carlino (Bologne), 5 novembre
1896.--Journal de Maurice, 8 février 1897, etc.

1er novembre.--L'Écho de Paris. Les héritiers, par E. Lepelletier.

1er novembre.--Journal des Débats. Analyse et extraits des Lettres de
G. Sand à Alfred de Musset, et trois poèmes à G. Sand par Alfred de
Musset.

1er novembre.--Le Matin. Note sur Alfred de Musset et G. Sand, par
Cornély.

1er novembre.--Le Peuple (Lyon). Déballage posthume, par Mercutio.

1er novembre.--La Revue Idéaliste, p. 159. La légende de G. Sand,
discussion des articles de MM. de Spoelberch de Lovenjoul et Clouard,
par S. Rocheblave.

1er novembre.--Revue des Revues. A propos de l'article du Dr Cabanès.

1er novembre.--De Amsterdammer Weekblad voor Nederland (Amsterdam).
George Sand en Dr Pagello, par V. L.

1er novembre.--Le Progrès National. George Sand cuisinière à Venise.

1er novembre.--La Chronique Médicale, p. 641. Une visite au Dr
Pagello, par le Dr Cabanès; traduction de la lettre de G. Sand à
Pagello; deux fac-similés de l'écriture du Dr Pagello, dans le texte;
un portrait hors texte du Dr Pagello, gravé sur bois.

1er novembre.--La Semaine. Contre les publications récentes.

1er novembre.--Le Gaulois. Approbation du refus de Mme Lardin de
Musset.

2 novembre.--Le Figaro. La défense de George Sand: extraits des
lettres de G. Sand à M. Regnault, la correspondance Sand-Musset et Mme
Lardin de Musset, par M. Amic.

2 novembre.--La Petite Gironde (Bordeaux). Analyse et extraits des
lettres de G. Sand à Alfred de Musset.--Contre les récentes
publications. (2 articles).

2 novembre.--Magdeburgische Zeitung (Magdebourg). Die Briefe von
George Sand.

2 novembre.--Le Journal.--Un coeur simple, par Marcel Prévost.

2 novembre.--Le Petit Parisien. Elle et Lui, par Valensol.

2 novembre.--Der Zeitgeist (Berlin). Alfred de Musset, G. Sand et le
Dr Pagello.

2-3 novembre.--Indépendance Belge (Bruxelles). La correspondance de G.
Sand avec Alfred de Musset.

2-3 novembre.--Charivari. Interview de Mme Maria Feliga, sur G. Sand,
extrait du Gil Blas.

3 novembre.--Gil Blas. Sur l'article de M. Amic au Figaro.

3 novembre.--Journal des Débats. Critique de l'article de M. Amic.

3 novembre.--Heraldo de Madrid. Papeles viejos, non signé.

3 novembre.--Le Précurseur (Anvers). Extraits des Lettres de G. Sand à
Alfred de Musset.

3 novembre.--Le Sémaphore (Marseille). Déclaration de M. le Cte
Alexandre de Musset, d'après le Gaulois.

3-4 novembre.--Fanfulla (Rome). Giorgio Sand e Alfredo de Musset.
Extraits des lettres et poésies publiées par la Revue de Paris.

4 novembre.--Le Gaulois. Réminiscence d'une lettre de G. Sand dans _On
ne badine pas avec l'amour_.

Reproduit dans: L'Événement, 5 novembre 1896.--Journal de Vichy, 8
novembre 1896.--Revue Encyclopédique, 21 novembre 1896.--Le Stéphanois
(St-Étienne), 6 novembre 1896.--Écho de la Semaine, 31 janvier
1897.--Le Journal, 20 février 1897.--L'Intermédiaire des Chercheurs,
10 mars 1897.

4 novembre.--Gil Blas. Juges en Jugement, par Ch. Martel.

4 novembre.--L'Événement. Note sur l'article du Temps relatif à M. de
Spoelberch de Lovenjoul.

4 novembre.--La Liberté. Les lettres de Alfred de Musset à G. Sand
chez M. de Spoelberch de Lovenjoul.

4 novembre.--La Médecine Moderne. Musset, Sand et le Dr Pagello, par
F. H.

4 novembre.--Le Télégramme (Toulouse). A propos des Nécrophores, par
Émile Delbousquet.

4 novembre.--Le Temps. Une visite au Vte de Spoelberch de Lovenjoul:
l'album des dessins de Musset, G. Sand et son mari, par Ad. Brisson.

4 novembre.--Courrier de l'Ain (Bourg). Les publications posthumes,
par J. R.

5 novembre.--Gil Blas. Les lettres d'Alfred de Musset à G. Sand chez
le Vte de Spoelberch de Lovenjoul.

5 novembre.--Bordeaux-Journal (Bordeaux). G. Sand et J. Sandeau,
Alfred de Musset et l'absinthe, par Alceste.

5 novembre.--Rheinisch Westfalische Zeitung (Essen). Der Korrespondenz
von George Sand mit Alfred de Musset.

5 novembre.--Lyon Républicain, suppl. (Lyon). Les lettres de G. Sand à
Alfred de Musset, analyse et extraits, 1, par H. Lapauze.

5 novembre.--Le Soir. Lettres posthumes, par Lorenzi de Bradi.

5 novembre.--Le Soir (Bruxelles). Fleur de Scandale, par Van de Wiele.

5 novembre.--Le Soleil. Le scandale Sand-Musset, par A. Claveau.

5 novembre.--Le Temps. La littérature dans la passion de G. Sand et
d'Alfred de Musset; réminiscences dans _On ne badine pas avec
l'amour_.

24 octobre-5 novembre.--Novoïe Wremya (Pétersbourg). Les amours
d'Alfred de Musset, de G. Sand et du Dr Pagello.

5 novembre.--Il resto del Carlino (Bologne). Trois poèmes à G. Sand,
par Alfred de Musset.

6 novembre.--L'Événement. La bonne dame, par Ludovic Hamilo.

6 novembre.--Fanfulla (Rome). Critique de l'article de M. Amic dans le
Figaro.

6 novembre.--Frankfurter Zeitung (Francfort). Die Briefe der G. Sand
an Alfred de Musset.

6 novembre.--Le Gaulois. Note sur le prêt d'argent fait par G. Sand à
Alfred de Musset.

6 novembre.--Berliner Tageblatt (Berlin). Briefe der G. Sand an Alfred
de Musset.

6 novembre.--Hannoverschers Tageblatt (Hanovre). Erinnerungen an
George Sand.

(?) novembre.--Königsburger Hartungsche Zeitung (Koenigsberg). Alfred
de Musset und G. Sand, der Korrespondenz.

6 novembre.--Le Journal. Les amants de Venise (avec extraits de leurs
lettres), par M. Clémenceau.

25 octobre-6 novembre.--Novoïe Wremya (Pétersbourg). Note sur
l'article de M. Amic dans le Figaro.

6 novembre.--Le Soir. Documents sur G. Sand et Alfred de Musset chez
M. de Spoelberch de Lovenjoul.

6 novembre. La Tribuna (Rome). G. Sand et Alfred de Musset, par
Rastignac.

7 novembre.--Charivari. Elle et Lui, dialogue par Rigolet.

7 novembre.--Il resto del Carlino (Bologne). Les lettres de G. Sand à
Alfred de Musset, réminiscences dans _On ne badine pas avec l'amour_.

7 novembre.--Le Moniteur Universel. La correspondance de G. Sand et
d'Alfred de Musset, par M. Trolliet.

7 novembre.--La Vie Parisienne. De quelques amours célèbres et de la
façon de les exprimer, par M.--Les lettres de G. Sand à Alfred de
Musset dans la Revue de Paris, par A. A. (2 articles.)

7-8 novembre.--Giornale di Sicilia (Palerme). Extraits des lettres de
G. Sand à Alfred de Musset, traduction.

8 novembre.--La Chronique Illustrée, p. 36. Indiscrétions des
révélations actuelles.--p. 42. Le Don Juan de G. Sand (_Lélia_) et
celui de Musset (_Namouna_).

8 novembre.--Elbinger Zeitung (Elbing, Prusse). Die Liebesbriefe der
G. Sand.

8 novembre.--Fanfulla (Rome). Sur un prêt d'argent fait par G. Sand à
Alfred de Musset.

8 novembre.--Général Anzeiger (Hambourg). Alfred de Musset, G. Sand et
Sainte-Beuve.

8 novembre.--La Illustracion Española y Americana (Madrid). Alfred de
Musset, G. Sand et les révélations du Dr Pagello.

8 novembre.--La Nouvelle Mode. Alfred de Musset, G. Sand et le Dr
Pagello, par Actéon.

8 novembre.--Lyon Républicain, supplément (Lyon). Les lettres de G.
Sand à Alfred de Musset, analyse et extraits, 2 et fin, par H.
Lapauze.

9 novembre.--L'Écho de Paris. L'ombre d'Elle et l'ombre de Lui, par F.
Vanderem.

9 novembre. Express (Liège). Contre les publications actuelles.

9 novembre.--Express (Lyon). A propos des révélations sur G. Sand et
le Dr Pagello.

9 novembre.--Kieler Zeitung (Kiel). Das Liebesverhaltnitz zwischen
Alfred de Musset und der G. Sand.

9 novembre.--La Petite Gironde (Bordeaux). Causerie Bordelaise, par
Argus (sur G. Sand, A. de Sèze, Alfred de Musset, etc... d'après le
Vte de Spoelberch de Lovenjoul).

9 novembre.--Le Républicain (Orléans). Extraits des lettres de G. Sand
à Alfred de Musset.

9 novembre.--The St.-James-Gazette (Londres). G. Sand, Alfred de
Musset and Dr Pagello.

9 novembre.--La Tribuna (Rome). Alfred de Musset, G. Sand et le Dr
Pagello.

9-10 novembre.--Corriere della Sera (Milan). Le lettere di Giorgio
Sand ad Alfredo di Musset.

10 novembre.--Le Figaro. Lettre de Mme Lardin de Musset demandant la
restitution des autographes des lettres d'Alfred de Musset.

10 novembre.--The Globe (Londres). An old romance revived.

10 novembre.--Stamboul (Constantinople). Sur la publication des
lettres de G. Sand à Alfred de Musset et des poésies d'Alfred de
Musset à G. Sand.

11 novembre.--L'Éclair. Lettre de Mme Lardin de Musset au Figaro.

11 novembre.--Journal pour Tous. Le voyage d'Alfred de Musset et de G.
Sand en Italie, extrait de la _Biographie_ par Paul de Musset.

11 novembre.--Le Petit Marseillais (Marseille). Le plus heureux des
trois, les lettres de G. Sand à Alfred de Musset, par A. Theuriet.

11-12 novembre.--Giornale di Sicilia (Palerme). Intermezzi mondani:
Rileggendo, par Iobi.

12 novembre.--Le Réveil (Villeneuve-sur-Lot). Déceptions causées par
les révélations actuelles.

12 novembre.--Pester Lloyd (Budapest). Alfred de Musset und G. Sand,
par Ferdinand Borosthauh.

12-13 novembre.--Giornale di Sicilia (Palerme). Note sur un prêt
d'argent fait par G. Sand à Alfred de Musset.

13 novembre.--Fanfulla (Rome). Traduction de la lettre de Mme Lardin
de Musset au Figaro.

13 novembre.--Paris. Vivisection posthume, par H. Céard.

13 novembre.--La Tribune (Laon). Déshabillage posthume, par Mme
Gaspard, avec extraits des lettres de G. Sand.

14 novembre.--Angers-Théâtre (Angers). Note sur la lettre de Mme
Lardin de Musset au Figaro.

14 novembre.--Le Gaulois. Alfred de Musset dans les lettres de G. Sand
à Sainte-Beuve, par H. Lapauze.

14 novembre.--The New Saturday. (Londres). Elle et Lui, histoire des
amants de Venise.

14 novembre.--Le Progrès médical, p. 391. Les médecins amants:
Pagello, Rebizzo, Alfred de Musset et G. Sand, par M. Baudouin.

14 novembre.--The Publisher Circular (Londres). Sur l'article de M.
Brisson et la lettre de Mme Lardin de Musset.

14 novembre.--Revue Encyclopédique. Les prochaines révélations de
Pagello, 1 portrait et 1 fac-similé d'autographe du Dr Pagello, 1
portrait d'Alfred de Musset et 3 portraits de G. Sand.

14 novembre.--L'Univers illustré. Sur Alfred de Musset et G. Sand, par
Richard O'Monroy.

15 novembre.--La Revue de Paris, p. 276-301. Dix-sept lettres de
George Sand à Sainte-Beuve (dont plusieurs relatives à Alfred de
Musset). 1re partie.

15 novembre.--Le Courrier Français. Variations sur les amants de
Venise, triolets par R. Ponchon.

15 novembre.--L'Écho de la Semaine, p. 106. Correspondance d'Alfred de
Musset et de G. Sand, par E. Trolliet.

15 novembre.--L'Écho du Mexique (Mexico). Mot de Alfred de Musset sur
G. Sand.

15 novembre.--Gazette Anecdotique, p. 641. G. Sand et Alfred de
Musset, par G. d'Heilly.

15 novembre.--L'Illustrazione Italiana (Milan), p. 327. Il romanzo
Sand-Musset-Pagello, I, par Raffaello Barbiera, avec 2 portraits en
phototypie du Dr Pagello.

15 novembre.--Lyon républicain, supplément (Lyon). Suite du déballage
des petits papiers, par Jumelles.

15 novembre.--La Liberté. Alfred de Musset et G. Sand dans les lettres
de G. Sand à Sainte-Beuve.

15 novembre.--Revue des Revues, p. 376-386. Extraits des lettres de G.
Sand à Alfred de Musset.

15 novembre.--Le Tam-Tam. Les Vide-Cuvettes, par Achille Lefranc.

15 novembre.--Le Temps. Alfred de Musset dans les lettres de G. Sand à
Sainte-Beuve.

15 novembre.--Théâtre illustré (Angers). Note sur la lettre de Mme
Lardin de Musset au Figaro.

15 novembre.--Le Soir. Note sur le démêlé Sand-Musset, par B. de
Lomagne.

15-16 novembre.--Journal Égyptien (Le Caire). Trois petits poèmes à G.
Sand par Alfred de Musset.

16 novembre.--Le Gaulois. Testament littéraire de G. Sand, sa lettre à
A. Dumas fils.

16 novembre.--Gil Blas. L'Amour qui cause, par L. Lacour.--Encore
Elle, les lettres de G. Sand à Sainte-Beuve, par Santillane. (2
articles.)

16 novembre.--La Gironde (Bordeaux). Alfred de Musset dans les lettres
de G. Sand à Sainte-Beuve.

16 novembre.--Le Journal. Les exhumations Sand-Musset-Hugo, par A.
Silvestre.

16 novembre.--Journal des Débats. Alfred de Musset dans les lettres de
G. Sand à Sainte-Beuve.

16 novembre.--La Liberté. Sur les publications actuelles: Musset,
Sand, Sainte-Beuve, Hugo.

16 novembre.--Le Temps. Note sur des négociations qui auraient été
engagées par la Revue des Deux-Mondes avec la famille de Musset.

17 novembre.--Gil Blas. Féminités, par Colombine.

18 novembre.--L'Avenir de la Vienne (Poitiers). Fleurs fanées, par
Émile Chasles.

19 novembre.--Le Journal. Lettres d'amour, par F. Coppée.

19 novembre.--Le Temps. Mozart, G. Sand et Alfred de Musset, à propos
de Don Juan, par J. Claretie.

20 novembre.--The St.-James Budget (Londres). G. Sand, Alfred de
Musset and Dr Pagello.

20 novembre.--Le Républicain Orléanais (Orléans). Alfred de Musset
dans les lettres de G. Sand à Sainte-Beuve.

21 novembre.--Le Voltaire. Petits papiers, par V. de Cottens.

21 novembre.--La Revue Parisienne. Les révélations de G. Sand dans ses
lettres à Alfred de Musset et à Sainte-Beuve.

21 novembre.--Neue Bürger Zeitung (Neustadt). Die Liebesbriefe der
George Sand an Alfred de Musset.

22 novembre.--Journal de Rouen (Rouen). Les révélations de G. Sand
dans ses lettres à Alfred de Musset et à Sainte-Beuve.

22 novembre.--Journal de Marseille (Marseille). A propos des
révélations sur G. Sand et sur Alfred de Musset, le livre de M.
Rostand, publié en 1877, I, non signé.

22 novembre.--L'Illustrazione Italiana (Milan), p. 346. Il romanzo
Sand-Musset-Pagello, II, par Raffaello Barbiera.

23 novembre.--Argonaut (San Francisco). A Literary scandal, by Dorsey.

23-24 novembre.--Journal de Marseille (Marseille). A propos des
révélations sur G. Sand et sur Alfred de Musset, etc..., II et fin.

24 novembre.--Le Temps. A propos de _Lorenzaccio_, Alfred de Musset et
G. Sand à Venise, par A. Aderer.

24 novembre.--Le Journal. De la critique actuelle, rêve et réalité,
par E. Zola.

18-25 novembre.--Le Tout-Biarritz (Biarritz). Mémoires et
correspondances, par Valmy Baysse.

25 novembre.--Le Figaro. Les lettres de G. Sand à Alfred de Musset et
à Sainte-Beuve, par F. Lemaitre.

25 novembre.--Le Gaulois. La Conception de l'amour chez Alfred de
Musset; Alfred de Musset et G. Sand, à propos de _Lorenzaccio_.

25 novembre.--Le Siècle. Sainte-Beuve, G. Sand et Alfred de Musset par
Leo Marchès.

13-25 novembre.--Novoïe Wremya (Pétersbourg). Alfred de Musset et G.
Sand, extraits des lettres.

25-26 novembre.--Giornale di Sicilia (Palerme). Poésie du Dr Pagello à
une dame: «Mentre la folla spia.»

26 novembre.--Le National. Tombes ouvertes, n. signé.

26 novembre.--Le Siècle de Lyon (Lyon). Sainte-Beuve, Alfred de Musset
et les lettres de G. Sand.

27 novembre.--The Pall Mall Gazette (Londres). The romance of G. Sand
revived.

27 novembre.--Gil Blas. Alfred de Musset et G. Sand à propos des
poètes à l'Odéon, par Ch. Martel, et des Mémoires de Got, par M.
Guillemot. (2 articles.)

28 novembre.--La Petite République. La Vérité, par H. Brissac.

28 novembre.--L'Art et la Mode, p. 896. G. Sand et Alfred de Musset.

28 novembre.--The Queen (Londres). Sur la lettre de G. Sand à
Alexandre Dumas fils.

28 novembre.--The Publisher Circular (Londres). Sur les lettres de G.
Sand à Alfred de Musset et à Sainte-Beuve.

28 novembre.--Le Moniteur Universel. Sur les correspondances de V.
Hugo, Sainte-Beuve, Alfred de Musset et G. Sand, par L. Barracaud.

28 novembre.--Le Courrier des États-Unis (New-York). Sur la lettre de
Mme Lardin de Musset au Figaro.

28-29 novembre.--La Meuse (Liège). Anecdote sur G. Sand.

29 novembre.--L'Événement. Note sur la publication des Lettres
d'amour.

29 novembre.--Les Annales politiques et littéraires, p. 339. Le talent
d'Alfred de Musset (_Les Nuits_), par E. Faguet.

29 novembre.--Le Radical (Marseille). La Vérité, par H. Brissac.

29 novembre.--L'Illustrazione Italiana (Milan), p. 362. Il romanzo
Sand-Musset-Pagello, III et fin, par Raffaello Barbiera.

30 novembre.--Le Gaulois. Souvenirs de la crise de Venise dans _On ne
badine pas avec l'amour_, par A. Galdemar.

30 novembre.--The Freemans Journal (Dublin). Alfred de Musset et G.
Sand, Mérimée et Sainte-Beuve, Correspondances.

22-30 novembre.--Nouvelle Revue Internationale, p. 733. Les amours de
G. Sand et d'Alfred de Musset, par H. de Beautiran.

1er décembre.--Revue des Revues. Critique de la correspondance de G.
Sand et de Sainte-Beuve.

1er décembre.--La Revue de Paris, p. 559. Lettres de G. Sand à
Sainte-Beuve, II et fin.

1er décembre.--The Siam Free Press (Bangkok). Alfred de Musset et G.
Sand.

1er décembre.--Revue d'art dramatique, p. 107. Alfred de Musset et G.
Sand dans _On ne badine pas avec l'amour_, par R. Sparck.

1er décembre.--Revue illustrée, p. 372. Les révélations actuelles sur
Musset et G. Sand, par C. Legrand.

1er décembre.--La Época (Madrid). Arte y vida, por Zeda.

1er décembre.--Mercure de France, p. 556. Alfred de Musset, G. Sand et
le Dr Pagello.

1er décembre.--Le Magasin littéraire, p. 455-456. Les lettres de G.
Sand à Alfred de Musset et à Sainte-Beuve. Portraits d'Alfred de
Musset d'après E. Lami et de G. Sand d'après E. Delacroix.

2 décembre.--Le Temps. Sur la 2e partie des Lettres de G. Sand à
Sainte-Beuve.

3 décembre.--L'Éclair. Notes sur la correspondance
Sand-Musset-Sainte-Beuve.

3 décembre.--Gil-Blas. Le scandale Sand-Musset, à propos du _Livre
d'Amour_ de Sainte-Beuve.

3 décembre.--La Paix. Droit au silence, par J. Merac.--G. Sand et les
révélations de M. Marieton. (2 articles.)

4-5 décembre.--Giornale di Sicilia (Palerme). G. Sand et d'Alfred de
Musset, par Iobi.

5 décembre.--Le Figaro. Mademoiselle Byron, par J. Aicard.

5 décembre.--Heraldo de Madrid (Madrid). Note sur la correspondance de
G. Sand et d'Alfred de Musset à propos de la 1re représentation de
_Lorenzaccio_.

5 décembre.--La Patrie (Montréal). Le club des silencieux, par M.
Guillemot.

5 décembre.--The Publisher Circular (Londres). Chez M. de Spoelberch
de Lovenjoul: les dessins de Alfred de Musset sur l'album de G. Sand.

6 décembre.--Les Annales politiques et littéraires, p. 360. G. Sand et
le Voyage en Italie, à propos de _Lorenzaccio_, par G. Geoffroy.

6 décembre.--World (New-York). Comments on the newly published
letters of G. Sand to Alfred de Musset, by Mrs Anna de Koven.

7 décembre.--Mail and Express (New-York). Alfred de Musset and G. Sand
by R. H. Stoddard.

7 décembre.--La Patrie (Montréal). Réponse à M. H. Garneau, par
Françoise.

9 décembre.--La Dépêche (Toulouse). De la gloire: différence de la
douleur chez Alfred de Musset et chez Chopin, trahis tous deux par G.
Sand, par A. Silvestre.

9 décembre.--Le Libéral (Cambrai). Sur le discrédit occasionné par la
publication des petits papiers, par H. Gibout.

9 décembre.--Taegliche Rundschau (Berlin). Note sur les révélations de
la Revue hebdomadaire.

10 décembre.--Le Correspondant, p. 831. La littérature indiscrète, par
H. Chantavoine.

10 décembre.--The English Mail (Francfort-Mein). The romance of G.
Sand revived.

12 décembre.--La Revue hebdomadaire, p. 251. Les lettres d'Alfred de
Musset à G. Sand, une lettre inconnue, par O. Uzanne.

12 décembre.--The Evening Post (New-York). L'actualité d'Alfred de
Musset.

12 décembre.--Torch. (Londres). Note sur Alfred de Musset et G. Sand.

13 décembre.--Le Journal illustré. Musset-Sand-Pagello, les Chercheurs
et M. J. Lemaitre, par Alf. Barbou.

13-14 décembre.--Het Vaderland (La Haye). Les révélations sur Alfred
de Musset et G. Sand.

14 décembre.--Le Charivari. N'est-ce pas bientôt fini?

14 décembre.--Journal de Rouen. Le Dr Pagello défendu par le Marquis
Paulucci di Calboli.

14 décembre.--Journal des Débats.--Le Dr Pagello défendu par le
Marquis Paulucci di Calboli.

15 décembre.--Le Charivari. Fragments de deux lettres de G. Sand sur
Alfred de Musset.

15 décembre.--L'Événement. Le Dr Pagello défendu par le Marquis
Paulucci di Calboli.

15 décembre.--La Nouvelle Revue, p. 852. Sur les exhumations
actuelles, par E. Ledrain.

15 décembre.--La Petite Gironde (Bordeaux). Pour Pagello, par P. B.

15 décembre.--Revue des Revues, p. 570. Pagello poète, par R. Paulucci
di Calboli, avec un portrait du Dr Pagello.--G. Sand intime, ses
lettres à l'abbé Rochet. (2 articles.)

15 décembre.--Review of Reviews (Londres). Les lettres de G. Sand à
Alfred de Musset.

15 décembre.--La Quinzaine, p. 542. L'envers des Grands Hommes, par
Gabriel Aubray.

15 décembre.--Simple Revue, p. 369. Alfred de Musset et G. Sand, par
G. Wernert.

16 décembre.--Le Figaro. Les premières amours de Musset et de G. Sand,
avec extraits de leurs lettres, par P. Mariéton.--Jugement de
Lamartine et de Renan sur la liaison de G. Sand avec Alfred de Musset.
(2 articles.)

16 décembre.--Journal de Maurice (Port-Louis, île Maurice). Romans
d'outre-tombe, par Ad. Brisson.

17 décembre.--L'Événement. Lui, toujours; Elle, toujours, par Le
Sphinx. (V. Brunières.)

17 décembre.--Le Figaro. Le marquis Paulucci et le Dr Pagello.--Note
sur l'article de O. Uzanne.--Note sur le jeu des petits papiers.

17 décembre.--Le Temps. Encore l'affaire Sand-Musset, extrait des
Lettres d'Alfred de Musset à G. Sand.

18 décembre.--The Daily Chronicle (Londres). Sur les femmes d'Alfred
de Musset.

18 décembre.--The Levant Herald (Constantinople). Le Dr Pagello et le
marquis Paulucci di Calboli.

18 décembre.--The Morning (Londres). Note relative au livre de M.
Mariéton.

18 décembre.--Le Petit Champenois (Chaumont). Les révélations de M.
Mariéton sur Alfred de Musset et G. Sand, par P. C.

18 décembre.--La Petite République. Psychologie de Concierges: nouveau
livre de M. Mariéton, extraits des lettres d'Alfred de Musset à G.
Sand, par Louis Marle.

19 décembre.--Le Clairon (Londres). Renouvellement du scandale
Sand-Musset.

19 décembre.--L'Écho du public. Demande de renseignements.

19 décembre.--Le Gaulois. Projets de nouveaux noms pour les galeries
du Palais-Royal.

19 décembre.--Journal des Débats. Les révélations sur Alfred de Musset
et G. Sand, à propos du livre de M. Mariéton.

19 décembre.--La Patrie (Montréal). Alfred de Musset et G. Sand,
d'après les lettres de G. Sand, par Godfroid Langlois.

20 décembre.--La France (Santiago). La querelle Sand-Musset et Mme
Lardin de Musset, par J. Bernard.

20 décembre.--Le Jour. Sur les Amants de Venise, de P. Mariéton, par
Jean Babillard.

20 décembre.--Le Ménestrel. Le Don Juan d'Alfred de Musset et celui de
G. Sand, par J. Tiersot.

21 décembre.--La France. Alfred de Musset et G. Sand, le _Soir_ de G.
Sand, par E. Blavet.

Reproduit: Le Nord, 21 décembre.

21 décembre.--Stampa (Turin). Il cuore di Giorgio Sand: De Musset,
Pagello e l'abate Rochet.

21 décembre.--Le Stephanois (Saint-Étienne). Alfred de Musset, G. Sand
et M. Mariéton, par Ignotus.

22 décembre.--Le Journal. Le désespoir de Lélia, extrait du Journal
intime de G. Sand, par P. Mariéton.

23 décembre.--L'Éclair. Note relative au livre de M. Mariéton.

23 décembre.--Le Figaro. Sur le livre de M. Mariéton.--Sur la _Nuit de
Venise_ à la Bodinière. (2 articles.)

23 décembre.--Le Temps. G. Sand et Alfred de Musset: extraits du
Journal intime de G. Sand, deux lettres d'Alfred de Musset à G. Sand,
par P. Mariéton.

24 décembre.--L'Écho de Paris. Annonce du livre de M. Mariéton.

24 décembre.--La Presse. Les Amants de Venise, par Jane de La Vaudère.

25 décembre.--La Chronique littéraire (Nyon, Suisse), p. 2. G. Sand et
Alfred de Musset, par P. Clarensac.

26 décembre.--L'Illustration. Grande revue de Shalon, passée par G.
Sand et Alfred de Musset, texte et dessins par Henriot.

26 décembre.--The Academy (Londres), p. 597. Les lettres d'Alfred de
Musset à G. Sand.

28 décembre.--Gil Blas. Citation d'une lettre de G. Sand à Alfred de
Musset, par L. Lacour.

29 décembre.--Journal de Maurice (Port-Louis, île Maurice). Note sur
F. Mallefille, à propos de l'affaire Sand-Musset, par Vetivert.

30 décembre.--La Réforme (Bruxelles). Lui et Elle, par Frantz Delba,
avec deux portraits.

31 décembre.--Le Figaro. Annonce de la publication du livre de M.
Mariéton.

31 décembre.--Gil Blas. G. Sand et Alfred de Musset dans la Revue de
la Bodinière.

31 décembre.--La Province Artistique (Orange, près Vaucluse). Alfred
de Musset et G. Sand, le livre de M. Mariéton.


1897

UNE HISTOIRE D'AMOUR. G. Sand et Alfred de Musset, documents inédits,
lettres d'Alfred de Musset, par Paul Mariéton. Paris, G. Havard fils.
1897. 1 vol. in-12.

1er janvier.--L'Écho de Paris. Nohant, par A.

2 janvier.--L'Art et la Mode. Note humoristique sur la correspondance
Sand-Musset.

2 janvier.--La Vie Parisienne, p. 1, 9, 10. Théâtre des Trétaux, texte
et dessins par Sahib.

2 janvier.--L'Écho de Paris. Critique de _Une Histoire d'amour_, par
H. Bauer.

2 janvier.--Le Progrès médical, p. 12. Les Médecins amants, II, par
Marcel Baudouin.

3 janvier.--L'Écho de Genève (Genève). Anecdote: un dîner chez G.
Sand, par J. Troubat.

