Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires de Mr. d'Artagnan
Author: Courtilz de Sandras, Gatien, 1644-1712
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires de Mr. d'Artagnan" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



MEMOIRES
DE
MR. D'ARTAGNAN,

Capitaine Lieutenant de la premiere Compagnie des Mousquetaires du Roi,
Contenant quantité de choses PARTICULIERES ET SECRETTES
Qui se sont passées sous le Regne de LOUIS LE GRAND.


A COLOGNE,
Chez PIERRE MARTEAU,
M. DCC.



Avis au Lecteur.

_L'on trouvera dans le premier Tome de cet Ouvrage quelques Amourettes
qui ne seront peut-être pas du goût du Lecteur. Les gens sages ne
demandent que des choses serieuses, mais il faut considerer que l'Amour
est le partage d'un jeune homme, & que cela ne se pouvoit supprimer sans
altérer la verité. Quand Mr. d'Artagnan a été un peu plus avancé en âge
il s'est corrigé de ce deffaut: C'est ce que l'on trouvera dans les deux
autres Tomes de ces Memoires, qui sont actuellement sous la presse. L'on
y verra même tout ce que peuvent desirer les gens du monde qui ont le
plus d'aversion pour la bagatelle._



AVERTISSEMENT.

Comme il n'y a pas encore long-tems que Mr. d'Artagnan est mort, & qu'il
y a plusieurs personnes qui l'ont connu, & qui ont même été de ses Amis,
ils ne seront pas fâchez, sur tout, ceux qui l'ont trouvé digne de leur
estime, que je rassemble ici quantité de morceaux que j'ai trouvez parmi
ses papiers après sa mort. Je m'en suis servi pour composer ces
Memoires, en leur donnant quelque liaison. Ils n'en avoient point
d'eux-mêmes, & c'est là tout l'honneur que je prétends donner de cet
Ouvrage. Voilà aussi tout ce que j'ai mis du mien. Je ne m'amuse point à
venter sa naissance, quoique j'aye trouvé à cet égard des choses bien
avantageuses parmi ses écrits. J'ai eu peur qu'on ne m'accusât de
l'avoir voulu flatter, d'autant plus que tout le monde ne convient pas
qu'il fut veritablement de la famille dont il avoit pris le nom. Si cela
est il n'est pas le seul qui ait voulu paroître plus qu'il n'étoit. Il
eut un camarade de fortune qui fit du moins la même chose quand il se
vit le vent en poupe: je veux parler de Mr. de Besmaux qui fut Soldat
aux Gardes avec lui, puis Mousquetaire, & enfin Gouverneur de la
Bastille. Toute la difference qu'il y eut entr'eux c'est, qu'après avoir
eu tous deux des commencemens tout égaux, savoir, beaucoup de pauvreté &
de misére, & s'être élevez au delà de leur esperance, l'un est mort
presque aussi gueux qu'il étoit venu au monde, & l'autre extrémement
riche. Le riche, c'est à dire Mr. de Besmaux, n'a pourtant jamais essuyé
un coup de mousquet; mais la flaterie, l'avarice, la dureté & l'adresse
lui ont plus servi que la sincerité, le desinteressement, le bon coeur,
& le courage que l'autre eut en partage. Ils ont été tous deux, à ce
qu'il faut croire, bons serviteurs du Roi; mais l'un jusques à la
bourse: de sorte qu'il ressembloit à un certain Ambassadeur que le Roi
avoit en Angleterre, dont sa Majesté disoit qu'il n'eut pas voulu
depenser un sou, quand même il y eut allé du salut de son Etat; au lieu
que l'autre faisoit litiere de son argent, pour peu qu'il crut qu'il y
allât de son service.

Si je parle ici de Mr. de Besmaux, c'est que comme j'aurai beaucoup de
choses à en dire dans la suite, il n'est pas hors de propos de le faire
connoître pour ce qu'il étoit. Je ne dirai rien ici de cet Ouvrage. Ce
n'est pas ce que j'en dirois qui le rendroit recommandable; il faut
qu'il le soit de lui-même pour le paroître aux yeux des autres:
peut-être me tromperois-je même dans le jugement que j'en ferois, parce
que j'y ai mis la main en quelque façon, & qu'on est toûjours amateur de
ce que l'on fait. En effet, si je n'en suis pas le pere, j'en ai eu du
moins la direction. Ainsi je ne dois pas être moins suspect que le
seroit un maître qui voudroit parler de son éleve, parce qu'il sauroit
bien qu'on lui donneroit la gloire de tout ce qu'il auroit de
recommendable. Je n'en dirai donc rien de peur de m'exposer moi-même à
la censure dont je chercherois à preserver les autres. J'aime mieux en
laisser toute la gloire à Mr. d'Artagnan, si l'on juge qu'il lui en
doive revenir aucune d'avoir composé cet Ouvrage, que d'en partager la
honte avec lui, si le public vient à juger qu'il n'ait rien fait qui
vaille. Tout ce que je dirai pour ma justification, supposé toutefois
que je dise rien qui puisse ennuyer, c'est qu'il y aura autant de la
faute des materiaux qu'on m'a preparez, que de la mienne. L'on ne
sauroit faire une grande & superbe maison, à moins que l'on n'ait en sa
disposition tout ce qu'il convient pour en executer le dessein. L'on ne
sauroit non plus faire paroître un beau diamant d'un petit, quelque
adresse que l'on ait à le mettre en oeuvre; mais parlons ici de
meilleure foi, & que sert de faire le modeste. C'est contre mon
sentiment que je parle, quand je témoigne douter que les materiaux me
manquent en cette rencontre, & que je témoigne de la crainte de ne les
pouvoir placer en leur lieu. Disons donc plûtôt, pour marquer plus de
sincerité, que la matière que j'ai trouvée ici est très-précieuse
d'elle-même, & que l'on trouvera peut-être que je ne m'en serai pas trop
mal servi.



MEMOIRES DE Mr. D'ARTAGNAN,
Capitaine Lieutenant de la premiere Compagnie des Mousquetaires du Roi.


Je ne m'amuserai point ici à rien rapporter de ma naissance, ni de ma
jeunesse, parce que je ne trouve pas que j'en puisse rien dire qui soit
digne d'être rapporté. Quand je dirois que je suis né Gentilhomme, de
bonne Maison, je n'en tirerois ce me semble que peu d'avantage, puisque
la naissance est un pur effet du hasard, ou pour mieux dire de la
providence divine. Elle nous fait naître comme il lui plaît, sans que
nous ayons dequoi nous en vanter. D'ailleurs, quoi que le nom d'Artagnan
fut déjà connu quand je vins au monde, & que je n'ai servi qu'à en
relever l'éclat, parce que la fortune m'en a voulu en quelque façon, il
y a toûjours bien à dire qu'il le fut à l'égal des _Chatillon_ sur
Marne, des _Montmoranci_ & de quantité d'autres Maisons qui brillent
parmi la Noblesse de France. S'il apartient à quelqu'un de se vanter,
quoi que ce ne doive être qu'à Dieu, c'est tout au plus à des personnes
qui sortent d'un sang aussi illustre que celui-là: Quoi qu'il en soit
ayant été élevé assez pauvrement, parce que mon Pére & ma Mére n'étoient
pas riches, je ne songeai qu'à m'en aller chercher fortune, du moment
que j'eus atteint l'âge de quinze ans.

Tous les Cadets de Bearn, Province dont je suis sorti, étoient assez sur
ce pied-là, tant parce que ces peuples sont naturellement très
belliqueux, que parce que la sterilité de leur Païs n'exhorte pas à en
faire toutes leurs delices. Une troisiéme raison m'y portoit encore, qui
n'étoit pas moindre que ces deux là, aussi avoit-elle, avant moi, engagé
plusieurs de mes voisins & de mes amis à en quitter plûtôt le coin de
leur feu. Un pauvre Gentilhomme de nôtre voisinage, s'en étoit allé à
Paris, il y avoit quelques années avec une petite male sur le dos, & il
avoit fait une si grande fortune à la Cour, que s'il eut été aussi
souple qu'il avoit de courage, il n'y eut eu rien à quoi il n'eut pû
aspirer. Le Roi lui avoit donné la Compagnie des Mousquetaires qui étoit
unique en ce tems-là. Sa Majesté disoit même, pour mieux témoigner
l'estime qu'elle en faisoit, que si elle eut eu quelque combat
particulier à faire, elle n'eut point voulu d'autre second que lui. Ce
Gentilhomme s'appelloit Troisville, vulgairement appellé Treville, & a
eu deux enfans qui étoient assez bien faits, mais qui ont été bien
éloignés de marcher sur ses traces. Ils vivent encore tous deux
aujourd'hui, l'ainé est d'Eglise, son Pére ayant jugé à propos, de lui
faire embrasser cet état, parce qu'ayant été taillé dans sa jeunesse, il
crut qu'il en seroit moins capable que son Frere de soutenir les
fatigues de la Guerre. D'ailleurs comme la plûpart des Péres croyent
selon ce que faisoit _Cain_, que ce qu'ils ont à offrir à Dieu doit être
le rebut de toutes choses, il aimoit mieux que son Cadet, qui paroissoit
avoir plus d'esprit que l'ainé, fut pour soutenir la fortune de sa
Maison, qu'il avoit élevée aux dépens de ses travaux, que de la
transmettre à celui qui en devoit être chargé naturellement. Ainsi il
lui donna le droit d'ainesse, comme je le dirai tantôt, pendant qu'il se
contenta de procurer une grosse Abbaye à son Frere; mais comme il arrive
souvent que ceux qui ont le plus d'esprit font les plus grandes fautes,
ce Cadet, qui étoit ainsi devenu l'ainé, se rendit si insupportable à
tous les jeunes gens de son âge, & de sa volée, en leur voulant montrer
qu'il étoit plus habile qu'eux qu'ils ne purent le lui pardonner. Ils
l'accuserent à son tour, que s'ils n'étoient pas aussi capables que lui
de beaucoup de choses, ils étoient du moins plus braves qu'il n'etoit.
Je ne sçais pourquoi ils disoient cela, & je ne crois pas même qu'ils
eussent raison; mais comme on croit bien plûtôt le mal que le bien, ce
bruit étant parvenu jusques aux oreilles du Roi, qui l'avoit fait
Cornette des Mousquetaires, Sa Majesté qui ne vouloit dans sa Maison que
des gens dont le courage ne fut point soupçonné, lui fit insinuer sous
main de quitter sa charge, pour un Regiment de Cavallerie, qui lui fut
proposé. Il le fit, soit qu'il soupçonnât que le Roi le vouloit, ou
qu'avec tout son esprit, il donnât dans le panneau. Cependant ce qui fit
qu'on le soupçonna plus que jamais quelque tems après de foiblesse,
c'est que la Campagne de l'Isle étant survenue, il quitta son Regiment
pour se jetter parmi les Prêtres de l'Oratoire, encore passe s'il en eut
pris l'habit, & qu'il s'y fut tout à fait consacré à Dieu, mais comme il
n'y fit que prendre un appartement, & qu'il l'a même quitté depuis, cela
donna lieu plus que jamais, à ceux qui lui vouloient du mal, de
continuer leurs medisances. Mes Parens étoient si pauvres qu'ils ne me
purent donner qu'un bidet de vint-deux francs, avec dix écus dans ma
poche, pour faire mon voyage. Mais s'ils ne me donnerent guéres
d'argent, ils me donnerent en recompense quantité de bons avis. Ils me
remontrerent que je prisse bien garde à ne jamais faire de lâcheté,
parce que si cela m'arivoit une fois, je n'en reviendrois de ma vie. Ils
me représenterent que l'honneur d'un homme de Guerre, profession que
j'allois embrasser, étoit aussi delicat que celui d'une femme; dont la
vertu ne pouvoit jamais être soupçonnée que cela ne lui fit un tort
infini dans le monde, quand elle trouveroit après cela le moyen de s'y
justifier: que je sçavois bien le peu de cas que j'avois toûjours
entendu faire de celles qui passoient pour être de mediocre vertu; qu'il
en étoit de même des hommes qui témoignoient quelque lâcheté, que
j'eusse toûjours cela devant les yeux, parce que je ne pouvois me le
graver trop avant dans la cervelle.

Il est quelquefois dangereux de faire à un jeune homme un portrait fort
vif de certaines choses, parce qu'il n'a pas l'esprit de les bien
digerer. C'est dequoi je m'apperçus bien, d'abord que la raison me fut
venuë; mais en attendant je fis quantité de fautes pour vouloir
m'attacher au pied de la lettre à ce qu'on m'avoit dit. D'abord que je
vis que l'on me regardoit entre deux yeux, je pris sujet de là de
quereller les gens, sans qu'ils eussent dessein néanmoins de me faire
aucune injure. Cela m'arriva la premiere fois entre Blois & Orleans, ce
qui me couta un peu cher, & qui devoit bien me rendre sage. Comme le
bidet que j'avois étoit fatigué du voyage, & qu'à peine avoit-il la
force de pouvoir lever la queuë, un Gentilhomme de ce Païs-là me regarda
moi & mon equipage d'un oeil de mépris. Je le reconnus bien à un souris
qu'il ne se pût empêcher de faire à trois ou quatre personnes avec qui
il étoit, car c'étoit dans une petite Ville nommée St. Alié, que cela
arriva, il y étoit allé, à ce que j'appris depuis, pour y vendre des
bois, & il étoit avec le Marchand à qui il s'étoit addressé pour cela, &
avec le Notaire qui en avoit passé le marché. Ce souris me fut si
desagréable que je ne pus m'empêcher de lui en témoigner mon
ressentiment, par une parole très offençante. Il fut beaucoup plus sage
que moi, il fit semblant de ne la pas entendre, soit qu'il me regardât,
comme un enfant qui ne le pouvoit offenser, ou qu'il ne voulut pas se
servir de l'avantage qu'il croyoit avoir sur moi. Car c'étoit un grand
homme, & qui étoit à la fleur de son âge, de sorte qu'on eut dit à nous
voir tous deux qu'il falloir que je fusse fou, pour oser m'attaquer à
une personne comme lui. J'étois pourtant d'assez bonne taille pour le
mien; mais comme on ne paroit jamais qu'un enfant, quand on n'est pas
plus âgé que je l'étois, tous ceux qui étoient avec lui, le loüerent en
eux mêmes de sa moderation, pendant qu'ils me blâmerent de mon
emportement. Il n'y eut que moi qui le pris sur un autre pied qu'ils ne
le prenoient. Je trouvai que le mépris qu'il faisoit de moi, étoit
encore plus offensant que la premiere injure que je croyois en avoir
receuë. Ainsi perdant tout à fait le jugement je m'en allai sur lui
comme un furieux, sans considerer qu'il étoit sur son pallié, & que
j'allois avoir sur les bras tous ceux qui lui faisoient compagnie.

Comme il m'avoit tourné le dos après ce qui venoit de se passer, je lui
criai d'abord de mettre l'épée à la main, parce que je n'étois pas homme
à le prendre par derriere. Il me méprisa encore assez pour me regarder
comme un enfant, de sorte que me disant de passer mon chemin au lieu de
faire ce que je lui disois, je me sentis tellement ému de colere, quoi
que naturellement j'aye toûjours été assez moderé, que je lui donnai
deux ou trois coups de plat d'épée sur la tête. J'eus plûtôt fait cela
que je ne songai à ce que je faisois, dont je ne me trouvai pas trop
bien: le Gentilhomme qui se nommoit Rosnai mit l'épée à la main en même
tems, & me menaça qu'il ne seroit guéres à me faire repentir de ma
folie. Je ne pris pas garde à ce qu'il me disoit, & peut-être eut-il été
assez empêché à le faire, quand je me sentis accablé de coups de
fourche, & de coups de baton. Deux de ceux qui étoient avec lui, & dont
l'un avoit en main un baton qui sert ordinairement à mesurer les bois,
furent les premiers qui me chargerent, pendant que les deux autres se
furent fournir dans la maison prochaine des autres armes, dont ils
pretendoient m'attaquer. Comme ils me prirent par derriere, je fus
bientôt hors de combat. Je tombai même à terre le visage tout plein de
sang, d'une blessure qu'ils m'avoient faite à la tête. Je criai à
Rosnai, voyant l'insulte qu'on me faisoit, que cela étoit bien indigne
d'un honnête homme, comme je l'avois cru d'abord, que s'il avoit un peu
d'honneur, il étoit impossible qu'il ne se fit quelque reproche secret
de souffrir qu'on me maltraitât de la sorte; que je l'avois pris pour un
Gentilhomme, mais que je voyois bien à son procédé, qu'il en étoit bien
éloigné, que tel cependant qu'il pût être il feroit bien de me faire
achever pendant que j'étois sous sa puissance, parceque si j'en sortois
jamais, il trouveroit un jour à qui parler. Il me repondit, qu'il
n'étoit pas cause de cet accident que je m'étois attiré par ma faute;
que bien loin d'avoir commandé à ces gens là de me maltraiter comme ils
avoient fait, il en étoit au desespoir; que j'eusse cependant à profiter
de cette correction, & à en être plus sage à l'avenir.

Ce compliment me parut tout aussi peu honnête que son procedé. Si j'en
trouvai le commencement assez passable, la suite ne me le parut guéres.
Cela fut cause que je lui fis encore d'autres menaces, tandis qu'au lieu
des paroles que j'employois pour toutes armes, l'on me foura encore en
prison. Si j'eusse toûjours eu mon épée on ne m'y eut pas mené comme on
faisoit, mais ces hommes s'en étoient saisis en me prenant par derriere,
& l'avoient même cassée en ma presence, pour me faire encore un plus
grand affront. Je ne sçais ce qu'ils firent de mon bidet ni de mon linge
que je n'ai jamais reveus depuis. On informa cependant contre moi sous
le nom de ce Gentilhomme, & quoi que j'eusse été batu, & que ce fut à
moi à demander de gros dommages & interêts, je fus encore condamné à lui
faire reparation. On me supposa de lui avoir dit des injures, & ma
sentence m'ayant été prononcée, je dis au Greffier que j'en appellois.
Cette canaille se moqua de mon appel, & m'ayant encore condamné aux
frais, mon cheval & mon linge furent vendus apparement sur & tant moins
de ce qu'elle pretendoit que je lui devois. Elle me garda deux mois &
demi en prison, pour voir si personne ne me reclameroit. J'eusse eu
beaucoup à souffrir pendant tout ce tems-là, si au bout de quatre ou
cinq jours le curé du lieu ne me fut venu voir. Il tâcha de me consoler,
& me dit que j'étois bien malheureux qu'un Gentilhomme du voisinage de
Rosnai, n'eut été sur les lieux lorsque mon accident étoit arrivé, qu'il
eut fait faire les informations tout autrement qu'elles n'avoient été
faites; mais qu'étant trop tard presentement pour y remedier, tout ce
qu'il pouvoit faire pour moi étoit de m'offrir tout le secours dont il
étoit capable; qu'il m'envoyoit toûjours quelques chemises & quelque
argent, & que s'il ne venoit pas me voir lui même, c'est qu'ayant eu des
differens avec mon ennemi, dans lesquels il l'avoit même un peu
maltraité, il lui avoit été fait deffense de la part de Messieurs les
Mâréchaux de France, sous peine de prison, d'épouser jamais aucuns
interêts contraires aux siens.

Ce secours ne me pouvoit venir plus à propos. L'on m'avoit pris ce qui
me restoit d'argent de mes dix écus, lorsqu'on m'avoit mis en prison. Je
n'avois d'ailleurs qu'une seule chemise laquelle ne devoit guéres tarder
à pourir sur mon dos, parce que je n'en avois point à changer; mais
comme j'avois bonne provision de ce que l'on accuse ordinairement les
Bearnois de ne pas manquer, c'est à dire beaucoup de gloire, je crus que
c'étoit me faire affront que de m'offrir ainsi la charité. Je répondis
donc au curé que j'étois bien obligé au Gentilhomme qui l'envoyoit, mais
qu'il ne me connoissoit pas encore; que j'étois Gentilhomme aussi bien
que lui, de sorte que je ne ferois jamais rien d'indigne de ma
naissance; quelle m'apprenoit que je ne devois rien prendre que du Roi,
que je pretendois me conformer à cette régle, & mourir plûtôt le plus
miserable du monde que d'y manquer.

Le Gentilhomme, à qui l'on avoit conté tout ce que j'avois fait, s'étoit
bien douté de ma réponse, trouvant trop de fierté dans mon procedé pour
m'en dementir en cette occasion: ainsi il lui avoit fait la bouche en
cas que ce qu'il croyoit arrivât. C'étoit de me dire qu'il ne contoit
pas de me donner ni l'argent qu'il m'offroit, ni les chemises, mais bien
de me les prêter jusques à ce que je pusse lui rendre l'un & l'autre;
qu'un Gentilhomme tomboit quelque fois dans la nécessité aussi bien
qu'un homme du commun, & qu'il ne lui étoit pas plus interdit qu'à lui
d'avoir recours à ses amis pour s'en tirer. Je trouvai que mon honneur
seroit à couvert par là. Je fis un billet au curé du montant de cet
argent, & de ces chemises qui alloit à quarante-cinq francs. Cet argent
qu'on me vit dépenser fit durer ma prison les deux mois & demi que je
viens de dire, & même l'eut peut-être fait durer encore d'avantage par
l'esperance qu'eut eu la justice, que celui qui me le donnoit m'eut
encore donné de quoi me tirer de ses pattes, si ce n'est que le curé
prit soin de publier que c'étoient des charités qui lui passoient par
les mains, dont il m'avoit assisté: ainsi ces miserables croyans qu'ils
ne gaigneroient rien de me garder plus long-tems, ils me mirent dehors
au bout de ce tems là.

Je ne fus pas plutôt sorti que je fus chez le curé pour le remercier de
ses bons offices, & de toutes les peines qu'il avoit bien voulu prendre
pour moi. Car outre ce que je viens de dire, il avoit encore sollicité
ma liberté, & n'y avoit pas nui assurément. Je lui demandai s'il m'étoit
permis d'aller voir mon créancier, pour lui témoigner ma reconnoissance,
que j'étois bien aise aussi de l'assurer que je ne serois pas plûtôt en
état de m'acquitter de ce que je lui devois, que je le ferois
fidélement. Il me répondit, qu'il avoit ordre de lui de me prier de n'en
rien faire, de peur que ma visite ne se prit en mauvaise part par son
ennemi, & le mien; que cependant comme il avoit envie de me voir il se
rendroit le lendemain à Orleans _incognito_; que je m'en fusse loger à
l'écu de France, que je l'y trouverois, ou du moins qu'il s'y rendroit
tout aussi-tôt que moi; qu'il me preteroit son cheval pour y aller à mon
aise, & que comme il sçavoit bien qu'il ne me pouvoit plus guéres rester
d'argent de celui qu'il m'avoit donné, ce Gentilhomme m'en preteroit
encore pour achever mon voyage. J'en avois assez de besoin, comme il
disoit, ainsi n'étant pas fâché de trouver ce secours, je partis le
lendemain pour Orleans, bien resolu de revenir tout le plûtôt que je
pourois en ce païs là, pour m'acquitter de l'argent que j'y avois
emprunté, & pour me venger de l'affront qui j'y avois receu. Je n'en
serois pas même parti sans satisfaire à mon juste ressentiment, si ce
n'est que le Curé m'apprit que le Gentilhomme à qui j'avois eu affaire,
sçachant que l'on me devoit faire sortir de prison, étoit monté à cheval
pour s'en aller dans une terre qu'il avoit à cinquante ou soixante
lieües de là. Je trouvai ce procedé digne de lui, & ne disant pas au
curé ce que j'en pensois, parce que je sçavois bien, que ceux qui
menaçoient d'avantage n'étoient pas toujours les plus dangereux, je
partis le lendemain avant le jour pour m'en aller à Orleans.

Je fus loger à l'écu de France comme le curé me l'avoit dit, & le
Gentilhomme qui m'avoit obligé de si bonne grace, & qui s'appelloit
Montigré, s'y étant rendu dès le même jour, il se fit connoître à moi,
comme le curé m'avoit dit qu'il devoit faire, d'abord qu'il seroit
arrivé. Je le remerciai en des termes les plus reconnoissans qu'il me
fut possible, & m'ayant répondu que c'étoit si peu de chose, que cela ne
valloit pas seulement la peine d'en parler, je le mis sur le chapitre de
Rosnai. Il me dit, voyant que j'avois grande demangeaison de le joindre,
que j'y serois bien empêché, que je m'y devois prendre finement, se j'y
voulois réussir, parce qu'il étoit homme à me faire ce qu'il lui avoit
fait, c'est à dire à en user si mal que je n'en serois jamais content:
que s'il venoit par hasard à s'appercevoir que je lui en voulusse, il me
feroit venir tout aussi-tôt devant les Marêchaux de France; que cela
romproit toutes les mesures que je pouvois prendre, desorte qu'il étoit
besoin que j'usasse d'une grande dissimulation, si je voulois
l'attraper.

Ce Gentilhomme voulut à toute force que je prisse le carosse pour m'en
aller. Il me prêta encore dix pistoles d'Espagne, quoi que je fisse
difficulté de les prendre, tellement que je me trouvai engagé avec lui,
de près de deux cent francs devant que d'arriver à Paris. C'étoit
presque, pour en dire le vrai, tout ce que je pouvois esperer de ma
legitime, parce que, comme j'ai déja dit, mes richesses n'étoient pas
bien grandes; mais me reservant l'esperance en partage, j'achevai mon
chemin, après être convenu avec Montigré, qu'il me donneroit de ses
nouvelles, & que je lui donnerois des miennes.

Je ne fus pas plûtôt arrivé à Paris, que je fus trouver Mr. de Treville
qui logeoit tout auprès du Luxembourg. J'avois apporté, en m'en venant
de chez mon Pére, une lettre de recommandation pour lui. Mais par
malheur on me l'avoit prise à St. Dié, & le vol qu'on m'en avoit fait
avoit encore augmenté ma colere contre Rosnai. Pour lui il n'en étoit
devenu que plus timide, parce que cette lettre lui apprenoit que j'étois
Gentilhomme, & que je devois trouver de la protection auprès de Mr. de
Treville. Enfin toute ma ressource étoit de lui dire l'accident qui
m'étoit arrivé, quoi que j'eusse bien de la peine à le faire, parce
qu'il me sembloit qu'il n'auroit pas trop bonne opinion de moi, quand il
sçauroit que je serois revenu de là, sans tirer raison de l'affront que
j'y avois receu.

Je fus loger dans son quartier, afin d'être plus près de lui. Je pris
une petite chambre dans la ruë des Fossoïeurs, tout auprès de St.
Sulpice, il y avoit pour enseigne le gaillard Bois, il y avoit des jeux
de boule, comme je crois qu'il y en a encore, & elle avoit une porte qui
perçoit dans la ruë Ferou, qui est au derriere de la ruë des Fossoïeurs.
Je fus dès le lendemain matin au lever de Mr. de Treville, dont je
trouvai l'Antichambre toute pleine de Mousquetaires. La plûpart étoient
de mon Païs, ce que j'entendis bien à leur langage; ainsi me croyant
plus fort de moitié que je n'étois auparavant, de me trouver ainsi en
païs de connoïssance, je me mis à accoster le premier que je trouvai
sous ma main. J'avois employé une partie de l'argent de Montigré à me
faire propre, & je n'avois pas aussi oublié la coutume du païs, qui est,
quand on n'auroit pas un sou dans sa poche, d'avoir toûjours le plumet
sur l'oreille & le ruban de couleur à la cravate. Celui que j'accostai
s'appelloit Porthos, & étoit voisin de mon Pére de deux ou trois lieuës.
Il avoit encore deux Freres dans la Compagnie, dont l'un s'appelloit
Athos, & l'autre Aramis. Mr. de Treville les avoit fait venir tous trois
du païs, parce qu'ils y avoient fait quelques combats, qui leur
donnoient beaucoup de reputation dans la Province. Au reste il étoit
bien aise de choisir ainsi ses gens, parce qu'il y avoit une telle
jalousie entre la Compagnie des Mousquetaires, & celle des Gardes du
Cardinal de Richelieu, qu'ils en venoient aux mains tous les jours.

Cela n'étoit rien, puisqu'il arrive tous les jours que des particuliers
ont querelle ensemble, principalement quand il y a comme assaut de
reputation entr'eux. Mais ce qui est d'assez étonnant, c'est que les
maîtres se piquoient tous les premiers d'avoir des gens, dont le courage
l'emportoit par dessus tous les autres. Il n'y avoit point de jour que
le Cardinal ne vantât la bravoure de ses Gardes, & que le Roi ne tâchât
de la diminuer, parce qu'il voyoit bien que son Eminence ne songeoit par
là, qu'à élever sa Compagnie par dessus la sienne, & il est si vrai que
c'étoit là le dessein de ce Ministre, qu'il avoit tout exprès dans les
Provinces des gens appostez pour lui amener ceux qui s'y rendoient
redoutables par quelques combats particuliers. Ainsi dans le tems qu'il
y avoit des Edits rigoureux contre les Duels, & même qu'on avoit puni de
mort quelques personnes de la premiere qualité, qui s'étoient batus au
préjudice de la Publication qui en avoit été faite, il leur donnoit non
seulement azile auprès de lui, mais encore part le plus souvent, dans
ses bonnes grâces.

Porthos me demanda depuis quand j'étois arrivé, quand il sçut qui
j'étois, & à quel dessein je venois à Paris. Je le contentai sur sa
curiosité, & me disant que mon nom ne lui étoit pas inconnu, & qu'il
avoit ouï dire souvent à son Pére qu'il y avoit eu de braves gens de ma
Maison, il me dit que je leur devois ressembler, ou m'en retourner
incessamment en nôtre païs. Le compliment que mes Parens m'avoient fait
devant que de partir, me rendoit si chatouilleux sur tout ce qui
regardoit le point d'honneur, que je commençai non seulement à le
regarder entre deux yeux; mais encore à lui demander assez brusquement,
pourquoi il me tenoit ce langage, que s'il doutoit de ma bravoure, je ne
serois pas long-tems sans la lui faire voir, qu'il n'avoit qu'à
descendre avec moi dans la ruë, & que cela seroit bientôt terminé. Il se
prit à rire, m'entendant parler de la sorte, & me dit que quoi qu'en
allant vite, on fit d'ordinaire beaucoup de chemin, je ne sçavois
peut-être pas encore qu'on se heurtoit aussi le pied bien souvent, à
force de vouloir trop avancer: que s'il falloit être brave, il ne
falloit pas être querelleur; que de se piquer mal à propos, étoit un
excés qui étoit tout aussi blamable que la foiblesse qu'il vouloit me
faire éviter; que puisque j'étois non seulement de son païs, mais encore
son voisin, il vouloit me servir de Gouverneur, bien loin de se vouloir
batre contre moi; que cependant si j'avois tant d'envie d'en decoudre il
me la ferait passer avant qu'il fut peu.

Je crus, quand je l'entendis parler de la sorte, qu'après avoir fait le
modeste, il me mettoit le marché à la main. Ainsi le prenant au mot, je
croyois que nous allions tirer l'épée d'abord que nous serions descendus
dans la ruë, quand il me dit lorsque nous fumes à la porte, que je le
suivisse à neuf ou dix pas sans m'approcher de plus près de lui. Je ne
sus ce que cela vouloit dire; mais songeant que devant qu'il fut peu
j'en serois éclairci, je me donnai patience jusques à ce que j'en visse
l'accomplissement. Il descendit le long de la ruë de Vaugirard du côté
qui va vers les carmes deschaus. Il s'arrêta à l'hotel d'Aiguillon à un
nommé Jussac qui étoit sur la porte, & fut bien un demi quart d'heure à
lui parler. Ce Jussac est le même que nous avons veu depuis à Mrs. de
Vendôme, & à Mr. le Duc de Maine. Je crus d'abord qu'il l'aborda qu'ils
étoient les meilleurs amis du monde aux embrassades qu'ils se firent, &
je n'en fus desabusé que lors qu'ayant passé outre, je retournai la tête
pour voir si Porthos me suivoit. Je vis en effet qu'au lieu de continuer
ainsi à se caresser Jussac lui parloit avec chaleur, & comme un homme
qui n'étoit pas content. Je me mis sur la Porte du Calvaire, maison
Religieuse qui est tout auprès de là; j'y attendis mon homme que je
voyois répondre du même air que l'autre lui parloit, car ils s'étoient
mis tous deux au milieu de la ruë, afin que le Suisse de l'hôtel
d'Aiguillon n'entendit pas ce qu'ils disoient: je vis de là que Porthos
qui m'avoit aperçu me montroit, ce qui me donna encore plus d'inquiétude
que je n'en avois, ne sçachant ce que tout cela vouloit dire.

Enfin Porthos l'ayant quitté après ce long entretien, me vint trouver, &
me dit qu'il venoit de bien disputer pour l'amour de moi, qu'ils se
dévoient batre dans une heure, trois contre trois, aux près aux Clercs,
qui est au bout du Fauxbourg St. Germain; & que s'étant resolu, sans
m'en rien dire, à me mettre de la partie, il venoit de dire à cet homme,
qu'il falloit qu'il cherchât un quatriéme pour que je me pusse éprouver
contre lui; qu'il lui avoit répondu qu'il ne sçavoit où en trouver un à
l'heure qu'il étoit, que chacun étoit alors hors de chez soi, & que
ç'avoit été là le sujet de leur contestation; que je voyois bien par ce
qu'il venoit de me dire qu'il n'avoit pas été en son pouvoir d'accepter
mon deffi, que l'on ne pouvoit pas courir deux lievres à la fois, mais
qu'il avoit crû me faire voir que ce n'étoit pas manque de coeur en me
rendant témoin moi même des raisons qu'il avoit euës de me refuser. Je
compris alors tout ce que je n'avois pû deviner auparavant, & lui ayant
demandé le nom de cet homme, & si c'étoit lui qui étoit le chef de la
querelle, il m'apprit tout ce que j'en voulois sçavoir, il me dit qu'il
s'appelloit Jussac, qu'il commandoit dans le Havre de Grace, sous le Duc
de Richelieu, qui en étoit Gouverneur en survivance du Cardinal son
Oncle, qu'il étoit le chef de la querelle, qui se devoit terminer
presentement, qu'il l'avoit euë avec son Frere ainé, & qu'elle ne venoit
que parce que l'un avoit soutenu que les Mousquetaires batroient les
Gardes du Cardinal, toutes les fois qu'ils auroient affaire à eux, & que
l'autre avoit soutenu le contraire.

Je le remerciai du mieux que je pus, lui disant qu'après être parti de
chez moi dans le dessein de prendre Mr. de Treville pour mon Patron, il
me faisoit plaisir de me choisir avec ses autres amis, pour soutenir une
querelle en l'honneur de sa compagnie: D'ailleurs que comme je sçavois
qu'il avoit toujours fait gloire de prendre le parti du Roi, au
préjudice de toutes les offres avantageuses que son Eminence lui avoit
faites pour embrasser ses interêts, j'étois bien aise d'avoir à
combattre pour une cause qui n'étoit pas moins selon mon inclination,
que selon la sienne; que je ne pouvois mieux faire pour mon coup
d'essay, & que je tâcherois de ne pas dementir la bonne opinion qu'il me
témoignoit par là de mon courage. Nous marchâmes dans cet entretien
jusques en deça des Carmes où nous tournâmes par la ruë Cassette; nous y
descendîmes tout du long, & ayant gaigné le coin de la ruë du Colombier,
nous entrâmes en suite dans la ruë St. Pere, puis dans celle de
l'université, au bout de laquelle étoit l'endroit où se devoit faire
nôtre combat.

Nous y trouvâmes Athos avec son Frere Aramis, qui ne surent ce que cela
vouloit dire, quand ils me virent avec lui. Ils le tirerent à part pour
lui en demander la raison, & leur ayant répondu qu'il n'avoit pû faire
autrement pour se tirer de l'embarras, où le jettoit le marché que je
lui avois mis à la main, ils lui repliquerent qu'il avoit grand tort
d'en avoir usé de la sorte, que je n'étois encore qu'un enfant, & que
Jussac en tireroit un avantage qui ne manqueroit pas de tourner à leur
préjudice; qu'il m'opposeroit quelque homme qui m'auroit bientôt
expedié, & que cet homme tombant sur eux, après cela il se trouveroit
qu'ils ne seroient plus que trois contre quatre, dont il ne leur pouroit
arriver que du malheur.

J'eusse été en grande colere si j'eusse sçû ce qu'ils disoient de moi.
C'étoit en effet avoir bien méchante opinion de ma personne que de me
croire capable d'être battu si facilement; cependant comme c'étoit une
chose faite que ce que Porthos avoit fait, & qu'il n'y avoit plus de
remede, ils se crurent obligez de faire bonne mine, comme on dit, à
mauvais jeu. Ainsi faisant semblant d'être les plus contens du monde, de
ce que je voulois bien exposer ma vie pour leur querelle, moi qui ne les
connoissois point, ils me firent un compliment bien fleuri, mais qui ne
passoit pas le noeud de la gorge.

Jussac avoit pris pour seconds Biscarat & Cahusac qui étoient Freres, &
créatures de Mr. le Cardinal. Ils avoient encore un troisiéme Frere
nommé Rotondis, & celui-ci qui étoit à la veille d'avoir des benefices,
voyant que Jussac & ses Freres étoient en peine de sçavoir qui ils
prendroient pour se battre contre moi, leur dit que sa soutanne ne
tenoit qu'à un bouton, & qu'il l'alloit quitter pour les en delivrer. Ce
n'est pas qu'ils manquassent d'amis ni les uns ni les autres, mais comme
il étoit déja dix heures passées, & qu'il approchoit même plus de onze,
que de dix, ils avoient d'autant plus de peur que nous ne nous
impatientassions, qu'ils avoient déja été en cinq ou six endroits sans
trouver personne au logis, ainsi ils étoient tout prêts de prendre
Rotondis au mot, quand par bonheur pour eux & pour lui, il entra un
Capitaine du Regiment de Navare, qui étoit des amis de Biscarat.
Biscarat sans un plus long compliment le tira à quartier, & lui dit
qu'ils avoient besoin de lui, pour un different qu'ils avoient à vuider
tout présentement; qu'il ne pouvoit venir plus à propos pour les tirer
d'embarras, & qu'il étoit si grand que s'il ne fut venu il alloit faire
prendre une épée à Retondis, quoi que sa profession ne fût pas de s'en
servir. Ce Capitaine qui se nommoit Bernajoux, & qui étoit un
Gentilhomme de condition de la Comté de Foix, se tint honoré de ce que
Biscarat jettoit les yeux sur lui, pour rendre ce service à son ami: il
lui fit offre de son bras, & de son épée, & étant montez tous quatre
dans le Carosse de Jussac, ils mirent pied à terre à l'entrée du pré aux
Clercs, comme si ç'eut été pour se promener. Ils laisserent là leur
Cocher & leurs Laquais, & nous ne les aperçûmes pas plûtôt de loin que
nous nous en rejouîmes, parce que comme il se faisoit déja tard, nous ne
les attendions presque plus. Nous nous avançâmes du côté de l'isle
Maquerelle, au lieu d'aller au devant d'eux, afin de nous éloigner
d'avantage du monde, qui se promenoit de leur côté, nous gaignâmes ainsi
un petit fonds d'où ne voyant plus personne, nous les y attendîmes de
pied ferme.

Ils ne tarderent guéres à nous joindre, & Bernajoux qui avoit une grosse
Moustache, comme c'étoit la mode en ce tems là d'en porter, voyant que
Jussac, Biscarat & Cahusac choisissoient les trois Freres pour avoir
affaire à eux, tandis qu'ils ne lui laissoient que moi pour l'amuser,
lui demanda, s'ils se moquoient de lui de vouloir qu'il n'eut affaire
qu'à un enfant. Je me trouvai piqué de ces paroles, & lui ayant répondu
que les enfans de mon âge & de mon courage en sçavoient bien autant que
ceux qui les méprisoient, parce qu'ils avoient deux fois moins d'âge
qu'eux, je mis l'épée à la main pour lui montrer que je sçavois joindre
l'effet aux paroles. Il fut obligé de tirer la sienne pour se défendre,
voyant que de la maniére que je m'y prenois, je n'avois pas envie de le
marchander. Il m'allongea même quelque coups assez vigoureusement,
pretendant qu'il ne feroit guéres à se défaire de moi. Mais les ayant
parez avec beaucoup de bonheur, je lui en portai un par dessous le bras,
dont je le perçai de part en part. Il fut tomber à quatre pas de là, je
crus qu'il étoit mort, & étant allé à lui pour lui donner remede, s'il
en étoit encore tems, je vis qu'il me présentoit la pointe de l'épée,
croyant apparemment que je serois assez fou pour m'y aller enfiler moi
même. Je jugeai bien par là, qu'on pouvoit encore le secourir: Ainsi
comme j'avois été élevé Chrêtiennement, & que je sçavois que la perte de
son ame étoit la chose la plus terrible qui lui pût jamais arriver, je
lui criai de loin qu'il eut à penser à Dieu, & que je ne venois pas pour
lui arracher les restes de sa vie, mais bien plûtôt pour la lui
conserver: que j'étois même bien faché de l'état où je l'avois mis, mais
qu'il considerât que j'y avois été obligé par la barbare fureur, qui
faisoit consister l'honneur d'un Gentilhomme à oter la vie à un homme
que l'on n'avoit souvent jamais veu, & même quelquefois au meilleur de
ses amis. Il me répondit que puisque je parlois si juste, il ne faisoit
point de difficulté de me rendre son épée, qu'il me prioit de lui
vouloir bander sa playe, en coupant le devant de sa chemise; que
j'empêcherois par là qu'il ne perdit le reste de son sang que je lui
donnerois la main après cela, pour se lever, afin qu'il put regaigner le
Carosse dans lequel il étoit venu, à moins que je n'eusse encore la
charité de l'aller chercher moi-même, de peur qu'il ne tombât en
deffaillance par le chemin.

Il jetta son épée en même tems à quatre pas de là, pour me montrer qu'il
n'avoit pas envie de s'en servir contre moi, quand je m'approcherois de
lui. Je fis ce qu'il me dit, je coupai sa chemise avec des ciseaux que
je tirai de ma poche, & lui ayant mis une compresse par devant, je lui
donnai la main pour se lever à son seant, afin d'en pouvoir faire autant
par derrière. Comme j'avois une bande toute prête que j'avois faite de
deux pièces le mieux qu'il m'avoit été possible, j'eus bientôt fait cet
ouvrage. Cependant, ce tems que j'y avois employé plûtôt que perdu,
puisque c'étoit une bonne oeuvre que ce que je venois de faire, pensa
couter la vie à Athos, & peut-être en même tems à ses deux Freres.
Jussac contre qui il se battoit lui donna un coup d'épée dans le bras, &
s'étant jetté sur lui pour lui faire demander la vie, il ne cherchoit
qu'à lui mettre la pointe de son épée dans le ventre, parce qu'il ne
vouloit pas la lui demander, quand je m'aperçus du peril où il étoit, je
courus en même tems à lui, & ayant crié à Jussac de tourner visage,
parce que je ne pouvois me resoudre à le prendre par derrière, il trouva
qu'il avoit un nouveau combat à rendre, au lieu qu'il croyoit avoir
achevé le sien. Ce combat même ne pouvoit lui être que
très-desavantageux, parce qu'Athos après être ainsi delivré de danger,
n'étoit pas pour demeurer les bras croisés, pendant que nous
ferraillerions ensemble; & en effet voyant qu'il étoit dangereux qu'il
ne le prit par derrière, pendant que je le prendrois par devant, il
voulut s'aprocher de Biscarat son Frere, afin d'être du moins deux
contre trois, au lieu qu'il étoit présentement seul contre deux. Je
reconnus son dessein & l'empêchai de l'executer. Il se vit alors obligé
lui même de demander la vie, lui qui la vouloit faire demander aux
autres, & ayant rendu son épée à Athos, à qui je laissai l'honneur de sa
deffaite, quoi que je pusse me l'attribuer, du moins avec autant de
raison que lui, nous nous en fumes lui & moi à Porthos & à Aramis pour
leur faire remporter la victoire sur leurs ennemis. Cela ne nous fut pas
bien difficile, comme ils avoient déja assez de courage & d'addresse
pour les embarrasser sans avoir besoin de nôtre secours, ce fut encore
autre chose, quand ils virent que nous étions à portée de le leur
donner. Il fut impossible aux autres effectivement de leur ressister,
eux qui n'étoient plus que deux contre quatre, ainsi ayant été obligés
de leur rendre leurs épées, & le combat fini de cette maniere, nous nous
en fûmes alors tous à Bernajoux, qui s'étoit recouché sur la terre, à
cause d'une foiblesse qui lui avoit prise. Comme j'étois plus allerte
que les autres, & que j'avois de meilleures jambes que pas un de ceux
qui étoient là, je m'en fus chercher le Carosse de Jussac, où nous le
mimes. On le conduisit ainsi chez lui, où il demeura six semaines sur la
litière, devant que de pouvoir guerir. Mais enfin sa blessure, quoi que
très-grande, ne se trouvant pas mortelle, il en fut quitte pour le mal,
sans qu'il lui en arrivât d'autre accident. Nous fûmes depuis bons amis,
lui & moi, & quand je fus Sous-lieutenant des Mousquetaires, comme je le
dirai tantôt, il me donna un de ses Freres pour mettre dans la
compagnie. Il ne tint pas même à moi qu'il ne fit quelque chose, ce qui
avec mon secours lui fut arrivé sans doute, si ce n'est qu'il prefera
ses plaisirs à un établissement qui lui étoit assuré, pour peu qu'il eut
voulu y contribuer par lui même.

Le Roi sçut nôtre combat, & nous eûmes peur qu'il ne nous en arrivât
quelque chose, à cause qu'il étoit fort jaloux de ses Edits; mais Mr. de
Treville lui ayant fait entendre que nous étant trouvés fortuitement aux
prés aux Clercs, sans penser à rien moins qu'à nous battre, Athos,
Porthos & Aramis n'avoient pû entendre vanter à Jussac & à ses amis, la
Compagnie des Gardes du Cardinal, au préjudice de celle de ses
Mousquetaires, sans en être indignés, comme ils devoient être
naturellement; que cela avoit causé des paroles entre les uns & les
autres, & que des paroles en étant venus aux mains tout aussi-tôt, on ne
pouvoit régarder cette action que comme une rencontre, & non pas comme
un Duel; qu'au surplus le Cardinal en alloit être bien mortifié, lui qui
estimoit Biscarat & Cahusac comme des prodiges de valeur, & qui les
regardoit, pour ainsi dire, comme son bras droit. En effet il les avoit
élevés au delà de ce qu'ils pouvoient esperer vraisemblablement par leur
naissance, & peut-être par leur merite: la meilleure qualité qu'ils
eussent étoit de lui être affectionnez, si néanmoins cela se doit
prendre pour une bonne qualité, par rapport à ce qu'elle leur faisoit
faire tous les jours contre le service du Roi. Ils prenoient son parti à
tort & à travers, sans considerer si sa Majesté y étoit interessée ou
non; ainsi pour soutenir sa querelle, ils se brouilloient non seulement
de moment à autre avec les meilleurs serviteurs qu'elle pouvoit avoir,
mais se battoient encore tous les jours contr'eux, parce qu'ils
faisoient plus de cas du Ministre que du Maître.

Ce que venoit de dire Mr. de Treville, étoit un trait d'un fin
courtisan. Il sçavoit que le Roi n'aimoit pas ces deux Freres, par
rapport à l'attache qu'ils avoient pour le Cardinal. Il sçavoit
d'ailleurs, qu'il ne pouvoit faire plus de plaisir à sa Majesté, que de
lui apprendre que les Mousquetaires avoient remporté la victoire sur les
créatures de ce Ministre; aussi le Roi sans s'informer d'avantage si
nôtre combat étoit une rencontre ou non, il donna ordre à Mr. de
Treville de lui amener dans son Cabinet, Athos, Porthos & Aramis, par le
petit escalier derobé. Il lui donna une heure qu'il devoit être tout
seul, & Mr. de Treville s'y étant rendu avec ces trois Freres, ils lui
dirent, comme ils étoient tout trois de braves gens, les choses comme
elles s'étoient passées. Ils lui cacherent néanmoins, ce qui pouvait
servir à lui faire connoître que ç'avoit été un duel & non pas une
rencontre, & lui ayant aussi parlé de moi, sa Majesté eut curiosité de
me voir, elle commanda donc à Mr. de Treville de m'amener le lendemain à
la même heure dans son Cabinet, & Mr. de Treville ayant ordonné à ces
trois Frères de me le dire de la part de sa Majesté, & de la sienne, je
les priai de me mener le même jour au lever de ce commandant. Je fus
ravi de ce que la fortune me guidoit ainsi si heureusement, pour être
connu d'abord du Roi mon Maître. Je me mis sur mon propre ce jour là du
mieux qu'il me fut possible, & come sans vanité, j'étois d'assez belle
taille, d'assez bonne mine & même assez beau de visage, j'esperai que ma
figure ne feroit pas le même effet auprès de sa Majesté, qu'avoit fait
celle de Mr. de Fabert il y avoit déja quelque tems. Il avoit acheté une
Compagnie dans un vieux corps, dont le Roi lui avoit refusé l'agrément,
parce que sa mine, bien loin de lui être agréable, lui avoit extrémement
déplu.

Je n'eus plus besoin après le commandement de sa Majesté de regretter la
perte de la lettre de recommandation, que j'avois pour Mr. de Treville.
Ce que je venois de faire m'y alloit introduire plus avantageusement que
toutes les lettres du monde, & même procurer l'honneur de faire la
reverence à mon Maître. La joye que j'en eus, me fit trouver la nuit
bien plus longue que pas une que j'eusse passée de ma vie. Enfin le
matin étant venu, je sortis du lit, & m'habillai en attendant qu'Athos,
Porthos & Aramis me vinssent prendre, pour me presenter à leur
Commandant. Ils vinrent quelque tems après, & comme il n'y avoit pas
loin de chez moi, chez Mr. de Treville, nous nous y rendîmes bientôt. Il
avoit commandé à son Valet de Chambre, que d'abord que nous serions dans
son Antichambre, il nous fit passer dans son Cabinet. La porte en étoit
interdite à tout autre, & cela s'étant executé à nôtre arrivée, Mr. de
Treville n'eut pas plûtôt jetté les yeux sur moi, qu'il dit à ces trois
Freres qu'ils ne lui avoient pas dit la verité, quand ils lui avoient
dit, que j'étois un jeune homme, qu'ils lui devoient dire, bien plûtôt,
que je n'étois qu'un enfant, puisqu'en effet je n'étois pas autre chose.
Dans un autre tems j'eusse été bien fâché de l'entendre parler de la
sorte, parce que par ce mot d'enfant il sembloit que je dusse être
exclus du service, jusques à ce que l'âge me fut venu: mais ce que je
venois de faire parlant en ma faveur, bien plus que si j'eusse eu
quelques années davantage, je crus que plus je paroissois jeune, plus il
y avoit d'honneur pour moi. Cependant comme je sçavois que ce n'étoit
pas le tout que de faire son devoir, si l'on n'avoit encore l'esprit
d'assaisonner ses actions d'une honnête assurance, je lui répondis
très-respectueusement, que j'étois jeune à la verité, mais que tout
jeune que j'étois, je tuerois bien un Espagnol, puisque j'avois déja eu
l'addresse de mettre un Capitaine d'un vieux corps hors de combat. Il me
répondit fort obligeamment qu'en disant cela, je ne me donnois encore,
que la moindre partie de la gloire qui m'étoit duë, que je pouvois dire
aussi, que j'avois desarmé deux Commandans de Places, & un Commandant de
gens d'Armes, qui valoient bien tout du moins un Capitaine de vieux
corps; qu'Athos, Porthos & Aramis lui avoient conté la chose tout comme
elle s'étoit passée, qu'ils convenoient de bonne foi, que sans moi ils
n'eussent peut-être pas remporté sur leurs ennemis l'avantage qu'ils
avoient fait, & principalement Athos, qui avouoit même que sans le
secours que je lui avoit donné, il eût eu de la peine à se tirer des
mains de Jussac; qu'il n'en avoit pas encore parlé à sa Majesté, parce
qu'il ignoroit toutes ces circonstances, quand il avoit eu l'honneur de
l'entretenir de nôtre combat, mais que maintenant qu'il les sçavoit il
ne manqueroit pas de les lui apprendre; qu'il les lui diroit même en ma
presence, afin que j'eusse le plaisir, d'entendre de sa propre bouche,
les loüanges qui m'en étoient duës.

Je fis le modeste à un discours comme celui-là, quoi que dans le fonds
il ne m'en put guéres tenir qui me fut plus agréable, Mr. de Treville
fit mettre dans le même tems les chevaux au carosse, & s'en fut voir
Bernajoux qu'il connoissoit particulièrement. Il vouloit sçavoir de lui
apparemment de quelle manière s'étoit passé nôtre combat, non qu'il
revoquât en doute ce que les trois Freres lui en avoient dit, mais pour
pouvoir assurer le Roi qu'il tenoit les choses d'un endroit qui ne lui
devoit point être suspect, puis que c'étoit de la bouche même de ceux à
qui nous avions eu affaire. Il nous dit cependant de venir dîner avec
lui, & en attendant qu'il fut revenu de sa visite, nous nous en fumes
dans un Tripot qui étoit tout auprès des Ecuries du Luxembourg. Nous ne
fîmes que balloter, métier où je n'étois pas trop habile, & où, pour
mieux dire, j'étois fort ignorant, puis que je ne l'avois jamais fait
que cette fois là, aussi craignant de recevoir quelque coup dans le
visage, & que cela ne m'empechât de me trouver au rendez-vous que le Roi
avoit donné, je quittai la raquette, & me mis dans la Gallerie, tout
auprès de la corde. Il y avoit là quatre ou cinq hommes d'épées; que je
ne connoissois point, et entre lesquels étoit un Garde de Mr. le
Cardinal, qu'Athos, Porthos, & Aramis ne connoissoient pas non plus que
moi. Pour lui il les connoissoit bien, & sçavoit qu'ils étoient
Mousquetaires: & comme il y avoit une certaine antipathie entre ces deux
Compagnies, & que la protection que son Eminence donnoit à ses Gardes,
les rendoit insolens, à peine me fus-je mis sous la Galerie, que
j'entendis que celui-ci dit à ceux avec qui il étoit, qu'il ne falloit
pas s'étonner que j'eusse eu peur, parce que j'étois apparemment un
apprentis Mousquetaire.

Comme il ne se soucioit guéres que j'entendisse ces paroles, puis qu il
les disoit assez haut auprès de moi, pour me les faire entendre, je lui
fis signe un moment après, sans que les gens avec qui il étoit en
vissent rien, que j'avois un mot à lui dire. Je sortis en même tems de
la Galerie, & Athos & Aramis, qui étoient du côté, par où il me falloit
passer pour aller dans la ruë, me demandant, où j'allois, je leur
répondis, que j'allois où ils ne pouvoient aller pour moi. Ils crurent
donc que c'étoit quelque necessité qui m'obligeoit de sortir, &
continuant toûjours de balotter, le garde, qui croyoit avoir bon marché
de moi, parce qu'il me voyoit si jeune, me suivit un moment après sans
faire semblant de rien. Ses camarades qui ne s'étoient point aperçus du
signe que je lui avois fait, lui demanderent où il alloit, il leur
répondit, de peur qu'ils ne se deffiassent de quelque chose, qu'il
alloit à l'Hôtel de la Trimouille, qui étoit attenant de ce jeu de
paume, & qu'il alloit revenir. Il y avoit déja passé avec eux devant que
de venir là, & comme il y avoit un Cousin qui étoit Ecuyer de Mr. le Duc
de la Trimouille, & que même il l'étoit allé demander auparavant, ils
crurent aisément que ne l'ayant point trouvé, il alloit voir s'il ne
seroit point revenu par hazard.

J'attendois mon homme sur la porte, & je voulois le faire repentir de la
parole qu'il avoit lâchée si insolemment, en lui faisant mettre l'épée à
la main; ainsi lui voulant faire connoître le sujet que j'avois de le
quereller, il ne m'eut pas plûtôt joint, que je lui dis en tirant mon
épée hors du foureau, qu'il étoit bien heureux de n'avoir affaire qu'à
un apprentis Mousquetaire, parce que s'il avoit affaire à un Maître, je
ne le croyois pas capable de lui pouvoir resister. Je ne sçais ce qu'il
me répondit, & j'y pris moins garde qu'à me venger de son insolence,
avant qu'il survint quelqu'un pour nous separer. Je n'y réussis pas trop
mal, je lui donnai deux coups d'épée, l'un dans le bras, & l'autre dans
le corps, devant que personne se presentât pour nous rendre ce bon
office. Enfin pour peu qu'on nous eut encore laissé faire, il y avoit
apparence que j'en allois rendre bon compte, quand il s'éleva un bruit
jusques dans le Jeu de paume, de ce qui se passoit devant la porte, les
amis de celui-ci accoururent tout aussi-tôt: Athos, Porthos & Aramis en
firent tout autant après avoir pris leurs épées, se méfiant presque
qu'il ne me fut arrivé quelque chose, parce qu'ils ne me voyoient point
revenir. Les premiers qui parurent furent les amis du Garde, dont bien
lui prit assurément: je le serois de prés, & comme je lui venois encore
de donner un coup d'épée dans la cuisse, il ne songeoit plus qu'à gagner
l'hôtel de la Trimouille pour se sauver, quand leur presence lui donna
quelque relâche. Au reste ses amis le voyant en cet état, mirent l'épée
à la main en même tems, pour empêcher que je n'achevasse de le tuer;
peut-être même ne se fussent-ils pas arrêtez-la, & qu'ils eussent
converti leurs armes défensives en armes offensives, sans la venuë
d'Athos, de Porthos & d'Aramis. Tout l'hôtel de la Trimouille se souleva
en même tems contre nous, sçachant que le blessé étoit parent de leur
Ecuyer, & nous en eussions été sans doute accablez, si ce n'est
qu'Aramis commença à crier, à nous Mousquetaires. On accouroit assez
volontiers au secours des gens, quand on entendoit ce nom là, les
demêlez qu'ils avoient avec les Gardes du Cardinal, qui étoit haï du
peuple, comme le sont presque tous les Ministres, quoi que le plus
souvent l'on ne sçache pas trop pourquoi on les hait, faisoit que
presque tous les gens d'épée, & tous les Soldats aux Gardes prenoient
volontiers parti pour eux, quand ils en trouvoient l'occasion. Au reste
un particulier, qui avoit plus d'esprit que les autres, étant venu à
passer justement dans ce tems là, crut qu'il nous rendroit bien plus de
service, s'il couroit promptement avertir chez Mr. de Treville, de ce
qui se passoit, que s'il s'amusoit à mettre l'épée à la main pour nous
secourir. Par bonheur pour nous, il y avoit alors une vingtaine de
Mousquetaires dans la Cour, qui attendoient qu'il revint de la Ville,
sur ce que le Portier leur avoit dit, qu'il ne serait pas long-tems sans
arriver. Ils accoururent tout aussi-tôt où nous étions, & ayant reconnu
les gens de Mr. de la Trimouille dans son hôtel, les amis de celui à qui
j'avois affaire, furent trop heureux de s'y retirer, sans regarder
seulement derriere eux. Pour le blessé, il y étoit déja entré, il y
avoit quelque tems, & n'étoit pas en trop bon état, le coup qu'il avoit
reçu dans le corps, étoit très-dangereux, & voila ce que lui avoit
attiré son imprudence.

L'insolence qu'avoient eu les Domestiques de l'hôtel de la Trimouille,
de faire une sortie sur nous, comme ils en avoient fait une, fit que
quelques uns de ces Mousquetaires qui étoient venus à nôtre secours,
mirent en deliberation de mettre le feu à la porte de cet hôtel, pour
leur apprendre une autrefois de ne se pas mêler de ce qu'ils n'avoient
que faire: mais Athos, Porthos & Aramis avec quelques autres, qui
étoient plus sages qu'eux, leur ayant remontré que tout ce qui venoit de
se passer, n'étant qu'à la gloire de la Compagnie, il ne falloit pas par
une action aussi indigne que celle-là, donner sujet au Roi de les
blâmer, ils se rendirent à son conseil, qui étoit bien plus sage que le
leur. Nous avions tout lieu effectivement d'en être contens; outre le
Garde du Cardinal, que j'avois mis en l'état que je viens de dire, il y
avoit encore deux de ses amis qui étoient blessés: Athos & Aramis leur
avoient donné chacun un bon coup d'épée, & ils en avoient tous trois
pour plus d'un mois à demeurer dans le lit, supposé toutefois que le
Garde ne mourut pas de ses blessures. Nous nous en retournâmes après
cela chez Mr. de Treville, qui n'étoit pas encore de retour. Nous
l'attendîmes dans sa salle, chacun me venant faire compliment sur ce que
j'avois fait. Ces commencemens étoient trop beaux, pour n'en être pas
tout à fait charmé. Je me promettois même déja une grande fortune, quand
je ne fus guéres à voir, qu'il me falloit beaucoup déconter.
J'expliquerai cela dans un moment, mais il faut auparavant que j'achève
cette journée, afin de faire toutes choses par ordre.

Mr. de Treville étant venu bientôt après cela, Athos, Porthos & Aramis
le prièrent de leur vouloir donner un petit mot d'audience en
particulier, parce qu'ils avoient des choses de consequence à lui dire.
Quand même ils ne se seroient pas servi de ce mot, pour lui annoncer
quelle étoit la nature de celle dont ils avoient à l'entretenir, il eut
bien reconnu à leur visage, qu'ils étoient plus intrigués qu'à
l'ordinaire. Il les fit passer en même tems dans son cabinet, pour les
entendre, & lui ayant demandé permission de m'y faire entrer avec eux,
parce que ce qu'ils avoient à lui dire me regardoit plus que personne,
ils ne l'eurent pas plûtôt obtenue, que je les y suivis. Ils lui dirent
là ce qui venoit de m'arriver, & comment j'avois soutenu l'honneur de la
Compagnie qu'un garde du Cardinal, avoit osé attaquer insolemment, sans
qu'on lui en eut donné aucun sujet. Mr. de Treville fut ravi que je l'en
eusse si bien puni, & sçachant qu'il y avoit encore deux de ceux qui
avoient voulu le défendre qui étoient blessés, il envoya prier Mr. le
Duc de la Trimouille de ne point donner retraitte à des gens, qui s'en
montraient si indignes par leur procedé. Il lui demanda même justice de
la sortie que ses gens avoient faite sur nous. Mr. de la Trimouille qui
étoit prévenu par son écuyer, le lui envoya à son tour, pour lui dire
que c'étoit à lui à se plaindre, & non pas à ses Mousquetaires; qu'après
avoir assassiné devant sa porte un Garde de Mr. le Cardinal, qui étoit
parent d'un de ses principaux domestiques, ils y avoient encore voulu
mettre le feu; qu'ils avoient même blessé deux autres personnes qui les
avoient voulu separer; de sorte que s'il ne punissoit les autheurs de ce
desordre, il n'y auroit plus personne qui fut en sureté chez soi. Mr. de
Treville entendant parler cet écuyer de la sorte, lui dit que son Maître
ne l'en devoit pas croire, puis qu'il étoit trop interessé; qu'il
sçavoit bien comment la chose s'étoit passée, & que des gens tout aussi
croyables que lui, & qui en avoient été témoins la lui avoient racontée.
Il s'en fut en même temps chez le Duc & m'y mena. Il avoit peur que s'il
se laissoit abuser davantage, il ne prévint l'esprit de sa Majesté, en
lui contant la chose tout autrement qu'elle n'étoit. Il craignoit
d'ailleurs, que le Roi étant ainsi prévenu, Mr. le Cardinal ne vint
encore à la charge, auprès de lui; qu'ainsi il ne fermât l'entrée par
là, à tout ce qu'on lui pouroit dire en suite. Car sa Majesté avoit ce
défaut, que quand elle étoit prévenue une fois, il n'y avoit rien de
plus difficile que de la desabuser. Ce qu'il eut pû faire encore de
mieux, que d'aller ainsi trouver le Duc, étoit d'aller lui même trouver
le Roi, & de le prévenir le premier. C'eut été un coup de partie, mais
sa Majesté par malheur étoit allé à la chasse dès le matin, & il ne
sçavoit presque de quel côté elle avoit tourné: en effet quoi qu'elle
eut dit la veille, qu'elle vouloit aller chasser à Versailles, elle
avoit changé de sentiment depuis, & étoit sortie par la porte St.
Martin.

Mr. le Duc de la Trimouille réceut Mr. de Treville assez froidement, &
lui dit en ma presence, qu'il lui conseilloit encore une fois en bon
ami, de faire châtier ceux de ses Mousquetaires, qui se trouveraient
coupables de l'assassinat, qui venoit d'être commis; que cette affaire
n'en demeurerait pas là; que Mr. le Cardinal en avoit déjà connoissance,
& que Cavois, Capitaine Lieutenant de ses Mousquetaires à pied, ne
faisoit que de sortir de chez lui, pour le prier de la part de son
Eminence, de se joindre avec elle, pour tirer raison d'une injure qui
leur devoit être commune à tous deux; que Cavois lui avoit dit encore,
que si le Garde de ce Ministre avoit été blessé, sa maison avoit pensé
être brulée, que l'un étoit du moins aussi offensant que l'autre, parce
que l'on prenoit querelle souvent contre un homme, sans songer au maître
à qui il appartenoit, au lieu qu'on ne pouvoit avoir dessein de bruler
une maison, sans faire reflexion que celui à qui elle étoit en seroit
scandalisé, quand même il n'en recevroit point de dommage.

Mr. de Treville qui étoit homme de bon sens, le laissa dire, afin de
voir tout ce qu'il avoit sur le coeur; mais voyant qu'il avoit cessé de
parler, il lui demanda, comme s'il eut reflechi à ce qu'il lui disoit,
si l'homme qui étoit blessé l'étoit bien dangereusement: Mr. de la
Trimouille lui répondit, qu'il l'étoit si fort, qu'il y avoit beaucoup
moins d'esperance à sa vie, qu'il n'y avoit de danger pour sa mort; que
le coup qu'il avoit dans le corps, lui avoit percé les poumons; qu'aussi
la premiere chose, qu'on lui avoit conseillé de faire, avoit été de
songer à sa conscience, parce qu'il étoit entre la vie & la mort. Mr. de
Treville lui demanda alors si c'étoit lui, qui lui eut dit de quelle
maniere il avoit été blessé, & le Duc étant convenu de bonne foi, que ce
n'étoit pas lui, mais un de ceux qui étoient accourus à son secours, il
le pria de le vouloir mener dans sa chambre, afin que pendant qu'il
étoit encore en état de dire la vérité, on la put entendre de sa propre
bouche. Il lui dit que cela serviroit à faire rendre à ce garde garde,
une justice prompte & entiere, s'il se trouvoit qu'il eut été insulté;
mais aussi que s'il se trouvoit qu'il eut été l'aggresseur, comme il
avoit oui dire aux Mousquetaires, cela serviroit à ne pas accabler des
malheureux, qui n'avoient fait ce qu'ils avoient fait, que pour
repousser une injure, qu'ils n'eussent pû souffrir sans la perte de leur
honneur.

Le Duc qui étoit un assez bon homme, & qui ne se soucioit guéres de
faire sa Cour au Cardinal, qu'il voyoit très-rarement aussi bien que le
Roi, ne put trouver à redire à sa demande. Il s'en fut avec lui dans la
chambre du blessé, & je ne voulus pas les y suivre, de peur de lui faire
de la peine en me voyant, moi qui l'avois mis dans le pitoiable état où
il étoit. Le Duc ne lui eut pas plûtôt demandé qui avoit tort, ou de
lui, ou de celui qui avoit fait ses blessures, qu'il avoüa la chose tout
comme elle s'étoit passée. Le Duc fut bien étonné, quand il l'entendit
parler de la sorte, & ayant en même tems fait venir devant lui, celui
qui la lui avoit contée tout autrement, il lui commanda de sortir de sa
maison, & de ne se presenter jamais devant ses yeux, puis qu'il avoit
été capable de lui imposer. Il n'y étoit demeuré que pour secourir le
blessé qui étoit son parent, aussi bien que son écuyer. Cependant la
parenté de ce domestique ne lui servant de rien, pour adoucir son
ressentiment, il fut obligé de lui obéir à l'heure même, sans avoir pû
obtenir seulement permission de les revoir ni l'un ni l'autre.

Mr. de Treville s'en étant retourné chez lui, bien content de sa visite,
nous y dînâmes Athos, Porthos, Aramis, & moi, ainsi qu'il nous en avoit
prié dès la veille. Comme il y avoit aussi fort bonne compagnie, & que
nous étions dix-huit à table, on ne s'y entretint presque d'autre chose
que de mes deux combats. Il n'y eut personne qui ne m'en donnât beaucoup
de gloire, ce qui n'étoit que trop capable de tenter un jeune homme, qui
avoit déja de lui même assez de vanité pour croire qu'il valoit quelque
chose. Quand nous eûmes diné, on se mit à joüer au lansquenet: les mains
me demangeoient assez pour faire comme les autres, si j'eusse eu le
gousset aussi bien garni que j'eusse voulu; mais mes Parens m'ayant
entr'autres remontrances fait celle-là, avant que de partir, que j'eusse
à fuir le jeu comme un écueil, qui perdoit la plupart de la jeunesse, je
me tins si bien en garde, non seulement cette fois là, contre ma propre
inclination, mais encore dans toutes les autres rencontres, où la même
démangeaison me prenoit, que quelque tentation que je receusse, je ne
m'y laissai succomber que de bonne sorte.

L'après dînée s'étant passée de cette maniere, c'est à dire les uns en
joüant, & les autres voyant joüer, nous nous en fûmes au Louvre sur le
soir, Athos, Porthos, Aramis & moi. Le Roi n'étoit point encore revenu
de la chasse, mais comme il ne pouvoit guéres tarder à venir, nous
demeurâmes dans son Antichambre, où Mr. de Treville qui étoit monté en
carosse l'après dînée nous avoit dit, qu'il nous viendroit prendre pour
nous mener dans le Cabinet du Roi. Sa Majesté vint un moment après que
nous fûmes là, & ses trois Freres qui avoient l'honneur d'en être connus
particulierement, & même d'en être estimés, s'étant mis sur son passage,
pour s'en attirer quelque regard, au lieu d'en obtenir ce qu'ils
souhaitoient n'en furent regardez qu'avec un oeil de colere &
d'indignation. Ils s'en revinrent tout tristes auprès d'une fenêtre où
j'étois, n'ayant osé me montrer devant le Roi, avant que de lui être
presenté, & lui avoir fait la reverence. Ils étoient si mortifiés tous
trois, de ce qui leur venoit d'arriver, qu'il ne me fut pas difficile de
reconnoître leur chagrin. Je leur demandai ce qui leur étoit survenu
depuis un moment, pour les voir maintenant dans cet état. Ils me
répondirent que nos affaires alloient mal, ou qu'ils se trompoient fort,
que cependant il falloit attendre l'arrivée de Mr. de Treville, pour en
juger sainement; qu'il demanderoit lui-même à sa Majesté ce qui en
étoit, mais que du caractére dont étoit ce Monarque, il ne leur avoit
pas fait la mine pour rien; qu'il étoit extremement naturel, & que si
c'étoit une qualité absolument nécessaire, comme le prétendoit un
certain Politique que de sçavoir dissimuler pour regner, jamais Prince
n'y avoit été moins propre que lui.

Je me sentis tout mortifié à ces paroles. J'eus peur, sans que je
pénétrasse néanmoins ce qui pouvoit être arrivé, que la mauvaise humeur
de sa Majesté ne s'étendit jusques sur moi; ainsi n'ayant plus d'autre
impatience que de voir arriver Mr. de Treville, afin d'être feur plutôt
de mon sort, il vint enfin, & augmenta encore mon inquiétude, par ce
qu'il nous dit en arrivant. Il nous apprit que Mr. le Cardinal, après
avoir envoyé Cavois au Duc de la Trimouille, n'avoit pas crû plûtôt
l'avoir fait entrer dans son ressentiment, qu'il avoit depêché vers le
Roi, pour lui apprendre ce qui s'étoit passé au sortir de nôtre jeu de
paume; que son Eminence lui avoit écrit même une longue lettre là
dessus, lui mandant que s'il ne punissoit ses Mousquetaires, ils
feroient tous les jours mille meurtres, & mille insolences, sans que
persone osât plus entreprendre de les reprimer.

Mr. de Treville nous quitta après nous avoir dit, qu'il ne croyoit pas
que l'occasion nous fut favorable ce jour là de voir sa Majesté, qu'il
alloit entrer dans sa chambre, & que s'il ne revenoit pas nous trouver
dans un moment, nous pouvions nous en retourner chacun chez nous; qu'il
nous y iroit avertir de ce que nous aurions à faire, & qu'il n'y
perdroit pas un moment de tems. Il nous quitta à l'heure même & étant
entré chez le Roi, sa Majesté fut quelque tems sans lui rien dire, elle
lui fit même la mine, comme elle l'avoit faite aux trois Frères. Mr. de
Treville, qui ne s'en embarrassoit pas beaucoup, parce qu'il sçavoit
qu'il la desabuseroit bientôt des impressions que le Cardinal lui avoit
données, ne lui dit rien aussi de son côté, sçachant qu'il devoit
remettre nôtre justification à un autre tems. Le Roi qui étoit fort
naturel, comme je viens de dire, voyant qu'il ne lui parloit point de ce
qui étoit arrivé, dont il croyoit qu'il lui devoit rendre compte, rompit
le silence à la fin tout d'un coup, & lui demanda si c'étoit ainsi que
l'on faisoit sa charge; qu'il étoit arrivé à ses Mousquetaires
d'assassiner un homme & de faire beaucoup de desordre, & que cependant
il ne lui en disoit pas un seul mot; qu'à plus forte raison n'avoit-il
pas eu le soin de les faire mettre en prison pour les faire punir en
tems & lieu; que cette conduite n'étoit guéres d'un bon Officier comme
il l'avoit toûjours crû, & qu'il en étoit d'autant plus étonné qu'il
connoissoit mieux que personne combien il étoit ennemi de toute violence
& de toute injustice.

Mr. de Treville ayant été bien-aise de le laisser dire pour lui faire
decharger sa bile, lui répondit alors qu'il étoit informé de tout ce que
Sa Majesté lui disoit, mais que pour elle elle ne l'étoit que très-mal,
apparement, puis qu'elle lui parloit de cette sorte; qu'il lui demandoit
pardon s'il osoit lui parler ainsi, mais que comme il s'en étoit informé
à fond, jusques à aller lui-même chez Mr. le Duc de la Trimouille, elle
ne trouveroit pas mauvais qu'il la priât d'envoyer querir ce Duc, avant
que de lui en dire d'avantage; qu'il y avoit même un homme chez lui qui
en pouvoit encore parler plus assurément que les autres; que cet homme
étoit celui là même qu'on avoit fait accroire à Sa Majesté avoir été
assassiné; qu'il l'avoit interogé lui-même en presence du Duc, & qu'il
étoit convenu avec lui, que bien loin que ce fussent les Mousquetaires
de Sa Majesté qui eussent tort, c'étoit lui qui par son insolence avoit
été cause de son malheur; qu'au surplus ce n'étoit pas seulement eux qui
l'avoient blessé, mais bien le même jeune homme qui avoit rendu le
combat dont il avoit eu l'honneur de l'entretenir la veille.

Le Roi fut surpris quand il l'entendit parler de la sorte. Neanmoins
comme il étoit de sa prudence, après le ressentiment qu'il venoit de
faire éclatter, de ne pas ajouter foi tellement à ses paroles, qu'il ne
fut bien aise auparavant d'être éclairci si elles contenoient verité, il
envoya dire au Duc de la Trimouille de ne pas manquer de se trouver le
lendemain à son lever. Le Cardinal qui avoit des espions dans la Chambre
du Roi pour lui rendre compte de tout ce qui s'y passoit, avoit déja
appris la mauvaise mine que Sa Majesté y avoit faite à Treville. Cela
lui avoit donné espérance qu'il le perdroit à la fin dans son esprit. Il
s'y étudioit depuis long-tems, non qu'il ne l'estimât infiniment; mais
parce que, quelque promesse qu'il lui eut faites, il n'avoit jamais pu
le faire entrer dans ses intérêts; Mais quand il vint à apprendre ce
qu'il lui avoit dit, non seulement pour se justifier, mais encore pour
justifier ceux qu'il avoit accusez de cet assassinat, il eut bien peur
de n'en avoir que le dementi. Il renvoya savoir dés la même heure chez
Mr. le Duc de la Trimouille, pour savoir de lui si c'étoit qu'il eut
changé d'avis, depuis la parole qu'il lui avoit rapportée de sa part. Ce
Duc n'y étoit pas, il étoit allé souper en Ville; & comme ses gens ne
pouvoient dire à quelle heure il reviendroit, Cavois prit le parti de
s'en retourner dans sa maison & d'attendre au lendemain matin à executer
les ordres de son Eminence. Il ne fit pas trop mal, le Duc ne revint
qu'à deux heures après minuit, & son Suisse lui ayant rendu une Lettre
que lui écrivoit Mr. Bontems, par laquelle il lui mandoit de la part du
Roi qu'il eut à se trouver à son lever, il se leva de meilleur matin
qu'il n'avoit de coutume, afin d'être ponctuel à ce qui lui étoit
prescrit.

Cela fut cause que quand Cavois y retourna il ne le trouva plus, le
Suisse lui dit qu'il étoit allé au Louvre, ce qu'il eut peine à croire,
parce que, comme j'ai déja dit, il ne se soucioit pas autrement d'aller
faire sa Cour à Sa Majesté. Il avoit même accoutumé de dire qu'une des
choses du monde qui lui faisoit croire qu'il étoit plus heureux que les
autres, c'est qu'il avoit toûjours mieux aimé sa Maison de Touars que le
Louvre, de sorte qu'il avoit plus de trente-cinq ans devant qu'il eut
jamais vu le Roi. La Religion Protestante dont il faisoit profession
étoit cause qu'il haissoit le métier de Courtisan, il savoit que le Roi
n'aimoit pas ceux qui en étoient; il savoit dis-je qu'il se contentoit
de les craindre & cela est si vrai, que le Roi d'aujourd'hui parlant un
jour à des gens de cette Religion, qui avoient la hardiesse de lui
remontrer que la rigueur de ses édits ne repondoient pas à leurs
espérances, c'est, leur repliqua-t-il, que vous m'avez toûjours regardé
comme le Roi mon Pere, & comme le Roi mon grand Pere: Vous avez cru sans
doute que je vous aimois comme faisoit l'un ou que je vous craignois
comme faisoit l'autre, mais je veux que vous sachiez que je ne vous aime
ni ne vous crains.

Le Duc de la Trimouille avoit déja parlé au Roi quand Cavois arriva, &
lui avoit confirmé tout ce que Treville lui avoit dit. Sa Majesté ne fut
plus en colere après cela contre ses Mousquetaires; mais le Cardinal y
fut beaucoup contre Cavois, de ce qu'il avoit si mal executé ses ordres.
Il lui dit qu'il devoit plûtôt attendre le Duc chez lui pendant toute la
nuit, que de le manquer, comme il avoit fait; qu'ils eussent pris des
mesures ensemble pour perdre un petit Gentillâtre qui s'en faisoit si
fort accroire que d'oser toûjours lui resister; qu'il ne le lui
pardonneroit de sa vie; qu'il eut à se retirer de devant ses yeux, & à
ne s'y jamais presenter sans ses ordres. Cavois qui connoissoit l'humeur
de son maître, ne voulut lui rien repliquer, de peur qu'étant innocent
comme il l'étoit, il ne se rendit coupable en voulant lui faire
connoître son injustice; il s'en retourna chez lui tout chagrin, & sa
femme qui avoit bien autant d'esprit que lui, voulant savoir ce qu'il
avoit fait, n'en eut pas plûtôt connoissance qu'elle lui dit en même
tems qu'il se laissoit là abbattre de peu de chose, qu'il y avoit du
remede à tout hors à la mort, & que devant qu'il fut trois jours elle le
remettroit mieux avec son Eminence qu'il n'y avoit jamais été. Il lui
repliqua qu'elle ne la connoissoit pas, qu'elle étoit têtue comme une
mulle, & que quand elle prenoit une fois quelqu'un en aversion il n'y
avoit pas moyen, quoi que l'on peut faire, de l'en faire jamais revenir.
Madame de Cavois lui répondit qu'elle connoissoit tout aussi-bien que
lui de quoi ce Ministre étoit capable, qu'ainsi il n'avoit que faire de
se mettre en peine comment elle s'y prendroit pour le mettre à la
raison, qu'elle en faisoit son affaire, & que comme elle n'entreprenoit
jamais rien dont elle ne vînt à bout, il n'avoit plus qu'à dormir eu
repos.

Cette Dame effectivement faisoit une partie de ce qu'elle vouloit à la
Cour, & faisoit rire souvent ce Ministre, lors qu'il n'en avoit point
d'envie. Ce n'étoit pas cependant ni par des traits de femmes ni par des
railleries fades, telles qu'on en voit souvent dans la bouche des
Courtisans, qu'elle faisoit toutes ces merveilles. Tout ce qu'elle
disoit étoit assaisonné d'un certain sel qui contentoit les plus
difficiles en même tems qu'il repandoit une certaine estime pour elle
qui faisoit qu'on ne se pouvoit plus passer de sa Compagnie. Son mari
qui étoit redevable à son adresse d'une partie de sa fortune, se jetta
entre les bras pour se tirer du mauvais état où il étoit: elle lui dit
alors que puis qu'elle l'avoit amené au point qu'elle desiroit, il
n'avoit plus maintenent qu'à bien executer ce qu'elle lui alloit
recommander; qu'il se mit dans son lit, qu'il y fit bien le malade, &
qu'il dit à tous ceux qui le visiteroient ou qui viendroient de la part
de quelqu'un pour lui demander des nouvelles de sa santé, qu'elle ne
pouvoit pas être en plus mechant état qu'elle étoit, qu'il affectat
cependant de ne parler à personne, que le moins qu'il pourroit, & que
quand il y seroit obligé il ne le fit que d'une voix engagée, & comme un
homme qui auroit une oppression de poitrine.

Pour elle, elle se tint tout le jour comme elle étoit au sortir de son
lit, & tout de même que si la feinte maladie de son mari l'eut mise hors
d'état de songer à son ajustement. Cet homme qui avoit beaucoup d'amis
comme en ont tous ceux qui ont quelque faveur auprès du Ministre, car il
avoit toûjours été fort bien avec lui, ne manqua pas de visites, quand
le bruit de son mal se fut répandu par la Ville. Ils savoient bien
pourtant les paroles que le Cardinal lui avoit dites; ce qui étoit plus
que capable selon la coutume des courtisans de lui faire perdre leur
amitié. Mais comme ils esperoient que sa disgrace ne dureroit pas, sur
tout n'ayant rien fait qui pût le perdre dans l'esprit de son Eminence,
ils continuerent d'en user avec lui comme ils avoient accoutumé. Le
Cardinal qui venoit d'essuyer de grosses paroles du Roi qui lui avoit
reproché qu'il n'avoit pas tenu à lui, par ses faux rapports, qu'il
n'eut cassé Treville & sa Compagnie de Mousquetaires, étoit encore plus
en colere que jamais contre Cavois. Ainsi apprenant que sa maison ne
desemplissoit point de monde, il dit tout haut devant mille personnes,
qu'il s'étonnoit grandement qu'on eut si peu de consideration pour lui,
que d'aller visiter un homme qu'il jugeoit digne de son ressentiment.
Ces paroles suffirent pour rendre la maison du feint malade tout aussi
deserte qu'elle étoit frequentée auparavant. Madame de Cavois en fut
ravie, parce qu'elle avoit peur que quelqu'un reconnut sa feinte, &
qu'il n'en allât rendre compte au Cardinal. Cependant ses parens ne
croyant pas que cette defense s'étendit sur eux, aussi particulierement
que sur les autres, y envoyerent du moins des laquais, s'ils n'y osérent
plus aller: ces laquais leur rapporterent ce que Madame de Cavois leur
disoit, tantôt elle même quand ils montoient jusques dans son
anti-chambre, & tantôt ce qu'on leur disoit à la porte quand ils ne
prenoient pas la peine d'y monter. Toutes ces nouvelles ne pouvoient
cependant être plus tristes qu'elles l'étoient; le malade se portoit,
toûjours à ce qu'on disoit de moment à autre, de plus mal en plus mal, &
afin qu'on le crut mieux dans le monde Madame de Cavois fit venir chez
elle le premier Medecin du Roi, afin qu'il dit ce qu'il pensoit de son
mal: elle ne risquoit pas beaucoup en faisant cela, jamais il n'y avoit
eu de medecin plus ignorant que lui, ce qu'on reconnut si bien à la fin
à la Cour qu'il en fut chassé honteusement. Au reste pour le mieux
tromper, elle fit apporter dans la chambre de son mari le sang d'un de
ses laquais qui étoit malade d'une pleuresie, & lui fit accroire que
c'étoit le sien. Il ne falloit pas être trop habile pour décider que ce
sang ne valloit rien il hocha la tête en le voyant, comme pour lui dire
d'un ton misterieux qu'il y avoit là bien du danger. Madame de Cavois
fit en même temps la pleureuse, métier qu'elle savoit naturellement,
comme savent la plûpart des femmes & qu'elle avoit encore étudié avec
beaucoup de soin, afin de s'en servir en tems & lieu.

Peu s'en fallut que Bouvard, c'étoit le nom de ce médecin, ne pleurât de
même quand il lui vit verser des larmes, & accompagner de mille sanglots
le recit qu'elle lui faisoit de sa maladie. Il voulut tâter cependant le
poux du malade, & il crut qu'il étoit tout en sueur, parce qu'il avoit
dans son lit un petit vase d'eau tiede, dont il avoit arrosé sa main,
jusques au dessus du poignet, afin de faire accroire la même chose à
tous ceux qui auroient la curiosité de le vouloir tâter. On en avoit
même repandu quelques gouttes sur une aleze dont on lui fit accroire
qu'on avoit enveloppé le malade, & comme on l'avoit laissée ressuyer
dans le lit, elle n'étoit plus que moette, afin qu'il donnât plûtôt dans
le panneau. Il sentit cette aleze, & trouva à ce qu'il disoit que ce qui
causoit sa moetteur sentoit extremement mauvais. Il tira encore des
inductions delà que cette maladie étoit très dangereuse, & étant sorti
de cette Maison, il en repandit le bruit par toute la Cour. M. le
Cardinal le sut comme les autres, sans en paroître autrement touché,
quoi qu'il le fut dans le fonds. Il crut que pour soutenir le caractere
d'un grand Ministre, comme il étoit, il ne devoit pas changer sitôt de
sentiment, qu'aussi bien cela lui seroit tout à fait inutile, s'il
venoit à mourir, & que s'il en réchapoit il feroit toûjours bien sa paix
avec lui.

Pendant que cela se passoit le Roi, qui, du même moment qu'il avoit été
desabusé, avoit rendu son amitié à Mr. de Treville & lui avoit redit de
nous amener les trois freres & moi dans son Cabinet, comme il le lui
avoit commandé auparavant. La nouvelle action que je venois de faire lui
donnoit encore plus d'envie de me voir que jamais. Mr. de Treville nous
y conduisit dés le même jour que le Duc de la Trimouille avoit confirmé
à sa Majesté ce qu'il lui avoit dit. Le Roi me trouva extrémement jeune
pour avoir fait ce que j'avois fait, & me parlant avec beaucoup de
bonté, il dit à Mr. de Treville de me mettre Cadet dans la Compagnie de
son beau Frere qui étoit Capitaine aux Gardes. Il s'appelloit des
Essarts, & ce fut là où se fit mon apprentissage dans le metier des
armes. Ce Régiment étoit alors tout autre qu'il n'est aujourd'hui: tous
les Officiers étoient gens de qualité, & l'on n'y voyoit point de gens
de Robe ni de fils de Partisan comme il s'y en voit maintenant, & même
comme il en est tout rempli. Ce n'est pas que je veuille dire que les
premiers soient à mépriser. Ils ont leur merite tout comme les personnes
les plus qualifiées, & s'il leur étoit deffendu de porter les armes nous
n'aurions pas eu deux Marêchaux de France que le Parlement de Paris nous
a déja donnez. Le Maréchal de Marillac, quoi qu'il ait péri
malheureusement, n'en est pas moins recommandable par mille honnêtes
gens qui savent de quelle maniere arriva son malheur. Le Maréchal
Foucaut étoit pareillement d'une famille de Robe, & quoi qu'il portât
d'autres armes que n'en portent ceux qui viennent comme lui de la
famille qui porte ce nom là, ce n'étoit qu'à cause qu'Henri IV. les
avoit changées pour un service important que l'un de ses ancêtres lui
avoit rendu.

Le Roi avant que de me renvoyer voulut que je lui contasse non seulement
mes deux combats, mais encore tout ce que j'avois fait depuis que
j'avois l'âge de connoissance. Je contentai sa curiosité, à la reserve
de ce qui m'étoit arrivé à S. Die, que je n'eus garde de lui dire. Je
trouvois qu'il y alloit un peu trop du mien, & rien ne me faisoit
souffrir avec patience l'affront que j'y avois reçu que l'esperance d'en
pouvoir tirer vengeance bientôt. Je me fondois particulièrement sur les
promesses que m'avoit fait Montigré de m'avertir quand Rosnay ne se
deffieroit plus de rien, & qu'il reviendroit dans sa Maison. Je trouvois
même qu'il ne m'avoit pas donné de méchantes arres de sa parole, en me
prêtant son argent aussi genereusement qu'il avoit fait. J'avois
cependant quelque inquiétude de savoir comment je le lui pourrois
rendre, quand le Roi m'en tira heureusement. Il dit à l'Huissier de son
Cabinet, avant que j'en sortisse, qu'il eut à lui faire venir son
premier Valet de Chambre, & ce premier Valet de Chambre étant venu, il
lui commanda de prendre cinquante Loüis dans sa Cassette, & de les lui
apporter. Je me doutai bien, quand je l'entendis lui faire ce
commandement, que ces cinquante Loüis étoient pour moi, & de fait le Roi
ne les eut pas plûtôt qu'il me les donna à l'heure même. Il me dit en me
les donnant que j'eusse soin seulement d'être honnéte homme, & qu'il ne
me laisseroit manquer de rien.

Je crus ma fortune faite d'abord que je l'entendis parler de la sorte, &
comme je n'avois pas envie de m'éloigner du chemin qu'il me prescrivoit,
je regardai comme une chose indubitable ce qui me venoit de la bouche
d'un si grand Roi. Mais je reconnus bientôt que c'étoit à tort que
j'avois adjouté foi à ce Discours, & que si j'eusse étudié cette parole
de l'Ecriture, qui nous apprend que nous ne devons jamais mettre nôtre
confiance dans les Princes, mais en Dieu seul qui ne trompe jamais, ni
qui ne sauroit jamais être trompe, j'eusse beaucoup mieux fait que de
conter là dessus. J'expliquerai cela dans un moment & il faut que je
rapporte auparavant ce qui arriva de la tromperie que faisoit Madame de
Cavois. Elle garda son mari pendant quatre jours de la maniere que je
viens de dire, & Bouvart, pour mieux trancher de l'homme important,
continuant d'assurer qu'il lui étoit impossible de rechaper, à moins que
d'un miracle, en l'état qu'il l'avoit laissé, elle s'en fut le lendemain
au Palais Cardinal dans l'habit de deuil, le plus grand que put jamais
porter une femme. Les Officiers du Cardinal qui la connoissoient
aussi-bien qu'ils faisoient leur Maître ne la virent pas plûtôt dans cet
équipage, qu'ils ne douterent point qu'elle ne l'eut perdu. Ils
l'accablerent là dessus de complimens qu'elle réceut d'un air tout aussi
triste que si la chose eut été bien vraye. Ils voulurent l'annoncer en
même tems à son Eminence, ce qu'elle ne voulut pas souffrir, elle leur
repondit qu'elle l'attendroit quand elle iroit à la Messe, & qu'il lui
suffiroit de se faire voir à elle pour lui apprendre le besoin, qu'elle
avoit de son secours. On fut dire en même tems à ce Ministre que Cavois
étoit mort, & que sa veuve l'attendoit sur le passage de sa Chapelle
pour lui recommander ses enfans. Le Cardinal à cette nouvelle n'osa
sortir de sa Chambre, craignant que ce ne fut bien plûtôt pour l'accuser
d'avoir fait mourir son mari, que pour lui demander quelque chose. Ainsi
aimant mieux qu'elle lui fit une Mercurialle dans son Cabinet que de la
lui faire devant tous ses Courtisans, il commanda en même tems qu'on la
lui amenât. Il s'en fut au devant d'elle: d'abord qu'il l'apperçut il
l'embrassa & lui dit qu'il étoit bien faché de la perte qu'elle avoit
faite, que le deffunt avoit eu tort de prendre les choses à coeur aussi
fortement qu'il avoit fait, qu'il devoit connoitre son humeur depuis le
tems qu'il étoit à lui, & savoir que quelque violente que fut sa colère
contre ses veritables serviteurs, elle n'étoit pas de longue durée; que
cependant si elle avoit beaucoup perdu en le perdant, la perte qu'il
faisoit lui même en lui n'étoit guéres moindre que la sienne; qu'il
reconnoissoit mieux que jamais combien il avoit été de ses amis, puis
qu'il n'avoit pû souffrir de sa bouche une seule parole rude sans en
mourir de douleur.

Madame de Cavois ne l'entendit pas plûtôt parler de la sorte qu'elle lui
dit qu'elle n'avoit que faire de pleurer ni de porter davantage son
habit, qu'elle ne l'avoit pris que pour porter le deuil de la perte que
son mari & elle avoient faite de l'honneur de ses bonnes graces; mais
que puis qu'elle les leur rendoit elle n'avoir plus que faire ni de
deuil ni d'armes; que son mari étoit bien mal à la verité, mais que
comme il n'étoit pas encore mort il guériroit bientôt, quand il
apprendroit cette bonne nouvelle. Le Cardinal fut bien surpris quand il
lui vit quitter sitôt son personnage. Il se douta bien qu'elle ne
l'avoit fait que pour l'obliger à le faire parler ainsi: il fut fâché de
s'être si fort pressé, voyant bien qu'il ne feroit pas sans en être
raillé dans le monde. Néanmoins Comme c'étoit une chose faite, & qu'il
n'y avoit plus de remede, il se prit à en rire tout le premier. Il lui
dit donc en même tems qu'il ne connoissoit point de meilleure Comedienne
qu'elle, & il ajouta à cela qu'il vouloit, pour lui faire plaisir,
demander au Roi qu'il lui plût créer en sa faveur une charge de
Surintendant de la Comedie, tout de même qu'il y en avoit une de
Surintendant des Bâtimens, afin de l'en gratifier; que quoique ce ne fut
pas la coutume de donner le moindre emploi à une femme il ne laisseroit
pas de tâcher de lui faire tomber celui-là, qu'il remontreroit sa
capacité au Roi, & que comme il ne demandoit qu'à être bien servi, il ne
doutoit pas qu'il ne la lui donnât preferablement à tout autre, puis
qu'elle étoit plus capable que personne de l'exercer.

Mr. le Cardinal s'étant ainsi amusé à badiner avec elle, fit entrer ses
principaux Officiers dans son Cabinet, & leur dit qu'ils n'avoient pas
tout tant qu'ils étoient à se moquer les uns des autres, puis qu'elle
les avoit tous attrapez également, qu'ils avoient crû que Cavois étoit
mort, & que cependant à peine croiroit-il presentement qu'il fut malade;
qu'il étoit bien vrai que Bouvart, qui l'avoit été voir, l'assuroit, &
même qu'il l'avoit été bien dangereusement, mais que comme ce n'étoit
qu'un ignorant, il étoit persuadé qu'on pouvoit se dispenser de le
croire, sans courre risque de passer pour heretique. Ses Officiers qui
n'étoient pas trop prévenus en faveur de ce medecin, le voyant de si
belle humeur lui répondirent qu'il faisoit bien d'en avoir cette
opinion, parce que s'il n'y avoit que cela qui le persuadât il pouvoit
bien encore se tromper; que Bouvart, comme il le disoit fort bien, étoit
un grand asne en matiere de medecine, & que tout Paris en convenoit
aussi bien qu'ils convenoient de bonne foi que Madame de Cavois les
avoit tous trompés.

Cette Dame ayant ainsi fait la paix de son mari avec le Cardinal,
quelqu'un dit au Roi le tour qu'elle avoit joué à son Eminence, & en fit
bien rire Sa Majesté. Treville qui lui en vouloit, parce que son
Eminence lui en vouloit à lui même, ne fut pas un des derniers à s'en
divertir avec elle. Il lui dit que c'étoit ainsi que les grands hommes
avoient leur ridicule aussi bien que les autres, & prenant sujet de là
de lui conter tout ce qu'il en savoit, il se donna carrière à ses
depends, pendant je ne sais combien de tems.

D'abord que j'eus les cinquante Loüis du Roi je ne songeai plus qu'à
renvoyer à Montigré l'argent qu'il m'avoir prêté si honnêtement. Une
personne d'Orleans qui logeoit dans mon même logis & qui y étoit fort
connu, voyant que j'étois en peine à qui m'addresser pour faire les
choses seurement, me dit que si je m'en voulais bien fier à lui il me
rendroit ce petit service, qu'il connoissoit Mr. de Montigré, & qu'il
lui feroit tenir cet argent par une personne sûre; qu'elle n'étoit
jamais une semaine sans aller chez lui. Je fus ravi de cette occasion
qui me tiroit d'embarras. Je lui donnai en même tems la somme que je
devois à ce Gentilhomme, & y ayant voulu ajouter quelque chose pour la
dépense de celui qui lui porteroit cet argent, l'homme à qui je le
donnois me dit que je lui faisois injure d'oser seulement lui en parler,
qu'il n'étoit pas homme à demander retribution de si peu de chose, & que
le plaisir de me rendre service étoit tout ce qu'il désiroit. Je ne
l'eusse pas fait avec un autre, mais comme c'étoit un homme qui tenoit
Hotellerie à Orleans, & qui ne me paroissoit pas trop riche, je ne
voulois pas avoir à me reprocher de lui avoir fait dépenser un sol pour
l'amour de moi.

Mon argent fut rendu fidelement à Montigré, d'abord qu'il eut écrit une
Lettre à son ami. Montigré ne s'attendoit pas à le ravoir sitôt, &
peut-être même à le ravoir jamais. Il savoit combien il étoit rare de
recevoir des lettres de change de mon pais, & sur tout à un pauvre
gentilhomme tel que j'étois. Richard, c'est le nom de l'homme qui me
rendit ce service, avoit prié son ami de lui renvoyer le billet que
j'avois fait à Montigré. Il me le remit entre les mains pour marque
qu'il avoit eu soin d'executer ce dont je l'avois prié. Je le remerciai
de la peine qu'il en avoit bien voulu prendre, quoi que je ne fusse pas
à le faire, & que je m'en fusse acquitté dès le moment que je lui avois
fait cette priere. Je mis ce billet dans ma poche, au lieu de le
dechirer comme je devois, & l'ayant perdu ou le même jour ou le
lendemain, en tirant peut-être mon mouchoir ou bien en prenant autre
chose, je ne m'apperçus de sa perte que deux ou trois jours après. Je le
dis à Richard qui me blama du peu de soin que j'en avois eu, & comme il
vit que cela m'inquietoit comme si j'eusse prevû ce qui m'en devoit
arriver un jour, il tâcha de m'en consoler. Il me dit que quand même
quelqu'un le trouveroit, il ne m'en pouvoit arriver d'accident, que
premierement je n'étois pas en âge pour faire un billet, & que
secondement étant sous le nom de Montigré, il n'y avoit point de
friponnerie à faire là dessus, à moins qu'il n'en fut de moitié avec
quelqu'un; que j'avois dû reconnoître au procedé qu'il avoit tenu avec
moi qu'il étoit honnête homme, mais que s'il avoit encore besoin, avec
cela d'une caution pour me le certifier, il lui en serviroit en tout
tems, & en tout lieu, quoi qu'il ne s'en reconnût pas capable.

Cette dernière raison me toucha plus que la premiere, à laquelle j'avois
mis obstacle moi même par un excès de delicatesse. Comme il savoit aussi
bien que cet Aubergiste que je n'étois pas en âge de pouvoir m'obliger
valablement, je n'étois engagé dans ce billet à en payer le contenu que
parole d'honneur, ainsi il n'y avoit point là de minorité à alleguer
pour s'exempter du payement, puis que les Maréchaux de France devant qui
l'on faisoit venir pour l'éxecution de ces sortes de billets
condamnoient & jeunes & vieux également, quand on étoit de si mauvaise
foi que de ne le pas vouloir payer. J'avois appris cela d'une affaire
que mon pere avoit euë devant eux, où il étoit porteur d'un semblable
billet; ainsi je m'étois servi de ma propre connoissance contre moi
même, parce que je croyois que quand on avoit bien envie de payer il
devoit être indifferent ou de se bien lier ou de ne se point lier du
tout.

Cette circonstance entretint donc mon inquietude pendant quelques jours,
mais comme il n'y a rien que l'on n'oublie à la longue, je n'y songeai
plus au bout de quelque tems. Je tachai cependant de remplir mon devoir
de Soldat tout du mieux qu'il me fut possible. Je trouvai Besmaux dans
la même compagnie où j'étois. C'étoit un homme tout d'un autre humeur
que moi, & nous ne nous ressemblions en rien ni l'un ni l'autre, si ce
n'est que nous étions tous deux Gascons. Il n'y avoit rien effectivement
de plus opposé que nos manieres d'agir. Il avoit de la vanité au delà de
l'imagination. Il eut voulu presque que nous l'eussions crû de la côte
de St. Loüis, tant il s'en faisoit accroire: tout cela n'étoit fondé
cependant que sur ce qu'il étoit plus vain que les autres, quoi qu'il ne
vallut pas mieux. Le nom de Besmaux qu'il portoit étoit le nom d'une
petite metairie qui étoit plus chargée de taille qu'elle n'apportoit de
revenu; mais comme lors que l'on s'entête une fois de vouloir paroître
plus que l'on est, l'âge n'a guerres de coûtume de reformer ce deffaut,
il fit porter le nom de Marquisat à cette chaumiere d'abord qu'il devint
en fortune.

Pour moi je fus toûjours mon chemin sans vouloir paroître plus que je
n'étois. Je savois que je n'étois qu'un pauvre Gentilhomme: je vécus
donc comme je devois faire, sans vouloir ni me relever au dessus de mon
état ni me rabbaisser au dessous de ceux qui n'étoient pas plus que moi.
J'avois peine ainsi à souffrir que Besmaux se donnât des airs de
grandeur en vantant le nom de Montlesun qu'il portoit. C'étoit à la
verité un nom qui étoit assez beau, mais comme tout le monde ne
convenoit pas trop qu'il lui appartint, je me crus obligé de lui dire, &
comme son camarade & comme son ami, que toute cette vanité lui faisoit
plus de tort que de bien. Il receut mal mon compliment, & l'attribuant
moins au desir que j'avois de lui rendre service, qu'à une certaine
jalousie qu'il se figuroit que j'eusse conçuë aussi-bien que les autres
Cadets de ce qu'il pretendoit s'élever au dessus de nous, il ne me
regarda plus que comme un homme qui lui devoit être suspect, bien loin
de prendre la moindre confiance en lui. Il avoit aussi cela de ridicule
que sans considerer ses forces qui ne pouvoient pas être moindres
qu'elles étoient, il vouloit imiter ceux qui avoient des ailes pour
voler: s'il voyoit quelque nouvelle mode, il en prenoit aussi-tôt
quelque chose, sans considerer qu'il y avoit plûtôt de l'extravagance à
le faire qu'il ne pouvoit y avoir ni de raison ni de bon sens. Il
pretendoit pourtant le contraire sans prendre garde qu'il s'en rendoit
ridicule à tout le monde. Je me souviens là-dessus d'une chose qu'il
fit, qui fit bien rire non seulement toute nôtre Compagnie, mais encore
tout le Regiment. Nous étions alors à Fontainebleau où il étoit logé
chez une hôtesse qui eut quelque bonne volonté pour lui. Il en profita
tout autant qu'il pût, mais comme elle n'étoit pas riche, ce qu'il en
tira ne se reduisit qu'à peu de chose. Il ne s'amusa point à en remplir
son ventre, comme font quantité de nations qui aiment mieux l'avoir
plein, que d'avoir toute la magnificence du monde sur leur dos. Il avoit
cela de commun avec tous les Gascons qu'il croyoit devoir pratiquer le
proverbe qui dit ventre de son & habit de velours. Ainsi il mit sur lui,
tout ce qu'il avoit pû tirer de cette femme sans se mettre en peine de
tout le reste. Il se donna un habit dont il avoit assez de besoin, parce
que quoi qu'il eut celui de Soldat comme les autres, la coutume des
Cadets étoit d'en avoir un distingué de ceux du commun. Pour moi c'est à
quoi je n'avois pas manqué, & je m'en étois donné un assez beau de
l'argent que le Roi m'avoit donné: J'y en avois employé une partie &
j'étois bon ménager du reste, sachant qu'il falloit garder une poire
pour la soif.

Au reste comme on commençoit à porter en ce tems là des baudriers en
broderie d'or qui coutoient huit ou dix pistoles, & que les finances de
Mr. de Besmaux ne pouvoient pas atteindre jusques là, il prit le parti
de se faire faire le devant d'un baudrier de cette façon, & le derriere
tout uni. Il affecta cependant, afin qu'on n'en vit pas le defaut, de
porter un manteau, sous prétexte d'une feinte incommodité, ainsi n'en
étalant aux yeux du monde que le devant, il n'y eut personne qui ne crut
pendant deux ou trois jours, qu'il avoit donné dans l'étoffe tout aussi
bien que les autres. Mais le tour de nôtre Compagnie étant venu de
monter la Garde au bout de ce tems là, & Besmaux ayant endossé un autre
baudrier que celui que nous venions de lui voir, parce qu'il ne pouvoit
pas là porter de manteau, il y eut un de mes camarades nommé
Mainvilliers qui ne pouvoit souffrir sa vanité non plus que moi, qui me
dit qu'il parieroit sa tête que son baudrier en broderie n'avoit point
de derriere. Je lui répondis que cela n'étoit pas croyable, & qu'il
étoit trop sage pour s'exposer à la raillerie qu'il s'attireroit par là,
si cela venoit jamais à être reconnu. Il me repliqua que j'en pouvois
croire tout ce qu'il me plaisoit, mais que pour lui il demeureroit dans
sa pensée jusques à ce qu'il eut lieu de s'en desabuser. Qu'il ne
tarderoit pas long tems à le faire, & que ce seroit alors que l'on
verroit qui auroit raison de lui ou de moi. Nôtre garde étant descenduë
Besmaux continua toûjours de feindre d'être incommodé pour avoir
pretexte de prendre son manteau. Il ne vouloit pas perdre sitôt
l'étalage de son baudrier, & comme il ne le pouvoit porter sans cela, il
étoit bien aisé pendant que c'en étoit la mode de faire voir à tout le
monde qu'il n'étoit pas homme du commun. Il craignoit qu'elle ne vint à
changer par l'inconstance à laquelle nôtre nation est sujette. Il savoit
qu'elle est fort grande, & que nos ennemis n'ayant guéres d'autre défaut
à nous reprocher, que celui là ne manquaient pas de nous en faire le
plus souvent un sujet de mepris.

Mainvilliers qui étoit un éveillé & qui ne demandoit pas mieux qu'à rire
& à faire rire les autres, voyant qu'il avoit repris son manteau, & cela
le confirmant plus que jamais dans sa pensée, dit à cinq ou six de nos
Camarades, qui se moquoient aussi bien que lui de Besmaux, tout ce qu'il
pensoit là-dessus. Ils n'y avoient pas songé, jusques-là, & je n'y eusse
pas songé non plus qu'eux, si ce n'est qu'il nous rebatoit toûjours la
même chose. Mais ce qu'il nous faisoit remarquer me faisant entrer à la
fin dans son sentiment, il y en eut un qui lui demanda comment il s'en
pouvoit éclaircir. Il lui répondit que s'il en étoit en peine tant soit
peu il se trouvât l'après dînée chez ce fanfaron, qu'il l'iroit prendre
avec moi pour aller se promener dans la forest, qu'il eut soin seulement
de marcher derriere lui & qu'il verroit lui-même de ses propres yeux
s'il s'étoit trompé ou non. Il m'en dit autant à moi & à tous ces
autres, & nous en étant allez chez Besmaux d'abord que nous eûmes diné,
nous le trouvâmes son manteau sur les épaules qui étoit tout prêt de
nous venir chercher pour passer l'après dînée avec nous. Nous lui
proposâmes nôtre promenade, & s'y en étant venu avec nous, nous fîmes
semblant cinq ou six que nous étions de nous arrêter à l'entrée de la
forêt, pour considerer un nid qui étoit tout au haut d'un arbre.
Mainvilliers s'amusoit à causer avec lui étant bien aise de lui ôter
tout soupçon de ce que nous avions envie de faire. Nous les suivîmes
donc comme nous avoit recommandé Mainvilliers, & celui-ci voyant, que
nous n'étions plus qu'à quinze ou vingt pas d'eux, fit un pas au devant
de lui sans lui faire rien paroître encore de son dessein. Mais lui
disant en même tems qu'il faisoit bien le papelard avec son manteau, &
que cela ne soit guéres bien à un jeune homme & encore à un Cadet aux
Gardes, il s'envelopa dans un des coins de ce manteau & fit trois ou
quatre demi tours à gauche, sans lui donner le tems de se reconnoître.
Il le lui enleva ainsi de dessus les épaules, & ceux qui étoient alors
derriere eux ayant reconnu les parties honteuses du baudrier, ils firent
un éclat de rire qu'on pouvoit entendre d'un quart de lieuë de là.
Besmaux tout Gascon qu'il étoit & même de la plus fine Gascogne, se
trouva demonté en cette rencontre, chacun le railla sur sa feinte
maladie, & comme c'étoit le railler en même tems sur son baudrier, il
crut que rien ne le pouvoit sauver de l'affront que cela lui alloit
faire dans tout le Regiment que de se battre contre Mainvilliers. Il
l'envoya appeller dès le même jour par un bretteur de Paris, qui étoit
de sa connoissance. Mainvilliers qui étoit un brave garçon le prit au
mot, & m'étant venu dire ce qui lui étoit arrivé & qu'il avoit besoin
d'un second, je lui fis offre de mes services, voyant bien qu'il ne me
disoit cela que pour me prier de lui en servir.

Le rendez-vous étoit pour le lendemain matin à cent pas de l'Hermitage
de St. Louïs qui est en deça de Fontainebleau tout au milieu de la
foret, mais devant que nous y arrivassions nous trouvâmes une escouade
de nôtre compagnie qui nous cherchoit pour empêcher nôtre combat: nôtre
Capitaine en avoit été averti dès le soir même, par un Billet du
Breteur, qui se croyant plus fort sur le pavé de Paris qu'à la Campagne,
ne voulût pas se hazarder de ne plus voir les commeres qu'il avoit
laissées en ce Païs-là. Besmaux témoigna être bien fâché de ce qu'on
l'empêchoit ainsi de contenter son ressentiment, pendant que nous ne
nous en souciâmes gueres Mainvilliers & moi. Nous savions qu'il n'y
alloit point du nôtre, quand même nous ne nous battrions pas, & cela
nous suffisoit pour être contens. Pour ce qui est du Bretteur, il
l'étoit encore bien plus que nous. Il avoit fait le brave à peu de
frais, & il pretendoit que Besmaux lui en dut avoir la même obligation
que s'il eut tué son homme, & qu'il lui eut aidé par-là à remporter la
victoire. Cette escouade nous remena à nôtre quartier, où Mr. des
Essarts nous fit mettre tous quatre en prison, parce que nous avions osé
contrevenir aux ordres du Roi. Il parloit même de faire faire le procès
au Bretteur, parce que c'étoit lui qui avoit porté parole à
Mainvilliers. Celui-ci en eut bientôt nouvelle, par une femme de sa
connoissance, qui le vint voir, sachant qu'il avoit été mis en prison.
Mr. des Essarts qui n'étoit pas ennemi de la joye alloit à Paris voir
quelquefois cette femme qui étoit une femelle commode, & où il y avoit
toûjours fort bonne Compagnie. Au reste la rencontrant comme elle
sortoit du Château, & qu'il y alloit entrer, pour demander au Roi qu'il
lui plut faire un exemple de ce Bretteur, il lui demanda par hazard si
elle ne le connoissoit point. Elle lui répondit en Gascon qu'elle
écorchoit un peu, langage qui plaisoit beaucoup à des Essarts, si jou le
connois Cadedis c'est lou meilleur de mes amis: des Essarts qui savoit
son nom le lui avoit dit, & c'étoit là-dessus qu'elle lui parloit de la
sorte, mais ce Capitaine lui ayant répondu serieusement qu'il ne falloit
point railler, & que plus elle étoit de ses amis, plus elle le devoit
plaindre, puis qu'il alloit travailler à le faire pendre, elle le pria
de n'en point parler au Roi, qu'elle ne l'eut vû, elle lui dit par une
espece de presentiment qu'il auroit peut-être quelque chose à alleguer
pour sa justification; qu'elle l'iroit voir de ce pas, qu'elle lui en
rendroit reponse avant qu'il fut une heure tout au plus.

Des Essarts lui répondit qu'il étoit obligé d'informer le Roi de tout ce
qui se passoit dans sa Compagnie, mais que comme il étoit encore de bon
matin, il ne vouloit pas, en faveur de leur connoissance, lui refuser le
tems qu'elle lui demandoit, qu'il alloit au lever de Mr. de Cinqmars
grand Ecuyer de France, & qu'il s'en reviendroit ensuite chez lui, où il
l'attendroit de pied ferme, pourvû qu'elle ne demeurât pas davantage
qu'elle le lui promettoit, qu'elle savoit où il étoit logé, & qu'il
donneroit ordre à ses gens de la faire parler à lui, quelque personne
qu'il put y avoir dans sa Chambre, Mr. des Essarts fut faire sa visite
après cela, & cette femme de son côté s'en étant allée faire la sienne,
elle surprit extrémement le Breteur par les nouvelles qu'elle lui
annonca. Il croyoit s'être tiré d'affaire habilement par le Billet qu'il
avoit écrit, & d'avoir accordé également le soin qu'il devoit avoir de
son honneur & de sa vie. Il savoit que son écriture n'étoit point connuë
de Mr. des Essarts, & qu'il n'auroit garde de la montrer à personne qui
la pût reconnoître, mais ce que lui venoit de dire cette femme le
mettant dans l'obligation de la faire connoître lui-même, à moins que de
s'exposer au hazard de tout ce qui lui en pouvoit arriver, il lui
répondit, après y avoir un peu songé, qu'il faloit que Mr. des Essarts
fut fol de lui vouloir faire une affaire de ce qui méritoit recompense,
qu'il n'avoit jamais prétendu se battre pour une aussi méchante cause
que celle de Besmaux, qu'il n'avoit jamais été homme à soutenir sa
vanité aux depends de sa vie, que bien loin de là il eut été le premier
à l'en railler, s'il l'eut suë aussi-tôt que les autres, qu'aussi
avoit-ce été lui qui avoit averti des Essarts qu'il vouloit faire couper
la gorge à quatre personnes pour son _nihil au dos_, que puis qu'il
avoit gaigné le devant de son baudrier à la sueur de son corps, il
devoit encore en gaigner le derriere avant que de le mettre, qu'il ne se
fut fait aucune affaire par là ni à lui ni à personne, & qu'il avoit
bien affaire qu'il fit le Gascon, pendant qu'il étoit gueux comme un
peintre.

Il tâcha de faire rire cette femme en lui apprenant ce qui avoit été
cause de leur querelle. Il crût que le plaisir qu'elle y prendroit ne
lui donneroit pas le tems de faire reflexion sur le grand soin qu'il
auroit eu de conserver sa vie; elle ne lui dit pas ce qu'elle en
pensoit, parce que si elle le lui eut reproché, il étoit homme à lui
reprocher autre chose; elle se contenta donc de lui dire qu'elle étoit
ravie qu'il se put si bien justifier, que cependant comme des Essarts
étoit un fin Gascon, & qu'il ne se contenteroit pas de paroles, il
falloit qu'il l'instruisit lui-même de tout ce qu'il venoit de lui dire,
par un nouveau Billet. La proposition lui déplut, parce qu'il ne
trouvoit pas qu'il lui fut autrement glorieux de lui apprendre lui-même
le soin qu'il avoit eu de sa vie. Mais la même raison qui l'y avoit
obligé l'y obligeant encore en cette rencontre, il vainquit ses
scrupules, & écrivit tout ce que cette femme voulut. Il la chargea même
de sa lettre, & celle-ci l'ayant renduë à des Essarts, il ne l'eut pas
plûtôt lûë & confrontée avec celle qu'il avoit déja de lui qu'il le fit
sortir de prison. Il prit pour pretexte, que, comme il n'étoit pas
soldat comme nous, il n'avoit point de jurisdiction sur lui. Il parla
cependant au Roi de nôtre affaire, mais d'une maniere à ne nous pas
nuire. Le Roi lui dit qu'il l'en laissoit le maître, mais qu'il ne
feroit pas trop mal de nous laisser quelques jours en prison, afin,
qu'une autre fois nous prissions garde à ne pas manquer à nôtre devoir.
Nous y demeurâmes cinq jours, ce qui est bien du tems à de la jeunesse
qui ne demande qu'à avoir toûjours un pied en l'air. Au sortir de là
nôtre Capitaine nous fit embrasser Mainvilliers & moi, avec Besmaux, &
nous deffendit les voyes de fait de la part de sa Majesté. Il nous
deffendit même de parler jamais à personne du baudrier, mais quand ç'eut
été sa Majesté elle-même, qui de sa propre bouche nous eut fait cette
deffense, je ne sçais s'il eut été en nôtre pouvoir de lui obéïr. En
effet, bien-loin que nous gardassions le silence là-dessus, Besmaux
n'eut plus d'autre nom dans le Regiment que Besmaux le Baudrier, tout de
même qu'on appelloit le Lieutenant Colonel d'un certain Regiment de
Fontenay coup d'épée, & qu'on apelle encore aujourd'hui un Conseiller du
Parlement, mendat coup de poignard.

Besmaux ne me voulut pas de bien de ce que j'avois ainsi voulu servir de
second à son ennemi. Il trouva que j'avois mauvaise grace, moi qui étois
son compatriote, ou peu s'en falloit, d'avoir pris le parti d'un
Bausseron à son préjudice. Car Mainvilliers étoit de quelque part
d'auprès d'Etampes, & si je m'en souviens bien d'entre cette Ville &
celle de Pluviers. Le Roi qui aimoit son Regiment des Gardes, & qui en
connoissoit tous les Cadets, jusques à leur parler bien souvent, & même
avec assez de familiarité, me dit le même jour que je fus sorti de
prison, que je ne durerois guéres, si je ne changeois de conduite; qu'il
n'y avoit pas encore trois semaines que j'étois arrivé de mon païs, &
que cependant j'avois déja fait deux combats, & que j'en eusse encore
fait un troisiéme si on ne m'en eut empêché; qu'il falloit être plus
sage, si l'on avoit envie de lui plaire, sinon que je ne m'en trouverois
pas trop bien. Sa Majesté m'eut bien parlé encore d'une autre maniere si
elle eut sçû ce qui m'étoit arrivé en m'en venant de chez moi. J'avois
pourtant cette affaire autant à coeur que je l'avois jamais euë, & je ne
comprenois point comment Montigré, après m'avoir témoigné tant
d'honêteté, me laissoit si long-tems sans me donner de ses nouvelles de
mon faiseur d'affront. Je lui avois écrit en lui renvoyant son argent,
ma lettre étoit aussi honnête qu'elle le pouvoit être par raport à
l'obligation que je lui avois, & à celle que je lui voulois encore avoir
à cet égard. Cependant je n'en avois point eu de réponse, ce qui m'eut
presque fait douter qu'on lui eut donné mon argent, si ce n'est qu'on
m'avoit renvoyé le billet qu'il avoit de moi.

