Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire de l'Émigration pendant la Révolution Française - Tome 1er - De la Prise de la Bastille au 18 fructidor
Author: Daudet, Ernest, 1837-1921
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de l'Émigration pendant la Révolution Française - Tome 1er - De la Prise de la Bastille au 18 fructidor" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



http://dp.rastko.net.



[Notes au lecteur de ce ficher digital:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées.

Page 259: "Lorsqu'au mois de juin 1791" devrait être "Lorsqu'au mois
de juin 1794".

Page 345: "Entre temps, la Convention s'était séparée (26 novembre
1795)" devrait être "Entre temps, la Convention s'était séparée (26
octobre 1795)".]



ERNEST DAUDET


HISTOIRE DE L'ÉMIGRATION

PENDANT LA RÉVOLUTION FRANÇAISE

D'APRÈS LES PRÉCÉDENTES PUBLICATIONS DE L'AUTEUR ET DE NOUVEAUX
DOCUMENTS INÉDITS



TOME PREMIER

DE LA PRISE DE LA BASTILLE AU DIX-HUIT FRUCTIDOR



PARIS

LIBRAIRIE Vve Ch. POUSSIELGUE

RUE CASSETTE, 13

1904



AVERTISSEMENT


Il ne serait pas juste de dire que l'ouvrage qui suit n'est qu'une
réimpression de mes travaux sur les émigrés, épuisés aujourd'hui:
_Les Bourbons et la Russie_,--_Les Émigrés et la seconde
coalition_,--_Coblentz_.

Sans doute, on y pourra relire, pour la plupart, les nombreuses
pages que j'ai consacrées à l'Émigration, au fur et à mesure que
mes découvertes documentaires me permettaient de répandre plus de
lumière parmi les épisodes et les acteurs d'une histoire confuse et
peu connue. Mais on les y retrouvera refondues, corrigées,
complétées, leur ordre chronologique rétabli, et, ce qui en
constitue le principal attrait, entremêlées de parties entièrement
inédites, telles que celles qui y figurent sous ces titres: _Hamm
et Vérone_,--_Quiberon_,--_Le dix-huit fructidor_.

En outre, il y a été fait état d'importants documents inédits, qui
n'étaient pas encore en ma possession lorsque j'entreprenais, il y a
quelques années, d'évoquer ce passé tumultueux et tragique. J'ai donc
presque le droit de dire que c'est un ouvrage nouveau que je présente
aux lecteurs. Ils connaîtront en tous ses détails, lorsqu'ils l'auront
lu, la triste odyssée des Bourbons et de la noblesse de France en
exil, au cours des temps révolutionnaires.

J'ose ajouter que, quel que soit l'effort des historiens qui tenteront
après moi de faire revivre les mêmes personnages et de raconter les
mêmes événements, ils ne trouveront que de rares épis à glaner dans
mon sillon, tant j'ai eu le souci d'épuiser le sujet et de ne rien
laisser dans l'ombre qui méritât d'être mentionné.

La documentation de cet ouvrage est abondante, aussi abondante que
sûre. Elle résulte de mes recherches minutieuses et multipliées dans
les dépôts d'archives, et des apports successifs que je dois à la
bienveillance avec laquelle ont été accueillis mes efforts. Je donne
ci-après la nomenclature des sources auxquelles j'ai recouru. On y
verra la preuve qu'il est bien peu d'épisodes importants qui aient
échappé à mes investigations, et peut-être me reconnaîtra-t-on le
droit d'affirmer que cette _Histoire de l'Émigration_ mérite, d'être
considérée comme une oeuvre définitive, comme un tableau complet de la
politique des émigrés.

En traçant ce tableau, je n'ai pas eu la prétention de modifier les
jugements antérieurement portés sur la légèreté des émigrés, leur
crédulité, leurs illusions, leurs divisions. Ainsi que je l'écrivais
au début de mes travaux, les partis qui, successivement, se formaient
à Coblentz, à Vérone, à Londres, à Blanckenberg, à Mitau,
reproduisaient assez exactement les coteries royalistes de France. Il
n'est donc pas étonnant qu'ils en aient reproduit les passions avec
une égale fidélité. Il serait difficile d'ailleurs de tirer quelque
fruit de l'étude de ces événements, si l'on n'abordait cette étude,
résolu à l'impartialité, disposé à l'indulgence. Je me suis efforcé
d'être indulgent et impartial. Je plains ceux pour qui l'histoire
n'est qu'une arme de parti.

Les temps que j'ai racontés sont loin de nous. Mais si grands furent
les événements qu'ils virent s'accomplir, qu'ils sont inoubliables!
Plût à Dieu que les enseignements qui s'en dégagent n'eussent été
oubliés jamais! Quant aux colères qu'ils peuvent allumer dans les
coeurs échauffés par un ardent patriotisme, encore qu'elles soient
légitimes et généreuses, efforçons-nous de les apaiser. Gardons-nous
de les faire retomber trop durement sur une génération que ni son
passé ni son éducation n'avaient préparée à l'excès de ses malheurs;
qui, n'ayant pu les prévoir, crut les conjurer alors qu'elle les
aggravait. Rappelons-nous que, si les émigrés furent coupables, ils ne
furent pas les seuls coupables. Rappelons-nous qu'ils expièrent
cruellement leurs erreurs. Sachons reconnaître enfin que, dans un pays
où tous les partis ont commis des fautes, ils se doivent mutuellement
le pardon. Le pardon est dû aux morts; la politique des émigrés est
chose morte; elle ne ressuscitera pas.

                                                       E. D.



SOURCES DOCUMENTAIRES UTILISÉES PAR L'AUTEUR


ARCHIVES NATIONALES: Papiers des émigrés et des chouans.

ARCHIVES DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES: Fonds Bourbon; Correspondance
générale.

ARCHIVES DE LA GUERRE.

ARCHIVES DE CHANTILLY: Papiers de Condé.

ARCHIVES D'UN GRAND NOMBRE DE DÉPARTEMENTS.

ARCHIVES IMPÉRIALES DE RUSSIE ET D'AUTRICHE[1].

ARCHIVES ROYALES DE PRUSSE, DE DANEMARK ET DE SUÈDE.

CORRESPONDANCE INÉDITE DU COMTE DE CALONNE.

MÉMOIRES INÉDITS DU DUC DE CARAMAN.

PAPIERS DES MARQUIS DE BOUTHILLIER, MARQUIS DE LAROUZIÈRE, MARÉCHAL DE
CASTRIES, DUC D'HARCOURT, COMTE VALENTIN ESZTERHAZY, MARQUIS DE LA
QUEUILLE.

COLLECTION D'HAUTERIVE.

COMMUNICATIONS REÇUES D'ANGLETERRE, DE COURLANDE, DES ÉTATS-UNIS.

LA PRESQUE TOTALITÉ DES PUBLICATIONS RELATIVES AUX ÉMIGRÉS,
CONTEMPORAINES DES TEMPS RÉVOLUTIONNAIRES, ET ENFIN LES OUVRAGES
PUBLIÉS DE NOS JOURS, RÉCITS ET MÉMOIRES, AYANT TRAIT A L'ÉMIGRATION.

         [Note 1: Ayant obtenu copie à Saint-Pétersbourg et à Moscou
         des nombreuses pièces qui constituent le fonds des émigrés,
         j'ai fait hommage de ces copies aux archives du ministère des
         Affaires étrangères de France, où elles sont à la disposition
         des chercheurs en deux volumes in-folio.]



HISTOIRE DE L'ÉMIGRATION

PENDANT LA RÉVOLUTION FRANÇAISE



LIVRE PREMIER

LES PREMIÈRES ÉTAPES



I

LES DÉBUTS DE L'ÉMIGRATION

Le 14 juillet 1789, dans Paris révolté contre l'autorité royale,
l'émeute triomphante s'emparait de la Bastille qui symbolisait à ses
yeux l'ancien régime, la détruisait et arrosait ses ruines du sang de
ses défenseurs. Ce premier acte des fureurs populaires était aussitôt
suivi des plus hideuses saturnales, au cours desquelles Flesselles,
prévôt des marchands; le contrôleur général des finances, Foulon;
Launay, gouverneur de la Bastille, d'autres encore tombaient
massacrés. On promenait leur tête au bout d'une pique. Ces trophées
sanglants étaient salués par des cris haineux et féroces, terriblement
menaçants pour la reine, l'Autrichienne, comme on disait, pour les
Polignac ses favoris, et pour divers membres de la famille royale, le
comte d'Artois par exemple, frère du roi, à qui ce peuple en délire
imputait, comme à Marie-Antoinette, la responsabilité de ses maux.

Tandis que se déroulaient dans la capitale ces événements sinistres,
précurseurs d'événements plus affreux qui, pendant plus de dix années,
allaient livrer la France à toutes les horreurs de l'anarchie et la
préparer pour la dictature, à Versailles, la monarchie, représentée
par un souverain dont la faiblesse n'avait d'égale que sa bonté, ne
savait plus que devenir. Assailli de conseils contradictoires,
tiraillé entre ceux qui le poussaient à la résistance et ceux qui le
pressaient de pactiser par des concessions avec la Révolution
naissante, et de la désarmer en lui cédant, le malheureux Louis XVI
s'immobilisait dans ses indécisions et ses scrupules. Sans penser à
lui-même, il tentait d'arracher des victimes au monstre par lequel il
se sentait enserré déjà.

Tremblant pour les jours de son plus jeune frère, ce comte d'Artois
qui par ses prodigalités, sa conduite, son rôle à la cour, s'était
attiré tant de haines, il lui enjoignait de quitter Paris et «de se
retirer hors du royaume». Le comte d'Artois s'empressait d'obéir à cet
ordre. Muni d'un passeport délivré par le général de La Fayette, il
s'enfuyait dans la nuit du 16 au 17, avec le prince d'Hénin capitaine
de ses gardes, le comte de Vaudreuil son ami, le marquis de Blignac et
le baron de Castelnau gentilhommes de sa maison. Ensemble ils
gagnaient à cheval Chantilly. Là, les attendait une voiture du prince
de Condé, qui les emmenait aussitôt à la poste prochaine d'où ils se
dirigeaient sur Valenciennes.

Derrière lui partait Condé suivi du duc de Bourbon son fils, du duc
d'Enghien son petit-fils. Entraînés par leur exemple, les plus grands
seigneurs de France, les plus grandes dames de la cour, les Lauzun,
les Villequier, les Duras, les Beauvau, les Mortemart, les d'Harcourt,
les Fitz-James s'en allaient, les uns en Allemagne, les autres en
Angleterre ou dans les Pays-Bas. À ce groupe des premiers fugitifs, il
faut joindre encore la princesse de Lamballe qui se décidait à aller
attendre la fin de la tourmente à Spa, d'où, pour son malheur, elle
devait revenir trop tôt; le maréchal de Broglie qui, parti de Paris
pour se rendre à son commandement de Metz, était empêché par une
émeute d'en prendre possession et contraint de se réfugier à
l'étranger, et enfin le duc et la duchesse de Polignac, qui emmenaient
avec eux leur jeune belle-soeur, la comtesse de Polastron favorite du
comte d'Artois. La duchesse de Polignac était l'amie préférée de la
reine, l'incessant objet de ses bontés, ce qui la désignait aux
animadversions de la foule.

Redoutant pour elle des périls qui ne se dissimulaient plus,
Marie-Antoinette l'avait suppliée de partir; puis, devant une
résistance qui s'inspirait d'un dévouement sans bornes, elle avait
appuyé ses sollicitations d'un ordre formel.

--Au nom de l'amitié, s'était-elle écriée, partez, je vous en prie, je
vous l'ordonne, partez quand il est temps encore.

La duchesse était alors partie avec son mari et ses enfants, serrant
sur son coeur ce dernier billet de la reine:

«Adieu, la plus tendre des amies. Ce mot est affreux. Mais il le faut.
Voici l'ordre pour les chevaux. Je n'ai que la force de vous
embrasser.»

Dans la soirée du 17 juillet, le comte d'Artois arrivait à
Valenciennes. Le comte Valentin Eszterhazy commandait cette place au
nom du roi Louis XVI. D'origine hongroise, âgé de cinquante ans,
successivement colonel de hussards, maréchal de camp et Cordon bleu,
ce gentilhomme avait fait sa carrière en France. Il occupait le
premier rang parmi ces favoris de Marie-Antoinette, qu'elle avait
comblés de ses bienfaits et qui lui témoignaient leur gratitude par un
incessant et passionné dévouement.

Aux premières nouvelles des événements qui marquèrent les débuts de la
Révolution, le comte Eszterhazy avait pressenti les périls qui
menaçaient la famille royale. Afin d'en mesurer l'étendue et de
contribuer à les conjurer, il s'était mis aussitôt en route pour
Paris, alléguant la nécessité d'y conduire sa femme, et dissimulant
sous ce prétexte le véritable objet de son voyage. Il touchait aux
portes de la capitale, le 14 juillet, vers le déclin du jour. La
Bastille venait d'être prise, la plupart de ses défenseurs d'être
massacrés. Dans Paris terrorisé régnaient l'émotion, le désordre, de
vives alarmes, par suite des tragiques excès auxquels s'étaient livrés
les vainqueurs.

C'est par la rumeur publique que le comte Eszterhazy fut mis au
courant des irréparables malheurs qui s'étaient accomplis et en
présageaient de plus lamentables. Il comprit que son devoir était de
retourner sans délai au poste qu'il tenait de la confiance du roi, et
d'y prévenir, par des mesures de précaution, le contre-coup de tant de
passions déchaînées. Se séparant de sa femme qu'il laissa entrer seule
dans Paris, il revint aussitôt sur ses pas. De retour à Valenciennes,
il s'empressait de donner, en y arrivant, les ordres que commandaient
les circonstances.

Dans la soirée du même jour, il fut appelé au nom d'un de ses amis, le
prince de Chimay, à la poste aux chevaux. Il y courut et se trouva en
présence du comte d'Artois qui venait d'arriver. Il reçut de ses mains
une lettre de Louis XVI, une autre de la reine mettant les fugitifs
sous sa garde jusqu'à ce qu'ils eussent passé la frontière. Ces
lettres lues, il promit au comte d'Artois dévouement et sûreté, lui
demanda ses ordres en lui offrant dans sa propre maison une
hospitalité qui fut acceptée avec empressement. Le prince désirait
attendre à Valenciennes ses fils; ils devaient arriver le lendemain.

Au moment où, sur l'invitation du comte Eszterhazy, la voiture du
comte d'Artois allait se rendre à l'hôtel du gouvernement, deux
berlines ébranlant le pavé sous leurs roues chauffées par une longue
route vinrent s'arrêter devant la poste. Elles amenaient les trois
Condé, suivis d'un petit nombre de courtisans, et à ce point affolés
que, quelque supplication que leur adressât le gouverneur de
Valenciennes pour les retenir au moins durant la nuit, ils refusèrent
avec énergie de prolonger leur séjour dans la ville au delà du temps
nécessité par le changement de chevaux. Quelques instants après leur
arrivée, ils partaient sans que les groupes qui stationnaient autour
d'eux, soupçonneux et inquiets, les eussent reconnus. Le comte
d'Artois, dont l'incognito n'avait pas été découvert, put alors se
rendre chez Eszterhazy.

Le prince avait trente-deux ans. Un portrait du temps le représente
vêtu d'un habit gris en soie dont les dentelles flottantes du jabot
cachent les revers. Petite est la tête, très aristocratique la
physionomie; il y a de la finesse dans ces yeux bleus qui révèlent
sous la grâce voulue de l'expression, plus de sensibilité que de
coeur. Avec sa taille svelte, sa tournure agile, ses manières
affables, son grand air, le comte d'Artois est séduisant et en même
temps dédaigneux et hautain. Il est aisé de comprendre qu'il ait été
tout à la fois un des Dons Juan de la cour de France, et la bête noire
d'une plèbe qui le croyait indifférent à ses maux. C'est bien le type
du gentilhomme vaniteux et léger, dont ses contemporains offrent de si
nombreux modèles, qui sera tour à tour l'émigré de Coblentz, aveugle
et têtu, ne voulant rien voir ni rien apprendre, et l'émigré de 1814,
n'ayant rien oublié.

Ne connaissant qu'une très minime part des événements au cours
desquels il avait quitté Paris, il raconta au comte Eszterhazy ce
qu'il en savait, sans lui faire toutefois de la situation du royaume
le sombre tableau que l'on pourrait supposer. Bien au contraire, il la
présentait sous des couleurs rassurantes. À l'entendre, les péripéties
devant lesquelles il fuyait, ne constituaient qu'un accident qui
n'aurait pas de suite, un feu de paille destiné à s'éteindre
promptement.

--Nous rentrerons dans trois mois, disait-il avec insouciance.

Trois mois! Ainsi s'exprime la conviction des premiers émigrés. Ils
ont foi dans l'avenir. Ils se voient revenus avant peu dans leurs
foyers. Cette conviction explique pourquoi ils ont déserté si vite,
sans régler leurs affaires les plus urgentes, sans s'assurer des
ressources pour vivre dans l'exil au delà de quelques semaines. La
certitude d'un prochain retour, c'est la caractéristique de
l'émigration à ses débuts.

Quoique pressé de passer la frontière, le comte d'Artois était tenu
d'attendre à Valenciennes la venue de ses fils. Ils arrivèrent le
lendemain. Il les laissa se reposer une journée, et profita du loisir
que leur repos lui donnait pour recevoir quelques-unes de ses amies de
Paris, qui se trouvaient dans la ville: la duchesse de Laval, la
comtesse de Balbi et la comtesse de Ménars sa soeur, Mme de Boufflers.
Puis il conféra avec ses courtisans. Il s'agissait de décider en quel
lieu il se rendrait. Eszterhazy conseillait l'Espagne; le comte
d'Artois opinait pour Turin. On sait que son frère, le comte de
Provence, et lui avaient épousé les filles du roi de Sardaigne. La
cour de son beau-père, Victor-Amédée III, lui offrait un asile.
Finalement, il résolut de gagner Bruxelles et d'attendre d'y être pour
choisir sa résidence définitive. Il partit le même jour, sous la
protection d'une escorte à la tête de laquelle s'était mis Eszterhazy,
et qui le conduisit à Quiévrain. Le départ de ses fils fut l'objet
d'une égale sollicitude et s'accomplit sans accidents.

Tel est brièvement raconté l'épisode initial de l'émigration. Cette
émigration, nous la verrons bientôt s'étendre. Les tragédies qui vont
se succéder dans Paris et accroître la terreur seront la cause de son
extension. Encore quelques semaines et de nobles familles de Provence
et du Dauphiné se réfugieront à Chambéry et à Nice. Celles qui iront
vers Nice trouveront le long du Var, pour les protéger, des troupes
envoyées à leur rencontre par le roi de Sardaigne. Celles qui
passeront en Savoie devront solliciter de ce prince des secours
analogues. Toutes ces contrées vont être en feu, et l'incendie
rapidement se propagera.

Les paysans secoueront leur vassalité séculaire, pilleront les
châteaux et traqueront leurs anciens maîtres au nom du saint devoir de
l'insurrection. Lorsqu'après le 4 août, on leur demandera de payer les
taxes maintenues ce jour-là, ils s'y refuseront, sous prétexte
qu'elles sont incompatibles avec la détresse générale.

Le 6 octobre suivant, l'invasion de Versailles imprimera au flot de
l'émigration une impulsion nouvelle. Parmi les fugitifs figurera le
duc d'Orléans. C'est alors que le comte de Montmorin, ministre des
affaires étrangères, écrira à Choiseul, ministre de France à Turin,
sans qu'on puisse savoir si son langage est sincère ou s'il n'a
d'autre but que de flatter l'opinion victorieuse: «Ces émigrations ne
peuvent qu'affliger ceux qui, ayant confiance dans la volonté
paternelle du roi et le dévouement de son ministère, pensent que,
quelles que soient les calamités actuelles, on ne devrait pas
abandonner la patrie, mais concourir plutôt par des exhortations, des
bons conseils et des sacrifices au retour de la prospérité dont on ne
peut qu'éloigner le terme par un découragement aussi marqué, qui ne
peut faire que le plus fâcheux effet chez les étrangers, et nuire à
notre considération.»

Mais ces réflexions, si justes qu'elles soient, ne peuvent rien contre
la contagion de la peur ni contre celle de l'exemple. Dans plusieurs
grandes villes, la nouvelle des événements de Paris a déchaîné des
passions ardentes, provoqué des rébellions parmi les troupes en
garnison. Des chefs de corps sont tombés victimes de ces mutineries;
beaucoup d'officiers n'ont évité la mort qu'en prenant la fuite.
Menacés dans leur sûreté, des gentilshommes, des bourgeois notables,
des magistrats se sont vus contraints de les imiter. Autant d'émigrés,
tous ces fugitifs à qui leur patrie n'offre plus un asile sûr. Sur les
routes encombrées, ils se déroulent en longues files, hommes, femmes,
enfants, vieillards, pressés de gagner la frontière, n'osant s'arrêter
aux auberges, de peur d'y être retenus prisonniers, et assiégeant les
relais de poste pour y réclamer des chevaux. C'est le moment où l'on
part comme on peut, les riches dans leurs carrosses, les moins
fortunés par le coche, d'autres en charrette, voire en fiacre, car à
Paris on trouve des automédons qui consentent à vous conduire à
petites journées jusqu'en Suisse ou en Allemagne. Ces véhicules
chargés de bagages, et où sont entassées des familles éplorées,
donnent à cette fuite générale l'aspect d'une déroute. Les mille
accidents qui arrivent en chemin, chevaux crevant sous la fatigue,
essieux brisés, roues embourbées, voitures versées, achèvent de lui
imprimer cette physionomie.

Après le vote de la Constitution civile du clergé, ce flot mouvant,
tumultueux, agité, se grossira de prêtres, de moines, de religieux, et
pour ceux-là aussi, pour les vieux évêques comme pour les jeunes
clercs, s'ouvrira l'ère des dures épreuves qu'ils ont encourues, afin
de se dérober à la persécution[2]. Enfin quand l'élite de la société
française aura ainsi déserté ses pénates, quand la marche ascendante
de la Révolution aura tari les sources où s'alimentent le commerce et
les industries de luxe, les fournisseurs eux-mêmes, las de rester les
bras croisés dans leur boutique déserte, se décideront à passer à
l'étranger pour rejoindre leur clientèle qu'ils croient encore en
possession de ses biens, toujours disposée à la dépense, et qu'ils
trouveront si misérable, si dépourvue de tout, que des grandes dames
et de nobles seigneurs auront dû se résoudre à travailler pour vivre.
Mais à la minute où l'on émigre, personne n'appréhende ces misères
qu'on ne prévoit pas, qu'on ne soupçonne pas. C'est en riant et d'un
coeur léger que couturières, modistes et marchandes de plaisir se font
«émigrettes», avec l'espoir de trouver à l'étranger la fortune qu'on
ne peut plus réaliser en France.

         [Note 2: Ces épreuves ont trouvé dans M. l'abbé Sicard un
         narrateur éloquent et sûrement documenté. Lire le troisième
         volume de son ouvrage _L'ancien clergé de France_. Tout y est
         dit pour cette partie de l'Histoire de l'Émigration.]

Quant à la durée de l'exil, personne n'y veut croire. L'illusion à cet
égard est unanime et absolue. Tout le monde est convaincu, on ne
saurait trop le répéter, que l'absence sera brève, que dans trois
mois, dans six mois on sera revenu. Cette conviction fait considérer
le voyage, si pénible qu'il soit, presque à l'égal d'une partie de
plaisir, un peu trop accidentée, et en efface vite les ennuis: les
exigences des hôteliers, la difficulté de trouver un établissement, le
prix des loyers, des vivres, de tout ce qui est nécessaire à la vie,
le mécontentement des populations parmi lesquelles on s'installe, et
qui craignent que cette invasion ne rende l'existence plus coûteuse
pour elles. On ne voit rien de tout cela; on ne s'inquiète de rien; on
vit en campement, dans l'attente d'un prompt retour vers la patrie,
retour qu'appellent d'ailleurs de tous leurs voeux les souverains dont
les États se sont ouverts à ces fugitifs, et qui redoutent que le
gouvernement français ne prenne ombrage de leurs agitations, de leurs
propos malveillants et de leurs bravades.


II

L'ARRIVÉE À TURIN

En quittant Valenciennes, le comte d'Artois s'était dirigé vers
Bruxelles. Il y arriva dans les derniers jours de juillet. Cette ville
n'était pas encore, ainsi qu'elle le devint plus tard, un rendez-vous
d'émigrés[3]. L'archiduchesse Marie-Christine, soeur de l'empereur
Joseph II, mariée au duc de Saxe-Teschen, y résidait, au nom de ce
souverain, comme gouvernante des Pays-Bas. Après avoir reçu la visite
du comte d'Artois, elle en manda la nouvelle à son frère. L'empereur
répondit sur-le-champ qu'il ne pouvait autoriser le séjour des princes
français à Bruxelles. Il ne voulait pas, en laissant se créer aux
portes de la France un foyer de conspirateurs, justifier les griefs
que le gouvernement royal ne manquerait pas de lui imputer. Il
ordonnait donc à sa soeur d'inviter le comte d'Artois à s'éloigner, et
s'il ne le pouvait sur-le-champ, à se fixer jusqu'à son départ au
château de Laeken avec un seul domestique, à y vivre incognito après
avoir pris l'engagement de n'y recevoir personne.

         [Note 3: C'est par erreur que l'historien Forneron, dans ses
         études sur l'Émigration, a prétendu le contraire. Il dit qu'à
         Bruxelles se réunirent d'abord les émigrés les plus riches,
         et il indique que ce fut dès 1789. Il cite même, à l'appui de
         son dire, une phrase du _Journal_ de Fersen: «Je fus à la
         comédie. J'y trouvai tous les Français qui y sont
         d'ordinaire, moins les femmes.» Mais cette phrase est
         extraite d'une lettre qui porte la date du 11 août 1792 et
         non de 1789.]

Ces instructions rigoureuses, communiquées au prince, le décidèrent à
quitter la Belgique et à se rendre à Turin, bien qu'il ignorât si son
beau-père l'y verrait sans déplaisir. Il lui écrivit afin de lui
annoncer sa venue, et confia sa lettre à son aide de camp, le baron de
Castelnau, qui devait lui rapporter la réponse à Mantoue où il allait
l'attendre. Puis, il gagna l'Italie par l'Allemagne et la Suisse,
voyageant à petites journées, faisant le long de sa route de fréquents
arrêts, notamment à Gümlingen près de Berne, où il passa trois
semaines, avec les Polignac, Mme de Polastron, et le comte de
Vaudreuil, en ayant soin, là comme ailleurs, de laisser ignorer qui il
était.

Le 4 septembre, Castelnau était à Turin. Depuis plusieurs jours, le
roi de Sardaigne possédait une lettre de sa fille, la comtesse
d'Artois, restée à Paris, qui lui demandait l'autorisation de se fixer
près de lui. Avant de la lui accorder, il avait cru devoir consulter
le roi de France. Il était encore sans réponse lorsque Castelnau lui
présenta la requête du comte d'Artois. De nouveau, il écrivit à Paris,
ne voulant recevoir ses enfants à sa cour qu'avec l'agrément de Louis
XVI.

Hostile aux idées sous l'empire desquelles était en train de
s'accomplir la révolution de France, Victor-Amédée III ne se
dissimulait pas le péril qu'elles allaient faire courir aux
gouvernements monarchiques limitrophes du territoire français. Ses
États y étaient plus particulièrement exposés, la Savoie surtout. En
Savoie, on parlait couramment la langue française. Les habitants de
cette province, en relations quotidiennes avec le Dauphiné d'où ils
tiraient en partie les objets nécessaires à la vie, n'étaient que trop
disposés à applaudir aux mouvements populaires qui venaient d'éclater
de l'autre côté de leur frontière. À Chambéry, le peuple et la
bourgeoisie se déclaraient pour les doctrines nouvelles, que la
noblesse, au contraire, tenait en défiance. Les premiers émigrés
arrivés en Savoie recevaient de cette noblesse l'accueil le plus
empressé. Par contre, ils rencontraient peu de sympathie parmi les
autres classes sociales, les avocats notamment, ce qui ne tardait pas
à accentuer les divisions et les rivalités qui depuis longtemps
avaient créé dans la ville deux camps ennemis.

Comme d'autre part, le gouvernement piémontais pouvait toujours
craindre un coup de main des Français sur la Savoie et sur le comté de
Nice, et qu'il n'avait à compter que sur la fidélité de l'armée, il
était obligé à beaucoup de circonspection et de prudence, alors que
l'arrivée de nombreux émigrés à Turin, à Nice, à Chambéry, à Annecy,
risquait d'éveiller les susceptibilités du gouvernement de Paris. Dans
ces circonstances, Victor-Amédée, partagé entre le désir de marquer sa
bienveillance aux sujets français restés fidèles à leur roi et la
nécessité de ne pas paraître braver la Révolution, entendait garder la
neutralité, au moins en apparence. Il y parvint durant quelques mois;
il s'efforça de contenir les émigrés qu'il avait accueillis dans ses
États, de réprimer leur agitation et de s'opposer à leurs intrigues.
Mais il fut promptement débordé par les excès auxquels ils se
livraient et réduit à reconnaître qu'il fallait ou les chasser, ce
qu'il n'osa faire, ou se laisser entraîner par eux, ce qui fatalement
devait avoir pour résultat une tentative de la France sur la Savoie et
sur le comté de Nice.

Ces éventualités redoutables, il les entrevoyait déjà au moment où le
cadet de ses gendres lui demandait asile, et c'est pour ce motif
qu'avant de le recevoir, il avait voulu s'assurer de l'adhésion de
Louis XVI à ce projet. Cette adhésion était acquise d'avance.
N'était-ce pas le roi de France qui avait engagé son frère à s'établir
à Turin, jusqu'à la fin des troubles? Quant à la comtesse d'Artois,
«il ne pouvait qu'approuver qu'elle se réunît à son mari et à ses
enfants et la laisser maîtresse de faire ce que lui dicterait son
coeur».

Après ces pourparlers, il fut permis aux princes français de venir en
Piémont. Castelnau partit aussitôt pour en porter la nouvelle au comte
d'Artois, tandis que le roi de Sardaigne, étant installé pour la durée
de l'été dans sa résidence de Moncalieri, louait à proximité du
château trois confortables maisons pour y loger son gendre, sa fille,
ses petits-fils et leur suite.

À la mi-septembre, le comte d'Artois arriva à Moncalieri. Le roi et
les princes ses fils le reçurent à la descente de son carrosse avec
les témoignages de la plus tendre affection. Ils le conduisirent chez
sa soeur, la princesse de Piémont, celle que son embonpoint avait fait
surnommer «Gros Madame». Après les épanchements de famille, il reçut
le ministre de France, Choiseul, qui lui présenta le corps
diplomatique. Les jours suivants, arrivèrent successivement et furent
accueillis avec une égale bonne grâce la comtesse d'Artois, le duc
d'Angoulême, le duc de Berry, les trois Condé, la princesse Louise de
Condé, le prince de Monaco et une nombreuse suite dont faisaient
partie le marquis et la marquise d'Autichamp, le comte du Cayla, le
comte de Choiseul-Meun, le comte d'Espinchal, le chevalier de Virieu.

Tous les jours, le ministre de France rendait compte à Montmorin des
faits et gestes des augustes personnages. On connaît par ses rapports
leur conduite et leurs intentions. Le comte d'Artois restera à Turin
et s'y occupera des intérêts de son frère. Les Condé iront, à ce qu'on
croit, voyager en Italie ... Il y a de nombreuses réunions de famille
à la cour, chez le duc et la duchesse de Chablais, installés à leur
château d'Aglaé, chez le prince et la princesse de Piémont, chez le
duc d'Aoste; il y a aussi des parties de chasse ... Les Condé se sont
établis dans un hôtel de Turin. Le comte d'Artois s'y rend de
Moncalieri, va leur demander à dîner sans façon.

Le 26 septembre, Choiseul écrit que les princes de Condé dînent chez
lui ce jour-là. «Le comte d'Artois avait promis de venir. Mais il
s'est excusé, étant trop occupé par ses affaires de finances avec M.
de Bonnières, l'intendant de sa maison.» Que d'âpres préoccupations
révèlent ces trois lignes! Les affaires de finances sont déjà le plus
cuisant souci de l'exil qui commence, une terrible plaie qui vient de
s'ouvrir et va se creuser de jour en jour. Dès ce premier moment, il
faut suffire à l'entretien d'une suite de quatre-vingt-deux personnes,
car la suite du comte d'Artois compte quatre-vingt-deux personnes,
comme celle des Condé en compte quarante-cinq.

Les jours s'écoulent ainsi. Le 7 octobre, les Condé partent pour
Gênes. «Leur voyage ne doit pas se prolonger au delà d'une semaine.»
Ils sont décidés à passer l'hiver à Turin. «Ils y ont fait venir leurs
chevaux. Ils ont loué pour neuf mois, à raison de trois mille six
cents francs par mois, une maison qui communique par le jardin avec
celle que doit habiter le comte d'Artois, quand la cour de Piémont
rentrera dans la capitale, après le séjour d'été à Moncalieri.» Ils ne
tardent pas à y retourner. Ils y sont quand arrive la comtesse de
Polastron, la favorite du comte d'Artois. Il souffre de leur
séparation momentanée, et elle est venue passer quelques semaines
auprès de lui.

À la mi-octobre, Choiseul annonce à Paris la présence, à Turin, de
nouveaux émigrés: le duc de Laval et ses fils, le comte de Bonneval,
la Fare premier président des États de Provence, le marquis de
Montesson, le duc et la duchesse de Polignac, qui se rendent à Rome,
la comtesse Diane de Polignac, la vicomtesse de Vaudreuil, l'abbé de
Balivière, la comtesse de Brionne, amie du maréchal de Castries, mère
du prince de Lambesc et de la princesse de Carignan, qui repart pour
Paris, à peine débarquée, afin de s'y dévouer au salut de son fils,
compromis dans les événements, la duchesse de Brissac, qui se rend à
Nice pour sa santé, et beaucoup d'autres Français de toutes classes.

Cette cohue aristocratique devient bientôt si nombreuse, que la cour
de Sardaigne s'en inquiète. Le ministre de France aimerait mieux que
les émigrés allassent à Rome ou ailleurs, où on ne pourrait, vu
l'éloignement, les soupçonner de former des projets contre leur pays.
«Je ne peux voir qu'avec peine une réunion qui échauffe les esprits,
même à Turin, et qui peut faire sensation en France comme ici.» Il
leur ouvre toutefois sa maison, les y accueille avec courtoisie, leur
donne à dîner. «Jusqu'à présent j'en suis quitte pour de la fatigue et
de la dépense ... Vous pouvez imaginer en général leurs principes.»
Choiseul est un gentilhomme dévoué au roi. Mais il ne peut s'associer
au langage qu'il entend, approuver les projets que l'on commence à
fomenter contre la France et dont, imprudemment, on parle tout haut.

Ces projets étaient encore bien vagues. Ils consistaient à agir sur
l'opinion, à solliciter les cours d'Europe, à leur demander aide et
secours au nom de la solidarité qui doit régner entre les trônes. Tout
portait à croire qu'elles voyaient avec inquiétude le mouvement
révolutionnaire se développer. Mais il n'apparaissait pas au même
degré qu'elles fussent disposées à prendre les armes pour le
combattre.

En Russie, l'impératrice Catherine édictait des mesures rigoureuses à
l'effet de prévenir l'accès dans ses États de la fermentation qui
désolait la France et la livrait à de troublantes convulsions. On
n'insérait dans les papiers publics de Saint-Pétersbourg que de courts
extraits de ceux qui apportaient des nouvelles de Paris. Il était
interdit de parler politique partout où la parole pouvait trouver des
échos. Un avocat français, ayant commis l'imprudence de s'ériger en
déclamateur, venait d'être enfermé dans une maison de correction et
durement châtié. On avait mis en surveillance d'autres individus. La
garde impériale était comblée de soins et d'adulations, comme si
Catherine eût compté sur elle pour la défendre contre les idées venues
de France. Mais, en dépit de ces témoignages d'une haine ardente pour
les doctrines nouvelles, la grande impératrice ne songeait pas encore
à les combattre à main armée, préoccupée surtout par la guerre contre
les Turcs, dans laquelle elle était engagée, et par les événements de
Pologne qui captivaient son attention, comme ils captivaient
l'attention de la Prusse et de l'Autriche.

À Vienne, l'Empereur Joseph II, le vieux Kaunitz son ministre,
caressaient trop d'ambitions au succès desquelles la neutralité de la
France était nécessaire pour qu'ils fussent disposés à intervenir dans
les affaires intérieures de celle-ci. Ils souhaitaient même
l'aggravation de ces difficultés, avec l'espoir qu'en s'aggravant,
elles empêcheraient le gouvernement royal de contrarier les plans
impériaux. Joseph II avait besoin d'une France affaiblie. «La
Révolution lui parut singulièrement opportune[4].» Ce fut aussi la
politique de son successeur Léopold. L'un et l'autre se montrèrent
complaisants pour la Révolution, tant qu'elle ne se dressa pas comme
une menace contre les trônes. Quand ils se décidèrent à marcher à elle
pour la contenir, ce fut toujours avec l'arrière-pensée de ne laisser
rétablir en France un pouvoir fort qu'à la condition qu'il leur
consentirait l'abandon des conquêtes qu'ils attendaient de la guerre.
Ils sacrifièrent à ces desseins jusqu'à la vie de l'archiduchesse
d'Autriche, la reine Marie-Antoinette, soeur de l'un et tante de
l'autre. Leurs préoccupations égoïstes étaient déjà visibles en 1789,
au moment où le comte d'Artois, réfugié à Turin, s'apprêtait à
recourir aux bons offices de l'Empereur.

         [Note 4: Albert Sorel: _L'Europe et la Révolution
         française_.]

La Prusse n'était pas mieux disposée pour la France. Le souverain
licencieux et débauché qui régnait sur elle, Frédéric-Guillaume II, ne
se conduisait que d'après les vues du comte de Herzberg, son ministre.
Celui-ci l'avait intéressé à la réalisation d'un plan politique, qui
consistait à tenir l'Autriche en respect et à se servir contre elle de
la Pologne où la Prusse comptait trouver plus tard une extension de
territoire. En de telles conditions, il n'y avait ni temps ni lieu
pour s'occuper de la révolution qui venait d'éclater en France. Et
puis, il fallait, avant de la juger, voir ce qu'elle deviendrait. Un
peu plus tard, quand la Prusse la croira dangereuse, elle entrera dans
la coalition. Elle y entrera avec l'espoir de recueillir, en argent ou
en territoire, le prix de son concours. Puis, dès 1795, lorsque la
Révolution menacera de promener à travers l'Europe ses drapeaux
victorieux, lorsqu'il faudra se mesurer de nouveau avec elle, la
Prusse, non encore consolée de sa défaite de 92, renoncera à courir
l'aventure d'une guerre dont l'issue est douteuse; elle désertera la
coalition pour faire la paix avec la France. Ce n'est donc pas de ce
côté qu'en 1789, les Bourbons pouvaient attendre un appui.

En Angleterre, William Pitt, depuis six ans, dirigeait le
gouvernement. Il s'employait avec passion à relever le prestige de la
couronne, dès longtemps compromis, les finances nationales en
détresse, la prospérité quasi détruite par des guerres à peine
terminées. Son pouvoir, peu à peu, s'était fortifié. Lui-même dominait
le roi, George III, conduisait l'opinion, exerçait en Europe une
action décisive, toutes les fois qu'il voulait s'y appliquer. Il avait
trop exclusivement en vue les intérêts de son pays pour ne pas
rechercher, dès cet instant, quels avantages il pourrait retirer de la
Révolution et pour se mettre en route pour elle ou contre elle avant
de s'être sûrement orienté. Sa conviction n'était pas faite encore.
Mais il nourrissait déjà l'ardent désir de donner à l'Angleterre, où
les traditions de vieille haine contre la France survivaient au passé,
des occasions de revanche et le moyen d'accroître sa grandeur
coloniale comme sa suprématie sur les mers et de les lui donner aux
dépens de l'adversaire.

L'accueil fait aux émigrés, les secours qu'on leur prodigua ne
sauraient être considérés comme des témoignages de sympathie adressés
à la France, mais bien plutôt comme des mesures de prudence adoptées
en prévision des solutions que produirait l'avenir. William Pitt fut
longtemps à se prononcer. Ce n'est qu'en 1793 que sa politique prit
corps, que son ardeur contre la Révolution se manifesta. L'Angleterre
devint alors la plus intraitable ennemie de la France, ou plutôt du
régime nouveau qui s'y fondait. Mais, en 1789, ces sentiments
n'existaient encore qu'à l'état vague. Les Bourbons ne pouvaient pas
plus faire fond sur l'Angleterre que sur l'Autriche, la Prusse et la
Russie.

En Italie, ils n'étaient fondés à espérer un appui que des
gouvernements, les peuples ayant accueilli avec enthousiasme les idées
nouvelles, desquelles ils attendaient la délivrance. Et encore, entre
ces gouvernements, n'en était-il que deux qui fussent disposés, et non
sans arrière-pensée, à être de quelque secours: la Sardaigne, parce
que deux de ses princesses avaient épousé les frères du roi Louis XVI;
les États de Naples, parce que les Bourbons y régnaient.

De l'Espagne où régnaient aussi les Bourbons, ceux de France, en vertu
du pacte de famille, pouvaient espérer beaucoup, espérer d'autant plus
que le vieux fanatisme espagnol accru par l'influence ecclésiastique
renaissante sous le règne de Charles IV, après s'être affaiblie sous
celui de Charles III. contribuait à rendre les populations hostiles au
mouvement révolutionnaire. Mais l'imbécile roi d'Espagne, sa femme,
l'extravagante Marie-Louise, l'amant de celle-ci, l'ambitieux Godoï,
devenu plus tard prince de la Paix, livraient ce pays à tous les
hasards, à tous les périls créés par la bêtise de l'un, les ardeurs et
l'orgueil des autres. À la faveur de ce pouvoir mobile et débile,
l'Espagne, sous le ministère de Florida Blanca, sous celui de d'Aranda
et sous le règne omnipotent de Godoï, fut tantôt l'ennemie de la
Révolution, tantôt sa complaisante, et au point de conclure, en 1795,
la paix avec elle. Elle ne se trouva résolue que plus tard, sous
l'Empire, pour résister à l'invasion. Les espérances que le comte
d'Artois fondait sur elle et auxquelles, ultérieurement, le comte de
Provence s'associa, furent de courte durée. Néanmoins, loin de prévoir
la déception qui l'attendait à Madrid, le comte d'Artois, à peine à
Turin, songeait à agir sur l'Espagne par un homme à lui ou par son
beau-père.

En réalité, il n'était qu'un souverain qui, dès ce moment, se déclarât
avec spontanéité contre la Révolution et pour la maison de Bourbon.
C'était le roi de Suède, Gustave III. Son successeur devait suivre son
exemple et son amitié devenir une des rares joies de l'exil de Louis
XVIII. Mais la Suède était petite et faible. Son dévouement, quel
qu'il fût, ne pouvait tenir lieu de secours effectifs. C'était presque
de l'héroïsme de la part de son souverain d'oser, au mois d'octobre
1791, rompre les relations diplomatiques avec le gouvernement français
en faisant écrire par son ministre des affaires étrangères au
chevalier de Gaussin, représentant de la France à Stockholm:

«Le secrétaire d'État a reçu aujourd'hui de M. le chevalier de Gaussin
un paquet dont le cachet porte: _Mission de France_. Mais, comme vu la
captivité du roi, on ne connaît pas plus en Suède qu'en Russie la
_Mission de France_, le secrétaire d'État, par ordre du roi, a
l'honneur de renvoyer le paquet sans l'ouvrir et de le prévenir qu'une
correspondance ultérieure à ce sujet serait absolument superflue.»

L'état de l'Europe ne se révélait encore qu'imparfaitement au comte
d'Artois et au prince de Condé, alors qu'ils étudiaient la direction à
imprimer aux démarches qu'ils voulaient tenter près des puissances. Le
peu qu'ils savaient des dispositions de celles-ci les rendait
incertains. Le temps s'écoulait en de vaines délibérations. Elles
avaient lieu tous les jours. Divers émigrés de marque, et entre autres
le duc de Bourbon, le général d'Autichamp, le comte de Vintimille,
l'abbé Marie, aumônier du comte d'Artois, y prenaient part. Mais aucun
parti décisif ne sortait de leurs débats. Les conseils du comte de
Calonne, l'ancien contrôleur général des finances de Louis XVI, mirent
un terme à ces hésitations. Il était à Londres. Le comte d'Artois,
qui, jadis, à Versailles avait subi son influence, le consulta.
Calonne dicta la marche à suivre.

Sans contester son dévouement, on peut dire de lui qu'il est l'homme
fatal de l'Émigration. Présomptueux, léger, crédule, il croyait à son
infaillibilité comme à la toute-puissance de son crédit. Quoiqu'il eût
cinquante-huit ans, il ne possédait ni sagesse ni expérience; l'âge ne
l'avait pas plus instruit qu'assagi, et il ne contribua que trop, tant
qu'il dirigea la politique des princes, à aggraver les dissentiments
qui existaient entre eux et leur frère, comme à entretenir parmi les
émigrés les plus funestes illusions. Marié à une Anglaise, Mlle de
Harveley, il lui devait de posséder une immense fortune, qu'il mit
d'ailleurs au service des Bourbons et dont une partie fut dévorée en
quelques mois.

La cour de Vienne semblait particulièrement désignée pour prendre
l'initiative des secours que les souverains devaient au roi de France.
Calonne fit valoir que l'empereur Joseph II, par considération pour sa
soeur, la reine Marie-Antoinette, ne saurait les refuser. C'est donc à
la cour de Vienne que le comte d'Artois fit, au mois d'octobre 1789,
sa première tentative. Le silence des documents ne permet pas d'en
préciser la forme. On peut supposer que l'agent, en cette
circonstance, fut le duc de Polignac, venu en Autriche après avoir
conduit et installé sa femme à Rome. Quels qu'eussent été d'ailleurs
la forme de la démarche et le négociateur, elle échoua piteusement
s'il faut en croire ce billet du prince de Condé au marquis de
Larouzière[5], daté de Turin le 7 novembre 1789: «La réponse de
l'Empereur arrive; elle est affreuse, repoussante, insultante même, et
nous le sentons vivement; ne perdez pas courage. Nous allons tâter de
la Prusse.»

         [Note 5: Le marquis de Larouzière était un gentilhomme
         d'Auvergne qui avait siégé aux États généraux. Il ne tarda
         pas à émigrer. Lié avec Condé, il lui écrivait fréquemment et
         reçut de lui de nombreuses lettres, dont je dois la
         communication à son petit-fils.]

Calonne, toujours crédule, parlait avec conviction des favorables
dispositions de cette puissance comme de celles de l'Angleterre. Il
laissait entendre qu'il avait reçu de Berlin l'assurance d'une
intervention efficace sous la condition de «quelques sacrifices sur
les frontières». Il ne disait pas lesquels. Mais un prêt de quatre
cent mille francs, que le roi Frédéric-Guillaume semblait prêt à faire
au comte d'Artois, donnait à ses assertions un certain fondement. On
tâta donc de la Prusse. Il ne parut pas au chevalier de Roll, envoyé à
Berlin, qu'on dût y être plus heureux que près de l'Empereur.

Entre temps, on s'était adressé à l'Espagne où régnait un Bourbon, et
à laquelle on attribuait, à tort ou à raison, le pouvoir de mettre en
mouvement les autres puissances. Le ministre, Florida Blanca, qui
dirigeait alors les affaires de la monarchie, avait pris contre la
Révolution des mesures sanitaires. Pour préserver son pays de la
propagande des idées nouvelles, il avait fermé la frontière aux écrits
et aux journaux de France, en même temps qu'il éloignait de Madrid les
étrangers qui ne justifiaient pas leur résidence. Mais il était moins
pressé de faire marcher l'armée espagnole pour soutenir les droits de
Louis XVI, soit qu'il craignît une défaite qui mettrait en péril la
couronne de son roi, soit qu'il fût déjà choqué et découragé dans ses
intentions par la légèreté, les indiscrétions et les imprudences des
émigrés arrivés à Madrid. Le 6 février 1790, il n'avait fait encore
aucune réponse aux demandes du comte d'Artois. La lettre suivante,
qu'à cette date, écrivait Condé à Larouzière, témoigne à la fois de
l'importance qu'on attachait, à Turin, aux décisions de la cour de
Madrid, et du désarroi que son silence jetait parmi les émigrés.

«Jamais nous n'avons compté que les troupes étrangères dussent entrer
en France sans un manifeste préalable des puissances qui les
enverraient. Mais pour les secours d'argent ou de troupes comme pour
le manifeste à demander, il faut commencer par tâter les dispositions
des cours, et c'est le point où nous en sommes. D'ailleurs nous
n'aurons pas un seul étranger si l'Espagne n'est pas à la tête de
tout. Cela nous est prouvé par la réponse même de l'Angleterre, qui
nous demande où nous en sommes avec cette puissance. Il faut donc
attendre ses intentions, et bientôt elles nous seront connues. Si
elles ne le sont pas cette semaine, je crois qu'on fera partir Vassé
pour y aller.

«Dans cette incertitude, nous pourrons toujours aller avec confiance
dans l'intérieur; mais il faut aller avec plus de réserve à
l'extérieur, pour ne pas croiser les vues que l'Espagne peut avoir,
puisqu'elle nous est absolument nécessaire. Il faut attendre aussi des
nouvelles du chevalier de Roll, et nous en attendons tous les jours.
Alors nous verrons ce que nous aurons à faire. Il ne faut pas se
dissimuler qu'un manifeste des puissances qui ne serait pas soutenu
par un mouvement de troupes pourrait bien ne pas avoir tout l'effet
que vous en attendez, et les puissances qui ne seraient pas décidées à
le soutenir ainsi ne consentiraient sûrement pas à le produire. Par
conséquent, si le roi de Prusse ou toute autre puissance consent à
nous secourir, nous aurons aisément le manifeste. Si elle n'y consent
pas, nous n'obtiendrons pas plus le manifeste que des troupes, ce
genre de secours étant nécessairement une suite de l'autre.

«... Quant au sang à verser, nous donnerions sans doute le nôtre pour
l'épargner. Mais le seul moyen qu'il n'y en ait pas d'effusion, c'est
de montrer à la France des troupes piémontaises, suisses, espagnoles
ou prussiennes, prêtes à franchir le Rhin, les Alpes ou les Pyrénées.
La menace de la force bien prononcée par un manifeste tel que vous le
proposez suffira seule alors pour tout obtenir de la terreur et de la
présence d'un danger imminent, et nous n'aurions pas besoin de tout
cela si les provinces avaient la moindre énergie. Mais si l'on
continue à ne trouver qu'aveuglement ou faiblesse, il faut bien suivre
la seule voie qui nous soit ouverte pour sauver notre roi, notre
patrie, notre race et notre honneur.

«Nous pensons bien comme vous, que l'Empereur, s'il vit, ce que je ne
crois pas, ne pourrait résister aux demandes réunies des cours de
Berlin, de Londres, de Madrid et de Turin. Mais ce n'est pas une chose
aussi aisée dans l'exécution que dans la spéculation d'amalgamer ces
quatre puissances.»

Sous l'empire des incertitudes que révèle cette lettre, le comte
d'Artois commençait à perdre patience. En arrivant à Turin, il était
convaincu qu'à son appel, les grandes cours se ligueraient contre la
Révolution, qu'elles lui fourniraient à lui-même tous les subsides que
nécessitaient la conquête du royaume et la délivrance de son frère.
Mais bien vite ses premières illusions étaient tombées. La tâche,
qu'au début il croyait facile, lui apparaissait longue, laborieuse,
hérissée de difficultés. Vainement, son cousin, le prince de Condé,
soumettait à son agrément chaque jour quelque nouveau projet que lui
suggérait son imagination ardente et déréglée. L'extravagance de ces
propositions ou leur impraticabilité était trop éclatante pour qu'il
fût possible d'en tirer parti. Mais ce n'est pas sans peine que le
comte d'Artois parvenait à les éluder. Il se demandait s'il ne
quitterait pas Turin d'où il était impuissant à agir. Il se décida
cependant à y rester jusqu'à la fin de l'hiver. Ce qui l'y détermina,
c'est que là, il pouvait mieux que d'ailleurs veiller aux affaires de
France, intriguer sur les frontières méridionales, dans le Dauphiné,
dans le Languedoc, en Provence, où les royalistes commençaient à
s'agiter.

Malheureusement l'argent lui manquait. Les ressources qu'il avait
emportées de Paris, celles qu'il s'était procurées s'épuisaient. Les
négociations ouvertes pour en obtenir de nouvelles marchaient
lentement ou échouaient comme celle, par exemple, qui avait pour but
d'emprunter le trésor de la Grande-Chartreuse et de quelques riches
abbayes. La détresse commençait, non encore aussi douloureuse qu'elle
le devint plus tard, mais gênante et telle qu'elle paralysait
l'exécution des projets naissants. Le roi de Piémont voulait bien
donner à son gendre le vivre et le couvert, mais de l'argent pour
fomenter des soulèvements contre la France, non. C'eût été trop
dangereux. Les prêteurs étaient rares. Ceux qu'on attirait à Turin,
dont on s'efforçait d'échauffer le zèle, exigeaient une caution. Où la
trouver, alors que Victor-Amédée III lui-même en était réduit à
contracter un emprunt à Gênes afin de faire face aux dépenses
qu'exigeait la mise sur pied de guerre de son armée, en prévision
d'une attaque de la France? L'année 1789 finissait ainsi sans que les
efforts multipliés du comte d'Artois eussent assuré ni même laissé
prévoir un heureux résultat.


III

LES DISSENTIMENTS ET LES CONFLITS

Pour comble d'infortune, entre le roi resté à Paris et les princes
émigrés, s'étaient élevés des nuages provoqués par les inquiétudes que
causaient aux Tuileries les plans inconnus du comte d'Artois, son
désir non équivoque d'avoir sa politique à lui, de marcher à son gré
sans tenir compte de ce qui se passait en France, la confiance qu'il
témoignait à cet extravagant prince de Condé, la faveur qu'il
accordait à Calonne. Quels que fussent les sentiments de Louis XVI,
demeurés malgré tout contradictoires, ceux qu'il trahissait étaient
hostiles à son frère dont il critiquait les entreprises et méprisait
l'entourage, cet entourage égoïste qui arrachait à Condé lui-même cet
aveu: «Il faut être juste; ce n'est pas trop la faute du comte
d'Artois s'il n'est pas mieux entouré. Les gentilshommes des provinces
ne viennent pas se rallier à nous; Vassé même veut s'en aller[6].»

         [Note 6: Condé à Larouzière, 12 décembre 1789. Le marquis de
         Vassé était écuyer du prince de Condé. Sous la Restauration,
         il devint général.]

Le blâme de son frère irritait le comte d'Artois. «Le comte d'Artois,
écrivait encore Condé, excédé de toutes les lettres qu'il reçoit de sa
soeur, du roi, de la reine, vient d'écrire pour protester et demander
à agir. Sa lettre est faite, mais non envoyée, d'une force, d'une
éloquence, d'une noblesse[7]...» Ces efforts demeuraient vains.
Comment Louis XVI eût-il été bien disposé pour son cadet quand il
considérait avec quelle étourderie celui-ci se jetait dans les
aventures les plus périlleuses, en parlait à tort et à travers, sans
mesure, donnant l'exemple d'une indiscrétion qui s'exerçait à la fois
sur les affaires les plus importantes et sur les plus futiles, livrait
aux rues de Turin tous les secrets de la politique des émigrés et les
envoyait à Paris, rendus plus compromettants par les circonstances au
milieu desquelles ils étaient dévoilés et propagés? Comment eût-il été
disposé à venir en aide à ce frère turbulent et brouillon, quand il
savait de quelles calomnies abominables, de quelles sévérités outrées
la reine et lui étaient l'objet parmi les courtisans réunis en
Piémont?

         [Note 7: Condé à Larouzière, 11 décembre 1789.]

Les dissentiments de la famille royale s'accusaient ainsi de plus en
plus. Le comte d'Artois et Condé en voulaient au roi, à la reine, à
Monsieur; au roi, parce qu'il refusait l'autorisation d'agir, bien
qu'on lui eût déclaré qu'on agirait sans lui; à la reine, parce
qu'elle ne manifestait que défiance pour leur politique, à propos de
laquelle, désireux de connaître son état d'esprit, l'un d'eux
recommandait à l'un des gentilshommes de la cour, le baron de
Flachslanden, de s'appliquer «à la pénétrer sans cependant jamais se
mettre à portée de recevoir ou d'être chargé d'envoyer une défense
d'agir»; à Monsieur, que les nouvelles de Paris montraient flattant la
populace, chantant les louanges de la Révolution et promettant de ne
pas émigrer.

Ce fut surtout à l'occasion de l'affaire du marquis de Favras, et de
la démarche de Monsieur auprès de la municipalité de Paris, à laquelle
il se présenta, «non comme prince, mais comme citoyen», que se
déchaîna la fureur du comte d'Artois et des Condé. Le 6 janvier 1790,
celui-ci écrivait à Larouzière:

«Je crois que vous allez frémir de rage comme le comte d'Artois et
moi, en lisant ce que je vous envoie. Est-il possible que le sang des
Bourbons s'avilisse à ce point, et qu'il coule dans les veines d'un
homme, si c'en est un, qui se permet une démarche évidemment dictée
par la peur et par la bassesse! Vous n'avez pas idée de l'explosion de
courage, de noblesse et d'indignation que cette lecture a produite sur
le comte d'Artois. Nous n'avons pas été en reste, et rien ne nous a
plus confirmés dans nos indispensables résolutions.»

Et le 9 janvier:

«Toutes nos lettres d'hier ne nous parlent que de l'indignation
générale que produit dans les deux partis la démarche de Monsieur. Il
est dans la boue au point qu'il y en a qui disent qu'il ne serait pas
étonnant qu'il fût obligé de se sauver. Le peuple fouillait le
lendemain toutes les voitures qui sortaient du Luxembourg pour voir si
Monsieur ne se sauvait pas en cachette. Il n'y a que les enragés de
l'Assemblée qui aient été chez lui au jour de l'an. Tous les bons
gentilshommes, jusqu'au chevalier de Crussol, ont cru devoir marquer
leur indignation en n'y allant pas.»

Ainsi, de plus en plus excités contre le nouveau régime, avides de
revanche, irrités de voir qu'à Paris, on repoussait leurs avis et on
contrecarrait leurs efforts, le comte d'Artois et le prince de Condé
avaient pris à tâche de blâmer toutes les résolutions de la cour, d'en
affaiblir les effets par leurs incessantes critiques. De son côté,
sous l'influence de la reine, le roi se prononçait avec une énergie
chaque jour plus marquée contre la politique de son frère. De là,
récriminations, colères, reproches amers.

Les lettres de Condé jettent sur ces conflits permanents le plus
triste jour, sans en éclairer cependant tous les motifs. Elles
révèlent ce qu'on pensait à Turin de la conduite de Louis XVI et de
Marie-Antoinette, le mépris qu'inspiraient aux émigrés les
hésitations, les incertitudes, les angoisses des malheureux souverains
dont la captivité, décorée de pompeuses formules légales, devenait de
jour en jour plus rigoureuse. On ne leur tenait compte ni des
difficultés accumulées autour d'eux, ni des dangers sans cesse accrus
qui les menaçaient. Il est aisé d'être héroïque quand on ne court
aucun péril. C'est ce qu'à Turin on ne comprenait pas ou on feignait
de ne pas comprendre. Le comte d'Artois et le prince de Condé
oubliaient que le roi n'était pas libre et qu'eux-mêmes étaient en
sûreté. Cet oubli donnait à leur langage un caractère véritablement
odieux d'injustice et de lâcheté.

Quand, à la fin de 1789, la famille royale semble disposée à se
confier à La Fayette, Condé écrit à Larouzière qu'il faut s'attacher à
perdre le général, et le remplacer à la tête de la garde nationale par
M. de Vioménil, «l'homme qui nous convient le mieux[8]». Il ajoute:

         [Note 8: Le lieutenant général, baron de Vioménil. Il mourut
         le 9 novembre 1792, d'une blessure qu'il avait reçue dans la
         journée du 10 août.]

«Je trouve La Fayette cent fois plus dangereux que Mirabeau, que sa
scélératesse plus généralement connue finira toujours par abattre ...
Qu'on se mette bien dans l'idée qu'il n'y a qu'une seule chose à
faire, c'est de réunir tous les moyens, tous les efforts pour
dissoudre l'Assemblée nationale en continuant la résistance, et en
fomentant la division dans son sein et parmi ses satellites.»

Au mois de décembre, le comte d'Artois avait envoyé à son frère un
long exposé de sa conduite à Turin et de ses premières démarches. La
réponse qui lui fut faite était meilleure qu'il ne l'attendait. Mais,
même en témoignant son contentement, il ne pouvait se défendre
d'arrière-pensées et de réticences. Condé, à qui il les confiait, les
répétait en ces termes, le 20 janvier 1790, à son fidèle Larouzière:

«Embrassons-nous, mon cher Larouzière, comme nous avons fait dans
notre petit conseil, dimanche dernier, en recevant la réponse du roi:
_Je suis extrêmement sensible, mon cher frère, à tout ce que vous
m'apprenez; j'approuve tout ce que vous avez fait. Continuez vis-à-vis
des provinces la marche que vous avez suivie jusqu'à présent_. Il dit
après, à la vérité, de rester tranquille. Outre que cela ne s'accorde
pas trop et que ce n'est point un ordre, le comte d'Artois va y
répondre très longuement et très fortement pour le convaincre qu'il ne
peut attendre de soulagement que de nous. Nous n'insisterons pas pour
avoir une autorisation plus décidée: 1º parce que celle-ci nous
suffit; 2º parce qu'il ne faut pas risquer un moment d'humeur qui
pourrait amener un changement d'avis. Pas un seul mot de la reine, ni
de Mme Élisabeth non plus. Cependant la reine était présente à la
lecture. Mme Élisabeth, cependant, dit un mot par lequel il est clair
qu'elle s'est méfiée.» Et à propos de Mme Élisabeth, Condé ajoute: «Sa
lettre est parfaite. Vous en jugerez par ce mot. Après avoir gémi sur
l'apathie dans laquelle le roi et la reine vivent à Paris, elle dit:
_Ne vous découragez pas, mon frère, et secourez-les malgré eux_.»

Les secourir, c'est bien ce que voulait le comte d'Artois. Mais
éloigné de Paris, trop aveugle pour voir la marche rapide de la
Révolution, les périls que courait la famille royale déjà prisonnière
aux Tuileries, tiraillée entre les factions, menacée par les uns, mal
conseillée par les autres, impuissante à prendre un parti, il
cherchait à lui venir en aide par des moyens qu'elle ne pouvait
approuver, parce qu'ils compromettaient sa sûreté. Aussi le
poussait-elle sans cesse à patienter, à attendre pour agir les
instructions et les ordres du roi. «Le comte d'Artois a reçu une
lettre de la reine qui dit qu'il faut attendre la fin de l'Assemblée,
ce qui n'a pas le sens commun, et qui blâme fortement la conduite de
Monsieur. Il y a aussi une autre lettre du roi où sont ces mots: _Nous
ne ferons rien dont vous puissiez avoir à rougir_. Mais peut-on y
compter? Toutes les lettres disent qu'on va le faire aller à
l'Assemblée nationale. Jusqu'à présent, il s'y refuse. Mais je
parierais que cela finira par là.»

Cette lettre est du 23 janvier. Le 27 février, Condé écrit encore:

«Le comte d'Artois a reçu par une occasion une lettre du roi et de la
reine. Celle du roi est d'une faiblesse au delà de ce que vous pouvez
croire. Il a l'air de craindre son frère. Il lui cite le peu de succès
de ses démarches en Dauphiné comme une preuve qu'il n'y a rien à faire
nulle part. Celle de la reine est encore plus forte en faiblesse.
Après toutes les mauvaises raisons que vous pouvez imaginer, elle lui
demande le sacrifice de toute idée de contre-révolution. Voilà la
femme que La Queuille et tant d'autres présentent comme un modèle
d'énergie ... Le comte d'Artois va travailler à une lettre dans
laquelle il repoussera cette faiblesse avec la plus grande vigueur, et
fera entendre qu'il a de grands moyens. Mais il ne les confiera pas.
Cela serait trop dangereux à cause du confident La Fayette.»

Et le 3 mars:

«Ah! qu'on croie bien qu'il n'y a malheureusement que faiblesse
là-bas, et que la seule force est et ne peut être qu'ici. C'est malgré
eux qu'il faudra les sauver. Que La Queuille persuade à la reine que
nous ne sommes ni des enfants ni des étourdis. Nous réunirons la
prudence au courage ... La reine veut toujours juger le comte d'Artois
comme il y a dix ans; mais ce n'est plus cela, Dieu merci!»

Hélas! contrairement à ce que disait Condé, c'était toujours la même
chose. À ce moment comme plus tard, à Turin comme à Coblentz, dans
l'exil comme sur le trône, le comte d'Artois demeura le personnage
présomptueux et vain qu'il avait été à la cour de Marie-Antoinette, ne
croyant qu'en sa propre sagesse, ignorant de son temps, des
transformations de son pays, facilement accessible à toutes les
illusions, dédaigneux des conseils d'autrui, convaincu que le suprême
honneur consiste à ne jamais changer. À ce dernier point de vue, il
faut lire la réponse suivante qu'il fit, le 27 janvier 1790, à une
lettre du bailli de Crussol, jadis capitaine dans ses gardes et député
aux États généraux, qui, de Chambéry où il surveillait les mouvements
du Midi, lui avait écrit pour lui demander s'il prêterait serment à la
Constitution que préparait l'Assemblée:

«J'ai reçu votre lettre du 19, mon cher bailli, et si je ne m'armais
d'une patience peut-être exagérée, je vous prouverais d'une manière un
peu ferme et un peu claire que vous êtes loin de me connaître ... Moi
composer! avec le but où l'on va! Bailli, je te regarde toujours comme
mon ami. Eh bien! connais-moi donc. Labourer la terre, gagner mon pain
à la sueur de mon front, périr enfin, fût-ce de misère: voilà ce que
je préférerai toujours à un accommodement quelconque. Je n'en veux, je
n'en écouterai même aucun. Ah! bailli, c'est vous qui m'avez écrit une
pareille chose! Je l'avoue, j'en ai pleuré tout seul. Mais je vous le
pardonne, et ne vous en aime pas moins. Rappelez-vous qui vous êtes,
qui je suis, et parlez à votre ami un langage qu'il puisse écouter.
Si mon honneur était caché sous la foudre, j'irais l'exciter à tomber
sur moi[9].»

         [Note 9: Papiers Larouzière.]

Quant à Condé, écho fidèle de la pensée du comte d'Artois, ce n'est de
sa part, pendant la première partie de l'année 1790, que critiques,
récriminations, bravades. À l'idée que le roi acceptera la
Constitution qu'élabore l'Assemblée nationale, qu'il jurera d'y obéir
et de l'observer, les deux princes sont consternés. Ils écrivent à
Bouillé qui commande à Nancy, pour lui proposer de faire évader le roi
«avant qu'il soit réduit à cette dure extrémité». La réponse de
Bouillé arrive: «Elle est affreuse, dans le genre de celle de la
reine. Il regarde la Constitution comme faite, et la contre-révolution
comme impossible.» De là à accuser Bouillé de trahir, d'être gagné par
La Fayette, il n'y a qu'un pas. Ce général est dénoncé comme suspect à
son ami le prince Henri de Prusse, et ne trouve d'autre défenseur que
le comte de Vaudreuil. Du même coup, les princes apprennent que
Mirabeau et le comte de Mercy ont des conférences secrètes dans le but
de soustraire le roi et la reine au sort qui les menace. Condé ne se
contient plus: «La reine veut bien être sauvée, pourvu que ce soit par
tout autre que par nous, je n'ai cessé de le dire.»

Le 10 mars, le comte d'Artois écrit à son frère pour le détourner de
négocier. Et Condé de dire à Larouzière:

«Ils sont perdus s'ils négocient avec leurs bourreaux. On leur fera
céder beaucoup plus qu'ils ne doivent. Tous leurs vrais serviteurs
leur demandent à genoux ou d'autoriser ou de laisser faire les princes
qu'on sait être en bon train ... On assure que le duc d'Orléans arrive
à Paris. Cela me paraît bien fâcheux. Il y aura un massacre affreux à
Paris, et La Fayette et lui tirailleront le roi. L'un des deux le
sauvera peut-être. Quels sauveurs! et qu'ils seront dangereux pour le
prétendu sauvé!»

La Fayette, Mirabeau, Lally-Tollendal, Mounier, tous ceux qui
cherchent avec plus ou moins d'habileté à préserver les jours de la
famille royale, à créer un état possible entre le roi et la
Révolution, et, dans ce grand branle-bas, à réserver quelques
lambeaux du pouvoir royal, ceux-là sont les bêtes noires des émigrés,
des personnages exécrés. «Qu'ils fassent et disent toutes les sottises
qu'ils voudront. Nous ne pouvons les en empêcher. Ces gens-là ne nous
reviendront jamais, surtout tant que M. Necker vivra, parce qu'ils
espèrent toujours.» Et parlant de ces constitutionnels, de ces
«monarchiens» pour qui les émigrés nourrissent encore plus de haine
que pour les révolutionnaires, Condé ajoute: «Ce parti mitoyen sera
peut-être celui qui nous barrera le plus, car les enragés périront des
accès multipliés de leur rage.»

Mais le comte d'Artois a beau se remuer, protester, adjurer, écrire de
longues et «fortes» lettres, conseiller au roi de signer une
protestation contre les décrets de l'Assemblée, il ne parvient pas à
se faire écouter. Le roi refuse de protester; il finit même par ne
plus répondre que brièvement à des avis qu'il désapprouve. Le 31 mars,
les princes reçoivent à Turin, en réponse à leur mémoire de quinze
pages, «une lettre d'une page». On ne parle point de la protestation.
On ne la renvoie ni signée ni non signée.

De son côté, Madame Élisabeth, qui semble avoir avec son frère
d'Artois des vues communes et qui s'attache à le renseigner sur ce qui
se passe aux Tuileries, mande qu'il n'y faut compter sur aucune force,
sur aucune énergie. «On ne songe qu'à avoir la vie sauve. Si vous
agissez, attendez-vous à un désaveu public.» La reine a dit au marquis
de La Queuille[10] qu'on ne cessait de commettre des fautes à Turin.
Le comte d'Artois est choqué par ce langage: «Jamais ces gens-là n'ont
été, ne sont, ni ne seront servis avec plus de courage et de prudence
que par nous. Il est affreux et décourageant que l'on accuse nos
agents d'indiscrétion. Que La Queuille proteste. Qu'il se défie de la
séduction des grâces. Il ne s'agit pas d'être courtisan, mais de
parler avec force.»

         [Note 10: Le marquis de La Queuille, passionnément dévoué à
         la famille royale, résidait encore à Paris et servait
         d'intermédiaire entre le roi et le comte d'Artois. Il
         n'émigra qu'en 1791.]

La Queuille s'ingénie à exécuter le mandat dont on l'a chargé. Il ne
parvient pas à convaincre la reine. Elle ne s'applique qu'à lui
démontrer l'absurdité et le danger des idées du comité de Turin, dont
elle désire cependant qu'on ménage l'amour-propre. C'est le moment, 26
juillet 1790, où elle écrit à Mercy: «L'extravagance de Turin est à
son comble. Il n'est pas même sûr qu'on nous écoute davantage. Mais,
comme notre sûreté et peut-être notre vie en dépendent, il faut tenter
tous les moyens jusqu'à la fin[11].»

         [Note 11: Recueil Feuillet de Conches.]

Cette défiance de la reine pour le comité de Turin et pour son chef,
la plupart des royalistes raisonnables restés à Paris la partagent. À
la fin de mars, il y a eu chez le duc de Liancourt une réunion de
cinquante-deux personnes pour aviser au moyen de sauver l'État. On est
tombé d'accord sur la nécessité de nommer un lieutenant général du
royaume. Quelques voix sont allées à Monsieur, le plus grand nombre au
duc d'Orléans et à La Fayette, pas une au comte d'Artois. Il est
indigné de ce trait d'ingratitude, indigné aussi d'être, de la part de
son frère et de sa belle-soeur, l'objet de préventions injurieuses, et
tout à coup il cesse de correspondre avec eux, uniquement préoccupé de
sauver la couronne «malgré eux». Et cependant un de ses amis les plus
chers, Vaudreuil, lui écrit: «Les servir malgré eux est impossible, ou
alors vous seriez un rebelle et responsable de tous les crimes que ces
efforts feraient commettre.» Mais qu'importe au comte d'Artois. Il ne
cède pas; il veut agir et faire parler de lui.

Condé n'est pas en reste d'agitations et d'intrigues. En ce même mois
de juillet, il publie un manifeste.

«Depuis un an, j'ai quitté ma patrie, dit-il; je dois exposer aux yeux
de l'Europe les motifs qui m'ont forcé d'en sortir. Le peuple français
est égaré par des factieux; mais il ouvrira les yeux, ce peuple bon;
il rougira des crimes que l'intrigue et l'ambition de ses chefs lui
ont fait commettre. Il relèvera de ses propres mains le trône de ses
rois, ou je m'ensevelirai sous les ruines de la monarchie. La noblesse
est sacrée; c'est la cause de tous les princes, de tous les
gentilshommes que je défends; ils se réuniront sous l'étendard
glorieux que je déploierai à leur tête. Oui, j'irai, malgré l'horreur
que doit naturellement inspirer à un descendant de saint Louis l'idée
de tremper son épée dans le sang des Français, j'irai à la tête de la
noblesse de toutes les nations et suivi de tous les sujets fidèles à
leur roi, qui se réuniront sous nos drapeaux, j'irai tenter de
délivrer ce monarque infortuné.»

Le morceau était éloquent. On dit que la reine en avait été
satisfaite. Mais Fersen le trouva intempestif. Ce fut aussi l'avis du
comte Eszterhazy qui formula son opinion en ces termes: «Je crains
bien que M. le prince de Condé n'ait pas l'adresse de Guillaume Tell
et qu'il ne frappe à la tête, sans abattre la pomme.»

Ces dissentiments n'étaient pas faits pour hâter le succès de la cause
royale. Les affaires de l'Émigration n'avançaient pas. Rien ne
réussissait, ni les démarches auprès des cours, ni les mouvements
fomentés dans les provinces méridionales. Les efforts tentés pour
soulever le Dauphiné menaçaient d'échouer. Soit que l'argent manquât,
soit que les idées nouvelles trouvassent dans cette province plus de
partisans que de contradicteurs, les tentatives avortaient l'une après
l'autre. Les princes, au lieu d'ouvrir les yeux, au lieu de comprendre
qu'ils faisaient fausse route en allant à l'encontre de la volonté du
roi, en vantant aux populations les bienfaits de l'ancien régime et en
se refusant à seconder les suprêmes efforts des royalistes modérés,
accusaient les autorités royales du Dauphiné de les trahir en révélant
à Paris leurs intrigues. Le général de Durfort, gouverneur de
Grenoble, était tout spécialement l'objet de leurs accusations.

«Nous avons la certitude qu'on a mis sous les yeux du roi un Mémoire
très violent contre le roi de Sardaigne et contre nous, et qu'il a été
présenté au nom de M. de Durfort, commandant de Grenoble. Je ne puis
le croire capable de cette infamie. Nous allons nous en éclairer
positivement. Le Mémoire a été présenté par M. de Ladevèze, qui l'a
signé de la part de M. de Durfort. Il n'a fait aucun effet sur le
roi[12].»

         [Note 12: Condé à Larouzière, 23 janvier 1790.]

Le Mémoire fut renvoyé au comte d'Artois par Louis XVI. C'était une
attaque en règle contre la petite cour de Turin, la légèreté de sa
conduite, la frivolité de ses propos. On y répétait les calomnies
propagées sur le roi et sur la reine. Le roi écrivait à cette occasion
au comte d'Artois qu'il ne croyait pas à ces accusations. Le comte
d'Artois, furieux, fit demander à M. de Durfort s'il était l'auteur du
Mémoire. M. de Durfort répondit négativement. Alors on voulut savoir
si, dans le cas où les princes entreraient à main armée dans le
royaume, il se déchirerait pour eux. «Il faut lui faire sentir la
nullité des ordres quelconques de la part du roi, attendu sa
captivité.» M. de Durfort répliqua qu'avant de songer à entrer en
France, il fallait réunir des troupes et qu'on n'en avait pas. Réponse
sèche et hautaine qu'on fut longtemps à lui pardonner.


IV

L'AGITATION À TURIN

Durant cette année 1790, à Turin, l'agitation fut à son comble. Le
comte d'Artois était parvenu, on ne sait comment, à arracher à son
beau-père, le roi de Sardaigne, la promesse de douze mille hommes si
le roi d'Espagne se déclarait en faveur des Bourbons de France.
Calonne, averti à Londres où se prolongeait son séjour, conseilla au
comte d'Artois d'aller lui-même à Madrid solliciter un concours auquel
était subordonné celui de Victor-Amédée. Mais un ami du comte
d'Artois, le comte de Vaudreuil, qu'il aimait à consulter, fut d'un
avis contraire dans une lettre datée de Venise, le 27 juillet. Il ne
pensait pas que le prince pût aller en Espagne sans l'agrément du
souverain de ce pays, et il redoutait que l'autorisation ne fût pas
accordée.

La mission fut alors confiée au marquis de Vassé. Cet envoyé devait
exposer au gouvernement espagnol les avantages que lui assurait le
rétablissement du roi de France dans son autorité, et lui demander
d'envoyer ses flottes s'emparer de Brest, de Toulon, de Rochefort.
Vaudreuil insistait en même temps pour que ces démarches fussent
faites au nom du roi Louis XVI et non en celui de son frère. L'Espagne
accueillerait favorablement tout ce qui lui viendrait de la part du
roi. Ce qui n'y viendrait que de la part des princes n'y aurait pas le
même succès; et puisque sans elle on ne pouvait rien de décisif, il
fallait guérir sa défiance en la laissant former elle-même le plan
qu'il convenait d'adopter.

Comme tant d'autres missions de même genre, celle de Vassé devait
échouer pour des causes, qu'un soir, à la veillée de famille, le roi
de Sardaigne résumait d'un mot.

--Mon frère d'Espagne n'a pas le sou.

D'autre part, on avait envoyé un agent dans les Flandres pour tirer
parti des circonstances favorables qu'y pouvait faire naître le
soulèvement de ces contrées résolues à secouer le joug de l'Autriche.
Des émissaires allaient à Berlin, à Vienne, à Londres, sans mandat
déterminé. On leur recommandait d'observer les événements, de signaler
tous ceux qu'ils jugeraient susceptibles de servir la cause des
émigrés. On acceptait tous les services, tous les dévouements, toutes
les bonnes volontés. Dans le Languedoc, on avait Froment, homme
d'initiative et d'énergie, mais intrigant, brouillon, capable
d'insurger les populations et non de concentrer leurs efforts vers un
but précis et déterminé. Il venait de prendre part aux troubles qui
avaient éclaté à Nîmes, le 13 juin, et la manière dont il s'était
efforcé de les faire tourner au profit du parti royaliste lui avait
assuré à Turin une influence que ne justifiaient d'ailleurs ni son
caractère ni ses moyens. Il ne devait réaliser aucun des espoirs qu'on
fondait sur lui. Trois ans plus tard, il était en Russie, quémandant
en vain et très humblement des secours pécuniaires. Mais, en juillet
1790, on le considérait à Turin comme précieux et indispensable.
«Dites à Froment, écrivait Condé, que son conseil pour le pape va être
suivi. Mais je doute du succès. Le cardinal de Bernis non seulement
n'osera pas le demander, mais même s'y opposera.» Il s'agissait
d'obtenir un Bref ordonnant des prières publiques pour le roi. Et
encore: «Recommandez à Froment de veiller à sa sûreté personnelle,
car, indépendamment de l'intérêt que nous prenons à lui (cela est
extraordinaire, mais cela est vrai), le sort de l'État tient peut-être
à cette tête-là.»

Dans le Vivarais, dans la Lozère, dans l'Aveyron, on avait aussi des
prêtres résolus à prendre les armes pour le roi, les abbés de La
Bastide de La Molette, de Siran, de Bruges, de Lavondès, Claude
Allier, son frère Dominique Allier, M. de Malbosc, le chevalier de
Borel, le chevalier de Robiac, Marc-Antoine Charrier, ancien député
aux États généraux, venu déjà à Turin pour protester de son dévouement
à la cause royale. Sous le prétexte de délivrer les populations du
Midi du joug protestant, ces personnages jetaient les bases de la
confédération qui prenait le nom de Jalès, petit pays du Vivarais où
elle devait se réunir. Pour en dissimuler le véritable but, ils
avaient décidé que lors du premier rassemblement des confédérés, fixé
au 17 août, ceux-ci seraient invités à prêter le serment civique.
Mais, en réalité, c'est à un vaste soulèvement des royalistes du Midi
qu'ils comptaient aboutir, et les princes connaissaient leurs
projets[13].

         [Note 13: Voir mon _Histoire des Conspirations royalistes du
         Midi pendant la Révolution_. Paris, Hachette.]

Rebourguil, un énergumène, ancien lieutenant aux gardes du comte
d'Artois, parcourait le Rouergue et le Quercy. Un major d'artillerie,
échappé de Toulon, était envoyé en Franche-Comté, en Alsace, en
Lorraine, pour se rendre compte de l'esprit des troupes «et notamment
de l'artillerie». À Valence, on essayait de séduire le commandant
militaire, M. de Graisin. On se plaignait de l'indifférence de la
Normandie, du mauvais vouloir des députés de la Guyenne à Paris. «On
voudrait qu'ils se souvinssent que nous existons et communiquent leurs
résolutions.» Partout où se manifestait un symptôme de dégoût pour les
idées nouvelles, à Montbrison, «où la population refusait de
reconnaître les décrets de l'Assemblée,» à Brest, où «trois généraux
venaient de rétracter leurs serments de fidélité au régime
révolutionnaire», partout enfin «où les royalistes s'organisaient pour
la résistance», on envoyait des émissaires à l'effet de recueillir des
adhésions au parti des émigrés.

On essayait en même temps d'agir sur les Parlements et sur le clergé.
Aux Parlements, on demandait des arrêts revendiquant la mise en
vigueur des lois protectrices de la couronne; au clergé, une active
propagande par la chaire. Si, quelque part, un sermon royaliste était
prononcé, on l'imprimait à plusieurs milliers d'exemplaires et on
l'expédiait dans les provinces.

Sur la foi de deux gentilshommes provençaux arrivés à Turin, MM. de
Castellane et de Villeneuve, on se leurrait de l'espoir que la
Provence se déclarerait quand on voudrait et fournirait de douze à
quinze millions pour payer les frais d'une insurrection. On
accueillait comme paroles d'Évangile les lettres d'un certain abbé de
Vaugelas qui, venu à Lyon pour y prêcher le carême, se disait en état
de faire élire le général d'Autichamp, fidèle ami des princes,
commandant des gardes nationales du Dauphiné. On discutait les moyens
d'agir sur les garnisons. On racontait avec complaisance que celle de
Soissons, composée du régiment d'Armagnac, était prête à marcher sur
Paris pour enlever le roi et le conduire à Lyon avec ses gardes du
corps, après qu'il aurait protesté contre les actes et les décisions
de l'Assemblée nationale.

Condé soufflait alors au comte d'Artois de se mettre à la tête des
gardes nationales pour marcher sur cette ville qu'on disait prête à se
soulever. On négociait afin d'assurer à ce grand mouvement les
Espagnols, les Piémontais et les Suisses. Qu'ils consentissent à
franchir la frontière qui les séparait de la France, et le succès
était assuré. Le refus de la Suisse et une dénonciation portée au mois
d'octobre à l'Assemblée nationale firent avorter le projet. Mais le
comte d'Artois et le prince de Condé n'y renoncèrent pas, bien que
Louis XVI l'eût désapprouvé. Le 16 mai 1791, dans une lettre à Mme de
Polignac, il dira en parlant de son frère: «Notre jeune ami me donne
de l'inquiétude. On le dit engagé dans un voyage au moins bien
prématuré et qui pourrait tourner d'une manière funeste pour bien du
monde.»

Le désaveu royal n'ébranlera pas la résolution des princes. On les
verra encore, au mois de mai 1792, tenter de provoquer une émeute à
Lyon. Ils seront alors à Coblentz. Ils reviendront à Turin, prêts à
gagner Chambéry pour pousser plus avant. Mais la tentative sera
prématurée, et ils devront rebrousser chemin en apprenant qu'au delà
de la frontière, ils trouveraient l'armée du Midi que commande le
général de Montesquiou.

Au milieu de ces vaines agitations se produisait parfois--trop
rarement--quelque indice heureux, propre à surexciter les espérances
souvent ébranlées. Un jour, c'était l'arrivée de députés auvergnats,
conduits par les comtes de Fargues et de Bosredon, qui venaient offrir
au comte d'Artois les services de quatre cents gentilshommes de leur
pays. Ce fut l'origine de ce que l'on a appelé la coalition
d'Auvergne. Cette coalition fournit à l'armée des princes un corps de
plusieurs centaines d'hommes montés et équipés à leurs frais et qui,
sous les ordres d'un lieutenant général et de deux maréchaux de camp,
fit la campagne de 1792. Ce corps fut licencié après la retraite de
Brunswick. Un autre jour, arrivait un envoyé de l'Ordre de Malte, le
chevalier de Ligondès. Il apportait une réponse favorable à une
démarche faite au nom du comte d'Artois auprès de l'Ordre par M. de La
Tour du Pin, à l'effet de solliciter des secours pour un mouvement
royaliste, qu'avec l'aide de l'Espagne il espérait fomenter dans le
Gard. Le plan consistait à débarquer un corps de troupes à
Aigues-Mortes et à marcher sur Nîmes d'où il serait aisé de favoriser
le soulèvement du Midi. Le chevalier de Ligondès était chargé non
seulement de promettre trois mille fusils, sept canons et quatre
galères de transport, mais encore de demander que les chevaliers de
Malte de nationalité française fussent autorisés à servir dans les
rangs de la noblesse rassemblée pour la défense du roi. Il fut fait
droit à leur requête. Il s'en présenta ultérieurement un assez grand
nombre qui servirent honorablement dans l'armée des princes et dans
l'armée de Condé.

D'autre part, Calonne, qui de loin proposait projets sur projets,
avait conseillé la formation d'une armée de gentilshommes, destinée à
devenir le noyau de celles que ne pouvaient manquer de lancer contre
la Révolution les puissances coalisées. L'idée étant trouvée sublime,
on s'était pressé de l'exécuter. Par l'intermédiaire de quelques
royalistes restés en France et notamment du marquis de La Queuille et
le marquis de Larouzière, un appel avait été adressé à la noblesse
française pour l'inviter à émigrer et à s'enrôler sous les ordres des
princes. Mais cet appel, pas plus que ceux qu'on adressait aux
troupes, ne fut entendu. Le moment n'était pas encore venu où tout
gentilhomme devait émigrer et aller s'enrôler dans les armées royales,
sous peine de se déshonorer. C'est seulement un peu plus tard, lorsque
les princes s'installèrent, le comte de Provence et le comte d'Artois
à Coblentz, les trois Condé à Worms, que les enrôlements devinrent
assez nombreux pour fournir deux corps, comptant en tout plus de vingt
mille hommes. Quant aux proclamations parties de Turin, elles
restèrent sans effet. Il n'arriva qu'une centaine de nobles disposés à
servir. Il y avait parmi eux des magistrats, voire des gens de
finances dont quelques-uns portaient gauchement l'uniforme dont on les
avait affublés et prêtaient à rire. On les éparpilla tant bien que mal
aux environs de la ville, faute de pouvoir profiter sur-le-champ de
leur bonne volonté. Ils ne firent que grossir le nombre des oisifs
français, dont les allures arrogantes avaient choqué et lassé les
populations et qu'elles souhaitaient de voir partir. «Ces désoeuvrés,
écrivait Choiseul, ont rempli la ville de leurs discussions et de
leurs querelles.» Il n'exagérait pas; il y eut des duels entre
officiers et, dans l'un d'eux, mort d'homme. On ne doit donc pas
s'étonner si, lorsque les émigrés quittèrent Turin à la suite des
princes, les habitants ne purent contenir l'explosion de leur joie.

Sur ces entrefaites, avait éclaté à l'improviste, le 20 juin, la
nouvelle de la mort de l'empereur Joseph II. On le savait hostile à la
France en général, aux émigrés en particulier. On attendait mieux de
son successeur Léopold. Si faible que fût cet espoir, il ouvrait
cependant une perspective heureuse sur l'avenir.

Malheureusement les moyens manquaient d'exécuter tout ce qu'on rêvait
et projetait. Si désorganisé que fût le gouvernement de Paris, c'était
un gouvernement avec sa puissance et ses éléments d'action, contre
lequel ne pouvait rien la poignée de paladins réunis en Piémont,
qu'aucun État de l'Europe ne voulait écouter, le roi de France ayant
fait déclarer dans toutes les capitales qu'il ne reconnaissait à
personne, pas même à son frère, le droit de s'entremettre pour lui
sans ses ordres et que, pour le représenter, il avait ses ambassadeurs
qui, tous, occupaient encore leur poste.

Alors s'aggravait le dépit que causait au comte d'Artois son
impuissance non seulement à sauver le roi, mais encore à empêcher
qu'il fût sauvé par d'autres.

«Nous savons que La Fayette a montré à la reine une lettre du général
Schederer (Autrichien) qui commande à Liège, par laquelle il lui offre
secours. Si cette lettre n'est pas supposée par La Fayette, elle est
aussi mauvaise qu'extraordinaire.»

C'est Condé qui parle ainsi le 14 avril. Le 17, son langage est pire
encore:

«Vous savez comment s'est conduit le Bouillé. Aussi, je n'ai rien à
vous dire sur ce que vous avez à mander à La Queuille à cet égard. Je
crois bien que son ambition se tournerait à sauver le roi. Mais par de
nouvelles notions qui nous sont encore parvenues, nous avons lieu de
penser qu'il croit La Fayette dans cette intention et qu'il est en
correspondance avec lui. C'est ce qu'il y a de pis. M. de Castries
croit aussi La Fayette retourné. Si le roi se sauve par ce moyen, il
ne fera que changer de prison et tout sera perdu sans ressources.»

Alors aussi, commençaient les amers découragements accrus par les
lamentables nouvelles qu'apportaient de Paris les émigrés. Maintenant
ils arrivaient en masse, à Turin comme ailleurs. L'émigration devenait
à la mode. Ne pas partir, c'était se déshonorer. En juillet 1790, le
ministre de France, Choiseul, signale au département des Affaires
étrangères comme nouvellement arrivés à Turin, les princes de Tarente
et de Rohan-Guémenée, les marquis de Barentin, d'Escars, de
Courtemanche, de Miran, de Ferronnière, de Turpin, de Montesson; le
comte et la comtesse de Vintimille, les comtes de Vérac, de Lévis, de
Grammont, de Polignac, de Gourville, de Flotte, de Faucigny, le
vicomte de Mirabeau, le vicomte de Berthier, le baron du Faucon, le
baron d'Ailhaud, le chevalier de Lafargue, le chevalier de Bouglars,
le chevalier de La Trémoïlle, M. Ferrand, conseiller au Parlement de
Paris, M. de La Tresne, avocat général à celui de Toulouse, puis,
pêle-mêle, sans titres, des magistrats, des officiers, des membres de
l'Assemblée nationale: MM. de Lévignac, de Palarin, de Vernègues,
Walsh de Séran, Pelletier de Morfontaine, de Roux de La Fare, de
Pennetier de La Roque, de Beaune, de Colard, de Guilleragues, de
Capdeville, de Lally-Tollendal, de Montmorency, de la Rochelambert, de
Maussion, de Suffren. À la fin de sa dépêche, le ministre de France,
après avoir exposé qu'il donnait aux nouveaux venus, chaque semaine,
des dîners de vingt-cinq et trente couverts, ajoutait: «Ma position et
mes devoirs deviennent chaque jour plus difficiles. Il serait à
désirer que le roi voulût bien me faire connaître d'une manière
positive ses vues et me donnât personnellement des ordres précis.»

Choiseul n'était pas le seul qui se préoccupât de la présence en
Piémont de tant de Français en révolte contre leur pays. Le roi de
Sardaigne s'inquiétait lui aussi de ce flot grossissant de fugitifs
répandus dans ses États et qu'il était obligé de protéger contre les
populations qui voulaient les chasser, redoutant qu'ils ne
contribuassent, par leur nombre, à la hausse des objets de première
nécessité. Il ne cachait pas le déplaisir que lui causaient les
intrigues nouées par son gendre et le prince de Condé. Ces agitations
incessantes, ces réunions d'émigrés chaque jour plus bruyantes et plus
nombreuses, les efforts qu'ils tentaient auprès des cours éveillaient
ses alarmes. Il craignait, en tolérant ces menées séditieuses,
d'attirer sur son royaume les représailles de la France et sur sa
couronne le ressentiment de ses sujets. Aussi tenait-il les princes
sous une rigoureuse surveillance à laquelle ils ne parvenaient à se
dérober que grâce à des prodiges d'habileté. Très inquiet, il armait
sa frontière du côté de la Savoie et du côté de Nice, en maugréant
contre ces émigrés que lui imposait son gendre et qui mettaient en
péril la sûreté de ses États. «Ils croient épouvanter, disait-il; ils
ne font qu'irriter ceux qu'ils prétendent soumettre; ils les
exaspèrent et les rendent furieux.»

Il existe d'autres témoignages de l'opinion défavorable qu'il s'était
faite de ses hôtes et des craintes qu'ils lui inspiraient. Au mois
d'avril 1792, recevant à Turin le prince Belosselsky, ambassadeur de
Russie, qui lui présentait ses lettres de créance, il lui ouvrait son
coeur. «Les émigrés qui sont pour la bonne cause ne sont-ils pas, pour
la plupart, des êtres dangereux par leurs inconséquences, leurs
bravades et leur inconduite? Quelques-uns d'entre eux ont couru ici
chez les fournisseurs et dans l'arsenal pour chercher des sabres
propres à couper les têtes d'un seul coup. Je les crains et je les
évite autant que je puis le faire honnêtement[14].»

         [Note 14: _Dépêches du prince Belosselsky_, publiées par la
         princesse Lise Troubetzkoï. Paris, Leroux, 1901.]

Son gendre n'était pas à l'abri de ses critiques. Il se plaignait
notamment de la manière dont ce prince élevait ses fils, le duc
d'Angoulême et le duc de Berry. Lui-même, profitant de la présence de
ces jeunes gens à sa cour, entreprenait de réformer leur éducation,
espérant que les malheurs de leur famille tourneraient à leur
avantage.

«J'ai forcé d'Artois à convenir, disait-il encore à Belosselsky, que
lorsqu'on avait, chez eux, l'espoir de certains droits à la couronne,
on n'apprenait plus rien; on donnait un libre essor à toutes ses
passions; on croyait être quitte du respect que tout le monde doit à
la religion, aux moeurs, aux lois de l'État. Les flatteurs ne cessent
de dire à leurs oreilles que l'État appartient au roi et à sa famille.
Ce n'est pas vrai; c'est le roi qui appartient à l'État.»

La conduite des émigrés à Turin, si propre à attirer des orages sur la
tête de Victor-Amédée, ne constituait pas l'unique cause de ses
récriminations. Les Français réfugiés à Chambéry ne témoignaient ni de
plus de bon sens ni de plus de perspicacité. Peu à peu, la Savoie
s'était remplie d'émigrés. Il y en avait à Chambéry, à Annecy, à Aix,
à Montmélian, au Bourget, à Saint-Genis, à Carouge, comme il y en
avait à Nice, à Aoste et en Suisse. Partout, en Savoie, ils étaient
admirablement reçus par la noblesse, les officiers, le clergé, les
moines et les religieuses. Mais le peuple et la bourgeoisie leur
faisaient grise mine, à Chambéry surtout, ou ils envahissaient tout,
dédaigneux et provocateurs, étalant leur luxe, tenant le haut du pavé,
raillant les vieilles coutumes de Savoie, la simplicité des
existences, le défaut d'élégance des femmes, imposant au gouverneur de
la ville leurs exigences à ce point que celui-ci, quand éclatait un
conflit entre eux et les natifs, leur donnait toujours raison.

En outre, dans ce pays où les idées révolutionnaires prenaient
rapidement faveur, grâce à l'active propagande à laquelle se livraient
des émissaires envoyés de Paris, les émigrés conspiraient ouvertement,
ne faisaient mystère ni de leurs espoirs ni de leurs projets de
vengeance, correspondaient avec les royalistes du Midi et
transformaient Chambéry, comme Turin, en un brûlant foyer de
contre-révolution. Leurs intrigues offensaient la population non moins
que leur attitude, et déjà des conflits destinés à renaître et à
s'aggraver trahissaient des ressentiments réciproques.

C'est ainsi qu'au mois de mars 1791, le mariage du vieux et richissime
émigré marquis de Morfontaine avec une Française veuve, jeune et
belle, madame de Savigny, mettra aux prises, sous le plus futile des
prétextes, des adversaires qui ne demandent qu'à en venir aux mains. À
l'issue de la cérémonie religieuse, célébrée à la cathédrale au milieu
d'une immense affluence de nobles et d'officiers, la nouvelle mariée a
réuni les invités chez elle. Au cours de cette réception, un
attroupement se forme sous les croisées, et la foule donne un
charivari aux époux. Les émigrés s'irritent; ils descendent dans la
rue pour faire cesser ce scandale. Ils parcourent la ville armés de
sabres et de pistolets; mais le peuple tombe sur eux à coups de
bâtons, en criant: «À bas la cocarde blanche! Les aristocrates à la
lanterne!»

Ils sont obligés de se réfugier dans un corps de garde et d'y attendre
que la nuit leur permette d'en sortir. Le lendemain, le port de la
cocarde blanche est prohibé et tout rentre dans l'ordre. Mais le
retentissement de cette affaire est considérable. Le roi
Victor-Amédée, que d'autres incidents, non moins regrettables,
désignent à l'Assemblée nationale comme un ennemi de la Révolution,
commence à se demander avec angoisse si la France ne va pas lui
déclarer la guerre, envahir ses États et soulever contre lui ses
sujets qui désirent «que les Français leur apportent l'étincelle de la
révolte».

À la fin de l'été de 1790, la situation ne se présentait encore avec
ce caractère menaçant ni pour les émigrés ni pour le souverain qui
leur donnait asile. Mais elle s'aggravait tous les jours. Le mouvement
révolutionnaire en France avait échappé aux imprudents qui s'en
étaient emparés en favorisant ses débuts, avec l'espoir de le
maîtriser à leur gré. Ils étaient maintenant dépassés, emportés
eux-mêmes, devenus suspects aux yeux des nouveaux maîtres de la
nation. D'étape en étape, la Révolution avançait à pas de géant. À
travers des journées sanglantes, elle en arrivait, au dehors, à
menacer toutes les couronnes, à se créer des sympathies parmi les
peuples, à devenir impitoyable aux émigrés qui osaient la braver, et,
au dedans à annihiler le pouvoir royal, à faire le roi prisonnier dans
son palais. Autour de ce prince s'agitaient des partisans intrépides,
prêts à donner leur vie pour lui: le lieutenant général marquis de
Bouillé, l'auteur du projet de fuite qui vint échouer à Varennes; le
comte Axel de Fersen, grand seigneur suédois, familier de la cour aux
jours heureux, et que les malheurs du roi et de la reine ne firent
qu'attacher davantage à eux; le comte de Mercy-Argenteau, le
compatriote et l'ami de Marie-Antoinette; Jean de Simolin, ministre de
Russie à Paris; le baron de Breteuil, le comte de Durfort, le marquis
de Bombelles, le baron de Gilliers, M. de Bonnières, le comte
Eszterhazy, le général de Jarjayes, le baron de Flachslanden, le comte
d'Agoult, le chevalier de Coigny, le baron de Goguelat, l'Anglais
Crawford, le marquis de Bonnay, et enfin l'avocat Fernand Christin,
mort en 1830, à Saint-Pétersbourg, dans les papiers duquel ont été
retrouvées quelques notes sur les émigrés, notamment celle-ci:

«J'ai passé les premières années de l'émigration dans la société et
l'intime intérieur des princes, dévoué à leur cause, que je croyais si
belle et pour laquelle j'ai plusieurs fois exposé ma vie dans des
voyages à Paris, aux moments les plus périlleux, pour les faire
communiquer sûrement avec Louis XVI.»

Mais ces nobles dévouements, quoiqu'ils ne se fussent encore ni
lassés, ni découragés, ne pouvaient plus rien. À Turin, le comte
d'Artois ne pouvait pas davantage. Depuis plus d'une année, il se
dépensait en démarches humiliantes auprès des cours; il avait dilapidé
des ressources précieuses sans arriver à aucun résultat. C'est à son
frère, c'est aux royalistes restés en France qu'il faisait remonter la
responsabilité de ses échecs, tandis qu'il méritait seul d'en porter
le fardeau. Il était seul coupable, coupable d'avoir voulu, en dépit
de son inexpérience et de son incapacité, se faire une politique à
lui, malgré son frère et contre son frère; coupable de n'avoir su ni
la formuler, ni donner à ses efforts une direction unique, précise et
raisonnée; coupable surtout d'avoir, par ses folles tentatives, ses
imprudences, ses propos inconsidérés, ameuté l'opinion contre le parti
du roi et compromis irréparablement la cause qu'il entendait défendre.

Louis XVI, Marie-Antoinette plus encore que lui, voyaient clairement
le péril qui montait autour d'eux. Ils pressentaient qu'avant peu,
leur couronne et leur vie seraient directement menacées. Mais ils
avaient la conviction que, si leur situation déjà si compromise
pouvait l'être encore d'une manière plus irréparable, c'était par
l'intervention des émigrés, à qui ils reprochaient d'avoir, par leur
fuite, diminué le nombre de leurs partisans et de leurs défenseurs.
Sybell dit avec raison que la reine ne voulait pas triompher par eux,
d'abord parce qu'elle ne croyait pas à la possibilité de rétablir
l'ancien régime, dont ils se proclamaient les champions, ensuite,
parce qu'à son avis, leur triomphe laisserait le roi dans l'ombre, et
qu'en tous cas, l'apparence seule d'une alliance avec l'émigration
anéantirait à jamais toute chance d'une restauration monarchique. Elle
ne voyait que deux partis à prendre: fuir en Vendée, dans le Midi ou
dans l'Est, ou s'appuyer sur les grandes puissances et surtout sur
l'empereur Léopold, en dehors de toute intervention des émigrés.

Mais aucune de ces solutions n'était aisée. Tandis qu'aux Tuileries on
croyait l'Europe uniquement occupée de la Révolution, l'Europe
continuait à assister indifférente à l'écroulement de la maison de
Bourbon. Loin de songer à intervenir pour sauver sa soeur, l'Empereur,
guidé par d'égoïstes calculs, se contentait de l'inviter à quitter
Paris, ce à quoi elle répondait fièrement: «Mon devoir est de rester
où la Providence m'a placée, et d'opposer mon corps, s'il le faut,
aux couteaux des assassins qui voudraient arriver jusqu'au roi. Je
serais indigne du nom de notre mère, qui vous est aussi cher qu'à moi,
si le danger me faisait fuir loin du Roi et de mes enfants.»

Ainsi, rien à attendre de l'Europe.

Il n'était pas plus facile de fuir, tant devenait rigoureuse la
surveillance exercée autour de la famille royale. Vers la fin
d'octobre, le roi songea à rejoindre le marquis de Bouillé, commandant
en chef de l'armée de l'Est. Il lui fit communiquer son dessein par
d'Agoult, l'évêque de Pamiers. Bouillé répondit que l'entreprise
présentait trop de dangers pour qu'il fût d'avis d'y donner suite. «Si
elle ne réussit pas, disait-il, elle perdra le roi et la monarchie.»
Il préférait engager l'Empereur à faire avancer des troupes sur la
frontière, en prenant pour prétexte l'atteinte portée par les décrets
de l'Assemblée aux droits des princes allemands possessionnés en
Alsace-Lorraine. Lui-même feindrait de vouloir repousser cette
agression. Une adresse demanderait que le roi se mît à la tête de
l'armée. Cette combinaison l'eût sauvé et lui aurait même permis de
jouer le rôle de pacificateur. Mais, hélas! c'étaient là des plans
irréalisables ou d'une exécution laborieuse, sans compter qu'on
pouvait toujours craindre qu'à la première démonstration de l'Autriche
sur la frontière, l'Assemblée ne traitât la famille royale en otage.

Elle n'était que trop disposée à rendre le roi responsable de la
conduite des émigrés, et surtout de celle de son frère, le comte
d'Artois. Comme pour justifier cette disposition, un mémoire portant
la signature des princes venait de paraître, et, bien qu'ils n'en
fussent pas les auteurs, il n'avait pu circuler sous leur nom que
parce que le bruit se répandait qu'ils en préparaient un. Ce bruit
était fondé. Depuis le 15 septembre, l'agitation des émigrés de Turin
redoublait. De nouveau, on y rêvait de manifestations solennelles,
d'éclatantes démarches auprès des cours. Au découragement survenu dans
les premiers jours de l'été succédait une fiévreuse activité. C'est
que Calonne était arrivé et prenait, dans les conseils du comte
d'Artois, une situation qui tenait du favori et du premier ministre.


V

LA POLITIQUE DE CALONNE

Depuis le jour où, vers la fin de 1789, le comte d'Artois avait
recouru à ses lumières et sollicité ses avis, Calonne ambitionnait de
diriger la politique des émigrés non de Londres, et en quelque sorte
en se cachant, mais ouvertement aux côtés du frère du roi. Quelle que
fût cependant la vivacité de son ambition, il était trop fier pour
s'offrir; il entendait qu'on l'appelât, ce qui ne pouvait être
qu'autant que d'habiles intermédiaires suggéreraient au prince l'idée
d'utiliser plus complètement ses services. Ces intermédiaires, il les
chercha et les eut promptement trouvés en deux hommes avec qui il
était lié depuis longtemps et dont il rêvait, les sachant en
possession de la confiance du comte d'Artois, de faire ses bras droits
dans la direction du parti royaliste. L'un était M. de Conzié,
l'évêque d'Arras, l'autre le comte de Vaudreuil, un des favoris du
prince.

Des quelques prélats que leur dévouement aux Bourbons et le droit de
jouer un rôle transformèrent en agents politiques, il n'en est pas de
plus entreprenant que Conzié ni de plus agité. Aux yeux des princes,
c'était une forte tête; eu réalité, il en imposait surtout par son
audace, «des airs de grenadier,» et un esprit plus inventif que sage.
Mêlé à tout, pendant la durée de l'émigration, il n'y exerça cependant
qu'une influence de surface. Ses idées, pour la plupart, restèrent en
chemin, même celle d'une vaste ligue internationale contre la
République française, dont le pape aurait pris l'initiative. Il la
soumit à Pie VI, en 1791. Mais celui-ci refusa de prêcher la guerre et
d'intervenir «dans la querelle des rois et des peuples», considérant
que tel ne devait pas être le rôle de la papauté. Au moment où Calonne
songeait à se l'attacher, Conzié n'avait pas encore donné sa mesure.
Son rôle politique se bornait à avoir siégé dans l'Assemblée des
notables et à avoir défendu les plus purs principes de la monarchie.
Il passait pour prodigieusement ambitieux. Mais la dignité de sa vie
épiscopale, les capacités d'administrateur dont il avait fait preuve
dans son diocèse, lui avaient donné la réputation d'un homme éclairé
et actif.

Tout autre était Vaudreuil. Entre les paladins de l'émigration, ce
brillant gentilhomme, une des parures de la cour de France, le favori
de la reine, le courtisan préféré du comte d'Artois, le tendre ami de
la duchesse de Polignac, type accompli du noble d'ancien régime, se
distingue par une sagesse relative, une raison réfléchie et même des
principes de patriotisme tels que nous les comprenons aujourd'hui, qui
permettraient de l'admirer s'il n'y avait trop souvent contradiction
entre les conseils qu'il prodigue et dont est pleine sa correspondance
avec le plus jeune frère de Louis XVI[15].

         [Note 15: On en doit la publication à M. Léonce Pingaud. 2
         vol., Paris, Plon-Nourrit.]

À lire quelques-unes de ses lettres, Vaudreuil est un politique et un
patriote. Il gémit des imprudentes entreprises de son prince; il le
supplie de s'abstenir de tout ce qui pourrait déplaire à la reine; il
lui prêche la sagesse, l'union avec les membres de la famille royale;
il voudrait que la contre-révolution s'opérât par l'unique action des
Français, sans le concours de l'étranger.

«Toute influence étrangère ne ferait que réunir la nation entière et
augmenter encore cette opinion de liberté, ce goût d'indépendance qui
ne sont que trop généralement établis d'un bout à l'autre du
royaume... D'ailleurs, je suis épouvanté des dangers que courraient le
roi et la famille royale, prisonniers dans la capitale, si les
puissances étrangères, à votre instigation, se mêlaient de nos
affaires intérieures. En outre, je ne crois pas que nos alliés s'y
déterminassent sans y être invités par le roi lui-même. Quant aux
puissances rivales ou ennemies de la France, il serait bien dangereux,
et il paraîtrait criminel de s'adresser à elles.»

Tout au plus, accepterait-il le concours de l'Espagne, parce que le
souverain de ce pays est un Bourbon, et qu'entre lui et les Bourbons
de France existe le pacte de famille. Mais il considère que les
démarches en Espagne n'auraient aucun succès, si elles étaient faites
sans l'aveu du roi. Il faut donc qu'avant tout, le comte d'Artois
obtienne de son frère une autorisation propre à légitimer tout ce
qu'on ferait pour sa liberté, pour sa gloire et pour le bonheur de son
peuple.

Parlant des divisions qui ont éclaté entre les Tuileries et Turin,
Vaudreuil écrit au comte d'Artois, le 21 mars 1790: «Défiez-vous de
ces nouvelles, qui tendent à vous donner de la défiance contre le roi
et la reine, de qui doivent émaner vos principales ressources. Ce
n'est sûrement pas prudent ni honnête de vouloir diviser ceux qui ne
peuvent rien que d'accord. Mais n'ayez donc pas la volonté positive de
tout diriger et de ne vouloir recevoir aucune direction de ceux qui
doivent la donner ... Vous perdriez tout si vous preniez ce parti. Il
faut, au contraire, montrer toute confiance et en inspirer.» Le 28
août, il ajoute: «Un point bien essentiel est que l'union, la
confiance règnent entre la reine et vous. Ne croyez pas ceux qui
voudront vous diviser et vous inspirer une mutuelle défiance; ceux-là
sont des imprudents, s'ils ne sont pas des ennemis cachés.

«Votre conscience ne peut être en sûreté qu'autant que vous vous
entendrez avec le roi et la reine ... Vous ne pouvez rien sans eux,
quoi qu'on vous dise.»

Des conseils analogues abondent dans ces lettres, en même temps qu'y
transpirent des aveux tels que celui-ci, arraché à sa plume par les
déceptions que lui causent, en 1793, la mollesse et la mobilité du
comte d'Artois: «Il s'est bercé, il m'a tant bercé d'illusions, que
j'ai perdu en grande partie ma confiance.»

En juillet 1795, au moment où les émigrés partis d'Angleterre sur une
escadre anglaise venaient de débarquer à Quiberon, son patriotisme
éclate: «Il m'est impossible d'agir concurremment avec quelque
puissance que ce soit sans savoir à quel but on nous conduit. Je ne
veux pas faire la guerre à mon pays; mais je voudrais la faire à la
Révolution. Et jusqu'à présent je n'aperçois qu'une guerre faite à la
France ... Ma conscience y répugne.» Il est d'ailleurs convaincu que
c'est l'argent anglais qui a fait la Révolution. «Ils ne nous ont pas
pardonné la guerre d'Amérique ... La conscience politique est
terriblement large, et c'est une maxime reçue, surtout en Angleterre,
que servir son pays, abaisser les puissances ennemies, est la première
des vertus.»

Après avoir lu ces propos, qui font honneur à Vaudreuil, on ne peut
qu'être surpris de l'entendre en tenir d'autres, sensiblement
différents, et supplier l'Empereur d'Autriche de mettre l'Europe en
mouvement contre la France, de le voir devenir la doublure de Calonne,
qui est l'ennemi de la reine et qui recourt aux moyens que lui,
Vaudreuil, a désavoués. Peut-être ces changements dans son langage se
peuvent-ils expliquer par le développement des excès révolutionnaires.
N'empêche qu'ils permettent de dire que deux hommes vivent en lui, et
que les opinions de l'un sont fréquemment en contradiction avec les
opinions de l'autre.

Il est vrai que lorsqu'il exprimait celles qui viennent d'être citées,
il était à Rome, voyait tous les jours le cardinal de Bernis,
subissait son influence, lui montrait les lettres du comte d'Artois
auxquelles il répondait en s'inspirant des propos que lui tenait le
vieux cardinal, homme d'âge et d'expérience, esprit sagace, prévoyant,
modéré, qui se prêtait volontiers à faire tenir par Vaudreuil des
conseils au prince et traitait son entourage de «talons rouges et de
têtes folles». Lorsque, en arrivant à Turin, le comte d'Artois, se
demandant à quel homme d'État il confiera la direction de la politique
de l'émigration, consulte son ami pour savoir s'il vaut mieux la
confier à Calonne qu'au baron de Breteuil, un autre ancien ministre du
roi, ou s'il vaut mieux recourir à Breteuil préférablement à Calonne,
Vaudreuil répond comme un sage.

Parlant de Breteuil, il dit: «Premièrement, croyez-vous qu'il voulût
vous rejoindre? Secondement, n'est-il pas entièrement brouillé avec le
prince de Condé? Troisièmement, a-t-il tout ce qu'il faut pour diriger
une grande opération et décider sur un parti à prendre? Je lui crois
une bonne tête dans un conseil; je le crois dans de très bons
principes; il a aussi dans l'Europe quelque réputation ministérielle,
des liaisons avec le Parlement. Mais est-il compatible avec Condé et
avec Calonne? Plairait-il au roi et à la reine?»

Il est encore plus explicite en ce qui touche Calonne, et résolument
il déconseille de l'employer. «Personne au monde ne l'aime plus que
moi, personne n'est plus convaincu de la supériorité de ses talents,
de ses ressources, de son génie et de sa loyauté; mais ici il faut
considérer que l'opinion a tout fait, et qu'on ne peut avoir de succès
qu'en ramenant l'opinion et les esprits égarés, en suivant un plan
sage mais lent. Est-ce donc l'homme, que la calomnie a attaqué ainsi
que vous, qu'il faut mettre en avant lorsqu'il s'agit de parler à
l'opinion? Les préventions du roi et de la reine ne seront-elles pas
un obstacle éternel à ce qu'ils approuvent tout ce qui viendrait de
lui?... Au reste, vous pouvez vous servir de M. de Calonne pour des
mémoires, des manifestes, et personne ne les fera comme lui. Mais s'il
arrive à Turin, je crains que l'effet n'en soit funeste pour lui et
pour nous.»