5 janvier.--Le Figaro. Note sur la _Véritable Histoire d'Elle et Lui_
du Vte de Spoelberch de Lovenjoul.

7 janvier.--Le Charivari. Démolition des statues, vignette non signée.

8 janvier.--Le Gaulois. Annonce du livre de M. Mariéton.

9 janvier.--The London Illustrated Strand (Londres). Alfred de Musset
et G. Sand.

9 janvier.--Le Rappel. Elle et Lui, Lui et Elle, par H. Fouquier.

9 janvier.--L'Illustration. Critique du livre de M. Mariéton.

12 janvier.--Gil Blas. Ce que G. Sand voulait être pour Alfred de
Musset, par Colombine.

12 janvier.--L'Écho de Paris. Note sur le livre de M. Mariéton.

14 janvier.--La Libre Parole. Note sur le livre de M. Mariéton.

15 janvier.--Revue des Deux-Mondes, p. 450. Alfred de Musset et G.
Sand, par R. Doumic.

17 janvier.--Gil Blas. Un Genre, par P. Veber.

17 janvier.--Le Voltaire. Petit dialogue des morts, par M. Leblond.

22 janvier.--Le Figaro. Alfred de Musset et G. Sand, à propos de
Mérimée, par Larroumet.

27 janvier.--The Daily Chronicle (Londres). L'affaire
Sand-Musset-Pagello, publications de la Revue de Paris.

30 janvier.--L'Illustration, p. 25. Portrait chargé d'Alfred de
Musset, par Malatesta.

THE YELLOW BOOK AN ILLUSTRATED QUARTERLY. Volume XII, January. 1897.
John Lane, the Bodley Head London and New-York. 1 vol. in-8º
carré.--p. 15 à 38. She and He, by Henry James.

1er février.--Cosmopolis. T. V, page 417. Lettres de G. Sand à son
mari, M. C. Dudevant.

1er février.--The Free Review (Londres), p. 513. Jugement sur l'état
mental de Alfred de Musset et de G. Sand, par W. M. G.

1er février.--Le Journal. Du procès intenté à M. Mariéton.

1er février.--Le National. Quelques mots sur la correspondance
Sand-Musset.

1er février.--Revue des Revues. Ce que M. Doumic dit d'Alfred de
Musset et de G. Sand dans la Revue des Deux-Mondes.

2 février.--Journal des Débats. A propos des lettres de G. Sand à son
mari.

2 février.--Le Voltaire. Lettres d'amour, par Raoul Deberdt.

2 février.--Le Figaro. Note sur la publication des lettres de G. Sand
à son mari.

2 février.--Le Précurseur (Anvers). G. Sand et son mari; voyage de G.
Sand avec Alfred de Musset en Italie.

5 février.--L'Événement. Note sur la publication des lettres de G.
Sand à son mari.

6 février.--La Semaine littéraire (Genève). Extraits des lettres de G.
Sand à son mari.

7 février.--The Weekly Sun (Londres). George Sand and Alfred de
Musset, by T. P.

8 février.--Journal de Maurice (Port-Louis, île Maurice). Cinq petits
poèmes à G. Sand, par Alfred de Musset.

8 février.--La Semaine littéraire (Genève). Sur les lettres de G. Sand
à son mari.

10 février.--La Gironde (Bordeaux). Critique du livre de M. Mariéton,
par G. Roturier.

13 février.--The Queen (Londres). Ce que M. H. James dit de Alfred de
Musset et de G. Sand dans _The Yellow Book_.--Sur les lettres de G.
Sand à son mari. (2 articles.)

_Interdiction d'Une Nuit de Venise, pièce de M. Mongerolle[66]._ Avant
le procès, les débats, jugement. Le Journal, 13 février.--L'Événement,
Le Gaulois, Gil Blas, Le Journal, La Libre Parole, La Liberté, Le
Soleil, 14 février.--L'Écho de Paris, L'Éclair, Journal des Débats, La
Libre Parole, The New-York Herald (Paris), Le Soleil, Le Temps, The
Daily Telegraph (Londres), La Presse, 15 février.--Konigsberger
Hartungsche Zeitung (Koenigsberg), 16 février.--L'Express (Mulhouse),
18 février.--Neue Badischelandes Zeitung (Manheim), Le Rappel, Levant
Herald (Constantinople), 19 février.--La Presse, L'Illustration, 20
février.--The Referee (Londres), 21 février.--Fanfulla (Rome), 25
février.--La Liberté, 2 mars.--Gil Blas, Le Journal, Journal des
Débats, 3 mars.--L'Éclair, L'Intransigeant, La Petite République, Le
Temps, 4 mars.

  [66] UNE NUIT DE VENISE, fantaisie en 1 acte, en vers, par M. J.
  Mongerolle, devait être représentée le 13 février 1897 sur le
  Théâtre Mondain, de la cité d'Antin, à Paris, avec cette
  distribution:

    La Muse                         Mlle Augustine LERICHE.
    Beppa (George Sand)                  CAUMONT.
    Le Poète (Alfred de Musset).    M.   Paul FRANCK.
    Le Docteur (le Dr Pagello)           P. GARBAGNI.

  Les invités trouvèrent la salle occupée par la police. Mais malgré
  cette interdiction et le procès qui s'en suivit, cette pièce fut
  représentée le 24 mars 1897, sous le titre de _Le Druide_, au même
  théâtre. Je ne crois pas qu'elle ait été imprimée, il ne doit
  exister que le programme de la représentation.

The Morning (Londres), 5 mars.--La Tribuna (Rome), 7 mars.--The
Daily News (Londres), 14 mars.--Gil Blas, Journal des Débats, Le
Temps, Le Soir, Le Gaulois, Le Figaro, La Loi, The Daily Telegraph
(Londres), 17 mars.--La Petite République, L'Écho de Paris, Le
Moniteur Universel, Saint-James Gazette (Londres), The Musical
Courrier (Londres), 18 mars.--Novoie Wremya (Pétersbourg), 12-24
mars.--The New-York Times (New-York), 27 mars.

14 février.--Le Salut Public (Lyon).--Critique du livre de M.
Mariéton.

14 février.--Petit Journal pour Rire, 5e série, no 7. Encore Alfred de
Musset et G. Sand.

15 février.--Nouvelle Revue Européenne, p. 158. Critique du livre de
M. Mariéton, par H. Buffenoir.

DOCTEUR CABANÈS. LE CABINET SECRET DE L'HISTOIRE. 2e série. Paris.
Librairie de A. Charles et aux Bureaux de la Chronique Médicale, 1897.
1 vol. in-12 carré.--p. 275 à 332. Un roman vécu à trois personnages,
avec 4 portraits et 1 page de fac-similés d'autographes.

16 février.--Gil Blas. Aux familles Sand et de Musset, par Le Facteur.

16 février.--Le National. Messieurs, la famille! par G. Jubin.

Reproduit: L'Indépendant de l'Est (Bar-le-Duc), 18 février.

16 février.--Journal de Rouen. Alfred de Musset et G. Sand, à propos
de l'interdiction d'_Une Nuit de Venise_.

17 février.--Le Charivari. Réflexions sur l'interdiction d'_Une Nuit
de Venise_, par P. Véron.

17 février.--Le Progrès de la Côte-d'Or (Dijon). Au seuil d'un siècle,
par R. Des Varennes.

19 février.--L'Événement. L'affaire Sand-Musset, à propos du livre de
M. Mariéton et de l'interdiction d'_Une Nuit de Venise_.

20 février.--Le Figaro. Lettre par A. Daudet.

_Procès intenté à M. Mariéton par la famille Sand_. Avant le procès,
les débats, jugement: Le Figaro, Le Gaulois, Gil Blas, Le Journal,
Journal des Débats, La Presse, Le Soleil, Le Temps, Gazette des
Tribunaux, The Standard (Londres), 20 février.--Le Moniteur Universel,
21 février.--Gazette des Tribunaux, La Liberté, 26 février.--Le Petit
Moniteur, The Manchester Guardian (Manchester), 27 février.--La Paix,
28 février.--Gazette des Tribunaux, Le Droit, Le Soir, Le Petit Temps,
Gil Blas, Journal des Débats, Le Gaulois, Le Progrès de la Somme
(Amiens), 12 mars.--L'Écho de Paris, La Loi, Journal des Débats, 13
mars.--Franckfurter Zeitung (Francfort), 14 mars.--Revue des Grands
Procès contemporains, avril, p. 191.

20 février.--The National Observer (Londres). Analyse de l'article de
_The Yellow Book_.

22 février.--Le Journal. Elle, Lui, Nous, par A. Hepp.

22 février.--La Libre Parole. Réclame pour le livre de M. Mariéton.

22-23 février.--Journal de Marseille. Lettres d'amour, à propos du
procès Mariéton, d'après Le Figaro.

25 février.--Le Journal. Annonce du livre de M. de Spoelberch de
Lovenjoul.

Vte DE SPOELBERCH DE LOVENJOUL. LA VÉRITABLE HISTOIRE DE ELLE ET LUI,
notes et documents. Paris, Calmann Lévy, 1897. 1 vol. in-12.

_Critiques du livre de M. de Spoelberch de Lovenjoul_: The Daily
Chronicle (Londres), 1er mars.--La République Française, 2
mars.--Journal de Bruxelles, 3 mars.--L'Univers Illustré,
l'Illustration, 6 mars.--L'Indépendance Belge, supplément,
(Bruxelles), 7 mars.--Le Jour, 8 mars.--La Presse, 9 mars.--Le
Moniteur Universel, 10 mars.--Théâtre Illustré (Angers), Atheneum
(Londres), The Academy (Londres), Revue Encyclopédique, 13
mars.--Mémorial de la librairie française, 18 mars.--Le Monde
illustré, 20 mars.--L'Événement, The New-York Herald, Revue
Britannique, 22 mars.--La Paix, 31 mars.--Le Constitutionnel, Le
Figaro illustré, p. XV, Revue Suisse (Lausanne), Revue Générale
(Bruxelles), 1er avril.--Franckfurter Zeitung (Franckfort), 4
avril.--Bulletin de l'Office de Publicité (Bruxelles), 6 avril.--The
Publisher circular (Londres), 10 avril.--L'Art Moderne (Bruxelles), 25
avril. Revue critique d'histoire et de littérature, p. 337, 26 avril.

25 février.--L'Ère nouvelle (Tarbes). Les Morts qu'on tue, par De
Lomné.

27 février.--La Jeune Belgique (Bruxelles), p. 79. Analyse de la
conférence de M. R. Cantel sur Alfred de Musset et G. Sand.

28 février.--Le Cri de Paris. Note sur le livre de M. Mariéton.

1er mars.--La Nouvelle Revue. Critique du livre de M. Mariéton, par
Rodocanachi.

1er mars.--The Nineteenth Century (Londres), p. 428. The limits of
biography, by Ch. Whibbey.

8 mars.--La Petite Gironde (Bordeaux). Sur les lettres de G. Sand à
Chopin.

10 mars.--La Gironde (Bordeaux). Critique du livre de M. Mariéton, par
G. Routurier.

10 mars.--Le Courrier de l'Aisne (Laon). Sur les lettres de G. Sand à
Chopin.

12 mars.--Le Moniteur universel. Critique du livre de M. Mariéton, par
L. Barracaud.

12 mars.--Le Gaulois. La Potinière des Trépassés, par J. Montet.

15 mars.--Journal des Débats. Note sur les livres de MM. de Spoelberch
de Lovenjoul et P. Mariéton.

15 mars.--Nouvelle Revue Internationale, p. 313. La bonne dame de
Nohant, par Édouard Achard.

17 mars.--Gil Blas. G. Sand et M. Grévy, échange de la correspondance
d'Alfred de Musset, par Santillane.

25 mars.--Le Journal. Sur la représentation de _Le Druide (Une Nuit de
Venise)_, de M. Mongerolle.

26 mars.--Le Réformiste. Critique du livre de M. Mariéton.

31 mars.--Gazette Anecdotique, p. 189. Sur l'article du Dr Cabanès,
réimprimé dans son _Cabinet secret_, etc.

1er avril.--Nouvelle Revue Européenne. Article par M. H. Buffenoir.

1er avril.--Nouvelle Revue Internationale. L'affaire de Elle et Lui
d'après MM. de Spoelberch de Lovenjoul, Cabanès, Clouard et Mariéton.

2 avril.--Le Rappel. La 1re représentation de _Le Druide (Une Nuit de
Venise)_, par P. Desachy.

13 avril.--La Presse. Lettres posthumes, l'opinion de G. Sand, par M.
de Bare.

14 avril.--La France. Opinion de G. Sand sur les lettres posthumes,
fac-similé d'une lettre de G. Sand.

15 avril.--Nouvelle Revue Internationale, p. 427. Les Briseurs
d'idole, par Séverine.--p. 430. Fac-similé d'une lettre de G. Sand
relative aux publications posthumes.

15 avril.--Revue Universitaire, p. 406. Critique du livre de M.
Mariéton et Note sur le livre de M. de Spoelberch de Lovenjoul.

LES LETTRES DE G. SAND ET D'ALFRED DE MUSSET. PLAIDOIRIE DE Me G.
BEURDELEY, défenseur de MM. P. Mariéton et Havard fils. Extrait de la
Revue des Grands Procès contemporains. Paris, A. Chevalier-Marescq,
1897. Br. in-8º.

Mai.--The Bookman (New-York). Note sur le livre de M. de Spoelberch de
Lovenjoul.

3 mai.--L'Écho de Paris. Que deviendront les originaux des lettres de
G. Sand?

15 mai.--La Revue de Paris, p. 312. La fin d'une légende, par S.
Rocheblave, avec Extraits du Journal de G. Sand et des lettres
d'Alfred de Musset et de G. Sand.

15 mai.--Journal des Débats. Sur l'article de M. Rocheblave dans la
Revue de Paris.

15 mai.--La Nouvelle Revue, p. 288. L'amour et la mort: Alfred de
Musset après sa rupture avec G. Sand, par Louis Proal.

19 mai.--Le Petit Temps. Analyse de l'article de M. Rocheblave.

20 mai.--Le Figaro. Critique du livre de M. de Spoelberch de
Lovenjoul.

21 mai.--La République du Var (Toulon). G. Sand et Alfred de Musset,
d'après M. Rocheblave.

21 mai.--L'Éclair. Note sur le débat, par P. Arène.

29 mai.--The Publisher Circular (Londres). Critique du livre de M. de
Spoelberch de Lovenjoul.

31 mai.--Gazette de France. Critique des Livres de MM. de Spoelberch
de Lovenjoul et P. Mariéton.

31 mai-1er juin.--Journal de Marseille. Critique de l'article de M.
Rocheblave.

1er juin.--La Gironde (Bordeaux). Critique du livre de M. de
Spoelberch de Lovenjoul.

1er juin.--Corriere di Napoli (Naples). Critique de la Conférence de
M. R. Marvasi.

HUGUES LAPAIRE ET FIRMIN ROZ. LA BONNE DAME DE NOHANT, avec le
portrait de G. Sand par Th. Couture. Paris, Société des Publications,
F. Laur, 1897. 1 vol. in-12.

6 juin.--Le Rappel. Le droit de citation, par André Balz.

11 juin.--Journal des Débats. Critique de _La Bonne Dame de Nohant_.

19 juin.--La Jeune Belgique (Bruxelles). Critique du livre de M. de
Spoelberch de Lovenjoul et note sur l'article de M. Clouard, par
Robert Cantel.

GEORGE SAND. LETTRES A ALFRED DE MUSSET ET A SAINTE-BEUVE. Paris,
Calmann-Lévy, 1897. 1 vol. in-12.

22 juin.--La République Française. Écrivassières et Épistolières, par
Ad. Brisson.

24 juin.--Le Gaulois. Opinion sur le docteur Pagello par ses
concitoyens.

25 juin.--Journal du Cher (Bourges). Critique de _La Bonne Dame de
Nohant_.

26 juin.--Le Gaulois. Note sur la publication en volume des lettres de
G. Sand à Alfred de Musset et à Sainte-Beuve.

26 juin.--Le Journal. Note sur la publication en volume des lettres de
G. Sand à Alfred de Musset et à Sainte-Beuve.

27 juin.--L'Éclaireur (Nice). Le Dr Pagello et ses concitoyens.

30 juin.--Journal de Genève (Genève). Sur la publication en volume des
lettres de G. Sand à Alfred de Musset et Sainte-Beuve, et sur la
Préface de M. Rocheblave.

3 juillet.--The Atheneum (Londres). Note sur les livres de MM. de
Spoelberch de Lovenjoul et P. Mariéton.

3 juillet.--La Patrie. Sur la publication en volume des lettres de G.
Sand à Alfred de Musset et à Sainte-Beuve.

4 juillet.--Le Courrier du Soir. Note sur ceux qui peuvent lire la
correspondance de G. Sand avec Alfred de Musset.

4 juillet.--The New-York Herald. Sur la publication en volume des
lettres de G. Sand à Alfred de Musset et à Sainte-Beuve.

7 juillet.--Le Courrier du Soir. Sur le Dr Pagello et G. Sand, par P.
Baragnon.

7 juillet.--La Epoca (Madrid). Un drama de Amor (M. Rocheblave), par
Zeda.

7 juillet.--L'Éclair. Le plus heureux des trois, par E. Ledrain.

10 juillet.--L'Univers Illustré, p. 442. La publication en volume des
lettres de G. Sand à Alfred de Musset et à Sainte-Beuve; MM.
Rocheblave et de Spoelberch de Lovenjoul, par H. Rabusson.

15 juillet.--La Revue de Paris, couverture. Note sur les lettres de G.
Sand à Sainte-Beuve.

25 juillet.--L'Indépendance Belge, supplément. (Bruxelles). Sur ce que
MM. de Spoelberch de Lovenjoul et Rocheblave disent des amours de G.
Sand et de Alfred de Musset.

PORTRAITS INTIMES, PAR ADOLPHE BRISSON. 3e série. Paris, A. Colin,
1897. 1 vol. in-12.--p. 79 et 89.

9 août.--Franckfurter Zeitung (Francfort). Les Lettres de G. Sand à
Alfred de Musset et à Sainte-Beuve. Sur les articles de MM. Mariéton,
de Spoelberch de Lovenjoul, Clouard, Cabanès et Rocheblave.

13 août.--Berliner Börsen Zeitung (Berlin). Les Lettres de G. Sand à
Alfred de Musset et à Sainte-Beuve; sur les études de Mme A. Barine,
et de MM. Mariéton, de Spoelberch de Lovenjoul, Clouard, Cabanes et
Rocheblave.

15 août.--Bulletin du Bibliophile. Critique du livre de M. de
Spoelberch de Lovenjoul.

25 août.--L'Express (Brest). Des documents que possède M. de
Spoelberch de Lovenjoul, par Jean Bernard.

1er septembre.--Revue des Deux-Mondes, couverture. Appréciation sur
les lettres de G. Sand à Alfred de Musset et à Sainte-Beuve.

7 septembre.--Le Gaulois. Lettres de G. Sand, E. Süe, V. Hugo, G. de
Nerval sur les publications posthumes, par H. Lapauze.

15 septembre.--La Revue Idéaliste, p. 339. G. Sand et Alfred de Musset
d'après plusieurs livres récents, par E. Trolliet.

15 septembre.--Nouvelle Revue Européenne, p. 730. Critique des lettres
de G. Sand à Alfred de Musset et de la Préface de M. Rocheblave.

19 septembre.--Neue freie Press (Vienne). Er und Sie, und der Andere.

19 septembre.--Le Messager de Paris. Critique des Lettres de G. Sand à
Alfred de Musset et à Sainte-Beuve, par J. Guillemot.

30 septembre.--Berliner Zeitung (Berlin). Neue Briefe der George Sand
(d'après la Nouvelle Revue).

1er octobre.--L'Express (Brest). Ce que le Dr Cabanès dit d'Alfred de
Musset et de G. Sand dans son _Cabinet secret de l'histoire_.

5 octobre.--Hufvudsbladet (Helsingfors, Russie). Herr Julien
Leclercq's forelasning, par A.

7 octobre.--Courrier de Haïphong. Les collections de M. de Spoelberch
de Lovenjoul, l'album de dessins d'Alfred de Musset, par Jean Bernard.

25 septembre-9 octobre.--Novoie Wremya (Pétersbourg). Critique des
Lettres de G. Sand à Alfred de Musset et à Sainte-Beuve, sur M.
Rocheblave.

16-17 octobre.--Le Gaulois, supplément. Ce que Mlle Colin dit de G.
Sand.

30 octobre.--Le Figaro. Ce que Brichanteau pense des amoureux de
Venise, par J. Claretie.

RENÉ DOUMIC. ÉTUDES SUR LA LITTÉRATURE FRANÇAISE. 2e série. Paris,
Perrin et Cie, 1898. 1 vol. in-12.--p. 149. Amours Romantiques.

1er novembre.--Gil Blas. Le Règne du Potin, par P. Weber.

8 novembre.--L'Événement. Le retour à G. Sand, critique de _La Bonne
Dame de Nohant_, par E. Des Essarts.

Reproduit dans: Le Moniteur du Puy-de-Dôme (Clermont), 19
novembre.--Nouvelle Chronique Parisienne, 25 novembre.

28 novembre.--Gazette de France. Ce que M. Doumic dit d'Alfred de
Musset et de G. Sand.

7 décembre.--La Libre Parole. Réminiscences des amours d'Alfred de
Musset et de G. Sand, par E. Drumont.

9 décembre.--Le Figaro. Note sur la conférence de M. Doumic, relative
à Alfred de Musset, à G. Sand et au Dr Pagello.


1898

2 janvier.--La Presse. Souvenir des polémiques de 1896-1897.

10 janvier.--Le Gaulois. Qu'est devenue la copie de la correspondance
de G. Sand et d'Alfred de Musset faite par Mme C. Jaubert?

17 janvier.--Gil Blas. Note concernant M. Mariéton.

20 janvier.--Études religieuses, p. 245. Ce que M. Doumic dit de la
correspondance Sand-Musset.

3 février.--Le National. Tout s'arrange, par H. Céard.

26 février.--L'Événement. Un Grand amoureux, par H. de Weindel.

26 février.--Le Gaulois. La fin d'un roman, par Tout Paris.

26 février.--Gil Blas. L'Autre, par Santillane.

26 février.--Le Journal. La Gloire d'aimer, par A. Hepp.

26 février.--Le National. Notes quotidiennes, par Emmanuel François.

Reproduit dans: La Réforme, 27 février.

27 février.--La Liberté. Soliloques, par Pierre Valdagne.

28 février.--Le XIXe Siècle. Chronique: Mort du Dr Pagello, par P.
Ginisty.

1er mars.--L'Écho de Paris. Chronique, par Colomba.

1er mars.--Le Petit Provençal (Marseille). Pagello et G. Sand, par
Clovis Hugues.

1er mars.--Le Radical. Le beau Pagello, par Jean de Montmartre.

1er mars.--La Réforme (Bruxelles). Le Dr Pagello, par Milio, avec
portrait.

2 mars.--La France (Bordeaux). Le Dr Pagello et G. Sand, par Clovis
Hugues.

2 mars.--Le Matin. L'amour des illustres, non signé.

2 mars.--Le Messin (Metz). Mort du Dr Pagello et extraits des lettres
de G. Sand.

2 mars.--La Petite Gironde (Bordeaux).--Causerie, par Simplice.

3 mars.--La Fronde. Ménage d'artiste, par Marcelle Tinayre.

3 mars.--La Lanterne. G. Sand et le Dr Pagello, non signé.

3 mars.--Le Nouvelliste (Bordeaux). Le Dr Pagello, par Jacques
Curieux.

5 mars.--L'Illustration, p. 178. A propos de la mort du Dr Pagello,
par Rastignac.

5 mars.--Revue Hebdomadaire, p. 134. Le plus sage des trois, par F.
Sarcey.

Reproduit: L'Indépendance Belge (Bruxelles), 13 mars.

9 mars.--The Evening Transcript (Boston). Alfred de Musset, G. Sand et
Sainte-Beuve, d'après M. Doumic.

10 mars.--Le Jour. Oraison funèbre, par Ed. Deschaume.

11 mars.--Fremdenblatt (Vienne). Pietro Pagello in seinen Beziehungen,
für Henry Perl.

12 mars.--Saint-James Gazette (Londres). A propos de la mort du Dr
Pagello.

ESSAIS DE CRITIQUE DRAMATIQUE, PAR ANTOINE BENOIST. Paris, Hachette,
1898. 1 vol. in-12.--Alfred de Musset, G. Sand, leur théâtre, etc...
passim de p. 1 à 131.

15 mars.--Revue des Revues, p. 620. Grand-Mère et petite-fille, par
Raoul Deberdt.

16 mars.--Le Siècle. Notes sur les amants de Venise à propos de Mme
Desbordes-Valmore.

XXIV MARZO MDCCCXCVIII. PIETRO PAGELLO. TRIGESIMO DELLA MORTE.
Belluno, premiata tipografica Cavessago, 1898. In-8 de 1 couverture et
32 pages avec portrait gravé sur bois.--Recueil d'éloges du Dr Pagello
par Luigi Zacchi, Vittorio Fontana, Feliciano Vinanti, avec des
lettres et des poésies du Dr Pietro Pagello.

28 mars.--Le Temps. Note sur le livre de M. Benoist.

2 avril.--Revue Hebdomadaire, p. 102. L'Autre, par F. Chevassu.

15 mai.--La Fronde. Les Chacals, par Marcelle Tinayre.

21 mai.--La Fronde. Ce qu'on doit faire des lettres d'amour, par May
Armand Blanc.

Juin.--Deutsche Revue (Stuttgart), p. 290. G. Sand, Alfred de Musset
und Dr Pagello, persönliche Erinnerungen.

5-6 juin.--Il Pongolo Parlamentare (Naples). Conferenza Marvasi.

7 juin.--Il Don Chisciotte (Rome). Conferenza Roberto Marvasi.

15 juin.--L'Amateur d'autographes. Sur ce qui est publié de la
Correspondance de G. Sand et d'Alfred de Musset.

21 juin.--Le Rappel. Souvenir sur les bois de Verrières.

23 juin.--Journal des Débats. Une Statue au Dr Pagello.

24 juin.--L'Écho de Paris. Sur la Statue du Dr Pagello.

24 juin.--La Liberté. La Statue du Dr Pagello, par P. Valdagne.

24 juin.--Le Petit Rouennais (Rouen). La Statue du Dr Pagello.

24 juin.--La Petite Gironde (Bordeaux). L'Amant, par P.B.

24 juin.--L'Est Républicain (Nancy). La Statue du Dr Pagello.

27 juin.--Gil Blas. Le Dr Pagello et sa statue.

30 juin.--La Dépêche Algérienne (Alger). Un Méconnu, P. Pagello, par
H. Darsigny.

2 juillet.--Le Gaulois. Amours de Grands Hommes, par P. Costard.

27 août.--La Gazette Médicale, p. 420. Les Amants de Venise.

Octobre.--The Atlantic Monthly (Londres), p. 569. The Correspondance
of G. Sand, by Irving Babbitt.

Novembre.--Minerva (Rome). La Corrispondenza di G. Sand, d'après The
Atlantic Monthly.

3 novembre.--Le Soleil. Un Professionnel, par F. Sainclair.

11 novembre.--Le Soleil. La Critique à côté, par F. Sainclair.

AUGUSTE MAILLOUX. UNE FILLE D'ALFRED DE MUSSET ET DE GEORGE SAND.
Nantes, imprimerie R. Guist'hau, 1898. Brochure in-12.

C'est une bien vieille histoire que celle de la Fille d'Alfred de
Musset. Le 14 avril 1882, l'_Événement_ publiait un article de
Aurélien Scholl, intitulé «Une fille d'Alfred de Musset.» (On ne
donnait pas le nom de la mère). L'_Écho Rochelais_ le reproduisit le
19 avril 1882, et il fit ensuite le tour de la presse. Au mois
d'octobre de la même année, le _Bulletin de la Société historique de
la Saintonge_ publiait, p. 399, une réponse à M. Scholl, par A. L.
Cette étude a fait l'objet d'un tirage à part à 50 exemplaires. (Pons,
impr. de Noël Texier, in-8, de 10 p.), qui porte le nom de l'auteur,
M. A. Létélié.--M. Létélié établit, avec preuves à l'appui, que la
jeune fille décédée le 8 mai 1875 sous le nom de Onda Tessum, à
Saint-Maurice de Saintonge, commune de La Leu, près La Rochelle,
s'appelait Marie-Joséphine Menard, fille légitime de Charles Menard,
tisserand, et de Jeanne Jamin; qu'elle était née à Saint-Macaire
(Maine-et-Loire), le 17 septembre 1854, où habitait sa famille, et que
la personne qui l'accompagnait était Mme veuve Coras, alors âgée de 64
ans, qui avait en quelque sorte adopté Marie-Joséphine à l'âge de 8
ans et l'avait élevée.

Le supplément du _Figaro_ du 13 janvier 1883, ayant de nouveau inséré
l'article de A. Scholl, Mme Lardin de Musset, soeur du poète, protesta
par une lettre publiée dans le supplément du _Figaro_ du 17 janvier
1883.

Le _Gaulois_ des 4 et 5 décembre 1896, ressuscita la légende de la
fille d'Alfred de Musset, et ce fut cette fois Mme Martelet, née Adèle
Colin, la fidèle gouvernante, qui protesta dans l'_Éclair_ du 7
décembre, m'attribuant l'enquête faite par M. Létélié, alors que je
n'avais fait qu'en rapporter le résultat.

Aujourd'hui, M. Mailloux résume les divers articles écrits à ce sujet,
et pour réfutation, se borne à reproduire les pièces mises au jour par
M. Létélié.

18 novembre.--Le Temps. Une fille de G. Sand et d'Alfred de Musset,
par F. Sarcey.

26 novembre.--Le Gaulois. La propriété des lettres, par Esseytte.

29 novembre.--Le Phare de la Loire (Nantes). Une fille d'Alfred de
Musset et de G. Sand, non signé.

15 décembre.--Le Petit Bleu de Paris. Lettres d'amour, par G. Vanor.

F. DE ROBERTO. UNA PAGINA DELLA STORIA DELL'AMORE. Milano, Fratelli
Treves, editori. 1898. 1 vol. in-12.


1899

19 janvier.--L'Éclair. Encore Alfred de Musset, G. Sand et le Dr
Pagello, par E. Bergerat.

12 février.--Le Journal. Annonce de _Lui, Elle et l'Autre_, ballet de
Mascagni.

