Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Souvenirs militaires de 1804 à 1814
Author: Fezensac, Raymond-Aymery-Philippe-Joseph de Montesquiou, duc de, 1784-1867
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Souvenirs militaires de 1804 à 1814" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



SOUVENIRS MILITAIRES DE 1804 À 1814

PAR

M. LE DUC DE FEZENSAC

GÉNÉRAL DE DIVISION.

     Je dirai: _J'étais là; telle chose m'avint_.

     (LA FONTAINE.)

Ouvrage honoré d'une souscription du Ministre de l'Instruction publique
pour les Bibliothèques scolaires.

QUATRIÈME ÉDITION



PARIS
LIBRAIRIE MILITAIRE.
J. DUMAINE, LIBRAIRE-ÉDITEUR DE L'EMPEREUR, Rue et Passage Dauphine, 30.

1870



Le bienveillant accueil qu'a reçu mon _Journal de la campagne de Russie_
m'encourage à publier la totalité de mes souvenirs militaires, depuis
mon entrée au service en 1804, jusqu'à la fin de l'Empire. J'ai hésité
longtemps à entretenir le public de tant de détails personnels; mais ces
détails se rattachent à de grands événements militaires; ils peignent
les mœurs et l'esprit du temps. Sans avoir la pensée de rien ajouter à
l'_Histoire du Consulat et de l'Empire_, et moins encore la prétention
de partager son éclatant et légitime succès, un volontaire de 1804,
racontant ce qui s'est passé sous ses yeux, espère pouvoir réclamer du
moins un peu d'indulgence!



LIVRE PREMIER[1].

CAMP DE MONTREUIL.--CAMPAGNES D'ALLEMAGNE ET D'ESPAGNE JUSQU'A LA PAIX
DE TILSITT.



CHAPITRE PREMIER.

CAMP DE MONTREUIL.

PROJETS DE DESCENTE EN ANGLETERRE.--MON ARRIVÉE AU CAMP DU 59e
RÉGIMENT.--MON SERVICE DANS LES GRADES INFÉRIEURS.--JE SUIS NOMMÉ
SOUS-LIEUTENANT.--LEVÉE DES CAMPS.--DÉPART POUR L'ALLEMAGNE.


Je suis entré au service en 1804, à vingt ans. J'avais depuis longtemps
le désir d'embrasser la carrière militaire; différentes circonstances
empêchèrent mes parents d'y consentir plus tôt. Il s'agissait de savoir
par où commencer. À vingt ans, l'École militaire ne pouvait me convenir.
Je devais donc m'engager. Je pensais à la cavalerie, comme tous les
jeunes gens. M. Lacuée, ami de ma famille, me proposa d'entrer au 59e
régiment d'infanterie, dont il était colonel; j'acceptai sans savoir ce
que je faisais, n'ayant aucune idée de la carrière que j'allais
entreprendre, et je n'eus pas lieu de m'en repentir: car c'est à
l'infanterie que j'ai dû tout mon avancement. Je partis de Paris en
septembre 1804 pour me rendre à l'armée réunie sur les côtes de l'Océan
et dont le 59e faisait partie. Je dois d'abord raconter la composition
et l'emplacement de cette armée.

L'Empereur, pour frapper au cœur l'Angleterre, voulut l'attaquer chez
elle, et ne recula pas devant les difficultés et les dangers d'une telle
entreprise. Il réunit sur les côtes de l'Océan trois corps d'armée
d'environ chacun vingt-cinq mille hommes et une réserve de quarante
mille hommes.

Ces corps d'armée campaient de la droite à la gauche: à Ambleteuse,
maréchal Davout; Boulogne, maréchal Soult; Étaples, maréchal Ney.