Qu'on ne s'y trompe pas, lorsque Vaudreuil parlait ainsi, il n'était
que le porte-parole de Bernis auprès duquel il résidait. Mais son
langage devait bientôt se ressentir de son déplacement. Lorsqu'en
quittant Rome pour aller se fixer à Venise, à la suite des Polignac,
il eut échappé à l'ascendant du cardinal, ses dispositions se
modifièrent en ce qui concernait Calonne, de l'ambition duquel il
devint presque, à son insu, l'instrument. Calonne en avait employé un
autre: l'évêque d'Arras. Par ses soins et sur les conseils de
Vaudreuil, ce prélat qui était à Londres fut mandé à Turin par le
comte d'Artois, et lorsqu'il y fut, il engagea le prince à appeler
Calonne auprès de lui. Cette fois Vaudreuil approuva par
reconnaissance pour l'ancien contrôleur des finances qui lui avait, en
d'autres temps, rendu maints services. C'était aller au-devant des
désirs du comte d'Artois. Il se laissa donc aisément convaincre, et
invita celui qu'on lui recommandait à venir le retrouver. Calonne
promit et s'annonça. Le 7 août 1790, Vaudreuil écrivait à son prince:
«Vous allez avoir un homme de génie qui est bien dévoué à la bonne
cause en dépit de toutes les horreurs qu'il a approuvées. Il ne faut
pas calmer son ardeur parce que son courage est aussi grand que ses
talents.»

Du reste, Calonne se fit longtemps attendre. Il venait par l'Allemagne
et l'Italie à petites journées, avec de fréquents arrêts. À Turin on
ne savait à quels motifs attribuer son retard. On se demandait si les
jacobins ne l'avaient pas fait assassiner, lorsque enfin il arriva.
C'était à la fin d'octobre 1790. Mais alors il fallut vaincre les
répugnances du roi de Sardaigne, qui redoutait, en le recevant, de
déplaire à Louis XVI. Victor-Amédée ne céda qu'à la sollicitation de
son gendre.

«Il souffrit, dit une note du maréchal de Castries, que M. de Calonne
vînt incognito près de Turin, d'où il pourrait communiquer avec M. le
comte d'Artois. Enfin, d'acte de faiblesse en acte de faiblesse, il
parvint à se faire présenter à la cour, vis-à-vis de laquelle il avait
prétendu avoir l'autorisation du roi et de la reine, afin de négocier
à Londres, et que l'un et l'autre avaient approuvé son départ pour
Turin. J'ignore jusqu'à quel point il en a imposé; peut-être que
quelques expressions indirectes ont autorisé l'interprétation qu'il y
a donnée, et elle a suffi apparemment au roi de Sardaigne.»

Conzié était déjà à Turin. Vaudreuil y arriva derrière Calonne, c'est
encore le maréchal de Castries qui nous l'apprend. «M. de Vaudreuil
est parti de Venise de manière à arriver à Turin en même temps que M.
de Calonne; et dès leur arrivée, ils ont repris sur M. le comte
d'Artois l'empire funeste qu'ils avaient eu à Versailles, et qui a eu
des suites si malheureuses pour le corps de la noblesse en
particulier. Le premier emploi qu'ils ont fait de leur crédit a été
d'écarter le conseil intime que M. le comte d'Artois s'était formé,
composé de MM. d'Autichamp, de Vintimille et de l'abbé Marie. Ils ont
voulu rester seuls avec le prince, et ils ont associé à ce conseil
l'évêque d'Arras.»

Ce ne fut pas le seul résultat de la présence de Calonne. À en croire
le maréchal, elle activa l'ardeur intempestive du prince de Condé. «Il
se lia avec les nouveaux conseillers pour faire admettre les idées
qui, jusqu'à ce moment-là, avaient été rejetées; et sans connaître
encore ce que l'Espagne, qui venait de faire sa paix avec
l'Angleterre, voudrait ou pourrait faire; sans savoir précisément si
les puissances d'Allemagne soutiendraient ou abandonneraient la
France; dans le doute si l'armée française favoriserait les princes
ou les repousserait; sans vouloir attendre ni les effets de la
résistance du clergé sur les consciences, ni les suites de
l'établissement de l'impôt, M. de Calonne a appuyé la proposition, que
M. le prince de Condé faisait, d'aller se jeter dans Lyon, sur
l'espérance d'une insurrection qui devait lui être favorable, et sur
l'espérance la plus frivole. Cette insurrection, qui devait s'étendre
de Lyon dans toutes les provinces, n'a jamais été appuyée que sur des
bases fausses, sur des données incertaines, sur des extraits de
lettres dont on n'a jamais vu les originaux, et sans savoir
positivement quel jour le roi sortirait ou non de Paris, quoiqu'on se
soit permis de dire faussement que Sa Majesté avait promis
positivement de partir le 15 décembre.»

Ainsi, à peine à Turin, Calonne s'était emparé de la direction des
affaires. Dans le but de former une coalition, il voulut employer
Victor-Amédée. Mais ce dernier se retranchait plus que jamais dans une
prudente neutralité. Aux exhortations de Calonne qui lui demandait de
prendre l'initiative d'une manifestation en faveur de la monarchie, il
opposait avec un flegme imperturbable d'inébranlables refus. Il
répondait ce qu'avaient déjà répondu et devaient répondre encore
l'Espagne, l'Autriche, l'Angleterre et la Prusse, à savoir que le roi
de France seul pouvait requérir des secours, ce qu'il ne serait en
état de faire que lorsqu'il aurait quitté Paris. Les puissances ne
pouvaient agir tant que ses ambassadeurs dans les cours d'Europe
tiendraient un langage opposé aux réquisitions secrètes que le comte
d'Artois leur adressait.

Calonne se lassa bientôt de cette résistance. Il démontra au comte
d'Artois que, tant qu'il résiderait à Turin, il n'obtiendrait aucun
résultat parce que ses efforts seraient toujours paralysés par le
mauvais vouloir de son beau-père. Il l'engageait donc à partir, à se
rendre à Vienne auprès de l'Empereur pour y plaider lui-même sa cause.
On touchait alors aux derniers jours de novembre. À cette date, le
comte d'Artois, docile aux conseils de Calonne, était résolu à quitter
la capitale du Piémont, où sa présence et celle du prince de Condé
«excitaient trop le zèle des bons Français», et à partir pour Rome.
Mais, soudainement, un autre incident surgissait.

Louis XVI, ayant appris l'arrivée de Calonne auprès de son frère,
s'était alarmé de ce rapprochement. Afin d'en conjurer les effets, il
avait donné de pleins pouvoirs pour traiter avec les gouvernements
étrangers, au baron de Breteuil, le vieux rival de Calonne. Breteuil,
ambassadeur à vingt-cinq ans, en 1758, était devenu, en 1783, ministre
de la maison du roi, et n'avait quitté ce poste qu'en 1789. Il l'avait
repris, mais pour quelques jours seulement, le 12 juillet de la même
année. Puis à la fin de ce mois, il s'était retiré en Suisse, où la
confiance du roi venait d'aller le chercher. Ses pouvoirs portent la
date du 20 novembre. «J'approuve, était-il dit dans la lettre
officielle qui les libellait[16], tout ce que vous ferez pour arriver
au but que je me propose, qui est le rétablissement de mon autorité
légitime et le bonheur de mes peuples.» C'est ainsi qu'aux efforts
réitérés de son frère, le roi répondait par le plus formel désaveu, en
déclarant qu'il entendait rester seul maître de ses opérations.

         [Note 16: Recueil Feuillet de Conches.]

À peine investi de ces pouvoirs, Breteuil se mettait en relations avec
Fersen, Mercy et Bouillé pour aviser avec eux aux moyens d'assurer
l'évasion de la famille royale. Serait-ce à Metz que le roi se
réfugierait? Serait-ce en Vendée? Fallait-il attendre pour tenter le
coup que l'Autriche se fût décidée à faire avancer des troupes sur la
frontière? Telles étaient les questions qu'il y avait lieu de
résoudre. Breteuil les posait à ses correspondants. En même temps, il
écrivait au comte d'Artois. Sans l'éclairer sur le véritable caractère
de sa mission, il l'invitait à demeurer tranquille à Turin «jusqu'à ce
que les affaires politiques eussent fixé la mesure d'intérêt que
l'Europe prendrait aux affaires de France, et à s'occuper, en
attendant, des affaires méridionales». Il donnait, sous cette forme,
un aliment à l'activité du prince, tout en l'écartant des négociations
diplomatiques où son ingérence ne pouvait que desservir les intérêts
de la monarchie.

Cette lettre irrita le comte d'Artois, le prince de Condé et surtout
Calonne. Dans la rentrée en scène de Breteuil, il pressentait une
attaque de la reine contre lui. Il y crut d'autant plus que Breteuil
affectait des tons de maître. Cependant le comte d'Artois sut se
contenir. Il se contenta de répondre que, sans avoir reçu d'aucun
souverain des engagements positifs, il se croyait en droit de
concevoir de grandes espérances. Cette réponse faite, il continua à
suivre aveuglément les conseils de Calonne, sans tenir aucun compte
des ordres du roi. Secrètement, il se préparait à quitter Turin. Il
avait écrit à l'empereur Léopold pour lui demander une entrevue, et
envoyé sa lettre par un de ses familiers, le baron d'Escars. Puis,
brusquement, il se décidait à faire partir Calonne, avec la mission
d'appuyer sa requête. Lui-même, résolu à le suivre à peu de jours de
distance, confiait ses projets à son beau-père, et obtenait de lui une
lettre le recommandant aux bonnes grâces de Léopold.

Ce dernier avait déjà reçu du roi et de la reine de France l'instante
prière de repousser tout projet les concernant qui ne serait pas
présenté par eux-mêmes. Il était donc résolu à ne pas se prêter à une
entrevue avec le comte d'Artois et le lui écrivit. Mais quand cette
réponse arriva à Turin, le comte d'Artois et le prince de Condé, après
avoir lancé contre l'Assemblée nationale un fougueux manifeste,
étaient déjà partis, celui-ci pour Stuttgard, où il comptait réunir
plus de moyens d'action qu'en Italie; celui-là pour Venise, afin de
s'y trouver en même temps que l'Empereur, à qui Calonne était chargé
de l'annoncer.

À Venise, les plus pénibles déceptions l'attendaient. Il n'y avait ni
lettre impériale, ni nouvelles de Calonne. Il dut y rester très
anxieux durant plusieurs jours. Le 26 janvier 1791 seulement, un
courrier de Turin lui apporta les lettres attendues. Elles étaient
désolantes. L'Empereur renonçait au voyage de Venise, et refusait de
recevoir le frère de Louis XVI. Le prince dut en conclure que la
mission de Calonne avait échoué. Et c'était vrai. Arrivé à
Burckerndorf, petit village à quatre lieues de Vienne, Calonne qui
voyageait incognito sous le nom de Dommartin, s'y était arrêté. De là,
il avait écrit au comte de Cobenzl, ministre des affaires étrangères
d'Autriche, pour lui annoncer son arrivée et solliciter de l'Empereur
une audience. Quelques heures plus tard, il recevait une réponse
négative. Léopold ne voulait s'entretenir ni avec le comte d'Artois,
ni avec son représentant, ni maintenant ni plus tard.

Les termes de son refus, bien que ne laissant guère place à
l'espérance d'une décision moins rigoureuse, ne découragèrent pas
Calonne. Il envoya à Cobenzl un long mémoire destiné à l'Empereur.
Dans ce mémoire, en date du 29 janvier, se trouvait nettement formulée
contre La Fayette l'accusation d'avoir feint de vouloir sauver la
famille royale, tandis qu'en réalité il ne songeait qu'à fortifier son
propre pouvoir. «Différer plus longtemps d'agir, disait Calonne, c'est
tout perdre; laisser le roi et la reine dans la situation à laquelle
ils s'abandonnent, c'est les laisser périr et les exposer beaucoup
plus qu'en les secourant malgré eux. Un secours puissant qui en
imposerait aux scélérats, et rendrait Paris responsable de la sécurité
de la famille royale, est le seul préservatif efficace.»

Propos inutiles; l'Autriche ne se décidait à aucun parti. Elle
repoussait la sollicitation du comte d'Artois en alléguant la volonté
du roi. Il répugnait à l'Empereur d'avoir l'air de favoriser les
émigrés, de paraître compter sur leur concours. Sa soeur ne cessait de
lui écrire pour le mettre en garde contre eux. Elle lui répétait que
leurs menaces irritaient les Français, empêchaient les affaires de
prendre une tournure meilleure. À Vienne, Cobenzl disait au marquis de
Noailles qui s'y trouvait encore comme ambassadeur de Louis XVI: «Une
première entrevue ferait tenir des propos, servirait peut-être les
desseins de M. de Calonne en faisant accroire des choses qui ne sont
pas, mais ne produirait certainement aucun changement dans les vues de
Sa Majesté impériale.»

Tout contribuait donc à démontrer que Léopold ne pouvait se résoudre à
la guerre. Il la jugeait inévitable; mais il l'ajournait sans cesse,
soit qu'il voulût attendre d'être poussé à bout, soit qu'il cherchât,
avant de l'entreprendre, à s'assurer quelque conquête pour prix de ses
efforts ou des échanges de territoire. Les témoignages d'affection
qu'il donnait à Marie-Antoinette n'allaient pas au delà des formules
écrites. C'est ainsi qu'il avait fait remettre à M. de Montmorin une
note déclarant qu'il regarderait comme adressées à lui-même, et
vengerait les injures faites à sa soeur. Mais à des menaces de ce
genre, plus dangereuses qu'efficaces, se bornait son intervention.
Mercy lui-même, longtemps considéré comme l'ami dévoué de la reine, ne
déployait plus, de Bruxelles où il résidait, qu'un zèle modéré, rendu
impuissant par les lenteurs de sa cour et par les ordres qui lui
enjoignaient de s'en tenir aux services purement personnels, de
favoriser toute tentative d'évasion, mais de ne pas aller au delà.

De Ratisbonne, où il était bien placé pour juger des dispositions
réelles de l'Autriche, Larouzière, le 23 août 1791, écrivait à Condé:
«Je ne sais où La Queuille prend toutes les nouvelles qu'il m'écrit
sur le ton de la plus grande assurance. Il croit que M. de Mercy l'a
pris pour son confident, et moi je n'en crois rien, quel que soit le
ton qu'il prenne avec lui. À en croire sa dernière lettre, nous
approchons du dénouement. Ce sera pour moi un beau coup de théâtre,
car je ne m'y attends guère.»

Breteuil, dans les démarches qu'au même moment, il multipliait au nom
de Louis XVI, n'était pas plus heureux que le comte d'Artois. Mercy
allait jusqu'à refuser de lui envoyer un chiffre que Breteuil lui
demandait pour rendre plus facile et plus sûre sa correspondance, et
il se faisait de ce refus un titre aux bonnes grâces du vieux Kaunitz.

À cette même époque, Marie-Antoinette écrivait à Mercy: «Il paraît que
mon frère d'Italie ne sera pas reçu à Vienne. Je le désire fort. Ce
voyage ne peut que nous compromettre de toutes façons, puisque celui
qui veut l'entreprendre y va sans notre aveu, et que tous ses
alentours et amis ne cessent de dire des horreurs de moi.»

Ainsi, les infortunes de la famille royale, loin de cimenter l'union
de ses membres, ne faisaient qu'accroître et envenimer leurs
dissensions. Ces dissensions elles-mêmes avaient pour effet de les
affaiblir auprès de ceux dont ils sollicitaient le secours. Elles
permettent de dire que, jusqu'à sa mort, le roi n'eut pas de pires
ennemis que les émigrés, et qu'ils furent les principaux auteurs de
ses maux. Après l'avortement de la mission de Calonne, le comte
d'Artois, loin de presser son retour à Turin, résolut d'attendre à
Venise son envoyé. Peut-être aussi espérait-il, malgré tout, que
l'Empereur, dont le voyage en Italie n'était qu'ajourné, se
départirait de sa rigueur, et consentirait à se rencontrer avec lui.
Ainsi qu'on le verra bientôt, l'événement devait lui donner raison.

Presque au même moment, une affaire d'une autre nature sollicitait son
attention. En conformité des votes émis par l'Assemblée nationale dans
la nuit du 4 août 1789, à l'effet d'abolir les privilèges féodaux, un
décret du 28 octobre 1790 avait invité le roi à traiter avec les
princes étrangers propriétaires de terres en France, et qui devaient
subir la loi commune. Plusieurs des Électeurs possessionnés en
Alsace-Lorraine se refusaient à céder leurs biens, quoiqu'une
indemnité leur eût été offerte. L'Empereur avait pris fait et cause
pour eux, et demandait au roi de France le rappel des lois qu'il
déclarait contraires au traité de Westphalie. Mais il n'était tenu
aucun compte de ces réclamations. La France les repoussait en
maintenant ses offres d'indemnité. À ce moment, la Diète germanique
venait de se réunir à Ratisbonne, et les possessionnés lésés dans
leurs droits de porter leurs griefs devant elle. Seule, elle pouvait
décider sous quelles formes ils formuleraient leurs réclamations,
s'ils demanderaient par les armes, avec l'appui de l'Empereur agissant
en tant que prince allemand et chef de la Confédération, à être
réintégrés dans leurs anciens privilèges, ou s'ils se contenteraient
des indemnités que leur offrait l'Assemblée nationale, et si, dans le
cas où ils se prononceraient pour une démonstration militaire, ils se
borneraient à envahir l'Alsace et la Lorraine.

Entre ces diverses solutions, les émigrés devaient souhaiter celle qui
rendrait la guerre inévitable. Le comte d'Artois crut qu'il serait
utile à sa cause d'avoir à Ratisbonne un homme sûr qui pèserait sur
les délibérations de la Diète, et la disposerait à repousser les
propositions conciliatrices de la France. Il désigna pour remplir
cette mission le marquis de Larouzière. C'est à Inspruck, où ce
dernier se trouvait, qu'il reçut l'ordre de partir pour Ratisbonne et
des pouvoirs ainsi conçus, datés de Venise le 11 février 1791: «Vu la
captivité de mon frère et des aînés de ma maison, d'après les droits
que me donne ma naissance, j'autorise le marquis de Larouzière à
traiter en mon nom auprès de la Diète pour la déterminer à toutes les
démarches qui pourront concourir au salut de la France et à la
délivrance du roi.»

C'était le premier acte de ce genre que signait le comte d'Artois. Il
constituait une véritable prise de possession du pouvoir royal. Des
instructions s'y trouvaient jointes. L'extrait suivant les résume: «Le
but de la guerre étant de réintégrer dans leurs droits les princes de
l'Empire possessionnés en Alsace, le corps germanique pourrait bien se
trouver satisfait quand il aurait envahi cette province, et ne pas
aller plus loin. Il vaudrait donc mieux que les princes de l'Empire
donnassent leur contingent en argent, et que la Diète, en déclarant la
guerre à la France, chargeât l'Empereur de la faire. Ce serait pour
l'Empereur sa reprise de possession de l'influence sur la
Confédération que la Prusse lui avait enlevée.»

Le comte d'Artois espérait entraîner ainsi l'Allemagne dans une guerre
contre la France, et la décider, une fois cette guerre commencée, à ne
déposer les armes que lorsque le roi aurait recouvré son pouvoir. Mais
pour accomplir une telle lâche, il fallait d'autres moyens d'action
que ceux qu'il possédait. D'incorrigibles illusions pouvaient seules
lui donner l'espoir d'y réussir. Larouzière partit pour Ratisbonne.
Disons sans tarder qu'il n'obtint aucun résultat. Le désaccord régnait
entre les membres de la Diète. Les uns étaient disposés à accepter les
indemnités que leur offrait la France. Les autres, avant de se
prononcer, voulaient savoir si l'Empereur les assisterait. D'autres
enfin, comme les Électeurs de Trèves et de Mayence, alléguaient qu'ils
n'avaient que des droits purement diocésains, de la perte desquels on
ne pouvait les indemniser avec de l'argent. Entre ces intérêts
contradictoires, Larouzière fut impuissant à faire prévaloir le parti
que souhaitait le comte d'Artois. La résistance que rencontraient ses
idées s'étayait sur la répugnance qu'éprouvait l'Autriche à se lancer
dans la guerre, et sur ses efforts pour décider la Diète à accueillir
les propositions de la France.

Les instructions que l'Empereur envoyait à ses agents se ressentaient
de ces dispositions. Il ne se refusait pas d'entrer en campagne. Mais
il aurait voulu n'intervenir que si la guerre civile éclatait dans le
royaume. En vain lui démontrait-on que les mécontents étaient trop
dispersés, trop surveillés, trop dépourvus de ressources pour combiner
une révolte générale, tandis qu'au contraire, ils se soulèveraient le
jour où ils seraient assurés de l'appui d'une armée étrangère; il ne
voulait rien entendre. Cet entêtement convainquit Larouzière que
Léopold cherchait surtout à affaiblir le parti des princes, à aggraver
le désordre de la France afin d'être mieux à même de la démembrer.
Fondée ou non, cette conviction eut pour effet de le décourager.
Durant les deux années qu'il vécut à Ratisbonne, il y fut bien moins
un négociateur que le correspondant du comte d'Artois, chargé de lui
envoyer des informations.

Parallèlement à cette affaire, le comte d'Artois, par l'intermédiaire
du ministre de Suède à Venise, négociait avec le sultan, duquel il
sollicitait des secours pécuniaires s'élevant à plusieurs millions.
Cette tentative n'ayant pas abouti, il se tourna vers la Prusse. Elle
consentit à prêter quelque argent, mais ajourna toute décision au
sujet de la guerre. Ce n'est pas qu'elle persistât dans l'indifférence
qu'elle avait d'abord manifestée pour les événements qui se passaient
de ce côté du Rhin. Elle commençait au contraire à s'en inquiéter. Un
envoyé qu'elle entretenait à Vienne en vue des affaires de Pologne, le
colonel Bischoffwerder, dans un projet de traité créant, en prévision
de certaines éventualités, une alliance austro-prussienne contre la
Russie, y avait introduit une clause relative à la France. Par cette
clause, les deux cours s'engageaient à prendre le plus tôt possible
des dispositions pour rétablir Louis XVI dans son autorité.

Mais, lorsque de cette formule vague et générale on passait aux
détails et on cherchait à la préciser, on ne s'entendait plus. Quand
l'Autriche parlait d'adresser au gouvernement français un solennel
avertissement, la Prusse répondait, non sans raison, qu'une telle
démarche ne pouvait être tentée qu'autant qu'on serait en état de
l'appuyer militairement. D'autre part, elle entendait que chacun des
contractants s'engageât à renoncer à toute conquête si Louis XVI était
remis en possession de ses droits, et que pour le cas où la
restauration échouerait, après que l'Alsace et la Lorraine auraient
été conquises, on décidât à qui seraient attribuées ces deux
provinces.


VI

LES ÉMIGRÉS ET L'EMPEREUR D'AUTRICHE

C'est au milieu de ces difficultés que s'engageaient des négociations
isolées et partielles, et qu'elles ne s'engageaient que pour traîner
en longueur, paralysées par l'impuissance des uns, l'égoïsme des
autres et les craintes que la France inspirait à tous. Cependant,
l'opinion se propageait que les chimères des émigrés et les violences
jacobines exposaient l'Europe à de redoutables périls. L'Empereur
commençait à s'émouvoir tout en déclarant qu'on ne pouvait rien
entreprendre tant que la paix n'aurait pas été conclue entre les Turcs
et les Russes.

Désespéré de ces longueurs, le comte d'Artois en attendait à Venise le
dénouement, quand il fut averti par le bruit public que ses tantes,
Mesdames Victoire et Adélaïde, venaient de quitter Paris et se
rendaient à Rome par Turin. Elles étaient parties le 19 février 1791.
Après leur départ, la foule irritée s'était portée sur le palais du
Luxembourg, où habitait le comte de Provence, et, après lui avoir
arraché le serment de ne pas quitter Paris, elle avait exigé qu'il
allât se fixer aux Tuileries. Le comte d'Artois se mit en route
aussitôt et arriva dans la capitale du Piémont à temps pour recevoir
ses tantes. Il alla à leur rencontre jusqu'à Suze et la cour jusqu'à
Rivoli, escortée, dit un rapport officiel, de douze cents carrosses.
Elles ne firent que passer à Turin et se dirigèrent vers Rome, où le
pape Pie VI leur réservait le plus flatteur accueil[17].

         [Note 17: Voir: _Le Cardinal de Bernis_, par Frédéric Masson,
         pages 512-514.]

Après leur départ, le prince resta quelques jours encore auprès de son
beau-père. C'est là qu'il reçut un envoyé de la reine, le comte de
Durfort, chargé de le supplier, lui et le prince de Condé, de renoncer
à des projets dont la réussite était douteuse «et qui nous
exposeraient, disait Marie-Antoinette, sans nous servir». Mais il
était résolu à ne rien entendre et repartit pour Venise, encouragé à
persévérer dans ses projets par une lettre de Calonne. Son conseiller
lui écrivait que les affaires prenaient une tournure meilleure, que le
voyage de l'Empereur en Italie venait d'être fixé au mois d'avril,
qu'il espérait le voir à Florence et obtenir là pour le comte d'Artois
l'audience refusée à Vienne.

La France était encore représentée dans les États vénitiens par le
marquis de Bombelles, un des favoris de la famille royale, qui fut
plus tard évêque d'Amiens et aumônier de la duchesse de Berry. Lors du
premier séjour du comte d'Artois à Venise, ce diplomate s'était tenu
sur la plus grande réserve, en alléguant les ordres du roi. Au retour
du prince, il se montra plus empressé et se mit à sa disposition. Il
était averti au même moment qu'il allait recevoir des Tuileries, par
l'intermédiaire de Breteuil, des lettres et un Mémoire destinés à
l'Empereur, qu'on le chargeait d'aller lui remettre. Sans faire au
comte d'Artois confidence de ce message, il offrit de seconder les
efforts de Calonne pour obtenir l'audience que souhaitait le prince ou
même d'en tenter de son côté si ceux de Calonne n'aboutissaient pas.
Le prince agréa cette offre. Mais comme Bombelles n'était pas encore
en état de partir, il fut convenu entre eux qu'avant de prendre une
décision définitive, on attendrait d'avoir reçu des nouvelles de
Calonne. L'attente se prolongea jusqu'en avril. Puis, Calonne écrivit
de Florence que l'Empereur y était arrivé et avait consenti à le
recevoir. Enfin lui-même revint. Il était parvenu à voir Léopold, à
causer avec lui, mais sans en rien obtenir que de vagues promesses. Ce
souverain alléguait plus vivement la nécessité de ne rien faire que
d'accord avec Louis XVI. Il était averti que Breteuil allait lui faire
tenir un message du roi. Dans ces circonstances, il ne croyait pas
devoir se prêter à une entrevue avec le comte d'Artois.

Celui-ci, déçu dans son espoir, se trouvait donc obligé à recourir au
marquis de Bombelles. Mais n'ignorant pas que ce diplomate était lié
avec la reine, dont sa femme était l'amie, il eut le soupçon que c'est
à lui qu'était confié par Breteuil le message que Léopold attendait de
Louis XVI. Il le fit venir à Vicence, où Calonne l'avait rejoint, et
l'interrogea. N'obtenant que des réponses évasives, il ajouta:

--Monsieur, ne connaissant pas les pouvoirs de M. le baron de
Breteuil, je ne puis les reconnaître ni, à plus forte raison, donner
une mission à quelqu'un qui agirait d'après ces pouvoirs. Parlez-moi
franchement; si vous avez une mission du baron de Breteuil, je ne
pourrai pas vous charger de mes affaires; mais en plaignant votre
erreur, j'estimerai votre bonne foi.

Mis au pied du mur et ne pouvant se résoudre à trahir le secret qui
lui était confié, Bombelles répliqua qu'il n'était chargé d'aucune
mission, et qu'il acceptait d'autant mieux celle que le prince voulait
lui confier, que les intérêts de celui-ci ne faisaient qu'un avec ceux
du roi. Le comte d'Artois ne douta pas de la vérité de ce langage.
Bombelles partit pour Florence. Il y était rendu peu de jours après,
et, le 6 mai, il écrivait en ces termes à l'Empereur:

«Je supplie Votre Majesté de n'être point étonnée si je me trouve ici
chargé _d'une double mission_, de la part de M. le comte d'Artois et
de celle de M. le baron de Breteuil. Mais je conjure Votre Majesté
d'être bien convaincue que, _malgré mon attachement pour M. le comte
d'Artois, mon devoir de fidèle sujet passe avant tout_.»

Reçu par l'Empereur, il s'acquitta de son double message. Le comte de
Durfort, qui se trouvait à Florence, l'avait accompagné à cette
audience et appuya la requête du comte d'Artois. Ils plaidèrent tant
et si bien que l'Empereur céda. Il consentit à recevoir Calonne à
Vicence, quelques jours plus tard, et le comte d'Artois à Mantoue, où
il devait être le 17 mai. Mais s'il revenait ainsi sur ses refus
antérieurs, ce n'était pas pour encourager les ardeurs du prince;
c'était au contraire pour les contenir. Il l'avait dit à Bombelles et
à Durfort. Il le répéta à Calonne, auquel il accorda deux entretiens.
Calonne exposa ses vues. Elles ne différaient de celles de Breteuil
que sur un point. Calonne voulait pour le comte d'Artois et les
émigrés une part dans l'action qui se préparait. Breteuil, parlant au
nom du roi, entendait au contraire que les princes et leurs amis
restassent à l'écart des événements. Calonne fit connaître à
l'Empereur que le comte d'Artois se disposait à quitter l'Italie pour
se rendre à Namur, où il serait plus rapproché du théâtre de la
guerre, si elle s'engageait.

L'Empereur n'objecta rien à ces projets de déplacement. Il s'efforça
seulement de modérer le bouillant conseiller des princes, de lui
démontrer que toute tentative de contre-révolution partielle serait
dangereuse et qu'on ne pouvait rien entreprendre qu'après l'évasion du
roi, sur son instance, d'un commun accord avec l'Espagne, la Sardaigne
et l'Empire, après s'être assuré que l'Angleterre et la Prusse ne s'y
opposeraient pas. Mais il ne parvint pas à ébranler la conviction de
son interlocuteur, Calonne voulait une action générale immédiate,
dût-elle mettre en péril l'existence même du roi et de la reine, cette
existence, disait-il, que la faiblesse des puissances étrangères
envers la Révolution n'empêchait pas d'être menacée déjà. On se sépara
sans s'être entendu sur aucun point.

L'entrevue de l'Empereur avec le comte d'Artois ne porta pas de
meilleurs fruits. Elle eut lieu, le 17 mai, à Mantoue. L'archiduc de
Milan présenta le prince français à Léopold. Celui-ci développa
longuement les raisons données à Calonne. Il répéta que l'Europe
serait réduite à rester immobile tant que le roi serait prisonnier. Le
comte d'Artois protesta. Il mit beaucoup de chaleur à prouver qu'en ne
faisant rien, on condamnait plus sûrement son frère à périr victime de
ses bourreaux qu'en intervenant. Puis, l'Empereur ayant soutenu ses
dires, lui-même en parut convaincu. Léopold profita de cette apparente
résignation pour lui demander de retourner à Turin et d'y demeurer
tranquille. Sur ce point, le comte d'Artois fut intraitable. Le séjour
de l'Italie lui était devenu odieux. L'Empereur obtint cependant qu'il
n'irait pas à Namur, mais qu'il s'établirait provisoirement à
Coblentz, où son oncle l'Électeur de Trèves était disposé à
l'accueillir, et qu'il ne chercherait pas à se rapprocher du prince de
Condé. C'était promettre plus qu'il ne voulait tenir.

L'Empereur se contenta de cette promesse, et même, comme s'il eût
cherché à atténuer ce que son langage avait eu de cruel pour le
prince, il lui dit, au moment où ils allaient se séparer, qu'il
tenterait de nouveau d'entraîner les puissances à agir de concert avec
lui. Ce n'était qu'une phrase sans portée. Mais le comte d'Artois en
jugea autrement. Il y vit un engagement d'intervenir. Plus tard, il se
plaignit de ce que cet engagement n'était pas tenu. Une impartialité
rigoureuse oblige à reconnaître que l'Empereur avait eu soin de ne
s'engager sur rien, se conformant en cela aux désirs de sa soeur. Elle
le suppliait d'attendre, avant de prendre aucune résolution, que la
famille royale fût sortie de Paris. Elle le lui demandait encore le
1er juin, en le priant de s'en tenir aux communications de Breteuil et
de Bombelles. Elle ajoutait: «Nous n'aurions point de secrets pour le
comte d'Artois s'il n'était entouré de M. de Calonne et de M. le
prince de Condé, dans lesquels nous n'aurons jamais confiance.»

Le voyage du comte d'Artois à Mantoue, sa visite à l'Empereur
constituaient un acte formel de désobéissance à son frère. Ce n'était
pas le premier; ce ne devait pas être le dernier. Déjà, au moment où
il se mettait en route pour rejoindre Léopold, il avait reçu de Louis
XVI l'ordre de renoncer à toute entreprise et de «s'enfoncer en
Allemagne». Puis, le 23 mai, comme, après l'entrevue de Mantoue, il
arrivait à Augsbourg, une lettre nouvelle apportée par M. de Bonnières
l'invitait officiellement, au su de l'Assemblée nationale, à se garder
de toute manifestation propre à exciter contre la France les
puissances étrangères. Enfin, un peu plus tard, c'était une
communication secrète de Breteuil, expédiée de Soleure, lui promettant
que rien ne serait fait sans lui, mais lui enjoignant de ne rien faire
sans le roi, dont sa conduite imprudente compromettait la sûreté. «Le
roi agira quand il en sera temps, ajoutait Breteuil, et quand les
intentions de ses alliés pourront être efficaces.» Ces exhortations
avaient beau se multiplier, elles n'étaient pas exaucées.

Pour justifier sa résistance, le comte d'Artois objectait que, son
frère n'étant pas libre, les ordres émanés de lui ne pouvaient être
considérés comme l'expression de sa volonté. Ce n'était là qu'un
prétexte. Il n'avait pas attendu pour désobéir que la liberté du roi
fût devenue illusoire. Depuis longtemps il ne tenait aucun compte de
ses désirs ni de ses avis. Encore à ce moment, malgré les ordres,
malgré les prières, en dépit de l'engagement qu'il venait de prendre
envers l'Empereur, il était résolu à n'agir qu'à sa guise. La seule
marque de déférence qu'il crût devoir donner à son frère consista à
lui envoyer de Mantoue, par un agent sûr, le récit de son entrevue
avec l'Empereur, récit dans lequel étaient répétées avec une
orgueilleuse exagération les assurances de dévouement qui lui avaient
été données. Il partit ensuite pour l'Allemagne, après avoir confié au
duc de Polignac le soin de le représenter à Vienne.

Mais alors se produisit un incident qui vint accroître, au grand
dommage de la cause royale, les dissentiments existant déjà entre les
Tuileries et le comte d'Artois. On a vu que Bombelles, en quittant le
prince à Vicence, afin d'aller plaider pour lui auprès de l'Empereur,
avait affirmé, contrairement à la vérité, n'être chargé d'aucun
message de Breteuil. Comme l'Empereur, dans son entretien avec le
frère de Louis XVI n'avait fait aucune allusion à ce message, le comte
d'Artois ne songea pas à mettre en doute les affirmations de
Bombelles. Mais à l'improviste, en arrivant à Vicence, après son
départ de Mantoue, il eut la preuve du mensonge de Bombelles. Elle
consistait en un brouillon de la lettre écrite par celui-ci à
l'Empereur. Ce brouillon, oublié par lui dans la chambre de l'hôtel où
il était descendu à Florence, venait d'y être trouvé par le comte de
Talleyrand, ambassadeur de France à Naples, neveu de Calonne, amené là
par le hasard et qui s'empressa de l'envoyer à son oncle. Heureux de
découvrir ce témoignage de ce qu'il appelait la duplicité des
Tuileries et de leurs agents, Calonne mit ce papier sous les yeux du
comte d'Artois en accusant Bombelles de trahison. Loin d'excuser
Bombelles, uniquement coupable de n'avoir pas voulu lui livrer les
secrets du roi, et auquel il devait d'avoir été reçu par l'Empereur,
le comte d'Artois s'emporta:

«On peut juger de la fausseté et de la scélératesse de cet homme,
écrivait-il plus tard, car non seulement il avoue la double mission,
mais il ne craint pas de laisser entendre que mes intérêts sont
séparés de ceux du roi[18].»

         [Note 18: Le comte d'Artois à Madame Élisabeth, 4 février
         1792.]

Bombelles étant revenu à Vicence et s'étant présenté chez le comte
d'Artois, le prince l'interpella et lui reprocha durement son
mensonge.

--J'ai agi d'après les ordres du roi, déclara Bombelles.

--Qu'est-ce que le roi, monsieur, dans ce moment-ci? s'écria le
prince; il n'est de roi que moi, et vous me devez compte de votre
conduite.

Bombelles répliqua vertement. Ambassadeur du roi, il ne devait compte
de sa conduite qu'à Sa Majesté. Il se retira sur cette réponse et ne
revit pas le comte d'Artois.

Il fallait citer cet incident. Il explique pourquoi, quelques mois
plus tard, Bombelles ayant reçu du roi et de Breteuil une mission
secrète pour Saint-Pétersbourg, le comte d'Artois en fut si froissé.
En quittant Venise, Bombelles se rendit à Naples où il avait été
précédemment ambassadeur. Il s'y croyait oublié. Mais la reine
Caroline le traita comme s'il eût toujours représenté le roi de
France, lui accorda une pension et le retint à sa cour jusqu'au moment
où Breteuil l'envoya en Russie.

L'incident Bombelles agita longtemps l'Émigration. Il révélait de
douloureuses rivalités et contribua à exciter l'un contre l'autre le
parti du prince et le parti du roi. Vaudreuil, qui semblait parfois
avoir perdu toute raison depuis qu'il avait échappé à l'influence du
cardinal de Bernis et subissait celle de Calonne, écrivait, le 17 juin
1791, au comte d'Artois:

«Il n'y a qu'un parti à prendre, c'est d'exiger du roi que les pleins
pouvoirs soient ôtés à M. de Breteuil et à M. de Bombelles, que vous
soyez le seul représentant du roi, le seul accrédité près de
l'Empereur et des cours. Votre position, la pureté de vos vues,
l'amour de la noblesse, du clergé, la confiance des Parlements, vous
donnent le droit de faire valoir avec autant de respect que de fermeté
tous ces titres; et M. le baron de Breteuil est en horreur à tout le
royaume; son nom seul suffit pour décourager les uns, effrayer ou
indigner les autres et empêcher la réunion à un seul parti. Voilà ce
que vous pouvez et ce que vous devez faire sentir au roi, avec le ton
qui convient à un frère, à un sujet, mais aussi à un prince loyal et
pur qui s'indigne d'être en concurrence avec un sot et un intrigant.»

De tels conseils étaient pour plaire au comte d'Artois. Il eût
aisément pardonné à Bombelles, si le mensonge qu'il lui reprochait
avait eu pour conséquence de décider le roi à confier à son frère la
direction de sa politique au dehors. Mais telles n'étaient point les
dispositions de Louis XVI. Le comte d'Artois ne le savait que trop. Il
ne suivit donc pas les conseils de Vaudreuil. En revanche, il tint
longtemps rigueur à Bombelles qu'il considérait comme le complice de
Breteuil. Cependant, en 1804, il écrivait à Vaudreuil: «M. de
Bombelles a pu avoir des torts envers moi. Mais je ne peux oublier que
sa femme était l'amie de ma malheureuse soeur, et qu'en mourant, elle
m'a recommandé la famille de son ami.»

Au cours de ces événements, à Paris, la situation s'aggravait.
Mirabeau venait de mourir. Avec lui, la cour de France perdait un
utile appui. Les périls auxquels étaient exposés le roi et la reine
devenaient plus affreux. Autour d'eux, les dévouements s'égrenaient.
Leurs amis s'éloignaient, contraints de fuir. Le 6 mai,
Marie-Antoinette écrivait à Mercy:

«Vous savez que mon opinion a été, autant que je l'ai pu, la douceur,
le temps et l'opinion publique. Mais aujourd'hui tout est changé. Ou
il faut périr ou prendre un parti qui seul nous reste. Nous sommes
bien loin de nous aveugler au point de croire que ce parti même n'a
pas ses dangers. Mais s'il faut périr, ce sera au moins avec gloire;
en ayant tout fait pour nos devoirs, notre honneur et la religion.»

Le parti dont parlait la reine consistait à fuir. Mais il ne
paraissait réalisable que si l'Empereur faisait avancer douze mille
hommes sur la frontière française, entre la Moselle et la Meuse, pour
protéger les fugitifs. N'osant compter sur l'Autriche, Fersen, Bouillé
et Breteuil sollicitaient d'autres puissances, notamment l'Espagne, la
Suède, la Suisse et le Piémont. La Suède n'attendait qu'un signal et
de l'argent pour agir. Breteuil avait reçu à Soleure une lettre du roi
Gustave III, en date du 17 mai. Il y déclarait que la guerre qu'il
venait de soutenir contre la Russie et ses embarras extérieurs
l'avaient empêché d'intervenir activement pour le roi que toutes les
puissances semblaient abandonner, mais que la paix avec les Russes
étant faite, il offrait sept mille hommes sous ses ordres et des
navires. Toutefois il exigeait des subsides et ne voulait intervenir
que si le roi ne transigeait sur rien. «Tant que le roi est entre les
mains des factieux, écrivait-il, des démarches éclatantes de notre
amitié augmenteront ses entraves et ses dangers.» Après Varennes, il
envoya un Mémoire à l'impératrice de Russie et au roi d'Espagne. Mais
tout le dévouement dont il parlait sans cesse se traduisait en
paroles. Il périt assassiné au moment où, sans doute, il allait passer
à l'action.

L'Espagne avait, disait-on, déjà massé des troupes sur les frontières
des Pyrénées. Le roi de Sardaigne était prêt à marcher avec dix mille
hommes. On croyait pouvoir enfin compter sur le succès. Mais tout le
monde reconnaissait qu'à Léopold seul il convenait de prendre
l'initiative du mouvement; que seul il pouvait fournir des secours
pécuniaires. Par malheur, précaires étaient les espérances que son
attitude permettait de concevoir. C'eût été une illusion de compter
sur lui. Bouillé le confessait à Fersen, dans une lettre en date du 18
avril. Mercy, de son côté, laissait entendre que, lorsque le roi
aurait quitté Paris, les puissances se prononceraient en sa faveur,
mais pas avant.

Nous avons laissé le comte d'Artois en route pour l'Allemagne. Le 22
mai, il était à Augsbourg. Il n'y fit qu'un séjour de vingt-quatre
heures. En quittant cette ville, il entreprenait une tournée chez les
princes de l'Empire afin de les rallier à l'idée d'une démonstration
armée sur le Rhin. Il vit successivement le prince de Spire,
l'Électeur de Mayence, le prince de Darmstadt. Au cours de ce voyage,
pressé de renouveler ses ressources épuisées, il envoyait ses diamants
en Hollande, afin d'en faire argent, cherchait à contracter divers
emprunts. Puis, il mandait auprès de lui le comte Eszterhazy resté à
Valenciennes. Enfin, dévoré du besoin d'agir, il envoyait à Bruxelles
un de ses familiers, M. de Balainvilliers, ancien intendant du
Languedoc, afin de décider le comte de Mercy à lui donner asile avant
que les troupes impériales se missent en mouvement, de façon à ce
qu'il pût entrer en France derrière elles. Mercy refusa très
énergiquement de se prêter à cette lubie, en objectant qu'il n'était
pas question de faire avancer des troupes sur la frontière. Déçu dans
son espoir, le comte d'Artois se décida à aller attendre à Coblentz
une meilleure occasion de se jeter dans la mêlée qui se préparait.

Le jour même où il partait pour s'y rendre, les communications que de
Mantoue il avait expédiées à son frère, arrivaient à Paris. C'était le
2 juin. Elles trouvèrent le roi poursuivant avec activité, dans le
mystère, l'exécution du plan d'évasion combiné par Fersen, Breteuil et
Bouillé, avec le concours de Mercy. La fuite, dont la date n'était pas
encore fixée, devait s'effectuer dans le courant du mois. La famille
royale ne s'occupait que de ce grand projet. Les nouvelles données par
le comte d'Artois, en ce qui concernait les dispositions de
l'Empereur, ne parurent pas présenter tout l'intérêt qu'y attachait le
prince. Peut-être aussi ne les accueillait-on qu'avec incrédulité. Et
puis, on savait aux Tuileries que c'était Calonne qui menait le comte
d'Artois, et on ne voulait rien devoir à Calonne, pas plus qu'aux
émigrés, dans la crainte de se mettre sous leur dépendance si on leur
laissait «le mérite d'avoir tout fait». Le roi se décida donc à
n'apporter aucun changement dans les préparatifs commencés, se
réservant de profiter, lorsqu'il serait en liberté, des intentions
bienveillantes des puissances pour réclamer lui-même leur secours. Il
se contenta d'envoyer un courrier à l'Empereur pour s'assurer de la
vérité des communications du comte d'Artois et pour lui demander de
nouveau de porter dix mille hommes sur la frontière afin de protéger
sa fuite.


VII

SUR LA ROUTE DE COBLENTZ

Pendant ce temps, le comte d'Artois se dirigeait à petites journées
vers Coblentz, en suivant les bords du Rhin. Le long de sa route, il
traversait des villes déjà remplies d'émigrés. Depuis plusieurs mois,
c'est sur l'Allemagne, où s'étaient rendus les trois princes de Condé,
que se portait la partie jeune et active de l'émigration. Tous ceux
qui sortaient de France dans le dessein de combattre par les armes le
régime révolutionnaire, fixaient leur résidence à Francfort, à
Cologne, à Mayence, à Worms, à Coblentz, à Bayreuth, à Mannheim,
partout où ils étaient sûrs de trouver asile à proximité de la
frontière française. Des émissaires royalistes travaillaient
d'ailleurs à détacher les troupes de ligne de leur drapeau. Dans sa
principauté d'Ettenheim, le cardinal de Rohan faisait ouvertement des
levées d'hommes et contribuait à former la légion dite de Mirabeau. En
arrivant en Allemagne, les Condé avaient trouvé dispersés sur les
bords du Rhin près de trois mille de ces déserteurs fournis par les
régiments de Berwick et de Dillon, la légion de Saint-Clair et les
compagnies rouges. Échauffés d'un brûlant enthousiasme, ils avaient
hâte d'entrer en France, de marcher sur Paris, afin d'en chasser
l'Assemblée nationale et de délivrer le roi. En attendant, on les
cantonnait dans les environs de Worms. De la place où ils étaient
campés, entre la vieille cité germanique et le fleuve, ils
apercevaient, se profilant sur l'horizon, les cimes des Vosges qui
tenaient toujours présente à leurs yeux la patrie abandonnée, d'où ils
n'étaient sortis qu'avec l'espoir d'y rentrer bientôt. Cette vue
surexcitait leur ardeur, non moins que les allocutions enflammées qui
leur annonçaient la prochaine arrivée de l'armée impériale.

La nouvelle de la venue du comte d'Artois produisit parmi eux une
violente émotion. Ils se demandaient pour quelle cause il abandonnait
la retraite qu'il avait trouvée chez son beau-père, le roi de
Sardaigne, pour venir à Coblentz, l'un des points les plus rapprochés
de ce qu'on croyait être le théâtre de la future guerre, et par
conséquent l'un des plus exposés. Puis, quand on sut que c'est à cause
de cela qu'il y venait, l'enthousiasme éclata de toutes parts. Cette
installation d'un Bourbon à Coblentz, la formation du camp de Worms
excitaient les cervelles. On interprétait ces actes imprudents comme
une déclaration comminatoire adressée à l'Assemblée nationale, comme
le prologue d'une marche sur Paris. Mais tandis qu'à Worms on se
réjouissait, ailleurs la perspective des conflits qui se préparaient
épouvantait les royalistes modérés, trop sages pour s'associer à cette
joie. Lally-Tollendal écrivait à Burke:

«Des torrents de sang inonderont la France, des générations entières
s'effaceront. Je frémis de le dire, mais la plus auguste maison de
l'univers, ce trône glorieux dont les branches multiples ombragent
encore tant de trônes et tant de peuples, sera peut-être desséché
jusqu'à ses racines, et une tyrannie de fer, une anarchie dégoûtante,
un démembrement hideux seront les trois choses entre lesquelles
l'Empire français expirera.»

Sous l'influence des manifestations que provoquait sa présence aux
bords du Rhin, le comte d'Artois eut bientôt perdu le souvenir des
promesses qu'il avait faites a l'empereur Léopold et qu'au moment où
il les faisait, il était si peu disposé à tenir. Il ne songeait plus
de nouveau qu'à jouer un grand rôle, qu'à se rapprocher de Condé et
des gentilshommes rangés sous les ordres de ce prince. Le séjour de
Coblentz allait le mettre à portée de les voir à toute heure. C'est
avec joie que, maintenant, il se rendait dans celle ville où naguère,
avant d'avoir apprécié les avantages quelle lui offrait, il lui
répugnait de se fixer. Ce n'était pas seulement le voisinage de Condé
qui l'attirait là. C'étaient aussi les sentiments bien connus de
Clément Wenceslas de Saxe, prince-électeur de Trêves, qui tenait sa
cour à Coblentz. Oncle et fidèle ami du roi de France, ce petit
souverain s'ingéniait à faire aux émigrés un accueil bienveillant. Sa
maison leur était hospitalière. Son ministre, le baron de Duminique,
avait ordre de les aider à se procurer le nécessaire et môme le
superflu. Lorsque, le 2 juin, Édouard Dillon vint le prévenir que le
comte d'Artois avait formé le dessein de s'installer à Coblentz pour
quelques semaines, l'Électeur accueillit cette nouvelle avec une
enthousiaste satisfaction. Par ses ordres, une brillante réception fut
préparée en l'honneur du frère de Louis XVI. Il fit aménager, pour le
loger, le château de Schonbornlurst, situé aux portes de la ville. Les
émigrés français furent avertis de l'arrivée prochaine du prince, et
invités à s'unir aux populations do l'électorat, pour lui faire un
accueil digne de son rang.

Le comte d'Artois arriva dans la soirée du 15 juin. Sa suite se
composait de soixante personnes. Calonne et Conzié, l'évêque d'Arras,
y figuraient. L'électeur avait envoyé au-devant de lui un yacht qui
devait le ramener par le Rhin avant le coucher du soleil. Mais une
tempête allongea le voyage. Il était huit heures quand le comte
d'Artois débarqua. Sur la rive, il trouva tous les Français résidant à
Coblentz, à leur tête le comte de Vergennes, ministre du roi de
France, et le comte Eszterhazy, «le cher housard,» comme il
l'appelait, arrivé la veille. Aux dernières lueurs du jour, au bruit
des acclamations et des salves d'artillerie, ils le conduisirent
jusqu'au palais électoral. Dans la cour d'honneur, entre une double
haie que formaient les gardes du corps, il fut reçu par l'Électeur
qu'entourait le personnel de sa maison. Après les présentations, on
soupa. Le souper terminé, des chaises de poste emmenèrent le prince et
sa suite à Schonbornlurst où tout était apprêté pour les recevoir. Par
ses dimensions, le vieux château se prêtait à toutes les nécessités
d'une installation difficultueuse. Calonne et les gentilshommes qui
accompagnaient le comte d'Artois y furent logés. Mme de Polastron,
étant arrivée le lendemain, s'établit dans une maison louée pour elle,
où le comte d'Artois, dès ce moment, prit l'habitude d'aller la voir
quotidiennement, comme il le faisait à Paris, avant l'exil.

Durant la journée suivante, on reçut des nouvelles de l'Empereur,
propres à refroidir les espoirs que le comte d'Artois, son imagination
aidant, avait emportés de son entretien avec lui. Elles étaient
envoyées par le duc de Polignac resté à Vienne. «Il ne sait ni dire
non, ni faire oui», écrivait-il. Une fois de plus, on se trouva réduit
aux incertitudes. Mais, par suite d'un événement imprévu, le plus
grave et le plus décisif de celte période de la Révolution, les
pénibles préoccupations nées de ces incertitudes allaient être
reléguées au second rang.

Dans la soirée du 23 juin, les princes de Gondé étaient venus de Worms
à Coblentz pour rendre visite au comte d'Artois. Sans s'arrêter au
palais électoral où la cour était rassemblée, ils se firent conduire à
Schonbornlurst. Ils conférèrent longtemps avec leur cousin. Lorsque
l'heure avancée interrompit leur conversation, il fut décidé qu'on la
reprendrait le lendemain. Mais, le lendemain, dès l'aube, le comte
d'Artois fut réveillé par un courrier venu de Mons, porteur d'une
lettre du comte de Provence. Monsieur faisait connaître à son frère
que, dans la nuit du 20 au 21 juin, le roi et sa famille avaient
quitté Paris, pour se rendre à Metz, où M. de Bouillé les attendait.
Il ajoutait que lui-même était sorti avec Madame, que tandis qu'elle
gagnait Tournay, où elle était, maintenant saine et sauve, il venait
d'arriver heureusement à Mons, d'où il allait repartir pour Bruxelles,
afin d'y recevoir les ordres du roi.

Le comte d'Artois n'était pas encore remis de son émotion, que la
nouvelle de l'évasion de Louis XVI parvenait, par d'autres voies, à
Coblentz. Elle ne portait rien qui ne fût la vérité. Le complot ourdi
par Fersen, Mercy, Bouillé et Breteuil, à l'effet de hâter la
délivrance du roi, venait de produire brusquement ses premiers
résultats. Les prisonniers des Tuileries étaient en fuite. Grâce au
dévouement de son ami le comte d'Avaray, Monsieur avait pu quitter
Paris en même temps qu'eux. Ivre de joie, le comte d'Artois résolut de
se rendre à Bruxelles sur-le-champ pour s'y réunir à ses frères.
Accompagné seulement de Calonne et de l'évêque d'Arras, il se mit en
route le même jour, après avoir écrit au roi, tandis que les Condé
retournaient à Worms et qu'autour d'eux, la certitude de l'évasion
excitait les esprits, inspirait des propos menaçants, ranimait des
espoirs de représailles et suggérait les projets les plus étranges,
comme celui de donner au trône une protection invincible, «en
rétablissant des compagnies d'hommes d'armes pour faire un rempart à
la monarchie».

À Bruxelles, le comte d'Artois allait éprouver une amère et cruelle
déception. Quand il y arriva, on venait d'apprendre l'arrestation de
la famille royale à Varennes et son retour à Paris. C'est le comte de
Provence qui lui révéla ce nouveau malheur. Après une longue
séparation, les deux frères ne se retrouvaient que pour mêler leurs
larmes.

Pendant les jours qui suivirent, ce ne fut, autour d'eux,
qu'affolement et désarroi. L'archiduchesse Marie-Christine pleurait
sur sa soeur. Fersen, Mercy, les princes eux-mêmes ne savaient à quel
parti s'arrêter. Ils espéraient que l'Empereur allait faire avancer
des troupes sur la frontière. Mais l'ordre n'arrivait pas. Malgré les
supplications de Monsieur, l'archiduchesse hésitait à y substituer les
siens. Il arriva enfin le 4 juillet. C'était déjà trop tard pour qu'il
pût être de quelque efficacité. Les portes de Paris venaient de se
fermer sur le roi et sa famille; elles ne devaient plus se rouvrir
devant eux.

L'empereur Léopold était à Padoue. Il y avait appris la fuite du roi,
et, à quatre heures du matin, il était allé chez le duc de Polignac
pour lui annoncer la nouvelle. En même temps, il expédiait à
Marie-Christine l'ordre de faire marcher douze mille hommes à la
rencontre des fugitifs. Il l'invitait en même temps à s'abstenir de
toute négociation avec le comte d'Artois. Croyant le roi et la reine
en liberté, il ne voulait connaître qu'eux. Mais, après le départ de
son courrier, il lui en était arrivé un du prince de Condé, qui lui
apportait le récit de l'aventure douloureuse survenue à Varennes.
D'abord, il avait refusé d'y croire. Vaudreuil, qui était présent,
s'était écrié:

--Si Bouillé n'a pas été tué, il sauvera le roi, et, comme on ne dit
pas qu'il a été tué, je réponds que le roi est sauvé.

L'Empereur partageait cette opinion et s'était flatté de l'espoir que
son beau-frère et sa soeur avaient pu s'enfuir de nouveau et se
trouvaient en sûreté à Metz. Enfin, ayant reçu la nouvelle définitive
de leur arrestation, il s'était alarmé pour eux, pour lui-même plus
encore, et avait, sous le coup de son indignation, annoncé à Polignac
et à Vaudreuil que ses armées ne tarderaient pas à marcher contre la
France. Mais, préoccupé d'abord de la sûreté de ses États, il écrivait
de nouveau à l'archiduchesse. Il importait qu'elle prît des mesures
pour empêcher les émigrés, et surtout le comte d'Artois, de faire «des
coups de tête», et l'invitait à s'y appliquer.

Il songeait ensuite au roi et à la reine de France. Prenant
l'initiative d'une négociation diplomatique en leur faveur, il
adressait une lettre pressante aux rois d'Angleterre, de Prusse,
d'Espagne, des Deux-Siciles, et de Sardaigne, ainsi qu'à l'Impératrice
de Russie. Il les engageait à s'entendre avec lui pour mettre un terme
à la Révolution française, en envoyant à l'Assemblée nationale une
déclaration commune, propre à produire sur les exaltés une impression
salutaire. Cette déclaration qui devait être appuyée, le cas échéant,
par des mesures de vigueur, portait que la cause du roi de France
était et serait toujours celle des souverains. Elle exigeait la mise
en liberté immédiate de Louis XVI et de sa famille, leur
inviolabilité, le droit de se rendre là où ils voudraient et le
respect auquel le droit de nature et des gens oblige les peuples
envers leurs princes. Elle disait encore que les souverains se
réuniraient pour venger, avec le plus grand éclat, les attentats
ultérieurs que l'on se permettrait ou que l'on permettrait de
commettre contre la sûreté, la personne, ou l'honneur du roi, de la
reine et de la famille royale; qu'ils ne reconnaîtraient comme corps
et constitutions légalement établis en France, que celles qui seraient
revêtues du consentement du roi, jouissant d'une liberté parfaite, et
enfin qu'ils emploieraient de concert les moyens que Dieu leur avait
donnés pour faire cesser le scandale d'une usurpation de pouvoir, qui
portait le caractère d'une révolte dont il importait à tous les
gouvernements de réprimer le funeste exemple. Dans sa lettre au roi de
Prusse, il agréait la proposition que, jusqu'à ce jour, malgré les
efforts de l'envoyé prussien, Bischoffwerder, il avait écartée, celle
d'une réunion à Pilnitz, en vue des affaires de Pologne, où seraient
traitées incidemment celles de France.

Ces protestations portent la date du 10 juillet 1791. Elles
constituent le premier acte d'intervention de l'Autriche entre Louis
XVI et la Révolution. L'Espagne ne les avait pas attendues pour
protester de son côté contre l'arrestation du roi de France. Averti
par son ambassadeur à Paris de l'événement de Varennes, le ministre
Florida Blanca y répondait dès le 1er juillet, d'Aranjuez, par l'envoi
d'une note destinée à être soumise à l'Assemblée nationale et où se
trahissait la volonté, tout en défendant Louis XVI, de ne pas éveiller
les susceptibilités de la nation française.

Dans la lettre d'envoi adressée à l'ambassadeur d'Espagne et signée du
ministre, il disait:

«Le roi a pensé que, telle qu'elle était, cette note était la
meilleure réponse qu'il pût vous charger de faire à M. de Montmorin,
pour qu'il la communiquât à l'Assemblée nationale, et que cette
Assemblée pût connaître quelles ont été et quelles sont les intentions
de Sa Majesté, relativement aux affaires du royaume de France et
particulièrement dans le cas présent. Ainsi, je ne retarde point cet
extraordinaire et je le réexpédie sur-le-champ a Votre Excellence en
sortant de mon travail avec Sa Majesté.»

Quant à la note elle-même, elle était ainsi conçue:

«La retraite de Paris entreprise par le roi très chrétien avec la
famille royale, et ses desseins, quoique ignorés encore par le roi
catholique, ne peuvent avoir eu et ne sauraient avoir pour cause et
pour objet que la nécessité de se débarrasser des insultes populaires,
que l'Assemblée actuelle et la municipalité n'ont pas eu le pouvoir
d'arrêter ni de punir; et de se procurer un lieu de sûreté, où le
souverain et les représentants vrais et légitimes de la nation eussent
pour leurs délibérations, la liberté dont ils ont été privés jusqu'à
ce jour, privation dont on a des preuves, et des protestations
incontestables dans des représentations des corps, et des provinces
entières.

«C'est dans ce sens, dans celui d'allié le plus intime de la France,
de proche parent, d'ami de son roi et de voisin le plus immédiat de
son territoire, que Sa Majesté Catholique a le plus grand intérêt dans
la félicité et dans la tranquillité intérieure de la nation française,
et que, bien éloigné de penser à la troubler, elle a pris la
résolution d'exhorter les Français, et elle les conjure de réfléchir
tranquillement sur le parti que leur souverain a été forcé de prendre;
de revenir sur les procédés outrés qui peuvent y avoir donné cause; de
respecter la haute dignité de sa personne sacrée, sa liberté et son
immunité, et celle de toute sa famille royale; et de se persuader que,
toutes fois que la nation française ne manquera point à ses devoirs,
elle trouvera dans le roi d'Espagne toute la considération et toutes
les ressources conciliatoires et amiables qu'elle saurait désirer, en
épargnant à Sa Majesté la nécessité douloureuse de réprimer les
perturbateurs et les ennemis de ce système pacifique[19].»

         [Note 19: Papiers de Castries.]

À Bruxelles, l'émoi causé par ces événements était long à s'apaiser.
Le nombre des Français accourus au-devant du roi grossissait de jour
en jour. L'archiduchesse gouvernante des Pays-Bas s'inquiétait de
leurs allées et venues. Pressée de voir partir les princes dont la
présence causait cette agitation, elle ne les accueillait plus qu'avec
froideur. Monsieur s'était mis au lieu et place du comte d'Artois.
Celui-ci s'effaçait docilement, abandonnait à son aîné la direction
des affaires. Mais il se dépensait en bravades, en propos imprudents,
faisait grand bruit de ce qu'il appelait les promesses de l'Empereur,
montrait à tout venant une lettre du roi de Suède, proposant de former
une ligue contre la Révolution et d'en prendre le commandement. En un
mot, il s'agitait si follement que Monsieur était obligé d'intervenir
pour le faire renoncer à toute démarche précipitée. Calonne, idole des
exaltés, s'efforçait de démontrer au comte de Provence qu'il était
peut-être heureux que le roi eût été empêché de prendre le pouvoir,
puisqu'on pouvait tout redouter de sa faiblesse et du mauvais esprit
de la reine. Il lui suggérait l'idée de se proclamer Régent du
royaume.

Monsieur se laissait séduire par cette proposition, qui lui semblait
répondre aux intentions du roi. Il venait d'apprendre par Fersen qu'au
moment de quitter Paris, le soir du 20 juin, Louis XVI avait manifesté
l'intention de confirmer, s'il n'était délivré, de pleins pouvoirs
antérieurement donnés par lui à l'aîné de ses frères, et qu'il avait
ensuite annulés. Ces pouvoirs, s'ils étaient renouvelés, faisaient de
leur dispositaire, en remplacement du roi prisonnier, le véritable
dispensateur de l'autorité royale. Monsieur s'en croyait investi déjà.
Il parlait et agissait en maître, tandis que, confiants dans son
énergie et son habileté, beaucoup de gens commençaient à croire, comme
Calonne, que c'était pour un bien qu'en ces circonstances difficiles,
Louis XVI fût empêché de gouverner.

Le lendemain de l'arrestation du roi, un aubergiste de Bruxelles
disait à un émigré qui se lamentait sur cet événement:

--Consolez-vous, monsieur; cette arrestation n'est pas, je crois, un
si grand malheur. M. le comte d'Artois avait, ainsi que vous, l'air
attristé. Mais tous les messieurs qui étaient dans la voiture avaient
l'air très content.

Il est certain que, parmi les émigrés, il y en eut qui redoutaient que
Louis XVI redevînt libre et reprît le pouvoir, convaincus qu'il
voudrait l'exercer avec les constitutionnels, à l'exclusion des
partisans de l'ancien régime. C'étaient les mêmes qui, plus tard, se
réjouissaient de la mort de Louis XVI et qui appelaient Louis XVIII,
réfugié à Mitau, «le plus grand jacobin du royaume». Ils tenaient le
haut du pavé, soutenus par Calonne. Ils cachaient si peu leurs
sentiments que, le 10 juillet, un envoyé du roi étant venu à Worms
pour porter à Condé l'ordre de renoncer à combattre contre la France,
il dut s'enfuir pour se soustraire aux violences des émigrés «très
montés contre le roi et contre lui».

Cependant, dans la pensée de Fersen, les pouvoirs dont s'autorisait le
comte de Provence ayant été annulés, ne lui donnaient aucun droit;
c'est à tort qu'il les invoquait à l'appui de ses décisions. Fersen,
qui était resté en relations avec Marie-Antoinette,--il put
communiquer avec elle jusqu'au 10 août--lui demanda s'il convenait
d'octroyer ces pouvoirs à Monsieur, et de le laisser libre de se
servir de Calonne ou de lui imposer Breteuil. En réponse à cette
demande, l'ordre vint, le 8 juillet, de les renouveler dans la forme
où ils avaient été donnés une première fois. Cet ordre les limitait
strictement à des négociations avec les souverains étrangers, ayant
pour but le rétablissement de la tranquillité dans le royaume, la
démonstration des forces ne devant être que secondaire: «Je donne tout
pouvoir à mes frères de traiter dans ce sens-là avec qui ils voudront
et de choisir les personnes pour employer dans ces moyens politiques.»
La reine, négligeant de parler de Calonne, ajoutait: «Il sera
important que le baron de Breteuil se réunisse avec les frères du roi
et ceux qu'ils choisiront pour cette importante communication.»

Quelques jours plus tard, ces pièces furent remises aux princes à leur
arrivée à Coblentz. Mais ils n'en tinrent aucun compte. C'était
toujours entre l'Émigration et Paris le même dissentiment. Le roi et
la reine s'opposaient à toute démonstration armée, convaincus qu'elle
leur coûterait la vie et qu'il valait mieux attendre que le roi eût
acheté sa délivrance par des moyens amiables, notamment en adhérant à
la Constitution. Les princes, au contraire, ne voyaient de salut pour
la Monarchie que dans l'emploi de la force et ne songeaient qu'à
ameuter l'Europe contre la France. Monsieur, chapitré par le comte
d'Artois, entendait se substituer au roi, gouverner pour lui,
conserver Calonne qu'à ce même moment il envoyait à Londres solliciter
les secours de l'Angleterre ou tout au moins sa neutralité. Il voulait
enfin écarter Breteuil pour lequel il professait les mêmes sentiments
que son plus jeune frère. Il lui mandait que ses pouvoirs étaient
révoqués, et lui ordonnait de venir les lui remettre à Coblentz.
Ainsi, dans la pensée des princes, Louis XVI n'était plus qu'un
souverain détrôné, malgré lequel il fallait, même au risque de le
pousser à l'échafaud, sauver la couronne qu'il ne pouvait plus
défendre.

Le 5 juillet, les deux frères étaient à Aix-la-Chapelle, où le roi de
Suède passait l'été et leur avait donné rendez-vous. Il leur renouvela
les assurances de son dévouement à Louis XVI et se déclara de nouveau
prêt à se mettre à la tête d'une ligue contre la Révolution. Il se
plaignit de ce que l'Empereur ne lui avait pas écrit après Varennes,
comme aux autres souverains, pour lui demander son concours. Enfin, il
fut d'avis que Monsieur devait prendre le titre de Régent, afin de
parler à l'Europe, dans l'intérêt de son frère, avec plus d'autorité.

Excités déjà par l'accueil du roi et par son langage, les princes le
furent plus encore par l'apparition de Bouillé. En proie au plus
affreux désespoir, à la suite de l'arrestation du roi qu'il n'avait pu
empêcher, Bouillé manifestait autant d'exaltation que de douleur. Il
avait écrit à l'Assemblée nationale une lettre foudroyante, et
maintenant il ne parlait que de vengeance.

«Je connais les chemins qui mènent à Paris, s'écriait-il; j'y guiderai
les armées étrangères, et de cette orgueilleuse capitale il ne restera
pas une pierre.»

Non content de tenir ces propos, il écrivait encore:

«Les imprudents! ils me traitent de fanfaron; ils ne savent pas que
les coups que j'annonce sont déjà portés; que, dans ce genre, je donne
toujours plus que je ne promets; que l'orage est prêt d'éclater sur
leur tête, et que notre entreprise aura moins l'air d'une guerre que
d'une entrée.»

L'échec qu'il venait de subir, le dépit de son orgueil blessé,
l'inutilité de son dévouement pouvaient faire comprendre ces propos,
sinon les excuser. Mais ce qui paraîtra moins explicable, c'est la
crédulité avec laquelle les écoutaient les frères de Louis XVI.
Bouillé, quoique vaincu, leur parut devoir être invincible si les
moyens lui étaient donnés de renouveler sa tentative. Ce fut un motif
nouveau pour persévérer dans leurs projets.

Après leur entrevue avec le roi de Suède, les princes avaient pris la
route de Coblentz. En passant à Bonn, ils y trouvèrent Breteuil, qui
les attendait. Tout en reconnaissant que les pouvoirs qu'il tenait du
roi étaient singulièrement affaiblis par ceux que Louis XVI venait de
donner à ses frères, il refusa de s'en dessaisir avant d'avoir reçu
les ordres de son souverain. Le sévère et hautain langage de Monsieur
ne fit que l'encourager dans sa résistance. Certain qu'il possédait
toujours la confiance du roi, il s'éloigna sans avoir cédé. Il ne se
trompait pas. Quelques semaines plus tard, un envoyé des Tuileries, M.
de Vioménil, lui apportait un nouveau témoignage de cette confiance,
en confirmant expressément le mandat qui faisait de lui l'unique agent
royal accrédité auprès des cours étrangères.

Le 7 juillet, les princes arrivaient à Coblentz. La comtesse de
Provence, femme de Monsieur, les y avait précédés. Ils furent reçus
avec les honneurs prodigués une première fois au comte d'Artois. Cent
officiers français à cheval allèrent à leur rencontre à une lieue de
la ville, et les ramenèrent à Schonbornlurst, où le ministre de France
Vergennes, et après lui les émigrés, vinrent leur rendre leurs
devoirs. Durant quinze mois, la cour des princes allait devenir l'âme
de l'émigration, et le plus ardent foyer des coalitions formées contre
la France.



LIVRE SECOND

COBLENTZ



I

LA DIPLOMATIE DES PRINCES

Au moment où le comte de Provence et le comte d'Artois venaient
s'établir à Coblentz,--juillet 1791--résolus, comme ils le disaient, à
faire de grandes choses, à Paris, la situation politique s'était une
fois de plus modifiée. Après l'arrestation de la famille royale à
Varennes, quand, rentrée à Paris, elle croyait avoir tout à redouter
du parti jacobin, ce parti brusquement avait paru s'affaiblir et
perdre de son crédit. Les hommes considérés comme exerçant sur les
affaires une action puissante se prononçaient ouvertement pour la
conservation de la monarchie et du roi, pour le rétablissement de
l'ordre. L'Assemblée elle-même semblait disposée à user de son
influence pour assurer l'exécution des lois et finir la Révolution. La
reine, influencée par Barnave, se reprenait à espérer. Elle ne croyait
pas que de l'état de choses qui s'annonçait, le roi pût tirer toute
l'autorité nécessaire à sa couronne. Mais elle pensait, elle
l'écrivait à l'Empereur son frère, que les voeux de la nation étant
exaucés, la famille royale serait à l'abri de nouveaux malheurs.

En conséquence, elle était plus que jamais d'avis qu'on devait
renoncer à l'emploi de la force, et ne tenir aucun compte des
démarches des émigrés. Tout le commandait: les dangers auxquels son
mari, ses enfants, elle-même étaient exposés, l'exaltation du pays
décidé à se défendre s'il était attaqué, la nécessité d'éviter
l'effusion du sang qui résulterait d'une conflagration générale. Elle
détournait donc son frère de toute idée agressive. Elle l'engageait
même à reconnaître la Constitution dès que le roi l'aurait acceptée.
Elle espérait que, par cet acte éclatant qui entraînerait toutes les
cours, l'Empereur inspirerait confiance à l'Assemblée, se mettrait à
même d'exercer quelque influence sur les affaires de la France, et de
devenir son allié.

L'Empereur ne cherchait que prétextes pour ne rien faire. Les
pressants conseils de sa soeur servaient trop bien ses desseins pour
qu'il hésitât à les suivre. C'est parce qu'il s'était empressé de s'y
conformer que les princes, en arrivant a Coblentz, allaient ressentir
de nouveau l'effet de ses fluctuations, lesquelles arrachaient à
Polignac ce cri de découragement: «Il ne sait ni dire non, ni faire
oui.»

L'Empereur répétait que la guerre pourrait être évitée, qu'avec le
temps, l'autorité royale reprendrait racine. Renchérissant sur
l'opinion exprimée par Marie-Antoinette, il poussait le roi à se
réconcilier avec les chefs des partis politiques, à se montrer de plus
en plus froid pour les émigrés. À ceux qui lui conseillaient quand
même une démonstration militaire, il objectait qu'on ne pouvait rien
sans un accord entre toutes les cours, et imputait au mauvais vouloir
de quelques-unes d'entre elles la responsabilité des retards qui
reculaient sans cesse cet accord. Enfin dans ses instructions à ses
agents, il leur recommandait de ne rien faire de ce que demandaient
les émigrés: «Ils sont bien à plaindre, écrivait-il, ils ne pensent
qu'à leurs idées romanesques, à leurs vengeances, à leurs intérêts
personnels. Ils croient que tout le monde doit se sacrifier pour eux,
et ils sont bien mal entourés.»

Les dispositions que révèle ce langage étaient au rebours de celles
des princes, toujours désireux de lancer contre la France les armées
coalisées de l'Europe. Comme pour exciter leurs espérances et
encourager leurs projets, le comte de Fersen arrivait à Coblentz
derrière eux, le 25 juillet. Après Varennes, il s'était rendu à
Aix-la-Chapelle, où l'attendait son souverain, le roi de Suède. Par
son ordre, il était parti sans délai pour Vienne, chargé d'intéresser
l'Empereur à l'expédition que méditait son maître, et d'obtenir que
l'Autriche y prêtât la main. Gustave III offrait seize mille hommes et
des navires pour les transporter. Il demandait à l'Autriche de les
recevoir dans le port d'Ostende, et de lui fournir des subsides. Il
avait envoyé à Catherine, avec laquelle il venait de conclure la paix,
le comte de Saint-Priest, l'ancien ministre de Louis XVI, réfugié dans
ses États, pour solliciter d'elle quelques milliers d'hommes destinés
à grossir l'effectif de son expédition. C'est en allant à Vienne que
Fersen s'arrêtait à Coblentz pour présenter ses hommages aux frères du
roi de France.

Il apprit par eux ce qu'il ignorait encore, qu'au lendemain de
l'arrestation de Louis XVI, l'Empereur d'Autriche avait fait appel à
toutes les cours, sauf à celle de Suède. Cette nouvelle l'attrista.
Elle était d'un fâcheux augure pour la commission dont Gustave-Adolphe
l'avait chargé. Comme il faisait part de ses craintes aux princes,
ceux-ci s'offrirent à seconder ses démarches. Ils écrivirent aussitôt
à l'Empereur pour lui demander d'admettre Gustave-Adolphe dans la
coalition. Un courrier emporta leurs lettres quelques heures après
l'arrivée de Fersen, de façon à le précéder à Vienne. Lui-même, quand
il manifesta le dessein de partir sans retard, fut prié d'attendre
Calonne, qui, de Londres où il venait de passer quelques jours, avait
annoncé son retour prochain.

L'attente de Fersen ne fut pas longue. Le lendemain, 26 juillet,
Calonne se présenta dans la soirée chez les princes, encore tout ému
d'un accident qui avait failli lui coûter la vie, sa voiture ayant
versé dans le Rhin. Il se disait enchanté de son voyage en Angleterre.
Ce n'est pas qu'il eût obtenu les secours qu'il était allé solliciter.
En réponse à ses demandes, Pitt avait objecté que s'il prenait parti
pour les princes, une violente opposition se formerait dans le
Parlement contre lui. Mais il avait promis de rester neutre entre la
France et la coalition; et cette promesse, qu'il se vantait d'avoir
arrachée à Pitt, était interprétée par Calonne comme une victoire
remportée par son savoir-faire.

Quant à la régence dont Monsieur cherchait à se parer, en raison de la
captivité du roi, Calonne prétendait avoir, au cours de son voyage,
acquis la certitude qu'elle serait acceptée avec plaisir par les
puissances. Effet d'un mirage dont personne, à Coblentz, n'était le
jouet au même degré que Calonne, ou mensonge volontaire, cette
affirmation ne reposait ni sur la vraisemblance ni sur la réalité. Une
fois de plus, le conseiller des princes s'abandonnait à ses illusions.
Il n'était pas jusqu'à l'engagement prétendu de l'Angleterre de rester
neutre, qui ne fût beaucoup moins positif qu'il ne le disait. Mais les
princes avaient confiance en lui. Ils ajoutèrent foi à ses
affirmations. Seul, Fersen ne s'y trompa pas. Au moment de monter en
voiture pour se rendre à Vienne, il écrivait: «Calonne parle de
certitudes qui me paraissent aussi vagues que celles dont il se berce
depuis dix-huit mois.» Et jugeant avec une égale indépendance et un
égal sang-froid les émigrés de Coblentz, il ajoutait: «J'ai trouvé les
princes, et surtout Monsieur, très raisonnables. Mais leurs entours!
c'est un foyer d'intrigues abominables où l'intérêt général est
toujours sacrifié à l'intérêt particulier.»

À une date ultérieure, l'accusation de Fersen eût été plus juste
encore. Mais, dès ce moment, il en voyait assez pour prévoir les
odieux calculs qu'allaient faire naître l'égoïsme et les ardeurs des
émigrés. Du reste, quiconque les approchait et les observait
froidement parlait d'eux avec la même sévérité. L'Empereur, qui avait,
il est vrai, intérêt à les noircir, ne cessait de se plaindre de leurs
indiscrétions et de leurs exigences: «Ils veulent me mettre en avant,
me faire agir, et me faire payer pour tous. Ce n'est pas mon compte...
Ni d'eux, ni de leurs alentours on ne peut se servir ni se fier, ni
les aider. Ils ne cherchent qu'à embarrasser, qu'à compromettre.»

Et ce n'était que trop vrai, encore qu'en le constatant, il convienne
d'excuser les fautes que leur fit commettre leur incorrigible
aveuglement. Peut-être après tout, cet aveuglement fut-il leur force,
et les disposa-t-il à supporter avec un courage qui ne saurait être
contesté les effroyables infortunes que leur réservait l'exil. Aux
premières étapes de leur longue marche sur le sol étranger, ils
étaient déjà ce qu'ils furent aux dernières, vingt-trois ans plus
tard, en 1814, poussant leurs orgueilleuses exigences jusqu'à vouloir
disposer des forces coalisées, nommer les généraux, obliger les
souverains à leur porter secours, et à suivre les plans qu'il leur
plaisait de suggérer. Ce fut aussi leur attitude vis-à-vis de Louis
XVI jusqu'au jour où sa tête tomba sous le couperet de la guillotine.

Il leur importait peu qu'il désapprouvât leur conduite. Ils
s'irritaient de ce qu'ils appelaient sa faiblesse, de la
condescendance de la reine envers «les scélérats», épithète sous
laquelle ils désignaient également les monarchiens et les jacobins.
S'ils recevaient une lettre de l'infortuné souverain, leur enjoignant
de changer de conduite, de lui laisser l'initiative des mesures à
prendre, de renoncer à ameuter l'Europe contre la France, ils
traitaient avec mépris cet ordre d'un monarque qui, «n'ayant pas su
rester libre, avait perdu le droit de commander». Ces sentiments, leur
entourage les partageait, les exprimait avec acrimonie et légèreté.
Une lettre de Larouzière, en date du 30 juillet 1791, traduit très
exactement la manière de voir des émigrés:

«Les Français, dont le patriotisme ne saurait borner ses vues à
quelques années d'une tranquillité qui ne serait qu'illusoire,
s'indignent du nouvel ordre de choses qu'on prépare (la Constitution),
parce qu'en convenant qu'il y avait en France de nombreux abus à
réformer, ils reconnaissent que son gouvernement, le seul qui lui
convient, ne comporte point d'alliage. Mais que pourra le petit nombre
contre une multitude égarée qui ne réfléchit jamais, et surtout contre
cette portion si nombreuse qui, par lassitude de l'état actuel,
regardera comme un bienfait tout ce qui aura l'air de l'améliorer? Les
puissances qui, sans intérêt pour nous, ne s'émeuvent que par la
crainte que le débordement de nos vices n'arrive jusqu'à elles,
acquiescent à tout dès qu'elles pourront se livrer à une sécurité dont
elles sont si avides que, même aujourd'hui, contre toutes les règles
de la prudence et de l'humanité, plusieurs d'entre elles se repaissent
d'illusions.»

Livré à lui-même, le comte de Provence eût été plus disposé que le
comte d'Artois à entrer dans les vues de Louis XVI. L'influence de
l'exil, l'excès de ses maux, les crimes de la Terreur finirent par
altérer la modération naturelle de son esprit, et furent les
principales causes de ses fautes. Mais il y avait dans ce prince
l'étoffe d'un politique; devenu roi, il sut le prouver. Il n'eût pas
été impossible, au début de l'émigration, de faire de lui l'arbitre
efficace des différends et des conflits qui stérilisaient les efforts
des royalistes. Malheureusement, à peine sorti de Paris, il subit
l'influence du comte d'Artois. Quand plus tard il s'y déroba, ce ne
fut pas pour être plus raisonnable que lui.

Quoique dès ce moment on pût voir s'élever entre leurs courtisans les
germes des rivalités qui éclatèrent après la mort du roi, le plus
jeune exerçait sur l'aîné une action néfaste à laquelle celui-ci
cédait avec passivité et comme inconsciemment. L'affaire de Varennes
et l'arrivée de Monsieur avaient accru l'exaltation du comte d'Artois.
Avec encore plus de ténacité qu'au commencement de leurs malheurs, il
voulait des mesures violentes, une invasion immédiate, des
distributions d'argent pour préparer Paris à faire bon accueil aux
armées étrangères qui viendraient délivrer le roi. Il parlait
toujours, n'écoutait jamais, à moins que ce ne fût pour entendre
l'éloge de ses opinions et de sa conduite, et loin de trouver bon que
le roi se prêtât à des négociations avec l'Assemblée nationale, il ne
voyait de remède au mal que dans l'emploi de la force.

Après le départ du comte de Fersen, les princes jaloux d'appuyer les
démarches que le roi de Suède faisait faire à Saint-Pétersbourg par le
comte de Saint-Priest, écrivirent à l'impératrice Catherine. Ils
sollicitaient de cette souveraine un million de roubles afin de
prendre à leur solde les troupes des princes allemands, des régiments
français et l'armée suédoise. Une partie de ces effectifs devait
entrer en Alsace, l'autre débarquer sur quelque plage normande d'où
elle marcherait vers Paris, en soulevant le long de sa route les
populations. Ils voulaient, en un mot, faire de Catherine l'âme de la
coalition. À cette coalition, selon eux, tous les princes du
continent, à l'exception du roi d'Angleterre, résolu à rester neutre,
étaient prêts à s'associer: le roi d'Espagne et les autres souverains
issus des Bourbons, parce qu'ils étaient intéressés à ne pas souffrir
le renversement du premier trône de leur maison; l'Empereur, parce
qu'il avait été outragé personnellement par les traitements inouïs
infligés à la reine, sa soeur; le Corps germanique, parce qu'il
suivait l'impulsion de l'Empereur; le roi de Sardaigne, parce qu'il
était attaché au roi Louis XVI par plus d'un lien; le roi de Prusse,
parce qu'il en avait fait l'assurance aux princes eux-mêmes; les
cantons helvétiques et le roi de Suède, parce qu'ils s'y étaient
effectivement engagés[20].

         [Note 20: Recueil Feuillet de Conches.]

Lorsque, cette lettre écrite, il fallut désigner le personnage qui la
porterait à l'Impératrice, le choix des princes s'arrêta sur le baron
de Bombelles, frère du marquis de Bombelles, avec qui on a vu le comte
d'Artois se brouiller avec éclat. Arrivé en Russie vers 1787, ce jeune
homme y était devenu officier; il avait fait en cette qualité la
guerre contre les Turcs. Il se trouvait à Coblentz lorsque les frères
du roi de France y arrivèrent; il alla leur offrir ses hommages. À
cause de ses relations à la cour de Russie, ils le chargèrent de leur
message sans songer à le rendre solidaire des faits qu'ils
reprochaient à son frère aîné[21]. En même temps, comme suite à leur
démarche auprès de l'Impératrice, de laquelle ils attendaient de
grands résultats, ils avisaient aux moyens de se faire autoriser par
l'Empereur à assister à l'entrevue entre ce souverain et le roi de
Prusse, qui devait avoir lieu à Pilnitz au mois d'août, et ils
décidaient que le comte d'Artois se rendrait à Vienne à cet effet.

         [Note 21: Après cette mission, on le perd de vue jusqu'en
         1792. De deux lettres de son frère au comte Ostermann,
         vice-chancelier de Russie, il résulte qu'à cette époque il
         était en disgrâce pour une cause ignorée, et que le prince de
         Nassau, un moment son protecteur, l'avait abandonné. En 1793,
         dans des circonstances assez obscures, il fut arrêté à
         l'armée du prince de Cobourg. Son frère intervint de nouveau
         pour le défendre et écrivit à Catherine. Sur la supplique
         qu'elle reçut de lui, elle a écrit de sa main: «Priez
         l'ambassadeur qu'il nous soit communiqué pourquoi Bombelles
         a-t-il été arrêté par le prince de Cobourg. Quant à moi, je
         pense que son frère, le marquis de Bombelles, a lui-même usé
         de ce pauvret pour transmettre des informations au prince de
         Cobourg.» Les documents sont muets sur la suite de cette
         affaire.]

Le comte Eszterhazy fut le premier confident de ce projet. Le prince,
qui désirait l'emmener avec lui, ne lui cacha rien de ce qu'il
attendait de cette démarche. Pour ne pas s'exposer à un refus de
l'Empereur, le comte d'Artois entendait se rendre à Vienne incognito,
sans demander l'autorisation d'y aller, accompagné seulement de
Calonne, du capitaine de ses gardes et du comte Eszterhazy. Il
comptait, en outre, se faire appuyer par Bouillé, à qui le roi de
Prusse, en l'invitant à venir à Pilnitz, offrait un grade dans ses
armées, et que l'Empereur pressait de faire connaître ses plans déjà
communiqués au roi de Suède. Il espérait beaucoup du crédit de ce
général alors très en faveur aux cours de Vienne et de Berlin. Mais
tandis qu'il mettait la dernière main aux préparatifs de son départ,
un envoyé de Louis XVI débarquait à Coblentz. C'était le chevalier de
Coigny. Il apportait au comte de Provence et au comte d'Artois deux
lettres de leur frère. L'une, destinée à être répandue dans le public,
les engageait ainsi que les émigrés à rentrer en France; l'autre,
expédiée secrètement, invitait Monsieur à ne s'inspirer que de
l'intérêt du royaume.

La seconde seulement était sincère, car si le roi souhaitait que ses
frères ne le compromissent point, il ne voulait pas, en les rappelant
à Paris, les exposer aux dangers qui le menaçaient lui-même. La
première n'avait été écrite que pour tromper l'Assemblée nationale et
lui faire croire que le roi s'associait à ses vues. Les princes
demandèrent à Coigny si leur frère leur ordonnait de rester inactifs.
Au lieu de répondre, Coigny les supplia de ne rien faire qui mît en
péril la sécurité de la famille royale. Ils ne pensèrent pas que cette
sécurité pût être menacée par la course du comte d'Artois à Vienne, et
son départ fut définitivement résolu. Il eut lieu le 13 août. En
passant à Mayence, les voyageurs y virent chez l'Électeur les trois
Condé. Ils apprirent là que la paix venait d'être conclue par
l'Autriche avec les Turcs et qu'elle allait l'être pour la Russie. Ce
double événement parut de bon augure pour la négociation qu'on tentait
auprès de Léopold.


II

LA DÉCLARATION DE PILNITZ

En entrant dans Vienne, le prince et sa suite furent reçus par le duc
de Polignac, le baron de Flachslanden et le comte François d'Escars.
Ceux-ci le conduisirent chez l'ambassadeur d'Espagne. Non seulement ce
diplomate avait mis son hôtel à la disposition du comte d'Artois, mais
encore, à défaut de l'ambassadeur de France, M. de Noailles, qui ne
parut pas, il se chargea, conjointement avec Fersen, de demander pour
le prince une audience à l'Empereur. Justement, l'Empereur avait reçu
de Marie-Antoinette, les jours précédents, par l'intermédiaire de
l'ambassadeur Noailles, une lettre qui donnait à entendre que Louis
XVI était disposé à accepter la Constitution qui se préparait. Cette
déclaration ne pouvait que le mal disposer à répondre favorablement
aux demandes que lui apportait Nassau, alors surtout qu'au même
moment, il s'appuyait auprès des cours sur la communication de sa
soeur pour les déterminer à agir, ce qui obligeait Breteuil à leur
donner des explications et à leur affirmer que cette lettre, la reine
ne l'avait écrite que contrainte et forcée, et à se plaindre de
l'usage qu'en avait fait l'Empereur. D'autre part, Léopold venait de
refuser à Fersen d'intervenir dans l'expédition projetée par le roi de
Suède, en alléguant l'impossibilité de prendre une résolution si grave
avant de s'être rencontré à Pilnitz avec le roi de Prusse. Il fut très
désagréablement surpris en apprenant la présence du comte d'Artois à
Vienne. Toutefois, il n'osa refuser de le recevoir. Il s'exécuta donc
et non sans bonne grâce. Il invita les nouveaux venus à dîner, les
emmena au spectacle, leur témoigna beaucoup de bienveillance, mais
avec une non moindre habileté se déroba quand ils voulurent le
contraindre, par des questions insidieuses, à faire des réponses qui
l'auraient engagé. Ce ne fut pas sans peine que le comte d'Artois
obtint la permission d'aller à Pilnitz. Malgré ses efforts, on ne lui
accorda pas autre chose. Tout se passa en gracieusetés et en
politesses.

Il n'en fallut pas davantage cependant pour accroître les illusions du
prince et de ses amis. En quittant la table impériale, Polignac
écrivit à Larouzière: «Ce dîner est sans exemple. Ce qui se passera
d'ici au 28 de ce mois va porter l'épouvante parmi ceux qui jusqu'ici
n'ont su régner que par la terreur. L'Empereur a consenti à tout ce
que le prince lui a demandé, et, pour y mettre le sceau, il consent à
ce que Monseigneur aille à Pilnitz. Il y verra le roi de Prusse et
sera témoin des arrangements faits et signés par les deux souverains
relativement à la France. L'Empereur part aujourd'hui et Monseigneur
demain.»

Si le crédule et confiant Polignac s'était douté de la réalité, il ne
se serait pas hâté de chanter victoire. Le voyage du comte d'Artois
avait déplu à l'Empereur, et plus encore à ses ministres Kaunitz et
Cobenzl. Mal disposés pour la France, convaincus que les affaires de
la monarchie étaient désespérées, ils redoutaient la publicité qu'on
ne manquerait pas de donner aux bons procédés dont le comte d'Artois
venait d'être l'objet et l'effet qu'ils produiraient à Paris. Ils ne
voulaient pas, quelles que dussent être leurs résolutions, paraître
avoir agi à la requête des frères de Louis XVI et des émigrés. Ils
relevaient avec amertume ce qu'ils appelaient la légèreté du comte
d'Artois. Ils ne se montraient pas plus indulgents pour Calonne,
critiquaient son étourderie, son langage, ses manières, et loin d'être
prêts à agir, ainsi que le supposait Polignac, ils étaient toujours
décidés à ne rien céder aux demandes des princes, à se réserver pour
l'heure où le roi de France les adjurerait lui-même de le secourir.

Sybell prétend que, dans cette entrevue, le comte d'Artois, pour
pousser l'Empereur à ouvrir les hostilités, alla jusqu'à lui offrir la
Lorraine à titre de dédommagement. Il n'y a nulle part, dans les
documents connus a ce jour, la preuve formelle de cette offre, bien
que plus tard il ait été question d'une aliénation de territoire. Il
est au moins douteux qu'elle ait été faite, et certain que
l'Empereur, si elle fut faite, la repoussa, comme il repoussa les
nombreuses prières du comte d'Artois, bien que celui-ci se fût emporté
jusqu'à lui reprocher son implacable égoïsme.

Le 25 août, l'empereur Léopold et le roi de Prusse se rencontrèrent au
château de Pilnitz, résidence des souverains saxons près de Dresde. Le
comte d'Artois y vint de son côté le même jour, anxieux et inquiet. Il
savait, par le comte Eszterhazy, que les ministres autrichiens
regardaient l'affaiblissement de la France comme un grand avantage
pour la maison d'Autriche. Il redoutait les effets de leur mauvais
vouloir. Cependant l'accueil qu'il reçut ne révélait que bienveillance
et dispositions favorables. On affecta de l'associer à tous les
honneurs rendus aux deux souverains. Ils voulurent qu'aux fêtes
célébrées en son honneur, dîner, représentation, illuminations, feu
d'artifice, bal masqué, il eût sa place à leur côté. Le soir venu, ils
le retinrent au château, où il passa la nuit ainsi que le comte
d'Escars, tandis que les autres personnages de sa suite retournaient
coucher à Dresde. Mais, le lendemain, les difficultés commencèrent.

Au cours de ses entretiens avec l'Empereur et avec le roi, le comte
d'Artois finit par comprendre qu'il n'obtiendrait rien et que si
quelque décision était prise touchant la France, elle le serait sans
lui, en dehors de lui, avec le souci de l'écarter de toute action
ultérieure. Calonne, qui, de son côté, conférait avec les ministres,
ne fut pas plus heureux que son maître. Ceux du roi de Prusse
consentirent à l'entretenir officiellement; ceux de l'Empereur s'y
refusèrent, disant qu'ils n'avaient pas d'ordre.

Le lendemain seulement, eut lieu une réunion des souverains et de
leurs conseillers à laquelle furent admis le comte d'Artois et
Calonne. On devait y rédiger une convention tendant à rétablir la
monarchie française. Mais le projet de déclaration étant conçu en
termes ambigus et vagues, le comte d'Artois protesta. Calonne
s'indigna, exigea un langage plus net. Il fallait, disait-il, gagner
la confiance de Louis XVI et intimider ses oppresseurs. Il conseillait
un manifeste signé de tous les Bourbons, énumérant les empiétements de
l'Assemblée, annulant ses actes aussi bien que la sanction arrachée
au roi par la ruse et la violence; Monsieur serait Régent, annoncerait
à la nation une coalition européenne et rendrait les habitants de
Paris responsables sur leur vie de celle de Louis XVI. L'Autriche
reconnaîtrait le Régent en le saisissant des réclamations des princes
possessionnés en Alsace. Enfin, l'Empereur ferait entrer en France un
corps d'armée composé de ses propres troupes, de Prussiens, de
Piémontais, d'émigrés auxquels on joindrait des Suédois, ainsi que
plusieurs régiments qu'offrait de fournir le landgrave de
Hesse-Cassel, et dont la solde serait payée par Léopold.

Le caractère de ces projets, c'est qu'ils mettaient de côté le roi de
France et rétablissaient l'ancien régime. Ils furent écartés et non
sans humeur. Après avoir examiné et repoussé l'idée qu'émit Cobenzl de
réunir un Congrès à Aix-la-Chapelle, les négociateurs s'arrêtèrent à
l'opinion qu'on ne pouvait rien faire sans connaître celle de toutes
les cours. Finalement, on adopta le projet de déclaration qui venait
d'être discuté. Les deux souverains le signèrent malgré le dépit du
comte d'Artois vivement et hautement exprimé. Bien que ce document
soit connu, il convient de le citer ici. En voici les termes:

«Sa Majesté l'Empereur et Sa Majesté le roi de Prusse ayant entendu
les désirs et représentations de Monsieur et de M. le comte d'Artois,
se déclarent conjointement qu'Elles regardent la situation où se
trouve actuellement Sa Majesté le roi de France comme un objet d'un
intérêt commun à tous les souverains de l'Europe. Elles espèrent que
cet intérêt ne peut manquer d'être reconnu par les puissances dont le
secours est réclamé; qu'en conséquence, elles ne refuseront pas
d'employer conjointement avec Leurs dites Majestés, les moyens les
plus efficaces, relativement à leurs forces, pour mettre le roi de
France en état d'affermir dans la plus parfaite liberté les bases d'un
gouvernement monarchique également convenable au droit des souverains
et au bien-être de la nation française. Alors, et dans ce cas, Leurs
dites Majestés, l'Empereur et le roi de Prusse, sont résolues d'agir
promptement, d'un mutuel accord, avec les forces nécessaires pour
obtenir le but proposé et commun. En attendant, elles donneront à
leurs troupes les ordres convenables pour qu'elles soient à portée de
se mettre en activité.»

Ainsi, le comte d'Artois n'avait pu vaincre la résistance de
l'Autriche et de la Prusse. Ces deux puissances ne voulaient agir que
d'accord avec l'Europe. Pour établir cet accord, il fallait des
efforts et des délais qui reculaient indéfiniment la solution
souhaitée par les princes. Quelque insuffisante que fût cette
déclaration, et bien qu'elle n'engageât personne, il y eut, au moment
de signer, d'assez nombreuses hésitations parmi les signataires, tant
ils la jugeaient inutile et dangereuse.

--Voilà une cochonnerie qu'il faudra soutenir, dit l'un d'eux. Mais
comment et jusqu'à quel point?

Il est à remarquer que, malgré l'opinion dédaigneuse qu'en avaient
ceux qui venaient de la rédiger, en dépit de ce qu'en pensaient le
comte d'Artois et Calonne, la déclaration fut considérée en France et
parmi les émigrés comme une menace solennelle des puissances
étrangères contre la Révolution. En décrivant les colères et l'effroi
qu'elle déchaîna dans Paris, les historiens de ces jours terribles se
sont attachés, pour la plupart, à rechercher dans quelle mesure elle
contribua à provoquer de nouveaux excès. C'est aussi comme une menace
que l'interprétèrent les émigrés. Le bruit s'étant répandu qu'elle
n'avait été faite que par la volonté du roi de Prusse, elle eut pour
résultat d'accroître la faveur dont jouissait ce prince parmi les
royalistes. L'Émigration, dès ce moment, se porta sur Berlin,
convaincue qu'elle y serait mieux reçue qu'à Vienne. Quant aux hommes
politiques dont s'inspiraient ordinairement les princes, quand on leur
disait que la déclaration de Pilnitz était peu de chose, ils
objectaient que ce peu ne devait pas être dédaigné et valait mieux que
rien. Le 8 septembre, le marquis de Larouzière écrivait: «Le seul
moyen de porter en avant celui dont les circonstances ont fait
dépendre notre sort, était de lui ôter tout moyen de reculer. Si l'on
n'a pu fixer positivement l'époque de son activité, il paraît
cependant qu'il lui sera moins facile désormais de rester oisif et de
paralyser autrui.»

Le jour même où avait été signée la déclaration de Pilnitz, le comte
d'Artois prit congé de l'Empereur qui se rendait à Prague, et
accompagna le roi de Prusse jusqu'à Dresde. Il fit un court arrêt dans
cette ville après avoir vu ce prince partir pour Berlin. C'est là
qu'il prit une importante résolution et l'exécuta sur-le-champ en
envoyant le comte Eszterhazy à Saint-Pétersbourg. Eszterhazy était
chargé de faire connaître à l'Impératrice ce qui venait de se passer à
Pilnitz et de seconder les démarches confiées au baron de Bombelles,
en s'attachant à convaincre Catherine qu'elle était maintenant la
dernière ressource de la maison de Bourbon et des émigrés. En décidant
cette mission, en choisissant Eszterhazy pour l'accomplir, le comte
d'Artois obéissait aux conseils du prince de Nassau-Siegen qui était
venu le rejoindre à Dresde.

C'est une curieuse figure que celle de ce Nassau, dont les
extraordinaires hasards de ces temps agités faisaient ce jour-là et
devaient faire les années suivantes un des agents les plus actifs des
Bourbons émigrés. Tout entier à la cause des princes, son sang et sa
fortune, il leur offrait tout. Posé, calme, d'un extérieur extrêmement
noble et modeste, et tout de feu dans ses résolutions, il était né en
1745, dans le duché de Nassau. Sa grand'mère, Charlotte de
Mailly-Nesle, avait été célèbre par ses aventures. Du vivant de son
mari, le duc Emmanuel-Ignace de Nassau, il lui était né un fils dont
elle ne révéla l'existence que lorsqu'elle fut veuve. Il se nommait
Maximilien. Le Conseil aulique de Vienne refusa de le reconnaître
comme légitime. Il se maria, et eut un fils qui, plus heureux que sa
grand'mère, obtint du Parlement de Paris la déclaration de légitimité
de son père. C'était le personnage dont il est question ici, Othon de
Nassau-Siegen. Il eut une vie très agitée, fit le tour du monde avec
Bougainville, fut officier au service de France et d'Espagne et
finalement amiral en Russie, où il obtint la faveur de Catherine.
Envoyé par elle auprès des princes, il se fit leur champion et les
servit avec dévouement. Il mourut en 1809. Lauzun, le prince de Ligne,
Mme Vigée-Lebrun parlent de lui dans leurs Mémoires.

Témoin et confident de l'échec que venaient de subir le comte d'Artois
et Calonne, il les avait poussés à expédier à l'Impératrice quelqu'un
qui marquât un peu et qui fût en état d'obtenir d'elle, en même temps
que des secours personnels pour les frères du roi de France, qu'elle
exerçât son influence à l'effet de déterminer les souverains à se
coaliser. C'est ainsi que le comte Eszterhazy, dont le nom était connu
à Saint-Pétersbourg, avait été désigné pour aller unir ses efforts à
ceux de Bombelles ou même se substituer à celui-ci, s'il était reconnu
au-dessous de la tâche en vue de laquelle il était envoyé. Après son
départ, le comte d'Artois prit la route de Coblentz, où l'attendait,
impatient et anxieux, Monsieur, comte de Provence. Une fois réunis,
les deux frères, quoique déçus dans leurs espérances par les termes
d'une déclaration qui subordonnait l'action militaire qu'ils
souhaitaient à l'accord préalable des puissances, étudièrent les
moyens de tirer parti de l'entrevue de Pilnitz. Le résultat de leur
étude et de leurs méditations fut une lettre publique adressée à Louis
XVI, que le comte d'Artois et Calonne s'étaient chargés de rédiger et
qui révélait la plus imprudente exaltation. Dans ce manifeste, ils
feignaient de croire que le roi n'avait pas accepté librement la
Constitution et que son adhésion avait été extorquée. Partant de là,
ils se mettaient en révolte contre ses ordres, annulant les
nominations faites dans l'armée depuis le 14 juillet 1789, ainsi que
les décisions émanées de l'autorité royale. Quant à la déclaration de
Pilnitz, ils étaient parvenus, en la dénaturant, à la transformer en
une déclaration de guerre, destinée à produire des effets immédiats.

Comme ils venaient d'expédier cette lettre, ils en recevaient une de
l'Empereur les avertissant que s'ils tenaient un langage contraire aux
accords conclus entre l'Autriche et la Prusse, il se verrait forcé de
les démentir. Dans les dispositions où se trouvaient les princes, ce
dur avertissement ne pouvait que les déconcerter, en leur prouvant une
fois de plus que les puissances, sans lesquelles ils ne pouvaient
rien, entendaient paralyser leurs efforts et entraver leur volonté.
Ils étaient encore sous le coup de la missive impériale, quand le
baron de Bombelles, qu'ils n'attendaient pas de sitôt, arriva à
Schonbornlurst. En réponse aux requêtes qu'on l'avait chargé de
présenter, Catherine le renvoyait aux princes porteur d'une somme de
deux millions de francs qu'elle leur offrait à titre d'avance, pour
faciliter l'exécution de leurs projets. Dans sa lettre datée du 1er
octobre, elle leur disait:

«Comment refuser de vous assister encore, lorsque vous me dites
qu'avec ce secours vous délivrerez votre patrie de ses oppresseurs?
Mais aussi, c'est une condition que l'Europe entière attend de vous.»

En même temps, elle écrivait à Nassau, à qui elle communiquait les
motifs d'ordre intérieur qui ne lui permettaient pas «d'entrer, dès ce
moment, avec activité dans les affaires de France». Mais elle
promettait d'aviser au moyen «d'être de la partie» au printemps
suivant.

Ce langage et deux millions, c'était plus qu'il n'en fallait pour
consoler les princes du mauvais vouloir de l'empereur Léopold. Ils se
consolèrent, en effet, enthousiasmés par les favorables dispositions
de l'Impératrice, assurés que le comte Eszterhazy saurait en tirer
parti et qu'ils en auraient le profit dans un prochain avenir. Ils y
puisèrent aussi la ferme volonté de ne pas plus tenir compte des
ordres et des désirs de leur frère que s'il n'existait pas. Une lettre
du comte de Provence écrite au roi vers ce temps traduit sous une
forme saisissante leurs sentiments:

«Mon frère, je vous ai écrit; mais c'était par la poste et je n'ai
rien pu vous dire. Nous sommes ici deux qui n'en font qu'un: mêmes
sentiments, mêmes principes, même ardeur pour vous servir ... Si l'on
nous parle de la part de ces gens-là (le parti constitutionnel), nous
n'écouterons rien; si c'est de la vôtre, nous écouterons, mais nous
irons droit notre chemin; ainsi, si l'on veut que vous nous fassiez
dire quelque chose, ne vous gênez pas. Soyez tranquille sur votre
sûreté, ... nous n'existons que pour vous servir; nous y travaillons
avec ardeur et tout va bien. Nos ennemis mêmes ont trop d'intérêt à
votre conservation pour commettre un crime inutile et qui achèverait
de les perdre.»

Cette lettre est abominable. Elle résume toutes les haines, tous les
préjugés, toutes les exigences des émigrés. Pour que leur cause
triomphe, ce n'est pas trop de la tête du roi. Ils sont prêts à la
sacrifier si leur victoire est à ce prix. Aussi, combien légitime et
fondée, cette accusation de Marie-Antoinette écrivant à Mercy: «Vous
connaissez par vous-même les mauvais propos et les mauvaises
intentions des émigrants. Les lâches, après nous avoir abandonnés,
veulent exiger que seuls nous nous exposions et seuls nous servions
leurs intérêts. Je n'accuse pas les frères du roi ..., mais ils sont
entourés par des ambitieux qui les perdront après nous avoir perdus
les premiers.»

Quand Louis XVI, au mois de septembre 1791, écrit officiellement à ses
frères pour les inviter à revenir auprès de lui, ils lui déclarent
qu'ils n'obéiront pas. Si violente est leur réponse rendue publique
que la famille royale prisonnière aux Tuileries en est réduite à
confesser que les princes la conduisent à la mort. La reine en larmes
s'écrie en parlant de Monsieur:

--Caïn! Caïn!

Le roi essaie de réparer les effets de la conduite de ses frères. Il
leur envoie un de ses plus dévoués serviteurs, le baron de Goguelat,
pour leur rappeler qu'ils doivent cesser de susciter des ennemis à la
France, rentrer dans le royaume et reprendre leur place auprès du
trône. Goguelat arrive un soir à Coblentz. Il est conduit auprès des
princes par le marquis de Bouillé. La petite cour de Coblentz
ressemble à celle d'un puissant monarque «par l'appareil des gardes,
des officiers de toutes armes et des nombreux domestiques dont elle
est remplie». Toute cette foule est dans l'enthousiasme sur la
nouvelle qu'un Congrès va se réunir à Aix-la-Chapelle, que les
puissances accréditent des ambassadeurs auprès des princes, et que la
contre-révolution va triompher. Goguelat est reçu par Monsieur, lui
remet les lettres dont il est porteur et accomplit sa mission.

--Le roi ignore ce qui se passe, répond Monsieur. Qu'il se
tranquillise, nous lui répondrons officiellement. Quant à vous, je me
flatte qu'après mûre réflexion, vous ne demanderez pas mieux que
d'être des nôtres.

--Monseigneur, Votre Altesse me pardonnera; mais j'ai pris envers
Leurs Majestés l'engagement de leur apporter votre réponse.

Et Monsieur réplique d'un ton glacial:

--En ce cas, je viens de vous la faire, et rien ne s'oppose plus à
votre retour.

C'est ainsi que les princes reçoivent les envoyés du roi et se
montrent empressés à suivre ses ordres. Quelquefois, dans ces
incidents d'un caractère si dramatique, au-dessus desquels on sent
passer un vent de mort, l'esprit caustique de Monsieur jette un trait
ironique, puéril et prétentieux. Le 6 décembre 1791, ce prince reçoit
de Paris une missive importante:

«Louis-Joseph-Stanislas-Xavier, prince français, lui est-il dit,
l'Assemblée nationale vous requiert, en vertu de la Constitution
française, titre III, chapitre II, section III, article 2, de rentrer
dans le royaume dans le délai de deux mois, à compter de ce jour,
faute de quoi et à l'expiration dudit délai, vous perdrez votre droit
éventuel à la régence.»

À cet ordre, Monsieur répond en le parodiant: «Gens de l'Assemblée
française se disant nationale, la saine raison vous requiert, en vertu
du titre Ier, chapitre I, section I, article 1 des lois
imprescriptibles du sens commun, de rentrer en vous-mêmes dans le
délai de deux mois, à compter de ce jour, faute de quoi, après
l'expiration dudit délai, vous serez censés avoir abdiqué votre droit
à la qualité d'êtres raisonnables et ne serez plus considérés que
comme des fous enragés, dignes des Petites-Maisons.»

Voilà comment on traite des affaires si graves; voilà comment on
bafoue le gouvernement de la France, sans songer que la famille royale
est en otage entre ses mains et que c'est à elle que la Révolution
fera expier ces plaisanteries outrageantes.


III

UNE COUR D'EXILÉS

À Coblentz, les princes sont installés au château de Schonbornlurst.
Cette résidence que leur a offerte l'électeur est vaste, luxueusement
meublée. Ils y vivent avec leur petite cour, le prince de
Nassau-Siegen, Calonne, le maréchal de camp baron de Flachslanden,
ancien député aux États généraux, qui leur est venu, envoyé par le roi
et n'a plus voulu les quitter, ce qui l'a fait tomber en disgrâce aux
Tuileries; Conzié, évêque d'Arras, le maréchal de Broglie, à qui a été
confiée l'organisation de l'armée des princes; le marquis de Jaucourt,
le comte de Vaudreuil, qui forment le conseil de gouvernement. Madame,
femme du comte de Provence, occupe une partie du château. Les deux
frères se sont partagé le reste. Avec lui le comte d'Artois a ses
fils, le duc d'Angoulême et le duc de Berry, que le comte de Sérent,
leur gouverneur, lui a amenés. Leur mère est restée à Turin.

Le conseil se réunit tous les jours. Fréquemment, le baron de
Duminique, premier ministre de l'électorat, vient prendre part aux
délibérations que préside Monsieur. On tient ce personnage pour un
homme de ressource. On le sait non moins dévoué que son maître à la
cause royale, ce qui ne le sauvera pas des plus acerbes accusations
quand, à quelques mois de là, effrayé par les menaces de la France, il
poussera l'Électeur à renvoyer les émigrés. Lorsque Catherine
accrédite auprès des princes, à titre d'envoyé, le comte de Romanzof;
lorsque le roi de Suède envoie auprès d'eux, en la même qualité, le
comte d'Oxenstiern, on les admet l'un et l'autre au conseil pour faire
honneur à leur souverain. On y admet aussi le chevalier de Bray[22],
qui est venu renouveler à Coblentz, au nom des Français engagés dans
l'Ordre de Malte, les offres apportées naguère à Turin par le
chevalier de Ligondès. En revanche, le comte de Vergennes n'est jamais
appelé. Il est ministre du roi de France près de l'Électeur. Cela
suffit pour que, quoique passionnément attaché aux princes, il soit
tenu en suspicion, mis à l'écart et laissé dans l'ignorance des
projets qu'on discute.

         [Note 22: Il existe de lui des notes manuscrites que j'ai
         utilement consultées.]

C'est d'ailleurs le sort de presque tous les ambassadeurs et ministres
du roi, accrédités auprès des gouvernements étrangers. Genêt à
Saint-Pétersbourg, Chauvelin à Londres, Noailles à Vienne, Ségur à
Berlin, Mackau à Naples, le chevalier de Gaussin à Stockholm, sont
frappés de suspicion par le gouvernement de Coblentz. Les frères du
roi leur dissimulent tant qu'ils peuvent leurs démarches auprès des
cours; ils ne font d'exception que pour le cardinal de Bernis, qui
représente la France à Rome, et pour le duc de La Vauguyon,
ambassadeur royal à Madrid, qui leur sont tout dévoués. Contre
quelques-uns de ces diplomates, la suspicion est légitime. Genêt et
Noailles, conviction ou crainte d'être compromis à Paris, se montrent
peu complaisants pour les émigrés. Chauvelin, jaloux de gagner les
bonnes grâces de son gouvernement, a poussé la platitude à l'excès. Le
17 octobre 1792, après la chute de la royauté, il écrit à son
ministre: «J'ai senti combien ma mission avait été agrandie par
l'avantage de n'être plus l'organe des intentions douteuses d'un roi
au nom seul duquel je pouvais parler et que je retrouvais toujours
entre moi et la nation, que seule je voulais servir.» Cette palinodie
ne lui conservera pas son poste. Le gouvernement anglais, en apprenant
la mort du roi, invitera l'ambassadeur, comme l'a fait Catherine
envers Genêt, à quitter le territoire britannique.

On s'explique donc que les princes n'éprouvent que défiance pour des
hommes si peu sûrs. Mais, en ce qui touche Vergennes, cette défaveur
n'est pas méritée. Elle constitue même une injustice, car, quoique
encore en place, il partage les griefs et les espérances des émigrés,
se fait leur complice en affirmant à Paris qu'à Coblentz, on ne
conspire pas, «bien que sept à huit cents officiers autour des princes
puissent faire croire le contraire». Sa disgrâce dure jusqu'au jour où
son gouvernement le révoque et lui donne Sainte-Croix pour successeur.
Ce jour-là seulement, Vergennes recouvre auprès des princes son crédit
perdu.