Aussi-tôt que nous fumes de retour de Fontainebleau nôtre Regiment fit
revûë devant le Roi, qui nous commanda de nous tenir prêts pour aller à
Amiens, où sa Majesté devoit s'acheminer incessamment. Elle y alloit
pour appuyer le Siege d'Arras que les Maréchaux de Chaulnes, de
Châtillon, & de la Meilleraie avoient formé par ses ordres. Il y avoit
déja quelque tems qu'il duroit, & le Cardinal Infant qui rodoit autour
de leur Camp avec une armée qui n'étoit guéres moins forte que la leur,
pretendoit leur faire lever le Siege sans coup ferir. Il n'y réüssissoit
pas trop mal jusques-là, nôtre armée commençoit déja à manquer de toutes
choses, & comme il n'y pouvoit rien venir qu'à force de convois, tout
son soin fut de les empêcher d'arriver à bon port. Cela lui étoit assez
facile, à cause de la quantité de monde qu'il avoit avec lui. Aussi y
avoit-il d'ordinaire la moitié de ces convois pris, & les autres qui
passoient étoient bientôt consumez, parce que nôtre armée étoit si
considerable, qu'il lui en eut bien fallu davantage pour les tirer de
nécessité. Ce malheureux succès rendoit les assiegez insolens. Ils
mirent sur leurs murailles des Rats de carton qu'ils affronterent contre
des Chats faits de même matiere; les assiegeans ne furent ce que cela
vouloit dire, & ayant fait deux ou trois prisonniers dans une sortie,
ils leur en demanderent l'explication. Ces prisonniers qui étoient de
veritables Espagnols, Nation qui a beaucoup d'esprit, principalement la
Soldatesque, où l'on en trouve d'ordinaire plus que dans les Officiers,
parce que la plûpart de ces Officiers, du moins en ce tems-là, avoient
été ou Marchands ou quelque chose de semblable, & qu'ils n'embrassoient
cette condition que parce qu'ils avoient fait banqueroute en leur païs,
ou que leurs affaires étoient en méchant état, aussi achetoient-ils tous
leur emploi, & comme ils conservoient toûjours une certaine crasse de
leur premier métier, il y avoit bien à dire qu'ils eussent le même feu
qu'avoient les autres; quoi qu'il en soit ces prisonniers qui n'étoient
ni bêtes ni honteux, ayant été conduits au quartier du Maréchal de
Châtillon, & ce Maréchal leur ayant fait la demande que je viens de
dire, ils lui répondirent hardiment, que si c'étoit un autre qui la leur
fit, ils le lui pardonneroient aisément, mais que pour lui ils ne s'y
pouvoient resoudre, parce qu'il leur sembloit qu'il devoit être plus
intelligent qu'il n'étoit; s'il ne voyoit pas bien que cela vouloit
dire, que quand les Rats mangeroient les Chats, les François prendroient
Arras.

Le Marêchal n'osa se moquer de ce rebus, ce qu'il eut peut-être fait si
les affaires du siege eussent été en meilleur état qu'elles n'étoient.
Il ne fit pas même semblant d'avoir entendu ce qu'ils lui disoient,
comme si le mépris eut été le salaire que devoit avoir une sotte
réponse, comme la leur. Le Roi partit cependant de Paris, & étant arrivé
à Amiens, une partie de nôtre Regiment eut ordre de marcher à Doullens,
où on preparoit un grand convoi pour les assiegeans. L'autre resta à
Amiens, en partie pour la garde de Sa Majesté, & en partie pour escorter
un autre convoi qu'on devoit joindre au premier. Ce n'est pas qu'il
parut aucun danger depuis Amiens jusques à Dourlens qui n'en est qu'à
sept lieües, mais comme un parti pouvoit passer la riviere qui est au de
là de cette petite ville, & y venir mettre le feu, lors qu'on y
penseroit le moins, on étoit bien aise de prendre toutes ses
precautions, afin de n'avoir point de reproches à se faire.

Le Roi qui faisoit son principal plaisir de voir defiler ses Troupes
devant lui, faisoit venir quelques autres Regimens de Champagne, afin
d'en grossir l'Armée de ces Marêchaux. Il y en avoit un entr'autres dont
le Colonel étoit bien jeune, parce qu'en ce tems-là, comme dans
celui-ci, la condition des personnes servoit bien plus à leur faire
obtenir un poste comme celui-là, que leurs services, & en effet ce n'est
pas sans raison qu'on a toujours eu plus d'égard à l'un qu'à l'autre,
puisqu'une des qualités des plus essentielles pour un Colonel qui veut
avoir un bon Regiment, est de tenir bonne table. Cela sert
merveilleusement bien à ses Officiers, & ils l'estiment bien autant par
là que par tout le reste. Celui-ci qui ne manquoit pas d'esprit; mais
qui croyoit peut-être en avoir encore plus qu'il n'en avoit, n'étoit pas
trop aimé des siens, soit qu'il ne s'acquittât pas trop bien de ce
devoir, ou qu'il eut le malheur qu'ont presque tous les gens qui ont
plus d'esprit que les autres, savoir de se faire beaucoup plus d'ennemis
que d'amis. En effet comme on les apprehende toûjours, parce qu'ils ne
pardonnent guéres les fautes dans lesquelles on peut tomber, on les
regarde aussi presque continuellement comme des Pedagogues incommodes,
qualité qui attire plus de haine que d'amour.

Ce Colonel, qui par malheur pour lui étoit sur ce pied là, car pour moi,
j'estime qu'il vaut mieux n'avoir point tant d'esprit & se faire
d'avantage aimer, n'étant plus qu'à un quart de lieu d'Amiens avec son
Regiment, le beffroi donna avis en même tems de son arrivée. Le Roi ne
l'entendit pas plutôt sonner qu'il envoya savoir aussi-tôt ce qu'il
avoit découvert. On lui raporta que c'étoit un Regiment qui marchoit en
corps & qui faisoit un bataillon. Sa Majesté voulant le voir deffiler
devant lui, devant qu'il se rendit au camp, qui lui avoit été marqué,
lui envoya ordre de passer les long de remparts de la Ville sur lesquels
elle se rendit. Le Major, que ce Colonel envoyoit au Roi pour prendre
ses ordres, ayant trouvé à l'entrée de la Ville l'homme qui étoit
porteur de celui dont je viens de parler, le renvoya sur ses pas, & le
chargea de témoigner à son Colonel la volonté du Roi. Cependant comme il
étoit bien aise de lui faire recevoir quelque mortification, afin de lui
apprendre une fois pour toutes que, tout habile qu'il se croyoit, il y
avoit encore beaucoup de choses sur lesquelles il feroit bien de prendre
conseil des vieux Officiers, il renvoya un Capitaine qu'il avoit avec
lui au Regiment pour avertir le Lieutenant Colonel de la reveuë que le
Roi en vouloir faire, sans lui en dite un seul mot. Le Lieutenant
Colonel fit passer cette nouvelle de bouche en bouche à tous les
Capitaines, sans en faire part au Colonel, chacun prit ses mesures là
dessus, en gardant toujours le même silence. Ceux qui étoient bottés se
firent debotter, entendant, cela, & se mirent en souliers comme il faut
que l'Infanterie soit quand elle passe en reveuë. Enfin quand le
Regiment ne fut plus qu'à une portée de pistolet de la Ville, le Major
en sortit pour aller dire au Colonel que le Roi étoit à cent pas de là
pour le voir défiler devant lui. Ce Colonel qui ne s'étoit point apperçu
de la manoeuvre de son Lieutenant Colonel & de ses Capitaines, mit alors
pied à terre, & fit passer la parole, afin que chacun en fit autant que
lui. Il ne songea qu'à prendre une pique, sans songer nullement à ses
bottes. Ainsi passant devant Sa Majesté tout botté qu'il étoit, Mr. du
Hallier Marêchal de Camp qui devoit être chargé de la conduite du
convoi, & qui étoit parent de ce Colonel, dit au Roi à côté de qui il
étoit, qu'il desireroit pour le bien de son service, que tous ceux qui
portoient les armes pour lui eussent autant d'esprit qu'il en avoit. Sa
Majesté détourna les yeux à cette parole de dessus le Regiment où il les
tenoit attachés, pour regarder ce Marêchal. Il ne disoit rien cependant,
ce qui étonnant celui-ci, il demanda à Sa Majesté ce que cela vouloit
dire: c'est ce que je n'ose vous expliquer, lui répondit le Roi, de peur
de vous desobliger, car s'il m'étoit permis de vous dire ce que je
pense, je vous avouerois franchement que si vous croyez beaucoup
d'esprit à un homme comme celui-là, il faut que vous n'en ayez gueres
vous même.

Mr. du Hallier fut fort surpris, quand il entendit le Roi parler de la
sorte. Il le supplia de le vouloir redresser, puis qu'il n'avoit pas
encore l'esprit de reconnoître sa faute. Je vous l'eusse pardonnée lui
répondit le Roi, s'il vous fut arrivé de la faire devant que d'être
Officier General. J'eusse cru qu'ayant toûjours servi ou dans mes Gardes
du corps, ou dans mes Gendarmes, vous eussiez été tellement accoûtumé à
voir des bottes que vous ne vous en seriez pas même étonné, quand vous
en eussiez veus à des singes; mais qu'un Marêchal de Camp, qui en voit à
un Colonel d'Infanterie qui passe en reveuë la pique en main devant moi,
n'apperçoive pas que c'est une grande beveuë, c'est ce que je ne puis
souffrir.

Mr. du Hallier fut bien honteux quand il s'entendit faire ces reproches,
il eut bien voulu retenir alors la parole qui les lui avoit attirez,
mais n'en étant plus tems il envoya avertir, sous main, son parent de se
préparer à recevoir une grande mercuriale de Sa Majesté, & en effet ce
Colonel étant venu pour la saluer, après la reveuë de son Regiment, un
tel, lui dit le Roi Mr. du Hallier me vient de dire que vous aviez bien
de l'esprit, je lui ai répondu que je le croyois de bonne foi, mais
qu'il falloit aussi qu'il crut avec moi, que vous aviez bien peu de
service, ou que vous aviez bien mal profité du tems que vous y avez
employé: où avez-vous jamais appris qu'un Colonel dût defiler devant
moi, la botte levée. Sire lui répondit le Colonel, je n'ai sû que vôtre
Majesté vouloit voir mon Regiment, que lors que je n'avois plus le tems
de me débotter, j'étois déja aux portes de la Ville, ainsi je n'ai eu
que celui de prendre ma pique; d'ailleurs qui eut cru que vôtre Majesté,
parmi la chaleur & la poussiere qu'il fait aujourd'hui, eut voulu se
donner la peine qu'elle se donne presentement. Croyez-moi, lui repliqua
le Roi, quelque esprit que vous ayez, vous vous tirerez mal de cette
affaire, il vaut bien mieux vous taire que de parler si mal à propos,
c'est le meilleur conseil que j'aye à vous donner. Ce Colonel qui étoit
fort en bouche, répondit au Roi qu'il n'avoit plus garde de s'excuser,
puis que sa Majesté ne le trouvoit pas bon; mais que quelque grande que
put être sa faute, elle avoit servi du moins à lui témoigner le premier
l'admiration, ou tout le monde devoit être aussi bien que lui, de voir
le plus grand Roi de la Chrêtienté à cheval, dans un tems où chacun ne
demandoit qu'à se mettre à l'abri du grand chaud & des autres
incommoditez de la saison.

Ses flatteries ne lui servirent de rien, non plus que son chagrin contre
son Major, qu'il fût lui avoir fait cette piece. Il tâcha inutilement de
le faire casser aussi-bien que quelques Officiers de son Regiment, qu'il
soupçonnoit d'avoir eu part avec lui à l'affront qu'il venoit de
recevoir. Ce n'est pas que les Colonels en ce tems-là, n'eussent une
grande authorité sur leurs Capitaines, mais enfin quand les Capitaines
étoient reconnus pour braves gens, & qu'ils avoient des amis, s'il
arrivoit aux Colonels de vouloir entreprendre quelque chose contr'eux,
ils se liguoient tous contre lui; le démenti lui en demeuroit ainsi le
plus souvent, parce que la Cour ne jugeoit pas à propos, pour satisfaire
à la passion d'un seul, d'ôter de leurs postes des gens qui y servoient
bien.

Le Roi fit reveuë pareillement de toutes les autres Troupes qui
arriverent dans le camp, que l'on avoit formé à un quart de lieuë
d'Amiens. Il en fila bien ainsi, jusques à quinze ou seize mille hommes,
entre lesquels étoit comprise la Maison du Roi. Quand elles furent
toutes assemblées, nous nous mîmes en marche pour aller à Dourlens avec
le convoi que nous y devions escorter. Nous n'y arrivâmes qu'en deux
jours, à cause de la quantité de charettes que nous avions à conduire, &
que quelque bon ordre que l'on puisse donner dans une marche comme celle
là, elles ne laissent pas toûjours d'embarasser. Nous y prîmes l'autre
convoi, que l'on y preparoit de longue main, & ayant marché le long des
bois qui sont de la dependance de la Comté de St Paul, nous ne pûmes
faire que deux lieües ce jour-là. Nous n'en fîmes guéres davantage le
lendemain, quoi que nous partissions beaucoup plus matin que nous
n'avions fait le jour precedent. La raison est, que les ennemis qui
avoient resolu de nous donner une fausse alarme, pour couvrir le dessein
qu'ils avoient de forcer les lignes des assiegeans, avoient jetté de
l'Infanterie dans les bois qui regnent là à droit & à gauche. Elle parut
en divers endroits, comme si elle eut eu dessein de faire de grandes
choses: nous nous contentâmes de la repousser avec de petits pelottons à
mesure qu'elle paroissoit, sans nous mettre autrement en peine de la
deffaire. Mr. du Hallier considera que ce n'étoit pas là de quoi il
étoit question pour lui, & que pourveu qu'il put conduire son convoi à
bon port, c'étoit tout ce que la Cour lui demandoit.

Nous campâmes ce jour-là entre deux bois, & nous allumâmes de grands
feux dans nôtre camp, qui avoit pour le moins une lieuë de long, car
comme la plaine est extrémement serrée en cet endroit, à cause des bois
qui y sont à droit & à gauche, il falloit bien de toute nécessité se
conformer à l'incommodité du terrain. Les ennemis pour faire toûjours
acroire de plus en plus qu'ils ne laisseroient pas passer le convoi sans
coup ferir, avoient envoyé de ce côté-là quelques petites pieces de
campagne. Ils nous en batirent toute la nuit, mais sur nôtre gauche
seulement, parce qu'ils en avoient les derrieres plus libres que sur
nôtre droite, où nous les eussions pû couper. Nous avions fait un parc
de toutes nos charettes, de sorte que quand même les ennemis eussent été
plus forts qu'ils n'étoient, il ne leur eut pas été bien facile de nous
y forcer. Leurs petites pieces de campagne nous tuerent quelques
chevaux, mais ayant été remplacez le lendemain par d'autres, que les
munitionnaires tenoient tout prêts, nous arrivâmes à la fin à la veuë de
nos lignes.

Les ennemis s'étoient postez entre deux, pour nous empêcher le passage,
ce qui nous obligea de nous retrancher, de peur qu'ils ne nous
tombassent tout d'un coup sur les bras. Ils vinrent même nous
reconnoître pour nous faire toujours acroire de plus en plus que c'étoit
à nous qu'ils en vouloient, mais après nous avoir ainsi amusés pendant
deux jours, ils firent éclore à la fin leur dessein par l'attaque d'un
Fort, que le Comte de Rantzau, qui fut depuis Marêchal de France, avoit
élevé pour la seureté de nos lignes. Ce Comte étoit un bon homme de
Guerre, & n'eut peut-être pas eu son pareil pour bien des choses, s'il
eut été moins adonné au vin qu'il l'étoit. Mais autant qu'il étoit actif
& vigilant, quand il étoit de sang froid, autant étoit-il assoupi &
incapable de rien faire, quand il avoit une fois dix ou douze bouteilles
de vin de Champagne sur l'étomach, car il ne lui en falloit pas moins
pour l'abatre, & quand il n'en avoit que la moitié il n'y paroissoit,
non plus que quand il tombe une goute d'eau dans la mer. Le Cardinal
Infant qui avoit de bons espions, par lesquels il avoit appris le bon &
le mauvais de tous nos Generaux, sachant qu'il avoit cette inclination,
avoit toûjours depuis le commancement du siege, qui duroit dès près de
deux mois, entreprit d'attaquer son quartier préférablement à tout
autre, quoi qu'il fut peut-être le plus fort, mais le peu de resistance
qu'il pretendoit y trouver s'il y prenoit bien son tems, lui en ayant
applani toutes les difficultés, il avoit toûjours persisté jusques là
dans la même resolution, sans que rien l'en eut pû retenir.

Rantzaw qui s'étoit apperçu de son dessein, s'étoit empêché de faire
aucune debauche, tant qu'il avoit cru qu'il y avoit du danger pour lui.
Il s'étoit tenu à cheval & jour & nuit, pour lui ôter toute esperance
d'y réüssir. Il avoit même perfectionné ce Fort d'une maniere, qu'il
sembloit que c'étoit entreprendre l'impossible, que de le vouloir
emporter, à la veuë d'une Armée telle qu'étoit celle des trois
Marêchaux. Mais enfin Rantzaw qui avoit toûjours été jusques là si bien
sur ses gardes qu'il en avoit édifié toutes les Troupes, commençant à
croire que toute la vigilance qu'il pouvoit avoir dorésenavant lui
seroit inutile, puis que le Cardinal Infant ne songeoit plus qu'à
attaquer nôtre convoi, il en revint tout aussi-tôt à son vomissement. Il
fit une debauche, où il appella les principaux Officiers de deux
Regimens qu'il avoit, l'un d'Infanterie & l'autre de Cavalerie. Ils
étoient campez tous deux auprès de lui, & étoient composez de personnes
de sa Nation. Car la Cour n'avoit pas alors la Politique que je lui ai
remarquée depuis, savoir de ne pas laisser le commandement à des
étrangers, lors qu'ils étoient Officiers Generaux des Troupes qui leur
appartenoient, de peur qu'ils n'en abusassent, ou qu'ils ne se
rendissent trop puissans. Il est bien vrai qu'on a toûjours laissé leurs
Regimens à des Brigadiers, comme on fit à Konisgmark, la premiere année
de la Guerre de Hollande; mais quand ils ont été ou Lieutenans Generaux,
ou Marêchaux de Camp, ou on les a obligez de s'en défaire, ou l'on a
envoyé ces Regimens servir ailleurs, que là où ils devoient servir
eux-mêmes, afin de prendre toutes ses précautions.

Quoi qu'il en soit Rantzaw ne fut pas plûtôt à table que les espions du
Cardinal Infant, qui savoient qu'il n'en sortiroit pas sitôt, en furent
avertir ce Prince. Il n'y avoit pas loin d'un camp à l'autre, ainsi
comme il ne lui falloit pas bien du tems pour arriver au fort, qu'il
avoit resolu d'attaquer, il ne monta à cheval que plus de deux heures
après. Il vouloit donner le loisir à ce Comte d'entamer, non seulement
son pas, mais encore de le pousser si loin qu'il en fut hors d'état de
se défendre. Les mesures qu'il prit ne purent pas être plus justes. Il
n'arriva à ce fort que plus de quatre heures après que Rantzaw s'étoit
mis à table; néanmoins, comme jusques à ce qu'il fut tout à fait
enseveli dans le vin, il ne laissoit pas d'agir si vigoureusement qu'il
sembloit n'en avoir que plus de courage, il courut à la défense de cette
piece & en rendit la prise plus difficile, que le Cardinal Infant ne
croyoit: le Marêchal de Chatillon courut aussi promptement de ce
côté-là, sachant qu'il y étoit d'autant plus nécessaire qu'on lui venoit
d'apprendre que Rantzaw avoit été surpris lors qu'il étoit encore à
table. Il étoit pourtant alors plus de deux heures après minuit, & comme
il savoit qu'il s'y étoit mis à dix heures du soir, il jugea qu'il
s'étoit vuidé tant de bouteilles, pendant tout le tems qu'il y avoit
été, qu'il ne devoit pas être trop en état de faire ce qu'il lui
convenoit presentement. Il trouva Rantzaw à cheval, qui étoit cause
qu'une partie des gens qui étoient à son repas avoient été tuez. C'étoit
un miracle comment il ne l'avoit pas été lui même; car étant ainsi à
cheval, au lieu que tous les autres qui s'étoient approchés des ennemis
étoient à pied, on lui avoit tiré une infinité de coups, comme à un
homme qui devoit être Officier General. Le Marêchal de Chatillon
reconnut bien à la première parole qu'il lui dit, qu'il avoit bû un coup
plus qu'il ne falloit; mais le tems ne lui paroissant pas propre pour
lui en faire reproche, joint qu'il avoit alors d'autres affaires, il lui
conseilla de mettre pied à terre, ou de se retirer un peu derriere les
autres, parce que s'il avoit échapé jusques là, il ne lui falloit qu'un
moment pour trouver ce qu'il avoit evité si heureusement. Il ne l'eut
jamais fait, si nous eussions pû conserver le fort davantage; mais le
Cardinal Infant s'en étant emparé après un assez long combat, & assez
opiniatré, il commança alors à tourner contre lui quelques pieces de
canon, qu'il avoit trouvées dans le Fort.

Le Marêchal de Chatillon, qui avoit amené des Troupes avec lui, lors
qu'il étoit arrivé là, leur commanda alors de reprendre ce Fort, qui
étoit tout ouvert de son côté. Il y fût même tout le premier avec elles,
afin de les encourager par son exemple, de sorte que ces Troupes, qui
eussent eu honte de ne pas faire leur devoir en presence de leur
General, s'y porterent si vaillament qu'elles ne laisserent guéres ce
Fort entre les mains des ennemis. Nous perdîmes bien quatre cent hommes
à cette premiere attaque, & les ennemis deux cent cinquante. Il se
trouva parmi les nôtres soixante & quatre Officiers, & entr'autres
vint-neuf des deux Regimens de Rantzaw. Le Cardinal Infant qui ne
s'attendoit pas à ce revers de fortune, se trouva plus excité que
jamais, à faire recommencer le combat. Il commanda des gens frais à la
place de ceux, qui après s'être veus vainqueurs étoient devenus vaincus
à leur tour. Il leur dit en peu de mots que le salut d'Arras, ou sa
perte ne dependoient que de leur courage, & que pour peu qu'ils fussent
affectionnez à leur Roi & à leur Païs, ils ne trouveroient peut-être
jamais d'occasion plus importante que celle-là pour le témoigner. Cette
Ville en effet, étoit d'une extrême consequence à sa Majesté Catholique,
& le Roi la prenant couvroit non seulement par là sa frontière, mais se
donnoit encore une grande entrée dans la sienne. C'étoit d'ailleurs la
capitale de l'Artois, conquête qui devoit donner de la reputation aux
armes de France, & en ôter à celles d'Espagne.

La petite harangue du Cardinal Infant ne lui fut pas inutile: les
Troupes qu'il venoit de commander, marcherent bravement contre celles
qui venoient de se remparer du Fort. Celles-ci voulurent le défendre, &
ne pas perdre sitôt la gloire qu'elles venoient d'acquerir; mais quoi
qu'elles soutinssent vigoureusement leur effort, elles furent obligées à
la fin d'y ceder, la plûpart d'entr'elles furent tuées sur la place ou
mises hors de combat. Le Marêchal de Chatillon, qui avoit fait avancer
de ce côté-là des gens frais, afin de les soutenir en cas de besoin,
voyant qu'elles plioient non seulement, mais qu'elles se retiroient
encore assez vite pour croire qu'elles s'en fuyoient plûtôt que de
plier, mena encore lui-même à la charge ceux qu'il avoit amené pour leur
secours. Il fit merveille & eux aussi, tellement que les ennemis n'ayant
pas eu le tems de se loger dans ce Fort, ils en furent chassés pour la
seconde fois. Mr. du Hallier qui étoit allé au camp pendant ce tems-là,
avec huit ou neuf mille hommes, du nombre desquels étoit nôtre Regiment,
fit peur au Cardinal Infant par cette marche. Il savoit qu'il amenoit
avec lui la Maison du Roi, qui n'étoit pas les moindres Troupes qu'eut
Sa Majesté. Ainsi ne songeant plus à reprendre ce Fort, nous eumes le
tems de faire passer nôtre convoi. Il mit l'abondance dans le camp, &
les assiegés qui s'étoient défendus jusques-là, fort vigoureusement en
ayant perdu le courage, ils ne tarderent plus que deux jours à demander
à capituler.

Le Roi qui étoit demeuré à Amiens sans autre Garde que le guet des
Gardes du corps, la Brigade des Gendarmes, & des chevaux legers, & la
Compagnie de ses Mousquetaires, qui faisoient auprès de lui les mêmes
fonctions que nôtre Regiment avoit accoutumé de faire, n'en fut pas
plûtôt averti qu'il se mit en chemin pour visiter sa nouvelle conquête.
Mais devant que de partir d'Amiens, trois Mousquetaires & trois Gardes
du Cardinal se battirent encore les uns contre les autres, sans qu'ils
voulussent demeurer d'accord à qui étoit resté l'avantage. Leur querelle
étoit venuë dans un billard, où suivant la coutume de ces deux
Compagnies, ils ne s'étoient pas plûtôt reconnus qu'ils s'étoient
regardé de travers. Des gens qui joüoient ayant fini leur partie, & ne
voulant plus joüer, un de ces Mousquetaires avoit pris un billard, & un
de ces Gardes un autre. Ils n'étoient pas pour joüer ensemble, & ils ne
s'aimoient pas assez pour cela; mais comme lors qu'on s'en veut l'on
cherche à se faire piece de toutes façons, le Mousquetaire nommé
Danneveu, qui étoit un Gentilhomme de Picardie, tira la bille que le
Garde avoit devant lui, & comme il joüoit parfaitement bien à ce jeu là,
il la fit sauter: elle donna par malheur dans le visage du Garde, qui,
soit qu'il crut qu'il l'eut fait pour l'insulter, ou qu'il fut bien aise
de prendre ce pretexte, lui fit signe de l'oeil qu'il eut à sortir, afin
de voir s'il seroit aussi adroit à tirer l'épée qu'à tirer une bille.
Les deux camarades du Garde le suivirent, & les deux du Mousquetaire
ayant fait la même chose de leur côté, Danneveu tua son homme pendant
qu'il y eut aussi un Mousquetaire de tué. Les quatre autres furent
separés par des Bourgeois, qui furent obligés de crier aux armes, pour
les obliger de cesser leur combat. Ils furent même contraints de leur
jetter des pierres avant que d'en pouvoir venir à bout. Une Escouade de
Mousquetaires fut commandée en même tems pour venir voir ce que c'étoit,
sur ce que l'on crioit aux armes. Les deux Gardes s'enfuirent d'abord
qu'ils la virent. Ils crurent qu'elle ne venoit que pour leur faire
piece, & ayant ainsi abandonné le champ de bataille, les deux
Mousquetaires contre qui ils se battoient, pretendirent avoir remporté
la victoire, puis qu'il leur étoit demeuré. Leur prétention étoit fondée
d'ailleurs, sur ce que les deux fuyards étoient encore blessés, & que
pour eux ils ne l'étoient pas. Les Gardes disoient à cela, que leurs
blessures n'étoient rien, & qu'elles ne les eussent pas empêché de
mettre leurs ennemis à la raison, si on les eut laissé faire; qu'à
l'égard de leur retraite c'étoit la prudence, & non pas la crainte qui
les y avoit obligez, qu'il n'étoit pas extraordinaire que deux hommes se
retirassent de devant une douzaine, sur tout quand cette douzaine venoit
avec de bons Mousquets, & qu'ils n'avoient que leur épée pour toute
défense.

Et certainement quoi que j'aye toûjours eu l'ame Mousquetaire, ce qui
m'est assez pardonnable, puis que c'est là, ou j'ai pris ma nouriture
comme je le dirai en son lieu, je ne puis m'empêcher de dire que ces
deux Gardes n'avoient pas trop de tort de soutenir leur bon droit.
Cependant le Roi à qui il prenoit de tems en tems une certaine
demangeaison de chagriner le Cardinal ne sçut pas plutôt cette histoire,
que sans se mettre beaucoup en peine si elle devoit passer pour duel ou
seulement pour rencontre, il se mit à l'en railler. Il lui dit qu'il
voyoit tous les jours la difference qu'il y avoit entre ses
Mousquetaires & la Compagnie de ses Gardes: mais que quand même il ne
l'eut pas veuë jusques là, cette seule rencontre suffisoit pour la lui
apprendre. Le Cardinal qui, quelque grand esprit qu'il eut, avoit
souvent des momens, qui ne répondoient pas autrement à cette haute
estime qu'il s'étoit acquise dans le monde, par une infinité de grandes
actions, se trouva choqué de ces paroles, sans considerer que le respect
qu'il devoit à Sa Majesté l'obligeoit à en entendre bien d'autres de sa
bouche, quand même il lui eut plu de lui en dire, sans en paroître si
délicat. Il lui répondit assez brutalement, si l'on ose ainsi parler
d'un Ministre, qu'il falloit avoüer que ses Mousquetaires étoient de
braves gens, mais que c'était quand ils se trouvoient douze contre un,
le Roi fut piqué de ces paroles: il lui répondit que cela n'appartenoit
qu'à ses Gardes, qui n'étoient qu'un ramassi de tout ce qu'il y avoit de
bretteurs à Paris; que cependant Danneveu en avoit tué un; que ceux qui
le servoient avoient aussi blessé les autres, & que quoi qu'il y eut eu
un Mousquetaire de tué de son côté, cela ne l'avoit pas empêché de faire
prendre le fuite à ses ennemis. Enfin qu'il n'y avoit point de
Mousquetaire qui n'en fit autant qu'en avoit fait Danneveu & que tous
ceux de ses Gardes qui auroient affaire à eux n'avoient que faire d'en
esperer un meilleur traitement.

Ces paroles en attirerent d'autres de la part du Cardinal, qui oublioit
toujours de plus en plus qu'il avoit affaire à son Maître, & qu'il lui
devoit toute sorte de respect. Ainsi l'on pouvoit dire au procedé de son
Eminence, que dans ce tems même, qu'il lui prenoit des vertiges, ce qui
lui arrivoit assez souvent, il n'avoit jamais été si extravagant qu'il
étoit alors, quand le Comte de Nogent vint à entrer. Il reconnut d'abord
au visage de Sa Majesté & à celui de son Eminence, qu'il y avoit quelque
chose d'extraordinaire sur le tapis, étant donc fâché d'avoir pris un
tems comme celui-là pour entrer, il vouloit resortir à l'heure même,
quand le Cardinal qui commençoit à reconnoître sa faute, lui dit de ne
s'en pas aller, qu'il avoit besoin de lui pour lui dire s'il avoit tort
ou non, parce qu'un tiers étoit plus capable d'en juger que soi-même.

Ce Comte étoit un Comte de nouvelle impression, & qui de fort peu de
chose qu'il étoit naturellement étoit devenu extrémement riche. Il avoit
passé quelque tems à la Cour pour un bouffon, mais enfin les plus sages
avoient bientôt reconnu qu'il avoit plus d'esprit que les autres, puis
qu'il avoit amassé plus de trois millions de bien, quoi qu'on crut qu'il
ne dît que des sottises. Il aimoit le jeu au delà de tout ce que l'on en
sauroit dire, & même il y avoit perdu de l'argent. Il n'étoit pas de
bonne humeur quand cela lui arrivoit, parce qu'il étoit extrémement
interessé. Il juroit & renioit pour ainsi dire créme & bâteme, ce qui
étonna tellement un jour un des Freres du Duc de Luines qui joüoit très
gros jeu contre lui, que pour ne le pas entendre blasphemer davantage,
il lui remit plus de cinquante mille écus qu'il lui gaignoit. Il lui dit
en brouillant les jettons qu'ils avoient devant eux, & qui valoient
chacun cinquante pistoles, qu'il faisoit plus d'état de son amitié que
de son argent, qu'il ne pouvoit se mettre en colere si fort sans altérer
sa santé, & que de peur de le rendre malade, il aimoit mieux ne joüer
jamais avec lui, que de l'exposer à ce peril. Cependant ce grand
blasphemateur devint homme de bien sur la fin de ses jours, dont les
Capucins ne se trouverent pas mal quelquefois. Comme il étoit voisin
d'un de leurs Convens, quand il voyoit un bon plat sur sa table, il le
faisoit ôter par mortification sans y vouloir toucher, il le leur
envoyoit en même tems, & leur faisoit dire de le manger à son intention.
Sa femme & ses enfans qui en eussent bien mangé eux-mêmes, & qui
n'étoient pas si devots que lui, en enrageoient bien souvent, mais il
leur falloit prendre patience, parce qu'il se faisoit obéir en depit
qu'ils en eussent.

Cet homme dont je viens en peu de mots d'ébaucher le portrait, vit bien
à l'air dont lui parloit le Cardinal, qu'il avoit besoin de son secours
pour le tirer de quelque affaire. Il ne pouvoit comprendre néanmoins ce
que ce pouvoit être, puis qu'il ne le croyoit pas si fou ni si peu
politique, que de manquer de respect envers Sa Majesté. Mais quand il
lui eut raconté la chose de son consentement, il vit bien que les plus
grands hommes étoient tout aussi capables que les autres de faire de
grandes fautes. Il ne manqua pas de lui donner le tort, parce qu'il ne
pouvoit lui dire qu'il eut raison, sans lui faire voir qu'il ne l'avoit
pas lui même. Cependant bien loin de lui ressembler il étoit si
politique & si flatteur, qu'il l'eut encore blamé, quand il eut veu que
c'eut été le Roi qui le devoit être. Il voyoit que ce Prince qui se
trouvoit choqué avec raison, de ce que lui avoit dit son Eminence, avoit
le ressentiment peint sur le visage, qu'ainsi il n'y avoit point de
moyen de l'appaiser qu'en donnant le tort à ce Ministre.

Le Roi fut ravi que Nogent se declarât pour lui. Il se crut en droit
d'en faire une plus grande correction à son Eminence, & lui avant dit
qu'elle s'aveugloit tellement sur ses propres interêts, qu'elle en étoit
incapable d'entendre raison, il lui reprocha que s'il ne fut survenu un
tiers pour le condamner, il lui eut tenu tête jusques au jour du
Jugement. Le Cardinal qui reconnut à ces paroles que sa Majesté étoit
véritablement en colere, fut assez habile pour reparer ce qu'il avoit
fait par une humble confession de sa faute. Il lui en demanda même
pardon en presence de Nogent, & il dit à celui-ci en particulier, c'est
à dire la premiere fois qu'il se trouva tête à tête avec lui, qu'il lui
avoit rendu un si grand service en le tirant de ce mauvais pas qu'il lui
en auroit obligation toute sa vie.

Le Roi donna le Gouvernement d'Arras à un Officier nommé St. Preuil, qui
avoit été Capitaine aux Gardes. Il étoit alors Gouverneur de Dourlens: &
comme c'étoit de là que l'on avoit tiré la plûpart des convois qui
avoient servi à faire subsister l'Armée, & par consequent à prendre la
place, Sa Majesté crut que les services qu'il avoit rendus en cela
meritoient bien cette recompense. Il étoit très brave homme, & très
entendu dans son métier, infatigable d'ailleurs, de sorte que depuis
quatre heures du matin qu'il avoit accoûtumé de se lever jusques à onze
heures du soir qu'il se couchoit d'ordinaire, il ne s'appliquoit
uniquement qu'à faire échoüer tous les desseins que les ennemis
pouvoient avoir. Cependant quand sa garnison le croyoit enseveli le plus
dans le sommeil, c'étoit alors qu'il alloit faire sa ronde, & qu'elle le
voyoit sur les remparts. Il y alloit même souvent deux ou trois fois
pendant une même nuit, tellement que quoi que les Soldats vinssent de le
voir, ils n'étoient pas assurés de ne le pas revoir dans un moment. Cela
les tenoit plus allerte, qu'ils ne l'étoient dans d'autres places, parce
qu'il y avoit quantité de Gouverneurs qui croyoient, que quand on leur
donnoit un Gouvernement, comme ce n'étoit qu'en veuë de les recompenser
de leurs peines, & de leurs travaux passez, ils en devoient être exempts
à l'avenir.

St. Preuil n'étoit point marié, & même ne l'avoit jamais été. Ce n'est
pas qu'il n'eut trouvé occasion de l'être avantageusement, & même
plusieurs fois, mais il avoit toûjours cru, que le mariage ne
s'accordoit gueres bien avec un homme de son métier. Néanmoins comme il
n'étoit encore qu'à la fleur de son âge, & qu'il avoit les passions
vives, il avoit toûjours eu quelque Maîtresse au deffaut d'une femme. Au
reste étant allé, quelque jours après avoir eu son Gouvernement, visiter
tout ce qui étoit alentour jusques à deux lieües à la ronde, il trouva
dans un Moulin la femme du Meunier si jolie qu'il voulut l'avoir à toute
force. Cette femme qui avoit d'aussi bons yeux que si elle eut été née
autre chose, qu'elle n'étoit, ne fut qu'un moment pour faire la
difference qu'il y avoit à faire entre le Gouverneur & son Mari. Le tems
ni la conjoncture ne leur permirent pas ni à l'un ni à l'autre de se
dire rien de ce qu'ils pensoient; mais comme l'usage avoit appris à St.
Preuil, que dans une occasion comme cela là, on réussissoit mieux par un
tiers que par soi-même, il lui mit aux trousses son valet de chambre,
qui depuis deux ou trois ans étoit devenu son maître d'hôtel. Celui-ci
fut trouver son mari avec le boulanger de St. Preuil, sous pretexte de
lui faire faire de la farine pour le pain de son maître. Mais tandis que
le boulanger entretenoit le mari, le maître d'hôtel entretint la femme,
& lui dit, que son maître étoit devenu si fort amoureux d'elle, depuis
qu'il l'avoit veuë, qu'il n'auroit point de repos jusques à ce qu'il la
possedât, qu'il ne pretendoit pas cependant que ce ne fut qu'une
passade; qu'il en voulait faire sa maîtresse, & ne pas souffrir que son
mari partageât ses caresses avec lui.

La Meuniere à qui le maître d'hôtel voulut faire present en même tems,
d'un diamant qui valoit bien cinquante pistoles, sentit reveiller sa
tendresse a une marque si assurée de son amour. Elle en savoit assez,
toute grossiere qu'elle étoit, pour ne pas douter que lors que l'on se
mettoit sur le pied de donner, ce ne fut une marque qu'on en tenoit tout
de bon; ainsi elle eut fait son marché dés l'heure même, si ce n'est
qu'elle crut que si elle se montroit si facile, ce seroit le moyen
d'éteindre sa passion plutôt que de l'allumer. Elle en avoit peut-être
fait l'experience dans les embrassemens de quelque autre, ou du moins
dans ceux de son mari; quoi qu'il en soit ayant renvoyé le maître
d'hôtel, sans vouloir recevoir son present, ils se separerent sans qu'il
eut pu convenir de rien avec elle. Comme elle ne le renvoyoit néanmoins
que d'une certaine maniere à lui faire connoître, qu'il n'y avoit que la
honte qui la retenoit il en fit son rapport à son maître, qui ne fut pas
fâché que sa maîtresse ne se fut pas renduë à la première proposition
qu'il lui avoit fait faire. Il la fit épier quand elle viendroit à la
Ville, afin de lui faire reparler, & cette femme y étant venuë à la
nôtre Dame de Septembre ensuivant, le maître d'hôtel la convia avec deux
autres femmes avec qui elle étoit, à venir faire collation chez le
Gouverneur. Il ne parla pourtant qu'en son nom, & il n'avoit garde de le
faire au nom de son maître devant ces deux témoins, à qui il n'étoit pas
d'humeur de dire son secret. La Meuniere voulut bien accepter cette
collation, & ces deux femmes le voulant encore mieux qu'elle, parce
qu'elles s'attendoient qu'on leur feroit boire là de bon vin, dont les
Flamandes ne sont pas moins amoureuses que leurs maris, elles s'y en
furent toutes trois de compagnie. Le maître d'hôtel les y regala
magnifiquement, & y ayant fait saouller les deux femmes, pendant qu'il
fit signe à l'autre de se menager, il les mit bientôt dans un tel état
qu'elles en perdirent la connoissance. On leur fit un lit à chacune, où
on les mit coucher, sans qu'elles eussent aucune connoissance de ce
qu'on leur faisoit; tant les fumées du vin qu'elles avaient bû, leur
étoient montées à la tête. Elles y dormirent toute la nuit sans se
reveiller, tandis que le maître d'hôtel livra la Meuniere entre les bras
de son maître. Elle fit quelque façons devant que de s'y jetter, de peur
qu'il ne la renvoyât, quand il en auroit passé sa fantaisie; mais St.
Preuil lui ayant juré, que c'étoit à quoi il pensoit si peu qu'il lui
avoit déja acheté de l'étoffe pour l'habiller, parce qu'il ne vouloit
pas qu'elle fut toûjours vetuë comme elle étoit, il envoya chercher
cette étoffe à l'heure même afin de la lui faire voir.

Il ne l'avoit pourtant pas achetée pour elle, comme il disoit, ç'avoit
été pour une maîtresse qu'il avoit euë avant elle; mais l'ayant
soupçonnée de quelque infidélité, & celle-ci qui étoit fiere ne lui
ayant pas fait grande satisfaction là dessus, soit qu'elle fut
innocente, & qu'elle crut ne lui en point devoir, ou que se sentant
coupable effectivement, elle ne voulut pas lui faire des excuses
inutiles, celle-ci dis-je lui ayant encore donné par là un plus grand
sujet de la haïr, bien loin qu'il lui eut fait ce present, elle s'étoit
cruë encore trop heureuse d'emporter ce qu'il lui avoit donné
auparavant. Au reste la veuë de cette étoffe ayant fait croire à la
Meuniere qu'il n'y avoit point de fiction, à tout ce que le maître
d'hôtel lui avoit dit de sa part, ni à ce qu'il lui disoit lui-même,
elle ne se fit plus tant tirer l'oreille pour demeurer avec lui. Le
Meunier fut extrémement en peine quand il ne vit point revenir la
Meuniere, & comme il savoit qu'elle étoit allée dans la Ville en la
compagnie des deux femmes, dont je viens de parler, il s'en fut chez
elles, l'une après l'autre, pour savoir ce qu'elle étoient devenuës.
Leurs maris en étoient aussi en peine qu'il pouvoit être de la sienne, &
comme il commençoit à se faire trop tard pour les aller chercher dans
une Ville de guerre, dont les Portes devoient être fermées à l'heure
qu'il étoit, ils attendirent aux Portes ouvrantes à aller faire cette
perquisition.

St. Preuil qui s'en doutoit bien avoit embouché son maître d'hôtel pour
aller au devant deux. Comme celui-ci savoit par quelle Porte ils
devoient venir, il s'étoit rendu sur les avenuës, sous pretexte d'avoir
affaire là dans la boutique d'un epicier. Il avoit l'oeil au guet, afin
que le Meunier ne lui échapât pas, & le voyant passer il l'appella par
son nom, & lui demanda en presence de l'epicier & de sa famille, s'il ne
connoissoit point deux femmes qui étoient venuës la veille avec la
sienne. Que c'étoient de plaisantes commeres, qu'elles s'étoient gorgées
de vin dans son office, où elles étoient venuës avec lui, qu'il avoit
été obligé de les faire mettre au lit, & qu'il ne croyoit pas qu'elles
se fussent encore réveillées. Le maître d'hôtel avoit déja fait ce conte
à l'epicier & à sa femme, afin de les prevenir. Les deux hommes ne
furent plus en peine de chercher leurs femmes, puis qu'ils les savoient
encore au gite, mais le Meunier n'apprenant point par là des nouvelles
de la sienne, il fut plus en peine que jamais. Il demanda au maître
d'hôtel si elle n'étoit point encore couchée comme les autres. Il
feignit d'être étonné de sa demande, & lui dit qu'elle devoit avoir
couché chez lui, puis qu'elle s'en étoit retournée de bonne heure. Cette
réponse augmenta son inquiétude. Il la fut chercher en le quittant, par
tout où il crut pouvoir apprendre de ses nouvelles; mais personne
n'ayant garde de lui en dire, puis que St. Preuil la tenoit sous la
clef, tout le recours de ce pauvre homme fut d'aller demander à ses deux
compagnes ce qu'elle étoit devenuë. Elles s'étoient reveillées à la fin;
mais elles ne se souvenoient d'aucune chose, ainsi le pauvre Meunier
n'en ayant pas eu grand contentement, il commença à craindre qu'il ne
lui fut arrivé quelque malheur, sans rien soupçonner néanmoins de ce qui
en étoit.

Il passa quelques jours à la chercher de tous côtés, car comme elle
étoit fort jolie, il trouvoit que les peines qu'il y prendroit ne
pouvoient être mieux employées. Le maître d'hôtel cependant le visitoit
très souvent par l'ordre de son maître, & lui disoit de tems à autre,
pour voir comment il prendroit son affliction, qu'il falloit que quelque
Officier qui l'avoit trouvée à son gré, la lui eut enlevée. Le Meunier
répondit à cela, que s'il le savoit il prendroit bien la peine de s'en
aller tout exprès à Paris, pour se jetter aux pieds du Roi; que Sa
Majesté ne portoit pas le nom de juste inutilement, qu'il lui
demanderait justice d'une si grande violence, & qu'il ne doutoit pas
qu'il ne la lui fit.

Ce discours étant rapporté à St. Preuil, il crut qu'il étoit de sa
prudence de ne pas faire paraître sitôt aux yeux du public, le rapt qu
il venoit de faire de cette femme. Il la tint cachée pour le moins un
mois ou deux, tandis qu'il fit tous les plaisirs qu'il put faire à ce
Meunier, pour desarmer sa colere. Il s'y prit néanmoins fort
adroitement, afin qu'il ne se doutât encore de rien. Il envoya une belle
nuit bruler une étable qui étoit auprès de son Moulin, & où il n'y avoit
que des Vaches. Le Meunier qui avoit querelle contre un de ses voisins,
crut que c'étoit lui qui avoit fait le coup, & lui fit un procès
criminel. Or le Meunier ne pouvant manquer qu'il n'y succombât, puis
qu'il accusoit cet homme injustement, il eut recours à la protection du
Gouverneur, voyant qu'il alloit être condamné faute de preuve, St.
Preuil la lui accorda à l'heure même, & pour les mettre l'accord, il
paya non seulement tous les frais, mais fit encore rebatir l'étable à
ses dépens. Il lui donna aussi le double des Vaches qui avoient été
brulées. Enfin croyant l'avoir addouci par là, & par quantité d'autres
traits d'une generosité apparente, il se flatta qu'il n'y avoit plus
tant de danger pour lui de lui découvrir ce qui se passoit. Ainsi
l'envoyant chercher un beau matin, il lui demanda s'il étoit vrai ce
qu'il avoit oui dire de sa femme, qu'on lui avoit rapporté qu'elle étoit
entretenuë par une personne de grande distinction, qu'elle étoit fort
bien traitée, & qu'afin qu'il se ressentit de son bonheur, elle lui
avoit envoyé une somme de deux mille livres.

Le Meunier qui savoit bien qu'une partie de ce discours n'étoit pas
veritable, quand même l'autre l'auroit été, lui répondit que c'étoit là
la premiere fois qu'il avoit entendu parler de pareille chose; qu'il ne
pouvoit dire au juste si sa femme étoit tombée ou non entre les mains
d'une personne qui en eut tant de soin, mais que toûjours savoit-il bien
qu'elle n'en avoit guéres eu de lui, puis qu'il n'en avoit pas seulement
oui parler depuis le tems qu'elle étoit perduë. Qu'ainsi qu'elle n'avoit
eu garde de lui faire un present comme celui-là, & que si elle étoit si
fort à son aise, elle se contentoit d'y être sans se mettre guéres en
peine que les autres y fussent ou non.

Comme ce discours sembloit plus interessé qu'amoureux, St. Preuil ne fit
plus de façon de parler plus clairement. Il dit à cet homme que ce qu'il
lui avoit dit par maniere de nouvelles, il le lui disoit maintenant
comme une chose bien assurée; que même la personne qui avoit pris sa
femme, lui avoit remis à lui même les deux mille francs dont il lui
parloit, qu'il s'étoit chargé de les lui offrir de sa part, & s'il ne
vouloit pas bien les recevoir. Ces paroles r'ouvrirent les blessures de
ce pauvre homme, que le tems n'avoit pas encore bien fermées. Il ne se
put empêcher de faire un soupir. Cependant, comme il pouvoit s'assurer
de ces deux mille francs en consentant de les prendre, au lieu que quand
il eut voulu ravoir sa femme, il n'étoit pas assuré qu'on voulut la lui
redonner, il les demanda toûjours par provision. Il savoit que l'argent
étoit d'une grande utilité dans le siècle où nous sommes, & qu'il n'y
avoit point de consolation plus assurée que celle-là. St. Preuil qui ne
manquoit pas d'esprit, & qui savoit qu'il avoit des ennemis puissans,
fit un tour d'habile homme en lui contant cet argent, mais qui néanmoins
ne lui servit pas de grande chose. Il prit quittance de cette somme, &
il la fit causer pour affaire secrette qui s'étoit passée entr'eux deux.
Il pretendoit par là, que si cet homme s'avisoit en suite de se plaindre
qu'il lui eut enlevé sa femme, il feroit voir qu'il la lui auroit venduë
lui même. Il contoit qu'on ne pouvoit donner un autre sens à ces
paroles, & que quoi que ce pauvre cocu pût faire, il n'en auroit que le
démenti.

Quand il eut cette quittance, & que l'homme eut pris son argent, il crut
qu'il n'y avoit pas grand peril à lui faire voir que c'étoit lui qui
jouissoit de sa femme. Il le fit entrer dans une chambre où elle étoit:
elle avoit des habits magnifiques, & à voir sa parure, on eut dit bien
plutôt qu'elle eut été la femme du Gouverneur que du Meunier. Le pauvre
mari, à qui St. Preuil n'avoit rien dit avant que de le faire entrer là,
fut si saisi à cette veuë qu'il tomba évanoui aux pieds de l'un & de
l'autre. Ils eurent bien de la peine à le faire revenir, mais en étant
enfin venu à bout, St. Preuil lui donna encore mille francs pour moderer
son affliction. Il lui promit même qu'il lui feroit encore du bien dans
l'occasion, pourveu qu'il se montrât sage, & qu'il ne s'amusât pas à
causer. Le Meunier prit encore ces mille francs, sans oser approcher de
sa femme, & s'en étant retourné à son Moulin, il ne fut plus en peine
comme il avoit été auparavant de ce qu'elle étoit devenuë. Comme ils
s'étoient separez bons amis St. Preuil & lui, ou au moins que
l'apparence étoit, que ce pauvre homme consentoit tacitement à toutes
choses, ce Gouverneur ne crut plus devoir tenir sa maîtresse enfermée.
Il lui laissa prendre l'effort, & comme il avoit le don, aussi bien de
se faire aimer que de se faire craindre, l'on vit tout d'un coup que
toute sa Garnison porta un aussi grand respect à la Meuniere, que si
elle eut été sa femme.

La Cour ayant été à Abbeville avant que de s'en revenir d'Arras, nôtre
Regiment arriva à Paris vers le milieu du mois de Septembre. J'y trouvai
une lettre de Montigré, par laquelle il me mandoit que Rosnay étoit
revenu dans sa maison, mais qu'il n'y avoit couché qu'une seule nuit,
que j'en étois cause apparemment, qu'il m'apprehendoit comme la mort,
sur tout depuis qu'il avoit appris les deux combats que j'avois faits,
qu'il jugeoit de là que je lui ferois mal passer son tems, si je venois
jamais à le joindre, que le meilleur conseil qu'il eut cependant à me
donner, étoit de me tenir sur mes gardes, parce que comme il étoit
riche, il étoit homme à ne pas épargner l'argent, pour se mettre à
couvert de ce qu'il apprehendoit. C'étoit me dire en peu de mots, qu'il
étoit homme à me faire assassiner, ce que j'eus peine à croire, parce
que naturellement je juge assez bien de mon prochain: en effet je n'ai
jamais pû me mettre en tête, qu'on se puisse porter à une si grande
méchanceté, qui est indigne non seulement d'un honnête homme, mais
encore d'un homme qui n'en auroit que l'apparence. Je savois d'ailleurs,
que bien loin de lui avoir jamais fait quelque mal, c'étoit lui au
contraire qui m'avoit offensé si cruellement, que s'il pouvoit jamais
être permis d'en venir à cette extremité, c'étoit à moi à le faire & non
pas à lui.

Quoi qu'il en soit dormant en repos sur la foi de ma conscience, je crus
si bien que ce que me mandoit Montigré n'étoit que l'effet de la haine,
qui regne entre deux personnes qui ont procès ensemble, que je n'en eus
pas un moment d'inquietude. Je lui fis réponse, cependant, pour le
remercier de son avis, comme si je l'eusse cru veritable, quoi que je
n'y ajoutasse aucune foi. Je le priois par cette lettre de me mander
s'il croyoit qu'il fut à Paris, afin que soit qu'il me voulut du mal ou
non, je pusse toûjours en le prevenant, mais en galant homme & non pas
en assassin, lui faire voir que quand une fois on avoit receu un affront
pareil à celui qu'il m'avoit fait, on ne le pouvoit oublier, qu'on ne se
fut mis en état auparavant d'en tirer vengeance. La réponse que m'y fit
Montigré, fut qu'il en avoit pris le chemin, & que personne ne m'en
pouvoit dire mieux des nouvelles, qu'un nommé Mr. Gillot, qui avoit été
Conseiller Clerc au Parlement de Paris, qu'il logeoit quelque part vers
la Charité, & que si les gens de ce quartier là ne me pouvoient dire sa
demeure, je la saurois toûjours chez Mr. le Bouts, Conseiller, ou chez
Mr. Encellin, Officier de la Chambre des Comptes, qui étoient ses
neveux; que ce Mr. Gillot avoit été autre fois ami intime de mon ennemi,
mais qu'ayant aujourd'hui procès ensemble pour quelque bagatelle, leur
inimitié alloit encore plus loin que n'avoit jamais été leur amitié.

Je crus à ces nouvelles que je ne risquerois rien d'aller voir ce Mr.
Gillot, puis que nous étions de moitié tous deux dans la haine que nous
portions à Rosnay. Je le cherchai dans le quartier qui m'étoit indiqué
par ma lettre, & l'ayant bientôt trouvé, parce qu'il y logeoit
effectivement, peu s'en fallut que je ne hâtasse ma perte par là, au
lieu de hâter ma vengeance, comme c'étoit mon dessein. Un des laquais de
ce vieux Conseiller m'ayant introduit dans sa chambre il me fallut,
parce qu'il étoit sourd, lui dire dans un Cornet qu'il approchoit de son
oreille ce qui m'amenoit chez lui. Ce laquais qui étoit resté dans sa
chambre, étoit un espion de Montigré, & m'ayant depeint à lui, il lui
fut redire dès le même jour, le propos que j'avois tenu avec son maître.
Mr. Gillot m'avoit appris où il demeuroit; j'étois seur de l'y trouver
sans cette circonstance, & par conséquent de n'être pas encore long-tems
sans m'en venger. Mais le portrait que lui avoit fait ce laquais, lui
faisant connoître que ce ne pouvoit pas être un autre que moi, qui l'eut
été demander, il delogea à l'heure même, & me fit perdre par là toutes
mes mesures. Cependant il ne se contenta pas de cela, il chercha encore
des Soldats aux Gardes pour me donner mon fait, sans considerer qu'étant
leur camarade, comme je l'étois, ils ne voudroient peut-être pas tremper
leur main dans mon sang, quand même ils seroient d'humeur à n'y pas
prendre garde de si prés avec un autre. Il contoit que comme l'argent
faisoit tout faire à mille sortes de gens, ceux là feroient aussi tout
ce qu'il voudroit, sur tout si l'on avoit soin de les lui choisir comme
il les vouloit avoir.

Il s'addressa pour cela au tambour major des Gardes, qui étoit de son
païs, & qui avoit été autre fois tambour dans une autre Compagnie
qu'avoit un de ses freres. Il ne lui dit pas néanmoins son dessein,
parce que quoi qu'il contât beaucoup sur son ancienne connoissance, &
sur la consideration qu'il devoit avoir pour lui, à cause qu'il n'étoit
que de sa porte, il ne savoit pas si se voyant dans un poste assez
considerable pour un homme comme lui, il n'auroit point de peur de
perdre sa fortune, en cas qu'il vint à faire quelque chose qui ne fut
pas bien. Le Tambour le refusa effectivement, & même d'une maniere assez
brusque. Il lui dit, que quoi qu'il connut tous les braves gens, qui
étoient dans le Regiment & qu'il se fourât même quelque fois avec eux,
quand il étoit question de servir un ami, il ne se mêloit point d'en
donner, quand on lui faisoit mystere du service qu'on en pretendoit.
Rosnay s'addressa à un Sergent, au refus du Tambour Major, & celui-ci
n'étant pas si délicat que lui, quoi qu'il le dût être davantage par
rapport à son emploi, lui amena le lendemain matin quatre Soldats, qui
faisoient à peu près à Paris le même métier que font en Italie, ceux à
qui l'on donne le nom de _braves_. Ce nom ne leur convient guéres
néanmoins, puis que toute leur bravoure ne consiste qu'à tuer un homme
de sang froid, sur tout quand ils sont six contre un, & qu'ils le
peuvent faire sans peril.

Je ne me doutois guéres de ce qui se brassoit contre moi, & je ne
songeois, au contraire, qu'à aller guetter Rosnay à l'endroit où Mr.
Gillot m'avoit dit qu'il logeoit, quand je sus qu'il avoit changé de
demeure dès le jour même que j'avois été chez ce Conseiller. Je demandai
à son hôtesse qui étoit une fort jolie femme, & qui valoit bien la peine
qu'on lui en contât, où il étoit allé loger; elle me répondit qu'elle
n'en savoit rien, mais que tout ce qu'elle me pouvoit dire, c'est qu'il
falloit de toute necessité, qu'il lui fut arrivé quelque affaire qui
l'inquietoit extrémement; que ce qui le lui faisoit croire, c'est qu'il
n'avoit point eu de cesse qu'il n'eut fait emporter ses hardes, quoi
qu'il fut déja tard; que tout ce qu'elle pouvoit m'apprendre encore,
c'est qu'il n'en parloit pas un moment auparavant; mais qu'un laquais
vêtu de vert lui étant venu parler il étoit descendu tout d'un coup dans
sa chambre, lui avoit demandé à compter, & s'en étoit allé à l'heure
même. Je reconnus à ces livrées qu'il falloit que le laquais, dont elle
me parloit, fut celui de Mr. Gillot, qui m'avoit introduit dans sa
chambre, car il étoit justement de cette couleur. Ainsi étant bien aise
ou de me confirmer toûjours de plus en plus dans ma pensée, on de ne pas
faire davantage de méchant jugement, je la priai de me dire comment il
étoit fait; elle m'en fit le portrait en même tems, & comme il étoit
tout pareil à l'original que j'avois veu, je ne doutai point que je
n'eusse donné droit au but, quand j'avois cru que c'étoit là justement
le personnage qui avoit fait décamper mon homme si vite.

Il ne me fallut pas bien du tems pour faire ces demandes à l'hôtesse, &
pour en entendre la réponse, mais ce peu de tems me suffisant pour m'en
rendre amoureux, & peut-être pour la rendre amoureuse elle-même de moi,
je lui dis qu'elle venoit de perdre un hôte en perdant Rosnay; mais que
je voulois lui en redonner un autre, pourveu qu'elle le voulut recevoir:
que sa bourse à la verité ne seroit peut-être pas aussi bien garnie que
la sienne; mais que toûjours pouvois-je lui assurer qu'il lui payeroit
fidélement ce qu'il lui promettroit, & que de plus il seroit du moins
aussi porté que pas un autre à tout ce qui seroit de ses interêts, & que
j'étois prêt de l'en cautionner. Elle comprit bien, quand je lui parlai
de la sorte, que c'étoit moi-même qui m'offrois à elle pour venir loger
dans sa maison, & comme elle avoit déja quelque bonne volonté pour moi,
comme elle m'avoüa elle-même depuis, elle me répondit à l'heure même,
qu'il ne lui importoit pas que ses hôtes fussent riches ou non, pourveu
qu'ils la payassent bien; qu'elle faisoit plus d'état de l'honnêteté que
des richesses, & que puis que je voulois lui faire l'honneur de vouloir
venir loger chez elle, je n'avois qu'à prendre la chambre que Rosnay
venoit de quitter, qu'il y avoit une garderobe qui étoit assez commode,
qu'elles étoient même toutes deux assez proprement meublées, & que quand
je serois là, il y en auroit mille autres à Paris, qui n'y seroient pas
si bien logés que moi.

Quoi que je fusse Gascon, & que du Païs d'où je suis l'on ne tombe
guéres d'accord volontiers de sa pauvreté, je ne laissai pas de lui dire
que ce qu'elle me disoit là, étoit justement une raison qui m'empêchoit
d'accepter ses offres; qu'il falloit que chacun se mesurât selon sa
bourse, que cette chambre étoit trop belle pour moi, & que je n'en
voulois qu'une des plus communes, afin d'être en état de la payer; que
je n'avois que faire ni de garderobe, ni d'anti-chambre, ni d'écurie,
parce que n'étant qu'un pauvre Gentilhomme de Bearn, je n'avois ni
chevaux, ni valet. Une autre que cette femme, & qui eut fait le métier
qu'elle faisoit, eut peut-être été rebutée d'une declaration aussi
ingenuë que la mienne, mais celle-ci qui étoit plus genereuse que
beaucoup d'autres, me répondit que quelque pauvre que je pusse être,
elle vouloit que j'occupasse cet appartement, ou que je ne vinsse point
loger chez elle, que je ne lui en donnerois que ce que je voudrois
presentement, & même rien du tour, pour peu que cela me fit plaisir,
qu'elle se contenteroit que je me ressouvinsse d'elle, quand j'aurois
fait fortune, & qu'elle étoit bien trompée, si cela ne m'arrivoit
quelque jour. J'aimai sa générosité, & sa prediction. Je lui répondis en
même tems que si d'abord que je l'avois veuë, je m'étois resolu de
prendre un grenier chez elle, plûtôt que de ne la pas avoir pour mon
hôtesse, elle pouvoit bien juger dans quels sentimens je pouvois être,
maintenant qu'elle m'offroit de si bonne grace un de ses plus beaux
appartemens; que je tâcherois de ne lui être à charge que le moins qu'il
me seroit possible, & que si l'horoscope qu'elle venoit de me tirer
pouvoit jamais se trouver véritable, je serois ravi de partager ma
fortune avec elle, ou que je changerois bien de sentiment.

Il ne falloit pas s'étonner si cette femme avoit des sentimens si
éloignez de ceux qu'ont d'ordinaire les personnes qui font le même
métier qu'elle faisoit; elle étoit née quelque chose de plus qu'elle ne
paroissoit être, elle étoit Demoiselle d'extraction, & même d'une
famille assez ancienne de Normandie; mais la méchante conduite de sa
Mere, avoit été cause de la ruine de sa maison, cette femme s'étant
amourachée d'un Gentilhomme de son voisinage, & lui d'elle pareillement;
son mari n'avoit pû souffrir leur commerce, & avoit tué le galant un
jour qu'il étoit venu voir sa femme, & qu'il le croyoit bien loin de là.
Ce meurtre avoit ruiné ces deux maisons, qui étoient fort à leur aise
auparavant, l'une avoit consumé tout son bien, en poursuivant la mort de
l'assassin, l'autre en se défendant. Enfin le meurtrier avoit obtenu
grace, & fait enfermer sa femme sans lui vouloir jamais pardonner. Il
s'étoit chargé de l'éducation de ses enfans, qui étoient en grand
nombre; car il en avoit huit, savoir trois garçons, & cinq filles; les
garçons ne l'avoient guéres embarassé, parce qu'il contoit, comme il
avoit fait effectivement de les envoyer à la guerre. Il contoit aussi de
jetter les filles dans des Convens, mais soit qu'elles tinssent un peu
de la mere, c'est à dire qu'elles aimassent le libertinage un peu plus
que de raison, ou qu'elles ne se pussent resoudre à s'enfermer pour
toute leur vie, il n'y en eut pas une seule qui en voulut tâter. Il fut
donc obligé de les marier au premier venu, parce que quand on n'a point
de bien, comme il n'en avoit plus, bien loin que l'on soit en état de se
choisir des gendres, on est encore trop heureux de les prendre comme ils
se presentent. L'une avoit été mariée à un pauvre Gentilhomme, qui
faisoit abstinence la moitié de l'année, & qui la faisoit faire
pareillement à sa femme, non par devotion, ni par aucun commandement de
l'Eglise, mais parce qu'il n'avoit pas le plus souvent de quoi manger.
Une autre avoit épousé un Maître Chicanneur, qui dans une jurisdiction
assez proche de l'endroit où elle étoit née, faisoit le métier d'Avocat
& de Procureur. Celle-là n'étoit pas la plus malheureuse, parce que ces
sortes de gens trouvent toûjours moyen de vivre aux dépens d'autrui;
deux autres avoient épousé à peu près des gens de même étoffe, &
vivottoient, du moins, si elles ne vivoient pas splendidement. Enfin
celle chez qui je devois aller loger, avoit eu pour mari, un homme qui
étoit absent, il y avoit cinq ou six mois, & qui après avoir été
Lieutenant d'Infanterie, avoit changé son métier en celui de louer des
Chambres Garnies. Il avoit cru que si cette profession n'étoit pas aussi
honnête que l'autre, il y vivroit du moins plus à son aise.

Je ne sai si sa femme qui se sentoit toûjours du lieu, d'où elle venoit,
ne se mit point en tête en me voyant, que quoi qu'elle fut pour le moins
de cinq ou six ans plus veille que moi, je serois encore trop heureux de
faire auprès d'elle ce que celui que son Pere avoit tué avoit fait
auprès de sa Mere. Son mari étoit allé en Bourgogne, pour une succession
qu'il y pretendoit. Cela lui donnoit un procès au Parlement de Dijon, &
elle n'étoit point fâchée de son absence, parce qu'elle ne l'aimoit
nullement.

D'abord que je fus établi chez elle, & qu'elle m'eut fait prendre malgré
moi l'appartement de Rosnay, elle ne voulut pas souffrir, ni que je
mangeasse dans ma chambre, ni que je fusse manger dehors, comme je m'y
attendois; elle me fit manger avec elle, & voyant que j'avois peine
encore à y consentir, à cause de la depense que je craignois que cela ne
me fit, elle me dit que je démentois ma Nation d'être si façonnier,
qu'il n'y avoit point de Gascon à ma place, qui ne se tint bien heureux
de sa fortune, principalement si elle lui disoit, comme elle faisoit
encore à moi, que tout cela se trouveroit un jour, lors que j'aurois
fait fortune. J'étois encore si jeune, & si peu accoutumé avec les
femmes, que je n'en fus guéres plus hardi. Cependant devinant à peu près
ce que tout cela vouloit dire, j'étois comme resolu de m'en expliquer
avec elle, quand je me vis sur les bras une affaire bien plus
embarrassante que celle-là. Les quatre Soldats que le Sergent, dont je
viens de parler, avoit donnez à Rosnay, lui ayant promis de m'assassiner
moyennant quarante pistoles, ne mirent de distance entre l'execution &
le dessein, que le tems qu'il leur falloit pour en trouver l'occasion.
Depuis le premier combat que j'avois fait, je m'étois tellement acquis
Athos, Porthos & Aramis, que non seulement ces trois freres étoient mes
intimes amis, mais encore que la plûpart de leurs amis étoient les
miens. Ainsi je sortois rarement tout seul, & je revenois presque
toûjours chez moi pareillement en compagnie. La beauté de mon hôtesse y
contribuoit peut-être, autant que l'amitié que tous ces gens là disoient
avoir pour moi. Je logeois dans la ruë du vieux Coulombier au Faubourg
St. Germain; & comme cette ruë n'est pas éloignée de l'hôtel des
Mousquetaires, & que ce chemin de ces trois freres pour aller & pour
revenir de la Ville étoit de passer chez moi, les quatres Soldats furent
quelques jours sans pouvoir tenir leur parole.

Sur ces entrefaites un autre Soldat de la Compagnie dont j'étois, & qui
étoit ami de l'un de ces quatre assassins, n'ayant pas d'argent pour
faire accoucher une fille avec qui il avoit eu commerce, eut recours à
lui pour lui en emprunter. Il lui demanda quatre ou cinq pistoles, & lui
dit la nécessité où il en étoit, afin qu'il ne le refusât pas sitôt.
Celui à qui il s'addressoit lui répondit, qu'il étoit au desespoir
d'être obligé de l'éconduire; mais qu'enfin il étoit impossible de
prêter de l'argent, quand on n'en avoit point soi-même, que si c'étoit
pour une autre affaire que pour celle qu'il lui annonçoit presentement,
il lui diroit de se donner patience trois ou quatre jours, parce qu'il
étoit comme impossible qu'il n'en eut entre ci & là, mais que comme la
chose pressoit, & qu'il pouvoit être pris à toute heure au depourveu, il
lui conseilloit en bon ami d'avoir recours à quelque autre.

Cet emprunteur qui savoit le metier qu'il faisoit, & qui ne croyoit pas
qu'en hasardant sa vie, comme il faisoit tous les jours, il pût manquer
d'une si petite somme, l'accusa en même tems de l'éconduire plûtôt
manque de bonne volonté que de pouvoir. Celui-ci pour lui faire voir le
contraire, lui dit de s'en venir avec lui, qu'ils étoient quatre qui
avoient entrepris de tuer un homme, & que s'ils y pouvoient réüssir, ils
auroient quarante pistoles tout aussi-tôt; qu'il partageroit volontiers
avec lui, les dix qu'il auroit pour sa part, que cet argent étoit
consigné entre les mains d'un ami commun, & qu'il ne s'agissoit plus que
de le gâgner. L'envie ou plûtôt le besoin que celui-ci avoit d'avoir ce
qu'il demandoit, fit qu'il s'accorda de faire compagnie aux quatre
assassins. L'autre lui donne rendez-vous à cent pas de chez moi, &
l'ayant tenu avec lui plus de deux heures en embuscade, je vins à y
passer au bout de ce tems-là. Porthos & Aramis, avec deux de leurs
camarades, m'étoient venu prendre au logis pour me mener à la Comedie.
Ainsi ayant moins de commodité que jamais de faire leur coup, celui à
qui l'on demandoit de l'argent à emprunter, dit à l'emprunteur en lui
faisant connoître que c'étoit à moi qu'ils en vouloient, qu'il falloit
que je me defiasse de quelque chose, parce que je ne sortois plus qu'en
compagnie.

De tous les quatre assassins il n'y en avoit pas un qui me reconnut
encore pour être du Regiment. Comme ils étoient du premier bataillon, &
que je n'étois que du second, nous ne nous étions point encore trouvé
ensemble. A l'affaire d'Arras, un de ces Bataillons avoit été à
Dourlens, pendant que l'autre étoit demeuré à Amiens, & depuis ce tems
là, quand ils m'avoient veu ce n'avoit été qu'avec un autre habit que
celui du Regiment. Je m'en étois fait faire un qui étoit assez modeste,
mais qui ne laissoit pas d'être fort propre. Au reste l'emprunteur qui
étoit comme je viens de dire, de même Compagnie que moi, & qui ne m'eut
pas méconnu quand même je me fusse encore deguisé davantage n'eut pas
plûtôt jetté les yeux sur moi qu'il resolut de m'avertir de leur
dessein. Il crut qu'en me rendant ce service, je ne lui refuserois pas
l'argent qu'il demandoit à l'autre que si je n'en avois point, je
l'emprunterois plûtôt dans mille bourses que d'y manquer, sur tout lui
ayant déja paru plein de coeur à une garde, où je l'avois regalé lui &
trois de ses camarades.

Il n'eut garde de rien dire aux autres de ce qu'il pensoit, & comme il
étoit assez habile pour un Soldat, & qu'il savoit bien que pour rendre
son avis plus considerable auprès de moi, il devoit savoir tous les
tenans, & tous les aboutissans de celui qui l'avoit mis en besogne, il
s'informa de lui adroitement qui étoit celui qui l'employoit. Celui-ci
ne fit point de difficulté de lui dire tout ce qu'il en savoit. Il lui
avoüa que c'étoit Rosnay, & même qu'il ne le faisoit, que parce qu'il
craignoit, que je ne tirasse vengeance d'un affront que j'en avois
receu; qu'il n'étoit venu à Paris que pour cela, & qu'il devoit s'en
retourner d'abord que le coup seroit fait.

Ce Soldat s'étant si bien instruit, me vint trouver le lendemain matin
dans ma chambre, lors que j'étois encore au lit. Je n'étois pas déja
trop mal avec mon hôtesse, ainsi l'ayant introduit elle-même à mon
chevet, parce que sur la réponse qu'elle lui avoit faite, lors qu'il lui
avoit demandé à me voir, qu'il étoit encore trop matin pour me
réveiller, il lui avoit repliqué qu'il falloit pourtant qu'il me vit à
cette heure même, pour une affaire de grande conséquence, & au reste
l'interêt qu'elle commençoit à prendre en moi, la rendant sensible à
cette parole, elle n'avoit pas voulu permettre qu'il entrât sans elle, &
pretendoit entendre tout ce qu'il me diroit. Le Soldat ne le pretendoit
point, & alleguoit pour ses raisons, que l'affaire dont il s'agissoit
n'étoit pas de la competence d'une femme; mais celle-ci qui étoit
obstinée comme une mulle, ne voulut jamais se retirer. J'eus beau lui
faire signe que cela lui feroit tort, & qu'il ne faudroit que cela seul
à ce Soldat pour lui faire croire bien des choses d'elle & de moi, elle
ne m'obeït pas plus qu'à lui. Cet entêtement n'étoit causé que par la
crainte qu'elle avoit qu'il ne vint pour m'appeller en duel, & que ce ne
fut là l'affaire de grande consequence, pour laquelle il s'étoit fait
ouvrir la porte malgré elle. Pour moi, ce n'étoit point là ma pensée, je
savois que je n'avois donné sujet à personne de me haïr, & que par
consequent je ne devois avoir aucun ennemi à apprehender. Je crus bien
plûtôt qu'il venoit pour m'emprunter quelque écu, & que la confusion
qu'il en avoit l'empêchoit d'oser parler devant elle.

Comme je me fortifiois de moment à autre dans ce sentiment, à cause de
toutes les façons qu'il faisoit, je lui demandai franchement si ce
n'étoit point cela qui m'attiroit sa visite, que je me faisois toujours
plaisir, quand je le pouvois, d'obliger mes amis, & particulierement lui
que je connoissois pour honnête garçon. Je croyois que cette avance ne
me couteroit qu'une écu ou une demie pistole, tout au plus, & je contois
cela pour rien en comparaison de la peine où je voyois mon hôtesse. Le
Soldat voyant que je l'avois mis en si beau chemin de parler, me
répondit qu'il m'avoit toûjours reconnu assez genereux pour assister mes
amis quand ils étoient dans le besoin, qu'à la verité il avoit affaire
de moi dans l'état où il étoit, & que c'étoit en partie ce qui
l'amenoit. Mais qu'il pouvoit se vanter que si je lui allois rendre un
signalé service en lui accordant sa demande, il me recompenseroit bien
en même tems en m'apprenant une chose où il n'y alloit pas moins que de
ma vie; que le hazard & son bonheur la lui avoient fait découvrir; qu'il
venoit pour m'en rendre compte, afin que je prisse toutes les
precautions qu'il y avoit à prendre là dessus.

Comme je ne croyois point avoir d'ennemi qui songeât à conspirer contre
moi, j'avoüe que je pris d'abord son discours pour un pretexte qu'il
cherchoit pour couvrir la demande qu'il avoit à me faire. Mon hôtesse
qui étoit plus sensible que l'on ne sauroit croire à tout ce qui me
regardoit, n'en fit pas le même jugement que moi, elle lui demanda avec
beaucoup de précipitation, & avec tout aussi peu de jugement qu'une
femme en put jamais avoir, puis qu'il ne falloit que cela seul pour
faire découvrir qu'elle prenoit plus de part en moi qu'elle ne devoit,
de ne pas tenir davantage mon esprit en suspens, que des paroles comme
les siennes ne pouvoient qu'elles ne fissent un grand boulversement dans
l'esprit; qu'il ne falloit que cela pour me faire malade, & qu'elle lui
seroit obligée en son particulier de me découvrir le mystere d'iniquité
dont il parloit.

J'eus peine à souffrir l'imprudence de cette femme, bien plûtôt par
rapport à elle que non pas par rapport à moi. Ce qu'elle disoit là ne me
faisoit nul tort, puis que tout au contraire il n'y avoit que de
l'estime pour moi à acquerir, quand on eut sû que j'eusse eu ses bonnes
graces: quoi qu'il en soit je persistois toûjours dans la pensée que
j'avois de mon Soldat, quand il me la fit perdre à la premiere parole
qu'il me dit. Il me demanda si je connoissois Rosnay, & lui ayant
répondu, que je ne le connoissois que trop bien, puis que j'avois à me
venger sur lui d'un affront qu'il m'avoit fait faire, il me repliqua que
si je n'y prenois garde il m'en empêcheroit bien, qu'il avoit promis
quarante pistoles à quatre Soldats pour m'assassiner, & que je ne
m'étois tiré de ce peril, que parce que je n'étois sorti depuis quelques
jours qu'en bonne compagnie, qu'il y avoit je ne sais combien de tems
qu'ils me guettoient soir & matin, resolus de m'attaquer tôt ou tard,
dans la pensée qu'ils avoient, que je ne prendrois pas toûjours si bien
mes précautions; qu'il me feroit prendre ces quatre Soldats, si je
voulois, & que des coquins comme ils étoient ne meritoient pas qu'il eut
aucune consideration pour eux.

Il me conta en même tems comment étant venu demander à emprunter de
l'argent à l'un d'entr'eux, il s'étoit excusé de lui en préter, sur ce
qu'il n'en avoit point. Il me conta aussi tout ce qui s'en étoit
ensuivi, jusques au moment qu'il m'étoit venu trouver. Il tâcha en me
faisant ce récit de me couvrir la part qu'il avoit voulu avoir à leur
crime, puis qu'il leur avoit tenu compagnie pour m'assassiner. J'en crus
tout ce qu'il voulut m'en dire, ou du moins j'en fis le semblant, &
enfin ayant fini son discours par l'emprunt qu'il me vouloit faire, sans
me cacher ce que c'étoit, quoi que la presence de mon hôtesse,
l'obligeât à se montrer plus discret, je lui pretai, ou plûtôt je lui
donnai les quatre pistoles dont il me disoit avoir tant de besoin. Je
lui fis jurer pourtant, avant que de les lui donner qu'il déposeroit
tout ce qu'il venoit de me dire, quand il en seroit tems, & l'ayant
congedié à l'heure même, sous pretexte qu'il devoit aller dire à sa
maîtresse, sans perdre un moment de tems qu'il avoit de quoi l'assister,
je m'amusai à raisonner avec mon hôtesse, sur ce que j'avois à faire
dans une occasion si delicate.

Son avis fut que, sans me hazarder à sortir davantage, de peur que ces
quatre Soldats voyant la peine qu'il y avoit à m'attraper n'en
apostassent encore quatre autres pour me prendre à leur avantage,
j'envoiasse querir un Commissaire pour lui rendre ma plainte, que sur la
permission qu'il me donneroit d'informer j'aurois un decret, que je
ferois exécuter ensuite, tant à l'encontre d'eux qu'à l'encontre de
Rosnay. Je ne trouvai pas son avis bon dans toutes ses parties, sachant
que pour obtenir un decret, il falloit avoir deux témoins, & que je n'en
avois qu'un; mais je resolus de m'y conformer à l'égard de la plainte,
jugeant qu'elle ne me seroit pas inutile pour justifier tout ce qui
pouroit s'ensuivre de cette affaire. Mon hôtesse s'offrit à aller
chercher elle-même le Commissaire qui étoit de ses voisins, & de ses
amis. Je la pris au mot, & lui dis de l'amener en manteau court, de peur
d'effaroucher le gibier s'il étoit par hazard aux environs pour me
guetter, comme il y avoit beaucoup d'apparence. Je m'habillai en
attendant qu'elle revint, & pendant que je m'habillois un Mousquetaire
des amis d'Athos, de Porthos, d'Aramis & des miens entra. Il me trouva
tout inquiet, à ce qu'il me témoigna à l'heure même, & m'en ayant
demandé la raison, je lui contai ce qui venoit de m'arriver, & les
mesures que je prennois là dessus.

Comme il étoit encore jeune, & qu'il n'avoit pas plus de jugement qu'il
lui en falloit, il me répondit que je n'y pensois pas d'avoir recours à
la Justice, qui étoit toûjours lente & quelquefois incertaine, que
j'avois d'autres voyes plus assurées pour me venger, & que j'y aurois
recours si je le croyois, qu'il alloit faire venir une brigade de
Mousquetaires, pour faire main basse sur ces coquins, qu'on iroit en
fuite jusques dans la maison de Rosnay, lui faire le même traitement, de
sorte qu'il ne me faudroit qu'une demie heure, ou trois quart d'heure de
tems tout au plus, pour être défait de mes ennemis. Il vouloit sortir à
l'heure même pour executer ce qu'il disoit, mais l'ayant retenu par le
bras, je lui répondis qu'il ne falloit pas aller si vite dans une
affaire de si grande consequence; qu'une resolution aussi précipitée que
celle-là étoit sujette d'ordinaire à répentir; qu'il falloit, pour bien
faire, réflechir sur toutes choses, parce qu'après cela on n'avoit plus
rien à se reprocher. Il voulut encore me prouver qu'il avoit raison, &
battit bien du païs pour me le persuader. Je ne me laissai pas aller à
son opinion, & n'en ayant voulu croire que la mienne, je le retins en
dépit qu'il en eut. Le Commissaire vint un moment après, & ayant pris
des mesures avec lui, pour attraper mes droles, voici ce qu'il fit de
son côté, & ce que je fis du mien.

Il envoya chercher un exempt, & lui dit de faire mettre une trentaine
d'archers dans l'endroit où le Soldat m'avoit dit qu'ils me guettoient.
L'exemt les fit déguiser pour aller là, & il les fit tous aller l'un
après l'autre. Je fus averti d'abord qu'ils y furent, & étant alors
sorti tout seul, afin d'amorcer mes assassins, je me tins sur mes gardes
de peur d'en être surpris. Ils debusquerent sur moi d'abord qu'ils
virent qu'ils me pouvoient prendre à leur avantage, mais les Archers
ayant fait à l'heure même une sortie, ils furent pris tous quatre, sans
avoir eu le tems de me faire aucun mal. Le Commissaire qui n'attendoit
que cette execution pour aller se saisir de la personne de Rosnay, dont
mon donneur d'avis m'avoit indiqué la maison, s'y en fut en même tems.
Par bonheur pour lui, il étoit déjà sorti quand le Commissaire y arriva,
ainsi n'en ayant trouvé que le nid, il s'assembla un nombre infini de
peuple devant sa porte, comme il arrive d'ordinaire en ces sortes de
rencontres. Ce qui fit faire cette beveuë au Commissaire qui ne devoit
pas entrer chez lui, qu'il ne sçut s'il y étoit ou non, c'est qu'une
servante qui ne l'avoit point veu sortir, lui avoit assuré qu'il le
trouveroit encore au giste, qu'il étoit tout au beau milieu de son lit,
& qu'il n'y avoit qu'un moment qu'elle l'y avoit veu. Rosnay n'étoit pas
allé bien loin, ainsi étant revenu sur ces entrefaites, il ne vit pas
plûtôt tant de peuple assemblé devant sa porte, qu'il jugea à propos de
n'y pas rentrer. Il se defia qu'il étoit arrivé quelque chose à ses
braves, & que l'ayant accusé sans doute on vouloit le mettre en prison,
pour savoir de lui la verité. Il tourna donc tout d'un coup dans une ruë
qui traversoit dans sienne, & s'étant mis en seureté par là, il n'eut
point de repos qu'il ne s'en fut allé en Normandie chez un de ses beau
freres, qui étoit un Gentilhomme de cette Province. Son beau frere
écrivit de là à Paris à un de ses amis, pour s'informer s'il avoit pris
l'alarme à bon tiltre, ou s'il s'étoit épouvanté sans sujet. Cet ami lui
répondit qu'il en avoit sagement usé, quand il s'en étoit allé, parce
que cette affaire faisoit grand bruit, que les prisonniers après avoir
pris le parti de nier la chose, croyant qu'il n'y eut point de témoins,
l'avoient avoüée à la fin, sur ce qu'on leur en avoit confronté un, &
qu'on les menaçoit de la question, qu'il y avoit eu tout aussi-tôt une
prise de corps contre Rosnay, & que son procès lui alloit être fait &
parfait par contumace.

Rosnay qui avoit besoin de braves quand il en vouloit à quelqu'un, eut
eu besoin de plus de resolution qu'il n'en avoit naturellement pour
soutenir une nouvelle comme celle-là. Il crut avoir déja tous les
Archers de Paris à ses trousses, & ne se croyant plus en seureté chez
son beau frère, quoi que personne ne sut qu'il en eut pris le chemin, il
passa en Angleterre, où il savoit bien que la justice de France n'osoit
aller faire executer ses décrets. Mon hôtesse qui savoit qu'il avoit du
bien, croyant qu'il n'y eut rien à perdre à poursuivre contre lui, fut
assez folle pour se fourer dans ce procès, jusques par dessus la tête.
Je la laissai faire, étant encore trop jeune pour savoir ce que c'étoit
que de plaider. Toutes ces procedures se firent sous mon nom, & il lui
en couta pour le moins deux mille francs, devant que d'avoir arrêt
definitif contre mes assassins. Rosnay fut condamné à perdre la tête, &
les quatre Soldats à aller aux Galeres. Ce jugement fut executé
réellement contre ceux-ci, sans que leur Capitaine nommé du Boudet, qui
les reclamoit, put obtenir leur grace. Mr. de Treville qui me faisoit
mille amitiés, tant en consideration que nous étions compatriotes, que
de ce que j'étois ami d'Athos, de Porthos & d'Aramis, qu'il consideroit
beaucoup, s'y opposa sous main. Ainsi le Roi qui faisoit gloire de se
montrer digne du surnom de _Juste_, qu'on lui avoit donné, se tint roide
là dessus, & voulut que ces quatre Soldats fussent mis à la chaine. Pour
ce qui est de Rosnay l'arrêt ne fut executé contre lui qu'en effigie,
mais mon hôtesse fit saisir tous ses biens, & lui fit encore je ne sais
combien de frais devant qu'il y put donner ordre.

Comme elle n'avoit pas eu les reins assez forts pour soutenir toute
cette procedure sans emprunter, son mari trouva qu'elle devoit beaucoup
quand il revint de Dijon. Il y avoit gaigné son procès & en avoit ramené
de bon vin, ce qui l'eut mis de belle humeur, si ce n'est que dès le
lendemain de son arrivée, on lui vint faire commandement de payer huit
cent livres, que sa femme devoit à un seul homme: elle les avoit
empruntés d'un creancier incommode, en vertu d'une procuration qu'il lui
avoit laissée, avant que de partir. Il lui demanda à quoi elle les avoit
employés, & cette femme n'ayant garde de le lui dire, parce qu'avec la
perte de son argent, il se seroit peut-être encore apperçu qu'il auroit
perdu quelque autre chose, elle lui donna de si méchantes raisons,
qu'ils se brouillerent ensemble dés ce jour-là. La poursuite qu'on leur
faisoit pour l'amour de moi, me mit dans une grande inquiétude, & ne
sachant comment faire pour empêcher la vente de leurs meubles, que l'on
devoit faire au bout de la huitaine, que la saisie avoit été faite, je
pris le parti d'aller voir le creancier pour implorer sa misericorde. Il
se montra inexorable, de sorte que me trouvant encore plus chagrin
qu'auparavant, je pris le parti de le menacer, s'il étoit si hardi que
d'en venir à cette execution. Il me répondit que ce que je lui disois
là, seroit qu'il ne donneroit pas un moment de quartier à ses debiteurs,
qu'il me conseilloit cependant de sortir promptement de sa maison, parce
que s'il envoyoit chercher un Commissaire, il me feroit voir que nous
vivions sous un regne où il n'étoit pas permis de venir menacer un homme
qui avoit prêté son argent de bonne foi.

Ce que je venois de faire là, étoit un veritable trait de jeune homme,
sans faire reflexion que cela étoit bien plus capable de nuire à mon
hôte & à mon hôtesse, que de leur servir. Enfin les huit jours pour la
vente des meubles étant prêts d'expirer, j'offris à celle-ci quinze
louis d'or, qui me restoient encore des cinquante que le Roi m'avoit
donnés, elle eut la generosité de ne les pas vouloir recevoir d'abord,
mais enfin l'en ayant pressée extraordinairement, & lui ayant dit, que
si elle en pouvoit encore trouver huit ou dix, & qu'elle les portât à
son creancier, il surseoiroit peut-être les poursuites, elle me prit au
mot à la fin. Elle le fut trouver avec ce secours, & y ayant joint
encore quinze autre louis, c'étoit presque la moitié de la somme qu'elle
lui devoit, de sorte que nous crûmes qu'il ne seroit pas si turc que de
lui refuser sa demande. Mais ce que je lui avois fait, avoit tellement
aigri son esprit, qu'il lui dit de se retirer, sinon qu'il lui feroit
sauter les degrés de sa maison, qu'elle lui avoit envoyé un bretteur qui
étoit venu le menacer jusques chez lui, qu'il vouloit qu'elle s'en
ressouvint toute sa vie, & que puis qu'il avoit cette prise sur elle,
que de pouvoir faire vendre ses meubles, il n'y manqueroit pas d'abord
que le délai que l'on donne aux parties saisies se trouveroit expiré.

La pauvre femme s'en revint au logis bien desolée, & voulut que je
reprisse mon argent, puis qu'il ne lui pouvoit plus servir de rien. Je
fis ce que je pus pour m'en défendre, mais me l'ayant commandé
absolument, je remis ces quinze louis dans ma bourse, tout aussi affligé
de mon côté qu'elle le pouvoit être du sien. Nous étions au jeudi
l'après dinée, & c'étoit le samedi que se devoit faire la vente de ses
meubles: or voulant, pour ainsi dire, faire l'impossible pour empêcher
que cet affront ne lui arrivât, je m'en fus dans l'antichambre du Roi,
ou j'avois veu plusieurs fois qu'on joüoit beaucoup d'argent à trois
dès. Je ne possedois pas ce jeu, là à fonds, parce que bien loin d'être
joueur, j'avois resolu au contraire de ne joüer de ma vie. Tout ce que
j'en savois étoit de faire une _masse_, & de savoir quand on la gaignoit
ou qu'on la perdoit. Ainsi n'ayant plus pour toute ressource que de
hazarder mes quinze louis à ce jeu là, je m'approchai de la table où on
joüoit assez gros jeu, afin d'y prendre place, d'abord que quelqu'un en
sortiroit. Je fus plus d'une heure & demie avant que d'en pouvoir avoir
une; car il y avoit là plus de presse, qu'il n'y en pouvoit avoir au
Sermon du plus habile Predicateur de Paris. Je tremblois cependant de
peur de perdre mon argent, & d'aggraver encore par là mon afliction.
Enfin ayant trouvé à me placer avec bien de la peine, je reconnus le
terrain avant que de prononcer la parole sur laquelle devoit rouler tout
mon bonheur. Je vis que l'on joüoit un jeu effroyable, les moindres
couches étoient de douze ou quinze pistoles, & l'on en faisoit le
paroli, le quinze & le va tout de même, que s'il ne se fut agi que d'une
épingle. Cela me faisoit trembler encore plus qu'auparavant, me disant
de moment à autre qu'il ne me faudroit qu'un coup comme ceux-là, pour me
tirer de peine moi & ma pauvre hôtesse, ou pour nous envoyer à
l'hospital.

Après que j'eus ainsi regardé pendant un demi quart d'heure ou environ,
je me hazardai à la fin de faire une masse de cinq louis. Mr. le Duc de
St. Simon tenoit le dé, & regarda cette masse comme indigne de sa
colere, ainsi ne me répondant rien tant qu'il tint le Cornet, le dé vint
après lui au Chevalier de Montchevreuil, Gentilhomme du Vexin François,
qui étoit attaché à Mr. de Longueville. Il ne me meprisa pas comme avoit
fait le Duc de St. Simon, soit qu'il voulut m'enroller dans la
Confrairie des joueurs, où il joüoit un grand rolle, soit que n'ayant
guéres d'argent en ce tems là comme en effet c'étoit la vérité, il
trouvât ma masse plus proportionnée à ses forces, que quantité d'autres,
qu'on lui faisoit autour de la table. Il amena hazard bas, & comme
j'avois gaigné, je fis le paroli aussi hardiment, que si j'eusse eu cent
pistoles dans ma poche. Il prit dix pour sa chance, & ayant tiré ensuite
quatre ou cinq coups en amenant toûjours quinze sur d'autres masses,
qu'on lui faisoit, il grossit son argent de beaucoup, parce que la
droite étoit douze. Un nommé Phisica, qui étoit alors Capitaine dans
Turenne, & qui, quoi qu'il ne fut qu'un avanturier, faisoit quitter le
dés aux plus gros joueurs, voyant que ce Chevalier avoit déjà fait
quatre hazards avantageux pour lui, lui dit masse son reste, qui étoit
pour le moins de soixante pistoles, le Chevalier à qui il ne manquoit
que de l'argent, pour être aussi gros joueur que lui, lui répondit tope
& tingue, tout de même que s'il eut été assuré de gagner. Il amena la
droite, & gaigna ainsi la masse de Phisica pendant qu'il perdit mon
paroli. Le jeu s'échauffa après ce coup là. Le Chevalier qui se voyant
en fortune topa à tout le monde, & gaigna douze ou treize cent pistoles
en un moment. Je fus assez sage tout jeune que j'étois pour ne le pas
attaquer dans ce tems là. Cependant le Chevalier ne voulant pas se
contenter de ce gain, qu'il trouvoit encore trop petit par rapport à son
appetit qui étoit extraordinaire, il continua à joüer & dejoüa bientôt.
Je pris ce tems là pour lui masser tout de nouveau, & je lui emportai
encore un paroli, qui étoit plus fort que l'autre. Comme je lui avois
massé huit pistoles, j'en gagnai vint quatre, c'étoit déja plus de la
moitié de l'argent qu'il me falloit pour être content, tellement que
l'assurance m'étant venuë à la place de la crainte, dont j'étois saisi à
mon arrivée, j'esperai que je ne m'en retournerais point au logis sans y
porter ce que je desirois. Mon attente ne fut point trompée, je gagnai
quatre vint seize louis ou pistoles d'Espagne, qui ne valoient alors que
dix francs, c'etoit encore quelques pistoles plus que je n'avois desiré,
tellement que m'en étant retourné au logis, plus content que ne pouvoit
être le Roi, je trouvai en arrivant qu'il venoit de s'y passer des
choses qui eurent de quoi rabattre une partie de ma satisfaction.

L'hôte voyant qu'il n'avoit plus guéres que vingt quatre heures pour
empêcher que ses meubles ne fussent vendus, avoit été trouver son
creancier sans en rien dire à sa femme n'y sans savoir que j'y eusse été
avant lui: le creancier qui étoit non seulement un brutal, mais encore
un méchant homme, non content de le rabrouer extraordinairement, lui dit
encore qu'il eut à mieux prendre garde une autre fois à sa femme, parce
qu'elle avoit bien la mine d'avoir mangé avec moi l'argent qu'elle lui
devoit presentement. Ce compliment mit ce mari de méchante humeur, & il
s'en revint au logis, où il usa de main mise sur elle. Je la trouvai
ainsi toute en pleurs, de sorte qu'au lieu de songer à la rejouir, par
le récit de ma bonne fortune, tout mon soin ne fut que de savoir d'elle
ce qu'elle avoit; elle me le dit sans façon, & ayant tâché de la
consoler je lui appris ce qui m'étoit arrivé dans la garderobe, parce
que je crus que cela étoit bien capable d'y contribuer. Elle reprit
effectivement vigueur à ces paroles, & me dit que puis que cela étoit
ainsi, il falloit que je me fisse adjuger ses meubles qu'elle ne vouloit
pas que son mari les revit jamais, c'est pourquoi je ferois mal si j'en
empêchois la vente. Je vis bien à ces paroles qu'elle avoit envie de le
quitter, & que les coups qu'elle avoit receus lui tenoient bien fort au
coeur. Je lui témoignai en même tems que je ne pouvois approuver son
divorce: elle ne me fit point d'autre réponse, sinon qu'elle n'étoit pas
accoutumée à être battuë, qu'il falloit bien d'ailleurs lever le masque
du commencement, à moins que de vouloir que son mari n'en abusât encore
d'avantage à l'avenir; qu'il voudroit apparemment nous empêcher de nous
voir, ce qu'elle ne permettroit jamais, du moins de son bon gré.

Je l'aimois assez & j'en avois grande raison, puis qu'outre sa beauté
elle en avoit toûjours usé avec moi, depuis le premier jusques au
dernier jour que je l'avois veuë, d'une maniere si honnête qu'il eut
fallu que j'eusse été bien ingrat pour ne lui en pas avoir obligation;
aussi je lui dis toutes les douceurs que la reconnoissance & l'amitié me
pouvoient mettre à la bouche. Je l'assurai que cette nouvelle marque de
tendresse, m'étoit tout aussi sensible que pas une qu'elle m'eut donnée
jusques-là; mais après l'avoir ainsi preparée à ajouter plus de foi à ce
que j'avois envie de lui dire, je lui representai qu'elle ne pouvoit
ainsi quitter son mari sans appreter à parler à tout le monde, que je
l'aimois d'une manière que sa réputation ne m'étoit pas moins chere que
la mienne propre, que... Elle m'interompit à ces paroles, & me dit que
la langue étoit un bel instrument, & qu'on lui faisoit dire tout ce
qu'on vouloit, que quand un homme aimoit bien une femme, on ne lui
pouvoit persuader qu'il ne fut assez delicat pour n'être pas bien aise
de partager ses faveurs avec un mari; que pour elle, elle n'aimeroit pas
un homme qui auroit une femme, à moins qu'il ne se resolut en même tems
de la quitter pour l'amour d'elle.

Je la laissai dire & tâchai de la rassurer par mes caresses, afin de
l'amener au point que je desirois: enfin après m'avoir témoigné bien de
la repugnance de demeurer avec lui, nous convinmes ensemble, que le
lendemain à dîner, je dirois sans faire semblant d'être instruit de leur
mesintelligence, que j'avois trouvé un homme qui leur preteroit de
l'argent pour payer leur creancier, qu'il leur donneroit trois mois pour
le leur rendre, & qu'il demandoit qu'ils lui en passasent une
obligation. Elle pretendoit par là le tenir dans une étroite dépendance,
& que la crainte qu'il auroit d'être poursuivi pour le payement de cette
somme, l'obligeroit d'avoir de grands egards pour moi.

Je fis le lendemain ce que nous étions convenus ensemble, & comme son
mari n'aimoit pas à voir vendre ses meubles, il me prit bientôt au mot.
Je priai Athos de me vouloir prêter son nom, pour cette affaire, & m'en
ayant passé une contre-lettre, nous vêcumes tout l'hiver dans un assez
bon commerce le mari, la femme & moi. Je mangeai toûjours avec eux; au
reste les trois mois que l'on avoit pris pour rendre cet argent, étant
expirés le mari me pria de demander un nouveau delai à mon ami; parce
qu'il n'étoit pas en état encore de payer, sa femme vouloit que je lui
disse qu'Athos avoit besoin de son argent, afin de lui faire peur, & de
le tenir par là dans une dependance plus étroite. Mais je crus qu'il ne
falloit pas ainsi lui tenir le pied sur la gorge, & qu'il étoit déja
assez maltraité sans le maltraiter encore davantage. La Campagne qui
alloit commencer m'en donnoit un beau pretexte à ce que sa femme
pretendoit. Cependant lui ayant fait entendre raison, nous fumes les
meilleurs amis du monde le mari & moi, parce que je lui dis qu'à ma
priere Athos attendroit volontiers jusques à ce que nous revinssions de
l'armée.

Les Espagnols qui s'étoient veu enlever Arras à la barbe de leur
General, avoient encore perdu dans la même Province quelques autres
Villes de grande importance, qui leur faisoient craindre que celles qui
leur y restoient ne tardassent guéres à avoir le même sort: ainsi comme
ils jugeoient que la conquête que le Roi avoit faite d'Aire ne tendoit
qu'à s'approcher de la Flandres maritime, ils tâcherent non seulement
d'en donner de la jalousie aux Anglois & aux Hollandois, mais encore de
se mettre en état de la reprendre. Il ne leur eut pas été difficile de
réussir à l'égard des Anglois, parce que cette Nation a de tout tems été
opposée à la nôtre, & qu'il semble que l'aversion qu'elle a toûjours euë
pour elle, se soit encore augmentée depuis quelque tems; mais le
Cardinal de Richelieu, qui n'attendoit pas que les choses arrivassent
pour y pourvoir, avoit si bien pris ses mesures, que bien loin que cette
Nation se pût ainsi mêler des affaires d'autrui, elle étoit assez
embarrassée comment se demêler des siennes. Elle étoit devenuë jalouse
de la protection secrête que son Roi accordoit aux Catholiques de son
Royaume, & de l'étroite liaison qui paroissoit alors entre ce Prince
Louis le Juste, & dont il avoit épousé la soeur. Cette Princesse étoit
belle, & d'une humeur tout à fait charmante, ainsi comme elle attiroit
beaucoup de monde à la Cour du Roi son mari, contre la coutume des
Anglois, qui croyent d'ordinaire qu'il y a une espece d'esclavage & de
bassesse dans les assiduités que l'on rend à son souverain, cela faisoit
encore que tout devenoit suspect à ceux qui couservoient dans le coeur
cette independance & cette liberté que leur Nation affecte par dessus
toutes les autres Nations du monde.

L'obstacle que le Cardinal de Richelieu avoit mis de ce côté là aux
desseins des Espagnols, consistoit en ce qu'il allumoit ce feu au lieu
de l'éteindre. La Politique qui est la regle ordinaire de tous les
mouvemens des Ministres, l'exigeoit de lui au préjudice de la charité,
qui l'en devoit detourner. Cependant comme la charité est une vertu que
l'on ne connoit guéres, non seulement dans toutes les Cours, mais que
l'on traite encore souvent de chimere, parmi les Courtisans & les
Politiques, bien loin qu'il en fut blâmé de personne, chacun au
contraire prenoit sujet de là de l'élever jusques au troisiéme Ciel. Les
Espagnols aussi n'ayant pas été long-tems à reconnoître qu'ils se
tromperoient lourdement, s'ils esperoient quelque secours de ce côté-là,
& ayant aussi reconnu la même chose, du côté de la Hollande, ou les
interêts de Frederic Henri Prince d'Orange, Stadhouder & Admiral-General
de leur Etat, s'opposoient à leur contentement, ils ne mirent plus leur
confiance qu'en leur propres forces soutenuës de leur addresse. Le
pouvoir, comme absolu, que le Cardinal de Richelieu s'étoit acquis à la
Cour, y avoit fait de tout tems un grand nombre de jaloux; les Grands
sur tout lui en vouloient, parce que pour s'élever par dessus eux, il
avoit interessé adroitement le Roi, & l'Etat dans sa querelle. Ce Prince
qui étoit aussi bon qu'il étoit peu pénétrant avoit veu avec plaisir,
que sous pretexte d'établir la Souveraine puissance dans son Royaume, il
avoit ruiné insensiblement tous ceux qui eussent pû s'y opposer, par
leur credit & par leur prudence: je dis prudence, parce que quoi que ce
soit une espece de paradoxe, que de dire qu'on peut être prudent, &
s'opposer aux volontés de son Prince; il est constant, néanmoins que
quand la volonté suprême, ne va qu'à renverser les loix d'un Etat, il
arrive souvent qu'on rend plus de service à son Souverain, de s'y
opposer en conservant le respect qui lui est dû, que d'y consentir par
un esprit de lâcheté & d'esclavage. C'est ainsi souvent que le Parlement
de Paris a fait des remontrances à Sa Majesté dans des conjonctures
delicates, aussi ont-elles été écoutées quelque fois avec succès;
pendant qu'il y a eu des tems où elles ont été rejettées, parce qu'il
est arrivé comme il se voit presque toûjours que ceux qui les faisoient,
ou du moins une bonne partie, au lieu de les faire avec le respect
convenable, se laissoient emporter ou à leurs passions ou à leur
interêt.

Quoi qu'il en soit les Espagnols ne se fians pas tant à leurs propres
forces, qu'ils ne fussent bien aises encore de fomenter la jalousie qui
regnoit dans nôtre Etat, envoyerent alors à la Cour un homme de
confiance nommé... sous pretexte d'y faire quelques propositions
d'accommodement. Le Cardinal de Richelieu qui y gouvernoit avec un
pouvoir presque aussi absolu que s'il eut été le Roi lui même, lui eut
refusé volontiers le passeport qu'il lui falloit pour y entrer, si ce
n'est qu'il eut peur que le peuple ne lui en voulut du mal. Il savoit
qu'il se lasse bientôt de la guerre, parce que c'est dans ce tems là,
qu'il est le plus accablé d'impots; qu'ainsi il ne manqueroit pas de
dire, que s'il la vouloit continuer, c'étoit plûtôt pour ses interêts
particuliers, que pour ceux de la Nation en general. Cependant ils
n'eussent pas dit vrai, quand ils eussent parlé de la sorte; puis que
pour en dire la verité, il y avoit long-tems que les affaires de la
France n'avoient été en si bon état qu'elles étoient alors. Ses armes du
côté de l'Allemagne s'étoient renduës formidables jusques au delà du
Rhin par là prise de Brisac, & de toute l'Alsace. En Italie par celle de
Pignerol, & en Flandres par celle d'Arras. Ses brigues n'avoient pas
fait un moindre effet en Portugal & en Catalogne, si néanmoins on ne
doit pas dire plûtôt que ce qui y étoit arrivé, étoit encore d'une autre
consequence, que tout ce qui étoit arrivé ailleurs. Ce Royaume & cette
Province s'étoient revoltés contre les Espagnols, l'un s'étoit rangé
sous la domination des Ducs de Bragance, qui pretendoient en être les
légitimes héritiers; l'autre sous celle de France, qui y avoit fait
entrer des Garnisons.

Au reste comme le Cardinal, en faisant soulever ces Etats contre leurs
anciens Maîtres, leur avoit montré le chemin qu'ils devoient suivre,
quand même ils ne l'eussent pas sû déja d'eux-mêmes, celui dont je viens
de parler, ne fut pas plûtôt arrivé à la Cour qu'il y vit secrêtement le
Duc de Bouillon. Ce Prince avoit toûjours des liaisons secrêtes avec
l'Espagne, quoi qu'il fut né François, & qu'il eut encore obligation à
la Couronne de lui avoir mis sur la tête celle qu'il portoit. Il l'avoit
heritée de son Pere que Henri IV en avoit revétu le premier, en lui
faisant épouser l'Heritiere de la Mark, à qui appartenoit la Duché de
Bouillon, & la principauté de Sedan. Il avoit encore bien fait plus pour
lui. Cette Princesse étant morte quelque tems après sans lui laisser
d'enfans, Sa Majesté l'avoit maintenu par sa protection dans la
possession de cette Principauté, au préjudice de Mrs. de la Boullaye, à
qui elle devoit appartenir légitimement, car il y en avoit un qui avoit
épousé une Soeur de la deffunte, & à qui par consequent devoit venir cet
heritage. Mais comme l'on est obligé, quand on change ainsi une
condition privée en celle de Souverain, de changer aussi de conduite,
toutes ces grandes obligations s'étoient evanouies à la veuë de la
jalousie, que lui causoit la situation de son Etat. Il ne doutoit point
qu'étant à la bienseance de la France comme il l'étoit, puis que c'étoit
une clef de ce Royaume, il ne vint un tems qu'on ne lui demandât la
restitution de ce qui ne lui appartenoit pas, qu'ainsi à proprement
parler, il ne se devoit regarder que comme un homme à qui l'on avoit
confié un fidei-commis, & dont on l'obligeroit bientôt malgré lui à
rendre compte.

Voila quelle étoit la cause des engagemens secrêts que Mr de Bouillon
avoit avec les Espagnols. Il pretendoit que par leur moyen il se
pourroit maintenir dans son nouvel état, & recevoir garnison dans un
besoin dans son Château de Bouillon, & dans celui de Sedan. Le premier
passoit pour imprenable dans ce tems-là, où l'on ne savoit pas encore ce
que c'étoit que d'assieger une place, & où l'on faisoit la Guerre tout
autrement qu'on ne fait dans ce tems ci. Le second étoit très fort, & du
moins il en avait la reputation, quoi qu'à dire le vrai, il y eut bien à
dire qu'il le fut tant que l'on disoit. Le Roi se défioit bien que Mr.
de Bouillon ne lui étoit pas trop fidéle; mais comme il avoit des
affaires de tous côtés, il étoit persuadé aussi qu'il devoit faire tout
de même, que s'il n'y eut pas pris garde, d'autant plus qu'il ne doutoit
pas qu'il ne fit tout cela par précaution; & en effet tous les traités
qu'il avoit faits jusques-là, n'avoient été qu'en cas qu'il vint à être
attaqué; & comme le Roi n'avoit nul dessein de le faire presentement, il
croyoit qu'il devoit toujours aller son train, jusques ce que la
conjoncture lui permit de faire éclater le ressentiment qu'il pouvoit
avoir de sa conduite.

L'Espagnol qui étoit venu à Paris, & qui étoit bien instruit des
interêts de ce Duc, ce qui n'étoit pas difficile, puis qu'ils sautoient
aux yeux de tout le monde, ayant ordre du Roi son maître de le voir, en
fut fort bien receu, comme il ne lui pouvoit arriver autrement. Il
apprit à son arrivée à la Cour, que Louis de Bourbon Comte de Soissons,
étoit mécontent du Cardinal, ce qui lui fit dire à l'autre que la
qualité de Prince du Sang qu'il avoit, suffisant toute seule pour faire
entrer quantité de personnes de condition dans son parti, l'on pouroit
par son moyen, s'il vouloit se donner la peine de le gâgner, rendre à la
France ce qu'elle venoit de prêter à l'Espagne, en lui faisant soulever
ses Provinces; que le Cardinal de Richelieu avoit beaucoup d'ennemis, &
que s'ils voyoient entrer une Armée d'étrangers dans le Royaume, ils
prendroient ce tems-là pour se revolter contre lui; que ce Ministre en
entreprenoit tant qu'il ne falloit rien pour le faire succomber, qu'il
envoyoit des Troupes en Portugal & en Catalogne, & que les Frontieres de
Royaume demeurant dégarnies par ce moyen, il ne seroit pas difficile
maintenant d'y percer, pour peu qu'on prit bien ses mesures.

Le Duc de Bouillon mouroit d'envie depuis long-tems de se faire une
barriere du côté de la Champagne, en obligeant la Cour de lui donner
Damvilliers de gré ou de force. Il avoit même osé témoigner un jour son
ambition au Cardinal de Richelieu, qui plus Politique que tout ce que
l'on en sauroit dire, lui en avoit laissé entrevoir quelque esperance,
afin de l'embarquer dans quelque mauvais pas, qui lui fit perdre le
sien, au lieu d'acquerir celui d'autrui. L'Espagnol, qui savoit quelle
étoit sa demangeaison là dessus, lui en parla comme d'une chose tout à
fait facile, & que la France seroit trop heureuse de lui ceder, pour
appaiser la guerre qu'il allumeroit de ce côté-là. Il se laissa aller à
ces flatteries, & ayant veu le Comte de Soissons secrêtement, il n'eut
pas de peine à le gâgner. Ce Prince avoit sur le coeur que le Cardinal
après lui avoir fait perdre un procès qu'il avoit intenté à l'encontre
de Henri de Bourbon Prince de Condé pour le faire declarer illegitime,
eut encore marié sa Niece au Duc d'Anguien son fils ainé. Il voyoit par
là que tant que ce Ministre vivroit, il ne devoit pas attendre grand
succès d'une requête civile, qu'il avoit prise contre l'arrêt qui étoit
intervenu. Il avoit encore d'autres mécontentemens personnels.

Le Cardinal diminuoit tout autant qu'il pouvoit les prerogatives de sa
charge de Grand Maître de la Maison du Roi, & lui avoit fait refuser
d'ailleurs quantité de graces qu'il avoit demandées à Sa Majesté. Ce qui
étoit cause que ce Ministre lui étoit ainsi opposé en toutes choses,
c'est qu'il avoit été plus fier que le Prince de Condé. Il avoit refusé
son alliance qu'il lui avoit fait proposer par Sennetere. Celui-ci qui
étoit son Intendant d'épée, ne s'en étoit pas trop bien trouvé. Le Comte
fâché de voir qu'un de ses Domestiques se fut chargé d'une commission
comme celle là, parce que la vertu de la Dame qu'on lui offroit lui
étoit un peu suspecte, l'avoit non seulement maltraité de paroles, mais
encore chassé de sa maison.

Ce Prince qui depuis ce tems là, avoit toûjours été prevenu de pis en
pis contre le Cardinal, écouta volontiers tout ce que Mr. de Bouillon
voulut lui proposer contre l'Etat. Il crut que plus les choses iroient
mal en France, plus le Roi s'en dégouteroit. Il savoit qu'il ne l'aimoit
déja pas trop, & qu'ainsi il ne faudroit presque rien pour le perdre.
Tous leurs desseins, quelque pernicieux qu'ils pussent être contre la
fortune de ce Ministre, ne leur pouvant servir, s'ils n'étoient soutenus
des forces des Espagnols, Mr. de Bouillon envoya à Bruxelles un
Gentilhomme qui étoit un ancien Domestique de sa maison, nommé
Campagnac. Il crut que son voyage ne pouroit être suspect à la Cour,
parce que ce Gentilhomme avoit un neveu qui avoit été pris auprès de
Courtrai, par un parti Espagnol, qui l'avoit conduit dans la capitale de
Brabant. Il avoit été blessé dans cette rencontre, & c'étoit là un
pretexte qui paroissoit plausible de passer en ce Païs là, sans qu'on y
put trouver à redire. Les Espagnols le receurent bien, & le Cardinal
Infant lui eut volontiers rendu son neveu à l'heure même, s'il n'eut eu
peur qu'on n'eut pris quelque soupçon. Ce Prince fut ravi que le Comte
de Soissons, à la suscitation du Duc de Bouillon, fut d'humeur à vouloir
troubler l'Etat. Il promit à ce Gentilhomme de faire donner à ce Prince
cinquante mille écus de pension par le Roi d'Espagne, d'abord qu'il se
seront retiré de la Cour, & cent mille francs au Duc de Bouillon, qu'il
secourroit d'une Armée de douze mille hommes, qui agiroit sous ses
ordres, sans pretendre rien des conquêtes qu'il pouroit faire avec elle.
Campagnac ayant fait ce traité par écrit avec le Cardinal Infant, s'en
revint à Paris sans amener son neveu, qui crut qu'il n'avoit fait ce
voyage, que pour l'amour de lui. Il rendit compte de sa negotiation à
ces deux Princes, & en ayant été très satisfaits, le Duc de Bouillon,
s'en fut à Sedan au bout de quelques jours, sous pretexte que la
Duchesse sa femme y étoit incommodée. Il y donna ordre sans faire
semblant de rien, à ce que les Officiers de la Garnison, dont les
Compagnies n'étoient pas complettes, eussent à les mettre en état avant
la fin du mois de Mars, qui n'étoit pas bien éloigné. Il leur fit ce
commandement sous peine de son indignation, & ils eurent soin de s'en
acquitter. Il remplit aussi en même tems ses Magasins de toutes les
Munitions de guerre & de bouche, dont il pouvoit avoir besoin, & afin
que le Cardinal de Richelieu ne s'imaginât pas qu'il songeât à se
declarer contre le Roi, il lui fit accroire non seulement que l'Empereur
envoyoit une Armée dans le Luxembourg; pour faire quelque entreprise sur
la Meuse de concert avec les Espagnols, mais encore qu'il avoit avis
qu'ils en vouloient à Luxembourg.

La marche de cette Armée n'étoit pas une fiction comme on se pouroit
l'imaginer par ce que je viens de dire, s'il y en avoit une, comme le
mot dont je me suis servi pour l'exprimer le témoigne assez, ce n'étoit
que parce qu'il disoit, que cette Armée venoit contre lui, au lieu
qu'elle ne venoit qu'en sa faveur. Il fit bien plus, il leura le
Cardinal d'un Mariage du Vicomte de Turenne son frere, avec l'une de ses
Parentes, & le Vicomte en fit l'amoureux, parce qu'il avoit encore plus
d'envie que son frere de rentrer dans Sedan. En effet quoi qu'il ait
passé sur la fin de ses jours pour un homme modeste, & exemt de toute
ambition, ce n'a été que dans l'esprit de ceux qui ne l'ont jamais connu
à fonds. Si jamais homme s'est enteté de la vaine gloire ç'a été lui,
plûtôt qu'un autre, puis que tout ce qu'il y a de gens qui l'ont
pratiqué particulierement savent que pour s'en faire haïr, il n'y avoit
qu'à lui refuser le titre d'Altesse au lieu qu'en le lui donnant, il
étoit content comme un Roi. Au reste ce Vicomte ayant si bien secondé
son frere, le Comte de Soissons partit un beau jour de Paris, sous
pretexte de s'en aller à sa maison de Blandy; mais ayant pris sur la
gauche avant que d'arriver à Melun, il fut passer la Marne à un gué
qu'il avoit fait reconnoître en deçà de Château Thierri & se rendit à
Sedan, sur les relais que Mr. de Bouillon avoit envoyés à sa rencontre.

D'abord que le Cardinal sut le chemin que ce Prince avoit pris, il
reconnut qu'il s'étoit laissé amuser comme une dupe. Il fit marcher en
même tems des couriers pour l'aller trouver. Ils lui proposerent de la
part du Roi de revenir, & lui offrirent de lui donner toute sorte de
contentement. Mais comme, quelque belles promesses qu'on put faire à ce
Prince, il ne s'y pouvoit fier, tant que ce Ministre resteroit au poste
où il étoit, ces couriers eurent beau faire plusieurs allées & venuës en
ce Païs-là, ils ne le purent jamais persuader. L'Armée que l'Empereur
devoit envoyer dans le Luxembourg, y fila cependant sous le commandement
de Lamboi, au devant de qui le Comte de Soisson envoya un Gentilhomme
pour savoir de lui quand il pouroit arriver sur la Meuse. La marche de
ses Troupes allarma la Cour qui avoit peur que l'exemple du Comte de
Soissons, ne fut suivi de la desobeïssance de quantité de Grands, qui
n'avoient pas plus de lieu que lui, d'aimer le Cardinal de Richelieu.
Elle se défioit sur tout du Duc d'Orleans, dont le genie étoit
extrémement variable, & qui avoit fait plus de mal lui seul à l'Etat par
les diverses revoltes qu'il y avoit excitées de tems en tems, que tous
ses ennemis ensemble n'eussent pû faire en plusieurs années Ainsi pour
prevenir les mauvais desseins qu'il pouroit avoir, on mit des gardes à
tous les passages, afin de l'arrêter, s'il venoit à s'y presenter.
Nonobstant toutes ces précautions, quantité d'autres mécontens se
rendirent auprès du Comte de Soissons, afin qu'ayant part avec lui au
hazard qu'il alloit tenter, ils l'eussent aussi à sa bonne fortune,
supposé qu'il put triompher de son ennemi.

Ce contre-tems faut cause que l'Armée que le Roi destinoit pour la
Flandres sous la conduite du Marêchal de Bresé, ne put être si forte que
l'on croyoit. Il en fallut prendre une partie pour l'envoyer de ce
côté-là, sous le commandement du Marêchal de Chatillon, pendant que le
Marêchal de la Meilleraye eut un Camp volant pour couvrir les places sur
lesquelles les ennemis voudroient entreprendre quelque chose. Le genie
de ces trois Marêchaux étoit tout different; le premier n'avoit
obligation de ce qu'il étoit qu'à l'alliance qu'il avoit avec le
Cardinal de Richelieu. Il avoit épousé une de ses Soeurs, dont il avoit
deux enfans, savoir le Duc de Bresé, & Madame la Duchesse d'Anguien.
Jamais homme ne fut plus fier sans merite. Il poussa même la fierté
jusques à l'insolence & à la tirannie, faisant dans son Gouvernement
d'Anjou, & dans celui du Saumurois, dont il étoit pourveu pareillement,
tout ce que les tirans les plus horribles & les plus detestables ont
jamais pû faire de plus cruel. En effet non content d'y maltraiter la
Noblesse, à un point qu'elle fut obligée à la fin de se revolter contre
lui; il enleva encore une femme non seulement à son mari, mais eut
deplus la reputation de l'avoir fait tuer pour en joüir tout à son aise;
mais c'étoit assez qu'il fût beau-frere de son Eminence, pour pouvoir
tout faire impunément.

Le Marêchal de Chatillon étoit tout aussi civil que l'autre étoit peu
traitable. Il avoit d'ailleurs en partage toute la valeur, qu'avoient
jamais eu ses ancêtres, dont nôtre Histoire fait mention honnorablement.
Il avoit aussi beaucoup d'experience & de conduite, mais toutes ces
bonnes qualitez étoient obscurcies en quelque façon, par l'amour qu'il
avoit pour le repos & pour la vie tranquile; ainsi quand il se trouvoit
bien dans un Camp, il avoit toutes les peines du monde à le quitter,
parce qu'il craignoit de n'être pas aussi bien dans un autre qu'il étoit
dans celui-là. Le Cardinal le connoissoit bien, ce qui étoit cause qu'on
s'étonnoit qu'il lui eut donné ce commandement où il devoit avoir
affaire à un Prince, qui étoit aussi vif & aussi vigilant qu'il étoit
pesant & endormi.

