Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Charlotte de Bourbon - Princesse d'Orange
Author: Delaborde, Jules
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Charlotte de Bourbon - Princesse d'Orange" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from scanned images of public domain material


    Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par
    le typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été
    conservée et n'a pas été harmonisée.



     CHARLOTTE

     DE BOURBON

     PRINCESSE D'ORANGE



OUVRAGES DU MÊME AUTEUR


  LIBERTÉ RELIGIEUSE.--Mémoires et plaidoyers. 1 vol. in-8º,
    1854                                                      3 fr.  »

  MADAME L'AMIRALE DE COLIGNY, APRÈS LA SAINT-BARTHÉLÉMY.
    Brochure in-8º, 1867                                      1 fr. 50

  LES PROTESTANTS A LA COUR DE SAINT-GERMAIN LORS DU
    COLLOQUE DE POISSY. Gr. in-8º, 1874                       3 fr.  »

  ÉLÉONORE DE ROYE, PRINCESSE DE CONDÉ. 1 vol. gr. in-8º
    avec portrait. 1876                                       7 fr. 50

  GASPARD DE COLIGNY, AMIRAL DE FRANCE. 3 vol. gr. in-8º,
    1879                                                     45 fr.  »

  (_Ouvrage couronné par l'Académie française._)


   Il reste encore quelques exemplaires d'un tirage spécial
   sur papier de Hollande au prix de 90 fr.


  FRANÇOIS DE CHASTILLON, COMTE DE COLIGNY. 1 vol. gr.
    in-8º                                                     12 fr. »

    Il reste encore quelques exemplaires d'un tirage spécial
      sur papier de Hollande au prix de 20 fr.

  HENRI DE COLIGNY, SEIGNEUR DE CHASTILLON. 1 vol. gr. in-8º   5 fr.

   Il reste encore quelques exemplaires d'un tirage spécial sur
     papier de Hollande au prix de 10 fr.


  Paris.--Imp. Ve p. larousse et Cie, rue Montparnasse, 19.



     CHARLOTTE

     DE

     BOURBON

     PRINCESSE D'ORANGE

     PAR

     LE CTE JULES DELABORDE

     [Illustration]

     PARIS
     LIBRAIRIE FISCHBACHER
     SOCIÉTÉ ANONYME
     33, RUE DE SEINE, 33

     1888



CHARLOTTE DE BOURBON

PRINCESSE D'ORANGE



CHAPITRE PREMIER

  Charlotte de Bourbon, que ses parents, le duc et la duchesse de
      Montpensier, ont destinée à la vie monastique, est confinée
      par eux, dès son bas âge, dans l'abbaye de Jouarre, dont ils
      veulent qu'elle ait, un jour, la direction.--Aversion de
      Charlotte pour le régime du cloître.--Menaces et violences
      employées à son égard.--Scène sacrilège du 17 mars 1559, dans
      laquelle le rôle d'abbesse de Jouarre lui est imposé.--Sa
      protestation, par acte authentique, contre la contrainte
      qu'elle a subie, et témoignages des religieuses de Jouarre à
      l'appui de sa protestation.--La duchesse de Montpensier se
      repent de la dureté de ses procédés envers Charlotte.--Mort
      de la duchesse, en 1561.--Maintenue à Jouarre par l'opiniâtreté
      de son père, Charlotte n'exerce, des fonctions d'abbesse, que
      celles qui se concilient avec les enseignements du pur Évangile,
      qu'elle a été amenée à connaître par ses relations avec
      quelques-unes des hautes personnalités du protestantisme, telles,
      notamment, que sa soeur, la duchesse de Bouillon, et Jeanne
      d'Albret, reine de Navarre.--Le duc de Montpensier épouse, en
      secondes noces, Catherine de Lorraine.--Désormais maîtresse de ses
      actions, Charlotte de Bourbon confie à la duchesse de Bouillon et
      à la reine de Navarre sa résolution de quitter l'abbaye de
      Jouarre.--L'une et l'autre l'approuvent et lui assurent une
      retraite auprès de l'électeur palatin, Frédéric III, et de
      l'électrice.--En février 1572, Charlotte de Bourbon sort pour
      toujours de l'abbaye de Jouarre et se rend à Heydelberg, où elle
      est favorablement accueillie.--Lettre de Frédéric III au duc de
      Montpensier.


Nulle femme, par sa piété, par ses vertus, par le charme de ses
exquises qualités, n'a porté plus haut que Charlotte de Bourbon le nom
de la grande famille dont elle était issue.

Retracer la vie de cette noble femme, c'est mettre sur la voie du
respect qu'elle commande et de la sympathie qu'elle doit inspirer à
toute âme éprise de la grandeur morale et de l'intime alliance d'un
coeur aimant à un esprit distingué.

Quelque courte qu'ait été cette belle vie, elle demeure féconde en
précieux enseignements, qui, dégagés de tous commentaires,
ressortiront naturellement du simple exposé des actions de
l'excellente princesse et de la fidèle reproduction de son langage,
toujours empreint de sincérité.

Dans l'isolement immérité, qui fut le triste lot de son enfance et de
sa première jeunesse s'accomplit peu à peu, en elle, sous le regard de
Dieu, un travail intérieur qui, épurant et éclairant son âme au
contact des vérités éternelles, la fortifia contre de douloureuses
épreuves, les lui fit surmonter, et, en réponse à ses légitimes
aspirations, la mit enfin, comme femme et comme croyante, en
possession d'une liberté d'agir, dont elle consacra dignement
l'exercice à l'accomplissement des plus saints devoirs.

En ces quelques mots se résume la vie de la princesse. Etudions-en
maintenant en détail les diverses phases.

Alliée, de longue date, à la maison royale de France[1], la famille de
Bourbon se divisait, vers le milieu du XVIe siècle, en deux branches,
dont la principale était représentée par Antoine de Bourbon, d'abord
duc de Vendôme, puis roi de Navarre; par Charles, cardinal de Bourbon,
et par Louis Ier de Bourbon, prince de Condé. La branche secondaire
avait pour seuls représentants Louis II de Bourbon, duc de
Montpensier, et Charles de Bourbon, prince de la Roche-sur-Yon.

  [1] Par le mariage de Béatrix de Bourbon avec Robert, l'un des
  fils du roi saint Louis.

Louis II de Bourbon épousa, en 1538, Jacqueline de Long-Vic, fille de
Jean de Long-Vic, seigneur de Givry, baron de Lagny et de Mirebeau en
Bourgogne, et de Jeanne d'Orléans.

De l'union de Louis II avec Jacqueline naquirent un fils et cinq
filles.

Sous l'empire des habitudes et des préjugés nobiliaires de l'époque,
ce fils, François de Bourbon, portant le titre de prince dauphin
d'Auvergne, fut pour ses parents, au point de vue de son avenir,
l'objet d'une sollicitude particulière.

Des cinq filles, deux, par de hautes alliances qu'il leur fut donné de
contracter, échappèrent à la vie du cloître, qui, de gré ou de force,
devint le partage des trois autres.

Charlotte de Bourbon, née en 1546 ou 1547[2], était la quatrième de
ces cinq filles. Son sort, à la différence de celui de ses soeurs,
dont il sera parlé plus loin, fut, dès sa naissance, fixé par ses
parents avec une inflexible rigueur, qui, pendant de longues années,
ne cessa de peser sur elle.

  [2] Charlotte de Bourbon, ainsi que le prouve un acte émané
  d'elle le 25 août 1565, lequel sera ci-après reproduit, ignorait
  à tel point la date précise de sa naissance, qu'elle ne pouvait
  pas plus se dire, en 1565, âgée de treize ans que de douze.

Les faits sont, à cet égard, d'une signification précise.

L'opulente abbaye de Jouarre avait alors à sa tête la propre soeur de
la duchesse de Montpensier, Louise de Long-Vic. Le duc et la duchesse
obtinrent d'elle la promesse de ne se démettre de ses fonctions et de
ses prérogatives abbatiales qu'en y substituant directement sa nièce
Charlotte, dès que cette dernière aurait atteint l'âge requis pour
être apte à lui succéder.

Méconnaissant ses devoirs de père, le duc, en qui la dureté de coeur
s'alliait à un grossier despotisme d'idées et d'habitudes, proscrivit
promptement du foyer domestique la pauvre enfant et la livra aux mains
de sa tante, afin d'être façonnée et assouplie par elle au régime de
la vie monastique.

Complice de son mari, en cette circonstance, la duchesse de
Montpensier eut la coupable faiblesse de consentir à ce que la débile
créature à laquelle elle avait récemment donné le jour demeurât, dès
le berceau, privée de la tendresse maternelle qui eût dû l'entourer,
et fût vouée à la torpeur d'une existence dont elle ne pourrait,
semblait-il, secouer le joug, quelque intolérable qu'il devînt
ultérieurement.

Toutefois, le père et la mère, en confinant dans l'enceinte d'un
cloître le corps de leur fille, n'avaient pas compté avec les droits
inaliénables de son âme. Que pouvaient-ils sur cette partie
immatérielle de son être? La froisser, sans doute, l'ulcérer, la
torturer même; mais l'arrêter dans son légitime essor, la comprimer,
l'asservir? jamais! Quels que fussent, dans l'avenir, les assauts
livrés à l'âme de Charlotte, ils devaient, en dépit des prévisions
humaines, échouer devant l'irrésistible puissance du protecteur
suprême, qui autorise tout enfant délaissé, dont les regards se
tournent vers le ciel, à se dire[3]: «Si mon père et ma mère m'ont
abandonné, l'Eternel toutefois me recueillera!» Abritée sous l'égide
divine, Charlotte demeurait invincible. Aussi, ne pouvait manquer de
venir, pour ses parents, un jour où l'évidence de leur défaite morale
les contraindrait à reconnaître, dans l'amertume de la déception et du
remords, qu'on ne se joue impunément ni de Dieu[4], ni de l'âme
humaine, qui relève de lui, par la double grandeur de son origine et
de sa destinée.

  [3] Psaume XXVII, 10.

  [4] Ep. aux Galates. VI. 7.

Plus le jour dont il s'agit se fit attendre, plus il importe, en ce
qui concerne Charlotte de Bourbon, de chercher à déterminer les
circonstances dans lesquelles elle se trouva placée, avant qu'il
advînt.

Et d'abord, comment s'écoula son enfance, dans l'abbaye de Jouarre,
sous la direction de sa tante?

Si la réponse à cette question ne peut reposer sur la connaissance
acquise de minutieux détails, elle se déduit du moins, jusqu'à un
certain point, de divers faits caractéristiques, qui ressortent
nettement soit des déclarations de la véridique Charlotte, soit de
celles de personnes qui l'entourèrent à cette époque de sa vie. Ces
faits sont: l'éveil et le développement de sa conscience; la
souffrance de son coeur, privé de l'affection d'une mère et d'un père,
qui la laissaient languir dans l'isolement; et, en même temps,
l'invariable droiture de sa déférence envers eux, alors que, sourds à
ses supplications, et sans pitié pour les angoisses de son âme, ils
s'attachaient à lui imposer, par la menace et par la violence, des
engagements, des devoirs, des pratiques, une profession extérieure, en
un mot, tout l'ensemble de la vie monastique, pour laquelle elle
éprouvait une insurmontable aversion. Mais, qu'importaient au duc et à
la duchesse cette aversion, la loyauté qui l'avouait, l'énergique
revendication des droits sacrés de la conscience, et la respectueuse
résistance à une aveugle volonté qui s'arrogeait le droit de disposer,
en maîtresse souveraine, d'une âme et d'une vocation! Obéir
passivement, à l'état d'être automatique; devenir abbesse, à tout
prix, même au prix de l'immolation d'une conscience taxée de rebelle,
parce qu'elle s'indignait, à la seule idée du parjure: Voilà le sort
auquel il fallait que Charlotte apprît à se plier!

Ici, comment ne pas être frappé d'un étrange contraste entre
l'attitude du duc et de la duchesse de Montpensier, à son égard, et
celle qu'il jugèrent opportun d'adopter, en 1558, vis-à-vis de
Françoise de Bourbon, leur fille aînée! Voulant assurer à celle-ci une
brillante situation dans le monde, ils la marièrent à Henri-Robert de
La Marck, duc de Bouillon. Certes, ils ne se doutaient alors ni de la
prochaine adhésion de ce prince et de sa jeune femme aux doctrines
purement évangéliques, ni de l'appui que Françoise, au double titre de
soeur dévouée et de haute personnalité protestante, prêterait, un
jour, à Charlotte, pour l'aider à s'affranchir des liens dans lesquels
on avait crû pouvoir l'enchaîner à jamais.

Avec l'année 1559, s'ouvrit pour l'infortunée Charlotte, touchant à
l'adolescence, la sombre perspective d'un redoublement de souffrances
morales.

Vainement, s'efforçait-on, plus encore que précédemment, de la dresser
à ce rôle d'abbesse, qu'une inexorable tyrannie entendait lui imposer:
la jeune fille persévérait dans sa résistance; mais, finalement, ses
parents tinrent si peu compte de ses représentations réitérées, de ses
ardentes supplications, de ses pleurs, que dans le cours du mois de
mars, parvint à Jouarre l'injonction de tout disposer pour sa
transformation forcée en abbesse, même avant qu'elle eût atteint l'âge
fixé par les canons pour pouvoir être régulièrement investie de ce
titre.

Alors, le 17 de ce même mois, dans l'église de l'abbaye, au sein d'une
assemblée renforcée de l'assistance d'un représentant du duc et de la
duchesse de Montpensier, se déroula le scandale inouï d'une scène
sacrilège, dans laquelle la lâcheté de l'astuce s'associa à l'odieux
de la contrainte. Qu'on en juge par ce qui suit!

Précipitamment poussée plutôt qu'introduite dans cette assemblée,
prenant Dieu à témoin de la violence qui lui était faite, pâle,
éperdue, fondant en larmes, s'affaissant sur elle-même, Charlotte de
Bourbon fut, en véritable victime, traînée à l'autel; et là, devant un
impassible prêtre, déviant de la sincérité de son ministère par un
raffinement de simulation[5], elle balbutia quelques paroles, dont on
s'empara, contre elle, comme d'un engagement professionnel librement
consenti, tandis que ces paroles avaient été extorquées par
l'inexorable pression de ses parents, et aussitôt accompagnées de
cette déclaration expresse de la victime: qu'elle ne se courbait sous
le fardeau du sacrifice, que par crainte révérentielle.

  [5] Ce prêtre, l'un des familiers de la maison du duc et de la
  duchesse de Montpensier, à titre de précepteur de leur fils,
  n'était autre que _Ruzé_, qui depuis devint évêque d'Angers:
  c'est ce que déclara le duc de Montpensier lui-même dans une
  lettre adressée, le 28 mars 1572 à l'électeur palatin, et insérée
  ici au no 2 de l'_Appendice_.

Ce fut là ce que les profanateurs de l'époque osèrent appeler _une
entrée en religion_.

Cela fait, ils se hâtèrent, sans pitié comme sans conscience,
d'abandonner Charlotte à ses émotions déchirantes.

La _pauvre enfant_ (qualification que lui donnaient les compatissantes
religieuses de Jouarre, en parlant d'elle) fut saisie d'une fièvre
violente, qui de longtemps ne la quitta pas[6].

  [6] Voir une information secrète du 28 avril 1572, dont le texte
  complet sera reproduit plus loin.

Tel est l'exposé sommaire de ce qui se passa, à l'abbaye de Jouarre,
en 1559[7].

  [7] A peine est-il nécessaire d'ajouter que la résignation du
  titre et des fonctions d'abbesse de Jouarre, par la tante au
  profit de sa nièce, concorda avec _l'entrée en religion_ dont il
  s'agit.

Mais il y a plus à apprendre sur la scène néfaste du 17 mars.

Ecoutons, en effet, Charlotte de Bourbon elle-même, parlant, plus
tard, de la lamentable épreuve que son adolescence avait traversée:
que déclare-t-elle[8]?

  [8] Bibl. nat., mss., f. fr., vol. 3, 182, fº 82.--_Ibid._
  Collect. Clérambault. vol. 1,114, fº 182.--Coustureau, _Vie du
  duc de Montpensier_, in-4º, p. 217.

«Qu'elle fut mise en religion, dès le berceau; que y ayant esté
nourrie, toute son enfance, si n'y put-elle jamais avoir, aucune
volonté;--que ce qu'elle y continua fut, partie par les menaces
estranges de madame de Montpensier, sa mère, et partie par la crainte
qu'elle avoit d'offenser monseigneur son père, auquel elle eust désiré
obéyr, au milieu de toutes ses fascheries, si sa conscience le luy
eust pû permettre;--que, nonobstant toutes les rigueurs de madame sa
mère, qui la vouloit faire professe, elle refusa tousjours, mesmes à
l'extrémité, et en fit _une protestation expresse et authentique,
tesmoignée par toutes les religieuses de l'abbaye_;--que Ruzé, évesque
d'Angers, quand il fut question de luy faire faire le voeu, voyant
combien elle en estoit aliénée, en avoit deux par escrit, l'un simulé,
qui ne contenoit que choses douces, qui luy fut leu; l'autre, à
l'ordinaire, dont jamais ne fut faicte lecture;--et que lesdites
religieuses se mutinans, comme si elle n'eust point esté leur abbesse,
n'en ayant pas fait le vray voeu, ledit Ruzé leur respondit qu'elles
ne s'en missent pas en peine, et qu'elle ne lairroit pas de conserver
leurs biens, aussi bien comme les précédentes;--que lors elle n'estoit
âgée que de douze à treize ans;--que madame du Paraclet, sa cousine,
qui lui donna le voile, n'avoit encore vicariat du Pape, et n'estoit
pas abbesse, et par conséquent ne la pouvoit faire professe; tellement
que les quatre principales causes qui rendent la profession nulle, y
estoient intervenues, à sçavoir: force, fraude, bas âge, et incapacité
de celle qui la faisoit professe, comme il appert par les
canons;--que, aussi peu, aussi avoit-elle été abbesse, premièrement
n'estant point professe, et secondement n'ayant jamais esté bénite,
selon que portent les cérémonies observées en icelles choses.»

La protestation à laquelle Charlotte de Bourbon se référait dans les
lignes ci-dessus transcrites était ainsi conçue[9]:

  [9] Coustureau, _Vie du duc de Montpensier_, p. 221.

«Fut présente, en sa personne, très noble et très illustre princesse,
dame Charlotte de Bourbon, à présent abbesse de l'abbaye Nostre-Dame
de Jouarre, laquelle nous a dit et remonstré que, estant à l'âge de
douze à treize ans, elle auroit esté par menaces, et de crainte de
désobéir à monseigneur le duc de Montpensier, son père, et à madame
Jaquette de Long-Wy, son épouse, sa mère, induite et persuadée, contre
son gré, vouloir et intention, à faire profession en ladite abbaye, le
17e jour de mars 1559; ce qu'elle a plusieurs fois remonstré et
protesté qu'elle ne vouloit estre religieuse, et que la profession
qu'elle faisoit estoit par induction et crainte; dont elle auroit
faict inmonstrance, en la présence de dame Jeanne Chabot, abbesse du
Paraclet, et pour lors prieure de ladite abbaye de Jouarre, et commise
au temporel et spirituel, le siège vacant, de dame Cécile de Crue, à
présent prieure de ladite abbaye, et des soeurs Michelle, de
Lafontaine, Jeanne de Vassery, Anne du Moulinet, Jeanne de Mouson,
Antoinette de Fleury et Louyse d'Alouville, toutes religieuses
professes en ladite abbaye, de messire Claude Bonnard, advocat au
parlement, baillif et advocat de ladite abbaye, et de monsieur Ruzé,
advocat audit parlement de Paris, conseiller et procureur desdits
seigneur et dame de Montpensier, et envoyé à cette fin, de leur part:
en la présence desquels et de plusieurs autres, ladite dame Charlotte
de Bourbon auroit fait protestation de son jeune âge, qui estoit de
douze à treize ans, et que la profession qu'elle faisoit estoit par
crainte et révérence paternelle et maternelle desdits seigneur et
dame, ses père et mère; dont elle auroit requis aux dessus dits
nommez leur souvenir, pour en dire et déposer la vérité, ce qu'elle
fit pour lors, comme elle fait de présent.

»Tous lesquelz susnommez présens, hormis ledit Ruzé, qui n'a esté
présent à ce présent acte, nous ont dit et attesté pour vérité:

»Qu'ils ont esté présens à la profession de ladite dame Charlotte de
Bourbon, à présent abbesse, et qu'elle ne pouvoit estre âgée que de
douze à treize ans, lors de ladite profession, qui fut le 17 mars
1559; et qu'auparavant que faire sa profession, elle pleuroit et se
complaignoit des craintes et menaces desdits seigneur et dame, ses
père et mère; dit et répéta par plusieurs fois, que ce qu'elle faisoit
estoit par crainte de désobéir à mesdits seigneur duc et duchesse de
Montpensier, ses père et mère: et testa, en la présence des susnommez,
le 16e jour dudit mois de mars et an, que la profession qu'elle devoit
faire le lendemain estoit par crainte, contre sa volonté, et pour
obéir auxdits sieurs, ses père et mère; ce qu'elle continua encore, au
chapitre, en la présence des prieure et religieuses de ladite abbaye
capitulairement assemblées, et dit publiquement et à haute voix:
qu'ayant reçu commandement de sesdits seigneurs, père et mère, les duc
et duchesse de Montpensier, elle faisoit ladite profession; et outre,
furent tous les dessus nommez présens, quand ladite dame Charlotte de
Bourbon, lors de la lecture de sa profession, continuant ses
protestations, pleuroit, lisant icelles lettres de profession, comme
faisant icelle par crainte et force.--Dont et de laquelle déclaration
et déposition ladite dame Charlotte de Bourbon, abbesse, pour ce
présent, a requis acte aux notaires soubzsignez, pour luy valoir et
servir, en temps et lieu, ce que de raison; ce que nous, notaires
soubzsignez lui avons octroyé, et certifions estre vray et ainsi
avoir esté fait, le 25 août 1565. (_Signé_) Charlotte de Bourbon et
tous les susnommez.»

»Et moy, soubzsigné, qui suis dénommé au présent acte, et qui n'ay
esté présent aux signatures ci-dessus, certifie le contenu audit acte,
toute la profession, déclaration et protestations et pleurs ci-dessus
estre véritable, et y avoir esté présent. En témoin de quoy j'ay signé
la présente certification, le 21 mars 1556, selon l'ordonnance du roy.
(_Signé_) Jean Ruzé.»

Ces témoignages, d'une sérieuse portée, dans la modération même de
leur expression[10], militent, sans réserve, en faveur de la victime,
à l'encontre des instigateurs et acteurs du sinistre drame dont, le 17
mars 1559, l'abbaye de Jouarre fut le théâtre.

  [10] Ils sont, avec addition de détails complémentaires,
  pleinement confirmés par l'information secrète du 28 avril 1572,
  contenant les dépositions de six religieuses de l'abbaye de
  Jouarre, autres que celles qui avaient, le 25 août 1565, attesté,
  en leur déclaration la sincérité des faits énoncés par Charlotte
  de Bourbon, dans sa protestation du même jour.

Oui, si jamais le fait d'une effroyable pression exercée, au mépris de
tout sentiment religieux, par un père et par une mère sur la
conscience de leur enfant fut péremptoirement prouvé, c'est assurément
celui dont il s'agit en ce moment. Inutile au surplus d'insister sur
ce point; car l'évidence se passe du cortège des démonstrations.

D'une autre part, gardons-nous d'oublier que, dans le domaine moral,
la justice suprême, qui condamne un coupable, laisse toujours ouverte,
devant lui, la voie du relèvement.

En présence de cette vérité salutaire, à l'application de laquelle
nous ne saurions assez fortement nous attacher, surgit ici une
question délicate, qu'il importe essentiellement de résoudre, dans la
mesure du possible, pour satisfaire au devoir primordial de
l'impartialité historique. Cette question, dans laquelle est engagée,
au premier chef, l'honneur paternel et maternel, est celle de savoir
si le duc et la duchesse de Montpensier, revenant au sentiment du
devoir, se désistèrent, vis-à-vis de Charlotte de Bourbon, de leurs
âpres procédés, et accordèrent enfin à sa conscience la réparation qui
lui était due.

De la part du père, le désistement et la réparation se firent attendre
pendant de longues années, ainsi que l'établira la suite de ce récit.

Quant à la mère, dont l'existence se termina deux ans et demi après
l'abus d'autorité du 17 mars 1559, nous demeurons convaincu que,
déplorant sa faute, elle s'efforça de la réparer. Notre conviction ne
s'appuie, il est vrai, en l'absence de preuves proprement dites, que
sur des présomptions; mais ces présomptions nous semblent devoir se
rapprocher extrêmement de la réalité; aussi nous y attachons-nous avec
d'autant plus d'énergie qu'elles nous autorisent à applaudir à la
réhabilitation du coeur maternel, dont il nous a été profondément
pénible de constater la défaillance originaire.

Une précision complète dans la détermination des bases de nos
présomptions est de rigueur: or, ces bases ne sont autres que des
faits qui ne peuvent être révoqués en doute, et dont il faut
soigneusement peser la valeur. Exposons-les rapidement.

Et d'abord, quelle fut, au dire d'hommes dignes de foi, tels,
notamment que les présidents de La Place et de Thou, l'attitude de la
duchesse de Montpensier, à dater de la seconde partie de l'année 1559,
puis dans le cours de l'année 1560, et durant les huit premiers mois
de 1561? Ce fut celle d'une femme éminemment recommandable par la
dignité de son caractère et de ses actions.

Cela nous suffit pour juger qu'une transformation réelle s'était
opérée alors dans l'âme de la duchesse, et que cette transformation
dérivait de sa récente adhésion aux principes évangéliques, remis en
honneur, au sein de la France, par les réformés. Cette adhésion,
quelque restreinte peut-être qu'en ait été originairement la
manifestation, n'en constitue pas moins, à nos yeux, un fait capital,
que nous tenons d'autant plus à mettre en relief que les écrivains
contemporains se sont bornés à l'énoncer transitoirement, sans en
apprécier d'ailleurs la portée considérable.

Du fait générique d'une transformation ainsi opérée, sous l'influence
du sentiment religieux, découlèrent, comme autant de corollaires,
divers faits particuliers, dont chacun, dans sa spécialité, était
singulièrement expressif. Leur énumération doit trouver ici sa place.

Tandis que le duc de Montpensier n'obéissait qu'à une aveugle
ambition, qui, d'accord avec les suggestions de son étroit bigotisme,
l'abaissait au niveau d'une honteuse servilité vis-à-vis des Guises et
du gouvernement espagnol[11], Jacqueline de Long-Vic devenait un
modèle de droiture, de tolérance et de dévouement. L'histoire la
représente, au milieu des agitations de l'époque, comme une femme
«d'un courage et d'une prudence au-dessus de son sexe, qui ne
cherchoit que la paix et la tranquillité publique[12].»

  [11] «Quant au duc de Montpensier, il portoit telle inimitié à la
  religion (réformée), et avoit esté de telle sorte pratiqué par
  ceux de Guise, qu'il se bandoit du tout contre soy-mesme, sans
  pouvoir gouster la conséquence des entreprises contraires.»
  (Regnier de La Planche, _Hist. du règne de François II_, édit. de
  1576, p. 567).

  [12] De Thou, _Hist. univ._, t. III, p. 59.

Catherine de Médicis, qui la savait attachée à la religion réformée,
ne l'en tenait pas moins pour «l'une de ses plus privées amies[13]».
On lit dans une relation de l'ambassadeur vénitien J. Michiel[14]:
«Le duc de Montpensier ne se mêle pas des affaires, mais, en revanche,
sa femme le fait bien pour lui. Elle est gouvernante et première dame
d'honneur de la reine, très familière avec elle, et elle en obtient
tout ce qu'elle veut.»

  [13] Regnier de La Planche, _loc. cit._, p. 39.

  [14] _Ap. Tommasco, Relazioni_, in-4º, t. Ier, p. 133.

Lors de la trame ourdie, en 1560, par la cour, à Orléans, contre Louis
Ier et Antoine de Bourbon, Marillac, archevêque de Vienne, rappelant à
la duchesse de Montpensier, dont il possédait toute la confiance, une
promesse qu'elle lui avait faite naguère, de s'opposer, en temps
opportun, aux desseins des Guises, lui signala les mesures à prendre
pour tenter de détourner le coup que voulaient frapper les ennemis de
la France et des princes du sang[15]. Il lui conseilla, entre autres
choses, d'engager son gendre, le duc de Bouillon, à recevoir les
enfants du prince de Condé dans Sedan et Jametz, et à consentir qu'on
enfermât dans ces places les enfants ou les frères du duc de Guise, si
l'on réussissait à les prendre, parce que leur vie répondrait de celle
des Bourbons. La duchesse mit à exécution le conseil de Marillac, en
envoyant un messager éprouvé au duc de Bouillon et aux princes
protestants d'Allemagne, pour gagner leur concours à la cause des
princes du sang.

  [15] De La Place, _Comment._, édit. de 1565, p. 109, 110,
  111.--De Thou, _Hist. univ._, t. II, 824, 825.

Les rigueurs exercées, à ce moment, contre Antoine et Louis Ier de
Bourbon, ainsi que contre la belle-mère de ce dernier, n'arrêtèrent ni
le zèle ni le courage de Jacqueline de Long-Vic. Au risque de se voir,
à son tour, traitée comme la comtesse de Roye, incarcérée alors au
château de Saint-Germain, elle se prévalut de la familiarité, non
ébranlée encore, de sa liaison avec Catherine de Médicis, pour
plaider, en sa présence, la cause du prince de Condé, de sa
belle-mère, et de son frère. Elle conjura la reine mère de se défier
de l'arrogante puissance des Guises, de ne pas attendre que la mort du
roi de Navarre et du prince l'eût portée au comble, et d'opposer aux
Lorrains factieux la noblesse de France, qui, s'il le fallait,
prendrait contre eux les armes[16].

  [16] De Thou, _Hist. univ._, t. II, p. 832.

Elle donna de nouveau ses conseils lorsque s'agita la question de
savoir qui serait appelé aux fonctions de chancelier de France, en
remplacement d'Olivier. «La duchesse de Montpensier, dit de Thou[17],
favorite de la reine mère, princesse d'un esprit élevé, ne voyoit
qu'avec peine, que la puissance des Lorrains croissoit de jour en
jour; et communiquant ses chagrins à Catherine de Médicis, qui
commençoit à redouter la violence de ces princes, elle persuada à
cette reine ambitieuse que, si elle vouloit gouverner, elle devoit
choisir un homme ferme et courageux qui s'opposât à leurs desseins,»
en d'autres termes, Michel de l'Hospital. Ce fut, en effet, à cet
homme si recommandable, à tant de titres, que les sceaux furent
confiés.

  [17] _Hist. univ._, t. II, p. 776.

Dans d'autres circonstances encore, la duchesse de Montpensier fit un
noble usage du crédit dont elle jouissait.

Atteinte, en 1561, d'une grave maladie, elle donna de touchantes
preuves de sa foi et de sa résignation, sous le poids de longues
souffrances. Le ministre Jean Malot l'assista à ses derniers
moments[18].

  [18] De La Place, _Comment._, p. 237.

Elle succomba, le 28 août 1551, laissant après elle d'unanimes
regrets.

«Si elle eût plus longuement vescu, dit de La Place[19], l'on estime
que les troubles ne fûssent tels survenus, que depuis ils survinrent,
pour ce qu'elle estoit, d'une part, fort aimée et creue de la reine,
et, d'autre part, le roi de Navarre se sentoit fort obligé à elle, qui
servoit d'un lien pour les unir et entretenir en paix et amitié. Elle
estoit femme de bon entendement et clairvoyante aux affaires mesme
d'Estat.»

  [19] _Comment._, p. 237.--Voir à l'_Appendice_, no 1, une pièce
  de vers composée, peu de temps après la mort de la duchesse de
  Montpensier, et qui donne une idée des sentiments élevés dont on
  la savait animée.

A voir, d'après ce qui précède, les actes noblement accomplis par la
duchesse de Montpensier, dans sa vie publique, de 1559 à 1561, sous
l'impulsion des convictions religieuses qui l'animaient, on est en
droit d'admettre que ces mêmes convictions ont nécessairement dû se
traduire, dans sa vie privée, par des actes non moins nobles; et que
surtout elle a agi, vis-à-vis de sa fille Charlotte, sous l'influence
de sentiments maternels, qui ne sont jamais plus élevés et plus purs,
dans leur expansion, que lorsque la foi chrétienne les inspire.

Puis, comment ne pas croire que les fréquentes relations de la
duchesse avec des mères telles que Jeanne d'Albret, reine de Navarre,
et que Mmes de Coligny, de Roye, de Soubize, de Rothelin, de
Seninghen, se montrant à la fois judicieuses, fermes et tendres, à
l'égard de leurs enfants, ne l'aient pas induite à faire retour sur
elle-même et à suivre leur exemple?

Oui, tout porte à croire que Jacqueline de Long-Vic, déplorant
amèrement le passé, aura résolument cherché à délivrer Charlotte du
fardeau d'une intolérable situation, et à lui assurer dans la famille
la place à laquelle elle avait droit.

Mais voici le point où nos conjectures, déjà si sérieuses, touchent à
la réalité et se confondent, en quelque sorte, avec elle; c'est par
la constatation et la portée d'un fait que de Thou[20] atteste
expressément, savoir: que la duchesse de Montpensier voulut marier
Charlotte au fils de la marquise de Rothelin, au jeune duc de
Longueville, que Calvin entourait, ainsi que sa pieuse mère, d'une
affectueuse sollicitude[21].

  [20] «La duchesse de Montpensier avoit destiné une de ses filles,
  nommée Charlotte au duc de Longueville.» (De Thou, _Hist. univ._,
  t. III, p. 60.)

  [21] _Lettres françaises de Calvin_, t. II, p. 179, 265, 267,
  286, 499. L'une de ces lettres, adressée par Calvin au jeune duc
  de Longueville, le 22 août 1559 (p. 286) contenait ce passage:
  «Monseigneur, vous avez un grand advantage, en ce que madame
  vostre mère ne désire rien plus que de vous voir cheminer
  rondement en la crainte de Dieu, et ne sçauroit recevoir plus
  grand plaisir de vous qu'en vous voyant porter vertueusement la
  foy de l'Évangile.»

Ce fait est décisif, quant à la question qui nous occupe, car il
implique virtuellement, de la part de la duchesse, le remords, la
réprobation du passé, et le soin du bonheur de la jeune fille, aimée
désormais par sa mère, comme elle eût dû toujours l'être.

Qu'importe d'ailleurs, au point de vue de la réhabilitation morale de
Jacqueline de Long-Vic, que ses désirs et ses efforts en faveur de son
enfant soient venus se briser, même à l'heure suprême, contre
l'intraitable ténacité du duc: ils n'en attestent pas moins, à
l'honneur de la duchesse, la loyauté de son relèvement, et nous font
pressentir avec quelle ardeur, à son lit de mort, elle aura appelé les
bénédictions d'en haut sur Charlotte et remis son sort entre les mains
du Dieu des miséricordes.

Du fond de l'isolement où s'appesantissait sur elle la main tyrannique
d'un père, que cependant elle continuait à respecter jusque dans ses
aberrations, Charlotte se rattachait avec amour à la pensée d'avoir
enfin conquis le coeur de sa mère, avant que celle-ci ne rendit le
dernier soupir. Chercher, tout en pleurant sa mort, à se retremper au
culte des pieux souvenirs, était déjà, sans doute, une tendance
salutaire, une aspiration élevée; mais il fallait plus encore à l'âme
de la jeune fille, dans sa détresse: il lui fallait l'action
pénétrante d'une force supérieure qui la soutînt et la consolât. Dieu,
qui, dans sa bonté, veillait sur l'infortunée, lui apprit à puiser
cette force en lui seul; à quelle époque, dans quelles circonstances,
par quels moyens? nous l'ignorons. Toutefois, ce que nous savons,
c'est que, dans le laps des onze années qui s'écoulèrent, de 1561 à
1572, la jeune abbesse de Jouarre fut amenée à la connaissance des
vérités évangéliques, et qu'elle y amena, à son tour, quelques-unes
des religieuses de son abbaye[22].

  [22] D'Aubigné, _Hist. univ._, t. II, liv. Ier, ch. 11.

On comprendra sans peine quelles furent, pour Charlotte de Bourbon,
les difficultés avec lesquelles elle se trouva aux prises, afin de
sauvegarder, dans la situation qui lui était imposée, sa conscience et
le développement de sa foi.

Antipathique à une religion au nom de laquelle on avait violenté son
âme et prétendu enchaîner à jamais sa liberté de penser, de croire et
d'agir, elle ne devait ni voulait se prêter à rien qui, de près ou de
loin, sous quelques dehors que ce fût, portât la moindre atteinte à la
dignité de ses convictions et de son caractère. Aussi, que devint pour
elle la vie monastique? Resta-t-elle strictement celle qu'on l'avait
abusivement condamnée à subir? Non; car si ce fut, d'un côté, une vie
d'abnégation et de dévouement, qui ne compromettait que son repos,
dont elle faisait volontiers le sacrifice; ce fut aussi, de l'autre,
une vie d'indépendance morale légitimement revendiquée et fermement
maintenue. Il n'y avait qu'honneur, pour Charlotte de Bourbon, à
scinder de la sorte sa vie en deux parties distinctes, en apparence,
mais en réalité corrélatives entre elles, alors qu'au fond de son âme
elle avait le sentiment que cette même vie, dans l'ensemble de son
expansion, comme dans l'unité de son principe, ne relevait que de Dieu
et du service qui lui est dû. Par la seule force de ce sentiment elle
pouvait dominer et domina, en effet, les difficultés et les périls du
rôle qui lui était assigné.

De ce rôle d'abbesse elle accepta donc sans réserve et accomplit avec
un zèle éclairé le devoir de guider les religieuses de Jouarre dans
les voies de l'ordre et de la paix, de veiller sur leur bien-être
moral et physique, de les former à l'exercice de la charité; et, en sa
qualité de protectrice des intérêts temporels de la communauté, elle
satisfit à l'obligation d'administrer avec vigilance et intégrité les
biens qui appartenaient à celle-ci. Mais, quant aux règles dont ce
même rôle d'abbesse impliquait, dans l'ordre spirituel, l'observation,
elle se dégagea loyalement, sans blesser la liberté d'autrui, de
celles qui froissaient ses convictions et ne s'abstint de répudier que
celles à la pratique desquelles elle pouvait, sans hypocrisie,
condescendre.

Agir ainsi, c'était faire preuve à la fois de droiture et de courage.
Il n'en pouvait pas être autrement d'un coeur gagné, dans la captivité
du cloître, aux pures doctrines de l'Évangile, et n'aspirant qu'à y
demeurer fidèle.

Il serait intéressant de saisir les traces de l'allègement que purent
apporter aux rigueurs du sort de Charlotte de Bourbon ses relations
avec quelques notables personnalités du protestantisme français, dont,
antérieurement à l'année 1572, la sympathie et les encouragements la
soutinrent, probablement, dans ses efforts pour sortir de la vie
monastique; mais les traces historiques sur ce point sont extrêmement
rares; elles se limitent à peu près à une correspondance de Jeanne
d'Albret, que nous reproduirons plus loin, et à une déclaration des
religieuses de Jouarre, portant: que Charlotte recevait, à l'abbaye,
quelques personnes professant la religion réformée, et spécialement
les sieurs François et Georges Daverly, «qui étoient ordinairement à
son conseil, et auxquels elle accordoit grande faveur[23].»

  [23] Information secrète du 28 avril 1572.--François Daverly
  portait le titre de seigneur de Minay.

Réduit, en dehors de la correspondance et de la déclaration dont il
s'agit, à de simples conjectures, nous ne pouvons que supposer
l'existence, d'ailleurs fort naturelle, d'un affectueux appui accordé
à la jeune abbesse, dans l'isolement où la laissait la mort de sa
mère, soit, avant tout, par sa soeur aînée, la duchesse de
Bouillon[24], et peut-être même par une autre de ses soeurs, Anne de
Bourbon, mariée en 1561 au jeune duc de Nevers, soit par sa cousine et
son cousin, la princesse et le prince de Condé, soit par Mmes de Roye,
de Coligny, d'Andelot, et autres femmes chrétiennes, d'une condition
analogue à celle de ces dames.

  [24] Il nous semble impossible qu'une active correspondance,
  inspirée par la plus tendre affection, n'ait pas existé entre
  Charlotte de Bourbon et sa soeur la duchesse de Bouillon, surtout
  depuis l'année 1562; époque à laquelle cette femme si distinguée,
  à tant de titres, avait, ainsi que le duc, son mari, ouvertement
  embrassé la religion réformée, et dès lors chaleureusement servi,
  avec lui, non seulement les intérêts spirituels et matériels des
  habitants du duché, mais aussi ceux d'une foule de personnes
  venues de France, auxquelles un asile était accordé à Sedan et à
  Jametz. Des documents précis, postérieurs à 1572, témoignent au
  surplus de l'étroite amitié qui unissait l'une à l'autre les deux
  soeurs, Charlotte et Françoise de Bourbon.

Quoi qu'il en soit à cet égard, une chose demeure certaine: c'est que,
dans le laps ci-dessus indiqué de onze années (1561 à 1572), Charlotte
de Bourbon suivit avec un intérêt toujours croissant la marche des
circonstances extérieures, dont quelques-unes devaient, à un moment
donné, influer sur sa destinée. Les principaux acteurs du grand drame
religieux et politique dont la France fut alors le théâtre, la
préoccupaient fortement, en deux sens opposés: les uns, les
persécuteurs, ne lui inspiraient qu'aversion et qu'effroi; les autres,
les persécutés, que sympathie et que respect. Au premier rang des
généreux défenseurs de ces derniers apparaissait à ses yeux l'amiral
de Coligny, duquel elle se montra toujours sincère admiratrice.

D'une autre part, alors que ses pensées se reportaient vers les divers
membres de sa famille, qu'elle savait être plus ou moins engagés dans
le conflit des événements contemporains, à peine osait-elle s'arrêter
à la constatation, poignante pour son coeur de fille, des cruautés
commises par le duc de Montpensier, devenu, dans son fanatisme,
l'implacable ennemi des réformés, et, dans sa servilité, le suppôt des
Guises, surtout à dater de 1562[25].

  [25] Nous ne tracerons pas ici le tableau des monstrueux excès
  par lesquels le duc se déshonora. On frémit d'indignation et de
  dégoût à l'aspect des lugubres et cyniques détails dans lesquels
  sont entrés, sur ce point, Brantôme (édit. L. Lal., t. V, p. 9 et
  suiv.), et, plus amplement encore l'auteur de l'_Histoire des
  martyrs_ (in-fº 1608, p. 589 à 591, et 593, 594).--Voir aussi
  l'_Histoire des choses mémorables advenues en France, de 1547 à
  1597_ (édit. de 1599, p. 186 à 193).

Avec les culpabilités de la vie publique d'un tel homme devait
inévitablement coïncider la dépression de sa vie privée; aussi, que
fut-il désormais comme père?

S'agissait-il de son fils: il restait sans autorité morale pour le
guider dans la carrière dont l'accès lui avait été ouvert. Afin d'y
marcher avec honneur, il fallait à ce fils autre chose que l'exemple
des déviations paternelles.

Quant aux cinq filles, quelle était vis-à-vis d'elles, la contenance
du duc?

Deux d'entre elles s'étant, si ce n'est peut-être de leur plein gré,
du moins sans aucun murmure, pliées à la vie du cloître, ce dont son
bigotisme s'applaudissait, il n'eut d'autre souci que celui d'aviser à
ce qu'elles y restassent indéfiniment confinées; comme il laissa
confinée dans son deuil une autre de ses filles, la duchesse de
Nevers, devenue veuve en 1562.

Avec le calme relatif de l'existence de ces trois soeurs contrastaient
les perplexités du servage de la quatrième.

Lorsqu'on 1565, comme on l'a déjà vu, Charlotte de Bourbon formula une
protestation, qu'appuyaient les témoignages décisifs de religieuses de
l'abbaye de Jouarre et du représentant officiel de son père et de sa
mère à l'odieuse scène du 17 mars 1559, le duc de Montpensier
s'indigna. Dans cet acte, qui eût dû dessiller ses yeux et le porter à
désavouer sa conduite passée, il ne vit qu'un motif de plus pour faire
peser sur Charlotte de nouvelles rigueurs.

Il voulut, en outre, que le contre-coup de son intolérance se fît
sentir ailleurs qu'à Jouarre. De là toute une série de remontrances et
d'obsessions, pour arracher sa fille aînée à ce qu'il appelait une
criminelle hérésie. Déplorant, à huit ans de distance, le consentement
qu'il avait donné à son mariage avec un prince qui depuis lors était
devenu protestant, et dont elle partageait les convictions
religieuses[26]; outré, en même temps, de l'antipathie de Charlotte
pour la religion au nom de laquelle elle était opprimée par lui, il
eut, en 1566, l'étrange prétention de ramener à la profession de cette
même religion la duchesse de Bouillon, qui s'en tenait plus que jamais
éloignée, d'un côté, par l'affermissement de son adhésion à la
religion réformée, et, de l'autre, par la répulsion que lui inspirait
le despotisme tenace dont sa soeur était victime. Harcelée par son
père, mais fermement décidée à voir s'épuiser en stériles efforts son
zèle de convertisseur et celui d'auxiliaires de son choix, elle le
laissa mettre, devant elle, des docteurs catholiques aux prises avec
des ministres protestants. Le plus clair résultat de leurs longues
controverses fut de démontrer au duc de Montpensier le complet
insuccès de sa tentative; car la duchesse, sa fille, demeura fidèle à
la religion qu'elle professait[27].

  [26] On lit dans un rapport relatif à un synode provincial des
  églises réformées, tenu à Laferté-sous-Jouarre, le 27 avril 1564,
  le passage suivant: «Le duc de Bouillon a envoyé paroles de
  créance par Perucelly, qui disoit avoir parlé à luy à Troyes, ou
  ès environs, et par Journelle, par lesquelles il faisoit entendre
  le bon vouloir qu'il a de s'employer pour le Seigneur, _avec
  madame sa femme_, et que, en brief temps il exterminerait la
  messe et prestres de ses terres, et que de cela ne pouvait estre
  empesché, parce qu'il ne dépendoit que de Dieu et de l'espée. Il
  prioit l'assemblée de luy faire venir des régents de Genève pour
  dresser un collège à Sedan, lequel il veult renter de deux ou
  troys mille francs; promettant que ses places seront toujours
  seur refuge aux fidèles, et qu'elles estoient munies suffisamment
  de tout ce qu'il falloit.» (Bibl. nat. mss., f. fr., vol. 6.616,
  fos 96, 97).

  [27] E. Benoit, _Histoire de l'Édit de Nantes_, t. Ier, p.
  42.--De Thou, _Histoire univ._, t. III, p. 655.--Bayle, _Dict.
  phil._, Ve Rosier (Hugues, Sureau du).

Quatre ans plus tard, ce déplorable chef de famille montra, de
nouveau, combien, au foyer domestique, il était dépourvu de toute
délicatesse de sentiments et de procédés. En effet, rompant avec le
respect qu'il devait à la mémoire de sa femme et aux impressions qui,
dans le coeur de ses enfants, survivaient à la perte de leur mère, il
eut la téméraire prétention, en se remariant à l'âge de cinquante-cinq
ans, de leur imposer, comme devant remplacer, vis-à-vis d'eux,
Jacqueline de Long-Vic, une jeune fille de dix-neuf ans[28], sans
consistance morale, appartenant à cette funeste maison de Guise,
contre l'ambition et les haines invétérées de laquelle la défunte
duchesse s'était naguère noblement élevée.

  [28] «Quoy que le duc de Montpensier eût eu de la duchesse, sa
  femme, un fils et plusieurs filles, il ne laissa pas de songer à
  un second mariage, à l'âge de cinquante-cinq ans passés; et ayant
  fait choix de Catherine de Lorraine, fille de François de
  Lorraine, duc de Guise, et d'Anne d'Este, pour lors âgée
  seulement de dix-huit ans, le traité en fut passé à Angers, le 4
  février 1570.» (Coustureau, _Vie du duc de Montpensier_, addit.,
  p. 179).--Brantôme dit de Catherine de Lorraine que «bien
  tendrette d'aage, elle espousa son mary qui eût pu estre son
  ayeul». (Édit. L. Lal., t. IX, p. 646).--Le Laboureur (addit. aux
  _Mém. de Castelnau_, t. II, p. 735) allant au fond des choses,
  n'hésite pas à dire: «Le duc de Montpensier se maria, en
  premières noces à Jacqueline de Long-Vic, pour profiter du crédit
  de l'admiral Chabot, qui avoit épousé Françoise de Long-Vic, sa
  soeur aînée; et ce fut pour la mesme considération qu'il prit
  pour seconde femme Catherine de Lorraine, soeur du duc de Guise,
  auquel cette alliance fut plus utile pour achever de détacher ce
  prince des intérêts de sa maison, et pour le discréditer parmi
  des siens, qu'elle ne lui fut avantageuse..... Il apprit par les
  suites des différends qu'il eut à la cour et par la conduite que
  cette seconde femme tint avec lui, qu'on n'avoit eu d'autre
  dessein que de désunir sa maison....., en luy donnant pour le
  veiller une femme fort entreprenante et qui luy donna bien des
  affaires.»

Insulter ainsi au passé de celle qui n'existait plus, c'était, de la
part du duc, blesser au coeur ses enfants.

C'en fut trop pour Charlotte de Bourbon! A dater du jour où son père
voulut lui donner pour seconde mère Catherine de Lorraine, elle sentit
qu'elle n'avait plus qu'à briser, dès qu'elle le pourrait,
l'insupportable joug sous lequel il la tenait, à Jouarre, asservie
depuis tant d'années. Libre de tout engagement, légalement maîtresse
de sa personne et de ses actions, elle se décida à quitter pour
toujours l'abbaye et à se ménager une retraite honorable hors de
France.

Confiant alors à sa soeur, la duchesse de Bouillon, et à la reine de
Navarre le secret de la résolution qu'elle avait prise et que ces
femmes de coeur ne pouvaient qu'approuver, elle leur demanda conseil
sur le choix des moyens propres à en assurer l'exécution.

La duchesse de Bouillon lui fit savoir, qu'elle et le duc, son mari,
étaient prêts à la recevoir, et que leur affectueux dévouement lui
était acquis, plus que jamais.

Les dispositions de la reine de Navarre n'étaient pas moins
favorables. Tout en émettant l'avis que Charlotte de Bourbon devait se
rendre directement auprès de sa soeur et de son beau-frère, elle
estima que peut-être, quel que fût leur bon vouloir, elle ne se
trouverait pas suffisamment en sûreté à Sedan, et que dès lors il
serait prudent de lui procurer, au loin, un asile, à la cour de
l'électeur palatin, Frédéric III. Aussi en écrivit-elle à ce prince,
qui déclara consentir à recevoir la protégée de la reine. Il y eut
plus: le séjour que Charlotte ferait à Heydelberg, ne devait être,
dans la pensée de Jeanne d'Albret, qu'un moyen à l'aide duquel elle
espérait obtenir du duc de Montpensier qu'il laissât sa fille se
retirer définitivement en Béarn et y vivre auprès d'elle. Quoi de plus
touchant que cette dernière partie du plan ainsi conçu par Jeanne
d'Albret en faveur de sa jeune amie! Ajoutons que l'amiral de Coligny
et sa famille, qui soutenaient alors, à La Rochelle, d'intimes
rapports avec la reine de Navarre, approuvèrent sans réserve son plan,
à l'exécution duquel le gendre de l'amiral, Téligny, se chargea de
concourir en une certaine mesure.

Voilà ce que nous révèle la lettre suivante, à peine connue
jusqu'ici[29]:

«Ma cousine, écrivait Jeanne d'Albret à Charlotte de Bourbon, j'ay
receu vostre lettre et suis infiniment marrye que je ne vous puis
servir comme je le désire; vous priant ne doubter point de mon
affection, laquelle ne manquera jamais, à vostre endroict; mais vostre
affaire est de telle importance, qu'il ne fault faire qu'une petite
faulte pour tout gaster; et, puisque ce porteur m'a assuré vous faire
rendre mes lettres bien seurement, je vous diray que _nous ne
trouvons_ point de meilleur expédient pour vous, que celuy que _vous
avons mandé_, d'aller vers madame de Bouillon, vostre soeur, et delà
en Allemagne. Et si avez besoing que j'en escrive _encores_ au
seigneur dont il est question, vous me le manderez, où je dresseray
vostre voyage par mes lettres; car je ne doubte point que monsieur
vostre père, sçachant que serez en pays estranger, ne trouve bien,
pour vous en retirer, que veniez plustost en mes païs et avec moy; ce
que je desire infiniment, pour vous monstrer l'affection que je vous
porte, et que soyez avec moy comme ma fille; car, si je puis parvenir
à cela, je vous feray office de mère en tout ce qui concernera vostre
grandeur et contentement. Il faut, ma cousine, que ceci soit mené bien
sagement et secrètement. Je vous prie, par le moyen de monsieur _de
Telligny_, qui me fera seurement tenir voz lettres, me mander ce que
vous voulez que je face, et faire estat de mon amitié. Et sur ceste
asseurance, je prieray Dieu, ma cousine, qu'il vous donne
accroissement de ses sainctes grâces. De La Rochelle, ce 28 de juillet
1571.

     »Vostre bien bonne cousine et perpétuelle amye,

     »JEHANNE.»

  [29] British museum, mss. Harlay, 1.582, fº 367.


Charlotte de Bourbon accueillit avec gratitude les directions et
l'affectueux patronage que mentionnait cette lettre.

Depuis sa réception, six mois s'écoulèrent en prudentes combinaisons
et démarches, avant que la jeune princesse pût mettre à exécution son
projet d'évasion.

Forte de l'appui que lui prêtaient sa soeur et la reine de Navarre,
elle accepta, d'accord avec l'une et l'autre, celui d'un homme
recommandable, François Daverly, seigneur de Minay, dont le dévouement
était à la hauteur des devoirs que lui imposait le rôle de protecteur
d'une noble fugitive, pendant le long et difficile trajet qu'elle
allait entreprendre.

Ce fut en février 1572 que Charlotte de Bourbon quitta l'abbaye, d'où
sortirent, en même temps qu'elle, deux de ses religieuses. Toutes
trois étaient accompagnées par François Daverly et par son frère.

On croyait, en voyant l'abbesse de Jouarre et son entourage franchir
l'enceinte du cloître, qu'il ne s'agissait que d'une simple visite à
rendre à l'abbesse du Paraclet.

En réalité Charlotte de Bourbon s'acheminait vers Sedan, comme vers un
lieu de refuge inaccessible à la persécution. Mais, là même, à en
juger par certains indices d'hostiles menées, récemment ourdies en
France, la persécution pouvait l'atteindre: aussi, presque aussitôt,
des conseils inspirés par l'affection et la vigilance d'autrui la
détournèrent-ils, à son vif regret et à celui de la duchesse, sa
soeur, de son projet de résidence à Sedan, et la décidèrent-ils à se
rendre directement à Heydelberg, où il lui était affirmé qu'elle
serait en pleine sûreté, auprès de l'électeur Frédéric III et de
l'électrice.

Un témoin bien informé[30] nous fournit, sur l'évasion et le voyage de
Charlotte de Bourbon, de précieux renseignements. S'adressant, après
qu'elle eut cessé de vivre, à l'une des filles issues de son mariage
avec un prince duquel il sera bientôt parlé, il dit:

«Quand feue, de très bonne et très louable mémoire, la très illustre
princesse, vostre mère, se retira totalement de la superstition et
idolâtrie papistique, dont Dieu luy avoit donné bien bonne
cognoissance, et qu'elle fuyoit la France comme le climat auquel,
lors, tous ceux et celles qui vouloient servir purement à Dieu
estoient grièvement persécutez, sans aucune distinction de sexe,
d'aage, ni de condition, voire mesmes sans espargner les princes et
princesses du sang royal, ce qu'elle estoit, non plus que ceux du
commun populaire, _je sçay, comme tesmoin oculaire_, qu'elle prit la
route de Sedan, vers feue, de très heureuse mémoire, la très illustre
princesse, duchesse de Bouillon, sa soeur; et ce, d'autant qu'audit
lieu, la parole de Dieu estoit purement annoncée, et les sacremens de
la religion chrétienne administrés selon leur institution: qui estoit
le bien à la participation duquel tendoit et aspiroit le principal
désir de son âme. Mais lors elle reçut advis et conseil, fondé sur
plusieurs notables considérations, de n'y venir point establir son
séjour, ains de passer oultre, si elle vouloit vivre en pleine
tranquillité. Comme donc il estoit question de l'adresser à quelque
bon port, auquel, autant qu'on en pouvoit juger, elle peust avoir ung
assez sûr abry, pour n'estre point agitée de tant d'orages et
tempestes qu'elle l'eust peult-estre esté en d'autres, elle fut aussi
prudemment que heureusement adressée à ce phoenix des princes de son
temps, le très illustre et très puissant Electeur, Frédéric troisième,
comte palatin du Rhin, comme à celui qui estant le parangon de toute
piété et vertu, recevoit volontiers tous ceux que ces mesmes marques
rendoient recommandables.»

  [30] Jacques Couet, ministre de la parole de Dieu, auteur du
  _Traité servant à l'esclaircissement de la doctrine de la
  prédestination_, Basle, »in-8º, 1779.»--Les lignes ci-dessus
  transcrites sont tirées de la préface de ce traité, dans laquelle
  Couet s'adresse «à haulte et puissante» dame, madame
  Louise-Julienne de Nassau, Electrice palatine.»

Avec cet exposé de faits si précis concorde celui qui émane d'un autre
écrivain, également digne de foi[31].

  [31] _Mémoires sur la vie et la mort de la sérénissime princesse
  Loyse-Julienne, Electrice palatine, née princesse d'Orange._ 1
  vol. in-4º; à Leyden, de l'imprimerie de Jean Main, 1625, fº 12.

Il nous suffira de détacher de son livre les lignes suivantes:

«Il est certain que cette princesse (Charlotte de Bourbon) étoit peu
disposée à prendre le voile. Néanmoins sa vertu et son bon naturel la
firent demeurer dans une déférence entière aux volontés paternelles,
et patienter en sa condition jusques à ce que la Providence divine
brisât miraculeusement les chaînes qui sembloient brider et asservir
sa conscience. Les guerres civiles ayant, quelques années auparavant,
rempli la France de confusion, les lieux les plus inviolables furent
exposés à la violence des armes, et le monastère de Jouarre courut la
mesme fortune. Cette occasion servit pour mettre cette princesse en
liberté. De fait, elle ne trouva meilleur asyle, parmi ces désordres,
que de se retirer vers une sienne soeur, mariée avec M. R. de Lamarck,
duc de Bouillon et seigneur de Sedan. C'est par ce moyen qu'elle fut
conduite, en fuite, à la cour palatine, à Heidelberg, et accueillie
par Frédéric III, électeur palatin, avec l'honneur dû à une princesse
de sa naissance. Ceste cour estant, en ce temps-là, une école de
vertu, soubs un prince religieux, cette vertueuse princesse ne crut
pas pouvoir trouver une retraite plus innocente.»

Rappeler ici ce que fut Frédéric III, c'est légitimer, par cela même
le respect qui s'attache à sa mémoire et démontrer immédiatement
combien il était apte à étendre sur Charlotte de Bourbon un patronage
efficace.

Peut-être Frédéric III n'a-t-il jamais mieux justifié le surnom de
_pieux_, que par sa noble attitude, d'une part, au foyer domestique,
et, de l'autre, dans la série de ses généreux efforts en faveur des
protestants français, cruellement persécutés. Ils étaient pour lui des
frères en la foi; et il le leur prouva, soit en prenant leur défense
contre leur souverain, dans d'énergiques représentations adressées à
celui-ci, soit en cherchant à les arracher au supplice, comme il le
fit pour Anne du Bourg[32], soit en répondant à leurs appels par
l'envoi de troupes en France, sous la conduite d'un de ses fils, soit
enfin en repoussant, dans une protestation mémorable[33], les censures
que l'empire germanique fulminait contre lui à raison de l'appui qu'il
prêtait à la réforme française, et en défendant, en face de cet
empire, les droits imprescriptibles de la conscience chrétienne.

  [32] De Thou, _Hist. univ._, t. II, p. 701.

  [33] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 6.619.

La chaleureuse sympathie de Frédéric III pour ses co-religionnaires de
France, et surtout pour Coligny, éclate dans sa correspondance[34].
Réciproquement, les lettres adressées par Coligny, d'Andelot, Condé,
et autres, à Frédéric III, prouvent en quelle haute estime ils
tenaient ce prince, dont Hotman, de son côté[35], caractérisait le
sage gouvernement, en ces termes: «Il y a, ce croy-je, seize ans,
prince très illustre, que Dieu a mis une bonne partie de la coste du
Rhin sous le pouvoir et sauvegarde de Vostre Excellence, et depuis ce
temps-là on ne sauroit croire, ni suffisamment exprimer, en quel repos
et tranquillité on a vescu en tous les pays de vostre obéissance,
ressemblant proprement à une bonace riante de la mer plate et
tranquille où il ne souffle aucun vent, que doux et gracieux: tant
toutes choses y ont toujours esté, moyennant vostre sage prévoyance,
paisibles, saintement et religieusement ordonnées.»

  [34] Frédéric III s'est, en quelque sorte, peint lui-même dans
  cette vaste correspondance et dans son testament. En publiant
  l'une et l'autre, le savant et judicieux M. Kluckhohn a élevé un
  monument durable à la mémoire du prince électeur. Voir 1º _sur
  Frédéric III_, Le Laboureur, addit. aux _Mém. de Castelnau_,
  in-fº, t. Ier, p. 538 à 542;--les _Mém. de Condé,
  passim_;--D'Aubigné, _Histoire univ., passim_;--La Popolinière,
  _Hist., passim_;--Brantôme, édit., L. Lal., t. Ier, p.
  313;--Baum, _Th. de Bèze_, append.;--Archives de Stuttgard,
  Frankreich, 16, no 40;--_Bulletin de la Soc. d'hist. du prot.
  fr._, année 1869, p. 287.--2º _Écrits de Frédéric III_--_das
  Testament Friedrichs des frommen, Kurfürsten der Pfalz_, von A.
  Kluckhohn, in-4º;--Kluckhohn, _Briefe Friedrichs des frommen_,
  etc., etc., in-8º, 1868, 3 vol.--Voir, pour d'autres lettres de
  Frédéric III, en Angleterre, _Calendar of State papers, foreign
  series_, ann. 1560, 1562, 1563, 1567, 1668 et suiv.;--à Genève,
  Archiv., portef. histor., no 1.753;--en France, Bibl. nat., mss.,
  f. fr., vol. 2.812, 3.193, 3.196, 3.210, 3.314, 3.318, 6.619,
  15.544, et fonds Colbert, Ve vol. 397.

  [35] Dédicace de son célèbre ouvrage, intitulé _la Gaule
  françoise_ (ap. _Mém. de l'Estat de France sous Charles IX_, t.
  II, p. 579).

Des pasteurs français exprimaient à Frédéric III leur gratitude et
celle de leurs troupeaux, en lui écrivant[36]: «Nous osons avoir
recours à vous, veu principalement que vous avez jà depuis longues
années fait une singulière profession de la religion chrétienne, de
laquelle une bonne partie est employée à l'aide de ceux qui sont
affligés pour le nom de Dieu et au soulagement des misères et
adversitez de tous fidèles. Nous vous remercions, tant qu'il nous est
possible, de tant et si singuliers bénéfices que, ces années passées,
avons reçus de vostre bénignité et splendeur, ayant si souvent usé de
prières et supplications à l'endroit des rois, nos souverains, pour
nos frères qui, pour le nom du Christ, souffroient martyres et
tourmens[37].»

  [36] _Mém. de Condé_, in-4º, t. III, p. 431.

  [37] Frédéric III couronna sa carrière par une profession
  solennelle de sa foi qu'il consigna dans un testament du 23
  septembre 1575, contenant d'ailleurs, sur des points divers, une
  longue suite de dispositions. L'une d'elles, notamment, atteste
  sa constante sollicitude pour les nombreuses victimes des
  persécutions religieuses, qui, à leur sortie de France ou
  d'autres pays, avaient trouvé dans le Palatinat un accueil
  hospitalier, et pour celles qui à l'avenir, y chercheraient un
  refuge; il voulait que les unes continuassent à jouir des
  avantages dont elles étaient pourvues, et que des secours fussent
  assurés d'avance aux autres. Sa sollicitude se portait aussi,
  dans l'intérêt des professeurs, des étudiants et étrangers, de
  toutes conditions, qui ne parlaient pas l'allemand, sur la
  continuation du service divin qui se célébrait, _en langue
  française_, à Heydelberg.

Si, par ce qui précède, on est amené déjà à pressentir la nature de
l'accueil que Charlotte de Bourbon devait recevoir, à la cour
d'Heydelberg, on peut en outre, se convaincre de tout ce qu'il y eut
de simple et de touchant dans cet accueil, en entendant J. Couet
ajouter à son récit ces lignes expressives[38]: «Comme l'électeur
Frédéric III étoit d'un vray naturel de prince, il receut aussi ceste
princesse et la recommanda à la très illustre électrice, d'affection
accompagnée de si graves propos concernans la condition de ceux qui
préféroient Jésus-Christ à toutes les grandeurs et commodités
desquelles ils pouvoient jouyr en ce monde, dont elle avoit devant ses
yeux un bel objet, que ladite très illustre princesse a eu toute
occasion de dire, comme souvent elle le disoit entre ceux qui luy
estoient familiers, que Dieu, par sa singulière grâce et miséricorde,
lui avoit fait rencontrer, en ce sien exil, un second père et une
seconde mère, puis un domicile tellement orné de piété et de toute
autre vertu, qu'il lui estoit plus agréable que n'avoit jamais esté
celui de sa propre naissance.»

  [38] _Loc. cit._

Frédéric III s'empressa d'informer le roi de France, la reine mère et
le duc de Montpensier de l'arrivée de Charlotte de Bourbon à
Heydelberg, et de l'accueil qu'il avait, ainsi que l'électrice, cru
devoir lui faire.

Il est digne de remarque que sa lettre au duc portait la date du 15
mars 1572, mois qui était précisément celui dans le cours duquel, onze
ans auparavant, avait eu lieu, à Jouarre, l'odieuse scène qualifiée
_d'entrée en religion_. Asservie alors, Charlotte était libre
désormais.

«Monsieur mon cousin, écrivait l'électeur au père de la jeune
princesse[39], ce gentilhomme, présent porteur, vous dira comme il a
laissé ma cousine, vostre fille, en ma maison, où je l'ay receue et
veue bien volontiers, pour la bonne affection que j'ay congneu qu'elle
a, tant à la gloire de Dieu, que à vous rendre tous les devoirs
d'obéissance et service; de quoy je vous ay bien voulu advertir, et,
par mesme moïen, prier Dieu que le malcontentement que vous pourriez
avoir de son absence, n'empêche point que vous ne la recongnoissiez
pour ce qu'elle vous est; dont je m'asseure, puisque ceux à qui elle
ne touche pas de si près en veulent bien prendre soing. J'ai faict
sçavoir au roy et à la royne mère comment et pour quelle occasion elle
soit venue pardeçà; et, comme je ne fais nul doubte que leurs royales
dignitez estans informées de son faict, ne se sentent bien fort
contentes et satisfaites, ainsi je me persuade qu'aussi vous, sçachant
que c'est que de la force de conscience, principalement quant au faict
de la religion, ne trouverez point mauvais ce département de madite
cousine, vostre fille, ains, comme père très débonnaire, usant de
vostre prudence et bonté accoustumées, ne ferez que prendre le tout en
la meilleure part, et moïenner les choses de sorte, qu'avec la liberté
de sa conscience elle puisse servir à Dieu, vous obéyr et jouyr de ses
biens, selon les édicts du roy; à quoy je vous prierois davantage, si
je ne craignois de mettre par là en doubte la bonne affection
paternelle que portez à ladite vostre fille, laquelle je sçay vous
estre par trop bien recommandée. Par tant je feray fin de ceste
présente; priant Dieu, monsieur mon cousin, vous donner en santé bonne
et heureuse vie. De Heidelberg, le 15e jour de mars 1572.»

  [39] Bibl. nat., mss., f. fr., vol. 3.193, fº 62.

Que ressort-il de cette lettre, dont le ton était à la fois si digne
et si conciliant?

Une sérieuse manifestation du bienveillant intérêt que l'électeur
portait à Charlotte de Bourbon, à raison de _sa bonne affection à la
gloire de Dieu_, point capital sur lequel il était parfaitement à même
de se prononcer, et de son respect filial pour le duc;

La revendication, en faveur de la pieuse fugitive, d'une situation qui
assurât la liberté de sa conscience et lui permît de concilier avec
l'exercice du culte évangélique, qu'avant tout elle entendait
professer sans contrainte restrictive, le respect qu'elle ne cesserait
de porter à son père;

L'espoir que le duc, avec _sa prudence et sa bonté accoutumées_,
accueillerait cette légitime revendication.

Mais, qu'attendre, en fait de prudence et de bonté, de la part d'un
homme à idées rétrécies et grossières, violent, haineux, tel que le
duc de Montpensier? rien, absolument rien. Sa conduite et son langage,
depuis l'évasion de sa fille, ne le prouvèrent que trop, ainsi qu'on
va pouvoir en juger.



CHAPITRE II

  Colère et menaces du duc de Montpensier à la nouvelle du départ
      de sa fille.--Sa réponse à la lettre de l'électeur
      palatin.--Une information judiciaire a lieu à Jouarre.
      Dépositions importantes des religieuses.--Négociations
      entamées à Heydelberg pour obtenir le renvoi de Charlotte de
      Bourbon en France.--Fermeté de l'électeur.--Lettre de Jeanne
      d'Albret.--Charlotte demeure à Heydelberg sous la protection
      de l'électeur et de l'électrice.--Dernière lettre de Jeanne
      d'Albret à Charlotte.--Douleur de celle-ci en apprenant la
      mort de la reine de Navarre, et, bientôt après, les massacres
      de la Saint-Barthélemy.--Charlotte vient en aide aux Français
      qui se réfugient à Heydelberg.--Ses procédés généreux à
      l'égard de l'apostat Sureau du Rosier.--Ses intéressantes
      relations avec Pierre Boquin, Doneau, François Dujou, Jean
      Taffin et autres personnages distingués, ses
      compatriotes.--Sa correspondance avec les fils de l'amiral de
      Coligny.--Intervention des ambassadeurs polonais auprès du
      roi de France en faveur de Charlotte de Bourbon.--Passage à
      Heydelberg de Henri, élu roi de Pologne. Double incident qui
      s'y rattache.--Joie que Charlotte éprouve du séjour de son
      cousin, le prince de Condé, à Heydelberg.--Mme de Feuquères
      et Ph. de Mornay à Sedan.--Mort du duc de Bouillon en
      décembre 1574.--Affliction que causa à Charlotte de Bourbon
      le veuvage de la duchesse, sa soeur.


Au milieu de l'émotion causée par la fuite de Charlotte de Bourbon,
l'une de ses soeurs, abbesse de Farmoutiers, était accourue à Jouarre,
et avait aussitôt informé le duc de Montpensier de la disparition de
sa fille, sans avoir pu, du reste, lui donner le moindre
renseignement, soit sur ses intentions, soit sur la direction qu'elle
avait prise.

Le duc était alors en Auvergne, où le retenaient ses devoirs
militaires. A l'ouïe de l'événement inopiné qui le blessait au vif
dans ses préjugés et son autocratie, il frémit de colère et déclara:
qu'il fallait que chacun s'employât «pour sçavoir où la fugitive
s'estoit retirée, afin de trouver moyen de luy faire quelque bon
admonestement»; ajoutant qu'il fallait aussi qu'on l'aidât, «pour
qu'elle pût estre trouvée, en quelque part qu'elle fût, dedans ou
dehors le royaume, et ramenée, _vive ou morte_, afin que l'injure et
déshonneur faits à son père par elle et ceulx qui l'avoient induite,
conseillée et favorisée à commettre ceste faute, fussent réparés, avec
une pugnition et chastiment si exemplaires, que la mémoire en
demeureroit perpétuelle, à l'advenir[40]».

  [40] Lettre du duc de Montpensier à sa fille, l'abbesse de
  Farmoutiers (ap. dom Toussaint Duplessis, _Hist. de l'église de
  Meaux_, in-4º, 1731, t. II, _Pièces justificatives_, no 5).

Le 17 mars, le duc ignorait encore ce qu'était devenue Charlotte,
ainsi qu'il l'annonçait, d'Aigueperse, ce même jour, «à son bon
seigneur, parent et amy, le duc de Nemours[41]».

  [41] Bibl. nat., mss., f. fr., vol. 3.353, fº 23.

La réception de la lettre de l'électeur palatin mit un terme à son
incertitude; mais, en même temps, excita en lui un redoublement de
colère.

Les sentiments désordonnés auxquels il était alors en proie se
traduisirent avec amertume dans une réponse qu'il adressa, le 28 mars,
à l'électeur[42].

  [42] Cette réponse, démesurément longue, est intégralement
  reproduite avec les annotations qu'elle nécessite, au no 2 de
  l'_Appendice_, dans la rudesse de ses assertions, pour la plupart
  outrageantes et mensongères.

Il ne s'en tint pas à cet acrimonieux _factum_: il écrivit au roi, à
la reine mère, et à divers personnages sur le concours desquels il
croyait pouvoir compter[43]. Il provoqua, d'un côté, une enquête, et,
de l'autre, des négociations ayant pour objet le retour de sa fille en
France, même par voie de contrainte. Il insistait, dans ses accès de
fureur, sur le châtiment exemplaire qu'il lui réservait.

  [43] «Le duc de Montpensier lors emplissoit la cour de plaintes,
  pour sa fille, l'abbesse de Jouarre, qui, se voyant menacée,
  s'enfuit à Heidelberg.» (D'Aubigné, _Hist. univ._, t. II, liv.
  1er, ch. II.)

Ses démarches et ses menaces n'aboutirent pas, au gré de ses désirs.

En effet, en premier lieu, une information secrète, dirigée à Jouarre
même, sur l'ordre du premier président du Parlement de Paris, n'eut
d'autre résultat, que la constatation réitérée de la brutale pression
dont Charlotte de Bourbon avait été victime, le 17 mars 1559.

Sans se laisser intimider par la présence ni par les interpellations
du magistrat chargé de les interroger, six religieuses, autres que
celles dont les déclarations avaient été recueillies, le 25 août 1565,
confirmèrent pleinement ces déclarations par des dépositions
empreintes de sympathie pour la jeune princesse, qui, durant son long
séjour à l'abbaye de Jouarre, s'était constamment montrée affectueuse
et bonne pour chacune d'elles.

L'information secrète dont il s'agit est d'une si haute portée, qu'il
faut en reproduire ici la teneur exacte. La voici[44]:

«Information secrète, faicte par nous, Nicolas de Gaulnes,
lieutenant-général de monsieur le bailly de Juere (Jouarre), appelé
avec nous, Pierre Desmolins, greffier de ce bailliage, et ce, à la
postulation et requeste de noble homme, Me Pierre André, sieur de La
Garde, advocat en la Cour de Parlement de Paris, et superintendant des
affaires de Monseigneur le duc de Montpensier; joinct le procureur
desdites religieuses et couvent dudict lieu, aux fins de trouver la
vérité de ceux qui ont suborné madame Charlotte de Bourbon, abbesse de
Jouarre, fille de mondit seigneur le duc, pour la tirer hors de ladite
abbaye, pour la conduire hors de ce royaume, comme aussi des occasions
qui peuvent avoir induict icelle dicte dame d'avoir laissé son habit
qu'elle avoit porté par l'espace de douze à treize ans, sans en avoir
faict plainte ni doléance à mondict seigneur ou à aultre, ainsi que
prétend ledict André; joinct qu'elle n'avoit faict protestation
contraire à la profession par elle faicte; de façon que, si aulcune se
trouvoit, qu'elle seroit sans cause, faulte d'induction, séduction,
force, contrainte et menaces, tant dudict seigneur duc, que de
deffuncte madame sa mère, ou autres ses supérieures; à la vérification
desquelles choses, pour servir auxdicts procureur, seigneur duc, ou à
ladicte dame de Juere ce que de raison, avons vacqué comme s'en suit:

     »Du 28e jour d'apvril, l'an 1572.

  [44] Bibl. nat., mss., f. fr., vol. 3,182, fos 58 et suiv.--Au
  dos du document ci-dessus transcrit se trouve la mention
  suivante: «Par commandement de messieurs le premier président et
  Boissonnet, conseiller, ceste information faicte par les
  officiers de Jouerre.»

»1º.--Vénérable religieuse Catherine de Richemont, religieuse en
l'abbaye de Juere, âgée de soixante-quatre ans ou environ, laquelle,
après serment par elle faict, a dict que, plus de cinquante ans a,
qu'elle est religieuse en ladite abbaye, mais qu'elle ne sçait qui a
sollicité ny fait sortir hors de ce royaume de France madame Charlotte
de Bourbon, abbesse de ladite abbaye, sinon qu'elle pense que Françoys
et Georges d'Averly luy pourroient bien avoir sollicité de ce faire,
parce que journellement ils hantoient et fréquentoient en ladite
abbaye, où icelle madite dame leur monstroit grande faveur. On ne
sçayt personne qui sceust aucune chose de l'occasion pour laquelle
elle a délaissé sadite maison, sinon que icelle portoit son habit à
contre-coeur, parce qu'elle n'a esté religieuse que par le
commandement de madame sa mère, laquelle la faisoit importuner et
solliciter d'estre religieuse par plusieurs personnes, lesquelles
rapportant à madite dame sa mère, que sa fille n'y vouloit entendre,
elle-même luy envoyoit des lettres rigoureuses, pleines de menaces et
de l'envoyer en fosse de religion de Fontevrault; crainte de quoy et
pour éviter les rudesses, elle fit ce que sadite mère voulut; mais le
regret luy en fist avoir la fiebvre qui la tint pour un long temps.
N'a la déposante jamais entendu que monseigneur le duc de Montpensier
ayt oncques forcé sadite fille, mais au contraire marry contre sa
défunte femme de ce qu'elle attaquait sa fille n'estre contre son gré
telle qu'elle la desiroit, et prophétisa ce qui est advenu de cette
force et importunement; et pense ladite déposante que, si ladite fille
eust fait entendre librement à mondit seigneur que son habit luy
déplaisoit, que fort voluntiers il luy eust faict oster; mais elle
estoit fille si craintive, qu'elle n'osa jamais luy en parler, crainte
de l'ennuyer et fascher. Bien l'a-t-elle dict souvent à plusieurs, qui
l'ont célé à mondit seigneur, de peur de l'irriter. Toutefois elle
continuoit toujours à dire, en lieu de liberté, qu'elle n'estoit
professe, et que, si elle n'avoit craint que mondit seigneur son père
se fâchast, qu'elle auroit bien tantost changé de voile. Elle le luy a
souvent ouy dire, veu et entendu ce que dessus, et est bien certaine
de tout, pour avoir eu cest honneur de parler à elle souvent et
familièrement, comme veu et entendu ce que sa défunte mère si faisoit,
et la révérence paternelle qu'elle portoit à sondit père.

     »_Ainsi signé_: RICHEMONT.


»2º.--Vénérable religieuse, Catherine de Perthuis, religieuse en
l'abbaye de Juerre, âgée de soixante ans ou environ, laquelle, après
serment par elle faict, a dit que, quarante-six ans a, elle est
religieuse en ladite abbaye, et qu'elle ne sçayt ceux qui pourroient
avoir sollicité et donné conseil à madame Charlotte de Bourbon,
abbesse de ladite abbaye, de sortir hors et s'en avoir allé hors du
royaume de France, sinon Françoys et Georges d'Averly, qui estoient
ordinairement avec madite dame, ausquels elle monstroit grande faveur;
et nul ne pouvoit sçavoir ce qu'ils vouloient faire; et emmenèrent
madite dame, faisant semblant d'aller voir madame du Paraclet; et a on
esté longtemps qu'on pensoit qu'elle ne fust allée que jusques audict
Paraclet, jusques à tant qu'il vint nouvelles de ceulx qui estoient
allez avec elle, qui estoient Me Jehan Petit, Jehan Parent, Loys
Lambinot, Gilles Leroy et Jacques de Conches, fussent revenus, qui
dirent qu'elle estoit allée en Allemagne, au logis du comte palatin,
et que lesdits d'Averly et un nommé Robichon estoient demourez avec
madite dame; et qu'elle pense certainement qu'il y a jà longtemps que
lesdits d'Averly sollicitoient madite dame de s'en aller. Dict aussy
que, quand monseigneur le duc de Montpensier vint à Jouarre, durant
les désastres qui ont esté en ce royaume, et qu'il fit publier de
baptiser plusieurs enfans des huguenots, madite dame dict: puisque
mondit seigneur son père luy avoit joué ce tour, qu'elle ne se
pourroit plus contenir qu'elle n'en feist un autre et ne luy monstrast
qu'elle n'eut jamais envie d'estre religieuse, en ayant faict
profession par forcedite de madame sa mère, laquelle, à la vérité, luy
a tenu toutes les rigueurs du monde pour la faire telle. Et en a veu
la déposante tant de menaces de sadite mère et tant de sollicitations
de plusieurs gentilshommes et serviteurs, qu'elle n'en ose dire la
centième partie, voire que, pour tromper cette pauvre enfant, elle
déposante vit que, quand monsieur Ruzé, à présent évesque d'Angers,
vint pour luy faire faire sa profession, il avoit deux lettres; l'une
contenant paroles douces et fort légères, de profession, non
accoustumées à dire, afin que ceste abbesse ne les trouvast rudes, et
une autre véritable, de laquelle on ne fit lecture quelconque; et a
entendu que, si elle n'eust faict ladicte profession, que madite dame
sa mère luy eust faict toutes les rigueurs du monde. N'a jamais
entendu que mondit seigneur son père en ait esté content, mais bien
marry; mais ladite abbesse l'a tousjours tant redoubté, qu'elle ne
s'est oncques osée déclarer à luy, sinon par personnages qui luy ont
tousjours célé sa dévotion (volonté); qui est l'occasion qu'elle luy
peult présentement avoir baillé un ennui. Dict, oultre, qu'elle a
tousjours entendu continuer sa volonté n'estre en cest estat, et pour
cest effect n'a oncques voulu se faire béniste abbesse. C'est tout ce
qu'elle peult dire, quant à présent, sinon ce qu'il est notoire.

     »_Ainsi signé_: C. DE PERTHUIS.


»3º.--Vénérable religieuse, soeur Marie Brette, grand'prieure de
l'abbaye de Jouarre, âgée de quatre-vingts ans, ou environ, laquelle,
après serment par elle faict, a dict que, soixante-dix ans a, elle est
religieuse en ladicte abbaye, et qu'elle ne sçayt ceulx qui peuvent
avoir donné conseil et sollicité madame Charlotte de Bourbon, abbesse
de ce lieu, de s'en aller et sortir hors de ceste abbaye, mesmes de
s'en aller hors de ce royaume, sinon Françoys et Georges d'Averly, qui
estoient ordinairement à ladite abbaye et à l'entour d'icelle madite
dame; et pense qu'il n'y avoit aulcunes religieuses de ladite abbaye
qui en pussent sçavoir aulcune chose, sinon Jehanne Mousson et Jehanne
Vassetz, qui s'en sont allées avec madite dame. Et quand elle partit,
elle disoit qu'elle alloit au Paraclet; et néanmoins elle s'en seroit
allée en Allemaigne, au logis du comte palatin, ainsy qu'elle a ouy
dire. Dict aussy qu'elle n'a point sceu que madite dame ayt oncques,
de son bon gré, voulu estre religieuse; car, encores qu'elle ayt faict
voeu de religion, si est-ce qu'il ne fut jamais, ainsy qu'il
appartient, faict aux religieuses, parce que, encores qu'elle fust
prompte à hanter et fréquenter l'église; et quand ladicte déposante
l'allait quérir pour aller au service, elle y estoit aussitost que
ladicte déposante; si est-ce que cela estoit sinon pour agréer à
monseigneur son père; mais, pour tout cela, la déposante ne peut
croire qu'icelle n'eust tousjours dévotion (volonté) de poser son
habit, qu'elle a entendu luy déplaire infiniment, et pour l'avoir pris
trop jeune, à contre-coeur, par force de sa mère, laquelle luy a faict
faire profession par des subtilitez et forces estranges.

     »_Ainsi signé_: soeur MARIE BRETTE.


»4º.--Vénérable religieuse, soeur Radegonde Sarrot, religieuse en
ladicte abbaye, âgée de cinquante-six ans, ou environ, laquelle, après
serment par elle faict, a dict que, quarante-deux ans a, elle est
religieuse en ladicte abbaye, et qu'elle a tousjours connu, depuis que
madame Charlotte de Bourbon a esté en ceste maison de Jouarre, fort
jeune, qu'elle y a faict une profession oultre son gré et volonté,
parce que, quand elle fit ladicte profession, mesme auparavant le
décez de feue madame Loïse de Givry, au précédent, elle, abbesse de
ladicte abbaye, et deux ou trois jours auparavant que ladicte dame de
Givry décedast, elle se voulut démettre de ladicte abbaye entre les
mains de madite dame Charlotte de Bourbon, fut assemblé tout le
couvent de ladicte abbaye pour la faire professe, qu'elle ne vouloit
accorder; tellement que madame sa mère fut extrêmement offensée, et
dès lors infinies rudesses avec inductions et sollicitations grandes,
qui émurent tellement cette jeune princesse, que l'appréhension
qu'elle en eust luy donna une fiebvre qui la print; et disoit à toutes
les filles de ladicte abbaye qui l'alloient veoir, qu'elle ne vouloit
estre professe; et ladicte maladie venoit, craincte que sadite mère
ne la traitast mal; pour obvier auxquels mauvais traictemens, qu'elle
seroit contrainte faire son commandement; dont monsieur son père
estoit bien fasché contre sadite femme; et que, si les serviteurs de
mondit sieur luy eussent faict entendre ce que madame leur abbesse
leur disoit, qu'elle déposante a opinion qu'il luy eust osté l'habit
qu'elle a tousjours porté et fait actes de religion convenables à sa
charge, pour donner plaisir à sondit père, plustost que de volonté,
car elle n'eut oncques le coeur de demeurer en ceste charge, qualité
et habit de religion; qu'elle, comme tout le monde sçayt, a faict voeu
par force et mille inductions de sadicte mère, laquelle escrivoit
audict couvent, qu'elle vouloit que madicte dame Charlotte de Bourbon
donnast son bien à monseigneur le prince son frère. Ne sçayt ladicte
déposante si elle fit ou non, parce qu'elle n'y estoit présente. Dict
aussy que, quand madicte dame fit sa profession, que nulles des filles
dudict couvent n'entendirent jamais un seul mot de la lecture de son
voeu; aussy qu'il y avoit deux lettres, l'une simulée, et l'autre
ordinaire; et quand eust présenté à l'autel une desdictes lettres,
soeur Cécile Crue, autrement appelée Chauvillat, print icelle et la
mit dans son sein; et que telle prétendue profession fut faicte assez
maigrement, par les ruses de madame du Paraclet, qui n'estoit
professe; et sy y eust infinies menées, desquelles toutes les
religieuses du couvent se mescontentoient. Dict aussy qu'elle pense
qu'il n'y avoit personne quy ayt sollicité ladicte dame de Bourbon de
sortir de sa maison, sinon Françoys et Georges d'Averly, auxquels elle
portoit faveur, et estoient ordinairement à son conseil. Dict aussy
que, quand madicte dame fit sa profession, elle dict à monsieur Ruzé,
avec plusieurs autres religieuses de ladicte abbaye, qu'elles
n'avoient point entendu la profession de madicte dame, lequel leur
fit responce, qu'elle estoit aussi tenue de garder les biens, comme
les autres abbesses avoient faict auparavant.

     «_Ainsi signé_: soeur R. SARROT.


«5º.--Soeur Marie Beauclerc, religieuse en ladite abbaye âgée de
quarante-trois ans, ou environ, laquelle, après serment par elle
faict, a dict que, trente ans a, elle est religieuse professe en
ladite abbaye, et qu'elle sçayt que madame Charlotte de Bourbon a esté
contraincte d'estre religieuse et faire sa profession par madame la
duchesse de Montpensier, sa mère, la menaçant, si elle ne faisoit
ladite profession, elle la feroit mener à Frontevrault; depuis lequel
temps, depuis deux ans en çà, ladite dame Charlotte de Bourbon avoit
dict à feue madame de Reuty, qu'elle n'estoit professe et qu'elle
n'avoit faict les voeux ainsi que ladite déposante a ouy dire à madite
dame de Reuty; et qu'elle ne sçayt qui lui a donné conseil de laisser
son abbaye, sinon d'Averly et quelques autres de la religion prétendue
réformée, qui hantoient en ladite maison, qui lui mettoient en opinion
qu'elle se damnoit en ladite abbaye. Sçayt ce que dessus pour avoir vû
les lettres mesmes envoyées au couvent de ladite dame, et pour avoir
esté présente quand plusieurs personnes venoient de la part de madite
dame vers ladite dame Charlotte pour luy faire récit des volontés de
sadite mère, en quoy faisant, ceste jeune princesse trembloit, et, au
moyen de ce, fit la volonté de sadicte mère, dont elle en gagna une
fiebvre. Sçayt que, en la profession y eut du murmure des religieuses
qui voyoient la manifeste contrainte et les menées avec la force, peu
de volonté de ladite abbesse, surprise par le moyen de deux lettres de
profession et des belles promesses par ceulx qui estoyent venus pour
luy faire faire le voeu, connu par toutes moins que légitime et
solennel; joinct que ladicte abbesse ne l'a jamais approuvé, sinon
pour faire plaisir, monstrant toujours effect contraire à iceluy.

     »_Ainsi signé_: soeur MARIE BEAUCLER.


»6º.--Soeur Marie de Méry, religieuse professe en l'abbaye de Jouarre,
âgée de quarante ans, ou environ, dict que, vingt-cinq ans a, elle est
professe en ladite abbaye, et que douze ans a, vu que feue madame
Loïse de Givry décéda, et depuis son décez, fut pourvue de ladite
abbaye madame Charlotte de Bourbon. Ladite déposante a vû que ladicte
dame Charlotte de Bourbon ne vouloit faire profession, et ne l'eust
jamais faicte, ains la contrainte de madame sa mère et induction de sa
part en ladicte abbaye. Dict aussi qu'elle a ouy dire à soeur Cécile
de Crue qu'il falloit qu'elle fust professe, parce que c'étoit la
volonté de madame sa mère, à laquelle elle n'oseroit désobéir. Mesme,
le jour de sa profession, elle pleuroit tellement, qu'on ne sceut
entendre un seul mot de sa profession, et fut la lettre cachée par
ladite de Crue; mais ne sçayt ceux qui ont sollicité à faire sortir de
ladite abbaye madicte dame.

     »_Ainsi signé_: MARIE, soeur de Méry.

     »_Signé_: DE GAULNES,

     »DESMOLINS.»


Après avoir échoué sur le terrain de l'enquête, le duc de Montpensier
échoua également sur celui des négociations entamées, à la cour
d'Heydelberg.

Le premier président de Thou et le sieur d'Aumont s'étaient rendus
auprès de Frédéric III et lui avaient demandé, au nom du roi, de
renvoyer Charlotte de Bourbon à son père: l'électeur répondit avec
fermeté qu'il ne la lui renverrait qu'à la condition expresse que la
princesse serait certaine d'obtenir, pour la sûreté de sa personne et
pour le libre exercice de son culte, la protection à laquelle elle
avait droit[45].

  [45] «Il y eut force dépesches vers le comte palatin pour r'avoir
  Charlotte de Bourbon, mais lui, ne voulant la renvoyer qu'avec
  bonnes cautions, pour la liberté de la dame en sa vie et en sa
  religion, le père aima mieux ne l'avoir jamais.» (D'Aubigné,
  _Hist. univ._, t. II., liv. Ier, chap. II).--«Le père, grand
  catholique, avoit redemandé sa fille à l'électeur, vers lequel
  fut envoyé M. le président de Thou, et puis M. d'Aumont.
  L'électeur offrit de la renvoyer au roi, pourvu qu'on ne la
  forçât point dans sa religion; mais M. de Montpensier aima mieux
  la laisser vivre éloignée de lui que de la voir, à ses yeux,
  professer une religion qui lui étoit si à contre-coeur.»
  (_Mémoires pour servir à l'histoire de la Hollande et des autres
  provinces unies_ par Aubery de Maurier. Paris, in-12, 1688, p.
  63.)

Les envoyés du roi n'ayant pouvoir de s'engager sur aucun de ces deux
points, la négociation qu'ils avaient entamée fut rompue.

Sa rupture consolida la position de Charlotte, à la cour de l'électeur
et de l'électrice; position honorable et sûre, qu'elle avait
immédiatement conquise, sans effort, par l'intérêt qu'excitait son
infortune, par la franchise de son maintien, par le charme de son
caractère, et par le sérieux de ses hautes qualités.

Jeanne d'Albret, qui suivait, de coeur et de pensée, sa jeune amie sur
la terre étrangère, se montra sensible à l'accueil qu'elle y recevait,
en lui écrivant[46]:

«Ma cousine, sachant la dépesche qui se faisoit en Allemaigne, j'ay
escrit à monsieur le comte palatin et à monsieur le duc Casimir, son
filz, pour leur mander la bonne nouvelle de la convention du mariage
de madame et de mon filz. Je les remercye, par mesme moyen, du bon
recueil qu'ils vous ont faict, et les supplie de continuer. Cependant
j'estime que ce mariage vous pourra servir, car j'auray meilleur
crédict, duquel vous pouvez faire estat comme de la meilleure de vos
parentes. J'ay commencé à parler de vostre faict; mais monsieur de
Montpensier tient encores les choses, ung petit, aigres. Je ne
fauldray de solliciter pour vous et d'employer tout le pouvoir que
Dieu m'a donné. Parmy la joye que j'ay du mariage de mon filz, Dieu
m'a affligée d'une maladie qu'a ma fille, d'une seconde pleurésie qui
luy a repris quatre jours après l'autre. Elle a été saignée: j'espère
en Dieu que l'issue en sera bonne; elle est entre ses mains; il en
disposera comme il luy plaira. Je luy supplye lui donner ce qu'il
sçait lui estre nécessaire, et à vous, ma cousine, ce que vous
désirez.

     »De Bloys, ce 5e d'apvril 1572.

     »Vostre bonne cousine et parfaite amye,

     »JEHANNE.»

  [46] British museum, mss. Harlay, 1.582, fº 367.


La dignité personnelle d'une femme chrétienne, aux prises avec les
difficultés inséparables d'une vie de privations, recèle en elle-même
des secrets trésors d'abnégation et de délicatesse, que pressent et
que respecte, dans sa généreuse sympathie, tout coeur qui aspire à
soulager une souffrance noblement supportée.

Cette touchante vérité se fit sentir, en 1572, à Heydelberg, dans la
sincérité de son application.