Dans le conseil, sont discutées les questions politiques,
l'organisation militaire, les démarches à faire auprès des souverains,
les lettres pour le roi, les marchés à passer, les emprunts à
contracter. Là sont nommés les représentants que, faisant acte de
souveraineté, les princes, au mépris des ordres de leur frère,
accréditent dans les diverses capitales. À la fin de 1791, sont
chargés de leurs intérêts, le duc de Polignac à Vienne, le comte
Eszterhazy à Saint-Pétersbourg, le duc d'Havré à Madrid, le cardinal
de Bernis à Rome, le baron de Roll à Berlin, le baron d'Escars à
Stockholm, le baron de Talleyrand à Naples, le marquis de Sérent à
Turin, le baron de Castelnau à Berne, le marquis de Larouzière à
Ratisbonne, le marquis de La Queuille à Bruxelles. Ce sont là les
diplomates de l'émigration, les uns très habiles, les autres
incapables, tous assez dévoués pour supporter en silence les avanies
auxquelles les expose la fausseté de leur situation, les gouvernements
se refusant à entretenir des relations officielles avec eux.

En même temps, les princes ont à compter avec une multitude d'agents
secrets, gentilshommes ou plébéiens, qu'ils emploient, les uns hors de
France, les autres en France, et dont le nombre, avec les années, va
se multiplier. En Savoie, le comte de Narbonne-Fritzlar, le bailli de
Villefranche, le comte de Bussy forment des compagnies destinées à
grossir l'armée des princes et celle de Condé. Ils reçoivent les
officiers et soldats émigrés, leur offrent de les garder dans le corps
qu'ils commandent ou de les envoyer à Coblentz ou à Worms. Le comte
Thomas de Conway, d'origine irlandaise, maréchal de camp au service de
la France et ancien gouverneur de nos possessions des Indes, réside
aussi à Chambéry. Il est chargé des affaires du Midi et plus
spécialement, de l'insurrection du Vivarais. Elle se prépare, et la
première réunion du camp de Jalès en a été le prologue, Conway est
secondé par le comte de Saillans, l'abbé de Siran, l'abbé de La
Bastide de La Molette, les frères Allier, les frères Froment, d'autres
encore qui vont et viennent au péril de leur vie entre les pays
étrangers et les contrées dans lesquelles ils opèrent au nom des
princes. L'un des Froment est en outre employé en Espagne, un autre à
Rome. Imbert-Colomés, maire de Lyon, est aussi un agent royal. Le
comte d'Antraigues, ancien député aux États généraux, s'est installé à
Venise. Avec le concours de l'ambassadeur espagnol Las Casas, il
seconde les soulèvements méridionaux; il cherche à leur assurer la
faveur et l'appui du gouvernement de Madrid.

Dans ce groupe innombrable de partisans qui, par dévouement à la cause
royale, par ambition ou goût des aventures, se prodiguent pour les
princes, figurent encore le marquis de Bésignan, le baron de
Saint-Christol, le marquis de Surville, le chevalier de Lamothe. Plus
tard, il se grossira de chefs vendéens et d'une multitude d'hommes
moins héroïques et moins désintéressés, les uns, négociateurs louches
et agitateurs véreux, tels que Fauche-Borel, Montgaillard, Fontbrune,
La Maisonfort; les autres, chefs de bande dont l'histoire, qui peut à
peine les nommer, ne saurait, faute de documents, reconstituer les
actes.

À citer encore les agents de Paris: Despomelles, Le Maître, l'abbé
Brotier, Sourdat, La Villeheurnoy, Duverne de Praile. Ceux-là sont
entrés en fonctions dès le commencement de 1791. L'ambassadeur
d'Espagne à Paris, prévoyant le moment où les événements l'obligeront
à quitter la France, les a groupés avec l'aide de d'Antraigues et
chargés en son lieu et place, quand il sera parti, d'informer la cour
de Madrid de ce qui se passe à Paris. Ils sont en possession de la
confiance de Louis XVI. Leurs correspondances sont envoyées à Venise,
où le facteur de l'ambassade espagnole va les retirer à la poste, les
porte à d'Antraigues qui les met en état d'être envoyées à Madrid et
communiquées en même temps aux princes, frères du roi.

L'agence de Paris prendra, avec le temps, une influence décisive sur
les affaires de l'émigration. Elle l'exercera jusqu'au jour où le
Directoire surprendra son existence et procédera à l'arrestation de
ses membres. Cette influence contribuera à accroître les divisions des
émigrés. Lorsque le comte de Provence se sera séparé du comte
d'Artois, l'agence restera fidèle au premier qui, d'ailleurs, est
devenu le roi, et s'attachera à contrecarrer les projets du second.
Si, lorsqu'en 1795 l'expédition de Quiberon s'organise, Charette
refuse de seconder la tentative de Puisaye, c'est que les agents de
Paris se sont entremis pour empêcher un succès qui favoriserait le
comte d'Artois au détriment de son frère. Jusqu'à la fin de
l'émigration, d'autres agences se formeront à l'exemple de celle de
Paris; à Paris même, celle-ci, après avoir disparu, sera peu ou prou
remplacée; toutes offriront le plus singulier mélange de braves gens
et de coquins, d'hommes intrépides et de lâches, de politiques habiles
et de cerveaux extravagants.

Il s'en faut qu'en 1791, les princes aient mis encore en mouvement
tout ce personnel. Pour qu'il se développe, se complète et s'étende,
il faut le temps, les événements, les circonstances. Mais tel qu'il
existe à cette époque, c'est Calonne qui le dirige. Inspirateur des
princes, il conseille en leur nom, ordonne, morigène au besoin. Il
s'est emparé de tous les pouvoirs, s'impose à Monsieur qui n'a qu'une
demi-confiance en lui, mène par le bout du nez le comte d'Artois, qui
ne voit que par ses yeux et n'entend que par ses oreilles. Grâce à la
faiblesse des uns, à la crédulité des autres, Calonne est le grand
maître de Coblentz, ministre de la guerre, ministre des affaires
étrangères, ministre de la justice.

Tout lui obéit, l'Électeur lui-même et le baron de Duminique, auxquels
il se substitue dans le gouvernement de la principauté. Peu à peu, ils
ont abdiqué leur puissance entre ses mains. Prince ecclésiastique,
l'Électeur déteste le gouvernement qui a ruiné le clergé et donné à
l'Europe de funestes exemples. Les émigrés s'étant déclarés les
défenseurs de la religion catholique, cela suffit pour le captiver,
pour le rassurer contre les effets du mécontentement de ses sujets
qu'épouvante la présence de ces étrangers, dont les intrigues les
désignent aux colères de la France.

Calonne nomme à tous les emplois. Il tient une volumineuse
correspondance avec le dehors et le dedans. Il reçoit les rapports que
des royalistes ardents adressent de Paris ou du fond des provinces.
Présomptueux à l'excès, il ne croit qu'à ce qui s'accorde avec ses
désirs et ses espérances. Quiconque en arrivant à Coblentz veut être
employé doit s'adresser à lui, se faire bien venir de lui. Sa
protection tient lieu de tous les mérites à ceux sur qui elle tombe.
Seule, elle est efficace, comme seul aussi est tout-puissant le parti
de ses créatures. Parmi les émigrés, on en juge ainsi. On sait que les
princes ne s'aiment pas, qu'ils se dénigrent dans leur société
particulière; que Calonne est l'homme du comte d'Artois, Jaucourt,
l'homme de Monsieur, que tous deux, par leurs propos, aggravent et
accentuent les dissentiments non avoués qui existent entre les frères
du roi. Mais on sait aussi que Jaucourt est sans crédit, que seul
Calonne a le pouvoir. Devant lui, le vieux maréchal de Broglie,
lui-même, courbe la tête, ce qui fait qu'on le raille dans les salons
de Coblentz.

À côté de Calonne, les hommes influents sont les deux Vaudreuil, le
comte, membre du conseil, et son cousin le marquis, qui tombe un jour
à Coblentz venant de Paris et déclare partout que Louis XVI, malgré
les apparences contraires, approuve la conduite de ses frères. C'est
aussi le duc de Gramont, chargé, avec le maréchal de Broglie, de
l'organisation de l'armée. L'évêque d'Arras, duquel le duc de Lévis
dira plus tard «qu'il n'a fait que du mal à son parti», jouit
également d'une grande influence. Le baron de Flachslanden, à qui est
confiée une partie de la correspondance diplomatique, n'est qu'un
premier commis. Il obéit à Calonne, dont la confiance seule lui donne
un peu de prestige, après lui avoir fait perdre celle des Tuileries.

Dans les circonstances critiques, quand les délibérations du conseil
doivent porter sur quelque objet d'importance, on appelle Condé. Condé
est à Worms, logé au palais de l'Électeur, avec son fils et son
petit-fils. Sa fille, la princesse Louise de Bourbon, sa maîtresse, la
princesse de Monaco, sont logées aux entours de la ville, à portée de
son camp. Il vient fréquemment à Coblentz pour quémander des secours
ou apporter des avis. Dans l'entourage de Monsieur et du comte
d'Artois, on le tient pour peu confiant et même dissimulé. On raconte
que, lorsqu'il écrit une lettre importante, il en trace lui-même, de
sa main, le brouillon, et en distribue ensuite les morceaux à quatre
ou cinq secrétaires qui les recopient séparément, sans savoir ce qui
précède ou ce qui va suivre. Mais, en sa qualité de prince du sang, la
conformité de ses vues avec celles des frères du roi fortifie
l'autorité de ceux-ci. En résumé, on compte dans Coblentz trois
partis: celui de Monsieur, celui du comte d'Artois, celui de Condé.

C'est le second qui, par Calonne, dirige tout, est maître de tout. Sur
les conseils de Calonne, les princes font revivre le cérémonial de la
cour de France, réorganisent la maison du Roi, rétablissent les
grandes charges, les pages, les mousquetaires, les chevau-légers, les
grenadiers à cheval, les gendarmes, les chevaliers de la Couronne, la
compagnie de Saint-Louis, celle des gardes de la porte. Les uniformes
sont éclatants. Les gentilshommes qui composent le guet des Gardes
sont montés sur des chevaux à courte queue. Ils portent un costume
vert, avec parements, revers et collet cramoisi, galonnés en argent.
Le marquis du Hallay, le comte de Montboissier, le vicomte de Virieu,
le marquis d'Autichamp, le comte de Bussy, le marquis de Vergennes
sont à la tête de ces corps d'élite. Le comte d'Avaray et le comte de
Damas commandent la maison militaire de Monsieur; le bailli de Crussol
et le comte François d'Escars, celle du comte d'Artois. Au fur et à
mesure que ces compagnies se constituent, elles sont mises avec
solennité en possession du service qui leur est dévolu. Les princes,
entourés de ce que Coblentz renferme de plus brillant, leur présentent
les officiers qui doivent les commander. L'armée des princes, celle de
Condé, sont formées dans les mêmes conditions.

Quant aux soldats, on les recrute un peu partout, comme on peut, à
Paris même sous les yeux des clubs et de l'Assemblée nationale. À
quiconque veut s'enrôler à Coblentz, le rédacteur de _la Gazette de
Paris_ offre une prime de soixante livres. Les volontaires sont
d'abord dirigés sur Metz où ils trouvent à l'_Hôtel du Faisan_ les
moyens de gagner Coblentz, Worms ou Mannheim. De Paris en Lorraine, on
rencontre à chaque pas des déserteurs qui émigrent et ne cherchent pas
à le cacher. Leur audace oblige à des mesures de rigueur; des ordres
sont donnés pour leur barrer la route. Mais le plus souvent, ils
parviennent à les déjouer et à passer la frontière.

Aucun émigré en état de porter les armes ne peut séjourner à Coblentz,
s'il ne se fait inscrire chez le duc de Gramont, en sollicitant un
emploi militaire. Il en est de même à Worms, où le marquis de
Bouthillier, major-général, reçoit les engagements. Dans ces deux
villes, on compte jusqu'à vingt mille hommes enrôlés ou prêts à
s'enrôler. Le malheur est que tout le monde veut être officier et
personne soldat, bien que les volontaires touchent quarante-cinq
livres par mois dans l'infanterie, soixante-quinze dans la cavalerie,
et que l'on accorde en supplément aux plus pauvres la solde abandonnée
par les plus riches. Si l'on cédait à toutes les ambitions, il n'y
aurait que des états-majors.

Calonne imagine alors de mettre en vente les grades, et de débiter à
haut prix les brevets. Il en résulte autour des princes des mesquines
jalousies, des basses intrigues, des critiques véhémentes. On accuse
Calonne de dépouiller les serviteurs du roi, de repousser les
dévouements qui viennent s'offrir, témoins ces gentilshommes réfugiés
à Berne, qui demandent des armes et du pain, et qu'on renvoie, parce
qu'ils ne peuvent payer les emplois qu'ils sollicitent.

Bientôt ces armées si brillamment organisées cessent de recevoir leur
solde. Les princes, à bout de ressources, se trouvent impuissants à
leur épargner les angoisses de la misère. L'Électeur de Trêves se voit
contraint de faire distribuer aux corps cantonnés sur son territoire
des rations de pain et de viande. Les infortunés qu'on a leurrés de
l'espoir d'une marche prochaine vers la France, piétinent sur place,
campés dans la boue, sous le froid et la pluie, mal nourris, mal
vêtus, mal chaussés. On leur fait prendre patience en leur annonçant
des subsides de l'Impératrice de Russie. Mais quand ces subsides
arrivent, l'emploi en est déjà réglé. L'entretien de la maison des
princes et de leurs représentants à l'étranger en absorbe la plus
grande part.

Au camp de Worms, la détresse est encore plus affreuse. À la fin de
1791, au commencement de 1792, lorsque, à la requête de la France, les
soldats de Condé sont obligés de s'éloigner, on les voit, par le plus
rude hiver, errer dans les margraviats de Bade et dans le Brisgau,
repoussés de partout, en proie à de si cruels supplices, que plusieurs
cherchent dans une mort volontaire la délivrance. Condé écrit à
Calonne lettres sur lettres, demande du secours, se plaint d'être
oublié. Et Calonne de répondre «au cher Josias»--c'est le nom qu'il
donne au prince--pour lui exposer que lui-même est sans le sou, et
pour l'exhorter à la patience, comme si l'on pouvait patienter quand
le pain manque. Cette accumulation de troupes, leur infortune, leur
inaction engendrent bientôt l'indiscipline. Il faut créer une police,
interdire le jeu, disperser les réunions bruyantes, réprimer les
propos calomnieux. Près de deux cents gentilshommes sont chassés de
l'armée ou enfermés dans la forteresse de la Chartreuse et dans les
prisons de Coblentz. On dirait que la Bastille n'a été détruite à
Paris que pour être rebâtie aux bords du Rhin. Seulement ici, c'est
l'Électeur de Trêves qui délivre les lettres de cachet, à la requête
de Calonne, presque sur son ordre.

À Coblentz, la politique est brûlante, acerbe, agressive. Elle tient
ses assises au café des Trois-Couronnes, où vient pérorer chaque jour
Suleau, le journaliste de l'émigration, l'éditeur du journal des
princes[23], l'oracle des exaltés. Là, dans le bruit des conversations
et des querelles, il récite les articles qu'il publiera bientôt dans
sa gazette, articles que Calonne est obligé de désavouer, tant sont
ardentes et violentes les diatribes qu'ils fulminent contre les
gouvernements qui tardent à porter secours. Les propos du fougueux
pamphlétaire trouvent de l'écho parmi ses auditeurs. Ceux-ci discutent
les chances de la République. Ils sont convaincus que le premier coup
de canon emportera ce régime abhorré, ouvrira aux émigrés la route de
Paris. Ils ne parlent que de partages et de vengeances. Ils
constitueront un ministère, et se feront restituer leurs antiques
privilèges. Dans les paroles éclate le mépris des nobles entre eux,
l'hostilité sourde de la noblesse de province contre la noblesse de
Versailles, des émigrés courtisans contre les émigrés soldats, et
par-dessus tout, la haine de Coblentz pour les royalistes modérés, les
monarchiens, comme on les appelle, qu'on enveloppe dans la même
animadversion que les jacobiens. On se répand en atroces calomnies sur
eux, sur le roi, sur la reine, sur les personnages de l'entourage des
princes. Le roi a osé se plaindre de ce que ses frères agissent sans
son aveu, ne tiennent aucun compte des dangers qu'il court, et
cherchent à organiser une régence. La reine a dit qu'elle aimait mieux
être la mère d'un roi constitutionnel que la femme d'un roi pourvu
d'une tutelle. Ces propos leur sont imputés à crime. On leur reproche
de considérer les succès possibles des émigrés comme des chaînes
qu'une fois rétabli sur son trône, Louis XVI ne pourrait secouer.
Crimes aussi sa condescendance envers l'Assemblée nationale, son
dessein d'adhérer à la Constitution que celle-ci vient d'édicter;
crimes enfin, les ordres qu'il envoie aux princes, et dont ceux-ci ne
tiennent aucun compte.

         [Note 23: _Journal de M. Suleau_, rédigé à Coblentz, dédié à
         toutes les puissances. À Neuwied sur le Rhin et à Paris,
         1791.]

On comprend dans les mêmes anathèmes ceux qui veulent deux Chambres,
un roi sans pouvoir, un gouvernement comme en Angleterre. Les auteurs
de ces violences ne s'entendent que pour conspuer la Constitution. Dès
qu'il s'agit d'étudier un autre système, ils se divisent et justifient
le mot de Mercy: «Pour juger sainement les affaires françaises, il ne
faut prêter l'oreille à aucun parti, parce qu'ils sont tous aveuglés
par leur intérêt ou leurs passions ... Leur plus grand défaut, c'est
d'être dans un état de dissolution politique; ils sont plus exagérés
et plus absurdes que les jacobins.»

L'Empereur, le roi de Prusse, Monsieur, ont leur part dans les amères
critiques dont les espions de Paris recueillent les échos. Les émigrés
accusent, non sans raison, l'Empereur de vouloir les perdre: «Il ne
serait pas fâché de trouver un prétexte pour démembrer la France, en
poussant l'anarchie à son comble.» Au roi de Prusse, ils reprochent de
se laisser approcher par des hommes séduisants et dangereux, ces
monarchiens aussi criminels que les démagogues; à Monsieur, ses
irrésolutions, celles de ses partisans, leur déférence pour les idées
des Tuileries. Jaucourt, le partisan passionné de Monsieur, est pris à
partie. Parce qu'il ne partage pas toutes les idées de Calonne, un
gentilhomme corse lui jette au visage qu'il n'est qu'un espion aux
gages de Paris, et s'attire, par cette algarade, une rigoureuse mise
aux arrêts.

C'est encore au café des Trois-Couronnes que s'alimente la chronique
scandaleuse. Si l'on exalte Calonne, c'est pour dénigrer Breteuil. On
attaque celui-ci jusque dans sa vie privée. On commente la liaison de
sa fille, Mme de Matignon, avec d'Agoult, l'évêque de Pamiers; la
sienne, avec la soeur du même évêque, le tout émaillé de détails
abominables.

Pour être moins bruyants, les propos des salons ne révèlent pas plus
de bienveillance. On se réunit chez Mme de Calonne, qui donne des
«petits dîners charmants», nous dit le chevalier de Bray, envoyé de
l'Ordre de Malle, en sortant, le 25 novembre 1791, de chez Calonne où
il a dîné en très aimable et très noble compagnie; chez Mme de Caylus;
chez Mme d'Autichamp; chez Mme de Marsac, qui ne reçoit que des
hommes, ailleurs encore. Chaque jour, ce sont fins repas, thés,
concerts, voire représentations, tout comme à Paris. Les personnages
admis à ces réunions sont triés sur le volet. Mais l'éclat de leur
nom et de leur rang ne les rend pas plus raisonnables que le commun
des émigrés. Ils ont les mêmes préjugés, se leurrent des mêmes
espérances, nourrissent les mêmes haines. Ils ne diffèrent d'eux que
dans l'expression de leurs sentiments.

En tous ces endroits on ne fait pas l'opinion; on la subit. Elle
arrive toute faite de chez Mme de Balbi, la préférée de Monsieur; de
chez Mme de Polastron, la favorite du comte d'Artois; ou enfin de chez
la princesse de Monaco, l'ancienne et toujours amie du prince de
Condé. On peut dire d'elles qu'elles sont les trois reines de
l'émigration. Louise de Polastron, née de Lussan d'Esparbès, est une
jeune femme douce, simple, modeste, fuyant l'intrigue et aimant
sincèrement le comte d'Artois qui le lui rend bien. Sous un visage
dont le regard forme la principale beauté, elle cache une âme de feu.
Livrée à elle-même, elle ne serait qu'une charmeuse. Mais son
entourage l'excite contre Mme de Balbi qui la jalouse. La rivalité des
deux maîtresses devient bientôt une des préoccupations des émigrés.

Mme de Balbi a trente-huit ans. Elle est fille du marquis de Caumont
La Force, femme d'un riche Génois, devenu fou, et qu'elle a quitté
pour ce motif en juillet 1780. Elle est dame d'atours de la comtesse
de Provence, depuis la retraite de la duchesse de Lesparre, dont la
survivance lui avait été accordée par Monsieur, et qui donna sa
démission à ce propos. On dit qu'elle n'est pour ce prince qu'une
amante platonique, et que ses faveurs appartiennent au beau Jaucourt,
un homme à femmes, celui-là dont la main mutilée rappelle l'héroïsme
avec lequel il se coupa deux doigts pour sauver l'honneur et la vie de
la comtesse de Châtre. Au contraire de Louise de Polastron, Mme de
Balbi est intrigante, ambitieuse, avide, mêlée à tout, appliquée à se
mêler de tout. Dans le monde qui vit autour d'elle, un homme l'a
devinée. C'est le comte de Romanzof, envoyé de Catherine dans le
cercle du Haut-Rhin, et qu'elle a chargé de la représenter auprès des
princes. Il a compris quel parti il pourrait tirer de cette favorite,
quelle influence il pourrait exercer grâce à elle. Il en a fait son
amie, et lui doit, non moins qu'au prestige de sa souveraine, de
devenir l'homme le plus puissant de l'émigration en Allemagne. «Son
hôtel ne désemplit pas; sa présence est une consolation et un secours
en même temps qu'elle en impose aux autres puissances.» C'est le
chevalier de Bray qui le constate, plus indulgent pour elle que ne
l'est le comte de Woronzow, ambassadeur russe à Londres, qui la
considère comme une «impertinente intrigante».

La princesse de Monaco est une Brignole. Elle a conservé, malgré son
âge, les restes de la plus magnifique beauté. Elle est auprès de Condé
depuis vingt-deux ans. À la suite d'un duel et d'un procès scandaleux,
elle ne l'a plus quitté. Ils ont mis en commun leurs deux existences.
Elle le rejoint dans ses quartiers d'hiver. On dit qu'il l'a
épousée[24]. Femme légitime ou non, elle est pour lui une compagne
dévouée et tendre. Elle l'aide de ses revenus; quand ils sont épuisés,
elle vend ses diamants, se sacrifiant à ce point que le duc d'Enghien,
qui d'abord la voyait avec défiance, finit par concevoir pour elle une
filiale affection.

         [Note 24: Tout porte à croire que le mariage n'eut lieu que
         le 19 décembre 1798. C'est la date donnée par l'almanach de
         Gotha de 1800. Celui de 1799 avait signalé déjà le fait, mais
         sans indication d'époque. Dans ses Mémoires inédits, le
         marquis de Bouthillier se dit en situation de supposer que le
         mariage fut célébré en Pologne, secrètement, alors que
         l'armée de Condé était à la solde de la Russie.]

De ces trois «divinités», on les désigne ainsi, une seule exerce sur
les émigrés une réelle influence, une influence politique. C'est Mme
de Balbi. En arrivant à Coblentz, au moment où elle se préparait à le
rejoindre à Paris, Monsieur l'a installée dans une maison de plaisance
sur la route de Schonbornlurst. Elle y passe tout le temps de son
séjour à Coblentz, même quand Monsieur et son frère viennent, pendant
l'hiver, se loger en ville. Elle y reçoit la plus brillante société,
«un petit nombre de jeunes gens bien impertinents, les matadors de la
cour, et les ministres étrangers».

Chaque soir, quand elle est rentrée chez elle, en venant de chez
Madame, où son service l'a retenue une partie du jour, elle trouve son
salon plein. Elle fait sa toilette devant tout le monde, changeant si
vite chemise, bas et robe «que personne ne voit rien». Monsieur
arrive, après avoir laissé son frère à la porte de Mme de Polastron.
Alors on soupe. Après le repas, Monsieur s'assied au coin de la
cheminée, l'extrémité de sa canne dans son soulier, et se prodigue en
bons mots, en anecdotes, en piquantes railleries sur les hommes et sur
les événements. Quand il s'est retiré, une partie des assistants se
met au jeu, tandis que les autres discutent plus ou moins gravement
les problèmes de la politique.

Mme de Polastron, qui vit plus renfermée, critique «tout cet étalage».
La princesse de Monaco n'est pas plus bienveillante pour le salon de
Mme de Balbi, quoique le sien soit au même degré un foyer d'intrigues
et de tracasseries. Mais les malicieuses remarques de deux des
favorites ne peuvent rien contre la troisième. On la sait
toute-puissante sur Monsieur, et si funeste est son pouvoir que le
chevalier de Bray, en le constatant, s'écrie: «Il ne faudrait pas de
femmes ici!» Quant à Calonne, au milieu de ces influences contraires,
il se meut à l'aise avec la sérénité d'un dieu qui ne daigne pas
regarder à ses pieds.

Indépendamment des émigrés fixés à Coblentz, il en vient un grand
nombre qui ne font qu'y passer, et ne s'y arrêtent qu'afin de voir les
princes. Il arrive des émissaires de France, des délégués des
provinces méridionales, ceux du Dauphiné, de l'Auvergne, des Cévennes
et du Languedoc. Ils quémandent des secours pour leurs entreprises,
exposent des plans, attendent des ordres. Viennent aussi des envoyés
de Louis XVI, chargés de missions officielles ou secrètes. Parmi ces
allants et venants, se glissent des espions jacobins, des juifs à mine
sordide, attirés par l'espoir de surprendre quelque gros secret, ou de
vendre des chevaux, des munitions et des armes. À signaler aussi des
étrangers qu'anime le désir désintéressé de rendre service, comme le
fils d'Edmond Burke, qui vient mettre à la disposition des princes
l'appui de son père auprès de William Pitt.

Tout arrivant se préoccupe d'être présenté aux frères du roi. Les
audiences, ordinairement, ont lieu le matin, après un premier travail
auquel, isolément ou en commun, ils se sont livrés avec Calonne ou
tout autre de leurs conseillers, les après-midi et les soirées étant
consacrées aux visites chez l'Électeur, aux promenades, dîners,
réceptions d'apparat ou à de longues stations chez les maîtresses. Les
princes reçoivent de préférence les voyageurs qui viennent de Paris,
les interrogent sur la situation de la famille royale, sur l'état de
l'opinion, sur les sentiments de l'Assemblée. Mais il est rare qu'on
leur réponde avec sincérité. Même dans l'exil, on les traite comme des
princes en possession de leur puissance. On les trompe afin de leur
plaire. On leur dit que la France est prête à se soulever pour eux.
Ils le croient. L'affluence des gentilshommes qui accourent sous leurs
drapeaux est bien faite pour encourager leur crédulité et leurs
illusions. Ils ne voient pas que les émigrés, appartenant à une caste
proscrite, ont intérêt, en venant les entourer, à les ménager, à les
flatter. C'est ainsi que de mensonges en mensonges, et d'erreurs en
erreurs, on les conduit au précipice.


IV

AUTOUR DE LA CONSTITUTION DE 1791

Au grand dépit de ses frères, Louis XVI avait ratifié la Constitution,
et fait part à toutes les puissances des motifs par lesquels il
s'était déterminé à l'accepter. Cette constitution, si contraire à ses
vues, bouleversait de fond en comble la vieille charte de la France;
elle détruisait tous les privilèges établis par l'ancien régime; elle
créait des innovations que le roi considérait comme fatale à sa
couronne; elle stipulait enfin au profit de la nation des droits que
celle-ci n'avait conquis qu'aux dépens du pouvoir royal. C'était une
oeuvre réformatrice, mais aussi une oeuvre révolutionnaire à laquelle
aucun monarque de droit divin n'aurait pu obéir sans la maudire. Mais
comment s'y dérober? Cela apparaissant comme impossible, il fallait
bien se résigner à la subir. Louis XVI s'y était résigné, non sans
conserver l'espoir d'en secouer plus tard le joug, et avec la volonté
d'en tirer parti, sur-le-champ, pour améliorer sa situation. Quoi
qu'il en pensât, il ne pouvait méconnaître que la dure loi qu'on lui
imposait lui offrait une chance d'échapper aux violences populaires
comme à la tyrannie des émigrés, toujours absolus dans leurs
revendications, et à la cruelle nécessité d'appeler à son secours des
armes étrangères.

«Chacun blâme quelques articles de la Constitution, écrivait-il à ses
frères, et cependant tous espèrent une véritable félicité de
l'ensemble de cette même Constitution. Je me suis convaincu qu'en
essayant de la renverser, je soulèverais un orage incalculable. Il
faut qu'ils en fassent eux-mêmes l'expérience; alors ils reconnaîtront
promptement leur erreur. Je suis décidé à prolonger une situation bien
pénible pour moi, et j'exige de vous que vous appuyiez mes plans avec
une entière résignation. Vous avez des motifs nombreux d'irritation;
vous avez beaucoup souffert. Mais moi, ai-je eu d'heureux jours?»

Ce langage qu'il tenait dans une lettre secrète exprimait avec
sincérité sa pensée. Oui, il voulait l'user promptement, cette charte
abominable; oui, il rêvait de l'abolir quand le peuple en serait
lassé. Mais il la préférait encore à la guerre civile, et quand il
réclamait de ses frères une obéissance égale à la sienne, quand il les
rappelait auprès de lui, quand il adjurait les émigrés de rentrer dans
leur patrie, encore qu'il fût permis à ceux-ci de penser qu'il ne leur
parlait en ces termes que pour tromper ses geôliers et calmer leurs
défiances, il émettait un voeu dont la réalisation lui eût été douce,
à la condition cependant qu'il ne restât plus au delà des frontières
un seul proscrit, et qu'en rentrant tous en masse, ils fissent
disparaître la principale cause des colères de la rue.

Ce qu'il pensait de la Constitution nouvelle et de la nécessité de s'y
résigner, les royalistes restés en France, les émigrés qui se
décidaient à y rentrer, le pensaient aussi pour la plupart. Un
correspondant du prince de Condé s'élevait avec sagesse contre les
bruyantes et périlleuses protestations dont, parmi les émigrés, elle
était en ce moment l'objet:

«... On est dans l'erreur, si l'on croit que, pour amener le pays
entier à une contre-révolution absolue, il faille leur parler contre
la Constitution. La plupart d'entre eux l'aiment encore, et sont assez
aveugles pour entendre avec plaisir les mots: Égalité et Liberté; ils
ont la folie d'y croire. Le seul et unique moyen de faire de tous les
habitants une armée invincible, c'est de ne leur parler que de la
religion, et j'irai plus loin: une croisade annoncée par des signes
extérieurs sur chaque catholique vous donnerait sur-le-champ une armée
formidable. Je puis me tromper, mais je crois que c'est le seul moyen
d'enchaîner ces braves gens à notre cause. Il faut néanmoins mettre
beaucoup d'adresse dans la manière de les y amener, mais une fois à ce
point, on les conduira à tout[25].»

         [Note 25: Archives du Chantilly.]

Mais les émigrés étaient bien loin de vouloir se rendre à ces raisons.
Le décret prononçant la confiscation des biens de ceux d'entre eux qui
persisteraient à résider à l'étranger en décidait, il est vrai, un
certain nombre à rentrer en France. Mais outre que leur obéissance
n'allait être payée que par les rigueurs dont leur isolement les
rendait l'objet, et faire d'eux des boucs émissaires, à Coblentz et à
Worms, on leur imputait à crime le désir de sauver leurs biens, auquel
ils obéissaient. Le correspondant de Condé, que nous avons déjà cité,
traduisait le sentiment de ceux qui ne rentraient pas, lorsqu'il
disait dans la même lettre:

«Je conçois qu'il peut en coûter de se voir ainsi dépouiller de ses
biens par une horde de brigands; mais il me semble que quand on s'est
décidé à sortir du royaume, on doit avoir fait ses réflexions, et le
résultat a dû être d'être résigné à tout, et de ne pas s'exposer à
donner à l'Europe le scandale de voir des Français abandonner les
drapeaux de l'honneur et de la fidélité, pour courir après des biens
que, malgré leur pusillanimité, ils ne sauveront pas pour le moment;
ils en seront punis par le peu de considération qu'ils conserveront
parmi les honnêtes gens, et le mépris qu'ils obtiendront de la part
des méchants; il vaut mieux vivre pauvre et honoré, que de conserver
une fortune aux dépens de l'honneur. Au surplus, le départ de ces
égoïstes ne saurait alarmer: quand on est assez faible pour abandonner
le poste de l'honneur pour courir après la fortune, il est à croire
qu'on aurait mal défendu une cause qu'on abandonne aussi aisément ...»

Quoi qu'il en soit, irrités par la faiblesse de leur frère, les
princes adressaient aux puissances étrangères des appels plus
pressants. Tandis que le roi et la reine, impuissants à pacifier la
France, se plaignaient de ces menées, déclaraient que l'entêtement des
émigrés paralysait leurs efforts, ceux-ci s'attachaient avec plus
d'ardeur à fomenter la guerre étrangère, à déchaîner la guerre civile
dont Marie-Antoinette ne cessait de répéter qu'elle perdrait à jamais
la monarchie.

«Ni guerre civile seule, disait Louis XVI, ni guerre civile avec la
guerre étrangère, ni une régence qui créerait des conflits entre les
princes et l'Assemblée, mais un Congrès formé des représentants des
puissances, appuyé sur des forces imposantes, tenant un langage ferme
et modéré, déclarant que les souverains ne veulent pas intervenir dans
le gouvernement de la France en ce qui ne concerne point les relations
de la France avec eux, et qu'ils ne veulent traiter qu'avec le roi et
avec lui seul.»

Il n'y a pas lieu de rechercher ici si cette politique était sage, si
elle était prudente, si elle avait chance d'aboutir. Ce qu'il faut
constater, c'est que les princes la répudiaient, la qualifiaient de
pusillanime et d'humiliante. C'est l'invasion qu'ils voulaient,
l'invasion poussée jusqu'à Paris, leur en frayant la route, chassant
l'Assemblée, châtiant les rebelles, rétablissant l'ancien régime dans
toute sa pureté. Et si violentes éclataient alors leurs stériles
revendications que Marie-Antoinette, même aux heures de détresse et de
découragement, quand il lui était démontré que l'Europe ne voulait pas
porter secours aux Bourbons, persévérait dans la résolution de ne
recourir jamais aux émigrés, desquels elle redoutait un «esclavage
pire que le premier», et préférait courir l'aventure d'une nouvelle
tentative d'évasion. Entraînée par l'horreur qu'ils lui inspiraient,
elle écrivait à l'Empereur son frère pour désavouer tout ce que le
comte d'Artois avait fait et dit à Pilnitz.

Elle lui mandait le 4 octobre:

«Je pense qu'un premier point est de régler la conduite des émigrants.
Je peux répondre des frères du roi, mais non de M. de Condé. Les
émigrants rentrant en France en armes, tout est perdu. Il serait
impossible de persuader que nous ne sommes pas de connivence avec eux.
L'existence d'une armée d'émigrants sur la frontière suffit pour
entretenir le feu, et fournir un aliment aux accusations contre nous.
Un Congrès faciliterait les moyens de les contenir.»

L'idée d'un Congrès avait un moment occupé les puissances. Mais ce ne
fut que le caprice d'un jour. L'Empereur proposa de composer le
Congrès avec les ambassadeurs accrédités à Paris et de les réunir à
Aix-la-Chapelle. La Prusse, l'Espagne, la Sardaigne, les Deux-Siciles
parurent disposées à s'y faire représenter «à la condition, disait la
Prusse, qu'il sera appuyé par une armée». Le roi de Suède manifesta
avec ostentation la volonté d'y prendre part. L'impératrice Catherine
approuva ces préparatifs, tout en alléguant qu'elle n'avait pas de
troupes disponibles. Les choses en étaient là, quand brusquement, tout
fut suspendu par l'adhésion qu'avait donnée Louis XVI à la
Constitution. L'empereur Léopold, qui n'était entré dans l'affaire que
contraint et forcé, saisit cette occasion d'en sortir. Il déclara que
«la crise était finie», que les émigrés devaient retourner en France,
ajoutant du même coup qu'il ne pouvait plus être question d'accorder
des secours de troupes ou d'argent. Il fit part de ses résolutions aux
princes, et leur déclara qu'il ne voulait désormais que favoriser «une
marche d'amendement», qui semblait la plus désirable comme la mieux
appropriée aux circonstances.

«Non seulement je sais que le roi, mon beau-frère, a sérieusement
accepté la Constitution et répugne à tout projet de contre-révolution,
mais je le sais de source certaine, Vos Altesses le savent aussi. Il
vous a communiqué ses dispositions véritables par un Mémoire secret,
qui renferme, sur le parti qu'il a pris, des motifs et des arguments
supérieurs à tous ceux qu'on allègue en faveur du contraire. Or, je
partage le voeu et l'espoir du roi de ramener la tranquillité et
l'ordre et d'acheminer les amendements futurs par les voies de la
douceur, de la confiance et de l'expérience, et je suis convaincu avec
ce prince que des mesures violentes, loin de promettre plus d'effet,
plongeraient le roi et sa famille dans les dangers les plus certains,
et la France dans un abîme de maux et d'horreurs ... Il se comprend
sans mystère que je ne puis préférer d'autre cause à celle du roi,
quelque intérêt qu'elle m'inspire d'ailleurs, et qu'ayant élevé ma
voix et promis des secours à l'appui du souverain de la France, je
manquerais à l'objet et au but de mes engagements en contrariant ses
volontés et ses vues et en l'exposant à de nouveaux périls.»

Du fond de sa prison des Tuileries, Louis XVI ne put réclamer contre
l'abandon du projet de Congrès. Mais les princes, toujours à la
poursuite d'une politique plus active et plus militante, rappelèrent
les prétendus engagements pris envers eux à Pilnitz. Ils se
plaignirent d'être traités comme des enfants. Léopold fit la sourde
oreille, heureux de s'être dérobé une fois de plus à ce qu'on
attendait de lui, justifiant le mot de la reine de Naples: «On ne peut
rien en faire qu'en le violant.» On touchait alors à la fin de
septembre 1791. De Vienne, Polignac désespéré écrivait: «Tout se
ralentit et sera rejeté au printemps si l'impératrice Catherine
n'intervient pas.»

Mais celle-ci, quoique animée pour la cause royale d'un bon vouloir
dont elle avait donné des preuves non équivoques, entendait choisir
l'heure et le moment d'intervenir par les armes. Après n'avoir songé
pendant longtemps qu'aux affaires de Turquie, elle ne songeait
maintenant qu'à celles de Pologne dont elle comptait tirer encore
meilleur parti. Prête à favoriser des combinaisons qui ne
l'obligeraient pas à combattre, elle allait pendant longtemps décliner
toute participation aux actions décisives.

Le comte Eszterhazy, étant arrivé à Saint-Pétersbourg, le 14
septembre, reçut d'elle l'accueil le plus bienveillant. Elle lui
annonça qu'elle venait d'envoyer aux princes deux millions et
d'accréditer auprès d'eux, en qualité de représentant, le comte de
Romanzof. Elle lui promit de ne pas s'en tenir là, le mit en présence
du comte de Saint-Priest venu dans ses États, comme envoyé du roi de
Suède, pour plaider la cause de la monarchie française, le recommanda
au comte de Cobenzl accrédité près d'elle en qualité d'ambassadeur de
l'empereur d'Autriche, se donna toutes les apparences du plus ardent
dévouement, allant jusqu'à ne plus recevoir le chargé d'affaires de
France et se prodiguant en bonnes paroles. Mais elle écarta toutes les
demandes qui tendaient à la jeter dans la coalition naissante.
Eszterhazy ne fut pas plus heureux que Saint-Priest dans ses
démarches. Elle leur objectait sans cesse ses difficultés avec la
Pologne et avec les Turcs. Elle voulait finir de ce côté avant de
rien entreprendre ailleurs et ajournait ses résolutions au printemps
suivant. Mais alors même qu'elle traînait les choses en longueur, elle
le faisait avec tant de bonne grâce et d'habileté que ni l'agent des
princes, ni celui du roi de Suède, ni ceux qui vinrent ultérieurement
seconder ou continuer leurs efforts, ne perdirent jamais l'espoir d'un
secours effectif.

Telle fut sa tactique pendant plusieurs années. Lorsqu'elle venait de
se décider enfin à prendre les armes, elle mourut. Il suffit d'exposer
sa conduite pour faire comprendre combien eurent à souffrir ceux à qui
elle promettait sans cesse plus qu'elle ne voulait tenir, les aidant
d'ailleurs de sa bourse avec assez de générosité, mais ne se gênant
pas, si elle avait à se plaindre d'eux, pour le leur dire, témoin ce
billet, écrit de sa main en novembre 1791, et transmis aux princes à
Coblentz: «Si M. de Calonne continue de faire comme il fait, nous
finirons par nous brouiller: 1º Il se sert de mon nom sans ma
permission pour emprunter; 2º Il parle à la cour d'Espagne de
transports de troupes, ce que je n'ai jamais dit ni promis.»

À Coblentz, l'angoisse est poignante dans les derniers mois de l'année
1791. Tout manque à la fois aux princes: l'argent, l'influence, des
armes, la confiance de leur frère, la sympathie des populations au
milieu desquelles ils vivent. L'Autriche et la Prusse continuent à se
jouer d'eux. L'attitude de l'Espagne reste louche. Catherine n'est
prodigue que de bons procédés. Quant aux puissances secondaires, qui
se disent disposées à les servir, elles déclarent ne pouvoir rien si
quelqu'un des grands potentats du Nord ne prend l'initiative de la
partie. Dans les réticences avec lesquelles on accueille leurs
requêtes, c'est l'influence de la cour des Tuileries que les frères du
roi persistent à voir. C'est elle qu'ils accusent d'être la cause de
leurs échecs successifs. Ils ne peuvent jeter un regard autour d'eux
sans constater le pénible abandon dans lequel les laissent les cours.

«C'est une chose bien étrange et bien révoltante, s'écrie Calonne, que
les Bourbons soient traités comme gens sans aveu et ne trouvent pas où
reposer leur tête tranquillement ... Nous sommes dans un moment bien
critique et bien cruel. On traite les Bourbons et les gentilshommes
français comme des Juifs errants. Le prince de Condé n'a plus ni feu
ni lieu. Il est exactement courant les chemins, par vaux et montagnes,
depuis qu'il a été successivement congédié de Worms et d'Ettenheim. La
noblesse donne l'exemple d'une résignation héroïque et touchante au
milieu des tourments contraires et des déplacements pénibles qu'on lui
fait subir. Quand donc cela finira-t-il? Si nos augustes en étaient
victimes, ce serait la honte de tous les trônes et vraisemblablement
le signal de leur renversement.»

En décrivant la misère des émigrés, Calonne n'exagérait pas. Leur
situation était devenue intolérable, et malheureusement elle allait
s'aggraver de jour en jour, de mois en mois, d'année en année, en
grossissant sans cesse le cortège de maux, attaché à leurs pas.


V

LA FRANCE MENACE

Le 14 novembre 1791, les princes chassés du château de Schonbornlurst
par l'hiver, et installés en ville, voient arriver dans leur petite
maison, le baron de Duminique, ministre de l'Électeur. Il est pâle et
tout effaré. Il a reçu du comte de Vergennes, représentant du roi
Louis XVI, une note en laquelle ce diplomate, par ordre de son
gouvernement, se plaint des rassemblements de Coblentz, et invite
l'Électeur à les disperser.

Ce qui s'est passé, on le devine. Les rassemblements qui se sont
formés sur les frontières du Rhin ont exaspéré la population de Paris,
à qui est arrivé l'écho de leurs menaces. Elle accuse les émigrés de
s'organiser pour la guerre, d'acheter des armes, des munitions, des
chevaux, d'enrôler des soldats, d'inonder la France de manifestes et
de pamphlets. Et malheureusement ces accusations sont fondées. Devant
l'émotion de Paris, le roi a enjoint à ses frères de venir reprendre
leur place auprès de lui. Ils se sont gardés d'obéir, convaincus, non
sans raison, que Louis XVI, malgré les apparences de son langage, ne
souhaite pas leur retour. Les émigrés, mis comme eux en demeure de
rentrer en France, ont imité leur résistance. Devant cette révolte,
l'Assemblée législative a pris le parti de sévir.

Déjà l'Assemblée constituante à laquelle elle succède et qui s'est
dissoute le 30 septembre, après avoir voté la Constitution et reçu le
serment du roi, avait décrété avant de se séparer «que tous ceux qui
ont protesté contre quelques-unes de ses opérations seront à l'avenir
incapables d'aucune espèce de service». La Législative est plus
précise et plus expéditive. À partir de novembre 1791, elle vote
contre eux des lois que la Convention aggravera et qui, jusque sous le
Consulat, recevront leur application. Ceux «qui se rassemblent au delà
des frontières» sont déclarés passibles de la peine de mort. Leurs
parents, s'ils ont plus de dix ans et s'ils communiquent avec eux;
leurs débiteurs, s'ils commettent l'imprudence d'acquitter leurs
dettes, sont exposés à la même peine. Des primes sont accordées aux
dénonciateurs; les mariages des émigrés sont dissous par l'émigration,
leurs biens confisqués. Ces biens sont évalués à plus de quinze cents
millions; à savoir: les propriétés douze cents, et les valeurs
mobilières trois cents. Il est vrai que, pour arriver à ces chiffres,
il a fallu doubler les évaluations à raison de la perte d'au moins
cinquante pour cent que subissent les assignats[26].

         [Note 26: Charles Gomel, _Histoire française de la
         Législative et de la Convention._ Paris, Guillaumin.]

En même temps qu'elle entrait ainsi dans la voie des rigueurs,
l'Assemblée a exigé du gouvernement qu'il mît les princes Électeurs
des bords du Rhin en demeure de disperser les rassemblements qui se
sont formés dans leurs États. C'est cet ordre transmis au nom de Louis
XVI qui vient d'exciter à Coblentz le trouble et l'indignation.
Pendant trois jours, les princes, leur oncle qui leur donne asile,
leurs conseillers, Vergennes lui-même qui se désespère d'avoir été
contraint de leur transmettre cet ordre comminatoire, demeurent
irrités et anxieux. Pendant ces trois jours, on discute vingt plans,
sans en arrêter aucun. Par malheur, la nouvelle s'est répandue parmi
les émigrés où commence à régner une fermentation dangereuse. Ils
maudissent leur roi assez faible pour se prêter à des menaces contre
ses plus fidèles sujets. Ils fulminent contre l'égoïsme de l'Autriche
qui ne porte pas secours à la noblesse de France. Les plus ardents
parlent de courir aux frontières, de tenter un coup de désespoir. Au
milieu des groupes qu'ils forment dans les rues, dans les cafés,
circulent, mécontents et effrayés, les notables habitants de la ville,
qui s'inquiètent des menaces de la France, redoutent une invasion et
parlent d'aller exiger de l'Électeur le renvoi de ces Français qui
vont attirer sur eux des maux incalculables.

Le 17 novembre, autre événement. Dans la soirée arrive de Paris un
courrier. Il apporte aux princes une lettre de Louis XVI. Il y est dit
que c'est uniquement par considération pour eux qu'il a différé de
sanctionner le décret sur les émigrés. Il leur ordonne de revenir près
de lui. S'ils s'y refusent, ils seront responsables des malheurs
qu'une obstination mal placée ne manquerait pas d'entraîner. Les
princes sont indignés. Ils s'avisent tout à coup que l'adresse de ce
message n'est pas libellée conformément à l'étiquette et aux usages de
la cour, qu'ils ne sont pas traités en frères dans le texte de la
lettre, mais en étrangers. Sous ces prétextes, ils sont au moment de
la refuser, en alléguant qu'elle ne saurait leur être destinée. Sur
les instances de Vergennes, ils se décident cependant à la recevoir.
Mais Monsieur fait remarquer, non sans raison, qu'il est bien
extraordinaire qu'on invite les gentilshommes à rentrer dans le
royaume au moment où s'exercent contre ceux qui ne l'ont pas quitté, à
Caen notamment, d'épouvantables violences.

--En écrivant cette lettre, le roi n'était pas libre! s'écrie-t-il, et
nous sommes trop ses fidèles sujets pour obéir à des ordres extorqués
par la violence. Voilà ce que nous répondrons.

Cet incident accroît l'exaltation générale. Le lendemain, parvient
directement à la chancellerie de l'Électeur de Trêves un office du
ministre des affaires étrangères de France. Ce document confirme la
note remise par Vergennes. Il porte que «Sa Majesté voit avec peine
les rassemblements qui se font à Coblentz. Elle sait que les émigrés
s'arment pour envahir le royaume, que l'Électeur favorise leur
desseins et qu'ils tiennent des propos insultants pour le régime
qu'ont choisi les Français.»

Cette fois l'accusation est directe et précise, non moins formelle
l'invitation adressée par le roi à l'Électeur de ne pas persévérer
dans une conduite «qui donne de l'ombrage» et d'avoir à faire cesser
des désordres dont la responsabilité, s'ils se prolongeaient,
retomberait sur ceux qui les auraient provoqués ou favorisés. Quelque
accablante que soit cette injonction, les princes, à qui le baron de
Duminique s'est hâté d'en donner connaissance, se déclarent résolus à
n'y pas céder, si l'Électeur, leur oncle, ne les y contraint pas. La
veille, ils étaient moins disposés à la résistance. Mais, ce jour-là,
ils ont appris que le roi de Suède, pour témoigner publiquement de
l'intérêt qu'il leur porte, vient d'accréditer auprès d'eux un
représentant. C'est de cet événement qu'ils tirent toute leur énergie.

L'envoyé suédois arrive le 19 novembre. C'est le comte d'Oxenstiern.
Sa première visite est pour Romanzof, la seconde pour les princes, la
troisième pour Calonne. Vergennes le présente à l'Électeur, ce qui
donne lieu à une réception à laquelle assistent huit cents
gentilshommes français, qui se retrouvent le soir pour lui faire fête
à un thé chez le baron de Duminique. Le lendemain, il est mandé chez
les princes. On le met au courant de la situation, on sollicite ses
conseils, et on puise dans sa parole tant de courage qu'à l'issue de
l'entretien, le ministre de l'Électeur, par ordre de son maître,
répond au gouvernement français sur un ton d'assurance que jamais il
n'aurait osé prendre s'il ne se sentait appuyé. Après avoir établi que
le roi Louis XVI n'était pas libre quand il a formulé ces accusations
mal fondées, il déclare «qu'il n'existe dans l'Électorat aucun
rassemblement armé. Il n'y a que des Français qui ont cherché un asile
contre les persécuteurs, et à qui le gouvernement de l'Électeur a
interdit d'acheter des munitions et des armes de guerre».

Mensongères sont ces affirmations que démentirait tout voyageur qui a
traversé Coblentz et a pu voir, dans les rues, les uniformes bariolés
des officiers et soldats de l'armée des princes. On n'en soutient pas
moins que les reproches du gouvernement français sont injustes. Cette
réponse partie, l'exaltation qui l'a dictée tombe et fait place au
découragement. On veut cependant retenir les illusions qui
s'évanouissent. Le maréchal de Broglie, à la tête de la noblesse, va
congratuler le comte d'Oxenstiern. Mais ces bravades dissimulent mal
l'angoisse que chacun ressent, à la veille de nouveaux malheurs en
quelque sorte pressentis et auprès desquels ne sont rien ceux qui
naguère arrachaient au marquis de La Queuille ce cri de détresse: «Je
suis surpris que nous existions!»

Les jours suivants, se succèdent des nouvelles contradictoires. Les
lettres de Paris donnent du roi des idées si incohérentes qu'on ne
sait qu'en penser. Les unes le représentent comme très satisfait, les
autres comme très abattu et très affligé. On apprend ensuite qu'à
Mayence, à Worms, à Spire, partout où il y a des émigrés, les princes
de l'Empire ont reçu des notes analogues à celle qui a été adressée à
l'Électeur de Trèves. On dit que les émigrés vont être chassés de
l'Allemagne. D'autre part, on raconte qu'après le vote de la loi qui
édicte contre eux des châtiments redoutables, le prince de Reuss,
ambassadeur de l'empereur d'Autriche à Berlin, a entretenu les
ministres du roi de Prusse d'un projet d'alliance à conclure entre les
deux souverains, en vue des affaires de France. On ajoute, il est
vrai, qu'il a tellement insisté sur la nécessité «de s'en tenir à la
défense», que les Prussiens sont convaincus qu'après avoir pris
l'initiative de cette proposition, l'Autriche, au moment de se
décider, reculera.

En toute occasion, promettre d'entreprendre et ne rien faire, telle
est bien, en effet, la politique de Kaunitz, le ministre de
l'Empereur. Comme ses collègues, il est peu favorable à l'Émigration;
mais, de plus qu'eux, il admire la nouvelle constitution de la France.
Il en a appris par coeur les principales dispositions; il les récite
avec emphase à ses visiteurs, en leur déclarant que Louis XVI y a
adhéré librement, sans contrainte, et qu'il a eu raison. Malgré tout,
on se reprend à espérer. On reste convaincu que l'Europe cessera
d'être indifférente aux démarches comminatoires du pouvoir
révolutionnaire, que Léopold ne laissera pas les États de l'Empire
sous le coup d'une invasion, qu'il préviendra les desseins des
«enragés de Paris» en leur déclarant la guerre.

Puis, brusquement, éclate la nouvelle que le roi a pu sortir de sa
capitale. C'est le 22 novembre qu'elle se répand dans Coblentz. D'où
vient-elle? Par qui vient-elle? Qui l'a apportée? Nul ne le sait, et
plus elle est invraisemblable, plus on y croit. De toutes parts
s'élèvent des cris d'allégresse. Ils redoublent quand on annonce que
Louis XVI vient directement à Coblentz, escorté par cent mille hommes
recrutés dans les garnisons soulevées sur son passage. L'Électeur
donne l'ordre de tirer le canon dès que le roi paraîtra. Les princes
sont accourus au palais. Condé arrive de Worms. La ville se pavoise.
Aux croisées, apparaissent des drapeaux blancs, quelques-uns
fleurdelysés. Les cloches sont en branle. Le soir venu, les maisons
sont illuminées, tandis que les émigrés, convaincus que leur exil est
fini, qu'ils vont entrer en France derrière leur roi victorieux,
s'apprêtent au départ.

Mais, le lendemain, des informations plus précises viennent détruire
tant de radieuses espérances et démentir le bruit de l'évasion du roi.
Fausse était la nouvelle si légèrement accueillie la veille. Quand on
n'en peut plus douter, le découragement renaît, plus âpre et plus
morne. De nouveau, voici la misère et sa suite d'humiliations et de
souffrances; du même coup, l'animadversion surexcitée des populations
qui à Coblentz, à Worms, à Mayence, sont lasses des exigences des
émigrés; les injonctions impérieuses du gouvernement français qui
réclame leur expulsion. Quelques-uns parlent encore de l'intervention
de l'Europe; la masse n'y croit plus.

L'Empereur, cependant, rompt le silence dans les derniers jours de
décembre. C'est pour ratifier le «Conclusum» qu'au mois d'août
précédent a voté la Diète de Ratisbonne et demander au roi de France
la réintégration dans tous leurs droits des princes de l'Empire
possessionnés en France. Il répond ainsi à l'ultimatum qui lui a été
adressé de Paris, à la menace qui lui a été faite de marcher sur
l'électorat de Trèves, si les émigrés n'en sont pas expulsés. Il écrit
au roi de Prusse pour lui proposer une alliance contre l'ennemi
commun. Ce souverain accepte, à la condition que la protestation qu'on
se propose de lancer ne visera pas la Révolution, mais seulement le
cas de violation du territoire allemand. Cette agitation diplomatique,
ces échanges de vues et de notes ne présagent rien de bon pour les
émigrés. Tout le monde, peuples et monarques, leur en veut d'avoir
appelé la tempête sur les pays Rhénans. On sait que, s'ils ne
s'éloignent pas, la guerre est inévitable. Cette perspective ameute
contre eux les habitants de l'électorat, parmi lesquels la Révolution
compte des adeptes ardents et convaincus.

Le rappel de Vergennes, annoncé tout à coup, porte la terreur à son
comble. À Paris, on reproche à ce diplomate d'être le complaisant des
princes, d'être sans énergie devant eux et d'oublier, en leur
présence, qu'il est l'agent du gouvernement français. On lui donne un
successeur qui saura, mieux que lui, faire exécuter la volonté
nationale. Vergennes refuse de rentrer en France, écrit au ministre de
Lessart qui a succédé à Montmorin une lettre très digne qu'il termine
ainsi: «Le langage de l'adulation eût été peut-être plus utile pour
moi et plus agréable pour vous. Mais ce n'est pas en louant un
gouvernement penché vers sa ruine qu'on parvient à le sauver.» Puis,
il se jette parmi les émigrés où est véritablement sa place et
abandonne son poste à Bigot de Sainte-Croix, la créature des
«Monarchiens».

À peine en fonctions, celui-ci, quoiqu'on ait essayé de l'intimider
par des déclarations hostiles, pose nettement ses exigences. Son
attitude a ébranlé déjà les résolutions de Coblentz, quand arrive une
communication de l'Électeur de Mayence, Frédéric-Charles, baron
d'Erthal. Il écrit à celui de Trèves que la ville de Worms exige le
renvoi d'un millier de Français qui s'y trouvent avec Condé. «Que
ferez-vous si pareille requête vous est adressée?» demande-t-il.
Embarrassé pour répondre, l'Électeur de Trèves appelle auprès de lui
le prince de Nassau et le comte de Calonne afin de les consulter. Il
redoute une invasion révolutionnaire. «Armez les émigrés, lui répond
présomptueusement Nassau, et je réponds de la sûreté de vos États.»
Mais le pauvre petit souverain n'ose courir cette aventure sans savoir
si l'Empereur le soutiendra. Il écrit à Léopold, lui fait part de ses
perplexités: «Faites cesser le sujet des inquiétudes de la France,
réplique l'Empereur, et je prendrai parti pour vous.»

Sous le coup de cette lettre, l'Électeur est épouvanté. Ne pouvant
plus compter sur l'Empereur, il s'adresse à la Prusse, sollicite son
appui pour résister aux exigences du gouvernement français. Mais lente
à venir, la réponse de la Prusse est évasive. Clément-Venceslas de
Saxe se sent de plus en plus isolé sous les menaces qui deviennent de
jour en jour plus redoutables, au fur et à mesure que Bigot de
Sainte-Croix, à l'exemple de ses collègues accrédités auprès des
autres princes de l'Empire, se fait plus pressant.

Cependant, les princes parviennent à ranimer le courage de leur oncle.
Sous leur influence, il se prodigue en bravades. C'est en vain que la
France veut lui arracher la promesse de ne plus tolérer dans ses États
des rassemblements armés et se dit prête à se contenter de cette
satisfaction; il ne veut rien promettre. Bien plus, il fait injure à
Bigot de Sainte-Croix, en reculant sans cesse sa réception officielle
et la remise de ses lettres de créance. Les princes lui ont persuadé
que quoiqu'à Paris, Jacobins et Constitutionnels désirent la guerre,
les premiers avec l'espoir qu'elle les relèvera dans l'opinion, les
seconds avec l'espoir qu'elle consommera la chute du parti violent,
ils sont hors d'état de la faire, n'ayant ni argent ni troupes sûres,
et qu'en conséquence, on peut les braver impunément. C'est l'opinion
de Calonne qui va répétant partout ce qu'il a écrit à la comtesse de
Chabannes: «La guerre! peuvent-ils la faire sans troupes et sans
argent?»

Mais bientôt le ministre de France réclame avec hauteur sa
présentation à la cour. On consulte alors l'Électeur de Mayence. Sur
son conseil, Bigot de Sainte-Croix est reçu le 8 janvier 1792. Dans
cette audience, il déclare à l'Électeur que, si le 15 de ce mois, il y
a encore dans l'Électorat des rassemblements armés, les Français y
entreront. Cette fois, l'Électeur se croit perdu. Dans son
affolement, il oublie que les princes auxquels depuis une année il
donne asile sont ses neveux, qu'il les a toujours encouragés et
soutenus dans leur résistance contre Paris. Il leur adresse une note
par laquelle, après avoir exposé que ses sujets, déjà travaillés par
la propagande démagogique, sont menacés d'une invasion, et que, pour
leur en épargner les maux, il a pris l'engagement de ne plus tolérer
de corps armé dans ses États, il intime aux frères du roi de France
l'ordre formel de disperser leurs troupes.

En même temps que cette impérieuse réclamation leur est remise,
Monsieur et le comte d'Artois reçoivent de l'Empereur un dur
avertissement. Léopold affirme que le roi, son beau-frère, a accepté
«sérieusement» la Constitution, qu'il répugne à toute tentative
contre-révolutionnaire et que lui, Léopold, sait que les princes ne
l'ignorent pas. En conséquence, les manoeuvres auxquelles ils se
livrent sont contraires à ce qui a été convenu à Pilnitz. Elles ne
peuvent qu'entraver le rétablissement de l'ordre en France. L'Empereur
ajoute que toutes les cours pensent comme lui. Quant à la protection à
assurer aux émigrés, il estime qu'elle ne laisse rien à désirer et ne
peut être poussée plus loin, une protection plus active devant être
réservée pour le roi s'il en avait jamais besoin. C'est une leçon,
cette lettre, et bien humiliante. Mais les princes doivent courber le
front et la subir. Cette fatale année 1791 s'achève ainsi dans les
colères et les larmes. L'hiver va s'écouler sans améliorer cette
situation désespérée.


VI

L'ÉMIGRATION EN 1792

À ce moment, par toute la France, l'émigration, qui s'était ralentie
après le vote de la Constitution, quand on croyait que ce vote allait
clore l'ère révolutionnaire, a repris toute son activité. Ceux-là
mêmes qui s'étaient promis de ne jamais émigrer se décident à partir,
victimes d'un affolement auquel personne ne résiste, et qui cache même
aux yeux des anciens familiers de la cour ce que présente de lâche
cette fuite générale qui laisse la famille royale à la merci de ses
ennemis. On s'éloigne du trône pour soutenir le trône; on sort de
France pour reconquérir la France, et les plus vaillants renoncent à
se défendre contre les enragés qui les menacent dans leurs biens, dans
leur liberté et dans leur vie. Des émigrés de la première heure, qu'on
a vus rentrer sur la foi de l'avenir plus calme, dont le vote de la
Constitution semblait présager le prompt retour, déplorent leur
erreur, et tentent de la réparer en désertant de nouveau leur patrie.
Gentilshommes, évêques, prêtres, moines, bourgeois, des artisans même
cherchent leur salut dans la fuite. Tous les pays du monde en voient
arriver. Il y en aura non seulement dans la plupart des capitales de
l'Europe, mais encore aux États-Unis, au Canada, aux Indes, en Perse
et dans le royaume de Siam. Ils se portent de préférence en Suisse et
en Allemagne. Les électorats du Rhin regorgent de Français. Le 12 août
1792, Vergennes écrit de Coblentz au ministre Montmorin:

«Il me paraît essentiel que vous soyez informé que, depuis environ
quinze jours, les émigrations de la France en Allemagne deviennent
très considérables, et d'autant plus fâcheuses que la plus grande
partie de ces émigrants est composée d'une classe de citoyens très
utiles, je veux dire de laboureurs et d'artisans. Soixante personnes à
la fois, tant hommes que femmes et enfants, ont passé par cette ville,
il y a quatre jours, se dirigeant vers la Hollande.»

En Savoie et à Nice, les émigrés deviennent si nombreux que
l'Assemblée nationale, après avoir invité vainement le roi de
Sardaigne à les disperser, songe à faire entrer dans ce pays l'armée
du Midi que commande le général de Montesquiou. En beaucoup
d'endroits, leur présence occasionne des soulèvements populaires: à
Bruxelles, où la foule ameutée leur arrache les cocardes blanches dont
ils se parent; à Chambéry, où des protestations s'élèvent contre les
opinions qu'ils expriment; à Nice, à Bonn, à Worms, où on leur
reproche de provoquer par leur nombre la hausse du prix des denrées.

Il importe de remarquer que, maintenant, l'émigration n'est plus
aussi facile qu'aux débuts de la Révolution. Pour partir, il faut un
passeport, et recourir, pour s'en procurer un, à toutes les ruses que
peuvent suggérer la crainte de périr, et la volonté de se dérober à la
mort. Sur la route de l'exil veillent des municipalités à l'image des
comités révolutionnaires de Paris, de qui elles tiennent leurs
pouvoirs. Défiantes, soupçonneuses, insensibles à la détresse des
fugitifs, elles exercent sur eux une active surveillance, les
empêchent d'aller plus loin, pour peu qu'une lacune dans le passeport
éveille leurs doutes; elles les emprisonnent pour un rien; elles les
renvoient sous bonne garde à leur point de départ où d'autres dangers
les attendent.

Il est vrai que le besoin de tromper cette surveillance suggère les
procédés les plus ingénieux pour s'y dérober, et d'admirables
dévouements pour venir en aide aux suspects qui cherchent à fuir. Tels
ces modestes employés des mairies qui délivrent des passeports sous de
faux noms, au risque de payer de leur tête leur supercherie. Tels ces
serviteurs qui cachent leurs maîtres et favorisent leur fuite. Telle
encore cette femme réfugiée elle-même en Suisse, qui, de là, envoie à
Paris des gens du pays qu'elle habite avec un passeport délivré par
les autorités locales. À Paris, le titulaire du passeport le donne à
la personne qu'on lui avait désignée, et, quand elle est partie, il se
fait rapatrier lui-même par son ambassadeur. Des traits pareils sont
innombrables en ce temps calamiteux; ils vengent l'humanité
contemporaine de ceux qui la calomnient.

Le danger des citoyens n'engendre pas seulement des dévouements; il
inspire aussi des spéculations moins désintéressées. Des gens se font
sauveteurs d'émigrés. Un Allemand a imaginé de sauver des femmes en
simulant, moyennant un bon prix, un mariage avec elles. En sortant de
la municipalité, il part avec son épouse pour son pays d'où il revient
bientôt contracter une nouvelle union. Il en contracte de la sorte
dix-huit, en tout bien tout honneur, et ne renonce à son lucratif
métier que lorsque les rigueurs du Comité de salut public en rendent
l'exercice par trop dangereux. Mais il y a gagné de quoi vivre à son
aise.

Par suite de ces exodes, à la fin de 1791 et au commencement de 1792,
l'épiscopat français est presque en totalité hors de France, en
Angleterre, en Allemagne, en Espagne, en Savoie, dans les Pays-Bas, en
Italie. Plusieurs de ses membres sont partis aussitôt, après le vote
de la Constitution civile du clergé. Les décrets proscripteurs des 27
mai et 26 août 1792, qui autorisent et ordonnent le bannissement des
prêtres insermentés, ont ensuite entraîné le départ de ceux qui
étaient restés. La fuite de quelques-uns est marquée par des aventures
quasi-tragiques. Ils sont menacés, poursuivis, traqués, arrêtés même,
et c'est comme par miracle qu'ils échappent à la mort. M. de Lamarche,
évêque de Saint-Pol de Léon, est obligé de se dérober nuitamment à des
assassins sans avoir même le temps de se chausser, et doit se faire
prêter des souliers par ceux qui protègent sa fuite. M. de Mérinville,
évêque de Dijon, échappé aux massacres de septembre, se sauve presque
nu. L'archevêque de Vienne, M. d'Aviau, en arrivant à Annecy où il
s'est réfugié, va se faire habiller au séminaire. Les cardinaux de
Boisgelin, de La Rochefoucauld, de Montmorency, sont sans ressources
en arrivant à l'étranger, et c'est aussi le cas de la plupart des
prélats fugitifs. Leurs aventures sont douloureuses, et leur infortune
n'est égalée que par le courage avec lequel ils la supportent, comme
par la résignation qu'ils opposent à l'effroyable chute qui de leur
opulence récente les précipite dans la pauvreté.

Le sort des simples prêtres est encore plus misérable. C'est par
milliers qu'ils sont contraints d'émigrer s'ils ne veulent prêter le
serment. Rien qu'en Angleterre, où ils sont accueillis avec une
générosité touchante, on en comptera jusqu'à douze mille, arrivés là
sans ressources, et qui ne vivent que grâce aux souscriptions ouvertes
en leur faveur. Il en est presque uniformément de même dans les autres
pays qui ont donné asile à ces proscrits, quoique, cependant, les
manifestations de la charité anglaise dépassent de beaucoup celles qui
se produisent ailleurs. Mais en dépit des secours qu'ils reçoivent,
ils sont trop nombreux pour être complètement et efficacement
secourus. Pour la plupart, ils doivent vivre de privations, se
résoudre à exercer un métier ou même à mendier[27].

         [Note 27: Pour ce qui concerne l'émigration religieuse, je
         renvoie mes lecteurs au savant ouvrage de M. l'abbé Sicard
         que j'ai déjà mentionné.]

Après leur départ de France, il ne reste plus guère dans les
paroisses que des prêtres assermentés. Dans les pays montagneux
seulement, le refus de partir a été général. Les Cévennes notamment
offrent l'admirable exemple d'humbles desservants qui poursuivent à
travers d'incessants périls l'exercice du sacerdoce, cachés dans des
grottes dont ils font des chapelles, ou se glissant la nuit dans les
villages pour administrer les sacrements. Il en est même qui
circulent, le fusil en bandoulière, prêts à se défendre contre les
jacobins qui voudraient les empêcher de se livrer aux devoirs de leur
ministère. Quant à ceux qui sont partis, et tandis que les émigrés
laïques excitent plutôt la défiance, les couvents s'ouvrent presque
partout devant eux; ils sont l'objet d'un généreux empressement, comme
si les clergés étrangers avaient à coeur d'affirmer la solidarité qui
doit exister entre les ministres de la sainte Église, à quelque
nationalité qu'ils appartiennent.

L'émigration élégante est à Bruxelles et à Londres; l'émigration
militaire à Coblentz, à Mayence, à Worms; l'émigration pauvre à
Soleure, à Lausanne et à Fribourg, où l'on peut vivre à meilleur prix.
Dans ces trois dernières villes, se sont réfugiés des députés
proscrits, des publicistes, ceux qui voient dans la Révolution autre
chose qu'un accident passager, qui en ont étudié les origines, prévu
les effets et en redoutent les suites. Si les princes n'écoutaient que
les avis qui leur viennent de là, toute autre serait leur conduite.
Mais l'esprit constitutionnel et «monarchien» réside parmi les émigrés
de Suisse, et cela suffit pour exciter contre eux les défiances des
exaltés.

Bien différente est a Coblentz, à Mayence et à Worms la physionomie de
l'émigration. Là viennent ceux qui sont moins soucieux de se mettre à
l'abri qu'avides de combattre et de se venger, et ceux aussi qui
espèrent tirer pied ou aile du désarroi général. En septembre 1791, il
n'arrive pas moins de soixante officiers par jour. L'un d'eux écrit:

«Je trouvai à Coblentz, un nombre infini d'officiers de tous les
grades, d'émigrés de toutes les classes, de tous les rangs, de tous
les âges, de tous les sexes. Émigrer était alors une véritable mode.
Les fiacres, les carrosses de remise de Paris, les voitures de la
cour, connues sous la dénomination de pots de chambre, arrivaient
journellement à Coblentz. Les femmes galantes de Paris se mettaient
aussi de la partie. Elles insultaient ouvertement, leur proposant des
quenouilles, les gentilshommes et militaires ne paraissant pas
disposés à émigrer[28].»

         [Note 28: Mémoires inédits du marquis de Bouthillier.]

Cette population nomade, jetée hors de ses foyers, tumultueuse,
encombrante, portant à l'étranger ses passions et ses exigences,
espère que, grâce à l'Autriche, ses maux vont finir. Son espoir, tous
les émigrés d'Allemagne le partagent. À Bonn, ils vont chaque jour se
promener sur les routes pour voir si les armées impériales ne se
montrent pas à l'horizon. À Aix-la-Chapelle, ils acclament l'archiduc
Charles qu'ils ont reconnu traversant la ville, et tandis qu'on change
ses chevaux, groupés autour de sa voiture, ils l'accablent de leurs
bénédictions, bien qu'il affecte de ne parler à aucun d'eux. À
Mayence, ils bravent audacieusement le gouvernement français dans la
personne de son représentant. Ils l'espionnent jusque dans sa maison,
mettent ses gens en interdit chez les fournisseurs. La duchesse de
Gramont se plaît à ameuter contre lui la coterie des émigrés. Un jour,
étant en voiture avec Mmes de Guiche, de La Force et de Choiseul, elle
s'amuse, de vingt pas en vingt pas, à couper la route au carrosse du
diplomate, en chantant le _Ça ira_, histoire de faire montre d'un peu
d'impertinence. À Londres, on nourrit d'autres préoccupations. Ou ne
songe qu'à mener la vie joyeuse. Les Français se donnent entre eux des
bals, des soupers, vont presque tous les soirs au théâtre. Le 21
janvier 1794, l'un d'eux donne une fête. Elle bat son plein lorsque
quelqu'un fait remarquer que c'est l'anniversaire de la mort du
roi[29].

         [Note 29: Notes manuscrites du peintre Danloux. Il avait
         émigré, et fut à Londres, durant son séjour, l'artiste à la
         mode.]

À Bruxelles, les femmes vont au Parc, chaque après-midi, en grande
parure. Aux environs de la ville s'est fixée la princesse de
Vaudémont, dans une ferme à elle, dont elle a transformé les granges
pour s'y faire un appartement. Les gens de bon ton s'y rassemblent,
passent et repassent en allant à Coblentz. Ils apportent des
nouvelles, en remportent pour les semer ailleurs. Cette brillante
potinière reste ouverte jusqu'au jour où les armées de la République
viennent la fermer, et obligent la princesse à chercher un asile à
Hambourg.

C'est le moment où commencent les dures épreuves.

«J'ai vu, dit un témoin de ces temps, l'avocat Christin[30], j'ai vu
la princesse de Vaudémont, née de Montmorency et veuve d'un prince de
Lorraine, vendre des livres à Hambourg sous un nom supposé, et
recevoir le soir cinq ou six personnes qui toutes faisaient usage de
quelques ressources, et gagnaient à peine de quoi vivre au jour le
jour. Rien n'était plus aimable que ces soirées.»

         [Note 30: Lettres de Christin, publiées à la suite du Journal
         de la princesse Tourkestanow. Archives russes.]

Cette histoire est celle de la plupart des nobles émigrés.

«À Londres, raconte encore Christin, je trouvai une marquise de
Chabannes tenant une école de petites filles, une comtesse de
Boisgelin donnant des leçons de piano, à pied, sa robe retroussée dans
ses poches et un parapluie à la main, et, le soir, ces deux dames se
réunissaient chez leur vieil oncle septuagénaire, l'archevêque d'Aix,
qui, soutenu par ses nièces, cédait à de pauvres curés la pension que
le gouvernement anglais lui accordait. Ces soirées chez l'archevêque
étaient encore une des réunions les plus aimables que j'aie vues. On
se faisait à son sort sans récrimination.»

Les récits du temps présentent d'innombrables tableaux du même genre.
Les premiers émigrés ont déjà connu d'âpres soucis. L'espérance qui
les soutenait au départ a été brève. Mais ceux qui se sont expatriés
plus tard sont encore plus misérables. Au delà de la frontière, ils
ont trouvé toutes les amertumes, toutes les déceptions, toutes les
cruautés de la lutte pour l'existence. Les bourgeois, les artisans,
ceux qui étaient accoutumés au travail et à se contenter de peu,
parviennent à se créer des ressources, en reprenant à l'étranger la
profession qu'ils exerçaient en France. Les privations qu'ils
subissent ne diffèrent guère de celles qu'ils ont supportées dans leur
patrie depuis que la Révolution est venue tarir les sources où
s'alimentait l'industrie nationale. Pour ceux-là, l'exil est
tolérable. Mais pour les nobles qui n'ont jamais fait oeuvre de leurs
doigts, c'est le supplice et le martyre d'être contraint de gagner sa
vie par le travail. Ils connaissent toutes les horreurs de la
pauvreté. Ils sont réduits, pour ne pas mourir de faim, à entreprendre
de dures besognes que, faute d'habitude, ils ne peuvent rendre
productives qu'après de laborieux et de longs efforts. Toutes les
grandes villes d'Europe sont témoins de ces drames de la misère.

En Angleterre, la charité ou des calculs politiques finiront par en
atténuer le caractère douloureux, en organisant des secours. Des
comités se forment à l'instigation des plus grands seigneurs du
royaume, et des souscriptions sont ouvertes au profit des émigrés.
Mais il n'en est pas de même en Allemagne, où la présence des frères
du roi les a attirés en plus grand nombre qu'ailleurs. On voit les
grandes dames de l'aristocratie française devenir mercières,
parfumeuses, modistes, exercer encore d'autres métiers. Dans plusieurs
villes, il y a, sur les promenades, des échoppes où elles trônent
transformées en marchandes. À Bamberg, une marquise de Guillaume tient
un café où la beauté de sa fille attire les consommateurs. La marquise
de Lostange vit, dans la même ville, des libéralités d'un ancien
domestique. Ailleurs, une marquise de Virieu est couturière, une
marquise de Jumilhac lingère, une madame de Lamartinière ravaudeuse,
une demoiselle de Saint-Marceau fille de boutique, une madame de
Rocheplate marchande des quatre saisons, une comtesse de Périgord
institutrice, une demoiselle de Dorvillers professeur de langues, une
demoiselle de la Bretonnière professeur de piano, une duchesse de
Guiche garde-malade, une demoiselle de Saint-Marcel fleuriste. À
Londres, la marquise de Chabannes-La Palice a ouvert un pensionnat;
dans la même ville, une jeune baronne siège au comptoir d'un
restaurant. Une autre vit maritalement avec un coiffeur dont elle
tient les comptes. Puis il y a celles qui exercent des professions
moins avouables, des comédiennes, des chanteuses de café-concert, des
marchandes de baisers. À Londres, à Bruxelles, à Rome, à Coblentz
même, l'armorial de la galanterie vénale s'enrichit du nom de quelques
belles patriciennes.

Les hommes aussi pratiquent tous les métiers. À Hambourg, des prêtres
sont colporteurs de chansons et les chantent dans les rues. Le consul
de France signale à la police deux portefaix du port, qui déchargent
les navires, décorés de la croix de Saint-Louis. Ce sont des
gentilshommes français. Par ses soins, il leur est interdit de la
porter. À Erlang, un La Vieuxville est commissionnaire, un Mailly
typographe, un Coigneux cordonnier. Partout où il y a des émigrés, les
teneurs de livres, les écrivains publics, les porteurs d'eau sont des
Français. À Londres, on va entendre des acteurs dont les aïeux ont été
aux croisades. Quelquefois, si cruelle devient la misère qu'elle
pousse aux plus affreuses extrémités. Le Comité de salut public
recrute parmi les émigrés les espions qu'il entretient dans plusieurs
villes étrangères, et souvent les tribunaux locaux ont à juger des
friponneries dont les émigrés sont les auteurs. Il en est qui
fabriquent de faux assignats. Ils se justifient en disant à tort ou à
raison que Calonne en fait autant. Un effroyable dénûment peut seul
expliquer cette absence de tout sens moral, cet oubli de toute
dignité.

Ce qu'il est, ce dénûment, quelques fragments de lettres en donnent à
peine une idée. «J'ai encore trois louis en tout. Si je savais à qui
m'adresser pour vendre des couverts!»--«J'ai vendu les habits dont
vous m'avez parlé ainsi que vos culottes.»--«Je suis dans le dénûment
le plus absolu. Nous sommes à la veille de manquer de pain, réduits à
vivre de son et de pommes de terre.»--«Je n'ai pas d'argent pour
acheter du pain.»--«Vos bijoux sont engagés. Impossible de vous
envoyer de l'argent autrement. Le juif qui les a donnera encore
vingt-cinq louis dessus.»--«Nous sommes, ma femme et moi, dans le
dernier besoin. Aidez-nous, je vous en supplie. Envoyez-nous des
louis. On ne peut trouver ici à changer des assignats parce qu'ils
sont faux, provenant de la fabrication de M. de Calonne.» Ces lettres
viennent d'un peu partout. Celles qui partent de l'armée de Condé ne
révèlent pas qu'on y est moins malheureux.--«Nous passons quelquefois
cinq jours sans avoir de rations.»--«Les logements que nous occupons
sont des greniers, des écuries et des étables; pour matelas, une botte
de paille, et à peine assez de place pour s'étendre.»--«J'ai gardé
deux mois la même chemise. Quand elle était trop sale, je me mettais
au lit pour la faire laver.»--«Mon cher papa, les princes Français
nous avaient promis quatre sous par jour. Ils ne nous les donnent pas.
Nous mourons de faim. L'armée manque de tout.» C'est de Verdun, où les
émigrés se trouvent avec les alliés en marche vers Paris, que cette
dernière lettre est datée.

Vers ce même temps, Chateaubriand, encore obscur, erre, le soir venu,
par les rues de Londres. Il cherche à tromper sa faim, en regardant
aux devantures des magasins les victuailles exposées ou en respirant
les odeurs qui montent des cuisines. «Quand je passais devant les
boutiques de boulanger, mon supplice était horrible. Par une rude
soirée d'hiver, je restai deux heures planté devant un magasin de
fruits secs et de viandes fumées, avalant des yeux tout ce que je
voyais; j'aurais mangé non seulement les comestibles, mais leurs
boîtes, paniers et corbeilles.»

Les plus grands ne sont pas à l'abri de cette détresse. Polignac écrit
de Vienne le 2 octobre 1792:

«J'éprouve, ainsi que vous, beaucoup de difficultés pour me procurer
de l'argent qui m'est nécessaire pour faire subsister la nombreuse
famille que j'ai avec moi. Je suis même obligé de trouver sur mon
crédit, qui n'a jamais été considérable ici et qui diminue tous les
jours, l'argent que j'ai été obligé de dépenser pour le compte des
princes, car, depuis longtemps, ils ne peuvent en donner à personne,
même pour les objets les plus nécessaires.»

Presque au même moment Vaudreuil, qui s'est réfugié à Liège après la
bataille de Valmy, à la suite du comte d'Artois, laisse échapper cette
lamentation:

«Je me meurs de la douleur que j'éprouve, et aucune consolation, aucun
espoir ne s'offrent à mon esprit et à mon coeur. Je ne sors presque
pas de chez moi; ces arts que j'adorais, ces chefs-d'oeuvre de
l'antiquité en monument et en sculpture, ces chefs-d'oeuvre des
Raphaël, des Dominiquin, des Carrache, je n'ai pas été tenté de les
aller voir. La musique italienne que j'aime tant a perdu pour moi tous
ses charmes ... L'amour et l'amitié qui occupent mon âme tout entière
ne me font presque éprouver que des sentiments douloureux, car sans
cesse je pleure sur tout ce que j'aime. Je passe alternativement de la
rage à l'abattement ... Je n'ai ni voiture, ni argent, et à la veille
de ma ruine totale, ne recevant plus rien de mes gens d'affaires, je
dois tout calculer, tout épargner, et me soumettre d'avance aux
privations et à la misère ... Ma santé, grâce à Dieu, se détruit
chaque jour, et voilà ma ressource!»

Enfin Calonne lui-même ne peut se dérober à ces cruelles épreuves.
Lorsqu'à la fin de 1792, il vient à Londres après avoir quitté les
princes, il est saisi faute de pouvoir payer une dette qu'il a
contractée pour eux. Assailli d'autres réclamations, il n'ose plus
sortir de chez lui, de peur d'être arrêté. C'est en fugitif qu'il
s'éloigne d'Angleterre pour rejoindre sa femme en Italie, au moment où
ses meubles vont être vendus.

Le temps, en s'écoulant, ne fera qu'aggraver cette misère. On en
trouve les témoignages à chaque pas. À la fin de 1796, à l'armée de
Condé, elle sera aussi poignante qu'à la fin de 1792. Plus que jamais,
on y vivra d'expédients et d'aumônes. Le 28 novembre, un officier de
cette armée fera à un ami cette confession douloureuse:

«... La position de nos finances est toujours la même; la campagne
nous a ruinés en argent et en chevaux. Les deux cents louis que
Monsieur a envoyés au comte de Damas nous sont arrivés on ne peut plus
à propos pour éteindre les dettes les plus pressées, et ravitailler la
garde-robe de Monseigneur, ainsi que celle de ses gens de livrée qui
était toute en lambeaux. Nous avons pensé qu'étant à l'armée, et
éloignés des cours des princes allemands, nous pourrions nous
dispenser de draper, et prendre le deuil du roi de Sardaigne[31], ce
qui nous aurait beaucoup coûté, au lieu qu'un simple crêpe au bras de
Monseigneur a fait toute l'affaire. À la fin de notre campagne nous
avons eu la visite de M. Wickham; il a été témoin de notre misère et
de notre chétif équipage; il en a pris note et a écrit au ministre
anglais pour qu'on rendît à Monseigneur son traitement; il a dit à M.
de Damas qu'il fallait que le duc d'Harcourt fît la même demande de
son côté, afin qu'elles puissent coïncider ensemble, et les lettres
sont parties il y a plus d'un grand mois, et nous sommes dans
l'attente d'une réponse favorable[32].»

         [Note 31: Victor-Amédée III était mort le 16 octobre.]

         [Note 32: Archives de Chantilly.]


VII

MISSIONS MULTIPLIÉES

Quand arrive le mois de janvier 1792, la physionomie des Électorats
s'est déjà transformée, car il a bien fallu se résigner à obéir. Les
exercices militaires ont cessé; les troupes soldées ont dû quitter
l'uniforme ou s'éloigner derrière les gardes du corps, dont les
princes ont été contraints de se séparer. Ces malheureux ont pris le
parti, les uns de se cantonner dans des villages perdus et de s'y
faire oublier, en attendant qu'on ait décidé de leur sort, les autres
d'aller rejoindre à Worms l'armée de Condé. Mais celle-ci n'a pas une
meilleure fortune à espérer. On l'a chassée de la ville; on ne veut
même plus tolérer sa présence dans les environs. Condé n'a pas un sou
à donner à ses soldats. Par ce rigoureux hiver, ils sont sans feu,
sans pain, sans abri. On les voit errer hâves et déguenillés, objet de
répulsion et d'horreur, rarement de pitié, de la part de ceux auxquels
ils tendent la main. On en rencontre étendus sur les routes, épuisés
par la fatigue ou même morts, soit par suite des privations, soit
qu'ils n'aient pas trouvé en eux-mêmes assez de courage pour vivre en
proie à de telles souffrances. Pour créer des ressources à ceux qui
sont restés autour de lui, Condé songe à les jeter sur l'Alsace, et
avec eux à prendre possession de cette province où deux villes,
Strasbourg et Colmar, sont prêtes, à ce qu'il assure, à lui ouvrir
leurs portes. Cette marche sur l'Alsace et une tentative sur Lyon
sont, depuis plusieurs semaines, l'objet de ses études et de ses
espérances. Mais il en sera de ces projets comme de la plupart de ceux
qu'il a conçus et concevra par la suite. Ils avorteront avant d'avoir
reçu même un commencement d'exécution.

Tandis que se déroule cette morne épopée, à Coblentz, un peu de calme
semble revenir. Bigot de Sainte-Croix, au nom du gouvernement
français, se déclare satisfait des concessions qui lui ont été faites.
Il donne aux princes comme aux émigrés l'assurance que, s'ils restent
paisibles, s'ils renoncent à s'agiter et à conspirer, on les laissera
résider à Coblentz. Il en prend même l'engagement formel vis-à-vis de
l'Électeur. Mais les conditions qu'il y met sont telles qu'assurés de
ne pas les remplir, résolus à favoriser de tout leur pouvoir des
provocations qui rendront la guerre inévitable et obligeront
l'Autriche et la Prusse à intervenir par les armes, les princes se
préoccupent de trouver une retraite où ils pourront se fixer, quand
ils auront été contraints de quitter le pays qui leur donne asile.
Dans cette détresse, c'est encore vers l'Autriche, malgré les
humiliations et les affronts qu'elle leur a infligés, qu'ils se
tournent. Le refuge qu'ils cherchent, c'est d'elle ou par elle qu'ils
espèrent l'obtenir. Pour le solliciter, ils recourent au prince de
Nassau à qui son nom, son rang, son crédit assurent un accueil
favorable de la part de la cour de Vienne. Le 5 janvier, Calonne écrit
au comte d'Artois:

«Le temps presse. Condé n'est pas en état de tenir quinze jours. Il
est sans ressources; il en demande et on ne peut lui en donner. C'est
à cela seulement qu'il faut songer. On n'a perdu que trop de temps aux
petites questions. Il faut que Nassau parte ce soir pour Vienne ou
demain à la pointe du jour. Le temps et le défaut d'argent nous
écrasent. Au nom de votre gloire, prince adorable, soyez tout à
l'objet qui presse, et n'écoutez que vous-même ou ceux qui ne sont
dévoués qu'à vous.»

Dans un conseil auquel Nassau assiste, il est décidé qu'il se rendra
sans retard auprès de l'Empereur. Il ne s'agit plus maintenant de
décider Léopold à déclarer la guerre à la France. On espère que les
menaces qu'elle lui adresse et l'attitude qu'elle a prise dans
l'affaire des princes possessionnés le décideront à une manifestation
armée. Mais on veut obtenir de lui qu'il permette aux princes et à
leurs troupes, quand le séjour de Coblentz et de Worms leur aura été
définitivement interdit, de se rendre dans le Brisgau, de se cantonner
à Bâle et à Ettenheim qui sont territoire impérial. Là, ils seront
respectés et certains de n'être pas attaqués. Si Léopold leur refuse
cet abri, Nassau devra lui demander, le supplier au besoin,
d'intercéder auprès du roi de Prusse, afin qu'il leur ouvre son duché
de Clèves ou toute autre partie de ses États du Bas-Rhin.

Dès le lendemain, le prince de Nassau quitte Coblentz. Outre la
demande des princes, il emporte une lettre de l'Électeur de Trèves
dans laquelle celui-ci déclare qu'il ne chassera pas ses neveux et
qu'il aime mieux perdre sa principauté que se déshonorer. Mais, si
faible est l'espoir qu'on fonde sur ces déclarations et sur la
démarche de Nassau qu'aussitôt après son départ, Calonne écrit au
comte de Las Casas, ambassadeur d'Espagne à Venise. Il le prie de
s'informer si, dans le cas où l'empereur Léopold et le roi de Prusse
refuseraient de donner asile aux frères du roi et à la noblesse
française, le monarque espagnol voudra les recevoir. Dans le même but,
il s'adresse au duc d'Havré représentant des princes à Madrid, et
mande au cardinal de Bernis, à Rome, de tâcher de mettre dans leurs
intérêts l'ambassadeur d'Espagne. «L'Espagne, c'est notre seule
ressource, en attendant les secours du Nord qui ne viendront qu'au
printemps.»

Après l'expédition de ces lettres, qui a suivi de près le départ de
Nassau, Coblentz retombe dans la torpeur. Cependant, voici un rayon
d'espérance. Vers la mi-janvier, l'agent Froment, qui se trouve à
Coblentz, conduit à l'audience des princes un personnage qu'ils
s'empressent de recevoir aussitôt qu'il est annoncé. Son costume est
celui d'un paysan mâtiné de petit bourgeois; il a des traits rudes
sous ses cheveux gris; ses manières sont dépourvues de distinction.
C'est un émissaire venu du Vivarais, l'abbé Claude Allier, curé-prieur
du village de Chambonnas, l'un des organisateurs du rassemblement de
Jalès. Il arrive de son pays. Quoique décrété d'accusation, il y a
vécu caché tout en participant aux préparatifs du complot ourdi par
les royalistes du Midi. Le but de son voyage à Coblentz est d'exposer
la situation des provinces méridionales, le résultat des efforts que
lui et ses amis ont tentés pour secourir Louis XVI et surtout de
demander des chefs pour mener au combat les défenseurs de la
monarchie.

Par Froment, les princes connaissaient vaguement ces plans. Mais
Claude Allier les leur développe avec plus de détails. Il y travaille
depuis trois ans; il les a médités et mûris. Il prétend avoir recruté
dans le Languedoc, la Provence et les Cévennes, soixante mille hommes
et les avoir affiliés à la confédération de Jalès. Ils sont prêts à se
lever à son appel et à se réunir dans le Vivarais et le Gévaudan,
contrées montagneuses, propices par conséquent à la formation de
dépôts d'armes et de magasins de vivres, où ils pourront se maintenir
jusqu'au moment où les Espagnols et les Piémontais débarquant sur les
côtes méridionales viendront les mettre en branle, les aider à
s'emparer du Midi pour marcher ensuite sur Lyon et Paris. Que les
provinces de l'Ouest imitent cet exemple et la Révolution périra.

Et ce ne sont pas là des illusions, à en croire Claude Allier. L'état
du Midi est favorable à ce mouvement. À Perpignan, à Arles, à
Montpellier, à Lunel, à Yssingeaux, à Mende, les royalistes sont
innombrables. Toutes ces villes se donnent la main. Les campagnes
pensent comme elles. Dans un village perdu de l'Aveyron, un ancien
constituant, le notaire Charrier, a déjà recruté une armée. Le centre
de ces opérations est à Jalès dans le Vivarais, où les confédérés
occupent le château de ce nom et celui de Banne. Claude Allier affirme
encore que les royalistes en armes ne trouveront devant eux que des
troupes faciles à vaincre, vu leur petit nombre, affaiblies par
l'indiscipline et la désertion, ou des gardes nationaux mal dirigés
par des administrations entièrement désorganisées.

Les princes sont très émus par ces renseignements, de l'authenticité
desquels ils ne doutent pas. Ils engagent leur visiteur à retourner
dans son pays, à réunir les principaux chefs, à leur faire prendre une
résolution délibérée en commun, sur le vu de laquelle ils enverront
des chefs militaires et des secours d'argent. Malgré la rigueur de
l'hiver et les périls qui l'attendent en Vivarais, où sa tête est mise
à prix, Claude Allier repart sur-le-champ. Six semaines plus tard, il
fait parvenir aux princes la délibération qu'ils ont exigée. Elle
porte cinquante-sept signatures. Elle est apportée à Coblentz par l'un
de ceux qui l'ont signée: Dominique Allier, frère du curé, homme non
moins énergique, qui a fait la route sous un déguisement de berger en
conduisant un troupeau de moutons dont il s'est défait en arrivant à
Chambéry.

Le 4 mars, les princes lui remettent leur réponse. Elle désigne comme
chef de l'armée royale du Midi le comte de Conway, et lui adjoint
comme second pour commander plus spécialement en Vivarais, le comte de
Saillans, originaire de cette contrée, lieutenant-colonel des
chasseurs du Roussillon, émigré et décrété d'accusation en France pour
avoir pris part, à Perpignan, à une conspiration militaire. Divers
officiers de l'armée des princes sont désignés, sur leur demande, pour
accompagner Conway et Saillans. Tout ce monde part, le 8 mars, avec
Dominique Allier. Conway s'arrête à Chambéry, où il demeure
provisoirement comme à un poste d'observation. Le reste de la troupe
franchit la frontière et gagne la contrée où elle doit opérer. Les
instructions qu'emporte Saillans lui enjoignent d'attendre des ordres
avant d'engager une action décisive.

«Il modérera la juste impatience des fidèles catholiques indignés des
horreurs qu'ils ont éprouvées, en leur faisant sentir qu'une tentative
prématurée aurait les suites les plus funestes. Ceci est très
recommandé par les princes qui prennent le plus vif intérêt aux bons
Français qui forment la réunion de Jalès.»

Ces instructions étaient sages. Malheureusement, il n'en fut tenu
aucun compte. À peine à Jalès, Saillans les oublia. Trompé par les
affirmations des frères Allier, de l'abbé de La Bastide et de quelques
autres chefs, il lança un appel aux armes. On lui avait annoncé, rien
que dans la contrée, quinze mille combattants; il n'en vint pas mille,
dont la force armée eut promptement raison. L'expédition n'aboutit, en
réalité, qu'à une échauffourée. Elle eut malheureusement un dénouement
tragique: le massacre du comte de Saillans et de quelques-uns de ses
compagnons. Tous ces beaux projets n'étaient que chimères. C'est avec
douleur qu'après leur avortement Conway le constatait. Dans l'Aveyron,
le mouvement fomenté par Charrier ne fut pas plus heureux. Il se
dénoua par la mort de son auteur et de Claude Allier. Ces
insurrections eurent un autre résultat. Elles laissèrent dans les pays
qui en avaient été le théâtre une multitude de conspirateurs. Pour la
plupart, transformés peu à peu en brigands, ils contribuèrent à
accroître l'horreur des représailles qui s'exercèrent au cours de la
réaction thermidorienne.

Les princes ne prévoyaient pas des résultats si lamentables, lorsque
les organisateurs de ces manifestations armées et de ces révoltes
contre la Révolution venaient leur faire part de leurs projets. Les
souffrances de l'exil ne les disposaient que trop à la crédulité et
aux illusions; la perspective du succès qu'on leur promettait était
l'unique consolation qu'ils pussent goûter, et on ne saurait s'étonner
qu'ils prissent confiance dans les partisans dévoués qui leur
apportaient ces brillantes promesses.

Elles leur arrivaient à l'heure où s'échangeaient entre la France et
la cour de Vienne des propos belliqueux. Dès les premiers jours de
janvier, en réponse à une communication de l'ambassadeur français, le
marquis de Noailles, l'Empereur lui faisait remettre une note
comminatoire. Il y était dit, en termes hautains, qu'il ne tolérerait
pas qu'une insulte fût faite aux princes de l'Empire non plus qu'à
lui-même. À la première menace dirigée contre leur territoire, son
armée franchirait la frontière, appuyée sur les forces russes et
prussiennes. Conformément à ce langage, il négociait avec la Prusse et
la Russie, en invitant à s'associer à elles la Grande-Bretagne,
l'Espagne, la Sardaigne et la Saxe. Il voulait réunir, de Bâle à
Dunkerque, cent quatre-vingt mille soldats, sous le commandement du
duc de Brunswick. En attendant, il ordonnait à sa soeur,
l'archiduchesse Marie-Christine, gouvernante des Pays-Bas, de faire
avancer vers la France le maréchal Bender avec un corps d'avant-garde
de trente mille hommes. Quoique le mauvais vouloir de l'archiduchesse
retardât l'exécution de ses ordres, il était clair que, s'attendant à
voir la France lui déclarer la guerre, lui-même s'y préparait, en
ayant soin de tenir les émigrés dans l'ignorance de ses desseins.

À Paris, l'Assemblée nationale, après un ardent débat provoqué par la
note remise à Noailles, protestait solennellement. Le 14 janvier, elle
déclarait «traître et infâme» quiconque prendrait part à un Congrès
ayant pour objet d'imposer à la France la réforme de sa Constitution,
d'intervenir entre elle et les rebelles, ou de défendre les droits des
princes de l'Empire possessionnés en Alsace. Le 25 du même mois, elle
décidait qu'un ultimatum serait envoyé à la cour de Vienne. Mais,
antérieurement à cette décision, le ministre des affaires étrangères,
de Lessart, en avait expédié un. Le 28, le roi en avertissait
l'Assemblée en protestant de nouveau de sa volonté d'observer la
Constitution, loin de se douter que sa fermeté sincère ou jouée envers
l'Empereur allait hâter la conclusion des arrangements proposés à la
Prusse par ce prince.

En recevant l'ultimatum de la France, l'Empereur ne put contenir sa
colère.

--Puisque les Français veulent la guerre, s'écria-t-il, ils l'auront,
et ils verront que Léopold le Pacifique sait la faire quand il le
faut. Ils en payeront les frais, et ce ne sera pas en assignats.

Au cours de ces événements, Nassau, parti de Coblentz le 6 janvier,
arrivait le 12 à Vienne, était reçu par l'Empereur le même jour, lui
remettait les lettres des frères du roi et celle de l'Électeur. Après
les avoir lues, Léopold parla de son dévouement à la maison de France.
Il en donna pour preuve les instructions envoyées à Bruxelles à
l'archiduchesse. Nassau ayant observé que ces instructions n'avaient
pas été suivies et que la malveillance de Marie-Christine pour les
émigrés venait de se manifester une fois de plus par cet acte de
désobéissance aux ordres de l'Empereur, celui-ci répliqua qu'il
saurait bien se faire obéir, dût-il rappeler sa soeur, si elle
persistait à ne pas tenir compte de sa volonté. L'entretien qui suivit
roula exclusivement sur les émigrés, sur leurs prétentions, leurs
malheurs, les moyens de leur venir en aide[33]. En ce qui touchait le
séjour des princes à Coblentz, l'Empereur déclara qu'ils pouvaient
rester dans cette ville, à la condition de s'abstenir de toute
manifestation hostile à la France. À ce propos, il se plaignit des
mouvements militaires du prince de Condé, qu'on disait prêt à faire
marcher sur Colmar ses troupes concentrées en ce moment à Ettenheim.
L'Empereur blâmait ce projet qui ne pouvait que déranger les siens. Et
comme Nassau objectait, ce qu'il savait d'ailleurs n'être pas vrai,
qu'en cette circonstance, Condé agissait contre le gré de Monsieur et
du comte d'Artois:

         [Note 33: Les détails qui suivent sont tirés des rapports que
         le prince de Nassau envoyait à Calonne, et que nous avons
         trouvés dans la copie de lettres de ce dernier.]

--Qu'ils exigent donc qu'il se soumette à leurs désirs, reprit
Léopold. Cela est d'autant plus facile que Colmar n'est pas une
position militaire.

--Eh! Sire, il n'en est pas de meilleure pour le prince de Condé, s'il
est attaqué.

--Attaqué! Par qui? Les Français l'oseraient-ils après mes
déclarations et celles du roi de Prusse!

--Je ne le crois pas, tout en souhaitant qu'ils le fassent.

--Je pense comme vous, dit alors l'Empereur, car il vaudrait mieux
qu'ils commencent. Cependant, ce n'est pas à nous à y donner lieu et
c'est pourquoi il faut disperser tout ce qui est à Ettenheim.

--Mais que deviendra l'armée des princes? Que Votre Majesté l'autorise
au moins à se réfugier dans le Brisgau.

--Soit, mais à la condition qu'elle y restera dans une rigoureuse
inaction. Qu'on prenne à cet égard un engagement formel et j'écrirai à
tous les princes électeurs pour les inviter à tolérer la présence des
émigrés dans leurs États. Ce que je ne veux pas, c'est que le prince
de Condé se livre à quelque coup de tête, se jette en Alsace.

--Même si les populations l'appelaient?

--Elles ne l'appelleront pas.

--Je puis affirmer le contraire à Votre Majesté. Strasbourg a offert
déjà de le recevoir.

--Peu importe! s'écria l'Empereur. L'intervention des émigrés gâterait
tout.

Il n'en voulut pas démordre, tout en se déclarant prêt à agir au
premier prétexte qui lui serait fourni. La note qu'il avait reçue de
Noailles, bien qu'il la trouvât impertinente, ne suffisait pas selon
lui à justifier une entrée en campagne. Il fallait un acte, une
démarche injurieuse de l'Assemblée. Alors il n'hésiterait pas à faire
avancer une armée, et le roi de Prusse n'hésiterait pas plus que lui.

--Et je n'en serais fâché qu'à cause de la saison, ajouta-t-il. S'ils
se tiennent tranquilles et nous laissent faire nos préparatifs, nous
pourrons bientôt mettre le roi Louis XVI à même de se prononcer entre
les révoltés et nous.

Ainsi se révélait à Nassau le projet de Léopold, ce projet jusque-là
soigneusement dissimulé aux princes, sous de multiples prétextes, qui
consistait à assurer le salut de leur frère, en dehors d'eux, sans
leur concours, en l'appelant à jouer un rôle de médiateur entre le
peuple français et les armées étrangères et à le remettre par ce moyen
en possession de sa puissance. Mais, tout en se laissant aller à ces
confidences, l'Empereur ne cessait de répéter que son entreprise ne
pourrait réussir que si le prince de Condé s'abstenait de toute
manifestation.

--Que Votre Majesté, en l'autorisant à se réfugier dans le Brisgau,
lui intime l'ordre d'y rester immobile, conseilla Nassau.

--Je ne veux rien avoir à faire avec lui, répliqua vivement
l'Empereur; mais je m'adresserai aux princes qui lui feront tenir
leurs ordres.

Pendant ce long entretien, l'Empereur s'était dérobé aux
sollicitations de Nassau. Celui-ci n'avait rien obtenu, ou presque
rien, pour la cause des frères du roi. Aussi, tout en le constatant
avec tristesse, se laissa-t-il aller à insinuer qu'il serait peut-être
plus heureux s'il s'adressait directement à Berlin et à Pétersbourg.
L'Empereur le prit au mot. Soit qu'il n'eût pas saisi le sens de
l'insinuation, soit qu'il fût heureux de se débarrasser des obsessions
des princes, il encouragea Nassau dans son dessein, l'engagea à se
rendre auprès du roi Frédéric-Guillaume et de l'impératrice Catherine,
et lui promit même des lettres pour ces deux souverains. Enfin, en le
congédiant, il l'invita à s'aboucher avec ses ministres pour régler la
question relative à l'armée de Condé. Ce que Nassau emporta de plus
clair de l'audience impériale, ce fut la certitude que la cour de
Vienne détestait les émigrés, se défiait d'eux et ne voulait ni les
secourir ni les utiliser. Il en eut la conviction plus nette encore en
causant avec Kaunitz et Cobenzl. Kaunitz «radota», ne parla que de la
Constitution française qui excitait son enthousiasme. Il rappela que
le roi l'avait acceptée. C'était là le grand argument de l'Autriche,
tiré de la lettre de Marie-Antoinette, arrivée à Vienne au mois d'août
précédent, à propos de laquelle, le 4 mars suivant, le maréchal de
Castries écrivait à Breteuil:

«L'Empereur veut toujours partir de la base que le roi a accepté
librement et franchement la Constitution. Il se fonde sur une
prétendue lettre de la reine, lorsqu'il sait, à n'en pouvoir douter,
que le roi ne l'a acceptée que le couteau sur la gorge. Cependant, la
réponse qu'il vient de faire suppose toujours la même base et consacre
une constitution qui anéantit le trône, en commettant la reine parce
qu'il rapporte sa conduite à l'impulsion qu'il a reçue par sa lettre.
Il convient de mettre sous les yeux de la reine la part qu'elle aurait
dans l'opinion par la cruelle conduite de l'Empereur qui, en
paraissant vouloir la mettre à couvert des entreprises des Jacobins,
l'enchaîne au parti des constitutionnels, qui perdra également la
couronne et tout ce qui y est attaché.»

Renchérissant sur les dires de Kaunitz, Cobenzl ajouta que les frères
du roi et leurs partisans ne seraient tolérés dans les États de
l'Empire qu'autant qu'ils n'y provoqueraient aucun rassemblement; que
s'ils entendaient se mêler aux affaires de France, l'Empereur
s'abstiendrait de toute intervention en faveur de la cause royale, et
il le pria de le leur faire savoir. Nassau déclina cette pénible
mission. Il ne consentit à s'en charger que si la communication était
formulée par écrit. Les autres hommes d'État qu'il eut occasion de
voir à Vienne, lui parurent encore plus malveillants pour les princes
et pour les émigrés. Plus d'une fois, il dut craindre d'être obligé de
partir sans avoir rien obtenu de ce qu'il était venu demander. Enfin,
comme il se préparait à s'éloigner, les dispositions de la cour
parurent s'adoucir. Cobenzl revint sur ses précédentes déclarations. À
l'en croire, ce n'était que «pour ce seul moment» que l'Empereur
désirait voir les princes s'abstenir de toute participation aux
affaires de France: plus tard, tout ce qui était français serait
placé. Des assurances formelles furent données pour un emprunt de deux
millions que les princes voulaient contracter et pour lequel ils
demandaient la garantie de l'Autriche. On promit le rappel de
l'archiduchesse Marie-Christine si malveillante aux Français. Il fut
également affirmé que trente mille hommes des garnisons des Pays-Bas
se tiendraient prêts à marcher contre la France.

Telles furent les seules satisfactions qu'obtint Nassau, et encore ne
laissaient-elles pas d'être assez platoniques. Il ne s'y trompa point,
et les princes, en recevant le rapport dans lequel il leur rendait
compte de sa mission, ne s'y trompèrent pas plus que lui, bien qu'il
eût essayé de dissimuler sa déception et son découragement. Calonne
écrivait, le 3 février, au comte d'Artois:

«Les perfidies qu'on vous fait éprouver, me portent à la rage comme
Vaudreuil, mais plus encore aux partis décisifs, et je crois que le
temps de la douceur est passé, qu'il n'y a plus que la fierté, la
fermeté et le caractère qui puissent nous sauver. J'avoue que les
dernières dépêches de Vienne, quoique de meilleur augure que les
précédentes, ne me satisfont pas encore. Ce sont des conversations,
des causeries; et parce qu'elles ne sont pas contrariantes, on les
croit favorables. Nous avons été souvent payés de cette monnaie-là,
sans en avoir un sol de plus; et je crains que ce ne soit encore la
même chose au sens propre comme au sens figuré.»

À signaler dans la même lettre le passage suivant:

«Ce qui m'afflige le plus, c'est que je crains que les braves Jacobins
qui nous ont si bien servis jusqu'à présent, ne soient bientôt écrasés
par les monarchiens qui tueront tout, amortiront tout, réduiront tout
en putréfaction. En vérité, sans Jacobins, point de salut.»

Si la petite cour de Coblentz considérait que la mission de Nassau à
Vienne avait échoué, elle reconnut cependant qu'il ne fallait pas se
donner l'air d'y voir un échec. Après la réception du premier rapport
de leur envoyé, les princes crurent devoir remercier l'Empereur.
C'était une occasion toute naturelle de hâter la déclaration de
garantie qu'il avait promise pour l'emprunt qu'ils cherchaient à
contracter.

«La crainte d'importuner Votre Majesté nous empêcherait d'insister
autant sur cet article; mais nous la supplions de daigner réfléchir
que tous nos moyens sont épuisés, que nous sommes obligés de soutenir
plus de quinze mille émigrés, que leur nombre augmente tous les
jours, que, dans quinze jours ou trois semaines au plus, nous n'aurons
plus aucunes ressources, et que les puissances sont toutes persuadées
que nous avons touché les deux millions de Votre Majesté et que nous
sommes encore loin du besoin. Mais notre confiance entière dans la
bonté, la justice et la générosité de Votre Majesté, nous oblige à ne
lui rien dissimuler et à lui soumettre le tableau exact de notre
embarrassante position.

«Nous aurions attendu le second courrier que M. de Nassau et M. de
Polignac doivent nous envoyer pour nous faire connaître les
résolutions de Votre Majesté, et, nous osons l'espérer, les plans
qu'elle combine avec les cours de Berlin et de Pétersbourg, si nous
avions pu résister au désir de parler à Votre Majesté du bonheur
parfait que nous éprouverions de voir enfin renaître une confiance que
nous n'avons jamais cessé de mériter, et si l'urgence des
circonstances ne nous obligeait pas de mettre sous les yeux de Votre
Majesté notre véritable position et celle encore plus pénible où se
trouve M. le prince de Condé. En examinant le Mémoire que le duc de
Polignac aura l'honneur de présenter à Votre Majesté, elle daignera se
rappeler que nous soutenons la cause du roi, son beau-frère et son
allié, que cette même cause est celle de tous les souverains; que
Léopold est celui qui le premier a excité l'Europe en notre faveur, et
que nous mettons notre gloire à suivre et à exécuter les plans que sa
grande âme, sa justice et sa sagesse auront conçus pour le bonheur de
la France et l'honneur de tous les princes.

«Nous ne demandons que de ne pas reculer, et cette juste demande est
fondée sur la nécessité de ne pas relever l'audace de nos ennemis et
de les intimider par l'assurance que Votre Majesté protège ceux qui ne
connaissent pour loi que l'honneur et le devoir. Nous attendons la
réponse de Votre Majesté avec la plus vive impatience, mais avec la
plus entière confiance ...»

Cette lettre est du 26 janvier 1792. Elle était celle de gens qui se
font très humbles et feignent de ne pas comprendre qu'on est las de
leurs incessantes sollicitations et qu'on n'y veut point souscrire. Ce
qu'elle ne dit pas, c'est que les princes, au moment où ils
l'écrivaient, venaient de se décider à envoyer Nassau à
Saint-Pétersbourg. Là seulement pouvait être cassé, par la grande
Catherine, le jugement si défavorable aux émigrés qu'avait rendu le
rusé Léopold. Le voyage en Russie fut donc résolu, un Mémoire rédigé
sur-le-champ, résumant tous les arguments les plus propres à décider
l'Impératrice à s'interposer pour sauver les émigrés d'un irrémédiable
désastre.

Depuis longtemps, les princes entretenaient une correspondance avec
l'Impératrice. Peu de jours avant de lui envoyer Nassau, le 15
janvier, ils lui avaient écrit pour lui rendre compte des graves
incidents survenus à Coblentz, à Mayence et à Worms à la suite de
l'injonction faite aux Électeurs par le gouvernement français de ne
pas tolérer dans leurs États des rassemblements d'émigrés en armes.
Les princes entraient dans tous les détails et racontaient comment
leur oncle, l'Électeur de Trèves, avait dû céder aux exigences du
ministre de France, Bigot de Sainte-Croix. «Depuis ce temps, nous
n'avons pas eu un seul instant de repos. L'Empereur, qui avait écrit à
l'Électeur qu'il le soutiendrait en cas d'hostilité ou même de menaces
immédiates, a écrit deux lettres où il se rend plus difficile. Le
gouvernement de Bruxelles a refusé d'envoyer même des patrouilles de
cavalerie sur les frontières de l'Électeur, pour faire mine de les
défendre. L'Électeur, affligé des menaces qu'on lui fait, d'un côté se
sentant abandonné, de l'autre voyant l'esprit même de terreur
s'emparer de ses sujets, est forcé, contre les voeux de son coeur, de
nous faire des difficultés sur tout; il signe en gémissant les ordres
les plus rigoureux.

«Nous avons écrit au Landgrave de Hesse-Cassel, pour le prier de nous
recevoir dans son comté de Hanau avec la noblesse qui nous entoure, et
au roi de Prusse pour lui demander de l'y engager, ou de nous recevoir
dans les margraviats de Spire et Bayreuth. Les réponses de ces deux
princes, sans être absolument négatives, sont tellement dilatoires
qu'elles valent à peu près un refus. Enfin, le chargé d'affaires de
l'Empereur a déclaré au ministre de l'Électeur, non pas
officiellement, à la vérité, mais de manière à lui faire voir qu'il
était autorisé par le gouvernement des Pays-Bas, que l'Électeur
n'aurait de repos du côté de la France, et ne pourrait compter, en cas
d'attaque, sur un secours efficace de la part de l'Empereur, que
lorsqu'il aurait satisfait aux voeux de l'Assemblée, en nous faisant
même sortir de ses États. L'Électeur a écrit à l'Empereur, si telle
est son intention, en lui déclarant que jamais il ne consentirait à
chasser ses neveux de chez lui, mais que, s'il était attaqué par la
France et abandonné par sa Majesté Impériale, il résignerait son
électorat et en sortirait avec nous.