Mars.--The Glasgow Herald (Glasgow). Annonce d'un ballet de Mascagni.

12-13 mars.--Corriere della Sera (Milan). Anche Giorgio Sand?

16 avril.--The Sunday Sun (Londres). Memories of George Sand by
Richard Davey. 1er article.--23 avril, 2e article.

9 mai.--La Métropole (Anvers). Divulgations et Confessions
littéraires, par D.

1er juin.--Nouvelle Revue Internationale. G. Sand et Alfred de Musset,
par Mme C. Berton.--Reproduit dans la Petite Revue internationale, 28
mai-4 juin, p. 641.

18 juin.--La Fronde. Une Fille de G. Sand et d'Alfred de Musset, le
livre de M. Mailloux.

20 juin.--Gil Blas. La rupture de G. Sand et d'Alfred de Musset,
d'après Mme C. Berton.

WLADIMIR KARENINE. GEORGE SAND, SA VIE ET SES OEUVRES. 1804-1876.
Tomes I et II. Paris, Ollendorff, 1899. 2 vol. in-8.--Tome I, pages
46, 434, 443.--Tome II, p. 1 à 160.

Critiques du livre de Mme Karénine: La Revue de Paris, 1er juillet,
couverture.--The Morning Leader (Londres), 1er juillet.--La Liberté, 9
juillet.--Le Temps, 15-16 juillet.--Le Soleil, 27 juillet.--L'Éclair,
8 août.--La Gazette de France, 21 août.--Le Temps, 28 août.--La
Lanterne, 5 septembre, etc...

15 juillet.--Revue des Deux-Mondes, p. 441. G. Sand avant 1840, par R.
Doumic.

18 juillet.--La Fronde. Les belles amies d'Alfred de Musset, par Mary
Summer.

17 août.--Le Soleil. Amours d'artistes, par A. Claveau.

19 août.--Le Gaulois. La vie de G. Sand d'après Mme Karénine.

26 août.--Le Précurseur (Anvers). La vie de G. Sand, par J. Caze.

28 août.--Le Journal. Réponse à Mme Karénine sur G. Sand, Alfred de
Musset et Pagello.

1er septembre.--Le Théâtre. Phototypie par A. Bucquet: la scène
d'Alfred de Musset et G. Sand dans la _Revue Rétrospective_ du cercle
de l'Union Artistique[67].

  [67] _La Revue Rétrospective_, en 3 actes et 6 tableaux, précédée
  d'un prologue, par le marquis Philippe de Massa. Représentée à
  Paris sur le théâtre du Cercle de l'Union artistique, les 11 et
  12 juin 1899. Paris, Cerf, 1899. 1 vol. in-12 orné d'un portrait.

10 septembre.--Le Gaulois. Extrait d'une lettre d'Alfred Tattet à
Félix Arvers.

14 octobre.--Le Temps. Une chaumière et un coeur, par A. Brisson.

15 octobre.--Le Républicain de La Fère (Aisne). Note sur un souvenir
donné par Alfred de Musset à G. Sand, par Léon Bernard.

25 novembre.--Revue Encyclopédique. G. Sand et Alfred de Musset
d'après Mesdames Berton et Arnould-Plessy.

11 décembre.--Le Gaulois. La Dame de Venise, par Tout-Paris.

19 décembre.--L'Écho de Paris. Chronique, par Colomba.



QUELQUES OEUVRES INÉDITES

OU PEU CONNUES

D'ALFRED DE MUSSET



QUELQUES OEUVRES INÉDITES

OU PEU CONNUES

D'ALFRED DE MUSSET


Lorsque la Revue Bleue analysa naguère[68], comme étant d'Alfred de
Musset, _Denise_, une nouvelle de son frère Paul[69], un journal a
demandé s'il ne serait pas possible de dresser une sorte de liste des
oeuvres inédites de l'auteur des _Nuits_. Cela me paraît difficile,
car ces oeuvres sont par elles-mêmes d'une nature très complexe.

  [68] Livraison du 26 juin 1897.

  [69] Publiée dans la _Revue de Paris_ du 2 mai 1841, où elle est
  signée: «Paul de Musset» et reproduite dans la _Revue
  pittoresque_ de mai 1845, avec la signature d'Alfred.

Des pièces de vers comme la _Chanson pour la fête de sa mère_, les
_Stances à Mlle Z._, sont des souvenirs intimes, restés dans la
famille du poète, reliques sacrées qui, par un sentiment facile à
comprendre, sont pieusement conservées dans les archives familiales
d'où elles ne doivent pas sortir.

D'autres, adressées à des jeunes filles, à des jeunes femmes surtout,
poèmes d'amour qui sont demeurés un secret entre celui qui les a
écrits et celles qui les ont reçus, sont si soigneusement cachées,
quand elles n'ont pas été détruites, qu'il est impossible de les
retrouver. Et dans les quelques occasions où le hasard ou une
indiscrétion les a fait connaître, donner même des initiales serait
compromettre inutilement des réputations jusqu'ici sans tache.

Quant aux essais, aux ébauches de ce que j'appellerai les oeuvres de
travail, aux débris de toutes sortes qui ont été retrouvés dans les
papiers du poète, où commencer, où finir? Paul de Musset en donne un
certain nombre dans la BIOGRAPHIE[70] de son frère:

   _La Prêtresse de Diane,_ fragment d'élégie.

   _Agnès,_ fragment de poème dramatique, dont une «ballade» est
   encore inédite.

   _Stances à Ninon:_ «Avec tout votre esprit...»

   _La Nuit de Juin,_ quatre vers:

    Muse, quand le blé pousse, il faut être joyeux.
    Regarde ces coteaux, et leur blonde parure!
    Quelle douce clarté dans l'immense nature!
    Tout ce qui vit ce soir, doit se sentir heureux...

  [70] _Biographie d'Alfred de Musset_, par Paul de Musset. Paris,
  Charpentier, 1877. 1 vol. in-12.

Des Fragments du _Poëte Déchu,_ sorte d'autobiographie, qui, avec «Le
Poète et le Prosateur», publié dans les _OEuvres Posthumes_,
constituent à peu près tout ce qui reste du manuscrit de l'oeuvre,
laissé inachevé par Alfred et lacéré par Paul.

Des stances _A la soeur Marcelline_, incomplètes, mais données en
entier dans le FIGARO du 14 mai 1887.

_L'Exercice de nos facultés_, fragment en prose.

_A trente ans_, fragment en prose.

_Judith et Allori_, fragment dramatique, en vers.

Un _Sonnet à sa Marraine_: «Qu'un sot me calomnie...»

Des _Stances à Mme Ristori_.

Une _Chanson:_ «Hélas! Hélas!...»

_Le petit moinillon_, stances à Mlle E. d'A.

Un _Quatrain à Mlle Melesville_, écrit au bas d'un dessin de M.
Chenavard, représentant la première rencontre de Petrarque et de
Laure, dessin où les deux figures du poète et de sa maîtresse avaient
quelque ressemblance avec les traits d'Alfred de Musset et de Mlle
Melesville. Il avait été question d'un mariage entre les deux jeunes
gens.

A ces fragments, il faut joindre les poésies publiées par les soins de
Paul:

_Le 3 mai 1814_, stances. MAGASIN DE LIBRAIRIE, 10 décembre 1859.

_Après la lecture d'Indiana_, poésie. REVUE DES DEUX-MONDES, 1er
novembre 1878.

_Variante en vers de: On ne badine pas avec l'amour_, acte I. REVUE
NATIONALE, 1er novembre 1861.

Sauf quelques exceptions que nous indiquons plus loin, les fragments
demeurés inconnus n'offrent qu'un intérêt secondaire, par suite de
leur peu d'étendue ou de l'impossibilité de les rattacher à quelque
chose. Bien plus, parmi ces exceptions, se trouvent des satires, des
facéties sur le personnage ou l'événement du jour, charges d'atelier
ou de salon, faites entre amis, pour passer le temps, «en riant et
sans malice ni aversion contre personne», comme Alfred de Musset le
déclare lui-même au bas de l'une d'elles, mais qui, connues du grand
public, pourraient quelquefois être mal interprétées. Celles qui ne
peuvent éveiller aucune idée malveillante ont été publiées:

_L'Anglaise en Diligence_, dans l'ART du 18 février 1883.

Les premières strophes des _Stances burlesques à George Sand_, dans la
REVUE DE PARIS du 15 août 1896.

Des fragments de la _Réponse à Ulric Guttinguer_, en vers, dans la
GAZETTE ANECDOTIQUE du 30 juin 1891.

_Le Songe du Reviewer_ ou _Buloz consterné_ dans le COURRIER DE PARIS
du 19 mai 1857, la PETITE REVUE du 15 juillet 1865, et L'INTERMÉDIAIRE
DES CHERCHEURS du 10 octobre 1891.

_A une Muse_ ou _Une Valseuse dans le Cénacle romantique_, en partie
dans le FIGARO du 4 novembre 1855, et en entier dans le tome I de la
CURIOSITÉ LITTÉRAIRE. (Paris, Liseux, 1880. In-12).

Le _Voyage à Pontchartrain_, dans une brochure de M. Lorin: UNE
EXCURSION A PONTCHARTRAIN. Rambouillet, 1890. In-8º. C'est un récit
humoristique, adressé à Charles Nodier, qui répondit à l'auteur par
ces stances célèbres, composées sur le même rythme:

    J'ai lu ta vive odyssée
        Cadencée, etc...

Ajoutez à cela que Mme Lardin de Musset, faisant un nouveau choix
après son frère Paul, a publié encore quelques-unes de ces reliques:

_Valentin_, qui n'est autre que l'avant-propos de la nouvelle _Les
deux Maîtresses_, dans le GAULOIS du 22 août 1896.

Le _Roman par lettres_, dont plusieurs passages se retrouvent dans
FANTASIO, dans le GAULOIS des 17, 18, 19 et 20 juillet 1896[71].

  [71] La donnée du roman de George Sand, _Le Secrétaire intime_,
  écrit en 1834, offre de très grands points de ressemblance avec
  cette oeuvre d'Alfred de Musset. On retrouve même chez G. Sand le
  nom de Spark.

Des poésies adressées _A George Sand_, dans la REVUE DE PARIS du 1er
novembre 1896.

Restent enfin les communications faites par des tiers, amis ou
collectionneurs, qui nous fournissent une nouvelle moisson:

Variantes de _La Coupe et les Lèvres_.--L'ÉVÉNEMENT, 29 novembre 1881.

    Moi, je n'ai jamais fait à la nature humaine..., etc...

_Autres Variantes_ du même poème, le VOLTAIRE, 17 mai 1887, que voici,
d'après le manuscrit, le texte publié étant peu correct:

    Poésie! Harmonie! Amour! Larmes célestes,
    Que les douleurs de l'homme arrachèrent aux yeux
    Du vengeur immortel qui les chassa des cieux,
    Si vous versez parfois, poisons doux et funestes,
    Le baume de l'oubli sur mes cuisants regrets,
    Quels trésors ignorés doit recéler une âme
    Dont le ciel a puisé l'essence à votre flamme?
    Camp où les feux sacrés ne s'éteignent jamais?
        Dieu donna la beauté, dont le regard attire
    A ces êtres divins qu'il créa d'un sourire,
    Leur fit un front de vierge et de longs yeux voilés
    Et leur dit en partant: «Allez et consolez!»
        Mais eux-mêmes souvent, du feu qui les habite,
    On les voit ici-bas se plaindre et s'étonner,
    Ne pouvant contenir le rayon qui s'agite,
    Et qui, venu du Ciel, y voudrait retourner.

    [ACTE I, SCÈNE 2].

_Ex Dono_ à un astronome. BIBLIOGRAPHIE ROMANTIQUE, par Charles
Asselineau. 2e édit. Paris, Rouquette, 1874. In-8º.

Un _Fragment en Vers_ qui est le début de l'article, en prose, Un Mot
sur l'art moderne (publié dans les _Mélanges de Littérature_). ÉCHO DE
LA SEMAINE, 24 mai 1896:

    Pourquoi la Poésie est-elle morte en France?
    On dit que le public vit dans l'indifférence,
    Que le siècle est distrait, que tout meurt aujourd'hui;
    Bonaparte, à Wagram, était distrait, je pense,
    Il avait cependant son Ossian avec lui..., etc...

_Stances à Buloz._ La REVUE DE PARIS ET SAINT-PÉTERSBOURG, 15 décembre
1887:

    Buloz, ma dernière heure est-elle donc venue?
    Dois-je enfin vous compter parmi mes ennemis?
    N'est-il donc rien d'humain au fond d'une revue
    Et toute charité vous est-elle inconnue,
    Vous qui disiez jadis être de mes amis,
    De demander les vers que je vous ai promis?.....

_Quatrain à Gustave Planche._ L'ÉVÉNEMENT, 28 janvier 1886.

_Crayonné sous les Arbres de Louveciennes_, poésie. LA REVUE DE PARIS
ET SAINT-PÉTERSBOURG, 25 décembre 1890:

    Pour ouïr les antiques
    Dans mes délires rustiques,
    Je vais tout droit devant moi...

_Madrigal à Augustine Brohan._ LE NAIN JAUNE, 7 octobre 1877, souvent
réimprimé.

_A Pépa_, stances. SOUVENIRS DE Mme JAUBERT. Paris, Hetzel, 1881. 1
vol. in-12.

_Le Comte d'Essex_, plan de tragédie. L'ÉVÉNEMENT, 21 novembre 1885.

_Alliance de la prose et de la poésie._ LE VOLTAIRE, 23 avril 1887.

  Alliance de la prose et de la poésie, qui n'est autre chose que
  celle de la prose et de la versification. Entre les deux limites
  qui les séparent, un seul esprit français a trouvé une route,
  celui dont Molière disait: «Le bonhomme vivra plus que nous».
  C'est la seule fois que Molière se soit trompé; mais le bonhomme
  allait son chemin, ne se souciant ni de la prose ni de la
  versification; il était le maître et lorsqu'il s'endormait sous
  les arbres de Versailles, ses gros souliers pleins d'herbes
  fleuries, il revenait d'un rêve dans un certain sentier où
  personne après lui ne passera jamais.

[Illustration: Le Comte d'Essex, fac-similé de la 4e page du
manuscrit d'Alfred de Musset.

  (transcription)

  (acte 4)

  (chez la reine)

  La reine, ses femmes.

  La Comtesse D'Essex vient implorer la grace de son mari.
  Froideur d'Elysabeth--elle la repousse. celle-ci part
  desesperée--

  La reine fait demander Cécil; elle veut travailler avec lui,
  son esprit distrait la reporte toujours vers le Comte; elle
  songe à la Bague qu'elle lui a donné, et compte sur ce
  dernier moyen--

  (chez Essex)

  La Comtesse se désespère--

  Raleigh arriva; il lui propose la grâce de son mari si elle
  veut le trahir; refus en colère de la Comtesse. Raleigh sort
  furieux--

  (jugement du Comte)

  Il est condamné à mort--......]

L'ALMANACH DU JOUR DE L'AN, petit messager de Paris pour 1846, publié
par J. Hetzel, est un volume in-32, presqu'introuvable aujourd'hui,
qui, à la suite des _Vers inscrits dans la cellule no 14_ de la maison
d'arrêt de la Garde Nationale (OEuvres Posthumes) donne ce _Quatrain_
inédit:

    Dans cette petite chapelle
    L'ennui ne vient qu'aux ennuyeux.
    Pense un instant et pars joyeux,
    Ta maîtresse en sera plus belle.

On peut encore se procurer facilement:

_Un Rêve_, ballade, insérée dans LE PROVINCIAL DE DIJON du 31 août
1828, et réimprimée à la librairie Rouquette. (Paris, 1875. In-8º.)

Les _Variantes de Venise_, écrites pour être mises en musique par
Gounod. Choudens, éditeur à Paris.

_L'Habit Vert_, proverbe par Alfred de Musset et Émile Augier, qui a
plusieurs éditions à la librairie Michel ou Calmann Lévy et fait
partie du THÉÂTRE d'Émile Augier. C'est cette pièce que le
CONSTITUTIONNEL et la REVUE DES DEUX-MONDES annonçaient en 1846 sous
le titre de _La Montre_.

Les vers écrits _Au bas d'un portrait d'Augustine Brohan_, dans le
DÉCAMÉRON DRAMATIQUE, no 5, chez l'éditeur Heugel et qui nous semblent
si jolis que nous ne craignons pas de les citer:[72]

          J'ai vu ton sourire et tes larmes,
          J'ai vu ton coeur triste et joyeux,
          Qui des deux a le plus de charmes?
          Dis-moi ce que j'aime le mieux:
    Les perles de ta bouche ou celles de tes yeux?

  [72] Ces vers ont été publiés pour la première fois dans le
  _Journal des Femmes_, du 5 novembre 1850.

Comme cela rentre bien dans «ce bon souvenir d'une amitié qui vaut
bien des amours»!

Le PANTHÉON DES ILLUSTRATIONS FRANÇAISES AU XIXe SIÈCLE, par Victor
Frond, donne, comme fac-similé d'autographe, ce fragment:

    Froide, maigre, légère, une main palpitante
    Voltigeait sur la table où roulait des flots d'or.
    Entrons, murmurait-on! Tuons-le, puisqu'il dort!
    Le vieillard chévrotait dans sa robe sanglante:
    C'est mon pain quotidien, mon travail, ma sueur.
    Le toscin répondait: la ville est au pillage!
    Les enfants de la mort lui fouillent dans le coeur!
    Les mères, tout en sang, couraient sur le rivage
    Appelant leurs enfants qui flottaient sur les eaux.

La _Quenouille de Barberine_, comédie en deux actes, contient des
passages et des scènes que l'on ne retrouve pas dans _Barberine_,
comédie en trois actes. Cette première version de la même pièce se
trouve dans toutes les éditions des COMÉDIES ET PROVERBES antérieures
à 1852, et la seconde version dans toutes les éditions postérieures.

Le _Chant des Amis_, cantate, paroles de M. Alfred de Musset, musique
d'Ambroise Thomas, exécutée à Lille le 21 juin 1852, éditée
primitivement chez Gérard, a été réimprimée chez Brandus et se trouve
chez les marchands de musique.

Et même, si l'on veut se donner la peine de chercher un peu, il n'est
pas très difficile de mettre la main sur la _Dissertation Latine_ qui
remporta le 2e prix au Concours général de 1827: «Quæniam sint
judiciorum motiva? An cuncta ad unum possint reduci?» dont le texte
est imprimé in-extenso dans les ANNALES DES CONCOURS GÉNÉRAUX.
_Philosophie. Paris, Hachette, 1828. 1 vol. in-8º_, ainsi que sur les
articles de critique au TEMPS, omis dans les oeuvres, parce que Paul
de Musset ne sut pas retrouver ces numéros du journal, qui existent
cependant à la Bibliothèque de l'Arsenal et ailleurs:

_Exposition du Luxembourg au profit des blessés_, 2e partie, 1er
janvier 1831.

    _Revue Fantastique_,  2e article, 1er février 1831.
             --           5e article, 21 février 1831.
             --           6e article, 28 février 1831.
             --          13e article, 18 avril 1831.
             --          18e article, 30 mai 1831.

Quant à _Alceste_, tragédie qu'Alfred de Musset avait l'intention
d'écrire pour Mlle Rachel, elle n'a dû exister qu'à l'état de projet,
car Paul de Musset déclare que lui-même n'en a jamais connu que le
titre.

Comme on le voit, il y aurait matière à former un volume des plus
curieux et d'un réel intérêt, avec ces oeuvres inédites, surtout si
l'on y ajoute les pièces sur lesquelles je vais essayer de donner
quelques renseignements, n'ayant point qualité pour en publier le
texte.

Mais avant d'aller plus loin, j'indiquerai les pièces apocryphes:

La _Satire contre l'Académie_ qui a paru dans la REVUE ANECDOTIQUE des
1er et 15 juin 1857 n'est pas d'Alfred de Musset, mais de Mme Louise
Colet. Le 24 juin 1857, Paul de Musset adressa à ce sujet une lettre
de protestation au directeur de la GAZETTE DE PARIS, qui l'inséra dans
le numéro du 28 juin. La meilleure preuve que je puisse fournir à
l'appui de mon dire, est que le manuscrit trouvé dans les papiers du
poète était en entier de la main de cette dame.--Le sonnet _Promenade
au Jardin des Plantes_ donné par le MONDE ILLUSTRÉ du 9 mai 1857 et
le fragment d'une _Comédie en prose_ se passant rue Saint-Honoré,
dans l'ÉVÉNEMENT du 29 novembre 1881, sont du même auteur.--La
_Branche de Myrthe_ (GRAND JOURNAL, 23 septembre 1866) n'a jamais
existé dans LA PSYCHÉ de 1826.--La _Jeune Tarentine_ (REVUE
RÉTROSPECTIVE, 1er mai 1891) est de Sainte-Beuve.--Le quatrain
d'_Envoi de Denise_ (l'ÉVÉNEMENT, 25 octobre 1878) est de Aurélien
Scholl.--_Sur la mort d'un parapluie_, poésie, datée du 5 mars 1849 et
dans laquelle il parle de ses collègues de l'Académie Française, où il
ne fut reçu qu'en 1852, publiée dans l'ILLUSTRATION du 20 décembre ses
collègues de l'Académie Française, où il ne fut reçu 1873, fait plus
que me sembler être composée par le signataire de l'article, Philibert
Audebrand.--Nous avons dit plus haut quel est l'auteur du conte
_Denise_ de la REVUE BLEUE. Pour la _Critique de Notre-Dame de Paris_
dans le TEMPS des 31 mai et 17 juillet 1831[73], le _Paysage Matinal_,
sonnet, du VOLEUR du 25 août 1876, et les stances _Ce qu'il me faut_,
du NOUVEAU PARNASSE SATIRIQUE (Bruxelles, 1881, in-8º), j'ignore quels
en sont les auteurs, mais ce n'est certes pas Alfred de Musset.

  [73] Voir: _Alfred de Musset et ses prétendues attaques contre
  Victor Hugo_, par M. le vicomte de Spoelberch de Lovenjoul.
  Paris, Rouveyre, 1878. Br. in-18.

Je citerai enfin comme une simple curiosité six _Poésies
Médianimiques_ que M. L. Vavasseur, directeur de la Revue Spirite, a
publiées en 1867 dans une plaquette in-18, intitulée: ÉCHOS POÉTIQUES
D'OUTRE-TOMBE et une autre pièce du même genre dont M. le Vicomte de
Spoelberch de Lovenjoul donne le texte dans son HISTOIRE DES OEUVRES
DE TH. GAUTIER (Charpentier, 1887. 2 vol. in-8º, II, p. 311).--LE
FIGARO du 17 janvier 1899 donne encore le texte d'une nouvelle poésie
médianimique, empruntée au livre de M. Diguet: LES VERS DE L'ESPRIT,
RECUEIL DE COMMUNICATIONS TYPTOLOGIQUES.


I

LA NUIT

Alfred de Musset, lorsqu'il était au collège Henri IV, avait été
présenté par son condisciple Paul Foucher, dans sa famille, et ce fut
ainsi que vers 1822, il fit connaissance de Victor Hugo, qui venait
voir sa fiancée, soeur de son ami. Quelques années se passèrent, et
lorsqu'un nouveau _Cénacle_ se forma chez M. et Mme Victor Hugo, pour
remplacer l'ancien cercle littéraire de la _Muse française_, Alfred de
Musset fut l'un des premiers appelés avec Sainte-Beuve, Émile et
Antoni Deschamps, Ulric Guttinguer, Louis Boulanger, etc... On lisait
force vers, on causait, on discutait; on faisait de longues promenades
les soirs d'été, et c'est au lendemain d'une de ces conférences
littéraires que le futur poète, qui n'avait encore rien produit,
cheminant seul sous les arbres du bois de Boulogne, composa sa
première ballade, _La Nuit_:

    Quand la lune blanche
    S'accroche à la branche
      Pour voir
    Si quelque feu rouge
    Dans l'horizon bouge
      Le soir,

    Fol qui dit un conte,
    Car minuit qui compte
      Le temps,
    Passe avec le Prince
    Des sabbats, qui grince
      Des dents...

C'était en 1827 ou 1828, et hormis la chanson pour la fête de sa mère
(16 novembre 1824) et quelques vers adressés en octobre 1826, à une
jeune fille de son âge, Alfred de Musset n'avait encore écrit que ses
devoirs de collège.


II

L'ANGLAIS MANGEUR D'OPIUM

L'ANGLAIS MANGEUR D'OPIUM, _traduit de l'anglais par A. D. M._ Tel est
le titre de ce petit volume de 221 pages, publié à la librairie Mame
et Delaunay-Vallée, en 1828. «Traduit» est certainement exagéré.
L'Anglais mangeur d'Opium d'Alfred de Musset n'est ni une traduction
ni une imitation, mais une paraphrase du roman anglais de Thomas de
Quincey: CONFESSION OF AN ENGLISH OPIUM EATER. D'un trait de plume, le
«traducteur» supprime les digressions longues et oiseuses, les
qualificatifs répétés, les lourdes discussions qui veulent être
pédantes et ne sont qu'ennuyeuses. Là où l'auteur anglais remplit
trois pages d'une description, Alfred de Musset poétise et nous rend
plus palpable, en trois lignes, le même tableau.

Ce sont bien les mêmes faits, les mêmes idées, la même confession,
mais Alfred de Musset n'en a pris que l'essence, et, tout en suivant
la donnée du récit, l'a transposé dans son style à lui, en y ajoutant
quelques impressions personnelles. En comparant les deux textes,
anglais et français[74], je dirai sommairement que Musset a supprimé
dans l'ouvrage anglais, en totalité ou peut s'en faut: la notice, les
pages 11 à 15, 28 à 30, 55 à 57, 64, 65, 70, 72, 73, 75, 79 à 87, 96,
100, 102, 105, 109, 113, 117, 119, 135 à 144, 149 à 152, 165, 170,
180 à 183 et 187 à 206, sans compter les fragments de phrases
retranchés ailleurs; par contre, sont ajoutées, dans le texte
français, les pages 133 à 163, sauf la description de la chaumière (p.
136), de la chambre (p. 139) et l'histoire des deux tasses de thé (p.
140-141); le bal, le rendez-vous, l'histoire d'Anna, le duel, sont de
son invention, ainsi que la leçon d'anatomie, qui occupe les pages 209
à 216. Cette «leçon d'anatomie» a son importance, non seulement parce
qu'elle est entièrement due à la plume d'Alfred de Musset, mais
surtout parce qu'elle est le miroir fidèle des impressions qu'il
éprouva, lorsque, pendant l'année scolaire 1827-1828, il suivit, à
l'École de Médecine, les cours d'anatomie descriptive de M. le docteur
Berard[75]; c'est une page de l'histoire de sa vie:

  «La première fois que j'entrai dans les salles de l'École de
  Médecine, je me souviens encore de l'effet que la vue des cadavres
  produisit sur moi. Nous étions deux ou trois écoliers ensemble,
  qui revenions d'une classe de philosophie où l'on nous avait dit
  beaucoup de belles choses que nous croyions probablement avoir
  comprises. Nous arrivons. Il y avait sur la table un grand cadavre
  étendu dans un drap blanc; on n'en voyait que les pieds, et, à
  côté, sur la table, un bras écorché qui nageait dans du sang
  caillé. Je ne sais pourquoi une idée risible qui me vint à
  l'esprit, me fit tressaillir en ce moment. Je me disais tout bas:
  «Voilà un bras qui a l'air de demander l'aumône.» Et en effet, la
  main pendante avait assez cette singulière expression.

  [74] Alfred de Musset a fait sa traduction sur la 3e édition
  anglaise, publiée à Londres chez Taylor et Hessey, en 1823, 1
  vol. in-18 de IV-206 pages.

  [75] La soeur du poète possède encore sa carte d'étudiant en
  médecine.

«Le professeur n'arrivait pas, et cependant j'attendais avec
impatience que ce drap qui me cachait le cadavre fût soulevé. Cet
instant vint enfin: je croyais voir quelque chose de beaucoup plus
horrible. La leçon commença: je riais de mes camarades que le mal de
coeur prenait. Mais lorsque le scalpel vint à entrer dans la chair et
que le sang noir, qui coulait lentement sur la poitrine ouverte,
commença à exhaler une épouvantable odeur, je m'enfuis à toutes
jambes. Que le caractère de l'homme est bizarre! Il va dans les
cimetières arracher les cadavres aux vers et aux corbeaux; une odeur
dangereuse et dégoûtante l'avertit de laisser en paix les morts. Mais
la soif de connaître l'anime, et il emporte sous son manteau la tête
d'une femme ou le corps d'un enfant: Vouliez-vous que le mal de mer
arrêtât de pareils hommes et leur ordonnât de s'en tenir au continent,
lorsqu'ils voyaient s'élever en rêve, derrière l'Atlantique, les
montagnes d'or de la Colombie?

«Cependant, rentré chez moi, je voulus manger; cela me fut impossible;
j'ai même pris tout à fait en horreur le premier plat qu'on me servit
et il m'a été impossible d'en manger depuis. Ces impressions, reçues
dans ma jeunesse, donnèrent lieu à un rêve que j'avais assez
fréquemment.

«Il me semblait que j'étais couché et que je m'éveillais dans la nuit.
En posant la main à terre pour relever mon oreiller, je sentais
quelque chose de froid qui cédait lorsque j'appuyais dessus. Alors, je
me penchais hors de mon lit, et je regardais: c'était un cadavre
étendu à côté de moi. Cependant, je n'en étais ni effrayé ni même
étonné. Je le prenais dans mes bras, et je l'emportais dans la chambre
voisine en me disant: «Il va être là couché par terre; il est
impossible qu'il rentre si j'ôte la clef de ma chambre.»

«Et là-dessus, je me rendormais. Quelques moments après, j'étais
encore réveillé; c'était par le bruit de ma porte qu'on ouvrait; et
cette idée qu'on ouvrait ma porte, quoique j'en eusse pris la clef sur
moi, me faisait un mal horrible. Alors, je voyais entrer le même
cadavre, que tout à l'heure j'avais trouvé par terre. Sa démarche
était singulière: on aurait dit un homme à qui l'on aurait ôté tous
ses os, sans lui ôter ses muscles, et qui, essayant de se soutenir sur
ses membres pliants et lâches, tomberait à chaque pas. Pourtant, il
arrivait à moi sans parler et se couchait sur moi. C'était alors une
sensation effroyable, un cauchemar dont rien ne saurait approcher;
car, outre le poids de sa masse informe et dégoûtante, je sentais une
odeur pestilentielle découler des baisers dont il me couvrait. Alors,
je me levais tout à coup sur mon séant, en agitant les bras, ce qui
dissipait l'apparition. Un autre rêve lui succédait.