Pour ce qui est du Marêchal de la Meilleraie, quoi qu'il eut obligation
aussi bien que le Marêchal de Bresé, de son élevation à l'alliance du
Cardinal, veu que sa femme étoit fille d'une soeur de son Pere, il ne
laissoit pas d'avoir du merite personnellement. Il étoit brave & entendu
dans son métier, ce qui étoit cause qu'il eut pû esperer de faire son
chemin, quand même il n'eut pas été si proche parent du Ministre.
Cependant il avoit cela de commun avec le Marêchal de Bresé, qu'il
abusoit souvent aussi bien que lui de sa faveur, au lieu de l'honnêteté
qui sied si bien à tout le monde, & principalement à ceux qui se voyent
élevés par dessus les autres, ou par leur naissance, ou par leur merite,
ou par la fortune, il n'avoit que de la hauteur, & pour ainsi dire du
mépris, pour ceux qui de peu de chose s'étoient élevés comme lui à des
dignitez, où qui étoient prêts de s'y élever. Il craignoit que sa gloire
n'en fut offusquée, ainsi pour en rechercher une fausse, il perdoit la
veritable, & se faisoit un nombre infini d'ennemis, au lieu des amis
qu'il eu pû se faire. Il s'étoit brouillé par là avec St. Preuil, sans
qu'il y eut eu autre chose que sa jalousie, qui eut été cause de
plusieurs incartades qu'il lui avoit faites. St. Preuil ne les avoit pas
souffertes sans rien dire, & comme on fait d'ordinaire, quand ceux dont
l'on est offensé appartiennent de si près au Ministre, qu'on peut
craindre qu'en les offensant on ne l'offense pareillement. Pour lui il
les avoit repoussées en brave homme, & qui ne voyoit rien tant à
apprehender, que de souiller sa gloire par quelque lâcheté.

Ce Marêchal avoit encore bien fait pis à Mr. de Fabert, à qui le Roi
avoit enfin donné une Compagnie aux Gardes, après lui avoir refusé
l'agrément d'une Compagnie dans un vieux corps qu'il vouloit acheter. Il
avoit cru qu'il pouroit lui marcher sur le ventre comme bon lui
sembleroit; parce que cet Officier étoit d'une extraction très-mediocre,
& qu'il ne croyoit pas que le baton de Marêchal de France dût jamais
venir à son secours, pour purger son mauvais sang. Mr. de Fabert s'étoit
toûjours revolté contre lui, & avoit trouvé de la protection dans le
Cardinal même, qui avoit été le premier à blâmer le procedé de son
parent. Il est vrai que Fabert avoit eu l'addresse de parler toûjours
très respectueusement au Marêchal afin que quand il viendroit à s'en
plaindre à son Eminence, elle en sut plus disposée à écouter ses
raisons.

Il eut été à souhaiter pour St. Preuil qu'il se fut conduit aussi
sagement, non seulement avec lui, mais encore avec le Duc de Bresé,
contre qui il venoit d'avoir tout nouvellement une espece de querelle.
Etant venu à la Cour par ordre du Roi pour conferer avec lui des
affaires de la Frontiere, & de ce qu'on pouroit y entreprendre la
Campagne suivante, il demeura près de quinze jours à Paris, devant que
le Conseil de Sa Majesté eut pris aucune resolution là dessus. Mr.
Desnoiers Secretaire d'Etat de la Guerre, qui ne l'aimoit pas, parce
qu'il ne s'étoit jamais pû resoudre à lui faire la Cour, vouloit qu'on
fit le siege de Doüay, qui est à cinq lieuës au delà d'Arras, afin que
cette Ville n'étant plus Frontiere, quand on auroit pris l'autre, St.
Preuil se vit privé de la gloire, qu'il y a à un Gouverneur de se
trouver le plus près des ennemis. St. Preuil vouloit au contraire que
devant que d'aller ainsi en avant, on nétoyât ce qui étoit derriere lui.
Il y avoit Bapaume qui lui ôtoit la communication des Places de la
Somme, & qui n'étoit qu'à quatre lieuës de son Gouvernement. Il y avoit
outre cela Cambrai, qui quoi que plus éloigné sembloit encore plus
nécessaire à conquerir qu'une grande Villasse comme étoit Doüay, qu'on
ne pouroit jamais conserver qu'avec une puissante garnison. Desnoyers
répondoit à cela, qu'on en feroit une Place d'Armes, & qu'une partie de
la Cavalerie y passant l'hiver, elle porteroit la terreur & l'effroi
jusques au coeur de la Flandres Vallone, dont on pouroit aussi faire la
conquête avec le tems.

Le Marêchal de la Meilleraie étoit du sentiment de Mr. Desnoyers, plûtôt
pour avoir le plaisir de contredire à St. Preuil, que pour croire qu'il
eut raison. Enfin le Conseil ayant peine à se determiner là dessus,
parce que la force du raisonnement de St. Preuil combattoit, dans
l'esprit de Sa Majesté, tout ce que les brigues des autres pouvoient
faire ce Gouverneur passa ces quinze jours à aller se divertir dans le
tems qu'il n'étoit point obligé d'être au Louvre. Il aimoit extrémement
la paume, & comme tout ce qu'il y avoit de personnes de qualité alloient
en ce tems là au tripot de la Sphére qui est situé dans le Marais, il y
fut un jour dés le matin, afin de jouer contre quelque marqueur, pour
avoir le plaisir de se faire frotter. Il y trouva en arrivant le Duc de
Bresé, qui étoit sorti de l'Academie, il n'y avoit encore que trois ou
quatre mois. Quoi que son Pere fut extrémement fier, & même jusques au
point qu'il passoit pour brutal dans l'esprit de tout le monde, il
l'étoit néammoins encore plus que lui. Cela lui étoit plus pardonnable
qu'à ce barbon, parce qu'il étoit encore si jeune qu'il n'avoit pas le
jugement de connoître, qu'il prenoit là un méchant pli. Il balottoit
déja avec un marqueur, à qui il avoit dit de prendre une raquette, quand
St. Preuil arriva sous la Gallerie. Il y avoit là un grand nombre de
pages & de laquais qui avoient la tête nuë, & comme St. Preuil
connoissoit la livrée de son Père, il jugea tout aussi-tôt que c'étoit
lui, quoi qu'il ne l'eut jamais veu. Pour lui comme il n'étoit venu
qu'avec un seul laquais, le Duc n'en fit pas beaucoup de cas. Il ne
l'avoit jamais veu pareillement, tellement que ne sachant qui il étoit,
il continua à pelotter avec le marqueur, sans prendre garde seulement
qu'il fut arrivé. St. Preuil étant entré dans la Salle du logis, &
voyant que le maître n'y étoit pas revint dans le jeu de paume, &
demanda en attendant qu'il fût revenu sa raquette au marqueur. Il étoit
à peu près de même force que le Duc, & le marqueur qui les regardoit
balotter, leur ayant dit qu'ils feroient mieux de prendre des chaussons,
& de jouer partie, que de s'amuser comme ils faisoient à se lasser, ils
y consentirent tous deux en même tems. Le Duc fut deshabillé le premier,
& s'en étant allé dans le jeu de paume, St. Preuil y vint un moment
après, & ils commencerent leur partie. Au reste y ayant eu chasse
bientôt comme c'est l'ordinaire à ce jeu là, le Duc à qui deux de ses
laquais levoient la corde pour le faire passer, quand il devoit aller de
l'autre côté, commença à vouloir faire le petit souverain, c'est à dire
à ne pas vouloir que St. Preuil fit comme lui. Comme il ne le
connoissoit pas, & que quand même il l'eut connu, il n'eut pas laissé de
croire, tant il avoit de vanité, qu'il y avoit toûjours bien de la
difference entr'eux, il trouva non seulement mauvais qu'à son exemple il
se fit lever la corde, mais encore qu'il ne passât pas par la galerie
comme on a coûtume de faire, quand on a l'honneur de jouer avec le Roi.
Ainsi il commença à quereller les marqueurs, de ce qu'au lieu de
s'amuser à lever la corde, ils n'alloient pas chercher les balles, dont
il feignoit de manquer.

St. Preuil reconnut bien son chagrin, & se rit en lui même de sa vanité,
et de sa jeunesse. Le Marqueur qui étoit du côté du dedans, courut en
même tems au Cordillon, croyant effectivement qu'il n'y avoit plus de
balles, mais trouvant qu'il y en avoit encore plus de la moitié, il ne
se put empêcher de le dire tout haut. Cela eut été plus que suffisant à
St. Preuil, pour lui faire connoître, qu'il ne s'était pas trompé, quand
même il en eut été en doute. Cependant comme il étoit fier tout
aussi-bien que lui, mais d'une belle fierté, & qui avoit été precedée
par un nombre infini de belles actions, il prit plaisir à le mortifier
encore davantage en rabbaissant sa vanité. Il se hâta de palier le
premier sous la corde, & un Gentilhomme qui étoit au Duc, le trouvant
tout aussi mauvais que son Maître, lui dit alors en se montrant aussi
fol que lui, qu'il ne savoit peut-être pas contre qui il jouoit: que
c'étoit contre le Duc de Bresé. St. Preuil lui répondit en même tems,
que c'étoit lui apparemment qui ne savoit pas contre qui son Maître
jouoit, & qu'il jouoit contre St. Preuil. Le Duc qui avoit bonne envie
de le quereller avant que de savoir son nom, rentra dans sa coquille
d'abord qu'il l'eut oüi se nommer. Son Gentilhomme en fit tout autant de
son côté. Ils avoient ouï parler tous deux de lui, & comme ils savoient
qu'il ne faisoit pas trop seur de s'y jouer, le Duc ne songea plus qu'à
achever sa partie, afin de n'être pas exposé d'avantage à la même
mortification. Le Marêchal de la Meilleraie vint dîner ce jour là chez
le Marêchal de Bresé, & lui ayant parlé de St. Preuil, en des termes qui
faisoient connoître au Duc, qui étoit à table avec eux, qu'il n'en étoit
pas content, celui-ci prit la parole & lui dit, qu'il n'en étoit pas
fort étonné, parce que cet homme là étoit si fier, que quand même il
seroit Connestable, il ne pouroit l'être davantage.

Le Marêchal qui ne pardonnoit guéres, quand il en vouloit une fois à
quelqu'un, étant ravi de l'entendre parler de la sorte, voulut savoir de
lui d'où il le connoissoit. Le Duc lui conta ce qui lui étoit arrivé le
matin à la Sphere, & comme ces trois hommes n'avoient guéres moins de
vanité l'un que l'autre, ils lui firent son procès en même tems. Ils en
parlerent même au Cardinal qu'ils tâcherent de faire entrer dans leur
ressentiment, comme si c'eut été l'insulter lui même que de ne pas
vouloir plier sous eux. Ce Ministre avoit ses foiblesses comme les
autres, & étoit sensible lui même à la vanité. Ainsi faisant la mine
tout le premier St. Preuil, lorsqu'il vint pour lui faire sa cour sur le
soir, celui-ci ne s'en mit pas beaucoup en peine, parce qu'il crut qu'en
continuant de faire son devoir, comme il avoit toûjours fait, il
trouveroit un bon Protecteur dans la personne de Sa Majesté.

Les affaires qui l'arretoient à Paris, s'étant terminées à la fin à sa
satisfaction, il s'en retourna dans son Gouvernement, où il recommença à
harceler les ennemis qui avoient eu quelque relâche, pendant son
absence. La campagne commença cependant, & le Regiment des Gardes ayant
eu ordre de marcher en Flandres, je rendis mon hôte bien joyeux en m'en
allant en ce Païs-là. En effet quelque bonne mine qu'il me fit, il se
doutoit que je n'étois pas mal avec sa femme, mais comme il devoit à
Athos, & qu'il me savoit de ses amis, il avoit cru être obligé de me
ménager jusques au jour de mon départ. Quand je fus parti, il n'en usa
plus avec sa femme comme il faisoit auparavant. Il lui reprocha quantité
de choses dont il croyoit s'être aperçu, & elle me le manda en des
termes qui me firent croire qu'elle en étoit encore bien plus maltraitée
qu'elle n'avoit jamais été. Je ne pus que la plaindre, parce que c'étoit
tout le secours que je lui pouvois donner. Je lui fis réponse à une
addresse qu'elle m'avoit indiquée, & la part que je prenois à ses
affaires fit qu'elle supporta son malheur plus patiemment.

Son mari qui vouloit se défaire de moi absolument, & que je ne la
revisse plus quand je serois revenu, s'avisa alors de changer non
seulement de maison, mais encore de changer aussi de condition; au lieu
de loüer davantage des chambres garnies, il se fit marchand de vin, &
leva un gros cabaret; le voyage qu'il avoit fait à Dijon, lui avoit fait
connoitre des gens qui lui avoient vanté ce commerce, & il pretendoit
que quand même il ne lui réüssiroit pas mieux que celui qu'il faisoit
auparavant, toûjours en retireroit-il cet avantage, qu'il se déferoit
par là d'un homme qui lui étoit extrémement suspect.

Le cabaret qu'il leva fut dans la ruë Montmartre, tout auprès & du même
côté qu'est aujourd'hui l'hôtel de Charôt. Il vendit tous ses meubles, &
ne garda que ceux qu'il lui falloit de toute necessité pour le métier
qu'il embrassoit. Sa femme à qui il avoit trop témoigné sa jalousie,
pour oser lui demander où il me mettroit, quand je serois revenu, me le
manda & qu'elle étoit au desespoir de sa conduite. Il acheta cependant
quantite de marchandises de l'argent qu'il avoit eu de ses meubles,
esperant que devant que la campagne finît il en feroit beaucoup plus
qu'il ne lui eu faudroit pour rendre à Athos ce qu'il croyoit lui
devoir. Je fus fort affligé de cette nouvelle, parce que je trouvois sa
femme fort aimable, & que d'ailleurs, elle me faisoit subsister fort
honnêtement, sans que j'eusse l'embarras de mettre la main à la bourse.
Cela ne devoit pas être aussi fort indifferent à un Gascon, qui
s'accommode d'ordinaire assez bien d'une bonne table. Je m'attendois
même auparavant, que cela m'aideroit à faire mon chemin à la guerre, &
que comme les graces sont lentes à venir à la Cour, je pourois plus
aisément me résoudre à prendre patience, que si je n'avois point ce
secours.

Enfin comme il n'y a rien dont on ne se doive consoler, je ne songai
plus qu'à chercher quelque occasion de me signaler, afin qu'après avoir
été si heureux que d'acquerir quelque reputation dans le monde, je pusse
pas à pas m'avancer vers les honneurs qu'on est en droit de pretendre,
quand on tâche, comme je faisois, de s'aquitter de son devoir. Nous ne
fumes pas les plus forts cette campagne. Les Troupes que l'on avoit été
obligé de détâcher pour envoyer au Marêchal de Chatillon, nous firent
demeurer sur la défensive en Flandres, où le Cardinal Infant avoit une
grosse Armée. Il s'attâcha à reprendre Aire, pendant que le Marêchal de
Chatillon fut se camper à..... pour observer de là, les mouvemens que
feroit le Comte de Soissons. Ce qui se passoit de ce côté-là inquiétoit
bien plus le Cardinal que ce qui se passoit ni en Flandres, ni ailleurs.
Il n'en devoit pas être moins puissant qu'il l'étoit quand les ennemis
reprendroient Aire, & qu'ils feroient même d'autres conquêtes; mais
comme il ne savoit pas s'il resteroit encore dans le Ministere, en cas
que le Comte de Soissons eut quelque avantage sur le Marêchal, il manda
au Marêchal de Bresé de lui envoyer encore trois bataillons des
meilleures Troupes qu'il eut avec lui, afin de les lui envoyer. Nôtre
Régiment demanda à en être, jugeant qu'il n'y avoit plus d'apparence de
secourir Aire, puis que nôtre Armée, qui étoit déjà très foible,
s'affoiblissoit encore par ce détâchement. Mais il ne voulut pas le lui
accorder, parce qu'il trouvoit que tant qu'il l'auroit avec lui, c'étoit
un honneur qui le rendroit superieur aux autres Marêchaux.

Nôtre Armée ne fut pas de plus de douze mille hommes après cela. Nous ne
laissâmes pas néanmoins de prendre Lens, pendant que le Marêchal de
Chatillon se laissa battre, faute d'avoir voulu de bonne heure aller
occuper le poste de..... d'où il eut pû empêcher le Comte de Soissons
d'étendre ses Troupes dans la plaine. Tous les Officiers Generaux le lui
avoient conseillé, néanmoins sans qu'il les en eut voulu croire, soit
qu'il n'aimât pas à rien faire qui ne vint de sa tête, soit que sa
paresse le retint dans une belle maison, où il se trouvoit logé dans le
camp de..... Le Cardinal à qui l'on en avoit écrit de l'Armée, voyant
qu'il y avoit de sa faute, jura tout aussi-tôt en lui même qu'il s'en
vengeroit, pourveu néanmoins que le Comte de Soissons lui donnât le tems
de respirer: car il craignoit bien qu'il ne profitât de sa victoire, &
que toutes les Villes de Champagne ne lui ouvrissent les portes.
Cependant dans le tems qu'il méditoit de terribles choses contre lui, il
lui vint un Courier, qui lui ôta non seulement tout le venin qu'il avoit
dans le coeur, mais qui lui fit encore le regarder comme le meilleur de
ses amis. Ce Courier lui rapporta la nouvelle de la mort du Comte de
Soissons, sans que personne pût dire au vrai, de quelle maniere elle
étoit arrivée. Aussi est-on encore à savoir aujourd'hui s'il est vrai,
qu'il se tua lui même, comme quelques uns ont voulu dire, ou si ce coup
lui fut donné de la main de quelque assassin, après avoir été corrompu
par ses ennemis. Ceux qui croyent qu'il fut assassiné, disent qu'un de
ses Gardes ayant couru après lui, pour lui dire qu'on faisoit ferme
encore en un endroit, lui lâcha un coup de Mousqueton dans la tête,
quand il vint à se retourner, pour regarder qui lui donnoit cet avis.
Les autres au contraire, qu'ayant voulu lever la visiere de son casque
avec le bout de son Pistolet, qu'il avoit encore à la main, le Pistolet
tira de lui même, & le jetta roide mort sur le careau. Cependant j'ai
veu des gens qui m'ont dit que ses Pistolets étoient encore chargez,
quand on le trouva mort; ce qui fait qu'il est bien difficile de savoir
qui l'on doit croire des uns ou des autres.

Le Marêchal de Chatillon qui se rendoit assez de justice pour se
condamner lui même, comme y ayant eu de sa faute à tout ce qui s'étoit
passé, fit le malade en même tems, où le tomba effectivement de chagrin.
Cela fut cause que le Marêchal de Bresé eut ordre d'aller prendre sa
place, & ce fut alors que ce General nous fit aller de ce côté-là avec
lui. Il laissa le reste de son Armée au Marêchal de la Meilleraye, qui
fut assieger Bapaume, pendant que nous reprimes Damvilliers, où le Duc
de Bouillon n'avoit pas laissé de mettre le siege après la mort du Comte
de Soissons. Le Roi vint nous trouver lui même, lors que nous étions
devant cette Place, & le Duc ayant recours à la misericorde de Sa
Majesté pour lui pardonner la faute qu'il avoit faite, il trouva grace
auprès d'elle. Il lui eut été difficile d'y réüssir dans un autre tems,
mais la mort du Comte du Soissons mettoit le Cardinal de si belle
humeur, qu'il conseilla à ce Prince de faire paroître en cela, que sa
bonté étoit encore au dessus de sa justice. Il est vrai que Mr. le
Prince aida beaucoup à porter son Eminence à interceder pour lui, &
comme il etoit parent du Duc, & son bon ami, il n'eut garde de l'oublier
dans une rencontre aussi importante que celle-là.

Mr. de Bouillon ayant fait sa paix, St. Preuil ne fut pas si heureux que
de faire la sienne, quoi qu'il fut bien moins coupable que lui. C'étoit
assez qu'il eut les parens du Cardinal à dos, pour avoir lieu de tout
craindre. Cependant comme s'il eut oublié le peril où cela le jettoit,
il se fit encore un ennemi de consequence, qui ne le lui pardonna pas.
Mr. Desnoyers qui n'etoit pas de la côte de St. Louis, avoit de pauvres
parens, ce qui n'étoit pas fort extraordinaire à lui, qui n'étoit
redevable qu'à la fortune du poste où il se trouvoit élevé, puis que de
plus grands Seigneurs qu'il n'étoit encore, en ont bien qui ne sont pas
de même fort accommodés. Au reste ce Secretaire d'Etat en ayant mis un
dans les vivres, il fut envoyé à Arras en qualité de Commissaire. Les
Gouverneurs alors se chargeoient de la fourniture du pain de munition
pour leurs Garnisons, & celui-ci ayant remarqué que celui que St. Preuil
faisoit faire, n'étoit pas du poix, ni de la qualité qu'il devoit être,
en donna avis en Cour. St. Preuil qui savoit qu'il en avoit déjà parlé à
quelqu'un de ses camarades, au lieu de songer à pourvoir à cet abus, qui
ne venoit pas de lui, mais des boulangers, ne songea qu'à intercepter
ses lettres. Il en vint à bout facilement, parce que tout lui obéïssoit
dans Arras, aussi bien qu'on eut pû obéïr au Roi même. Ainsi il n'eut
pas plûtôt veu ce que contenoit sa lettre, qu'il le fut trouver sur la
place où il se promenoit avec quelques Officiers. Il lui donna la
plusieurs coups de canne, & l'ayant encore fait mettre en prison, cela
ne vint pas plûtôt aux oreilles de Desnoyers, qu'il voulut persuader au
Cardinal que s'il souffroit que cet homme fit ainsi le petit tiran, il
arriveroit avant qu'il fut peu, qu'il ne voudroit plus reconnoître les
ordres de personne.

Le Cardinal qui aimoit les braves gens & ceux qui comme St. Preuil
faisoient leur Capital de bien servir Sa Majesté, ne voulut pas le
condamner sans l'entendre. Il lui manda de mettre le Commissaire des
vivres en liberté, de l'envoyer en Cour & de se laver des accusations
que celui-ci pretendoit intenter contre lui. Cela ne lui étoit pas bien
difficile, s'il y avoit de l'abus dans le pain de munition, il n'y
trempoit nullement. Il avoit fait marché avec des boulangers de le
fournir de la qualité & du poids qu'il devoit être; mais le Ciel, dont
les ressorts sont inconnus aux plus habiles, ayant resolu apparement de
le punir du rapt qu'il avoit fait, il arriva qu'étant monté à cheval
quelques jours après pour aller chercher les ennemis qu'on lui disoit
être sortis de Douay, il rencontra la Garnison de Bapaume, qui venoit de
se rendre à la Meilleraye, & qui n'étoit escortée que d'un trompette.

Ce n'étoit pas la coutume, & l'on avoit toûjours vû au contraire qu'à
toutes les Capitulations qui s'étoient faites tant de nôtre côté que de
celui des Espagnols, l'on avoit donné un Corps de Cavallerie pour
escorte à ceux qui avoient capitulé. Mais le hazard ou la bizarrerie du
Maréchal ayant voulu que cela se passât d'une autre maniere, les
coureurs que l'on avoit détachez de part & d'autre pour se reconnoître
se firent tirer l'oreille avant que de vouloir repondre au qui vive qui
leur étoit demandé. Ils se fussent reconnus les uns les autres si c'eut
été pendant le jour, mais comme on étoit au plus fort de la nuit, les
François presserent tant des Espagnols de repondre qu'ils crierent à la
fin vive Espagne. Une Réponse comme celle-là meritoit bien ce qui leur
arriva. En même-tems St. Preuil les fit charger & les defit devant
qu'ils se fissent reconnoître pour avoir une escorte. On ne sait
pourquoi ils ne parlerent pas plûtôt, & si ce fut par obstination, ou
que la confusion qui régnoit parmi les cris des mourans eut empéché de
pouvoir écouter leur voix.

Ceux qui resterent du combat s'étant retirez à Douay en grand desordre
n'eurent pas plûtôt conté leur avanture à celui qui y commandoit, qu'il
en informa le Cardinal Infant. Ce Prince envoya en même tems un Courier
à la Cour pour se plaindre de cette action qu'il qualifioit de terrible,
parce qu'il étoit bien aise de cacher tout ce qui pouvoit servir à la
justification de St. Preuil. Il savoit les ennemis qu'il s'étoit fait à
la Cour, & comme Sa Majesté n'avoit point dans toutes les places de
Gouverneur qui lui fut si incommode que celui-là, il n'eut pas été fâché
en être defait. D'abord que ce Courier fut arrivé, Desnoiers qui avoit
sur le coeur ce qui s'étoit passé à l'égard de son parent, mena le
Courier au Cardinal de Richelieu, à qui il exagera lui-même les choses
encore toute d'une autre maniere que ne faisoit le Cardinal Infant. Le
Maréchal de la Meilleraye vint aussi à la charge, en mandant à ce
Ministre de dessus les lieux où il étoit encore, que cette affaire étoit
en mauvaise odeur aussi-bien parmi les François que parmi les ennemis;
que ceux-ci avoient fait serment de ne plus donner de quartier à
personne, à moins qu'on ne leur en rendit justice, qu'ainsi l'on alloit
voir comme une boucherie de leur part, pendant que de la nôtre il étoit
dangereux qu'on ne songeât à se cacher pour éviter un ressentiment qui
paroissoit si juste à tout le monde, qu'il n'y avoit personne qui y
trouvât à redire.

Le Maréchal de Bresé qui étoit aussi animé contre St. Preuil, parce que
sa vanité le faisoit entrer dans les plaintes que son fils en faisoit,
ne demeura pas non plus dans le silence. Il n'entendit pas plûtôt
murmurer de cette affaire, qu'il parla contre lui comme faisoient les
autres, tellement que le Cardinal se laissant aller à leurs Conseils
consentit à le faire arrêter. L'on en envoya l'ordre au Marêchal de la
Meilleraye, qui pour ôter tout sujet de défiance à ce Gouverneur qui eut
pû, s'il en eut été averti, tenir bon dans sa place, & appeller les
Espagnols à son secours, fit semblant de marcher du côté de Douai. Il
vint ainsi camper aux portes d'Arras qui en étoit le chemin, & St.
Preuil n'ayant pû s'empêcher de lui aller rendre ses devoirs, quoi qu'il
n'eut pas grande estime ni grande amitié pour lui, le Marêchal le prit
lui-même par le baudrier, & lui commanda de lui rendre son épée. Un
autre que St. Preuil eut été tout étonné, ou pour mieux dire tout
abbattu d'un compliment aussi terrible que celui là; neanmoins
conservant non-seulement son courage, mais encore une presence d'esprit
qui n'est gueres ordinaire dans ces sortes de rencontres-là, la voila
Mr. lui dit-il, elle n'a pourtant jamais été tirée que pour le service
du Roi. Il disoit cela pour faire connoître non-seulement qu'il avoit
toûjours été fidele à sa Majesté, mais encore pour faire honte à
quelques personnes qui étoient alors auprès du Marêchal, & qu'il avoit
vûs les armes à la main contr'elle à la journée de Castelnaudari. Au
reste, comme il savoit que bien loin que ces gens fussent de ses amis,
ils ne cessoient d'animer le Marêchal contre lui, il n'étoit pas faché
de leur faire sentir la difference qu'il y avoit à faire entre leur
procedé & le sien.

D'abord qu'il fut arrêté on parla au Meunier, afin qu'il rendit des
plaintes du rapt qu'il avoit fait. Il n'y pensoit presque plus, & les
mille écus qu'il en avoit reçûs de present & qui avoient encore été
accompagnez de quelques autres bien-faits, lui en avoient ôté toute
l'amertume. Mais comme il est bien difficile de faire changer de peau à
ceux qui sont nez dans la Crasse, ce Meunier ne vit pas plûtôt ce
Gouverneur dans l'infortune que toute sa jalousie & toute sa haine se
reveillerent contre lui. Le Marêchal établit en même tems un autre
Gouverneur dans la place, suivant le pouvoir qu'il en avoit de son
Eminence. Il y mit un certain Mr. de la Tour qui étoit Pere du Marquis
de Torcy d'aujourd'hui. Il dit aux Artesiens en lui conferant cette
dignité, qu'il leur donnoit un agneau au lieu d'un loup qu'il leur
ôtoit. On trouva qu'il ne faisoit pas trop bien de parler de la sorte,
parce que chacun pouvoit inferer de la qu'il n'avoit pas peu contribué à
sa disgrace comme son ennemi secret. Son discours étoit neanmoins
veritable, pourvû qu'on l'entendit dans le sens qu'il falloit. Il faut
savoir que de toutes les Villes que l'on avoit conquises jusques-là, il
n'y en avoit point qui supportât avec plus d'impatience que celle-ci le
changement de maître qui leur étoit arrivé, ainsi plus St. Preuil se
montroit affectionné au Roi, plus il leur paroissoit un loup ravissant.
Quoi qu'il en soit, ayant été mené à Amiens pour lui être son procès
fait & parfait, le Cardinal lui donna des Commissaires qui y
travaillerent incessamment. C'étoit une coutume contre laquelle les
Parlemens s'étoient recriez plusieurs fois, peut-être plûtôt pour leur
interêt particulier que pour celui du public. Ce Ministre avoit été le
premier à l'introduire, & le Conseil du Roi qui ne demandoit qu'à voir
l'authorité souveraine au suprême degré, n'avoit eu garde de s'y
opposer, parce que cela l'authorisoit à tout faire sans que personne y
put mettre remede. C'étoit ainsi qu'avoient été jugez & condamnez le
Marêchal de Marillac & plusieurs autres, quoi qu'on ne leur pût imputer
d'autre crime que d'avoir osé déplaire au Cardinal. Le nommé Grandier
avoit été entr'autres une de ces malheureuses victimes. On lui avoit
fait accroire qu'il étoit sorcier & qu'il avoit envoyé une legion de
demons dans le corps des Religieuses de Loudun. Sur cette accusation le
Sr. de Lauberdamont qui étoit à la tête de ses Commissaires l'avoit
condamné, contre le sentiment de quantité de ses Juges à être brûlé tout
vif. Il leur avoit dit franchement, pour les obliger à souscrire à un
jugement si rempli d'injustice, que s'ils s'y opposoient avec toute la
vigueur que devoient avoir des gens de bien, on leur donneroit des
Commissaires à eux mêmes qui les convaincroient bientôt d'avoir eu part
à ses sortileges, parce qu'il n'étoit pas plus sorcier qu'ils le
pouvoient être.

Il avoit bien moins de tort en leur parlant de la sorte qu'il n'en avoit
de vouloir faire mourir un innocent. Tout le crime du pauvre Grandier
étoit d'avoir debauché ces Religieuses, & s'il leur avoit fait entrer
quelque demon dans le corps, ce ne pouvoit être que celui d'impunité. Or
comme ces juges avoient été voir ces Religieuses tout aussi-bien qu'il
avoit pû faire, & peut-être eu commerce avec elles tout aussi-bien que
lui, car il y avoit bien à dire que ce fut des Vestales, ils hesiterent
quelque tems sur ce qu'ils avoient à faire; mais s'étant laissé gagner à
la fin à la faveur, ils aimerent mieux se montrer injustes en condamnant
un innocent, que de se mettre eux-mêmes en sa place en voulant le
sauver. Car on les eut pû accuser après tout aussi-bien que lui d'être
sorciers, & je ne sais pas ce qui en fut arrivé, son Eminence étant
toute puissante comme elle l'étoit. St. Preuil ressembla à ce malheureux
Prêtre; on fit venir mille & mille témoins contre lui tant du
Gouvernement de Dourlens qu'il avoit eu avant que d'avoir celui d'Arras,
que de plusieurs autres endroits. Le Meunier lui fut confronté par
plusieurs fois, mais quoi que tout son crime, aussi-bien que celui de
Grandier, ne fut que d'avoir déplu aux Puissances, il ne laissa pas
d'avoir le cou coupé.

Le Régiment des Gardes s'en étant revenu à Paris dans le même tems, je
ne pus loger chez mon Hôtesse, parce que son Mari n'avoit eu garde de se
fournir d'une Chambre pour moi. Il n'avoit pas pourtant encore tout ce
qu'il lui falloit pour me payer, ce qui l'obligea de me faire bonne mine
à mon arrivée. Je trouvai sa femme encore plus amoureuse que quand
j'étois parti, ainsi étant au desespoir de ce qu'elle ne me voyoit pas à
tous momens, comme quand j'étois chez-elle, elle fit tout ce qu'elle put
pour m'obliger à faire des frais à son Mari, afin de le mettre hors
d'état de pouvoir jamais satisfaire. Elle prétendoit qu'en mettant ainsi
ses affaires en desordre, elle se separeroit de lui, & qu'après cela
nous irions tenir ménage ensemble. Ce n'étoit pas là mon humeur, si je
voulois bien avoir une maîtresse je ne voulois pas ainsi m'en charger à
longues années. D'ailleurs j'eusse crû en faisant un coup comme celui là
que Dieu m'eut puni en même tems, puis qu'il eut autant valu que je
l'eusse égorgé que de lui faire ce qu'elle me conseilloit. Je la vis
cependant le plus souvent qu'il me fut possible, parce que bien que je
ne me pusse empêcher de l'accuser de cruauté pour lui, l'amour propre me
la faisoit excuser aussi-tôt, parce que j'y trouvois mon contentement.
Je n'étois pas long-tems à me dire qu'elle ne faisoit tout cela que pour
l'amour de moi, & que si elle m'eut moins aimé je n'eusse pas eu lieu de
trouver à redire à sa conduite.

La connoissance que je commençois à avoir des sentimens de son Mari,
dont la jalousie qui sembloit dormir en mon absence s'étoit reveillée à
mon retour, fit que je lui cachai mes visites tout autant que je pus. Je
m'y pris même si finement qu'il eut eu bien de la peine à en appercevoir
quelque chose, si ce n'est qu'il gaigna un de ses Valets pour l'avertir
si nous nous donnerions quelque rendez-vous. Ce Valet qui demeuroit tout
le jour au logis & pendant que son Maître y étoit, & pendant qu'il n'y
étoit pas, m'y vit entrer plusieurs fois sans se douter que ce fut sa
maîtresse qui m'y amenât. Comme je n'y venois qu'en bonne Compagnie &
sous pretexte du bon vin qui étoit dans son Cabaret, il fut pour le
moins deux ou trois mois à me croire plus yvrogne qu'amoureux. Mes
Camarades qui étoient ceux avec qui je venois-là, & qui savoient mon
intrigue me donnoient le tems de satisfaire aux devoirs de l'amour, quoi
qu'ils m'enviassent souvent ma bonne fortune. J'appelle mes Camarades
les Mousquetaires avec qui j'avois fait connoissance, & non pas les
Soldats aux Gardes. Porthos, qui étoit mon meilleur ami & qui avoit
à-peu-près une Maîtresse comme moi, c'est-à-dire une Maîtresse jeune,
belle, bien faite, & qui lui donnoit de l'argent, affectoit toujours de
nous faire mettre dans une petite Chambre à côté de celle de la
Cabaretiere, afin que je n'eusse pas bien loin à aller. Elle s'y tenoit
le plus souvent pendant que son Mari n'y étoit pas, & même elle s'y fut
tenuë toujours, si ce n'est que j'étois le premier à lui dire qu'elle
devoit descendre en bas de fois à autre, de peur de donner du soupçon à
ses garçons. Elle avoit bien de la peine à me croire tant elle se
plaisoit avec moi. La chose nous ayant réüssi pendant quelque tems, le
garçon se douta à la fin non seulement de nôtre intrigue, soit par la
trop grande affectation que nous avions de vouloir toûjours cette
Chambre, soit par la trop grande demangeaison que sa Maîtresse avoit de
monter en haut, d'abord qu'elle me sentoit dans la Chambre dont je viens
de parler.

Si j'eusse sçu qu'il eut été ainsi gagné par son maître, je ne me fusse
pas mis en peine de lui faire quitter ses interêts pour les miens, soit
par presens ou par menaces, mais étant d'autant plus éloigné de le
croire qu'il faisoit toûjours le jovial avec nous, & qu'il entendoit
même assez bien le mot pour rire, il arriva qu'un jour que son soupçon
s'étoit encore augmenté par quelques oeillades qu'il vit que nous nous
jettions sa Maîtresse & moi en entrant, il monta par plusieurs fois tout
doucement à la porte de notre Chambre pour écouter s'il entendroit
toûjours ma voix. Ce qui le rendoit si curieux c'est que quelque tems
ensuite de ces oeilades sa Maîtresse étoit montée en haut, sans qu'il
lui parut qu'elle y eut beaucoup d'affaires. Tant qu'il m'entendoit
parler il n'entroit point où il nous avoit mis mes Camarades & moi, à
moins qu'on ne frappât pour l'appeller. Mais y étant venu une fois sans
m'entendre, il vint voir si j'y étois, & ce qui pouvoit être cause de
mon silence. Mes Camarades furent bien étonnez de le voir sans mander, &
ce drôle qui étoit fin & rusé ayant pris pour pretexte de sa venuë qu'il
venoit voir si nous ne manquions point de quelque chose, il ne vit pas
plûtôt que je n'y étois pas, qu'il se douta que je n'étois pas allé
loin. Il en fit son rapport à son maître, & accrut si bien sa jalousie
par-là que celui-ci resolut de me jouer un méchant tour. Il me pria un
jour à diner, & sur la fin du repas comme nous n'étions que lui, sa
femme & moi, son garçon lui vint dire qu'on le demandoit. Il me pria
d'excuser s'il étoit obligé de me quiter. Je n'eus pas de peine à lui
accorder sa priere: sa femme de même la lui eut accordée volontiers,
pour peu qu'il en eut voulu savoir son sentiment. Il monta cependant de
ce pas à sa Chambre & s'y étant caché dans un Cabinet avec deux bons
Pistolets bien chargez & bien amorcez, il crut qu'il me devoit attendre
là, parce que si nous étions bien ensemble la femme & moi, comme il en
eut juré volontiers, nous ne tarderions gueres à y venir. Ce qui lui
donnoit cette pensée c'est que le lieu où il nous avoit laissez n'étoit
nullement propre pour des amans. Il n'étoit separé du cabaret que par
une cloison qui étoit toute garnie de vitre jusques au plancher. Ainsi
l'on voyoit de là dans le cabaret & du cabaret l'on y étoit vû
également, à moins que de tirer des rideaux qui étoient devant.

Nous étions alors dans les plus cours jours de l'année, & j'y avois
donné rendez-vous à Athos & à un autre Mousquetaire nommé Briqueville,
afin que si je n'avois pas le tems d'en dire deux mots à ma maîtresse, à
cause de la presence de son Mari, j'eusse du moins la commodité de le
faire par leur moyen. Je savois que la vûë d'un creancier étoit toûjours
redoutable à son debiteur, & qu'ainsi le cabaretier ne verroit pas
plûtôt le sien qu'il prendroit ou le parti de nous laisser en repos, ou
de l'entretenir avec tant de complaisance que je pourois peut-être
trouver un moment pour faire ce que bon me sembleroit. Athos &
Briqueville n'arriverent que sur les cinq heures du soir, & comme il en
étoit déja près de quatre, quand le cabaretier nous avoit quittez, il
avoit eu le tems de s'ennuyer, & de se morfondre dans le lieu où il
étoit. Il nous y attendoit pourtant de pied ferme, parce qu'il étoit
convenu avec son garçon que si je venois à sortir par hazard, il l'en
avertiroit en même tems, ainsi il étoit bien assuré que j'étois encore
avec elle, puis qu'il n'avoit point eu de ses nouvelles.

D'abord qu'Athos & Briqueville furent arrivez on nous mit dans la petite
Chambre où l'on avoit coutume de nous mettre. J'avois dit à ce garçon de
nous la garder, parce que je savois qu'ils devoient venir, & que cela me
faciliteroit mes amourettes. Le Cabaretier fut ravi quand il nous y
entendit, car les jaloux ont cela de propre qu'ils se rejouïssent
seulement des choses qui leur font connoître leur malheur. C'est une
maladie dont ils ne sauroient se defendre, tant il est vrai que la
jalousie est un goût dépravé qui fait haïr ce qu'on devroit aimer, & qui
fait aimer ce que l'on devroit haïr. En effet un jaloux ne cherche qu'à
voir sa femme ou sa maîtresse entre les bras de son rival. Tout ce qui
peut le confirmer que ce qu'il s'est mis en tête est véritable a des
charmes non pareils pour lui, & il n'en trouve jamais d'avantage qu'à
verifier son malheur. La cabaretiere monta quelque tems après nous, &
ayant laissé sa porte entre-ouverte afin que j'y pusse entrer à mon
ordinaire, elle ne me vit pas plûtôt qu'elle se jetta sur moi pour
m'embrasser. Je commançois à repondre à ses caresses en amant passionné,
quand je crus entendre remuer quelqu'un dans le cabinet. Cela me fit lui
faire signe de l'oeil, & ayant entendu ce que je voulois dire par là,
nous nous arretâmes court tous deux comme si on nous eut donné un coup
de massuë. Le bruit que j'avois entendu étoit que le cabaretier avoit
voulu regarder ce que nous faisions par le trou de la serrure, parce
qu'il ne nous entendoit point parler. Il savoit bien, ou du moins il se
doutoit que j'étois-là, parce qu'il avoit ouï entrer quelqu'un après sa
femme: enfin ayant vû que nous nous approchions de près, quoi qu'il ne
nous vit que jusques à la ceinture à l'endroit où nous étions, il ouvrit
la porte du cabinet & me salua d'abord d'un coup de Pistolet. Il étoit
si pressé de se faire justice qu'il manqua son coup: au lieu de me
donner dans le corps comme il croyoit, la balle passa à plus de dix pas
de moi. Je me jettai en même tems sur lui, de peur qu'il ne fut plus
adroit du second, qu'il ne l'avoit été du premier. La Cabaretiere ne put
venir à mon secours, parce qu'elle tomba evanouie, du moment qu'elle vit
son mari un Pistolet à chaque main. Athos & Briqueville se douterent
bien de ce que c'étoit d'abord qu'ils entendirent le coup, & voulurent
venir à mon secours; mais comme j'avois fermé la porte en entrant, ils y
donnerent plusieurs coups de pied pour l'enfoncer, mais ils n'en purent
jamais venir à bout, quelque effort qu'ils y pussent faire.

Nous nous colletions cependant le cabaretier & moi, & tout ce que je
tâchois étoit de lui faire lâcher son Pistolet sans en être blessé, & de
l'empêcher de mettre la main sur mon épée, que je n'avois pas eu le tems
de tirer. Je vins enfin à bout de l'un & de l'autre, pendant qu'Athos &
Briqueville crierent au voleur par la fenêtre. Ils ne savoient si je ne
serois point blessé du coup, & cela les mettoit en inquiétude. Le
Commissaire du quartier vint avec quelques Archers qu'il ramassa à la
hâte, & comme les Mousquetaires étoient fort estimés & fort craints en
ce tems-là, Athos & Briqueville ne lui eurent pas plûtôt parlé, qu'il
leur promit de châtier ce jaloux, si j'avois seulement la moindre
égratignure. Ce Commissaire étant venu à la porte de la chambre où nous
étions, je la lui ouvris sans y trouver aucun obstacle, parce que le
cabaretier se tira alors dans le cabinet, où il rechargea ses Pistolets,
que je n'avois jamais pû lui ôter. Le Commissaire crut d'abord que la
femme étoit morte, parce qu'il ne lui voyoit remuer, ni pieds ni mains,
mais l'ayant assuré que les coups que son mari avoit tirés, avoient
passé bien loin d'elle, & qu'elle n'étoit qu'évanouie, il s'en fut au
cabinet pour se le faire ouvrir. Le cabaretier ne le vouloit pas, & lui
disoit pour ses raisons, que ce n'étoit pas à lui qu'il en devoit
vouloir, mais à moi, qu'il avoit trouvé couché avec sa femme. Le
Commissaire en croyoit bien quelque chose, quoi que cela ne fut pas
vrai, si j'en avois eu la volonté, je n'en avois pas eu le tems, & le
mari l'eut bien pu témoigner lui même, s'il en eut voulu dire la verité.

Ce que lui avoit dit le Commissaire ne le persuada pas, il ne voulut
point lui ouvrir le cabinet; & comme il avoit retenu quelque chose de
l'assurance que donne le métier de la guerre qu'il avoit fait pendant
quelque tems, il lui répondit ou fort brutalement, ou fort
vigoureusement, (car je ne sais lequel c'étoit des deux) que s'il
pretendoit se mêler de ce qui n'étoit pas de sa competance, il n'auroit
pas grand respect pour sa robe; que sa charge seroit bien d'une autre
consideration qu elle n'étoit, si elle lui donnoit inspection sur tous
les cocus dont il étoit malheureusement du nombre; qu'il lui conseilloit
en bon ami de se retirer, s'il ne vouloit qu'il lui eu prit mal; qu'il
lui appartenoit de corriger sa femme quand elle manquoit à son devoir,
sans qu'il lui fut permis de s'en mêler; qu'il m'enmenât seulement hors
de chez lui, parce que bien que la chose ne le touchât pas en son
particulier, il savoit bien que la veuë d'un homme qui causoit le
deshonneur d'une famille, n'étoit pas agréable à un mari. Enfin il lui
dit mille choses comme celles-là au travers de la porte, continuant
toujours de le menacer, que s'il persistoit comme il témoignoit en avoir
envie à se la faire ouvrir de force, il ne lui répondroit pas de ce qui
en arriveroit.

Ce discours enflamma de colere cet Officier, qui étoit petulant. Il
commanda à ses archers d'enfoncer la porte, ce qui ayant été bientôt
fait, le Cabaretier chercha le Commissaire entre les autres pour lui
tenir la parole qu'il venoit de lui donner. Il le coucha en jouë, que la
porte n'étoit pas encore enfoncée entierement; mais son Pistolet ayant
pris un rat, à cause que l'amorce en étoit tombée, il n'eut pas le tems
d'y en remettre d'autre, parce qu'il fut accablé tout d'un coup de la
multitude. Un de ces archers lui déchargea un coup d'un gros rondin sur
le bras, & lui ayant fait tomber son Pistolet, il se jetta sur lui, sans
lui donner le tems de se reconnoître: on l'emmena aussi-tôt au Châtelet,
pendant qu'on mit garnison chez lui. Cela ne me plut pas, parce qu'on ne
le pouvoit ruiner qu'on ne ruinât en même tems ma maîtresse. Je priai
Athos d'en dire un mot à Mr. de Treville, qui étoit beau-frere d'un
homme de robe, fort accredité dans le Parlement. Mr. de Treville lui
répondit, que si je continuois à faire parler de moi, comme j'avois fait
depuis que j'étois arrivé de Bearn, j'étendrois bien loin ma reputation,
avant qu'il fut peu; qu'il croyoit que je ne me mêlasse que de me
battre, mais que puis qu'il voyoit par ce qu'il venoit d'entendre, que
je me mêlois aussi de debaucher les femmes d'autrui, il eut à m'avertir
de sa part, que le Roi ne trouvoit bon ni l'un ni l'autre.

C'étoit une correction qu'il vouloit bien me donner, d'autant plus qu'il
affectoit de paroître homme de bien, soit qu'il le fut effectivement
comme je n'en veux point douter, ou qu'il se contentât d'en garder les
apparences. Il savoit qu'il se rendroit par là encore plus agréable au
Roi, qui étoit un Prince fort craignant Dieu, & qui n'avoit jamais eu
d'amourettes. En effet comme sa Majesté, qui se voyoit d'une santé
languissante, ne croyoit pas avoir encore long-tems à vivre, elle
songeoit de bonne heure à finir sa vie Chrêtiennement, afin de ne pas
avoir tant de lieu d'apprehender ce dernier moment, qui doit faire
encore plus trembler les Rois que les autres, à cause de la quantité
d'affaires qui leur passent par les mains. Et à la verité plus on s'est
mêlé de choses, plus le compte que l'on a à en rendre doit être grand;
même quand il n'y auroit que le sang, que les plus pacifiques font
verser dans les guerres qu'ils entreprennent, cela est plus que
suffisant pour les troubler, quand ils viennent à y penser serieusement.

Athos crut quand il entendit parler Mr. de Treville de la sorte, qu'il
n'y avoit pas pour moi grand secours à esperer de lui en cette occasion.
Ainsi il ne savoit presque que lui repliquer en ma faveur, & il vit bien
qu'on devoit se donner patience un moment, quand on vouloit juger
sainement de toutes choses. Mr. de Treville après lui avoir dit cela y
adjouta ensuite, que bien que mon crime, & celui de cette femme ne
meritassent pas, que personne s'interessât pour nous, il étoit juste
néanmoins de le faire par rapport au pauvre mari, qui étoit assez
malheureux d'être cocu & battu, sans qu'on prit encore la peine de le
ruiner, qu'il en parleroit à son beau-frere, & que devant qu'il fut peu,
il lui donneroit soulagement. Ce beau frere étoit Conseiller à la grand
Chambre, & comme ces Magistrats commençoient déja à avoir un grand
credit, ce qui augmenta encore beaucoup depuis; & ce qui a duré jusques
à ce qu'il ait plu au Roi, comme je le dirai tantôt, d'y mettre des
bornes, celui-ci sans autre façon s'en fut lui même au Châtelet, où il
commanda qu'on lui amenât le prisonnier. Le Geollier ordonna en même
tems à ses Guichetiers de l'aller chercher, & étant venu dans une
chambre où l'on avoit fait entrer ce Magistrat, il lui demanda en
presence du Geollier, pourquoi il avoit été arreté. Le prisonnier lui
répondit, que c'étoit parce que ne pouvant souffrir de bon coeur qu'on
le fit cocu, il avoit voulu écarter de sa maison celui qui lui faisoit
cette honte; que cela avoit causé quelque bruit dans le quartier, & que
le Commissaire s'étant transporté chez lui, dans le moment, au lieu de
prendre le parti de la justice, il avoit pris celui de l'adultere de sa
femme; qu'ainsi il l'avoit amené en prison, sans qu'il eut voulu jamais
entrer dans les justes raisons qu'il avoit de faire tout ce qu'il avoit
fait.

Le Magistrat qui avoit été averti par son beaufrere de la verité de
toutes choses, mais qui n'avoit garde de le confirmer dans ses soupçons,
parce que c'eut été l'animer encore davantage contre sa femme & contre
moi, lui repliqua que quelque apparence qu'il y eut souvent à bien des
choses, il ne falloit pas en juger selon sa premiere pensée; que quand
on venoit à les approfondir elles changeoient souvent de nature, sur
tout quand il s'y agissoit de jalousie, comme en cette occasion; que
d'ailleurs les visions connuës étoient frequentes à bien des gens, quoi
qu'il y eut souvent plus d'entêtement que de realité; que le métier de
Cabaretier qu'il faisoit étoit cause que sa femme étoit exposée aux
discours de ceux qui hantoient son Cabaret; que ce n'étoit pas à dire
pour cela qu'elles ne fut pas sage, quand même elle feroit la mine d'y
prêter l'oreille; qu'il devoit croire bien plûtôt que ce n'étoit qu'afin
de ne pas perdre la chalandise de ces causeurs, sans pourtant avoir
envie de leur peau, qu'il n'avoit pas bien fait de prendre l'allarme si
chaudement pour si peu de chose, & qu'il en seroit toûjours blâmé par
les gens sages; qu'au surplus il ne laissoit pas d'avoir pitié de son
sort, c'est pourquoi il vouloit le tirer d'affaire, pourveu qu'il lui
voulut promettre d'être plus prudent à l'avenir; qu'il vouloit qu'il se
raccommodât avec sa femme; qu'elle apartenoit à d'honêtes gens, comme il
savoit; c'est pourquoi il devoit croire qu'elle n'étoit pas personne à
se deshonnorer elle même, ni à le deshonnorer en même tems.

Le prisonnier qui s'envoyoit déja beaucoup d'avoir un pourpoint de
pierre, & qui d'ailleurs craignoit, que la Justice ne mangeât tout ce
qu'il avoit, & ne le mit sur le pavé, lui promit tout ce qu'il voulut.
Le Magistrat le voyant si bien ressigné à sa volonté, commanda au
Geollier de lui aporter son registre, & l'ayant dechargé en même tems,
selon le pouvoir que s'en attribuoient, en ce tems-là, les Conseillers
de la grand Chambre, il le fit sortir de prison, sans autre forme de
procès. Il l'amena chez lui après cela, où ayant fait venir sa femme, il
les mit en presence l'un de l'autre, après que Mr. de Treville & lui
eurent fait une correction en particulier à celle-ci. Ils l'emboucherent
bien cependant tous deux, devant que de la faire passer où étoit son
mari. Ils lui dirent que quoi qu'ils ne voulussent pas croire qu'elle
fut coupable, comme elle se pouroit trouver toute surprise & toute
étonnée devant lui, il falloit qu'elle lui soutint que tout son crime,
n'étoit que d'être obligée par le métier qu'elle faisoit de faire bonne
mine à tout le monde; qu'elle pouvoit lui dire aussi, qu'il n'avoit qu'à
la mettre en état de n'ouvrir sa porte à personne, & qu'il verroit
bientôt qu'il ne lui seroit pas difficile de le contenter.

Le mari fit semblant de se payer de ces excuses, afin de ne se pas
montrer ingrat de la grace qu'il venoit de recevoir du Magistrat. Il
avoit besoin cependant qu'il lui en fit encore une autre, qui étoit de
lever la garnison de chez lui. C'est ce qui fut fait le lendemain, de
sorte que toutes choses se fussent trouvées alors au même état qu'elles
étoient, il y avoit huit jours, s'il m'eut été permis comme auparavant
de retourner voir ma maîtresse; mais outre que le scandale qui étoit
arrivé me le défendoit suffisamment; Mr. de Treville me le défendit
encore, après m'avoir fait une grande mercuriale. Je n'osai passer ses
ordres de quelque tems; mais comme quand on est jeune comme je l'étois,
& dans une plaine vigueur, on ne voit rien de comparable à l'amour,
j'oubliai bien-tôt sa défense pour contenter ma passion. Je vis dix ou
douze fois la Cabaretiere chez une de ses bonnes amies, sans que son
mari s'en doutât. Elle voulut que je fisse agir Athos pour être payé de
ce qu'il lui devoit, afin que s'il venoit encore à se brouiller avec
elle, j'eusse du moins cet argent pour la secourir dans son besoin. Je
lui promis de faire tout ce qu'elle voudroit, mais dans le dessein
néanmoins de n'executer que la moitié de ma promesse. Je fis bien
demander à la verité mon payement à mon debiteur, mais je ne voulus pas
qu'on le mit sur le careau, s'il n'étoit pas en état de me payer. Cela
fit trainer la chose pendant quelque tems, ce qui ne me déplut pas,
parce que comme le Cabaretier ne pouvoit trouver mauvais qu'Athos fut
chez lui, tant qu'il resteroit son debiteur, j'avois moyen par là de
faire tenir tant de lettres que je voulois à ma maîtresse.

L'hiver s'étant passé de cette maniere, le Roi envoya une partie de son
Regiment des Gardes en Roussillon, dont on avoit ébauché la conquête dès
la Campagne precedente. Cette petite Province nous étoit absolument
necessaire pour la conservation de la Catalogne, où l'on ne pouvoit rien
transporter que par mer, tant qu'elle demeureroit aux Espagnols. Car
comme elle est située entre le Languedoc & elle, & même en deça des
Pyrennées, & que c'étoit du seul Languedoc, qu'on pouvoit tirer toutes
les choses dont la Catalogne avoit besoin, il falloit s'afranchir de
cette necessité, qui étoit d'autant plus grande que les Espagnols
étoient en ce tems là, bien aussi forts que nous par mer. Le reste de
nôtre Regiment demeura auprès du Roi pour l'accompagner dans cette
expedition, où il vouloit s'acheminer lui même, ce qui étoit pourtant
fort extraordinaire, parce que des Troupes après avoir fait un si long
voyage devoient être assez fatiguées, pour avoir plus de besoin de
repos, que de se charger d'un nouveau travail; aussi y avoit-il du
mystere à tout cela, & c'est ce que je dois éclaircir ce me semble avant
que de passer outre.

Mr. le Cardinal de Richelieu étoit assurément un des plus grands hommes
qu'il y eut eu depuis long-tems, non seulement en France, mais encore
dans toute l'Europe. Cependant quelque belles qualitez qu'il eut, il en
avoit quelques unes de mauvaises, comme de trop aimer la vengeance & de
dominer par dessus tous les grands, avec une puissance aussi absoluë que
s'il eut été le Roi lui même. Ainsi sous pretexte d'élever l'authorité
Royale au plus haut point, il avoit tellement élevé la sienne en se
servant de son nom, qu'il s'étoit rendu odieux à tout le monde. Les
Princes du Sang dont il avoit commencé à abbaisser la puissance, que le
Roi d'aujourd'hui a achevé de detruire entierement, ne le pouvoient
souffrir, parce qu'il n'avoit pas eu plus de consideration pour eux, que
pour tout le reste. Le Duc d'Orleans qui avoit toûjours conspiré contre
luit toutes les fois qu'il en avoit trouvé l'occasion étoit encore tout
prêt à le faire, quand elle se trouveroit: pareillement le Prince de
Condé ne l'aimoit guéres d'avantage, quoi qu'il eut marié le Duc
d'Anguien à sa nièce: les Grands dont il s'étoit toûjours declaré
l'ennemi, avoient les mêmes sentimens pour son Eminence: enfin les
Parlemens ne lui vouloient pas moins de mal, parce que comme j'ai dit ci
devant, il avoit retranché leur authorité par l'établissement des
Commissaires qu'il faisoit nommer, quand il s'agissoit de faire le
procès à quelqu'un, & par l'élevation du Conseil à leur prejudicel.

Ce Ministre, qui étoit le plus politique de tous les hommes, s'étoit
servi adroitement de la jalousie, que le Roi portoit au Duc d'Orleans
pour lui faire approuver toutes ces nouveautez. Il lui avoit fait
approuver de cette maniere tout ce qu'il avoit entrepris contre lui. Il
n'y avoit même trouvé aucune difficulté, parce qu'il avoit tout coloré
du bien public, qui étoit un pretexte merveilleux pour lui. Pour ce qui
est de l'abbaissement des autres, le Roi y avoit encore consenti
facilement, parce qu'il lui avoit fait entendre qu'il y trouveroit son
compte, comme en effet c'étoit la verité. Le Roi n'étoit pas si peu
éclairé qu'il ne vit bien que plus il les abbaisseroit aussi-bien que
les Parlemens, plus son authorité en deviendroit formidable, puis qu'il
n'y avoit qu'eux qui fussent en état de s'y opposer. Cependant, comme ce
Ministre savoit que malgré l'avantage que le Roi y trouvoit, il étoit
sujet aisément à prendre ombrage de tout ce qui venoit de lui, il avoit
eu soin toûjours d'avoir auprès de Sa Majesté des gens qui rejettassent
les mauvaises impressions qu'on lui pouvoit donner de sa conduite, sur
la haine que lui causoit son attachement à ses interêts.

Il y avoit alors auprès du Roi un jeune homme qui n'étoit encore que sur
sa vingt & uniéme année, mais qui ne laissoit pas d'y être en grand
credit. C'étoit un fils du Marêchal Deffiât qui dès l'âge de dix-sept
ans avoit été fait Capitaine aux Gardes, puis Maître de la Garderobe de
Sa Majesté, & enfin grand Ecuyer de France, jamais fortune ne fut égale
à la sienne. Le Roi ne pouvoit demeurer un moment sans lui; dés qu'il le
perdoit de vûë il l'envoyoit chercher tout aussi-tôt. Il le faisoit même
coucher avec lui comme il eut pu faire une Maîtresse, sans prendre garde
qu'une si grande familiarité, & sur tout avec une personne de cet
âge-là, qui étoit fort different du sien, avoit non-seulement quelque
chose qui repugnoit à la Majesté Royale, mais qui étoit encore sujet à
l'en faire repentir. En effet comme la prudence & la jeunesse sont
rarement d'accord ensemble, tout étoit à craindre d'un jeune homme qui
se méconnoissoit déja si fort, qu'au lieu de tacher par ses
complaisances de mériter l'honneur que lui faisoit Sa Majesté, il étoit
téméraire quelque fois, ou pour mieux dire, si insolent qu'il ne
feignoit de dire à ses amis qu'il eut voulu être moins bien dans son
esprit & avoir plus de liberté; & on n'osoit rapporter au Roi un
discours comme celui là, de peur plûtôt de lui déplaire que pour l'amour
de ce favori: car comme la charité ne regne gueres à la Cour, sa faveur
faisoit assez de jaloux pour leur inspirer le dessein de la perdre s'il
n'y eut eu que cela qui les eut retenus.

Ce jeune homme portoit le nom de Cinqmars qui étoit celui d'une terre
que son Père avoit dans le voisinage de la Riviere de Loire. Le Cardinal
l'avoit lui-même installé à la Cour comme un instrument dont il feroit
tout ce qu'il voudroit, parce qu'il étoit ami de son pere, à l'élevation
de qui il n'avoit pas peu contribué. Car la Maison d'Essiat, bien loin
d'être une des plus anciennes du Royaume étoit si nouvelle qu'elle avoit
tout lieu d'être contente de sa fortune par rapport à son origine.
Toutes ces raisons obligeoient donc ce favori à demeurer dans une grande
union avec le bien-faiteur de son Pere, & le sien particulier, mais
voulant être Duc & Pair & êpouser la Princesse Marie qui étoit fille du
Duc de Nevers, & qui fut depuis Reine de Pologne, il ne vit pas plûtôt
que le Cardinal s'y opposoit sous main, & même quelque fois ouvertement,
qu'il oublia tous ses bien-faits avant qu'il fut peu. Son ingratitude
donna d'autant plus de chagrin à Son Eminence qu'elle le voyoit bien
auprès du Roi, elle craignit qu'au lieu de lui rendre service comme il
lui avoit promis lors qu'elle l'avoit mis auprès de Sa Majesté, il ne
fut capable de lui nuire. Ainsi la haine & la jalousie qu'il commcençoit
à lui porter augmentant de moment à autre, les choses commencerent
tellement à s'envenimer entr'eux qu'ils ne se purent plus souffrir l'un
l'autre.

Le Roi qui n'aimoit point du tout le Cardinal fut bien aise de leur
mesintelligence, & prit plaisir à tout ce que son favori lui peut dire
contre lui. Cependant comme malgré cette haine il voyoit que ce Ministre
lui étoit absolument necessaire, pour le bien de son Royaume, il ne
laissa pas toûjours de s'en servir, quoique Cinqmars lui donnât de tems
en tems diverses attaques pour lui faire donner sa place à un autre. Au
reste ce favori voyant que le Roi y faisoit la sourde oreille, & que ce
Ministre s'opposoit plus que jamais à ses desseins, en sorte que quelque
bien qu'il fut avec Sa Majesté il n'en pouvoit obtenir ni la Princesse
Marie qu'il aimoit passionnément, ni un Brevet de Duc & Pair, il resolut
de se défaire de son Eminence, en le faisant assasiner, puis qu'il n'y
avoit pas moyen de s'en defaire autrement. Il résolut donc de le tuer,
croyant que quand il auroit fait ce coup-là il ne lui seroit pas
difficile d'obtenir sa grace d'un Prince qui l'aimoit non-seulement,
mais qui haïssoit encore mortellement son ennemi. En effet il croyoit
avoir rémarqué que si Sa Majesté ne le chassoit pas d'auprès d'elle,
c'étoit bien moins manque de bonne volonté que parce qu'elle
l'apprehendoit. Elle lui avoit répondu effectivement, quand il lui en
avoit parlé, que ce qu'il lui proposoit là étoit bien difficile, qu'il
ne faisoit pas reflexion que ce Ministre étoit maître de toutes les
places de son Royaume & de toutes les armées tant de mer que de terre;
que c'étoit ses parens & ses amis qui les commandoient, & qu'il pouvoit
les faire revolter contr'elle toutes fois & quantes que bon lui
sembleroit. Il croyoit donc que quand il l'auroit tué le Roi seroit bien
aise tout le premier d'en être défait, bien loin de songer à le venger;
ainsi se confirmant toûjours de plus en plus dans son dessein, il ne
songea qu'à mettre Treville dans ses interêts afin d'être plus assuré de
son coup.

L'interêt que celui-ci avoit à desirer la perte du Cardinal qui
s'opposoit de toutes ses forces que le Roi l'avançât aux plus grands
honneurs, comme Sa Majesté témoignoit le désirer, lui fit croire avec
assez de vraisemblance que lui faire cette proposition & la voir
accepter en même-tems seroient une même chose en lui. Mais Treville qui
étoit sage & prudent lui répondit quand il lui en parla qu'il ne s'étoit
jamais mêlé d'assassiner personne, & que c'étoit tout ce qu'il pouroit
faire si Sa Majesté lui témoignoit elle-même qu'il y allât du bien de
son Etat. Cinqmars lui repliqua que s'il ne tenoit qu'à le lui faire
dire, la chose seroit bien-tôt faite, qu'il s'en faisoit fort avant
qu'il fut deux fois vingt-quatre heures, & qu'il ne lui demandoit sa
parole qu'à cette condition. Treville la lui donna sans faire trop de
reflexion à ce qu'il faisoit. Cependant soit qu'il ne le fit, que parce
qu'il ne crut pas que le Roi consentit jamais à pareille chose, lui qui
ne faisoit que dire tous les jours qu'il étoit au desespoir d'avoir fait
tuer comme il avoit fait le Marêchal d'Ancre, ou qu'il se laissât un peu
trop aller à son ressentiment, Cinqmars n'eut pas plûtôt sa parole qu'il
pressentit à Sa Majesté là-dessus. Le Roi qui étoit naturel lui avoüa
qu'il ne seroit pas trop faché d'être défait de son Eminence, sans
penser à quel dessein il lui faisoit cette proposition. Il crut que ce
qu'il lui en disoit n'étoit qu'une chose en l'air, & comme quand l'on
demande à quelqu'un, si l'on seroit joyeux ou faché que telle ou telle
chose arrivât. Quoi qu'il en soit Cinqmars tirant avantage de cette
réponse, fut retrouver Treville, & lui dit qu'il concourut avec lui à
persuader à Sa Majesté de garder auprès d'elle une partie de son
Regiment des Gardes, parce qu'ils en pouroient avoir besoin avant qu'il
fut peu pour executer leur coup: qu'il lui permettoit cependant de tâter
le Roi, sur ce qu'il lui avoit dit, en attendant qu'il lui fit faire en
paroles formelles l'aveu qu'il lui avoit dit que Sa Majesté lui feroit.

Treville qui eut été bien aise aussi-bien que lui d'être defait du
Cardinal mit dés le même jour Sa Majesté sur son Chapitre. Elle ne lui
répondit rien qui ne fut conforme à ce que Cinqmars avoit tâché de lui
persuader. Ainsi s'étant acquitté dès ce jour-là de la promesse qu'il
lui avoit faite de porter le Roi à faire rester une partie de nôtre
Regiment pour la seureté de sa personne, Sa Majesté commanda elle-même
au Colonel des Gardes de faire rester quelques compagnies de son
Regiment auprès de lui, pendant que les autres prendroient le chemin du
Roussillon. Mr. de Treville fit en sorte que celle de son beaufrere fut
du nombre de celles qui ne s'en iroient point. Il s'y fioit plus qu'à
tout autre, & dans un coup de la conséquence de celui où il s'engageoit,
il lui étoit important de savoir qu'il ne seroit ni abandonné ni trahi.
Cinqmars qui tout jeune qu'il étoit savoit déja tout le manege que l'on
apprend à la Cour à force de routine, Cinqmars, dis-je, qui savoit déja
tromper adroitement & faire passer pour des veritez des mines & des
oeillades, crut qu'au lieu de faire dire à Treville tout ce qu'il lui
avoit promis, il lui suffisoit de lui faire témoigner par le Roi les
mêmes choses qu'il lui avoit dites. Treville qui en avoit oui dire tout
autant au Roi, non pas une seule fois, mais plus de cent n'en fut pas si
content qu'il pensoit. Il souhaitta que Sa Majesté s'en expliquât plus
positivement avec lui, & la chose ayant trainé jusques à son depart, ils
résolurent qu'ils excuteroient leur coup à Nemours. L'un ne s'y obligea
que sous promesse que l'autre lui fit toûjours de lui faire dire par le
Roi ce qu'il lui avoit promis; & l'autre le faisant, parce qu'il croyoit
toûjours l'amuser & l'obliger insensiblement à faire la chose sans y
faire une grande reflexion.

Quand la Cour fut arrivée à Melun, Treville ayant sommé Cinqmars de sa
parole, celui-ci le remet à Fontainebleau où le Roi devoit séjourner un
jour. Il en parla effectivement à Sa Majesté & la pressa même d'y
consentir, mais le Roi ayant cette proposition en horreur, & lui ayant
fait réponse qu'il n'y pensoit pas d'oser seulement lui en parler, il la
cacha à Treville & lui dit que Sa Majesté lui avoit répondu qu'on devoit
entendre les choses à demi mot, sans obliger un Roi à faire un
commandement comme celui-là; que c'étoit ainsi qu'en avoit usé le
Marêchal de Vitry, quand il l'avoit defait du Marêchal d'Ancre; que le
Connétable de Luines n'avoit fait que lui dire, qu'il étoit bien assuré
qu'on l'obligeroit fort si l'on ôtoit du monde ce Marêchal dont il
n'avoit pas lieu d'être content, qu'il n'y avoit répondu ni oui ni non,
mais que ç'en avoit été assez pour le Marêchal qui avoit toûjours oui
dire, que quand on ne s'opposoit pas formellement à une chose c'étoit y
donner un consentement: qu'au reste il savoit assez quel étoit le
sentiment du Roi là-dessus, sans vouloir l'obliger, sans une
indiscretion nompareille, à ce qu'un sujet ne devoit jamais exiger de
son Prince.

Treville ne fut point content du tout de cette réponse, & bien que
toutes les mesures fussent déja prises pour faire cet assassinât, il
rompit tout d'abord qu'il vit que le Roi ne vouloit point consentir.
Cinqmars à qui le Cardinal continuoit toûjours de faire paroître sa
méchante volonté, en fut au desespoir, parce qu'il pretendoit que quand
il l'auroit ôté une fois du monde, il ne trouverait plus d'obstacle ni à
son amour ni à son ambition, ainsi persistant à s'en vouloir défaire à
quelque prix que ce fut, il fit faire un poignard pour le tuer lui-même.
Il le pendit au pommeau de son épée comme c'étoit la coutume de ce
tems-là, ce qui surprit assez toute la Cour, qui savoit que si à la
verité cette coutume s'étoit introduite c'étoit plûtôt à l'égard des
gens de guerre que des Courtisans. Le Cardinal se défia, il fut averti
par quelqu'un de son dessein. Cela l'obligea de se tenir sur ses gardes,
& de se trouver le moins qu'il pouroit tête à tête avec lui. Le hazard
voulut neanmoins qu'il s'y trouva par deux fois durant le chemin, mais
quelque resolution qu'eut pris ce favori, il se trouva si interdit quand
il fut question d'executer son coup, qu'il n'eut pas la force de mettre
la main au poignard, qu'il n'avoit fait faire néanmoins que pour lui
ôter la vie.

La Cour ayant achevé ce voyage à petites journées, le Cardinal qui
voyoit que le Roi se laissoit aller aux méchans conseils de son favori,
en tomba malade de chagrin. Il fut ainsi obligé de s'arrêter à Narbonne,
où croyant mourir, il adjouta à son Testament qu'il avoit fait, il y
avoit déja long tems, qu'il avoit quinze cent mille francs au Roi, dont
Sa Majesté ne savoit rien; qu'il avoit crû, dès le commencement de son
Ministere, être obligé de faire ce petit fonds, pour subvenir à point
nommé aux nécessitez de l'Etat; qu'il s'en étoit fort bien trouvé en
plusieurs rencontres, & que comme ce n'avoit jamais été dans la veuë
d'en faire son profit, mais bien celui de Sa Majesté, il esperoit
qu'elle lui en seroit plus obligée que scandalisée. Néanmoins Mr. de
Cinqmars qui après n'avoir osé s'en défaire de la maniere qu'il avoit
projetté, n'oublioit rien pour le perdre, fit tout ce qu'il put pour
rendre cette reserve suspecte. Il montra à Sa Majesté qu'il n'en eut
jamais parlé, s'il n'eut cru mourir, & que ce n'étoit que la crainte des
jugemens de Dieu qui la lui avoit fait avoüer.

Le Cardinal après avoir eu quelque relâche s'en vint au Camp devant
Perpignan, où le Roi s'étoit déja rendu depuis quelques jours. Cette
place étoit assiégée avant qu'il y vint, par les Marêchaux de Schomberg
& de la Meilleraye. Mais quoi que le premier fut l'ancien, le second
avoit presque tout l'honneur de ce qui se passoit. Cela deplaisoit à
l'autre qui étoit d'une bien plus grande qualité, & comme il attribuoit
cette preference à la parenté, qui étoit entre le marêchal de la
Meilleraye & le Cardinal, il se declara secrêtement ennemi de l'un & de
l'autre. Ainsi sçachant que Cinqmars n'étoit pas des amis du Cardinal,
il entra dans de secrêtes liaisons avec lui.

La venuë du Cardinal changea l'esprit du Roi à son égard. Comme ce
Prince, bien loin d'être immuable dans ses sentimens, comme nous voyons
aujourd'hui le Roi son fils, avoit cela de mauvais en lui, qu'il se
laissoit aller aisément à ceux qu'il voyoit les derniers; sa confiance
se ranima tout d'un coup pour son Eminence. Il est vrai que le Marêchal
de la Meilleraye, dont le Roi croyoit avoir besoin en cette rencontre,
ne servit pas peu à son Eminence, pour la raccommoder avec Sa Majesté.
Il lui fit entendre que ce que les ennemis de ce Ministre publioient
touchant la reserve dont je viens de parler, étoit honteux seulement à
penser, d'un homme qui s'étoit toûjours sacrifié pour les interêts de
l'Etat; qu'à plus forte raison, il y avoit de l'insolence à le debiter,
puisque cette calomnie se détruisoit d'elle même; que sans cette
précaution l'on n'eut pas repris Corbie si aisément que l'on avoit fait,
en 1636. ni forcé quelques années auparavant le pas de Suse: que ce
secrêt devoit être permis à un Ministre, parce que l'on savoit bien que
quand un Prince étoit assuré qu'il y avoit de l'argent dans son trésor,
c'étoit le premier qu'il faisoit prendre, sans se mettre en peine bien
souvent s'il n'en auroit point affaire à l'avenir.

Le Marêchal qui ne faisoit que de prendre Couilloure, Port de mer sur la
Mediterranée à l'extrémité du Roussillon, & qui étoit encore sur le
point de faire la même chose de Perpignan, s'étant rendu encore plus
persuasif par là, que par toutes les raisons qu'il rapportoit pour
prouver son dire; Cinqmars en conçut tant de rage que la tête lui en
tourna. Au lieu d'attendre que le Roi changeât encore de sentiment,
suivant cette vicissitude ordinaire qui paroissoit dans la plûpart de
ses actions, il resolut de faire entrer en France une Armée d'Espagnols.
Il savoit qu'ils seroient toûjours prêts à le faire, d'abord qu'ils en
seroient requis, par quelque personne en qui ils pussent prendre
confiance, ainsi ne s'étant plus attaché qu'à mettre dans son parti des
gens aussi mal intentionnées que lui, il fit aprouver sa resolution au
Duc d'Orléans, & au Marêchal de Schomberg. Le Duc de Bouillon qui étoit
toûjours prêt à brouiller l'Etat, par les raisons que nous avons
deduites ci-dessus, entra aussi dans cette conspiration. Au reste
n'étant plus question, que de la faire réüssir, Fontrailles, qui étoit
des amis de Cinqmars, & à qui il avoit fait part de son secrêt, fit
semblant de prendre querelle contre un des principaux Officiers de
l'Armée, afin d'avoir sujet de là de passer en Espagne. La chose
s'executa de même qu'ils l'avoient resoluë ensemble, Fontrailles ayant
non seulement querellé devant bien du monde, celui dont je viens de
parler, mais l'ayant encore appellé en duel, il ne sçut pas plûtôt qu'il
y avoit ordre de l'arrêter, comme il étoit impossible que cela arrivât
autrement, après l'éclat qu'il avoit fait, qu'il s'en allât en Espagne.

Quoi que Cinqmars prit des mesures si honteuses, & qui ne pouvoient
manquer de le perdre dans l'esprit de Sa Majesté, il ne laissa pas de
ramener auprès d'elle ses complaisances que l'on avoit veu sur le point
de s'éteindre bien souvent. Le Roi raluma son amitié pour lui à cette
veuë, & comme il savoit que Sa Majesté concevoit aisément du soupçon de
peu de chose, il lui fit peur du pouvoir excessif, qui etoit entre les
mains de son Eminence. Il lui dit qu'elle étoit maîtresse de la Mer, par
l'Admirante qu'elle avoit mise dans sa maison; que sur Terre, elle
n'étoit pas moins puissante; que le Marêchal de Bresé son beaufrere
pouvoit, quand il voudroit, s'emparer de la Catalogne, dont elle lui
avoit fait donner la Vice-Royauté; que l'Armée qui étoit presentement
devant Perpignan, obéissoit aussi entierement au Marêchal de la
Meilleraye, quoi qu'elle parût avoir encore un autre Chef; que ceux qui
commandoient en Flandres étoient pareillement maris de ses nieces,
tellement que comme la plûpart des Governeurs de Provinces, étoient
encore entre les mains de gens qui lui étoient tout devouez, l'on
pouvoit dire qu'il ne tenoit plus qu'à elle de s'emparer de sa Couronne.

Il n'en falloit pas davantage au Roi pour le mettre aux champs; ainsi
ayant fait dés le jour même à ce Ministre, le plus méchant visage que
l'on sauroit jamais faire, son Eminence en fut d'autant plus étonnée,
qu'elle savoit que Sa Majesté étoit bien éloignée de cette dissimulation
que l'on voit d'ordinaire dans toutes les Cours. Ce fut encore bien pis
les jours suivans, & Cinqmars voyant qu'il en prenoit l'allarme lui fit
donner avis sous main, que s'il ne pourvoyoit de bonne heure à sa
seureté, il lui en pouroit bien arriver pis que tout ce qu'on lui en
pouvoit dire.

Le Cardinal avoit toûjours paru ferme dans les plus fâcheux evenemens,
qui étoient arrivez durant son ministere. Du tems de la prise de Corbie,
ses ennemis faisant courir le bruit que les Peuples l'accusoient de tous
les desordres de l'Etat, & que dès qu'il paroitroit public, ils
l'immoleroient à leur ressentiment, il avoit si peu craint ces menaces
qu'il étoit monté en carosse tout seul, & s'étoit allé promener par tout
Paris. Mais s'il avoit été si hardi cette fois là, ce n'avoit été
peut-être que parce qu'il savoit bien que tous ces bruits étoient faux,
ou que les Peuples menacent bien souvent des gens en leur absence,
devant qui ils tremblent, quand ils se trouvent une fois devant eux.
Quoi qu'il en soit ce Ministre considerant qu'il n'en étoit pas de même
en cette rencontre, où il avoit affaire à un favori, qui étoit non
seulement insolent de sa faveur, mais encore capable de tout
entreprendre contre lui, parce qu'il l'accusoit hautement de s'opposer
lui seul à son amour & à sa vanité, il fit semblant d'être encore bien
plus mal qu'il n'avoit été à Narbonne. Sous ce pretexte il demanda
permission au Roi de s'y en retourner, & Sa Majesté le lui ayant
accordé; au lieu de s'y arrêter, il passa jusques à Tarascon, parce
qu'il ne s'y croyoit pas en seureté. Il avoit resolu même de se retirer
plus loin, suivant les avis qu'il recevroit de la Cour, où il avoit
encore quelques amis, malgré qu'il y eut fait pieces á bien du monde.

Cinqmars ne le vit pas plûtôt parti que Mr. de Thou Conseiller d'Etat, à
qui il avoit dit en secret comme à son ami particulier ce que
Fontrailles étoit allé faire en Espagne, lui remontra qu'il s'étoit un
peu trop pressé, qu'il lui conseilloit maintenant qu'il avoit donné la
chasse à son ennemi de se contenter de ce Triomphe, sans persister dans
un engagement qui le rendroit criminel auprès de Sa Majesté, si elle
venoit jamais à le savoir; qu'il devoit faire revenir Fontrailles tout
le plûtôt qu'il lui seroit possible, & lui mander de trouver un pretexte
de rompre tout ce qu'il avoit ébauché. Cinqmars lui répondit que les
choses étoient trop avancées presentement pour en venir là, que les
Espagnols étoient gens à abuser de son secret, s'ils voyoient qu'il
voulut se moquer d'eux. Il se servit même de ce terme (pour lui montrer
qu'il n'en étoit plus le maître) que puis que le vin étoit tiré il le
faloit boire; qu'aussi-bien le Roi vouloit tantôt une chose & tantôt une
autre, de sorte qu'il n'y avoit nul fonds à faire sur la disposition
presente de son esprit. Mr. de Thou ne put repliquer, voyant qu'il ne le
payoit que de méchantes raisons, ou plûtôt d'une obstination qui le
menaçoit si visiblement de sa perte. Il lui dit pourtant tout ce qu'il
crut lui devoir dire là-dessus, mais cela n'ayant fait aucune impression
sur lui, il laissa aller les choses selon leur courant, voyant qu'il ne
pouvoit l'empêcher.

Le Cardinal ne fut pas plûtôt arrivé à Tarascon que ses amis lui
manderent que Cinqmars continuoit toûjours de le perdre dans l'esprit de
Sa Majesté, qu'ils en faisoient des railleries continuelles ensemble, &
que si cela venoit à durer ils ne savoient pas ce qui en arriveroit:
qu'en effet on parloit déja de lui faire rendre compte de tous les
deniers qui avoient été levez sous son ministere; qu'on l'accusoit
hautement d'en avoir converti une partie à son profit particulier; qu'on
faisoit, à propos de cela, sonner bien haut la depense qu'il avoit faite
à Richelieu, à Ruel & au Palais Cardinal; qu'on disoit même que Sa
Majesté ne lui devoit pas être bien obligée du don qu'elle lui faisoit
de ce Palais par son Testament, parce que c'étoit plûtôt une
restitution, qu'un don.

Le Cardinal fut allarmé à ces nouvelles. Il les regarda comme les
avant-coureurs de quelque disgrace qui ne pouvoit être que très-grande à
son égard, parce que quand les Ministres viennent à tomber une fois ils
ne tombent jamais que de bien haut. Néanmoins comme il trouvoit des
ressources dans son esprit que tous les autres ne trouvoient pas, il le
banda tellement qu'il vit quelque jour à pouvoir reveiller le besoin que
Sa Majesté avoit toûjours eu de lui, quand il s'étoit presenté quelque
affaire épineuse. Comme les ennemis étoient forts en Flandres, & que le
Comte de Harcourt, & le Marêchal de Grammont, qui y commandoient chacun
une armée separée l'une de l'autre, n'y étoient que sur la défensive, il
manda à ce dernier de faire quelque fausse demarche dont il ne se pût
retirer, que par une fuite honteuse. Il n'osa en demander autant à
l'autre, parce que le soin de sa reputation qu'il avoit élevée au plus
haut point par un nombre infini de grandes actions, le touchoit de plus
près que le desir qu'il pouvoit avoir de lui plaire. Le Marêchal qui
n'avoit pas tant de choses à ménager ne se montra pas si scrupuleux, il
fit le pas que son Eminence vouloit qu'il fit, & les ennemis l'ayant
chargé en même-tems, il prit si fort à tâche de se sauver que cette
journée fut nommée la journée des éperons, autrement la défaite de
Honrecourt.

Le Roi n'eut pas plûtôt avis de cet accident qu'il n'eut plus d'envie de
rire avec Cinqmars. Il regretta l'éloignement du Cardinal, dont il
trouvoit que les conseils lui étoient absolument necessaires dans une
rencontre comme celle-là. Il lui envoya même couriers sur couriers pour
le faire revenir, lui mandant qu'il eut à pourvoir à la seureté de la
Frontiere qui alloit être exposée au ravage des Espagnols, maintenant
qu'ils ne trouveroient plus d'Armée pour leur faire tête. Le Cardinal
ravi d'avoir si bien reüssi dans son dessein, ne partit ni à l'arrivée
du premier Courier ni même à celle du second. Il voulut que le mal
devint encore plus pressant avant que d'y apporter remede. Il laissa
faire aux ennemis une partie de ce que l'on a accoutumé de faire quand
on a remporté une grande Victoire. Le Roi qui se voyoit à plus de deux
cent lieuës delà, & qui s'en étoit toûjours réposé sur lui de bien des
choses, se trouvant encore plus incapable qu'auparavant d'y mettre
ordre, lui envoya de nouveaux couriers par lui commander de hâter son
depart. Il ne s'en pressa pas plus qu'auparavant, & ayant continué de
faire le malade, il manda au Roi qu'il étoit dans un si pitoyable état
qu'il lui étoit impossible de lui obeïr, sans se mettre en danger de
mourir en chemin. Le chagrin qu'il avoit eu depuis quelque tems l'avoit
si fort changé qu'il pouvoit faire accroire aisément ce qu'il lui
plairoit de dire de sa maladie, outre que pour en dire la verité il
avoit des hemorroïdes qui le desoloient depuis quelque-tems.

Le Roi fut sur le point de partir tout aussi-tôt pour l'aller trouver, &
il l'eut fait indubitablement si ce n'est que Cinqmars qui vouloit
empêcher à quelque prix que ce fut qu'il ne le vit point lui dit, que
s'il s'éloignoit du Camp tant soi peu, les affaires du siege, au lieu de
bien aller seroient bien-tôt dans un étrange desordre. On lui dit à
propos de cela que la jalousie qui regnoit entre le Marêchal de
Schomberg, & le Marêchal de Meilleraie causeroit bientôt d'étranges
revolutions; qu'il n'y avoit que sa presence seule qui le put empêcher,
tellement que la Conquête ou la perte de cette place ne dépendoit que de
la resolution qu'elle prendroit en cette occasion; que le Marêchal de la
Meilleraie étoit haï terriblement de toutes les troupes, à cause de la
vanité insupportable; qu'il avoit tous les jours des demêlez avec les
principaux Officiers, si-bien que quand ce ne seroit que pour lui faire
perdre la gloire qu'il pretendoit se donner de la prise de cette Ville,
ils ne se soucieroient guéres d'y faire leur devoir.

Ce discours qui étoit fondé sur l'apparence, parce qu'effectivement le
Marêchal s'en faisoit beaucoup accroire, mit le Roi dans une étrange
perplexité. Cependant dans le tems qu'il croyoit tout perdu, le Cardinal
eut avis de ce que Fontrailles qui étoit revenu d'Espagne y avoit été
faire. Cet avis lui vint d'Italie où étoit le Duc de Bouillon, à qui Sa
Majesté avoit donné le commandement de ses armées en ce païs-là. On
croit qu'il lui fut donné par un domestique de ce Duc qui étoit son
Pensionnaire, & à qui son maître se confioit entierement, parce qu'il le
croyoit bien éloigné de lui être infidèle. D'abord que le Cardinal l'eut
reçû avec une copie du traité qui lui fut envoyée en même-tems, afin
qu'il ne doutat point qu'il ne contint verité, il partit de Tarascon
pour aller trouver le Roi. Mr. de Chavigny Secretaire d'Etat, que
Cinqmars n'avoit jamais pû gaigner, donna avis à Sa Majesté de sa venuë.
Il en avoit été averti lui-même par un Courier exprès, & qu'il apportoit
avec lui dequoi confondre ses ennemis. Chavigny qui étoit des bons amis
de Mr. de Fabert le lui dit en confidence, & celui-ci qui l'étoit du
Marêchal de Schomberg lui en fit part, afin qu'il renonçât de bonne
heure à l'amitié d'un homme qu'il croyoit perdu. Il savoit le
particulier qu'il avoit depuis quelque tems avec Mr. de Cinqmars, & il
ne doutoit pas que son avis ne lui dut être agréable, parce qu'il avoit
encore assez de tems pour en profiter.

Le Marêchal fut bien surpris quand il entendit parler de la sorte
Fabert, qui étoit un homme sincere & incapable d'en donner à garder à
personne. Il envoya chercher un moment après Fontrailles, pour lui dire
ce qu'il venoit d'apprendre. Fontrailles lui répondit que ce qu'il lui
disoit-là ne le surprenoit point, & qu'il avoit déja soupçonné qu'il y
avoit quelque chose de conséquence sur le tapis, parce que depuis
quelques jours, le Roi ne faisoit plus si bonne mine à Cinqmars, qu'il
avoit accoutumé de lui faire. Il disoit vrai, mais sans que la nouvelle
que le Marêchal venoit de lui apprendre en fut cause: Tout le chagrin de
Sa Majesté ne venoit que de la défaite du Maréchal de Grammont.
Cependant, comme tout fait peur quand on se sent coupable, il n'en falut
pas davantage à l'un & à l'autre pour leur faire prendre leur parti. Le
Marêchal, sous pretexte d'être malade, quitta l'armée pour voir de loin
sur qui l'orage dont on étoit menacé viendroit à fondre; Fontrailles en
fit tout autant, après avoir tâché de persuader à Cinqmars de ne pas
attendre la foudre.

Le Cardinal étant arrivé devant Perpignan n'eut pas plûtôt instruit le
Roi de ce qu'il avoit découvert, que Sa Majesté fit arrêter Cinqmars. On
envoya ordre aussi en même-tems d'arrêter Mr. de Bouillon. Mr. de
Couvonges que le Comte du Plessis, qui commandoit en ce païs-là les
troupes du Roi, avoit chargé de cet ordre, l'executa fort adroitement.
Mr. de Thou fut arrêté, & celui-ci ayant été conduit à Lion avec Mr. de
Cinqmars, leur procès leur fut fait & parfait. Ils furent condamnez tout
deux à perdre la tête, celui-ci pour avoir voulu faire entrer les
ennemis dans le Royaume, celui là pour en avoir eu connoissance & ne
l'avoir pas revelé. Pour ce qui est de Mr. de Bouillon on parloit bien
de lui faire la même chose, mais comme il avoit dequoi racheter sa vie,
il en fut quitte pour donner sa place de Sedan. Fabert qui faisoit sa
Cour au Cardinal depuis plusieurs années, fut pourvû de ce Gouvernement
que plusieurs Officiers plus considérables que lui demandoient. Le
Cardinal ne survecut guéres à ce triomphe: les Hemorroïdes continuant
toûjours de lui faire mille ravages, il ne pût plus n'y s'asseoir ni
même durer dans une même situation. Ainsi il fut obligé de se faire
rapporter du Roussillon par des Suisses qui le portoient sur leurs
épaules. Dans tous les lieux où il logea on l'entra par les fenêtres
qu'on élargissoit à proportion du besoin que l'on en avoit, afin de l'y
faire passer plus commodément. On l'amena ainsi jusques à Rouanne, où on
le mit jusques à Briare dans un batteau; de Briare les Suisses
recommencerent à le porter comme ils avoient fait auparavant, & étant
arrivé de cette maniere à son Palais, il y mourut deux mois & vingt deux
jours après avoir fait mourir Cinqmars & de Thou.

Perpignan se rendit au Marêchal de la Meilleraie que le Roi ne faisoit
encore que d'arriver à Paris, & il prit Salée ensuite, pendant que nôtre
Régiment s'en revint à la Cour. Je vis pour la premiere fois, lors que
j'étois encore devant Perpignan, le Cardinal Mazarin à qui le Roi avoit
Procuré la pourpre deux ans auparavant, mais qui n'en reçût la _Barethe_
que lors que nous étions encore à ce siege. Sa fortune a été si
prodigieuse qu'il y a quantité de Souverains dont les richesses n'ont
jamais approché des siennes; aussi n'y a-t-il jamais eu d'homme qui se
soit prevalu comme lui du poste où il fut bientôt placé. Il y a
cependant lieu de s'étonner comment il put resister au grand nombre
d'ennemis & de jaloux qu'il se fit bientôt par sa haute conduite; mais
ce qu'il y a encore de plus étonnant ce me semble, c'est qu'un Peuple
qui a toûjours aimé la liberté autant que le nôtre, ait jamais pû
souffrir de se voir la proye de son avarice. Le Roi l'avoit mis de son
Conseil après quelques services qu'il avoit rendus en Italie; & comme il
avoit l'esprit souple, le Cardinal de Richelieu à qui il avoit grand
soin de faire sa Cour, l'employa bientôt dans des affaires de grande
importance. Le Roi le chargea d'aller prendre possession de la Ville de
Sedan, & y ayant installé Fabert il s'en revint en Cour où la mort de ce
premier Ministre arriva bientôt après.

L'on crut, d'abord qu'il fut mort, que comme le Roi ne l'avoit jamais
guéres aimé, sa famille ne seroit pas long-tems dans le lustre où il
l'avoit mise. Mais Sa Majesté qui prevoyoit que si elle faisoit un coup
comme celui là, ce seroit témoigner trop ouvertement, comme on l'avoit
dit souvent dans le monde, que ce Ministre l'avoit toûjours tenuë en
tutelle, & qu'il n'y avoit que sa mort qui l'en eut fait sortir, elle
l'y maintint non-seulement, mais lui accorda encore de nouveaux
honneurs. Elle fit recevoir au Parlement le fils du Marêchal de Bresé
Duc & Pair, ce qui ne plut point du tout à la Reine, qui ayant toûjours
été maltraitée durant son ministere, esperoit que maintenant que son
Eminence avoit les yeux fermez Sa Majesté la vengeroit elle-même de tout
ce qu'elle lui avoit fait. Elle le croyait d'autant plus, qu'il sembloit
qu'en la vengeant elle se vengeroit elle-même en même tems de quantité
de choses, où l'on pouvoit dire qu'il avoit manqué de respect envers
elle, comme dans les rencontres dont j'ai parlé ci-devant.

Cependant quoi que le Roi usât de cette Politique à cet égard, cela ne
l'empêcha pas de mettre en liberté quantité de Prisonniers que ce
Ministre avoit fait arrêter sous divers pretextes. Il y en avoit
quelques-uns entr'autres comme le Marêchal de Bassompiere & le Comte de
Carmain qui étoient renfermez à la Bastille depuis dix ans, & à qui l'on
n'eut jamais fait voir le jour, si le Cardinal eut toûjours vécu; mais
bien que Sa Majesté ne le fit que pour rejetter sur lui la cause de leur
prison, & se disculper par là de la haine publique, il arriva qu'en
voulant acquerir la réputation d'un Prince rempli de bonté, puis qu'il
rendoit la liberté à des malheureux, qui ne l'avoient perduë que parce
qu'ils avoient osé déplaire à ce Ministre, elle acheva de persuader à
tout le monde, comme on le croyoit déja tout aussi-bien, qu'elle n'avoit
jamais eu la force de gouverner son état par elle-même. En effet elle
n'eut jamais souffert qu'on leur eut fait cette violence si elle se fut
montrée maîtresse comme elle devoit l'être. C'est ce que tous ses bons
sujets, qui avoient beaucoup souffert sous ce Cardinal desiroient
qu'elle fit, mais à quoi ils ne purent jamais parvenir tant qu'elle
vécut. Ce qu'il y a d'assez extraordinaire en cela, c'est que ce
Ministre avoit joint souvent la raillerie à la violence envers ceux
qu'il prenoit à tâche d'opprimer. Madame de St. Luc qui étoit soeur du
Marêchal de Bassompiere l'étant allé voir plusieurs fois pour le prier
de vouloir addoucir les peines de son frere, il avoit feint, comme il y
avoit bien à dire qu'elle n'eut autant d'esprit que lui, d'être le
premier à y entrer: ainsi en lui parlant là dessus il lui avoit demandé,
comme elle lui disoit qu'il étoit malade, si ce n'étoit point qu'il
s'ennuyât. C'étoit une plaisante demande à faire d'un homme qui étoit
renfermé depuis dix ans entre quatre murailles, & sur tout d'un homme
qui avoit été autant du monde que l'avoit été ce Marêchal: aussi Mr. de
S. Luc, & tous ceux que prenoient part dans le malheur de ce prisonnier
ne voulurent plus qu'elle retournât voir son Eminence, trouvant qu'il y
avoit tout autant de peine, & même peut-être d'avantage, à souffrir
cette insulte que la violence qu'il faisoit au Marêchal.

D'abord que je fus de retour à Paris la cabaretiere mit en usage toute
sorte d'industrie pour me voir malgré son mari, elle me donna divers
rendez-vous, tantôt chez une de ses amies tantôt chez une autre &c.

Ce pauvre jaloux avoit toûjours toute aussi méchante opinion que jamais
de sa femme, & comme le parti qu'ils avoient pris l'un & l'autre de ne
plus coucher ensemble mettoit encore une plus grande aversion entr'eux,
il ne songea qu'à la surprendre en flagrant delit, afin d'avoir lieu de
la faire raser & de la mettre dans un couvent. C'est pourquoi il fit
semblant que son Commerce l'appelloit en Bourgogne. Et prepara toutes
choses comme s'il eût eu effectivement envie d'y aller: ainsi pendant
que nous croyons qu'il alloit partir, il ne songeoit qu'à demeurer à
Paris, afin d'observer lui même toutes nos demarches. Il fit cependant
tout ce qu'il devoit faire, afin de nous mieux tromper. Il graissa ses
bottes, accommoda sa valise, s'acheta un cheval & fit parti avec trois
ou quatre Marchans de vin pour faire leur Voyage ensemble de Compagnie.
Sa femme qui fut temoin de tout cela, me le dit dans un rendez-vous que
j'eus avec elle.

Nous n'étions encore alors qu'au commencement du mois d'Octobre, & la
saison avoit été si chaude cette année là, que toutes les vendanges
étoient déja faites. Par tout l'Automne étoit même toute aussi-belle que
l'Eté l'avoit pu être, de sorte que je me souviens encore comme si ce
n'étoit qu'aujourd'hui que le jour que le cabaretier fit semblant de
partir il avoit fait ce jour là une si grande chaleur qu'à peine en
avoit-il fait d'avantage à la S. Jean. Les soirées qui commencent
d'ordinaire à être fraisches en ce tems là, ne l'étoient pas même encore
devenuës, & on le va bien voir par ce que je vais dire tout
presentement. Il faisoit d'ailleurs ce soir là un grand clair de l'une,
& encore il sembloit que l'on fut en été, tant il y avoit de monde à
toutes les promenades. Quoi qu'il en soit, comme les ténébres sont plus
commodes aux amans que la lumiere, ce grand clair de lune ne m'eut point
accommodé du tout, si j'eusse cru devoir apprehender quelque chose; mais
étant hors de toute inquiétude là dessus je m'en fus sur le soir chez
une confidente de ma maîtresse où je devois trouver la clef de sa
chambre, afin que j'y pusse entrer devant qu'elle vint à s'y retirer.
Cette confidente l'étoit allée voit une heure auparavant, & m'ayant fait
souper avec elle, comme elles en étoient convenuës ensemble, je partis
sur les neuf heures de sa maison pour m'acheminer à mon rendez-vous.

Le mari faisoit le guet de l'autre côté de la ruë, tout vis-à-vis de sa
porte. Il avoit le nez enveloppé dans un manteau d'écarlatte qu'il avoit
acheté tout exprés à la fripperie pour se mieux déguiser. Il l'apperçus
bien, quoi qu'il fut sur le pas d'une porte; mais comme je le croyois
déja à plus de dix lieuës de là & que ce manteau le defiguroit encore si
bien qu'il eut fallu être sorcier pour le reconnoître, il ne me vint pas
seulement dans la pensée que ce fut lui. J'entrai donc dans l'allée de
son logis, tout en sa presence, & comme il me reconnut mieux que je ne
le reconnoissois, il fut ravi de se voir si près du tems qu'il attendoit
de se pouvoir venger de sa femme & de moy; car il avoit resolu de me
faire une méchant parti au hasard de tout ce qui lui en pourroit
arriver. Il pretendoit, m'estropier tout du moins s'il ne me tuoit pas,
& c'est ce que je sçu depuis de son garçon même qui lui avoit promis de
lui prêter main forte pour l'exécution de son dessein.

D'abord que je fus entré dans ce logis je montai le plus doucement qu'il
me fut possible à la chambre où j'avois rendez-vous; elle étoit au
second étage, parce que cet homme avoit laissé la premiere pour les
escots de consequence, qui lui pouvoient venir: elle étoit même assez
parée d'ordinaire; mais ne voulant pas que la justice pût mordre sur lui
quand il auroit fait le coup qu'il pretendoit, il l'avoit fait démeubler
la veille, sans que personne le sçut que son garçon. Il en avoit fait
porter les meubles chez un cousin de ce garçon qui étoit un de ses
locataires, & qu'ils avoient mis tous deux de leur secret.

J'ouvris la porte de la chambre où je devois entrer, tout aussi
doucement que j'étois monté le degré. Je la refermai sur moi tout de
même, & me tins tout auprès sans bouger de ma place, tant, de peur de
faire du bruit & que l'on ne m'entendit au dessous, que pour entendre
moi même quand la cabaretiere monteroit. J'étois convenu avec elle de
lui ouvrir cette porte d'abord qu'elle grateroit, & il falloit que je
fusse ainsi tout auprès pour ne pas prendre pour elle des gens qui
pouroient y venir, si je manquois à y prendre garde. Le tems me dura
assez long tems devant que de l'entendre monter, parce que quoi qu'il
fut déja tard, quand j'étois arrivé elle vouloit voir retirer tous ses
gens devant que de s'aller coucher. Son mari avoit averti son garçon de
mon arrivée, sans qu'elle eut pû s'en deffier, ce garçon étoit allé sous
pretexte de quelque necessité dans l'allée du logis, où le Maître étoit
convenu qu'il iroit lui même le trouver pour lui dire à l'oreille, ce
qu'il auroit découvert. Cela s'étoit exécuté tout de même qu'ils
l'avoient concerté ensemble. Le garçon ayant paru sur la porte, le
Maître lui étoit venu dire de se tenir prêt & que la bête étoit dans les
toilles. C'étoit ainsi qu'il m'avoit nommé à lui, & il croyoit sans
doute ma mort toute aussi proche que celle d'un pauvre sanglier ou de
quelque autre animal qu'on y fait donner. Quoi qu'il en soit la femme
s'étant retirée après avoir vu passer tous ses gens où ils avoient
coutume de s'aller reposer, elle vint à la porte de la chambre où elle
n'eut pas plûtôt gratté, qu'elle lui fut ouverte. Nous nous mimes au lit
un moment après, & il n'y avoit pas une demie heure que nous y étions
que le garçon fut ouvrir la porte de la ruë à son Maître. Il s'étoit
muni d'un pistolet & d'un poignard pour ne me pas marchander.

Nous étions bien éloignez sa femme & moi de songer à ce qui s'alloit
passer, & nous ne pensions uniquement qu'à nous donner du bon tems,
quand ce mari qui étoit monté tout doucement avec son garçon voulut
ouvrir nôtre porte avec une double clef qu'il avoit fait faire; nous
fumes bien surpris elle & moi quand nous entendîmes ce manége; mais
comme par bonheur j'en avois fermé le verrouil, j'eus le tems de prendre
le parti que me conseilloit la prudence, car je me doutai aussi-tôt de
ce que c'étoit, ce qui fut cause que je ne fus pas long-tems à prendre
mon parti. Mais comme je voulois m'habiller & me jetter dans la Cour
d'un Rotisseur qui étoit sous les fenêtres d'un cabinet à côté de la
Chambre, je me trouvai tellement pressé que je n'eus pas le tems de
mettre seulement, ni mon justaucorps ni mon haut de chemise. Le
cabaretier qui étoit homme de precaution aussi-bien que moi, avoit
apporté avec lui une barre de fer pour casser la porte en cas qu'elle
lui fit la moindre resistance, & comme cette porte n'étoit pas trop
bonne, il l'eut bientôt fenduë en deux. Je fus sage: dès le premier coup
qu'il y donna, j'ouvris la fenêtre de ce cabinet, & m'étant jetté du
haut en bas, dans la Cour dont je viens de parler, je fus tomber sur une
vingtaine de garçons rotisseurs qui étoient assis les uns auprès des
autres. Ils profitoient du beau clair de Lune qu'il faisoit pour piquer
leur viande, & ne songeoint guéres à moi. Comme j'etois nud en chemise,
je laisse à penser combien ils furent surpris me voyant en cet équipage:
j'en étois connu, parce que depuis le gain des quatre-vingt pistoles que
j'avois fait, j'avois toûjours continué à carabiner dans l'antichambre
du Roi, & n'y avois pas été trop malheureux; ainsi comme cet argent qui
ne me coutoit rien ne me coutoit guéres aussi à depenser, j'en avois
fait grand chere, & bon feu, de sorte que les rotisseurs & les
cabaretiers s'en étoient ressentis aussi-bien que les plumassiers, les
Marchands d'étoffes & les Marchands de ruban. Or tandis qu'il m'avoit
été permis de voir ma maîtresse chez elle, ce rotisseur avoit toûjours
eu ma pratique, & même je ne la lui avois pas encore ôtée depuis, parce
qu'il me sembloit qu'il avoit de meilleure viande que les autres.

Ces garçons qui avoient ouï parler de mon intrigue avec la femme de leur
voisin, parce qu'après l'éclat qu'il avoit fait, il étoit impossible
qu'ils n'en sçussent quelque chose, se douterent bien alors de ce qui
m'étoit arrivé. Leur maître & leur maîtresse qui ne l'aimoient point,
parce qu'il étoit extrémement avare, & peu traitable avec ceux à qui il
avoit affaire, me donnerent en même-tems des souliers avec un manteau &
un chapeau. Ils m'eussent bien donné l'habit tout complet, si j'eusse eu
le tems de l'endosser, mais comme ils craignoient que le jaloux ne me
vint chercher chez-eux quand il verroit que je ne me pourois être sauvé
autre part, ils me conseillerent de gagner païs, sans perdre un moment
de tems. Je crus que leur Conseil n'étoit pas mauvais, & l'ayant suivi à
l'heure même, je m'en fus chez le même Commissaire qui l'avoit emmené en
prison, lors qu'il m'avoit fait sa premiere incartade. Je me donnai bien
de garde étant arrivé chez lui de lui conter mon affaire, comme elle
étoit, il n'y eut pas eu pour moi le mot pour rire; Car s'il est vrai
qu'il n'y ait point de Ville au monde où il se fasse tant de cocus
impunément qu'il s'en fait à Paris, il ne laisse pas d'être constant que
cet abus se punit dans de certains cas, comme étoit le mien; du moins
s'il ne m'en fut pas arrivé grand mal, toûjours est-il certain que ma
maîtresse dont j'étois bien aise d'épargner la réputation & le repos,
n'en eut pas été quitte à si bon marché.

Ayant donc eu l'esprit assez present pour lui conter un mensonge au lieu
de la verité, je lui dis que m'étant engagé au jeu toute l'après dînée,
& y ayant demeuré jusques à dix heures du soir, la faim m'avoit
tellement pressé au sortir de là, que j'avois demandé qu'on m'appretât
quelque chose dans le premier cabaret que j'avois trouvé en mon chemin;
mais que l'heure induë qu'il étoit ayant été cause qu'on m'y avoit
refusé, j'avois cru que si j'allois en païs de connoissance, on y auroit
plus de charité pour moi; que dans cette esperance j'étois allé chez le
cabaretier en question, qui m'avoit assez bien reçû en apparence; qu'il
m'avoit fait monter dans une petite chambre à côté de la sienne, où il
m'avoit dit qu'il m'alloit faire apporter à manger; qu'un moment après,
il y étoit venu lui-même comme faisant semblant de vouloir s'aller
coucher; qu'il m'avoit dit d'entrer dans sa chambre, en attendant que
mon souper fut prêt, que je l'avois fait sans penser aucunement à ce qui
m'alloit arriver; mais qu'un moment après au lieu de me voir apporter à
manger, il étoit entré dans cette chambre accompagné de ses deux garçons
& de deux Bretteurs que je ne connoissois point; qu'ils s'étoient jettez
tous cinq sur moi, & qu'après m'avoir dépouillé nud comme la main à la
reserve de ma chemise, le cabaretier m'avoit dit de me recommander à
Dieu, parce qu'il alloit me poignarder dans un moment; que j'avois été
bien surpris à un compliment si terrible; mais qu'ayant été si heureux
que de conserver le jugement, quoi qu'il y ait bien des rencontres où on
le perd, qui néanmoins à beaucoup près ne sont pas aussi embarrassantes
que celle là, je l'avois prié que je me pusse retirer, en quelque coin,
pour y faire ma priere, qu'il me l'avoit permis, & qu'étant entré dans
le cabinet où je savois qu'il y avoit une fenêtre sur la Cour d'un
Rotisseur, je m'y étois jetté, aimant mieux m'exposer à me rompre le cou
que d'être poignardé si miserablement; que graces à Dieu, je ne m'étois
pas fait grand mal; que le Rotisseur & sa femme m'avoient donné le
manteau, le chapeau & les souliers qu'il me voyoit; qu'au surplus je ne
pouvois dire, pourquoi le cabaretier m'avoit voulu ainsi assassiner, si
ce n'est que je lui avois conté que j'avois gagné la veille soixante
Louis dans l'Antichambre du Roi, & que je les lui avoit montrez dans ma
bourse.

Le Commissaire, qui savoit le sujet que ce mari avoit de ne me pas
vouloir de bien, ne crut tout ce qui je lui disois que par benefice
d'inventaire. Il crut bien plûtôt que ce qui avoit pensé m'arriver
venoit de sa jalousie; de sorte que j'eus beau lui repêter qu'il avoit
voulu sans doute me voler mon argent, je ne fis pas grand impression sur
son esprit. Il étoit vrai, comme je venois de le dire, que j'avois gagné
soixante loüis la veille, mais il n'étoit point vrai ni que je les lui
eusse montrez, ni que je les eusse dans ma bourse, je les avois laissez
au logis avec le reste de mon argent, à cause de la quantité de voleurs
qui regnoient alors à Paris: comme impunément le Lieutenant criminel les
protegeoit, moyennant une certaine retribution qu'il recevoit d'eux à ce
qu'on pretendoit, je ne sais pas si l'on disoit vrai ou non, & tout ce
que je sais, c'est que du moment que les boutiques étoient fermées, il
ne faisoit pas seur de mettre son nez dans les ruës. Il n'y avoit encore
ni Lieutenant de Police ni guet, & ceux qui devoient avoir soin de
veiller à la seureté publique, étoient accusez aussi-bien que le
Lieutenant criminel d'avoir part aux vols qui s'y faisoient, moyennant
qu'ils fissent semblant de ne pas savoir qui les faisoit. Le bel ordre
que l'on voit aujourd'hui n'est dû qu'aux soins paternels du Roi envers
son Peuple, & à la vigilance d'un grand Ministre qui en a été haï
mortellement jusques à present, quoi que si l'on examine bien sa
conduite, l'on verra qu'il n'y en a guéres eu dans le Royaume qui ait
travaillé aussi utilement qu'il a fait à sa grandeur. C'est à lui que
nous devons l'établissement de quantité de Manufactures ausquelles on
n'avoit jamais pensé auparavant. Le bon ordre qu'il y a aujourd'hui dans
les Finances, la Puissance de la Marine, & mille autres belles choses
qui seroient trop longues à specifier sont aussi les effets de son grand
genie.

Mais sans m'arrêter à cela, dont il ne s'agit pas ici, & dont aussi je
n'ai parlé que par occasion, & parce que la force de la verité m'y à
contraint, je dirai que le Commissaire ne fut pas faché de la plainte
que je venois de lui rendre. Il avoit trouvé de la brutalité dans le
cabaretier, lors qu'il avoit eu affaire à lui, & ne croyant pas qu'il en
eut été assez puni, à cause de la protection que nous avions fait
trouver Athos & moi, sans qu'il en sçut rien, auprès de Mr. de Treville,
il eut bien voulu qu'il n'en eut pas été quitte cette fois là à si bon
marché qu'il l'avoit été l'autre. J'eus permission d'informer contre
lui, & n'ayant point d'autres témoins à produire que les garçons
rotisseurs que j'avois pensé abimer en tombant sur eux, le Commissaire
reçût leur deposition. Ils lui dirent qu'il falloit que j'eusse été bien
pressé pour me jetter, comme j'avois fait, d'un second étage en bas;
qu'il y avoit deux de leurs camarades qui en étoient blessés, parce que
c'étoit sur eux que j'étois tombé principalement, qu'ainsi ils le
requeroient qu'ils eussent part aux dommages & intérêts qu'il pouroit y
avoir contre le cabaretier.

Je ne sais si leurs dépositions meritoient qu'on decretât contre lui,
j'en doute même beaucoup. Cependant soit que le Commissaire fit là un
tour de son metier, ou que l'argent que je prodiguois pour n'avoir pas
le dementi de cette affaire fit un bon effet auprès du Lieutenant
Criminel, j'eus de lui tout ce que je pouvois desirer. Il m'accorda un
decret, & l'ayant fait executer dès le jour même, je fis loger mon homme
dans la prison du grand Chatelet. Il fut bien étonné quand il se vit là,
& ne se pouvant empêcher d'accuser d'injustice celui qui avoit decreté
contre lui, cela ne fut pas plûtôt rapporté à ce juge, qu'il le fit
mettre dans un cachot. On ne l'y laissa parler à personne, & les
guichetiers l'ayant maltraité d'ailleurs par son ordre, il commença à
connoitre qu'il eut mieux fait de souffrir d'être cocu sans rien dire,
que d'être exposé à tant de peines & d'affronts pour s'en être voulu
plaindre.

Sa femme ne fut point fachée du tout de sa méchante fortune, parce que
sans cela il pretendoit bien la faire raser. Il l'avoit déja enfermée
dans sa chambre, où il contoit de ne la nourir que de pain & d'eau, en
attendant qu'il obtint un arrêt tel qu'il lui en falloit un, pour la
loger ou aux Magdelonettes ou dans quelque autre maison semblable; mais
elle ne vit pas plûtôt que les Archers l'avoient non-seulement emmené en
prison, mais qu'ils y avoient encore emmené son garçon, qu'elle changea
bien de langage. Elle s'étoit jettée d'abord à genoux devant lui, parce
qu'elle voyoit qu'il l'avoit prise en flagrant delit, mais se doutant
bien, parce qui venoit d'arriver, que j'avois été au conseil quelque
part, & que l'on avoit si-bien tourné l'affaire que tout cocu qu'il
étoit il avoit encore la mine d'être battu, elle rendit sa plainte de
son côté contre lui. Il est vrai qu'elle ne le fit que parce que je lui
fis dire, ce qu'elle devoit faire si elle vouloit sauver sa réputation.
Sa plainte fut assez conforme à la mienne, si ce n'est que je ne voulus
pas qu'elle accusât son mari de m'avoir voulu voler. Je trouvois que
cela ne conviendroit guéres à une femme, & qu'il valloit mieux le
laisser deviner aux autres, que de le dire elle-même; mais à cela près
elle fit assez entendre qu'il avoit en dessein de me maltraiter, & que
c'étoit là le souper qu'il me preparoit, au lieu de celui que je lui
avois demandé en entrant chez-lui. Elle l'accusa aussi de n'avoir fait
tout cela, que par jalousie, & par une suitte de cette malheureuse
passion qui l'avoit déja fait mettre une fois prisonnier. Cette femme
n'eut pas plûtôt la liberté qu'elle fut bien surprise de voir sa
premiere chambre demeublée. Nous découvrîmes à force de nous en informer
que c'étoit lui qui l'avoit fait, & même le lieu où il avoit fait mettre
ces meubles. Nous fortifiâmes nôtre affaire par là, & en ayant tiré des
inductions qu'il avoit premedité son coup, & qu'il savoit bien qu'il
faisoit mal, puis qu'il avoit ainsi cherché à mettre ses meubles à
couvert, je fis dire sous main à ses deux garçons, qu'il y alloit de la
corde pour eux s'ils ne trouvoient moyen de se sauver. Il y en avoit un
qui étoit plus coupable que l'autre, puis qu'il étoit venu avec lui pour
lui prêter main forte; mais quoi que son camarade fut non-seulement
innocent, mais qu'il ne sçut pas même pourquoi on l'avoit emprisonné, il
ne laissa pas de trembler. Il eut peur particulierement quand on lui eut
appris qu'il étoit accusé du recellement de ces meubles, & de m'avoir
voulu voler. Il savoit qu'il se faisoit bien des injustices à Paris, &
que l'on n'y condamnoit pas moins d'innocens que l'on y sauvoient de
coupables. Quoi qu'il en soit l'autre qui trouvoit sa conscience un peu
plus chargée ayant été le premier à lui conseiller de se sauver avec
lui, il lui fit voir que cela ne leur seroit pas impossible, s'ils
ôtoient quelques pierres qui les empêchoient de se jetter dans la ruë, à
côté de laquelle, ils avoient été mis. Ils y travaillerent de concert, &
les ayant ôtées adroitement ils passerent par le trou & s'y sauverent
eux & toute leur chambre. Ils firent ce coup là pendant une nuit, qui
leur parut d'autant plus favorable qu'elle étoit plus obscure. Il y eut
un prisonnier cependant qui en se sauvant se cassa une jambe, tellement
qu'ayant été repris, il accusa les deux garçons cabaretiers d'avoir
excité les autres à faire ce trou.

Cela fit encore beaucoup de tort à leur maître. Il n'y eut plus personne
qui ne le soupçonnàt d'être coupable, & comme il craignoit que son
innocence ne succombât sous l'artifice, il écrivit une Lettre au beau
Frere de Mr. de Treville à qui il exposoit son malheur. Ce Magistrat qui
étoit homme de bien fut frapé de cette Lettre; aussi étoit-elle tout à
fait touchante, d'autant plus qu'il y reconnoissoit un certain air de
sincerité qui ne régne jamais parmi le mensonge. Il la montra à Mr. de
Treville à qui il dit, que comme il auroit plus de pouvoir que lui sur
mon esprit, quand ce ne seroit qu'à cause que j'étois de son païs, il
lui conseilloit d'empêcher que je ne misse d'avantage de divorce dans ce
ménage; qu'ainsi si je me montrais rebelle à ses remontrances, il eut à
me menacer d'y employer l'authorité pour me renvoyer chez mon Pere. Mr.
de Treville qui avoit beaucoup de defference pour lui, lui promit
aussi-tôt de faire tout ce qu'il voudroit. Il envoya dire en même tems à
Athos de m'amener chez lui le lendemain matin à son lever. J'y fus, sans
savoir ce qu'il me vouloit, ni même sans m'en douter aucunement. Mr. de
Treville n'étoit pas encore tout à fait habillé quand j'y arrivai, mais
ayant achevé de l'être dans un moment, il me dit de passer avec lui dans
son cabinet, & qu'il avoit à m'entretenir de quelque chose.

Quand nous y fumes il m'obligea d'y prendre un siege, & en ayant pris un
lui-même, il me demanda à quel dessein j'étois venu à Paris, & si ce
n'étoit pas pour y faire fortune; qu'il n'avoit pas encore songé à s'en
enquerir de moi, mais que comme il avoit reçû il n'y avoit que deux
jours des lettres du païs, par lesquelles je lui étois recommandé, il ne
vouloit pas differer d'avantage à me faire cette demande. Je lui fis une
grande reverence pour m'attirer encore sa protection par moi-même,
croyant qu'il me parloit de bonne foi; ainsi lui ayant répondu que je
n'avois jamais eu d'autre dessein en sortant du païs que celui qu'il me
disoit, je fus bien surpris qu'il me tourna la medaille lors que j'y
pensois le moins; car il me repliqua que je devois être de meilleure foi
avec lui, & ne pas craindre de lui dire naïvement ma pensée. Je repris
la parole à l'heure même pour lui demander ce qu'il vouloit dire par là.
Je tâchai de lui faire entendre que je n'avois jamais eu d'autre pensée
que celle que je venois de lui témoigner, qu'ainsi il étoit fort inutile
qu'il m'en demandât d'autre explication que celle que je lui avois faite
tout presentement, puis que je n'avois pas autre chose à lui dire. Mr.
de Treville me répondit encore avec un sang froid qui pensa me desoler,
& même en branlant la tête pour me mieux témoigner qu'il n'ajoutoit pas
foi à mes parolles, que si je voulois toûjours ainsi avoir de la reserve
pour lui, il ne faloit pas que je m'attendisse qu'il me rendit jamais
aucun service, qu'il aimoit la sincerité par dessus toutes choses, de
sorte que quand il voyoit qu'on lui en manquoit, il ne faisoit plus de
cas de toutes les autres belles qualitez qu'un homme put avoir
d'ailleurs.