«Le prince de Nassau a bien voulu se charger de porter lui-même cette
lettre, et en même temps de demander à l'Empereur, ou de nous recevoir
dans le Brisgaw, ou ses bons offices auprès du roi de Prusse, pour
qu'il nous reçoive dans ses États sur le bas Rhin. Si l'Empereur
accorde la première de ces demandes, ou s'il refuse à toutes les deux,
le prince de Nassau viendra aussitôt nous rejoindre; mais il se rendra
à Berlin pour négocier avec le roi de Prusse, si l'Empereur n'accorde
que la deuxième demande. Il est parti samedi dernier, et avec
l'activité que Votre Majesté lui connaît, nous recevrons sûrement
bientôt de ses nouvelles.»

Dans la même lettre, les princes entretenaient l'Impératrice de la
mission confiée par le roi à Breteuil, déclaraient que le
rapprochement «qu'ils désiraient tant» avec les Tuileries était enfin
opéré, que le roi et la reine leur rendaient enfin justice. «Ils
daignent nous accorder leur confiance; ils nous ont indiqué Breteuil.
Votre Majesté connaît notre opinion sur ce ministre; elle n'est pas
changée. Mais qu'importe l'opinion qu'on peut avoir d'un homme quand
il s'agit de si grands intérêts? Il ne nous est plus permis de douter
que la façon de penser du Roi et de la Reine, que tous les actes
qu'ils ont faits depuis la fatale journée de Varennes, leur ont été
arrachés par la violence la plus adroite; mais ils croient que leur
sûreté est attachée à paraître de bonne foi dans les sentiments qu'ils
professent; et Votre Majesté sentira facilement combien il importe que
ce secret soit religieusement gardé. Du reste, ils soupirent après une
seconde évasion: mais, surveillés comme ils le sont, ils la regardent
en ce moment comme impossible, et mécontents, comme ils le sont, de
l'Empereur qui les abandonne, au moins en apparence, ils n'attendent
leur salut que des sentiments de Votre Majesté pour nous.

«Le parti monarchien, dont nous venons de parler à Votre Majesté, ne
s'endort pas; il a formé un plan, qui est l'objet d'une note sur
laquelle nous supplions Votre Majesté de vouloir bien jeter les yeux.
Le plan est l'ouvrage du trop fameux Mirabeau; il l'avait tracé quinze
jours avant sa mort, et le Roi feignit alors de l'adopter, pour mieux
tromper sur son projet d'évasion; et s'il paraît le reprendre
aujourd'hui, c'est toujours dans la même vue. Nous avons cependant cru
devoir le mettre sous les yeux de Votre Majesté, pour lui faire voir
quel est le but secret du plus rusé de nos ennemis; car, pour les
autres, ils avouent seulement qu'ils veulent faire de la France une
république.»

Ainsi c'était toujours même chanson. Les royalistes constitutionnels
qui s'efforçaient, par de sages concessions, de conserver à Louis XVI
sa couronne, devaient être considérés comme des ennemis. Mieux valait
que la monarchie pérît que d'être sauvée par eux. On retrouve la même
idée dans le Mémoire rédigé par Calonne, que Nassau devait emporter à
Saint-Pétersbourg pour le soumettre à l'Impératrice.

«Disons-le avec tout le respect que les princes auront toujours pour
le roi, leur frère, s'écriait le rédacteur du Mémoire, il n'y a
qu'eux, dans l'état actuel des choses, qui puissent le sauver de la
séduction qui l'obsède, des perfidies qui le trahissent et de sa
propre faiblesse, qu'une suite de malheurs capables de lasser le
courage le plus ferme rend bien excusable. Il n'y a que les princes
qui puissent démasquer les intrigues, et repousser les efforts de ce
parti monarchien ou constitutionnel qui, malgré leur vigilance, ne
fait déjà que trop de progrès dans le royaume, et dont le triomphe
deviendrait complet par leur entier éloignement. Il n'y a qu'eux qui,
par sentiment comme par devoir, soient appelés à épargner le sang
français, et à tempérer les horreurs de la guerre prête à s'allumer.
Il n'y a qu'eux enfin, qui aient pris l'engagement solennel et
irréfragable de défendre la religion de leurs pères et le trône
héréditaire dans leur maison, de rétablir les vrais pasteurs dans
leurs fonctions, et tous les citoyens dans leurs propriétés,
d'affermir par l'ordre la liberté détruite par la licence, et de
soutenir les droits légitimes de cette valeureuse noblesse dont ils
s'honorent d'être les chefs.»

Après cette tirade où s'exprimait, en une forme véhémente et concise,
la funeste doctrine des émigrés, les princes s'appliquaient à
démontrer à l'Impératrice combien étaient injurieuses pour eux la
politique égoïste, les exigences de la cour de Vienne, sa persistance
à exclure de toute participation aux affaires de France les frères du
roi. Ils observaient que Léopold ne nourrissait à leur endroit que des
sentiments de bienveillance, mais qu'il se laissait dominer par ses
ministres et que ceux-ci voulaient annuler l'influence des émigrés.
Ils en tiraient la preuve des propos du vice-chancelier autrichien, le
comte de Cobenzl. Ils lui reprochaient de vouloir interdire aux
princes de participer à la défense des droits de leur frère, d'avoir
osé déclarer que leur présence dans les armées coalisées exciterait
une animosité funeste, que la contre-révolution s'opérerait plus
facilement sans eux, et ils s'évertuaient à prouver l'injustice de ce
langage. Enfin ils suppliaient l'Impératrice de leur prescrire ce
qu'ils devaient faire pour échapper à l'extrémité humiliante autant
que douloureuse de licencier leurs troupes, de disperser les
gentilshommes réunis autour d'eux.

Mais tout en sollicitant ses conseils et son secours, ils lui
suggéraient d'obtenir du roi de Prusse, dans son duché de Clèves, un
asile où ils pourraient se retirer avec toutes leurs forces sans
désarmer, car ce qu'ils voulaient, c'est qu'en quelque endroit qu'ils
fussent contraints de se réfugier, ils trouvassent la faculté de
reprendre leurs armements interrompus et le cours de leurs intrigues,
de se réorganiser, de se mouvoir, en un mot de se préparer à jouer
leur partie dans l'action où l'Europe paraissait prête à se jeter. Si
l'égoïsme des puissances leur refusait cette faculté, prétendait
engager la guerre sans eux, il ne leur resterait d'autre ressource que
de s'enfuir en Espagne, en laissant le prince de Condé à portée du
théâtre des opérations militaires pour les y représenter, et au besoin
les y appeler. C'est dans ces circonstances qu'ils demandaient à
l'Impératrice de se faire l'arbitre de leur sort.

«De tous les développements de la politique, le plus important serait
de connaître si l'Empereur se bornera à protéger les frontières de
l'Empire et l'intérêt des princes possessionnés en France; si, au
contraire, il étendra sa protection sur les princes et la noblesse,
ou si enfin il n'emploiera ses forces qu'à son profit ... Les princes
sans puissance n'ont pas le droit d'exiger de l'Empereur qu'il
s'explique. Mais l'Espagne et son alliée l'Impératrice le peuvent.»

Cet appel à l'Espagne prouvait une fois de plus les illusions de
Calonne. Ni le ministère Florida-Blanca, qu'une intrigue de cour
venait de renverser, ni le ministère du comte d'Aranda qui lui
succédait, n'étaient disposés à intervenir pour les émigrés. Les
princes, en dépit de leurs efforts, n'avaient pu même obtenir à Madrid
la promesse d'un asile pour le cas où ils seraient chassés de
l'Allemagne. Le ministère de Godoï ne devait pas leur être plus
favorable.

En même temps, Calonne rêvait de recourir de nouveau à l'Angleterre,
bien que ses premières démarches auprès d'elle eussent été stériles.
Il en cherchait depuis quelque temps l'occasion, quand, tout à coup,
elle se présenta. Vers la fin de janvier, le bruit se répandait que le
Cabinet français, ayant à sa tête M. de Narbonne, venait d'envoyer à
Londres l'ancien évêque d'Autun, Talleyrand, pour essayer de jeter
entre la République française et le gouvernement britannique les bases
d'une alliance ou tout au moins pour obtenir du ministère Pitt sa
neutralité, si la guerre éclatait entre l'Autriche et la France.
Calonne saisit la balle au bond, et s'empressa d'intervenir. À la
mission Talleyrand, il opposa la mission Christin. Christin était son
secrétaire. Il le chargea de porter à Pitt un Mémoire, une lettre au
prince de Galles, et de surveiller en même temps les menées de
l'envoyé français[34]. Dans le Mémoire à Pitt, après avoir constaté
l'imminence de la coalition «de toutes les souverainetés contre les
ennemis de tous les souverains», il exprimait l'espoir que le
gouvernement anglais, quoi qu'il en eût dit, ne voudrait pas rester
neutre.

         [Note 34: Pour la mission Talleyrand, lire le récit qu'en a
         fait M. Albert Sorel dans son livre intitulé: _l'Europe et la
         Révolution française_, t. III, et la correspondance
         diplomatique de Talleyrand (mission de 1792), publiée par M.
         G. Pallain. Quant à la mission Christin, elle n'a pas
         d'histoire, et, vraisemblablement, on n'en saura jamais plus
         que ce qui est raconté ici.]

«Les usurpateurs du gouvernement français, continuait-il, se figurent
le contraire ... C'est dans cette persuasion que la faction dominante
a pris le parti d'envoyer à Londres quelques-uns de ses agents pour
négocier avec les ministres, semer dans les peuples ses contagieuses
erreurs, intriguer partout, corrompre la populace et semer l'esprit de
sédition. Ces émissaires sont MM. Jarry, de Talleyrand de Périgord, le
duc de Biron et Rabaud Saint-Étienne, peut-être aussi le sieur Bonne
Carrere, revenant de Hollande, où il est allé à même intention. Alors,
la mission serait de cinq personnes.

«Le sieur Jarry, qui a été déjà employé à quelques besognes politiques
et qui ne manque pas d'habileté, doit être le seul accrédité, comme le
seul chargé d'affaires de France à Londres; M. de Talleyrand de
Périgord, ancien évêque d'Autun, emploiera pour le seconder tout
l'esprit et toute la souplesse dont, depuis deux ans, il a si
honteusement abusé; M. Rabaud Saint-Étienne, protestant, aura le
département d'échauffer les non-conformistes; le duc de Biron,
autrefois Lauzun, qui a un grand nombre de connaissances en
Angleterre, sera l'introducteur de ses collègues; Bonne Carrere
conduira les manoeuvres subalternes et les distributions d'argent, car
il ne faut pas douter que la corruption, ce moyen favori de
l'Assemblée, ne soit employée à Londres, comme elle l'est partout en
son nom ...

«Je ne suis pas inquiet de l'effet que doit produire cette caravane
diplomatique, moitié incendiaire, moitié astucieuse. Si le
gouvernement britannique, qui aujourd'hui plane tranquillement sur la
politique de l'Europe, voulait abandonner son système d'immobilité, au
moment que toutes les autres Cours s'ébranleront, s'il tournait ses
regards sur les avantages que l'Angleterre pourrait se ménager au
milieu de ce mouvement général, soit par quelque alliance, soit par
des stipulations utiles à son commerce, s'abaisserait-il à traiter
avec une horde séditieuse couverte de mépris, qui n'a pas un an à
subsister, et dont la prescription anéantira tout ce qu'elle aura
fait? Ne serait-il pas plus digne de lui et plus solide en soi de
s'entendre avec les frères du roi, qui, au moment actuel, ont seuls le
libre exercice de son autorité?»

C'est cette idée que développait Calonne, en comparant les avantages
«illusoires» que procurerait à l'Angleterre son alliance avec un
régime condamné à périr et ceux qu'il pourrait tirer d'un accord avec
les princes. «Sur tous les points que l'Angleterre pourrait avoir en
vue, disait-il, la conciliation ne sera pas difficile, dès qu'il y
aura en France un gouvernement; elle est impossible quand il n'y en a
pas, et c'est notre état actuel.»

Et pour conclure, il demandait à Pitt de veiller sur la conduite des
émissaires français, d'éclairer leurs intrigues, «de les empêcher de
siéger au Club de la Révolution ou à ceux des non-conformistes». Il
espérait même que, vu la circonstance, le roi d'Angleterre donnerait
aux princes français quelque témoignage public de ses sentiments pour
eux, afin de prévenir les fausses interprétations, et «de fermer la
bouche à ceux qui font à une nation trop fière pour ruser et à un
souverain trop loyal pour tromper, l'injure de supposer que
l'Angleterre entretient sourdement les désordres de la France et en
désire la prolongation».

Ce document établit qu'à la date où il fut écrit, le 28 juillet 1792,
les émigrés, qui devaient trouver plus tard en Angleterre des
ressources précieuses et un concours actif, n'en avaient encore rien
obtenu, ce qui révèle clairement que Pitt attendait son heure et une
occasion propice pour se prononcer dans un sens ou dans un autre.
Telles étaient si bien ses dispositions à ce moment, que la mission de
Talleyrand n'allait pas mieux réussir que celle de Christin, et que
l'obscur bourgeois envoyé par les princes et le brillant gentilhomme
envoyé par la Révolution, en quittant Londres quelques semaines plus
tard, s'en retournaient l'un à Coblentz, l'autre à Paris, sans être
plus avancés l'un que l'autre.

En même temps qu'il dépêchait Christin en Angleterre, Calonne écrivait
lettres sur lettres au baron de Roll, agent des princes auprès du roi
de Prusse, et au fidèle Nassau qui s'était rendu dans cette capitale
en quittant Vienne, avant d'aller à Saint-Pétersbourg. À Berlin aussi,
il fallait faire pièce à la diplomatie de la Révolution. Le ministre
Narbonne, qui rêvait en même temps que l'alliance anglaise l'alliance
prussienne, venait d'y expédier le comte de Ségur avec une mission
analogue à celle de Talleyrand. Et non seulement il importait de
paralyser ces démarches, mais encore d'obtenir de la Prusse, «notre
divinité tutélaire,» comme l'appelait Calonne, qu'elle permît aux
princes, s'ils étaient chassés de Coblentz, de se réfugier dans le
duché de Clèves, afin d'y attendre, l'Autriche persistant à se
dérober, le secours que, malgré tout, ils espéraient des Russes et des
Suédois. À Berlin, les demandes pressantes de Nassau et de Roll ne
devaient pas aboutir. La Prusse avait pris le parti de marcher avec
l'Autriche et d'éloigner les émigrés de toute action décisive. Mais
Ségur ne fut pas plus heureux auprès d'elle que Talleyrand auprès de
l'Angleterre. Il eut même à subir la honte d'un affront personnel et
dut quitter Berlin, chassé en quelque sorte par les impertinences du
souverain et de sa Cour.

Telle était la situation à la fin du mois de janvier 1792. À ce
moment, et comme Calonne attendait avec anxiété les résultats des
négociations que, contrairement aux ordres de Louis XVI, et sans en
faire part au baron de Breteuil, il continuait simultanément auprès
des grandes puissances, éclatait à Coblentz la nouvelle la plus
imprévue: celle de l'arrivée à Saint-Pétersbourg d'un agent du roi de
France, envoyé directement à Catherine par le prisonnier des
Tuileries. Que ce prince eût osé une telle démarche, à l'insu de ses
frères, quand ceux-ci, alléguant qu'il n'était pas libre, lui
contestaient le droit d'ordonner, c'était déjà grave. Mais ce qui vint
greffer une violente colère sur leur stupéfaction, c'est que cet
envoyé secret n'était autre que le marquis de Bombelles, l'ancien
ambassadeur du roi à Venise, Bombelles objet des ressentiments du
comte d'Artois depuis la querelle qui s'était élevée entre eux,
quelques mois avant, et auquel il reprochait d'être un des favoris de
Marie-Antoinette et l'âme damnée de Breteuil.


VIII

LE MARQUIS DE BOMBELLES EN RUSSIE

La confiance ancienne de Louis XVI et de Marie-Antoinette dans le
baron de Breteuil survivait à la dramatique aventure de Varennes. Dès
qu'il fut possible à Louis XVI ramené dans Paris de communiquer avec
le dehors, il fit avertir Breteuil fixé à Bruxelles de se tenir prêt à
recevoir ses ordres. Bientôt après, il lui envoyait le baron de
Vioménil porteur d'un paquet de lettres que les malheureux souverains
avaient pu écrire et confier à ce fidèle serviteur de leur cause.
Parmi ces lettres, il y en avait une pour l'empereur Léopold, une
autre pour l'impératrice Catherine, sollicitant leur appui. D'autres
étaient adressées, dans le même but, au roi de Prusse, au roi
d'Espagne, au roi de Suède. Le roi et la reine, dans cette
correspondance qu'ils s'étaient partagé la peine de rédiger, y
revenaient sur l'idée d'un Congrès, un Congrès appuyé d'une force
armée, qu'ils considéraient comme un moyen propice d'arrêter les
factieux et d'établir en France un état de choses tolérable. Breteuil
était chargé de faire parvenir ces missives à leurs destinataires et
d'appuyer, par des moyens du choix desquels on le laissait juge, les
demandes qu'elles formulaient.

Mais ce n'était pas tout. Le courrier qu'il avait reçu lui apportait
encore une lettre écrite par Louis XVI au maréchal de Castries, alors
retiré à Cologne. Dans cette lettre, le roi demandait au vieux soldat
de prendre une importante part dans la conduite des affaires de la
Monarchie et d'assurer les relations des princes avec le baron de
Breteuil, en s'en faisant l'intermédiaire.

À ne considérer que la forme de cette communication, elle constituait
un appel du roi à ses frères, un hommage à leur dévouement, et, pour
tout dire, une preuve de son désir de voir renaître la confiance qui,
depuis si longtemps, manquait à leurs rapports. C'était cependant un
tout autre but que poursuivait Louis XVI. Attribuant à Monsieur et au
comte d'Artois une partie de ses malheurs, impuissant à leur imposer
ses ordres, las de les voir commencer à tout instant des pourparlers
avec les puissances amies de sa couronne et compromettre ainsi les
négociations qu'il engageait lui-même avec elles, il s'était imaginé
qu'en feignant de vouloir désormais ne rien faire sans eux, et les
associer plus étroitement à sa politique, il obtiendrait qu'ils ne
fissent rien sans lui. C'est dans ce dessein qu'après avoir désigné
Breteuil comme son représentant, il demandait au maréchal de Castries
de devenir celui des princes, comptant que ces deux personnages se
mettraient bientôt d'accord pour le service de ses intérêts et pour
dérober à ses frères les projets qui devaient rester secrets, ou que
tout au moins, si le second ne se prêtait pas aisément à ce qu'on
attendait de lui, l'habileté du premier saurait bien, tout en
ménageant ses scrupules, le lui imposer.

La lettre du roi au maréchal de Castries cachait donc une petite
supercherie. Mais il n'en fut jamais de plus excusable, puisqu'il
s'agissait après tout du salut d'une cause que les fautes des princes
compromettaient chaque jour d'une manière plus irrémédiable. On ne
dira jamais assez avec quelle étourderie eux et leurs agents ouvraient
des négociations sur les sujets les plus graves. C'est ainsi qu'à
Vienne, a la fin de 1791, Polignac avait pris sur lui de présenter aux
ministres de l'Empereur le vieux projet de la régence de Monsieur,
précédemment abandonné sur l'ordre formel du roi. Calonne lui-même dut
désavouer son agent. Le 2 janvier 1792, il écrivait à la duchesse de
Polignac:

«Divine amie, le cher duc a cru, pour proposer à l'Empereur plus d'un
moyen de manifester en ce moment des sentiments dignes de lui, devoir,
entre autres, lui retracer l'idée de la régence dévolue au frère du
roi pendant sa captivité. Je vous dirai sans détours et avec toute la
franchise qu'autorise l'amitié, qu'il eût mieux valu qu'il n'ait pas
fait revivre cette ancienne proposition qui est perdue de vue depuis
qu'elle a paru déplaire au roi, et que Sa Majesté Impériale a fait
plus que désapprouver. N'hésitez donc pas, mon cher duc, (pardon, mon
aimable amie, si je vous quitte un moment pour lui parler) n'hésitez
pas a rétracter la partie de votre proposition qui se rapporte à la
régence.» Entrant dans les vues du roi, Breteuil chargea d'abord le
marquis d'Autichamp de porter à Cologne la lettre destinée au
maréchal. Il lui adjoignit le marquis de Vioménil qui devait rapporter
à Paris la réponse de celui-ci. Lui-même lui écrivait:

«Je désire avec vous tout ce qui pourrait donner les moyens de ne pas
voir les idées et les mesures de Coblentz faire fausse route militaire
et politique. J'ajoute avec la sincérité de l'amitié combien le
partage avec vous de cette difficile direction m'animerait et me
tranquilliserait. Ce que M. d'Autichamp vous a porté de la part de Sa
Majesté vous aura prouvé combien c'est le voeu qu'Elle forme pour
s'assurer franchise et discrétion dans ses rapports intimes et
fraternels avec les princes par rapport à vous. Le désir général vous
rend absolument le maître de prononcer. Vous sentez à quel point votre
présence serait nécessaire à Coblentz, tout ce qu'elle ajouterait à la
confiance réciproque du roi et des princes ... Dès que les princes
auront voulu me faire connaître directement leur volonté, vous
correspondrez avec moi comme avec l'homme de confiance du roi.
J'espère que vous serez facilement ma caution auprès d'eux sur le soin
que j'apporterai à mériter leurs suffrages et à leur inspirer toute la
confiance que le roi est bien décidé à leur montrer, dès qu'ils auront
fait preuve de tout vouloir concerter avec Sa Majesté. Je suppose que
le baron de Vioménil rapportera au roi un prononcé positif sur cette
entière déférence des princes.»

Quand le maréchal de Castries reçut cette déclaration d'amour, il
avait auprès de lui Mgr de Conzié, l'évêque d'Arras. Nous avons déjà
dit que, comme quelques-uns de ses collègues de l'épiscopat, Conzié
était friand d'intrigues politiques. Il en avait le goût et aimait y
être mêlé. Le maréchal le fit partir aussitôt pour Coblentz, en le
chargeant d'y présenter et d'expliquer une note dans laquelle il
rendait compte de l'événement qui venait de se produire et demandait
ce qu'il devait répondre à Breteuil. Il faisait toutefois remarquer
que son intention, en se conformant aux ordres du roi, était de
continuer à résider à Cologne et de ne venir à Coblentz que lorsque sa
présence y serait nécessaire. En manifestant cette intention, il
marquait assez combien il se défiait de l'entourage des princes et des
intrigues qui se nouaient autour d'eux.

Conzié négocia avec tant d'habileté qu'il obtint des princes une
décision telle que la souhaitait le maréchal. Sincères ou non, ils
accueillirent avec un bruyant empressement les désirs de leur frère.
Il est vrai qu'ils aimaient le maréchal et professaient pour son
caractère et ses qualités militaires la plus haute estime. Monsieur en
faisait même grand cas, ainsi que le prouve cet extrait d'une lettre
qu'il lui écrivait en novembre 1793: «Si je suis forcé de pencher vers
la politique, vous serez Sully. Si, au contraire, je puis montrer que
je suis du sang d'Henri IV, vous serez Duguesclin. En un mot, si je
marque dans l'histoire, si mon nom est jamais cité, il ne le sera
jamais sans le vôtre.» Ils se déclarèrent donc prêts a entrer en
rapports avec Breteuil par l'intermédiaire du maréchal. Ils
annoncèrent la nouvelle autour d'eux, sous la forme la plus propre à
relever leur autorité, et c'est alors qu'ainsi qu'on l'a vu plus haut,
ils écrivaient à Catherine: «Le rapprochement que nous désirions tant
avec les Tuileries est enfin opéré. Le roi et la reine nous rendent
justice.»

C'est toujours, on le voit, la même disposition à traiter avec leur
frère d'égal à égal, tandis que, dans la pensée de ce dernier, et plus
encore dans celle de Breteuil, les relations qui se renouaient
devaient avoir pour effet de substituer à cette disposition
l'obéissance que des sujets doivent à leur souverain. Breteuil,
surtout, l'entendait si bien ainsi que, dans la crainte que l'opinion
fût trompée par le rapprochement du roi et de ses frères et y vît une
concession arrachée à la faiblesse de celui-ci, il déclarait que rien
de leur entente ne devait transpirer au dehors et qu'il valait mieux
qu'on crût toujours aux dissentiments de la famille royale: «Il est
important de ne rien dire ni faire pour ramener dans le public l'idée
d'une parfaite intelligence entre le roi et les princes.»

Dès que le maréchal eut connaissance des intentions de Monsieur et du
comte d'Artois, il s'empressa de les communiquer à Breteuil. Il lui
donna l'assurance que, comme lui, il voulait des relations franches,
propres à ramener la concorde entre le roi et ses frères, à cimenter
l'union qui, seule, pourrait les empêcher de succomber. Il fallait, à
son avis, que les opérations ostensibles des princes et les
négociations secrètes du roi ne marchassent pas en sens contraire
quant aux moyens, car elles ne pouvaient différer quant au but. Il
espérait que les puissances, en présence de cette réconciliation de
famille, ne marchanderaient plus leur concours. Enfin, il posait en
principe que, si c'était au roi et à la reine à imprimer la direction,
c'était aux princes à agir:

«Sous quelque aspect que ce soit, écrivait-il à Breteuil, plus vous
vous montrerez, plus vous apporterez d'embarras dans les fonctions du
roi de la Constitution. Vous avez l'influence que le roi vous donne
quant au fond; c'est la seule part désirable à avoir. Vous donnerez le
plan, le mouvement et la direction, et c'est aux princes d'agir
secrètement dans les cours ... Si vous l'entendez différemment,
expliquez-vous[35].»

         [Note 35: Papiers inédits du maréchal de Castries.]

Breteuil ne se hâta pas de s'expliquer. Mais son silence ne signifiait
pas qu'il acceptait l'interprétation du maréchal. Toute différente
était la sienne. Il savait qu'en s'adressant à ses frères, le roi
n'entendait pas que ses affaires leur fussent désormais communiquées
sans réserve et voulait surtout qu'eux-mêmes n'entreprissent rien sans
l'avoir concerté avec son représentant. Il exagéra encore ces
dispositions. Se défiant également de Condé et de Calonne, dont il
connaissait l'influence néfaste sur Monsieur et sur le comte d'Artois,
il interpréta ses instructions dans le sens le plus restrictif. Il les
considérait comme obligeant les princes à lui révéler tous leurs
projets et le laissant libre lui-même de leur taire ceux du roi. Il le
fit savoir lentement, peu à peu, et quand, à Coblentz, on s'en fut
convaincu, il ne resta plus rien de l'accord dont on avait espéré au
moins quelques bons effets. On ne saurait cependant blâmer Breteuil.
Sa défiance envers les princes, envers leur entourage, n'était que
trop fondée. D'autres la partageaient, le roi de Suède lui-même.
Quoique convaincu que les princes pouvaient seuls diriger l'action,
ce souverain se plaignait «du peu de secret de leur conseil».

À Coblentz, on n'avait pas attendu, pour se méfier de l'agent du roi,
qu'il eût donné des preuves de ce qu'on appelait «sa duplicité». Les
arrangements entre Louis XVI et ses frères étaient à peine arrêtés que
Calonne, le 9 janvier, écrivait à l'abbé Maury retiré à Rome, en lui
rendant compte de la situation politique: «Le gros baron veut se
rapprocher ou paraît vouloir se rapprocher de ce côté-ci. On ne se
recule pas, et ce que l'on vous a dit du maréchal de Castries
intermédiaire est vrai. Ce dernier est loyal et nous nous y fions. Il
voit déjà de lui-même de quel bois on se chauffe à Bruxelles, et il
n'en est pas plus édifié que nous.» Rien dans les notes manuscrites du
maréchal de Castries ne révèle qu'à cette date, il eût conçu les
soupçons que lui attribue Calonne. Mais il était allé à Coblentz le
1er janvier, et peut-être s'était-il associé dans une certaine mesure
aux préventions des princes contre Breteuil.

D'autre part, Calonne répondait au baron de Talleyrand qui
représentait les princes à la cour des Deux-Siciles: «On veut éloigner
les princes, à quelque prix que ce soit, et les mettre hors la chose
pour pouvoir en disposer à son gré. Bruxelles semble particulièrement
s'acharner à ce dessein, et la maudite influence de l'intrigant baron
de Breteuil se fait encore sentir.» C'est ainsi qu'on préludait à
l'alliance. En de telles conditions, elle ne pouvait porter d'heureux
fruits. De nouveau, les cours de l'Europe allaient recueillir les
preuves des dissentiments aggravés et envenimés de la famille royale.
Il reste à raconter dans quelles circonstances ils éclatèrent.

Breteuil, encore en possession des lettres écrites par le roi et la
reine à divers souverains, était tenu de les expédier. Leur teneur
l'obligeait, en outre, à suivre, à l'insu des princes, les
négociations qu'elles comportaient. Dans celle destinée au roi de
Suède, Louis XVI, après avoir énuméré les avantages d'un Congrès,
ajoutait: «Cela vaudrait mieux qu'une attaque des princes, qui
malheureusement, entourés de personnes aigries, ne sont pas libres de
faire ce qu'ils veulent, ni de garder le secret de leurs projets.» Et
il en tirait cette conclusion que leur intervention devait être évitée
et Breteuil chargé seul de négocier. Une recommandation analogue
était faite à l'impératrice Catherine. Rien ne pouvait être d'un plus
fâcheux effet, alors surtout que les souverains auxquels on demandait
d'exclure de toute participation aux affaires concernant la France les
frères du roi, les tenaient en haute estime, et que sans se dissimuler
leur vanité, leurs préventions, tous ces défauts dont la famille
royale avait si cruellement souffert depuis 1789, ils étaient d'avis
que le roi devait abandonner à ses parents émigrés la direction de ses
intérêts au dehors.

Quoi qu'il en soit, ces diverses lettres furent successivement
expédiées, sauf celle que Marie-Antoinette avait écrite, le 3
décembre, à l'Impératrice de Russie. L'importance qu'on attachait à
celle-ci, les développements verbaux qui devaient y être donnés
nécessitaient qu'elle fût portée à Saint-Pétersbourg par un personnage
important et habile. Aussi, pour remplir cette mission, le roi
avait-il désigné son ancien ambassadeur à Venise, le marquis de
Bombelles. On s'étonnera qu'il n'eût pas songé à y employer le comte
Eszterhazy qui se trouvait alors en Russie, après avoir donné à la
reine des preuves de dévouement propres à justifier le choix de sa
personne. Mais Eszterhazy était soupçonné d'être devenu l'homme des
princes, et quoique disposé à recourir à son zèle, si besoin était, le
roi ne voulut pas que, dans la démarche qui allait être tentée auprès
de Catherine, il fût l'unique et principal négociateur. À défaut de
lui, on alla chercher le personnage qui devait le plus déplaire au
comte d'Artois. N'était-ce pas Bombelles, en effet, qui dix mois plus
tôt avait encouru la disgrâce de ce prince, en se montrant trop dévoué
au roi? Bombelles, depuis cette époque, vivait à Naples. C'est là que
vint le trouver le pressant appel de Breteuil. Il s'y rendit sans
hésiter.

Le 30 décembre, il était à Bruxelles. Il en repartait le surlendemain,
1er janvier 1792, porteur de la lettre de la reine de France à
Catherine, d'une lettre et d'un long Mémoire de Breteuil pour cette
souveraine et pour le comte Ostermann, ministre des affaires
étrangères, d'une copie des pouvoirs donnés par Louis XVI à son agent
général à l'étranger, d'une recommandation du comte de Fersen pour le
baron de Stedingk, ministre de Suède en Russie, et enfin d'une lettre
de ce même Fersen à son ami le comte Eszterhazy, l'engageant à
quitter Saint-Pétersbourg sur-le-champ et à venir à Bruxelles: «Je
vous en expliquerai les raisons à votre passage ici et vous verrez que
je n'avais pas tort.»

En distribuant ce volumineux courrier, Bombelles devait exposer à
l'Impératrice l'importance d'un Congrès armé, tel que le demandaient
le roi et la reine, et la supplier d'agir auprès des princes «afin
qu'ils subordonnent leurs démarches et leurs actes à ceux de leur
frère». Dans sa lettre à l'Impératrice, Marie-Antoinette disait, en la
finissant: «Si Votre Majesté a quelque chose à nous communiquer, que
cela ne soit que par M. le baron de Breteuil, qui a toute notre
confiance, et il est bien essentiel pour nous que le secret soit
absolu pour tout autre.» Ce secret n'était connu que de Breteuil,
Vioménil, Bombelles et Fersen.

Si la reine à Paris, et Breteuil à Bruxelles, avaient connu les
dispositions de Catherine, ils se seraient abstenus de donner à leurs
démarches une forme blessante pour Monsieur et pour le comte d'Artois,
dont les déclarations chevaleresques lui avaient fait illusion au
point de la décider à leur venir pécuniairement en aide avec une rare
libéralité, et auprès desquels, comme gage de ses promesses de
secours, elle entretenait un représentant. À Saint-Pétersbourg,
Bombelles allait se heurter contre la sympathie non dissimulée que
l'Impératrice professait pour les frères de Louis XVI et contre le
souvenir défavorable qu'elle avait conservé de ses anciennes relations
avec Breteuil.

Bombelles arriva dans cette capitale le 26 janvier. Sa première visite
fut pour le comte Eszterhazy auquel l'unissait une vieille amitié. Il
lui remit la lettre de Fersen. Puis, résolu à ne pas feindre avec lui,
il lui confia, sous le sceau du secret, l'objet de sa mission, en y
apportant les plus grands ménagements pour l'amour-propre de son
interlocuteur. Eszterhazy eut le bon goût de ne pas trahir la surprise
et la peine qu'il éprouvait à se voir supplanté. Préoccupé surtout de
servir la cause royale, il se mit à la disposition de Bombelles pour
faciliter ses démarches. Mais il lui déclara qu'il ne pouvait
obtempérer à la requête de Fersen et se résoudre à quitter
Saint-Pétersbourg. Abandonner son poste, c'eût été tromper la
confiance des princes de qui il le tenait. Il ne voulait pas partir
sans leur ordre. Il fit observer que, s'il se rendait auprès d'eux, il
serait contraint, pour expliquer son retour, de leur confesser la
vérité, alors qu'on lui demandait de la leur taire.

Bombelles comprit ces scrupules et n'eut pas à regretter la résolution
qu'ils avaient dictée à Eszterhazy, car, dès ce moment et jusqu'au
départ de ce dernier, qui eut lieu quelques semaines plus tard, il
trouva en lui un concours actif et dévoué. Il lui dut d'être reçu, le
jour même de son arrivée, par le comte Ostermann. Ce ministre commença
par émettre des doutes, quant au degré de confiance qu'il convenait
d'accorder à Breteuil et à son envoyé, alors que le comte Eszterhazy
était à Saint-Pétersbourg comme représentant de la monarchie
française. Bombelles dut lui rappeler que dès longtemps Breteuil avait
été choisi par le roi pour négocier, en son nom, avec les puissances;
que Calonne le jalousait et n'avait pu le cacher depuis qu'il savait
par une déclaration de l'Empereur quelle confiance Louis XVI avait en
Breteuil.

--Maintenant, ajouta Bombelles, le pouvoir de Breteuil a pris une
nouvelle force par suite d'un avis du roi, faisant connaître à ses
frères que ce gentilhomme était seul chargé de défendre ses intérêts
auprès des cours.

En parlant ainsi, Bombelles ne faisait que paraphraser le Mémoire
qu'il était chargé de remettre à l'Impératrice et en travers duquel,
deux jours après, elle jetait cette phrase significative: «Dans tout
ce Mémoire, je ne vois que la haine de Breteuil contre Calonne. Il
faudrait envoyer au diable des conseillers tels que Breteuil qui donne
d'aussi mauvais conseils, et Calonne, parce qu'à la lettre, c'est un
éventé.»

Convaincu ou non par la chaleur avec laquelle lui parlait Bombelles,
le comte Ostermann lui promit de remettre à l'Impératrice les diverses
pièces et de solliciter pour lui une audience. Cette audience se fit
attendre, fut plusieurs fois ajournée, et avant même qu'elle eût été
accordée, Bombelles comprit qu'on aurait préféré qu'il ne vînt pas. Et
c'était vrai. On pensait à la cour qu'il eût mieux valu qu'Eszterhazy
fût chargé de présenter la lettre de la reine, et qu'à défaut de lui
«un simple courrier eût fait meilleur effet».

Bombelles retrouva ces dispositions auprès de l'Impératrice, quand il
put enfin être mis en sa présence. Elle l'accueillit avec sécheresse
et hauteur. Elle n'aimait pas Breteuil. Elle le connaissait de vieille
date, depuis 1762, alors que du vivant de son mari, le tzar Pierre
III, il était chargé d'affaires de France en Russie. À cette époque,
les Orlof s'étaient ouverts à lui de leur projet de renverser le tzar
au profit de la tzarine, et lui avaient demandé son concours pour
contracter un emprunt. Breteuil s'était dérobé. Il avait quitté
Saint-Pétersbourg à la veille de la révolution de palais qui mit
Catherine sur le trône. Elle avait gardé de ce refus un ressentiment
inoubliable. Bombelles en éprouva les effets. À son tour, tout en
adoptant le principe d'un Congrès et en promettant d'en écrire aux
cours européennes, elle se déroba, quand son interlocuteur voulut
obtenir d'elle un formel engagement. Comme il mettait sous ses yeux la
copie des pouvoirs délivrés à Breteuil par le roi de France, elle
répliqua froidement:

--Les princes en ont de tout pareils.

Puis, révélant ce qu'elle avait déjà fait à leur prière, les services
rendus par elle à leur cause, elle s'étonna qu'on voulût se passer
d'eux. Toutes ses réponses furent évasives, rendues presque
impertinentes par la persistance malicieuse qu'elle mit à traiter sur
le pied d'une égalité parfaite Louis XVI et ses frères. Ni dès ce
moment, ni plus tard, Bombelles ne put la fléchir et la décider à se
prêter aux vues des Tuileries. Du reste, après avoir lu la lettre de
Marie-Antoinette, elle avait écrit en marge des réflexions suivantes
qui révèlent toute sa pensée: «Qu'attendre de gens qui agissent sans
discontinuer avec deux avis parfaitement contradictoires, l'un en
public, l'autre en secret? C'est elle qui a tout perdu, cette
contradiction continuelle; c'est elle qui empêche d'aller en avant. Le
seul parti qui le pourrait, celui des princes, on le voudrait en
arrière. Pourquoi? On est faux avec eux et avec tout le monde en
vérité, car ce Breteuil a toujours haï cordialement la Russie et votre
servante plus qu'âme qui vive.»

Ce n'est pas seulement par le décourageant accueil fait à Bombelles
que Catherine manifesta ses rancunes contre Breteuil et son dédain
pour les vues politiques du malheureux roi de France. Elle poussa
cette manifestation jusqu'à la plus cruelle indélicatesse. Au mépris
des pressantes recommandations de la reine prisonnière, elle fit part
au prince de Nassau et au comte de Romanzof de l'arrivée de Bombelles
à sa cour et de l'objet de son voyage, de telle sorte qu'à l'heure où
Breteuil se flattait que le secret de la mission ordonnée par le roi
était bien gardé, la nouvelle en arrivait à Coblentz. C'était dans les
derniers jours de janvier. À ce moment déjà, les relations à peine
ébauchées du baron de Breteuil avec la petite cour des princes avaient
pris une tournure aigre-douce et donnaient naissance à des querelles
épistolaires.

Le maréchal de Castries, soit qu'entre les lignes de la correspondance
de l'agent du roi, il devinât ce qu'à dessein celui-ci négligeait d'y
mettre, soit que les constantes plaintes de Calonne eussent éveillé
ses soupçons, commençait à se méfier, à trouver qu'on ne lui révélait
que des choses sans importance. Écho des récriminations de Calonne, il
suspectait les actes de Breteuil et surtout son silence. «Je suis
fâché du silence que vous gardez,» lui écrivait-il. De son côté,
Breteuil remarquait que, lorsqu'il sollicitait des renseignements, il
ne les obtenait jamais qu'incomplets, altérés par des réticences. Or,
s'il revendiquait pour lui le droit de parler ou de se taire à son
gré, il ne reconnaissait pas ce droit aux princes. Il ne tardait pas à
s'impatienter de leur prétention à traiter avec leur frère d'égal à
égal, et un jour, le 28 janvier, il écrivait au maréchal de Castries:

«Je crois, monsieur le maréchal, qu'il faut une petite explication
entre vous et moi pour nous bien entendre sur la manière d'établir
solidement cette confiance réciproque de la famille royale, afin
d'aller au-devant des doutes et des soupçons qui ramèneraient bientôt
à Coblentz le même esprit d'inquiétude, de défiance et d'injustice qui
a si fort écarté de la marche simple et uniforme que les affaires
auraient dû prendre dès le premier moment entre le chef de la famille
et ses frères ...

«Il est donc nécessaire que les princes veuillent bien vous faire
passer le résumé de leurs vues, de leurs mesures, de leurs moyens de
tout genre chez les puissances étrangères ou dans le royaume, afin
que, d'après la communication que vous aurez eu la bonté de m'en
faire, je puisse instruire assez le roi pour qu'il conspire cet état
de choses avec celui qui est particulier aux mesures de Sa Majesté.
Quand j'aurai fait ce rapprochement, je vous dirai ce qui paraîtra au
roi devoir être suivi ou abandonné par les princes.»

Ainsi, Breteuil affirmait nettement le droit du roi de se réserver la
connaissance de certains objets, tout en exigeant que ses frères lui
révélassent la totalité de leurs intentions et ne fissent aucune
démarche sans son aveu. Si contraire à leurs idées était cette
doctrine que le maréchal n'avait pas osé leur communiquer la lettre de
Breteuil et l'avait gardée pour lui, se contentant d'insister encore
pour obtenir «une égale communication, une égale confiance». Mais
Breteuil ne cédait rien de son interprétation, et ce dissentiment
commençait à s'envenimer quand la nouvelle de la mission de Bombelles
vint tout à coup consacrer, par un acte décisif, l'opinion de l'agent
du roi.

C'est par le comte de Romanzof que les princes en eurent connaissance.
À peine averti par une lettre du ministre Ostermann, il s'était
empressé de la leur apporter. Cette révélation inattendue les
exaspéra. Voilà donc à quoi tendait et devait aboutir «la relation
franche» que le roi avait chargé Breteuil de créer. On l'inaugurait en
engageant en Russie, à leur insu, une négociation qui, faisant double
emploi avec les pourparlers engagés déjà par eux, menaçait de
compromettre les avantages qu'ils en espéraient. Et quel négociateur
avait-on choisi pour le substituer à des serviteurs aussi éprouvés que
Nassau et Eszterhazy? Un homme dont avait à se plaindre le comte
d'Artois, qui lui avait fait injure en lui cachant des ordres qu'il
tenait directement du roi. Sur qui compter désormais puisque Louis XVI
lui-même se servait des ennemis de ses frères, les employait à des
missions louches et dirigées contre eux? Était-ce par de tels procédés
qu'on espérait réconcilier les membres divisés de la famille royale?

La correspondance à laquelle sont empruntés ces détails trahit la
fureur du comte d'Artois et la colère plus froide de Monsieur. Ils
fulminent contre Breteuil, le traînent dans la boue. «L'existence de
ce maudit homme est par trop funeste et nuisible!» s'écrie le comte
d'Artois. Puis, sans ménagement pour les infortunés prisonniers des
Tuileries, dont la tête est déjà menacée, il fait retentir jusqu'à eux
les échos de cette puérile querelle. Il écrit à sa soeur Madame
Élisabeth. Il expose ses griefs contre Bombelles, et sans nommer
Breteuil, c'est lui qu'il rend responsable de tout.

«Tous ces faits sont connus du roi et de la reine, et c'est dans le
moment où nous sacrifions opinion, amour-propre pour céder à leurs
désirs, qu'on envoie M. de Bombelles à notre insu, et où? en Russie.
J'avoue que jamais mon coeur et mon âme ne furent plus douloureusement
affectés. Mais, mon amie, croyez-moi, ce n'est pas au roi et à la
reine que nous pouvons en vouloir: nous connaissons leurs sentiments
et nous y compterons éternellement. Mais ce dernier événement achève
de déchirer le voile perfide dont un traître cherchait à se masquer.
Il apprendra qu'on n'offense pas impunément les deux frères de son
maître, et surtout, il apprendra que nous ne savons pas pardonner à
l'homme qui, pour satisfaire sa vile ambition, ne craint pas de
compromettre la sûreté du roi, celle de la reine, et de vouloir jeter
la division dans la famille de son souverain.

«La trop juste douleur que nous éprouvons ne fera que redoubler le
dévouement sans bornes et la vraie tendresse que nous portons à nos
malheureux parents; mais nous vouons une haine éternelle au monstre
qui n'a jamais cessé de tromper et le roi et nous, et nous déclarons
avec une respectueuse fermeté que jamais nous n'aurons aucune
communication quelconque avec un homme aussi vil et aussi infâme. Le
roi sentira la force de nos raisons, il approuvera notre conduite et
il cessera d'exiger ce qu'il ne serait plus en notre pouvoir de
promettre, et ce qui nous est défendu par notre devoir autant que par
notre tendre intérêt pour la sûreté de ceux auxquels nous avons dévoué
notre existence.

«Nous avons fait sur-le-champ partir un courrier pour la Russie afin
de bien éclairer la grande âme de l'Impératrice contre cette nouvelle
infamie et pour désavouer d'avance tout ce que pourra dire ou faire M.
de Bombelles; mais nous aurons soin de prouver en même temps à notre
illustre protectrice que le baron est seul coupable et que le roi ne
tardera pas à désavouer ce qu'un ministre perfide a fait sans son
approbation.

«Adieu, adieu, ma bien chère soeur; mon âme est cruellement affectée,
mais je suis et je serai toujours le même, et rien ne pourra m'aigrir
assez pour nuire aux devoirs qui me sont dictés par l'honneur et par
les sentiments qui sont gravés dans mon coeur.»

Cette lettre est du 4 février. Le 18, c'est à l'impératrice Catherine
qu'écrit le comte d'Artois:

«Madame notre soeur et cousine, quoique instruits pour ainsi dire par
Votre Majesté elle-même de la mission du marquis de Bombelles auprès
d'elle, nous osons nous flatter qu'elle n'aura pas improuvé le silence
que nous avons gardé à cet égard jusqu'à ce qu'il ne nous ait plus été
possible de douter d'une nouvelle aussi affligeante pour nous. Votre
Majesté sait avec quelle ardeur nous avons désiré un rapprochement
entre le roi notre frère et nous; elle a été instruite des sacrifices
d'opinions et de plaintes personnelles que nous avons faits à ce grand
objet; elle ne doit donc pas être surprise de notre douleur en
apprenant une mission qu'on avait soin de nous cacher et des efforts
faits pour repousser loin de nous cette triste vérité. Votre Majesté
jugera facilement combien l'imprudence de M. le baron de Breteuil
compromet en cette occasion les jours du roi et de la reine. Cette
considération est celle qui nous touche le plus; assurés des bontés de
Votre Majesté, nous croirions manquer à la reconnaissance qu'il nous
est si doux de lui devoir, si nous conservions un moment d'inquiétude
sur les manoeuvres de nos ennemis près d'elle; mais en même temps,
nous osons la supplier de consoler par un redoublement de bontés le
comte Eszterhazy qui n'a pu qu'être infiniment sensible à cet
événement. Cette nouvelle marque de la protection de Votre Majesté est
bien importante pour nous, mais en même temps elle ne l'est pas moins
pour le roi et la reine.

«Si Votre Majesté retirait ses bontés au comte Eszterhazy, s'il
quittait Pétersbourg, l'objet de la mission du marquis de Bombelles ne
serait plus équivoque, et les jours de nos infortunés parents
seraient plus exposés que jamais; au lieu que, tant qu'on pourra ne
considérer le marquis de Bombelles que comme un simple voyageur attiré
par le désir bien légitime d'admirer de près les grandes qualités de
Catherine II, leur danger ne sera pas si grand. Nous devons même dire
à Votre Majesté que nous avons pris le parti de nier absolument la
mission, et que nous avons recommandé au comte Eszterhazy d'en agir de
même; nous aimons bien mieux paraître trompés que d'exposer, en
avouant la vérité, des jours que nous voudrions défendre au prix de
tout notre sang.»

Enfin, le 20 février, Monsieur adressait à Marie-Antoinette une lettre
où, sous des formes adoucies, apparaît son ressentiment et qu'il y a
lieu de citer en son entier, parce que le grave conflit qui ne cesse
d'exister entre le roi et ses frères s'y trouve exposé en tous ses
détails:

«Il y a déjà plus de quinze jours, ma chère soeur, que je vous aurais
écrit au sujet d'une chose qui m'affecte vivement, si nous n'avions
voulu, le comte d'Artois et moi, en avoir la certitude absolue avant
d'y croire; vous devinez sans doute que je veux vous parler de la
mission de M. de Bombelles à Pétersbourg.

«Croyez bien d'abord, ma chère soeur, que c'est pour votre intérêt que
je vais vous parler, et que la douleur que nous avons ressentie en
apprenant cette mission qu'il vous a plu de nous cacher, au moment
même où le baron de Vioménil venait de nous tenir un langage si
différent, serait une trop petite consolation pour entrer dans la
balance; mais je considère: primo, la mission en elle-même; secundo,
une lettre que M. de Bombelles a apportée à M. d'Eszterhazy, où un de
ses amis lui conseille de revenir promptement à Tournay, lui faisant
entendre que cela vous serait personnellement agréable. Pour le
premier article, toute mission suppose un objet. Quel peut donc être
celui de la mission de M. de Bombelles? Je n'en vois que deux: celui
d'aiguillonner le zèle de l'Impératrice en faveur de la bonne cause,
ou celui de la ralentir. Dans le premier cas, que répondrez-vous aux
Jacobins qui viendront vous reprocher d'embrasser tout haut la
Constitution et de travailler à la renverser? et s'ils apportaient la
preuve de cette assertion?... Écartons cette image! elle est trop
horrible. Dans le second cas, et en supposant la réussite, si
l'Impératrice qui, dans ce moment, imprime le mouvement à toute
l'Europe, vient à se refroidir, tout se refroidira avec elle, la
machine prête à agir se désorganisera; ce qui reste de bons Français,
ou perdra courage et se soumettra au monstre de la Constitution, ou,
réduits au désespoir, ils tenteront de vains efforts et donneront à
leur patrie, en périssant pour elle, un triste et dernier témoignage
de leur attachement, sans que vous puissiez même honorer leur mémoire
d'une seule larme. Nos tyrans ne vous en laisseront pas la
satisfaction. Ainsi, je vois un danger égal, dans l'un ou l'autre cas,
pour votre vie ou pour votre honneur, et si l'amitié peut s'alarmer
davantage pour le premier, ou je connais mal votre âme, ou vous
craignez bien plus pour le second.

«Mais, dira-t-on, la mission de M. de Bombelles peut rester secrète,
et il ne passera que pour un voyageur, et dès lors le premier danger
est nul; il ne tiendra pas à nous qu'il n'en soit ainsi; mais comment
ce moyen, déjà fort difficile à employer avec le conseil donné à M.
d'Eszterhazy? S'il le suivait, s'il quittait Pétersbourg, qui y
suivrait vos intérêts dont nous sommes seuls dépositaires publics,
ostensibles et autorisés par la nature même des choses? Sera-ce M. de
Bombelles? Mais, dès lors, sa mission est publique, et le premier
danger dans toute sa force. Sera-ce M. Genêt ou tel autre envoyé de
l'Assemblée nationale sous le nom du roi? En supposant que
l'Impératrice l'écoute, ce qu'assurément je suis bien loin de
supposer, le second danger reparaît. Tous ces arguments nous mettent
dans la nécessité de combattre le système que le baron de Breteuil a
donné au maréchal de C. pour être le vôtre. À Dieu ne plaise que nous
voulions jamais empiéter sur l'autorité du roi; tous nos efforts ne
tendent qu'à la lui rendre pleine et entière, et si quelqu'un osait
nous accuser, en la rétablissant, d'en garder une partie pour nous, ce
serait celle qui me permet de l'appeler mon amie que nous choisirions
pour notre avocat. Mais, dans l'affreuse captivité où vous êtes
réduits, qui peut vous remplacer que nous? L'Impératrice et le roi de
Suède ont bien senti cette vérité. Ce n'est pas une vaine comédie que
jouent MM. de Romanzof et d'Oxenstiern.

«Ce n'est pas auprès de Monsieur et du comte d'Artois qu'ils sont
accrédités, c'est auprès des seuls organes légitimes du roi de France,
retenu en captivité par ses sujets rebelles, et si la plupart des
autres souverains n'ont pas suivi cet éclatant exemple, ils ont
presque fait la même chose en recevant nos agents et en traitant
ministériellement avec eux. Certainement nous ne désirons rien tant
que d'agir d'après vos vues; mais il est mille cas pressés où il nous
faut décider par nous-mêmes sans attendre vos ordres, que le moindre
incident peut, non seulement retarder, mais nous faire perdre tout à
fait; et, s'il y a des choses qui nous sont cachées, qui peut répondre
que nos démarches ne contrarieront pas les vôtres? si cela arrivait,
le moindre inconvénient serait de montrer une désunion funeste à tous
égards. M. le baron de Breteuil propose un remède qui est que nos
agents publics servent de voile à nos agents secrets, et qu'ils ne
fassent rien que par leur direction. Je m'en rapporte à vous-même, ma
chère soeur: ce moyen est-il admissible? Y aurait-il au monde un homme
capable de lier deux idées ensemble, qui pût consentir à un pareil
rôle? Et, si nous n'envoyons que des imbéciles, ils seront d'abord
très certainement bafoués dans la cour où ils résideront, ce qui sera
fâcheux pour la cause qu'ils plaideront, ensuite les ministres de
cette cour chercheront, découvriront et dévoileront peut-être l'agent
secret, et je viens de vous en développer tous les inconvénients.

«Après vous avoir dit ce que votre intérêt, votre sûreté, votre
gloire, qui seront toujours nos premiers mobiles, nous engagent à dire
à votre raison, permettez à votre ami d'interroger votre coeur et de
lui demander si deux frères qui ne respirent que pour vous servir, qui
y travaillent depuis le matin jusqu'au soir, si ce n'est avec succès,
toujours avec zèle, méritaient d'être payés de leur dévouement par une
réserve au moment même où ils auraient tout lieu de se flatter du
contraire? Je ne suis pas en peine de la réponse.

«Pour finir cette lettre déjà bien longue, nous vous supplions
d'ordonner au baron de Breteuil d'abandonner son système et de tout
dire au maréchal de Castries, comme celui-ci lui dira tout de notre
part. Mais, s'il persiste dans un système qu'il nous est impossible de
regarder comme le vôtre, et que vous croyiez devoir continuer à vous
servir de lui, permettez au moins que notre correspondance n'ait plus
d'autre intermédiaire que le maréchal de Castries. Quand celui-là nous
parlera, au moins serons-nous sûrs que ce seront vos volontés qu'il
nous transmettra. Si enfin cette dernière grâce nous est refusée, plus
affligés de ce refus pour vous-même que pour nous, nous continuerons à
vous instruire de tout, plus ou moins souvent, suivant que les
occasions seront fréquentes ou rares, et nous vous servirons toujours
avec le même zèle, bien sûrs que tôt ou tard, et quelque chose qu'on
fasse, vous rendrez justice à ce zèle.»

Ces pièces, comme les plaintes adressées au maréchal pour être
transmises à Breteuil, accusent, on le voit, le caractère aigu de la
querelle. Elle devint si bruyante par suite des récriminations des
princes, que le fameux secret cessa d'en être un et fut bientôt connu
de toutes les cours. Marie-Antoinette en voulut mortellement au comte
Eszterhazy, qu'elle accusait à tort de l'avoir divulgué. Elle alla à
l'échafaud sans avoir su que l'indiscrétion était due à l'Impératrice
seule.

Si le maréchal de Castries traduisit avec moins d'éclat que les
princes la pénible surprise que lui causait l'événement, il ne put
cependant la dissimuler. Il écrivit à Breteuil. Il se plaignait du
défaut de confiance dont celui-ci venait de faire preuve à l'heure
même où il parlait si haut de la nécessité d'un bon accord entre le
roi et ses frères. Il lui en voulait d'autant plus qu'il s'était livré
entièrement à lui, allant jusqu'à reconnaître que «Calonne étant un
danger et son influence sur le comte d'Artois désastreuse, il fallait,
non l'ôter, ce qui eût été impossible, mais l'annuler».

Non content de lui écrire, il chargea son fils, le duc de Castries,
d'aller à Bruxelles pour remettre sa lettre à Breteuil et lui demander
verbalement des explications. Elles furent brèves et hautaines.

--Si je n'ai pas parlé aux princes de la mission du marquis de
Bombelles, dit Breteuil, c'est que le roi et la reine m'avaient
ordonné le secret. M. de Bombelles est allé à Saint-Pétersbourg par
leur volonté, y appuyer des démarches que, depuis dix-huit mois, les
princes n'ont pu faire aboutir. Il était temps que le roi intervînt et
parlât.

Gardant le plus absolu silence sur le fond même de cette mission
diplomatique, il se contenta de répéter au duc de Castries ce qu'il
avait déjà dit dans ses lettres au maréchal, à savoir que «la
suprématie royale exigeait qu'avant de l'interroger, on lui fît part
des vues, des plans, des négociations et qu'on promît surtout de ne
pas s'opposer au Congrès». En un mot, il maintint fermement le droit
supérieur du roi, sans faire aucune confidence au fils du maréchal.
«La confiance du roi en M. de Breteuil, écrivait le duc à son père,
ajoute à sa disposition naturelle pour la bouffissure et l'importance.
Je ne l'ai pas trouvé tel pour mon père ni pour moi. Mais, vis-à-vis
des princes, il est premier ministre et plein de la suprématie
royale.» Désolé de n'avoir rien appris, l'envoyé du maréchal, avant de
quitter Bruxelles, alla voir le comte de Fersen dans lequel il avait
deviné le correspondant intime de la reine et l'auxiliaire de
Breteuil. Il espérait recueillir de lui quelque précieuse information.
Mais Fersen ne lui ayant rien dit, il n'osa l'interroger, connaissant
bien «son caractère en arrière et la pédanterie de sa discrétion».

Les réponses que lui rapportait son fils n'étaient pas pour satisfaire
le maréchal. Mais il ne se tint pas pour battu. Il écrivit directement
au roi cette lettre, à laquelle d'ailleurs il ne fut pas répondu:

«Sire, la correspondance qui devait assurer la communication de toutes
choses et que vous avez prescrite venait de s'établir, lorsque les
princes ont appris, par voie étrangère, qu'on avait fait passer, à
leur insu, deux personnes chargées d'ordres particuliers de Votre
Majesté pour Saint-Pétersbourg et pour Berlin. C'est ainsi qu'en
débutant et suivant les directions que vous aviez tracées, Sire, à
Bruxelles comme à Coblentz, une démarche cachée pourrait renverser
l'organisation que Votre Majesté a établie, si elle pouvait se
renouveler. Au fond de votre prison, Sire, vous ne pouvez apprécier
les inconvénients et les dangers de pareilles démarches.»

Quant à Calonne, à la suite de cette affaire, il adressait au
maréchal de longues lamentations: «L'espoir de l'avenir, disait-il en
terminant, m'avait toujours soutenu contre l'horreur du présent. Mais,
depuis que je n'aperçois plus que des intentions perfides ou au moins
suspectes dans ceux qui semblent avoir le plus d'influence, je
n'arrive pas plus à prévoir qu'à voir, et tout me donne une humeur
noire qui me fatigue plus que le travail même dont je suis excédé.»

Telle est l'histoire de ce qu'on a appelé la mission de Bombelles.
Cette mission étant restée sans résultats, il n'y aurait pas eu lieu
d'en écrire longuement le récit, si elle ne faisait ressortir les
déplorables fruits qu'engendrait la rivalité de Calonne et de
Breteuil, et la triste influence qu'exerça cette rivalité sur les
destinées de la monarchie. Toute cette intrigue finit par s'apaiser.
Mais elle accrut le ressentiment des princes contre leur frère.
Jusqu'à la fin, leurs relations eurent à en souffrir, et tandis que
Louis XVI et Marie-Antoinette emportaient dans la tombe la certitude
qu'ils expiaient les fautes des émigrés, le comte de Provence et le
comte d'Artois demeuraient convaincus que, si on les eût écoutés au
lieu d'écouter Breteuil, cette tragique aventure eût été épargnée à la
famille royale.



LIVRE TROISIÈME

LA CAMPAGNE DE 1792



I

À L'APPROCHE DE LA GUERRE

Vers la fin de février 1792, partout où elle avait tenté des
démarches, la diplomatie des princes était en échec. À Vienne, elle
rencontrait la versatilité de Léopold, le mauvais vouloir de ses
ministres, la crainte qu'il nourrissait de perdre dans la guerre
ses provinces des Pays-Bas; à Berlin, l'implacable égoïsme des
Hohenzollern, qui ne voulaient entrer en ligne qu'après s'être
assuré des dédommagements; à Londres, l'inébranlable volonté de
Pitt de rester neutre dans les conflits qui menaçaient le
continent, tant que l'intérêt national ne lui commanderait de s'y
mêler; à Saint-Pétersbourg, les desseins ténébreux de Catherine
contre la Pologne; à Madrid, le désarroi du pouvoir royal tombé en
quenouille; partout enfin, l'invincible défiance qu'inspiraient les
émigrés.

À cette détresse morale, s'ajoutait la détresse matérielle. Les fonds
successivement prêtés par les maisons régnantes s'épuisaient. À grands
pas s'avançait la misère. Le crédit personnel du maréchal de Castries
venait d'obtenir d'un banquier de Cologne cent mille florins pour les
princes; mais, en recevant cette somme, le 24 janvier, Calonne
écrivait avec mélancolie: «C'est toujours un petit secours pour en
attendre de plus grands qui viennent bien lentement. Nous n'avons rien
touché de Naples, et, quoique l'Empereur dise partout qu'il a prêté
aux princes deux millions, le fait est que ces deux millions sont
encore réduits à zéro.»

Le 30, Flachslanden ajoutait:

«L'Empereur met de telles conditions aux secours accordés aux
Électeurs qu'il fait journellement tourmenter les princes dans leur
asile. Si son projet était de déshonorer ses co-États en les livrant à
une terreur indécente, en même temps qu'il veut écarter absolument les
princes de la coalition, il ne se conduirait pas différemment. Ajoutez
à cela que nous commençons à manquer d'argent, et vous verrez que nous
ne sommes pas sur des roses.»

La dispersion de l'armée des princes, le piteux état de celle de Condé
rendaient plus lamentable cette situation. On a déjà décrit
l'infortune des émigrés qui s'étaient enrôlé au service de la cause
royale. Chaque jour y ajoutait quelque trait poignant. Ce n'était pas
seulement, comme aux débuts de l'émigration, la ténacité de leur
dévouement qui les retenait en Allemagne, ni leur haine invétérée
contre cette Révolution qui les avait dépouillés après les avoir
forcés à fuir; c'était maintenant la peur trop justifiée de rencontrer
dans leur patrie, s'ils se résignaient à y rentrer, des périls plus
grands que ceux contre lesquels ils se débattaient. Et puis, en dépit
de leurs maux, un espoir les soutenait encore. Ils ne voulaient pas
croire que l'Europe persisterait à les laisser dans un si misérable
abandon. Ils pensaient que, même en ce cas, la guerre deviendrait tôt
ou tard inévitable, et que, faite sans eux ou avec eux, elle
tournerait nécessairement à leur profit, quel que fût le mauvais
vouloir des puissances. Ils puisaient dans cette conviction le courage
de supporter leurs maux. Mais ces maux n'en étaient pas moins
effroyables. Les princes, témoins impuissants des souffrances de leur
fidèle noblesse, en avaient le coeur déchiré.

Sur un point, les émigrés ne se trompaient pas. Oui, la guerre tendait
à devenir inévitable. Mais ce n'était pas en vue de les secourir que
voulaient la faire les puissances. L'empereur Léopold et le roi de
Prusse leur en cachaient dédaigneusement le véritable but, à l'heure
même où ils arrêtaient d'importantes résolutions. Une intervention
armée était décidée. Elle devait être dirigée par le duc Ferdinand de
Brunswick, le plus illustre soldat de son époque. Il avait
cinquante-six ans. Au moment où la confiance des souverains allemands
allait mettre dans ses mains les destinées de la coalition, il venait
de repousser les offres du ministère Narbonne, qui avait eu l'étrange
idée de lui proposer, par l'intermédiaire du général de Custine, de se
mettre à la tête des affaires de France, en faisant luire à ses yeux
qu'il était le seul homme en Europe capable de diriger et de contenir
la Révolution et qu'il pourrait devenir par là «l'idole des Français
et le bienfaiteur de la postérité».

Les deux souverains dont il possédait la confiance devaient fournir
chacun quarante mille hommes, et Léopold, en plus, ses troupes des
Pays-Bas. Un appel serait fait par eux aux autres puissances pour les
inviter à prendre part à l'action, qui, d'ailleurs, ne serait pas
subordonnée à leur réponse, la défense des princes possessionnés et
des pays rhénans exigeant une marche rapide. Mais il était bien
entendu que la guerre n'aurait pas pour objet la restauration de la
monarchie absolue. Cette restauration, propre à rendre à la nation
française son ancienne puissance, n'était désirable ni pour la Prusse,
ni pour l'Autriche. Elles réclameraient seulement justice au nom des
possessionnés et la cessation des préparatifs belliqueux auxquels se
livrait la France depuis le 14 décembre. Quant au Congrès proposé par
Louis XVI, il ne se réunirait que si «la nation française exprimait le
voeu que le roi se portât médiateur entre elle et l'Europe».

Ces bases avaient été posées le 17 janvier 1792 à Vienne. Modifiées
dans quelques détails secondaires, elles se retrouvèrent dans le
traité qui fut conclu à Berlin le 7 février, sous le coup de l'émotion
qu'y causèrent les solennels débats consacrés, en janvier, par
l'Assemblée nationale aux affaires d'Allemagne et dont le ton général,
comme le vote qui les couronna, équivalait à une déclaration de
guerre. Mais, en tout cela, les souverains contractants songeaient
surtout à des accroissements de territoire et à conjurer les desseins
pressentis ou devinés de l'impératrice Catherine sur la Pologne.
C'était encore plus contre cette princesse que contre la France qu'ils
s'unissaient. Les intérêts de la maison de Bourbon n'occupaient, dans
le traité du 7 février comme dans leurs préoccupations, que la seconde
place. Le fait suivant en fournit la preuve éclatante. Le représentant
de Catherine à Paris, M. de Simolin, étant venu à Vienne, au nom de
Marie-Antoinette, pour laquelle il professait un dévouement analogue à
celui du comte de Fersen et ayant sollicité des secours urgents pour
la famille royale, il lui fut déclaré par le vieux Kaunitz «que les
puissances étrangères ne pouvaient s'immiscer ni en droit, ni en fait,
dans les affaires domestiques d'une nation indépendante sans en être
requises, et qu'elles ne l'étaient pas».

Ce n'était donc ni dans l'intérêt du roi ni pour faire le jeu des
émigrés que les cabinets de Vienne et de Berlin se décidaient à la
guerre, mais pour se défendre et avec l'espoir, après la victoire,
d'opérer quelques conquêtes aux dépens du vaincu. Rien de ces projets,
bien qu'on les eût mis depuis longtemps à l'étude, n'était connu des
princes français. Aussi ne cessaient-ils de se lamenter sur leur
triste état dont ils attribuaient à Léopold et à ses longs
atermoiements toute la responsabilité, quand le décès de ce prince,
survenu inopinément, parut devoir modifier l'état général des
affaires.

L'Empereur était mort le 1er mars, après une courte maladie dont,
d'abord, personne autour de lui ne s'était inquiété. N'ayant que
quarante-cinq ans, il semblait devoir vivre de longs jours. Aussi les
circonstances de son trépas parurent-elles extraordinaires et
donnèrent-elles lieu aux rumeurs les plus étranges. On alla jusqu'à
prétendre qu'il avait été empoisonné. On accusa de ce crime tour à
tour les Jacobins et les émigrés. Les premiers le considéraient comme
le plus redoutable ennemi de leurs idées. Les seconds lui reprochaient
de ne vouloir pas les admettre dans la coalition. Mais ni les uns ni
les autres n'étaient coupables de sa mort prématurée. «C'était un
voluptueux, dit un de ses contemporains; il avait mené la vie
vivement,» si vivement, que c'est sans doute de cela qu'il mourut.
L'effet de l'événement fut considérable. Quelques serviteurs fidèles
et la cour des Tuileries en furent consternés. Marie-Antoinette, sous
l'empire de ses angoisses renaissantes, suspendit toutes les
négociations engagées entre elle et ses amis pour la délivrance de la
famille royale. En revanche, bon nombre de gens se réjouirent, même à
la cour de Vienne. Dans Paris, on fut convaincu que le parti de la
guerre avait perdu son plus ardent champion en Europe, ce en quoi on
se trompait, car Léopold s'était constamment efforcé d'éviter la
guerre. C'est même à cause de cela que les émigrés l'avaient en
horreur.

À Coblentz, en apprenant sa mort, on se félicita, dans l'espoir que
son successeur serait plus actif et plus entreprenant que lui. Cet
espoir cependant n'empêchait pas Calonne d'écrire: «J'espère que cette
mort ne nous jettera pas dans une stagnation nouvelle. Le roi de
Prusse est bien disposé et veut que nos princes jouent le rôle qui
leur appartient[36]. Est-il vrai, comme on le dit, que la dernière
réponse de l'Empereur consacre les principes constitutionnels? C'est
avoir fait ses adieux à l'honneur en même temps qu'au genre humain.»

         [Note 36: Cette affirmation exprimait précisément le
         contraire de la vérité.]

Le successeur de Léopold était son fils. Il montait sur le trône, à
vingt-quatre ans, sous le nom de François II, comme roi de Bohême et
de Hongrie, en attendant l'élection qui devait le faire Empereur et
qui eut lieu au mois de juillet. Il passait pour un esprit honnête,
judicieux et froid, passionné surtout pour l'art militaire, disposé en
politique, tant en dehors de ses États qu'au dedans, à ne rien changer
à ce qu'avait fait son prédécesseur, et à suivre les mêmes voies. Il
le prouva en reprenant, à peine le maître, les négociations commencées
par Léopold avec la Prusse. Les princes français se hâtèrent de
renouer avec lui les rapports qu'ils avaient eus avec l'Empereur
défunt. Mais, auprès du fils, ils allaient se heurter aux mêmes
difficultés qu'auprès du père, recueillir les mêmes réponses,
rencontrer la même opposition, une égale volonté de tenir les émigrés
à l'écart. C'est cette volonté qu'ils s'attachaient à contrecarrer,
invinciblement résolus à s'imposer à la coalition qui se formait et
qui ne voulait pas d'eux.

Aux Tuileries, sur le conseil du comte de Fersen, on se préoccupait
aussi d'entrer en relations avec François II. La reine lui écrivit,
pour lui faire part de l'affreuse situation de la famille royale et
lui révéler l'imminence de la guerre que préparait contre l'Allemagne
le gouvernement français. Le baron de Goguelat, employé déjà à ces
missions secrètes qui exigent du sang-froid, du courage et du
dévouement, fut chargé de porter cette lettre à Vienne, où il devait
se faire recommander par Breteuil et par Mercy. Mais se produisait
alors un événement encore plus grave pour les émigrés que la mort de
Léopold. Le roi de Suède, Gustave III, avait été assassiné dans un bal
masqué, le 16 mars, à Stockholm, où il venait de rentrer après un
assez long séjour à Aix-la-Chapelle. Il était tombé sous les coups
d'une poignée de conjurés obscurs, poussés à ce crime par la noblesse
suédoise, qui, dans la guerre qu'il préparait contre la France pour y
rétablir l'absolutisme, voyait une menace contre ses propres
immunités. Avec lui s'éteignaient ses anciens projets, au moment où,
peut-être, ils allaient se réaliser. Son fils, Gustave-Adolphe,
devenait roi à sa place. Mais il avait treize ans, et devait être
pourvu d'une régence. Elle fut dévolue au duc de Sudermanie, qui
n'entendait pas engager la Suède dans une guerre contre la nation
française.

À ces faits lamentables ne se bornaient pas les motifs de
désorganisation, de désarroi et d'impuissance, par lesquels était
gravement atteinte la cause des princes. En même temps qu'ils
sollicitaient les secours de l'Europe, ils s'étaient adressés à la
Confédération suisse, avec l'espoir d'obtenir d'elle des soldats, qui
viendraient grossir leur armée. Quelques cantons avaient accueilli
favorablement ces ouvertures. Afin de témoigner de leur bon vouloir
pour la monarchie, ils s'étaient prodigués en procédés courtois envers
les émigrés réfugiés sur leur territoire. D'autres s'étaient montrés
plus réservés dans leurs réponses, moins disposés à entrer dans les
vues des royalistes français. Il n'était pas néanmoins téméraire
d'attendre de la Confédération un appui efficace.

Tout à coup, vers le milieu du mois de mai, on apprenait à Coblentz
que le gouvernement français exigeait du gouvernement fédéral le
renvoi des émigrés, et, le mois suivant, ce dernier faisait connaître
qu'il était résolu à observer la plus stricte neutralité. Bientôt
après, l'Espagne, sur laquelle on avait tant compté, en faisait
autant, refusait d'entrer dans la coalition, et cet exemple entraînait
à une résolution analogue les diverses puissances d'Italie.

L'émigration était donc cruellement éprouvée et semblait
irréparablement affaiblie. Sans argent, sans alliés, sans asile, tenue
en défiance par Louis XVI, traitée avec dédain par les cours,
impuissante sous les terribles lois qu'avait votées contre elle
l'Assemblée nationale, elle était sans moyens d'action. Il ne lui
restait d'autre ressource que celle de se disperser; les princes
n'avaient plus qu'à disparaître, à chercher un refuge en Espagne, à
s'y faire oublier. Telle était la cruelle perspective qui se déroulait
devant eux quand les événements, en se précipitant, vinrent ranimer de
nouveau leurs espérances ébranlées. Ces réveils sont fréquents dans
l'histoire des émigrés, aussi fréquents que leurs déceptions. Du
commencement, à la fin de leur triste épopée, ce n'est qu'une suite de
conceptions caressées avec enthousiasme et d'amers découragements, une
succession de jours où l'ombre et la lumière ont une égale place, qui
voient les projets de la veille emportés par les incidents du
lendemain, la certitude du succès s'évanouir brusquement dans celle de
la défaite, pour renaître encore et se dissiper après, sous la
pression de malheurs imprévus. Jamais il n'y eut autour d'une cause
tant d'espoirs conçus et détruits.

À la fin du mois de mars 1792, une période d'espoir commençait à
Coblentz, où l'on ne doutait plus de l'intention des Français de
déclarer la guerre à l'Allemagne. C'est sur cette guerre que l'on
comptait pour relever les affaires de l'émigration; on ne comptait
même que sur elle. Le maréchal de Castries l'avouait: «Mes espérances
ne sont fondées en ce moment que sur les insolences de l'Assemblée.»
Il est vrai que «ces insolences» dépassaient toute mesure. L'Autriche
en arrivait au point de ne pouvoir plus reculer. Cependant, le
maréchal éprouvait encore des doutes à cet égard. On lit dans ses
notes, à la date du 26 mars: «On mande de Paris que l'intention de
Dumouriez (le successeur de de Lessart aux affaires étrangères) est de
couvrir d'or les princes possessionnés en Alsace et de conjurer la
guerre de l'Empire, persuadé que la cour de Vienne ne la fera pas, si
elle n'y est pas obligée. Il suit de cette supposition la nécessité
d'échauffer les princes intéressés, tels que les Électeurs
ecclésiastiques et autres pour faire consacrer leurs réclamations dans
la nouvelle capitulation qui sera présentée au nouvel Empereur.» Donc
c'est la guerre qu'on voulait, qu'on appelait, qu'on provoquait, car
par elle seulement on pourrait arriver au but opiniâtrement poursuivi,
la chute du gouvernement révolutionnaire et la restauration de la
monarchie par les émigrés.

À cette même époque, c'est-à-dire aux derniers jours de mars,
l'émissaire de la cour de France, Goguelat, envoyé par la reine à
François II pour le presser d'agir, arrivait à Vienne. Il était
porteur de lettres de Breteuil et de Mercy. Ceux-ci les lui avaient
remises à son passage à Bruxelles. Elles confirmaient par avance tout
ce qu'il dirait pour émouvoir l'Autriche et la Prusse, pour les
intéresser au sort de la famille royale. Par ces lettres, par le
langage de Goguelat, on sut à n'en pouvoir douter ce qui se passait à
Paris. En réponse aux observations de l'Autriche, Dumouriez allait
adresser à cette puissance un ultimatum exigeant la cessation des
armements du gouvernement impérial. Il préparait en même temps une
mise en marche de troupes contre la Savoie, le comté de Nice, les pays
Rhénans et la Belgique. Quant au roi et à la reine, ils sollicitaient
de prompts secours. Pleins de défiance pour leurs frères, pour le
prince de Condé et pour Calonne, ils ne s'en fiaient qu'à Breteuil du
soin de régler la direction de la politique qu'il convenait d'adopter
et de suivre.

L'ultimatum annoncé par Goguelat arriva à Vienne le 4 avril.
L'ambassadeur français, Noailles, après avoir hésité à le remettre,
s'y décida le 5. Ce que n'avaient pu les supplications du roi et de la
reine captifs, les démarches des princes, de longues négociations, fut
obtenu en quelques instants par le langage hautain de Dumouriez. En le
lisant, le prince de Kaunitz «fut mis hors de lui». Sous son
influence, l'Empereur se décida à la guerre, intéressant dans sa
détermination la Prusse, qui, depuis longtemps, s'y préparait. Ce
n'était plus, maintenant, qu'une affaire de six semaines ou deux mois,
le temps de faire marcher les troupes. Les Français avaient voulu la
guerre. Qu'ils attaquassent ou n'attaquassent pas, ils l'auraient. Il
s'agissait seulement de les «amuser» jusqu'à l'heure où l'on pourrait
agir. Une lettre de Fersen, envoyée dans une caisse de biscottes, fit
connaître cette décision à la famille royale, qui attendait, dans une
angoisse affreuse, le résultat de ses démarches.

Ces choses s'étaient passées à l'insu de la petite cour de Coblentz.
Jusqu'au dernier moment, les princes avaient tout ignoré. À Paris
même, on les traitait maintenant avec dédain. Dumouriez mandait à
Barthélemy, agent français en Suisse: «On n'a rien à craindre des
princes émigrés. Ils n'ont ni argent ni appui. Même en cas de guerre,
l'Autriche veut les laisser de côté, parce que son plan est d'une
profondeur politique dans laquelle il est impossible de caser les
projets de ces chevaliers errants.»

Mais, dans l'attente des événements qu'ils pressentaient, profitant de
ce que l'attention de l'Europe semblait s'être détournée d'eux par
suite de la gravité des communications échangées entre Vienne et
Paris, ils avaient, peu à peu, laissé rentrer dans Coblentz et se
reformer autour d'eux leur armée dispersée. De nouveau, les uniformes
se montraient dans les rues; de nouveau, on distribuait des grades, on
achetait des munitions et des armes; avec plus d'ardeur que jamais, on
sollicitait à Vienne et à Berlin un rôle pour les émigrés, sans être
encore assuré que ces préparatifs et ces démarches ne seraient pas en
pure perte. Le maréchal de Castries, étant venu à Coblentz pour tâcher
d'avoir des nouvelles, constatait que l'argent était rare, qu'on n'y
savait rien. «Nous attendons M. de Nassau avec impatience. Nous
espérons qu'il viendra tirer le voile qui nous sépare du reste de
l'Europe.»

Le voile fut tiré, au moins en partie, le 28 avril. Déjà, la veille,
le chargé d'affaires de France remplaçant Bigot de Sainte-Croix,
absent, s'était plaint à l'Électeur, dans une note rédigée au nom de
son gouvernement, de ce que «les mesures prises contre les émigrés
avaient été illusoires, et de ce que les rassemblements et armements
recommençaient». Le lendemain, il lui faisait passer un document bien
autrement grave qu'une note diplomatique. C'était la déclaration de
guerre adressée, le 20 avril, par le roi de France au roi de Bohême et
de Hongrie. Cinq jours après, l'Électeur, dans une note officielle,
transmettait aux princes l'exposé des griefs du gouvernement français.
Il les suppliait de quitter le territoire de Trèves et de se diriger
dans le bas archevêché, au delà du Rhin, «où il préférait recevoir les
émigrés, même en plus grand nombre, parce qu'ils ne pourraient faire
ombrage dans cet éloignement des frontières, que de les laisser, même
en petit nombre, près des frontières de la France».

Ce n'était là qu'une communication de pure forme, arrachée à
l'Électeur par l'effroi de ses sujets, qui redoutaient une invasion.
Les princes ne s'y soumirent pas. Loin de s'y soumettre, ils
activèrent leurs démarches à Vienne et à Berlin, afin d'obtenir
l'autorisation de reformer leur armée et la promesse qu'elle aurait
une place dans la campagne qui, maintenant, ne pouvait plus être
évitée, puisque le gouvernement français venait, le 20 avril, de
déclarer la guerre à l'Empereur. Ce qui encourageait leur résistance,
ce qui empêcha l'Électeur de Trèves d'exiger qu'elle cessât, c'est
qu'à Coblentz, pas plus que dans aucune des villes où les émigrés
étaient dispersés, on ne croyait à la victoire des Français. On était
convaincu qu'au premier choc ils seraient refoulés et détruits. Les
tragiques incidents qui marquèrent l'ouverture des hostilités, le 27
avril, étaient bien faits pour justifier cette opinion. Au seul aspect
de l'ennemi, l'armée du Nord, qui marchait sur la Belgique, prit la
fuite avant d'avoir combattu, massacra Dillon, un des généraux qui la
commandaient. La lenteur des alliés empêcha seule cette déroute de
devenir irréparable. Mais les émigrés crurent qu'elle l'était.

Le maréchal de Castries lui-même, en dépit de son expérience des
choses de la guerre, s'y trompa. Tandis que les princes prenaient
prétexte de cette défaite pour résister aux objurgations de l'Électeur
de Trèves et pour le rassurer, le vieux soldat, qui s'était couvert de
gloire au service de la France, laissait tomber de sa plume cette
phrase, dans laquelle on regrette de ne pas trouver au moins un
patriotique regret: «La déclaration de guerre que l'Assemblée a fait
la folie de rendre, les échecs que les troupes ont essuyés
immédiatement après, tout a prouvé qu'il ne fallait pas de grandes
forces pour abattre les factieux qui se sont emparés du royaume.» Le
malheur est que les «factieux» n'étaient pas abattus et qu'ils
allaient le prouver bientôt à la coalition animée, au premier moment,
d'une si téméraire confiance.

Du reste, tous les émigrés, ou presque tous, partageaient l'opinion du
maréchal de Castries. De même qu'ils avaient cru que l'émigration
aurait une durée de trois mois, de même ils croyaient à la brièveté de
la guerre et à l'effondrement de la Révolution. Ils formaient déjà des
projets, se préparaient à rentrer en France, discutant la conduite à
tenir en y rentrant. Ils étaient si sûrs de la victoire des coalisés,
qu'ils se demandaient qui serait premier ministre, une fois le roi
réintégré dans tous ses droits. Ce ne serait pas Breteuil, pensait-on,
démasqué, méprisé, décrié, reconnu incapable. Mais ce ne serait pas
non plus Calonne, objet de l'inexplicable haine de la reine. On
croyait plutôt que ce serait le maréchal de Castries, qui serait mis à
la tête des affaires. Et cependant Calonne s'était bien dévoué. «Il
passe sa journée, écrivait Vaudreuil, et une partie même de la nuit,
entouré de cent personnes qui lui demandent de l'argent, et dont
plusieurs lui disent des injures quand il ne leur en donne pas.»

Au surplus, les émigrés qui discutaient ces questions ne savaient
encore rien des dispositions des cours alliées, des plans du duc de
Brunswick, commandant en chef des forces de la coalition. Mais ils
s'en entretenaient comme s'ils les eussent connus, attribuant au
généralissime ceux qu'ils inventaient eux-mêmes. Une ombre, cependant,
passait sur leur joie. Ils redoutaient le démembrement de la France.
Ils se disaient tout bas que l'Alsace deviendrait territoire impérial;
que la Lorraine serait annexée au Luxembourg, les Pays-Bas français
aux Pays-Bas autrichiens, que la Corse serait offerte à Catherine, et
que d'autres remaniements territoriaux auraient lieu en Allemagne et
en Pologne. Aucun de ces dires ne reposait sur une base plus sérieuse
que les prétendus plans de Brunswick. Mais, à Coblentz et partout où
il y avait des émigrés, ils alimentaient leurs fiévreux entretiens.

Ils se demandaient encore si l'impératrice Catherine entrerait dans la
coalition. La plupart d'entre eux, serrant cette fois de plus près la
vérité, craignaient que cette princesse refusât de s'associer aux
cours du Nord, afin d'être libre, quand elle les verrait occupées en
France, d'agir en Pologne à son gré. Et telle était bien en effet la
conduite qu'elle entendait tenir. Elle avait d'abord feint d'être
disposée à envoyer à la coalition un corps de quinze à dix-huit mille
hommes, offert ensuite d'y substituer une somme égale au coût
d'entretien de ces troupes, et finalement, prétextant qu'elle avait à
se plaindre de la légèreté des princes et de leur prodigalité, des
prétentions et de la vanité de Calonne, critiquant la faiblesse du roi
et la défiance qu'il témoignait à ses frères, elle se borna à d'assez
précaires secours, gardant son argent et ses soldats pour sa campagne
de Pologne, qu'elle avait longuement étudiée. Mais ces desseins divers
n'étaient pas encore avoués, et les émigrés à Coblentz, Breteuil à
Bruxelles, avaient les yeux fixés sur Saint-Pétersbourg où Nassau,
Bombelles et Eszterhazy essayaient en vain d'obtenir de l'Impératrice
une déclaration franche et décisive. Elle ne s'était prêtée qu'à
seconder un de leurs désirs. À leur requête, elle avait consenti à
demander à la cour de Vienne d'employer les émigrés et de leur
permettre de s'organiser, en attendant qu'on recourût à eux. La cour
de Vienne faisait la sourde oreille, et, tout en se disant prête à
acquiescer à ces demandes, n'y répondait pas. À la faveur de ce
silence, qui ne signifiait ni oui, ni non, Coblentz, de nouveau,
devenait un camp, comme avant le mois de décembre. Abandonnés à
eux-mêmes, les princes se préparaient à combattre. Se passant de
l'autorisation de l'Autriche, vainement sollicitée, ils reformaient
leur armée et celle de Condé.

De toutes parts, cependant, leur arrivaient de pressants avis. On les
invitait à ne rien faire qui pût indisposer les puissances et troubler
leur action. Breteuil ne cessait de leur recommander la prudence. De
Paris, on les suppliait de se montrer discrets et surtout de
s'abstenir de proférer des menaces contre l'Assemblée. Le ministre de
la marine, Bertrand de Molleville, intervenait secrètement dans ce
sens. Il mandait au maréchal de Castries: «Tout ce qu'il y a ici de
gens raisonnables, et le roi plus que personne, redoutent, par-dessus
tout, de voir les émigrés jouer un rôle quelconque dans la malheureuse
guerre où nous avons été entraînés. Je ne doute pas que vous ne
fassiez, comme moi, tout ce qui dépendra de vous pour engager ceux
avec lesquels vous pouvez avoir quelques relations à ne se mêler en
aucune manière de cette querelle. Ils doivent sentir combien une
conduite contraire compromettrait dans ce moment-ci leurs familles et
leurs propriétés, et comme elle rendrait difficile toute espèce
d'arrangement définitif à leur égard.»

Mais ces avis, ces démarches, ces invitations réitérées devaient être
en pure perte. Les princes ne voulurent rien entendre. Leur parti
était pris. Ils avaient toujours dit et répété que le roi ne pouvait
être sauvé que par eux, qu'une guerre entre la France et les
souverains du Nord leur fournirait l'occasion de le sauver et de
rétablir son autorité. Ce n'est donc pas quand les événements leur
offraient la possibilité de jouer ce rôle, objet, depuis trois ans, de
leur ardente ambition, qu'on pouvait espérer qu'ils y renonceraient.
Loin d'y renoncer, ils trouvaient, tous les jours, des accents d'une
énergie plus éloquente pour réclamer leur place dans les événements.
Ils ne reconnaissaient à personne le droit de les en écarter, ni au
roi leur frère qui, n'étant pas libre, avait perdu celui d'exprimer
une volonté, ni aux puissances qui n'étaient pas en état de décider
quelle conduite leur traçaient leur naissance, leur rang, le sang des
Bourbons.

C'est ainsi qu'après avoir, durant si longtemps, ameuté contre la
France les nations étrangères, ils briguaient le triste honneur de
marcher à la tête des armées coalisées et considéraient comme une
offense le mauvais vouloir et les refus opposés à leurs prétentions.
Et le jour où ils pouvaient croire qu'ils en auraient raison,
Vaudreuil écrivait: «L'horizon paraît enfin s'éclaircir, et quoique
j'y aperçoive encore quelques nuages je ne doute pas qu'ils se
dissipent dès que le soleil aura commencé sa marche.» Le soleil dont
parlait Vaudreuil, c'était la coalition.


II

BRUNSWICK ET LE ROI DE PRUSSE

Le roi de Prusse, Frédéric-Guillaume, même lorsqu'il considérait que
les intérêts de sa couronne lui défendaient de prendre parti pour les
émigrés, n'avait cessé de leur donner des témoignages de
bienveillance. Les princes, à diverses reprises, en avaient ressenti
les effets. Le baron de Roll, qui les représentait à Berlin, leur
répétait fréquemment que Frédéric-Guillaume était disposé à les
servir, et que si sa bonne volonté, trop souvent, restait en défaut,
il n'en fallait accuser que ses ministres.

Les apparences confirmaient cette assertion. Non seulement les princes
avaient, en plusieurs circonstances, trouvé auprès du roi bonne grâce
et courtoisie, mais, à diverses reprises, sa bourse s'était ouverte
pour leur venir en aide. En outre, les émigrés venus à Berlin y
recevaient un favorable accueil, des distinctions, des emplois, des
grades. Indépendamment de ces Français assez nombreux, à qui était
ainsi offert un asile et assuré un secours, le général marquis de
Bouillé s'était vu, après l'aventure de Varennes, mandé à Berlin par
une flatteuse lettre du roi. D'autres traits encore révélaient ses
bonnes dispositions.

Aussi, quoiqu'ils eussent subi du côté de la Prusse comme du côté de
l'Autriche, d'assez vives déceptions, les princes ne laissaient pas
d'espérer qu'ils la rendraient favorable à leur cause. À la fin du
mois de mai, elle paraissait vouloir les laisser se rapprocher d'elle
et leur permettre de discuter la part qu'ils auraient dans la guerre.
Le gouvernement prussien était-il sincère? On peut en douter. Mais il
jugeait tout au moins qu'avoir l'air de consentir à employer les
émigrés, était encore le meilleur moyen de les contenir. Il en était
un parmi eux, le comte de Caraman, qui, réfugié à Berlin, y avait
obtenu un grade et gagné la confiance du roi de Prusse. Il en avait
profité pour plaider la cause de Louis XVI. Le maréchal de Castries
avait même pris ombrage de son initiative et, dans ses lettres aux
Tuileries, il s'en plaignait:

«Je ne peux m'empêcher de dire au roi que d'employer un négociateur
auprès de lui (le roi de Prusse) lorsque le baron de Roll a déjà sa
confiance, et que M. de Lambert, officier général, a déjà celle du duc
de Brunswick, c'est compliquer les affaires, c'est donner à un jeune
homme un avantage sur deux personnes qui ont acquis et mérité de la
considération; c'est enfin marquer de la défiance à deux bons
serviteurs dans lesquels le roi peut prendre confiance. Personne n'a
pu prendre le change dans l'armée prussienne sur le masque qu'on a
donné à M. de Caraman. On sait parfaitement le motif du grade de major
qui lui a été accordé.»

Caraman n'en poursuivait pas moins ses démarches. Il s'attachait à
préparer le terrain des pourparlers et secondait puissamment les
démarches faites dans le même but par le baron de Roll, agent des
princes. D'autre part, le lieutenant général marquis de Lambert
agissait dans le même sens auprès du duc de Brunswick.

Que les dispositions prussiennes fussent dues aux efforts combinés de
ces personnages ou à d'autres causes, ce fut Bouillé qui, le premier,
en recueillit les témoignages. Le 30 mai, il vit le roi de Prusse à
Magdebourg. Il lui fit part des craintes conçues par beaucoup de
Français sur les intentions des alliés en ce qui touchait les suites
de leurs victoires probables et les prétentions qu'ils manifesteraient
après les avoir remportées. Il l'entretint aussi du manifeste qu'il
convenait d'adresser à la France, avant d'ouvrir les hostilités, du
fond et de la forme de ce document. Le roi de Prusse le rassura. Pas
plus après la victoire qu'avant, il ne serait question de démembrer la
France. Dans le manifeste, il n'y aurait d'autre dessein affirmé que
celui de rendre à Louis XVI son autorité et de lui laisser, cette
autorité rétablie, le soin de régler les conditions d'existence du
gouvernement qui lui paraîtrait le mieux convenir à son royaume. Il
ajouta, en présence du duc de Brunswick, qu'il désirait que les
princes jouassent un rôle convenable dans les opérations militaires.
Mais il entendait que ces arrangements demeurassent secrets, et que
si les frères du roi de France adressaient pour leur compte un
manifeste à la nation française, ce document lui fût communiqué avant
d'être envoyé.

Dans ce même entretien, Bouillé ayant affirmé qu'aussitôt après
l'entrée des alliés en France, toutes les populations se soulèveraient
pour les acclamer et chasser du pouvoir les Jacobins, et que des
régiments entiers passeraient du côté des princes français, le roi de
Prusse s'engagea à prendre à sa solde ces régiments, à la condition
vainement combattue par Bouillé qu'ils prêteraient serment de
fidélité, pour la durée de la campagne, à lui ou à l'Empereur.

Une discussion s'ouvrit ensuite sur les positions qu'occuperaient les
légions des émigrés. Brunswick était d'avis de mettre ces troupes
derrière le Rhin, ou de les diviser entre les armées alliées, étant
entendu que le corps de Condé, qui ne devait marcher qu'après celui
des princes, formerait l'arrière-garde. Bouillé demandait, au
contraire, que les émigrés fussent placés en tête de l'armée
d'invasion. C'était, disait-il, une condition de succès, le meilleur
moyen de prouver aux Français que la guerre n'avait d'autre but que le
rétablissement de l'autorité du roi. Les deux généraux ne parvinrent
pas à s'entendre. Brunswick étant seul maître des opérations qui
allaient s'engager, son opinion prévalut. Plus tard, lorsque, pour
justifier la retraite incompréhensible et non encore expliquée qui
suivit la prise de Verdun, il se plaignit d'avoir été trompé sur les
dispositions des Français par les rapports des émigrés, Bouillé eut le
droit de lui rappeler leur entrevue de Magdebourg et de lui reprocher
de n'avoir pas voulu faire aux soldats qui marchaient sous les ordres
des princes français une meilleure place, car, selon lui, s'ils
avaient été les premiers à entrer en France, toute autre eût été
l'issue de la campagne.

Bouillé ne fut pas plus heureux, quand il demanda pour le comte de
Provence un rang d'honneur auprès des souverains alliés et le titre de
lieutenant général du royaume. Cette satisfaction lui fut également
refusée. On se sépara sans avoir rien décidé, sinon que les émigrés
seraient admis à combattre. Malgré tout, c'était déjà beaucoup
d'avoir fait accepter le principe de leur participation à la guerre.
Les princes parurent disposés à se contenter de ce résultat. Condé,
lui-même, bien qu'il souffrît de se voir relégué au dernier rang,
alors qu'il brûlait de jouer un grand rôle, n'hésita pas a déclarer
que le roi de Prusse était «charmant». Il est vrai que, pour la
première fois, on semblait prendre au sérieux les princes et leurs
soldats et vouloir compter avec eux.

Si précaires que fussent ces satisfactions, elles ne se réalisèrent
pas. L'Autriche refusa de ratifier ce qu'avait promis la Prusse.
Frédéric-Guillaume, lui-même, parut l'oublier, se dérober et ne plus
se souvenir qu'il s'était engagé à prendre à sa solde, sous la
condition du serment, les régiments français qui passeraient du côté
des alliés. Il est à peine besoin de faire remarquer qu'aucun régiment
français ne passa à l'ennemi. Quelques officiers seulement
désertèrent. L'un d'eux, M. de Toulongeon, commandant militaire de
Franche-Comté, parut même disposé à prêter le serment imposé par la
Prusse. Les princes le lui reprochèrent sévèrement, et quand il menaça
d'agir dans ce sens sur les troupes qu'il commandait, ils lui
envoyèrent l'ordre de n'en rien faire.

Le comte d'Artois reprit avec Brunswick les pourparlers entamés par
Bouillé. Il y eut entre eux d'aigres querelles. Ces questions finirent
par se régler, mais non selon le voeu des princes. Leurs troupes,
jusqu'à la fin de la campagne, furent réduites à l'immobilité et
durent rester étrangères à presque toutes les opérations. C'est
toujours à l'influence autrichienne que les émigrés attribuaient non
sans raison leurs déboires et à celle de Marie-Antoinette. Selon
Condé, l'empereur François II, qu'il maltraitait par ses propos plus
encore qu'il n'avait maltraité de son vivant Léopold, n'était qu'un
«mandrin». Quant à la reine de France, il l'accusait d'être à la tête
«du Comité autrichien de Paris», formulant ainsi contre elle, lui,
prince de sang royal, la même accusation que les Jacobins, accusation
que l'infortunée souveraine devait payer de sa vie. Voilà dans quelles
conditions se préparait la guerre au camp des alliés, tandis qu'à
Paris se précipitaient les événements. Désormais, ils allaient y
marcher parallèlement avec ceux du dehors, et la Révolution,
victorieuse à l'intérieur, répondre aux menaces de la coalition comme
aux intrigues des émigrés par de nouveaux coups portés à la monarchie.

Le 20 juin, le peuple envahissait les Tuileries, insultait à la
famille royale, coiffait Louis XVI du bonnet rouge, préludant ainsi
aux journées tragiques qui, maintenant, allaient se succéder. Ce
sanglant affront infligé à leur frère exaspéra les princes et leurs
courtisans. Leur fureur, c'est à peine croyable, s'exerça tout autant
contre le souverain vaincu, qui s'était vu contraint de le subir, que
contre ceux qui le lui avaient infligé. Leur ardeur s'exalta et les
confirma dans cette conviction que, le roi restant impuissant à
dompter la révolte déchaînée autour de lui, c'était à eux qu'il
appartenait de sauver l'État et la couronne. Mais loin d'être prêt à
céder à son impuissance, loin de vouloir abdiquer au profit de la
régence de Monsieur, Louis XVI, soutenu par son héroïque femme,
persistait à se croire encore roi, à se préoccuper de l'intérêt de ses
sujets. Au moment où allait éclater la guerre, il cherchait le moyen
de les rassurer, les ayant vus prendre peur aux premières menaces de
l'Autriche. Quoique l'espoir de vaincre eût dicté et soutînt les
résolutions de l'Assemblée qui déclarait la guerre en son nom, il
redoutait, en prévision d'une défaite, le démembrement du pays, les
vengeances des émigrés et l'influence que la coalition victorieuse
prétendrait exercer sur le gouvernement royal qu'elle aurait établi.

Vainement la diplomatie impériale déclarait que la guerre avait pour
unique objet la défense du sol germanique et des princes allemands,
les Français, à l'instigation de l'Assemblée nationale, attribuaient
aux alliés d'autres calculs, des intentions de conquête. C'était
aussi, on l'a vu, la crainte de beaucoup d'émigrés. Ils soupçonnaient
l'empereur d'Autriche et le roi de Prusse d'être, malgré leurs
déclarations, moins soucieux de délivrer la famille royale que
d'agrandir leurs États au détriment de la France. Chez quelques-uns
s'éveillait peut-être le remords d'avoir favorisé, sans le vouloir,
ces ambitions, et le patriotisme reprenait ses droits; chez d'autres,
il dégénérait en véritable fureur.

Ces faits rapportés au roi le disposaient à craindre que, sous
l'empire d'un entraînement patriotique, ces émigrés rentrassent en
France, au péril de leur vie, pour aller grossir le nombre des
défenseurs de la patrie, parmi lesquels le malheur des temps voulait
qu'il ne vît plus que des ennemis, pendant que les Parisiens affolés
par la peur, incités à accuser la famille royale d'avoir appelé
l'étranger, se porteraient contre elle aux pires excès de la terreur
et du désespoir. Il était urgent de conjurer ces périls. Rien n'y
paraissait plus propre, dans l'entourage du roi, que deux manifestes à
la nation française, signés l'un par les princes, ses frères, l'autre
par les souverains alliés, et dont les termes seraient concertés entre
eux et le monarque pour le salut duquel ils entreprenaient la guerre.

Ces projets de manifeste, au moment où l'on s'en occupait à Coblentz
comme à Berlin et à Vienne, furent conçus a Paris par ceux des
partisans de Louis XVI qu'il se plaisait à consulter et qui pouvaient
encore communiquer avec lui. Deux d'entre eux, Malouet et l'ancien
ministre Montmorin, en prirent l'initiative. Sur leur conseil, le roi
chargea un publiciste déjà célèbre, défenseur intrépide de la
monarchie, quoique sujet suisse, Mallet du Pan, qui se préparait à
s'enfuir de Paris où il n'était plus en sûreté, de se rendre auprès de
ses frères et des souverains alliés pour leur suggérer à chacun l'idée
d'une proclamation. Celle des princes devait avoir pour uniques bases:
1º la sûreté du roi, de la reine et de la famille royale; 2º la
liberté franche et entière du roi et de sa famille; 3º la sûreté des
membres du clergé et de la noblesse et de tous les bons citoyens
restés dans le royaume, et la conservation de toutes les propriétés;
4º le rétablissement de l'ordre et le maintien de la religion
catholique, apostolique et romaine[37].

         [Note 37: Cette pièce importante existe dans les papiers du
         maréchal de Castries, à qui elle fut remise par Mallet du
         Pan, au mois de juin 1792, lorsqu'ils se virent à Cologne.]

Les instructions du roi portaient en outre:

«Les princes doivent déclarer qu'ils se sont armés pour assurer ces
différentes bases. Le roi pense que, pour y parvenir, le manifeste
doit mettre tous ces objets sous la responsabilité de l'Assemblée
nationale, du maire de Paris, des commandants et officiers de la garde
nationale parisienne et autres, et de tous les départements,
districts et municipalités de Paris et du royaume. Pour se conformer
au voeu du roi, le manifeste doit menacer les factieux et non pas la
France. Il ne doit laisser percer aucun sentiment d'animosité ni de
vengeance; on doit éviter toutes les expressions, qui, à différentes
époques, ont pu occasionner des divisions entre les ordres.

«Sa Majesté désire qu'on tende les bras à tous les gens faibles ou
douteux, qu'une foule de circonstances ont pu retenir dans les
provinces, ou empêcher de se déclarer. Les dispositions et menaces de
rigueur doivent être bornées aux crimes et aux actes de violence.
Enfin, Sa Majesté demande particulièrement que les princes
s'attachent, par le style et le ton de leur manifeste, à persuader à
la multitude qu'aucun ressentiment personnel ne les anime, non plus
que la noblesse, et qu'ils n'entrent en France que dans l'intention de
rétablir la monarchie, de remettre le roi sur son trône, de faire
renaître l'ordre, la justice et la paix.»

Quant à la proclamation des alliés, elle devait avoir pour principal
objet de déclarer qu'ils ne faisaient pas la guerre pour démembrer la
France, mais pour y remettre le roi en possession de son autorité.
Pour le reste, le roi s'en référait aux instructions envoyées à ses
frères, lesquelles indiquaient l'esprit qui, dans l'intérêt de sa
sûreté, devait inspirer le langage à tenir au peuple français. Mallet
du Pan était encore chargé de demander aux princes et aux émigrés, au
nom du roi, de s'abstenir de toute immixtion dans les hostilités qui
allaient s'engager.


III

LES DERNIERS JOURS DE COBLENTZ

Mallet du Pan quitta Paris dans la seconde quinzaine de mai et se
rendit à Genève, d'où, le 24, il écrivait au maréchal de Castries pour
lui annoncer la mission que le roi lui avait confiée.

«Elle consiste à détourner les émigrés de prendre aucune part aux
hostilités. Le roi a des agents dans tous les départements, des
informations sûres et multipliées, qui lui font craindre que la guerre
étrangère entraîne une Jacquerie. Sa Majesté désire qu'afin d'en
prévenir les horreurs, dont on rejette trop légèrement la possibilité,
les royalistes s'abstiennent, et cela dans l'intérêt du roi, de
l'État, de leurs propriétés, et qu'ils préparent ainsi un traité de
paix dans lequel les puissances étrangères et Sa Majesté seront les
arbitres de la destinée des lois et de celle des nations. Voilà le
désir du roi. Tout sera facile dans le présent comme dans l'avenir si
l'on s'attache à ce plan de conduite. Tout se compliquera de périls,
d'incertitudes, de difficultés si l'on s'en écarte.»

Cette lettre expédiée, Mallet du Pan partit pour Cologne. Sur son
chemin à travers la Suisse, il rencontra nombre d'émigrés qu'il avait
connus à Paris, et notamment le comte de Montlosier, le chevalier de
Panat, Cazalès. Par eux, par les étrangers, il connut mieux qu'avant
de sortir de France, l'état d'esprit de Coblentz, les dispositions des
puissances. Il put se rendre compte aussi de la lenteur des
préparatifs de cette guerre qu'en France on croyait devoir être
immédiate. Il fut consterné par tout ce qu'il apprit.

Le maréchal le reçut d'abord assez froidement. Quand il l'eut écouté,
le vieux soldat parut lui accorder confiance, mais s'étonna que, pour
une mission si grave, le roi n'eût pas fait choix d'un personnage plus
important. Sans mettre en doute son caractère d'envoyé de Louis XVI,
il lui insinua que ni les princes ni les souverains alliés ne
voudraient croire à cette mission, s'il n'en était donné des preuves
formelles. Mallet en demanda de nouvelles à Paris, d'où bientôt il
recevait le billet suivant, écrit de la main du roi: «La personne qui
présentera ce billet connaît mes intentions, et on peut y avoir
confiance.»

Tandis qu'il attendait cette réponse, il apprit les événements qui
s'étaient passés à Paris le 20 juin. Ses angoisses devinrent plus
vives. Il supplia le maréchal de faire sentir aux puissances combien
leur lenteur, leur silence, l'incertitude où elles laissaient les
émigrés aggravaient les maux de l'intérieur, désespéraient les
royalistes et le roi lui-même. Puis, quand il fut en possession de
l'autographe royal, il se mit en route pour Coblentz, convaincu que
toutes les portes allaient s'ouvrir devant lui. Ce qui le lui faisait
croire, c'est que le maréchal de Castries avait écrit aux princes pour
leur faire connaître les désirs du roi et la venue prochaine de son
envoyé. Dans sa lettre, il leur disait:

«Je supplie Monsieur et Monseigneur de trouver bon que je prenne la
liberté de leur observer qu'il pourrait être utile de réparer dans la
pièce qu'ils feront publier, ce qu'ils ont déjà manifesté sur leur
soumission pour le roi, et d'aller ainsi au-devant de tout ce qui a
été dit sur leur esprit d'indépendance et sur le désir qu'ils avaient
de la prolonger. Les princes pensent, sans doute aussi, qu'un appel à
l'armée et l'ordre de se rallier au parti du roi, en l'éclairant sur
les devoirs et sur la force de ses premiers serments, interprétant
d'ailleurs les derniers comme ils peuvent l'être, pourrait déterminer
l'indécision des consciences timides, qui ont besoin d'être soutenues
pour se remettre dans la voie dont elles se sont écartées.»

Ces conseils étaient conformes à ceux que Mallet du Pan devait faire
entendre aux princes. Le 4 juillet, il était à Coblentz et demandait
une audience en descendant de voiture. Mais, le 6, il attendait encore
qu'on lui répondît. «Tout est à Coblentz dans la confusion,
écrivait-il, et j'ai été perdu au milieu des embarras, des
déplacements de l'arrivée du duc de Brunswick et du prince de Nassau.
Cette circonstance m'aura sans doute fait oublier.»

C'était vrai. Les princes se préparaient à recevoir le duc de
Brunswick, généralissime des armées alliées, et le prince de Nassau
qui apportait un nouveau million envoyé par Catherine aux frères du
roi de France. D'autre part, ils s'apprêtaient à quitter Coblentz pour
se rendre à Francfort et y assister, entourés de leur cour, au sacre
de François II comme Empereur, dont la date avait été fixée au 19
juillet. C'était encore pour eux une cause de soucis pressants. Quand
ils étaient tout entiers à ces préparatifs, quelle place pouvait tenir
dans leurs préoccupations l'envoyé du malheureux Louis XVI et les
commissions dont il était chargé? N'avaient-ils pas résolu de ne plus
écouter les avis ni les ordres d'un souverain dépossédé de tout
pouvoir et de tout prestige?

Ils finirent cependant par recevoir Mallet du Pan. Exaltés par
l'imminence de la guerre, par l'enthousiasme des gentilshommes qui se
pressaient autour d'eux, par l'agitation qui régnait à Coblentz, ils
lui parlèrent avec une dédaigneuse hauteur. Ils se dérobèrent à toute
explication sur leur manifeste dont leur frère prétendait régler le
fond et la forme. Ils alléguèrent qu'ils n'en avaient encore arrêté ni
la date ni l'esprit. Quand Mallet du Pan leur fit connaître que le roi
leur ordonnait de se tenir, eux et les émigrés, à l'écart des
opérations militaires, ils bondirent comme sous une insulte. Lorsque
l'Europe s'armait pour le salut de la monarchie française, lorsqu'en
France les royalistes fidèles n'attendaient qu'un signal pour se
soulever, ils se déshonoreraient en ne s'associant pas à ces généreux
efforts. Ils ne furent pas ébranlés par le tableau que traça Mallet du
Pan des périls auxquels ces soulèvements exposeraient les jours du
roi, s'il était avéré que ses frères y prenaient part. Il eut bientôt
discerné, dans leur langage, la ferme volonté de ne pas obéir. Il ne
lui restait donc qu'à se rendre à Francfort et à poursuivre sa mission
auprès des souverains alliés. Mais il ne put se dissimuler que les
princes s'appliqueraient à le contrecarrer.

Ce fut ensuite un autre embarras. Il attendait de Paris des lettres
qui devaient l'introduire auprès de l'Empereur. Ces lettres
n'arrivaient pas. Il dut se résigner à solliciter du comte de Romanzof
le moyen de parvenir jusqu'à François II pour lui présenter le projet
de manifeste qu'il avait à l'avance préparé. À Francfort,
l'attendaient des déceptions nouvelles. Il ne put obtenir une audience
de l'Empereur. On le renvoya aux ministres autrichiens et prussiens.
Il leur communiqua son projet. Ils en approuvèrent les idées, les
déclarèrent conformes à celles des cours alliées, s'engagèrent à en
tenir compte comme de tous les désirs exprimés par le roi de France,
et à proclamer en des termes clairs et précis que les puissances
n'étaient animées d'aucun sentiment d'ambition ni d'intérêt personnel.
Malheureusement, derrière lui arrivaient les princes. Quand ils surent
qu'il voulait un manifeste «qui inspirât autant de confiance que de
terreur» et propre à rassurer tous ceux qui redoutaient le retour de
l'ancien régime, ils objectèrent que c'était là «une doctrine
monarchienne» et que les adversaires de l'ancien régime étaient des
factieux desquels on n'obtiendrait rien que par la force.

Eux aussi, d'ailleurs, apportaient un projet. Composé par le marquis
de Limon, personnage compromis à Paris et à la cour dans des affaires
véreuses et des intrigues inavouables, il avait, grâce à sa violence,
excité l'admiration de Calonne, puis celle des princes. Ils s'y
étaient ralliés en l'adoptant comme leur oeuvre. Cette question de
manifeste, si grave aux yeux du roi que Mallet du Pan déclarait «tout
perdu» si elle n'était pas résolue au gré des Tuileries, les alliés la
considéraient comme secondaire. Ils mirent de côté le projet de Mallet
du Pan, prirent à la légère celui du marquis de Limon; le duc de
Brunswick fut invité à le publier. Il hésita durant quelques jours,
comme s'il eût compris tout ce que contenait de malhabile et
d'impolitique ce document vers lequel néanmoins il penchait, sans
deviner que le coup destiné aux Jacobins allait atteindre la famille
royale en imprimant une impulsion nouvelle aux furieuses ardeurs de
ses ennemis.

Quant à Mallet du Pan, devant l'échec de sa mission et son impuissance
à servir le roi, il se borna à presser les alliés de porter secours à
son maître. Il colportait, dans leur entourage, les lettres qu'il
recevait de Paris et qui dépeignaient l'affreuse situation du roi et
de la reine. L'une de ces lettres, écrite probablement par Malouet,
disait:

«Le peuple, la populace, la petite bourgeoisie sont intimement
persuadés que, la Constitution étant faite et les lois écrites le roi
seul est la cause directe ou indirecte qu'elle ne réussit pas. Aucun
raisonnement ne peut faire changer leurs idées là-dessus. Ils sont
toujours dans la même sécurité sur les armées étrangères ... Les
Parisiens chanteront et danseront lorsque l'ennemi sera à vingt lieues
d'eux. Ils creuseront des fossés, des retranchements; ils s'amuseront
encore à la construction du Champ de Mars, parce qu'ils sont persuadés
qu'aucune armée ne peut prendre une ville qui renferme sept cent mille
âmes ... Des soldats! des soldats! Et encore des soldats! Qu'on ne se
flatte plus! Si les forces étrangères n'entrent pas au plus tôt, il me
paraît impossible que le roi et les siens ne succombent incessamment.
On n'obtiendra rien en proposant et en parlementant, car c'est faute
d'action et non de paroles que le royaume a péri.»

Les alliés se préparaient à exaucer les voeux exprimés dans cette
lettre. L'armée prussienne se concentrait aux entours de Coblentz.
Chaque jour, les princes allaient voir arriver ces régiments destinés
à combattre la France et qu'acclamaient les émigrés, en demandant à
marcher avec eux. Ils s'arrachèrent à ce spectacle, le 12 juillet,
pour se rendre à Francfort, aux fêtes du couronnement. Grâce au
dernier million envoyé par Catherine, ils avaient doré leur cour sur
toutes les coutures. Une nombreuse et brillante suite les
accompagnait. On y pouvait voir Condé, son fils, son petit-fils, le
prince de Nassau, les maréchaux de Broglie et de Castries, Bouillé,
tout un flot de courtisans, et, taciturne au milieu d'eux, Calonne
qui, certain de n'avoir inspiré que défiance aux alliés, songeait que
son rôle était fini et parlait mélancoliquement de retraite et
d'oubli. Les gardes du corps ainsi que des soldats d'élite détachés du
camp de Worms escortaient les frères du roi.