«Il me semblait que j'étais assis dans la même chambre, au coin de mon
feu, et que je lisais devant une petite table où il n'y avait qu'une
lumière; une glace était devant moi au-dessus de la cheminée; et,
tout en lisant, comme je levais de temps en temps la tête,
j'apercevais dans cette glace le cadavre qui me poursuivait, lisant
par dessus mon épaule dans le livre que je tenais à la main. Or, il
faut savoir que ce cadavre était celui d'un homme de soixante ans
environ, qui avait une barbe grise, rude et longue, et des cheveux de
même couleur qui lui tombaient sur les épaules. Je sentais ces poils
dégoûtants m'effleurer le cou et le visage.

«Qu'on juge de la terreur que doit inspirer une vision pareille! Je
restais immobile dans la position où je me trouvais, n'osant pas
tourner la page, et les yeux fixés dans la glace sur la terrible
apparition. Une sueur froide coulait sur tout mon corps; cet état
durait bien longtemps, et l'immobile fantôme ne se dérangeait pas.
Cependant, j'entendais comme tout à l'heure la porte s'ouvrir, et je
voyais derrière moi (dans la glace encore), entrer une procession
sinistre: c'étaient des squelettes horribles, portant d'une main leur
tête et de l'autre de longs cierges qui, au lieu d'un feu rouge et
tremblant, jetaient une lumière terne et bleuâtre, comme celle des
rayons de la lune. Ils se promenaient en rond dans la chambre, qui, de
très chaude qu'elle était auparavant, devenait glacée, et quelques-uns
venaient se baisser au foyer noir et triste, en réchauffant leurs
mains longues et livides, et en se tournant vers moi pour me dire: «Il
fait bien froid!»

On retrouve une partie de ce cauchemar dans la ballade _Un Rêve_ et
dans la 18e _Revue Fantastique_; enfin Alfred de Musset se montre
encore visionnaire dans la _Nuit de Décembre_.

_L'Anglais mangeur d'Opium_ a été réimprimé dans le MONITEUR DU
BIBLIOPHILE en 1878, de façon à former un volume grand in-8º, avec
titre spécial; il est précédé d'une Notice par Arthur Heulhard.


III

LA QUITTANCE DU DIABLE

_La Quittance du Diable_, pièce en trois tableaux, en prose, écrite
dans le courant de l'année 1830, est le premier essai dramatique
d'Alfred de Musset. L'idée primitive lui a été fournie par un épisode
du roman de Walter Scott, REDGAUNTLET, intercalé sous le titre de:
«Histoire racontée par Willie le Vagabond». Quelques passages sont
même la traduction littérale du texte anglais; mais, comme pour
_L'Anglais mangeur d'opium_, Musset a transfiguré la narration de son
modèle et y a ajouté beaucoup du sien: le personnage de Johny, celui
de Miss Eveline et ses amours avec Sténie, sont de son invention.

Cette pièce, présentée et reçue au théâtre des Nouveautés de la place
de la Bourse, ne fut cependant pas représentée; toutefois, il y eut un
commencement d'exécution, car sur la première page du manuscrit, se
trouve cette distribution des rôles, écrite de la main du Directeur,
M. Bossange:

   Le Laird de Redgnauntley,          M.  Casaneuve.

   Johny, braconnier                      Bouffé.

   Sténie, jeune fermier              Mme Albert.

   Miss Eveline, nièce du Laird.          Miller.

   Gertrude, sa gouvernante               Florval.

   Écuyers, Piqueurs, Varlets.--La scène est en Écosse.

Mais pendant que le chef d'orchestre du théâtre, M. Beaucourt,
composait la musique des vers, éclata la révolution de Juillet, et
c'est probablement ce qui empêcha cette tentative d'aboutir.

Devant une interdiction aussi impérieuse qu'inattendue, de la part de
Mme H. Lardin de Musset, de donner les moindres indications sur cette
pièce, interdiction devant laquelle je m'incline sans vouloir même en
rechercher la validité, je renvoie le lecteur aux pages 95-96 de la
BIOGRAPHIE d'Alfred de Musset, par Paul de Musset.

Je dirai seulement qu'au 1er tableau, qui renferme une ballade et une
chanson en vers, nous assistons à une scène d'amour entre Miss
Eveline et Sténie, scène que le laird de Redgnauntley interrompt
brusquement en arrivant avec ses piqueurs et ses chiens; on lui amène
un braconnier, Johny, pris en flagrant délit de chasse. Johny et le
laird sont deux compères, associés par un pacte avec le diable; et le
braconnier vient réclamer à son seigneur l'exécution de certaines
promesses. Au lieu de l'écouter, le laird lance sur lui ses chiens et
le fait chasser comme une bête fauve. Grâce à son pouvoir magique,
Johny échappe à ceux qui le poursuivent; il revient vers Sténie, qui
pleure; le laird lui a demandé son fermage, qu'il a déjà payé au
défunt maître, qui, mort subitement, n'a pas eu le temps de lui signer
sa quittance. Pour se venger, Johny dit à Sténie: Eh bien, viens avec
moi, je vais te faire délivrer le reçu qui t'est dû.--Au 2e tableau,
nous sommes dans un cimetière, à minuit, et prenons part au sabbat.
Après bien des tentations auxquelles résiste Sténie, Sir Robert, le
laird défunt, lui donne enfin sa quittance, et dès que le pauvre
garçon tient le précieux papier, il s'enfuit, transi de peur,
accompagné de Johny. Cette scène comporte une chanson en vers.--Au 3e
tableau, tout en prose, nous sommes dans une salle du château de
Redgnauntley. Le laird vient de signifier à sa nièce qu'elle va
épouser le vieux chevalier Landshaw, que cela lui plaise ou non, quand
survient Johny, qui apporte la quittance de Sténie. Le laird reconnaît
immédiatement par quel moyen Johny se l'est procurée; il entre en
fureur et veut tuer son acolyte; mais lui, homme de précaution, est
armé, et, de plus, avant d'entrer, a mis le feu au château. Et pendant
que Miss Eveline et Sténie, prévenus, s'enfuient loin des tours
incendiées, le château s'écroule dans les flammes, ensevelissant sous
ses ruines le laird et le braconnier.

Voici la ballade que chante Sténie au premier tableau:

    --Beau fiancé, lui dit la dame,
    Rattache-moi mes blonds cheveux,
    Fais m'en deux tresses et sept noeuds.
    Beau fiancé, je suis ta femme;
    Emporte-moi dans ton mantel
    Jusqu'au foyer de ton chatel.

    --Hélas! mon amante chérie,
    Toute parée en argent fin,
    Qui devait m'épouser demain
    Dans l'église Sainte-Marie!
    Elle m'attendra jusqu'au soir
    Dans la grand'salle du manoir.

    --Qu'elle t'attende et qu'elle sache
    Que ses yeux noirs ne verront plus
    Tes varlets aux brillants écus,
    Ton casque d'or au blanc panache.
    Ton épouse, beau damoiseau,
    C'est la pâle Fleur du Lys d'eau!

Mais si la pièce d'Alfred de Musset n'a pas été jouée, le théâtre de
l'Opéra-Comique a donné le 31 décembre 1833 la première représentation
de _Le Revenant_, opéra fantastique en deux actes, paroles de M.
Albert de Calvimont, musique de Gomis (Paris, Barba, 1834. In-8º),
dont le sujet est pris à la même source et l'intrigue presque
identique[76]. Albert de Calvimont remonte au point de départ de la
légende: nous assistons à la mort de Sir Robert, qui rend l'âme au
moment où il va signer la quittance de Sténie; Miss Eveline est
devenue Sara, la filleule de Sir Robert, et Johny le braconnier est
remplacé par le fantôme du sommelier Dugald, qui agit sous les ordres
de l'ombre de Sir Arundel, aïeul de Sir Robert. Par suite, la chasse à
l'homme est supprimée; même scène d'évocation et du sabbat dans les
tombeaux; Sténie obtient sa quittance. Mais le dénouement se modifie:
Sir John, le laird actuel, qui aime aussi Sara, obéissant à un
commandement de l'ombre de Sir Arundel: «Mon fils, sois meilleur que
ton père!» revient au bien, et, étouffant son amour qui n'est pas
partagé, unit Sténie et Sara.

  [76] On trouvera des comptes-rendus de cette pièce dans: _Journal
  des Débats_, 6 janvier 1834. _Le Moniteur Universel_, 6 et 13
  janvier 1834. _Revue des Théâtres_, 12 janvier et 6 février 1834.
  _Le Journal des Femmes_, 8 février 1834. _L'Artiste_, 12 janvier
  1834, etc...


IV

ALFRED DE MUSSET CRITIQUE

Le 14 janvier 1831, Alfred de Musset écrivait à Alfred Tattet:
«.....Je passe ma vie avec une demi-douzaine de peintres; quels bons
garçons, que les artistes, quand ils ne sont pas du même genre que
vous! Je rends compte des petits théâtres, toujours au _Temps_, je
rimaille par boutade......»

Malgré toutes mes recherches, il m'a été impossible de retrouver ces
critiques. A cette époque, aucun article n'était signé dans le _Temps_
et de l'origine du journal à la date de la lettre d'Alfred de Musset,
j'ai relevé deux cent trente-six chroniques théâtrales. Combien Alfred
de Musset en a-t-il écrit dans ce nombre? Je l'ignore. Son premier
article _connu_, se trouve dans le numéro du 27 octobre 1830
(Exposition du Luxembourg, 1re partie). Or dans les numéros des 29
novembre, 6, 13 et 27 décembre, on rencontre quatre articles portant
cette rubrique: «Revue des Théâtres secondaires». Peut-être n'est-ce
qu'une simple coïncidence, mais dans sa lettre, Alfred de Musset parle
de «petits théâtres», et ces quatre revues sont publiées le lundi,
comme les Revues Fantastiques, qui, elles non plus, ne sont pas
signées.

Et cette collaboration anonyme ne s'est pas bornée au journal _Le
Temps_. _L'Europe Littéraire_, dont la première période, sous la
direction de Victor Bohain et Alphonse Royer, va du 1er mars au 9 août
1833, dans son SUPPLÉMENT AU PROSPECTUS, publie cette lettre:

    «A Messieurs les Directeurs de l'_Europe Littéraire_.

    «Messieurs,

  «Je serai très heureux de pouvoir entrer pour quelque chose dans
  la rédaction de votre nouveau journal. En acceptant la proposition
  que vous avez bien voulu m'en faire, je vous remercie d'avoir
  associé mon nom à une entreprise pour le succès de laquelle tous
  les hommes de bon sens doivent faire des voeux, et tous les
  artistes des efforts.

  «Agréez, messieurs, l'expression des sentiments les plus
  distingués de votre bien dévoué serviteur.

    «ALFRED DE MUSSET.»

    «Paris, 23 novembre 1832.»

Bien qu'il n'y ait aucun article signé de lui dans ce journal, son nom
figure dans la liste de ses rédacteurs.

J'ai la conviction qu'Alfred de Musset a collaboré sous le voile de
l'anonyme, à quelque périodique. Ce qui me confirme dans cette idée,
c'est que j'ai vu dans ses papiers:

1º Un _Compte-rendu du Gustave III_, opéra en 5 actes de Scribe,
musique d'Auber, représenté à l'Académie royale de musique le 27
février 1833, qui, à de certaines maculatures, semble être passé par
les mains d'un compositeur d'imprimerie.

2º Des notes préparées pour une rédaction sur le _Procès d'Émile de La
Roncière_, qui fut jugé en juillet 1835.

3º D'autres notes sur la _Guirlande de Julie_, offerte à Mlle de
Rambouillet, Julie Lucine d'Angennes, par le marquis de Montausier,
qui semblent se rapporter à un exemplaire de l'édition illustrée
publiée en 1818, chez Didot jeune.

Depuis la publication de ces lignes (15 janvier 1898), j'ai retrouvé
le _Compte-rendu de Gustave III_, et le voici, tel qu'il est imprimé
sans signature dans la REVUE DES DEUX-MONDES du 15 mars 1833, tome I,
page 682.

    «14 mars 1833.

  «Il n'y a d'important dans les nouvelles théâtrales de la
  quinzaine, que _Gustave III_. Quelle drôle de chose, que de rendre
  compte d'un opéra! Un opéra nouveau est une si drôle de chose par
  lui-même!

  «Autrefois, dans une académie royale de musique, on se serait
  imaginé qu'on allait entendre de la musique. Quant à moi, je ne
  suis point musicien, je puis le dire comme M. de Maistre, j'en
  atteste le ciel et tous ceux qui m'ont entendu jouer du piano.
  Mais je crois qu'en vérité, je n'en ai pas besoin cette fois-ci.
  Ce qu'il y a de plus joli dans _Gustave_, en fait de musique et de
  poëme, c'est un galop.

  «Oui, un galop! Il n'y a que cela dans la pièce. Vous croyez
  peut-être que j'en veux dire du mal. Point du tout: la pièce est
  admirable, car le galop est divin. Et comment aurait-on pu amener
  le galop sans la pièce? Comment la pièce aurait-elle fini sans le
  galop? Vous voyez bien que cela se tient. Remarquez, je vous prie,
  comme ce galop est amené:

  «Vous savez que Gustave III a été assassiné par un de ses amis,
  nommé Ankastroëm, par la raison qu'il lui avait fait perdre son
  argent, en changeant la valeur des papiers publics. C'est une
  raison comme une autre, et qui vaut bien celle pour laquelle M.
  Levasseur tire un coup de pistolet à M. Adolphe Nourrit, le seul
  crime de M. Nourrit étant, à ma connaissance, de chanter une
  ariette ou deux à Mlle Falcon. Ankastroëm était donc à couteau
  tiré depuis un an ou deux avec son bon roi; M. Levasseur est très
  bien avec M. Nourrit; c'est son favori, son confident intime. Le
  premier acte s'ouvre là-dessus.

  «Je comprends que le caractère de Gustave est très bien compris
  par le costumier. Sa redingote verte est admirable. Nonchalamment
  couché sur un sopha, le sage monarque se fait jouer un ballet,
  pour se délasser des soins de son empire; mais, dussé-je passer
  pour un maniaque et un ignorant, je ne saurais approuver les roses
  pompons de couleur écarlate, qu'il porte à ses souliers.

  «Au second acte, nous sommes chez la sorcière. Quelle sorcière?
  dites-vous. C'est ce que j'allais vous demander. Mais qu'il vous
  suffise d'apprendre que le roi est déguisé en matelot. Le costume
  va à ravir au jeune page, mademoiselle Dorus. La sorcière prédit
  au roi qu'il sera assassiné: _amen dico vobis._ Et comme
  Jésus-Christ, Gustave reçoit de son futur meurtrier, la poignée de
  main de Judas.

  «Au troisième acte, nous sommes en plein vent. La décoration est
  superbe. Ankastroëm trouve sa femme en rendez-vous avec son
  maître, et, comme le mari de Molière, il se charge de la
  reconduire voilée. Il paraît, d'après ce que j'ai entendu dire,
  que ce mari, qui ne reconnaît pas sa femme, et qui lui offre
  galamment le bras pour la ramener à la ville, est d'un effet très
  dramatique. Voilà comme tout change avec le temps.

  «Au quatrième acte, Ankastroëm, qui a reconnu sa femme, chante
  dans ses appartements, avec un petit nombre d'amis.

  «Au cinquième acte, voilà où j'en voulais venir, on danse le
  galop. Ceux qui n'ont pas vu ce galop, ne savent rien des choses
  de ce monde. Jamais l'éclat des bougies, le bruit d'une fête, le
  parfum des fleurs, la musique, la folie et la beauté, n'ont fait
  une heure de plaisir comparable à celle-là. Jamais les masques
  agaçants, les costumes bizarrement accouplés, les dominos et les
  grotesques n'ont fait ondoyer leurs mille couleurs avec plus de
  grâce et d'esprit sous l'éclatante lueur des lustres. Jamais un
  collégien lisant les _Mille et Une Nuits_, n'a vu passer dans ses
  rêves du soir une fantasmagorie plus voluptueuse et plus
  enivrante. L'ensemble en est éblouissant; l'analyse en est
  amusante. Si c'est là ce qu'on appelle l'art du théâtre, son but
  est rempli. La réalité est vaincue, et la magie n'ira pas plus
  loin.

  «Et je vous le demande, que nous importe le reste? Que nous
  importe à nous qui venons nous accouder sur un balcon deux heures
  après dîner, que l'art soit en décadence, que la vraie musique
  fasse bâiller, que les poèmes de nos opéras dorment debout? Que
  nous importe que les bouffes aient perdu la vogue, que l'admirable
  talent de Rubini s'épuise en difficultés et danse sur la corde
  comme l'archet de Paganini? Que nous importe qu'on en soit venu,
  pour attirer le foule, jusqu'à faire de nos opéras des concerts,
  et de nos concerts, des opéras; qu'on nous donne un acte de l'un,
  un acte de l'autre, qu'on mutile Don Juan (Don Juan!); qu'on n'ait
  plus ni le sens commun ni l'envie de l'avoir, qu'avaient du moins
  nos pères; que les principes soient à tous les diables et madame
  Malibran en Angleterre? Il nous reste un galop, et, du moment
  qu'on danse, qu'importe sur quel air? J'aime autant mes yeux que
  mes oreilles.

  «Vous croyez peut-être que c'est par fantaisie que l'opéra est à
  la mode? Pas du tout. Il y a une raison à tout ce qui se fait sous
  la lune, et la Providence sait pourquoi un siècle porte des habits
  carrés plutôt qu'un autre. C'est l'éternelle sagesse elle-même qui
  a mis le moyen-âge en pantalon collant, et pas un atome de poudre
  à la Richelieu n'est tombé impunément sur la nuque de la régence.
  Avez-vous été au Gymnase depuis peu? aux Variétés? à la
  Porte-Saint-Martin? Êtes-vous convaincu qu'on y bâille? Je ne vous
  demande pas si vous êtes allé aux Français, car il paraît qu'à la
  lueur de certaines lampes mal entretenues d'une huile épaisse, il
  se joue chaque jour sous une voûte déserte au coin du
  Palais-Royal, une certaine quantité de drames ignorés. Mais pour
  tout dire en un mot, êtes-vous allé hier, irez-vous demain
  ailleurs qu'à l'Opéra? Là est le siècle tout entier. Que nos
  musiciens apprennent à jouer des contre-danses; qu'ils songent à
  entourer ce divin spectacle de languissantes mélodies, de molles
  sérénades; à ce prix, on veut encore de leurs efforts; que nos
  poètes sachent amener une fête, une orgie; qu'ils placent à propos
  dans leur cadre douze légères folies armées de leurs grelots;
  qu'on y assassine un roi ou deux, si vous y tenez, mais que nous
  ayons des bals à la cour et des galops.

  «A propos de galop, voilà le carnaval qui se meurt. C'est
  aujourd'hui la mi-carême, bien qu'il n'y ait plus de carême. N'y
  a-t-il pas eu quelque part des criailleries contre notre carnaval
  de cette année? Il appartient à un pédant ennuyé de vivre,
  d'injurier des mascarades. A qui diable une mascarade a-t-elle
  jamais fait tort de sa vie? On se plaint que les jeunes gens
  aillent aux Variétés; je demande où l'on veut qu'ils aillent. Le
  faubourg Saint-Germain n'a pas donné un bal; il ne s'y prend pas
  une glace, il ne s'y attèle pas quatre chevaux par jour. La
  Chaussée-d'Antin bâille fort aussi, quoiqu'on y attèle beaucoup et
  qu'on y mange de même. Pourquoi le jour du bal de l'Opéra, lorsque
  le directeur a voulu faire une tentative hardie et nouvelle,
  personne n'y a-t-il répondu? Pourquoi ce jour-là comme les autres,
  pas une femme du monde n'a-t-elle osé prendre le masque? Je ne dis
  pas le domino; ce vieil et insipide oripeau se promène depuis
  longtemps dans le désert. Mais on nous parle des moeurs de la
  Régence; en quoi les nôtres valent-elles mieux?

  «Lorsque la Reine de France, déguisée en marchande de violettes,
  venait avec sa cour à l'Opéra, l'esprit pouvait entrer dans les
  plaisirs de la soirée, et il sortait de ces lèvres de carton rose
  d'autres choses que les hurlements de l'ivresse et les saletés du
  cabaret. Vous appelez ces moeurs infâmes; vous repoussez les
  femmes dans leurs ménages, et vous entourez d'une grille de fer le
  berceau de leurs filles. Cela est sage, très juste, très décent.
  Mais un jeune homme ne se marie pas à vingt ans, et tous les ans
  le mardi gras vient à son heure, qu'on veuille ou non de lui.
  Accorderez-vous à la jeunesse qu'elle ait des sens, des besoins de
  plaisir, parfois même des jours de folie? Où voulez-vous qu'elle
  les passe? C'est un Anglais silencieux qui glisse sous une table
  inondée de _porter_, sans proférer une plainte, et qui s'éteint
  dans l'eau-de-vie avec le papier embrasé qui la brûle. Il faut aux
  Français des voitures pleines de masques, des torches, des
  théâtres ouverts, des gendarmes et du vin chaud. Tant pis pour le
  siècle où les cabarets sont pleins et où les salons sont vides.
  Donnez la terre aux Saint-Simoniens, à chacun une pioche et un
  bonnet de coton. Otez à l'or sa valeur, au plaisir son attrait;
  faites de la société un champ de blé de la Beauce, où pas un épi
  ne dépasse l'autre. Vous n'aurez plus alors de _jeunesse dorée_,
  ni de longchamp sur le boulevard Italien. Mais tant que vous
  voulez vivre dans un pays libre, où chacun peut faire ce qu'il
  entend, où l'or est en cours, où le plaisir est à bon marché, ne
  vous étonnez pas que les jeunes gens aillent en masque; et vous,
  législateur prudent et circonspect, qui prêchez la morale
  publique, souvenez-vous de Caton l'Ancien, qui félicitait un jeune
  homme en le voyant sortir d'un lieu de débauche.»


V

LES DERNIERS MOMENTS DE FRANÇOIS Ier

On ne connaît des _Derniers moments de François Ier_, drame en vers,
que le fragment qui a été publié dans le KEEPSAKE FRANÇAIS. _2e Année.
1831. Chez Giraldon Bovinet, 1 vol. in-8º_, qui fut mis en vente
vers la fin de l'année 1830.

Pour quelle raison Alfred de Musset ne termina-t-il pas ce drame ou
détruisit-il ce qu'il en avait écrit (car le manuscrit n'a jamais été
vu)? Peut-être la connaissance d'un drame analogue, pour le sujet
comme pour la forme, la _Mort de François Ier_ par Félix Arvers[77].
Au mois de janvier 1850, M. Charpentier imprimant un nouveau volume
d'oeuvres d'Alfred de Musset, lui avait transmis le voeu exprimé par
bien des personnes, de voir adjoindre à ce livre des poésies inédites
jusqu'à ce jour. En ce qui concerne ce drame, l'auteur se borna à lui
répondre: «J'ai beau faire, je ne puis pas corriger ces _Derniers
Moments de François Ier_; il y a dix-neuf ans que c'est au
rancart»[78].

  [77] Voir: FÉLIX ARVERS, par Charles Glinel. 2e édition. Reims,
  Michaud. Paris, Rouquette, 1897. 1 vol. in-8º.

  [78] _OEuvres Posthumes_, in-12, p. 241.

Alfred de Musset et Félix Arvers se connaissaient; ils avaient des
amis communs, Paul Foucher, Alfred Tattet; tous deux se trouvèrent
plus d'une fois côte à côte à la table de Ulric Guttinguer, rue de
Courcelles, dans cette maison des Lilas, rendue célèbre par la fête
printanière donnée en l'honneur de M. et Mme Victor Hugo. Ils se
rencontraient aux soirées de l'Arsenal, chez Charles Nodier, dont ils
étaient les hôtes assidus; ils adressaient même des vers à la fille
du maître de ce logis, car l'_innommée_ du fameux sonnet:

    «Mon âme a son secret, ma vie a son mystère»

et l'héroïne des Stances:

    «Madame, il est heureux, celui dont la pensée»

ne sont qu'une même personne, mademoiselle Marie Nodier, qui devint
madame Ménessier. De plus, le 1er janvier 1830, Arvers avait fait ses
débuts dans le notariat comme clerc chez Me Guyet-Desfontaines, ami de
la famille de Musset; en sa qualité de poète, le jeune basochien avait
ses entrées au salon.

«_La Mort de François Ier_, drame en 3 actes, en vers, dédié à mon ami
Roger de Beauvoir» par Félix Arvers, porte la date de juin 1831, dans
le recueil où il a été publié[79]. On y trouve certaines similitudes
avec le drame d'Alfred de Musset; ce passage de la scène 3 du IIIe
acte, se rapproche beaucoup du début du dialogue entre François Ier et
son Fol:

    FRANÇOIS Ier

    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    S'il est vrai que souvent ma raison égarée,
    Aux pompes de Satan, jadis se soit livrée,
    N'ai-je rien fait aussi qui puisse retenir
    Le bras de Jésus-Christ levé pour me punir?
    Fils aîné de l'Église, ardent à sa querelle,
    J'ai défendu sa gloire et combattu pour elle.
    Que me reproche-t-on? N'ai-je pas résisté
    A ce torrent du schisme et de l'impiété?
    N'ai-je pas su, malgré des efforts sacrilèges,
    Remettre le Saint-Père en tous ses privilèges?
    Et savez-vous un roi qui fut meilleur soutien
    Du Saint Nom de Jésus et du monde chrétien?.......

  [79] MES HEURES PERDUES par Félix Arvers. Paris, Fournier, 1833.
  1 vol. in-8º, p. 156 à 293.

Cela se poursuit dans la réplique de Féron, et, quelques vers plus
loin, la ressemblance est encore plus grande:

    FRANÇOIS Ier

    ........ Ah! ce n'est pas la mort qui m'épouvante!
    L'Espagnol me connaît, de reste, et je me vante
    Que dans toute l'Europe il n'est pas chevalier
    Plus âpre à la besogne et plus franc de collier.
    Pourquoi, dans les combats, n'ai-je perdu la vie?
    Je serais si bien mort aux plaines de Pavie,
    Au bruit des instruments de guerre et des clairons,
    Entouré de mes preux chevaliers et barons!
    Mon armure eût servi de linceul militaire
    Et mes soldats pleurant m'auraient mis dans la terre
    Humide encor du sang que ma main eût versé,
    Comme ils ont fait Bayard, quand il a trépassé.

Et dans Alfred de Musset:

    LE ROI

    Dieu du saint Évangile! O Dieu, j'ai fait pourtant
    Brûler par Bonneval tout un bourg protestant!
    Dans un pourpoint de fer, certes, je fus à l'aise;
    Maintenant, je suis mort, ma cuirasse me pèse!
    O mon cousin Bayard! Il mourut tout poudreux,
    Les reins tout fracassés!..... Il était bien heureux!
    (_Délirant_) Oh! parmi les tournois, les écharpes dorées,
    Les vieux barons de fer, les femmes adorées!
    O soleil d'Italie! O mon beau Milanais!
    Où trouver pour mourir, tes champs, si je renais?
    Mourir la dague au poing, mourir le casque en tête,
    Des éclairs que l'acier croise dans la tempête!
    En bas d'un palefroi saillir contre un sol dur,
    Et tomber sur le dos, sous un beau ciel d'azur!
    Hardi, mes preux sans peur, ma vaillante noblesse!
    Hardi, mes lansquenets, dans la mêlée épaisse!
    Hardi!--C'est d'Alençon sur la colline assis!
    C'est Chabanne et ses gens, de poussière noircis!
    Bien combattu, Dunois! Comme il court, comme il vole!
    Je te fais duc et pair, Dunois, sur ma parole!
    Trivulce! A Marignan et tant d'autres endroits,
    Mes féaux serviteurs, on vous a vus tous trois!
    Marignan laissa-t-il entre vos cicatrices
    De quoi, sur votre coeur, écrire vos services?
    Quelle bataille, amis! Elle dura deux jours!
    Un soir vint..... puis un autre..... on se battait toujours;
    Et de faim ni de soif, nul ne sentait l'envie.
    Deux jours!..... nul ne songea qu'à sa mort ou sa vie;
    Et les bataillons noirs se heurtaient dans la nuit,
    Et fatigués du bruit, n'entendaient plus de bruit.
    On se battait!--Quand vint un matin le silence,
    Comme, tout étonné, je restais sur ma lance,
    La Tremouille arriva, qui me dit: «Ils sont morts!».
    Et je vis, en effet, que l'on comptait les corps.

Dans les _Derniers moments de François Ier_, Féron faisant le compte
des maris outragés, qui ont voulu tirer vengeance du roi François,
sans y réussir comme lui, émet des idées qu'on retrouve dans les
scènes 3, 4 et 5 du 1er acte de _La Mort de François Ier_.

Malgré ces ressemblances, ces deux drames n'ont pas été copiés l'un
sur l'autre, et celui de Musset a une priorité d'au moins une année
sur celui d'Arvers.

Il existe deux autres drames célèbres sur les amours de François Ier,
qui ont été plus d'une fois comparés avec les deux pièces dont je
viens de parler:

_Le Roi s'amuse_, drame en cinq actes, en vers, par Victor Hugo,
représenté pour la 1re fois au Théâtre Français le 22 novembre 1832 et
pour la seconde fois le 22 mars 1882.

Et _Ango_, drame en cinq actes et six tableaux, avec épilogue, en
prose, par Auguste Luchet et Félix Pyat, représenté pour la première
fois sur le théâtre de l'Ambigu le 29 juin 1835.

Enfin, M. le vicomte de Spoelberch de Lovenjoul nous apprend dans ses
LUNDIS D'UN CHERCHEUR (C. Lévy, 1894. 1 vol. in-12, p. 8-9), que
Théophile Gautier avait songé à composer un drame sur le même sujet.

_Les Derniers moments de François Ier_ ont été réimprimés avec plus ou
moins d'exactitude dans le KEEPSAKE FRANÇAIS de 1832, le KEEPSAKE
FRANÇAIS DE 1833, le MONDE DRAMATIQUE du 16 juillet 1835, et, sous le
titre d'_Ango_, dans l'ARTISTE du 15 juillet 1850. D'autres revues en
ont publié des fragments.