La jeune fugitive, à son arrivée, se trouvait dans un état voisin du
dénûment. Plus, sans affectation, elle se montrait humblement résolue
à en subir les rigoureuses conséquences, plus, de leur côté,
l'électeur et l'électrice s'attachèrent, par de judicieux et tendres
ménagements, à l'affranchir du malaise inhérent à un tel état.
Profondément touchée de leurs prévenances, elle en déclinait cependant
en partie les effets, dans la crainte de leur être à charge. Ils ne
réussirent à surmonter son extrême réserve et à lui faire accueillir
la plénitude de leurs bons offices qu'en la convainquant que le
meilleur moyen à adopter, pour leur prouver la réalité de son
affection et de sa gratitude, était de les laisser l'aimer et la
traiter comme si elle eût été leur propre fille.

Heureuse de pouvoir, en toute confiance, s'abriter sous la
bienveillante protection de l'électeur et de l'électrice, Charlotte de
Bourbon rencontra un appui de plus dans le dévouement éprouvé de
François d'Averly, seigneur de Minay, qui avait pris à coeur,
disait-elle «de la secourir et de l'assister en ses affaires», et qui,
de fait, avec l'assentiment de Frédéric III, dont il s'était concilié
l'estime, resta auprès d'elle, à Heydelberg, tant qu'elle-même y
résida.

La jeune princesse avait le don de se faire aimer de tous ceux qui
l'entouraient. Sa constante bonté la rendait particulièrement chère
aux personnes attachées à son service. Au premier rang de celles-ci,
se trouvait une femme recommandable, du nom de Tontorf, sur les soins
vigilants et sur la fidélité de laquelle elle se reposait. Confidente
discrète de maintes pensées et de maints sentiments exprimés dans
l'épanchement de la familiarité par sa maîtresse, cette femme de coeur
s'élevait, en quelque sorte, à leur niveau, par la seule intensité de
son dévouement. Ayant voué à Charlotte de Bourbon une sorte de culte,
elle ne la quitta jamais. On verra plus tard dans quelles
circonstances la mort seule les sépara l'une de l'autre.

Dans la douce retraite que ses deux protecteurs lui assuraient à leur
côté, par sympathie pour ses épreuves et pour ses convictions
religieuses, Charlotte, libre désormais de professer publiquement ces
dernières et d'y conformer pleinement sa vie, se fit un devoir de
prendre part aux exercices du culte réformé, auquel sa mère s'était
rattachée naguères, et que sa soeur, la duchesse de Bouillon,
continuait à pratiquer. Elle le fit en toute simplicité, avec un
sérieux d'attitude et une modestie de langage qui lui concilièrent le
respect de tous.

Enfin était venu le jour où, éprouvant pour la première fois une
réelle dilatation de coeur, elle commençait à goûter le charme d'une
existence paisible et utilement employée.

La reine de Navarre ne cessait de soutenir par d'affectueux conseils
sa protégée, ou, pour mieux dire, sa fille adoptive, en même temps
qu'elle agissait, dans son intérêt, auprès du duc de Montpensier et de
Catherine de Médicis, ainsi que le prouvent ces lignes[47], datées de
Vendôme, où la pieuse Jeanne était allée remplir un solennel
devoir[48]:

«Ma cousine, je croy que vous avez maintenant receu mes lettres, et
monsieur le comte, les remercimens que je luy fais de vous avoir
receue; ce que mon filz continuera, à sa venue. Quant à vostre
affaire, j'ay monstré à la royne, mère du roy, celles-ci que m'a
escript monsieur le comte, et sur cela ay adjousté ce que j'ay pensé
vous pouvoir servir; mais je n'ay eu telle responce que j'eusse
désiré. Vous avez beaucoup de gens qui ont pitié de vous, mais peu qui
osent parler, pour l'aigreur en quoy monsieur de Montpensier tient
tous ceux de ceste court. Cependant je ne craindray chose qui puisse
me fermer la bouche. Je m'employeray de coeur et d'effect en tout ce
que je verray de pouvoir faire et que vous congnoistrez que j'en auray
le moyen. J'ay eu mes deux enfans extrêmement malades: Dieu les a
encores conservez pour sa gloire. Ma cousine, faictes estat de mon
amitié, de mes moyens et biens; et sur cela, je prie Dieu, ma cousine,
vous donner sa saincte grâce et assistance, en toute et si grande
affaire.

     »De Vendosme, ce 5e de may 1572.

     »Vostre bien bonne cousine et parfaicte amye.

     »JEHANNE.»

  [47] British museum, mss. Harlay, 1.582, fº 367.

  [48] «_La de Vandoma_ (qualification dédaigneusement appliquée
  par les Espagnols à Jeanne d'Albret) partio ayer para la dicha
  Vandoma. Oy el conde Lodovico, el almirante y toda la camarada se
  han de hallar alli para hazer su cena y el enterramiento del
  principe de Condé que por la honrra le quieren poner en la
  yglesia entre los otros de su sangre.» (Pedro de Aguila au duc
  d'Albe; Blois, 5 mai 1572, Archiv. nat. de France, K. 1.526, B.
  32.)


A un mois de là, une mort inopinée ravit à l'affection de Charlotte de
Bourbon cette _parfaite amie_, qui s'était montrée pour elle une
seconde mère, et à laquelle l'attachaient des liens devenus de jour en
jour plus étroits[49]. Cette séparation déchirante la plongea dans une
affliction dont la correspondance de Frédéric III atteste la
profondeur[50].

  [49] Jeanne d'Albret succomba, à Paris, le 9 juin 1572.--Voir sur
  ses derniers moments et sur sa mort, notre publication intitulée:
  _Gaspard de Coligny, amiral de France_, t. III, p. 383, 384, 385.

  [50] Lettre de l'électeur Frédéric III, à J. Junius, de juin 1572
  (ap. Kluckhohn, _Briefe_, etc., etc., Zweiter Band, no 662, p.
  467).--Voir aussi, Calendar of state papers, foreign series,
  lettre du 27 juin 1572. On y lit: «Mademoiselle de Bourbon is
  very grieved at the death of the queen of Navarra.»

Quel surcroît de douleur la jeune princesse n'eut-elle pas à subir,
peu de temps après, quand parvinrent à Heydelberg les premières
nouvelles des effroyables massacres commis à Paris et dans les
provinces de France lors de la Saint-Barthélemy! Elle en fut frappée
de stupeur et navrée.

Mais bientôt, se relevant de ses souffrances morales, sous l'impulsion
d'un grand devoir à remplir, elle concentra ses pensées sur
l'adoption immédiate de moyens propres à soulager ceux de ses
compatriotes qui, ayant échappé au fer des égorgeurs, viendraient
chercher un refuge dans les États de l'électeur palatin. Plusieurs y
vinrent, en effet, et ne tardèrent pas à se ressentir des bienfaits du
ministère de charité et de consolation qu'elle remplit auprès d'eux:
pieux ministère, dans l'accomplissement duquel, associée aux efforts
et aux généreux procédés de l'électeur et de l'électrice adoption,
que, dès le premier moment, ils lui avaient accordé.

Aimée par eux, que ne l'était-elle aussi par son père? Que ne
pouvait-elle le convaincre non seulement de son respect pour lui,
mais, en outre, de l'énergique besoin qu'elle éprouvait de gagner son
affection et de lui faire sentir la sincérité de celle, qu'en retour,
elle lui porterait? Question douloureuse pour le coeur anxieux
de Charlotte de Bourbon, mais en présence de laquelle elle ne
désespérait cependant pas de l'avenir; et pourquoi? parce qu'il lui
semblait impossible que Dieu ne répondît pas, un jour, à ses prières,
en touchant le coeur du duc, en lui inculquant un sentiment de justice
envers une fille qui n'avait, en rien, démérité de lui, et en lui
inspirant enfin pour elle une affection vraiment paternelle. On verra
plus loin combien Charlotte de Bourbon, inébranlable dans sa foi et
fidèle aux pressentiments de sa confiance filiale, eut raison de
n'avoir jamais désespéré de gagner le coeur de son père.

Cependant, que faisait celui-ci, alors qu'il continuait à la
délaisser?

Selon son habitude, il menait de front les assiduités d'un homme de
cour et les plates obsessions d'un esprit formaliste et intolérant. Il
se complut, notamment, à reprendre, dans les derniers mois de 1572,
ses menées de convertisseur, à l'égard de sa fille la duchesse de
Bouillon. Il détacha vers elle le jésuite Maldonat et le ministre
apostat Sureau du Rosier[51]; mais tous deux échouèrent dans leur
mission: Maldonat en dépensant son argumentation en pure perte, et du
Rosier en n'affrontant la présence de la duchesse que pour subir les
légitimes reproches qu'elle lui adressa sur son infidélité.

  [51] Benoit, _Hist. de l'édit de Nantes_, t. Ier, p. 42.--Bayle,
  _Dict. phil._, Vc Rosier (Hugues Sureau du).--Voir aussi les
  détails que donne sur les missions de Maldonat et de du Rosier un
  écrit intitulé: «Oraison funèbre pour la mémoire de très noble
  madame Françoise de Bourbon, princesse de Sedan, faicte et
  prononcée par de Lalouette, président de Sedan, etc., etc. Sedan,
  in-4º, p. 10.»

Revenu à résipiscence, l'apostat se rendit à Heydelberg, où Charlotte
de Bourbon put lire, dans un écrit qu'il y publia[52], cet aveu,
précédé de bien d'autres: «Le duc de Montpensier m'avoit envoyé, le
mardi 4 novembre 1572, avec Maldonat, jésuite, pour aller à Sedan vers
madame de Bouillon, pour la ramener à l'obéissance du pape. J'escrivis
lettres à ladite dame, à Sedan, par le commandement de monsieur son
père, pour la tirer à cest estat: lui faisant une triste et pauvre
recongnoissance de l'humanité receue de sa part, tant par moy que par
plusieurs autres, aux troubles de l'an 1568.»

  [52] _La confession et recongnoissance d'Hugues Sureau, dit du
  Rosier touchant sa chute en la papauté et les horribles scandales
  par lui commis, à_, etc. (_Mémoires de l'Estat de France sous
  Charles IX_, t. II, p. 238 et suiv.).

Bourrelé de remords, sous le poids des lâchetés dont il s'était rendu
coupable, du Rosier avait eu finalement le courage d'avouer
publiquement l'énormité de ses méfaits et d'exprimer un repentir dont
il n'était guère permis de révoquer en doute la sincérité. La loyale
et compatissante Charlotte de Bourbon y crut pleinement; et, se
représentant les angoisses qui torturaient l'âme du malheureux, elle
s'empressa au nom de sa soeur, la duchesse, dont elle connaissait les
sentiments élevés, de couvrir d'un généreux pardon l'offense commise à
Sedan. Ce fut là pour du Rosier, dans sa détresse, un réel bienfait,
sous l'impression duquel il se retira à Francfort, où, trois ans plus
tard, il termina sa triste existence.

Combien différaient de du Rosier, par leur valeur morale et
intellectuelle, certains Français, théologiens, prédicateurs, savants
de divers ordres, tels, par exemple, que Pierre Boquin, François
Dujon, Jean Taffin, Hugues Doneau, dont Frédéric III aimait à
s'entourer et dont il avait vu le nombre s'accroître, à Heydelberg, à
dater de 1572! Cédant à l'attrait qu'exerçaient la complète affabilité
et la vive intelligence de Charlotte de Bourbon, ces hommes distingués
avaient noué, sous les yeux de l'électeur et de l'électrice, de
sérieuses et consolantes relations avec leur gracieuse compatriote. On
la vit, charmée elle-même de les connaître, s'entretenir avec eux de
leurs affections domestiques, de leurs intérêts personnels, de leurs
travaux, puis aussi et surtout de la France, de cette patrie commune à
laquelle tous demeuraient profondément attachés, dans la crise
terrible qu'elle traversait et dont ils suivaient, de coeur et de
pensée, les incessantes péripéties.

Pierre Boquin, professant depuis 1557 la théologie à Heydelberg, avait
rarement quitté cette ville, et était ainsi demeuré à l'écart des
événements qui, dans le cours des quinze dernières années, s'étaient
accomplis de l'autre côté du Rhin. Dans ses entretiens avec lui, la
jeune princesse se reportait, de préférence, vers le passé; elle se
plaisait à l'entendre parler d'une mission dont l'électeur palatin
l'avait chargé, en 1561, et à l'occasion de laquelle il avait, à
l'issue du colloque de Poissy, vu, à Saint-Germain, une foule de
hauts personnages, et, plus particulièrement que tous autres, l'amiral
de Coligny et divers membres de sa famille[53].

  [53] Relation, ap. Kluckhohn, _Briefe Friederich des frommens_,
  Erst Band, p. 215 à 229.--Voir, sur la mission de Boquin, les
  développements contenus dans notre publication intitulée: _Les
  protestants à la cour de Saint-Germain, lors du colloque de
  Poissy_, 1574.

Charlotte de Bourbon portait un vif intérêt aux récits de Boquin.

Pour être d'une nature différente, ceux que lui faisaient d'autres
Français ne l'intéressaient pas moins.

Le célèbre jurisconsulte Doneau, récemment appelé par l'électeur à
occuper, à Heydelberg, une chaire de droit[54] dont il venait
d'inaugurer avec éclat la prise de possession, entretenait la
princesse des scènes sanglantes dont Bourges et le Berri avaient été
le théâtre, lors de la Saint-Barthélemy, et auxquelles il n'avait
échappé qu'à grand'peine; de ses dangereuses pérégrinations à travers
la France, et du triste sort d'une masse de victimes de la
persécution, en proie à la misère, à des perplexités, à des
souffrances de tout genre, et cherchant au loin un refuge. Détournant
ensuite du tableau de tant d'infortunes les pensées de son
interlocutrice, il les reportait sur des sujets religieux, historiques
ou littéraires, qu'il savait être de nature à captiver son attention.
Il n'y avait qu'à gagner dans les familières communications d'un tel
homme, doué de vastes connaissances, que son esprit judicieux et
lucide mettait avec aisance à la portée d'autrui.

  [54] Doneau fut appelé, le 19 décembre 1572, à Heydelberg, pour y
  enseigner le droit romain.

L'énergique et docte François Dujon, connu dans le monde littéraire
sous le nom de _Junius_, parlait à Charlotte de Bourbon de l'actif et
périlleux ministère qu'il avait, comme pasteur, exercé jusqu'en 1566,
dans les Pays-Bas, et de la confiance dont Frédéric III l'avait
honoré, en le chargeant de la direction de l'église de Schonau, puis
en l'envoyant à l'armée du prince d'Orange, pour y remplir, pendant
toute la durée d'une laborieuse campagne, les fonctions d'aumônier, et
enfin en le rappelant dans le Palatinat, pour y reprendre son service
au sein de l'église de Schonau, qu'il devait ultérieurement quitter,
par ordre de l'électeur, afin de devenir, en 1573, à Heydelberg, le
collaborateur de Tremellins dans la traduction de la Bible[55].

  [55] Voir sur François Dujon, D. 1º _Scrinium antiquarium_,
  Groning, 1754, t. Ier, part. 2, _Francisci Junii vita ab ipsomet
  conscripta_; 2º G. Brandts, _Historie der Reformatie_, Amst.,
  1677, in-4º, Boek 5, 6, 7, 8, 9, 10, 15, 17.

Quant à Jean Taffin, que l'électeur avait investi, à sa cour, du titre
et des fonctions de _prédicateur français_[56], et dont les
antécédents dans l'exercice du saint ministère, spécialement à Anvers,
étaient des plus recommandables, il avait, par ses solides qualités,
promptement gagné la confiance de la princesse, qui depuis lors
attacha toujours un grand prix à ses pieux conseils. On ne saurait
mieux caractériser le sérieux et l'efficacité de ses relations avec
elle, qu'en disant, à l'honneur de tous deux, que Charlotte de Bourbon
inspira à Taffin un dévouement qui ne se démentit jamais, et qu'en
toute occasion elle sut dignement reconnaître.

  [56] «Taffin (Jean), Bleef echter tot in 1572, te Metz, beget
  zich naar den Paltz in weerd _fransch predikant te Heidelberg_.»
  (_Dict. biogr., Holland_.)--Voir sur J. Taffin, l'intéressante et
  substantielle monographie de M. Charles Rahlenbeck, intitulée:
  _Jean Taffin, un réformateur belge du XVIe siècle_, Leyde, 1886,
  br. in-8º.

Vivant, comme on le voit, dans un milieu favorable à l'affermissement
de ses intimes convictions et à l'expansion de son activité
chrétienne, la pieuse fille du persécuteur des réformés français ne
cessait d'étendre, de loin comme de près, sa sollicitude sur tous les
infortunés, qui, sortis de France, portaient, à des degrés divers, le
douloureux poids de l'expatriation.

De ce nombre étaient les enfants de l'homme éminent dont plus que de
tout autre, elle pleurait la mort, de Coligny. Deux des fils de la
grande victime, Chastillon et d'Andelot, réfugiés en Suisse, venaient
d'écrire, de Bâle, à l'électeur et à Charlotte de Bourbon, qu'ils
savaient être, à Heydelberg, sous sa protection; ils connaissaient la
chrétienne sympathie de Charlotte pour les affligés, et la vénération
qu'elle avait constamment professée pour leur père. Aussitôt leur
parvinrent ces lignes tracées, le 12 mars 1573 par la princesse[57].

  [57] La lettre écrite à Chastillon et à d'Andelot par Charlotte
  de Bourbon, le 12 mars 1573, est ici intégralement reproduite
  d'après l'original que M. le duc de La Trémoille possède dans ses
  riches archives, et qu'il a bien voulu me communiquer.

«Messieurs, pour estre affligée par la mesme cause qui a réduit vos
affaires en telle extrémité comme elles sont, vous ne pouviez pas à
qui mieux vous adresser qu'à moy, pour ressentir vostre peine et vous
y plaindre infiniment, n'en faisant point seulement comparaison à la
mienne, mais l'estimant, selon qu'à la vérité l'on peult juger, ne
vous en pouvoir advenir de plus grande; mais j'espère que les moyens
qui vous sont cachez à ceste heure pour en pouvoir sortir, ce bon Dieu
vous les descouvrira lorsqu'il luy plaira vous en retirer. De ma part,
si je puis quelque chose pour cest effect, je m'y emploieray de bien
grande affection, tant pour le mérite du faict, que pour celle que
j'ay tousjours portée à feu monsieur l'admiral, vostre père, dont le
zèle et piété qu'un chacun a recongneu en luy me fait honnorer la
mémoire. Incontinent donc que j'ay receu vos lettres et celles que
vous escriviez à monsieur l'électeur, j'ay esté les luy présenter,
lequel a faict congnoistre les avoir bien agréables et vouloir son
Exelence embrasser l'affaire dont luy faites requeste, avec une
singulière affection; ce que vous pourra dire le gentilhomme qui l'est
venu trouver de vostre part, à qui il a parlé de façon que je vous
puis assurer que son Exelence est résolue à faire bientost la
dépesche, tant pour madame l'admirale[58], que pour vostre regard,
telle que vous la pouvez desirer; ce que je ne fauldray de luy
ramentevoir, si je congnois qu'il en soit besoin; comme aussy madame
l'électrice m'a fait entendre estre en pareille volonté; en sorte que
vous ne pouviez pas choisir un meilleur et plus favorable recours que
celuy de leurs Exelences, qui sçavent peser les causes selon la
droiture et équité, et ont tousjours les mains ouvertes pour donner
ayde aux affligez. Je prie Dieu, Messieurs, de vous oster de ce nombre
et bientost vous remettre en tel heur, bien et félicité, que vous
vouldroit veoir celle de qui vous recevrez les affectionnées
recommandations à vos bonnes grâces, et la tiendrez pour

     »Vostre affectionnée et meilleure amye,

     »CHARLOTTE DE BOURBON.

     »A Heydelberg, ce 12 mars.»

  [58] Jacqueline d'Entremont, que le duc de Savoie tenait alors en
  captivité. (Voir, sur ce point, notre publication intitulée
  _Madame l'amirale de Coligny, après la Saint-Barthélemy_. Br.
  in-8º, Paris, 1867.)


L'excellente et judicieuse princesse avait découvert promptement ce à
quoi «elle pouvoit s'employer de bien grande affection». Elle réussit
à concilier à ses jeunes correspondants la protection de Frédéric III
et celle de l'électrice.

La réponse des deux frères à Charlotte de Bourbon fut celle de coeurs
émus de reconnaissance. «Mademoiselle, disaient-ils[59], la prompte
et briefve expédition de nos affaires en la cour de monseigneur
l'électeur nous est assez suffisant témoignage de la grande
sollicitude et bonne vigilance qu'il vous a pleu prendre d'icelles;
mais surtout les lettres qu'il vous a pleu nous escrire rendent la
preuve si certaine de vostre charitable affection envers nous, que
nostre ingratitude seroit la plus extrême qui fust oncq, si nous ne
sentions à bon escient combien nous sommes obligez à recongnoistre par
tous très humbles services, quand Dieu nous en donnera les moïens, le
très grand bien et faveur que recevons de vous, mademoiselle, qui
estes esmeue et incitée à nous bien faire, par la seule inclination
naturelle d'une grande et vertueuse princesse, de laquelle vous estes
partout merveilleusement recommandée. A ceste cause, mademoiselle,
après vous avoir très humblement remercié du très grand bien et
plaisir qu'avons promptement receu par vostre moïen, des sainctes
consolations et vertueux enseignemens qu'il vous a pleu nous adresser
par vos lettres, avec les offres tant honnestes et amyables,
accompagnées d'une vifve démonstration de la charité chrestienne que
pouvons espérer et attendre de vous, nous vous supplions très
humblement, mademoiselle, nous faire cest honneur de croire que
mettrons si bonne peine et diligence, avec la grâce de Dieu, à suivre
le droit chemin de vertu et vraye piété, que toutes les contrariétés
et grandes difficultés qui se présentent à nous, en ce bas âge, ne
pourront nous en fermer le passage. Que si nostre bon Dieu, prenant
compassion de notre calamité, comme avons bonne espérance qu'avec le
temps il fera, nous relève de ceste oppression très dure, et qu'ayons
moïen de vous faire très humble service, nous osons bien vous
promettre, mademoiselle, que jamais n'aurés serviteurs plus humbles ni
plus affectionnés pour recevoir et obéir à tous vos commandemens,
quand il vous plaira les nous faire entendre; et sur ceste assurance
d'avoir cest honneur que serons creus de vous, mademoiselle, nous
supplions l'Eternel, nostre bon Dieu, qu'il luy plaise vous maintenir
très longuement, mademoiselle, en très bonne santé et heureuse vie,
pour servir à sa gloire et à la consolation et soulagement des pauvres
affligez.

     »Vos très humbles et obéissans serviteurs,

     »CHASTILLON, ANDELOT.

     »De Basle, ce 1er juin 1573.»

  [59] Archives de M. le duc de La Trémoille (même indication que
  dans la note précédente).


Peu de temps après avoir donné, dans sa correspondance avec les fils
de Coligny, une preuve de l'affectueux intérêt qu'elle prenait à leur
situation, la princesse fut, en ce qui concernait l'atténuation des
rigueurs imposées à la sienne par la dureté et l'avarice de son père,
l'objet d'une démarche officielle que tentèrent auprès de Charles IX
les ambassadeurs polonais venus en France, à l'occasion de l'élévation
du duc d'Anjou au trône de leur patrie.

Ces ambassadeurs firent entendre au monarque devant lequel ils se
présentaient d'énergiques paroles[60]. Après avoir réclamé en faveur
des droits et des intérêts de la généralité des protestants français,
ils dirent[61]: «Nous conjoignons aussi à ces causes les requestes de
beaucoup de princes d'Allemaigne et les larmes de tant de milliers de
personnes qui, chassées de leur pays, sont en Allemaigne, Suisse et
autres lieux, lesquelles ayant estimé que nostre intercession vaudroit
beaucoup, en ce temps, envers Vostre Majesté, n'ont cessé, en
présence, quand elles nous ont rencontrés, et par lettres, de nous
prier et supplier d'employer toute la faveur et crédit que Dieu, par
sa puissance et grâce nous donneroit, tant envers Vostre Majesté que
nostre sérénissime esleu, à ce qu'il y ait paix en France, et que les
innocens et affligés soient soulagés. Parquoy la pitié et _les
requestes de ceux auxquels nous n'avons pû ne dû refuser ce que nous
pouvons en cest endroist_, font que nous supplions Vostre Majesté que,
selon sa royale clémence et bénignité envers les siens, il luy plaise
pourvoir et remédier à une si longue et grande calamité d'armes
civiles, par une équitable et très ferme paix.»

  [60] _Mém. de l'Estat de France sous Charles IX_, t. III, p. 6 à
  15.--La Popelinière, _Hist._, t. II, liv. 36, fos 196, 197,
  198.--Du Bouchet, _Hist. de la maison de Coligny_, p. 569.

  [61] _Mém. de l'Estat de France sous Charles IX_, t. III, p. 8.

L'histoire atteste[62] «qu'outre ceste requeste pour ceux de la
religion, ces nobles ambassadeurs en firent d'autres pour divers
particuliers, de la part desquels ils en avoient esté suppliez,
notamment _pour mademoiselle de Bourbon_, jadis abbesse de Jouarre,
fille du duc de Montpensier, laquelle ayant quitté l'habit, s'étoit
retirée en Allemaigne, chez l'Electeur palatin, où elle fut receue
honorablement. Ce qu'ils demandoient pour elle estoit qu'il pleust au
roy faire tant envers le duc de Montpensier, que sa fille eust de quoy
s'entretenir selon le rang qu'elle devoit tenir, estant fille d'un
prince du sang.»

  [62] _Mém. de l'Estat de France sous Charles IX_, t. III, p. 14,
  15.

Le généreux langage des ambassadeurs polonais se perdit dans le bruit
des pompes et des fêtes par lesquelles seules la cour de France
prétendait honorer leur présence; aucun droit ne fut fait à leurs
légitimes demandes[63], et une grande iniquité de plus vint ainsi
s'ajouter à tant d'autres déjà commises.

  [63] «Le roi, dit de Thou (_Hist. univ._, t. V, p. 6), éluda
  leurs demandes sous prétexte qu'elles n'intéressoient en rien la
  Pologne.»

L'électeur palatin, qui très probablement avait invité les
ambassadeurs polonais à intercéder en faveur de Charlotte de Bourbon,
donna-t-il à celle-ci, après l'échec de la démarche tentée par ces
ambassadeurs vis-à-vis de Charles IX, le conseil de s'adresser
directement à la reine mère? Il est permis de supposer que oui, quand
on voit la jeune princesse, trop réservée pour se décider seule à
entrer en rapports avec l'autorité souveraine, entretenir d'une
affaire qui la concernait personnellement Catherine de Médicis, dans
une correspondance que semble clore la lettre suivante[64]:

«Madame, d'aultant que l'estat de mon affaire dépend seulement de
vostre grâce, j'ay prins, _encores à ceste fois_, la hardiesse de
supplier très humblement Vostre Majesté d'en user envers moy, à qui
vous laisserez un perpétuel devoir de prier Dieu qu'il vous conserve
vostre santé, madame, en très heureuse et très longue vie. De
Heidelberg, ce 8 novembre 1573.

»Vostre très humble et très obéissante subjecte et servante,

     »CHARLOTTE DE BOURBON.»

  [64] Bibl. nat., mss., f. Colbert, Ve vol. 397, fº 947.


Il y a lieu de croire que l'affaire dont il s'agissait dans cette
lettre concernait la situation de la princesse vis-à-vis de son père.

Quoi qu'il en soit, rien ne changea encore dans les dispositions du
duc à l'égard de Charlotte. Il persista à refuser de l'assister, à
Heydelberg, et de recevoir d'elle la moindre communication. Son
obstination demeurait telle, qu'elle ne fut même pas ébranlée par les
démarches officieuses que la reine d'Angleterre chargea, à diverses
reprises, ses ambassadeurs d'accomplir, en France, dans l'intérêt de
la jeune princesse[65].

  [65] Calendar of state papers, foreign series: 1º The queen to Dr
  Valentin Dale, 3 février 1574;--2º Dr Dale to the queen, 19
  février 1574;--3º Answer, 8 mars 1574;--4º Instruction to lord
  North in special embassy to the French king, 5 octobre 1574.

Sur ces entrefaites, arriva à Heydelberg, dans les derniers jours de
l'année 1573, un homme pervers, pour lequel Charlotte de Bourbon
éprouvait une répulsion que ne justifiait que trop, à ses yeux, le
triple titre d'ennemi personnel de ses cousins, le roi de Navarre et
le prince de Condé, d'insolent et vil auteur des infortunes
domestiques de ce dernier, et de promoteur du meurtre de Coligny,
ainsi que de tant d'autres personnages. Cet être dégradé était le duc
d'Anjou, qui, élu roi de Pologne, s'acheminait alors vers Varsovie, en
compagnie de plusieurs seigneurs[66], et ne pouvait se dispenser
d'aller, avec eux, saluer l'électeur palatin. Une telle obligation lui
pesait, car il devait nécessairement se trouver déplacé et mal à
l'aise dans le milieu essentiellement honnête, digne et ferme qu'il
allait aborder.

  [66] Sa suite se composait du duc de Nevers, du duc de Mayenne,
  du marquis d'Elbeuf, de Jacques de Silly, comte de Rochefort, du
  comte de Chaunes, de Jean Saulx-Tavannes, vicomte de Lagny, de
  Louis P. de la Mirandole, de René de Villequier, de Gaspard de
  Schomberg, d'Albert de Gondi, maréchal de Retz, de Roger de
  Bellegarde, de Belville, de Jacques de Levi de Quélus, de Gordes,
  des frères de Balzac d'Entragues, et de plus de six cents autres
  Français, tous gentilhommes. Il y avait, en outre, Pomponne de
  Bellièvre qui suivait le prince en qualité d'ambassadeur de
  France à la cour de Pologne, Gui du Faur de Pibrac, Gilbert de
  Noailles et Vincent Lauro, évêque de Mondovi, ministre du pape.
  (De Thou, _Hist. univ._, t. V, p. 21.)

De même que l'électeur et l'électrice, Charlotte de Bourbon se
résigna à subir la présence de l'odieux visiteur et de son entourage.

«Frédéric III, rapporte d'Aubigné[67], averti des hôtes qui lui
venoient, ne voulut point faire paroistre beaucoup de gens armez, pour
bonne considération; et cela fut la première frayeur du roi de Pologne
et des siens, qui estimoient les gens de guerre cachez pour leur faire
un mauvais tour. Ce vieil prince n'oublia, à sa réception, rien
d'honnesteté et aussi peu de sa gravité. Il mena ce roi pourmener dans
une galerie de laquelle le premier tableau estoit celui de l'amiral de
Coligny, le rideau tiré exprès. A cette vue, le palatin ayant vû
changer de couleur son hoste, voilà, dit-il, le portrait du meilleur
François qui jamais ait esté[68], et en la mort duquel la France a
beaucoup perdu d'honneur et de sûreté; tesmoin les lettres qui furent
trouvées en sa cassette, par lesquelles il instruisoit son roi des
cautions qui lui estoient nécessaires au traitement des princes les
plus proches, et de mesme pour les affaires d'Angleterre. Nous avons
receu qu'on fit lire cet escrit à Mgr d'Alençon, vostre frère, et à
l'ambassadeur d'Angleterre, en leur demandant: eh bien! étoit-ce là
vostre bon ami, comme vous estimiez? on nous a encores dit que leur
responce, bien que non concertée, fut pareille et telle: ces lettres
ne nous assurent point comment il estoit nostre ami, mais elles
monstrent bien qu'il estoit bon François.--Le roi de Pologne dit qu'il
n'estoit point coulpable de ce qui s'estoit fait, et couppa court,
induisant ceste remonstrance pour un affront.»

  [67] _Hist. univ._, t. II, liv. II, ch. XIV.

  [68] Rappelons ici ces belles paroles que, quelques années
  auparavant, Frédéric III avait adressées à l'amiral: _«Gratulamur
  tibi quod, præ cæteris, posthabitis omnibus iis rebus quas mundus
  amat, suscipit et admiratur, totus in propagatione gloriæ Dei
  acquiescas; nec dubitamus quin Deus his tuis conatibus felicem et
  exoptatum successum sit daturus, quos nos arduis ad Christum
  precibus juvare non cessabimus.»_ (Lettre du 23 mai 1561, ap.
  Kluckhohn, _Briefe Friederich des frommen, Kurfürsten von der
  Pfalz_, 1868, in-8º, t. Ier, p. 179).--L'électeur palatin,
  Frédéric III, a rédigé, sur son entrevue à Heydelberg avec le roi
  de Pologne, un récit en allemand, qui a été imprimé dans un
  recueil intitulé: _Monumenta pietatis et litteraria virorum in re
  publica et litteraria illustrium selecta_, Francfort, 1701,
  in-4º, et que reproduit le tome IV des oeuvres de Brantôme (édit.
  L. Lal.), à l'appendice, p. 412 et suiv.

La sévère leçon que donna ainsi l'électeur était méritée: le royal
meurtrier de Coligny s'en vengea, avec sa grossièreté accoutumée, en
cherchant à blesser Frédéric III dans son affection pour Charlotte de
Bourbon. Voici, en effet, ce que mentionne Michel de La Huguerye[69],
qui, à ce moment, se trouvait à Heydelberg:

«Une chose me feist esmerveiller, que le roy (de Pologne), ayant veu
et salué mademoiselle de Bourbon comme les aultres, quand ce fut au
partir, il ne luy feist jamais aucun présent, comme il feist à toutes
les aultres, bien qu'il veist l'affection dudit sieur électeur envers
elle, dont il luy recommanda les affaires; et, s'il se contraignoit en
aultre chose, il se pouvoit bien accommoder à la gratifier de quelque
peu, pour le respect dudit sieur électeur, qui en fut fort marry et
deist depuis que, s'il eust crû cela, il se feust esloigné de
Heydelberg, à son passage.»

  [69] _Mémoires_, in-8º, 1877, t. Ier, p. 195, 196.

Quant à la princesse, trop haut placée dans l'estime générale, pour se
sentir, un seul instant, atteinte par un mauvais procédé du méprisable
roi qu'elle venait d'avoir sous les yeux, elle ne songea qu'à
applaudir, avec toute l'énergie de son coeur de chrétienne et de
Française, à la leçon qu'il avait reçue de l'électeur, et qu'à
remercier ce généreux protecteur de la nouvelle preuve de bonté qu'il
lui accordait, en considérant, dans sa paternelle susceptibilité,
comme faite à lui-même, l'offense calculée, qui ne s'adressait qu'à
elle, et qu'au surplus, ajoutait-elle, il n'y avait qu'à dédaigner.

Après un tel précédent, la princesse ne put que sourire de l'aplomb
avec lequel le roi de Pologne, devenu roi de France, fit appel à
l'amitié qu'il prétendait exister entre l'électeur et lui, et vouloir
resserrer, en écrivant, de Cracovie, le 15 juin 1574[70] à Frédéric
III: «Mon cousin, puisqu'il a pleu à Dieu, en disposant du feu roy,
mon frère, me faire légitime héritier et successeur de sa couronne,
j'espère l'estre aussy de l'amitié dont vous l'avez aymé, et que
j'aurai maintenant tout seul ce qui estoit départy entre luy et moy:
toutefois, pour ce que je le désire ainsy, et afin qu'elle soit
perpétuelle, je vous prie croire que vous pouvez attendre de moy
autant de bonne volonté et affection en vostre endroit, _que je vous
en ay moy-mesme promis, passant par vostre maison_.»

  [70] Kluckhohn, _Briefe Friedrichs des frommen_, t. II, p. 694.

Quelques mois après le séjour du roi de Pologne à la cour de Frédéric
III, Charlotte de Bourbon eut inopinément la satisfaction d'apprendre
que son cousin le prince de Condé, dont la position, depuis près de
deux ans, la tenait dans l'anxiété, se trouvait en Alsace, et qu'il se
rendrait prochainement à Heydelberg.

Ce fils de Louis Ier de Bourbon et d'Eléonore de Roye avait, en août
1572, au Louvre, fait preuve d'énergie, en réponse à ces trois mots,
«messe, mort, ou Bastille,» que Charles IX, dans un accès de fureur,
lui avait jetés à la face; et si, plus tard, par une défaillance
regrettable, il s'était prêté, pour la forme, à conférer avec
l'apostat Sureau du Rosier; s'il avait même plié sous la main de ses
oppresseurs, jusqu'au point de déserter extérieurement sa foi, ce
n'avait été qu'en se réservant, au fond du coeur, le droit de
désavouer, un jour, avec éclat, une abjuration que la contrainte seule
lui avait imposée. Sans doute, quelque formel que pût être, à cet
égard, un désaveu ultérieur, il n'en devait pas moins laisser
subsister la tache du coupable pacte de conscience qui l'avait
précédé; mais il est juste de reconnaître, à l'honneur de Condé, que,
sans prétendre d'ailleurs effacer cette tache indélébile, il aspirait
avec ardeur à se relever de sa chute, et comptait, pour y réussir, sur
la miséricorde et les directions providentielles de Dieu.

Dans les premiers mois de l'année 1574, Charlotte de Bourbon passa de
l'anxiété à l'espérance, lorsqu'elle vit venir enfin, pour ce jeune
prince, le jour d'un relèvement digne de lui et du nom qu'il portait.

Les faits, sur ce point, parlaient d'eux-mêmes.

En un an, de 1572 à 1573, les protestants français, qu'on croyait
d'abord perdus sans retour, avaient relevé la tête; La Rochelle,
Nîmes, Montauban, Sancerre et d'autres villes encore avaient tenu en
échec les troupes royales; la cour s'était résignée à certaines
concessions inscrites dans le traité dit _de La Rochelle_, concessions
envisagées bientôt comme insuffisantes par les assemblées de Milhau,
de Montauban et de Nîmes, qui, en les répudiant, avaient élevé, dans
une série d'articles que leurs députés présentèrent au roi, des
revendications dont l'étendue et la hardiesse effrayèrent Catherine de
Médicis elle-même.

Cette étendue et cette hardiesse étaient parfaitement justifiées par
la gravité des circonstances.

Il avait fallu composer avec des adversaires comptant désormais non
seulement sur leurs propres forces, mais en outre sur l'appui que leur
prêtait le parti des _politiques_, ayant à sa tête les Montmorency et
Cossé. La question d'une pacification avait été vainement agitée: la
mauvaise foi et l'insatiable ambition de la reine mère avaient mis
obstacle à sa solution, et provoqué, de la part des mécontents, un
mouvement dont ils espéraient que le duc d'Alençon, le roi de Navarre
et Condé prendraient la direction. Les deux premiers de ces princes
ayant échoué, en mars 1574, dans une tentative d'évasion, étaient
retenus à la cour, en une sorte de captivité, tandis que les maréchaux
de Montmorency et de Cossé demeuraient incarcérés à la Bastille. La
formation en Normandie, en Poitou, en Dauphiné et en Languedoc de
divers corps d'armée destinés à agir contre les protestants et leurs
alliés venait d'être ordonnée, et un nouveau conflit allait s'engager.

Ce fut alors que Condé ayant, en avril, par une fuite que tout
légitimait, recouvré sa liberté d'action, rompit avec la cour et se
posa résolument, vis-à-vis d'elle, en défenseur des opprimés.

De la Picardie, où il était en tournée, comme gouverneur titulaire de
cette province, il réussit à gagner le territoire du duché de
Bouillon, fut rencontré, entre Sedan et Mouzon par Duplessis-Mornay,
qui l'accompagna jusqu'à deux lieues au delà de Juvigny[71], et
finalement il arriva à Strasbourg, avec l'un des Montmorency, Thoré.

  [71] _Mém. de Mme Duplessis-Mornay_, édit. de 1824, t. Ier, p.
  80.--_Histoire de la vie de messire Philippe de Mornay_, Leyde,
  1647, in-4º, p. 28.

A son arrivée dans cette ville, il fit publiquement, en l'église des
Français[72], profession de son retour à la religion réformée, jura
d'en soutenir, à l'exemple de son père, les sectateurs contres leurs
adversaires, et il informa les églises tant du Languedoc, que
d'autres provinces, de l'engagement solennel qu'il venait de
contracter.

  [72] _«Condoeus proesens nuper publice processus est, in ecclesia
  gallica quæ est Argentorati, se gravissime Deum in eo offendisse,
  quod post illam parisiensem stragem, metu mortis, ad sacra
  pontificia accesserit, et petiit à Deo et ab ecclesia ut id sibi
  ignosceretur.» (Huberti Langueti Epist., lib. Ier, p. 19, 24
  junii 1574.)_

Préoccupé du soin de réunir les ressources nécessaires à la levée des
troupes destinées à composer une armée qui pût, un jour, marcher au
secours des réformés français, il rechercha, sous ce rapport, des
appuis en Suisse, en Allemagne, et spécialement le concours de
l'électeur palatin, auprès duquel il se rendit en mai[73] et en
juillet.

  [73] Lettre de Guillaume Ier, prince d'Orange, au comte Jean de
  Nassau, du 7 mai 1574. (Groen van Prinsterer, _Correspondance de
  la maison d'Orange-Nassau_, 1re série, t. IV, p. 385.)--Cette
  lettre, dans laquelle Guillaume parle de l'arrivée de Condé à
  Heydelberg, contient ce passage remarquable: «Il nous faut avoir
  cette assurance que Dieu n'abandonnera jamais les siens; dont
  nous voyons maintenant si mémorable exemple, en la France, où,
  après si cruel massacre de tant de seigneurs, gentilshommes et
  autres personnes de toutes qualitez, sexe et aage, et que chacun
  se proposoit la fin et une entière extirpation de tous ceux de la
  religion, et de la religion mesme, nous voyons ce néantmoins
  qu'ils ont de rechef la teste eslevée plus que jamais.»

L'accueil qu'à Heydelberg Charlotte de Bourbon fit à son cousin fut
naturellement des plus expansifs. On se représente aisément la joie
qu'elle éprouva à nouer avec Henri de Bourbon des entretiens dont la
franche intimité atténua momentanément, pour elle comme pour lui, les
rigueurs de l'expatriation.

Condé dut bientôt quitter le Palatinat, revenir à Strasbourg et de là
aller se fixer, pour plusieurs mois, à Bâle, résidence qui, mieux que
toute autre, pouvait faciliter ces communications simultanées avec la
France, la Suisse, l'Alsace et l'Allemagne.

Du fond de sa retraite d'Heydelberg, Charlotte de Bourbon s'associait,
de coeur, à l'existence que menaient, au loin, sa soeur aînée et son
beau-frère, aux relations qu'ils soutenaient avec autrui, au bien
qu'ils faisaient, à leurs joies, à leurs épreuves, à la sollicitude
dont ils entouraient leurs enfants. Les circonstances ne lui ayant pas
permis de se fixer à Sedan, comme elle en avait eu le vif désir, en
quittant Jouarre, elle cherchait du moins à se rapprocher d'eux, en
pensée, à titre de soeur aimante et dévouée.

Elle savait que, surtout depuis 1572, se manifestait, au point de vue
de la large hospitalité accordée aux réfugiés français, une véritable
similitude entre Heydelberg et Sedan, et que dans cette dernière ville
se trouvait une jeune femme française d'une haute distinction, Mme
veuve de Feuquères[74], qui, ayant échappé au massacre de la
Saint-Barthélemy, était, ainsi qu'elle se plaisait à le dire[75],
«receue avec beaucoup d'honneur et d'amytié par M. le duc et Mme la
duchesse de Bouillon.» La princesse savait, de plus, qu'à Sedan se
trouvait également un jeune Français singulièrement recommandable par
la noblesse de ses sentimens et par la rare maturité de son caractère,
Philippe de Mornay, seigneur du Plessis, Marly, etc., etc., investi de
la confiance du duc et de la duchesse, dont il avait conquis
l'affection[76]; qu'il soutenait d'excellents rapports, avec nombre de
personnes notables de la ville et du dehors; «qu'il étoit aussi visité
journellement de plusieurs ministres et autres gens de lettres; et
qu'il ne se passoit affaires, tant pour les troubles de France et la
cause de la religion, que pour l'estat particulier de M. de Bouillon,
qui ne luy feust communiqué[77].»

  [74] Charlotte Arbaleste de La Borde, veuve de Jean de Pas,
  seigneur de Feuquères. Elle était en 1572, âgée de vingt-deux
  ans.

  [75] _Mém. de Mme de Mornay_, édit. de 1824, t. Ier, p. 71.

  [76] Philippe de Mornay, en 1572, était âgé de vingt-trois ans.

  [77] _Mém. de Mme de Mornay_, édit. de 1824, t. Ier, p. 82.

Charlotte de Bourbon, connaissant les liens étroits qui attachaient à
sa soeur et à son beau-frère Mme de Feuquères et Philippe de Mornay,
se félicitait de leur présence à Sedan, et se reposait sur eux du
soin de continuer à assister de leur affection et de leur dévouement
ces deux membres de sa famille qui lui étaient particulièrement chers.

Vers la fin de l'année 1574, elle eut la douleur de voir brisé pour
toujours le bonheur domestique de sa soeur, par la mort du duc de
Bouillon[78].

  [78] Henri-Robert, duc de Bouillon, mourut le 2 décembre 1574. Il
  eut pour successeur Guillaume-Robert, son fils aîné, âgé de douze
  ans.

Un fait qui précéda de bien peu les derniers moments de ce prince,
demeurera dans l'histoire comme un titre d'honneur indissolublement
attaché à sa mémoire, ainsi qu'à celle de sa fidèle et courageuse
compagne. Voici ce fait, tel que Mme de Feuquères le consigna dans ses
Mémoires[79], alors qu'elle était devenue Mme de Mornay:

«Tout cest hyver M. de Bouillon ne feit que languir et traisner; et
estoit tout commun qu'il ne pouvoit reschapper, et qu'il avoit esté
empoisonné au siège de La Rochelle. Cependant Mme de Bouillon, sa
mère, l'estoit venu voir, et craignoit-on fort que, survenant la mort
de M. de Bouillon, son filz, elle se saisist du chasteau de Sedan,
attendu mesmes que plusieurs avoient mauvaise opinion du sieur des
Avelles, qui en estoit gouverneur. L'église de Sedan estoit belle par
le nombre des réfugiés. M. Duplessis (Ph. de Mornay), qui en prévoyoit
avec beaucoup de gens la dissipation, après avoir tenté plusieurs et
divers moyens, s'avisa d'en communiquer avec le sieur de Verdavayne,
mon hoste, médecin de mondit seigneur de Bouillon, homme fort
religieux et zélé. Ilz prinrent résolutions que le sieur de Verdavayne
déclareroit à Mme de Bouillon, sa femme, qui estoit lors en couche,
l'extrême maladie de M. de Bouillon, son mary, et le danger qu'il y
avoit, en cas qu'il pleust à Dieu de l'appeler, que madame sa
belle-mère, qui estoit fort contraire à la religion[80], par le moyen
du sieur des Avelles, ne se saisist de la place, pour en faire selon
la volonté du roy[81].--Elle, après l'avoir ouy, toute affligée
qu'elle estoit, se délibéra d'en escrire à M. de Bouillon qui estoit
en une autre chambre, lequel, après avoir veu sa lettre, la voulant
voir pour en communiquer avec elle, elle se feit doncq porter en sa
chambre, et après résolution prise entr'eux, fut reportée en son
lict.--Le lendemain M. de Bouillon envoyé quérir ses plus confidens,
particulièrement fait prier M. Duplessis de s'y trouver, et avec eux
esclarcit les moyens d'effectuer sadicte résolution; puis appelle tous
ceux de son conseil et les principaux de sa maison, et leur déclare
que, pour certaines causes, M. des Avelles ne pouvoit plus exercer sa
charge, et pour ce, sur-l'heure mesme, luy ayant demandé les clefz,
les mit ès mains de MM. Duplessis, de La Laube, d'Espan, d'Arson, et
de La Marcillière, conseiller au grand conseil, pour, appelés les
officiers et gardes du chasteau, leur déclarer l'intention dudict
seigneur duc de Bouillon, et les remettre ès mains dudict sieur de la
Lande, lieutenant de sa compagnie.--Ainsi, ceste place forte fut
asseurée, et le sieur des Avelles s'en partit dans vingt-quatre
heures; et, deux jours après, mourut M. de Bouillon fort
chrestiennement, remettant madame sa femme, messieurs ses enfans, et
son estat soubs la conduite de Dieu; et y demeurasmes, nonobstant sa
mort, non moins paisiblement que auparavant.»

  [79] _Mém. de Mme de Mornay_, édit. de 1824, t. Ier, p. 84,
  85.--Voir aussi l'_Histoire de la vie de messire Philippe de
  Mornay_, Leyde, in-4º.

  [80] Elle était fille de Diane de Poitiers, et avait hérité de la
  haine de celle-ci contre les protestants, ainsi que de l'âpre
  cupidité qui la poussait à s'enrichir de leurs dépouilles.

  [81] On voit par là que Mme de Bouillon mère était de la même
  école que le duc de Montpensier, et qu'elle n'avait pas plus de
  ménagements pour son fils, que Louis de Bourbon II n'en avait
  pour sa fille aînée; car, si la duchesse de Bouillon était
  exposée aux obsessions tenaces de son père, en matière
  religieuse, le duc de Bouillon, de son côté, avait à redouter et
  à déjouer les coupables manoeuvres de sa mère, hostile à la
  religion réformée qu'il professait, et, par voie de conséquence,
  aux droits dont il était investi, dans l'étendue de son duché.

Plus Charlotte de Bourbon était attachée à la duchesse, sa soeur, plus
elle souffrait de la voir, jeune encore, vouée au veuvage, sans
rencontrer dans la famille de son mari, pour elle et ses enfants,
l'appui et la sympathie que sa position et la leur commandaient.
Aussi, éprouva-t-elle un allègement à ses préoccupations fraternelles,
en acquérant la conviction que la duchesse pouvait compter du moins
sur le concours de l'électeur palatin, auquel le duc de Bouillon avait
confié, ainsi qu'au duc de Clèves, l'exécution de ses dernière
volontés, et sur le dévouement à toute épreuve de Mme de Feuquères et
de Philippe de Mornay.

Avec l'année 1575 allait s'ouvrir, pour Charlotte de Bourbon, la phase
la plus solennelle de sa vie, que feront connaître les développements
qui vont suivre.



CHAPITRE III

  Impression produite par Charlotte de Bourbon sur Guillaume de
      Nassau.--Résumé de la vie de ce prince jusqu'à la fin de
      l'année 1574.--Il demande la main de Charlotte de Bourbon.
      Mission de Marnix de Sainte-Aldegonde à cet égard.--Réponse
      de Charlotte.--La demande du prince est définitivement
      accueillie.--Lettre de Zuliger à ce sujet.--Le prince, ne
      pouvant s'absenter des Pays-Bas, confie à Marnix de
      Sainte-Aldegonde le soin de se rendre à Heydelberg et de s'y
      tenir à la disposition de Charlotte de Bourbon pour
      l'accompagner dans le voyage qu'elle doit entreprendre.--La
      jeune princesse se dirige, avec Marnix de Sainte-Aldegonde,
      vers Embden, où l'attendent des vaisseaux de guerre destinés
      à protéger son trajet par mer jusqu'à l'une des côtes des
      Provinces-Unies.--_Résolutions_ des états de Hollande à
      l'occasion de la prochaine arrivée de Charlotte de
      Bourbon.--La princesse arrive à La Brielle, où son mariage
      avec Guillaume de Nassau est célébré le 12 juin 1575.--Les
      nouveaux époux se rendent de La Brielle à
      Dordrecht.--Chaleureux accueil qu'ils reçoivent dans ces deux
      villes.--Chant composé en leur honneur.


Femme d'élite, au noble sens de ce mot, Charlotte de Bourbon alliait à
une foi vivante le double apanage de la supériorité du coeur et de
celle de l'esprit. La dignité personnelle rehaussait, en elle, le
charme d'une beauté morale et physique[82], qui se reflétait dans la
grâce de son langage et l'affabilité de ses manières. Aimante et
douce, avant tout; d'autant plus compatissante, qu'elle avait
profondément souffert; énergique et fidèle dans l'expansion de son
dévouement à la cause des faibles et des infortunés de tout genre;
associant à la générosité de sentiments la justesse et l'élévation
d'idées, à la fermeté de convictions la rectitude d'actions et de
paroles; sympathique enfin à tout ce qui était juste, salutaire et
grand, elle exerçait sur quiconque avait accès auprès d'elle
l'irrésistible ascendant par lequel se caractérise, dans la délicate
sérénité d'une âme chrétienne, l'empire de la véritable bonté.

  [82] De Thou (_Hist. univ._, t. V, p. 166) dit en parlant de
  Charlotte de Bourbon: «C'estoit une princesse d'une grande beauté
  et de beaucoup d'esprit.»--Un autre écrivain dit: «Si le visage
  de cette princesse avoit de la sérénité et de la majesté, tout
  ensemble et des grâces non communes, son esprit avoit encore plus
  de beauté, et ses vertus, des attraits indicibles. (_Mémoires sur
  la vie et la mort de la sérenissime princesse Louyse-Julianne,
  Electrice palatine_, Leyde, 1625, 1 vol. in-4º.)

Aussi, de quels voeux sincères n'était-elle pas l'objet, à Sedan, à
Heydelberg et ailleurs, de la part de toute âme qui, unie à la sienne
par les liens de l'amitié ou de la gratitude, se préoccupait du soin
de son bonheur! On ne se bornait pas à désirer que, affranchie
désormais d'une situation isolée et dépendante, elle occupât, dans les
hautes régions de la société, le rang dont, à tous égards, elle était
digne; on aspirait surtout à voir son coeur aimant et dévoué
s'épanouir dans les saintes affections de la famille, à un foyer
domestique dont elle serait l'honneur et l'égide.

Nul, dans le secret de ses émotions et de ses pensées, sous le poids
d'une existence douloureusement solitaire, n'aspirait avec plus
d'ardeur au changement de situation de la jeune princesse, qu'un homme
éminent, dont elle avait naguères, à Heydelberg même, fortement
impressionné le généreux coeur par l'attrait de ses vertus et de ses
rares qualités, aussi bien que par la grandeur de son infortune et par
la dignité avec laquelle elle la supportait. Cet homme était Guillaume
de Nassau, prince d'Orange, l'illustre fondateur de la république des
provinces unies des Pays-Bas[83].

  [83] Durant les premiers mois de l'année 1572, Guillaume de
  Nassau séjourna en Allemagne, et tout particulièrement à
  Dillembourg, ainsi que le prouvent plusieurs de ses lettres
  datées de cette ville, il s'occupait d'organiser une armée, à la
  tête de laquelle il marcherait au secours de son frère Louis, qui
  se trouvait alors aux prises, dans le Hainaut, avec les forces
  espagnoles. Voulant, au sujet de l'expédition qu'il préparait, se
  concerter avec l'électeur palatin, il se rendit à Heydelberg, et
  ce fut très probablement alors qu'à la cour de ce prince il vit
  Charlotte de Bourbon. M. Groen van Prinsterer (_Corresp. de la
  maison d'Orange-Nassau_, Ire série, t. V, p. 113) se rapproche de
  notre opinion, sur ce point. Il en est de même de J. Van der Aa,
  dans l'ouvrage intitulé: _Biographisch Woordenboek der
  Nederlanden_, 1858, in-fº, Derde Deele, V. Charlotte de Bourbon.

Quelle avait été la vie, soit privée, soit publique de ce prince,
jusqu'à la fin de l'année 1574, et dans quelles circonstances
nourrissait-il le désir d'unir son sort à celui de Charlotte de
Bourbon? c'est ce qu'il importe de préciser, au moins sommairement.

Fils de Guillaume le Riche et de Julie de Stolberg, femme d'une
profonde piété, Guillaume Ier, de Nassau, dit _le Taciturne_ naquit,
en 1533, au château de Dillembourg.

Il tenait de son père, à titre héréditaire, des domaines situés dans
les Pays-Bas, et de René de Nassau, son cousin, la principauté
d'Orange enclavée dans le territoire de la France.

Élevé à Bruxelles et attaché comme page à la personne de
Charles-Quint, il sut si bien, grâce à une rare pénétration d'esprit
et à une grande droiture de caractère, se concilier la faveur et
l'affection de ce monarque, que, dès l'âge de quinze ans, il devint en
quelque sorte son confident.

A dix-huit ans, il épousa la plus riche héritière des Pays-Bas, Anne
d'Egmont, fille de Maximilien, comte de Buren.

A vingt et un ans, il fut appelé par l'empereur, en l'absence du duc
de Savoie, au commandement en chef de l'armée qui occupait alors la
frontière de France.

Quand se tint, à Bruxelles, en 1555, la séance solennelle de
l'abdication, ce fut en s'appuyant sur l'épaule de Guillaume de
Nassau, que Charles-Quint se présenta à l'assemblée qu'il avait
convoquée.

Le jeune favori fut chargé de remettre à Ferdinand la couronne
impériale.

En 1558, Anne d'Egmont mourut, laissant deux enfants,
Philippe-Guillaume et Marie, issus de son union avec le jeune prince.

Après avoir pris une large part aux opérations militaires dont la
Picardie fut le théâtre en 1557 et 1558, et aux négociations qui
aboutirent, en 1559, au traité de paix du Cateau-Cambrésis, Guillaume
de Nassau vint en France avec le duc d'Albe.

A la mission que ce duc devait accomplir auprès de la jeune princesse
accordée en mariage à Philippe II, s'ajoutait une mission secrète,
celle de se concerter avec Henri II, sur les moyens à employer pour
procéder en France, parallèlement à la marche qui serait suivie en
Espagne et dans les Pays-Bas, à l'extermination des protestants.
Satisfait des entretiens qu'il avait eus avec le duc d'Albe, Henri II
en fit part à Guillaume de Nassau, qui, encore dépourvu de convictions
religieuses précises, mais du moins ennemi décidé de toute intolérance
et de toute persécution, se disait catholique, et ne l'était que de
nom[84]. Ému d'indignation, à l'ouïe du langage de Henri, Guillaume
toutefois se contint si bien, qu'il dut, en partie, son surnom de
_Taciturne_[85] a l'impertubable sang-froid dont il fit preuve en
cette circonstance, au sujet de laquelle il a écrit[86]: «Je confesse
que je fus lors tellement esmeu de pitié et compassion envers tant de
gens de bien qui estoient vouez à l'occision, que dès lors
j'entrepris, à bon escient, d'aider à faire chasser cette vermine
d'Espaignols hors de ces païs.» Ce fut ainsi que la vocation du
_Taciturne_ comme futur fondateur de l'indépendance des provinces
unies des Pays-Bas, et comme promoteur de la liberté religieuse au
sein de ces provinces, se décida soudainement, en France, aux côtés et
à l'insu du royal oppresseur des chrétiens évangéliques.

  [84] «Quant à ceux qui avoient la cognoissance de la religion, je
  confesse que je ne les ai jamais haïs, car, puisque, dès le
  berceau, j'y avois été nourri, monsieur mon père y avoit vécu, y
  estoit mort, ayant chassé de ses seigneuries les abus de
  l'Eglise, qui est-ce qui trouvera estrange si ceste doctrine
  estoit tellement engravée en mon coeur et y avoit jecté telles
  racines, qu'en son temps elle est venue à apporter ses fruicts?
  Car combien, pour avoir esté, si longues années, nourri en la
  chambre de l'empereur, et estant en âge de porter les armes, que
  je me trouvai aussitôt enveloppé de grandes charges ès armées,
  pour ces raisons, dis-je, et veu le peu de bonne nourriture,
  quant à la religion, que nous avions, j'avois lors plus à la
  teste les armes, la chasse et autres exercices de jeunes
  seigneurs, que non pas ce qui estoit de mon salut: toutefois,
  j'ai grande occasion de remercier Dieu, qui n'a pas permis ceste
  sainte semence s'étouffer, qu'il avoit semée luy-mesme en moy; et
  dis dadvantage, que jamais ne m'ont plû ces cruelles exécutions
  de feux, de glaive, de submersions, qui estoient pour lors trop
  ordinaires à l'endroit de ceux de la religion.» (_Apologie de
  Guillaume de Nassau, prince d'Orange, contre l'édict de
  proscription publié en 1580 par Philippe II, roi d'Espagne_,
  Bruxelles et Leipzig, 1 vol. in-8º, p. 87, 88.)

  [85] Loin d'être taciturne, il se montrait au contraire si bien
  doué d'expansion et d'affabilité, qu'on a dit de lui: «C'étoit un
  personnage d'une merveilleuse vivacité d'esprit.... jamais parole
  indiscrète ou arrogante ne sortait de sa bouche par colère, ni
  autrement; mesmes si aulcuns de ses domestiques luy faisoient
  faulte, il se contentoit de les admonester gracieusement, sans
  user de menaces ou propos injurieux; il avoit la parole douce et
  agréable, avec laquelle il faisoit ploïer les aultres seigneurs
  de la court, ainsy que bon luy sembloit; aimé et bien voulu sur
  tous aultres, pour une gracieuse façon de faire, qu'il avoit, de
  saluer, caresser, et arraisonner familièrement tout le monde.»
  (_Mémoires de Pontus Payen_, Bruxelles, Leipzig et Gand, 1861,
  in-8º, t. Ier, p. 42).--On lit dans un récit manuscrit, intitulé:
  _Troubles des Pays-Bas_ (Bibl. nat., mss., f. fr., vol. 24.179):
  «Quand Guillaume de Nassau parloit, sa conversation étoit
  séduisante; son silence même étoit éloquent; on pouvoit lui
  appliquer le proverbe italien: _Tacendo parla, parlando
  incanta._»

  [86] Apologie précitée, p. 88.

Revenu à Bruxelles, Guillaume fut douloureusement affecté par la mort
de son père[87].

  [87] Il existe une touchante lettre de lui sur ce grave sujet
  (Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. Ier, p. 47.
  Lettre du 15 octobre 1559, datée de Bruxelles). On y rencontre
  l'expression des louables sentiments qui l'animaient comme fils
  et comme frère, et auxquels il demeura fidèle.

Sous l'influence de l'émotion que lui avait récemment causée le
langage du roi de France, il souleva, dans les Pays-Bas, une vive
opposition à la présence des troupes espagnoles; et, sans partager
encore les convictions religieuses des protestants, il se prit
cependant de compassion pour eux, et résolut de les soustraire aux
persécutions. Il y réussit maintes fois, notamment lorsque, chargé, en
qualité de stathouder de Hollande, de Zélande et d'Utrecht, de faire
châtier et périr une foule d'innocents, il leur ménagea des moyens
d'évasion; croyant en cela «qu'il valoit mieux obéir à Dieu qu'aux
hommes[88]».

  [88] Apologie précitée, p. 109.

Des circonstances politiques auxquelles se subordonnait,
malheureusement pour lui, le soin de ses intérêts privés, l'amenèrent
à contracter, en 1561, une nouvelle alliance avec Anne de Saxe, fille
du célèbre électeur Maurice, mort depuis quelques années. De cette
union naquirent un fils, Maurice, et deux filles, Anne et Émilie.

La marche des événemens ayant, d'année en année, aggravé la situation
générale des Pays-Bas, Guillaume de Nassau provoqua, avec d'autres
seigneurs, le renvoi du cardinal Granvelle, comme troublant ces pays
par sa désastreuse administration.

On vit alors le prince se consumer en de longs efforts dans une lutte
engagée contre la politique persécutrice de Philippe II, et s'attacher
à apaiser la fermentation des esprits justement indignés.

Quand, pour opprimer les populations et les livrer en proie aux
horreurs de l'inquisition, le duc d'Albe se dirigea vers les Pays-Bas,
à la tête d'une armée, Guillaume écrivit à Philippe qu'il se démettait
de toutes ses charges et se retirait dans le comté de Nassau.

Sommé de comparaître devant _le conseil des troubles_, surnommé _le
conseil de sang_, il répondit par un refus formel de se soumettre à
cette juridiction monstrueuse, qui aussitôt fulmina contre lui une
condamnation, et il proclama hautement que les Espagnols voulaient, à
force d'excès, pousser les Pays-Bas à la révolte, afin de les décimer
par une répression sanguinaire.

En concours avec _le conseil de sang_ agissait le _saint-office_ qui,
aux termes d'une sentence du 16 février 1568, confirmée par décision
royale du 26 du même mois, condamna à mort tous les habitans des
Pays-Bas, à titre d'hérétiques[89]. La cruauté se confondait ainsi,
chez les persécuteurs, avec le délire.

  [89] J.-F. Lepetit, _la Grande chronique de Hollande, Zélande,
  etc._, in-fº, t. II, p. 174, 175, 176.

Le jeune comte de Buren, fils aîné de Guillaume, fut arraché à
l'université de Louvain et entraîné en Espagne.

Atteint ainsi comme père, proscrit, dépouillé de ses biens par voie de
confiscation, mis hors la loi, mais fort de sa conscience, de son
patriotisme et de sa sympathie pour la cause de la réforme, dont il
faisait désormais sa propre cause, Guillaume s'érigea résolument,
contre la tyrannie, en défenseur des droits de la nation et des
sectateurs de la religion réformée, à laquelle il déclarait
expressément adhérer.

Ce fut là plus qu'un pas décisif dans sa carrière: ce fut un acte
d'une immense portée; car la foi chrétienne, en s'emparant alors de
son âme, lui imprima une direction suprême et le doua d'une
indomptable énergie dans l'accomplissement des devoirs ardus qui
s'imposaient à lui.

Bientôt il leva, à ses frais, une armée en Allemagne, et la fit entrer
en Frise sous le commandement de son frère, Louis de Nassau, qui,
quels que fussent ses valeureux efforts, essuya une défaite.

Sans se laisser décourager par cet insuccès, Guillaume leva, toujours
à ses frais, une autre armée, à la tête de laquelle il entra dans le
Brabant, mais sans réussir à attirer le duc d'Albe au combat.

Suivi par douze cents hommes qu'il s'était réservés, et accompagné de
ses frères Louis et Henri, il se joignit au duc de Deux-Ponts, qui
s'avançait en France, au secours des réformés, y prit part à divers
combats, et ne se retira momentanément dans le comté de Nassau que
pour y préparer, en faveur des Pays-Bas, une nouvelle levée de
troupes.

Le conseil que l'amiral de Coligny donna alors à Guillaume d'organiser
un armement maritime fut éminemment utile à ce courageux chef; car,
avec l'appui des _gueux de mer_, plus heureux dans leurs entreprises
que ne l'avaient été jusque-là les _gueux de terre_, il s'assura la
possession de la Hollande et de la Zélande, dont les états le
reconnurent pour leur gouverneur.

De leur côté, les villes de la Gueldre, d'Overyssel, de la province
d'Utrecht, et les plus importantes d'entre celles de la Frise, ne
tardèrent pas à se ranger sous l'autorité du prince.

La prolongation de la lutte contre d'implacables ennemis nécessitait,
de la part de Guillaume, un redoublement d'énergie.

Vainqueurs en Hainaut, les Espagnols se reportèrent sur les provinces
que gouvernait le prince, et se ruèrent successivement sur trois
villes, Harlem, Alckmaar et Leyde, à la défense desquelles il dut
pourvoir.

Harlem, après une résistance héroïque, tomba au pouvoir des
assiégeants. Loin de plier sous le poids de ce douloureux événement,
Guillaume écrivit à son frère Louis[90]: «J'avois espéré vous envoyer
de meilleures nouvelles; cependant, puisqu'il en a plû autrement au
bon Dieu, il faut nous conformer à sa divine volonté. Je prends ce
même Dieu à témoin que j'ai fait, suivant mes moyens, tout ce qui
étoit possible pour secourir la ville.»

  [90] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. IV, p. 175.
  Lettre du 22 juillet 1573.

Alkmaar étant, à quelque temps de là, investie, que n'avait pas à
redouter Guillaume, en s'efforçant d'en soustraire les habitants aux
horreurs d'un siège! Les anxiétés de son lieutenant Dietrich Sonoy, à
cet égard, étaient grandes; le prince les dissipa par ces simples
paroles[91]: «Puisque malgré nos efforts, il a plû à Dieu de disposer
de Harlem selon sa divine volonté, renierons-nous pour cela sa sainte
parole? Le bras puissant de l'Éternel est-il raccourci? Son église
est-elle détruite? Vous me demandez si j'ai conclu quelque traité avec
des rois et de grands potentats: je vous réponds qu'avant de prendre
en main la cause des chrétiens opprimés dans les provinces j'étois
entré dans une étroite alliance avec le roi des rois, et je suis
convaincu qu'il sauvera par son bras tout-puissant ceux qui mettront
en lui leur confiance. Le Dieu des armées suscitera des armées afin
que nous puissions lutter contre ses ennemis et les nôtres.»

  [91] P. Bor, _Historie der Nederlandtsche Oorlogen_, Seste Boek,
  p. 447, 448, 9 _Augusti_ 1573.

Quelle foi que celle du héros chrétien et de tant d'êtres opprimés
qui, comme lui, s'attendaient à l'Éternel! Aussi, des prodiges
d'abnégation et de courage furent-ils, de même qu'à Harlem accomplis à
Alkmaar. Redoutant un désastre final, les Espagnols se virent
contraints de lever le siège de cette seconde place.

Bientôt ils entreprirent celui de Leyde.

Guillaume comptait, pour être secondé dans ses combinaisons relatives
à la défense de cette ville, sur un corps d'armée que son frère Louis
lui amenait d'Allemagne; mais ce corps fut défait à Mookerheyde, dans
un combat où Louis et Henri de Nassau perdirent la vie. Déjà un autre
frère de Guillaume, le comte Adolphe de Nassau, avait trouvé la mort,
en 1558, à la bataille de Heyligerlée.

Frappé au coeur par la mort de ses trois frères, dont l'un surtout,
Louis, avait été pour lui constamment un appui précieux, le prince ne
se laissa pourtant pas abattre[92] et consacra au secours de Leyde
tout ce qui lui restait de force et d'activité.

  [92] Il écrivait au comte Jean de Nassau, à propos de la mort de
  Louis et de Henri: «Je vous confesse qu'il ne m'eust sçeu venir
  chose à plus grand regret; si est-ce que tousjours il nous faut
  conformer à la volonté de Dieu et avoir esgard à sa divine
  providence, que celui qui a respandu le sang de son fils unique,
  pour maintenir son église, ne fera rien que ce qui redondera à
  l'avancement de sa gloire et maintenement de son église, oires
  qu'il semble au monde chose impossible. Et combien que nous tous
  viendrions à mourir, et que tout ce pauvre peuple fust massacré
  et chassé, il nous faut toutefois avoir cette asseurance, que
  Dieu n'abandonnera jamais les siens, dont voyons maintenant si
  mémorable exemple en la France, où après si cruel massacre de
  tant de seigneurs, gentilshommes et autres personnes de toutes
  qualitez, sexe et âge, et que chacun se proposoit la fin et une
  entière extirpation de tous ceux de la religion, et de la
  religion mesme, nous voyons ce néantmoins, qu'ils ont derechef la
  teste eslevée plus que jamais, se trouvant le roy en plus de
  peines et fascheries que oncques auparavant, espérant que le
  seigneur Dieu, le bras duquel ne se raccourcit point, usera de sa
  puissance et miséricorde envers nous.» (Groen van Prinsterer,
  _Corresp._, 1re série, t. IV, p. 386, 387.)

Une nouvelle épreuve lui était réservée. Écrasé par le fardeau de
préoccupations incessantes, il fut saisi d'une violente fièvre qui mit
ses jours en danger; toutefois, quelque menaçantes que devinssent, de
moment en moment, les étreintes du mal[93], il n'en concentrait pas
moins toutes ses pensées sur la délivrance de Leyde, et, malgré
l'extrême faiblesse à laquelle il était réduit, continuait à donner
toutes les instructions, tous les encouragements qu'il jugeait être
nécessaires. Lorsque enfin il eut commencé à se relever de son état de
faiblesse, il se porta partout où sa présence et ses directions
pouvaient venir en aide aux assiégés. Sous son inspiration, les
habitants de Leyde supportèrent avec un admirable courage le poids
d'horribles souffrances, auxquelles, sans lui, ils eussent succombé;
et sous son inspiration aussi, le valeureux amiral Boisot accomplit, à
la tête de ses marins, l'un de ces prodiges de dévouement, de bravoure
et d'habileté qui commandent à jamais l'admiration et la
reconnaissance. Refoulés loin de Leyde, les Espagnols laissèrent libre
l'accès de cette noble cité à Guillaume, qui y fut acclamé comme il
méritait de l'être.

  [93] Voir _Appendice_, no 3.

Peu de jours avant celui où il lui fut possible d'entrer à Leyde en
libérateur, Guillaume avait écrit au comte Jean de Nassau, son
frère[94]: «Je me remetz du tout à Dieu, bien asseuré qu'il ordonnera
de moy comme pour mon plus grand bien et salut il sçait estre utile,
et ne me surchargera de plus d'afflictions que la débilité et
fragilité de cette nature en pourra porter.»

  [94] Lettre du 7 septembre 1574 (Groen van Prinsterer,
  _Corresp._, 1re série, t. V, p. 53).

Guillaume se trouvait alors atteint dans sa vie privée par de
poignantes afflictions.

En effet, non seulement il souffrait de la captivité de son fils
aîné, en Espagne, et de la mort de ses frères à Heyligerlée et à
Mookerheyde; mais, de plus, il était navré de l'indigne conduite
d'Anne de Saxe, qui, trahissant ses devoirs de femme et de mère,
avait, depuis plusieurs années, abandonné et lui et ses enfants, pour
se plonger dans un abîme de désordres auxquels il s'était vainement
efforcé de l'arracher.

La culpabilité de l'épouse infidèle ressortait à la fois de
témoignages accablants et de ses aveux personnels, ainsi que de ceux
de son complice; témoignages et aveux que le magistrat compétent avait
recueillis[95], et à la vue desquels les représentants les plus
considérables de l'autorité ecclésiastique, appelés à se prononcer,
avaient déclaré que le prince, dont le mariage avec Anne de Saxe était
désormais dissous, se trouvait légalement libre d'en contracter un
autre[96].

  [95] Voir, sur les divers points ci-dessus indiqués, les
  documents recueillis par M. Groen van Prinsterer dans la
  _Correspondance de la maison d'Orange-Nassau_, 1re série, t. III,
  p. 326, 354, 367, 369, 387, 391, 394, 397.

  [96] Voir _Appendice_, no 4.

Telle était, à la fin de l'année 1574, la situation de Guillaume, au
double point de vue de sa carrière publique et des douloureuses
perturbations de son foyer domestique, lorsque le besoin de se créer
un nouvel intérieur le porta à demander la main de Charlotte de
Bourbon.

La grandeur de ses devoirs d'homme d'État ne lui permettant pas de se
rendre à Heydelberg, il y envoya son fidèle ami Marnix de
Sainte-Aldegonde, en le chargeant de remettre à la princesse une
lettre dans laquelle il lui exprimait le plus cher de ses voeux et
l'invitait à croire Sainte-Aldegonde, comme un autre lui-même, dans
les franches communications qu'il lui adresserait, afin qu'elle pût
apprécier sous toutes ses faces la portée d'une démarche qui
impliquait la plus solennelle des questions, celle des bases de la
félicité conjugale.

On ne connaît pas la teneur de la lettre dont Sainte-Aldegonde était
porteur; mais il est facile de la deviner, en consultant le texte d'un
mémoire que Guillaume remit au comte de Hohenloo[97], lorsque, à
quelque temps de là, il lui confia une mission confirmative de celle
dont Sainte-Aldegonde s'était acquitté à Heydelberg.

  [97] Voir _Appendice_, no 5.

Sincère dans sa recherche, le prince la caractérisait en homme de
coeur, aux yeux de la jeune princesse, comme un hommage rendu par lui
à l'élévation de ses sentiments, à ses vertus, à l'attrait de ses
rares qualités, à l'irrésistible ascendant de son généreux caractère.
Il plaçait dès lors en elle une confiance sans réserve.

Quant à lui, sous quel aspect, dans sa virile loyauté, se révélait-il
à Charlotte de Bourbon? Il ne pouvait lui offrir ni fortune, puisque
la majeure partie de ses biens demeurait affectée, soit à la
conservation des droits de ses enfants, soit au service des
Provinces-Unies; ni la perspective d'une existence paisible, car elle
aurait à affronter les agitations, les labeurs et les périls de la
sienne; mais il lui assurait du moins l'inébranlable dévouement d'une
âme qui voulait se consacrer à elle, et la stabilité d'une gratitude
qu'inspirerait à ses enfants, comme à lui, la tendresse maternelle
dont elle les entourerait, en les adoptant. De plus, sympathique
appréciateur de sa fidélité aux doctrines évangéliques, il présageait
le bien sérieux qu'elle saurait accomplir, en contribuant, par la
douce influence de ses conseils et de ses procédés, à resserrer les
liens qui unissaient les réformés français à ceux des Provinces-Unies,
et la France elle-même à ces provinces.

On ne sait rien des entretiens de Charlotte de Bourbon avec Marnix de
Sainte-Aldegonde; mais on connaît du moins la lettre qu'à la suite de
ces entretiens elle fit parvenir à Guillaume de Nassau. La voici dans
sa gracieuse simplicité[98]:


     «A monsieur le prince d'Orange.

»Monsieur, j'ay reçeu la lettre qu'il vous a pleu m'escrire et entendu
de ce gentilhomme, présent porteur, l'affaire dont luy avés donné
charge de me parler, quy est telle que je n'y puis faire réponce que
par le conseil et commandement de monsieur l'Électeur et de madame
l'Électrice, auxquels j'ay tout remis; car, me tenant lieu de père et
de mère, et recevant de leurs Excellences les mesmes offices et bons
traitemens, il est bien raisonnable que je leur rende le debvoir de
fille, comme j'y suis obligée. Pour ce qui dépent de ma voullonté,
monsieur, il ne sera jamais que je n'estime et honore beaucoup la
vostre, avec desir de vous faire service, en ce que Dieu m'en donnera
le moïen, lequel je vais supplier vous donner, monsieur, après vous
avoir présenté mes bien humbles recommandations à vostre bonne grâce,
en santé et prospérité, très heureuse et longue vie.

     »Vostre bien humble, à vous faire service.

     »CHARLOTTE DE BOURBON.

     »à Heydelberg, ce 28 janvier 1575.»

  [98] Autographe (archives de M. le duc de La Trémoille).


La délicate réserve dont ces lignes étaient empreintes n'excluait pas,
aux yeux de Guillaume, la perspective d'un consentement qui, s'il
était obtenu, assurerait son bonheur. Convaincu que la détermination à
laquelle Charlotte de Bourbon s'arrêterait ne devait être que le
résultat de mûres réflexions, il tint à la laisser s'y livrer à
loisir, en demeurant, vis-à-vis d'elle, dans une silencieuse
expectative, et à lui prouver, par cela même, combien il respectait la
plénitude de sa liberté.

Les sentiments de la jeune princesse étaient à la hauteur de ceux de
Guillaume[99]. Elle se sonda devant Dieu, n'aspirant qu'à connaître et
qu'à suivre sa volonté. Vint le jour où, obtenant, dans le
recueillement de la foi, une réponse à ses instantes prières, elle se
sentit paternellement amenée par une direction suprême sur le seuil de
la voie qu'elle devait suivre, et qu'aplanissait d'ailleurs, devant
elle, l'affectueuse approbation de sa soeur aînée, de ses cousins, le
roi de Navarre et le prince de Condé, de l'électeur palatin et de
l'électrice. Alors elle accepta avec une confiante sérénité d'âme le
rôle sacré de compagne d'un homme de foi et d'abnégation, et la
mission touchante de maternelle protectrice de ses enfants.
Préoccupations, labeurs, fatigues, périls, elle était prête à tout
supporter, à ses côtés; car son coeur la portait à devenir pour lui ce
qu'elle fut en effet, «_une aide fidèle, lui faisant du bien, tous les
jours de sa vie_[100].»

  [99] Certains historiens des Pays-Bas qualifiaient la princesse
  de «vray miroir de toute vertu, et de princesse vrayment douée
  d'une piété singulière.» (Voir Lepetit, _la Grande chronique de
  Hollande, Zélande, etc._, t. II, p. 301.--_Hist. des troubles et
  guerres civiles des Pays-Bas_, par T. D. L., 1 vol. in-12, 1582,
  p. 358. Ouvrage attribué au prédicateur Ryckwaert d'Ypres.)

  [100] _Genèse_, chap. II, v. 18.--_Proverbes_, chap. XXXI, v. 12.

L'acceptation si vivement désirée par le prince intervint, à la fin du
mois de mars 1575, dans des circonstances que Zuliger, l'un des
principaux conseillers de l'électeur palatin, fit connaître à
Guillaume, en lui expédiant, le dernier jour de ce même mois, la
lettre suivante[101]:

«Monseigneur et très illustre prince, le seigneur Mine est revenu de
France, portant la mesme résolution du roy de France et de la royne
mère, comme Vostre Excellence l'a cognue par l'extrait des lettres
dudit de Mine, lequel ay envoyé dernièrement à Vostre Excellence, à
sçavoir que le roy ne se veut engager en cest affaire, comme estant
contre sa religion; toutesfois que Mademoiselle seroit heureuse de
rencontrer une si bonne partie; semblablement a fait la royne mère: et
qu'en somme, ils ne trouveront point mauvais ce que Madamoiselle
feroit par le conseil du conte palatin, et qu'elle verroit estre son
bien, moyennant qu'il ne soit contre le service du roy; toutesfois que
cela méritoit bien estre communiqué au duc de Montpensier, son père.
Ce nonobstant, il a esté résolu, en présence du conte palatin, du
chancelier Ehem et de moy, par Madamoiselle, qu'il ne fust besoing
d'attendre le consentement du duc de Montpensier, à cause qu'il ne
faut espérer de luy autre responce que du roy, estant de mesme
religion, et qu'elle, aïant atteint son parfait âge, ne demande sinon
d'obéir au conte palatin en tout ce qu'il luy plairoit de luy
conseiller, lequel en cest affaire elle trouve pour père; et qu'ayant
le conte palatin trouvé bon et déclaré qu'il ne luy sçauroit
desconseiller un parti si honneste et estant de sa religion,
Madamoiselle a simplement déclaré en cest affaire d'obéir au conte
palatin, et vouloir donner son consentement; ce que le conte palatin
m'a commandé de escrire à Vostre Excellence.

  [101] Groen van Prinsterer, _Correspondance_, 1re série, t. V, p.
  165.

»Car, quant aux autres points, à sçavoir la déclaration de Vostre
Excellence, qu'elle veut faire aux parens de l'autre partie, le conte
palatin et Madamoiselle la remettent à la suffisance de Vostre
Excellence, laquelle fera tout ce qu'elle trouvera convenable, tant
pour appaiser lesdits parens, que pour garder l'honneur de Vostre
Excellence et de Madamoiselle.

»Quant au douaire, le conte palatin et Madamoiselle ont entendu ce que
Vostre Excellence a résolu touchant la maison de Middelbourg; mais
comme Madamoiselle ne demande autre chose, sinon d'attendre et porter
avec Vostre Excellence tout ce qu'il plaira à Dieu d'envoyer à Vostre
Excellence et Madamoiselle, estant conjoints, ainsy Madamoiselle,
comme aussy le conte palatin, ne font aucun doute que Vostre
Excellence aura considération du sexe, et des biens que Vostre
Excellence pourra avoir en France, soit Aurange ou en la duché de
Bourgogne, s'ils ne soyent point obligez aux enfans précédens de
Vostre Excellence, afin qu'en tout événement elle puisse avoir de quoy
s'entretenir honnestement; car, quant à Messieurs, frères de Vostre
Excellence, elle ne voudroit ni Vostre Excellence ni eux discommoder.
Car elle ne s'arreste nullement sur ce point, ains le remet aussi bien
que les autres à la discrétion et prudhommie de Vostre Excellence,
laquelle elle s'asseure bien d'avoir puissance d'y pourvoir autrement.
Il ne reste donc sinon la déclaration de Vostre Excellence là dessus,
et qu'icelle ordonne du reste qu'il luy plaise que par la permission
du conte palatin Madamoiselle face. Car il nous semble estre chose
superflue que Vostre Excellence renvoye pour cest affaire au roy; ains
suffit de la response susdite; veu aussi que le conte palatin attend
de jour en autre la response du frère du roy et du roy de Navarre,
ausquels le conte palatin a escrit de vouloir consentir à ce mariage,
et adoucir le duc de Montpensier, son père, qu'il le trouve bon.»

La solution affirmative de la grande question du consentement fut
aisément suivie de celle des questions secondaires qui s'y
rattachaient, et Charlotte de Bourbon vit, non sans émotion, approcher
le moment où elle devrait se séparer de l'électeur et de l'électrice.
Sa gratitude envers eux était profonde, et toujours elle sut en
prouver la sincérité.

Heureusement fixé sur la réalisation de ses voeux par la lettre de
Zuliger, Guillaume, à qui la gravité des événements s'accomplissant
alors au sein de sa patrie ne permettait pas de s'absenter du
territoire de celle-ci, pour se rendre à Heydelberg, voulut du moins,
qu'en quittant cette résidence, sa noble fiancée, sur le voyage de
laquelle se concentrait sa sollicitude, ne s'acheminât vers les
Provinces-Unies, que sous la protection d'un personnage dévoué et
vigilant. Il avisa, en outre, à ce que son beau-frère le comte de
Hohenloo joignit son appui personnel à celui que la princesse devait
recevoir de Marnix de Sainte-Aldegonde[102].

  [102] Voir _Appendice_, no 5.

Mû par son infatigable dévouement aux intérêts de Guillaume et à ceux
de Charlotte de Bourbon, Sainte-Aldegonde vint immédiatement dans le
Palatinat se mettre à la disposition de la princesse, et, d'accord
avec elle, il prit, sous les yeux de l'électeur et de l'électrice,
toutes les mesures nécessaires à l'organisation de son départ, avant
que le comte de Hohenloo, dont il ignorait d'ailleurs la mission, fût
arrivé à Heydelberg.

Au moment où il allait quitter cette ville avec la princesse,
Sainte-Aldegonde adressa, le 2 mai, au comte Jean de Nassau une lettre
étendue[103] qui témoignait de son zèle à seconder les intentions du
prince dans l'observation des égards et des ménagements auxquels sa
noble fiancée avait droit.

  [103] Groen van Prinsterer, _Correspondance_, 1re série, t. V, p.
  192.

Tandis qu'accompagnée du loyal ami du prince, Charlotte de Bourbon
entreprenait un long et fatigant voyage, Guillaume, promptement
informé de son départ, en donna avis au comte Jean, en ces
termes[104]:

«Monsieur mon frère, la présente servira seulement pour vous advertir
que, suivant la charge que j'avois donnée à M. de Sainte-Aldegonde, de
contracter le mariage entre Madamoiselle de Bourbon et moy, je luy
avois de mesme commandé que, tout aussitost qu'il auroit le
consentement de ladite damoiselle, qu'il se mettrait avecq elle en
chemin, pour la mener pardeçà. Or, depuis, craignant que le retour de
M. Sainte-Aldegonde ne seroit encoires sitost, j'avois prié M. le
comte Wolfgang de Hohenloo, partant d'icy vers l'Allemaigne, de
vouloir passer à Heydelberg pour porter mon consent à Madamoiselle de
Bourbon. Sur ces entrefaites ledit sieur de Sainte-Aldegonde est
retourné à Heydelberg, où il trouvoit le consentement du comte palatin
et de Madamoiselle de Bourbon. Suivant donc la première charge, il
s'est mis en chemyn avec elle, pour la conduire pardeça, ignorant
entièrement la requeste que j'avois faicte à mondict beau-frère le
comte de Hohenloo; ce que je vous ay bien voulu faire entendre, à
cause que je suis adverty que vous avez mandé à M. de Sainte-Aldegonde,
qu'il retourneroit avecq Madamoiselle de Bourbon à Heydelberg; que ce
néantmoins, sur le premier commandement qu'il avoit, il est passé
oultre, dont je suis certes bien aise pour plusieurs raisons, et
advoue entièrement ce qu'il en a faict; dont vous ay bien voulu
advertir, afin que ne luy sachiez mauvais gré et que vous n'estimiez
ne pensiez qu'il ait surpassé sa charge et commission.»

  [104] Groen van Prinsterer, _Correspondance_, 1re série, t. V, p.
  205.

De Heydelberg, Charlotte de Bourbon et Sainte-Aldegonde s'étaient
dirigés vers Embden, où avaient ordre de les attendre des vaisseaux de
guerre fortement armés, que Guillaume de Nassau avait envoyés
au-devant d'eux[105], pour protéger leur trajet par mer jusqu'à l'une
des côtes des Provinces-Unies.

  [105] «Charlotte van Bourbon quam over Embden, alwaer de prince
  de selve twe wel toegeruste Oorlog-schepen sond, diese brachten
  na de Mase, etc., etc.» (Voir Bor, _Historie der Nederlandtsche
  Oorlogen_, in-fº, t. Ier, p. 644.)

Certaines mesures officielles furent prises, dans ces provinces, en
l'honneur de la princesse dont on attendait la prochaine arrivée.
Voici, quant à la Hollande, celles que nous font connaître les
procès-verbaux des _résolutions de ses états_[106]:

«Séance du 4 juin 1575.--Étant représenté aux états, que, pour
répondre à de hautes convenances, ils ne peuvent se dispenser de
congratuler, à son arrivée, la princesse, future épouse de Son
Excellence qui a si bien mérité de la patrie, et de lui offrir quelque
don de joyeuse entrée; que, dès lors, il y a lieu de déterminer où et
de quelle manière la princesse sera receue;--en conséquence, il est
_résolu_ qu'on informera Son Excellence de la décision prise par les
états de congratuler la princesse, au lieu même de son arrivée, et de
l'accompagner jusqu'au lieu où Son Excellence a l'intention de
célébrer les fêtes de noces; ce dont les états s'enquerront auprès de
Son Excellence; à l'effet de quoi sont députés vers elle les sieurs
Culemburgh, Kenenburgh, Swieten et l'avocat Buijs.»

  [106] Archives générales du royaume de Hollande.

«Séance du 6 juin 1575.--Étant fait rapport aux états de la
congratulation adressée à Son Excellence, à raison de sa nouvelle
alliance, et étant offerts de la part des états, tous les bons offices
du pays, Son Excellence les en a remerciés et a déclaré qu'elle
espéroit que cette nouvelle alliance contribueroit à la prospérité
dudit pays. Son Excellence n'avoit pas encore décidé où les fêtes de
noces seraient célébrées; mais elle avoit l'intention d'attendre
l'arrivée de la princesse à La Brielle. Du reste, on avoit pu
s'apercever qu'il seroit agréable à Son Excellence que la princesse
fût receue à La Brielle même par les états.--Sur ce, il est résolu par
les états, que, de leur part, seront envoyés à La Brielle divers
députés, savoir: les sieurs Vankenenburg, Swieten, ceux de Dordrecht,
d'Alckmaar, M. Pieter de Rycke, avec ceux de La Brielle; qu'après les
noces, on offrira à la princesse un banquet, quelques cadeaux et un
don de six mille livres de quarante gros, dans l'espoir que Son
Excellence prendra plus en considération l'affection que l'importance
de l'offre, à raison des pesantes charges imposées aux états par suite
de la longue durée de la guerre; ce que l'on aura soin de
représenter[107].»

  [107] On lit dans le recueil _des Résolutions_ des états de
  Hollande (Archives générales du royaume de Hollande): «Séance du
  10 juin 1575.--Les villes et états de Hollande ayant résolu
  d'offrir à la princesse Charlotte de Bourbon, à titre de
  congratulation et de don, une somme de six mille livres, il sera
  demandé à Son Excellence en quoi elle désire que le don consiste,
  soit en numéraire soit en pierres précieuses.» «Séance du 16 juin
  1575.--Son Excellence a déclaré désirer que le don destiné à la
  princesse lui soit offert en numéraire, afin qu'elle en puisse
  faire tel usage que bon lui semblera.»

A peine cette délibération venait-elle d'être prise, que le prince eut
le bonheur d'accueillir à La Brielle Charlotte de Bourbon, dont
l'arrivée fut acclamée par la population et par les députés des états
avec un enthousiasme qui émut profondément cette princesse.

Dès le 7 juin furent arrêtées entre les futurs époux les conventions
civiles qui devaient précéder leur union.

L'acte dans lequel ils les consignèrent était d'une simplicité
exceptionnelle, au double point de vue de la forme et du fond. Il
mérite d'autant plus d'être connu, qu'il témoigne d'une complète
réciprocité de désintéressement, en laissant apparaître l'absence de
toute fortune personnelle, pour le moment du moins, du côté de l'une
des parties contractantes, et l'exiguïté des seules ressources alors
disponibles, du côté de l'autre[108].

  [108] Voir _Appendice_, no 6.

Le 12 juin eut lieu, à La Brielle, la célébration du mariage. Il fut
béni par le ministre Jean Taffin, que Guillaume de Nassau avait
récemment pris pour chapelain, et qui, à ce titre, demeura désormais
attaché à la maison du prince et de la princesse.

Les nouveaux époux ne tardèrent pas à se rendre à Dordrecht, où, de
même qu'à La Brielle, ils reçurent un chaleureux accueil, bientôt
suivi de fêtes et de réjouissances, dans le cours desquelles
d'ailleurs on s'abstint de danser[109].

  [109] Ce détail, ainsi que plusieurs autres, relatifs à l'entrée
  et au séjour de Charlotte de Bourbon à Dordrecht, est consigné
  dans la publication suivante: _Dordrecht, door Dr G. V. J.
  Schotel, te Dordrecht bij H. Lagerewij_, 1858, br. in-8º, p. 50
  et suiv. (_Komst van Charlotte van Bourbon te Dordrecht in
  1575_). Il y est parlé, notamment d'une association littéraire,
  dite des _Rhétoriciens_, ayant pour devise les «mots: _joie
  pure_, laquelle joua, pour le bon plaisir de Son Excellence, une
  moralité.»

On ne peut mieux, croyons-nous, se faire une idée de l'ardente
sympathie dont Charlotte de Bourbon fut entourée, à La Brielle et à
Dordrecht, qu'en se reportant à une modeste production littéraire, du
XVIe siècle, qui, dans sa naïveté, demeure empreinte de l'émotion que
fit naître en une foule de coeurs la présence de l'excellente et
gracieuse princesse. Il s'agit d'un morceau en treize stances, faisant
partie d'un ancien recueil intitulé: _Chansonnier des Gueux_[110].

Voici la traduction simplement littérale de ce morceau,
qui fut chanté, à Dordrecht, pendant le séjour du prince et de la
princesse dans cette ville, en 1575:

«Entrée de la sérénissime princesse, de haute naissance.

     »(Sur l'air de Guillaume de Nassau.)

»1º Faites éclater votre allégresse, vous, villes de Hollande et de
Zélande! Vous, hommes, femmes, faites éclater, de tous côtés, votre
allégresse, en l'honneur de l'éminent prince et de son épouse noble et
renommée. Veuille Dieu, qui leur a accordé sa grâce, la leur
continuer, à toujours.

»2º A La Brielle, la princesse arriva en grand triomphe, comme chacun
en a été témoin. De nombreux coups de canon furent tirés en l'honneur
du prince; et, quant à elle, on la prit par la main et on lui dit
qu'elle était la bienvenue dans la patrie du prince.

»3º En apprenant l'arrivée de la princesse, le prince, joyeux de
coeur, partit aussitôt pour La Brielle, car vers elle tendaient les
plus chers désirs de ce noble et bon prince. Aussi, en recevant sa
fiancée, l'a-t-il saluée affectueusement.

»4º Dans La Brielle se manifesta une franche allégresse; je vous le
dis tout simplement. Les tambours et les trompettes se firent entendre
sur la jetée et dans la ville. Le canon fut tiré en l'honneur de la
charmante fiancée. Rien n'a été épargné pour qu'elle fût accueillie
par de nombreuses salves.