La semaine suivante, mêlés au cortège impérial, les princes partaient
pour Mayence où le roi de Prusse venait de se réunir à l'Empereur. Ils
assistèrent à l'entrevue des deux souverains. Pendant trois jours, ce
ne fut que bals, concerts, spectacles, illuminations. Le palais
électoral, témoin de ces magnificences, était devenu le rendez-vous de
tous les princes allemands, de leur noblesse, de la noblesse française
émigrée. On s'amusait le soir; le jour on négociait. Là fut adopté
définitivement le texte du manifeste des alliés, rédigé par le marquis
de Limon. Brunswick y mit sa signature et le document, tiré à des
millions d'exemplaires, fut livré aux agents qui devaient le répandre
en France. Puis, on décida du sort de l'armée des émigrés. Elle fut
divisée en trois groupes et répartie entre les trois corps de celle de
Brunswick: cinq mille hommes, sous les ordres de Condé, dans le corps
du général de Wallis; trois mille commandés par le duc de Bourbon dans
le corps du général Clayrfait, et l'armée des princes forte de douze
mille hommes, les frères du roi à sa tête, dans le corps prussien et
sur sa gauche.

Ces troupes furent passées en revue par le roi de Prusse dans les
plaines de Mayence. Il leur adressa une allocution vibrante, promit
aux émigrés de les rendre à leurs familles et de sauver Louis XVI.
Ses paroles furent couvertes par des acclamations: «Vive le roi!
Vivent les alliés! À bas les Jacobins!» Enfin, le 30 juillet,
Frédéric-Guillaume fit aux princes l'honneur d'aller dîner chez eux
à Bingen. Après le repas, ils l'entretinrent de leur détresse, de
celle de leurs soldats. Ils décrivirent en termes si touchants la
misère qui se dissimulait sous les uniformes français, qu'il en fut
tout ému. Ils lui demandèrent douze ou quinze cent mille francs. Il
allait les promettre. Mais un de ses ministres veillait afin de le
garder contre les entraînements de son coeur et, sous un prétexte,
coupa l'entretien avant que la promesse eût été faite. Il fallut
reprendre cette négociation le lendemain. Elle aboutit en partie,
mais seulement grâce au prince de Nassau qui donna sa caution pour
huit cent mille francs. Ce secours arriva fort à propos, car les
princes en étaient à ne plus pouvoir nourrir l'armée qui venait de
défiler devant le roi de Prusse.

En quittant Mayence, Frédéric-Guillaume, toujours suivi des princes
français, descendit le Rhin jusqu'à Coblentz où l'attendait sa propre
armée campée à Rubenach. Il y fut reçu par toute la société émigrée,
les femmes de la cour, les courtisans de l'exil, les généraux, les
hauts membres du clergé. Tout ce monde s'attacha à lui inspirer
confiance, à lui démontrer que la France était monarchique, qu'elle
accueillerait comme des libérateurs les alliés qui viendraient lui
rendre son roi; qu'il ne fallait pas s'attarder aux sièges des places,
mais marcher droit sur Paris.

--Je réponds de la prise des forteresses, disait Bouillé, car j'en ai
toutes les clés dans ma poche.

Frédéric-Guillaume se laissait prendre à ces excitations, y lisait le
présage de ses futures victoires, et y associait volontiers les
émigrés. Mais Brunswick qui jugeait plus froidement ce qu'il voyait et
entendait, qui «consultait les femmes d'émigrés plus que les maris»,
ne tarda pas à discerner ce qu'il y avait d'exagéré, de léger, de
factice dans les propos enthousiastes qu'on tenait au roi. Par la
pénurie et la désorganisation des troupes royales dont un tiers à
peine avait des armes, et où pour un soldat on comptait jusqu'à deux
domestiques, il comprit qu'elles ne pouvaient lui être bonnes à rien.
Son attitude, d'abord bienveillante, se modifia peu à peu. À l'aménité
des premiers jours, succéda une sorte de dédain, a peine dissimulé
sous des formes courtoises, et bientôt le désir d'en finir au plus
vite avec cette guerre qu'il entreprenait sans confiance, uniquement
pour plaire au roi de Prusse. Les impressions de Brunswick n'étaient
d'ailleurs que trop fondées. Le 7 août, de Bruxelles où elles étaient
connues, Fersen écrivait à la reine: «Les émigrés sont tellement
dépourvus de tout qu'un quart à peine pourra suivre les opérations. Le
duc de Brunswick en est déjà bien fatigué.»

Du reste, si les émigrés n'eussent été aveuglés par leurs illusions et
leurs espérances, ils se seraient aperçus qu'en dépit de ce qui se
passait, la ferme volonté des alliés était de sauver le roi de France,
en s'abstenant, autant que possible, de recourir à eux. Longtemps ils
avaient accusé l'Autriche et la Prusse, l'Autriche surtout, d'être
résolues à paralyser leur action. Maintenant, trompés par les
apparences, ils n'accusaient plus. Mais la réalité restait toujours la
même. On ne voulait ni les mettre en avant, ni les laisser combattre.
Malgré le patronage que leur avait accordé l'Impératrice de Russie,
les deux souverains allemands, François II plus encore que
Frédéric-Guillaume, y étaient décidés, parce que tel était le désir
que leur avait fait exprimer par Breteuil le roi Louis XVI. Seulement,
dans l'impuissance où l'on était de se débarrasser d'eux et de les
contenir, on se donnait le mérite de paraître prêt à les satisfaire;
on les leurrait de belles promesses qui ne devaient jamais être
réalisées.

Au moment même où l'armée des alliés allait se mettre en
marche,--c'était durant le mois d'août--une grave question se posa.
Elle n'était pas nouvelle. Aussitôt après Varennes, elle avait été
discutée entre les princes et les puissances étrangères, toujours
ajournée par le mauvais vouloir de l'Autriche, puis abandonnée:
c'était la question de la régence de Monsieur. Cette fois, la
présence des souverains alliés et de leurs ministres permettait de la
résoudre, et les circonstances exigeaient qu'elle le fût sur-le-champ.
Il s'agissait de décider si, en entrant en France, les alliés ne
trouveraient pas avantage à avoir auprès d'eux un prince français,
investi de tous les pouvoirs du roi captif, et s'il ne convenait pas
que, pour remplir le rôle qu'on attendait de lui, Monsieur fut revêtu
de ce titre de régent qu'il avait si souvent réclamé sans l'obtenir.

Ce fut Calonne qui suggéra la reprise de cette ancienne proposition
dont il était l'auteur, et Monsieur qui en entretint d'abord le roi de
Prusse. Il eut le bonheur de le conquérir à son idée. Le duc de
Brunswick consulté ne se montra pas contraire à l'avis du roi. Il
parut même y souscrire. Mais, soit que dans le fond il ne l'approuvât
pas, soit qu'il trouvât de stricte justice de consulter Louis XVI
avant de rien décider, il objecta qu'on ne pouvait proclamer la
régence, sans connaître le sentiment personnel de ce souverain.
Frédéric-Guillaume se rendit à cette opinion. Toutefois, afin d'éviter
les récriminations que ne manquerait pas d'y opposer Monsieur, il
résolut de ne pas lui en faire part. En même temps, il décidait
d'envoyer aux Tuileries un homme de confiance, dont la véritable
mission serait dissimulée sous des prétextes.

On le trouva dans la personne d'un émigré du nom de Dutheil, ancien
administrateur de l'intendance de Paris. «Il fut convenu, est-il dit
dans une note rétrospective du maréchal de Castries, que le prétexte
vis-à-vis des princes serait l'approvisionnement des armées, et c'est
sous ce seul point de vue que M. Dutheil parla de son voyage à leurs
Altesses royales. Les différents objets dont M. le duc de Brunswick le
chargea furent:

«1º De connaître d'une manière précise l'état de Sa Majesté, afin de
lui en rendre compte, ainsi qu'au roi de Prusse.

«2º De savoir du roi de France, s'il consentait à ce que Monsieur prît
le titre de régent, en entrant en France, et de lui dire qu'ils
pensaient qu'il y aurait beaucoup d'avantages à ce que ce prince s'en
revêtît.

«3º D'annoncer à Sa Majesté et à la Reine que les armées prussiennes
et autrichiennes allaient entrer en France, et qu'ils espéraient
pouvoir bientôt les délivrer de leur captivité.

«4º De faire imprimer et afficher dans toute la capitale la
déclaration des puissances alliées.

«5º De monter une machine pour faire passer et imprimer tous les
écrits qui pourraient préparer et changer l'opinion publique.

«6º De préparer des magasins et des approvisionnements pour les armées
à une vingtaine de lieues à la ronde de Paris.

«7º Enfin, de rendre un compte exact de l'état de Paris et de celui
des esprits en France.

«M. Dutheil ajoute qu'il lui fut remis, par le roi de Prusse et M. le
duc de Brunswick, un mémoire pour Sa Majesté, dans lequel il était dit
qu'ils pensaient l'un et l'autre que le titre de régent donné à
Monsieur aurait beaucoup d'avantages en entrant en France, pourvu que
Son Altesse Royale se laissât conduire par eux, par le baron de
Breteuil, et le maréchal de Castries, exigeant d'ailleurs que M. de
Calonne fût écarté.

«M. Dutheil fit sa commission, et exécuta ponctuellement tous les
ordres qui lui avaient été donnés.

«Il revint le 10 ou le 11 septembre 1792. Il rendit compte à M. le duc
de Brunswick et au roi de Prusse, chacun en particulier, que Sa
Majesté consentait à ce que Monsieur prît le titre de régent, à la
condition qu'il suivrait les avis du roi de Prusse, s'en rapportant
d'ailleurs à ce que M. le baron de Breteuil et M. le maréchal de
Castries pourraient juger utile et convenable, ainsi qu'à ce que M.
Dutheil pourrait leur dire de sa part. Sa Majesté ajoutait qu'on ne le
calculât pour rien, et qu'il sacrifierait toujours sa vie à la
monarchie.

«M. Dutheil remit, le 12 ou le 13 septembre, une lettre de Sa Majesté
à M. de Breteuil, dans laquelle il lui marquait de ne mettre aucune
opposition à la régence de Monsieur.»

C'est à Verdun où se trouvaient alors le roi de Prusse, Brunswick, le
maréchal de Castries, Breteuil, que Dutheil rapporta ses réponses et
conféra avec chacun d'eux, à l'insu des princes français. Après
l'avoir entendu, Frédéric-Guillaume, pressé par le maréchal de
Castries, estima que rien ne s'opposait plus à ce qu'on laissât
Monsieur prendre le titre de régent qu'il ne cessait de réclamer.
Mais sans tenir compte de la lettre du roi, rapportée par Dutheil,
négligeant d'en parler, convaincu qu'elle avait été arrachée à la
faiblesse du malheureux monarque, prisonnier depuis le 10 août,
Breteuil exprima une opinion toute contraire. Quand il vit qu'on
allait passer outre, il fit intervenir le prince de Reuss,
représentant de l'Autriche. Ce diplomate exigea qu'aucune décision ne
fût prise sans l'agrément de sa cour. Puis, Breteuil, dans le double
but de calmer les protestations de Monsieur et surtout d'en finir avec
Calonne, déclara qu'il souscrirait au projet de régence, si son rival
était écarté. Calonne «avait lassé tout le monde par son orgueil et
son incapacité». Il fut sacrifié et partit pour l'Angleterre. Breteuil
triomphait. Mais Monsieur ne fut pas régent. Bientôt même, il dut
renoncer à l'être. Il se plaignit amèrement d'avoir été trompé par
Breteuil.


IV

LA RETRAITE DE BRUNSWICK

La campagne s'était ouverte au milieu de ces tiraillements, Calonne
encore présent. Les armées alliées avaient franchi la frontière,
s'étaient rapidement emparées de Longwy, qui se rendit à l'Autriche,
de Verdun qui se rendit à la Prusse. Ils mettaient le siège devant
Thionville et conviaient les émigrés à l'honneur de prendre part aux
opérations. Calonne était installé au quartier général de Brunswick.
On le voit alors organiser, au nom du roi, la perception des impôts.
Il n'a d'autre préoccupation que celle de se procurer des ressources.
Les huit cent mille francs qu'à Bingen le roi de Prusse a prêtés aux
frères du roi, sous la garantie du prince de Nassau et sur la promesse
formelle que cette somme suffira à tout, n'ont été qu'un déjeuner de
soleil. Il y avait tant d'exigences à satisfaire, tant d'affamés
autour des princes, tant de créanciers, de si pressants besoins, que
du prêt de la Prusse, en quelques jours, il ne reste plus rien.
Monsieur et le comte d'Artois sont sans le sou. Condé, resté au bord
du Rhin en attendant qu'on l'appelle au combat, tire sur ses derniers
écus. Il n'existe plus que par le dévouement de la princesse de Monaco
qui fait argent de tout. Nassau lui-même a donné tout ce dont il
dispose, «sa vaisselle d'argent, ses diamants, les épées qu'il avait
reçues de l'impératrice Catherine». Il n'a gardé «que ce qui lui est
nécessaire pour arriver jusqu'à Paris».

À peine la frontière franchie, Calonne est obligé de confesser aux
alliés que ses moyens sont épuisés, que les princes ne peuvent plus
payer leurs soldats.

--Heureusement, ajoute-t-il, on est maintenant en pays français. Les
populations vont se soulever contre la Révolution, acclamer leurs
libérateurs, apporter des trésors aux frères du roi captif.

Cet espoir est bientôt déçu. On traverse des contrées hostiles à la
monarchie. Les populations ne témoignent que malveillance aux
envahisseurs, se dérobent, s'enfuient; les gens des villes cachant
leur argent, les paysans chassant devant eux leur bétail. La
perception des impôts ne donne rien. Et Brunswick de demander
dédaigneusement où sont ces Français enthousiastes dont on lui avait
promis le concours, ces secours en argent et en nature que devaient
fournir les campagnes. Où sont-ils, les royalistes fidèles qui
devaient ouvrir aux armées étrangères la route de Paris? Et dans son
dépit, c'est à Condé qu'il s'en prend, Condé qui lui avait annoncé
qu'à son approche, la France se soulèverait pour l'acclamer. Le prince
étant venu au quartier général pour demander que ses soldats soient
autorisés à prendre part à la campagne, Brunswick lui reproche de
l'avoir trompé. Condé répond sur un ton cassant. Brunswick est
généralissime; il inflige au prince vingt-quatre heures d'arrêt. Le
comte d'Artois, averti, accourt pour faire lever la punition. Il se
heurte à un refus obstiné, s'en retourne furieux, et, dans sa colère,
soufflette un de ses officiers qui s'est permis de trouver que
Brunswick n'avait pas tort[38].

         [Note 38: Recueil des dépêches du prince de Belosselsky.]

Il faut cependant sortir de cette impasse. Puisqu'on a commis la faute
d'accueillir les émigrés parmi les troupes alliées, on ne peut les
laisser mourir de faim. À regret, la Prusse consent à faire de
nouvelles avances; la Russie, de son côté, donne des preuves
éclatantes de sa générosité. Mais ce n'est pas encore assez pour tout
ce qui reste à faire. Quand le maréchal de Castries, en prévision de
l'arrivée des fonds attendus, cherche à en déterminer l'emploi, il
conçoit les plus cruelles perplexités. À qui donnera-t-on ces fonds?
Aux créanciers? Mais, alors, comment secourir cinq mille gentilshommes
sans ressources? Les Prussiens ayant versé un acompte de
soixante-quinze mille francs, il propose de les donner à la noblesse.
Avec le reste, on assurera l'état des princes, en réduisant toutefois
leurs dépenses, qui, rien que pour cette année 1792, s'élèveront à
plus de vingt-quatre millions[39]; on calmera les créanciers en
soldant les engagements échus, et on constituera une réserve pour les
secours urgents. Ce projet est sage; les princes y adhèrent. Mais les
retards apportés dans l'envoi des fonds promis par la Russie et la
Prusse ne permettent pas d'y donner suite. On en est réduit à vivre au
jour le jour, comme on peut. Les soldats maraudent, irritent les
paysans, n'obtiennent nourriture et logement que le pistolet au poing,
excitent contre l'invasion la colère et les malédictions de ce peuple
qu'on est venu délivrer.

         [Note 39: L'entretien de leur maison entre dans ce chiffre
         pour 1 300 000 francs, celui de l'armée pour 19 000 000.
         L'escompte des valeurs et les frais de change ont absorbé le
         reste. (Papiers du maréchal de Castries.)]

Pour ajouter à l'horreur de ces choses, la pluie ne cesse pas. Elle
est torrentielle; elle change en des marais de boue les pays qu'on
traverse. La dysenterie se déclare parmi les troupes, devient
épidémique; les soins manquent, les armées laissent sur leur passage
des traînées d'agonisants et de morts, que, derrière elles, les
paysans viennent dépouiller.

Les émigrés cependant ne se découragent pas. Ils sont convaincus
qu'ils arriveront à Paris, qu'en approchant de la capitale, leurs maux
cesseront et qu'ils y entreront en triomphateurs. Les premiers succès
les ont électrisés, la prise de Longwy surtout, «la première bonne
nouvelle depuis trois ans». Lorsqu'à cette bonne nouvelle, «les
enragés de Paris» répondent par les massacres de Septembre, les
émigrés s'enragent à leur tour. «La position du roi et de la reine
fait frémir. On ne pourra les tirer du gouffre que par la terreur et
si on menace de la mort quiconque, dans l'infâme Assemblée ou la
municipalité de Paris, oserait porter la main sur eux.» Incidemment,
le correspondant inconnu qui adresse ces réflexions au maréchal de
Castries révèle le fond de son coeur: «Le départ de La Fayette est un
bien. Il servait de centre au parti monarchien, bien plus à craindre
pour la monarchie que les Jacobins.»

En même temps, des gentilshommes se travestissent pour aller faire de
la propagande royaliste dans l'armée républicaine et démontrer aux
officiers nobles qui n'ont pas déserté, que le gouvernement de Paris
n'étant plus qu'un gouvernement d'assassins, ils ne peuvent continuer
à le servir sous peine d'encourir les mêmes responsabilités que lui et
de s'exposer aux mêmes légitimes représailles. De son côté, le prince
de Nassau s'est offert pour aller négocier à Paris la liberté du roi.
Ce projet est abandonné. On espère de rapides victoires. Les Prussiens
se sont présentés devant Verdun le 1er septembre au matin. La ville a
capitulé le lendemain, à la suite de dramatiques et inoubliables
péripéties. Ils en ont pris possession au nom du roi de France,
contrairement aux Autrichiens qui, dans la Flandre française où ils
opèrent, occupent, au nom de l'Empereur, les places dont ils
s'emparent. Breteuil presse Brunswick de tirer parti sur-le-champ de
ce premier succès et de marcher sur Châlons. Autour du généralissime,
tout le monde est convaincu que c'est ce qu'il va faire, que le 22 ou
le 24 septembre il apparaîtra devant Paris et que ce sera l'instant
critique et décisif pour la famille royale.

Les événements vont modifier tout à coup ce qu'on croyait être les
plans de Brunswick. Après la prise de Verdun, il a eu trois jours pour
s'emparer des défilés de l'Argonne. Mais il a tergiversé, préoccupé du
mauvais état de ses troupes, du défaut de subsistances, de la
destruction de ses équipages. Et voici qu'il apprend que Dumouriez, en
marche sur Sainte-Menehould, s'est retranché entre Grand-Pré, la forêt
de l'Argonne et la Croix-de-Bois; que Kellermann est arrivé aussi et
a pris position aux Islettes dont lui-même a négligé de s'emparer.
C'est dans ces conditions si défavorables pour lui qu'est livrée, le
20 septembre, la bataille de Valmy. Les émigrés ont la douleur d'y
assister de loin sans y prendre part. Brunswick est battu. Alors,
exploitant le désarroi causé par sa défaite, il démontre au roi de
Prusse que la campagne doit être considérée comme terminée, et que, vu
le déplorable état de son armée et la forte position des généraux
français, il ne reste plus qu'à battre en retraite, à se porter sur
Sedan et Montmédy où on sera inexpugnable et à y prendre les quartiers
d'hiver, en attendant de recommencer la campagne au printemps.

L'histoire n'a pu découvrir encore les causes de cette résolution.
Plus tard, le ministre autrichien Thugut écrira: «C'est à nos généraux
d'expliquer la cause de nos malheurs sans exemple; c'est à eux
d'expliquer surtout les moyens de concilier la réputation brillante
dont le duc de Brunswick a toujours joui avec les fautes inouïes qu'on
lui impute.» Mais les généraux autrichiens ont été aussi impuissants
que l'histoire et n'ont rien expliqué.--Quoi qu'il en soit, le roi de
Prusse se laisse influencer par les raisons que lui expose Brunswick.
Elles sont à peine connues dans son entourage qu'elles y soulèvent
d'unanimes protestations. Un conseil est tenu. Y assistent Brunswick,
le maréchal de Castries, les généraux autrichiens et prussiens
Clayrfait, Hohenlohe, Kallkreuth, le prince de Nassau, le lieutenant
général d'Autichamp. Le roi de Prusse le préside. Le conseil, après un
vif débat où Brunswick paraît être seul de son avis, ne résout rien.

Mais Brunswick, dès le lendemain, entre en négociations avec
Dumouriez. Il offre de rendre Verdun, si on lui garantit que le roi de
France aura la vie sauve et pourra venir au camp des alliés pour
ratifier les arrangements. Dumouriez répond à ces offres en exigeant
la reconnaissance de la République, l'abolition de la royauté, la
suppression de la noblesse et la soumission du clergé à la
Constitution. À ce prix, il admet que le roi pourra vivre où il
voudra, y recevoir une pension et que les propriétés des émigrés leur
seront rendues. Brunswick rejette ces propositions, prépare
brusquement la retraite, en dépit de ceux qui prétendent qu'il a des
chances de vaincre, et encourt, ce jour-là, un soupçon dont, malgré
tout, sa mémoire ne s'est jamais lavée, quoique la preuve de sa
trahison n'ait pu être faite. Partout les alliés reculent.

Le 2 octobre, le maréchal de Broglie, qui est resté devant Thionville
avec l'infanterie des princes, reçoit l'ordre de se réunir au reste de
leur armée pour revenir en arrière. Le 12, la ville de Verdun est
évacuée, et tandis que Brunswick répond aux objurgations qu'on lui
adresse, en reprochant aux émigrés de l'avoir trompé sur le véritable
état de l'opinion en France, le roi de Prusse console Breteuil en lui
disant:

«Soyez sûr que nous ferons l'an prochain ce que nous aurions dû faire
cette année. L'hiver sera employé en négociations pour concourir au
but général. Il faudra que M. le comte d'Artois aille à
Saint-Pétersbourg solliciter l'Impératrice.»

Les émigrés, désespérés par le désastre qui les accable, se résignent
pour la plupart au destin qui leur est fait. Quelques exaltés
s'abandonnent au plus bruyant désespoir. Mais ils ne sont pas au bout
de leurs maux. Coup sur coup arrivent du dehors des nouvelles
lamentables. Une armée française, commandée par le général de
Montesquiou, a franchi la frontière de Savoie, est entrée à Chambéry.
Le général de Custine a envahi les Électorats rhénans. Les princes
français sont obligés de s'enfuir, vaincus, exténués et dénués de
tout. Ils apprennent en route que l'Autriche veut que leurs soldats se
dispersent. Ils sont impuissants à l'empêcher. Il ne leur reste qu'à
courber le front.

Oh! cette retraite de Brunswick! Elle est pour les émigrés l'horreur
des horreurs. Jusque-là, ils conservaient l'espoir. Ils comptaient sur
les victoires des coalisés pour se frayer un chemin vers Paris. Cette
perspective leur donnait la force de supporter leur misère.
Maintenant, les ténèbres s'épaississent autour des infortunés
proscrits. L'armée des princes est brutalement licenciée. Les soldats
qui la composaient s'en vont de toutes parts, vendant à bas prix leurs
chevaux à des juifs, se demandant ce qu'ils deviendront quand leurs
maigres ressources seront épuisées. Ils sont pieds nus, vêtus de
haillons. Objet de répulsion partout où ils se présentent, on refuse
de les recevoir. On les accuse d'avoir provoqué la guerre. On les
chasse, et ceux qui retournent en Allemagne peuvent lire au coin des
routes des écriteaux où est inscrite l'interdiction qui leur est faite
d'y séjourner. On les traite comme des chiens errants. Transis sous la
pluie qui ne cesse pas, perdus, le soir venu, dans le brouillard qui
se lève, il en est qui se donnent la mort pour mettre un terme à leurs
maux. D'autres parviennent à rejoindre l'armée de Condé.

Aux soldats de Condé il n'a pas été donné de combattre. On leur avait
promis qu'ils marcheraient avec l'armée autrichienne. Mais cette
promesse n'a pas été tenue. Pendant que leurs frères étaient à Longwy,
à Thionville, à Verdun, ils erraient dans le margraviat de Bade et
dans le Brisgau, recevant de temps en temps leur solde, ayant au moins
de quoi manger grâce à la sollicitude, à l'énergie du général qui les
commande. Si dure que soit l'existence pour eux, elle l'est moins
cependant que celle de ces autres fugitifs qui ne savent où reposer
leur tête et dont quelques-uns viennent leur demander asile. Condé
reçoit ces infortunés. Il apprend par leurs récits que Brunswick bat
en retraite. Il se cantonne à Willingen. Là, vient le trouver un ordre
de l'Empereur lui ordonnant de licencier son armée. Mais il résiste.
On le menace de désarmer ses soldats:

--Il faudra donc les tuer jusqu'au dernier, répond-il fièrement.

Sa fermeté en impose à l'Autriche. Elle s'engage à le prendre à sa
solde, lui et ses quelques milliers d'hommes. Ce n'est pas qu'elle
veuille les utiliser dans la prochaine guerre. Elle ne croit pas à
l'efficacité de leur concours, n'en pèse que les inconvénients. Mais
en se chargeant d'eux elle évitera des malheurs plus grands. Pour le
même motif, elle se décide à recueillir les débris de l'armée des
princes, poussée non par humanité, mais par la crainte d'avoir à
passer au fil de l'épée ces malheureux dont l'excès de leurs maux va
faire des furieux et qui deviendront un danger pour les États
allemands où ils ont fini par se réfugier, hors de l'atteinte des
Français qui opèrent sur le Rhin.

«L'expérience de cette campagne, écrit Thugut, le 23 octobre, paraît
avoir prouvé que toute la manière d'être des émigrés les rend peu
combinables avec nos troupes et ne les rend que trop sujets à causer
souvent des embarras dans les subsistances, la mobilité et les
opérations des armées de Sa Majesté, de sorte qu'en considérant le peu
de service qu'on en a tiré et qu'on pouvait s'en promettre pour
l'avenir, il semble évident qu'à cet égard, toute dépense ultérieure
pour eux, fût-elle même des moins considérables, serait toujours mal
employée. Il paraît, en conséquence, qu'on ne saurait hésiter à leur
retrancher, pour l'avenir, tout espoir quelconque de secours, si
jusqu'ici il était impossible d'imaginer quelque moyen pour les
dissoudre ou pour en débarrasser en autre manière quelconque les cours
alliées.

«Mais ces émigrés se trouvent dans une misère si déplorable qu'une
grande partie, prête à périr de faim dans toute la force du terme,
sans habits, sans souliers, serait, je crois, physiquement hors d'état
d'exécuter l'ordre qui leur pourrait être donné pour les disperser. Il
est à craindre que le désespoir et le dénuement absolu de toutes
choses ne les portent bientôt à de grands excès, à se jeter dans les
bois, à infester les grands chemins, et si on voulait prendre le parti
de les expulser à main armée, les États voisins refusant de les
recevoir, l'on finirait par être forcé de les exterminer.

«Comme il paraît désirable qu'on puisse éviter d'en venir à de si
fâcheuses extrémités, je ne puis que soumettre aux lumières de Votre
Excellence s'il serait possible de convenir d'un arrangement avec la
cour de Prusse pour subvenir dans ces moments encore, avec l'économie
la plus stricte et la plus sévère, aux besoins les plus pressants des
émigrés qui composent la ci-devant armée royale jusqu'à ce qu'on
puisse se fixer à un projet quelconque d'en déblayer les États de Sa
Majesté.»

Ainsi, la retraite de Brunswick précipite les malheurs des émigrés
sans en marquer la fin. À cette heure, Custine a pris Worms, Spire,
Francfort, Wurtzbourg, Mayence. Il menace Coblentz. Alors c'est la
débâcle. Monsieur, qui était revenu dans cette ville, en sort au
milieu d'une révolte des habitants qui ne veulent pas laisser partir
l'Électeur affolé. Par des chemins détournés, il gagne Liège. Son
frère, le comte d'Artois, erre un peu partout avant de le rejoindre,
et pour que rien ne manque aux péripéties de cette déroute, des
créanciers impitoyables font saisir à Trèves les équipages des
princes. Du reste, partout la fuite est générale. Ce n'est plus
seulement des soldats vaincus qu'elle entraîne, c'est aussi des
femmes, des enfants, des vieillards, Français et Allemands confondus,
que chassent de leurs demeures les victoires de Custine et ses
rigueurs. De toutes parts, les routes sont couvertes de voitures, de
cavaliers, de piétons, de charrettes chargées de meubles et de malles,
que parfois il faut abandonner en chemin, quand les chevaux harassés
tombent, et quand les relais de poste ne peuvent plus en donner. De
Mayence à Cologne, le Rhin est animé et vivant comme une rue de grande
ville. Il charrie des bateaux de toute taille, où ont pris place des
émigrés et des nobles allemands, qui se dérobent à l'invasion. Les
bateliers font fortune.

Après Jemmapes, des faits analogues se passent à Bruxelles. L'effroi
des émigrés n'a d'égal que celui des Autrichiens. À minuit, la
gouvernante des Pays-Bas, archiduchesse Christine, le duc de
Saxe-Teschen son mari, leur cour, les membres du gouvernement sortent
à la hâte de la capitale belge, menacée par les Français. Au petit
jour, les émigrés se pressent en foule dans les rues en quête de
moyens de partir et d'emporter leurs bagages. Mais privés de
transports, ils sont contraints de se mettre en route, en abandonnant
les épaves de leur ancienne opulence.

Le spectacle est le même à Chambéry et à Nice. Le gouvernement de
Paris s'est lassé de ne pouvoir obtenir du roi de Sardaigne la
dispersion des émigrés, la cessation des agitations et des intrigues
de ceux-ci, des armements et des embauchages auxquels ils procèdent,
de leurs relations avec Coblentz. Il a donné l'ordre au général de
Montesquiou, qui commande l'armée du Midi, d'occuper la Savoie et le
comté de Nice. Le roi de Sardaigne s'est préparé à la guerre, et s'il
n'a pas déjà fait marcher ses troupes, ce n'est pas qu'il doute de
leur fidélité ni qu'il suppose qu'elles peuvent être vaincues, mais il
craint de livrer son territoire à la dévastation. Par malheur pour
lui, sa frontière est trop étendue pour qu'il puisse la couvrir tout
entière s'il n'est appuyé par l'Autriche et la Prusse. Ces deux
puissances, en dépit de leurs promesses, l'abandonnent à son
isolement, le laissent surprendre, ainsi qu'il le dit lui-même, «comme
l'araignée au fil de sa toile», et contrairement à ce qu'il croit, ses
troupes ne sont pas sûres.

Lorsque, dans la nuit du 21 au 22 septembre, l'armée française entre
en Savoie et se présente devant le château d'Apremont, elle ne
rencontre aucune résistance. Les Piémontais lâchent pied sans tirer un
coup de fusil; leurs généraux leur donnent l'exemple; la Savoie est
conquise sans effusion de sang, et le 24, à Chambéry, Montesquiou
acclamé comme un libérateur. Les émigrés, dont le nombre, depuis
quelques mois, s'était considérablement accru, ont à peine le temps de
s'enfuir. Ils vont pour la plupart se réfugier en Piémont et dans le
pays de Vaud.

À Nice, leur fuite présente un caractère quasi-tragique. Croyant à la
victoire des troupes sardes, ils n'avaient pas préparé leur départ, et
voilà que le 25 septembre, à leur réveil, ils apprennent que les
Français, commandés par le général Anselme, sont aux abords de la
ville. En même temps, l'escadre de l'amiral Truguet les menace d'un
bombardement, si la reddition n'est pas immédiate. La municipalité
capitule; les troupes piémontaises s'éloignent, et les émigrés,
obligés de déguerpir hâtivement, perdent tout ce qui leur reste de
leur avoir.

«Les portes de Nice et de Villefranche furent littéralement écrasées
par le nombre incalculable d'émigrés français, de prêtres, de nobles,
de juges, de femmes de toute condition dont beaucoup avec des enfants
au sein. Cette foule, d'environ vingt mille personnes affolées,
courait sur la route du Piémont offrant un spectacle lamentable. Les
émigrés, avec leurs femmes à moitié nues, levant au ciel leurs bras
tremblants, ressemblaient à des victimes prêtes à l'immolation, fuyant
le dernier coup du sacrificateur ... Une aussi terrible bagarre ne
peut être comparée qu'à la scène du jugement dernier, peinte par
Michel-Ange[40].»

         [Note 40: Dépêches du prince Belosselsky.]

La conquête de Nice et de la Savoie détruisait du même coup toutes les
espérances qu'avaient fondées les émigrés sur les insurrections du
Midi, déjà d'ailleurs déjouées en partie par la dispersion des
confédérés de Jalès au mois de juillet. C'est de la Savoie, où leurs
chefs étaient réfugiés, que les conspirateurs méridionaux allaient
chercher les ordres de Coblentz; ils comptaient sur le roi de
Sardaigne comme sur le roi d'Espagne pour les appuyer et les secourir.
Maintenant, c'en était fait des secours promis et attendus. Tous les
projets de l'émigration s'effondraient sous une suite de désastres, et
les princes étaient réduits à l'impuissance.

Au mois de novembre, ils arrivaient à Liège avec les débris de leur
armée. Ils attendaient que l'Autriche tînt la promesse qu'elle leur
avait faite de la prendre à sa solde. Mais l'Autriche toute à ses
malheurs ne se hâtait pas de leur venir en aide. Quant à la Prusse,
elle leur faisait savoir que, le 1er décembre, elle cesserait de
pourvoir à leur subsistance. «Tout se disloque involontairement, mande
le comte d'Artois, et tout meurt exactement de faim.» Son frère et lui
n'avaient plus d'espérance que dans le roi d'Espagne et l'impératrice
de Russie. Aussi étaient-ils résolus à aller, l'aîné à Madrid, le
cadet à Saint-Pétersbourg, afin de solliciter des secours. Mais ils
n'avaient pas un sou pour leur voyage.

«Nous remuerons ciel et terre pour obtenir des fonds; il nous est
impossible de fixer l'époque où nous pourrons les recevoir, et si dans
cet intervalle il arrivait un refus de la Russie, je ne sais d'honneur
ce que nous deviendrions ... Le silence de l'Empereur nous jette dans
des embarras affreux. MM. de Mercy et de Metternich nous ont fait
avancer une somme de quatre-vingt-sept mille francs qui avait
principalement pour but de soutenir le prêt des régiments; mais comme
nous ne recevons plus un seul écu de nulle part, et que le roi de
Prusse ne nous a pas encore donné les cent mille francs qu'il m'avait
promis il y a un mois, nous avons été forcés d'employer cette somme à
empêcher de mourir de faim les plus malheureux de nos compagnons, et à
payer notre boulanger et notre boucher.»

La Terreur, au même moment, venait d'ouvrir la longue série de ses
forfaits. Les sanglantes journées de septembre avaient épouvanté
l'Europe. La famille royale était au Temple. La Convention,
nouvellement élue, organisait la défense du territoire. En réponse aux
menaces et aux anathèmes de l'Europe, elle préparait le procès de
Louis XVI.



LIVRE QUATRIÈME

HAMM ET VÉRONE



I

LA RÉGENCE DE MONSIEUR

À la fin de 1792, les défaites des alliés avaient fermé aux frères de
Louis XVI Coblentz et les Électorats rhénans. Ils étaient sans asile
comme sans ressources, installés provisoirement, le comte d'Artois à
Liège et Monsieur à Namur, attendant une réponse du roi de Prusse à
qui ils avaient demandé de leur accorder l'hospitalité dans ses États.
Cette réponse leur parvint à la mi-décembre. Elle les autorisait à se
fixer à Hamm en Westphalie, pauvre bourgade, «une Trappe,» dira plus
tard le comte d'Artois en parlant de la maison de bois où son frère et
lui avaient été réduits à fixer leur demeure. Mais, dans leur pensée,
ce n'était qu'une étape où leur séjour ne se prolongerait pas.

En même temps que l'autorisation d'y résider, ils recevaient du roi de
Prusse et de Catherine une somme totale de sept cent cinquante mille
francs. Elle arrivait à propos et permit de pourvoir aux besoins les
plus urgents. On la divisa en cinq parts. Les princes s'attribuèrent
cent cinquante mille francs pour leurs besoins courants; cent quarante
mille francs furent distribués aux créanciers les plus pressants;
Condé en reçut soixante mille; la part de la noblesse fut de trois
cent vingt mille, et avec les quatre-vingt mille qui restaient, on
constitua une réserve pour les cas imprévus[41].

         [Note 41: Archives de Chantilly.]

Le comte d'Artois arriva le premier à Hamm, le 28 décembre, sous la
neige et par le froid le plus rigoureux. Ce même jour, il mandait à
Vaudreuil qu'il y serait heureux si «son amie», Mme de Polastron, y
était avec lui. À la veille de partir pour la Russie, il n'avait pu
l'emmener. Elle devait, pendant qu'il voyagerait, résider à Vienne. En
attendant, elle s'était arrêtée à Francfort, prête à en repartir dès
que le prince aurait été autorisé par l'impératrice Catherine à se
rendre à Saint-Pétersbourg. Monsieur ne tarda pas à quitter Namur et à
rejoindre son frère. Dans les derniers jours de janvier, il était à
Hamm, attendant anxieusement des nouvelles du procès du roi, engagé
devant la Convention. C'est à Hamm que les princes apprirent la
condamnation de Louis XVI et son exécution. Dans l'isolement auquel
ils étaient condamnés, ils ressentirent cruellement le contre-coup de
la fin tragique de leur frère. Peut-être se demandèrent-ils si leurs
imprudences n'avaient pas contribué à ce dénouement sinistre;
peut-être aussi en accusèrent-ils l'égoïste politique des puissances
coalisées. Mais quoi qu'ils en aient pensé, ils y puisèrent un besoin
plus ardent de vengeance et d'action immédiate.

Dès le 28 janvier, Monsieur rédigeait une Déclaration au peuple
français. Après avoir proclamé le Dauphin roi de France, sous le nom
de Louis XVII, et s'être octroyé à lui-même la régence, au mépris des
droits de la reine empêchée par sa captivité de les exercer, il
affirmait en ces termes sa ferme volonté de rétablir en son entier
l'ancien régime détruit par la Révolution:

«Je m'emploierai premièrement à la liberté du roi, de sa mère, de sa
soeur et de sa tante, et simultanément au rétablissement de la
Monarchie, sur les bases inaltérables de sa Constitution, à la
réformation des abus introduits dans le régime de l'administration
publique, au rétablissement de la religion de nos pères dans la
pureté de son culte et de la discipline canonique, à la réintégration
de la magistrature pour le maintien de l'ordre public et la bonne
dispensation de la justice, à la réintégration des Français de tous
les ordres dans leurs droits légitimes et dans la jouissance de leurs
propriétés envahies et usurpées, à la sévère et exemplaire punition
des crimes, au rétablissement de l'autorité des lois et de la paix, et
enfin à l'accomplissement des engagements solennels que nous avons
voulu prendre conjointement avec notre cher frère, Charles-Philippe de
France, comte d'Artois, et auxquels se sont unis nos très chers
neveux, petits-fils de France, Louis-Antoine, duc d'Angoulême, et
Charles-Ferdinand, duc de Berry, et nos cousins, princes de sang
royal, Louis-Joseph de Bourbon, prince de Condé, Louis-Henri-Joseph de
Bourbon, duc de Bourbon, et Louis-Antoine de Bourbon, duc d'Enghien,
par nos déclarations adressées au feu roi, notre frère, le 10
septembre 1791, et autres actes émanés de nous.»

Accentuant le défi qu'il jetait à la Révolution, sans tenir aucun
compte de ce qu'elle avait fait, ni de la Déclaration des droits de
l'homme, ni de l'égalité des citoyens proclamée, ni d'aucune des lois
par lesquelles avait été détruit à jamais l'ancien régime, il écrivait
le même jour aux gentilshommes de la coalition d'Auvergne, après
avoir, par lettres patentes, créé le comte d'Artois lieutenant général
du royaume: «Quant à moi, venger le sang du roi mon frère, briser les
fers de ma famille, replacer mon neveu sur son trône et rendre à ma
patrie son antique constitution ou périr avec vous sur ses ruines, tel
est mon voeu, tel est l'unique objet de mon ambition.»

Toute la politique des émigrés et du prince qui fut plus tard Louis
XVIII est résumée dans ce langage. C'est de celle-là qu'avec des
réserves partielles, des réformes conditionnelles ou de rares
adoucissements dictés par les circonstances, il ne cessa de poursuivre
le triomphe durant les longues années de son exil. À Hamm, à Vérone, à
Blankenberg, à Mitau, à Hartwell, avant et après la mort de la reine
et du Dauphin, comme régent et comme roi, il ne rêva rien autre chose
que des vengeances qu'il jugeait nécessaires et le rétablissement des
«antiques privilèges de la noblesse». Ce n'est qu'à Saint-Ouen, en
1814, au moment de régner, qu'il comprit clairement la nécessité d'y
renoncer. Au commencement de 1793, il n'était qu'un pauvre prince sans
patrie, proscrit, dépouillé, vaincu, tellement abandonné et oublié que
Condé pouvait écrire à un ami qui recommandait aux princes de se
défier des assassins: «Rassurez-vous pour nous. Des princes sans
armée, des Bourbons sans noblesse autour d'eux, sont des êtres si nuls
qu'ils ne valent pas les honneurs de l'assassinat.»

Les négociations engagées dès le lendemain de la mort de Louis XVI, et
qui devaient se continuer jusqu'à la mort de Louis XVII, eurent pour
principal objet la reconnaissance par les souverains du titre de
régent que s'était attribué Monsieur. En le prenant, il n'osait se
flatter de l'espoir que toutes les puissances le reconnaîtraient. Il
ne se croyait sûr que de l'assentiment de la Russie et de l'Espagne.
Quant aux dispositions de l'Angleterre, on devine par sa
correspondance avec son représentant à Londres qu'il craignait
qu'elles ne lui fussent pas favorables. Voici ce qu'à la date du 30
janvier, il mandait au duc d'Harcourt:

«Mon cousin, la perte affreuse que je viens de faire, et la nécessité
de veiller sans retard aux intérêts du roi, mon neveu, m'ont déterminé
à me charger du fardeau de la régence. Les droits de ma naissance et
un devoir sacré pour mon coeur, m'appelaient également à cette pénible
fonction.

«Votre attachement connu pour le roi que nous pleurons, et le
sentiment d'amitié que votre inébranlable fidélité m'a inspiré, me
font désirer que vous vous chargiez auprès du roi d'Angleterre de lui
notifier la mort du roi mon frère, l'avènement du roi mon neveu à la
couronne et le mien à la régence. Je crois le parti que j'ai pris trop
juste pour craindre qu'il puisse être blâmé. Mais dans l'incertitude
où je suis encore sur les véritables intentions de l'Angleterre à mon
égard, j'ai pensé qu'il pouvait vous être désagréable de vous charger
de cette notification, si vous n'étiez pas certain que la régence
serait reconnue.

«Je charge en conséquence M. Hermann, agent général de la marine de
France en Angleterre, dont je connais l'intelligence, la fidélité et
les rapports avec le ministère britannique, de chercher à pénétrer
les dispositions et de vous en rendre compte. Vous trouverez sous
cette enveloppe deux paquets pour lui, à cachet volant, pour que vous
puissiez en prendre lecture. Le premier contient un pouvoir de moi
pour traiter cette affaire en mon nom avec les ministres, et c'est
celui que vous lui remettrez le premier.

«S'il vous rend compte que les dispositions sont telles que je désire,
je vous prie de vous charger vous-même de faire la notification et
d'accepter, au moins passagèrement, le titre d'ambassadeur du roi.
Vous ne le garderez qu'autant qu'il ne vous sera pas à charge, et vous
serez relevé dès qu'il gênera votre liberté.

«Si, au contraire, l'Angleterre ne paraissait pas encore disposée à
reconnaître la régence, vous remettriez à M. Hermann, lorsqu'il
viendra vous en rendre compte, le second paquet qui contient les
pièces qui lui sont nécessaires pour faire simplement la notification
au ministre de Sa Majesté britannique.

«Je ne vous parle pas d'une douleur dont les traces ne s'effaceront
plus; vous la partagerez sûrement. Sur quoi, je prie Dieu qu'il vous
ait, mon cousin, en sa sainte et digne garde. Votre très affectionné
cousin, Louis-Stanislas-Xavier.»

Cette lettre était accompagnée de la note qui suit:

«Mon cousin le duc d'Harcourt, en remettant à Sa Majesté Britannique
la lettre de notification ci-jointe, fera sentir qu'après l'affreux
attentat qui vient d'être commis, Monsieur a dû prendre sur-le-champ
le titre de régent. Sa naissance lui en donnait le droit, et la
difficulté des circonstances prouve assez qu'en se chargeant d'un
aussi pesant fardeau, Monsieur n'a consulté que le devoir le plus
impérieux. Dans un moment où l'horreur du crime doit révolter la
partie de la nation qui est encore saine, mais qui gémit sous le joug
tyrannique des factieux, Monsieur peut seul parler au nom du roy, son
neveu; seul au nom de nos antiques lois, il peut rassembler, lorsque
les forces étrangères entreront en France, les sujets qui sont restés
fidèles aux vrais principes de notre auguste monarchie. On ne croit
pas qu'il puisse être nécessaire d'émouvoir la sensibilité des
souverains sur un événement qui les touche d'aussi près; il n'est que
trop certain qu'en tolérant de tels principes, aucune tête couronnée
n'est en sûreté. On s'en remet totalement à l'intelligence de M. le
duc d'Harcourt pour faire valoir ces raisons, dans le cas où il
rencontrerait quelque opposition.

«Si, au contraire, la cour de Londres reconnaît Monsieur en sa qualité
de régent du royaume, M. le duc d'Harcourt se bornera à solliciter les
plus puissants secours pour sauver le jeune roy et pour faire trembler
les factieux de tous les pays qui pourraient être tentés de suivre ce
dangereux exemple.

«Les différentes circonstances locales prescriront la conduite du
moment, elles ne peuvent pas être entièrement prévues, et on ne peut
rien indiquer de positif à cet égard. C'est avec confiance que
Monsieur se livre sur le choix des démarches nécessaires au
discernement de M. le duc d'Harcourt.

«Si la régence est reconnue, M. le duc d'Harcourt sollicitera l'envoi
d'un ministre auprès de M. le régent. S'il l'obtient, il demandera
sous quel titre on l'enverra, et il pourra déclarer qu'il est autorisé
lui-même à prendre auprès de la cour de Londres le même titre que
cette puissance donnera à son ministre auprès de M. le régent[42].»

         [Note 42: Papiers d'Harcourt.]

En même temps qu'il chargeait d'Harcourt des démarches à faire à
Londres, Monsieur confiait des missions analogues à ses divers
représentants auprès des puissances. Il comptait sur tout, on l'a dit,
sur la Russie et sur l'Espagne, assuré qu'elles n'hésiteraient pas à
le reconnaître en qualité de régent, et que cet exemple, une fois
donné, serait suivi par toutes les autres cours.

Le départ du comte d'Artois pour Saint-Pétersbourg avait été déjà
décidé, sur le conseil du roi de Prusse, au moment où Brunswick
battait en retraite. Il s'agissait alors d'obtenir de Catherine
qu'elle prît l'initiative d'une campagne nouvelle pour le printemps
suivant. La mort de Louis XVI et les progrès de la Révolution
rendaient maintenant cette démarche plus nécessaire, et puisqu'il
était convenu que le comte d'Artois en serait chargé, il le fut
également de solliciter de la Russie la reconnaissance du Régent. Il
partit pour Saint-Pétersbourg, le 25 février 1793, accompagné de
l'évêque d'Arras, du duc d'Escars et du baron de Roll.

À Madrid, il n'était besoin d'envoyer personne. Le duc d'Havré, depuis
deux ans, y défendait les intérêts des princes, secondé par le duc de
La Vauguyon, naguère encore ambassadeur de Louis XVI et resté en
Espagne bien qu'il eût quitté l'ambassade avant la mort du roi.
D'Havré était une assez pauvre tête. Ses dépêches sont des
chefs-d'oeuvre de candeur, de sottise et de crédulité. Néanmoins, il
avait su plaire à la cour de Madrid. Il y était sans influence, mais
non sans un certain prestige. Il le devait à son nom, à ses relations
et surtout à l'assurance avec laquelle il parlait de tout. Les princes
lui croyaient un crédit qu'il n'avait pas, et la cour d'Espagne ne
voulant rien traiter de sérieux avec eux, n'ayant guère que des refus
à opposer à leurs demandes, quand elles touchaient à la politique,
considérait le duc d'Havré comme suffisant pour les présenter et
transmettre ses réponses.

Chargé de demander à la fois un asile pour Monsieur et la
reconnaissance du titre de régent, d'Havré vit ses efforts se briser
contre la tactique adoptée par l'Espagne. Le roi et ses ministres
voulaient bien secourir les princes et les émigrés. Ils l'avaient
prouvé en leur accordant d'abondants secours, en accueillant
généreusement les Français qui s'étaient réfugiés en Espagne, le
clergé surtout, envers qui le clergé espagnol se prodiguait en
bienfaits. Le gouvernement avait même pris à sa solde un grand nombre
d'officiers sortis de France. Quoique cette bienveillance eût été plus
active sous le ministère de Florida-Blanca que sous celui de d'Aranda,
son successeur, et que celui-ci eût témoigné de plus de mobilité que
de constance dans ses faveurs, comme lorsque, par exemple, au mois de
mai 1792, il chassait en partie ces mêmes officiers dont avaient été
d'abord acceptés les services, les Bourbons et les émigrés, au point
de vue privé, avaient plus à se louer de la cour d'Espagne qu'à s'en
plaindre; mais, au point de vue politique, ils n'en avaient rien
obtenu. C'était même en dehors de toute action des princes que
l'Espagne, au moment d'entrer en guerre avec la République, avait
enrôlé de nouveau des émigrés pour en former deux régiments: le
Royal-Roussillon et la Légion des Pyrénées.

À Coblentz, on s'était maintes fois choqué, sans oser le dire, de
l'affectation qu'elle mettait à ne pas entrer dans les combinaisons
des princes. Mais on imputait sa conduite à sa faiblesse, à sa
timidité; on supposait que, si les armées alliées remportaient des
avantages, elle se montrerait plus favorable aux frères de Louis XVI.
En tous cas, on ne pensait pas qu'elle voulût refuser un asile à
Monsieur et que, le recevant, elle ne le reçût pas comme Régent de
France. Sur ces deux points, on se trompait. Aux premières demandes de
d'Havré, l'Espagne se déclara prête à recevoir Monsieur, mais seul,
sans ses conseillers ordinaires. Elle ne faisait exception que pour le
baron de Flachslanden, qui serait autorisé à l'accompagner. En ce qui
concernait la régence, elle alléguait qu'elle blesserait ses alliés en
la reconnaissant avant eux. De là, grande colère de Monsieur et de sa
petite cour, quand il connut ces réponses. Était-ce ainsi qu'un
Bourbon devait être traité par un autre Bourbon? C'était certes
beaucoup que le roi Charles continuât à venir en aide de sa bourse aux
membres de la famille royale de France. Mais comment s'obstinait-il à
ne pas accueillir le Régent avec éclat, à ne pas admettre qu'il pût
marcher avec les armées, et surtout enfin à ne pas le reconnaître en
qualité de représentant de Louis XVII captif et empêché de régner? Ces
refus étaient d'autant plus cruels que, si l'Espagne avait reconnu le
Régent et accrédité auprès de lui un ambassadeur, comme le désirait
Monsieur, les autres puissances «n'auraient pas osé manifester leurs
vues impolitiques et barbares». En se conduisant ainsi qu'elle le
faisait, non seulement elle trahissait la cause des rois, mais encore
elle perdait l'occasion de jouer le grand rôle que la Russie lui
destinait dans les événements ultérieurs. C'étaient là les arguments
de la petite cour de Hamm; ils n'eurent pas raison de la résistance de
celle de Madrid.

En Angleterre, la sollicitation du Régent à l'effet d'être reconnu
ne semblait pas devoir trouver meilleure fortune, quoique le
ministère Pitt se fût décidé à entrer dans la coalition. Il faisait
marcher des troupes en Hollande; il commençait une guerre maritime
dans le but, il est vrai, de profiter des désordres survenus dans
nos colonies et surtout de la révolte des nègres à Saint-Domingue
pour s'emparer des possessions françaises d'outre-mer. Mais ses
véritables desseins apparaissaient à peine; on pouvait encore croire
à son désintéressement. Aux premières démarches faites par le duc
d'Harcourt et par le comte de Lally-Tollendal, l'ancien constituant,
ami du maréchal de Castries, émigré à Londres, lord Grenville,
ministre des affaires étrangères, répondit par des fins de
non-recevoir.--Tout serait prématuré tant que les alliés ne sont pas
en France.--On ne peut rien sans le concours de l'Autriche, et il
est regrettable que la cour de Vienne n'ait pu être consultée.--Il
faut d'abord que les princes se fassent un parti dans le royaume.

En transmettant, le 10 mars, ces réponses au maréchal de Castries,
Lally-Tollendal laissait entendre qu'il ne fallait pas les considérer
comme définitives. On dépendait des événements. «Mercredi, on
tremblait pour la Hollande; on était mécontent de la Prusse. Pitt
inclinait à se retirer de la coalition et à faire la paix. La nouvelle
des victoires est arrivée, et l'on ne respire plus que la guerre. M.
Pitt doit présenter son budget cette semaine. Il prouvera que tel est
l'état des finances nationales que l'Angleterre a de quoi faire la
guerre cinq ans sans mettre un seul impôt et en consacrant toujours
douze cent mille livres sterling par année à l'extinction de la dette.
Ce compte rendu vaudra une victoire et doit frapper de terreur ceux
qui gouvernent la France. Mais cette belle marine que vous faisiez
tant fleurir, monsieur le maréchal, que va-t-elle devenir? Quelle
horrible nécessité que celle de se réjouir des tempêtes qui la
disperseront et des boulets rouges qui la brûleront?»

La question qui clôt cette lettre était bien faite pour attrister
l'ancien ministre de la marine de Louis XVI et porter le trouble dans
sa conscience. Du moins, son patriotisme se fût-il rassuré s'il eût
été convaincu du désintéressement de l'Angleterre. Mais il pensait
d'elle ce qu'il pensait de l'Autriche:

«La cour de Vienne considère la France comme une puissance qu'il faut
abattre et dont on ne peut s'assurer que par l'excès de sa
faiblesse... Cette cour dit, comme celle de Londres, qu'il faut
d'abord que les princes se fassent des partis dans le royaume. Or cela
est impossible. C'est l'argument de gens qui veulent la ruine de la
France.

«... Le ministère de Londres et celui de Vienne, quoique séparés de
vues sous bien des rapports, s'entendent dans le but de notre
destruction, avec cette différence que la cour de Vienne ne veut pas
l'anéantissement de la monarchie, et que l'Angleterre penche vers la
république qui nous affaiblit.

«... La Russie et la Prusse viennent de recevoir le serment de leurs
nouveaux sujets, par suite du démembrement de la Pologne. Elles ont
annoncé dans leur manifeste que tout s'est fait d'accord avec
l'Empereur. Il n'a cependant pas un pouce de terre. Il faut donc qu'il
soit dédommagé par ailleurs, et, s'il a donné son assentiment, c'est
qu'il a obtenu des promesses de récupération. Où, si ce n'est en
France? Et si l'Angleterre, la Sardaigne en font autant, quel
démembrement! Que fait donc l'Espagne dans tout cela! Et Catherine,
qu'en penser?

«... Il n'est que trop vrai que la cour de Vienne veut s'être emparée
de ce qu'elle entend garder avant de reconnaître le roi, la régence et
les autorités légitimes dont elle aura besoin pour faciliter son
entrée dans le pays. Après, elle sera plus souple parce qu'elle aura
besoin de l'autorité du souverain pour se consolider dans le pays
qu'elle se propose de garder. On craint que, depuis le partage de la
Pologne, elle ne veuille grossir sa part sur la France, en acquérant
l'Alsace et une lisière plus ou moins large sur la frontière des
Pays-Bas ou en échangeant l'Alsace contre la Bavière ou le
Haut-Palatinat. Dans ce but, elle s'attache à l'Angleterre ...»

Ces extraits de la correspondance du maréchal de Castries, à la date
d'avril et de mai 1793, attestent qu'il ne se leurrait d'aucune
illusion quant au désintéressement des puissances alliées. Dès lors,
on est en droit de se demander s'il espérait avoir raison de leur
résistance aux vues des princes français, et il y a lieu de croire
qu'il ne s'étonna pas de l'accueil défavorable que reçut à Vienne la
proposition de régence, lorsqu'elle y fut portée au mois de juin par
le baron de Roll à son retour de Russie, où il avait accompagné le
comte d'Artois.

Le baron de Thugut venait de prendre la direction des affaires en
remplacement du prince de Kaunitz. Bien qu'il ne professât pas la
haine de la France au même degré que son prédécesseur, il n'en
inspirait pas moins des inquiétudes aux princes. On le savait lié
avec Breteuil et Mercy, et «on craignait que le trio ne se dépensât en
malfaisantes intrigues». La réception qu'il fit au baron de Roll
n'était pas pour détruire ces soupçons. Quand il sut que Monsieur
souhaitait d'être reconnu en qualité de Régent et d'exercer ses
pouvoirs dans les villes françaises qu'occupaient les alliés, il
s'écria que c'était «une prétention absurde». Dans ses lettres, il se
plaignait de «ces Français disposés à tirer des inductions de tout et
à prétendre toujours qu'on leur a fait des promesses». À propos des
rapports confiants qui s'étaient établis entre Catherine et les
princes français, il ajoutait: «C'est un fâcheux embarras que cet
engouement de l'Impératrice pour les princes français et sa manière de
voir les affaires de la France. Il en résultera pour nous bien des
embarras et bien du chagrin.»

Cobenzl, l'ambassadeur d'Autriche à la cour de Russie, n'était ni plus
bienveillant ni plus rassurant: «Il ne faut pas se flatter que nous
puissions remettre un Bourbon sur le trône de France. L'opinion est
trop contraire à cette maison, et quand nous le voudrions, nos forces
ne seraient pas suffisantes. Il faudrait, pour y parvenir, que
l'Angleterre prît part au nom du gouvernement de la France, ce que
sûrement on n'obtiendra pas d'elle. Il ne faut songer qu'à étouffer
l'incendie qui menace l'Europe et tirer chacun de la circonstance le
parti le plus avantageux qu'on pourra.»

Ces propos étaient portés par une lettre au baron de Flachslanden; il
les mandait, le 8 mai, au duc d'Harcourt, en lui avouant qu'il n'avait
pas osé les répéter au Régent. Du reste, ils n'étaient pas pires que
ceux qu'on tenait par ailleurs, et que soulignaient cruellement les
mesures rigoureuses dont les émigrés étaient l'objet un peu partout.
De Vienne, Polignac écrivait qu'il ne pouvait obtenir ni passeport ni
permis de séjour pour les amis de la bonne cause. À Ratisbonne, on ne
tolérait pas leur présence au delà de vingt-quatre heures. À Gênes, le
gouvernement refusait de recevoir l'envoyé de Monsieur, chargé de
notifier l'avènement de Louis XVII, et lui enjoignait de quitter la
ville sans délai.

Le Régent opposait à cette suite de déceptions un inaltérable
sang-froid et un indomptable courage. Dans sa détresse, il ne
désespérait pas, aussi confiant en son droit après tant d'amers
soucis et de si cruelles épreuves, que si ce droit eût été reconnu de
tous et incontesté, certain que, tôt ou tard, il le ferait triompher.
Trois années d'infortunes, couronnées par la plus effroyable
catastrophe, n'avaient pu le décourager. C'est là le trait
caractéristique qu'entre beaucoup d'autres, il convient de retenir,
car il se retrouve à toutes les pages de l'histoire des émigrés et,
dans une certaine mesure, permet de comprendre leurs incorrigibles
illusions et de les excuser.

Les membres de la cour de Hamm étaient à l'image de leur maître. Il
avait reconstitué son conseil comme à Coblentz. Seul, Calonne y
manquait. Depuis qu'à Londres il avait été saisi pour dettes, on était
sans nouvelles de lui. On le croyait passé en Italie. «Nous perdons
donc par là l'espérance que nous pouvions concevoir du séjour de
Calonne en Angleterre, et de plus, j'ai la douleur de voir persécuter
un homme que j'aime et qui s'est sacrifié pour mon secours[43].»

         [Note 43: Le comte d'Artois au comte de Vaudreuil.]

Quant à Breteuil, par suite de la mort du roi, on espérait en être
délivré. Il ne devait plus être que rarement question de lui, quoique,
encore à cette heure, il essayât d'user des pouvoirs dont l'avait
dépossédé la disparition de celui de qui il les tenait. À la régence
de Monsieur, il opposait la régence de la reine, ce à quoi on lui
objectait d'une part que Marie-Antoinette était captive au Temple et,
d'autre part, que parvînt-elle à en sortir, sa qualité d'Autrichienne
la rendait incapable d'exercer la régence, et l'exposerait au soupçon
de favoriser le démembrement de la France rêvé par la maison
d'Autriche. Breteuil, néanmoins, ne se tenait pas pour battu. Le bruit
s'étant répandu au mois de juin qu'une réunion allait s'ouvrir à
Londres pour régler la marche des armées coalisées, on prêtait à
Breteuil le dessein d'y assister. Larouzière indigné en faisait part à
Condé et ajoutait: «Si cela est, de qui aura-t-il mission? Pas de nos
princes assurément. Il y a encore du Mercy dans cette affaire.»

Le maréchal de Castries était investi de la direction politique du
parti des princes. Retiré à Nimègue, il devait, pendant deux ans
encore, rester en possession de la confiance du Régent. Ému par les
projets qu'on attribuait à Breteuil, il alla à Bruxelles pour conférer
avec Mercy et s'assurer de leur réalité. Il fit valoir les avantages
de la régence de Monsieur et les inconvénients de celle de la reine.
Si la reine avait des droits par un codicille ou par un voeu de la
nation, Monsieur ne les lui disputerait pas. Mais en avait-elle? La
question était singulièrement oiseuse à cette heure. Les événements
eurent promptement fait de lui enlever toute raison d'être. Sur cette
régence de la reine, s'exerça le dernier effort de Breteuil. Il ne
tarda pas à se faire oublier.

La confiance de Monsieur dans son bon droit ne se manifeste pas
seulement par la résistance intrépide qu'il oppose aux déceptions qui
se succèdent: elle se trahit encore par une incroyable activité de
plume. Dans ses innombrables lettres, il parle des incidents les plus
petits comme des plus importants. À propos de «Monsieur Égalité fils»,
qui combat dans les armées de la République et figure dans
l'état-major de Dumouriez, il dit au prince de Condé: «Nous sommes
assez de Bourbons honnêtes gens pour ne pas nous mettre en peine qu'il
y ait une branche pourrie. L'histoire en parlera comme de Charles le
Mauvais qui était aussi notre parent, et puis voilà tout.» Dans une
autre lettre, le sort du petit Louis XVII lui arrache cette réflexion:
«Vous êtes sûrement aussi fâché que moi de savoir le roi entre les
mains de ce Simon. Ce n'est pas qu'il fût plus en sûreté dans une
maison que dans une autre. Mais c'est une cruauté de plus de la part
de ces monstres[44].»

         [Note 44: Archives de Chantilly.]

Cette correspondance se multiplie sur tout et à propos de tout. Elle
comble le vide des journées du régent. À la distance où il est de son
pays, tout ce qui arrive de France, tout ce qui se passe en France
l'émeut, l'agite et souvent lui dicte des résolutions immédiates. Le
maréchal de Castries lui ayant mandé qu'il a su, par une lettre de
Londres, que Calonne est à Madrid, qu'il cherche à rentrer en scène et
à peser sur le gouvernement espagnol pour que celui-ci adhère à la
proposition de régence, Monsieur s'avise que Calonne est l'homme de
son frère et non le sien; il écrit au duc d'Havré, à Madrid, en lui
intimant l'ordre de déclarer à Sa Majesté catholique que Calonne est
sans mandat pour agir au nom du Régent, et que lui, d'Havré, est seul
chargé des intérêts de celui-ci.

Il apprend un autre jour que, dans le département de l'Aveyron, le
notaire Charrier fomente une insurrection et cherche à venger l'échec
de la confédération de Jalès. Il invite aussitôt le prince de Condé à
désigner quelques officiers qui iront seconder ce mouvement. Puis,
toujours soucieux de vaincre des difficultés qui semblent reculer
indéfiniment la victoire du royalisme sur la Révolution, il prend des
dispositions en vue de sa rentrée dans le royaume. Il cherche,
notamment, des hommes éprouvés pour les mettre à la tête des services
de la magistrature et de l'intérieur. Il écrit à Malesherbes, à M. de
La Galaisière et à M. Vidaud de La Tour, anciens conseillers d'État;
il les consulte, leur fait des offres et n'obtient d'ailleurs que des
réponses négatives. Malesherbes déclare que son devoir le retient
auprès de la reine, Vidaud de La Tour qu'il ne veut pas émigrer; La
Galaisière objecte le mauvais état de sa santé. Le régent tente alors
M. de Néville, qui n'accepte pas parce qu'il est du parti de Breteuil;
M. de Bertrand, qui s'abstient de répondre parce qu'il est
constitutionnel; le comte de Saint-Priest, que sa pauvreté retient à
Stockholm, et M. de Bérenger, qui se rendra aux désirs du prince si on
lui crée quelques ressources. Finalement, le Régent se rabat sur le
duc de La Vauguyon.

Ainsi, il affecte de prouver qu'il a pris effectivement la direction
du parti royaliste. Trop longtemps, le comte d'Artois y a eu une part
active, justifiée d'ailleurs par les circonstances. Mais, maintenant,
le Régent entend l'exercer seul et confiner son frère dans les
fonctions subordonnées de lieutenant général du royaume, qu'il lui a
conférées après la mort de Louis XVI. Cette volonté, en se
manifestant, accroîtra bientôt les rivalités qui existent entre les
partisans des princes. Il y aura le parti de l'aîné, devenu roi, et le
parti du comte d'Artois, qu'on ne désignera plus alors que sous le nom
de «Monsieur». Le parti de Monsieur s'irritera de la modération du
parti de Louis XVIII, qui lui-même sera traité de Jacobin par les
violents dont s'est entouré son frère. Le maréchal de Castries, pour
s'être rangé du côté du Régent, sera l'objet d'attaques dont la
vivacité l'indignera et lui dictera la résolution de se retirer. Mais
au moment où se pose la question de la régence, il est tout à
Monsieur. Il gémit de le savoir exilé dans cette triste petite ville
de Hamm, où l'on est trop loin des informations et des opérations
militaires pour faire de grandes choses et profiter des circonstances.

Brusquement, on apprend que Dumouriez a passé aux Autrichiens. On
croit qu'il marche sur Paris pour délivrer le petit Louis XVII et le
mettre sur le trône. Serait-ce la fin de la Révolution? On se le
demande au milieu de l'émotion que comporte un tel événement. Mais à
la joie qu'excite dans tous les coeurs la perspective d'une rentrée
prochaine en France, se mêle une crainte qui contribue à l'obscurcir.
Si Dumouriez arrive à ses fins, n'est-ce pas la reine qui sera
déclarée régente? Monsieur ne se trouvera-t-il pas écarté ainsi du
gouvernement, et le gouvernement lui-même ne tombera-t-il pas aux
mains des constitutionnels? La crainte est d'autant plus fondée que
Dumouriez appartient à ce parti et qu'il n'aime pas les princes. «Les
émigrés, ici, n'ont pas été contents de la réunion Dumouriez, écrit de
Londres l'ambassadeur russe comte de Woronsow. À travers les grands
mots, on voyait que la perspective d'avoir pour souverain le fils de
celui qu'ils ont abandonné lâchement, ne leur donne pas de grandes
espérances.»

Quelques jours plus tard, on se rassure. Dans les nouvelles
colportées, il n'y avait de vrai que la défection du général français;
il ne marche pas sur Paris; il s'est retiré à Darmstadt, chez le duc
de Mecklembourg. C'est par le maréchal de Castries que le Régent en
est averti. La lettre du maréchal relate divers propos qu'a tenus
Dumouriez. Il a déclaré que si le prince de Cobourg, commandant des
forces alliées, avait voulu le suivre, ils seraient déjà à Paris. Mais
Cobourg a refusé; il ne cherche qu'à démembrer la France.

On a parlé à Dumouriez des frères de Louis XVI.

--Deux mauvais sujets, a-t-il dit. Il est impossible d'en tirer aucun
parti.

--Et la reine?

--Je la méprise souverainement.

--Et Madame Élisabeth?

--C'est moins que rien. Louis XVII, a-t-il ajouté, voilà l'objet de ma
sollicitude et de tous mes voeux. Il faut que le bonheur de la France
devienne sou ouvrage. Surtout, point de princes autour de lui, mais
seulement un homme d'État bien imbu de la Constitution, afin qu'il
nous donne un bon roi constitutionnel, car la France n'en comporte pas
d'autres.

Comme suite à cette conversation, le maréchal fait remarquer
qu'assurément Dumouriez, en proclamant la nécessité d'un homme d'État
imbu de la Constitution, a entendu se désigner. Le Régent peut se
convaincre une fois de plus que, si la monarchie est restaurée par
d'autres que par les émigrés, ceux-ci n'auront pas de pires ennemis
que les constitutionnels. Il faut donc plus que jamais combattre ces
hommes néfastes, les principes qu'ils professent, se défier d'eux et,
par d'incessants efforts, paralyser leurs moyens. C'est vers eux
toutefois que penche visiblement l'Angleterre. La Rouzière l'écrit le
5 juin: «Nos scélérats constituants et monarchiens sont presque tous à
Londres. C'est eux que l'on écoute, c'est avec eux que l'on traite. Il
y a lieu de craindre qu'ils fassent cause commune avec les Jacobins et
ne soient maîtres de la France!»

Voilà quels sentiments nourrissent les partisans des princes, même les
plus modérés, car Larouzière est un modéré, capable de comprendre tous
les périls de la folle politique de l'Émigration. On n'en saurait
douter après avoir lu la lettre qu'il adresse le même jour à son ami,
le commandeur de Marcellange. Celui-ci lui a demandé s'il doit aller à
l'armée de Condé, qui est maintenant sous les ordres des généraux
autrichiens. Voici en quels termes il l'en détourne:

«En cas de revers, cette armée sera licenciée; en cas de services, les
princes seront à la tête du parti royaliste dans l'intérieur. Ce sera
là votre place et la seule peut-être qui ne doive pas laisser de
remords; car enfin, mon ami, voici une réflexion que j'ai renfermée
dans le plus profond de mon coeur et que je ne puis confier qu'à vous.
L'armée de Condé est en partie à la solde de l'Empereur. N'est-il pas
à craindre qu'en dernière analyse, les principes les plus louables,
les sentiments les plus nobles n'aient cependant servi qu'à jeter
tant de braves gens dans une erreur bien grave, telle par exemple que
si leurs travaux et leurs succès n'avaient d'autre cause que de les
rendre les coopérateurs de la dilapidation de leur patrie, et cela
pour le compte de son ennemi le plus implacable?»

Il est donc démontré qu'il y a parmi les émigrés et jusque dans
l'entourage des princes, des hommes que la passion n'égare pas au
point d'oblitérer entièrement leur patriotisme, et qui s'alarment de
voir leurs maîtres adresser appels sur appels aux puissances
étrangères. Malheureusement, ce qu'ils pensent ils n'osent le dire
tout haut, de peur de tomber en disgrâce et d'être l'objet des mêmes
anathèmes que ces constitutionnels que, pour plaire ou par conviction,
ils assimilent volontiers aux plus ardents ennemis de la royauté.


II

LE COMTE D'ARTOIS À SAINT-PÉTERSBOURG

Tandis que la question de la régence et celle des constitutionnels
passionnaient l'entourage de Monsieur, le comte d'Artois, arrivé en
Russie, y recevait de l'impératrice Catherine un accueil qui dépassait
toutes ses espérances. On a vu plus haut que la puissante souveraine
n'avait pas attendu de le voir et d'apprendre à le connaître pour
manifester sa sympathie et accorder son patronage aux frères de Louis
XVI. Le 19 août 1791, répondant à une de leurs lettres, elle leur
disait: «Je considère la cause de Louis XVI comme devant devenir celle
de toutes les têtes couronnées.» Le même jour, elle leur envoyait des
fonds, en leur recommandant d'en faire «l'emploi le plus utile pour le
bien des affaires du roi leur frère». Elle accueillait à sa cour les
émigrés français qui s'y présentaient: le comte de Langeron, le
marquis d'Autichamp, le comte de Vioménil, le marquis de Lambert, le
comte de Choiseul, le comte de Damas, le duc de Polignac, le duc de
Richelieu[45], d'autres plus obscurs. Tous recevaient des secours, des
biens, des grades, des emplois, mille témoignages de la munificence
d'une souveraine qui se faisait gloire d'avoir correspondu avec
Voltaire et Diderot.

         [Note 45: Il est intéressant de mentionner le jugement que le
         comte de Langeron, général émigré en Russie, porte, dans ses
         Mémoires inédits, sur le futur ministre de la Restauration:
         «Une âme ardente, une soif indicible de gloire, une tête bien
         organisée et un coeur pur, voilà ce qui distingue le
         petit-fils du maréchal de Richelieu. Il avait beaucoup des
         qualités de son grand-père et pas un seul de ses vices. Qu'on
         joigne à ces perfections aussi rares que précieuses une
         éducation excellente, six années de voyages, et l'on verra ce
         que pouvait promettre M. de Richelieu.»]

Après l'arrestation de Louis XVI à Varennes, elle ordonnait à
Genêt, chargé d'affaires de France, de ne plus se présenter aux
audiences du corps diplomatique, «le roi n'étant plus libre». Elle
l'obligeait à demander ses passeports. Avant même qu'il eût quitté
Saint-Pétersbourg, elle donnait accès auprès d'elle aux
représentants du souverain captif. Tour à tour, les comtes de
Bombelles et Eszterhazy, envoyés le premier par Breteuil, le second
par les princes émigrés, étaient reçus comme si leur maître eût
toujours été sur son trône. Le 8 février 1793, en apprenant la mort
de l'infortuné roi, elle dénonçait le traité de commerce conclu
avec le cabinet de Versailles en 1776, fermait les ports de la
Russie aux navires français, expulsait les consuls de France,
enjoignait aux Russes résidant en ce pays de rentrer en Russie, et
contraignait les Français fixés dans ses États à partir, ou à
prêter le serment dont voici la teneur:

«Je soussigné, jure devant Dieu tout-puissant et sur son saint
Évangile, que, n'ayant jamais adhéré, de fait ni de volonté, aux
principes impies et séditieux introduits et professés maintenant en
France, je regarde le gouvernement qui s'y est établi comme une
usurpation et une violation de toutes les lois, et la mort du roi très
chrétien Louis XVI comme un acte de scélératesse abominable et de
trahison infâme envers le légitime souverain.» Les gazettes
publiaient, par ses ordres, la formule du serment, et le nom de ceux
qui l'avaient signé.

Enfin, au printemps de cette même année, elle invitait le comte
d'Artois à venir la voir, «le recevait, dit Langeron, avec les plus
grands honneurs, les attentions les plus délicates,» portant la
recherche à un point qui étonna les Russes eux-mêmes. «Rien ne fut
négligé de ce qui pouvait contribuer à satisfaire l'amour-propre du
prince et à lui faire oublier ses malheurs. On n'avait pas plus
d'esprit que Catherine, on ne pouvait avoir plus de tact et de grâce
quand elle le voulait, et elle le voulut. Le prince d'ailleurs
s'attachait à lui plaire et y parvint. On l'avait logé, lui et sa
suite, aux frais de la cour et on lui rendait les mêmes honneurs qu'au
prince Henri de Prusse, venu en Russie vingt ans avant. Le comte
d'Artois sut reconnaître ces procédés.» Sa conduite fut pleine de
décence, de simplicité, de dignité. Il renversa les idées qu'on avait
de sa légèreté, de ses habitudes de jeunesse. Il inspira à toute la
cour, au favori Platon Zouboff lui-même, un respectueux intérêt. Les
femmes raffolaient de lui, et leurs attentions, leurs flatteries,
leurs prévenances rappelèrent celles qu'elles prodiguaient naguère à
Potemkin et maintenant à Zouboff.

On sait quelle influence exerçait le favori du jour. Catherine avait,
en quelque sorte, hiérarchisé la fonction de favori. Le favori était
aide de camp général. Il occupait l'appartement au-dessous de celui de
l'impératrice, avec lequel il communiquait par un escalier dérobé. Il
recevait cent mille roubles le jour de son installation et ensuite
douze mille par mois. Il était en outre défrayé de toutes les dépenses
de sa maison, parmi lesquelles figurait chaque jour une table de
vingt-quatre couverts. Ces avantages furent acquis à Zouboff du vivant
même de Potemkin auquel il succédait. Dès 1792, sa puissance n'avait
plus de bornes. C'est encore Langeron qui noua décrira cette curieuse
physionomie:

«Le grand vizir le plus arrogant n'a jamais traité les chiens de
chrétiens avec plus de hauteur et de mépris que Zouboff les généraux
et les courtisans de Catherine. Il fit faire à sa fortune les progrès
rapides que faisait la passion de l'Impératrice pour lui: comte,
prince d'Allemagne, général en chef, grand maître de l'artillerie,
gouverneur général de la Nouvelle-Russie, commandant les
chevaliers-gardes, chevalier de Saint-André, etc ... Sans la mort de
Catherine, il eût été, à vingt-cinq ans, feld-maréchal et aussi
puissant que Potemkin. Elle en fit un premier ministre à qui elle
faisait donner des leçons par Bezborodko et par Markoff.

«--C'est un enfant que je forme,» disait-elle.

«Mais elle se lassa de ses leçons, lui, de celles de ses mentors, et
il devint le vrai despote de l'empire. Elle tolérait son inexpérience,
sa médiocrité, sa paresse, jouissant de le voir rampant, soumis, en
apparence épris. Il avait vingt-quatre ans; elle en avait soixante.»

Tel était le respect qu'inspirait Zouboff, que parmi les courtisans
qu'il recevait à sa toilette, il y en eut qui, allant chez lui tous
les jours, restèrent trois ans sans lui parler. Il était donc bien
important de s'assurer son crédit. Le comte d'Artois s'ingénia à le
mettre dans ses intérêts. Zouboff, flatté par les attentions dont il
était l'objet de la part d'un Bourbon, employa pour le servir son
influence sur l'Impératrice.

L'entourage du prince ne fut pas jugé avec la même bienveillance que
lui. L'Impératrice en eut bientôt entrevu la légèreté, la nullité, la
médiocrité. Ce qu'elle en pensait, elle s'abstint de le dire au comte
d'Artois; mais elle le dit à d'autres, en exprimant la crainte que si
tous les émigrés ressemblaient à ceux-là, la cause des Bourbons ne fût
gravement compromise.

--Que peut-on faire, remarquait-elle, avec des gens si présomptueux,
si vains, si légers!

Elle reprochait à l'évêque d'Arras d'avoir l'air trop grenadier; elle
se blessa des allures du baron de Roll, de celles du comte d'Escars
qui trouvait sa table mauvaise, et du comte Roger de Damas lequel,
quoique au service de la Russie, affectait de porter l'uniforme
français. Mais elle n'impliqua pas le comte d'Artois dans ces
critiques. Elle croyait en lui, et dès le premier moment elle le lui
fit si clairement comprendre, que quelques jours après son arrivée,
faisant part à Vaudreuil de ses craintes et de ses espérances, c'est
de celles-ci que le prince l'entretenait. Il voyait déjà «vingt
vaisseaux russes et une bonne armée le transporter en Normandie». Le
19 avril, il mandait encore à son ami:

«L'Impératrice met tant de grâce dans tout ce qu'elle fait, et elle
prend un tel intérêt à nos affaires qu'elle est, en vérité, aussi
heureuse et aussi contente que moi-même. Elle m'a dit et répété
plusieurs fois qu'elle répondait de tout et que les petites
difficultés qui existent encore d'après les demandes de l'Angleterre
seraient promptement et facilement résolues. Mais elle ne craint que
la cour de Vienne; elle la croit détestable sous tous les rapports.»
Et en post-scriptum: «Nous avons la grande nouvelle de Dumouriez et sa
réunion à M. de Cobourg. J'en suis tout ému, tout étouffé; mais rien
n'est changé à ce que je t'ai mandé ce matin. Dieu sauve le Temple;
mais j'ai bien peur!»

Le péril que la défection de Dumouriez pouvait faire courir à
Marie-Antoinette ne lui arrachait pas un cri de pitié; comme son
frère, il redoutait la régence de la reine. Et puis, il était tout à
la joie du résultat de son séjour en Russie qui, maintenant, touchait
à sa fin.

--Vous êtes un des plus grands princes de l'Europe, s'était plu à lui
répéter l'Impératrice; mais il faut l'oublier quelque temps et être un
bon et valeureux partisan. Par ce moyen, vous redeviendrez ce que vous
êtes fait pour être. Les mouvements intérieurs de la France vous sont
favorables. Allez en Bretagne, sans rien attendre des négociations qui
se poursuivent entre les puissances et qui font perdre un temps
précieux. N'emmenez avec vous qu'un petit nombre d'hommes sages et
prudents, mais entreprenants et résolus.»

Elle les lui avait désignés: le prince de Nassau, le général
d'Autichamp, le duc de Laval et le vicomte de Vauban. Elle ne se
contentait pas de lui donner ces conseils; elle lui promettait des
subsides, une lettre pour le roi d'Angleterre qui, seul, pouvait le
conduire sur les côtes de France, une frégate russe pour le
transporter en pays anglais, et l'appui du comte de Woronsow, son
ambassadeur à Londres.

--Je vous confie, en Angleterre, lui disait-elle, à l'homme de mon
pays en qui j'ai le plus de confiance.

Enfin, elle lui offrait une épée, «une bonne et belle épée de
bataille,» sur laquelle elle avait fait graver cette devise: _Avec
Dieu, pour le roi!_ et dont la poignée en or portait, enchâssé, un
brillant estimé quarante mille francs.

En la lui remettant, elle ajoutait:

--Je ne vous la donnerais pas si je n'étais persuadée que vous périrez
plutôt que de différer de vous en servir.

Ce langage, ces attentions, la promesse d'être appuyé dans les
démarches qu'il allait faire auprès du gouvernement anglais par le
comte de Woronsow, et enfin les mille traits du bon vouloir «de la
plus grande des souveraines, la meilleure des femmes, la plus parfaite
des amies», électrisaient le prince; il promettait tout ce qu'on
attendait de lui. Il se jetterait en Normandie ou en Bretagne pour y
soulever les royalistes, se mettre à leur tête et rétablir la
monarchie. Ces projets belliqueux ne devaient se réaliser jamais.
Mais, à cette heure, en promettant de s'y consacrer tout entier, il
était sincère; et l'Impératrice n'en douta pas. Du reste, dans son
enthousiasme, il ne fut pas frappé de ce double fait que Catherine
ajournait sa réponse quant à la régence de Monsieur, et d'autre part,
qu'en recommandant au roi d'Angleterre la cause des princes, elle
évitait de fixer l'époque où elle-même la servirait en mettant ses
troupes en mouvement.

Le 26 avril, le comte d'Artois quitta Saint-Pétersbourg, après y avoir
passé un mois; il en partit comblé de bienfaits. Il reçut une somme
considérable, fut défrayé de toutes ses dépenses de route et de
séjour. On lui remboursa jusqu'au prix des présents qu'il avait faits
aux personnes attachées à son service pendant la durée de son passage
en Russie.

La lettre dont l'Impératrice l'avait chargé pour le roi George III
était conçue en termes chaleureux et pressants. Après s'être déclarée
prête à signer avec le gouvernement britannique le traité d'alliance
que celui-ci lui avait proposé, Catherine exposait et justifiait les
conseils donnés par elle au comte d'Artois:

«Les motifs de mon intervention dans les affaires de France étaient,
sans contredit, d'un moindre intérêt que pour les autres puissances
qui avoisinent ce royaume. Séparée de lui par des barrières immenses,
j'aurais pu, à l'aide de quelques mesures de précaution, attendre
tranquillement le sort des événements. Peut-être même, l'épuisement
presque général qu'auraient infailliblement produit les efforts des
uns pour renverser ces barrières, et ceux des autres pour les
défendre, auraient-ils présenté des chances séduisantes pour une
politique plus exclusive que ne l'a jamais été la mienne. Mais, amie
de l'ordre, de la justice et du bonheur commun de l'humanité, ce n'est
que par ces motifs purs et désintéressés que j'ai cherché à attirer
l'attention et l'activité des puissances de l'Europe sur les dangers
de toute espèce dont elles étaient menacées à la suite de la
Révolution française.

«Parmi les mesures que j'ai proposées pour en arrêter les progrès,
j'ai toujours regardé, et regarde encore, comme la plus efficace et la
plus expéditive de toutes, celle de former dans l'intérieur même de la
France un parti qui pût à la fin prévaloir sur celui de la faction
détestable de scélérats qui y dominent maintenant. En effet, sans ce
moyen, comment espérer de ramener une nation de vingt-cinq millions
d'hommes, tour à tour égarés par des conseils perfides ou entraînés
par les violences atroces de ses conducteurs actuels, et par
conséquent comment assurer le repos et la tranquillité de ses voisins?

«Dans cette persuasion j'ai tâché d'engager mes alliés, l'empereur des
Romains et le roi de Prusse, de faciliter dès l'ouverture de la
campagne dernière, l'entrée de la France aux princes, frères du trop
malheureux roi Louis XVI, avec le corps de troupes qui s'était formé
autour d'eux, en les faisant agir séparément et de leur propre chef...
Ce plan, vu comme incompatible avec les circonstances, ou peut-être
parce qu'un autre a paru préférable, n'a point été suivi; mais les
événements n'ont pas malheureusement justifié celui qu'on avait
adopté, ce qui est devenu pour moi une raison de plus pour persister
dans mon opinion.

«Je ne dissimulerai pas à Votre Majesté qu'à cette conviction, j'ai
toujours associé le sentiment d'un juste intérêt que m'inspirait le
sort d'une famille si cruellement et si horriblement opprimée, et qui
me fait toujours désirer vivement de la voir rétablie dans les droits
et titres qui lui appartiennent si légitimement. Pourquoi, d'ailleurs,
hésiterai-je de manifester à Votre Majesté un sentiment que, je suis
persuadée, elle porte dans son propre coeur, et qu'elle a si bien
avoué, par cette sensibilité si digne d'elle, qu'elle a montrée en
apprenant la fin déplorable de l'infortuné Louis XVI?

«Les frères de ce monarque malheureux, défenseurs nés des droits du
tendre rejeton qu'il a laissé, étant prévenus depuis longtemps sur le
caractère magnanime de Votre Majesté, et encouragés par la nouvelle
preuve qu'elle vient d'en donner, l'un d'eux, M. le comte d'Artois,
s'est résolu d'aller lui-même déposer dans le sein de Votre Majesté
ses voeux, ses espérances et ses sollicitudes, en faveur de la cause
la plus juste qui ait jamais invité la réunion des souverains pour la
faire triompher. Il me confie son intention, et a demandé mes conseils
et mon intercession; j'ai cru devoir donner mon accueil à l'une et ne
pas me refuser à l'autre; et c'est pour m'en acquitter que je joins
mes prières à celles que fera à Votre Majesté M. le comte d'Artois, de
vouloir bien lui accorder une main secourable, du haut d'un trône
environné de l'amour et du zèle d'une nation, qui a toujours su imiter
et souvent donner des exemples d'une noble générosité.»

Il semble qu'à la faveur de la puissante protection dont cette lettre
constitue le témoignage, le comte d'Artois aurait dû trouver auprès du
monarque anglais l'appui que l'Impératrice sollicitait en sa faveur.
Lui-même en était persuadé, à en juger par les confidences qu'à la
veille de quitter la Russie, il envoyait à son fidèle Vaudreuil:

«Je sais que je pourrai rencontrer encore des obstacles en Angleterre;
mais je n'en suis point effrayé; je serai toujours soutenu par M. de
Woronsow ... Aussi, mon ami, voilà le premier moment de bonheur que
j'éprouve depuis quatre ans; mais j'en jouis d'autant plus que chaque
jour augmente et améliore la disposition de l'intérieur. Enfin, enfin,
je sens que je marche au bonheur, et ce qui me donne une grande
confiance, c'est que l'Impératrice en est convaincue comme moi.»

Cette belle confiance allait être cruellement trompée. La frégate
russe qui le transportait avait ordre de le débarquer en Angleterre ou
à Ostende, suivant les circonstances. Le 16 mai, il était à Hull,
petit port du comté d'York. Il écrivit de là au duc d'Harcourt. Il lui
annonçait son arrivée en Angleterre et lui exposait l'objet de son
voyage. Il lui demandait d'obtenir, à cet effet, l'autorisation du
gouvernement, en se faisant aider dans cette démarche par le comte de
Woronsow.

Il écrivit également à ce dernier: «Je profite avec empressement,
monsieur le comte, lui disait-il, du courrier de M. de Korsakow pour
vous assurer de tout le plaisir que j'éprouverai à faire connaissance
avec vous et à traiter des affaires importantes avec un ministre qui a
aussi bien mérité l'estime et la confiance de la plus grande et de la
plus admirable souveraine du monde. J'attends avec impatience la
réponse du duc d'Harcourt pour m'approcher de vous et pour vous donner
des preuves de ma confiance et de ma parfaite estime ... J'espère vous
voir dans très peu de temps, et tout me présente cette vue flatteuse
que nous remplirons de concert les intentions de l'Impératrice.»

Le comte d'Artois chargea l'évêque d'Arras de ces messages, auxquels
il joignit la lettre de l'Impératrice à George III. Woronsow était
averti déjà directement par sa cour; il avait reçu l'ordre de seconder
le comte d'Artois, de discuter avec le cabinet anglais les conditions
du traité que celui-ci proposait à la Russie, et nul ne le pouvait
faire mieux que lui. Fixé à Londres depuis douze ans comme ambassadeur
de Russie, son caractère, son passé d'officier général, ses services
diplomatiques, son érudition, l'agrément de son commerce lui auraient
donné des amis dans tous les pays qu'il aurait habités; mais ce qui, à
Londres, lui en avait procuré plus que n'en eut jamais aucun ministre
étranger, c'est un goût décidé pour le pays, ses habitants, ses
moeurs, son caractère national et ses usages.

«Ce goût, écrit d'Harcourt dans un Mémoire au roi, perce dans les plus
petites choses, et on ne se tromperait peut-être pas en présumant que
M. de Woronsow préférerait au fond du coeur son ministère à Londres à
la première place de l'empire russe. Ces dispositions bien connues,
bien éprouvées, fortifiées par le temps, l'ont rendu extrêmement
agréable en général, et, jointes à ses qualités réelles, lui ont valu
la confiance, l'estime et l'amitié d'une foule de gens considérables,
ayant entre eux plus ou moins d'influence sur le gouvernement[46].»

         [Note 46: Papiers d'Harcourt.]

Au point de vue du caractère, Woronsow méritait ces éloges. Mais ils
eussent été moins ardents si d'Harcourt eût connu les sentiments
véritables du diplomate russe pour les princes, pour leur pays et pour
les émigrés. Parlant de ceux-ci, il écrit: «Ces émigrés sont comme la
peste. Partout où ils viennent, ils rongent la main qui les nourrit.»
Il n'est pas plus bienveillant pour le comte d'Artois: «Il se croit
grand général, chef de parti et adoré en France, tandis qu'il n'est
pas en état de commander un bataillon, qu'au lieu d'être chef, il est
lui-même gouverné par tous les étourdis qui l'entourent, et que lui et
son frère sont généralement détestés.» Quant à la France, Woronsow
estime qu'«à moins de la bien démembrer et de la laisser faible et
abandonnée à elle-même, il n'y aura jamais de repos pour l'Europe».
Enfin il n'approuve pas les ouvertures que sa souveraine l'a chargé de
faire au gouvernement britannique. Envoyer dix ou douze mille hommes
en Vendée, «ce serait jeter une goutte d'eau dans l'Océan». D'ailleurs
l'Angleterre ne consentira pas à transporter une expédition commandée
par un prince étranger, n'ayant aucun moyen de faire adopter ces
dépenses par le Parlement.

En dépit de ces mauvaises dispositions, le comte de Woronsow alla avec
le duc d'Harcourt chez lord Grenville. Mais, dès qu'il sut de quoi il
s'agissait, le ministre anglais se récria. Il souleva sur-le-champ des
objections qui rendaient impossible, selon lui, le séjour, même
momentané, du comte d'Artois en Angleterre. La première était tirée
des dettes que le prince avait contractées à Londres durant son séjour
à Coblentz. Elles s'élevaient à plus de deux millions de francs. Le
comte d'Artois serait poursuivi par ses créanciers, et les lois ne
permettaient pas de le soustraire à leurs rigueurs. On ne pourrait que
l'attacher à une ambassade, ce qui serait bien humiliant pour lui et
n'empêcherait pas le scandale. Quant à la seconde objection, elle se
fondait sur le sentiment public anglais, que le cabinet Pitt-Grenville
ne pouvait braver sans péril. Les Anglais ne comprendraient pas qu'on
fit autre chose qu'une guerre défensive et qu'on eût l'air de vouloir
se mêler du régime intérieur de la France. Mieux valait que le prince
ne vînt pas à Londres. Ce fut également l'avis de Pitt, même après que
le roi eut pris connaissance de la lettre de l'Impératrice.
D'Harcourt et Woronsow durent renoncer à détruire ces arguments, qui
témoignaient d'une résolution définitive, et aller à Hull faire part
au comte d'Artois de l'insuccès de leurs démarches.

«Ce voyage n'était pas fort agréable, mandait Woronsoff le 11 juin,
car je devais annoncer au comte d'Artois que l'Angleterre ne pouvait
rien faire pour lui. C'était une terrible chute pour un prince qui
avait été si exalté chez nous. J'eus un entretien de deux heures tête
à tête avec lui, et je lui ai exposé l'état des choses et
l'impossibilité absolue de ce pays-ci de concourir aux vues
bienfaisantes que l'Impératrice avait pour lui. Il a senti ces raisons
et a pris fort bien son parti.»

Douze jours plus tard, l'ambassadeur retournait à Hull, afin
d'exhorter le comte d'Artois à la résignation: «Je l'ai trouvé mieux
que je ne me le représentais. Ses malheurs lui ont été utiles, et si
ce prince sera entouré de gens sensés et honnêtes, il ne s'opposera
pas à leur avis et se conduira bien. Il a un grand désir de bien faire
et se rend à l'évidence[47].»

         [Note 47: Archives Woronsow.]

Ainsi s'effondraient les espérances que le comte d'Artois avait
rapportées de Saint-Pétersbourg, et force lui était de rejoindre son
frère à Hamm. L'Impératrice, naturellement, se montra fort mécontente
de l'échec de sa tentative. Mais son favori Zoubow en fut encore plus
irrité, et comme il se savait haï par Woronsow, que lui-même
détestait, il resta convaincu que l'ambassadeur avait fait échouer la
négociation à force de mauvais vouloir et l'avait desservi par
vengeance. Le 15 juin, le prince rejoignait son frère, après avoir
subi les décevants effets de la politique des puissances, «politique
bien tortueuse, écrira bientôt Eszterhazy, et qui offre ceci de
fâcheux, qu'il n'est jamais question de rétablir la monarchie
héréditaire ni de reconnaître le Régent. Il faut que M. le comte
d'Artois aille se mettre à la tête des armées vendéennes pour montrer
qu'il ambitionne l'honneur de rétablir, seul, la monarchie, si on ne
veut pas l'y aider.»


III

DÉCEPTIONS SUR DÉCEPTIONS

Qu'étaient-elles, ces armées vendéennes dont parlait Eszterhazy? À
Hamm, on n'en savait rien encore; on n'en connaissait l'existence que
par de vagues informations apportées au récent par le comte de
Botherel. Ancien procureur syndic des États de Bretagne et réfugié à
Londres, Botherel était venu à Hamm, au mois de février, pour exposer
aux princes la misère des Français réunis à Jersey, en faveur desquels
il avait essayé vainement de contracter un emprunt dans les banques
anglaises. Il se vantait d'avoir obtenu pour eux, du ministère
britannique, quelques secours, et suggéré a Pitt l'idée d'utiliser ces
émigrés en en formant un petit corps d'armée qu'on aurait porté en
Bretagne et qui aurait attaqué Brest par terre, tandis qu'une flotte
aurait attaqué par mer. À ce propos, il avait affirmé qu'en Vendée, en
Poitou, en Bretagne, des insurgés royalistes étaient en armes. Mais il
n'avait pu ni préciser leur nombre, ni désigner leurs chefs, et telle
était alors la difficulté des communications, qu'à Londres, d'où il
arrivait, on devait, durant plusieurs semaines encore, n'être pas
mieux informé qu'à Hamm. Ce n'est qu'au mois de mai que parvinrent
quelques éclaircissements.

Le duc d'Harcourt écrivait qu'il avait reçu la visite d'un sieur
Ehrard, ancien médecin de la Grande Écurie, qui venait de quitter
Paris, et qu'il tenait de lui des détails sur l'armée royaliste de
Bretagne. Au dire d'Ehrard, cette armée de deux cent mille hommes
était commandée par un M. de Gaston, que personne ne connaissait, et
par le comte de Narbonne-Fritzlar, qui, de Chambéry, où il se trouvait
naguère, avait passé en Bretagne avec un grand nombre d'officiers.
Elle avait déjà pris Nantes, Saumur et Chinon. Aux dernières
nouvelles, elle marchait sur Orléans. Ses progrès étaient si rapides,
qu'on s'attendait à la voir dissoudre la Convention. Partout,
d'ailleurs, l'opinion se prononçait de plus en plus pour le roi.

--Il y a huit royalistes pour un anarchiste, déclarait Ehrard à
d'Harcourt.

Il lui avait dit aussi qu'à Paris un louis d'or valait soixante-huit
francs en assignats et la livre de viande trente francs. Avant de
quitter la capitale, il avait, comme garde national, monté la garde à
la porte de la reine au Temple, vu le jeune roi, qui jouait, et la
reine, «les cheveux blancs, le teint échauffé». On les traitait avec
plus de respect. Ces détails sur sa belle-soeur et son neveu avaient
ému le Régent, moins cependant que ceux qui étaient relatifs à cette
insurrection de Bretagne, et dont d'Harcourt, malgré leur
invraisemblance, se faisait candidement l'écho.

Aussitôt, le Régent pressait de questions le maréchal de Castries à
Nimègue, le duc d'Harcourt à Londres, Bouillé à Bruxelles. Qu'était ce
M. de Gaston? Quels étaient ses principes? Quel roi voulait-il servir,
celui de la Constitution ou celui de l'ancienne monarchie? Tenait-il
pour la régence de la reine ou pour celle de Monsieur? Bouillé
répondit qu'il avait connu un Gaston à Coblentz, qui venait d'entrer
au service de la Prusse. Ce n'était donc pas celui qui commandait
l'armée de Bretagne. D'ailleurs, il avait un frère à Londres, qui vint
confirmer à d'Harcourt ces renseignements. Cependant, à en croire les
bruits qui circulaient, M. de Gaston existait. «M. de Maugny, _c'est
sûr_, est avec lui et, probablement, M. de Bougainville.» Un
secrétaire de d'Harcourt avait lu une proclamation signée de Gaston,
«que malheureusement on ne peut plus se procurer».--«Je voudrais bien
trouver quelqu'un qui l'ait vu,» écrivait le maréchal. Il croyait que
cet énigmatique personnage avait reçu des propositions des Anglais, il
ne savait lesquelles. Il était cependant indispensable de se mettre en
rapport avec lui; le duc de Lévis, qui était à Londres, l'avait tenté
et, n'y étant pas parvenu, venait de partir pour l'Espagne. Mais
d'autres seraient peut-être plus heureux, et il était bien essentiel
que M. de Gaston eût «un noyau de troupes réglées».

Le Régent invita alors le maréchal de Castries à désigner, d'accord
avec d'Harcourt, deux officiers qui iraient s'enquérir des intentions
de M. de Gaston, et lui communiquer, s'il y avait lieu, les intentions
du Régent. Le maréchal confia cette mission à M. d'Hervilly, ancien
commandant de la garde constitutionnelle de Louis XVI, qui était à
Nimègue auprès de lui. D'Hervilly devait rejoindre à Bruxelles M. de
Vaugiraud, capitaine de vaisseau, qu'avait désigné d'Harcourt. Le
maréchal, pour faciliter leur passage en France, envoyait en
Angleterre son fils, le duc de Castries, et lui remettait les
instructions destinées à ces messagers.

Ils devront «rassurer M. de Gaston sur son existence politique, lui
dire qu'on ne gênera pas ses opérations; le décider, si ses principes
sont tels qu'on l'espère, à appeler les princes auprès de lui». Il
faudra s'attacher à vaincre la répugnance qu'il pourrait avoir à
laisser arriver les émigrés qui les accompagnent, et lui conseiller
«d'exiger des généraux de la Convention qu'ils ne remettent qu'au roi
de France les troupes et les places qu'ils n'auront pas encore
rendues; à ce prix il leur sera fait grâce», tandis qu'ils seront
châtiés s'ils se rendent aux puissances, «qui ne se sont pas
expliquées sur l'usage qu'elles veulent faire de leurs conquêtes». Si
M. de Gaston est constitutionnel, les envoyés du Régent devront «le
faire s'expliquer sur ce qu'il entend par là».

Le duc de Castries arriva à Londres. Durant plusieurs jours, il y
attendit d'Hervilly et Vaugiraud. Il mit à profit ce délai pour
rédiger en tête-à-tête avec d'Harcourt le volumineux questionnaire qui
devait être présenté à M. de Gaston. Il sollicitait pour celui-ci des
secours de l'ambassadeur russe. Woronsow promit quatre cent mille
francs qu'il remettrait dès que le départ des officiers serait assuré.
En vue de leur passage, on s'adressa d'abord au ministère anglais.
Pitt commença par se plaindre de toutes ces agitations, de ces allées
et venues propres à le compromettre aux yeux de son pays, s'il avait
l'air de les tolérer; puis il lanterna, fit la sourde oreille, et
laissa comprendre enfin qu'il ne voulait laisser passer en France
aucun agent des princes.

«Le seul moyen de réussir, mandait le duc de Castries à son père,
c'est de paraître agir sans eux et pour soi seul. De même, auprès de
M. de Gaston, il ne faut pas nommer les princes. Il faut se présenter
sans autre prétention que celle de servir Dieu et le roi, apporter les
secours dont on pourra disposer. On peut espérer beaucoup de la
reconnaissance de M. de Gaston quand il saura qu'il doit ces secours
aux princes.»

Le 12 juillet, d'Hervilly et Vaugiraud débarquaient en Angleterre.
Reçus par de Castries et d'Harcourt, ils racontèrent qu'à Ostende, ils
avaient vainement voulu se procurer un navire qui les transportât en
Bretagne. Peut-être, à Londres, leur serait-il plus facile de réaliser
leur projet, et d'Harcourt parviendrait-il à affréter un corsaire,
ainsi qu'il en avait reçu l'ordre.

Vaugiraud raconta en outre que, s'étant trouvé à Bruxelles, il avait
été conduit chez Breteuil par un ami commun, le comte de Colbert.
Breteuil s'était montré convaincu de l'existence de M. de Gaston et
s'était dit prêt à mettre Vaugiraud en mesure d'arriver jusqu'à ce
chef, dont on continuait à célébrer les succès. Il avait en outre
déclaré que c'était au nom de l'Angleterre qu'il faisait ces offres;
mais, le lendemain, revenant sur ses dires, il avouait que c'était au
nom du comte de Fersen. À cette occasion, il s'irrita contre Calonne,
qui l'avait fait passer pour un monarchien, tandis qu'il était au
contraire d'avis qu'en rentrant en France, il faudrait d'abord, quitte
à réformer ensuite les abus, rétablir tout ce qui existait avant la
Révolution. Mais ces déclarations ne trompèrent personne. Il avait
suffi qu'il prononçât le nom de Fersen pour qu'on fût convaincu qu'il
était toujours du parti de la reine. Ses propositions furent
dédaigneusement écartées.

Durant quelques jours encore, on conserva l'espoir de se mettre en
rapports avec M. de Gaston. Mais, le 12 août, arriva à Hamm, par une
voie que les documents ne désignent pas, une lettre signée de
plusieurs chefs royalistes du Poitou. Il y était dit qu'il n'y avait
personne dans leurs rangs qui portât le nom de Gaston. Gaston était un
mythe. «Il a été question dans les environs de Challans d'un Gaston,
perruquier, qui a commandé un rassemblement et qui a été tué dans les
commencements de l'insurrection.»

Ainsi finit la légende sur laquelle, durant trois mois, Monsieur et
son frère avaient fondé tant d'espoir. Mais elle n'était pas encore
détruite alors que le comte d'Artois, dans le courant de juin,
revenait de sa course manquée en Russie. Elle contribua à consoler les
deux frères, à les armer de patience et à les cuirasser contre le
découragement. Du reste, deux mois plus tard, ils recevaient de la
Vendée des nouvelles positives et bien faites pour les dédommager de
leur première déception. Cette fois, ils ne pouvaient plus douter de
l'insurrection des provinces de l'ouest de la France. La constitution
civile du clergé et les mesures de rigueur décrétées contre les
prêtres réfractaires avaient offensé les populations de ces contrées,
en majorité ardemment catholiques. Des émeutes partielles avaient
témoigné de leur irritation, ainsi qu'un complot ourdi par un
gentilhomme breton, le marquis de la Rouarie. Puis, en février 1792,
la levée extraordinaire de trois cent mille hommes avait provoqué une
résistance plus active, et dès le 10 mars, à Saint-Florent, dans
l'Anjou, on en était venu aux mains. Les rebelles avaient mis en fuite
les troupes républicaines.

Depuis ce jour, l'insurrection s'était généralisée en se régularisant.
Le Poitou, la Vendée, le Maine, la Bretagne avaient vu surgir des
milliers d'insurgés, pauvres gens en sabots qui, leurs curés à leur
tête, tenaient en échec les forces envoyées contre eux, et que souvent
conduisaient à la victoire les chefs qu'ils s'étaient donnés:
Cathelineau, Stofflet, Jean Cottereau dit Chouan, Bonchamp, d'Elbée,
Lescure, Charette, Puisaye, Larochejacquelein, Châtillon, Bourmont,
Cadoudal, Guillemot, Mercier La Vendée, Boishardy, Le Nepvou de
Carfort, Boisguy et combien d'autres. Durant les derniers mois de
1793, le combat de Cholet, livré le 17 octobre, et celui du Mans, 23
décembre, en frappant au coeur cette insurrection formidable, allaient
lui enlever l'espoir d'un triomphe définitif. Mais ses débris
longtemps encore devaient résister aux armées de la Convention et du
Directoire, et, lorsque son existence fut révélée aux princes, tout ce
qu'on leur en disait les disposait à la croire invincible. Le drapeau
blanc réunissait déjà un nombre immense de combattants. Les
organisateurs de ce mouvement, en demandant aux princes de venir se
mettre à leur tête, prenaient l'engagement de ne déposer les armes
qu'après avoir remis le roi sur son trône. Le Régent le faisait
savoir à Condé: «C'est la grâce la plus intéressante et la plus
consolante que nous ayons reçue depuis le commencement de notre
infernale Révolution.»

En réponse à la démarche des royalistes vendéens, les princes leur
annoncèrent que le comte d'Artois allait se mettre en mesure de les
rejoindre. Lui-même faisait part à Vaudreuil de sa résolution: «Dans
peu de temps, tu seras content de moi!» Il devait croire, en effet,
que cette fois les circonstances allaient lui offrir l'occasion de se
servir de l'épée qu'il avait rapportée de Russie et déjouer un grand
rôle. Ce n'était pas seulement la Vendée qui s'offrait à ses efforts.
Plusieurs grandes villes de France ne voulaient plus reconnaître
l'autorité de la Convention. Lyon, Marseille, Toulon, divers
départements du Midi tentaient de se séparer de la République et de se
fédérer contre elle. Lyon avait secoué le joug des Jacobins,
s'apprêtait à soutenir par les armes les droits que l'Assemblée lui
contestait et a venger les Girondins. Toulon, enfin, tombé en pleine
insurrection, appelait à son aide les Espagnols et les Anglais.
C'était le cas ou jamais pour le comte d'Artois de se jeter en avant.
Mais le pourrait-il, et surtout le voudrait-il? Dans son entourage,
tout le monde n'en était pas convaincu. Vaudreuil lui-même se montrait
maintenant incrédule et en faisait l'aveu à d'Antraigues:

«Il s'est tant bercé, il m'a tant bercé d'illusions que j'ai perdu une
grande partie de ma confiance. Lyon, la Vendée, Toulon ou la tombe,
voilà ce qui lui convient; tout le reste ne vaut rien ... Mais combien
de causes secondes arrêtent son énergie naturelle! Il a eu un moment
brillant, héroïque qu'on lui a envié, et on a posé l'éteignoir sur
cette flamme naissante. Je ne m'en consolerai jamais.»

Dans quelque mesure que le comte d'Artois eût justifié par sa conduite
antérieure ces pronostics attristants, il paraissait à cette heure
disposé à les démentir. En se partageant avec son frère la tâche
qu'ils avaient assumée, c'est la Bretagne qu'il choisissait pour
théâtre de ses futurs exploits; c'est là qu'il déclarait vouloir se
rendre et jouer sa partie. Nous le verrons pendant les deux années qui
vont suivre tendre vers ce but avec obstination. Mais cette
obstination sera toujours aussi facilement vaincue que prompte à
renaître, de telle sorte qu'il est impossible d'établir si le prince
fut la victime des circonstances, ou de ses irrésolutions et de ces
causes secondes dont parlait Vaudreuil. Ce qui est hors de doute,
c'est qu'à plusieurs reprises il parut justifier les soupçons qui
s'élevèrent contre lui, après l'expédition de Quiberon. Ils sont
formulés dans une lettre attribuée à Charette et adressée à Louis
XVIII: «Sire, la lâcheté de votre frère a tout perdu.» Quoique
considérée comme apocryphe, cette lettre, à l'époque où elle circula,
exprimait le sentiment d'un grand nombre de royalistes. Ils
s'étonnaient qu'alors que tant d'héroïques partisans allaient et
venaient d'Angleterre en Bretagne, le comte d'Artois ne fût jamais
parvenu à se montrer dans les provinces insurgées, qui l'appelaient
sans relâche.

Quelques années après ces événements, à l'époque de la pacification de
la Vendée, le premier consul, recevant aux Tuileries un des chefs
chouans, le comte d'Andigné, s'étonnait railleusement devant lui
qu'aucun des membres de la maison de Bourbon n'eût pris le
commandement effectif des insurrections vendéennes.

--L'Angleterre les en a toujours empêchés, objecta d'Andigné.

--Il fallait se jeter dans une barque, répliqua Napoléon.

C'était le conseil qu'en 1793, l'impératrice Catherine donnait au
comte d'Artois et que, malheureusement pour sa cause et pour sa
mémoire, il ne suivit jamais, sous le prétexte qu'il n'était pas digne
d'un prince d'aller «chouanner». Il n'opposa pas cependant cette
raison aux premiers appels des chefs vendéens qu'il reçut à Hamm. Ils
partirent, emportant la conviction qu'il ne reculerait, pour y
répondre, devant aucun effort.

Quant à Monsieur, c'est vers Toulon qu'il avait décidé de se porter.
Comme il lui fallait à cet effet l'appui du gouvernement espagnol, il
renouvelait avec plus d'instance ses démarches à Madrid, afin
d'obtenir la reconnaissance de son titre de Régent, et son admission
en Espagne. Il suppliait le cabinet britannique de l'y conduire. Mais,
celui-ci refusant parce qu'il avait à ménager l'opinion publique en
Angleterre, le prince rédigeait, au mois de juin, un long Mémoire pour
le roi d'Espagne, à l'effet de lui démontrer qu'au moment où ses
armées marchaient contre les factieux, il était nécessaire qu'on vît à
leur tête un Bourbon de France.

«Les provinces méridionales ont un motif de plus de secouer le joug
des factieux que la religion a rendus doublement ennemis des
royalistes, et plusieurs raisons font désirer plus particulièrement au
Régent de s'y trouver de sa personne avec les armées de Sa Majesté
catholique: 1º sa présence ne peut contrarier en rien la politique de
Sa Majesté, du moment qu'elle a cru devoir la faire connaître; 2º
comme Régent et oncle du Roi, il est plus que probable que le bon
parti s'attachera à sa personne, et qu'il pourra même contribuer, si
ce n'est à écarter entièrement les malheurs, au moins à prévenir une
partie de ceux qui sont inséparables d'une guerre civile et de
religion en même temps; 3º que, s'il peut parvenir à faire rentrer
dans l'obéissance le Midi, il acquerra plus de moyens, étant soutenu
par Sa Majesté catholique, pour s'opposer aux vues ambitieuses des
puissances, ou d'une puissance, car on n'en voit véritablement qu'une
qui soit intéressée au démembrement de la France.

«Sa Majesté catholique connaît le voeu du Régent sur le rôle qu'il
croit devoir jouer; mais elle ne lui supposera certainement pas la
volonté d'en jouer un autre que celui qu'Elle jugera dans sa sagesse
devoir lui convenir. Elle ne supposera pas davantage qu'il ait le
projet de conserver la régence si la Reine, devenue libre, a pour elle
un codicille du feu Roi qui l'y appelle, et si le codicille n'existe
pas, l'amitié dont la Reine a toujours honoré le Régent, celle qu'il
lui porte, doivent rassurer sur toutes les discussions comme sur
toutes les prétentions qui pourraient naître.

«Voilà tous les motifs qui font désirer au Régent de se rendre en
Espagne, et le moment n'en saurait être trop prompt pour ne rien
perdre des dispositions du royaume et de l'effet que doit produire
l'intérêt que Sa Majesté catholique paraîtra lui accorder.