La réserve se composait de la garde impériale, d'une division italienne,
de trois divisions de dragons. Indépendamment de ces différents corps,
il y avait à l'extrême droite douze mille hommes au camp d'Utrecht; à
l'extrême gauche dix mille à Brest. Ainsi le personnel de l'armée
s'élevait au moins à cent cinquante mille hommes. On s'occupait d'armer
et d'atteler quatre cents bouches à feu de campagne et un grand parc de
siège. On fit venir de tous côtés d'immenses approvisionnements, des
vivres de toute espèce pour trois mois. Il s'agissait de transporter en
Angleterre une armée si nombreuse et son matériel en présence de la
flotte ennemie. Après de nombreux essais, on résolut d'employer des
chaloupes canonnières, des bateaux canonniers et des péniches.
Celles-ci, plus légères ne portaient que de l'infanterie: les autres
portaient de l'artillerie, des vivres et quelques chevaux. Douze à
treize cents de ces bâtiments suffisaient pour transporter cent vingt
mille hommes, avec l'artillerie de campagne, des vivres et des munitions
pour quelques jours. Une autre flottille de transport, composée de
bâtiments servant au cabotage et à la pêche, devait transporter les
chevaux, l'artillerie de siège, la totalité des vivres et des munitions.
Neuf cents ou mille bâtiments suffisaient. Plus tard, les divisions
réunies à Utrecht et à Brest seraient embarquées sur les flottes
française, hollandaise et espagnole.

Mais l'exécution de ce plan présentait des difficultés devant lesquelles
aurait reculé le génie le plus aventureux et le plus intrépide. Il
fallait construire les bâtiments dans tous les ports de France, les
rassembler à Boulogne, à Ambleteuse, à Étaples, à travers les croisières
anglaises, mettre ces trois ports en état de les recevoir, faire les
expériences d'embarquement et de débarquement pour le matériel et pour
le personnel; il fallait construire sur la côte les magasins nécessaires
pour les vivres et les approvisionnements de l'armée, assurer les
subsistances et le service des hôpitaux. On trouvera dans les historiens
du temps, et principalement dans M. Thiers, les détails les plus
intéressants sur tous ces objets. Je dirai plus tard par quels moyens et
à quelle époque on comptait opérer le débarquement, les motifs qui
firent successivement ajourner l'entreprise et qui forcèrent enfin d'y
renoncer.

Au mois de septembre 1804, où commence ce récit, l'armée était réunie
dans les camps; le matériel achevait de s'organiser. Je dois d'abord
faire connaître la composition du camp de Montreuil dont le 59e régiment
faisait partie, et qui formait la gauche de l'armée.

                         CAMP DE MONTREUIL.

                  MARÉCHAL NEY, COMMANDANT EN CHEF.

+----------+-----------+----------+----------------+-------------------+
|DIVISIONS |GÉNÉRAUX   |GÉNÉRAUX  |RÉGIMENTS       |OBSERVATIONS       |
|          |de division|de brigade|                |                   |
+----------+-----------+----------+----------------+-------------------+
|1e Divis. |           |ROUGER    |9e léger,       |Les régiments      |
|          |DUPONT.    |          |Colonel Meunier.|étaient de deux    |
|          |           +----------+----------------|bataillons         |
|          |           |MARCHAND. |32e de  |95e de |complétés à 800    |
|          |           |          |ligne   |ligne  |hommes.            |
|          |           |          |DARRICAU|BARBOIS|                   |
+----------+-----------+----------+----------------+La cavalerie       |
|2e Divis. |           |VILLATTE. |6e de   |39e de |cantonnée dans les |
|          | LOISON.   |          |ligne   |ligne  |environs.          |
|          |           |----------+----------------|                   |
|          |           |ROGUET.   |69e de  |72e de |Le total, en y     |
|          |           |          |ligne   |ligne  |comprenant         |
+----------+-----------+----------+----------------|l'artillerie et le |
|3e Divis. |PARTOUNEAUX|MARCOGNET |25e     |27e de |génie, s'élevait à |
|          |           |          |Léger   |ligne  |20,500 hommes.     |
|          |           |          |----------------|                   |
|          |PUIS       |          |50e de  |59e de |                   |
|          |           |          |ligne   |ligne  |                   |
|          |           |          |Colonel |Colonel|                   |
|          |MALHER     |LABASSÉE  |Lamarti-|Lacuée |                   |
|          |           |          |nière   |       |                   |
+----------+-----------+----------+----------------|                   |
|Brigade   |           |          |10e Chasseurs,  |                   |
|de        |           |          |Colonel Colbert.|                   |
|cavalerie.|           |          |----------------|                   |
|          |           |          |3e Hussards,    |                   |
|          |           |          |Colonel LEBRUN, |                   |
|          |           |          |Fils de         |                   |
|          |           |          |l'architrésorier|                   |
|          |           |          |depuis duc de   |                   |
|          |           |          |PLAISANCE.      |                   |
+----------+-----------+----------+----------------+-------------------+