»5º Quand la chaste et noble jeune dame entra dans la ville, chacun
lui souhaita la bienvenue, et la joie éclata de toutes parts. Des feux
brillèrent sur la tour et dans les rues, nuit et jour; et cela, d'une
manière ravissante. Pas une plainte ne troubla l'émotion générale.

»6º De là, les nouveaux époux sont partis rapidement pour Dordrecht,
comme on a pu s'en assurer en les voyant. Dieu les a gardés. Tandis
que les trompettes et les clairons sonnaient fortement, on vit chacun
accourir pour rendre hommage à la compagne du prince.

»7º Ceux de Dordrecht, résolus de caractère, eurent bientôt pris leurs
mesures; car, en attendant la princesse, ils n'épargnèrent aucuns
frais pour la recevoir. La garde bourgeoise s'avança en faisant
flotter ses bannières.

»8º Pleins d'ardeur, les citoyens accoururent et franchirent la porte
de la ville, afin de recevoir honorablement la princesse. Le canon se
fit entendre. On vit, çà et là, par la ville, les tonneaux de résine
lancer leurs flammes, à la honte de tous les mécréants, et en
l'honneur du prince vénéré.

»9º Les autorités de la ville, l'Escoutète, les échevins, dans leur
bon vouloir, les bourgmestres et les gardes civiques allèrent
triomphalement, bannières déployées, à la rencontre de la princesse,
et lui adressèrent avec cordialité ces paroles: Soyez la bienvenue en
Hollande.

»10º Veuillez donc, de tous côtés, vous villes, manifester une vive
allégresse, faire éclater votre amour pour le vaillant prince, et
remercier Dieu, à haute voix, d'avoir détruit Babylone, et de vous
avoir donné sa sainte parole.

»11º Oui, vous montrerez votre allégresse, vous villes très renommées,
parce que jamais vous n'avez été placées sous une aussi grande
protection que sous celle de notre noble prince et de notre excellente
princesse, qui, tous deux, appuyés sur la parole divine, veulent
sacrifier, pour nous, corps et biens.

»12º Vous, hommes grands et petits, remerciez le Seigneur. C'est lui
qui nous soutient, nous pauvres créatures chétives, comme on a pu le
voir devant la ville de Leyde, où l'ennemi a été saisi d'épouvante,
et aussi à Alckmaar, d'où il s'est enfui précipitamment.

»13º De grâce, seigneuries princières, veuillez agréer de bon coeur ce
chant composé en l'honneur du prince d'Orange et de l'éminente
princesse. Que Dieu daigne les maintenir en bonne santé et leur
accorder une longue vie! Voilà ce dont je le prie, du fond de mon
coeur!»

  [110] _Geuse Liet Boek, waer in begrepen is den Oorsprongh van de
  troubelen der Nederlansche Oorlogen, en et geen doer op gevolght
  is. «T'Amsterdam gedruckt by Jan Jacobsz Bonneau, woonende op 't
  water, anno 1656_, in-8º».

Émue, au fond du sien, de l'accueil chaleureux qu'elle rencontrait au
sein des populations, Charlotte de Bourbon se demandait si elle
pouvait y voir le présage de celui qu'elle recevrait des membres,
alors disséminés, de la famille du prince. Répondraient-ils aux
sincères efforts qu'elle ferait pour se concilier l'affection de
chacun d'eux? Elle l'ignorait, mais elle se reposait sur la bonté de
Dieu, pour résoudre, tôt ou tard, en sa faveur, cette importante
question, si intimement liée désormais à celle de son bonheur
domestique.



CHAPITRE IV

  Lettre de Charlotte de Bourbon à la comtesse de Nassau, sa
      belle-mère.--Lettre de Guillaume au comte Jean de Nassau, son
      frère.--Hommage rendu par le comte Jean au noble caractère de
      la princesse, sa belle-soeur.--Félicitations adressées à
      Charlotte de Bourbon par divers membres de sa famille à
      l'occasion de son mariage.--Lettre de Guillaume à François de
      Bourbon, son beau-frère.--Charlotte de Bourbon s'efforce en
      vain de se concilier les bonnes grâces du duc de Montpensier,
      son père.--Inexorable dureté de celui-ci.--Étroitesse des
      sentiments du duc lors de la mort de la duchesse de Nevers,
      sa fille.--Graves préoccupations de Charlotte de Bourbon, au
      sujet de son mari, avec la carrière publique duquel elle
      s'est identifiée.--Il trouve dans ses judicieux conseils et
      dans son dévouement un appui efficace.--État des affaires
      publiques depuis l'insuccès des _Conférences de
      Bréda_.--Reprise des hostilités.--Diète de Delft en juillet
      1575.--Siège de Ziricksée.--Naissance de Louise-Julienne de
      Nassau.--Lettre de Marie de Nassau.--Lettre de la princesse
      d'Orange à son mari lors de la mort de l'amiral
      Boisot.--Perte de Ziricksée.--Excès commis dans les provinces
      par les Espagnols.--Indignation générale et efforts faits
      dans la voie d'une sévère répression.--Correspondance du
      prince et de la princesse d'Orange avec François de
      Bourbon.--Lettres de Louis Cappel et de Marie de
      Nassau.--_Pacification de Gand._--Lettre de Guillaume au duc
      d'Alençon.--Les Espagnols sont expulsés de la
      Zélande.--_Union de Bruxelles._


Ni la vénérable mère de Guillaume de Nassau, ni l'unique frère qui lui
restait, le comte Jean, n'avaient pu quitter l'Allemagne pour assister
à son mariage. Tous deux avaient été retenus au loin, l'une, par son
âge avancé et son état de faiblesse, l'autre, par la maladie.

Le comte Jean était incontestablement fort attaché à son frère; mais,
plus timoré parfois que clairvoyant, il avait cherché à détourner
Guillaume, si ce n'est précisément du mariage projeté par lui, tout au
moins de sa prompte conclusion, en invoquant des considérations, soit
politiques, soit d'intérêt privé, qui, aux yeux du prince, n'avaient
rien de déterminant.

Sa mère, à l'inverse, non moins judicieuse que tendre, s'était
dégagée de ces considérations, et n'avait nullement songé à dissuader
son fils de contracter une union dans laquelle il lui disait être
assuré de rencontrer le bonheur. Elle l'aimait trop et avait en lui
trop de confiance pour ne pas croire à la dignité de ses sentiments et
à la justesse de ses appréciations.

Aimante et aspirant à être aimée, Charlotte de Bourbon, dès les
premiers jours de son union avec Guillaume, s'attacha à gagner, avant
tout, le coeur de sa belle-mère; et y réussit immédiatement par
l'expression de sa douce et délicate déférence, dans ces lignes datées
de Ziricksée, où elle venait, en quittant Dordrecht, d'arriver, le 24
juin, avec son mari[111]:


     «A madame la comtesse de Nassau,
     ma bien-aimée mère,

«Madame, encore que je n'aye jamais esté si heureuse de vous voir,
pour vous rendre, selon mon desir, tesmoignage de l'affection que j'ay
dédiée à vous obéir et servir, sy m'asseuray-je, veu l'honneur que m'a
faict, monsieur le prince, vostre fils, qu'il vous plaira bien me
faire ceste faveur, d'avoir agréable la bonne voullonté que je vous
supplie bien humblement vouloir accepter, et croire que, si Dieu me
donne le moïen, et que vos commandemens me rendent capable de vous
pouvoir faire service, je m'y emploiré de sy bon coeur, que vous
cognoistrés, madame, combien j'estime l'heur que ce m'est de vostre
alliance, laquelle m'est doublement à priser, tant pour vostre vertu
et piété, que pour celle de mondit seigneur, vostre fils, pour l'amour
duquel j'espère que vous me favorisés de quelque bonne part en vos
bonnes grâces, dont je vous fais encore bien humble requeste, et
supplie Dieu que le temps puisse estre bientost si paisible, que je
puisse avoir cest honneur de vous voir; et que cependant il vous
conserve en bonne santé et vous donne, madame, très heureuse et très
longue vie.

     »Vostre très humble et obéissante fille.

     »CHARLOTTE DE BOURBON.»

  [111] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. V, p. 230.


Revenu de Ziricksée à Dordrecht, Guillaume voulut, en ce qui
concernait son mariage, amener le comte Jean à une saine
appréciation des préliminaires et de la portée de cet acte capital.
Il lui adressa donc, le 7 juillet 1575, avec toute l'autorité d'un
homme de coeur, une grave et longue lettre, de laquelle nous
détachons ces paroles[112]:

«Monsieur mon frère, despuis ma dernière escripte du 21e jour de may
dernier passé, par laquelle vous priois bien affectueusement me
vouloir envoier les actes et informations de la faulte commise par
celle que sçavez[113], ou bien quelque attestation solennelle, afin
que, à faulte de cela, je ne fûsse contrainct de cercher autres moïens
par publications solennelles de donner contentement à madamoiselle de
Bourbon, laquelle, pour obvier à toutes oblocutions qui, par cy-après
pourroient se faire, desire grandement ce que dessus; en quoy aussi je
ne puis sinon luy donner toute raison: j'ay reçu vostre lettre du 19
dudit mois de may, et par icelle entendu premièrement vostre malladie,
laquelle j'ay ressenti et ressentz jusques au coeur, comme celuy qui
ne désire rien tant, comme aussy je me sens tenu à le desirer, que
vostre bien, salut et prospérité, à quoy vous pouvez estre asseuré que
de tout mon pouvoir je tiendray la main, priant Dieu, en quoy
j'espère qu'il m'exaucera, de vous garder de tous inconvéniens et vous
remettre bonne santé.

  [112] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. V, p. 244
  et suiv.

  [113] Anne de Saxe.

»Aussy ay-je par la mesme lettre apperçu, dont ay esté très marry,
qu'estiez en merveilleuse peyne de ce mien mariage qui est en train,
vous semblant advis que l'on n'y auroit pas procédé avec telle
discrétion, et par tels moyens, comme il estoit requis, et mesmes en
si grande haste, et par cela moy et les miens, voire et toute la cause
générale, en pourroient encourir grans inconvéniens, mesmement en
ceste journée impériale qui se doibt tenir, le 29 de juillet, à
Francfort.

»Sur quoy, je vous puis asseurer, monsieur mon frère, que mon
intention, depuis que Dieu m'a donné quelque peu d'entendement, a
tendu toujours à cela, de ne me soucier de paroles, ni de menasses, en
chose que je peusse faire avecq bonne et entière conscience, et sans
faire tort à mon prochain, mesme là où je fûsse asseuré d'y avoir
vocation légitime et commandement exprès de Dieu.

»Et de faict, si j'eûsse voulu prendre esgard au dire des gens, ou
menasses des princes, ou aultres semblables difficultez qui se sont
présentées, jamais je ne me fûsse embarqué en affaires et actions si
dangereuses et tant contraires à la volonté du roi, mon maistre du
passé, et mesmes au conseil de plusieurs miens parens et amys. Mais,
après que j'avois veu que ny humbles prières, ny exhortations ou
complaintes, ny aultre chose, quelle qu'elle fûst, y peust servir de
rien, je me résoluz, avecq la grâce et aide du Seigneur, d'embrasser
le faict de ceste guerre, dont encoires ne me repens, mais plus tost
rendz grâce à Dieu, qu'il luy a pleu avoir esgard par sa miséricorde à
la rondeur et sincérité de ma conscience, lorsqu'il me donnoit au
coeur de ne faire estat de toutes ces difficultés qui se présentoient,
pour grandes qu'elles fussent.

»Je dis aussy tout le mesme à présent de ce mien mariage, que, puisque
c'est chose que je puis faire en bonne conscience, devant Dieu, et
sans juste reproche devant les hommes; mesmes que par le commandement
de Dieu je me sentz tenu et obligé de le faire, et que, selon les
hommes, il n'y a que redire, tant la chose est claire et liquide; veu
singulièrement qu'après avoir attendu l'espace de quatre ou cinq ans,
et en avoir adverty tous les parens, tant par vous que par mon
beau-frère, le comte de Hohenlohe, il n'y a eu personne qui m'ait
presté la main, ou donné conseil pour y remédier; m'a semblé, puisque
l'occasion s'est présentée, de l'embrasser résolutement et avec toute
accélération, afin de ne ouvrir la porte aux traverses que l'on y eust
peu donner.

».....J'espère que ce mariage tournera autant et plus à nostre bien et
de la cause générale, que n'eust fait le retardement ou plus long
délai, lequel eust peu bien aisément ruiner et renverser toute nostre
intention. Aussi, quand le tout sera bien considéré, je ne voy nul
juste fondement sur lequel les princes puissent asseoir leur
indignation et offense si grande que vous me alléguez.

».....Quand ils considéreront bien le tout, ils auront grande occasion
de me sçavoir bon gré d'y estre procédé de cette façon, et m'estre
plustost assubjecty à je ne sçay quels soupçons sinistres d'aucuns qui
ignorent la vérité, par ceste mienne accélération et simple et secrète
façon de procéder, que d'avoir voulu, par longs délais et par odieuses
disputes, débats et déclarations sur les difficultés occurrentes, ou
bien par autres solennités ou cérémonies juridiques, publier ce fait
par tout le monde, comme à son de trompe, et réduire le tout à plus
grande aigreur et scandale qui ne fust oncques[114].

  [114] Voir _Appendice_, no 7.

».....Je croy fermement que cecy a esté le chemin plus seur, non
seulement pour moy, mais aussy pour la cause générale.»

Cette conviction, qu'exprimait si fortement le prince, fut bientôt
partagée, comme elle devait l'être, par le comte Jean, qui s'y
affermit sans réserve, dès que, par les communications détaillées et
précises qui lui parvinrent à Dillembourg, il eut appris à connaître
la constante dignité de sentiments, de caractère et d'actions de sa
belle-soeur, ainsi que la basse animosité de ses détracteurs et de
ceux de Guillaume de Nassau. Il se fit alors, en toute loyauté, un
devoir d'élever la voix en faveur de Charlotte de Bourbon et de son
mari. La preuve en est, notamment, dans le langage qu'il s'empressa de
tenir au landgrave de Hesse:

«En ce qui concerne, lui disait-il[115], les rumeurs qui courent au
sujet de la nouvelle compagne de Monsieur le prince d'Orange, il faut
les reléguer au rang des déplorables et indignes calomnies proférées
contre sa grâce, la princesse. Elles sont, Dieu merci, dépourvues de
tout fondement. La vengeance n'en appartient qu'à Dieu. Il faut
attendre avec patience le moment où, après de longs jours de troubles
et d'orages, il daignera, de nouveau, faire luire son soleil de
justice et délivrer Sa Grâce la princesse, ainsi que nous-mêmes, de si
nombreuses croix. Ceux qui journellement arrivent de Hollande, et
principalement ceux qui ont été un certain temps auprès de ladite
noble épouse de Monsieur le prince, rendent, en dépit des
calomniateurs, un témoignage on ne peut plus favorable à sa grâce la
princesse. Et afin, mon cher prince, que vous puissiez d'autant mieux
sonder le fond des odieuses calomnies dont il s'agit, je vous envoie,
à cet effet, sous le présent pli, ce que Sa Grâce la princesse a
écrit, de sa propre main, il y a peu de jours, à Madame ma mère.»

  [115] Lettre datée de Dillembourg, 21 nov. 1575 (Groen van
  Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. V, p. 312.)

Ces derniers mots prouvent le soin affectueux que prenait Charlotte de
Bourbon de continuer à correspondre avec sa belle-mère et l'appui
implicite que celle-ci prêtait au langage du comte Jean.

Fidèle à la douce habitude de se rapprocher, en pensée, par une active
correspondance, des personnes qui lui étaient chères et loin
desquelles elle se trouvait, la jeune princesse avait, dès le premier
moment, fait part à son frère et à ses soeurs de son mariage avec
Guillaume. Le prince avait, vis-à-vis d'eux, suivi son exemple.

Par leurs réponses à la communication des nouveaux époux, les enfants
du duc de Montpensier prouvèrent qu'ils étaient loin d'avoir subi
l'influence des préventions et des rudesses paternelles à l'égard de
leur soeur; car ils la félicitèrent, ainsi que Guillaume, d'un mariage
qu'ils envisageaient comme un élément de bonheur pour elle et pour
lui.

Rien de plus naturel qu'une telle appréciation de la part de la
duchesse de Bouillon, à raison des liens multiples d'affection, de
croyance et de sentiment qui l'unissaient à Charlotte.

Mais ce qui rend cette appréciation particulièrement remarquable, de
la part des autres enfants du duc de Montpensier, c'est la spécialité
même de la position de chacun d'eux.

A ne parler que de celles du frère et de l'une des soeurs, quoi de
plus frappant, par exemple, que d'entendre le prince dauphin,
François de Bourbon, vivant, d'habitude, aux côtés de son père, et
parfois confident de ses pensées, déclarer qu'il éprouve un
contentement réel du mariage de sa soeur!

Quoi de plus frappant encore que de rencontrer, sur ce point,
l'expression d'une vive sympathie sous la plume d'une abbesse, et, qui
plus est, d'une abbesse de Jouarre; car telle était bien Louise de
Bourbon. Du fond de l'abbaye, qu'elle dirigeait, comme ayant succédé à
Charlotte, elle écrivait, dans l'élan du coeur, au mari de
celle-ci[116]:

«Monsieur, je ne vous puis dire combien j'estime l'honneur et faveur
que j'ay receu de vous, m'ayant faict démonstration, par la lettre
qu'il vous a pleu m'escripre, de me vouloir recognoistre pour ce que
j'ay l'honneur de vous estre maintenant. Aussy vous supplieray-je très
humblement de croire que, pour ma part, j'estime comme je doibz la
faveur qu'il vous a pleu de faire à nostre maison, d'y avoir prins
alliance par le mariage de ma soeur avec vous; la réputant très
heureuse d'avoir esté voulue d'un prince si vertueux et sage, comme en
avez la réputation; et me ferés cest honneur de croyre que je me
tiendroys bien heureuse et contente, sy j'avois l'honneur de recevoir
de vos commandemens, affin que puissiés juger, par l'exécution,
combien je désire tenir lieu en vos bonnes grâces, aulxquelles je
présente mes très humbles recommandations et supplie Nostre Seigneur
vous donner, monsieur, en très bonne santé, très longue et très
heureuse vie. A Juerre (Jouarre), ce 21 août 1575.

     »Vostre plus humble et obéissante soeur à vous
     faire service.

     »LOUYSE DE BOURBON.»

  [116] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, suppl., p.
  174.


Continuant une correspondance dont il avait pris l'initiative
vis-à-vis de François de Bourbon, devenu son beau-frère, Guillaume de
Nassau disait à ce prince[117]:

«Monsieur, j'ay receu la lettre qu'il vous a pleu m'escrire, laquelle
m'a grandement resjouy, pour y entendre le contentement qu'avez receu
de nostre alliance; ce que, procédant de vostre singulière courtoisie
et honnesteté, j'ay receu avec telle et si bonne affection, que je
m'en sens très obligé à déservir par quelque humble service où je
m'employeray de bien bon coeur, toutes les fois que me ferés ceste
faveur de me commander quelque chose; vous remerciant au reste bien
humblement de l'honneur que me faites de vous asseurer de mon amitié;
et, comme je me confie fermement en la vostre, je vous supplieray de
tenir la main vers monsieur vostre père à ce qu'il puisse recevoir les
offres de mon obéissance et très humble service agréables, et
reprendre ma femme en sa bonne grâce, la recognoissant comme celle qui
a cest honneur de lui estre fille; à quoy, monsieur, je sçay que vous
luy avez desjà faict office de vrayment bon frère; ce qu'il vous
plaira vouloir continuer, nous obligeant par ce moyen tous deux en
tout ce qu'il vous plaira nous employer pour vostre service, et de
telle affection que je désire, comme frère, serviteur et amy, d'estre
particulièrement favorisé de vos bonnes grâces, etc., etc.»

  [117] Bibl. nat., mss., f. fr., vol. 3.415, fº 34.

Le confiant appel que Guillaume adressait ainsi au dévouement de son
beau-frère, pour qu'il s'efforçât d'éveiller dans l'âme du duc de
Montpensier des sentiments vraiment paternels, à l'égard de sa fille
Charlotte, fut entendu par François de Bourbon; mais ses efforts
demeurèrent longtemps infructueux, ainsi que le prouvent, comme on
pourra s'en convaincre ultérieurement, de nombreuses lettres
adressées par la princesse à son frère. Toutes, en outre, témoignent
du prix qu'elle ne cessait d'attacher, en dépit d'échecs successifs, à
se concilier enfin les bonnes grâces de ce père qui, depuis tant
d'années, persistait à méconnaître les sentiments de respect et de
dévouement qu'elle avait constamment professés à son égard.

Les inexorables refus que le duc opposait aux instances réitérées qui
lui étaient faites, pour qu'il renonçât à la prétention d'asservir la
conscience de sa fille Charlotte, ne s'expliquent que trop clairement
par la ténacité avec laquelle il se cantonnait dans ses préjugés et
son intolérance. Cette ténacité était telle, qu'il ne pouvait admettre
que l'un de ses enfants échappât, même par la mort, aux liens
religieux dans lesquels, durant la vie, il n'avait pu réussir à
l'enserrer.

Comment en douter, en présence d'un fait qui se passa dans la demeure
même du duc, et que rapporte son panégyriste attitré?

L'une des filles du tyrannique père de famille, Anne de Bourbon, veuve
du duc de Nevers, venait de mourir: que fit ce père? Sans égard pour
la profession de la religion réformée à laquelle il savait que la
duchesse était, jusqu'à son dernier soupir, demeurée fidèle, il voulut
que les rites du culte catholique se produisissent, dans toute leur
pompe, autour de son cercueil[118]. Mais, que devenait, dans cette
arbitraire main-mise exercée sur la dépouille mortelle de la croyante,
le respect dû à sa foi? Traiter ainsi le corps, demeurant sans
défense, dans l'inertie de sa condition présente, n'était-ce pas
insulter à l'âme, qui, ne relevant que de Dieu et obéissant à son
appel, était retournée à lui, juge suprême de la foi qu'elle avait
manifestée aux yeux des hommes?

  [118] «Le duc de Montpensier reçut le déplaisir de perdre la
  duchesse douairière de Nevers, sa fille, cette même année (1575),
  à laquelle, _quoique de la religion_, il fit faire des obsèques
  avec grande cérémonie, à Champigny, le 25 novembre.» (Coustureau,
  _Vie du duc de Montpensier_, addit., p. 192.)

A la douleur d'avoir perdu Anne de Bourbon, sans avoir pu une fois
encore la revoir, s'ajoutèrent, pour la princesse d'Orange, dans le
cours de l'année 1575, de graves préoccupations au sujet de son mari,
avec la carrière publique duquel elle s'était, dès le début de son
union, pleinement identifiée.

Elle le voyait, en dehors des douces joies du foyer domestique,
journellement obsédé par des complications de tout genre, par des
difficultés sans cesse renaissantes: et son soin le plus cher était de
le soutenir de son affection, de ses encouragements, de ses prières.
Que de fois, à l'aspect de la formidable lutte dans laquelle le prince
était engagé contre la tyrannie espagnole, ne lui dit-elle pas, avec
la pieuse mère dont elle partageait les convictions: «Humainement
parlant, il vous sera difficile, à la longue, étant dénué de tout
secours, de résister à un si redoutable adversaire; mais n'oubliez pas
que le Tout-Puissant vous a délivré, jusqu'à présent, des plus grands
périls, et que tout lui est possible.»

Plus Guillaume sentait s'affermir sa foi en la justice et en la bonté
de Dieu, plus il accueillait avec bonheur les solennelles paroles de
sa mère et de sa femme. Son coeur battait à l'unisson des leurs! Ah!
combien en face du danger, quel qu'il soit, et des plus austères
épreuves de la vie, un homme est fort, quand il tient de la bonté du
Dieu qu'il adore et qu'il sert, le double privilège d'abriter son âme
sous l'égide maternelle et de posséder, en une fidèle compagne, le
plus riche des trésors, celui d'un coeur aimant, d'un esprit élevé et
d'un noble caractère!

L'étendue d'un pareil privilège se mesura toujours, pour Guillaume, à
la gravité des événements qu'il lui fallut traverser, dès les premiers
jours qui suivirent la célébration de son mariage avec Charlotte de
Bourbon.

Les négociations de Bréda, dans lesquelles s'était agitée, comme
prépondérante, la question de la liberté religieuse, avaient échoué,
parce que l'intolérance espagnole, répudiant toute idée d'une
coexistence quelconque de deux religions dans les Pays-Bas, prétendait
ne laisser aux réformés d'autre alternative que celle-ci: abjurer ou
s'expatrier.

Inébranlable défenseur des droits sacrés de la conscience chrétienne,
Guillaume avait énergiquement refusé de souscrire aux exigences des
farouches adversaires d'un culte dont ses coreligionnaires et lui
étaient fondés à maintenir l'exercice; et son refus avait
immédiatement entraîné la reprise des hostilités, dans des conditions
défavorables pour lui et les populations sur lesquelles s'étendait sa
protection.

Il existait, en effet, entre les forces militaires des Espagnols et
celles du prince une énorme disproportion. Quel que fût le bon vouloir
des Hollandais et des Zélandais, à la tête desquels il avait
jusqu'alors, sur les champs de bataille, défendu la cause de la
liberté, il n'en était pas moins contraint de constater la complète
insuffisance de ses ressources en hommes, en argent, en matériel de
guerre et en approvisionnements, pour continuer à soutenir
efficacement la lutte engagée. Y avait-il lieu, pour cela, de
désespérer? Non; aussi Guillaume, au nom des deux provinces qui
s'appuyaient sur lui, faisait-il entendre ce viril langage: «Quand
même nous nous verrions non seulement délaissés du monde entier, mais
même ayant ce monde contre nous, pour cela, nous ne nous lasserons pas
de nous défendre jusqu'au dernier, vu l'équité et la justice du
fait que nous maintenons, nous reposant entièrement en la miséricorde
de Dieu.»

La sainte confiance du prince en cette miséricorde suprême n'excluait
pas, d'ailleurs, la légitimité d'un recours à l'intervention et à
l'appui d'une puissance étrangère. Mais, où rencontrer une puissance
assez sûre d'elle-même et assez résolue pour s'ériger en protectrice
des provinces en lutte avec le monarque espagnol, pour se déclarer
ouvertement contre lui, et pour se saisir de l'autorité dont elle le
dirait déchu?

Cette question était plus que délicate; et pourtant, sans reculer
devant les difficultés inhérentes à sa solution, les provinces de
Hollande et de Zélande, dans la pensée d'aplanir d'avance ces
difficultés, commencèrent par s'unir entre elles et par proclamer leur
indépendance; puis une Diète, siégeant à Delft en juillet 1575,
conféra au prince d'Orange, comme chef de l'union, des pouvoirs
étendus, et décida qu'après avoir secoué le joug du roi d'Espagne il
fallait invoquer le secours de l'étranger. Elle laissa au prince le
choix du souverain auquel il ferait appel, en lui signalant
l'obligation à laquelle ce dernier demeurerait soumis, de consulter
_les états_ sur les affaires du gouvernement.

Tel fut le premier pas fait vers l'organisation d'une situation
nouvelle, qui devait conduire un jour à la formation de la république
des Provinces-Unies.

Des deux parties de la tâche immense que Guillaume, d'accord avec les
représentants de la Hollande et de la Zélande, venait d'assumer,
l'une, à savoir la recherche et l'obtention d'un appui étranger,
impliquait, pour son accomplissement, d'inévitables délais; l'autre,
ayant pour objet la défense et le gouvernement des deux provinces
désormais unies, nécessitait le développement immédiat d'une activité
qui devrait se soutenir indéfiniment.

Ferme à son poste, alors que maintes passions, maints intérêts
contradictoires s'agitaient autour de lui, souvent mal secondé,
parfois même desservi et calomnié, obligé de compter avec la
versatilité des masses populaires, ralliant à peine à lui, dans les
rangs supérieurs de la société, quelques hommes dignes de sa confiance
et dévoués, le prince souffrait de n'avoir pas à sa disposition les
ressources nécessaires pour pourvoir utilement à la défense du pays.

Dans le cours des hostilités, il subit divers échecs, sans toutefois
s'abandonner au moindre découragement.

Fiers des avantages qu'ils avaient obtenus, les Espagnols visaient à
un avantage plus grand encore, en cherchant à se rendre maîtres de
Ziricksée. Ils avaient, depuis plusieurs mois, entrepris le siège de
cette place importante, sur la défense de laquelle Guillaume
concentrait ses efforts, lorsqu'une diversion momentanée à ses graves
préoccupations lui fut apportée par un heureux événement de famille,
dont il fit part au comte Jean, le 4 avril 1576, en ces quelques
mots[119]: «Je ne veulx laisser de vous dire comme il a pleu à Dieu
délivrer ma femme d'une jeune fille, le dernier jour du mois de mars
passé, sur le matin.»

  [119] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. V, p. 335.

Un écrit d'un caractère purement privé, intitulé: _Mémoyre des
nativités de mesdamoyselles de Nassau_ est un peu plus explicite que
le billet du prince; il porte[120]:

«Samedy, le dernier jour de mars, l'an 1576, entre les sept et huit
heures du matin, madame la princesse accoucha, en la ville de Delft,
en Hollande, de sa première fille, qui fut baptisée, le 29 d'avril
ensuivant, au temple du cloistre, et nommée Loyse-Julienne, par madame
la comtesse de Culembourg, au nom de monsieur le duc de
Montpensier[121], par madame de Asperen, au nom de madame la comtesse
de Nassau, mère de monseigneur le prince, et monsieur de
Saincte-Aldegonde, au nom de monsieur le comte de Hohenloo, tesmoings
audit baptesme.»

  [120] Archives de M. le duc de La Trémoille.

  [121] Rien ne prouve que Louis II de Bourbon eût fait trêve, en
  l'année 1576, à ses injustes et durs procédés envers la princesse
  d'Orange. Il est certain, au contraire, qu'ils se prolongèrent,
  sans interruption, bien au delà de cette même année. D'où il est
  naturel de conclure que ces mots: «Mme la comtesse de Culembourg,
  au nom de M. le duc de Montpensier» n'impliquent nullement l'idée
  d'une autorisation accordée par le duc à la comtesse de le
  représenter au baptême. Ils n'ont d'autre signification que celle
  d'une preuve de déférence de la princesse envers son père.
  Charlotte de Bourbon voulut que sa fille, en recevant le nom de
  son aïeule paternelle (Julienne), reçut aussi celui de son aïeul
  maternel (Louis).

Une lettre écrite, au sujet de la naissance de Louise-Julienne, par
Marie de Nassau, issue du premier mariage de Guillaume, et que la
force des circonstances retenait, ainsi que les autres enfants du
prince, momentanément éloignée de lui et de Charlotte de Bourbon, nous
révèle les sentiments d'une jeune fille tendrement attachée à son père
et à sa belle-mère[122]. Nous y lisons:

«Je ne vous saurois jamais escripre le contentement que ce m'est, que
j'entends par votre lettre, qu'il a plû à Dieu de délivrer Madame
d'une fille, et qu'elle se porte, semblablement ma petite soeur, assés
bien; de quoy avons bien matière de rendre grâce à ce bon Dieu que le
tout s'est si bien passé, puisque vous m'escrivés que Madame eut, en
estant enceinte, beaucoup d'assaults de l'ennemy, ce qui a causé à
Madame tant souvent grand peur et fascherie. Mais, puisqu'il en est si
bien advenu, il en faut rendre grâce au Tout-Puissant.»

Prenant un vif intérêt aux opérations militaires que dirigeait le
prince, Marie ajoutait: «Puisque Monsieur[123] est saisy de trois
fortz, j'espère que, par cela, l'ennemy ne vous donnera plus tant de
fascherie de sy près; et davantage, touchant Ziricksée, j'espère que
nostre seigneur donnera aussy grâce qu'elle pourra estre ravitaillée,
et ne faudray à mon debvoir.»

  [122] Archives de la maison d'Orange-Nassau, no 2.241a.--Marie de
  Nassau était alors âgée de vingt ans.

  [123] On ne sait pourquoi Marie employait ici vis-à-vis du prince
  le mot de _Monsieur_, tandis qu'elle l'appelait habituellement
  _cher et bon père._

Sous l'impulsion du prince d'Orange, un effort énergique avait été
fait, en mai 1576, pour dégager Ziricksée; non seulement il était
demeuré infructueux, mais, de plus, il avait coûté la vie au héros de
Leyde, au brave amiral Boisot. Informée de ce douloureux événement,
Charlotte de Bourbon, que l'état de sa santé retenait à Delft, écrivit
aussitôt à son mari[124]:

«Monseigneur, c'est bien à mon grand regret que le travail et peine
que vous prenés pardelà n'a pu réussir selon vostre désir, aiant esté
bien fâchée de l'inconvénient survenu au grand bateau, et de la perte
que vous avez faite du _pauvre amiral_; car je ne doute point que ne
soiés bien empesché pour ung aultre en sa charge. Le sieur de Viry m'a
dit que vous receviez beaucoup de soulagement de monsieur le comte de
Hohenlohe, dont j'ay esté bien aise, et du commandement qu'il vous
plaist de me faire, de vous aller trouver. Mais, avecques ce que je
suis encore bien foible, sur ce premier bruict de Ziricksée, je n'ay
point voulu demander de conseil, craignant que cella n'aportast
quelque nouvelle crainte. J'atendray encores quelques sept ou huit
jours, pendant lesquels je pourray, s'il plaist à Dieu, prendre l'air
jusques à La Haye, pour voir comme je me trouveray. Quant à vostre
fille, elle se porte bien. Je me suis enquise si la mer lui seroit
dangereuse à passer: beaucoup me disent que non; toutefois je vous
supplie, monseigneur, me mander ce qu'il vous plaira que j'en fasse.
Je n'ay failly de faire voir vos lettres, ainsy que me commandiés, à
_messieurs les estats_, et l'édict de paix de France. Dieu veuille que
vous en aiés bientost des nouvelles, à vostre contentement, duquel le
mien dépent entièrement, et de vous savoir en bonne santé; à quoy je
vous supplie très humblement avoir esgard et en prendre soing. A
Delft, ce 2 juin, à sept heures du soir.

     »Vostre très humble et très obéyssante femme
     tant que vivera,

     »C. DE BOURBON.»

  [124] Lettre du 2 juin 1576. (Groen van Prinsterer, _Corresp._,
  1re série, t. V, p. 366.)


Cette lettre ne constitue pas seulement une preuve de la sollicitude
avec laquelle la princesse suivait la marche générale et le détail des
événements auxquels son mari était mêlé; elle est, en outre, un indice
de la confiance qu'inspiraient à Guillaume la capacité et le zèle de
sa femme à soutenir, en son absence et sur sa recommandation, des
rapports directs avec divers hommes d'État qu'il lui désignait.

Par là se révèle implicitement, dans son application à un cas
particulier, la salutaire résolution prise par le prince, d'associer,
en une certaine mesure, sa judicieuse et dévouée compagne aux plans et
aux actes d'une carrière politique et religieuse, dans les péripéties
de laquelle elle devint pour lui, plus d'une fois, un précieux appui.

Quant à la princesse, rien de plus mesuré, ni de plus net, que le rôle
dans lequel elle savait se maintenir. Pleine de tact et, par cela même
trop réservée pour s'immiscer, ne fût-ce que par la plus faible
initiative, dans les affaires publiques, elle ne connaissait guère de
la nature et de la direction de telle ou telle de ces affaires, que ce
que, çà et là, le prince lui en apprenait; car loin de provoquer ses
communications, elle les attendait toujours; et si, en les voyant
recueillies avec un sympathique empressement, Guillaume interrogeait
Charlotte de Bourbon sur l'impression qu'elle en avait ressentie, il
était frappé de la justesse de ses réponses; si bien que, peu à peu,
dans l'intimité de ses entretiens avec elle, il contracta l'habitude
de passer des amples confidences à de sérieuses demandes de conseils.
En toute occurrence, il apprécia d'autant plus l'efficacité de ces
conseils, qu'il les savait inspirés par un coeur généreux et par un
esprit supérieur, à la rare sagacité duquel s'alliait constamment,
dans leur expression, une touchante modestie.

Dès que, sans être encore pleinement revenue à la santé, Charlotte de
Bourbon eut du moins recouvré assez de force pour pouvoir affronter
les fatigues d'un voyage, elle se rendit auprès de son mari, qui
accueillit avec joie sa présence; car une formidable accumulation de
soucis pesait alors sur lui, et la princesse pouvait plus que tout
autre personne, en alléger le fardeau.

Constitué chef de l'union des provinces de Hollande et de Zélande par
l'assemblée de Delft en 1575, et confirmé dans ses pouvoirs par une
seconde assemblée, en 1576, Guillaume n'avait rencontré, ni dans les
états, que cependant n'eussent pu rien faire de mieux que de suivre
son impulsion, ni dans les populations aux efforts desquelles il avait
fait appel pour la défense commune, le concours que ses sages
directions et son dévouement méritaient.

D'un autre côté, par condescendance pour une opinion généralement
émise, sans que du reste il la partageât, il s'était plié à
l'accomplissement de démarches ayant pour objet d'obtenir du
gouvernement anglais cet appui d'une puissance étrangère, dont la
recherche avait été décidée par l'assemblée de 1575; mais ces
démarches étaient demeurées infructueuses.

La paix dite _de Monsieur_[125] ayant été conclue en 1576, il avait
jugé l'occasion favorable pour entamer avec la France, seule puissance
sur laquelle il croyait pouvoir compter, des négociations dont le but
était d'investir le duc d'Alençon, frère du roi, d'un protectorat à
exercer dans les Pays-Bas; mais le caractère de ces négociations
faisait présager, dès leur ouverture, qu'un long délai devrait
s'écouler avant qu'elles fussent heureusement menées à terme.

  [125] Le traité de paix de 1576 réintégrait Guillaume de Nassau
  dans sa principauté d'Orange et dans ses autres possessions de
  France.--Lors des préliminaires de cette paix, dans lesquels le
  maréchal de Montmorency joua un rôle honorable, sa femme, Diane
  de France, qui, ainsi que lui, soutenait d'excellentes relations
  avec Charlotte de Bourbon, adressa à cette dernière une lettre
  dont la teneur donne la mesure des sentiments que la princesse
  avait inspirés à Diane et au maréchal. (Voir cette lettre à
  l'_Appendice_, no 7.)

Cependant la situation des provinces de Hollande et de Zélande, dans
leur isolement, s'était aggravée, de jour en jour, lorsque, vers la
fin de juin 1576, la perte de Ziricksée se dressa devant elles comme
un sinistre présage de leur ruine prochaine. Toutefois ce présage se
trouva inopinément démenti par le fait même des vainqueurs de
Ziricksée. En effet, qu'advint-il?

Outrés du non-payement de leur solde, depuis longtemps due, ces
hommes, qu'aucun frein n'arrêtait, avaient quitté la malheureuse ville
dont les ressources étaient épuisées, à la suite d'un long siège, pour
se ruer sur le Brabant, y soulever les troupes de même nationalité
qu'eux, et, avec leur concours, piller les villes, en massacrer les
habitants, ravager les campagnes, puis étendre en Flandre, et même
plus loin encore, leur sanguinaire mainmise et leurs déprédations. Or,
les abominables excès commis par cette soldatesque en furie
excitèrent, d'une extrémité à l'autre des Pays-Bas, une profonde
indignation. Dans toute l'étendue de leur territoire se firent sentir
le devoir d'une défense énergique et l'ardent besoin d'une sévère
répression. Aussi s'engagea-t-il bientôt contre les odieux agresseurs
une lutte, au soutien de laquelle les directions et les efforts de
Guillaume secondèrent, dans leur élan, les populations opprimées.

Le prince résidait alors avec la princesse à Middelbourg, où, au
double point de vue de ses communications, tant avec l'intérieur du
pays qu'avec les contrées étrangères, et spécialement avec la France,
il se trouvait plus que partout ailleurs à portée de satisfaire aux
exigences multiples d'une situation qui, envisagée de haut par lui,
nécessitait, comme ressource suprême, la formation d'une union entre
toutes les provinces des Pays-Bas. Cette union devait avoir pour
objet, non seulement leur défense commune contre des hordes
meurtrières et dévastatrices, mais encore l'organisation d'une
inébranlable résistance aux volontés injustes du souverain, qui
assurât le maintien de leurs libertés, de leurs privilèges, et enfin
la concession au culte réformé d'une place à côté du culte catholique.

Tandis qu'au moyen d'une union assise sur de telles bases, Guillaume
espérait amener un jour toutes les provinces des Pays-Bas à la
proclamation d'une indépendance dont la Hollande et la Zélande
venaient de donner l'exemple, et dans laquelle, grâce à lui, elles
s'affermissaient, Charlotte de Bourbon, dont les affections de famille
conservaient, au milieu des circonstances extérieures les plus
graves, leur vitalité expansive, écrivait de Middelbourg, le 28 août,
à son frère, avec qui elle était en correspondance suivie[126]: «Si
ceste guerre pouvait prendre une bonne fin, j'aurois bonne espérance
d'estre encore si heureuse, une fois en ma vie, d'avoir cest honneur
de vous revoir; ce que je désire de tout mon coeur.»

  [126] Voir à l'_Appendice_, no 8, le texte complet de la lettre
  de Charlotte de Bourbon à son frère, du 28 août 1576.

A quelques jours de là, Guillaume invoquait, en faveur des Pays-Bas,
l'intervention du prince Dauphin auprès du duc d'Alençon. «Monsieur,
lui disait-il[127], encores que je vous aye dépesché un gentilhomme
depuis dix ou douze jours, pour sçavoir de vos nouvelles, si est-ce
qu'ayant entendu tant du sieur de Lagarde que du sieur d'Estelle comme
vous estes à présent près de monseigneur le duc, il m'a semblé,
cognoissant l'amitié qu'il vous plaist me porter, comme à celui sur
qui avez puissance, pour vous estre très affectionné frère et
serviteur, que je ne pouvais mieux m'adresser qu'à vous, monsieur,
pour vous supplier bien humblement emploïer vostre faveur et moïens
vers mondit seigneur le duc; que, comme il vous a desjà faict cest
honneur de monstrer qu'il a en quelque recommandation la conservation
de ce païs, vous veuilliez aussy, de vostre part, estre moyen pour luy
accroistre de tant plus vostre bonne affection, et mesmes à cette
heure que les affaires sont en assez bon terme, et que les gens de
bien, tant d'une part que d'autre, se mettent en debvoir pour establir
leurs anciennes libertés et privilèges, ainsi que ledit sieur de
Lagarde vous dira, auquel j'ay donné charge de vous en discourir bien
particulièrement; il vous plaira donc, monsieur, me faire cest
honneur de le croire et de me continuer en vos bonnes grâces,
etc.--De Middelbourg, ce 14 septembre 1576.

     »Vostre bien humble frère et serviteur,

     »GUILLAUME DE NASSAU.»

  [127] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.415, fº 19.


Revenu de France à Middelbourg, de Lagarde avait rendu compte à
Charlotte de Bourbon du langage que le prince Dauphin s'était fait un
devoir de tenir au duc de Montpensier afin de l'amener à des
sentiments de justice et de bienveillance pour une fille qui, sous
aucun rapport, n'avait démérité de lui. Aussitôt la princesse adressa
à François de Bourbon ces lignes dans lesquelles elle ajoutait à
l'expression de sa fraternelle gratitude un exposé sommaire de la
marche des événements dans les Pays-Bas[128]:

«Monsieur, je m'estois toujours bien asseurée que vous me faites cest
honneur de m'aimer, pour beaucoup de tesmoignages que j'en ai eu, tant
en France, comme depuis que j'ay esté en Allemagne et pardeça. Mais,
pour vous en parler à la vérité, cette asseurance m'a esté bien
fortifiée depuis avoir entendu par le sieur de Lagarde la bonne façon
dont il vous pleu parler à monseigneur nostre père pour moi et la
bonne volonté qu'il vous plaist de me continuer; dont, après vous en
avoir remercié très humblement, je vous dirai, monsieur, que, s'il
plaît à Dieu me rendre si heureuse, que je puisse encore, quelque
jour, avoir ce bien de vous revoir, j'espère vous obéir et faire tant
de services, que vous tiendrez pour bien emploiés tant d'honneur et de
bons offices que j'ay receu et m'attens de recevoir de vous, de qui la
bonne grâce m'est autant chère comme la vie; me promettant, monsieur,
que l'amitié que vous me portez s'étendra aussy à mes enfants, pour
les avoir tousjours recommandez.--J'ay faict voir à M. de La Brosse,
ma petite fille, qui se nourrit en Hollande, afin qu'il vous en puisse
dire des nouvelles. J'espère que, si elle peut vivre, elle sera encore
si heureuse de vous faire très humble service, comme sera son plus
grand heur de sçavoir cognoistre l'obligation qu'elle y a.--Au reste,
monsieur, pour vous dire l'estat de ce païs, l'on est à présent sur un
nouveau traité de paix avec les estats et avec les seigneurs
catholiques de Brabant, Flandre et Hainaut, dont nous attendons bonne
issue, aïant desjà monsieur le prince, vostre frère, envoïé quelques
compagnies pour secourir ceux de la ville de Gand contre les
Espaignols, lesquels s'estant saisis de quelques places, leur donnent
encore beaucoup de fascheries; en sorte qu'il serait bien nécessaire
que nous fussions desjà unis, pour tant mieux résister à leur
oppression. Cependant, pour nostre particulier, nous sommes au plus
grand repos que nous n'avons point encores esté, et regaignons
tousjours quelque fort sur l'ennemi, ainsi que mondit sieur de La
Brosse vous pourra faire entendre plus au long, auquel me remettant,
je finiray cette lettre par mes très humbles recommandations à vostre
bonne grâce, priant Dieu, etc.--A Middelbourg, ce 10 d'octobre 1575.

»Monsieur le prince d'Orange m'a commandé de vous présenter ses très
humbles recommandations, avec semblable prière de le vouloir excuser
de ce qu'il ne vous escript, pour cette fois, à cause que le vent
estant propre pour Calais, le sieur de La Brosse est pressé de partir.

     »Vostre très humble et très obéissante soeur,

     »CHARLOTTE DE BOURBON.»

  [128] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.415, fº 46.


Aux nouvelles que Lagarde avait données du frère de la princesse,
succédèrent, peu de jours après leur réception, celles que contenait,
sur sa soeur aînée, une lettre de Louis Cappel, datée de Sedan[129].
Ce fidèle ministre de l'Évangile, après avoir, disait-il, «couru en
France, avec une armée, six mois, jusques à la conclusion de la paix,
et depuis, autres trois mois encore, ou plus, és environs de Paris,
pour les affaires qui se présentaient lors, au premier établissement
des églises, finalement avait tant fait par ses tournées, qu'il avait
gagné Sedan pour y venir baiser les mains de madame la duchesse de
Bouillon, et voir son ménage.»

  [129] 22 octobre 1576. (Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re
  série, t. V, p. 457.)

La duchesse avait, en effet, accordé, dans l'enceinte de Sedan, une
généreuse hospitalité à la famille de Louis Cappel, ainsi qu'à
plusieurs autres familles, chassées de France par la persécution
religieuse.

Charlotte de Bourbon savait avec quel courage et avec quelle
supériorité d'esprit, sa soeur, depuis la mort du duc de Bouillon,
avait surmonté les difficultés de la situation que lui créait un
douloureux veuvage, avec quelle sollicitude elle élevait ses jeunes
enfants, de quelle main habile et ferme elle dirigeait les affaires du
duché dont le gouvernement lui était déféré, à raison de la minorité
de son fils aîné, et avec quel zèle éclairé elle travaillait au
maintien et à l'extension de la religion réformée, à Sedan, à Jametz
et ailleurs: aussi, la princesse d'Orange, si bien fixée déjà, par ses
intimes relations avec sa soeur, sur la noble attitude de celle-ci
dans son duché, entendit-elle avec bonheur Louis Cappel rendre hommage
à sa piété, à ses vertus, et dire, au sujet des efforts tentés, dans
les Pays-Bas, par Guillaume en faveur de la liberté religieuse: «De
quelle affection monsieur le prince n'est-il pas secondé par madame la
duchesse, vostre soeur, que je vois affectionnée, et en estre en souci
autant et plus que de nulle chose sienne!»

Aux paroles de Lagarde et de Cappel s'ajoutèrent, presque en même
temps, celles de Marie de Nassau, entretenant son père de ses
affectueux sentiments pour lui et pour Charlotte de Bourbon, ainsi que
de ses préoccupations à leur égard.

«Monsieur mon bien aymé père, écrivait la charmante jeune fille[130],
vostre lettre m'a rendu, je vous asseure, bien contente, pour avoir ce
bien d'avoir de vos nouvelles et entendre vostre bonne santé et celle
de madame; de coy je suys esté fort resjouy et ne sarois ouïr chose
plus agréable que d'estre advertie de vostre prospérité; et prie à mon
Dieu qu'il vous y veuille longtemps maintenir... Je say véritablement
que vous avés beaucoup de négoce et rompement de teste; ce qui me
donne souventefois grande fascherie quant j'y pense; mais j'espère,
par la grâce de Dieu, qu'il vous en délivrera bientôt, ce que de tout
mon coeur je luy prie. Je suys aussy esté bien aise d'entendre par
vostre lettre que les affaires vont si bien en Brabant. J'espère
qu'ils continueront tous les jours de mieulx, et que par ceste
occasion Dieu nous fera la grâce que le tout viendra bientost à ugne
bonne, ferme paix; ce que je souhaite de tout mon coeur, afin que je
puisse avoir ce bien de voir monsieur et madame, ung jour, en repos.

     »Vostre très humble et très obéissante fille
     jusqu'à la mort,

     »MARIE DE NASSAU.»

  [130] Lettre du 15 octobre 1576. (Groen van Prinsterer,
  _Corresp._, 1re série, t. V, p. 428.)


Cependant, où en étaient les négociations que, dans sa lettre du 10
octobre, Charlotte de Bourbon avait mentionnées à son frère comme
entamées «avec les états et avec les seigneurs catholiques de Brabant,
Flandres et Hainaut, dont son mari et elle attendaient bonne issue?»

Engagées au sein d'un congrès qui s'était constitué à Gand, vers le
milieu d'octobre, ces négociations avaient suivi une marche régulière,
mais elles ne semblaient pas encore approcher de leur terme, lorsque
l'indignation soulevée par les massacres et le pillage d'Anvers,
oeuvre néfaste de la furie espagnole, hâta une solution, que pressait
d'ailleurs le prince d'Orange par ses vives et éloquentes instances.
En effet, dès le 8 novembre, en face même de l'ennemi menaçant
d'envahir la grande cité dans laquelle siégeait le congrès, fut signé
le traité mémorable qui porte, dans l'histoire, le nom de
_pacification de Gand_[131].

  [131] Voir le texte du traité dans Le Petit, _Grande chronique de
  Hollande et de Zélande_, etc., etc., t. II, p. 318 et suiv.

Par ce traité, dont nous nous bornerons à rappeler ici les principales
dispositions, les provinces de Hollande et de Zélande, sans rien
perdre de la situation indépendante qu'elles s'étaient créée en 1575
et qu'elles avaient consolidée en 1576, s'alliaient aux autres
provinces des Pays-Bas, avant tout pour expulser les troupes
espagnoles, puis pour provoquer, aussitôt après leur expulsion, une
convocation des états généraux, à l'effet de suspendre l'exécution de
tous placards et édits concernant l'hérésie, ainsi que de toutes les
ordonnances rendues, en matière criminelle, par le duc d'Albe;
d'aviser à la restitution de ceux des biens saisis qui n'auraient pas
été vendus, au détriment de leurs propriétaires, d'assurer la
facilité des communications et la liberté des relations commerciales.

En matière religieuse, le traité reconnaissait le culte réformé comme
étant celui que les habitants de la Hollande et de la Zélande
pratiquaient, sans contestation, dans toute l'étendue de ces deux
provinces. Ce même culte n'était pas proscrit des autres provinces des
Pays-Bas; seulement il ne pouvait pas y être publiquement professé.
Quoiqu'en présence de cette restriction, la liberté religieuse fût
loin d'être assurée, dans sa plénitude, aux sectateurs du culte
réformé, il y avait néanmoins, eu égard à un passé récent, un notable
progrès accompli en leur faveur, puisque, non seulement ils étaient
affranchis des persécutions dont ils avaient jusqu'alors été victimes,
mais qu'en outre, ce culte était si bien reconnu, quant à la
légitimité de son essence, qu'ici on respectait son exercice public,
et que là, loin de le combattre, on le tolérait, dans le secret de sa
célébration, au foyer domestique.

Guillaume trouva dans la pacification de Gand, qui était
essentiellement son oeuvre, une première récompense de ses efforts
persévérants en faveur de sa patrie et de ses co-religionnaires. Mais
il lui fallait par de nouveaux efforts préparer peu à peu les Pays-Bas
à leur affranchissement complet du joug de l'Espagne; résultat suprême
à la consécration duquel, dans sa pensée, était attaché le salut
commun. Or, rien ne lassa sa constance, dans la poursuite du but élevé
qu'il se proposait.

Au moment où la pacification de Gand venait de se conclure, Guillaume
se préparait à lutter, ne fût-ce qu'indirectement, contre les
tendances et les actes de don Juan, que le roi d'Espagne envoyait, en
qualité de gouverneur, dans les Pays-Bas; et, d'une autre part, il
continuait à se ménager l'appui du duc d'Alençon, pour l'utiliser,
alors que les circonstances le permettraient. De là ce langage qu'il
tenait au duc[132]:

«Touchant ce que escrivés de nostre accord avec les états des autres
provinces (que celles de Hollande et de Zélande) il n'y a nulle
difficulté en cela, car déjà la paix est accordée et publiée. Mais
comme il faut que tout passe par plusieurs testes, il est impossible
que, du commencement, il y ait ou si bonne résolution, ou ordre si
convenable que l'importance de telles affaires le requiert. Cela non
seulement retarde beaucoup de bonnes exécutions, mais aussy apporte de
grands avantages à l'ennemy, ainsy qu'il a apparu par le désastre des
villes de Maëstricht et d'Anvers, et par avoir laissé venir don Jean
d'Austriche si avant, sans y avoir mis l'ordre requis. De ma part,
ores que je me soys desdié, avec tout ce qui est en ma puissance, à
l'advancement de ceste cause, pour tirer ce pays hors de la servitude
injuste et intolérable, tant qu'en moy sera, et que, en ce regard, je
ne refuseray nul travail ny peine, si est-ce que la chose est de telle
conséquence et attire tant de difficultés et inconvénients, quant en
soy, que je ne me puis encores bonnement résouldre d'abandonner ces
pays d'Hollande et Zélande pour entreprendre la conduite des affaires
encores sy creuz, aux autres provinces. Que s'il plaisoit à Dieu me
faire la grâce que je peusse estre secondé et assisté de vostre
personne, avec quelque nombre compétent de bons soldats, je trouveroys
la resolution plus aisée; mais, comme par vos lettres représentés que
leurs majestés n'ont voulu accorder vostre venue pardeçà, et mesme
qu'il y a peu d'apparence de tirer gens de là, si ce n'est à la
dérobée, il me semble advis que j'ay des grandes considérations et de
grands poids, pour lesquelles je ne me doibs pas trop haster, combien
que je suis résolu de faire ce à quoy le salut et le plus grand bien
de la patrie me conviera; qui me fait vous prier très affectueusement
de ne vous vouloir laisser ébranler, pour le premier refus, mais
continuer tousjours en ce désir qu'avés et en ces bons offices
que jusques ores vous nous avés faits; vous asseurant d'autant
plus que nostre besoing et nécessité le requiert; d'autant plus
accroistrés-vous l'obligation que déjà nous avons à vous.»

  [132] Lettre du 11 novembre 1576. (Groen van Prinsterer,
  _Corresp._, 1re série, t. V, p. 515.)

Avec la date de cette lettre coïncide celle d'un important événement
qui causa à Guillaume une vive satisfaction: les Espagnols furent
expulsés de Schouwen et de tout le reste de la Zélande.

D'une autre part, en ce qui concernait la lutte à engager contre don
Juan, le prince ne tarda pas à rencontrer une sorte d'appui momentané
dans l'_Union_ dite _de Bruxelles_, conclue, le 10 janvier 1577, sous
les auspices des états des Pays-Bas[133], laquelle confirmait
expressément les clauses du traité _de pacification_ signé _à Gand_.

  [133] Voir le texte du traité d'union de Bruxelles, dans Le
  Petit, _Chron. de Hollande et de Zélande_, t. II, p. 326.

Par cette seconde union, qui devançait l'arrivée de don Juan à
Bruxelles, les états voulaient se prémunir contre les intentions et
les actes du nouveau gouverneur. Leur volonté, sur ce point,
concordait avec celle du prince. Mais bientôt ils faiblirent;
Guillaume au contraire demeura ferme dans ses desseins et dans ses
actions.

Quelques mois devaient s'écouler encore avant que Guillaume et
Charlotte de Bourbon quittassent Middelbourg. Or, en regard des graves
événements auxquels demeurait liée la vie publique du prince, pendant
la dernière partie de sa résidence dans cette ville, avec la
princesse, se placent, au point de vue de la vie privée de l'un et de
l'autre, divers faits sur lesquels nous devons maintenant jeter un
rapide coup d'oeil.



CHAPITRE V

  Désir exprimé par Charlotte de Bourbon de réunir autour d'elle la
      mère, le frère et les enfants de Guillaume.--Sa
      correspondance avec Marie de Nassau et avec François de
      Bourbon.--Absence de Guillaume.--Naissance d'Élisabeth de
      Nassau.--Lettres de la princesse au prince son mari.--Elle se
      rend à Dordrecht, où est baptisée sa fille Élisabeth, ayant
      pour marraine la reine d'Angleterre.--Tournée du prince et de
      la princesse dans la partie septentrionale des
      Provinces-Unies.--Réception qui leur est faite à Utrecht.
      Incident.--Le duc de Montpensier s'occupe secrètement de
      Charlotte, en père sur la conscience duquel le remords
      commence à peser.--Arrivée en Hollande de Marie de Nassau,
      d'Anne, de Maurice et du comte Jean.--Guillaume est bientôt
      appelé à se séparer d'eux et de la princesse pour se rendre à
      Anvers et à Bruxelles.--Nombreuses lettres de Charlotte à son
      mari.--Guillaume revient à Anvers, où Charlotte le
      rejoint.--Résumé des événements qui ont motivé le séjour de
      Guillaume à Bruxelles.--Situation générale des affaires
      publiques.--Don Juan se retire à Luxembourg.--Guillaume est
      élevé aux fonctions de _Ruart_ de Brabant.--Arrivée de
      l'archiduc Matthias dans les Pays-Bas.


Charlotte de Bourbon avait réellement fait de la famille de Guillaume
de Nassau sa seconde famille. Elle eût été charmée de pouvoir, dès les
premiers jours de son mariage, en réunir autour d'elle les membres
épars; mais les circonstances s'y étaient opposées jusqu'au début de
l'année 1577; époque qui lui parut enfin favorable à la réalisation de
son affectueux désir. Elle approchait alors du terme d'une seconde
grossesse, et elle pensait que le berceau d'un nouveau-né deviendrait
le plus attrayant centre de réunion qu'elle pût offrir aux parents du
prince.

Celui-ci, pour complaire à sa fidèle compagne, écrivit, de
Middelbourg, au comte Jean, le 6 février[134]: «J'ay bien voulu vous
prier que, si vostre commodité s'addonne aulcunement, il vous plaise
vous trouver, pour quelque temps icy. Et comme ma femme est
continuellement avec grand désir de veoir, une fois, madame ma mère et
madame ma soeur, votre compaigne, et ma fille Marie, je leur escripts
aussy présentement, à cest effect, afin que, s'il ne leur vient à
discommodité, elles nous facent cest honneur que de nous venir veoir
pardeçà, pour le temps de l'accouchement de ma femme; et se peuvent
asseurer qu'elles ne pourroient se trouver en lieu du monde où elles
seront mieulx venues et accueillies que pardeçà. Ce néantmoins, en cas
que, pour le grand aage de madame ma mère, ou pour quelque aultre
empeschement, elle n'y pourroit venir, ny madame ma soeur aussy, je
vous prie toutesfois que vous veuilliez venir, menant avecq vous mes
deux filles, Marie et Anne, et que vous veuilliez mettre en chemyn au
commencement du moys de may advenir.»

  [134] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. V, p. 610.

Des personnes mentionnées dans cette lettre, les seules qui purent, un
peu au delà de l'époque désignée, se rendre auprès de Charlotte de
Bourbon, et du séjour desquelles, à ses côtés, il sera parlé plus
loin, furent le comte Jean, Marie et sa soeur. Le second fils de
Guillaume, Maurice de Nassau, vint, en même temps qu'eux, séjourner
aussi sous le toit du prince et de la princesse.

Elle et lui, dès le mois de février, étaient en souci de sa santé et
désiraient qu'il pût suivre, sous leurs yeux, un traitement dont une
lettre de Jean Taffin[135] spécifiait la nature; mais il avait été
finalement jugé opportun que Maurice ne fût pas déplacé avant un
certain temps.

  [135] Lettre du 22 février 1577. (Groen van Prinsterer,
  _Corresp._, 1re série, t. V, p. 624.)

Tout souffrant qu'il était, il ne s'en livrait pas moins à des études
régulières, conjointement avec ses cousins, les fils du comte Jean,
sous la direction d'un précepteur zélé. Aussi, Marie de Nassau, en
bonne soeur, se prévalut-elle de l'assiduité de son frère, pour lui
concilier, en même temps que l'approbation paternelle, l'octroi d'un
cadeau, à titre d'encouragement. Naturellement Charlotte, avec une
bienveillance toute maternelle, appuya, auprès du prince, ces paroles
de Marie à son père[136]: «Je vous dois bien prier pour Moritz, car le
maître me dit qu'il le mérite bien et qu'il prend grand'peine de bien
estudier; et j'espère qu'en recevant quelque chose que monsieur luy
envoyera, il fera tant plus son devoir de continuer de mieulx en
mieulx.»

  [136] Lettre du 19 mars 1577. (Groen van Prinsterer, _Corresp._,
  1re série, t. VI, p. 15.)

Les lettres de la princesse à Marie étaient, pour la jeune fille, une
source de douces émotions, dont on saisit la trace dans une billet
adressé par elle à son père, qu'elle terminait, à la suite de
certaines communications intimes, par ces mots[137]: «Je ne vous
saurois aussy jamais exprimer quel contentement ce m'est d'entendre,
par la lettre qu'il a plû à Madame m'escripre, datée du 23 de février,
vostre bonne santé et celle de Madame; de coy je suis esté fort
resjouie, et en loue mon Dieu, en le priant.»

  [137] Lettre du 2 avril 1577. (Archives de la maison
  d'Orange-Nassau, no 2.241a.)

Marie, dont le coeur aimant avait accueilli avec joie la naissance de
_la petite soeur_ que Charlotte de Bourbon lui avait donnée,
saisissait avec ardeur l'espérance de pouvoir prochainement étendre
son affection fraternelle à un second _petit enfant_.

Peu de jours avant que celui-ci vînt au monde, la princesse d'Orange,
recevant de son frère une lettre que les députés des états généraux
lui avaient remise, à leur retour de France, insérait dans sa réponse
la communication suivante[138]: «Ma santé est, pour le présent, Dieu
mercy, assez passable. Quant à ma fille, elle se fait assez bien
nourrir; et, si elle continue, elle se rendra bientost capable de
connaistre l'obligation qu'elle a de vous faire service. Elle est icy
près de moy, en ce quartier de Zélande, où monsieur le prince d'Orange
est continuellement empesché aux affaires dont il a un si grand
nombre, que je désireroys bien luy en pouvoir veoir quelque
soulagement. Ce m'en seroit un à toutes mes peines, si je pouvois
avoir, un jour, cest honneur de vous revoir; ce que je souhaite de
tout mon coeur.»

  [138] Lettre du 20 février 1577. (Bibl. nat., mss. f. fr., vol.
  3.415, fº 49.)

Dans une autre lettre, du 20 mars, à son frère[139], Charlotte
prouvait que ses pensées se reportaient avec sollicitude sur le père
qui affectait toujours de ne pas s'occuper d'elle. En effet, elle
écrivait: «Je vous supplie de croire que c'est l'un des plus grands
contentemens que j'aye, quand je suis rendue certaine de l'estat de la
santé de monseigneur nostre père et de la vostre, que je prie Dieu
vouloir conserver bien bonne.»

  [139] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.415, fº 51.

Un impérieux devoir venait d'obliger Guillaume à s'absenter de
Middelbourg, lorsque, le 26 mars, dans cette ville, Charlotte de
Bourbon donna le jour à une seconde fille[140].

  [140] _Mémoire des nativités de mesdemoiselles de Nassau._
  (Archives de M. le duc de La Trémoille.)

Quel que fût encore son état de faiblesse, elle écrivit, dès le 3
avril, à son mari[141]:

  [141] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VI, p. 44.

«Monseigneur, j'ay receu vos deux lettres, la première, du 28e de
mars, aujourd'huy, et la seconde, avant-hier soir. J'ai esté très aise
d'entendre vostre bonne santé, et particulièrement de ce qu'il vous a
pleu m'honorer de vos lettres, vous asseurant, qu'après l'assistance
de Dieu, elles servent à ma convalescence, plus qu'autre chose qui
soit. Ce qui me fait vous supplier très humblement, qu'en attendant
que j'aye cest heur de vous revoir, il vous plaise m'escrire aussy
souvent que vos affaires le permettront.--Et quant à ce que madame
d'Aremberg[142] vous a prié de m'asseurer, de sa part, de la bonne
affection et amitié qu'elle me porte, elle ne pouvoit trouver meilleur
persuadeur pour me le faire croire que vous, monseigneur, dont aussy
je ne faudray de m'en tenir pour asseurée aussy advant que vous en
estes persuadé, de votre part.--Je désireroys bien, à vostre retour de
Ghertrudenburg, entendre quel advancement il y a au bastiment de la
maison, et, en général, quel est, en ce quartier-là, l'estat de vos
affaires. Comme aussy ce me seroit plaisir de sçavoir si les Allemands
sont sortis de Bréda, et quelle apparence il y a d'en bien
espérer.--Quant à ma disposition, j'ay esté quelquefois en tel estat,
que j'y appréhendois quelque danger; ce qui me causoit de l'ennuy,
singulièrement au regard de votre absence; mais maintenant je ne sens
plus d'occasion de craindre, ains plutost d'espérer retour en santé
entière, avec la grâce de Dieu. J'ay quelquefois des foiblesses, comme
vous sçavez que j'y suis assez encline; mais j'espère que cela aussi
se passera. Nos deux filles se portent bien, loué soit Dieu.»

  [142] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VI, p. 44.
  Mme d'Aremberg, Anne de Croy, était fille du duc d'Arschot; il
  suffit de connaître la nature fort peu cordiale des rapports
  existant entre les maisons de Nassau et de Croy pour apprécier la
  véritable portée et la finesse des expressions employées ici par
  Charlotte de Bourbon.

Comment ne pas rapprocher de ces dernières lignes celles dans
lesquelles Marie de Nassau exprimait si bien une joie fraternelle et
une sollicitude filiale, qui ne touchèrent pas moins le coeur de
Charlotte de Bourbon, que celui du prince? «Mon bien aymé père, disoit
Marie[143], je suis bien resjouie de la délivrance de Madame, et que
j'ay encore une petite soeur; mais il me déplaist fort que, depuis sa
couche, elle ne s'est point si bien trouvée. Si est-ce, puisque
m'escripvez qu'un peu de mieux luy est survenu, j'espère que
doresnavant Madame se trouvera de mieux en mieux; ce qui me seroit un
grand contentement, car je désire toujours d'estre avertie de vos
bonnes prospéritez.»

  [143] Lettre du 6 mai 1577. (Archives de la maison
  d'Orange-Nassau, no 2.241a.)

L'absence de Guillaume se prolongeant, la princesse continuait à le
tenir au courant des circonstances de famille qu'elle jugeait devoir
l'intéresser. Le 15 avril, par exemple, elle lui mandait de
Middlebourg[144]:

  [144] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VI, p. 69.

«Madame la comtesse de Schwartzenbourg, vostre soeur la plus
jeune, m'a escrit et priée de vous présenter ses très humbles
recommandations, désirant fort avoir de vos nouvelles. Si vous aviez
commodité de luy escrire, ce luy seroit un grand contentement et
plaisir. J'ay aussy receu lettres de madame vostre mère; et, combien
que je n'aye personne qui me les puisse bien donner à entendre[145],
toutefois je luy feray responce[146] laquelle j'envoyeray, d'ici à
deux ou trois jours, avec celle que je feray à mademoiselle d'Aurange.
Monsieur de Hautain et sa femme me viennent souvent veoir. Si vous
trouvez bon, luy escrivant, en faire quelque mention, ils auroyent,
comme je croy, pour agréable de connoistre que je vous en auroys
escrit.»

  [145] La mère du prince n'écrivait qu'en allemand.

  [146] Ces mots permettent de supposer que, si la mère du prince
  n'écrivait pas le français, elle pouvait du moins comprendre
  cette langue.

Le 14 mai, la princesse ajoutait[147], en ce qui la concernait
personnellement: «Je vous puis asseurer, qu'à ceste heure, j'espère
bien de ma santé, moyennant la grâce de Dieu, que je supplie,
monseigneur, de faire prospérer l'occasion de vostre voyage et vous
ramener bientost en bonne santé.»

  [147] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VI, p. 86.

Le prince était alors en Hollande, il s'arrêta à Leyde: là, au milieu
des soins qu'il devait donner aux affaires publiques, il prit celui
d'assurer par un acte régulier[148], à sa femme, l'usufruit, et aux
enfants nés et à naître de son union avec elle, d'abord la nue
propriété, et, s'ils survivaient à leur mère, la pleine propriété d'un
immeuble dont sa réintégration dans la principauté d'Orange lui
permettait de disposer.

  [148] Du 4 mai 1577. (Voir _Appendice_, no 10.)

Un peu auparavant, les états de Hollande, mus probablement par le
désir de répondre à ses habitudes de prévoyance domestique, avaient
pris la résolution suivante[149]: «Les états ont accordé, qu'au lieu
des six mille livres promises à madame la princesse, à l'occasion de
_sa joyeuse entrée_ dans ces pays, elle jouira d'un douaire annuel de
six mille livres, après la mort de Son Excellence, à payer par les
provinces de Hollande et de Zélande.»

  [149] Archives générales du royaume de Hollande, 7 février 1577.

Se rendant avec son empressement habituel à un appel qui lui était
adressé, Charlotte de Bourbon crut devoir quitter Middlebourg, vers le
milieu de mai. Le prince fut informé de son départ par ce billet[150]:

«Monseigneur, depuis hier avoir receu vos lettres, sur le midi, et
ensemble celles que m'escript monsr de Sainte-Aldegonde, je me suis
délibéré de partir incontinent, et, pour cet effet, j'ay prié à
disner aujourd'huy deux des magistrats de chacune ville, espérant, si
le vent continue bon, de partir, à la marée, après minuit. Dieu
veuille que je vous puisse trouver en bonne santé!»

  [150] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VI, p. 88.

Arrivée à Delft, la princesse transmit au prince ces informations, qui
témoignent de sa constance à surveiller, en l'absence de son mari, les
divers incidents qui se produisaient dans la marche, si souvent
compliquée, des affaires publiques[151]:

«Monseigneur, revenant l'un de vos gens de Dordrecht, je sceus qu'il
estoit arrivé quelque personnage avec lettres des états de Brabant;
mais, d'aultant que je n'ay peu entendre les particularitez, et que,
d'autre part, j'ay esté avertie que messieurs les estats de ces païs
vous mandent ce qui en est, je m'en suis reposée là-dessus, combien
qu'il me demeure crainte que toutes ces présentations de pardon, dont
le bruit court, soit pour, s'il leur estoit possible, esmouvoir
quelque sédition pendant vostre absence. Vous aurez aussy entendu
comme il a esté pourvu à Saint-Gertrudenberg bien à propos, contre le
dessein de l'ennemi. Toutes ces choses qui surviennent, me font
croire, qu'avec l'affection que j'ay, monseigneur, d'avoir bientost
cest heur de vous revoir, j'ay double raison de le désirer, pour le
bien du pays, que Dieu, par sa grâce, veuille conserver, et vous
donne, monseigneur, en parfaite santé, très heureuse et longue vie. A
Delft, ce 22 may, sur les dix heures du matin.

     »Vostre très humble et très obéissante femme,
     tant que vivera,

     »CHARLOTTE DE BOURBON.»

«(P.S.) Monseigneur, l'on m'a fait présent de saucisses de Bruxelles,
que je vous envoie, à la charge que n'en mangerés guères, et ferés
boire les aultres. Je me porte assés bien, et vostre fille encore
mieux.»

  [151] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VI, p. 86.


De Delft, la princesse, dont la seconde fille devait être, le 30 mai,
baptisée à Dordrecht, se rendit dans cette dernière ville, pour y
attendre son mari.

Le prince avait chargé son principal secrétaire d'inviter les états de
Hollande à assister au baptême: ceux-ci prirent, le 28 mai, une
_résolution_ ainsi conçue[152]: «Son Excellence ayant, par le
secrétaire, Bruninck, fait demander aux états de vouloir bien
assister, comme témoins, au baptême de sa fille, qui aura lieu, jeudi
prochain, à Dordrecht, les états ont député deux des nobles, un membre
de chacune des grandes villes, et Droushens, pour se rendre à
Dordrecht; et est conjointement proposé et accordé, qu'au profit de
l'enfant, comme présent de baptême, sera offerte une rente annuelle de
deux mille florins.»

  [152] Collection des _Résolutions_ des états de Hollande, à la
  date du 28 mai 1577. (Archives générales du royaume de
  Hollande.)--La même collection contient, à la date du 17 août
  1577, cette mention: «Ceux de Zélande ont adopté et consenti le
  présent de baptême de la demoiselle Élisabeth d'Orange, fille du
  seigneur prince, jusqu'à deux mille livres.»--Il importe de
  remarquer que le _Mémoire sur les nativités de mesdemoiselles de
  Nassau_, se référant, quant au don fait par les états, _à des
  lettres sur ce dépeschées_, établit que l'allocation définitive
  se composa d'une rente de deux mille florins, dont quinze cents à
  la charge des états de Hollande, et cinq cents à celle des états
  de Zélande.

La reine d'Angleterre voulant accorder au prince et à la princesse
d'Orange une preuve de la haute estime en laquelle elle les tenait,
leur avait directement annoncé qu'elle serait marraine de leur fille.
Elle le devint, en effet, et le prénom d'Élisabeth, fut, de sa part,
officiellement donné à l'enfant, ainsi que le prouve cette mention
consignée dans le _Mémoire sur les nativités de mesdemoiselles de
Nassau_[153]: «La deuxième fille de madame la princesse fut baptisée,
le 30 may 1577, en la ville de Dordrecht, en Hollande, et nommée
Élisabeth par monsieur de Sidney, grand escuyer de la royne
d'Angleterre, au nom de monsieur le comte de Leicester, et par
messieurs les estats d'Hollande et Zélande, comme tesmoings dudit
baptesme, lesquels dits estats luy ont accordé une rente héritière de
deux mille florins par an, dont ceux d'Hollande ont prins à leur
charge les quinze cens, et ceux de Zélande les restans cinq cens
florins, comme il est porté plus amplement aux lettres sur ce
dépeschées et enregistrées.»

  [153] Archives de M. le duc de La Trémoille.--La reine
  d'Angleterre, parlant plus tard des filles de Charlotte de
  Bourbon dans des termes prouvant la sincérité de l'intérêt
  qu'elle leur portait, ne manqua pas de dire: «La seconde d'entre
  elles _est notre filleule_.» (Lettre du 17 octobre 1584. British
  museum. Bibl. Cott., t. II, fº 188.)

La princesse, à l'issue du baptême, se fit un devoir de remercier la
reine d'Angleterre de la lettre qu'elle avait bien voulu lui adresser.
Elle l'assura que le nombre de ses fidèles servantes s'était accru, à
la naissance de la seconde fille que Dieu, dans sa bonté, lui avait
accordée; et affirma qu'elle s'efforcerait de rendre _la petite
Élisabeth_ capable d'apprécier, un jour, dans toute leur étendue, les
éminentes qualités dont était douée la souveraine qui avait daigné lui
donner son nom[154].

  [154] Lettre du 2 juin 1577. (Calendar of State papers, foreign
  series, no 1.451.)

La réponse de la reine ne se fit pas attendre. Elle exprima à la
princesse la vive satisfaction que lui avait causée sa missive,
empreinte de tant d'affection. Elle ajouta qu'elle avait bon espoir
que Dieu, après lui avoir donné deux filles, comblerait son bonheur,
en lui accordant des fils[155].

  [155] Lettre du 28 juin 1577. (Calendar of State papers, foreign
  series, no 1.486.)

De Dordrecht, Charlotte de Bourbon était revenue à Delft. Le prince,
qui se trouvait aussi dans cette ville, vers le milieu de juin, se
disposait à continuer, mais, cette fois, en compagnie de sa femme, une
tournée qu'il avait entreprise, à l'effet de visiter maintes villes et
localités de la partie septentrionale des Provinces-Unies. La
princesse se montrait heureuse, à la pensée de ne pas être séparée de
lui.

Avant de partir avec elle, il lui procura une véritable satisfaction,
en lui annonçant qu'il espérait pouvoir prochainement lui présenter
Marie et Maurice, que Brunynck irait prendre à Dillembourg, pour les
conduire en Hollande, ainsi que le portaient ces lignes adressées au
comte Jean[156]: «Je suis d'intention de redépescher vostre secrétaire
avec mon secrétaire Brunynck, dans cinq ou six jours. L'envoy de ce
messagier sert seulement pour advertir ma fille qu'elle se tienne
preste pour venir faire ung tour pardeçà, lorsque Brunynck sera arrivé
à Dillembourg. Je demande sa venue ici pour certaines affaires que
j'ay à communiquer avec elle, et le desir que j'ay de la veoir une
fois, ne sachant en quel estat mes affaires pourront tomber; espérant
que vous ne trouverez sa venue icy mauvaise, mais que ce sera par
vostre bon congé. En cas que mon fils Maurice soit retourné de
Heydelberg, je seray aussi d'advis qu'il me soit amené avec sa soeur,
etc., etc.»

  [156] Lettre du 18 juin 1577, datée de Delft. (Groen van
  Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VI, p. 100.)

La continuation de la tournée du prince fut pour la princesse une
source de douces émotions. Elle se sentait heureuse et fière
d'entendre partout, dans les campagnes comme dans les villes, les
populations acclamer son mari, par ces paroles sortant des coeurs:
«Notre père Guillaume est ici! Le voilà![157]» Et quand les hommes,
les femmes, les enfants, qui s'étaient groupés autour de _ce père_,
pour le saluer cordialement, saluaient, en même temps, avec une joie
mêlée d'admiration, la présence, à ses côtés, de sa noble compagne,
qui avait pour tous un geste bienveillant, un gracieux sourire, une
aimable parole, l'excellente princesse, dans l'oubli d'elle-même,
reportait sur le prince les hommages dont elle était personnellement
l'objet.

  [157] _Hoofts Nederlandshe historien_, p. 525.--_Wagenaar
  Vaderlandsche hist._, t. VII, p. 159.

Une seule ville, dans le cours de la tournée, fut abordée par
Charlotte de Bourbon avec anxiété. Il lui suffisait de savoir que
l'autorité du prince sur la province d'Utrecht, telle qu'on la lui
avait conférée, n'était pas encore reconnue, pour qu'elle redoutât
qu'à Utrecht même ne s'élevât, entre les partisans déclarés de
Guillaume et des hommes opposés à leurs sentiments, un conflit dont
les conséquences seraient funestes. Quant à Guillaume, sans
appréhender ce conflit, dont l'imminence lui semblait d'ailleurs
douteuse, il se reposait dans la conviction que, franchir l'enceinte
de la vieille cité et se montrer confiant, c'était, pour lui,
dignement répondre aux vives instances que lui avaient adressées les
magistrats locaux, au nom des citoyens qu'ils représentaient. Ces
instances étaient, à ses yeux, la garantie d'un accueil favorable.

Au moment où, au bruit des salves d'artillerie, le prince et la
princesse traversaient, à leur entrée dans Utrecht, les flots d'une
population non seulement étrangère à toute démonstration hostile, mais
animée au contraire des meilleurs sentiments, un projectile,
traversant la vitre de leur carrosse, atteignit Guillaume, à la
poitrine. Saisie d'épouvante, la princesse jeta les bras autour du cou
de son mari, en s'écriant: «Nous sommes trahis[158]!» Mais elle se
calma dès que le prince, l'assurant qu'il n'était point blessé, lui
fit voir que le projectile qu'elle avait supposé être une balle,
n'était, en réalité, qu'un inoffensif fragment de la bourre de l'un
des canons dont les coups retentissaient en l'honneur et d'elle et de
lui. Il y eut plus: la princesse passa d'une impression de soulagement
à celle d'une véritable dilatation de coeur, à mesure que, d'une
extrémité à l'autre de la ville, elle entendit les chaleureuses
acclamations de la foule.

  [158] P. Bor, X Boeck.--_Hoofts Neder. hist._, p. 527.--_Wagenaar
  Vaderl. hist._, t. VII, p. 160.

Elle eut, en outre, quand vint le moment du départ, le bonheur de
constater que le prince, par sa présence et par son langage, venait de
confirmer les habitants d'Utrecht, ainsi que ceux de la province, dans
la résolution de se placer sous son autorité, comme sous l'égide du
plus ferme protecteur qu'ils pussent avoir.

Charlotte de Bourbon était loin de se douter qu'au moment où son
voyage avec le prince touchait au terme prévu, le duc de Montpensier,
retiré dans son domaine de Champigny, s'occupait d'elle, en homme sur
la conscience duquel le remords commençait à peser. Sans se reprocher
complètement, il est vrai, l'abandon dans lequel, depuis plusieurs
années, il laissait la princesse sa fille, il se demandait du moins
s'il ne devait pas revenir sur la résolution, secrètement prise, de
l'exhéréder, et si «sans offenser Dieu, en sa conscience, il pouvoit,
de son vivant, lui assigner dot et partage équipollent à ce que ses
soeurs avoient reçu en mariage, à la charge toutefois par elle de
renoncer aux successions maternelle et paternelle, au profit du
prince dauphin et de ses enfans.» Considérant, non en père, mais en
casuiste, la question comme embarrassante, il voulut en soumettre
l'examen à l'appréciation d'autrui. En conséquence, il adressa, le 21
juillet, au président Barjot une note[159] empreinte de l'étroitesse
d'esprit et de la sécheresse de coeur dont, déjà, il n'avait donné que
trop de preuves; et il pria ce magistrat de délibérer, avec quelques
personnes qu'il lui désignait, sur les questions indiquées dans cette
note. Il voulait se régler sur ses conseils et les leurs.

  [159] Bibl. nat., mss. f. tr., vol. 3.182, fº 134.--Coustureau,
  _Vie du duc de Montpensier_, p. 225.--Voir à l'_Appendice_, no
  11, le texte de la note.

Nous ignorons quel fut le sort de la démarche du duc. Toujours est-il
que, depuis l'envoi de l'écrit dont il s'agit, un long temps s'écoula
encore avant que Charlotte de Bourbon pût réussir à se concilier les
bonnes grâces de son père.

Mais laissons, quant à présent, celui-ci pour revenir au prince et à
la princesse.

Le 12 août, le fidèle Brunynck, arrivé à Cologne, les informa de
l'accomplissement de la première partie de sa mission, relative à
l'organisation du départ des enfants du prince pour la Hollande. Le
lendemain, il expédia au comte Jean, qui se proposait de les
accompagner, une dépêche dont la teneur nous renseigne sur les
dispositions prises pour que le voyage projeté s'effectuât aussi
sûrement que possible[160].

  [160] Voir _Appendice_, no 12.

A quelques semaines de là, Marie de Nassau, Anne, Maurice et le comte
Jean arrivèrent en Hollande; mais à peine Guillaume put-il jouir de
leur présence, car un impérieux devoir l'appelait à quitter, de
nouveau, son foyer.

Des instances réitérées lui avaient été adressées, depuis un certain
temps, pour qu'il se rendît à Bruxelles, afin d'y remédier aux
difficultés d'une situation que l'obliquité des actes et des paroles
de don Juan, vis-à-vis des provinces et des états généraux, avait, de
jour en jour, aggravée. Sollicité, en dernier lieu, avec un
redoublement d'insistance, par ces états, qui l'adjuraient de venir,
au plus tôt, les éclairer de ses conseils, il se décida à s'acheminer
vers la grande cité dans laquelle ils siégeaient.

Quels que fussent, à raison des sourdes menées de ses pires ennemis,
les dangers auxquels il pût s'y trouver exposé, sa femme voulut les
affronter avec lui; mais il l'en dissuada. Soumise, comme toujours, à
une volonté qu'elle savait n'être inspirée que par la plus affectueuse
sollicitude, elle se résigna donc à une séparation qui la laissait
livrée à de douloureuses anxiétés.

Guillaume se dirigea d'abord sur Anvers. Son entrée dans cette ville,
récemment affranchie de la domination étrangère dont elle avait eu
tant à souffrir, fut saluée avec enthousiasme par la population, qui
le considérait, à juste titre, comme le plus ferme et le plus fidèle
de ses appuis.

Charlotte de Bourbon adressa au prince, durant le court séjour qu'il
fit à Anvers, une lettre dans laquelle elle joignait à l'annonce d'un
avantage remporté par son beau-frère sur l'ennemi la recommandation
des intérêts de communautés villageoises, desquelles elle venait de
recevoir un témoignage de naïve prévenance; aussi tenait-elle beaucoup
au succès de son intervention en leur faveur.

«Monseigneur, écrivait-elle[161], je croy que monsieur le comte de
Hohenlohe vous aura dépesché homme exprès pour vous faire entendre
l'accord fait avec les Allemands de Bosleduc[162], comme aussy il m'a
faict ce bien de m'envoyer le capitaine Racaume, pour m'advertir de
toutes les particularitez. Loué soit Dieu qui augmente sa bénédiction
et l'advancement de sa gloire!

  [161] Archives de la maison d'Orange-Nassau, no 2.241a.

  [162] Voir sur l'expulsion des Allemands, de Bois-le-Duc,
  l'_Histoire des troubles et guerres civiles des Pays-Bas_, par
  Théophile D. L., in-12, 1582.

»Les communautez des villages de Buys-et-Echer situées sous les pays
de Cressieux, m'ont prié de vous représenter leur requeste, afin
d'entendre bien amplement leur désir, comme ils s'asseurent de vostre
bonne volonté à soulager les affligés. Ils m'ont fait présent de deux
pièces de toile, dont j'ay donné une à mademoiselle d'Aurange, vostre
fille, afin qu'elle s'employe à intercéder avec moy pour eux; comme, à
la vérité, je serois marrie de recevoir ou retenir présent d'eux,
qu'ils n'en sentissent quelque soulagement. Or, leur désir seroit que
M. de Cruynenghen retirast les chevaux de leurs villages tant chargez
et foulez, qu'ils n'ont moyen de plus soustenir le faix; ou, s'il vous
semble, monseigneur, qu'on ne les puisse encores retirer de là, qu'au
moins il vous plaise tant les favorizer, qu'en escrivant audit sieur
Cruynenghen, ils obtiennent quelque allégement de la charge qu'il leur
est impossible de plus supporter. Je les ay assuré que vous ferez
vostre mieux pour les gratifier en tout ce qu'il vous sera possible,
comme aussy je vous supplie très humblement vouloir faire, en ce
qu'ils puissent sentir quelque fruict de mon intercession conjointe
avec celle de mademoiselle vostre fille; nous confians que ceste
nostre requeste, au nom de ces pauvres affligez, ne sera sans effet.
Sur quoy, je prieray Dieu, etc., etc.»

»De Sainte-Gertruydenberg, le 20 de septembre 1577.


»Monseigneur, je vous supplie encore très humblement de faire ce qu'il
vous sera possible pour ces pauvres gens.

»J'ay donné au capitaine Racaume un petit diamant et luy ay dit que je
vous ferois entendre comme il estoit venu m'apprendre ces bonnes
nouvelles.

»Vostre très humble et très obéissante femme, tant que vivra.

     »CHARLOTTE DE BOURBON.»


Après un court séjour à Anvers, où une députation des états généraux
était venue le trouver, le prince arriva à Bruxelles. Il y fut
chaleureusement accueilli par les représentants de toutes les
provinces, et surtout par le peuple, heureux d'entourer l'homme
d'élite qu'il appelait _son père_.

Au même moment, loin de la grande cité qui acclamait Guillaume, des
milliers de coeurs dévoués demeuraient inquiets de son sort et
suppliaient Dieu de le protéger contre une tourbe d'ennemis qui,
maudissant les acclamations dont il était l'objet, tramaient, dans
l'ombre, sa perte. De là, ce solennel concours de prières qui,
tant que le prince fut absent d'Anvers, s'élevèrent au ciel
quotidiennement, pour la conservation de ses jours, de l'enceinte de
toutes les églises de Hollande et de Zélande, sur la recommandation de
la princesse et des états de chacune de ces deux fidèles
provinces[163].

  [163] P. Bor, _loc. cit._, p. 870.

Le lendemain de l'arrivée du prince à Bruxelles, Charlotte de Bourbon
lui adressa ces lignes émues[164]:

«Monseigneur, je voudrois vous savoir bien de retour en Anvers, et ne
suis guère à mon repos jusques à ce que j'entende l'occasion de
vostre soudain partement, et s'il est vray que Don Johan soit secouru
de monsieur de Guise. Au reste, monseigneur, je vous supplie de
prendre meilleure garde à vostre santé, que vous n'avez faict, ces
jours passés, car delà dépend la mienne, et après Dieu, tout mon heur,
lequel je supplie vous conserver, monseigneur, au milieu de tant de
travaux, en santé, heureuse et longue vie... Nos filles, grandes et
petites, se portent bien, et moy aussy moïennement.»

  [164] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VI, p. 172.

Tant que dura le séjour du prince à Bruxelles, sa femme lui écrivit, à
peu près, chaque jour; l'entretenant de divers sujets, qu'on ne peut
mieux faire connaître qu'en la laissant en tracer elle-même le tableau
dans ceux des fragments de son active correspondance que voici:


     «Dordrecht, 2 octobre 1577[165].

»Monseigneur, j'arrivai ier en ceste ville, sur ungne heure après
midy, et vins avec le bateau jusques auprès du logis, où j'ay trouvé
nos petites filles en bonne santé. Les grandes, espérant vostre retour
bien de bref, n'ont point voulu loger en vostre quartier. Elles ont
ung bon logis, mais il est un peu trop loing, à mon gré... Demain
votre sirurgien commencera à pencer M. le comte Maurice. Nous nous
portons tous bien, grâce à Dieu, et désirons fort que puissiés
bientost revenir. Ceulx à qui j'ay parlé de ceste ville m'ont dit que
les estats de ce païs vous avoient déjà prié de retourner, et s'y
attendent, et leur semble que vous pouvés aussy bien donner conseil
d'icy que plus près, et plus seurement, sy la paix est conclue avec
Don Joan. Je ne sçay, monseigneur, si vous aurés affaire d'y séjourner
plus longuement; et puis monsieur vostre frère est absent de vous,
quy ne peut sans quy luy ennuye beaucoup. Nous désirerions bien fort
qu'y fust pardeçà. Sy vous plaisoit de luy escrire pour le prier de
vous laisser le précepteur qui est auprès de monsieur votre fils, je
serois bien de cet avis; car ledit précepteur est en peine d'estre
incertain de sa demeure, et sera tout fâché de quoy l'on l'aura
retenu, sy ce n'est pour tousjours. Aussy fauldroit-il bien sçavoir
l'entretenement qu'il vous plaira luy bailler. Je vous romps la teste,
monseigneur, de beaucoup de petites choses, mais il est besoin de
sçavoir vostre volonté. Je vouldrois bien sçavoir si vous aurés
remercié la roine d'Engleterre de tant de bons offices qu'elle fait
faire par son embassadeur qui est à Bruxelles, ce que je prens la
hardiesse de vous ramentevoir.»

  [165] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VI, p. 173.


     «Dordrecht, 4 octobre 1577[166].

»J'ay aujourd'huy receu les bonnes nouvelles de la rendicion de Bréda,
et comme les Allemans doibvent sortir aujourd'hui; dont j'ay esté fort
aise et en loue Dieu[167]. Les pauvres sujets nous y desirent bien et
disent qu'ils ont déjà faict provision de tourbe pour tout nostre
yver. Quant j'auré sceu vostre voullonté, alors je seray bientost
preste, pourvu que j'espère d'avoir cest honneur de vous y voir. Le
capitaine Bastien m'a escript pour vous supplier très humblement de
vouloir escripre aux estats de pardeçà, affin qu'il puisse estre païé
de son entretenement, depuis que les compagnies françoises sont
cassées, ainsy qu'il vous a pleu de luy promettre. Je me souviens fort
bien que, deux jours devant que vous particié, vous commandâtes les
lettres; mais elles ont esté oubliées. Il me prie de vous faire une
très humble requeste pour luy, pour luy donner la capitainerie de
Bréda; mais je pense, monseigneur, que vous y aurés desjà pourveu. Il
dit qu'il pourroit vous y faire service pour le regard des
fortifications. Je sçay que vous cognoissés que c'est ung homme de
bien et qui vous est fidèle serviteur; quy me faict vous supplier,
monseigneur, que si ne le pouvés gratifier en cest endroict, que
veuillés penser de l'avancer en quelque aultre chose... Au reste, ils
desirent fort icy monsieur vostre frère, et luy ont préparé le logis
qu'avoit monsieur le comte de Schwartzembourg; mais il me semble bien
loing. Tous nos enfans, grands et petits se portent bien. Je prie Dieu
qu'il en soit ainsy de vous, et qu'il vous donne, monseigneur, en très
bonne santé, très heureuse et longue vie.»

  [166] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VI, p. 174.

  [167] Les Allemands en garnison à Bréda, sous les ordres de
  Frosberg, y avaient causé de grands dégâts au palais du prince.


     «Dordrecht, 5 octobre 1577[168].

»Monseigneur, je desirerois bien estre asseurée que vous n'allés
plus sy souvent manger hors de vostre logis, du soir, car l'on
m'a dict que les bourgeois ont esté tout fâchés[169]. Je vous
supplie, monseigneur, de prendre ung peu plus garde à ce quy est
pour vostre conservation[170]. Aussy je desirerois fort sçavoir sy
les estats ne vous auront point permis quelque exercice de la religion,
soit secrètement ou aultrement; car je ne voy point, monseigneur, comme
vous pourrez demeurer plus longuement sans cela. Je sçay bien que vous
y pensés, mais le desir que j'ay que Dieu face tousjours de plus en
plus prospérer vostre labeur me faict prendre la hardiesse de vous
dire ce mot. Je voudrais que monseigneur put venir, ung jour, à Breda,
car je ne sçay sy sera bon de parler de ces choses cependant que vous
estes là.»

  [168] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VI, p. 177.

  [169] Ils voyaient avec peine que le prince, par excès de
  confiance, exposait sa personne.