VI

   PERDICAN

_Perdican_ est un fragment de drame lyrique, composé peu de temps
avant _On ne badine pas avec l'amour_. Une seule scène est écrite.

Perdican, fils d'Evrard, pleure la mort de son père, tué dans un
récent combat; un chevalier vient essayer d'enlever à son inaction le
fils de son ancien compagnon d'armes. Perdican résiste; d'autres
chevaliers surviennent:

    Crois-tu que nous soyons comme le vent d'automne,
    Qui vient sécher tes pleurs jusque sur ce tombeau
    Et pour qui ta douleur n'est qu'une goutte d'eau?
    Les hommes, mon enfant, ne consolent personne;
    L'herbe que nous voulons arracher de ce lieu,
    C'est ton oisiveté! Ta douleur est à Dieu!
    Laisse là s'élargir cette sainte blessure
    Que les noirs séraphins t'ont faite au fond du coeur;
    Rien ne nous rend si grands qu'une grande douleur!
    Montre la tienne au monde, et prends-la pour armure...

Mais malgré tous leurs discours, Perdican reste indécis.

Plusieurs vers de _Perdican_ se retrouvent dans la _Nuit de Mai_.


VII

CONFESSION D'UN ENFANT DE L'AUTRE SIÈCLE

Cette _Confession d'un Enfant de l'autre Siècle_, composée en mai
1842, n'a, malgré son titre, aucun rapport avec la _Confession d'un
Enfant du Siècle_. C'est une sorte de préface, dans laquelle Alfred de
Musset s'excuse presque de faire encore des vers, et demande
l'indulgence de ses amis:

    . . . . . . . . . . . . .
    Mil huit cent vingt! Nous éclosions
    Dans les mélanges poétiques
    . . . . . . . . . . . . .
    Puis dix ans nous nous reposions
    Au sein des drames romantiques.
    Venaient après?... je ne sais plus,
    Sinon que c'était du plus tendre,
    Du coeur brisé, des sens émus,
    Et beaucoup de voeux superflus.
    Dix nouveaux ans encor de fièvre!
    Arthur[80] paraît, le malheureux,
    Déplorablement vertueux,
    Triste réveil d'un charmant rêve!
    Est-ce la fin? Hélas! Hélas!
    Voilà que viennent des _Lilas_![81]
    C'est l'amitié qui les fait naître,
    Le temps d'éclore et de paraître,
    De parfumer une fenêtre,
    Et tout est dit de cette fois!

  [80] _Arthur_, roman, par U. Guttinguer. Paris, Renduel, 1837. 1
  vol. in-8º.

  [81] _Les Lilas de Courcelles_, poésies, par U. Guttinguer.
  Saint-Germain, Imp. de Beau, 1842. 1 vol. in-8º.

Mais comme ils sont négligés, ces vers, mal présentés,

    Avec des trous à leur chemise;

grande est leur sottise de paraître en pareil accoutrement devant
leurs amis et maîtres; cependant, on leur pardonnera en faveur de leur
bonne intention et du grand âge de leur auteur.

Ce petit poème est adressé à Monsieur ou à Madame Alfred Tattet.
Peut-être est-ce la _lettre_ qui accompagnait l'envoi d'un volume de
poésie.


VIII

LES FRÈRES VAN BUCH

_Les Frères Van Buch_, légende allemande, tel est le titre d'une
nouvelle en prose publiée dans le CONSTITUTIONNEL du 27 juillet 1844
et précédée d'une _Lettre_ au Directeur.

Dans une petite ville des bords du Rhin, habite le vieil orfèvre
Hermann; sa fille Wilhelmine revient ce jour même du couvent, et, dès
leur première rencontre avec deux jeunes graveurs, voisins et hôtes
assidus de son père, Henri et Tristan Van Buch, inspire un violent
amour aux deux frères. Les jeunes hommes se cachent leur mutuelle
passion, mais leurs rêves les trahissent, et dans l'impossibilité où
ils sont d'épouser la même jeune fille, ils décident de s'en rapporter
à son choix: «Ma fille, leur répond l'orfèvre, vous a vus tous deux;
elle chérira Tristan comme un époux et Henri comme un frère.» Henri
s'efface devant l'heureux élu, mais bientôt il se sent incapable de
tenir son serment. Un jour qu'ils chassent, il s'en ouvre à son frère
et le supplie d'attendre qu'il soit mort pour épouser Wilhelmine;
devant un si grand désespoir, Tristan offre à Henri de lui céder ses
droits: «Que je l'épouse! s'écria l'autre. Me transmettrez-vous son
amour en me transmettant vos droits? Il faut cependant que l'un de
nous en meure! ajouta-t-il d'une voix sombre. Sa main tremblait et
battait contre son couteau de chasse.--Oui, répondit Tristan.» Et la
lutte s'engage. Bientôt tous deux sont mortellement frappés; Tristan
tombe à terre, mais Henri reste debout, vacillant et immobile: «Du
fond de la vallée, dans le crépuscule, une forme vague sembla tout à
coup se détacher et s'avancer vers eux. Elle montait lentement la
colline et, à mesure qu'elle approchait, les fils reconnaissaient
leur mère. Au moment où le spectre parut, entièrement visible et
reconnaissable, celui qui était debout, par un suprême effort, quitta
la place où il était cloué, et alla se jeter dans les bras de celui
qui gisait à terre. Ainsi tous deux, couverts de larmes et de sang,
expirèrent dans un dernier embrassement.»

_Les Frères Van Buch_ ont été réimprimés dans le supplément du FIGARO
du 29 août 1875. En 1878, un admirateur d'Alfred de Musset a fait
composer et tirer cette nouvelle à huit exemplaires, pour lui et ses
amis, 19 pages in-4º sur papier vergé.

_Lous dus frays bessous, per Jasmin_, balado dediato a moussu De
Salvandy (Agen, Imprimerie Noubel, 1847. In-8º de 32 pages) semblent
imités de cette nouvelle d'Alfred de Musset.


IX

EN LISANT LE JOURNAL

Le mariage de la reine Isabelle d'Espagne avec son cousin Don François
d'Assises et celui de sa soeur Doña Fernanda avec le duc de
Montpensier, célébrés ensemble le 10 octobre 1846, et conclus contre
le gré de l'Angleterre, avaient amené des représentations très vives
de la part du cabinet anglais. Au mois de novembre de la même année,
l'annexion de Cracovie, ville libre, aux États Autrichiens, par suite
d'entente entre les trois puissances qui s'étaient partagé la
Pologne--la Russie, la Prusse et l'Autriche--donnèrent lieu à des
remontrances de la France pour cette violation des traités de 1815,
remontrances qui ne furent pas écoutées. Des bruits de guerre
coururent; aussi, à l'ouverture de la session parlementaire de 1847,
une discussion très vive eut lieu à la Chambre entre M. Guizot et M.
Thiers. Les journaux de l'opposition accusèrent le ministère de
reculer et de ne pas oser soutenir l'honneur du drapeau français.
C'est la lecture d'un de ces articles qui inspira ces stances à Alfred
de Musset, l'une de ses rares pièces politiques, qui débutent ainsi:

    J'aurais voulu, même en tremblant,
    Même étourdi par ton tonnerre,
    J'aurais voulu suivre sur terre,
    César, ton éperon sanglant.

Un ami d'Alfred de Musset m'a communiqué le manuscrit d'une autre
pièce du même genre, intitulée _La Lanterne magique_, écrite vers
1830, dans laquelle il passe en revue la double face des choses de ce
monde.


X

SUR MES PORTRAITS

Je ne crois pas commettre une indiscrétion en donnant en entier cette
poésie satirique, dont L'INTERMÉDIAIRE DES CHERCHEURS ET CURIEUX du 15
juillet 1891 a publié les sept premiers vers:

    Nadar, dans un profil croqué,
            M'a manqué,
    Landelle m'a fait endormi,
            A demi;
    Biard m'a produit éveillé,
            A moitié;
    Le seul Giraud, d'un trait rapide,
            Intrépide,
    Par amour de la vérité,
            M'a fait stupide.
    Que pourra pondre dans ce nid
            Gavarni?

La lithographie de Gavarni fut exécutée en 1854, ce qui nous donne la
date du morceau. Tous ces portraits ont été gravés à l'exception de
deux: celui de Giraud, charge à l'aquarelle que l'on a pu voir en 1888
à l'Exposition des Maîtres français de la Caricature, et celui de
Biard, que, malgré le bon vouloir de la fille du peintre, la
spirituelle Étincelle, il m'a été impossible de retrouver.


XI

NAPOLÉON

    «Napoléon, ton nom est un cri dans l'histoire....

Ce sonnet est encore une pièce politique, écrite en 1856 et qui semble
avoir été inspirée au poète par la vue d'une peinture ou d'une
sculpture représentant un soldat blessé, étendu aux pieds d'une
Victoire.

Un autre fragment de huit vers, sans date, adressé également à
Napoléon, subsiste aussi, qui commence par ces mots: «Oh! d'ennemis
sans foi....»

       *       *       *       *       *

Je noterai encore quelques _brouillons_ se rattachant à des pièces
publiées et qui présentent des variantes avec le texte imprimé, pour
_Les Marrons du Feu_ (deux fragments), _Le Saule_ (deux), _La Coupe et
les Lèvres_ (quatre, dont l'un porte le titre de _Brandel_, et qui ne
sont pas les mêmes que les deux fragments indiqués ci-dessus); _Rolla_
(un); quelques phrases inédites de la _Confession d'un Enfant du
Siècle_, dont un passage est publié dans le supplément du FIGARO du 14
mai 1887; cinq plans ou divisions de scènes différents pour
_Lorenzaccio_[82]; deux projets d'un nouveau dénoûment du
_Chandelier_, faits en 1850, lors de l'interdiction de la pièce; un
commencement d'étude en prose _Sur Léopardi_, qui est publié en vers
et terminé sous le titre de _Après une lecture_; un sonnet _Au Rhin_;
un fragment de poème dramatique en trois chants, _L'Oubli des
Injures_, dont plusieurs passages se retrouvent dans _La Coupe et les
Lèvres_; un autre fragment en vers, qui est un dialogue entre _Rolla
et le Grand-prêtre_, sans titre; une première version du _Sonnet au
Lecteur_ de 1850; d'autres fragments inédits des stances _Sur la
Paresse_, de la chanson _Les Filles de Cadix_, de _Louison_, de
_Carmosine_, de _Faustine_ et du _Songe d'Auguste_.

  [82] L'édition in-4º, des OEuvres d'Alfred de Musset publiée à la
  Librairie Lemerre, de 1884 à 1895, est la première qui donne un
  texte de _Lorenzaccio_ conforme au manuscrit. De nombreux
  passages sont ajoutés, entre autres, toute la fin de la quatrième
  scène de l'acte IV, demeurée jusqu'alors inédite.

Il ne subsiste après cela, parmi les manuscrits d'Alfred de Musset,
que des ébauches (les _Deux Magnétismes_; deux _Lettres à Buloz_,
inachevées, l'une sur les réformes théâtrales, l'autre sur les
«voleurs de noms»; cette seconde lettre est le dernier morceau en
prose sorti de la plume d'Alfred de Musset. _Un Thé_; une _Comédie
sous le règne de Louis XV_, sans titre; _A Mme ***_, sur le suicide;
_Adolphe_, etc...); des essais de tournures de phrases, des fragments
de poésies où le sens finit au milieu d'un vers inachevé, où les vers
s'arrêtent avant le sens (_Sur Grévedon_, _A Mme Ristori_, _Conte en
vers_ se passant en Limagne, _A Willa_, _A un jeune peintre_, etc...);
des lignes de prose qui n'ont ni commencement ni fin (_Sur la Guerre
d'Orient_, _Sur la Visite de la Reine d'Angleterre_, etc...), débris
qui ne peuvent figurer dans les oeuvres de l'écrivain.

       *       *       *       *       *

Il ne me reste plus à parler maintenant que de certaines oeuvres que
l'on attribue à Alfred de Musset, sans donner la preuve certaine qu'il
en est l'auteur: «Alfred de Musset n'a jamais employé de secrétaire,
dit Paul de Musset. Toute publication posthume dont on ne pourra pas
produire l'autographe, sera évidemment apocryphe et mensongère.»
(BIOGRAPHIE, p. 371). Il faut s'entendre sur ce mot autographe: Paul
de Musset désigne non seulement ceux écrits en entier par Alfred, mais
aussi ceux écrits sous sa dictée, après 1842, par Mlle Colin, alors
qu'il était malade et dans l'impossibilité de tenir une plume,
lesquels sont revus par lui et _corrigés de sa main_; le plus
important de ces «seconds autographes» est celui de _Carmosine_.

Tel est le cas des pièces qui suivent: où est l'autographe?

1º _Chanson de Sténio_, intercalée dans la première édition de LÉLIA
par George Sand. (Dupuy et Tenré, 1833. 2 vol. in-8º. Tome II, p.
208.)

2º _Quatrain à H. de Latouche_, composé en 1833, à propos des
polémiques sur George Sand. LA REVUE DES FAMILLES, 1er mars 1892.

3º _Deux Sonnets à Alfred de Vigny_, l'un par George Sand, l'autre par
Alfred de Musset, envoyés à l'auteur de _Chatterton_ au lendemain de
la représentation de cette pièce. REVUE MODERNE, juin 1865.

Avant de les publier dans la Revue, M. Louis Ratisbonne avait soumis
ces deux sonnets à l'appréciation de Paul de Musset, qui lui fit cette
réponse:


    «Monsieur et cher confrère,

  «En pensant aux deux sonnets que vous avez eu l'obligeance de me
  communiquer, j'ai conçu des doutes sérieux sur leur authenticité.
  A moins de preuves du contraire, je ne puis croire qu'ils soient
  de mon frère. Le mot _race bovine_, que contient l'un des deux, et
  plusieurs autres expressions de colère ou de mépris appliquées aux
  critiques du drame de _Chatterton_, me semblent un peu trop forts
  en crudité. On n'a pas tant de ressentiment pour des critiques
  adressées à un autre. Je croirais volontiers que M. de Vigny a pu
  faire ces deux sonnets dans un moment d'irritation, et s'amuser
  ensuite à supposer qu'il les avait reçus de personnes qui, sans
  doute, lui avaient fait des compliments sur la pièce qu'on
  représentait alors avec succès à la Comédie Française. Je vous
  engage donc à ne pas publier sous le nom de mon frère celui que M.
  de Vigny lui a attribué, à moins que vous n'en retrouviez
  l'autographe, car cet autographe doit exister si le sonnet a été
  envoyé. Quant à l'autre sonnet, attribué à une personne qui n'a
  jamais fait de vers, son caractère évidemment pseudonyme est une
  preuve à l'appui de mon opinion que tous deux sont de l'auteur de
  _Chatterton_. Je ne vois que la découverte des autographes qui
  puisse me faire revenir de cette opinion. Si vous les retrouvez,
  soyez assez bon pour m'en donner avis; mais s'il n'existe dans les
  papiers de M. de Vigny que la copie écrite de sa main, dont vous
  m'avez donné lecture, il sera prudent de ne les considérer que
  comme des documents incertains.

  «Agréez, Monsieur et cher confrère, l'assurance de mes sentiments
  distingués.

    «9 mai 1865.

    «P. DE MUSSET.»

Malgré cette lettre, la publication fut faite et M. L. Rastibonne eut
raison, car M. Georges Jubin, dans la _Revue bleue_ du 3 avril 1897, a
publié des documents, dont une lettre d'Alfred de Musset à Buloz, qui
ne laissent plus aucun doute sur l'authenticité de ces deux sonnets,
dont Alfred de Musset est l'auteur.

4º _Sur les Auteurs de mon temps_, strophes burlesques dont voici la
dernière:

              Lassailly
              A failli
          Vendre un livre.
    Il n'eût tenu qu'à Renduel
    Que cet homme immortel,
    Eût enfin de quoi vivre.[83]

  [83] Publié dans: _Les Soupeurs de mon temps, par Roger de
  Beauvoir._ Paris, Faure, 1868. 1 vol. in-12, p.
  135.--_L'Illustration_, 19 septembre 1868.

L'autographe que je possède est écrit par Roger de Beauvoir, qui est
_pourtraicturé_ dans la troisième strophe:

        De Beauvoir
        Bel à voir
      Nous amuse
    Lorsqu'il a bien dîné
    Il nous prie à déjeuné
    On y va, l'on s'abuse.

Les autres écrivains dépeints sont Henri Blaze, d'Anglemont,
Sainte-Beuve, Capo de Feuillide, Paul de Musset et Paul Foucher.

Ce genre de plaisanterie était très en vogue parmi les habitués du
salon de George Sand. M. le vicomte de Spoelberch de Lovenjoul, dans
sa VÉRITABLE HISTOIRE D'ELLE ET LUI (C. Lévy, 1897. 1 vol. in-12, p.
8), publie une _Complainte sur le Duel_ de Gustave Planche et de Capo
de Feuillide, que l'on attribua à la collaboration d'Alfred de Vigny
et de Brizeux, mais dont l'héroïne connaissait le véritable auteur (ce
n'est pas à nous de soulever le voile). _Lui_ écrivit à cette époque
une _Revue Romantique_; _Elle_, le 23 novembre 1834, une _Complainte
sur la mort de François Luneau_. Nous indiquons d'autre part les
_charges_ faites à l'atelier d'Achille Devéria par Alfred de Musset,
qui écrivit aussi une parodie des _Mémoires d'Outre-Tombe_ de
Chateaubriand; et peut-être a-t-il aidé Mme Augustine Brohan à
confectionner son «beau couplet de la vierge en patache».

5º _Rêves d'Hiver._ Janvier 1838. Tel est le titre d'un manuscrit
passé en vente chez Laverdet le 10 avril 1855. J'ignore ce qu'il est
et qui le possède aujourd'hui.

6º _Quatrain Italien_, inscrit sur l'album de M. le comte Dousse
d'Armanon. L'ARTISTE, 29 septembre 1844:

    La rosa e un vago fiore
      Come la giornata,
    Presto che nasce e muore
      E non ritorna piu

Cette petite pièce est citée dans un article de M. Guénot-Lecointe sur
la manie des albums; il l'accompagne de cette réflexion: «Au lieu de
ces quatre lignes italiennes qui ne sont même pas des vers, pourquoi
M. Alfred de Musset n'a-t-il pas écrit une strophe des Contes
d'Espagne?»

La même revue, dans sa livraison du 21 novembre 1844, donne encore une
_Prière inscrite sur l'album des moines du Carmel_.

7º _Stances à Henri Cantel_. REVUE DE FRANCE, 1er mars 1881.

8º Un ami inconnu, qui me permettra de le remercier ici, me faisait
parvenir, naguère, ce sonnet, dont il attribue la paternité à l'auteur
de la Ballade à la Lune:

    LUNA

    Ce soir, la Lune est ronde, et sa tête fantasque
    Comme un domino, passe entre les peupliers.
    --Peste! la folle nuit! et vous avez, beau masque,
    Choisi là, sur ma foi, d'étranges cavaliers.

    Quoi, jusqu'au noir clocher, qui, coiffé de son casque,
    Semble prêt à vous suivre! Et, parmi les halliers,
    L'âpre Éole intrigué, qui suspend sa bourrasque
    Pour ne pas déranger vos projets singuliers!

    Partez donc, o Luna! Le ciel clair et sans voiles
    A pour vous rallumé ses claustrales étoiles...
    Et moi, qu'a su charnier votre air leste et fringant,

    Voyant vos doigts si blancs rayer la toile verte
    De mes rideaux, je dis: «Sur ma fenêtre ouverte,
    «Ma mie, n'auriez-vous pas laissé choir votre gant?»

9º _Quatrain à une dame_, en lui envoyant des bonbons lors de sa
grossesse. L'ÉVÉNEMENT, 25 décembre 1876.

10º _Quatrain à une vieille coquette_. L'ESTAFETTE, 24 juin 1892.

11º _A une Espagnole_, stances improvisées sur un rythme de Victor
Hugo. LE VOLEUR, 2 mai 1873.

12º _Stances à Buffon_, écrites sur un panneau de son cabinet de
travail, à Montbard. LE CENTENAIRE DE BUFFON, Troyes, Montgolfier.
1889. Br. in-8º, page 68.

13º _Déclamation_.--_A miss Anna X***_, deux poésies, dans la GRANDE
REVUE DE PARIS ET SAINT-PÉTERSBOURG, 25 juillet 1890.

14º Pour les vers inscrits _Sur l'Album du château de Clisson_,
pendant un voyage qu'Alfred de Musset fit dans la Loire-Inférieure, il
se récuse lui-même dans une lettre qu'il adressa d'Angers à Mme Alfred
Tattet:

   «...Quant aux vers du livre de Clisson, on m'en a parlé plusieurs
   fois et je les tiens pour admirables, mais je n'ai pas l'honneur
   d'en être le père; il paraît qu'en mettant mon nom au bas, on a
   voulu du moins m'en faire le parrain. Je n'ai jamais été par là,
   et quand cet enfant-là m'est né, j'étais probablement bien loin.
   Ma Muse aura accouché pendant mon absence, c'est pour le moins un
   cas rédhibitoire. J'ai déjà assez mis au monde de mauvais
   garnements pour ne pas vouloir d'intrus dans la famille....»[84]

  [84] Cette lettre est publiée en partie dans LE FIGARO du 6 avril
  1883, et en entier dans la GAZETTE ANECDOTIQUE du 30 juin 1885.

Est-ce que certaine conférencière célèbre, qui jadis incarna Lucretia
del Fede, ne connaît pas le véritable auteur? Je suis allé souvent à
Clisson et je me suis procuré le fameux livre; mais les pages où se
trouvaient les soi-disant vers d'Alfred de Musset ont été arrachées
par quelque visiteur peu délicat. On voit encore des vers ou des
lignes de prose, signés Victor Hugo, Lamartine, George Sand, mais
malheureusement pour l'authenticité de ces autographes, aucun de ceux
dont je connais l'écriture de leur pseudo-auteur, n'a été écrit par
son signataire.

       *       *       *       *       *

Avant de mettre fin à cette longue énumération que le lecteur doit
trouver bien ardue, il me faut encore indiquer quelques pièces
données comme inédites, et qui ne sont en réalité que des
réimpressions d'oeuvres publiées:

1º L'_Épigraphe_ placée en tête du tome II de LÉLIA par George Sand
(Dupuy et Tenré, 1833. 2 vol. in-8º).--Le _Fragment_ donné page 190 de
LES DEUX SOEURS, par Mme Aglaé de Corday (Louviers, Achaintre, 1838. 1
vol. in-8º), ne sont que deux strophes de _Namouna_.

2º La _Nouvelle_ en prose que publie la GAZETTE DE LA NOBLESSE du 16
octobre 1856, est un extrait du _Voyage où il vous plaira_, par
Hetzel.

3º La couverture de la 87e livraison des FRANÇAIS PEINTS PAR EUX-MÊMES
(Curmer, 1840, in-4º), donne comme inédits 18 vers, que reproduit LE
NATIONAL de Bruxelles du 26 mars 1880, lesquels sont les 18 premiers
vers des _Secrètes pensées de Rafaël_.

4º LE DIOGÈNE du 19 octobre 1856 annonce des _Stances à Mme Dorval_,
mais rectifie son erreur dans le numéro du 9 novembre; ce sont les
stances _A la Malibran_.

5º Le journal LE PLAISIR A PARIS du 26 juin 1889 publie «Le Navire»,
fragment du _Retour_, et l'«Ennui», fragment des _Stances_: «Je
méditais courbé».

       *       *       *       *       *

Il reste une question que j'aurais voulu aborder, celle de la
_Correspondance_ d'Alfred de Musset, mais cela m'entraînerait en des
détails bibliographiques bien longs[85]. Les trente-cinq lettres mises
à la fin du volume des OEUVRES POSTHUMES, ne donnent qu'un bien faible
aperçu de ce qu'elle est.

  [85] C'est pour la même raison que j'omets les _Variantes_
  qu'offrent entre eux les divers textes imprimés.

Par les publications faites en 1896 à propos d'_Elle et Lui_, on
connaît des fragments des lettres qu'Alfred de Musset écrivait à
George Sand; d'autres, adressées à Buloz, Alfred Tattet, Pierre
Pagello, Alfred Arago, Boucoiran, Mme de Belgiojoso, Mme Augustine
Brohan, David d'Angers, Maxime Du Camp, Alexandre Dumas, Sainte-Beuve,
Mme Olympe Chodzko, Albéric Second, Alfred de Vigny, Mme de Girardin,
Arsène Houssaye, Eugène Renduel, Mme Levrault, Frantz Liszt, Émile
Péhant, etc..., ont été publiées dans des journaux, des revues ou des
livres; nous en avons découvert _cent dix_, imprimées en entier ou peu
s'en faut, dans ces conditions, sans compter les lettres ou fragments
de lettres d'Alfred de Musset à George Sand, ainsi que celles dont
tout ou partie est, pour la première fois, publié dans le présent
volume; et l'on peut tenir pour certain qu'il en existe un plus grand
nombre. Mais combien curieuses sont celles qui demeurent encore
inconnues parmi les noms cités plus haut et celles qu'il envoya à son
frère Paul, à ses éditeurs, aux interprètes de ses comédies, à divers
membres de sa famille, aux directeurs des revues où il a écrit, à
Émile Augier, Ulric Guttinguer, Théophile Gautier, au comte d'Alton, à
Désiré Nisard, Ambroise Thomas, Auguste Barre, Mlle Rachel, même à sa
gouvernante, Mlle Colin (dont la REVUE DE PARIS ET SAINT-PÉTERSBOURG
et les ANNALES LITTÉRAIRES ont publié les mémoires)[86], et à beaucoup
d'autres, dont je ne puis dire les noms.

  [86] Réimprimés sous le titre de: _Dix ans chez Alfred de
  Musset_, par Mme Martellet, née A. Colin. Paris, Chamuel, 1899. 1
  vol. in-12.

J'omets avec intention la correspondance.... amoureuse, trop intime
pour être publiée, et qui ne sera jamais connue; car, avec un tact que
je ne puis qu'approuver, lors de la mort du poète, toutes les lettres
de femmes qui furent trouvées dans ses tiroirs, furent restituées sans
échange à celles qui les avaient écrites. Toutefois, le mystérieux
paquet déposé à la Bibliothèque Nationale, pour être ouvert et publié
en 1910, renferme, si je ne me trompe, l'une de ces correspondances;
ce n'est pas celle de George Sand, comme on l'a prétendu; celle-ci,
pensons-nous, est adressée _A une belle inconnue_:

    Si vous croyez que je vais dire
          Qui j'ose aimer,
    Je ne saurais, pour un empire,
          Vous la nommer.

Les lettres à sa Marraine sont aussi peu connues que les autres, car
les textes que Mme Jaubert a intercalés dans ses SOUVENIRS (Hetzel,
1881, 1 vol. in-12) et ceux donnés par Paul de Musset, sont, sauf
quelques rares exceptions, absolument altérés et défigurés. J'ai pu en
vérifier la majeure partie sur les autographes originaux et j'ai
constaté qu'ici une lettre avait servi à en faire deux; que là, deux
ou trois lettres étaient fondues en une seule; ailleurs, les phrases
sont interposées, et très souvent les dates supprimées ou changées.
N'eût-il pas mieux valu rien plutôt que cela! Que de jolies choses
cependant elles renferment, et que de récits j'y ai lus, semblables à
_Un souper chez Mlle Rachel_, qui n'est que l'une d'elles, dont on a
supprimé le commencement et la fin![87].

  [87] Voir ci-après la Notice bibliographique sur la Correspondance
  d'Alfred de Musset.

Comment conclure, si ce n'est en exprimant le désir de voir un jour
joindre aux oeuvres du poète, toutes ces pages inédites, toutes ces
lettres surtout, qui révèleront un Musset inconnu?

       *       *       *       *       *

LES ANNALES POLITIQUES ET LITTÉRAIRES du 19 septembre 1897 commencent
la publication de _Denise_, cette nouvelle dont je parle au début de
cet article, en laissant planer, par un Avertissement, un doute sur le
véritable auteur. Il suffit, pour éviter toute équivoque, de se
reporter à la REVUE DE PARIS du 2 mai 1841; on y trouvera, page 5,
_Denise_, avec la signature de Paul, son seul et véritable auteur.
Cela a été révélé par M. le vicomte de Spoelberch de Lovenjoul dans
une lettre publiée par le JOURNAL DES DÉBATS du 1er juillet 1897. Le
même journal donnait le lendemain une autre note rectificative (qui
émanait de moi) dans laquelle je disais que le fait d'attribuer à
Alfred ce qui venait de Paul, n'était pas unique, et je faisais
allusion à une lettre envoyée par Alfred de Musset à un de ses
éditeurs pour se plaindre de cela. Voici cette lettre:

    «Monsieur Charpentier, 19, rue de Lille.

    «Lundi, 30 septembre [1850].

    «Mon cher ami,

  «Je vous envoye le catalogue de l'_Assemblée_, où vous trouverez
  quatre ou cinq romans de mon frère, annoncés sous mon nom. Vous
  m'avez dit que vous vous chargeriez de demander la rectification.
  J'aimerais mieux en effet que vous me rendissiez ce service,
  attendu qu'il est délicat pour moi de parler de mon frère.

  «D'ailleurs, votre position, étant _mon éditeur_, vous donne, il
  me semble, toute espèce de droit. Car c'est, au bout du compte,
  une sotte tromperie qui est toujours préjudiciable: le public peut
  nous croire complices.

  «Si vous voulez bien vous en charger, tenez-moi au courant, parce
  que, si on ne rectifie pas l'erreur, il faudra écrire dans
  d'autres journaux.

  «Tout à vous.

    «ALFRED DE MUSSET.»

Ce catalogue est annoncé dans le numéro de l'ASSEMBLÉE NATIONALE du 26
juillet 1850, et paraît pour la première fois dans le numéro du 28
juillet; il est fréquemment reproduit, notamment dans le numéro du 21
septembre. En ce qui concerne les deux frères, l'annonce est ainsi
faite:

  «Le Bracelet, par Alfred de Musset. 1 vol. in-8º.

  Samuel, par Alfred de Musset. 1 vol. in-8º.

  Tête et Coeur, par Alfred de Musset. 1 vol. in-8º.

  Les Amours de Planoche et de Mme de Laguette, par Paul de Musset.
  2 vol. in-8º.

  Lauzun, par Alfred de Musset. 1 vol. in-8º.»