Le maréchal Ney est trop connu pour que j'aie à tracer ici son portrait,
j'en parlerai à l'époque où j'ai eu l'honneur de servir près de lui; il
prit au camp de Montreuil l'habitude de remuer des masses et de
commander l'infanterie, arme pour laquelle il a témoigné tout le reste
de sa vie une grande prédilection.

Le général Partouneaux, commandant la division dont mon régiment faisait
partie, venait de quitter l'armée, à la suite d'une discussion qu'il eut
avec le maréchal à propos d'une manœuvre. Les généraux de brigade
Labassée et Marcognet, anciens militaires, le dernier fort original
ainsi qu'on le verra plus tard.

Le colonel Gérard Lacuée, commandant le 59e régiment, réunissait à un
excellent cœur beaucoup d'esprit et une imagination exaltée. Le premier
consul, qui avait du goût pour lui, le prit pour aide-de-camp. Mais les
principes républicains de Lacuée et l'intérêt qu'il témoigna au général
Moreau à l'époque de son procès, lui attirèrent la disgrâce de son
général; et ce fut pour lui témoigner son mécontentement qu'il lui donna
le commandement du 59e régiment. _Je vous donne_, lui dit-il, _un des
plus mauvais régiments de l'armée, il faut le rendre un des meilleurs_.
Personne ne convenait moins que Lacuée à cette tâche. Homme du monde
plus que militaire, il ignorait les détails du métier; il n'avait jamais
servi dans l'infanterie; il succédait à un colonel qui avait pillé la
caisse de son régiment, et qui ne craignait pas de dire que les
compagnies du centre pouvaient être en guenilles, pourvu qu'il eût de
beaux sapeurs, une belle musique et une belle compagnie de grenadiers.
Le mauvais état de l'habillement valut même au 59e le surnom de _Royal
décousu_. Lacuée, incapable de remettre l'ordre dans une pareille
administration, disait avec raison qu'il laissait faire le
quartier-maître parce que, quand il y regarderait, il n'en serait pas
moins attrapé par lui. Les manœuvres lui plaisaient plus que
l'administration, et au bout de peu de temps il apprit à bien commander
son régiment. Quant à la partie morale, il y réussit comme on devait
l'attendre d'un homme tel que lui. Cependant ses qualités mêmes lui
furent quelquefois nuisibles. Il avait trop d'esprit pour ceux qu'il
commandait et ne savait pas toujours se mettre à leur portée. Ses éloges
étaient trop fins pour eux, ses reproches trop amers. Il n'en était pas
moins aimé de plusieurs officiers, honoré et respecté de tous.