«Le Régent doit encore rendre compte à Sa Majesté catholique de sa
conduite avec la cour de Vienne; elle a eu pour objet de ne pas
fournir de prétextes à de mauvaises intentions, s'il y en a. D'après
les succès des armées autrichiennes sur la frontière du Hainaut, on
peut croire que cette province sera soumise, du moment qu'on aura
forcé une ou deux places à ouvrir leurs portes.

«Il n'a pas paru convenable au Régent de s'éloigner d'une frontière
soumise sans faire les démarches convenables pour y venir prendre la
place qui lui appartient; il a écrit en conséquence à l'Empereur.
Mais, d'après les dispositions bien connues du cabinet de Vienne, il
éprouvera un refus, ou, ce qui sera la même chose, une réponse
dilatoire. Ainsi, Sa Majesté ne doit voir la démarche du Régent que
comme une précaution qui peut n'être pas inutile politiquement.

«Enfin, le Régent compte trop sur l'intérêt de Sa Majesté catholique,
pour ne pas se flatter qu'elle voudra bien lui fournir, dans le
moindre délai possible, les moyens de transport pour se rapprocher de
sa personne, prendre ses ordres et lui témoigner combien il désire
acquérir des droits à ses bontés, comme il en a de tout acquis à son
intérêt par la cause qu'il sert et qui lui est commune avec Sa
Majesté. Le Régent charge le duc d'Havré de prendre les ordres de Sa
Majesté sur le voyage, et de lui proposer la direction qu'il croit la
plus convenable, parce qu'elle le sépare moins des affaires et des
nouvelles qui peuvent, à chaque moment, devenir plus intéressantes.»

Mais ces démarches continuaient à rester vaines, en dépit des bonnes
paroles sous lesquelles le gouvernement espagnol dissimulait ce
qu'avaient de malveillant ses refus. C'était toujours le même langage,
les mêmes protestations de dévouement et la même attitude, qu'il
s'agît de la régence ou d'un asile en Espagne pour Monsieur. Le duc
d'Havré, rendant compte d'un entretien qu'il avait eu avec Godoï, duc
d'Alcudia, résumait comme suit les propos du puissant favori qui
dirigeait alors les affaires espagnoles:

«Leurs Majestés catholiques, m'a-t-il dit, ne forment d'autres voeux
que celui du rétablissement de la monarchie française sur ses
anciennes bases, et de leur auguste famille sur le trône de leurs
ancêtres communs. Elles ne sont dirigées par aucune vue d'ambition et
d'intérêt personnel. Elles agissent et agiront comme les alliés les
plus fidèles et comme les parents les plus tendres. Elles sont
pénétrées, sous tous les rapports, de toutes les dispositions que peut
désirer Monsieur le Régent, et elles s'empresseront de les faire
connaître dans toutes les circonstances. Mais, comme elles ne peuvent
opérer seules la grande révolution qui sera le but constant de tous
leurs efforts, elles éprouvent la nécessité indispensable de concerter
toutes leurs démarches solennelles et tous leurs actes publics avec
les autres puissances. Aussi, bien assuré de la bonne volonté la plus
étendue de Leurs Majestés catholiques, Monsieur doit réunir tous ses
moyens pour inspirer les mêmes sentiments aux différentes cours qui
n'exciteraient pas en lui la même confiance. C'est d'après cette
considération essentielle, ajoute le duc d'Alcudia, qu'il paraît
important que Monsieur reste en mesure d'agir auprès d'elles, et
n'exécute pas dans ce moment le projet qu'il pourrait avoir de se
rendre en Espagne.

«Après une très longue conversation, ajoutait d'Havré, nous avons
acquis et nous croyons devoir transmettre la certitude que le cabinet
de Madrid emploiera tous ses moyens pour contribuer de la manière la
plus généreuse et la plus désintéressée au rétablissement de la
monarchie, qu'il est très franchement disposé à reconnaître Louis XVII
comme successeur légitime de son infortuné père, et Monsieur comme
Régent du royaume, et qu'il ne dissimulera pas aux autres cours ses
principes à cet égard; mais quelques instances qui puissent lui être
faites, il sera invariablement arrêté dans le développement de ses
loyales intentions par la crainte de se voir abandonné des autres
puissances, s'il se déterminait à un acte solennel, sans être assuré
de leur concours.»

Rien de plus vide, on le voit, ni de plus vague que les réponses de
l'Espagne. Il fallait être crédule comme «ce pauvre d'Havré, qui n'y
voit pas plus loin que le bout de son nez», pour ajouter foi à la
sincérité de ces assurances. Il y croyait cependant: toute sa
correspondance en fait foi. Le 18 septembre, il écrivait encore que le
roi d'Espagne «avait tacitement reconnu le Régent»; mais que la
reconnaissance publique était subordonnée à une entente avec les
autres puissances. Le ministère espagnol estimait que le Régent devait
se rendre à Toulon, «où il trouverait un établissement solide»; il
irait par Gênes, à défaut de mieux, et il solliciterait l'appui de
l'Angleterre. Le duc d'Alcudia offrait d'écrire au comte d'Antraigues
afin qu'il se trouvât à Gênes à l'arrivée de Monsieur. Et tout fier
d'avoir provoqué cette réponse, d'Havré s'écriait: «C'est le plus beau
jour de ma vie!»

Le maréchal de Castries pas plus que le Régent n'étaient disposés à se
payer «de bonnes paroles» si les actes ne les confirmaient pas. Mais,
quoique soupçonnant le mauvais vouloir de l'Espagne envers les
émigrés, ils n'osaient laisser percer leurs soupçons, alors que cette
puissance, entrée dans la coalition, faisait marcher ses armées contre
la République. Feignant de croire à sa bonne foi, le maréchal disait à
d'Havré:

«Il est impossible que le roi d'Espagne et le duc d'Alcudia laissent
les princes dans la situation où ils sont. Les autres puissances ont
des vues intéressées. Mais l'Espagne agit généreusement et franchement
pour la monarchie, et ne peut la laisser dans l'isolement.»

Sans attendre davantage, le Régent, au commencement de novembre,
résolut de se passer du concours de l'Espagne et de partir. Il écrivit
à l'impératrice Catherine pour la prévenir de son dessein. Toulon et
Lyon étaient son objectif. Depuis le 17 août, Toulon avait ouvert son
port aux Espagnols et aux Anglais. Ils occupaient la ville au nom de
Louis XVII. De l'armée de Condé et d'ailleurs, de nombreux émigrés
partaient pour s'y rendre, bien qu'ils fussent avertis qu'à Toulon, il
serait difficile de les utiliser, à supposer même qu'on leur permît
d'y débarquer.

Lyon, depuis le mois de septembre, se défendait héroïquement contre
les troupes de la Convention. Ici ou là, il fallait un Bourbon. Le
prince hâtait donc ses préparatifs et prenait ses dispositions en vue
de son départ. Il s'occupait d'envoyer des secours au général de Précy
qui commandait les Lyonnais. Sur l'avis du maréchal de Castries, il
invitait le général d'Autichamp, qui se trouvait à Liège avec un
certain nombre d'officiers, à se rendre à Genève, et de là à se jeter
dans Lyon, sans effaroucher Précy», après avoir rassemblé, dans le
canton de Vaud, tous les émigrés en état de porter les armes. Un de
ses agents, Dutheil, était chargé de négocier un emprunt à Londres en
vue de cette opération «d'autant plus nécessaire, écrivait le
maréchal, qu'on craint que les Anglais veuillent diriger seuls en
Vendée et en exclure les princes qui, à Lyon, feraient ce qu'ils
voudraient». Enfin, désireux d'entrer en France entouré d'un conseil,
le Régent faisait appel à d'anciens magistrats dont il invoquait les
lumières: MM. de Vezet, de Guilhermy, Le Camus de Neuville, Ferrand,
d'Oultremont et de Courvoisier; il leur donnait rendez-vous à
Livourne.

La date de son départ n'était pas encore fixée lorsqu'on apprit, le 21
octobre, la défaite définitive des Lyonnais et la prise de possession
de Lyon par les républicains à la date du 10. Cette catastrophe
arrachait à Monsieur une réflexion mi-plaintive, mi-philosophique:
«Vous savez sûrement les malheurs de Lyon. Je suis surtout affligé du
nombre des victimes qui ont péri. Mais nous sommes accoutumés depuis
longtemps aux revers!» Au même moment, arrivait à Hamm la nouvelle de
la mort de la reine. Les projets du Régent ne furent pas cependant
modifiés. Lyon avait succombé; mais Toulon restait, et, avec Toulon,
la Vendée. On pouvait donc espérer de venger la famille royale. Malgré
sa hâte de quitter Hamm, ce n'est que dans la soirée du 19 novembre
que Monsieur put se mettre en route. Le même jour, il faisait part de
ses desseins au prince de Condé qui était en Allemagne avec l'armée
autrichienne. «Je suis depuis trop longtemps dans l'inaction pour ne
pas désirer d'en sortir. J'ai fait des tentatives qui ne m'ont pas
réussi; je vais en faire du côté du Midi, et je pars pour m'y
rendre[48].»

         [Note 48: Archives de Chantilly.]

Il écrivait également au duc de Polignac à Vienne:

«Je pars ce soir, mon cher duc, pour commencer ma nouvelle carrière.
Je compte être environ quinze jours à arriver à Vérone; de là, je
continuerai ma route sur Gênes; mais, si je ne reçois pas de nouvelles
qui hâtent ma marche, je me porterai d'abord sur Turin. En tout état
de cause et jusqu'à nouvel ordre, adressez-moi toujours vos lettres à
Turin sous le couvert du comte de Vintimille. Pour ce qui regarde le
comte d'Artois, vous lui adresserez le double des comptes que vous me
rendrez; si vous recevez quelques ordres de lui, vous les exécuterez
comme les miens propres, en m'en rendant compte. _Mais si vous en avez
de nouveaux à demander, c'est à moi que vous vous adresserez pour les
demander_.»

La fin de cette lettre trahissait clairement la volonté de Monsieur,
au moment où il se séparait de son frère, de conserver pour soi seul
l'autorité qu'il exerçait au nom du roi. Il n'en voulait céder que ce
que leur séparation ne lui permettait pas d'en retenir. Mais cette
concession n'émanait que de lui, il lui était toujours possible de la
retirer, puisque c'est lui qui l'avait accordée. Il allait désormais
marquer de plus en plus sa volonté sur ce point. Le 19 novembre, les
deux frères se firent leurs adieux après s'être partagé une somme de
trois cent mille francs, qui formait toutes leurs ressources; ils ne
devaient plus se revoir que sept ans plus tard, en Suède. Le comte
d'Artois allait rester à Hamm durant neuf mois encore, malgré son
prétendu désir de se jeter en Vendée dont il parlait sans cesse.

De Vérone, où sa course l'avait conduit, et où il s'arrêta quelques
jours, le Régent, qui voyageait sous le nom de comte de l'Isle,
écrivit le 15 décembre à son beau-père le roi de Sardaigne pour lui
demander l'autorisation d'aller à Turin. Ensuite, il gagna Livourne;
il comptait y attendre la réponse qui serait faite à sa demande. Il y
trouva les anciens magistrats qu'il avait désignés pour le suivre à
Toulon. Ils s'étaient tous rendus à son appel et s'apprêtaient à
partir avec lui, lorsque, dans les derniers jours de décembre, éclata
la nouvelle que Toulon avait succombé. Encore une espérance qui
s'effondrait. Ce n'était pas la première; ce ne devait pas être la
dernière. Le Régent prit tristement la route de Turin, ne sachant ce
qu'il allait devenir.

C'est là que lui parvint la réponse de Catherine à la lettre qu'il lui
avait écrite avant de quitter Hamm. Elle l'approuvait d'aller en
Italie et lui conseillait d'arriver de là, coûte que coûte, en
Espagne. En se joignant à l'armée du Roussillon, il pourrait parvenir
sur le sol français où les souverains ne pourraient plus ne pas le
reconnaître. Quant au comte d'Artois, il ne devait pas cesser
d'insister à Londres pour obtenir d'aller en Vendée. Plus tôt les
princes seraient en France et mieux cela vaudrait, car il ne fallait
pas qu'ils se laissassent devancer par ceux qui rêvaient autre chose
que le rétablissement de la monarchie légitime. L'Impératrice était
d'avis qu'en mettant le pied dans le royaume, il fallait: 1º se
renfermer dans l'idée de l'établir la religion et la monarchie; 2º
n'entrer dans aucun détail, ni sur l'administration, ni sur les
impôts; 3º annoncer un grand intérêt pour la partie du peuple qui
s'était montrée fidèle et une grande clémence pour celle qu'on pouvait
supposer avoir été plus égarée que criminelle; 4º rétablir les anciens
magistrats pour assurer les propriétés et rétablir la justice; 5º
éviter de rappeler les anciennes dénominations d'impôts, odieuses au
peuple[49].

         [Note 49: Papiers de Castries.]

En recevant ces conseils et en constatant l'énorme distance qui le
séparait du but en vue duquel Catherine les lui donnait, Monsieur dut
les trouver bien ironiquement platoniques. Pendant le temps qu'il
passa à Turin, de janvier à mai, il s'efforça encore, mais toujours en
vain, d'obtenir un asile en Espagne. Il suppliait aussi son beau-père,
le roi de Sardaigne, de l'admettre dans son armée. Mais Victor-Amédée
III, bien que, depuis la conquête de la Savoie, il eût obtenu sur les
Français quelques légers avantages, ne voulait pas poursuivre la
campagne si les Autrichiens ne lui envoyaient pas les secours qu'ils
lui avaient promis, en argent et en hommes. Sous ce prétexte, il avait
déjà refusé de marcher sur Lyon, et quoique à présent, il eût pris le
commandement effectif de son armée, il refusait d'y recevoir son
gendre afin de ne rien ajouter aux griefs de la France contre lui. Il
conseillait à Monsieur d'aller à Rome où il était assuré d'être bien
reçu. Mais le Régent ne voulait pas de cette résidence.

Il revint à Vérone au commencement de juin 1794. La sollicitude du
comte d'Antraigues, qui résidait à Venise, lui avait assuré le
puissant patronage du comte de Mordwinoff, ambassadeur de Catherine
dans les États vénitiens, et celui de Las Casas, l'ambassadeur
d'Espagne. Il pouvait donc attendre en une tranquillité relative le
retour de circonstances meilleures. Elles n'étaient pas plus
favorables qu'elles ne l'avaient été à la fin de 1792, après la
retraite de Brunswick. Elles l'étaient même moins, car l'année
précédente on pouvait compter sur les victoires de la coalition, et
maintenant, quoique les armées alliées eussent fait la guerre pendant
de longs mois, elles n'avaient pu vaincre celles de la République. «La
situation est bien mauvaise, remarquait le maréchal de Castries. Pour
la seconde fois, la campagne contre la France a avorté et on va
prendre les quartiers d'hiver sans avoir rien réussi.» Sans doute
l'Angleterre était entrée en branle. Mais persévérerait-elle?
Consentirait-elle à employer les émigrés sous le commandement du comte
d'Artois? Serait-elle plus désintéressée que l'Autriche? Autant de
questions que l'avenir seul pouvait résoudre.

Mais ce qui de plus en plus se confirmait à la faveur de tout ce
qu'avait mis en lumière la campagne qui finissait, c'est que la cour
de Vienne voulait tirer parti de ses conquêtes. Aussi, voyait-elle
avec dépit l'influence commençante de l'Angleterre dans les affaires
de France, comme si elle eût craint que le cabinet de Saint-James ne
mît le veto sur ses projets ultérieurs. Ces projets, on les
soupçonnait. On savait que, pour rétablir avec la Russie et la Prusse
l'égalité qui lui avait été promise au moment du partage de la Pologne
et pour se couvrir de ses dépenses de guerre, l'Empereur voulait
s'agrandir; on pouvait supposer que ce serait aux dépens de la France.
La situation était donc toujours la même, toujours aussi sombre,
toujours aussi décevante.

En ce qui concernait la Vendée, le Régent comme son frère en étaient
réduits, on l'a vu, aux conjectures. Les nouvelles qu'ils en
recevaient étaient rares et contradictoires; elles montraient les
chouans tantôt vainqueurs, tantôt vaincus, toujours héroïques, mais
leurs chefs, trop souvent divisés, souhaitant qu'un Bourbon se mît à
leur tête, regrettant de ne pas le voir arriver, se plaignant d'être
dépourvus de ressources et obligés de recourir à l'Angleterre qui
n'envoyait que de rares secours. Que pouvait-on attendre des efforts
des Vendéens s'ils n'étaient vigoureusement soutenus, et ne devait-on
pas craindre que le sang le plus pur n'eût été versé en pure perte?

D'autre part, les épreuves de la famille royale ne cessaient de se
succéder. Après Louis XVI, Marie-Antoinette et Madame Élisabeth
avaient péri. Leurs parents étaient dispersés. Les tantes du roi
défunt, Mesdames Victoire et Adélaïde, vivaient à Naples où elles
avaient trouvé un refuge. Louis XVII et sa soeur, Madame Thérèse,
étaient toujours détenus dans la prison du Temple. Le comte d'Artois,
nommé par le Régent lieutenant général du royaume, attendait à Hamm le
bon plaisir de l'Angleterre. La princesse sa femme, la comtesse de
Provence sa belle-soeur, étaient à Turin, auprès de leur père, le roi
de Sardaigne. Le duc d'Angoulême et le duc de Berry exerçaient un
commandement dans l'armée des émigrés. Les trois Condé, à la tête de
ce corps de troupes qui portait leur nom, prenaient part à la guerre
engagée par la coalition contre la République. Philippe-Égalité avait
été guillotiné. Son fils, le duc d'Orléans, avait quitté la France
après la défection de Dumouriez. Il voyageait obscurément en Suède, en
Norwège et jusqu'en Laponie, tandis que sa mère était emprisonnée et
ses deux plus jeunes frères, le duc de Montpensier et le comte de
Beaujolais, enfermés au fort Saint-Jean, à Marseille. Enfin, pour
couronner tant d'infortunes, la misère la plus affreuse s'était
abattue sur ces princes et princesses accoutumés aux splendeurs de
Versailles. Elle aggravait tous leurs maux, et ne recevait quelque
soulagement que de la parcimonieuse charité des cours d'Europe.

Lorsqu'au mois de juin 1791, le Régent s'installait à Vérone au Borgo
San Domino, de quelque côté qu'il portât ses regards, il n'avait en
perspective rien de consolant, rien de rassurant, rien de réparateur.
Et cependant, il ne désespérait pas d'un avenir plus clément; il
opposait au malheur une force qu'on n'eût pas soupçonnée en lui, en le
regardant. Quoique l'excès de son embonpoint, de fréquentes attaques
de goutte, une expérience précoce, puisée dans les malheurs de sa
maison et visible aux rides de son visage, lui donnassent déjà les
apparences et les incommodités de la vieillesse, il n'avait pas
quarante ans. Ce n'était plus cependant le brillant comte de Provence,
l'esprit le plus caustique de la cour de Louis XVI; c'était un
proscrit, mais un proscrit cuirassé dans sa patience et ses
illusions, indomptable dans son droit, que n'avaient pu décourager les
dures épreuves de son exil.

Bien que pour venir de Paris à Vérone, il eût mis trois ans, à cette
nouvelle étape de ses pérégrinations il conservait la même confiance
qu'à la première. Obligé de fuir devant les armées victorieuses de la
République, trahi par la fortune, abandonné des rois, il ne
désespérait pas, même à l'heure où, ne sachant où reposer sa tête, il
était venu chercher un asile en Italie. Il avait rempli le monde de
ses protestations, lassé les princes de l'Europe de ses incessantes
plaintes, sans que l'inutilité de ses efforts eût raison de son
énergie. Il la communiquait autour de lui, parmi les fidèles
courtisans de son malheur, attachés à ses pas. Pour eux, il était le
représentant du roi, comme il l'était pour tous ces émigrés, errant
misérables à travers le continent, les yeux tournés vers son drapeau,
et pour ces héroïques combattants et ces obscurs conspirateurs qui, en
Vendée, en Languedoc, en Provence, tombaient sous les balles ou
montaient à l'échafaud en prononçant son nom.

À Vérone, quoique dépourvu des moyens dont il avait disposé jusqu'à la
campagne de 1792, le Régent continua la politique de Coblentz. Il ne
voyait rien à y changer, puisqu'il poursuivait toujours le même but:
entrer en France à la tête des armées étrangères et, en attendant,
obtenir que le comte d'Artois allât prendre le commandement des
insurgés de Vendée. Mais de même que ce qu'il avait poursuivi à
Coblentz ne se pouvait qu'avec le consentement de l'Autriche et de la
Prusse, de même ce qu'il poursuivait maintenant ne se pouvait que par
l'Angleterre et l'Espagne. À l'armée espagnole franchissant les
Pyrénées était sa place en qualité de Régent, et de l'Angleterre seule
il dépendait que son frère arrivât sur les côtes de France. Quant à
l'Autriche, c'était déjà beaucoup qu'elle eût pris à sa solde l'armée
de Condé au moment où celle-ci était réduite à passer en Russie. Il
n'y avait rien de plus à en attendre. Donc, la reconnaissance de son
titre, les bons offices de l'Espagne et de l'Angleterre et, entre
temps, des secours d'argent, voilà ce qu'il allait continuer à
solliciter jusqu'au moment où la mort de Louis XVII lui permit de se
proclamer roi.

Toute la politique de Vérone, pendant la première année du séjour
qu'il y fit, roula sur ces objets, et si minces sont les incidents
auxquels elle donna lieu, si nuls ses résultats, qu'on ne trouve rien
à signaler qui vaille la peine d'être retenu. La volumineuse
correspondance qui a trait à cette période de l'émigration n'est qu'un
fatras. Les lettres, de quelque endroit qu'elles viennent, vers
quelque endroit qu'on les dirige, roulent toujours sur les mêmes
objets et ne mettent guère en lumière que les vaines intrigues des
uns, les inutiles efforts des autres, les convoitises des puissances,
les incorrigibles illusions des émigrés, leur profonde misère et
surtout la lassitude des souverains qui s'impatientent de rencontrer
toujours entre eux et la France, soit qu'ils fassent la guerre, soit
qu'ils veuillent conclure la paix, ces émigrés encombrants et
besogneux dont Thugut, en se plaignant des embarras qu'ils créent, a
dit «qu'on ne peut cependant les exterminer», et qu'il faut bien,
malgré tout, se résigner à les subir.

Dans les États vénitiens, lorsque Monsieur s'installait à Vérone,
l'émigration était représentée par le comte d'Antraigues, son agent
sinon le plus actif, du moins le plus paperassier. Neveu de
Saint-Priest, il parlait quatre ou cinq langues, connaissait toute
l'Europe, tous les hommes d'État de l'Europe. Il correspondait avec
eux ainsi qu'avec les agents royalistes au dedans et au dehors. Il
tenait dans ses mains les fils de toutes les conspirations, de toutes
les intrigues. Telle était son habileté, qu'il semblait que rien ne
pût se faire sans son concours. Nul plus que lui ne savait s'imposer,
s'insinuer même dans ce qu'on voulait lui taire. Le Régent, qui ne
l'estimait pas, n'aurait osé se priver de ses services. D'Avaray,
favori du prince et le membre le plus influent de son conseil, avait
surnommé d'Antraigues «la fleur des drôles»; mais il lui écrivait des
lettres pleines de condescendance et de flatteries. Il est vrai que
d'Antraigues avait fait la conquête de Catherine, et qu'afin qu'on ne
troublât pas son séjour à Venise, cette souveraine l'avait attaché à
la légation russe. Protégé ouvertement par Catherine, il se croyait
invulnérable.

Parallèlement à ce personnage établi à poste fixe à Venise, chaque
jour en amenait d'autres à Vérone: lord Macartney, à qui lord
Grenville avait confié la mission de porter à Monsieur de nombreux
avis et un peu d'argent; Bayard, l'agent de ce persévérant et
intrigant Wickham que le gouvernement anglais venait d'envoyer en
Suisse pour discipliner les menées des émigrés et en tirer parti;
Mordwinof, le ministre de Catherine à Venise, qui rendait fréquemment
visite à Monsieur en attendant d'être officiellement accrédité près de
lui; Drake, consul d'Angleterre à Livourne, chargé de jouer en Italie
le même rôle que Wickham en Suisse: puis des émissaires venus de
France, les uns signalés par les services qu'ils avaient déjà rendus à
la cause royale, les autres plus ou moins inconnus, accrédités par les
royalistes de l'intérieur pour venir chercher des ordres et parmi
lesquels se glissaient souvent des curieux, des mendiants ou même des
espions de Paris. Les agents du dehors continuaient entre temps leurs
services. Ils informaient le prince des dispositions des cours,
toujours les mêmes. Ceux du dedans envoyaient des informations sur
l'état de la France, et, comme ils prenaient leurs désirs pour des
réalités, leurs récits ordinairement inexacts, leurs inventions
inconscientes, les tableaux qu'ils traçaient de l'attitude des partis
contribuaient à entretenir Monsieur dans l'erreur, à lui faire croire
que le pays souhaitait passionnément le rétablissement de la royauté,
tandis qu'en réalité, il ne voulait qu'être délivré du joug
terroriste, prêt à acclamer le libérateur quel qu'il fût.

Les divisions des partisans du roi s'accusaient de jour en jour. Les
personnages dont il s'était entouré à Vérone n'inspiraient pas
confiance. Les agents de Paris ne voulaient correspondre qu'avec
d'Antraigues, et non avec le roi et ses ministres «dont ils
redoutaient les indiscrétions». Les pourparlers engagés révélaient de
graves divergences de vues. D'Antraigues voyait avec dépit d'Avaray
diriger les affaires. D'Avaray se défendait de se mêler de politique,
se vantait de n'être que l'ami du roi. Mais le roi descendait chez lui
tous les soirs. Ils décidaient, changeaient, rectifiaient ensemble ce
qui s'était dit ou fait dans la journée. Les ministres étaient si bien
convaincus du crédit du favori que tous le consultaient sur leurs
projets. Le roi lui-même ne partageait pas toujours leur avis. Quand
quelque dissentiment éclatait, c'est à d'Avaray, encore que son
action se dissimulât, qu'ils en imputaient la responsabilité. Ces
divisions se renouvelaient entre les amis du roi et les amis de son
frère. La distance contribuait à envenimer les rapports. À Vérone, on
voulait que le roi se montrât; à Londres, on était d'avis qu'il devait
laisser au comte d'Artois le soin de lui frayer le chemin du trône. De
Paris, on demandait des concessions, qu'à Vérone on ne voulait pas
accorder. Ainsi se perpétuaient, au grand dommage de la cause royale,
les pénibles controverses qui, dès le début de l'émigration, l'avaient
discréditée aux yeux de l'Europe.

Le Régent était à Vérone depuis quelques semaines, lorsque se
produisit un événement propre à ranimer ses espérances. Au mois de
juillet,--le 9 thermidor--Robespierre fut renversé. Était-ce la fin de
la Révolution et le prologue d'une restauration monarchique? D'abord,
on put le croire, tant fut spontanée et ardente la réaction qui suivit
l'événement. Beaucoup d'émigrés commencèrent à rentrer. Paris et les
départements virent avec stupeur reparaître ces revenants qui ne
pouvaient cacher ni leur surprise, ni leur colère, en constatant les
changements survenus en leur absence et le déplorable état matériel et
moral du pays; en retrouvant en des mains étrangères les biens qui
leur avaient appartenu et qu'ils considéraient comme leur appartenant
toujours. La vivacité de leurs plaintes, la violence de leurs
revendications, la soif de représailles qui les animaient ne
trouvèrent que trop d'échos parmi leurs compatriotes restés en France
et qui avaient, comme eux, souffert de la Révolution. La réaction,
dans le Midi surtout, ne tarda pas à revêtir une physionomie tragique.
Les hommes qui, en 1791, avaient pris à Lyon, dans les Cévennes, en
Provence, l'initiative des insurrections reparurent, et, par eux, les
vengeances s'exercèrent abominables. C'est le temps des égorgeurs, des
chauffeurs, des pilleurs, des compagnons de Jésus. Ils allaient
rapidement faire dégénérer la réaction thermidorienne en un véritable
brigandage[50].

         [Note 50: Je rappelle que je n'écris pas l'histoire de la
         Révolution, mais celle des émigrés, et, qu'en conséquence, je
         dois passer rapidement sur ces faits dont j'ai parlé avec
         plus de détails dans mon livre: _la Conjuration de
         Pichegru._]

Ces crimes et ces rébellions, s'accomplissant au nom du roi de France
ou de «Monseigneur le Régent», semblaient n'être que le résultat de la
légitime fureur des royalistes. Leur multiplicité devait même faire
croire à l'existence d'un parti puissant armé pour la défense de
l'autel et du trône, et dans tant de faits odieux qui, jusqu'au 18
fructidor, se multiplièrent à l'infini, l'exilé de Vérone ne pouvait
voir que des manifestations en faveur de la monarchie, encore qu'il
s'inquiétât des formes violentes qu'elles revêtaient. Un avenir
prochain allait démontrer que la réaction thermidorienne, en dépit du
concours que lui prêtaient des royalistes exaltés et fougueux, avait
été, à ses débuts, moins encore l'oeuvre d'un parti que l'explosion du
ressentiment populaire, longtemps attisé parmi les victimes de la
Terreur par les forfaits de celle-ci, et que, loin de servir le
royalisme, elle en faisait aux yeux du pays un objet de répulsion et
de craintes.

Mais, au lendemain du 9 thermidor, cette démonstration n'était pas
faite. Les émigrés croyaient leurs malheurs finis. L'espoir que
Monsieur fondait sur la fin de la Terreur paraissait d'autant plus
justifié, qu'au même moment, le gouvernement anglais se décidait à
appeler le comte d'Artois pour le faire concourir à une descente sur
les côtes de Bretagne.

Monsieur, au reçu de cette nouvelle, adressa au roi d'Angleterre
l'expression de sa reconnaissance. Il le remerciait de la résolution
qu'avait prise Sa Majesté «d'armer les Français fidèles pour les faire
servir au rétablissement de l'autel et du trône ... Ma confiance
envers Votre Majesté était déjà bien grande; elle est encore augmentée
s'il est possible ... Je supplie Votre Majesté d'être bien persuadée
que cette confiance est sans bornes.» Le signataire de cette lettre ne
disait pas toute la vérité; sa confiance, bien qu'il la déclarât sans
bornes, était au contraire très limitée. D'ailleurs, près d'une année
encore s'écoulerait avant que l'Angleterre réalisât ses promesses.
C'était la destinée de ces malheureux princes, d'être toujours obligés
de tenir en suspicion les souverains dont ils mendiaient les secours
et sollicitaient l'appui.


IV

LE COMTE D'ARTOIS ET L'ANGLETERRE

Demeuré seul à Hamm après le départ de son frère, le comte d'Artois y
passa tout un triste hiver dans l'attente fiévreuse d'une occasion de
partir, qui ne pouvait lui être fournie que par l'Angleterre, et que
l'Angleterre ne lui offrait toujours pas. Comme pour accroître ses
angoisses et rendre plus sombre son exil, les catastrophes se
succédaient sans trêve. Lyon et Toulon succombaient tour à tour.
L'Alsace, un moment occupée par les armées alliées, avait été évacuée;
la campagne allait finir sans avoir donné les avantages espérés. La
suspension des hostilités, imposée par l'hiver, laissait l'armée de
Condé dans une détresse profonde. Les émigrés en armes, réunis à
Dusseldorf, mouraient de faim. Le maréchal de Broglie écrivait, en
leur nom, au comte d'Artois pour lui exposer leur misère. Ne pouvant
envoyer que trois cents louis pour leur venir en aide, le prince
joignait à cet envoi les diamants qu'il tenait de la libéralité de
l'Impératrice, en donnant l'ordre de les vendre[51]. Puis ce fut la
mort de Madame Élisabeth qui acheva de lui déchirer l'âme. Quant aux
nouvelles de Vendée, elles étaient lamentables. Faute d'entente entre
eux et surtout faute de ressources, les chefs chouans étaient réduits
à piétiner sur place, ne pouvaient empêcher leurs soldats de déserter,
et ne résistaient plus avec la même ténacité que naguère aux paroles
de paix que leur faisaient entendre les délégués du gouvernement
républicain.

         [Note 51: C'est à tort que l'historien Forneron accuse le
         prince de les avoir vendus pour ses besoins personnels.
         L'erreur est d'autant plus incompréhensible que la
         correspondance échangée à cette occasion, entre le comte
         d'Artois et le maréchal de Broglie, a été plusieurs fois
         imprimée.]

Le 18 août 1793, ils avaient adressé au comte d'Artois un appel
pressant. Sa présence pouvait seule mettre un terme à leurs
discussions et rendre à leurs chouans la confiance et le courage: «Un
petit-fils de saint Louis à leur tête devait être pour eux le présage
de nouveaux succès.» On dut croire alors que le prince était animé
d'un ardent désir de les rejoindre. Ayant appris que le gouvernement
britannique préparait une petite expédition à l'effet de leur porter
des armes, des munitions et des vivres ainsi que quelques officiers,
il écrivit au général anglais, le comte de Moira, qui devait la
commander: «Je serai heureux de combattre avec vous.» Lord Moira,
ultérieurement marquis d'Hastings, aimait la France et gémissait de
ses malheurs. Quelles que fussent les intentions cachées de sou
gouvernement en entretenant les insurrections de l'Ouest, lui-même
croyait en toute sincérité travailler pour le rétablissement de la
royauté des Bourbons. Le 25 novembre, à Portsmouth, il réunissait les
officiers français qui devaient l'accompagner et s'expliquait envers
eux avec une loyauté qui lui valut leur confiance:

Regardez-moi comme le général de Louis, messieurs, leur dit-il. Je
vous donne ma foi de gentilhomme que si je n'étais pas assuré que
c'est en son nom que nous agirons, et pour lui remettre les places que
nous pourrons conquérir, jamais je ne me serais chargé de
l'expédition. Répandez et faites circuler à cet égard les intentions
du gouvernement[52].

         [Note 52: Archives de Chantilly.]

Animé de tels sentiments, lord Moira accueillit sans hésiter la
proposition du comte d'Artois. Seulement, il fut surpris de lire ces
mots dans la lettre du prince: «Foi de gentilhomme, il n'existera
jamais de rivalité entre nous.»--«Pourquoi prévoir des rivalités?
répondit-il. J'ai, sans balancer, protesté que je répondais sur mon
honneur de votre loyauté.» Et il intervint sans délai auprès de Pitt
pour obtenir que le comte d'Artois fût autorisé à partir avec lui.
Pitt refusa-t-il? Tout autorise à le croire, puisqu'on voit, à la date
du 23 décembre, le comte d'Artois prier un cousin de lord Moira, le
commandeur de Marcellanges, d'aller trouver le comte d'Hervilly resté
à Londres et de l'inviter à se jeter en Vendée: «C'est lui qui doit
parler en mon nom à l'armée royale et que je charge de m'y faire
arriver. Je veux y arriver malgré Pitt.» Le prince conseillait en
outre de trouver un négociant qui armerait un navire, lequel irait le
chercher à l'embouchure de la Meuse. Il est vrai qu'il abandonna
ensuite cette idée, et que, bien qu'à la même date, de Madrid, le duc
d'Havré l'eût averti qu'il trouverait à Gènes ou à Livourne deux
vaisseaux pour le transporter en Poitou, il se résigna à ne pas
insister pour être autorisé à partir avec lord Moira[53].

         [Note 53: Papiers du maréchal de Castries.]

Du reste, l'expédition de celui-ci échoua faute d'un point de
débarquement. Pour le lui assurer, les Vendéens avaient essayé de
s'emparer de Granville; mais, le 13 novembre, ils étaient repoussés et
obligés de rétrograder vers la Loire. Lord Moira n'étant parti de
Portsmouth que le 13 décembre arriva trop tard. Après avoir louvoyé
durant plusieurs jours en vue des côtes, il dut se replier sur Jersey
d'où il revint à son point de départ.

Malgré cet échec, le comte d'Artois n'en continua pas moins ses
démarches auprès du gouvernement anglais. Il ne cessait de lui
demander des facilités pour son passage en Vendée. Non content d'y
employer le duc d'Harcourt, il envoyait à Londres des gentilshommes
attachés à sa maison, dont le dévouement et le zèle lui étaient
connus: le comte de Sérent et le marquis de Moustier. Mais ceux-ci se
heurtaient à des résistances enveloppées dans un langage qui en
cachait le véritable motif. L'Angleterre ne se montrait pas plus
pressée que l'Autriche et l'Espagne d'employer les princes. Elle avait
généreusement accueilli les émigrés français: évêques, prêtres,
moines, gentilshommes, bourgeois; tout ce qui s'était réfugié sur son
territoire avait trouvé les mains ouvertes, de prompts secours. Le
gouvernement lui-même avait ajouté des sommes considérables à toutes
celles que fournissait l'initiative privée, pour venir en aide à de
cruelles infortunes.

Mais ce gouvernement, après s'être acquitté des devoirs que commandait
l'humanité, ne jugeait pas que l'heure fût venue pour lui de favoriser
le rétablissement en France de la royauté, Il soutenait, il est vrai,
les insurrections intérieures en Vendée, dans l'Est, où il venait
d'envoyer avec de pleins pouvoirs Wickham, un de ses plus habiles
agents; dans le Midi, où il s'évertuait à les multiplier en
encourageant les royalistes. Mais ce n'était pas pour hâter la
restauration monarchique qu'il favorisait leurs complots; c'était pour
affaiblir sa rivale séculaire, pour contribuer à épuiser ses forces,
et se tailler dans les colonies françaises laissées sans défense la
part du lion.

Sur ses desseins et ses visées, on ne saurait avoir des doutes. Les
chefs de l'émigration française n'en conservaient plus. À la suite
d'une entrevue qu'il avait eue avec Pitt, le fils du maréchal de
Castries écrivait à son père: «De toutes les puissances de la
coalition, l'Angleterre est celle qui aura le plus d'influence sur
l'issue de la querelle. C'est aussi celle avec laquelle on peut le
plus aisément faire son marché. Elle le fera sans nous et malgré nous.
En cédant aux voeux de M. Pitt pour l'agrandissement de son pays, on
peut le lier à sauver le nôtre. On peut le tenter par des idées de
gloire, et, si une fois on peut l'identifier personnellement au
rétablissement de la monarchie, s'il en fait son affaire propre, il en
viendra à bout.» Ces lignes sont datées d'avril 1794. Quelques
semaines plus tard, un autre correspondant écrivait: «Les dispositions
de l'Angleterre semblent meilleures depuis qu'elle s'est nantie dans
les colonies françaises de ce qu'elle veut garder. La cour de Vienne,
moins avancée dans ses progrès sur le continent, attend sans doute
d'être arrivée aux mêmes termes pour reconnaître les autorités
légitimes et pour s'ouvrir sur les mesures extérieures à prendre.
Mais, pour consolider leur conquête, il faut qu'ils reconnaissent ceux
qui peuvent les légitimer.»

Dans ses entretiens avec les envoyés des princes, Pitt ne dissimulait
pas les prétentions des puissances. Il disait au marquis de Moustier:

--À l'origine, la guerre, de la part de l'Angleterre et de ses alliés,
n'a pas eu les intérêts français pour objet, il est loyal de le
reconnaître. Nous avons voulu profiter de l'occasion où les forces du
gouvernement de la France étaient sorties des mains de ceux à qui
avait appartenu précédemment le droit de les diriger, pour faire des
acquisitions utiles.

--Sans doute, répliquait Moustier, il serait difficile de ne pas
accorder quelque compensation aux parties intéressées. Mais, quand
nous en serons là, il y aura lieu de voir si elle ne pourrait se
traduire en moyens pécuniaires et sans que le territoire du royaume en
souffre trop; il y a une différence entre une barrière pour la sûreté
et des acquisitions de territoire. Il faudra examiner jusqu'à quel
point l'Angleterre est intéressée à ce que la France soit amoindrie et
cesse d'exercer sur le continent assez d'influence pour prévenir des
événements dont l'Angleterre, malgré sa position insulaire et sa
puissance maritime, serait exposée à souffrir. D'ailleurs, milord,
vous vous êtes prononcé publiquement sur la nécessité de renverser le
gouvernement républicain et de rétablir la monarchie.

--Tel est bien le but que nous poursuivons toujours, reprenait le
ministre anglais, et c'est bien à cette fin que nous faisons la
guerre. Mais ce n'en est pas le motif principal et unique. Nous nous
croyons fondés à prétendre à des acquisitions pour nous et nos
alliés[54].

         [Note 54: Papiers du maréchal de Castries.]

La déclaration était formelle. Plus sincère que la Prusse et plus
loyale que l'Autriche, l'Angleterre avouait sans détour ses
intentions. On retrouve une franchise égale dans les propos que le
chef du gouvernement anglais tenait au même moment au comte de Sérent.
On commençait alors à se préoccuper d'une nouvelle expédition sur les
côtes de France, plus importante que la première, et dont lord Moira,
passionnément dévoué, on le sait, à la cause royale, avait pris
l'initiative. Sous ses ordres, vingt mille hommes de troupes anglaises
devaient se porter au secours des Vendéens. Sérent demandait quel
serait le rôle du comte d'Artois dans cette descente en France et
quelle place le prince occuperait dans l'armée de lord Moira. Les
dépêches que le négociateur adressait au prince après avoir causé avec
Pitt dévoilent toute la politique anglaise.

«Je me suis étendu, écrivait Sérent, sur l'opinion où j'étais
moi-même, que, dans cette grande querelle, l'intérêt de l'Angleterre
et celui des princes français étaient tellement les mêmes dans leur
objet principal, qu'on pouvait et qu'on devait les considérer comme
confondus l'un dans l'autre, au point d'être inséparables. Que si cela
était vrai pour les princes, qui regardaient les efforts de
l'Angleterre comme les plus propres, s'ils étaient bien dirigés, à
rétablir la monarchie française, cela était encore plus vrai pour
l'Angleterre elle-même, qui ne pouvait terminer la guerre où elle
était engagée, qu'en rétablissant la monarchie, et par conséquent les
princes qui en étaient une partie intégrante et les chefs nécessaires.
Lorsque le but principal était le même, lorsque les intérêts
essentiels étaient communs, les mesures devaient être concertées en
commun; chacun devait convenir de la part qu'il prendrait dans
l'action, et je venais franchement et librement demander à M. Pitt
quelle serait la part d'action des princes, qui n'avaient jamais
négligé aucune occasion de témoigner, non seulement combien ils
étaient disposés à entrer dans le système des vues de l'Angleterre,
lorsqu'il leur serait connu, mais même de rendre au génie de M. Pitt,
lorsqu'il aurait expliqué la loyauté de ses intentions, ce genre
d'hommage, de lui donner une grande part dans la direction de leur
conduite. Je lui ai rappelé le désir que monsieur le comte d'Artois
avait eu de prendre part à l'expédition de lord Moira, le langage
invariable qu'il avait tenu et chargé le duc d'Harcourt de tenir en
son nom, sur sa confiance entière, dans le gouvernement britannique,
l'abandon noble et franc avec lequel ce prince s'était offert de
servir sous les ordres d'un général anglais.

«M. Pitt m'a dit que sans doute il pensait avec moi que l'intérêt
principal des princes et de l'Angleterre était le même dans cette
guerre, c'est-à-dire le rétablissement de la royauté en France, et que
s'il devait dire quel était le but auquel il attachait le plus
d'importance, celui de tous les objets à obtenir par la guerre, qui
était le plus le sujet de ses voeux et de ses espérances, il
n'hésitait pas à déclarer que c'était le rétablissement en France
d'une monarchie héréditaire; qu'il n'y avait qu'un objet qui pourrait
peut-être créer quelques difficultés, c'était celui des indemnités, et
que, quoiqu'il parlât à un Français, il allait s'expliquer sur ce
point avec moi, comme Anglais attaché à la prospérité de son propre
pays: que si, à la fin de la guerre, lorsque l'objet principal du
rétablissement de la monarchie serait obtenu, il se trouvait que
l'Angleterre souhaitât de retenir une partie de ses conquêtes, on ne
devait pas le trouver extraordinaire, et que, dans cette supposition,
tout Français raisonnable qui comparerait le prix du sacrifice avec ce
qu'il regagnerait par là, ne devait ni trouver l'Angleterre injuste,
ni même, peut-être, le marché mauvais.

«Je lui ai répondu que je ne pouvais pas me réjouir de l'idée
qu'aucune partie de la domination française passât dans des mains
étrangères, mais que je m'attendais qu'un sacrifice serait nécessaire
et que ce serait de sa mesure et de ses équivalents que dépendrait
l'étendue de mon regret. Que si notre patrie, notre monarchie dans
toute l'intégrité de son gouvernement, nous était rendue, je me
consolerais plus facilement, et que, si l'Angleterre avait la gloire
et la générosité d'accomplir sans restriction et de bonne grâce
l'objet principal, je ne lui envierais pas sa propre prospérité.»

Ainsi, c'était clair. L'Angleterre ne faisait pas la guerre d'une
manière désintéressée ni dans l'unique but de rétablir en France la
royauté. Depuis les débuts de la Révolution, elle avait mis la main
sur plusieurs de nos colonies: Pondichéry, Chandernagor, Saint-Pierre;
elle guettait Saint-Domingue: elle entendait les conserver. Quant aux
princes français, ils se soumettaient par avance aux sacrifices
qu'elle exigerait du gouvernement royal restauré. Elle formulait ses
revendications non seulement pour elle, mais aussi pour ses alliés, et
le comte de Sérent en était réduit à exprimer l'espoir qu'en modérant
ses exigences, elle imposerait à ceux-ci la modération.

Il ne s'en tenait pas à cette concession. Le ministre anglais ayant
déclaré que son gouvernement entendait garder la haute direction de
l'armée que formait lord Moira et des autres corps à la solde de
l'Angleterre qui pourraient être recrutés, le comte de Sérent
s'écriait:

--Mais il me semble, mylord, que vous donnez un cercle bien étroit à
l'influence de votre gouvernement. Non seulement, nous ne lui
disputerons pas le droit de l'exercer sur les troupes qu'il paye, mais
si vous vouliez vous entendre avec les princes, les convaincre de la
droiture de ses vues, accepter leur confiance, et y répondre par une
confiance réciproque, unir enfin, une bonne fois pour toutes, mais
pleinement et sans réserve, leurs mesures et leurs conseils, comme
leurs intérêts l'étaient déjà, ce n'est pas seulement la direction de
quelques corps à la solde de l'Angleterre que je vous proposerais,
mais la direction de tous les Français fidèles, la direction de tous
les moyens de terminer cette grande querelle. Ce rôle est assez beau
pour que vous ne vouliez pas le laisser échapper.

Ces laborieux pourparlers s'étaient prolongés jusqu'à la fin du mois
de juillet 1794, et le comte d'Artois n'en voyait pas la fin,
lorsqu'au commencement du mois d'août, alors qu'il commençait à
désespérer de venir à bout du mauvais vouloir de l'Angleterre, il
reçut à l'improviste une lettre de lord Saint-Hélens qui le mandait
auprès du roi. Il était invité à se rendre d'abord dans les Pays-Bas,
au quartier général du duc d'York, commandant en chef de l'armée
britannique. Là, il trouverait de nouvelles instructions et les moyens
d'arriver à Londres. Heureux de sortir enfin de son inaction, il
partait quelques jours après avec son fils aîné, le duc d'Angoulême,
qui se trouvait alors auprès de lui et accompagné de MM. d'Escars, de
Sérent, de Puységur et de Roll. Il voyageait sous le nom de comte de
Ponthieu, et son fils sous celui de comte de Châtellerault.

Le 17 août, il était à Rotterdam. Là une cruelle déconvenue
l'attendait. Son passage en Angleterre était encore ajourné. Le duc
d'York avait ordre de le retenir à son quartier général. D'abord
déconcerté, le comte d'Artois se rassura, croyant qu'il serait admis à
faire campagne à la tête de la légion française qu'avaient formée les
Anglais avec les débris de l'armée des princes. Mais, quand il demanda
ce poste, on lui objecta qu'on ne pouvait prendre la responsabilité
des périls auxquels il serait exposé en exerçant un commandement
actif. Bien qu'on lui déclarât qu'il serait traité «comme un
volontaire d'une grande distinction», on l'écartait des opérations
militaires et on lui refusait les occasions de combattre, en lui
assignant un logement derrière l'armée, à trois lieues du quartier
général. Il opposa à ce nouvel échec de ses espérances une
résignation philosophique et sans mauvaise humeur, ainsi qu'en
témoigne ce fragment d'une lettre qu'en novembre 1794, il adressait à
son frère:

«Je puis être dans l'erreur, mais je n'attribue à aucune mauvaise
volonté réelle le cruel désappointement que j'ai éprouvé à Rotterdam,
et j'ai plus d'un motif pour croire que ce sont mes partisans les plus
zélés dans le ministère, qui ont cru que ma présence en Angleterre, à
l'époque où je devais y aller, serait plus nuisible qu'utile au bien
de mes affaires. Enfin, M. Pitt s'en est tiré en m'en voyant à
l'armée. J'y suis encore et je crois que j'y resterai une bonne partie
de l'hiver ou au moins dans une ville de la Hollande. Je n'ai qu'à me
louer des manières du duc d'York, et comme je n'ai rien à dire à
personne, ma position est au moins supportable et un peu plus
convenable que celle de Hamm.»

Ce qu'il aurait pu ajouter, quant aux causes de sa docilité aux vues
de l'Angleterre, c'est que les derniers événements survenus en France
l'avaient jeté dans une poignante incertitude en ce qui concernait les
insurrections vendéennes. La chute de Robespierre en thermidor avait
mis fin à la Terreur. Les rigueurs de la Convention envers les
insurgés Vendéens s'étaient relâchées. Elle promettait une amnistie
complète et entière à ceux qui, dans les trois mois suivants,
déposeraient les armes. À la faveur de ces promesses, des
négociations, en vue de la paix, étaient à la veille de s'ouvrir entre
les représentants de la République et les chefs royalistes.

Ceux-ci s'étaient divisés sur la question de savoir s'il fallait
traiter. Charette tenait pour la paix. Il nourrissait l'espoir de la
rompre après l'avoir signée. Mais elle lui paraissait nécessaire; elle
permettrait aux forces de l'insurrection, maintenant épuisées, de se
reconstituer. Stofflet, au contraire, considérait qu'il n'était pas
digne de la cause royale de s'engager à ne plus combattre et de violer
ensuite cet engagement. Résolu à continuer la guerre, il ne voulait
pas promettre d'y renoncer. Il refusait dès lors de négocier un traité
de paix.

Le dissentiment des chefs royalistes, venu, quoique confusément
encore, à la connaissance du comte d'Artois, pouvait donc lui faire
craindre que l'Angleterre renonçât à une expédition en Bretagne, qui
n'avait chance de réussir qu'autant qu'elle s'appuierait sur un grand
mouvement intérieur et peut-être se consolait-il d'autant plus
aisément de n'être pas appelé à y concourir, qu'on ne savait, à cette
heure, si elle aurait lieu. D'autre part, en admettant qu'elle
s'organisât, il lui serait sans doute possible, après en avoir choisi
les chefs parmi ses amis les plus dévoués, d'obtenir de leur zèle
qu'ils lui facilitassent les moyens de les aller rejoindre. Tels les
motifs probables de sa condescendance aux ordres anglais, encore
qu'ils fussent contraires aux engagements pris envers lui.

Établi à l'armée du duc d'York, le comte d'Artois persistait à
assaillir de demandes le cabinet de Saint-James. Sa correspondance
avec son frère et avec d'Harcourt atteste son infatigable ténacité et,
malgré de fréquentes déceptions, l'espoir qu'il conservait «d'ouvrir
au Régent les portes du royaume». De novembre 1794 à janvier 1795,
date de la retraite finale de l'armée austro-anglaise dans les
Pays-Bas, on voit dans ses lettres le témoignage de cet espoir.

«Malgré ce que je puis trouver de favorable dans le parti pris
d'obliger Pitt à communiquer et à développer son plan, j'ai trop
d'expérience du jeu ministériel pour me fier complètement à de telles
apparences. Cependant, il serait possible que Pitt, qui connaît
parfaitement la véritable et continuelle existence du parti royaliste
en Bretagne et en Poitou, se trouvât obligé d'en seconder les efforts,
et qu'il se déterminât enfin à employer les autorités légitimes, comme
l'unique moyen de préparer et d'imposer à son pays une paix solide,
avantageuse et honorable. Dans cet état de choses, je dois éviter,
par-dessus tout, de fournir aucun prétexte pour m'écarter de tout ce
qu'on pourrait entreprendre sur les côtes, et quelque pénible que soit
ma situation, quel que soit le juste prix que j'attacherais à conférer
directement avec toi, je me conformerai à l'invitation du lord
Grenville et je ne m'éloignerai point que je n'aie reçu les notions
ultérieures que le duc d'Harcourt doit me communiquer.»

«Malgré les ménagements et les apparences de confiance que je crois
nécessaire de conserver à l'Angleterre et à ses agents, toutes mes
réflexions me forcent à fixer mes regards sur l'intérieur, à y voir
notre véritable ressource et à ne rien négliger pour y parvenir par
mes propres moyens, si, comme on le croit généralement et comme je ne
suis que trop disposé à le craindre, nous sommes trahis et joués par
les puissances. Nous n'avons guère compté sur les premières relations
avec l'intérieur, qui ont été provoquées et payées par l'Angleterre.
Les premières tentatives n'ont, en effet, rien produit jusqu'ici; mais
je ne fonde plus d'espoir que sur celles que je vais employer
maintenant, et qui sont faites par des gens qui se dévouent
volontairement.»

«Maintenant voici les points sur lesquels je vais prescrire au duc
d'Harcourt d'insister avec force: lº pour la prompte exécution de
toutes les promesses faites; 2º sur tous les moyens de hâter
l'expédition qui doit me porter sur les côtes de France; 3º sur un
traitement quelconque, soit de l'Espagne, soit de l'Angleterre, qui
nous donne les moyens d'exister; 4º enfin sur mon arrivée en
Angleterre, car jamais ma présence n'a été plus nécessaire sous tous
les rapports.

«Tu verras, mon ami, dans les lettres du duc d'Harcourt, tout ce que
je sais sur ce qui concerne le prince de Condé. Il est sûr qu'on lui a
remis une somme de six mille livres sterlings pour soutenir son corps.
Il est également sûr qu'on s'occupe beaucoup de lui en Angleterre et
des moyens d'augmenter son armée.»

Au milieu de ces informations d'ordre politique éclatent parfois des
aveux de misère. Le 23 novembre, le prince écrit d'Arnheim qu'il ne
s'est jamais trouvé aussi bas. Les dépenses qu'il a dû faire pour se
mettre en état de prendre part à la campagne ont épuisé ses
ressources. «Il ne me reste pas quinze mille francs; mais j'ai peint
si clairement ma situation à l'Angleterre, qu'il m'est impossible de
douter qu'elle ne m'assure un état quelconque. Je te manderai ce à
quoi elle se sera décidée sur cet objet. Dutheil éprouve plus de
difficultés qu'il ne pensait pour terminer l'affaire de mes dettes.»

Les choses en étaient là, et le prince oublié sur les derrières de
l'armée du duc d'York battait en retraite avec elle, lorsque le bruit
se répandit que les Français employés par l'Angleterre en Hollande
allaient être expédiés en Bretagne et qu'on leur adjoindrait de
nouveaux corps d'émigrés. Un bill autorisant des levées de volontaires
venait d'être présenté au Parlement. Lord Moira annonçait son prochain
départ pour le continent avec les effectifs anglais. De ces faits, il
était logique de conclure que Pitt avait enfin résolu d'abandonner le
système suivi jusque-là, et qui consistait à écarter les princes de
toutes les opérations actives. Néanmoins le comte d'Artois restait en
défiance. Il redoutait qu'on ne lui fît pas, dans le commandement, la
part à laquelle il prétendait.

--Si, malgré les promesses qu'on m'a prodiguées, disait-il, on ne me
laisse pas conduire au combat ces Français fidèles, j'espère du moins
que je serai autorisé à intervenir dans la nomination des chefs qu'on
leur donnera.

Il écrivit en ce sens au duc d'Harcourt et l'invitait à proposer au
cabinet britannique de placer les corps français sous les ordres de
MM. de Vioménil, d'Autichamp et de Mortemart, lieutenants généraux au
service du roi de France. Il demandait en même temps au maréchal de
Castries de le suivre en Vendée, demande qui fut jugée intempestive et
lui attira ce refus: «À mon âge, monseigneur, avec le grade que j'ai
acquis, il ne peut m'être permis de donner mon assentiment, mon
action, ma personne enfin à une expédition dont tout m'est encore
inconnu: plans, projets, moyens, et plus encore les dispositions
politiques qui doivent précéder et accompagner votre entrée en France.
J'ignore tout ce que le ministère anglais médite.»

Sur ces entrefaites, Windham, chargé dans le ministère Pitt du
département de la guerre, parut au quartier général du duc d'York. Le
comte d'Artois put conférer avec lui. Mais leur entretien ne révèle
pas que les dispositions de l'Angleterre fussent modifiées ni même au
moment de l'être. Le comte d'Artois, en réponse à une question du
ministre anglais, exprima le voeu que son frère fût employé à l'armée
autrichienne et réuni aux corps français qu'après la retraite de
Brunswick, l'Autriche avait pris à sa solde.

--Ce serait d'une bonne politique, dit-il, que Monsieur fût avec les
Autrichiens tandis que je serais avec les Anglais, mais à la condition
qu'on entrât sur le territoire français au nom du roi de France et non
en celui des souverains alliés. S'ils agissaient en conquérants, le
sentiment public ne leur serait pas moins contraire qu'en 1792. Il ne
faut pas recommencer ce qu'on fit alors ni tomber dans la même faute.

--Il faut cependant compter avec la cour de Vienne, objecta Windham.
Il est bien difficile qu'elle ne prenne pas des sûretés pour les
indemnités qu'elle pourra réclamer plus tard, et nous-mêmes nous avons
un intérêt à lui procurer une frontière pour la défense des Pays-Bas.

Le comte d'Artois n'avait pas qualité pour traiter cet objet. Il le
déclara, ajoutant que de telles questions ne pouvant être résolues
qu'après le rétablissement de la monarchie, il serait sage d'attendre
la réunion du Congrès qui aurait alors à prononcer sur les intérêts et
les prétentions de toutes les puissances. Windham parut approuver
l'objection, mais il insista sur la nécessité de «statuer» d'abord
quelque chose de positif.

Quant à la présence à Londres du comte d'Artois au moment où
s'organiserait l'expédition sur les côtes de France, elle aurait, dans
sa pensée, l'inconvénient d'éclairer l'ennemi et de lui apprendre ce
qu'il était nécessaire de lui cacher.

--Il faut assurément que vous veniez en Angleterre, monseigneur,
reconnaissait Windham; mais, à l'époque où l'expédition devra partir,
il sera bon que vous retourniez sur le continent afin de détourner
l'attention des scélérats de Paris.

Ces paroles n'étaient pas pour plaire au comte d'Artois; elles lui
prouvaient qu'on persisterait à le tenir à l'écart. Mais il fit contre
mauvaise fortune bon coeur. Il feignit de se déclarer satisfait des
dispositions du ministre anglais.

--J'attendrai que votre cabinet m'appelle à Londres, lui dit-il, et
quand j'y serai, il disposera entièrement de moi pour tout ce qu'il
trouvera utile au bien de notre cause[55].

         [Note 55: Cet entretien est reconstitué d'après les lettres
         du comte d'Artois à son frère.--Papiers du maréchal de
         Castries.]

Il était donc résigné à laisser partir sans lui l'expédition qui se
préparait, et bornait son ambition à paraître en désigner les chefs.

Au mois de janvier, les Anglais abandonnèrent la Hollande. Empêchée de
marcher sur nos frontières du Nord, leur armée avait été
successivement battue à Hondschoote, à Boxtel, ailleurs encore, et se
voyait contrainte de s'embarquer à Cuxhaven pour regagner les îles
britanniques. Elle ramenait avec elle les émigrés; mais le comte
d'Artois ne fut pas autorisé à les suivre. Pendant plusieurs mois
encore, il allait errer dans les Pays-Bas, tandis que le gouvernement
anglais, pour prendre sa revanche, se préparait à porter secours aux
insurrections vendéennes.

On a vu qu'un corps expéditionnaire se formait dans ce but sous les
ordres de lord Moira. Il devait se composer de troupes britanniques et
des régiments français que le due d'York allait ramener. Mais ce
n'était pas le seul. Le marquis du Dresnay, maréchal de camp, émigré à
Londres, avait entrepris d'en former un autre, obtenu à cet effet
l'autorisation de Monsieur et recruté des officiers parmi ses
compatriotes réfugiés en Angleterre. À sa demande, le pape Pie VI
avait désigné comme grand aumônier de ce corps Mgr de Hercé, évêque de
Dol, émigré lui aussi. Les cadres du commandement étant ainsi
organisés, il ne s'agissait plus que de les remplir en recrutant des
soldats. Mais le mauvais vouloir du cabinet britannique paralysait
encore les efforts du marquis du Dresnay, et celui-ci se débattait au
milieu des difficultés qu'on lui créait comme à plaisir, lorsqu'arriva
à Londres un nouveau venu dont la présence allait à l'improviste
dissiper les dernières hésitations de l'Angleterre. C'était le comte
Joseph de Puisaye.

Ancien membre de la Constituante, il s'était d'abord rallié à la
Révolution, à l'exemple d'un certain nombre de royalistes qui
croyaient à la possibilité d'établir en France le régime représentatif
tel qu'il fonctionnait en Angleterre. Ce passé le rendait suspect aux
émigrés. Néanmoins, comme après avoir pris part au soulèvement
fédéraliste de 1793, Puisaye, s'étant jeté en Bretagne, y avait
combattu pour le roi à la tête de bandes de chouans, les griefs qu'on
lui imputait avaient perdu de leur force sans lui rendre cependant
l'entière confiance des princes. Mais c'était un homme habile, rompu
aux intrigues, pourvu de puissants moyens de convaincre. Quoique d'une
taille colossale, gauche de manières et dégingandé, sa figure
expressive inspirait la confiance et le rendait au plus haut degré
séduisant.

Dès son arrivée à Londres, il fit la conquête de Pitt et de ses
collègues, à la faveur de la préférence marquée qu'ils accordaient aux
royalistes constitutionnels. Il se vantait d'exercer en Bretagne une
immense influence, de s'être mis d'accord avec le général Canclaux qui
commandait l'armée républicaine dans l'Ouest, et d'être mieux en
situation que le marquis du Dresnay de conduire les royalistes à la
victoire. Il n'hésita même pas à calomnier son rival en le déclarant
aussi vil qu'incapable. Charette lui-même ne trouvait pas grâce à ses
yeux. Ces deux hommes n'avaient jamais pu s'entendre. Charette avait
pris ombrage de l'ambition de Puisaye, et Puisaye se vengeait en
essayant de le discréditer à Londres.

Afin de convaincre Pitt de son dévouement aux intérêts anglais, il
alla jusqu'à solliciter un brevet de lieutenant général au service du
roi d'Angleterre; il conseilla également de confier la direction des
affaires de l'émigration à un conseil de régence dont les princes
seraient exclus et où les ministres anglais auraient la haute main.
Pitt comprit qu'un ambitieux de cette trempe pouvait être entre ses
mains un instrument précieux et lui accorda sa confiance.

Après se l'être assurée, Puisaye s'efforça de gagner celle du comte
d'Artois et des émigrés. Auprès du prince, avec qui il s'était mis en
relations, il se fit honneur des services qu'il avait rendus en
Bretagne et de l'influence qu'il exerçait sur les ministres anglais.
Auprès des émigrés, il fit agir le vénérable évêque de Dol, sur qui sa
séduction personnelle avait opéré. Il disait et faisait répandre
«qu'il avait accompli de grandes choses vainement tentées avant lui».
Il se montrait peu, vivait très retiré, se dissimulait sous des noms
d'emprunt, comme s'il eût espéré qu'en évitant de se laisser voir, il
augmenterait son prestige. Tel il apparut au jeune Louis de Frotté
qui, songeant à soulever les populations normandes, était venu à
Londres solliciter des pouvoirs et des secours, et qui les obtint par
son entremise.

Puisaye, au total, fit tant et si bien qu'un mois après son arrivée à
Londres, il était, dans la pensée du cabinet anglais, le général
désigné pour commander la première expédition qui serait dirigée sur
la Bretagne. Un bill voté par le Parlement avait autorisé, nous
l'avons dit, la levée d'un corps français à la solde de l'Angleterre.
«Les sujets natifs de France, y était-il stipulé, sont autorisés à
s'engager pour servir comme soldats dans des régiments destinés à agir
sur le continent de l'Europe.» Les commissions des officiers devaient
être délivrées par le gouvernement anglais. Tout était indiqué,
jusqu'à l'uniforme: rouge doublé de blanc, veste et culotte blanche,
sans autre ornement que les marques distinctives du grade; cocarde
blanche; drapeau blanc avec trois fleurs de lis d'or.

Dans le plan des organisateurs, ces corps devaient former un effectif
de douze mille hommes, auquel on adjoindrait des ingénieurs, des
intendants, des commissaires de guerre, des médecins, des chirurgiens,
des infirmiers, des aumôniers placés sous la direction de Mgr de
Hercé, et enfin un certain nombre d'officiers destinés à prendre des
commandements dans les bandes de chouans qu'on supposait devoir se
joindre à l'expédition dès son arrivée en Bretagne.

Le comte d'Artois n'avait pas été consulté. Mais averti de ce qui se
préparait, il l'avait approuvé faute de pouvoir mieux faire. Du
château de Zipendal, près d'Arnheim, il avait ratifié les pouvoirs
accordés à Puisaye par le cabinet anglais. «C'est vous et vous seul,
lui avait-il écrit le 15 octobre 1794, que je charge de témoigner à
vos intrépides compagnons d'armes tous les sentiments qui m'animent et
mon désir brûlant de me trouver à leur tête. Les pouvoirs de M. du
Dresnay sont retirés et je vous adresse, aujourd'hui, le brevet de
lieutenant général.» Le 6 novembre, il confirmait cette nomination.
«Je vous autorise à vous considérer comme lieutenant général au
service du roi de France et à vous faire obéir en cette qualité par
l'armée de Sa Majesté très chrétienne. Vous pourrez breveter
provisoirement les officiers.»

En dépit du témoignage de confiance qu'il donnait, contraint et forcé,
à Puisaye, le comte d'Artois n'en restait pas moins dans une extrême
réserve vis-à-vis du personnage que le gouvernement anglais imposait
aux royalistes. Il le mandait à son frère au moment même où il
conférait de pleins pouvoirs à Puisaye:

«Tu trouveras, mon ami, mon opinion sur Puisaye consignée dans
différentes dépêches. C'est un instrument qu'il ne faut pas encore
briser, tant que ses relations intimes avec le cabinet de Londres le
mettent dans le cas de nous nuire. Il s'agit seulement de bien
éclairer Charette, pour détruire l'ombrage que cet homme a pu lui
causer, et si, une fois sur le terrain, il nous sert mal, il sera plus
facile alors de le mettre dehors sans inconvénient. Il ne manquera pas
de gens qui ne demanderont pas mieux, et il ne s'agira que de leur
lâcher la main; mais la situation du moment exige qu'on le ménage, non
seulement à cause de ses rapports avec le cabinet de Saint James, mais
aussi en raison de ses relations qui s'étendent jusque sur une partie
de la Normandie.»


V

MONSIEUR DEVIENT ROI

Depuis près d'une année, le Régent était à Vérone, rongeant son frein,
maudissant son inaction, voyant à regret le temps s'écouler sans
profit pour sa cause, au milieu des basses intrigues, des pénibles
conflits, des âpres rivalités que faisaient naître la tristesse et les
duretés de l'exil. Morne et dénuée de tout était sa cour où la pénurie
de ses ressources l'empêchait d'appeler la comtesse de Provence: la
table peu abondante, sans élégance, la domesticité mal vêtue, la
maison qu'il habitait pauvrement meublée. Sous ses yeux, tout lui
parlait de sa misère. Fût-il parvenu à l'oublier, elle lui aurait été
rappelée par les demandes qui lui arrivaient chaque jour, par les
lettres émouvantes qui lui décrivaient la détresse de ses plus fidèles
serviteurs, détresse aggravée de mois en mois, et qu'il était
impuissant à soulager. Aussi brûlait-il de quitter Vérone et
maudissait-il les circonstances qui l'y retenaient: le refus de
l'Autriche de le laisser rejoindre l'armée de Condé, celui de
l'Espagne, qui s'obstinait à ne pas le recevoir avec les honneurs
auxquels il avait droit et voulait, en l'accueillant, le condamner à
une existence sans éclat et sans dignité, qu'il considérerait comme un
nouveau malheur s'il était obligé de la subir. Il ne s'était jamais
trouvé à sa place dans les États vénitiens. Mais le séjour lui en
était devenu plus odieux depuis le mois de septembre 1794. À cette
date, la république de Venise avait reçu avec un caractère public, un
envoyé de la Convention, Lallemant, chargé de la représenter. La
présence de ce diplomate, témoignage des bons rapports qui existaient
entre les deux gouvernements, créait au Régent une situation
humiliante et douloureuse. On ne le tolérait que grâce à la protection
de la légation de Russie. Tous ses actes étaient surveillés, ses
propos colportés, sa sûreté même lui paraissait menacée par les
nombreux espions que Lallemant entretenait à Vérone.

À l'arrivée de ce personnage, il avait voulu partir. Le maréchal de
Castries, qui d'ailleurs le poussait à donner un autre théâtre à son
action, avait été le premier confident de son projet. Il lui écrivait:

«Je ne puis plus demeurer ici. J'ai demandé au roi de Sardaigne de me
recevoir. Mais, s'il le fait, ce ne pourra être que pour peu de temps.
J'ai aussi écrit en Angleterre et en Espagne. Mais je vous avoue que
je n'ai guère envie d'y aller, parce que je crains que le résultat ne
soit que mon frère ne fasse tout et moi rien. Ce n'est point son
intention, je le sais; mais vous savez encore mieux que moi ce qui se
passe à cet égard. J'écris au duc d'Harcourt une lettre où vous croyez
bien que je n'entre pas dans les mêmes détails qu'ici, mais où je lui
dis que, craignant la nullité si je passe en Espagne, je le charge de
s'assurer qu'à la première porte ouverte en France, on m'y appellera
et de détruire l'opinion que mon frère puisse tout faire en mon
absence. Je vous enverrai plus tard la copie de cette lettre. Ce
serait maintenant un trop grand travail de la chiffrer. Mais je vous
en dis assez ici pour vous en faire saisir l'esprit et vous mettre en
état de l'appuyer comme je vous prie de le faire. Si le roi de
Sardaigne me reçoit, ce ne pourra être que pour peu de temps. Mais à
quelque époque que je perde ce dernier asile, si, comme je l'espère,
l'Espagne ne m'a pas appelé, je prendrai le seul parti qui me reste:
celui de me rapprocher de mon frère, et je crois que personne ne
pourra m'en blâmer.»

Cette lettre nous révèle le fond du coeur de celui qui l'a signée.
Naguère encore, il voulait aller en Espagne. Maintenant, il ne le
voulait plus, parce que cette puissance, dont les armées étaient
vaincues, ne pouvait lui offrir qu'un asile misérable où il serait
oublié si même il n'en était chassé. L'Espagne, en effet, allait
conclure la paix avec la République. Ses défaites et la pénurie de son
trésor la réduisaient à cette extrémité. Vainement, Godoï, en le
donnant à entendre à d'Havré, le pressait «de rassurer Monsieur et de
le convaincre que, la paix fût-elle signée, il n'aurait pas à se
repentir de la confiance avec laquelle il s'était jeté dans les bras
de son cousin», ce n'étaient là que phrases sonores et vides, qui
n'atténuaient en rien la réalité: les Bourbons de France n'avaient
plus rien à attendre des Bourbons d'Espagne.

D'autre part, alors que le Régent devait supposer, à lire les lettres
du comte d'Artois, qu'avant peu celui-ci serait conduit en Vendée et
s'y couvrirait de gloire, il s'inquiétait des succès possibles de ce
cadet dont, en ce cas, l'activité ferait honte à sa propre inaction.
Il voulait alors prouver qu'il existait. Il envoyait des ordres à
Condé qui était à Mulheim, sur le Rhin, avec l'armée autrichienne; il
lui accordait le droit d'octroyer des grades, de recevoir dans son
armée les officiers républicains qui voudraient se rallier; il
l'invitait à tenter d'entrer en rapports avec le général Pichegru pour
l'intéresser à la cause royale; il suivait enfin d'un oeil anxieux la
négociation laborieuse qui se poursuivait à Londres en vue de faire
passer le comte d'Artois en Vendée ou en Bretagne.

Il se demandait encore si, conformément au conseil que lui avait fait
donner le ministre autrichien Thugut, il entrerait en rapports avec
Tallien, Sieyès, Cambacérès et autres thermidoriens. Thugut s'était
étonné--il l'avait dit à Polignac--que les princes n'eussent personne
à Paris pour agir dans leur intérêt. Monsieur aurait pu déclarer, en
réponse à cette critique, qu'il avait ses agents, lesquels suffisaient
à tout. Mais on lui eût répliqué qu'ils étaient bien turbulents, bien
incapables et que par leurs conseils, leurs agitations, leurs
imprudences, ils desservaient la cause royale plus qu'ils ne la
servaient. Enfin, il faisait agir auprès du Saint-Siège, afin que le
pape se déclarât pour lui, prît sa cause en mains et, en lui accordant
cette reconnaissance de son titre de Régent que les puissances
refusaient toujours, leur donnât le bon exemple. Mais Pie VI refusait
et alléguait que le Saint-Siège n'avait pas à prendre parti dans les
affaires intérieures des États; il ne voulait pas soulever la question
du serment imposé aux prêtres français. Ce serment, il le réprouvait,
quoiqu'il s'abstînt de le dire, «de peur d'appeler sur lui les foudres
de la France».

Ce qui surtout troublait le Régent, l'emplissait tout à la fois de
contentement et d'appréhension, c'est qu'il se sentait à la veille de
devenir roi. L'orphelin enfermé au Temple était en train de mourir.
Les nouvelles qui parvenaient à Vérone, le 7 mars, en date du 16
janvier, ne laissaient aucun espoir de le sauver. «On le croit
empoisonné.» Le Régent, tout en déclarant qu'il était «plus qu'inquiet
sur l'existence du petit roi», en prenait bien vite son parti:
«J'attendrai d'être sûr de la nouvelle avant de paraître y croire.
Mais alors, je ferai part à tous les souverains de mon avènement à la
couronne. Ils me reconnaîtront s'ils font bien. Mais dussent-ils ne
pas me reconnaître, c'est un devoir dont rien ne me dispense.» Et dès
ce jour, il étudiait dans les ouvrages spéciaux le cérémonial du
sacre, et il en faisait la répétition avec son favori, d'Avaray, comme
s'il eût été au moment de partir pour Reims.

Le 8 juin, l'événement, qu'il espérait peut-être plus qu'il ne le
redoutait, se produisit. Le fils de Louis XVI mourut dans le cachot où
l'avait séquestré la Convention et martyrisé son geôlier. La nouvelle
de sa mort arriva à Vérone le 21 du même mois. Le 24, Monsieur se
proclamait roi de France sous le nom de Louis XVIII, et faisait part
de son avènement à toutes les cours d'Europe: «L'amitié dont Votre
Majesté m'a donné des marques, disait-il au roi d'Angleterre,
m'engage à lui communiquer avec empressement la peine que je ressens
et à lui notifier mon avènement à un trône ensanglanté par les
malheurs de ma famille, et que j'espère relever avec l'aide de Dieu et
de mes puissants alliés.» La notification aux autres cours était
conçue à peu près dans les mêmes termes. Envers le pape, le nouveau
souverain prenait en outre l'engagement de «faire fleurir la religion
catholique, apostolique et romaine dans son royaume», quand il
l'aurait recouvré.

En prenant possession du pouvoir royal, il était tenu d'adresser «à
son peuple» une proclamation. Que serait-elle? Celle qu'en 1792, on
avait fait signer à Brunswick, menaçait de mort tous les Français qui
ne se soumettraient pas à l'autorité royale, et les Français avaient
balayé les armées de l'Europe; les princes, à la même époque, disaient
à Louis XVI: «Ne craignez rien; ils n'oseront pas vous toucher,» et
Louis XVI était monté sur l'échafaud. Dans ces récents et tragiques
souvenirs, il y avait des leçons dont il semble que le nouveau roi
aurait dû profiter. Mais il était écrit qu'il ne les comprendrait
qu'en remontant effectivement sur le trône. En 1795, l'exil les lui
voilait, l'exil et aussi la violence des passions qui, depuis le 9
thermidor, s'étaient déchaînées parmi les émigrés.

--Point d'accommodement! s'écriait d'Antraigues.

Le comte Ferrand demandait que quarante-quatre mille exécutions, «une
par municipalité», signalassent la rentrée des autorités légitimes; le
comte d'Oultremont voulait «qu'on pendît tout ce qui restait de
l'Assemblée constituante». À Londres, c'était un débordement de
folies, de propos extravagants. Les uns entendaient qu'à Paris, les
femmes qui n'avaient pas émigré fussent fouettées par la main du
bourreau; les acheteurs des biens du clergé, d'après d'autres,
devaient être fusillés, et on célébrait l'énergie des chouans qui
déjà, assurait-on, en avaient fusillé dix-huit cents. Quelque modéré
s'indignait-il de ces menaces, de ce désir «de mettre tout à feu et à
sang», on lui prédisait le même châtiment qu'aux monarchiens et aux
jacobins. Le spectacle est navrant de ces ressentiments et de ces
fureurs arrachés aux victimes par l'excès de leurs souffrances.

Sans doute, il en était parmi elles qui réprouvaient ces propos.

--Je ne désire plus le triomphe de mon parti, avouait un émigré.
Vaincus, nous ne sommes que malheureux; vainqueurs, nous deviendrons
scélérats.

Mme de la Roche-Aymon exaltée entre toutes avant thermidor, s'était
ensuite apaisée.

--La première Constitution venue, pourvu qu'elle me fasse dormir
tranquille et me conserve ce que je n'ai pas encore perdu.

La duchesse de Duras allant à la guillotine, quelques heures avant la
chute de Robespierre, faisait entendre les mêmes avis.

--Vous allez revoir bien des émigrés, madame, prêchez-leur la
modération. Apprenez-leur qu'il faut qu'ils quittent leurs anciennes
idées ou qu'ils fassent un mal affreux à nous et à eux-mêmes.

«Tout ce qui reste des nôtres en France, est-il dit dans une lettre,
rendu impunément à la vie, après avoir été deux ans sous le couteau,
ne soupire qu'après la paix, n'attend et ne désire la monarchie que du
temps, ne croit pas, ni que les esprits sont encore mûrs pour son
rétablissement, ni que ce rétablissement puisse s'opérer par la
violence ou la famine, les étrangers ou les émigrés. Tous, tant que
nous sommes d'émigrés, nos amis nous redoutent autant que nos ennemis
nous haïssent. Du reste, nous sommes partout environnés d'espions.
Nous en avons même au milieu de nous. Nos imprudences, nos violences,
nos menaces, nos projets de vengeance, tout cela est rapporté à Paris.
Chaque courrier attise la haine. Les chouans sont jugés comme une
poignée de voleurs et de brigands.»

Il y avait donc parmi les émigrés des esprits modérés et prévoyants.
Mais ils constituaient une minorité, et si leurs paroles arrivaient
jusqu'au nouveau roi, elles étaient étouffées par les propos des
violents. Entre des opinions si contraires, il n'entendait que celles
qui flattaient sa propre passion, et quoiqu'il reconnût la nécessité
de contenir dans une certaine mesure les violences dont il recueillait
les échos, elles se firent sentir dans la déclaration qu'il publia
quinze jours après son avènement.

Il commençait par promettre le pardon aux auteurs des erreurs du
peuple; mais de ce pardon, les régicides étaient exceptés. Il
entendait unir la fermeté à la clémence. Ce qu'il prônait ensuite dans
ce document où se révélaient les illusions qu'il caressait encore et
que les événements ultérieurs devaient détruire une à une, c'était un
retour pur et simple à l'antique constitution du royaume. Elle mettait
dans la main du roi tous les pouvoirs, en n'accordant à ses sujets que
des garanties qu'il pouvait impunément violer: c'était là son vice.
Cependant, dans la pensée de Louis XVIII, ce régime, l'ancien régime,
devait suffire à tout. Il s'engageait, il est vrai, à en poursuivre
les abus. Mais, sous cette réserve, il voulait remettre les choses en
l'état où la Révolution les avait trouvées: la religion catholique,
religion du royaume; les autres cultes simplement reconnus; hérédité
du pouvoir; maintien des trois ordres; États généraux dont le
consentement était nécessaire pour l'établissement de nouvelles
contributions ou l'augmentation des anciennes, et qui pouvaient
formuler des voeux, mais que le roi de son côté pouvait, à son gré,
convoquer ou dissoudre; pouvoir législatif et exécutif concentré dans
ses mains, et enfin les parlements dépositaires et gardiens des lois.

Tel était, six ans après la Révolution, alors qu'un souffle
démocratique passait sur la France, et que même, pour beaucoup de
royalistes, les doctrines libérales devaient être substituées aux
doctrines autoritaires du passé, tel était l'idéal de gouvernement que
Louis XVIII croyait réalisable. La déclaration de Vérone portait
l'empreinte de cette crédulité. Ce qui devait achever de la rendre
impopulaire, c'est qu'aucune garantie n'y était assurée aux
propriétaires de biens nationaux. Elle ne pouvait être considérée que
comme un engagement de livrer la France aux émigrés.

Après cette première et regrettable manifestation, le roi s'occupa de
reconstituer son conseil. Jusqu'à ce jour, le maréchal de Castries, à
Cologne d'abord, à Nimègue ensuite, et le baron de Flachslanden auprès
du prince, avaient été préposés à la direction politique de la
régence. Le marquis de Jaucourt les assistait. À ce conseil dont
Monsieur présidait les délibérations, mais dont son favori, le comte
d'Avaray, «un autre lui-même, pour lequel il n'avait rien de caché,»
était le censeur et le juge en dernier ressort, le roi adjoignit deux
gentilshommes honorés de son estime: le duc de La Vauguyon, fils de
son ancien gouverneur, naguère encore ambassadeur à Madrid, après
avoir fourni une honorable carrière militaire, et le comte de
Saint-Priest, qui avait été ministre sous Louis XVI. La Vauguyon se
trouvait à Vérone; il prit possession de ses fonctions et les remplit
de telle façon que, volontairement ou non, il eut détruit en quelques
mois l'influence du maréchal de Castries.

Celui-ci, dès ce moment, avait cessé de plaire. Les mérites que
naguère on vantait en lui, on les lui contestait maintenant, en
recommençant à tenir à son égard la même conduite qu'envers Calonne,
dont les services étaient de plus en plus oubliés et qui devait, à peu
de temps de là, tomber dans une disgrâce définitive pour avoir osé
prétendre, dans une brochure publiée à Londres, que le maintien de
l'ancienne constitution sans changement serait considéré par la
majorité des Français comme un retour aux anciens abus. Au vieux
maréchal, ses adversaires reprochaient d'être un cerveau étroit, un
barbouilleur de papier en mauvais style, sans idées, dont la nullité
«avait tout anéanti». On le rendait responsable de l'échec de la
politique des princes.

En réalité, ce que cachaient ces propos, c'était le dépit causé dans
l'entourage royal par son indépendance, sa hauteur et certains de ses
conseils. Ne s'était-il pas avisé, à l'avènement de Louis XVIII, de
supplier d'Avaray de se refuser à entourer le roi d'une garde
particulière. «Ce n'est pas descendre de son rang que d'en écarter le
faste, lorsque l'objet en soi est rempli.» D'Avaray, «capitaine des
gardes,» ne lui pardonnait pas ce conseil. Au roi lui-même, le
maréchal avait osé écrire: «Un capitaine des gardes et un gentilhomme
de la chambre me semblent suffisants. C'est le faste qui a renversé le
trône; c'est l'opinion qu'il avait reparu à Coblentz, qui a fait dire
dans bien des cabinets que le successeur des Bourbons était
incorrigible.»

Froissé par de si dures vérités, Louis XVIII ne tolérait plus que
contraint et forcé l'ingérence du maréchal dans ses affaires. Quand il
eut expérimenté La Vauguyon, il résolut de le mettre à la place d'un
serviteur trop peu courtisan. Le maréchal était venu à Vérone au mois
d'août 1795; il en partit disgracié au commencement de l'année
suivante. La Vauguyon lui succéda. Mais ce ne fut que pour un temps;
il eut, comme on le verra, le même sort que ses deux prédécesseurs, et
son emploi échut à Saint-Priest.

À la date où il était appelé à Vérone pour siéger dans le conseil du
roi, Saint-Priest résidait à Stockholm. Il s'y était réfugié en 1791,
en quittant le ministère: «Venez donner à un roi libre, hors de son
trône, lui disait Louis XVIII, le secours de vos lumières et de vos
talents, comme vous l'avez donné à un roi captif sur son trône.» En
recevant cette pressante invitation, il se promit sans marchander[56].
Mais lorsque, vers la fin de septembre, il allait se mettre en route
pour s'y rendre, il fut averti que la cour de Vienne désirait qu'il
représentât auprès d'elle le prétendant.

         [Note 56: Les documents cités dans ce volume, sous la
         signature du comte de Saint-Priest, ne figurent pas, sauf un
         très petit nombre, dans l'ouvrage consacré à cet homme d'État
         par le baron de Barante.]

Chargé de notifier à Catherine l'avènement de Louis XVIII, Polignac
venait de partir pour la Russie, et son dessein était de s'y fixer. La
Fare, évêque de Nancy, était arrivé à Vienne pour le remplacer; mais
il n'avait pas su plaire. L'Empereur avait alors manifesté le désir
d'avoir Saint-Priest à sa cour. Ce fut le ministre de Russie en Suède
qui fit à celui-ci cette communication au nom de l'Autriche. Il ajouta
que sa propre souveraine, Catherine II, engageait le vieux serviteur
des Bourbons à ne pas se dérober à ce qu'on attendait de lui.
Quoiqu'il fût difficile à Saint-Priest de se fixer à Vienne quand le
roi l'appelait à Vérone, cette circonstance le décida à passer par
Saint-Pétersbourg en allant rejoindre Louis XVIII. Il prit cette
résolution sans le consulter. Il fut néanmoins approuvé. Le roi
profita même de son séjour en Russie pour le charger de solliciter de
Catherine qu'elle entrât effectivement dans la coalition.

En attendant l'arrivée de Saint-Priest à Vérone, le conseil du roi se
trouva donc composé du maréchal de Castries, du baron de Flachslanden,
du duc de La Vauguyon, du marquis de Jaucourt et du comte d'Avaray.
Les comtes de Damas, de Cossé-Brissac, d'Hautefort, le chevalier de
Montaignac, le bailli de Crussol, le duc de Gramont, le duc de
Villequier, Cazalès, les évêques d'Arras et de Vence complétaient sa
cour.

L'agitation résultant de ces changements et de ces mesures remplit les
premières semaines qui suivirent l'avènement de Louis XVIII. Puis on
apprit que la Russie et la Suède reconnaissaient le nouveau roi. La
réponse de Catherine à la notification que lui avait apportée
Polignac, lui remise au prétendant par Mordwinoff, le ministre
impérial à Venise, qui dès ce jour vint fréquemment à Vérone et
s'appliqua à l'entourer d'hommages. Mais, s'ils prouvaient que la
protection de sa souveraine était acquise au roi de France, ils ne
modifiaient pas les dispositions des autres puissances, qui, malgré
tout, refusaient de le reconnaître et persistaient à le qualifier M.
le comte de l'Isle. La mort du fils de Louis XVI influait sur elle,
les poussait à la paix, convaincues qu'elles étaient, pour la plupart,
que c'en était fait des Bourbons et qu'il fallait s'accommoder du
gouvernement existant en France, maintenant qu'il était délivré des
Jacobins. La Prusse avait pris l'initiative de cette politique
nouvelle en signant à Bâle la paix avec la France. L'Espagne négociait
dans le même but. Les Pays-Bas avaient proclamé leur union avec la
République, et quoique l'Autriche tînt encore la campagne en Alsace,
on ne pouvait fonder d'espoir sur elle, parce qu'elle faisait la
guerre pour conquérir, et non dans l'intérêt des Bourbons.
L'Angleterre, il est vrai, avait armé les émigrés, et une escadre
venait de partir de Portsmouth pour les transporter en Bretagne. Mais
si cette expédition échouait, le gouvernement britannique ne se
résignerait-il pas, lui aussi, à la paix? Resterait alors
l'impératrice de Russie? Modifierait-elle l'attitude de réserve et
d'attente qu'elle avait gardée jusque-là et ferait-elle marcher ses
armées? À cet égard, on ne pouvait se prononcer. Il fallait attendre
les résultats des démarches dont le roi avait chargé le comte de
Saint-Priest.

Dans ces conjonctures, Louis XVIII, abandonnant ses anciennes idées
sur l'Espagne et l'Autriche, ne voyait plus qu'un théâtre possible
pour sa personne: la Vendée. Aux visiteurs qui se succédaient près de
lui, il demandait ordinairement ce qu'on y pensait de sa personne.
C'était là sa grande préoccupation. Il redoutait que son oisiveté
forcée, son impuissance donnassent à ses sujets une fausse idée de sa
valeur personnelle et de ses sentiments. Aussi, à tous ceux qui
venaient, ne cessait-il de parler de son ardent désir de se rendre à
l'armée de Condé ou de passer en Vendée, d'affronter les périls des
combats, de jouer un rôle militaire. Mais ces propos n'avaient pas de
retentissement; il était inconnu à son pays. Ceux qui parfois y
parlaient de lui, soit pour l'attaquer, soit pour le défendre, le
rendaient redoutable ou ridicule en le présentant tantôt comme avide
de venger les malheurs de sa famille et les souffrances de la noblesse
émigrée, tantôt comme physiquement incapable de jouer un grand rôle et
disposé à laisser à son frère seul l'honneur «de lui ouvrir son
royaume». Le souci de donner de lui une autre opinion apparaît avec
éclat dans une lettre qu'il écrivait au duc d'Harcourt:

«Mon inactivité forcée donne occasion à mes ennemis de me calomnier.
Elle m'expose même à des jugements défavorables de la part de ceux qui
me sont restés fidèles, jugements que je ne puis appeler téméraires,
parce que ceux qui les portent ne sont pas instruits de la vérité ...
On vous dira que les progrès de Monsieur me permettent une entière
sécurité; on me conduira dans mes États. Mais cela signifie uniquement
que l'on me fera venir lorsque les plus grands dangers seront passés.
Dieu m'est témoin, et vous le savez, mon cher duc, vous qui connaissez
le fond de mon coeur, que j'entendrai avec satisfaction mon peuple
répéter le cri des Israélites: Saül a tué mille hommes et David dix
mille. Mais ma joie comme frère ne fait rien à ma gloire comme roi;
et, je le répète, si je n'acquiers pas une gloire personnelle, si mon
trône n'est pas entouré de considération, mon règne sera peut-être
tranquille par l'effet de la lassitude générale, mais je n'aurai pu
construire un édifice solide.»

Les sentiments exprimés par ce langage revenaient à tout instant dans
les entretiens du comte de l'Isle. Le souvenir de son aïeul Henri IV
l'obsédait: «Ce n'est qu'en Vendée que je puis réellement l'imiter,
disait-il, mourir ou satisfaire les regards de l'Europe fixés sur ma
conduite. Une grande partie de ceux qui combattent pour moi ne m'ont
jamais vu; je n'ai fait qu'une campagne dans laquelle on a à peine
tiré un coup de canon.» Mais, sincère ou non, le désir qu'il exprimait
ainsi ne devait pas plus être exaucé pour lui que pour le comte
d'Artois, et le tragique dénouement de l'expédition de Quiberon allait
détruire les espérances qu'ils avaient fondées sur les insurrections
des royalistes de l'Ouest.



LIVRE CINQUIÈME

QUIBERON



I

PRÉPARATIFS DÉFECTUEUX

Bien qu'au mois d'avril 1795, l'expédition que devait commander
Puisaye fût irrévocablement décidée et qu'on procédât activement à ses
préparatifs, le comte d'Artois, à cette date, était à ce point laissé
dans l'ignorance des plans qui allaient être exécutés, qu'il doutait
encore de leur réalité. Non seulement on persistait à ne pas l'appeler
à prendre part à leur élaboration, et Puisaye, bien qu'il lui eût
délégué ses pouvoirs, négligeait de le tenir au courant des incidents
auxquels ces préparatifs donnaient lieu, mais encore on affectait de
lui en faire mystère. Aussi, dans l'isolement où il vivait, traînant
son oisiveté à travers la petite république de Brême, s'irritait-il du
dédaigneux abandon dont il était l'objet. Que d'amertume dans les
plaintes qu'il adressait au duc d'Harcourt!

«Toutes vos lettres, jusqu'à l'époque du 20 avril, me flattent d'une
expédition sur les côtes de France. Les ministres paraissent y
compter, et M. de Puisaye avait l'air de n'en pas douter pour l'époque
du mois de juin. Je persiste, plus que jamais, à penser que le salut
de la France et la tranquillité de l'Europe sont attachés à cette
expédition, et que les troubles qui existent dans toutes les parties
de la France devraient en faciliter le succès et en rendre les effets
décisifs pour la cause générale, si l'Angleterre voulait enfin se
persuader que les moyens légitimes sont les seuls qui puissent
réussir.

«Mais à quel espoir puis-je me livrer, lorsque je me rappelle tout ce
qui s'est passé, et lorsque je compare la circonstance actuelle avec
toutes celles dont on n'a pas voulu profiter depuis plus de dix-huit
mois? Je ne rappellerai point ici les événements et je ne parlerai pas
davantage de la manière dont le cabinet de Londres a répondu à ma
franchise, à mon abandon, je dirai même à ma soumission absolue. Vous
êtes instruit comme moi de tous ces objets, et tout en me recommandant
la confiance, il est impossible qu'en relevant notre correspondance,
vous n'accusiez pas le ministère de mauvaise volonté ou d'une
faiblesse inexcusable.

«Est-ce donc dans le moment actuel où je puis être assez audacieux et
assez confiant pour me flatter de voir réaliser, aujourd'hui, cette
expédition promise depuis dix-huit mois et toujours retardée sous de
vains prétextes? Car je mets en fait qu'un ministre loyal et homme
d'État aurait su calculer qu'il fallait avoir l'air de tout
abandonner, au dehors, pour tout défendre, tout rétablir et même tout
conquérir au centre de la France, en étouffant dans son propre sein le
germe qui détruira l'Europe.

«Sans rappeler le passé, qui est suffisamment gravé dans nos esprits,
que vois-je à l'époque présente? La coalition des puissances anéantie,
puisque le roi de Prusse a fait sa paix, puisque l'Empire est au
moment de conclure la sienne, puisqu'enfin on assure que l'Espagne
elle-même a suivi ce honteux exemple. Les rois de Naples et de
Sardaigne ne tarderont pas à adopter les mêmes mesures, pour peu que
la Convention leur en laisse la possibilité; il restera donc, pour le
moment, l'Empereur et l'Angleterre. Mais, en admettant même, ce qui
est difficile à croire, que Vienne et Londres n'aient pas donné leur
assentiment aux paix qui sont conclues, et qui vont se conclure,
connaissons-nous à ces deux cabinets assez de vigueur, de résolution
et de moralité, pour penser qu'ils auront le noble courage de
soutenir à eux seuls tout le poids de la guerre, et de rendre cette
guerre aussi juste que salutaire, en renonçant à tout projet de
conquête et en se déclarant les généreux soutiens des autorités
légitimes? Nous avons malheureusement trop d'expérience pour nous
livrer à un tel espoir, et il ne m'est que trop permis de craindre que
l'Empereur ne tardera pas à traiter avec les régicides, et que,
volontairement ou par manque d'énergie, l'Angleterre sera entraînée à
suivre la même marche.

«Jetons maintenant nos regards sur l'intérieur; il y existe sûrement
beaucoup de royalistes et beaucoup d'ennemis de la Convention, malgré
le modérantisme qu'elle a adopté maintenant; mais peut-on comparer
leur existence et leur position actuelle avec celle qu'ils avaient il
y a quatre mois seulement, et, en supposant même que les vues de
Charette, en traitant avec la République, puissent être excusables, ou
en croyant qu'une partie des meneurs de la Convention veulent tendre à
rétablir une sorte de monarchie (ce qui n'est guère probable), puis-je
et dois-je me flatter que ce sera dans le moment présent, et d'après
l'état actuel des affaires, au dehors et au dedans, que l'Angleterre
va exécuter une expédition qu'elle a toujours retardée ou éludée,
lorsque tout paraissait en assurer le succès?»

De ces lamentations qui n'étaient que trop justifiées, on doit
conclure qu'un découragement profond s'était emparé du comte d'Artois
et qu'il doutait tout autant du succès d'une expédition trop tardive,
à son gré, que de cette expédition elle-même. Aussi, est-ce sans grand
espoir et comme par acquit de conscience qu'il invitait d'Harcourt à
s'informer des intentions positives du cabinet britannique. Le projet
tenait-il toujours ou était-il abandonné? Et si, malgré la paix qui se
négociait au même moment entre la Prusse et la République,
l'Angleterre entendait continuer la guerre, à quel moment
reconnaîtrait-elle les autorités légitimes et se déciderait-elle à
faire agir ce puissant ressort?

Le prince n'avait pas encore reçu une réponse à ses demandes, et sans
doute ne les espérait-il pas favorables, lorsque lui parvint à
Grattand, près de Brême, dans les derniers jours de juin, une
communication de lord Grenville, qui dirigeait en Angleterre le
Foreign Office. Ce ministre lui apprenait officiellement que les
troupes françaises, à la solde anglaise, étaient expédiées en
Bretagne. «Comme l'intention de cet envoi est plutôt de protéger le
débarquement des provisions et des munitions militaires que Sa Majesté
envoie aux royalistes de la Bretagne, que de tenter une entreprise
militaire avec une force si peu considérable, Sa Majesté n'a pas cru
devoir proposer à Votre Altesse royale de se joindre à une expédition
dont l'issue pourrait être si incertaine.»

La lettre se terminait par de vagues promesses pour le jour où, la
Vendée ayant repris les armes et réparé ses revers, il serait utile
que le prince reçût le commandement d'un des corps expéditionnaires.
Mais, en fait, elle ne disait qu'une partie de la vérité. C'était bien
une troupe destinée à combattre que l'Angleterre dirigeait sur les
côtes de France sous les ordres du comte de Puisaye et du marquis
d'Hervilly. Au moment où le prince adressait ses remerciements à lord
Grenville, en insistant pour obtenir de jouer un rôle dans les
opérations, cette troupe avait débarqué sur les rivages de la baie de
Quiberon, et les irréparables fautes qui la vouaient par avance à un
désastre certain étaient déjà commises.

Ces fautes étaient telles, qu'elles frappaient les esprits prévoyants
et avisés, et qu'étant restées inexpliquées, on peut se demander
aujourd'hui, comme ils se le demandaient alors, si l'Angleterre
souhaitait le succès de cette campagne et si, en jetant dans cette
aventure l'élite de la marine française, elle n'avait pas cherché à
détruire les seuls rivaux qu'elle eût à redouter. Le marquis
d'Andigné, dans ses Mémoires, se fait l'écho des rumeurs qui
éclatèrent au lendemain de la catastrophe. Mais il les déclare
injustes et sans fondement:

«M. Vindham me dit qu'il espérait que je ne soupçonnerais pas les
ministres d'avoir nourri un projet aussi perfide; je lui dis, comme je
le pensais, que je les en croyais incapables. Si le reproche de
perfidie qu'on leur adressait alors était dénué de tout fondement, on
ne peut aussi facilement pallier l'ignorance profonde qui avait
présidé à la conduite de cette expédition, ignorance que le ministre
anglais a généralement montrée dans les expéditions continentales.»

Ignorance ou perfidie, il n'est que trop vrai que les organisateurs
avaient manqué de prévoyance et de prudence. Au lieu d'attendre pour
faire partir Puisaye que tous les volontaires recrutés en vue de
l'expédition, au nombre de douze mille environ, fussent enrégimentés
et armés, et au lieu de leur adjoindre les forces britanniques que
commandait lord Moira, on décida que Puisaye prendrait les devants
avec un effectif de cinq mille hommes. Comment espérer conquérir la
France avec si peu de monde? Comment surtout se flatter d'y réveiller
l'opinion royaliste, si la présence d'un prince français à la tête de
l'expédition ne venait légitimer une tentative faite avec le concours
de l'étranger et lui donner un caractère national?

Il est vrai que Puisaye affirmait qu'à peine débarqué, quarante mille
chouans, Vendéens et Bretons, viendraient se joindre à lui et qu'en
s'avançant à leur tête au coeur de la France, il verrait se rallier à
ses drapeaux les populations royalistes, tirées de leur torpeur. Mais
compter sur ces secours était encore une illusion. Depuis plusieurs
mois, Charette, après avoir signé la paix avec la République, restait
au repos. Sans doute, il se préparait à reprendre les armes. Mais il
ne les avait pas encore reprises. D'ailleurs, eût-il été déjà prêt à
recommencer la guerre, on pouvait toujours craindre qu'il refusât
d'associer ses efforts à ceux de Puisaye. Leurs vieilles querelles
nées de leurs rivalités n'avaient laissé subsister entre eux que
sentiments de défiance et de haine. Quant aux chefs qui n'avaient pas
désarmé ou qui s'étaient déjà remis en état de combattre, Stofflet,
Cadoudal, Mercier la Vendée, d'autres encore, ils ne disposaient que
de quelques milliers d'hommes, et leur secours ne pouvait être
suffisamment efficace.

Ces considérations auraient dû, semble-t-il, faire ajourner
l'expédition. Mais Puisaye voulait en avoir tout l'honneur. Il avait
promis aux Anglais de remettre la Bretagne sous les armes, de
s'emparer de la presqu'île de Quiberon, d'entraîner tous les pays
royalistes. Présomptueux et vain, il croyait pouvoir venir à bout de
la tâche qu'il assumait et, pressé d'agir, il entendait agir seul. La
première faute consista donc à aller de l'avant sans s'être assuré
des moyens que pouvait fournir l'intérieur du pays. Elle fut le
résultat de l'ambition de Puisaye, des rivalités des chefs vendéens et
de l'opinion défavorable qu'ils avaient de lui.

Après celle-là, il y en eut d'autres non moins regrettables. Puisaye
accrut, comme à plaisir, les défiances qu'il inspirait aux royalistes
en écartant de l'expédition des personnages connus par leur dévouement
à la cause royale et qui avaient entrepris de recruter des troupes
avant que lui-même arrivât en Angleterre. Le marquis du Dresnay et le
comte d'Hector furent ainsi mis de côté au dernier moment, bien que
les régiments qu'ils avaient formés, et qui portaient leur nom,
fussent désignés pour faire partie du corps expéditionnaire. La
disgrâce dont ils furent frappés mécontenta très gravement les
royalistes, celle du comte d'Hector surtout, à qui Puisaye n'avait à
reprocher que d'être l'admirateur et l'ami de Charette. Ancien chef
d'escadre, ce vieux marin avait formé son régiment d'officiers de
marine. Ils ressentirent cruellement l'affront qui leur était fait
dans la personne d'un chef qu'ils vénéraient, et ils en gardèrent à
Puisaye un profond ressentiment.

Enlevé à ses marins, d'Hector pouvait prétendre aux fonctions de
maréchal général des logis, qui devaient faire de celui qui en était
investi le bras droit du général en chef. Puisaye lui préféra le comte
d'Hervilly, bien que moins ancien. Jeune encore et soldat réputé,
s'étant distingué en Amérique pendant la guerre de l'Indépendance, et
ayant donné au roi, durant les plus mauvais jours de la Révolution,
des gages éclatants d'intrépidité et de dévouement, d'Hervilly ne
semblait pas au-dessous du rôle qui lui était confié. Mais on le
disait aussi ambitieux que Puisaye. En outre, il passait pour
susceptible à l'excès, impérieux, brutal, affligé d'un détestable
caractère, et on ne l'aimait pas. Sa nomination mécontenta la plupart
de ceux qui le connaissaient et plus encore les amis du comte
d'Hector. Puisaye ne tarda pas à se repentir de l'avoir choisi. Les
dissentiments qui éclatèrent entre eux, le jour même du départ de
l'expédition, furent aussi une des causes du désastre final, non moins
que l'incapacité dont fit preuve dans l'action le malheureux
d'Hervilly et qu'il paya de sa vie.

C'était déjà bien grave que l'expédition, au moment de se mettre en
route, emportât avec elle tant de germes de division, tant de causes
quasi certaines d'échec. Mais à ces inconcevables imprudences on en
ajouta une qui les dépassait toutes et qui, en rendant inévitables des
trahisons et des désertions, devait, aboutir finalement à une
catastrophe. Les régiments désignés pour la Bretagne ne possédaient
encore que des cadres. Les officiers avaient été nommés, mais les
soldats manquaient. On eut l'idée funeste d'aller les recruter sur les
pontons où l'Angleterre tenait, dans une captivité rigoureuse, en les
accablant de mauvais traitements, les prisonniers qu'elle avait faits
sur les armées de la République.

Mal vêtus, mal nourris, mal logés, ces malheureux appelaient
éperdument la fin de leurs maux. En leur proposant de s'enrôler dans
les bataillons royalistes, on leur offrait une occasion inespérée
d'échapper à leur sort et de revoir leur patrie. Des officiers
royalistes furent chargés de leur exposer les avantages qui
résulteraient pour eux d'un engagement. On en tenta de la sorte
plusieurs milliers. Mais il n'y eu eut guère que quinze cents qui
répondirent à cet appel et souscrivirent aux conditions qui leur
étaient faites. Ils furent répartis entre les régiments au nombre de
cinq qui devaient partir. En y entrant, ces volontaires, pour la
plupart, se promettaient de déserter une fois en France. C'est dire
que, loin d'être une force pour l'armée royaliste, ils devaient, en
l'abandonnant, précipiter sa défaite.

L'Angleterre enfin couronna cette série de fautes et les aggrava en
donnant à Puisaye et à d'Hervilly des instructions personnelles à l'un
et à l'autre, et si contradictoires, qu'une fois en route, Puisaye
ayant voulu arguer de ses pouvoirs et de ses ordres, d'Hervilly put
lui en opposer de tout pareils. Ceux qu'avait reçus Puisaye, nommé
déjà par le comte d'Artois lieutenant général, mettaient sous son
commandement les cinq régiments de Rotalier, de d'Hervilly, de du
Dresnay, de La Châtre et d'Hector qui formaient le corps
expéditionnaire. Mais ceux qu'on avait donnés à l'amiral Warren,
commandant de l'escadre de transport, lui enjoignaient de débarquer
sur les côtes de France, dans la baie de Quiberon, un corps de
troupes d'émigrés français «sous le commandement du comte d'Hervilly».
Si le débarquement était impossible en cet endroit, c'est dans les
environs de Bourgneuf qu'il devrait être tenté, ou même sur l'île
d'Yeu. En ce cas, le commodore Warren devait agir «d'accord avec M.
d'Hervilly» et consulter aussi le comte de Puisaye, «qui, ayant été
mis dans la confidence, accompagnait M. d'Hervilly[57]». Ainsi, les
instructions qui désignaient Puisaye pour exercer le commandement
général étaient contredites par celles qui enjoignaient à Warren de
n'agir que d'accord avec d'Hervilly. Ce devait être et ce fut pour les
royalistes, aux heures les plus pathétiques de la campagne, une source
de discorde et de démoralisation dont nous verrons bientôt les
lamentables effets.

         [Note 57: Papiers de Puisaye, cités par feu l'abbé Charles
         Robert dans son livre sur Quiberon.]

Cantonnés aux environs de Southampton et de Portsmouth, les cinq
régiments, formant un effectif de cinq mille cinq cents hommes, bien
qu'ils ne fussent pas encore au complet, furent réunis le 15 juin,
dans la première de ces villes, et embarqués avec l'aumônerie et les
divers services de l'armée sur une centaine de transports où avaient
été chargés également les canons du régiment de Rotalier uniquement
composé d'artilleurs, des approvisionnements, des munitions, cent
mille fusils et soixante mille uniformes destinés aux troupes qu'on
recruterait en France. Cet immense convoi mit à la voile le 16 juin,
sous la protection de l'escadre de Warren composée de dix navires de
guerre et de six chaloupes canonnières. L'état-major, auquel s'était
adjoint l'évêque de Dol, prit place à bord de la _Pomone_, où l'amiral
avait arboré son pavillon.

Le premier corps de débarquement était à peine parti, qu'on s'occupa
d'en former un second destiné à le soutenir. Celui-ci devait être
formé de deux régiments d'infanterie anglaise, dits fusiliers et
chasseurs d'York, et de cinq régiments d'émigrés français: Rohan,
Salm, Périgord, Damas et Béon, qui avaient fait partie de l'armée de
Hollande. On venait de les rappeler du Hanovre où ils s'étaient
retirés après la défaite des armes britanniques.

Les deux régiments d'York étaient seuls au complet; ils comptaient
deux mille hommes. Des cinq autres ne restaient que des débris; leur
effectif représentait à peine quinze cents combattants. C'étaient du
moins des soldats d'élite, aguerris et entraînés, desquels on pouvait
attendre des prodiges, alors surtout qu'ils devaient être appuyés par
deux mille fantassins réguliers. Mais il était écrit que tout, dans
cette malheureuse expédition, serait marqué au coin de l'imprévoyance.
Au dernier moment, les régiments d'York furent retenus à Portsmouth;
on ne fit partir que les corps d'émigrés.

On avait désigné pour les commander, sous l'autorité suprême de
Puisaye, le comte de Sombreuil, fils de l'ancien gouverneur de la
Bastille, que, lors des massacres de septembre, l'héroïsme de sa fille
avait arraché à la mort et que, deux ans plus tard, la Terreur avait
envoyé à l'échafaud. Charles de Sombreuil atteignait en 1795 sa
vingt-sixième année. Quoiqu'il fût encore un jeune homme, il s'était
acquis parmi les émigrés une brillante réputation militaire. Cette
circonstance décida du choix qui fut fait de lui pour conduire en
Bretagne la deuxième expédition. Sa jeunesse, son héroïsme, sa fin
tragique à la veille de son mariage avec une jeune fille qu'il aimait
éperdument, tout a contribué à exciter autour de son nom et de ses
malheurs une pitié profonde. Entre les victimes de cette lamentable
équipée, il n'en est pas qui ait, à un plus haut degré que lui, mérité
d'être plaint. Il se mit en chemin le 9 juillet pour se rendre à
Quiberon où le premier corps avait opéré son débarquement depuis douze
jours.

La traversée s'était heureusement accomplie. En cours de route, à la
hauteur de Penmarch, entre Brest et Lorient, on avait à l'improviste
rencontré la flotte républicaine, commandée par Villaret-Joyeuse. Déjà
épuisée par un combat qu'elle avait soutenu, le 23 juin, contre
l'amiral Cornwallis, elle cherchait à se rapprocher des côtes d'où, la
veille, une tempête l'avait éloignée. L'amiral Warren était parvenu à
l'éviter, grâce au secours d'une autre escadre anglaise qui tenait la
mer dans ces parages sous les ordres de lord Bridport. Celui-ci,
prévenu à temps, s'était placé entre le convoi royaliste et la flotte
républicaine avec quatorze vaisseaux de ligne, dont huit à trois
ponts, et cinq frégates, auxquels Villaret-Joyeuse ne pouvait opposer
que des forces sensiblement inférieures. Contraint d'opérer sa
retraite en faisant face à son adversaire, il ne parvint à gagner
Lorient qu'après avoir laissé trois de ses navires au pouvoir des
Anglais. Pour comble d'infortune, il eut, en arrivant dans ce port, le
cruel spectacle de plusieurs de ses équipages désertant en masse pour
rejoindre les chouans, qui, sur la nouvelle de la prochaine arrivée à
Quiberon d'une armée royaliste, se portaient au-devant d'elle.

Taudis que se déroulaient ces incidents, l'amiral Warren, escortant le
convoi confié à sa garde, continuait sa route vers su destination. À
bord des bâtiments qui les ramenaient dans leur patrie, les émigrés,
convaincus que la Bretagne d'abord, la France ensuite allaient se
lever à leur voix, célébraient leurs futurs succès. Bruyants, exaltés,
donnant une fois de plus, à l'approche des périls redoutables qu'ils
affrontaient de gaieté de coeur, la preuve de leur légèreté et de leur
entière ignorance des changements survenus dans les âmes françaises
depuis qu'ils avaient fui leur pays, ils escomptaient par avance la
réussite des projets dont ils se faisaient les instruments et le
rétablissement de la royauté. Ils saluaient, comme s'ils en eussent vu
déjà se lever l'aurore, les jours de vengeance et de réparation
auxquels ils croyaient toucher.

À leurs propos, on eût deviné que les misères de l'exil ne les avaient
corrigés ni de leur crédulité, ni de leur scepticisme, ni de leurs
dispositions à s'illusionner en évoquant leurs espérances. Ils
perdaient même de vue l'impression douloureuse et irritante qu'allait
nécessairement causer aux patriotes français l'enthousiasme que
manifestaient ces revenants en s'avançant contre leur patrie, la main
dans la main de ses ennemis séculaires, et que causait même à ceux-ci
la forme sous laquelle ils le voyaient éclater. Un officier de la
marine anglaise, sir Philip Durham, qui commandait une frégate de
l'expédition, racontait longtemps après «que les Français qu'il avait
à son bord le scandalisaient tellement par la licence et l'impiété de
leurs propos, que, malgré les quarante-six ans écoulés depuis,
l'impression de dégoût qu'il en avait reçue subsistait dans toute sa
force[58].»

         [Note 58: Rio: _Épilogue à l'art chrétien_.]

Sans doute, ils ne croyaient pas la trahir. En marchant à la conquête
des biens dont la Révolution les avait dépouillés, en cherchant à
délivrer la France, à relever l'autel et le trône, à venger des
victimes, ils ne doutaient pas qu'ils n'exerçassent un droit sacré.
Mais peut-être eût-il été plus digne et plus sage d'apporter dans
l'exécution d'une entreprise qu'ils considéraient comme légitime et
nécessaire, et de laquelle ils attendaient le salut, plus de retenue,
plus de modération et surtout un plus pressant souci d'union et
d'entente entre eux. Ces considérations malheureusement leur
échappaient. Si près d'expier leur folie, ils ne semblaient pas encore
avoir mesuré les responsabilités pourtant si graves qu'ils étaient eu
train d'encourir, lorsque, le 25 juin, la flotte qui les transportait
jeta l'ancre dans la baie de Quiberon.