Dans ce numéro, qui est probablement celui qui accompagnait la lettre,
le catalogue occupe toute la troisième page et la moitié de la
quatrième. Toutefois, si M. Charpentier a demandé une rectification,
il ne fut pas tenu compte de sa demande, car le catalogue continue à
paraître avec ses inexactitudes; je l'ai retrouvé tel jusque dans le
numéro du 7 décembre 1850.



NOTICE BIBLIOGRAPHIQUE

SUR LA

CORRESPONDANCE

DE

ALFRED DE MUSSET



NOTICE BIBLIOGRAPHIQUE

SUR LA

CORRESPONDANCE

DE

ALFRED DE MUSSET


La correspondance d'Alfred de Musset, à côté des détails biographiques
qu'elle renferme et de sa valeur littéraire, offre ceci de
particulier, que le poète se laisse voir tel qu'il était dans la vie
intime: obéissant à l'impression du moment, il écrit sans affectation,
sans pose, mettant son coeur et son esprit à nu. Le jour où ses
lettres seront connues, bien des jugements portés sur lui devront être
réformés.

Malheureusement, ce n'est pas dans le recueil de ses oeuvres complètes
qu'il faut aller chercher cette correspondance. Les trente-cinq
lettres publiées par les soins de son frère Paul, en 1866, à la fin du
tome X de l'édition dite de souscription (OEuvres posthumes), ne
donnent qu'une bien faible idée de ce que sont les autres et n'en
représentent qu'une partie bien minime.

Cependant, beaucoup d'autres lettres de notre poète existent éparses
dans des journaux, des revues ou des livres. Voici, avec l'indication
du recueil dans lequel je les ai trouvées imprimées pour la première
fois, celles qui sont parvenues à ma connaissance.

  ARAGO (Alfred).

1.--Sans date: «J'ai connu un jeune peintre, qui avait une demoiselle
de compagnie». _Le Monde Illustré_, 27 septembre 1862. Fragment.

  AUGIER (Émile).

2.--Lundi, 1848: «Vous allez me trouver, mon cher Augier, une bien
ridicule créature». _Le Gaulois_, 7 août 1893. Je n'ai pu vérifier si,
comme on me l'a dit, c'est cette lettre qui est donnée en fac-similé
d'autographe dans l'_Album de l'Exposition d'art dramatique à Vienne,
en 1892. Paris, 1894. In-folio._

  BELGIOJOSO (Mme la princesse Christine Trivulce de).

3.--S. D. (1836): «Je ne crois pas, princesse, toute fausse modestie à
part». _Inventaire des Autographes de M. Fillon. Séries V à VIII.
Étienne Charavay, 1878. In-8º_, page 148, fragment.

  BELMONT (Marquis Alfred de).

4.--Madame la vicomtesse de Janzé nous apprend dans ses _Études et
Récits_ (Plon, 1891, in-12, p. 217) que M. de Belmont «essaya à
plusieurs reprises d'enrôler son ami Alfred de Musset dans la
poursuite du surnaturel, mais il ne put le persuader. Ils avaient eu
entre eux une correspondance suivie que M. de Belmont brûla peu de
temps avant sa mort», survenue en 1857.

  BLANC (Edmond).

5.--4 novembre 1838. «Monsieur le Secrétaire-Général, lorsque vous
m'avez fait l'honneur de me recevoir». _La Nouvelle Revue_, 15 janvier
1899.

  BONNAIRE (Félix), éditeur.

6.--S. D. (1837 ou 1838). «Mon cher ami, voilà mes épreuves».
_Bibliographie des OEuvres d'Alfred de Musset par M. Clouard.
Rouquette, 1883. In-8º_, p. XII.

  BOUCOIRAN (Jules).

7.--7 mars 1835. «Monsieur, je sors de chez madame Sand et on
m'apprend qu'elle est à Nohant». _La Revue de Paris_, 15 août 1896.

  BROHAN (Mme Augustine).

8.--15 mars 1849. Des Haricots. «O ma chère Brohan, je suis dans les
fers». _Le Parlement_, 6 avril 1883. _Annuaire des Amis des Livres,
11e année. 1890. In-8º_, p. 94.

9.--S. D. «Il ne m'est pas possible, ma chère Brohan, de dîner chez
vous». _Catalogue de la bibliothèque de feu M. Yver, 2e partie. Paris,
E. Paul et L. Huart, 1893. In-8º_, no 740. Ne manque que le
post-scriptum.

10.--S. D. «Ma chère Brohan, vous avez été deux fois aimable».
_Catalogue d'autographes, vente hôtel Drouot le 13 juin 1890. Paris,
Gabriel Charavay. In-8º,_ No 94, fragment.

11.--S. D. «Ma chère Brohan, je vous écris à tout hasard». _Alfred de
Musset par Eugène de Mirecourt. Havard, 1854. In-32._ Fragment en
fac-similé d'autographe. _Le Gaulois_, 18 août 1896.

  BULOZ (François), directeur de la _Revue des Deux-Mondes_.

12.--Lundi, 18 (août 1834). «Mon ami, ma mère me donne de quoi aller
aux Pyrenées». _La Revue de Paris_, 15 août 1896.

13.--(Février ou mars) 1835. «Mon cher Buloz, ayez la bonté de prier
Mme Dudevant, lorsque vous la verrez». _Revue Bleue_, 3 avril 1897.

14.--S. D. «Mon cher Buloz, si vous voulez me rendre le service de
faire donner 200 francs». _Catalogue de la Collection Dentu.
Autographes, tome II, 3e fascicule. 1888. In-8º_, p. 223.

15.--S. D. «Mercredi. O mon ami, réfléchissez avant de répondre à
cette simple parole». _Catalogue d'autographes, vente le 8 décembre
1891, hôtel Drouot. Paris, Étienne Charavay. In-8º._ No 117. Fragment.

16.--S. D. «Lundi, 28. Voilà, mon cher monsieur, la pièce dont je vous
ai parlé. Les uns voudraient que je la fisse siffler». _Bulletin de la
maison Étienne Charavay, no 286. Avril-mai 1898. In-8_, no 42096.
Fragment.

   CANTEL (Henri).

17.--23 novembre 1848. «Monsieur, par le plus singulier des hasards,
il m'a été donné d'apprécier votre charmant talent». _La Revue de
France_, 1er mars 1881. A tenir pour douteuse jusqu'à production de
l'original.

   CARJAT (Étienne).

18.--Simple billet répondant à une demande d'autorisation de publier
un portrait-charge dans le _Diogène_: «Monsieur, la gaieté des gens
d'esprit ne m'a jamais fait peur; faites de moi ce qu'il vous
plaira.--Alfred de Musset». _Polichinelle à Paris_, 22 janvier 1857.

   CHARPENTIER (Gervais), éditeur.

19.--30 septembre 1850. «Mon cher ami, je vous envoyé le catalogue de
l'«Assemblée» où vous trouverez quatre ou cinq romans de mon frère».
_Les Héritiers d'Alfred de Musset contre M. Charpentier. Mémoire pour_
_M Charpentier. Paris, 1867, In-8º_, p. 17.--_Revue d'Histoire
littéraire de la France_, 15 janvier 1898.

20.--27 juin 1851. «Mon cher ami, Hetzel a fait proposer hier par
Berrurier de vous remettre». _Les Héritiers d'Alfred de Musset contre
M. Charpentier. Mémoire pour M. Charpentier. Paris, 1867. In-8º_, p.
16.

21.--19 février 1857. «Mon cher Charpentier, j'ai réfléchi depuis que
je vous ai vu...» _Dix ans chez Alfred de Musset, par Mme Martellet.
Paris, Chamuel, 1899. 1 vol. in-12_, page 98.

   CLÉSINGER, statuaire.

22.--16 avril 1851. «Mon cher Clésinger, je suis allé pour vous voir
ce matin à Madrid». _Catalogue des Autographes de M. A. Bovet, vente
19-21 juin 1884. Paris, Étienne Charavay. In-4º,_ no 910, en
fac-similé.

   COLIN (Adèle), devenue Mme Martellet, gouvernante
   d'Alfred de Musset.

23.--16 août 1847. «Je n'aurais pas cru que vous puissiez vous
éloigner ainsi de moi...» _Dix ans chez Alfred de Musset, par Mme
Martellet. Paris, Chamuel, 1899. 1 vol. in-12_, page 16 et en
fac-similé.

24.--S. D. «Je n'ai pas fermé l'oeil; j'ai les premières attaques de
mes délires».--_Revue de Paris et Saint-Pétersbourg_, décembre 1887,
p. 43.

Mme Martellet prépare en ce moment une deuxième édition de ses
souvenirs, où se trouveront certainement d'autres lettres.

   DAVID D'ANGERS, statuaire.

25.--Samedi soir, 1831. «Monsieur, je suis de service demain pour
presque toute la journée». _Revue de l'Art Français_, 1893, p. 204.

26.--1832? «Mon cher David, je suis allé chez Micheli pour avoir de
vos médailles». _David d'Angers et ses relations littéraires
par Henri Jouin, Plon, 1890. In-8º_, p. 67.

   DIRECTEUR DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE.

27.--Août 1848. Lettre relative au prix De Maillé Latour-Landry,
décerné à Alfred de Musset dans la séance du 17 août. _Le Moniteur
Universel_, 25 août 1848.

   DIRECTEUR DU CONSTITUTIONNEl.

28.--Juillet 1844. «Monsieur, on a beaucoup parlé de chroniques, de
légendes et de ballades». Sert de préface à la nouvelle «Les frères
Van-Buch». _Le Constitutionnel_, 27 juillet 1844.

   DIRECTEURS DE L'EUROPE LITTÉRAIRE.

29.--23 novembre 1832. «Messieurs, je serai très heureux de pouvoir
entrer pour quelque chose dans la rédaction de votre nouveau journal».
_Supplément au Prospectus de l'Europe Littéraire, 1832. In-8º_, p.
7.--_Revue d'Histoire littéraire de la France_, 15 janvier 1898.

   DIRECTEUR DU NATIONAL.

30.--Janvier 1849. «Monsieur, j'apprends que le journal «l'Événement»
à propos des élections de l'Académie». _Le National_, 13 janvier 1849.

   DIRECTEUR DE LA PATRIE.

31.--Juin 1848. «Je lis dans votre journal qu'on avait annoncé par
erreur que j'étais destitué de la place de Bibliothécaire». _La
Patrie_, 20 juin 1848.--_La Presse_, 20 juin 1848. Souvent réimprimée.

   DUC D'ORLÉANS.

32.--1838. «Monseigneur, les journaux annoncent que M. Vatout,
bibliothécaire de Sa Majesté, est chargé». _Catalogue des autographes
de M. Charles Keissner, 12 mars 1889. Gabriel Charavay. In-8º_, no
126, fragment.--_La Nouvelle Revue_, 15 janvier 1899, fragment.

   DU CAMP (Maxime).

33.--1840. «Monsieur, je suis bien en retard envers vous.» _Souvenirs
littéraires par Maxime Du Camp. Hachette, 1882. In-8º._ Tome I, p.
153.

   DUMAS père (Alexandre).

34.--16 juin 1848. «Mon cher Dumas, je viens de lire «La France
Nouvelle» et j'irai vous serrer la main». _La France Nouvelle_, 21
juin 1848.

   FORTOUL (Hippolyte), ministre de l'Instruction
   publique.

35.--27 août 1856. «Monsieur le ministre, je ne puis assez remercier
Votre Excellence des paroles de bonté». _Bibliographie des OEuvres
d'Alfred de Musset, par M. Clouard. Rouquette, 1883. In-8º_, p. XVI.

   FOUCHER (Paul).

36.--Le Mans, 19 octobre 1827. «Je reviens, mon cher ami, jeudi
prochain». _L'Amateur d'Autographes_, 1er janvier 1867.

   GIRARDIN (Mme Émile de), née Delphine Gay.

37.--7 janvier 1835. Fragment d'une lettre dans le _Catalogue
d'Autographes, vente le 24 février 1892, hôtel Drouot. Paris, Gabriel
Charavay. In-8º_, no 140.

38.--Jeudi, 8 (juin 1848). «Il est vrai, madame, que je ne suis pas
conservé en qualité de conservateur». _Études et Récits sur Alfred de
Musset, par Mme de Janzé. Plon, 1891. In-12_, p. 93.

   GRENIER (Édouard).

39.--Lettre envoyée par Alfred de Musset au printemps de 1843 et
détruite accidentellement pendant la Commune en 1871. Voir à ce sujet
la _Revue Bleue_ des 3 septembre et 15 octobre 1892, p. 301 et 492.

   GUTTINGUER (Ulric).

40.--1832. Honfleur, fragment d'une lettre: «Je n'ai jamais tenté de
faire une hymne à mon Dieu». _L'Événement_, 12 juin 1885.

   HOUSSAYE (Arsène).

Quatre lettres publiées dans: _Les Confessions, par Arsène Houssaye.
Dentu, 1885-1897. 6 vol. in-8º._

41.--1842. Billet en réponse à une invitation: «Vous me faites, mon
cher maître, honneur et plaisir». Tome I, planche de fac-similé XVII.

42.--1851. «Je ne prétends pas être joué quatre fois par semaine».
Tome I, planche de fac-similé XVII.

43.--1851. «Mon cher ami, j'ai reçu les deux billets». Tome III, p.
253, et précédemment dans le _Figaro_, 2 novembre 1882.

44.--1853? «Mon cher ami, je vous avais parlé de Mme Brohan». Tome V,
planche de fac-similé III.

   JANIN (Jules).

45.--(Décembre 1838). «Monsieur, je vous ai cherché hier soir au
Théâtre Français». _L'Événement_, 28 janvier 1886. Souvent réimprimée,
traduite en allemand dans _Frankfurter Zeitung_, 17 janvier 1890.

   JAUBERT (Mme Caroline), la «Marraine».

J'ai pu vérifier sur les originaux le texte de moitié environ des
lettres adressées à «la Marraine» et publiées soit dans les _Souvenirs
de Mme Jaubert, Hetzel, 1881. 1 vol. in-12_, soit dans les _OEuvres
posthumes d'Alfred de Musset. Charpentier, 1867. 1 vol. in-12_[88].
Dans cette moitié vérifiée, j'ai constaté qu'à côté de quelques
lettres imprimées sans changement, le plus grand nombre offre des
retouches ou des suppressions considérables. J'en conclus que celles
non vérifiées sont dans les mêmes conditions: aussi vais-je donner mes
indications pour tout ce qui est publié[89].

  [88] Quelques-unes de ces dernières lettres avaient été publiées
  antérieurement dans la _Revue Nationale et Étrangère_ du 1er
  avril 1866.

  [89] Les lettres dont je n'ai pas retrouvé les autographes sont
  précédées d'une astérisque (*).

46.--1er avril 1836. «Belle Madame, style Musset, je suis enfermé de
nouveau». _Le Clairon_, 27 novembre 1881. Textuel.

A.--(Mai ou juin 1836). «Vous avez eu grand tort, Madame, de n'être
pas venue ce soir au Théâtre Français». _OEuvres posthumes_, p. 203.
Dix lignes et un dessin supprimés à la fin. (Mlle Plessy dans le
_Barbier de Séville_).

B.--27 février 1837. «Madame, voici le fait: La Princesse m'écrit
qu'elle ne peut me bâtir un sujet». _OEuvres posthumes_, p. 204.
Post-scriptum de cinq lignes supprimé.

47*.--28 juin 1837. «Madame, comme votre départ m'avait un peu vexé».
_Souvenirs_, p. 165.

48.--17 octobre 1837. «Le bruit court que madame Jaubert revient à
Paris». _Souvenirs_, p. 139. Textuel.

49.--(1837). «Marraine, le fieux est déconfit». _Souvenirs_, p. 191.
Deux mots changés sans importance.--_Le Temps_, 12 janvier 1881.

50.--27 octobre 1837. «Madame, vous avez trouvé le vrai nom du
sentiment qui nous unit». _Souvenirs_, p. 160. Textuel, sauf le mot
«Marraine» mis plusieurs fois à la place de «Amie».

C.--(15 décembre 1838). «Madame, mon arrangement de loge a manqué ce
soir». _OEuvres posthumes_, p. 205. Une phrase changée.

D.--17 décembre 1838. «Vous vous trompez, ma chère marraine, en
croyant que c'était sur vous que je comptais». _OEuvres posthumes_, p.
206. Plusieurs phrases supprimées ou changées.

E.--(27 mars 1839). Lettre publiée dans la première édition des
_OEuvres posthumes_ (_Charpentier, 1860. In-12_, p. 101), sous le
titre de: _Un souper chez Mlle Rachel_, et dont le texte est
complètement remanié par Paul de Musset. Comme terme de comparaison,
en voici le début, auquel ressemble toute la suite:

   MANUSCRIt                       TEXTE IMPRIMÉ

   «J'avais perdu l'adresse              «Merci d'abord, madame
   exacte d'Angerville; je viens         et chère marraine, pour la
   de la retrouver trop tard.            lettre que vous me communiquez
   Merci d'abord de la lettre de         de l'aimable _Paolita_.
   _Paolita_. Elle est bien gentille,    Cette lettre est bien remarquable
   mais moins que vous, qui ne           et bien gentille; mais
   manquez jamais une occasion           que dirais-je de vous qui ne
   d'envoyer un moment de joie           manquez jamais une occasion
   à ceux qui vous aiment? Vous          d'envoyer un peu de joie à
   êtes la seule créature humaine,       ceux qui vous aiment? Vous
   mâle ou femelle, que                  êtes la seule créature humaine
   je connaisse faite ainsi. Un          que je connaisse faite
   bienfait n'est jamais perdu:          ainsi. Un bienfait n'est jamais
   en réponse à votre lettre de          perdu. En réponse à votre
   Desdémone, je veux vous               lettre de Desdémone, je veux
   servir un souper chez mademoiselle    vous servir un souper chez
   Rachel, qui vous                      Mlle Rachel, qui vous amusera,
   amusera peut-être, si nous            si nous sommes toujours
   sommes toujours du même               du même avis, et si
   avis. Ma petite scène sera            vous partagez encore mon
   pour vous _seule_, d'abord            admiration pour cette sublime
   parce que la noble enfant             fille. Ma petite scène
   déteste les indiscrétions et          sera pour vous seule, d'abord
   ensuite parce que, depuis             parce que la noble enfant
   que je vais quelquefois chez          déteste les indiscrétions et
   elle, on a fait tant de can-cans,     ensuite parce qu'on a fait,
   de bavardages et de                   depuis que je vais quelquefois
   niaiseries, que j'ai pris le          chez elle, tant de sots
   parti de ne pas seulement             propos et de bavardages,
   dire que je l'avais vue au            que j'ai pris le parti de ne
   Français. On avait joué               pas même dire que je l'ai vue
   _Tancrède_, etc...»                   au Théâtre Français. On avait
                                         joué _Tancrède_, etc...»

[Illustration: Tombeau d'un homme qui est allé à l'Opéra-Comique,
croquis à la plume par Alfred de Musset.

  (transcription)
  et alors--l'infortuné est rentré chez lui
  et a fumé un grand nombre de cigarettes.

  Priez pour lui.

  Je vous serre la main en désespéré.]

Dans le dialogue entre Rachel et sa mère, puis entre la tragédienne et
l'auteur, il n'y a pas une seule phrase qui n'ait subi quelque
changement, soit par retranchement, soit par addition. La fin manque
dans l'original et Paul de Musset l'a remplacée par une phrase de sa
façon[90].

  [90] Le Catalogue de la Bibliothèque de M. Paul Eudel, 1re
  partie, vente du 12 au 14 mai 1898, Paris, Em. Paul et fils,
  1898, in-8º, no 243, renferme une curieuse notice sur le
  manuscrit et donne p. 105 le fac-similé des huit premières
  lignes.

51*.--Lundi, nuit (1839?). «Ma chère marraine, je suis allé deux fois
chez vous aujourd'hui». _Souvenirs_, p. 183.

52*.--Mardi (1839). «Je vous avais écrit une lettre qui commençait
ainsi». _Souvenirs_, p. 185.

53.--Mercredi soir (1839?). «J'ai profondément réfléchi et j'ai
découvert que ce n'était pas la peine». _Souvenirs_, p. 194. Textuel.

54*.--S. D. (1839?). «Votre conseil était bon, chère marraine; venant
de vous, il devait l'être». _Souvenirs_, p. 187.

F.--(Fin mars 1840). «Comment allez-vous, ma chère marraine, et que
faites-vous?» _OEuvres posthumes_, p. 208. Textuel.

G.--Jeudi soir (juin 1840). «Voilà comme vous êtes, vous autres
femmes». _OEuvres posthumes_, p. 211. Nombreuses coupures; plus de la
moitié de la lettre est supprimée.

H.--31 juillet 1840. «Si vous savez pourquoi vous répondez vite et
bien». _OEuvres posthumes_, p. 213. Nombreuses coupures et un dessin
supprimé. (Tombeau d'un homme qui est allé à l'Opéra-Comique).

55.--9 octobre 1840. «Vous êtes à la campagne, vous, je suis à Paris,
moi.» _Souvenirs_, p. 202. Quelques mots changés.--_Illustration_, 22
mai 1880.

56.--19 octobre 1840. «Encore une raison qui fait que je vous réponds
tard». _Souvenirs_, p. 203. Seulement les vingt premières lignes de
cette lettre, qui a huit pages et est ornée d'un dessin. (Rachel me
lance un coup d'oeil à la Hermione).

57*.--Lundi matin (janvier 1841?).--«Madame, je rentre de ma garde,
et, à propos d'une baliverne». _Souvenirs_, p. 220.

I.--13 avril 1841. «Je ne puis aller ce soir chez vous, ma chère
marraine». _OEuvres posthumes_, p. 222. Textuel.

58.--(Juin 1841?). «Ai-je besoin de vous dire, ma petite et blonde
marraine, qu'une note de vous». Cette lettre est publiée dans les
_Souvenirs_, p. 218, comme étant une lettre complète; mais sur une
copie écrite par Paul de Musset, en outre des nombreuses variantes,
cela ne formerait que la seconde partie d'une autre lettre, du 28
octobre 1844, que l'on, trouvera p. 204 des mêmes _Souvenirs_ (no 64).

59.--(2 avril 1842). «Madame, si un atome de moi vivait encore».
_Souvenirs_, p. 108. Textuel.

60*.--(Juin ou juillet 1842?). «Eh bien, madame, vous ne vouliez pas
le croire». _Souvenirs_, p. 196.

J.--Mardi, 26 (juillet 1842). «J'ai grogné tout mon saoul, mais je ne
veux pas écrire». _OEuvres posthumes_, p. 167. Nombreux changements,
plusieurs suppressions.

61*.--Lundi (octobre 1842). «Il faut que je vous aime terriblement,
madame». _Souvenirs_, p. 212.

62*.--Vendredi (octobre 1842). «Ainsi Uranie n'a pas lu la Revue».
_Souvenirs_, p. 209.

63*.--(Novembre 1842?). «Voilà mon frère qui me dit:--Aujourd'hui
vendredi». _Souvenirs_, p. 215.

K.--23 novembre (1842). «Je remercie d'abord la plus petite de toutes,
de n'avoir pas oublié son ancienne coutume». _OEuvres posthumes_, p.
225. Nombreuses coupures.

[Illustration: _Alfred de Musset et Rachel_, croquis à la plume par
Alfred de Musset.]

64*.--Vendredi, 28 (octobre 1844). «Ce qui fait qu'on n'a pas répondu
plus tôt à sa marraine, c'est que le fieux». _Souvenirs_, p. 204. Voir
no 58.

65.--(1851). Billet. _Souvenirs_, p. 224.

66*.--S. D. «Est-ce que nous sommes brouillés aussi, marraine».
_Souvenirs_, p. 207.

67*.--S. D. Dimanche. «Je ne suis pas content, marraine, je suis
ennuyé et dérangé». _Souvenirs_, p. 217.

68*. S. D. «Madame, il vous est arrivé certainement très souvent de
souffler dans un ballon sec». _Souvenirs_, p. 194. _Le Temps_, 12
janvier 1881.

69*.--S. D. «J'ai besoin d'un renseignement musical que ma soeur me
dit ne pas pouvoir me donner». _Souvenirs_, p. 176.

70*.--S. D. «Mon grand-père avait fait un jour acquisition de deux
petits boeufs d'airain». _Souvenirs_, p. 180. Une phrase changée.

71.--S. D. «Voulez-vous, madame, être assez bonne pour me renvoyer les
romances de M. Cervini». _Inventaire des Autographes Fillon. Séries V
à VIII. Étienne Charavay, 1878. In-8º_, p. 147.

   LEVRAULT (Mme), banquier, à Strasbourg.

Trois lettres publiées dans les _Annales de l'Est_, no 4, octobre
1887.

72. Bade, 18 septembre 1834. «Madame, vous avez peut-être déjà reçu du
directeur de la _Revue des Deux-Mondes_ un mot d'avis».

73.--Bade, septembre 1834. «Madame, j'ai écrit à Paris pour qu'on me
fasse passer quelqu'argent».

74.--Strasbourg, octobre 1834. «Madame, je pars à l'instant et je ne
puis vous remercier moi-même».

   LISZT (Frantz).

Deux lettres publiées dans _Études et Récits sur Alfred de Musset,
par Mme la vicomtesse de Janzé. Plon, 1871. 1 vol. in-12._

75.--20 juin 1836. «Votre lettre, mon ami, m'a fait double plaisir»,
p. 20.

76.--Novembre 1836. «Je voulais aller vous voir aujourd'hui, mon cher
Liszt», p. 192.

   MARETTE (Monsieur), à Paris.

77.--31 mars 1840. Billet par lequel il le prie de remettre ses
appointements au porteur. _Nouvelle Revue_, 15 janvier 1899.

   MÉRIMÉE (Prosper).

78.--1832. «Au moment de terminer mes épreuves, j'ai oublié de vous
demander une autorisation». _Revue rétrospective_, 1er mai 1891.

   MONTALIVET (le Comte de).

79.--23 octobre 1838. «Monsieur le Comte, permettez-moi de vous
témoigner la vive reconnaissance». _Nouvelle Revue_, 15 janvier 1899.

   MUSSET (Mme Edmée de), sa mère.

80.--14 septembre 1848. «Je ne pouvais, ma chère mère, recevoir une
meilleure nouvelle». _Nouvelle Revue_, 15 janvier 1899, fragment.

   MUSSET (Paul de), son frère.

81.--1er décembre 1842. «Je te remercie de tout mon coeur, mon cher
ami, de la bonne lettre que tu m'écris». _Biographie d'Alfred de
Musset par Paul de Musset. Charpentier, 1877. In-12_, p. 283. Deux
coupures.

   PÉHANT (Émile), à Nantes.

82.--29 novembre 1854. «Monsieur, je n'avais point oublié votre nom,
mais je ne savais pas que vous habitiez Nantes.» _Jeanne la Flamme,
par Émile Péhant. Hachette, 1872. In-12_, p. IX.

   RENDUEL (Eugène), éditeur.

Deux lettres, publiées dans _Le Romantisme et l'éditeur Renduel_, _par
Adolphe Jullien_. _Charpentier, 1897_, 1 vol. in-12.

83.--9 septembre 1832. «Monsieur, je voudrais bien que vous
m'écrivissiez franchement», p. 172.

84.--Lundi, 1832. «Voilà qui s'appelle agir d'une façon aimable», p.
174.

   SAINTE-BEUVE.

85.--(1829). «Je ne vais pas vous voir, mon ami, c'est que je ne le
puis». _Indépendance belge_, 23 mai 1880.--_Revue hebdomadaire_, 1er
août 1896.

86.--9 septembre 1829. «Voilà un f... temps pour la chasse, mon ami».
_Catalogue de la librairie Detaille_, 1er mai 1887. _Le Pays_, 3
février 1888. _Le Constitutionnel_, 9 février 1888. Longs fragments.

87.--27 avril 1834. «J'ai à vous remercier, mon cher Sainte-Beuve, de
l'intérêt». _Cosmopolis_, mai 1896, p. 435.

88.--(Novembre 1834). «Je vous suis bien reconnaissant, mon cher ami,
de l'intérêt». _Cosmopolis_, mai 1896, p. 435.

   SAND (Mme George).

Les lettres écrites par George Sand à Alfred de Musset sont publiées
dans la _Revue de Paris_ du 1er novembre 1896, puis réunies à celles
adressées à Sainte-Beuve, à la librairie C. Lévy, 1897. 1 vol. in-12.
Celles d'Alfred de Musset à George Sand paraîtront assurément quelque
jour; où et quand, je l'ignore. En attendant cette publication, on en
trouvera de nombreux extraits dans:

1º _Revue politique et littéraire_ (Revue Bleue), 15 octobre 1892.
George Sand et Alfred de Musset, par E. Grenier.

2º _Alfred de Musset par Mme Arvède Barine. Paris, Hachette, 1892._ 1
vol. in-12.

3º _Cosmopolis_, revue internationale, 1er mai et 1er juin 1896. La
Véritable Histoire de «Elle et Lui», par M. le vicomte de Spoelberch
de Lovenjoul. Ces deux articles, réunis en volume et considérablement
augmentés, ont été publiés à la librairie Calmann Lévy, 1897. 1 vol.
in-12.

4º _Revue Hebdomadaire_, 1er août 1896. Un roman vécu à trois
personnages, par le docteur Cabanès. Joint à la 2e Série de _Le
Cabinet secret de l'histoire_, du même auteur. Librairie A. Charles,
1897. 1 vol. in-8º, orné des portraits de G. Sand et du docteur
Pagello, et de fac-similés d'écriture.

5º _La Revue de Paris_, 15 août 1896. Alfred de Musset et George Sand,
par M. Clouard. Publié séparément et augmenté. Imprimerie Chaix, 1896.
Br. in-8º avec deux portraits de G. Sand, dessinés par Alfred de
Musset et un fac-similé, suivi d'un Index bibliographique. Cette
notice, jointe au présent volume, renferme de nouveaux documents
inconnus jusqu'à ce jour, pris sur les originaux.

J'omets avec intention un livre signé Paul Mariéton. Les textes cités
dans cet ouvrage sont, d'une façon générale, absolument inexacts: la
_copie_ qui servit à M. Mariéton a été écrite par moi, et lui a été
communiquée à mon insu, malgré les promesses faites, par la personne à
laquelle je l'avais confiée. Cette copie a été prise sur celle
_arrangée_ par George Sand, qui est fort incomplète et présente de
grandes différences de texte avec une autre copie qu'on m'affirme
avoir été prise sur les originaux.

Je n'entrerai pas ici dans le détail de tous ces extraits et me
bornerai à indiquer seulement ce qui est complet.