J'arrivai au camp au commencement de septembre 1804. J'allai rendre
visite au colonel Lacuée, qui m'emmena avec lui à Montreuil pour passer
quelques jours. Après avoir causé avec moi, il me dit qu'il était frappé
de voir combien j'étais étranger au métier que j'allais faire. En effet,
je conviens que mon ignorance était telle que je fus étonné d'apprendre
qu'il y eût des grenadiers au régiment, parce que je croyais que les
grenadiers formaient des corps à part. Il me dit que: s'il ne consultait
que son attachement pour ma famille et pour moi, il me sauverait tous
les ennuis du métier, que je lui servirais de secrétaire, et que ce
serait pour lui une société agréable et bien douce au milieu de l'exil
où il était condamné; mais qu'il s'agissait de moi, de mon avenir
militaire, qu'il fallait apprendre à connaître ceux que j'étais destiné
à commander un jour, que le moyen d'y parvenir était de vivre avec eux.
_En vivant avec les soldats, ajouta-t-il, on apprend à connaître leurs
vertus; ailleurs on ne connaît que leurs vices._ Parole d'un grand sens
et dont j'ai bien reconnu la justesse. Il fallait donc me résoudre à
être entièrement soldat, à faire mon service dans tous les grades sans
que rien me distinguât des autres. Il fit appel à mon courage, à ma
patience, à ma résignation pour cette cruelle épreuve qui devait être
longue. Je l'assurai de ma soumission et je partis pour le camp, n'ayant
aucune idée de ce qui m'attendait, mais décidé à tout braver et à aller
jusqu'au bout.

J'ai dit que le camp de Montreuil formait la gauche de l'armée de
l'Océan. Il aurait dû s'appeler le camp d'Étaples, car on avait établi
les baraques près de cette petite ville sur la rive droite de la Canche
et près de son embouchure, à 12 kilomètres de Montreuil: la première
division derrière le village des Camiers, faisant face à la mer; la
deuxième par brigade à droite et à gauche d'Étaples; la troisième à
quinze cents mètres en arrière. Cette division, qui est la nôtre,
campait dans l'ordre suivant: de la droite à la gauche le 25e léger, le
59e et le 50e. Le 27e détaché sur la rive gauche de la Canche, au
village de Saint-Josse, formant par conséquent l'extrême gauche de toute
l'armée. On voit que l'ordre de bataille n'était point rigoureusement
observé; mais quelques régiments ayant été changés, on n'avait pas voulu
opérer de déplacements pour reprendre l'ordre des numéros, ce qui était
raisonnable.

Les trois régiments campaient sur une seule ligne, et les camps étaient
tracés d'après les principes de l'ordonnance. J'entre ici dans, quelques
détails pour les personnes auxquelles les règlements militaires ne sont
point familiers.

Il y avait par compagnie quatre baraques construites sur deux rangs,
chacune pouvait contenir seize hommes, en tout soixante-quatre; c'était
peu pour des bataillons complétés à huit cents hommes, ce qui faisait
près de quatre-vingt-dix pour chacune des neuf compagnies; mais
plusieurs hommes ayant la permission de travailler en ville, d'autres se
trouvant absents pour différentes causes, ce nombre était suffisant. Les
cuisines, au nombre d'une par compagnie, étaient placées derrière;
ensuite les baraques des sous-officiers et des cantiniers sur la même
ligne, et puis celle des officiers, enfin des chefs de bataillon
derrière leur bataillon respectif, et du colonel derrière le centre du
régiment. Le règlement veut que les armes soient placées sur des
chevalets en avant du premier rang des baraques. On avait dérogé à cette
règle en les plaçant dans les baraques mêmes, ce qui valait mieux pour
ne pas exposer les fusils à toutes les intempéries pendant la longue
durée du camp. Le règlement veut aussi que les sous-officiers soient
logés avec la troupe. Au camp de Montreuil, on les avait logés en
arrière, le sergent-major, le fourrier et les quatre sergents de chaque
compagnie occupant une même baraque. Cela était convenable, car le
sergent-major, dépositaire des fonds de la compagnie, avait besoin d'une
grande table pour tenir les écritures. Quant à la discipline, cette
disposition avait son bon et son mauvais côté. Les sergents étant
séparés des soldats, ne pouvaient pas exercer une surveillance aussi
active; dans mon apprentissage de simple soldat et de caporal, j'ai vu
bien des choses leur échapper. Mais on les respectait davantage en les
voyant moins souvent, et je crois, en définitive, que cela vaut mieux.
Les baraques étaient creusées à un mètre sous terre, ce qui les rendait
fort humides. Le coucher se composait d'un grand lit de camp sur lequel
on étendait de la paille; par dessus, une couverture de laine. Chaque
homme se couchait sur cette couverture, enveloppé dans un sac de toile,
le havre-sac servant d'oreiller; on étendait ensuite sur eux une autre
couverture de laine. C'était coucher ensemble, et pourtant séparément.
Souvent un soldat abrégeait les longues nuits d'hiver en racontant une
histoire. Pour s'assurer qu'on l'écoutait, il s'interrompait de temps en
temps pour dire _cric_, ceux qui ne dormaient pas répondaient _crac_; si
tout le monde se taisait, le conteur s'endormait lui-même. Les soldats
recevaient les vivres de campagne, le pain de munition et le pain blanc
de soupe, la viande, les légumes secs, l'eau-de-vie et le vinaigre. Ils
n'achetaient au marché que les légumes frais et les pommes de terre. Ils
mangeaient avec les caporaux dans des gamelles de six à sept portions.
Les sergents, dans chaque compagnie, mangeaient entre eux. Les
sergents-majors seuls avec les adjudants vivaient en pension chez un
cantinier. Le repas de midi se composait d'une excellente soupe grasse
avec des légumes, et d'une petite portion de bœuf; celui du soir, de
pommes de terre accommodées au mauvais beurre avec des oignons et du
vinaigre. Le pain de munition était noir; le seigle qui entrait dans sa
composition lui donnait un goût acide et désagréable; l'eau-de-vie
servant à corriger l'eau, ne devait pas être bue à part, défense souvent
enfreinte, comme on le peut croire.