II

ÉMIGRÉS ET CHOUANS

Dès le 23, un bâtiment, la _Galathée_, détaché de l'escadre avait
porté à terre deux chefs chouans: le comte du Bois-Berthelot et le
chevalier de Tinténiac. Ayant quitté leur commandement pour aller
conférer à Londres avec le comte de Puisaye, ils arrivaient
d'Angleterre avec lui. Débarqués à l'avance, ils étaient chargés de
rassembler leurs chouans afin de protéger la descente du corps
expéditionnaire. Le point où il débarquerait n'était pas encore
désigné. D'Hervilly voulait que ce fût à l'île d'Yeu[59], défendue par
une petite garnison, mais dont il serait facile de s'emparer et d'où
on pourrait aisément communiquer avec Charette. Puisaye professait
une opinion contraire. Considérant Charette comme un rival,
passionnément désireux de se passer de son concours, il entendait
débarquer sur les rivages de Quiberon, puis, sans perdre une minute,
marcher sur Vannes et sur Rennes qu'on savait insuffisamment
défendues. Une fois à Rennes, on serait maître de toute la Bretagne,
et il serait temps alors de revenir à Charette.

         [Note 59: L'île Dieu, arrondissement des Sables-d'Olonne, à
         vingt-neuf kilomètres du continent. Dans tous les documents,
         elle est désignée île d'Yeu.]

Les deux chefs de l'expédition étant ainsi divisés, l'amiral Warren,
que ses instructions invitaient à s'entendre en tout avec eux, ne
savait quel parti prendre. Le retour de Tinténiac et de du
Bois-Berthelot coupa court à ses hésitations. Ils annonçaient que la
côte de Carnac était libre et sans défense, que les chouans allaient
accourir par milliers afin de protéger le débarquement. La
circonstance parut décisive à l'amiral anglais. Il se rangea à
l'opinion de Puisaye, et la descente sur la côte de Carnac fut
résolue.

Tinténiac et du Bois-Berthelot repartirent aussitôt pour se mettre à
la tête des chouans. Ceci se passait dans la journée du 25 juin.
Puisaye aurait voulu débarquer sur l'heure. D'Hervilly s'y opposa. Il
tenait à s'assurer par lui-même que la côte était vide de défenseurs.
Il consacra tout le lendemain à longer le rivage à bord d'un lougre,
une lunette d'approche à la main, et perdit ainsi un temps précieux.
Dans la soirée seulement, les émigrés furent embarqués sur des bateaux
plats qui devaient les conduire dans l'anse de Carnac. Ils y
débarquèrent le 27, dès le lever du soleil, après avoir vu flotter le
drapeau blanc au sommet de la butte Saint-Michel. Ce drapeau annonçait
aux arrivants que les quelques soldats républicains qui gardaient
Carnac avaient été mis en fuite par les chouans.

Sur ce premier succès des royalistes, qui précéda la mise à terre de
l'expédition, nous avons, entre autres récits, celui d'un témoin
oculaire, le chouan Rohu, appartenant à la légion de Georges Cadoudal,
et sous les ordres duquel on avait placé les matelots de l'escadre de
Villaret-Joyeuse, qui avaient déserté en arrivant à Lorient, après le
combat naval du 23 juin, pour se porter à la rencontre des émigrés.

«Le 27 juin, raconte Rohu, la flotte anglaise portant les troupes de
débarquement ayant enfin paru dans la baie, nous nous portâmes vers
la côte, ayant M. de Tinténiac à notre tête. Le bourg de Carnac et la
butte de Saint-Michel étaient occupés par les troupes du général
républicain Romand. Le général de Tinténiac dirigea une colonne sur ce
bourg, et nous marchions avec lui vers Saint-Michel où flottait le
drapeau tricolore. Nos marins, sans hésitation aucune, montèrent la
butte sous le feu de l'ennemi, et nous n'étions devancés que par notre
général qui courait de toutes ses forces. À notre arrivée au sommet,
les bleus descendirent rapidement du côté opposé, se dirigeant vers le
bourg. Aussitôt, on fait descendre les insignes de la Révolution.
Tinténiac met bas ses habits, tire sa chemise, l'attache à la drisse
du pavillon et improvise ainsi le drapeau blanc. Il m'ordonne de
poursuivre les troupes républicaines qui fuient dans la direction de
Plouharnel; lui marche vers la côte pour se mettre en communication
avec l'escadre. Dans leur fuite, douze soldats de Romand allèrent vers
le Paux, et se trouvèrent, d'un côté coupés par la mer, de l'autre par
les miens qui les avaient devancés sur la route de Plouharnel; ils
furent obligés de se rendre. Je continuai la poursuite jusqu'au
village de Pontneuf-en-Plouharnel, et là je reçus l'ordre de prendre
poste au village de Sainte-Barbe en face du fort de Penthièvre[60].»

         [Note 60: Manuscrit de Rohu.]

En même temps, du Bois-Berthelot s'emparait du bourg de Carnac sans
rencontrer d'ailleurs aucune résistance. De toutes parts, les forces
républicaines, rares et éparses, se repliaient sur Hennebont, en vertu
des ordres de Hoche. Il venait d'arriver à Vannes, et constatant
l'absence totale de moyens de défense, il préférait reculer jusqu'au
moment où, ayant sous la main les effectifs qu'on lui envoyait en
toute hâte des cinq départements placés sous son autorité, il serait
en état de reprendre l'offensive.

La côte balayée par les chouans, l'expédition mit pied à terre, au
milieu d'un indescriptible enthousiasme. Il fut à son comble lorsque,
au milieu des émigrés qui se présentaient pêle-mêle avec les marins
anglais, on vit apparaître le grand aumônier, Mgr de Hercé, accompagné
de ses prêtres. Ils avaient tous repris leur costume ecclésiastique.
On s'agenouillait devant eux; on leur baisait les mains. On suppliait
l'évêque de bénir cette foule prosternée, et de toutes parts
retentissaient les cris: Vive Dieu! vive le roi! Le lendemain, dans
une lettre envoyée à Londres, un officier attaché à l'expédition
écrivait:

«Je croyais qu'il n'y avait plus de bonheur pour moi sur la terre;
mais, depuis que ces braves chouans m'ont serré dans leurs bras, nous
prenant à témoins les uns après les autres de leur fidélité,
renouvelant dans nos mains leur serment de ne jamais abandonner ni
leur Dieu, ni leur roi, je vois qu'il me reste encore une patrie[61].»
Et faisant allusion à des épisodes des guerres livrées autrefois sur
la côte bretonne entre Français et Anglais, il ajoutait cette phrase
qui marquait tristement combien avait changé depuis la noblesse
française, alliée maintenant aux anciens ennemis de la France: «Mon
père défendait Quiberon. Voilà son fils et le fils de Tinténiac qui
leur succèdent. Puissent-ils les trouver dignes d'eux!» Il est vrai
qu'on lit dans une autre lettre: «Je croirais que les troupes
anglaises ne paraîtront pas en France. Les préjugés des Bretons s'y
opposent, et la déclaration de M. de Puisaye leur promet qu'il n'y
aura aucune troupe étrangère. Si on en demande, elles seront prêtes.»

         [Note 61: Archives de Chantilly.]

Ces quelques lignes révèlent l'une des causes qui déjà mettaient les
Bretons en défiance. Ils nourrissaient contre les Anglais une haine
séculaire et invétérée. Ils répugnaient à marcher par eux et avec eux.
Puisaye avait prévu les effets de cette répugnance, et, dans la
proclamation dont il s'était fait précéder en vue d'appeler les
Bretons aux armes, il déclarait que l'armée royaliste qu'il commandait
serait «entièrement composée de troupes françaises». Les chouans n'en
furent pas moins choqués par la vue des matelots anglais. Ce fut de
même une déception pour eux de constater l'absence du prince français
dont on leur avait annoncé la venue.

Il convient, au surplus, d'observer que, si l'Angleterre s'opposa à ce
que ses propres soldats participassent aux opérations dont l'envoi des
émigrés à Quiberon marquait le début, ce n'est pas qu'elle craignît
d'offenser les Bretons, mais parce qu'elle ne voulait exposer ses
effectifs que lorsqu'elle serait sûre qu'ils seraient soutenus par un
grand mouvement de rébellion à l'intérieur de la France.

Cette intervention de l'Angleterre ne fut pas d'ailleurs l'unique
motif du découragement qui ne tarda pas à s'emparer des chouans. Ils
étaient venus au-devant des émigrés remplis d'ardeur et de confiance.
Mais, à peine arrivés, ceux-ci, presque tous nobles et entichés de
préjugés, les blessèrent par leur arrogance et par le mépris dans
lequel ils affectaient de les tenir. Ces obscurs serviteurs de la
cause royale ne leur inspiraient que railleries et dédains. Ils les
traitaient sans ménagements, voire avec brutalité. Puisaye, qui
connaissait «ces pauvres chouans» pour les avoir, en Vendée, menés au
combat, savait comment il fallait s'y prendre pour les amadouer et
pour utiliser leur intrépide bravoure; il eut soin de ne pas les
offenser. Il n'en fut pas de même de d'Hervilly. Lorsqu'il eut à leur
distribuer des uniformes et des armes, il s'irrita de leur impatience,
de la précipitation et du désordre qu'ils mirent à s'emparer des
fusils, des munitions et des vivres. Il leur parla durement. Puisaye
étant intervenu pour les justifier, d'Hervilly menaça de repartir
sur-le-champ avec les cinq régiments à la solde de l'Angleterre.

Il y eut d'autres incidents qui donnèrent lieu à des altercations
regrettables entre chouans et émigrés, voire à des scènes tragiques.
En essayant leurs fusils, les chouans blessèrent deux soldats arrivés
d'Angleterre. On alla jusqu'à raconter que deux cents paysans qui
avaient assisté au débarquement des émigrés, étant restés sans
répondre au cri de: _Vive le roi_, poussé par ceux-ci dont ils ne
comprenaient pas la langue, les chouans les auraient fusillés. «Ils en
ont tué plusieurs, arrêté vingt, pendu dix-sept, le comte d'Hervilly a
sauvé les trois autres[62].»

         [Note 62: Archives de Chantilly.--Nulle autre part, que je
         sache, il n'est fait mention de cette boucherie, ce qui
         permet de mettre en doute sa réalité.]

Ces faits et d'autres, rapprochés de ce qu'on racontait de la
sauvagerie et de la cruauté des chouans, de leur manière de combattre,
eurent pour effet d'accroître le mépris des émigrés pour eux. Dès
qu'ils eurent pris contact les uns avec les autres, ce fut une cause
de divisions qui allèrent en s'aggravant de plus en plus. Rohu nous en
fournit un témoignage dans le journal manuscrit que nous avons déjà
cité.

«Le lendemain, Georges m'envoya porter une lettre au général
d'Hervilly commandant en chef des troupes débarquées, qui avait établi
son camp au bourg de Carnac. Je fus bien accueilli par le général, qui
me fit passer au salon où on me servit à boire et à manger en
attendant la réponse. Deux messieurs entrèrent dans le salon, et
faisant le tour de la table, l'un dit à l'autre:

«--Qu'est-ce que cela?

«--C'est un chouan, apparemment, répondit l'autre; on ne voit que cela
ici.

«Me levant de table, je leur dis:

«--Prenez patience, messieurs; avant longtemps, vous en verrez d'une
autre couleur plus que vous ne voudrez.

«Là-dessus ils sortirent, et je remontai près du général auquel je
racontai ce qui venait de se passer. Il me parut très mécontent des
propos qu'on m'avait tenus et envoya son homme s'informer de ces
personnes. En me quittant, il me pria d'oublier ce petit désagrément,
et de venir hardiment le trouver quand les besoins du service
l'exigeraient, m'assurant que pareille chose n'arriverait plus.»

Contrairement à cette promesse, «pareille chose» se renouvela souvent,
engendrant dans la masse des forces royalistes des dissentiments,
lesquels n'étaient après tout qu'une image de ce qui se passait entre
les chefs. Loin de se rapprocher, de se réconcilier, de s'entendre,
alors que le souci de la cause qu'ils défendaient leur en faisait un
devoir, ils se dénigraient et se contrecarraient. Ils contribuaient
ainsi à diviser leur armée en deux camps ennemis: d'un côté, les
chouans ralliés à Puisaye, de l'autre, les émigrés généralement plus
favorables à d'Hervilly.

Il avait été décidé qu'aussitôt après le débarquement, une cérémonie
religieuse aurait lieu sur la plage. Mgr de Hercé devait y célébrer la
messe en présence de toutes les troupes assemblées, y bénir leur
drapeau et y proclamer roi Louis XVIII. comme successeur de Louis XVII
dont on venait d'apprendre la mort. Cette cérémonie fixée au 28,
d'Hervilly s'abstint d'y venir. Il assista avec ses troupes à une
messe basse dans l'église de Carnac, tandis que non loin de là, en
plein air, Mgr de Hercé officiait en présence de Puisaye, des chouans
revêtus de leur nouvel uniforme rouge et sous les yeux d'un peuple
immense accouru de toutes les communes du littoral.

Ainsi, les causes de querelles, et partant de faiblesse, étaient de
tous les instants. Puisaye, on l'a vu, aurait voulu s'avancer dans
l'intérieur. Les chefs chouans étaient du même avis et entre autres
Georges Cadoudal, que mécontentait déjà l'attitude de d'Hervilly. Mais
celui-ci s'y refusa; il entendait d'abord laisser ses troupes se
reposer et se refaire; il voulait aussi attendre la division Sombreuil
qui devait fournir à l'armée un renfort de quinze cents combattants
solides et aguerris. C'est du moins le prétexte qu'il allégua. Mais ce
n'était qu'un prétexte, puisque, lorsque cette division arriva, il
négligea de l'utiliser. Son concours étant rigoureusement nécessaire,
il fallut se soumettre à sa volonté. Toute l'armée, émigrés et
chouans, prit ses cantonnements dans les divers villages échelonnés
sur la côte, et c'est à peine si, par quelques reconnaissances en
avant, on protégea l'armée contre les attaques des républicains.

Le chouan Rohu constate dans son journal cette immobilité et ses
effets. «À la nouvelle du débarquement, le peuple, de plusieurs lieues
à la ronde, accourait en foule pour prendre des armes et s'enrôler
pour le service du roi ... L'enthousiasme était inexprimable, tant on
avait hâte de se délivrer du joug révolutionnaire. Des colonnes de
chouans furent dirigées sur Auray et deux sur Landèvant, qui eurent
divers engagements avec les bleus, mais qu'on ne voulut seconder ni
par l'artillerie, ni par les troupes de ligne. Aussi, Hoche ne tarda
pas à s'apercevoir que le mouvement royaliste était dirigé par des
hommes qui ne connaissaient point le dévouement des Bretons à la cause
de la légitimité. En ce moment, si les émigrés avaient avancé dans
l'intérieur, il était visible que la Bretagne se soulevait en masse,
tant était grande la joie produite par la nouvelle de l'arrivée d'une
armée royale.»

Pendant ce temps, Puisaye consacrait ses loisirs à accabler de
lettres pressantes le cabinet britannique. Il demandait des renforts,
de l'artillerie, des chevaux, des armes, des vivres, un million en or
afin de pouvoir nourrir les quatre-vingt mille hommes qu'il allait
avoir sur les bras, disait-il. Il demandait que les troupes soldées
par l'Angleterre fussent sous son commandement direct, et que
d'Hervilly, tout en conservant le sien, fût mis à ses ordres. «Avec
cela, écrivait-il au ministre Windham, je vous réponds de la Bretagne
entière ... Il n'y a rien à épargner et la France est sauvée.»

Quelques jours plus tard, après le désastre de Sainte-Barbe que nous
racontons plus loin, non langage changera. Il n'aura plus confiance
dans les troupes dont d'Hervilly, mortellement blessé dans ce combat,
a dû lui laisser le commandement: «L'intervention de vos troupes est
nécessaire, écrit-il à Windham, et je préférerais maintenant deux
mille Anglais à six mille Français.» Ces lignes révoltantes sous une
plume française se peuvent-elles justifier? Les chouans étaient-ils
devenus moins braves? Les émigrés manquaient-ils de courage? Non
certes. Mais ils étaient découragés par les revers qu'ils venaient de
subir, par ceux qu'ils prévoyaient et par l'imminence du péril auquel
les avait livrés l'incapacité de leurs chefs.

Vingt-quatre heures après le débarquement, d'Hervilly donna une
nouvelle preuve de la sienne en refusant d'aller en avant comme le
souhaitait Puisaye et en prenant, pour agir, des délais qui permirent
à Hoche de concerter, sans être inquiété, des mesures énergiques et
rapides. Dès le 30 juin, le général républicain avait sous la main
assez de soldats pour s'emparer tour à tour d'Auray, de Mendon et de
Landèvant, qu'avaient occupés les chouans commandés par Vauban,
Tinténiac et du Bois-Berthelot. Avec des canons et des troupes du
corps expéditionnaire, ces trois chefs se faisaient fort de résister
et de se maintenir dans leurs postes. D'Hervilly refusa de leur
envoyer ces secours, bien qu'il les leur eût promis, et les chouans
durent rétrograder en ramenant du Bois-Berthelot grièvement blessé.
Cet échec était un avertissement. En même temps qu'il donnait tort à
l'immobilité de d'Hervilly, il l'obligeait à y mettre un terme et le
détermina à procéder, sans retard, à une opération à laquelle il
attachait la plus haute importance.

À l'ouest de la baie de Quiberon, se trouve la presqu'île de ce nom, à
l'extrémité d'une plage étendue, plate et sablonneuse, qu'on appelle
dans le pays _la Falaise_. Longue d'environ quinze kilomètres et
renfermant un assez grand nombre de bourgs et de villages dont celui
de Quiberon et celui de Port-Halliguen où devait s'achever, dans un
effroyable désastre, l'écrasement des royalistes, la presqu'île est
reliée au continent par une étroite langue de terre, qui se rétrécit
en avançant. Cette langue est resserrée entre les eaux de la baie et
celles de la mer sauvage. À l'endroit où son élargissement marque
l'entrée de la presqu'île, s'élève le fort Penthièvre, bâti sur des
rochers escarpés que les flots recouvrent à la marée montante; il
défend la presqu'île du côté de la terre et du côté de la mer. Du côté
de la terre, il en est, en quelque sorte, la clef, ses canons dominant
la Falaise, et, du côté du large, ils peuvent tenir à distance une
flotte ennemie.

Ayant compris l'importance stratégique de ce poste, d'Hervilly avait
résolu de s'en emparer et de se rendre maître de la presqu'île. Elle
lui offrait un abri sûr pour son armée, si celle-ci était obligée de
se replier, un dépôt pour les immenses approvisionnements amenés
d'Angleterre, la possibilité de rester en communication avec les
escadres anglaises, de se ravitailler, par conséquent, et au besoin de
se rembarquer.

Cette fois, Puisaye fut d'accord avec lui. Le 30 juin, à leur demande,
l'escadre anglaise opéra une reconnaissance. Elle se rapprocha de la
côte et envoya sur le fort une centaine de boulets. C'est à peine s'il
répondit. On en conclut qu'il était sans défense et on décida de
l'attaquer par terre, ce qui fut fait dans la nuit du 2 au 3 juillet.
La garnison se composait de quatre cent cinquante hommes. Bloquée
depuis plusieurs jours dans la presqu'île, elle était dépourvue de
vivres et de munitions. À la première sommation, le commandant se
déclara prêt à capituler. Sans qu'un coup de fusil eût été tiré, il
convint avec d'Hervilly des termes d'une convention. Elle assurait à
la garnison les honneurs de la guerre, ainsi qu'une libre retraite
après avoir déposé les armes au pied du glacis.

Pendant qu'on discutait, d'autres troupes amenées par Puisaye
arrivèrent en vue de tenter l'assaut. D'Hervilly sortit pour arrêter
ce mouvement et annonça à Puisaye ce qui venait d'être décide. Puisaye
protesta. Il allégua que les soldats républicains étaient sujets du
roi, que des sujets ne traitent pas avec leur souverain et que la
garnison devait se rendre à discrétion. D'Hervilly se laissa
convaincre. Il revint auprès du commandant; il lui notifia qu'elle
serait passée au fil de l'épée si elle persistait à réclamer les
honneurs de la guerre. Le commandant renonça à toute résistance et se
rendit sans conditions.

Les deux généraux, renouvelant et aggravant l'imprudence qu'on avait
déjà commise en Angleterre en recrutant des soldats parmi les
prisonniers français détenus sur les pontons, proposèrent à la
garnison de s'enrôler parmi les troupes royalistes. Elle accepta en
partie, et apporta dans les régiments où elle fui incorporée de
nouveaux éléments de trahison. Quant aux hommes qui refusèrent,
officiers pour la plupart, ils furent expédiés en Angleterre. Puisaye,
en les faisant partir, oublia qu'ils étaient Français comme lui et
écrivit à Windham en l'invitant «à les traiter, dans les prisons,
comme des scélérats dont les excès avaient prononcé l'arrêt». Windham
eut le bon goût de ne pas tenir compte de la recommandation, et, plus
tard, ces officiers reconnurent que, contrairement à ce qui se passait
pour la plupart de leurs compatriotes, les Anglais les avaient traités
«comme des prisonniers sur parole et avec assez d'humanité».

On a vu quels avantages d'Hervilly comptait tirer de la prise du fort
Penthièvre. Mais ils ne pouvaient être effectifs qu'autant qu'il
conserverait ses communications avec le dehors et ne se laisserait pas
cerner dans la presqu'île. À la vérité, si la porte lui en était
fermée, il garderait ses communications avec la flotte anglaise. Mais,
pour que le secours qu'en ce cas il en pouvait attendre, fût efficace,
il fallait que les vents ou la marée permissent aux bâtiments de se
rapprocher de la côte, et, s'il y avait lieu de procéder à un
embarquement précipité, qu'ils fussent assez nombreux pour prendre à
leur bord, non seulement les troupes qu'ils avaient amenées
d'Angleterre, mais encore les légions de chouans, au total un effectif
de douze mille hommes environ, sans parler de la population du
littoral, vieillards, femmes, enfants, qui déjà venaient, avec leurs
charrettes et leur bétail, rejoindre l'armée royaliste par peur des
troupes républicaines et y jetaient le désordre et le désarroi.

Le péril qui résultait de ces éventualités n'échappait pas à
d'Hervilly. Il semble bien qu'il ait voulu le prévenir, puisque, dès
ce moment, il donna l'ordre à Vauban de s'établir de Carnac à
Sainte-Barbe, de manière à former une ligne de défense en avant de la
presqu'île. Mais c'était déjà trop tard. En apprenant l'occupation de
la presqu'île de Quiberon par les royalistes, Hoche avait résolu de
les y enfermer. Assuré d'y parvenir, il mandait à son chef
d'état-major: «Ils sont ainsi que des rats enfermés dans Quiberon,» et
il faisait dire au Comité de salut public «d'être tranquille sur les
suites du débarquement». La défaite de ces rebelles n'était plus
qu'une affaire de quelques jours.

En même temps, ses troupes, de toutes parts, marchaient vers la
presqu'île, délogeant les chouans de leurs positions, les obligeant à
se replier et chassant devant elles une masse de peuple affolé.
Vainement Vauban essayait de tenir tête à l'ennemi. D'Hervilly ne lui
envoyait aucun secours. Les chouans, exaspérés de n'être pas soutenus
par les troupes soldées, refusaient de se battre, jetaient leurs armes
et s'enfuyaient.

--Pourquoi et pour qui donc sont venus tant de secours de
l'Angleterre, si l'on ne veut pas s'en servir? s'écriait Cadoudal. Je
me reproche bien d'avoir été un des chefs qui ont protégé cette
descente, qui ne tend à rien moins qu'à faire écraser le parti par le
système destructeur que l'on a adopté.

Les plaintes de Cadoudal n'étaient que trop fondées. Les troupes
soldées n'avaient encore pris part à aucune action, si ce n'est à la
prise du fort Penthièvre, qui s'était faite sans combat. Les chouans
s'étonnaient et s'indignaient d'une immobilité qu'ils ne
s'expliquaient pas plus qu'ils ne s'expliquaient maintenant cette
retraite de toute l'armée. Rohu, qui était à Sainte-Barbe, raconte,
non sans amertume, que son colonel à la vue des républicains, lui
donna l'ordre, non d'aller en avant, mais de se tenir à
l'arrière-garde pour protéger les habitants qui, de plus de trente
paroisses, fuyaient devant les bleus. «La mer était basse et l'anse de
Plouharnel était encombrée de femmes portant ou traînant leurs
enfants, de charrettes chargées de tout ce qu'on avait eu le temps d'y
mettre en grains, en linge, d'hommes poussant leur bétail devant eux
et réclamant à grands cris notre secours pour les préserver de la
fureur des ennemis qui tiraient sur eux et avaient même déjà pris
plusieurs charrettes.»

Ainsi se réalisait pour le général Hoche l'espoir qu'il avait conçu en
voyant d'Hervilly s'emparer du fort Penthièvre. Émigrés, chouans,
populations fugitives, allaient se trouver prisonniers dans la
presqu'île. Les chouans y arrivèrent exaspérés et découragés.
D'Hervilly mit le comble à leur colère en essayant de refuser le
passage du fort à tout ce peuple où se trouvaient leurs femmes et
leurs enfants et qui s'était mis sous leur protection. Puisaye dut
user de son autorité pour obtenir que ces malheureux pussent se
réfugier dans la presqu'île, et qu'on leur distribuât des vivres. Mais
le ressentiment des chouans contre d'Hervilly en devint plus vif. Les
défiances qu'ils nourrissaient contre les troupes soldées s'accrurent
et s'envenimèrent.

Le 5 juillet, en visitant les postes chouans, Puisaye constata ces
dispositions. Ce n'était plus, il l'avoue dans ses Mémoires, comme aux
premiers jours, où lorsqu'on l'apercevait, on l'accueillait aux cris
de: Vive le roi! Partout on observa un morne silence. Inutilement, il
assura que la retraite des troupes soldées n'avait été qu'une feinte
pour attirer l'ennemi, il ne persuada personne. Les chouans, après
avoir salué les émigrés comme des libérateurs, les accusaient d'avoir
fait manquer l'expédition et appelaient sur eux la vengeance du ciel.
Le fougueux Georges Cadoudal n'apportait aucune retenue dans
l'expression de sa colère et regrettait «que ces monstres n'eussent
pas été engloutis dans la mer, avant d'arriver à Quiberon».


III

L'AFFAIRE DE SAINTE-BARBE

Après avoir poursuivi les chouans jusqu'au delà de Sainte-Barbe, Hoche
s'arrêta et s'établit sur les positions d'où il venait de les chasser.
En allant plus loin, il se fût exposé aux feux du fort Penthièvre et à
ceux des canonnières anglaises embossées non loin du rivage. Il lui
suffisait, pour le moment, d'avoir jeté l'armée royaliste dans la
presqu'île. Il fallait maintenant l'empêcher d'en sortir. Dans ce but,
il fit dresser en avant de son camp, adossé au village de
Sainte-Barbe, une ligne de défense longue d'environ quatorze cents
mètres. Du fort Penthièvre, les émigrés purent voir, durant huit
jours, à l'extrémité de la Falaise et sur la dune sablonneuse, les
soldats républicains travailler à ces retranchements qui bientôt se
hérissèrent de canons. Quand ils furent achevés, la presqu'île se
trouva fermée; à moins de se rendre maître de ces redoutes, ceux
qu'elle contenait ne pouvaient plus en sortir que du côté de la mer.
C'est là ce que Hoche avait voulu. Couvert par ces fortifications
improvisées et fortement gardé sur ses derrières, il pouvait à loisir
combiner ses opérations contre le fort Penthièvre, à l'abri des feux
de l'escadre anglaise, et attendre au besoin que les royalistes
eussent épuisé leurs subsistances et leurs munitions.

Cependant d'Hervilly et Puisaye ne semblent pas s'être alarmés du
péril qu'ils couraient. Un second convoi récemment parti d'Angleterre
était attendu. Il devait apporter des munitions, des vivres et la
division de Sombreuil. Avec ces secours, on serait en mesure
d'attaquer efficacement l'armée républicaine. Mais, en attendant, il y
avait quotidiennement trente mille bouches à nourrir, et tout, dans la
presqu'île, commençait à manquer, voire du foin pour le petit nombre
de chevaux qu'on avait pu réunir. Il parut nécessaire de rétablir par
terre, et sans retard, la communication avec le dehors, ce qui ne se
pouvait que si l'on reprenait position en avant de la presqu'île. Une
tentative eut lieu à cet effet dans la nuit du 6 au 7 juillet. Mais,
en dépit d'héroïques efforts, elle échoua par défaut d'unité dans le
commandement, s'il faut en croire la relation de deux officiers
royalistes qui y avaient pris part: Contades et Vauban. D'après le
premier, l'échec eut encore une autre cause. Les recrues venues
d'Angleterre et celles qu'on avait faites dans la garnison du fort
Penthièvre en s'en emparant prirent la fuite et entraînèrent le reste
de l'armée, malgré les efforts des officiers dont plusieurs furent
blessés. «Nous fûmes écrasés de boulets et d'obus,» dit Contades.

Cette défaite acheva de porter le découragement dans l'âme des
chouans. Cadoudal, furieux des fautes commises, menaça de partir coûte
que coûte avec ses hommes.

--Ils veulent sortir d'ici; je le veux comme eux, et nous en
sortirons.

Pour apaiser sa colère, Puisaye et d'Hervilly durent se rallier à un
plan d'offensive dont, semble-t-il, il était l'auteur. Ce plan
consistait à se débarrasser de trois mille hommes, pères de famille,
pressés de retourner chez eux, et considérés comme des bouches
inutiles. Sous les ordres de deux chefs, Lantivy et Jean Jan, ils
seraient transportés au bas de la rivière de Pont-Aven, d'où ils
pourraient rentrer dans leurs villages. Avant eux partiraient les
chouans de Georges, ceux de Mercier la Vendée, ceux de d'Allègre
conduits par leurs chefs, et une compagnie de Loyal-Émigrants. Cet
effectif de trois mille cinq cents hommes, sous le commandement
supérieur de Tinténiac, irait débarquer à la côte de Sarzeau, d'où il
se dirigerait vers Saint-Brieuc, pour y recevoir un convoi d'émigrés,
envoyé de Jersey et de Guernesey. Grossi de ces arrivants, il
reviendrait sur ses pas en ramassant au passage ce qui restait de
royalistes en armes dans le département des Côtes-du-Nord. Georges
espérait former ainsi un corps de vingt mille combattants qui
tomberait sur l'armée républicaine, tandis que celle de Quiberon
attaquerait les retranchements de Sainte-Barbe. D'après Georges, un
mois devait suffire pour l'exécution de ce plan. Il fut adopté, et les
chouans désignés pour quitter la presqu'île furent embarqués le 10
juillet.

Puisaye prétend dans ses Mémoires que le projet n'était pas tel qu'il
vient d'être exposé d'après les dires de l'abbé Guillemin, secrétaire
de Georges. À en croire Puisaye, ce n'est pas au bout d'un mois que
Tinténiac devait revenir, mais au bout de quatre jours; il devait
battre le pays, soulever les royalistes et se jeter le 16 sur les
derrières de l'armée de Hoche, qu'à cette date d'Hervilly voulait
attaquer de front. Mais Vauban, qui généralement est plutôt favorable
à Puisaye, lui donne un démenti sur ce point. Il raconte que Tinténiac
reçut l'ordre de faire la guerre en Bretagne, de s'attacher
particulièrement à incommoder l'ennemi, et de faire l'impossible pour
«opérer quelque diversion utile», tâche laborieuse qui exigeait
évidemment plus de quatre jours.

Quoi qu'il en soit, Tinténiac une fois parti ne revint pas. Débarqué à
Sarzeau, il conduisit ses troupes au château de Callac où elles
passèrent la nuit et la journée du lendemain. C'est là qu'un émissaire
royaliste lui apporta une lettre des agents royalistes de Paris, tous
hostiles au comte d'Artois et à Puisaye. Redoutant qu'avec les
Anglais, ceux-ci ne se rendissent «maîtres de la Révolution», ils
s'efforçaient de faire échouer l'expédition de Quiberon, allant
jusqu'à user de leur pouvoir sur les royalistes de l'Ille-et-Vilaine
pour les empêcher d'y prendre part.

La lettre que reçut Tinténiac, le 11 juillet, reflétait-elle ces
sentiments et ne fit-il que céder aux exhortations des ennemis de
Puisaye? Les ordres qu'il avait reçus manquaient-ils de clarté?
Prit-il sur lui de ne s'y pas conformer? Ses chouans refusèrent-ils de
revenir à Quiberon? Autant de questions auxquelles il est impossible
de répondre, tant sont contradictoires les diverses versions de ces
incidents. Ce qui est hors de doute, c'est que Tinténiac tourna le
clos à Quiberon, marcha vers les Côtes-du-Nord, en livrant, durant six
jours, des combats heureux, et se fit tuer, le 17 juillet, dans une de
ces rencontres. Sa mort fut le signal de la dispersion de sa troupe.
Les hommes rentrèrent chez eux, à l'exception de ceux de Jean Jan,
résolus, dit Vauban, à ne plus s'enrôler dans une armée «où l'on
mourait de faim».

La veille de ce jour, les royalistes avaient attaqué les
retranchements de Sainte-Barbe et subi une défaite sanglante. Depuis
une semaine, d'Hervilly était résolu à cette attaque et la préparait.
Autour de lui tout le monde y était hostile. On alléguait qu'elle ne
pouvait réussir, en raison de la supériorité numérique de l'ennemi, et
de la force de son artillerie. Puisaye, dans un passage du manuscrit
de ses Mémoires, qui ne se retrouve pas dans leur texte imprimé,
affirme qu'il considéra l'entreprise comme insensée. Son aide de camp,
le marquis de la Jaille, à qui l'on doit un récit de l'événement, fait
la même déclaration. L'avis qu'elle exprime était aussi celui de
l'amiral Warren et de tout ce qui avait voix dans l'état-major de
l'armée. Il fallait au moins attendre la division de Sombreuil, qu'on
savait en route depuis plusieurs jours. Mais impatient de briser le
cercle de fer dans lequel il s'était laissé enfermer, d'Hervilly ne
voulut rien entendre.

--Il faut en finir, répétait-il. On pourra y perdre mille hommes, mais
ce sacrifice est nécessaire.

Sa volonté eut raison de toutes les résistances. Dans la journée du 14
juillet, l'attaque fut décidée pour le surlendemain 16. Il fut convenu
que, dans la soirée du 15, Vauban, à la tête de douze cents chouans et
de deux cents marins anglais, serait transporté au-dessus de Carnac,
et longeant la côte, irait surprendre avant le jour les postes
républicains. Mais le 15, vers cinq heures de l'après-midi, l'escadre
anglaise qui amenait la division Sombreuil jeta l'ancre à la pointe de
la presqu'île, dans la baie de la Pierre-Percée, près de
Port-Halliguen. Il semblait au moins nécessaire d'attendre pour aller
en avant que ces troupes fussent débarquées. D'Hervilly s'y refusa. Il
parlait dédaigneusement des redoutes républicaines, et se faisait fort
de les enlever rien qu'à la tête de son régiment.

Sombreuil demanda vainement qu'on retardât de vingt-quatre heures
l'expédition, ce qui permettrait à ses soldais d'y participer. Il
proposa même de les joindre aux chouans que Vauban devait conduire à
Carnac. Il ne put rien obtenir de d'Hervilly. Sa division resta les
bras croisés dans son cantonnement, au village de Saint-Julien,
durant cette journée du lendemain qui fut fatale aux royalistes.
Cependant, Puisaye aurait pu opposer victorieusement sa volonté à
celle de d'Hervilly. Sombreuil venait de lui apporter, en réponse à
ses réclamations, un brevet de lieutenant général au service de
l'Angleterre, et qui mettait toute l'armée et d'Hervilly lui-même sous
ses ordres. Mais il ne fit pas usage de cette pièce; il ne la montra
même pas, comme s'il eût redouté les responsabilités du commandement
suprême après l'avoir sollicité, et finalement, au mépris de sa
conviction, il se fit le docile auxiliaire de d'Hervilly dans tout ce
qui allait suivre.

À neuf heures, Vauban, ainsi que cela était convenu, rejoignit sur la
plage les troupes qu'il avait ordre de conduire à Carnac. Il devait
trouver là des bateaux. Mais l'officier chargé par d'Hervilly de les
commander avait oublié de le faire. Ils n'arrivèrent que plus tard, en
nombre insuffisant, et on ne put embarquer que huit cents hommes. Le
départ n'eut lieu qu'à minuit. L'amiral Warren, qui avait voulu
accompagner Vauban, le prit dans son canot et on vogua vers Carnac. Il
faisait jour quand on y arriva. Pour comble de malheur, la côte était
gardée par quinze cents à dix-huit cents soldats qu'appuyaient des
canons. Vauban néanmoins débarqua; mais, bien vite, il fallut
repartir, et il eut la douleur de voir ses chouans convaincus, comme
lui d'ailleurs et comme Warren, qu'il n'y avait rien à faire, tremper
leurs fusils dans la mer pour n'être pas obligés de s'en servir. En
mettant pied à terre, il avait fait tirer une fusée afin d'avertir
l'armée royaliste que son débarquement était opéré. Obligé de fuir, il
en fit tirer une seconde, ainsi que c'était convenu en cas d'échec.
Mais elle ne fut pas aperçue dans la lumière du jour, et l'armée
royaliste, qui s'était mise en marche à une heure du matin, continua à
avancer croyant au succès de ce coup de main. Elle se composait de
cinq régiments de troupes de ligne et de seize cents chouans et
formait un total de plus de quatre mille hommes. On avait amené seize
pièces d'artillerie. D'Hervilly commandait. Puisaye suivait, mais en
volontaire, «sans donner d'ordres et sans qu'on lui en demandât».

Derrière leurs retranchements, les républicains se tenaient sur leurs
gardes, deux transfuges du camp royaliste étant venus les avertir
qu'on se préparait à les attaquer. Hoche était à Vannes ce jour-là.
Mais, en son absence, le général Lemoine avait pris ses dispositions
pour repousser les royalistes et les écraser sous le feu de ses
batteries, ce qui n'était que trop facile alors qu'ils avançaient à
découvert de tous côtés, la plage ne leur offrant aucun abri. Le
général Humbert était aux avant-postes républicains. Aux premiers
coups de fusil, il se replia, conformément aux instructions qu'il
avait reçues. Les royalistes qui marchaient en avant crurent qu'il
fuyait. Ils s'élancèrent sur ses pas, suivis de près par le gros de
l'armée qu'excitaient d'Hervilly et Puisaye. Brusquement, un escadron
de cavalerie démasqua deux batteries placées sur les retranchements,
et les assaillants furent foudroyés par des décharges précipitées qui,
en quelques instants, les eurent décimés.

Dans ce désastre, les émigrés déployèrent le plus rare courage, et se
montrèrent dignes de l'antique valeur française. Mais leur
intrépidité, si grande qu'elle fût, ne pouvait conjurer les
conséquences de l'incapacité de leurs généraux, qui les avaient
envoyés à la mort. La déroute commença au milieu d'une confusion et
d'un désordre tels, que tandis qu'on sonnait la retraite d'un côté, de
l'autre on sonnait la charge. Les républicains s'étaient précipités
sur les fuyards, tuant tout ce qui résistait. Le seul régiment de la
Marine, qui comptait soixante-douze officiers, en perdit
cinquante-trois. Le malheureux d'Hervilly fut mortellement atteint. On
dut l'emporter du champ de bataille, et son trépas suivit de près la
folle équipée dans laquelle il s'était aventuré en y jetant l'armée
royaliste avec lui. Quant à Puisaye et à ce qui restait debout
d'officiers, après avoir à plusieurs reprises héroïquement tenté de
ramener leurs troupes au combat, ils furent entraînés jusque dans la
presqu'île, où les républicains seraient entrés ce jour-là, sans le
secours inattendu qu'apportèrent aux royalistes Vauban et Warren. Ils
revenaient de Carnac. Vauban se joignit, avec ses chouans, au colonel
d'artillerie de Rotalier qui couvrait la retraite; Warren amena des
canonniers à portée du rivage, et ouvrit le feu contre les
républicains dont ce double mouvement arrêta la poursuite. Le désastre
n'en restait pas moins effroyable. Il coûtait à l'armée royaliste
l'élite de ses officiers, près de six cents hommes tués ou blessés,
cinq canons et la presque totalité des munitions. En outre, il
resserrait le cercle de fer autour de Quiberon.

Une lettre écrite de Londres, à la date du 28 juillet, et adressée au
camp de Condé, sur les bords du Rhin, nous donne de cette funeste
journée du 16 une version inédite, qui révèle en quels termes on en
racontait en Angleterre les péripéties:

«Le général Hoche avant augmenté ses forces a serré de plus en plus
les royalistes, ce qui a probablement décidé M. de Puisaye à se
renfermer dans la presqu'île de Quiberon, dont la gorge est défendue
par le fort Penthièvre. Ce fort a capitulé, on y a fait six cents
hommes prisonniers. Cette position était assez forte, puisque l'on ne
peut y arriver que par une gorge dont la défense était facile, parce
qu'outre le fort Penthièvre, on avait fait embosser des frégates à
droite et à gauche, dont le feu se croisait en avant du fort et
balayait absolument la côte. Mais, si cette position donnait de la
tranquillité aux troupes renfermées dans la presqu'île, elle avait de
grands inconvénients: elle manquait d'eau et de bois; aucun fourrage
pour le peu de chevaux que les royalistes avaient emmenés d'Angleterre
ou s'étaient procurés sur les côtes de Bretagne avant d'être
resserrés. Il est probable que ces inconvénients ont décidé M. de
Puisaye à sortir et à attaquer le corps du général Hoche.

«Il a, en conséquence de cette détermination, fait partir le 15 au
soir, par mer, un corps de trois mille hommes, aux ordres de M. de
Vauban, pour débarquer pendant la nuit au delà de la droite de Hoche,
avec ordre de marcher de suite, et d'attaquer le flanc droit au point
du jour. Un autre détachement, aux ordres du chevalier de Tinténiac,
est aussi parti par mer pour aller tourner la gauche. Mais il paraît
qu'ayant beaucoup plus de chemin a faire, il ne pouvait pas être en
mesure d'attaquer le 16 au matin, et que sa destination était de
harceler l'ennemi dans sa retraite si l'attaque avait eu le succès
qu'on s'en promettait.

«D'après ces dispositions, M. de Puisaye a marché en avant la nuit, M.
d'Hervilly commandant l'avant-garde, et ils sont arrivés au point du
jour à portée de deux redoutes qui étaient sur le front de l'armée
ennemie. M. de Puisaye a ordonné de les attaquer tout de suite;
l'attaque a été faite avec le plus grand courage, et les redoutes
emportées avec assez de facilité. Cette défense médiocre de la part
des troupes qui, les jours précédents, s'étaient battues avec
acharnement, aurait dû inspirer quelque défiance; il semble qu'il eût
convenu au moins d'attendre que l'attaque de M. de Vauban commençât.

«Malheureusement l'ardeur ordinaire des Français après un premier
succès a prévalu, et, comptant la victoire assurée, on a marché en
avant. Le général Hoche avait fait masquer une batterie de toute sa
grosse artillerie chargée à mitraille; elle n'a été démasquée qu'au
moment que les royalistes étaient très prés. L'effet en a été
prodigieux; il a fallu nécessairement faire une retraite assez
précipitée, et qui, peut-être, aurait eu encore des suites plus
funestes, sans le feu des bâtiments anglais, qui ont protégé la
retraite dans la presqu'île et ont forcé les républicains à la
retraite.

«Cette malheureuse journée nous a beaucoup coûté. On a tenu ici la
perte très secrète; mais il est arrivé des lettres, et par ce que j'ai
pu rassembler, il y a eu plus de cent officiers ou gentilshommes
volontaires tués ou blessés. De ces derniers est M. d'Hervilly, qui a
eu un biscayen dans le ventre; mais on espère le sauver. La perte des
soldats est de cinq cents à six cents hommes. Il eût été nécessaire
d'avoir un succès bien marquant pour encourager tous les bons paysans
bretons qui n'avaient jamais sorti de leurs villages. J'ai vu une
lettre d'une personne fort raisonnable qui craint l'effet de ce
premier échec[63].»

         [Note 63: Archives de Chantilly.]

En même temps que ce compte rendu parvenait au prince de Condé, il
recevait une lettre du duc d'Harcourt, où l'affaire de Sainte-Barbe
était présentée sous un jour moins inquiétant que dans la précédente:
«Le corps débarqué, aux ordres de M. de Puisaye et de M. d'Hervilly,
s'est rendu maître du fort de Penthièvre qui ferme la presqu'île, sans
résistance; il a été mis en état de défense, et l'on a escarmouché en
avant dans l'objet sans doute d'ameuter les troupes. On a repoussé
plusieurs attaques des ennemis, et le 15, il y a eu une affaire assez
vive pour coûter quatre cents hommes tués ou blessés, parce que l'on a
voulu attaquer des retranchements, que l'on s'est trop engagé et
qu'une batterie démasquée a obligé de se retirer. M. d'Hervilly y a
été blessé ainsi que plusieurs officiers; on assure qu'il n'est pas en
danger.»

Pour une petite part de vérité, il y avait dans ces propos une grande
part d'illusions. Et ce n'étaient pas les seules, puisqu'au moment où
les royalistes venaient de subir à Quiberon un échec propre à
décourager pour longtemps de nouveaux efforts, d'Harcourt ajoutait:
«La disposition du pays est telle que l'on le peut désirer, et d'après
les rapports faits au gouvernement, le 18, on comptait quatre-vingt
mille hommes sous les armes, et le mouvement devenait général en
Bretagne. Un corps de cinq mille républicains, qui marchait sur
Nantes, a été obligé de se replier pour faire tête aux chouans, et on
espérait que M. Charette s'approcherait de Nantes après avoir passé la
Loire.»

On remarquera que, dans ces lettres, il n'est fait aucune allusion aux
responsabilités encourues par d'Hervilly, non plus qu'à la part qu'il
avait eue dans la défaite. C'est qu'on croyait à Londres qu'il était
aux ordres de Puisaye, et que celui-ci avait exercé seul le
commandement, tandis qu'ainsi qu'on l'a vu, il s'était résigné à
laisser faire. On croyait aussi que Hoche avait été présent à
l'affaire de Sainte-Barbe, et nous savons qu'obligé de se rendre à
Vannes ce jour-là, il s'était fait remplacer par le général Lemoine.
Enfin, ce qu'à Londres on ignorait encore et ce que cette lettre ne
révèle pas, c'est que les républicains avaient déshonoré leur victoire
par des actes abominables. «Il y avait quelque blécé que nos soldats
ont achevé,» mandait le même jour un de leurs officiers, le capitaine
Trutal, au chef de brigade Guiote. Il ne disait pas assez. On avait
inhumainement massacré ces blessés, au mépris des lois de la guerre.
Leurs assassins étaient sans doute les mêmes sinistres personnages
auxquels, quelques jours avant, Hoche faisait allusion lorsqu'il
écrivait:

«J'ai l'âme déchirée des horreurs qui se sont commises dans les
campagnes: il n'est sorte de crimes que n'aient commis les soldats de
l'armée. Le viol, l'assassinat, le pillage, rien n'a été excepté ...
Les lois sont impuissantes, et le malheureux général est obligé d'en
faire justice le sabre à la main ... Je ne connais pas de métier plus
horrible que de commander à des scélérats qui se repaissent de tous
les crimes.»

Ces «scélérats», dans l'affaire de Sainte-Barbe, ne respectèrent même
pas les cadavres de leurs propres chefs. Parmi ceux qui avaient péri,
se trouvait l'adjudant-général Vernol-Dejeu. On lit dans un ordre du
jour signé Hoche, en date du 29 messidor (17 juillet):

«Si quelque chose pouvait ternir la victoire qu'a remportée l'armée
républicaine, ce serait l'avidité que mettent certains individus à
dépouiller les hommes restés sur le champ de bataille; le malheureux
adjudant Dejeu, l'ami du général en chef, a été dépouillé hier avec
autant d'activité qu'on en a mis à arracher aux ennemis leurs derniers
vêtements. Le général prie les personnes qui auraient des effets au
général Dejeu de les lui remettre: il payera ce qu'on lui demandera.»

       *       *       *       *       *

Au moment où se préparait, dans une action tragique, le dénouement du
drame de Quiberon, le comte d'Artois faisait voile vers l'Angleterre.
Le cabinet britannique s'était enfin décidé à l'appeler pour le
transporter en Bretagne avec l'expédition de lord Moira. Elle était
prête à prendre la mer. L'amiral Pringle venait de partir sur le
vaisseau l'_Asia_, pour aller chercher le prince à Cuxhaven, près de
Hambourg[64]. On l'attendait à Portsmouth à la fin de juillet ou au
commencement d'août, et c'est bien en effet le 7 août qu'il y arriva,
mais ce fut pour y apprendre en même temps que la douloureuse affaire
de Sainte-Barbe qu'il ignorait encore, l'écrasement final de l'armée
royaliste à Quiberon, dans la journée du 22 juillet.

         [Note 64: Archives de Chantilly.]


IV

LE DÉSASTRE

Rejetés dans leur souricière, les émigrés s'y retrouvèrent aux prises
avec les difficultés redoutables qui les avaient poussés à tenter d'en
sortir et avec de nouveaux périls. Sans doute, ils y étaient à l'abri
d'une attaque de l'armée républicaine, du moins ils le croyaient. Les
feux du fort Penthièvre et ceux des ouvrages de défense qu'ils avaient
élevés en avant de la presqu'île, les protégeaient en empêchant
l'ennemi d'approcher. D'autre part, les canonnières anglaises auraient
tiré sur les républicains, si ceux-ci s'étaient avisés de marcher
contre le fort; elles les auraient foudroyés dans leur marche sur la
Falaise, comme les canons de Sainte-Barbe y avaient foudroyé les
royalistes. Mais combien d'inconvénients compromettaient ces
avantages! À l'abri d'une attaque, oui; et Hoche le savait si bien
qu'il se demandait comment il s'y prendrait pour en finir avec cette
poignée de rebelles après les avoir réduits à l'impuissance; mais
condamnés en même temps à l'inaction, tel était le sort des vaincus,
que menaçaient en outre dans leur camp retranché la faim, la trahison
et les désertions qui se multipliaient. Chaque jour, des soldats
s'évadaient pour aller rejoindre l'armée républicaine, et laissaient
des vides dans les régiments déjà désorganisés par la perte des
officiers tués à l'affaire du 16. D'autre part, la presqu'île
demeurait emplie de vieillards, de femmes et d'enfants qui s'y étaient
réfugiés, qu'il fallait nourrir et dont les plaintes bruyantes, échos
de celles des chouans, ajoutaient à la confusion générale.

Puisaye, à qui la blessure de d'Hervilly avait permis de s'emparer du
commandement, ne possédait pas les capacités nécessaires pour parer à
ces dangers. Il ne savait qu'écrire en Angleterre; il se plaignait des
émigrés, demandait des troupes anglaises, des munitions et des
vivres, subordonnant ses décisions à l'arrivée de ces renforts,
affectant une sérénité singulière, déclinant toute responsabilité dans
ce qui s'était passé, et ne manifestant son autorité que par des
mesures sans portée ou même sans prudence, comme lorsqu'il confiait la
défense du fort Penthièvre à d'anciens soldats républicains.
D'ailleurs, on le détestait, et c'est à grand'peine qu'il se faisait
obéir. Il n'est donc pas étonnant que le découragement et la peur
régnassent autour de lui, et que quelques-uns de ses officiers, tel
Contades, eussent eu la pensée d'engager avec les chefs de l'armée
républicaine des pourparlers susceptibles d'amener la paix. Ces
tentatives de négociations, qu'elles aient été le résultat du hasard
ou volontairement provoquées, ne sont pas niables. Mais on ne peut que
les mentionner, tant sont contradictoires les récits qui les relatent.
D'ailleurs, elles demeurèrent sans effet. Le bruit s'en étant répandu,
elles n'eurent d'autre résultat que de faire croire au gros de l'armée
royaliste que la situation était désespérée puisqu'on songeait à
traiter avec l'ennemi.

Hoche était tenu au courant de ce qui se passait dans le camp
royaliste par des déserteurs qui venaient à tout instant dans le sien
pour échapper aux risques auxquels ils étaient exposés dans la
presqu'île. Ils lui révélaient les misères des émigrés, leurs
privations, leurs rivalités, leurs querelles. Il voyait approcher le
moment où l'épuisement de leurs ressources les lui livrerait, à moins
que ce qui restait de leur armée et la population fugitive ne fussent
embarqués et transportés sur un autre point. C'est en ces
circonstances que trois sous-officiers du régiment de d'Hervilly,
enrôlés en Angleterre, se présentèrent à lui. Évadés du fort
Penthièvre en se glissant le long des rochers, ils venaient offrir de
le livrer aux républicains et de les y conduire par le chemin qu'ils
avaient pris pour en sortir. Ils y avaient laissé des complices qui le
leur ouvriraient. Hoche accepta et dressa ses plans en vue de cette
entreprise qui fut fixée au surlendemain 3 thermidor (21 juillet).
Elle a eu de si nombreux historiens qu'à vouloir en redire après eux
les détails, on s'exposerait à ne faire que les répéter, et qu'il faut
se borner à en décrire les traits principaux.

À minuit, trois colonnes républicaines se mettaient en marche en
longeant la mer. Soutenues par les forces qui les suivaient, elles
étaient commandées, la première par le général Humbert, la seconde par
l'adjudant-général Mesnage, la troisième par le général Valletaux.
Hoche, sur les derrières, surveillait l'exécution de ses ordres,
secondé par les généraux Lemoine et Botta. Le détachement que
commandait Mesnage ne se composait que de deux cents hommes. Mais
c'étaient des grenadiers d'élite. À leur tête, marchait l'un des
transfuges qui devait les introduire dans le fort tandis qu'Humbert
l'attaquerait de front, après l'avoir contourné par la plage que la
marée basse mettait à découvert.

La nuit était profonde, la tempête faisait rage. La mer soulevée
jetait les vagues sur les pieds des soldats qui n'avançaient qu'en
luttant contre la pluie et le vent, et le tonnerre grondait avec
force. Il semble que cette tempête aurait dû conseiller l'ajournement
de l'expédition. C'est elle au contraire qui avait décidé Hoche à agir
sans retard. Il espérait surprendre les royalistes. Ils ne
supposeraient pas qu'on songeât à les attaquer par un temps pareil,
et, d'autre part, les bruits de l'orage couvriraient ceux de l'armée
en marche. Ces prévisions étaient justes. Ni les sentinelles des
ouvrages avancés, ni les marins des canonnières anglaises espacées le
long de la côte n'entendirent rien. Leur quiétude ne fut pas plus
troublée, à l'approche du péril, que celle de Puisaye. Bien loin de le
prévoir, il était rentré à son quartier général, très éloigné du fort
Penthièvre, après avoir parcouru les postes, et s'était couché.
Cependant deux avertissements lui furent donnés l'un par Vauban,
l'autre par Sombreuil. Vauban considérait cette nuit de tempête comme
dangereuse et favorable à un coup de main. Il en fit la remarque à
Puisaye qui lui répondit en riant «qu'il n'était ni alarmé, ni
alarmiste». Vauban se le tint pour dit et rentra chez lui. Sombreuil
fut plus difficile à convaincre. Divination ou pressentiment de sa fin
prochaine, lui aussi redoutait une surprise des républicains. Il se
défiait des défenseurs du fort, et savait que, dans la journée,
plusieurs d'entre eux avaient déserté. Il insistait pour que la
garnison fût renforcée, pour qu'on réunît les troupes. Mais Puisaye se
refusa à donner des ordres en disant:

--En vérité, Sombreuil, si je ne vous connaissais, je croirais que
vous avez peur.

Irrité, Sombreuil se retira et rejoignit sa légion pour lui faire
prendre les armes et attendre l'ennemi. Quelques heures après, au
lever du jour, le canon se faisait entendre. Du fort Penthièvre, on
avait vu les républicains et on tirait sur eux ainsi que des
avant-postes et de la mer. La colonne d'Humbert qui s'avançait à
découvert sur la grève fut mitraillée par une chaloupe-canonnière; le
général Botta blessé. Les républicains prirent peur, se débandèrent,
et malgré les efforts de leurs généraux, de Hoche lui-même qui, dans
sa colère, coupa le cou à un fuyard, ils se dispersèrent éperdus. C'en
était fait, l'expédition échouait; il fallait battre en retraite et
l'ordre en fut donné. Soudain retentirent des acclamations; le drapeau
tricolore venait d'être arboré sur le fort Penthièvre. Guidés par les
traîtres et aidés par les complices de ceux-ci, les grenadiers de
Mesnage s'y étaient introduits en grimpant, pour y parvenir, de rocher
en rocher. Ils avaient tué les canonniers sur leurs pièces, massacré
dans le fort tout ce qui leur résistait. Les soldats recrutés sur les
pontons anglais s'étaient unis à eux, les acclamaient, se tournaient
contre leurs officiers. Le lieutenant-colonel du régiment d'Hervilly
périt de la main de ceux qu'il conduisait à la défense du fort.

Rien, dès lors, ne s'oppose plus à la marche victorieuse des
républicains. Ils avancent vers l'extrémité de la presqu'île en
chassant devant eux les chouans qu'on voit jeter leurs fusils et
quitter leur uniforme. Tout un peuple affolé, à qui la terreur arrache
des cris effroyables, détale dans un désordre tragique. Les officiers
des troupes soldées, réveillés en sursaut, ont rassemblé en hâte leurs
compagnies pour arrêter les républicains. Mais ils ne peuvent plus se
faire obéir de leurs soldats. Au cri que ne cessent de répéter les
républicains: «À nous, les patriotes!» les volontaires royalistes
répondent, pour la plupart, en levant la crosse en l'air ou en tirant
sur quiconque veut les empêcher de passer à l'ennemi. Les régiments de
d'Hervilly et de du Dresnay se rangent ainsi presque entièrement de
son côté au fur et à mesure que leurs détachements qu'on amène
au-devant de lui pour le combattre, le rencontrent sur les chemins
par où il passe dans sa marche vers Port-Halliguen et le fort
Saint-Pierre, qui forment l'extrémité de la presqu'île.

Pendant ce temps, Puisaye, arraché enfin à sa confiance et tiré de sa
torpeur, est monté à cheval. Va-t-il se mettre à la tête de tout ce
qui reste d'émigrés et de soldats fidèles, appeler à lui la légion de
Sombreuil qui, demeurée inactive jusque-là, est intacte, et racheter
ses imprudences et ses fautes en organisant une résistance suprême,
dût-il y périr? On pourrait le croire à le voir traverser la
presqu'île d'un galop éperdu; mais le croire, ce serait se tromper. Il
sait que la défense est devenue impossible; que ses troupes,
travaillées par l'élément républicain qu'il y a follement introduit,
ne sont pas sûres; que les munitions touchent à leur fin et que le
courage des émigrés prêts à vendre chèrement leur vie sera stérile. Ce
n'est pas pour les rejoindre et pour mourir avec eux qu'il court
ainsi. C'est, à en croire ses propos ultérieurs, pour aller presser
l'amiral Warren d'envoyer au rivage des chaloupes de secours et pour
sauver sa correspondance et les secrets qu'elle contient; mais c'est
aussi pour se dérober à la catastrophe maintenant inévitable. Il se
dirige vers la mer. Sur sa route, il rencontre Sombreuil dont les
prédictions ne se sont que trop réalisées et qui accourt pour prendre
ses ordres, à travers les fuyards que poussent devant eux les
républicains. Il lui montre sur les hauteurs de Saint-Julien un moulin
abandonné.

--Occupez ce moulin avec tout ce que vous pourrez réunir de monde, lui
dit-il; je vais vous y rejoindre.

Il passe et ne s'arrête qu'à Port-Halliguen. De là, un canot l'emporte
avec ses aides de camp vers le vaisseau amiral, la _Pomone_, où tout à
l'heure arrivera à son tour d'Hervilly, qu'on a dû, pour qu'il ne
tombe pas aux mains de l'ennemi, arracher à la couche sur laquelle il
est resté cloué depuis le combat de Sainte-Barbe. À la demande de
Puisaye, l'amiral Warren fait mettre à la mer toutes ses embarcations.
Elles se dirigent vers Port-Halliguen à l'effet d'y recueillir les
fuyards, tandis qu'une corvette ouvre le feu pour contenir les
républicains. La nouvelle du départ de Puisaye vient trouver Sombreuil
au moulin qu'il a occupé. Il a autour de lui sa légion, les débris des
régiments soldés, une poignée de chouans commandés par Vauban, au
total plus de trois mille hommes.

--Nous sommes trahis, s'écrie-t-il. Le fort Penthièvre a été livré à
l'ennemi, allons le reprendre!

Il s'élance en avant et sa troupe le suit. Mais elle se heurte à des
bandes de chouans et de soldats désarmés, d'enfants et de femmes qui
poussent des cris déchirants et que Hoche, à la tête de sept cents
grenadiers, refoule impitoyablement vers le fond de la presqu'île.
Tout n'est que larmes, vociférations, gémissements, désespoir. Ce
spectacle jette la panique dans la petite armée de Sombreuil. Cette
panique redouble lorsque le bruit s'y répand que les régiments de
d'Hervilly et de du Dresnay ont massacré leurs officiers et passé à
l'ennemi. Des vides se font parmi ces derniers défenseurs d'une cause
perdue. De ceux qui l'abandonnent, les uns vont grossir le nombre des
fuyards; les autres se rendent aux grenadiers de Hoche qui ne cessent
de crier:

--À nous, les patriotes! Rendez-vous! Nous sommes tous Français; il ne
vous sera fait aucun mal!

Bientôt, Sombreuil n'a plus autour de lui que les émigrés et ce qui
survit encore du régiment de la Marine qui, seul dans ce désastre, a
fait jusqu'au bout son devoir. Mais ces héros n'ont pas de canons; une
batterie que Hoche a fait établir sur les hauteurs de Saint-Julien
démolit tour à tour les petits murs qui clôturent les champs, et
derrière lesquels, tout en battant en retraite, ils tirent leurs
derniers coups de fusil. Ils reculent d'abri en abri jusques à
Port-Halliguen, où ils sont arrêtés par l'Océan.

Là, le spectacle est terrifiant. Les fuyards, officiers, soldats,
paysans, se sont précipités à la mer pour rejoindre les chaloupes
anglaises à qui la violence des vagues n'a pas permis d'aborder. Mais
tous ne savent pas nager, et ils sont roulés par le flot qui
promptement les recouvre. À la surface des eaux, on voit émerger, par
centaines, les têtes de ceux qui sont encore debout, et flotter entre
elles d'innombrables corps inanimés, parmi lesquels beaucoup de femmes
et d'enfants, des armes, des chapeaux, des sacs, des gibernes. Les
barques sont prises d'assaut. Quand elles menacent de sombrer, ceux
qui y sont montés les premiers éloignent à coups d'aviron ceux qui
tentent d'y monter à leur tour. Ainsi se sauvent les plus forts et
périssent les plus faibles, et, tandis que les feux de l'escadre
anglaise protègent cet embarquement tragique, tandis qu'on voit des
malheureux se donner volontairement la mort en se précipitant du haut
des rochers ou en se jetant sur la pointe de leur épée, une immense
lamentation qui domine le bruit de la mer rend plus poignantes ces
scènes d'horreur.

Sombreuil comprend alors qu'il faut se rendre ou mourir. Mourir, il y
est prêt. Malgré les chances de bonheur que lui réserve l'avenir et
quoiqu'il n'ait que vingt-cinq ans, il a fait le sacrifice de sa vie.
Mais il n'a pas à songer qu'à lui seul; il y a ses compagnons, tous
ces braves gens, émigrés et soldats, qui lui sont restés fidèles et
dont il voudrait sauver les jours, fût-ce aux dépens des siens. Ils
sont encore à ses côtés, sur le rocher du Fort-Neuf, leur dernier
refuge, à peine protégés par un mur qui s'écroule sous les boulets et
déjà cernés par les grenadiers de Hoche. Émus de leur courage qu'ils
admirent, ceux-ci les pressent de se rendre, en leur criant qu'ils
seront traités comme des prisonniers de guerre. Partout dans la
presqu'île, les autres combattants se sont rendus. Tout est fini; il
n'y a plus qu'à les imiter. Sombreuil, résigné à capituler, demande à
conférer avec le général Hoche. Hoche accorde l'entrevue, mais il
exige qu'on fasse cesser le feu des Anglais. Un jeune émigré, Gesril
du Papeu, se dévoue pour aller à la nage prévenir l'amiral Warren
qu'il y a capitulation et qu'il ne doit plus tirer. En se jetant à
l'eau, il promet de revenir, sa mission accomplie, pour partager le
sort de ses compagnons, et, nouveau Régulus, il reviendra.

Ce que se sont dit le général républicain et le général royaliste dans
l'entretien qu'ils ont eu ensemble sur ce rocher qui surplombe
l'abîme, on peut le supposer, en pensant qu'ils sont du même âge,
jeunes tous deux, et qu'ils s'estiment réciproquement. Hoche voudrait
sauver Sombreuil, mais il n'est pas le maître et ne peut que l'engager
à se fier «à la loyauté française». Les conventionnels Tallien et Blot
arrivent sur ces entrefaites. En leur présence, Sombreuil rend à Hoche
son épée après en avoir baisé la lame.

Il ne convient pas de rouvrir ici la question maintes fois discutée de
savoir si le mot capitulation doit s'entendre en l'espèce comme une
reddition pure et simple ne comportant aucun engagement de la part des
républicains, ou comme une convention qui assurait aux vaincus,
Sombreuil excepté, le traitement des prisonniers de guerre,
c'est-à-dire la vie sauve. Hoche l'a toujours nié et les historiens de
son parti l'ont nié comme lui. Les historiens royalistes ont soutenu,
pour la plupart, le contraire. Mais les uns et les autres sont
d'accord pour reconnaître qu'il n'y eut pas de convention écrite et
faite de chef à chef. Y eut-il une convention verbale? Depuis un
siècle les uns l'ont affirmé et les autres l'ont contesté, en
s'appuyant sur des documents contradictoires[65]. Le seul trait à
retenir de ces controverses, c'est que, s'il y a eu convention et
confirmation autorisée de la promesse faite par les grenadiers de
Hoche, que les vaincus seraient traités comme des prisonniers de
guerre, cela n'a pas empêché Sombreuil de supplier ses officiers de
s'embarquer, et ceux-ci de s'efforcer de lui obéir ou même de ne pas
attendre qu'il les en pressât. Vauban, Chalus, Rotalier, d'autres
encore, se sont sauvés, les uns ne croyant pas à la capitulation, les
autres «préférant se confier à cette mer furieuse qu'aux
républicains».

         [Note 65: M. le docteur Thomas de Closmadeue a rendu à la
         science historique l'inappréciable service de rechercher dans
         les archives de Bretagne ceux qui y étaient ensevelis sous la
         poussière, et de les réunir, en les commentant, dans un
         volume de six cents pages in-8º, intitulé _Quiberon, Émigrés
         et Chouans_, lequel est à proprement parler une oeuvre de
         bénédictin. On trouve là les interrogatoires des rebelles
         devant les commissions militaires, revêtus de leur signature,
         les jugements de celles-ci et la comparaison raisonnée de ces
         documents décisifs avec les innombrables légendes qui ont eu
         cours durant un siècle. Ces légendes y sont ainsi noyées sous
         un flot de lumière. Les amateurs d'histoire pourront encore
         lire avec profit la relation du comte de Vauban, qui
         commandait un corps de chouans, celle de Rouget de l'Isle,
         qui servait de secrétaire à Tallien. De nos jours, feu le
         sénateur La Sicotière, dans sou beau livre sur _Frotté et les
         insurrections normandes_, et M. Chassin, dans une attachante
         étude sur Quiberon, ont apporté un très précieux contingent à
         la vérité. Voir aussi le récent ouvrage de l'abbé Robert.]

Il n'est pas moins vrai qu'en ces circonstances, la Convention eut le
tort de ne pas comprendre que la magnanimité dans la victoire eût
plus sûrement assuré la pacification que ne le firent les sentences de
mort prononcées par les commissions militaires, et qu'il eût été
politique de résister à l'indignation générale qu'avait excitée en
France cette expédition de Quiberon qui ouvrait la patrie aux Anglais.
Inhumaine jusqu'au bout de ses pouvoirs qui allaient expirer, elle se
montra impitoyable, non envers les chouans qui furent renvoyés chez
eux, mais envers les émigrés. Perdant une belle occasion de se montrer
clémente, elle leur appliqua les lois terribles qu'elle avait édictées
contre eux quand ils étaient redoutables et dont il eût été habile et
sage de leur épargner les rigueurs, maintenant qu'ils ne pouvaient
plus rien. Sombreuil, Mgr de Hercé et treize prêtres, les émigrés René
de la Landelle et Petit-Guyot, condamnés à mort par une commission
militaire, périrent les premiers à Vannes, le 28 juillet.
Condamnations et exécutions se poursuivirent jusqu'à la fin du mois
d'août, au nombre de sept cent cinquante et une.

Le 24 juillet, l'escadre anglaise s'était éloignée des côtes de
Bretagne, emportant, avec les débris de l'expédition, Puisaye sain et
sauf et d'Hervilly mourant, et laissant aux mains des vainqueurs les
immenses approvisionnements en armes, en munitions et en vivres
qu'elle avait débarqués. Elle fit relâche à l'île d'Houat. C'est de là
que, le 29, le lendemain même du jour où Sombreuil, avant de marcher
au supplice, l'avait, dans une lettre adressée à Warren, traité de
«lâche fourbe», Puisaye écrivait à Windham pour se justifier, et ne
craignait pas d'imputer aux malheureux émigrés qu'il avait abandonnés
après les avoir conduits à la mort, la responsabilité du désastre dont
d'Hervilly et lui étaient les véritables auteurs.

«Le plus grand nombre, mandait-il au ministre anglais, et surtout ceux
payés trop chèrement par vous n'ont pas apporté parmi nous l'esprit
qu'on aurait dû leur supposer après six années d'exil et de malheurs:
même légèreté, mêmes intrigues qu'autrefois, mais plus de perfidie ou
d'insouciance pour leur pays et pour la cause de leur roi, un égoïsme
affreux et un attachement à la paye qu'ils craignent de ne plus
recevoir.»

Il n'y avait que trop de vrai dans ces propos. Mais ce n'était pas le
moment de les tenir, et Puisaye moins que tout autre aurait dû les
tenir, car ce qu'il reprochait aux victimes de son incapacité et de
son imprévoyance, on aurait pu plus justement encore le lui reprocher
à lui-même. On le lui reprochait déjà. Calonne écrivait de
Southampton, le 30 juillet, au prince de Condé. À travers les
illusions dont témoigne sa lettre, et les fausses nouvelles qu'elle
contient, on voit poindre contre Puisaye une accusation formelle,
quoique conçue en termes mesurés. Puisaye ne s'en est jamais lavé, et
elle demeure implacablement attachée à sa mémoire:

«On est fort affecté ici, mais point rebuté des désastreuses nouvelles
venues de Bretagne il y a six jours. On regrette la perte des braves
gens qu'un défaut de vigilance, qui fait grand tort à la réputation de
M. de Puisaye, a livrés à la trahison et fait périr misérablement. On
regrette de n'avoir plus le point assuré des débarquements sur lequel
on comptait, et où de nouveaux renforts allaient être portés
successivement. On regrette de grandes provisions d'armes, munitions
et habillements qu'on y avait déposées, et qui sont tombées au pouvoir
de l'ennemi; on regrette enfin les effets espérés des premiers
avantages obtenus par ceux qui avaient été envoyés pour ouvrir la
route: mais on ne regarde pas ce malheur comme irréparable.

«L'impression qu'il peut faire sur l'opinion est peut-être le plus
grand mal; cependant on doit croire que, s'il produit un premier
moment de consternation, il n'ira pas jusqu'au découragement. Il reste
encore, de ce qui avait débarqué, le corps commandé par M. de
Tinténiac, qu'on croit avoir pénétré jusqu'à Vannes, et ce corps est
d'environ trois mille hommes, exposés, il est vrai, à être enveloppé
par l'armée victorieuse de Hoche. Du corps de sept mille cinq cents
hommes, que M. de Puisaye avait gardé pour se maintenir dans la baie
de Quiberon, où il se croyait inexpugnable, comme il me l'avait mandé
lui-même, il paraît par tous les rapports que cinq mille ont été tués
ou faits prisonniers, et qu'il s'en est sauvé deux mille cinq cents
environ. Ce qui est affreux, c'est la très grande quantité d'officiers
qui sont au nombre de ceux qui ont péri. Le baron de Damas a été
massacré par ses soldats ou s'est tué lui-même suivant quelques
lettres. Votre Altesse Sérénissime aura vu dans les nouvelles, qui
lui sont sûrement parvenues, combien M. de Sombreuil s'est distingué.

«Je ne prétends rien ajouter aux détails qu'on lui aura envoyés, si ce
n'est que je puis peut-être avec plus de certitude que bien d'autres
l'assurer qu'on n'a pas renoncé ici à l'exécution des premiers plans;
que l'on continue les préparatifs d'une expédition plus considérable,
qu'on n'est que plus persuadé de l'importante nécessité de redoubler
d'efforts et que lord Moira, avec qui j'ai causé hier, compte partir
dans huit ou neuf jours si, comme il y a lieu de le croire, M. le
comte d'Artois parti le 26 des environs de Hambourg sur le vaisseau
l'_Asia_, arrive incessamment à la rade Spithead, où il serait déjà si
les vents constamment contraires ne l'avaient retardé.

«Je suis venu dans les environs de Portsmouth pour le rencontrer et
dans l'espoir de lui parler quelques moments avant qu'il passe avec le
digne commandant des troupes anglaises, qui ne seront pas moindres de
quinze à seize mille hommes à ce qu'il paraît, pour se rendre où nos
espérances recommenceront et où nos voeux le suivront. Les
dispositions de la province où l'on se portera sont toujours très
bonnes.

«Charette et Stoflet ont, en se joignant, environ quarante mille
hommes et il y a lieu de croire qu'aux premiers succès, la pelotte
grossira. Je n'ai pas moins d'espoir et je ne fais pas moins de voeux,
pour les armes de Monseigneur. Je me flatte que je n'ai pas besoin de
le lui protester ni de lui recommander un fils qui a sûrement le plus
grand désir de mériter la protection de Son Altesse Sérénissime en lui
prouvant un zèle pareil à celui de son père, qui le prie d'agréer les
nouvelles et éternelles assurances de son profond respect et d'un
attachement sans bornes[66].»

         [Note 66: Archives de Chantilly.]

Les espérances que nourrissait Calonne ne devaient pas se réaliser.
Après le désastre de Quiberon, le gouvernement anglais renonça à la
seconde expédition dont le commandement avait été confié à lord Moira.
Les vingt mille combattants réunis à Southampton furent expédiés à
Saint-Domingue, sauf un corps de troupes anglaises et d'émigrés
français formant un effectif de trois mille hommes qui, sous les
ordres du général Doyle, devait aller débarquer sur les côtes de
France des armes, des munitions et de l'argent. Le comte d'Artois
resté à Portsmouth, en rade de Spithead, était averti qu'il ne pouvait
plus partir. Il protesta; il avait donné rendez-vous à Condé «au
centre du royaume», et il demandait instamment à être conduit en
France, où Charette l'appelait en lui recommandant de se garder de
débarquer à Quiberon, mais de venir le retrouver.

Le gouvernement anglais finit par céder aux sollicitations du prince.
Le 14 août, le duc d'Harcourt--c'est lui qui le mande au prince de
Condé--est inopinément appelé chez lord Grenville. Le ministre lui
annonce que l'on va faire partir le général Doyle avec quatre mille
hommes pour l'île d'Houat, «que l'on propose à Monsieur, qui
l'acceptera, une frégate pour y être porté, que l'on s'y concertera
sur les moyens de communiquer avec Charette, de se procurer un point
de débarquement, et de lui remettre Monsieur avec ce que l'on aura
d'émigrés, soutenus par les quatre mille Anglais, qui ainsi que les
cadres seront destinés à recevoir Monsieur s'il avait besoin de leur
appui pour le rembarquer, faire sa communication, lui fournir ses
besoins, et qu'un convoi pour Charette part en conséquence avec
argent, munitions, armes.»

L'expédition mit à la voile le 23 août. Mais les côtes étaient
activement surveillées par les républicains, et nulle part on ne put
aborder. Le 12 septembre, l'escadre anglaise, après avoir vainement
tenté de prendre terre sur le sol français, mouilla devant l'île
d'Houat et vint finalement atterrir à l'île d'Yeu, d'où le comte
d'Artois essaya de se mettre en rapport avec Charette et d'autres
chefs qui eux aussi l'appelaient. Sa présence à la tête des armées
royalistes était d'autant plus nécessaire que les rivalités des
généraux chouans entre eux paralysaient les meilleures intentions et
les plus habiles projets. Ce qu'étaient ces rivalités et leurs
conséquences, la lettre suivante, en date du 24 septembre, signée d'un
de ces généraux, le comte de Châtillon, et adressée au prince de
Condé, peut à peine en donner une idée:

«Charette a été le premier à faire sa paix, malgré Stoflet, et a
formé un rassemblement pour marcher contre lui et le forcer à signer
le traité; celui-ci a résisté le plus qu'il a pu, mais sentant qu'il
ne pouvait tenir seul sans être bientôt accablé, d'autant que Charette
cherchait à lui enlever officiers et soldats, il a adhéré à cette
paix, avec l'intention de la rompre sitôt qu'il se verrait en mesure.
Charette a recommencé le premier la guerre en ôtant à Stoflet tous les
moyens d'en faire autant, par le refus continuel qu'il lui a fait de
partager avec lui l'argent et les munitions qu'il a reçus des Anglais.
Il sacrifie à sa haine injuste pour le plus brave et le plus honnête
des hommes, la cause des autels et du trône. Ce ne sont pas des
ouï-dire, Monseigneur, ce sont des faits que je vous rends, dont j'ai
eu la preuve par écrit sous les yeux, qui m'ont constaté que Stoflet,
plus grand, plus pur que Charette, a fait tous les sacrifices pour les
intérêts du roi, tandis que son rival risque continuellement de le
perdre par sa basse jalousie et ses intrigues multipliées.

«Il est donc très intéressant que Votre Altesse Sérénissime mette au
plus tôt sous les yeux du roi toutes ces vérités que j'atteste sur la
conscience et l'honneur, et que mon attachement à Sa Majesté me fait
un devoir de vous peindre. Stoflet n'a d'autre ambition que de bien
servir son roi; s'il n'en était pas traité avec la même égalité que
Charette, cela ferait le plus mauvais effet, parce que son armée ne
consentira jamais à reconnaître un autre chef, quoiqu'il soit assez
grand pour reconnaître son ennemi pour général, si le roi l'ordonne.
Il a avec lui M. l'abbé Bernier, curé de Saint-Lô, homme d'un génie
rare, dont les talents sont aussi étendus que le zèle, et dont les
lumières et la sagacité sont des plus précieuses. Je jure que ce
tableau ne m'est dicté que par mon zèle pour la belle oeuvre que nous
défendons, et j'ose me flatter que Votre Altesse Sérénissime me
connaît assez pour ne pas me croire guidé par une injuste partialité.
Depuis trop longtemps, on cache la vérité à nos malheureux princes. Le
devoir d'un sujet fidèle est de la leur dire, et aucune espèce de
considération ne pourront jamais m'en empêcher.

«Je ne suis venu ici que pour une conférence, en qualité de député du
conseil de l'armée de Scépeaux, dont je suis président. Cette armée,
dévouée à Stoflet parce que sa cause est juste, se plaint aussi
beaucoup de Charette qui ne nous a donné qu'à force d'instances
réitérées que la plus modique part des secours de l'Angleterre,
destinés pour toutes les armées royalistes. Cependant nous avons très
souvent des affaires avec les républicains, et nous sommes si
dépourvus, que, dans le dernier combat, reprochant à un paysan qui ne
tirait pas, il me répondit qu'il n'avait qu'une cartouche, qu'il
ménageait pour se défendre en cas d'une déroute. Sa politique est
qu'en retenant tout en lui, il forcera tous les royalistes à le
reconnaître pour généralissime.

«Nos paysans, bercés depuis si longtemps de l'espoir de voir un de
leurs princes à leur tête, commencent à perdre courage, et n'aspirent
qu'à rester tranquilles dans leurs foyers, ayant goûté déjà, dans ce
pays, les douceurs de l'inaction, et notre armée des confins de la
Bretagne et d'Anjou nous témoigne la même propension, quoiqu'elle soit
continuellement en activité, et j'avoue à Votre Altesse que je
craindrais les plus funestes effets d'un nouveau délai dans l'arrivée
d'un de nos princes; la malheureuse issue de notre descente à Quiberon
a contribué beaucoup aussi à ce découragement, et cette fatalité n'est
due qu'aux ambitieux et aux intrigants qui voulaient perdre le
malheureux comte de Puisaye. J'ai vu toutes ces cabales s'ourdir à
Londres, et je n'en avais que trop prévu les funestes suites, j'en
avertis ce général après être descendu en Bretagne, mais le coup était
trop bien préparé pour qu'il pût l'éviter. Je me résume, Monseigneur,
en vous disant que Monsieur ne peut arriver trop tôt, parce que sa
présence parmi nous fera lever toute cabale pour le commandement, et
ranimera le courage au point de lui procurer bientôt des armées aussi
formidables que nombreuses. Dans toute la France, les royalistes qui
n'osent se montrer ne voyant pas un prince pour ralliement, se
montreront avec autant d'ardeur qu'ils ont montré jusqu'ici de
timidité, et si l'on tarde trop, je dois vous dire que tout est perdu.
Je prie Votre Altesse, si elle le juge à propos, de mettre ces détails
sous les yeux du roi: tout sujet fidèle lui doit des vérités d'où
dépendent peut-être sa couronne. Je n'ai d'autre prétention que celle
de lui prouver tout mon dévouement et le vif intérêt que je prends à
sa gloire et à la vôtre.»

Tandis qu'il attendait le résultat de ses efforts et s'étonnait de
voir ses lettres rester sans réponse et ses messagers ne pas revenir,
Charette, ayant attaqué le 26 septembre, sur la route de Luçon aux
Sables d'Olonne, l'armée républicaine, essuya une défaite sanglante;
elle l'obligea à une fuite précipitée. Dès lors, il fut impuissant à
désigner au comte d'Artois un point où lui-même pourrait venir à sa
rencontre. Cependant, le 5 octobre, il signalait la côte de
Saint-Jean-de-Mont, non loin des Sables, comme un endroit où il serait
aisé d'opérer un débarquement d'armes et de munitions sans avoir à
craindre un coup de fusil. Ce débarquement eut lieu, en effet,
quelques jours plus tard sans incident. On peut s'étonner que le comte
d'Artois, s'il était résolu à se jeter en France, comme il
l'affirmait, n'ait pas profité de cette occasion pour débarquer
lui-même.

De l'île d'Yeu, où l'avait porté l'escadre anglaise, il expédiait à
Charette messages sur messages, s'efforçait d'apaiser les
dissentiments qui s'élevaient à tout propos entre ses officiers et les
chefs anglais, et se décourageait peu à peu en constatant qu'il lui
serait impossible d'arriver à ses fins. Il reste toutefois avéré
qu'avec un peu d'audace, il aurait pu passer en France. Il l'aurait pu
par la côte de Saint-Jean-de-Mont; il l'aurait pu aussi par la pointe
de Locmariaquer, puisque les chefs chouans venaient par cette voie
conférer avec lui. Peut-être aussi ne lui en laissa-t-on pas le temps.
Le 17 novembre, des ordres arrivés de Londres enjoignaient au général
Doyle de ramener l'expédition en Angleterre et le prince avec elle.
Pitt, cédant à l'opinion anglaise qui voyait avec regret recommencer
une seconde affaire de Quiberon, abandonnait décidément la partie. Le
prince ne put qu'obéir; il en témoigna des regrets, mais ils restèrent
platoniques. Il avait été autorisé à se porter sur Jersey ou sur
Guernesey et peut-être aurait-il pu, de là, entretenir des rapports
avec les Vendéens, de Jersey surtout où le prince de Bouillon
commandait pour l'Angleterre. Mais, au dernier moment, c'est à
Portsmouth qu'on décida de le ramener. C'est alors que Charette aurait
écrit à Louis XVIII la fameuse lettre dont il a été parlé plus haut:

«Sire, la lâcheté de votre frère a tout perdu. Il ne pouvait paraître
à la côte que pour tout perdre ou tout sauver. Son retour en
Angleterre a décidé de notre sort: sous peu, il ne me restera plus
qu'à périr inutilement pour votre service.»

Cette lettre a-t-elle existé, comme l'affirme le comte de Vauban dans
ses Mémoires, où il déclare en avoir vu l'original? Ceux qui en ont
parlé après lui, même les écrivains républicains, n'ont pas cru à son
authenticité. Il en existe d'ailleurs une autre, qui s'exprime bien
différemment. Elle est adressée par Charette au marquis de Rivière:

«Je vous écris, mon cher Rivière, le coeur navré de douleur de
l'éloignement d'un prince dont l'espoir de sa possession faisait toute
notre félicité. Il est des privations qu'on supporte avec courage et
fermeté; mais celle-là est si grande qu'elle ébranlerait un rocher.
Gardez-vous bien de croire que cet événement malheureux refroidira
notre courage; bien loin de là, toujours assurés du désir de mériter
votre estime, nous travaillerons jusqu'au dernier jour à nous en
rendre dignes.»

Dans ce langage, il n'y a pas trace d'accusation contre le comte
d'Artois pas plus que dans celui que Charette tenait quelques mois
plus tard, lorsque, arrêté et condamné, il marchait au supplice:

--Voilà donc où ces gueux d'Anglais m'ont conduit.

Si toutefois, contrairement à toute vraisemblance, la lettre où le
comte d'Artois est traité de lâche sortit de sa plume, on ne saurait
nier qu'en exprimant avec cette violence sa colère, il révélait toute
l'étendue de la déception que venait de lui faire éprouver l'absence
du comte d'Artois, déception d'autant plus grande qu'il avait attaché
un plus grand prix à voir arriver le prince. À cet égard, le doute
n'est pas permis, et la forme même de l'appel qu'il lui adressait, le
30 juin 1795, trahit l'ardent désir qu'il en avait:

«La lettre obligeante et gratieuse dont Votre Altesse Royale a daigné
m'honorer a rempli mon coeur de joie, en le pénétrant de la plus vive
reconnoissance. Quel bonheur inapréciable pour vos fidèles Vendéens de
posséder au milieu d'eux l'auguste frère du roi, de voir marcher à
leur tête le digne descendant d'Henry IV! Ah! Monseigneur, daignés
presser cet heureux instant; que ce fortuné retour ramène bientôt
parmi nous l'allégresse et fasse disparoître de douloureux souvenirs!

«Que votre nom chéri devienne le raliement de tous les vrais François,
le gage assuré de la victoire! Oui, n'en doutons point, encouragés par
votre illustre présence, fortifiés de vos grands exemples, ceux qui
ont voué un attachement sans bornes, et ceux qui, retenus jusqu'ici
par de coupables considérations, n'en conservent pas moins, au fond de
leur âme, ce puissant amour pour le sang des Bourbons, tous se
rangeront sous vos drapeaux, tous sans exception n'auront qu'un même
voeux, ne feront qu'un même serment, celui de rétablir la splendeur de
la monarchie, ou de s'ensevelir glorieusement sous ses débris.

«En attendant, cependant, Monseigneur, que ces flateuses espérances se
réalisent et que j'aie l'avantage prétieux d'offrir à Votre Altesse
Royale l'homage de mes foibles travaux, la Vendée ne restera pas dans
un repos déshonorant. Elle a déjà repris les armes et a vu couronner
ses premiers efforts; elle brûle de voler à de nouveaux périls, et le
chef qui, jusqu'à ce jour, la guida au champ de l'honneur, ne la
quittera que lorsqu'on aura rendu aux lys leur ancien éclat, ou il y
trouvera son tombeau; telle est la dernière résolution de celui qui,
en protestant à Votre Altesse Royale de son inviolable fidélité, la
supplie humblement d'agréer les sentimens sincers d'amour et du
profond respect avec lesquels il a l'honneur d'être, etc., etc.[67].»

         [Note 67: Archives des Affaires étrangères.]

Rentré à Portsmouth, le comte d'Artois y demeura peu. Avec le
consentement du cabinet britannique, il alla se fixer à Édimbourg où
il devait rester jusqu'en 1814. En réalité, en dépit des vaines
agitations auxquelles on le vit encore se livrer, son rôle politique
était fini. La direction du parti royaliste allait se concentrer
désormais entre les mains du roi.

Ainsi avortaient successivement ces malheureuses entreprises à propos
desquelles un anonyme écrivait à Lally-Tollendal: «Le ciel nous
préserve de nouvelles descentes sur nos côtes. Elles seront le tombeau
de tout ce qui y débarquera. Quel aveuglement! Quelle démence, grand
Dieu!» Quant au comte d'Artois, le 22 décembre 1795, de la rade de
Spithead où il était encore, il mandait au prince de Condé: «Ainsi va
le monde. Il y a quelques mois nous pensions que toutes les espérances
étaient à l'Ouest de la France. Aujourd'hui, c'est la partie du Midi
et de l'Est qui présente les chances les plus favorables.» En parlant
ainsi, le comte d'Artois faisait allusion aux rébellions du Gard et du
Vivarais, fomentées par les anciens chefs du camp de Jalès comme par
les plus fougueux artisans de la réaction thermidorienne, et à des
complots qui s'ourdissaient dans le Doubs. Un soulèvement de la ville
de Lyon, livrée à l'influence des royalistes, et une marche de l'armée
de Condé sur Besançon, appuyée par les Autrichiens, devaient favoriser
ces mouvements. Au dire du prince de Condé, le général Pichegru, qui
commandait alors une des armées de la République sur le Rhin, avait
promis son concours; il préparait sa défection en favorisant l'ennemi
qu'il était chargé de combattre et en pactisant avec lui.

C'étaient là d'abominables calomnies[68]. Pichegru avait eu le tort,
il est vrai, d'ouvrir l'oreille aux propositions de deux aventuriers
politiques, le libraire suisse Fauche-Borel et le sieur Roques, dit
comte de Montgaillard, dont nous reparlerons plus loin. Dupe de ces
deux personnages, toujours à vendre au plus offrant, Condé avait
ajouté foi à leurs propos. Tous ces plans étaient fondés sur la
trahison de Pichegru. Mais Pichegru, en dépit de son attitude
incertaine, ne voulait pas trahir ses devoirs militaires. Il ajournait
ses résolutions à une époque ultérieure, ce qui n'empêchait pas Condé
de croire à l'imminence comme à l'efficacité de son intervention. Tous
ces plans allaient s'effondrer aussi rapidement que ceux qui avaient
été forgés d'accord avec l'Angleterre. Le 10 avril 1796, le comte
d'Artois avouait piteusement à Condé «qu'il n'avait rien d'heureux à
lui annoncer».

         [Note 68: Voir mon livre _la Conjuration de Pichegru_. Plon,
         Nourrit et Cie.]

À ce même moment, le comte de Puisaye, le grand organisateur de
l'expédition de Quiberon, avait passé en Bretagne dans l'espoir d'y
retrouver son prestige. Mais on ne lui pardonnait pas son rôle dans
le drame sombre auquel son nom est impérissablement attaché, et il
était méprisé à l'armée catholique non moins qu'à Vérone, où d'Avaray
disait en parlant de lui:

--Le comte de Puisaye est un drôle à qui il faut casser le cou.

De ce jugement, sévère à l'excès, il convient toutefois de rapprocher
ce passage d'une lettre du comte d'Artois à Vaudreuil: «Ne juge pas
Puisaye trop sévèrement. Le brave et malheureux Charette m'en a fait
dire du bien en mourant.»


V

LE ROI EXPULSÉ DE VÉRONE

La nouvelle du désastre de Quiberon ne parvint à Vérone que dans la
seconde quinzaine du mois d'août. Elle n'y produisit pas tout
l'effarement auquel on aurait pu s'attendre. Sans doute, c'était un
fait affligeant que ce premier effort de l'Angleterre eût échoué et
que tant de bons Français eussent péri. Mais ce malheur, si
regrettable qu'il fût, laissait debout tous les espoirs, puisque
d'autres expéditions devaient suivre celle qui venait de sombrer et
que l'une d'elles voguait déjà vers les côtes de France, comptant
parmi ses chefs Monsieur, comte d'Artois. Le roi et son entourage,
tout en donnant des larmes aux victimes de Quiberon, continuèrent donc
à se repaître d'illusions.

On sait combien, en dépit de leurs malheurs, les illusions furent
robustes chez les émigrés. Elles ne les abandonnèrent pas en cette
circonstance. Les propos des agents royalistes de l'intérieur
contribuaient à les entretenir. Ils présentaient la France comme de
plus en plus disposée à se soulever au nom du roi. L'activité des
conspirateurs répandus dans le royaume semblait indomptable. On
ignorait les défaites des armées vendéennes ou tout au moins
n'apparaissaient-elles que comme des échecs susceptibles d'être
aisément réparés. L'exemple donné par la Bretagne et le Poitou avait
été suivi par la Normandie où, maintenant, Louis de Frotté tenait la
campagne et promettait à la cause royale de fructueux et retentissants
succès.

Des bords du Rhin, où il se trouvait avec l'armée autrichienne, le
prince de Condé envoyait des lettres rassurantes. Il dirigeait de là
les opérations qui se préparaient dans l'Est avec le concours du
général de Précy et d'Imbert Colomès, l'ancien maire de Lyon. Celui-ci
répondait du royalisme de cette ville; elle n'attendait qu'un signal
pour se déclarer en faveur du roi. Condé, fort de l'appui de l'agent
anglais Wickham installé en Suisse, prétendait être d'accord avec
Pichegru et avoir pris ses dispositions pour se jeter en Alsace dès
que les Autrichiens lui auraient permis de passer le Rhin et marcher
de là sur Besançon et Lyon, d'où il pourrait donner la main au Midi,
dont les royalistes des Cévennes se disaient les maîtres. Les agents
de Paris confirmaient ces dires. Ils y ajoutaient sur l'état d'esprit
des Parisiens des informations telles, qu'on en devait conclure que la
fin prochaine des pouvoirs de la Convention serait aussi celle de la
République.

Cependant, quelques semaines après le drame de Quiberon, un événement
inattendu vint infliger à ces pronostics favorables un brutal démenti.
Le 5 octobre (13 vendémiaire), les sections royalistes de Paris ayant
marché sur la Convention pour la disperser furent écrasées par le
général Bonaparte à qui elle avait confié sa défense. Du même coup,
les mouvements du Midi qui avaient abouti à quelques succès partiels,
la prise du Pont-Saint-Esprit notamment, se trouvèrent déjoués ou tout
au moins ralentis. À Paris, la défaite des partisans du roi fit
éclater la participation de l'agence royale dans ces complots et livra
les agents aux autorités républicaines. Plusieurs d'entre eux, dont Le
Maître et Charles Brottier, furent envoyés devant le conseil de guerre
de la section Lepelletier. Brottier et deux de ses complices
bénéficièrent d'un acquittement. Mais Le Maître fut condamné à mort et
exécuté. Les secrets de l'agence se trouvèrent ainsi divulgués. Il
fallut la réorganiser, ce que fit le roi au mois de février 1796, en
autorisant les agents survivants, La Villeheurnoy, Brottier,
Despomelles et Duverne de Praile, «à agir et à parler en son nom pour
tout ce qui concernait le rétablissement de la monarchie». À ce
moment, il était averti des divisions qui s'étaient glissées parmi les
chefs vendéens, et il invitait ses agents à intervenir pour les faire
cesser.

Sur ces entrefaites, on apprit l'avortement final des expéditions
organisées par l'Angleterre. La tentative de descente en France, à
laquelle le comte d'Artois s'était associé, n'avait pas mieux réussi
que celle du comte de Puisaye. Elle coûtait moins de sang; elle n'en
coûtait même pas une goutte puisqu'on n'avait pas combattu. Mais elle
marquait la fin des efforts de l'Angleterre pour activer en France la
guerre civile. Il était même à craindre qu'elle n'incitât le
gouvernement anglais à suivre l'exemple de la Prusse et de l'Espagne
et à conclure la paix avec la République. Ce fut pour le roi une
déception cruelle, puisque le projet qu'il avait conçu d'aller en
Vendée se trouvait anéanti. «Quand finiront donc nos malheurs?
s'écriait alors un de ses conseillers, le vieux comte de Flachslanden.
Rien ne nous réussit, et si la guerre civile ne s'établit pas tout à
fait dans les provinces, le régime de la Terreur va recommencer.»

Entre temps, la Convention s'était séparée (26 novembre 1795), non
vaincue, mais triomphante, cédant la place au Directoire qui, sous des
formes adoucies, mais plus perfides, allait continuer le Comité de
salut public. Cette fin des pouvoirs de l'assemblée révolutionnaire,
longtemps prédite comme le point de départ d'une ère réparatrice, se
produisait sans rien réaliser de ce qu'on en avait attendu. À
l'intérieur, les royalistes étaient paralysés. Au dehors, l'Autriche
et l'Angleterre restaient seules armées contre la Révolution. Mais
l'Autriche accentuait sa politique égoïste, ne rêvait que conquêtes,
se préoccupait peu des Bourbons. L'Angleterre commençait à manifester
son découragement; la Russie continuait à ne pas se prononcer. On ne
pouvait encore rien savoir des résultats de la mission dont le comte
de Saint-Priest avait été chargé pour l'impératrice Catherine.

Peut-être, à ce moment, Louis XVIII entrevit-il qu'il ne recouvrerait
sa couronne ni par la guerre civile, ni par la guerre étrangère, mais
seulement par un retour de l'opinion vers les princes de la maison de
Bourbon. Ce qui permet de le croire, c'est qu'on voit, à la date du 20
mars 1796, s'agiter dans le conseil royal la question de savoir par
quels procédés l'opinion sera ramenée. «Dans l'état des choses, il n'y
a que trois partis: 1º transiger sur la Constitution, d'après les
propositions qui pourraient être faites; 2º prendre l'initiative de la
transaction: 3º s'en tenir à l'antique constitution du royaume.» La
Constitution à propos de laquelle se rouvrait le débat était celle de
1791, que les émigrés rangés autour des princes avaient longtemps
considérée comme la pire de toutes, et dont ils déclaraient les
défenseurs plus redoutables «et plus scélérats» que les Jacobins. Ces
défenseurs étaient cependant d'ardents royalistes. Ils se nommaient:
Malouet, Mounier, Lally-Tollendal, Montlosier, Mallet du Pan, Cazalès,
d'autres encore, et certains membres de l'épiscopat tels que le
cardinal de Bernis, Mgr de Boisgelin, archevêque d'Aix, Mgr de Cicé,
archevêque de Bordeaux, Mgr de Clermont-Tonnerre, archevêque de
Toulouse, qui, sans se prononcer aussi nettement que les laïques qui
viennent d'être nommés, partageaient en partie leurs idées, quoiqu'ils
fussent, eux aussi, passionnément dévoués à la monarchie. Mais leur
royalisme ne les lavait pas aux yeux des adversaires de la
Constitution de l'avoir trouvée acceptable ou d'avoir paru s'y
résigner. C'est à propos de l'un d'eux, Montlosier, que l'implacable
d'Antraigues disait: «Je ferai tomber cent mille têtes et la sienne la
première.» Le temps, en s'écoulant, n'avait guère modifié les
sentiments qu'exprimait d'Antraigues, et rien que pour avoir émis
l'idée d'une transaction sur le terrain constitutionnel, le comte
d'Avaray, quoique favori du roi, n'en devenait pas moins suspect parmi
les violents qui entendaient faire revivre l'ancien régime. Le roi
lui-même, qui, tout en maintenant ce régime, comprenait la nécessité
de supprimer certains abus, fut blâmé par eux; ils lui préféraient son
frère qui n'admettait aucune réforme.

Au moment où ces polémiques renaissaient à Vérone avec une vivacité
qu'explique l'importance des résolutions à prendre, Joseph de Maistre,
dans ses _Considérations sur la France_, se prononçait avec un éclat
génial pour l'antique constitution du royaume, délivrée des abus qui
en avaient rendu l'application intolérable. C'était, nous venons de le
dire, l'opinion de Louis XVIII. À supposer qu'elle eût été un moment
ébranlée, elle se ranima et se fortifia, sans doute, de celle de
Joseph de Maistre; c'est elle qui remporta. Toute idée de transaction
avec les constitutionnels fut écartée. On marqua la différence entre
«l'ancien régime», c'est-à-dire les abus, et «l'antique constitution»,
c'est-à-dire la plénitude du pouvoir royal. Un des gentilshommes de la
cour de Vérone, le comte de Moustier, fut chargé d'aller en France
pour faire connaître «les véritables intentions du roi et détruire la
calomnie».

On lit dans ses instructions:

«Il assurera que tous les sujets égarés qui renonceront à leurs
erreurs seront traités par le roi comme ses enfants, qu'il abandonnera
à toute la sévérité des jugements qu'ils mériteront tous ceux qui,
lorsqu'il pardonne, se livreraient à des sentiments de vengeance; que
sa justice n'excepte de sa clémence que les assassins du roi son
frère, de la reine, de Madame Élisabeth, et que ceux même qui ne
craignent pas de réparer leur crime par des services importants,
continueront à lui inspirer une telle horreur pour leur irrémissible
attentat, qu'il les livrerait à toute la rigueur des lois si, dans ce
cas-là même, ils osaient continuer de souiller leur patrie par leur
présence ... L'intention du roi n'est et ne sera jamais de ramener son
peuple sous l'ancien régime; c'est son antique constitution qu'il veut
lui rendre.»

L'insistance qu'il mettait à promettre des châtiments inexorables
n'était pas pour lui ramener tous ses sujets. Son langage ne démontre
que trop qu'il renonçait à n'employer que les moyens de persuasion,
comme l'idée lui en avait été suggérée, et qu'il rêvait de recourir
toujours, soit à la guerre civile, soit à la guerre étrangère. Ce
renoncement l'enfermait de nouveau dans les limites de la politique
pratiquée à Coblentz et à Hamm, lui imposait le devoir de quitter
Vérone et, puisque l'Espagne lui était fermée, puisque la Vendée était
devenue inaccessible pour lui, de chercher à s'employer ailleurs.
C'était d'autant plus nécessaire, qu'en France ses partisans
s'étonnaient et s'attristaient de ce séjour prolongé dans un coin de
l'Italie, loin des champs de bataille: «Que fait le roi? se
demandaient-ils. Craint-il de compromettre sa dignité en partageant
les dangers de ceux qui se sont armés pour lui rendre sa couronne?» Et
ils comparaient son inaction à l'activité du comte d'Artois, qui, sans
faire meilleure besogne que son frère, avait longtemps donné
l'illusion de plus de résolution et d'intrépidité.

À l'armée de Condé, on réclamait sa présence. Le vieux prince qui la
commandait regrettait que Louis XVIII n'eût pas eu la témérité de
partir de Vérone, de passer le Saint-Gothard et de venir le rejoindre.

--L'eût-on enlevé au milieu de nous? s'écriait-il. Aurait-on osé lui
manquer?

Et il ajoutait que, le roi étant gentilhomme français, on ne pouvait
l'empêcher «de combattre pour le roi». Les cours de l'Europe
elles-mêmes, celles du moins qui vivaient en paix avec la France,
étaient d'avis que tant que le roi resterait dans les États de Venise,
«chez une puissance qui entretenait publiquement un ambassadeur auprès
de ses sujets rebelles», il ne serait pas à craindre.

--Il a beau faire, observait familièrement le roi de Prusse,
s'adressant à quelques courtisans de son intimité, il ne se tirera
jamais de là qu'il ne se mette à la tête de sa noblesse et de ses
sujets fidèles et qu'il ne combatte avec eux et comme eux.

Le prince de Condé, qui répétait ce propos à l'évêque d'Arras,
ajoutait: «Le roi de Prusse a raison.» Et, d'accord avec ses soldats,
il se plaignait des courtisans qui voulaient rétablir les rigueurs de
l'étiquette. Il accusait les «idées de Versailles» qui triomphaient à
Vérone: «On n'est pas à Vérone à la hauteur des circonstances. On
sacrifie le fond de la royauté aux petites formes de la dignité.» Il y
avait quelque fondement dans ces critiques, mais aussi quelque
exagération. Ce qu'on ne disait pas assez, c'est que le roi était le
prisonnier de l'Autriche, non qu'elle eût le pouvoir de l'enchaîner à
Vérone «mais parce qu'en réalité, elle l'y retenait en l'empêchant de
se rendre au seul endroit où il pût aller, à l'armée de Condé. À cet
égard, elle était intraitable.

Au milieu de tant de tristesses, le roi goûta cependant une joie. Dans
les derniers jours de décembre 1795, sa nièce la princesse fille de
Louis XVI, que les royalistes appelaient Madame Royale, avait été mise
en liberté par le Directoire, conduite à Bâle, et là, confiée à des
commissaires autrichiens en échange de quelques Français prisonniers
de l'Empereur: Beurnonville, Sémonville, Maret. Quelques semaines plus
tard, elle écrivait à son oncle pour lui exprimer sa filiale affection
et le bonheur qu'elle aurait à le revoir. En dépit des séductions de
la cour de Vienne, où l'on s'ingéniait à la retenir, elle voulait
rester Française. Mais cette lettre, toute vibrante des cruelles
émotions subies par Madame Royale durant sa captivité, contenait des
conseils qui durent causer quelque surprise au roi. Elle le conjurait
de faire cesser la guerre; elle lui déclarait qu'il n'était pas
d'autre moyen de rendre à sa patrie son antique splendeur. «Oui, mon
oncle, suppliait la princesse, c'est moi, c'est celle dont ils ont
laissé périr le père, la mère et la tante, qui vous demande à genoux
leur grâce et la paix[69].»

         [Note 69: _L'Angleterre et l'Émigration française_, par André
         Lebon, p. 352. Les papiers de Wickham, réunis dans cet
         ouvrage, nous ont fourni de précieux renseignements.]

Leur grâce, on sait dans quelle mesure le roi entendait l'accorder. Il
s'était engagé déjà à étendre sa clémence sur «les coupables», à
l'exception de ceux qui avaient voté la mort du roi. Un peu plus tard,
il devait en faire bénéficier même ceux-là, et, à sa rentrée en
France, prendre parmi eux un de ses ministres. Quant à la paix, il la
considérait comme le plus grand malheur que pût subir sa cause. La
première coalition n'était pas encore dissoute qu'il souhaitait de
voir s'en former une seconde plus redoutable, avec l'appui de la
Russie dont le zèle pour les Bourbons avait été, jusqu'à ce jour, plus
platonique qu'effectif. L'espoir de cet appui trouvait sa source dans
la spontanéité avec laquelle l'impératrice Catherine, au lendemain de
la mort de Louis XVII, avait reconnu le nouveau roi son successeur.
Malheureusement, à l'exception du roi de Suède, aucun autre chef
d'État n'avait suivi cet exemple, et les efforts du prétendant pour se
faire octroyer par les souverains son titre royal étaient restés
vains. Au commencement d'avril, c'est-à-dire près de dix mois après
avoir recueilli la succession de son neveu, il était encore «Monsieur»
pour la presque totalité des cours d'Europe, ou «Monsieur le comte de
l'Isle». La résistance dont il était la victime l'emplissait de dépit
et la reconnaissance de sa royauté semblait devenue le plus impérieux
et le plus poignant de ses soucis. À l'improviste, il fut mis en état
d'en concevoir de plus graves encore.

Le 14 avril, le podestat de Vérone se présenta chez lui et lui fit
connaître que la République de Venise lui retirait l'asile qu'elle lui
avait accordé depuis dix mois. Le Directoire, en apprenant que le
comte de Mordwinof, ambassadeur russe à Venise, était accrédité par
son gouvernement auprès du prétendant, avait exigé cette brutale
expulsion. Les Français victorieux venaient d'envahir le Piémont; ils
menaçaient d'occuper toute l'Italie. Le Sénat vénitien effrayé,
redoutant de déplaire à la France, avait jugé que l'heure n'était pas
bonne pour lui résister. Il faisait droit aux injonctions du
Directoire.

Le roi prit acte de la communication sans y répondre, sinon qu'il
allait procéder aux préparatifs de son départ. Mais, le surlendemain,
il écrivit au Sénat qu'il subordonnait ce départ à deux conditions. Il
voulait, disait-il, rayer de sa main sur le livre d'or de Venise le
nom de sa famille qui s'y trouvait inscrit; il exigeait, en outre,
qu'on lui rendît l'armure dont l'amitié de Henri IV, son aïeul, avait
fait don à la République. Le Sénat ne parut pas se préoccuper de cette
enfantine réclamation. Mais le podestat de Vérone s'en offensa. Il fit
tenir au roi une protestation dans laquelle il rappelait l'hospitalité
libéralement donnée jusqu'à ce jour.

--Je ne recevrai pas votre protestation, s'écria le roi. J'ai dit que
je partirai; je partirai en effet, dès que j'aurai reçu les passeports
que j'ai envoyé chercher à Venise. Mais je persiste dans ma réponse
d'hier. Je me la devais; je ne puis oublier que je suis roi de France.

C'était l'unique manifestation qu'il pût se permettre. Après l'avoir
faite, il ne songea plus qu'à s'éloigner.

Ainsi qu'il l'écrivit à Catherine, la conduite du Sénat de Venise ne
lui laissait d'autre asile que «celui de l'honneur», c'est-à-dire une
place parmi les gentilshommes français qui, sous les ordres de Condé,
combattaient pour lui. Cet asile dont la cour de Vienne s'obstinait à
lui barrer le chemin, les circonstances inattendues qui venaient de se
produire lui permettaient, lui ordonnaient presque de s'y rendre. Il
n'hésita pas à saisir l'occasion qui lui était offerte. Ce fut en vain
que l'Anglais Macartney lui signala les dangers de sa précipitation,
l'engagea à ne pas se présenter au quartier général du prince de Condé
sans s'être assuré de l'assentiment de l'Autriche, à attendre à
Bologne ou à Parme que cette puissance eût fait connaître son opinion.
Il ne voulut rien entendre. Il avait écrit à Vienne, à Londres, à
Saint-Pétersbourg pour faire connaître ses intentions et les motifs
qui les dictaient. Il n'y avait plus qu'à s'exécuter.

D'ailleurs, tout le monde, dans son entourage, se réjouissait comme
lui-même de la circonstance qui ouvrait devant ses pas les portes de
la maudite prison qu'était Vérone pour lui, et l'obligeait à rejoindre
Condé. Une lettre écrite de Vienne, à la date du 1er mars, par le
comte de Saint-Priest qui venait d'arriver dans la capitale
autrichienne à son retour de Russie, ne parvint pas à ébranler le
parti pris du Régent. Elle était cependant significative et témoignait
de la ferme volonté du gouvernement impérial de ne pas tolérer la
présence de «Monsieur» à l'armée de Condé. Il avait déjà refusé et ne
se laisserait pas forcer la main.

--Vous voyez, avait dit le baron de Thugut à Saint-Priest, que nous
faisons, de concert avec l'Angleterre, des ouvertures de paix au
Directoire exécutif, qui n'acceptera pas si notre objet était de le
mettre dans son tort vis-à-vis de la nation, le corps germanique et
l'Europe entière. À présent, il va se prévaloir de la venue du roi au
corps de Condé qu'il présentera comme une mesure irréconciliatoire
pour en justifier son refus. Les États de l'Empire qui nous
persécutent, à l'instigation du roi de Prusse, pour avoir la paix, se
plaindront de ce que nous aggravons les sujets de discorde et attirons
sur eux la vengeance des Français. D'ailleurs, Monsieur a bien du
monde autour de lui; il entretient beaucoup de correspondances,
expédie et reçoit des courriers, envoie des émissaires; tout cela
inquiète les gouvernements ainsi qu'on vient de le prouver à Venise,
et cet inconvénient serait plus grand encore dans un corps d'armée aux
ordres d'un général de l'Empereur.

L'Empereur, auquel Saint-Priest s'était ensuite adressé, n'avait pas
été moins explicite que son ministre. Il lui était impossible de
consentir à ce que Monsieur se fixât à l'armée de Condé, et il le
priait de choisir un autre asile.

--Le roi, mon maître, ne sait où aller, objecta Saint-Priest.

--Nous verrons à le placer dans quelque ville d'Allemagne, reprit
l'Empereur. Causez de cela avec mes ministres.

En transmettant cet entretien au duc de La Vauguyon, Saint-Priest
ajoutait: «Vous remarquerez, monsieur le duc, que l'Empereur ne s'est
jamais servi avec moi que de la dénomination de Monsieur, quoique
j'aie constamment employé celle de roi. Aussi, ne répond-il point aux
lettres de Sa Majesté, pour ne pas lui donner ce titre qu'il lui
refuse et ne pas le désobliger en employant celui qu'on lui donnait
auparavant. Je ne sais si vous ne croirez pas plus convenable pour Sa
Majesté de se dispenser d'écrire elle-même à l'Empereur, qui ne lui
fait point de réponse, d'autant que les affaires peuvent se traiter
également sans cela[70].»

         [Note 70: Papiers du maréchal de Castries.]

Dans l'état d'âme où se trouvait le roi, la lettre du comte de
Saint-Priest suffit d'autant moins à modifier ses desseins, qu'en
refusant de lui donner son titre, l'Empereur l'avait blessé dans son
orgueil et disposé à protester. Il décida sur-le-champ que, désormais,
il s'abstiendrait d'écrire au souverain autrichien et que, sans tenir
compte d'une défense qu'il jugeait inique, il irait rejoindre le
prince de Condé. Le départ, toutefois, n'alla pas sans difficultés. À
Vérone, le roi avait des créanciers. Il fallait leur cacher sa fuite.
Il fallait dérober de même le véritable terme de son voyage au
représentant de la République française, aux autorités de Vérone. Pour
les tromper les uns et les autres, on organisa une véritable comédie.
La Vauguyon qui ressemblait physiquement au roi partit avec Villequier
et Cossé par la route de Trente, tandis que Louis XVIII et son fidèle
d'Avaray se dirigeaient secrètement vers le Saint-Gothard. Alors que
les rapports officiels le montraient allant vers le Tyrol, il gagnait
la Suisse et le grand-duché de Bade où Condé avait établi son quartier
général à Riégel.



LIVRE SIXIÈME

BLANCKENBERG



I

LE COMTE DE SAINT-PRIEST À SAINT-PÉTERSBOURG

On se souvient qu'à la fin de 1795, le comte de Saint-Priest se
rendant de Stockholm à Vienne, conformément au désir de Louis XVIII,
avait jugé utile à la cause royale de passer par Saint-Pétersbourg. Il
y était venu déjà en 1791. Il s'agissait alors d'obtenir de
l'impératrice Catherine qu'elle contribuât à une expédition que
préparait contre la France le roi de Suède. La mission de Saint-Priest
avait échoué. Quoique reçu d'une manière flatteuse, quoique Catherine
eût manifesté ses sentiments pour lui, d'abord en lui offrant dans ses
États de hautes fonctions, ensuite en lui assurant une pension
viagère, il n'avait pu la décider à prendre les armes.

--Je n'ai pas le droit d'intervenir dans les affaires de la France,
avait-elle dit.