J'eusse autant aimé qu'il m'eut parlé grec que de me parler de la sorte,
& j'eusse autant entendu l'un que l'autre. Ainsi le priant de
s'expliquer mieux lui-même, s'il vouloit en savoir d'avantage, il me
répondit qu'il le vouloit bien, puis qu'il n'y avoit point d'autre moyen
que celui là de me faire entendre ce qu'il me vouloit dire. Il me
demanda là dessus quel chemin j'avois pris jusques là pour faire
fortune, & s'il n'avoit pas eu raison de croire que je lui imposois,
quand je lui avois dit que je n'étois point venu à Paris dans d'autre
dessein que celui là: si j'avois jamais oüi dire qu'on la fit en
s'attachant auprès d'une cabaretiere comme j'avois fait depuis que
j'étois arrivé; que quand on se mettoit une fois sur ce pied là, ce
n'étoit pas le moyen de faire autre chose; que bien loin d'y acquerir de
la réputation parmi les honnêtes gens, on ne faisoit que se deshonnorer
auprès deux; qu'il ne disconvenoit pas à la verité que les bonnes graces
d'une Dame ne servissent à faire briller le merite d'un jeune homme;
mais que pour que cela fut, il falloit que la Dame fut d'un autre rang,
que celle que je voyois; que l'intrigue que l'on avoit avec une femme de
qualité passoit pour galanterie, au lieu que celle que l'on avoit avec
celles qui ressembloient à ma maîtresse, ne passoit que pour debauche &
pour crapule.

Je trouvai de l'injustice dans ce qu'il me disoit là; parce qu'après
tout le vice est toujours vice, & qu'il n'est pas plus permis à une
femme de qualité de faire l'amour qu'à celles de la lie du Peuple; mais
comme l'usage autorisoit ses reproches, je m'en trouvai si étourdi que
je n'eus pas la force de lui répondre une seule parole. Il prit ce tems
là pour me demander à quoi j'étois résolu, & si c'étoit à quitter cette
femme ou à renoncer à ma fortune; qu'il n'y avoit point d'autre parti à
prendre pour moi, parce que si je ne le faisois de bonne grace, il
seroit obligé d'en parler au Roi, de peur que je ne deshonnorasse mon
païs par une vie molle & indigne d'un homme de ma naissance; que je ne
savois peut être pas que tous ceux qui étoient mes compatriotes & qui
avoient tous ouï parler de mon attache, se moquoient de moi; que si j'en
doutois il n'avoit rien à me dire pour m'en faire connoitre la verité,
sinon qu'il falloit bien qu'il en fut quelque chose, puis que cela étoit
parvenu jusques à lui.

Je fus si touché de ces reproches qu'il m'est impossible de l'exprimer.
Je baissai les yeux contre terre, comme un homme qui eut été pris en
flagrant delit, & Mr. de Treville me croyant à demi convaincu de ma
faute par la posture que je tenois, acheva de me rendre le plus confus
de tous les hommes par des traits piquans qu'il lança contre tous ceux
qui menoient la même vie que j'avois menée jusques là. Il fut ravi de
m'avoir amené au point qu'il desiroit & me demandant si je ne voulois
pas bien lui promettre presentement de ne plus revoir cette femme, je
balançai quelques momens à lui en donner ma parole, en effet je savois
qu'il étoit d'un homme d'honneur de ne la jamais donner sans la tenir &
qu'il valloit bien mieux ne rien promettre. Mr. de Treville voyant que
je rendois encore quelque combat n'en fut point du tout étonné, parce
qu'il savoit que la victoire que l'on remporte sur soi-même dans ces
sortes de rencontres ne se remporte pas sans effort: aussi se contentant
de faire succeder presentement les persuasions aux reproches, il me prit
de toutes sortes de façons pour achever de me tirer de la fange où
j'étois. Enfin m'étant fait toute la violence qu'un homme de courage &
de resolution se pouvoit faire, je lui dis d'un ton qui lui plut
merveilleusement, que c'en étoit fait, à ce coup-là, & que je lui aurois
obligation toute ma vie, de m'avoir retiré du précipice où je m'étois
engagé si imprudemment, que je ne reverrois jamais cette femme, & que je
consentois à ne passer jamais que pour un infame s'il se trouvoit que je
lui manquasse de parole.

Je fut ravi que je m'imposasse cette peine à moi-même, parce qu'il
jugeoit delà que mon intention étoit bonne. Cependant comme il y avoit
alors deux choses à faire; l'une de tirer son mari de prison, l'autre de
les remettre bien ensemble & de tacher de la consoler de la banqueroute
que je lui allois faire, je laissai à Mr. de Treville & à son beau-frère
le soin de faire les deux premiers articles, & ne me reservai que le
troisiéme. J'écrivis à cette femme qu'ayant été si malheureux que de
l'avoir perduë de réputation par deux fois, je ne voulois pas m'exposer
une troisiéme à la même chose; que le Ciel qui l'avoit preservée, comme
par miracle, de ce qui lui en devoit arriver, se lasseroit peut-être à
la fin, de la secourir s'il voyoit que nous abusassions de sa bonté; que
je lui conseillois de retourner avec son mari, s'il vouloit bien se
raccommoder avec elle; que le beau frere de Mr. de Treville qui les
avoit déja raccommodez une fois ensemble vouloit bien encore avoir la
charité d'y travailler une seconde; que pour moi, tout ce que je pouvois
faire presentement pour lui marquer que je l'avois estimée véritablement
étoit de desirer qu'elle ne fit jamais de part de ses faveurs à d'autre
qu'à son mari; qu'une femme n'étoit jamais plus estimable que quand elle
étoit sage, & que pourvu que j'apprisse qu'elle le fut, elle pouvoit
conter que je serois toûjours d'autant plus son ami que je ne voulois
plus être son amant, par rapport seulement à ses intérêts, sans
considerer les miens en aucune façon.

J'accompagnai cette lettre de la moitié de mon argent que je lui envoyai
pour lui témoigner que si elle avoit bien voulu me donner son coeur, je
voulois bien aussi lui donner tout ce que j'avois de plus précieux. Elle
fut bien surprise à la réception de cette lettre, & m'ayant renvoyé mon
argent, elle me récrivit en des termes si tendres & si touchans que si
j'eusse été encore à donner ma parole à Mr. de Treville, je ne sais si
je l'eusse voulu faire presentement. Mais enfin me trouvant lié
heureusement par-là, parce que c'est souvent un bonheur que de n'oser
faire ce que nous conseille nôtre foiblesse, je tins ferme contre une
infinité de mouvemens qui me representoient à toute heure que c'étoit
être cruel à moi-même que l'être à cette femme. Je lui fis réponse
néanmoins en des termes qui étoient tout aussi honnêtes que les siens,
quoi qu'ils ne fussent pas si passionnez. Mais comme rien ne lui pouvoir
plaire, si je ne lui rendois mon coeur, que je lui voulois ôter, elle me
renvoya encore mon argent que j'avois jugé à propos de lui offrir tout
de nouveau. Je l'avois fait afin de lui faire voir que je n'aurois pas
manqué ni d'amour ni de reconnoissance si des raisons aussi importantes
que celles que j'avois presentement ne m'eussent obligé de lui vouloir
ôter mon coeur.

Pour abréger tout d'un coup bien des choses qui furent la fuite de ce
que je viens de dire, tout ce qu'elle put faire lui ayant été inutile
pour me faire revenir à elle, nous primes chacun de nôtre côté le parti
que nous conseilloit la prudence, elle se raccommoda avec son mari que
le beaufrere de Mr. de Treville fit sortir pour la seconde foi de
prison; mais soit que ce pauvre homme eut pris un tel chagrin de la
maniére dont sa femme en avoit usé avec lui, soit qu'il en fut devenu
inconsolable, ou qu'il lui arrivât une maladie de langueur, il mourut
après avoir trainé cinq ou six mois. Sa veuve fit alors tout ce qu'elle
put pour me revoir, se flattant apparement que comme elle étoit
aussi-bien Demoiselle que je pouvois être Gentilhomme, & que nous
n'avions guéres plus de bien l'un que l'autre, je serois peut-être si
fol que de l'épouser: je savois pourtant bien que non, & je le lui eusse
bien dit à l'oreille pour peu qu'elle m'en eut pressé. Cependant, comme
je ne pouvois l'empêcher de croire tout ce que bon lui sembloit, je me
vis exposé à ses persecutions, jusques à ce que je fus obligé, pour m'en
delivrer tout d'un coup, de lui declarer pour une bonne fois que
non-seulement elle ne seroit jamais ma femme, mais encore que je ne la
verrois de ma vie.

Son mari étant mort elle reprit son premier métier qui étoit de loger en
chambre garnie, elle prit une maison dans la ruë des vieux Augustins, &
comme si elle eut oublié toutes mes duretez, elle m'excita encore à y
aller loger avec elle. Cela étoit bien tentatif pour un homme qui
n'avoit guéres d'argent, & qui d'ailleurs en avoit été assez amoureux,
mais y ayant bien pensé je n'en voulus rien faire. Cela la mit aux
champs tout à fait; son amour se tourna en fureur; de sorte qu'il n'y
eut rien qu'elle ne fit pour se venger du mépris qu'elle croyoit que
j'eusse pour elle. Pendant qu'elle avoit logé dans la ruë Montmartre un
Capitaine Suisse nommé Straatman qui s'étoit adonné à visiter son logis,
à cause de la bonté du vin qui étoit dans sa cave, après avoir contenté
ses sens d'une autre maniére, l'ayant trouvée jolie comme elle l'étoit
effectivement, il commença à lui en conter. Elle ne le voulut pas
écouter tant que nous demeurâmes bons amis, mais enfin voyant que de la
maniére que je la traitois il n'y avoit plus rien à esperer avec moi,
elle commença à changer de conduite à son égard. Il s'en fut tout
aussi-tôt loger chez-elle, afin de poursuivre sa pointe plus vivement, &
en étant devenu plus amoureux de jour en jour, il lui dit, voyant
qu'elle ne lui vouloit rien accorder, qu'il étoit resolu de l'épouser
plûtôt que de ne pas contenter sa passion. C'étoit un grand avantage
pour elle, parce que quoi qu'il n'eut rien épargné depuis qu'il étoit
dans le service, il avoit toûjours un emploi de distinction & qui lui
produisoit un gros revenu, aussi l'eut-elle pris au mot à l'heure même,
si ce n'est qu'elle eut peur que quand il auroit passé sa fantaisie, il
ne vint à la maltraiter. Elle consideroit qu'il étoit comme impossible
qu'il n'eut oui parler de nos affaires, & qu'il ne les lui remît quelque
jour devant le nez. Ainsi la crainte de l'avenir lui faisant mépriser le
present, elle lui dit franchement que la médisance n'épargnoit personne,
& que son mari ayant eu la foiblesse de devenir jaloux de moi elle ne
vouloit pas s'exposer à de secondes nôces, de peur que le second mari
qu'elle prendroit ne lui fit les mêmes reproches, que lui avoit fait le
premier.

Le Suisse qui n'étoit pas trop scrupuleux sur l'article, lui répondit
que s'il n'y avoit que cela qui l'empêchât d'être sa femme, elle ne
devoit pas s'y arrêter; que son foible n'étoit pas de croire tout ce que
l'on disoit, que s'il étoit capable d'en avoir à cet égard ce n'étoit
tout au plus qu'en cas qu'il se mariât avec une fille, & qu'il vint à la
trouver femme, qu'hors delà il n'avoit garde de devenir jaloux,
principalement à l'égard d'une femme qui avoit déja été mariée, puis que
de la trouver veuve d'un homme ou de deux étoit à-peu-près la même
chose, pour une personne de bon sens, qu'il n'y paroissoit pas plus à
l'un qu'à l'autre, & même quand au lieu des deux maris elle en auroit eu
une douzaine. Cependant comme cette femme étoit bien aise de se servir
de lui pour se venger de moi, elle lui dit que si ce qu'elle venoit de
lui dire ne l'interessoit pas, il n'en étoit pas de même d'elle, qu'elle
ne se remarieroit jamais que je ne fusse mort, parce qu'elle ne pouvoir
souffrir la vûë d'un homme qui étoit cause qu'on avoit mis son honneur
en compromis. Je veux bien croire que le Suisse étoit brave quand il y
alloit de son devoir, mais ne trouvant pas qu'il dut ainsi hasarder sa
vie selon la fantaisie de sa maîtresse, il lui offrit de lui donner des
Suisses de sa compagnie pour en faire tout ce qu'elle voudroit. Elle lui
promit de l'épouser à cette condition, & son amant lui en donnant deux
qu'il disoit être les plus braves du Regiment des Gardes, ils vinrent
dans la ruë où je logeois à dessein de me faire insulte, lors qu'ils me
verroient sortir de ma maison. Ils n'y manquerent pas, m'ayant apperçu
de loin, ils s'en vinrent à ma rencontre en faisant les yvrognes. Je
voulus les éviter, ne me doutant nullement de ce qui se passoit, mais me
venant heurter tout exprès peu s'en fallut qu'ils ne me renversassent
par terre. Comme j'attribuois cela à leur yvrognerie, je me contentai de
leur dire quelques paroles pour les obliger à s'éloigner de moi. Ils
revinrent alors à la charge, ce qui me faisant voir qu'il y avoit à leur
fait du dessein premédité, je mis l'épée à la main pour les empêcher de
m'approcher d'avantage; ils mirent aussi-tôt la main à la leur, faisant
toûjours les yvrognes. Je me trouvai un peu surpris de leur maniére de
batailler à laquelle je n'étois pas accoutumé. Je crois pourtant que si
je n'eusse eu affaire qu'à un seul j'en eusse bientôt rendu bon compte,
mais comme ils étoient deux contre moi je me rangeai contre la muraille
de peur que l'un ne me prit par derniere, pendant que l'autre me
prendroit par-devant.

Enfin je ne sais ce qui seroit arrivé de tout cela, parce qu'un homme
qui a deux ennemis en tête en a toûjours trop d'un, quand les bourgeois
me tirerent de ce peril en venant sur eux avec de longs bâtons pour les
atteindre de plus loin. Ils leur en dechargerent plusieurs coups sur les
épaules, & les deux Suisses se voyant si-bien regalez tournerent tête
contr'eux, & me laisserent en repos. Ceux qui les avoient chargez ne se
mirent pas en peine de les arrêter, & leur laisserent faire retraite. Je
me trouvai blessé cependant d'un coup d'estramacon que l'un des deux
m'avoit donné sur l'épaule droite; par bonheur pour moi mon baudrier
avoit paré la plus grande partie du coup, & ma blessure se trouvant
legere je n'en gardai la Chambre que deux ou trois jours. Le Suisse
demanda aussi-tôt sa recompense à la Dame, lui promettant que ses
Soldats acheveroient bientôt la besogne qu'ils avoient commencée. Comme
elle le vit si perseverant, elle crût qu'il méritoit bien qu'elle eut
quelque consideration pour lui: elle l'épousa selon son desir, mais
quand il en eut fait sa femme, il jugea à propos de ne se pas charger
d'un assassinât pour l'amour d'elle. Voilà comment finirent les
premiéres amours que j'eus à Paris, heureux si je m'en fusse tenu là, &
que ce qui m'y étoit arrivé m'eut rendu sage.

Le Roi qui n'avoit souffert qu'avec peine l'ascendant que le Cardinal de
Richelieu avoit pris sur son esprit, ne voulant pas s'exposer à se
trouver à la même peine sous un autre Ministre, ne voulut point faire
remplir sa place à personne tant qu'il vivroit. On en fut tout étonné,
parce qu'il ne paroissoit guéres propre pour se charger lui-même des
affaires, outre qu'il n'avoit pas beaucoup de santé. Mais il crût qu'au
moyen d'un conseil qu'il établit il viendroit à bout de toutes choses,
principalement si les Secretaires d'Etat vouloient remplir leur devoir.
Il y en avoit deux assez habiles, savoir Mr. Desnoiers & Mr. de
Chavigny, mais pour les deux autres ce n'étoit pas grand chose, & il ne
faloit pas beaucoup conter sur eux. Du moins l'on avoit vû qu'ils
s'étoient conformez jusques-là sur l'exemple du Roi, & comme ils
l'avoient toûjours vu se decharger des affaires sur son Ministre, ils
s'étoient dechargez de même sur leurs Commis de toutes celles qui
étoient entre leurs mains.

D'abord que le Cardinal de Richelieu eut les yeux fermez, Chavigny qui
étoit sa creature, & qui en cette qualité avoit épousé toutes ses
passions tant qu'il avoit vécu, considerant qu'il s'étoit fait beaucoup
d'ennemis par-là, tâcha de les regaigner par une conduite toute opposée
à celle qu'il avoit tenuë à leur égard. La Reine le haïssoit
particulierement, parce qu'il avoit toûjours suivi l'exemple de son
maître qui avoit eu peu de consideration pour elle, tant qu'il avoit eu
entre les mains le Souverain pouvoir. Ceux qui croyent savoir la source
d'où procedoit ce peu de consideration, disent que c'est qu'il en avoit
eu trop autrefois pour cette Princesse, & qu'étant trop sage pour y
répondre de la maniére qu'il eut peut-être bien voulu, il prit à tâche
de la persecuter pour la punir du mépris qu'elle avoit pour lui. Je ne
saurois dire au vrai si cela est ou non, parce que quoi que ce bruit se
soit si-bien répandu dans le monde qu'il y passe maintenant pour une
verité, dans l'esprit de plusieurs personnes, l'on sait assez jusques où
va la haïne que l'on porte ordinairement aux Ministres, pour ne pas
ajouter foi entierement à tout ce qui se peut publier à leur
desavantage. Il n'y a rien que l'on n'invente malicieusement pour les
dechirer, & il semble que ce soit assez d'en medire pour faire ajouter
foi à tout ce qu'on en dit. Ainsi sans authoriser ni aussi sans détruire
cette accusation, je me contenterai de dire que la Reine devant être
fort outrée contre tous ceux qui auroient aidé au Cardinal à la
persecuter, Chavigny qui savoit qu'elle l'en devoit accuser encore plus
qu'un autre par la part qu'il avoit aux conseils de son Eminence, fit
tout ce qu'il pût pour faire oublier à cette Princesse le sujet qu'elle
avoit de ne lui pas vouloir de bien. Il y eut peut-être réüssi, s'il
n'eut eu qu'à desarmer sa colere. Comme cette Princesse étoit bonne,
elle oublioit facilement les injures qu'on lui faisoit, mais par malheur
pour lui, elle n'avoit déja que trop donné d'entrée dans son esprit au
Cardinal Mazarin. Cet homme qui étoit fin & adroit s'y étoit insinué par
une grande complaisance, & par des assurances reïterées de se devouër
entierement à son service, envers & contre tous, sans même en excepter
le Roi. Cela avoit plu extremement à cette Princesse, qui à l'exemple de
toutes les autres femmes aimoit non-seulement qu'on lui rendit une
obeïssance aveugle, mais encore à être flattée.

Le Cardinal ne risquoit pas beaucoup en lui promettant ainsi tant de
choses sans aucune reserve. Il voyoit le Roi moribond & sans aucune
esperance de pouvoir guerir d'une fiévre lente qui le minoit depuis
long-tems; son corps n'avoit plus l'air que d'un véritable squelette, &
quoi qu'il ne fut encore que sur sa quarante deuxiéme année il en étoit
reduit à ce point de misere que tout Roi qu'il étoit, il eut desiré la
mort tous les jours pour s'en delivrer, si ce n'est qu'il ne lui étoit
pas permis de le faire en qualité de Chrêtien. Il ne pouvoit s'empêcher
néanmoins de regarder de fois à autre le Clocher de St. Denis qu'il
voyoit de St. Germain en Laye, où il étoit presque toûjours & de
soupirer en le voyant. Il disoit même à ses Courtisans que ce seroit là
où s'alloient terminer toutes ses grandeurs, & que comme il esperoit que
Dieu lui feroit misericorde il n'y seroit jamais si-tôt qu'il voudroit.
Au reste ce qui avoit été cause que le Cardinal Mazarin s'étoit ainsi
promis sans reserve à la Reine, c'étoit la crainte du raccommodement que
Mr. de Chavigny vouloit faire avec elle. Son Eminence s'y opposa sous
main tout autant qu'il pût. Comme il prevoyoit bien que suivant la
coutume de France dont il tâchoit à se faire instruire, la Reine devoit
avoir la tutelle du Roi d'aujourd'hui qui n'avoit encore guéres que
quatre ans, & que par consequent elle auroit toute l'authorité entre les
mains, il ne vouloit pas que ce Secretaire d'Etat se mit en passe de lui
disputer le Ministere, auquel il aspiroit déja secretement. Ainsi pour y
parvenir avec plus de facilité, il n'y avoit rien qu'il ne fit pour
gaigner les personnes qu'il voyoit bien auprès de la Reine, jusques à
faire l'amoureux d'une de ses femmes de Chambre nommée Beauvais, qu'il
croyoit n'y être pas le plus mal.

La Beauvais qui aimoit d'autant plus cet encens qu'elle s'étoit déja
mise sur le pied de l'acheter bien cher quand elle en vouloit avoir,
étant ravie qu'on lui en offrit ainsi pour rien, fit auprès de sa
maîtresse tout ce qu'il voulut. Elle la pria cependant de donner
non-seulement l'exclusion à Chavigny, mais encore de tenir secrettes
toutes les promesses que lui faisoit le Cardinal Mazarin.

Elle lui dit qu'elle y avoit encore plus d'intérêt que lui, parce que
comme le Roi son mari n'avoit pas grande confiance en elle, & qu'avant
que de mourir il pouroit prendre des resolutions qui ne lui plairoient
pas, il étoit bon non-seulement qu'elle eut dans son conseil un homme
qui en put détourner le coup, sans être soupçonné de le faire par son
propre intérêt, mais encore qui l'en pût avertir; qu'elle pouroit par là
remedier de bonne heure à toutes choses, au lieu que si elle ne savoit
rien qu'après coup, elle y trouveroit plus de difficulté.

La Reine se laissa aller à ce conseil, croyant qu'elle ne le lui donnoit
que pour l'amour d'elle, & sans qu'elle y eut la moindre part, par
rapport à ses propres intérêts. Mr. de Chavigny n'ayant pû ainsi rien
obtenir de ce qu'il desiroit dressa ses batteries d'un autre côté, afin
de n'être pas pris au dépourvû quand le Roi viendroit à mourir. Il se
raccommoda avec le Duc d'Orléans avec qui il n'étoit pas trop bien
auparavant. Le sceau de leur reconciliation fut qu'il lui promit de
faire faire un Testament à Sa Majesté par lequel il limiteroit si bien
le pouvoir de la Reine, que s'il ne pouvoit l'empêcher d'être tutrice de
son fils, elle seroit toûjours obligée d'avoir recours à lui, quand elle
voudroit entreprendre quelque chose. Le Duc d'Orleans qui bien loin
d'avoir jamais eu aucun credit à la Cour y avoit été tantôt proscrit, &
tantôt dans un si grand mépris que si on ne l'eut pas connu on n'eut
jamais dit qu'il eut été Frere du Roi, fut ravi de cette proposition. Il
y consentit de tout son coeur, & ayant promis mille belles choses à
Chavigny pourvû qu'il put venir à bout de son entreprise, celui-ci y
travailla sans perdre de tems. Il dit au Roi, dont la santé diminuoit de
moment à autre, que s'il ne prévenoit de bonne heure tout ce qui pouvoit
arriver après sa mort, il avoit un fils qui au lieu d'être un jour le
plus puissant Prince de l'Europe, comme il sembloit devoir l'être par le
rang où Dieu l'avoit élevé, pouroit bien peut-être se trouver fort
éloigné de ce bonheur; que la Reine depuis qu'elle étoit venuë en
France, avoit toûjours entretenu commerce avec le Roi son Frere au
préjudice de toutes les deffenses qui lui en avoient été faites; qu'il
étoit bien fâché d'être obligé de lui en rafraichir la memoire, parce
que cela ne lui pouvoit pas être fort agréable, mais qu'enfin comme il
faloit pourvoir à cet abus, à moins que de vouloir tout perdre, il lui
valoit mieux encore qu'il lui renouvellât pour un moment le chagrin que
cette intelligence lui avoit donné de tems en tems que de manquer à lui
faire prendre toutes les mesures qui étoient necessaires dans une
occasion si importante.

Cette pretenduë intelligence avoit été le pretexte dont le Cardinal de
Richelieu s'étoit servi pour persecuter la Reine. Il lui avoit fait
faire là-dessus des choses toutes extraordinaires & que la posterité ne
croiroit jamais, si ce n'est que tous ceux qui voudront écrire
l'histoire fidelement seront obligez de le rapporter. Il avoit pretendu
lors que la Reine recevoit des lettres d'Espagne qu'elle les cachoit
pour elle. Enfin pour mortifier d'avantage cette Princesse il avoit fait
consentir Sa Majestè qui n'entendoit point de raillerie sur tout ce qui
regardoit l'intelligence avec cette Couronne, comme il avoit bien paru à
l'égard de Cinqmars, de la faire visiter par le Chancellier. C'étoit une
étrange Commissaire pour un homme qui avoit été deux fois Chartreux, &
il ne lui en eut pas falu d'avantage pour le faire entrer en tentation.
Car cette Princesse étoit belle, & quoi que personne n'eut jamais vû son
corps pour en pouvoir parler positivement, il y avoit bien de
l'apparence, par ce qui paroissoit au dehors, que ce qui étoit sous le
linge n'étoit pas moins beau que tout le reste. Elle avoit une gorge &
un bras fait au tour, & la blancheur dont ils étoient l'un & l'autre
surpassoient celle des lis. Aussi le Chancellier ne se fut jamais chargé
de cette commission si en sortant du couvent il eut conservé les
sentimens qui l'y avoient fait entrer. Mais il s'y étoit trouvé
tourmenté de tant de tentations differentes tant qu'il y étoit demeuré,
qu'il en avoit reveillé souvent les Religieux. Il avoit été affligé
particulierement de celles de la chair, & comme on lui avoit permis dans
leur violence d'aller sonner une Cloche afin que tous ses freres se
missent en priéres à son intention, l'on n'entendoit plus à toute heure
que sonner cette Cloche; de sorte que ceux qui logeoient autour de ce
monastere ne savoient ce que cela vouloit dire, de l'entendre sonner si
souvent. Mais soit que Dieu n'exauçât pas leurs prieres, ou qu'il ne se
mit pas en état lui-même de meriter qu'il les exauçât, il avoit renoncé
à la fin à cette vocation, & avoit embrassé celle du Palais. Il n'y
avoit pas trop mal réüssi, puis qu'il étoit devenu Chancellier, & même à
un âge qu'il y avoit esperance qu'il le devoit être long-tems. En effet
il vit encore jusques aujourd'hui & toûjours avec de si grandes
tentations, sur tout de celles dont je viens de parler, que l'on en
conte d'étranges choses. Cependant si l'on en veut croire ce qu'on en
dit, l'on pretend qu'il y employe bien une autre cloche que celle des
Chartreux pour les faire passer.

Chavigny ne lui ressembla pas à l'égard des conseils qu'il venoit de
donner au Roi; Sa Majesté qui étoit susceptible de ces sortes
d'impressions gouta son avis, & travailla en même-tems à une
declaration, par laquelle il pretendoit après sa mort partager
l'authorité entre la Reine, le Duc d'Orleans & le Prince de Condé. La
Reine en fut avertie par le Cardinal Mazarin; elle le pria d'en parler
au Roi, & de lui remontrer que ceux qui lui donnoient ce conseil
abusoient bien du credit qu'ils avoient sur son esprit; que le Duc
d'Orleans avoit toûjours été un boutte-feu dans son Royaume, & que de
lui donner le moindre pouvoir, c'étoit justement y faire vivre la guerre
civile qu'il y avoit allumée tant de fois; qu'il n'étoit pas moins
dangereux de lui associer le Prince de Condé, parce que n'y ayant que
lui qui eut des garçons de toute la famille Royale, il tâcheroit
peut-être à les élever au prejudice de ceux de Sa Majesté. Le Roi
d'aujourd'hui avoit un frere qui étoit plus jeune que lui de deux ans, &
quelques jours. C'est Mr. qui vit presentement, Prince qui après avoir
porté le nom de Duc d'Anjou dans sa jeunesse, a pris celui de Duc
d'Orleans après la mort de son Oncle. Cependant l'on peut dire qu'il ne
lui a ressemblé en rien que par rapport à ce nom: autant que l'un étoit
disposé à prêter l'oreille aux ennemis de l'Etat, autant celui-ci a été
soumis aux ordres de son Souverain. Le seul écart qu'il ait jamais fait
fut quand il quitta la Cour pour s'en aller à Villers Cotterets, à cause
de la disgrace qui étoit arrivée au Chevalier de Lorraine son favori,
mais il ne dura qu'autant de tems qu'il en falut à Mr. Colbert pour
l'aller trouver. Il s'en revint en même tems qu'il l'eut averti de son
devoir, & l'on n'a pas vû qu'il lui soit rien arrivé depuis de pareil.

Le Cardinal Mazarin étoit trop politique pour vouloir se charger de la
commission que la Reine lui vouloit donner. Il eut peur que le Roi ne le
trouvât mauvais, & qu'il ne vécut assez long-tems pour l'en faire
repentir. Cependant en même tems qu'il se ménageoit ainsi avec Sa
Majesté, étant bien aise de faire la même chose avec la Reine, il lui
dit que s'il ne le faisoit pas, ce n'étoit qu'à fin de lui pouvoir
rendre plus de service dans l'occasion: que si elle faisoit rompre cette
glace par un autre, le Roi ne manqueroit pas de lui en parler, qu'il
pouroit alors lui en dire son sentiment, & faire plus, d'un parole,
qu'il ne feroit maintenant avec cent. La Reine le crut de bonne foi sans
se donner la peine de pénétrer d'où procedoit son refus. Elle eut
recours à Mr. Desnoiers pour faire auprès du Roi le personnage dont il
ne vouloit pas se charger. Celui-ci qui étoit bien aise d'obliger cette
Princesse, accepta cette commission sans refléchir trop à ce qui lui en
pouroit arriver. Il se fia sur ce qu'ayant assez de credit sur l'esprit
de ce Prince par la conformité qu'il avoit avec lui d'être assez devot,
il en seroit écouté favorablement. Mais Sa Majesté qui avoit fouré bien
avant dans sa tête qu'elle se devoit défier de la complaisance que la
Reine sa femme avoit pour le Roi d'Espagne son Frere, en particulier, &
pour toute sa Nation en general, ayant mal reçû sa proposition il lui
fit deffense de lui en reparler jamais sous peine d'encourir son
indignation.

Une réponse comme celle là avoit de quoi le rendre sage, sur tout de la
maniere que le Roi la lui avoit faite. En effet il avoit accompagné les
paroles de l'air du monde le plus significatif. Il lui étoit aisé de
juger de là que s'il lui arrivoit jamais de faire la même faute qu'il
venoit de faire, il pouroit bien avoir tout le tems qu'il lui faudroit
pour s'en repentir. Mais soit qu'il voulut servir la Reine à quelque
prix que ce fut, ou qu'il eut peur qu'il n'entrât du ressentiment dans
l'esprit de Sa Majesté en traitant cette Princesse comme il faisoit, &
que la charité lui fit desirer de le voir mourir avec des sentimens plus
Chrêtiens, il se servit de ce pretexte pour mettre le Confesseur du Roi
dans ses interêts. Il lui dit que s'il vouloit l'obliger il faloit qu'il
convertit le Roi là dessus, & comme ils étoient bons amis, & qu'il avoit
même son argent à la Maison professe de St. Loüis, dont étoit ce
Jesuïte, celui-ci lui promit tout ce qu'il voulut. Sa charge lui en
donnoit la commodité toutes fois & quantes que bon lui sembloit, ainsi
n'ayant pas été long-tems à lui tenir parole, le Roi ne le reçût pas
mieux qu'il avoit fait Desnoiers. Le Confesseur crut qu'il ne se devoit
pas rendre du premier coup, & qu'ayant l'authorité de lui parler
fortement là dessus il pouvoit s'en servir en faveur de son ami. Ainsi
étant retourné à la charge il se rendit si desagreable par là à Sa
Majesté qu'elle le chassa de la Cour. Les Jesuïtes n'approuverent pas
cette recidive qu'il avoit faite à leur insu, & comme le Roi les
menaçoit de prendre à l'avenir un Confesseur dans un autre couvent,
parce qu'ils se méloient de trop de choses, ils revelerent à Sa Majesté
qu'elle devoit bien moins s'en prendre à eux de ce qui venoit d'arriver,
qu'à Mr. Desnoiers, que c'étoit lui qui étoit cause de la faute que
venoit de faire son Confesseur, & que sans lui il n'y eu jamais pensé.
Le Roi n'eut pas de peine à le croire, parce que ce Secretaire d'Etat
avoit voulu lui-même ébaucher ce que l'autre avoit tâché d'accomplir,
ainsi lui ayant fait commandement de se retirer de la Cour sa charge fut
donnée à Mr. le Tellier.

Desnoiers se retira dans sa Maison de Dangu qui n'étoit qu'à dix-huit ou
vingt lieuës de Paris. Il crut que sa disgrace ne seroit pas longue,
parce que le Roi ne pouvoit pas vivre encore long-tems. Il crut aussi
que n'ayant point donné la demission de sa charge la Reine l'y feroit
rentrer tout aussi-tôt que ce Prince auroit les yeux fermez. Il étoit en
droit de l'esperer sans se flatter lui-même, puis que ce n'étoit qu'à
son sujet qu'il avoit perdu les bonnes graces de sa Majesté, ainsi
supportant son mal avec d'autant plus de patience qu'il étoit persuadé
qu'il ne seroit pas bien long, il attendit du benefice du tems, ce qu'il
ne pouvoit plus esperer par aucune intrigue.

Chavigny se voyant Triompher ainsi & de son Collegue & du Confesseur de
Sa Majesté dressa une declaration avec elle telle qu'il la lui avoit
suggerée. Le pouvoir de la Reine y avoit des bornes bien étroites, quoi
qu'elle y fut declarée tutrice de son fils. Le Roi établissoit aussi un
conseil à cette Princesse, afin que quand il seroit mort, elle n'eut
rien à faire sans son avis. Chavigny s'y fit mettre & crut s'y
maintenir, malgré la Reine, parce que le Duc d'Orleans & le Prince de
Condé avoient été jusques là d'intelligence avec lui. Enfin pour rendre
celle déclaration plus authentique le Roi la fit enregistrer au
Parlement, Sa Majesté declarant que sa derniere volonté étoit qu'elle
fut suivie de point en point après sa mort. Le Roi fut plus mal quelques
jours après qu'il n'avoit encore été, & comme il étoit aisé de voir
qu'il n'avoit pas plus de cinq ou six jours à vivre la Reine fit des
brigues dans le Parlement, afin que d'abord qu'il ne seroit plus on
cassât cette declaration. Elle pretendoit qu'elle ne pouvoit se
soutenir, parce qu'elle étoit non-seulement contraire aux loix du
Royaume, mais encore contre le bon sens. Chacun voyoit bien
effectivement que Sa Majesté n'y avoit pas trop bien pensé, quand elle
avoit mis la principale Puissance entre les mains des deux premiers
Princes du sang, eux qui ne voyoient point d'autre obstacle à leur
élevation que les deux jeunes Princes qu'elle laissoit à un âge si
tendre. Ce n'est pas qu'on les crut capables de rien faire au préjudice
de leur devoir, principalement leur authorité étant temperée par celle
de la Reine, qui en qualité de mere avoit encore plus d'intérêt que les
autres d'empêcher qu'ils n'entreprissent rien contre ses enfans; mais
comme il étoit souvent arrivé des choses plus extraordinaires que
celle-là, & même que la conduite passée du Duc d'Orleans devoit tout
faire apprehender de lui, chacun trouva que la Reine n'avoit pas trop
mauvaise raison de vouloir mettre les choses sur un autre pied qu'elles
n'étoient.

Le Roi, quelques jours devant que de mourir, tira la plûpart de ses
Officiers à part, tant de sa maison que celles armées, pour leur faire
promettre que quelque brigues que l'on pût jamais faire contre son fils,
ils lui seroient toûjours fidéles. Il n'y en eut pas un qui ne le lui
promit, & même qui ne s'y engageât par serment: cependant la plus grande
partie se montrerent bientôt parjures. Les Espagnols qui savoient l'état
où étoit le Roi, & que les brigues qui se faisoient à la Cour alloient
bientôt la diviser, se preparoient à profiter de nos desordres. Le
Cardinal infant n'étoit plus en Flandres, & le Roi d'Espagne avoit
envoyé en ce païs-là Dom Francisco de Mellos pour lui succeder. Il mit
alors en deliberation dans son Conseil s'il ne devoit point se servir
d'une conjoncture si favorable pour réprendre Arras & nous restraindre
en deça de la Somme. Mais le Comte de Fontaine qui étoit Mestre de Camp
General de toutes les forces Espagnoles, comme l'est aujourd'hui le
Comte de Martin, ayant été d'avis qu'il valoit bien mieux entrer en
France, parce que ces places tomberoient d'elles-mêmes, s'ils pouvoient
jamais y exciter quelques troubles, Mellos ne vit pas plûtôt que la
plûpart des autres Officiers Generaux étoient de même sentiment qu'il
s'y rendit. Il s'approcha de la Somme, & l'état où étoit le Roi donnant
encore une plus grande apprehension de leurs forces, le Duc d'Anguien
qui étoit à la tête de nôtre armée de Flandres eut ordre de les cotoyer
sans s'engager au combat. Il étoit encore si jeune qu'il n'y avoit pas
d'apparence de s'en fier à lui seul, c'est pourquoi le Marêchal de
l'Hospital lui fut donné, pour temperer ce que le feu bouillant de sa
jeunesse lui pouvoit faire entreprendre de mal à propos.

Nôtre Regiment ne sortit point de la Cour, parce que bien que l'armée du
Duc fut plus foible que celle des ennemis, comme il y avoit tout à
craindre de l'ambition des grands, il ne faloit pas se trouver tellement
denué de toutes choses, qu'on fut hors d'état de s'y opposer. La Reine
sur les derniers jours de la vie du Roi fit pressentir le Parlement,
s'il ne seroit point d'humeur à passer par dessus là declaration qu'il
avoit verifiée, en lui decernant la tutelle de son fils dans toute
l'étenduë qu'une mere pouvoir desirer. L'Evêque de Beauvais son premier
Aumonier qui étoit d'une famille des plus considerables de la Robe fut
celui qu'elle y employa. Il y réüssit parfaitement bien, & ses parens
qui se flattoient que la récompense de ce service seroit le commencement
de sa fortune, lui firent tout esperer, dans la vûë que quand il seroit
parvenu aux grandeurs qu'ils lui desiroient il leur feroit part de son
bonheur.

La Reine étant assurée de ce côté-là, laissa mourir le Roi avec plus de
tranquilité qu'il ne sembloit qu'elle ne dût avoir dans un état comme le
sien. Peut-être n'étoit-elle ainsi consolée que par la joye qu'elle
avoit de voir que la fortune du Roi son fils seroit maintenant en
seureté entre ses mains, au lieu qu'elle craignoit auparavant que le Duc
d'Orleans & le Prince de Condé n'abusassent de l'authorité que le Roi
leur donnoit par sa declaration. Peut-être aussi que sa douleur ne
pouvoit pas être si vive qu'elle eut été, si cette mort eut été imprevûë
mais comme ce Prince languissoit depuis long-tems, & qu'il y avoit déja
plus d'un mois qu'on s'attendoit tous les jours qu'il dût expirer, il
n'étoit pas étonnant qu'elle se fut fait comme une espece de calus qui
la rendoit plus disposée à cette séparation qui est d'ordinaire si
sensible a une femme. Enfin le Roi étant mort la Reine, qui avoit trouvé
moyen de faire renoncer le Duc d'Orleans à l'authorité que le Roi lui
donnoit par sa declaration, monta au Parlament avec lui. Cette Compagnie
dont les principaux étoient gagnez par l'Evêque de Beauvais lui decerna
la Regence avec une Puissance absoluë, malgré les dernieres intentions
de Sa Majesté.

Quelques jours avant la mort du Roi Mellos, après avoir fait mine
pendant quelque-tems de vouloir entrer en France par la Somme, marcha
tout d'un coup du côté de la Champagne où il mit le Siege devant la
Ville de Rocroy. Cette Ville qui en est comme le boulevart du côté que
les Païs-Bas confinent avec elle, est scituée avantageusement. Elle a
une grande quantité de bois d'un côté qui en rendent les approches
extrémement difficiles, de l'autre un Marais qui la rendroit imprenable
s'il regnoit tout allantour. Avec une situation si avantageuse c'eut été
dequoi faire échouer le dessein de Mellos, si elle eut été munie
suffisament de toutes choses, & que ses fortifications eussent été en
bon état; Mais, soit que le Cardinal de Richelieu eut crû avant que de
mourir que les Espagnols n'étoient pas en état d'entreprendre un siege
de cette conséquence, ou que les affaires qu'il leur avoit faites en
Portugal, en Catalogne & dans l'Arthois leur feroient employer leurs
forces de ce côté-là plûtôt que d'un autre, il avoit assez negligé d'y
pourvoir. Le Roi defunt n'en avoit pas eu plus de soin après sa mort;
ainsi quand Mellos arriva devant il y avoit un des dehors qui étoit
presque éboulé, & si peu de Garnison pour les défendre qu'elle perdit
courage à son approche.

Le Duc d'Anguien dont on s'étoit bien apperçû de la valeur dans deux ou
trois Campagnes qu'il avoit faites auparavant en qualité de volontaire,
conclut d'abord à la secourir promptement. Le Marêchal de l'Hospital s'y
opposa, sous pretexte des difficultez qui s'y presentoient, mais en
effet parce qu'il avoit des ordres secrets d'empêcher qu'on ne hazardât
une bataille. La Reine mere qui les lui avoit envoyez avoit consideré
qu'on ne pouvoit la perdre sans ouvrir tout le Royaume aux ennemis, &
peut-être sans renverser tous les projets qu'elle feroit à cause de sa
fortune presente, qui lui promettoit plus de bonheur que par le passé.
Le Duc ne fut point content de tout ce que ce Marêchal lui pouvoit
remontrer pour lui faire approuver sa retenuë: son courage lui faisoit
voir de la facilité dans les plus grandes difficultez, & il aimoit mieux
l'en croire que tout le reste; ainsi ayant commandé à Gassion de marcher
par les bois avec quelque Cavallerie qui porteroit des fantassins en
croupe, pour voir s'il ne les pouroit point jetter dans la Ville, il le
suivit lui-même comme pour l'appuyer seulement. Gassion qui croyoit
mériter du moins avec autant de justice le Baton de Marêchal de France
que l'Hospital qui l'avoit obtenu sur la fin de la vie du feu Roi,
connut bien le dessein du Duc, soit qu'il lui en eut fait confidence,
comme l'apparence n'en sauroit donner d'autre pensée, ou qu'il le
pénétrât de lui-même: ainsi regardant cette occasion comme une chose qui
lui pouvoit procurer cet honneur, sans lui pouvoir faire jamais de
peine, puis qu'il n'agissoit que par les ordres de son general il
couvrit si-bien sa marche qu'il passa tout au travers du quartier des
Italiens que Mellos avoit avec lui, sans être obligé de rendre qu'un
médiocre combat. La plûpart des fantassins qu'il avoit entrerent dans la
place, & ce secours l'ayant un peu rassurée, Gassion envoya dire au Duc
ce qu'il venoit d'executer selon qu'il le lui avoit ordonné lors qu'il
l'avoit fait partir.

Le Duc qui après avoir levé en marchant tout ce qu'il avoit pû des
Garnisons qui étoient sur son passage, avoit rendu son armée forte de
vingt-un à vingt-deux mille hommes, en sorte que celle de Mellos n'étoit
plus superieure à la sienne que de quatre mille tout au plus, le Duc,
dis-je, qui étoit resolu plus que jamais de combattre, lui manda que
s'il pouvoit se maintenir dans une petite plaine qui est entre les bois
& la place, il le verroit bientôt accourir à son secours. Gassion ne pût
executer cet ordre, parce que bien qu'il eut des défilez qu'il pouvoit
mettre devant lui, il apprehenda d'être obligé à la fin de succomber
sous le nombre; ainsi étant revenu au devant du Duc, il lui fit rapport
de tout ce qu'il avoit reconnu devant la place. Ces nouvelles ne firent
qu'augmenter l'ardeur que ce general avoit de combattre. Il lui donna un
plus grand nombre de troupes qu'il n'en avoit pour retourner dans la
plaine, & Mellos n'ayant pas eu la précaution d'en faire garder les
défilez, soit qu'il méprisât la jeunesse du Duc ou qu'il ne fit guéres
de cas de son armée, qu'il ne consideroit que comme des troupes
ramassées & par conséquent peu capables de se mesurer avec les siennes
qui étoient l'élite de tout ce que l'Espagne avoit de meilleur, Gassion
y rentra sans y trouver aucun obstacle.

Mellos n'avoit peut-être pas trop crû jusques-là que le Duc ôsât se
presenter devant lui. Il savoit qu'il lui étoit inferieur non-seulement
en nombre, mais encore dans la valeur de ses troupes, du moins à ce
qu'il pensoit; Mais voyant qu'il devoit changer maintenant de sentiment
il eut été faché sans doute de ne pas avoir mieux pris qu'il n'avoit
fait ses précautions, si ce n'est qu'il se flattât en même tems que cela
n'arrivoit que pour lui faire acquerir plus de gloire. Ainsi sans
vouloir attendre le secours qui lui venoit d'Allemagne & qui marchoit
pour se joindre à lui, il quitta ses lignes où il ne laissa que des gens
suffisamment pour les garder, & fut à la rencontre du Duc d'Anguien.
Gassion s'étoit déja emparé d'une hauteur qui lui étoit favorable pour
le combat, & les deux armées s'étant avancées en presence l'une de
l'autre qu'il étoit déja presque nuit, rien ne retarda le combat, que
parce que de part & d'autre ils étoient bien aises d'avoir le jour pour
témoin de leurs actions. Mais la nuit ne fut pas plûtôt passée que les
deux armées en vinrent aux mains dès la pointe du jour. Le Combat fut
étrangement opiniatré de part & d'autre; mais enfin le Duc ayant fait
des actions prodigieuses de conduite & de valeur, & ayant été
parfaitement bien secondé par toutes les troupes, principalement par
Gassion, la victoire se declara tellement pour lui qu'il y avoit
long-tems qu'il ne s'en étoit remporté une pareille. Toute l'infanterie
ennemie fut taillée en piece, & le Comte de Fontaine ayant été tué à la
tête en donnant ses ordres d'une litiére où il étoit, à cause qu'il
étoit tellement mangé de goûtes qu'il ne pouvoit se tenir à cheval il
n'y eut plus rien qui fit resistance. Ce grand évenement n'arriva pas
néanmoins sans qu'il en coutât beaucoup de sang aux nôtres, le Comte se
défendit en lion, & il falut du canon pour rompre un Bataillon quarré au
milieu duquel il avoit paru si intrepide qu'on eut dit qu'il se croyoit
au milieu d'une citadelle. Un grand nombre de drapeaux & d'étendarts
servirent encore de trophée à la gloire du Duc avec quantité de pieces
de canon qu'il avoit prises dans le combat.

Comme nous ne sommes plus du tems des Romains, qui punissoient de mort
ceux qui osoient donner bataille contre leurs ordres, quelque heureux
succès qu'elle pût avoir, la Reine mere oublia en faveur de sa victoire
la hardiesse qu'il avoit euë de combattre nonobstant que le Marêchal lui
eut dit à la fin de sa part, le voyant résolu de le faire, que ce
n'étoit pas là son dessein. Cette victoire qui arriva cinq jours après
la mort du Roi, ne pouvoit aussi venir plus à propos pour faire évanouïr
quantité de brigues qui s'élevoient contre l'autorité naissante de la
nouvelle Regente, principalement quand ceux qui croyoient avoir le plus
de part dans ses bonnes graces s'en virent éloignez. L'Evêque de
Beauvais en fut du nombre, le service qu'il avoit rendu à la Reine Mere
lui faisant croire qu'elle ne le pouvoit bien reconnoître qu'en lui
donnant la place de premier Ministre, il y aspira si ouvertement qu'il
ne fit point de difficulté de lui en parler lui-même. La Reine Mere
tâcha, sans être obligée de lui dire qu'il n'en étoit pas capable, de
lui faire sentir qu'il seroit plus heureux mille fois de demeurer en
l'état où il étoit que de chercher à s'élever davantage par un poste
tout rempli d'épines & de traverses. Mais il ne voulut pas l'entendre à
demi mot, si-bien que fâché de ne pas trouver en elle toute la
reconnoissance qu'il esperoit, il se fit chasser à la fin de la Cour,
pour avoir osé faire paroître le mécontentement qu'il avoit, de ce que
cette Princesse eut jetté les yeux sur un autre que lui pour lui faire
remplir cette place.

Ce fut sur le Cardinal Mazarin que la Reine fit tomber son choix, & il
ne fut pas plûtôt parvenu à cette dignité qu'il fit tout ce qu'il pût
pour ruïner Chavigny. Il lui fit ôter sa charge de Secretaire d'Etat,
sous pretexte que le Cardinal de Richelieu ne l'en avoit revétu qu'après
l'avoir ôtée assez injustement au Comte de Brienne. Il fut bien aise
ainsi de couvrir, sous ombre de justice, la haine qu'il lui portoit;
mais comme il ne cessa point de le persecuter depuis, & même que cette
persecution dura jusques à sa mort, on ne fut pas long-tems à
reconnoître au travers de tous ses deguisemens le principe qui le
faisoit agir. Cette aversion procedoit de ce qu'il ressembloit à
beaucoup de gens qui sont bien aises quand ils sont dans le besoin, de
trouver qui les assistent; mais qui ne peuvent plus souffrir leur vûë du
moment qu'au lieu de la necessité où ils étoient, ils se voient dans
l'opulence. Mazarin à son avenement à la Cour y étoit venu si miserable
qu'il avoit eu besoin que quelqu'un lui fournit ses necessitez. Il
n'avoit eu d'abord qu'une pension fort modique, & qui n'étant pas
suffisante pour le faire subsister, il avoit été trop heureux que Mr. de
Chavigny, qui le connoissoit pour s'être servi de lui dans les affaires
d'Italie, lui eut donné une chambre chez lui & la table de ses commis.
Au reste comme il se voyoit élevé maintenant à un poste qui lui faisoit
honte de son premier état, il étoit bien aise de n'en pas avoir à tous
momens devant les yeux un témoin d'autant plus incommode, qu'il se
figuroit qu'il ne lui jettoit pas un regard que ce ne fut pour lui
reprocher ce qu'il avoit fait pour lui.

Le choix que la Reine avoit fait de son Eminence pour premier Ministre,
ne déplut pas au Duc d'Orleans ni au Prince de Condé, avec qui Sa
Majesté étoit résolu de bien vivre pour ne leur pas donner sujet de
troubler le commencement heureux du régne de son fils. Le Cardinal la
confirma dans cette resolution, & il s'y conforma lui-même de peur de se
les attirer tous deux à dos. Il sçavoit que quantité de gens, jaloux de
sa fortune, commençoient à murmurer de ce que la Reine mere lui avoit
fait cet honneur au préjudice de tant de François, comme s'il n'y en eut
pas un parmi eux qui fut capable de remplir un poste comme celui-là.
Ainsi au lieu de faire paroître d'abord son avarice, & sa vanité, comme
il fit depuis, il demeura non-seulement dans un grand respect auprès
d'eux, mais il sembla encore n'emprunter tous ses mouvemens que de leurs
volontez. Il se contenta cependant durant quelque tems de vivre de ses
pensions & de quelques bien-faits que la Reine mere lui faisoit de fois
à autre, tellement qu'ils se crurent trop heureux tous deux de ce que
cette Princesse eut choisi un homme si raisonnable & qui songeoit plus à
remplir son devoir qu'à acquerir des richesses.

La protection que ces deux Princes lui donnerent tant qu'il ne
s'éloignât point de ce Principe, n'empêcha pas que d'autres que l'Evêque
de Beauvais ne se montrassent jaloux de son élevation. Le Duc de
Beaufort à qui la Reine mere avoit témoigné tant de confiance le jour de
la mort du Roi, que de lui remettre entre les mains la garde des deux
Princes ses enfans, fâché qu'une action qui lui promettoit beaucoup de
faveur fut demeurée sans aucune suite, s'unit avec Madame la Duchesse de
Chevreuse qui étoit un esprit bien entreprenant. Elle s'étoit fait
exiler du vivant du feu Roi, parce que Sa Majesté la soupçonnoit de
donner de méchans conseils à la Reine. Elle avoit demeuré pour le moins
dix ans à Bruxelles, où on l'accusoit encore d'avoir voulu de concert
avec Marie de Medicis veuve de Henri le Grand, qui s'y étoit aussi
retirée, tâcher de fois à autre de brouiller l'Etat. Elle en étoit enfin
revenuë après la mort de Louïs le Juste, parce que la Reine avoit jugé
que n'ayant été exilée qu'à sa consideration, il n'étoit pas juste
qu'elle demeurât plus long-tems dans la souffrance. Cette Duchesse qui
avoit été bien autrefois avec Sa Majesté avoit esperé d'abord qu'elle ne
seroit pas plûtôt de retour auprès d'elle qu'elle auroit grande part au
Gouvernement. Son ambition & sa vanité lui faisoient croire que si elle
en étoit incapable par son sexe, elle éleveroit toûjours quelqu'un au
ministere qui lui seroit si soumis, qu'il n'auroit que le nom de
Ministre pendant qu'elle en auroit toute l'authorité. Elle jettoit les
yeux pour cela sur Châteauneuf le garde des sceaux, qui avoit été encore
bien plus maltraité qu'elle sous le régne du feu Roi. Car si elle avoit
été obligée de passer dix ans hors du Royaume, il en avoit passé du
moins autant dans le Château d'Angouléme, où il avoit été renfermé. Il
n'y avoit eu que la mort du Roi qui lui avoit fait recouvrer la liberté,
& elle croyoit que comme il étoit son ami particulier, & capable de
remplir un poste comme celui-là, elle ne pouvoit mieux faire que de
l'opposer au Cardinal Mazarin.

Ses esperances s'étant trouvé trompées à son arrivée, & la Reine au lieu
de répondre à son attente l'ayant reçûë non-seulement avec assez
d'indifference, mais encore avec assez de mépris, elle s'unit avec le
Duc de Beaufort dont le mécontentement étoit reconnu si generalement de
tout le monde, qu'il n'y avoit personne qui ne crût que le Cardinal ne
feroit pas trop mal de prévenir les menaces qu'il ne pouvoit s'empêcher
de faire dans son emportement. Car quoi qu'il ne fut pas si fou que de
les lui faire à lui-même, comme il avoit si peu de discretion que de ne
pas prendre garde devant qui il parloit, c'étoit presque la même chose
que si c'eut été en sa presence.

Châteauneuf dont la mère étoit de la Maison de la Chastre voyant qu'il
ne tiendroit pas à la Duchesse & au Duc de Beaufort qu'ils ne le fissent
premier Ministre, ne voulut pas s'y opposer, quoi qu'il eut lieu de
craindre que cela ne le fit remettre en prison; ainsi après avoir
surmonté le trouble que cette pensée lui pouvoit apporter, il mit dans
cette intrigue Mr. de la Chastre Colonel General des Suisses son proche
parent. Celui-ci avoit eu cette charge à la mort du Marquis de Coaislin
gendre du Chancelier. Ce Marquis avoit été tué au Siege d'Aire, il y
avoit deux ans, & il avoit laissé trois garçons de sa femme, savoir le
Duc de Coaislen d'aujourd'hui, l'Evêque d'Orleans & le Chevalier de
Coaislin, le Marêchal de Bassompierre avoit possedé cette charge
auparavant, & avoit eu bien de la peine à y être reçû, parce que les
Suisses pretendoient qu'ils ne devoient avoir qu'un Prince à leur tête,
& que n'en ayant jamais eu d'autre, il leur étoit honteux d'avoir
maintenant un simple Gentilhomme. Cependant après avoir fait la planche
pour lui, ils firent la même chose ensuite, pour Mr. de Coaislin, & pour
Mr. de la Chastre, jusques à ce qu'enfin ils sont revenus aujourd'hui
sous le commandement de Mr. le Comte de Soissons Prince de la Maison de
Savoye qui a épousé une niece du Cardinal Mazarin.

Mr. de la Chastre n'eut point d'autre motif en entrant dans cette
intrigue que d'en rendre sa fortune meilleure. Ainsi quoi qu'il ait fait
des memoires tout exprès pour insinuer au public qu'il a été bien plus
malheureux que coupable, tout ce qu'il y a de vrai c'est qu'il considera
uniquement, que Mr. de Châteauneuf n'ayant point d'enfans, & se faisant
honneur de son Alliance, il prendroit plaisir de l'élever, s'il se
voyoit jamais en état de le pouvoir faire. Cette ligue fut nommée la
caballe des importans, & eut un succès bien different de ce
qu'esperoient les conjurez. L'on croit que leur dessein étoit de se
défaire du Cardinal à quelque prix que ce fut, & de l'assassiner, plûtôt
que d'y manquer, mais ce Ministre ayant eu vent de leur complot fit
arrêter le Duc de Beaufort & le Comte de la Chastre; le premier fut mis
à Vincennes & l'autre à la Bastille. Celui-ci en fut quitte pour la
perte de sa charge, où le Marêchal de Bassompierre rentra, en lui
rendant l'argent qu'il en avoit donné. L'autre après avoir été trois ou
quatre ans en prison s'en sauva heureusement, & s'étant caché pendant
quelque tems en Berri, il revint enfin à Paris, quand il vit que cette
grande Ville s'étoit revoltée contre le Roi. C'est ce que je dirai en
son lieu, & ceci n'est seulement qu'en passant.

La Reine mere se voyant assurée, par la prison de ces deux hommes & par
l'exil de la Duchesse de Chevreuse qui passa en même-tems en Espagne,
croyant qu'il n'y auroit plus personne d'assez hardi dans le Royaume
pour rien entreprendre contre sa volonté, envoya la plus grande partie
de nôtre Regiment sur la Frontiere de Lorraine où Mr. le Duc d'Anguien
s'étoit acheminé après la bataille de Rocroi. Il y assiegea Thionville,
& l'ayant prise par composition il fut ensuite au secours du Marêchal de
Guébriant, qui se trouvoit serré de bien près entre deux armées. Il le
tira de peril, mais ce Marêchal ayant assiegé Rotwiel, sur la fin de la
campagne, il y reçût un coup de fauconneau dont il mourut deux jours
après s'être emparé de cette place.

La compagnie dont j'étois ne fut pas du detâchement qui avoit été envoyé
au Duc d'Anguien & ainsi me voyant comme inutile à Paris je demandai
permission à mon Capitaine de m'en aller en Angleterre avec Mr. le Comte
de Harcourt que la Reine envoyoit en ce païs-là, pour moyenner quelque
accommodement entre Sa Majesté Britannique & son Parlement. Le Cardinal
de Richelieu qui avoit fomenté les desordres qu'il y avoit entr'eux,
n'avoit pas prevû qu'ils dussent aller si loin qu'ils avoient été. Ce
peuple qui ne se gouverne pas comme les autres, après avoir accusé son
Roi de vouloir introduire une authorité absoluë dans son Royaume & d'y
changer la Religion, avoit pris les armes contre lui. Il s'étoit déja
donné plusieurs batailles là-dessus, & le sang qui y avoit été versé
avoit plûtôt aigri les esprits qu'il ne les avoit disposez à entendre à
une bonne paix. Le Comte d'Harcourt, auprès de qui je trouvai de la
recommandation, me reçût parmi ses Gentilshommes qui étoient en grand
nombre. Car comme c'étoit un Prince fameux par quantité de grandes
actions, il ne vouloit pas que rien dementit chez les étrangers la
réputation qu'il savoit bien s'y être acquise. Nous fumes d'abord
trouver le Roi d'Angleterre qui étoit à Exester dont son armée, qu'il
avoit mise sous le commandement des Princes Robert & Maurice ses neveux
fils de Frederic V. Roi de Bohéme & Electeur de Palatin, s'étoit emparée
il n'y avoit que peu de tems. Le Comte de Harcourt trouva ce Prince mou
& qui n'avoit aucune résolution, de sorte qu'il avoit déja manqué
diverses occasions dont il eut pû se servir pour faire rentrer sous son
obeïssance la Vile de Londres qui s'étoit revoltée contre lui. Le Comte
d'Harcourt qui étoit aussi entreprenant que ce Roi étoit timide, voulut
lui inspirer de la vigueur comme la seule chose qui étoit capable de
rétablir son authorité; mais il lui répondit qu'il en parloit bien à son
aise, qu'il croyoit apparement que les Anglois ressemblassent aux
François, qui ne s'écartoient guéres du respect qu'ils devoient à leur
Souverain, & qui quand ils s'en écartoient une fois pouvoient être
contraints d'y rentrer par toutes sortes de voyes, quelque rudes &
quelque extraordinaires qu'elles pussent être; que cependant il vouloit
bien qu'il fût que s'il étoit permis de tenir ainsi le baton levé aux
uns c'étoit tout autrement à l'égard des autres; que ce seroit justement
le moyen de se perdre; que les Anglois vouloient être ramenez par la
douceur, c'est pourquoi il le prioit d'aller faire un Tour à Londres
pour essayer d'en faire plus par ses conseils qu'il n'en pouroit jamais
faire avec une armée, tout grand Capitaine qu'il étoit.

Le Comte de Harcourt vit bien où le mal le tenoit, & ne croyant pas que
ce Prince réüssit jamais tant qu'il en useroit de la sorte, il partit
plûtôt pour le contenter que pour aucune esperance de venir about de ce
qu'il desiroit. Il y en a beaucoup qui ont prétendu que le Cardinal
Mazarin qui se conduisoit sur les Memoires du Cardinal de Richelieu,
bien loin de desirer ainsi la paix de ce Royaume avoit ordonné au
contraire à ce Prince d'y semer encore la division & le trouble. Pour
moi c'est ce que je ne saurois dire au juste, si je le voulois faire ce
seroit parler contre ma connoissance. Je crois même que la plûpart de
ceux qui en parlent ainsi ne le sont que par conjectures, c'est-à-dire
parce que la politique que l'on voit s'observer entre les Puissances est
de tirer avantage de tout sans se mettre en peine ni de ce que le sang
ni la charité les obligent de faire.

Quoi qu'il en soit le Comte de Harcourt étant arrivé à Londres il y eut
de grandes conferences avec le Comte de Bedfort qui étoit le plus grand
ennemi que le Roi d'Angleterre eut dans son Parlement. Il en eut aussi
quelques-unes avec quelques autres personnes de distinction qu'il eut pû
amener à son sentiment sans ce Comte, qui s'opiniatra si fort à vouloir
ruïner l'authorité de son Souverain, que le Comte de Harcourt ne se pût
empêcher de lui dire d'y prendre bien garde, & que si jamais Sa Majesté
Britannique trouvoit moyen de regagner la confiance de ses sujets, il
étoit comme impossible qu'il oubliât jamais l'obstacle qu'il y auroit
apporté. Bedfort lui répondit avec beaucoup de hardiesse, & peut-être
avec assez peu de raison, que quand il lui faisoit cette menace, il
égaloit apparement le pouvoir des Rois d'Angleterre avec ceux des Rois
de France en ces derniers tems; qu'il y avoit bien à dire de l'un à
l'autre, & que les Anglois étoient trop sages pour souffrir jamais que
leur Souverain se vengeât directement ou indirectement d'une personne
qui se seroit attiré sa haine, pour avoir embrassé, comme il faisoit,
leurs intérêts; que leur Nation avoit des loix sur lesquelles il faloit
que leurs Princes se conformassent, à moins que de la voir tout
aussi-tôt se declarer contr'eux; que c'est ce qui étoit toûjours arrivé
toutes fois & quantes qu'ils avoient voulu entreprendre quelque chose au
delà de leur pouvoir, & ce qui arriveroit encore à l'avenir, parce qu'il
n'y avoit pas un Anglois qui ne sut que c'étoit en cela que dependoit
leur liberté & leur repos.

Tout ce que je viens de dire se sût tout aussi-tôt dans la Ville, quoi
que cela se fut passé tête à tête & secretement. Je crois que ce fut le
Comte de Bedfort qui prit plaisir de le divulger, afin de faire voir au
Peuple qu'il étoit toûjours le même, & que rien n'étoit capable de le
fléchir. Cependant ce qui se disoit des ménaces que le Comte de Harcourt
lui avoit faites, si néanmoins on peut appeller de ce nom-là ce qu'il
lui avoit dit, le rendit odieux au Peuple, les Anglois ne firent non
plus d'état de lui que si c'eut été un simple particulier. Il passoit
tous les jours dans les ruës sans qu'on lui donnât le moindre coup de
chapeau. Un Cocher même d'un Carosse de place, comme il y en a quantité
en ce païs-là, s'étant rencontré avec le sien, eut l'insolence de
vouloir passer devant lui. Je ne sais à quoi il tint que ses valets de
pied ne le tuassent sur le Champ, aussi crois-je aisément qu'ils n'y
eussent pas manqué, si ce Prince qui avoit peur de commettre legerement
son authorité, en armant une vile populace contre lui, ne leur eut
commandé de s'abstenir d'aucune voye de fait. Soucariere, qui étoit
batard du Duc de Bellegarde grand Ecuyer de France, se trouvant alors
dans son Carosse avec lui, mit pied à terre, comme il vit qu'il
s'assembloit déja beaucoup de peuple, & que peut-être en arriveroit-il
quelque accident. Il n'en connoissoit les maniéres d'agir, parce qu'il
avoit fait déja plusieurs voyages en ce païs-là qui ne lui avoient pas
été infructueux; car il y avoit gaigné des sommes immenses à la Paulme,
& la Cour n'avoit pas été fâchée qu'il fut à la suite du Comte, parce
que comme il y étoit connu de tout ce qu'il y avoit de grands Seigneurs,
elle esperoit qu'il ne lui seroit pas inutile dans ses Negociations.

Soucariere qui parloit Anglois parla au Cocher, & ne lui auroit
peut-être parlé qu'inutilement, si ce n'est qu'un nommé Smit avec qui il
joüoit tous les jours, se trouva par hazard dans le Carosse que menoit
cet insolent. Il fit semblant de se reveiller comme d'un profond
sommeil, ou plûtôt comme s'il eut été assoupi par le vin, afin de se
mettre à couvert de la faute qu'on lui eut imputée, d'avoir gardé le
silence dans une occasion où il avoit tant de sujet de le rompre. Il
sortit alors du Carosse, & après avoir embrassé Soucariere, il fut le
premier à menacer son Cocher que s'il ne se montroit plus sage ce seroit
à lui qu'il auroit à faire. Sa voix fit plus d'effet que le caractere du
Comte, qui à la dignité d'Ambassadeur joignoit encore celle de Prince,
qui n'est guéres moins recommandable chez toutes les Nations. Le Comte
de Harcourt fut fort loué de sa moderation, & le Parlement ayant ouï
parler de ce qui lui étoit arrivé fit mettre le Cocher à Nieugatte,
prison où l'on met les malfaiteurs. Il fit mine même de le vouloir
punir, mais le Comte de Harcourt ayant demandé sa grace, il en fut
quitte pour quelques jours de captivité.

Le Roi d'Angleterre attendoit toûjours la réponse du Comte d'Harcourt, &
soit qu'il esperât qu'elle lui seroit favorable, ou qu'il ne voulut
répandre le sang de ses sujets qu'à l'extremité, il avoit differé de
combattre le Comte d'Essex qui commandoit l'armée du Parlement; mais
enfin le Comte de Harcourt lui ayant mandé que bien loin qu'il dut
s'attendre à les voir ainsi rentrer dans le devoir, il devoit conter
qu'ils ne le feroient jamais que par force, il lui fit sentir si-bien la
necessité où il étoit de ne les pas ménager d'avantage que Sa Majesté
Britannique résolut de donner un nouveau combat. Le bruit en étant
parvenu jusques à Londres nous demandâmes permission au Comte de
Harcourt, tous tant que nous étions de Gentilshommes auprès de lui, de
nous en aller dans l'armée de Sa Majesté Britannique. Il nous le donna
secrettement, parce que s'il l'eut fait d'une autre maniére, il eut eu
peur de contrevenir par-là à ce que son caractere demandoit. Nous
partîmes donc les uns après les autres, & par differens chemins, comme
si la route que nous voulions prendre eut été toute opposée l'une à
l'autre, mais nous étant bien-tôt rassemblées nous fîmes un petit
escadron, sans être obligez de recevoir parmi nous d'autres personnes
que celles qui étoient venuës à la suite de cet Ambassadeur. Nous fumes
offrir nôtre service au Roi qui n'étoit qu'à deux lieuës de son armée.
Il nous reçût parfaitement bien, & nous donna des lettres pour ses
Generaux. Nous n'étions pas encore arrivez auprès d'eux que le Parlement
fut averti de ce qui se passoit. Il en fit de grandes plaintes au Comte
de Harcourt, lui disant que s'il lui arrivoit quelque chose, qui fut
contraire au droit des gens, il n'eut qu'à s'en prendre à lui-même; que
c'étoit lui qui y contrevenoit le premier, & qui donnoit lieu par-là
qu'on lui manquât de respect, sans qu'on y pût mettre remede.

Ce discours qui étoit une espece de menace n'étonna pas ce Prince, quoi
qu'il eut tout à apprehender de l'esprit inquiet de ces Peuples. Il
répondit à ceux qui le lui tenoient, que ceux dont ils faisoient des
plaintes n'étant ses Domestiques que par accident, c'est-à-dire, que
parce qu'ils avoient voulu voir le païs & l'accompagner dans son
Ambassade, ils ne lui avoient pas demandé permission de faire ce qu'ils
avoient fait; que la Noblesse Françoise avoit cela de propre, que quand
elle avoit une bataille elle n'y courait pas seulement, mais encore
qu'elle y voloit; que s'ils en avoient pris son avis, ils se fussent
bien donné de garde de le faire; mais que de jeunes gens comme nous
étions tous la plûpart ne faisoient pas toûjours reflexion à ce qu'ils
devoient faire. Ces raisons ne contenterent pas le Parlement. Il donna
des ordres rigoureux contre nous, & écrivit même au Comte d'Essex que si
nous pouvions tomber par hazard entre ses mains, il nous traitât le plus
rigoureusement qu'il lui seroit possible. Le Comte d'Essex qui ne
cherchoit qu'à lui plaire, mit un parti en campagne pour nous joindre
devant que nous nous pussions rendre à l'armée de l'endroit où nous
avions été trouver le Roi, mais ce parti en ayant rencontré un autre des
troupes de Sa Majesté l'attaqua, parce qu'il se voyoit plus fort que
lui. Il croyoit qu'après en avoir eu la victoire, il lui seroit facile
de poser son embuscade & de nous surprendre sur nôtre passage: en effet
il avoit déja beaucoup d'avantage sur ses ennemis, quand par malheur
pour lui nous arrivâmes à la vûë du lieu où se rendoit le combat. Nous y
courûmes aussi-tôt pour donner secours à ceux que nous voyons combattre
pour Sa Majesté Britannique. Il nous fut facile de les reconnoître & de
reconnoître les autres pareillement au differentes marques qu'ils
avoient mis sur leur chapeau. Ainsi ayant pris ceux-ci par derriere nous
les tuâmes tous à la reserve de cinq ou six qui se trouverent si-bien
montez qu'il nous fut impossible jamais de les attraper. Ils se
sauverent dans leur armée, où ayant conté à leur General comment sans
nôtre arrivée, ils étoient sur le point de défaire plus de deux cent
cinquante chevaux de l'armée du Roi, ils nous firent si noirs par là
auprès de lui, qu'il résolut s'il nous pouvoit prendre de ne nous faire
aucun quartier.

Ce qui l'animoit encore d'avantage contre nous c'est qu'il se voyoit à
la veille d'une bataille, & que venant de perdre trois cent chevaux
comme il y en avoit bien autant à l'égard de ceux que nous venions de
passer au fil de l'épée, ils lui pouvoient faire faute dans une occasion
comme celle là. Nous apprîmes dès le lendemain par le Prince Robert, à
qui ses espions l'avoient rapporté, que cette rencontre le mettoit
non-seulement en grande colere; mais encore que pour s'en venger il
avoit consigné à l'ordre, que le jour de la bataille on eut à ne nous
donner aucun quartier. Il commanda même deux escadrons qui étoient les
troupes de son armée en qui il avoit le plus de confiance, de s'attacher
à nous particuliérement, sans se mettre en peine des autres. Il leur dit
que nous voudrions faire apparement les avanturiers, & que comme nous
nous mettrions à la tête de tout en guise d'enfans perdus, il leur
seroit aisé non-seulement de nous reconnoître, mais encore de venir à
bout de leur dessein.

Toutes ces circonstances étant venuës à la connoissance du Prince
Robert, il voulut nous persuader de nous mêler dans ses escadrons, trois
ou quatre dans l'un, autant dans un autre, & ainsi du reste;
Quelques-uns y toperent assez, mais un nommé Fondreville, Gentilhomme de
Normandie très brave homme, & qui avoit fait plusieurs campagnes sous le
Comte de Harcourt, nous ayant representé que nous ne pouvions accepter
cette proposition sans nous deshonorer, ou tout du moins sans nous
derober la gloire que nous pouvions acquerir dans cette journée, il fit
revenir chacun à son sentiment. Nous priâmes donc le Prince Robert de
nous laisser faire corps à part, & il ne fut pas trop fâché de nôtre
priere, parce qu'il jugea qu'animez comme nous étions, à cause du
procedé du Comte d'Essex, nous ne manquerions pas de donner bon exemple
à ses troupes, pour peu qu'elles eussent de bonne volonté.

Le mépris que nous témoignions faire de nôtre seureté, parce que nous
croyons qu'il y alloit de nôtre gloire, le toucha; ainsi ne voulant pas
laisser perir de si braves gens sans nous donner tout le secours qu'il
lui seroit possible, il commanda la compagnie de ses gardes, & celle du
Prince son Frere pour nous soutenir. C'étoit bien les deux plus belles
compagnies que j'eusse vûës jusques-là, & je ne saurois mieux les
comparer, qu'à la maison du Roi sur le pied qu'on la mise, depuis que Sa
Majesté la purgée des parties honteuses qui la deshonoroient avant la
reforme qu'il en a faite. Car pour en dire la vérité il ne doit y avoir
pour la garde d'un si grand Prince que des gens de qualité ou des gens
de service, tels qu'il y en a presentement. Ce n'étoit pas à des
fermiers, comme toutes les compagnies des Gardes du corps & celle des
Gendarmes étoient remplies, à avoir entre leurs mains une personne aussi
precieuse que celle de Sa Majesté, & bien que je sache que ce n'a
peut-être pas été dans cette vûë que cette reforme a été faite, comme je
le dirai tantôt, la chose n'en a pas été moins utile. Ce n'est pas là la
premiere fois qu'il est arrivé un bien, quoi que l'on eut peut-être une
autre vûë: qu'importe quelle qu'elle soit, pourvû que le Prince & l'Etat
y trouvent leur compte.

Mais pour en revenir à mon sujet, le combat étant ainsi resolu de la
part du Roi, & le Comte d'Essex ne le fuyant pas, parce qu'il se croyoit
non-seulement aussi fort que lui, mais qu'il vouloit encore obliger le
Parlement, qui parloit de le destituer de son emploi à cause de quelques
fautes, qu'il y avoit faites, à le lui continuer, les deux armées
s'approcherent l'une de l'autre. Au reste n'y ayant plus qu'un ruisseau
qui les séparât, nous demandâmes au Prince Robert de nous laisser
prendre la tête de tout, comme le Comte d'Essex s'y étoit bien attendu;
mais les Anglois qui font peu d'état de toutes les autres nations en
comparaison de la leur, n'ayant garde de souffrir qu'il nous accordât
nôtre demande, ce Prince nous fit entendre qu'il l'eut bien voulu, mais
qu'il ne lui étoit pas permis de le faire; que tout ce qu'il pouvoit
pour nôtre service, si nous étions d'humeur à l'accepter, étoit de nous
mêler dans les escadrons qui marcheroient les premiers aux ennemis, que
nous eussions à voir si nous voulions nous contenter de ces offres,
parce que sans cela tout ce qu'il pouvoit faire étoit de nous placer sur
les ailes. Fondreville qui nous avoit déja empêché de recevoir une
pareille proposition, nous en empêcha encore; ainsi nous étant mis où il
vouloit, le combat se donna, & fut allez opiniatré d'abord, mais les
Parlementaires ayant bientôt lâché le pied, la victoire fut si-bien à
nous que si le Roi eut voulu faire marcher son armée du côté de Londres,
il y a grande apparence que cette Ville se fut soumise à toutes les
conditions qu'il lui eut plû d'imposer. Fondreville prit la liberté de
lui en témoigner sa pensée, après que Sa Majesté fut venuë joindre le
Prince Robert, mais comme elle étoit toûjours remplie non-seulement de
timidité, mais encore infatuée de la pensée qu'il ne faloit pas
pretendre ramener les Anglois comme on faisoit les autres nations, il
fut si facile que d'écouter quelques propositions que le Parlement lui
fit faire, à dessein seulement de l'amuser.

Devant que la bataille se donnât, comme nous avions reçû avis du Comte
de Harcourt de nous donner bien de garde de le venir retrouver à
Londres, parce que le Parlement sans aucune consideration pour lui
auroit bien la mine de nous y faire arrêter, nous obtinmes adroitement
du Comte d'Essex des Passeports pour nous en retourner dans nôtre païs.
Il est vrai que Sa Majesté Britannique s'y employa elle-même. Elle les
lui demanda sous le nom de quelques Anglois qui vouloient aller voyager
en France avec un gros train, & nous fit passer pour leurs Domestiques.
Je ne sais si le Parlement ne fit point semblant de s'aveugler lui-même,
de peur de se faire une affaire avec nôtre Roi en nous faisant arrêter;
quoi qu'il en soit m'en étant revenu en France sans qu'il m'arrivât
aucun accident, non plus qu'à sept ou huit autres François qui passerent
la mer avec moi en la compagnie du fils de Milord Pembroc, je fus
retrouver mes amis qui me témoignerent que je leur ferois plaisir de
leur raconter tout ce que j'avois vû en ce païs-là. Mon Capitaine fut
épris aussi du même desir, & trouvant que le compte que je lui en avois
rendu étoit assez bien circonstancié, il me mena le lendemain chez la
Reine d'Angleterre pour lui conter moi-même tout ce que je lui avoit
conté.

Cette Princesse s'étoit réfugiée en France pour éviter les tristes
effets qu'elle apprehendoit de la haine des Anglois, qui lui vouloient
du mal encore bien autrement qu'au Roi son mari. Ils l'accusoient d'être
cause toute seule des nouveautez qu'il avoit voulu introduire dans son
Royaume, & sur cette prévention, ils avoient osé lui demander, en lui
faisant quelques propositions, de la chasser d'auprès de lui. Sa Majesté
Britannique n'en avoit voulu rien faire, comme de raison: mais enfin se
voyant dans la suite engagé dans une guerre civile dont il n'étoit pas
trop assuré du succès, il avoit jugé à propos de lui faire passer la
mer, plûtôt pour mettre sa personne en seureté que pour condescendre à
une demande aussi insolente que celle-là. Cette Princesse me reçût fort
bien, & me demandant si j'avois vû le Roi son mari, & les Princes ses
enfans, elle m'interogea ensuite sur ce que je pensois de ce païs-là.
Après que j'eus satisfait à la demande. Je lui répondis sans hesiter,
quoi qu'il y eut deux ou trois Anglois avec elle, & même quatre ou cinq
Angloises dont la beauté meritoit que j'eusse plus de complaisance, que
je trouvois l'Angleterre le plus beau païs du monde, mais habité par de
si méchantes gens que je prefererois toûjours toute autre demeure à
celle-là, quand même on ne m'en voudroit donner une que parmi les ours;
qu'en effet il faloit que ces Peuples fussent encore plus feroces que
les bêtes pour faire la guerre à leur Roi, & pour lui avoir demandé de
chasser d'auprès de lui une Princesse qui devoit faire leurs delices,
pour peu qu'ils eussent de connoissance & de jugement.

Si mon discours fut agréable à cette Princesse qui le prit pour une
civilité qu'elle devoit attendre d'un galant homme, il ne le fut guéres
à un de ces Anglois, & même peut-être à tous ceux de cette nation qui
étoient-là; Quoi qu'il en soit celui-ci qui se nommoit Cox s'en trouvant
tout scandalisé, m'envoya dès le lendemain matin un autre Anglois qui me
dit de sa part que j'avois tenu des propos si insolents de sa nation,
qu'il vouloit me voir l'épée à la main. Je lui eusse répondu volontiers,
insolent vous même, puis qu'on ne s'étoit jamais servi d'un pareil mot,
en parlant à personne, à moins que ce ne fut parmi les harangeres, ou
parmi quelques personnes semblables à celles-là; mais comme il ne
parloit pas trop bon François, & qu'il pouvoit l'avoir fait aussi-bien
faute d'entendre la veritable signification de ce mot, que dans le
dessein de m'offenser, je crûs que j'avois déja assez d'une querelle sur
les bras sans m'en attirer encore une seconde. C'est ce qui ne me
pouvoit manquer, si je lui faisois connoître qu'on ne me parloit pas de
la sorte impunément. Le rendez-vous qu'il me donna fut derriere les
Chartreux, où le Plessis Chivrai avoit été tué il n'y avoit que peu de
jours, en se battant en duel contre le Marquis de Coeuvres fils aîné du
Marêchal d'Estrées. Je lui demandai une heure de tems pour aller
chercher un de mes amis pour se battre contre lui, parce qu'il lui
devoit servir de second, & comme je sortois de chez moi je trouvai un
autre Anglois qui me rendit un billet, où il y avoit un compliment bien
different de celui que l'autre m'avoit fait. Voici ce que contenoit ce
billet.

_J'étois chez la Reine lors que vous avez dit des choses si
desobligeantes de ma Nation que je ne doit jamais vous les pardonner:
aussi après avoir bien revé comment j'en tirerai vengeance je n'ai point
trouvé de meilleur moyen d'en venir à bout, que de vous prier de vous
donner la peine de venir chez moi. Celui qui vous rendra la presente
vous dira où vous me trouverez, nous verrons là si vous aimeriez mieux,
comme vous dites, demeurer avec des ours que de vivre avec des personnes
de mon pais._

Jamais homme ne fut si étonné que je le fus à la vûë de ce billet.
J'entendis bien ce qu'il vouloit dire, & comme il y avoit plusieurs
Angloises lors que j'avois tenu le discours que celle-ci me reprochoit,
je fus en peine de deviner de laquelle me pouvoit venir ce message.
Cependant comme elles m'avoient paru belles toutes tant qu'elles
étoient, je crus que je ne pouvois toûjours tomber que de bout. J'eus
donc grand soin de m'informer, où je trouverois celle qui me défioit
ainsi au combat, & l'homme qu'elle m'avoit envoyé m'ayant répondu que ce
seroit dans l'Hôtel même ou étoit logée la Reine d'Angleterre il ajouta
que je n'aurois qu'à demander, Miledi..... & qu'on me feroit parler à
elle.

Si j'eusse pû me dispenser honnêtement du combat que j'avois à faire
avec l'Anglois je l'eusse fait de bon coeur, maintenant que j'avois une
autre affaire sur les bras qui me touchoit de plus près, mais ne le
pouvant faire sans y intéresser ma réputation, je m'en fus à l'Hôtel des
Mousquetaires pour prendre avec moi celui des trois freres, que je
trouverois le premier sous ma main. Je ne trouvai qu'Aramis qui avoit
pris medecine, il n'y avoit qu'une heure ou deux, parce qu'il avoit eu
quelques accès de fiévre quelques jours auparavant. Athos & Porthos
étoient sortis, & lui demandant où ils pouvoient être, à cause que je ne
le croyois pas en état de me pouvoir servir, il me répondit qu'il lui
étoit impossible de m'en rien apprendre, parce qu'ils ne lui avoient
point dit où ils alloient. Cela m'embarassa, dans la crainte que j'eus
que tous ceux que j'irois chercher pareillement ne fussent pas aussi
chez eux. Aramis s'en aperçût, & devinant tout aussi-tôt ce que je
voulois à ses frères, il me dit en prenant son haut de-chausse & en se
jettant hors du lit, que pour une medecine de plus ou de moins dans le
ventre, il ne laisseroit pas de suppléer à leur défaut. Il ajouta à cela
quelques paroles qu'on eut prises pour pure gasconnade, si ce n'est
qu'il n'y en avoit jamais à son fait. Il me dit que le plaisir de me
servir lui feroit plus de bien que la medecine qu'il avoit pris, & que
je n'avois seulement qu'a lui dire où il faloit aller.

Il s'habilloit toûjours en me disant cela, & le trouvant de si bonne
volonté, je crus que je ne devois point faire de finesse avec lui. Je
lui avouai ingenuement ce qui m'avoit amené là, en même-tems que je
m'excusai de recevoir ses offres par l'état où je le trouvois. Je lui
dis que si je le prenois au mot, je ne doutois point que cela ne lui fit
plaisir, parce que je le connoissois extrémement genereux, mais que
sachant aussi le préjudice que cela feroit à sa santé, si je lui faisois
prendre l'air, je ne pouvois souffrir qu'il s'exposât comme il vouloit à
ce danger. Il ne fit nul cas de mon objection, & ayant achevé de
s'habiller, quoi que je m'y opposasse toûjours, nous nous en fumes de
compagnie où l'Anglois m'avoit donné rendez-vous. Il n'y étoit pas
encore arrivé avec son ami, ce qui me fit de la peine, parce que tout le
tems que je passois presentement, sans aller voir celle qui me
provoquoit à un autre combat, me sembloit autant de tems perdu pour moi.
Les deux Anglois se firent bien encore attendre une demie heure, ce qui
fut cause que nous ne savions presque que dire Aramis & moi, mais enfin
ayant paru le long des Murs du Luxembourg qui sont hors de la Ville,
nous nous en fumes à eux mon ami & moi, tant j'avois d'impatience de
terminer nôtre querelle. Aramis sentit quelques tranchées en y allant, &
me dit qu'il eut bien voulu s'arrêter s'il eut pû le faire avec honneur,
mais que se trouvant presentement en presence de ceux à qui nous devions
avoir affaire, il avoit peur qu'ils n'interpretassent en mal une
nécessité dont ils ne connoîtroient pas la cause. Je lui répondis qu'il
se faisoit là un scrupule bien mal à propos, & qu'il avoit une pensée
que nul autre que lui n'auroit jamais, que tous ceux qui le
connoissoient savoient qu'il étoit un si brave homme qu'ils ne
l'accuseroient jamais de foiblesse; que j'étois d'ailleurs pour rendre
compte de l'état où je l'avois trouvé, quand il avoit voulu à toute
force s'en venir avec moi, ce qui le justifieroit entierement, quand
même on seroit capable de concevoir quelque chose à son desavantage, de
ce que la necessité lui imposoit.

Il ne m'en voulut jamais croire, & m'ayant repliqué pour toute raison
que ces Anglois ne le connoissoient pas, & que c'étoit à eux qu'il
craignoit de ne pas donner bonne opinion de son courage, s'il faisoit ce
que je lui conseillois, nous marchâmes toûjours, & arrivâmes ainsi en
presence les uns des autres. Nous nous visitâmes tous quatre pour voir
s'il n'y auroit point de supercherie à nôtre fait. Car il étoit arrivé,
avant que l'on prit cette precaution, que quelques faux braves s'étoient
armez des cottes de maille, & qu'ils s'étoient précepitez ensuite sur
leurs ennemis, parce qu'ils savoient bien que leur épée ne leur pouvoit
faire de mal; quoi qu'il en soit pas un de nous n'étant capable de faire
une action comme celle-là, nous ne trouvâmes rien qui ne fut dans les
formes. Cependant dans le tems que cela se faisoit, & que celui qui se
devoit battre contre Aramis le tâtoit de tous côtez, ses tranchées le
presserent tellement qu'il ne fut pas maître de faire tout ce qu'il eut
bien voulu; l'effort qu'il faisoit pour se retenir le faisant changer de
visage l'Anglois qui étoit fort vain, comme le sont presque tous ceux de
sa Nation, soupçonna aussi-tôt qu'il avoit peur, mais il n'en douta plus
du tout lors qu'à ce que ses yeux lui en disoient, il se répandit en
même-tems une mauvaise odeur qui l'obligea de se boucher le nez.
Cependant comme il étoit fort insultant, ce que j'avois assez reconnu à
la parole qu'il m'avoit dite, lors qu'il étoit venu chez moi, il dit en
même-tems à Aramis qu'il trembloit de bonne heure, & que si pour le
tâter seulement de la main, il lui arrivoit ce que l'on sentoit
presentement, qu'est-ce que ce seroit lors qu'il le tâteroit avec son
épée.

Aramis qui étoit toûjours de moment à autre pressé de plus en plus de
ses tranchées, & qui avoit à souffrir d'avantage des peines qu'elles lui
faisoient, qu'il n'aprehendoit son épée, prit le parti alors de lâcher
la gourmette à son ventre, pour n'en être plus tant incommodé, l'Anglois
qui avoit bon nez se recula bien vite de peur d'en être empoisonné, mais
quoi que tout son soin fut alors de se le bien boucher avec la main, il
fut obligé dans ce moment de quitter cette precaution pour en prendre
une autre: Aramis s'en vint à lui l'épée à la main sans le marchander &
l'Anglois craignant qu'il n'en fut de lui, comme d'un Marêchal de France
que l'on disoit n'aller jamais au combat qu'il ne lui prit la même
incommodité, & qui cependant se faisoit craindre plus que nul autre de
tous ceux qui avoient affaire à lui, il quitta le soin qui avoit pour en
prendre un autre qu'il crût plus necessaire; il songea à se deffendre,
mais il le fit si mal qu'à peine Aramis le peut-il joindre, tant il
savoit bien lacher le pied. Aramis lui demanda alors par forme de
ressentiment qui avoit plus de peur des deux, & si c'étoit-là ce qu'il
lui avoit voulu faire accroire, quand il lui avoit dit qu'il le feroit
bien trembler autrement qu'il ne faisoit, quand il viendroit à le tâter
avec la pointe de son épée. Aramis en disant cela le suivoit toûjours de
fort près, & lui donna enfin un bon coup d'épée sans que la precaution
qu'il avoit de bien reculer l'en pût garentir. Pour ce qui est de son
Camarade il faisoit mieux son devoir avec moi, & se battoit du moins de
pied ferme, s'il ne se battoit pas plus heureusement. Je lui avois déja
donné deux coups d'épée, un dans le bras l'autre dans la cuisse, & lui
ayant fait en même-tems une passe au colet je lui mis la pointe dans le
ventre, & l'obligeai de me demander la vie. Il ne s'en fit pas trop
presser, tant il avoit de peur que je ne le tuasse. Il me rendit son
épée, & le combat qui se faisoit entre nous deux ayant fini par-là, je
m'en courus en même-tems à mon ami pour lui aider s'il avoit besoin de
mon secours; mais il n'en n'étoit pas necessaire, & il eut bientôt fait
la même chose que je venois de faire, si celui contre qui il se battoit
eut voulu ne pas reculer si fort devant lui. Cependant quand celui-ci
vit que je m'avancois encore pour le combattre, suivant l'usage
ordinaire des duels, & qu'au lieu d'un homme à qui il avoit affaire
presentement & qui n'étoit encore que trop pour lui, il alloit
maintenant en avoir deux sur les bras, il n'attendit pas que je le
joignisse pour faire ce que son camarade avoit fait. Il rendit son épée
à Aramis & lui demanda pardon de ce qu'il lui avoit pû dire de
desobligeant. Aramis le lui pardonna volontiers, & les deux Anglois s'en
étant allez en même-tems sans nous redemander leurs armes que nous
avions envie de leur rendre, Aramis entra dans une Maison au Fauxbourg
St. Jaques, ou pendant qu'il se fit allumer du feu pour changer de
linge, il me pria de lui aller acheter une chemise & un calleçon. Je
pris l'un & l'autre chez la premiere lingere tels que je les pûs
trouver, & l'ayant remené ensuite chez lui, je le quittai tout aussi-tôt
pour aller voir ma Miledi.

Je demandai aux gardes qui étoient à la porte de la Reine d'Angleterre
ou étoit son appartement. Il y en eut un qui m'enseigna par où je devois
monter pour y aller, mais i me dit en même-tems qu'il ne croyoit pas que
je lui pusse parler presentement, parce qu'elle alloit monter en Carosse
pour aller voir son frere, qui venoit d'être blessé. Cette parole me fit
soupçonner à l'heure même qu'il falloit que ce fut l'un des deux contre
qui nous avions eu affaire, Aramis & moi. Comme ce garde étoit François
& qu'il me paroissoit assez honnête par me dire tout ce qu'il en
sauroit, je lui demandai comme feignant d'y prendre grande part, où ce
malheur lui étoit arrivé. Il me répondit que ç'avoit été derriere les
Chartreux ayant voulu servir de second à un de ses amis qui l'en avoit
prié, qu'on en avoit déja parlé à la Reine d'Angleterre, afin qu'elle
prit ses mesures à la Cour pour faire punir celui qui l'avoit mis en cet
état.

Je n'en voulus pas savoir d'avantage pour me retirer. Je crûs que je ne
devois pas me presenter devant ma Miledi, après être cause, comme je
l'étois, du malheur de son frere, & que quelque bonté qu'elle eut pour
moï, il faloit lui donner le tems du moins de voir ce qui arriveroit de
sa blessure. Ainsi je dis au garde que puis qu'elle étoit maintenant si
embarrassée j'attendrois un autre fois à la venir voir. Je m'en allai
cependant bien chagrin de ce contre-tems, craignant qu'il ne me fit
manquer une fortune dont je m'étois fait un grand plaisir, sans savoir
néanmoins ce que c'étoit. Le garde me répondit que je ne faisois pas
trop mal de prendre ce parti-là, parce que comme elle aimoit fort son
frere, elle ne seroit guéres en état de me parler. Je m'en retournai
chez moi plus fâché de ce que ce combat là touchoit de si près, que de
l'intérêt que le garde m'avoit dit qu'y prenoit la Reine d'Angleterre.
Je savois qu'elle ne pouvoit parler contre moi ni contre Aramis, qu'elle
ne parlât en même-tems contre les deux Anglois. Ainsi dormant en grand
repos de ce côté-là, je n'eus point d'autre inquiétude que celle qui me
venoit de l'autre côté.

Trois jours se passerent ainsi sans que j'entendisse parler de ma
Miledi, qui avoit toûjours été occupée de son frere dont la blessure
avoit paru d'abord beaucoup plus dangereuse qu'elle n'étoit. Mais enfin
en étant desabusée heureusement au bout de ce tems-là, j'en reçûs au
quatriéme jour une seconde Lettre qui étoit conçûë en ces termes.

_Je vois bien qu'au lieu de reconnoître la faute que vous avez faite &
de m'en venir demander pardon, vous voulez outrer la matiere en gardant
encore une épée dont vous ou vôtre second ne vous seriez pas emparez,
aussi facilement que vous avez fait; si au lieu d'avoir affaire à Cox &
à mon frere, vous eussiez eu affaire à moi. Renvoyez moi leurs armes, ou
plutôt apportez-les moi vous même, sans craindre que je m'en veuille
servir contre vous. J'en ai bien de plus dangereuses que celles-là, &
qui sont d'une telle nature qu'au lieu de m'en vouloir du mal, quand je
daigne les employer à l'égard de quelqu'un, l'on m'en a obligation._

Ce billet me charma comme avoit fait l'autre, & m'estimant déja le plus
heureux de tous les hommes, d'avoir fait cette Conquête, je fus trouver
Aramis pour le prier de me donner l'épée dont il étoit en possession. Je
lui dis que ceux contre qui nous nous étions battus me les avoient fait
redemander, par une personne à qui je ne pouvois rien refuser. Il ne
s'enquit point qui c'étoit, & je ne le lui eusse pas dit aussi-bien,
parce que je me faisois une affaire très serieuse de celle-là. Il me
rendit cette épée, & les ayant mises toutes deux sous un manteau dont je
me munis tout exprès, je m'en fus de ce pas chez Miledi..... Je me
jettai à ses pieds en arrivant, & les lui ayant remises entre les mains,
je lui dis que quand elle m'en perceroit elle-même, elle ne feroit que
son devoir, puis que j'avois été si malheureux que de lui deplaire; que
cependant si elle reservoit à prendre sa vengeance par les autres armes
dont elle m'avois menacé, j'avoüois que je ne pouvois mourir d'une plus
belle mort. Je disois la verité, ou du moins je la croyois dire en lui
parlant de la sorte. Il n'y avoit jamais eu de plus belle personne que
celle-là, & quoi qu'il y ait bien du tems que ce que je dis ici
m'arriva, j'avouë que je n'y saurois encore penser sans sentir rouvrir
mes blessures. D'ailleurs elle n'avoit pas moins d'esprit que de beauté,
ce qui fait que les engagemens où l'on entre avec de telles personnes,
sont tout autrement de durée que ceux où l'on entre avec les autres.

Mon Angloise me répondit que j'en serois quitte à trop bon marché, si
elle faisoit ce que je lui demandois; que ce n'étoit pas avec une épée
qu'elle pretendoit m'attaquer; mais avec des armes qui me feroient
connoître bientôt ce qu'elle savoit faire. Je lui répondis, voyant
qu'elle en parloit si ouvertement, que je n'en étois point en doute, &
que sans attendre plus long-tems j'éprouvois déja assez bien le pouvoir
que ses yeux avoient sur moi sans en vouloir d'autre experience que
celle-là. Elle me repliqua que je n'avois que faire d'en rire, parce que
si j'en riois presentement je n'en rierois peut-être pas toûjours. Son
enjoüement me plut, & en étant devenu amoureux dès cette premiere
visite, je le devins toûjours si fort de plus en plus, que je ne pouvois
avoir de contentement que lors que je me trouvois auprès d'elle. Je fis
plus d'un jaloux, parce qu'elle témoignoit avoir de la bonté pour moi.
Je me laissai encore enflammer d'avantage par-là, & comme c'étoit une
fille de qualité & qui me paroissoit avoir tout le mérite qu'une
personne sauroit jamais avoir, je ne pûs m'empêcher de lui dire dans
l'excès de ma passion, que quoi que je me tinsse très-heureux de lui
avoir donné mon coeur, comme je ne pouvois jamais esperer de l'être
parfaitement que je ne possedasse le sien, j'allois faire plûtôt
l'impossible que de n'en pas venir à bout. Elle me demanda, comme en se
moquant de moi, comment je pretendois m'y prendre pour y réüssir. Je lui
répondis que ce seroit en tâchant de faire fortune à la guerre, afin de
me mettre dans un état à lui pouvoir offrir de l'épouser; que bien que
je cherchasse à être heureux en la possedant, je ne pretendois pas
acheter mon bonheur aux dépens du sien, que j'aimois mieux ne lui être
rien jamais, que de parvenir à mes desseins sans la mettre à son aise,
que j'avois l'honneur d'être Gentilhomme, & même d'assez bonne Maison;
qu'ainsi comme il ne me manquoit que du bien pour être comme les autres,
j'allois travailler de toutes mes forces à en acquerir.

Jusques-là cette fille m'avoit toûjours fait la meilleure mine du monde,
& tout autre eut crû aussi-bien que moi, principalement après m'avoir
prévenu par deux de ses lettres, qu'il n'eut pas pû être mal dans son
esprit, mais je ne lui eus pas plûtôt tenu ce discours que je lui vis
changer tout d'un coup de visage. Elle me demanda, avec un air aussi
capable de me glacer qu'elle l'avoit été auparavant de me rendre tout de
flamme, si je savois bien qui elle étoit pour lui oser parler de la
sorte, que si je ne le savois pas elle étoit bien aise de me
l'apprendre, qu'elle étoit fille d'un Païr d'Angleterre, & qu'une
personne de sa qualité n'étoit pas pour un petit Gentilhomme de Bearn;
d'ailleurs qu'elle ne feindroit point de me dire que j'étois d'une
nation qui lui étoit si odieuse, que quand même je serois ce que je
pretendois devenir, elle ne voudroit pas seulement me regarder, qu'ainsi
si elle m'avoit témoigné le contraire, jusques-là, ce n'avoit été que
pour me mieux marquer la haine qu'elle avoit pour les François, & pour
se venger plus assurément du mépris que j'avois osé faire de sa nation
devant la Reine d'Angleterre.

J'avouë que je fus si surpris quand je l'entendis parler de la sorte,
que peu s'en fallut que je ne crusse réver. Je lui demandai si ce
n'étoit point pour m'éprouver qu'elle disoit tout cela, & lui voulant
témoigner qu'en l'état où elle m'avoit mis, il lui étoit inutile,
puisqu'elle me possedoit si absolument, & que j'étois bien plus à elle
qu'à moi même, elle me répondit avec une barbarie sans exemple, qu'elle
s'en réjouïssoit, parce que j'en aurois d'autant plus à souffrir que je
serois plus engagé. Je laisse à penser ce qu'une recidive comme celle-là
fit d'effet sur moi. Je me jettai à ses pieds pour la prier de ne me pas
desesperer, comme elle faisoit, mais joignant le mépris à des parolles
aussi cruelles que celle dont elle s'étoit servie, elle me dit qu'un
autre à sa place me deffendroit peut-être de la revenir voir, mais que
pour elle, elle seroit bien aise que j'y revinsse, afin d'avoir plus
d'occasion de se moquer de moi. S'il y eut eu quelque chose capable de
me guerir, il ne m'eut fallu sans doute que ces parolles, qui devoient
produire non seulement cet effet, mais encore me la faire haïr tout
autant que je la pouvois aimer; cependant je l'aimois de bonne foi, &
comme l'on ne passe pas si aisément que l'on pense n'y de l'amour à la
haine, ni de l'amour à l'indifference, je m'en allai dans un desespoir
plus aisé à s'imaginer qu'à décrire. Je ne fus pas plûtôt au logis que
je mis la main à la plume. J'écrivis mille choses que je rayai les unes
après les autres, parceque je ne les trouvois pas à mon gré. Enfin après
avoir fait ce manége je ne sais combien de fois, je me tins aux paroles
que voici, par où il me sembloit que j'exprimois mieux ma pensée que par
tout le reste.

_Il y a plus d'inhumanité à ce que vous faites que si vous me donniez
mille coups de poignard l'un après l'autre; vous aviez raison de me
menacer que vous vous vengeriez plainement de ce que j'avois dit sans y
penser. Vous ne pouviez mieux vous y prendre pour en venir à bout. C'est
en cela seulement que je reconnois vôtre bonne foi. Ce qui me desespere
c'est que je ne saurois encore vous haïr, bien que vôtre procedé vous
dût rendre encore plus haissable à mes yeux que vous ne paroissez
aimable aux yeux des autres._

J'envoyai cette lettre à Miledi par un valet que j'entretenois depuis
quelque tems aux dépends de mon jeu. Il la trouva dans sa chambre
qu'elle n'avoit avec elle qu'une femme de chambre qui avoit grande part
à sa confidence. Elle dit à ce garçon qu'elle m'alloit faire réponse;
mais voici toute la réponse qu'elle me fit. Elle envoya chercher les
filles de la Reine sa maitresse, & leur ayant montré ma lettre, & s'en
étant moquée avec elles, vous direz à vôtre maître, dit-elle à ce valet
le cas que je fais de ce qu'il m'écrit, vous en avez été temoin vous
même, & je ne doute point que sur un si bon témoignage il n'ait tout le
lieu possible d'en être content.

Ce fut un surcroit desespoir pour moi que cette réponse. Je me fis
conter par trois ou quatre fois par mon valet ce qu'il avoit vû; quoique
je n'y dusse pas prendre grand plaisir. Je fis tout ce que je pus pour
m'exciter non seulement à la quitter, mais encore à en prendre
vengeance. Je trouvois qu'il y avoit de la justice, & que ce qu'elle me
faisoit ne pouvant passer que pour un guet à pan, je ne pourois être
blâmé de personne de tout ce que je pourois faire contr'elle; mais ces
pensées qu'exite d'abord un grand ressentiment, ne pouvant pas subsister
long-tems dans une ame touchée comme étoit la mienne elle firent bientôt
place à d'autres qui avoient plus de rapport à l'amour dont je me
sentois possedé. Je continuai malgré tous les mépris de lui faire ma
cour, & elle eut encore la cruauté de le souffrir, parce qu'elle jugea
bien que plus je la verrois plus je deviendrois miserable. Je le devins
si fort effectivement que tout ce que je pourois dire ici pour
l'exprimer n'en approcheroit en aucune façon. Elle prit grand plaisir à
me voir en cet état, & me demandant de tems en tems si je croiois
toûjours qu'il vallut mieux faire sa demeure avec les ours qu'avec des
personnes de sa nation, elle me fit voir par-là que si sa figure étoit
bien éloignée de celle de ces bêtes, elle avoit un coeur qui ne leur
ressembloit pas trop mal.

Pendant que son procedé étoit ainsi si terrible envers moi, le hazard me
procura une chose qui me fit croire que je la pourois faire revenir de
son aversion. Son frere qui étoit gueri, il y avoit déja long-tems, de
sa blessure, & qui étoit extrémement débauché, étant venu voir des
filles de joye qui logeoient assez prés de ma maison, il lui arriva ce
qui arrive assez souvent à des gens qui se mettent sur le pied de faire
la vie qu'il faisoit. Il y fut insulté par des bretteurs, qui ayant
envie de lui prendre ce qu'il avoit lui firent une querelle d'allemand.
Il y en eut un qui lui dit qu'il étoit bien hardi de venir voir sa femme
& qui mit l'épée à la main contre lui, sans autre compliment. Les
camarades de ce breteur dégainerent aussi en même tems en sa faveur, &
tout ce que put faire l'Anglois dans une surprise comme la sienne, fut
de se jetter dans un cabinet dont il eut le tems de tirer la porte sur
lui. Il y avoit par bonheur un anneau en dedans avec un crochet, & s'en
étant servi pour se faire un rempart de cette porte, en attendant qu'il
lui put venir du secours, il se mit à en implorer par une fenêtre de ce
cabinet, qui repondoit sur la rûë.

Je passois heureusement pour lui avec trois ou quatre Gentilshommes
Gascons, à qui j'avois donné à déjeuner devant la porte de ce logis.
Comme je savois que c'étoit un mauvais lieu, je leur dis en même tems
que c'étoit peut-être quelqu'un de nos amis qui étoit dans l'embarras:
que s'ils m'en vouloient croire nous y entrerions & tâcherions de l'en
tirer. Ils toperent à cette proposition d'abord qu'ils m'eurent entendu
parler, & étant tous montez en haut, nous commençames à faire à la porte
de la chambre où étoient ces breteurs, ce qu'ils tâchoient de faire à
celle du cabinet où étoit l'anglois. Ils s'efforçoient de l'enfoncer &
n'eussent guerres tardé à en venir à bout; mais la diversion que nous
faisions en sa faveur, lui donnant du relâche, ces assassins, ou ces
voleurs, ou peut-être l'un & l'autre, puisque de tels gens étoient
capables de tout, accoururent de nôtre côté pour s'enfuir s'ils
pouvoient devant que la justice mit la main sur eux. Ainsi ouvrant eux
mêmes la porte contre laquelle nous avions déja donné plusieurs coups
inutiles; ils ne virent pas plûtôt à nôtre mine que nous n'étions pas
des archers, qu'ils nous dirent qu'ils ne pretendoient pas se deffendre
contre nous, comme ils eussent pû faire contre un Commissaire, qu'ils
nous croyoient assez raisonnables pour vouloir écouter leur raisons, &
qu'ils nous prioient de ne nous y pas rendre inexorables.

Nous le voulumes bien, nous ayant deduit ce que je viens de dire, savoir
qu'il y en avoit un d'eux qui étoit mari d'une femme que nous voyons
devant nos yeux, & qui ne pouvant souffrir qu'un anglois la vint voir,
l'avoit poursuivi jusques dans le cabinet, ils conclurent qu'ils ne
croioient pas que nous fussions personnes à approuver qu'un étranger
vint faire une pareille insulte à un François, jusques dans sa maison.
J'avois tant de lieu de haïr les Anglois de la maniere que j'étois
traité de Miledi... que j'avoué que je ne fus plus si en colere que je
l'étois auparavant contre ces miserables. Nous leur fîmes graces en
faveur de leur harangue. Cependant comme nous avions tous trop
d'humanité pour permettre qu'ils maltraitassent cet étranger nous le
tirâmes de son cabinet, dont il eut bien de la peine à nous ouvrir la
porte, tant il étoit saisi de frayeur. Mais enfin s'étant laissé
persuader aux assurances que nous lui donnions qu'après être venus à son
secours, nous n'étions pas gens à laisser nôtre ouvrage imparfait, il
sortit à la fin de sa niche. Il fut bien surpris & bien joyeux tout
ensemble, quand il me reconnut, car comme il savoit que j'étois amoureux
de sa soeur, & que même il étoit de moitié avec elle de toutes les
cruautez qu'elle me faisoit, il jugea tout aussi-tôt qu'à moins que je
n'eusse bien changé de sentiment à son égard, je prendrois son parti
avec la même chaleur que je pourois faire le mien propre.

Je lui en donnai parolle effectivement, d'abord que j'eus jetté les yeux
sur lui, & que je l'eus reconnu. Je lui dis aussi-tôt, en lui presentant
la main en signe d'amitié, quoi Milord vous qui avez de si belle
poullettes chez vous, venez vous donc faire l'amour à de vieilles bêtes
épaulées pareilles à celles que je vois ici. Car j'en voiois deux devant
moi qui n'étoient ni belles ni jeunes; & qui même quand elles eussent eu
ces deux qualitez n'en eussent été guerres plus considerables dans mon
esprit au villain metier qu'elles faisoient. J'avois raison de faire ce
reproche au Milord, parce qu'effectivement la Reine d'Angleterre avoit
auprès d'elle cinq ou six filles d'honneur, qui quoi qu'elles ne me
parussent pas si belles que Miledi... l'eussent peut-être paru tout
autant aux yeux d'un autre qui n'eut pas été si fort prévenu en sa
faveur. Il me répondit que c'étoit une folie qui étoit pardonnable aux
gens de son âge, & dans laquelle il ne retomberoit plus, après ce qui
venoit de lui arriver. Il s'approcha en même tems de mon oreille & me
dit tout bas, M. d'Artagnan, vous venez de me rendre presentement un
service qui ne mourra jamais chez moi. Je veux que ma soeur change de
conduite à vôtre égard, & si elle ne fait tout ce que je lui dirai je
vous réponds que ce sera à moi qu'elle aura affaire.

Cette promesse me fut plus agréable mille fois que s'il m'eut donné cent
mille écus; quoi que je me fusse bien accomodé d'un tel présent. Je
l'embrassai à l'heure même, croyant que je lui témoignerois mieux ma
réconnoissance par là que par tout ce que je lui pourois dire. Je lui
demandai aussi en même tems à l'oreille s'il vouloit que nous
jettassions les bretteurs par les fenêtres. Il me repondit qu'ils
l'avoient assez insulté pour lui en faire naître le desir, mais que
comme il avoit de secrettes raisons de cacher cette avanture, il
renonçoit non seulement de tout son coeur à la démangeaison qu'il en
pouvoit avoir; mais qu'il me prioit encore de n'en rien dire à personne.
Les raisons secrettes dont il vouloit parler c'est qu'il étoit amoureux
d'une femme de qualité de son Païs, & que si elle eut appris par hasard
qu'il eut été ainsi d'humeur de hanter ces sortes de lieu, il n'eut plus
eu que faire jamais d'esperer qu'elle le laissât approcher d'elle.

La paix fut faite avec ces bréteurs d'abord que le Milord m'eut parlé de
la sorte, & n'aiant plus donc que faire avec eux nous emmenâmes le
Milord mes amis & moi, sans nous informer de ce qui leur arriva avec un
Commissaire qui entra dans cette maison que nous n'en étions encore qu'à
quatre pas. Ce Commissaire envoya après nous pour nous prier d'aller
déposer contr'eux, sachant que nous emmenions celui à qui ils avoient
voulu faire insulte: nous n'en voulumes rien faire, & nous trouvâmes à
propos de lui mander de faire ses affaires comme il pourroit, & que pour
nous nous ne servirions jamais de témoins pour faire faire le procés à
personne.

J'étois alors si rempli des esperances que le Milord m'avoit données,
que mon plus grand desir n'étoit que de me trouver plus vieux que je
n'étois de quelques heures, afin de voir si Miledi... ne seroit point un
peu plus traitable. Mais j'avois tort d'en avoir tant d'empressement,
puis que le tems ne me devoit rien apprendre de bon. Ce ne fut pas
neanmoins la faute du Milord. Je sus de bonne part qu'il avoit fait tout
son possible auprès de sa soeur pour que j'en receusse un autre
traitement. Il lui demandai même, voyant qu'elle ne pouvoit se resoudre
à me rendre justice, de feindre du moins qu'elle n'avoit pas tant
d'aversion pour moi; mais quoi qu'il lui put dire, & qu'il lui avouât
même l'obligation qu'il m'avoit, afin de l'y engager plûtôt, il lui fut
impossible de gaigner ni l'un ni l'autre auprès elle. J'allois toûjours
chez cette belle & aimable personne, &je n'y allois que trop pour mon
repos, parce qu'elle avoit toûjours la cruauté de permettre que je la
visse, afin de me faire payer plus cherement le plaisir qu'elle
m'accordoit de la voir. Son frere n'avoit osé me dire les sentimens où
il l'avoit trouvée, & m'avoit laissé à les déméler dans les visites que
je lui rendrois. Je m'en fus donc chez elle le lendemain partagé entre
l'esperance & la crainte; mais je n'y demeurai pas long-tems, elle ne me
vit pas plûtôt qu'elle me demanda comment je prétendois qu'elle me
traittât presentement, que j'avois joint à l'aversion qu'elle avoit déja
pour moi, un outrage qu'elle ne me pardonneroit de sa vie, quand elle
vivroit encore mille ans.

Je ne sus d'abord ce qu'elle vouloit me dire par là, d'autant plus
qu'elle me parloit d'un air enjoué, & comme une personne qui eut eu
plûtôt sujet de rire que de se fâcher comme elle prétendoit. Au reste
cela m'eut rassuré contre ses parolles, quelque menaçantes qu'elles
pussent être, si ce n'est qu'elle ne m'avoit jamais fait de mal
autrement: Tout celui qu'elle m'avoit fait avoit toujours été comme si
elle eut eu plûtôt dessein de railler que d'autre chose, & ce caractere
étoit un caractere si nouveau pour moi, & même si nouveau à ce je crois
pour tout le monde, qu'il n'y avoit pas moien de s'y accoutumer. Quoi
qu'il en soit étant bien aise de savoir quel étoit ce nouvel outrage
dont elle pretendoit m'accuser, elle me repondit avec le même enjouëment
qu'elle m'avoit fait ce reproche, qu'il falloit que j'eusse l'esprit
bien bouché, se je ne le reconnoissois pas de moi même; que je croiois
peut-être lui avoir fait un grand plaisir en sauvant la vie à son frere,
& que cependant je devois savoir que je l'avois plus mortiffiée par là
que par tout ce que j'eusse pû faire d'ailleurs; si je contois pour rien
de lui ôter cent mille livres de rente qui lui fussent revenuës sans
moi, que c'étoit une action qu'elle n'oublieroit de sa vie, & qui étoit
capable toute seule de produire en elle l'avertion du monde la plus
effroyable, quand même il n'y eut pas eu déja des semences capables de
germer en tems & lieu.

J'attribuai tout ce discours à la continuation de son caractere, dont
elle ne se dementoit non plus en cette occasion qu'elle avoit fait dans
toutes les autres, où j'avois eu quelque chose à démêler avec elle.
Cependant j'en devois faire un autre jugement, si j'eusse eu
connoissance, comme je l'eus depuis, de ce qui se passoit de secret dans
son coeur. La verité est qu'elle étoit au desespoir de ce que je l'avois
empêché de devenir heritiere; ainsi au lieu de prendre ses parolles en
raillant, j'eusse bien mieux fait de les prendre au pied de la lettre,
afin de me servir de tout pour me pouvoir guerir. Je ne sus presque que
répondre à un discours comme le sien, parceque bien que je crusse le
devoir faire sur le même ton qu'elle le prenoit, c'est à dire lui
repondre en raillant tout de même comme elle me parloit, il eut fallu
que j'eusse eu l'esprit plus libre que je ne l'avois pour prendre un
parti comme celui là. Cependant si j'eus le malheur de ne pouvoir jamais
addoucir son esprit, je fus regardé plus favorablement de sa femme de
chambre, soit qu'elle eut pitié de m'en voir si maltraité, ou, comme il
est plus vraisemblable, qu'elle eut plus de goût pour moi que n'en avoit
sa maitresse. Comme cette femme de chambre étoit assez jolie, & qu'elle
croyoit qu'à l'âge que j'étois je devois avoir assez bon appetit, elle
me dit qu'elle mouroit d'envie que je voulusse me consoler avec elle des
rigueurs de sa maitresse. Elle prit son tems un jour que celle-ci ni
étoit pas & que j'étois allé pour la voir, pour me tenir ce discours.
Elle debuta d'abord par medire, qu'elle étoit plus sensible que je ne
croyois peut-être à mon malheur, qu'une marque de cela c'est qu'elle
vouloit faire tout ce qu'elle pourroit pour me guerir, jusques là même
qu'elle ne feindroit point d'être infidelle pour l'amour de moi à celle
qui me rendoit ainsi si malheureux.

J'entendis bien ce que cela vouloit dire, & commençant à lui conter des
douceurs, parceque je me doutois bien qu'il n'y avoit rien de plus
capable de la faire parler, après lui avoir dit tout ce que je pus
d'obligeant par rapport à elle, je lui parlai sur un autre ton de sa
maitresse. Je lui dis que si elle me voioit encore la revenir voir après
tout ce qu'elle m'avoit fait, il ne falloit pas qu'elle crut que ce fut
l'amour qui m'y obligeât, & que le dessein de trouver quelque occasion
de m'en venger avoit plus de part à mes visites que tout le reste, que
c'étoit elle que je voulois aimer doresenavant, & qu'il ne tiendroit pas
à moi que je ne lui en donnasse toutes les marques qu'elle pouroit
desirer. La jeunesse où j'étois qui me rendoit sensible à toutes les
femmes, pour peu qu'elles en vallussent la peine, quoi que tout mon
coeur fut reservé pour sa maîtresse, fit que je commençai dès ce moment
à lui montrer que je disois vrai à son égard. Elle ne voulut pas m'en
croire si-tôt, de peur d'avoir lieu de s'en repentir, elle fit la sage,
quoi qu'elle ne le fut guéres. Cependant pour ne se pas montrer ingrate
aux témoignages que je venois de lui donner de mon amour, elle me fit
une confidence qui me surprit extrémement. J'étois bien éloigné aussi
d'en avoir jamais rien deviné, quoi qu'elle ne me dit rien qui ne fut
vrai, & que je n'experimentasse bientôt après d'une maniére à n'en
pouvoir douter aucunement. Elle me dit que si sa maîtresse ne me rendoit
pas justice, ce n'étoit pas pourtant tant par l'aversion qu'elle avoit
pour les François, comme elle prenoit à tâche de me le persuader, que
parce qu'elle avoit donné son coeur à un autre; qu'aussi bien loin de
haïr nôtre Nation au point qu'elle en faisoit semblant, elle y avoit
placé toutes ses affections, qu'elle étoit amoureuse éperduement du
Marquis de Wardes, jeune Seigneur des mieux faits de la Cour, quelle
étoit mêmes assez folle pour se mettre en tête, comme elle étoit d'aussi
bonne Maison que lui, qu'il seroit encore trop heureux que de l'épouser;
que cela auroit bien pû être à la verité, sans le secours que j'avois
donné à son frere, parce que s'il eut été tué dans cette occasion, elle
seroit devenuë une si grosse heritiere que c'eut été une grande fortune
pour lui que d'en pouvoir faire sa femme.

Bien que ce discours eut dequoi m'affliger cruellement par la découverte
que je faisois d'un rival, & encore d'un rival qui étoit extrêmement à
craindre par son mérite; je ne laissai pas de lui faire une demande qui
sentoit plus l'homme curieux que l'homme affligé. Je m'enquis d'elle si
elle ne savoit point de quelle maniére elle avoit reçû la nouvelle du
secours que j'avois donné à son frere, parce que quoi qu'elle m'en eut
parlé, comme ce n'avoit été que par forme de raillerie, je ne pouvois
croire que c'eut été de l'abondance du coeur qu'elle m'eut parlé. Elle
me répondit que j'en croirois tout ce que bon me sembleroit, mais qu'à
moins que de me vouloir tromper moi-même, je devois prendre au pied de
la lettre tout ce que j'en avois entendu; qu'elle en avoit été touchée
amerement, & que si elle eut pû me manger dans ce tems-là ou me dechirer
avec les ongles, elle l'eut fait de tout son coeur; qu'elle le feroit
bien encore presentement, si elle le pouvoit; qu'ainsi je devois être
persuadée que quand bien même elle m'eut voulu autant de bien qu'elle me
vouloit de mal lorsque cela étoit arrivé, cela étoit plus que suffisant
pour ne me le pardonner de sa vie, que lorsqu'elle m'en avoit parlé
comme elle avoit fait, je devois savoir qu'elle ne le faisoit que par
adresse, & aun que je ne réconnusse pas ni moi ni personne ses
veritables sentimens, qu'il n'y avoit qu'à elle seule à qui elle en eut
parlé confidemment, & que si je savois en quels termes elle l'avoit
fait, cela ne me donneroit pas grande estime pour elle.