La tenue était bizarre et irrégulière; on arrivait à une époque de
transition. La grande tenue était celle de l'ancien régime, sauf la
couleur: habit bleu à revers blancs et passe-poils rouges, coupé à la
Française; longue veste blanche à basques, culotte blanche à long pont
sans bretelles, guêtres noires montant au-dessus du genou, comme les bas
roulés des vieillards de la Comédie française, chapeau à trois cornes
coiffé droit, cheveux coupés en brosse avec une queue sans poudre. Les
officiers remplaçaient les grandes guêtres par des bottes à revers;
singulière mode pour l'infanterie. Cette tenue, contraire à toutes les
habitudes du temps, ne pouvait pas être la tenue habituelle. En petite
tenue on portait une mauvaise capote de drap l'hiver, et l'été un sarrau
de toile, un bonnet de police, un pantalon de toile ou de gros drap,
suivant la saison, attaché par des bretelles, des guêtres de toile
blanche ou grise. On tolérait, hors du service, quelques effets de
fantaisie et même des bottes à ceux qui pouvaient s'en procurer. Enfin,
la tenue du sergent-major le plus élégant d'alors ferait honte au
dernier soldat d'aujourd'hui[2].

Voilà quels devaient être mon logement, ma toilette, mes repas, ma
société.

M. Lacuée me plaça dans la compagnie d'un bon capitaine, et mon début
fut assez ridicule. Après m'être engagé, mon capitaine eut la
complaisance de me mener au magasin pour me faire habiller. Je
recommandai au maître tailleur de m'envoyer mes effets le plus tôt
possible. Il ne me répondit que par un sourire. _Vous ignorez que nous
avons ici une habitude_, me dit le capitaine; _on ne porte point les
habits aux soldats; ce sont eux qui vont les chercher_. En retournant au
camp, je lui dis qu'avec un pareil costume, je croirais jouer la
comédie; plaisanterie fort déplacée à faire à un officier, lui-même
ancien soldat. _Je le conçois_, me répondit-il, mais j'ai peur que le
spectacle ne vous semble long; _et vous savez que les billets une fois
pris, on n'en rend pas la valeur_. Je suis bien aise d'établir ainsi la
réputation d'esprit de mon premier capitaine, fût-ce même à mes dépens.