89.--Août 1834. «Je t'envoie ce dernier adieu, ma bien aimée».
_L'Homme Libre_, 14 avril 1877. Très long fragment.

A.--GEORGE SAND. 19 avril 1838. «Mon cher Alfred, j'ai reçu ta lettre
la veille de mon départ de Nohant». _Véritable Histoire de «Elle et
Lui», etc..._, _1897_, p. 130.

B.--GEORGE SAND. 30 avril 1840. «Elle (la correspondance) est à
Nohant, dans un coffre dont j'ai les clefs ici». _Cosmopolis_, mai
1896, p. 445.

C.--GEORGE SAND. Vendredi (mai 1840). «Les lettres sont arrivées. Si
vous voulez venir». _Cosmopolis_, mai 1896, p. 445.

   SCHOZKO (Mme Olympe).

90.--S. D. «Madame, mon ami Alfred Tattet dîne aujourd'hui avec la M.»
_Gazette de Paris_, 12 juillet 1857. Les noms propres sont supprimés.

91.--Février 1836. «Pichrocholine, avez-vous bien dormi?» _Gil Blas_,
26 mai 1880. _L'Événement_, 8 décembre 1897.

   SECOND (Albéric).

92.--14 septembre 1848. «Monsieur, les apparences, je le vois, sont
trompeuses, car votre sous-préfecture». _La Comédie Parisienne_, 10
mai 1857.

   TATTET (Alfred).

93.--12 novembre 1834. «Tout est fini. Si par hasard on vous faisait
quelques questions». _La Revue de Paris_, 15 août 1896.

94.--20 juillet 1835. «Votre lettre, mon cher Alfred, est arrivée
comme je n'étais pas à Paris». _La Revue de Paris_, 15 août 1896. Deux
coupures, relatives à une affaire personnelle à M. A. Tattet.

95.--(1838). «J'apprends, mon cher Alfred, que vous avez manqué
plusieurs fois». _La Revue de Paris_, 15 août 1896.

96.--Vendredi, 17 (août 1838). «Tout ce que je puis vous dire, mon
cher Alfred». _Le Figaro_, 6 avril 1883. Fragment.

97.--14 mai 1844. «Mon cher ami, je viens d'avoir une fluxion de
poitrine». _Le Figaro_, 6 avril 1883. Fragments.

98.--Mirecourt, 18 mai 1845. «Votre lettre est bien aimable, mon cher
Alfred». _Le Figaro_, 6 avril 1883 et _La France_, 7 avril 1883.
Fragments.

99.--20 août (1845). «Ecce iterum Crispinus. Me voilà à Paris, mon
cher Alfred». _La France_, 7 avril 1883. Fragment.

A.--17 octobre 1845. «Mon cher Alfred, parmi les raisons qui m'ont
empêché d'aller vous retrouver». Le texte publié dans les _OEuvres
Posthumes_ d'Alfred de Musset, p. 234, offre de nombreux changements
avec l'original; le _Figaro_, du 6 avril 1883, donne tout le début
correctement.

100.--Jeudi, 15 (1848). «Mon cher ami, je trouve ce matin le nom de
votre oncle». _Le Figaro_, 6 avril 1883. Fragment.

   TATTET (Madame Caroline).

101.--Angers, 6 octobre (1848?) «Madame, je reçois votre très aimable
lettre au retour de plusieurs endroits». _Le Figaro_, 6 avril 1883 et
_La France_, 7 avril 1883. Fragments.--En entier dans la _Gazette
Anecdotique_ du 30 juin 1885, qui l'emprunte au précédent numéro des
_Annales Politiques et Littéraires_.

   VIGNY (Alfred de).

102.--Mercredi, 20 (octobre 1829). Fragment d'une lettre par laquelle
il lui demande un billet pour la première représentation
d'Othello.--_Revue des Autographes, no 176. Avril, 1895. Paris, Gab.
Charavay_, no 186.

Quatre lettres publiées dans _Études et Récits sur Alfred de Musset_,
_par Mme la vicomtesse de Janzé_. _Plon, 1891. 1 vol. in-12._

103.--17 décembre (1829). «Mon cher monsieur, puis-je espérer que
vous voudrez bien venir entendre», p. 70.

104.--(19 décembre 1829). «Que vous êtes bon d'être venu», p. 71.

105.--Mercredi (1831). «Je suis comme ces femmes enceintes qui croient
toujours», p. 71.

106.--S. D. Fragment: «Une troupe d'oiseaux de passage», p. 73.

107.--6 août 1832. Il le remercie d'une soirée qu'il lui a fait passer
chez ses cousines. _Catalogue de lettres autographes. Vente le 15
novembre 1899, hôtel Drouot. Paris, Noël Charavay, 1899. In-8_, no
116. Fragment.

   DESTINATAIRES INCONNUS.

108.--S. D. «Madame, j'ai une faveur à vous demander pour un de mes
amis». _L'Autographe_, 15 février 1865.

109.--29 août 1854. «Monsieur, il m'est absolument impossible de rien
comprendre à l'erreur singulière». _Miscellanées Bibliographiques.
Rouveyre, 1878. In-8º_, p. 90.

110.--S. D. Billet à une dame: «Je suis tout à vos ordres, madame,
mais vous les donnez de telle façon, que vous me permettrez de
remercier avant d'obéir.--Alfred de Musset». _Catalogue de lettres
autographes, vente Hôtel Drouot, le 27 novembre 1888. Paris, Ét.
Charavay. In-8º_, no 128.

111.--Sous le numéro 1195 des _Nouvelles acquisitions françaises_, est
déposé à la Bibliothèque Nationale, à Paris, un paquet cacheté
renfermant une correspondance, qui ne devra être ouvert et le contenu
publié qu'en 1910.--Voir p. 214.

       *       *       *       *       *

D'autres lettres d'Alfred de Musset doivent encore avoir été
imprimées. Puissent de plus habiles chercheurs les découvrir et les
ajouter à cette nomenclature assurément incomplète.


NOTE

Le MUSÉE FRANÇAIS de mars 1858, publie, page 5, le texte de ce billet
d'Alfred de Musset à Béranger:

  «Je vous aime, d'abord parce que vous vous appelez Béranger; je
  vous aime aussi et beaucoup, parce que vous avez fait le _Voyage
  imaginaire_, le voyage de Grèce; j'aime tant les Grecs.

    «ALFRED DE MUSSET.»

Ceci a dû être écrit en 1828, mais il faudrait retrouver l'original
avant que de l'admettre comme authentique.



   ALFRED DE MUSSET

   BIBLIOTHÉCAIRE DU MINISTÈRE

   ET

   LAURÉAT DE L'ACADÉMIE



ALFRED DE MUSSET

BIBLIOTHÉCAIRE DU MINISTÈRE

ET

LAURÉAT DE L'ACADÉMIE


I

En 1838, Alfred de Musset, déjà célèbre comme poète et écrivain
dramatique, après les _Contes d'Espagne et d'Italie_, et les trois
volumes d'_Un Spectacle dans un Fauteuil_, venait de publier ses
contes et ses nouvelles, dans la _Revue des Deux-Mondes_, montrant
ainsi une nouvelle face de son talent. Mais cela donnait plus de
gloire que de profit: ce que lui rapportaient ses écrits, et la rente
qu'il tenait de sa famille assuraient certainement sa vie matérielle;
mais l'auteur de _Frédéric et Bernerette_ n'eût pas été mécontent de
trouver un emploi qui lui laissât la faculté de travailler à sa guise,
et dont les émoluments lui eussent permis de satisfaire toutes ses
fantaisies.

Cet emploi vint s'offrir de lui-même: Sa Majesté Louis-Philippe,
voulant améliorer les divers services des Bibliothèques de la Maison
du Roi, chargea M. Vatout, son bibliothécaire et secrétaire
particulier, de les réorganiser[91]. Bien qu'il dût connaître M.
Vatout, qui remplissait ces fonctions de secrétaire depuis de longues
années et qu'il n'était pas sans avoir rencontré à Neuilly, Alfred de
Musset préféra s'adresser à son ancien condisciple, le duc d'Orléans,
dont la haute protection ne pouvait lui faire défaut:

--Les journaux annoncent, écrivait-il au duc, que M. Vatout est chargé
de la réorganisation des Bibliothèques de la Maison du Roi: «J'ose
recourir à la bonté de Votre Altesse et la supplier de me recommander
à M. Vatout. J'espère en cette occasion que Votre Altesse Royale me
pardonnera de l'importuner et qu'elle ne voudra bien voir dans les
demandes que je lui adresse qu'un désir de cultiver, grâce aux bontés
de Votre Altesse, des goûts qui ont dirigé toutes mes études et
auxquels ma position ne me permet pas de me livrer entièrement[92]».

  [91] Le _Moniteur Universel_ du 15 septembre 1839 consacre une
  notice à M. Vatout. Lors de son admission à l'Académie française,
  _Le National_, dans son numéro du 7 janvier 1848, publia sur le
  nouvel immortel les lignes suivantes qui ne sont pas signées:
  «Monsieur Vatout, directeur des bâtiments civils a été élu
  aujourd'hui par l'Académie française en remplacement de M.
  Ballanche..... qu'a donc fait M. Vatout? Il faut bien l'oser
  écrire enfin! Il a fait deux chansons très gaies, l'une de gaieté
  de corps de garde, l'autre d'une gaieté de moine: _L'Écu de
  France_ et _Le maire d'Eu_! C'est avec ces deux calembourgs qu'on
  s'assied aujourd'hui dans le fauteuil de Bossuet.... On assure
  que ces agréables ordures ont fait les délices de la cour, à ce
  point, qu'un personnage dont la voix a coutume de compter, a
  déclaré qu'il tiendrait pour _ses ennemis personnels_ tous ceux
  qui refuseraient leurs voix à M. Vatout. L'Académie, dans sa
  fière indépendance, se l'est tenu pour dit: elle a ouvert ses
  portes à l'auteur du _Maire d'Eu_ protégé par _L'Ecu de
  France_.....»

  [92] L'original de cette lettre figure au _Catalogue des
  Autographes de M. Charles Keisner, vente hôtel Drouot, 12 mars
  1899, G. Charavay, in-8º_, no 126, qui en cite un fragment.

Le duc d'Orléans avait à coeur de réparer l'accueil déplorable fait
par son père au sonnet _Au Roi, après l'attentat de Meunier_; aussi,
la réponse ne se fit point attendre, et dans une lettre en date du 22
octobre 1838, M. de Montalivet, en même temps que ses félicitations,
adressait à Alfred de Musset copie de l'arrêté suivant:

    «_Ministère de l'Intérieur._

    «ARRÊTÉ:

  «Nous, pair de France, ministre secrétaire d'État au département
  de l'Intérieur,

  «Avons arrêté et arrêtons ce qui suit:

  «_Article Ier._--M. Alfred de Musset est nommé Conservateur de la
  Bibliothèque du Ministère de l'Intérieur, de la collection des
  médailles et du dépôt des ouvrages publiés à Paris et dans les
  départements.

  «_Art. II._--M. Alfred de Musset jouira en la dite qualité et à
  partir du 1er novembre prochain, d'un traitement annuel de trois
  mille francs, qui sera imputé sur le crédit du chapitre 1er du
  budget de notre ministère.

  «_Art. III._--Le Secrétaire Général du Ministère et le chef de
  division de comptabilité générale, sont chargés, chacun en ce qui
  le concerne, de l'exécution du présent arrêté.

  «Fait à Paris, le 19 octobre 1838.

    «MONTALIVET».

La lettre du Ministre était accompagnée d'une lettre de son Secrétaire
Général:

    «Paris, 22 octobre 1838.

    «Monsieur,

  «Je ne puis laisser partir la lettre de M. de Montalivet, qui vous
  annonce votre nomination de Conservateur de la Bibliothèque du
  Ministère de l'Intérieur, sans y joindre un témoignage de la
  satisfaction que cette décision m'a fait éprouver. Quand vous
  viendrez au Ministère, je vous prie de prendre la peine de passer
  à mon cabinet. Je désirerais causer avec vous de différentes
  choses relatives à vos nouvelles fonctions.

  «Agréez, Monsieur, l'assurance de ma considération distinguée.

    «EDMOND BLANC».

    «A monsieur Alfred de Musset.»

Alfred de Musset s'empressa d'adresser ses remerciements au Ministre:

    «Paris, 23 octobre 1838.

    «Monsieur le Comte,

  «Permettez-moi de vous témoigner la vive reconnaissance dont me
  remplit la lettre pleine de grâce et de bonté par laquelle vous
  voulez bien me prévenir de la décision que vous venez de prendre à
  mon égard. Je ne puis répondre à la faveur dont vous m'honorez
  qu'en vous suppliant de croire que je m'estimerai heureux si mes
  services peuvent être de quelqu'utilité.

  «Veuillez aussi être persuadé, Monsieur le Comte, que si mon
  travail et mes efforts peuvent jamais me conduire à quelque
  succès, je n'oublierai en aucune circonstance que c'est à vous que
  je le devrai.

  «Je suis avec le plus profond respect, Monsieur le Comte, votre
  très humble et très dévoué serviteur.

    «ALFRED DE MUSSET».

Cette nomination fit quelque peu crier, parce que c'était encore un
rédacteur de la _Revue des Deux-Mondes_, déjà très favorisée, qui en
était le bénéficiaire:

  «UNE FEUILLE LITTÉRAIRE TRANSFORMÉE EN FEUILLE DES BÉNÉFICES.

  «Voici la liste des grâces accordées aux rédacteurs de la _Revue
  des Deux-Mondes_:

  M. Buloz, nommé commissaire royal près le Théâtre Français.

  M. Loeve-Weimars, nommé secrétaire d'ambassade.

  M. Lerminier, nommé maître des requêtes.

  M. Edgard Quinet, nommé professeur de littérature étrangère à la
  Faculté des Lettres de Rennes.

  M. Gustave Planche, nommé professeur de littérature anglaise à la
  Faculté des Lettres de Bordeaux.

  M. Marmier, nommé professeur à la Faculté de Montpellier.

  M. Alfred de Musset, nommé Bibliothécaire du Ministère de
  l'Intérieur.

  M. Henri Blaze, attaché à l'ambassade de Danemarck.

  On ne dit pas ce qu'a obtenu le portier de l'établissement».

Telles sont les réflexions émises par le _Charivari_ du 17 octobre
1838. Mais on était unanime à trouver juste que l'auteur du poème sur
la _Naissance du Comte de Paris_ reçût une récompense, lui qui, admis
dans l'intimité du Duc d'Orléans, s'était jusqu'à ce jour tenu à
l'écart et n'avait pas profité de l'amitié que lui portait le fils du
Roi, non plus que des relations de sa famille avec celle du
Prince[93], pour se faire donner quelque sinécure largement rétribuée.

 [93] Un cousin d'Alfred de Musset, de la branche des Musset-Signac,
 M. Adolphe-Louis de Musset, avait longtemps administré les
 propriétés que la famille d'Orléans possédait à La Ferté-Vidame et
 à Dreux. Ce fut la Révolution de 1848 qui le délogea de sa charge.
 Paul de Musset parle de lui dans la _Biographie_ d'Alfred, in-12,
 p. 180.

Peu de jours après sa nomination, Alfred de Musset eut une première
entrevue avec M. Edmond Blanc, et, n'ayant pas reçu les indications
qui lui avaient été promises, il lui écrivait de nouveau:

    «4 novembre 1838.

    «Monsieur le Secrétaire Général,

  «Lorsque vous m'avez fait l'honneur de me recevoir, vous avez eu
  la bonté de me dire que je recevrais de votre part quelques
  indications relatives à la bibliothèque du ministère. C'est à
  partir du 1er novembre que mes fonctions devaient commencer. La
  crainte que vos nombreuses occupations ne me fassent oublier, et
  l'ignorance où je suis du lieu même où je dois me présenter, me
  font prendre la liberté de vous rappeler la promesse que vous avez
  bien voulu me faire.

  «J'ai l'honneur d'être, Monsieur, avec la plus haute
  considération,

  «Votre très humble et très dévoué serviteur,

    «ALFRED DE MUSSET.

    «59, rue de Grenelle-Saint-Germain».

Une seconde entrevue eut vraisemblablement le résultat désiré et
Alfred de Musset y reçut les instructions complémentaires qu'il
demandait, car il entra bientôt en fonctions; il est juste de dire
qu'elles lui laissaient de si grands loisirs, qu'au ministère même,
bien des personnes ne se doutaient pas qu'il y eût un bibliothécaire.
C'était à ce point qu'Alfred de Musset ne venait pas toujours chercher
lui-même ses appointements comme le témoigne ce billet que je copie
parmi deux ou trois autres analogues[94].

  [94] _Catalogue d'une collection d'autographes, vente hôtel
  Drouot, le 30 mai 1896. Paris, Et. Charavay. In-8º_, no 85.

    «_Monsieur Marette, au Ministère de l'Intérieur._

  «Je serai obligé à Monsieur Marette s'il veut avoir la
  complaisance de remettre au porteur de cette lettre mes
  appointements du mois de mars.

  «Son très humble serviteur,

    «ALFRED DE MUSSET».

    «31 mars 1840».

J'ajouterai que cette légende subsiste encore aujourd'hui dans les
bureaux du ministère de l'intérieur, qu'un jour, un des amis du poète
l'ayant rencontré à la porte du ministère et lui ayant demandé: «Que
faites-vous là?» Musset aurait répondu: «Je suis venu voir si ma
bibliothèque existait réellement».

Personne, du reste, ne lui adressait le moindre reproche et je n'ai
trouvé que l'_Artiste_ qui, dans sa livraison du 27 mars 1842, ait
essayé une légère protestation.... en faveur de Paul de Musset:

  «.....A vrai dire, et tout en applaudissant de grand coeur à cette
  mesure, qui nous semble très juste et très digne, nous concevrions
  plutôt que cette place eût été donnée au frère de l'auteur de la
  _Confession d'un Enfant du Siècle_, à M. Paul de Musset, qui a
  fait tant d'ingénieuses et spirituelles esquisses de la
  _Fronderie_ et qui a donné la preuve au moins d'une réelle et
  intelligente érudition historique.--VAUVE DES ROYS.»

       *       *       *       *       *

En 1845, Alfred de Musset fut nommé Chevalier de l'Ordre Royal de la
Légion d'Honneur:

    «Paris, ce 30 avril 1845.

    «Monsieur,

  «J'ai l'honneur de vous informer que, par une Ordonnance signée le
  24 courant, le Roi vous a nommé Chevalier de l'Ordre Royal de la
  Légion d'Honneur.

  «Je me félicite, Monsieur, d'avoir à vous transmettre ce
  témoignage de la bienveillance de Sa Majesté et de l'estime
  qu'elle fait de vos travaux.

  «Agréez, Monsieur, l'assurance de ma considération la plus
  distinguée.

    «_Le Ministre de l'Instruction publique_,

    «SALVANDY.

    «A Monsieur Alfred de Musset, homme de lettres».

Et le 1er mai paraissait cet entrefilet au _Moniteur Universel_ (p.
1144), car l'insertion des nominations dans l'ordre de la Légion
d'Honneur ne devint obligatoire qu'à dater du 19 juillet 1845.

  «MM. de Balzac, Frédéric Soulié et Alfred de Musset viennent
  d'être nommés membres de la Légion d'Honneur».

Dans son Courrier de Paris, l'_Illustration_ du 3 mai 1845 commente
ainsi cette triple nomination:

  «.....On annonce que le gouvernement vient de donner la croix
  d'honneur à MM. de Balzac, Alfred de Musset et Frédéric Soulié. Un
  journal félicite le Ministère, qui, spontanément et sans y être
  sollicité par MM. de Balzac, Musset et Soulié, a fait cette
  galanterie aux trois écrivains, bouquet de fête du 1er juillet.
  Assurément, MM. Musset, Soulié et Balzac ont plus d'esprit et de
  talent qu'il n'en faut pour se passer d'une croix et d'un ruban,
  mais puisqu'ils ne l'ont pas demandée et qu'on la leur donne, ils
  n'ont rien à se reprocher. Ce sont de ces petits cadeaux qui ne
  font plus guère de tort à personne et qui entretiennent l'amitié.
  Peut-être est-ce un acte de contrition que fait le gouvernement
  pour tant de croix attachées sur tant de poitrines équivoques?
  Peut-être aussi commence-t-on à reconnaître que le plus sûr moyen
  d'honorer la croix d'honneur, après tant de croix jetées à la
  faveur aveugle et à la vanité mendiante, et de décorer les hommes
  qui la méritent véritablement, consisterait à la donner à ceux qui
  ne la demandent pas.....»

       *       *       *       *       *

Le 24 février 1848, éclata la Révolution qui renversa Louis-Philippe,
et le lendemain entrait en fonctions un gouvernement provisoire
composé de MM. Alphonse de Lamartine, Adrien Crémieux, Marie,
Garnier-Pagès, Dupont (de l'Eure), Ledru-Rollin et Arago.

Le 20 avril 1848, le _Moniteur Universel_ publiait un premier décret
réglementant la bibliothèque du Ministère de l'Intérieur.

Le 5 mai, paraissait au même _Moniteur Universel_, un nouveau décret:

    «_Au nom du Peuple Français,_

    «Le Gouvernement Provisoire,

  «Considérant que la réorganisation générale des services publics
  doit entraîner de nombreuses réformes et suppressions
  d'emplois;..................................................

  «Décrète ce qui suit:

  «_Article I._--Les fonctionnaires et employés qui, du 25 février
  au 25 juillet de la présente année, auront été réformés, pour
  cause de suppression d'emploi, de réorganisation ou par toute
  autre mesure administrative qui n'aurait pas le caractère de
  révocation ou de destitution, pourront obtenir pension s'ils
  réunissent vingt ans de services, dont quinze ans au moins
  entièrement accomplis dans la partie active ou vingt-cinq ans
  indistinctement accomplis dans la partie active ou sédentaire.

  «Cette pension sera calculée pour chaque année de service civil à
  raison d'un soixantième du traitement moyen des quatre dernières
  années d'exercice. En aucun cas, elle ne devra excéder le maximum
  de la pension de retraite affectée à chaque emploi.

  «_Art. II._--Ceux des fonctionnaires et employés réformés qui ne
  comporteront pas la durée de service exigée par l'article
  précédent, obtiendront une indemnité temporaire réglée dans les
  proportions fixées par le dit article et dont la jouissance sera
  limitée à un temps égal à celui de la durée de leur service dans
  le ministère ou l'administration où se terminera leur activité.

  «_Art. III._--

  «Fait à Paris, le 2 mai 1848, en Conseil de Gouvernement.

    «_Les Membres du Gouvernement Provisoire:_

    «DUPONT (de l'Eure), ARAGO, FLOCON,
       LAMARTINE, ALBERT CRÉMIEUX,
       GARNIER-PAGÈS, ARMAND MARRAST,
       MARIE, LOUIS BLANC, LEDRU-ROLLIN.

   «Pour copie conforme:
   «_Le Chef du Secrétariat,_
   «B. SAINT-HILAIRE».

Trois jours plus tard, étaient signés ces deux arrêtés, qu'on évita
soigneusement de publier[95]:

    «RÉPUBLIQUE FRANÇAISE.

    «Paris, 5 mai 1848.

    «Au nom du Peuple,

  «Le Ministre de l'Intérieur arrête:

  «Le citoyen Alfred de Musset, bibliothécaire au Ministère de
  l'Intérieur, est révoqué de ses fonctions.

    «LEDRU-ROLLIN».


    «RÉPUBLIQUE FRANÇAISE.

    «Paris, 5 mai 1848.

    «Au nom du Peuple,

  «Le Ministre de l'Intérieur arrête:

  «Le citoyen Marie Augier est nommé aux fonctions de bibliothécaire
  au Ministère de l'Intérieur; il jouira d'un traitement de 3,000
  francs à partir du 1er mai courant.

   «LEDRU-ROLLIN».

  [95] Archives du Ministère de l'Intérieur.

On voit, par ces textes, que le citoyen ministre appelait les choses
par leur nom et aimait les situations nettes[96]. Mais était-ce bien
Ledru-Rollin le véritable auteur de cette révocation? Il est permis
d'en douter. Nul n'ignore que le ministre de l'Intérieur avait pour
conseiller intime l'héroïne de Venise qui, subitement éprise des
théories socialistes, venait de se lancer dans la politique et
stupéfiait ses concitoyens par les principes qu'elle émettait dans les
_Bulletins de la République_. Ce simple rapprochement de noms suffit,
ce me semble, pour indiquer la part de responsabilité qui incombe à
chacun. Et, même en admettant que George Sand n'eût pas demandé la
destitution de Musset, qu'elle ait simplement laissé faire
Ledru-Rollin qui la signa pour lui complaire, elle eut un tort
immense, car il y allait de son honneur d'empêcher cet acte, pour ne
pas être accusée de basse vengeance, et si elle ne le pouvait, elle
eût au moins dû protester publiquement, afin d'éviter tout soupçon.

  [96] Voir: _Études et Récits sur Alfred de Musset_, par Mme la
  Vicomtesse de Janzé. Paris, Plon, 1891. 1 vol. in-12, p. 92. On y
  trouvera le texte d'une lettre d'Alfred de Musset à Mme E. de
  Girardin, dans laquelle il la prie de garder le silence sur cette
  destitution.--Lettre de Maxime Du Camp dans le _Figaro_ du 25
  septembre 1882.

L'arrêt qui le frappait fut notifié à Alfred de Musset par cette
lettre qui ne lui parvint que dans les premiers jours du mois de juin,
M. Recurt, docteur-médecin, étant Ministre de l'Intérieur, M.
Ledru-Rollin ayant été révoqué le 11 mai 1848[97]:

    «Citoyen,

  «J'ai le regret de vous annoncer que par un arrêté du 5 mai
  courant, le Ministre vous a admis à faire valoir vos droits à la
  retraite.

  «Salut et Fraternité.

  «Paris, 8 mai 1848.

    «_Le Secrétaire général_,
    «CARTERET».

  [97] Inséré au _Moniteur Universel_ du 13 mai 1848.

Malgré les précautions prises en haut lieu, cette inqualifiable mise à
pied ne tarda pas à être connue, et les journaux, à la seule exception
de ceux payés par le gouvernement, se rangèrent du côté d'Alfred de
Musset:

  LES SALTIMBANQUES, _no 2, juin 1848_.--«Une brutale destitution
  vient de frapper Alfred de Musset; on l'a traité comme un homme
  vulgaire; il est vrai que tous les hommes sont égaux devant
  l'ordonnance du médecin».

  LA PROVIDENCE, _12 juin 1848_.--«M. Alfred de Musset,
  bibliothécaire au Ministère de l'Intérieur, vient d'être révoqué
  de ses fonctions. Si nos informations sont exactes, cette nouvelle
  lui aurait été signifiée de la façon la plus inattendue et la plus
  blessante. Il est impossible de contenir la douleur que de pareils
  actes inspirent. La destitution de M. Lebrun et de M. Mignet était
  déjà un fait déplorable; celle de M. de Musset est un attentat
  envers la littérature française et elle ne peut le laisser passer
  sans protester..... On a donné pour successeur à M. Mignet un
  monsieur Des Reeys, dont le nom n'était connu de personne; le
  remplaçant du poète de _Rolla_ et de _Un Spectacle dans un
  Fauteuil_ est un monsieur Marie Augier, qui n'a rien de commun
  avec l'auteur de _La Ciguë_ et de l'_Aventurière_. Qu'est-ce que
  M. Marie Augier?»

Dans son numéro du 13 juin, _La Providence_ revient encore sur la
destitution d'Alfred de Musset et reproche à M. Flocon d'ôter une
sinécure à un écrivain distingué pour la donner à un homme obscur:
«Ah! si M. de Musset, au lieu d'écrire ses charmants proverbes, avait
seulement fait des bandes pour _La Réforme_!»

L'_Artiste_, du 15 juin, paraphrasant les formules officielles,
annonce qu'en vertu du décret: «Ote-toi de là que je m'y mette, un
grand citoyen, rédacteur de _La Réforme_, est autorisé à prendre les
trois mille francs que touchait M. Alfred de Musset».

Le _Charivari_, du 15 juin, sous le titre de: «Une destitution
anti-littéraire», constate que les hommes du nouveau gouvernement
mettent à bas tous ceux qui ont un renom, pour les remplacer par des
gens obscurs, leurs créatures.

  PAMPHLET QUOTIDIEN ILLUSTRÉ, _15 juin_.--«M. Alfred de Musset
  persistait, malgré le décret du gouvernement provisoire qui
  supprime les titres de noblesse, à conserver son nom patronymique
  en se parant de l'infâme particule. La place de ce factieux de
  lettres a été accordée à un écrivain aussi remarquable par l'éclat
  de son talent que par la persistance de ses opinions
  démocratiques..... Il est vrai que M. Alfred de Musset avait eu le
  tort d'écrire des chefs-d'oeuvre; M. Augier (Marie) n'a aucun tort
  de ce genre à se reprocher: il appartient à _La Réforme_».

Mais la dernière phrase de l'article de _La Providence_ du 12 juin
avait vexé M. Marie Augier, qui adressa cette lettre au directeur:

    «_Au citoyen Rédacteur de_ La Providence,

    «Citoyen Rédacteur,

  «Si l'on en croit l'article que vous publiez ce matin, je suis
  nommé bibliothécaire du Ministère de l'Intérieur, aux lieu et
  place de M. Alfred de Musset.

  «Je n'ai nullement connaissance de cette nomination; je ne l'ai
  point sollicitée, et, n'étant point nommé, je n'ai rien à refuser.

  «Vous demandez ce _que_ c'est que M. Marie Augier?

  «Dans une république, citoyen, non seulement on peut, mais on doit
  demander aux hommes _qui_ ils sont. C'est seulement sous une
  monarchie qu'on demande ce _que_ ils sont.

  «J'aurais passé sous silence votre article de ce matin, mais je me
  devais à moi-même, je devais à mes amis, de déclarer
  qu'aujourd'hui, plus que jamais, ma véritable place est au milieu
  d'eux, en restant ce _que_ je suis, ce _que_ j'ai été,
  _journaliste_, pour défendre la République contre ses ennemis de
  la veille et du lendemain.

    «MARIE AUGIER,
    «Rédacteur de _La Réforme_».

Et cependant l'arrêté de M. Ledru-Rollin existe, qui nomme M. Marie
Augier bibliothécaire?