Quand la femme de chambre m'eut instruit de toutes ces choses, je voulus
savoir d'elle en quels termes en étoit le Marquis de Wardes avec elle, &
s'il en avoit obtenu des faveurs: elle me répondit qu'il n'avoit eu
garde encore d'en obtenir, parce qu'il ne lui avoit jamais parlé; qu'il
venoit bien à la verité voir quelque fois la Reine d'Angleterre, mais
que comme Sa Majesté veilloit sur la conduite de ses filles d'honneur,
parmi lesquelles étoit toûjours Miledi... quoi qu'elle n'en fut pas du
nombre, il auroit été impossible à ce Marquis de lui parler, quand même
il en eut eu le dessein; que cependant elle ne pouvoit dire au juste
s'il n'avoit point connoissance de l'amour qu'elle avoit pour lui, parce
qu'il éclattoit si fort dans ses yeux, toutes les fois qu'elle le
voioit, qu'il ne falloit pas être trop clair voiant pour s'en
appercevoir; qu'elle pouvoit dire même que si elle ne le lui avoit pas
encore apris de sa propre bouche d'une maniere plus intelligible que ne
faisoient ses yeux, ce n'étoit qu'à elle qu'elle en avoit l'obligation;
qu'elle lui avoit voulu écrire plusieurs fois, mais qu'elle l'en avoit
toûjours detournée, en lui répresentant qu'il ne pouroit jamais avoir
grande estime pour elle du moment qu'elle en viendroit là avec lui.

Je fus touché sensiblement de ces nouvelles qui ne pouvoient être de
plus grande conséquence qu'elles l'étoient à mon amour. Je tâchai
néanmoins de cacher les remuements qu'elles excitoient en moi, de peur
de détruire par-là ce que j'avois tâché d'insinuer à la femme de
chambre. Je croiois qu'il m'étoit important de ne lui pas faire voir
quelle étoit ma foiblesse là-dessus, & de lui faire accroire au
contraire que si je voulois être instruit de tout ce qui arriveroit de
la suite de cette passion, & s'il y en avoit quelqu'une en moi, ce
n'étoit qu'elle qui en étoit cause. Je réussis assez bien dans mon
dessein; & nous étant séparez fort bons amis cette fille & moi, quoi
qu'il ne se fut rien encore passé entre nous qui me dut faire compter
tout à fait sur elle, elle me convia à la revenir voir à des heures que
sa maîtresse ne seroit pas au logis. Je le lui promis comme un homme qui
n'avoit garde d'y manquer par l'amour que je lui portois déja. Elle le
crut facilement, parce que je lui avois paru amoureux, & que les femmes
croient aisément ce qu'elles desirent; quoi qu'il en soit m'attachant
dés ce jours là à observer le Marquis de Wardes depuis les pieds jusques
à la tête, je commençai à m'appercevoir que ce sont d'étranges yeux que
ceux d'un rival. Quoi que je ne lui pusse refuser la justice que chacun
devoit à son mérite, je ne laissai pas de trouver à redire à tout ce
qu'il faisoit; tant je trouvois qu'il regnoit un certain air de vanité
dans toutes ses manières, tantôt qu'à ce de vouloir paroître avoir de
l'esprit il en avoit moins qu'il ne croioit. Je voulois aussi tantôt que
pour avoir trop bonne opinion de sa personne les autres n'en devoient
pas avoir beaucoup, & ainsi toûjours disposé à en juger
desavantageusement, je m'en faisois un portrait terrible, dans le tems
qu'il ne songeoit pas seulement si j'étois au monde.

Pendant que cela se passoit il se fit un mariage à la Cour qui eut eu
des suites qui m'eussent fait beaucoup d'honneur, si ce n'est qu'on
empêcha celui que M. de Treville me vouloit faire, comme je le dirai
dans un moment. La Marquise de Coaslin qui étoit une jeune veuve belle &
riche étoient devenuë amoureuse du Chevalier du Boisdauphin qui étoit un
Cadet de bonne Maison, & parfaitement bien fait; elle l'épousa malgré le
Chancelier & la Chancelliere, comme aussi malgré tous les parens de son
premier mari. Il n'étoit pas fort extraordinaire que ceux-ci ni
voulussent pas consentir, puisque ce second mariage étoit capable de
ruiner les enfans du premier lit; mais pour le Chancelier & la
Chancelliere comme ils n'eussent pu se choisir un gendre qui leur eut
fait plus d'honneur, quand même ils en eussent cherché un par toute la
France, l'on vit bien que ce qui faisoit leur chagrin, c'est qu'ils
étoient moins amateurs du merite dont ce Chevalier avoit bonne provision
que du bien de la fortune dont il étoit assez mal partagé. Comme il
changea de nom aussi-tôt après son mariage, & qu'au lieu de celui de
Chevalier de Boisdauphin il prit celui de Comte de Laval, je ne
l'appellerai plus autrement quand j'aurai à en parler. Au reste comme ce
Comte avoit fait l'amour à sa femme sans le sçu du pere & de la mere, la
Chancelliere ne le connoissoit point encore, quoi qu'il y eut déja
quelque tems qu'il couchât avec sa fille, ainsi l'ayant vû venir un jour
aux Minimes de la place Royale où elle étoit allée à quelque devotion,
elle dit à une Dame avec qui elle étoit & que ce nouveau Comte avoit
saluée, qu'il falloir avouër que cet homme là étoit bien fait, & qu'il
lui plaisoit extrémement: la Dame qui étoit bien aise de se donner
carriére voiant qu'elle ne le connoissoit point, ne se mit pas en devoir
de lui apprendre si-tôt qui il étoit, quoi qu'elle le lui eut demandé,
en lui témoignant combien elle étoit charmée de son air & de sa bonne
mine; ainsi au lieu de lui répondre aux autres choses qu'elle lui avoit
dites, elle lui répliqua qu'elle ne s'étonnoit pas que le Cavalier fut
si sort de son gout, puis qu'il l'étoit aussi de celui de beaucoup de
dames, qu'il y en avoit bon nombre qui en faisoient leurs delices, & une
entr'autres de par le monde qui en faisoit plus de cas que de tout le
reste des hommes.

Ces parolles firent croire à la Chancellerie qu'il y avoit de la
galanterie au fait de la dame dont celle-ci lui vouloit parler, cela ne
lui donna que plus de curiosité, qu'elle n'en avoit encore auparavant,
de connoître le Cavalier. Ainsi disant à son amie de ne la pas tenir
plus long tems en suspens, & de lui apprendre son nom sans différer, &
en même tems celui de la dame qui en faisoit tant d'état, elle lui
répondit malicieusement, afin d'augmenter encore son impatience, qu'elle
se faisoit un scrupule de la contenter, que ce qu'elle venoit de lui
dire avoit quelque air de medisance, qu'ainsi elle ne croioit pas à
propos de lui dire le nom ni de l'un ni de l'autre, parceque ce qu'elle
lui en diroit lui pouroit peut être faire faire quelque méchant
jugement. La Chancelliere prit cela pour argent comptant. Cependant
comme elle étoit femme, c'est à dire extrémement curieuse, elle dit tout
bas à un de ses laquais en sortant de l'Eglise, d'aller devant une telle
chapelle; & de demander à des valets vetus de telles livrées, qui étoit
le nom de leur maitre. Comme il y a des livrées qui se ressemblent les
unes aux autres, ce laquais confondit celles d'un certain Genois qui
étoit à la Cour depuis un mois ou deux avec celles du Comte de Laval,
ainsi s'étant addressé à ses gens au lieu des siens, ils lui répondirent
que leur maitre s'appelloit le Marquis Spinola.

La Chancelliere qui venoit de prier la dame d'aller dîner chez elle, ne
voulut pas monter en carosse que son laquais ne lui eut rendu réponse de
ce qu'elle l'avoit envoyé savoir. Il lui vint dire à l'oreille le nom
que les laquais du Genois lui avoient dit, & cette dame ne croiant pas
qu'il put s'être trompé après les enseignes qu'elle lui avoit données,
dit alors à l'autre qu'elle n'eut pas couru grand risque quand elle lui
eut nommé l'homme qu'elle avoit eu envie de connoître, puis qu'elle lui
pouvoit jurer que c'étoit là la premiere fois qu'elle en avoit oui
parler; qu'ainsi si sa maitresse ne lui étoit pas plus connuë que lui,
elle pouvoit la lui nommer encore toute à l'heure, puis qu'on ne pouvoit
faire de mechant jugement d'une personne que l'on ne connoissoit point.

Le dame vit bien qu'il y avoit de la méprise & même du galimatias en
tout cela, & ne voulant pas la redresser, elle souffrit que la
Chancelliere l'entretint de la bonne mine du prétendu Marquis sans s'y
opposer en aucune façon. Mais ce qui ne fut pas le pire de tout, c'est
que celle-ci ne se pouvant lasser d'en parler lui dit, qu'encore passe
si sa fille de Coaslin eut epousé un homme comme celui-là, qu'au moins
on pouroit dire qu'elle n'auroit pas trop mal choisi, & que qui diroit
autrement, elle seroit la premiere elle même à prendre son parti.
L'autre avoit là un beau champ de ne lui plus faire de mistere
d'avantage, & de lui avouër que celle-ci qu'elle prenoit pour le Marquis
de Spinola étoit son gendre, mais se doutant bien qu'après avoir cet
homme si fort sur le coeur, elle ne s'en tiendroit pas là, & qu'elle en
voudroit parler en dinant au Chancellier, elle fut assez malicieuse pour
ne la pas detromper si-tôt; elle voulut se donner la comedie tout
entiere & se contenta d'applaudir à ce qu'elle disoit. Cela arriva
justement comme elle l'avoit pensé. Le Chancelier ayant demandé à sa
femme si elle étoit sortie le matin, & où elle avoit été, elle lui
répondit qu'elle étoit allé aux Minimes, où elle avoit veu quantité des
personnes de grande distinction; que cependant elle lui diroit
franchement & sans craindre de le rendre jaloux que si elle étoit encore
à marier & qu'elle fut maitresse d'elle même, elle y avoit veu un homme
qui tout étranger qu'il étoit auroit bien la mine d'avoir grande part à
son coeur; que Chabot n'en approchoit pas ni avec sa belle danse, ni
quelque bon air qu'il put avoir; qu'ainsi il étoit bien heureux que cet
homme là ne fut pas venu à Paris devant que d'épouser la Duchesse de
Rohan, parceque si cette Duchesse l'eut veu, elle lui eut bien-tôt donné
la préference à son prejudice.

La Chancelliere ajouta encore quantité de choses pour exalter son heros,
tellement que le Chancellier étant en peine de sa voir qui pouvoir être
une homme si bien fait, d'un si grand air & de si bonne mine, il lui
demanda s'il n'y avoit pas moien de savoir son nom; elle lui répondit
qu'elle n'y entendoit point de finesse, comme faisoit une certaine Dame
de par le monde qui ne le lui avoit jamais voulu dire, quoi qu'elle le
lui eut demandé par plusieurs fois. Elle faisoit par là le procès à
celle qu'elle avoit amenée diner chez elle, & la regardant avec un
souris, elle croioit la punir par là comme elle meritoit, de lui avoir
fait mistere d'une chose qu'elle pouvoit savoir si facilement
d'ailleurs. Au reste ayant autant d'impatience pour le moins d'apprendre
à son mari quel étoit le nom de son Adonis qu'il en avoit eu à le lui
demander, elle ne lui eut pas plu-tôt nommé le Marquis Spinola qu'il lui
répondit ou que l'on s'étoit moqué d'elle, ou qu'elle se vouloit moquer
de lui; qu'il avoit veu ce Marquis plus d'une fois en allant chez le
Roi, & que bien loin qu'il fut homme d'aussi bonne mine qu'elle
prétendoit, il étoit bien plus capable de donner du degoût que de
l'admiration.

Cette réponse surprit la Chancelliere qui voulut appeller son laquais
pour témoigner qu'elle lui disoit vrai. Le Chancellier lui répondit
qu'elle n'y pensoit pas de vouloir qu'un laquais fut plus croiable que
lui, comme s'il avoit de meilleurs yeux qu'il n'en avoit. La Dame que la
Chancelliere avoit convié à diner rioit en elle même de tout son coeur
de cette dispute, & en eut encore bien autrement ri, si elle n'eut point
eu peur que la Chancelliere l'appellât aussi en temoignage à son tour,
mais la chose se passa tout d'une autre maniere, & voici comme s'en fit
le denouëment. Le Chancellier fâché de voir que sa femme lui soutint
toûjours que son Marquis de Spinola étoit non seulement fait à paindre,
mais encore qu'avec beaucoup de beauté, il avoit aussi l'air avec lequel
on nous depeint le Dieu Mars, lui répondit qu'il ne se contentoit pas
ainsi d'une description en général & qu'il vouloit qu'elle lui fit celle
de cet homme en détail. Elle lui répliqua qu'elle le vouloit bien, & y
aiant satisfait en même tems, il vit bien après un moment de
conversation que celui aussi dont elle lui vouloit parler étoit son
gendre, ainsi lui disant à l'heure même qu'elle ne devoit plus blâmer sa
fille d'en être devenuë amoureuse, puisque sans être obligé de lui
donner la question elle avouoit elle même qu'il lui en fut bien arrivé
autant qu'à elle si elle eut été encore à marier, il la surprit
extremement par ce reproche. Elle voulut un peu de mal à la Dame de ce
qu'elle étoit cause par le mistere qu'elle lui avoit fait, de ce qu'elle
s'étoit attiré cette piece. Mais le droit d'hospitalité demandant
qu'elle ne lui en témoignât rien, ou du moins que ce ne fut
qu'honnêtement, on en demeura là à l'égard du Comte sans remettre
davantage cette affaire sur le tapis.

Cependant la Chancelliere prit tant de goût par-là pour son gendre, que
s'il n'eut tenu qu'à elle, elle eut pardonné non-seulement à sa fille à
l'heure même, mais fut encore demeuré d'accord avec elle, que
puisqu'elle avoit voulu se remarier elle n'avoit pû faire un meilleur
choix que celui-là. Il eut été à souhaiter pour ces nouveaux mariez, que
le Chancellier eut été de même humeur. Cela les eut fait bientôt entrer
en grace auprès de lui; mais comme il étoit têtu comme une mulle, quoi
que bon homme dans le fonds, il continua non-seulement de leur faire la
guerre, mais il fut encore si injuste que de se plaindre de ce qu'ils
avoient si peu de soin de desarmer son couroux, qu'ils ne feignoient
point de se montrer tous les jours aux endroits où il alloit par les
devoirs de sa charge. Il vouloit parler du Louvre où le Comte & la
Comtesse se trouvoient souvent pour faire leur Cour, & comme leurs amis
communs eussent été bien aises de les raccommoder, ils conseillerent à
ceux-ci de s'éloigner pour quelque tems de Paris pour lui marquer plus
de respect. Le Comte & la Comtesse prierent alors Mr. de Bellievre que
nous avons vû depuis premier President du Parlement de Paris, de leur
prêter sa Maison de Berni qui n'est qu'aux portes de cette grande Ville.
Il fut ravi de leur faire ce plaisir, & s'y en étant allez, toute la
Cour les y fut voir sans se soucier autrement de ce que le Chancellier
en pouvoit dire, aussi étois-ce deux personnes très estimables que ces
nouveaux mariez, outre qu'on savoit bien dans le fonds que quand le
Chancellier auroit passé sa fantaisie, bien loin de trouver à redire,
qu'on fut ainsi allé les visiter, il auroit même obligation à ceux qui
leur auroient donné ces marques de leur estime.

Au reste, comme il n'y avoit personne qui ne fut dans la même
prévention, il se presenta divers Negociateurs pour moyenner un
accommodement entre des personnes si proches. Le Comte & la Comtesse ne
demandoient pas mieux, & disoient à tous ceux qui leur en parloient, que
s'il ne faloit qu'aller demander pardon à genoux au Chancellier ils
étoient tout prêts de le faire, pourvû qu'il voulut s'en contenter;
qu'au surplus s'ils eussent sçû que leur mariage lui devoit être
desagreable, ils se fussent bien abstenus de le faire pour ne lui pas
donner sujet de se chagriner contr'eux. Il n'y avoit rien de plus soumis
que ces paroles, & leurs amis tâchoient de les faire valoir au
Chancelier, mais comme il n'étoit pas duppe, il leur répondit qu'il n'y
avoit rien de plus aisé que de parler de la sorte après coup, parce que
l'on savoit bien qu'il n'en seroit toûjours ni plus ni moins. Ainsi il
paroissoit dur comme un vieux Caporal, quand il s'addoucit tout d'un
coup, & lors qu'il y pensoit le moins. Voici comment cela arriva.

Mr. de Treville qui avoit osé resister au Cardinal de Richelieu qui
étoit la terreur de tous les Grands, se faisant encore valoir bien
d'avantage presentement qu'il n'avoit plus affaire qu'à un Ministre mol,
& de qui l'on commençoit à dire déja qu'il n'y avoit qu'à lui montrer
les dents pour en avoir tout ce qu'on vouloit, Mr. de Treville, dis-je,
en ayant arraché une grace qu'il ne lui eut jamais accordé s'il ne l'eut
pas plus craint qu'il ne l'aimoit, en fut presenter lui-même les Lettres
au Chancellier, de peur que s'il les lui faisoit presenter par un autre,
il ne refusât de les sceller. Le Chancellier qui n'étoit pas tout-à-fait
si mol que le Cardinal, quoi qu'il aimât bien à faire sa Cour aux
Puissances, ayant pris ces lettres & vû par la lecture qu'il en fit que
s'il les scelloit cela donneroit sujet de murmurer à ceux qui y
pouvoient avoir intérêt, les lui rendit sans vouloir les sceller. Il lui
dit qu'il faloit qu'il en parlât auparavant à la Reine Mere, & que quand
il lui auroit fait entendre de quelle conséquence il lui étoit de ne les
pas faire passer au sceau, il esperoit que ni elle ni lui ni penseroient
plus. Treville qui n'étoit pas accoutumé à se voir resister en face, lui
répondit d'un air de gascon que la Reine avoit bien sû apparement ce
qu'elle faisoit quand elle lui avoit accordé la grace qu'il lui
presentoit presentement, qu'il y avoit un peu trop de vanité à lui à
vouloir controller ses actions, & que s'il ne scelloit ces lettres de
bonne grace, il n'étoit pas en peine de le lui faire faire de force; que
la Reine le lui commanderoit bientôt absolument, qu'enfin tout le
conseil qu'il avoit à lui donner & même s'il vouloit qu'il en usât en
bon ami, étoit de ne se pas attirer cette affaire sur les bras.

C'étoit s'en faire un peu trop accroire, que de parler de la sorte au
premier Officier de la Couronne; mais comme quelque esprit que l'on ait,
il y a des rencontres où bien loin de se rendre maître de ses passions,
l'on s'y laisse tellement emporter qu'il semble que l'on ait perdu la
raison, Mr. de Treville au lieu de rentrer dans lui-même & d'en devenir
plus sage, ne se contenta pas seulement de ce qu'il venoit de dire, mais
fit encore une action qui scandalisa toute la compagnie. C'étoit un jour
de sceau, & la chose n'en etoit que plus remarquable par la grande
assemblée qui étoit-là, quoi qu'il en soit ne se mettant gueres en peine
d'avoir tant de témoins de son emportement, il lui demanda tout de
nouveau s'il ne vouloit pas sceller ces lettres, & comme il vit qu'il
n'en vouloit rien faire, après lui avoir dit qu'il ne lui feroit jamais
l'honneur ni de les lui presenter une seconde fois ni de lui en
presenter jamais d'autres, il commença à les lui dechirer au nez. Il lui
dit de plus en même tems comme par une espece de menace que ce n'étoit
plus son affaire, que c'étoit celle de la Reine & qu'il lui laisseroit
le soin de se faire obeïr.

Un Procedé si violent & si public vola tout aussi-tôt par tout Paris, &
ne tarda gueres à se répandre jusques à Berni. Mr. le Comte de Laval en
partit aussi-tôt sans en rien dire à sa femme, & étant allé descendre
chez un de ses amis, il le pria d'aller appeller Treville de sa part.
Treville étoit allé au sortir du sceau chez la Reine, & chez le Cardinal
pour prendre les devans sur ce qui venoit d'arriver, & s'étant arrêté à
dîner chez Mr. de Beringuen premier Ecuyer de la petite écurie du Roi,
il s'en revint ensuite faire un tour chez lui. J'y étois allé pour lui
porter une lettre du païs qu'un Gentilhomme m'avoit adressée, pour la
lui remettre en main propre. Il me demanda de qui elle étoit avant que
l'ouvrir, & lui ayant dit le nom de celui qui me l'avoit envoyée, il me
répondit en goguenardant que ce Gentilhomme eut bien mieux fait de
demeurer dans la compagnie des Mousquetaires où il avoit été trois ou
quatre ans que de la quitter, comme il avoit fait pour aller
s'encornailler dans la Province, qu'il parieroit bien qu'il me diroit
mot à mot tout le contenu de cette lettre, sans la lire, que c'étoit
assurément pour implorer son secours afin de venir étaller ses cornes au
Parlement de Paris, comme s'il ne devoit pas être assez content que
celui de Pau en eut pris connoissance.

S'étant mis ainsi à railler avec moi, il ouvrit cette lettre où il
trouva effectivement tout ce qu'il venoit de me dire. Ce Gentilhomme lui
mandoit que le galant de la femme, étant parent de deux ou trois
Presidens de ce dernier Parlement, & n'y ayant point de justice à
esperer pour lui, dans ce Tribunal, il couroit grand risque d'entasser
affront sur affront, s'il ne lui servoit de Pere & de Protecteur. Mr. de
Treville qui m'avoit lû tout haut ces derniers mots me demanda ce que
j'en pensois, & s'il ne devoit pas plûtôt prendre parti contre lui que
de se declarer en sa faveur. Je crûs lors qu'il me parla de la sorte
qu'il faloit qu'il fut aimé du galant ou du moins qu'il lui fut
recommandé de bonne part. Et comme la partie souffrante étoit des amies
de la Maison, & que l'avis que Mr. de Treville me demandoit me mettoit
en droit de lui recommander la justice au préjudice de la faveur que
l'autre pouvoit avoir trouvée auprès de lui, je me mettois déja sur mon
bien dire pour le persuader, quand il m'interompit pour me faire des
reproches de ce que je lui conseillois de se declarer le pere d'un cocu.
Il me dit en même tems que mon ami n'y pensoit pas de lui faire cette
priere ni que je n'y pensois pas moi-même, puis que je l'exposerois
par-là, s'il étoit si simple que de me croire, à le faire montrer au
doigt.

Comme je vis qu'il étoit ainsi de si bonne humeur & qu'il ne demandoit
qu'à rire j'entrai dans la raillerie où je ne réüssissois pas trop mal,
quand je m'en voulois mêler. Cependant dans le tems que nous commencions
à nous y enfoncer tous deux, un laquais l'en vint retirer, en lui
annonçant qu'un Gentilhomme qui n'avoit pas voulu dire son nom demandoit
à lui parler. C'étoit justement l'ami du Comte de Laval qui venoit pour
s'acquiter de la commission qu'il lui avoit donnée, mais Mr. de Treville
ne s'en doutant nullement commanda à ce laquais de le faire entrer. Ce
Gentilhomme entra un moment après, & Mr. de Treville qui le connoissoit
pour le voir tous les jours à la Cour, lui ayant demandé ce qui
l'amenoit, & s'il pouvoit quelque chose pour son service, celui-ci lui
répondit pour me depaiser qu'il venoit lui demander une casaque de
Mousquetaire pour un Gentilhomme de ses parens. Mais que comme il lui
étoit arrivé des affaires dans son païs, il étoit bien aise de l'en
entretenir en particulier, afin qu'il jugeât s'il seroit en seureté dans
sa compagnie. Je voulus m'en aller pour les laisser en repos, mais Mr.
de Treville m'ayant dit de ne me pas éloigner, parce qu'il avoit à me
dire quelque chose sur la lettre que je lui avois apportée, je m'en fus
dans son Anti-Chambre où je me mis à causer avec un Mousquetaire qui lui
servoit d'Ecuyer.

Je ne fus pas plûtôt sorti que le Gentilhomme après avoir changé de
langage avec lui, lui dit que Mr. le Comte de Laval vouloit le voir
l'épée à la main, qu'il avoit appris ce qu'il avoit fait à son
beau-pere, & que comme sa robe l'empêchoit d'en tirer raison c'étoit à
lui qui devoit être un autre lui-même à se charger de sa querelle, qu'il
l'attendoit hors de la porte St. Jâques en bonne devotion qu'il le
meneroit s'il vouloit; qu'il n'avoit qu'à prendre un de ses amis avec
lui, afin qu'il ne fut pas un témoin inutile de leur combat. Mr. de
Treville, qui bien loin de manquer du côté du coeur en avoit plus
qu'homme du monde, lui répondit qu'il lui faisoit plaisir de s'être
chargé d'une commission comme celle-là, que le Comte de Laval lui en
faisoit aussi beaucoup de s'être chargé de la querelle de son beau-pere,
parce que du metier dont il étoit il eut été obligé de boire impunément
l'affront qu'il pretendoit avoir reçû de ce Magistrat, s'il ne s'étoit
presenté quelqu'un heureusement pour lui en faire reparation.

Ce Gentilhomme lui repliqua qu'il n'étoit point question de savoir qui
avoit tort ou qui ne l'avoit pas, puis que cela s'alloit terminer l'épée
à la main, que des plaintes ne pouvoient être bonnes que dans une
justice reglée ou devant des arbitres, mais que la fortune allant
decider comme il lui plairoit qui avoit raison de l'un ou de l'autre, il
étoit sûr que de quelque maniere que les choses se passassent son ami
seroit toûjours content, pourvû qu'il eut le plaisir de faire deux coups
d'épée contre lui; qu'il croyoit qu'il n'en seroit pas autrement de son
côté, parce que quand de braves gens comme ils étoient s'etoient mis en
devoir de se tirer du sang l'un à l'autre, celui qui étoit répandu, de
quelque côté que ce pût être, avoit dequoi effacer tout ce que des
differens encore bien plus grands que le leur faisoient naître de
ressentiment dans un esprit.

Comme les discours les plus court ont plus de grace dans une rencontre
comme celle-là, que tout ce que l'on sauroit se dire de part & d'autre,
ils en demeurerent là tous deux. Cependant Mr. de Treville ayant appellé
son laquais qui étoit demeuré de garde à la porte, il lui dit de me
faire rentrer. Le laquais n'eut pas loin à m'aller chercher, puis que je
n'étois qu'à trois pas delà, & m'étant presenté devant lui, il me dit en
presence de ce Gentilhomme que lui étant venu faire un appel de la part
du Comte de Laval, il ne jettoit point les yeux sur d'autre que sur moi
pour lui servir de second, qu'il ne me demandoit point si je
m'aquitterois bien de cet emploi, parce qu'il avoit tant de preuves de
ce que je savois faire qu'il seroit plûtôt tort par-là à son jugement,
qu'il ne m'en feroit à moi même. Le Gentilhomme fut surpris qu'il lui
donnât ainsi un jeune homme de mon âge pour se battre contre lui, &
n'ayant pût empêcher de lui en témoigner sa pensée, Mr. de Treville lui
répondit que s'il avoit lieu de ne pas approuver son choix, c'est qu'il
le mettoit en plus grand danger qu'il ne croyoit de perdre sa
réputation, que quand on venoit à être battu par un homme de mon âge,
c'étoit un bien plus grand chagrin que de l'être par un homme fait, que
voilà tout ce qui le pouvoit chagriner, parce que pour le reste, il
trouveroit en moi un ennemi qui se battroit de pied ferme & qui lui
feroit la moitié de la peur.

Je me tins non-seulement honoré d'un discours qui m'étoit si avantageux,
mais encore d'un choix qui ne me l'étoit pas moins. Etre second de Mr.
de Treville me parût un honneur qui n'alloit pas faire moins parler de
moi que faisoit l'ami de ma Maison avec ses cornes qu'il pretendoit
promener de Parlement en Parlement; ainsi ayant déja beaucoup
d'impatience de me trouver sur le prez depeur de me voir arracher cette
gloire par quelque accident imprevû, je n'attendis que la sortie de l'un
& de l'autre, pour les suivre de bon coeur; mais ce que je prevoyois
arriva justement dans le tems que nous y pensions le moins tous trois.
Comme nous allions monter en carosse il vint un Officier de la
Connêtablie signifier à Mr. de Treville que Mrs. les Marêchaux de France
l'avoient envoyé pour demeurer auprès de lui, jusques à nouvel ordre,
sur ce qu'ils avoient appris que le Comte de Laval s'étoit mis en
Campagne pour tirer vengeance de l'insulte qu'il pretendoit qu'il eut
fait à don beau-pere.

Il n'est impossible de bien representer la mortification que je receus à
un compliment si peu attendu. Elle fut égale à l'honneur que je me
faisois auparavant d'avoir été choisi par un homme comme M. de Treville
pour une action comme celle qu'il avoit bien voulu me confier. Le Comte
de Laval eut un garde de son côté, & cette affaire ayant été accommodée
quelques jours après, le Chancellier que tout le monde blâmoit de ce
qu'il ne vouloit pas pardonner à sa fille; & qui n'en étoit plus retenu
que par la honte qu'il avoit de se retracter si-tôt, après avoir fait
paroître tant de ressentiment, prit sujet de ce que le Comte venoit de
faire pour lui pour les recevoir tous deux en grace. La Comtesse de
Laval qui aimoit son mari éperduëment en pensa mourir de joye, trouvant
qu'il ne manquoit plus rien après cela à son bonheur. La Chancelliere de
son côté se mira pour ainsi dire dans son gendre, & ne fut pas fâchée
que la proximité qui étoit entr'eux l'empécha d'en devenir amoureuse,
comme elle l'eut peut-être été d'un autre qui ne lui eut pas été si
proche, & qu'elle eut pu régarder sans faire tort à sa vertu.

Je fus ravi que la fille du premier Officier de la Couronne eut ainsi
épousé un cadet, & quoique je ne me ventasse pas d'être de si bonne
Maison que lui, je ne laissai pas de me flatter que son exemple seroit
capable de produire un bon effet sur ma maîtresse, pour peu qu'elle fut
disposée à écoûter la raison & à me rendre justice. Mais elle étoit
toûjours si fort entêtée de son Marquis de Wardes, qu'il étoit aisé de
voir qu'il y avoit de la vision à son fait. Ce Seigneur n'étoit pas pour
épouser une étrangere, étant un des hommes de la Cour des plus à son
aise, & c'est tout ce qu'elle eut pû esperer si elle eut été heritiere
comme elle l'avoit pensé être sans moi. Cependant comme l'esperance ne
meurt guéres, & que c'est ce qui fait vivre les plus miserables, il
arriva que pendant que je me flattois encore de pouvoir surmonter la
haine qu'elle avoit pour moi, elle se flatta aussi que son frere
pourroit mourir, & que son bien & sa beauté lui feroient obtenir un
coeur, sans lequel elle ne pouvoit vivre. Mais son frere s'en étant
retourné quelques mois après en Angleterre, & s'y étant marié fort
richement, ses esperances s'en allerent bientôt en fumée, par les
nouvelles qui lui vinrent presque en même tems, que sa belle-soeur étoit
déja grosse, elle en pensa mourir de douleur, ne voyant plus de jour de
parvenir à ses desseins.

Sa femme de chambre que j'étois allé voir de fois à autre pour apprendre
des nouvelles de sa maîtresse, & de qui j'avois jugé à propos de
recevoir toutes les faveurs qu'une femme sauroit donner à un homme, afin
de la mettre davantage dans mes interêts, m'ayant appris sa folie, je
fis tout ce que je pus pour l'oublier; mais n'en ayant jamais pû venir à
bout, quelque effort que je pusse faire, je deguisai si bien mes
sentimens à cette femme de chambre, qu'elle ne crut plus du tout que
j'en fusse amoureux. Un autre s'y seroit pû tromper tout aussi bien
qu'elle, parce qu'elle recevoit elle-même de si grandes marques de mon
amitié qu'il lui étoit pardonnable de s'y méprendre.

Cette femme de chambre étant ainsi fort contente de moi, & moi l'étant
pareillement assez d'elle, parce qu'avec ses faveurs sa maîtresse ne
faisoit pas un pas qu'elle ne m'en avertit, elle me dit deux ou trois
mois après que nous fûmes bien ensemble, que j'avois fort bien fait de
me guérir de la passion que j'avois euë pour elle; parce qu'elle n'avoit
plus ni raison ni honneur. J'en étois si peu guéri comme elle croyoit,
que je me sentis pénétrer de desespoir à ces paroles. Cependant ne
voulant pas lui faire connoître ce que j'en pensois, & étant bien aise
au contraire de lui faire accroire que tout ce qu'elle disoit de moi
étoit vrai, je me pris à rire, comme si j'eusse été ravi de ne plus
aimer une folle. Je lui demandai en même tems, mais d'une maniere peu
empressée, & comme si cela m'eut été indifferent, ce qu'elle faisoit
donc tant pour lui donner du scandale, & m'ayant répondu à l'heure même
qu'elle n'en faisoit que trop, & qu'elle n'en vouloit point d'autre juge
que moi elle ajouta tout aussi-tôt que sa folie ne pouvoit guéres aller
plus loin, puis qu'elle vouloit à toute force lui faire porter un billet
au Marquis de Wardes pour lui donner un rendez-vous, qu'elle ne l'avoit
pas voulu faire, qu'elle ne m'en eut parlé auparavant; afin de lui
donner là-dessus le conseil qu'elle attendoit d'une personne qui lui
étoit aussi affectionnée que je le paroissois.

Je m'étonnai comment elle ne s'apperçut pas de l'effet que ces paroles
produisirent en moi. J'y demeurai interdit; mais enfin m'étant remis en
quelque façon de mon trouble, je lui demandai de quelle espece étoit ce
rendez-vous, que quoi qu'ils fussent tous criminels à une fille, il y en
avoit néanmoins qui l'étoient bien plus les uns que les autres;
d'ailleurs, que du petit l'on en venoit bientôt au grand, principalement
avec une homme comme de Wardes, qui étoit trop habile pour demeurer en
si beau chemin. Elle me répondit que le rendez-vous dont elle me parloit
étoit d'une nature à ne lui plus laisser aucun pas à faire; que
Miledi... vouloit passer une nuit avec lui, & que si je voulois voir le
billet qu'elle lui écrivoit là-dessus elle me le montreroit à l'heure
même, parce qu'elle l'avoit dans sa poche.

J'avois trop d'interêt à la chose pour ne la pas prendre au mot, je lui
demandai à le voir, & me l'ayant donné en même tems j'y lûs des choses
que je n'eusse jamais cruës, si je ne les eusse vûës de mes propres
yeux. Je ne pus m'empêcher de pâlir à cette vûë, & l'état où je devins
au même instant lui ayant fait connoître ce qui se passoit en moi, elle
pâlit à son tour, voyant combien elle s'étoit trompée quand elle avoit
cru que j'avois quitté sa maîtresse pour elle. Elle me fit mille
reproches de mon déguisement, & ne lui pouvant rien dire qui me put
justifier, après ce qu'elle voyoit presentement, je pris le parti de lui
demander du secours contre moi-même. Ainsi lui avoüant ma foiblesse,
dont aussi bien je ne pouvois plus disconvenir, je me jettai à ses piez,
& lui dis que mon repos étoit desormais entre ses mains; que je ne
pouvois plus avoir d'estime pour sa maîtresse, après ce qu'elle me
montroit d'elle, mais qu'étant encore assez foible pour desirer de
l'éteindre dans la possession des desirs qu'elle avoit allumez par sa
beauté, il ne tenoit qu'à elle de me procurer cette satisfaction, que je
n'en aurois pas eu plûtôt ce que je desirois que je ne penserois plus à
elle que pour la mépriser; qu'il n'y avoit que l'amitié reciproque qui
fut capable de faire revivre des feux qu'on avoit éteints dans la
jouïssance; & que comme je lui deroberois ses faveurs plûtôt qu'elle ne
me les accorderoit, puisque je ne jouïrois d'elle que sous la figure de
son amant, je ne demanderois pas à en jouïr une seconde fois, puis que
je n'y trouverois plus de plaisir; qu'ainsi je retournerois à elle avec
un coeur degagé de toute autre passion; de sorte qu'il n'y avoit plus
qu'elle qui en fut maîtresse à l'avenir.

Quelque éloquent que je pusse être je ne l'eusse jamais persuadée, si
j'eusse voulu la laiser decider de mon sort. Mais lui ayant témoigné que
si elle vouloit que j'eusse un plus long commerce avec elle, elle devoit
me donner cette satisfaction, je lui fis faire la chose moitié de force
& moitié de bon gré. Elle me demanda alors comment je voulois qu'elle
s'y prit pour tromper sa maîtresse, exigeant de moi un serment, qu'en
cas qu'elle vint à s'en appercevoir, je la prendrois sous ma protection
pour lui faire éviter sa colere. Je lui dis que puisque ce rendez-vous
étoit pour la nuit, elle me pourroit substituer aisément à la place du
Marquis de Wardes, que cela lui seroit d'autant plus facile que sa
maîtresse desiroit elle-même qu'il n'y eut point de lumiere dans sa
chambre, ni quand j'y arriverois, ni tant que j'y demeurerois,
d'ailleurs que comme j'en devois encore sortir une heure avant le jour,
elle voyoit bien qu'elle ne risquoit rien à lui faire cette tromperie.

Elle fut bien aise que je lui applanisse toutes les difficultez qu'elle
se faisoit, & ne lui en restant plus dans l'esprit que celle que lui
pouvoit faire la connoissance qu'elle avoit de ma voix, je lui promis de
la déguiser si bien qu'elle crut qu'elle s'en pouvoit fier à moi. La
femme de chambre m'ayant ainsi promis ses services, elle fit accroire à
sa maîtresse qu'elle avoit porté son billet au Marquis, & qu'il ne
manqueroit pas de se rendre incognito dans sa chambre à l'entrée de la
nuit, qu'elle l'y garderoit jusques à ce qu'il fut heure de passer dans
la sienne, & qu'il avoit tout autant d'empressement qu'elle en pouvoit
avoir que l'heure du rendez-vous arrivât. Miledi.... fut ravie d'être si
près du bonheur qu'elle attendoit. La journée lui dura mille fois plus
que les autres qu'elle eut jamais passées, & elle m'eut duré tout de
même, & peut-être encore davantage, si ce n'est que de tems en tems, il
me prenoit une frayeur qu'elle ne vint à me reconnoître. Enfin la Reine
d'Angleterre s'étant retirée & toutes les Dames qui étoient de sa Cour
ayant fait la même chose de leur côté, Miledi... ne fut pas plûtôt dans
son lit que sa femme de chambre m'y conduisit par une petite allée qui
menoit dans son appartement. Comme j'étois obligé de lui faire
compliment sur la grande fortune à laquelle il lui plaisoit de
m'appeller, je n'y manquai pas, mais en contrefaisant si bien ma voix,
que quand même elle se fut doutée de la fourberie qui lui étoit faite,
elle ne s'en seroit jamais apperçûë. Je ne crus pas à propos & pour
cette raison, & pour lui marquer plus d'amour, de lui faire un long
compliment, mais ayant fait succeder des caresses à mes paroles, je la
rendis si contente de moi, & le fus aussi tellement d'elle, que nous ne
croyons pas encore être à la moitié de la nuit quand la femme de chambre
me vint avertir qu'il étoit tems de décamper. Peut-être que par malice,
ou pour mieux dire par jalousie, elle y vint un peu de meilleure heure
qu'il ne faloit; mais comme Miledi.... ne vouloit pas que le jour la
surprit entre mes bras, elle me dit tout bas à l'oreille de m'en aller,
& qu'elle me feroit avertir par sa femme de chambre quand elle voudroit
que je la revinsse voir.

La femme de chambre me prit par la main pour me mener hors de la
Chambre, parce qu'elle y étoit revenuë me querir sans lumiere, tout
comme elle m'y avoit amenée, elle me fit passer dans sa chambre, & me
dit que l'on ne sortoit pas de chez la Reine d'Angleterre comme l'on
faisoit sans qu'on prit garde qui y entroit ou qui en sortoit, qu'il
faloit que je demeurasse là tout le jour, afin de prendre mon tems de ne
m'en aller qu'à la brune, que par ce moyen j'en sortirois sans qu'on
s'apperçût que j'y fusse entré, que c'étoit là l'ordre que lui avoit
donné sa maîtresse, afin de ne la pas commettre mal à propos, ordre dans
lequel je devois entrer moi même, parce qu'un galant homme doit avoir
toûjours soin de la réputation des Dames.

Je ne sçaurois dire au juste si sa maîtresse avoit eu cette precaution
ou non, mais enfin ce qu'elle me disoit étant toûjours de la nature des
choses dont l'on dit communément que si elles ne sont pas vrayes elles
sont du moins bien inventées, je n'eus pas le petit mot à y repliquer.
Je pris à toute force un bouillon qu'elle me donna, lui disant néanmoins
pour m'en excuser, que bien que j'eusse souhaitté de passer la nuit avec
sa maîtresse, la pensée dont j'étois rempli que c'étoit à un autre qu'à
moi qu'elle avoit donné ce rendez-vous m'avoit tellement degoûté que je
n'y avois pas trop épuisé mes forces. Je m'imaginois qu'en lui disant
cela, elle m'en croiroit sur ma parole, sans m'en demander d'autre
preuve; mais comme elle avoit plus d'esprit que je ne pensois, elle me
répondit que si cela étoit comme je le lui voulois persuader, elle s'en
appercevroit bien dans un moment; que comme elle avoit été obligée de
faire le pied de gruë toute la nuit, & qu'elle n'avoit pas dormi un seul
moment non plus que moi, il faloit que nous nous missions ensemble au
lit, qu'aussi-bien elle n'avoit affaire qu'à midi dans la chambre de sa
maîtresse, ce qui nous donneroit à l'un & à l'autre tout le tems qu'il
nous faudroit pour nous reposer.

Si j'eusse pû m'excuser honnêtement de ce qu'elle me demandoit, je n'y
eusse pas manqué: sortir du lit de la personne du monde que j'aimois le
plus, pour entrer dans celui d'une fille dont je ne m'aprochois que par
débauche, n'étoit pas une chose trop accommodante pour moi. Mais comme
j'eusse eu mauvaise grace à lui resister, & que d'ailleurs j'avois
besoin de repos, je me mis à la carresser pour lui faire accroire que
les faveurs de sa maîtresse ne m'avoient pas fait oublier le cas que je
devois faire des siennes. En suite dequoi je lui dis que j'avois envie
de dormir, & lui fis mes excuses tout du mieux qu'il me fut possible; &
m'étant assoupi un moment après, je dormois encore sans m'être reveillé
un seul moment qu'il étoit déja près de midi, ainsi elle fut obligée de
se lever pour aller rendre le service qu'elle devoit à sa maîtresse.
Elle n'eut garde de lui dire où j'étois, elle lui dit que le pretendu
Marquis de Wardes étoit si charmé de la nuit qu'il avoit passée avec
elle qu'il contoit pour rien la prison qu'il lui faloit essuyer ce
jour-là. Miledi fut ravie de ces assurances, & comme elle croyoit en
devoir donner des marques de reconnoissance à ce trop heureux Marquis,
elle se fit donner du papier & de l'ancre & lui envoya ce billet que la
femme de chambre ne m'eut jamais rendu si ce n'est qu'elle y demandoit
réponse. Voici ce qu'il contenoit.

_Je n'ai jamais sû jusques où vont les forces d'un homme pour en pouvoir
parler assurément, mais comme à l'age que j'ai je ne suis pas sans en
avoir oui discourir plusieurs fois, je crois que vous avez maintenant
plus de besoin de repos que de travail. Le soin que j'ai de votre santé
fait donc que je vous sais si près de moi sans vouloir profiter
d'avantage de vôtre vûë pour vôtre intérêt & pour le mien. Mandez moi
quand vous croyez être en état de soutenir une nouvelle épreuve. C'est
être bien hardie que de vous parler de la sorte. Je ne le ferois pas
face à face, & vous n'en sauriez douter, puis que vous avez vû que je ne
vous ai laissé approcher de moi de si près qu'en cachant la confusion
que j'en avois sous l'ombre de la nuit, oui c'est l'obscurité qui a été
cause que j'ai fait cet effort sur moi; les murailles qui sont entre
nous deux font encore que j'ose vous écrire ce que je fais ici.
Pardonnez le moi & croyez que je serois plus retenue si j'étois moins
charmée de votre merite._

La femme de chambre me trouva encore endormi quand elle m'apporta ce
billet, & m'ayant reveillé pour y répondre, tenez menteur me dit-elle, &
quand je ne saurois pas par ma propre expérience que vous êtes
paralitique ce billet ne me l'apprendroit que trop. Je ne sus que
répondre à ce juste reproche ni encore moins que répondre à ce billet.
Ce n'est pas que je ne fusse encore assez amoureux de Miledi.. pour lui
promettre des merveilles, mais comme cette réponse devoit passer par les
mains de la femme de chambre, & que je savois bien qu'elle trouveroit
mauvais que j'y fisse le Soyecourt, je me trouvai tout à fait
embarrassé. Cependant l'esprit & l'addresse d'un homme ne lui etant
donnez que pour s'en servir dans l'occasion, je dis à celle-ci que le
peu d'expérience que sa maîtresse avoit dans ce qui s'étoit passé entre
nous deux, lui faisant considerer comme quelque chose de grand & de
merveilleux ce qui y étoit arrivé, il ne me couteroit pas beaucoup de
l'entretenir dans la bonne opinion qu'elle avoit de moi, qu'ainsi si
elle le trouvoit bon je lui offrirois un second rendez-vous pour le soir
même, ou du moins pour le lendemain; que plus il seroit proche de celui
qu'elle m'avoit donné, moins elle en auroit de jalousie, parce que
m'accusant déja elle même d'être paralitique elle voyoit bien que je ne
pourois être encore rescuscité en si peu de tems, que par ce moyen je ne
lui donnerois pas de grandes allarmes, & que si elle en prenoit elle
auroit grand tort.

La femme de chambre qui étoit plus fine que je ne pensois, ne donna
point dans le panneau, elle me répondit que quelque jalouse qu'elle
pût-être elle avoit encore plus de soin de ma santé que de son
contentement, qu'ainsi elle ne souffriroit jamais que je prisse un
rendez-vous si près l'un de l'autre, que nous étions ce jour-là au
Samedi, & que quand je manderois à sa maîtresse que je me tiendrois prêt
le Mecredi suivant pour la faire jouïr encore de ma conversation,
c'étoit tout ce qu'elle me pouvoit accorder. Je fis ce qu'elle voulut,
parce que comme j'avais affaire d'elle je ne pouvois faire autrement. Je
fis donc réponse à Miledi... conformement à ses desirs, & comme elle ne
connoissoit ni mon écriture ni celle du Marquis de Wardes, elle prit
aisément l'une pour l'autre. La femme de chambre cependant en rendant
mon billet à sa maîtresse lui dit que je m'étois ravisé après l'avoir
écrit, que je m'étois souvenu que le Roi devoit aller coucher ce soir-là
à Vincennes & qu'étant obligé d'y aller avec lui, je la priois de
remettre la partie au lendemain, qui étoit le Jeudi. Miledi... crut la
chose de bonne foi, quoi que tout cela ne fut inventé que par les
raisons que j'expliquerai dans un moment. Au reste le Mecredi étant venu
& m'étant rendu chez la femme de chambre qui me devoit toûjours conduire
à mon rendez-vous, elle me dit que sa maîtesse ne me pouvoit voir cette
nuit la, parce qu'il venoit une de ses amies coucher avec elle. Je fus
très mortifié de ce compliment, quoi qu'elle me dit en même tems que je
n'aurois que vingt quatre heures à attendre, & que ce seroit pour le
lendemain. Enfin ayant été obligé de me consoler malgré moi, je voulois
m'en retourner à mon logis quand la femme de chambre me dit que si je ne
pouvois pas me réjouïr avec sa maîtresse, je pourois bien le faire avec
elle, qu'elle avoit fait mettre des draps blancs à son lit, & qu'au
moins auroit-elle le plaisir de me mettre au même état en sortant
d'avec-elle, que je l'avois été il n'y avoit que trois jours en sortant
d'avec Miledi... qu'elle y feroit toûjours tout son possible, & qu'il
n'étoit pas juste qu'elle eut toûjours les restes d'une autre.

Ces paroles qui étoient plus que suffisantes pour me faire voir combien
elle étoit fine & intéressée, me chagrinerent extrémement; mais enfin me
trouvant pris sans verd, & n'ayant pas le moindre mot à y répondre toute
ma ressource fut de me ménager si-bien que cela ne me fit point de tort
quand je serois auprès de sa maîtresse. Mais comme j'avois affaire à une
femme rusée, ce qui n'est pas bien difficile de juger, par ce que je
viens de dire, elle me mena beaucoup plus loin que je ne voulois. La
matinée étant venuë, & l'heure de se lever étant arrivée, elle ne voulut
pas me souffrir au lit, sous prétexte qu'il devoit venir des Marchands
dans sa chambre pour apporter quelque chose à sa maîtresse. Elle leur
avoit donné effectivement rendez-vous ce jour-là, afin de ne me pas
laisser le tems de reparer mes forces, elle me fit passer ainsi dans un
cabinet à côté de sa chambre, dont ayant fermé la porte sur moi, elle
m'y laissa sans feu, quoi que la saison ne permit pas encore de s'en
passer. Elle fit bien plus, elle m'y laissa même tout le jour, sans
m'apporter seulement un morceau de pain à manger, parce qu'elle vouloit
achever de me mettre sur les dents, devant que de me faire passer dans
la chambre de sa maîtresse. Je reconnus bien la malice, mais enfin ni
pouvant mettre remede, quoi que j'en eusse bonne envie, il me falut
prendre patience jusques à ce qu'il lui plut de me tirer de captivité, &
de l'état pitoyable où elle me reduisoit. Le moindre de mes maux étoit
d'avoir les dents longues, quoi que je d'eusse avoir bien faim, car tout
après avoir passé la nuit comme j'avois fait & n'avoir point mangé
depuis près de trente heures, j'étois gelé jusques au fonds de l'ame &
jamais homme ne fut moins disposé que je l'étois à me trouver à un
rendez-vous. Enfin entre minuit & une heure la malicieuse femme de
chambre m'étant venu ouvrir la porte du cabinet, & m'ayant voulu faire
des excuses de m'avoir laissé là si long-tems sans secours, comme s'il
lui eut été impossible de faire autrement, je ne crus pas devoir les
recevoir sans lui dire ce que j'en pensois. Elle avoit eu encore une
autre malice qui étoit d'avoir éteint le feu qui avoit accoutumé d'être
dans sa chambre, depuis qu'elle se levoit jusques à son coucher. Ainsi
ne pouvant me rechauffer comme je le pretendois devant que d'aller voir
sa maîtresse, je la priai de me donner du moins un fagot, afin d'y
mettre le feu dans un moment, mais elle me répondit avec un certain air
de méchanceté & de jalousie qu'elle feroit mal ma Cour à sa maîtresse,
si elle lui disoit que je lui demandois du feu quand il étoit question
de l'aller voir, qu'elle ne lui en parleroit pas de peur de me perdre de
réputation auprès d'elle, qu'un amoureux qui avoit toutes ses chaleurs
comme je les devois avoir à mon âge seroit bien-tôt rechauffé, de sorte
que tout mon soin ne devoit être que de l'aller trouver sans perdre un
moment de tems.

Elle ne s'amusa pas à attendre ma réponse pour me faire passer dans sa
chambre, & me prenant par la main, je la pensai glacer, tant la mienne
étoit froide: la joye qu'elle eut de me voir en cet état fit qu'elle ne
prit pas garde à la peine que cela me faisoit. Je me laissai conduire,
voyant qu'il me seroit inutile de lui rien demander d'avantage, &
qu'elle ne seroit jamais d'humeur à me l'accorder, elle me laissa quand
je fus auprès du lit de Miledi... & n'osant l'approcher de peur de la
glacer elle-même, elle me demanda à quoi il tenoit que je ne me misse
auprès d'elle. Je lui répondis que sa femme de chambre m'ayant tenu
quelques heures dans son cabinet sans me donner du feu, & que n'en ayant
point encore trouvé au sortir de là j'étois gelé à un point que cela
étoit inconcevable, mes dents qui alloient les unes contre les autres
lui certifioient encore mieux la chose que tout ce que je lui en pouvois
dire, ayant donc pitié de moi, elle me dit de me coucher promptement,
afin de me pouvoir rechauffer. Je le fis comme elle le vouloit, mais
sans me sentir amoureux en aucune façon. Elle s'approcha de moi en même
tems, & me serrant entre ses bras, l'amour qu'elle avoit non pas pour
moi, mais pour celui qu'elle me croyoit être, fit qu'elle ne sentit pas
d'abord le glaçon qu'elle embrassoit: elle eut toutes les peines du
monde à me rechauffer, & n'en étant venuë à bout qu'à la longue elle me
dit les choses du monde les plus tendres pendant ce tems-là, pour me
faire comprendre combien elle m'étoit obligée de m'exposer à cette
incommodité pour l'amour d'elle. Ne pouvant comprendre cependant
pourquoi sa femme de chambre m'avoit fait attendre si long-tems dans le
lieu où elle m'avoit renfermé, & encore moins pourquoi elle m'y avoit
laissé sans feu, elle me demanda si je n'en savois point la raison. Je
n'eus garde de la lui apprendre, ni le tems que j'avois été dans ce
cabinet: quoi qu'il en soit, soit que le tems que j'avois souffert eut
tellement abattu mes forces, qu'elle ne pussent se rétablir si-tôt, ou
que la femme de chambre les eut épuisées elle même par l'excès qu'elle
m'avoit fait faire avec elle, Miledi... eut si peu de contentement du
rendez-vous qu'elle n'eut pas été portée à m'en demander un autre, si
elle eut crû que les choses eussent dû s'y passer comme elles faisoient
dans celui-là. Je me levai d'auprès d'elle tout comme je m'y étois
couché, & la femme de chambre eut encore la malice de me venir chercher
quatre heures avant le jour. Je trouvai alors non-seulement un bon feu
dans sa chambre, mais encore de quoi remplir mon ventre, comme il faut.
Je mangeai comme un homme qui en avoit bon besoin, & ayant essuyé
quantité de railleries de cette manteuse, rien ne me consola que la
pensée que j'eus que sa maîtresse lui feroit une bonne mercuriale de la
maniere qu'elle m'avoit traité. Elle n'y manqua pas effectivement, & je
sus de la femme de chambre même qu'elle avoit eu bien de la peine à lui
faire entendre que ce qu'elle en avoit fait, n'avoit été que parce que
ce jour-là sa chambre n'avoit point desempli de monde.

Miledi... qui avoit trouvé goût au premier rendez-vous qu'elle m'avoit
donné n'étant pas assez dégoutée du second pour ne m'en pas demander un
troisiéme, la femme de chambre à qui cela commençoit à déplaire resolut
d'y mettre fin par un conseil qu'elle fit semblant de donner à sa
maitresse, comme si ce n'eut été que par le penchant qu'elle avoit de
lui procurer une plus grande satisfaction. Elle lui fit entendre qu'elle
se deroboit la moitié du plaisir qu'elle pouroit avoir si elle jouïssoit
de mes embrassemens ou en plein jour, ou du moins à la faveur d'une
autre lumiere que celle que nous donne le Soleil. Qu'après ce qu'elle
m'avoit permis, elle ne devoit plus se faire de scrupule de voir son
galant en face, outre que les rendez-vous qu'elle lui donnéroit seroient
bien plus longs, & par conséquent bien plus agréables pour elle. Elle
eut bien de la peine à l'y faire consentir, mais enfin en étant venuë à
bout à force de raisons, Miledi convint avec elle qu'elle m'ameneroit
encore dans sa chambre le lundi ensuivant tout comme elle avoit
accoutumé, c'est à dire sans apporter de lumiere avec elle, mais qu'au
lieu de me venir querir deux ou trois heures devant le jour, elle nous
laisseroit ensemble jusques à ce qu'il fut tems de se lever.

Ce conseil n'étoit qu'afin que je m'abstinsse de moi même de revenir la
voir, de peur d'encourir le juste ressentiment qu'elle auroit, si elle
venoit à reconnoître la fourberie dont je m'étois servi pour lui derober
ses faveurs. Il est vrai que comme elle en étoit de moitié avec moi elle
avoit autant de lieu que j'en pouvois avoir d'apprehender cette
découverte; mais comme elle se la pouvoit prevenir soit en m'avertissant
du dessein de Miledi... ou en quittant son service plutôt que de s'y
exposer, elle croioit devoir prendre ces mesures pour n'être plus
exposée à la jalousie que lui causoient nos frequens rendez-vous. Je fus
bien surpris quand la femme de chambre m'apprit le dessein de sa
maitresse, & n'ayant garde de deviner que c'étoit elle même qui lui
avoit donné ce conseil, je lui dis que je ne savois pas trop bien
comment nous nous tirerions de cette affaire ni elle ni moi; qu'il étoit
presque aussi dangereux de se trouver presentement à un rendez-vous avec
sa maitresse, que d'y manquer après l'avoir accepté, comme j'avois fait;
qu'en y manquant cela lui donneroit lieu d'avoir recours à un autre qu'à
elle, pour savoir du Marquis de Wardes d'où en seroit venu la faute,
principalement quand elle veroit qu'elle ne lui en donneroit point de
bonnes raisons; que si je m'y trouvois d'un autre côté, il étoit aisé de
voir qu'il en arriveroit encore pis que tout cela.

La femme de chambre après m'avoir écouté attentivement, me repondit que
tout ce que je lui disois étoit veritable, que voilà à quoi elle s'étoit
engagée pour l'amour de moi, mais que puisque j'étois cause du mal je
devois y apporter le remede, qu'elle avoit eu tort d'avoir eu tant de
complaisance, sans en prevoir toutes les suittes, que neanmoins comme il
n'y avoit rien où l'on ne put pourvoir, si ce n'étoit à la mort, elle
étoit prête de me donner un conseil qui me seroit salutaire, si je m'en
voulois servir. Je lui répondis à l'heure même que dans l'embarras où
j'étois il n'y avoit rien que je ne fisse pour m'en tirer, & lui ayant
juré en même tems que j'executerois tout ce qu'elle me conseilleroit,
elle me fit écrire une lettre que je devois donner à Miledi... quand je
serois couché avec elle. Je la trouvai extrémement de mon goût parce
qu'elle me la fit écrire sous le nom du Marquis de Wardes, & qu'elle ne
devoit pas être trop agreable à cette fille. Cependant ayant accepté le
nouveau rendez-vous qu'elle me donnoit, la femme de chambre ne voulut
jamais me dire comment elle me tireroit d'intrigue cette nuit là,
qu'elle ne me vit prét de passer dans la chambre de sa maitresse; mais
enfin comme il étoit tems ou jamais de m'en avertir, elle me dit que
lorsqu'il arriveroit quelque chose d'extraordinaire, je prisse ce tems
là pour me derober d'entre ses bras. Elle ne m'en voulut pas dire
d'avantage, tant elle étoit misterieuse, ou plûtôt tant elle avoit
d'envie de me laisser de trouble dans l'esprit: elle vouloit que ce
troisiéme rendez-vous se passât comme avoit fait le second; mais j'étois
toûjours si amoureux de cette belle personne qu'au lieu que cela se
passât comme elle se l'imaginoit, je recouvrai auprès d'elle, la
reputation que j'y pouvois avoir acquise à nôtre premier rendez-vous. Je
lui donnai cependant la lettre que sa femme de chambre m'avoit fait
écrire, & l'ayant priée d'y ajouter une entiere foi, j'attendis avec
plus de tranquilité que je n'en devois avoir aparemment, qu'il plut à
cette fille de donner le signal qu'elle m'avoit promis quand il seroit
tems de faire ma retraite.

Elle ne le fit paroître qu'entre quatre & cinq heures du matin qu'elle
fut mettre le feu elle même à une mechante paillasse qui étoit dans une
gallerie assez éloignée de sa chambre: c'étoit à quoi je songeois le
moins, aussi bien que Miledi... qui ne pensoit qu'à ce qu'elle auroit à
me dire, pour s'exemter de la confusion qu'elle ne pouvoit s'empêcher de
se faire d'avance, quand elle faisoit reflexion que je l'allois voir
face à face, mais le bruit que l'on fit en même tems par tout cet hôtel,
d'abord que l'on s'y fut apperçu du feu l'ayant bientôt retirée de ces
pensées pour songer que dans ce tems de desordres, & de confusion l'on
me pouvoit surprendre avec elle, elle fut la premiere à me prier de m'en
aller. Je ne me le fis pas dire deux fois, & étant allé trouver la femme
de chambre, elle me dit que comme la porte de l'hôtel étoit ouverte
maintenant à tous allans & à tous venans pour en recevoir du secours, je
pouvois me servir de cette occasion pour me retirer chez moi. Je fis ce
qu'elle me conseilloit, & le feu ayant été éteint avant le jour,
Miledi... fut bien fâchée de cet accident qui m'avoit tiré d'entre ses
bras plûtôt qu'elle n'avoit resolu. Au reste sa femme de chambre qui lui
avoit apporté de la lumiere, afin qu'elle se precautionnât, en cas que
le feu eut fait quelque ravage, s'étant retirée dans sa chambre après
avoir veu qu'il n'y avoit rien à en craindre, ne se vit pas plûtôt en
seureté, & Miledi.. toute seule, qu'elle eut la curiosité de lire le
billet, que je lui avois laissé, mais elle n'eut pas beaucoup de lieu
d'en être contente, puis qu'elle ni trouva que ce que l'on va lira ici.

_Je suis tellement accablé de rendez-vous que si ce n'est que vous êtes
étrangere & que j'ai voulu étendre ma reputation au delà de la mer, qui
separe vôtre pais d'avec le mien, je n'eusse jamais accepté ceux que
vous m'avez donnez. Ne vous attendez donc pas que je mes rende aussi
ponctuel à l'avenir que je l'ai été ces jours-ci. Il faut que chacun ait
son tour, & tout ce que je puis faire pour vous est de vous embrasser
tout au plus trois ou quatre fois en un an._

Miledi... n'eut jamais cru ce qu'elle voioit, si ce billet lui eut été
donné par un autre que par moi. Je lui avois paru trop amoureux, il n'y
avoit qu'un moment, pour lui laisser comprendre ce que vouloit dire deux
choses aussi opposées que l'étoient tant d'amour & un si grand mépris.
Elle se remit au lit où elle ne fit que pleurer toute la matinée. Je
m'en doutai bien sans le voir, & étant allé chez elle l'après dinée pour
me réjouir un peu de sa confusion, elle ne fut visible ce jour là ni
pour moi ni pour personne. Ce fut encore la même chose le lendemain,
mais ayant dit le soir à la femme de chambre qu'elle eut bien voulu me
parler si je revenois la voir le jour suivant, elle lui ordonna de me
faire entrer dans sa chambre, pendant qu'elle en refuseroit la porte à
tout autre.

La femme de chambre qui savoit bien le sujet qu'elle avoit d'être si
triste, ne fut pas dans une petite peine de deviner ce qu'elle me
vouloit. Elle ne le put jamais pénétrer, quelque gehenne qu'elle donnât
à son esprit. Ainsi étant obligée de prendre patience jusques à ce que
je l'eusse vûë, afin d'en être instruite par moi même, je fus bien
surpris quand y étant encore retourné ce jour là elle me dit le
compliment qu'elle avoit à me faire de la part de sa maitresse. Il me
fut impossible tout aussi bien qu'à elle de deviner ce qu'elle me
vouloit, mais enfin sachant que je n'attendrois pas long tems à le
savoir, puisque je n'avois qu'à entrer dans son appartement pour en
apprendre quelque chose, je me fis annoncer, afin de voir si elle
n'auroit point changé de sentiment. Sa femme de chambre dont je m'étois
servi pour lui faire dire que j'étois là, étant revenuë incontinent, &
m'ayant dit que je pouvois entrer, je le fis tout aussi-tôt. Je trouvai
sa maitresse sur son lit qui étoit dans un grand negligé, mais qui ne
m'en parut pas moins belle. Cela me fit penser en même tems que rien ne
manquoit plus à mon bonheur que de jouïr de gré à gré d'une si belle
personne, sans être obligé d'user de supercherie comme j'avois fait,
pour la posséder.

Je la trouvai si méconnoissable d'humeur qu'il ne pouvoit y avoir un
plus grand changement que celui que j'y trouvois: aussi, au lieu de le
prendre avec moi sur un ton railleur comme elle avoit accoutumé de faire
auparavant, elle me demanda d'un grand serieux, si je lui disois vrai
quand je lui avoit dit que je l'aimois avec la derniere passion. Je me
mis à genoux à côté de son lit l'entendant parler de la sorte, & lui
ayant confirmé là avec tous les sermens que je crus les plus capables de
la persuader, que s'il y avoit quelque deffaut dans les assurances que
je lui en avois données, il ne venoit que de ce qu'il m'étoit impossible
de lui dire veritablement jusques à quel point je l'aimois, elle me
repondit que puisque cela étoit ainsi, il étoit juste qu'elle me traitât
mieux qu'elle n'avoit fait par le passé; qu'elle changeroit doresenavant
de conduite avec moi; mais à condition que je ne me dementirois jamais
des promesses que je lui avoit toûjours faites de l'aimer plus que moi
même, qu'elle m'en demanderoit bientôt des marques, & qu'elle
s'attendoit que je les lui donnerois de tout mon coeur.

Je lui pris la main que je baisai avec des transports tout
extraordinaires pour lui témoigner par là aussi-bien que par mes
parolles, qu'elle n'avoit qu'à commander pour être obeie inviolablement;
elle me laissa faire sans y apporter la moindre resistance, ce qui me
charma bien autant que toutes les faveurs que je lui avois derobées,
quoi qu'elles fussent d'une autre nature que celles là. Car enfin tout
ce qui se derobe n'a pas le même agrement que ce qui se donne
volontiers, à moins que ce ne soit de ces sortes de larcins où il est
bien aisé de voir que celle à qui on les fait est bien aisé de les
laisser faire.

Miledi... en demeurera là ce jour là sans vouloir me rien dire
d'avantage. Je la vis les jours suivans, & j'en fus toûjours bien
traité, elle me fit même meilleur mine de moment à autre, desorte que si
je n'eusse point su la foiblesse qu'elle avoit pour le Marquis de
Wardes, je me fusse estimé le plus heureux de tous les hommes. La femme
de chambre ne demeura pas indifferente sur toutes ces visites; elle en
vouloit savoir le secret, & j'eus bien de la peine à lui faire prendre
le change. J'en vins à bout néanmoins assez adroitement. Je lui fis
accroire qu'elle m'avoit rendu une lettre de son frere qui avoit eu
querelle avec le Marquis de Winchester, qu'il me mandoit qu'il passeroit
en France incessamment pour se battre contre lui, n'osant le faire en
Angleterre, qu'il me prieroit d'être son second & que c'étoit pour cela
que sa maîtresse me caressoit. Elle goba cette nouvelle comme une
verité, & à cause du bonheur que j'avois eu jusques là dans les combats
que j'avois faits, elle crut aisément que quand on en avoit quelqu'un à
faire il y avoit plus de seureté à s'y servir de moi que d'un autre, &
que c'étoit pour cela que j'éprouvois le changement dont je viens de
parler.

Le nouveau procedé de Miledi... ne pouvant qu'il ne m'étonnât, moi qui
savois toutes ses affaires, & qui d'ailleurs en avois toujours été
maltraité, je me mis à faire reflexion d'où il pouvoit venir. Enfin
après y avoir bien songé tout ce que je trouvai de plus vraisemblable,
fut qu'elle ressembloit à beaucoup de Dames, lesquels après avoir passé
leur fantaisie avec un homme en cherchoient un autre, avec qui elles
pussent trouver ce qu'elles ne trouvoient plus en lui.

La pensée que j'avois ne se trouva pas veritable cependant, & je ne
tardai guerres à en être éclairci l'étant retournée voir le lendemain
que je l'avois accusée si injustement d'aimer le change. Elle me dit que
le tems étoit venu de me mettre à l'épreuve, & qu'elle vouloit savoir
aujourd'hui si je ne lui refuserois rien de ce qu'elle me demanderoit.
Je lui répondis sans hésiter qu'elle n'avoit qu'a parler, & que quand
même elle me demanderoit ma vie, elle verrait bien-tôt par le sacrifice
que je lui en ferois, le plaisir que ce me feroit de lui obéïr. Elle me
répliqua que ce n'étoit pas ma vie qu'elle demandoit, mais bien celle
d'un autre, & que si je la lui voulois promettre il n'y avoit rien que
je ne puisse esperer. Cette parolle m'ouvrit les yeux à l'heure même, &
comprenant tout aussi-tôt l'effet qu'avoit produit le billet que je lui
avois laissé, dans nôtre derniere entrevuë, je ne feignis point de lui
dire qu'elle n'avoit qu'à me nommer son ennemi, & qu'elle en seroit
bien-tôt deffaite.

Cette promesse ne me couta rien, parce que je contois de profiter auprès
d'elle de celle qu'elle m'avoit fait elle même dans le violent desir
qu'elle avoit de se venger. Je contois aussi que quand j'en aurois eu ce
que je pretendois pour recompense de mes promesses, je lui avouerois
ingenuement qu'elle ne devoit plus être tant en colere qu'elle l'étoit
contre le Marquis de Wardes, puisque c'étoit moi qui l'avoit trompée
sous son nom. Elle fut ravie de la chaleur avec laquelle je lui
promettois mon secours, ainsi après m'avoir encore confirmé qu'il n'y
avoit rien que je ne dusse espérer auprès d'elle si je lui rendois ce
service, elle me dit que cet ennemi dont elle demandoit le sang étoit le
Marquis de Wardes. Je feignis d'être extrémement surpris l'entendant
nommer, Miledi... ne put meconnoître ma surprise & me demanda ce
qu'étoit devenu mon courage moi qui semblois il n'y avoit qu'un momen
vouloir affronter le ciel pour lui plaire. Je lui repondis que quoi que
je lui eusse paru tout étonné, je n'en avois pas moins de courage
qu'auparavant, mais que considerant que de quelque maniere que tournât
le combat qu'elle me demandoit contre ce Marquis, j'allois être reduit à
ne la voir de ma vie, je lui avouois ingenuëment que toute ma confiance
m'abandonnoit à cette pensée. Elle me demanda pourquoi je ne la verrois
plus, si j'en sortois vainqueur, comme elle l'esperoit; parceque lui
répondis-je qu'il n'y aura point de grace pour moi à esperer de Sa
Majesté. En effet je n'aurai pas seulement contrevenu par là à ses
ordres, mais j'aurai tué encore un Seigneur qui est parfaitement bien
auprès de la Reine sa mere, ainsi le mieux qui m'en sauroit jamais
arriver est de m'enfuir & par consequent de ne nous voir jamais.

Miledi me répondit que puisque cela étoit ainsi, je n'aurois qu'à passer
en Angleterre, & qu'elle m'y viendroit trouver. Elle n'en avoit nulle
envie comme il me fut bien tôt facile de le reconnoître. Je m'en doutai
bien aussi, mais feignant de donner dans le panneau comme une duppe, je
lui repliquai en même tems qu'à ces conditions, je ne me batrois pas
seulement contre le Marquis de Wardes mais encore contre tous ceux qu'il
lui plairoit de me nommer, que cependant comme rien ne me donneroit plus
de courage que la seureté qu'elle me garderoit sa parole je la prirois
de ne pas trouver mauvais que je lui en demandasse des arrhes avant que
de m'engager dans ce combat; que les meilleures & les plus assurées
qu'elle me put donner étoit de m'accorder d'avance les faveurs qu'elle
me promettoit: que si elle vouloit faire un vainqueur, elle devoit faire
un heureux; puisque sans cela je ne ferois que combattre en transe, &
serois plûtôt vaincu par la peur qu'elle me feroit elle même, que par
celle que me feroit mon ennemi. Elle me répliqua qu'il n'y avoir que moi
qui fût capable de faire une demande comme celle là, qu'on n'avoit
jamais veu qu'on demandât à être payé d'avance, sur tout quand on avoit
un peu d'estime pour une personne.

Elle avoit raison dans le fonds, & j'eusse peut être rougi moi même de
mon procedé si ce n'est que la connoissance que j'avois de ses affaires,
me rassuroit bien quand je venois à y penser. Je savois qu'elle avoit
franchi le pas qui coute tant d'ordinaire à une fille, & je me disois
que puis qu'elle l'avoit bien franchi pour un autre, elle pouroit bien
le franchir encore pour moi. Au reste ne me laissant point ébranler par
tout ce qu'elle me put dire pour me détourner de ma resolution, je
persistai dans ma demande, sous pretexte que je ne pouvois être en
seureté sans cela, & que si elle vouloit remporter la victoire, il y
alloit de son intérêt tout aussi-bien que du mien de ne me pas refuser
ce que je lui demandois. Enfin lui faisant presque entendre que mes
services n'étoient qu'à ce prix là, quoi que ce fut modestement, & comme
un homme qui en étoit passionnément amoureux, je la mis dans la fatale
nécessité ou de m'accorder ce que je lui demandois ou du moins de me le
laisser prendre. Elle aima mieux l'un que l'autre, & nous devinmes bons
amis dans le même instant ou du moins il n'y eut eu personne qui ne
l'eut jugé ainsi, si l'on eut sçu ce qu'elle venoit de me permettre.
Elle voulut me persuader alors fort adroitement, & comme si ce n'eut été
que pour l'amour de moi, de se venger sans être obligé de mettre ma vie
au hazard, elle me dit pour me le faire agréer que quelque brave qu'un
homme put être il n'étoit pas assuré de triompher d'un autre,
principalement quand il étoit de la trempe dont étoit l'ennemi que
j'avois sur les bras. Que j'eusse donc à considerer le chagrin que ce
lui seroit de me perdre, si je venois par malheur à succomber dans cette
querelle; qu'elle en mourroit de douleur, & que c'étoit dequoi je ne
devois faire nul doute, après ce qu'elle venoit de m'accorder: elle se
donna bien de garde de me parler de sa vengeance, qu'elle pretendoit
assurer par là; mais comme je me doutois bien que c'étoit là l'unique
but qui la faisoit agir, je me le tins pour dit sans lui en rien
témoigner néanmoins. Je me contentai de lui répondre que quand même je
saurois être tué dans ce combat, j'aimerois beaucoup mieux l'être que de
souiller mon honneur par aucune lâcheté. Elle se mit à pleurer comme si
elle eut eu peur de me perdre. J'en crus presque quelque chose, tant on
croit aisément ce qui nous flatte; ainsi tâchant de la rassurer par mes
caresses, je lui promis que j'allois être invincible, maintenant que
j'étois si heureux que de posseder son amitié.

Je ne risquois pas beaucoup en lui promettant d'être invincible de ce
côté-là. Je n'avois nulle envie de me battre, & charmé plus que jamais
de cette Syrenne, je ne songeois qu'à lui avoüer la tromperie que je lui
avois faite, afin que la délivrant par-là de tout ressentiment, & que me
delivrant aussi en même-tems du combat que j'avois à faire, je pusse
jouïr en repos de ma bonne fortune. Il m'étoit necessaire de le faire
bien-tôt, par les persecutions qu'elle me faisoit déja de lui tenir ma
parole, sans differer d'un moment, mais dans le tems que je me trouvois
le plus embarassé comment m'y prendre, j'eus quelque relâche sans y
songer. Je sûs que le Marquis de Wardes étoit tombé malade de la fievre,
& comme elle lui faisoit garder le lit ce me fût une excuse à laquelle
elle ne put trouver à redire. Cette fievre lui dura sept ou huit jours,
pendant lesquels ayant demandé à cette fille la grace de pouvoir passer
une nuit avec elle, elle chercha à s'en excuser, sous pretexte qu'elle
ne vouloit pas que sa femme de chambre le sut. Je me voulus charger de
la gagner, croyant qu'après ce qui s'étoit passé entr'elle & moi elle
seroit bien obligée de mettre bas sa jalousie, quand je lui dirois
resolument que c'étoit un faire le faut; mais elle n'y voulut jamais
consentir, me disant qu'elle ne voudroit pas pour tout l'or du monde lui
donner cette prise sur elle.

J'eusse bien pû, si j'eusse voulu, lui dire tout ce que je savois de ses
affaires, & lui apprendre par-là que quelque mesures qu'elle fit
semblant de prendre, j'étois bien persuadé qu'elle ne passeroit jamais
pour une Vestalle dans son esprit. Mais ne croyant pas qu'il fut encore
tems de lui en dire ma pensée, je feignis de me rendre à ses raisons.
Ainsi je lui proposai un autre parti qui fut de me laisser cacher dans
sa chambre, pendant qu'elle envoyeroit sa femme de chambre quelque part,
afin que quand elle reviendroit elle crut que je fusse sorti. Elle y
voulut encore trouver quelque difficulté, mais lui ayant representé que
le Marquis de Wardes étant sur le point de sa convalescence elle ne me
devoit pas refuser ce contentement, parce que devant qu'il fut trois
jours je ne serois plus en état de lui demander la même chose, elle y
consentit à la fin. Je ne fus donc point en peine de gagner la femme de
chambre, ce qui m'eut été peut-être plus difficile que je ne pensois,
parce qu'elle devenoit jalouse tous les jours de plus en plus.

J'avois resolu de ne pas laisser passer cette nuit, sans avoüer à la
belle qu'elle n'avoit plus que faire d'en vouloir tant au Marquis de
Wardes, puis que le sujet qu'elle en croyoit avoir n'étoit qu'une
fiction. Je me figurois que cette nouvelle ne lui pouroit être
qu'agréable, parce qu'au lieu d'un amant qu'elle croyoit la mepriser,
elle en trouveroit un qui lui avoit toûjours été si affectionné qu'il
avoit eu recours à une si grande tromperie pour l'empêcher de se jetter
entre les bras d'un autre. Chacun à ma place eut eu sans doute la même
pensée, & celui devoit être aussi une grande consolation de savoir que
si elle avoit fait faux bons à son honneur se n'étoit qu'en faveur d'un
homme qui l'aimoit passionnément. Je crus être obligé de bien prendre
mon tems pour lui en parler, afin d'en être bien reçû. Je n'en pouvois
pas souhaiter un apparement plus favorable que celui-là, & ayant encore
étudié le moment où elle seroit plus disposée à entendre raison je fus
tout surpris de voir qu'au lieu de l'ardeur où elle me paroissoit
auparavant, elle devint de glace tout à coup. Je tâchai de la ranimer
non seulement par un discours qui me paroissoit très persuasif, mais
encore par mes caresses. Je croiois qu'il n'y avoit rien de plus capable
de la toucher, & que par amitié ou par raison elle me remerciéroit de
l'avoir delivrée d'un courtisan à qui elle se vouloit donner sans savoir
s'il auroit la moindre amitié pour elle. Je contois même de lui
remontrer dans un moment que quand même il en eut eu il eut été à
craindre qu'il n'eut abusé de sa confidence suivant la coutume ordinaire
de ses semblables, qui font de grands scelerats en amour; mais elle ne
me permit pas de faire tout ce que je voulois, elle me donna un coup de
pied de si grande furie que s'il eut été poussé avec autant de force que
de colére, elle m'eut jetté hors du lit. Cette action me surprit au
point qu'il est aisé de se l'imaginer. Je ne crus plus à propos de lui
parler raison, ni d'avoir recours à la tendresse, & lui demandant pardon
avec autant d'instance que si j'eusse eu à me delivrer de la corde, elle
fut tout aussi peu sensible à mes soumissions qu'elle l'avoit été à tout
le reste. Elle eut même si peu de discretion qu'elle reveilla sa femme
de chambre par le bruit qu'elle faisoit. Il est vrai qu'elle ne s'en
soucioit gueres, & que comme elle avoit appris, parce que je venois de
lui dire, qu'elle avoit été de moitié avec moi de la tromperie qui lui
avoit été faite, elle prétendoit bien la reveiller d'une autre façon.

La femme de chambre qui ne savoit point ce que cela vouloit dire, & qui
bien loin de croire sa maîtresse avec moi, me croioit sorti comme elle
le lui avoit dit elle même, étant venuë pour voir ce que c'étoit avec
une bougie à la main elle fut fort surprise de me trouver là moi,
qu'elle en croioit si loin. Elle eut peut-être bien été la premiere à se
plaindre si elle eut osé, mais sa maîtresse ne lui en donnant pas le
tems, lui dit toutes les injures qui peuvent jamais sortir de la bouche
d'une femme. Elle lui reprocha de m'avoir aidé à la tromper, & la femme
de chambre ayant été assez hardie pour lui répondre, que si elle l'avoit
trompée comme elle avoit fait veritablement par trois fois, ce n'étoit
pas elle qui m'avoit introduit cette nuit là dans son lit, je crois
qu'elle l'eut tué de bon coeur ou du moins qu'elle l'eut bien batuë, si
elle eut pu le faire sans reveiller toute la maison. Enfin un peu de
raison étant revenuë chez elle à la place d'un si grand emportement elle
lui dit de faire son pacquet dés qu'il feroit jour, puis qu'elle ne
vouloit jamais la voir. Pour moi elle me fit un compliment qui ne devoit
pas me plaire d'avantage, elle me commanda de ne me jamais montrer
devant elle, à moins que de vouloir qu'elle ne me plongeât un poignard
dans le sein. Je pris mes habits à l'heure même sans me le faire dire
deux fois, & de peur qu'elle ne se saisit de mon épée pour faire avec,
ce qu'elle ne pouvoit faire avec un poignard faute d'en avoir un, ce fut
la premiere chose dont je me nantis. Je passai le reste de la nuit dans
la chambre de sa femme de chambre qui n'avoit pas envie du rire, non
plus que moi. Sa maîtresse lui devoit tous ses gages, depuis qu'elle
étoit entrée à son service, & comme son frere, quelque riche qu'il fut,
ne lui envoioit point d'argent, elle ne savoit où aller, en cas, comme
il y avoit bien de l'aparence, qu'elle tint sa colére. Je vis bien que
c'étoit là où le mal lui tenoit; parce qu'au lieu de me faire des
reproches comme elle m'eut fait sans doute, dans une autre rencontre,
elle ne faisoit que se plaindre comme une personne qui ne savoit que
devenir, ainsi, ne voulant pas qu'elle se desesperât je lui dis de
mettre son esprit en repos, & que si sa maîtresse en usoit mal avec
elle, elle me trouveroit toûjours prêt quand elle auroit besoin de
quelque chose.

Cette parolle lui rendit la tranquilité qu'elle avoit perduë & m'eut ôté
la mienne, si j'en eusse encore eu après ce qui venoit de m'ariver, car
au lieu de me remercier de la bonne volonté que j'avois pour elle, elle
commença à me traiter de traitre & de perfide, tout de même que si je
lui eusse promis mariage, & que je lui eusse manqué de foi. Je l'eusse
bientôt rappaisée si j'eusse été d'humeur à lui proposer de passer le
reste de la nuit avec elle, mais n'ayant nulle envie de rire & même en
étant bien éloigné, j'allumai du feu en attendant que le jour parût, &
tachai de mâcher mon frein. Le jour vint enfin après s'être fait bien
attendre, & m'en voulant aller chez moi, la femme de chambre me retint
par le bras, me disant de ne pas sortir si matin; parceque ceux qui me
verroient ne pouroient croire autre chose sinon que j'aurois passé la
nuit où avec elle ou avec sa maîtresse. Je ne devois gueres ménager
l'une de la maniere qu'elle en usoit avec moi, & pour ce qui est de
l'autre si je devois avoir un peu plus d'égard ce n'étoit tout au plus
que par raport à son sexe, que tous les honêtes gens doivent considerer.
Car par rapport à sa vertu comme je la croiois mince, je ne me sentois
pas obligé d'avoir pour elle une grande consideration.

Je ne dis pas tous ce que je pensois à cette fille, elle n'y eut pas
trouvé son compte, ni moi non plus. En effet c'eut été alors qu'il lui
eut été pardonnable de me dire toutes les injures qu'elle m'avoit dites;
quoi qu'il en soit ma complaisance, ou pour mieux dire mon honnêteté,
ayant été jusques à la croire, bien qu'on ne put s'ennuyer plus que je
faisois là, sa maîtresse fit raisonner une petite sonnette sur les neuf
à dix heures du matin afin qu'elle entrât dans sa chambre. C'étoit le
signal qu'elle avoit coutume de lui donner quand elle avoit quelque
chose à lui dire. Il y avoit déja sept ou huit heures tout du moins que
nôtre affaire étoit arrivée, tems qui étoit suffisant pour l'avoir fait
rentrer en elle même, mais elle y étoit si peu disposée qu'elle ne
faisoit cet appel à cette fille que pour lui continuer le commandement
qu'elle lui avoit déja donné de vuider de chez elle incontinent. Une
autre moins emportée s'en seroit bien gardée: neanmoins elle eut
consideré que le desespoir où elle l'alloit mettre de la renvoyer sans
argent, alloit être cause qu'elle ne feindroit point de la dechirer
d'une étrange maniere; mais bien loin d'y faire reflexion elle lui dit
encore que si elle apprenoit jamais qu'elle eut fait d'elle aucun
discours, elle pouvoit s'assurer qu'il lui en couteroit la vie. La femme
de chambre eut beau lui repliquer qu'on ne mettoit pas ainsi une fille
sur le pavé & qu'on la paioit du moins quand on la renvoioit. Il eut
autant vallu pour elle de ne rien dire du tout, que de lui tenir ce
langage. Ainsi ayant été obligée de lui donner les clefs de ce qu'elle
avoit en maniment, elle me vint dire devant que ne s'en aller que je
ferois bien de sortir avec elle, maintenant que l'heure n'étoit plus
induë. Je vis bien à ce discours qu'elle n'avoit plus tant de soin ni de
sa reputation ni de celle de sa maîtresse, puis qu'au lieu de me
deffendre comme elle avoit fait autrefois de sortir que l'on ne fut sur
la brune, elle étoit la premiere à me le conseiller. Elle me conseilloit
même encore de sortir avec elle, ce qui étoit lâcher tout à fait la
gourmette à la retenuë dont elle m'avoit fait parade quelques heures
auparavant. Je ne crus pas devoir suivre son conseil, plus pour l'amour
de moi même que par aucune consideration que j'eusse pour elle. Je
trouvai que je n'aurois gueres d'honneur dans le monde si on alloit dire
que j'eusse découché de ma maison pour aller passer la nuit avec une
soubrette, ainsi lui ayant dit de s'en aller & que puisque j'avois tant
tardé à sortir j'attendrois encore à le faire jusques à la nuit, afin de
ménager la maîtresse comme elle me l'avoit conseillé elle même: elle me
repondit que j'en ferois tout ce que bon me sembleroit; mais que si je
l'en voulois croire je m'en donnerois bien de garde, que quand elle
m'avoit donné ce conseil c'est qu'elle avoit cru que le jour venant elle
mettroit de l'eau à son vin; mais que puis qu'elle ne l'avoit pas encore
fait à l'heure qu'il étoit, il n'y avoit pas d'apparence qu'elle songeât
à se raviser; qu'ainsi après y avoir bien pensé, il étoit à craindre
qu'un tas d'anglois la venant voir comme ils avoient de coutume, elle
n'en priât quelqu'un de me poignarder, lors que j'y penserois le moins.
Qu'elle la connoissoit assez pour douter que son emportement ne put
aller jusques-là; que je proffitasse de son avis, sinon que je voudrois
peut-être le faire lorsqu'il n'en seroit plus tems.

Ce discours me fit penser en moi même qu'elle pouroit bien avoir raison,
sur tout après avoir reflechi que m'ayant tout sacrifié moyennant la
promesse que je lui avois faite de tuer le Marquis de Wardes, elle
pouroit bien faire la même chose à l'égard d'un autre, pourvû qu'il lui
promit pareillement de venger dans mon sang l'affront qu'elle croioit
que je lui eusse fait. Ainsi n'ayant plus ni tant de consideration pour
elle ni tant de consideration pour moi même, je dis à la femme de
chambre que je la voulois croire au peril de tout ce qui en pouroit
arriver; qu'elle me laissât passer devant elle, & qu'elle ne me suivit
qu'un demi quart d'heure après; afin qu'on ne prit pas tant de garde à
nous, que si nous sortions tous deux ensemble. Elle consentit à tout ce
que je voulois, & étant sorti le premier, elle sortit quelque tems après
comme nous en étions convenus. Cette précaution n'empêcha pas qu'on ne
me remarquât, & comme on savoit que je ne pouvois sortir que de chez
Miledi... où l'on savoit que j'allois ordinairement on m'eut peut-être
soupçonné de venir de chez la maîtresse, si ce n'est que l'on vit la
servante sortir peu de tems après moi; Elle emportoit son paquet, & un
homme ayant eu la curiosité de la suivre; il vit que je l'attendois à
cent pas de là, où je lui avois donné rendez-vous. Je voulois savoir si
sa maîtresse ne lui auroit rien dit quand elle lui seroit allée dire à
Dieu, & je lui avois conseillé d'y aller, quoi qu'elle lui eut donné son
congé, si absolument que cela me paroissoit superflu en quelque façon.

Ce que cet homme fit justifia Miledi.... comme je le vais dire dans un
moment, quoique néanmoins, ce ne fut pas une preuve bien convainquante
pour elle. En effet, on pouvoit croire, & cela étoit même fort
vraisemblable, que si j'avois quelque commerce avec elle, ce ne pouvoit
être que par le moyen de sa femme de chambre, & qu'ainsi je pouvois bien
lui parler sans que ce fut à elle que j'en voulusse. Mais ce paquet fit
merveille pour sa maîtresse, & voici comment cela se passa.

Celui qui m'avoit vû sortir peu de tems avant elle, & qui nous avoit
suivis, en ayant fait rapport à la Reine d'Angleterre, soit qu'il en
voulut à Miledi... & qu'il crut que cela ne pourroit faire qu'un méchant
effet pour elle, ou qu'il ne songeât seulement qu'à divertir sa Majesté,
la Reine en parla à Miledi... dans des termes qui lui firent voir que si
elle ne se justifioit auprès d'elle, elle auroit peine à ne pas croire
qu'elle n'eut été l'objet de mes visites. Miledi... qui ne manquoit pas
de ruse ni d'esprit ne s'émut point à un compliment où une autre se
seroit peut-être trouvée bien embarassée à sa place; elle répondit à Sa
Majesté qu'avec tout le respect qu'elle lui devoit, elle lui permettroit
de lui dire que comme il n'y avoit que les veritez qui offensassent,
elle ne se trouvoit nullement scandalisée de ses soupçons, que ce qui
étoit cause à la verité de la tranquilité de son esprit, n'étoit pas
tant encore son innocence que la preuve qu'il lui étoit bien aisée d'en
donner, qu'elle ne disconvenoit pas que je n'eusse passé la nuit dans
son appartement, mais que ç'avoit été dans le lit de sa femme de
chambre, & non pas dans le sien; qu'elle avoit été la premiere à s'en
appercevoir, & qu'elle ne s'en étoit pas plûtôt apperçûë qu'elle l'avoit
chassée honteusement sans vouloir écouter les menteries qu'elle
pretendoit lui dire pour sa justification; qu'elle m'avoit menacé aussi
de me faire jetter par les fenêtres, & qu'elle l'eut même peut-être
fait, si elle eut eu du monde tout prêt pour executer ses volontez, mais
que ma fuite ayant prevenu son ressentiment, elle avoit cru en pouvoir
demeurer là, sans faire un éclat qui lui pouroit peut-être plus
préjudicier à elle-même qu'à personne: qu'elle avoit consideré que comme
on n'étoit pas toûjours disposé à rendre justice à tout le monde, on
pourroit lui imputer comme on faisoit presentement, un commerce qui
n'avoit nul rapport à elle; qu'une marque de cela c'est que si ce qu'on
disoit contre elle étoit vrai, elle n'eut pas fait faire en même-tems
son pacquet à cette fille, avec ordre de ne se presenter jamais devant
ses yeux.

Comme il y avoit beaucoup de vraisemblance à cela, la Reine d'Angleterre
crut aisément tout ce qu'elle lui disoit. Ainsi toute sa colere se
tournant contre moi, quoi que je n'eusse pas l'honneur d'en être connu
particulierement, elle envoya dire à Mr. des Essarts qu'elle le prioit
de la venir voir l'après dînée. Il n'eut garde d'y manquer & Sa Majesté
lui ayant fait de grandes plaintes, de ce que j'avois eu si peu de
consideration pour elle, que je n'avois point fait de difficulté de
deshonnorer sa maison, il lui promit qu'il m'en feroit toute la
correction qu'elle pouvoit attendre du profond respect qu'il avoit pour
elle. La correction qu'il m'en fit fut grande effectivement. Il m'envoya
en prison à l'Abbaye S. Germain d'abord qu'il s'en fut revenu chez lui.
J'y demeurai deux mois tout entiers, & je crois que j'y serois même
encore, si ce n'est que la Reine d'Angleterre eut la bonté d'elle-même
de me pardonner. Elle dit à Mr. des Essarts un jour qu'elle le trouva au
Louvre, que ma punition avoit été assez longue, & que comme il y avoit
apparence que j'en serois devenu sage, il n'y avoit point de danger à me
donner la liberté. Je crus être obligé de l'en aller remercier, & y
étant allé elle me dit qu'elle pardonnoit tout ce que j'avois fait à ma
jeunesse, mais à condition de n'y plus retourner. Je jugeai à propos de
ne lui rien répondre, trouvant qu'un respectueux silence convenoit mieux
dans une occasion comme celle-là que toutes les excuses que j'eusse pû
chercher en ma faveur. Elle dit, d'abord que je fus sorti, à quelques
Dames qui étoient avec elles, entre lesquelles étoit Miledi... que
j'étois très bien fait, & que celle que j'avois été voir n'étoit pas
trop degoutée, que je n'étois pas un morceau pour une soubrette, & qu'il
y avoit bien des maitresses qui s'en contenteroient.

Voila comment finit mon Histoire avec mon Angloise, si néanmoins je n'en
dois pas regarder comme une suite quantité de perils dont je me tirai
heureusement sans savoir comment j'y étois tombé. Quelques tems après je
pensai être assassiné au sortir de la Foire S. Germain. Trois hommes me
pousserent l'un après l'autre comme s'ils n'eussent fait semblant de
rien. Ils croyoient apparement que comme je n'étois pas fort endurant de
mon naturel, je leur dirois quelque chose en même-tems, qui leur
donneroit pretexte d'executer le méchant coup qu'ils avoient prémédité;
mais comme à mesure qu'on avance en âge on met ordinairement du plomb
dans sa tête, j'étois devenu bien plus temperé que je n'étois lorsque
j'étois arrivé du pais. D'ailleurs comme je savois que j'avois une
ennemie bien dangereuse en la personne de Miledi... je marchois avec
plus de précaution que je n'eusse peut-être fait s'il ne me fut rien
arrivé avec elle ainsi je continuai mon chemin comme si je n'eusse pas
pris garde à cette insulte. Ils me suivirent, cependant, & je n'étois
pas encore dans la ruë des mauvais garçons; car j'étois sorti par la
porte qui est dans la ruë de Tournon, qu'un de ces trois coquins me vint
barrer le chemin, & me dit de mettre l'épée à la main. Je regardai
aussi-tôt derriere moi & à côté, & voyant non-seulement les deux autres
qui s'apprétoient de lui donner secours, mais encore quatre autres
hommes que je ne connoîtrois point, & qui avoient l'air de veritables
assasins, je me rangai à l'entrée d'un cul de sac qui est là tout
proche. Je crus qu'il me seroit plus facile de m'y deffendre qu'en
plaine ruë; mais enfin tous ces sept malheureux m'étant venu attaquer
tout à la fois, j'allois bientôt succomber sous le nombre si je ne me
fusse avisé de crier à moi Mousquetaires. Par bonheur pour moi Athos,
Porthos & Aramis étoient là auprès avec deux ou trois de leurs amis.
C'étoit chez un traiteur qui demeuroit à côté de la Porte de la Foire, &
comme il ne faut rien à Paris pour faire assembler tout le peuple, ils
n'eurent pas plûtôt mis la tête à la fenêtre que la populace dont il y
avoit bon nombre de tous côtez, leur dit que c'étoit un Mousquetaire
qu'on assassinoit. Il étoit tems qu'ils vinssent à mon secours, j'avois
déja reçu deux coups d'épée par devers moi, & je ne pouvois manquer
d'être bientôt expedié de la maniere que mes assassins s'y prenoient.
C'étoient de braves gens & on le va bien voir par ce qui me reste à
dire, si néanmoins on peut donner ce nom-là à des malheureux qui avoient
resolu de faire une aussi méchante action que la leur. Enfin ils
contoient déja d'avoir achevé bientôt leur ouvrage quand ils se virent
obligez de tourner tête contre des ennemis ausquels ils ne s'attendoient
pas. Nôtre combat commençant alors à n'être plus si dangereux pour moi,
je fus si heureux que de tuer un de ces assassins qui m'avoit toûjours
serré de plus près que les autres. Mes amis en firent autant à deux de
ses compagnons, mais nous perdîmes aussi de nôtre côté deux
Gentilshommes de Bretagne qui furent tuez sur la place. Athos même reçût
un grand coup d'épée dans le corps, & ce combat avoit bien la mine
encore d'être plus funeste qu'il n'étoit, quoiqu'il le fut déja assez
quand ces assassins prirent la fuite tout d'un coup. La raison est qu'il
sortit de la Foire cinq ou six Mousquetaires qui accouroient à nôtre
secours, sur le bruit qui s'étoit répandu jusques-là qu'il y avoit de
leur camarades qui en étoient aux mains avec des gens qui en avoient
voulu assassiner un d'entr'eux.

Si l'on eut bien fait, une partie de tout tant que nous étions eut couru
après eux, pendant que l'autre nous eut donné secours, à Athos & à moi.
Nous en avions bon besoin, nous perdions beaucoup de sang, mais l'état
où nos amis nous voyoient leur faisant croire qu'ils devoient courir au
plus pressé, ils laisserent sauver ces assassins pour nous secourir.
Cependant au sortir de ce combat, il nous en falut presque rendre un
autre contre un Commissaire qui vint avec une Troupe d'Archers pour
s'emparer des corps morts. Nous ne voulumes jamais souffrir qu'ils
emportassent ceux des deux Bretons, & quatre Mousquetaires les gardant
pendant que nous nous faisions penser Athos & moi, nous envoyâmes
chercher un carosse où l'on mit ces deux cadavres. Nous les emportâmes
dans un endroit où nous savions bien qu'on ne nous les viendroit pas
enlever. Ce fut à l'Hôtel des Mousquetaires où étant inutile de les
garder, nous les fîmes enterer dés le soir même à St. Sulpice.

Le Commissaire n'ayant eu ainsi que les corps des trois assassins, il
dressa son procès verbal de tout ce qui venoit d'arriver, & proceda à
leur reconnoissance de la maniere que son metier le lui apprenoit. Il ne
trouva rien sur eux qui lui put indiquer certainement qui ils étoient, &
personne ne les ayant reclamez, il fit exposer leurs corps au Chatelet,
comme il se pratique d'ordinaire quand on trouve quelqu'un de mort qui
n'est ni connu ni que personne ne veut reconnoître. Les soupçon que
j'avois que cette affaire ne m'étoit venuë que de Miledi... fit que quoi
que je fusse assez mal de ma blessure, je ne laissai pas de la suivre.
J'en fis parler au Commissaire par un ami que je trouvai auprès de lui,
afin de savoir si c'étoit tout de bon qu'il disoit ne pas savoir qui
étoient ces assassins, ou s'il ne tenoit ce langage que parce qu'il
avoit été gaigné. Mon ami me rapporta que ce qu'il en disoit étoit de
bonne foi, que tout ce qu'il en savoit, c'est que les morts étoient
Anglois, & que ce qui le lui faisoit juger, c'est qu'il avoit trouvé sur
eux des mémoires écrits en cette langue avec des tablettes qui en
étoient remplies pareillement; qu'il les avoit fait dechiffrer, mais
qu'il n'y avoit trouvé que des choses indifferentes comme des remarques
de ce qu'ils avoient vû de beau depuis qu'ils étoient à Paris & d'autres
choses pareilles à celles-là. Cette circonstance me confirma plus que
jamais dans le soupçon où j'étois, & étant résolu de prendre bien garde
à moi, si j'étois si heureux que de rechaper de ma blessure, je fis ce
que je pus pour me defaire de l'amour qui me restoit encore pour une
personne si dangereuse. Il sembloit pourtant après tout ce qui étoit
arrivé, que je n'en dusse plus avoir du tout, principalement après la
méchante action dont je la croyois capable. Mais comme on ne fait pas
toûjours ce que l'on doit, je ne l'aimois encore que trop, & il n'y eut
que le tems qui m'en put guerir.

La foiblesse qui accompagne toûjours toutes les minoritez des Rois fit
que la justice ne prit pas d'avantage de connoissance de cette affaire,
quoi qu'on eut donné des memoires à Sa Majesté comme si c'eut été un
duel. Je ne fais qui pouvoit avoir fait ce coup-là, puis qu'il n'y avoit
rien de plus faux, & que même cela fut dénué de toute apparence. En
effet les deux coups que j'avois reçûs devant que mes amis fussent venus
à mon secours étoient une assez grande marque que j'avois été assassiné,
& non pas que je me fusse battu; mais comme le Roi avoit renouvelle à
son avenement à la Couronne les Edits que le Roi son pere avoit publiez
de son vivant contre les duels, où ils avoient été bien aises de faire
leur Cour par-là, ou de me donner cette mortification par la méchante
volonté qu'ils avoient pour moi. Je ne savois pas néanmoins avoir jamais
desobligé personne, si ce n'étoit Miledi.... C'est à savoir encore si ce
que je lui avois fait devoit passer pour une injure, puisque bien loin
de l'avoir desobligée dans le fonds je n'avois fait que me sustituer à
la place d'un homme qui n'en eut peut-être pas usé avec elle aussi-bien
que j'avois fait. Enfin cette affaire qu'on prétendoit remuer contre moi
s'en étant allé en fumée je ne songai plus qu'à me guerir, afin de
songer à mon établissement d'un autre façon que je n'avois fait
jusques-là. Athos en fit autant de son côté, & sa blessure alloit assez
bien de même que les miennes, quand tout à coup son Chirurgien commença
à en desesperer. Comme on nous avoit mis l'un auprès de l'autre, & que
j'entendis qu'il disoit que sa playe étoit devenuë toute noire, &
qu'elle ne suppuroit plus, je dis à ce pauvre blessé qui avoit entendu
aussi-bien que moi la mauvaise opinion que le Chirurgien en avoit, que
je ne m'en étonnois pas, qu'il étoit cause de son malheur, & que s'il
venoit à mourir il ne faudroit s'en prendre qu'à lui-même, qu'ainsi il
ne seroit plaint de personne ni que je ne le plaindrois pas non plus
tout le premier, quoi que je fusse de ses amis plus qu'aucun autre. Il
me demanda pourquoi je disois cela; je lui répondis qu'il le pouvoit
bien deviner, sans que je fusse obligé de le lui dire, que quand on
faisoit ce qu'il faisoit on n'étoit pas moins homicide de soi même que
si l'on prenoit un Pistolet, & qu'on se le tirât dans la tête; que dans
l'état où il étoit, il n'avoit point de jugement ou qu'il vouloit
mourir, comme pouroit faire un desesperé; qu'on n'avoit jamais ouï dire
qu'un homme blessé comme il étoit fit venir sa maîtresse auprès de son
lit, s'il ne savoit pas combien cela étoit contraire à une blessure, &
que la cangréne y viendroit bien-tôt s'il continuoit de faire la même
vie. Il me répondit que je me moquois, de lui parler de la sorte que
j'avois été témoin moi-même de sa sagesse, tellement qu'à moins que de
lui vouloir faire un procès sur la pointe d'une aiguille, je ne devois
pas mettre une chose comme celle-là en avant; qu'aussi-bien il aimeroit
tout autant mourir que de ne pas voir une personne qu'il aimoit si
tendrement; que je me gardasse bien cependant d'en rien dire à ses
freres, parce qu'ils seroient peut-être assez scrupuleux pour ne la pas
laisser entrer après cela.

Comme je le vis de cette humeur, & qu'il faisoit si peu de cas de ce que
je lui disois, qu'il pretendoit persister dans sa faute, je lui
repliquai que je ne leur en parlerois pas, jusques à ce qu'ils vinssent
dans la chambre, que s'il assez étoit enragé que de se vouloir faire
mourir quand il le pouvoit empêcher, je n'étois pas si imprudent que de
le permettre, lorsque j'y voyois un remede. Nous contestâmes fort
là-dessus lui & moi, tant il étoit amoureux & fou, & ses freres étant
venus à entrer que nous en étions encore sur cette contestation, je leur
dis, sans attendre qu'il m'en eut donné la liberté, que s'ils vouloient
le tirer d'affaire & éviter les predictions de son chirurgien, il faloit
qu'ils suivissent mon conseil. Je leur expliquai ce que c'étoit, & il ne
falut pas leur en dire davantage pour le leur faire executer au pied de
la lettre. Ils furent prier eux-mêmes la maîtresse de leur frere de ne
le point venir voir jusques à ce qu'il fut gueri entierement. Comme elle
y avoit plus d'intérêt que personne, elle n'eut pas de peine à s'y
resoudre, elle n'y vint plus, & la playe de son amant étant rédevenuë au
même état qu'elle étoit avant sa visite, il fut bientôt sur pied
aussi-bien que moi.

Gaffion avoit été fait Marêchal de France peu de tems après la Bataille
de Rocroy à la recommandation du Duc d'Anguien qui avoit paru un Heros à
cette memorable journée. Ce nouveau Marêchal avoit été nouri Page du
Prince de Condé, & l'on pouvoit dire que c'étoit comme une école pour y
devenir quelque chose de grand, puis que l'on en avoit vû quatre
parvenir au sortir de là au Baton de Marêchal de France. C'étoit un
honneur que l'on eut en peine à trouver dans la Maison de quelque autre
Prince que ce fut, quand même c'eut été chez le Roi. Il avoit pourtant
bien une plus grande quantité de pages que les autres & par conséquent
la chose eut été bien moins extraordinaire chez lui que chez personne;
mais ce qui la rendoit plus remarquable c'est qu'il sembloit que ce
Prince eut laissé toute la valeur & tout ce qui regardoit l'art
Militaire à son fils, & qu'il se fut contenté de se reserver la
politique. Ce n'est pas que je veuille dire par-là qu'il manque de
courage, à Dieu ne plaise que je le fasse, je parlerois contre ma
pensée, & je sais bien que les Princes de la Maison de Bourbon n'en ont
jamais manqué; mais ce que je veux dire ici c'est que comme il avoit
toûjours été malheureux dans les expeditions où il avoit été employé,
l'on apprenoit bien plûtôt avec lui à lever des sieges & à faire une
retraite qu'à forcer des places & à gaigner des batailles. Le Vicomte de
Turenne avoit aussi reçû le même honneur qui avoit été fait à Gaffion.
Il n'y avoit pas été indifferent, comme on n'y a vû depuis: le titre &
le Baton de Marêchal ne lui avoit pas paru indignes d'être mis au devant
de son nom, & au devant & au derriere de son Carosse: mais enfin la
foiblesse du Ministére ayant bien-tôt donné de la hardiesse aux grands,
il s'en trouva avant qu'il fut peu un assez bon nombre qui demanderent à
être faits Princes. Toute la haute Noblesse s'y opposa d'abord, parce
que cela ne pouvoit arriver qu'à leur abaissement: au préjudice de leur
autorité. La plûpart neanmoins rengainerent leurs pretentions pour les
remettre sur pied dans une occasion plus favorable, mais enfin la Maison
de Bouillon ayant été plus perseverante que les autres, sous pretexte
qu'elle ne demandoit rien, qui ne lui fut dû, puis que du tems qu'elle
étoit en possession de Sedan plusieurs Puissances la reconnoissoient en
cette qualité, elle obtint à la fin ce qu'elle vouloit. Cela fit dire au
Marêchal de Grammont une parole qu'il eut depuis souvent à la bouche,
quand il vouloit témoigner que l'on venoit à bout de tout quand on
perseveroit dans sa résolution; tout de même, dit-il, que le Roure est
devenu Paris par la perseverance, ainsi la Maison de Bouillon est
parvenuë à sa Principauté.

Le Roure est un Fauxbourg de Paris qui en étoit autrefois bien éloigné,
mais comme on a toûjours aggrandi cette Ville, il s'est trouvé à la fin
qu'on y tant bâti qu'il en fait maintenant une partie. Voilà ce que dit
ce Maréchal, pendant que de son côté il aspiroit lui même au même
honneur. Il fit même tout ce qu'il put au mariage du Roi pour qu'il lui
fut accordé; mais comme on ne pouvoit faire cela pour lui qu'on ne le
fit en même tems pour quelque autre, la consequence en parut si grande à
la Cour, quoi qu'il y fut fort bien, qu'elle ne jugea pas à propos de
lui accorder sa demande. Il est vrai, comme s'en ventoient Mrs. de
Bouillon, que quelques Puissances étrangeres les reconnoissoient pour
Princes, du tems qu'ils étoient Maîtres de Sedan: l'Empereur & l'Espagne
le faisoient pour les brouiller avec la France qui se moquoit de leur
donner cette dignité, elle qui les avoit veus ses sujets pendant tous
les siécles passez, & qui les comptoit toûjours de ce nombre. Les
Hollandois là lui donnoient pareillement pour plaire au Prince d'Orange
qui étoit proche parent de ces nouveaux Princes; car le feu Maréchal de
Bouillon pere de Mr. de Bouillon & de Mr. de Turenne avoit épousé
Elisabeth de Nassau soeur du Comte Maurice. Ce Prince de son vivant
avoit fait tout ce qu'il avoit peu pour porter Henri IV avec qui il
étoit fort bien, à lui accorder cette prerogative pour lui; mais ce
Grand Roi n'avoit jamais voulu avoir cette complaisance là. Louis XIII.
en avoit été de même pour ses succeseurs qui l'en avoient prié les uns
après les autres. Ce n'est pas qu'il ne le reconnut pour Prince de
Sedan, mais de traiter sa Maison comme une Maison Souveraine comme il
pretendoit, c'est dequoi il n'avoit jamais voulu entendre parler. Mais
enfin ce que le pere & le fils n'avoient pas voulu faire le Roi
d'aujourd'hui la fait. Cela fait connoître que nos Souverains font des
Princes, quand ils veulent, tout aussi bien que l'Empereur; car enfin si
cela n'étoit pas où en seroient aujourd'hui les Princes de cette Maison
qui ne se peuvent qualifier tels que par la grace du Roi, & non pas par
la grace de Dieu.

D'abord que le Cardinal Mazarin fut installé dans le Ministere, & qu'il
s'y vit comme affermi par le succès de la Bataille de Rocroi, & par la
prison du Duc de Beaufort & de ses autres ennemis, il étudia
l'inclination des grands de la Cour, afin d'amuser les uns & les autres
par tout ce qu'il verroit y avoir du rapport. Il reconnut que le jeu
étoit une passion qui ne leur déplaisoit pas, & comme il ne s'y
deplaisoit pas lui même, il étoit chez lui un jeu de hoca & quelques
autres jeux qu'il avoit apporté d'Italie. Ceux qui avoient assez
d'esprit pour l'examiner reconnurent bien-tôt son avarice, par l'envie
qu'il avoit de gagner. Cependant comme il y avoit bien à dire qu'on ne
l'estimat autant qu'on avoit fait le Cardinal de Richelieu, il n'y eut
presque que des miserables qui voulussent d'abord être domestiques chez
lui: le fils d'une lingere de Paris eut la principale charge de sa
maison: un autre qui étoit encore moins que celui-ci, puis qu'il n'étoit
que le fils d'un Meunier de Bretagne ne fut pas encore un de ses
moindres Officiers, & il eut l'Intendance de ses finances. Elles étoient
petites au commencement, & il n'eut pas besoin d'un gros journal pour
les y employer, mais par succession de tems elles devinrent si grosses
que si ce n'est qu'on s'en pouvoit bien rapporter à lui, il eut presque
eu besoin d'une chambre des comptes pour y prendre garde. Il eut
l'addresse parmi tout son ménage d'en faire un dont un autre que lui ne
se fut jamais avisé. Il fit faire du bien à ceux à qui il gagnoit leur
argent; & ceux qui lui gagnoient le sien, ne pouvoient être payez de
leurs apointemens, quelque instance qu'ils lui en pussent faire. Il en
étoit de même de ceux qui gagnoient aussi l'argent des autres, & il leur
repondoit à tous quand ils lui en parloient, qu'ils avoient le moyen
d'attendre, & qu'ils devoient laisser passer les plus pressez. Il
n'avoit garde de leur dire qu'ils n'auroient point d'argent tant qu'ils
gaigneroient celui d'autrui. Il ne vouloit pas leur couper la bourse si
malhonnêtement, & il s'y prenoit avec bien plus d'addesse.

Ce procéde donna peu d'estime pour lui à ceux qui se donnoient la peine
de comparer ses actions avec celles du Cardinal de Richelieu. Ils
savoient que tant que celui-ci avoit vêcu il n'avoit rien fait que de
grand, & de recommandable, si l'on en excepte la cruauté. Pour ce qui
est de l'autre il n'en vouloit point à la vie de personne; il n'en
vouloit qu'à leur bourse, & il n'y eut point de finesse qu'il ne mit en
oeuvre pour remplir la sienne. Il n'en avoit que faire pourtant, ce
sembloit, la Reine qui étoit une bonne Princesse & peu capable
d'affaires le laissant le maître de tout, sans lui faire rendre compte.
Mais soit qu'il apprehendât qu'il n'y eut des yeux plus perçans que les
siens, ou qu'étant Italien comme il l'étoit, il crut que tout ce qui
étoit de meilleur ne valloit rien, s'il n'étoit assaisonné de quelque
fourberie, il apprit bien-tôt à ceux qui étoient capables de se gâter à
devenir fourbes à son exemple. Et en effet l'on ne voioit point avant ce
tems là que l'on accusât les François comme on fait aujourd'hui d'être
sujets à manquer à leur parolle, la duplicité ne regnoit point chez eux,
& s'ils avoient quelque defaut comme il n'y a gueres de Nation qui n'en
ait, qui ne lui soient propres, ce n'étoit que ceux dont on les a
toûjours accusez avec justice. Nous aimons par exemple plus qu'il ne
faut la femme de nôtre prochain, nous aimons aussi à paroître plus que
nôtre moyen ne le porte souvent, nous aimons de même à dominer par
dessus les autres, & ainsi mille choses semblables qui seroient trop
longues à deduire. Cependant quoi qu'on ne puisse nier que ce ne soit
mal fait que tout cela, l'on peut dire neanmoins que ce n'est rien en
comparaison de ce qu'on nous vit pratiquer bien-tôt les uns à l'égard
des autres, d'abord que nous eumes étudié ses leçons.

La premiere année de la regence s'étant passée de cette maniere, celle
de 1644 ne fut pas plûtôt venuë que son Eminence pour demeurer la
maîtresse toute seule des affaires du cabinet, envoya le Duc d'Orleans
commander en Flandres, & le Duc d'Anguien en Allemagne. Il n'y avoit
plus que le Prince de Condé qui lui put faire ombrage, mais l'ayant
envoyé adroitement en Bourgogne, sous pretexte des affaires de la
Province dont il étoit Gouverneur, ce Ministre commença alors à tailler
en plein drap à la Cour, tout de même que s'il eut été lui-même le
Souverain. Les François qui ne sont pas duppes quoi que bien souvent,
ils ne disent rien, soit par complaisance ou par politique, ne furent
pas long-tems à reconnoître son dessein. Ils en murmurent entr'eux &
commencerent à trouver étrange que les Princes du sang lui laissassent
faire tout ce qu'il vouloit.

Le Regiment des Gardes dans lequel j'étois toûjours sans avoir pû entrer
jusques-là dans les Mousquetaires, quoi que j'y eusse fait tout mon
possible, fut commandé pour aller servir dans l'Armée du Duc d'Orleans.
Ce qui avoit été cause que je n'y étois pas encore entré, c'est que ce
Ministre devoroit déja des yeux cette compagnie. Il avoit des neveux
qu'il n'avoit pas encore fait venir d'Italie, mais à qui il pretendoit
faire bien-tôt part de sa bonne fortune. Toutes les plus belles charges
ne lui sembloient pas encore trop belles pour eux, & comme celle-là
n'étoit pas une des moindres il tâchoit de donner d'avance à Mr. de
Treville tous les dégouts qu'il pouvoit, afin que quand il la voudroit
avoir, il n'eut pas tant de regret à s'en défaire, ainsi il lui avoit
fait ordonner par la Reine de ne point recevoir de Mousquetaire qu'il ne
l'eut fait voir au Roi auparavant.

C'étoit une vraye Mommerie que celle-là. Sa Majesté n'avoit encore que
cinq ans & demie, & on lui devoit bien plûtôt presenter une raquette &
un volant pour le divertir que de lui demander son avis sur une chose
qui passoit encore si fort sa connoissance; car quelque disposition
qu'il pût avoir naturellement pour tout ce qui étoit de grand & de
relevé, comme cela, s'est bien vû depuis il étoit aisé de reconnoître,
que c'étoit une raillerie que de le rendre juge si un homme étoit
capable d'entrer dans cette compagnie ou non. Aussi quand je lui avois
été presenté comme c'étoit assez que j'étois du pais de Mr. de Treville
pour n'être pas agreable au Ministre, ce Prince qui ne parloit encore
que par la bouche me dit que j'étois encore trop jeune pour y entrer, &
que devant que j'y pusse pretendre, il falloit que je portasse encore le
mousquet dans les gardes pour le moins deux ou trois ans. C'étoit me
faire acheter bien cher une place comme celle-là, d'autant plus que la
coutume étoit alors que quand on l'y avoit porté dix-huit mois, ou deux
ans, tout au plus, le Roi donnoit quelque enseigne dans un vieux corps,
& même permettoit quelquefois si l'on étoit en état de le faire, d'y
acheter une compagnie, ou dans quelque autre Regiment s'il y en avoit
quelqu'une à acheter. Car il ne s'opposoit pas souvent que ceux qui en
avoient les vendissent, sur tout quand ils avoient vieilli dans le
métier, & que ce leur étoit comme une espece de recompense de leurs
services. Avant que Mr. de Fabert fut devenu ce qu'il étoit presentement
il en avoit ainsi traité d'une, & il se tenoit d'autant plus assuré de
l'agrément qu'il avoit servi beaucoup au delà du tems requis dans les
gardes. Louïs XIII. avoit même dit à celui l'avoit à vendre, que pourvû
que celui qui se presenteroit pour l'acheter y eut été seulement dix
huit mois, il pouvoit compter qu'il l'agréeroit sur le Champ. Mais Mr.
de Fabert étoit tellement denué de ce qui s'appelle bonne mine, que le
Roi ne l'avoit pas plûtôt vû qu'il avoit dit à celui qui se vouloit
deffaire de sa compagnie, qu'il eut à la garder, s'il n'avoit point
d'autre marchand en main pour l'acheter. Voilà quel avoit été le debut
d'un homme, que nous avons vû depuis Marêchal de France, & comme je le
voyois déja Gouverneur d'une des meilleures places du Royaume, je me
consolai facilement du refus que Sa Majesté me faisoit d'une casaque de
Mousquetaire. Je me disois que pour avoir de si tristes commencemens, la
suite n'en seroit peut-être pas plus mauvaise. Il est vrai que ce qui
aida encore à ma consolation, c'est que je fus, au travers des
deguisemens de Mr. de Treville qui n'étoit pas bien aise qu'on
s'apperçût qu'il étoit mal auprès du Ministre, que ce refus étoit plûtôt
par rapport à lui que non pas par rapport à moi.

Quoi qu'il en soit étant parti avec le Regiment des Gardes qui prenoit
le chemin de Flandres, nous arrivâmes à Amiens au commencement de Mai.
Nous y séjournâmes deux jours fort resserrez dans cette Ville qui étoit
toute remplie de troupes, dont les unes prenoient le chemin d'Abbeville,
& les autres d'Arras, afin que les ennemis ne sussent où l'on en vouloit
veritablement. On faisoit courir le bruit cependant que c'étoit à Douai,
tandis que c'étoit à quoi l'on songeoit le moins; le dessein qu'on avoit
étoit sur Gravelines, & l'on avoit fait un traité pour cela avec les
Hollandois qui en ce tems-là étoient de nos amis. Ils s'étoient obligez
de nous fournir des Vaisseaux pour empêcher le secours que les ennemis y
pouvoient faire venir par mer. Les Espagnols commençoient pourtant déja
à n'être pas trop à craindre de ce côté-là, parce qu'ils avoient jetté
la plûpart de leurs forces en Portugal & en Catalogne, dont le
recouvrement leur paroissoit de si grande conséquence, qu'ils ne se
croyoient point en seureté, jusques à ce qu'ils en fussent venus à bout.
Le Marêchal de Gaffion vint joindre le Duc d'Orleans, du côté de
Bapaume, par où il avoit pris son chemin, & nôtre Regiment ayant trouvé
l'armée de ce côté-là, nous tournâmes tout d'un coup sur la gauche, ce
qui fit connoître aux ennemis où étoit veritablement nôtre dessein. Nous
trouvâmes la Riviere d'Ax où nous fumes obligez de faire des ponts pour
la pouvoir passer, & comme les ennemis avoient bâti un Fort entre
Gravelines & St. Omer pour se conserver la communication de ces deux
Villes, nous ne fumes pas plûtôt au-delà que nous l'attaquâmes.