Je m'installai ensuite dans ma baraque, où l'on me reçut fort bien; et
ma belle montre, mon linge fin, ma bourse assez bien garnie, furent
l'objet de l'admiration générale. Le bruit se répandit tout de suite
dans la compagnie que j'avais un louis à manger par jour. C'est la
manière des soldats d'exprimer la fortune. Comme l'heure de la soupe
était passée, on m'avait gardé ma portion dans un petit pot de terre. Je
fis l'éloge du cuisinier, ne sachant pas encore que l'usage des
militaires est de crier contre tout le monde et de trouver mauvais tout
ce qu'on leur donne. Dès le lendemain ma métamorphose était complète.
Habillé de pied-en-cap, j'avais mangé à la gamelle et couché avec mes
camarades; je commençai à apprendre l'exercice pour lequel j'éprouvai
quelques difficultés, le fusil me semblant lourd par manque d'habitude,
et parce que j'ai eu toujours les bras assez faibles. Je réussissais
mieux à la théorie qui semblait un jeu à mon intrépide mémoire; aussi
mes progrès dans ce genre me valurent de grands éloges. Le colonel
affectait de ne me distinguer en rien; il ne m'invitait point à venir le
voir, quoiqu'en me recevant toujours très-bien. Docile à ses
instructions, je faisais mon métier de soldat sans murmure; excepté deux
choses, qu'il ne put obtenir; la première était de faire les corvées. Je
comprenais l'avantage de faire moi-même l'exercice, de démonter et de
remonter mon fusil, d'en connaître toutes les pièces, et d'apprendre la
théorie; mais balayer les rues du camp, nettoyer la baraque, faire la
cuisine, et sans doute si mal que personne n'aurait pu la manger, à quoi
cela pouvait-il me servir? Je résistai donc et mes camarades en furent
charmés, car pour quelques sous chacun d'eux me remplaçait volontiers.
Ma seconde résistance fut de couper mes cheveux en brosse et de prendre
une queue. Je n'osai pourtant pas résister ouvertement; ma coquetterie
de vingt ans n'aurait pas trouvé grâce. Il fut donc convenu que l'on
attendrait que mes cheveux fussent assez longs, mais le perruquier de la
compagnie, d'accord avec moi, me les coupait tous les huit jours. Si je
me révoltais contre les corvées ennuyeuses, j'allais au-devant de celles
qui auraient pu paraître plus pénibles. Peu de jours après mon arrivée,
il fallut transporter des pierres au camp; je sollicitai la faveur de me
joindre à ceux qui étaient commandés de corvée à ce sujet, et je
m'attelai, comme les autres, aux petites charrettes préparées pour ce
transport. Deux jours après, il fut question d'une autre corvée plus
pénible, dont je rendis compte, ainsi qu'il suit, dans une lettre à ma
mère: «Il s'agissait de partir à l'entrée de l'a nuit, et d'aller dans
un bois à deux lieues d'ici couper des perches très-longues,
très-épaisses, par conséquent très-lourdes, et les rapporter au camp sur
nos épaules; j'étais dispensé de cette corvée, mais je me la suis
imposée volontairement, et d'abord rien ne m'a paru si pénible que de
marcher avec un pareil poids sur les épaules. Cependant, à peine arrivé
au camp, je n'ai ressenti ni douleur, ni fatigue, et j'ai recueilli
l'avantage de prouver à mes camarades mon courage et mon zèle, de
trouver la nuit ma paille excellente, et le lendemain mon sac
très-léger. Lorsque l'on est condamné par sa position à mener une vie
dure, ce qu'il y a de mieux à faire est de s'imposer volontairement
quelque chose de plus dur encore; alors, ce qui devait fatiguer repose,
et ce que l'on appelait un sacrifice devient un dédommagement.»

Cette lettre eut beaucoup de succès dans ma famille, et M. Molé
m'écrivit à cette occasion le billet le plus aimable; il m'assurait
qu'il aurait suivi mon exemple, si les souvenirs de sa famille ne
l'eussent point destiné à la magistrature.