  [170] On lit dans une lettre de Charlotte de Bourbon à Guillaume
  Martinij, greffier d'Anvers, en date du 4 octobre 1577: «Je vous
  prie de vouloir tousjours me mander comme le tout se passe
  pardelà et ce que je doibs espérer. Je désirerois bien qu'il
  plûst à monseigneur le prince me mander, ou bien qu'il revint
  pardecà; car encores que je cognois bien le bon zèle et coeur que
  ceulx de vostre ville d'Anvers et ceulx de Bruxelles luy portent,
  toutesfois l'esloignement de sa présence me donne beaucoup de
  peines et de craintes. Néantmoins je remets le tout en la main de
  Dieu et le supplie de vouloir bien garder mondit seigneur avec
  tous les bons patriotes, dont vous tenez des premiers rangs, et
  conduire par eux les affaires à une heureuse fin.»


     «Dordrecht, 7 octobre 1577[171].

»Monseigneur, j'ay receu, ce matin, à mon réveil, vos lettres, en date
du troisième de ce mois, et vous asseure que j'ay esté bien joïeuse
d'estre rendue certaine de vostre bonne santé, dont je loue et
remercie Dieu, et luy supplie de vous y voulloir bien maintenir.

»Aujourd'hui est arrivé, sur ungne heure après midy, en ceste ville
monsieur le comte vostre frère, quy a esté avec le grand contentement
du bourgmestre et de tout le peuple. Nous avons esté, nos filles et
moy, plus ayses encores que tout le reste, et avons dîné ensemble, et
bien bû à vostre santé, desirant fort, monseigneur, que eussiés esté
en présence, pour nous faire raison.

»Je feray tout le mieulx que je pourray, touchant ce que vous me
mandez; mais ceulx de ceste ville se sont desjà avisés de faire leur
présent[172], à part, d'ungne coupe dont le vase est de licorne, le
reste d'argent, quy vaut quelques cent livres de gros. Sy toutes les
aultres (villes) font le semblable, seroit quelque tesmoignage de leur
bonne voullonté; mais j'eusse mieulx aymé que tous les estats eûssent
faict ung présent de chose qui parust et de quoy l'on se peust servir
ensemble. Toutesfois, monseigneur, je n'ay osé empescher, espérant que
l'on pourra bien encore remédier à ce que le général supplée en ce que
le particulier auroit défailly; ce que je feray le plus discrètement
que je pourray.

»Quant aux mille florins, j'ay mandé Jan Back, pour sçavoir s'il les
pourra fournir; et où il n'auroit moïen pour le tout, j'en trouveroy
ungne partie; tellement que j'espère, avec l'aide de Dieu, que je ne
fauldray de satisfaire à vostre commandement; comme nous ferons, nos
filles et moy, de prendre la meilleure pacience que nous pourrons,
combien qu'elle nous sera bien difficile, quand monseigneur vostre
frère partira d'icy; car, cependant qu'il y est, il ne nous semble
point que vous soiés du tout (entièrement) absent.

»Je me réconforte, monseigneur, sur ce que vous espérés que les
affaires prendront ung meilleur chemyn; et je suis bien estonnée de ce
quy ne sont point encores résolus, car il est plus que temps. J'estime
que ceste petite deffaicte les avancera. Dieu veuille quy vous
puissent bien croire; aultrement j'aurois double regret de quoy vous
estes là.

»Quant à la plate, je n'en ay fait nulle mention, ny ne feray encores,
et attendray M. Dorpt.

»Au reste, monseigneur, j'ay faict vos recommandations à nos filles,
qui vous présentent les leurs très humblement à vostre bonne grâce.
Nous nous aimons bien, l'une l'autre, et sommes bien privément
ensemble, et elles ont bien grant soin de leurs petites. Tous se
portent bien, et monsieur le comte Maurice, que l'on panse tous les
soirs et tous les matins.»

  [171] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VI, p. 181.

  [172] Ce présent était destiné probablement au comte Jean de
  Nassau, pour fêter sa bienvenue.

Un billet, sans date, mais qui semble se rattacher au contenu de la
lettre ci-dessus, du 7 octobre, porte:

«Je viens de penser aux gentilshommes qui sont près de monsieur vostre
frère, qu'y me semble leur fauldroit donner quelque chose. S'il vous
plaist que je face faire en or vostre pourtrait et le mien, tout en
ugne médaille, ou à part, avec les devises, vous me le manderés; et,
s'il fauldroit quelque petite chaîne pour les pendre, de quelle valeur
vous les vouldriés avoir.»


     «Dordrecht, 8 octobre 1577[173].

»Monseigneur, j'ay receu le présent qu'il vous a pleu m'envoyer, de la
part de la roine (d'Angleterre), que j'ay trouvé fort bien et joliment
faict. Quant à la signification de la lésarde, d'aultant que l'on
escript que sa propriété est, quand ugne personne dort et qu'un
serpent la veut mordre, la lésarde la réveille, je pense que c'est à
vous, monseigneur, à quy cella est attribué, quy esveillés les Estats,
craignant quy ne soyent mordus. Dieu veuille, par sa grâce, que les
puissiés bien garder du serpent!

»Nous avons vû, ce matin, monsieur et madame de Mérode, et sa fille,
la marquise de Bergue, quy est belle et fort grande pour son âge, quy
est de dix-sept ans. Je l'ay bien regardée, pour vous en dire, quand
je vous voiré, ce qui m'en semble.--Ce 8 octobre, sur les onze heures
devant diné.»

  [173] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VI, p. 190.


     «Dordrecht, 10 octobre 1577[174].

»Monseigneur, j'ay esté bien contente de savoir par monsieur le conte
de Hohenlohe comme vous estes en bonne santé, dont je loue Dieu, et
desire qu'il luy plaise vous y maintenir, en sorte que je puisse avoir
bientost cest heur de vous voir à Bréda, dont mondit sieur le conte
m'a donné bonne espérance, et m'a dict, de vostre part, qu'il vous
plaist que j'aille incontinent à Bréda; à quoy je ne feray faulte; et
mesme monsieur vostre frère est en voullonté que nous allions
ensemble, dont je suis fort aise, estimant que cela vous fera encores
venir plus tost. Je ne pense pas que puissions plus promptement que
lundi ou mardi prochain, à cause que, dimanche, messieurs de ceste
ville ont prié au banquet monsieur vostre frère. Nous donnerons aussy
ce loisir pour apprester les logis, et feray tout le mieux que je
pourray, m'attendant à monsieur le conte de Hohenlohe pour la sécurité
des chemins.

»Monseigneur, depuis vous avoir escript ceste après-disnée, j'ay pensé
que j'avois oublié à savoir vostre voullonté comme je me dois
conduire, pour l'exercice de la religion, à Bréda; sy fault se face
qu'y secrétement, ou si j'en pourray user comme en ce lieu
(Dordrecht). Et encores que j'espère bien, qu'à vostre venue, la chose
pourra estre bien reiglée et quy n'y aura point de difficulté, sy
ay-je voulu vous en escripre ce mot pour tant mieulx estre esclarcie
de vostre intension, laquelle je sçay estre bonne; et en priant Dieu
de la vouloir bénir, je le supplie vous donner en bien bonne santé,
heureuse et longue vie.--Tous nos enfans font bonne chère et se
portent bien, et se recommandent très humblement à vostre bonne
grâce.»

  [174] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VI, p. 198,
  199.


     «Bréda, 11 octobre 1577[175].

»Monseigneur, depuis la dépesche que je vous fis ier, je suis demeurée
en paine, craignant que vous pensiés que je ne considère point assés
les difficultés en quoy vous retrouvés à présent, et le travail et
labeur que vous prenés à y remédier; mais je vous puis asseurer,
monseigneur, que je n'ay aultre chose plus en l'esprit que cella, et
que l'observacion de la pacification me rompt bien la teste;
toutesfois j'espère, qu'à vostre venue, vous y pourés pourvoir,
laquelle j'ay tant desirée en ce lieu, que, devant que d'y venir, je
n'ay point eu d'aultre pensée. Mr. Taffin s'est retiré à Dordrecht,
jusqu'à ce que je luy fasse entendre vostre voullonté. Quant à tout le
reste, nous nous portons, grâce à Dieu, tous fort bien; et ay trouvé
vostre maison en meilleur estat que je ne l'eûsse espéré. L'on
travaille tant que l'on peut pour faire un toît et racoutrer le logis
du boulever qui récompense, au plaisir de l'assiette, l'inégalité
qu'il y a de la beauté de l'autre.»

  [175] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VI, p. 200.


     «Bréda, 21 octobre 1577[176].

»Monseigneur, suyvant ce qu'il vous a pleu m'escripre, nous nous
conduirons pardeçà où vostre venue est bien desirée, dont D..... m'a
encores mis en quelque doute. Il m'a parlé selon le commandement que
vous luy aviez faict, de la dépesche vers monsieur mon père; j'espère
qu'y pourra servir à faire entendre à Mr. de Mansart mon intension.
Au reste, monseigneur, je vous supplie très humblement, s'il est
possible, ne retarder plus votre partement, car les affaires de deçà
requièrent aussy vostre présence; et vient fort mal à propos que
monsieur le conte de Hohenlohe se trouve assés mal d'une fiebvre
tierce. Quant à monsieur vostre frère, je l'ay encores fort prié, de
vostre part, qu'il luy plaise vous attendre en ce lieu. Il me semble
qu'il le fera, car il m'asseure ne s'ennuyer point.»

  [176] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VI, p. 205.

La date de cette dernière lettre coïncidait presque avec celle du
départ du prince, de Bruxelles pour Anvers.

De retour dans cette dernière ville, Guillaume écrivit, le 23 octobre,
au comte Jean[177]:

«Monsieur mon frère, je vous envoyé Mr. de Malleroy pour vous advertir
de ma venue à Anvers, ensemble pour vous donner compte de tout ce qui
est passé à Bruxelles et vous prier quant et quant de vous vouloir
trouver issi avecques ma femme et mes filles, car ne sçay si je seray
retenu issi plus longtemps que j'ay proposé. Or, puisque vous
entendrés le tout plus particulièrement dudit porteur, ne vous feray
ceste plus longue; me recommandant très affectueusement à vostre bonne
grâce, etc., etc.»

  [177] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VI, p. 207.

L'ardent désir de la princesse allait être satisfait. Précipitant son
départ pour Anvers, elle eut bientôt la joie d'y revoir son mari. Ses
enfants et le comte Jean l'avaient accompagnée. Délivrée des
inquiétudes imposées par la séparation, la famille se sentait heureuse
d'avoir recouvré son chef vénéré, et de pouvoir désormais, au foyer
domestique, l'entourer de cette affection, de cette sympathie, de ces
délicates prévenances, qui toujours rassérénaient son âme, au cours
d'une vie d'austères labeurs, d'incessantes agitations, et, souvent
même, de périls à affronter.

Quelle impression Guillaume rapportait-il de son séjour à Bruxelles?
Telle fut la question que Charlotte de Bourbon se posa à elle-même, et
sur la solution de laquelle ses entretiens avec le prince ne tardèrent
pas à la fixer. Si le secret de ces entretiens nous échappe, car
l'histoire demeure nécessairement étrangère à leur intimité, nous
connaissons du moins les circonstances qui motivèrent, en 1577, la
présence du prince à Bruxelles, et les mesures dont alors il proposa
l'adoption. Arrêtons-nous ici, un instant, non à l'exposé des unes et
des autres, mais uniquement à leur indication sommaire.

Investi par Philippe II des fonctions de gouverneur général des
Pays-Bas, don Juan y était arrivé, porteur d'instructions secrètes,
qui se résumaient en ces deux points: 1º soumission de la population
néerlandaise à l'autorité absolue du roi; 2º exercice exclusif de la
religion catholique, et, comme corollaire, châtiment de l'hérésie.

Dès ses premiers rapports avec une députation des états généraux, don
Juan se heurta, non sans dépit, à l'impossibilité de concilier
l'absolutisme de l'autorité royale avec le maintien, soit des
prérogatives de ces états, soit des libertés et privilèges des
provinces ou des villes.

Force lui fut, en outre, de reconnaître que l'exercice exclusif du
culte catholique était en opposition directe avec le régime inauguré,
en matière religieuse, par la pacification de Gand.

Il vit enfin, avec mécontement, se dresser devant lui la nécessité de
se prononcer, sans délai, sur le renvoi des troupes étrangères,
énergiquement réclamé de toutes parts.

S'abandonnant, sous le poids de ces constatations, à des regrets, à
des tergiversations, parfois même à une incohérence d'idées et de
paroles, qui ne compromettaient pas moins les intérêts publics que sa
situation personnelle, il ne savait à quel parti s'arrêter, quand lui
fut officieusement donné le conseil de recourir à la voie des
négociations.

Celles qui s'ouvrirent entre lui et les députés des états généraux
aboutirent, le 12 février 1577, après maintes discussions, à un
traité, décoré du nom d'_Édit perpétuel_, que le roi d'Espagne
déclara, quelques semaines plus tard, approuver. Ce traité ratifiait
la pacification de Gand, promettait le renvoi des troupes étrangères,
la conservation des chartes et privilèges des Pays-Bas, et la mise en
liberté des prisonniers, à l'exception du comte de Buren, qui ne
serait libéré que lorsque son père, le prince d'Orange, aurait adhéré
aux résolutions prises par les états généraux.

Blessé, comme il devait l'être, de ce qu'on l'avait tenu à l'écart des
préliminaires et de la conclusion du traité dont il s'agit, Guillaume
répondit à la demande que lui adressaient les états généraux d'en
approuver la teneur, en élevant contre cet acte les critiques
suivantes: la constitution du pays était violée, en ce que lesdits
états se trouvaient dépouillés du droit de s'assembler quand ils le
jugeraient opportun; les lois régissant les Provinces étaient violées
aussi par le fait révoltant de l'incarcération prolongée du comte de
Buren, auquel on ne pouvait imputer aucun crime; la ratification de la
pacification de Gand était dérisoire, attendu que des subterfuges,
immanquablement mis en jeu par la politique espagnole, en
paralyseraient les effets; les états généraux s'étaient laissés
entraîner à une concession désastreuse, en s'engageant à payer la
solde de troupes étrangères, flétries et expulsées, à raison des
effroyables excès qu'elles avaient commis.

Quelque fondées que fussent ses critiques, le prince déclara cependant
qu'il ne refuserait pas son adhésion à l'édit perpétuel, pourvu que
les états généraux promissent formellement, en prévision du cas où les
troupes espagnoles ne partiraient point, de s'abstenir de toute
communication ultérieure avec don Juan, et de contraindre ces troupes,
même par la force des armes, à sortir des Pays-Bas.

Elles en sortirent, il est vrai, en avril; mais dix ou douze mille
soldats allemands restèrent encore au service du roi d'Espagne dans
les Provinces. Les méfaits commis par plusieurs d'entre eux
soulevèrent des conflits et motivèrent, plus d'une fois, une énergique
répression.

La versatilité du caractère de don Juan, ses réponses ambigües, ses
réticences en plus d'une occasion, la divulgation partielle du secret
des trames ourdies entre lui et les agents de Philippe II, au
détriment des Pays-Bas, l'inconsistance de la plupart des actes
accomplis dans l'exercice de ses fonctions de gouverneur, excitèrent,
au sein des Provinces, un mécontentement général. Sa position étant
devenue de plus en plus difficile, il crut ne pouvoir mieux en sortir
qu'en prenant une attitude ouvertement hostile. Sa brusque mainmise
sur la citadelle de Namur, qu'il occupa pour s'y retrancher, et son
infructueuse tentative pour s'emparer du château d'Anvers,
équivalurent à une déclaration de guerre.

La conséquence du défi qu'il porta ainsi aux états généraux fut la
résolution prise par ceux-ci de soutenir contre lui la lutte, si, à la
suite de pourparlers qu'il venait d'entamer avec eux, il ne désavouait
pas hautement ses actes agressifs et ne se soumettait pas à certaines
conditions qu'ils formulaient.

Tel était l'état des choses lorsque, répondant à leur appel dicté par
l'anxiété, Guillaume arriva à Bruxelles.

Le conseil qu'aussitôt il donna aux états généraux fut celui d'élargir
le cercle des conditions imposées par eux au gouverneur général, en
stipulant le maintien formel de la pacification de Gand et de l'édit
perpétuel, l'obligation pour don Juan d'évacuer la citadelle de Namur,
d'abandonner les autres citadelles et les places fortes, de renvoyer
les troupes allemandes au delà des frontières, de licencier, à
l'intérieur, tous les soldats servant encore sous ses ordres, de
s'abstenir de toutes levées en pays étranger, de réintégrer dans leurs
grades tous les officiers destitués, de restituer les biens frappés de
confiscation, de libérer les prisonniers, de s'engager à faire cesser,
à l'expiration d'un délai de deux mois, la captivité du comte de
Buren, enfin de se retirer dans le Luxembourg, et, en y attendant la
nomination d'un successeur dans le gouvernement des Pays-Bas,
d'obtempérer aux décisions qui émaneraient du conseil d'Etat institué
par les états généraux.

Don Juan repoussa ces conditions comme constituant une déclaration de
guerre; et, laissant une forte garnison dans la citadelle de Namur, il
se retira à Luxembourg, espérant y concentrer les forces nécessaires
pour lutter avec avantage lorsque éclateraient les hostilités.

La retraite forcée de don Juan et les conséquences qu'elle devait
entraîner n'étonnèrent nullement Guillaume: il s'y était attendu, au
moment où il avait donné aux états généraux le conseil, bientôt suivi
par eux, que lui inspirait son inébranlable dévouement à la cause de
la liberté civile et de la liberté religieuse.

Selon lui, l'établissement de l'une et de l'autre ne pouvait reposer
sur le terrain mouvant des compromis ou d'une paix douteuse. Seule,
une guerre soutenue pour anéantir le régime de compression et
d'intolérance trop longtemps pratiqué dans les Pays-Bas par les
Espagnols pouvait conduire à un affranchissement final, et par cela
même, à l'inauguration d'un régime de sage liberté.

Or, dans ses généreux efforts pour atteindre ce but, sur qui comptait
le prince en dehors du concours que lui prêtaient, dans l'élan de la
reconnaissance, les fidèles provinces de Hollande et de Zélande? Ce
n'était ni sur les nobles ni sur le clergé officiel des quinze autres
provinces; c'était uniquement sur le peuple et sur la bourgeoisie. Ce
double levier lui suffisait, car il était d'une puissance telle, que
Guillaume, par le judicieux usage qu'il en faisait, imprimait aux
états généraux, à l'époque dont il s'agit en ce moment, la direction
que lui paraissaient commander les circonstances.

Vainement les nobles et les hauts dignitaires du clergé, jaloux de
l'influence prépondérante du prince dans le maniement des affaires
publiques, se concertèrent-ils pour tenter de la détruire: leurs
tentatives échouèrent contre sa fermeté et son habileté consommée, de
même que contre la résistance du peuple et de la bourgeoisie. On le
vit bien, surtout, lorsque l'intrigue qu'ils avaient nouée en secret,
durant son séjour à Bruxelles, pour attirer dans les Pays-Bas, à titre
de nouveau gouverneur, l'archiduc Matthias, fut paralysée, dans ses
effets, par l'élévation instantanée de Guillaume aux suprêmes
fonctions de _Ruart_ du Brabant, et par le rôle qu'il sut remplir, aux
côtés du jeune archiduc, ainsi que bientôt on en pourra juger.

En résumé, la présence et la dignité d'attitude du prince, à
Bruxelles, avaient porté leurs fruits, en dégageant les intérêts
généraux du pays des principales entraves qui les compromettaient, et
en consolidant, au point de vue des nouveaux services à rendre, la
situation personnelle de l'homme éminent sous l'égide duquel
s'abritaient ces mêmes intérêts.



CHAPITRE VI

  Lettres de Charlotte de Bourbon à son frère.--Lettre de Guillaume
      au même.--Attitude de Guillaume vis-à-vis de l'archiduc
      Matthias.--Nouvel acte d'union signé à Bruxelles le 10
      décembre 1577.--Alliance conclue avec l'Angleterre.--Reprise
      des hostilités par don Juan.--Défaite de Gembloux.--Guillaume
      domine la crise qui agite les Provinces.--Il rallie à sa
      cause Amsterdam.--Il appelle Lanoue dans les
      Pays-Bas.--Lettre de Charlotte de Bourbon à Lanoue.--Conseils
      donnés par Lanoue au duc d'Anjou.--Lettres de la princesse a
      Desprumeaux.--Lanoue nommé maréchal de camp dans les
      Pays-Bas. Sa loyauté, son énergie.--Relations du prince et de
      la princesse avec M. et Mme de Mornay arrivés dans les
      Pays-Bas.--Naissance de _Catherine-Belgia_ de
      Nassau.--Résolutions des états généraux à l'occasion de son
      baptême.--Détails sur ce baptême.--Difficultés provenant du
      duc d'Anjou et du duc Jean-Casimir.--Troubles de
      Gand.--Lettre de Guillaume à sa femme, au sujet de ces
      troubles, qu'il réussit à réprimer.--La princesse rejoint
      Guillaume à Gand et revient avec lui à Anvers.--Traité
      d'Arras.--Union d'Utrecht.--Mort de don Juan.--Alexandre
      Farnèse lui succède.


A peine la princesse avait-elle rejoint son mari à Anvers, que,
d'accord avec lui, elle envoya en France un gentilhomme qu'elle
chargeait de s'acquitter, auprès du duc de Montpensier, d'une mission
dont on ignore l'objet. Mais, soit que cette mission tendît à
convaincre le duc de la nécessité de rendre enfin justice à sa fille
et de lui accorder au moins quelque bienveillance; soit, comme une
lettre de Guillaume au prince dauphin[178] pourrait le faire croire,
qu'il fût uniquement question, pour Charlotte de Bourbon, d'obtenir,
au sujet d'une affaire personnelle, l'appui de son père, toujours
est-il que la démarche tentée par elle se caractérisait, dans l'une et
l'autre hypothèse, comme preuve manifeste de sa confiance en ce coeur
paternel qu'elle supposait, même en souffrant de ses injustes
rigueurs, ne lui être pas encore totalement fermé.

  [178] Cette lettre, en date du 20 décembre 1577, sera reproduite
  ci-après.

Convaincue, qu'une fois de plus, l'affection fraternelle lui viendrait
en aide, dans cette circonstance, elle écrivit au prince dauphin[179]:

«... Par le moïen de ce gentilhomme, présent porteur, que monsieur le
prince, vostre frère, et moy envoïons vers monsieur nostre père, je
vous supplie très humblement de croire que je ne sçaurois recevoir
plus de faveur et contentement, que de sçavoir souvent des nouvelles
de vostre santé, aïant été extrêmement peinée de savoir celle de
madame ma soeur en si mauvais estat, et vous asseure que, s'il y avoit
chose, en ce monde, en mon pouvoir, qui peust avancer sa guérison, je
l'en voudrois servir. Vous me ferez donc cest honneur de m'escrire
comme elle se trouve à présent.--Quant à nos nouvelles, ce gentilhomme
vous les pourra faire entendre, lequel, en ce qu'il a à requérir de
mondit seigneur et père, en nostre part je vous supplieray très
humblement le vouloir favoriser et nous obliger tant, que vostre
prière et moyen nous y sera, comme je sçay qu'il y peult beaucoup,
espérant tant de l'amitié qu'il vous a tousjours pleu me porter, que
prendrez mon faict en main; dont je demeurerai obligée à vous rendre,
toute ma vie, très humble service, etc.»

  [179] Lettre du 30 octobre 1577, datée d'Anvers. (Bibl. nat.,
  mss. f. fr., vol. 3.415, fº 53.)

Lorsque, à quelques semaines de là, le prince dauphin perdit sa femme,
il reçut de Charlotte de Bourbon ces lignes empreintes d'une
affectueuse sympathie[180]:

«L'ennuy que j'ay receu, ayant entendu par M. de Mansart la perte que
vous avez faite de madame ma soeur, est tel quy ne me permect quasi
point de vous pouvoir escrire si promptement, et toutesfois sçachant
bien l'affliction que vous avez receue par ungne telle séparacion, je
me suis contrainte à vous faire ceste lettre pour vous supplier très
humblement que la part que j'ay à vostre douleur et fascherie la
puisse diminuer, et que vous regardiés, le plus qu'il vous sera
possible, à vous conformer à la voullonté de Dieu, de laquelle il nous
faut tous dépendre. Je sçay quy vous a départy beaucoup de grâce, mais
c'est à ceste heure qu'il est besoing de faire paroistre vostre vertu,
de laquelle encore que je ne doubte point, si est-ce que je désire
plus que jamais d'estre prés de vous pour m'essaïer à vous divertir et
soulager en vostre ennuy, à quoy, monsieur, vous me ferés cest honneur
de croîre que je m'y voudrois emploier de toute ma puissance, comme
aussi feroit monsieur le prince, vostre frère, qui est extrêmement
desplaisant de vous sçavoir en cest estat. Luy et moy avons grande
crainte que vostre santé en soit diminuée, ce quy faict que je desire
que me faciés cest honneur de commander à l'un de vos secrétaires de
me faire entendre de vos nouvelles, qui ne me pourront, de longtemps,
apporter le contentement pareil à la tristesse et regrets que j'ay à
présent; et, pour n'accroistre point la vostre, je n'useray de plus
long discours, sinon pour prier Dieu de vous donner quelque
soulagement en vostre ennuy, avec très heureuse et longue vie. Vous me
permettrez de présenter, en ceste lettre, mes bien humbles
recommandations à madame la marquise, accompagnées d'un témoignage de
la douleur que j'ay de nostre commune perte; ne luy en osant sitost
rafraîchir la mémoire, cela me gardera de luy en dire davantage, pour
ceste fois, désirant néantmoins que me faciés cest honneur, que ceste
lettre serve pour vous deux, à qui je prie Dieu donner la constance
et résolution qui vous est bien nécessaire.»

  [180] Lettre du 9 décembre 1577. (Bibl. nat., mss. f. fr., vol.
  3.415, fº 55.)

Une missive, plus explicite que ne l'étaient ces lignes, ne tarda pas
à les suivre. Elle portait[181]:

«Sy la crainte que j'ay que vous n'aiés point receu la lettre que je
vous avois escripte par le sieur X..., bientost après avoir entendu la
perte que vous avés faicte de feu madame ma soeur, est véritable, je
suis doublement ennuiée, d'aultant que vous pouvés penser qu'il y aye
de ma faulte; et, d'aultre part, je me voy privée du soulagement que
je m'asseurois vous donner, en rendant le debvoir en quoy je suis
obligée. Cela faict que, depuis deux jours que M. de Mansart est
arrivé, je me suis résolue vous faire ceste dépesche, tant pour avoir
cest heur de sçavoir de vos nouvelles, comme pour ce que celluy qui
s'estoit chargé de mes lettres est revenu avec luy, n'aïant osé passer
oultre, à cause du danger des chemins; et encores combien quy m'ayt
asseuré de vous avoir faict tenir bien seurement mes lettres, sy ne me
puis-je contenter de cella, pour le doubte en quoi j'en suis. Je vous
suplie donc très humblement de vouloir avoir agréable ce que j'en fais
maintenant et excuser les incommodités survenues, au reste me faisant
cest honneur d'avoir égard à l'amitié que je vous porte et à
l'obéissance très humble que je desire, toute ma vie, vous rendre, qui
me faict estre en continuel soucy de vostre santé, craignant bien
fort, qu'à la longue elle soit rendue moindre par l'extrême ennuy que
vous recevez; ce qui m'affligeroit plus que toute aultre chose ne me
sauroit contenter. Faites-moy, s'il vous plaist, cette faveur de le
croire, et que mon plus grand desir est d'avoir encores cest honneur
de vous voir et faire service qui vous soit agréable, et aussy d'estre
si heureuse de recevoir vostre conseil, faveur et support en toutes
mes affaires, pour y vouloir dépendre entièrement de vous, que je
supplie très humblement qu'il luy plaise me le départir, sur ce que
vous dira de ma part M. de Malleroy, en quoy vous me pouvez beaucoup
plus obliger que je ne le saurois jamais deservir, mais non point plus
que je l'espère, et que je me fie entièrement à vous, qui me ferés cet
honneur me départir des nouvelles de monsieur mon nepveu, de quoy je
me trouve, à ceste heure, avec plus grand soin que jamais, vue la
grande perte qu'il a faicte, combien que je n'ignore point avec quelle
affection vous le conservez, comme chacun qui l'a veu, oultre ce qu'il
vous est, l'en trouve bien digne, pour estre un prince des plus
accomplis pour son âge. Je supplie Dieu, monsieur, de le vous bien
garder, et que je le puisse, ung jour, voir. Mondit sieur de Malleroy
vous dira des nouvelles de mes petites filles, que je vous supplie
très humblement avoir toujours pour recommandées, et moy, en vos
bonnes grâces, etc., etc.

»(_P.S._) Depuis huit jours, je me suis trouvée assés mal; quy m'a
fait retarder cette dépesche, pour vous pouvoir mander meilleure
nouvelle de ma santé, laquelle est si souvent afoiblie par maladie,
que cella me faict de tant plus desirer que Dieu me fist la grâce,
pendant que j'ai à vivre, d'avoir cest honneur de vous voir encore.»

  [181] Lettre du 23 décembre, datée d'Anvers (Bibl. nat., mss. f.
  fr., vol. 3.415, fº 82).


Quelles sérieuses et émouvantes pensées s'éveillent, à la lecture de
ce simple post-scriptum!

La princesse y parle de l'affaiblissement de sa santé, sans proférer
la moindre plainte, car elle accepte, en chrétienne, toute
dispensation émanant de la volonté divine. Il semble qu'elle ait le
pressentiment de la brièveté de son existence. N'y a-t-il pas, en
effet, pour son coeur à la fois si tendre et si pieux, plus de
mélancolique résignation que d'espoir, dans ces paroles: «pendant que
j'ai à vivre?» Hélas! Charlotte de Bourbon n'avait plus, alors, que
quelques années à passer sur cette terre! Mais quel admirable emploi
ne fit-elle pas de ces trop courtes années, en consacrant au bonheur
de tous ceux qu'elle aimait les trésors de son affection, de son
dévouement et de son inépuisable bonté!

C'est de l'impérissable souvenir de tels trésors que se compose, dans
l'ensemble des données biographiques, la meilleure partie du
patrimoine de l'histoire. Honneur à elle quand elle les ravive et
quand ses annales en reflètent la splendeur!

Partageant, dans le cercle des relations de famille, les sentiments de
sa noble compagne, Guillaume de Nassau s'était lié d'amitié avec le
frère de celle-ci. Aussi, fut-ce le langage d'un frère affectionné
qu'il lui fit entendre, en l'entretenant, à son tour, du deuil à
l'occasion duquel Charlotte de Bourbon lui avait exprimé sa profonde
sympathie.

«Monsieur, disait-il au prince dauphin[182], si les lettres que j'ay
esté si heureux de recevoir de vous par M. de Mansard n'eûssent esté
accompagnées du rafraîchissement de la perte que vous avez faite de
feu madame vostre femme, j'eûsse eu occasion de recevoir beaucoup de
contentement de tant d'honneur qu'il vous plaist me faire, lequel, je
vous asseure, monsieur, que j'estime double, voïant qu'estant en si
grand ennui, vous me faites cette faveur d'avoir encore si bonne
souvenance de moi, qui vous plains extrêmement d'une telle séparation.
Mais je désire, monsieur, qu'il plaise à Dieu vouloir fortifier vostre
patience, et j'espère aussi que la prudence et sagesse qu'il vous a
départie vous feront de tant plus conformer à sa volonté. Au reste,
monsieur, je voudrais qu'il y eust en ma puissance chose par laquelle
je vous peusse tesmoigner combien me touche ce qui vous arrive, soit
bien, soit mal; et lors vous cognoistriés, monsieur, que, quand
j'aurois cest honneur de vous estre propre frère, je ne sçaurois de
plus grande affection désirer vostre soulagement et d'avoir moïen de
vous faire bien humble service. Quant à l'estat de ce païs, M. de
Maleroy, lequel nous envoyons exprès pour vous visiter de nostre part,
vous pourra particulièrement raconter ce qui est advenu pardeça,
depuis l'arrivée de M. l'archiduc Matthias, et la cause de sa venue,
les difficultés qui se présentent, d'heure à autre, et le travail que
j'ay pour amener le tout à une bonne fin, qui est tel, que le peu de
loisir que j'ay m'a souventes fois empesché de faire mon devoir envers
vous, comme je suis obligé. Mais, monsieur, vous me ferez cest honneur
de croire qu'il n'y a point de faute de bonne volonté; ce que
cognoistrés tousjours quand j'auray cest heur de recevoir de vos
commandemens, à quoy je me sens plus obligé que jamais, veu l'honneur
que faites à ma femme de prendre ses affaires en main, pour les
recommander à monseigneur vostre père, ce qu'elle vous supplie bien
humblement vouloir continuer, et moy en vostre bonne grâce, à laquelle
je présente mes très humbles recommandations, et prie Dieu vous
donner, monsieur, en parfaite santé très heureuse et longue vie.

     »D'Anvers, ce 20 décembre 1577.

     »Votre très humble frère, à vous faire service.

     »GUILLAUME DE NASSAU.»

  [182] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.415, fº 23.


Les faits que M. de Maleroy, ainsi qu'on le voit par la lettre
ci-dessus, devait porter à la connaissance du prince dauphin, étaient
empreints d'une incontestable gravité. En voici la substance:

Et d'abord, que s'étaient proposé les ennemis de Guillaume, en
appelant, à son insu, au gouvernement des Pays-Bas, comme s'ils
eussent eu le droit d'en disposer, un membre de la maison d'Autriche?
Aveuglés par la passion, ils avaient voulu, sans souci, d'ailleurs, de
l'incapacité de celui qu'ils choisissaient pour instrument de leurs
desseins, substituer à don Juan, désormais évincé, un chef qui
s'attachât à saper par sa base l'autorité du prince d'Orange et à
annihiler l'influence qu'il exerçait sur la masse de la population.

Un tel but ne pouvait être atteint: l'habileté du prince déjoua la
combinaison ourdie contre lui.

Devenu _Ruart_ de Brabant, c'est-à-dire plus que stathouder, il apaisa
le peuple, évita la guerre civile, accueillit l'archiduc Matthias; et
de prime abord, le voyant totalement dépourvu d'expérience, sans idées
arrêtées, sans plan conçu, il déclara, sur le ton d'un bienveillant
protecteur, «qu'il falloit entourer ce jeune seigneur de bons
enseignemens et conseils, et que la chose pourroit tourner à bien».

De graves délibérations s'ouvrirent; Guillaume en fut l'âme; elles
aboutirent à des solutions précises.

Les conditions imposées à Matthias le placèrent dans la dépendance des
états généraux. Acceptant, par le fait de ceux-ci, pour lieutenant
général, Guillaume, expressément maintenu, du reste, dans ses hautes
attributions de _Ruart_, il eut ainsi, à ses côtés, un tuteur et un
guide, entre les mains duquel se concentra le gouvernement effectif.
Un gouvernement nominal fut le seul apanage concédé à l'archiduc. Il
n'en pouvait pas être autrement, dans l'intérêt des Pays-Bas.

Sous la direction éclairée et ferme de Guillaume, la concorde
religieuse qu'il s'était constamment efforcé d'établir au sein des
Provinces, fut enfin assurée, en principe, par un acte solennel dont
il était le promoteur, et qui demeure dans l'histoire comme l'un de
ses plus glorieux titres à la reconnaissance publique; digne
couronnement de sa noble carrière de chrétien et d'homme d'Etat. En
effet, grâce à lui, fut signé, à Bruxelles, le 10 décembre 1577, un
nouvel acte d'union, aux termes duquel les catholiques et les
non-catholiques s'engagèrent à se respecter, les uns les autres, dans
l'exercice de leurs cultes respectifs, et à se protéger mutuellement
contre leurs ennemis communs. De la simple tolérance, limitativement
admise par la pacification de Gand, on passa ainsi au large et
bienfaisant régime de la liberté religieuse. Ce fut un immense
progrès.

Guillaume n'avait donc rien exagéré, en mentionnant, dans sa lettre à
son beau-frère, «les difficultés qui, depuis l'arrivée de l'archiduc
Matthias, s'étoient présentées, d'heure à autre, et le travail qu'il
avoit pour amener le tout à une bonne fin.»

De nouvelles difficultés à surmonter et de nouveaux labeurs à
accomplir l'attendaient dans sa carrière de luttes incessantes.

Une alliance avec l'Angleterre qui, si elle eût été fidèlement
maintenue par Elisabeth, pouvait être utile aux Pays-Bas, fut conclue
le 7 janvier 1578.

Don Juan, dans la colère qu'il en ressentit, commença les hostilités,
à la tête d'une armée, dans le commandement de laquelle il avait pour
principaux lieutenants, le prince Alexandre de Parme, Mansfeld,
Mondragon et Mendoza. Cette armée formidable anéantit, à Gemblours, la
faible armée des états, et s'empara de plusieurs villes.

Le double désastre subi de la sorte souleva l'indignation générale
contre les seigneurs catholiques, aux intrigues et à l'incapacité
desquels on l'attribuait, non sans raison.

Dominant la crise qui agitait les Provinces, Guillaume ramena le calme
dans les esprits, insista sur le devoir, pour tous les bons citoyens,
de s'unir entre eux, réussit à rallier au soutien de la cause qu'il
défendait la ville d'Amsterdam, qui, jusqu'alors, s'en était tenue
séparée, et travailla activement à l'organisation d'une nouvelle
armée, capable de tenir tête, cette fois, aux forces dont disposait
don Juan.

Le prince désirait vivement voir arriver dans les Pays-Bas le
valeureux Lanoue, qu'il y avait appelé et au concours duquel il
attachait le plus grand prix pour la mise sur pied et l'emploi de
cette armée.

Guillaume de Nassau et Charlotte de Bourbon possédaient en Lanoue un
ami dévoué. La sincérité des sentiments de haute estime et de
confiante amitié qu'ils professaient pour lui ressort de leur
correspondance; nous en détacherons les lignes suivantes, tracées par
la princesse[183].

«Monsieur, l'asseurance que j'ay de vostre bonne affection en mon
endroict ne permet que ceste occasion se perde, sans vous faire
sçavoir de nos nouvelles par le sieur Lenart, présent porteur, lequel
vous pouvant dire ce qui se passe pardeçà, je n'étendray point la
présente en ce sujet, mais bien pour vous prier bien affectionnément
de nous continuer vostre bonne volonté, en tout ce qu'aurez moïen de
faire pour nous, spécialement pour nous conserver aux bonnes grâces du
roy de Navarre, et qu'il soit assuré que ne souhaitons rien tant que
luy faire quelque bon service; de quoy monsieur le prince d'Orange et
moy désirons surtout qu'il soit bien assuré par vous, qui y pouvez
tout et qui nous avez par cy-devant en tant de sortes obligez, que ce
ne sera qu'une perpétuelle suite de bons offices qui nous rendra de
tant plus vos redevables; ce que monsieur le prince ne se peut tenir
d'avancer et ramentevoir, toutes et quantes fois qu'il parle de vous,
attendant que l'occasion d'y satisfaire survienne, ores qu'il soit
hors d'espérance de se pouvoir désobliger en cest endroict; ceste
saison vous apprestant matière d'augmenter vos bons offices, à cause
des troubles survenus au pays et la prise des armes, qui désire estre
justifiée par tout le monde, vous envoyant, à ceste fin, ce qui en a
esté publié: vous priant très affectueusement vouloir tousjours
embrasser les affaires de ce pays pour qui avez jà tant fait, et selon
les occurences qui se peuvent présenter, ou autre que ce présent
porteur vous pourra dire, nous y monstrer les effets de vostre bonne
volonté, comme pouvez attendre assurément de nostre part ceux de
l'obligation où nous tenez de longtemps, si pour vous ou autres des
vostres se peut faire pardeçà. Sur quoy je feray fin, pour me
recommander bien humblement à vos bonnes grâces, et de madame de
Lanoue; priant Dieu, etc., etc.»

  [183] Lettre du 17 octobre 1577 (Amyraut, _Vie de Lanoue_, p.
  232, 233).

Lanoue, qui avait espéré pouvoir se rendre dans les Pays-Bas, vers la
fin de février 1578[184], ne fut libre d'y arriver que plus tard. Le
duc d'Anjou (naguère duc d'Alençon), le retenait auprès de sa
personne.

  [184] Lettre de Lanoue à Despruneaux, datée de La Fère, 26 janv.
  1578 (Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.277, fº 6).

Lanoue profita de cette circonstance pour faire entendre de sages
conseils au duc, alors que les Pays-Bas étaient devenus l'objet de ses
âpres convoitises. Il voulait que son attitude vis-à-vis d'eux fût
celle, non d'un ambitieux qui prétendît les maîtriser, mais d'un
généreux auxiliaire qui contribuât à les soustraire au joug de la
tyrannie espagnole. «Il faut, disait-il[185], s'armer de bonté,
vérité, justice et tempérance, aultant comme de aultres armures: car à
ung peuple qui désire sortir hors d'une tyrannie, l'opinion de la
vertu d'ung prince libérateur peult beaucoup.» En cela, comme sur une
foule d'autres points, les vues de Lanoue concordaient entièrement
avec celles de Guillaume de Nassau.

  [185] Lettre précitée du 26 janvier 1578 (Bibl. nat., mss. f.
  fr., vol. 3.277, fº 6).

Il fallait à celui-ci, à raison du rôle tour à tour ambigu ou hostile
que le duc avait joué, en France, vis-à-vis des protestants, la
garantie d'une conduite désormais loyale à l'égard des Pays-Bas.
Guillaume, dans l'excès de sa confiance, accepta comme garantie la
parole du duc, sur la valeur de laquelle insistaient les négociateurs
employés par lui, et notamment, un homme recommandable, tel que
Despruneaux.

Certaines instructions, émanées du duc d'Anjou, et la correspondance
échangée, soit entre lui et Guillaume de Nassau, soit entre ce dernier
et Despruneaux, indiquent les prétentions originaires du duc, et les
limites ultérieurement apposées à son intervention dans les événements
qui s'accomplirent, en 1578, au sein des Pays-Bas[186].

  [186] _Appendice_, no 13.

Ayant, ainsi que son mari, confiance dans la parole du duc d'Anjou,
Charlotte de Bourbon répondait, le 24 juin 1578, en ces termes, à
diverses lettres qu'elle avait reçues de Despruneaux[187]:

«Monsieur, je desirerois avoir quelque bon moïen de faire congnoistre
à monseigneur d'Anjou combien j'ay envie de luy faire très humble
service, pour plusieurs raisons que vous cognoissez et dont vous m'en
représentez aucunes par vos lettres. Mais, d'autant que les affaires
de ce pays se gouvernent par le conseil qui y est estably, ainsi que
vous avez peu entendre estant pardeça, ce que je puis en cest endroit
est de leur recommander en général les affaires de mondit seigneur, et
voudrois y avoir autant de moïens comme j'ai bonne volonté; mais en
cela ma puissance est bien petite. Toutefois j'espère que, l'occasion
s'offrant, et le bien du pays, Son Altesse en aura toujours
contentement. Quant à vostre particulier, je ne vous puis assez
remercier de la bonne affection que vous me faites paroistre, vous
asseurant que me trouverés toujours bien preste à vous faire plaisir,
partout où j'en aurai le moïen, etc.»

  [187] Lettre datée d'Anvers (Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.277,
  fº 38).

La princesse ajoutait, le 15 juillet[188]:

«Monsieur Despruneaulx, j'ay toujours estimé, comme je fais encore,
que monseigneur le duc feroit paroistre par effect l'affection qu'il a
au bien et repos de ce païs; ce que j'ai occasion de désirer autant
que personne du monde. Et d'autant que monsieur de Mondoucet vous fera
entendre bien au long les particularitez qui se sont passées depuis
l'arrivée de mondit seigneur à Mons, je ne vous en ferai point de
redite, mais seulement je vous prieray de me faire ce bon office, de
présenter à son Altesse mes très humbles recommandations avec mon très
humble service, desirant d'avoir moïen de luy en pouvoir faire qui luy
soit agréable, etc.»

  [188] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.277, fº 51.

En regard des dispositions favorables que manifestaient le prince et
la princesse au sujet du duc d'Anjou, quelles étaient celles de ce
dernier vis-à-vis d'eux, des états généraux et des diverses provinces
des Pays-Bas? C'est ce qu'il est difficile de préciser; car des faits
d'une haute gravité, que relatent deux dépêches de Bellièvre et de
Lanoue, des 17 et 18 août 1578[189], ont fait naître, sur ce point,
des doutes qui, aujourd'hui encore, ne sont pas dissipés.

  [189] _Appendice_, no 14.

D'une autre part, si jamais homme loyal et valeureux embrassa, de
concert avec le prince d'Orange, la défense des Pays-Bas contre leurs
pires ennemis, ce fut incontestablement Lanoue. Il ne pouvait mieux
inaugurer les fonctions de maréchal de camp, que venaient de lui
conférer les états-généraux, qu'en leur adressant, au moment où il
allait prendre les armes, ces belles paroles[190]:

«J'ai horreur et compassion quand je considère les calamités que vous
avez souffertes, par ceste insupportable et âpre nation espagnole,
laquelle s'est débordée en toutes sortes de violences sur vos peuples;
ingratitude vilaine pour le service que vous lui avez fait. Vous et
nous sommes issus de ceste très puissante nation gauloise, les armes
de laquelle se sont senties en parties les plus esloignées; et nous
donne-t-on encore ceste louange, d'avoir tousjours esté très
affectionnez à conserver nostre liberté, pour laquelle il est notoire
combien nos maïeurs ont par le passé valeureusement combattu; ce qui
me fait croire que ceste vertu antique se renouvellera en vous, pour
chasser la cruauté des Espagnols qui, s'estimant comme anges, nous
tiennent, nous autres septentrionaux, comme des bestes, et, pour ce
regard, usant, à l'endroict des personnes libres, du traitement
convenable à des esclaves. Nous sommes vos compatriotes, usant de
mesme langage, ayant mesmes moeurs et coustumes, et bien encores
d'autres liens de proximité, afin que nous fussions aussy prompts à
vostre défense, comme la raison et le debvoir nous y convient. Ne
perdez point l'espérance ny le courage aussy, car vous sçavez bien que
Dieu oit le gémissement des affligez et favorise leur justice. Il vous
oira et favorisera. Combien de peuples battus de ceste dure oppression
ont esté délivrés par sa bonté! Cela vous doibt rendre certains qu'il
vous administrera ce qui est de besoing: et puis, c'est à ceste heure
que l'espoir et la valeur doibvent redoubler!»

  [190] Lettre aux états généraux (Bibl. nat., mss. f. fr., vol.
  3.426, fº 6).

Quel écho ce magnifique langage du pieux et héroïque Lanoue ne doit-il
pas trouver, de nos jours encore, dans les coeurs des descendants de
ses dignes amis du XVIe siècle, qu'il appelait si bien _ses
compatriotes_!

Parvenu promptement à la connaissance de Charlotte de Bourbon, ce même
langage fit vibrer son coeur de Française et de compagne du prince en
qui se personnifiait le sincère ami de la France et le constant
protecteur des Pays-Bas.

Un Français, non moins recommandable par ses nobles qualités que
Lanoue, arriva à Anvers, en 1578, à peu près en même temps que lui, et
eut aussi, avec le prince et la princesse d'Orange, d'intimes
entretiens. Ce second compatriote de Charlotte de Bourbon était
Duplessis-Mornay. Connaissant à fond, depuis plusieurs années, les
affaires des Pays-Bas, il avait été appelé par Guillaume de Nassau et
par les états généraux pour remplir une mission de pacification dans
l'une des provinces qui était alors plus agitée que les autres: il
était chargé «de se pourmener par la province de Flandres, où il avoit
jà acquis des amis[191]»; on espérait que ses conseils exerceraient
sur les esprits troublés une salutaire influence.

  [191] _Mémoires de Mme Duplessis-Mornay_, t. Ier, p. 121.

La princesse, en s'entretenant avec Mornay, mit une grâce délicate à
lui faire sentir qu'elle aimait à rencontrer en lui, non seulement
l'homme d'État au mérite duquel elle rendait pleinement hommage, mais
aussi et surtout l'homme de coeur qui avait donné de nombreuses
preuves de dévouement au duc et à la duchesse de Bouillon. Elle le
convainquit, en outre, qu'à titre de soeur tendrement attachée à la
duchesse, elle était profondément touchée de l'affectueuse sympathie
et de la vive sollicitude dont Françoise de Bourbon, dans son
douloureux veuvage, avait été entourée par Mme de Mornay.

La réciprocité d'égards, qui avait toujours existé entre le prince et
les états généraux, se manifesta, en 1578, dans une circonstance
particulière dont il importe de dire ici quelques mots.

Charlotte de Bourbon avait, le 31 juillet, donné le jour à une
troisième fille, lorsqu'en septembre s'agita la question du baptême de
cet enfant, Guillaume en informa les états généraux. Le recueil
officiel de leurs _résolutions_ nous fait connaître[192], dans les
termes suivants, la communication du prince, et celles de ces
_résolutions_ qu'elle motiva:

«_Séance du 9 septembre 1578._--Le seigneur prince d'Oranges déclare
comme il auroit pleu à Dieu luy envoyer une fille, laquelle il
vouldroyt faire baptiser selon sa religion, de laquelle comme le libre
exercice est permis en ceste ville, Son Excellence désire jouyr dudict
exercice: ce que toutesfois elle n'a voulu faire, sans, au préalable,
en advertir les estats.»

  [192] Voir Gachard, _Corresp. de Guillaume le Taciturne_, t. VI,
  p. 310 et suiv.

«_Séance du 12 septembre 1578._--Sur la proposition que Son Excellence
a faicte touchant le baptesme de son enffant, les estats de Brabant,
Gueldres, Flandres, Hollande, Zeelande, Utrecht, Malines et Frize se
sont référez à la discrétion de Son Excellence et luy offrent tout
humble service et assistance audict baptesme. Mais ceulx d'Arthoys,
Hainault, Lille, Douai, Orchies et Tournésis ont déclaré qu'ils ne
sont authorisez; mesmes que leur est par exprès deffendu de toucher le
faict de la religion, et que, partant, ilz ne peuvent porter quelque
consentement au faict dudit baptesme. Tournay estoit absent. Pour de
quoy faire rapport à Son Excellence, sont députez les sieurs
d'Oirschot, Caron et Greffier de Brabant, laquelle depuis est venue
remercyer lesditz estats de leur bonne affection.»

«_Séance du 20 septembre 1578._--Pour assister au baptesme de la fille
de monseigneur le prince d'Oranges, sont nommez les sieurs de
Saventhem, Leefdale, Utenhove, de Bie, et le docteur Aisma. Gueldres,
Tournay, Tournésis et Valenciennes absens.»

«_Séance du 21 septembre 1578._--Le maistre d'hostel du seigneur
prince d'Oranges, avec le secrétaire Brunynck, a requis les estatz de
dénommer aulcuns pour assister au baptesme de la fille de Son
Excellence, après midy, entre troys et quatre heures, convyant tous
ceulx de l'assemblée au souper.--Quant à la dénomination y est
satisfaict.--Pour faire un présent à la fille dudit seigneur prince,
résolu par pluralité de voix, de suyvre l'avis de ceulx de Brabant,
qui sera mis par escript...--résolu de donner la somme de troys cents
florins à la sage-dame, nourrice et aultres filles et femmes de
chambre de la femme et fille dudict prince...--après midy, la fille du
prince d'Oranges fut baptisée à la nouvelle religion.»

De son côté, le _Mémoire sur les nativités des demoiselles de Nassau_
porte: «Jeudi, le dernier jour de juillet, l'an 1578, une heure après
midy, Madame accoucha, en la ville d'Anvers, de sa troisième fille,
qui fut baptisée au temple du chasteau de ladite ville, le 21 de
septembre en suyvant, et nommée _Catharina-Belgia_ par madame la
comtesse de Schwarzbourg, soeur de mondit seigneur le prince;
mademoyselle d'Oranges sa fille, monsieur de Clervant, au nom de
monseigneur le duc Jehan-Casimir, et messieurs les estats de toutes
les provinces unies des Pays-Bas, comme tesmoings à ce requis,
lesquelz dictz estatz généraulx luy ont donné et assigné une rente
héritière de trois mille francs par an sur le comté de Lenghen, comme
il appert par les lettres sur ce despeschées.»

Un document contemporain[193] donne sur le baptême dont il s'agit les
détails suivants: «Le prince d'Oranges avoit remonstré que Dieu luy
avoit donné une fille, et qu'il desiroit la faire baptiser; et combien
que, depuis un an en çà, il s'estoit abstenu de l'exercice de sa
religion, que toutesfois, pour le présent, veu que on l'exerçoit
librement et publiquement en ceste ville (Anvers), si comme en la
maison des jésuites, en la chapelle du chasteau, et deux aultres
places en ladite ville, il estoit intentionné désormais s'y accommoder
en publicq, mais qu'auparavant il en avoit bien voulu advertir
messieurs les estatz, afin qu'ils ne le trouvassent mauvais. Sur quoy
ne fust donné responce; ains on espéroit le passer par silence, ou
aultrement le remettre à sa discrétion... Dimanche dernier, entre les
cinq à six heures du soir, la fille du prince d'Oranges fut baptisée,
au lieu où que l'on exerce la nouvelle religion, situé devant l'hostel
du dict prince, lequel aultrefois servait d'une place de corps de
garde du chasteau; et a luy auroit esté imposé le nom de _Catharina_,
de la part de la soeur dudict prince, femme du comte de Schwarzbourg,
et _Belgia_, de la part des estatz, qui avec ladicte dame l'auroient
levé de font, assistez de l'ambassadeur d'Angleterre et du duc
Casimir. De la part desditctz estatz auroit esté faict présent audict
seigneur prince de la conté de Linghen, à charge d'en rendre, au
prouffict de sadicte fille, par an, trois mille florins de rente
héritière, au denier seize[194].--Au soir, se célébra un magnifique
banquet, à l'hostel dudict prince, où que ledict Liébart, encores
qu'il se fûst absenté, quant il fut question d'offrir et dénommer
députez pour lever ledict enffant, et qu'il n'eût consenti au présent
de ladite conté, se seroit trouvé avec les autres ses confrères,
convié; où estoient aussy tous les colonelz et capitaines d'Anvers, à
une table à part, que le sieur de Sainte-Aldegonde et pensionnaire de
Middelbourg et aultres festoyoient pour le prince.»

  [193] «Rapport sommaire des affaires d'importance traictées et
  passées ez estatz généraulx depuis le 26 de may 1578 jusques au 6
  octobre 1579», par Me Barthélemy, Liébart, etc. (ap. Gachard,
  _Corresp. de Guillaume le Taciturne_, t. VI, p. 311, 312).

  [194] Voir _Appendice_, no 15.

Les états généraux, en donnant le comté de Linghen au prince,
rappelaient «les grandes raisons, congnues à un chascun, qu'ils
avoient de recognoistre le soing et travail que Son Excellence prenoit
continuellement pour le bien et conservation du pays»; mais, quelque
sincère que fût leur reconnaissance, il n'en demeure pas moins certain
que, parfois, ils se montraient lents ou inhabiles à soutenir par un
concours sérieux Guillaume de Nassau dans l'accomplissement de sa
tâche ardue.

A lui seul incombait donc la lourde obligation de faire face à des
difficultés sans cesse renaissantes.

Celles qui se présentaient dans les derniers mois de l'année 1578,
provenaient, ici, de deux personnages qui s'étaient annoncés comme
voulant lui venir en aide; là, de la continuation de la guerre avec
don Juan; ailleurs, des divisions intestines qui sévissaient dans les
provinces et dans les villes.

Les deux personnages, plus nuisibles qu'utiles, dont il s'agit étaient
le duc d'Anjou et le duc Jean-Casimir. Le premier, contraint de
renoncer, du moins pour le moment, à la réalisation de ses projets de
domination sur les Pays-Bas, n'était pour eux qu'un douteux
auxiliaire, disposé d'ailleurs à quitter bientôt leur territoire, et
qui, en effet, sans écouter ses conseillers habituels, le quitta
brusquement. Le duc Jean-Casimir, qui, sous les auspices de la reine
d'Angleterre, s'était annoncé comme champion de la réforme dans les
Pays-Bas, n'y agissait, principalement à Gand, qu'en vulgaire
ambitieux, et qu'en intrigant dont l'incapacité égalait la
présomption.

Après des alternatives de succès et de revers, les hostilités entre
l'armée des états généraux et celle de don Juan restaient suspendues
par des négociations qui étaient encore loin d'aboutir à une solution
pacifique.

Quant aux divisions qui agitaient les provinces et les villes, leurs
causes étaient multiples, et il n'y avait pour le prince, espoir,
sinon d'y mettre rapidement un terme, au moins de les atténuer, qu'en
unissant à l'emploi de mesures de justice et d'apaisement, celui d'une
stricte fermeté dans la répression de tous actes coupables.

Nous ne pouvons pas entrer ici dans le détail des faits relatifs à
l'état de choses compliqué qui vient d'être signalé. Bornons-nous, sur
un seul point, à mentionner la fermeté dont Guillaume de Nassau fit
preuve vis-à-vis de la population de Gand et l'habileté avec laquelle
il la fit rentrer dans les voies de l'ordre.

Depuis quelque temps, la plus turbulente des cités, Gand, était en
proie à l'anarchie. Le plus désastreux des ravages, enfantés par la
démence des anarchistes, était celui d'une hideuse intolérance. Elle
apparaissait, en traits sinistres, dans une effroyable lutte engagée
entre deux partis factieux, dont chacun avait à sa tête un homme
pervers, ici Imbize, là Ryhove. Étrangers à l'esprit de support mutuel
que leur eût inspiré la foi chrétienne s'ils en eussent possédé la
moindre parcelle, des milliers d'hommes égarés et furieux, qui
n'étaient catholiques ou réformés que de nom, se disputaient une
suprématie chimérique, et ne respiraient, les uns à l'égard des
autres, qu'une haine toujours prête à éclater en actes de violence.

Guillaume résolut de se rendre à Gand pour y remédier aux excès commis
et en prévenir le retour.

Charlotte de Bourbon savait qu'aborder un tel foyer de désordre
c'était, pour le prince, jouer sa vie; et pourtant, quelle que fût son
anxiété, à la pensée des périls qu'il allait affronter, elle ne songea
pas, un seul instant, à le retenir à Anvers; car, ainsi que lui, elle
était douée d'une foi et d'une abnégation qui la maintenaient
constamment à la hauteur de tout grand devoir à remplir.

Arrivé à Gand, le prince y luttait, depuis quatorze jours, contre les
passions déchaînées, lorsque, commençant à concevoir quelque espérance
de finir par les dompter, il écrivit à la princesse, le 18 décembre
1578[195].

  [195] Archives de M. le duc de La Trémoille.

«Ma femme, ma mye, Lauda est arrivé, ce matin, environ les neuf
heures, et m'ast apporté voz lettres et celles de monsieur mon frère
et de monsieur de Sainte-Aldegonde; et, comme celles de monsieur de
Sainte-Aldegonde estoient d'importance, je lui ai incontinent fait
response et l'ay prié voloir faire mes excuses tant vers mondit
frère, que vous, que ne vous ay respondu. Despuis est arrivé le comte
de Hohenloo, lequel m'ast apporté les vostres. Or, pour vous respondre
sur toutes les deux lettres, ne vous sçaurois dire aultre chose qu'il
me déplaist bien que les affaires de pardelà sont en tel estat que
nous ne nous porrons si tost veoir; mais puisque par vostre dernière,
l'on peut donner quelque contentement à la commune, ne peus sinon me
conformer à l'advis de monsieur le comte de Schwarzbourg, monsieur de
Sainte-Aldegonde et le vostre. Je pense bien que pour le moing ils
passeront les quinze jours avant que porrai partir d'issi; car il y
ast tant de diverses humeurs issi, qu'il y fault du temps pour les
faire ranger à la raison; et peult estre ceulx qui crient bien hault,
et qu'ilz porront plus tost de contredire que non pas pour remettre
les affaires, s'y trouveront bien empeschez à démeller ung tel faict.
Et veulx dire en vérité que, si les affaires se parachèvent comme ils
sont encommencés, que je puis, par la grâce de Dieu, avoir faict ung
signalé service à tout ce païs, et mesme à ceulx qui ne taschent que
de blasmer mes actions. Mais, Dieu merci, je suis tant accoustumé de
tels blasmes continuels, qu'il ne m'en soucie de rien, puisque j'ai
apaisement à ma conscience, que je marche en ce faict ouvertement,
sans avoir aultre regard que au bien et tranquillité de nostre patrie;
et en cela je prie à Dieu faire ainsi à mon âme. Il me déplaist,
certes, de veoir toutes ces dissidences, et me sembleroit beaucoup
mieulx qu'ilz parlassent ouvertement, que non pas, en particulier de
déguiser les actions d'ung homme de bien. Je vous escripts tout ceci à
cause que monsieur de Sainte-Aldegonde me mande que plusieurs
interprètent les offices que je faicts issi comme si fûssent faicts en
aultre intention; et que tout n'est que feintise, et qu'ilz sçavent
bien que tout qui se faict en ceste ville et de monsieur le duc
Casimirus at esté faict par réciproque intelligence, et que n'ai désir
que de remuer tout cet Estat et me faire grant. Je vouldrois, si ne
fasse honte, que chascung sceusse mon estat et en quelle extrémité nos
affaires sont: je suis asseuré qu'ils en auroient plus tost pittié que
non pas envie. Enfin il ne fault pour cela se lasser, mais continuer
constamment de faire son mieulx, comme j'espère que Dieu m'en donnera
la grâce. La maladie de M. de Boussu me contriste fort, tant plus que
Lauda m'ast dit, qu'en partant de delà, les docteurs avoient peu ou
nulle espérance. Je vous prie me donner souventement advis quel espoir
il y est de sa convalescence. Et sur ce finiray ceste avec mes très
affectueuses recommandations à vostre bonne grâce, priant le Créateur
vous donner, ma femme, ma mye, en santé bonne vye et longue. De Gant,
ce 18 de décembre, _anno_ 1578.

     »Vostre bien bon mari à jamais,

       »GUILLAUME DE NASSAU.»


Les appréhensions de Guillaume, à l'égard du comte de Bossu, n'étaient
que trop fondées; car bientôt il eut la douleur d'apprendre la mort de
ce valeureux chef, dont les efforts s'étaient confondus avec les
siens, dans la défense de la cause nationale.

La présence du prince à Gand porta ses fruits. A la suite de démarches
et de conférences, dans le cours desquelles son amour du vrai et du
juste, sa fermeté et son esprit de conciliation prévalurent, il ramena
au calme et à la raison une population turbulente et égarée. Il obtint
son adhésion à une paix religieuse qui assurait le libre exercice des
deux religions. Cette paix fut publiée le 27 décembre 1578.

Charlotte de Bourbon avait, le 7 janvier 1579, rejoint son mari à
Gand. Elle et lui partirent, le 19, de cette ville pour Dendermonde,
et de là retournèrent à Anvers, où, dès le 22, le prince annonça aux
états généraux que, «s'estant transporté à Gand, il y avoit fait tous
extrêmes debvoirs et offices pour y apaiser les habitants et
accommoder les affaires entre eux et les Wallons[196]».

  [196] Lepetit, _Chronique_, t. II, p. 372 à 375.

Ainsi apaisée momentanément, sur un point, l'effervescence se
maintenait encore sur plusieurs autres. Attisés par un clergé
ambitieux et intolérant, en même temps que par _les mécontents_,
nobles ou autres, que stipendiait l'Espagne, les antagonismes, les
haines, les scissions et les désordres de tout genre s'accumulaient de
jour en jour, dans de telles proportions, que la patrie commune était
menacée d'un prochain démembrement.

A un traité issu _des troubles d'Arras_, et conclu le 6 janvier 1579
par les provinces wallonnes d'Artois, de Hainaut, par les villes de
Lille, de Douai, d'Orchies, puis lancé dans le pays comme un brandon
de discorde, il avait été répondu par un traité d'union, que les
députés de la Gueldre, de Zutphen, de la Hollande, de la Zélande et de
quelques autres contrées s'étaient empressés de signer, le 23 janvier,
et de publier, le 29, à Utrecht, sans attendre l'arrivée en cette
ville des députés d'autres provinces, sur l'adhésion desquels il y
avait lieu de compter.

Le premier de ces traités tendait à fomenter la division au sein des
dix-sept provinces des Pays-Bas, à détacher de leur ensemble dix de
ces provinces, pour les assujettir indéfiniment à l'autocratie
espagnole, et, par cela même, à un régime exclusivement catholique.

Le second traité, au contraire, sans prétendre soustraire les sept
autres provinces à l'autorité royale, ne cimentait une union entre
elles qu'en vue de défendre la liberté religieuse et les autres
libertés publiques contre toute oppression étrangère.

La mémorable _Union d'Utrecht_ n'était, en effet, qu'un rempart opposé
aux excès de l'absolutisme royal: elle ne visait pas au renversement
de la royauté. Que, d'ailleurs, cette union portât inconsciemment en
elle le germe de l'indépendance à laquelle devaient arriver, un jour,
les Provinces-Unies, c'est ce qu'il est naturel d'admettre; mais il ne
faut pas perdre de vue que ce germe ne se développa, et que les
Provinces-Unies n'usèrent du levier de l'indépendance que pour se
dégager de l'intolérable pression sous laquelle elles s'affaissaient,
et qui menaçait de les écraser.

L'_Union d'Utrecht_[197] ne pouvait être mieux caractérisée que par
Guillaume de Nassau. Parlant, aux états généraux, des ennemis qui
l'attaquaient, il disait[198]: «Ils trouvent merveilleusement mauvaise
l'union des provinces faicte à Utrecht: pourquoi? Parce que tout ce
qui nous est bon leur est mauvais; ce qui nous est salutaire leur est
mortel. Ils avoient mis toute leur espérance sur une désunion: ils
avoient practiqué quelques provinces qui ont autant eu de conseils
qu'il y a de mois en l'an: ils avoient à leur dévotion quelques pestes
qui estoient entre nous. Quel remède pouvoit-on inventer meilleur à
l'encontre de désunion, qu'union? Et quel antidote plus certain contre
leur venin de discorde, que concorde? au moïen de quoi leurs
desseings, leurs trames, leurs conseils nocturnes, leurs secrètes
intelligences ont esté en un moment dissipés, monstrant Dieu, qui est
Dieu de paix et de concorde, combien il a en abomination ces langues
frauduleuses, et comment il peult facilement renverser telles fausses
et abominables entreprises. Voiez, messieurs, que je leur donne un
beau champ de crier, de se tempester. Je leur confesse que j'ai
procuré l'union, je l'ai advancée, j'ai estudié à l'entretenir, et
vous dis, messieurs, encores, et le dis si hault, que je suis content
que non seulement eux, mais aussi que toute l'Europe l'entende,
maintenez vostre union, gardez vostre union; mais faictes, faictes,
messieurs, que ce ne soit pas de parolles, ni par escrit, mais qu'en
effet vous exécutiez ce que porte vostre trousseau des flesches liez
d'un seul lien, que vous portez en vostre sceau. Aillent maintenant et
m'accusent d'avoir tout mis en confusion quand j'ai procuré l'union,
pour lequel faict je ne rougirai jamais. Car si, sous l'ombre d'une
paix, ilz nous tramoient une division, s'ils s'assembloient tantost à
Arras, tantost à Mons, en nous donnant tousjours de belles paroles, et
ce, pour se desjoindre, et attirer à leurs cordelles des esprits
légers, semblables à eux: pourquoi ne nous estoit-il licite de nous
joindre et lier, de nostre part? Sinon que peult-estre ils pensent
leur estre permis de mal faire et abandonner le païs, et quand? quand
Maestricht est assiégé; et à nous il n'estoit loisible alors de bien
faire et de garantir le païs. Apprenons donc, messieurs, ici ce qui
nous est utile et nécessaire, et l'apprenons du plus grand ennemi que
jamais ait eu le païs, et du plus grand tyran de la terre.»

  [197] Voir au no 16 de l'_Appendice_, le texte du traité, dit
  _Union d'Utrecht_.

  [198] _Apologie_, éd. de 1858, p. 137, 138.

Une nouvelle crise devait inévitablement surgir du traité d'Arras et
du point d'appui qu'il prêtait au développement du système
d'oppression adopté par l'Espagne, à l'égard des Pays-Bas. Don Juan
venait de mourir; Alexandre Farnèse, habile capitaine, sans doute,
mais en même temps homme sans foi, alliant la perfidie à la cruauté,
lui succédait dans le commandement de l'armée espagnole; et ce
nouveau chef allait reprendre avec vigueur les hostilités.

Tandis que Guillaume de Nassau se préparait à de nouvelles luttes,
quelles étaient, au foyer domestique, les préoccupations filiales de
sa compagne? Elle-même va nous les faire connaître.



CHAPITRE VII

  Maladie du duc de Montpensier.--Charlotte de Bourbon lui écrit.
      Touchant appel au coeur paternel.--Mission de Chassincourt
      auprès du roi de Navarre dans l'intérêt de
      Charlotte.--Mémoire dont Chassincourt est porteur.--Lettre de
      Charlotte à son frère.--Farnèse attaque Anvers. Repoussé de
      cette place, il va assiéger Maëstricht.--Héroïque défense de
      Maëstricht.--Prise de cette ville. Cruauté de Farnèse et de
      ses troupes.--Antagonisme des provinces wallonnes contre les
      autres provinces.--Efforts de Guillaume et de Charlotte pour
      éviter le démembrement de la patrie commune.--Preuve de leur
      généreuse abnégation.--Guillaume soutient la cause de
      l'indépendance nationale et celle de la liberté
      religieuse.--Charlotte de Bourbon saisit avec bonheur le
      premier indice d'un changement survenu dans les sentiments du
      duc de Montpensier à son égard.--Lettres d'elle à François de
      Bourbon.--Son amitié pour Mme de Mornay.--Naissance de
      Flandrine de Nassau.--Lettre de la princesse aux magistrats
      d'Ypres.--Écrit du chanoine Allard au sujet de Flandrine de
      Nassau. Ce qu'il dit de son baptême et de son séjour auprès
      de l'abbesse du Paraclet, cousine et amie de la princesse
      d'Orange.--Nouveaux troubles à Gand.--Intervention de Ph. de
      Mornay et de Guillaume.--Répression de ces
      troubles.--Relations de Guillaume avec la cour de France en
      1580.--Lettres de Charlotte de Bourbon à Catherine de Médicis
      et au roi de France.--Confiance de Guillaume dans la haute
      vigilance et la sagacité de sa femme, eu égard au maniement
      de diverses affaires d'État--Éloge par le comte Jean de la
      princesse, sa belle-soeur.--Lettres de la princesse à Hubert
      Languet et à la comtesse Julienne de Nassau.--Captivité de
      Lanoue.--Mort de la comtesse Julienne de Nassau. Son éloge.
      Lettres d'elle.--Lettre de Charlotte au comte
      Jean.--Naissance de Brabantine de Nassau.


Au milieu des alarmes que causait alors à Charlotte de Bourbon la
complication des affaires publiques, arriva de France une nouvelle qui
l'émut profondément. Son père avait été sérieusement malade, sans
vouloir, dans le premier moment, que sa fille fût informée de la
gravité de son état. Elle ne l'avait apprise que par une
communication, qui lui annonçait, en même temps, la guérison. Quelque
pénible que fût pour la princesse l'injuste rigueur du duc de
Montpensier, persévérant à laisser sans réponse les lettres qu'elle
lui avait écrites, elle n'en fut pas moins empressée à lui prouver,
une fois de plus, sa déférence et sa sollicitude, en lui adressant les
lignes suivantes, qui contenaient un touchant appel au coeur
paternel[199]:

«Monseigneur, ce m'a esté beaucoup d'heur de sçavoir aussy tost vostre
guérison, comme j'ai faict vostre grande maladie, dont encores je ne
lesse d'estre en paine; et ne fauldroys de faire plus souvent mon
debvoir de vous escrire, sans la crainte que j'ay de vous ennuier par
mes lettres, qui m'a empeschée beaucoup de foys de suivre ma bonne
affection; mais, d'aultre part, la peur que j'ay que ce respect me
pourroit estre imputé à quelque oubliance, m'a faict derechef prendre
la hardiesse de me ramentevoir en l'honneur de vostre bonne grâce et
de vous supplier très humblement de croire que c'est la chose du monde
que je desire le plus d'avoir quelque tesmoignage, que je suys si
heureuse d'y avoir bonne part. L'extrême desir que j'en ay me faict
entreprendre de m'adresser au roy de Navarre, affin que par son moïen
et faveur je puisse avoir quelque accès vers vous, monseigneur, pour
vous rendre tant mieulx esclarcy de beaucoup de choses qui me
concernent, que, possible, vous n'avez point encores entendues;
espérant que, lorsque vous en sçaurés la vérité, vous me ferés tant
d'honneur et de grâce, d'oublier non seulement ce qui s'est passé,
mais de n'avoir plus aucun mécontentement de moy, qui ay, ce me
semble, monseigneur, par ungne si longue privation de vostre faveur et
de tous offices paternels, assés ressenty d'affliction, pour me veoir
à présent honorée de vostre amitié et recognue de vous pour très
humble fille et servante. Monsieur le prince d'Orange vous escript
aussy, à ce mesme effaict, auquel sy vous plaisoit déclarer la bonne
affection qu'il vous plaist me porter, je le tiendrois à ung très
grand heur, et vous en supplie encores très humblement, et de m'avoir
tousjours, moy et mes petits enfans, pour recommandés, comme estant
nostre plus grand support. Je prye à Dieu qu'il nous puisse durer
longuement, et vous donner, monseigneur, en très bonne santé, très
heureuse et longue vie.

»D'Anvers, ce 21 février 1579.

     »Votre très humble et très obéissante fille,

     »CHARLOTTE DE BOURBON.»

  [199] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.344, fº 19.


La princesse écrivit, en même temps, à son frère[200]:
«..... J'ay prié M. de Chassincourt de vous discourir sur le faict de
quelques mémoires que je luy ay donnés, pour supplier le roy de
Navarre de me faire cette faveur, de moienner vers monseigneur nostre
père, qu'il luy plaise me recognoistre pour ce que j'ay cest honneur
de luy estre. De vous, monsieur, je vous supplie très humblement de
vous y vouloir emploïer, selon l'attente et fiance que j'ay, toute ma
vie, eue en vous, afin qu'à ceste fois mondit seigneur puisse prendre
quelque résolution à mon contentement, lequel me sera double, sy je
voy que par vostre moïen il me soit avenu; ce quy obligera monsieur le
prince vostre frère, et moy, de plus en plus à vous rendre, en tout ce
qui nous sera possible, très humble service.»

  [200] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.415, fº 60.

Guillaume de Nassau, ainsi que nous l'apprend sa femme[201], avait
appuyé, auprès du duc de Montpensier, les respectueuses instances de
celle-ci dans une lettre dont nous ignorons la teneur. Nous
connaissons du moins la lettre qu'en cette circonstance il adressa au
prince dauphin; la voici[202]: Monsieur, j'ay esté adverti par
plusieurs gens de bien de la bonne affection qu'il vous plaist de me
porter, et à ma femme; de quoy elle et moy avons toute occasion de
vous en remercier humblement. Et comme présentement nous prions le roy
de Navarre nous vouloir estre tant favorable et à mes enfans, de
prier, en nostre nom, M. de Montpensier, afin qu'il luy plaise donner
quelque recognoissance de la bonne amitié et affection naturelle que
je m'asseure qu'il porte aux siens; veu, monsieur, que je sçay que
cela, en partie, dépend de vous, pour y avoir interest, et, d'autre
part, le moïen que vous avez pour persuader à mondit sieur ce que vous
trouverez estre de raison; pour tant je n'ay voulu obmettre de vous
prier humblement vouloir en cela aider ceulx que vous cognoissez avoir
cest honneur que de vous tenir de si près; en quoy, oultre
l'obligation naturelle que nous vous avons, vous m'obligerez aussi en
particulier pour vous faire humble service, partout où il vous plaira
de me commander.»

  [201] Voir ci-dessus, sa lettre du 21 février 1579, au duc de
  Montpensier.

  [202] Lettre du 21 février 1579 (Bibl. nat., mss. f. fr., vol.
  3.415, fº 28).

Le sieur de Chassincourt, de qui il vient d'être parlé, était membre
du conseil du roi de Navarre, dont il possédait, à un haut degré, la
confiance. En intermédiaire dévoué, il justifia pleinement celle que
le prince et la princesse d'Orange avaient placée en lui.

Le mémoire qu'il était chargé de remettre au roi de Navarre[203] se
composait de deux parties, dont nous avons déjà fait connaître la
première[204], contenant le récit de ce qui s'était passé à l'abbaye
de Jouarre, en 1559, et déduisant les raisons desquelles ressortait
l'irrégularité de l'investiture de Charlotte de Bourbon, comme
abbesse.

  [203] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.182, fº 82, et fonds
  Clérambault, vol. 1.114, fos 182, 183.--Coustureau, _Vie du duc
  de Montpensier_, p. 217.

  [204] Voir ci-avant, chapitre Ier.

La seconde partie de ce mémoire portait:

«Ladite dame (Charlotte de Bourbon) alègue ces raisons, sçachant bien
que monsieur son père défère beaucoup aux cérémonies susdites, qu'il
pourroit penser avoir esté observées en son endroict et pour tant s'en
rendre plus difficile. Mais elles sont toutes vérifiées par
l'information mesmes qui en fut faicte en l'abbaye de Jouarre, à la
poursuite et instance de mondit seigneur de Montpensier, dont elle a
l'original pardevers elle, en laquelle toutes les religieuses, d'une
voix, tesmoignèrent, en termes exprès et plus amplement, tout ce qui
dessus est dit.

»Les raisons susdites estant bien remonstrées à mondit seigneur de
Montpensier, ladite dame supplie le roy de Navarre de le requérir,
pour conclusion, de la vouloir recognoistre pour sa très humble et
très obéissante fille, et, comme telle, luy faire part de ses biens,
mesmes en considération des enfans dont il a pleu à Dieu bénir son
mariage, et de ce luy donner si certaine asseurance, qu'à l'avenir il
n'en puisse naistre aucune difficulté.

»C'est la première voye que ladite dame veut tenter comme la plus
favorable, et qui ne peut estre trouvée mauvaise de personne, se
confiant tant en la justice de sa cause, en la bonté de mondit
seigneur, son père, et en l'intercession du roy de Navarre, qu'elle
espère en avoir une bonne issue.

»Toutefois, parce que les passions d'aucunes personnes qui luy sont
contraires pourraient rendre mondit seigneur, son père, moins facile
envers elle, en ce cas, et ceste première voye ne réussît-elle pas,
elle est conseillée d'en essayer une seconde, sy ledit sieur roy de
Navarre la trouve à propos, qui est, qu'en cas que mondit sieur de
Montpensier feust persuadé de ne rien faire, que, premier, il ne fust
esclarcy de sa cause par un arrest, ladite dame s'en tient s'y
asseurée, qu'elle n'a, en ce point, à craindre que manifeste
injustice, quand mesme le pape en seroit juge, pourveu qu'il donnast
sa sentence selon ses propres canons.

»Mais, parce que la passion et l'animosité des juges ecclésiastiques,
en tels faits et contre telles personnes est trop suspecte, elle
requiert que la chose soit jugée par tels personnages non
ecclésiastiques, que ledit seigneur roy et mondit seigneur de
Montpensier, son père, en voudront nommer pour juges ou arbitres, sous
le bon plaisir et authorité du roy; en quoy elle ne doubte point de
bonne issue, pourveu que mondit seigneur, son père, ne se déclare
point partie contre elle, ains les en laisse faire, comme elle espère
qu'il fera, par l'intercession dudit seigneur roy de Navarre.

»C'est une proposition si équitable et si juste, qu'on ne la peut
refuser; car, si on réplique, qu'estant une cause de religion, elle
est à renvoyer à la court d'église, nous avons l'édict de
pacification, au contraire, qui la renvoye aux chambres de concorde,
et en oste la cognoissance aux cours d'église, auquel mondit seigneur
de Montpensier a advisé des premiers.»

Deux mois s'étaient écoulés depuis le départ du sieur de Chassincourt,
sans qu'aucun détail relatif à la mission dont il s'était chargé fût
encore parvenu à Charlotte de Bourbon, lorsqu'elle crut devoir inviter
le prince dauphin, qui depuis longtemps la laissait privée de ses
nouvelles, à rompre, vis-à-vis d'elle, un silence dont elle
s'inquiétait.

«Monsieur, lui écrivit-elle, en mai 1579[205], vous avez, comme je
croy, à ceste heure, reçu les lettres que je vous ay escriptes par M.
de Chassincourt, où vous aurez entendu combien ce temps m'est
ennuyeulx, quand je n'ay point cest heur de savoir de vos nouvelles.
Celles que j'ay aprinses de monsieur nostre père, depuis huict jours,
m'ont mise en grant peine, pour avoir entendu comme il est recheust
par deux foys depuis sa première maladie; et comme je pensois
dépescher en diligence pour l'envoïer visiter, madame de Bouillon,
nostre soeur, m'a escript qu'il estoit hors de danger, grâces à Dieu;
quy m'a faict un peu retarder, pour envoïer, par mesme moïen, voir
monsieur mon nepveu, et luy présenter, de ma part, ung cheval venu de
Dannemarck, lequel je luy ay dédié aussitost que je l'ay veu, car il
semble estre aussi rare de force qu'il est petit, pour l'âge de mondit
sieur mon nepveu. Il luy sera, comme je l'espère, encore propre à son
service. Je vouldrois, monsieur, vous en pouvoir rendre à tous deux,
en chose meilleure, pour vous tesmoigner combien est grande mon
affection en cet endroit, où je vous supplieray très humblement me
continuer vos bons offices vers monsieur nostre père, et me mander en
quelle voulonté il est à présent pour mon regard, d'aultant que l'on
m'en a escript diversement. Quand il vous plaira me faire cest honneur
de m'avertir de ce qui en est, je le tiendray bien plus certain. Ce
porteur, l'un de mes gens, est fidèle et seur, pour oultre ce que vous
m'escripvrez, me faire rapport de ce que luy commanderés de me dire.
Je luy ay donné charge de vous faire entendre bien au long l'estat de
nos affaires, tant générales que particulières, et à quoy l'on est du
traicté de paix, etc.

  [205] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.415, fº 71.

»Monsieur, je vous supplie très humblement de m'envoïer vostre
pourtraict, et aussy de monsieur mon nepveu, sur peine de vous envoïer
celuy de ma fille aisnée, m'asseurant quy ne vous sera point
désagréable.»

Guillaume de Nassau, toujours plein d'égards pour la famille de la
princesse, s'adressa en même temps que celle-ci, à François de
Bourbon[206]. «Monsieur, lui disait-il, je n'ai point voulu faillir de
vous escrire par ce porteur que ma femme envoie exprès devers monsieur
vostre père, pour nous rapporter des nouvelles de sa santé, delaquelle
nous avons esté en bien grand'peine, pour avoir entendu comme il
estoit recheu par deux fois depuis sa première maladie; mais, à ceste
heure, on nous a asseuré, grâces à Dieu, qu'il estoit hors de danger.
Toutesfois, pour en estre plus certain, je n'ay trouvé que bon
d'effectuer ce voyage, afin que, par mesme moïen, nous puissions
sçavoir vostre bonne disposition et me ramentevoir en l'honneur de
vostre bonne grâce... j'ay donné charge audict porteur de vous faire
entendre l'estat auquel il plaist à Dieu tenir les affaires de ce
païs, etc.»

  [206] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.415, fº 30.

Or, quel était cet état? et qu'était le traité de paix que mentionnait
la princesse, à la fin de sa lettre? Il ne peut être répondu ici,
qu'en quelques mots, à ces deux questions.

Les opérations militaires vivement engagées par l'ennemi depuis
environ deux mois, avaient imprimé aux événements politiques une
marche rapide.

Farnèse, en se jetant tout à coup, le 2 mars, sur Anvers n'avait
nullement l'espoir de s'emparer de cette grande cité, dans laquelle
résidait alors, avec sa famille, un chef trop vigilant pour se laisser
surprendre. L'attaque, qui n'était qu'une feinte, fut repoussée par le
prince d'Orange, après un rude combat. Le but réel des opérations de
Farnèse était la conquête et la ruine de Maëstricht: il se reporta
donc vers cette place, et en entreprit le siège, sans se douter de
l'énergique et admirable résistance qu'allait opposer à sa colossale
armée une poignée de combattants, ayant pour émules, dans la défense
commune, leurs femmes et leurs enfants; tant il est vrai que jamais le
patriotisme n'apparaît plus grand, en affrontant une lutte formidable,
qu'alors que les saintes affections de famille l'inspirent et le
vivifient!!

Guillaume de Nassau fit les plus grands efforts pour déterminer les
états généraux à secourir Maëstricht, mais il ne put, sur ce point
capital, triompher d'une inertie qu'entretenait, à tort, leur trop
grande confiance dans des négociations alors engagées avec les
Espagnols pour arriver à une paix dont la conclusion était
singulièrement problématique. Aussi, la malheureuse ville, abandonnée
à elle-même, finit-elle par succomber, victime des atrocités commises,
à l'instigation de Farnèse, par des soldats, indignes de ce nom, qu'il
avait déchaînés, ainsi qu'autant de bêtes fauves, contre une héroïque
population livrée, comme proie, à l'assouvissement de leur rage.

Si, relativement à Maëstricht, les états généraux étaient demeurés
au-dessous de leur tâche, ils surent du moins la remplir vis-à-vis des
provinces wallonnes, en suivant, cette fois, les directions du prince
d'Orange.

Dans le débat soulevé par ces provinces, la question prépondérante
était celle de la religion et de l'exercice du culte.

Le prince et les états généraux insistaient sur le maintien, dans les
dix-sept provinces, indistinctement, de la pacification de Gand, base
de l'unité nationale, et d'une tolérance préludant à la consécration
de la liberté religieuse. Les provinces wallonnes répudiaient la
pacification de Gand et voulaient se séparer de la nation, dans
l'espoir d'assurer parmi elles la domination exclusive de la religion
catholique.

Dans leur ardeur insensée à briser pour toujours l'unité nationale,
et dans l'aveuglement de leur coupable intolérance religieuse, ces
provinces se mirent servilement à la merci de Farnèse, en lui
envoyant, sous les murs de Maëstricht, une députation; puis, bientôt
fut signé, entre leurs représentants et ceux du roi d'Espagne, un
accord préliminaire, officiellement ratifié plus tard, qui scindait
irrévocablement les Pays-Bas en deux parties.

En cette solennelle conjoncture, Guillaume de Nassau et Charlotte de
Bourbon, fidèles à leurs antécédents, remplirent un noble rôle. Pour
sauver d'un démembrement la patrie commune, le prince, de concert avec
sa fidèle compagne, dont l'abnégation maternelle le secondait dans un
suprême effort, offrit un gage exceptionnel de sa bonne foi, à l'appui
d'une alliance nécessaire entre lui et ses concitoyens catholiques: il
présenta, comme autant d'ôtages, tous ses enfants.

Son alliance et son offre furent repoussées; mais, tandis que, d'une
part, leur rejet pèse de tout son poids sur la mémoire des hommes
néfastes qui courbèrent les provinces wallonnes sous le joug de
l'Espagne, de l'autre, aux noms vénérés de Guillaume de Nassau et de
Charlotte de Bourbon demeure indissolublement attaché le glorieux
souvenir d'un dévouement rehaussé par la soumission volontaire au plus
grand des sacrifices.

Voilà, pour reproduire les expressions employées par la princesse,
dans sa lettre de mai 1579, «quel étoit, à cette époque, l'état
général des affaires, et à quoy l'on étoit du traité de paix».

Ainsi, deux ordres de faits distincts, séparés l'un de l'autre par un
abîme, se produisaient alors: d'un côté, l'abdication du sentiment
patriotique et l'affaissement du sentiment religieux, sous la pression
de l'intolérance; de l'autre, le patriotisme se confondant, dans sa
fidélité, avec le légitime besoin d'une indépendance nationale, et la
revendication, sur les bases de la pacification de Gand, d'un régime
provisoire de tolérance, devant conduire à un régime définitif de
liberté religieuse; en d'autres termes, ici l'autocratie espagnole,
saturée de bigotisme et de haine, prétendant façonner dix provinces à
son image; là, la haute personnalité de Guillaume de Nassau,
travaillant désormais à sauvegarder l'indépendance de sept provinces,
et à faire prévaloir au milieu d'elles les droits imprescriptibles de
la conscience chrétienne, toujours respectueuse de ceux d'autrui.

Sur ce point, quoi de plus grand, quoi de plus salutaire que le but
vers lequel tendaient les efforts de Guillaume! Car, que voulait-il?
que chacun professât sa religion avec une égale liberté et obtînt pour
son culte la même protection. Sa volonté s'appuyait sur un principe
fondamental qui, au XVIe siècle, n'était encore entrevu que par un
très petit nombre d'hommes supérieurs.

Ce principe se déduit, en théorie, du point de vue auquel dans les
États civilisés, se place, comme il le doit, tout sage législateur, en
proclamant la liberté religieuse. Ce législateur ne crée pas un droit;
il le constate. Appuyé sur l'étude de l'organisation intellectuelle et
morale de l'homme, il voit la foi religieuse se produire au sein de la
société; et, mû par la généreuse appréciation de cet état élevé de
l'âme, il érige au rang de règle immuable la nécessité de respecter la
foi, dans son essence et dans ses manifestations. Simple témoin du
mouvement religieux, à quelque degré et sous quelque forme qu'il
apparaisse, il s'abstient de se prononcer sur le mérite intrinsèque
des causes qui le déterminent; accueillant l'homme sur la terre, il ne
l'interroge point sur les secrets du ciel. En d'autres termes, il voit
surgir les religions comme d'immenses faits sociaux, non comme les
expressions diverses de la vérité divine. Sans aptitude et sans
mission pour discerner le vrai du faux, en matière de croyances, il
ouvre, car tel est son devoir, un libre accès dans la cité, à toutes
les religions; et, neutre au milieu d'elles, il les laisse agir et se
développer librement, tant qu'elles respectent l'ordre social et
qu'elles vivent, les unes à l'égard des autres, dans une juxtaposition
paisible et un support mutuel.

Après avoir signalé le principe fondamental sur lequel s'appuyait
Guillaume de Nassau, dans sa lutte en faveur de la liberté religieuse,
revenons à la situation personnelle de Charlotte de Bourbon; et
écoutons-la parler de la joie qu'elle éprouva à saisir le premier
indice d'un changement survenu dans les sentiments du duc de
Montpensier, à son égard. Ce changement venait de se traduire, d'abord
par la satisfaction qu'avait paru éprouver le duc à recevoir des
nouvelles de sa fille, de son gendre et de ses petits-enfants, puis,
par certaines communications échangées entre lui et la princesse,
ainsi que le prince, au sujet du règlement, à l'amiable, d'une affaire
de famille par voie d'arbitrage.

Le langage de Charlotte de Bourbon, dans deux lettres à son frère, est
précis sur ce double point.

«Monsieur, lui écrivait-elle, le 27 juillet 1579[207], ayant entendu,
par le retour de Jolytemps, comme il a pleu à Dieu remettre
monseigneur nostre père en bonne santé, j'en ay receu beaucoup de
contentement, et mesme de ce qu'il m'a asseuré comme il luy a pleu me
faire cest honneur d'estre bien aise d'entendre de nos nouvelles; en
quoy je remarque une bonne affection que j'ay cest heur de voir qu'il
conserve encores en mon endroict, dont je reçois un grand repos et
soulagement, attendant qu'il plaise à Dieu qu'il se veuille résoudre
à me le faire tant plus paroistre; vous remerciant très humblement,
monsieur, des bons offices qu'il vous a pleu me faire, tant pour ce
regard, que pour l'avancement de mes affaires: en quoy je ne puis
recevoir de vous plus de faveur et d'assistance que je m'en suis
tousjours promis, pour l'amitié que m'avez continuellement fait cest
honneur de me démonstrer, et celle que, de mon costé, je vous avois
dédiée, oultre le debvoir et respect à quoy j'estois obligée. Il vous
plaira donc, monsieur, continuant ce que vous avez desjà commencé pour
moi envers mondit seigneur nostre père, luy faire souvenir de déclarer
les arbitres qu'il luy plaira de prendre, ainsi que, de bouche, par
ledit Jolytemps il m'a mandé qu'il estoit en volonté de s'en résoudre;
à quoy je vous supplie de vouloir tenir la main, etc.»

  [207] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.415, fº 63.

La princesse ajoutait, le 12 août 1579[208]:

«Monsieur, je ne vous puis assez très humblement remercier de ce que,
suivant vostre promesse, il vous a pleu envoyer ce gentilhomme
pardeçà, et avec telle déclaration de vostre bonne volonté en mon
endroict, que je ne vous sçaurois assez tesmoigner du contentement que
j'en ay receu, pour estre la chose du monde que je désire le plus que
d'estre continuée en vos bonnes grâces et celles de monseigneur nostre
père, ayant monsieur le prince, vostre frère, faict response touchant
les arbitres qu'il luy a plu de nommer; sur quoy il se trouve de la
difficulté, d'autant que nous attendions d'en nommer aussy de nostre
part, desquels nous eussions meilleure cognoissance. Enfin, nous ne
nous sommes point tant arrestez sur ce faict, par l'ouverture qu'il
vous a pleu commander à ce gentilhomme de me faire et sçavoir de moy
ce que je penserois estre propre. Je n'ay voulu faillir de luy en
donner une déclaration, laquelle j'espère que vous trouverez
raisonnable, non seulement pour les moïens et facultez de nostre
maison et la qualité de celle à laquelle je suis alliée, mais aussi
par l'amitié qu'il vous plaist me faire cest honneur de me porter, et
à mes enfans; quy me faict vous supplier très humblement, monsieur, de
vouloir, selon que vous avez desjà bien commencé, estre moïen envers
monseigneur nostre père à ce qu'il se résoude sur ce faict et qu'il
prenne de bonne part la réponse que nous luy faisons, etc.»

  [208] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.415, fº 65.--Avec le
  contenu de cette lettre concorde celui d'une lettre écrite au
  prince dauphin par Guillaume de Nassau, le 13 août 1579 (Bibl.
  nat., mss. f. fr., vol. 3.415, fº 33).

Largement ouvert aux affections de famille, le coeur de Charlotte de
Bourbon ne l'était pas moins aux épanchements de l'amitié; aussi,
avait-elle accueilli avec bonheur l'arrivée à Anvers d'une jeune femme
française qu'elle aimait et qui l'aimait. Entre elle et Mme de Mornay
s'étaient établies de douces et confiantes relations, correspondant à
celles que la duchesse de Bouillon avait formées et entretenait avec
la pieuse et aimable compagne de l'homme d'élite dont le dévouement
avait été et ne cessait d'être, pour elle et ses enfants, un ferme
appui. Le prince et la princesse d'Orange avaient, pour leur propre
part, reçu des preuves de ce même dévouement, et saisissaient toute
occasion, s'offrant à eux, de montrer le prix qu'ils y attachaient.
Or, en l'été de 1579, se présenta une circonstance dans laquelle ils
se félicitèrent de pouvoir, tout particulièrement, entourer
d'affectueux égards M. et Mme de Mornay. Un fils leur étant né, à
Anvers, le 20 juillet, il fut décidé que Marie de Nassau serait la
marraine de cet enfant, qui eut pour parrains François de Lanoue et
Arthus de Vaudrey, seigneur de Mouy[209]. Que de fois l'enfance
n'a-t-elle pas ainsi, à son insu, exercé le privilège de resserrer les
liens qui déjà unissaient deux familles!

  [209] _Mémoires de Mme de Mornay_, t. Ier, p. 123.