Ce Fort s'appelloit le Fort de Baiette, & étoit fortifié assez
regulierement, mais il ne fit pas grande resistance contre le Marêchal
de Gaffion, que le Duc d'Orleans avoit envoyé pour s'en saisir. Le
Marêchal ne s'en fut pas plûtôt rendu maître, ce qui fut fait dès le
même jour, que nous nous saisîmes encore des Forts de la Cappelle & de
St. Folquin que les ennemis avoient élevez pour rendre les avenuës de
Gravelines plus difficiles. Le Marêchal de la Meilleraie, à qui les
troupes donnoient le nom de preneur de places, parce qu'effectivement il
y étoit plus entendu que beaucoup d'autres, arriva devant celle-ci
quelques heures après qu'elle eut été investie. Le Comte de Ransau qui
avoit pris sa marche par Abbeville fut celui qui avoit été chargé de
cette Commission. Le Duc d'Orleans mit le quartier du Roi tout auprès
d'un Couvent de Religieuses du côté de Bourbourg, & ayant distribué les
autres quartiers aux Comtes de Ramzau & de Grancé, qui furent tous deux
bientôt après Marêchaux de France, il en donna aussi un au Marquis de
Villequier qui lui avoit amené la noblesse du Boulonnois dont il étoit
Gouverneur. Ce Marquis fut aussi Marêchal de France ensuite, & se fit
appeller le Marêchal d'Aumont. Cependant comme le Duc d'Orleans eut avis
que les ennemis faisoient dessein d'aller ravager la petite Province
dont Villequier étoit Gouverneur, pendant qu'il en seroit éloigné, il
l'y renvoya tout aussi-tôt, & fit prendre son poste au Marêchal de
Gaffion qu'il avoit resolu de tenir auparavant sur les aîles.

Tout ce que je viens de dire s'étant fait en trois jours de tems, l'on
commença à travailler aux lignes de circonvallation & de
contrevallation, avec toute la diligence possible. L'on avoit également
besoin de l'un & de l'autre, parce que la Garnison étoit forte, & qu'il
n'y avoit point du tout d'apparence que les Espagnols laissassent
prendre cette place sans coup ferir. Ils avoient encore conservé un Fort
que l'on appelloit le fort de St. Philipes, & qui étoit bien plus
considerable que ceux que l'on avoit pris, aussi fit-il une bien plus
belle resistance. Cependant ceux qui le gardoient ne jugeant pas qu'ils
le pussent conserver encore long-tems, contre une armée de la force de
la nôtre, ils l'abandonnerent la nuit, & se retirerent à la sourdine.
Ils rentrerent dans la place & nous ne le sûmes pas si-tôt. Nôtre
Regiment qui avoit ouvert la tranchée devant ce Fort, & qui l'y avoit
remontée ce jour-là pour la deuxiéme fois, n'entendant plus tirer, Mr.
des Essarts dit à un Sergent qui étoit à un poste avancé où j'étois, de
prendre quelques Soldats avec lui & de monter sur la pointe d'une demie
Lune que nôtre canon avoit fait ébouler pour voir d'où provenoit ce
silence. Le sergent qui étoit un brave homme lui répondit qu'il lui
alloit obeïr, mais qu'il ne croyoit pas avoir besoin de grande compagnie
pour faire ce qu'il lui commandoit; que plus il y meneroit de monde,
plus il en feroit tuer, qu'ainsi il étoit d'avis, sous son bon plaisir
de n'y mener qu'un seul homme, parce que cela feroit moins de bruit que
s'il y en menoit beaucoup. Il jetta les yeux sur moi pour cette
expedition, & me demanda en presence de mon Capitaine si je ne voulois
pas bien le suivre pour faire cette découverte avec lui. Il lui répondis
moins de la langue que du geste que j'étois prêt à le faire, & m'étant
rangé auprès de lui, je n'attendis qu'à le voir marcher pour marcher en
même-tems. Cela plût extrémement à Mr. des Essarts, qui ne me haïssoit
pas. Cependant comme nous allions partir le Sergent & moi, Mr. de Grancé
qui étoit de garde ce jour-là à la tranchée, étant arrivé, sur ces
entrefaites, où nous étions, & Mr. des Essarts lui ayant dit le dessein
qu'il avoit, il ne voulut pas que le sergent se hazardât ainsi à y aller
tout seul. Il lui fit prendre encore neuf Soldats, tellement que nous
fumes onze en tout. Je n'étois pas le moins vif ni le moins allerte;
ainsi ayant devancé bientôt tous les autres qui marchoient en grand
silence, & avec toutes les precautions que l'on a accoutumé de prendre
dans ces sortes de rencontres, j'étois déja bien avant dans la demie
Lune qu'ils n'étoient pas encore sur la pointe. Je n'y trouvai qu'un
seul homme, qui lâcha d'abord le pied devant moi. Je lui criai tue, afin
de faire avancer mes camarades, & l'ayant perdu de vûë un moment après,
à cause de l'obscurité, le sergent envoya demander à Mr. des Essarts ce
qu'il vouloit que nous fissions, parce qu'il avoit trouvé la demie Lune
abandonnée. Mr. des Essarts nous envoya un renfort de trente hommes avec
des pionniers, pour nous y retrancher. Il vint de plus nous y visiter
lui-même, nous recommandant de faire le moins de bruit que nous
pourions, de peur que les ennemis ne nous attaquassent devant que nôtre
logement fut achevé. Il s'en fut rendre compte au Comte de Grancé de ce
qu'il venoit de faire, & comme je vis que les ennemis ne nous tiroient
pas un seul coup du Fort d'où ils nous devoient entendre travailler,
quelque precaution que nous pussions prendre, je dis au sergent que s'il
vouloit que je lui en disse mon sentiment, je croyois que le travail que
nous faisions-là nous étoit bien inutile, que je parierois toutes choses
que les ennemis avoient abandonné le Fort tout comme ils avoient déja
fait la demi-Lune. Il me répondit qu'il le croiroit bien, si ce n'est
que j'avois vû un homme lors que j'y étois arrivé. Il me demanda en
même-tems si je l'avois vû effectivement, & si je ne m'étois point
trompé. Je lui répondis que non, surquoi reprenant la parole, il me dit
que cette circonstance l'empêchoit d'être de mon avis, parce que cet
homme n'eut pas été là s'il n'y eut plus eu personne dans le Fort.

Je ne voulus pas lui contredire, parce que comme il y avoit très
long-tems qu'il servoit, il devoit savoir son metier beaucoup mieux que
moi qui n'avois encore rien vû en comparaison de lui, & que ce m'eut été
une grande temerité que de lui vouloir faire sa leçon: Cependant comme
tout habile que je le croyois j'avois peine à me deffaire de mon
sentiment pour m'accommoder au sien, je lui dis que s'il vouloit me
donner permission d'aller reconnoître le Fort, je lui rapporterois
bientôt si c'étoit lui ou moi qui se trompoit. Il me dit que ce n'étoit
pas à lui à qui je le devois demander; puis qu'il avoit là un superieur,
que je pouvois lui aller dire ma pensée, & qu'il ne doutoit point qu'il
ne me l'accordât, du moins que si c'étoit lui il ne me le refuseroit
pas, parce que si ce que je pensois se trouvoit vrai on pouroit profiter
plus utilement du reste de la nuit qu'on l'on ne feroit, si l'on ne
s'occupoit que d'un travail inutile. Je trouvai qu'il avoit raison de ne
pas vouloir faire le maître, où il n'avoit pas droit de l'être; ainsi
ayant suivi son avis je fus demander à Mr. de la Selle qui étoit
Lieutenant dans nôtre Regiment & qui commandoit là ce que je venois de
demander au sergent. Il me répondit qu'il le vouloit bien, & m'ayant
donné un autre cadet avec moi nommé Mainville pour m'y accompagner, à
peine fus-je descendu de la demie-Lune que je le vis disparoître comme
un éclair. Il remonta même en même-tems dans la demie-Lune où il fut
dire que j'étois tombé entre les mains d'un petit corps de Garde qui
m'avoit tué aussi-tôt à coups d'épée. Mr. de la Selle en fut bien fâché,
& eut bien voulu ne m'avoir pas accordé la permission que je lui avois
demandée. Il la regardoit comme la cause de ma mort, & ne savoit comment
s'en disculper envers Mr. des Essarts dont il apprehendoit le
ressentinent, parce qu'il n'ignoroit pas qu'il n'eut quelque sorte de
consideration pour moi. Je n'étois pas neanmoins tant à regretter qu'il
pensoit. Mainville ne lui avoit fait accroire ma mort que pour mieux
couvrir la lacheté qu'il avoit eue de ne pas oser me suivre. Comme il
n'étoit pas homme de grand jugement non plus que de grand coeur, il
n'avoit pas jugé que ce Fort dut être abandonné, sur tout après que je
disois moi-même avoir poursuivi un homme, lorsque j'étois entré dans la
demi-Lune: il croyoit donc fermement que je ne rechapperois jamais du
peril où je m'engageois, selon lui, avec une temerité sans pareille.
Enfin lors que mes amis me regrettoient déja comme un homme mort, & que
la nouvelle en avoit été portée à la tranchée où Mr. des Essarts n'étoit
pas le dernier à me plaindre, je revins sain & sauf dans la demi-Lune.

D'abord que l'on me vit on m'eut pris sans doute pour un esprit, tant on
avoit ajouté de foi à Mainville, si ce n'est que les gens de guerre sont
rarement susceptibles de ces sortes d'impressions. Mr. de la Selle
m'avoua qu'il me croyoit mort sur son recit, & qu'il avoit déja dit un
de profundis à mon intention: J'eusse bien voulu, si j'eusse pû, ménager
la réputation de mon camarade. Je voyois bien que j'allois lui donner
une étrange atteinte, en faisant connoître à Mr. de la Selle que ce
n'étoit qu'une terreur panique, qui lui avoit fait voir des ennemis,
lors qu'il n'y en avoit pas un seul, mais ne pouvant l'excuser, quelque
bonne volonté que j'en eusse, tout ce que je pus faire fut de lui dire,
que si Mainville avoit vû le corps de garde dont il parloit, il faloit
qu'il eut les yeux plus perçans que moi, puis que je n'avois rien
apperçû, pas même un seul homme dans tout le Fort, quoi que je l'eusse
visité d'un bout à l'autre. La Selle fut ravi de cette nouvelle, autant
que Mainville en fut affligé. Celui-ci avoit grande raison d'avoir des
mouvemens si differens de l'autre, puis qu'il voyoit bien qu'il n'y
avoit plus de retour pour lui dans l'estime de ses camarades, après une
bevuë comme la sienne. Aussi quitta-t-il l'armée dès la même nuit, de
peur d'essuyer des railleries dont il ne pouvoit éviter grand nombre
après ce qui venoit d'arriver.

Le Fort de S. Philipes ayant été abandonné de la sorte, nous attaquâmes
Gravelines qui fit une belle resistance. Cela eut donné le tems aux
ennemis d'y faire entrer du monde & des vivres, si les Hollandois ne
l'eussent serré de si près par la mer qu'il n'y eut point d'apparence
pour eux de rien tenter de ce côté-là. De celui où nous étions nous ne
la serrions pas moins, ce qui les mit dans une grande perplexité.
Cependant comme ils avoient de belles troupes, & qu'il leur étoit
honteux de voir tomber sous nôtre Puissance une aussi bonne place que
celle-là sans faire du moins quelque tentative pour la sauver,
Picolomini qui les commandoit s'avança jusques à la vûë de nôtre armée.
Cela nous fit croire à tous qu'il y auroit bien-tôt une bataille, & les
Generaux le croyant aussi-bien que les autres, le Duc d'Orleans commanda
de distribuer de la poudre à tous les Regimens. On fut à l'Artillerie
pour en avoir; Mais il ne s'y en trouva point, ou du moins celui à qui
s'étoit à la donner dit aux Majors que l'on en avoit tant employé depuis
que l'on étoit devant cette place, qu'il faloit attendre qu'il en fut
revenu pour en avoir. Il est vrai que cette place s'étoit fait
extrémement battre; mais cette excuse étoit si mince, que bien loin
d'être recevable, celui qui la faisoit meritoit qu'on en fit punition.
Aussi en porta-t-on ses plaintes à l'heure même au Marêchal de la
Meilleraie, à qui il appartenoit d'en faire justice en qualité de grand
maître de l'Artillerie. Ce n'est pas qu'on n'eut pû s'en plaindre
directement au Duc d'Orleans qui étoit encore au dessus de lui de toutes
façons; mais comme ce Marêchal étoit honnête homme, & que l'on savoit
bien que s'il se faisoit des friponneries dans l'Artillerie, il n'y
avoit aucune part, tout ce qu'il y avoit d'Officiers jugerent qu'il
falloit s'addresser à lui à l'exclusion de tout autre.

Le Marêchal ne fut pas plûtôt informé de la chose qu'il envoya chercher
celui dont on se plaignoit, résolu de lui faire un méchant parti. Il
n'avoit garde pourtant de le faire, sans en parler au Duc d'Orleans, &
il contoit bien de n'y pas manquer d'abord qu'il auroit sçu de l'autre
la raison pour laquelle il avoit fait la réponce que je viens de dire.
L'Officier de l'Artillerie qui savoit bien qu'il avoit affaire à un
homme violent, & qui n'entendoit point de raillerie, sur tout à l'égard
de ceux qui prévariquoient à leur devoir, ne voulut pas aller trouver le
Marêchal sans user auparavant de précaution. Il fouilla dans une
cassette, & s'étant muni d'un papier il partit alors pour savoir ce
qu'il desiroit de lui. D'abord que le Marêchal le vit, il lui dit sans
autre compliment, qu'il alloit le faire pendre, & qu'il ne lui donnoit
qu'un quart d'heure pour se preparer à la mort: Il avoit envoyé
effectivement vers le Duc d'Orleans pour lui representer la necessité
qu'il y avoit de faire faire cette punition, pour empêcher les autres de
lui ressembler. Le Duc n'avoit garde de l'en dédire, puis que le cas le
requeroit, & que d'ailleurs le Marêchal en devoit encore mieux connoître
l'importance qu'un autre, lui qui étoit superieur particulier du
coupable. Mais cet homme lui laissant jetter son feu sans paroître
autrement ému de tout ce qu'il lui pouvoit dire, lui répondit à la fin
qu'il le feroit pendre s'il vouloit, principalement si le Duc d'Orleans
y donnoit les mains, mais que quand il leur auroit dit à l'un & à
l'autre ce qu'il avoit à dire pour sa justification, il ne croyoit pas
qu'ils allassent si vite. Le Marêchal n'entendit pas plûtôt sa réponse
qu'il se mit encore plus en colere, qu'auparavant. Il lui demanda s'il
ne lui avoit pas ordonné de faire provision de tant de miliers de poudre
pour le siege, & s'il ne lui en devoit pas encore rester plus de la
moitié. L'autre lui répondit qu'il ne disconvenoit pas de ce qu'il lui
disoit, qu'il lui avouoit même que tout cela étoit vrai, mais qu'il
avoit un ordre superieur, auquel il avoit cru devoir obeïr. Le Marêchal
entendant parler d'ordre superieur, craignit qu'après avoir fait tant de
bruit il n'en eut encore le dementi. Il ne se put imaginer autre chose à
ce qu'il venoit d'entendre, si-non que c'étoit du Duc d'Orleans qu'il
vouloit parler. Ainsi le prenant à l'heure même sur un autre ton, il eut
bien voulu retenir les paroles qu'il croyoit avoir lâchées imprudemment,
après ce que l'autre venoit de lui dire. Il n'eut pas le tems de lui
demander d'éclaircissement de ses soupçons, l'homme qu'il avoit envoyé
vers le Duc d'Orleans étant rentré en même tems dans sa tante, il le
regarda plûtôt pour découvrir sur son visage ce qu'il avoit à craindre
ou à esperer, qu'il ne prit soin de le demander à celui à qui il venoit
de témoigner tant de mal. Il n'y vit rien de fâcheux, & en étant encore
plus assuré par sa réponse, qui fut que le Duc d'Orleans lui mandoit de
faire tout ce que bon lui sembleroit, il reprit en même tems son premier
air & dit à celui qu'il venoit de condamner devant tant de monde, qu'il
ne croyoit donc pas être assez coupable après ce qu'il avoit fait, puis
qu'il joignoit encore le mensonge à l'impudence. L'homme le laissa dire
sans en paroître plus étonné, ce qui rendant encore le Marêchal moins
traitable, il fit un nouveau serment que devant qu'il fut on quart
d'heure il ne le laisseroit pas en vie ou qu'il en mourroit à la peine.
L'homme comme s'il eut été insensible, lui repartit de rechef qu'il ne
l'empêcheroit pas le faire tout ce qu'il voudroit, puis que cela étoit
au dessus de son pouvoir; mais que tout grand Seigneur qu'il étoit il ne
croyoit pas qu'il le put faire impunément, qu'il n'avoit rien fait que
par l'ordre du premier Ministre, qu'il croyoit encore plus puissant que
lui, & que s'il en doutoit, il alloit le lui montrer. Il tira en
même-tems de sa poche une Lettre du Cardinal qui étoit conçûë en ces
termes.

_Ressouvenez-vous du serment que vous avez fait lorsque vous avez été
reçû dans vôtre charge. Vous avez promis au Roi de lui être fidelle. La
fidélité qu'il vous demande est que vous empêchiez, autant qu'il sera en
vôtre pouvoir, qu'on ne le vole. Il se fait une grande dissipation de
poudre tous les ans, sans qu'on sache ce qu'elle devient. A la moindre
allarme vos superieurs prennent pretexte de délivrer des ordres d'en
distribuer une grande quantité, cependant ou ils ne s'executent pas, ou
la distribution rentre dans leurs bourses par des detours que Sa Majesté
connoit bien & qu'il n'est pas necessaire d'expliquer. En cette
rencontre & en toute autre semblable faites vous reiterer toûjours vos
ordres pour le moins trois ou quatre fois, cherchez quelque pretexte
pour ne pas obéir promptement, autrement vous vous rendrez non seulement
indigne de la recompense qui vous a été promise, mais l'on croira que
vous participerez à leurs larcins._

Le Marêchal fut bien étonné à cette lecture où il se voioit designé lui
même comme larron, & même comme le principal de tous les autres, puis
qu'il étoit le chef de toute l'Artillerie. Cependant comme il ne vouloit
pas se mettre à dos le premier Ministre, il ne voulut rien faire de son
chef, après ce qu'il venoit de voir. Il en parla au Duc de d'Orleans,
qui lui dit que pour un homme d'esprit comme il étoit, il lui paroissoit
choqué de peu de chose; car ce Marêchal en vouloit bien autant
presentement au Cardinal qu'il faisoit auparavant à son confident; s'il
ne savoit pas que dés qu'on étoit d'une humeur on se laissoit aller
aisément à croire des autres tout ce que l'on ressentoit en soi, que ce
Ministre aimoit l'argent éperdüement, & que ce qui le lui avoit fait
connoître, c'est qu'il lui avoit dit quelques jours avant que de partir
que le Regiment des Gardes coutoit une infinité d'argent au Roi, & que
neanmoins il ne voioit pas que les Officiers y fussent plus braves que
les autres, que depuis qu'il étoit premier Ministre il n'y en avoit pas
eu encore un seul de tué, d'où il jugeoit que c'étoit autant de perdu
que tout ce qu'on leur donnoit.

Il est vrai que son Eminence avoit tenu ce discours à ce Prince, ou du
moins qu'il lui avoit dit quelque chose d'approchant. Car comme ils
parloient ensemble des depenses de l'Etat, il lui avoit dit en lui
parlant de ce Regiment qu'à la dépense qu'il faisoit au Roi il ne s'y
pouvoit sauver qu'en revendant les charges lors qu'il viendroit à en
vaquer quelqu'une; mais comme on lui connoissoit déja du penchant au
ménage, pour ne pas dire quelque chose de pis, & qu'on prend plaisir à
gloser sur les parolles de ceux en qui l'on trouve quelque chose à
redire, le commentaire avoit servi le texte de si prés qu'il n'y avoit
que ceux qui y avoient été presens, qui fussent veritablement comment
les choses s'étoient passées.

Le Marêchal ne se paya point de cette reponse. Il repartit au Duc que de
quelque humeur que fut ce Ministre il ne falloit point souffrir, à ce
qu'il croioit, qu'un petit Officier, sous pretexte de lui plaire,
s'ingerât de desobéïr à ses superieurs; que cette desobéïssance avoit
même de soi quelque chose que les autres n'avoient pas, qu'il y alloit
du salut de l'armée, & que si Picolomini eut sçu cela, & qu'il en eut
proffité, il ne vouloit que lui pour juge de ce qui en seroit survenu;
qu'il y avoit encore plus d'intérêt que lui, lui qui étoit Général, que
son honneur en dépendoit, c'est pourquoi il n'avoit rien à lui dire. Le
Duc vit bien qu'il tâchoit de lui mettre le feu sous le ventre, afin de
lui faire faire sa propre cause de la sienne. Cependant comme il s'en
falloit bien qu'il ne fut toûjours aussi complaisant qu'on l'eut bien
desiré, il lui dit pour toute réponse qu'il ne vouloit rien empiéter sur
sa charge, & que s'agissant en cette rencontre d'un délit, commis par
l'un de ses Officiers, il le laissoit le maître de lui ordonner telle
punition qu'il jugement à propos. Le Marêchal ne fit pas semblant de
voir, qu'il y avoit plus de malice à sa reponse, que de bonne volonté,
comme il sembloit vouloir qu'on le crut, & ayant fait mettre cet homme
entre les mains du Prevôt il se trouva étranglé la nuit sans qu'on ait
jamais pû sçavoir au vrai, si ce fut cet Officier qui s'en deffit, ou si
quelque autre personne lui prêta la main pour lui rendre ce service. On
publia pourtant tout autant que l'on put que c'étoit le desespoir qui
lui avoit fait attenter lui même à sa vie. Mais si cela est on avoit
bien voulu lui prêter une corde & un clou pour se pendre au plancher
d'une méchante maison, où ce malheureux avoit fini sa vie.

Cette affaire n'eut gueres fait de bruit sans les circonstances qui
l'avoient précedées, mais comme elles avoient fait beaucoup d'éclat,
cette mort n'en fit pas moins. Comme on prend même beaucoup de plaisir à
médire, on prit sujet de là de repandre dans le monde que le Marêchal
avoit été bien aise de se delivrer d'un témoin incommode. C'étoit
marquer un grand penchant à la medisance, que de tenir un tel discours,
puisque bien loin qu'on lui pût faire aucun reproche dans sa charge,
jamais homme ne l'avoit exercée avec plus d'integrité ni moins
d'intérêt. Aussi tout ce qu'en pouvoit croire le Cardinal partoit
plû-tôt de son humeur defiante que d'aucune preuve qu'il en eut contre
lui. D'ailleurs il eut été bien aise, pour en dire la verité, de pouvoir
faire une querelle d'Allemand au Marêchal, pour avoir pretexte de le
dépouiller de sa charge. Il convoitoit déja des yeux & du coeur tout ce
qu'il y avoit de grand & de beau dans le Royaume, & comme ce morceau
n'étoit pas vaquant, tous les jours, il en avoit bien autant d'envie que
de tout le reste. Ce n'est pas qu'il lui fut propre à lui même, quoi
qu'on eut veu auparavant un homme revêtu de la Pourpre aussi-bien que
lui être Amiral de France, & Général d'Armée en Piemont. Mais il avoit
des neveux & des nieces à qui il pretendoit faire part de sa fortune, &
qu'il vouloit faire venir en France tout au plûtôt, afin de les y
établir le plus avantageusement qu'il pouroit.

La poudre ne manqua pas à l'Armée après la punition qui venoit
d'arriver. Celui qui eut la place du deffunt ne se fit pas presser pour
en donner. Mais elle ne servit de tout cette Campagne qu'à tirer aux
moineaux. Picolomini après s'être avancé jusques à la portée du canon de
nos lignes, comme s'il eut dessein de les forcer, se retira sans oser
rien entreprendre. Gravelines ne tint plus gueres après cela, & s'étant
renduë le 28 de Juillet nous demeurâmes encore quelques jours devant
cette place, pour en faire reparer les fortifications. Quand elles
furent achevées, nous fîmes semblant alors d'en vouloir aux autres
places maritimes de Flandres, afin d'attirer toutes les forces ennemies
de ce côté là. Nos bons amis les Hollandois, avec qui nous agissions de
concert, tinrent la mer, cependant, comme s'ils n'eussent eu aucun
dessein de leur chef. Les Espagnols se laisserent surprendre à ces
fausses apparences, tellement que lors qu'ils y pensoient le moins ils
les virent tomber sur le Sas de Gand. Ils y voulurent courir pour le
sauver, mais y étant arrivés trop tard, ils eurent le regret de le voir
rendre le 7. de Septembre.

Pour nous nous finîmes nôtre Campagne par la prise de l'Abbaye de
Houatte & de quelques autres Forts que les ennemis avoient pris soin de
fortifier, pour nous empêcher l'entrée de leur païs. Ce fut la dernière
Campagne que je fis dans les Gardes, & étant entré dans les
Mousquetaires un mois ou environ après être arrivé à Paris, je crus que
ma fortune étoit faite, puisque j'étois enfin parvenu à ce que je
desirois le plus. Je ne saurois bien representer la joye que j'en eus,
me croyant déja quelque chose, quoi que je ne fusse encore rien. Je me
fis valoir ensuite autant que je pus auprès des Dames dont le secours ne
m'avoit pas été indifferent depuis que j'étois venu de Bearn. Je
comptois même de faire fortune aussi-tôt par leur moyen que par les
armes, & comme j'étois encore jeune, & que je n'avois pas toute
l'expérience que je puis avoir presentement, mon esperence étoit fondée
bien plûtôt sur la bonne opinion que j'avois de moi même que sur tout le
reste. Cependant si j'étois à recommencer je n'eusse pas fait mon compte
tout à fait là-dessus. Quelque bonne mine que je pusse avoir il y en
avoit une infinité à la Cour & dans Paris qui me valoient bien. Aussi,
si j'avois eu quelque bonne fortune jusques là j'en étois redevable bien
plûtôt à la foiblesse que je trouvois parmi le beau sexe, & dont, ne lui
en deplaise, il est tout rempli, qu'à aucune de mes prétenduës belles
qualitez. Cependant il faut que j'avouë à ma confusion une étrange
pensée que j'avois de toutes les femmes en général; je n'en croiois pas
une à l'épreuve de mes fleurettes, & parceque j'en avois trouvé
quelques-unes qui avoient pris plaisir à les écouter, je contois qu'il
en étoit de même de toutes les autres. Il ne falloit neanmoins que me
ressouvenir de mon Angloise pour en avoir une autre opinion. Mais comme
on est ingénieux à se tromper soi même, principalement quand il y va de
sa satisfaction, ou je la rajois du nombre des femmes raisonnables quand
je venois à y penser, ou j'en attribuois la faute au peu d'experience
que j'avois alors, & dont je croiois bien être revenu depuis ce tems là.

Le Cardinal Mazarin persevera cependant, à vouloir avoir la Compagnie de
Mousquetaires pour l'ainé des Manchini que l'on commença à voir à la
Cour. Il étoit bien fait & de bonne mine, & sentoit son homme de
qualité, comme il l'étoit effectivement. Car la Maison Manchini n'est
pas une des moindre parmi la Noblesse Romaine, quoi que dans la
medisance qui s'éleva bien-tôt après contre son Eminence, elle ne fut
pas épargnée non plus que la Puissance & la personne de ce Ministere.
Mr. de Treville qui pour avoir perdu le feu Roi qui avait été son
soutien, contre les assauts que lui avoit livré le Cardinal de
Richelieu, n'avoit rien rabattu de sa fierté, crut qu'après avoir
resisté à la puissance d'un homme comme celui là, il pourroit bien
resister encore à celle de celui-ci. Ainsi n'étant pas plus complaisant
envers l'un qu'il l'avoit été envers l'autre, il tint ferme contre lui,
sans vouloir écouter toutes ses promesses. Il répondit à ceux qui lui en
parlerent de sa part, que cette charge lui ayant été donnée comme le
prix de ses bonnes actions, il vouloit la conserver tout autant qu'il
auroit un moment de vie. Il étoit bien aise que Sa Majesté, dont il
n'avoit point l'honneur d'être connu particulierement, comme en effet il
étoit impossible que ce jeune Prince connut encore personne à l'âge
qu'il avoit, il étoit bien aise, dis-je, que Sa Majesté l'en trouvant
révêtu à sa Majorité, il se put informer de ceux qui approcheroient
alors le plus près de sa personne, des raisons qui avoient pû obliger le
feu Roi son pere à l'en révêtir plûtôt qu'un autre.

Cette réponse ne plut point au Cardinal, qui ne voioit point de poste
plus propre que celui là pour son neveu, & qui vouloit l'y placer à
quelque prix que ce fut. Il voioit que le Roi, tout enfant qu'il étoit,
se portoit déja aux grandes choses, & que cette Compagnie avoit bien la
mine de faire un jour ses delices, comme elle les fit effectivement.
Mais si son Eminence agissoit par ces vûës, elles étoient communes à
Treville. Il avoit un fils qui étoit à peu près de l'âge de Sa Majesté,
& il esperoit bien l'établir à sa place avant que Dieu vint à le retirer
du monde. Neantmoins le Cardinal lui ayant declaré la guerre
secretement, il fit tout ce qu'il put auprès de la Reine pour l'obliger
à lui faire commandement de se deffaire de sa charge. Le pretexte qu'il
en prit fut qu'il avoit quantité d'amis dans les gardes, & qu'étant
comme maître par là & par la Compagnie qu'il commandoit de la personne
de Sa Majesté, il seroit en pouvoir d'en abuser quand bon lui
sembleroit. La Reine qui avoit toûjours fait beaucoup de cas de Treville
ne crut pas à propos de donner dans ces soupçons. Elle se ressouvenoit
que bien loin que cet Officier eut jamais épousé aucunes brigues, il
avoit toûjours signalé sa fidelité par un attachement inviolable à la
personne du Roi; elle se ressouvenoit même que c'étoit ce qui lui avoit
attiré sa persecution; d'où elle concluoit que ce seroit une injustice à
elle, de le traiter comme le Cardinal le prétendoit.

Ce Ministere n'étoit pas encore assez bien établi auprès de cette
Princesse pour l'obliger à se faire une necessité de son Conseil; ainsi
feignant que ce qu'il lui en disoit n'étoit que l'effet de son zéle, il
remit la poursuite de cette affaire jusques à un tems plus favorable. Il
prit grand soin cependant de faire remarquer à Sa Majesté tout ce qui
pouvoit seconder son intention, & comme Treville étoit un homme franc, &
qui se croioit à couvert de tout soupçon par sa fidelité, il ne tint pas
aloi qu'il ne fit interprêter en mal quantité de ses actions qui étoient
non seulement fort innocentes, mais qui partoient encore d'une bonne
intention. Toute nôtre Compagnie fut cela par quelques parolles que Mr.
de Treville ne put retenir, & comme il n'y avoit pas un Mousquetaire qui
ne l'adorât pour ainsi dire, s'il y en avoit quelqu'un de nous qui se
trouvât par hazard sur le chemin où passoit le Cardinal, il s'en
detournoit en même tems, pour n'être pas obligé de lui rendre le respect
qui lui étoit du. On le fit remarquer à son Eminence, qui comme il étoit
tout politique, ne fit pas semblant d'y prendre garde. Il savoit que
s'il venoit à faire connoître qu'il en eut connoissance, il seroit
contraint d'en faire paroître quelque ressentiment. Or il consideroit
que cela alieneroit l'esprit de cette Compagnie de son neveu, & que ce
seroit le moyen, s'il réussissoit jamais dans ses desseins, de lui en
faire avoir la haine au lieu de l'amitié.

Pendant que cela se passoit, je devins amoureux d'une jeune Dame de
condition qui étoit assez jolie, mais qui croyoit l'être encore beaucoup
plus qu'elle ne l'étoit effectivement. Elle avoit sur tout un si grand
foible de se voir donner de l'encens, que ses Domestiques qui
connoissoient son deffaut en profitoient si bien qu'il n'y en avoit pas
un qu'elle n'eut enrichi. Tout leur merite cependant ne consistoit qu'en
ce qu'ils lui savoient débiter adroitement leurs fleurettes. Celui qui
l'admiroit le plus & qui avoit le plus de complaisance pour elle, en
étoit le mieux venu. Je reconnus bien-tôt son foible, aussi bien que les
autres, & comme j'en étois amoureux, il ne me fut pas difficile de
m'établir assez bien dans son esprit. Je n'eus pas de peine à lui dire
qu'elle étoit belle, parce qu'elle sembloit telle à mes yeux. Enfin quoi
que je n'admirasse pas également quantité de choses qu'elle faisoit, je
ne laissai pas de faire comme si je les eusse admirées, parce que je
voyois bien que c'étoit-là le chemin que je devois prendre, si je
voulois continuer de lui plaire. Elle étoit veuve & n'avoit été que
dix-huit mois en ménage avec son mari. Il avoit été tué à la Bataille de
Rocroi, & quoi qu'il y eut déjà assez long-tems qu'elle fut veuve pour
songer à se remarier, la pensée ne lui en étoit pas encore venuë, parce
qu'elle n'avoit pas été trop heureuse avec lui. Comme il avoit une
maîtresse, quand il l'avoit épousé, il n'en avoit pas fait tout le cas
qu'il devoit. Il avoit continué à voir l'autre, & cela lui avoit été
d'autant plus sensible qu'elle ne manquoit pas de bonne opinion
d'elle-même. Elle avoit cru, comme c'étoit la verité, meriter toute sa
tendresse, aussi le peu de justice qu'il lui avoit renduë lui eut fait
prendre sans doute la résolution de ne s'exposer jamais à pareille chose
que celle qui lui étoit arrivée, si elle eut pû s'abstenir de recevoir
de l'encens.

Il étoit dangereux de s'embarquer avec une telle femme, & c'étoit un
écueil tout assuré pour une personne qui eut été né jaloux. Mais comme
je ne me sentois aucune disposition à une passion si fatale au repos des
hommes, je ne laissai pas de poursuivre ma pointe, dans la vûë de mêler
ses richesses avec ma gueuserie. La Dame étoit extrêmement riche,
qualité qui m'acommodoit bien autant que sa beauté, quoi que je n'y
fusse pas indifferent. Je contois d'ailleurs que si elle étoit jamais ma
femme, je la ferois revenir bien-tôt de ses foiblesses, sur tout parce
que je pretendois en user si bien avec elle, qu'elle prendroit aisément
confiance en moi. Je fus le premier, si je l'ose dire, qui lui fis
naître le dessein de changer son état de veuve en celui de femme mariée.
Je lui plus par le debut que j'eus avec elle. Je lui avouai franchement
que si elle vouloit m'écouter elle feroit ma fortune de toutes façons,
qu'ainsi la reconnoissance & l'amour agissant en moi egalement elle
pouroit conter que je l'aimerois bien moins en mari, qu'en amant. Elle
trouva de la bonne foi dans ce compliment, moi qui different de ceux de
mon païs, qui ne sont jamais pauvres si on les en veut croire, convenois
sans en être pressé, qu'il n'y a un pas grand fonds à faire sur les
lettres de change qui me venoient de Bearn. Ainsi mes affaires allant
tous les jours de mieux en mieux auprès d'elle, je commençois déja en
moi-même à regler l'equipage que j'aurois quand nous serions une lois
mariez ensemble, lors que je vis s'elever une cruelle guerre contre moi;
elle ne me vint pas de la part de mes rivaux, quoi que j'en eusse un bon
nombre, & même de personnes de grande condition, & d'un merite assez
destingué pour me faire apprehender avec raison. Le plus redoutable de
tous ces rivaux étoit le Comte de... qui aussi-bien que moi en vouloit
au mariage, & qui outre qu'il étoit parfaitement bien fait, tenoit un
rang à la Cour qui me devoit faire peur, aussi bien que le reste de ses
belles qualitez: mais soit que la fortune s'en mêlât, ou comme je l'ai
toûjours cru qu'elle eut oüi parler d'une certaine chose qui couroit à
son desavantage, savoir qu'il n'avoit que l'apparence de valoir beaucoup
avec les Dames, & que l'effet n'y répondoit pas, il se trouva qu'un
petit Gascon l'emporta sur un des plus fameux Courtisans qu'il y eut en
ce tems là.

La Dame me fit bien valoir ce triomphe dont elle eut bien diminué le
prix, si elle eut voulu peut-être convenir de la vérité; mais étant trop
habile pour le faire, je ne lui fit point d'enquête fâcheuse là dessus,
depeur de lui faire révoquer la grace qu'elle me faisoit. Je la lui
exagerai même tout autant qu'il me fût possible, afin qu'elle jugeât de
la reconnoissance que j'aurois de celles qu'elle me feroit à l'avenir
par les sentimens que j'avois de celles qu'elle m'avoit déja faites.
Mais lors que j'y pensois le moins, l'orage dont je viens de parler
s'éleva sur ma tête, & ne tarda gueres à m'écraser. Les Domestiques de
la Dame voyant qu'elle ne seroit pas plûtôt remariée que ses bien-faits
tariroient pour eux en même tems, commencerent à me rendre tous les
mauvais offices, dont ils se purent aviser, & n'y réüsirent que trop
bien. L'un lui dit que j'avois été coquet toute ma vie, & que je le
serois encore tant que je vivrois, qu'elle savoit bien la peine que cela
lui avoit fait du tems de son premier Mari, & que cela ne lui en feroit
pas moins présentement si elle étoit si folle jamais que de m'épouser.
Un autre lui dit que j'avois épousé ma première Maîtresse, & un autre
que l'Angloise n'avoit eu du mépris pour moi, que parce que j'avois plus
d'apparence que d'effet; que nous avions été bien ensemble, mais qu'elle
ne m'avoit pas plûtôt connu qu'elle avoit jugé à propos de me casser aux
gages.

De toutes ces accusations qui n'étoient pas plus vrayes l'une que
l'autre, il n'y eut que la premiere qui fit quelque impression sur elle.
Elle eut peur comme elle avoit oüi parler de la foiblesse qu'ont ceux
qui sont d'un temperament à peu près comme on me dépeignoit, que je
n'entrevinsse à ma premiere maniere de vivre, d'abord que je l'aurais
épousée. Cela la fit marcher bride en main avec moi, de sorte que
n'ayant pas été long tems à le reconnoître, je lui en demandai la raison
sans qu'elle daignât m'en éclaircir. Comme je ne reconnoissois point
d'où me venoit le coup, & même que j'étois bien éloigné de le deviner,
bien loin d'y pouvoir apporter le remede qui y étoit néccessaire, je fis
une faute qui rendit le mal irreparable. J'avois jugé à propos dès les
commencemens de chercher à gaigner sa Demoiselle, qui selon le bruit
commun avoit beaucoup de pouvoir sur son esprit. C'étoit une fille
d'assez bonne Maison, mais son Pere ayant mal fait ses affaires, elle
avoit été trop heureuse dans le tems du mariage de sa Maitresse,
d'entrer auprès d'elle en qualité de sa suivante. C'étoit une brune
assez piquante, & comme elle tenoit quelque chose du lieu d'où-t-elle
sortoit, il y en avoit beaucoup, qui personne pour personne & mettant
tout le reste à part, l'eussent bien autant aimée que sa Maîtresse.

Cette fille depuis qu'elle étoit avec elle n'y avoit pas trop mal fait
ses affaires, quoi qu'il n'y eut encore que trois ans, qu'elle y fut.
Comme elle avoit reconnu d'abord son esprit, elle n'avoit pas manqué de
la prendre par son foible, elle lui avoit dit plus de douceurs que
l'amant le plus passionné, & ses complaisances avoient été si loin qu'il
falloit que l'interest eut un extréme pouvoir sur elle, pour lui faire
faire tout ce qu'elle faisoit tous les jours. Elle ne souffroit plus que
personne lui rendit aucun service, à moins qu'elle ne fut incapable de
le lui rendre elle même, elle ne la quittoit non plus que l'ombre fait
le corps, & comme l'interest lui faisoit faire toutes ces choses, sans
que l'amitié y eut la moindre part, elle prit d'abord de l'argent que je
lui offris pour me rendre service auprès d'elle. Elle prenoit déja le
sien pour récompense de ses fleurettes, mais avec l'un & l'autre elle
eut pris encore celui de tout le genre humain, parce que tout ce qui
pouvoit la tirer de la misére où elle s'étoit veuë avoit pour elle des
charmes inconcevables.

Si ma bourse eut été assez bien garnie pour ne pas tarir si-tôt j'eusse
été long tems de ses amies, tant elle avoit bon appetit, mais son
avidité & mon impuissance m'en ayant fait voir le fonds bien-tôt, au
lieu de me rendre les services qu'elle me promettoit auprès de sa
Maîtresse, j'éprouvai avant qu'il fut peu que je n'y avois point
d'ennemie plus dangereuse. Un jour qu'elle étoit couchée avec elle; car
elle l'avoit mise sur le pied de la traiter plutôt comme sa soeur que
comme sa suivante, elle se mit à pleurer & à sanglotter comme si elle
eut perdu tous ses parens. Sa Maîtresse lui demanda aussi-tôt ce qu'elle
avoit, & cette fille, qui étoit plus fourbe & plus interessée que je ne
saurois dire, faisant semblant d'avoir toutes les peines du monde à lui
répondre, il fallut que l'autre lui reïterât deux ou trois fois la même
demande, avant que de l'en vouloir éclaircir. Enfin croyant avoir assez
bien joué son Personnage, elle lui répondit que le jour approchant
qu'elle alloit se donner à un nouveau Mari, elle n'y pouvoit songer sans
en mourrir de douleur: elle recommença à sanglotter ou du moins à en
faire le semblant, & ces feints sanglots faisant croire à sa Maîtresse
que son affliction ne partoit que de l'amitié qu'elle avoit pour elle,
elle lui en fut si bon gré qu'elle l'embrassa tendrement. Elle lui dit
même pour la consoler que je ne me rendrois pas tellement maître de son
coeur, qu'il n'y restât encore quelque place pour elle.

Cette fille qui avoit autant d'esprit qu'elle étoit méchante, & qui
étoit encore plus méchante qu'elle n'étoit agréable, lui répartit que si
elle s'affligeoit comme elle faisoit, c'étoit bien moins par rapport à
ses propres interêts, qu'aux siens; que si elle épousoit un autre que
moi, elle ne serait pas dans la peine où elle étoit présentement, parce
que du moins elle se flatteroit qu'elle en seroit considerée comme elle
méritoit. Elle ne lui en dit pas d'avantage, parce qu'elle savoit bien,
que les plus longues parolles ne contiennent pas toûjours le venin le
plus subtil, mais lui laissant faire là dessus les reflexions qui lui
étoient inévitables, sa Maîtresse lui demanda bien-tôt ce qu'elle
vouloit dire par là. Cette fille qui pour mieux jouër son rolle avoit
feint jusques là de prendre mon parti auprès d'elle, lui dit alors que
si l'état où elle étoit lui permettoit de se jetter à ses pieds, elle le
ferait sans perdre de tems pour lui demander pardon de sa méprise,
qu'elle lui avoit soutenu quand on lui avoit dit que je ne l'aurois pas
plûtôt épousée que je lui serois infidele, que ceux qui portoient cette
accusation contre moi ne le faisoient que pour ne me pas connoître, ou
pour me vouloir du mal, mais qu'elle changeoit maintenant de sentiment
en depit qu'elle en eut, que j'étois encore plus scelerat qu'on ne
pouvoit dire, desorte que sans attendre qu'il fut plus tard, elle aimoit
mieux se laver les mains devant elle, que d'être cause d'un malheur
irreparable, faute de convenir de la vérité.

C'étoit parler sans fard que de parler de la sorte. Cependant comme il
manquoit encore une dose à son poison, pour lui donner toute la force
qu'elle desiroit, & que cette dose consistoit à lui apprendre les
raisons qu'elle avoit de changer si-tôt de sentiment, elle lui dit que
je gardois si peu de mesures dans mes fourberies, que c'étoit à elle
même que je m'addressois pour faire éclater le commencement de mon
infidelité, qu'il ne tenoit pas à moi que je ne lui fisse accroire que
c'étoit elle qui avoit mon coeur, pendant qu'elle n'avoit que mes
complimens, qu'elle avoit feint de m'écouter afin de l'en avertir, & que
quand elle voudrait, elle lui feroit entendre cette verité de ses
propres oreilles. Ce fut un coup de massuë pour cette Dame que ce
qu'elle lui dit, elle m'aimoit, aussi en ressentit-elle beaucoup
d'affection; elle n'en témoigna rien neanmoins, parce qu'elle ne
trouvoit pas qu'il lui fût glorieux de faire paroître tant de bonne
volonté pour un homme qu'on lui en faisoit si indigne, cependant malgré
tous les deguisemens cette fille n'eut pas eu grande peine à decouvrir
ce qui se passoit dans son coeur, si les ténébres ne lui eussent derobé
la veue de son visage. A ce deffaut elle ne laissa pas d'en croire ce
qu'il falloit à la surprise ou elle s'apperçut un moment après que la
jettoient ces parolles. La Dame demeura toute interdite, & ayant gardé
un assez long silence, elle ne le rompit que pour lui demander des
circonstances, qui ne lui permirent pas de douter de ce qu'elle venoit
d'écouter.

Cette fille qui m'accusoit de fourberie pour mieux couvrir la sienne, &
pour mieux abuser sa Maîtresse, avoit feint quelques jours auparavant ne
pouvoir deffendre son coeur contre quelque mérite qu'elle disoit avoir
reconnu en moi. J'avois été bien surpris de l'entendre parler de la
sorte, elle que j'avois toujours reconnuë fort sage, & qui l'étoit
veritablement, aussi n'étoit-ce pas par un principe tel qu'on pourroit
peut-être s'imaginer qu'elle m'avoit parlé de la sorte; mais pour garder
toûjours le même pouvoir sur l'esprit de sa Maîtresse qu'elle avoit eu
jusques là. Elle pretendoit en me faisant donner dans le panneau qu'elle
me tendoit si subtilement lui faire rompre l'engagement qu'elle avoit
avec moi sans qu'il fut en ma puissance de renouer jamais avec elle.
Elle ne réussit que trop bien dans ses malheureuses prétentions: Je me
laissai aller, soit par complaisance, ou par crainte que j'avois de la
rendre mon ennemie, à lui protester que si elle m'aimoit je ne l'aimois
pas moins. Il ne tint pas même à moi que je ne lui en donnasse des
marques sensibles, l'usage du monde me faisant croire que je lui pouvois
donner cette satisfaction sans qu'il y allât du mien, ni que je
manquasse en aucune façon à ce que je devois à sa Maîtresse. Elle étoit
trop sage pour le permettre, & trop méchante en même temps pour me faire
croire que le refus qu'elle en faisoit dût m'ôter l'esperance de ne pas
mieux réussir une autrefois. Nous en demeurâmes là pour ce coup, & la
force de mon temperament & un peu d'honneur me faisant entreprendre la
premiere fois que je la revis de lui parler toûjours sur le même ton, je
ne fus gueres sans m'en repentir. Je ne pouvois effectivement prendre
mon temps plus mal que je faisois alors, elle avoit fait cacher sa
Maîtresse sous une tapisserie, d'où elle pouvoit entendre & voir, tout
ce que je pouvois lui dire ou faire sans que je pusse découvrir
aucunement où elle étoit. Cette Dame sortit alors de sa niche, & qui fut
bien surpris ce fut moi, quand je la vis devant mes yeux. L'étonnement
où j'étois me rendit si interdit que je n'eus pas l'esprit de deviner la
piece qui m'étoit faite, & quand j'eusse été surpris en faisant l'action
du monde la plus noire je n'eusse pas été plus confus. Je n'eus pas la
force de dire une parolle, de sorte que la Dame me fit mille reproches,
sans que je trouvasse un seul mot pour m'excuser. Enfin je crois que je
fusse encore demeuré muet tant que j'eusse été là, si ce n'est qu'elle
finit son discours par une deffense qu'elle me fit de remettre jamais le
pied dans sa Maison. Si je n'eusse été qu'amoureux peut-être lui
aurois-je obeï sans oser lui répondre, mais comme il y alloit de ma
fortune, aussi bien que du repos de mon coeur, à lui faire révoquer
cette deffense, je pris la parolle & lui dis tout ce que je crus capable
d'adoucir son ressentiment. Si je lui eusse dit la pure verité peut-être
en fus-je venu à bout; mais comme je croyois indigne d'un honete homme
d'aller se vanter des avances de la Demoiselle, je lui tus cette
circonstance qui étoit seule capable de me justifier dans son esprit;
car elle lui eut fait connoitre sa malice qu'elle n'avoit garde de
croire au point qu'elle étoit. La Dame sortit de la Chambre en même tems
sans me vouloir écouter d'avantage, & tout mon reconfort n'étant plus
que dans sa Demoiselle, que j'accusois bien en moi même d'être cause de
mon malheur, mais non pas dans le sens qu'elle l'étoit, je la conjurai
de se servir du credit qu'elle avoit sur son esprit pour me rétablir
dans ses bonnes graces. Elle me répondit pour m'oter même toute sorte
d'esperance, qu'elle ne me promettoit pas de pouvoir rien obtenir sur
elle, après ce qui venoit d'arriver, qu'elle auroit même peut être
besoin elle même d'un intercesseur pour y faire sa paix, parce qu'elle
la voyoit si fort en colere qu'elle ne se souvenoit pas qu'elle y eut
jamais tant été. Enfin tout ce que j'en pus tirer fut qu'elle agiroit
pour moi selon la disposition où elle la trouveroit.

Je ne pus lui rien dire, parce que je trouvois quelle avoit raison, &
que je croiois même que la Dame devoit être tout aussi en colere
contr'elle que contre moi. Il est aisé de juger après tout ce que je
viens de dire, que je fus bien-tôt sacrifié par cette fourbe. Elle me
dit quelques jours après qu'il n'y avoit plus de retour pour moi à la
misericorde de sa Maîtresse, & que bien loin de me vouloir pardonner
elle ne vouloit pas seulement entendre parler de mon nom. Je n'eus pas
de peine à le croire, parce que l'ayant trouvée par hazard dans deux ou
trois maisons où j'allois, à peine fit-elle semblant de m'avoir jamais
connu. Elle n'y mit plus même le pied, depeur de m'y retrouver une
autrefois; de sorte que me voyant donner mon congé si cruellement, j'en
conceus tant de melancholie que je ne tardai gueres à m'en ressentir. Il
me prit une fievre lente qui me défigura étrangement. Je crus que je
devois me faire voir à elle, en cet état, & qu'il seroit capable de lui
donner de la compassion. Mais il en arriva tout autrement que je ne
pensois, la Dame ne voyant plus rien en moi qui lui fut agréable, ne me
regarda pas, ou du moins si elle le fit, ce ne fut que pour m'en
mépriser encore d'avantage. J'en eus un dépit qu'on ne sauroit exprimer,
& bien que j'eusse peine à me consoler d'avoir ainsi manqué ma fortune,
je resolus de ne pas essuyer d'avantage ses mépris, puisqu'aussi bien
cela ne me serviroit de rien. C'est beaucoup quand on peut une fois
gagner cela sur soi. On vient bien-tôt à bout de tout le reste, & c'est
ce qui m'arriva heureusement. Je trouvai que je devois mépriser qui me
méprisoit, & qu'il y avoit assez d'autres femmes pour me consoler de
celle là.

Je gueris ainsi peu à peu, & le jeu où je m'adonnai & où je continuai de
trouver du secours, dans la rareté des lettres de change qui me venoient
de mon païs, ne contribua pas peu à me procurer la guerison. Je gagnai
au trictrac d'une seule sceance au Marquis de Gordes fils aine de Mr. de
Gordes Capitaine des Gardes du Corps, neuf cent Pistoles. Il m'en paya
trois cent comptant qu'il avoit sur lui, & comme on étoit fort exact en
ce tems là comme on l'est encore aujourd'hui parmi les honnêtes gens, de
paver ce que l'on perdoit sur sa parolle, les six cent autres me furent
envoyées le lendemain matin à mon lever. Je fis un bon usage de cet
argent, & en même tems beaucoup d'amis. J'en pretai à quantité de mes
camarades qui n'en avoient point, & Besmaux qui étoit toûjours dans les
Gardes & qui n'étoit pas trop à son aise, ayant oüi parler de ma
fortune, me pria de le traiter comme les autres. Je le fis volontiers,
quoi qu'il n'y eut pas grande ressource avec lui, & même que sa maniére
de vivre & la mienne fussent toutes differentes l'une de l'autre. Il
s'étoit mis sur le pied de ce qui s'appelle breteur, & cela lui avoit
aidé à subsister dans son indigence. Ce secours ne l'avoit pas pourtant
tiré si bien de la necessité qu'on ne l'eut veu souvent sans savoir où
prendre le premier sol pour aller dîner. Quand j'y pense & que je le
vois maintenant si opulent je ne puis assez admirer les divers effets de
la fortune, ou plûtôt de la divine Providence, qui prend plaisir à
humilier les uns & à élever les autres, quand bon lui semble. Car enfin
pendant que celui-ci a amassé des biens immenses, le Comte de la Suse
dont il a eu la plûpart des Terres est tombé dans une si grande pauvreté
que peu s'en faut qu'il ne soit réduit à aller mourir à l'Hospital. L'un
avoit néanmoins plus à depenser en un jour que l'autre en toute l'année,
& même quand je dirois trois fois on ne pouroit pas m'accuser de mentir.

Ayant ainsi répandu une partie de mon argent, je me servis de l'autre
pour tâcher de m'avancer. Je n'oubliai pas aussi de faire ma Cour aux
Dames, & comme je n'avois pas oublié si bien celle dont je viens de
parler que je ne m'en ressouvinsse encore quelque fois, je revis sa
Demoiselle pour lui demander si elle ne lui avoit point reparlé de moi.
La reponse que j'en eus ne me fus pas plus avantageuse que la
précedente. Je m'en consolai facilement, & voulant en reconter à la
Demoiselle & en tirer toûjours pied ou aile, pour me dedommager d'autant
de la perte qu'elle me causoit, je fus tout surpris de la voir toute
autre que je ne l'avois vûë jusques-là. Elle me fit réponse que je m'y
prenois trop tard, pour la gaigner, & qu'après l'avoir négligée comme
j'avois fait, il n'y avoit plus rien pour moi à espérer auprès d'elle.
Je crus qu'elle ne parloit ainsi que pour m'obliger à lui témoigner plus
d'empressement, & comme à l'âge où j'étois l'on est toûjours amoureux
auprès d'une jolie fille, je n'eusse pas eu de peine à lui témoigner que
je l'étois éperdüement, si elle m'eut voulu écouter. Mais comme elle ne
l'avoit jamais été de moi, quelque semblant qu'elle en eut fait, elle
fut si indifferrens à toutes les marques que je lui en pus donner, qu'il
ne me fut pas difficile de reconnoître que j'avois été sa duppe.

La fin de l'année 1644. & le commencement de l'année 1645. s'étant
passez de la sorte, je me preparai à faire la Campagne sous le Duc
d'Orleans que la Cour renvoioit en Flandres. Le Cardinal Mazarin qui
étoit bien aise de demeurer seul à la tête des affaires, l'y renvoioit
encore cette année là, sous pretexte de lui faire honneur. Il étoit bien
aise de l'amuser par ce vain commandement, & l'Abbé de la Riviere qui
avoit beaucoup de credit auprès de ce Prince y donnoit les mains
moiennant des benefices qu'il obtenoit de tems en tems du Cardinal;
aussi bien que de bonnes pensions. Son Eminence eut bien voulu pouvoir
amuser de même Mr. le Prince; mais comme c'étoit un autre esprit que le
Duc d'Orleans il n'étoit pas homme à donner si grossierement dans le
panneau. Il vouloit avoir part à tout ce qu'il faisoit, & il se maintint
dans cette possession jusques à la fin de ses jours. Et en effet quoi
que le Cardinal en qualité de premier Ministre parut seul donner tout le
poids aux affaires, il n'osoit rien entreprendre de consequence qu'il ne
l'eut concerté auparavant avec lui. Le Duc d'Anguien cependant étoit
toûjours à la tête d'une armée, & comme le succès qu'il avoit eu à la
Bataille de Rocroy avoit été suivi de quantité d'autres qui avoient
encore augmenté sa reputation, il se trouvoit que le pére tout
considerable qu'il étoit par lui même l'étoit moins, cependant par là
presentement qu'il ne l'étoit par son fils. Ce jeune Prince après avoir
cueuilli des lauriers en Flandres en avoit moissonné en Allemagne ou il
avoit remporté une grande Victoire auprès de Fribourg. Elle lui étoit
même d'autant plus glorieuse qu'elle avoit été long-tems disputée, &
qu'il y avoit fait le devoir de Soldat, aussi bien que celui de
capitaine.

Cette grande gloire ne plaisoit point du tout au Cardinal, parce que le
pére en étoit plus hardi à demander, & lui plus timide à refuser. Il
voioit que chacun couroit après ce jeune Duc & qu'il sembloit que tous
les autres ne fussent plus rien au prix de lui. Son Eminence qui avoit
une infinité de ruses en partage, mais de ces ruses qui sont plus d'un
petit particulier que d'un grand Ministre, voyant que le Prince de Condé
étoit trop sage pour faire jamais un faux pas qui lui donnât prise sur
lui, gagna une personne de grande qualité pour faire faire au fils ce
qu'il ne pouvoit esperer du pere. Cette personne avoit beaucoup de part
à sa confiance, par un certain rapport d'humeur qui se trouvoit
entr'eux. Ils avoient tous deux beaucoup d'esprit, & ils avoient encore
d'autres qualitez assez approchantes les unes des autres, ce qui les
rendoit plus unis. Il étoit assez difficile de se deffier d'un homme
comme celui là, sur tout ayant l'esprit de faire venir les choses de
loin & comme s'il n'y eut pas pensé. Au reste le Cardinal, qui
consideroit que s'il y avoit quelque chose qui fut capable de porter
coup à la fortune du pere & du fils, ce devoit être s'il leur arrivoit
de se brouiller avec le Duc d'Orleans, il y travailla de concert avec
l'Abbé de la Riviere. Le Prince de Condé qui étoit un grand Politique
s'aperçut bien-tôt de leur dessein. Il en avertit son fils & lui
recommanda d'y prendre garde. Il tâcha cependant de gagner l'Abbé de la
Riviere, & lui faisant connoître qu'il ne trouveroit pas moins
d'avantage avec eux qu'il feroit avec le Cardinal, il le retira peu à
peu des engagemens qu'il avoit avec lui. Cela déconcerta son Eminence, &
comme il n'esperoit presque plus rien de ce côté là, il arriva une chose
qui eut été capable de rallumer son esperence si le Prince de Condé n'y
eut remedié par sa sagesse. Le M. de... étoit bien avec le Cardinal, &
c'étoit de lui qu'il se servoit pour faire faire quelque faux pas au Duc
d'Anguien. Au reste celui-ci après avoir imprimé à ce jeune Prince peu
de respect pour la personne du Duc d'Orléans le laissa sur sa bonne foi,
dans l'esperance que ses conseils auroient leur effet en tems & lieu. Le
Duc ne s'apperçut point du piége, & le même M. de... lui ayant dit qu'il
y auroit une debauche ce jour là au Palais d'Orleans il le convia de s'y
trouver, afin d'en avoir sa part. Il lui promit d'y aller lui même, & y
il fut effectivement après l'y avoir donné rendez-vous. Cependant comme
il étoit plus des amis du Cardinal que des siens, il ne fut pas plûtôt à
ce Pallais qu'il y fit donner ordre de n'y laisser entrer personne, sous
pretexte qu'ils étoient assez bonne Compagnie pour ne pas avoir besoin
de surcroit.

Le Duc d'Orleans ne songea point au Duc d'Anguien, ou s'il y songea, il
crut que sa qualité le mettant au dessus de cette deffense, ses gardes
n'y auroient aucun égard. Cependant soit qu'un exempt eut été gaigné ou
qu'il se montrât circonspect à faire tout ce qui lui étoit ordonné, le
Duc ne se presenta pas plûtôt dans la salle qu'il s'en fut au devant de
lui pour lui annoncer le commandement qu'il avoit reçû. Le Duc lui
repondit en se moquant de lui que ce commandement regardoit les autres,
& qu'il n'y avoit aucune part. L'exemt lui repartit qu'il étoit
indifferement pour tout le monde, & lui ayant voulu barer le passage de
l'appartement où étoit son maître, le Duc s'en trouva si scandalisé,
qu'il lui arracha son bâton des mains, le cassa devant lui, & lui en
jetta les morceaux au visage. Toute la Salle prit part à l'affront que
recevoit cet Officier, qui n'avoit fait que son devoir, après le
commandement qu'il avoit reçû de ne laisser entrer personne. L'on
entendit aussi-tôt un murmure universel qui eut été peut-être suivi de
quelque soulévement, si le Comte de St. Agnan, qui étoit alors Capitaine
des gardes du Duc d'Orleans, ne fut sorti de la chambre de son maître
pour voir ce que c'étoit. Comme il étoit grand courtisan, & que s'il
aimoit à se battre ce n'étoit pas contre le Duc d'Anguien, il donna en
même tems le tort à son exemt. L'exemt se retira voyant que celui à qui
il appartenoit de le soutenir, étoit le premier à le condamner. Le Duc
d'Orleans ne fut pas neanmoins du sentiment de son Capitaine des gardes,
& l'on eut eu bien de la peine à le faire revenir de la pensée où il
étoit que cet affront s'addressoit à lui plûtôt qu'à un autre, si ce
n'est qu'il étoit homme à se laisser prevenir. Mr. le Prince gaigna ceux
qui approchoient le plus près de la personne, pour lui faire oublier ce
que lui avoit fait son fils. Je ne le pardonna pas neanmoins au Comte de
St. Agnan, & comme celui-ci s'en fut apperçu, il vendit sa charge &
acheta chez le Roi celle de premier gentilhomme de la chambre. Il ne fit
pas trop mal comme la suitte l'a fait voir, puisque s'il fut toûjours
demeuré chez le Duc il ne fut jamais devenu Duc & Pair comme il a été
depuis.

Le Cardinal fit tout ce qu'il put sous main pour apporter de l'obstacle
à cette reconciliation; mais le Duc d'Orleans qui avoit cela de propre
qu'il haïssoit les Ministres ne vit pas plûtôt qu'il s'en mêloit qu'il
leva les difficultez qu'il y apportoit auparavant. Ceux qui n'aimoient
que le trouble furent fâchés de sa condescendance. Il y en eut plusieurs
qui accuserent le Comte St. de Agnan de foiblesse, pendant que ceux qui
avoient plus de jugement & moins de passion trouverent qu'il s'étoit
tiré bien heureusement d'un pas aussi delicat que celui où le hasard
l'avoit engagé.

Nous entrâmes en Campagne sur ces entrefaites; & je demandai d'être du
détachement des Mousquetaires que le Roi envoyoit en Flandres. Pour ce
qui est du Duc d'Anguien, il retourna en Allemagne où le Vicomte de
Turenne s'étoit laissé surprendre à Mariandal. Le Général Merci lui
avoit donné là un tour de son metier, & après avoir tenu la Campagne
pendant le coeur de l'hiver, il avoit feint d'aller prendre des
quartiers d'hiver bien loin, afin de le surprendre plus facilement. Le
Vicomte de Turenne l'avoit cru de bonne foi, & ayant trouvé à propos d'y
envoyer les siennes, Merci étoit revenu sur ses pas & l'avoit deffait
sans peine parcequ'il étoit separé. Cette deffaite faisoit que nous
n'osions plus montrer le nés en ce pays là, & il y falloit un Général de
la réputation du Duc d'Anguien pour y rassurer les trouppes qui en
étoient toutes effrayées.

Mercy sachant qu'il alloit avoir affaire à lui, & que son courage, ne
trouveroit rien d'impossible, ne pouvant pas lui deffendre le passage du
Rhin, dont il étoit le maître, par la conquête qu'il avoit faite l'année
precedente de la Forteresse de Philisbourg, tâcha de l'arrêter sur le
Necre. Il y jetta Garnison; & comme il pretendoit que c'étoit faire
beaucoup à l'égard de nôtre Nation que d'arrêter sa premiere fougue, il
ordonna à ceux qu'il jetta dans ces places de se deffendre jusques à
l'extremité. Le Gouverneur de Wimphem qui fut attaqué le premier, se
ressouvint mal de ce commandement. L'on n'eut pas grand peine à le
prendre, & l'Armée étant allée de là devant Rottembourg celui qui y
commandoit se montra plus soigneux de lui obéïr. Il soutint l'assaut qui
lui fut livré, dans l'esperance que de quelque maniere que les choses
tournassent, il auroit toûjours le tems de se retirer sain & sauf lui &
sa Garnison. Il croioit dis-je qu'il ne lui seroit pas difficile de
mettre le feu au pont qu'il avoit sur cette riviere. Mais ayant été
attaqué la nuit, & les gens du Duc ayant mis eux-mêmes le feu à la Ville
avant qu'il eut encore songé à la retraitte, il se trouva si surpris que
devant qu'il put executer son dessin, il se trouva enseveli sous les
flammes.

Le Duc s'étant ainsi rendu maître de ces deux passages, ne voulut pas
s'arrêter à Hailbron où les ennemis avoient jette leurs principales
forces. Comme ils regardoient cette place comme un poste que le Duc ne
voudroit jamais laisser derriere soi, ils l'avoient fortifié tout de
nouveau, quoi qu'il le fut déja de longue main. Ils contoient qu'il lui
seroit dangereux de laisser une puissante Garnison derriere lui, &
qu'ainsi pendant qu'il seroit occupé à l'attaquer, ils prendroient
toutes les précautions que la prudence leur suggereroit pour se tirer de
danger. Mais le Duc, qui savoit qu'ils ne cherchoient qu'à l'amuser,
ayant passé la riviere, au lieu de s'arréter à cette place, il les
suivit de si près qu'ils ne purent gaigner Nortlinguen où ils avoient
dessein de se retirer. Chacun fut étonné de leur voir lâcher le pied,
après la victoire qu'ils avoient remportée à Mariendal, laquelle avoit
tellement étonné nos Alliez qu'ils étoient tout prêts de nous quitter.
Ils se rassurerent, nous voyant superieurs aux autres, lors qu'ils y
pensoient le moins, & la Landgrave de Hesse qui commandoit elle-même les
troupes du Landgrave son fils, étant venu trouver le Duc avec elles, il
fut résolu d'attaquer Mercy qui avoit planté son camp sur deux
Montagnes, dont il croyoit les avenues inaccessibles. Il s'y deffendit
fort bien, & tint long-tems la victoire en balance. Les deux premieres
charges lui furent même si avantageuses que le Duc eut cru tout perdu,
s'il eut été capable de s'effrayer. En effet il vit deffaire devant lui
& même prendre prisonnier le Marêchal de Grammont qui commandoit son
aisle gauche; mais lui ayant donné secours en même-tems, il repara
si-bien toutes choses par là, que les ennemis, qui croyoient déja avoir
tout gaigné, se virent bien éloignez de leur compte. En effet ils se
virent repoussez lors qu'ils ne songeoient plus qu'à poursuivre leur
pointe; & trouvant le Duc par tout où ils portoient leurs pas, ils ne se
purent empêcher de dire, pour rendre témoignage à sa valeur, qu'il
falloit qu'il y eut autant de Ducs d'Anguien qu'il y avoit de Soldats.
Leur desfaite suivit de près leur premier desavantage. Ils ne se purent
plus rallier, & Mercy qui après s'être flatté de la victoire ne pouvoit
se resoudre de survivre à sa disgrace, ayant voulu passer d'un aile à
l'autre pour empêcher le desordre qui commençoit à y régner, il y fut
tué comme il y faisoit tout ce qu'on pouvoir desirer d'un grand General.
Sa mort fut suivie de tout ce qui suit d'ordinaire un malheur comme
celui-là, d'autant plus que le General Gléen qui eut pû commander à sa
place, avoit déja été pris prisonnier. Il fut échangé quelques jours
après avec le Marêchal de Grammont que l'on n'avoit pû reprendre, quoi
que l'aile qu'il commandoit y eut fait tout son possible.

Nous apprîmes ce succès dans nôtre armée, ce qui acheva de mettre le Duc
d'Anguien dans une si grande réputation, que si l'on eut été du tems du
Paganisme on lui eut élevé des autels, comme on faisoit autrefois à ceux
qui se distinguoient du commun des hommes. Je ne sais si le Duc
d'Orleans en fut tout aussi content que les autres, mais enfin je
m'apperçûs qu'un Officier ayant exageré devant lui, tout ce qui s'étoit
passé de ce côté là, ce Prince lui demanda d'un air chagrin, s'il y
avoit été present, pour en parler aussi affirmativement qu'il faisoit.
L'Officier lui répondit avec beaucoup de respect que les lettres qu'il
eu avoir reçûës étoient conformes au recit qu'il en venoit de faire,
mais qu'il faloit que celui qui les lui avoit écrites se fut trompé,
puis que son Altesse Royale y trouvoit à redire. Cela nous fit connoitre
que la jalousie étoit commune aux grands, aussi bien qu'aux autres, &
personne n'osant plus parler devant lui, l'on se reserva à admirer les
actions de ce jeune Prince quand on se trouveroit hors de sa presence.

Le Duc d'Orleans avoit pourtant eu sur les ennemis quelques avantages
qui lui devoient faire esperer que si l'on parloit de ce jeune Prince
avec éloge, on parleroit aussi de lui assez glorieusement, s'il n'avoit
pas remporté à la verité une grande victoire, comme lui, il avoit du
moins eu le plaisir de voir encore une fois Picolomini plier en sa
presence. Ce general ayant pretendu l'arrêter au passage de la riviere
de Colme, il s'y donna une escarmouche assez chaude, où il eut du pire.
Cela l'obligea de se retirer plus vite que le pas, & ce petit
desavantage ayant été suivi de la perte de Mardik nous fumes attaquer
Bourbourg. Je me trouvai dans les premiers jours de ce siege, si animé à
la poursuite des ennemis qui avoient fait une sortie sur la tranchée,
que peu s'en falut que je n'entrasse pêle mêle avec eux dans la place.
Cinq autres de mes camarades qui étoient à la tranchée avec moi m'ayant
accompagné dans cette entreprise, nous nous trouvâmes tout aussi
embarrassez l'un que l'autre, quand il nous fallut revenir. Les ennemis
nous passerent pour ainsi dire par les armes, & quatre de nous étant
tombez roide morts de leur premiere decharge, celui qui restoit avec
moi, me dit que les plus courtes folies étoient les meilleures, & que
comme il n'y avoit rien de pire que la mort, il aimoit mieux se rendre
que de s'exposer au peril qu'il y avoit encore à courir à nous vouloir
retirer. A ces mots il retourna vers la Ville en demandant quartier à
ceux qu'il voyoit dans les dehors, mais soit qu'ils l'eussent déja
couché en jouë, & qu'ils ne l'entendissent pas, ou qu'ils ne se missent
guéres en peine de lui accorder ce qu'il demandoit, ils firent une
nouvelle decharge sur lui & l'envoyerent tenir compagnie aux autres.
Pour moi j'eus trois coups dans mes habits, & un dans mon chapeau, sans
que j'eusse seulement la moindre égratignure sur mon corps. Cela me fit
connoître que quand Dieu garde quelqu'un il est bien gardé, & qu'il n'y
a qu'à se recommander à lui dès le matin & ne rien craindre de tout le
reste de la journée. On me tira encore quelques autres coups, mais comme
c'étoit de loin, ce ne fut que de la poudre & du plomb perdu. Je rentrai
dans la tranchée par la tête, & y ayant trouvé M. des Essarts qui m'en
avoit veu sortir, il me demanda ce qu'étoient devenus mes camarades. Je
lui appris leur destinée, & comment le dernier s'étoit perdu en voulant
se sauver. Il me répondit que s'il avoit su cela, il m'eut prié de le
fouiller avant que de m'en revenir, parce qu'il se trompoit fort s'il
n'avoit sur soi des marques de l'estime qu'une Dame de grande condition
avoit pour lui. Il offrit en même tems dix Pistoles d'or à un Soldat de
sa Compagnie s'il vouloit lui aller prendre dans ses poches ce qui le
trouveroit. Il lui dit qu'il en étoit encore tems, & que comme on voyoit
les ennemis de la tête de la tranchée, il n'y en avoit pas un qui eut
osé sortir de leurs dehors. Le Soldat le voulut bien, & s'y en étant
allé à l'heure même on lui tira plus de cinq cent coups de mousquet,
sans que pas un l'attrapât. Il fit ce que des Essarts desiroit, & ayant
pris le haut de chausse du mort sans s'amuser à le fouiller, depeur d'y
perdre trop de tems, il le rapporta à la tranchée, après en avoir ôté
tout ce qu'il croyoit en valloir la peine. Des Essarts ne voulut point
que d'autre que lui en fit la reveuë, & en ayant examiné les lettres,
avec grand soin, nous nous apperçumes à son visage qu'il y en avoit une
où il prenoit plus intérêt que dans les autres. Car nous le vîmes
changer de couleur en même tems, sans qu'il nous en voulut dire la
raison. Ce ne fut pas manque toutesfois de la lui demander, quoi qu'il
ne fut peut-être pas trop bien à nous de nous montrer si curieux.

Je crus pour moi comme je me deffiois de toutes les Dames qu'il avoit
trouvé quelque lettre de sa Maîtresse, par où il apprenoit qu'elle lui
avoit fait faux bond. Je le dis à l'oreille à un Officier qui étoit
auprès de moi, & qui s'étoit apperçû tout aussi bien que j'avois pû
faire qu'il n'avoit pas été indifférent à la lecture qu'il en avoit
faite. Celui-ci me fit signe de la tête qu'il approuvoit ce que je lui
disois. Cependant nous nous trompions tous deux, la chose le regardoit
d'encore plus près que nous ne pensions. Si ce n'eût été qu'une
Maîtresse il en eut été quitte pour en chercher quelque autre plus
fidele, mais il s'agissoit d'une de ses plus proches parentes, à la
conduite de laquelle il ne prenoît guerres moins de part que si elle eut
été sa femme. Je le découvris sans y penser deux jours après que je fus
de retour à Paris. Cette Dame que je ne connoissois que mediocrement
m'envoya prier de l'aller voir, ce que je ne crus pas lui devoir
refuser, parce qu'elle en valloit bien la peine. Elle me dit qu'elle
avoit appris que j'étois avec le deffunt lors qu'il avoit été tué, &
qu'elle me prioit de lui apprendre toutes les circontances que je savois
de sa mort. Je lui répondis que cela seroit bien-tôt fait & qu'en ayant
été témoin moi-même elle ne pouvoit mieux s'addresser qu'à moi, pour
savoir tout ce qui en étoit. Je lui racontai en même tems tout ce que je
viens de dire, je vis qu'elle rougissoit, lors que ce vint à l'Histoire
du Soldat, elle me demanda même si je ne pourois point le lui amener, &
lui ayant répondu que je m'en faisois fort, & que ce seroit quand elle
voudroit, elle se mit à rêver un moment comme une personne qui peze une
affaire dans sa tête. Enfin après un moment de silence, elle réprit la
parolle, & me dit qu'elle me remercioit de ma bonne volonté, & du zele
avec lequel je m'offrois de lui rendre service; que cependant après y de
lui rendre service; que cependant après y avoir bien pensé, elle aimoit
mieux me faire une confidence que d'avoir recours à ce qu'elle m'avoit
proposé, qu'elle m'avoueroit franchement que cela lui avoit pas haï le
deffunt, & que cela lui avoit fait une grande affaire avec des Essarts;
qu'il falloit que ce Soldat lui eut donné une de ses lettres; mais que
ne sachant ce qu'il avoit fait de son portrait, que le mort avoit sur
lui, lorsqu'il avoit été tué, elle me prioit de le vouloir savoir de
lui; qu'elle m'auroit même obligation de le retirer de ses mains, s'il y
étoit encore, & de n'y rien épargner pour en venir à bout; que c'étoit
pour cela qu'elle m'avoit dit d'abord de lui faire venir le Soldat; mais
qu'après y avoir bien pensé, elle ne le jugeoit plus à propos. Je lui
promis de faire ce qu'elle me disoit, & trouvant la Dame tout à fait à
mon gré je m'y employai non seulement de bonne sorte, mais je resolus
encore, si je pouvois, d'ocuper dans ses bonnes graces la place qu'y
tenoit le deffunt.

Je fus trouver le Soldat en même tems, & comme nous avions été
camarades, & que la familiarité que j'avois avec lui ne me faisoit pas
avoir besoin d'user d'un fort grand circuit pour en venir où je voulois,
je lui demandai sans compliment, s'il s'étoit deffait du portrait qu'il
avoit trouvé au Mousquetaire qu'il étoit allé fouiller devant Bourbourg.
Je vis qu'il rougissoit, & jugeant que cela ne provenoit que de la
crainte qu'il avoit que je ne le fusse denoncer à son Capitaine, comme
un homme qui lui avoit caché une partie de ce qu'il avoit trouvé sur le
deffunt, je lui dis de mettre son esprit en repos, & que mon intention
n'étoit pas de lui faire piece; que le peril où il s'étoit exposé étoit
assez grand pour mériter une plus grande recompense, que celle qu'il
avoit reçûë, qu'ainsi bien loin de lui vouloir ôter ce qu'il avoit pris
je serois le premier à le cacher.

Je le rassurai par ces parolles, & m'ayant avoué sans user d'aucun
detour qu'il savoit bien dequoi je voulois parler, il me dit franchement
que si je ne voulois que cette peinture il étoit prêt de me la rendre à
l'heure même, mais que si je lui demandois la boette où elle étoit
renfermée, il n'étoit pas en son pouvoir de me satisfaire, qu'il l'avoit
venduë avec les diamans qui étoient dessus & qui plus est qu'il en avoit
encore mangé l'argent, ce qui le mettoit dans l'impuissance qu'il venoit
de me dire. Je le cru de bonne foi sans l'obliger à m'en faire aucun
serment. Je savois qu'il avoit assez bon appetit pour cela, & que quand
même c'eut été quelque chose de bien plus grande conséquence il en fut
encore venu à bout tout aussi facilement que de celle là. Cependant
comme je croiois que c'étoit à la peinture que la Dame en vouloit plûtôt
qu'à tout le reste, je le priai de me la donner. Il le fit, & n'ayant
pas eu la curiosité de la regarder, tant j'étois pressé de la porter à
cette Dame, je la laissai enveloppée dans du papier tout comme il me la
donnoit. La Dame ne me vit pas plûtôt qu'elle me demanda si mon message
avoit été heureux. Je lui répondis qu'il ne l'avoit pas été tout à fait,
mais que du moins elle auroit une partie de ce qu'elle demandoit, que le
Soldat ne m'avoit pû rendre la boette, parce qu'il en avoit disposé;
mais que je lui rapportois la peinture. Elle me répartit que cela
suffisoit, & l'ayant developée en même tems elle fut toute surprise de
trouver, au lieu de son portrait, celui d'une rivale dont elle avoit été
extrémement jalouse. Le deffunt ne lui avoit jamais voulu avoüer la
vérité; mais n'en pouvant plus douter après ce qu'elle voioit
présentement, elle me dit d'un air naturel, & qui faisoit voir qu'elle
pensoit ce qu'elle me disoit, ha! que les hommes sont fourbes & que les
femmes sont foles de se fier à eux. Je lui demandai ce qu'elle vouloit
dire par là, & si pour en connoitre un infidele elle devoit soupçonner
tous les autres de lui ressembler. Elle me répondit que puisque celui
dont elle parloit l'étoit bien tous les autres le pouvoient bien être,
qu'elle vouloit que moi pour témoin de ce qu'elle valloit, & que sans se
venter elle croioit que si on la quittoit pour une autre il pouvoit bien
arriver la même chose à celles qui étoient cause qu'on lui faisoit
infidelité. Elle m'expliqua en même tems cet enigme, où je n'eusse rien
compris sans elle, & m'ayant montré cette peinture elle me demanda si je
savois de qui elle étoit.

Je ne trouvai pas ce portrait la moitié si beau que j'eusse fait le
sien, & ne sachant de qui ce pouvoit être je lui témoignai l'un &
l'autre à l'heure même. Elle me dit que j'étois bien complaisant de lui
donner l'avantage par dessus la femme que ce portrait répresentoit,
qu'elle vouloit bien me dire son nom, & que quand je le saurois je lui
donnerois peut être la préference, que c'étoit Madame.... femme d'un des
plus riches partisans qu'il y eut dans tout Paris. Je lui repartis que
cette qualité me pouroit peut-être faire pencher de son côté, si je me
laissois gouverner par l'intérêt; mais que comme j'avois toûjours fait
plus de cas du merite que des richesses, je continuois à lui dire que je
l'aimois mieux au bout de son doigt que je ne faisois l'autre en tout
son corps. Elle me répondit qu'elle ne donnoit plus là dedans, après la
tromperie dont elle venoit d'avoir des preuves si authentiques; mais que
toute galanterie à part elle me seroit obligée de revoir le Soldat, afin
de savoir de lui si en trouvant ce portrait au deffunt, il ne lui en
avoit point encore trouvé un autre. Je fis ce qu'elle vouloit, & le
Soldat m'ayant dit qu'il en avoit encore un, mais qu'il n'avoit pas cru
la premiere fois que ce fut celui là que je lui voulusse demander, parce
qu'il étoit dans une boette si commune qu'il étoit aisé de voir que
celui à qui il l'avoit pris n'en faisoit pas tout le cas qu'il devoit,
il me le donna dans la même boette où il l'avoit trouvé; elle étoit
effectivement fort commune, puis qu'elle n'avoit jamais couté plus de
vingt sols. Cependant, ne voulant pas faire la même faute, que j'avois
déjà faite, c'est à dire le porter à la Dame sans le regarder
auparavant, j'ouvris cette boette, & je vis que c'étoit le portrait
qu'elle demandoit. Je le lui portai, & je vis en le lui donnant qu'elle
étoit bien contente de l'avoir trouvé. Je pris cette occasion pour lui
dire ce que je commençois à me sentir pour elle, & traitant cela de la
galanterie, quoi qu'il fut facile de voir que je parlois serieusement,
elle me répondit que venant d'être trompée, elle me croioit rempli de
tant de droiture, que si elle me demandoit conseil elle ne doutoit
nullement que je ne lui conseillasse moi-même, de ne se jamais fier à
des parolles.

Tout ce que je lui pus dire pour lui persuader que je lui disois vrai,
ne me servit de rien. Ainsi il me fut inutile de la prier de me laisser
ce portrait, quoi que je lui protestasse que j'en ferois tant de cas
qu'elle verroit bientôt qu'elle pourroit s'assurer sur ma fidelité. J'en
devins effectivement si amoureux qu'il me fut comme impossible de le
cacher. J'y fis pourtant tout mon possible, & principalement à l'égard
de Des Essarts dont je reconnoissois trop la jalousie pour m'y pouvoir
fier. Ma conduite plut extrémement à cette Dame qui jugea par là plus de
choses en ma faveur que par tout ce que je lui eusse pu dire de ma
passion; elle permit que je la visse assez souvent, & comme j'en
devenois amoureux tous les jours de plus en plus, elle crut qu'elle me
devoit rendre justice de peur qu'en finassant davantage avec moi, je ne
devinsse indiscret à force de me croire malheureux. Elle me recommanda
le secret à l'égal de la fidélité, me disant que l'un se jugeoit par
l'autre, & que qui n'étoit pas discret ne pouvoit jamais être fidèle.
Cette bonne fortune me fit oublier entièrement la perte que j'avois
faite des bonnes grâces ce la Dame dont j'ai parlé ci-devant. Il m'en
étoit toujours resté un triste souvenir juques-là, & il ne commença à se
bien effacer que du jour que je fus assura que celle-ci étoit disposée à
me rendre justice. Ce n'est pas que cette conquête put égaler l'autre
par rapport à mon établissement, la Dame à qui j'en voulois presentement
étoit mariée, & quand même elle ne l'eut pas été je n'étois pas homme à
épouser une femme qui m'avoit avoué elle même une autre attache. Mais
enfin comme la pensée de ma fortune ne remplissoit pas tous mes desirs,
je me trouvai assez content de celle qui m'étoit arrivée, pour mettre
sous le pied tout ce qui pouvoit me chagriner d'ailleurs.

Quoi qu'il en soit nôtre intrigue ayant demeuré secrette, pendant
quelque tems, on n'en eut jamais rien su selon toutes les apparences, si
nous eussions pû nous passer des autres pour l'entretenir; mais les
amans ayant cela de fâcheux pour eux qu'ils se trouvent dans la
nécessité de se fier à quelqu'un, nous remîmes nos affaires entre les
mains d'une Demoiselle qui nous trompa. Je m'en deffiai d'abord que la
Dame me la proposa pour nôtre confidente. Je la trouvois & coquette &
intéressée, qualitez toutes opposées à celles que l'on doit desirer dans
une personne telle que nous la cherchions; mais la Dame m'ayant dit
qu'elle la connoissoit mieux que moi, & qu'elle avoit eu le tems de
reconnoître sa discrétion, depuis dix ans qu'elle étoit à elle, je fus
contraint de la croire au préjudice de ce que le coeur m'en disoit.
Cependant ce ne fut pas à cause de la coqueterie qu'elle lui manqua de
fidelité, mais parce que la femme du partisan qui faisoit gloire & même
qui avoit juré de lui enlever tous ses amans, trouva moyen de la gagner.

Ces deux Dames étoient devenuës jalouses l'une de l'autre dans un
couvent où elle s'étoient trouvées toutes deux avant que d'être mariées,
& comme elles ne manquoient pas de bonne opinion d'elles mêmes elles
avoient eu souvent querelle ensemble, tantôt fut un sujet & tantôt sur
un autre. Le Marquis de Villars Orondate, étant devenu amoureux au
sortir de la femme du partisan qui venoit d'être mariée, l'autre n'avoit
point été fâchée de le lui enlever, soit que cette conquête lui parut
digne d'elle, ou qu'elle ne le fit que pour la faire enrager. Elle en
avoit effectivement pensé mourir de regret, mais enfin comme on se
console de tout avec le tems, elle avoit à la fin oublié cet affront.
Elle s'en étoit même consolée d'autant plutôt, que Villars qui voloit de
belle en belle, comme les abeilles font d'une fleur à l'autre, avoit
quitté sa rivale, pour se donner à une personne de grande condition. Le
Mousquetaire avoit pris ensuite la place de Villars, ce que la femme du
partisan ayant sû elle l'avoit débauché avec son argent. Or croiant que
ce qu'elle avoit fait avec lui elle le feroit de même avec moi, elle
m'écrivit une Lettre dont je trouvai le stile si plaisant que je ne
crois pas l'oublier de ma vie. Au reste comme je suis persuadé qu'il
paroîtra toûjours tel à tous les gens de bon goût je veux bien rapporter
ici cette lettre tout au long, afin que l'on me dise si j'ay raison ou
si je ne l'ai pas. Voici ce qu'elle contenoit.

_Je suis assez bien faite pour croire que quand on vient à me voir, on
peut devenir amoureux de moi sans que j'aye besoin de faire un pacte
pour y réussir. Mais quand je presumerois trop à mon avantage, que
d'avoir cette pensée, je vous apprends que mon mari à un coffre fort,
bien garni où je mets la main quand il me plaît. J'en ai la clef pour y
fouiller à toute heure, & c'est le premier present que je fais à ceux
que je trouve dignes de mon estime. Comme vous en êtes du nombre, ou
plûtôt, que vous êtes le seul qui avez trouvé le secret de me paroître
aimable, voyez à quelle fortune vous êtes appellé si vous ne vous en
montrez indigne, en vous piquant mal à propos d'une sotte constance. Je
sais que vous aimez Mademoiselle de... mais enfin quelque aimable
qu'elle puisse être, elle ne le sauroit être en comparaison de mon
coffre, d'ailleurs si vous prenez la peine de venir demain à neuf heures
à la Merci, regardez bien une Dame qui tiendra un petit chien noir &
blanc entre les mains, & vous conviendrez peut-être que quand je vous
proposerois de vous aimer but à but vous auriez encore tout sujet de
vous louer de vôtre bonne fortune_.

Je fus bien étonné quand je reçûs cette lettre, & comme je ne
connoissois point l'écriture de la Dame, je crus pour en dire la vérité
qu'elle m'étoit supposée par l'autre, qui, parce qu'elle étoit
extrémement jalouse de son naturel, me paroissoit la personne du monde
la plus capable de me faire une telle piece. Cette pensée me fit
résoudre de lui en faire un sacrifice, quoi que je me representasse
quelquefois que cela n'étoit pas bien, & que si on venoit à le savoir
parmi les honnêtes gens, il étoit impossible que je n'en fusse blamé,
supposé toutefois que cette lettre ne vint pas d'elle. Cependant quelque
reflexion que j'y fisse, je ne laissai pas de succomber à la tentation;
la crainte que j'eus que ma pensée ne fut veritable l'emporta sur tout
le reste. La Dame fut ravie que je lui donnasse cette marque de mon
attachement, & se trouvant au rendez-vous au lieu de moi, elle y insulta
l'autre d'une si étrange maniere qu'elle ne put douter qu'elle ne fut
sacrifiée. Ce n'est pas qu'elle lui dit rien à elle même, elles ne se
parloient pas, & si elles l'eussent fait dans les sentimens qu'elles
avoient l'une pour l'autre, je suis persuadé que c'eut été une
conversation bien picquante. Mais n'ayant cessé de la regarder avec des
yeux pleins de mépris, ses yeux lui en dirent tout autant qu'eut pû
faire sa langue. D'ailleurs comme je ne parus point à ce rendez-vous, &
que la femme du partisan savoit d'original que la lettre m'avoit été
rendue en main propre, la chose étoit si claire d'elle même qu'elle eut
été la premiere à vouloir s'abuser que de la rovoquer en doute. Son
dépit fut extréme à cette vûë, & son ressentiment ne l'étant pas moins,
il est aisé de juger que la messe qu'elle entendit fut une messe bien
mal entenduë, & qu'elle eut bien mieux fait de n'y point aller. Pour
surcroit de peine elle se trouva au benitier avec ma nouvelle Maitresse,
& celle-ci lui dit d'un ton railleur, afin qu'elle ne put douter qu'elle
n'eut connoissance de ce qui se passoit, que si elle avoit amené sa
chienne avec elle pour lui faire trouver un petit mari, elle n'avoit
perdu que ses peines; que le mari qu'elle lui destinoit ne la trouvoit
pas assez belle, pour daigner seulement la considerer, & que c'est ce
qu'elle avoit reconnu de la maniere qu'il l'avoit regardée. La pauvre
femme fut interdite à ces paroles, quoi qu'elle eut d'ordinaire la
langue assez bien penduë, & que sa coutume ne fut pas de manquer par là.
D'ailleurs comme elles étoient dans un lieu qui demandoit du respect, &
où d'un autre côté, elles ne pouvoient s'écarter d'avantage sans faire
préjudice à elles mêmes également, la chose en demeura là & ne passa pas
plus avant. Chacune remonta dans son carosse, mais avec des mouvemens si
differens, qu'il est impossible de le dire. L'offensée ne roula dans sa
tête que des sentimens de vengeance, pendant que l'autre s'applaudit de
lui avoir donné une si grande mortification.

Je fus voir celle-ci le jour même, & m'ayant dit ce qu'elle avoit fait,
je l'en blamai fortement. Je lui dis qu'elle n'avoit gueres fait de
reflexion à ce qui en pouvoit arriver, qu'elle devoit se contenter de ce
que j'avois manqué au rendez-vous, & que de rendre la victoire plus
éclatante c'était ne pas prendre garde qu'elle s'exposoit par-là aux
mêmes inconveniens qui arrivent quelque fois à la guerre, où à force
d'en vouloir trop faire, on ne fait souvent que détruire ce qu'on avoit
fait.

La Dame n'étoit pas la personne du monde du plus grand jugement, elle
avoit beaucoup plus de beauté que d'esprit; ainsi mes remontrances ne
firent aucun effet auprès d'elle, outre qu'elles venoient un peu tard,
pour qu'elle en put proffiter. Je ne me trouvai par malheur que trop bon
prophête dans ce que je lui avois prédit. Son ennemie voyant l'affront
qu'elle lui avoit fait, resolut d'en tirer vengeance, & quoi que de la
maniere qu'elle méditoit de s'y prendre, elle dût retomber sur elle, sa
passion fut si grande qu'elle ne se soucia pas de tout ce qui lui en
pouvoit arriver, pourveu qu'elle put se satisfaire.

Ma Maitresse avoit un mari qui n'étoit ni beau ni bien fait, aussi ne
l'avoit-elle pris que parceque ses parens le lui avoient fait prendre de
force; son bien lui avoit tenu lieu de merite; & comme il est rare que
ces sortes de mariages réussissent, principalement quand il y a un peu
de penchant à la galanterie du côté de la Dame, il en étoit arrivé que
le Mousquetaire dont j'ai parlé tantôt n'étoit peut-être pas le second
des amans de celle-ci, & par consequent Villars Orondate le premier. Je
n'étois peut-être pas aussi le troisiéme. Quoi qu'il en soit, bien que
ce mari n'eut aucune des qualitez qui rendent un homme aimable à une
Dame, la femme du partisan ne laissa pas de vouloir faire connoissance
avec lui, aux dépends de son honneur. Elle crut que quand ils seroient
bien ensemble, il lui seroit plus facile de le porter à tout ce qu'elle
voudroit, qu'ainsi sa vengeance en deviendroit plus assurée, & contre sa
femme & contre moi, moi qu'elle croioit devoir haïr autant qu'elle,
après le tour que je lui avois joué.

Si le Mari eut été bien sage, il eut pû reconnoître facilement que cette
Dame avoit quelque dessein caché dans les avances qu'elle lui faisoit.
Comme il n'étoit pas accoutumé non-seulement qu'on lui en fit, mais
encore qu'on voulut écouter les siennes, tout lui devoit être suspect:
mais comme quelque lieu que l'on ait de se plaindre de la nature, il est
rare qu'on se rende justice, il se rendit tellement aveugle sur
soi-même, qu'il crut valoir la fortune qui s'offroit à lui. Il en
profita comme si elle lui eut été duë, & la Dame ne voulant point
précipiter sa vengeance, de peur de la manquer, le traita pendant
quelque tems comme un favori, sans lui parler de rien, elle crut qu'elle
se l'attacheroit davantage par-là, & qu'elle en joueroit à coup seur. Je
ne fus pas long-tems sans m'appercevoir de leur commerce, & je ne m'en
apperçûs pas plûtôt que je devinai bien l'orage qui se preparoit contre
ma maîtresse & moi. Je l'en avertis, afin qu'elle ne se laissât pas
surprendre, & que nous prissions de bonne heure toutes les mesures que
la prudence nous conseilloit; Néanmoins comme on ne sauroit jamais
éviter son malheur, tout ce que nous pûmes faire fut inutile; peu s'en
fallut que je ne succombasse sous les artifices de la Dame, & si je m'en
sauvai ce ne fut que par miracle. Pour ce qui est de ma maîtresse elle
ne fut pas si heureuse, & il lui en coûta sa liberté. Cependant les
mesures que la Dame vouloit prendre pour assurer sa vengeance, ayant
fait trainer les choses pendant quelque tems, la Campagne commença, & je
la fis encore comme j'avois fait l'autre, quoi que ce ne fut pas à moi à
la faire. En effet comme on n'envoyoit tous les ans qu'un detachement
des Mousquetaires à l'armée, ce n'étoit pas la coutume, que ceux qui y
avoient été une Campagne y fussent encore l'autre; chacun y devoit aller
à son tour, & cela se pratiquoit tous les ans. Mais l'envie que j'avois
de m'éloigner de Paris pour éviter ce que je prevoyois, l'ayant emporté
sur tout ce qui m'y pouvoit retenir, je briguai auprès de Mr. de
Treville d'y aller à la place d'un de mes Camarades qui étoit malade. Il
eut bien de la peine à me l'accorder, de peur de mettre sa compagnie sur
le pied de ne pas servir, quand c'étoit le tour de quelqu'un à le faire;
mais Mr. des Essarts qui commençoit à devenir jaloux des assiduités que
je rendois à sa parente étant intervenu pour moi, auprès de lui, sans
que je l'en priasse, je pris encore le chemin de Flandres où l'on
jettoit cette année là une plus grosse Armée, que l'on n'avoit de
coutume.

Le Duc d'Anguien s'étoit raccommodé avec le Duc d'Orleans, & lui avoit
fait excuse de ce qui s'étoit passé. Ainsi ils paroissoient les
meilleurs amis du monde, quoi que dans le fonds il y eut de la jalousie
de part & d'autre. Le Duc d'Orleans ne voyoit qu'à regret que la
reputation de ce jeune Prince offusquât la sienne, & le Duc d'Anguien de
son côté n'étoit pas trop content que le rang que l'autre tenoit au
dessus de lui, l'obligeât à lui rendre des defferences auxquelles son
esprit avoit peine à s'accoutumer. Comme il étoit hautain naturellement
& disposé à croire que toutes choses devoient se régler par le merite,
il présumoit tout du sien, pendant qu'il ne rendoit pas toûjours justice
aux autres. Ceux qui approchoient de plus près de sa personne
l'entretenoient encore dans cette humeur; tellement que n'en étant que
plus suspect par-là au Duc d'Orleans, il obtint de la Cour que ce Jeune
Prince serviroit sous lui, afin de lui donner quelque mortification. Le
Duc d'Anguien en eut beaucoup effectivement, quand il sût la destinée
qu'on lui préparoit, & ne l'ayant pû éviter, quoiqu'il y employât tout
son credit, & celui de son pere, ces deux Princes prirent le chemin de
Flandres pour y aller servir l'un de Général & l'autre de
Lieutenant-Général. Ils y trouverent de la besogne; les ennemis y
avoient repris Mardik, & comme ils voyoient bien que nous en voulions à
Dunquerke, ils avoient crû ne pouvoir mieux empêcher la prise de cette
place qu'en reprenant celle-là.

Le Cardinal qui songeoit à faire sa bourse préférablement à tout le
reste, mais qui pour amuser les François faisoit semblant d'avoir les
plus beaux desseins du monde, s'avisa pendant qu'on méditoit de grandes
choses de ce côté-là d'entreprendre la Conquête d'Orbitelle. Cette place
qui est en Italie ne nous accommodoit nullement. Quoi qu'il en soit
l'entreprise ne réüssit pas, & comme on commençoit déja à n'être pas
trop content de lui, ce fut un nouveau sujet de lui vouloir encore du
mal. Ses ennemis publierent qu'il ne s'y étoit porté, que par ses
intérêts particuliers; que sans cela il n'eut jamais rien entrepris si
loin, puis qu'il étoit tout visible que nous n'avions que faire de
Conquêtes en ce païs-là, pendant que nous en avions à nôtre porte qui
nous accommodoient bien davantage. Pour faire cesser ces bruits qui
nuisoient à sa réputation & pour faire parler plus avantageusement de
lui, il mena le Roi sur la Frontiere de Flandres. Il avoit ôté les
femmes à ce jeune Prince entre les mains de qui il avoit été jusques-là:
il lui avoit donné à la place le Marquis de Villeroy en qualité de
Gouverneur. Ce choix avoit fait bien des jaloux à la Cour, parce que ce
Marquis n'étoit pas des plus anciennes Noblesses de France; Mais comme
c'étoit un homme tout devoué à la faveur, & qui faisoit profession de
faire tout ce que vouloient les Ministres, son Eminence avoit crû le
devoir preferer à tous les autres, parce qu'il étoit bien plus soeur
d'en être le maître que de quantité d'autres qu'il y avoit. Au reste
pour le rendre plus digne d'un si grand honneur, il avoit été envoyé peu
de tems auparavant commander devant la Motthe, Chateau scitué en
Lorraine, qu'un certain Gouverneur avoit promis de deffendre jusques au
dernier soupir. Il s'y étoit renfermé avec un tas de braves gens, mais
grands voleurs, & qui desoloient tout le païs à plus de vingt lieuës à
la ronde. Ils y avoient déja fait perir un Italien nommé Magalotti
parent du Cardinal que son Eminence y avoit envoyé pour le rendre digne
du bâton de Marêchal de France qu'elle lui preparoit, s'il eut pû
survivre à cette Conquête. Ce fut dans le même dessein qu'elle y envoya
aussi le Marquis de Villeroy, afin que non-seulement il en fut plus
soumis à ses volontez, par ce bien-fait, mais encore qu'on eut moins de
jalousie, quand on le verroit revêtu de cette dignité. Il savoit que
l'honneur qu'on lui auroit fait de l'appeller au Gouvernement de la
personne de Sa Majesté feroit parler bien du monde, & que le petit fils
d'un homme qui avoue dans ses memoires que son fils n'étoit pas d'assez
grande qualité pour aller en Ambassade à Rome, ne le paroîtroit pas non
plus pour occuper un poste comme celui-là. Mais il en arriva tout
autrement qu'il ne pensoit. Comme on ne sauroit plaire à tout le monde,
les ennemis que pouvoit avoir ce nouveau Marêchal trouverent qu'il
meritoit l'un tout aussi peu que l'autre. Il les laissa dire, & le
Cardinal s'étant arrêté à Amiens avec le Roi, il donna ordre au Marêchal
de la Meilleraie d'aller reparer l'affront que les troupes du Roi
avoient reçû devant Orbitelle, par la prise de Portolongone, & de
Piombine. Il avoit dessein, à ce qu'on l'accusa depuis, de se former une
Souveraineté de ce côté-là, afin que, si comme il avoit sujet de le
craindre, le nombre de ses ennemis venoit à croitre en France, il s'y
put sauver & se consoler de sa mauvaise fortune.

J'avois suivi le Roi à Amiens, d'où je n'étois pas encore parti pour me
rendre à l'Armée du Duc d'Orleans, ou je devois aller servir, quand son
Eminence demanda à Mr. de Treville de lui donner deux Mousquetaires qui
fussent Gentilshommes, & qui n'eussent que la cape & l'épée, afin qu'ils
lui eussent l'obligation de leur fortune. Mr de Treville qui avoit
toûjours de la bonté pour moi, me choisit sans hesiter pour me presenter
à lui, & étant un peu plus retenu sur le choix de l'autre, il tomba à la
fin sur Besmaux qui étoit entré quelque tems après moi dans les
Mousquetaires. Nous crûmes tous deux nôtre fortune faite quand nous nous
vîmes ainsi appellez si heureusement auprès du Ministre. Chacun qui eut
été à nôtre place l'eut crû aussi-bien que nous, mais comme il y avoit
bien à dire qu'il fut aussi-bien faisant que l'avoit été le Cardinal de
Richelieu, nous languîmes long-tems devant que de voir réüssir nos
esperances. Bien loin de nous faire le bien que nous prétendions, tout
ce que la nouvelle qualité que nous eumes de ses Gentilshommes nous
procura fut qu'il nous employa à des courses pour récompense desquelles
il nous fit donner des ordonnances tantôt de cinq cent écus tantôt de
cent pistoles & tantôt de moins. Or comme il y en faloit depenser une
bonne partie, ce qui nous en restoit étoit si peu de chose, que nous
sentions toûjours ce que nous étions. Je veux dire par-là que si nous
avions des bas non n'avions pas de souliers, principalement Besmaux qui
n'avoit pas trouvé la même ressource que moi dans le jeu, & qui ne
m'avoit pas encore rendu l'argent que je lui avois prêté.

Cependant je devins bien-tôt tout aussi miserable que lui, la fortune me
tourna le dos tout d'un coup, & je commençai à perdre tout ce que
j'avois, ainsi comme je me voyois déchu de mes prétentions par l'avarice
de mon nouveau maître, il arriva que lors que je croyois devoir être le
mieux, ce fut justement lors que je me trouvai le plus mal. Je fus
bien-tôt denué de toutes choses par les pertes que j'entassai les unes
sur les autres, & comme un joueur tel que je l'étois devenu par
accident, quoi que je ne l'eusse jamais été d'inclination, croit
toûjours reparer les brêches qu'il a faites, je m'enfoncai d'autant plus
dans le bourbier, que je fis plus d'effort pour en sortir. Cela me
rendit sage à la fin, & considerant que Dieu m'ayant suscité ce secours
dans le temps que je n'avois rien, il lui plaisoit de me le refuser
maintenant que je devois avoir quelque ressource, je fis dessein de ne
plus jouer du tout. Ainsi quoi que l'on dise ordinairement que qui a
joué jouera, & que l'on croye ce Proverbe infaillible, je fis voir
bientôt par ma conduite qu'il n'y a point de regle sans exception. S'il
m'arriva de jouer d'avantage ce ne fut rien en comparaison de ce que
j'avois joué auparavant, & ayant gagné cela sur moi que de me rendre
maître de ma conduite, la fortune fut obligée malgré elle de me donner
du relâche de ce côté là. Elle me suscita cependant un autre malheur qui
me fut bien aussi sensible; quoi qu'il ne me jettât pas dans la
nécessité. La Dame que j'avois avertie de sa beveuë l'ayant été trop
tard pour en faire son profit, l'autre avertit son mari de nôtre
Commerce quelque tems après que je fus parti de Paris. Il fut sensible à
cet affront, comme chacun à coutume de l'être dans une pareille
rencontre. Il y prit donc feu tout aussi-tôt, & n'ayant point douté de
la chose aux preuves qu'elle tâchoit de lui en donner, il résolut de
s'en venger ou d'en mourir en la peine. Par malheur pour nous il surprit
encore deux lettres que nous nous écrivions, tellement que perdant
patience après cela, il envoya à Amiens un homme pour m'assassiner. Il y
arriva deux jours après que j'en étois parti par l'ordre de Mr. le
Cardinal, qui m'avoit envoyé vers le Marêchal du Plessis. Il étoit en
Italie, & il lui ordonnoit de passer en Provence pour s'y embarquer avec
le Marêchal de la Meilleraie.

Ce contre-tems empêcha cet assasin de pouvoir executer son coup, & ne
sachant où me prendre, parce que son Eminence tenoit mon message secret,
il s'en retourna à Paris où il dit à celui qui l'avoit envoyé la raison
pour laquelle il s'en revenoit sans rien faire. Mon jaloux écrivit à la
Cour à quelqu'un de ses amis pour savoir ce que j'étois devenu; mais nul
ne lui en pouvant rien dire, il ne voulut pas faire éclater son
ressentiment contre sa femme, de peur de manquer ce qu'il projettoit
contre moi. Il se donna patience jusques à ce que je fusse revenu, &
n'ayant gueres tardé à mon voyage, je ne fus pas plûtôt de retour à
Amiens qu'il en fut averti par ceux à qui il avoit écrit. Il y depêcha
en même tems le même homme qui m'y avoit déja manqué, & celui-ci m'y
ayant encore manqué cette fois là, parce que son Eminence ne me vit pas
plûtôt de retour qu'il me renvoya devant Courtray pour porter quelques
ordres au Duc d'Orleans, il me suivit devant cette place, parce qu'il
savoit bien que j'y étois allé. Le Comte Delpont, Savoyard de Nation, y
commandoit, & comme c'étoit un homme intelligent dans l'attaque & dans
la deffense des places, il avoit demandé à cor & à cri au Gouverneur des
Païs-Bas, de lui envoyer des munitions de guerre & de bouche dont il
manquoit. Ce Gouverneur qui ne croyoit pas qu'on dût attaquer cette
place, parce qu'elle étoit bien avant dans le païs, prit ses précautions
pour des allarmes, & lui ayant fait réponse de ne se point inquieter, &
qu'on ne songeoit point à lui, Delpont n'en fut point content, & lui
recrivit, que quoi qu'il déferat toutes choses à ses conseils, & qu'il
reverât ses ordres, il lui permettroit de lui dire ou qu'il étoit mal
servi par ses espions, ou qu'il ne prenoit pas garde aux mouvemens de
ses ennemis; qu'il étoit aisé de connoître leur dessein par leurs
demarches, & qu'il faloit qu'il eut bien perdu son tems à la guerre,
s'il s'abusoit dans la pensée qu'il avoit que sa place seroit attaquée
avant qu'il fut peu.

Comme il suffit d'avoir du merite pour se faire des ennemis & des
jaloux, Delpont qui en avoit auprès du Gouverneur ne manqua pas d'y être
raillé, comme un homme susceptible de terreur panique. Quelqu'un de ses
amis le lui ayant mandé, & qu'on le faisoit passer pour un visionnaire,
il se contenta de recrire encore une fois à ce Gouverneur, afin qu'il ne
put lui imputer d'avoir manqué à son devoir pour écouter un peu trop son
ressentiment; mais sa lettre ayant été tout aussi mal reçûë que l'avoit
été la premiere, il s'en tint là, & ne dit plus rien, il fut assiegé
cependant, & l'experience ayant fait voir à ses ennemis qu'il en savoit
plus qu'eux tous, ils furent bien confus d'avoir tant parlé mal à
propos. Comme il n'y a rien capable d'abatre un brave homme, le mauvais
état de cette place ne fit point perdre courage à celui ci. Il donna le
tems au Général de l'Armée d'Espagne de se preparer à le secourir, & ce
général s'étant aproché de nos lignes les reconnut, & fit tout ce que
l'on fait ordinairement quand on a dessein de ne pas laisser prendre une
place sans coup ferir.

Les choses étoient en cet état quand j'arrivai à nôtre camp, & le
Cardinal ne m'ayant point recommandé de faire diligence, je crus que
j'aurois mauvaise grace de revenir si-tôt auprès de lui, maintenant que
l'on étoit à la veille d'une bataille. Je me mêlai même avec quelques
volontaires qui demanderent permission au Duc d'Orleans d'aller
reconnoître les ennemis. Par ce moien nous les attirâmes hors de leur
Camp en les provoquant de venir faire le coup de pistolet. Nous nous
engageâmes ainsi dans une espece de combat, qui eut été plus loin que
nôtre Général n'eut voulu s'il n'eut pris soin de retenir nôtre ardeur.
Comme c'étoit à lui à attendre qu'on le vint attaquer, il fit sonner la
retraitte, en quoi il se montra beaucoup plus sage que nous. Nous nous
retirâmes suivant ses ordres, & ayant été fort exact après cela à ne pas
permettre que ni volontaire ni autres fissent une semblable chose que
celle que nous venions de faire, nous les attendîmes de pied ferme,
quand ils voudroient venir à nous. Leur Général n'osa l'entreprendre,
tant qu'il demeura maître de sa raison; mais l'ayant perduë dans une
débauche qu'il fit avec ses principaux Officiers, parmi lesquels il y
avoit quelques Allemans, qui ne voyoient rien au dessus de leur courage
quand ils avoient une fois quatre verres de vin dans la tête plus qu'il
ne falloit, il permit qu'ils vinssent nous attaquer lors que nous n'y
pensions presque plus. Il parut bien du côté qu'ils firent éclater cette
entreprise qu'ils y faisoient entrer plus de chaleur que raisonnement;
car ils vinrent droit au quartier du Marêchal de Gassion, qui étoit un
homme aussi vigilant qu'il savoit bien se deffendre. Encore passe s'ils
fussent venus à celui du Marêchal de Rantzau, qui avoit cela de commun
avec eux qu'à quelque heure qu'on le put prendre on ne le trouvoit
guéres à jeun. Ils eussent pû esperer du moins qu'étant but à but de ce
côté-là, il n'y eut plus eu que la fortune qui eut decidé du reste; mais
en s'addressant à Gassion, ils trouverent un homme qui ne pouvoit jamais
être surpris, & qui les repoussa aussi de telle sorte, que tout hardis
que le vin les rendoit, ils ne tarderent gueres à prendre la fuite.

Ayant si mal réüssi dans leur entreprise, ils en firent une autre du
côté du Marêchal de Rantzau, qui parut toute aussi éloignée de la raison
que l'avoit été celle-là. Comme il avoit fortifié son quartier par des
redoutes qu'il avoit élevées de distance en distance, ils furent à lui
par tranchées. C'étoit le moyen justement de le faire precautionner, &
de l'empêcher de boire. Mais soit qu'ils eussent oui dire, comme il
étoit vrai, que quand il avoit bu, il n'en frapoit que mieux, pourvû
qu'il n'eut pas bu par excès, ou qu'ils crussent qu'ils viendroient à
bout de leur dessein plus facilement par-là, que par tout le reste, ils
employerent beaucoup de tems à cette tranchée sans en receuillir aucun
fruit. Rantzau dont on renforça le quartier, fit de frequentes sorties
sur eux, & si les assiegez en eussent fait autant sur nous & avec autant
de succès, ils eussent éloigné la perte de leur place beaucoup mieux que
par tout ce qu'ils firent. Mais le peu de monde qu'avoit le Comte
Delpont le mettant hors d'état de rien entreprendre, il fut obligé de se
contenter de se deffendre selon ses forces & d'être spectateur de ce qui
se passoit au quartier Rantzau. Il n'en espera neanmoins rien de bon,
voiant que dans toutes les sorties que ce Marêchal faisoit il étoit bien
rare qu'il n'y eut de l'avantage. Il jugea que c'étoit un prejugé de ce
qui devoit arriver, & ne se trompa pas: ils furent obligez d'abandonner
leur dessein, après l'avoir poursuivi pendant quelque tems. Le Duc
d'Orleans proffita de la consternation que cela devoit jetter dans
l'esprit des assiegez. Il les fit sommer de se rendre; mais le
Gouverneur dont le courage ne s'affoiblissoit point au milieu des
malheureux évenemens qui arrivoient à son parti, ne croyant pas qu'il y
eut de l'honneur à lui à la faire, tant qu'il verroit une armée préte à
le secourir, il attendit qu'elle se fut retirée pour entendre à une
capitulation; mais il ne l'eut pas plutôt perdu ce vûë, qu'il crut à
propos de ne pas attendre davantage & se rendit.

Deux jours devant que cela arivat l'homme qui avoit été envoyé pour
m'assassiner, & qui sans que je m'en apperçusse me suivoit à vue depuis
qu'il m'avoit trouvé, etant venu à la tranchée ou j'étois, receut un
coup ce Mousquet, lorsqu'il ne cherchoit que l'occasion de faire le
sien. Le coup étoit mortel, & lui ayant été annoncé qu'il faloit se
preparer à la mort, il demanda à me parler, & m'avoua en secret à quel
dessein & de quelle part il étoit venu là. Il me dit en même tems de
prendre garde à moi, parce que celui qui l'avoit envoyé étoit si rempli
de ressentiment qu'il avoit bien la mine de n'en pas demeurer là. Je
profitai de l'avis, & me tins sur mes gardes. Cependant croyant être
obligé d'en avertir la Dame qui étoit cause de tout ce fracas, afin
qu'elle prit ses precautions aussi-bien que moi, je lui envoyai une
lettre par mon valet de chambre, que je depêchois à Paris pour quelque
argent, que j'y avois prêté lors que j'avois gagné les neuf cent
pistoles, dont j'ai parlé tantôt. Il la lui rendit en main propre, &
sans que son Mari en eut connoissance, parce que je lui avois dit avant
que de le faire partir, comment il s'y prendroit pour cela. Elle fut
bien surprise quand elle vit ce qu'elle contenoit, & se doutant bien que
s'il en venoit là contre moi, il y avoit bien de l'apparence qu'il ne la
ménageroit pas davantage, elle resolut de la prevenir. Elle gaigna un
Apotiquaire qui moyennant cinquante pistoles lui donna une dose de
poison; elle le lui fit prendre adroitement, & comme ce poison ne devoit
faire son effet que peu à peu, son mari qui avoit d'étranges desseins
contr'elle & contre moi eut le tems de songer à sa vengeance. Il chercha
un autre assassin pour m'envoyer en l'autre monde, pendant que ne se
pouvant resoudre à la traiter si cruellement: après l'amitié qu'il avoit
eu pour elle, il fit dessein de l'envoyer en Religion. Comme il étoit
prudent il fut quelque tems devant que de fixer son choix sur l'homme
qu'il cherchoit à mon égard. Pour ce qui est d'elle comme il croyoit
pareillement que le moins d'éclat qu'il pouroit faire ne seroit que le
mieux, il l'envoya chez son pere, qu'elle avoit encore, & qui étoit un
Gentilhomme de distinction de la Province de Normandie. Il feignit
d'avoir reçû des lettres de ce païs-là, qui lui aprenoient qu'il se
portoit mal; il lui dit qu'il etoit necessaire qu'elle y fut faire un
tour, afin que s'il venoit à mourir elle eut l'oeil qu'une autre fille
qu'il avoit pour tous enfans, & qui etoit mariée à un homme de qualité
de la Province ne mit pas la main, à son préjudice, à sa succession.

La Dame le crut de bonne foi, & comme elle ne l'aimoit pas trop, & que
quand on a de tels sentimens pour un mari, on ne demande pas mieux que
d'en être éloignée, elle partit non-seulement sans répugnance; mais
encore avec beaucoup de joye. Elle crut que tant qu'elle seroit chez son
Pere, ou chez ses Parens, elle n'avoit rien à en craindre; mais en y
arrivant elle y trouva un grand sujet de mortification, au lieu d'y voir
son pere ou mort ou moribond comme elle s'y attendoit, elle le vit se
portant bien, & n'ayant nulle envie de mourir. Elle en eut eu sans doute
beaucoup de joye, si ce n'est qu'elle reconnut à son abord, qu'il
n'étoit pas tout à fait bien intentionné pour elle. Il lui sembla même
qu'il la menaçoit déja par ses regards, en quoi elle ne se trompoit pas
trop. Il avoit reçû une lettre de son mari, par laquelle après l'avoir
averti de sa petite vie, il la finissoit en le priant de l'en deffaire
tout au plûtôt, de peur de succomber à la tentation qu'il avoit
quelquefois de lui faire un méchant parti. Le bon homme qui entendoit à
demi mot, lui eut bien caché son chagrin, s'il eut été aussi dissimulé
que le sont d'ordinaire les gens de sa nation; mais ayant cela de
particulier en lui qu'il ne leur ressembloit pas à cet égard, il ne lui
fit pas non-seulement mauvaise mine, mais il lui en dit encore le sujet.
La Dame fut bien surprise à ces reproches. Cependant ne sachant que lui
dire pour s'excuser, parce que son mari en lui écrivant lui avoit aussi
envoyé les deux lettres qu'il avoit interceptées, elle baissa les yeux
qu'elle n'eut pas levez si-tôt de terre, si ce n'est que ce Gentilhomme
après avoir paru assez moderé dans son ressentiment, s'emporta de telle
sorte qu'elle eut peur qu'il n'en vint à d'étranges extremitez. Ainsi
croyant que quelque méchante excuse qu'elle lui put donner, elle
vaudroit toûjours mieux que rien, elle lui répondit que s'il vouloit se
donner la patience de l'entendre, peut-être ne la trouveroit-il pas si
coupable qu'il pretendoit: qu'il se devoit souvenir que quand il l'avoit
mariée à son mari c'avoit été contre son gré, qu'elle l'avoit conjuré de
lui en donner un autre, parce qu'elle sentoit bien qu'elle ne le pouroit
jamais aimer; qu'il n'en avoit voulu rien faire, ce qui l'avoit obligée
de recourir aux larmes; mais que ses larmes n'ayant non plus operé que
ses prieres, elle étoit ainsi passé dans la maison d'un homme encore
plus desagréable par son humeur que par sa mine, quoi qu'elle ne fut pas
fort ragoutante pour une femme; que pour peu de delicatesse qu'elle put
avoir, cela suffisoit tout seul pour rebutter la plus vertueuse; qu'elle
n'avoit pû par ce moyen lui faire toutes les caresses qu'elle eut faites
à un autre; qu'il n'avoit pas été trop content; que cependant tout cela
se seroit peut-être raccommodé, s'il n'eut sçû je ne sais comment les
sentimens qu'elle avoit pour lui, dès qu'elle étoit fille; qu'il en
avoit été au desespoir, & que comme il n'étoit pas naturellement trop
raisonnable, il avoit pris sujet de là de l'accuser d'avoir quelque
galant; que même il n'en étoit pas demeuré aux reproches, qu'il étoit
bientôt passé aux extremitez, jusques à mettre plusieurs fois la main
sur elle, qu'elle n'avoit pas voulu s'en plaindre ni à lui ni à
personne, se flattant qu'à la longue il rentreroit en lui même, mais que
puis que sa jalousie le menoit encore si loin que de lui supposer des
amourettes, pour quelques lettres écrites innocemment, elle ne pouvoit
plus s'empêcher de lui découvrir son malheur.