Je ne montai la garde qu'une seule fois comme soldat; on me mit en
faction à la porte du magasin d'habillement, et je quittai mon poste.
J'ajoute tout de suite que j'étais dans mon droit, car mon caporal y
était et le trouvait bon. Ma deuxième faction a été, près d'un
demi-siècle plus tard, comme garde national, à l'entrée de la caserne de
la rue de la Pépinière, après 1848; et cette fois-là, je n'ai pas
déserté mon poste.

Avec ma réputation de fortune, il était assez naturel de payer ma
bien-venue. Le colonel me dit que ce serait de bonne grâce de ma part,
mais qu'il ne fallait pas me le laisser imposer. Les soldats m'en
parlèrent, je répondis que nous verrions plus tard; et, au moment où
l'on y pensait le moins, je donnai un grand repas. J'invitai les soldats
de ma baraque et tous les caporaux de la compagnie. Le repas se
composait de quelques plats de grosse viande, d'une salade, d'un plat de
pommes de terre, de la bière à discrétion, et de mauvais vin
d'ordinaire, dont j'offrais dans de petits verres. Le vin, qui coûtait
vingt-cinq sous la bouteille, était un objet du plus grand luxe. Un
verre d'eau-de-vie termina le repas. Nous étions quatorze et j'en fus
quitte pour 21 francs. Mais un déjeuner que j'offris souvent à la
chambrée se composait d'un petit pain avec un verre d'eau-de-vie pour
chacun; des soldats qui faisaient ce commerce nous les apportaient avant
que nous fussions levés, et nous prenions ce premier repas en causant,
chacun renfermé dans son sac. Rien au monde ne leur faisait plus de
plaisir.

Un jeune caporal se chargeait particulièrement de mon instruction. Ce
caporal, me trouvant fort novice pour l'état militaire, croyait
apparemment mon ignorance égale en toutes choses. Un jour, nous
promenant ensemble sur les bords de la mer, il voulut m'apprendre ce que
c'était que le flux et le reflux; pour le coup, ce fut à moi de prendre
ma revanche, et je lui dis que je me rappelais très-bien que lorsque
César conduisit les légions romaines sur les bords de l'Océan, les
soldats furent étonnés de ce phénomène qui n'a point lieu dans la
Méditerranée. Il resta stupéfait.

Je fus nommé, le 18 octobre, caporal dans la même compagnie. Il n'y eut
rien de changé dans ma manière de vivre, puisque je connaissais tout le
monde et que j'en étais connu. Ce fut cependant alors que je subis mes
plus fortes épreuves. Mes premiers débuts avaient été encouragés par
beaucoup d'indulgence, mais on est nécessairement plus sévère pour un
caporal qui doit répondre des autres. Or, j'étais négligent, souvent mal
tenu, sans ordre dans ma dépense et dans l'emploi de mon temps,
remettant tout au dernier moment, et souvent quand il était trop tard.
Ces défauts me firent punir plus d'une fois et réprimander plus souvent
encore. Mon colonel partit pour Paris vers le milieu de novembre, afin
d'assister au couronnement de l'Empereur. Le colonel se garda bien de me
donner la moindre espérance sur mes chances d'avenir, de me dire quand
il comptait me nommer sergent, quand je pourrais me flatter de devenir
officier. _C'est un temps d'épreuves à passer_, me disait-il, _il faut
cacher les avantages de votre situation personnelle, oublier et faire
oublier aux autres que vous devez les commander un jour, enfin remplir
jusqu'au bout votre rôle de soldat et de caporal. Vous saviez bien jouer
la comédie au Marais et à Méréville, que ne la jouez-vous ici!_ Je lui
répondais qu'ici le spectacle était long, la pièce ennuyeuse, les
costumes affreux, les acteurs sans talent, et qu'enfin il n'y avait pas
d'actrices.