Ce n'était là qu'un prétexte; plus tard, elle n'eut pas les mêmes
scrupules. Prétexte aussi, la guerre qu'elle soutenait contre les
Turcs et dont elle argua pour se soustraire aux engagements que
Saint-Priest s'efforçait de lui arracher. En réalité, elle prévoyait
déjà le partage de la Pologne; elle le préparait; tous ses efforts
étaient dirigés vers ce but. Ce fut l'unique cause de l'échec de la
mission de Saint-Priest.

En 1796, quand il arrivait pour la seconde fois à Saint-Pétersbourg,
tout autres étaient les circonstances. La mort du favori Potemkin
avait délivré les Turcs de leur plus intraitable ennemi, de celui qui
voulait, allant au delà des desseins de l'Impératrice, conduire les
Russes à Constantinople[71]. Depuis quatre ans, la paix était conclue
entre eux et la Russie démesurément agrandie par ses conquêtes. De
même, le partage de la Pologne était accompli. Catherine régnait sur
le plus vaste empire du monde. Saint-Priest devait donc supposer qu'il
la trouverait disposée à donner au roi de France des preuves de son
zèle, des témoignages de son intérêt. Dans le passé, et sans aller
jusqu'à mettre ses armées en mouvement, elle en avait donné
d'éclatants. Sans parler des importants secours pécuniaires accordés
aux princes, frères de Louis XVI, elle avait saisi toutes les
occasions de les appuyer auprès des puissances et de leur prouver
l'intérêt qu'elle leur portait.

         [Note 71: Potemkin mourut à Jassy, en 1791, dans un accès de
         colère provoqué par la nouvelle que Catherine, profitant de
         son éloignement momentané de l'armée, avait ordonné a Repnin
         de signer la paix. «Cet homme prodigieux n'ayant aucune
         éducation, suppléait à tout, dit le comte de Langeron dans
         ses _Mémoires_ inédits, par l'étendue et la force de son
         génie. Il n'avait rien appris, mais il avait tout deviné. Son
         esprit était aussi gigantesque que son corps. Il savait
         concevoir et exécuter tous les prodiges, et c'était l'homme
         qu'il fallait à Catherine, qui aimait les prodiges. La
         conquête de la Crimée, la soumission des Tartares, la
         transplantation des Saporoves sur le Couban et leur
         civilisation, la fondation de Kerson, de Nicolaïew et de
         Sevastopol, l'établissement des chantiers de la marine dans
         ces trois villes, la construction d'une flotte supérieure à
         celle des Turcs, la domination de la mer Noire, les nouvelles
         branches de richesses offertes à la Russie par le commerce de
         cette mer et l'ouverture des ports où se rendent maintenant
         tous les vaisseaux de l'Europe par une route inconnue ou du
         moins oubliée il y a quarante ans, toutes ces merveilles
         qu'on doit au prince Potemkin doivent lui assurer la
         reconnaissance de sa nation et lui faire pardonner par la
         postérité de la génération passée tout ce qu'elle a eu à en
         souffrir.»]

--Si j'ai plus conseillé qu'agi, se plaisait-elle à répéter, si je ne
me suis pas toujours prêtée aux désirs des coalisés, c'est que je
voyais clairement qu'ils nourrissaient des idées de conquête, tandis
que je n'avais en vue que la cause de la royauté française. En 1792,
cependant, j'ai proposé des troupes à l'Autriche. On m'a répondu qu'on
ne voulait que de l'argent; j'ai donné ce qui était stipulé. Quant au
surplus, j'ai préféré l'envoyer aux princes qu'à l'Empereur, parce que
je n'étais pas sûre que ce serait employé pour les avantager. En 1793,
j'ai offert douze mille Russes aux Anglais pour former avec les
émigrés, sous le commandement du comte d'Artois, un corps de
débarquement sur les côtes de France. Antérieurement, je m'étais
refusée à recevoir la lettre de Louis XVI m'annonçant qu'il avait
accepté la Constitution. Il n'était pas libre, et je pensais que,
seuls, ses frères libres pouvaient parler pour lui. Lorsque Bombelles
est venu me demander de les éloigner de toutes les opérations, je n'ai
eu aucun égard à sa demande.»

Ces propos, que tous les envoyés des princes, Nassau, Eszterhazy,
Polignac, avaient maintes fois entendus, n'exprimaient que la vérité.
Catherine aurait pu rappeler de même qu'à la fin de 1792, lorsqu'après
la retraite de Brunswick, l'Autriche refusait de prendre à sa solde
l'armée du prince de Condé, celui-ci lui ayant écrit pour lui exposer
la misère de ses soldats, elle avait répondu en leur accordant plus de
six cent mille arpents de terre sur les bords de la mer d'Azow, dans
un pays fertile et sous un climat excellent, et en offrant de pourvoir
à leur subsistance jusqu'au moment où, le printemps venu, ils
pourraient se rendre dans ses États. Condé n'avait pas profité de ces
offres généreuses, parce que l'Autriche revenant sur sa première
résolution avait, d'accord avec l'Angleterre, incorporé ces troupes
dans les siennes. Mais l'Impératrice n'en conservait pas moins le
droit de rappeler ses intentions généreuses.

Sans doute, à ses bienfaits elle avait ajouté force conseils donnés
parfois sous une forme un peu rude; sans doute aussi, il lui était
arrivé de trouver que les princes dépensaient trop, empruntaient trop,
se créaient ainsi de graves embarras périlleux pour leur cause; sans
doute enfin, elle avait dû se plaindre de la fréquence et de
l'exagération des requêtes des émigrés, modérer ses faveurs, refuser
des grades que ne justifiait pas le mérite, et des grâces dont
n'étaient pas toujours dignes ceux qui les sollicitaient. Elle n'en
était pas moins pour les princes et leurs partisans une bienfaitrice
rare, qu'ils avaient toujours trouvée prête à leur venir en aide.

Tant de souvenirs significatifs, les circonstances si différentes de
celles qui avaient amené l'échec de Saint-Priest en 1791, lui firent
donc croire que, cette fois, il serait plus heureux. Mais il fut bien
vite détrompé, d'abord par les avis de quelques Français fixés à
Saint-Pétersbourg, ensuite par le langage même de Catherine. Ce n'est
pas quatre années qui s'étaient écoulées depuis son premier voyage,
mais quatre siècles. Le trésor russe était obéré, le crédit public
compromis par les dilapidations des favoris et par les ukases qui, en
fermant aux produits français les ports de la Russie, avaient tari la
source du revenu des douanes. L'armée n'était ni payée ni disciplinée.
Les régiments étaient devenus le patrimoine des colonels, les
provinces celui des gouverneurs. Colonels et gouverneurs étaient les
favoris du favori; tous les liens relâchés, tous les droits méconnus,
toutes les lois violées. L'Impératrice feignait de l'ignorer. Platon
Zoubof, qui avait succédé dans sa faveur à Potemkin, et que
Saint-Priest, en 1791, avait connu favorable aux Bourbons, leur était
devenu hostile.

Dès la première audience qui lui fut accordée, Saint-Priest devina
qu'il n'obtiendrait rien. Catherine l'engagea à se rendre à Vienne où
il était mandé par l'Empereur. Elle lui parla du roi de Suède, de ses
griefs contre ce prince qui se dérobait à l'engagement pris par lui de
marier son fils à une archiduchesse de la famille impériale de Russie.
Pour se venger, elle songeait à lui déclarer la guerre, quoiqu'elle en
craignît les résultats, «car, disait-elle, il ne faut mépriser aucun
ennemi». Mais c'étaient là des questions accessoires. Saint-Priest
tenta d'en aborder une autre. Le ton de l'Impératrice changea
aussitôt. Elle ne croyait pas à l'efficacité d'une intervention
étrangère pour rétablir l'ordre en France. Les Français, à ce qu'elle
pensait, ne pouvaient être ramenés à la monarchie que par l'excès de
leurs malheurs. Quant à elle, elle ne voulait pas entrer dans une
querelle dont la Prusse et l'Espagne s'étaient retirées. Saint-Priest,
qui n'avait pas encore reçu d'instructions de Vérone, n'insista pas ce
jour-là. Mais il consacra les jours suivants--on était à la fin de
décembre--a rédiger un rapport destiné au comte Zoubof.

Dans ce document, il montrait l'Angleterre à bout de ressources, prête
à conclure la paix avec la France. «Cette paix, écrivait-il,
prolongera la durée de la République française aux abois, et les
efforts des puissances pour détruire ce gouvernement pervers se
trouveront frustrés. Le seul moyen qui reste pour empêcher la paix
générale, si funeste en ce moment, est que Sa Majesté l'Impératrice
accorde à la cour de Vienne un secours effectif de troupes.» À ce
prix, pensait Saint-Priest, l'Autriche refuserait la paix qui allait
lui être offerte ainsi qu'à l'Angleterre.

Ce premier résultat obtenu, il ne serait pas impossible de ramener la
Prusse dans la coalition. «La jalousie envers la cour de Vienne occupe
constamment le cabinet prussien. Le rapprochement entre ces deux
puissances, opéré à Pilnitz, n'a été que passager. C'est ce qu'a trop
bien prouvé la conduite du roi de Prusse dans cette guerre. De quelle
manière ce monarque n'a-t-il pas conduit le blocus de Landau, qu'il
n'a voulu manquer qu'afin d'empêcher les Autrichiens de prendre pied
en Alsace, les soupçonnant d'en vouloir conserver la conquête à la
paix, pour augmenter par là leur prépondérance? L'accroissement de la
monarchie prussienne en Pologne n'a pu lui faire atteindre encore la
solidité de la masse autrichienne qui, d'ailleurs, a fait aussi ses
progrès de ce côté, et, tant que le roi de Prusse ne sera point assuré
qu'elle ne s'étendra pas par ses succès dans la guerre présente, on
doit s'attendre qu'il essaiera de les contrarier. Ce n'est qu'en le
tranquillisant à cet égard qu'on peut opérer son retour et celui des
princes de l'Empire dans la coalition et la reprise des armes sur le
Bas-Rhin.»

Comme conclusion à cette partie du rapport, Saint-Priest demandait que
l'Impératrice de Russie intervînt d'une part, pour obtenir de la cour
de Vienne qu'elle se contentât d'un engagement des puissances
coalisées de la remettre, après la paix, en possession des Pays-Bas,
et d'autre part, pour négocier à Londres, en vue de faire voter par le
Parlement les subsides nécessaires à une campagne nouvelle, à laquelle
contribueraient la Russie, l'Angleterre, l'Autriche, la Prusse et
peut-être l'Espagne qu'il ne croyait pas impossible de détacher de
l'alliance française.

Après ces vues d'ensemble, Saint-Priest abordait divers sujets qui
intéressaient plus directement son maître. Depuis longtemps, le roi
réclamait en vain la liberté de se rendre à l'armée de Condé, alors à
la solde de l'Angleterre et de l'Autriche. La cour de Vienne
s'opposait à ce qu'il s'y transportât, en objectant les embarras que
causerait sa présence dans les États de l'Empereur. «Et cependant,
observait Saint-Priest, l'inaction dans laquelle on le retient à
Vérone nuit à sa réputation.»

Il considérait en outre comme très important pour le roi que les
puissances coalisées se décidassent à le reconnaître «en forme
publique». Pourquoi l'Angleterre, pourquoi l'Autriche refusaient-elles
cette reconnaissance? demandait-il. Craignaient-elles de s'engager par
cette mesure à continuer la guerre jusqu'au rétablissement du roi ou à
fournir à ses dépenses?

Sur le premier point, Saint-Priest répondait par une citation
historique. «Louis XIV, disait-il, déclara roi d'Angleterre le fils de
Jacques second au commencement de la guerre de la succession et ne
conclut pas moins avec la reine Anne le traité d'Utrecht.»

Sur le second point, il s'expliquait plus longuement. L'explication
mérite d'être citée, à cause de la contradiction qui s'y révèle entre
la pensée qu'exprimait Saint-Priest, encore ignorant des intentions de
Louis XVIII à cet égard, et celles de ce prince qui rêvait d'entourer
son exil de la pompeuse mise en scène de la cour de Versailles: «Les
dispositions de Sa Majesté à la plus stricte économie sont bien
connues; et dans le vrai, que lui servirait une représentation
théâtrale qu'à le priver d'employer plus utilement ses faibles moyens?
Le véritable éclat du roi dans sa position est dans une grande
activité pour ses affaires. Deux ou trois personnes de confiance et un
petit nombre de domestiques doivent composer tous ses entours.
L'apparat d'un conseil dirigeant, de grands officiers auprès de sa
personne, une suite nombreuse ne servirait qu'à diminuer sa
considération. Ses vrais serviteurs doivent se rendre vraiment
utiles, et non le surcharger de leurs vaines fonctions. Le temps de
les reprendre n'est pas encore venu. Toute promotion à des charges
nominales, à des décorations serait encore déplacée. Ces bienfaits
sont réservés à l'époque à laquelle Sa Majesté sera rétablie sur son
trône.»

Saint-Priest insistait également pour amener l'Impératrice à peser sur
la cour de Vienne, à l'effet de faire remettre au roi Madame Royale:
«Un oncle paternel n'a-t-il pas le droit de réclamer sa nièce
orpheline, et les droits d'un roi, sous ce rapport, ne sont-ils pas
encore plus formels?»

Quant au poste de représentant de Louis XVIII à Vienne, Saint-Priest,
empêché d'aller l'occuper, puisque le roi entendait l'avoir à ses
côtés, proposait pour le tenir le comte de Choiseul-Gouffier, l'un des
émigrés que Catherine avait accueillis dans son empire et comblés de
ses bontés. Il demandait pour lui l'appui de l'Impératrice. «Je
croirais extrêmement utile, disait-il ensuite, d'établir un journal
périodique, propre à éclairer le public sur les méprises où tant
d'écrivains mal intentionnés le font tomber sur les affaires de
France. On peut espérer que le duc de Brunswick en permettrait la
rédaction et l'impression dans sa résidence.»

Faisant allusion à la Déclaration de Vérone, Saint-Priest rappelait
que le roi avait révélé, dans ce document, ses dispositions à la
clémence envers ceux de ses sujets coupables, qui se repentiraient.

«Parmi ceux qu'un repentir sincère ramène aux pieds de Sa Majesté, on
doit remarquer le jeune duc d'Orléans. Ce prince, entraîné à l'âge de
seize ans par son père dans une faction scélérate, a montré à la
guerre de l'énergie et du talent. Il a quitté ce parti criminel, lors
la désertion de Dumouriez. Il a depuis passé son temps dans la
retraite et les voyages, dans le plus grand incognito, accompagné du
seul comte de Montjoie et de trois domestiques. Il vient de parcourir
le nord de l'Europe et a pénétré de ce côté jusqu'aux dernières
limites de notre continent. Apprenant à Stockholm que j'allais
repartir pour joindre le roi, il est venu chez moi me prier de mettre
aux pieds de Sa Majesté ses regrets, sa fidélité et son zèle pour son
service. Il promet de faire désormais un utile et loyal usage de ses
moyens et m'a dit, en même temps, de rendre compte de ses dispositions
à Sa Majesté l'Impératrice, dont le suffrage est d'un si grand poids
et de mettre à ses pieds l'hommage de son admiration. Je regarde comme
important d'accueillir ces dispositions du duc d'Orléans. On a lieu de
croire qu'il a été sondé par des Français, factieux d'une nouvelle
espèce, qui ont pensé à mettre la couronne sur sa tête, ce dont ce
prince a rejeté l'idée avec l'horreur qu'elle mérite. Il dit que ses
frères pensent comme lui. C'est à les faire sortir de France ainsi que
la duchesse sa mère qu'il veut consacrer tous ses soins. Alors il
fera, dit-il, connaître ses sentiments par un écrit public et ira aux
pieds du roi recevoir en personne son pardon et les ordres de Sa
Majesté.»

Enfin, en terminant cette longue note où se trouvaient résumés les
voeux du roi proscrit et présentées les difficultés de sa situation,
Saint-Priest affirmait que les conseils qu'il sollicitait «serviraient
d'encouragement et de guide au prince et à ses serviteurs».

Ce rapport n'eut pas de meilleurs effets que la visite de Saint-Priest
à Catherine. Zoubof ne mit aucun empressement à l'appuyer auprès de
l'Impératrice. Saint-Priest ne trouva point parmi les autres
courtisans plus de bonne volonté. Aucun d'eux ne voulut employer son
crédit à le seconder. Toute la cour était en ce moment occupée à se
distribuer les terres confisquées en Pologne. Chacun réservait son
influence pour réaliser ses desseins et ses ambitions.

Saint-Priest obtint cependant de la tzarine une lettre pour le roi.
Dans cette lettre, elle s'engageait à faire les diverses démarches qui
lui étaient demandées pour obtenir soit la reconnaissance de Louis
XVIII, soit l'autorisation pour Madame Royale de rejoindre son oncle,
soit enfin des subsides de l'Angleterre pour aider aux opérations
militaires. Elle autorisait en outre son ministre à Venise à aller
résider près du roi à Vérone. Mais elle s'obstina dans la volonté de
ne prendre aucune part effective aux opérations. Saint-Priest dut se
contenter de ce qu'on lui accordait, se résigner à renoncer à ce qu'on
lui refusait.

Il se préparait à quitter Saint-Pétersbourg pour se rendre à Vienne,
quand il reçut une lettre du roi, en date du 9 janvier 1796. Louis
XVIII l'interrogeait sur les véritables dispositions de la cour de
Russie. Convaincu à tort que Catherine était au moment de s'unir à
l'Angleterre et à l'Autriche, il voulait connaître le but de cette
alliance. L'impératrice avait-elle consenti au démembrement de la
France? Allait-elle se prêter à des changements de constitution ou de
dynastie? En quoi consistaient ces changements? Pour répondre à ces
questions, Saint-Priest n'eut pas besoin de renouveler ses démarches.
Il n'eut qu'à se souvenir de ce qui lui avait été dit. Il le fit
connaître au roi. Puis, sans obtempérer au désir exprimé par ce
dernier de le voir prolonger son séjour en Russie, certain qu'il ne
pouvait plus y servir la cause royale, il se rendit à Vienne.

Il comptait n'y faire qu'un séjour de courte durée et rejoindre
ensuite son maître à Vérone. Mais lorsque, reçu par l'Empereur, il lui
annonça que Louis XVIII avait désigné le comte de Choiseul comme son
représentant à Vienne, ce prince déclara qu'il n'en voulait pas. Un
autre émigré, le bailli de Crussol, fut alors proposé et également
refusé. On ne souhaitait que Saint-Priest ou personne. Cette exigence
modifia ses projets. Il se décida à rester en Autriche jusqu'au jour
où il serait parvenu à faire cesser la disgrâce de l'évêque de Nancy,
La Fare, qui, longtemps avait occupé les fonctions que lui-même allait
maintenant exercer à titre provisoire, et qui, d'ailleurs, ne tarda
pas à les reprendre pour les garder jusqu'en 1801.

Les audiences que lui accorda l'Empereur confirmèrent ce qu'il savait
déjà du mauvais vouloir de l'Autriche. Malgré les recommandations de
Catherine, les ministres autrichiens, et surtout le baron de Thugut,
le premier d'entre eux, n'entendaient rien céder de ce qui leur était
demandé, ni la reconnaissance du roi, ni sa présence à l'armée de
Condé, ni le départ de Madame Royale. À propos de celle-ci,
Saint-Priest recueillit même le bruit que, bien qu'il fût connu
qu'elle était, dès avant la mort de son père, fiancée au duc
d'Angoulême, la famille impériale rêvait de lui donner un archiduc
pour époux, avec l'Alsace et la Lorraine pour dot. Fondé ou non en ce
moment, le bruit ne se confirma pas. Il n'en causa pas moins de vives
inquiétudes à la cour de Vérone. Saint-Priest put constater en outre
que l'empereur d'Autriche était las de la guerre, disposé à accueillir
des propositions de paix.

Ainsi semblaient perdus tous ses efforts et jusqu'aux minces résultats
de sa mission à Saint-Pétersbourg. Il lui fut cruel d'avoir à en faire
l'aveu au roi. Ce n'était là, d'ailleurs, qu'une épreuve de plus et
non la dernière, ni la plus douloureuse. À la fin du mois d'avril.
Saint-Priest recevait brusquement la nouvelle qu'à la suite d'un vote
du Sénat de Venise, Louis XVIII venait d'être chassé de Vérone.


II

LOUIS XVIII À L'ARMÉE DE CONDÉ

Nous avons laissé le roi de France en route pour les États de Bade, où
se trouvait le prince de Condé. Le voyage fut pénible; il dura huit
jours. À Riégel, où Louis XVIII parut dans la soirée du 28 avril, il
était attendu, grâce aux avis qu'il avait pu y faire parvenir. Condé
le reçut au château du prince de Schwarzemberg, où lui-même s'était
fixé. Il lui fit connaître que les agents anglais, Wickham, venu de
Suisse, depuis quelques jours, et Crawford, qui suivait l'armée,
avertis de son arrivée, avaient exigé que la nouvelle en fût donnée
aux généraux autrichiens sous les ordres desquels était placé le corps
français et à la cour de Vienne.

Le roi voulut recevoir sur le champ ces deux personnages. Il leur
exprima sa reconnaissance pour les bons offices de l'Angleterre, leur
répéta les explications qu'il avait données à Macartney au moment de
quitter Vérone et ne leur cacha pas la satisfaction qu'il éprouvait à
se trouver parmi les Français. Ils évitèrent de lui présenter des
objections, et de lui faire part de leurs craintes, bien qu'ils
fussent convaincus, l'un et l'autre, que l'Autriche ne tolérerait pas
sa présence au quartier général.

Le même soir, il écrivit à sa femme, la comtesse de Provence, qui
résidait à la cour de Sardaigne: «Ce qui m'a le plus coûté de mon
voyage, c'est, croyez-le bien, d'avoir fait plus de la moitié du
chemin de Vérone à Turin et de n'avoir pas fait le reste. Enfin, il
l'a fallu. Mon espoir est que ce chemin que je prends est le plus
court et le plus sûr pour nous retrouver chez nous.»

Le lendemain, un ordre du jour, lu aux troupes, leur apprit l'arrivée
du roi. «Nous venons nous rallier au drapeau blanc, près du héros qui
vous commande, leur disait-il. Nous nous livrons avec confiance à
l'espoir que notre arrivée sera pour vous un nouveau titre aux
généreux souvenirs que vous avez déjà reçus de Leurs Majestés
Impériale et Britannique. Notre présence contribuera sans doute,
autant que votre valeur, à hâter la fin des malheurs de la France, en
montrant à nos sujets égarés encore armés contre nous, la différence
de leur sort sous les tyrans qui les oppriment avec celui dont
jouissent les enfants qui entourent un bon père.»

Ce langage révélait toutes les illusions de Louis XVIII. Il croyait
que l'Autriche n'oserait le faire partir alors qu'il était arrivé. Il
espérait être autorisé à rester avec les troupes de Condé, soit que ce
dernier passât le Rhin avec l'armée autrichienne, soit qu'il restât
derrière avec Wurmser. Pour faciliter l'accomplissement de ce qu'il
souhaitait, le roi était résolu à ne prendre aucun titre, a n'imprimer
aucune direction aux opérations militaires. Durant les jours suivants,
il monta à cheval, visita les postes le long du Rhin, se montra aux
troupes royales. Il lui arriva même d'interpeller, d'une rive à
l'autre, des soldats de l'armée républicaine, de se faire reconnaître
d'eux et de les engager à servir sa cause. Malheureusement, cette
cause était déjà trop compromise pour rallier de nouveaux partisans.
Elle l'était, à la fois, par les victoires des Français et par
l'attitude de l'Autriche. Non seulement la cour de Vienne ne tarda pas
à manifester le mécontentement que lui causait la présence du roi sur
le théâtre des hostilités, mais encore elle commença à menacer
d'expulsion les émigrés qui se trouvaient dans les États allemands.

C'était toujours même chanson, car les rares services rendus par
l'Autriche l'avaient été de mauvaise grâce, le plus souvent
accompagnés de procédés désobligeants. Louis XVIII ne se troubla donc
pas outre mesure de ces menaces nouvelles. Il attendait beaucoup de
l'état intérieur de la France, du zèle de ses partisans, ne
désespérait pas, malgré le succès des républicains en Italie,
d'arriver à ses fins. Il continua à s'occuper activement encore de ce
qu'il appelait «les intérêts de sa couronne». De pressantes
sollicitations adressées aux cours en vue de la reconnaissance de son
titre royal et un nouvel effort pour imprimer en France plus d'unité à
son parti, furent l'aliment qui remplit à Riégel le vide des journées.
Enfin, désireux de prouver à la France et à l'Europe qu'entre les deux
branches de la maison de Bourbon n'existaient ni rivalités ni
dissentiments, il envoyait à son cousin, Louis-Philippe d'Orléans,
fils aîné de Philippe-Égalité, par un agent de confiance, le baron de
Roll, l'invitation de se rendre sur l'heure auprès de sa personne.

Il considérait ce rapprochement et la démonstration qui devait en
résulter comme d'autant plus nécessaires que, depuis la mort du petit
Louis XVII, le jeune duc d'Orléans paraissait être devenu le candidat
préféré des royalistes constitutionnels qui répudiaient énergiquement
tout retour à l'ancien régime et rêvaient d'une monarchie comme en
Angleterre. Un acte de soumission de ce prince et un hommage public
rendu par lui au roi pouvaient seuls couper court aux divisions qui
affaiblissaient le parti royaliste en France et au dehors. Quand on
verrait le chef de la branche cadette auprès du chef de la branche
aînée, il serait prouvé que la maison d'Orléans était revenue de «ses
égarements et de ses erreurs» et que le roi les lui pardonnait, bien
qu'elles eussent contribué, dans la personne de Philippe-Égalité,
guillotiné depuis, à faire tomber la tête de Louis XVI. Dans l'écrit
de la main du roi dont Roll était porteur, il était dit que pour
absoudre «des égarements et des erreurs regrettables», Sa Majesté
n'attendait qu'un repentir sincère qui lui serait exprimé de vive
voix, quand le prince, ainsi qu'il l'y invitait, viendrait le
rejoindre à l'armée de Condé.

Il faut rappeler ici combien avait été déplorable l'effet de la
proclamation qu'avait fait répandre, au mois de juin 1795, le
prétendant en se proclamant roi. Elle ne laissait aucun doute sur ses
intentions. Il entendait remettre son royaume en l'état ancien, lui
rendre ses antiques institutions et réaliser ainsi la plupart des
voeux des émigrés. Il n'est pas étonnant qu'à cette conception de la
monarchie, qui ne tenait aucun compte des changements opérés par la
Révolution dans les idées et dans les moeurs, beaucoup de royalistes
en eussent opposé une autre suggérée par ce qui se passait en
Angleterre et eussent entrevu la possibilité de la réaliser en donnant
la couronne au duc d'Orléans. On ne saurait mettre en doute la réalité
des intrigues nouées sur son nom à Paris, où la branche cadette
comptait des partisans. Mais il n'en est pas de même du point de
savoir s'il y participa, comme on serait incité à le croire en ne
jugeant de ses sentiments que par la conduite qu'il tint en 1830. Tout
contribue même à prouver qu'en 1796, encore qu'il laissât faire et fût
prêt à tout, il n'aurait pu se leurrer d'une espérance, eût-elle été
dans son coeur, tant sa situation personnelle, comme l'état des
esprits dans le pays, en rendait la réalisation impossible.

Après être sorti de France à la suite de Dumouriez, il vivait dans
l'exil, dénué de ressources, sous des noms d'emprunt. Sous celui de
Chabaud La Tour, il avait été professeur au collège de Reichenau en
Allemagne; puis, sous celui de Corby, il s'était transporté, en 1795,
à Izehoë, à vingt lieues de Hambourg où il végétait obscurément, ayant
auprès de sa personne un de ses anciens officiers, M. de Montjoie, ne
fréquentant que quelques Français émigrés comme lui, Dumouriez
notamment qui s'était installé dans ces contrées avec sa maîtresse, la
soeur de Rivarol, et encore une charmante femme, veuve du comte de
Flahaut, qui devait se marier plus tard à un diplomate étranger, M. de
Souza, et de laquelle il était violemment épris, si violemment que ses
familiers craignaient qu'il ne l'épousât.

Dans ces circonstances, au commencement de 1796, il avait appris que
ses deux frères cadets, le duc de Montpensier et le comte de
Beaujolais, détenus depuis trois ans dans les prisons de Marseille,
allaient être mis en liberté par le Directoire après avoir pris
l'engagement de partir immédiatement pour les États-Unis. Puis une
lettre de sa mère était venue lui confirmer ces nouvelles. Longtemps
captive elle aussi, cette princesse, fille du duc de Penthièvre, avait
enfin recouvré sa liberté. Demeurée à Paris, elle y avait travaillé à
la libération de ses jeunes fils et venait de l'obtenir. En
l'apprenant à l'aîné, elle le suppliait de partir avec eux, afin de
leur assurer une protection que leur âge rendait nécessaire. Il était
résolu à exaucer cette prière, lorsque lui arriva à l'improviste le
message du roi son cousin.

Il résulte d'un rapport du baron de Roll que le duc d'Orléans essaya
d'abord de se dérober à une entrevue, soit qu'il ne crût pas à la
possibilité d'une réconciliation que le vote de son père
Philippe-Égalité dans le procès de Louis XVI semblait rendre
impossible, soit qu'il eût pressenti les propositions qu'on lui
apportait. De Roll courut après lui durant plusieurs jours sans
parvenir à le rejoindre et, pour se résoudre à le recevoir, le prince
sans doute dut se rappeler qu'ayant rencontré l'année précédente au
cours de ses pérégrinations le comte de Saint-Priest, ce dernier lui
avait donné l'assurance que Sa Majesté ne rendait pas le fils
responsable du crime du père et était disposée à l'oubli. Quoi qu'il
en soit, le baron de Roll fut enfin admis, le 1 juin, en présence du
duc d'Orléans.

«Je commençai par lui dire l'objet de ma mission et je mis sous ses
yeux l'autorisation du roi. Il la lut avec beaucoup d'attention au
moins dix fois, et après me l'avoir rendue, il me fit sa protestation
de fidélité et de dévouement au roi en fort bons termes. Puis, d'une
voix altérée et émue, il me dit:

«--Comment puis-je espérer que le roi me reverra avec plaisir,
lorsque, dans cette autorisation de sa main, il parle d'égarements et
d'erreurs? C'est toujours le même langage que la proclamation. Il
faut, d'après ce que je viens de lire, que M. de Saint-Priest ait mal
rendu au roi ce que je lui avais dit, ou qu'il m'ait bien mal compris.
M. de Saint-Priest m'avait parlé d'une manière bien plus satisfaisante
lorsqu'il m'a assuré des bonnes dispositions de Sa Majesté en ma
faveur. Quant à me rendre à l'armée de Condé, comme elle m'y invite,
c'est impossible. Cette armée est sous le commandement d'un général
autrichien. C'est de tous les moyens le plus funeste pour le roi que
de tenir à une armée étrangère. Tant qu'on le verra associé aux
étrangers, ennemis de la France, il ne réussira pas à conquérir le
coeur de ses sujets. Si j'obéissais à ses ordres en me rendant auprès
de sa personne, je ne pourrais plus lui être utile.»

Ainsi, dès le début de l'entretien, le duc d'Orléans opposait à
l'invitation royale une fin de non-recevoir inspirée par les
sentiments patriotiques qui semblent avoir constitué la règle de sa
vie. De Roll lui objecta qu'il était bien fâché de le voir dans
d'aussi mauvaises dispositions «et dans des principes aussi funestes».
Il insista pour lui arracher la promesse de se rendre auprès du roi,
s'étonnant que le prince, alors qu'il protestait de son dévouement et
de sa fidélité, eût tant tardé à en donner un témoignage public.

--J'allais le donner, répliqua le duc d'Orléans; j'étais décidé à me
rendre auprès du roi, en revenant de mon voyage dans le Nord, quand
j'ai lu dans les gazettes le manifeste qui a été lancé à l'occasion de
son avènement un trône. Ce manifeste ne m'a pas permis de suivre
l'élan de mon coeur. Tant que Sa Majesté n'aura pas fait connaître son
intention de donner à la France une monarchie limitée comme en
Angleterre; tant qu'elle ne s'expliquera pas autrement qu'elle l'a
fait dans sa dernière proclamation, je regarderai comme mon premier
devoir de me tenir a l'écart, de ne pas participer à des mesures
contraires à mes principes et à mon opinion, que je ne puis sacrifier
et ne sacrifierai jamais.

--Mais vous avez des devoirs envers le roi, monseigneur, s'écria le
négociateur.

--J'en ai aussi envers ma patrie; je ne trahirai ni les uns ni les
autres; je me tiendrai à l'écart. Je suis incapable d'avoir les vues
qu'on m'a supposées. Je ne suis pas un prétendant. Que le roi promette
une monarchie limitée et je serai avec lui et beaucoup de ses
partisans me suivront, qui gémissent aujourd'hui de ne pouvoir le
servir.

Le baron de Roll, n'obtenant rien de plus, demanda au prince de
remettre au lendemain la suite de l'entretien. Il espérait que la
réflexion modifierait l'attitude du duc d'Orléans qu'il croyait sous
l'influence de conseillers hostiles aux Bourbons, ce qui d'ailleurs
était inexact. En ces circonstances, le prince ne prenait conseil que
de lui-même. La discussion recommença donc le lendemain, mais elle
n'eut pas une autre issue que la veille. Le prince persistait dans ses
dires. Il était résolu à ne pas aller à une armée autrichienne ni à
prendre part aux intrigues nouées contre sa patrie avec l'appui de
l'étranger. Il ajouta, comme en passant, que, si d'ailleurs il le
faisait, il mettrait en grand péril sa mère et ses frères qui étaient
encore au pouvoir du Directoire.

Las de lutter en vain, le baron de Roll lui demanda alors d'écrire au
roi ou de lui envoyer un émissaire qui expliquerait à Sa Majesté
pourquoi le duc d'Orléans ne croyait pas devoir se rendre auprès
d'elle. Le prince se récria. Il ne voulait ni donner une lettre ni
faire porter au roi des explications verbales, redoutant les
commérages des entours et l'interprétation qui pourrait être donnée à
sa démarche. Il était plus simple, à non avis, que le baron de Roll
portât lui-même ses explications à celui qui l'avait envoyé. Mais de
Roll tenait à une lettre. Il est vrai que le prince se montra plus
intraitable que lui et ne donna rien qu'une note que le négociateur
jugea insuffisante, sans portée et ne répondant pas à l'écrit du roi.

Ainsi, la mission échouait et de Roll s'en retournait sans avoir rien
obtenu. Il ne désespérait pas cependant du succès. Il le croyait
possible quand le prince aurait été soustrait aux influences par
lesquelles il persistait à le croire dominé.

--Rappelez-vous, monseigneur, lui dit-il au moment de se séparer de
lui, que quelle que soit l'issue des événements, vous ne reprendrez en
Europe le rang qui vous appartient par droit de naissance que lorsque
vous aurez rempli tout votre devoir envers le roi.

--Je le sais, répondit le duc d'Orléans; mais je vous le répète, pour
moi le premier devoir est envers la patrie, et je vois avec regret
qu'à cet égard votre opinion n'est pas conforme à la mienne.

Il convient d'ajouter, pour ne pas avoir à y revenir, qu'après le
départ du baron de Roll et sans attendre une nouvelle démarche, le
duc d'Orléans ne s'occupa plus que des préparatifs de son passage aux
États-Unis. Les sollicitations de sa mère ne lui permettaient pas de
le différer.

«L'intérêt de ta patrie, lui avait-elle écrit, celui des tiens te
demandent de mettre entre nous la barrière des mers. Je suis persuadée
que tu n'hésiteras pas à leur donner ce témoignage d'attachement,
lorsque tu sauras que tes frères détenus à Marseille partent pour
Philadelphie, où le gouvernement français leur fournira de quoi
exister d'une façon convenable ... Que la perspective de soulager les
maux de ta pauvre mère, de rendre la situation des tiens moins
pénible, de contribuer à assurer le calme à ton pays exalte ta
générosité, soutienne ta loyauté! Le ministre de France à Hambourg
facilitera ton voyage.»

Le 15 août, au moment de s'embarquer, le prince écrivait: «J'ai
toujours reconnu à la nation le droit de se donner une constitution à
son gré.» En proclamant cette doctrine, il allait à l'encontre de
celle que professaient les royalistes rangés sous le drapeau blanc et
qui se refusaient, au nom du droit divin, à reconnaître le droit
populaire. Il semblait en ce moment que c'en était fait de toute
possibilité de rapprochement entre Louis XVIII et lui. On éprouve donc
quelque surprise lorsqu'on le voit, en 1800, à son retour d'Amérique,
se rendre à Londres avec ses frères, afin de faire acte de soumission
envers le comte d'Artois et écrire au roi pour lui exprimer «la
profonde douleur qu'ils ressentent que des circonstances à jamais
déplorables les aient retenus aussi longtemps séparés de Sa Majesté.
Nous osons la supplier de croire, ajoutait-il, que jamais, à l'avenir,
elle n'aura lieu de s'en ressouvenir».

Il est vrai de dire qu'après avoir ainsi protesté de sa fidélité au
chef de sa maison, le duc d'Orléans se reprit à vivre à l'écart de
toutes les intrigues de l'Émigration. On ne trouve alors son nom qu'au
bas des protestations de la famille royale contre l'élévation de
Bonaparte au trône et l'exécution du duc d'Enghien. Puis, il n'est
plus question de lui jusqu'en 1807. En cette année moururent ses deux
frères. Il partit alors pour Palerme où, deux ans plus tard, il
épousait la noble princesse qui devait être la reine Amélie. Entré par
cette alliance dans la famille royale de Naples, ses sentiments
parurent se modifier. Il y eut une éclipse dans l'intraitable
patriotisme qu'il avait toujours opposé aux suggestions des émigrés.
En 1810, il est en Espagne, prêt à combattre à la tête d'une armée
espagnole les soldats de Napoléon. Mais, à l'improviste, l'Angleterre
intervient et fait défense aux Cortès d'utiliser les services d'un
prince français. Le duc d'Orléans ne résiste pas à ces injonctions.
Peu après, il regagne Palerme où viendra le trouver en 1814 la
nouvelle de l'abdication de Napoléon.

Tandis que le baron de Roll remplissait la mission dont il vient
d'être parlé, le roi, resté à Riégel, nourrissait l'espoir d'y voir
apparaître Pichegru. Instruit, dès son arrivée au camp de Condé, de
tous les détails des négociations engagées entre les agents du prince
et le général qui, dépossédé de son commandement, s'était fixé
provisoirement à Strasbourg, il lui avait écrit une lettre flatteuse
lui conférant les pouvoirs les plus étendus:

«Je n'y mets aucune borne, aucune restriction ... Je cède à ce besoin
de mon coeur, et c'en est un pour moi de vous dire que j'avais jugé,
il y a dix-huit mois, que l'honneur de rétablir la monarchie française
vous serait réservé.»

Condé avait, en outre, affirmé au roi que Pichegru devait venir à
Riégel pour conférer avec lui. L'agent anglais Wickham, le général de
Précy et l'ancien maire de Lyon, Imbert Colomès, maintenant émigré,
allaient arriver afin de prendre part à cette importante conférence.
Les circonstances amenaient le roi au quartier général au moment où
elle se préparait. Les hostilités avaient momentanément cessé sur le
Rhin, par suite de l'armistice qui ne fut rompu que le 20 mai. Il ne
s'agissait donc de rien moins que d'aviser à la conduite à tenir, soit
dans le cas où la guerre recommencerait, soit dans le cas où la paix
serait conclue. Le roi puisa dans ces incidents de nouveaux motifs de
confiance. Quand l'Autriche menaça ses partisans et lui-même, cette
confiance fut plus forte que l'inquiétude qu'il devait ressentir.

On apprit bientôt que Pichegru renonçait à tenir sa promesse. Il y a
lieu de penser d'ailleurs qu'il ne l'avait jamais faite et qu'elle
n'existait que dans l'imagination des deux artisans de sa prétendue
trahison, Fauche-Borel et Montgaillard[72]. Wickham, Précy et Imbert
Colomès se trouvèrent seuls au rendez-vous. C'est avec eux qu'eut à
délibérer le conseil du roi. Précy parla sans ambages. Il se disait
prêt à se jeter en France, à se mettre a la tête des royalistes de
Lyon et du Midi, mais à la condition que les succès des Autrichiens
lui frayeraient la route, obligeraient le Directoire à envoyer aux
frontières les troupes en garnison dans ces contrées et assureraient
ainsi la possibilité de s'en emparer. La première victoire des
Autrichiens devait être le signal de la mise en marche de Précy.

         [Note 72: C'est à dessein, je crois devoir le répéter, que je
         ne m'attarde pas ici à ce retentissant épisode de
         l'Émigration, auquel j'ai déjà consacré un long récit: _La
         Conjuration de Pichegru_, et dont j'aurai d'ailleurs à
         reparler, dans le second volume de cette histoire, à propos
         du 18 fructidor.]

Il ne manquait à ces plans que l'assentiment de la cour de Vienne.
Elle l'avait d'abord refusé parce qu'elle tentait une négociation pour
la paix, et ne voulait pas déplaire à la République; elle maintint son
refus même après que ces pourparlers eurent échoué. On a vu que Thugut
n'avait pas caché à Saint-Priest qu'il considérait la prétention de
«Monsieur» comme inadmissible. Dans sa correspondance, il la qualifie
«d'incongruité».

Il est vrai qu'il abhorrait les émigrés en général et les princes en
particulier. Le 27 juin, Louis XVIII étant encore au camp de Condé, il
écrit: «Personne, assurément, ne fait moins de cas de la personne de
ces deux princes que moi. Je reconnais plus que tout autre combien ils
sont peu estimables. Mais est-il de notre intérêt que la royauté soit
rétablie en France? Nul ne peut le contester. Peut-il nous convenir
que les sans-culottes de Paris choisissent d'autres pour les mettre
sur le trône et donnent cet exemple philosophique aux autres nations?
Non sans doute.» Il n'épargnait pas davantage les amis du roi de
France. À propos des rapports que Mallet du Pan adressait à
l'Empereur, il écrivait: «Il est bien vrai que ce verbiage, tiré
presque toujours des gazettes, ne vaut pas la plupart du temps
l'argent qu'il coûte; aussi serais-je d'avis qu'à la fin du trimestre
prochain l'on en pourrait supprimer l'envoi, en y donnant cependant
des tournures pour que cet enragé de Mallet du Pan ne s'avise pas de
nous déchirer dans ses écrits.»

Ces sentiments se manifestèrent par la brutalité avec laquelle, à la
fin de ce même mois de juin, l'Autriche notifia à Louis XVIII que,
s'il ne quittait pas l'armée sur-le-champ, elle userait de contrainte.
Ce langage comminatoire ne laissait au roi d'autre ressource que de se
résigner à obéir. Mais vers quel lieu se diriger? Le Directoire avait
demandé à la Confédération helvétique d'expulser les émigrés. Peu à
peu, les villes d'Allemagne se fermaient devant eux. Autour d'eux
montait une malveillance dont, à Riégel même, le roi avait surpris
plus d'un témoignage. Ni les petits princes germaniques, ni leurs
sujets ne voulaient continuer à leur donner l'hospitalité. C'est comme
par grâce que l'évêque de Passau consentait à recevoir dans sa ville
épiscopale la reine de France, à qui était devenu odieux le séjour de
Turin occupé par les Français. Quant au roi, nulle porte ne s'ouvrait
plus devant lui. Les diverses démarches faites de tous côtés, durant
son séjour à Riégel, afin de s'assurer éventuellement un asile,
avaient eu partout le même sort. À Dresde, à Lubeck, chez le prince
d'Anhalt-Dessau, ailleurs encore, Louis XVIII s'était vu refuser le
permis de séjour. C'est alors que naquit l'idée de demander un refuge
à la Russie. Avant de quitter Riégel, le prétendant écrivit au comte
Eszterhazy, à Saint-Pétersbourg, pour le charger de sonder les
intentions de l'impératrice Catherine. Puis, il se mit eu route, sans
but précis, allant devant soi, un peu au hasard, pensant gagner le
duché de Brunswick et y attendre la réponse de la cour moscovite.

Après une journée du marche, il s'arrêta à Dillingen, petit bourg de
la Prusse rhénane. Il descendit avec ses compagnons dans une pauvre
auberge. Comme sa présence paraissait devoir passer inaperçue, il se
décida à demeurer là jusqu'à ce qu'il fût mis en demeure d'en sortir.
Il s'y trouvait à proximité du théâtre des opérations militaires, en
état de profiter de tout événement heureux qui se produirait. Le
groupe de ses fidèles s'était grossi du duc de Fleury et d'un petit
nombre d'émigrés qui l'avaient rejoint après sa fuite de Vérone,
tandis que les évêques d'Arras et de Vence retournaient à Londres.

Les pourparlers engagés avec l'agence royaliste de Paris se
continuèrent. De Dillingen, on discutait sur les conditions du
gouvernement royal, comme s'il eût été rétabli ou à la veille de
l'être. On discutait ces conditions, alors que la tournure de la
guerre indiquait chaque jour plus clairement qu'on n'aurait pas à les
appliquer de sitôt. On les discutait sans parvenir à se mettre
d'accord sur l'étendue et le caractère des concessions qu'il convenait
de faire à l'opinion publique. On rédigeait des rapports volumineux,
des lettres pressantes, dictées non par l'intérêt bien entendu de la
monarchie, mais par les illusions nées de l'ignorance des émigrés sur
les transformations qui s'étaient, depuis l'origine de la Révolution,
opérées en France.

Les dramatiques événements qui maintenant allaient se succéder vinrent
interrompre, à l'improviste, le cours de ces préoccupations. Le 30
juin, Wurmser, qui s'apprêtait à passer le Rhin, fut devancé par les
Français, obligé de battre en retraite. L'armée de Condé dut en faire
autant. Le roi qui était venu se remettre à sa tête, faillit être pris
dans une escarmouche à Kuppenheim. Il se réfugia dans l'abbaye de
Schutter. Condé le fit partir sous escorte pour Dillingen où il le
rejoignit le 11 juillet. La partie engagée par l'Autriche semblait
alors compromise, sinon perdue. Moreau s'avançait à grands pas. Les
troupes impériales rétrogradaient devant lui. Cependant, comme le
corps de Condé avait trouvé à Dillingen une forte position, Louis
XVIII laissa passer quelques jours sans arrêter un parti. Il espérait
encore un retour heureux des Autrichiens. À la fin de juillet, cette
espérance fut détruite par l'ordre de retraite générale que donna
Wurmser. De nouveau, le roi dut songer à s'éloigner. Il était venu au
quartier général de Condé pour entrer en France et non pour défendre
l'Allemagne contre ses sujets.

Au moment de quitter ses fidèles soldats, il voulut leur adresser ses
adieux. Il le fit en ces termes dans une proclamation qui leur fut
communiquée:

«Lorsque je suis venu avec tant d'empressement me réunir à vous dans
l'espoir de délivrer mes malheureux sujets du joug qui les opprime,
j'étais loin de prévoir que ce moment heureux dût être suivi d'une
séparation déchirante. Des motifs impérieux l'exigent aujourd'hui:
mais j'ai besoin de toutes les forces de mon âme pour m'y déterminer.
Si quelque chose peut adoucir le sentiment douloureux que je ne
cesserai d'éprouver jusqu'au moment où je viendrai rejoindre mes
braves compagnons d'armes, mes fidèles soldats, c'est de les laisser
entre les mains d'un prince de mon sang dont le courage, la constance
et le dévouement lui ont acquis le droit de me représenter, et à qui
je demande comme ami et j'ordonne comme souverain de continuer à
commander, ainsi qu'il l'a fait jusqu'à présent, cette illustre armée
dont, en ce moment même, la voix de nos amis et celle de nos ennemis
attestent également l'énergie et l'intrépidité.»

Cette proclamation faite, il différa encore son départ jusqu'au 19
juillet. Ce jour-là, quelques instants avant de partir, il était, avec
le duc de Fleury, à l'une des croisées de son auberge, quand un coup
de pistolet fut tiré sur lui. La balle effleura son front et alla
s'aplatir contre le mur derrière sa tête. Si elle l'avait atteint un
peu plus bas, c'en était fait de sa vie: comme il le dit autour de
lui, le roi se serait appelé Charles X. Cette blessure, qui pouvait
être mortelle et dont l'auteur demeura inconnu, n'eut d'autre
conséquence que l'obligation pour le roi de rester alité pendant huit
jours. Dès qu'il put se tenir debout, il se mit en route. Quelques
jours après, il arrivait à Blanckenberg, dans le duché de Brunswick,
le seul État d'Allemagne qui voulût le tolérer. Après de courts
pourparlers avec le duc régnant, il était autorisé à y séjourner
temporairement.


III

MORT DE L'IMPÉRATRICE CATHERINE

Dans ce trou de Blanckenberg, la petite cour du comte de l'Isle tant
bien que mal s'installa. Il était aisé de prévoir que son séjour s'y
prolongerait; trois chambres, louées chez la veuve d'un brasseur,
devinrent le domicile du roi de France. L'une lui fut réservée. Les
«gentilshommes de service», le duc de Fleury, le duc de Gramont, le
comte d'Avaray occupèrent la seconde qui servait de chapelle. Durant
le jour, on se tenait dans la troisième, à la fois salon et salle à
manger. Les autres compagnons de Louis XVIII se logèrent en ville,
comme ils purent. La détresse financière ne permettait pas de faire
mieux.

Il y avait, il est vrai, dans le voisinage un château appartenant au
duc de Brunswick. Mais ce prince ne l'offrit pas; on n'osa le lui
demander. C'était bien assez qu'il tolérât le séjour du comte de
l'Isle dans ses États, en feignant de l'ignorer. On redoutait
d'éveiller ses susceptibilités; on s'en tint à la maison du brasseur.
C'est là que le comte de l'Isle allait vivre et qu'il reçut, pendant
dix-huit mois, les rares Français qui venaient se concerter avec lui,
vêtu «d'un habit bleu fort sec, d'une veste et culotte noire râpée,
mais l'air très affable».

À Blanckenberg, comme à Vérone, comme à Riégel, comme à Dillingen, la
politique, un moment négligée dans les émotions d'une fuite rapide et
les soucis d'une précaire installation, reprit bientôt ses droits.
Entre les agents de Paris et la cour proscrite, il s'agissait de
savoir si Louis XVIII persisterait à vouloir rétablir l'ancien régime,
comme il n'avait cessé de le dire, ou si, pour faciliter sa
restauration, il prendrait, ainsi qu'on le lui conseillait,
l'engagement de se rallier à un système de royauté constitutionnelle,
soit à titre définitif, soit à titre transitoire, si, une fois
rétabli sur son trône, il jugeait préférable de revenir aux habitudes
du passé. Ce système, fondé sur un équitable accord des idées
nouvelles nées de la Révolution, et des idées anciennes, était celui
des agents de Paris qui connaissaient la France. Pichegru lui-même le
considérait comme le meilleur, comme le seul réalisable:

«Si le souverain légitime, disait-il, voulait cesser de parler de
l'ancien régime dans toute sa pureté, il n'est pas douteux qu'un peu
plus tôt ou plus tard, tous les individus bien pensants de tous
genres, de tous partis, pourraient se rallier autour de son drapeau.»

Il était d'autant plus urgent de se décider que si d'une part, depuis
thermidor, la cause royaliste avait fait des progrès en France,
d'autre part, des factions dissidentes s'étaient créées, les unes
soutenant la nécessité de donner la couronne au duc d'Orléans, sans
s'être informées d'ailleurs s'il l'accepterait, les autres disposées à
faire appel à quelque prince étranger. Mais la cour de Blanckenberg ne
voulait pas revenir sur ses précédentes déclarations. Les conseillers
du roi plus encore que lui-même, La Vauguyon surtout, s'opposaient à
toute concession. Ils ne rêvaient qu'aux moyens de rallumer la guerre
civile en Vendée et dans le Midi, en y employant les nombreux émigrés
rentrés en France depuis la chute de Robespierre.

Cependant, la physionomie des événements parut bientôt se modifier
assez pour ranimer les espérances des royalistes. À la suite de la
rupture de l'armistice sur le Rhin, pendant les six semaines qui
suivirent, les armées autrichiennes avaient été plus souvent vaincues
que victorieuses. Les défaites se succédant, elles s'étaient vues
contraintes de rétrograder, entraînant dans leur retraite, comme on
l'a vu, l'armée de Condé et le prétendant. Mais, à partir du
commencement du mois d'août, la fortune des armes changea. L'armée de
Sambre-et-Meuse, commandée par Jourdan, ne put opérer sa jonction avec
l'armée du Rhin, commandée par Moreau. La première fut battue en
plusieurs rencontres; la seconde, après s'être avancée jusqu'en
Bavière, dut se replier. Les Autrichiens reprirent l'offensive.
L'archiduc Charles à leur tête, ils marchaient sur les pas des
Français. À Blanckenberg et au quartier général de Condé, on était
convaincu qu'ils arriveraient aux frontières, entreraient en Alsace,
et qu'à ce moment le roi pourrait y entrer derrière eux.

En même temps, les nouvelles venues de Saint-Pétersbourg et de Londres
annonçaient que l'impératrice Catherine, effrayée par les succès
militaires de la République pendant la première partie de la campagne
sur le Rhin, et surtout par la marche victorieuse des Français en
Italie, s'était décidée à la guerre. En vue d'un traité d'alliance,
une négociation se poursuivait entre les cabinets russe et anglais,
dont l'Impératrice avait pris l'initiative par une lettre à son
ambassadeur à Londres, le comte de Woronzow.

Cette lettre était arrivée le 18 septembre. Après avoir exprimé
combien elle était touchée du péril que couraient l'Autriche et
l'Europe entière, Catherine annonçait sa résolution d'envoyer au
secours de l'Empereur une armée de soixante mille hommes; mais, comme
ses finances ne lui permettaient pas d'entretenir celle armée si loin
de ses États, elle demandait que l'Angleterre lui fournît d'abord
trois cent mille livres sterling pour porter ces soixante mille hommes
sur le Rhin; puis cent vingt mille livres sterling par mois pour leur
entretien, non compris les vivres et les fourrages, que l'Angleterre
fournirait; et enfin, qu'à la paix, on lui comptât encore trois cent
mille livres sterling pour ramener ses troupes en Russie. Elle
s'engageait à tenir au complet ses effectifs pendant toute la durée de
la guerre. Elle venait d'écrire au roi de Prusse pour lui faire part
de sa détermination et le solliciter de reprendre dans la coalition
une part active.

Ces propositions, malheureusement, se présentaient en une heure
inopportune. Elles trouvaient le cabinet britannique en proie au
découragement et disposé à prêter l'oreille aux propositions
pacifiques de la France. Il était las de combattre, et la situation de
ses finances lui commandait la paix. Rien que pour ses entreprises
contre les colonies françaises, les dépenses évaluées à cinq cent
mille livres sterling avaient atteint le chiffre colossal de trois
millions et demi. Les frais d'entretien et d'approvisionnement de sa
flotte dans la Méditerranée avaient dépassé de beaucoup le calcul
approximatif qui en avait été fait. L'impossibilité d'ouvrir un
emprunt au profit de la cour de Vienne, dont les besoins devenaient de
la dernière urgence, avait obligé le ministre à accorder un secours
d'argent mensuel. Les revers sur le continent, des insuccès dans les
îles, où la prise de Sainte-Lucie avait été le seul fruit des plus
grands armements que l'Angleterre eût jamais envoyés dans ces parages,
influaient d'une manière très fâcheuse sur les fonds, et, pour comble
d'embarras, Pitt, en donnant dans les derniers emprunts une confiance
exclusive à une nouvelle maison de banque, s'était aliéné les plus
anciennes. Les capitalistes, enchantés de trouver l'occasion de se
venger, s'évertuaient à entraver toutes ses opérations financières.

Sous le rapport militaire et politique, la situation du ministère
était encore plus pénible. En Allemagne, la continuité des revers
faisait craindre qu'il n'arrivât quelque grand désastre, qui forcerait
l'Autriche à une paix instantanée. On avait vainement attendu des
secours de la Russie; on redoutait quelque coup de Jarnac de la
Prusse. Les échecs de l'Autriche en Allemagne ne laissaient pas
l'espoir qu'elle pût défendre l'Italie, où un avantage momentané avait
été suivi de plusieurs défaites. Le roi de Naples ne pouvait mettre
ses troupes en mouvement, sans des subsides que l'Angleterre n'était
pas en état de lui donner. L'imminence d'une rupture avec l'Espagne
imposait une augmentation des forces navales, de lourdes dépenses à
Gibraltar et des renforts dans la Méditerranée. Le Portugal menacé
réclamait l'exécution d'un traité, en vertu duquel on lui devait un
contingent de seize mille hommes. À Saint-Domingue, l'intempérance et
le climat avaient détruit un tiers de l'armée et des équipages de la
flotte, et l'on n'était pas maître de la sixième partie de l'île. Aux
îles du Vent, la Guadeloupe restait entière aux Français. La Grenade
et Saint-Vincent étaient en partie occupées par les rebelles, les
Caraïbes ou les nègres marrons, et, en général, ces îles exigeaient
des renforts.

En France, depuis l'écrasement des armées royalistes dans les
provinces de l'Ouest, un corps de troupes nombreux campait sur les
côtes. Hoche faisait des préparatifs qui semblaient annoncer des
projets de descente en Irlande. Les rapports de l'intérieur, après
s'être accordés pendant quelque temps sur ce point avec les bruits
publics, finissaient par annoncer la descente comme certaine et sa
réussite comme très probable, ce qui obligeait les Anglais à une
augmentation de forces et des préparatifs de défense très coûteux.
Enfin comme, l'année précédente, Pitt avait déclaré au Parlement que
la France était maintenant constituée de manière à ce qu'on pût
traiter avec elle, les partisans même du cabinet ne voyaient plus dans
les hostilités qu'une guerre de spéculation qu'il fallait terminer,
dès que l'objet qu'on se proposait d'atteindre était hors de portée.
L'opposition exploitait habilement la déclaration de Pitt, et, de
toutes parts, le pays réclamait la paix. Jusque dans le ministère,
elle comptait des partisans énergiques et résolus.

Influencé par les périls auxquels il était exposé, le cabinet prit
diverses résolutions qui témoignaient de sa volonté de terminer la
guerre, et, en attendant, de réduire ses dépenses en se bornant à
défendre celles de ses conquêtes qu'on ne lui disputait pas.
L'évacuation de Saint-Domingue, la concentration sur deux ou trois
points des troupes employées aux colonies, l'abandon de la Corse, que
l'Angleterre occupait, et enfin le rappel de la flotte de la
Méditerranée, furent successivement adoptés. Les protestations de la
cour de Naples, celles de l'Autriche suspendirent l'exécution de ces
mesures. Mais le cabinet persévéra dans son projet de négocier avec la
France. Telle était la situation contre laquelle vinrent se heurter
les offres de Catherine, présentées au mois de septembre par son
ambassadeur. Woronzow avait requis, en vue de ses démarches, l'appui
du comte de Stahremberg, ambassadeur d'Autriche à Londres. Mais leurs
efforts réunis, les influences qu'ils firent agir, leurs prières
pressantes ne parvinrent pas à ébranler les dispositions des ministres
anglais. Ceux-ci ne formulèrent pas un refus formel; mais ils
déclarèrent n'être pas encore en état de prendre une décision.

Pendant ce temps, l'Impératrice recevait du roi de Prusse, à qui
elle s'était adressée, une réponse négative. Loin d'être du même
avis qu'elle quant aux dangers qui menaçaient l'Autriche,
Frédéric-Guillaume considérait qu'entre les belligérants, succès
et revers étaient suffisamment balancés pour leur inspirer une
lassitude réciproque et amener une paix équitable. Quant à une
nouvelle coalition, il déclarait avoir trop vivement senti
l'inutilité de la première, dont il avait porté presque
exclusivement le fardeau, pour croire à l'efficacité d'une seconde.
D'ailleurs, n'ayant qu'à se louer des Français depuis la conclusion
de la paix, il ne voulait pas leur faire la guerre. À Blanckenberg,
on fut, durant plusieurs semaines, à ignorer ces incidents. On ne
les connut qu'au mois de novembre par un rapport détaillé du duc
d'Harcourt[73], lequel disait, en terminant, que les récents succès
de l'Autriche sur le général Jourdan semblaient avoir modifié les
dispositions de l'Angleterre. La négociation avec la Russie,
considérée d'abord comme ne pouvant aboutir, prenait meilleure
tournure. D'autre part, on prêtait à l'Impératrice le dessein de
n'en pas attendre l'issue pour agir et donner suite à ses projets
d'intervention.

         [Note 73: C'est de ce rapport inédit que sont extraits les
         détails qui précèdent. Il porte la date du 28 octobre 1796.
         Nous en avons trouvé la minute dans les papiers du maréchal
         de Castries.]

Ces circonstances fortifièrent Louis XVIII dans son projet de rester à
Blanckenberg, tant qu'il ne serait pas contraint de s'en éloigner. Il
croyait de nouveau à sa prochaine restauration. Les pourparlers avec
les agents de Paris devenaient plus actifs. Ils roulaient toujours sur
l'étendue des concessions que devait promettre le prétendant pour
grossir le nombre de ses partisans. On le pressait de se prononcer.
Les élections pour le renouvellement d'un tiers du Corps législatif
étaient prochaines. Elles exigeaient de promptes décisions. Louis
XVIII hésitait encore à obéir aux conseils des agents de Paris. Il
parlait de perfectionner l'ancien régime, et non de renoncer à le
rétablir. Tout en promettant de réformer les abus, il écartait comme
dangereuse la théorie du gouvernement constitutionnel.

Au commencement de décembre, arriva brusquement à Blanckenberg la
nouvelle de la mort de l'impératrice de Russie. Le 18 novembre, cette
princesse avait été trouvée mourante dans sa garde-robe. Relevée par
ses femmes, elle avait expiré sans reprendre connaissance. C'est son
fils qui lui succédait sous le nom de Paul Ier.

Grave et inquiétant était l'événement. Il survenait au moment où, même
sans attendre la conclusion du traité qu'elle négociait avec
l'Angleterre, Catherine venait de donner l'ordre à Souvarof de se
porter avec soixante mille hommes, au secours des Autrichiens; il
suspendait cette expédition; il livrait le pouvoir en Russie à un
prince connu surtout par son caractère mobile et fantasque. Sa mère,
qui le jugeait faible d'esprit et espérait transmettre la couronne,
non à lui, héritier direct, mais à son fils Alexandre, l'avait tenu
éloigné de Saint-Pétersbourg, pour ne pas l'admettre aux conseils du
gouvernement. Ce qu'on savait de lui, ce qu'on en disait était propre
à justifier les préoccupations qu'allait susciter par toute l'Europe
son avènement.

Celles de la petite cour de Blanckenberg furent vives. Elles durèrent
pendant plusieurs semaines. À Paris, on n'éprouva pas une moindre
anxiété. À la suite d'une tentative avortée de rapprochement avec la
Russie, le Directoire, qui redoutait l'intervention de cette puissance
dans le conflit européen, avait songé à soulever contre elle les
Tartares et les Cosaques, à encourager, par l'envoi d'une ambassade au
shah de Perse, la guerre que ce souverain soutenait contre
l'Impératrice, à provoquer une révolte en Pologne, à liguer enfin la
Suède, le Danemark, la Prusse, les républiques de Hollande, de Venise
et de Gênes pour paralyser le mauvais vouloir de la terrible
Catherine. Sa mort donnait à ces projets non encore réalisés une
actualité pressante. On se demandait si Paul Ier allait continuer la
politique de sa mère ou y renoncer; s'il resterait neutre ou s'il
s'immiscerait «dans la vieille querelle des rois et des peuples». On
le savait en relations d'amitié avec le roi de Prusse. Cette bonne
intelligence aurait-elle pour effet de le rapprocher de la France, ou
d'enlever, au contraire, la Prusse à l'alliance de la République?

À Vienne, le trouble et l'effroi furent à leur comble. On en trouve la
preuve dans le langage du baron de Thugut. Le 10 décembre, il écrivait
au comte de Colloredo:

«Votre Excellence sent aisément les suites incalculables que peut
entraîner ce funeste événement, et dans quel embarras nous pouvons
nous trouver au milieu des grands changements qui peuvent survenir,
sans armée, sans finances, et avec tous les désordres intérieurs de
notre administration écrivante. Quoi qu'il en soit, le principal et le
premier soin dans ce moment me paraît être de faire bonne contenance
et de ne pas laisser apercevoir à nos ennemis nos transes et les
inquiétudes que cet événement doit nous causer. Si, jusqu'ici, j'ai
pris la liberté de solliciter vivement le retour de Sa Majesté, j'ose
croire qu'actuellement, il serait bon peut-être que Sa Majesté restât
un jour de plus à Presbourg, pour montrer de la tranquillité au public
et ne pas faire croire que c'est l'événement qui l'ait engagé à tout
abandonner et à quitter Presbourg avec précipitation. Nous serons
peut-être bien mal désormais; mais, si nous pouvons nous sauver
encore, c'est surtout par la constance, la réflexion et l'ordre, et il
ne nous reste certainement pas d'autres remèdes.»

Indépendamment de l'émotion que révèle cette lettre, on peut encore en
conclure que la cour de Vienne aux abois ne croyait pas à la durée des
succès remportés en ce moment par l'archiduc Charles sur les armées de
la République, que nous avons montrées battant en retraite devant lui.
Et, assurément, ces succès étaient aussi précaires que momentanés. Ils
ne se poursuivirent pas. La nécessité d'envoyer une partie de ses
troupes au secours de celles qui combattaient en Italie contre
Bonaparte, empêcha l'archiduc de tirer parti de ses avantages. La
frontière française ne fut pas franchie. L'espoir que caressait Condé
d'entrer en Alsace s'évanouit.

Les nouvelles reçues ultérieurement de Russie à Blanckenberg finirent
par apaiser la violente émotion provoquée par la mort de Catherine. À
la vérité, on apprit, au mois de janvier que le comte Eszterhazy,
représentant de Louis XVIII à Saint-Pétersbourg, ne trouvait pas,
auprès du nouvel Empereur, le favorable accueil auquel l'avait
accoutumé Catherine. Mais ce n'était là, de la part de Paul Ier, que
l'effet d'une antipathie toute personnelle, car, au même moment, il
écrivait au «roi de France» une lettre bienveillante, propre à faire
supposer qu'il voulait suivre les traces de sa mère. Il assurait à ses
courtisans qu'il continuerait la politique de celle-ci, que nul
changement ne serait apporté dans le personnel qui exerçait le pouvoir
en son nom. Il commençait même par déclarer au favori de Catherine,
Platon Zoubof, qu'il lui conserverait ses emplois et ses grades. Mais,
en même temps, il arrêtait les préparatifs de l'expédition que devait
commander Souvarof, éloignait ce général, renvoyait le ministre
Markof, rappelait à sa cour Repnin, Romanzof, d'autres encore, tombés
en disgrâce sous le précédent règne. On racontait enfin qu'ayant
trouvé sur la table de sa mère le projet du traité avec l'Angleterre,
il l'avait mis en morceaux.

De Vienne, où il se trouvait encore et où il recueillait des
impressions et des bruits de nature à lui créer une opinion,
Saint-Priest mandait au roi, le 22 décembre: «Quant aux dispositions
de l'Empereur, on tire, à cet égard, plus de conjectures de ses
actions que de son langage, lequel, ainsi qu'il arrive ordinairement
dans les premiers moments, a été confirmatif des engagements de
l'Impératrice défunte.» Tout était donc encore incertitude et
désarroi; du souverain russe, on pouvait également tout espérer et
tout redouter.

C'est à ce moment que, de nouveau, Louis XVIII comprit la nécessité
d'avoir auprès de lui un homme de jugement ferme et de grande
expérience. Il était las de l'imprévoyance du duc de La Vauguyon qui,
jusqu'à ce jour, avait excité et encouragé sa résistance aux conseils
des agents de Paris. Ce personnage, dans ses fonctions de premier
ministre, avait en outre encouru le ressentiment de d'Avaray dont le
crédit sur le roi était tout-puissant. Soit que le prince cherchât à
donner une satisfaction à son favori, soit que ses premières opinions
sur la politique à suivre se fussent modifiées et que, pour appliquer
ses idées nouvelles, il voulût un autre collaborateur, il décida le
renvoi de La Vauguyon. Il résolut d'appeler Saint-Priest pour le
remplacer et pour remplacer du même coup le baron de Flachslanden, que
l'état de sa santé condamnait au repos, et qui mourut peu après.

La présence de Saint-Priest à Vienne n'y était plus nécessaire, depuis
qu'il avait obtenu du baron de Thugut l'assurance que la cour
d'Autriche ne songeait pas, ainsi qu'on l'en accusait, à marier Madame
Royale à l'archiduc Charles, et la promesse de renvoyer cette
princesse à son oncle aussitôt que celui-ci la réclamerait. Pour les
négociations à suivre ultérieurement, l'évêque de Nancy pouvait
suffire, l'Empereur étant maintenant disposé à lui rendre ses bonnes
grâces. Le roi écrivit donc à Saint-Priest, le 17 janvier, pour le
mander près de lui. Mais le duc de La Vauguyon, chargé d'expédier
cette lettre qui lui avait été remise cachetée, l'ouvrit, en prit
connaissance et ne la fit pas partir. Cet incident ne fut découvert
que le 28 février. La Vauguyon, convaincu d'avoir abusé de la
confiance de son maître, reçut l'ordre de quitter Blanckenberg
sur-le-champ. Ses pouvoirs lui furent retirés; les agents du roi en
furent avertis.

Il ne devait jamais pardonner cette injure, et quelques semaines plus
tard, à Hambourg où il s'était rendu, il se vantait «d'avoir toujours
assez méprisé son maître pour faire le contraire de ce qui lui était
ordonné». Un nouvel avis envoyé à Saint-Priest l'invita à se mettre en
route sans délai pour rejoindre le roi. «Je vous attends, Monsieur,
avec une impatience égale à mon estime, à ma juste confiance et à tous
les autres sentiments dont je désire vous donner de plus en plus les
preuves.»

À cette date, un douloureux événement s'était produit à Paris. La
police du Directoire avait de nouveau mis la main sur les membres de
l'agence royaliste reconstituée après la journée de vendémiaire. La
Villeheurnoy, Duverne de Praile, Brottier étaient arrêtés, et, cette
fois, la saisie de leurs papiers les plus importants ne leur
permettait pas de dissimuler les complots qu'ils s'attachaient à
ourdir. Le roi, à peine averti de cette catastrophe, écrivait au duc
d'Harcourt, le 16 février 1797, en l'invitant à supplier en son nom le
roi d'Angleterre de profiter des bons rapports qui existaient en ce
moment entre lui et le Directoire, à la faveur des négociations
entamées à Lille en vue de la paix pour intervenir en faveur de ces
malheureux, «victimes de leur courageux dévouement». Mais, en même
temps, le prétendant, en proie à une aberration dont il avait été
maintes fois le jouet, revenait à l'idée de conquérir à sa cause un
des généraux de la République. N'attendant plus de Pichegru les
services qu'il en avait espérés, c'est sur Moreau que, maintenant, il
jetait les yeux.

«Proposez à Sa Majesté britannique et à ses ministres, mandait-il à
d'Harcourt, _de déposer entre les mains de M. Wickham, ou de telle
autre personne qui serait choisie pour cela, des fonds qui seraient
employés à gagner l'armée aux ordres du général Moreau, à l'habiller,
à lui fournir les vivres, médicaments dont elle a besoin, et à la
solder pendant quelque temps_. Le moment est pressant, il peut être
décisif, c'est en déployant de plus grandes ressources, à l'instant où
l'on en perd une importante, que l'on peut étonner ses ennemis,
ranimer ses partisans, et se faire un moyen de succès de ses revers
mêmes. Les tyrans de la France ont saisi ceux qu'ils regardaient comme
les chefs du parti royaliste; qu'ils voient le roi lui-même à sa tête,
et bientôt la trahison qui leur a livré ceux pour qui je tremble
aujourd'hui retombera sur eux-mêmes.»

À peine est-il besoin de mentionner que cette étrange proposition
n'eut pas de suites, soit que d'Harcourt n'eût pas jugé opportun de la
transmettre, soit que le cabinet britannique ne s'y fût pas arrêté.


IV

SAINT-PRIEST, PREMIER MINISTRE

Au mois d'avril suivant, Saint-Priest était à Blanckenberg. Il y
prenait aussitôt possession du poste que lui assurait la confiance du
roi, que méritaient ses services passés, et qui était en réalité celui
de premier ministre d'un monarque sans couronne.

Fort de cette confiance, soutenu par l'appui de d'Avaray qui ne le lui
marchandait pas encore comme il le fit plus tard, le comte de
Saint-Priest imprima aux ordres du cabinet royal plus d'homogénéité et
de suite qu'ils n'en avaient eu jusque-là, tint la main à leur
exécution, disciplina les agents diplomatiques que Louis XVIII
entretenait dans les diverses capitales. Dans la direction de la
politique royale, il s'appliqua à faire prévaloir les idées modérées
auxquelles se ralliait maintenant le roi après les avoir écartées
longtemps. Ce n'était ni trop de sagesse, ni trop de prudence. Jamais
la situation générale n'avait exigé plus de ménagements, d'attention,
d'habileté. Elle se présentait, pour les débuts de Saint-Priest,
pleine de complications et de troubles.

L'Europe n'était pas encore remise de l'émotion produite par le
changement de règne survenu en Russie. Elle restait impuissante à en
prévoir les conséquences. Les négociations entamées à Paris, entre le
gouvernement anglais et le Directoire, en vue de la paix, et sans
qu'aucun des partis y portât la sincère intention d'aboutir, venaient
d'être interrompues par le brusque renvoi du plénipotentiaire
britannique, lord Malmesbury. Sur le Rhin, les opérations de guerre
subissaient un temps d'arrêt. Mais, en Italie, les armées de la France
accomplissaient des prodiges. Ils allaient aboutir aux préliminaires
de Léoben. À Paris, nous l'avons dit, les agents royalistes avaient
subi la plus cruelle avanie. Dénoncés au Directoire, leurs papiers
saisis, leurs secrets divulgués, ils se voyaient l'objet de mesures de
rigueur. Une procédure, commencée avec éclat, révélait à la France
républicaine, en l'exagérant, le danger qu'elle avait couru. Enfin,
les élections étaient prochaines; il ne semblait pas qu'elles pussent
échapper à l'influence d'événements si divers et si graves.

Saint-Priest courut au plus pressé. C'était la reconstitution de
l'agence royaliste de France. À peine dissoute par l'arrestation de la
plupart de ses membres, elle se reformait déjà grâce au zèle de l'un
d'entre eux, Despomelles, assez heureux pour se dérober au sort de ses
complices. Sur sa proposition, un conseil royal fut créé à Paris. Il
se composait de neuf personnes. Pour le présider, le roi désigna le
prince de La Trémoïlle, émigré qui demandait sa radiation, espérait
l'obtenir, et, une fois en France, recommencer à conspirer. À l'effet
de tracer la conduite de ce conseil, le roi écrivit de sa main le
programme détaillé de ce qu'il lui enjoignait de faire.

«Mon conseil, y était-il dit, dès le début, s'assemblera deux fois la
semaine, et si quelqu'un de ses membres reçoit, dans l'intervalle
d'une séance à l'autre, une pièce qui lui paraisse demander une
discussion prompte, il en avertira ses collègues, afin qu'il y ait
sur-le-champ une séance extraordinaire.»

Tous les détails étaient réglés, tous les incidents prévus, toutes les
questions résolues avec la même précision.

«Mais l'objet principal des délibérations de mon conseil sera ce qui
concerne l'intérieur du royaume; ces affaires souffriraient trop s'il
fallait attendre mes ordres pour continuer la correspondance; ainsi,
je charge mon conseil de la faire aller suivant les bases que je vais
poser. Le premier effet que doivent produire les revers actuels et la
paix générale qui, probablement, en sera bientôt la suite, doit être
un grand découragement de la part des royalistes. Ne pas leur donner
quelques encouragements ou leur en donner trop sont deux écueils
également a craindre ... Il faut donc prescrire à nos agents de
l'intérieur et ne cesser de leur prescrire de s'abstenir de toutes
déclamations soit de bouche, soit par écrit contre le gouvernement,
quel qu'il soit, mais de répandre et faire répandre sans éclat de
grandes vérités telles que celles-ci: Un grand État ne peut supporter
longtemps la forme républicaine. L'établissement et les victoires de
la République française ne prouvent rien contre cette assertion,
puisqu'ils n'ont été dus, l'un qu'au despotisme paré du nom de
liberté, les autres qu'à l'enthousiasme de la nation qui n'a pu
supporter l'idée d'un joug étranger, et à la faute des puissances qui
ont fait tout ce qu'il fallait pour lui persuader qu'elles voulaient
lui imposer ce joug.»

Ces considérations étaient longuement développées, à l'effet de
démontrer que les agents desserviraient la cause royale s'ils
essayaient de provoquer des secousses violentes. Sur le chapitre des
concessions, et sans en refuser aucune, le roi pensait qu'il serait
dangereux de toucher à l'ancienne constitution du royaume; il ne
renonçait plus cependant à la modifier s'il était démontré qu'une
modification était nécessaire. Le conseil devait entretenir la
correspondance la plus active avec le comte d'Artois et le prince de
Condé. Les délibérations devaient être prises à la majorité des voix.
En certains cas, cependant, aucune ne pouvait devenir définitive sans
que le roi eût donné son avis. À ces instructions secrètes était
jointe une proclamation destinée à être rendue publique, dans laquelle
le roi insistait encore pour le maintien de l'ancienne constitution
améliorée.

Saint-Priest, à qui ces pièces furent soumises, y trouva «trop de
détails et trop de beau dire». Il rédigea de son côté un projet plus
simple et plus court, qui différait sensiblement de l'autre. «Tout ce
qui a été fait depuis la Révolution au véritable avantage du bien
public sera maintenu, y disait le roi; si cela peut dépendre de moi,
tout ce qui y manque encore sera ajouté; et ce ne sera ni la
nouveauté, ni l'antiquité des lois qui en fera le mérite, mais leur
véritable utilité. Quand je réduis tout à l'utilité publique, sans
parler de la justice due à chacun, c'est que je la regarde comme la
vraie base du bien public; la liberté, ce mot dont on a tant abusé,
s'y trouve également comprise, et, dans sa véritable acception, elle
n'est pas moins importante pour le souverain que pour les sujets.»

Les documents d'après lesquels sont écrits ces récits ne disent pas
lequel des deux projets, celui de Louis XVIII ou celui de son
ministre, fut utilisé, imprimé, répandu. Ce qui est plus certain,
c'est que ni les exaltés du parti royaliste, ni les constitutionnels
ne furent satisfaits. Ceux-ci déploraient qu'il n'y eût auprès du roi
personne qui possédât «la notion exacte de ce qu'est une assemblée
populaire ni du gouvernement mixte». Ceux-là écrivaient: «Il paraît
que l'on veut régner coûte que coûte et vaille que vaille. On ne peut
rien faire avec de pareilles intentions ... Il ne s'agit plus que de
gagner l'opinion en promettant des récompenses, des places, en
assurant l'oubli des erreurs, l'oubli même des crimes.»

C'est au milieu de ces tiraillements que l'agence de Paris fut
reconstituée. Elle reçut la mission spéciale de préparer les élections
annoncées pour le mois de mai. La Trémoïlle qui était venu à
Blanckenberg pour conférer avec le roi, alla en prendre la direction,
après avoir fait un court séjour à Édimbourg afin de s'entendre avec
le comte d'Artois. De ce côté, il y avait beaucoup à faire. À la
faveur de l'autorité que lui donnaient ses fonctions de lieutenant
général du royaume, à la faveur surtout de l'éloignement où il était
de son frère, ce prince s'était créé un pouvoir indépendant que ses
agents opposaient fréquemment à la volonté du roi. À Édimbourg comme à
Paris, on pensait autrement qu'à Blanckenberg. Saint-Priest s'attacha
à atténuer les effets de ces divisions. Il imprima plus d'activité à
la correspondance avec le duc d'Harcourt qui représentait Louis XVIII
auprès du gouvernement anglais. Les affaires qui se traitaient en
Angleterre échappèrent moins fréquemment à l'oeil du roi.

Saint-Priest voulut aussi que les relations avec Hambourg fussent plus
régulières et plus fréquentes. La situation de cette grande cité à
l'embouchure de l'Elbe en faisait le passage le plus fréquenté de
l'Europe; l'importance de son commerce, sa puissance financière la
mettaient en rapport avec le monde entier. Grâce à ces circonstances,
grâce à la neutralité que lui assurait sa qualité de ville libre, elle
était devenue le centre le plus important de l'Émigration, sans cesser
de vivre en paix avec la République française, qu'un plénipotentiaire,
Reinhart, y représentait. Tous les autres États de l'Europe y
entretenaient des ministres. Ceux de Russie, d'Angleterre et
d'Autriche protégeaient les émigrés, vivaient avec eux, défendaient
leurs intérêts auprès du Sénat de Hambourg.

Placé entre leurs exigences et celles de l'agent français, le Sénat
était tenu à des prodiges d'habileté pour vivre en bon accord avec
tous. S'il accordait à des émigrés le droit de bourgeoisie, de Paris
on lui reprochait de les favoriser; s'il appuyait les démarches du
Directoire qui cherchait à contracter un emprunt chez les banquiers
hambourgeois, de Saint-Pétersbourg on lui reprochait de favoriser les
jacobins. Reinhart se plaignait d'être sans cesse exposé à d'obscurs
assassins. Et en fait, les émigrés le menaçaient, le bravaient,
organisaient l'espionnage autour de lui, jusque dans sa maison. Il le
leur rendait, il est vrai, en surveillant leurs réunions, leurs
salons, celui de la princesse de Vaudémont, celui de Mme de Genlis,
celui du libraire Fauche-Borel, chez qui trônait Rivarol.

Chez la princesse d'Holstein-Beck, royalistes et républicains se
rencontraient; ils se coudoyaient dans les rues, les premiers
chamarrés des décorations de l'ancien régime. Au théâtre, ils
s'asseyaient les uns à côté des autres, chacun voulant imposer la loi.
Un soir, un acteur ayant chanté un air dont les paroles: «Je meurs
pour mon roi,» électrisèrent les royalistes, ceux-ci le soulignèrent
de frénétiques applaudissements. Les républicains de protester. Un
commencement de rixe s'ensuivit. La pièce fut interdite. Mais le
ministre d'Autriche intervint le lendemain, exigea qu'elle fût de
nouveau représentée[74]. Dans ces querelles, la population prenait
parti. À l'image des étrangers dont la présence au milieu d'elle
l'enrichissait, elle s'était divisée. Il en résultait un état
permanent de troubles et de conflits, à la faveur duquel les
royalistes conspiraient librement[75]. Saint-Priest pensait avec
raison qu'il y avait lieu de tirer parti de cette situation pour le
bien de la cause royale: si le roi allait en Russie, il fallait
s'assurer à Hambourg une organisation propre à faciliter les
correspondances avec le reste de l'Europe, les allées et les venues
des agents royalistes, les envois d'argent.

         [Note 74: Voir encore, pour le séjour des émigrés à Hambourg,
         le très attachant ouvrage de M. de Lescure sur Rivarol.]

         [Note 75: La France, en 1798, exigea l'expulsion des émigrés
         et ne put l'obtenir. Les relations diplomatiques avec
         Hambourg furent rompues, et rétablies seulement en 1800.]

Un Français, M. de Thauvenay, allié à la famille de Loménie, établi
depuis quinze ans à Hambourg, reçut des pouvoirs étendus pour
s'occuper des affaires du roi, réunir des renseignements, les
communiquer aux représentants russes dans le nord de l'Allemagne, en
même temps qu'il les enverrait à Louis XVIII. Il devint simultanément
agent politique, agent financier et même simple distributeur de
lettres. Le roi demanda pour lui au tsar le patronage de la légation
de Russie.

«M. de Thauvenay, disait-il à l'appui de sa demande, né gentilhomme
français, mais établi depuis quinze ans à Hambourg, d'où il est devenu
citoyen, réunit à la probité la plus exacte la plus grande
intelligence, une activité infatigable, un zèle et un dévouement sans
réserve pour la bonne cause. Ses nombreuses liaisons, la connaissance
du local et l'habitude de la manière dont les affaires se traitent,
jointes à ses autres qualités, font qu'il est instruit de ce qui se
passe à Hambourg et de ce que méditent les agents du Directoire, comme
s'il était admis dans leurs conciliabules ... Il m'est, je ne dirai
pas utile, mais d'une nécessité indispensable, et, si jamais il était
obligé de s'en éloigner, rien au monde ne pourrait me dédommager de
cette perte.»

En dépit de cette recommandation chaleureuse, Paul Ier n'accorda pas à
Thauvenay le patronage que sollicitait le roi. Sous ses ordres, un
émigré, M. de Septeuil, ancien receveur de la liste civile, fut le
trésorier de la monarchie dans l'exil. Ses fonctions le mettaient, à
toute heure, en rapports avec Grimm, qui résidait lui aussi à
Hambourg, en qualité d'administrateur de la caisse de secours créée
dans cette ville par l'impératrice Catherine en faveur des émigrés et
maintenue par son successeur. C'est par les mains de Grimm que
passaient toutes les sommes accordées par le souverain russe. C'est
lui qui verse en 1795 au maréchal de Castries, de la part de
l'Impératrice, une somme de cinq mille roubles et lui en promet autant
pour l'année suivante; c'est lui qui, après la mort de Catherine,
annonce aux émigrés qu'elle pensionnait, que le tsar tiendra tous les
engagements pris par elle envers eux. C'est enfin chez Grimm que le
favori Platon Zouboff vient répandre les larmes que lui arrache la
perte de sa souveraine et manifester sa douleur:

«Son aspect m'a fait un bien et un mal inexprimables, écrit Grimm au
maréchal de Castries, le 10 juin 1797. Je n'ai pu lui dire un mot; je
n'ai pu que sangloter. J'ai été très content de son maintien, de son
ton avec moi, de ses propos, de tout, jusqu'à sa réserve.»

À ce moment, la représentation des intérêts royalistes était partout
organisée aussi fortement que le permettait l'état confus du
continent. Partout, on pouvait agir, exprimer des voeux, recueillir
des informations, solliciter des appuis, profiter des occasions
favorables. Le roi était représenté à Londres par le duc d'Harcourt, à
Vienne par La Fare, à Madrid par le duc d'Havré, à Lisbonne par le duc
de Coigny, à Naples par le comte de Chastellus et l'abbé de Jous, à
Rome par M. de Vernègues. À Saint-Pétersbourg seulement, où le comte
Eszterhazy était tombé en disgrâce, le roi n'avait plus d'agent.
C'était une lacune à combler. La cour de Blanckenberg s'en
préoccupait. On avait épuisé la bonne volonté de toutes les cours; on
connaissait les dispositions et les possibilités de chacune d'elles.
Il n'y avait plus lieu de compter ni sur l'Espagne, ni sur la Prusse,
depuis la paix de Bâle détachées de la coalition, résolues à n'y pas
rentrer.

L'Italie ne pouvait rien. Entre l'Autriche qui voulait s'y tailler un
royaume et la France qui le lui disputait, elle restait asservie. Le
roi de Naples, menacé par l'invasion qui grondait à ses portes comme à
celles de Rome, ne songeait qu'à se défendre. Les États scandinaves
étaient condamnés à la neutralité. L'Autriche, lassée de la guerre,
inclinait vers la paix. Si elle ne désarmait pas, si les préliminaires
de Léoben n'étaient pas encore ratifiés, c'est qu'elle nourrissait
l'espoir qu'un suprême effort lui assurerait dans des conditions plus
avantageuses cette paix qu'en la souhaitant elle feignait de
dédaigner.

L'Angleterre, galvanisée par l'énergique haine de Pitt contre la
Révolution, exaspérée par la rupture des négociations commencées à
Paris, était disposée à combattre. Mais, isolée, elle était
impuissante, réduite à laisser la République s'emparer de la Suisse et
de Hambourg, que le Directoire accusait d'être des nids de
conspirateurs. De cet examen de la situation de l'Europe, le roi et
Saint-Priest arrivaient à conclure que, sans une intervention décisive
de Paul Ier, sans la remise en vigueur de la politique dont la mort de
Catherine avait suspendu les effets, les chances de la monarchie
étaient compromises.

Conclusion singulièrement douloureuse, alors qu'à l'intérieur de la
France, ces chances se relevaient. Les élections du mois de mai
venaient en effet de donner la majorité aux partis modérés. Le conseil
des Anciens avait élu pour le présider Barbé-Marbois, un royaliste; le
conseil des Cinq-Cents, Pichegru, qu'on devait croire disposé à se
rallier. Enfin, les deux assemblées ayant à pourvoir à une vacance
survenue dans le Directoire, y avaient nommé Barthélemy, naguère
encore ambassadeur à Berne, non inféodé au royalisme comme
Barbé-Marbois et Pichegru, mais résolument hostile aux doctrines
jacobines que le Directoire affichait ouvertement.

D'autre part, sur toute l'étendue du territoire, en Vendée, en
Franche-Comté, dans le Midi, dans les montagnes de la Loire et de
l'Auvergne, dans le voisinage de Lyon, se préparaient des
soulèvements, s'ourdissaient des complots. La France était inquiète,
agitée, fiévreuse. Ses divisions se reproduisaient dans le Directoire
dont les membres formaient deux camps qui se bravaient. Elles avaient
leur contre-coup jusque parmi la population de Paris. L'influence et
l'audace des royalistes, dont les rangs s'étaient grossis de tous les
émigrés rentrés depuis thermidor, s'affirmaient en traits de bravade
et de violence, symptômes précurseurs de conflits inévitables.

En de telles conjonctures, alors que l'Émigration tout entière se
livrait à l'espérance d'empêcher la paix ou tout au moins d'en abréger
la durée, il devenait urgent pour le roi de connaître les intentions
de Paul Ier. De cette urgence reconnue naquit l'idée de lui envoyer
Saint-Priest. Cette idée était surtout sienne; il en eut l'initiative:
il la fit adopter. Il considérait le concours de l'empereur moscovite
comme la dernière espérance, comme la ressource suprême de la
monarchie.

La mission de Saint-Priest se compléta de divers objets accessoires.
Elle consistait en premier lieu à convaincre le tsar de la nécessité
de reprendre la politique de sa mère et d'entrer dans la coalition,
soit avant, soit après la paix. S'il ne réussissait pas dans cette
partie de sa tâche, les efforts de Saint-Priest devaient s'exercer à
l'effet d'amoindrir les douloureuses conséquences qu'aurait pour les
intérêts du roi une pacification générale, et surtout de lui obtenir
un asile plus sûr que celui de Blanckenberg, ainsi qu'un revenu pour y
vivre avec sa famille. La ville et le château de Gevers, dans le duché
d'Oldenbourg, appartenant à la princesse douairière d'Anhalt et sur
lequel l'Empereur avait des droits, semblaient à Louis XVIII une
retraite digne de lui. Saint-Priest devait solliciter pour son maître
l'autorisation d'y résider.

Après ce premier objet, il en était un autre non moins important qui
fut recommandé à l'habileté du diplomate royal. L'armée de Condé,
jusqu'à ce jour à la solde de l'Angleterre et de l'Autriche, était
menacée de licenciement. Le roi formait le voeu que le tsar la prît à
son service, assurât une existence honorable aux gentilshommes qui la
composaient. Déjà Condé avait obtenu de Paul Ier, à cet égard, des
promesses rassurantes. Saint-Priest était chargé de les rappeler et
d'en presser l'exécution.

Le roi désirait encore avoir un représentant auprès du tsar en
remplacement d'Eszterhazy. Il s'en remit à son ministre du soin de le
choisir parmi les émigrés établis à Saint-Pétersbourg, de le faire
agréer par la cour de Russie et en même temps d'obtenir la protection
de cette cour pour les nombreux agents répandus à l'étranger,
notamment pour le comte d'Antraigues resté à Venise et dont, à
Blanckenberg, on ignorait encore l'arrestation.

Enfin, le dernier objet auquel Saint-Priest eut mission d'intéresser
le tsar avait trait à Madame Royale, toujours retenue à Vienne, et à
diverses concessions à obtenir de l'Autriche pour faciliter le mariage
de cette princesse avec son cousin, le duc d'Angoulême. C'est avec des
instructions détaillées sur chacun des sujets confiés à sa
sollicitude, qu'à la mi-juillet le comte de Saint-Priest se mit en
route pour la Russie.

À Saint-Pétersbourg, où il arriva dans les derniers jours du mois de
juillet, il allait retrouver la plupart des personnages qu'il y avait
connus sous le règne de Catherine: le prince Bezborodko, chancelier de
l'empire, «fort intelligent, mais paresseux et même timide,» le prince
Kourakin, vice-chancelier, «borné et sans crédit,» le comte de Markof,
que menaçait sourdement la disgrâce de son maître, le comte Platon
Zoubof, encore en possession des honneurs et des emplois qu'il tenait
de la faveur de la défunte impératrice et qu'un décret d'exil
attendait à dix-huit mois de là[76].

         [Note 76: En 1799, le prince Repnin, ministre de Russie à
         Berlin, avait écrit à une dame d'honneur de l'Impératrice.
         Cette lettre, dans laquelle il se plaignait des procédés du
         tsar, tomba aux mains de celui-ci. Furieux, il chassa la dame
         d'honneur, dépouilla Repnin de ses charges, l'exila et exila
         du même coup trente personnes, parmi lesquelles se trouvait
         Platon Zoubof. Ce dernier rentra en grâce, cependant. Il
         était à Saint-Pétersbourg, en 1801, lors de la conspiration
         ourdie contre Paul Ier. Il fut un des assassins de ce prince.
         Voir mon livre _Conspirateurs et Comédiennes_ Paris, Juven.]

Saint-Priest devait rencontrer aussi de nouveaux venus: le comte de
Pahlen, Rostopchin, le grand écuyer Koutaïkof, ancien valet de chambre
de l'Empereur, devenu son favori; d'autres encore, que Paul Ier, peu à
peu, tirait d'une position modeste ou obscure pour les placer en des
postes élevés. Il avait nommé son héritier le grand-duc Alexandre,
ministre de la guerre et gouverneur de Saint-Pétersbourg. Ses autres
fils, au nombre de trois, commandaient des régiments de la garde. L'un
de ces jeunes colonels avait encore sa nourrice.

«La cour de Pétersbourg, écrivait Saint-Priest à Louis XVIII, peu de
temps après son arrivée, ne ressemble à aucune autre, comme la
position du roi n'a pas sa pareille. L'Empereur ne s'occupe d'autre
chose que des affaires militaires, et cependant ne met pas les
ministres en droit de prendre sur eux. Nul n'est assez hardi pour lui
proposer de son chef quelque chose. Ce n'est qu'en ayant le droit de
traiter une matière, à l'occasion de quelque Mémoire présenté, que les
ministres de l'Empereur osent lui faire quelque insinuation. Sans
cela, tout ce qu'il n'imagine pas lui-même demeure sans être proposé.
On sait seulement que Mlle de Nélidof, amie de l'Empereur et non pas
sa maîtresse comme on l'a cru longtemps, est seule affranchie de cette
gêne. Elle ose, dit-on, lui présenter des projets, s'ils lui
paraissent utiles. Elle le blâme dans ce qu'elle croit le mériter,
avec une mesure et une amitié qui font tout passer. Enfin, elle seule
a du crédit auprès de ce prince, et ce n'est qu'en se liant avec elle
que l'Impératrice a recouvré le sien[77]. L'Empereur est assez
difficile à joindre pour traiter d'affaires. Les ministres étrangers
ne sont à sa portée que les jours de cour, et ne peuvent guère lui
parler alors qu'en répondant à ce qu'il leur dit. Ils sont obligés de
recourir aux princes de Bezborodko et Kourakin.»

         [Note 77: L'opinion de Saint-Priest sur Mlle de Nélidof est
         confirmée par les faits, notamment par la vive et durable
         affection que la favorite inspira à l'Impératrice, modèle de
         dévouement et de vertu, dont la piété eût répugné à couvrir
         ainsi l'adultère de son mari. Les billets qu'échangeait
         quotidiennement le tsar avec son amie donnent une grande
         autorité aux défenseurs de Mlle de Nélidof. Publiés récemment
         dans le recueil des Archives russes, ils attestent le
         désintéressement de la favorite, son esprit, sa bonté, dont
         les émigrés eurent souvent à se louer. Elle refusa tous les
         présents que lui offrit l'empereur, et particulièrement deux
         mille paysans. Elle n'accepta de faveurs que pour son frère,
         page à la cour, et qui devint plus tard ministre de la
         guerre. On peut donc supposer qu'il n'y eut entre elle et son
         impérial adorateur qu'une sorte d'amitié mystique qui était
         bien dans la nature de Paul Ier. Elle n'était pas jolie, mais
         pleine d'amabilité et de grâce. Peu de temps avant la mort de
         l'Empereur, impuissante à faire le bien, elle se retira au
         couvent de Smolnoï, où elle mourut en 1840, entourée de la
         vénération de la famille impériale. La princesse Lise
         Troubetskoï a publié récemment la correspondance de
         l'Impératrice, femme de Paul Ier, avec Mlle de Nélidof.
         (Paris, Ernest Leroux.)]

N'osant s'aventurer seul dans une cour où tout était difficultés et
périls, Saint-Priest demanda à deux de ses compatriotes, émigrés comme
lui, résidant depuis longtemps en Russie, d'y guider ses premiers pas.
L'un était le comte de Choiseul-Gouffier, nommé par l'Empereur
directeur des arts, admis à ce titre à sa table et dans son intimité;
l'autre, le marquis de La Ferté-Meun. C'est à ce dernier
qu'Eszterhazy, obligé d'abandonner la direction des affaires du roi à
Saint-Pétersbourg, l'avait remise. Ils semblaient être tous deux en
mesure de seconder les efforts de Saint-Priest, de contribuer au
succès de sa mission.

Il s'aperçut bientôt qu'il n'y avait pas à compter sur leur crédit. La
Ferté voyait assez facilement le prince chancelier. «Mais ce dernier
ne fait aucun état de ses offices.» Peut-être lui reprochait-on
d'avoir aliéné son indépendance en sollicitant humblement des secours
de l'Empereur. Toujours est-il qu'il était sans crédit. Quant à
Choiseul, «outre qu'il est d'une paresse et d'une négligence extrêmes,
il est encore extrêmement en réserve par la crainte de déplaire. Je ne
dissimulerai pas à Votre Majesté qu'elle ne doit y compter que pour
les choses où il ne craindra pas de se compromettre. Il prétend que
l'Empereur est fort difficile à voir. Il est du moins certain que ce
prince veut en un instant et ne veut pas.» En cet état de choses, il
ne restait à Saint-Priest d'autre ressource que celle d'agir seul.
C'est ce qu'il fit. Il s'aboucha avec le prince Bezborodko. En
souvenir de leurs relations passées, il lui demanda de solliciter pour
lui l'honneur d'une audience impériale. Il lui exposa les divers
objets dont il désirait entretenir le tsar. Il obtint des promesses
encourageantes.

De ces objets, celui qui appelait le plus impérieusement une solution,
concernait la petite armée du roi. Quelques heures après Saint-Priest,
était arrivé à Saint-Pétersbourg un gentilhomme français, le baron de
La Rochefoucauld, chargé de lui remettre une lettre du prince de
Condé. Dans cette lettre datée d'Uberlingen, le commandant des troupes
royales parlait sans détours de la pénible situation dans laquelle il
se trouvait. Entretenue jusque-là aux frais de l'Angleterre et de
l'Autriche, son armée, dont ces deux puissances considéraient le
concours comme désormais inutile, allait être licenciée. Déjà les
Anglais l'avaient abandonnée en accordant aux soldats une
gratification égale à six mois de solde. Les Autrichiens annonçaient
qu'ils cesseraient de pourvoir à ses besoins le 1er septembre suivant.
Les derniers défenseurs de la royauté proscrite étaient donc réduits à
se disperser s'ils n'étaient promptement secourus.

Dans cette détresse, le prince de Condé avait eu l'idée de s'adresser
à l'empereur de Russie pour le supplier de prendre à son service ces
quelques milliers de braves gens, soit qu'il voulût les enrôler sous
ses drapeaux, soit qu'il préférât leur assurer un établissement sur
les bords de la mer d'Azof et en former une colonie, ainsi que le leur
avait offert déjà, en 1793, l'impératrice Catherine. N'ayant pas
encore reçu de réponse, Condé invitait Saint-Priest à obtenir du tsar
que son corps ne fût pas licencié. La Rochefoucauld avait ordre de
rapporter une solution à Uberlingen, où elle était anxieusement
attendue par ceux des membres de l'armée qui n'osaient rentrer en
France.

La requête de Condé figurait déjà parmi les instructions que
Saint-Priest avait emportées de Blanckenberg. Sa lettre n'eut donc
d'autre effet que de rendre l'envoyé du roi plus impatient d'aboutir.
Malheureusement, Paul Ier ne se pressait pas d'accorder l'audience
sollicitée de lui. Saint-Priest avait vu Bezborodko, pour la première
fois, le 25 juillet. Quand il le revit le 8 août, la réponse qu'il
espérait ne lui fut pas donnée. Le chancelier lui apprit cependant
qu'aussitôt après avoir reçu l'avis du désir exprimé par Condé, le
tsar avait chargé M. d'Alopéus, son ministre à Dresde, d'aller
conférer avec ce prince. Bien que ce fût quelque chose, c'était loin
d'être tout ce que souhaitait Saint-Priest. Il en fit la remarque.
Mais le langage de Bezborodko ne put apaiser son impatience.
Bezborodko n'avait-il pas osé dire dans l'entretien que la France
n'était «nullement disposée pour les Bourbons».

Le même jour, Saint-Priest fut reçu par le vice-chancelier. Les
paroles du fonctionnaire impérial accrurent ses inquiétudes. Kourakin
pensait que son maître ne voudrait pas donner satisfaction au roi de
France sur tous les objets que Saint-Priest était chargé de lui
présenter. Sous l'empire de ces inquiétudes, et après avoir sondé les
dispositions des ministres russes, l'envoyé du roi écrivait à
Blanckenberg le 9 août: «Je ne dois pas dissimuler à Votre Majesté que
l'Empereur Paul n'a pas d'autre ultérieure intention que de tenir en
Europe une balance imaginaire sans vouloir se compromettre d'aucunes
suites. Il en résulte que la considération à laquelle Catherine
seconde avait élevé son empire décroît visiblement. Ses voisins voient
clairement qu'ils n'ont plus rien à espérer ni à craindre de la Russie
dont l'armée est désorganisée et les finances épuisées, et ils
agissent en conséquence.»

Plusieurs jours s'écoulèrent. Le 15 août, Saint-Priest n'avait pas
encore obtenu son audience. Il lui revenait que l'Empereur était
indécis sur la forme qu'il convenait d'y donner. Dans la soirée de ce
jour, il assistait à un bal au palais de Pawlowski, au souper qui
suivit. Mais le tsar ne lui adressa pas la parole. La fête touchait à
sa fin. Il allait se retirer, déçu et attristé, quand un chambellan
vint l'inviter à se rendre à la réception diplomatique qui devait
avoir lieu au palais le lendemain dans la matinée. Il n'eut garde d'y
manquer, encore qu'il n'espérât pas être admis, dans une audience
publique, à exposer en détail l'objet de sa mission. Mêlé aux
ministres étrangers, il attendait que le tsar parût. Tout à coup il
entendit prononcer son nom. C'était l'introducteur des ambassadeurs
qui l'appelait. Il le suivit et fut conduit ainsi dans le cabinet de
l'Empereur.

Une cordialité qui le surprit fut le trait caractéristique de
l'accueil de Paul Ier. Après avoir lu la lettre du roi, dont
Saint-Priest était porteur, le tsar mit l'entretien sur sa mère
Catherine.

--Elle s'est toujours montrée favorable à la bonne cause, dit
Saint-Priest; elle avait fini par armer pour la soutenir.

--Trop tard, objecta l'Empereur; on ne serait pas arrivé à temps.

--Votre Majesté croit-elle la paix certaine?

--À peu près.

--N'est-ce pas pourtant l'avis de Votre Majesté qu'il faut se préparer
à une rupture nouvelle, et tenir le roi en mesure d'agir, d'attendre
les événements avec convenance et sûreté?

C'est ainsi que l'entretien s'engagea à fond. Le tsar ne se refusait
pas à accorder à Louis XVIII un asile et des ressources pour y vivre.
Il accepta des mains de Saint-Priest une note, que ce dernier tenait
prête à tout événement, dans laquelle il demandait que le château de
Gevers fût mis à la disposition de sou maître, ainsi qu'un traitement
annuel pour lui, pour sa famille, pour les gentilshommes qui
viendraient y vivre à ses côtés, et pour ses gardes du corps qu'il
avait le dessein d'y appeler. Malgré ce que pouvait offrir d'excessif
et de coûteux une telle installation, plus conforme à l'éclat d'un roi
sur son trône qu'à la pauvreté d'un roi dans l'exil, Paul Ier ne se
récria pas. Il objecta seulement qu'il serait plus opportun de traiter
de cette organisation quand on serait sûr de la conclusion de la paix.
Pour ce qui concernait le mariage de Madame Thérèse de France avec le
duc d'Angoulême, il promit d'envoyer à son ambassadeur à Vienne
l'ordre de seconder toutes les démarches que le roi trouverait bon d'y
faire à cet effet.

Il était prêt, de même, à prendre à son service l'armée de Condé. Il
fit connaître à Saint-Priest que M. d'Alopéus avait déjà rendu compte
de ses premières conférences avec le prince qui la commandait. Dans
ces conférences, auxquelles assistaient les principaux chefs, le
marquis de Bouthillier-Chavigny, le comte de La Laurencie, le marquis
de Montesson, les bases d'un accord avaient été établies. Elles
étaient maintenant soumises au tsar qui, les ayant revêtues de ses
observations, se préparait à les renvoyer à M. d'Alopéus par un de ses
aides de camp, le général-prince Basile Gortschakof, porteur de ses
ordres et des fonds nécessaires pour en assurer l'exécution. Ces
ordres disaient en substance que le corps de Condé serait conduit, par
la Gallicie, en Volhynie, province de la Pologne russe, où il
prendrait ses quartiers. Sur ce point, la mission de Saint-Priest se
trouvait accomplie. Il demanda seulement que le baron de La
Rochefoucauld fût autorisé à quitter Saint-Pétersbourg avec le
commissaire russe pour retourner à Uberlingen, ce qui fut accordé,
ainsi qu'un don de cinq cents ducats pour l'envoyé du prince de Condé,
destiné à payer son voyage. Le tsar ajouta qu'il serait heureux de
voir ce prince venir résider à Saint-Pétersbourg, et qu'il le lui
avait fait savoir.

À la fin de cette longue audience, Saint-Priest se trouvait, vis-à-vis
de Paul Ier, dans une situation analogue à celle dans laquelle il
s'était trouvé vis-à-vis de Catherine lorsqu'elle l'avait reçu en
1796. Les divers sujets dont il devait entretenir le tsar étaient
épuisés à l'exception d'un seul, le plus important: l'entrée de la
Russie dans la coalition. Il fallut bien y arriver. Mais, à ce qui lui
fut dit à cet égard, Paul Ier opposa une indifférence, une froideur
égales à la froideur et à l'indifférence manifestées par sa mère
dix-huit mois avant: «Je ne veux pas entrer dans une affaire aussi
avancée,» dit-il. Saint-Priest insistait; le tsar répondit que les
espérances des royalistes n'étaient qu'illusions. Il révéla au
représentant du roi que la cour de Vienne avait aussi tenté de le
faire entrer dans l'alliance austro-anglaise, mais qu'il s'était
dérobé à ses obsessions. Il ne croyait pas à l'efficacité de la
guerre. Elle n'avait eu d'autre effet que de consolider les
républicains en faisant d'eux les défenseurs de la patrie contre
l'étranger. Il préférait la paix qui serait le signal d'une
contre-révolution en France, en faciliterait le développement et le
triomphe.

Après ces explications, il voulut faire conduire Saint-Priest chez
l'Impératrice. En le congédiant, il l'engagea à souper pour le soir.
Dans cette seconde entrevue, il déploya la plus irrésistible bonne
grâce; mais il ne fut pas dit un seul mot des questions traitées le
matin. Au milieu du repas, on annonça au tsar qu'un incendie venait
d'éclater dans un des quartiers populeux de la ville; il y courut avec
ses fils. Au retour, il était «ravi de la rapidité des secours»;
jusqu'à la fin de la soirée, il ne parla pas d'autre chose. Quand
Saint-Priest crut devoir prendre congé de lui, il l'engagea à revenir.
Au lendemain de cette importante journée, dont il rendit à Louis XVIII
un compte minutieux, le diplomate royal disait: «J'ai bonne
espérance.»

À quelques jours de là, mandé par le prince Bezborodko, il apprenait
de lui qu'une lettre de change de deux cent mille roubles, payable à
vue, venait d'être expédiée au roi pour pourvoir aux frais de son
installation à Gevers; il recevait communication de la lettre écrite
par le tsar à la princesse douairière d'Anhalt.

«La position du roi de France a attiré toute mon attention, tant par
l'amitié personnelle que j'ai vouée à ce prince, que par l'intérêt que
ses malheurs m'ont inspiré. En lui faisant tenir une somme assez forte
pour subvenir à ses besoins, je lui ai imposé de choisir la ville de
Gevers pour asile et demeure avec les princes de sa maison. En
communiquant à Votre Altesse Sérénissime ma démarche, je la préviens
que le séjour du roi de France ne doit troubler nullement son
administration, ni y apporter aucun changement. Je la prie seulement
de témoigner à Louis XVIII l'amitié et l'intérêt qui lui sont dus tant
par sa qualité de souverain que pour ses vertus personnelles.»

Le comte de Saint-Priest avait donc lieu de se louer du résultat de
ses démarches. Sauf sur un point important, à la vérité, mais au sujet
duquel le dernier mot de l'Empereur n'était peut-être pas dit, il
avait obtenu des solutions conformes à ce que souhaitait Louis XVIII.
La nécessité de régler divers détails le retint encore à
Saint-Pétersbourg durant plusieurs semaines. Elle lui fournit
l'occasion de revoir le tsar, mais aussi de subir les effets de sa
bizarre humeur. C'est ainsi qu'après avoir accordé à Louis XVIII les
gardes du corps que ce prince désirait appeler près de lui, Paul
s'avisa, non sans raison, que cette fantaisie d'un proscrit
entraînerait une lourde dépense. Il parla de la gêne du Trésor; il
venait d'employer quinze millions en habillements neufs pour son
armée. De nouveau, il fallut négocier. Saint-Priest déjà songeait à
renoncer à sa demande, quand un matin le chancelier Bezborodko lui
dit:

--Votre affaire est faite. C'est au roi à désigner les hommes qu'il
voudra prendre à son service.

Pour arriver à ce dénouement, il avait fallu que l'envoyé du roi de
France rappelât ce que Louis XIV avait fait autrefois pour la famille
royale d'Angleterre et invoquât la solidarité des rois entre eux,
«dans les revers auxquels ils sont exposés».

En une autre circonstance, il fut moins heureux. Le marquis de La
Ferté, chargé des intérêts du roi à Saint-Pétersbourg, homme «plein
d'honneur et de zèle», manquait «de cette sorte d'usage du monde et de
l'esprit d'instruction dont il faut au moins avoir quelque chose pour
parler d'affaires aux ministres». Saint-Priest aurait voulu le
décharger d'une tâche à laquelle ce diplomate improvisé se
reconnaissait lui-même inhabile. Le tsar n'y consentit pas.
Saint-Priest dut abandonner cet objet, qui ne fut repris que deux
années plus tard.

Dans la seconde quinzaine de septembre, arrivait à Saint-Pétersbourg
la nouvelle du coup d'État du 18 fructidor. Elle venait infliger le
plus cruel démenti aux assurances par lesquelles Saint-Priest,
interprète des espoirs de Louis XVIII, avait essayé d'entraîner Paul
Ier dans la coalition. Elle démontrait avec évidence combien s'était
trompé le roi, quand il écrivait au tsar que la France était prête
pour une restauration. Puis ce fut la conclusion de la paix entre la
cour d'Autriche et le Directoire, qui vint donner raison aux
résolutions impériales.

Saint-Priest, dès ce moment, n'avait plus aucun motif de rester à
Saint-Pétersbourg. Il sollicita et obtint, dans les premiers jours
d'octobre, une audience de congé. Il retrouva l'Empereur affectueux et
bienveillant comme au début de leurs relations, et, par surcroît,
généreux. La générosité se traduisit par le don de mille ducats et
d'un domaine en Lithuanie qui rapportait annuellement une somme égale.
En quittant la Russie, Saint-Priest se dirigea vers Stockholm, où
l'appelait sa famille. Il ignorait encore quelles suites avait eues
pour Louis XVIII le succès remporté par le Directoire sur ses
adversaires dans la journée du 18 fructidor.

FIN DU PREMIER VOLUME



TABLE DES MATIÈRES


LIVRE PREMIER

LES PREMIÈRES ÉTAPES

     I.--Les débuts de l'émigration                        1
    II.--L'arrivée à Turin                                 8
   III.--Les dissentiments et les conflits                21
    IV.--L'agitation à Turin                              31
     V.--La politique de Calonne                          44
    VI.--Les émigrés et l'empereur d'Autriche             58
   VII.--Sur la route de Coblentz                         67


LIVRE SECOND

COBLENTZ

     I.--La diplomatie des princes                        79
    II.--La déclaration de Pilnitz                        87
   III. Une cour d'exilés                                 96
    IV.--Autour de la Constitution de 1791               110
     V.--La France menace                                117
    VI.--L'émigration en 1792                            125
   VII.--Missions multipliées                            136
  VIII.--Le marquis de Bombelles en Russie               156


LIVRE TROISIÈME

LA CAMPAGNE DE 1792

     I.--À l'approche de la guerre                       176
    II.--Brunswick et le roi de Prusse                   189
   III.--Les derniers jours de Coblentz                  195
    IV.--La retraite de Brunswick                        205


LIVRE QUATRIÈME

HAMM ET VÉRONE

     I.--La régence de Monsieur                          217
    II.--Le comte d'Artois à Saint-Pétersbourg           233
   III.--Déceptions sur déceptions                       244
    IV.--Le comte d'Artois et l'Angleterre               265
     V.--Monsieur devient roi                            281


LIVRE CINQUIÈME

QUIBERON

     I.--Préparatifs défectueux                          293
    II.--Émigrés et chouans                              303
   III.--L'affaire de Sainte-Barbe                       315
    IV.--Le désastre                                     325
     V.--Le roi expulsé de Vérone                        343


LIVRE SIXIÈME

BLANCKENBERG

     I.--Le comte de Saint-Priest à Saint-Pétersbourg    354
    II.--Louis XVIII à l'armée de Condé                  363
   III.--Mort de l'impératrice Catherine                 376
    IV.--Saint-Priest, premier ministre                  386


31 278.--Tours, impr. Mame.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de l'Émigration pendant la Révolution Française - Tome 1er - De la Prise de la Bastille au 18 fructidor" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home