A peine un mois s'était-il écoulé depuis la naissance du fils de M. et
de Mme de Mornay, que Charlotte de Bourbon devint mère d'une quatrième
fille. On lit, en effet, dans le _Mémoire sur les nativités des
demoiselles de Nassau_: «Mardi, le 18 d'août, l'an 1579, à dix heures
devant midy, Madame accoucha, en Anvers, de sa quatrième fille, qui
fut baptisée, au temple du chasteau, le 18 d'octobre ensuivant et
nommée _Flandrine_ par messieurs les députés des quatre membres de
Flandres, et par madamoyselle Anna de Nassau, seconde fille de Son
Excellence, comme tesmoings dudit baptesme, lesquels membres de
Flandres luy ont accordé une rente héritière de deux mille florins par
an, comme se vérifie par les lettres exprès sur ce dépeschez.»

Ailleurs on lit[210]: «Messieurs les estats de Flandres, en signe
d'une affection publique, luy donnèrent le nom de _Flandrine_, afin
que ceux qui l'oyraient nommer entendissent qu'elle estoit les amours
et les délices de la Flandre.»

  [210] _Épitre funèbre où est contenu un abrégé de la vie de Mme
  Charlotte-Flandrine de Nassau_, etc. Poitiers, 1er mai 1640.

Trois jours après celui du baptême de Flandrine, Charlotte de Bourbon
adressa aux magistrats d'Ypres la lettre suivante[211]:

«Messieurs, s'en retournans messieurs vos députez, je n'ay voulu
faillir à vous remercier bien affectionnément du bien et honneur qu'il
vous a pleu faire à monseigneur le prince et à moy, faisant assister
en vostre nom au baptesme de nostre fille Flandrine; dont nous estions
assez contens et satisfaictz de la faveur qu'avons receue en cest
endroict, sans que nous eûssions desiré d'accroistre les incommoditez
que vous avez en ce temps présent; mais, veu qu'il vous a pleu, sans y
avoir esgard, adjouster encore nouvelle obligation par le don qu'avez
faict à nostre dicte fille, ce nous est un si évident tesmoignage de
vostre bonne volonté envers nous, que je ne le puis, ce me semble,
assez estimer, ni vous en remercier, selon le ressentiment qui nous en
demeure, qui est tel, pour mon regard, que je n'oublieray rien de ce
en quoy je me pourray employer pour vostre contentement et repos; ce
que je vous prie de croire, vous asseurant, qu'avec l'aide de Dieu, je
ferai nourrir nostre chère fille en mesme volonté, et que cependant je
ferai tout debvoir pour elle d'aussy bon coeur, qu'après avoir
présenté mes plus affectionnées recommandations à vos bonnes grâces,
je prie Dieu vous donner, messieurs, en santé, heureuse et longue vie.
D'Anvers, ce 21 octobre 1579.

     »Vostre affectionnée et bien bonne amye.

     »CHARLOTTE DE BOURBON.»

  [211] _Documents historiques inédits, concernant les troubles des
  Pays-Bas_, 1577-1584, publiés par Ph. Kervyn de Volkaersbeke et
  J. Diegerick. In-8º, Gand, 1849, t. Ier, p. 434.


Le baptême de Flandrine suggéra, en 1653, à Claude Allard, chanoine de
Laval, auteur d'un livre à peine connu aujourd'hui[212], les
réflexions suivantes, que tout lecteur impartial appréciera à leur
juste valeur:

«Après la naissance de cette jeune princesse, la grandeur de la maison
dont elle était issue apporta tout ce qu'elle put à sa conservation,
et depuis à son élévation, fors ce qui estoit nécessaire au salut de
son âme; mais, comme le prince d'Orange, son père, avoit abandonné
Dieu pour suivre le monde, son soin le plus exact ne fut pas ce qui
touche l'Éternité. La mère, de son côté, estant toute de chair, et
n'ayant point les véritables sentimens du ciel, puisqu'elle estoit
sortie du chemin qui conduit à l'héritage céleste, ne se mit pas non
plus en peine des biens immortels. Leur empressement fut pour le
corps; ils allèrent à ce qui estoit périssable; et crurent qu'il leur
suffisoit de former une princesse grande pour le monde, sans songer
que cette imaginaire grandeur est suivie, après la mort, d'un horrible
abaissement et d'une perte éternelle. Ainsi, la liberté de la religion
où elle estoit née ne voulant point advouer la nécessité du baptême,
elle fut baptisée plutôt pour être distinguée entre ses frères et ses
soeurs, et pour estre reconnue seulement de son père charnel, que pour
estre reçue comme héritière de la gloire par le père céleste. On lui
imposa donc le nom de _Flandrine_, qui fut autant, dans l'ordre de sa
famille, une nomination de puissance et d'éclat, que de religion et de
sainteté. Les estats de Flandre, qui avoient formé un corps de
république, furent ses parrains et luy donnèrent ce nom, pour marque
qu'elle estoit la fille de l'Union et de l'Estat... Ainsi le monde
prit possession du corps et de l'âme de cette jeune princesse.»

  [212] _Le Miroir des âmes religieuses_, ou la vie de très haute
  et très religieuse princesse, madame Charlotte-Flandrine de
  Nassau, très digne abbesse du royal monastère de Sainte-Croix de
  Poitiers, par M. Claude Allard, prestre, chantre et chanoine de
  Laval, à Poitiers, 1653, 1 vol. in-4º.

Une étroite amitié unissait, de longue date, Charlotte de Bourbon à sa
cousine Madeleine de Longwic, abbesse du Paraclet. Madeleine, privée
du plaisir de voir désormais Charlotte, l'avait instamment priée de
lui envoyer, pour quelque temps, l'une de ses filles, dont le séjour
au Paraclet atténuerait la rigueur d'une séparation imposée à la
cousine retenue en France, par la situation de celle que ses devoirs
fixaient, à toujours dans les Pays-Bas. La prière avait été
accueillie, et, dès le mois d'août 1580, Flandrine, âgée d'un an,
était arrivée à l'abbaye. Elle s'y trouvait encore, lorsque, deux ans
plus tard, elle eut le malheur de perdre sa mère.

Jamais, on le comprendra sans peine, il n'était entré dans la pensée
de la princesse de destiner sa fille à la vie monastique; jamais non
plus Madeleine de Longwic n'avait songé à rien de tel pour Flandrine,
car elle respectait d'autant plus, dans la perspective des directions
à imprimer au coeur de l'enfant, les convictions religieuses de la
mère, qu'elle partageait elle-même ces convictions: et pourtant, se
rencontra, dans la suite des années, un jour où Flandrine devint
abbesse; mais, elle n'avait alors, pour la défendre contre les
obsessions qui finirent par l'enchaîner à la vie du cloître, ni la
protection d'une mère et d'un père, car elle était réduite à la triste
condition d'orpheline, ni même la protection de Madeleine de Longwic,
car cette dernière était frappée d'impuissance par de redoutables
ennemis dont les efforts combinés réussirent à arracher de ses mains
la jeune fille.

Nous n'avons pas à retracer ici les diverses phases de l'existence de
Flandrine: nous nous bornerons à signaler la fidélité avec laquelle
l'abbesse du Paraclet veilla sur le précieux dépôt que Charlotte de
Bourbon lui avait confié. Une preuve péremptoire de cette fidélité se
tire des faits mêmes qu'incrimina le chanoine Claude Allard, dans son
livre. Il y disait[213]:

«Nostre jeune princesse se voit contrainte, dès son bas âge,
d'abandonner la maison de son père, par un effet de cet amour
farouche, quoiqu'innocent, qui régne dans le monde. Charlotte de
Bourbon, sa mère, estant en France, avoit lié une étroite amitié avec
une sienne cousine germaine, abbesse de la maison du Paraclet. La
perte que celle-cy ressentoit dans l'éloignement de ceste autre
elle-même, l'oblige de chercher quelque consolation à une absence qui
n'en pouvoit recevoir ny en réparer le déplaisir ou la douleur; et,
pour cela, elle luy demande une de ses filles. Le prince d'Orange, son
père, accorde à la poursuite de sa femme, la prière de sa cousine,
quoiqu'avec une extrême difficulté...

  [213] P. 23, 35, 36, 44, 45, 51.

»Le malheur du siècle d'alors, où le venin de l'hérésie avoit répandu
son poison dans les parties qui devoient estre les plus saines de
l'Église, ayant pénétré jusques dans le sanctuaire et ayant ébranlé
les colonnes mesmes de l'édifice spirituel, avoit corrompu l'esprit de
l'abbesse du Paraclet: son âme, quoique pure, selon les moeurs, estoit
altérée, dans la doctrine; elle avoit un coeur de loup et de lion,
sous la peau et sous l'apparence d'une brebis et d'une colombe: sa vie
estoit un continuel déguisement, car, en effet, elle avoit les
sentimens et la créance huguenote, encore qu'elle eût un habit saint
et qu'elle parût vestue en religieuse....

»Cet embrasement (l'hérésie) se répandant partout, perça les murailles
de l'abbaye du Paraclet, laquelle, entre les autres, se vit
horriblement frappée de l'haleine mortelle de ce serpent. L'abbesse et
quelques-unes de ces religieuses avoient avalé ce poison, et, n'ayant
rien de sanctifié que l'habit, faisoient gloire de donner les
apparences à Dieu, et le coeur au démon. Ce fut dans ce lieu où le
père et la mère de nostre jeune princesse prirent résolution de
l'envoyer; et, comme ils estoient eux-mesmes infectés de ce mortel
breuvage, ils vouloient que leur fille allât s'abreuver dans cette
source corrompue et boire dans cette fontaine si sale et si
trouble....

»Le prince d'Orange et sa femme envoyans leur fille entre les mains de
l'abbesse du Paraclet, qu'ils n'ignoroient pas n'avoir que les
sentimens profanes du calvinisme, puisque cette malheureuse religieuse
portoit le coeur d'un démon et l'âme d'une mégère contre la foi
catholique sous cet habit, et qu'elle-même avoit jeté les premières
semences de l'infidélité dans l'esprit de Charlotte de Bourbon, mère
de nostre jeune princesse, qui eût crû que ce rejeton eût pû être
différent de son trônc?...

»L'abbesse se sentant très obligée des marques de l'affection cordiale
des parens de nostre princesse, répondit à ce témoignage de leur
amitié par toutes les choses qui pouvoient faire paroistre sa
reconnaissance; sa passion et le respect tout particulier qu'elle
avoit pour ce qui touchait la maison de Nassau rendirent son amitié et
ses attaches plus tendres vers nostre jeune princesse...

»L'abesse, qui avoit donné la première teinture de la créance de
Calvin à la mère, et qui servit de funeste instrument pour l'induire
d'abandonner Dieu, fut ravie de voir entre ses mains un rejeton de
l'arbre dont elle avoit corrompu la racine. Elle n'épargna ny
conseils, ny tendresses, ny caresses, ny artifices, pour imprimer dans
cette jeune âme ce qu'elle voulut y graver. Aussi, étoit-ce lors une
table rase, ou une toile capable de recevoir toute sorte de figures:
de façon qu'il ne fut pas difficile de courber cet arbrisseau selon le
lieu où l'on le vouloit placer; estant nourrie dans la religion
huguenote, eslevée dans l'esprit de ceste fausse créance, elle but
l'iniquité comme de l'eau.»

Il n'est pas sans intérêt de remarquer, qu'alors que deux enfants
venaient, ainsi qu'on l'a vu, de naître, à Anvers, le père de l'un
d'eux, Philippe de Mornay, y entreprit, sous les yeux des parents de
l'autre, Guillaume de Nassau et Charlotte de Bourbon, la composition
de son célèbre _Traité de la vérité de la religion chrétienne_[214];
oeuvre de foi et de science, qui portait en elle-même, par
anticipation, la condamnation des erreurs et des déclamations
intolérantes du chanoine Claude Allard.

  [214] _Vie de Ph. de Mornay_, Leyde, 1647, p. 49.

Laissons là au surplus ce détracteur de la famille de Flandrine, et
hâtons-nous de revenir au chef de cette famille, à sa noble compagne
et à leur digne ami.

De graves événements, compromettant le sort de la Flandre entière,
venaient de s'accomplir au centre de cette province, et y réclamaient,
ainsi que l'affirmait Mornay, la présence du prince. En effet, de
nouveaux troubles avaient éclaté à Gand; et Imbize, qui les avait
fomentés, attirait sur lui une répression d'autant plus stricte,
qu'ils dégénéraient en une véritable anarchie. Éclairé par les
rapports et les judicieux conseils de Philippe de Mornay, Guillaume se
rendit à Gand, et l'expulsion d'Imbize fut bientôt suivie du
rétablissement de l'ordre dans la grande cité et dans les localités
secondaires parmi lesquelles s'était fait plus ou moins sentir le
contre-coup de ses excès démagogiques.

De retour à Anvers, le prince ne tarda pas à voir sévir dans cette
ville, où il resta avec sa famille, un fléau, aux atteintes duquel
celle-ci et lui échappèrent heureusement.

Quant à Philippe de Mornay, il tomba gravement malade; et, le fléau
continuant à sévir à Anvers, «il fut convié par ceux de Gand d'aller
changer d'air en leur ville. Ils lui meublèrent une maison, de tout
point; et, le lendemain qu'il fut arrivé, le magistrat le venant
saluer, lui apporta une exemption de tous les subsides qui s'y
levoient, assez grands, à cause de la guerre. C'estoit en mémoire de
ce qu'il leur avoit esté instrument pour sortir de la confusion
d'Imbize. Là, il acheva l'an 1579 et commença l'an 1580. Il n'eut pas
plus tost repris un peu de santé, qu'il se remit à continuer son
oeuvre[215]».

  [215] _Vie de Ph. de Mornay_, Leyde, 1647, p. 51.

L'année 1579 se termina sans nouvel incident grave dans les Pays-Bas,
sur le sort desquels demeurèrent sans influence de longues conférences
tenues à Cologne, qui n'avaient pu aboutir à aucune solution précise.

Au début de l'année 1580, les relations entre le prince d'Orange et la
cour de France suivaient leur cours, lorsque Charlotte de Bourbon,
dans l'espoir de concourir, ne fût-ce qu'indirectement, à leur
maintien, adressa à Catherine de Médicis l'expression de sa déférence,
en lui disant[216]:

«Madame, s'en retournant le sieur de Revert trouver Vos Majestés, j'ay
esté bien aise d'avoir si bonne commodité de me ramentavoir en
l'honneur de vos bonnes grâces et vous supplier très humblement,
madame, qu'il vous plaise me tant honorer que de me vouloir tousjours
tenir au nombre de vos très humbles servantes et de me commander ce
que Vostre Majesté me trouvera capable de luy faire très humble
service; qui sera tousjours, oultre mon debvoir, de bien grande
affection, de laquelle je baise très humblement les mains à Vostre
Majesté, et supplie Dieu la conserver, Madame, en très bonne santé,
très heureuse et longue vie.

»De Vostre Majesté, très humble et très obéissante subjecte et
servante.

     »CHARLOTTE DE BOURBON.

     »A Anvers, ce 1er de février 1580.»

  [216] Bibl. nat., mss. Collection des copies et documents
  appartenant à la Bibliothèque impériale de Saint-Pétersbourg,
  vol. 1.248, fº 11.


Trois mois plus tard, la princesse d'Orange, vis-à-vis de laquelle le
service des finances royales était en retard d'acquitter une somme
due, appelait sur ce point l'attention du souverain en ces termes,
empreints d'une réelle modération[217]:

«Sire, s'en retournant le sieur de Russy à Oranges, pour mettre ordre
aux mouvemens y survenuz, au mieux que faire se pourra, je luy ay
donné charge de vous porter ceste lettre, par laquelle je supplie très
humblement Vostre Majesté d'avoir égard à la pension qu'il luy a pleu
m'ordonner; pour commander que j'en sois dressée, si ce n'est du tout,
au moins de quelque partie, suyvant les promesses qu'il a pleu à
Vostre Majesté, par diverses fois, m'en faire. Sur ce, je prie Dieu la
conserver, sire, très longuement en très heureuse et très parfaite
santé. D'Anvers, ce 10 mai 1580.

»De Vostre Majesté, très humble et très obéissante subjecte et
servante.

     »CHARLOTTE DE BOURBON.»

  [217] Bibliothèque de l'Institut de France, collect. Godefroy,
  vol. 260.


Vers la même époque, la princesse, en mère prévoyante, activait, en
s'adressant au receveur général de Hollande, à Dordrecht, le
recouvrement d'une somme à laquelle sa fille Élisabeth de Nassau avait
droit. «Monsieur Muys, écrivait-elle[218], comme je pensois envoyer
devers vous, pour la rente de ma fille Élizabeth, j'ay receu vostre
responce sur la lettre que, passé quelques jours, je vous avois
escritte pour cest effect, par laquelle vous me mandiés que l'argent
ne pourroit estre prest qu'à l'expiration de ce moys; qui m'a faict
retarder le voïage jusques à présent, que la nécessité en laquelle
nous sommes d'argent me contraint de vous importuner, vous priant de
m'en excuser et m'envoïer l'argent par ce porteur, qui vous en donnera
mon récépissé; vous asseurant au reste, monsieur Muys, si pardeça il y
a chose où je puisse m'emploïer pour vous, que je me revencheray de
tant de bons offices que vous me faictes, etc., etc.»

  [218] Lettre du 21 août 1580, datée d'Anvers (Archives générales
  du royaume de Hollande).

La correspondance de la princesse, dans le cours de l'année 1580,
offre des traces particulièrement intéressantes de ses intimes
relations de famille et d'amitié.

Dans une lettre d'elle à François de Bourbon, datée d'Anvers, 27
février, se trouve ce passage[219]: «Ayant entendu comme depuis
quelque temps vous estes arrivé à Paris, j'ai esté bien fort aise pour
l'espérance que cela me donne, qu'estant plus près de ces païs, nous
aurons cest heur d'entendre plus souvent de vos nouvelles, et meilleur
moyen de vous accommoder des nostres. C'est un des plus grands heurs
qui me puisse advenir, que d'entendre que vostre santé est bonne, et
pareillement à monsieur le prince, vostre frère, qui est depuis
quelques jours vers son gouvernement de Hollande, où les affaires sont
en assez bon estat, grâces à Dieu.»

  [219] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.415, fº 67.

Ici se produit, à propos de la tournée du prince en Hollande, une
preuve remarquable de sa haute confiance dans la vigilance de sa
femme, quant aux soins à prendre pour assurer la transmission
d'informations relatives à la marche des affaires publiques. En effet,
Guillaume, avant de partir, invitant les députés de la Flandre à
correspondre avec lui, leur avait expressément recommandé d'envoyer
leurs lettres directement à la princesse, qui les lui ferait
parvenir[220].

  [220] De Jonge, ap. Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série,
  t. VII, p. 262.

La confiance de Guillaume allait plus loin encore, car souvent il
entretenait la princesse du fond même des affaires qu'il dirigeait.

D'une autre part, si, en l'absence du prince, telle ou telle lettre
écrite par lui à la princesse contenait, aux yeux de celle-ci, des
choses dont la connaissance pût soutenir ou utiliser le zèle d'amis
dévoués de la maison de Nassau, elle se faisait un devoir de
communiquer à ces amis non seulement la substance de telles choses,
mais encore les lettres mêmes qui les mentionnaient. Rien, par
exemple, de plus probant, à cet égard, que ces simples paroles
adressées au prince d'Orange, soit par Villiers, soit par
Sainte-Aldegonde: «Monseigneur, je lus hier les lettres de Vostre
Excellence, du 12 du présent, écrites à Madame, lesquelles il lui a
pleu de me communiquer, ce qu'elle a faict aussy à M. de
Saint-Aldegonde[221], etc.»--«Monseigneur, j'ai lû ce qu'il a plû à
Vostre Excellence d'escrire à M. de Villiers et à moy, et depuis lû ce
qu'elle escrit à Madame[222] etc.»

  [221] Lettre de Villiers, du 17 mars 1580 (Groen van Prinsterer,
  _Corresp._, 1re série, t. VII, p. 362).

  [222] Lettre de Sainte-Aldegonde du 27 mars 1580 (Groen van Prinsterer,
  _Corresp._, 1re série, t. VII, p. 276).

Jamais, croyons-nous, on ne saura tout ce que Charlotte de Bourbon fut
pour Guillaume de Nassau, car les inspirations d'un grand coeur
échappent généralement aux investigations de l'histoire. Mais ce que
du moins on connaît des sentiments, du langage et des actions de la
noble princesse suffit à lui concilier l'hommage dû aux vertus et aux
riches qualités d'une femme éminente.

Parmi les admirateurs qui la caractérisèrent comme telle, s'est
rencontré un homme dont le témoignage demeure particulièrement
précieux à recueillir: cet homme fut le comte Jean de Nassau. Mieux
placé que d'autres pour connaître ce qui se passait au foyer
domestique de son frère et pour constater l'étendue du bonheur que la
princesse répandait autour d'elle, il écrivit, le 9 avril 1580, au
comte Ernest de Schaunbourg[223]: «Le prince a si bonne mine et si bon
courage, malgré le peu de bien qui lui arrive et la grandeur de ses
peines, de ses travaux, de ses périls, que vous ne sauriez le croire,
et que vous en seriez extrêmement joyeux. Certes, ce lui est une
précieuse consolation et un grand soulagement que Dieu lui ait donné
une épouse si distinguée par sa vertu, sa piété, sa haute
intelligence, parfaitement telle, enfin, qu'il eût pû la désirer. Il
la chérit tendrement.»

  [223] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VII,
  Introd. p. 29, et _ibid._ p. 327.

Appréciant avec un tact parfait la valeur morale et intellectuelle des
hommes sur lesquels elle pensait que son mari pouvait, en toute
sûreté, s'appuyer, Charlotte de Bourbon s'étudiait à lui ménager leur
concours, et allait parfois jusqu'à le réclamer elle-même directement
avec un confiant empressement. Pour ne citer qu'un fait, quoi de plus
délicatement senti et exprimé que cet appel qu'elle adressa, un jour,
à Hubert Languet[224]:

«Monsieur Languet, aiant discouru avec monsieur mon mari, pour aviser
par ensemble d'envoïer quelque ung en France pour ses affaires, je me
suis avancée de vous nommer, pour n'en cognoistre poinct quy avec plus
de prudence et expérience puisse mieulx conduire ce faict, y étant
joinct avec elle la bonne affection que vous portés à mondit seigneur
mari, dont pour ce qu'y s'en asseure, il désire fort que vous
entrepreniés ce véage; qui me faict vous prier que, s'il est possible
que vous puissiés encore porter ce travail, vous veuillés obliger vos
amis et, par mesme moïen, vous emploïer au bien du public, comme avés
toujours faict; et sur ce, je me vais recommander à vostre bonne
grâce, et remect le surplus de nos nouvelles à M. de Villiers, priant
Dieu, monsieur Languet, vous conserver en santé, avec bonne et longue
vie. A Middelbourg, ce 12 avril 1580.»

  [224] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VII, p.
  335.

Peu de temps après s'être ainsi adressée à l'un des amis de Guillaume,
Charlotte de Bourbon eut le chagrin d'apprendre qu'un autre de ses
amis, et l'un des plus chers, assurément, Fr. de Lanoue, venait, à la
suite d'un combat héroïquement soutenu avec une poignée d'hommes
contre les forces espagnoles, d'être fait prisonnier, non loin
d'Engelmunster[225]. Il était tout naturel que, sous l'impression de
ce douloureux événement, la princesse en joignit l'annonce à diverses
communications contenues dans une lettre qu'elle écrivait alors «à sa
bien-aimée mère», la comtesse Julienne de Nassau.

  [225] Qui ne sait avec quelle admirable constance François de
  Lanoue supporta, durant une captivité de cinq années, les odieux
  traitements que lui infligea la cruauté de ses lâches ennemis.

«J'ay esté, lui disait-elle[226], très aise d'entendre par mon nepveu,
le comte Jan, comme vous estes, pour le présent, en bonne santé, grâce
à Dieu, lequel je supplie, tous les jours, vous y voulloir conserver
longuement, comme estant le plus grand heur que nous puissions
recepvoir, et qui donne un grand contentement à monseigneur le prince
vostre fils, parmy ses peines et travaux, lesquels sont toujours à
l'ordinaire; mais Dieu, par sa grâce, les bénict, y donnant assés bon
succez, aïant, depuis peu de jours, reprins les villes de Malines et
Diest que tenoient les ennemis. Il est vray que la prinse de M. de
Lanoue, qui estoit mareschal de nostre camp, a fort ennuyé monseigneur
vostre fils, pour ce que c'est ung gentilhomme vaillant et doué de
beaucoup de rares vertus[227], et, outre cella, fidèle et affectionné
amy et serviteur de mondit seigneur; mais puisqu'il a pleu à Dieu
ainsy en ordonner, il s'en faut contenter. Au reste, madame, je vous
puis asseurer, pour le présent, de la bonne santé de monseigneur
vostre filz, lequel, depuis trois semaines, a esté extrêmement malade,
mais, pour l'heure, il ne s'en ressent plus et se porte bien, comme
auparavant. De moy, madame, je me trouve à l'accoustumée... Je me
rejouy avec nos grans et petits enfans; je désire qu'y puisse avoir
encore ungne fois en leur vie cet honneur de vous voir. Ma fille
aînée, Loïse-Julienne dit que vous l'aimerés le mieulx, pour ce
qu'elle a cest heur de porter vostre nom: elle commence à parler
l'allement, et est fort grande pour son âge. Ils sont tous en bonne
santé, grâce à Dieu... Je souhaite bien, madame, qu'il en soit de
mesme de vostre part, et de toutes mesdames mes soeurs, vos filles, à
quy je ne désire moindre prospérité qu'à moi-mesme; aussy, madame, je
m'estimerois très heureuse qu'il vous plust me commander quelque chose
peur vostre service; car je vous obéiray toute ma vie, de très grande
affection, de laquelle je vous présente mes très humbles
recommandations à vostre bonne grâce, et supplie Dieu vous donner,
madame, en très bonne santé, très heureuse et longue vie.

     »A Anvers, ce 9 juin.

     »Vostre très humble et très obéissante fille,

     »CHARLOTTE DE BOURBON.»

  [226] Lettre du 9 juin 1580 (Groen van Prinsterer, _Corresp._,
  1re série, t. VII, p. 367).

  [227] «Des succès réitérés (dans les Pays-Bas) avoient donné tant
  de courage aux François que de Lanoue commandoit, ses exemples
  avoient si bien sû leur inspirer l'amour de la véritable gloire
  qu'on peut acquérir par les armes, qu'ils ne songeoient ni à
  s'enrichir par le pillage, ni ne pensoient pas même à leur propre
  paye; uniquement attentifs à obéir aux ordres de leur chef, nul
  obstacle n'étoit capable de les arrêter, et, quoi qu'il pût
  exiger d'eux, il les trouvoit toujours disposés à le suivre....
  Il est certain que la France fut infiniment redevable à ce grand
  homme qui, tandis que la plupart de nos seigneurs et de nos
  généraux, gâtés par les vices du siècle ou de la cour, rendoient
  la nation méprisable par le désordre de leur conduite, sut lui
  seul soutenir, parmi nous et chez les étrangers, la gloire
  ancienne du nom françois, par sa probité, sa valeur, sa prudence
  et sa sévérité à faire observer la discipline militaire; qualités
  qui, en lui, n'étoient mêlées d'aucun vice, et qu'il possédoit au
  degré le plus éminent.» (De Thou, _Hist. univ._, t. V, p. 646.)


Cette lettre, datée du 9 juin 1580, est le dernier témoignage, écrit,
d'affection filiale, que Charlotte de Bourbon ait pu adresser à sa
belle-mère; peut-être même celle-ci n'en eut-elle pas connaissance,
car, le 18 du même mois, elle succomba à Dillembourg; et il était
difficile, au XVIe siècle, que la distance séparant de cette ville,
Anvers, où résidait la princesse, pût, surtout à raison de l'état de
guerre, être franchie en neuf jours, soit à travers les lignes
ennemies, soit au moyen d'un détour pour les éviter.

Les larmes répandues par le chrétien, à la mort d'un être bien-aimé,
qui partageait sa foi, sont des larmes bénies, qu'accompagne, en
regard de l'éternité, une suprême espérance, fondée sur des
déclarations divines! Telles furent les larmes que versèrent le prince
et la princesse, en apprenant que Dieu venait de rappeler à lui leur
mère vénérée. Sa longue existence avait été celle d'une humble et
fervente chrétienne, aspirant à la vie du ciel: dès lors, comment ne
pas croire que, par la bonté de Dieu, elle était désormais entrée en
possession de cette vie supérieure?

L'histoire se tait trop souvent sur certaines personnalités, à la
fois modestes et puissantes, dignes, à ce double titre, d'être
honorées, admirées même. De ce nombre est la comtesse Julienne de
Nassau.

Que saurions-nous d'elle, de sa foi vivante, de son amour maternel,
des judicieux et fermes conseils qu'elle donna à ses nombreux enfants,
si un pieux et savant écrivain n'avait pris soin de publier diverses
lettres de cette sainte femme?

Nous ne pouvons mieux faire, pour rendre hommage à sa mémoire, que de
reproduire, en les empruntant à la riche collection dont l'honorable
M. Groen van Prinsterer est l'auteur[228], quelques passages de celles
de ces lettres qui furent adressées à Guillaume de Nassau.

  [228] _Corresp. de la maison d'Orange-Nassau_, Supplém. de la 1re
  partie. Introduction, p. 12, 13, 14.

En 1573, à l'époque du siège de Haarlem, la comtesse Julienne lui
écrivait: «Avec quelle joie j'ai reçu votre écriture et appris de vos
nouvelles! Que le Seigneur vous soit en aide, dans les grandes
affaires que vous avez sur les bras! A lui est donnée toute puissance
dans le ciel et sur la terre... Jamais il n'abandonnera ceux qui se
confient en lui... Je prie Dieu qu'il veuille fortifier aussi les
braves gens de Haarlem... Mon coeur de mère est toujours auprès de
vous.»

A peu de temps de là, elle ajoutait: «Mon très cher fils, que Dieu
vous accorde des conseillers fidèles, qui ne vous engagent à rien de
nuisible au corps ou à l'âme... Je vous supplie de ne pas avoir
recours, dans vos difficultés, à des moyens contraires à la volonté de
Dieu, car le Seigneur peut aider, lorsque tout secours humain est
épuisé, et il ne délaissera jamais les siens.»

En 1574, après un succès considérable, la comtesse rapportant tout à
la faveur divine, disait à Guillaume: «Je vous félicite de la grande
victoire que le Seigneur, dans sa grâce miraculeuse, vous a donnée.»

Ayant perdu deux de ses fils à Mookerhei, elle écrivait: «En vérité,
je suis une pauvre et misérable femme; je ne sourois être délivrée de
ma douleur, avant que le bon Dieu ne me retire de cette vallée de
larmes; j'espère, et prie de coeur que ce soit bientôt. Vous m'écrivez
que rien n'arrive sans la volonté de Dieu; que, par conséquent, il
faut porter patiemment ce que le Seigneur nous envoie: je sais tout
cela, et que c'est notre devoir; mais les hommes restent des hommes,
et ne peuvent le faire sans son secours. Puisse-t-il nous accorder son
esprit, pour nous faire accepter ses dispensations et trouver notre
consolation dans sa miséricorde... Je ne vous retiendrai pas plus
longtemps par ma lettre; mais je persévérerai autant que Dieu m'en
fera la grâce, en priant pour vous.»

En 1575, lorsque la cause de la religion évangélique, dans les
Pays-Bas, semblait désespérée, la comtesse tenait à Guillaume ce
langage: «Humainement parlant, il vous sera, en effet, difficile,
étant dénué de tout secours, de résister, à la longue, à une si grande
puissance; mais n'oubliez pas que le Tout-Puissant vous a délivré
jusqu'à maintenant de tant de grands périls: tout lui est possible;
sans lui rien ne peut se faire. Je prie le Dieu de toute miséricorde
de vous faire la grâce de ne pas perdre courage dans vos nombreuses
afflictions, mais d'attendre avec patience son secours, et de ne rien
entreprendre qui soit contre sa parole et sa volonté, et qui puisse
nuire au salut de votre âme.»

En 1576 elle exprimait à son fils ce voeu: « Que le Seigneur vous soit
en aide et en consolation, dans toutes vos affaires et dans vos graves
soucis, de même que, jusqu'à ce jour, il vous a sauvé de la violence
et des menées de l'ennemi!»

M. Groen van Prinsterer fait suivre la reproduction de ces fragments
de correspondance de réflexions pleines de justesse; il dit:

«A l'incrédulité ou au formalisme qui n'a de chrétien que le nom, de
tels passages doivent paraître fades et insipides; mais nous sommes
persuadé que le prince, en lisant ces paroles, aura souvent répété
avec ferveur les mots de l'Écriture: «--Tourne-toi vers moi et aie
pitié de moi; donne ta force à ton serviteur; délivre le fils de ta
servante!» Nous leur attribuons même une importance historique,
sachant que la prière du juste a une grande efficace, que les
supplications des fidèles trouvent accès auprès du Dieu des armées,
que lui-même est leur aide et leur bouclier, leur forteresse et leur
libérateur, leur haute retraite, qui sauve le peuple affligé et
abaisse les yeux hautains.

»La mère de Guillaume Ier nous semble occuper une place parmi ceux
qui, avec des armes plus terribles que la lance et l'épée, se sont
montrés forts dans la bataille. Elle vécut et mourut presque ignorée,
souvent au milieu des épreuves et de la douleur; mais celui qui
regarde aux humbles avait fait de cette _pauvre et misérable femme_
une héroïne de la foi.»

Charlotte de Bourbon possédait, à un haut degré, la mémoire du coeur;
aussi, depuis la mort de l'électeur palatin[229], Frédéric III, qui
l'avait naguère si bienveillamment accueillie, à Heidelberg,
concentrait-elle sur la veuve et sur la fille de ce prince, la vive
affection qu'elle lui avait vouée. Apprenant, en août 1580, que la
jeune comtesse palatine, qu'elle chérissait comme une soeur, allait
épouser le comte Jean de Nassau, elle se félicita de voir des liens
d'amitié se transformer désormais en liens de famille, plus étroits
encore, et ses impressions, à cet égard, se traduisirent dans ces
lignes adressées à son beau-frère[230]:

«Monsieur mon frère, j'ay entendu par ungne lettre que monseigneur le
prince, vostre frère, m'a escripte, comme vous eussiés bien desiré que
luy et moy, et tous nos enffans eûssions pû nous trouver, à
Dillembourg, à vos nopces, chose qui, je vous asseure, seroit bien
selon mon souhaict; mais vous sçavés l'estat de ce païs et ce que nous
pouvons faire en cest endroict; quy me faict vous supplier bien
humblement nous vouloir excuser, et croire qu'y n'y a point faulte de
bonne voullonté; car je me sens, en ce faict, doublement obligée, tant
pour vostre regart, que pour l'alliance que vous prenés d'ugne sy
bonne et vertueuse princesse, laquelle j'ay tousjours honorée pour sa
piété et aimée comme ma propre soeur, dont à présent, pour l'honneur
de vous, j'auré encore plus d'occasion que jamais; et espère, monsieur
mon frère, quant elle sera pardeça, de luy rendre tous les offices
d'ungne humble et affectionnée soeur, dont il vous plaira l'asseurer,
etc., etc.»

  [229] Survenue le 26 octobre 1576.

  [230] Lettre du 28 août 1580. (Groen van Prinsterer, _Corresp._,
  1re série, t. VII, p. 389.)

Cette lettre de la princesse était datée d'Anvers. Le prince, qui se
trouvait alors à Gand, écrivit, de son côté, au comte Jean[231]:

«... J'ay entendu le heureux succès de vostre mariage, et que les
fiançailles ont esté faictes avecque résolution d'accomplir le mariage
au troisième de septembre. Vous povés estre asseuré que je en ay reçu
ung indicible contentement et réjouissance, et prie à Dieu vous voloir
donner à tous deux sa grâce, que puissiés vivre par ensemble en vraye
amitié et bon accord. Il n'y a rien quy me déplaist plus, que ma femme
et moy, avecques mes filles, n'avons cest heur de nous povoir trouver
audit jour avecque vous et vous servir à festoier voz hostes; mais,
puisque sçavés assés l'estat de ce païs, et aussi la courtesse du
temps, j'espère que nous pardonnerés que ne faisons le debvoir à quoy
sommes obligés, etc., etc.»

  [231] Lettre du 27 août 1580. (Groen van Prinsterer, _Corresp._,
  1re série, t. VII, p. 386.)

Si l'état du pays et _la courtesse du temps_ s'opposaient à ce que le
prince et sa femme se rendissent alors à Dillembourg, pour y assister
au mariage du comte Jean, un obstacle particulier, non mentionné
d'ailleurs par eux, leur interdisait aussi, pour le moment au moins,
tout déplacement. En effet, la santé de la princesse commandait des
ménagements qui n'eussent pu être impunément négligés. La naissance de
son cinquième enfant était attendue comme très prochaine; et les
prévisions sur ce point ne furent nullement déçues; car, le 17
septembre, naquit une fille, au sujet de laquelle est inscrite dans le
_Mémoire sur les nativités des demoiselles de Nassau_ cette mention:
«Mardy, le 17e de septembre 1580, à cinq heures du matin, madite dame
accoucha, en Anvers, de sa cinquième fille, qui fut baptisée audit
temple du chasteau, le 25 d'octobre ensuivant, et nommée _Brabantine_
par messieurs les états de Brabant, qui luy ont accordé une rente de
deux mille florins par an[232].»

  [232] Un acte de l'_État noble_, du 6 décembre 1580, relatant les
  résolutions des trois ordres, détermine l'assiette des
  hypothèques destinées à garantir le payement de la rente de 2.000
  florins accordée à Brabantine. (Voir le texte de cet acte dans
  Gachard, _Corresp. de Guillaume le Taciturne_, t. VI, Préface, p.
  x.)



CHAPITRE VIII

  Traité conclu avec le duc d'Anjou au
      Plessis-lez-Tours.--Sinistres desseins de Philippe II à
      l'égard du prince d'Orange.--Circulaire adressée par Farnèse
      aux gouverneurs et aux conseils provinciaux en exécution des
      ordres de Philippe II.--_Ban_ fulminé par Philippe II contre
      Guillaume de Nassau.--Correspondance de Charlotte de Bourbon
      avec son mari pendant une absence de celui-ci.--Relations
      affectueuses du prince et de la princesse avec Ph. de Mornay
      et Hubert Languet.--Mort de ce dernier.--Guillaume de Nassau
      rédige une _Apologie_ en réponse au _Ban_ de Philippe II.--Il
      la communique aux états généraux. Langage qu'il leur
      tient.--Réponse des états généraux.--Lettre de Guillaume de
      Nassau accompagnant l'envoi qu'il fait de son _Apologie_ à la
      plupart des souverains et des princes de l'Europe.--Citation
      de quelques-uns des principaux passages de
      l'_Apologie_.--Impression produite en Europe par ce mémorable
      document.--Appui que rencontre Guillaume dans le dévouement
      de Charlotte de Bourbon.


Depuis longtemps s'agitait la question du choix d'un prince étranger,
sous la protection duquel les Pays-Bas pourraient être efficacement
placés. Après maintes délibérations sur la conclusion desquelles les
sages conseils de Guillaume de Nassau pesèrent d'un grand poids, il
fut décidé, en juin 1580, que le gouvernement général des provinces
serait déféré au duc d'Anjou sous certaines conditions.

En conséquence, les états de certaines provinces, tels notamment que
ceux du Brabant, de la Flandre, de la Frise, qui assumaient sur eux la
responsabilité d'une ferme initiative, s'assemblèrent à Anvers, et
résolurent, le 12 août, d'envoyer au duc une députation, munie de
pleins pouvoirs pour traiter avec lui. Cette députation avait pour
chef Marnix de Sainte-Aldegonde.

Arrivés en France, les députés conclurent, le 29 septembre, au
Plessis-lez-Tours, avec le duc d'Anjou, autorisé à cet effet par le
roi, son frère, un traité qui, postérieurement à la conférence de
Fleix, fut ratifié, à Bordeaux, avec quelques additions, et suivi de
la publication d'un manifeste dans lequel le prince français se disait
résolu à délivrer les Pays-Bas du joug de l'étranger.

Cependant, à quoi Philippe II employait-il, dans ces mêmes pays, son
principal agent, sur le concours duquel il comptait, pour le strict
accomplissement de ses sinistres desseins à l'égard du prince
d'Orange?

Farnèse, par ordre de son souverain, adressait, le 15 juin 1580, aux
gouverneurs et conseils provinciaux la circulaire suivante[233]:

«Mon cousin, très chers et bien aymez! comme le roy mon seigneur, par
deux réitérées lettres siennes nous ayt mandé bien expressément de
faire incontinent publier ès pays de pardeçà la proscription et ban
icy joint, à l'encontre de Guillaume de Nassau, prince d'Oranges, pour
les causes contenues en iceluy ban, nous ne pouvons laisser, pour
obéyr, au commandement de Sa Majesté, de vous l'envoyer, vous
requérant et néantmoins, au nom et de la part de Sa Majesté,
ordonnant, qu'incontinent ceste veue, ayez à le publier et faire
publier par toutes les villes et places de vostre ressort et
juridiction en la manière accoustumée, afin que personne n'en puisse
prétendre cause d'ignorance; et n'y faites faulte. A tant, mon cousin,
très chers et bien aimez, nostre Seigneur vous ait en garde. De Mons,
le 15e jour de juing 1580. (signé): ALEXANDRE.»

  [233] Pièces jointes à l'_Apologie de Guillaume de Nassau_, p. 25
  de l'édition publiée, en 1858, à Bruxelles et Leipzig.

Le ban fulminé contre Guillaume, et mentionné dans cette circulaire,
portait la date du 15 mars 1580; l'arme, ainsi forgée à loisir était
donc, depuis trois mois environ, tenue en réserve par Philippe II, qui
épiait le moment où il pourrait, le plus sûrement, en frapper sa
victime.

Dans cet odieux _factum_, le tyran espagnol taxait le prince
d'ingratitude et de dissimulation; il l'accusait d'avoir été le
promoteur de _la requête_, de la destruction des images, de la
profanation des choses saintes, des prédications hérétiques; «d'avoir,
du vivant de sa seconde femme, épousé une religieuse et abbesse bénie
solennellement de main épiscopale, qu'il tenoit encore auprès de luy;
chose la plus déshontée et infâme qui pût être, non seulement selon la
religion chrétienne, mais aussi par les lois romaines, et contre toute
honnêteté;» d'avoir soulevé la Hollande et la Zélande; d'y avoir
introduit la liberté de conscience; de s'être fait nommer Ruart;
d'avoir lutté contre les gouverneurs nommés par le roi; d'avoir
constitué l'union d'Utrecht, et d'avoir fait échouer les négociations
de Cologne.

La conclusion du ban était ainsi libellée:

«Pour ces causes, qui sont si justes, raisonnables et juridiques,
Nous, usans, en ce regard, de l'autorité qu'avons sur luy (Guillaume
de Nassau), tant en vertu des serments de fidélité et obéissance qu'il
nous a souvent fait, que comme étant prince absolut et souverain
desdits Pays-Bas: pour tous ses faits pervers et malheureux, et pour
estre luy seul, chef, autheur et promoteur de ces troubles et
principal perturbateur de tout nostre Estat, en somme, la peste
publique de la république chrétienne, le déclairons pour trahistre et
meschant, ennemy de nous et du pays, et comme tel l'avons proscript et
proscripvons perpétuellement hors de nosdictz pays et tous autres noz
estatz, royaumes et seigneuries; interdisons et défendons à tous noz
subjectz, de quelque estat, condition ou qualité qu'ilz soyent, de
hanter, vivre, converser, parler ny communiquer avec luy, en appert ou
couvert, ny le recevoir ou loger en leurs maisons, ny luy administrer
vivres, boire, feulz, ny autres nécessitez en aucune manière, sur
peine d'encourir nostre indignation, comme cy-après sera dict;

»Ains permettons à tous, soyent noz subjectz ou aultres, pour
l'exécution de nostre dicte déclaration, de l'arrester, empescher, et
s'asseurer de sa personne mesmes de l'offenser tant en ses biens qu'en
sa personne et vie, exposant à tous ledict Guillaume de Nassau comme
ennemy du genre humain, donnant à chacun tous ses biens, meubles et
immeubles, où qu'ils soyent situez et assiz, qui les pourra prendre et
occuper, ou conquérir: exceptez les biens qui sont présentement souz
nostre main et possession.

»Et affin mesme que la chose puisse estre effectuée tant plus
promptement et pour tant plustost délivrer nostredict peuple de ceste
tyrannie et oppression, veuillant apprémier _la vertu_ et chastier le
crime; promettons, _en parolle de roy, et comme ministre de Dieu_,
que, s'il se trouve quelcun, soit de noz subjectz ou estrangers, si
_généreux de coeur_ et désireux de nostre service et bien publicq, qui
sache moyen d'exécuter nostredicte ordonnance, et de se faire quicte
de cette dicte peste, le nous délivrant vif ou mort, ou bien luy
ostant la vie: nous luy ferons donner et fournir pour luy et ses
hoirs, en fondz de terres ou deniers comptants, à son choix,
incontinent après la chose effectuée, la somme de vingt-cinq mil escuz
d'or: et, s'il a commis quelque délict ou fourfaict, quelque grief
qu'il soit, nous lui promettons pardonner, et dès maintenant luy
pardonnons, mesme s'il ne fut noble, l'anoblissons pour sa valeur: et
si le principal facteur prend pour assistance en son entreprise, ou
exécution de son faict, aultres personnes, leur ferons bien et
mercède, et donnerons à chacun d'iceux, selon leur degré et service
qu'ils nous auront rendu en ce poinct, leur pardonnant aussy ce que
pourroyent avoir mesfaict, et les anoblissant semblablement.

»Et pour autant que les réceptateurs, fauteurs et adhérens de telz
tyrans sont ceulx qui sont cause de les faire continuer, nourrir, et
entretenir en leur malice, sans lesquels ne peuvent les meschants
dominer longuement, nous déclarons tous ceulx qui dedans un mois après
la publication de la présente ne se retireront de tenir de son costé,
ains continueront à luy faire faveur et assistence, ou aultrement le
hanteront, fréquenteront, suyvront, assisteront, conseilleront, ou
favoriseront directement ou indirectement, ou bailleront argent d'ici
en avant, semblablement pour rebelles de nous et ennemys du repos
publicq, et comme telz les privons de tous biens, noblesse, honneurs
et grâces présentes et advenir, donnant leurs biens et personnes, où
qu'ilz se puissent trouver, soit en noz royaumes et pays, ou hors
d'iceux, à ceux qui les occuperont, soyent marchandises, argent,
debtes et actions, terres, seigneuries, et aultres, si avant qu'iceux
biens en soyent encores saisiz en nostre main, comme dict est: et pour
parvenir à l'arrest de leurdicte personne ou biens, souffira pour
preuve, de monstrer qu'on les auroit vus après le terme mis en ceste,
communiquer, parler, traitter, hanter, fréquenter en publicq ou secret
avec ledict d'Oranges, ou luy avoir donné particulière faveur,
assistence ou ayde directement ou indirectement; pardonnant toutesfois
à tous, tout ce que jusques audict temps auroient faict au contraire,
se venant réduyre et remettre soubz la deue et légitime obéissance
qu'ilz nous doibvent, en acceptant ledict traité d'Arras, arresté à
Mons, ou les articles des députez de l'Empereur à Coulongue.»

Voilà bien Philippe II, peint par lui-même, en traits saisissants!

Or, où rencontrer une plus abominable insulte à la majesté divine, que
sur les lèvres de cet être dégradé, de ce sinistre chef des
inquisiteurs, qui, dans ses hideuses incitations au crime, ose se dire
_ministre de Dieu_, et qui, stimulant, _de sa parole de roi_, la
cupidité et la main de vils sicaires, transforme, à leurs yeux,
l'assassinat en un acte _de vertu, de générosité de coeur_, que
récompenseront à la fois, la décharge de tous crimes antérieurement
commis, l'or et un titre de noblesse?

Au manifeste accusateur et sanguinaire, lancé contre le prince[234],
il fallait une réponse péremptoire: elle se fit énergiquement
entendre, en temps voulu.

  [234] Peut-être Montesquieu s'est-il un peu trop froidement
  exprimé sur le point qui nous occupe, en se bornant à dire
  (_Esprit des lois_, liv. XXIX, chap. XVI): «Il faut prendre garde
  que les lois soient conçues de manière qu'elles ne choquent point
  la nature des choses. Dans la proscription du prince d'Orange,
  Philippe II promet à celui qui le tuera de donner à lui ou à ses
  héritiers vingt-cinq mille écus et la noblesse; et cela, en
  parole de roi, et comme serviteur de Dieu. La noblesse promise
  pour une telle action! une telle action ordonnée en qualité de
  serviteur de Dieu! tout cela renverse également les idées de
  l'honneur, celles de la morale et celles de la
  religion.»--Montesquieu ne devait-il pas aller plus loin, et
  imprimer au front de Philippe II le stigmate indélébile d'une
  énergique réprobation?

Quel que fût le désir du prince de la produire immédiatement, il dut,
par respect pour de hautes convenances, la différer. Il fallait, en
effet, qu'il consultât préalablement[235] plusieurs personnages
notables et les conseils de justice qui tenaient le parti des états.
Ce préliminaire à accomplir, et l'élaboration de l'_Apologie_, dont
il sera parlé bientôt, impliquaient des démarches et des soins, qui
réclamaient de sa part d'assez longs délais. Rien, à cet égard, ne fut
négligé par lui, sans que, d'ailleurs, le maniement journalier des
affaires publiques en souffrit, soit qu'il se trouvât à Anvers, soit
qu'il se rendît dans telle ou telle province où sa présence était
nécessaire.

  [235] C'est ce que Guillaume lui-même déclarait en ces termes:
  «Comme par la sentence en forme de proscription, mes ennemis,
  contre tout droit et raison, se sont essaiez de toucher
  grandement à mon honneur, et faire trouver mes actions passées
  mauvaises, j'ai bien voulu prendre l'advis de plusieurs
  personnages notables et de qualité, mesmes des principauls
  conseils de ces païs.» (Remonstrance aux états généraux. Delft,
  13 décembre 1580, ap. Gachard, _Corresp. de Guillaume le
  Taciturne_, t. VI, p. 39).--On a conservé la lettre que Guillaume
  écrivit au Conseil de Hollande, de Zélande et de Frise, le 10
  septembre 1580, pour demander son avis. (Voir le texte de cette
  lettre, ap. Gachard, _ibid._, t. VI, p. 37.)

Animée comme lui d'un profond sentiment du devoir, Charlotte de
Bourbon, au milieu même de ses appréhensions[236] en voyant les jours
du prince plus que jamais menacés[237], se résignait à ce qu'il se
séparât d'elle, dès que les circonstances l'exigeaient.

  [236] «Pendant mon séjour à Sedan, le duc de Bouillon me faisoit
  part de tous les avis qu'il avoit de Flandres, _par lectres de
  madame la princesse d'Orange, sa tante_; que tout y alloit fort
  mal; que le duc d'Alençon (d'Anjou) ruinoit ses affaires et ceulx
  de ses amis par mauvais conseils; que monsieur le prince, son
  mari, n'avoit rien gagné à travailler pour sa grandeur, sinon
  d'irriter d'avantage ses ennemis, qui recherchoient sa vie à
  toute oultrance et par déclaration et proposition publicque du
  prix et salaire d'_un tel coup, dont elle craignoit quelque grand
  désastre, lequel il pleust à Dieu de destourner_.» (_Mémoires de
  La Huguerie_, t. II, p. 205.)

  [237] Les premières trames ourdies contre la vie de Guillaume de
  Nassau remontaient au début de l'année 1573. Toutes les
  tentatives, concertées dans l'ombre, pour l'assassiner avaient
  échoué. M. Gachard les fait connaître (_Corresp. de Guillaume le
  Taciturne_, t. VI, Préface, p. XXII à XXXI).--Guillaume disait
  (voir _Apologie_): «Il (Philippe II) promet vingt-cinq mil escuz
  à celuy qui me rendra entre ses cruelles mains, mort ou vif.
  Mais, ores qu'il n'en ait point fait de publication jusqu'à
  présent, pense-t-il que je sois ignorant combien de fois lui et
  les siens ont faict marché avecq les assassineurs et
  empoisonneurs pour m'oster la vie!»

Pendant toute la durée de son absence, elle entretenait avec lui, au
sujet des affaires d'État, une correspondance active, dont un fragment
important doit trouver place ici, comme pouvant donner une idée de la
vigilance et de la sagacité de la princesse.

«Monseigneur, écrivait-elle, d'Anvers, à Guillaume, le 29 novembre
1580[238], il y a deux jours que je vous dépeschay exprès pour vous
advertir de la prinse de Condé; à ceste heure, je viens de recevoir
des lettres de monsieur le prince d'Espinoy pour vous envoyer, où il
vous mande les occasions qui l'ont contraint de retirer ses gens de
ladite ville, et aussy autre entreprise que les ennemys ont sur la
Flandre. Je ne sçay s'il en aura communiqué au conseil de guerre en
ceste ville, ce qui, me semble, seroit bien nécessaire, pour y porter
plus prompt remède; car, d'aultant qu'on est longuement sans avoir de
vos nouvelles, je crains qu'il n'arrive inconvénient. Il vous plaira,
monseigneur, de regarder s'il y a moyen d'y pourvoir, et si, recevant
des lettres qu'on vous escrit, je les dois communiquer à quelqu'ung;
ce que je n'ay pas encore faict, craignant de faillir; ou bien si ce
sera le meilleur d'avertir monsieur le prince d'Espinoy, ceulx de
Flandre, ou aultres, (que, quant aux) affaires qu'il vous escrivent,
ils eûssent à en avoir correspondance avec ledit conseil de guerre. Il
y a aussi une chose qui me faict peine, qu'ils disent que d'aulcuns
des François qui estoient auprès de Cambray se retirent. Il me semble
qu'il seroit très nécessaire que vous envoyassiez quelqu'un vers
monsieur de Rochepot, pour sçavoir son dessin et ce qu'il a
commandement de faire, et leur faire aussy entendre si on les trouve
en bonne volonté, ce qui seroit besoing de faire pour empescher
l'ennemy; tant y a, monseigneur, que je scay que vostre présence est
bien nécessaire où vous estes, mais aussi elle manque bien
pardeça.--Je me fortifie peu à peu, espérant, sy ce dégel continuait,
qu'avec l'aide de Dieu, je pourrois vous aller trouver, dans quelques
jours; mais si vous délibériez de revenir bienstost, alors ma
délibération changeroit. Et sur ce, je prie Dieu, monseigneur, etc.»

  [238] Archives générales du royaume de Hollande. Recueil
  manuscrit, intitulé: _Brieven van vorsten, regering personen_,
  etc.

Lorsque cette lettre fut expédiée à Gand, où se trouvait le prince,
Ph. de Mornay se disposait à quitter Anvers, avec sa femme et ses
enfants. Charlotte de Bourbon s'affligeait d'autant plus de les voir
se séparer d'elle, peut-être pour toujours, qu'elle était encore toute
émue de la perte récente d'un ami commun, non moins cher au prince et
à elle, qu'à eux-mêmes, en d'autres termes, de la mort de l'excellent
Hubert Languet[239]. Survint un incident, à l'heureuse issue duquel,
d'ailleurs, elle ne fut pas étrangère, qu'un biographe[240] raconte en
ces termes:

«M. de Mornay avoit pris congé de messieurs les estats, de M. le
prince d'Orange et de tous ses amis; son bagage acheminé, sa femme et
ses enfans en carrosse sur le bord de l'Escaut, pour trajecter en
Flandre, luy deux heures après les devant suivre; voicy que, sans luy
en dire mot, M. Junius, bourguemaistre d'Anvers, personnage insigne en
authorité et doctrine, la va arrester, et, quelque résistance qu'elle
feist, la ramène en son logis, disant que M. le duc d'Anjou ayant à
venir, au premier jour, au pays, près duquel ils avoient si peu de
personnes confidentes et affectionnées à leur bien, ce n'estoit pas le
temps de laisser aller M. Duplessis; luy en font escrire par M. le
prince d'Orange qui estoit à Gand, _parler par madame la princesse, sa
femme_, requérir par les estats. Mais il leur dit qu'il ne pouvoit
acquiescer à leur désir, duquel néanmoins il se sentoit et indigne et
très honoré, sinon avec le congé de son maistre. Sur quoy y fut
promptement dépesché le baillif de Nozeroy, en poste, avec lettres
très expresses du prince d'Orange et des estats, vers le roy de
Navarre; lequel ayant tesmoigné, avec beaucoup d'estime de M.
Duplessis, combien son service luy estoit utile auprès de soy, luy
permettoit toutefois de demeurer encore six mois auprès d'eux,
desquels il ne luy sçauroit moins de gré que s'ils estoyent employés
près de sa propre personne.»

  [239] Mme de Mornay, quoique malade, avait, avec une pieuse
  sollicitude, assisté Hubert Languet jusqu'à son dernier soupir.
  Sentant approcher l'heure suprême, il lui avait dit: «Qu'il
  n'avoit regret que de n'avoir pû revoir M. Duplessis, premier que
  mourir, auquel il eust laissé son coeur, s'il eust pû.... il
  l'adjura de requérir de luy, en luy disant adieu, de sa part, une
  chose: qu'au premier livre qu'il mettroit en lumière, il feist
  mention de leur amitié.» Ph. de Mornay, en ami fidèle, répondit,
  par la préface de la version latine de son _Traité de la vérité
  de la religion chrétienne_, au désir qu'avait exprimé Hubert
  Languet. Qu'il est beau, qu'il est touchant, l'aspect sous lequel
  se revèlent à nous ces deux coeurs de chrétiens, indissolublement
  unis l'un à l'autre dans la conviction que les saintes affections
  demeurent, par la grâce de Dieu, plus fortes que la mort!!

  [240] _Vie de Ph. de Mornay_, Leyde, 1647, p. 59.--Les détails
  ci-dessus sont empruntés par le biographe aux _Mémoires de Mme de
  Mornay_.

Ph. de Mornay resta donc, quelque temps encore, à Anvers.

Le prince, qui lui avait antérieurement communiqué, ainsi qu'à Hubert
Languet, son projet de réponse au ban de proscription, accueillit avec
confiance les observations de ces deux amis, dont les conseils étaient
toujours si désintéressés et si sûrs[241]; et ayant définitivement
arrêté la rédaction de sa mémorable _Apologie_[242], la présenta, le
13 décembre 1580, aux états généraux, alors réunis à Delft, en leur
tenant ce viril langage[243]:


     «Messieurs,

»Vous avez veu par ci-devant une certaine sentence en forme de
proscription, qui a esté envoiée par le roi d'Espaigne et depuis
publiée par ordonnance du prince de Parme. Et, comme par icelle, mes
ennemis, contre tout droict et raison, se sont essaiez de toucher
grandement à mon honneur, et faire trouver mes actions passées
mauvaises: j'ai bien voulu prendre l'advis de plusieurs personnages
notables, et de qualité, mesmes de principauls consauls de ces païs.
Mais pour raison de la qualité d'icelle proscription, les énormes et
atroces crimes desquels je suis chargé, ores que ce soit à tort:
toutesfois j'ai esté conseillé ne pouvoir satisfaire aultrement à mon
honneur, sinon en monstrant par escript publicq, combien injustement
j'estoi accusé et chargé de plusieurs crimes, comme aussi j'estoi
publiquement injurié et calomnié. Suivant lequel advis, messieurs,
attendu que je vous recognoi seuls en ce monde pour mes supérieurs,
je vous présente ceste mienne défense escritte contre les criminations
de mes adversaires, par laquelle j'espère non seulement avoir
descouvert leurs impostures et calomnies, mais aussi légitimement
justifié toutes mes actions passées. Et d'aultant que leur principal
but et intention est de cercher tous les moïens de m'oster la vie, ou
bien me faire bannir de ces païs, et pour le moins diminuer
l'authorité qu'il vous a pleu me donner, comme si, obtenant telle
chose, le tout leur viendroit à souhait: et d'aultre part, d'aultant
qu'ils me calomnient, que par moïens illicites je retiens mon
authorité: je vous supplie, messieurs, de croire, ores que je suis
content de vivre tant qu'il plaîra à Dieu entre vous, et vous
continuer mon fidèle service, toutesfois que ma vie que j'ai desdiée à
vostre service, et ma présence au milieu de vous, ne me sont point si
chères, que très volontiers je n'abandonne ma vie, ou que je ne me
retire du païs, quand vous cognoistrez que l'un ou l'aultre vous peult
aucunement servir pour vous acquérir une certaine liberté. Et quant à
l'authorité qu'il vous a pleu me donner, vous sçavez, messieurs,
combien de fois je vous ai supplié de vous contenter de mon service et
me descharger, si vous trouvez qu'il convienne pour le bien de vos
affaires: comme encores je vous en requiers, offrant toutesfois, comme
j'ai tousjours faict en tout ce qu'il vous a pleu me commander, de
continuer à m'emploier au service la patrie, au prix de laquelle je
n'estime rien de ce que est en ce monde: comme je le vous remonstre
plus amplement en ceste mienne défense, laquelle si vous jugez
convenir, je vous supplie trouver bon qu'elle soit mise en lumière,
affin que non seulement vous, messieurs, mais aussi tout le monde
puisse juger de l'équité de ma cause et de l'injustice de mes
adversaires.»

  [242] Ph. de Mornay a dit, en parlant de la communication que le
  prince avait faite à lui et à Hubert Languet: «Nous nous
  apercevions bien que rien ne lui touchoit tant le coeur que ce
  qui avoit été dit contre son mariage». (De Thou, _Hist. univ._,
  t. V, p. 613, note 1.)

  [242] «Apologie de monseigneur le prince d'Orange, conte de
  Nassau, de Catzenellenbogen, Dietz, Vianden, etc., Burchgrave
  d'Anvers et viscomte de Besançon; baron de Breda, Diest,
  Grimberge, d'Arlon, Nozeroi, etc., seigneur de Chastel-Bellin,
  etc., lieutenant-général ès Païs-Bas, et gouverneur de Brabant,
  Hollande, Zélande, Utrecht et Frise, et admiral; contre le Ban et
  édict publié par le roi d'Espagne, par lequel il proscript ledict
  seigneur, dont apperra des calumnies et faulses accusations
  contenues en ladicte proscription.» (1 vol. in-8º, Bruxelles et
  Leipzig, 1858.)

  [243] «Remonstrance de monseigneur le prince à messeigneurs les
  états généraux des Païs-Bas» (édit. de 1858 de l'_Apologie_, avec
  pièces, p. 31 à 33).

Le 17 décembre, les états généraux répondirent au prince[244]:

«Les estats généraux aiants depuis quelques jours veu et leu une
proscription publiée par les ennemis contre la personne de Vostre
Excellence, par laquelle ils imposent à icelle des crimes énormes,
essaiants la rendre odieuse, comme si par moïens illégitimes et voies
sinistres elle auroit usurpé le lieu et degré auquel elle est
constituée; et d'exposer sa personne en proie et lui oster son
honneur: aiants veu pareillement la défense proposée par Vostre
Excellence contre ladicte proscription, trouvent par la vérité de ce
qui est passé en ces païs, et qu'à chascun d'eus en son endroict est
cogneu et manifeste, lesdicts crimes et blasmes avoir esté à tort
imposez à icelle: et quant aus charges tant de lieutenant-général que
des gouvernemens particuliers, après avoir esté légitimement choisi et
esleu, ne les avoir acceptez sinon à nos instantes requestes,
esquelles auroit aussi continué à nos prières et avec entier
contentement et satisfaction du païs: et la supplient encores lesdicts
estats y vouloir continuer, lui promettant toute aide et assistance,
sans espargner aucuns de leurs moïens, et de lui rendre prompte
obéissance. Et d'aultant qu'ils cognoissent les services fidels rendus
par Vostre Excellence à ces païs et ceus qu'ils espèrent encores à
l'advenir, ils lui offrent, pour l'asseurance de sa personne,
d'entretenir une compagnie de gens à cheval pour sa garde, la
suppliant l'accepter de la part de ceus qui se sentent obligez à la
conservation d'icelle. Et en tant que touche lesdicts estats qui se
treuvent aussi chargez par ladicte proscription, entendent de brief
aussi se justifier, ainsi qu'ils trouveront convenir.»

  [244] «Réponse de messieurs les états généraux» (édit. de 1858 de
  l'_Apologie_, avec pièces, p. 33, 36).

Pourvu du point d'appui qu'il trouvait dans l'approbation, si
honorable pour lui, des états généraux, Guillaume envoya son apologie
à la plupart des souverains et des princes de l'Europe.

Une lettre, en date du 4 février 1581, accompagnant son envoi,
portait, entre autres chose[247]:

«Il m'a semblé, et à tous mes meilleurs amis, que je ne pourrois
satisfaire à mon honneur, sinon en opposant une juste défense à la
proscription que le roi d'Espaigne a fait publier contre moi.

»... Si le roi d'Espaigne se fût contenté de me retenir mon fils et
mes biens, qu'il a en sa possession, et encores de présenter, comme il
faict, vingt-cinq mil escus, pour ma teste, promettre d'anoblir les
homicides, leur pardonner tels crimes qu'ils pourraient avoir commis,
j'eusse essaié par tout aultre moïen, comme j'ai faict par ci-devant,
de me conserver, moi et les miens, et de pouvoir rentrer dans ce qui
est mien, et eusse suivi la mesme façon de vivre que j'ai faict. Mais
le roi d'Espaigne aiant publié par tout le monde que je suis peste
publique, ennemi du monde, ingrat, infidèle, trahistre et meschant, ce
sont injures que nul gentilhomme, voire des moindres qui soit des
subjects naturels du roi d'Espaigne, peut et doit endurer: tellement,
quand je seroi l'un de ses simples et absoluts vassauls, si est-ce que
par telle sentance, et si inique en toutes ses parties, et aiant esté
par lui despouillé de mes terres et seigneuries, à raison desquelles
je lui auroi eu serment par ci-devant, je me tiendroi absouls de
toutes mes obligations envers lui, et essaierai, comme nature
l'enseigne à un chascun, par tous moïens à maintenir mon honneur, qui
me doibt estre et à tous hommes nobles plus cher que la vie et les
biens. Toutesfois puisqu'il a pleu à Dieu me faire la grâce d'estre né
seigneur libre, ne tenant d'aultre que de l'empire, comme font les
princes et aultres seigneurs libres d'Allemaigne et d'Italie, et en
oultre que je porte tiltre de prince absolut, ores que mon
principaulté ne soit bien grand; quoi qu'il en soit, ne lui estant
subject naturel, ni aiant rien tenu de lui sinon à raison de mes
seigneuries, desquelles il m'a entièrement dépossédé, il m'a semblé ne
pouvoir satisfaire à mon honneur, et donner contentement à mes parens
proches, à plusieurs princes ausquels j'ai cest honneur d'appartenir,
et à toute ma postérité, sinon en respondant par escript publicq à
ceste accusation proposée en la face de toute la chrestienté. Et
combien que je ne l'ai pu faire sans toucher à son honneur, j'espère
néantmoins que vous l'imputerez plustost à la contrainte que m'a
apporté la qualité de ceste proscription, que non pas à ma nature ou à
ma volonté.

»Et d'aultant que messieurs les estats qui ont de plus près cogneu la
vérité de ce qui est contenu en ceste mienne défense, l'ont approuvée,
m'aiants rendu assez suffisant tesmoignage de ma vie passée, je vous
supplie très humblement, en approuvant icelle mienne response, croire
que je ne suis ni trahistre, ni meschant, mais que je suis, Dieu
merci, gentilhomme de bonne et très ancienne maison, et homme de bien,
véritable en tout ce que je promets, non ingrat, ni infidèle, n'aiant
commis chose dont un seigneur et chevalier de ma qualité puisse
recepvoir aucun reproche.»

  [245] «Lettre de monseigneur le prince d'Orange envoiée aux rois
  et aultres potentats de la chrestienté.» Elle est datée de Delft,
  en Hollande, 4 février 1581 (édit. de 1858 de l'_Apologie_, avec
  pièces, p. 41 à 46).

Arrivons maintenant à l'apologie elle-même, qui constitue un document
historique de premier ordre, digne, à ce titre, d'être sérieusement
médité.

Dans ce célèbre écrit, tracé d'une main ferme et habile, Guillaume de
Nassau réfute victorieusement, une à une, toutes les accusations,
toutes les calomnies de son implacable ennemi. Il fait plus; entraîné
par les strictes nécessités de sa défense personnelle, il s'érige en
légitime censeur de certains actes de cet ennemi; sachant bien qu'il
lui suffira de les mettre en relief, pour qu'aussitôt l'indignation
publique les scelle d'une impérissable flétrissure.

L'apologie est d'une étendue beaucoup trop considérable, pour qu'il
soit seulement possible d'en reproduire ici les principales parties.
Nous nous bornerons donc à la citation de quelques passages, à l'aide
desquels on pourra du moins se former une idée, non seulement de la
vigueur et de la justesse d'esprit, mais encore de la mâle et incisive
éloquence du prince:

Le début de l'écrit est d'une vive allure:

«Combien que rien ne soit plus désirable à l'homme qu'un cours de sa
vie entière, heureux, prospère, et égal sans aucun heurt ou mauvaise
rencontre: toutesfois si toutes choses me fussent venues à souhait et
sans avoir rencontré la haine de la nation espaignolle et de ses
adhérens, j'auroi perdu l'avantage de ce tesmoignage qui m'est rendu
par mes ennemis, lequel j'estime estre le plus excellent fleuron de
gloire dont j'eusse peu désirer, devant ma mort, estre couronné.
Qu'est-ce qu'il y a plus agréable en ce monde et principalement à
celui qui a entrepris un si grand et excellent ouvrage comme est la
liberté d'un si bon peuple, opprimé par si meschantes gens, que
d'estre haï mortellement par ses ennemis, et ennemis ensemble de la
patrie, et par leur propre bouche et confession recevoir un doux
tesmoignage de sa fidélité envers les siens, constance contre les
tyrans et perturbateurs du repos publicq? Tellement que de tant de
plaisirs que les Espaignols et leurs adhérens m'ont faicts pensants me
faire desplaisirs, comme par cette infame proscription ils ont plus
pensé me nuire, aussi ils m'ont davantage resjoui et m'ont donné plus
de contentement; car non seulement j'en ai reçu ce fruict, mais aussi
ils m'ont ouvert un champ pour me défendre plus ample que je n'eusse
osé désirer, et pour faire cognoistre à tout le monde l'équité et
justice de mes entreprises, en laisser à ma postérité un exemple de
vertu imitable à tous ceulx qui ne vouldront deshonnorer la noblesse
des ancestres dont nous sommes descendus, et desquels un seul n'a
jamais favorisé la tyrannie, ains tous ont aimé la liberté des peuples
entre lesquels ils ont eu charge et authorité.»

Le prince parle aux états généraux du prix qu'il attache à leur
approbation:

«Combien, messieurs, que je ne suis pas tellement ennemi de ma bonne
renommée, que je ne prinse à gré, comme j'espère mes actions le
mériter, d'estre en bonne estime envers tous les princes, potentats et
républiques de ce monde, fors envers les Espaignols et leurs adhérens,
desquels persévérants en la poursuite de leur tyrannie, je ne désire
ni grâce, ni faveur, ni amitié quelconque: toutesfois puisque vous
estes seuls en ce monde à qui j'ai serment, auxquels seuls je me tiens
obligé, qui seuls avez puissance d'approuver mes actions, ou de les
improuver, je me tiendrai pour bien satisfaict, quand j'aurai reçu
tesmoignage de vostre part conforme à mes intentions, qui ont esté
tousjours conjointes à vostre bien, utilité et service: et endurerai
patiemment les aultres peuples et nations en juger selon leurs
passions et affections, ou bien, ce que plus je désire, selon
l'équité, droiture et justice.»

Le mariage contracté par Guillaume avec Charlotte de Bourbon est
incriminé par Philippe II; mais, de quel droit un tel homme se
porte-t-il accusateur, alors qu'il est lui-même sous le coup de
formidables accusations? Les critiques qu'il ose élever ne sont-elles
pas, d'ailleurs, dépourvues de tout fondement?

La réponse à la première de ces questions est empreinte d'une légitime
indignation, qui se traduit par le tableau des effroyables désordres
dont s'est rendu coupable, dans sa vie privée, le royal accusateur.

Parlant d'abord des adhérents de celui-ci, le prince dit:

«D'autant qu'on ne s'est pas seulement adressé à ma personne, pour
m'accuser d'ingratitude et d'infidélité, mais aussi, comme la rage et
fureur mord également tout le monde, aussi bien l'innocent comme celui
qu'on juge estre coulpable, ainsi leur pétulance a esté si grande que
de vouloir toucher à l'honneur de ma compagne par le blasme qu'ils
cuident mettre sus à mon dernier mariage. Je ne sçai si je les trouve
plus à condamner en impudence ou en bestise, n'aiant sceu ces savants
hommes, qui se vantent d'estre si bons peintres, practiquer la leçon
chantée et rechantée par les plus petits escolliers: _Celui qui
s'appareille pour mesdire d'aultrui doibt estre exempt de tout crime._
Car c'est une impudence et témérité, s'ils cognoissent leurs faultes
si notables, et néantmoins passent par dessus leurs épines et
chardons, comme si c'estoient roses: ou si ils ne les cognoissent,
quelle bestise est-ce, quelle stupidité, de ne point voir ce qui se
présente, à toutes heures, à leurs yeux? Ils voient, tous les jours,
un roi qui......., et ils m'osent reprocher un mariage saint, honeste,
légitime, faict selon Dieu, célébré selon les ordonnances de l'église
de Dieu.»

(Suit alors le tableau des désordres reprochés à Philippe II.)

Quant à la légitimité de l'union contracté avec Charlotte de Bourbon,
le prince s'exprime ainsi:

«Ores qu'il (Philippe II) ne feust tellement souillé et qu'on peust le
tenir pour innocent, si est-ce que je ne crains point qu'il me puisse
reprocher aulcune faulte: et, Dieu merci, je n'ai rien faict que bien
meurement et avecq le conseil de plusieurs personnages d'honneur,
sages et discrets. Et n'est besoing qu'il se donne beaucoup de peine
de chose en laquelle il n'a que veoir, et de laquelle aussi je ne suis
tenu de lui rendre aulcun compte. Car, quand à ma défuncte femme, elle
appartenoit à princes de très grand lieu, princes sages et d'honneur,
lesquels je ne doubte qu'ils n'aient toute satisfaction. Et quand je
vouldrai entrer plus avant en ce discours, je lui pourrai bien faire
cognoistre que les plus sçavants de ses docteurs le condamnent. Quant
à ce qui touche le mariage auquel je suis allié à présent, quoiqu'ils
facent bouclier du zelle qu'ils veulent faire paroistre avoir aus
traditions de l'église romaine: si est-ce qu'ils ne feront jamais
croire à personne de ce monde qu'ils soient plus grands zélateurs
d'icelle église que monsieur de Montpensier, monsieur mon beau-père,
lequel ne faict pas profession de sa religion comme faict le cardinal
de Grandvelle et ses semblables, mais comme il pense sa conscience lui
commander, et toutesfois aiant bien poisé ce qui est passé, et aiant
ouï l'advis de plusieurs des principauls de la cour de parlement de
Paris assemblée à Poictiers pour les grands jours, aiant aussi ouï
l'advis des évesques et docteurs, a trouvé, comme telle est la vérité,
que non seulement ores qu'il y eut eu promesse de la part de ma
compagne, elle estoit nulle de droict, pour avoir esté faicte en bas
âge, contre les canons, ordonnances de France et arrests des courts
souveraines, mesmes contre les canons du concile de Trente auquel mon
ennemi défère tant; mais que jamais n'y eut aucune promesse faicte,
ains plusieurs protestations au contraire, dont est apparu par bonnes
informations faictes mesmes en absence de ma compagne. Et quand tout
cela ne seroit point, si est-ce que je ne suis pas si peu versé en la
bonne doctrine, que je ne sache tous ces liens de conscience retors
par les hommes ne pouvoir estre à aulcune obligation devant Dieu.»

Quels accens que ceux du père, à la pensée du jeune fils dont les
Espagnols se sont emparés, par une ruse infâme, et qu'ils tiennent en
captivité!

«Comme gens forcenez, ils s'adressent à mon fils, jeune enfant
escollier, et, contre les privilèges de l'université, le tirent
violentement de Louvain: mesmes sur la remonstrance faite par
l'université, ce barbare de Vergas respond barbarement: _Non curamus
vestros privilegios._ Ils le tirent hors de Brabant, contre les
privilèges du païs, contre le serment du roi, et l'envoient en
Espaigne pour l'esloigner de moi qui suis son père, et jusques à
présent détiennent cest innocent en prison dure et cruelle: tellement,
quand ils ne m'auroient fait aultre tort, je seroi indigne non
seulement de ma race et du nom que je porte, mais aussi du nom de
père, si je n'emploioi tout le sens et tous les moïens que Dieu m'a
donnez, pour essaier de le retirer de ceste misérable servitude, et me
faire réparer un tel tort. Car je ne suis point, messieurs, tant
desnaturé que je ne sente les affections paternelles, ni si sage, que
souvent le regret d'une si longue absence de mon fils ne se présente à
mon entendement.»

Au reproche d'être le promoteur de la liberté religieuse dans les
Pays-Bas, le prince répond:

»Ils entrelassent _que j'ai procuré la liberté de conscience_: s'ils
entendent que j'ai faict ouverture à telles impiétez qui se
commettent ordinairement en la maison du prince de Parme, où
l'athéisme et aultres vertus de Rome sont jeu, je respons que c'est
chez les héritiers du seigneur Pierre-Louys qu'il fault chercher telle
liberté ou plustost licence effrénée. Mais je confesserai bien que la
lueur des feus esquelz on a tourmentez tant de pauvres chrestiens n'a
jamais esté agréable à mes yeux, comme elle a resjoui la veue du duc
d'Albe et des Espaignols, et que j'ai esté d'advis que les
persécutions cessassent au Païs-Bas. Je vous confesserai dadvantage,
affin que les ennemis cognoissent qu'ils ont affaire à une partie qui
parle rondement et sans fard, à savoir que le roi, quand il partist de
Zélande, lieu dernier qu'il laissa en ce païs, me commanda de faire
mourir plusieurs gens de bien, suspects de la religion, ce que je ne
voulus faire et les en advertis eus mesmes, sachant bien que je ne le
pouvoi faire en saine conscience, et qu'il falloit plustost obéir à
Dieu que non pas aus hommes. Que les Espaignols donc disent ce que bon
leur semblera, je sçai que plusieurs peuples et nations qui les valent
bien, et qui ont appris que par les feus et les glaives on n'advance
rien, me loueront et approuveront mon faict. Mais puisque vous,
messieurs, avec le consentement universel du peuple l'avez depuis
approuvé, en condamnant la rigueur des placarts et faisant cesser ces
cruelles exécutions, je n'ai aulcun soulci de ce que les Espaignols et
leurs adhérens en murmurent... Ils jettent des blasmes infinis sur
nostre religion, ils nous appellent hérétiques; mais il y a si
longtemps qu'ils ont entrepris de le prouver, et n'en ont encore peu
venir à bout, que ces injures ne méritent aulcune response.»

Quelle verve d'indignation dans ces paroles de Guillaume à l'adresse
de l'instigateur des assassins, et du rémunérateur de leurs crimes!

«Ores que je ne cognoi au monde impudence effrontée qui soit à
comparer à celle des Espaignols, toutesfois je ne me puis assez
esmerveiller qu'ils ont esté si invereconds, d'oser publier devant
toute l'Europe, non seulement qu'ils mettent à pris un chef libre et
francq, qui ne les a jamais, Dieu merci, redoubtez, mais qu'ils y
adjoustent encore telles récompenses si barbares et si esloignées de
toute reigle d'honnesteté et d'humanité, à sçavoir, en premier lieu,
_qu'ils anobliront celui qui aura faict un acte si généreus, s'il
n'estoit noble_. Mais, je vous prie, quand celui qui auroit exécuté un
si meschant acte (ce que j'espère Dieu ne vouldra permettre) seroit de
race noble, pensez-vous qu'il y ait gentilhomme au monde, je dis entre
les nations qui sçavent que c'est de noblesse, qui voulust seulement
manger avec un si lasche, meschant et si scélérat, qui auroit tué pour
argent un homme, voire le moindre et le plus abject qui se puisse
trouver? Que si les Espaignols tiennent tels gens pour nobles, si tel
est le chemin de l'honneur en Castille, je ne m'esbahis plus de ce que
tout le monde croit la plus grande part des Espaignols, et
principalement ceus qui se disent nobles, estre du sang des marraus et
des juifs, et qui tiennent ceste vertu de leurs ancestres, qui ont
faict marché, à baux deniers comptants, de la vie de Nostre Saulveur:
ce qui me faict prendre plus patiemment ceste injure. En second lieu,
_ils lui pardonnent tout délict et forfaict, quelque grief qu'il
puisse estre_. Mais s'il avoit arraché la religion chrestienne de l'un
de ses roïaulmes? S'il avoit ravi sa fille? S'il avoit mesdict de
l'Inquisition, qui est le plus grand crime qui soit en Espaigne? Or,
puisque mon ennemi vouloit tant s'oublier que d'attenter sur mes
biens, sur ma vie et sur mon honneur, et pour avoir plus de tesmoings
de son injustice et follie, de la publier ainsi par tout le monde, et
en tant de langues, je n'eusse pû désirer, pour mon très grand
advantage, qu'il eust enrichi sa proscription d'aultres ornemens que
ceus-ci, à sçavoir d'anoblir pour me tuer, non seulement des vilains
et infames, mais aussi des plus meschantes gents et des plus
exécrables de la terre, et donner telle récompense et si honorable à
une tant insigne vertu. Car qu'est-ce qu'il pouvoit trouver plus
propre pour vérifier ma justice, que vouloir m'exterminer par tels
moïens? Que vouloir par tyrannie, empoisonnements, rémissions de
crimes énormes, anoblissement de meschants, opprimer le défenseur de
la liberté d'un peuple vexé cruellement et tyranniquement? Je ne
doubte, messieurs, que Dieu qui est juste, ne lui aist, et aux siens,
osté l'entendement, et qu'il n'aist permis qu'il apprestast à tout le
monde matière pour cognoistre son coeur envenimé contre ce païs et
contre nostre liberté, d'aultant qu'il n'estime rien tout acte,
quelque meschant et détestable qu'il puisse estre, au prix de la mort
de celui qui vous a servi jusques à présent et si fidèlement. Et
encores il n'a point de honte de mesler en tels sacrilèges le nom de
Dieu, se disant son _ministre_! Le ministre doncq a il ceste
puissance, non seulement de permettre ce que Dieu a défendu, mais de
le guerdonner de pris d'argent, de noblesse et remission de crimes? Et
de quels crimes? De tous crimes, quelque griefs qu'ils puissent estre.
Mais je ne doubte que Dieu, par son très juste jugement, ne face
tomber la juste vengeance de son ire sur le chef de tels ministres, et
qu'il ne maintienne par sa grande bonté mon innocence et mon honneur,
de mon vivant et envers la postérité. Quant à mes biens et à ma vie,
il y a long temps que je les ai dédiez à son service; il en fera ce
qu'il lui plaira, pour sa gloire et pour mon salut.»

Un noble coeur pouvait seul inspirer ces pathétiques et admirables
paroles, par lesquelles se termine l'apologie:

«Quant à ce qui me touche en particulier, vous voiez messieurs, que
c'est ceste teste qu'ils cerchent, laquelle avecq tel pris et si
grande somme d'argent ils ont vouée et déterminée à la mort, et disent
pendant que je serai entre vous, que la guerre ne prendra fin. Pleust
à Dieu, messieurs, ou que mon exil perpétuel, ou mesme ma mort, vous
peut apporter une vraie délivrance de tant de maus et de calamitez,
que les Espaignols, lesquels j'ai tant de fois veu délibérer au
conseil, deviser en particulier, et que je cognoi dedans et dehors,
vous machinent et vous apprestent. O que ce bannissement me seroit
dous, que cette mort me seroit agréable. Car pourquoi est-ce que j'ai
exposé tous mes biens? Est-ce pour m'enrichir? Pourquoi ai-je perdu
mes propres frères, que j'aimoi plus que ma vie? Est-ce pour en
trouver d'autres? Pourqui ai-je laissé mon fils si longtemps
prisonnier, mon fils, dis-je, que je dois tant désirer, si je suis
père? M'en pouvez-vous donner un autre, ou me le pouvez-vous
restituer? Pourquoi ai-je mis si souvent ma vie en danger? Quel pris,
quel loier puis-je attendre aultre de mes longs travaus qui sont
parvenus pour vostre service jusques à la vieillesse et la ruine de
tous mes biens, sinon de vous acquérir et acheter, s'il en est
besoing, au pris de mon sang, une liberté. Si doncq vous jugez,
messieurs, ou que mon absence, ou que ma mort mesme vous peult servir,
me voilà prest à obéir: commandez, envoiez-moi jusques aux fins de la
terre, j'obéirai. Voilà ma teste, sur laquelle nul prince, ni monarque
n'a puissance que vous: disposez-en pour vostre bien, salut et
conservation de vostre république. Mais si vous jugez que ceste
médiocrité d'expérience et d'industrie qui est en moi, et que j'ai
acquise par un si long et si assiduel travail; si vous jugez que le
reste de mes biens et que ma vie vous peult encore servir (comme je
vous dédie le tout et le consacre au païs), résolvez-vous sur les
points que je vous propose. Et si vous estimez que je porte quelque
amour à la patrie, que j'aie quelque suffisance pour conseiller,
croiez que c'est le seul moien pour nous garantir et délivrer. Cela
faict, allons ensemble de mesme coeur et volonté, embrassons ensemble
la défense de ce bon peuple, qui ne demande que bonnes ouvertures de
conseil, ne désirant rien plus que de le suivre: et ce faisant, si
encores vous me continuez ceste faveur que vous m'avez portée par
ci-devant, j'espère moiennant vostre aide et la grâce de Dieu,
laquelle j'ai sentie si souvent par ci-devant et en choses si
perplexes, que ce qui sera par vous résolu pour le bien et
conservation de vous, vos femmes et enfans, toutes choses saintes et
sacrées, je le maintiendrai.»

L'histoire rend hommage à l'inébranlable constance avec laquelle
Guillaume de Nassau maintint ce qu'il s'était solennellement engagé à
soutenir.

Le proscripteur et le proscrit ayant parlé, l'opinion publique se
prononça en faveur du second contre le premier; et l'arrêt émané
d'elle contribua puissamment à rendre plus étroite désormais
l'alliance entre celles des provinces qui aspiraient à secouer le joug
de l'Espagne et l'homme éminent qu'elles considéraient, à bon droit,
comme leur plus ferme appui, comme leur prochain libérateur.

Cette alliance était, sans doute, pour Guillaume, une grande force;
mais une force plus grande encore pour lui était celle qu'il puisait
dans de saintes inspirations, au foyer domestique, là où un noble
coeur de femme, qui s'était consacré à lui, exerçait en secret, avec
une exquise délicatesse, le touchant privilège de le seconder dans
l'accomplissement de sa haute mission. Plus cette mission venait de
grandir, en face des fureurs et des viles attaques d'un Philippe II,
plus Charlotte de Bourbon, digne confidente des pensées et des
sentiments de Guillaume se sentit heureuse et fière d'être sa
compagne, et, comme telle, de partager, avec la fidélité d'une
profonde affection, les labeurs, les angoisses, les périls de sa
généreuse carrière.



CHAPITRE IX

  Tentatives pour opérer un rapprochement entre le duc de
      Montpensier et sa fille Charlotte.--Le rapprochement a
      lieu.--François de Bourbon se rend en Angleterre comme chef
      d'ambassade.--La princesse, sa soeur, l'invite, ainsi que les
      jeunes fils de la duchesse de Bouillon qui l'accompagnent, à
      se rendre dans les Pays-Bas avant leur retour en
      France.--Séjour du prince et de la princesse d'Orange à La
      Haye. Accueil que le docteur Forestus reçoit
      d'eux.--Déclaration officielle, par le duc de Montpensier, de
      l'approbation qu'il donne au mariage de sa fille avec
      Guillaume de Nassau.--Lettre de la princesse au président
      Coustureau.--Lettre de la duchesse de Montpensier à sa
      petite-fille, Louise-Julienne.--Lettres que, dans l'intérêt
      de sa fille Flandrine, Charlotte de Bourbon adresse à J.
      Borleeut.--Assemblée à La Haye des députés des
      Provinces-Unies.--_Acte d'abjuration._--Le duc d'Anjou devant
      Cambrai.


Il est probable qu'en 1581 le duc de Montpensier n'était plus porté à
dire, comme en 1565, en parlant du roi d'Espagne, «qu'il se feroit
mettre en pièces, pour Sa Majesté, et que, si on lui ouvroit le coeur,
on y trouverait gravé le nom de _Philippe_[245].» En effet, que devait
être désormais, aux yeux de l'ancien adulateur, ce Philippe II, qui
avait osé «toucher à l'honneur» de Charlotte de Bourbon et mettre à
prix la tête du prince, son mari? Le duc eut été un chef de famille
indigne de ce nom, s'il n'eût pas ressenti, comme s'étendant jusqu'à
sa personne, l'outrage fait à ses enfants. Nous aimons à croire qu'en
réalité il le ressentit, et comprit qu'il était de son devoir, non
seulement de les couvrir de sa protection, mais de se rapprocher d'eux
et de leur accorder enfin une part d'affection à laquelle ils avaient
droit. Or, quand ce double devoir fut-il accompli dans sa plénitude?

  [246] Lors des conférences de Bayonne, le duc d'Albe disait, dans
  une dépêche adressée au roi son maître: «Quant à M. de
  Montpensier, je lui donnai l'assurance des sentimens affectueux
  qui unissent depuis si longtemps Vostre Majesté à sa famille et à
  lui en particulier, à raison de la ligne de conduite qu'il
  n'avoit cessé de suivre, ainsi qu'il convenoit à un gentilhomme
  de son rang et à un véritable chrestien. Enchanté de cette
  ouverture, il se jetta dans mes bras avec affection, m'assurant
  que lui et tous les gens de bien du royaume n'avoient d'espoir
  qu'en Vostre Majesté; que lui, en particulier, se feroit mettre
  en pièces pour elle, et que, si on lui ouvroit le coeur, on y
  trouverait gravé le nom de _Philippe_; le tout, avec une telle
  expression de physionomie, qu'il étoit facile de voir qu'il n'y
  avoit chez lui ni feinte, ni arrière-pensée.» (_Papiers d'État de
  Granville_, t. IX, p. 284 à 292.)

Ainsi qu'on l'a vu, un premier pas avait été fait par le duc dans la
voie d'une réconciliation avec sa fille: il avait parlé d'elle, de son
mari, de ses enfants avec quelque intérêt, et s'était même prêté à
l'examen, par intermédiaires, de diverses questions concernant les
droits de sa fille sur certains biens. Mais il fallait qu'il fît plus
encore: aussi, en insistant auprès de lui sur la solution de ces
questions, le prince dauphin s'efforçait-il de l'amener à établir
directement quelques rapports affectueux avec la princesse et le
prince.

La preuve des bons offices de François de Bourbon, en cette
circonstance, ressort, notamment, de deux lettres écrites, en 1581,
l'une par lui, l'autre par Guillaume de Nassau.

Le 21 février, François de Bourbon écrivait à son père[247]:

«Monseigneur, j'ai receu la lettre qu'il vous a pleu me faire cest
honneur de m'escripre par Lamy, et congneu par icelle l'honneur qu'il
plaist à monseigneur me faire, de vouloir que j'aille en Angleterre,
pour son mariage, dont il m'a aussy particulièrement escript, ayant
veu parce qu'il vous a pleu de me mander, que vous l'avez agréable;
qui me faict d'autant plus l'affectionner. Toutesfois, monseigneur, je
ne fauldray d'escripre bien amplement à mondit seigneur et luy
remonstrer l'ennuy et desplaisir que je recepvrois, si je me
despartois d'avec vous, premier que vous n'eussiez le contentement tel
que désirez en l'affaire que sçavez. Et quant au faict de monsieur le
prince d'Orange et de ma soeur, je ne vous sçaurois assez très
humblement remercier du soing et peine qu'il vous plaist d'en avoir,
me voulant toujours conformer à ce qu'il vous plaira d'en ordonner, et
suivre en tout et partout vos commandemens, pour y obéir toute ma vie,
etc.»

  [247] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.182, fº 47.

Le 13 avril, Guillaume s'adressait au prince dauphin en ces
termes[248]:

«Monsieur, aiant entendu, tant par les lettres qu'il vous a pleu
m'escrire, comme parce que m'en a dit M. de Sainte-Aldegonde, la bonne
affection qu'il vous plaist de me porter, j'en ai esté très aise et ne
vous en puis assez humblement remercier, singulièrement pour les
faveurs et bons offices que je sçay qu'il vous a pleu faire à ma femme
envers monseigneur vostre père, et que vous estes aussy volontairement
enclin, de vostre part, à entendre aux affaires qui concernent son
bien et des enfans qu'il a pleu à Dieu nous donner, vous asseurant,
monsieur, que je m'y sens infiniment vostre obligé pour vous en rendre
bien humble service, en ce qu'il vous plaira me faire l'honneur de
m'employer. J'ai donné charge à ce porteur de vous aller visiter de ma
part pour vous en remercier plus amplement, de bouche; et ensemble
pour vous supplier d'adjouster encore ceste faveur aux autres, de
ratiffier l'accord et transaction qui a esté faict à Paris, de la
part de monseigneur vostre père et de la vostre, par vos députez avec
ceux que nous y avions envoyez de la nostre, et pour plus grande
asseurance de nos respects qui m'importent, ainsi que ce présent
porteur vous pourra déduire plus particulièrement, la signer de vostre
main, et par luy mesmes m'envoyer ladite signature, comme je suis
pressé de la vous envoyer de ma part, incontinent que je seray adverty
de la conclusion faite, et qu'il vous plaira au reste me faire cest
honneur de le vouloir escouter, etc.[248]»

  [248] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.415, fº 38.

  [249] A la négociation dont il s'agit ici se rattache la lettre
  suivante du duc de Montpensier au prince dauphin: «Mon fils, j'ay
  veu les deux transactions qui ont esté passées, tant soubz mon
  nom que soubz le vostre, pour le regard du dot de vostre soeur,
  la princesse d'Orange, et des renonciations à vostre prouffit,
  requises pour vous rendre paisible de ma succession et de celles
  de feu vostre mère et de vostre soeur de Nevers, lesquelles j'ay
  trouvées conformes aux articles et conditions que j'avais faict
  dresser à ceste fin; qui est cause que j'ay bien volontiers
  ratiffié celle qui me concerne, comme il est besoing que vous
  faciez la vostre; et toutefois suis d'advis qu'elles ne soient
  envoyées à vostre soeur jusques à ce que son mary et elle les
  aient aussi ratiffiées, et, les envoyant à Me André, il délivrera
  lesdites et non aultrement au plus tost.--Ce 25 juin 1581. LOYS
  DE BOURBON.» (Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.415, fº 36.)