Mais la plus énergique, la plus chaleureuse protestation fut celle
d'Alexandre Dumas, dans son journal _La France Nouvelle_, du 16 juin
1848:

  «Il y a des choses que nous ne laisserons jamais passer dans
  l'ombre sans aller à elles et sans les traîner au grand jour de la
  place publique...

  «Alfred de Musset, l'auteur des _Romances espagnoles_, du
  _Spectacle dans un Fauteuil_, de cinq ou six romans, de dix
  nouvelles adorables qui sont dans toutes les mémoires, de vingt
  proverbes charmants qui sont sur toutes les tables, Alfred de
  Musset vient d'être révoqué de ses fonctions de bibliothécaire au
  Ministère de l'Intérieur. Qui a permis cet inqualifiable renvoi?
  Est-ce vous, M. Recurt? Oui. Mais qui êtes-vous donc pour toucher
  à un nom comme celui que nous venons de prononcer? D'où
  venez-vous, si vous ne le connaissez pas? De quel droit, vous qui
  êtes obligé, pour ajouter un titre à votre nom, de vous appeler
  républicain de la veille, de quel droit venez-vous, fort de la
  position que vous avez escamotée, reprendre à un homme de génie la
  position qu'il a conquise?

  «...Comment, voilà un écrivain qui a doté notre langue d'une
  admirable poésie; voilà un poète qui est le frère de Lamartine, de
  Hugo et de Byron; voilà un romancier qui est le rival de l'abbé
  Prévost, de Balzac, de George Sand; voilà un auteur dramatique
  qui, avec un seul acte, a fait gagner à la Comédie-Française plus
  d'argent que vous ne lui en donnez, vous, en six mois; voilà,
  enfin, un de ces penseurs qui n'a pas une seule fois sacrifié la
  dignité de l'art aux ambitions de fortune et de position; voilà un
  génie qui n'a demandé à Dieu et aux hommes que la liberté de vivre
  et de penser à son aise; qui n'a jamais été ni d'un club
  politique, ni d'une coterie littéraire; et il se trouve un
  ministre qui passe, et qui, en passant, lui prend, pour y mettre
  qui donc? la place qui lui assurait cette liberté qu'il demandait,
  et qui n'était pas même l'_aurea mediocritas_ d'Horace. Oh! c'est
  pitié qu'il y ait tant de places en France, que nos républicains
  en ont tous; qu'ils en ont pour eux, pour leurs frères, pour leurs
  fils, pour leurs neveux, pour leur coiffeur, pour leur valet de
  chambre, pour leurs usuriers; et qu'il se trouve un poète, Alfred
  de Musset, à qui la République vienne prendre sa place. Ils ne
  savent donc pas, les hommes qui font de pareilles choses, qu'ils
  n'avaient qu'un moyen de transmettre leurs noms à l'avenir,
  c'était de faire juste le contraire de ce qu'ils font. Ils ne
  savent donc pas qu'il y a une royauté que ni émeute, ni barricade,
  ni révolution, ni république ne changeront, c'est la royauté de la
  pensée du génie.....»

Alexandre Dumas termine en faisant un appel à Lamartine, poète et
législateur; mais, hélas! M. de Lamartine était beaucoup trop occupé
de lui-même pour prêter la moindre attention aux autres, surtout
lorsque ces autres ne pouvaient lui être d'aucune utilité pour le
maintenir dans sa situation politique.

A la lecture de ces lignes, Alfred de Musset s'empressa de remercier
leur auteur par une lettre que la _France Nouvelle_ inséra dans son
numéro du 21 juin:

    «Vendredi, 16 juin 1848.

    «Mon cher Dumas,

  «Je viens de lire la _France Nouvelle_ et j'irai vous serrer la
  main. Mais il faut que je vous remercie à l'instant même de la
  vive émotion que je ressens. Vous me rendez fier, mon ami, et vous
  me donnez le droit de l'être, lorsqu'un homme tel que vous daigne
  écraser une petite maladresse sous de si belles, si braves et si
  nobles paroles.

  «Une autre impression encore m'a été au coeur, c'est notre vieille
  amitié toujours jeune, et ce sentiment plein de force et de
  dignité qui fait qu'ayant dans les mains l'arme la plus puissante
  et la plus redoutable, si vous tirez l'épée pour attaquer, c'est
  en même temps pour défendre.

  «A vous de coeur

    «ALFRED DE MUSSET».

De son côté, la _Patrie_ du 16 juin prenait violemment à partie M.
Recurt:

  «.....Ce grand ministre peut bien laisser autour de lui se
  dorloter dans les directions et dans les bureaux, des employés
  supérieurs très connus pour le mal qu'ils n'ont cessé de répandre
  dans les Beaux-Arts. Mais un poëte, un pauvre diable, qui n'a que
  du talent et du génie, deux misères! un fou qui est resté attaché
  à sa vocation comme à sa chaîne! Ah! fi! c'était à faire rougir la
  gent administrative. Et M. Recurt a rayé d'un trait de plume le
  nom de M. de Musset. Il y a longtemps que les sarcasmes de
  Molière, à l'endroit des médecins, tourmentaient M. le docteur
  Recurt; il se venge sur M. Alfred de Musset. Le pauvre
  homme!.....»

Si peu sensible qu'ils eussent l'épiderme, les hauts personnages du
Ministère de l'Intérieur finirent par se sentir désagréablement
chatouillés par toutes les choses désobligeantes qui leur étaient
dites, et M. Dieudonné, chef de cabinet de M. Recurt, écrivit au
directeur de la _Patrie_:

    «Paris, 17 juin 1848.

    «Citoyen Rédacteur,

  «Dans un article très long, mais fort peu bienveillant, vous
  annoncez que le citoyen Recurt, ministre de l'intérieur, a révoqué
  de ses fonctions de bibliothécaire du ministère de l'intérieur le
  citoyen Alfred de Musset.

  «La seule réponse qu'on puisse faire à cet article est que le
  citoyen Recurt, ministre de l'intérieur, n'a pas plus révoqué le
  citoyen Musset qu'il n'a pourvu à son remplacement.

  «Je vous prie, citoyen Rédacteur, de bien vouloir insérer cette
  lettre dans la _Patrie_ de ce soir.

  «Salut et fraternité.

  «DIEUDONNÉ».

Cette lettre fut publiée dans la _Patrie_ du 18 juin, et le 20 juin,
le même journal donnait la réponse d'Alfred de Musset:

   «Monsieur,

   «Je lis dans votre journal qu'on avait annoncé par erreur
   que j'étais destitué de la place de bibliothécaire, et que le
   ministre a fait démentir ce bruit. Voici, à ce sujet, la lettre
   que j'ai reçue un mois après sa date:

   (_Suit la lettre de M. Carteret du 8 mai 1848_).

   «Cette lettre, vous le voyez, est aussi claire que laconique.
   Quant aux droits à la retraite, pour en avoir, il faudrait que
   j'eusse été nommé bibliothécaire à l'âge où j'apprenais à lire.
   Veuillez croire, Monsieur, que je n'aurais jamais songé à
   entretenir le public d'une chose de si peu d'importance, si je
   n'étais pas profondément touché des marques d'intérêt et de
   bienveillance que j'ai reçues de la presse en cette occasion.

   «Veuillez agréer, Monsieur, l'assurance de ma parfaite
   considération.

    «ALFRED DE MUSSET».

Ces deux lettres firent le tour de la presse, accompagnées des marques
non équivoques du mépris qu'inspirait la conduite de ceux qui, par un
misérable jeu de mots, voulaient égarer l'opinion [98]. Quant à
liquider la pension de retraite d'Alfred de Musset, en vertu de
l'article 2 du décret du 2 mai 1848, il n'en fut jamais question.

  [98] Voir: _Charivari_, 16 juin. Le _Commerce_, 18 et 20 juin.
  Les _Saltimbanques_, 18 juin. La _Presse_, 19 et 30 juin. Le
  _Pamphlet quotidien_, 21 juin. La _Providence_, 21 juin. Le
  _National_, 21 juin. _Nouvelles du jour_, 22 juin. Le _Petit-fils
  du Père Duchesne_, 21-24 juin. _Artiste_, 1er juillet. Le _Mois_,
  16 juillet 1848.--La _Comédie parisienne_, journal d'Albéric
  Second, dans sa livraison du 10 mai 1857, p. 292; publie deux
  lettres: l'une d'Alfred de Musset, l'autre d'Albéric Second,
  relatives à cette destitution. Dans le tome II de ses
  _Confessions_ (Dentu, 1885. In-8º, p. 342), Arsène Houssaye
  revient sur ce sujet.

  LE PAMPHLET QUOTIDIEN ILLUSTRÉ, _20 juin 1848_.--«...Subterfuge
  odieux, escobarderie ridicule! mensonge trois fois stupide! Non,
  ce n'est pas M. Recurt qui a révoqué le noble esprit! C'est
  monseigneur Ledru-Rollin, ex-pacha de l'intérieur: Ah! vous
  espériez donner le change à la presse! Ah! vous vouliez nous
  _flouer_ la vérité comme vous nous avez floué la république! Comme
  vous vous êtes partagé les ministères! Intelligences abruties par
  le pouvoir et la popularité, vous vous attaquez aux poëtes
  maintenant, c'est-à-dire à quelque chose de plus inoffensif qu'un
  enfant, de plus faible qu'une femme, de plus sacré qu'un prêtre.
  Platon chassait les poëtes de la République, mais il ne les
  condamnait pas au dénuement; il les reconduisait à la frontière au
  son des doubles flûtes et des cymbales d'airain; il couronnait
  leurs têtes de fleurs comme l'agneau des sacrifices, et les disait
  fils des dieux. Vous, _vous flanquez à la porte_, brutalement,
  mesquinement, stupidement! Voilà bien les profanateurs, et quels
  profanateurs! les écrivains des fameux _Bulletins_ de la
  république... Que dira l'avenir, quand on écrira: Lamartine était
  tout puissant, Alfred de Musset ne fut rien, pas même
  bibliothécaire...»

La _Liberté_ du 22 juin ayant publié l'entrefilet suivant:

  «M. Alfred de Musset n'a point, comme on l'avait cru, été révoqué
  de ses fonctions de bibliothécaire du ministère de l'intérieur.»

Le _Pamphlet quotidien_ du 23 juin releva vertement cette récidive de
mensonge, ajoutant: «Nous tenons de bonne source que la Société des
Gens de Lettres doit protester publiquement contre l'affront fait aux
lettres dans la personne de M. Alfred de Musset».--Dans le _Gamin de
Paris_ du 21-24 juin, Fouyon plaide la cause d'Alfred de Musset et
demande qu'on nous laisse nos poètes: «On dit que les savants n'aiment
quelquefois pas les poètes; mais tu ne peux donner ce motif-là,
toi».--Alexandre Dumas attaque de nouveau M. Recurt dans la _France
Nouvelle_ du 24 juin.--Il n'est pas jusqu'au _Diogène Sans Culotte_
(22-25 juin) qui ne fasse entendre sa voix.

Voici donc la bibliothèque du Ministère de l'Intérieur sans titulaire,
Alfred de Musset ayant été destitué, et M. Marie Augier n'ayant pas
accepté sa nomination. Malgré mes recherches, il m'a été impossible de
savoir quel avait été le successeur immédiat d'Alfred de Musset et à
quelle époque remontait sa nomination. Le _Moniteur Universel_ du 7
juillet publie un arrêté du président du Conseil des ministres (E.
Cavaignac), pris sur la proposition du ministre de l'intérieur
(Senart), portant organisation du personnel du ministère de
l'intérieur, dont un bibliothécaire archiviste, aux appointements de
4,000 fr. Mais il n'y a pas trace d'une nomination quelconque.

Le _Corsaire_ du 24 août dit: «Voilà quelques jours, une ordonnance
vient de se glisser dans les colonnes du _Moniteur_, qui nomme M.
Édouard Charton aux fonctions précitées». Il doit y avoir erreur, par
suite de similitude de nom: le _Moniteur_ du 10 août donne un arrêté
qui nomme M. Édouard Carteron bibliothécaire du Ministère des Affaires
étrangères. On ne trouve pas, aux archives du Ministère de
l'Intérieur, trace d'arrêté de nomination de M. Édouard Charton. Il
est vrai que d'avril à décembre 1848, le classement des pièces
présente plusieurs lacunes, ce qui n'a rien d'étonnant, vu le nombre
de ministres, secrétaires et chefs de cabinet, qui se sont succédé en
quelques mois.

Ce qu'il y a de certain, c'est qu'à la date du 1er janvier 1849,
l'emploi de bibliothécaire du Ministère de l'Intérieur était occupé
par M. Niel, antérieurement chef de bureau au même ministère. Mais à
quelle date précise a-t-il pris possession de ces fonctions, c'est ce
qu'il n'a pas été possible de vérifier, l'arrêté de sa nomination ne
se trouvant pas aux archives.


II

L'Académie Française, blessée par les procédés des citoyens
Ledru-Rollin et Recurt, et autant pour dédommager un peu le poète de
la brutale destitution qui l'avait frappé, que pour protester contre
les actes des hommes au pouvoir, résolut d'attribuer un prix à Alfred
de Musset. Le choix porta sur la fondation de M. le comte de Maillé
Latour-Landry[99]; l'intention était bonne, mais son application donna
lieu à de fâcheuses interprétations; l'Académie n'eut pas le courage
de dire qu'elle voulait réparer une injustice, et les termes dont elle
se servit pour déguiser son offrande ne pouvaient être plus mal
choisis.

  [99] Le _Moniteur Universel_ du 13 octobre 1839 donne le texte du
  testament de M. le comte de Maillé, qui crée ce prix: «Art. 5.
  Mon intention est de faire une fondation utile à la littérature
  et aux beaux-arts, en secourant les jeunes auteurs ou artistes
  pauvres. Malfilâtre, Gilbert, Escousse, Moreau et de jeunes
  artistes dont le sort a été analogue, sont les exemples frappants
  de beaux talents à leur printemps que la misère a empêchés de
  porter leurs fruits. Un secours, peut-être modique, eût suffi à
  les préserver et eût valu peut-être des chefs-d'oeuvre. Je lègue
  à l'Académie Française et à l'Académie royale des Beaux-Arts une
  somme de 30,000 francs pour la formation d'un secours à accorder
  chaque année, au choix de chacune de ces Académies
  alternativement, à un jeune écrivain ou artiste, pauvre, dont le
  talent, déjà remarquable, paraîtra mériter d'être encouragé à
  poursuivre sa carrière dans les lettres ou les beaux-arts».

Alfred de Musset fut proclamé lauréat dans la séance du 17 août 1848
(voir le _Moniteur Universel_ du 18 août). Aussitôt qu'il en fut
averti, le poète, ne connaissant pas les qualificatifs qui
accompagnaient ce prix, écrivit une lettre de remerciement au
Directeur de l'Académie, lettre que nous retrouverons plus loin. Mais
quand, après la séance publique, il sut les motifs allégués, devenu
fort perplexe, il demanda conseil à son frère Paul:

    «Mon cher ami,

  «En voilà une tuile désagréable! J'étais averti que l'Académie me
  décernait un prix, mais je ne savais pas en quels termes. On vient
  de me les dire et je les trouve blessants. Il y a vingt ans que
  j'écris; j'en ai tout à l'heure trente-huit, et on m'apprend que
  je suis un jeune homme qui mérite d'être encouragé à poursuivre sa
  carrière. Quand la critique me fait de ces compliments-là, je les
  méprise; mais de la part de l'Académie, c'est plus grave. Il m'en
  coûterait de paraître orgueilleux ou susceptible, et cependant,
  puis-je à mon âge me laisser traiter d'écolier? Que faire? J'ai
  besoin d'avoir ton avis là-dessus. Attends-moi ce soir avant de te
  coucher ou laisse la clef à ta porte. Il faut que nous causions
  ensemble[100].

    «Jeudi soir [17 août 1848].

    «ALFRED DE MUSSET.»

  [100] Publié: _OEuvres posthumes d'Alfred de Musset. Paris,
  Charpentier, 1867. 1 vol. in-12_, p. 237.

Il fut décidé qu'Alfred de Musset, prenant un moyen terme, accepterait
le prix, mais ne le conserverait pas. Le _National_ du 19 août tourna
tant soit peu en ridicule Messieurs de l'Académie:

  «Nous admirons fort l'Académie d'avoir su découvrir que M. Alfred
  de Musset, après dix-huit ans de succès, était un talent _déjà_
  remarquable et méritait d'être encouragé à poursuivre sa carrière
  dans les lettres. Cela prouve un discernement profond. Nous
  admirons cette condescendance de vouloir bien encourager un
  talent consacré par l'estime du public, depuis ses débuts qui
  datent de 1830; nous admirons cette complaisance à reconnaître que
  ce talent commence à donner des _espérances_, lorsque tout le
  monde, excepté les académiciens qui ne lisent rien, sait par coeur
  ses poésies; lorsqu'il n'y a pas de jour où les affiches des
  théâtres n'annoncent ses pièces, que les académiciens ne
  connaissent point, parce qu'ils se gardent bien d'aller au
  spectacle et de se tenir au courant de la littérature dramatique;
  lorsque le Théâtre de la République doit à M. Alfred de Musset ses
  merveilleuses recettes: encourager ce talent à poursuivre sa
  carrière, c'est trop de bonté.....»

Le _Charivari_ du 19 août accentue la note et espère que «M. de Musset
ne peut pas être complice de cet acte», lui qui perd un traitement de
trois mille francs, et dont les pièces sont les seules qui fassent
recette au Théâtre Français. Non, l'Académie a manqué de dignité pour
elle et pour le poète; si elle veut à toute force servir M. de Musset,
pourquoi ne lui donnerait-elle pas le fauteuil laissé vide par la mort
de Chateaubriand: «Voilà comment l'Académie se fût honorée en honorant
le poète; mais ce prix Maillé Latour-Landry, fi donc! jamais je ne
pourrai oublier le sourire et l'ironie de M. Villemain en proclamant
la décision de l'Académie».

Le _Bien Public_ du 21 août insère une note sur cette attribution.

A la suite de sa conférence avec son frère, Alfred de Musset avait
adressé une lettre au _National_, qui la publia dans son numéro du 21
août, avec ce commentaire[101]:

  «Nous recevons de M. Alfred de Musset, une lettre qui ne nous
  étonne pas de la part d'un poëte homme de coeur. Nos lecteurs, qui
  sont au courant des termes du programme des prix décernés en 1848
  par l'Académie Française, apprécieront le sentiment de modestie
  et de générosité qui a dicté cette lettre, et l'Académie elle-même
  ne peut manquer d'approuver la destination donnée par M. Alfred de
  Musset au prix d'encouragement qu'elle lui a décerné.»

    «Au citoyen rédacteur du journal le _National_.

    «Paris, ce 20 août 1848.

    «Monsieur,

  «L'Académie Française m'a fait l'honneur, dans sa dernière séance,
  de me donner le prix fondé comme encouragement par M. le comte de
  Maillé de Latour-Landry. Ce secours, accordé pour un an, consiste
  en une somme de treize cents et quelques francs, intérêts d'un
  capital de 30.000 fr. légué par le testateur et placé en rentes
  sur l'État.

  «Voulez-vous être assez bon, monsieur, pour ajouter cette somme à
  celles que vous avez déjà reçues en faveur des victimes des
  événements de juin 1848? Je m'empresserai de la verser entre vos
  mains aussitôt qu'elle me sera parvenue.

  «Veuillez agréer, Monsieur, l'assurance de ma parfaite
  considération.

    «ALFRED DE MUSSET.»

  [101] Publié: _Mélanges de littérature et de critique, par Alfred
  de Musset. Paris, Charpentier, 1867. 1 vol. in-12_, p. 274.

Le _Corsaire_ du 23 août approuve cette lettre.

Mais dans sa séance du jeudi 24 août 1848, l'Académie Française décida
que la _Note_ suivante serait adressée au _Moniteur Universel_, qui
l'inséra dans son numéro du 25 août:

  «Une lettre publiée dans plusieurs journaux et signée de M. Alfred
  de Musset, ferait penser que l'Académie Française avait légèrement
  attribué à cet écrivain distingué, le prix fondé par M. Maillé
  Latour-Landry. La seule réponse à faire, c'est que l'Académie n'a
  pris cette décision qu'après s'être assuré que M. Alfred de Musset
  connaissait le caractère de ce prix et qu'il l'accepterait; et, en
  effet, il a remercié l'Académie par la lettre suivante:

    «Monsieur le Directeur,

  «J'ai reçu avec reconnaissance la faveur dont on a bien voulu
  m'honorer.

  «Permettez-moi de vous prier de faire agréer tous mes
  remerciements à l'Académie.

  «Veuillez, Monsieur le Directeur, recevoir l'assurance de ma
  parfaite considération.

    «ALFRED DE MUSSET.»

  «L'Académie décide que la présente note sera transmise au
  _Moniteur_ avec prière de la publier.

    «Certifié conforme:

    «_Le Secrétaire perpétuel de l'Académie Française._

    «VILLEMAIN.»

Le _National_, où Paul de Musset venait d'entrer comme rédacteur,
répondit le 27 août à Messieurs de l'Académie:

  «L'Académie Française paraît s'être émue de la destination
  patriotique donnée par M. Alfred de Musset au prix fondé par M. de
  Maillé Latour-Landry. Une note publiée dans le _Moniteur_ d'hier
  et signée de M. Villemain, affirme que M. Alfred de Musset, en
  acceptant ce prix, en connaissait le _caractère_, et cette note
  est accompagnée de la lettre de remerciement et d'acceptation du
  poëte. Si le but de cette réclamation officielle de l'Académie est
  de répondre aux réflexions du _National_ et de plusieurs autres
  journaux sur les termes du programme de la séance du 17 août,
  l'Académie eût mieux fait de garder le silence. Car nous savons et
  nous répétons que, si M. de Musset avait été averti du _caractère_
  de ce prix, il n'a connu le _texte_ blessant du programme que le
  jour de la séance publique. Ni la lettre d'acceptation, ni la note
  de M. Villemain ne détruisent l'exactitude de cette assertion.
  Mais si l'Académie Française trouve mauvais que M. Alfred de
  Musset ait donné le montant du prix qui lui est décerné aux
  victimes des événements de juin 1848, nous regrettons que la note
  de M. Villemain ne s'exprime pas plus nettement sur ce point. Nous
  aurions été bien aises d'être édifiés sur les sentiments de
  l'Académie et le motif de son blâme.»

M. Taxile Delord, dans le _Spectateur Républicain_ du 27 août, après
avoir résumé les arguments des deux parties, leur donne tort à toutes
deux: à l'Académie qui, comme protestation, eût dû admettre Alfred de
Musset dans son sein au lieu de lui jeter une aumône; au poëte, en
changeant la destination primitive du prix Maillé Latour-Landry, au
lieu de le refuser.

Puis, le silence se fit. Le 28 octobre 1848, Alfred de Musset toucha
le montant de son prix, et on trouve dans le _National_ du 16 novembre
cette note qui met fin au débat:

  «Nous avons reçu de monsieur Alfred de Musset la somme de treize
  cents francs que nous avons versée entre les mains de M. le Maire
  du 2e arrondissement, pour être distribuée aux blessés des
  journées de Juin 1848».


III

Pendant que ces faits se passaient à l'Académie Française, la Société
des Gens de Lettres ne restait pas inactive. A son instigation, dans
la séance de l'Assemblée Nationale du 11 juillet, le ministre de
l'Intérieur, M. Senart, proposait un arrêté demandant l'ouverture d'un
crédit de 500.000 francs, pour être réparti entre les divers théâtres
de Paris, dont 105.000 francs pour le Théâtre de la République
(Comédie Française).

Le 13 juillet, était nommée une commission de cinq membres, chargée
d'étudier le dossier: MM. Victor Hugo, Félix Pyat, Étienne Arago, Léon
de Malleville et Evariste Bavoux.

Le 17 juillet, lecture en séance publique, à l'Assemblée Nationale,
par le citoyen Victor Hugo, de son rapport sur les subventions à
accorder aux théâtres et d'un projet de décret portant à 680.000
francs le crédit ouvert au Ministre de l'Intérieur.

Le 24 juillet, l'Assemblée Nationale adopte un décret en vertu duquel
un crédit extraordinaire de 680.000 fr. est ouvert au Ministre de
l'Intérieur, pour être répartis entre les divers théâtres de Paris, y
compris le théâtre de la Nation (Opéra); sur ce crédit, une somme de
5.000 francs sera prélevée pour une inspection générale des théâtres.
La répartition sera faite de quinzaine en quinzaine, par cinquièmes
égaux, pour être terminée le 1er octobre. Deux tiers seront affectés
au paiement des artistes et employés, l'autre tiers attribué aux
directeurs.

Dans la même séance, l'Assemblée adopte un autre décret en vertu
duquel un crédit de 200.000 francs est ouvert au Ministre de
l'Intérieur pour encouragement aux Beaux-Arts, et un crédit de 100.000
francs au Ministre de l'Instruction Publique pour encouragement aux
Belles-Lettres[102].

  [102] Voir: _Moniteur Universel_, 12, 18, 25 juillet et 2
  août.--_Le National_, 14 juillet.--_Bulletin des Lois_, 25
  juillet 1848.

La commission du Ministère de l'Instruction publique (M. de
Vaulabelle, ministre), se composait de MM. Albert de Luynes, Charles
de Rémusat, Hauréau, Littré, L. Dupaty, Prosper Mérimée et P. Génin.

Le 14 septembre 1848, Alfred de Musset écrivait à sa mère, en ce
moment chez sa fille à Angers:

  «.....Le ministre de l'intérieur vient de réparer, un peu et
  jusqu'à un certain point, de la manière la plus aimable, la
  sottise de l'Académie. Les auteurs dramatiques, joués depuis
  février, étaient compris dans les fonds d'indemnité donnés aux
  théâtres. Cela n'a rien que de fort honorable. Il était reconnu
  que les théâtres avaient moins gagné à cause de la Révolution. Par
  conséquent, les auteurs devaient y avoir perdu. On a donc envoyé à
  chacun une petite somme; mon nom a été mis en tête pour mille
  francs. Ce n'est pas le Pérou, mais enfin, les pauvres gens, tu
  sais de quoi ils vivent, et les autres n'ont guère eu que moitié!
  Le Directeur des Beaux-Arts m'a annoncé cela avec les compliments
  les plus flatteurs de la part du Ministre. Tu penses bien que
  cette fois, j'ai accepté: non, ce n'est point comme à l'Académie!
  Qui pourrait en être vexé?.....

  «Ton fils qui t'aime.

    «ALFRED DE MUSSET.»

Ce fut donc cette unique somme de mille francs qui fut remise à Alfred
de Musset, pour l'indemniser de sa destitution par M. Ledru-Rollin.
L'Académie Française répara sa maladresse un peu plus tard, en
admettant le poète au nombre de ses membres, le 12 février 1852 (la
réception officielle n'eut lieu que le 27 mai). Mais la réparation ne
fut complète que le 18 mars 1853, jour où le _Moniteur Universel_
publia ces lignes:

  «Par arrêté en date du 15 mars, Monsieur le Ministre de
  l'Instruction Publique et des Cultes a nommé monsieur Alfred de
  Musset, membre de l'Académie Française, bibliothécaire du
  Ministère de l'Instruction publique.»

Et ce fut le Ministre de l'Instruction publique lui-même, M. Hippolyte
Fortoul, qui, dès 1834, avait été le collaborateur d'Alfred de Musset
à la _Revue des Deux-Mondes_[103], et tenait le poète en haute estime,
qui le voulut prévenir de sa nomination[104]:

    «Paris, le 18 mars 1853.

    «Mon cher monsieur,

  «J'ai le plaisir de vous annoncer que je viens de vous nommer
  bibliothécaire du Ministère de l'Instruction publique, aux
  appointements de 3.000 francs. Ces fonctions que vous n'avez point
  sollicitées, mais que je désirais depuis longtemps vous confier,
  ont été rendues vacantes par un mouvement qui ne dérange aucune
  position acquise. Je m'estime infiniment heureux d'avoir pu
  réparer une partie des torts que vous ont faits nos discordes,
  aujourd'hui oubliées. Je regrette seulement d'avoir si peu de
  chose à offrir à un des hommes dont le talent honore le plus la
  littérature de notre temps.

  «Veuillez croire à tous mes sentiments dévoués.

    «H. FORTOUL.»

  [103] C'est monsieur Fortoul qui, dans la _Revue des Deux-Mondes_
  du 1er septembre 1833, rend compte de la seconde livraison d'_Un
  Spectacle dans un fauteuil_ d'Alfred de Musset.

  [104] Cette lettre est publiée presque textuellement dans la
  _Biographie d'Alfred de Musset par Paul de Musset. Charpentier.
  1877. 1 vol. in-12_, page 322.

Alfred de Musset remplissait encore ces fonctions lors de sa mort.



   TABLE DES MATIÈRES

                                                               Pages

   Les Portraits d'Alfred de Musset                                1

   Alfred de Musset et George Sand                                43

   Index bibliographique                                         101

   Quelques OEuvres inédites ou peu connues d'Alfred
   de Musset                                                     173

   Notice bibliographique sur la Correspondance d'Alfred
   de Musset                                                     221

   Alfred de Musset bibliothécaire du Ministère et lauréat
   de l'Académie                                                 243



   TABLE DES ILLUSTRATIONS

                                                               Pages

   1. _Alfred de Musset_, portrait-charge dessiné à la plume
   par Roger de Beauvoir                                           8

   2. _George Sand_, portrait-charge dessiné au crayon
   par Alfred de Musset                                           45

   L'original de ce dessin appartient à Mme veuve Martellet
   et a précédemment été publié par elle dans son livre
   intitulé: _Dix ans chez Alfred de Musset._

   3. Fac-similé de l'_Ordonnance_ du docteur Pagello             55

   4. Fac-similé de la _Dédicace_ écrite par George Sand
   sur le carnet d'Alfred de Musset                               66

   5. Fac-similé de la _Dédicace_ écrite par Pierre Pagello
   sur le carnet d'Alfred de Musset                               66

   6. _Le Comte d'Essex_, fac-similé de la 4e page du
   manuscrit d'Alfred de Musset                                  178

   7. _Tombeau d'un homme_ qui est allé à l'Opéra-Comique,
   croquis à la plume par Alfred de Musset                       231

   8. _Alfred de Musset et Rachel_, croquis à la plume par
   Alfred de Musset                                              232



CHATEAUDUN

IMPRIMERIE DE LA SOCIÉTÉ TYPOGRAPHIQUE





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Documents Inédits sur Alfred de Musset" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home