Le bon homme qui ne croyoit pas tout ce qu'on lui disoit, &
principalement quand cela venoit d'une femme contre qui les soupçons
étoient aussi forts qu'ils l'étoient contr'elle, il lui répondit que si
ce qu'elle disoit étoit vrai, cela rendoit sa faute plus legere, quoi
que cela ne l'excusât pas entierement; qu'un mari avoit tort d'en venir
jamais là, pour quelque raison que ce pût être, mais que c'étoit encore
bien pis d'une femme qui pour avoir le plaisir de s'en venger se portoit
aux choses dont elle étoit accusée. Elle voulut encore lui dire que ce
n'étoit qu'un jaloux, & qui ne meritoit pas qu'on ajoutât foi à ses
paroles: Il lui repartit qu'il desiroit pour l'amour d'elle, & pour
l'amour de lui-même qu'elle dit vrai; mais que comme c'étoit une chose à
éclaircir avant que de la croire il alloit toûjours la mener dans un
couvent. Il commanda en même tems de mettre les chevaux au carosse, &
l'ayant conduite à Roüen il l'y laissa entre les mains d'une Abbesse qui
étoit de set parentes. Elle souffrit qu'on l'y menât sans se laisser
faire aucune violence, parce qu'elle se flattoit que sa captivité ne
seroit pas de longue durée; elle savoit qu'elle avoit mis son mari dans
un état à ne pas vivre encore long-tems, ainsi elle contoit que lui
mort, elle seroit sa maîtresse sans être tenuë de reconnoître la
domination de personne.

Quand elle fut là, elle y fit la devote, si bien que l'Abbesse s'y
laissant tromper elle manda à son pere qui lui avoit fait confidence de
son chagrin, afin qu'elle prit garde de plus près à sa conduite, que
tout ce qu'on lui avoit dit de sa fille avoit tout l'air de medisance,
qu'il n'y avoit point de personne ni plus sage ni plus modeste, & que
bien loin d'en être mécontent il devoit en être satisfait au dernier
point. Le pere ne l'en justifia pas davantage dans son esprit, pour
avoir bonne réputation auprès d'elle. Comme il savoit, que les femmes
qui veulent tromper les autres sont celles d'ordinaire qui s'efforcent
le plus de paroître vertueuses, il suspendit son sentiment, jusques à ce
qu'il sut faire un tour à Paris. Il étoit resolu de s'en éclaircir avec
son gendre à qui il avoit mandé le lieu où il avoit mis sa femme; afin
que s'il lui prenoit envie de la ravoir, il le put faire toutes fois &
quantes que bon lui sembleroit. Il savoit que c'est une démangeaison qui
prend souvent aux pauvres cocus, & que cocu pour cocu, ils aiment autant
l'être d'une femme que d'une Maîtresse qu'ils pouroient prendre. Mais
devant qu'il y put aller le boucon qu'avoit pris l'autre le faisant
tomber en langueur, il n'osa lui en parler, parce que le bruit couroit
dans le monde qu'il n'étoit malade que de chagrin. Il eut peur de
renouveller sa playe, principalement, parce qu'il penchoit plûtôt à
croire sa fille coupable qu'innocente.

Le mal de ce pauvre homme augmenta cependant tous les jours, & son beau
pere qui l'avoit toûjours trouvé de moment à autre en plus mauvais état,
comme il étoit impossible qu'il fut autrement, après ce qu'il avoit
pris, craignant que sa vûë ne lui fut desagréable partit, après lui
avoir souhaité une promte guerison. Il étoit bien éloigné de l'esperrer
de la maniere que les choses se passoient, ainsi se voyant decliner à
chaque moment, son Confesseur lui demanda s'il ne pardonnoit pas à sa
femme. Car il lui avoit dit à confesse dequoi il la soupçonnoit, & que
c'étoit ce qui le faisoit mourir. Il ne lui répondit ni ouï ni non, ce
qui obligeant le Confesseur de lui réiterer la même demande, jusques à
quatre fois, il lui fit à ce coup-là une réponse toute pareille à celle
qu'un Admiral de France fit un jour au sien sur une chose assez
semblable à celle-là. Cet Admiral n'avoit qu'une fille unique à qui un
Gentilhomme, qu'il avoit fait un enfant. L'engrosseur s'en étoit enfui
en Angleterre après son coup, non-seulement pour éviter la bâtonnade qui
ne lui pouvoit manquer après cela, mais encore la pendaison qui est
inévitable dans ces sortes de rencontres, ou tout du moins d'avoir le
col coupé. Aussi l'Admiral l'y avoit déjà fait condamner quand il tomba
malade dangereusement. Le Confesseur ne lui cacha pas l'état où il
étoit, & comme il étoit gaigné par les amis du Gentilhomme il demanda à
son penitent s'il vouloit porter sa vengeance jusques en l'autre monde?
que Dieu vouloit qu'il pardonnât & que s'il ne pardonnoit il ne voudroit
pas être à sa place. L'Admiral lui répondit qu'il lui demandoit là une
chose bien difficile, mais que puis qu'on ne pouvoit se sauver que par
là, il pardonnoit à lui & à sa fille s'il venoit à mourir. Le Confesseur
lui repartit que cela ne suffisoit pas, & que soit qu'il mourut ou qu'il
guerit il faloit le faire; mais l'autre lui répondit que ce qui étoit
dit étoit dit, & qu'il n'avoit que faire d'en attendre davantage. Il
mourut effectivement sans y vouloir ni ajouter ni diminuer, & comme
c'étoit assez pour procurer le repos de ces deux amans, l'engrosseur
revint d'abord qu'il eut les yeux fermez, & épousa sa Maîtresse. Ils ont
été la tige de quantité de cordons bleus, & d'autres personnes de grande
consideration, quoi que le mari ne fut qu'un petit Gentilhomme de
Provence, & même si petit, que quoi qu'il s'en trouve de si miserables
en Berri qu'ils labourent eux-mêmes leur charuë, je doute fort qu'il ne
le fut encore davantage, qu'ils le sauroient être.

Au reste le mari de ma Maîtresse n'ayant fait à son Confesseur qu'une
réponse conditionnelle ainsi que l'Admiral avoit fait au sien, il s'en
alla de même en l'autre monde sans vouloir y rien changer. La Dame
sortit du couvent tout aussi-tôt sans y vouloir demeurer davantage, &
son Pere crut y devoir donner son consentement sans se faire tirer
l'oreille, depeur qu'en resistant on ne fut persuadé dans le monde que
son gendre avoit eu raison de faire ce qu'il avoit fait. Quand elle fut
ainsi retournée à Paris je crus que rien ne m'empêchoit plus d'aller
chez elle, & j'y fus comme de coutume. J'y fus tout aussi-bien reçû en
apparence que je l'avois jamais été, mais lui ayant voulu demander les
mêmes faveurs qu'elle m'avoit faites auparavant, elle me dit franchement
que le tems n'en étoit plus, que si elle avoit été folle elle ne le
vouloit plus être; mais que si ces faveurs m'étoient cheres, elle me les
rendroit quand je voudrois, pourvû que je les voulussent meriter par un
mariage. Il y en eut eu beaucoup à ma place qui l'eussent pris au mot.
Jeune belle & riche comme elle étoit déja, & comme elle le devoit être
encore davantage après la mort de son pere, étoit plus qu'il n'en
falloit pour tenter un Gascon qui n'avoit que la cape & l'épée; mais
trouvant qu'il y avoit assez de cocus, sans en augmenter encore le
nombre, je demeurai si froid & si interdit à cette proposition, qu'il
lui fut impossible de le méconnoître. Elle m'en fit quantité de
reproches, & me dit que voila ce que c'étoit que d'obliger un ingrat.
J'eus la bouche ouverte pour lui répondre que si elle n'eut jamais
obligé que moi, peut-être ni eusse-je pas pris garde de si près, mais
faisant reflexion que je la desobligerois plus par cette parole, que par
quelque méchante excuse que je pusse trouver, je lui répondis que
j'accepterois de bon coeur l'honneur qu'elle me voudroit faire si ce
n'est que j'avois tant d'aversion pour le mariage, que j'avois peur de
la rendre malheureuse, aussi-bien que moi. Elle entendit bien ce que
cela vouloit dire, dont me sachant très mauvais gré, elle chercha un
autre Marchand, puis que je ne voulois pas être le sien. Elle n'en
manqua pas à Paris où les cornes ne font pas de peur à quantité de gens,
pourvû qu'elles se trouvent dorées. Le Chevalier de... Cadet de bonne
maison, mais qui n'avoit pour toutes choses qu'une pension assez modique
que son frere ainé lui faisoit, se mit sur les rangs & l'emporta. Je ne
lui enviai point sa fortune, puis qu'il n'avoit tenu qu'à moi de
l'avoir, mais comme j'eusse été bien aise d'en faire ma Maîtresse, je me
presentai devant elle, quand ils furent mariez pour voir si elle seroit
d'humeur de me traiter comme elle avoit fait, du vivant de son premier
mari. Le Chevalier dans l'esprit de qui elle ne passoit pas pour une
Vestale, & qui avoit peur de sa foiblesse, crut qu'il m'en devoit parler
plûtôt qu'à elle. Il me dit sans autre compliment que chacun étoit le
maître chez soi, & qu'il ne trouvoit pas bon que j'y revinsse davantage.
Je n'eus rien à dire à cela, & étant obligé de faire ce qu'il disoit, je
me serois beaucoup ennuyé si Paris ne m'eût fourni mille autres
Maîtresses qui me consolerent bien-tôt de celle là. En effet je ne fus
pas long-tems sans en trouver une, non pas à la verité aussi belle
qu'étoit la femme du Chevalier, mais qui en recompense étoit encore bien
plus riche. Le compliment qu'elle me fit d'abord que nous fumes bons
amis, fut extrémement de mon goût. Elle me dit que quand on étoit bien
ensemble, il falloit que tout fut commun; qu'ainsi je pouvois mettre la
main dans son Cabinet quand j'aurois besoin de quelque chose, & qu'elle
n'y trouveroit jamais à redire.

Son mari étoit President, & ils ne vivoient pas trop bien ensemble, sans
qu'ils s'en souciassent trop ni l'un ni l'autre. C'étoit lui qui étoit
cause de leur desordre. Au lieu, dans les commencemens de vivre avec
elle comme il devoit, il avoit debuté d'abord par mille amourettes. Elle
s'en étoit trouvée toute scandalisée, & lui en avoit dit son sentiment;
mais comme il ne la vouloit pas mettre sur le pied de le controller,
quand bon lui sembleroit, il lui dit qu'il ne se plaisoit nullement à
ses corrections, & qu'il la prioit de s'en deffaire. Ce compliment avoit
bien plus l'air d'un commandement que d'une priere, & comme un mari
n'aime point que sa femme le controlle, & qu'une femme aussi n'aime
point de se voir méprisée par son mari, celle-ci se trouva si outrée de
sa conduite & de sa réponse, qu'elle résolut de lui ôter son coeur. Le
procedé qu'il continua de tenir avec elle la convia bien-tôt à éxecuter
sa résolution. Il eut toûjours un nombre infini de Maîtresses, & comme
dans peu de tems l'on mange beaucoup de bien à un métier comme celui là,
il n'y eut Personne qui ne conseillât à la Presidente de se faire
separer de biens d'avec lui. Ses parens l'en presserent même avec
beaucoup de chaleur, & comme elle ne pouvoit pas trop considerer son
époux de la maniere qu'il en usoit avec elle, elle y donna les mains
sans se mettre beaucoup en peine de la confusion que cela lui alloit
donner dans le monde.

Le President se servit de toute son authorité pour empêcher que le
Châtelet n'ajugeat à sa femme ce qu'elle demandoit. Cela traina
l'affaire en longueur, mais enfin comme la dissipation dont elle
l'accusoit étoit manifeste, & qu'il y a des regles dans la justice que
l'on ne sauroit passer, sans se rendre coupable de prevarication, ce
tribunal alloit prononcer contre lui quand il s'avisa d'un tour de
chicanne pour reculer sa condamnation. Il lui fit un incident sur ce que
le Lieutenant civil étoit de ses parens, & l'ayant attirée par là au
Conseil, il y demanda d'autres juges. Le Conseil où il avoit des amis
aussi-bien que dans les autres tribunaux ne voulut pas juger l'affaire
si-tôt, pour donner le tems à sa femme de se raccommoder avec lui & à
leurs amis communs d'y travailler. Ce President y fit tout son possible,
mais comme l'amitié qu'elle avoit euë pour lui au commencement s'étoit
non-seulement évanoui, mais qu'il y avoit encore succedé beaucoup de
haine, elle ne voulut jamais écouter ni aucune des propositions qu'il
lui fit, ni aucune de celles qu'il fit faire par ses parens, & par ses
amis. Comme il vit cela, & que quelque credit qu'il eut au Conseil il y
seroit bientôt debouté de ses demandes, il lui fit une autre chicanne
qui suffisoit toute seule pour la perdre dans son esprit, quand même il
n'y eut pas déja été assez perdu. Il trouva deux ou trois faux témoins
qui lui promirent de desposer comment ils l'avoient veuë entrer dans le
carosse d'un homme, ses coeffes baissées, & comme une femme qui ne
vouloit pas être connuë, pour couvrir apparement le mal qu'elle alloit
faire. Ces faux temoins lui promirent aussi de dire que le Carosse avoit
été ensuite du côté du Bois de Boulogne, & que s'étant arrêté dans le
Village qui porte ce nom là, elle y étoit descenduë & entrée dans une
Hostellerie où elle avoit demeuré deux ou trois heures tête à tête avec
celui qui étoit dans le Carosse avec elle.

Cette accusation étoit grave, & comme il y alloit de l'honneur & de la
reputation de la Dame, elle ne servit qu'à éloigner encore son coeur de
son mari. Cependant comme ce n'étoit qu'une medisance, & qu'elle en
vouloit avoir reparation à quelque prix que ce fut; elle entreprit les
témoins, & les convainquit de fausseté. Il se trouva par bonheur pour
elle que le même jour qu'ils l'accusoient de ce rendez-vous elle avoit
été enfermée toute l'après dinée dans un Couvent, ainsi toutes les
religieuses deposant en sa faveur, son innocence, que son mari voulait
opprimer pour se delivrer du procès qu'elle lui faisoit, fut reconnuë
generalement de tout le monde.

Le cours de cette affaire ayant interrompu l'autre, elle recommença à
poursuivre la premiere avec toute la chaleur que demandait l'affront
qu'il lui avoit voulu faire. Elle vint à bout de ce qu'elle desiroit, &
le Conseil ayant debouté le President de sa requête, le Chatelet lui
adjugea après cela tout ce qu'elle desiroit. Elle fut separée de biens
d'avec lui: & fut toute prête en même tems de le poursuivre en
separation de corps, sur ce qu'il l'avoit accusée d'adultere; mais ayant
consulté cette affaire avant que de s'y engager, & les Avocats lui ayant
dit qu'elle n'y réussiroit pas, parce qu'il n'avoit rien fait que sur le
temoignage dont il ne s'étoit pu deffendre, elle en demeura là, quoi que
dans son coeur, elle lui en voulut bien du mal. Il tâcha de l'adoucir
par une conduite plus réglée que celle qu'il avoit tenuë jusques là,
mais comme il ne faisoit rien que par contrainte, & que quand on est une
fois debauché, on revient bientôt à son premier train de vie, il lui
arriva une avanture fâcheuse, quoiqu'il crut d'abord que ce ne fut
qu'une galanterie. Il avoit une belle maison à quatre lieuës de Paris,
où il alloit souvent s'en donner à coeur joye avec ses Maîtresses. Or sa
femme se trouvant incommodée pendant quelques jours, il s'y en fut tout
seul & y donna rendez-vous à une de ses amies. Il l'y garda pendant deux
ou trois jours, & s'y étant bien diverti avec elle il la renvoya à la
Ville, pendant qu'il y demeura encore le reste la semaine avec elle.

Le voisinage de Paris lui ayant attiré bonne Compagnie pendant qu'il
étoit là, il y vint un de ses amis avec une Dame qu'il lui fit passer
pour une de ses cousines germaines. Il lui dit qu'elle étoit mariée à un
Gentilhomme de distinction de la Province de Bourgogne, & qu'un procès
qu'elle avoit au Parlement l'avoit attirée à Paris. Il en avoit une
effectivement qui étoit mariée en ce Pays-là, & qui y demeuroit
actuellement, mais elle étoit bien éloignée de ressembler à celle-ci.
Celle-ci étoit aussi peu cruelle que l'autre étoit sage: & ils avoient
choisi son ami & elle la maison du President pour y venir passer
quelques jours ensemble, croyant tous deux qu'il n'étoit pas homme à
prendre garde de si près à leurs affaires, & que quand même il y
prendrait garde, il n'étoit pas assez ennemi de nature pour se
scandaliser de ce qu'ils auroient fait servir sa maison à leurs
plaisirs. En effet il n'étoit pas grand formaliste là dessus. Cependant
s'étant douté qu'ils étoient bien ensemble, quoi qu'ils lui en fissent
mistere, il resolut de le découvrir de lui même sans qu'il lui fut
besoin de leur donner la question. Pour cet effet il les mit coucher
dans deux chambres qui étoient l'une auprès de l'autre, & qui avoient
communication ensemble. Il donna un lit d'ange à la Dame, qui au lieu
d'être sur une couche ordinaire, étoit au milieu de la chambre suspendu
par quatre coings. Il contoit que s'ils étoient bien ensemble l'homme
viendroit l'y trouver, & il batissoit là-dessus un dessein qui devoit
servir à l'eclaircissement de ce qu'il cherchoit.

Au reste après leur avoir fait fort bonne chere, l'heure de se coucher
étant venue, il les fit passer tous deux chacun dans leur appartement.
Ils furent ravis quand ils virent qu'ils étoient si près l'un de
l'autre, & sur tout quand après avoir regardé la porte de communication
qui y étoit, ils reconnurent que rien ne les empêcheroit de se visiter.
L'homme fut trouver la Dame comme le Président s'y étoit bien attendu, &
s'étant mis avec elle dans le lit, qui étoit en l'air, & qui ressembloit
plûtôt à une branloire qu'à un veritable lit, le President ne les crut
pas plûtôt endormis, qu'ils furent guindés au haut de la chambre par le
moien des cordons qui étoient dans des poulies attachées aux quatre
coins. Ils étoient si fatiguez soit du voiage qu'ils avoient fait de
Paris à cette maison, soit d'autre chose, qui ne se dit point, mais qui
se devine aisément, qu'ils ne se sentirent point enlever. Ils se
trouverent ainsi le lendemain matin bien étonnés quand ils se virent
tout au haut de la chambre. Elle avoit pour le moins quinze pieds
d'élevation, & ne pouvant sauter du haut en bas sans courre risque de se
rompre ou un bras ou une jambe, leur état leur parut tout aussi triste
que celui d'un homme qui se voit pris dans un piege, lors qu'il y pense
le moins. Ils demeurerent là jusques à midi que le President jugea à
propos de les aller relever de sentinelle. Il fit le surpris quand il
les vit couchez ensemble, & guindez si haut; mais enfin ayant converti
bien-tôt son feint étonnement en raillerie, il leur dit qu'il se fussent
épargnez cette confusion, s'ils eussent voulu: qu'ils n'avoient qu'à lui
avouer leur intrigue, & que comme il n'étoit pas scrupuleux, il se fut
fait un plaisir de leur rendre service. Il goguenarda beaucoup après
cela, & bien que la Dame ne fut pas sans confusion non plus que son ami,
ils feignirent d'entendre le mot pour rire; parce qu'ils ne pouvoient
rien faire de mieux. Cependant un secret sentiment leur en demeurant
gravé dans le coeur, ils ne furent pas plûtôt de retour à Paris que
l'homme resolut d'en prendre vengeance. Il rumina bien comment il s'y
devoit prendre pour l'assurer, & comme il ne voioit rien qui lui promit
un succès plus favorable qu'une pensée qui lui venoit, voici ce qu'il
fit incontinent pour la mettre à execution. Comme il se doutoit qu'en
apostant quelque jolie fille à ce magistrat, il donneroit tête baissée
dans le panneau, il en choisit une qui étoit toute aussi gâtée qu'elle
étoit belle. Il la fit venir chez lui avec une autre femme qui lui
ressembloit quant aux moeurs. Il les fit habiller en religieuses & donna
à celle qui ne se portoit pas bien & qui étoit la plus jolie tous les
ornemens qu'une Abbesse a coutume de porter, afin qu'on la reconnoisse
d'avec les autres.

Quand cela fut fait, il lui donnât aussi une carosse à six chevaux avec
des livrées grises. Ce carosse prit le chemin des eaux de Bourbon, sur
lequel étoit la maison du President. La fausse Abbesse à qui le mal
qu'elle avoit ne donnoit pas bonne couleur, s'étant arrêtée dans son
village sur les cinq heures après midi, sous prétexte qu'elle étoit si
incommodée qu'elle ne pouvoit passer outre, envoia une heure après
demander au President s'il trouveroit bon qu'elle se fut promener dans
son parc d'abord qu'elle se seroit reposée. L'on étoit alors au mois de
mai où les journées sont longues, & assez chaudes; & s'y en étant allée
sur les sept heures du soir après avoir sçû que le President le trouvoit
bon, non seulement, mais encore qu'il lui feroit voir lui-même tout ce
qu'il y avoit de beau dans sa maison, il vint au devant d'elle jusques à
la porte quand il sut qu'elle étoit arrivée. Il trouva qu'il ne lui
manquoit que le teint pour être une des plus belles personnes du monde,
l'attribuant à ce dont on a de coutume d'accuser les Dames, savoir
d'être amoureuses. La charité qu'il avoit naturellement pour le beau
sexe lui fit songer à lui offrir un remède que l'on fait passer pour
souverain dans ces sortes de maladies. Il ne lui voulut pas dire tout
d'un coup jusques où s'étendoit la bonne volonté qu'il avoit pour elle,
& étant bien aise de la prévenir auparavant en sa faveur, il n'y eut
sorte d'honnêteté qu'il ne lui fit, ni de douceur qu'il ne lui contât.
La feinte Abbesse feignoit de n'y être pas insensible, & lui faisant
accroire qu'elle n'avoit nulle inclination au couvent, lors que ses
parens l'avoient obligée de s'y jetter, il lui témoigna de son côté de
prendre grande part à la violence qui lui avoit été faite. Enfin
s'enflammant toûjours de plus en plus auprès d'elle, il lui debita
quantité de fleurettes qu'il ne crut pas perduës de la manière qu'elle
les receut. Elle le fit comme une femme qui n'eut pas sçû ce que c'étoit
que du monde, c'est à dire comme une innocente qui croyoit tout ce qu'on
lui disoit. Le President l'attribua à ce qu'elle avoit été enfermée dans
un couvent dés la bavette, de sorte que la croiant aussi neuve en amour
qu'elle y étoit vielle & usée, il se crut le plus heureux de tous les
hommes. Il se fit donc une bonne fortune de ce qu'un morceau comme
celui-là lui étoit reservé. Il s'abusoit bien dans sa pensée, aussi en
ayant tâté après quelques façons que fit la Dame pour mieux faire
valloir son jeu, il ne fut guerres à reconnoître qu'il lui eut vallu
presque autant prendre du poison que de taire ce qu'il avoit fait. Il
devient malade en peu de jours, & son teint étant devenu semblable
plûtôt à un mort qu'à un homme vivant, il fut obligé d'avouer en se
regardant dans un miroir, que s'il falloit se mocquer de ceux qui
avoient les pâles couleurs, il en étoit du nombre, aussi bien que sa
nouvelle amie.

La fausse Abbesse demeura chez lui quatre ou cinq jours, & ils n'y
eurent qu'une même table & un même lit. Elle en partit ensuitte pour
aller à son prétendu voiage, mais elle ne fut pas plûtôt à Corbeil qu'au
lieu de le continuer, elle y passa la rivière de Seine pour s'en
retourner à Paris. Celui qui l'en avoit fait sortir lui avoit promis
qu'en cas que son voyage fut heureux, il lui donneroit une bonne
recompense. Au reste elle étoit bien aise de lui aller dire qu'il
l'avoit été tout autant qu'il le desiroit, ou qu'elle se trompoit fort:
l'homme fut ravi de cette bonne nouvelle, & lui ayant donné dequoi la
bien contenter, elle quitta les habits qu'elle avoit auparavant. Le
President cependant sentit de grandes douleurs par tout le corps, &
comme il étoit bien éloigné de savoir ce que cela vouloit dire, il
s'approcha de sa femme aux heures qu'il avoit quelque relâche. Elle le
souffrit, quelque mal qu'ils fussent ensemble, soit qu'elle aimât encore
mieux cela que rien, ou que son Confesseur lui eut fait un scrupule, de
refuser le devoir à son mari. Ce ne fut pas neanmoins sans prendre part
au present qui lui avoit été fait, dont s'étant apperçûe encore plûtôt
que lui, elle lui dit des injures capables de faire perdre patience à
l'homme du monde le plus retenu. Il n'osa rien dire, parceque le mal
qu'il souffroit lui même lui faisoit apprehender d'être coupable. En
effet n'ayant guerres été à reconnoître que la feinte Abbesse étoit une
fausse pièce, il se jetta à ses pieds pour la supplier de lui pardonner.
Il lui conta même comment il avoit été attrapé, pretendant lui donner de
la compassion par la nouveauté du fait, ou tout du moins lui rendre son
excuse plus recevable. S'il eut bien fait il devoit au lieu d'avouer
ainsi la dette si franchement, rejetter sur elle même la cause de cette
maladie. La Dame aussi mourant de peur qu'il ne s'en avisât, fit
semblant de lui pardonner, afin qu'il ne fit point de difficulté une
autrefois de convenir de la chose tout de même qu'il venoit de faire. Il
se tint heureux dans son malheur; & ne feignant point de lui faire tout
de nouveau le recit de cette avanture, lors qu'il lui plut de remettre
cette affaire sur le tapis, il ne prit pas garde qu'elle avoit fait
cacher deux personnes à la ruelle de son lit, afin de déposer contre lui
quand il en seroit tems. Ayant été sa duppe, lorsqu'il y pensoit le
moins, elle le fit venir en justice où elle intenta instance en
separation de corps. Il voulut alors se dédire, de ce qu'il lui avoit
dit en secret: il croioit que personne ne le pouroit convaincre de
fausseté, puisqu'il ne dependoit que de sa bonne foi d'avouer ou denier
la dette; mais les deux témoins lui ayant été confrontés, il n'eut rien
à dire, sinon que sa femme étoit plus fine que lui. Elle obtint ainsi au
Châtelet la separation de corps, qu'elle demandoit, pendant que le
Parlement selon sa coutume ne crut pas devoir prononcer si vite. Il
voulut leur laisser le tems de faire reflexion à ce qu'ils alloient
faire, c'est pourquoi avant donné arrêt par lequel ils devoient avoir
six mois pour aviser s'ils se separoient ou non, ce terme ne fut pas
plûtôt expiré qu'elle recommença ses poursuites. Le Parlement ne put lui
refuser de confirmer la sentence du Châtelet, ainsi ayant été deffaite
d'un mari dont elle avoit si peu de lieu d'être contente, elle sec mit
chez un de ses parens qui étoit mon ami intime. Ce fut là où je ne
perdis pas mon temps auprès d'elle. Elle me fit du bien au deffaut de
Mr. le Cardinal qui ne m'en faisoit guerres non plus qu'à Besmaux, qui
avoit été par son ordre en Italie avec le Marêchal de la Meilleraie. Il
s'y fit donner un coup de pistolet au coin de l'oeil, ou du moins il fit
acroire qu'on le lui avoit donné. Ce n'étoit rien pourtant, & il ne lui
avoit pas fait plus de mal que si en se gratant il se fut égratigné avec
son ongle; mais de peur qu'on n'en perdit le souvenir, & afin que cela
rendit témoignage dans l'occasion qu'il auroit été à la guerre, il y
porta depuis une mouche, qu'il y conserve encore aujourd'hui fort
precieusement.

Je ne fus guerres à me faire aimer de la Dame, & comme elle n'avoit
jamais eu d'enfans avec son mari, elle se flatta que quelques faveurs
qu'elle me put accorder elle n'y courroit aucun risque. Je ne fus pas
faché qu'elle se deffit ainsi de la crainte qu'une autre eut pû avoir à
sa place, & vivant avec elle comme un mari, & une femme ont coutume de
faire ensemble, à la reserve que bien loin de faire les choses tambour
battant, nous ne les faisions qu'en cachette, elle devint grosse lors
qu'elle s'y attendoit le moins. Elle ne s'en apperçut pas plûtôt qu'elle
en fut au desespoir. Cependant comme c'étoit une chose faite, & où il
n'y avoit point de remede, elle eut recours à moi pour lui dire comment
elle s'y prendroit pour empêcher que cela ne vint à la connoissance de
son mari, & de ses parens. Je n'y trouvai point de meilleur expedient,
que de la faire aller dans un Couvent, lors qu'elle craindroit qu'il n'y
parut à sa ceinture. Elle me crut, & lui ayant donné une sage femme au
lieu d'une femme de chambre, afin que quand ce viendroit le tems de sa
couche elle en put tirer le secours qu'il lui falloit, il arriva que
lors que l'on avoit conduit toutes choses avec tant de jugement & de
secret, que cette affaire ne passoit pas sa femme de chambre, elle &
moi, tout le couvent en eut connoissance par un malheur auquel je ne
pouvois prévoir ni moi ni personne. Elle eut un des plus rudes
accouchemens qu'une femme puisse jamais avoir, de sorte que la sage
femme ne sachant à qui recourir, elle se vit dans la fatale nécessité ou
de la laisser mourrir entre ses bras sans secours ou d'en appeller de la
ville. Elle ne le pouvoit faire cependant sans en demander permission à
la Superieure, & comme il y alloit de la vie d'une femme, & de celle de
son enfant, elle n'en fit point de difficulté après y avoir bien fait
reflexion; qui fut bien surprise ce fut là Superieure, lors qu'elle
apprit que cette Dame étoit en travail. Elle assembla en même tems les
meres discrettes pour sçavoir comment elles auroient à se conduire dans
une occasion aussi delicatte que celle là; elles se trouverent toutes
aussi embarrassées qu'elles le pouvoient être à une nouvelle si
impreveuë. Celles qui avoient de la charité dirent pourtant, après y
avoir pensé meurement, qu'au hazard de tout ce qui en pouvoit arriver,
il falloit secourir la mére & l'enfant; mais les autres s'étant trouvées
d'un autre avis, le tems qu'elles mirent devant que de se pouvoir
accorder, fut cause que cette Dame expira dans les douleurs, plus aisées
à concevoir qu'à d'écrire. L'enfant lui demeura cependant dans le
ventre, & bien que la sage femme leur dit qu'en le lui ouvrant on
pourroit peut-être encore le sauver, elles ne voulurent jamais permettre
qu'il vint un Chirurgien, de peur que cela ne portât coup à la
réputation de leur couvent.

La Mort de cette Dame ayant fini nôtre intrigue, & m'en étant consolé
quelque tems après, parce qu'en ce monde les plus grandes afflictions
finissent aussi bien que celles qui ne sont pas si considerables, je
resolus de me marier pour n'être plus exposé à ce nombre infini
d'avantures qui m'arrivoient avec mes Maîtresses. Cette resolution
n'étoit pas difficile à prendre, principalement comme je la prenois. Je
voulois une jeune personne qui fut riche & passablement belle, si elle
ne l'étoit pas tout à fait, & comme cela ne se rencontre pas tous les
jours, sur tout quand on na ni bien ni établissement comme je n'en avois
aucun, je fus long tems à chercher sans pouvoir trouver ce que je
voulois. Enfin une Dame de robe chez qui j'allois tous les jours, & qui
étoit parente de Madame de Treville sachant mon dessein, ne dit qu'elle
sçavoit une jeune veuve qui étoit mon veritable ballot; qu'elle vouloit
me rendre ce service que de me mettre aux mains avec elle; que c'étoit à
moi à faire le reste; mais que s'il ne me manquoit encore que de parler
en ma faveur je pouvois conter qu'elle s'y employeroit de toutes ses
forces. Je fus ravi de cette promesse, & l'en ayant remerciée comme je
devois, je la priai de me donner le plûtôt qu'elle pourroit des marques
de sa bonne volonté. Je lui dis que si j'étois si pressé, c'est que la
campagne ne tarderoit gueres à revenir, & que comme j'étois sur le pied
d'être un des chevaux de poste de Mr. le Cardinal j'aprehendois que
quand je serois une fois embarqué avec la Dame, il ne rompit mes mesures
par quelque commission incommode. En effet Besmaux & moi faisions la
plûpart de ses messages, & cela ne nous plaisoit guerres, parce que ce
n'étoit pas de ces messages où il y a de l'honneur & du proffit, mais de
ceux où il n'y avoit que de la peine sans aucune utilité. Mais avant que
de m'engager plus avant dans cette affaire il faut que je dise quelque
chose de celles qui regarde l'Etat.

Après être revenu de devant Courtrai, & que le Duc d'Orleans eut quitté
l'armée ensuitte de quelques autres conquêtes, le Duc d'Anguien à qui le
commandement en étoit resté, avoit demandé permission d'assieger
Dunkerque. Cela avoit surpris toute la Cour, parce que la Campagne étoit
déja bien avancée, & qu'il sembloit n'y avoir pas assez de tems pour une
entreprise si considerable; d'ailleurs cette place avoit pour Gouverneur
un certain Marquis de Leide, homme fort entendu dans le metier de la
guerre, & qui prevoyant dès l'année precedente quand il avoit veu
assiéger Mardik, que nous ne faisions cette entreprise que pour nous
ouvrir le chemin pour aller à lui, s'étoit precautionné contre nos
desseins.

Le Cardinal remontra ces difficultez à St. Evremont que le Duc d'Anguien
avoit envoyé à la Cour pour obtenir la permission qu'il demandoit. Il
l'avoit choisi préférablement à beaucoup d'autres, pour lui donner cette
commission, parce que comme il avoit beaucoup d'esprit, il esperoit
qu'il répondroit pertinemment à toutes les objections qui lui seroient
faites. Il ne se trompoit pas, il applanit à ce Ministre toutes les
difficultez qu'il se formoit dans son esprit. Cependant voyant qu'il en
revenoit toûjours à sa timidité naturelle, qui le faisoit trembler au
milieu des ennemis les plus assurez, il lui demanda si Mr. le Duc
d'Anguien comblé de gloire comme il l'étoit, voudroit entreprendre
quelque chose au dessus de ses forces pour le faire craindre comme il
faisoit; s'il ne savoit pas qu'il y alloit de sa propre réputation
aussi-bien que de la gloire de l'Etat, d'où il devoit inferer qu'en
ayant toûjours été très jaloux, il n'étoit pas homme à s'engager
temerairement dans une folle entreprise. Le Cardinal lui objecta que ce
siége ne se pouvoit faire sans les Hollandois, & que n'y ayant point de
traité de fait avec eux, la saison s'en passeroit devant qu'il put être
conclu. S. Evremont lui repondit que le Duc y avoit pourvû, en envoiant
vers eux le Baron de Tourville son premier Gentilhomme de la chambre;
qu'il devoit negocier ce traité sous le bon plaisir de la Cour, afin que
si elle approuvoit ses desseins il n'y eut point de tems perdu. Le
Cardinal vit bien de la maniere que Saint Evremont lui parloit que ce
siége étoit resolu dans l'esprit du Duc, & comme il avoit beaucoup de
confiance en lui, il renvoya ce messager, avec ordre de lui dire que le
Roi le laissoit le Maitre de faire tout ce qu'il jugeroit à propos.

Il y avoit un peu de malice dans une si prompte condescendance. Ce
Ministre qui commençoit à vouloir regner tout seul ne voioit point,
comme j'ai déja dit de belle charge vacante, soit à la guerre soit à la
Cour, qu'il ne devorât des yeux pour ses neveux, & pour ses nieces,
qu'il avoit fait venir d'Italie. Au reste il y en avoit une des plus
grandes & des plus considerables qui vaqnoit depuis quelques mois;
c'étoit celle d'Admirale de France dont le Duc de Bresé frere de la
Duchesse d'Anguin étoit revétu avant sa mort. Il avoit été tué d'un coup
de canon sur les côtes d'Italie, où il commandoit nôtre armée Navale,
pour favoriser l'entreprise que le Cardinal avoit fait sur les deux
places dont il a été parle ci-devant. Elle lui avoit mieux réussi que
celle d'Orbitelle; les Maréchaux de Meilleraie & du Plessis les avoient
emportées, & comme la Campagne de Flandres n'avoit pas été moins
heureuse, il ne pretendoit pas moins pour les services qu'il croioit y
avoir rendus que d'avoir cette grande charge. Il la destinoit au Duc de
Mercoeur fils ainé du Duc de Vendôme, à qui il vouloit donner une de ses
nieces, mais il trouvoit de la difficulté de la part du Prince de Condé
& du Duc d'Anguin qui pretendoient qu'elle dut appartenir à la soeur du
deffunt. Cette pretention ne pouvoit être fondée que sur les services du
Duc qui étaient tels qu'on pouvoit compter autant de batailles gaignées
qu'il avoit déja fait de Campagnes. Une gloire si éclatante donnoit de
la jalousie à ce Ministre, & lui faisait craindre que son droit ne
prevalut au sien, tant qu'il ne lui arriveroit rien de facheux. Ainsi se
flattant que quelque conduite & quelque courage qu'eut ce Général, il
auroit de la peine à surmonter les difficultez de la saison, & à forcer
un Gouverneur si experimenté il donna les mains à tout ce qu'il vouloit.

St. Evremont étant parti avec ces ordres, & Tourville étant revenu de
Hollande avec de bonnes nouvelles, le Duc s'achemina devant cette place
& se mit au dessus de tous les obstacles des ennemis, & de la saison par
sa bonne conduite & par sa bravoure. Le Marquis de Leide y fit pourtant
tout ce que l'on pouvoit attendre d'un brave homme, & fort entendu dans
le metier. Cependant le Comte de Laval, dont l'ai parlé ci-devant, étant
de garde à la tranchée y fut blessé d'un coup de Mousquet à la tête.
J'étois tout auprès de lui lorsque cet accident arriva. Mr. le Cardinal
m'avoit envoyé vers le Duc pour le porter à se desister de la pretention
qu'il avoit sur la charge d'Admiral, pour recompense de laquelle il
promettoit de lui faire avoir ce Gouvernement pour qui bon lui
sembleroit, d'abord que cette place seroit prise. Il lui promettoit
aussi d'y faire joindre quelques autres graces de la Cour. Mais le Duc
s'étant moqué de ses offres, je pouvois reprendre la route de Paris d'où
je venois; neanmoins je n'en voulus rien faire, que je n'eusse veu la
tranchée. Le Comte de Laval qui étoit Marêchal de Camp y commandoit ce
jour là, & comme je ne l'avois point encore vû, il me demandoit si je ne
savois point des nouvelles de sa femme, quand il receut le coup dont je
viens de parler. Il en tomba par terre comme s'il eut été mort. Je crus
effectivement que c'en étoit fait quand il se releva tout d'un coup en
me disant que ce n'étoit rien. Il se fit même doner de l'ancre & du
papier devant que de se faire emporter à sa tante & écrivit à sa femme,
que comme il ne doutoit pas qu'elle ne fut allarmée à la nouvelle qui se
debiteroit tout aussi-tôt de sa blessure, il étoit bien aise lui même de
lui apprendre qu'elle n'était pas si dangereuse qu'on la lui pouroit
faire: mais, ou il ne se sentoit pas, ou il étoit bien aise de ne la pas
allarmer. Je n'eus donc pas plûtôt demeuré une heure ou deux à la
tranchée & remarqué l'état où elle étoit, que je fus prendre congé du
Duc d'Anguin qui m'avoit dit qu'il me vouloit donner des lettres pour
son Eminence. Il m'en donna une effectivement, & comme il lui mandoit
que la blessure du Comte de Laval étoit tout autre que ce Comte ne
l'avoit mandé à sa femme, tout Paris fut bientôt rempli du bruit de sa
mort prochaine. On le cacha tout autant que l'on put à Madame de Laval,
mais ayant eu le vent de son état elle n'en voulut rien croire, parce
qu'elle adjoutoit plus de foi à la lettre qu'elle avoit receuë de son
mari, qu'à tout le reste. Le Chancellier qui l'avoit vûe entre les mains
de sa fille, sachant que c'étoit moi qui avois apporté la nouvelle qui
la detruisoit m'envoia prier de le venir voir. Il me demanda confidement
en quel état étoit son gendre, & ce qu'il devoit croire ou de la lettre
qu'il avoit écrite lui même à sa femme ou de ce que l'on publioit dans
le monde. Je le voulus flatter, mais reconnoissant tout aussi-tôt mon
dessein, il me dit qu'il ne m'en demandoit pas davantage & que je lui
disois plus en ne lui disant rien que si je lui confirmois tout ce qu'il
apprenoit d'ailleurs; qu'il me prioit de tenir à tout le monde le même
langage que je venois de lui tenir, parce que si je parlois d'une autre
maniere il avoit peur que sa fille ne le sut, & que cela ne fut capable
de lui faire tourner la cervelle: que comme elle aimoit extremement son
mari, il prendroit les devans pour la preparer insensiblement à la
nouvelle de sa mort, qui vraisemblablement ne tarderoit guerres à venir.
Je ne voulus lui rien dire davantage, de peur de lui être cruel en lui
deguisant encore la verité. Il devinoit juste quand il croioit ce qu'il
disoit; puisque deux jours après il vint un Courier de l'Armée qui
apporta cette triste nouvelle.

Cependant le Duc d'Anguien prit cette place contre l'esperance du
Cardinal, & cette Conquête ayant encore haussé les esperances du Prince
de Condé il manda à son fils de ne pas revenir de l'armée, jusques à ce
qu'il sçût que ce Ministre fut d'humeur à lui rendre justice sur ses
pretentions. La chose étoit en negociation de part & d'autre, & le
Cardinal qui croyoit que pourvû qu'il peut conserver cette charge pour
lui il n'y avoit rien qu'il lui dut refuser, lui offroit quantité de
choses en la place. Le Prince de Condé qui agissoit pour son fils, crut
toûjours qu'il falloit prendre, & que cela n'empêcheroit pas le Duc de
renouveller ses pretentions dans un autre tems. Ainsi il se platra un
accommodement, après lequel le Duc vint à la Cour ou il fut regardé
comme un Heros qui n'avoit pas eu son pareil depuis long-tems.

Ce fut dans ce tems-là que la parente de Madame de Treville me proposa
le mariage dont je viens de parler. Je lui avois assez témoigné qu'il
m'étoit agréable, pour la porter à n'y point perdre de tems. Elle n'y en
perdit point aussi, & en ayant parlé à la Dame, elle lui dit tant de
bien de moi qu'elle consentit de me voir chez-elle, pour juger elle-même
si elle devoit croire tout ce qu'elle lui en disoit. Elle me plut
extrêmement par un air de sagesse qui étoit répandu par toute sa
personne. Sa beauté n'étoit pas tout à fait si touchante, quoi qu'il n'y
eut rien qui dut rebutter. Je l'entretins quelque tems, & m'en étant
allé le premier, afin que mon amie put lui demander ce qu'elle pensoit
de moi, j'eus grand soin de la retourner voir dès le jour même, afin
qu'elle m'en put rendre compte. Mon amie me dit que je ne lui deplaisois
pas, & que comme elle avoit beaucoup de bien, elle esperoit qu'elle ne
prendroit pas garde si j'en avois ou non. Je fus tout rejouï de cette
bonne nouvelle, & l'ayant priée de me procurer encore de fois à autre
quelque entrevûë avec cette Dame, afin d'entretenir & même d'augmenter
la bonne opinion qu'elle pouvoit avoir de moi, elle me le promit, & me
tint sa parolle.

Cette Dame s'appelloit Madame de Miramion, & c'est la même qui fait
aujourd'hui tant de bruit à Paris par sa pieté. J'eus le bonheur de lui
plaire toûjours de plus en plus, & comme il n'y a point de charmes
semblables à ceux qui sortent de la vertu, j'en devins si amoureux que
je n'eus point de repos qu'elle n'eut donné sa parole à mon amie de
consentir au dessein que j'avois pour elle. Elle n'en voulut rien faire
qu'elle ne me connut plus à fonds, ainsi elle lui répondit que ce
n'étoit pas assez de se sentir quelque inclination pour moi, pour faire
un marché qui devoit durer si long-tems, qu'il faloit savoir encore
auparavant si je le méritois, & qu'il n'y avoit que le tems qui le lui
put apprendre; que je me donnasse donc patience, parce que l'on gâtoit
tout bien souvent à force de se trop presser. Je ne pus rien trouver à
redire à cette réponse, & la voyant encore de fois à autre & toûjours
chez la même Dame, mes affaires alloient le mieux du monde selon toutes
les apparences, quand mes esperances se trouverent renversées tout d'un
coup. Les grands biens de cette Dame lui donnoient beaucoup d'amoureux
dont les uns s'étoient declarez & les autres n'en avoient encore rien
fait. Je ne sais par quelle raison Bussi Rabutin que nous avons vû
depuis Lieutenant Général des Armées du Roi & Mestre de Camp de la
Cavallerie legere de France, étoit de ce dernier nombre. C'étoit un
homme fort vain, & quand je ne le dirois pas ici, il n'y a qu'à lire son
Histoire amoureuse des Gaules pour juger que je ne lui attribue rien qui
ne lui soit bien dû. Cependant tout vain qu'il étoit, il ne jugea pas à
propos de s'en fier aux rares qualitez dont il se vente lui-même dans
l'éloge qu'il fait de sa personne. Il resolu de l'enlever, afin que se
rendant maître de cette Dame, pas un ne songeât plus à elle, dans la
prevention ou l'on seroit qu'il en auroit tiré par force, ce qu'il ne
pouvoit esperer de bonne amitié. Il n'eut pas plutôt formé ce dessein
qu'il se mit en devoir de l'executer. Il se munit de relais & de
Carosses, & les ayant mis sur le chemin de la Brie, où il pretendoit se
retirer dans une maison forte qui appartenoit à un de ses parens, il
prit son tems qu'elle alloit de St. Cloux au Mont Valerien pour executer
son coup. Elle étoit déja dans la devotion, mais une devotion reglée, &
qui n'avoit rien d'incompatible avec le mariage. Elle pretendoit y aller
en pelerinage quand il fit enlever son Carosse par de ses parens & de
ses amis dont il avoit fait provision. Il lui fit en même-tems son
compliment, & comme il avoit la langue assez bien penduë, il ne tint pas
à lui qu'il ne lui fit accroire qu'elle lui avoit encore obligation du
rapt qu'il faisoit de sa personne. Par malheur pour lui elle n'étoit pas
fort credule, de sorte que lui ayant vomi des injures au lieu de la
moderation à laquelle il vouloit la preparer, il quitta le langage
doucereux, pour lui dire que soit qu'elle consentit ou non à son
enlevement, il n'en seroit toûjours ni plus ni moins. Il la fit
descendre en même tems de son Carosse, & l'ayant fait monter dans un
autre, il prit son chemin entre St. Denis & Paris, afin de ne se pas
engager dans la Ville. Il croyoit avoir si bien pris ses mesures, qu'il
seroit ou il pretendoit aller, avant qu'on pût rien savoir nulle part de
ce qui se passoit. Mais le Carosse où il l'avoit fait monter s'étant
rompu à côté du bois de Boulogne où il ne s'étoit pas voulu engager
pareillement, il se passa plus de deux heures, avant qu'il fut
raccommodé.

Cela donna le tems à un des laquais de la Dame de venir annoncer à son
amie, ce qui venoit d'arriver. J'étois chez elle par bonheur, & ayant
appris cette méchante nouvelle j'en sortis en même-tems pour voler à son
secours. J'y eusse été bien plûtôt, s'il y eut eu encore un Hôtel des
Mousquetaires, mais il n'y en avoit plus, & le Cardinal Mazarin s'étoit
tellement obstiné à vouloir avoir la compagnie de Mr. de Treville, que
voyant qu'il ne vouloit point la lui donner, il avoit fait en sorte
qu'elle avoit été cassée. J'eus ainsi bien de la peine avant que de
pouvoir rassembler sept ou huit de mes amis. Je crus n'en avoir pas
besoin de moins, parce que j'avois appris que Bussi en avoit autant des
siens avec lui & même davantage. Je fis diligence & comme je savois
à-peu-près le chemin qu'il tenoit, je fus bien tôt à les trousses. Il me
découvrit de loin, & lors qu'il alloit entrer dans la maison ou il
pretendoit se retirer; & comme on n'aime point à combattre quand on a
tort, il me quitta le champ de bataille avec la Dame. Je fus à elle &
lui temoignai la joye que j'avois de l'avoir delivrée des mains de son
ravisseur. Je croyois qu'elle m'en alloit témoigner sa reconnoissance, &
m'en faire des remerciemens à proportion de ce service, mais elle me
regarda presque comme un homme qu'elle n'eut pas connu. Je l'attribuai à
la peur qu'elle avoit euë, & qui aparemment la rendoit comme insensible:
ne m'épouvantant donc point pour cela je la ramenai à Paris ou je crus
qu'elle seroit plus en état de me dire ce qu'elle pensoit de ce que je
venois de faire pour elle. Cependant j'eus beau m'y attendre, je n'en
vis aucun effet, où si j'en vis quelqu'un, il ne servit qu'à me
persuader que je n'avois pas plus à esperer auprès d'elle que si je
l'eusse laissée entre les mains de Bussi. Elle me dit effectivement
qu'après ce qui venoit de lui arriver jamais homme ne lui seroit de
rien, qu'elle ne vouloit pas s'exposer aux reproches qu'on lui pouroit
faire d'avoir été entre les mains d'un autre; que Dieu qui savoit tout,
savoit bien neanmoins qu'il n'avoit rien été attenté à son honneur; mais
que comme il ne suffisoit pas à une personne de se savoir innocente, &
qu'il falloit encore pour bien faire que tout le monde le fut aussi-bien
qu'elle, elle prendroit un parti qui la mettroit à couvert de ce qu'elle
auroit à apprehender, si elle étoit jamais si folle que de se remarier.

Je fus touché de ces paroles plus que je ne le puis exprimer. J'en
demeurai même si interdit qu'il me fut comme impossible d'y répondre. La
Dame prit ce tems-là pour me quitter, soit qu'elle fut peut-être toute
aussi penetrée de douleur, que je le pouvois être, ou qu'elle voulut
s'exemter de me plaindre; elle évita donc une presence qui l'accusoit
tacitement de maltraiter l'homme du monde qui meritoit le moins de
l'être. Je ne saurois dire si en me quittant elle ne me dit rien autre
chose que ce que je viens de rapporter, c'est dis-je ce que je ne
saurois dire au juste, & tout ce que je fais c'est qu'étant allé chez
son amie, & la mienne, pour lui conter mon malheur, je n'eus pas
seulement la consolation de l'en pouvoir entretenir; elle avoit fait une
partie de masque, & étant allé courre le bal, elle n'en revint que le
lendemain matin. Comme je n'étois pas d'humeur à l'aller chercher là, je
m'en fus chez moi où je passai une des plus méchantes nuits que j'aye
passées de ma vie, aussi me dura-t-elle infiniment, & la matinée m'ayant
encore tout autant duré, parce que cette Dame ayant couru toute la nuit,
je la devois laisser reposer & ne l'aller voir que l'après dînée; Je m'y
en fus enfin, quand je crus qu'elle pouvoit être visible. Elle savoit
bien que j'avois été au secours de son amie, & même assez utilement;
mais comme elle ne savoit pas de quelle maniere j'en avois été payé,
elle pretendoit que cela devoit bien avancer mes affaires. Ainsi elle ne
me vit pas plûtôt qu'elle me fit un compliment bien different de celui
qu'elle m'eut fait si elle eut connu ce qui se passoit. Elle avoit
pourtant été voir son amie une demi heure après que je l'avois quittée;
mais il y avoit tant de monde chez-elle, qu'elle n'avoit pu l'entretenir
en secret. Je la surpris extrémement quand je lui appris de quelle
maniere j'en avois été reçû; elle me dit que cela n'étoit pas croyable,
& lui ayant confirmé la chose par serment, elle prit son serieux & me
dit qu'elle la verroit le jour même pour tâcher de lui faire changer de
sentiment, avec toute la chaleur que l'on sauroit croire, & m'ayant
promis d'y faire tout son possible, je la revins voir le soir pour
savoir ce qu'elle auroit operé. Elle me dit d'abord qu'elle me vit qu'il
n'y avoit rien à faire pour moi, & qu'elle me plaignoit tout autant que
je meritois de l'être; qu'on n'avoit jamais oui parler d'un malheur
pareil au mien, qu'il falloit que je fusse né sous une étoille bien
malheureuse pour voir ainsi renverser mes esperances dans un tems où
tout sembloit encore devoir les augmenter. Enfin elle me donna une
infinité d'encens; mais tout cela n'étant que de la fumée, je lui
demandai ce que la Dame lui pouvoit avoir dit pour colorer du moins la
rigueur de son procedé. Elle me répondit qu'elle n'avoit rien autre
chose à dire si-non ce qu'elle m'avoit dit à moi-même; qu'elle ne
vouloit pas, à ce qu'elle pretendoit, s'exposer aux reproches que je lui
pourois faire, si elle m'épousoit; que c'étoit tout ce qu'elle en avoit
pu tirer; mais qu'au surplus elle s'étoit si-bien imprimée cette pensée
dans la tête, qu'elle se trompoit fort si ni moi ni personne la lui
pouvoient jamais arracher.

Ce fut toute la réponse que je pus avoir de l'une & de l'autre,
tellement qu'ayant autant de lieu que j'en avois d'être mécontent des
Dames, je résolus de ne pas perdre davantage mon tems avec elles. Je
leur fis banqueroute effectivement pour le moins cinq ou six fois, &
j'en eusse bien fait autant au Cardinal si je l'eusse pû, tant je
trouvois que c'étoit un méchant maître. Il ne nous faisoit jamais
present de rien ni à Besmaux ni à moi, & quoi que nous fussions auprès
de lui en qualité de ses Gentilshommes, nous n'avions pas seulement le
credit de faire entrer un de nos amis dans sa Chambre. S'il arrivoit à
quelques uns de nous en prier il falloit que nous leur avouassions nôtre
foible, ou que nous cherchassions du moins quelque deffaite, pour nous
excuser de le faire. Enfin nous étions de veritables esclaves, ce qui
m'eut fait songer à prendre mon parti, d'un autre côté, si j'eusse sçû à
qui m'addresser pour être mieux. Mais personne ne nous regardoit tout
tant que nous étions à lui. Comme il y avoit déja quelque tems qu'il
avoit donné à connoître qu'il étoit tout aussi interessé que fourbe, il
sembloit que nous lui ressemblassions, parce que nous étions ses
Domestiques. Cela empêcha les personnes de qualité de s'attacher à lui,
si-bien qu'on peut dire qu'on y voyoit plus de racaille que d'honnêtes
gens. Il y entra même environ ce tems-là, ou du moins de peur que je ne
mente, il y étoit entré quelque tems auparavant un petit homme dont
l'extraction n'étoit pas plus grande que la taille. Il avoit été de son
premier metier garçon cabaretier en Bearn, mais ayant troqué un bonnet
rouge qu'il portoit en ce tems-là avec un chapeau bordé, & une plume
blanche, il devint si fier pour avoir ainsi changé de parure & de
condition, qu'il eut querelle presque avec tout le monde. Cependant
comme il eut quelque avantage sur quelques-uns, il devint en grande
faveur auprès de son Eminence qui en fit même quelque tems après un des
principaux Officiers de ses Mousquetaires. Il étoit brave homme pour en
dire la verité, & comme il y avoit dans cette même compagnie un Officier
qui étoit tout aussi hargneux que lui, mais qui étoit Gentilhomme, ils
en vinrent aux mains bien-tôt l'un contre l'autre. Les duels étoient si
fort deffendus de ce tems-là, comme ils le sont encore aujourd'hui,
qu'ils furent obligez de se cacher de tout le monde pour pouvoir se
joindre seurement. Le Roi venoit de donner un grand exemple en la
personne des la Frette, de la rigueur avec laquelle il traiteroit ceux
qui enfraindroient ses Edits. Cela avoit fait peur à chacun, de sorte
que quelque animez qu'ils fussent l'un contre l'autre ils tâcherent de
couvrir leur action de tenebres. Ils se battirent dans une chambre à
Charenton ou étoit leur quartier & la Vergne, c'est le nom de celui qui
étoit Gentilhomme, y fut tué tout roide sur la place. Nantia son frere
aîné qui étoit Ecuyer ordinaire de la Reine crut devoir étouffer cette
affaire plûtôt que de la faire éclatter, par quelques procedures. Il fit
enterrer le mort en cachette, & le tueur fut si heureux que le Roi
n'entendit parler en aucune façon de ce combat. Ainsi cela n'empêcha pas
que ce petit homme ne fit son chemin. Il demeura sous-Lieutenant de
cette Compagnie, quand le Roi la prit pour lui; mais le bon homme Marsac
qui la commandoit étant mort, & Mr. Colbert Ministre d'Etat l'ayant fait
donner à son frere, qui la mit bientôt sur un autre pied, qu'elle
n'étoit auparavant, ce petit homme fut si fier que sans se ressouvenir
de sa naissance, il ne voulut pas lui obéïr. Il aima mieux quitter sa
charge, ce qui fit la fortune de Mr. de Montbron. Car quoi qu'il fut né
tout autre chose que lui, il se tint honoré de servir sous ce nouveau
Commandant qui prit bien-tôt le nom de Comte de Maulevrier au lieu de
celui qu'il portait auparavant. Ce Comte n'étoit pourtant que le fils
d'un payeur des rentes, c'est-à-dire d'un bon bourgeois, mais comme la
fortune de son frère le rendoit susceptible des plus grands honneurs, il
fut non-seulement appellé Mr. le Comte, gros comme le bras, mais il
voulut encore bien-tôt être Gouverneur de Province. Il traita du
Gouvernement de Mets, & de tout le païs Messin avec le Marêchal de la
Ferté qui outre cela avoit celui de Lorraine. Il se tenoit tout assuré
d'en avoir l'agrément, & par rapport à la faveur de son frère, qui étoit
alors dans le plus grand éclat, & par rapport à son courage qui pour ne
point mentir n'étoit pas des moindres; aussi dans une petite guerre qui
se fit quelque tems après en Hollande, & où le Roi envoya six mille
hommes au secours de la Republique contre l'Evêque de Munster, du nombre
desquels il étoit, Mr. de Pradel qui en avoit le commandement disoit
d'ordinaire qu'il eut bien voulu être son heritier, parce qu'il étoit
friand de la tranchée. Cependant quoi que chacun lui rendit justice
là-dessus, & qu'il n'y eut personne d'assez passionné pour parler
autrement de son courage, le Roi lui refusa l'agrément de ce
Gouvernement. On ne sait pas bien d'où procéda ce refus, à moins qu'il
ne fut scandalisé de ce qu'il s'en étoit tenu fort, sans lui en avoir
parlé auparavant, ou que sa fierté qui surpassoit encore celle du petit
homme dont je viens de parler, eut quelque chose qui lui fut
desagréable. Le Comte de Maulevrier s'en trouva si piqué qu'il quitta sa
compagnie. Mr. de Montbron l'eut après lui, & la vient de quitter tout
presentement pour se mettre à la tête du Regiment du Roi, où Sa Majesté
a témoigné que ses services lui seroient plus agréables qu'ailleurs.

J'ay un peu anticipé sur le tems & de passer comme j'ai fait de l'année
1648. jusques en 1672. je ne sais si je n'en serai point blâmé, par ceux
qui ne cherchent que le moindre sujet de critiquer un ouvrage; mais
qu'ils en fassent tout ce qu'il leur plaira, s'il n'y a que cela à
redire à celui-ci j'en aurai bientôt l'absolution du public. Il y a des
matieres qui emportent souvent, & dont le fil interrompu pourroit
déplaire quelque fois davantage que de le poursuivre au préjudice de la
Chronologie; quoi qu'il en soit, Madame de Miramion m'ayant donné mon
congé de la maniere que je viens de dire, j'eus du moins la consolation
de voir que ce n'étoit pas pour un autre qu'elle me quittoit. En effet
elle fit bien-tôt après cet établissement qui édifie tout Paris, & qui
est d'un grand secours pour un grand nombre de personnes.

Jusque-là le Cardinal nous avoit traité assez froidement Besmaux & moi,
& comme nous avions été Camarades dans les Gardes, puis dans les
Mousquetaires, & enfin Compagnons de fortune dans sa maison, il sembloit
qu'il voulut que toutes choses fussent égales entre nous deux jusques à
ses rebuffades. Mais enfin lorsque nous y pensions le moins, il changea
tout d'un coup de conduite à nôtre égard. J'en voulois pénétrer la
raison, trouvant que nous meritions moins que jamais ses caresses, du
moins moi, qui voyant le peu d'état qu'il faisoit de mes services, ne
m'attachois plus tant à les lui rendre que je faisois auparavant. Je ne
fus guerres à la connoître. Je vis que sa fortune chancelloit, & comme
il commençoit à croire qu'il aurait bientôt besoin de tout le monde, il
tâchoit de nous gagner. Je le dis à Besmaux qui me fit reponse, que soit
que cela fut ou non, il fallait en faire nôtre proffit. Il concluoit
toûjours là, desorte que je ne fus pas surpris de sa reponse. Ce
Ministre s'étoit fait une infinité d'ennemis par un intérêt sordide
qu'il avoit fait paroître en mille rencontres; s'il venoit à vaquer une
charge soit de guerre ou autrement il ne falloit point conter qu'il
considerât ni le service ni le merite pour la donner. Celui qui lui en
offroit le plus étoit toûjours preferé aux autres, ce qui l'avoit rendu
si odieux à tous ceux qui y pouvoient prendre intérêt que s'il n'eut
tenu qu'à eux ils l'eussent renvoyé il y avoit déja bien long-tems en
Italie. Pour ce qui est du peuple il n'en étoit pas content. Il étoit
accablé d'Edits, & soit que se fut vérité, ou medisance, on vouloit
qu'il eut envoyé en ce Païs-là une partie de l'argent qui en étoit
provenu. Le murmure qui s'en étoit fait dés l'année 1645. eut été
peut-être dés ce tems-là capable de produire de mechans effets, si Mr.
le Prince ne l'eut empêché par sa prudence; mais étant mort sur la fin
de l'année 1646. le Duc d'Anguin qui prit son nom ne témoigna pas pour
lui la même consideration qu'avoit fait son pére, soit qu'il fut moins
prudent qu'il n'avoit été, ou qu'il crut avoir sujet de se plaindre de
ce Ministre. Il l'accusoit de l'avoir envoyé en Catalogne l'année
d'après la Campagne de Dunkerque, & d'y avoir fait échouër sa gloire, en
l'embarquant malicieusement au siége de Lerida où il l'avoit laissé
manquer de toutes choses.

Le Cardinal à qui il ne falloit que montrer les dents pour en avoir tout
ce qu'on vouloit, ne sut pas plûtôt les plaintes qu'il faisoit contre
lui, qu'il fit tout ce qu'il put pour regaigner son amitié. Il y employa
tout ceux qui avoient quelque credit sur son esprit; & comme le Duc de
Châtillon en avoit beaucoup, & qu'il craignoit qu'il n'eut sur le coeur
le refus qu'il venoit de lui faire du Gouvernement d'Ypres, il lui
promit de lui-faire donner le bâton de Marêchal de France moiennant
qu'il y voulut faire son devoir & oublier le passé. Ce Duc qui avoit
déja eu cette dignité par deux fois dans sa Maison, & qui croioit la
meriter aussi-bien que ceux qui en avoient été honnorez, se trouva
choqué de cette proposition, au lieu d'en être satisfait comme
pretendoit le Cardinal. Il fit réponse à celui qui lui en parla de sa
part, que c'étoit à ses services que cette dignité étoit due & non pas à
l'intrigue qu'il lui faisoit proposer; qu'il laissoit cela à ceux qui y
étoient plus propres qu'il n'étoit, mais que pour lui ce seroit toûjours
à son épée qu'il seroit redevable de tout le bien qui lui arriveroit. Le
Cardinal jugeant à cette reponse qu'il étoit outré contre lui, il
s'addressa à Guitaut qui étoit devenu depuis quelque tems favori du
Prince. Celui-ci ne se montra pas si fier que l'autre, & moyennant vingt
mille écus, qu'il lui donna comptant, il lui promit de faire sa paix
avec son Maitre. Le Prince qui ne lui pouvoit rien refuser, lui accorda
ce qu'il lui demandoit. Il remit au Cardinal l'offense qu'il croioit en
avoir reçûë, & s'étant promis reciproquement de ne rien faire à
l'avenir, qui les put brouiller de nouveau, ils scellerent cette
promesse par un grand repas que leur donna le Marêchal de Grammont qui
étoit ami commun de l'un & de l'autre.

La Campagne de 1648. commança sur ces entrefaites, & comme les ennemis
avoient repris Courtrai, & fait quelques autres conquêtes, on prit
encore sujet de là de dire que ce Ministre étoit ravi que les choses se
passassent de la sorte, afin d'avoir sujet de lever de l'argent; qu'il
vouloit que la guerre tirât en longueur, parceque si elle finissoit
comme rien ne l'empêchoit de le faire, s'il vouloit une fois y appliquer
les remedes convenables il n'auroit plus aucun pretexte de lever de
nouveaux impots. Sous ce pretexte le Parlement de Paris refusa de
verifier quelques Edits, & comme on ne pouvoit alors lever de l'argent
sur le peuple que ce ne fut de son consentement, il se fit diverses
allées vers ce Corps pour le porter à faire ce que le Roi desiroit.
C'est ainsi que le Cardinal appelloit la resolution qu'il prenoit dans
son cabinet, & quelques autres gens de pareille étoffe, qui avoient
intérêt à suivre ses volontez & sa politique. Comme leur coutume étoit
de s'engraisser du sang du peuple il savoit bien qu'ils ne lui
contrediroient en rien. Le Parlement parmi lequel il y avoit des Membres
qui avoient du moins autant de soin de leurs intérêts que de celui du
public, ne trouva pas à propos de le contenter. Quelques uns qui avoient
leur honneur en recommandation ne s'y opposerent pas neanmoins
ouvertement. Ils tâcherent au contraire de concilier les droits du Roi
avec ceux du peuple, en faisant quelques propositions qui leur
paroissoient raisonnables; mais les autres qui ne marchoient pas si
droit ayant fait échouer leurs bons desseins il y eut plus que jamais
des obstacles à la verification de quelques Edits que le Roi ou plûtôt
son Ministre, avoit envoyés à cette Compagnie. Ils firent bien plus. Ils
se firent presenter sous main une requête seditieuse par laquelle son
Eminence étoit accusée formellement de fomenter les troubles de l'Etat,
pour ses intérêts particuliers. Ils s'en firent presenter aussi contre
les Partisans que l'on accusoit de quantité de concussions, pour
reparation desquelles on demandoit qu'il fut procedé contr'eux
criminellement jusques à arrêt deffinitif. Comme cela ne se pouvoit
faire sans s'attirer le Conseil à dos à qui le Roi avoit reservé cette
connoissance, comme dis-je la Cour ne pouvoit être qu'extremément
delicate là dessus, elle dont l'authorité eut été extrémement diminuée
si cette requête eut eu lieu; les Conseillers qui étoient sages &
amateurs du repos public ne s'en voulurent jamais charger. Un nommé
Broussel qui étoit Conseiller aux Requêtes ne fit pas la même chose. Il
couvroit une grande ambition sous un faux zéle du bien public. Comme il
n'avoit pas lieu de se loüer de sa fortune qui étoit assez mauvaise, il
songeoit à la reparer en se faisant craindre. Pour cet effet il
affectoit en toutes rencontres d'être très affectionné au peuple. Il
parloit aux uns & aux autres familierement; & il pretendoit que le
Cardinal pour l'empécher de les prendre en sa protection, lui feroit
bientôt dire un mot à l'oreille; ainsi il se chargea de cette réquête
avec beaucoup de hardiesse. Comme ce Ministre ignoroit encore le pouvoir
de cette Compagnie, & qu'il ne s'étoit jamais instruit ni par lui-même
ni par personne du poids qu'elle avoit donné à un parti lorsqu'il
s'étoit élevé quelque guerre civile, il méprisa d'abord ce Conseiller au
lieu de le ménager comme il devoit: se servant donc d'une nouvelle
Victoire que M. le Prince venoit de remporter en Flandres, & du
raccommodement qui avoit été fait entr'eux, il fit arrêter Broussel avec
quelques autres membres du Parlement au sortir du _Te Deum_ que l'on
avoit chanté à nôtre Dame pour remercier Dieu de cet avantage.

Le coup étoit hardi, puisque c'étoit choquer non seulement toute la
populace de Paris qui le regardoit comme son protecteur, mais encore le
Parlement qui ne devoit pas être d'humeur à souffrir inpunément qu'on
attentât ainsi à sa liberté, aussi en arriva-t-il tout aussi-tôt un
desordre épouvantable, & tel que la Cour n'eut jamais pensé. Ce peuple
apprenant ce qui se passoit fit des baricades depuis nôtre Dame, jusques
à une portée de pistollet du Palais Royal. Cela fut fait dans un moment,
& pour ainsi dire en une clein d'oeil. On vint l'annoncer au Cardinal, &
comme le Roi demeuroit alors dans ce Palais, ce Ministre en fit
renforcer la Garde, parce qu'il ne s'y croioit pas en seureté. Il tint
conseil aussi en même tems pour savoir si le Roi ne devoit point sortir
de la Ville. Pour lui il en étoit d'avis, parce que la crainte où il
étoit ne lui laissoit pas la liberté de bien examiner les inconveniens
qui en arriveroient; mais Mr. le Tellier qui étoit de ce conseil, & en
qui il avoit une confiance toute particuliere, lui ayant remontré
qu'outre qu'il n'étoit pas bien seur que le peuple lui permit de
l'emmener, il valloit bien mieux tâcher de faire desarmer cette populace
par la douceur. Il m'envoya vers la premiere baricade pour découvrir
adroitement dans quel sentimemt étoient ceux qui la gardoient. J'y fus à
l'heure même, quoi qu'il y eut assez de danger si l'on venoit par hasard
à m'y reconnoître. D'abord que j'y arrivai il se presenta devant moy un
artisan armé de pied en cap, comme s'il eut voulu effrayer les petits
enfans. Il me cria qui vive d'une voix tonnante, afin que tout rèpondit
à son habillement. Je lui repartis vive le Roi, & vive Broussel, ce qui
étant extrémement de son goût il m'ouvrit une barriere, & me fit entrer
au dedans de la baricade. J'y trouvai plusieurs bouteilles de vin sur un
tonneau avec quelque viande froide, & celui qui y commandoit voulant que
j'y busse avec lui afin apparement de me faire ratiffier ces parolles
que je venois de dire en beuvant à la santé de ce Magistrat, il me la
porta effectivement, puis me laissa aller.

Pendant que j'étois là, & que je faisois pair & compagnon avec cette
canaille, pour mieux découvrir son secret, le Maréchal de Grammont vint
au Palais Royal, après avoir donné ordre au Régiment des Gardes dont il
étoit Colonel d'y faire filer quelques soldats un à un. Quelques
Officiers de ce Regiment s'y rendirent aussi, & la Reine Mere qui
regardoit ce qui se passoit comme un attentat effroyable à l'authorité
de son fils, croyant que si elle faisoit marcher contre ces mutins ces
soldats rassemblées ensemble, ils se dissiperoient bientôt, commanda au
Marêchal de la Meilleraie de les y mener lui même. Le Marêchal crut
qu'il ne devoit pas témoigner moins de courage que cette Princesse dans
une occasion comme celle là, & que puis qu'elle avoit la hardiesse de
former une telle resolution, il devoit bien avoir celle de l'executer.
Il s'y en fut donc de ce pas, mais au lieu d'effrayer cette canaille
comme la Reine le pretendoit, elle fut assez insolente pour faire feu
sur lui. La partie n'étoit pas égale; ainsi s'étant retiré tout
aussi-tôt, & même fait sa retraite à la sourdine, de peur qu'il ne lui
arrivât pis, il fut dire à la Reine qu'à moins que la nuit ne portât
conseil à cette populace, il ne savoit pas comment on la feroit rentrer
dans le devoir.

J'étois au dedans de la premiere baricade, lors que cela arriva, & ayant
passé plus avant après y avoir bû trois ou quatre coups, en depit de
moi, je vis des esprits si turbulens partout où j'addressai mes pas, que
j'eus horreur de quantité de choses que j'entendis dire contre le
Gouvernement present, & particulierement contre la personne du Cardinal.
Il y en eut un même qui dit de si grandes sottises, que je crus ne pas
devoir les lui pardonner. Cependant comme il étoit dangereux de lui
faire paroître la méchante volonté que j'avois contre lui, je feignis
non seulement d'entrer dans son sentiment, mais encore de passer plus
loin. Je lui dis qu'il ne pourroit mieux témoigner le zele qu'il avoit
pour le bien public qu'en faisant paroître la haine qu'il avoit pour ce
Ministre; que ce n'étoit rien pourtant à moins de joindre l'effet à la
volonté, que je savois le secret de lui faire sentir le mal qu'il lui
desiroit, & que s'il vouloit en partager le peril avec moy, il en
partageroit aussi toute la gloire. Je disois cela non seulement pour le
remettre entre les mains du Cardinal, mais encore pour voir s'il étoit
capable, comme il s'en ventoit, de tuer un jour son Eminence. Je
reconnus bien-tôt à sa réponse, qu'il étoit tout aussi dangereux qu'il
vouloit qu'on le crut; car il me dit à l'heure même qu'il étoit pret non
seulement de partager avec moy le péril, dont je lui parlois; mais
encore de le courre tout seul; si je ne voulois pas être de la partie.
Je feignis plus que jamais de n'être pas moins animé que lui contre ce
Ministre, & sur ce qu'il me pressoit entrémement de lui dire comment se
pouvoit executer le coup que je lui proposois: je lui répondis que je
savois un endroit par où le Cardinal passoit tout seul, lors qu'il
alloit au Conseil, où on lui pourrait donner son fait. Il fut si simple
que de me croire, & m'ayant demandé si c'étoit avec une épée ou un
poignard, qu'il falloit marcher à cette expedition ou avec quelque arme
à feu, je lui fis reponse que le poignard étoit plus seur que tout le
reste; que la raison qu'il y en avoit c'est que le coup fait, on le
pourroit laisser tomber, afin qu'en cas qu'on vint à être poursuivi &
fouillé le soupçon ne tombât pas sur lui.

Deux ou trois de ses camarades qui avoient fait la débauche toute la
journée avec lui, & qui n'étoient capables d'aucun raisonnement
m'entendant parler de la sorte, trouverent non seulement que j'avois
raison, mais l'encouragerent encore dans son entreprise. Il ne
paroissoit pas en avoir de besoin, du moins si l'on vouloit adjouter foi
à ses paroles; quoi qu'il en soit voulant s'en venir à l'heure même avec
moi, pour commettre au plûtôt cet homicide, je crus que je ne le devois
pas souffrir, parce qu'il se pouvoir faire que ce projet ne fut que
l'effet des fumées, que le vin lui envoioit au cerveau. Ainsi je voulois
remettre la partie au lendemain, & je l'obligeai malgré lui de s'en
contenter. Il me donna rendez-vous à un cabaret assez proche du Pallais
Royal, où il me fit jurer que je me trouverois entre sept ou huit heures
du matin. Je le lui promis, sans faire trop de reflexion que je n'aurois
gueres d'honneur à le faire tomber dans le panneau que je lui preparois;
ainsi y ayant pensé après l'avoir quitté j'étois resolu de lui manquer
de parolle, quand un de mes amis à qui j'en parlai me dit qu'en
conscience je devois poursuivre ma pointe, parce qu'il y alloit du salut
de l'Etat; que j'empêcherois par là le desordre qui y arriveroit
infailliblement s'il venoit tôt ou tard à en assassiner le Ministre;
qu'enfin je ne devois pas m'en faire le moindre scrupule, parceque
d'avoir cette malheureuse pensée, ou contre le Roi même ou contre celui
à qui il laissoit le soin de ses affaires, étoit presque la même chose.

Je ne me contentai pas si bien de ce Casuiste que je ne fusse bien aise
d'en consulter un autre. Je fus chercher un homme de bien à qui je
m'étois addressé quelquefois pour resoudre des doutes qui n'étoient
survenus au sujet de ma conscience. Je lui exposai le fait sans y rien
diminuer ni augmenter, & ayant été tout du même sentiment que mon ami,
je resolus de les en croire, de peur que l'attache que j'aurois, à mon
opinion ne me rendit criminel envers l'Etat. Le lendemain matin, je fus
donc à ce rendez-vous, & je me flattai en chemin que la nuit auroit
porté conseil à mon homme, & lui aurait fait mettre de l'eau dans son
vin. Mais c'étoit à quoi il pensoit le moins; de sorte que quoique je
n'eusse pas passé l'heure dont nous étions convenus ensemble, il y avoit
déja je ne sais combien de tems qu'il m'attendoit à ce cabaret, tant il
était prévenu de J'avois averti Mr. le Cardinal du Dessein de cet homme,
d'abord que l'on m'avoit dit que j'étois obligé en conscience de le
faire attraper. Son Eminence qui étoit aisément susceptible de frayeur
trembla quand elle m'entendit dire qu'il y avoit ainsi un homme qui
avoit conspiré de le tuer. Il approuva fort les Casuistes qui m'avoient
conseillé de le livrer entre ses mains. Car je ne feignis point de lui
avouer la peine où j'avois été, afin qu'il ne crut pas que je fusse un
flatteur ni un homme à me faire de fête auprès de lui, parce qu'il avoir
tout le pouvoir de l'Etat entre les mains. Quoi qu'il en soit mon homme
ayant déja de l'impatience de se trouver au lieu où il esperoit faire
son coup, ne voulut boire qu'une rasade, avant que de s'y en aller. Il
se posta dans l'endroit où je le mis, & je me mis à dix pas au dessous
de lui, sous pretexte que s'il manquoit son coup par hasard, je ferois
en sorte de ne le pas manquer moi même. Il étoit bien credule pour un
homme aussi méchant qu'il l'étoit: du moins ce n'est gueres l'ordinaire
que quand on est capable de se porter à une aussi mechante action que
celle là, on prenne si mal ses precautions. Mais sa passion l'aveuglant
à un point qu'il étoit disposé à croire tout ce qu'on vouloit, à peine
fut-il dans son poste où regnoit une telle obscurité que nous ne
pouvions nous discerner l'un l'autre, qu'il s'y trouva pris comme au
trebuchet. Ses yeux s'ouvrirent au même tems, & comme il commençoit à
reconnoître qu'il ne devoit accuser que moi de son malheur, il dit
aussi-tôt ces paroles, ah le fourbe! ah le scelerat! Le Cardinal l'eut
bien fait mourir sans aucune forme de procès, s'il eut osé, mais comme
nous vivons dans une Monarchie où il n'est pas permis d'écouter si fort
sa passion, il differa d'en venir là jusques à ce que le Parlement fut
assez de ses amis pour lui en demander justice. Car quoi que la volonté
ne soit pas punie en France comme le fait, comme ce malheureux s'étoit
mis en devoir d'executer son dessein, il falloit considerer son action
non comme une chose projettée seulement dans son esprit, mais encore
comme exécutée, si on ne l'eut prevenu par ce que l'on avoit fait. Son
Eminence n'osant donc en croire tout son ressentiment, l'on fit venir à
deux heures de nuit dans la cour des cuisines un Carosse pour le mener à
la Bastille. Quelque Gardes de la Prevôté eurent ordre de se mettre
dedans, avec lui, afin de l'emmener plus surement. Car on n'osoit le
faire entourer de peur que le peuple ne se jettât sur eux, s'il venoit à
reconnoître qu'ils emmenassent un prisonnier d'Etat. Mais toutes ces
precautions ne servirent de rien, le peuple qui avoit mis des mouchars à
toutes les portes de ce Palais, de peur qu'on n'emmenât le Roi, sachant
qu'il en sortoit un Carosse bien fermé, l'arrêta avant qu'il put gagner
le haut de la rue des petits chams. Les Gardes de la Prevôté eussent
bien voulu être hors de là, quand ils s'entendirent demander leurs noms,
leurs qualitez & où ils alloient. Ils n'eurent pas neanmoins la peine
d'y repondre, le prisonnier la leur épargna, eu leur apprenant qu'ils le
menoient & la cause pour laquelle il avoit été livré entre leurs mains.
Ils le délivrerent en même tems, & ces Gardes eussent été bien aises
qu'ils les eussent renvoyez pareillement, mais ils les emmenerent après
leur avoir donné mille coups en chemin. Il en mourut même un quelques
jours après à force d'avoir été battu. Le peuple croioit cependant que
le Parlement épouseroit sa passion, & que s'il ne faisoit pendre ces
prisonniers, il les envoieroit du moins aux Galeres; mais n'étant pas si
mal habile que de faire une affaire mal à propos ni si injuste, que de
punir des gens qui n'avoient fait autre chose que d'obéïr aui ordres de
la Cour, comme ils ne s'en pouvoient dispenser, il les mit bientôt hors
de prison au lieu de leur faire le mal que leurs ennemis pretendoient.

Mr. le Cardinal fut au desespoir quand les Officiers de la Prévôté lui
rendirent compte de ce qui étoit arrivé à leurs Gardes. Il eut peur que
cet homme lui étant ainsi échapé, il ne se portât tout de nouveau à
exécuter son coup. Pour plus grande peine pour lui il n'avoit point été
interrogé, ainsi il ne savoit où le prendre ni comment il devoit faire
pour aller au devant de ce qu'il aprehendoit. Il m'envoya chercher en
même tems pour me dire ce qui venoit d'arriver, & pour me demander si
dans la conversation que j'avois euë avec lui il ne m'avoit point dit
qui il étoit. Je lui repondis que je n'avois jamais osé le lui demander,
de peur de lui donner du soupçon; que je m'étois contenté de l'atirer
dans le piege, parce que je supposois qu'on sauroit toûjours bien qui il
étoit, quand il seroit en lieu de seureté. Cependant s'il avoit lieu de
craindre quelque chose d'un si méchant homme, je ne voyois pas que je ne
dusse m'en défier pareillement. Comme il savoit que c'étoit moi qui lui
avoit fait cette piece, il y avoit apparence, qu'il s'efforceroit d'en
tirer vengeance d'abord qu'il croiroit y pouvoir réussir. J'avois lieu
du moins de le croire de même, sur tout cet homme ayant sû qui j'étois
après avoir été arrêté. Car Mr. le Cardinal avoit voulu que je lui
reprochasse son crime, en presence de plusieurs personnes qui m'avoient
même nommés devant lui, en m'en demandant quelques circonstances qu'ils
ne trouvoient pas que je leur explicasse assez bien.

Ma crainte ne fut pas trop mal fondée, & je puis dire que ce fut un
veritable miracle comment j'en rechapai. Cet homme après avoir ainsi
recouvré sa liberté s'informa adroitement de mon humeur & de mes
habitudes, & sachant que mon péché mignon avoit toûjours été celui des
Dames, il crut d'autant plutôt qu'il m'y attraperoit qu'il ne savoit pas
que je leur eusse fait banqueroute depuis quelques tems. Il avoit une
soeur qui quoi qu'elle n'eut pas les habits ni les autres parures qui me
servent pas peu à relever la beauté, ne laissoit pas d'être une des plus
jolies filles de Paris. Il me l'apporta, & je ne fis plus un pas, pour
ainsi dire, que je ne la trouvasse devant moi. Soit que j'allasse à
l'Eglise on en quelque autre endroit, elle me suivoit par tout ni plus
ni moins que si c'eut été mon ombre. Je ne fus guerres à m'en
appercevoir, & comme on n'a toujours que trop bonne opinion de soi-même,
je crus aussi tôt qu'elle me trouvoit à son gré. Cela me la fit observer
soigneusement, & tout ce que j'en pus remarquer augmentant encore en moi
cette pensée, je lui dis un jour comme elle me devança au bénitier où
elle voioit que j'allois prendre de l'eau bénite, vous êtes bien jolie
ma fille, & il y a long-tems que je remarque que pour être heureux, il
ne faudroit qu'être aimé de vous. Elle me fit la révérence, d'un air
gracieux, & comme on a coutume de faire quand ce qu'on entend me déplait
pas. Je trouvai mon compliment bien employé, puis qu'elle l'avoit receu
de la sorte, & ayant donné ordre à un laquais que j'avois avec moy de la
suivre jusques à son logis, & de s'informer du voisinage qui elle étoit,
il me rapporta que c'étoit une honnête fille, ou du moins qu'elle en
avoit la réputation. Il me dit aussi en même tems qu'elle vivoit sous
l'aîle de sa mere, & qu'elles travailloient toutes deux en couture. Mon
laquais m'ayant rapporté tout cela, j'en devins amoureux, sur la
réputation qu'il lui donnoit de se comporter sagement. Car ce n'est pas
une petite chose pour donner son estime à une personne que de la croire
vertueuse, sans cela tout ce que peut produire un beau visage, c'est
d'allumer quelques feux qui ne durent gueres plus que celui de paille;
la matière qui les peut entretenir est de croire qu'une personne ait de
la vertu; si on me le croit pas c'est un plante qui meurt faute de
racines, ou un ediffice qui se renverse de lui même faute de fondemens
solides.

La première chose que je fis après cette découverte fut d'envoyer
chercher cette fille, sous prétexte qu'une Dame vouloit s'en servir pour
lui faire quelque linge. Je recommandai cependant à la personne que j'y
envoyai de ne point entrer chez-elle, qu'il n'en eut vû sortir la mère,
depeur qu'elle ne m'amenât l'une au lieu de l'autre. La fille refusa
d'abord de venir, & vouloit qu'on attendit sa mere pour la mener avec
elle, mais la personne qui lui parloit de ma part, & qui avoit la
réponse toute prête lui ayant dit que la Dame pour qui elle la venoit
chercher étoit à la veille d'aller à la Campagne, & que si elle ne
venoit avec elle, elle en iroit chercher une autre qui ne feroit pas
tant de façons, elle prit ses coëffes & ses gans depeur de perdre cette
pratique. J'avois prié une femme de na connoissance de se trouver dans
la Chambre d'un de mes amis, afin de la recevoir. Cette femme qui étoit
bien éloignée d'être une Vestalle entendoit son métier, de sorte
qu'après lui avoir donné quelques chemises d'hommes à faire, comme en
ayant commission d'un de ses amis, elle lui dit que pour une aussi jolie
fille qu'elle étoit elle avoit là un métier qui étoit au dessous de ce
qu'elle méritoit. La fille ne fut pas surprise de ce compliment, qu'elle
avoit ouï souvent dans la bouche des personnes qui l'avoient fait
travailler. Elle le fut bien davantage de me voir entrer sur ces
entrefaites, & en ayant rougi, je l'attribuai à la bonne volonté que je
croyois qu'elle eut pour moi. La Dame passa dans une autre Chambre en
même-tems, sous prétexte qu'elle avoit encore quelque morceau de toille
à lui donner. Comme tout cela avoit été concerté entre cette femme &
moi, je ne laissai pas échaper cette occasion sans dire à cette fille,
ce que je me sentois pour elle. Cependant pour l'y mieux préparer je ne
manquai pas de lui témoigner que je n'aurois jamais porté chemises de si
bon coeur que celles qui m'alloient venir de sa main; mais enfin tout
cela n'étant que de là crème fouétée, & en voulant venir au fait, je lui
fis san façon la proposition de la mettre en Chambre, & d'en faire ma
maîtresse. J'ornai mon discours en même-tems de tout ce qui a coutume de
flatter une fille. Je lui dis même qu'elle pouroit mener sa mère avec
elle, si elle voulait, & que je fournirais à l'entretien de l'une & de
l'autre.

Cette fille qui étoit du moins aussi trompeuse qu'elle étoit agréable,
se prit à pleurer à cette proposition. Je la lui avois faite hardiment,
parce que je supposois qu'après les pas qu'elle avoit faits, elle ne
pouvoit lui être desagréable. Cependant après avoir déjà donné si-bien
dans le panneau, j'y donnai encore tout aussi-bien que l'avois fait. En
effet sans rien soupçonner de tout ce qui se passoit, je crus tout ce
qu'elle me voulut dire de la cause des larmes que je lui voyois
répandre; elle me dit d'un ton qui en eut bien trompé d'autres que moi,
qu'elle étoit bien malheureuse d'avoir des sentimens tels qu'elle avoit,
puis qu'au lieu de la reconnoissance qu'elle en attendoit, elle ne
trouvoit en moi qu'une ingratitude sans pareille, qu'on voyoit bien
quelquefois à la vérité que l'amour qu'on avoit l'un pour l'autre avoit
des suites pareilles à celles que je lui proposois maintenant; mais
enfin que de debuter par là avec une fille comme je faisois presentement
avec elle, c'étoit lui marquer que je ne la considerois nullement, & que
je ne me considerois que moi seul.

Je trouvai tant de justice dans ces reproches, que je ne crus pas
seulement être en droit de m'excuser de ce que je lui avois dit, sur la
grandeur de ma passion: il me sembla que cela vaudroit moins pour moi
que de lui avouër ma faute ingenuement. Je le fis aussi de tout mon
coeur, & lui dis qu'elle avoit raison de me dire tout ce qu'elle disoit;
que j'avouois avec elle que ce n'étoit pas pour rien qu'il y avoit un
Proverbe qui disoit qu'il falloit connoître avant que d'aimer; que pour
moi je n'en avois pas besoin, neanmoins, parce qu'elle étoit si aimable,
qu'il suffisoit de la voir pour lui donner son coeur sans reserve. Après
que je lui eus tenu ce discours, je lui dis aussi que pour elle, elle
avoit raison de vouloir me pratiquer avant que de me donner le sien;
j'ajoutai encore quantité de choses à celles-là, toûjours sur le même
ton, & m'ayant témoigné qu'elle s'en contentoit je ne me crus pas
malheureux, parce qu'elle me permit de l'aller voir après qu'elle en
auroit eu le consentement de sa mere. Elle me promit de le lui demander
d'abord qu'elle en trouverait l'occasion, & afin que je ne me deffiasse
de rien, elle me dit que cette femme avoit tant d'amitié pour elle,
qu'elle ne lui refusoit gueres tout ce qu'elle lui pouvoit demander:
qu'elle me prioit de l'aller voir le lendemain, sous pretexte de mes
chemises, que sa mère y seroit, & qu'elle vouloit qu'elle me vit, parce
que quand elle m'auroit vûë, elle lui accorderoit encore plûtôt la
permission qu'elle avoit à lui demander.

Ce fut ainsi qu'elle me dora la pillule, & je l'avallai si bien que je
ne manquai pas le lendemain au rendez-vous. Sa mere s'y trouva comme
elle me l'avoit dit, & je ne saurois dire au juste, si elle l'avoit
avertie ou non du tour qu'elle avoit envie de me jouër, & qu'elle me
joua bien-tôt après, parce que le pretexte que j'avois d'aller chez-elle
étoit si plausible que cette femme m'y pouvoit bien souffrir sans être
de moitié de sa fourberie; mais si elle n'en étoit pas encore avertie en
ce tems-là, elle le fut du moins bien-tôt après, puis qu'elle me permit
non-seulement de retourner voir sa fille, mais encore de lui conter des
fleurettes. Elle les reçût de la meilleure grace du monde, & comme si
elle y eut été très-sensible. Cela me fit d'autant plus de plaisir, que
j'en devenois de moment à autre amoureux de plus en plus. Cependant un
jour que j'y allois, je rencontrai à cent pas de sa maison un garde de
Mr. le Cardinal qui me dit que je ne mettois pas mal mes affections, que
ma maîtresse en valloit bien la peine, & qu'il la connoissoit assez pour
m'en répondre. Je fis semblant de ne pas entendre ce qu'il me vouloit
dire par là. Je lui en demandai l'explication, & il me dit aussi-tôt que
c'étoit inutilement que je voulois faire le fin avec lui; qu'il me
voyoit entrer & sortir journellement de chez la couturière, & que même
je n'y pouvois gueres mettre le pied sans qu'il ne s'en apperçût, qu'il
demeuroit au dessous d'elle, & que j'étois bien Privilegié de la voir
quand bon me sembloit, puis qu'il n'en avoit jamais pû venir à bout,
quoi qu'il y eut fait tout son possible.

Comme je vis qu'il me parloit ainsi d'original, je ne voulus pas lui
insister davantage. Je tombai d'accord du fait avec lui, & lui ayant
demandé si cette fille étoit aussi vertueuse qu'on me l'avoit dit, il me
répondit en riant que c'étoit à lui plûtôt qu'à moi à me faire cette
demande, parce que depuis le tems que je la voyois j'en pouvois rendre
compte mieux que personne. Je lui repartis que la connoissance que nous
avions faite ensemble n'étoit pas si ancienne qu'il croyoit, que je ne
l'avois vû encore que cinq ou six fois, tellement qu'il en devoit savoir
plus de nouvelles que moi, lui qui demeuroit dans sa maison. Il m'en
confirma tout le bien que j'en avois déja ouï dire, & nous étant separez
de la sorte je ne songeai plus qu'à avancer mes affaires auprès d'elle,
puis que j'apprenois de mille endroits que sa conduite étoit telle que
je ne devois point rougir d'y avoir mis mon inclination. Cependant deux
ou trois jours après cette rencontre m'y en étant allé à mon ordinaire,
sur les cinq ou six heures du soir, son frere y vint une heure après
accompagné de trois de ses amis, qui avoient l'air de vrais satellites.
Je fus surpris de le voir, & même jusques au dernier point. Car je
devinai tout aussi-tôt qu'il ne venoit-là que pour me faire pieces. Je
n'avois pas trop mauvaise raison, de le croire ainsi, & quand même je ne
l'eusse pas cru son compliment me l'apprit assez. Il me demanda ce que
je venois faire chez sa soeur, & si je croyois qu'il le souffrit
impunément: en même, tems il se jetta sur moi avec ses trois amis, &
n'ayant pû m'en deffendre, parce que je me trouvai surpris, il me dit de
me preparer à la mort, parce qu'il ne me donnoit qu'un moment à vivre.

Si j'avois été surpris de sa venuë, je le fus encore davantage de son
compliment. Neanmoins, ayant l'esprit assez present pour m'aviser d'une
chose à laquelle je fus redevable de ma vie, je lui dis que si je ne
pouvois obtenir grace auprès de lui, je le priois du moins de me donner
le tems de me preparer à mourir en bon Chrétien, qu'il souffrit que je
passasse dans un cabinet qui étoit à côté d'où nous étions, afin de me
recueuillir. Il me le permit, & en ayant fermé la porte sur moi avec un
crochet, qui s'y trouva fortuitement, je commençai à fraper du pied sur
le plancher, afin d'appeller le garde de Mr. le Cardinal à mon secours.
Il étoit par bonheur pour moi dans sa Chambre avec trois ou quatre de
ses amis qui devoient souper avec lui. Ils avoient entendu le bruit que
mes assassins avoient fait en entrant, & principalement en se jettant
sur moi. Ils n'avoient sçû ce que cela vouloit dire, parce qu'ils
n'avoient pas coutume d'en entendre tant: mais l'appel que je leur
faisois leur faisant juger qu'il y avoit quelque chose d'extraordinaire,
ils monterent en haut pour voir ce que c'étoit. Mes assassins
commençoient déja à vouloir enfoncer la porte du cabinet où j'étois;
mais les entendant sur le degré ils convertirent leur fureur en crainte;
voyant bien qu'on les obligeroit avant qu'il fut peu de rendre compte de
leurs actions. Le garde étant arrivé à la porte avec ses amis, ils ne
voulurent pas la lui ouvrir. Je lui criai au travers de la mienne
d'envoyer chercher un Commissaire pour leur faire faire de force, ce
qu'ils ne vouloient pas faire de bon gré. Il entendit ma voix au travers
du murmure que faisoient ces assassins, pour consulter ensemble ce
qu'ils avoient à faire dans une occasion si pressante pour eux. Ils
prirent le parti que la prudence leur conseilloit, & ce fut de leur
ouvrir la porte avant que le Commissaire arrivât. Comme il s'en étoit
détaché un de la Compagnie du Garde pour aller chercher cet Officier,
ils étoient alors quatre contre quatre, de sorte qu'il ne pouvoit
manquer qu'il n'y eut bien du sang répandu, parce que le desespoir ou
étoient ces assassins leur tenoit lieu de courage.

D'abord que j'entendis que la porte étoit ouverte, j'ouvris celle du
cabinet où j'étois, quoi que ces assassins m'eussent desarmé, en se
jettant sur moi. Ce n'étoit pas le moyen de donner grand secours au
garde ni à ses amis, mais le bonheur ayant voulu que ceux à qui j'en
voulois me tournassent le dos, j'en surpris un par derrière & lui
arrachai son épée, lors qu'il s'y attendoit le moins. Il se jetta dans
le cabinet de peur que je ne le tuasse, ou qu'il ne fut percé par
quelqu'un de ceux à qui il avoit affaire auparavant. Je le trouvai bien
là, me flattant qu'il n'auroit pas la hardiesse d'en sortir comme
j'avois fait. Nous fumes ainsi cinq contre trois, ce qui ne rendoit plus
la partie égale. Mais le desespoir où ils étoient suppleant pour eux à
l'inegalité ils se battirent avec tant de hardiesse, & de fureur qu'ils
nous avoient déja blessé deux hommes, quand le Commissaire arriva. Pour
ce qui est d'eux, ils l'étoient tous trois, & le secours que cet
Officier nous amena nous en ayant rendu les maîtres, sans qu'ils pussent
nous resister davantage, ils furent pris tous quatre, & emmenez au
Chatelet. L'on y mena aussi la mere & la fille, & quoi que j'eusse pitié
de celle-ci, & que je fusse porté d'inclination à lui pardonner, je crus
neanmoins que je ne le devois pas faire, après une aussi grande
tromperie que la sienne. Je pris soin dès le soir même d'informer Mr. le
Cardinal de cette avanture, & comme je ne manquai pas en même tems de
lui dire que j'avois l'obligation à son garde de m'avoir tiré de ce
mauvais pas, il fut si aise de voir que celui qui l'avoit voulu tuer
étoit entre les mains de la justice, qu'il lui donna une Lieutenance de
Cavallerie dans son Régiment. Il y devînt en suitte Capitaine, & étoit
encore en passe de devenir quelque chose de plus, quand il fut tué au
combat du Faubourg St. Anthoine qui se donna quatre ans après.

Les baricades de Paris après avoir eu le commencement que je viens de
dire avoient eu une fin qui avoit beaucoup chagriné la Cour. Mathieu
Molé premier President du Parlement, homme fin & rusé, & qui sous une
simplicité apparente & un desinteressement simulé cachoit un coeur tout
rempli d'artifice & d'interest, avoit été obligé par sa compagnie
d'aller redemander à la Reine Broussel avec les autres magistrats qui
avoient été arrêtez avec lui. Cette necessité lui avoit beaucoup déplu,
parce qu'il étoit pensionnaire de la Cour, & qu'il apprehendoit de
perdre ses bien-faits, en faisant quelque chose qui lui fut desagreable.
Comme il n'avoit pas été tout seul au Pallais Roial, & qu'il y avoit
avec lui des Députés de sa Compagnie, il lui avoit fallu parler à Sa
Majesté sur le ton qui lui avoit été prescrit. La Reine avoit assez mal
receu ce qu'il lui avoit dit, non pas tant toutesfois par rapport à sa
personne que par rapport à ceux de la part de qui il venoit. Il avoit
donc été obligé de s'en retourner sans rien obtenir; mais le peuple qui
restoit toûjours en armes pour garder ses baricades, l'avoit contraint
de retourner sur ses pas, lors qu'il s'étoit presenté. Ce n'avoit pas
été même sans lui faire des menaces, que s'il ne réussissoit mieux cette
fois là qu'il l'avoit fait l'autre, il lui en feroit porter la folle
enchere. Ce Magistrat s'étoit donc presenté pour la seconde fois devant
Sa Majesté, & ne lui avoit point caché la contrainte qui lui avoit été
faite: cela avoit jetté la Reine dans un grand embarras, parce qu'elle
apprehendoit de mettre l'authorité du Roi son fils en compromis. Mais le
premier President lui ayant dit tout de nouveau, de quelle maniere les
choses s'étoient passées à la baricade, & adjouté que si Sa Majesté
s'obstinoit à ne pas accorder la liberté des prisonniers, il ne lui
pouvoit repondre des suites qu'auroit la desobeïssance de ces seditieux,
elle se resolut de le croire, de peur de porter les choses à l'extremité
par une trop grande obstination. Le Conseil du Roi approuva sa
resolution, & l'ordre ayant été expédié pour les tirer de prison, la
sedition s'appaisa tout en aussi peu de tems qu'elle avoit été excitée.

Ces choses étoient en cet état quand on mena mes assassins au Châtelet,
Mr. le Cardinal qui y avoit des créatures les fit agir afin qu'on les
jugeât à la derniere rigueur. Ils ne voulurent pas le desobliger pour si
peu de chose. Car ils contoient pour rien la vie de ces miserables par
rapport à la bassesse de leur naissance, plûtôt que par rapport à leurs
actions. Ainsi ils les condamnerent à être pendus, dont ayant appellé au
Parlement tout ce que le Cardinal put faire fut de les faire condamner
au bannissement. Ce jugement ne lui plus pas tant qu'avoit fait l'autre,
si bien qu'apprehendant qu'au lieu de sortir du Royaume, ils ne se
cachassent à Paris, & qu'ils ne prissent leur tems pour l'assassiner, il
fit donner une Lettre de cachet pour les envoyer à Salses. S'il eut pû
les envoyer plus loin, & qu'il eut sû qu'ils y eussent voulu demeurer,
il n'eut pas manqué à le faire. Il envoya Besmaux pour les y conduire,
avec des Archers, commission qui ne lui plut gueres & dont je ne me
ferois jamais chargé si j'eusse été à sa place, aussi le lui dis-je sans
rien deguiser avant que de le laisser partir. Je m'y crus obligé plus
particulierement qu'un autre, parce qu'étant lui & moy sur le même pied,
auprès de son Eminence, j'apprehendois que la complaisance qu'il avoit
pour elle ne me fit tort. Il me repondit que quand on avoit un Maître ce
n'étoit que pour executer ses ordres, & non pas pour les controller, que
c'étoit là son humeur, & que pour moi je pouvois faire tout ce que bon
me sembleroit, sans qu'il y trouvât à redire. Je connus à cette réponse
qu'il ne tiendroit à rien qu'il ne me fit une querelle d'allemand, pour
peu qu'il y entrevit le moindre jour. Cela me surprit, parce qu'il avoit
temoigné d'abord que cette commission ne lui étoit pas agreable, comme
en effet elle ne le devoit pas être, pour peu qu'il y fit de reflexion;
quoiqu'il en soit étant bien aise de ne me point faire d'affaire avec
lui & moins encore avec Mr. le Cardinal à qui je craignois qu'il ne
voulut faire sa cour à mes dépens, je lui dis que bien loin d'improuver
ce qu'il faisoit j'étois prêt de lui donner ma bénédiction, afin qu'il
put partir sans scrupule. Je ne sais si je lui dis cela d'un air de
mépris, ou s'il le prit de cette façon, mais enfin m'étant presenté le
soir devant Mr. le Cardinal il me tourna le dos sans me regarder. Il fit
cela d'une manière si sensible que je ne pus douter qu'il n'eut quelque
chose sur le coeur contre moy. Je l'attribuai aussi-tôt à Besmaux, & ne
doutant point qu'il ne lui eut empoisonné ce que je lui avois dit, je
resolus de m'en éclaircir avec son Eminence à la premiere occasion que
j'en trouverois. Je ne me trompois pas, Besmaux qui étoit homme à
sacrifier le meilleur de ses amis, des qu'il y alloit seulement pour lui
de quelque apparence de fortune, n'avoit pas manqué à faire le flatteur
auprès d'elle. Il lui avoit dit, lors qu'il en avoit pris congé, qu'il
n'avoit pas tenu à un de ses amis de le dissuader de son voyage, sous
pretexte que sa commission étoit plûtôt celle d'un Archer que celle d'un
Gentilhomme; que pour lui, cependant il feroit non seulement ce
personnage de tout son coeur, quand il iroit de son service, mais encore
celui de Boureau.

Mr. le Cardinal n'étoit pas extrémement jaloux qu'on se donnât à lui
préferablement à tout autre, comme l'avoit été autrefois le Cardinal de
Richelieu. Il disoit même quelquefois, pour avoir lieu de condamner sa
memoire, & d'élever sa réputation à son prejudice, que bien loin de lui
ressembler, il n'auroit point plus de joye que de voir passer ses
Domestiques au service du Roi. Cependant quoi qu'il voulut paroître
ainsi desinteressé, il ne laissoit pas de ressembler à beaucoup d'autres
qui n'aiment pas qu'on trouve rien au dessous de soi, quand il y va de
leur satisfaction; se lassant donc aller à croire que j'étois fort
criminel, parce que Besmaux m'avoit fait passer pour tel dans son
esprit, il continua non seulement de detourner les yeux de dessus moi,
mais encore à me faire mauvaise mine. Je n'étois pas ni assez content de
lui ni assez coupable pour recevoir ce traitement avec patience. Si
j'eusse été coupable j'eusse été moi-même le premier à baisser les yeux,
pour me dire que je l'avois bien merité, & si je lui eusse eu quelque
obligation je me fusse dit peut être que l'on devoit tout souffrir d'un
homme à qui on étoit si redevable, mais ce Ministre étant encore à faire
la moindre chose pour moi, & d'ailleurs ne trouvant nullement qu'il se
dût tenir offensé de ce que j'avois dit à Besmaux, je l'attendis un jour
dans l'allée sombre où l'homme dont je viens de parler l'avoit voulu
assassiner. Je savois qu'il n'y avoir point de jour qu'il n'y passoit, &
même j'en savois l'heure, & pour ainsi dire jusques au moment; ainsi
n'ayant pas eu le tems de m'y morfondre, je ne l'y vis pas plûtôt ou
pour mieux dire, je ne l'y entendis pas plûtôt marcher, que je lui dis
Monseigneur ne craignez rien, c'est Artagnan qui ayant reconnu que vôtre
Eminence ne le veut pas regarder a cherché l'obscurité pour lui demander
en quoi il est coupable, sans l'obliger à baisser les yeux devant lui.
Mr. le Cardinal fut bien surpris à ma voix, & l'eut été encore bien
d'avantage s'il ne l'eut pas reconnuë, & que je ne me fusse pas nommé;
mais enfin s'étant rassuré par l'un & par l'autre, & sur tout parce que
je lui témoignois par mes parolles que rien ne m'amenoit là que le desir
de recouvrer ses bonnes graces, il me dit que s'il ne me regardoit pas
ce n'étoit pas sans raison; que si j'en doutois, je n'avois qu'à me
ressouvenir de ce que j'avois dit à Besmaux avant son départ. Je lui
répondis que je n'avois que faire de rappeller ma memoire pour m'en
ressouvenir, que je lui avoit dit telle & telle chose, & que non
seulement j'en demeurois d'accord, mais encore que si la chose étoit à
refaire, je n'en ferois pas moins que ce que j'avois fait; que je ne
voulois que lui même pour juge, s'il convenoit bien à un gentilhomme de
se mettre à la tête d'une troupe d'archers, quelque service qu'il y eut
à lui rendre: que genereux comme je le connoissois, j'étois sûr qu'il ne
l'approuveroit pas, quoi qu'un peu de préoccupation lui eut fait
témoigner d'abord tout le contraire; que s'il avoit à m'éprouver ce
pouvoit être par quelque autre endroit que celui là; & que quelque peril
qu'il y eut il ne me verroit jamais reculer, pour veu que cela se pût
faire sans deshonneur, mais que quand il y en auroit pour moi, ou que je
le croirois, il me verroit rentrer tout aussi-tôt dans ma coquille.

Il témoigna être content de ma justification, & Besmaux étant revenu
quelque tems après de son Voyage, je lui battis froid comme à un homme
dont je n'avois pas lieu d'être content. Champfleuri Capitaine des
Gardes du Cardinal qui étoit nôtre ami commun, & qui vouloit nous
raccommoder nous ayant conviez tous deux à venir manger la souppe chez
lui, sans que nous fussions ni lui ni moi que nous nous y devions
trouver, & encore moins boire ensemble, il se servit de cette occasion
pour nous prier d'oublier le passé. Besmaux ne demandoit pas mieux, & ne
jugeant pas que je me dusse faire tenir à quatre, parce qu'il y alloit
plus du sien que du mien, à tout ce qui s'étoit passé, je fis tout ce
que mon ami vouloit. Il nous fit choquer le verre ensemble, & les choses
s'étant passées de la sorte, sans que dans le fonds j'eusse grande
estime pour un camarade qui m'avoit fait une telle piece, je ne trouvai
point d'occasion de lui donner sur les doigts, que je ne le fisse de bon
coeur. Mr. du Tremblai Gouverneur de la Bastille frere du fameux Pere
Joseph, qui avoit joué un rolle de grande consequence sous le Ministere
du Cardinal de Richelieu, étant devenu malade en ce tems-là, je dis à
nôtre ami que s'il me vouloit donner seulement mille Pistoles pour mon
droit d'avis, je lui indiquerois une chose qui feroit sa fortune s'il
étoit si heureux que de la pouvoir obtenir. Il étoit fin, mais non pas
de cette finesse qui fait discerner aisément à quelle intention l'on
parle. Toute celle qu'il avoit ne rouloit que sur son interest, & hors
de là il n'étoit capable de rien. Il vouloit néanmoins qu'on le crut
fort habile, & j'avois la complaisance de feindre que je le croyois tel,
afin de me pouvoir moquer de lui plus aisément quand l'occasion s'en
presentoit. Rien donc ne l'empêcha de donner d'abord dans le paneau, que
la reflexion qu'il fit que si je savois une si bonne affaire, je la
demanderois bien plûtôt pour moi, que de la donner à un autre. Il me
témoigna sa pensée, & lui ayant répondu que si je n'y songeois pas,
c'est qu'il y avoit des choses qui convenoient à l'inclination des uns,
qui ne convenoient pas à l'inclination des autres: il m'interogea sur
quoi je me fondois, que ce que j'avois à lui proposer lui plairoit
plûtôt qu'à moi; je lui répondis qu'il étoit sur l'expérience, & me
répondant qu'il n'avoit rien à me dire après cela, il me conjura de lui
ouvrir mon coeur. Il me dit en même tems que je pouvois faire fonds sur
les mille Pistoles que je demandois, & qu'il m'en feroit son billet,
pour peu que je me defiasse de sa parole, je fus ravi de le voir de si
bonne foi, & comme je l'avois fait mordre à l'hameçon d'une maniere
qu'il ne s'en pouvoit plus dédire, je lui dis alors la maladie de du
Tremblai, & que s'il m'en vouloit croire il demanderoit son
gouvernement. Il fut si simple que de ne pas reconnoître encore que je
me moquois de lui. En effet il me demanda d'un grand serieux à quoi
j'avois reconnu qu'il y étoit plus propre que moi, & je fus obligé de
lui dire devant qu'il le pû comprendre, que cela ne m'avoit pas été
difficile, puis que devant que d'être bon concierge il avoit témoigné
qu'il étoit bon archer, qu'au reste il avoit si bien réussi à l'un qu'il
étoit impossible qu'il ne réussit encore bien à l'autre, que je lui
souhaittois toute sorte de prosperité dans cette nouvelle charge
principalement s'il avoit soin de me donner les mille Pistoles qu'il me
promettoit. Il ne fut pas bien aise que je le raillasse de la sorte, il
s'en plaignit à Champfleuri, qu'il tâcha d'interesser dans sa querelle,
sous pretexte qu'après avoir été employé dans nôtre raccommodement il
trouveroit que j'avois mauvaise grace de mépriser la peine qu'il y avoit
prise. Mais comme il étoit plus de mes amis que des siens, il n'en eut
pas toute la satisfaction qu'il esperoit.

Le Cardinal qui avoit pris plaisir jusques là à entretenir la guerre, &
qui pour en venir à bout plus facilement n'avoit pas fait tous les
efforts qu'il eut pû faire, s'il l'eut voulu terminer, changea alors de
politique. Il n'eut pas plûtôt veu les baricades de Paris, que jugeant
de là, combien il étoit haï, & le danger qu'il y avoit pour lui qu'il ne
s'élevât une nouvelle sedition, qu'il m'envoya en Allemagne vers les
Plenipotentiaires que nous avions en ce païs là. Il les y avoit envoyez
tout aussi-tôt après qu'il avoit été élevé au ministere, afin de faire
accroire aux Peuples qu'il vouloit signaler les commencemens de son
pouvoir par une chose aussi avantageuse à l'Etat que l'étoit la paix.
Comme on ne le connoissoit pas encore, & que la Reine mere y avoit été
trompée toute la premiere, croyant d'abord qu'elle l'avoit mise au poste
où il étoit, qu'il s'en acquitteroit mieux qu'un autre, parce que
l'intérêt, qui est un poison qui a coûtume de corrompre la plûpart des
Ministres, ne feroit pas le même effet sur lui que sur une infinité
d'autres, lui à qui elle ne voyoit ni enfans ni suivans, il n'étoit pas
difficile néanmoins de savoir qu'il avoit des neveux & des nièces & même
en grande quantité; mais il avoit toujours paru si indiffèrent pour eux,
qu'il sembloit que c'étoit à quoi il songeroit le moins qu'à les
enrichir, quand il se trouverait en place. Cependant l'appetit lui étant
venu à mesure qu'il se voyoit maître d'un grand Royaume, il n'avoit plus
songé qu'a pêcher en eau trouble afin de s'élever non seulement au
dessus de leur condition, mais encore de leur esperance. Pour cet effet
pendant qu'il fesoit sonner bien haut ses bonnes intentions pour la
paix, & que pour les justifier il alleguoit le depart des
Plenipotentiaires, il avoit envoyé des ordres secrets à l'un d'entr'eux
d'y faire naître des obstacles insurmontables. Il s'étoit donc écoulé
déja plusieurs années, sans qu'une assemblée si celebre eut rien
produit. Les habiles gens mêmes avoient reconnu, il y avoit plus de deux
ans, que tout cela n'étoit qu'une véritable mommerie; mais enfin le
peril dont il étoit menacé lui faisant voir la nécessité qu'il y avoit
pour lui de faire la paix avec les étrangers, pour se pouvoir deffendre
des ennemis Domestiques, j'en portai les ordres à Mr. Servient. C'étoit
un des plus fins hommes qu'il y eut jamais eu. Il jouoit ses collegues
comme s'ils n'eussent pas eu le sens commun; aussi y en avoit t-il un
qui n'étoit pas trop habile homme, & quoi que l'autre le fut d'avantage,
cela n'empêchoit pas qu'il ne le fit donner souvent dans le panneau.

Servient ayant receu ces ordres applanit bien-tôt toutes les difficultez
qu'il avoit fait naître lui même. Il fit consentir les Suedois, qui
avoient intêret à ce traité, à quantité de choses contre lesquelles il
les avoit fait roidir lui-même auparavant: la Religion Catholique y fut
un peu sacriffiée; on abandonna à ces Peuples quantité de païs où elle
avoit toûjours régné jusques-là, & où ils commencerent à l'abolir
insensiblement. On rendit aussi, pour plaire aux Princes Protestans,
l'Evêché d'Osnabruk alternatif entre les Lutheriens & les Catholiques.
Enfin l'Empereur qui étoit aussi pressé que le Cardinal de se delivrer
de la crainte que lui causoient les Hongrois & quelques autres ennemis
Domestiques, ayant consenti à demembrer l'Empire en faveur de la Reine
Christine, qui étoit alors assise sur le Trone du Grand Gustave son
Pere, ce traité fut conclu à Munster le 24. d'Octobre 1648. Le Roi
d'Espagne & le Duc de Lorraine n'y voulurent pas entrer, qu'on ne leur
rendit des conquêtes qui avoient été faites sur eux; & comme cela ne se
pouvoit sans honte de la nôtre part, le Cardinal, qui eut été bien aise
de leur faire mettre les armes bas, aussi bien qu'aux Allemans, se
consola de la resistance qu'ils y faisoient, par la connoissance que
chacun auroit qu'il n'auroit pas tenu à lui de rendre la paix generale.

En m'en revenant de ce païs là j'eus ordre de passer en Angleterre ou il
se joüoit d'étranges Tragedies. Ces Peuples après avoir chassé leur Roi
de leur Capitale, & lui avoir donné plusieurs batailles l'avoient enfin
réduit dans la fatalle nécessité de se jetter entre les bras des
Ecossois. Lui à qui c'étoit à les proteger avoit été si malheureux que
d'être obligé de réclamer leur protection. Les Anglois qui traitent
d'ordinaire ces Peuples de Barbares, ne le virent pas plûtôt entre leurs
mains, qu'ils resolurent de l'en tirer. Ils traiterent avec quelques uns
des Principaux qu'ils le leur livreroient moyennant une bonne somme
d'argent. La chose s'executa aussi tôt, & ce pauvre Prince fut fait
prisonnier de ses propres sujets. L'on a toûjours attribué la cause de
ces desordres à la Politique d'un grand Ministre qui avoit beaucoup à
coeur la gloire de l'Etat dont l'administration lui avoit été confiée.
Mais si cela est il a bien perdu son tems, quand il s'est efforcé de
passer pour aussi homme de bien que grand Politique. Une telle conduite
ne répond gueres à ce qui est répandu dans quelque livres de pieté qu'il
a composez, mais peut-être aussi ne les a-t-il donnez au public que pour
lui faire voir qu'il avoit assez d'esprit pour joüer tous les
personnages qu'il vouloit. Car il me souvient qu'il composa aussi une
Comedie dans le même tems, & même que le chagrin qu'il eut de ce qu'elle
n'avoit pas le même succez que celles de Corneille, lui fit entreprendre
de faire condamner le Cid par l'Accademie Françoise qu'il avoit établie.
Il pensoit apparemment que comme elle lui avoit l'obligation de son
établissement, elle se feroit un plaisir de lui témoigner sa
reconnoissance, par une complaisance aveugle; mais il en arriva tout
autrement qu'il ne pensoit, tellement qu'il eut encore le mécontentement
de se voir tondu de ce côté-là.

Quoiqu'il en soit si ce fut une chose fort extraordinaire que la prison
de ce Prince; ces Peuples n'en demeurerent pas là: après avoir resolu
d'agir criminellement contre lui & de le rendre soumis à leurs loix,
comme le pouvoit être le moindre d'entr'eux, ils en étoient venus de la
pensée aux effets. Cromwel qui s'est rendu fameux à toute la posterité,
en s'élevant de la qualité de simple Gentilhomme à celle de Protecteur
des trois Royaumes qui composent cette Couronne, étoit déja comme le
maître de cette nation. Il s'étoit attiré cette puissance par une
adresse merveilleuse qui avoit été suivie du consentement presque
universel de tous ces Peuples. Il étoit un des hommes du monde le plus
ambitieux; mais il sçavoit cacher ce deffaut sous de si belles
apparences qu'on eut dit au contraire qu'il n'y avoit point d'homme
moins superbe ni moins amateur des vanitez. Enfin il sembloit, tant il
sçavoit bien joüer son personnage, que la procedure criminelle qui se
faisoit contre Sa Majesté Britannique ne fut nullement de son goût, quoi
qu'il ne demandât pas mieux que de lui voir perdre la tête sur un
échaffaut. Les choses étoient dans cet état, quand la Reine sa femme qui
s'etoit retirée en France, il y avoit déja trois ou quatre ans, pria la
Reine Mere d'interposer son Authorité pour empêcher que cette felonie
dont elle prevoyoit bien le cours, n'allât plus loin. Le Cardinal qui
étoit bien aise que ces Peuples eussent des differens entr'eux qui les
empêchassent de se mêler de ceux de leurs Voisins, n'avoit pas pris trop
de soin jusques là déteindre ce feu, dont il ne lui étoit pas plus
difficile qu'à la Reine d'Angleterre de prevoir toutes les suittes. Mais
soit qu'il ne crut pas qu'elles pussent aller jamais si loin qu'on les
vit aller avant qu'il fut peu, ou que les ressorts secrets qui font agir
la plûpart des Ministres lui fissent fermer les yeux à toute autre
consideration qu'à celle qui regardoit le bien de l'Etat qui lui étoit
proposé, il étoit demeuré spectateur de toutes ces tragedies, sans
penser que la charité & même l'intérêt du Roi, ne lui permettoient pas
d'y être si indifferent. Il ne se fut pas même reveillé de cette
lethargie sans les pressantes sollicitations de la Reine d'Angleterre.
Cette Princesse qui vouloit, comme il étoit de raison, mettre toutes
choses en oeuvre pour ne pas voir perir le Roi son mari, après en avoir
parlé plusieurs fois à la Reine Mere, & à son Ministre, obtint enfin
qu'on envoyeroit tout de nouveau quelqu'un en ce pays-là pour y faire un
dernier effort. Plusieurs y avoient déja été inutilement, soit qu'ils
eussent des ordres secrets de ne faire les choses qu'à demi, ou qu'ils
ne trouvassent pas des dispositions favorables à réüssir dans leur
negociation; quoi qu'il en soit son Eminence ayant jetté les yeux sur
moi pour me confier une affaire de si grande importance, elle me donna
ordre de venir recevoir mes instructions de sa propre bouche. Ce n'est
pas qu'elle ne me les dut donner pas écrit, & même elle y faisoit
travailler par le Comte de Brienne, Secretaire d'Etat des affaires
étrangeres; mais comme il y avoit de certaines choses dont elle se
reservoit le secret, elle ne voulut pas les lui confier, & me les
expliqua tête à tête.