De son côté, le roi de Navarre pressait le duc de Montpensier de ne
pas se borner, vis-à-vis de la princesse, sa fille, et de son mari, à
un règlement d'affaires, mais de leur tendre la main et de se montrer
juste et bon père, en leur accordant une affection dont ils étaient
depuis trop longtemps privés. Sur ce second point, le duc, au mépris
d'une parole donnée, hésitait encore. Il fallut que le roi de Navarre
renouvelât ses instances[250]; et le père, en y cédant, ouvrit enfin
son coeur à sa fille, au prince et à leurs enfants.

  [250] «Le roi de Navarre, qui s'était entremis de l'accommodement
  de la princesse d'Orange, voyant que le duc, son père,
  n'effectuoit point la parole qu'il lui avoit donnée, de la
  recevoir en sa grâce et de ratifier son mariage, l'en sollicita
  pour la seconde fois; et, après quelques entrevues à Champigny,
  _ce bon duc_ fit paroistre qu'il n'estoit pas inflexible aux
  larmes de sa fille ni aux prières d'un prince dont l'amitié ne
  lui étoit pas moins chère que celle de ses propres enfans.»
  (Coustureau, _Vie du duc de Montpensier_, p. 254, 255.)

Un haut intérêt s'attacherait incontestablement à la connaissance des
communications qui furent alors directement échangées entre le duc,
Charlotte et Guillaume; mais, malheureusement elles ont, jusqu'à
présent, échappé à toutes investigations.

Il ne se rencontre que deux documents qui fassent connaître, l'un,
l'époque d'un rapprochement affectueux entre le père et la fille,
l'autre, l'impression qu'en reçut le coeur de celle-ci. Le premier de
ces documents est du 25 juin 1581, le second, du 29 juillet suivant.

Avant d'en produire la teneur, occupons-nous de quelques faits
antérieurs à la double date qui vient d'être signalée.

Le roi de France avait, à la fin de l'hiver de 1581, consenti à
l'envoi d'une ambassade en Angleterre, afin d'y aviser à la conclusion
du mariage de la reine Elisabeth avec le duc d'Anjou. Le chef de cette
ambassade était François de Bourbon, que devaient accompagner le
maréchal Artus de Cossé, comte de Secondigny, Louis de Lusignan de
Saint-Gelais, sieur de Lansac, Tanneguy le Veneur, sieur de Carrouges,
gouverneur de Rouen, Bertrand de Salignac, sieur de La Mothe-Fénélon,
qui avait été déjà ambassadeur en Angleterre, Barnabé Brisson,
président au Parlement de Paris, Michel de Castelnau, sieur de La
Maurissière, et Claude de Pinart, secrétaire d'État.

François de Bourbon, selon le désir de la duchesse de Bouillon, sa
soeur, emmenait avec lui les deux jeunes fils de celle-ci.

Le 27 mars, la duchesse avait écrit, de Sedan, à son frère[251]:
«J'envoie le sieur de Nueil, au temps qu'il m'a dit se falloir trouver
à Calais, pour l'effect de vostre voïage, estant bien marrye n'avoir
eu plus de loisir d'accomoder mieulx le train de mes enfans, auquel
j'eusse désiré ne rien manquer, à l'honneur de vostre suite, le défaut
duquel sera couvert de vostre faict, et excusé de vous, qui ne sera le
premier bienfait receu pour tous lesquels sçachant n'y avoir chose qui
vous les face mieulx employés, que quand ils seront sages et vertueux,
je supplieray Dieu leur en faire grâce, requérant ceste de vous, qu'il
vous plaise leur commander pour vostre service, comme aux plus obligez
que vous y ayez.»

  [251] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.352, fº 7.

Arrivés de Sedan à Paris, pour y rejoindre leur oncle, au moment où il
allait s'acheminer vers Calais, les deux jeunes gens avaient mandé au
duc, leur grand-père[252]: «Monseigneur, comme toutes nos intentions
tendent à vous rendre la parfaite obéissance que nous vous devons,
sitost que la nouvelle de vostre bonne volonté nous a estée
représentée ès lettres qu'il vous a pleu nous escripre, pour
accompagner monsieur nostre oncle au voïage qu'il a entrepris, sommes
retournez en ceste ville, nous rendre à ses pieds, pour luy faire très
humble service, en ce qu'il aura agréable nous commander, et ayant mis
tout l'ordre qu'il nous a esté possible, afin d'honorer sondit voïage,
espérans partir ceste après-disnée, bien disposez de luy rendre toutes
nos actions agréables.»

  [252] Lettre du 3 avril 1581 (Bibl. nat., mss. f. fr., vol.
  3.210, fº 69).

Le chef de l'ambassade, ses neveux, et tous les hauts personnages de
sa suite s'embarquèrent à Calais, dans les premiers jours d'avril, et
arrivèrent en Angleterre où ils furent honorablement accueillis.

Charlotte de Bourbon, qui se trouvait alors à Amsterdam avec son mari,
exprima au prince dauphin combien elle serait heureuse si, à son
retour d'Angleterre, elle pouvait recevoir sa visite.

«Quand j'ai entendu, lui disait-elle[253], vostre arrivée à Calais,
quy n'a esté que depuis ier seulement, je suis demeurée en extrême
désir que vostre voïage d'Engleterre me peust aporter tant d'heur et
de bien, qu'à vostre retour, vous puissiés passer par Zellande où
j'espère, sy Dieu me continue la santé, de me pouvoir trouver, pour
avoir cest honneur de vous voir; vous suppliant très humblement, s'il
est possible, de me vouloir accorder ma requeste, et me pardonner sy
je ne puis avoir tel respect que je doibs aux affaires que vous
négociés, car l'affection que j'ay d'estre honorée de vostre présence
ne me le permect point. Il vous plaira donc me mander ce que j'en
doibs espérer et le temps que vous repasserez, car je ferois en sorte,
s'il m'est possible, que monsieur le prince, vostre frère, se
trouveroit à Middelbourg, en Zélande, pour participer à ce mesme heur,
et pour vous ofrir son service et tant mieulx confirmer l'amitié que
vous avez ensemble etc.

»P.S.--Je vous suplie de me mander comme vous vous trouvés, depuis
avoir passé la mer; car, ne l'aiant point encore faict, je craignois
que vous ne vous trouviés mal.»

  [253] Lettre du 24 avril 1581 (Bibl. nat., mss. f. fr., vol.
  3,415, fº 76).

Vingt-cinq jours plus tard, Guillaume, à son tour, disait au prince
dauphin[254]: «J'ay esté bien aise d'entendre, par les lettres qu'il
vous a pleu d'escrire à ma femme, que vous estes en bonne disposition,
et encore plus des grandes faveurs que j'entends, que vous recepvez de
la royne d'Angleterre, qui me fait espérer une bonne et heureuse
issue de l'affaire que vous avez, de présent, entre mains, vers Sa
Majesté, et dont il ne peut réussir qu'un grand bien en toute la
chrestienté, lequel aussi, comme je m'y attends, redondra aussi sur
nous. J'eusse bien désiré que la commodité de vos affaires, et
principalement de l'honorable charge que vous avez, vous eût pû
permettre nous faire cest honneur de venir voir ce pays, auquel je me
fûsse efforcé de vous y faire bonne chère et vous rendre l'honneur qui
vous appartient; mais d'aultant que personne n'en peult mieux juger
que vous mesmes, j'en attendray ce qu'il vous plaira ordonner,
espérant, si Dieu ne dispose aultrement, qu'il me fera la grâce, une
aultrefois, d'avoir cest honneur, ce que toutesfoys, je désireray
bien, s'il estoit en ma puissance et disposition, de pouvoir advancer
de mesmes, en ceste occasion.»

  [254] Lettre du 19 mai 1581 (Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3,415,
  fº 40).

Séparée de la princesse, sa soeur, depuis bien des années, la duchesse
de Bouillon tenait à se dédommager de cette privation, au moins en
partie, en faisant visiter par ses fils la tante qu'elle aimait à leur
représenter, ainsi qu'à sa fille, comme ayant pour eux trois une
affection maternelle. Telle était, en effet, celle que Charlotte de
Bourbon avait vouée à ses neveux et à sa nièce. Saisissant donc avec
ardeur la communication que la duchesse lui avait faite, du désir de
voir ses fils quitter momentanément l'Angleterre pour se rendre dans
les Pays-Bas, la princesse écrivit aussitôt au prince dauphin[255]:

«Depuis la dernière depêsche que je vous ai faicte, j'ai encore receu
des lettres de madame la duchesse de Bouillon, nostre soeur, où elle
me faict entendre le désir qu'elle auroit que messieurs de Bouillon,
nos nepveux, pendant vostre séjour en Angleterre, peussent prendre la
commodité de venir veoir monsieur le prince, leur oncle, et moy sy
vous plaisoit de me faire tant d'honneur de leur permettre et l'avoir
agréable, dont tant pour estre asseurée en cest endroit, de sa
vollonté, que pour le très grand désir que j'ay d'avoir cest heur de
les voir, j'entreprendray de vous supplier très humblement de leur
vouloir permettre de faire ce voïage, ce que j'eusse souhaité
infiniment eûst peu estre en vostre compagnye. Mais si tant d'honneur
et de bien ne m'est permis, à cause de la négociation que vous
traictés, j'espère que n'estant mesdits sieurs de Bouillon nos nepveux
en cest endroict à rien astreints qu'à suivre vos commandemens, il
vous plaira bien, ores que vous partissiez plus tost, m'octroier la
très humble requeste que je vous en fais, etc.»

  [255] Lettre du 24 mai 1581 (Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3,415,
  fº 69).

Guillaume joignit ses instances à celles de sa femme, au sujet de ses
neveux, auprès de François de Bourbon, par l'envoi de ces lignes[256]:

«D'aultant que, pour les grandes affaires que vous avez à traicter
avec la royne d'Angleterre, de la part du roy, je doubte que vos
affaires pourroient bien tirer en longueur, et mesme, pour raison de
vostre charge, que vous ne pourrez faire cest honneur à moy et à ma
femme de nous venir voir jusque en ce païs, ce que toutefoys je
désireray fort que Dieu m'eust faict la grâce d'avoir cest honneur, je
vous supplie bien humblement me vouloir accorder, et à ma femme, que
messieurs nos nepveux puissent, pour quelques jours, venir passer le
temps jusques en ce païs; ce que je sçay aussy que madame de Bouillon
prendra à plaisir et contentement, ainsi qu'elle escrit à ma femme,
moiennant que ce soit vostre plaisir de leur vouloir accorder; de
quoy derechef je vous en prie, et je me tiendray obligé à vous en
rendre humble service.»

  [256] Lettre du 25 mai 1581 (Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3,415,
  fº 42).

Rien n'établit que François de Bourbon et ses neveux soient venus dans
les Pays-Bas, à l'époque dont il s'agit, ainsi que le désiraient si
vivement la princesse et le prince.

D'Amsterdam, Charlotte et Guillaume se rendirent à La Haye. Le docteur
Forestus, qui leur était fort attaché, ne manqua pas de quitter sa
résidence habituelle de Delft, pour aller les y voir. Il a pris le
soin de consigner, dans l'un de ses écrits, l'expression du plaisir
qu'il éprouva à se retrouver auprès d'eux, et surtout à recevoir des
gracieuses mains de la princesse le charmant cadeau de deux objets
d'art, en souvenir des bons soins que le prince avait naguère obtenus
de lui, à Delft. Il se montra extrêmement reconnaissant de la bonté de
Charlotte de Bourbon à son égard[257].

  [257] Voir _Appendice_, no 17.

Arrivons maintenant au fait capital du rapprochement qui eut lieu, en
1581, entre le duc de Montpensier et la princesse, sa fille.

Si nous ignorons en quels termes le duc convainquit Charlotte de
Bourbon de l'affection paternelle dont il voulait désormais
l'entourer, nous savons du moins qu'il proclama noblement, à la face
de la France et de l'Europe, l'approbation, sans réserve, qu'il
donnait à l'union de sa fille avec le prince d'Orange, et le respect
dû par chacun à la dignité morale de la princesse et du prince, dont
il tenait à honneur d'être le père.

Voici le ferme langage qu'il tint dans une déclaration officielle qui
reçut aussitôt une grande publicité[257]:

«Loys de Bourbon, duc de Montpensier, pair de France, souverain de
Dombes, etc., à tous ceux qui ces présentes lettres verront, salut!

»Comme ce soit chose notoire que nostre très chère et très aimée
fille, Charlotte de Bourbon, soubz l'authorité et conduite de défunt
très hault et très puissant prince et nostre très cher et honoré
cousin, monsieur Friedrich, comte palatin du Rhin, électeur du
Saint-Empire, faisant office de père et représentant nostre personne
envers nostredite fille, ensemble du vouloir et consentement du roy
très chrétien, mon souverain seigneur, et de monseigneur le duc
d'Anjou, ait esté conjoincte par mariage avec nostre très cher et très
aimé beau-fils, Guillaume de Nassau, prince d'Orange, comte de Nassau,
etc., etc., et qu'il a plû à Dieu tellement assister et bénir ledit
mariage, que tousjours depuis il a non seulement continué en tout
honneur et grande amitié, mais aussi multiplié en lignée, ainsi qu'il
fera encores, moïennant sa grâce; au moïen de quoy nul ne doive
prendre occasion de le blasmer, ains plustost iceluy louer comme bon
et légitime; ce néantmoins, pour autant que, soubz couleur de ce que
nous n'aurions assisté et ne serions intervenu audit mariage,
quelques-uns en ont parlé et pourroient parler ou présumer aucunement
qu'il n'est licite, n'estant esclaircis de nostre intention sur ce; et
considérant d'ailleurs que tous princes et grands ne sont jamais sans
ennemis et malveillans;

»Sçavoir faisons que nous, ayant recogneu et considéré, comme nous
faisons encore, ledit mariage estre utile, profitable et honorable
pour nostredite fille et à l'estat et grandeur de nostre maison, avons
dit et déclaré, disons et déclarons nostre intention et volonté avoir
esté qu'il sortist son plein et entier effect; comme tel l'avons loué,
aggréé, ratifié et approuvé, et par ces présentes, en tant que besoin
seroit, le louons, aggréons, ratifions et approuvons, tout ainsi que
si nous avions esté présent en personne à le passer et contracter;
recognoissant les enfans, tant nés qu'à naistre dudit mariage pour nos
petits enfans et nepveux, faictz et procréez en loyal et légitime
mariage, comme les autres enfans issus et qui issiront d'autres nos
filles mariées par nous, et de nostre authorité.

»Parquoy nous supplions et requérons, tant la Majesté Impériale, et
tous les rois, princes et potentats souverains, desquels nous avons
l'honneur d'estre parens et alliés, que autres princes et seigneurs,
nos bons amis, que, si aucune question, trouble ou querelle estoit
meue, à cause dudit mariage, ou au préjudice des enfans d'iceluy, nez
ou à naistre, soit sur leur estat, condition, ou autrement, il leur
plaise prendre leur honneur en main et les avoir et recepvoir en leur
bonne protection, leur donnant tel confort, aide et faveur, que tous
princes ont accoustumé d'user, les uns envers les autres, et telle
comme, en cas semblable, nous voudrions et offrons faire pour eux et
les leurs, quand nous en serons requis.

»En tesmoing de quoy nous avons signé ces présentes de nostre main, et
à icelles fait mettre nostre scel.

     »Donné, à Champigny, le 25e jour de juing, l'an 1581.

     »LOUYS DE BOURBON.»

  [258] Archives de la maison d'Orange-Nassau, no 2.128.--Bibl.
  nat., mss. f. fr., vol. 3.902, fº 222.--Sur le repli de l'acte
  ci-dessus est écrit: «Par monseigneur le duc et pair (signé) de
  Montrillon, et scellé du grand scel dudit seigneur duc, en cire
  rouge.

  »Recordé à son original par nous, Borleghem et Caron (avec leurs
  paraphes).

  »Collationné à la copie authentique escrite en un livre relié en
  parchemin blanc, avec des cordons verds, et à icelle trouvé de mot
  à mot concordant, par moy soubzsigné (signé) Pierre Dulon, notaire
  impérial.»


Par la publication de cette déclaration solennelle, le duc de
Montpensier rompit courageusement, comme père, avec un passé
déplorable, et, par là, se concilia la reconnaissance, l'affection,
les respectueux égards de cette fille et de ce gendre qui consacraient
à son bonheur, pour le reste de ses jours, leurs coeurs et ceux de
leurs enfants.

L'impression produite sur Charlotte de Bourbon par la nouvelle
attitude du duc à son égard fut, on ne saurait en douter, profonde, et
se manifesta certainement par des effusions de gratitude et de
tendresse que connurent les intimes confidents de ses sentiments et de
ses pensées. S'il ne fût donné qu'à eux de les recueillir,
félicitons-nous de pouvoir, du moins, saisir la trace de son émotion
filiale, dans ces lignes que, le 29 juillet 1581, elle adressa, de La
Haye, au président Coustureau[259]:

»Monsieur le président, je ne puis sinon recevoir très grand
contentement de veoir, qu'à présent que Monseigneur mon père a esté
esclaircy de la vérité de tout ce qui s'est passé pour mon regard, il
m'a fait paroistre, tant l'affection paternelle qu'il me porte, comme
sa singulière prudence. En quoy, vous estant conformé à sa volonté,
j'ay subject, comme je me sens obligée à mondit seigneur mon père,
d'estre satisfaite aussy de vostre part; joinct que mon conseiller
X..., m'a rendu bien ample tesmoignage des bons offices que vous
m'avez faicts, et que vous avez prins la peine de vous employer en
ceste dépesche, laquelle est dressée comme ne l'eûsse sceu désirer;
dont je vous remercie bien affectionnément, et comme je vous congnoys
de longtemps entièrement dédié à mondit seigneur mon père et portant
bonne affection à ceux qui ont cest honneur de luy toucher de sy près
comme moi, etc., etc.»

  [259] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3,189, fº 31.

Si, par sa déclaration du 25 juin 1581, le duc de Montpensier se
réhabilita comme père, en restituant à la princesse la place qu'elle
eût dû toujours occuper dans sa famille, de son côté, la duchesse
Catherine de Lorraine, se montra, à la même époque, comme belle-mère
et comme aïeule, sous un jour favorable dans ses rapports avec
Charlotte de Bourbon et l'aînée de ses filles. C'est là un fait
généralement ignoré jusqu'ici, et dont la révélation frappera
d'étonnement, sans doute, tous ceux qui ne connaissent, au sujet de la
seconde duchesse de Montpensier, que les intrigues, les excitations
criminelles et les insignes violences auxquelles elle se livra, plus
tard, dans les saturnales de la Ligue. Mais il n'en faut pas moins
rendre à cette femme, dont le nom n'a réveillé jusqu'ici que de
tristes souvenirs, la justice de déclarer: qu'il fut un temps où,
encore étrangère à de coupables passions, et accessible à de
salutaires influences, elle se sentit attirée vers la princesse
d'Orange et rendit hommage à ses hautes qualités, en faisant
délicatement remonter jusqu'à elle les éloges qu'elle prodiguait à sa
fille aînée.

La petite Louise-Julienne, charmante enfant, formée, comme le furent
ses soeurs, à l'image de la princesse, sa mère, n'avait que cinq ans,
lorsque la duchesse de Montpensier, qui, soit dit en passant, était
une aïeule d'une jeunesse exceptionnelle, attendu qu'à peine
venait-elle d'atteindre sa vingt-huitième année, lui écrivit ce qui
suit[260]:


     «A ma petite-fille, madamoiselle Loyse de Nassau,

»Ma petite-fille, par les récitz qui m'ont esté faictz de vous, et
combien vous estes jolye, saige et accompaignée de perfections, en
vostre petit ange, je me suis bien aperçue que c'est pour l'envie que
vous avez de faire congnoistre que vous estes vraiment l'aisnée de mes
autres petites filles, voz soeurs, et que vous seriez marrie qu'elles
eussent rien gaigné sur vous, en ce qui est de vertu et digne de vous;
ce qui me donne occasion d'augmenter particulièrement, en vostre
endroict, la singulière affection et amytié que je porte à vous et à
vosdictes soeurs, et de desirer aussy d'estre continuée en l'amitié
que vous tesmoignez envers moy, par la bonne souvenance que vous en
avez. Afin doncques que je y sois plus souvent ramentue, je vous
envoie un petit présent d'ung phoenix, lequel je vous prie vouloir
accepter d'aussy bon coeur que je le vous donne; et soubhaiste que
vous le gardiez bien, pour l'amour de moy, qui recevray aussi à
beaucoup de plaisir que me rafraîchissiez souvent en la mémoire de
monsieur vostre père et de madame vostre mère, et me maintenir en
l'heur de leurs bonnes grâces, comme se recommande affectueusement à
la vostre,

     »Vostre bien affectionnée grant mère.

     »CATHERINE DE LORRAINE.

     »De Champigny, ce 15e jour de juillet 1581.»

  [260] Archives de M. le duc de La Trémoille.


Écrire ainsi, c'était de la part de la duchesse de Montpensier, se
montrer fidèle, cette fois, aux exemples de bonté et d'aimables
prévenances que lui avait légués sa vénérable grand'mère la duchesse
de Ferrare, Renée de France.

Il y a lieu de croire qu'une lettre du duc de Montpensier à
Louise-Julienne accompagna celle de la duchesse. Quoi qu'il en ait pu
être, on verra plus loin en quels termes bienveillants le duc
correspondait avec sa petite-fille et filleule, dont il savait que le
coeur, sous l'inspiration maternelle, s'était tourné vers lui.

L'amour de Charlotte de Bourbon pour ses enfants ne se traduisait pas
seulement par la direction élevée qu'avant tout elle imprimait à leur
coeur et à leur intelligence et par le soin assidu qu'elle prenait de
leur santé; il se manifestait aussi par la vigilance éclairée qu'elle
apportait au soutien de leurs intérêts personnels dans la gestion de
ressources pécuniaires qui leur appartenaient en propre.

Cette vigilance, dont nous avons déjà fourni un exemple[261], ressort,
de nouveau, de deux lettres que Josse Borluut, premier échevin de la
ville de Gand, reçut de la princesse, en 1581, au sujet de la rente
accordée, en 1579, par les quatre membres de Flandre à Flandrine de
Nassau.

La première des lettres dont il s'agit portait[262]:

«Monsieur de Borluut, le président Taffin m'a bien et au long déclaré
les bons offices que vous avez faits et la peine qu'avez prinse pour
obtenir le paiement de la rente de ma fille Flandrine, nonobstant les
difficultez qui se sont présentées, à cause de la répartition entre
messieurs les quatre membres. Et certes, depuis le commencement de
nostre cognoissance, j'ay par effect cogneu et expérimenté vostre
prompte volonté et affection à faire plaisir à monseigneur le prince
et à moy. De quoy nous nous tiendrons tousjours bien obligez envers
vous.--Or, entr'autres points qu'il m'a discourus, l'ouverture par
vous faicte me plaist grandement, savoir: que, pour mettre, une fois,
fin aux difficultez et débats à cause de ladite répartition, aussi
qu'il ne soit besoing d'importuner, à chacune fois, messieurs les
quatre membres, pour le fournissement de leur part et portion, cest
expédient se pourroit trouver, de transporter à madite fille la terre
et seigneurie de Loochrist, aiant appartenu à l'abbé de Saint-Bavon,
si comme la maison, bassecourt, fossez et jardinages, et en fonds de
terre et héritages, en valeur jusqu'à la concurrence d'iceux 2m fl.
par an. Si cela me pouvoit advenir, je me tiendrais, et ma petite
fille, de tant plus obligée tant envers vous, pour si bons et
agréables offices, qu'envers messieurs de la ville de Gand, en
particulier, à cause de leur consentement et agréation, et, en
général, envers messieurs les quatre membres, de la bénéficence
desquels ladite rente est procédée, sans jamais mettre en oubly une
accommodation venue si bien à propos.--Oultre ce, comme j'entends
dudit président que ladite seigneurie de L. est de grande valeur et
estendue, qu'il y a bien XIII bonniers de terre qu'on a délibéré et
résolu de desmembrer et vendre par pièces et portions, pour satisfaire
au paiement de quelques debtes particulières; mais veu que l'héritage
est la plupart bien planté, l'on feroit beaucoup plus de proffict de
le vendre en une masse, car cela est le parement de son estime et
valeur. Ce qui me faict vous déclarer comme j'ay envoyé en France,
passé longtemps, vers monsieur mon père, affin d'estre satisfaicte,
comme mes soeurs, de la succession des biens paternels et maternels.
J'ay doncq une bien grande envie et desir d'emploïer le plus que je
pourray en l'achapt desdites terres, en donnant la valeur, selon
qu'elles seroient appréciées, ou selon le pris qu'elles pourroient
estre vendues. Par quoy je vous prie bien affectueusement m'adviser
comment en cela je pourrais procéder.--Mais il faudroit, pour quelque
peu de temps, supercéder ladite vente, pour le moins jusques à ce que
j'auroys nouvelles de France, que j'attends de jour à autre; que lors
je sçauray au vray ce que je pourrai emploier; ou jusques à ce que
monsieur mon mary vienne à Gand, que j'espère sera de bref.--Or, le
plus prouffitable et avantageux seroit, pour les créditeurs et pour
les vendeurs, d'avoir affaire avec un seul qu'avec plusieurs, veu
mesmes que le commun, en ces temps si calamiteux et estranges, ne
viendront à achepter qu'à fort vil pris; et, si les créditeurs le
prennent en paiement de ce qu'on leur doibt, ce sera à leur grand
advantage et au mescontentement de la commune. Si cela ne se peut
impétrer, qu'il vous plaise tenir la main à ce que ladite maison,
bassecour, granges, fossez et jardinages ne soient délaissez, soubz
telle estimation qu'on trouvera raisonnable; à quoy je ne faudray de
satisfaire promptement, et que ladite rente de ma fille Flandrine soit
emploiée ès terres et héritages les plus proches de ladite maison,
jusques à la concurrence des deniers capitaux portant XXXIIm fl.; à
quoy j'adjousteray le plus que je pourray. Vous me ferez en ce que
dessus un très singulier plaisir, lequel je ne fauldray de
recognoistre, etc., etc.--(_P.-S._). Monsieur mon mary trouve plus
considérable d'engaiger lesdites terres que de les vendre
absolutement; à quoy je serois aussi contente d'entendre. Quand il
sera près de vous, ce qui, j'espère, sera de bref, il vous pourra
amplement dire les causes et raisons.»

  [261] Voir ci-avant la lettre de Charlotte de Bourbon, du 21 août
  1580, à Muys, receveur général de Hollande, au sujet de la rente
  à laquelle Élisabeth de Nassau avait droit.

  [262] _Documents historiques inédits concernant les troubles des
  Pays-Bas_ (1577-1584), publiés par Kervyn de Volkaersbeke et J.
  Diegerick. Gand, 1850, in-8º, t. II, p. 269. Lettre du 11 juillet
  1581 datée de La Haye.

La seconde lettre de la princesse, à six jours de distance de la
précédente, était ainsi conçue[263]:

«Monsieur de Borluut, j'ay reçu la lettre que m'avez escrite par le
sieur Lucas Deynart, et entendu de lui les bons offices qu'il vous a
plu me faire, en retardement de la vendition de la maison et biens de
Loochrist, selon que je vous en avoy prié par mes précédentes
lettres, pour en faire accommoder ma fille Flandrine, pour autant que
peut porter la rente qu'il a pleu à messieurs les quatre membres lui
donner. Je ne vous en puis assez affectueusement remercier, et vous
supplie, monsieur de Borluut, de nous continuer en ceci vostre bonne
volonté de tenir la main à ce que nous puissions avoir autant de
terre, à l'entour dudit Loochrist, que pourront s'étendre les deux
mille florins de ladite rente, sans qu'il soit fait difficulté
particulière pour la maison; car, encores qu'elle seroit à nous,
_messeigneurs les quatre membres en pourront disposer comme du leur,
en ce qui concerne le bien du pays, auquel le particulier doibt
tousjours estre postposé_. Ledit sieur Lucas Deynart vous fera
entendre sur ce plus particulièrement l'intention de monsieur mon mary
et la mienne, et aussy de nos autres nouvelles, ce qui me gardera de
vous en escrire; seulement je vous assureray que, l'occasion se
présentant, nous n'oublirons point à nous revencher de l'obligation
que nous vous avons et que vous augmentez journellement par vos bons
offices, etc., etc.»

  [263] MM. Kervyn de Volkaersbeke et J. Deigerick, _op. cit._, t.
  II, p. 284. Lettre du 17 juillet 1581, datée de La Haye.

Tandis qu'une sérieuse union, trop longtemps différée par le duc de
Montpensier, venait enfin de s'établir entre lui et ses enfants, une
rupture définitive allait éclater entre le roi d'Espagne et les
énergiques provinces auxquelles, parmi celles des Pays-Bas, sa
domination tyrannique était devenue insupportable.

Cette rupture fut, dans le cours du mois de juillet 1581,
immédiatement précédée d'un acte solennel, qui apporta un notable
changement dans la position de Guillaume de Nassau. Les provinces de
Hollande et de Zélande, à qui la suprématie du duc d'Anjou eût déplu,
étaient demeurées étrangères au traité conclu avec lui, le 29
septembre 1580. Usant de la liberté qu'elles s'étaient réservée, quant
au choix d'un protecteur suprême, elles conférèrent le pouvoir
souverain au prince d'Orange, par une déclaration du 24 juillet 1581,
applicable au territoire et aux habitants de chacune d'elles. Le
prince n'accepta que provisoirement ce pouvoir.

Six mois auparavant, le duc d'Anjou avait accepté la souveraineté des
autres provinces unies. Mais il ne suffisait pas que l'attribution de
cette souveraineté impliquât simplement la déchéance de Philippe II;
il fallait, de toute nécessité, que cette déchéance fut expressément
déclarée.

En conséquence, le 26 juillet 1581, les députés des Provinces-Unies,
assemblés à La Haye, formulèrent une déclaration d'indépendance[264],
à laquelle fut donnée le nom d'_acte d'abjuration_.

  [264] Le Petit, _Chronique de Hollande, Zélande_, etc., in-fº, t.
  II, p. 428 et suiv.

Le préambule de cette déclaration portait:

«Les estats généraux des provinces unies des Pays-Bas, à tous ceux qui
ces présentes verront, ou lire oyront, salut!

»Comme il est à un chacun notoire, qu'un seigneur et prince du pays
est ordonné de Dieu, souverain et chef de ses sujets, pour les
défendre et conserver de toutes injures forces et violences, tout
ainsi qu'un pasteur, pour la défense et garde de ses brebis, et que
les sujectz ne sont pas créés de Dieu pour le prince, pour luy obéir
en tout ce qu'il luy plaît commander, soit selon ou contre Dieu,
raisonnablement, ny pour le servir comme esclaves, mais plus tost le
prince pour les sujectz, sans lesquels il ne peut estre prince, afin
de les gouverner selon droit et raison, les contre-garder et aymer
comme un père ses enfans, ou un pasteur ses brebis, qui met son corps
et sa vie en danger pour les défendre et garantir.

»Si le prince faut en cela, et, qu'au lieu de conserver ses sujectz,
il se met à les outrager, opprimer, priver de leurs priviléges et
anciennes coustumes, à leur commander et s'en vouloir servir comme
d'esclaves: on ne le doit alors pas tenir ou respecter pour prince et
seigneur, ains le réputer pour un tyran. Et ne sont aussi les sujectz,
selon droit et raison, obligez de le recognoistre pour leur prince, de
manière que, sans en rien mesprendre, signament quand il se fait avec
délibération et autorité des estats du pays, on le peut franchement
abandonner et, en son lieu, choisir un autre pour chef et seigneur,
qui les deffende; chose qui principalement a lieu quand les sujectz
par humbles prières, requestes et remontrances n'ont jamais sceu
adoucir leur prince, ny le destourner de ses entreprises et concepts
tyranniques; en sorte qu'il ne leur soit resté autre moyen que
celuy-là, pour conserver et défendre leur liberté ancienne, de leurs
femmes, enfans et postérité, pour lesquels, selon la loy de nature,
ils sont obligez d'exposer vies et biens, ainsi que, pour semblables
occasions, on a vû, par diverses fois, advenir en divers pays et en
divers temps, dont les exemples en sont encores tout récens et assez
cognus.

»Ce qui principalement doit avoir lieu et place en ces pays, lesquels,
d'ancienneté, ont esté et doivent estre gouvernez ensuyvant les
serments faicts par leurs princes, quand ils les reçoivent,
conformément à leurs priviléges et anciennes coustumes, sans aucun
pouvoir de les enfreindre. Joinct aussy que la plupart des dictes
provinces ont tousjours reçeu et admis leurs princes et seigneurs, à
certaines conditions et par contracts et accords jurez, lesquels si le
prince vient à violer, il est, selon droict, décheu de la supériorité
du pays.»

Viennent ensuite l'exposé des événements dont les Pays-Bas ont été le
théâtre, dans le cours des vingt-cinq dernières années, et
l'articulation des accusations dirigées contre la domination de
Philippe II[264]. Après quoi, les états généraux terminent en ces
termes:

«Sçavoir faisons que, toutes les choses susdites considérées, et
pressez de l'extrême nécessité, comme dit est, avons, par commun
accord, délibération et consentement déclairé et déclarons, par
cestes, le roy d'Espaigne, _ipso jure_, decheu de sa seigneurie,
principauté, jurisdiction et héritage de ces dits pays; et que sommes
délibérez de ne le plus recognoistre en choses quelconques concernant
le prince, jurisdiction ou domaines de ces Pays-Bas, ny de plus user
ou permettre qu'autres usent doresnavant de son nom, comme souverain
seigneur d'iceux.

»Suyvant quoy, nous déclairons tous officiers, seigneurs particuliers,
vassaux et tous autres habitans de ces pays, de quelque condition ou
qualité qu'ils soyent, estre d'icy en avant deschargez du serment
qu'ils ont faict, en quelque manière que ce soit, au roy d'Espaigne,
comme seigneur de ces pays, ou de ce qu'ils pourraient à luy estre
obligez.

»Et d'autant que, pour les raisons susdites, la plupart desdites
provinces unies, par commun accord et consentement de leurs membres,
se sont rendues sous la seigneurie et gouvernement du sérénissime
prince, le duc d'Anjou, sous certaines conditions contractées et
accordez avec Son Alteze, et que le sérénissime archiduc d'Autriche
Matthias, a résigné en nos mains le gouvernement général de ces pays,
ce qui par nous a esté accepté, ordonnons et commandons à tous
justiciers, officiers, et tous autres qu'il appartiendra, que
doresnavant ilz délaissent et n'usent plus du nom, titres, grand ny
petit sceau, contre-sceau, ny cachets du roy d'Espaigne; et, qu'en
lieu d'iceux, tandis que monseigneur le duc d'Anjou, pour ses urgentes
affaires concernant le bien et prospérité de ces pays, est encore
absent, pour autant que touche les provinces ayant contracté avec son
Alteze, et touchant les autres, par forme de provision, ilz useront du
titre et nom du chef et conseil du pays; et entretant, que lesdits
chefs et conseillers ne seront de fait dénommez, appelez et réellement
établis en l'exercice de leurs charges et estats, useront de nostre
nom; réservé qu'en Hollande et Zélande, on usera, comme par cy-devant,
du nom de monseigneur le prince d'Orange et des estats d'icelles
provinces, jusques à ce que ledit conseil sera, comme dit,
effectuellement constitué; que lors ilz se régleront en suyvant ce
qu'ils ont accordé touchant les instructions dressées sur ledit
conseil et accords faits avec sadite Alteze.»

  [265] Voir l'exposé des faits et les articulations dont il
  s'agit, à l'_Appendice_, no 18.

Cependant, Guillaume de Nassau, ne voyant pas encore s'avancer de
France, dans la direction des Pays-Bas, les troupes dont l'envoi lui
avait été promis par le duc d'Anjou, écrivit, en juillet, à son
conseiller Despruneaux[266]: «J'ay esté bien aise d'avoir entendu de
vos nouvelles par M. de Marchais, et eusse esté plus aise de les avoir
eues par vous mesme, si la commodité du service de Son Alteze l'eust
peu permettre; mais, puisqu'il luy a pleu en disposer autrement, je ne
puis que je ne le trouve bon, comme toutes autres choses qui
concernent son service et l'advancement de Sa Grandeur. Seulement je
vous prieray ne laisser couler aucune occasion sans nous advertir de
ce qui se passe pardelà, car il est nécessaire que nous soyons au vray
informez, parce que nous ne pouvons autrement dresser nos conseils si
certainement; et, combien que je ne doubte que vous ne faciez vostre
plein devoir, je ne laisserai toutefois de vous prier d'advancer le
plus que vous pourrez l'armée, considérant le temps qu'il y a que tout
ce peuple s'y attend. Au reste, je serai bien aise que vous regardiez
où j'aurai moïen de m'emploier pour vous, car vous me trouverez
toujours prêt à le faire de très bonne affection.»

  [266] Lettre du 1er juillet 1581 datée de La Haye. (Bibl. nat.,
  mss. f. fr., vol. 3.283, fº 11.)

Le duc d'Anjou, au milieu de l'été, se présenta enfin, avec ses
troupes, devant Cambrai, dont il fit lever le siège; il approvisionna
la ville et en augmenta la garnison; après quoy, laissant la majeure
partie de son infanterie au service des états généraux, sous les
ordres du prince d'Epinoy, gouverneur de Tournai, il partit pour
l'Angleterre, afin d'y donner suite à son projet de mariage avec la
reine Elisabeth.

Les états généraux envoyèrent alors, en Angleterre, Dohain et J.
Junius, afin de presser le duc de se rendre dans les Pays-Bas.

De son côté, le prince d'Orange, accompagné du prince d'Epinoy s'en
alla en Zélande pour y attendre le duc d'Anjou, et disposer tout ce
qui était nécessaire pour la continuation de la guerre.

Plusieurs mois devaient s'écouler encore, avant que le duc d'Anjou se
rendît au voeu des états généraux, en quittant l'Angleterre.

Il importe d'exposer ce qui se passa, durant ces mêmes mois, au foyer
domestique de Guillaume de Nassau.



CHAPITRE X

  Premier testament de Charlotte de Bourbon rédigé le 12 novembre
      1581.--Acte de libéralité du 13 novembre.--Autre acte de
      libéralité du 15 novembre.--Second testament du 18
      novembre.--Naissance d'Amélie de Nassau. Son baptême.--Lettre
      de Guillaume au prince de Condé.--Lettre du duc de
      Montpensier à sa petite-fille Louise-Julienne.--Arrivée de
      François de Bourbon à Anvers.--Lettre de lui à son père sur
      la réception du duc d'Anjou comme duc de Brabant.--Relations
      du comte de Leicester, à Anvers, avec le prince et la
      princesse d'Orange.--Lettres qu'ils lui écrivent lors de son
      retour en Angleterre.


On ne saurait assez entourer d'une respectueuse sympathie l'expression
de la foi, des sentiments et des dernières volontés d'une mère
chrétienne, alors qu'on la trouve consignée dans un ensemble d'écrits
conçus et rédigés sous le regard de Dieu.

L'étude de la noble vie de Charlotte de Bourbon peut heureusement
s'appuyer sur la possession d'écrits de cette nature. Quoi de plus
touchant, que d'y voir cette jeune mère, pressentant peut-être une fin
prochaine, rendre grâce à Dieu du bienfait suprême d'un salut
gratuitement accordé, appeler sa bénédiction sur des êtres chéris,
leur léguer des gages de sa tendresse et étendre sa généreuse
sollicitude sur diverses personnes dont elle apprécie le dévouement!

Ce fut à l'approche d'un événement de famille dont l'issue pouvait
être un sujet de deuil, aussi bien qu'un sujet de joie, que Charlotte
de Bourbon crut devoir formuler, dans divers écrits, des déclarations
et des dispositions, dont la teneur doit être fidèlement reproduite
ici.

La princesse était alors dans un état avancé de grossesse. Obligé de
se rendre à Gand, son mari venait de la laisser à Anvers.

Répondant au désir qu'elle lui avait exprimé d'être autorisée par lui,
conformément aux usages de l'époque, à faire tels testaments et
codicilles qu'elle jugerait à propos de rédiger, le prince lui
adressa, de Gand, l'autorisation suivante[267]:

«Guillaume, par la grâce de Dieu, prince d'Orange, comte de Nassau,
etc., à tous ceux qui ces présentes verront, salut!

»Comme nous avons esté requis par nostre chère et bien-aimée épouse et
compaigne de luy accorder et donner puissance et authorité de faire et
ordonner son testament et disposition de dernière volonté, nous, pour
le bon amour et inclination naturelle que nous luy portons, inclinans
à son désir, luy avons volontairement accordé de pouvoir faire
testament, un ou plusieurs, faire codicilles, et disposer entièrement
de ses biens, tant meubles qu'immeubles, les laisser, léguer et donner
par donation à cause de mort, par forme de testament, légat ou
fidéicommis, à telle personne que bon luy semblera.

»En tesmoing de quoy avons fait expédier ces présentes soubz nostre
seing et sceel de nos armes.

»Fait en la ville de Gand, ce 14e jour de novembre, l'an 1581.

     »GUILLAUME DE NASSAU.

     »Par ordonnance de Son Excellence:

     »VALICOME.»

  [267] Archives de la maison d'Orange-Nassau, no 2.143.


Un premier testament de la princesse, en date du 12 novembre 1581,
porte[268]:

«Pour ce qu'il n'est rien plus incertain que la vie, et plus certain
que la mort, après avoir supplié nostre Dieu, père éternel de tous ses
esleus, de me faire la grâce, qu'à quelque heure qu'il luy plaise de
m'apeler, et de quelque maladie que ce soit, il me veuille donner
congnoissance de luy jusqu'à la fin, accompagnée d'ungue vraie et vive
foi, avec espérance en sa miséricorde, par Jésus-Christ, nostre
Seigneur; aussy qu'il luy plaise m'oster tout regret et affection des
choses terrestres, desquelles néant moins, d'aultant qu'il n'en
deffend point le soing et prévoïance, je désire, devant qu'il luy
plaise de m'appeler, faire déclaracion de ma voullonté à monsieur le
prince, mon mari, m'aseurant que, pour l'amitié qu'il me porte, il ne
l'aura point désagréable.

»En premier donc, je luy supplie très humblement que des cinq filles
que Dieu nous a données ensemble, et l'enfant dont j'espaire,
moïennant sa grâce, estre délivrée heureusement, il en veuille prendre
grant soin, les fesant instruire en la crainte de Dieu et religion
crestienne; et oultre cela, qu'il plaise à mondit seigneur faire ungue
plus claire et spécialle déclaracion du bien qu'il luy plaira leur
laisser qu'elle n'est contenue en nostre contrat de mariage, aïant
égard, que de prétensions quy sont en France, il n'y a point grant
aparance d'en pouvoir jouir, affin qu'il luy plaira d'y pourvoir de
quelque autre costé, et de leur lesser le bien qu'il leur vouldra
faire, clair et net, aultant qu'il sera possible; à quoy il semble que
mondit seigneur le prince, mon mari, peut, de son vivant, donner
ordre, le tout dépendant en ungue bonne partie de la déclaracion de sa
voullonté, puisqu'il s'est réservé de la pouvoir déclarer par son
testament.

»Je supplie aussy très humblement monseigneur le prince mon mari, de
pourchasser vers le roy les quarante mille livres qui me sont deubs
de la pension qu'il a pleu à Sa Majesté de m'acorder, laquelle je
supplie très humblement d'avoir tousjours mes enfans pour recommandés,
et se souvenir que, comme ressentant le debvoir de très humble
subjecte et servante, je n'ay jamais prins alliance à mondit seigneur
le prince, mon mari, sans premièrement le faire entendre à Sa Majesté
et aussy Son Altesse; qui me faict espérer que cella les rendra tant
plus favorables envers mes enffans; dont je leur fais très humble
requeste, et à monseigneur mon père, d'emploïer sa faveur à cest
affaire et selon le bien et l'honneur qu'il y a plû déjà me faire,
qu'il luy plaise continuer ceste bonté et amour paternelle envers mes
enfans; comme je fais aussy pareille et très humble requeste à madame
ma belle-mère et à monsieur mon frère, affin qu'il leur plaise les
avoir tousjours pour recommandés.

»Je supplie aussy très humblement monsieur le prince, mon mari,
d'avoir tous mes serviteurs et servantes pour recommandés, et me
permettre d'user de quelque libéralité envers eux, comme il s'en suit:

»Au sieur de Tontorft et à sa fame, douze cents florins contant, et
deux cents livres de rente, leur vie durant, en considération des bons
services que j'ai resceus d'eux, et mesme sadite fame qui m'a servie
avec tel soing et fidélité, l'espace de vingt ans, que j'ay grande
occasion de m'en contenter, quy me faict supplier très humblement
mondit seigneur le prince d'y avoir esgard et retenir ledit Tontorft à
son service, avec le trestement de quatre cents florins par an, qu'il
luy plaist luy donner à ceste heure, et se souvenir de luy faire
passer lettres de deux cents florins par an, qu'il luy a pleu luy
promettre, sa vie durant. Je désire qu'il luy plaise retenir sa fame
près de nos enfans, avec le trestement ordinaire que je luy donne.

»Je lesse aussy au sieur de Minay trois cents livres de rente, sa vie
durant, oultre douze cents livres, pour ungue fois, que je luy ay déjà
ordonné, en recognoissance du service quy m'a faict, m'aiant
accompagné de France en Allemaigne et secourue, trois ans, à
Heydelberg, pour m'assister en mes affaires; quy me faict supplier
très humblement monsieur le prince, mon mari, de luy lesser sa vie
durant, la conduite des terres de Montfort, Cuisseaux et Beaurepere,
assises en la Duché de Bourgogne, avec quelque honorable traictement.

»A mademoiselle de la Montaine, je luy lesse quatre cents florins et
cent livres de rente, sa vie durant, suppliant monseigneur le prince
de la lesser aussi auprès de nos enfans avec son trestement
ordinaire.

»A mademoiselle de Secretan, je luy lesse deux cents florins.

»A Marie de Sainte-Aldegonde, à Heurne et à Berlau, à chacune je lesse
trois cents florins.

»A Cécile, ma fame de chambre, deux cents florins.

»A Jaqueline, ma fille de chambre, deux cent florins.

»A ma sage-fame, deux cents florins.

»A la nourrice, oultre ses gages, soixante florins.

»Aux cinq servantes de mes enfans, à chacune vingt florins.

»A la servante de Madame Tontorft, cinquante florins.

»Aux sieurs de Villiers, ministre, et Taffin, le ministre, je lesse à
chacun quatre cents florins.

»Au sieur président Taffin, aussy, je luy laisse quatre cents florins,
pour quelque petit témoignage de la bonne voullonté que je luy porte.

»Me tenant obligée à eux des bons services et bons offices que j'en ai
resceus, m'asseurant quy les continueront à l'endroict de mes enfans.

»A Frommassière, gentilhomme ordinaire de nostre maison, je luy lesse
trois cents florins.

»A Pierre Aruval, mon secrétaire, deux cents florins.

»A Piere, mon tailleur, soixante florins.

»A mestre Hanri, servant tant pour la garde de la table, que du
garde-manger, cinquante florins.

»A France, servant à mon cartier, cinquante florins.

»Au cocher, palefrenier et garçon de mon écurie, à chacun ungue année
de leur gage.

»A Jolitens, deux cents florins.

»Aussy il se trouvera ung mémoire signé de ma main, d'aultres petites
debtes, à quoy il plaira à monseigneur le prince de satisfaire, s'il
advenoit que je n'y aie point donné ordre.

»Comme aussy, il plaira à monseigneur d'avoir esgard que j'ay bien
employé sept mille florins de la rente de mes filles Elizabeth et
Flandrine, dont le président Taffin a fait estat jusqu'à environ
quatre mille. Et du reste, madame Tontorft a ung mémoire à quoy je les
ay emploïé, qui est tout pour la nécessité de la maison ou
extraordinaire, par le commandement de mondit seigneur, mon mari, que
je supplie très humblement que le tout soit emploïé au proufit des
enffans, soit en les deschargeant et satisfaisant aux deniers que
j'ordonne par ce présent testament; à quoy en oultre, j'oblige la
rente que monseigneur le duc de Montpensier, mon père, m'a accordée,
en cas quy n'y seroit aultrement pourveu par mondit seigneur, mon
mari, de la bonne voullonté duquel je m'asseure pour l'honneur, amitié
et bon traitement que j'en ai tousjours resceu; mais quant à la rente
viagère, j'entends qu'elle soit assignée sur la rente des quatrevingt
mille livres que mondit seigneur mon père m'a assignée.

     »Fait à Envers, ce 12 novembre 1581.

     »CHARLOTTE DE BOURBON»

  [268] Archives de la maison d'Orange-Nassau, no 2.144.


Un écrit du 13 novembre 1581 contient, en deux colonnes distinctes, ce
qui suit[269]:


  _(De la main de la                  _(D'une main autre que celle
  princesse.)_                        de la princesse.)_

                                      _«Mémoire des bagues
                                      et perles de Madame._

  «Je lesse ladite bague              »Premièrement une bague
  venue de monsieur l'Electeur,       à pendre, que monsieur
  à ma fille Loise de                 l'Electeur a donnée à Son
  Nassau.                             Excellence, où il y a un
                                      grand ruby cabochon, et
                                      neuf moyens, deux grands
                                      diamants et six petits,
                                      deux esmeraudes, trois
                                      grosses perles et quatre
                                      moyennes.

  »Je lesse à madite fille            »Un grand mirouer de
  Loise ledict miroer, venu           cristal de roche, de la
  de la royne mère du roy.            royne mère, qui est enchassé
                                      en or, avec deux
                                      diamants et six rubis, et
                                      le revers, d'un lapis gravé.

  »Je luy lesse à ma dite             »Ung collier de l'Archiduc,
  fille Loise le collier venu         de huit diamants,
  de monsieur l'archiduc.             cinq grand rubis, huit
                                      petits, et vingt perles,
                                      avec une croix de diamants.

  »Je lesse à ma fille Elisabeth      »Une bague à pendre
  la bague à pendre                   que monsieur le conte de
  qui m'a esté présentée              Lecestre dona à Son Excellence,
  par monsieur le conte de            au baptesme de mademoiselle
  Lecestre.                           Elisabeth, qui
                                      est faite en fasson de
                                      pigeon, garnie de plusieurs
                                      rubis et diamants.

  »Je lesse à mademoiselle            »Une bague à pendre,
  Charlotte de La Marck,              faite en fasson de boiste,
  ma niepce, ceste bague à            où il y a le portrait de
  pendre, où est mon pourtraict.      Madame, garni de rubis à
                                      l'entour, et, par dessus,
                                      des diamants et des rubis.

  »Je lesse cette bague à             »Un petit oiseau couvert,
  ma fille Brabantine.                les ailes et la queue de diamans,
                                      et un ruby fait en
                                      coeur au milieu, et quatre
                                      petites perles, venant de
                                      madame la comtesse de
                                      Schwartzenbourg.

  »Je lesse cette bague à             »Une bague de ladite
  pendre à ma fille Caterine-Belgia   dame, d'un diamant, etc.,
  de Nassau.                          etc.

  »Je lesse cette bague              »Un coeur et un crochet
  faite en coeur à ma fille           d'or garni de rubis et de
  Flandrine de Nassau.                diamans.

  »Je lesse cette bague signifiant    »Une bague à pendre,
  la victoire à ma                    signifiant la victoire, etc.,
  fille Elisabeth de Nassau.          etc.

  »Je lesse cette bague               »Une bague à pendre,
  d'une grande émeraude, à            etc.
  ma fille Loise de Nassau.

  »Je lesse ces bracelets             »Une paire de bracelets
  à ma fille Caterine Belgia.         d'or faicts à la fasson
                                      d'Espaigne, desquels
                                      mademoiselle Elisabeth se sert.

  »Je lesse ces bracelets             »Une paire de bracelets
  avec pied d'Ellan à ma              d'or, avec pied d'Ellan,
  fille Flandrine.                    venant de monsieur l'Electeur.

  »Je lesse ces bracelets             »Une paire de bracelets,
  à ma fille Brabantine.              etc., etc.

  »Je lesse cette bague à             »Une bague à mettre au
  madame de Sainte-Croix,             doigt, d'une grande émeraude,
  ma soeur.                           venant de madame l'Électrice.

  »Je lesse ceste bague à             »Une autre bague, etc.
  ma cousine madame du
  Paraclet.

  »Je lesse cette bague à             »Une grande bague garnie
  ma fille Loyse de Nassau.           d'un grand rubis et
                                      d'onze petits, venant de
                                      monsieur l'Electeur.

  »Je lesse cette bague à             »Une grande bague garnie
  madame la duchesse de               de cinq grands diamans
  Bouillon, ma soeur.                 et quatorze petits, venant
                                      de madame l'Electrice.

  »Je lesse cette bague à             »Une bague garnie, etc.,
  ma fille Elisabeth.                 venant de madame la comtesse
                                      de Nassau, la mère
                                      de Son Excellence.

  »Je lesse cette bague à             »Une bague garnie de
  ma fille Loise de Nassau.           neuf diamants, venant de
                                      monsieur d'Oranges.

  »Je lesse cette bague à             »Une bague garnie d'une
  monseigneur le prince,              grande opalle et huit rubis.
  mon mari.

  »Je lesse cette bague à madame      »Une pointe de diamants.
  de Merre, ma soeur.

  »Je lesse la table de diamants      »Une table de diamants
  à Marie Saincte-Aldegonde.          et une de rubis, venant
  Je lesse la table de rubis          de Nort-Hollande.
  à Herlau, venant de
  Nort-Hollande.

  »Je lesse l'autre table de          »Encore une table de
  rubis à Horne.                      rubis.

  »Je lesse une bague d'un            »Une bague de ruby et
  petit rubi et un diamant            un diamant.
  ensemble à mademoiselle
  de Venneray.

  »Je lesse la bague faite            »Une aultre faite en rose,
  en rose à ma fille Elisabeth.       de quatre diamants, et
                                      un ruby au milieu.

  »Je lesse la table de diamants      »Une table de diamants
  avec quatre rubis à [ma]            et quatre rubis à l'entour.
  fille Belgia.

  »Neuf cents perles rondes,
  enfilées, revenant à
  ma fille Loise de Nassau.

  »Ung millier de plus petites
  perles rondes, à ma
  fille Elisabeth de Nassau.

  »Le portrait de monsieur
  le duc Casimir garni de
  deux rubis et deux diamants,
  à ma fille Belgia
  de Nassau.

  »Faict en Envers ce
  13 novembre 1581.

  »CHARLOTTE DE BOURBON.»

  [269] Archives de la maison d'Orange-Nassau, no 2.184.


Un autre écrit, du 15 novembre, également en deux colonnes, contient
ce qui suit[270]:


  (_De la main de la_                 (_D'une main autre que_
  _princesse._)                       _celle de la princesse._)


                                      «_Mémoire de la vaisselle
                                      d'argent de Madame_.


  «Je lesse à ma fille Loise          »Douze grands platz et
  de Nassau toute la vaiselle         six moïens, dix-huit
  que j'ai aporté de France,          assiettes, quatre petites
  ormis le petit bassin rond          saucières, cadenas doré,
  qui est pour Cecile et              avec une cuiller et une
  Jacqueline, avec les quatre         fourchette, deux grands
  boîtes d'argent, servant            bassins dorez par les
  sur ma toillette.                   bords, avec une esguière
                                      de mesme, un petit bassin
                                      rond, en sa cassolette.

  »Je laisse à madite fille           »Ce que dessus, Madame
  Loise de Nassau le rang             l'a apporté de France.
  de perles qui est sur la
  robe de velours noir.

  »La vaisselle de Breda, si          »Onze coupes dorées, etc.
  j'ai un filz, je désire qu'elle     V. de Breda.
  luy demeure; aultrement,
  qu'elle soit partie à mes
  cinq filles et à l'enfant qu'il
  plaira à Dieu de me donner.
  Egalement je supplie
  très humblement monseigneur
  le prince l'avoir agréable; car je
  ne vouldrois rien entreprendre que
  soubz son bon plaisir.

  »Je donne et lesse à ma,            »Un bassin et une aiguière,
  fille Loise ce bassin et            etc.
  l'aiguière venant de l'abbé de
  Saint-Bernard.

  »Je lesse à monseigneur             »Grand goblet, etc.
  le prince ce grand goblet,
  qui m'a esté donné par
  ceulx de Zellande pour le
  présant qui me fust promis,
  au Bril, à mes nopces,
  par messieurs les estats
  de Hollande.

  »Je lesse à ma fille Belgia         »Coupe couverte, etc.
  la coupe couverte.

  «A madame Tontorf je lesse          »Grand goblet couvert, etc.
  le grand goblet couvert, venant
  de l'évesque d'Utrecht.

  »A ma fille madamoiselle            »Coupe couverte, etc.
  Marie de Nassau je lesse
  ceste coupe couverte, venant
  de ceulx de la ville de
  Lire.

  »A ma fille Elisabeth de            »Une coupe, etc.
  Nassau je lesse ceste coupe
  venant de ceulx d'Enchuysen.

  »A ma fille madamoiselle            »Une coupe, etc.
  Anne de Nassau je lesse cette
  coupe, venant de ceulx de
  la ville de Leevarden.

  »De ces deux coupes dorées          »Deux coupes dorées, etc.
  je lesse l'une à madame
  de Saincte-Aldegonde,
  et l'autre à madamoiselle
  de La Montaire.

  »Ces deux bassins et esguières,     »Deux bassins et aiguières,
  l'une je lesse à ma                 etc.
  fille Belgia et l'autre à ma
  fille Flandrine.

  »A mon fils monsieur le             »Une coupe, etc.
  comte Maurice je lesse
  ceste coupe venant de madame
  Astralle.

  »A ma fille Elisabeth je            »Un estuy, etc.
  lesse cest estuy venant de
  l'abbé de Tougerden.

  »A mes filles Flandrine et          »Douze tasses, etc.
  Brabantine, à chacune six
  tasses blanches venant de
  ceulx de Tregoer.

  »D'aultant que ces six              »Six coupes, etc.
  coupes venant de ceulx de
  la Vere ont esté présentées
  à monseigneur le prince
  aussy bien comme à moy,
  encore que mondit sieur
  mon mary m'a faict cest
  honneur de m'en accorder
  sa part, je lesse toutes fois
  en la disposition de mondit
  seigneur.

  »Je lesse ceste coupe accoustrée    »Une coupe, etc.
  d'agates à madame la comtesse de
  Schwartzenbourg, ma soeur.

  »A mes filles Flandrine et          »Deux coupes-tasses, etc.
  Brabantine, à chacune, une
  de ces coupes-tasses que
  j'ay achetées en Zellande.

  »A madame de Jouerre, ma            »Une rose, etc.
  soeur, cette rose d'écaille
  de perle.

  »A monseigneur mon père             »Noix des Indes, etc.
  je lesse ceste grande noix
  des Indes, et supplie très
  humblement monseigneur
  le prince de l'avoir agréable.

  »Je lesse à ma fille Brabantine     »Bassin et aiguière, etc.
  ce bassin et ceste
  aiguière, de quoy je me
  sers à la chambre.

  »A madame Tontorf ceste             »Ecuelle et cassolette, etc.
  grande escuelle avec les
  bords d'argent, la petite
  cassolette d'argent où il y
  a du parfum.

  »Je laisse à madamoiselle           »Petite noix des Indes, etc.
  de Senneton ceste petite
  noix des Indes.

  »Je laisse à mes filles             »Quatre flambeaux, etc.»
  Loise et Elisabeth, à chacune
  deux flambeaux.

  »Faict à Envers ce 15 novembre
  1581.

  »CHARLOTTE DE BOURBON.»

  [270] Archives de la maison d'Orange-Nassau, no 2.184.

Le 18 novembre 1581, la princesse rédigea un second testament qui,
loin d'infirmer, soit celui du 12 novembre, soit les écrits des 13 et
15 du même mois, en maintint, au contraire, expressément les
dispositions.

Voici le texte de ce second testament[271].


     «Au nom de Dieu, le père, le fils et le Saint-Esprit, amen.

»Comme ainsy soit qu'à toute personne est ordonné de mourir, et qu'il
n'y a rien plus incertain que le jour de la mort, et qu'il est
expédient, pour attendre ce jour-là avec plus de repos et contentement
d'esprit, de disposer, de bonne heure, et ce, pendant que Dieu en
donne le moïen, de sa maison, en faisant déclaration de ce que l'on
desire estre gardé et observé après la mort, et singulièrement en la
conduite et gouvernement de ses enfans, et assignation des biens que
Dieu donne;

»Nous, Charlotte de Bourbon, par la grâce de Dieu princesse d'Orange,
estant en bon sens et quant à l'esprit, et en bonne santé et
disposition de corps, grâces à Dieu, desirant, cependant que Dieu nous
en donne le moïen, pourvoir à ce que nous pouvons, selon droict,
disposer et ordonner, afin qu'après nostre décès noste intention
puisse estre ensuivie et mise à exécution, et par mesme moïen soit
ostée toute occasion de débats et dissensions, et ce, d'aultant plus
que, par le contract de mariage faict avec monseigneur le prince, n'y
est assez clairement pourveu, avons, à ces fins, déclaré et ordonné,
déclarons et ordonnons, en toutes les meilleures manières, voyes et
formes que possible nous est de faire, pour nostre dernière volunté et
testament ce qui s'en suit.

  [271] Archives de la maison d'Orange-Nassau, no 2.144.

»Premièrement, je rends grâces à Dieu, mon père, qui par sa grande
miséricorde m'a illuminée en la cognoissance de sa saincte volonté et
m'a donné asseurance de mon salut et de la vie éternelle, par les
mérites infinis de Jésus-Christ, son fils, vray Dieu et vray homme,
mon seul sauveur et rédempteur, advocat et médiateur, de ce que me
conduisant et fortifiant par son Saint-Esprit, il m'a retirée en son
église, et en icelle faict la grâce de l'invoquer en esprit et vérité
avecq les autres fidèles, ouir sa parole et communiquer aux saintz
Sacremens, me confirmant de plus en plus en la congnoissance et
asseurance de son amour envers moy et de mon ellection à salut et vie
éternelle, dont aussi protestant que mon desir et espérance certaine
est de vivre et mourir en ceste foy. Sur cet appuy et fondement, je
recommande mon esprit ès mains de Dieu, mon père, le priant n'avoir
esgard à la multitude de mes pèchés, ains de me regarder en la face de
son fils bien-aimé, Jésus-Christ, et en me les pardonnant, par les
mérites de sa mort, me revestir de sa justice pour, en faveur de luy,
me recognoistre son enfant bien-aimé, et me recevoir en la jouissance
de la vie et gloire qu'il a préparée à tous ses esleuz en son royaulme
éternel.

»Après, j'ordonne et veux que mon corps soit ensevely avecq toute
modestie et honnesteté, selon qu'il plaira à monseigneur le prince en
disposer, pour attendre le jour bien heureux de la résurrection,
auquel je croy certainement que, par la puissance et grâce de
Jésus-Christ, il ressuscitera corps glorieux, incorruptible et
immortel, pour, mon esprit réuni avecq mon corps joinctement, estre
eslevée audevant de Jésus-Christ et receue, pardessus tous les cieux,
en la possession désirée de l'accomplissement du bien et gloire, que
j'attends, en la compagnie des justes, avecq les saints anges, lorsque
Dieu sera toutes choses en moy comme en ses autres enfans, par
Jésus-Christ.

»Touchant les enfans que Dieu m'a donnez et autres qu'il lui plaira me
donner à l'advenir, mon désir et intention est qu'ils soient nourriz
et eslevez et soigneusement endoctrinez en la cognoissance et crainte
de Dieu et en la foy de Jésus-Christ, nostre sauveur; et, comme c'est
le principal et le plus excellent trésor que je leur sçaurois demander
à Dieu, ainsy je me confie entièrement que monseigneur le prince en
portera le soing convenable et y pourvoira selon le zèle que Dieu luy
a donné à sa gloire, et le devoir de père envers ses enfans; de quoy
aussy je le prie très humblement et de tout mon coeur.

»Et quant aux biens qu'il a pleu et plaira à Dieu me donner à
l'advenir, meubles et immeubles, je veux et ordonne, qu'en premier
lieu, soit prinse d'iceulx la somme de six cents florins, pour une
fois, et donnée ès mains des diacres de l'église réformée en laquelle
Dieu m'appélera, pour estre par eux distribuée aux pauvres membres de
Jésus-Christ.

»_Item_ que d'iceulx biens ma fille Louyse prenne par préciput dix
mille francs, monnoye de France, en considération que mes aultres
filles qu'il a pleu à Dieu me donner ont esté advantagées, de mon
vivant, chacune de certaynes rentes quy leur ont esté données;
ordonnant et nommant, en tout le reste de mesdits biens, pour mes
héritiers légitimes mes cinq enfans, à sçavoir Louyse, Elisabeth,
Catherine, Flandrine et Brabantine, et celuy duquel j'espère que Dieu,
en brief, me délivrera; voulant que lesdits biens soient despartis
entre mesdits six enfans également. Et, advenant que l'un d'eux
mourust avant estre parvenu en aage pour disposer de sa part, et
mesme, estant en aage, sans en avoir disposé et sans enfans, je veux
et ordonne que mes autres enfans succèdent en icelle également;
suppliant, au reste, monseigneur le prince que ce qui se trouvera
déclaré et disposé par moy en deux codicilles et deux autres mémoires
contenant disposition de mes bagues et vaisselles, signez de ma main,
soit observé et exécuté, tout ainsi que si chacun point et ordonnance
desdits codicilles estoit expressément inséré et couché par escript en
cestuy mien testament et dernière volonté, et que pour fournissement
et accomplissement du contenu és dits codicilles soit employé ce qui
me sera deub des rentes qui m'ont été assignées par monseigneur mon
père et monsieur mon frère; ordonnant, en outre, que monseigneur le
prince jouisse de tout ce qui m'appartient ou escherra, ou à mesdits
enfans, pour ayder à les entretenir honnestement; priant mondit
seigneur le prince, en cas que le moïen ne fust suffisant de mon
costé, vouloir pourvoir à ce qui sera besoing pour leur entretenement,
et que, de ce qu'il jouira appartenant auxdits enfans, il y ait
asseurance sur quelque sienne terre, et que, venant à l'aage de quinze
ans, sera à chacun d'eux délivré sa part purement et librement; et
advenant sa mort avant que lesdits enfans ayent atteint ledit aage,
que le bien à eux appartenant soit incontinent mis à proffict, à leur
advantage le plus grand et le plus asseuré que faire se pourra;
suppliant très humblement monseigneur le prince ordonner, avant sa
mort, gens propres et tels qu'il trouvera convenir, affin d'y
pourveoir; rappelant, pour conclusion, toutes autres ordonnances et
dispositions précédentes, si aulcunes se trouveront, et me réservant
la liberté d'adjouster, changer ou diminuer ce que dessus, si Dieu
m'en donne le moïen et vollonté.

»En tesmoignage et pour confirmation de tout ce que dessus, nous avons
signé la présente de nostre propre main et cacheté du cachet de nos
armoiries, ensemble prié les tesmoings soubz nommez de le soubzsigner.

»Faict à Anvers le 18e jour de novembre 1581,

     CHARLOTTE DE BOURBON.
     JEAN TAFFIN.[271]
     MATTHIAS DE LOBEL.
     GODEFROY MONTENS.[272]
     JACOB VAN WARHKENDOUCK.[273]
     C. DE MOY.[274]

  [272] Ministre de l'Évangile.

  [273] Échevin de la ville d'Anvers.

  [274] Échevin de la ville d'Anvers.

  [275] Secrétaire de la ville d'Anvers.


Charlotte de Bourbon n'avait écouté que son coeur, en rédigeant les
divers écrits que nous venons de faire connaître: aussi, dès qu'elle
les eut signés, put-elle, en paix avec sa conscience, se reposer dans
l'ineffable sentiment d'un grand devoir accompli sous le regard de
Dieu.

Ignorant s'il lui serait accordé le bonheur d'avoir désormais un
enfant de plus à aimer, elle se soumettait, sur ce point comme sur
tous autres, à une volonté suprême, et attendait avec calme ce que
déciderait, à son égard, le Dieu dont les dispensations sont toujours,
pour ses fidèles serviteurs, celles d'un père miséricordieux.

La dispensation dont bientôt elle fut l'objet devint pour elle une
source de douces émotions, alors qu'elle put serrer dans ses bras le
nouvel enfant que Dieu lui accordait.

Le _Mémoire sur les nativités des demoiselles de Nassau_ contient à
cet égard, la mention suivante: «Samedy, le 9e jour de décembre 1581,
à trois heures du matin, madite dame accoucha, en Anvers, de sa
sixiesme fille, qui fut baptisée audit temple du chasteau, le 25e de
febvrier ensuyvant, et nommée _Amélie_ par madame de Mérode, au nom
de madame l'électrice palatine, vefve, et par madamoyselle d'Orange,
fille de son Excellence, au nom de madame la comtesse de Meurs, et par
messieurs du magistrat de la ville d'Anvers, qui luy accordent une
rente de deux mille florins, par an, sa vie durant.»

A quelques jours de là, Charlotte de Bourbon eut la satisfaction
d'apprendre que son cousin le prince de Condé se proposait de venir,
dès que les circonstances le permettraient, dans les Pays-Bas, pour
s'y associer aux généreux efforts de Guillaume de Nassau en faveur des
populations, au sein desquelles il s'agissait d'assurer l'ordre et la
liberté. Trop faible encore, depuis la naissance de sa fille Amélie,
pour pouvoir écrire à son cousin, la princesse dut laisser Guillaume
adresser, seul, à Condé, les lignes suivantes[276]:

«... J'ay esté bien aise d'avoir cogneu la bonne intention qu'il vous
plaist avoir de nous venir veoir, sur ce printemps, mais
principalement de ce qu'il a pleu à Son Alteze[277] vous en escrire et
vous en prier, espérant que par ce moyen vous aurez avec le
contentement de Sa Majesté, plus de facilité à dresser ce qui sera
nécessaire pour une si louable entreprise. Quant à ce qui me touche en
particulier et à messieurs les estatz, je vous supplie vous asseurer
qu'il ne peult venir prince en ce pays qui y soit mieulx venu, et
auquel nous desirions faire plus de service; mesmement cognoissant,
qu'oultre l'affection que vous avez au service de Son Alteze et la
bonne volonté que vous portez au bien et repos de ce pays, aussi que
le desir de maintenir la querelle que nous soutenons, pour avoir reçu
en ces pays la religion, vous convie dadvantage à vouloir prendre
ceste peine et nous secourir; ce qui nous rend aussy plus obligez vers
vous pour vous en rendre humble service. J'eûsse bien desiré que je
vous eûsse pû, avec ceste responce, envoier une seconde lettre de la
part de Son Alteze; mais voïant que sa venue est encores différée pour
quelque temps, d'aultant que je dépêche un courrier vers le roy de
Navarre, pour le supplier de nous laisser encores quelque temps icy
monsieur Duplessis (Mornay), je n'ay voulu laisser ceste occasion sans
vous escrire pour vous remercier bien humblement de vostre bonne
affection qu'il vous plaist me communiquer, et vous supplier me tenir
en vos bonnes grâces, auxquelles je me recommande bien humblement,
priant Dieu vous donner, en bonne santé, heureuse et longue vie.
D'Anvers, le 24e jour de décembre 1581.

«Vous excuserez, s'il vous plaist, ma femme, si elle ne vous escript,
à cause que, depuis peu de jours, elle est accouchée de sa sixiesme
fille.

     »Vostre bien humble serviteur et amy,

     »GUILLAUME DE NASSAU.»

  [276] Bibl. nat., mss. Ve Colbert, vol. 29, f. 450.

  [277] Le duc d'Anjou.


La princesse d'Orange, s'étudiant, plus que jamais, à entourer son
père de prévenances délicates, avait tenu à ce que l'aînée de ses
petites-filles fit hommage au duc de Montpensier du premier ouvrage
à la main qu'elle aurait appris à confectionner. Cet ouvrage était
une ceinture, dont l'envoi fut accompagné de quelques lignes de
l'enfant à son grand-père.

Le duc, dont le coeur, sous la pieuse et douce influence de Charlotte,
s'épanouissait enfin dans les saintes affections de famille, fut
vivement ému à la réception de ce cadeau, témoignage touchant des
tendres sentiments, non seulement de sa petite-fille, mais encore et
surtout de la princesse, sa fille. Aussi, s'empressa-t-il d'adresser
à Louise-Julienne l'affectueuse lettre que voici[278]:

«Ma petite-fille, vous n'avez pas peu faict, en si tendre aage que le
vostre, d'avoir si bien commencé à apprendre le lassis, que j'ay
congneu par la ceinture de belle soye violette et bordée d'une
dentelle d'argent, que vous m'avez envoyée; et donnez bien par là à
congnoistre que vous désirez bien apprendre quelque chose et gaigner
de la sagesse, puisque vous vous en donnez déjà. Ce sera le plus grand
contentement que je pourray, avec voz père et mère, jamays recevoir,
comme ce m'en a esté que m'ayez desdié vostre premier ouvraige dudit
lassis. Vous ne l'eûssiez sceu adresser à personne qui le tienne plus
cher, ny qui vous ayme plus que moy, tant pour ce que vous estes ma
petite-fille, que aussy vous portez mon nom et estes ma fillole.
Volontiers j'emploieray ce vostre présent pour me servir de ceinture
sur ma robbe de nuict, selon que m'avez mandé le desirer, afin que je
me souvienne de vous. Je ne laissoys pas pour cela d'en avoyr mémoire;
mais ce m'en est tousjours d'aultant plus d'occasion, et vous en
remercye, en attendant qu'il se présente quelque commodité plus seure
et certaine que ceste cy pour vous envoyer ung autre présent que j'ay
affection de vous faire, en récompense de celluy-là, et pour voz
estrennes. Cependant aymez-moy bien tousjours; et je prieray Dieu vous
donner, ma petite-fille, accroissement en toutes perfections et
vertus, avecq sa saincte grâce.

»De Champigny, ce 8e jour de janvier 1582.

     »Vostre bien bon grant père,
     LOYS DE BOURBON.»

  [278] Archives de M. le duc de La Trémoille.


Cinq semaines plus tard, Charlotte de Bourbon eut la joie de revoir,
à Anvers, le prince Dauphin, son frère, qui venait d'Angleterre avec
le duc d'Anjou.

Ce dernier, dont le projet de mariage avec la reine Élisabeth
rencontrait, quant à sa réalisation, de sérieuses difficultés, avait
pris le parti de répondre enfin à l'appel qui lui était adressé des
Pays-Bas, pour y être proclamé duc de Brabant; et il s'était embarqué
à Douvres, le 9 février, avec une suite nombreuse de seigneurs
anglais, à la tête desquels figuraient Robert Dudley, comte de
Leicester, l'amiral Charles Howard, divers lords et chevaliers. Au
nombre de ces derniers était Philippe Sidney.

François de Bourbon, dans une lettre adressée d'Anvers, le 20 février
1582, au duc de Montpensier, son père, rendait compte, en ces termes,
de l'arrivée du duc d'Anjou dans les Pays-Bas et de la réception qui
venait de lui être faite[279]:

«Monseigneur, par mes dernières lettres, je vous ay averty du
partement de Son Altesse, d'Angleterre, pour s'en venir en ce
bas-païs, où elle est arrivée avec toute sa troupe, à fort bon port,
grâce à Dieu, et sans avoir senti aucun mal ny tourment de la mer,
laquelle l'on n'a veu, il y a longtemps, plus tranquille, pendant deux
jours et deux nuits que nous y avons demeuré. Sadite Altesse mit pied
en terre à Flessingue, il y eut samedi huit jours, où se trouvèrent,
l'attendant, messieurs les princes d'Orange, d'Espinoy, et plusieurs
autres seigneurs et gentilshommes du païs. Le lendemain s'en alla à
Middelbourg et y feit son entrée; et, après y avoir séjourné quatre ou
cinq jours, s'en est venu en ceste ville, où il entra le jour d'hier,
ayant faict le serment entre les mains de messieurs des estats, et
receu le leur, en ung théâtre qui estoit dressé hors la porte de
ladite ville. Tous les principaux habitans d'icelle, présens avec les
princes et seigneurs susdits, qui le vestirent du manteau de Duc, et
puis après lui rendirent hommage de vassaux et sujets; et, cela faict,
le conduisirent en ladite ville, qui estoit si pleine de triomphes et
magnificences, qu'il me seroit impossible de les vous raconter
particulièrement, tant pour leur singularité, que pour le grand nombre
d'icelles; qui me fera vous supplier très humblement, monseigneur, de
m'en vouloir excuser; et, en attendant que j'aye l'honneur de vous
voir, me faire tant de grâce, que de me mander de vos nouvelles, qui
ne seront jamais meilleures que je le souhaite, priant Dieu, etc.,
etc.»

  [279] Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.182, fº 90.--Voir, sur ce
  même sujet, les détails fournis par de Thou (_Hist. univ._, t.
  VI, p. 172 et suiv.).

On peut aisément se faire une idée du charme que Charlotte de Bourbon
éprouva à s'entretenir avec son frère, après une longue séparation, et
à lui exprimer combien elle était heureuse du changement qui s'était
opéré dans les sentiments du duc de Montpensier et de l'affection
qu'il lui montrait. En soeur reconnaissante, elle se plaisait à
rappeler à François de Bourbon tout ce dont elle lui était redevable,
sous ce rapport: et alors, que de tendres effusions, que de touchantes
paroles adressées à ce frère dont les démarches et la correspondance
avaient été pour elle un appui, durant les longues années
d'expectative et de perplexité que, comme fille, elle avait eu à
traverser.

En présentant ses six petites filles à François de Bourbon, elle ne
manqua pas de lui dire quelle joie leur aînée avait éprouvée en
recevant la lettre que le duc, son grand-père, avait bien voulu lui
adresser, le 8 janvier. Il y eut plus; car Louise-Julienne confirma à
son oncle, en un langage animé, tout ce que sa mère lui avait révélé
sur ce point.

Vivement touché de l'excellent accueil qu'il recevait de sa soeur,
François de Bourbon le fut également de celui que Guillaume de Nassau
s'empressa de lui faire. Aussi, Charlotte de Bourbon éprouva-t-elle
une douce satisfaction à constater immédiatement la cordialité des
rapports désormais établis entre son frère et son mari.

Que n'avait-elle aussi auprès d'elle, à Anvers, la duchesse de
Bouillon et ses trois enfants! sa satisfaction s'en fût singulièrement
accrue; mais des devoirs impérieux retenaient alors au loin cette
soeur à laquelle elle était, ainsi qu'à ses enfants, si tendrement
attachée.

A la même époque, le comte de Leicester profita de son séjour à
Anvers, quelque court qu'il fût d'ailleurs, pour entretenir avec le
prince et la princesse d'Orange des relations directes, ajoutant un
nouveau prix à celles qui, jusqu'alors, n'avaient été effleurées que
par voie de correspondance.

En voyant les enfants de la princesse, le comte avait fait preuve
d'une bienveillance particulière pour Elisabeth, filleule de la reine
d'Angleterre, circonstance que bientôt Charlotte de Bourbon eut
occasion de relever avec une délicatesse toute maternelle, dans sa
correspondance avec Leicester.

Deux lettres, l'une du prince, l'autre de la princesse, adressées à ce
haut personnage peu après qu'il les eut quittés, témoignent de la
consolidation réelle de leurs relations avec lui.

Guillaume de Nassau écrivait au comte le 5 mars 1582[280].

«Monsieur, nous sommes encore en l'estat, en ce païs, que vous nous y
avez laissez, et j'espère que les affaires s'y conduiront tellement,
que ce sera au service et contentement de Sa Majesté et de Son Alteze;
à quoy j'acheveray de m'emploïer de toute ma puissance, suyvant le
commandement qu'il a pleu à Sa Majesté me faire. J'espère, Monsieur,
que vous serez arrivé en bonne prospérité en Angleterre; ce que je
désire qu'il vous plaise me faire cet honneur de me donner à entendre
par voz lettres, comme aussy je vous suplye m'entretenir, en ce pays,
en la bonne grâce de Sa Majesté. Quant à vous, Monsieur, je suis bien
aise d'avoir eu cette faveur d'avoir l'accomplissement de votre
connoissance, que j'avois commencé de sentir par voz lettres, et me
sens tellement vostre obligé, pour l'amitié et honnesteté qu'il vous a
pleu me démontrer, que je m'estimeray heureux si je puis avoir
l'occasion de faire chose qui soit agréable pour votre service, et
vous supplye, Monsieur, de bon coeur, de m'y vouloir employer, etc.,
etc.

     »Vostre bien humble serviteur et amy,

     »GUILLAUME DE NASSAU.»

  [280] Notice sur quelques lettres écrites au comte de Leicester,
  par D. K. Sijbrandi. Haarlem, 1867.


On venait d'apprendre, à Anvers, l'heureuse arrivée de Leicester en
Angleterre, après une traversée dangereuse, lorsque Charlotte de
Bourbon lui adressa le 9 mars, la lettre suivante[281]:

«Monsieur, encore que je me soie depuis longtemps resentie obligée à
vous faire service, pour tant de faveurs et bons offices qu'il vous a
tousjours pleu me départir, si est-ce que, depuis avoir cest heur et
bien de vous veoir je me suis trouvée redevable de nouvelles et très
grandes obligations pour tout l'honneur et amitié que vous avez fait
paraître _à ma petite-fille_ et à moy, dont je ne perdray jamais la
mémoire; et desireroys infiniment, Monsieur, que Dieu me fîst la grâce
de me pouvoir emploïer en chose qui vous fûst agréable; vous suppliant
très humblement de croire que ma volonté y est bien dédiée, attendant
les occasions de vous le pouvoir témoigner par quelque bon service. Au
reste, Monsieur, je vous asseureray que j'ay loué Dieu de ce qu'il luy
a pleu, en vous préservant du danger auquel vous avez esté, vous
reconduire auprès de Sa Majesté, en bonne disposition; ce qui nous a
tous fort resjouis, pour la crainte en laquelle nous avons esté
jusques à ce qu'en aïons receu assurées nouvelles, lesquelles ne
peuvent estre meilleures que je le désire; me recommandant sur ce,
bien humblement, à vostre bonne grâce, et priant Dieu vous donner,
Monsieur, en bien bonne santé, heureuse et longue vie. D'Anvers, ce 9
de mars 1582.

»Monsieur, je vous supplie de me permettre de faire mes très
affectionnées recommandations à monsieur de Sidney vostre cousin[282].

     »Vostre humble et plus affectionnée à vous faire service,

     »CHARLOTTE DE BOURBON.»

  [281] Notice précitée, de M. Sijbrandi.

  [282] Neveu.


La princesse d'Orange, entourée alors, à Anvers, de son mari, de ses
enfants, de son frère, et d'amis français, tels que M. et Mme de
Mornay, et que le jeune comte de Laval[283], mettait son bonheur à
leur faire sentir toute l'étendue de son affection pour eux, et à
jouir de celle dont ils lui donnaient des preuves journalières. Après
les perplexités qui, tant de fois, avaient agité son esprit et son
coeur, elle commençait à goûter un calme auquel elle aspirait depuis
longtemps, et dont le maintien pouvait contribuer au rétablissement de
sa santé fortement altérée, lorsque, tout à coup, un épouvantable
attentat vint déchirer son âme, en la frappant dans ses affections les
plus chères, anéantir le peu de forces physiques qui lui restaient et
mettre prématurément un terme à sa noble existence.

  [283] «Il avoit été convenu que duc d'Anjou auroit (en Brabant)
  au conseil d'État du païs, deux conseillers françois, tels que
  les états choisiroient. Il sceut qu'ils avoient résolu de luy
  nommer M. le comte de Laval et M. Duplessis (Mornay). Soubz
  prétexte donc de les obliger, leur déclara qu'il ne vouloit autre
  conseil que le leur; et aima mieux n'en avoir du tout point.
  Aussi estoit ledit sieur comte de la religion, plein de vertu et
  d'intégrité, et intime ami de M. Duplessis. Néantmoins, en
  l'extérieur, vouloit-il qu'on creust qu'il faisoit cas d'eux; de
  tant plus que les plus spéciaux serviteurs de la roine
  d'Angleterre, venus avec luy, ne luy avoient pas teu que la roine
  leur maîtresse feroit un grand préjugé de ses futurs comportemens
  et vers elle et vers le païs, selon qu'il prendroit plaisir ou
  non à se servir de ces deux, desquels la probité leur étoit
  connue. En apparence donc il leur faisoit bon visage, se rendoit
  familier à eux, surtout si quelqu'un de messieurs des états
  estoit présent; mais ne les admettoit aucunement à ses affaires,
  leur cachoit ses intentions et les eslongnoit autant qu'il
  pouvoit; ce que, selon leur modestie, il leur estoit aisé de
  supporter et dissimuler.» (_Hist. de la vie de messire Philippe
  de Mornay._ Leyde, in-4º, 1647, p. 60.)

La marche de faits profondément douloureux va se précipiter ici avec
une extrême rapidité.



CHAPITRE XI

  Attentat commis par Jauréguy sur la personne de Guillaume de
      Nassau.--Paroles de Guillaume.--Soins que lui donne Charlotte
      de Bourbon.--Émotion générale causée par l'attentat.--Lettres
      des états généraux aux provinces et aux villes de
      l'Union.--Générosité de Guillaume à l'égard de deux des
      complices de Jauréguy.--Prières pour demander à Dieu la
      guérison de Guillaume.--Lettre de Guillaume aux magistrats
      des villes de l'Union.--Amélioration de son état suivie d'une
      rechute.--Désolation de la princesse.--Propos outrageants
      tenus sur elle et sur le prince par Farnèse et par
      Granvelle.--Guillaume est hors de danger.--Lettre de la
      princesse au comte Jean.--Service d'actions de
      grâces.--Dernière maladie de la princesse.--Sa mort.--Ses
      obsèques.--Deuil général.--Lettres de Guillaume à Condé et du
      duc de Montpensier à Louise-Julienne de Nassau.--Conclusion.


Le dimanche 18 mars 1582, Guillaume de Nassau, après avoir, le matin,
assisté au prêche, vient, dans la citadelle où il a établi sa demeure,
de retenir à dîner les comtes de Laval et de Hohenlohe, Henri Gouffier
de Bonnivet, Roch de Sorbier, sieur des Pruneaux, et quelques autres
gentilshommes. A sa table doivent aussi s'asseoir ses enfants et deux
de ses neveux, fils du comte Jean.

Le prince, ayant l'habitude de dîner, le dimanche, en public, les
hallebardiers de service dans la salle à manger remarquent, parmi les
spectateurs qui s'y sont introduits et dont la contenance est
parfaitement convenable, un jeune homme de mauvaise mine qui
s'approche indiscrètement de la table: ils le repoussent dans la
direction d'une porte auprès de laquelle il se fixe. Au moment où, à
l'issue du dîner, le prince, suivi de ses convives, se dirige vers sa
chambre et s'arrête devant une tapisserie qu'il fait considérer au
comte de Laval, le jeune homme dont il s'agit obtient d'un
hallebardier qu'il le laisse, sous le prétexte d'une requête à
présenter au prince, s'approcher de celui-ci; et aussitôt il décharge,
à bout portant, sur Guillaume un pistolet[284], dont la balle
l'atteint au-dessus de l'oreille droite et franchit le palais, près de
la mâchoire supérieure, sans léser la langue ni les dents. Étourdi
d'abord du coup, le prince revient promptement à lui, se sent blessé,
s'aperçoit que le feu est à ses cheveux, et, au milieu du tumulte
causé par l'attentat commis sur sa personne, s'écrie qu'on doit
s'abstenir de tuer l'assassin; qu'il lui pardonne; mais déjà le
misérable a succombé sous les coups d'épées et de hallebardes que les
assistants lui ont portés[285].

  [284] Voir, sur les circonstances qui déterminèrent Jauréguy à
  commettre son crime, le no 19 de l'_Appendice_.

  [285] «J'étois lors à Anvers, dit Mornay, et M. le prince
  d'Orange m'avoit, au sortir du presche, voulu retenir à diner.
  Les gardes avoient voulu chasser ce misérable de la salle, et il
  (le prince) les en avoit tancés, disant que c'étoit quelque
  bourgeois qui vouloit voir. Il passoit de la salle en sa chambre,
  et s'étoit arrêté à montrer la tapisserie à M. de Laval, par
  dessus l'épaule duquel fut tiré le coup. J'y accourus aussitôt,
  et vis le meurtrier, le corps enveloppé de pentacles et toiles
  conjurées de Notre-Dame-d'Oviédo. M. le prince d'Orange ayant
  repris ses esprits, me dit ces mots: Je pensois que la maison fût
  tombée sur moi. Il eut un grand soin de faire savoir qu'il n'y
  avoit rien du fait de Monsieur (le duc d'Anjou), lequel, avec les
  siens, n'étoit pas sans peur. Mais on y envoya une forte garde,
  pour empêcher l'abord du peuple, et fut, en moins d'un quart
  d'heure, donné un tel ordre par toute la ville, qu'il n'y avoit
  ni bruit, ni murmure. Le meurtrier avoit quelque envie de
  réserver son coup au soir, au festin de Monsieur. Si cela fût
  arrivé là, on n'eût jamais pu croire que ce n'eût été de son
  fait, et premier que la vérité eût été connue, tout eût été en
  combustion et carnage.» (Note de D.-Mornay sur l'_Hist. univ._ de
  de Thou, t. VI, p. 180.)

Guillaume, se croyant frappé à mort, dit aux seigneurs français, qui
l'entourent: «Ah! que Son Altesse perd un fidèle serviteur.» Puis,
s'adressant au bourgmestre van Aelst, il ajoute: «S'il plaît à Dieu,
mon Seigneur, de m'appeler à lui, dans cette conjoncture, je me
soumets à sa volonté avec patience, et je vous recommande ma femme et
mes enfants.»

Sa femme....! à quelles poignantes angoisses n'est-elle pas, alors, en
proie! vainement s'efforce-t-elle de les surmonter: elle succombe sous
leur poids, s'affaisse, et ne se relève d'un évanouissement, que pour
retomber dans un autre[286].

  [286] «The perturbation that followed within the prince's house
  was so great and dolorous as scarce can be expressed. The poor
  princess, overcome with vehement passion, did swoon continually;
  the children confounded with tears and cries troubled all the
  place, and the rest of the friends and family present were
  utterly perplexed.» (Herle to lord Burghley. _Corresp. of
  Leicester_, London 1844, ap. Groen van Prinsterer, 1re série,
  suppl. p. 220.)

Ses enfants....! éperdus, atterrés, fondent en larmes et jettent des
cris de détresse.

L'un deux cependant, Maurice de Nassau, avec une présence d'esprit
au-dessus de son âge, fait immédiatement explorer, sous ses yeux, le
cadavre et les vêtements de l'assassin. On trouve sur lui un poignard,
des heures, un catéchisme de jésuite, des tablettes, un paquet de
lettres, des _agnus Dei_, une médaille à l'effigie du Christ, une
image de la Vierge, un petit cierge de couleur verte, deux pièces de
peau. Toutes les lettres et les tablettes sont en langue espagnole.
Ces dernières contiennent des transcriptions de prières et de voeux
adressés à Jésus-Christ, à la Vierge, à l'ange Gabriel, afin qu'ils
favorisent l'entreprise de l'assassin[287].

  [287] La publication intitulée _Brief recueil de l'assassinat
  commis sur la personne du très illustre prince d'Orange_ (Anvers
  1582) contient le texte de ces prières et de ces voeux, dont
  voici le début: «Jesu Christo nuestro señor, y la virgen sancta
  Maria, nuestra señora, sean en mi ayuda en esta resolucion hecha
  para su sanctissimo servicio!!» Un tel début donne une idée
  suffisante de tout ce dont il est suivi.

De l'exploration de ces divers objets ressort la preuve que le
coupable et les instigateurs de son crime sont espagnols.

Marnix de Sainte-Aldegonde se hâte d'informer de cette circonstance
capitale les magistrats d'Anvers, ainsi que le duc d'Anjou, et
l'agitation qui régnait dans la ville commence à se calmer. On ne
tarde pas à connaître le nom de l'assassin (Juan Jauréguy), et l'on
réussit à arrêter deux de ses complices, Venero et Timmermann.

Cependant la princesse, dont l'énergie morale est toujours à la
hauteur d'un devoir sacré à remplir, parvient à maîtriser, dans une
certaine mesure, ses douloureuses émotions; et, dès qu'elle a recouvré
assez de force physique pour se tenir au chevet du lit de son mari,
elle s'y établit et lui prodigue les plus tendres soins, le soutient
de ses ferventes prières.

Deux femmes d'élite l'assistent, en amies dévouées, dans
l'accomplissement de sa sainte tâche: l'une est la comtesse de
Schwartzenburg, soeur du prince[288], l'autre, Mme Ph. de Mornay.

  [288] «Catherine de Nassau, femme du comte de Schwartzburg, soeur
  du prince, ne l'abandonna point, et lui rendit tous les services
  dont elle était capable.» (De Thou, _Hist. univ._ t. VI, p.
  183.--Lapize, _Histoire des princes et de la principauté
  d'Orange_, p. 524.--P. c. _Hoofts Nederlansche historien_, in-fº,
  Amsterdam, 1677, p. 816.)

Écoutons de Mornay nous retraçant une scène solennelle qui se passa,
en présence de sa femme et de la princesse, peu après l'attentat
commis par Jauréguy:

«Il est digne de mémoire, dit-il[289], que monsieur le prince se
croyant mort il fut consolé par le sieur de Villiers, Pierre
Loiseleur, son ministre; et, comme n'espérant plus rien de sa vie, se
dispensa de la défense que les médecins lui avaient faite de parler.
S'enquérant donc quel compte il pourroit rendre à Dieu de tant d'excès
commis en la guerre, de tant de sang répandu, il (de Villiers) lui
disoit qu'il avoit fait la guerre sous l'empereur Charles, et,
qu'étant commandé par son prince légitime, il n'en étoit pas tenu.
Pour les guerres civiles aussi, démenées pour une juste querelle, soit
de la religion, soit de la patrie, y ayant apporté une bonne
conscience, que tout cela étoit couvert de la justice de la cause.
Lors le prince: _A la miséricorde, monsieur de Villiers, mon ami! à la
miséricorde, à la miséricorde!! c'est là mon recours, et n'y en a
point d'autre!_--Ma femme y étoit présente avec madame la princesse
d'Orange, en cette extrémité.»

  [289] Note de D.-Mornay sur l'_Hist. univ._ de de Thou, t. VI, p.
  183.

De Mornay dit encore[290]: «Pendant l'incertitude de cette blessure,
n'est point croiable en quel soin en étoit tout ce peuple. Cette
grande place entre la ville et la citadelle, dès le point du jour,
étoit pleine de personnes de tout sexe, âge et condition, qui se
venoient enquérir de son état; vraye récompense de ce qu'il avoit
travaillé pour ce peuple.»

  [290] Mornay, _loc. cit._

Les états généraux, qui, le jour même de l'attentat, s'étaient
empressés d'en informer par écrit les magistrats de Bruges, leur
adressèrent, dès le lendemain, 19 mars, les informations
suivantes[291]:

«Nobles seigneurs, nous ne doutons nullement que vous ne soyez
desireux de connaître comment les choses se sont passées ici, depuis
la nouvelle que vous avez reçue hier de la tentative d'assassinat sur
la personne de Son Excellence. En conséquence, nous n'avons pas voulu
nous dispenser de vous mander par la présente que quelques complices
de l'assassin ont été arrêtés ici hier, et que la situation de Son
Excellence n'est jusqu'à présent, Dieu en soit loué, pas empirée.
D'après l'opinion et le jugement des médecins et des chirurgiens, la
blessure n'est pas mortelle, à moins, ce qu'à Dieu ne plaise, qu'une
fièvre ou une autre maladie ne vienne s'y joindre. L'assassin ayant
été tué sur la place, on transporta immédiatement son cadavre sur un
échafaud, devant l'hôtel de ville, où on le reconnut comme étant celui
de Jean Jauréguy, sous-caissier du sieur Gaspard Anastro, marchand
espagnol, parti d'ici, selon la rumeur publique, mercredi dernier,
pour Calais. Aussitôt on arrêta, à son domicile, tous les domestiques
qui s'y trouvèrent, et entr'autres un prêtre qui a avoué avoir
entendu, hier avant midi, la confession du meurtrier et lui avoir
administré la communion, après qu'il l'eut absous du crime qu'il se
proposoit de commettre. De plus, il a encore avoué que, pendant la
semaine passée, il a dit, tous les jours, la messe et des prières pour
la réussite du projet. Et afin de donner à l'assassin plus de force
pour accomplir son crime, ce prêtre lui avait attaché au cou un _agnus
Dei_ et un petit cierge béni, sous lequel était lié un billet
renfermant divers caractères inconnus; tous ces objets ont été trouvés
sur le meurtrier. On a encore accusé de complicité, ou du moins comme
paraissant ne pas avoir ignoré le complot, un autre caissier
appartenant à la même maison, ainsi qu'un sieur Adrien de la Maça et
son domestique. Ils sont tous arrêtés et on les interroge sévèrement,
il est à espérer qu'on découvrira encore d'autres coupables.
Conformément aux ordres de Son Alteze, quelques-uns d'entre nous ont
été désignés pour assister, conjointement avec le magistrat de cette
ville, à l'interrogatoire des prisonniers. Nous ne manquerons pas de
vous informer de ce qui sera fait plus tard, et de ce que nous devons
penser de cette conspiration.»

  [291] _Documens historiques concernant les troubles des Pays-Bas,
  1577-1584_, par Kervyn de Volkaersbeeks et J. Diegerick, Gand,
  1850, t. II, p. 336.--Des lettres semblables à celle qui est ici
  reproduite, furent adressées aux provinces et aux villes de
  l'Union.

L'instruction de l'affaire fut rapidement conduite: Venero et
Timmermann furent condamnés à mort, le 27 mars, et exécutés le
lendemain.

Avant leur exécution, Guillaume de Nassau, toujours généreux à l'égard
de ses ennemis, avait écrit à Marnix de Sainte-Aldegonde[292]: «J'ay
entendu que l'on doit demain faire justice des deux prisonniers estant
complices de celui qui m'a tiré le coup. De ma part, je leur pardonne
très volontiers de ce qu'ils me peuvent avoir offensé; et s'ils ont
peut-estre mérité un chastoy grand et rigoureux, je vous prie vouloir
tenir la main, devers messieurs les magistrats, qu'ils ne les veullent
faire souffrir grand tourment, et se contenter, s'ils l'ont mérité,
d'une courte mort.»

  [292] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VIII, p.
  80.

Charlotte de Bourbon se releva un peu de son abattement, en recevant
des médecins et chirurgiens l'assurance que la blessure du prince
quoique grave, ne leur inspirait cependant pas de sérieuses
inquiétudes: «Il avoit la veue et la parole bonnes, l'entendement et
le jugement bien certains; et luy estant défendu de parler beaucoup,
il escrivoit ferme et bien courant[293].»

  [293] _Breif recueil de l'assassinat commis sur la personne de
  très illustre prince, monseigneur le prince d'Orange_, par Jean
  Jauréguy, Espaignol, à Anvers, br. in-4º, 1582, imp. de Ch.
  Plantin.

Des prières extraordinaires, pour demander à Dieu la guérison du
prince, avaient été dites dans toutes les églises d'Anvers, en
présence d'une foule émue, à laquelle s'étaient joints les membres des
états généraux.

«Icy, écrivait un contemporain[294], parut l'affection du peuple
d'Anvers envers ce débonnaire prince. Après ce détestable coup, toute
la ville print le sac et la cendre, humiliée devant Dieu en jeunes, en
prières, en oraisons. Les églises françoises et flamandes retentirent
en pleurs et gémissemens, pour sa guérison. Des larmes de contrition
et de repentance y furent répandues abondamment, et cette action fut
célébrée avec tel zèle et dévotion, l'affluence et l'attention y
furent si grandes, que, dès le matin jusqu'au soir, on demeura dans
les églises.»

  [294] Lapize, _Hist. des princes et de la principauté d'Orange_,
  La Haye, 1639, in-fº p. 524.

Quoi de plus beau, de plus grand dans la vie d'un peuple, que cet élan
de tant d'âmes vers Dieu, en des circonstances empreintes d'une telle
gravité! Aussi, quels sentiments de gratitude ce magnifique élan
n'inspira-t-il pas au noble coeur de Charlotte de Bourbon!

Ces sentiments furent partagés par le prince, son mari.

Vivement touché de l'ardente sympathie dont il était l'objet, il
adressa, le 23 mars, aux magistrats des villes et de l'Union, des
lettres, dont on rencontre un spécimen dans celle que reçurent de lui,
vers cette époque, les représentants de la ville d'Ypres; elle
portait[295]:

«Nobles, honorables, savants, discrets et bons amis, nous ne doutons
nullement que vous n'ayez été informez du malheur qui nous est arrivé,
dimanche dernier, et nous sommes convaincus que vous en avez été
vivement peinés. Mais, puisque telle a été la volonté de Dieu, il est
juste que nous supportions avec reconnaissance ce qu'il a bien voulu
nous envoyer; et, quoique la main du seigneur nous ait atteint, nous
espérons cependant qu'il nous sauvera. Sa colère contre nos ennemis
s'étant encore accrue pour un crime aussi abominable, peut-être
daignera-t-il manifester d'une manière éclatante sa miséricorde pour
son peuple. Quant à nous, à en juger d'après l'état que présente la
blessure, et d'après l'avis que les médecins et chirurgiens peuvent
émettre dans cette circonstance, nous avons grand espoir de guérir et
de revenir à la santé, sans qu'il y ait beaucoup d'apparence de
blessure. Ainsi, avec l'aide de Dieu, nous espérons pouvoir, de
nouveau et dans peu de temps, prêter à Son Altesse notre appui et nos
services, pour le bien-être et la conservation de ces pays. Nous
sommes heureux que Dieu ait accordé aux pays d'en ça un prince aussi
brave et aussi vertueux que l'est Son Altesse. Si, par la volonté de
Dieu (car nous sommes soumis à tous les accidents et à tous les maux
qui affligent l'humanité), nous devions quitter ce monde, nous vous
prions de conserver toujours à Son Altesse vostre respect et vostre
obéissance, de ne pas perdre courage, et surtout de vous tenir en
garde contre les menées des ennemis, qui ne manqueront certainement
pas de mettre tout en oeuvre pour accomplir sur vous leurs perfides
desseins. A cette fin, nous vous avons conseillé maintes fois de
prendre de bonnes mesures pour leur résister, en donnant vos avis aux
villes vos voisines et en les exhortant à la persévérance.

»Nobles, honorables, savants, discrets et bons amis, nous vous
recommandons à Dieu. D'Anvers, le 23e jour de mars 1582.

»Comme nous avons d'abord signé les présentes, le 23 de ce mois, nous
ne voulons pas manquer de vous informer également, qu'avec l'aide de
Dieu, nous éprouvons, de jour en jour, de l'amélioration.»

  [295] _Documens historiques concernant les troubles des Pays-Bas,
  1577-1584_, par Kervyn de Volkaersbeke et J. Diegerich, Gand,
  1850, t. II, p. 347.

Cette amélioration se soutint jusqu'au 31 mars, jour auquel se
déclara une hémorragie que, pendant quelque temps, on ne put réussir à
arrêter.

A la vue de cette sinistre hémorragie, Charlotte de Bourbon éprouva
l'une de ces commotions violentes qui compromettent, au plus haut
degré, les derniers ressorts d'un organisme graduellement affaibli par
la souffrance. Frappée au coeur, elle suppliait Dieu de la soutenir,
au milieu de ses indicibles angoisses, dans l'accomplissement de son
ministère de compagne dévouée et de consolatrice, alors surtout
qu'elle entendait Guillaume, qui ne se faisait aucune illusion sur la
gravité de sa rechute, parler de sa mort comme prochaine.

Dans son abnégation illimitée, la princesse était prête à tout
sacrifier, même sa vie, pour que les jours de son mari fussent
épargnés.

Ils le furent, en effet, alors, d'une manière inopinée.

De Thou prétend[296] que tous les remèdes ordinaires ayant été
inutilement employés, Léonard Botal, de la ville d'Asti, médecin du
duc de Brabant, conseilla de boucher la plaie avec le pouce, et de
faire succéder continuellement diverses personnes, les unes aux
autres, pour la fermer, de cette manière; qu'on eut recours au procédé
qu'il indiquait, et, qu'au bout de quelques jours la plaie se ferma.

  [296] _Hist. univ._, t. VI, p. 182. On peut consulter comme ne
  concordant pas tout à fait avec le récit de de Thou, celui de P.
  G. Hoofts, _Nederlandsche historien_, Amsterdam, 1677, in-fº, p.
  816.

Mais Duplessis-Mornay, qui ne quittait pas le prince, et était dès
lors en position d'apprécier la nature et l'efficacité des soins qui
lui étaient donnés, fournit sur le point dont il s'agit un
renseignement à la précision duquel il y a lieu de s'attacher
exclusivement[297].

  [297] Note de Mornay sur l'_Hist._ de de Thou, t. VI, p. 182.

«La vérité est, dit-il, que le coup de pistolet tiré de si près,
avait cautérisé le rameau de la veine jugulaire, en le perçant, et par
conséquent étanché le sang, jusques à ce que l'escarre tomba! Mais ce
ne fut pas l'invention de Botal qui la fit fermer; car, quelque bien
qu'on y tînt les pouces, le sang tombait par le dedans, tellement
qu'en un matin, je lui en vis rejeter par la bouche plus de cinq
livres; mais les chirurgiens, par mégarde, ayant poussé une _tente_ en
la playe, oincte de quelques onguens, plus avant qu'ils ne vouloient,
et ayant en vain tâché de la retirer, au bout de quelques jours,
nature avec un peu d'ayde la repoussa, et y fut trouvé un pus blanc au
bout, qui donna argument que la veine était fermée; ce qui se trouva
vray.»

Alors que ce résultat favorable n'était pas encore obtenu, _les quatre
membres du pays et comté de Flandre_ donnèrent charge au grand bailli
de Gand et à un magistrat d'Ypres de se rendre auprès du prince
d'Orange. L'instruction dont ils étaient munis portait[298], entre
autres choses: «Lesdits sieurs visiteront, de la part _des quatre
membres_, Son Excellence. Ils représenteront devant luy, sy sa
disposition le peult aucunement permettre, et lui feront entendre le
grand regret qu'ils ont d'apprendre sa rechûte, et lui tiendront les
propos qu'ils trouveront convenir pour le consoler, avec présentation
de tout service et témoignage d'affection. Et s'ils ne peuvent avoir
accès à Son Excellence, représenteront tout le mesme _à madame la
princesse_, en tels termes qu'ils sçauront appartenir.»

  [298] «Instruction (5 avril 1582) pour M. de Ryhoven, grand
  bailly et superintendant de la ville de Gand, et le Sr de
  Winterhove, adv. de la ville d'Ypres, allant vers Son Alteze, de
  la part des quatre membres du pays et comté de Flandres.» (_Doc.
  hist. inédits concernant les troubles des Pays-Bas, 1577-1584_,
  par Kervyn de Volkaersbeke et J. Diegerick, Gand, 1850, t. II, p.
  358.)

A peine est-il nécessaire d'ajouter que la vive sollicitude des
populations inspira, depuis l'attentat du 18 mars, maintes démarches
analogues à celle que les délégués _des quatre membres de Flandre_
furent ainsi chargés d'accomplir; démarches éminemment significatives,
qui touchèrent extrêmement le prince et la princesse.

L'un et l'autre, à cette époque, étaient l'objet d'outrages
révoltants, que déversaient sur eux certains coryphées du parti
espagnol.

Alexandre Farnèse, croyant Guillaume tué par Jauréguy, osait écrire à
Philippe II, le 24 mars[299]: «Le coeur me crevoit de voir que tant de
méchancetés et d'insolence contre le service de Dieu, de la religion
et de Votre Majesté tardassent si longtemps à recevoir le salaire
convenable, et qu'il ne se trouvât personne pour le donner; mais enfin
nous devons remercier Dieu qui a permis que la chose s'effectuât,
quand le moment a paru en être venu, en ôtant du monde un homme si
pernicieux et méchant, et en délivrant ces pauvres pays d'une peste et
d'un poison tel que lui.»

  [299] Archives de Simancas, papeles de Estado, liasse 585, ap.
  Gachard, _Corresp. de Guillaume le Taciturne_, t. VI, p. 77.

Insulteur non moins indécent et lâche envers la princesse d'Orange que
son émule en fait de haine et de bassesse, le cardinal de Lorraine
l'avait été naguère envers la pieuse et héroïque princesse de
Condé[300], le cardinal Granvelle, instigateur, à la cour de Philippe
II, de l'assassinat de Guillaume de Nassau, se déshonorait en écrivant
à tel ou tel de ses affidés: «On a envoyé le prince en l'autre monde,
que y fût esté mieulx il y a vingt ans..... Il a enduré une poyne
extrême, et vous pouvez penser quel étoit alors son beau visaige,
pour donner contentement à sa nonnain apostate[301].»--«Il fust esté
bon pour les affaires, que le prince d'Orange fust mort soubdainement,
car je m'asseure qu'il aura procuré, devant que de sortir du monde,
d'accommoder ses bâtards et sa nonnain, mère d'iceulx[302]...--On
assure fort que sa nonnain apostate soit morte de pleurésie: il seroit
bien les avoir enterrés ensemble tous deux[303].»

  [300] Voir ce que contient, sur ce point, notre publication
  intitulée: _Éléonore de Roye, princesse de Condé_, 1 vol, in-8º,
  Paris, 1876, p. 91, 92.

  [301] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VIII.

  [302] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VIII, p.
  98.

  [303] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VIII, p.
  104.

Mais laissons-là ces infamies, qui pèsent, de tout leur poids sur la
mémoire de leurs auteurs; et attachons-nous à ces belles paroles du
psalmiste[304]: «Ils maudiront, mais tu béniras, Seigneur!!»

  [304] Ps. CIX, 28.

Quatorze jours s'étaient écoulés depuis la cessation de la redoutable
hémorragie, lorsque Charlotte de Bourbon rendit compte de l'état de
son mari à Jean de Nassau, dans une lettre qui, très probablement est
la dernière de celles qu'elle ait écrites, et à laquelle dès lors
s'attache un intérêt particulier. Elle lui disait[305]:

«Monsieur mon frère, s'en retournant vostre secrétaire vous trouver,
je n'ay voullu faillir de vous escrire, pour me ramentevoir en vos
bonnes grâces, et vous assurer que je n'ay laissé d'avoir tousjours
fort bonne souvenance de vous et de madame la comtesse, ma soeur,
encore que de longtemps je ne vous en aye rendu tesmoignage par mes
lettres; aïant esté taut moins soigneuse d'en faire mon debvoir, pour
ce que je me suis tousjours promis qu'il vous plaist n'en faire point
de doubte, et aussi d'autant que mademoiselle d'Orange, ma fille, vous
advertit souvent de nos nouvelles, lesquelles hélas! ont esté,
quelque temps, extrêmement mauvaises, par la blessure de monsieur le
prince, vostre frère, dont, par diverses fois, nous sommes passez tels
changemens et dangers, à cause d'une veine blessée, que, selon le
jugement humain, il estoit tenu plus près de la mort que de la vie.
_Mais Dieu, par sa grâce, y a miraculeusement mis la main, lorsque
nous estions au bout de nostre espérance_, aïant cessé le sang depuis
quatorze jours en çà; et dès lors la playe s'est tousjours portée de
mieux en mieux; mesme, devant-hier, au matin, est sortie une _tente_
qui y avoit été cachée depuis ledit jour qu'il saignoit pour la
dernière fois; et se guérit, à ceste heure, la playe si naturellement,
que nous ne doutons point de sa convalescence, _moiennant la grâce de
Dieu, laquelle je luy supplie de tout mon coeur nous vouloir
continuer; ainsi que jusques icy il nous en a fait sentir les effets_,
et qu'il vous donne, monsieur mon frère, en bien bonne santé, heureuse
et longue vie; me recommandant, sur ce, bien humblement en vostre
bonne grâce. D'Anvers, ce 18 d'apvril 1582.

»Vostre bien humble et obéissante soeur, à vous faire service.

     »CHARLOTTE DE BOURBON.»

  [305] Groen van Prinsterer, _Corresp._, 1re série, t. VIII, p.
  86.


_La grâce de Dieu_, en réponse aux ferventes supplications de la
princesse, _continuait_ si manifestement _à faire sentir ses effets_,
que Guillaume écrivit, le 25 avril, à Condé[306]: «Je vous remercie
humblement de ce qu'il vous a pleu avoir soing de moy, durant ma
blessure, et comme je suis assuré que vous louerez Dieu avec moy de la
guérison que, j'espère, il m'envoyera bientost; mais je vous en ay
bien voulu escrire ce mot par les présentes: c'est que, comme tous
les médecins et chirurgiens m'assurent, et comme je le sens aussy en
moy mesme, Dieu m'a mis non seulement hors de ce danger, mais
moyennant son ayde et l'apparence d'une briefve guérison, laquelle
j'essayeray d'employer pour vous en rendre service, en ce qu'il vous
plaira me commander.»

  [306] Bibl. nat. mss. Ve Colbert, vol. 29, fº 725.

A peu de jours de là, la guérison étant complète, les états généraux,
en corps, allèrent offrir au prince leurs félicitations.

Par ordre du duc d'Anjou, eurent lieu, dans les églises de toutes les
villes des services d'actions de grâces.

Guillaume assista à celui qui fut célébré à Anvers, le 2 mai, «au
milieu d'une telle affluence de personnes venues pour le voir, et dont
plusieurs pleuroient de joie, qu'à peine, à un certain moment,
pouvait-on pénétrer dans l'église, ou en sortir[307]».

  [307] Bor, t. II, p. 316.

Si la reconnaissance du prince envers Dieu était profonde; quelle
n'était pas, en même temps, celle de sa pieuse et fidèle compagne!
Elle voyait comblé le plus cher de ses voeux, par le rétablissement de
son mari; et, heureuse d'avoir pu accomplir, dans sa plénitude,
vis-à-vis de lui, une tâche sacrée, elle acceptait avec une entière
soumission l'austère dispensation sous laquelle désormais elle devait
s'incliner. Les angoisses, les veilles, les fatigues de tout genre
avaient, depuis le 18 mars, épuisé ses forces physiques, et un mal
irrémédiable devait, en peu de jours, tarir chez elle les sources de
la vie: elle allait mourir, et le savait.

Elle envisagea en chrétienne la mort qui, sur cette terre, allait la
séparer de tous ceux qu'elle chérissait; et ce fut, en priant pour
eux, en les bénissant, que, confiante en un revoir éternel, elle
exhala son dernier soupir.

Quel moment solennel pour tous ceux qui l'entouraient, que celui où
elle remit, en paix, son âme entre les mains de Dieu! Que de larmes,
mais aussi quelle puissance de relèvement et d'espérance dans ces
admirables paroles: «Toute mort des biens-aimés de l'Éternel est
précieuse devant ses yeux[308].»--«Bienheureux sont dès à présent ceux
qui meurent au Seigneur, car ils se reposent de leurs travaux et leurs
oeuvres les suivent[309].»

  [308] Ps. CXVI, 15.

  [309] Apocal. XIV, 13.

L'histoire ne fournit aucuns détails sur la durée de la maladie à
laquelle la princesse succomba, ni sur ses derniers entretiens, soit
avec son mari, soit avec ses enfants, soit avec Mme de Mornay, qui
l'assista, à l'heure suprême[310] ni sur les recommandations qu'elle
put faire entendre, dans l'intérêt de ceux qu'elle aimait. L'intuition
de quiconque peut aujourd'hui se faire une juste idée du caractère et
des généreux sentiments de cette femme éminente suppléera aisément ici
au silence de l'histoire.

  [310] «La maladie de la princesse fut une pleurésie procédée des
  sang-melleures qu'elle avoit eues pendant son mal, passant, à
  tout moment d'espérance en crainte, et au rebours. Elle mourut
  fort chrétiennement, et l'assista ma femme, jusques à la mort.»
  (Note de Mornay sur l'_Hist. univ._, de de Thou, t. VI, p. 182.)

Ce fut le 5 mai 1582, vers quatre heures du matin, que Dieu rappela à
lui sa fidèle servante[311].

  [311] Le même jour, les états généraux prirent la résolution
  suivante: «Étant décédée de ce monde la sérénissime princesse
  d'Orange, madame Charlotte de Bourbon, il est résolu que, pour
  s'associer au deuil du prince, des membres de l'Assemblée se
  transporteront vers Son Excellence, après midy.» (Archives
  générales du royaume de Hollande. Rec. des pr.-v. des
  Provinces-Unies, à la date du 5 mai 1582.)

Les obsèques de la princesse furent célébrées à Anvers avec une
solennité exceptionnelle[312].

  [312] Bor, t. II, p. 316.--Meteren, _Hist. des Pays-Bas_, tr. fr.
  La Haye, 1618, in-fº p. 215.--_Antverpin Christo nascens et
  crescens_, par J. C. Diercxsens, t. III, Antverp., 1760:
  «Carolina Borbonia sepulta est, 9 mensis maï, solenni pompa, in
  cathedrali, in vacello Circumcisionis, concitantibus nobilibus,
  statis generalibus, consiliariis, senatu, colonellis, capitaneis,
  etc., etc., ad duo millia; non aderat Orangius, tanquam non plane
  restitutus.»

«Si la douleur causée par sa mort pouvoit être capable de recevoir
quelque allégement, ce fut qu'on la voyoit comme partagée par un grand
nombre, et que chacun y prenoit part. Non seulement tout Anvers étoit
tendu de deuil, mais aussi les yeux et la face de tous les habitans de
cette superbe ville y rendoient des preuves sincères d'une véritable
douleur. Ce qu'on peut contribuer d'honneur et de pompe pour un
appareil funèbre y fut contribué; et le corps où une si belle âme
avoit habité fut conduit par tous les ordres du pays, en une foule
indicible, en ce superbe vaisseau que le vulgaire appelle _la grande
église_, et fut mis, avec les regrets d'un grand peuple, en la
chapelle de la Circoncision[313].»

  [313] _Mém. sur la vie de Louise-Julienne de Nassau_, Leyden,
  1625, p. 18.--Il n'existe aujourd'hui aucune trace de la
  sépulture de Charlotte de Bourbon dans la _grande église_
  d'Anvers, en d'autres termes, dans la cathédrale. Aucune mention
  n'en est même faite dans un volumineux ouvrage dont le tome Ier
  (Anvers, 1856, gr. in-4º) est intitulé: «Inscriptions funéraires
  et monumentales de la province d'Anvers.»--Arrondissement
  d'Anvers.--Église cathédrale.»--Voir les explications dans
  lesquelles a cru devoir entrer, sur ce point, l'auteur de
  l'ouvrage suivant: «Annales antverpienses, ab urba condita ad
  annum 1700, collecti ex ipsius civitatis monumentis, etc., etc.,
  auctore Daniele Papebrochio S. I. Antverpiæ, 1847, p. 67, 68.»

La mort de Charlotte de Bourbon plongea dans le deuil tous ceux qui,
au sein des Pays-Bas, de même qu'en France et ailleurs, l'aimaient et
l'honoraient.

La douleur de Guillaume fut profonde; car, que n'avait pas été
constamment, pour lui, son incomparable compagne?

«Monsieur, écrivit-il au prince de Condé[314], encore que j'aie senti
de plus près la perte que j'ai faite de ma femme, pour plusieurs
raisons, si est-ce que je ne laisse de cognoistre que plusieurs gens
de bien y ont perdu avecq moy, par la grande amytié et affection
qu'elle a portée à tous ceux qui ont aimé Dieu. Et quant à vous,
monsieur, je vous puis assurer que vous y avez perdu une bonne parente
et amie, qui vous honoroit et aimoit autant que prince de la
chrestienté. J'espère que vous ne lairrez, pour cette affliction qu'il
a plû à Dieu m'envoyer, de continuer, en mon endroict et de mes petits
enfans, la mesme bonne volonté qu'il vous a pleu nous porter par
cy-devant.»

  [314] Lettre du 28 mai 1582 (Bibl. nat., mss. Ve Colbert, vol.
  29, fº 727).

Ces petits enfants, en perdant une mère telle que la leur, étaient
bien à plaindre: leur aïeul maternel le sentit, pour sa part, et la
lettre suivante ne prouve pas seulement la sympathie qu'il éprouvait
pour eux; elle constitue surtout un hommage rendu aux sentiments
élevés de la fille qui, si longtemps méconnue par lui, avait enfin
gagné son coeur.

Trois mois avant de descendre, à son tour, au tombeau[315], le duc de
Montpensier écrivit à sa filleule, Louise-Julienne de Nassau[316]:

«Ma petite-fille, je plains beaucoup vous et vos petites soeurs, pour
la perte que vous avez faicte en feu ma fille, vostre bonne mère, que
j'eusse bien désiré qu'il eut pleu à Dieu vous conserver plus
longuement, pour achever de vous rendre bien saiges et bonnes filles,
comme j'ay entendu elle avoit bien commencé, en vous principalement,
qui pouvez croire que, si vous suivez les vertus et bonnes moeurs dont
elle estoit douée, obéissant bien à vostre père, je ne vous oublieray
jamais, ny voz soeurs pareillement, et supplie Nostre Seigneur, ma
petite-fille, de vous en faire à toutes la grâce et de vous conserver
en la sienne.

     »De Champigny, ce 16e jour de juing 1582.

     »Vostre bien bon grand-père,

     »Loys de Bourbon[317]»

  [315] «En ce mois de septembre 1582, messire Loys de Bourbon, duc
  de Montpensier, mourut, en sa maison de Champigny.» (_J. de P. de
  L'Estoile_, nouvelle édit., t. II, p. 69).--De L'Estoile dit
  encore dans son journal (t. II. p. 69).--«En ce moys de may 1582
  mourut, à Anvers, dame Charlotte de Bourbon, fort regrettée pour
  ses vertus et, entre autres, pour la charité miséricordieuse
  qu'elle exerçoit à l'endroit de toutes sortes de personnes
  affligées et oppressées.»

  [316] Archives de M. le duc de La Trémoille.

  [317] Une lettre, qu'à la même époque, Louise-Julienne de Nassau
  reçut de la duchesse de Montpensier, était ainsi conçue: «Ma
  fille, je n'ay peu qu'avec beaucoup de regret entendre les
  nouvelles du désceds de feu madame la princesse, vostre mère,
  tant pour la grande perte que je sçay que vous et mes
  petites-filles, vos soeurs, ont faicte en cela, que pour l'amytié
  que, je sçay, elle me faisait ce bien de me porter; vous
  suppliant, ma fille, de m'aymer aussy, et croire que je prendray
  bien grand plaisir de m'emploïer pour vous servir toutes, en ce
  que j'en auray de moïens, et vous tenir, au reste, aux bonnes
  grâces de monsieur vostre grand-père; ce que je feray tousjours
  de pareille affection et bonne volonté que, pour fin de lettre,
  je supplie Nostre Seigneur, vous donner, ma fille, en bonne
  santé, longue et heureuse vye.--De Champigny, ce 9e jour de juin
  1582.--Vostre plus affectionnée grand-mère, Caterine de
  Lorraine.» (Archives de M. le duc de La Trémoille.)


Arrêtons-nous à ces touchants hommages, rendus par un mari et par un
père à la jeune princesse dont nous avons tenté de retracer la vie.

Il y a eu pour nous, dans notre tentative, moins un devoir à remplir,
qu'un respectueux besoin de coeur à satisfaire, en saluant ainsi, à
trois siècles de distance, la pure et radieuse image de celle qui,
tout en s'identifiant avec une seconde patrie, n'oublia jamais sa
patrie d'origine, cette France, au sein de laquelle s'était écoulée la
majeure partie de son existence, et qui doit s'honorer de la compter
au nombre de ses enfants.

Qu'il nous soit permis, en terminant, d'exprimer ici une conviction
qui déborde, en quelque sorte du cadre étroit de cette simple esquisse
biographique.

S'il est bon, sans doute, de chercher parfois à planer sur les hautes
cimes de l'histoire et d'étendre de là ses regards jusqu'à de
lointains horizons, il est surtout bon de se limiter à la
contemplation d'horizons prochains, plus fructueusement accessibles.
En d'autres termes, il est au point de vue moral et intellectuel,
pratiquement salutaire de s'attacher, dans la vaste généralité des
milieux historiques, à l'étude intime des grandes individualités, et
d'entretenir avec elles un commerce dont la familiarité sympathique ne
fait qu'accroître le respect et l'admiration qu'elles commandent.

Cette vérité, toute d'expérience, s'applique, nous sommes heureux de
le constater, aussi bien à telles individualités contemporaines, qu'à
telles autres des siècles passés; car ceux-ci n'ont pas, eux seuls,
l'apanage des natures d'élite.

Or, de cette importante vérité, tirons une conclusion bienfaisante:

Aimons, honorons, dans le présent, ainsi que dans le passé, la
grandeur morale, partout où il nous est donné d'en saisir l'aspect; et
sachons, nous hommes surtout, proclamer avec gratitude, comme fils,
comme frères, comme maris, comme pères, que jamais, soit au sein de la
société, soit, bien plus encore, au foyer domestique, nous n'avons
rencontré cette sainte grandeur plus féconde et plus touchante, que
dans un coeur de femme, vivifié par la foi chrétienne, s'épanouissant
dans l'inaltérable sphère du dévouement et de la bonté; puis,
demeurons inébranlables dans la consolante conviction que ce noble
coeur, lorsqu'il a cessé de battre, sur cette terre, laisse après lui,
en s'élevant à la vie supérieure de l'Éternité, une trace lumineuse
qui nous montre le chemin du ciel!!



APPENDICE


I

  «L'esprit de Mme Jaquette de Longwy, duchesse de Montpensier,
     à la Royne, mère du roy.»
     (Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 22.560, fos 94 à 97.)

     «.... Que Vostre Majesté du service s'enqueste
     Et de l'honneur de Dieu qui n'est point adoré,
     Où le peuple ignorant adresse sa requeste.
     Vous trouverez, madame, en faisant bonne enqueste,
     Qu'il a monstré en quoy il veut estre honoré,
     En quoy il est seroy, en quoy deshonoré,
     Comment la vie et gloire immortelle s'acqueste.
     S'il a sa volonté laissée par escrit,
     Le temps ne sçauroit rien contre elle avoir prescrit
     Qu'en son premier estat et force il ne remette.
     A jamais durera l'éternelle bonté;
     L'usaige n'obtiendra contre sa volonté,
     Et de le soustenir qui vouldra s'entremette.
     ..........................................
     Gardez-vous de penser comme Hérode, le sire
     Et roy du peuple juif, que, le règne advenant
     De Jésus-Christ, tous roys et règnes maintenant
     Viennent de vostre filz la puissance destruire.
     Ceste erreur feit jadis les innocens occire
     A Hérode, et pourrait vous nuyre maintenant,
     Si vous n'allez tousjours ce propos retenant
     Que Dieu fait et maintient tout règne et tout empire.
     C'est le roy souverain de tout le genre humain
     Qui a mis la couronne et le sceptre en la main
     De Charles, vostre filz qui domine la France.
     Si Dieu veut que son peuple entende à le servir,
     Qui diroit qu'il voulust le sceptre au roy ravir
     Blasphémeroit le nom du Seigneur à outrance.
     Asseurez-vous que Dieu, qui l'autorité donne,
     Pays, peuples, subjects et dominations,
     Princes, roys, empereurs, sur toutes nations,
     N'a garde de ravir la puissance à personne;
     Et qui de tel meffait Sa Magesté soupçonne,
     Juge de l'Éternel selon ses passions,
     De qui les voyes sont grâces, compassions,
     Bénignité, pitié, mercy, volonté bonne,
     Voire à ceux qui ont coeur de se renger soubz luy
     Et qui ne cerchent force au bras qu'en son appuy
     Qui doit contre l'effort de tous hommes suffire,
     Car, quelque grands qu'ils soyent et de ses biens saoullez,
     Comme gresse seront tout soudain escoulez.
     Si Sa Magesté vient les reprendre en son ire.
     .............................................
     La faveur qu'autrefoys j'ay en vous rencontrée,
     Et l'amour grand duquel il vous pleust de m'aymer,
     Dont chacun me souloit heureuse renommer
     Faisoit parler de moy en plus d'une contrée;
     Mais ces records au ciel vous donneront entrée
     S'il vous plaist si avant au coeur les imprimer,
     Qu'en vos faits la vertu vous puissiez exprimer,
     Qui aux enfans de Dieu de tout temps s'est montrée.


II

  Lettre du duc de Montpensier à l'électeur palatin, 28 mars 1572.
     (Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3,193, fos 65, 66.)

«Monsieur mon cousin, tout ainsy que la vertu des saiges enfans est
matière de grande consolation aux pères et mères, aussi puis-je porter
bon tesmoignage que leur désobéissance tient le lieu du plus extrême
desplaisir qui sçauroit assaillir leur vieillesse. Je le dictz pour
ce que, m'estant proposé beaucoup de contentement de leur saincte et
chrestienne nourriture, de celle qui s'est retirée en vostre maison,
il faut, à mon grand regret, que j'en ressente à présent tout le
crève-coeur qui se pourroit dire; car, _l'ayant aimée, secourue et
assistée en toutes ses affaires, autant qu'il estoit du debvoir d'un
très bon et très affectionné père_[318], elle s'est néanmoins tant
eslongnée du sien, que, sans avoir esgard à sa qualité et profession
et à ceux à qui elle avoit l'honneur d'appartenir, elle s'est absentée
de ce royaume pour chercher ung lieu où elle se peust faussement
douloir _de ce dont elle ne s'est jamais plaincte pendant qu'elle a
esté pardeçà_[319]. Aussi, monsieur mon cousin, ne suis-je pas si
cruel envers mon propre sang, _quand elle m'eust fait entendre, ou par
elle-mesme, ou par aultruy, le peu d'envye qu'elle avoit de continuer
ses jours dans un monastère_[320], que je ne n'eusse moy-mesme cherché
moïens honestes pour l'en retirer, et avec le moins de scandale qu'il
eust esté possible, la mettre en ung estat plus conforme à ses
affections.

»Mais qui eust jugé, après avoir demeuré en son abbaye, portant
qualité et tiltre d'abbesse, par l'espace de treize ou quatorze ans,
donné l'habit et fait faire profession à plusieurs ses religieuses,
et, en ma présence et hors d'icelle, satisfait ordinairement à tous
les aultres actes et exercices de piété convenables à ceste charge,
qu'elle en eust desdaigné l'estat?

»Aussi, suis-je certain que le désir d'avancer l'honneur de Dieu,
ainsi que m'escrivez par vos lettres du 17e jour de ce présent moys,
_ne l'a point tant sollicitée en ce faict, comme la menée d'aucuns,
avec une liberté qui ne sent aultre chose de sainteté que le monde et
la chair_[321]; _ce qu'elle a fait aisément paroistre, ne s'estant
accompaignée, en ce voyage, que de deux ou trois coquins, vicieux et
mauvais garnemens, congneuz par ceulx avec lesquelz ilz ont eu
habitude d'aussi scandaleuse vie qu'il s'en feust peu choisir_[322];
ce que néanmoins je ne trouve pas par trop estrange, parce qu'il
estoit bien raisonnable d'exécuter la conduite d'une telle et si
malheureuse entreprise par personnaiges de sac et de corde comme
ceux-là, et ce qui ne valoit rien de soy feust manyé par le conseil et
industrie de gens de cette qualité.

»Cela est cause que je ne me puys pas accorder avec vous, en ce que
vous dictes l'avoir receue bien volontiers en vostre maison, pour la
bonne affection que vous avez congneue qu'elle a, tant à la gloire de
Dieu, que à me rendre tout debvoir d'obéissance et service; car je
n'ai jamais entendu la gloire de Dieu estre advancée pour faulcer _un
serment et voeu qui luy a volontairement et franchement esté
rendu_[323], ne que les prédécesseurs roys, roynes, princes et
princesses de ceste couronne ayent acquis le nom de très chrestiens
par une voie si extraordinaire et damnable. Mais elle a voulu estre la
première de sa race qui, mesprisant son honneur et la sainte religion
de ses prédécesseurs, a trouvé bon de porter l'habit de religieuse par
l'espace de dix-huit ans ou plus, faire profession d'icelle, jouyr du
tiltre et proffict d'abbesse, treize ou quatorze ans, et puis tout
soudain, sans en communiquer à père, frère, soeur, ne parente,
habandonner le tout, voire son roy et son pays, pour en aller chercher
en Allemagne[324].

»Si vous puis-je assurer, pour vous lever l'opinion que on m'a dict
qu'elle s'efforce de vous donner _d'avoir esté forcée en sa
profession, qu'elle a esté faicte hors ma présence et en l'absence
semblablement de la feue duchesse de Montpensier, ma femme_[325], que
Dieu absolve, voire sans que nous fûssions plus près d'elle que de
quatrevingts lieues, ne que autres y assistassent pour nous et de
nostre part, que monseigneur Ruzé, à présent évesque d'Angiers, et
pour lors précepteur de mon fils le prince daulphin; qui est bien pour
faire paroistre, joinct l'approbation qu'elle en a faict par le long
temps qu'elle a depuis demeuré en ladite abbaye, _sans s'en estre
plainte ny à moy, ni à aucun de ses supérieurs, que ceste présupposée
force qu'elle porte dedans la bouche n'est que un masque dont elle
cuyde couvrir sa témérité_[326].

»Encore use-t-elle d'une plus grande indiscrétion de mettre en jeu
l'obéissance et service qu'elle me veut rendre, veu que ceste seule
folye en est si eslonguée, qu'elle donnera matière à tout le monde de
croire que, de sa vie, elle n'en eût déjà la volonté. Aussy la
sainteté dont elle s'arme s'est toujours fait cognoistre par la
désobéissance et rebellion; et ont ordinairement ceux de son party
commencé leur renouvellement de vie par tels fruits et actions[327].

»Je tiendrois les vostres dignes d'un prince de vostre nom et de la
parentelle de nos maisons, si, luy remonstrant ce que dessus, vous luy
faisiez entendre que vous ne voulez les lieux de vostre obéissance
servir de retraite aux enfans fugitifs de la présence de leurs pères,
et particulièrement d'elle, _qui ne sçauroit remarquer une seule
rudesse que je luy aye jamais faicte, mais qui au contraire ressent
bien en son âme, si elle n'est la plus ingrate du monde, que je n'ay
oublié office de paternité, amitié, privauté et services dont je n'aye
usé en son endroit_[328].

»Et tant s'en fault que j'aye le coeur si cruel que d'y avoir failly,
que mesme, à cette heure, et après la lourde faute qu'elle a commise,
je l'embrasserois volontiers et chercherois les moyens de la faire
revenir pour la bien traicter et aymer comme ma fille, si je sçavois
que Dieu luy feit la grâce _de vouloir suyvre ce conseil_[329]. Pour
le moins ne me puis-je garder de vous dire et prier que je tiendrois à
beaucoup d'obligation, si vous le luy persuadiez. En quoy je ne vous
veulx remettre devant les yeux aultre office que celuy que vous me
demanderiez en pareille fortune, comme chose très raisonnable, que
nous fassions à aultruy la mesme justice que nous desirerions qui nous
fust faite.

»Il n'estoit point de besoing que vous prinsiez la peine de faire
entendre aux majestez du roy et de la royne les occasions qui l'ont
fait aller pardelà, parcequ'elles n'en estoient que trop informez et
n'en peuvent estre contentes et satisfaites, comme vous vous
promettez. Si, contre leur naturelle piété et bonté, ilz n'ont, depuis
que les ay veuz, apprins à favoriser le vice pour la vertu, et se
contenter de ce qui doit apporter mescontentement et horreur à toute
âme bien naye qui cognoit et réclâme notre Dieu; voilà pourquoy il ne
fault point mettre en avant, _au moins en la faveur de ceste mal
advisée, combien peut la force de conscience_[330]; car j'ose dire, et
me pardonnera la majesté de mon roy, s'il luy plaist, qu'il n'y a
province en l'Europe où elle soit tenue plus libre à toutes sortes de
gens _qu'elle est en ceste-cy, ne où ce que nous ressentons de la
religion dedans nos âmes soit moins recherché ou empesché_[331].

»Je ne scay pas quel fruit il en proviendra, ni quelles opinions en
pourront avoir les étrangers, nos voisins; mais je sçay bien que telz
importunent et font instance envers leurs majestez de souffrir et
permettre diverses nouvelles opinions en ce royaulme, qui, aux lieux
où ils commandent absolument n'en souffrent ne n'en vouldroient
souffrir aultre que celle qu'ils tiennent, et que beaucoup d'eulx, qui
ont tousjours par cy-devant esté inférieurs à ceste couronne, obéy et
receu les lois de ceux qui l'ont portée, sont montez en telle
arrogance, que de vouloir forcer la bonté de nostre prince en cecy et
luy faire accorder ce que les polices de leurs pays tesmoignent assez
qu'ils blasment et mesprisent de leur part. De la mienne, je tiens la
religion que mes prédécesseurs ont entretenue et continuée depuis le
temps que Dieu leur a fait la grâce de leur avoir donné cognoissance
de son saint nom; et tout ainsy qu'ils y sont morts, je suis résolu
par sa bonté d'y continuer et user mes jours, portant en ma conscience
un très certain tesmoignage que c'est celle qu'il nous a aprinse par
son fils Jésus-Christ, et qui aiant été baillée à son église, est
parvenue jusques à nous, sans avoir este réprouvée ne condamnée par
aucuns conciles généraux, ne peut estre atteinte par les hérésies qui
l'ont traversée et assaillie continuellement; cela m'apporte une
indicible consolation et me tient si ferme en ma créance, _que je ne
recognoistray jamais ceux-là pour mes enfans, qui s'en seront désunitz
et retranchez_[332].

»Aussy ay-je tousjours désiré leur estre autant père et exemplaire de
religion, comme j'ay esté, prenant soin de ce qui a regardé leur vie
et nourriture temporelle; de quoy je pensois avoir si bien accommodé
celle qui est avec vous, qu'elle ne devoit rechercher ne vous ne
aultre, _pour demander aucune chose en ma succession_[333], de
laquelle je trouverois bien estrange qu'elle voulust faire estat,
premier qu'elle fûst advenue; car, comme elle sçait, sa défunte mère
luy a delaissé si peu de moïens, qu'il n'en reviendroit pas en sa part
pour rendre la moitié _de ce qu'elle a prins injustement, au lieu dont
elle est partie_[334]. D'ailleurs elle y a renoncé au profit de son
frère, auquel par conséquent elle se debvroit adresser, si elle y
pouvoit ou y debvoit estre restituée, ayant, quant à moy, très bonne
espérance de donner tel ordre à mes affaires, qu'elle, ne aultre de
semblable religion, ne se vantera jamais d'avoir esté récompensée de
sa désobéissance, sur les biens qui resteront après ma mort, ou de
recueillir profit sur mon bon mesnage, du travail, peine et desplaisir
qu'elle donne à ma vieillesse, laquelle je m'attends, leurs majestez,
qui en cecy doibvent estre aultant justement offensées, comme le
scandale en est publicq et dommageable, vouldront tant réputer avec
mes longs, fidèles et loïaux services, qu'ilz ne feront jamais édictz,
qui me frustent de mes intentions, ne qui astreignent mes héritiers à
chose si injuste et déraisonnable.

»Je me tiens certain aussi que vous ne me vouldriez conseiller d'en
user aultrement, et que, mettant la main à vostre conscience, vous
confesserez bien que vous en feriez tout de mesme, si ma cousine,
vostre fille, avoit de semblable façon contrevenu à voz volontez. Je
supplie Dieu, de tout mon coeur, dresser et réformer si bien celles de
la mienne, que, recognoissant sa faulte, elle se remecte semblablement
en son debvoir; à quoy, s'il vous plaist, vous tiendrez la main et
m'osterez toute juste occasion _de me douloir qu'elle ayt trouvé avec
vous support en sa folye_[335], qui est et se trouvera telle par tous
les princes et potentats de l'Europe, qui en considéreront
l'importance, qu'ils ne vouldroient me faire tant de tort que de luy
donner retraite en leur pays; et me tenant certain que vous vous y
comporterez en parent et amy, je vais achever cette longue et
ennuieuse lettre par mes humbles recommandations à vos bonnes grâces,
et en priant Dieu vous donner, monsieur mon cousin, l'heur et
contentement que vous desirez.

»Votre humble et obéissant cousin,

     »LOYS DE BOURBON.

»A Aigueperse, ce XXVIIIe jour de mars 1572.»

  [318] Était-ce aimer en père, que tyranniser la conscience de
  Charlotte?

  [319] Assertion formellement démentie par les doléances et les
  supplications réitérées de Charlotte.

  [320] C'est précisément ce que, maintes fois, Charlotte fit
  entendre.

  [321] Outrage révoltant, qui jamais n'eût dû sortir de la bouche
  d'un père.

  [322] Nouvel outrage et allégation d'un fait faux; car Charlotte,
  d'accord avec sa soeur la duchesse de Bouillon, et avec la reine
  de Navarre, favorables à sa sortie de Jouarre, et en ayant
  prudemment assuré les suites immédiates, avait été accompagnée
  jusqu'à Heydelberg par un homme honorable, François Daverly,
  seigneur de Minay, dont l'électeur palatin, Frédéric III,
  apprécia si bien le caractère et la rectitude de procédés que,
  plus tard, il se fit représenter par lui dans une imposante
  solennité qui concernait personnellement la jeune princesse;
  solennité dont il sera parlé plus tard.

  [323] Le duc se laisse entraîner ici à une imposture; car c'était
  par son ordre même et par celui de la duchesse qu'un simulacre de
  serment et de voeu avait été extorqué à leur fille le 17 mars
  1559.

  [324] Il y a là une vile accusation d'hypocrisie qui tombe devant
  la loyauté dont la conduite et le langage de Charlotte de Bourbon
  portèrent toujours l'empreinte.

  [325] Qu'importait l'absence du père et de la mère, lorsque la
  profession eut lieu? Tous deux n'en avaient pas moins été les
  instigateurs de la violence qui imposa cette profession à
  Charlotte de Bourbon.

  [326] Les répugnances et les plaintes de la jeune fille prouvent
  surabondamment qu'il n'y eut de sa part ni hypocrisie quand elle
  obéissait à la voix de sa conscience, ni approbation de la
  violence qu'elle subissait.

  [327] Ainsi, selon le duc, sa fille ne pouvait le respecter
  réellement et échapper à l'accusation de désobéissance et de
  rébellion qu'en se pliant à l'injonction d'avoir la même religion
  que lui; comme si jamais le respect filial pouvait surgir des
  bas-fonds de la servilité religieuse.

  [328] Quelle absurde insistance que celle du duc à se faire
  passer pour un excellent père, quand il n'avait été jusque-là
  pour Charlotte de Bourbon qu'un mauvais père!

  [329] Les beaux sentiments dans l'étalage desquels se complaît
  ici le duc, avec plus d'affectation que de sincérité, n'étaient
  en réalité que des effusions de paroles frappées de stérilité par
  son altière intolérance. Il exigeait, en effet, que pour réussir
  à se concilier les bonnes grâces paternelles, Charlotte de
  Bourbon commençât par abdiquer, en matière religieuse, ses
  convictions personnelles.

  [330] Nouvel outrage à la conscience de Charlotte de Bourbon.

  [331] Le duc tombe ici dans d'absurdes déclamations, en
  contradiction manifeste avec l'ensemble des faits attestés par
  l'histoire.

  [332] Cette déclaration est celle d'un stupide fanatique, d'un
  père dénaturé; et celui qui ose la faire ose aussi se dire un
  homme religieux! Il est difficile d'insulter plus arrogamment à
  la sainteté de Dieu et à celle de ses commandements.

  [333] Ici le duc déraisonne en s'étendant sur un sujet tel que
  celui de sa succession, dont l'électeur palatin ne lui avait pas
  dit un mot dans sa lettre, et en fulminant, _ab irato_, contre sa
  fille Charlotte une menace d'exhérédation.

  [334] Ainsi, voilà Charlotte de Bourbon accusée par son père de
  détournements commis au préjudice de l'abbaye de Jouarre, et cela
  sans qu'un fait quelconque soit allégué à l'appui de
  l'accusation. Ce seul trait donne la mesure de la bassesse de
  caractère du duc, et le relègue au rang infime des pires
  calomniateurs.--De son côté, dom Toussaint Duplessis (_Histoire
  de l'église de Meaux_, t. Ier, p. 374) dit: «Qu'il est sûr que
  Charlotte de Bourbon, qui méditoit depuis longtemps sa sortie, ne
  se fit aucun scrupule d'amasser, pour ce sujet, une grande somme
  d'argent aux dépens du monastère;» mais il ose formuler cette
  odieuse imputation sans pouvoir l'appuyer d'une seule preuve. Il
  prétend qu'en échangeant un immeuble de l'abbaye de Jouarre
  contre un immeuble du comte de Chaulnes, Charlotte de Bourbon
  aurait reçu de ce seigneur, à titre de soulte, une somme qu'elle
  se serait appropriée; mais Toussaint Duplessis n'en est pas moins
  réduit à l'impossibilité de démontrer le fait même du prétendu
  détournement. Son assertion sur ce point demeure donc à l'état de
  véritable calomnie.--Ceci posé, il est regrettable qu'un écrivain
  sérieux, M. Thiercelin (_Histoire du monastère de Jouarre_,
  publiée en 1861, p. 66, 67), se soit laissé entraîner à croire
  sur parole Toussaint Duplessis, alors qu'en y regardant de près
  il eût pu facilement se convaincre de la fausseté de l'accusation
  formulée par cet annaliste, en l'absence de tout élément de
  preuve.

  [335] L'électeur palatin est ainsi, à son tour, accusé d'un
  méfait par le duc; car n'est-ce pas un véritable méfait que
  d'avoir osé donner asile à Charlotte de Bourbon, à cette folle, à
  cette coupable, que tous les princes et potentats bien pensants
  de l'Europe auraient refusé d'accueillir?


III

_Petrus Forestus_, médecin distingué, qui, maintes fois, fut appelé à
soigner le prince d'Orange dans ses maladies, a rédigé un récit fort
circonstancié de celle dont il fut atteint, lors du siège de Leyde, et
un exposé précis du traitement, au moyen duquel il eut le bonheur
d'amener son rétablissement. Ce récit et cet exposé, que contient la
collection des oeuvres de l'habile médecin (_Petri Foresti opera
omnia, F. r. c. f._, 1660, _in-fº_) ont été reproduits par M. _Fruin_,
dans la très intéressante notice biographique sur _P. Forestus_ qu'il
a publiée en 1886. (Voy. _Bijdragen voor Vaderlansche Geschiedenis en
Oudheid-Kunde Verzameld en Uitgegeven Vroeger door M. Is. An. Nijhoff
en P. Nijhoff thans door Dr R. Fruin Hoogleeraar te Leiden.--Derde
Reeks. Derde Deel, eerste stuk.--'s Gravenhage, Martinus Nijhoff,
1886._)

Parlant à Maurice de Nassau des relations qu'il s'honorait d'avoir
eues avec le prince, son père, _P. Forestus_ disait:

«Patris tui in me benevolentiam et merita re ipsa expertus sum.
Ingratitudinis igitur merito arguar, nisi amicitiam qua ille me, ego
illum arcissima complexus sum, etiam ad posteros ejus ultro
transferam. Ut enim nominis gentilitii et bonorum hoereditas exstat,
ita et amoris successionem esse oportere veteres censuerunt.
Valetudinem suam, imo et vitam ipsam, parens tuus mihi credidit.
Roterodami enim quum ad desperationem aliorum ex morbo decumberet, me
Delphis ad se vocavit; a prima mox collocutione, quum causam, indolem
morbi ejusque medendi rationem propius ei exposuissem, dixit amicis:
Medicus iste corporis mei statum, morbi vim atque potestatem probe
perspectam habet; in eo mihi spes post Deum; permittam me illi totum
nec opinione sua aut fiducia falsus est. Dei enim auxilio (in quem
sanationis laudem libenter transcribo) restitui optimum principem
reipublicæ, tibi ac fratribus optatissimum parentem.»

Voici maintenant en quels termes s'exprimait _Forestus_ sur la maladie
du prince et sur le traitement suivi:

«Illustrissimus princeps Auraicus, cùm per totam hyemem quartam
laborasset, ac multis laboribus, tum curis, sollicitudinibusque
continuis consumptus esset, ob fratris Ludovici, comitis ac militis
strenuissimi mortem, moerore quoque afflictus, deinde etiam haud
exigua melancholia correptus propter obsidionem urbis Leidanæ, quo
tempore in ea liberanda plurimum laborabat et defatigabatur, in
principio mensis Augusti, anno 1574, Roterodami agens, in febrem
biliosam, eamque valde malignam incidit. Quæ quidem febris cùm
quotidie invaderet, medicus ei domesticus quotidianam febrem esse
existimabat, quamvis potius tertianam duplicem referebat. At cùm venæ
sectio adhibita in homine jam prius per hyemalem quartanam et curis
continuo extenuato, ac idem pilulas ex aloë et agarico deglutisset, et
præterea clyster unus atque alter injectus esset, flexus biliosus
obortus est, cum magna virium defectione, etiam febre magis magisque
increscente. Quæ adeo Excellentiam suam affligere coepit, ut a
continua vix discrepare videretur: nam una accessione desinente,
altera statim subintrabat; imo si potum vel juleb aliquod sumeret, cùm
maxima siti premeretur, mox febris eum invadebat, ita ut hoec febris
ex genere febrium subintrantium biliosarum esset. Cùm jam quasi pro
deplorato haberetur, tandem per æconomum ejusdem, ex Philippi
Vanderani viri nobilis consilio, ad ejus Excellentiam accitus fui. Ubi
vero illum graviter decumbentem vidissem, et præter febrem malignam
etiam symptomata gravissima conspexissem, nempe fluxum ventris
biliosum vires dejicientem et calorem febrilem excedentem, et sitim
intolerabilem, adeo ut vires ita collapsæ essent ut ex lecto vix
amoveri posset sine syncope, dum is reparabatur. Evenit enim, cùm in
sede paulisper collocatus esset, ac magister supplicum libellorum
camdem accessisset, ut iisdem libellis, multoque tempore reservatis,
subsignaret, Excellentia sua in defectionem animi graviorem incidit,
ita ut astantes nobiles principem jam morti destinatum putarent; sed
frictionibus adhibitis, et aqua per nos digitis in eadem instinctis,
et in faciem conspersa, ad se rediit, et statim in lectum collocatus,
melius respirare coepit. Cæterum, cùm victus rationem observarem, qua
Excellentia sua uteretur, intellexi quod hæc ipsa magis morbum
auxerat, nam alimenta quædam calida eidem concessa erant, similiter et
quædam exiccantia: bibebat enim vinum rubrum, in febre biliosa, a qua
urina valde quoque tincta erat et inflammata, quæ mihi spectanda
offerebatur. Hæc, cùm diligent examine advertissem, inprimis victum
omnino immutandum esse suasi, et ut præcipue a vino gallico, quo solo
perperam utebatur abstineret. Quod ubi Excellentia audisset, ad me
conversus, inquiens: Quid aliud, quæso, biberem, cùm fluxum alvi
vehementiorem habeam? Cui mox modeste respondi, habet et Excellentia
sua febrem acutissimam satisque malignam, quæ vini potione ita
augebitur, quæ licet nunc sit salubris, facile in lethalem febrem
transibit, calore ob vini potionem magis aucto. Ideo aquam bordei
bibendam consului vel aquam cinnamomi, si hac magis delectaretur. Et
ita ratione inductus, aquam cinnamomi elegit: et cùm eam ultra octo
dies bibisset, statim urina aliquo modo fuit immutata, et calor
febrilis ex parte coepit mitigari, quamvis febris eumdem minime
reliquerit, ut una febris alteram subintraret, antequam præcedentis
febris perfecte fieret declinatio: in quibus febribus subintrantibus,
licet sub declinationem postea sudaret, valde vires dejiciebantur: et
cùm cibum sumeret, vel potum, aut syrupum, vel juleb, ut prius dictum
est, febris eumdem apprehendebat, aliquando cum levi rigore, modo cum
levi refrigeratione digitorum, at assumpto cibo, non aliter ac hectica
invadere solet, quam etiam timebam, in homine exiccato, præcedente
quartana, tum aliis curis ac laboribus Excellentiam suam
extenuantibus, et vires ejusdem dejicitienbus. Propterea, cùm vires
debiles essent, et ne in hecticam incideret, victu humectante
refrigeranteque subinde usi sumus, ac reficiente; aliquando vero et
parum restringente, ob fluxum biliosum concitatiorem, qui et vires
labefactabat. Cùm autem Adrianus Junius, medicus ille doctissimus ac
nostri amantissimus, tunc temporis forte Roterodami esset,
Excellentiam suam ultro bis terve invisit, cum quo ac alio medico
domestico præscripsimus emplastrum ex malis cotoneis paratum, quod
ventriculo exterius apponebatur, ad ejusdem ventriculi roborationem,
ob bilem quoque ad stomachum confluentem et fluxum concitantem,
refrenandam. At Junius ipse in febrem tunc incidens, Middelburgum
remeavit, cum eodem tempore ibidem commorabatur. Discedens vero de
curatione Excellentiæ suæ satis anxius erat, uti et alius medicus. De
saluteta men Domini nequaquam contra opinionem multorum animum abjeci;
cumque una in curatione cum medico domestico permanerem, tempusque
calidum esset, imperavimus ne frequens introitus tam nobilium qua
maliorum, in cubiculum ægrotantis fieret, ut antea solebat. Præterea
cùm cubiculum in quo Excellentia sua decumbebat in horto Sagittariorum
situm esset, undique sole illustratum, et maxime calidum, tabulsi
ligneis stratum, in altiore loco positum, cùmque alias locus commodus
non esset, nec transferri posset ob virium debilitatem, jussimus ut
aqua frigida ad majorem refrigerationem conspergeretur, hinc inde
frondibus quoque herbarum viridium ac herbis ipsis frigidioribus
dispersis. Remediis ex conf. ros. acetos. perlis, sy. de limonibus,
cotoneorum, fluxu bilioso ut cumque represso; et siti, cerasis, rob.
de riber extincta; somnum quoque hord. conciliavimus, et febre mitiore
facta, eaque cum sudore benigno declinante, aquam cinnam. reliquimus,
ut viribus consuleremus, cerevisiam tenuem cum vino et pauco zacch.
injecto, qua princeps delectabatur, concessimus, et in fine adhibitis
cibis restaurantibus, alteratis cum agresta, succo limonum, capis
distillatis, confectionibus, et conditis ex pistaciis, et utentes
nutrientibus humectantibusque, tandem præter omnium hominum opinionem,
tum hostium quoque qui illum mortuum ex peste dixerant, curatus fuit.
Et ab eo tempore, post mortem etiam medici sui domestici,
illustrissimus princeps, dum in Hollandia permanent, ac aliquo morbo
detineretur, mea opera semper usus est.»

Il est aussi parlé de la maladie du prince d'Orange dans les lettres
suivantes:

1º De Fl. de Nyenheim et de N. Brunynck au comte Jean de Nassau, du 22
août 1574 (Groen van Prinsterer. _Corresp._, 1re série, t. 5., p. 38);

2º Des mêmes au même, du 28 août 1574 (_ibid._, p. 43 à 45);

3º De N. Brunynck au comte Jean, du 28 août 1574 (_ibid._, p. 45 à
47);

4º Du même au même, du 2 septembre 1574 (_ibid._, p. 51, 52);

5º De Guillaume de Nassau au comte Jean, du 7 septembre 1574 (_ibid._,
p. 52 à 57).

6º De G. Mortens au comte Jean, du 17 septembre 1574 (_ibid._, p. 57).


IV

§ 1.

  Avis de cinq ministres de l'Évangile sur le mariage projeté de Guillaume
     de Nassau avec Charlotte de Bourbon. 11 juin 1575.
     (Groen van Prinsterer, _Correspondance_, 1re série, t. V, p. 224.)

«Ayant très illustre seigneur monseigneur le prince d'Orange appelé
les ministres de la parole de Dieu qui sommes icy soubzsignez, et nous
ayant commandé de diligemment et soigneusement pezer les tesmoignages
et dépositions receues et couchées par escript par Michel Vinue,
notaire publicq, y entrevenant l'autorité d'un bourgmaistre et
eschevin, touchant l'adultère de dame Anne de Saxe, ensemble s'il y a
quelque aultre chose tendante à cela, et de donner à Son Excellence
nostre jugement et advis si ledit seigneur prince est libre de la
première femme, et si luy est licite de s'allier à une autre par
mariage; nous avons estimé que nostre devoir estoit de rendre
obéissance à Son Excellence et ainsy luy en déclarer nostre advis
brièfvement et clairement. Avons doncques leu et pezé les tesmoignages
qu'ont rendu, touchant cest adultère, nobles hommes, le sieur
d'Allendorf, le sieur Floris de Nieunem, le sieur Philippe de Marnix,
seigneur du Mont de Sainte-Aldegonde, et sieur Nicolas Bruninck,
secrétaire de Son Excellence, desquels tous les dépositions nous ont
esté mises entre mains par ledit notaire. Ayans aussi pezé le bruit
commun de cest adultère, et qui continue desjà par l'espace de près de
quatre ans entiers; ayant aussi monseigneur le prince passé plus de
trois ans, averty de cest adultère par le conte de Hohenlohe, très
illustre prince, le duc de Saxe, oncle de ladite dame Anne et le plus
prochain parent d'elle, semblablement très illustre prince le
Landgrave, aussi son oncle, par le conte Jehan de Nassau, son frère,
et n'y ayant esté faict aucune réplique, contradiction ou complainte
de tort et injure, ny par lesdits seigneurs duc de Saxe et Landgrave,
ny par elle, ny par quelque autre, en son nom.

»Finalement ayant esté advertis lesdits duc de Saxe et Landgrave et
autres parens d'elle, qu'on traitoit ce nouveau mariage entre le très
illustre seigneur le prince d'Orange, et très illustre dame,
madamoiselle de Bourbon; ayant aussy esté publié en l'église par trois
divers dimanches, à la façon accoustumée, leur intention d'accomplir
le mariage, et après ayans encor différé sept jours avant l'exécuter,
afin que personne, ayant quelque chose à y opposer, ne se peut
plaindre d'avoir esté prévenu et forclos pour brièveté du temps, ce
que néantmoins personne n'est comparu pour s'y aucunement opposer.
Tout ce que dessus bien et meurement pezé, et singulièrement lesdites
dépositions, nous estimons qu'il y a assés de fondement pour nous
résoudre qu'il ne faut aucunement douter que l'adultère n'ait esté par
elle commis; dont s'en suit que monseigneur le prince soit libre,
selon le droit divin et humain, pour s'allier à une autre par mariage,
et que celle qu'il espousera sera, et devant Dieu, et devant les
hommes, sa femme légitime.

»Faict au Brielle, 11 de jeuing 1575.

     »GASPAR VAN DER HEIDEN,
     »Ministre de la parole de Dieu à Middelbourg.
     »JEAN TAFFIN,
     »Ministre de la parole de Dieu.
     »JACOBUS MICHAEL,
     »Ministre de l'église de Dordrecht.
     »THOMAS TYLIUS,
     »Ministre de Delft.
     »JAN MIGGRODUS,
     »Ministre de l'église de la Vère.»

§ 2.

  Avis de M. Capel touchant le mariage du prince d'Orange.
     (Groen van Prinsterer, _Correspondance_, 1re série, t. V, p. 220.)

«Les plus proches parens et de plus grand respect ne doubtent
nullement du crime, ne veulent veoir ny rencontrer celle qui a fait un
tel deshonneur à leur race; ont donné même conseil au mari de la faire
mourir ou confiner pour le moins entre deux murs; au moyen de quoy il
n'y a pas d'apparence que de ce costé-là il faille craindre aucune
querelle pour le présent...

»L'église de ce païs ne se plaindra pas aussy, veu que quatre (cinq)
ministres des plus notables et célèbres dudit païs _à ce déléguez par
un synode_, y ont passé. Les aultres églises d'Allemagne ou de France
n'y ont que veoir; et à qui s'enquerra on a tousjours de quoy
respondre qu'il y a répude (répudiation) légitime de la première pour
cause de forfait, lequel a été confessé, et sur quoy _soit intervenu
jugement légitime_; ce qui contentera toute personne modeste et non
trop curieuse de s'enquérir de ce qui ne leur appartient point,
ausquels on n'est pas tenu de rendre compte de toutes les formalités
par le menu.

»Reste le père de la nouvelle espouse, auquel, s'il fondoit ses
plaintes sur quelques formalités non gardées, faudroit adviser un peu
de plus près de response pertinente, selon le défault qu'il y
vouldroit remarquer; mais n'estant pas cela qui le meult, ains son
consentement qui n'y est intervenu et lequel il est vraysemblable
qu'il dira n'avoir pas seulement esté requis, à celà il y a beaucoup
de quoy se défendre; car, la dureté de laquelle, par l'espace de trois
ans et demy, il a esté envers sadite fille, ayant comme despouillé
toute affection paternelle, sans la vouloir, en païs estrange où elle
estoit, secourir d'un seul denier, non pas mander une seule bonne
parole, ny recevoir seulement une lettre de sa part, excuse assés
ladite fille de ne s'estre point adressée à luy, pour n'en recevoir
sinon un refus tout à plat, non fondé sur cognoissance de cause, mais
simplement pour la hayne de religion. Comme ainsi soit qu'il auroit
tousjours fait entendre que, tant qu'elle suivroit ceste maudite
religion, ainsi qu'il a accoustumé de la nommer, qu'il n'en vouloit
ouyr parler en façon du monde, mais quand elle voudroit reprendre
celle de ses pères, il la marieroit honorablement et avec pareil
advantage que ses soeurs, jusques à luy faire porter parole et
escrire, par la belle-mère et par la soeur de ladite dame, d'un party
grand en France et d'un autre encore plus grand en païs estrange. Par
où il appert que le mariage ne luy a pas dépleu simplement, ny la
personne ou qualité particulière de celuy qu'elle a espousé; ains la
seule qualité de religion et de la querelle qu'il soutient, laquelle
luy est commune avec tant d'autres roys, princes et grands seigneurs
de la chrestienté, qui a esté cause que on ne s'est pas trop donné de
peine de le rechercher, pour n'en recevoir qu'un refus; conjoint avec
injure et menace, et tout effort en oultre pour l'empescher, s'il eût
pû, comme il est certain qu'il s'en fust mis en peine; mais si luy on
a ou bien voulu faire sentir quelque chose, tant par les mémoires qui
luy en ont esté baillés, un mois ou deux auparavant, comme par les
bruicts qui coururent tout publiquement. La royne à qui il avoit esté
communicqué et au roy, et lesquels ne le voulurent oncques empescher
ou défendre, l'ayant dit en pleine table, à Reims, lors du sacre.
Ainsi ladite dame a pû, sans attendre le consentement de sondit père,
dont le refus n'eust esté fondé que sur la seule cause de religion
(passer outre); et en nos églises nous ne faisons nulle difficulté
d'espouser ceux qui font apparoistre du refus du père, qui ne seroit
fondé que sur la seule cause de religion, estant mesmement émancipée
par l'aage atteint et passé de vingt-six ans, autorisée et induite à
ce faire par monseigneur l'Electeur, qui luy avoit servy, l'espace de
trois ans et demy, et servoit encore de père, fortifiée des advis de
madame la duchesse de Bouillon, sa soeur, du roi de Navarre et prince
de Condé, ses parens bien proches, qui ne l'ont trouvé mauvais;
particulièrement cestuy-cy l'en a conseillé et gratifié par lettres.»

§ 3.

  Extrait de l'avis de M. Feugheran touchant le mariage du prince
  d'Orange.
     (Groen van Prinsterer, _Correspondance_, 1re série, t. V, p. 216.)

«..... Puisque non seulement monseigneur le comte Jehan, prince
souverain et naturel magistrat de la partie offensante, a usé de son
droit de prévention, mais aussi, que le consistoire du surintendant,
ou le surintendant en l'autorité légitime, a practiqué et exercé le
deu de la charge qu'il a en cest affaire, rien, à mon opinion, ne
manque à cette formalité, sinon un acte authentique pour confirmation
et tesmoignage publicq d'un fait si important.

»Pour le regard du magistrat, il me semble, soubs correction, qu'il
n'est besoin de faire mention que monseigneur ait encores part à la
domination et souveraineté du lieu où le jugement a esté fait, mais
qu'il faut fermement insister sur la compétence de M. le comte Jehan,
qui non seulement est magistrat en tout dudit lieu, mais a fait et
parfait les procès sans évocation ou appellation interjetée par la
partie qui se fût sentie grevée.

»... Je m'arresterai à (cette récapitulation), à savoir: la
vérification du crime commis, la confession d'iceluy, le jugement et
cognoissance tant ecclésiastique que civile, brief, l'observation des
formalités juridiques autant exacte que les qualités des personnes,
lieux et temps l'ont requis ou enduré.


V

  Mémoire pour le comte de Hohenloo, allant de la part du prince d'Orange
     vers le comte Jean de Nassau, l'électeur palatin et son épouse,
     et mademoiselle de Bourbon. 24 avril 1575.
     (Groen van Prinsterer, _Correspondance_, 1re série, t. V, p. 189.)

»Premièrement il donnera à mon frère ample déclaration des lettres que
j'ay receu de M. Zuleger, desquelles copie luy est baillée, et luy
déclarera mon intention estre de passer oultre, l'ayant à cest effect
prié d'aller vers mademoiselle, résoudre avec elle de tout ce qui
concerne ce faict, et sur cela luy déclarer son consentement.

»Après communicquera mondit frère avecq luy par quel moïen on la
pourroit faire venir, ou par la voie d'Embden, ou bien droit par la
rivière; ce que, pour moy, j'aimerois mieulx, tant pour éviter
despense et longueur, que pour aultres incommoditez. Advisera donc
avec mondit frère quel moïen il y pourroit avoir de descendre par la
rivière, sans danger.

»Aiant faict cela, prendra mondit frère son chemin vers Heydelberg,
où, aiant donné mes lettres à monseigneur l'Electeur et à madame sa
femme, leur présentera mes humbles recommandations, et quant et quant
leur déclarera la charge qu'il a, en leur exposant que, m'aïant
adverty M. Zuléger, par ses lettres du dernier de mars, de la
déclaration faicte par mademoiselle, en présence de Son Exc., de sa
bonne volonté sur la réquisition faicte par moi, je l'ay prié de
traiter et résoudre avec elle de tout ce qui concernera
l'accomplissement et exécution de ce fait.

»Et combien que M. de Sainte-Aldegonde leur aura, comme j'estime,
exposé mon estat, toutefois mondit frère leur en faira encore plus
particulière déclaration, afin que Son Exc. et elle l'aiant cogneu,
puissent tant mieux adviser pour se résoudre, et ainsi entendre que
mon intention est d'y marcher rondement, sans vouloir la tromper et
laisser quelque occasion de débat ou de reproche, à l'avenir.

»Il leur ramentévera doncq enquel estat sont les affaires avecq la
femme que j'ay eu, et adjoustera le conseil mis en advant, mesme
suivant l'advis de ses parens, afin que, de costé-là, il n'y ait aucun
empeschement, ny mesme retardement.

»Secondement, que tous mes biens sont presque affectez aux premiers
enfans, suivant quoy je n'ay encoire moïen de luy pouvoir assigner
aucun douaire, mais que mon intention est de faire mon mieulx en cest
endroict, selon les moïens qu'il plaira à Dieu me donner à l'avenir.
Car, quant à la maison que j'ay achepté à Middelbourg et celle que je
fay bastir à Saint-Gertrudenberg, combien que ce n'est chose pour en
faire estat, si toutefois elle les veult accepter, pour commencement
et tesmoignage de ma bonne volonté, il n'y aura aucune difficulté.

»En oultre, que nous sommes en guerre, sans savoir l'issue d'icelle;
que je suis fort endetté pour ceste cause, tant vers princes
qu'aultres seigneurs, capitaines et gens de guerre.

»Que je commence à vieillir, aient environ quarante-deux ans.

»Ces particularitez déclarées, mondit frère priera Son Exc. et Madame,
de ma part, que, suivant l'amitié et honneur qu'ils m'ont tousjours
monstré et l'affection paternelle qu'ils ont déclarée vers elle, joint
la cognoissance qu'ils ont tant d'elle que de moy, il leur plaise
considérer s'ils trouvent chose en ce fait pourquoy il ne serait
expédient ni conseillable, soit à elle, soit à moy, de passer plus
oultre. Et advenant, comme j'espère, que, tout ce que dessus estant
pezé, elle se trouve disposée, avec leur advis, de parachever ceste
oeuvre, il luy donnera promesse de ma part, et la prendra d'elle, et
par un commun advis résoudront du voïage pour accomplir ce qui est
encommencé, à la gloire du Seigneur.

»A Dordrecht, ce 24 d'avril 1575.

     »GUILLAUME DE NASSAU.»


VI

  Contrat de mariage de Guillaume de Nassau et de Charlotte de Bourbon.
     7 juin 1575.
     (Archives de la maison d'Orange-Nassau, no 2.127.)

«Hault et puissant seigneur, messire Guillaume, par la grâce de Dieu,
prince d'Orange, conte de Nassau, etc., etc., gouverneur et capitaine
général du conté et pays de Bourgoigne, Hollande, Zélande, Westfrise
et Utrecht, d'une part;

»Et la très illustre princesse, madamoiselle Charlotte de Bourbon,
fille de M. le duc de Montpensier, assistée du sieur Franchois
Daverly, seigneur de Minay, comme ayant procuration, puissance et
authorité, pour et au nom de très illustre prince Frédéric, électeur,
comte palatin du Rhin, duc de Bavière, etc., etc., qui entend à ladite
princesse tenir lieu de père, en ce contrat, d'assister, insister,
ordonner, pourveoir et passer oultre en tous les pointz concernant le
contract de mariage, ainsy qu'appert par la patente sur ce dépeschée
par monseigneur l'électeur, à Heydelberg, en date du cinquiesme de may
1575, signée de sa main et scellée de son scéel en cire rouge, à
double queue, d'autre part;

»Estans, au nom et à l'honneur de Dieu, résoluz de se joindre par le
saint lien du mariage, sont ensemble, par manyère de contract
anté-nuptial, accordez et convenuz comme en suit:

»Puisque la principauté d'Orange et les aultres biens dudit sieur
prince sont, pour une bonne part, affectez et obligez aux enfans des
précédens mariages, et que Son Excellence n'a, pour le présent, près
de soy, les instrumens des contrats anté-nuptiaux passez éz dicts
mariages et conséquemment ignore, en partie, quels biens soient
libres, ne sçauroit ledit sieur prince assigner sur iceulx aulcun
partaige asseuré aux enfans qui, par la grâce de Dieu, de ce mariage
seront procréés, ne douaire à ladite princesse, selon l'envie et grand
desir qu'il a, et que la grandeur et qualité de ladite princesse
méritent, néantmoins voulant ledit sieur prince, en ce cas, pourvoir,
le mieulx que sera possible, est convenu et accordé: Que les enfans
qui seront procréés de ce mariage succéderont en tous droits, noms,
raisons et actions que ledit sieur prince a ou peult avoir en France,
au regard du roy très chrétien et contre aultres particuliers, tant
pour le regard des sommes de deniers, que sur la maison d'Estampes,
sur le comté de Toudre, comté de Charny, Ponbienne et quatre baronnies
de Dauphiné, item ès maisons que ledit sieur prince a de la ville de
Middelbourg, et que présentement fait bastir en la ville de
sainte-Gertrudenberg, et, en somme, en tous aultres et quelconques
biens, seigneuries et terres qui paravant ne sont aux enfans des
précédens mariages, ny par leur propre nature affectez ou aultrement
obligez, sans que les enfans précédens y pourront prétendre part ou
portion, tant et si longtemps qu'il y demeurera hors de ce présent
mariage; comme aussi les enfans du présent mariage ne pourront
prétendre succession sur les biens paravant affectez et obligez aux
enfans précédens eulx ou hoirs d'eulx demeurant en estre. _Item_ que
les biens que Dieu par sa faveur et grâce largira et fera conquérir ou
acquérir audit sieur prince, durant ce mariage, seront semblablement
tenuz au prouffit des enfans de ce mariage, et qu'eulx seuls y
succéderont. Et en cas que ledit sieur prince vint à trespasser,
devant elle, sans hoirs de ce présent mariage, ou iceulx défaillans,
que, en tel cas, ladite princesse jouira franchement et quiétement, en
forme de douaire, et sa vie durant, de tous droits, actions, maisons,
biens, seigneuries et terres cy-dessus assignez aux enfants de ce
mariage, et que les biens par la faveur de Dieu conquis ou acquis
durant ce mariage par ledit sieur prince appartiendront à elle en
propriété; comme aussy, si ladite princesse vient à trespasser devant
ledit sieur prince, sans hoirs, ou iceulx défaillans, lesdits biens
compris ou acquis par ledit sieur prince appartiendront en propriété
audit sieur prince.

»En vertu de tout ce que dessus sont esté faicts de ce présent
contract de mariage trois instrumens de mesme teneur, chacun signé de
mondit sieur le prince et de madamoiselle la princesse, et aussi du
sieur de Minay susdit, y estant aussi apposé le sceau de mondit sieur
le prince, muni de ses armes.

»Le tout fait et conclu en la ville de La Brille, le septième jour de
juin, l'an de grâce XVe soixante et quinze.

»Soubsignez Guillaume de Nassau, Charlotte de Bourbon, François
Daverly.»

»Sur le pli estoit escript: par ordonnance de monseigneur le prince,
et signé Brunynck, scellé du scel de Son Excellence, en cire rouge.»


Na.--A la suite d'un double de cet acte, que contiennent les archives
de M. le duc de La Trémoille, est inscrite la mention suivante:

»L'an 1577, le jeudi 2e jour de may, les présentes lettres de traicté
de mariage ont esté apportées au greffe du Châtelet de Paris et
icelles insinuées, acceptées et eues pour agréables, selon que contenu
est par icelles, par Me Noël Franchet, procureur dudit Chastelet,
comme porteur, et pour et au nom de haut et puissant seigneur messire
Guillaume, par la grâce de Dieu prince d'Orange, comte de Nassau,
etc., et de haulte et puissante dame Charlotte de Bourbon, sa femme et
épouse, dénommés en lesdites présentes lettres.»


VII

Guillaume de Nassau jugeait, avec raison, qu'il lui était
indispensable, pour le soin de son honneur et de celui de sa nouvelle
compagne, d'avoir en sa possession tous les documents établissant la
culpabilité d'Anne de Saxe, afin qu'il pût, au besoin, s'en prévaloir
pour repousser d'indignes attaques que ses ennemis dirigeaient contre
son mariage avec Charlotte de Bourbon.

De là, les deux lettres suivantes:

§1.

  Lettre de Guillaume au comte Jean. 2 décembre 1576.
     (Groen van Prinsterer, _Correspondance_, 1re série, t. V, p. 544.)

»Monsieur mon frère,... la principale occasion qui me fait depescher
le sieur Taffin pour vous aller trouver est pour communiquer avec vous
touchant l'affaire de celle de Saxe, et avoir sur le tout vostre bon
conseil et advis, comme l'on se pourroit le mieulx gouverner pour
éviter tous ultérieurs débats et fascheries que l'on pourroit faire
cy-après à ma femme, ce que je désire en temps pourvoir. Et combien
qu'il n'y a que trop de preuves, si est-ce, pour plus de contentement
de ma femme, je vous prie de vouloir bien collationner à l'original
les coppies que en avés desjà envoié sur ce fait, et m'envoyer par le
mesme les procédures qui se sont faites, dont ay faict faire un petit
mémoire pour ledit Taffin, pour le vous porter, duquel entendrés plus
amplement mon intention sur ce faict; auquel vous prie, monsieur mon
frère, vouloir adjouster foy et créance comme à ma propre personne, et
au reste luy assister en tout pour satisfaire à sa charge, selon
l'entière confiance, que j'ay en vous, de tant plus puisque c'est ung
affaire fondée en toute justice et équité, etc.--De Middelbourg, 2 de
décembre 1576.

     GUILLAUME DE NASSAU.»

§2.

  Lettre de Charlotte de Bourbon au comte Jean. 3 décembre 1576.
     (Groen van Prinsterer, _Correspondance_, 1re série, t. V, p. 554.)

»Monsieur mon frère, si j'avois eu le moïen de vous faire autant de
service comme j'en ai bonne volonté, vous tiendriez, comme je
m'assure, pour bien emploiée la peine que vous avez déjà prinse à mon
occasion, et celle que je vous supplie bien humblement vouloir encore
prendre, suivant ce que monsieur le prince, vostre frère vous en
escrit; pour l'honneur duquel et l'amitié que vous luy portez et à
tout ce qui le touche, je ne fais point de doubte, monsieur mon frère,
qu'il vous plaira bien, en ce qui dépend de vous et de vostre
autorité, me faire en cest endroit tous bons offices; en quoy vous
m'obligerez, outre l'affection que je vous ai desjà dédiée, à vous
faire de plus en plus service; remettant sur le sieur Taffin de vous
faire plus au long entendre sa charge, lequel je vous supplie de
croire de ce qu'il vous dira de ma part. Il vous a été dépesché, pour
la confiance que nous avons en luy, et affin que cest affaire soit
conduit avec plus de discrétion. Car, combien, monsieur mon frère, que
la requeste que je vous fait soit légitime et juste, je serois trop
marrie qu'il vous en revint aucune incommodité; ce qui n'arrivera
point, comme j'espère, aidant Dieu, lequel je supplie, après vous
avoir présenté mes biens humbles recommandations à vostre bonne grâce,
ensemble à celle de madame la comtesse, ma soeur, vous donner,
monsieur mon frère, en bien bonne santé, heureuse et longue vie.--A
Middelbourg, le 3 décembre 1576.

»Vostre bien humble et plus affectionnée soeur, pour vous faire
service.

     »CHARLOTTE DE BOURBON.»


VIII

  Diane de France à Charlotte de Bourbon. 17 février 1576.
     (Archives de M. le duc de La Trémoille.)

»A madame la princesse d'Orange.

»Madame, j'ai esté infiniment aise d'avoir ceste occasion pour vous
pouvoir très humblement remercier de l'honneur qu'il vous a pleu faire
à monseigneur de Montmorency de vous souvenir de nous, et de l'entière
démonstration qu'il vous plaist nous faire de vostre bonne volonté; ce
que j'estime un plus grand heur que je sçaurois jamais recevoir, et
vous supplie croire, madame, que vous ne ferez jamais ceste faveur à
personne qui s'en sente plus obligée, ne qui ait l'affection plus
dédiée à vostre service, que je l'auray toute ma vie. Et combien que
je n'aye veu monseigneur de Montmorency depuis que, par le
commandement du roy, il partist de ceste ville pour aller trouver la
royne, si est-ce que je ne laisseray de vous donner pareille
asseurance de luy que de moy mesmes, estant certaine qu'il n'est en
rien moins affectionné à vostre service que je suis; et suis bien
marrie que je ne l'ay pu voir, comme je m'y attendois, au retour de Sa
Majesté, pour luy faire particulièrement entendre l'honneur qu'il vous
plaist de luy faire, ce qu'il ne m'a esté possible par autres moyens
que par lettres, estant demeuré par le commandement de la royne, avec
monsieur vostre père, près la personne de monseigneur, pour la
négociation de la paix, qui me fait vous supplier très humblement, en
son absence, recevoir les offres de son service, comme sy c'estoit luy
mesmes, vous asseurant, madame, que, toutes les fois qu'il vous plaira
nous honorer de vos commandemens, nous serons toujours prests de vous
y servir d'aussi bonne et entière volonté, qu'après vous avoir très
humblement baisé les mains je supplie le Créateur, madame, qu'il vous
donne, en très parfaite santé, très heureuse et très longue vie.

»De Paris, ce 17e jour de febvrier 1576.

»Madame, je vous supplie me permectre de présenter mes bien humbles
recommandations à la bonne grâce de monsieur le prince, et le
remercier de la bonne souvenance qu'il luy plaist avoir de monseigneur
de Montmorency et moy; estant marrie qu'il n'est icy pour luy offrir
son service, auquel je le supplie croire que luy et moy serons
toujours prests à nous employer.

»Vostre très humble et obéissante à vous faire service.

     »DIANE L. DE FRANCE.»


IX

  Lettre de Charlotte de Bourbon à son frère. 28 août 1576. (Bibl.
      nat., mss. f. fr., vol. 3.415, fº 78.)

«Monsieur, je vous ay escript depuis quinze jours, par un nommé le
capitaine Avalon, par lequel je vous faisois entendre le contentement
que j'avois reçu de la dernière lettre que m'aviés faict cest honneur
de m'escrire, qui m'a esté rendue il n'y a point longtemps, vous
asseurant, monsieur, que celuy qui se passe sans que j'aye cest heur
et bien de sçavoir de vos nouvelles, m'est fort ennuieux, pour n'avoir
point plus grant plaisir que quand je puis estre certaine de la bonne
santé de vous, de madame ma soeur et de monsieur mon nepveu,
dépeschant ce porteur exprès pour vous aller trouver là part où vous
serez. Il vous meine quatre chiens de Vaterland, que j'avois prié, il
y a bien longtemps, au gouverneur de choisir les meilleurs qu'il
pourroit trouver, et les faire bien dresser, ce qu'il m'a asseuré
d'avoir faict; mais ce n'a pas esté si promptement que j'eusse bien
désiré, à cause des incommoditez que nous avons quand le passage de la
mer est entre deux, le vent ne pouvant, aucunes fois, servir à venir
de Waterland en Hollande et de Hollande en ces quartiers-cy. Si ceste
guerre pouvoit prendre une bonne fin, j'aurois tant meilleur moyen de
faire mon debvoir et bonne espérance d'estre encore si heureuse, une
fois en ma vie, d'avoir cest honneur de vous revoir, que je desire de
tout mon coeur, et qu'il vous plaise me donner aussi bonne part en
vostre bonne grâce, comme d'aultre fois je me suis asseurée d'estre si
heureuse de le voir, et feray encore qu'un jour je m'y verrai en
pareil ranc; et n'y a, ce me semble, que l'absence qui me retarde ce
bien; et, en ceste assurance, je vous vais présenter mes très humbles
recommandations, et supplie Dieu vous donner, monsieur, en très bonne
santé, très heureuse et longue vie.

»A Middlebourg, ce 28 d'aoust.

     »Vostre très humble et très obéissante soeur,
     »CHARLOTTE DE BOURBON.»


«Monsieur le prince m'a commandé de vous supplier très humblement de
l'excuser si sa lettre est de vieille date; car, à cause qu'il craint
que le vent se change, il n'a point sceu prendre le loisir de la
refaire; avec ce qu'il court icy ungue fiebvre dont tous nos
secrétaires sont malades; et, si nous eûssions remis ceste dépesche à
ungue aultre fois, c'eust esté pour ung mois ou deux à faire, sy le
vent se fust changé.»


X

§ 1.

  Lettres-patentes en faveur de Charlotte de Bourbon et de ses
      enfants. 4 mai 1577.

  (L'original de ces lettres-patentes, sur vélin, avec sceau en cire
      rouge, fait partie de notre collection de documents
      historiques.)

»Guillaume, par la grâce de Dieu, prince d'Orange, conte de Nassau, de
Catzenellenboghen, de Vianden, de Dietz, de Bueren, de Furdaem,
seigneur et baron de Bréda, de Diestz, de Grimberghen, d'Arlon, de
Auzerow, et vicomte héréditaire d'Anvers et de Besançon, gouverneur
et lieutenant général d'Hollande, Zélande, West-Frize et d'Utrecht, à
tous ceux qui ces présentes lettres verront ou lire orront, salut.

»Comme ainsi soit que, dès le mois d'aoust 1574, l'abbaïe de
Saint-André des Ramières située en nostre principauté d'Orange seroit
vacante par le trespas de feu dame Polixène de Grasse, dernière
abbesse et possesseresse d'icelle, et que les religieuses auroient
abandonné ladicte abbaïe, estans les unes décédées et les aultres
changées de profession; au moïen de quoy estant ladicte abbaïe
demeurée vuide, le bien temporel aussi d'icelle se trouve vacant, et
venant le droit à nous appartenir, pour d'icy en avant disposer ainsi
que nous plaira;

»A cause de quoy, et pour le desir que nous avons de en tout ce que
nous pouvons gratifier notre très chère et très aimée femme et
compaigne, dame Charlotte de Bourbon, en contemplation de nostre
mariage, et des enfans qu'il a pleu desjà à Dieu et luy plaira encore
par cy-après nous donner, avons donné comme nous donnons par cestes à
ladite dame Charlotte de Bourbon, en usufruit, sa vie durant, et en
après aux enfans desjà procrées et à procréer de nostredict mariage,
en succession et propriété à perpétuité, sçavoir est tout le bien
temporel et revenu de ladite abbaïe de Saint-André des Ramières et ce
qui en peut dépendre,

»Voulons aussi et entendons bien expressément qu'en cas qu'en la
jouissance tant de l'usufruit que de la propriété susdite, soit donné
par cy-après à ladite dame Charlotte de Bourbon, nostre très aimée
femme, ou à ses enfans, trouble, empeschement ou destourbier
quelconque par mes enfans procréés des précédens mariages, ou aultres,
lors ils aient aultant en propriété et usufruit, que l'effect de ceste
donation peult porter sur tous et chacuns mes aultres biens, de
quelque condition et en quelque lieu qu'ils soyent situés; à quoy nous
les avons desjà dès à présent affectez et affectons par cestes.

»En tesmoing et confirmation de quoy avons signé la présente patente
de nostre main et y fait appendre le sceau de nos armes.

»En la ville de Leyden, le 4e jour de may, l'an de grâce 1577.

     »GUILLAUME DE NASSAU.»

§ 2.

  Mandement pour l'exécution des lettres-patentes ci-dessus. 22
      juin 1577. (Archives de M. le duc de La Trémoille.)

«Guillaume, par la grâce de Dieu prince d'Orange, conte de Nassau,
etc., etc., à vous, Guillaume de Barchon, escuyer, gouverneur et
lieutenant-général de nostre principauté d'Orange, ensemble à tous noz
officiers de nostredite principauté, et autres à qui ces présentes
toucheront, salut.

»Comme ainsi soit que pour certaines considérations, et pour gratifier
nostre très chère et très aimée femme et compaigne, dame Charlotte de
Bourbon, nous, de nostre bon gré et propre mouvement luy avons donné
en usufruit, sa vie durant, et en après à noz enfans desjà procréés et
à procréer de nostre mariage, en succession et propriété, à
perpétuité, tout le bien temporel et revenu de l'abbaye de Saint-André
des Ramières et ce qui en peut dépendre, assiz en nostre dite
principauté; desirons que nostre dite très chère et très aimée femme
et compaigne en jouisse doresnavant en la forme et manière portée par
noz lettres-patentes de donation à elle sur ce expédiées, du 4e de may
de cette année 1577, nous vous ordonnons et commandons bien
expressément par ceste, que vous ayez à mettre nostre dite très chère
et très aimée compaigne, dame Charlotte de Bourbon, en la rélle,
entière et effectuelle possession de tout le bien et revenu de ladite
abbaye de Saint-André et de ce qui en dépend, et l'en laisser jouir
par tel ou telle que bon luy semblera de commettre et constituer en la
recepte ou perception d'iceulx, et à cet effet luy faire donner ou à
celuy ou icelle que luy plaira commettre pour ses agens et procureurs,
par nostre recepveur-général de nostredicte principauté ou aultres,
tous les congés, mandemens et documens servant en l'éclaircissement
desdits biens et revenus, pour en faire une perception et part, et au
surplus de luy donner, ou à ses agens, en tout ce qui dépendra de ce
que dit est, toute ayde, adresse et service à vous possible; car ainsi
nous le voulons. Tesmoing ceste signée de nostre main et confirmée de
nostre scéel.

»Faict en la ville de Leyden, le 22e jour de juin, l'an de grâce 1577.

     »GUILLAUME DE NASSAU.»


XI

     Note du 21 juillet 1577.
     (Coustureau, _Vie du duc de Montpensier_, p. 225.--Bibl. nat.,
     mss. f. fr., vol. 3.182, fº 54.)

»Monseigneur le duc de Montpensier prie monsieur le président Barjot
se ressouvenir, estant à Paris, d'envoyer quérir monsieur de
Beauclerc, son secrétaire, logé en la rue de la Coustellerie, près le
carrefour Guillery, pour luy donner les lettres que ledit seigneur luy
escrit, et suivant icelles, retirer de monsieur André les pièces qu'il
luy mande mettre entre les mains dudit sieur président; lequel,
icelles receues, assemblera tous ceux auxquels mondit seigneur escrit,
à tel jour et en tel lieu qu'il advisera, à sa commodité et à la leur,
et leur fera entendre comme par la crainte que mondit seigneur a de
laisser quelque trouble en sa maison, après sa mort, pour raison du
partage que madame la princesse d'Orange, sa fille, pourroit demander,
il desire sçavoir si, sans offenser Dieu en sa conscience, il pourra
de son vivant, assigner dot et partage à ladite dame princesse
équipolent au mariage qu'ont eu mesdames ses soeurs, moyennant lequel
elle renoncera tant aux biens délaissez par feu madame sa mère, qu'à
la succession de mondit seigneur, son père, et ce, au profit de
monseigneur le prince Dauphin, son frère, et de monseigneur le prince
de Dombes, son nepveu, et leursdits enfans; parceque ladite dame
princesse a esté religieuse, professe, et abbesse en l'abbaye de
Jouarre, par l'espace de quatorze ans ou environ, n'en est sortie
qu'après l'âge de vingt-cinq ans accomplis, et s'est après mariée,
sans le sceu de mondit seigneur, son père, à monsieur le prince
d'Orange, qui avoit encores sa femme vivante (bien est vray que, pour
s'estre forfaite en son mariage, elle avoit esté reléguée et confinée
en certain lieu où elle a vescu assez longuement, et tant qu'avant sa
mort, il seroit issu dudit mariage dudit prince d'Orange et de sadite
fille trois enfans): et si ne pouvant ledit seigneur redresser et
convertir sa fille à la religion catholique, par les admonestemens
qu'il lui a faicts et pourra faire, ne aussi la ranger à vouloir
obtenir de nostre saint-père le pape les dispenses qui luy sont
nécessaires pour estre libérée de ses voeux, et pour le faict dudit
mariage, il suffira, pour la descharge de ladite conscience de mondit
seigneur, desdits admonestemens avec protestations qu'il n'entend et
ne veut la favoriser, supporter ne gratifier en son erreur: et si
ledit conseil est d'advis dudit dot, mondit sieur le président fera,
s'il luy plaist, dresser la minute des lettres et contracs qu'il sera
besoing d'estre passé et stipulé pour ce regard entre mondit seigneur
et ladite dame princesse, et la procuration nécessaire pour aller
stipuler ledit contract au nom de mondit seigneur, faire accepter
ledit dot à ladite dame, et lui faire faire ainsi lesdites
renonciations ci-dessus et autres que ledit conseil jugera estre
nécessaires.