Je n'eus point de caractere public dans ce voyage, quoique je m'y fusse
attendu d'abord. Je m'en étois même déja rejouï par avance, sans en rien
communiquer néanmoins à personne. Parce que je savois que ce Ministre
vouloit tenir secret le lieu où j'allois: & en effet au lieu de le
publier, il voulut au contraire que je passasse non seulement incognito
en ce pays là, mais encore que je prise toute une autre route que celle
qui y conduisoit. Il étoit bien aise de depaïser par là ceux qui
seroient curieux sur ma marche, ainsi au lieu de me faire cheminer du
côté de la mer, il m'y fit tourner le dos. Je pris mon chemin par la
Champagne, & étant allé passer par Sedan, j'y rendis une lettre à Mr. de
Fabert qui de peu de chose s'étoit élevé jusques à la dignité de
Gouverneur de cette place qui étoit alors une des plus considerables de
tout le Royaume. Il avoit une étrange réputation, savoir de parler tous
les jours à ce qui s'appelle un genie, & on vouloit, je ne sais pas sur
quel fondement, qu'il l'avertit de l'avenir. Je sais bien pourtant ou à
peu près sur quoi tout cela étoit fondé, c'est qu'il avoit toûjours aimé
de certains livres qui ne sont pas trop bons, & qu'il s'étoit venté
d'une apparition lors qu'il étoit à neuf ou dix lieuës de Paris dans un
chateau qui appartenoit au Duc d'Epernon. Je ne saurois dire au juste si
cette reputation lui étoit bien duë ou non. Cela passe ma connoissance,
& tout ce que j'en puis dire c'est qu'il étoit homme d'esprit. Aussi le
Cardinal de Richelieu qui lui avoit fait donner ce Gouvernement en
faisoit beaucoup de cas, & ne faisoit gueres de choses sans en prendre
son avis. Le Cardinal Mazarin n'avoit pas fait d'abord tout de même, non
qu'il ne sut à peu près dequoi il étoit capable, mais parce qu'il
vouloit avoir pour lui ou pour quelqu'une de ses creatures son
Gouvernement, comme il avoit fait de la charge de Treville. Fabert
n'avoit pas voulu le lui donner, & cela avoit fait naître à son Eminence
la pensée de le perdre. Il s'y étoit même resolu d'autant plûtôt qu'il
étoit en grande liaison avec Mr. de Chavigni son ennemi declaré. Fabert
qui avoit reconnu d'abord sa méchante volonté pour lui ne s'en étoit
guerres mis en peine d'avantage. Comme on étoit dans un tems où il
suffisoit de se faire craindre pour ne se pas soucier beaucoup d'être
aimé, il s'étoit abstenu d'aller à la Cour, de peur de s'y voir arrêté.
Il avoit fait le petit Roi dans son Gouvernement, comme il arrivoit
alors de faire à quantité de Gouverneurs. Le Cardinal en avoit pris
l'allarme, de sorte que pour empêcher qu'il ne se jettât entre les bras
des ennemis, il avoit changé de conduite à son égard. Cependant comme
son coeur étoit toujours de même pour lui, il avoit tâché de l'attirer à
Paris sous divers pretextes. Il prétendoit toujours l'y faire arrêter.
Mais Fabert qui étoit tout aussi fin que lui & qui ne manquoit pas de
bons amis à la Cour, qui l'avertissoient de tout ce qui s'y passoit, il
n'avoit jamais voulu sortir de sa place, & y avoit trouvé de bonnes
raisons: tantôt il lui avoit mandé que s'il s'en éloignoit les ennemis
prendroient ce tems là pour l'assieger, & tantôt qu'il avoit lui-même
quelque entreprise à faire, qui demandoit sa residence. Le Cardinal
avoit bien entendu ce que cela vouloit dire, & n'avoit pas jugé à propos
de lui en demander une plus ample explication.

Les choses étoient demeurées en cet état pendant quelque tems, mais
enfin Fabert qui avoit envie de pousser sa fortune encore plus loin
qu'elle n'étoit, voyant que s'il en vouloit prendre le chemin, il devoit
gagner la confiance de ce Ministre, il étudia son inclination, afin de
le pouvoir prendre par son foible. Il reconnut bientôt que sa passion
dominante étoit l'avarice, ainsi lui proposant quelque expédient pour
diminuer la depense de sa Garnison, & pour empécher que nos trouppes qui
ravageoient bien autant la champagne qu'eussent pu faire les ennemis,
s'ils y fussent entrez, n'y continuassent leurs desordres, ils devinrent
à la fin si bons amis que ce n'étoit plus ce que c'étoit auparavant. Le
Cardinal lui écrivoit réglément toutes les semaines, & soit qu'il crut
que par le moyen du genie dont je viens de parler, il fut plus capable
qu'un autre de lui donner conseil, il commençoit à imiter le Cardinal de
Richelieu, c'est à dire à le consulter tout comme avoit fait ce
Ministre.

Je reconnus bien leur étroite intelligence, d'abord que je lui eus
presenté une lettre que son Eminence m'avoit donnée pour lui. Car après
m'avoir regardé comme pour m'arracher quelques parolles de la bouche,
comme il vit que je le regardois de mon côté sans lui rien dire, il me
demanda si je croirais réüssir dans mon voyage: je lui répondis que je
ne savois de quel voiage il vouloit parler, mais m'ayant dit que je ne
devois point finesser avec lui, & que Mr. le Cardinal l'instruisoit de
toutes choses, je ne reconnus pas plûtôt qu'il me disoit vrai à quelques
paroles qu'il me lâcha, que je lui repartis que je n'étois pas assez
habile pour lui en parler affirmativement, que tout ce que je lui
pouvois dire c'est qu'il ne tiendroit pas à moi & que j'y emploierois
tout mon savoir faire. 11 ne tiendra pas à vous, me dit il, & c'est de
quoi je suis bien persuadé sans que vous en juriez. Mais ou je suis bien
trompé ou vous vous en reviendrez sans rien faire: vôtre voyage ne fera
que hâter les mauvais desseins que cette Nation a contre son Roi, parce
qu'elle n'aime pas que les étrangers se donnent la liberté de se mêler
de ses affaires. Je lui répondis que peut-être prendroit-elle garde à
deux fois à ce qu'elle feroit, parce qu'elle apprehenderoit sans doute
que la paix ne se fit avec les Espagnols, tout comme elle venoit de se
faire avec les allemans, & que les deux Couronnes ne tombassent après
cela sur elle, lorsqu'elle y penseroit le moins. Il me repartit de
prendre bien garde à ne leur pas faire cette menace, parceque ce seroit
le moyen justement de tout gâter, que cela lui feroit faire un traité
avec l'Espagne qui ne vouloit point de paix, qu'elle ne l'avoit déja que
trop témoigné en refusant d'entrer dans celui qui avoit été fait à
Munster; que ce refus ne procedoit que de ce qu'elle esperoit que nous
nous brouillerions bien-tôt nous mêmes dans nôtre Etat; qu'elle n'avoit
pas trop de tort de le croire, parce que les esprits étoient disposez en
France d'une maniere qu'à la premiere chose qui arriveroit on verroit
d'étrangers revolutions; que le Cardinal avoit fait un coup d'étourdi
quand il avoit fait arrêter Broussel & ses compagnons; qu'il devoit
prevoir ce qui en arriveroit; mais enfin qu'après en avoir fait la
faute, il devoit la soutenir au peril de sa vie; que d'avoir fait
relâcher ces prisonnniers comme il avoit fait, c'étoit vouloir qu'on lui
fit la loi en toutes rencontres; qu'il ne tarderoit guerres à s'en
appercevoir, & que quoique l'orage fut appaisé en apparence, il le
verroit éclatter bientôt tout de nouveau & plus terrible mille fois
qu'auparavant; qu'au reste les Anglois étoient nos voisins de trop près,
& avoient de trop bons espions chez nous pour ignorer tous ces
mouvemens; que c'étoit ce qui leur donnoit la hardisse de faire le
procès à leur Roi, & ce qui le feroit perir miserablement; qu'ainsi si
le dessein du Cardinal étoit de le sauver, il lui diroit bien tout ce
qu'il avoit à faire, & tout ce que j'avois à faire aussi; que toutes mes
instructions ne devoient rouler que sur l'étroite correspondance que je
devois entretenir avec Cromwel & avec le Parlement d'Angleterre,
parceque si j'entreprenois de vouloir sauver Sa Majesté Britannique,
bien loin d'y pouvoir réüssir, je ne ferois que me perdre avec elle; que
quand il me parloit ainsi de moi, j'entendois bien apparement ce qu'il
vouloit dire par là; que sous mon nom il entendoit tout l'Etat qui étoit
presque tout aussi malade que le pouvoit être celui d'Angleterre.

Son raisonnement étoit fort juste, aussi Mr. Le Cardinal m'avoit dit de
bouche avant que de me faire partir, de prendre bien garde à tout, quand
je serois arrivé en ce Pais là; que si je voiois que tout y fut
desesperé pour Sa Maj. Britannique je le laissasse perir comme les
autres, puis qu'il ne me serviroit de rien de l'en vouloir garentir;
qu'au surplus de quelque maniere que les choses s'y passassent je
songeasse bien que l'intérêt du Roi, & celui de l'Etat ne demandoient
pas que les esprits s'y réünissent bien qu'ils pussent s'opposer à nos
entreprises. Je demeurai deux jours à Sedan où ce Gouverneur me fit fort
bonne chere, quoi qu'il ne se mit pas sur le pied de tenir une table
delicate, comme faisoient quantité d'autres Gouverneurs. Il songeoit
bien plûtôt à faire le bien de sa famille, qui étoit assez nombreuse,
pour croire qu'il ne mourroit pas sans heritiers. Je pris congé de lui
après ce tems là, & étant descendu à Liege par la Meuse, je passai de là
à Cologne où je croiois trouver cet Electeur. J'avois des lettres à lui
rendre de la part de son Eminence, mais ne l'y ayant pas trouvé, je fus
obligé d'aller à Breuil où il étoit. C'est une maison de plaisance qui
appartient à ceux qui jouïssent de cet Electorat. Je m'acquittai de ma
commission, qui n'étoit pas bien difficile. Cette lettre ne contenant
que des complimens qui étoient pourtant fort interessez, comme avoit
coutume d'être tout ce que faisoit ce Ministre. Comme il prevoioit aussi
bien que Fabert que sa Fortune n'étoit pas trop assurée, après ce qui
étoit arrivé, il tâchoit de se procurer une retraite auprès de cet
Electeur, en cas qu'il en eut besoin. Cependant comme il sçavoit que les
presens ne servent pas peu à entretenir l'amitié, je lui portai aussi
avec ma lettre un portrait de la Vierge, dont le Duc de Savoye avoit
fait present à son Emminence.

Je pris congé de lui après avoir demeuré deux jours à sa Cour, qui
n'avoit rien de recommandable pour un Prince souverain. Je trouvai même
que ses inclinations ne repondoient pas trop à la grandeur de sa
naissance. Il demeuroit enfermé tout le jour sans se montrer à personne,
& il s'occupoit là de la recherche de la pierre philosophale, du moins
si l'on en veut croire ce qui s'en disoit. Cela étoit cause qu'il
n'avoit jamais un sol, & tout son revenu s'en alloit en fumée au lieu de
vivre comme une personne de sa condition. Ce n'est pas qu'il n'y eut
assez à manger à sa table, mais tout y étoit si mal appreté, que quand
on sortoit comme je faisois d'un endroit où l'on faut aussi bonne chere
que l'on fait en France, on pouvoit dire que l'on y mouroit de faim. Je
fus de là à Bruxelles où je pouvois aller seurement, à cause d'un
passeport que son Eminence m'avoit envoyé à Breuil. Je n'y vis personne,
& n'y ayant fait que coucher, je fus m'embarquer à Ostende où j'appris
qu'il y avoit un vaisseau qui passoit en Angleterre. C'étoit un vaisseau
armé moitié en guerre, moitié en Marchandise, & nous n'eumes pas fait
plus de trois ou quatre lieuës que nous en vîmes paroître un autre qui
portoit Pavillon de France. Comme le nôtre portoit celui d'Espagne, ils
ne se furent pas plûtôt reconnus, qu'il ne leur en fallut pas davantage
pour se preparer de part & d'autre au combat. Ils étoient à peu prés de
même force, mais dans un moment cette egalité disparut; nous vîmes
avancer un vaisseau qui se hâtoit de venir vers nous comme y ayant grand
interêt. Il étoit beaucoup plus prés de celui de France que du nôtre, si
bien que celui-ci put discerner plûtôt que nous qui il étoit. Il étoit
espagnol & d'abord qu'il le reconnut, il s'enfuit au lieu de venir à
nous. Les deux vaisseaux espagnols commencerent ainsi à lui donner la
chasse, on le poursuivit même de si prés que je crus qu'il alloit être
pris. Cela me fit de la peine & le chagrin que j'en avois paroissant sur
mon visage, je ne m'entendis pas seulement accabler d'injures au même
tems, mais donner encore un coup de bâton dont je me crus assommé. Je
tournai la tête du coté d'où le coup venoit, pour voir qui étoit si
hardi que de me traitter de la sorte, je vis que c'etoit le Capitaine du
vaisseau, & bien que je ne puisse esperer vraisemblablement de m'en
venger, qu'il ne m'en coutât la vie, je ne laissai pas de mettre l'épée
à la main pour la lui passer au travers du corps. Rien ne lui fit
echaper mon ressentiment que la precaution qu'il eut de me tourner le
dos. Sa fuite me l'ayant ainsi dérobé, un Chevalier de Malthe Espagnol,
homme d'une des premieres Maisons de toute l'Andalousie qui avoit vu son
action, mit l'épée à la main tout aussi tôt, non pour m'aider à tuer
celui qui l'avoit faite, mais pour empêcher que quelques uns de ses
soldats à qui il avoit dit de me tuer n'exécutassent son commandement.
Il me dit de ne rien craindre, & qu'il periroit plutôt que de souffrir
que ce brutal m'outrageât davantage.

Le respect qu'on avoit pour lui fit que ces soldats n'oserent poursuivre
leur pointe. Les passagers même qui étoient en grande quantité dans le
vaisseau se rangerent auprès de nous pour empêcher qu'on ne nous fit
insulte. Les matelots qui bandoient tout leur esprit auparavant à
joindre le vaisseau François se relacherent alors de leurs soins pour
voir ce que cela vouloit dire. Comme c'étoit nôtre vaisseau qui le
serroit de plus prés, & que l'autre qui le poursuivoit n'étoit pas trop
bon voilier, il se servit de ce relâche pour se tirer de péril & nous le
perdimes bientôt de veuë; l'autre vaisseau en ayant fait tout autant, il
s'en vint à nous pour savoir à quoy il tenoit que nous ne l'eussions
pris. Il nous trouva sous les armes les uns contre les autres, dont il
demeura tout surpris. Cependant celui qui m'avoit outragé lui ayant
voulu faire sa cause bonne il lui dit qu'il n'étoit qu'un brutal, &
qu'il y avoit long-tems ou'il le connoissoit pour tel; qu'il étoit fâché
de n'avoir pas le pouvoir de m'en faire justice, mais que puisque
j'allois en Angleterre il me donneroit un bon conseil; que je m'en
plaignisse à l'Ambassadeur d'Espagne & qu'il le feroit arrêter tout
aussi-tôt. Je ne fus point content de cet expédient, que je ne trouvois
pas capable de me satisfaire, après l'outrage que j'avois reçû. J'eusse
voulu que l'on m'eut permis de lui passer mon épée au travers du corps,
ou du moins de lui couper le visage, comme il le meritoit bien; mais
enfin voyant que ce seroit inutilement que je m'efforcerois de le faire,
& que je n'en aurois jamais la permission, je répondis à celui qui
paroissoit si bien intentionné pour moi, que l'Ambassadeur dont il me
parloit ne sauroit peut-être ou prendre ce maître brutal, qu'ainsi je
n'en aurois aucune satisfaction. Il me repartit qu'il falloit de toute
necessité qu'il fut décharger ses Marchandises dans quelque Port
d'Angleterre; qu'elles étoient pour le compte de quelques Marchans
Anglois, & que ce seroit-là où on l'attraperoit; que cependant il me
diroit, pour me consoler toûjours en attendant, qu'il ne pouvoit venir
rien de bon d'un homme comme celui-là; qu'il avoit été renegat, &
corsaire, & que Sa Majesté Catholique ne l'avoit reçû en grace qu'à la
recommandation d'un des principaux de son Conseil; que l'accès qu'il
avoit trouvé auprès de lui ne meritoit pas neanmoins qu'il s'en ventât;
que ce n'avoit été qu'en lui faisant present d'une esclave qu'il avoit
achetée quelque part en Barbarie; que ce Ministre en avoit passé
maintenant sa fantaisie, de sorte qu'il ne falloit pas craindre qu'il
lui servit davantage de support.

Ce Capitaine, qui étoit aussi honnête que l'autre étoit brutal, ayant
fait ainsi tout son possible pour diminuer l'excès de mon ressentiment,
il nous fit monter dans son bord, le Chevalier de Malthe & moi, après
m'avoir promis qu'il seroit lui-même mon solliciteur auprès de
l'Ambassadeur d'Espagne. Il s'en alloit à Londres, & il nous y mena.
Nous y arrivâmes pour ainsi dire en moins de rien, le vent qui nous
poussoit étant si favorable qu'il ne pouvait gueres l'être davantage. Ce
Capitaine me tint parole d'abord qu'il y fut arrivé. Il raconta à
l'Ambassadeur tout ce qui m'étoit survenu, & lui en demanda justice en
mon nom. Je fus bien embarrassé si je devois l'aller voir, ayant peur
que ma visite ne fut pas approuvée de la Cour dans la situation où
étoient les affaires des deux Couronnes. Car elles se brouilloient
toûjours de plus en plus. Le Cardinal avoit fait arrêter tout
nouvellement sur la frontiere un homme qui venoit à Paris pour y porter
le Parlement à se déclarer entierement contre ce Ministre. Comme ils y
avoient vû beaucoup de disposition, parce qui étoit arrivé, ils se
flattoient que pour peu de soin que l'on prit à rattiser le feu qui
avoit commencé à paroître, il ne tarderoit gueres à causer un grand
embrasement. Cet homme fut fouillé quand on l'arrêta, & on lui trouva
sur lui plus de choses qu'il ne lui en falloit pour le perdre. Son
Eminence ne voulut pas qu'on fit éclat de cette affaire, de peur que
cela ne haussât le coeur aux mal-intentionnez, quand ils se verroient
soutenus par une Couronne qui avoit accoutumé de balancer le pouvoir de
la nôtre. Cependant comme il ne vouloit pas laisser ce crime impuni, il
m'écrivit de lui donner avis quand je serois arrivé à Calais, par où je
devois passer en m'en revenant.

L'embarras où j'étois touchant l'Ambassadeur d'Espagne ayant tenu
quelque tems mon esprit en suspens, je me deffis à la fin de mes
scrupules. Je considerai que la visite que je lui rendrois n'avoit rien
qui fut préjudiciable au service du Roi. Je fus donc le voir, & m'ayant
parfaitement bien reçû, je ne lui eus pas plûtôt conté mon affaire, que
faisant un jugement de moi plus avantageux que je ne devois esperer, il
me demanda ce que j'étois venu faire en ce païs là. Il soupçonna tout
aussi-tôt, à ce que je reconnus depuis, que j'y étois envoyé de la part
de la Cour, tellement que m'observant depuis les pieds jusques à la
tête, il me fut aisé de voir qu'il eut voulu être devin pour savoir ce
que j'avois dans le coeur. Je lui donnai le change, & afin qu'il ne le
put deffier de rien, je lui répondis que j'avois une affaire en France
qui m'avoit obligé d'en sortir, que je m'y étois battu contre un de mes
parens, & que comme les duels y étoient deffendus, sous de grosses
peines, je n'avois point eu de repos, que je ne me fusse vû en lieu de
seureté. J'eus beau déguiser ainsi ce que j'étois, je ne pus lui en
faire accroire. Il me demanda les tenans & les abboutissans de mon
prétendu combat. Je ne m'étois pas préparé à ma menterie, du moins comme
il le falloit être pour n'être pas trouvé menteur, de sorte que lui
ayant conté la première chose qui me vint dans la pensée, il lui fut
facile de savoir que tout cela n'étoit qu'une imposture; parce qu'il
avoit des gens sur les lieux qui lui en manderent la vérité. Je trouvai
cependant les choses si mal disposées pour réüssir dans ma négociation,
que suivant les instructions que j'en avois je ne jugeai pas à propos
d'en dire un seul mot; tout au contraire je tâchai de m'insinuer dans la
confiance de Cromwel pour qui j'avois une lettre de creance. Comme
c'étoit un fin politique il avoit des espions en campagne qui lui
rendoient compte de tous ceux qui entroient ou qui sortoient
d'Angleterre, pour peu qu'ils parussent gens à y devoir faire attention.
Il savoit ainsi ma venue dès le même jour que j'y avois mis pied à
terre. Au reste comme il s'étoit écoulé plus d'une semaine depuis ce
tems-là, & qu'il n'y avoit point d'apparence que j'eusse tant tardé à le
voir, si ce n'est que j'avois quelque chose à examiner auparavant, je
lui devins encore plus suspect, que je ne l'étois à l'Ambassadeur. Il
n'eut garde de m'en rien témoigner, & me traitant au contraire avec une
cordialité capable d'y prendre un bien plus fin que moi, il me dit qu'il
se tenoit bien redevable à Mr. le Cardinal des offres de service qu'il
vouloit bien lui faire faire; qu'il se donneroit l'honneur de lui
recrire, & que comme il ne témoigneroit jamais si-bien dans sa lettre la
reconnoissance qu'il avoit de sa bonté comme elle étoit gravée dans son
coeur, il me seroit bien obligé de lui vouloir dire de bouche tout ce
qu'il tâchoit de m'en faire connoître.

Il accompagna des paroles si obligeantes d'un Diamant qui pouvoit bien
valoir deux cent pistoles: il voulut que je le prisse, & je ne voulus
pas le refuser, de peur que Mr. le Cardinal ne le trouvât mauvais. Cela
m'eut ôté toute sorte de soupçon, supposé que j'en eusse eu auparavant.
Cependant comme tout conspiroit à me tromper aussi-bien du côté de
l'Ambassadeur, que de celui-là, son Excellence fit arrêter le Capitaine
qui m'avoit fait insulte d'abord qu'il sut qu'il étoit arrivé à
Gravesende. Il me fit dire en même-tems qu'il m'en feroit bonne & brieve
justice, & je n'eus pas de lieu d'en douter effectivement, puis qu'il le
fit mettre en prison. Il est vrai qu'il y avoit encore d'autres plaintes
contre lui que les miennes qui ne meritoient pas moins qu'il en fut fait
un exemple, que ce qu'il avoit fait contre moi. Au reste toutes ces
honêtetez m'ayant consolé de ma méchante fortune, au lieu de prendre le
paquebot pour me rendre à Calais, comme j'en avois le dessein
auparavant, je pris une barque tout exprès entre Douvres & un endroit où
il y a deux tours que les mariniers appellent ordinairement les deux
soeurs. Je le fis par ordre exprès de Mr. le Cardinal, qui m'avoit
recrit non-seulement de le faire, mais encore de débarquer auprès de
Boulogne à une baye dont je ne me ressouviens plus du nom. Il me mandoit
que j'y trouverois de ses nouvelles, & que je ne manquasse pas à
executer de point en point tout ce qu'il me commanderoit.

Je ne pris pas soin de cacher mon depart, parce que je ne croyois point
que rien m'y dut obliger; mais à peine fus-je parti de Londres que
Cromwel d'un côté & l'Ambassadeur de l'autre mirent des gens en campagne
pour m'enlever. Ils croyoient que je dusse prendre la route de Douvres,
& ne la point quitter, que je n'y fusse arrivé, mais comme j'avois ordre
de m'assurer d'une barque pour me rendre où il m'étoit ordonné, ils me
manquerent en chemin. Ils furent quand ils se furent redressez, que
j'avois fait marché avec un patron pour me rendre du côté de Boulogne.
Ils en chercherent quelque autre chacun de leur côté pour me devancer
s'il étoit possible, mais ayant perdu quelque tems avant que d'en
rencontrer, j'étois déja en seureté qu'ils étoient encore les uns & les
autres à plus de trois lieuës de moi. Comme ces deux barques suivoient
la même route que j'avois prise, & qu'elles cherchoient toutes deux la
même chose, elles ne se furent pas plûtôt apperçûës l'une & l'autre
qu'elles crurent que c'étoit justement ce qu'elles cherchoient. Elles se
presserent donc de se joindre, ce qui les en devoit desabuser, pour peu
qu'elles y voulussent songer; car si c'eut été moi comme elles
pensoient, je n'eusse songé qu'à suivre ma route, sans me mettre en
peine de connoître qui me suivoit. Mais comme on ne fait pas toûjours
reflexion à toutes choses, principalement quand l'esprit se trouve
préoccupé, ces deux barques qui étoient armées toutes deux de Mousquets,
ne furent pas plûtôt à portée de se faire une décharge qu'elles se la
firent sans se ménager en aucune façon. J'étois encore sur le rivage &
même je n'y faisois que d'arriver. Au reste je ne sus ce que cela
vouloit dire, & j'en fus quelque tems en peine. Cependant comme le vent
étoit bon pour venir en France, & qu'elles avoient fait encore près
d'une lieue lorsque cela arriva, j'eus le plaisir de voir ce combat, où
je ne croyois pas avoir tant d'interêt que j'en avois, puis qu'il se
faisoit uniquement pour l'amour de moi. Après cette decharge il s'en fit
encore une autre, devant que de s'aborder; puis en étant venus alors à
l'abordage, ils reconnurent quand ils eurent jetté les yeux les uns sur
les autres, que ce qu'ils cherchoient n'y étoit pas. Il y avoit eu deux
ou trois hommes de tués de chaque côté, & qui plus est un des deux
patrons étoit blessé d'un coup tout au travers du corps. Comme ils
virent cela, & qu'il ne leur serviroit de rien de se battre davantage,
ils firent leur paix, & entrerent tous dans une même barque, après
s'être dit que ce qu'ils cherchoient s'étoit sauvé. Car ils voyoient de
loin celle qui m'avoit apporté, & quoi qu'ils ne me pussent pas
reconnoître d'où ils étoient, ils se douterent bien que c'étoit moi. Le
patron qui étoit blessé s'en vint se faire penser où j'étois, & comme il
ne me connoissoit pas, & qu'on lui demanda à quelle occasion les gens
qu'il avoit avec lui s'étoient battus, il conta ingenuement tout ce
qu'il en savoit.

Je fus ravi de l'avoir évité si belle. Comme j'avois trouvé là les
ordres dont Mr. le Cardinal me parloit, & que c'étoit pour retourner en
mer, je crus que je devois attendre que ces gens s'en fussent éloignez,
afin de ne pas tomber entre leurs mains. Les ordres qu'il m'envoyoit
étoient de faire embarquer l'homme qui étoit venu pour debaucher le
Parlement, & de le voir jetter en mer avant que de m'en revenir, quand
nous ferions à quatre ou cinq lieuës de la rade. Comme il ne demandoit
que mon témoignage, & que je n'avois nulle part à l'execution je crus
que je ne pouvois pas desobeïr. Il avoit envoyé ce pauvre miserable sur
les lieux, sans lui signifier un ordre si cruel: on lui avoit fait
accroire au contraire qu'on le renvoyoit en son païs. Je ne sais ce
qu'il en avoit pensé en chemin, parce que ce n'étoit pas là son plus
court; mais enfin quand il fut à une demie lieuë de terre, & qu'on ne
craignoit plus qu'il fit retentir l'air de ses lamentations, on ne
feignit plus de lui dire sa condamnation Il fut bien surpris à cette
nouvelle, & se récria fortement contre l'injustice qu'il pretendoit
qu'on lui fit. Elle n'étoit pas trop grande, cependant, & il meritoit
bien la mort, puis que le droit des gens n'a jamais permis de faire ce
qu'il avoit fait. Il pretendoit bien le contraire néanmoins, & que puis
qu'il étoit envoyé par une Puissance on ne le pouvoit traiter ni comme
traitre ni comme espion, mais il eut beau reclamer contre son arrêt il
lui en fallut passer par-là. Il s'y resolut donc voyant que c'étoit une
necessité, & comme ceux qui le conduisoient avoient amené avec eux un
aumonier, il le confessa, puis il subit son jugement, avec plus de
confiance qu'il ne paroissoit en avoir d'abord.

Je m'en retournai ensuite d'où je venois, & ayant pris la poste à une
lieuë de là je passai par Boulogne ou je fus voir Mr. Daumont qui en
étoit Gouverneur aussi-bien que de tout le Boulonnois. C'étoit assez que
je fusse au Cardinal pour en être bien reçû. C'étoit un homme tout
politique, & tout dévoué à la faveur. Il me regala magnifiquement, &
après y avoir resté jusques au lendemain après midi, je repris la poste,
& arrivai à la Cour qui étoit encore à Paris. La Reine d'Angleterre qui
n'avoit point eu depuis long tems des nouvelles du Roi son mari, en
étoit extrèmement en peine, & sachant que je revenois de ce païs là,
elle m'envoya dire, comme j'avois l'honneur d'en être connu, qu'elle
seroit bien aise de me parler. Comme je n'avois rien de bon à lui dire,
j'eus d'abord la pensée de faire le malade, pour n'être pas obligé d'y
aller, mais considerant que cela ne pouroit pas toûjours durer, &
qu'outre cela elle pouroit envoyer quelqu'un chez moi, qui me presseroit
si fort de sa part que ce seroit presque la même chose que si j'avois
affaire à elle, je me resolus de lui obéïr. J'y fus donc, mais au lieu
de lui dire tout ce que je sçavois, je lui deguisai les choses
tellement, qu'elle n'en fut pas plus savante. Je lui dis qu'on tenoit le
Roi de si court, depuis deux ou trois mois, qu'il étoit impossible d'en
pouvoir parler que par presomption; que j'avois veu en ce païs là Milord
Montaigu, & quelques autres de ses plus fideles serviteurs, qu'ils en
étoient tout aussi en peine qu'elle en pouvoit être, & que ce Milord
ayant fait deguiser son neveu pour pouvoir l'aborder plus seurement, il
avoit été pris sur le fait & envoyé en prison.

Cette circonstance m'étoit tout à fait avantageuse pour lui faire
accroire ce que je lui disois, mais comme cette Princesse avoit de
l'Esprit infiniment, elle me fit réponse qu'elle étoit perduë, & que de
la maniere que je lui parlois elle voyoit bien que s'étoit fait du Roi
son époux. Je tâchai autant que je pus de calmer ses allarmes, mais
comme on a souvent un secret pressentiment de son malheur, elle pleura
amérement, sans que moi ni personne de tous ceux qui étoient autour
d'elle l'en pussent jamais empêcher. Elle n'avoit pas trop grand tort de
juger mal de ses affaires, & en effet les Anglois ayant poussé les
choses jusques à ce point de felonie que de faire comparoître leur Roi
sur la sellete, pour y rendre compte de ses actions, l'on vit ce que
l'on n'avoit jamais veu jusques là ni même ce dont on n'avoit jamais ouï
parler auparavant, l'on vit dis-je des sujets s'ériger en juges de leur
souverain, & le condamner à la mort. Toute l'Europe fut non seulement
toute étonnée d'un paricide si odieux; mais en gemit encore étrangement.
Cependant personne n'entreprit de le venger, au moins des Puissances
Voisines, parce que la plûpart avoient guerre ensemble, & qu'il y en
avoit même qui étoient affligées aussi bien que l'Angleterre de guerres
civiles. Nous étions malheureusement pour nous dans ce cas, & les
barricades de Paris avoient produit ce méchant effet, que tant du côté
de la Cour que de celui des Peuples il y avoit toutes les dispositions
imaginables à causer un embrasement, qui avoit bien la mine de ne pas
s'éteindre si tôt. La Reine Mere étoit au desespoir, de ce qu'on l'avoit
forcée, pour ainsi dire, le poignard à la gorge, de rendre la liberté à
un homme que le conseil du Roi son fils avoit trouvé assez coupable pour
l'en priver. Les Peuples de leur côte qui avoient été appuyés dans leur
revolte par le Parlement se tenant tout fiers de l'avoir veu couronner
par un succès avantageux au lieu de la punition qui leur en étoit duë,
n'en étoient que plus portés à faire éclater quelque nouvelle
desobéissance. La Cour n'osoit plus faire d'Edits qu'ils n'y trouvassent
à reduire, & comme les nécessitez de l'Etat demandoit qu'on en fit
journellement, ou du moins que le Ministre étoit bien aise de le faire
accroire, il y eut tous les jours des requêtes presentées au Parlement
pour ne pas souffrir qu'on égorgeat ainsi tout le Royaume pour enrichir
un homme, dont l'avarice étoit telle qu'il ne seroit jamais content
qu'il ne se fut engraissé du sang du Peuple.

L'on designoit assez par là le Cardinal Mazarin dont l'humeur ménagère
pour ne pas dire quelque chose de pis, deplaisoit furieusement à tout le
monde; mais quand on ne se fut pas assez expliqué pour le faire
connoître on le nomma bien-tôt formellement, afin que personne n'en put
douter. Le Parlement fut ravi que l'on eut ainsi recours à lui pour
servir de Mediateur entre le Roi & son Peuple: plusieurs de cette
Compagnie qui avoient bon appetit crurent que cela leur donneroit moyen
de faire leurs affaires, mais comme le Cardinal n'étoit pas trop
liberal, ils virent bientôt qu'ils auroient beaucoup à décompter, s'ils
vouloient faire fonds là dessus. Ceux qui avoient remarqué qu'il falloit
s'en faire craindre pour en arracher ce que l'on vouloit changerent
alors de batterie, & commencerent à le prendre à partie de tout ce qui
donnoit lieu de murmurer. Ils l'accusèrent de faire durer la guerre pour
ses intérêts particuliers & comme ils ne le pouvoient prouver à l'égard
de celle de Flandres, ils eurent recours à ce qui s'étoit passé en
Allemagne entre Servient & ses Collegues, afin que la connoissance que
l'on avoit du passé servit de préjugé pour ce qui se passoit
presentement. Ils formerent encore bien d'autres accusations contre lui,
& comme c'étoit sonner le bouteselle de la guerre civile, le Cardinal
resolut de les prevenir. La Reine Mere y étoit toute disposée d'elle
même, ainsi la veille des Rois cette Princesse ayant fait sortir de
Paris le Roi son fils, à qui le Cardinal donnoit déjà d'étranges
impressions de cette Ville, elle se retira à St Germain en Laye, Chateau
scitué sur la croupe d'une montagne qui est arrosée au pied, de la
riviere de Seine. On ne parla plus là que d'assieger ces seditieux, &
Mr. le Prince qui ne trouvoit rien d'impossible le promit à la Reine, ou
du moins de les bloquer, bien qu'il n'eut pas plus de dix à douze mille
hommes pour le seconder dans une si grande entreprise.

Le Parlement eut été bien étonnné quand il apprit ce dessein, si ce
n'est qu'il avoit préveu la chose de longue main. Cependant comme toute
sa prévoyance n'avoit pas été jusques là que de lui faire faire des
provisions pour un si grand Peuple, & même que cela étoit absolument
impossible, il crut qu'il feroit bien mieux de rechercher un
accommodement que de s'exposer aux reproches qui lui étoient
inévitables, s'il etoit cause de leur perte. Quantité de pauvres gens
qui alloient extrémement souffrir n'avoient que faire en effet des
mouvemens secrets qui les faisoient tous agir: la faim les alloit
presser, & l'on n'en pouvoit douter nullement, de la maniere que les
choses se passoient déja. Car enfin, comme une si grande populace ne
subsiste d'ordinaire qu'au jour la journée, il étoit non seulement tout
visible que quand elle viendroit à manquer de pain, elle l'en accuseroit
tout aussi-tôt; mais qu'elle l'en rendroit peut-être encore responsable.
Ce furent ces reflexions qui obligerent cette Compagnie de ne pas
pousser les choses si loin que quelques uns de ses membres eussent bien
voulu. D'ailleurs les plus sages étoient bien aises de se disculper de
quantité de choses, dont on les accusoit. Les plus éclairés vouloient
qu'il entrât plus de brigues & d'ambition dans toutes leurs assemblées
que de zele pour le bien public; ainsi ils deputerent quelques uns
d'entr'eux à St. Germain, offrant de se ranger dans le devoir, à de
certaines conditions, qui montroient encore néanmoins que s'ils ne
vouloient pas être les Maîtres tout à fait, du moins songeoient-ils à
tirer au bâton avec celui qui le devoit-étre. Cela deplut à la Reine
Mere qui avoit été avertie dés avant leur depart de Paris des
propositions qu'ils avoient à lui faire. Ainsi les ayant renvoyés sans
les vouloir écouter, le Parlement s'en trouva tellement scandalisé,
qu'il donna un arrêt contre le Cardinal. Il y fut déclaré ennemi de
l'Etat & en cette qualité indigne de remplir la place qu'il occupoit. Ce
corps donna ordre en même tems à ce que la Ville fut gardée, & comme
cela ne se pouvoit faire sans avoir des troupes, il ordonna quelques
nouvelles levées tant de Cavalerie que d'Infanterie.

Mr. de Longueville qui ne faisoit que d'arriver de Munster où il étoit à
la tête de nos Plenipotentiaires, plûtôt à cause de sa qualité que de
son merite, au lieu de se montrer reconnoissant de la grace que la Cour
lui avoit faite de le choisir par preference à un autre pour un poste si
considerable, fut le premier à se declarer contr'elle. Il quitta St.
Germain où il avoit d'abord suivi le Roi, pour venir offrir ses services
au Parlement. Cette Compagnie les accepta de bon coeur, & sa
desobéïssance ayant été suivie de celle de quelques autres grands, il
pretendoit, comme il avoit le rang au dessus d'eux à la Cour, que les
offres de service qu'ils avoient faites pareillement à cette Compagnie
ne lui pouroit préjudicier pour la qualité de Généralissime de ses
armées, quand il fut obligé de la ceder à un autre qui étoit encore plus
grand que lui. Le Prince de Conti ou tenté de changer sa crosse contre
une épée, car il étoit Abbé de St. Denis, ou envoyé peut-être par le
Prince de Condé son Frere pour avoir encore par son moyen quelque credit
dans le Parlement qu'il alloit perdre en se declarant contre lui, vint
aussi à Paris dans le même dessein qu'y étoit venu le Duc de
Longueville. Il mit d'accord par là quelques Ducs & quelques autres
personnes de qualité qui ne vouloient pas demeurer d'accord d'obéïr au
Duc de Longueville. Ils pretendoient voir auparavant un brevet dont sa
Maison se ventoit de devoir aller immediatement après les Princes du
sang. Ils ne croyoient pas cette pretention si bien établie qu'ils ne
songeassent à la disputer, sur tout ne voyant pas qu'il en joüit à la
Cour où l'on voyoit tous les jours les Princes de la Maison de Savoye &
de Lorraine lui disputer le pas. Or les Ducs soutenoient qu'ils ne le
cedoient point à ceux là, & que par consequent, ils ne devoient point
aussi le lui ceder. Mais si c'étoient là leurs pretentions le Maréchal
de la Motthe Houdancour qui étoit mécontent du Cardinal, & qui dans le
dessein de s'en venger, parce qu'il l'avoit fait mettre en prison, d'où
il ne faisoit que de sortir, étoit venu offrir pareillement sa tête &
son épée au Parlement, en avoit une contr'eux qui paroissoit beaucoup
mieux fondée que la leur. Il pretendoit que leur qualité de Duc
n'entroit point en concurrence avec la sienne, quand il s'agissoit du
commandement d'une Armée, & que les Maréchaux de France étoient de cent
piques au dessus deux à cet égard. Enfin toutes ces differentes
pretentions eussent peut-être causé encore une autre guerre que celle
qui étoit prête de s'allumer, quand le Prince de Conti les mit tous
d'accord par son arrivée. Ceux qui disputoient ce commandement au Duc de
Longueville n'oserent disputer à sa qualité de Prince du sang ce qu'ils
étoient prêts de soutenir contre l'autre, à la pointe de l'épée; ainsi
tout ce différent s'étant terminé par là Mr. le Cardinal me dit de me
préparer à retourner en Angleterre. Je pris la liberté de lui
répresenter que j'y étois suspect à Cromwel, qui y avoit bien encore
accru sa Puissance, depuis la mort funeste de Charles Premier. Cet homme
qui étoit un des plus grands Politiques qu'il y ait eu depuis long tems
dans l'Europe, après avoir reconnu par l'experience qu'il en avoit faite
en plusieurs rencontres, que les Anglois étoient gens à tout
entreprendre pour maintenir leur liberté, leur avoit fait abolir la
qualité de Roi, sous laquelle ils avoient toûjours vécu, pour s'ériger
en Republique. Il les avoit leurés par là d'une maniere que peu s'en
falloit qu'ils ne baisassent les pas par où il passoit, & qu'ils ne
coupassent ses habits en piéces pour en faire autant de Reliques. Jamais
on n'a veu en effet une si grande amitié pour un homme que ces Peuples
en eurent pour lui au commmencement. Il fit bien d'avantage encore en
leur faveur. Comme le commun Peuple après s'être délivré de la Puissance
Royale, regardoit encore une espece d'esclavage l'authorité que la
Chambre Haute avoit dans le Parlement, il la supprima tout de même qu'il
avoit déjà fait la Royauté. Il est impossible de dire les benedictions
qu'il en eut de la populace, elle en fit des feux de joye pendant
plusieurs jours, & en ayant receu des acclamations tout autant de fois
qu'il se montroit en public, son Eminence ne fut pas plûtôt qu'il avoit
fait ce coup là, qu'il le jugea capable de faire doresenavant tout ce
qu'il voudroit entreprendre.

La pensée qu'il en eut & celle qui lui vint en même tems de lier une
étroite amitié avec lui, fut cause du commandement dont je viens de
parler. Il fit attention à la réponse que je lui avoit faite là dessus,
& comme il sçavoit comment j'avois été poursuivi par les gens de ce
nouveau tiran, & par ceux de l'Ambassadeur d'Espagne, peut-être que ma
remonstrance eut fait quelque impression sur lui, si ce n'est qu'il me
croyoit plus capable qu'un autre de me ménager avec les esprits de ce
païs là. Il ne pretendoit pas seulement envoyer faire compliment à
Cromwel sur ce que son pouvoir augmentoit de moment à autre, mais
reconnoître encore ceux qui avoient le plus de credit auprès de lui,
afin de se les rendre favorables par ses largesses. Il me donna donc des
lettres de change pour vingt mille écus, me disant que s'il m'en falloit
d'avantage pour executer son commandement, je n'aurois qu'à l'en avertir
& qu'il me les envoyeroit aussi-tôt: C'est pourquoi rien ne me devoit
empêcher de faire des avances jusques à la somme que je trouverais bon
de promettre. Je partis comme malgré moi pour ce païs là; & Cromwel ne
me vit pas plûtôt qu'il me reconnut. Il me demanda aussi-tôt si je le
tromperois cette fois là comme j'avois fait l'autre, & que j'avois été
bien heureux de m'échaper de ses mains, que si j'y fusse tombé dans la
conjoncture où l'on étoit, il ne pouvoit me dire de quelle maniere il
m'eut traitté; parce que cela eut dépendu de mille choses; qu'il me
pardonnoit, presentement qu'il n'y avoit plus de peril, principalement
si je lui apprenois ce que j'étois venu faire en Angleterre en ce tems
là.

Cromwel me parloit avec tant de bonté & de cordialité que je resolus de
lui avouër naïvement toutes choses. Je ne pris pas garde que j'allois
deroger par là au caractere dont j'étois revêtu. Je sçavois bien
pourtant que dans le portrait qu'en a fait un homme de ce siecle, qui a
passé pour avoir beaucoup d'esprit, il a pretendu que bien loin qu'un
Ministre public doive faire le personnage que j'allois faire, il doit
bien plûtôt mentir avec gravité. C'est du moins la deffinition qu'il lui
donne, & qui n'est pas trop mal inventée, en égard au personnage que la
plûpart de ceux qui en sont revêtus jouent tous les jours à la veuë de
toute l'Europe; me departant donc à ce coup là de cette politique quand
je l'eusse même cru inseparable de ma qualité, je dis à Cromwel qu'il
n'avoit pas en trop de tort de me soupçonner pour être autre chose que
ce que je paroissois être; que j'étois venu effectivement la premiere
fois en Angleterre, à un autre dessein que de lui faire un simple
compliment; que j'avois eu ordre de sçavoir en quel état étoient les
affaires de Charles, & de me conduire selon ce que je viendrois à en
apprendre, qu'il ne le devoit pas trouver mauvais, parce que s'il se
mettoit à la place de Mr. le Cardinal il avoueroit qu'il n'en eut pas
moins fait que lui.

Il aima mon ingenuité, & me dit qu'on faisoit bien mieux les affaires de
son maître en convenant comme je faisois de la verité, qu'en s'efforçant
de la deguiser; qu'il vouloit être de mes amis, à condition que je fusse
des siens; qu'il m'en demandoit ma parole, persuadé qu'il étoit que
quand je la lui aurois donnée je la garderois inviolablement. Je me tins
extrémement honnoré de cette maniere d'agir, & lui disant que ce n'étoit
pas de mon amitié dont j'osois l'assurer, mail d'un respect dont je ne
me departirois de ma vie, il me répondit fort obligeament que je
laissasse là le respect, & que je lui accordasse ce qn'il me demandoit.
Je tâchai par une reponse toute remplie de defference & de soumission de
ne pas dementir la bonne opinion qu'il vouloit bien me témoigner avoir
de moy. Enfin cette entreveuë ayant de quoi me contenter infiniment je
tâchai de me servir de l'estime dont il m'honnoroit pour avancer auprès
de lui ce que Mr. le Cardinal m'avoit recommandé. Je lui parlai de la
passion que son Eminence avoit d'étre de ses amis, & qui étoit telle
qu'elle ne manqueroit jamais à la moindre chose qui seroit capable de le
lui prouver. Il me répondit en riant que je faisois mon devoir de tâcher
de se lui persuader, & que s'il vouloit faire le sien, il me répondroit
qu'il ne me conseilloit pas tellement de me fier à sa parolle que de
vouloir être sa caution; que ce Ministre venoit d'un Païs où l'on ne le
faisoit pas une loi de tenir tout ce que l'on promettoit, qu'il étoit
bien vrai qu'il n'y avoit point de regle si generale qui n'eut son
exception, mais enfin que d'être Italien & Ministre d'Etat d'un grand
Royaume, tel qu'étoit la France, & en même tems rempli de sincerité,
c'etoit presque deux choses incompatibles; qu'il le lui diroit à lui
même s'il lui parloit, comme il faisoit à moy, qu'il me diroit même que
plus il y trouveroit à redire plus ce seroit une marque qu'il lui auroit
dit la verité. Il se mit en même temps à goguenarder avec moy, sur
toutes les grimaces que l'on faisoit dans la plûpart des Cours, me
demandant si celles de France & d'Espagne en avoient jamais été
meilleures amies pour toutes les Ambassades qu'ils s'étoient envoyées,
aussi bien que pour toutes les alliances qu'ils eussent jamais
contractées ensemble. Je ne pus lui dire autre chose sinon que je
croyois qu'il avoit raison. Il aima encore ma bonne foi, & nous étant
separés de la sorte, il me dit qu'il me vouloit donner à diner en
famille avant que je m'en retournasse en France; qu'il ne pouvoit mieux
me marquer l'estime qu'il faisoit de moy, que de me traiter de la sorte;
qu'il n'en usoit comme cela qu'avec ses bons amis, & que de se
depouiller ainsi avec eux de sa dignité c'étoit leur montrer qu'on
n'avoit pas envie de les surprendre en quelque maniere que ce pût être.

Le Colonel Harrisson, Malmey & Lambert, étoient ses plus confidens. Il
me presenta lui même à eux, & ils me donnerent tous trois à manger, mais
trop proprement & avec trop de sumptuosité pour croire qu'ils le fissent
de bon coeur; car quand on donne à manger à ses amis on n'y fait point
tant de façon. Je fus ravi qu'il me fit connoitre ainsi lui même ceux
qui étoient les siens, & ne m'y pouvant plus tromper, puisque c'étoit de
sa propre bouche, me les avoit nommés, je leur rendis à sous trois un
repas, qui n'eut pas été inferieur au leur, si j'eusse eu une maison
aussi bien meublée que je l'eusse pu souhaitter pour les recevoir; mais
comme il y a bien à dire qu'il y en ait en ce Pais là de telles, comme
il s'en trouve une à S. Cloud chez le nommé Denoiers, tout ce qui put
manquer à mon festin, c'est que le lieu où nous mangeames ne répondoit
pas à la depense que j'y avois faite. Il est vrai que je n'y avois rien
épargné, d'autant plus que je pretendois bien le mettre sur le compte de
M. le Cardinal. Je croyois qu'il n'y pourroit trouver à redire, & que
comme c'étoit pour ses interêts, & non pas pour les miens, que je les
traittois, il ne m'en diroit jamais mot. Je fis après cela tout ce qu'il
falloit faire, & tout ce que la prudence me pouvoit suggerer pour
attirer ces trois Colonels dans son parti: mais comme l'Ambassadeur
d'Espagne m'avoit primé, & qu'il leur avoit promis monts & merveilles
pour être sourds à toutes les propositions qui lui pouroient être faites
de ma part, je trouvai des gens si durs qu'il me fut impossible de les
amollir. Je le mandai à Mr. le Cardinal, & l'informai en même tems de ce
que je croyois qui en étoit cause. Il me fit reponse que quoique les
Indes fournissent à l'Espagne des tresors que la France n'avoit pas,
comme nôtre Couronne l'avoit toûjours emporté pardessus l'autre, il
falloir tâcher encore que ce fut la même chose en cette occasion;
qu'ainsi je n'y epargnasse rien, & que je n'en serois point dedi,
quelque dépense que j'y eusse faite. J'avois déja offert mes vingt mille
écus pour les gagner. Ils avoient traité cela de bagatelle, & il falloit
bien que l'Espagne chantât sur un autre ton, puis qu'ils me méprisoient
si fort: mais enfin cette lettre me parlant en termes si précis que je
croyois pouvoir aller jusques à cent mille écus, s'il en étoit besoin,
j'en fus quitte à meilleur marché, puisque moyennant soixante mille, je
les fis convenir de faire tout ce que voudroit Mr. le Cardinal. Je le
mandai à son Eminence, me tenant tout fier de la victoire que je
remportois sur l'Ambassadeur; mais la reponse que j'en receus, au lieu
de me rejouïr, eut de quoi me mortifier étrangement. Il me manda que de
la maniere que j'en usois, il s'étonnoit comment avec les Soixante mille
écus je n'avois pas encore promis la Couronne du Roi mon maître; qu'il
n'avoit que faire de leur amitié à ce prix là, & qu'il aimoit mieux s'en
passer que de l'acheter si cher. Il m'ordonna en même tems de m'en
revenir, & n'en voulant rien faire que je ne me fusse disculpé
auparavant à ces trois Messieurs de mon manquement de parole, je le fis
du mieux que je pus, quoi que j'y fusse bien empêché.

Quand je fus de retour à Paris, & que je voulus porter dans mon compte à
son Eminence la dépense que j'avois faite pour les traiter, elle me dit
que je me moquois d'elle & me la raya; elle me dit aussi que s'il faloit
qu'elle payât tous les festins qu'il plairoit à ses Domestiques de
donner, le revenu du Roi n'y suffiroit pas, que c'étoit à ceux qui
convioient les autres à danser à payer les violons, & qu'il n'y avoit
que moi qui voulut y obliger les autres. La manière dure dont je vis
qu'elle me parloit & qui sentoit sa correction, me parut insupportable.
J'en parlai à Mr. de Navailles qui étoit comme son favori, ou qui du
moins avoit assez son oreille, pour lui redire quand il lui plairoit
tout ce que je lui aurois dit. Je lui dis que j'étois resolu de la
quitter, ne pouvant plus souffrir le mauvais traitement qu'il me faisoit
tous les jours; que je le priois de lui demander mon congé, & que je lui
en aurois obligation. Comme il étoit de mes amis il me demanda si je me
moquois de lui parler de la sorte, qu'il n'étoit pas homme à me croire
dans ma colere, & que s'il le faisoit, ce seroit le plus méchant office
qu'il me put jamais rendre; si je voulois perdre le tems qu'il y avoit
que j'étois à son Éminence; que je me donnasse patience & que ce qu'elle
ne faisoit pas en un jour pour ses domestiques elle le fesoit avec le
tems; qu'il étoit bien vrai qu'elle eut pu se dispenser de me dire tout
ce qu'elle m'avoit dit; mais que ce qui me devoit consoler c'est que je
n'étois pas le seul qui essuyât ainsi ses brusqueries, qu'il n'en étoit
pas exempt non plus que les autres, mais que comme ce Ministre avoit
toutes les graces du Royaume entre les mains, & qu'elles ne pouvoient
couler que par son canal, il falloit non-seulement se mordre les levres
quand on avoit la demangeaison de se plaindre de ses injures, mais
encore étouffer le ressentiment qui en pouvoit naître dans son coeur;
qu'il falloir prendre le bon & le mauvais des gens à qui l'on avoit
affaire, & se resoudre quelquefois à passer de mauvaises heures, afin
d'en avoir un jour de bonnes.

J'avois bon besoin de ces remontrances pour remettre mon esprit, tant il
étoit ulceré contre ce Ministre. Ce n'est pas que la dépense qu'il
jettoit sur moi injustement me souciat beaucoup, quoi que fusse dans un
tems à avoir besoin de toutes mes pièces: mais il me sembloit, comme il
étoit vrai effectivement, que quand il eut eu la raison de son côté
comme il étoit bien éloigné de l'avoir, il y avoit des manières plus
honnêtes que les siennes de faire la correction. Mais c'étoit-là son
caractere, & bien qu'il fut le plus fourbe de tous les hommes, il avoit
cela de particulier en lui, qu'au lieu bien souvent de cacher ce qu'il
pensoit il s'en expliquoit en des termes qui étoient encore mille fois
plus offensans pour ceux que cela regardoit, que le soupçon qu'il
pouvoit avoir, ou de leur fidelité ou de leur preudhomie. Quelques jours
après il y eut un Lieutenant aux Gardes de tué à un Château que l'on
voulut emporter en Flandres, & comme malgré le conseil que m'avoit donné
Mr. de Navailles j'étois resolu de le quitter à la première occasion que
j'en trouverois, je lui demandai cette charge qui me fournissoit un beau
prétexte de me contenter. Il me regarda, attentivement à cette demande &
craignant qu'il ne me dit encore quelque dureté, je me mordis la langue
d'avance, parce que je me sentois une certaine demangeaison de lui
parler comme il falloit, s'il venoit encore à me blâmer. Mais au lieu de
me dire quelque chose de desobligeant il me répondit avec son baragouin
dont il ne s'est jamais pû deffaire jusques à la mort, _Monsieur
d'Artagnan on ne connaît pas un homme pour le voir, j'ou vous avois
toujours pris pour un aigle, & j'ou vois que vous n'êtes qu'un oison. Me
vouloir quitter pour une Lieutenance aux Gardes; sachez qu'un Capitaine
dans ce Regiment voudroit avoir trouqué sa charge contre vous, & vous
avoir encore douné vingt mille écous de retour. Un Gouvernement est la
moindre chouse que peut esperer oun de mes Doumestiques; vouiez la belle
comparaison qu'il y a donc doune Lieutenance aux Gardes avec oun
Gouvernement_.

Un autre à ma place se seroit consolé de ce refus, par les belles
esperances qu'il me donnoit; mais comme c'étoit le plus grand prometteur
du monde, & que je le connoissois mieux que personne, je ne m'en crus
pas plus avancé pour cela. Je m'imaginai au contraire que son refus ne
venoit que de ce qu'il avoit quelque Marchand en main qui lui vouloit
donner de l'argent comptant de cette charge. Je ne me trompois pas, il y
avoit le fils d'un homme d'affaire qui la lui marchandoit. Ce n'étoit
pourtant gueres là le poste d'une personne de si basse naissance. Quand
j'étois arrivé à Paris ces sortes de charges n'étoient remplies que par
des gens de la première qualité, mais comme la condition chez lui
n'étoit pas ce qui lui paroissoit le plus recommandable, & qu'il faisoit
bien plus de cas de la richesse, il les eut données encore à un homme
moindre que celui-là, pourvû qu'il lui en eut voulu donner cinquante
pistoles plus qu'un autre. Le Duc de la Feuillade que le Roi à honnoré,
il n'y a pas long-tems, de la charge de Mestre de Camp de ce Regiment a
fait ces jours-ci une chose qui témoigne qu'il ne ressemble pas trop mal
à ce Ministre, à la reserve qu'il chante pouille quand on ne lui veut
pas donner ce qu'il demande, & que son Eminence ne se rebutoit point
jusques à ce qu'il vit qu'il n'y avoit plus rien à esperer pour lui. Le
fis d'un Fermier General de mes amis ayant voulu acheter ces jours
passez une Enseigne aux Gardes, d'une personne de sa connoissance & de
la mienne, & le marché en étant fait à quatorze mille francs, comme il a
voulu avoir l'agrément du Duc avant que de demander celui du Roi, il lui
a dit qu'il ne prit pas cette Charge de celui de qui il la marchandoit,
& qu'il lui en vouloit vendre lui-même une pareille qui étoit en sa
disposition: le fils du Fermier en a été ravi, parce qu'il a cru que
cela lui faciliteroit sa reception. Mais quand c'est venu à parler du
prix, l'autre en a voulu avoir deux mille Loüis d'or, sous prétexte que
ce qui coutoit quatorze mille francs à une personne de condition en
devoit couter vingt-deux tout du moins à un roturier comme lui. Il a
voulu ainsi verifier en sa personne ce qui se dit d'ordinaire des
villains, savoir qu'ils entrent dans les charges par la porte dorée:
mais quoi que celui-ci le soit de pere en fils, jusques à la millieme
generation, cela n'empêche pas qu'il n'ait mieux aimé ne pas entrer dans
les gardes que d'y entrer en donnant huit mille francs plus qu'il ne
falloit.

Mr. le Cardinal m'ayant refusé de la sorte, je résolus de faire ce que
me conseilloit Mr. de Navailles, c'est-à-dire de prendre patience,
jusques à ce qu'il plut à son Eminence de me donner quelque
établissement. Au reste comme je ne trouvois point que j'en pusse
prendre de meilleur que d'avoir quelque charge auprès du Roi, ce fut à
cela que je buttai uniquement. Besmaux ne me ressembla pas, & soit qu'il
aimât à trouver toujours la nappe mise, ou qu'il se sentit moins propre
à la guerre qu'à la servitude, bien loin de songer à sortir de celle où
il étoit, il ne demanda qu'à s'y enfoncer encore plus qu'auparavant. Il
dit à son Eminence que comme chacun étoit de son sentiment, & croyoit
avoir raison, il ne lui demanderoit pas comme moi de lui faire changer
de maître; mais de l'attacher tellement à lui qu'il en devint desormais
inseparable; que tout ce qu'il desiroit étoit d'avoir quelque charge
dans ses gardes; parce qu'il ne s'éloignerait jamais par-là de sa
personne. Je ne sais si une telle demande s'accordoit bien avec la
mouche qu'il portoit toujours au coin de l'oeil. Il ne l'avoit jamais
arborée que pour apprendre à tous ceux qui ne l'avoient jamais vû à la
guerre, que ce n'étoit pas sa faute qu'ils eussent eu de si méchans
yeux, puis qu'il falloit bien qu'il y eut été, aux marques honnorables
qu'il en portoit encore sur le visage; pretendant donc s'avancer par-là
bien plus avant dans la carriere que je ne ferois de ma vie, & me jetter
en même-tems de la poussiere aux yeux, il se trouva que Mr. le Cardinal
nous rendit justice bien-tôt après à l'un & à l'autre. Comme il le
croyoit plus propre que moi à garder sa salle, & moi plus propre que lui
à rouller dans l'armée du Roi, il lui donna la Lieutenance de ses
Gardes, & à moi une charge pareille à celle que je venois de lui
demander. Nous fumes ainsi contens l'un & l'autre, & je tâchai de servir
dans la mienne d'une manière que je n'y pusse pas demeurer toûjours. Car
quand on est poussé d'une belle ambition, quoi qu'on ait obtenu ce que
l'on desire, on desire bien-tôt quelque chose davantage. L'homme à cela
même de particulier en lui qu'il n'est jamais content de sa fortune: Il
aspire toûjours à quelque nouveauté, & le Roi même n'est pas exempt de
cette foiblesse, quoi qu'il semble que rien ne manque à ses desirs. Ouï
j'appelle foiblesse cette phrenesie qui fait que nous ne sommes jamais
contens dans nôtre condition presente, & en effet bien que je vienne de
lui donner moi-même un autre nom, je l'ai fait plûtôt sans y penser que
je n'en ai parlé selon que je devois, pour en dire la verité.

Le Cardinal après avoir emmené le Roi, de Paris, étant excité par la
Reine mere & par son propre ressentiment de venger les injures communes
qu'ils avoient reçûës du Parlement & des Parisiens qui ne les haïssoient
gueres moins l'un que l'autre, quoi qu'il y eut bien à dire qu'ils leur
en eussent donné le même sujet, le Cardinal dis-je après avoir resolu
dans son ame de ne pas laisser leur rebellion inpunie, tint Conseil avec
Mr. le Prince comme il s'y devoit prendre pour y réussir. Mr. le Prince
avoit été detourné d'abord de cette resolution par ses veritables amis,
& par ses bons & fideles serviteurs. Ils lui avoient representé qu'il
perdroit par-là l'amitié de cette Compagnie, que son pere, dont
l'exemple n'étoit pas à mépriser, avoit ménagée, tellement qu'il l'avoit
toûjours mise au nombre des choses qui lui étoient les plus precieuses.
Mais le Cardinal, qui quand il avoit une fois affaire de quelqu'un, ne
se soucioit guerres de faire des bassesses, pour veu qu'il put parvenir
à ce qu'il desiroit, se mit à genoux devant lui pour le prier de ne pas
abandonner ses interêts, qui dans cette occasion avoient une telle
connexité avec ceux de l'Etat, qu'on pouvoit dire que c'étoit presque
une même chose. Il avoit bien fait plus, il s'étoit raccommodé avec le
President Perrault, Intendant de ce Prince, qu'il ne pouvoit souffrir
auparavant, parce que, sous pretexte du merite & du credit de son
maître, il vouloit presque avoir autant de voix en chapitre que s'il eut
été lui même premier Ministre. Comme il étoit fier naturellement comme
le sont presque tous les gens qui viennent de peu, comme il venoit, il
parloit non seulement bien haut, quand il y alloit des intérêts de Mr.
le Prince ou des siens, mais encore de ceux de moindre personne qui
appartenoit à son maître. Il étoit President de la Chambre des Comptes,
qui étoit beaucoup pour lui, par rapport à sa naissance, mais étant de
ceux dont je viens de parler, c'est à dire de ces gens qui ne sont
jamais contens de leur fortune, il voulait être President à mortier. Mr.
le Cardinal le lui avoit promis par plusieurs fois, & même eu avoit
donné parolle à Mr. le Prince, mais comme il apprehendoit l'esprit
altier de ce President, il ne s'étoit pas beaucoup pressé de la lui
tenir. Il avoit trouvé un pretexte de s'en deffendre par le peu
d'obéïssance que rendoit le Parlement & par l'attache que tous ceux qui
possedoient de pareilles charges avoient à les garder. Il disoit, comme
c'étoit la verité, que l'un en rendoit une nouvelle création dangereuse,
& que l'autre mettoit de l'impossibilité à le gratifier d'une de celle
qui étoient déja sur pied. Il tiroit ainsi tout l'avantage qu'il pouvoit
esperer de leur raccommodement, sans qu'il lui en coutât rien, parce que
l'autre n'étoit pas assez deraisonnable pour lui demander l'impossible.

Le Prince s'étant ainsi rendu aux desirs de son Eminence, à quoi la
Reine mere encore ne contribua pas peu, en le conjurant de ne pas
abandonner son fils ni elle dans une conjoncture de si grande
consequence pour eux, il fit marcher ses troupes du côté de la Riviere
de Seine au dessous de Paris. Leur petit nombre les empêcha de se
pouvoir emparer de tous les postes avantageux, & comme Charenton étoit
du nombre de ceux qui n'étoient pas occupez, le Prince de Conti qui
avoit été declaré Generallissime des forces du Parlement y envoya deux
mille hommes sous le commandement du Marquis de Chanleu. Il fit des
barricades à la hâte pour se deffendre dans ce trou qui ne valloit rien.
Le Comte de Brancas, Chevalier d'honneur de la Reine Mere, tâcha de le
retirer de sa desobéïssance avant qu'il la fit éclatter davantage. Ils
étoient proches parens, & les liens du sang qui doivent se faire sentir
particulierement dans un tems, comme celui-là, le rendirent hardi à ne
lui rien déguiser pour lui faire reconnoître sa faute; mais comme
l'autre se plaignoit du Cardinal qu'il accusoit de l'avoir laissé en
arriere pour avancer des gens qui avoient beaucoup moins servi que lui,
il ne le voulut jamais croire.

Mr. le Prince qui avoit peur que les Parisiens n'entreprissent de
secourir ce poste qui n'étoit éloigné de leurs Faubourgs que d'une
petite lieuë tout au plus, s'avança lui même de ce côté là, quoi que
cette bicoque fut indigne de sa presence. Il se mit au dedans des
murailles qui enferment le Parc de Vicennes avec quelques Cavalerie
pendant qu'il fit garder l'Abbaye de Conflans & Carrieres par son
Infanterie. Il chargea le Duc de Chatillon de faire cette attaque; &
comme celui-ci vouloit à toute force être Marêchal de France, il
esperoit que le Cardinal qui avoit à coeur cette entreprise, lui en
tiendroit plus de compte que de tout ce qu'il avoit pû faire, d'ailleurs
M. le Prince se servit des murailles du Parc de Vincennes comme d'un
rétranchement pour n'être pas accablé par le nombre; car les parisiens
ne pouvoient venir à lui que par des breches qu'il y fit faire, & qui se
voyent encore aujourd'hui au même état qu'il les mit. Le Duc de
Chatillon qui s'étoit toûjours montré digne du grand nom qu'il portoit,
après avoir reconnu cette bicoque que Chanleu croyoit qu'il dut attaquer
du côté de Paris, parce que c'étoit celui qui paroissoit le plus foible,
le trouva si bien fortifié qu'il ne crut pas s'y devoir attacher. Il
aima mieux s'addresser du côté du temple que les gens de de la Religion
ont dans ce Bourg, quoi qu'il fut naturellement plus fort que l'autre, &
que Chanleu y eut jetté quelque Infanterie pour prendre en flanc ceux
qui s'avanceroient de ce côté là; mais comme il avoit négligé d'y faire
des retranchemens, comme il avoit fait ailleurs, & que l'art passe
souvent la nature, il se trouva pris justement du côté qu'il ne
s'attendoit pas. Il y courut lui même pour le deffendre, & il s'y exposa
d'autant plus qu'il avoit peur qu'on ne l'accusât d'avoir negligé de
prendre ses précautions par une sotte credulité. Il avoit promis outre
cela au Parlement que moyennant qu'il lui donnât le nombre de troupes
qu'il demandoit, il conserveroit ce poste ou qu'il s'enseveliroit sous
ses ruines. Ainsi ayant fait une belle deffense & l'attaque n'étant pas
moins vigoureuse, l'on vit bientôt tomber de part & d'autre quantité de
monde sans savoir encore qui auroit le dessus. Le Duc de Chatillon qui
avoit accompagné Mr. le Prince dans toutes ses Victoires & dans
l'attaque de plusieurs places qui étoient tombées devant lui, fâché de
voir resister cette bicoque après avoir aidé à tant de grandes actions,
fit alors un dernier effort pour faire plier les troupes qui lui étoient
opposées. Il y réüssit & les ayant chassez de leurs retranchemens, il
les fit abbattre pour se faire un passage afin de s'avancer plus avant.
Ses gens entrerent ainsi dans la rûë par où l'on va au Temple. Chanleu
leur y fit tête, le mieux qu'il put, & comme il se ressouvenoit de la
parolle qu'il avoit donnée au Parlement, il s'y fit tuer en faisant tout
ce que pouvoit faire un homme de tête & de courage. Le Duc de Chatillon
ne trouvant plus rien qui lui fit resistence après la mort de Chanleu,
s'avança vers le temple où il prétendoit bien que ceux qui étoient
dedans missent les armes bas, & se rendissent prisonniers de guerre sans
coup ferir. Mais lors qu'il se defioit le moins de sa mauvaise fortune,
il lui fut tiré un coup de là; dont il perdit d'abord connoissance. On
le fut dire à Mr. le Prince qui en eut été plus fâché qu'il ne fut s'il
n'eut pas été amoureux de sa femme; mais comme le Duc s'étoit mis depuis
peu sur le pied de mari incommode, & que ce Prince n'aimoit pas à être
gehenné, il dit à Guittaut qui étoit auprès de lui, il eut tout aussi
bien fait de n'être point jaloux, puis qu'il avoit si peu de tems à
vivre. Les gens du Duc ne laissèrent pas nonobstant la bravoure
d'achever la conquête qu'il avoit entamée. Les troupes de Chanleu s'y
firent presque toutes tailler en pièces, quoi que la mort de leur
Gouverneur les dut rendre moins hardis. On porta cependant le blessé à
Vincennes, où il lui vint des Medecins & des Chirurgiens de tous côtez.
Le Roi lui envoya les siens, & Mr. le Cardinal en ayant fait tout
autant, il n'eut pas manqué d'en rechaper s'il n'eut tenu qu'à du
secours; mais sa blessure étoit mortelle, de sorte qu'il ne vécut que
jusques au lendemain, Son Eminence à qui j'étois encore m'y envoya pour
lui témoigner le chagrin qu'il avoit de son état. Je trouvai la Duchesse
sa femme auprès de lui. Elle étoit venuë en diligence de St. Germain,
lachant qu'il n'avoit plus gueres à vivre. Ce n'est pas qu'elle eut
grande amitié pour lui, elle avoit trop d'amans pour aimer un époux; &
comme c'étoit la plus belle personne de la Cour, & la plus coquette, il
avoit reconnu, mais un peu tard, que s'il eut bien fait, il eut cru son
pere, qui lui disoit avant son mariage qu'il étoit dangereux souvent
d'épouser une si belle femme. Je le trouvai tout attendri auprès d'elle,
soit qu'il eut regret de la quitter ou que n'ayant pas encore trente
ans, il ne put soutenir son malheur avec la même fermeté qu'il eut fait
s'il eut été dans un âge plus avancé. Charenton ayant ainsi été emporté,
Mr. le Prince retourna à St. Germain avec le Duc d'Orleans qui avoit
voulu être present à cette action. On avoit dit au Cardinal qu'il étoit
sorti plus de vingt mille hommes de Paris pour s'y oposer, & que Mr. le
Prince leur avoit fait prendre la fuite, avec un seul Escadron. L'un
étoit vrai, & non pas l'autre, la verité étoit que ces vingt mille
hommes étoient bien sortis de cette grande Ville, mais non pas qu'ils se
fussent mis en devoir de venir l'attaquer. Ils s'étoient contentez de
montrer le nez sans oser en faire davantage; mais comme ce Ministre
étoit un donneur d'encens sans s'informer d'avantage si on lui avoit dit
vrai ou non; Mr. le Prince, lui dit-il d'abord qu'il le vit, _que
fairont les Espagnols d'oresenavant, vous qui tenez plus de monde vous
seul, que ne fait oune armée_. Il lui demanda en même tems à voir son
épée, supposant apparement qu'elle étoit teinte du sang des pauvres
Parisiens, mais Mr. le Prince qui ne vouloit point de louanges, qui ne
lui fussent dues, & qui même ne s'en soucioit guère après les avoir
meritées, lui ayant conté la chose comme elle étoit. _Ah qu'ou me dites
vous_, reprit-il, _& bien loin de me dire de ce qu'ou je viens
d'avancer, je les plains encoure davantage vous dont la voüe est plus
dangereuse que celle d'oun Basilic; faire enfouir vingt mille hommes
pour les regarder soulement, est un ouvrage qui n'appartient qu'à vôtre
Altesse_.

Il lui dit encore quantité de mommeries, qui eussent été bien mieux dans
la bouche d'un baladin que dans celle d'un Ministre d'Etat. Je crois
même que ce fut là la pensée de Mr. le Prince, quoi qu'il en soit, les
Generaux des parisiens étant tout honteux de ce qu'on leur avoit pris à
leur barbe un poste qui leur eut été facile de secourir, tachérent d'en
effacer la honte par quelque conquête plus considerable. Il n'y en avoit
gueres cependant qui leur pût faire grand honneur. Tout ce que nous
tenions au dessus, & au dessous, de la Seine ne valloit rien, & ne
méritoit pas le nom de place. La seule Ville de Melun avoit quelque
reputation à cause de son antiquité. Car elle a été bâtie avant Jules
Cesar, & c'est du moins ce que ses commentaires nous apprennent. Mais
comme ce n'est pas l'antiquité qui rend une Ville considerable pour la
guerre, & que si cela étoit il n'y en auroit gueres qui le fut en
comparaison de Treves, qui ne vaut pourtant rien; ce ne fut pas là aussi
où ils s'attacherent, parce que la riviere qui la divise en trois, de
sorte qu'on diroit presque que ce sont trois Villes, leur faisoit
craindre que s'ils separoient leurs forces pour l'attaquer, Mr. le
Prince ne tombât sur eux sans qu'ils se pussent secourir les uns les
autres. Ils bornerent donc leurs grands desseins à se saisir de
Brie-Comte-Robert, & de quelques autres bicoques. Sur la nouvelle qu'en
eut Mr. le Prince, il voulut quitter la Cour pour s'en venir dans son
armée qui tenoit pour le moins quinze ou vingt lieuës de païs. 11 avoit
mis le quartier du Roi à St. Denis, parce que ce lieu lui paroissoit
plus considerable que les autres, non-seulement parce qu'il renferme les
tombeaux de nos Rois, mais encore par là proximité de Paris. Mais le
Cardinal & la Reine mere lui témoignant que les lieux qui étoient à
attaquer étoient indignes de sa presence, il se laissa debaucher
d'autant plus aisément, qu'il avoit quelques amourettes qui lui
faisoient trouver agréable le sejour de St. Germain. Le Marêchal du
Plessis prit sa place. Le Comte de Grancey qui a été depuis Marêchal de
France & qui étoit alors Lieutenant General, ayant été detaché de son
armée fut attaquer Brie-Comte-Robert. Cette Ville qui est à l'entrée de
la Brie du côté de Paris fit mine de se deffendre, parce qu'il lui étoit
honteux de se rendre étant aux portes de cette Ville, dont elle pouvoit
esperer du secours; mais personne n'ayant paru pour deloger le Comte de
devant ses murailles, parce que le Marêchal s'étoit posté entre deux
pour l'empêcher, elle demanda à Capituler tout aussi-tôt. Quelques
autres Villes qu'on attaqua ensuite firent la même chose, & l'on ne vit
jamais plus de lâcheté qu'il en parut de la part des Parisiens, car quoi
que le Marêchal du Plessis n'eut qu'une poignée de monde, ils n'oserent
jamais se montrer devant lui. Il est vrai que comme on avoit tiré de St.
Denis les troupes qui y étoient pour marcher en campagne, & qu'il n'y
étoit resté qu'une Compagnie Suisse qui n'étoit pas capable de la
garder, ils forcerent cette place, se flattant que par cette prise ils
repareroient le blâme qu'on leur pouvoir donner avec justice, d'avoir
laissé perdre tout le reste sans coup férir. Mais s'ils se ventoient de
cette Conquête qui n'étoit pourtant pas capable d'effacer leur honte,
leur vanité fut bien-tôt étouffée par l'arrivée de Mr. le Prince. Il
quitta St. Germain pour venir reprendre cette place, il le fit même à
leur barbe sans qu'ils osassent encore s'y opposer.

Mr. le Cardinal fut ravi de toutes ces petites expeditions, qui, bien
que de peu de conséquence par elles mêmes, ne laissoient pas de
resserrer tellement les parisiens qu'ils commençoient à manquer de tout.
S'ils eussent bien-fait ils s'en fussent pris à leurs Generaux à qui
c'étoit à leur ouvrir les passages; mais comme ils ne songeoient tous
tant qu'ils étoient, depuis le premier jusques au dernier, qu'à faire en
leur particulier quelque accommodement avantageux avec la Cour, & qu'ils
n'avoient garde d'affranchir le peuple de leur misere, parce qu'après
cela il eut été trop insolent, ils trouvoient des difficultez à toutes
choses sans que le Parlement pût connoître s'ils disoient vrai ou non.
En effet ce n'étoit pas son métier de decider de tout cela, & il falloit
bien qu'il s'en rapportât à leur parole. La haine cependant de tous ceux
qui étaient dans la souffrance retomboit sur lui, parce qu'ils
l'accusoient avec raison d'avoir allumé la guerre pour ses intérêts
particuliers. Comme leur mécontentement & la misere qui augmentoit de
moment à autre dans la Ville étoient capables d'y exciter quelque
sedition, cette Compagnie si trouva bien embarrassée, & commença à
reconnoître, mais un peu tard, qu'on ne se soustrait jamais de
l'obeïssance que l'on doit à son Souverain, sans y trouver de grandes
difficultes. Tout commença même à lui devenir suspect jusques à ses
propres Membres, parce que plusieurs d'entr'eux, à l'exemple de ses
Generaux, avoient des relations à la Cour dont ils tâchoient de tirer
quelque grace devant que de lui promettre de rentrer dans le devoir.

Mr. le Cardinal qui ne demandoit pas mieux que d'augmenter le soupçon
que leurs confreres avoient de leur conduite, bien loin de finir avec
eux, les tenoit en suspens, pendant que sous main il faisoit part aux
autres de toutes les propositions qui lui étoient faites. Il m'employa
dans cette rencontre, & je l'y servis utilement. Je connoissois la femme
d'un conseiller qui étoit coquette à un point qu'elle vouloit que chacun
lui en contât. Je l'avois servie selon son inclination, parce qu'il ne
m'en devoit couter que des paroles, & qu'on n'a pas plus de peine à dire
à une femme qu'elle est jolie, quoiqu'on ne le dise souvent qu'au
prejudice de la verité, que si on lui disoit ce qu'on en pense
veritablement. Sa coquêterie avoit déplu d'abord à son mari, qui croyoit
que l'appannage d'un homme qui a une femme de cette humeur est d'être
bien-tôt ce que tant d'autres sont; mais le tems & l'experience lui
ayant appris que bien que cela arrive ordinairement il n'en étoit pas de
même avec elle, & que si elle aimoit la fleurette elle n'en aimoit pas
moins la vertu, s'y accoutuma, non-seulement, mais se fit encore souvent
un regal de lui entendre parler de ses intrigues. Elle lui avoit dit que
j'étois du nombre de ses amans, & comme je n'avois pas encore quitté Mr.
le Cardinal & que ce Magistrat croyoit que je pourrois être instruit
plus particulierement qu'un autre des demarches de ses confreres, elle
m'écrivit une lettre par son conseil dont la teneur étoit qu'elle avoit
cru que je lui disois vrai, quand j'avois pris soin quelquefois de lui
assurer qu'elle ne m'étoit pas indifferente, qu'elle craignoit bien
cependant de s'y être trompée, parce que quand on aimoit veritablement
on trouvoit bien moyen malgré ce qui se passoit entre les deux partis,
de revoir ce que l'on aimoit; que l'on n'étoit pas si exact sur les
passeports que je n'en pusse obtenir un, pour peu que je voulusse m'y
employer; qu'elle s'offroit même de m'en sauver la peine, si j'y
trouvois quelque difficulté; que je n'avois qu'à le lui faire savoir, &
qu'elle m'en envoieroit un tout au plûtôt.

Je montrai cette Lettre à Mr. le Cardinal, non pas pour lui demander
permission d'aller voir cette Dame, car c'étoit dequoi je me souciois le
moins; mais pour savoir de lui s'il ne vouloit point se servir de cette
occasion pour me faire menager quelque chose dans la Ville qui pût
tourner à son avantage. Il me dit qu'il me savoit bon gré de lui en
parler, que j'eusse à accepter cette proposition, & que devant que ce
passeport m'arivat, il me diroit tout ce que j'aurois à faire pour son
service; qu'il y alloit penser serieusement, parce qu'après une meure
reflexion, on se trompoit moins que quand on decidoit des choses à la
bouluëve. Une heure après il m'envoya chercher pour me faire entrer dans
son Cabinet. Il me demanda d'abord qu'il me vit, si j'entendois bien à
faire l'amoureux, & lui ayant répondu qu'il avoir été un tems que je ne
m'en acquittois pas trop mal, & que je ne croyois pas encore l'avoir
oublié; tant mieux, me dit-il, mais ne me tromperas tu point, car quand
on a une maîtresse il est bien rare qu'on ne lui sacrifie pas son Maître
dans l'occasion. Je lui répondis que cela arrivoit quelquefois, mais non
pas à un honnête homme; d'ailleurs qu'il falloit que ce fut une
maîtresse aimée, mais que quand elle ne tenoit pas plus au coeur que me
faisoit celle-là, ni le maître ni même le moindre ami, n'avoit rien à
apprehender, que je ne l'avois jamais veuë pour m'en faire une attache,
mais par un simple amusement; que quand on en étoit sur ce pied-là avec
une personne, on demeuroit toûjours avec elle le maître de son secret;
qu'ainsi si elle ne savoit le sien que par moi, il pouvoit conter
qu'elle n'en seroit jamais plus instruite qu'elle le pouvoit être
presentement. Il me répartit que puis que je ne l'aimois pas, il avouoit
avec moi qu'il devoit mettre toute crainte bas, qu'ainsi j'eusse à lui
écrire sans perdre de tems qu'elle eut à m'envoyer le passeport qu'elle
m'offroit.

Je le fis d'abord que je l'eus quitté, & comme nous avions les mêmes
sentimens elle & moy, & que nous ne songions qu'à nous tromper, elle ne
perdit point de tems de sa part, pour m'envoyer ce que je lui demandois.
Je la fus trouver le premier jour que j'eus son passeport, & jouant
extrémement bien mon personnage auprès d'elle, j'en fis si bien
l'amoureux qu'elle trouva qu'une absence de cinq semaines comme j'avois
été, sans la voir, étoit un merveilleux secret pour rechauffer l'amant
le plus froid. Cependant pour ne me point dementir de l'ardeur que je
lui témoignois, je lui dis en confidence qu'avant qu'il fut peu
j'esperois que nous nous reverions, sans qu'il fut besoin d'avoir
recours à un passeport. Je n'en voulus pas dire davantage, sachant que
si je ne disois ainsi les choses qu'à demi, elle n'en auroit que plus de
curiosité de savoir ce que j'entendois par là. Cela ne manqua pas
d'arriver. Elle me pria de m'expliquer mieux, & feignant de me repentir
en quelque façon d'avoir trop parlé, je ne voulus jamais rompre le
silence qu'elle ne m'eut fait serment qu'elle ne raporteroit jamais à
personne ce que je voulois bien lui dire pour lui marquer mieux la
passion que j'avois pour elle. Je ne faisois pas trop bien de lui
demander une chose comme celle là, moi qui me doutois qu'elle me
tarderoit gueres à être parjure; mais enfin comme je savois que les
grimaces sont souvent de saison, & que même elles font mieux réussir que
tout le reste, je n'eus pas de peine à me deffaire des scrupules que je
pouvois avoir là dessus: la Dame me jura tout ce que je voulus, & je lui
dis après cela que tels & tels Presidens & tels & tels Conseillers
avoient promis à Mr. le Cardinal d'être dans ses intérêts au préjudice
de toutes choses, qu'on leur avoit promis des benefices à la plupart
pour leurs enfans, & que cela s'executeroit d'abord qu'il viendroit à en
vaquer; que moyennant cette recompense ils avoient promis de quitter
Paris incessamment, & de se retirer à Montargis où le Roi avoit
transféré leur compagnie par une Declaration; que ceux qui y resteroient
seroient en petit nombre après cela; de sorte qu'il ne seroit pas
difficile à son Eminence de les abbatre: d'ailleurs, que le peuple qui
se plaignoit déja d'eux les tourneroient bientôt en ridicules, voyant
que la plus saine partie de leur Compagnie les auroit d'abandonnez, &
que ce qui en resteroit dans la Capitale du Royaume ne meriteroit pas de
porter le nom de Parlement.

La Dame goba d'autant plûtôt cette nouvelle, que tous ceux que je lui
avois nommez étoient devenus suspects à leurs confreres, ils savoient
effectivement qu'ils avoient fait quantité d'avances à la Cour pour
embrasser son parti, & que si cela ne s'étoit pas encore conclu ce ne
pouvoit être tout au plus, que parce que leurs demandes ne s'accordoient
pas avec la gueuserie. Comme la plûpart des Provinces avoient part à la
desobéïssance du Parlement, & qu'elles suivoient son exemple l'argent
qui en revenoit étoit si rare, que bien loin de le pouvoir prodiguer,
comme ils desiroient, on ne pouvoit jamais en être trop bon ménager.
Aussi n'avois-je pas cru devoir avancer qu'ils eussent été gagnez par du
comptant, ce que j'eusse dit se fut détruit par l'état presente des
affaires, & il étoit bien plus à propos d'avoir recours, comme j'avois
fait, à une chose sur laquelle on ne me pouvoit convaincre de mensonge.
Le Mari à qui la Dame fit part de ce que je lui avois dit s'y laissa
surprendre aussi-bien qu'elle, tellement qu'en ayant fait rapport à ceux
de sa Compagnie qu il croyoit n'avoir aucune liaison avec la Cour, ils
firent diverses assemblées entr'eux où ils n'eurent garde d'appeller
ceux qui leur étoient suspects. Je n'avois pas nommé cependant à la Dame
ceux qui le leur devoient être davantage, & qui recevoient effectivement
des bien-faits de la Cour sans que personne en fut rien. Cela eut
detruit la confiance qu'ils avoient en eux, & par consequent les
services que ceux là rendoient, en affectant que tous les conseils
qu'ils dormoient étoient uniquement par rapport aux interêts de la
Compagnie, & au bien du Peuple. Quoi qu'il en fait cette finesse
commençant à jetter de la division entre la plûpart, on pouvoit esperer
d'en receuillir bien-tôt quelque fruit, quand le Duc de Beaufort qui
s'étoit sauvé de prison depuis peu, & qui avoit embrassé le parti du
Parlement tâcha de réparer le faux bruit qui couroit de la defection de
tous ces membres. Comme il ne pouvoit pardonner au Cardinal tous les
maux qu'il lui avoit fait souffrir, il ne pouvoit entendre sans horreur
qu'on voulue se raccommoder avec lui: ainsi prenant soin de justifier
ceux que j'avois tâché de noircir, je courais grand risque de voir
toutes mes esperances renversées, quand le hazard plûtôt que le reste
réunit les esprits au moment qu'ils paroissoient se brouiller de nouveau
tout autant qu'auparavant.

Le mauvais état des affaires des parisiens ayant obligé le Parlement
d'envoyer demander du secours aux Espagnols, l'Archiduc Leopold, qui
commandoit dans les Païs-Bas, crut non seulement devoir en promettre à
celui qu'il avoit envoyé vers lui; mais encore lui écrire une lettre de
sa propre main pour marquer qu'il pouvoit s'y assurer. Un de ses
Gentilhommes là lui apporta de sa part, & la Cour en ayant nouvelle, &
même que cet Archiduc devoit entrer lui même en personne en France pour
faire lever le blocus de Paris, la Reine Mère qui avoit toujours paru
ferme dans la resolution de punir cette grande Ville, changea tout d'un
coup de sentiment par le peril qui la menaçoit. Elle crut, avec raison,
que ce Prince qui avoit déja proffité de nos desordres en reprenant en
Flandres quantité de bonnes Places, pouroit bien y joindre en passant
celles qu'il trouveroit à sa devotion, soit sur la Frontiere de Picardie
ou même dans le coeur du Royaume; ainsi la nécessité l'obligeant de se
relâcher de la fierté, elle envoya un Heraut d'armes pour proposer
quelque accommodement au Parlement. Je ne sçais à quoi son conseil
pensoit d'envoyer ainsi un Heraut d'armes aux sujets du Roi, puis qu'ils
ne s'envoyent jamais que de Souverain à Souverain. Mais la crainte que
l'on avoit de la venuë de l'Archiduc avoit tellement troublé la cervelle
à la plûpart, qu'ils ne sçavoient plus ce qu'ils faisoient. Ce Heraut
s'étant presenté à la Porte St. Honoré avec sa cotte d'armes, & son
bâton, on en donna avis à cette Compagnie qui ne s'assembloit plus comme
de coutume pour vaquer aux affaires des particuliers, mais seulement à
celles qui avoient du rapport à elle, ou à l'Etat en general. Comme elle
étoit toûjours divisée entr'elle, & que ceux qui étoient bien
intentionnez pour la Cour ne cherchoient qu'à ramener les autres à leur
sentiment, ils prirent cette occasion aux cheveux pour les faire revenir
de leur devoir. Ils leur répresenterent qu'ils avoient tout tant qu'ils
étoient déja donné assez à mordre sur leur conduite, en envoyant
demander du secours aux ennemis de l'Etat, sans s'attirer encore de
nouveaux réproches; que s'ils recevoient ce Herault, ce seroit donner
lieu à leurs ennemis de les accuser comme ils faisoient déja de vouloir
s'ériger en Souverains; qu'ainsi il falloit le renvoyer, & faire sçavoir
à cette Princesse que s'ils ne l'avoient pas receu ce n'étoit que parce
qu'ils n'étoient pas si criminels qu'on tâchoit de les faire passer dans
son esprit.

Le Parlement trouva ce conseil tout à fait honnorable pour lui, & cet
avis ayant passé à la pluralité des voix, il envoya les gens du Roi pour
faire part à la Reine du sujet pour lequel on avoit renvoyé ce Herault.
Il y avoit parmi ces Deputez des gens bien intentionnez pour la paix, &
comme cette soumission étoit du goût de la Cour, & qu'elle vouloit
s'affranchir de la crainte qu'elle avoit de la venuë de l'Archiduc, elle
leur proposa une conference pour terminer à l'amiable les differens qui
divisoient les esprits. Ils ne purent l'accepter de leur chef, quelque
bon dessein qu'ils en pussent avoir. Il falloit qu'ils en fissent
rapport auparavant au Parlement, & l'ayant fait en des termes qui
marquoient que s'ils en étoient crus ou proffiteroit bien-tôt de la
disposicion où la Reine Mere étoit de leur pardonner, leur avis fut
suivi d'un consentement unanime. On convint de parr & d'autre que l'on
s'assembleroit à Ruel pour y examiner toutes choses. Le Parlement y
envoya des Deputez, & le Cardinal Mazarin y étant allé lui même de la
part de la Cour, le Duc d'Orleans honora ces conferences de sa presence.
Enfin après bien des contestations la paix fut concluë entre les deux
partis. Mais elle fut de peu de durée, desorte que devant qu'il fut peu
la guerre civile se ralluma si fortement que tout ce que l'on avoit veu
jusques là n'étoit rien en comparaison de ce qui se vit alors.

FIN.



                                TABLE
                                 DES
                        PRINCIPALES MATIERES
                    Contenuës dans ces Memoires.



   A.

   _Agnan_ (S.) Capitaine des Gardes du Duc d'Orleans.           400

   _Aire_ pris par les François.                                 130
     Le Cardinal Infant tâche de le reprendre.                   151

   _Angleterre_ (Reine d') refugiée en France.              262, 527

   _Angleterre_ (Roi d')                                         506
     Prisonnier                                             506, 527
     condamné à mort & executé.                                  518

   _Anglois_, leur caractére.                252, 253, 261, 263, 268

   _Anguien_ (le Duc d')                                         137
     Veut secourir Rocroi.                                       239
     Gagne la Bataille de Rocroi.                                242
     Va sur les frontieres de Lorraine, prend Thionville.
     Affaire qui lui arrive au Palais d'Orleans.                 399
     Ce qu'on dit de lui à l'affaire de Nortlinguen.             404
     S'acommode arec le Duc d'Orleans.                           421
     Assiege Dunkerque.                                     456, 458
     Prend cette Place.                                          461
     Prend le nom de Prince de Condé.                            474
     Ce qu'il fait aux guerres de Paris.                    547, 549
     Bon mot de ce Prince.                                       551
     Ses entretiens avec le Cardinal Mazarin.                    551

   _Aramis_. Mousquetaire Bearnois.                14, 266, 269, 347

   _Arras_, assiegé.                                              69
     Ce que disoient les Assiegez en raillant les François.   70, 71
     Demande à capituler.                                         84
     S. Preuil en est fait Gouverneur.                            90
   _Artagnan_. Sa famille,                                         1
     Est Bearnois.                                                 2
     Né d'un pere pauvre. Part du Bearn: avis que son pere
     lui donne en partant.                                         4
     Querelle qu'il a avec un Gentilhomme entre Blois & Orleans.   5
     Est mis en prison.                                         7, 8
     En sort.                                                     10
     Arrive à Paris.                                              13
     Se bat.                                                  20, 21
     Blesse son homme, sa générosité.                             22
     Le Roi le veut voir.                                         26
     Un Garde du Cardinal le traite d'Aprentis Mousquetaire.      30
     Se bat avec ce Garde & le blesse.                            31
     Le Roi lui parle & le fait mettre Cadet aux Gardes.          50
     Lui donne cinquante Loüis.                                   51
     Cherche à se batre avec le Gentilhomme avec lequel il y a           eu querelle.                                                102
     Se rend amoureux d'une Hotesse.                             105
     Le Gentilhomme le veut faire assassiner.               104, 113
     Les Assassins sont pris.                                    119
     Joue & gagne.                                               114
     Ce qui se passe avec son Hôtesse.                           127
     Va en Campagne.                                             149
     Revient. Ce qui se passe après son retour avec sa
     Maîtresse.                                        162, 164, 167
     Le Mari le surprend avec sa femme & lui lâche un coup de
     Pistolet.                                              167, 168
     Ce qui arrive au Mari.                            170, 173, 174
     On lui défend de voir sa Maitresse. Il la voit.        175, 200
     Ce que fait le Mari.                                   200, 201
     Est surpris par le Mari avec sa Maîtresse.                  204
     Saute d'une fenêtre.                                        205
     Comment il se tire de cette affaire.                        207
     Obtient un Decret contre le Mari & le fait emprisonner.     210
     M. de Treville lui fait une Mercuriale.                213, 215
     Promet de ne plus voir cette femme.                         217
     Ecrit à cette femme, qui lui fait réponse.                  218
     Cette femme le fait insulter par des Suisses.               222
     Est blessé.                                                 223
     Fin de cette amourette.                                     224
     Va en Angleterre.                                           250
     Se trouve à une Bataille.                                   256
     Retourne à Paris.                                           262
     Est appellé en duel par un Anglois. Reçoit un billet d'une
     Angloise.                                                   262
     Fait demander la vie à l'Anglois.                           270
     Reçoit un second Billet de l'Angloise.                      272
     Se rend amoureux de cette Angloise.                         274
     En est maltraité.                                           276
     Rend service au frere de l'Angloise.                        279
     La femme de Chambre de l'Angloise se rend amoureuse de lui. 286
     Avantures qu'il a à ce sujet.                287, 307, 309, 312
     Couche avec l'Angloise par un plaisant stratagème.          312
     Suite de l'avanture.                                   314, 315
     Malice que lui fait la Femme de Chambre, avanture
     plaisante.                                        318, 322, 323
     Lettre qu'il écrit à l'Angloise.                            316
     En obtient les dernieres faveurs volontairement.       333, 346
     On veut l'assassiner.                                       346
     Suite de cette affaire.                                348, 349
     On lui refuse une Casaque de Mousquetaire.             361, 362
     Entre dans les Mousquetaires.                               378
     Se rend amoureux d'une Dame. Caractere de cette Dame.       382
     Les Domestiques de cette Dame lui rendent de mauvais
     offices.                                               385, 387
     Gagne dans une seance neuf cent Pistoles.                   394
     Fait la Campagne en Flandres.                          420, 421
     Ce qui lui arrive au Siege de Bourbourg.                    401
     Se rend encore amoureux.                                    413
     Une Dame lui écrit une Lettre.                              491
     Ce qui lui arrive dans cette occasion. Fait une autre
     Campagne en Flandres                                   420, 421
     Est appellé auprès du Cardinal Mazarin pour Gentilhomme.    425
     Malheurs qui lui arrivent.                                  426
     On le veut encore assassiner.                               432
     Sa Maîtresse empoisonne son Mari                            433
     Elle se remarie. Fait une autre Maîtresse.                  441
     Histoire de cette Maîtresse.                      441, 453, 454
     Se veut marier avec Madame de Miramion.                455, 462
     Tire cette Dame des mains de Bussi Rabutin qui l'avoit
     enlevée.                                                    465
     Son état chez le Cardinal.                             468, 472
     Entre dans les Barricades de Paris.                    478, 480          Ce qu'il y fait. _La même_
     Ce qui lui arrive à ce sujet.                               486
     On veut l'assassiner encore.                                495
     Mauvais office que lui rend un de ses Camarades.            498
     Le Cardinal lui fait mauvaise mine.                    498, 499
     L'envoye en Allemagne vers les Plenipotentiaires pour
     la Paix.                                                    504
     Passe en suite en Angleterre.                          506, 509
     Ce qui lui arrive en son voyage & sur mer.             510, 517
     Reçoit un coup de bâton dans le Vaisseau.                   517
     De quelle maniere il se menage en Angleterre.               522
     Cromwel lui fait present d'un Diamant.                      522
     Part sans rien dire, d'Angleterre.                          523
     On le poursuit.                                             524
     Arrive à Paris.                                             527
     Le Cardinal le renvoye en Angleterre.                       534
     Caresses que lui fait Cromwel.                         535, 537
     Est traité par les Confidens de Cromwel, il les traite.     539
     Maneges qu'il fait en Angleterre.                      539, 540
     Retourne à Paris, où il est mal recompensé par le Cardinal. 540
     Est fait Lieutenant aux Gardes.                             556
     Ses intrigues pendant les troubles de Paris.                558

   _Athos_, Mousquetaire Bearnois.                 14, 167, 168, 347

   _Avantures_.                      5. 105 & suiv. jusqu'à 224, 264
     & suivantes jusqu'à 346, 382, 405, 441, 448, 455, 486, 510, 291
   _Voyez Meuniere. Portraits._

   _Aumont_ (le Maréchal d')                                     364

   _Autorité_ absoluë en France, son
    commencement.                                 160, 161, 176, 178


   B


   _Baiette_ (Fort de la) pris par le Maréchal de Gassion.       363

   _Bapaume_ assiegé par le Maréchal de la Meilleraye.           154

   _Baricades_ de Paris.                          478, 496, 528, 548

   _Bassompierre_ (le Maréchal de) sort de la Bastille, après la
    mort du Cardinal de Richelieu.                               199

   _Bataille_ de Rocroi.                                         142
   Entre le Roi d'Angleterre & les Parlementaires.               261

   _Baumont_, Gouverneur de Bologne, son caractère.              526

   _Bearnois_, leur caractère.                                  2, 9

   _Beaufort_ (le Duc de)                                        246       Arrêté.                                                     249
     Sort de prison.                                             562

   _Beauvais_ (l'Evêque de)                                      238
     Chassé de la Cour.                                          244

   _Beauvais_ (la) Femme de Chambre de la Reine.                 227

   _Bedfort_ (le Comte de)                                  252, 253

   _Bernajoux_ Capitaine du Regiment de Navarre blessé par
    d'Artagnan.                                               20, 22

   _Besmaux_, Cadet aux Gardes, se fait apeller Montlesun.    58, 59
     Son caractère.                                               55
     Fait faire un Baudrier en Broderie qui n'a point
     de derriere.                                     61, 63, 64, 68
     Sa fortune.                   395, 425, 452, 456, 468, 472, 545

   _Biscarat_, creature du Cardinal de Richelieu.                 20

   _Bouillon_ (le Duc de) a des engagemens avec les
   Espagnols.                                     133, 134, 136, 139
     Met le Siege devant Damvilliers, le Roi lui pardonne.       154
     Entre dans la Conspiration de Cinqmars.                     187
     Est arreté. Donne Sedan pour racheter sa vie.               196
     Est declaré Prince.                                         354

   _Bourbourg_ assiegé par les François.                         405

   _Boisdauphin_ (le Chevalier de)                               291
     _Voyez le Comte de Laval_

   _Bouvard_ Medecin du Roi, ignorant.                48, 49, 52, 55

   _Brancas_ (le Comte de)                                       548

   _Bresé_ (le Maréchal de) son caractère.                       141
     Enleve une femme dont il fait tuer le mari.            142, 154
     Méchant Office qu'il rend à S. Preuil.                      158

   _Bresé_ (le Duc de) sa mort.                                  458

   _Breuil_ Maison de plaisance de l'Electeur de Cologne.        515

   _Brie Comte-Robert_.                                          554

   _Briqueville_, Mousquetaire.                             165, 168

   _Broussel_.                                              477, 514

   _Bussi Rabutin_, son Caractére, enleve Madame de Miramion
     qu'Artagnan delivre.                                        463


   C.


   _Cahusac_, creature du Cardinal de Richelieu.                  20

   _Campagnac_, Gentilhomme Domestique du Duc de Bouillon fait
     un Traité avec le Cardinal Infant.                          138

   _Capelle_ (le Fort de la) pris par le Marêchal de Gassion.    363

   _Cardinal Infant_. Veut faire lever le Siege d'Arras.          69
     Attaque un Fort.                                         78, 79
     Le prend, on le reprend sur lui.                             81
     Le reprend, & est obligé de le quitter
     encore.                                       83, 151, 152, 236

   _Carmain_ (le Comte de) sort de la Bastille après
   la mort du Cardinal de Richelieu.                             199

   Cavois, Capitaine Lieutenant des Mousquetaires à pied du
     Cardinal de Richelieu.                                   36, 45
     Caractére de sa femme.                                       46
     Disgrace de Cavois auprès du Cardinal. Sa femme,
     lui fait faire le malade. Ce que produit cette
     supercherie.                                     45, 46, 52, 54

   _Champfleuri_, Capitaine des Gardes du Cardinal
     Mazarin                                                501, 503

   _Chancellier de France_, son caractére.                       230

   _Chanleu_.                                               550, 551

   _Charenton_ attaqué, pris.                          548, 551, 551

   _Châteauneuf_, Garde des Sceaux.                         247, 248

   _Châtillon_ (le Maréchal de)                     81, 82, 152, 153
     Son caractére.                                              142
     Bon mot de ce Maréchal.                                     552

   _Châtillon_ (le Duc de)                             474, 549, 551

   _Châtre_ (M. de la) arreté.                              248, 249

   _Chavigny._                                              195, 224
     Est acusé d'aimer la Reine.                                 225
     Le Cardinal Mazarin empêche qu'il ne se racomode avec elle. 227
     Se racomode avec le Duc d'Orleans. Ce qu'il fait contre
     la Reine.                                         228, 231, 235
     On lui ôte sa Charge.                                       244
     Avoit retiré chez lui le Cardinal Mazarin.                  249

   _Chevreuse_ (Madame de) son caractère.                        246

   _Christine_, Reine de Suède.                                  506

   _Cid_.                                                        507

   _Cinqmars_, fils du Maréchal Deffiat, favori de
     Loüis XIII.                                            178, 179
     Veut faire assassiner le Cardinal de Richelieu.        180, 183
     Le veut tuer lui-même, & fait faire un Poignard pour
     cela qu'il porte pendu au pommeau de son épée.              184
     Sa Conspiration.                                            187
     Sa dissimulation, ses artifice pour perdre le Cardinal.     188
     Persiste dans sa Conspiration.                              190
     Empêche le Roi d'aller trouver le Cardinal.                 193
     Est arrêté, perd la tête.                                   195

   _Coaislin_  (le Chevalier de)                                 248

   _Colonel_, à qui l'on fait essuyer une mortification.          72

   Combat entre deux Barques qui poursuivent d'Artagnan.         524

   _Condé_ (le Prince de) pere d'Anguien.                        397
     Sa mort.                                                    474

   _Condé_. (le Prince de) _Voyez Anguien_.

   _Confesseur_ (mot dit à un)                                   439
     Confesseur de Louïs XIII.                                   234

   _Conti_, Le Prince de Conti.                             532, 533

   _Couilloure_ pris par le Maréchal de la Meilleraye.           187

   _Courtrai_.                                         428, 432, 475

   _Couturière_ (avanture d'une) avec d'Artagnan.                486

   _Cox_, Anglois.                                               264

   _Cromwel_.                                                    507
     Son caractère.                                    508, 522, 534
     Ses confidens                                               538


   D.


   _Damvilliers_, repris par les François.                       154

   _Danneveu_, Mousquetaire.                                      84

   _Delpont_ (le Comte)                                     428, 432

   _Desnoyers_, Secretaire d'Etat.                               155
     Méchant office qu'il rend à S. Preuil             157, 224, 233
     Est disgracié.                                              234

   _Dissimulation_ nécessaire à un Ministre Public.              536

   _Ducs_.                                                       533

   _Dunkerque_.                                        456, 459, 461


   E.

   _Espar_ (d').                                            178, 179

   _Eperons_ (Journée des).                                      192

   _Essor_ (des) Capitaine aux Gardes.                  50, 365, 406

   _Essex_ (le Comte d').                                        255

   _Evremont_ (S.)                                          456, 459


   F.

   _Fabert_ (M. de) Sa mine.                                      17
     S'oppose au Maréchal de la Meilleraye.                      144
     Son caractére.                                              195
     Est pourvu du Gouvernement de Sedan.                        361
     Passe pour avoir un Genie.                                  510
     Sa politique à l'égard du Cardinal Mazarin.                 511

   _Feuillade_ (le Duc de la).                                   544

   _Folquin_ (le Fort de S.) pris par le Maréchal de Gassion.    363

   _Fondreville_, Gentilhomme Normand.                      259, 261

   _Fontaine_ (le Comte de).                                     237
     Est tué à la Bataille de Rocroi.                            243

   _Fontrailles_, ami de Cinqmars, ce qu'il fait. 187, 194, 195, 196

   _François_, leur caractére.                              358, 359


   G.

   _Gassin_.                                 240, 242, 353, 363, 430

   _Germain_ (S.) en Laye.                                       530

   _Gléen_ (le Général).                                         404

   _Grancé_. (le Comte de).                                 364, 365

   _Grandier_ jugé par des Commissaires.                    160, 161

   _Grammont_ (Mot du Maréchal de)                               355
     Est fait prisonnier.                                   403, 476

   _Gravelines_.                                                 362
     Attaqué par les François.                                   369
     Se rend.                                                    377

   _Guébriant_ (le Maréchal de) prend Rotwiel, &. est
     tué deux jours après.                                       250

   _Guisant_.                                                    475


   H.

   _Hallier_ (M. du) Maréchal de Camp.                        74, 83

   _Harcourt_ (le Comte d')                                 250, 252
     Les Anglois le méprisent.                              254, 256

   _Harrisson_, Colonel.                                         538

   _Heraut d'Armes_ envoyé par la Reine au Parlement de Paris.   563

   _Hoca_ (Jeu de) chez le Cardinal Mazarin.                     356

   _Homme_ n'est jamais content.                            546, 548

   _Honrecourt_ (la défaite de).                                 192

   _Hôpital_ (le Maréchal de l').                           237, 240


   J.

   _Jalousie_, son caractére.                                    166
     Jalousie des Mousquetaires & des Gardes du Cardinal
     de Richelieu.                                            14, 25

   _Importans_ (Cabale des)                                      249

   _Italiens_, leur caractére.                              358, 537

   _Jussac_.                                                      16
     Commandant dans le Havre de Grace.                       18, 23


   L.

   _Lambert_ (le Colonel).                                       538

   _Laval_ (le Comte de) Histoire de son Mariage.           291, 292
     Fait un appel à Treville.                              301, 303
     Est blessé au Siege de Dunkerque.                           459
     Sa mort.                                                    461

   _Lauberdamont_, Chef des Commissaires dans l'affaire
     de Grandier.                                                160

   _Leide_ (le Marquis de)                                  456, 459

   _Lens_ pris par les François.                                 152

   _Leopold_ (l'Archiduc)                                        562

   _Lerida_.                                                     474

   _Lettres_ d'une Angloise à d'Artagnan.                   264, 272
     Lettre d'Artagnan à l'Angloise.                             227
     Lettres de la même Angloise au Marquis de Wardes que
     reçoit d'Artagnan.                                          315
     Lettre d'Artagnan à la même.                                326
     Lettre du Cardinal Mazarin.                                 371
     Lettre de la femme d'un Partisan à d'Artagnan.              416

   _Longueville_ (le Duc de).                                    532

   _Loudun_ (Religieuses de).                                    160

   _Loüis_ XIII. Son caractére.                        131, 171, 182
     Va en Roussillon.                                      183, 185
     Suite de son caractére.                                     186
     Prend ombrage de la puissance du Cardinal de Richelieu.     199
     Fait des reflexions sur la mort.                            226
     Chasse son Confesseur.                                      234
     Chasse Desnoyers. _La même_.
     Fait dresser une Declaration pour être executée après
     sa mort.                                                    235
     Meurt.                                                      238

   _Loüis_ XIV. (Mot de) au sujet des Protestans de son
     Royaume.                                                 44, 45
     On lui donne pour Gouverneur le Marquis de Villeroy.        423
     Sort de Paris avec la Reine, sa mere.                       530

   _Luc_ (Madame de S.) raillée & insultée par le Cardinal
     de Richelieu.                                               199


   M.

   _Mainville_.                                             367, 369

   _Mainvilliers_. Cadet aux Gardes.                      61, 63, 68

   _Malmey_ (le Colonel)                                         538

   _Manchini_.                                                   379

   _Mardik_ pris par les François.                               405
     Repris.                                                     422

   _Marillac_ (le Maréchal de) condamné par des Commissaires.
    Premier pas de la Cour de France au Gouvernement Souverain.
           160.                                                  161

   _Marsac_.                                                     470

   _Maulevrier_ (le Comte de)                                    471

   _Maurice_, Prince Palatin.                                    251

   _Mazarin_ (le Cardinal) sa fortune.                           197
     Installe M. de Fabert dans son Gouvernement de Sedan.       198
     Son caractére.                                              226
     Sa Politique.                                          226, 227
     Fait l'amoureux de la Beauvais, Femme de Chambre de
     la Reine.                                                   227
     Ses adresses.                                               232
     Est fait Premier Ministre.                                  244
     Avoit été pauvre.                                           245
     Etudie l'inclination des Grands.                            356
     Officiers de sa Maison.                                     357
     Son avarice.                                                357
     Sa fourberie. Apprend aux François à être fourbes.          358
     Eloigne de la Cour les Princes.                             359
     Ce qu'il fait au Maréchal de la Meilleraye.                 374
     À Treville.                                                 379
     Suite de ce qu'il fait.  396, 401, 422, 456, 458, 461, 472, 473                                                                       475
     On veut l'assassiner.                                       480
     Change de politique.                                        504
     Empêche que la Paix qui se négocie à Munster ne se fasse.   503
     Veut perdre Fabert.                                         511
     Donne ordre de jetter en mer un homme qui étoit venu
     débaucher le Parlement de Paris.                            525
     Fait sortir de cette Ville le Roi, & la Reine vierge.       530
     Le Parlement donne un Arrêt, où il est declaré
     ennemi de l'Etat.                                      531, 532
     Comment il traite d'Artagnan.                               540
     Suite de son caractére.                                     542
     Son barragouin.                                        543, 553
     Ses bassesses.                                         547, 553

   _Meilleraye_ (le Maréchal de la) se brouille
     avec S. Preuil.                                        143, 145
     Assiege Bapaume.                                            154
     Méchant office qu'il rend à S. Preuil au sujet de la
     Garnison de cette Place.                                    157
     Il l'arrête.                                                158
     Assiege Perpignan.                                          186
     Prend Couilloure.                                           187
     Prend Perpignan & Salée.                                    197
     Est appellé Preneur de Places.               363, 370, 373, 374
     S'attire le Cardinal Mazarin.                     376, 424, 433

   _Melton_ (Di Francisco de)                                    137
     Assiege Rocroi.                                             239
     Va à la rencontre du Duc d'Anguin & lui livre bataille.     242

   _Melun_.                                                      553

   _Merci_ (le Général) bat M. de Turenne.                       401
     Et tué.                                                     404

   _Meuniere_ dont S. Preuil se rend amoureux.
     Avanture.                                   91, 93, 98, 99. 159

   _Miledi_                                            264, 265, 273
     Ses avantures avec d'Artagnan. Son portrait.
     Est fille d'un Pair d'Angleterre.                           275
     Sa bizarrerie à l'égard d'Artagnan.          276, 277, 283, 285
     Se rend amoureuse du Marquis de Wardes.           287, 307, 309
     En croyant donner rendévous à ce Marquis pour passer
     la nuit avec elle, le donne à d'Artagnan.                   312
     Suite de cette avanture.                               314, 315
     Ecrit à d'Artagnan en croyant écrire à de Wardes.      315, 322
     Ce que lui fait faire le depit contre ce Marquis.           328
     Accorde Volontairement à d'Artagnan les dernieres faveurs.  333
     Suite de cette avanture.                          337, 338, 345

   _Miramion_ (Madame de) enlevée.                          462, 464
     Sa retraite.                                                472

   _Mole_ (le President)                                         496

   _Montbron_.                                                   471

   _Montlesun_.                                                   59

   _Montigré_, Gentilhomme qui rend de grands services
     à d'Artagnan.                                                12

   _Munster_ (Paix de)                                           506


   N.

   _Nantia_                                                      470

   _Navailles_ (M de)                                            541

   _Nogent_ (le Comte de) Comte de nouvelle impression.
     Son caractére.                                           87, 88

   _Noudancour_ (le Maréchal de la Mothe)                        533

   _Nortlinguen_.                                           403, 404


   O.

   _Officiers_ Généraux, quand ils étoient étrangers,
     n'avoient point en France le commandement des troupes
     qui leur appartenoient.                                      80

   _Orbitelle_.     422

   _Orleans_ (le Duc d') 231, 232, 363, 396, 404, 421, 431, 552, 564

   _Orondate_ (le Marquis de Villars)                            415

   _Osnabruk_                                                    506


   P.

   _Paix_ entre le Parlement & la Cour de France.                565

   _Paris_ bloqué.                                     548, 552, 555

   _Parlement_ de Paris.                          475, 530, 563, 564

   _Pere_. La plupart des peres offrent à Dieu le recut
     de leurs familles.                                            3

   _Perpignan_ albergé par les François.                         186
     pris.                                                       197

   _Philipes_ (Fort S.) Abandonné par les Espagnols.             365

   _Picolomini_                                        370, 377, 405

   _Piombine_ pris par les François.                             424

   _Plessis_ (le Maréchal du)                               458, 554

   _Portolongone_ pris par les François.                         424

   _Porthos_,  Mousquetaire Bearnois.                   14, 163, 347

   _Portrait_ (avanture sur un)                                  410

   _Pradel_ (M. de)                                              471

   _Preuil_ (S.) est fait Gouverneur d'Arras. Son caractére.      90
     Se rend amoureux d'une Meuniere.                             91
     La gagne.                                                    93
     La tient cachée.                                             96
     Present qu'il fait à son mari.                               98
     Lui fait voir sa femme.                                      99
     Traverses qui lui arrivent.                                 144
     Joüe à la paume avec le Duc de Bresé.                       146
     Se fait ennemi de Desnoyers. Donne des coups de canne à un      Commissaire des vivres.                                     155
     Facheuse rencontre qu'il a au sujet de la Garnison
     de Bapaume.                                                 156
     Est arrêté par le Maréchal de la Meilleraye: ce qu'il
     dit à cette occasion.                                       158
     Des Commissaires travaillent à son Procés à Amiens.         160
     A le cou coupé.      161


   R.

   _Rantzau_ (le Comte de) adonné au vin.       78, 79, 80, 363, 430

   _Reine_ (la) Epouse de Loüis XIII. son caractére.        226, 228
     Son portrait. On la fait visiter par le Chancelier pour
     voir si elle a des lettres.                                 230
     Elle est avertie de ce que Chavigni trame contre elle.      231
     Est declarée tutrice des Princes ses enfans, avec un
     Conseil.                                                    235

   _Richelieu_ (le Cardinal de) Réponse brutale qu'il fait
     au Roi.                                                      86
     Lui en demende pardon.                                       90
     Sa politique.                                               131
     Son caractére                                               176
     Ce qu'il fait pour établir l'Autorité
     absolue en France.                           160, 161, 176, 178
     Cinqmars le veut assassiner.                                180
     Fait son Testament croyant mourir.                          185
     Guerit.                                                     186
     Ombrage que prend Loüis XIII. à son égard. Allarmé.         189
     Se retire à Tarascon.                                  190, 191
     Son adresse pour se rendre nécessaire au Roi.     191, 192, 193
     Va trouver ce Prince.                                  194, 196
     Sa maladie, sa mort.                                   196, 197
     Bienfaits du Roi à sa famille.                              198
     Ce Cardinal faisoit des railleries & des insultes
     à ceux qu'il opprimoit.                                     199

   _Riviere_ (l'Abbé de la)                                      350

   _Robert_ (le Prince)                                          251

   _Rocroi_ assiegé par les Espagnols.                           239
     Bataille de Rocroi.                                         242

   _Rosant_, Gentilhomme qui maltraite
     d'Artagnan.                          7, 102, 103, 104, 113, 119

   _Rotondes_.       20

   _Rotwiel_ pris par le Maréchal de Guebriant.                  250.

   _Rottembourg_ pris par les François.                          402

   _Roure_ (le) Faux bourg de Paris.                             355


   S.

   _Salée_ pris par le Maréchal de la Meilleraye.                197.

   _Sac de Gand_ pris par les Hollandois.                        378

   _Schomberg_ (le Maréchal de) se lie avec Cinqmars.  186, 187, 195

   _Selle_ (la) Lieutenant.                                 367, 368

   _Servient_ (M.) son caractére.                                505

   _Soissons_ (le Comte de)                                      135
     Mécontent du Cardinal de Richelieu.                    135, 136
     Sa mort, & ce qu'on en dit.                            153, 249

   _Soucariere_, Bâtard du Duc de Bellegarde.                    224

   _Spinola_ (le Marquis de) pris pour le Comte de Laval.   293, 294

   _Straatman_, Suisse épousé* ** ** de d'Artagnan.              224

   _Suse_ (le Comte de la)                                       395


   T.

   _Tellier_ (M. le) fait secretaire d'Etat.                234, 478

   _Thionville_ pris par le Duc d'Anguien.                       250

   _Thou_ (M. de) Conseiller d'Etat, conseil qu'il donne
    à Cinqmars.                                                  190
    Est arreté & perd la tête.                                   196

   _Tour_ (M. de la) est fait Gouverneur d'Arras.                159

   _Tourville_ (le Baron de)                                457, 459

   _Tremblas_ (M. du)                                            502

   _Treves_, Ville très ancienne.                                554

   _Treville_, ou Troisville, histoire de ce Gentilhomme.          2
     Histoire de ses fils.                                         3
     Tire d'Artagnan d'une affaire.                               25
     L'amene au Roi qui souhaite de le voir.                 26, 121
     Mercuriale qu'il lui fait: son caractére.                   170
     Lui rend un bon office.                                171, 174
     Donne sans reflexion dans la vûë de Cinqmars, qui veut
     tuer le Cardinal de Richelieu.                         181, 182
     Affaire qu'il a avec le Chancellier.                        299
     Avec le Cardinal Mazarin.                              379, 425

   _Trimouille_ (le Duc de la) son caractére.                 43, 44

   _Turenne_ (Vicomte de) fait l'amoureux d'une des parentes
     du Cardinal de Richelieu.                                   139
     Son caractére.                                              140
     Est fait Maréchal de France.                           354, 401


   V.

   _Vergne_ (la)                                                 470

   _Villeguises_ (le Marquis de)                                 464

   _Voilerons_ (le Marquis de) Gouverneur de Louïs XIV.          423

   _Voleurs_ protegez par le Lieutenant Criminel de Paris.       208


   W.

   _Wardes_ (le Marquis de)                                 287, 289

   _Wimphem_ pris par les François.                              402


_Fin de la Table._





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires de Mr. d'Artagnan" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home