Et envoyera mondit sieur le président à mondit seigneur ladite
consultation écrite et signée, avec les minutes de contract et
procuration, le plus tost que faire se pourra.

»Faict à Champigny, le 21e jour de juillet, l'an 1577.

     »LOYS DE BOURBON.»


XII

     Lettre de Brunynck au comte Jean de Nassau. 13 août 1577.
       (Groen van Prinsterer, _Correspondance_, 1re série, t. VI,
       p. 131.)

»Monseigneur, arrivant dimanche, sur le soir, en ceste ville, je n'ay
failly de dépescher doiz hier messaigier exprès devers Son Excellence
(le prince d'Orange) pour l'advertir de tout le succès de mon voyage
jusques à présent, et aussy de la délibération de vostre seigneurie
pour venir avecq madamoiselle d'Orange en Hollande; chose dont je sçay
Son Excellence recepvoir bien grand plaisir. Je suis adverty de
certain marchant venu d'Hollande, que Son Excellence attend, de jour
en jour, l'arrivée de ses enfans illecq, qui fait que je luy ay
escript que mademoiselle partira sans faute, dans quatre ou cinq
jours, de Dillanbourg, et que descendrons ainsy le Rhyn jusques à
Emmeryck, et delà peult-estre au logis de monsieur le conte van Berch,
dont ne passerons oultre sans avoir premièrement nouvelles de Son
Excellence, ne sçaichant quels changemens ces altérations et nouvelles
émotions en Brabant, peuvent avoir apporté.... Or, monseigneur, comme
je suis asseuré que Son Excellence desire entièrement la venue de ses
enfans en Hollande, je supplie très humblement vostre seigneurerie que
madamoiselle d'Orange puisse partir de Dillanbourg pour le temps qui a
esté préfixé, assavoir samedy ou dimanche prochain, et que puissions
ainsy aller jusques à Emmeryck pour illecq entendre la résolution de
Son Excellence, combien que je tiens qu'il n'y a aucun dangier. Je
donne cependant icy ordre à tout ce qui est besoing pour le voyage de
vos seigneuries, ayant desjà loué les batteaulx et faict aultres
apprests. En cas que vostre seigneurie ne pourroit estre sitost
preste, si est-ce qu'il vaut mieux que madamoiselle attende à Emmeryck
qu'en ces quartiers icy, à cause de la mortalité qui augmente tous les
jours; aussy la belle saison se passe et le mauvais temps est proche.
J'espère, m'aydant Dieu, de partir dans un jour ou deux de ceste ville
vers Mulheim pour, avecq ma femme, y attendre la venue de madamoiselle
et y faire tous les autres préparatifs nécessaires. Coulongne, ce 13e
jour d'aoust 1577.

»De vostre seigneurie bien humble et obéissant serviteur.

     »NICOLAS BRUNYNCK.»


XIII

§ 1.

      Le duc d'Anjou à ses agents. 28 mars 1578.
        (Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.277, fº 7.)

«Instruction de monseigneur aux sieurs de La Rochepot et Despruneaux,
conseillers et chambellans ordinaires de mondit seigneur, envoyez de
sa part vers les sieurs des estats généraux, prince d'Orange, et comte
de Lalaing, et autres seigneurs des Pays-Bas.


»Premièrement, lesdits sieurs remonstreront auxdits sieurs des estats
généraux, prince d'Orange, comte de Lalaing et aultres seigneurs
desdits Pays-Bas, comme mondit seigneur a tousjours eu en singulière
affection les secours et ayde de tous les moyens que Dieu luy a donnez
pour pourveoir à la seureté et conservation de l'estat dudit païs, les
rédimer d'oppression et violence et les maintenir en leurs anciens
privilèges et droicts dudit païs; ce qu'il a cy-devant démonstré, et
encores à présent, recognoissant la nécessité des affaires, il désire
plus que jamais obliger à luy lesdits estats généraux, princes et
seigneurs dudit païs par bons offices, prenant leur faict en sa
protection et sauvegarde.

»Satisfaisant aux lettres que ledit sieur comte de Lalaing a escrites
à Son Altesse et instructions à elle envoyées de sa part par le sieur
de Linsart, mondit seigneur envoyé lesdits sieurs de La Rochepot et
Despruneaux, ses conseillers et chambellans ordinaires, pour
l'assurer, en premier lieu, de son affection et bonne volonté en son
endroict, et recevoir les villes que ledit sieur comte a promis
délivrer et mettre ès mains de mondit seigneur; ce qu'il désire estre
promptement effectué afin de pourveoir aux remèdes nécessaires pour le
soulagement dudit comte et conduite de l'armée que mondit seigneur
entend y amener, deux mois après la délivrance desdites villes et
places, ladite armée composée de, etc., etc., etc.

»Mondit seigneur entend, lorsque lesdites villes seront en sa
possession, mettre dans icelles les garnisons qu'il avisera bon estre,
et y établir les gouverneurs à sa dévotion; demeurant néantmoins ledit
comte de Lalaing, lieutenant-général de mondit seigneur, audit
pays.....

»Et, pour le regard de monsieur le prince d'Orange, lesdits sieurs de
La Rochepot et Despruneaux l'asseureront de l'affection et bonne
volonté que Son Altesse luy porte, ne desirant rien plus, en ce monde,
que de le maintenir et conserver en sa religion, et tous autres qui en
font profession, et avec telle liberté et asseurance qu'ils sçauroient
désirer pour la manutention et exercice d'icelle, et mesme
d'entretenir, garder et faire garder inviolablement le traité et
accord fait avec luy à Gand, etc., etc., etc.

»Lesdits sieurs de La Rochepot et Despruneaux appèleront avec eux, en
leurs négociations, lesdits sieurs de Mondoucet et Dalfiéran, qui sont
instruits, de longue main, des affaires dudit païs.

»Lesdits sieurs de La Rochepot et Despruneaux feront instance à ce que
mondit seigneur _soit esleu et déclaré souverain desdits païs_; et où
ilz ne vouldroient accorder ledit titre, après plusieurs remonstrances
à eux faites pour les persuader de l'honorer de ce titre, comme chose
qu'ils désirent, mondit seigneur se contentera du titre de
_protecteur_ dudit païs.

Fait à ..... le 28e jour de mars 1578.

     »FRANÇOYS.»

§ 2.

     Guillaume de Nassau à Despruneaux. 26 avril 1578.
       (Bibl. nat., mss. f. fr., vol, 3,277, fº 14.)

Monsieur, je désireroys bien aussi de pouvoir privément communiquer
avec vous de ce qui me semblerait convenir pour le bien et repos des
consciences, dont je pense que principalement dépend la tranquillité
de ce pays, comme aussy de la France; à quoy je sçay qu'il n'y a
prince, en la chrestienté, qui nous y peut tant ayder que monseigneur
d'Alençon. Ce n'est pas une opinion qui soit d'un jour ou de deux crue
en mon esprit; car il y a jà longtemps que j'en suis résolu; et
encores à présent je demeure en la mesme opinion. Je vous remercye
cependant _de la bonne assurance que vous me donnez de la volonté de
Son Altesse_. De ma part, pour l'humble service que je désire faire,
toute ma vie, à mondit seigneur, je m'emploieray très volontiers à
tout ce que Son Altesse jugera estre pour l'advancement de sa grandeur
et le bien de ce pays; vous remerciant affectueusement de ce qu'il
vous a pleu m'envoyer visiter et m'escrire; vous asseurant que je
seray tousjours bien prest de vous faire plaisir et service, où il
vous plaira de m'emploier, tant pour l'amour de monseigneur, vostre
maistre, que pour l'amour de vous en particulier; qui sera l'endroict
où, après m'estre recommandé affectueusement à voz bonnes grâces, je
prieray Dieu, monsieur, de vous donner, en santé, bonne et longue vie.
De Anvers, ce 26 avril 1578.

»Vostre très affectionné amy, à vous faire service,

     »GUILLAUME DE NASSAU.»

§3.

     Despruneaux à Guillaume de Nassau. 22 juin 1578.
       (Groen van Prinsterer, _Correspondance_, 1re série, t. VI,
       p. 399.)

»..... Monseigneur, vous croirés que tout ce que j'ay dans mon coeur
est franc, et que le fondement de tout ce de quoy je me mesleray
jamais sera premièrement à la gloire de Dieu (car, si je ne cuidois
Son Altesse dutout induicte au repos et résolue à la conservation de
l'une et l'autre religion, toutes les puissances ne m'en feroient
mesler), et après à la grandeur et maintien de vous et de vostre
maison. Je suis marry que je n'ay pu estre crû comme sincèrement j'ay
parlé sur les trois faits alléguez, le premier pour la gloire de Dieu,
le second pour la gloire de mon maistre, et le tiers pour la
vostre..... Monseigneur, je désireroys que Son Altesse vous envoyast
quelques-uns des siens qui vous fûst plus agréable que je ne suis,
mais il ne pourroit un plus homme de bien et qui vous parlast plus
franchement. Il y a maintenant près de Son Altesse monsieur de Lanoue,
je serois très ayse qu'il fûst icy, je ne doubte qu'il ne vous soit
plus agréable avecq très grande suffisance. Je serai très ayse, très
content et satisfait, quand, par qui que ce fust, cest affaire se
puisse acheminer au bien que je désire..... Je ne me puys départir
d'icy, combien que j'en eûsse occasion, pour l'espérance que j'ay que
Son Altesse viendra, et que vous serez celuy qui luy ayderez luy
mestre trois couronnes sur la teste, après avoir esté cause de l'avoir
fait venir.--Mons, 22 juin.

§ 4.

     Guillaume de Nassau à Despruneaux. 26 juin 1578.
       (Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.277, fº 42.)

«Monsieur, la venue de M. de Dampmartin, envoïé de la part de
monseigneur d'Anjou, m'a empesché de vous respondre, combien qu'à sa
venue, je fusse sur le point de vous escrire. Quant à ce que vous
m'escripvez par les premières et secondes lettres, je ne puis le
trouver mauvais, venant de votre part, m'assurant que vous désirez,
faisant le service de monseigneur, vostre maistre, me faire aussy
plaisir. Mais je crois qu'il y a autant d'occasions, de vostre part,
de se plaindre de ce que nous n'avons pas esté crus, que vous estimez
en avoir occasion, de vostre costé. Quant à ce qui me touche, je vous
prie de croire que, partout où je verrai, faisant service aux estats,
avoir moïen de monstrer combien j'ai envie de faire cognoistre à
mondit seigneur que je luy suis affectionné serviteur, je serai
toujours très aise de le faire. Ledit sieur de Dampmartin a esté ouï,
aux estats, et on a requis qu'il donne par escript ce qu'il a proposé;
ce que j'espère qu'il fera, et que messieurs les estats luy donneront
responce dont il aura occasion de se contenter. A tant, après m'estre
affectueusement recommandé à vos bonnes grâces, je prieray Dieu,
monsieur, de vous tenir en sa saincte et digne garde.

»En Anvers, ce 26 juin 1578.

     »Vostre bien bon amy, à vous faire service,
     »GUILLAUME DE NASSAU.»

§ 5

     Le duc d'Anjou à Guillaume de Nassau. 13 juillet 1578.
       (Groen van Prinsterer, _Correspondance_, 1re série, t. VI,
       p. 404.)

«Mon cousin, j'estime qu'avez souffisamment esté adverty des levées
que j'ay faictes en France, pour assister, secourir et ayder messieurs
des estats généraux de ces pays, en leur juste querelle; qui me
gardera vous en escrire aultre chose. Je vous diray seulement que,
estant mes forces prestes à marcher, j'ay donné charge à ung de mes
plus spéciaux serviteurs, que cognoissez, de les assembler en corps
d'armée; et cependant je me suis achemyné par delà avec aucuns de mes
plus confidens et spéciaux serviteurs; espérant que mes susdites
forces me suyvront de près; de quoy je vous ay bien voulu advertir
incontinent, et prier me faire sçavoir de vos nouvelles, qui me seront
tousjours fort agréables, et surtout quand me donnerez quelque
espérance de vous veoir et conférer avec vous des moyens qu'il fauldra
doresnavant user pour réprimer l'audace et insolence insupportable de
l'ennemy; vous assurant, mon cousin, que si vostre commodité pouvoit
permettre de faire un voïage en ceste ville, me semble, soubs vostre
prudent advis, que les affaires se pourroient beaucoup mieux et plus
facilement achemyner, au gré et contentement de l'un et de l'autre...
surtout, mon cousin, je desire que nous ayons bonne intelligence et
correspondance ensemble, afin que marchant d'un mesme pied et zèle,
nous ostions à l'ennemy toute l'espérance qu'il a fondée sur la
division qu'il tâche par tous subtils moyens et inventions de faire
naistre entre nous, laquelle, si ainsy estoit, ne sçaurait apporter
que l'entière ruine et subversion de tout ce pauvre pays, la
conservation et salut duquel dépend, après Dieu, de nostre mutuelle
intelligence, très parfaite union et vraye concorde; de quoy nous
pourrions amplement traiter et discourir, et plus en présence que par
nulle aultre voye; ce que, comme dict est, je remectrai à vostre très
saige et prudent advis, etc.

     »Vostre bien bon cousin,
       »FRANÇOYS.»

§6.

     Promesse faite par le duc d'Anjou à Guillaume de Nassau. 18 août 1578.
       (Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.277, fº 65.)

«Nous, Françoys, fils de France, frère unique du roy, duc d'Anjou et
d'Alençon, en satisfaisant à la promesse faicte par nostre cher et
bien-aimé le sieur de Bussi, premier gentilhomme de nostre chambre, à
monsieur le prince d'Orange, du 9 aoust dernier, promettons, avant que
le traité encommencé entre nous et les sieurs des estats des Pays-Bas
se parface et conclue, que nous n'entreprendrons aucune chose et nous
opposerons à ce qu'on entreprenne contre ledit sieur prince, ny autres
faisant profession de la religion réformée, à cause de ladite
religion, ainsi que nous nous emploierons pour les maintenir
également comme ceux qui font profession de la religion catholique
romaine; comme aussi ledit sieur s'emploiera à ce qu'il ne soit fait
aucune violence par ceux de la religion réformée contre ceux qui font
profession de ladite religion catholique romaine; faisant promesse,
advenant que les estats généraux de ces pays ordonnent qu'en quelques
provinces de ce païs soit permis l'exercice libre de la religion
réformée, nous nous emploierons à ce que les autres provinces qui,
pour certaines raisons, n'auroient pu recevoir ladite religion, ne se
séparent et disjoignent des autres provinces pour cest effect; au
contraire procurerons et emploierons nostre autorité à ce que toutes
les provinces de ces païs se tiendront jointes et unies comme elles
ont esté par cy-devant et premièrement; en quelque état de prééminence
que nous puissions parvenir, nous emploierons nostre autorité et
moïens pour retirer le comte de Buren, fils dudit sieur prince, de la
captivité en laquelle il est détenu, en Espagne, contre les droits et
privilèges de Brabant, en le remettant en sa pleine liberté. Et pour
confirmation de ce que dessus, avons escript et signé ces présentes de
nostre main et scellées de nos armes.

»Donné à Mons, le 18e jour d'aoûst 1578.

     »FRANÇOIS.»


XIV

§1.

     Dépêche de Bellièvre au duc d'Anjou. 17 août 1578.
       (Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3,277, fº 61.)

«Monseigneur, estant venu en ceste ville d'Anvers pour satisfaire à
vostre commandement, le premier propos qui m'a esté dit par M. le
prince d'Orange a esté que arrivèrent, devant hyer au soir, en ceste
ville d'Anvers, deux députés de Flandre quy luy rapportèrent que M. de
Lamotte, gouverneur de Gravelines, avoit prié ceux de Flandre luy
envoyer de leur part deux personnages auxquels ils eussent fiance; ce
qu'ils firent. Ledit sieur de Lamotte leur dit que vous, monseigneur,
luy aviez par deux fois envoyé un nommé sieur d'Alféran, qui luy avoit
monstré, de vostre part, comme ces païs sont perdus pour le roy
d'Espagne, et que, s'ils ne tombent entre vos mains, ils seront
dominés par un ennemi de la foy catholique; que nous estiés icy venu
avec forces suffisantes pour vous en faire seigneur; que vous aviés
pour le moins vingt-cinq mille hommes de pied et grand nombre de
cavalerie; et estoit vostre intention d'extirper la nouvelle religion,
et faire massacrer le prince d'Orange. Vous luy offriés de grands
biens et pensions, moyennant qu'il se mist de vostre costé.
Monseigneur, je me trouvay fort estonné d'ouïr ce langage, c'est, au
dire ancien: calomniés hardiment, il en demeure tousjours quelque
chose. Si cette calomnie ne sera vivement effacée, elle avancera ces
peuples à faire la paix, plus que toutes ambassades. Or, monseigneur,
il est plus que requis que vous pourvoyés soigneusement à oster de
l'opinion de ces peuples une si mauvaise opinion de vous, que ledit
sieur de Lamotte y a voulu imprimer. J'entends que la vérité est que
le sieur d'Alféran a esté pardevers ledit sieur de Lamotte; pour le
moins, ils le croyent icy. Il sera bon qu'ils sachent le vray de ce
qui est passé; et comme ceux des estats vous envoyent les députés de
Flandre pour faire entendre ce qu'ils ont ouy, il vous plaira de
considérer si aussy il ne sera bon que vous leur envoyés icy le sieur
d'Alféran, pour les advertir de ce qui a passé, et qu'il déclare qu'il
se veut rendre responsable de son dire et de ses actions. J'estime
aussy, monseigneur, qu'il seroit à propos que vous envoyés avec luy
personnages notables et de qualité, pour les assurer de vostre bonne
volonté. M. Despruneaux, qui n'est suspect de vouloir faire massacrer
ceux de la nouvelle opinion, vous y pourra faire bon service; comme,
monseigneur, l'affaire requiert que vous fassiez si expresse
déclaration de la bonne volonté que vous portés à toute ceste nation,
que rien n'en puisse demeurer au contraire en leurs opinions. Quant à
monsieur le prince d'Orange, c'est un fort sage seigneur, et qui
prendra raison en payement. Vous avés, ce me semble, plus d'intérêt de
le bien assurer de vous, que luy n'a de l'estre de vous. Vous ne
tirerés pas aisément, ni au premier coup, toutes les promesses de luy
que l'on voudrait. Ce aussy à quoy il obligera sa promesse, j'estime
qu'il n'y voudroit pas faillir. Il est doncq question que vous veoyés
comme vous l'amènerés à s'obliger à vous, car, s'il vous sera ennemy
ou contraire, je ne dis pas, monseigneur, que vous n'ayés de grandes
forces et que vous ne puissiez faire ressentir à ce pays le déplaisir
que l'on vous feroit, etc., etc.»

§2.

     Dépêche de Lanoue au duc d'Anjou. 18 août 1578.
       (Bibl. nat., mss. f. fr., vol. 3.277, fº 63.)

«Monseigneur, depuis deux jours il est arrivé vers messieurs des
estats aucuns hommes de Flandre qui leur ont faict un rapport dont
j'ai bien voulu advertir Votre Alteze. La chose est telle: c'est que
le sieur de Lamotte, qui est dans Gravelines, envoya quérir depuis
naguières quelques notables personnages dudit païs et leur dict qu'il
les vouloit advertir de chose qui importoit grandement à la patrie,
pour le faire entendre auxdits sieurs des estats, savoir est:
qu'Alféran estoit venu vers luy de la part de Vostre Alteze et lui
avoit remonstré que trois causes principalement vous avoient esmeu de
venir pardessà: l'une, pour vous en faire maistre, l'autre, pour
ruiner la religion réformée, et la dernière, pour chasser le prince
d'Orange, et que, si vouloit vous favoriser et tenir vostre party, que
vous le feriez grand. Puis après il leur dist que, puisqu'on parloit
de changer de maistre, qu'encores se valoit-il mieux tenir à l'ancien,
qui estoit le roy d'Espagne, que tomber sous la main des Françoys, et
qu'il avoit cinquante mille escus dans un coffre qu'il monstra alors
auxdicts personnages, disant qu'il en aideroit les estats, s'ils
vouloyent demeurer fidèles audict roy d'Espagne et s'employer contre
les huguenots du pays et contre le prince d'Orange.--Voilà la somme de
ces propos, tant ce qu'Alféran luy a dit, que le parlement qu'il faict
pour reprendre le parti des Espagnols. Je pense que le but auquel il
tend, c'est, par ces artifices et choses controuvées, vous mettre en
défiance et diviser les uns et les autres, pour mieux avancer les
affaires de don Juan.--Messieurs des estats pourront bien en escrire à
Vostre Alteze, et peut-être vous envoyer les personnes qui ont parlé
audit Lamotte. Toutefois j'ay bien voulu vous prévenir par ceste
lettre, afin que vous soyez tousjours instruit davantage.--Il est très
nécessaire, monseigneur, pour monstrer tousjours plus la sincérité de
vos actions, que vous rendiez ce faict éclairci à ceux qui en
pourroient estre en quelque doubte; et sera assez à temps d'en
répondre, si lesdits estats envoyent vers Vostre Alteze pour cet
effect. Je ne sçay si Alféran se seroit tant oublié, d'avoir tenu un
tel langage, car ce seroit vous faire tort. Mais, afin qu'il n'arrive
de tels inconvéniens, il est expédient d'aviser aux personnes qu'on
emploie, qui soient telz qui ne puissent rien mesler de leurs
particulières factions avec ce qui leur sera commandé.--Monseigneur,
j'ay opinion que vendredy, l'armée de M. le duc Casimir se joindra et
marchera, ou incontinent après. Et pour ce, sera bon que vostre Alteze
diligente de tenir la sienne preste, parce que il pourra survenir
occasion qui commandera qu'elle marche, et vous aussi pareillement;
car le temporiser nuirroit aux affaires communes. Et d'aultant
qu'il y a plusieurs choses à pourvoir et accomoder avant que Vostre
Altèze puisse desloger, on ne doit perdre une seule heure de
temps.--Monseigneur, vous pourrez donner avis à M. le prince d'Orange
de l'estat en quoy estes; et quand lui ferez cest honneur de prendre
conseil de luy en affaires présentes, il vous en mandera fidèlement
son opinion et ce qui sera convenable que faciez, soit pour vous
avancer ou retarder; mais il me semble que Vostre Alteze doit se
haster. A grand peine vous pourra-on ayder de pouldre, du costé de
deçà, dont aurez grand besoin, pour le grand nombre d'arquebusiers
qu'avez. Monseigneur, il servira aussi grandement que vous envoyez
quelqu'un vers M. le duc Casimir, afin de le bien disposer en vostre
endroict; ce qu'à mon jugement se fera aisément; et si je le voy
bientost, je luy parlerai comme il faut.--J'ay parlé à M. le prince
d'Orange pour le sieur de Richebourg, s'il trouve bon qu'il accompagne
M. de Bellièvre. Et quant à ce que Vostre Altèze craint d'estre
soupçonnée de moienner la paix avec don Juan, elle ne s'en doit mettre
en peine. On croit plustost que les François désirent la
guerre.--Monseigneur, si vostre cavallerie ne s'arme ainsy qu'elle
n'est en France, en ce pays on ne le trouvera beau. Il y a bonne
commodité d'y pourvoir par l'abondance des armes qu'on y trouve.--Je
partirai demain d'icy pour m'en aller à Bruxelles, pour après aller au
camp; et en cest endroit je ferai fin, pour supplier le Créateur,
monseigneur, vous tenir en sa sainte garde.

»De Anvers, ce 18 août 1578.

»Vostre très humble et très obéissant serviteur à jamais.

     »LANOUE.»


XV

     Résolution des états généraux donnant au prince d'Orange, à
     l'occasion du baptême de sa fille, _Catharina-Belgia_,
     la terre et comté de Linghen.--Anvers, 21 septembre 1578.
       (Archives du royaume.--Gachard, _Correspondance de Guillaume
       le Taciturne_, t. VI, p. 313, 314.)

«Ayant les estats généraulx des Pays-Bas délibérez sur le présent
qu'on poulroit faire à monseigneur le prince d'Aurange, en tesmoignage
du baptesme de la fille de Son Excellence, nommée _Katharina-Belgia_,
auquel iceulx estats par certains leurs députez ont assisté, se sont
advisez et résoluz que, pour les grandes raisons, cogneues à un
chascun, qu'ils ont de recognoiltre le soing et travail que Son
Excellence prend continuellement pour le bien et conservation du pays,
ne se pourroit faire présent plus convenable et agréable à sadicte
Excellence, que de la terre et comté de Linghen, avecq les actions,
droits et dépendances d'icelle, mesme avecq la forteresse, artillerie
et munitions, et en tout tel estat comme elle est présentement, et
soubz les charges y appartenantes, à en prendre la possession
incontinent, à condition expresse que sadicte Excellence, ou aultre
ayant cause dudicte comté après icelle, sera tenue d'en payer
annuellement au prouffit de sadite fille, une rente héritable de trois
mille livres Arthois, racheptable au denier seize, et que de ce, au
prouffit de ladicte fille, seront dépeschées lettres en forme deue et
vaillable.»

»Et d'aultant que ledit seigneur prince a droit de demander au roy
d'Espaigne la somme de cent soixante mille livres, du prix de quarante
groz, monnoye de Flandres, à raison de ses gaiges, pensions,
traistemens, obligations et debtes liquides, escheant à la fin du mois
de juillet 1578, sera tenu quicter lesdites debtes, comme il a
franchement quicté et quicte par ces présentes. Et, moyennant ce, ont
lesdits estats accordé et accordent audit seigneur prince de demeurer
seigneur et possesseur de ladicte terre et comté de Linghen, aux
conditions susdistes, estant icelle terre de beaucoup plus grande
valeur que la somme par ledit seigneur prince quictée.

»Davantage, promectent lesdictz estatz de payer et satisfaire les
drossart, aultres officiers et soldatz qui sont à présent audict
Linghen, à leurs propres coustz et dépens, jusque au jour que ledit
seigneur prince sera mis en réelle et actuelle possession de ladicte
terre et seigneurie de Linghen: aultrement demeurera audit seigneur
prince son action libre et franche pour ladicte somme desdicts cent
soixante mille florins.

»En oultre, au cas que, pour la deffense et tuition du païs, fût
contrainct ledict seigneur prince mestre en ladicte place garnison
extraordinaire, comme elle y est à présent, ne sera tenu entretenir
ladicte garnison à ses despens, ainsi sera ladicte garnison
extraordinaire payée par lesdicts sieurs les estats, ou aultres ayant
droict, estant ledit sieur prince seulement subject à entretenir la
garnison ordinaire à ses despens.

»Requerront lesdicts estats à Son Altèze que lettres-patentes en forme
deue sur ce soyent despeschées.

»Faict en Anvers, le 21e jour de septembre 1578.»


XVI

     Union d'Utrecht. 23 janvier 1579.
       (Lepetit, _Grande chronique de Hollande, Zélande_, etc., etc.,
       t. 2 p. 372.)

«Comme on a cogneu depuis la pacification faite à Gand, par laquelle
les provinces de ces Pays-Bas s'estoient obligées de s'entre-secourir
de corps et de biens, pour chasser hors desdits pays les Espagnols et
leurs adhérens, ayant lesdits Espagnols, avec dom Juan et autres leurs
chefs et capitaines cherché tous moyens, comme ils font encore
journellement, de réduire lesdites provinces, tant en général qu'en
particulier, sous leur servitude et tyrannie, et tant par armes que
par leurs practiques les diviser et desmembrer, rompant leur union
faite par ladite pacification, à la totale ruine desdits pays; comme
de fait on a vu que, continuans en leurdit dessein, depuis peu de
temps ils auroyent par leurs lettres sollicité quelques villes et
quartiers desdites provinces, s'estant nommément advancez de faire
irruption au pays de Gueldre;

»Pour ce est-il que ceux de la duché de Gueldre et conté de Zutphen,
ceux des contés de Hollande, Zélande, Utrecht, Frise et les Ommelandes
entre les rivières d'Ems et Lauwers, ont trouvé expédient et
nécessaire de s'allier et conjoindre plus estroictement et
particulièrement par ensemble, non pas pour se départir de l'union
faite à la pacification de Gand, mais pour tant plus la confirmer et
se pourvoir contre tous inconvéniens èsquelz ils pourroient eschoir
par les pratiques, surprises et efforts de leurs ennemis; et pour
sçavoir comment, en telles occurences, ils se pourront conserver et
garantir; aussi pour éviter et retrancher ultérieurement division
desdites provinces et des membres d'icelles; demeurant au surplus
ladite union et pacification de Gand en sa force et vigueur suyvant
quoy les députez desdites provinces, chacun en leur regard,
suffisamment authorisez, ont conclu et arresté les points et articles
qui s'en suyvent, sans, en tout cas, se vouloir par cestes aucunement
distraire ny aliéner du Saint-Empire.

»1º En premier lieu, que lesdites provinces font alliance, union et
confédération par ensemble, comme par ces présentes elles se sont
alliées, unies et confédérez à jamais, de demeurer ainsi en toutes
sortes et manières, comme si toutes ne fûssent qu'une province seule,
sans qu'elles se puissent en nul temps, à l'advenir, désunir ny
séparer, ny par testament, codicille, donation, cession, eschange,
vendition, traitez de paix ou de mariage, ny pour nulle autre occasion
que ce soit ou puisse estre; demeurans néanmoins sains et entiers,
sans aucune diminution ny altération les privilèges spéciaux et
particuliers, droicts, franchises, exemptions, statuts, coustumes,
usances et toutes autres droictures et prééminences que chacune
desdites provinces, villes, membres et habitants d'icelles peuvent
avoir. En quoi ils ne veulent non seulement point préjudicier ny
donner empeschement aucun, mais assisteront les uns les autres par
tous moyens, voire de corps et de biens, si besoin est, à les
deffendre, les confirmer et maintenir contre et envers tous qui en
iceux les voudroient troubler ou inquiéter. Bien entendu que des
différends qu'aucunes desdites provinces, membres et villes de ceste
union peuvent avoir entre elles, ou par après se pourroient susciter
touchant leurs privilèges et franchises, exemptions, droicts,
statuts, et anciennes coustumes, usances ou autres droictures, il en
sera vuydé par voye de justice ordinaire ou par arbitres et
appointemens amiables, sans que les autres pays ou provinces, membres
ou villes à qui tels différends ne touchent (si avant que parties se
submectent au droict), s'en puissent aucunement mesler, sinon
d'intercession tendante à accord.

»2º Que lesdictes provinces, en conformité et pour confirmation de
ladicte alliance et union, seront tenues et obligées de s'entr'aider
et entre-secourir, les unes les autres, de tous leurs moyens, corps et
biens, effusion de leur sang et danger de leurs vies, contre tous
efforts, envahies et attentats qu'on leur voudroit faire, sous quelque
couleur ou prétexte que ce soit, du roy d'Espagne ou de quelque autre:
ou à cause qu'en vertu du traité de la pacification de Gand, ils
auroient prins les armes contre dom Juan, ou d'avoir receu pour
gouverneur l'archiduc Mathias, ou de quelques autres dépendances de
ce, et de tout ce qui s'en est ensuivi, ou s'en pourroit encore
ensuyvre: et sur ce sous couleur de vouloir restablir par les armes la
religion catholique romaine, des nouveauctez et altérations qui depuis
l'an 1578 sont advenues en aucunes desdites provinces, membres et
villes, ou bien pour cause de ceste présente union et confédération,
ou autre cause semblable: et ce, en cas qu'on voulût user desdits
efforts, envahies et attentats, aussi bien en particulier sur l'une
desdites provinces, que sur toutes, en général.

»3º Que lesdites provinces seront aussi tenues et obligées de, en
pareille manière, s'entre-secourir et défendre contre tous sieurs
princes et potentats, pays, villes et républiques estrangères quy,
soit en général ou en particulier, leur voudroient grever et nuire, ou
faire la guerre; bien entendu que l'assistance qui en sera décernée
par la généralité de cette union se fera avec cognoissance de cause.

»4º Et pour tant mieux assurer lesdites provinces, membres et villes
contre toute force ennemie, que les villes frontières et celles qu'on
trouvera en avoir besoin, en quelque province que ce soit, seront, par
l'advis et ordonnance de la généralité de ceste union, fortifiées, aux
dépens des villes et de la province où elles sont situées et assises,
à ces fins aydées de la généralité, pour la moitié. Mais, s'il se
trouve expédient de bastir quelques nouvelles forteresses, ou d'en
desmolir aucunes en icelles provinces, que les frais seront à la
charge de la généralité.

»5º Et, pour subvenir à la dépense qu'il conviendra faire, en cas que
dessus, pour la tuition et défense desdites provinces, a esté accordé
que, par toutes lesdites provinces unies concordablement, et sur un
même pied, seront mis sus, et de trois mois en trois mois, affermées
au plus offrant, ou collectées, certaines gabelles sur toutes sortes
de vins et bières, sur la moulture des grains, sur le sel, sur les
draps d'or, d'argent, et de laine, sur les bestes qui se tueront, sur
tous chevaux et boeufs qui se vendront ou échangeront, sur tous biens
sujets au grand pois ou balances, et sur tous autres biens qui, par
commun advis et consentement, se trouveront estre convenables, suyvant
les ordonnances qui en seront pourjectées et dressées, et qu'à ces
fins on employera pareillement les domaines du roy d'Espaigne,
défalquées les charges qui y sont.

»6º Lesquels moyens se pourront augmenter ou diminuer, haulser ou
abaisser, selon l'exigence des affaires, confirmez seulement pour
subvenir à la défense commune, et pour ce que la généralité sera
submise de supporter sans, en nulle manière, les pouvoir appliquer à
nul autre usage.

»7º Que les villes frontières et toutes les autres, que requis sera,
et qui en auront besoin, seront, en tout temps, tenues de recevoir
toute telle garnison que lesdites Provinces-Unies trouveront convenir,
et qui, par l'advis du gouverneur de la province où les villes
requièrent garnison, sera ordonné, sans le pouvoir refuser; lesquelles
garnisons seront payées de leur solde par lesdites Provinces-Unies: et
les capitaines et soldats, pardessus le serment général, en feront un
particulier à la ville ou province où ils seront posez, ce qui se
couchera ès articles de leur retenue. Aussi qu'il se tiendra tel ordre
et discipline entre tous gens de guerre, que les bourgeois et habitans
des villes et pays, tant ecclésiastiques que séculiers, ne soyent trop
chargez, ny fouliez outre raison. Lesquelles garnisons seront non plus
exemptes d'axes et impôts, que les bourgeois et communes des lieux où
ils seront mis, moyennant que la généralité de ladite bourgeoisie leur
paye leur argent de service et logis, comme il s'est faict jusqu'à
présent en Hollande.

»8º Et afin, qu'à toutes occurences et en tout temps on puisse estre
assisté des gens du pays, les habitans de chacune desdites
Provinces-Unies, èz villes et champs, feront tout au plus long, en
dedans un mois de la date de ceste, passez à monstre et couchez par
escrit, depuis les 18 jusqu'à 60 ans, afin que le nombre d'iceux
estant cogneu à la première assemblée des confédérez, il en soit
ordonné par plus grande asseurance et défense du pays, comme se
trouvera convenir.

»9º Nuls accordz ne traités de trèves ny de paix ne se pourront faire,
ny guerres se susciter, nuls impôts se lever, nulles contributions se
mettre sus, concernant la généralité de ceste union, que par l'advis
et commun consentement de toutes lesdites provinces. Et en toutes
autres choses touchant l'entretenement de ceste confédération et de ce
qui en dépend, on se réglera selon ce qui sera advisé et résolu par la
pluralité des voix des provinces comprises en ceste union, lesquelles
seront recueillies comme on a fait jusques à présent en la généralité
des estats, et ce, par provision, tant qu'autrement ne soit ordonné
par les dispositions communes des confédérez. Mais si ès dicts traitez
de trèves, paix, guerres, ou contributions, lesdites provinces ne se
sçavent accorder par ensemble, lesdits différends se remettront et
référeront, par provision, sur les gouverneurs et lieutenans qui sont
à présent ès dites provinces, lesquels accorderont les parties ou
décideront de leurs différends comme ils trouveront estre pour raison.
Et si lesdits sieurs gouverneurs et lieutenans ne convenaient point
par ensemble, ils pourront prendre tels adjoints et assesseurs non
partiaux que bon leur semblera, et seront les parties tenues
d'accomplir et entretenir ce qui par lesdits gouverneurs et lieutenans
aura esté, en manière que dessus, déterminé.

»10o Que nulles desdites provinces, villes ou membres ne pourront
faire aucune confédération ou alliance avec nuls sieurs ou pays de
leur voisinage, sans consentement de ces provinces unies et de leurs
confédérez.

»11º Trop bien est accordé que, si quelques sieurs princes ou pays
voisins desiroyent de s'adjoindre par alliance et confédération avec
les Provinces-Unies, que par l'advis et agréation de toutes ilz y
seront reçus et admis.

»12º Qu'au fait de la monnaie, assavoir au cours et évaluation des ors
et argents, toutes lesdites provinces auront à se conformer et régler
selon les ordonnances qui, à la première opportunité en seront
dressées, que l'une ne pourra changer ny altérer sans l'autre.

»13º Quant au point de la religion, ceux de Hollande et de Zélande s'y
comporteront comme bon leur semblera; et, au regard des autres
provinces de ceste union, elles se pourront gouverner en cela selon
le placart de l'archiduc Mathias, gouverneur général des Pas-Bas,
mesme par l'advis du conseil d'Estat et des estats généraux touchant
la liberté de religion. Ou bien elles pourront, soit en général ou en
particulier, y mettre tel ordre et réglement que, pour le repos de
leurs provinces, villes et membres particuliers, tant ecclésiastiques
que séculiers, en la conservation, chacune, de ses biens, droits et
prérogatives, ils trouveront mieux convenir, sans que par nulle autre
province, leur puisse en cela estre faict ny donné aucun destourbier
ou empeschement, demeurant un chacun libre en sa religion, sans qu'à
cause d'icelle personne ne puisse estre recherché, suyvant la
pacification de Gand.

»14º Que toutes personnes conventuelles et ecclésiastiques suyvant
ladite pacification, jouiront de leurs biens qui sont situez et assis
en aucune de ces provinces respectivement. Et s'il y avoit aucuns
ecclésiastiques, lesquels durant les guerres de Hollande et Zélande à
l'encontre des Espagnols estoyent sous le commandement desdits
Espagnols et se sont depuis retirez de leurs couvents ou colléges et
venus se rejeter en Hollande ou Zélande, qu'on leur fera, par ceux de
leursdits cloistres ou couvens, donner alimentation et entretenement
suffisant, leur vie durant, comme pareillement on fera à ceux de
Hollande et Zélande qui en sont sortiz et retirez en aucune de ces
provinces unies.

»15º Que pareillement sera donné l'alimentation et entretenement, leur
vie durant, selon la commodité du revenu de leurs cloistres ou
couvens, à toutes personnes de ces pays unis qui s'en voudront
départir, ou jà en sont départis, soit pour religion ou autre occasion
raisonnable: bien entendu qu'à ceux qui depuis la date de cestes se
voudront habituer èsdits cloistres et couvents et qui après en
voudroyent sortir, ne leur sera donné aucune alimentation, mais s'en
pourront retirer, si bon leur semble, en retenant à eux ce qu'ils y
auront apporté. Et que tous ceux qui présentement sont ès dits couvens
ou qui par cy-après y voudront entrer, demeureront libres en leur
religion, profession et habits, à la charge, qu'en tous autres cas,
ils soyent obéissans à leurs généraux.

»16º Et s'il advenoit, que Dieu ne veuille, qu'entre lesdites
provinces il y survint quelque malentendu, questions ou divisions, en
quoy elles ne sçauroient s'accorder, qu'icelles, si avant que le fait
touche une province en particulier, seront appoinctées et vuidées par
les autres provinces ou par celles que, d'entre elles, elles
voudroyent dénommer. Mais s'il touche toutes les provinces, en
général, cela se vuidera par les gouverneurs et lieutenans des
provinces, comme il est dit, article 9 cy-dessus, lesquels seront
tenus de faire droit aux parties, ou de les accorder, en dedans un
mois, ou en plus bref temps, si le cas le requiert, après en avoir
esté sommez et requis par l'une ou l'autre des parties; et ce qui par
les autres provinces, ou leurs députez, ou par lesdits gouverneurs ou
lieutenans aura esté dit et prononcé, sera suivi, et accompli, sans,
en ce, se pouvoir prévaloir d'aucune provision de droict, soit
d'appel, relief, revision, nullité ne autres prétentions, quelles
qu'elles soyent.

»17º Que lesdites provinces, villes et membres d'icelles se garderont
de donner aucune occasion de guerre ou noise à ceuls de leurs voisins,
princes, scieurs, pays, villes ou républiques; pour à quoy obvier
seront lesdites Provinces-Unies tenues de faire bon, bref droit et
expédition de justice, aussi bien aux forains et estrangers, qu'à
leurs sujets et citoyens. Et si aucune d'entre elles y estoit
défaillante, les autres, leurs confédérez, tiendront la main, par tous
moyens raisonnables, que cela soit fait, et que tous abus qui le
pourroient empescher ou retarder le cours de la justice soyent
corrigez et réformez, selon le droict et suyvant les priviléges et
anciennes coutumes d'icelles.

»18º Ne pourra nulle desdites provinces, villes ou membres, mettre sus
aucune imposition, argent de convoy, ny autre pareille charge, au
préjudice des autres, sans commun consentement de tous, ny surcharger
aucuns de ses confedérez plus avant que soy mesmes, ou ses habitans.

»19º Que pour mettre ordre à toutes choses occurrentes et aux
difficultez qui se pourroient présenter, lesdits confédérez seront
tenus, sur le mand et rescription qui leur sera faicte par ceux qui
seront autorisés quant à ce, de comparoistre en ladite ville
d'Utrecht, au jour qui sera limité, pour entendre à ce que par les
lettres de rescription sera exprimé, si la chose ne requiert d'estre
secrète, pour sur ce délibérer, et par commun advis et consentement,
ou par la pluralité des voix, y résoudre et ordonner, jaçoit qu'aucuns
ne comparussent pas: auquel cas, ceux qui comparaîtront, pendant ce
temps, procéder à la résolution et détermination de ce qu'ils
trouveront convenable et proufitable au bien public de ces
Provinces-Unies; et ce qui aura esté ainsi résolu s'accomplira mesmes
par ceux qui n'ont point comparu, ne fût que la chose fût de trop
grande importance et qu'elle pût souffrir le délayer; auquel cas, on
rescrivera à ceux qui ont esté défaillans de s'y trouver à certain
jour limité, à peine de perdre l'effet de leur voix, pour cette fois.
Et lors, ce qui aura été fait demeurera ferme et valable, ores
qu'aucunes desdites provinces ayant esté absentes; sauf qu'à ceux qui
n'auront eu le moyen de comparoistre, il leur sera loisible d'y
envoyer leurs advis par escrit, pour au recueil de toutes les voix, y
avoir tel regard qu'il appartiendra.

»20o Et à ces fins seront tous et chacun desdits confédérez tenus de
rescrire à ceux qui auront l'autorité, de faire assembler lesdites
Provinces-Unies, de toutes choses qui pourront occurrer et venir au
devant ou qui leur semblera tendre au bien ou au mal desdites
provinces et confédérez, pour sur ce les faire convoquer comme dessus.

»21º Et si avant qu'il s'y représente quelque obscurité ou ambiguité
par où pourroit naître dispute ou question, l'interprétation d'icelles
appartiendra auxdits confédérez qui, par commun advis les pourront
esclarcir et en ordonner ce que de raison. Et si sur icelles ils ne
tomboient d'accord, ils auront recours aux gouverneurs et lieutenans
des provinces, comme dict est.

»22º Comme pareillement s'il se trouvoit nécessaire d'augmenter on
diminuer quelque chose aux articles de cette union, confédération et
alliance en aucuns de leurs points, que cela se fera par commun advis
et consentement de tous lesdits confédérez, et non autrement.

»23º Tous lesquels poincts et articles et chacun d'eux en particulier
lesdites Provinces-Unies ont promis et promettent par cestes
d'accomplir et entretenir, sans y contrevenir ny souffrir y estre
contrevenu directement ou indirectement en aucune manière. Et si,
avant qu'aucune chose se face on attente au contraire par aucun
d'entre eux, que dès maintenant et pour lors, ils le déclarent nul et
de nulle valeur, obligeant à ce leurs personnes et tous les manans et
habitans respectivement desdites provinces, villes et membres,
ensemble tous leurs biens pour iceux en cas de contraventions estre,
par toutes places, pardevant tous seigneurs, juges et juridictions où
on les pourra recouvrer, saisir, arrestez et empeschez, pour l'effect
et accomplissement de ces présentes et de ce qui en dépend, renonçans,
à ces fins, à toutes exceptions, grâces, privilèges, relèvemens, et
généralement à tous bénéfices de droit qui, au contraire de cestes,
leur pourroient ayder et servir, et spécialement au droict qui dict
générale renonciation non valoir si la spéciale ne précède.

»24º Et pour plus grande corroboration seront tous gouverneurs et
lieutenans desdites provinces, qui y sont à présent, ou qui y pourront
estre en temps advenir, ensemble tous magistrats et hauts officiers
desdites provinces, villes ou membres, tenus de jurer et prêter le
serment d'entretenir et faire entretenir tous les poincts et articles
et chacun d'eux en particulier de ceste union et confédération.

»Comme pareillements seront tenus de faire le mesme serment tous corps
de confrairies ordinaires et compaignies bourgeoises en chacune
desdites villes et places de ladite union.

»De ce en seront dépeschés lettres en forme par les gouverneurs,
lieutenans, membres et villes des provinces, à ce spécialement
requises, soubsignées.

»Et fut ceste présente faite et soussignée en ladite ville d'Utrecht,
le 23 de janvier 1579.»


Après avoir reproduit le texte ci-dessus de l'union d'Utrecht, Lepetit
(_Gr. chron. de Holl. et Zél._, t. II, p. 376) dit:

«Le 4e de février ensuyvant, ceste union fut signée par ceux de Gand;
le 3e de may, par le prince d'Orange, en Anvers; le 11e de juin, par
George de Lalain, comte de Remberghes, gouverneur de Frise,
d'Overyssel et Groningue et des Ommelandes. Après, ceux d'Anvers
suivirent ceux de Bruges, de Bréda, et plusieurs autres.--Tout ceci se
faisoit tandis que ceux d'Artois, de Hainaut, Lille, Douay Orchies,
tramoient leur désunion et pourchassoient leur réconciliation
particulière vers le prince de Parme, lors campé devant Maëstricht,
s'excusant vers les autres confédérez, qu'ils ne pouvoient souffrir
aucune altération de la religion romaine.»


XVII

     Petri Foresti opera omnia.--Observat. et curat. medic. de
     febribus,
       lib. 2, observ. 4. (Francof. 1660, et Lugd. Batav., 1593.)

Illustriss. Dominus princeps Auraïcus, cum per hyemem Delphis ageret,
et in stupha longo tempore degeret, apertis sæpe fenestris, quæ ad
turrim templi antiqui spectabant, unde ventus perpendicularis et ex
parte Borealis intrabat, ita ut in gutturis inflammationem incideret,
quam et valida febris subsequebatur, cùm aliquantulum inhoeruisset:
quæ per viginti quatuor horas tantùm duravit, febre non ampliciis
redeunte, licet vires utcumque ex valida illa febre dejectæ fuerint.
Utebatur autem tunc gargarismo quodam sibi familiari in eodem gutturis
malo, quo alias commode uti solebat ab ejusdem _generosissima uxore_
confecto... Verum cùm inde nihil juvaminis sentiret, _27 januarii anno
1581_ Excellentia sua me vocavit. (Suit l'exposé du traitement de la
maladie.)--Fuitque istis remediis illustriss. Dominus princeps magna
cum nostra laude curatus, ut postea validus ac robustus Amstelrodamum
accesserit. Cùmque Excellentissimus Dominus princeps _tertio julii_
rediisset, ejusque Excellentiam, _tùm Dominam ejus uxorem
generosissimam Carolam_, ex stemmate nobilissimo Borboniorum ortam,
strenuissimi Ducis Monpenserii filiam, in Haghà Comitis salutarem, ea
ipsa admodum liberalis duobus scyphis deauratis me donavit, pigans
æternæ memoriæ gratitudinis post se relinquens.


XVIII

     Déclaration des états généraux des Provinces-Unies du 26 juillet
     1581, moins le préambule, qui a été déjà reproduit au chap. IX.
       (Lepetit, _Chronique de Hollande et Zélande_, t. II, p. 428
       et suiv.)

«Or, il est ainsi que le roy d'Espagne, après le trespas de feu, de
haute mémoire, l'Empereur Charles cinquiesme, son père, de qui luy
sont transportés tous ces pays, oubliant les services que, tant sondit
père que luy mesme avaient receu de ces pays et inhabitans d'iceulx,
par lesquels principalement le roy d'Espagne avoit obtenu si
glorieuses et mémorables victoires contre ses ennemis, que son nom et
puissance en estoient renommez et redoubtez par tout le monde;
oubliant aussi les admonitions lesquelles ladite majesté impériale luy
avoit par cy-devant faites: au contraire a donné audience, foi et
crédit à ceux du conseil d'Espagne estans lez luy, ayant ledit conseil
conçu une haine secrète contre ces pays et leur liberté; pour autant
qu'il ne leur étoit permis d'y commander et les gouverner, ou de
servir en iceux les pricipaux estats et offices, ainsi qu'ils sont au
royaume de Naples, Sicile, Milan, aux Indes, et autres pays sujets à
la puissance du roy: estant aussy amorcez de la richesse desdits pays,
à la plus part d'entre eux bien cognue. Ledit conseil, ou mesme des
principaux d'iceluy, ont par diverses foys remonstré au roy que, pour
sa réputation et plus grande autorité de Sa Majesté, il valoit mieux
conquester de nouveau ces Pays-Bas, pour alors y pouvoir commander
librement, à son plaisir, et absolutement, c'est-à-dire, tyranniser, à
sa volonté, que de les gouverner sous telles conditions qu'il avoit, à
la réception de la seigneurie desdits pays, juré d'observer.

»Le roy d'Espagne suyvant depuis lors ce conseil, a cherché tous
moyens pour réduire ces pays, les despouillant de leur ancienne
liberté, en servitude, sous le gouvernement des Espagnols. Ayant, sous
prétexte de la religion, premièrement voulu mettre ez principales et
plus puissantes villes nouveaux évesques, les dotant de
l'incorporation des plus riches abbayes, adjoustant à chacun évesque
neuf chanoines pour luy servir de conseillers, dont les trois auroient
la charge péculière de l'inquisition; par laquelle incorporation
lesdits évesques, estant ses créatures à sa dévotion et commandement
(qui eûssent peu estre choisis aussi bien d'estrangers que de naturels
du pays) auroient le premier bien et la première voix ez assemblées
des estats desdits pays: et par l'adjonction desdits chanoines, auroit
introduit l'inquisition d'Espagne, laquelle, de tout temps, a esté en
ces pays en aussy grande horreur et autant odieuse comme l'extrême
servitude mesmes, ainsi qu'il est notoire à un chacun; tellement que
la majesté impériale l'ayant autrefois mise en avant à cesdits pays,
icelle, moiennant les remontrances faictes à Sa Majesté, cessa de plus
la proposer, monstrant en cela la grande affection qu'il portoit à ses
subjectz.

»Mais nonobstant diverses remontrances faites au roy d'Espaigne, tant
par les provinces et villes particulières, que par aulcuns des
principaux seigneurs du pays, nommément par le baron de Montigny, et
depuis par le comte d'Egmont, qui, par consentement de la duchesse de
Parme, alors régente d'iceux pays, par advis du conseil d'Estat et de
la généralité, ont, à ces fins, successivement esté envoyés en
Espaigne. Et nonobstant aussy que le roy leur auroit, de bouche, donné
espoir que, suivant leur requeste, il pourvoiroit au contentement du
pays. Si est-ce toutefois que par lettres il a fait puis après tout
le contraire; commandant bien expressément et sous peine d'encourir
son indignation, de recevoir incontinent les nouveaux évesques et de
les mettre en possession de leurs évêchez et abbayes incorporées:
d'effectuer l'inquisition, où elle avoit auparavant esté encommencée à
pratiquer, et d'obéyr et ensuivre les décrets et statuts du concile de
Trente, lesquels, en divers points, contrarient aux priviléges du
pays.

»Ce qu'estant venu à la cognoissance de la commune, a donné juste
occasion d'une grande altération entre eux et grandement diminué la
bonne affection, laquelle, comme bons sujets, ils avoyent de tout
temps portée au roy et à ses prédécesseurs; car ils mettoient
principalement en considération que le roy ne prétendoit pas tant
seulement tyranniser sur leurs personnes et biens, mais aussi sur
leurs consciences, desquelles ils n'entendoient estre responsables ou
tenus d'en rendre compte qu'à Dieu seul.

»A cette occasion, et pour la pitié qu'ils avoient du pauvre peuple,
les principaux de la noblesse du pays exhibèrent, l'an 1566, certaine
remonstrance, par forme de requeste, suppliant par icelle, pour
apaiser la commune, et éviter toutes émotions et séditions, qu'il
pleust à Sa Majesté, monstrant l'amour et affection que, comme prince
benin et clément, il portoit à ses sujets, de modérer lesdits points,
et signamment ceux qui concernoient la rigoureuse inquisition et
supplices pour le fait de la religion.

»Et pour remonstrer le mesme plus particulièrement au roy et avec plus
d'autorité et luy donner à entendre combien il estoit nécessaire pour
le bien et prospérité du pays, et pour le maintenir en repos et
tranquillité, d'oster les susdites nouvelletez et modérer la rigueur
des placarts publicz sur le faict de la religion: Se sont ledit
marquis de Berghe et ledit baron de Montigny, à la requeste de ladite
dame la régente, du conseil d'Estat et des estats généraux de tous les
pays, comme ambassadeurs, acheminez vers Espagne, là où le roi, au
lieu de leur donner audience et pourvoir aux inconvéniens par eux
remontrez (lesquels, pour n'y avoir remédié à temps, comme l'urgente
nécessité le requéroit, s'estoient desjà en effect commencé à
descouvrir par tout le pays entre la commune), par instinct,
persuasion et sentence du conseil d'Espagne il a fait déclarer
rebelles et coupables du crime de lèze-majesté tous ceux qui avoient
faict ladite remonstrance, et d'avoir forfait corps et biens.

»Et pardessus ce, pensant estre totalement asseuré desdits pays par
les forces et violence du duc d'Alve et les avoir réduits sous sa
plénière puissance et tyrannie, il a fait, puis après, contre tout
droit des gens (de tout temps inviolablement observé, mesmes entre les
plus barbares et cruelles nations et princes les plus tyranniques),
emprisonner et mourir lesdits seigneurs ambassadeurs, confisquant tous
leurs biens.

»Et nonobstant que toute la susdite altération survenue l'an 1566, à
l'occasion que dit est, eût été quasi assoupie par la régente et ceux
de sa suite, et que la plus grande part de ceux qui s'étaient
présentés devant elle pour la liberté du pays se fûssent retirés, ou
eûssent été déchassés, et les autres assujétis: ce néantmoins, pour ne
négliger l'opportunité que ceux du conseil d'Espagne avoient si
longtemps cherchée et espérée, selon qu'ouvertement donnèrent à
cognoistre les lettres interceptées, audit an 1566, de l'ambassadeur
d'Espagne, nommé d'Alava, escrites à la duchesse de Parme, pour avoir
moyen, sous quelque prétexte, d'abolir tous les priviléges du pays et
de le pouvoir faire gouverner tyranniquement par les Espagnols, comme
ils faisoyent les Indes et autres pays par eux de nouveau conquestez,
il a par l'instruction et conseil desdits Espagnols, monstrant en cela
le peu d'affection qu'il portoit à ses sujets de ces pays,
contrevenant à ce qu'il estoit obligé, comme leur prince, protecteur
et bon pasteur, envoyé en ces pays le duc d'Alve, fort renommé pour sa
rigueur et cruauté, l'un des principaux ennemys des mesmes pays,
accompagné d'un conseil de personnes de mesme naturel et humeur que
lui.

»Et combien que ledit duc d'Alve soit entré en ce pays avec son armée,
sans aucune rencontre ny empeschement, et qu'il ayt esté receu des
povres inhabitans avec toute révérence et honneur, n'en attendant que
toute bénignité et clémence, suyvant ce que le roy leur avoit tant de
fois promis par ses lettres fainctement escrites, voire mesme qu'il
estoit délibéré de se trouver en personne au pays et d'y venir donner
ordre à tout, au contentement d'un chacun.

»Ayant iceluy roy, outre cela, au temps du parlement du duc d'Alve
pour venir par deçà, fait armer, aux costes d'Espagne, une flotte de
navires pour l'amener icy, et une autre en Zélande pour l'aller
rencontrer et recevoir, comme il en faisoit courir le bruit, aux
grands frais et dépens du pays: pour tant mieux amuser et abuser les
povres sujets et plus facilement les attirer en ses filets.
Nonobstant quoy, iceluy duc d'Alve, incontinent après sa venue, bien
qu'il fûst estranger, nullement de sang royal, déclara qu'il avait
commission du roy, de grand capitaine, et, peu après, de gouverneur
général de ces pays: chose du tout contraire aux priviléges et anciens
usages d'iceux. Et descouvrant suffisamment ses desseins, mit
subitement garnison éz principales villes et forteresses du pays, fit
bastir aux plus puissantes et riches villes des citadelles, pour les
tenir en sujétion. Et par charge du roy, comme il disoit, appela
aimablement vers luy, tant par lettres qu'autrement, les principaux
seigneurs du pays, sous prétexte d'avoir affaire de leurs conseils et
assistance pour le bien et service du roy et des pays.

»Après quoy il fit appréhender prisonniers ceux qui, ayant donné foy à
ses lettres, s'étoient venus présenter: qu'il a, contre les
priviléges, fait mener hors du pays de Brabant, où ils avaient esté
appréhendez, faisant pardevant lui et son conseil, encores qu'ils ne
fûssent juges compétens, instruire leur procès. Et devant qu'ils
fûssent instruits et les seigneurs accusez, pleinement ouys en leur
défense, jugez avoir commis crime de perduellion, les faisant
publiquement et ignominieusement mettre à mort.

»Les autres, qui, pour mieux recognoistre les faintises des Espagnols,
s'estoyent retirez et tenus hors du pays, déclarez rebelles, et
d'avoir commis crime de lèze-majesté, d'avoir forfait corps et biens,
et comme tels, confisqué tout ce qu'ils avoient pardeçà; le tout, afin
que les povres inhabitans ne s'en pûssent ayder, en la juste défense
de leur liberté contre l'oppression des Espagnols et de leurs forces,
à l'assistance desdits seigneurs et princes; pardessus une infinité
d'autres gentilshommes et notables bourgeois, lesquels il a en partie
fait mourir et en partie déchassez, pour confisquer leurs biens:
travaillant le reste des bons inhabitans tant par fourragement de
soldats, qu'autres outrages, en leurs femmes, enfans et biens: comme
aussi par diverses exactions et tailles; les contraignant de
contribuer tant aux bastimens des nouvelles citadelles et
fortifications des villes, qu'il fit à leur oppression, que de fournir
centiesmes et vingtiesmes deniers, pour le paiement des soldats, en
partie par luy amenez et en partie par luy levez de nouveau, pour les
employer contre leurs compatriotes; et ceux qui, au danger de leur
vie, se hazardoient à défendre la liberté du pays, afin qu'aux sujets
ainsi appauvris il ne restât aucun moyen pour empescher ses desseins,
et mieux effectuer l'instruction qui lui avoit esté baillée en
Espagne, à sçavoir de traiter ces pays comme nouvellement conquis.

»A laquelle fin, il changea pareillement, en aucuns lieux et villes
principales l'ordre du gouvernement et de la justice, érigea nouveaux
consaux, à la manière d'Espagne, directement contre les priviléges du
pays.

»Et finalement s'estimant hors de toute crainte, voulut par force
introduire certaine imposition d'un dixième denier sur toutes sortes
de marchandises et manufactures, à la totale ruine de la commune, de
laquelle le bien et la prospérité consiste, la plupart, au trafique et
manufactures; et ce, nonobstant une infinité de remonstrances faites
au contraire, tant par chacune des provinces en particulier, que de
toutes, en général; ce que par violence il auroit ainsi effectué, si
ce n'eust esté que, bientost après, par le moyen de monseigneur le
prince d'Orange et de bon nombre de gentilshommes et autres natifs de
ces pays, bannis par ce duc d'Alve, suivant le party dudit seigneur
prince et estant pour la pluspart en son service, et autres inhabitans
affectionnez à la liberté de leur patrie, les provinces de Hollande et
de Zélande ne se fûssent révoltées et mises sous la protection dudit
seigneur prince.

»Contre lesquelles deux provinces ledit duc d'Alve a depuis, durant
son gouvernement, et après lui, le grand commandeur de Castille,
envoyé en son lieu par le roy, non pour adoucir et modérer quelque peu
la tyrannie de son prédécesseur, mais pour la poursuivre plus
couvertement et cauteleusement qu'il n'avoit fait, contraint les
provinces, qui par leurs garnisons et citadelles étoient réduites sous
le joug espagnol, d'employer leurs personnes et tous leurs moyens pour
aider à les subjuguer, sans toutefoys en rien soulager lesdites
provinces, ainsi en les traitant comme ennemis, présentant aux
Espagnols, sous ombre d'une mutinerie, à la vue dudit commandeur,
d'entrer par force en la ville d'Anvers, y séjourner l'espace de six
semaines, vivans à discrétion, à la charge des povres bourgeois, les
contraignant pardessus ce, pour estre deschargez de leurs violences,
de fournir la somme de quatre cent mille florins pour le paiement de
la solde desdits Espagnols. Quoy fait, lesdits soldats prenans par la
connivence de leurs chefs, tant plus de hardiesse, se sont avancez de
prendre ouvertement les armes contre le pays: tâchans premièrement de
surprendre la ville de Bruxelles, et au lieu du siége ancien et
ordinaire des princes de pardeçà, faire illec un nid de leurs rapines;
ce que, en leur succédant selon leur dessein, prinrent par force et
violence la ville d'Alost, et tost après forcèrent la ville de
Maëstricht. Et depuis estant violemment entrez en la ville d'Anvers,
l'ont pillée, saccagée et mise à feu et à sang, et ainsi traitée, que
les plus barbares et cruels ennemis d'un pays n'en auroient sceu faire
davantage ne pire: au dommage indicible non seulement des povres
inhabitans, mais quasi de toutes les nations du monde, qui avoyent
illec leurs marchandises, debtes et argent.

«Et combien que lesdits Espagnols, par ordonnance du conseil d'Estat,
auquel le roy, par le trespas advenu dudit grand commandeur peu
auparavant avait conféré le gouvernement général du pays, fûssent, en
la présence mesme de Jéronimo de Rhoda, déclairez et publiez ennemis
du pays, ledit de Rhoda toutefois, de son autorité privée, comme il
est à présumer en vertu de certaine secrète instruction qu'il avoit
d'Espagne, entreprist d'estre chef desdits Espagnols et de leurs
adhérens; de manière que, sans respecter ledit conseil d'estat, il
usurpa le nom et authorité du roy, contrefit son sceau et se porta en
gouverneur et lieutenant du roy en ces pays.

«Ce qu'au mesme instant esmeut les estats d'accorder avec mondit sieur
le prince d'Orange et les estats de Hollande et Zélande; lequel accord
a par ledit conseil d'Estat, comme légitimes gouverneurs, esté
approuvé, pour, conjoinctement et de main commune, faire la guerre aux
Espagnols, communs ennemis de la patrie et les déchasser de ces pays;
sans toutefois que comme bons sujets ils aient entretant obmis par
diverses remonstrances et humbles requestes de pourchasser avec toute
diligence, par tous moyens convenables et possibles vers le roy: qu'en
prenant égard aux fautes, troubles et inconvéniens déjà survenus et
apparentement encore à suivre, il luy plût faire sortir les Espagnols
hors de ces pays, et premièrement ceux qui auroient esté cause des
saccagemens et ruines des principales villes de son pays, et d'autres
innumérables forces et violences que ses povres sujets avoient
souffert, à la consolation et soulagement de ceux qui les avoient
endurez, et à l'exemple de tous autres.

«Si est-ce nonobstant que le roy encores qu'il fît semblant par
paroles que ce qui estoit advenu luy desplaisoit et estoit contre son
gré, et qu'il avoit intention d'en punir les chefs et auteurs et de
vouloir pourvoir et donner ordre avec toute clémence au repos du
pays, comme il appartenoit à un prince bénin, n'a pas seulement
négligé de faire la punition dudit chef et auteurs, ains au contraire,
comme assez il appert que tout estoit avec son consentement et
préalable délibération de son conseil d'Espagne, ainsi que certaines
lettres siennes, peu après interceptées ont donné pleine foy: par
lesquelles estoit escrit audit Rhoda et aux autres capitaines, auteurs
du mal, que le roy non seulement ne blâmoit point leur fait, mais le
trouvoit bon et le prisoit, promettant les récompenses, signament
ledit Rhoda, comme ayant fait un singulier service; ce qu'à son retour
en Espagne et à tous autres ministres de sa tyrannie exercée en ces
pays il auroit par effet démontré.

»Au mesme temps aussy, le roy pensant de tant mieux esblouyr les yeux
de ses sujets, envoya en ces pays, pour gouverneur général, son frère
bastard, dom Juan d'Autriche, comme estant de son sang; lequel sous
prétexte de déclarer aux estats qu'il trouvoit bonne et approuvoit la
pacification faite à Gand, promit de faire sortir les Espagnols, de
faire punir les auteurs des violences et désordres advenus en ces
pays, et de mettre ordre au repos général et réintégration de leur
ancienne liberté: tascher de séparer lesdits Estats et de subjuguer un
pays et l'autre après.

»Par permission et providence de Dieu, ennemy de toute tyrannie, il
fut découvert, par l'interception de certaines lettres, qu'il avoit
charge du roy de se reigler en ces pays suyvant l'instruction qui luy
seroyt donnée par Rhoda; et, pour couvrir telle chose, le roy
défendoit à dom Juan et à Rhoda de ne s'entrevoir ou parler l'un à
l'autre; luy commandant de se comporter avec les grands et principaux
seigneurs avec toute bénignité et bénévolence, pour gagner leurs
affections: jusques à ce que, par leur assistance et moyen, il eût pû
réduire la Hollande et Zélande, pour après faire sa volonté des autres
provinces. Sur quoy aussy dom Juan, nonobstant qu'il avoit
solennellement juré, en présence de tous les estats du pays,
d'observer ladite pacification de Gand, contrairement à cela, chercha
par le moyen de leurs colonels, lesquels il avoit déjà à sa dévotion,
toutes manières pour, par grandes promesses, gagner les soldats
allemands, lesquels estoient alors en garnison et avoient en garde les
principales villes et forteresses du pays, desquels par ce moyen il se
fit maistre; comme déjà, par l'induction de leurs colonels, il les
avoit gagnez et attirez, se tenant assuré des places par eux
occupées: pour, par ce moyen, forcer ceux qui ne se voudroient joindre
avec luy à faire la guerre au prince d'Orange et à ceux de Hollande et
Zélande; par ainsi susciter une plus sanglante et cruelle guerre
intestine, qu'elle n'avoit esté auparavant.

»Mais comme toutes choses qui se traitent fainctement, couvertement et
par dissimulation ne peuvent longtemps demeurer cachées, venant les
menées de don Juan à estre descouvertes, comme qu'il sceut effectuer
ce qu'il avoit désigné, il ne sceut mener ses conceptions et
entreprises à la fin qu'il prétendoit.

»Ce nonobstant, toutefois, il suscita nouvelle guerre laquelle dure
encore jusques à présent, au lieu d'un repos et paix assurée, dont, à
son arrivée, il se vantoit tant.

»Lesquelles susdites raisons nous ont donné assés d'occasions pour
deschasser le roy d'Espagne, et de chercher un autre puissant et benin
seigneur pour ayder à deffendre ces pays et les prendre en sa
protection. Et ce, d'autant plus que lesdits pays ont desjà receu
telles foules, souffert tels outrages, et ont esté délaissez et
abandonnez par leur prince jà par l'espace de plus de vingt ans,
durant lesquels les habitans ont esté traitez, non comme sujets, mais
comme ennemis; leur propre prince et seigneur s'efforçant de les
ruiner par force d'armes.

»En outre, après le trespas de don Juan, ayant envoyé le baron de
Selles, lequel, sous prétexte de mettre en avant quelques moyens
d'accord, déclaira suffisamment que le roy ne vouloit advouer la
pacification faite à Gand, laquelle toutefois dom Juan avoit juré en
son nom de maintenir, mettant ainsi, de jour à autre, plus graves
conditions d'accord.

»Nonobstant quoy, nous n'avons, pour nous acquitter de nostre devoir,
voulu laisser, par humbles remonstrances escrites, y employant mesme
la faveur et intercession des principaux seigneurs et princes de la
chrestienté, et par tous moyens, continuellement et sans intermission,
de chercher à nous réconcilier et accorder avec le roy.

»Ayant aussi eu dernièrement bien longtemps noz députez à Coulogne,
espérans _illec_, par intercession de la majesté impériale et des
seigneurs princes électeurs estant à ce entremis, d'impétrer une paix
assurée, avec quelque gracieuse et modérée liberté de la religion
(laquelle concerne principalement Dieu et les consciences) selon que
la constitution des affaires du pays le requéroit pour lors.

»Mais nous avons finalement trouvé par expérience, que par icelle
remonstrance et communication à Coulogne ne pouvions rien obtenir du
roy, et que ladite communication estoit seulement pratiquée et servoit
pour désunir les provinces et les mettre en discord, pour tout plus
facilement vaincre et subjuguer l'un devant, et l'autre après, et
exécuter contre icelles leurs premiers desseins.

»Ce qui est depuis évidemment apparu par certain placard de
proscription que le roy fit publier, par lequel nous et tous les
habitans desdites Provinces-Unies, officiers d'icelles et tenant leur
party, sont déclairez rebelles, et pour tels, avoir forfait, corps et
biens, promettant en oultre grande somme de deniers à celuy qui
tueroit ledit seigneur prince; le tout, pour rendre odieux les propres
habitans, empescher leur navigation et trafique, et les mettre en un
extrême désespoir: tellement que, désespérant totalement de tous
moyens de réconciliation, et destituez de tout autre remède et
secours, avons, suivant la loy de nature, pour la tuition et deffence
de noz (et des autres habitans) droits, priviléges et anciennes
coustumes, et de la liberté de la patrie, la vie et l'honneur de nous,
nos femmes et enfans, et postérité, afin qu'ils ne viennent à tomber
en la servitude des Espagnols, délaissant à bon droit le roy
d'Espagne, esté contraints de trouver et practiquer autres moyens,
tels que, pour nostre plus grande sûreté et conservation de nos
droits, privilèges et libertés susdites, avons advisé le mieux
convenir.

«Sçavoir faisons que, toutes les choses susdites considérées, et
pressez de l'extrême nécessité, comme dit est, avons, par commun
accord, délibération et consentement, déclaré, etc., etc., etc.»



XIX

     Circonstances qui déterminèrent Jauréguy à attenter à la vie du
     prince d'Orange.
      (De Thou, _Hist. univ._, t. VI, p. 178 à 180.)


«Depuis la proscription du prince d'Orange, Jean d'Ysunca, Biscayen,
natif de la ville de Victoria, qui avoit été autrefois commissaire des
vivres aux Pays-Bas, cherchoit continuellement quelque moyen d'avancer
sa fortune. Pendant qu'il étoit occupé de cette pensée, il apprit que
Gaspard d'Annastro, son compatriote, qui faisoit depuis longtemps la
banque à Anvers, étoit sur le point de faire banqueroute. Il crut que
dans le désordre où étoient ses affaires il ne seroit pas difficile de
l'engager à quelque coup hardi.

»Il y avoit environ dix mois qu'il lui avoit écrit de Lisbonne, et il
l'avoit depuis fait solliciter par ses émissaires d'entreprendre une
chose qui lui seroit, disoit-il, aussi honorable qu'utile, qui
tourneroit à la gloire de Dieu, que le prince d'Orange attaquoit par
son hérésie, et à la tranquillité des Pays-Bas qu'il troubloit par sa
révolte. Et, pour l'encourager, il lui envoya un brevet du roi, qui
lui promettoit, après l'action, quatre-vingt mille ducats, argent
comptant, une commanderie de Saint-Jacques, et une fortune éclatante.

»Annastro, effrayé du péril auquel il s'exposeroit, balança longtemps;
mais enfin ses malheurs augmentant tous les jours, il prend conseil de
son désespoir, s'ouvre à son caissier, nommé Antoine de Venero, natif
de Bilbao, et, après lui avoir découvert le mauvais état de ses
affaires, il lui communiqua la proposition d'Ysunca. Il fondoit en
larmes en lui parlant; et Venero, touché des malheurs de son maître,
laissa aussi tomber des larmes. Cependant la proposition lui fit
horreur, soit par la vue du péril, soit par un motif de conscience.

»Annastro, voyant que Venero ne s'offroit point à le servir, lui
demanda s'il croyoit que Jean de Jauréguy fût disposé à entreprendre
un coup pareil. Ce Jauréguy, qui servoit à la banque, étoit un jeune
homme d'environ vingt ans, d'un caractère sombre et opiniâtre; ce qui
faisoit juger à son maître que, s'il se déterminoit une fois, il ne
reculeroit pas.

»Venero lui en fit un scrupule, et lui demanda si, en conscience, il
pouvoit exposer un jeune étourdi à une mort certaine. Mais Annastro
soutint que, le prince d'Orange ayant été déclaré criminel de
leze-majesté et proscrit par le prince qui a droit de suppléer à la
loi, il étoit permis à tout le monde de le tuer, comme un homme
justement condamné, qu'il avoit consulté les théologiens d'Espagne et
qu'ils lui avoient répondu qu'il n'y avoit point de difficulté;
qu'ainsi il ne lui restoit aucun scrupule sur cet article.

»Aussitôt, ayant renvoyé Venero, il fait venir Jauréguy et, jetant un
grand soupir, à son abord: «--Si je ne connaissois, dit-il, votre
fidélité, votre constance et votre piété sincère, je ne m'adresserois
pas à vous, dans l'état malheureux où sont les affaires publiques et
les miennes. Vous voyez encore mes yeux tout rouges et baignés de
pleurs, et je crois que vous n'en ignorez pas la cause; car je
remarque depuis longtemps que vous êtes sensible aux outrages que l'on
fait à notre souverain, et que, quoique vous soyez né en Espagne aussi
bien que moi, vous ne laissez pas d'être touché des maux de ces
provinces, qui sont à notre égard, comme une seconde patrie. J'ai vû
d'ailleurs que vous plaigniez sincèrement mon sort et que vous étiez
touché de me voir réduit à un état si malheureux par la faute et par
le malheur d'autrui. Il y a longtemps que je cherche quelque moyen de
me tirer de l'abyme où je suis: mais enfin voici une occasion que
m'offre la Providence. Vous pouvez, si vous avez du courage, délivrer
votre roi, votre patrie, et votre maître. Considérez qui est la cause
et l'auteur de tous nos maux: c'est sans doute le prince d'Orange,
qui, après avoir violé la foi qu'il devoit à Dieu, vient de renoncer
hautement à celle qu'il avoit jurée à son roi. Quoique proscrit, comme
il le méritoit, il a eu l'insolence de publier un écrit injurieux, où
il ose attaquer le nom et la majesté de son prince; et, pour comble
d'attentat, après avoir fasciné les esprits par ses manières
populaires, il vient de donner aux habitans du pays un prince étranger
pour souverain. Notre roi l'a donc justement condamné à mort. C'est de
cet homme qu'il faut nous défaire, si nous voulons nous acquitter de
ce que nous devons à Dieu, au roi et à la patrie. Le roi promet de
grandes récompenses; mais j'en suis moins touché, quoiqu'elles
puissent être utiles pour mes affaires et pour les vôtres, que du
devoir que notre conscience nous impose. Il me semble qu'elle nous
reproche notre lâcheté, disons plus, notre perfidie, si nous laissons
vivre plus longtemps un tyran, ennemi de Dieu et des hommes, et qui
est né pour le malheur et pour la ruine de ces provinces.»

»En parlant ainsi, il fondoit en larmes, et, jugeant à la mine du
jeune homme et à son regard fixe, qu'il entroit dans ses vues, il se
jeta à son cou et l'embrassa étroitement.

»Jauréguy aussitôt lui répondit avec un air intrépide: «--Je suis tout
prêt; me voilà affermi dans un dessein que je méditois depuis
longtemps. Je méprise le péril et les conditions; je n'en veux aucune,
et je suis résolu à mourir. Voyez seulement de quelle arme je dois me
servir. Comme je n'ai pas l'usage des armes à feu, je serai plus sûr
avec le fer. Je ne vous demande qu'une grâce: c'est de prier Dieu pour
moi, d'obtenir du roi qu'il fasse du bien à mon père, et qu'il ne
laisse pas mourir ce vieillard dans la misère.

»--Je loue votre résolution et votre fermeté, interrompit Annastro;
mais il faut que vous ayez une meilleure idée du succès: j'espère que
vous vivrez et que vous jouirez de la gloire qu'une si belle action
vous promet. Comptez sur l'efficacité des prières et des voeux dont je
vais vous montrer des copies.»

»Aussitôt il remplit ses tablettes d'enchantemens et de billets
superstitieux, conçus en forme de prières; mais surtout il y glisse un
écrit sur lequel il comptoit beaucoup plus que les prétendus secrets
de la magie; et il eut soin de le disposer de manière qu'on ne pouvoit
s'empêcher de le lire dès qu'on tenoit les tablettes. Par cet écrit on
promettoit, au nom du roi, que si le magistrat de quelque ville que ce
fût traitoit bien celui qui auroit tué le prince d'Orange, cette ville
obtiendroit du roi toutes les grâces qu'elle voudroit demander.
Annastro, qui craignoit quelque remords de la part de ce jeune
furieux, dès qu'il seroit de sang-froid, étoit bien aise de lui faire
espérer l'impunité.

»Cette ruse lui réussit; et Jauréguy, persistant dans sa résolution,
entreprit de l'exécuter, au dimanche, 18 de mars.

»Annastro était sorti de la ville, le mardi d'auparavant: ayant passé
à Bruges, à Dunkerque et à Gravelines, il s'étoit rendu à Tournai.

»Le jour que Jauréguy avoit pris étant arrivé, il se confessa à
Antoine Timmermann, autrefois dominicain, qui avait coutume de dire la
messe en secret dans la maison d'Annastro et de faire des conférences
de piété pour lui et de ses domestiques. A la fin de sa confession,
ce forcené ajouta qu'il avoit résolu de tuer le prince d'Orange, pour
délivrer les Pays-Bas de la tyrannie et de l'hérésie. Timmermann
approuva ce dessein, pourvu que ce ne fût point l'avarice qui
conduisît sa main, mais la gloire de Dieu, le service du roi, et le
bien de sa patrie. A cette condition, il fut absous de ses péchés, et,
après la messe, il reçut l'Eucharistie.

Jauréguy dit ensuite à Venero qu'il alloit exécuter son projet, il but
un coup d'un vin étranger, et se rendit à la citadelle, où logeoit le
prince d'Orange.»


FIN



TABLE DES CHAPITRES


  CHAPITRE PREMIER

  Charlotte de Bourbon, que ses parents, le duc et la duchesse de
    Montpensier, ont destinée à la vie monastique, est confinée
    par eux, dès son bas âge, dans l'abbaye de Jouarre, dont ils
    veulent qu'elle ait, un jour, la direction.--Aversion de
    Charlotte pour le régime du cloître.--Menaces et violences
    employées à son égard.--Scène sacrilège du 17 mars 1559, dans
    laquelle le rôle d'abbesse de Jouarre lui est imposé.--Sa
    protestation, par acte authentique, contre la contrainte
    qu'elle a subie, et témoignages des religieuses de Jouarre à
    l'appui de sa protestation.--La duchesse de Montpensier se
    repent de la dureté de ses procédés envers Charlotte.--Mort
    de la duchesse, en 1561.--Maintenue à Jouarre par
    l'opiniâtreté de son père, Charlotte n'exerce, des fonctions
    d'abbesse, que celles qui se concilient avec les
    enseignements du pur Évangile, qu'elle a été amenée à
    connaître par ses relations avec quelques-unes des hautes
    personnalités du protestantisme, telles, notamment, que sa
    soeur, la duchesse de Bouillon, et Jeanne d'Albret, reine de
    Navarre.--Le duc de Montpensier épouse, en secondes noces,
    Catherine de Lorraine.--Désormais maîtresse de ses actions,
    Charlotte de Bourbon confie à la duchesse de Bouillon et à la
    reine de Navarre sa résolution de quitter l'abbaye de
    Jouarre.--L'une et l'autre l'approuvent et lui assurent une
    retraite auprès de l'électeur palatin, Frédéric III, et de
    l'électrice.--En février 1572, Charlotte de Bourbon sort pour
    toujours de l'abbaye de Jouarre et se rend à Heydelberg, où
    elle est favorablement accueillie.--Lettre de Frédéric III au
    duc de Montpensier.                                              1

  CHAPITRE II

  Colère et menaces du duc de Montpensier à la nouvelle du départ
    de sa fille.--Sa réponse à la lettre de l'électeur
    palatin.--Une information judiciaire a lieu à Jouarre.
    Dépositions importantes des religieuses.--Négociations
    entamées à Heydelberg pour obtenir le renvoi de Charlotte de
    Bourbon en France.--Fermeté de l'électeur.--Lettre de Jeanne
    d'Albret.--Charlotte demeure à Heydelberg sous la protection
    de l'électeur et de l'électrice.--Dernière lettre de Jeanne
    d'Albret à Charlotte.--Douleur de celle-ci en apprenant la
    mort de la reine de Navarre, et, bientôt après, les massacres
    de la Saint-Barthélemy.--Charlotte vient en aide aux Français
    qui se réfugient à Heydelberg.--Ses procédés généreux à
    l'égard de l'apostat Sureau du Rosier.--Ses intéressantes
    relations avec Pierre Boquin, Doneau, François Dujou,
    Jean Taffin et autres personnages distingués, ses
    compatriotes.--Sa correspondance avec les fils de l'amiral de
    Coligny.--Intervention des ambassadeurs polonais auprès du
    roi de France en faveur de Charlotte de Bourbon.--Passage à
    Heydelberg de Henri, élu roi de Pologne. Double incident qui
    s'y rattache.--Joie que Charlotte éprouve du séjour de son
    cousin, le prince de Condé, à Heydelberg.--Mme de Feuquères
    et Ph. de Mornay à Sedan.--Mort du duc du Bouillon en
    décembre 1574.--Affliction que causa à Charlotte de Bourbon
    le veuvage de la duchesse, sa soeur.                            35

  CHAPITRE III

  Impression produite par Charlotte de Bourbon sur Guillaume de
    Nassau.--Résumé de la vie de ce prince jusqu'à la fin de
    l'année 1574.--Il demande la main de Charlotte de Bourbon.
    Mission de Marnix de Sainte-Aldegonde à cet égard.--Réponse
    de Charlotte.--La demande du prince est définitivement
    accueillie.--Lettre de Zuliger à ce sujet.--Le prince, ne
    pouvant s'absenter des Pays-Bas, confie à Marnix de
    Sainte-Aldegonde le soin de se rendre à Heydelberg et de s'y
    tenir à la disposition de Charlotte de Bourbon pour
    l'accompagner dans le voyage qu'elle doit entreprendre.--La
    jeune princesse se dirige, avec Marnix de Sainte-Aldegonde,
    vers Embden, où l'attendent des vaisseaux de guerre destinés
    à protéger son trajet par mer jusqu'à l'une des côtes des
    Provinces-Unies.--_Résolutions_ des états de Hollande à
    l'occasion de la prochaine arrivée de Charlotte de
    Bourbon.--La princesse arrive à La Brielle, où son mariage avec
    Guillaume de Nassau est célébré le 12 juin 1575.--Les nouveaux
    époux se rendent de La Brielle à Dordrecht.--Chaleureux
    accueil qu'ils reçoivent dans ces deux villes.--Chant
    composé en leur honneur.                                        73

  CHAPITRE IV

  Lettre de Charlotte de Bourbon à la comtesse de Nassau, sa
    belle-mère.--Lettre de Guillaume au comte Jean de Nassau, son
    frère.--Hommage rendu par le comte Jean au noble caractère de
    la princesse, sa belle-soeur.--Félicitations adressées à
    Charlotte de Bourbon par divers membres de sa famille à
    l'occasion de son mariage.--Lettre de Guillaume à François de
    Bourbon, son beau-frère.--Charlotte de Bourbon s'efforce en
    vain de se concilier les bonnes grâces du duc de Montpensier,
    son père.--Inexorable dureté de celui-ci.--Étroitesse des
    sentiments du duc lors de la mort de la duchesse de Nevers,
    sa fille.--Graves préoccupations de Charlotte de Bourbon, au
    sujet de son mari, avec la carrière publique duquel elle
    s'est identifiée.--Il trouve dans ses judicieux conseils et
    dans son dévouement un appui efficace.--État des affaires
    publiques depuis l'insuccès des _Conférences de
    Bréda_.--Reprise des hostilités.--Diète de Delft en juillet
    1575.--Siège de Ziricksée.--Naissance de Louise-Julienne de
    Nassau.--Lettre de Marie de Nassau.--Lettre de la princesse
    d'Orange à son mari lors de la mort de l'amiral
    Boisot.--Perte de Ziricksée.--Excès commis dans les provinces
    par les Espagnols.--Indignation générale et efforts faits
    dans la voie d'une sévère répression.--Correspondance du
    prince et de la princesse d'Orange avec François de
    Bourbon.--Lettres de Louis Cappel et de Marie de
    Nassau.--_Pacification de Gand._--Lettre de Guillaume au duc
    d'Alençon.--Les Espagnols sont expulsés de la
    Zélande.--_Union de Bruxelles._                                 98

  CHAPITRE V

  Désir exprimé par Charlotte de Bourbon de réunir autour d'elle la
    mère, le frère et les enfants de Guillaume.--Sa
    correspondance avec Marie de Nassau et avec François de
    Bourbon.--Absence de Guillaume.--Naissance d'Élisabeth de
    Nassau.--Lettres de la princesse au prince son mari.--Elle se
    rend à Dordrecht, où est baptisée sa fille Élisabeth, ayant
    pour marraine la reine d'Angleterre.--Tournée du prince et de
    la princesse dans la partie septentrionale des
    Provinces-Unies.--Réception qui leur est faite à Utrecht.
    Incident.--Le duc de Montpensier s'occupe secrètement de
    Charlotte, en père sur la conscience duquel le remords
    commence à peser.--Arrivée en Hollande de Marie de Nassau,
    d'Anne, de Maurice et du comte Jean.--Guillaume est bientôt
    appelé à se séparer d'eux et de la princesse pour se rendre à
    Anvers et à Bruxelles.--Nombreuses lettres de Charlotte à son
    mari.--Guillaume revient à Anvers, où Charlotte le
    rejoint.--Résumé des événements qui ont motivé le séjour de
    Guillaume à Bruxelles.--Situation générale des affaires
    publiques.--Don Juan se retire à Luxembourg.--Guillaume est
    élevé aux fonctions de _Ruart_ de Brabant.--Arrivée de
    l'archiduc Matthias dans les Pays-Bas.                         128

  CHAPITRE VI

  Lettres de Charlotte de Bourbon à son frère.--Lettre de Guillaume
    au même.--Attitude de Guillaume vis-à-vis de l'archiduc
    Matthias.--Nouvel acte d'union signé à Bruxelles le 10
    décembre 1577.--Alliance conclue avec l'Angleterre.--Reprise
    des hostilités par don Juan.--Défaite de Gembloux.--Guillaume
    domine la crise qui agite les Provinces.--Il rallie
    à sa cause Amsterdam.--Il appelle Lanoue dans les
    Pays-Bas.--Lettre de Charlotte de Bourbon à Lanoue.--Conseils
    donnés par Lanoue au duc d'Anjou.--Lettres de la princesse à
    Despruneaux.--Lanoue nommé maréchal de camp dans les
    Pays-Bas. Sa loyauté, son énergie.--Relations du prince
    et de la princesse avec M. et Mme de Mornay arrivés dans
    les Pays-Bas.--Naissance de _Catherine-Belgia_ de
    Nassau.--Résolutions des états généraux à l'occasion du son
    baptême.--Détails sur ce baptême.--Difficultés provenant du
    duc d'Anjou et du duc Jean-Casimir.--Troubles de
    Gand.--Lettre de Guillaume à sa femme, au sujet de ces
    troubles, qu'il réussit à réprimer.--La princesse rejoint
    Guillaume à Gand et revient avec lui à Anvers.--Traité
    d'Arras.--Union d'Utrecht.--Mort de don Juan.--Alexandre
    Farnèse lui succède.                                           159

  CHAPITRE VII

  Maladie du duc de Montpensier.--Charlotte de Bourbon lui
    écrit. Touchant appel au coeur paternel.--Mission de
    Chassincourt auprès du roi de Navarre dans l'intérêt de
    Charlotte.--Mémoire dont Chassaincourt est porteur.--Lettre
    de Charlotte à son frère.--Farnèse attaque Anvers. Repoussé
    de cette place, il va assiéger Maëstricht.--Héroïque défense
    de Maëstricht.--Prise de cette ville. Cruauté de Farnèse et
    de ses troupes.--Antagonisme des provinces wallonnes contre
    les autres provinces.--Efforts de Guillaume et de Charlotte
    pour éviter le démembrement de la patrie commune.--Preuve de
    leur généreuse abnégation.--Guillaume soutient la cause
    de l'indépendance nationale et celle de la liberté
    religieuse.--Charlotte de Bourbon saisit avec bonheur le
    premier indice d'un changement survenu dans les sentiments du
    duc de Montpensier à son égard.--Lettres d'elle à François de
    Bourbon.--Son amitié pour Mme de Mornay.--Naissance de
    Flandrine de Nassau.--Lettre de la princesse aux magistrats
    d'Ypres.--Écrit du chanoine Allard au sujet de Flandrine de
    Nassau. Ce qu'il dit de son baptême et de son séjour auprès
    de l'abbesse du Paraclet, cousine et amie de la princesse
    d'Orange.--Nouveaux troubles à Gand.--Intervention de
    Ph. de Mornay et de Guillaume.--Répression de ces
    troubles.--Relations de Guillaume avec la cour de France en
    1580.--Lettres de Charlotte de Bourbon à Catherine de Médicis
    et au roi de France.--Confiance de Guillaume dans la haute
    vigilance et la sagacité de sa femme, eu égard au maniement
    de diverses affaires d'État.--Éloge par le comte Jean de la
    princesse, sa belle-soeur.--Lettres de la princesse à Hubert
    Languet et à la comtesse Julienne de Nassau.--Captivité de
    Lanoue.--Mort de la comtesse Julienne de Nassau. Son éloge.
    Lettres d'elle.--Lettre de Charlotte au comte
    Jean.--Naissance de Brabantine de Nassau.                      186

  CHAPITRE VIII

  Traité conclu avec le duc d'Anjou au
    Plessis-lez-Tours.--Sinistres desseins de Philippe II à
    l'égard du prince d'Orange.--Circulaire adressée par Farnèse
    aux gouverneurs et aux conseils provinciaux en exécution des
    ordres de Philippe II.--_Ban_ fulminé par Philippe II contre
    Guillaume de Nassau.--Correspondance de Charlotte de Bourbon
    avec son mari pendant une absence de celui-ci.--Relations
    affectueuses du prince et de la princesse avec Ph. de Mornay
    et Hubert Languet.--Mort de ce dernier.--Guillaume de
    Nassau rédige une _Apologie_ en réponse au _Ban_ de
    Philippe II.--Il la communique aux états généraux. Langage
    qu'il leur tient.--Réponse des états généraux.--Lettre de
    Guillaume de Nassau accompagnant l'envoi qu'il fait de son
    _Apologie_ à la plupart des souverains et des princes de
    l'Europe.--Citation de quelques-uns des principaux passages de
    l'_Apologie_.--Impression produite en Europe par ce mémorable
    document.--Appui que rencontre Guillaume dans le dévouement
    de Charlotte de Bourbon.                                       220

  CHAPITRE IX

  Tentatives pour opérer un rapprochement entre le duc de
    Montpensier et sa fille Charlotte.--Le rapprochement a
    lieu.--François de Bourbon se rend en Angleterre comme chef
    d'ambassade.--La princesse, sa soeur, l'invite, ainsi que les
    jeunes fils de la duchesse de Bouillon qui l'accompagnent,
    à se rendre dans les Pays-Bas avant leur retour en
    France.--Séjour du prince et de la princesse d'Orange
    à La Haye. Accueil que le docteur Forestus reçoit
    d'eux.--Déclaration officielle, par le duc de Montpensier, de
    l'approbation qu'il donne au mariage de sa fille avec
    Guillaume de Nassau.--Lettre de la princesse au président
    Coustureau.--Lettre de la duchesse de Montpensier à sa
    petite-fille, Louise-Julienne.--Lettres que, dans l'intérêt
    de sa fille Flandrine, Charlotte de Bourbon adresse à J.
    Borluut.--Assemblée à La Haye des députés des
    Provinces-Unies.--_Acte d'abjuration._--Le duc d'Anjou devant
    Cambrai.                                                       246

  CHAPITRE X

  Premier testament de Charlotte de Bourbon rédigé le 12 novembre
    1581.--Acte de libéralité du 13 novembre.--Autre acte de
    libéralité du 15 novembre.--Second testament du 18
    novembre.--Naissance d'Amélie de Nassau. Son baptême.--Lettre
    de Guillaume au prince de Condé.--Lettre du duc de
    Montpensier à sa petite-fille Louise-Julienne.--Arrivée de
    François de Bourbon à Anvers.--Lettre de lui à son père sur
    la réception du duc d'Anjou comme duc de Brabant.--Relations
    du comte de Leicester, à Anvers, avec le prince et la
    princesse d'Orange.--Lettres qu'ils lui écrivent lors de son
    retour en Angleterre.                                          270

  CHAPITRE XI

  Attentat commis par Jauréguy sur la personne de Guillaume de
    Nassau.--Paroles de Guillaume--Soins que lui donne Charlotte
    de Bourbon.--Émotion générale causée par l'attentat.--Lettres
    des états généraux aux provinces et aux villes de
    l'Union.--Générosité de Guillaume à l'égard de deux des
    complices de Jauréguy.--Prières pour demander à Dieu la
    guérison de Guillaume.--Lettre de Guillaume aux magistrats
    des villes de l'Union.--Amélioration de son état suivie d'une
    rechute.--Désolation de la princesse.--Propos outrageants
    tenus sur elle et sur le prince par Farnèse et par
    Granvelle.--Guillaume est hors de danger.--Lettre de
    la princesse au comte Jean.--Service d'actions de
    grâces.--Dernière maladie de la princesse.--Sa mort.--Ses
    obsèques.--Deuil général.--Lettres de Guillaume à Condé et du
    duc de Montpensier à Louise-Julienne de Nassau.--Conclusion.   298

  APPENDICE Page 319

FIN DE LA TABLE DES CHAPITRES


Paris.--Imprimerie Ve P. Larousse et Cie, rue Montparnasse, 19





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Charlotte de Bourbon - Princesse d'Orange" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home