Je restai donc seul au milieu de tant d'hommes dont aucun ne pouvait
m'entendre; aucun ne savait même le nom des personnes qui m'étaient
chères, des lieux où j'avais passé ma vie. J'ai raconté comment nous
étions nourris, vêtus, logés. La mauvaise saison rendait la vie
matérielle plus pénible encore. À peine pouvions-nous sortir, et n'ayant
pas la permission d'avoir de la lumière, il fallait nous coucher quand
le jour finissait. J'avais plus de vingt ans; depuis deux ans j'étais
mon maître. Quel contraste avec la vie que l'on menait à Paris, et que
j'avais menée moi-même l'hiver précédent. La chute du jour me causait
une tristesse inexprimable; c'était le moment où finissait notre journée
et où commençaient les soirées de Paris, et depuis cette époque je n'ai
jamais entendu battre la retraite sans un serrement de cœur. Un soir, je
portais à souper à un sergent de garde, c'était un des derniers beaux
jours de l'automne. Je m'assis à moitié chemin, je regardai le coucher
du soleil, dont les derniers rayons allaient disparaître; je pensai à la
vie du monde, à l'élégance des toilettes, à l'agrément de la
conversation, mes yeux se fixèrent sur mes souliers ferrés, mon pantalon
et mon sarrau de grosse toile, le pot de terre qui renfermait le triste
souper de mon sergent, et je me mis à fondre en larmes.

Pourtant j'étais loin de me sentir découragé. D'abord la légèreté de
l'âge rendait mes impressions mobiles. La gaîté succédait à la
tristesse, les plaisanteries et les chansons des soldats m'amusaient
comme le premier jour. Mon emploi de caporal me donnait une petite
importance; j'étais fier du parti que j'avais pris, et je tenais à
honneur de ne pas céder. J'appris à cette époque que plusieurs jeunes
gens de mes amis venaient de jouer la comédie à Paris, et presqu'en
public, avec des femmes qui se destinaient au théâtre. En présence de
pareils divertissements je ne me plaignais pas d'être caporal et de
manger à la gamelle.

On m'avait nommé caporal d'ordinaire, emploi bien pénible l'hiver; il
fallait par tous les temps aller à Étaples, à près de deux kilomètres du
camp, pour acheter des légumes. On sait qu'un soldat accompagne toujours
le caporal d'ordinaire pour être témoin des marchés. L'usage est que le
caporal et le soldat boivent la goutte ensemble aux dépens de la
compagnie; je donnai le bel exemple, fort peu suivi depuis, de payer
cette dépense, et la compagnie m'en sut beaucoup de gré. Les soldats ne
se faisaient aucun scrupule de tromper les marchands, et des hommes,
fort honnêtes d'ailleurs, trouvaient cela très-simple. Persuadés que
chacun les volait, depuis le ministre jusqu'à leur sergent-major, depuis
les fournisseurs de l'armée jusqu'aux paysans, les petits vols qu'ils
pouvaient faire à leur tour leur semblaient une revanche très-légitime.

Le colonel Lacuée revint au commencement de janvier, parut satisfait de
ma conduite et ne me parla point d'avancement. Chaque régiment
fournissait pour la garde des bateaux canonniers à Étaples un
détachement qu'on renouvelait tous les mois. Je fus désigné pour le
détachement qui s'embarquait le 1er pluviôse (22 janvier). Les
militaires connaissent leur tour, et ce n'était pas le mien.

Je réclamai auprès de l'adjudant, qui me reçut fort mal. Je m'en
plaignis au colonel, en lui représentant que j'étais caporal depuis
trois mois, que j'avais rempli ce grade dans la saison la plus
rigoureuse et de la manière la plus pénible, que je ne pouvais
comprendre l'avantage de passer un mois sur des bateaux où l'on était
plus mal encore, sans aucune utilité pour ma carrière, et que s'il
fallait rester caporal, je désirerais au moins que ce fût au camp, où
l'on pouvait apprendre quelque chose. _Vous apprendrez_, me dit-il, _à
être contrarié_. Je l'assurai qu'à cet égard, depuis quatre mois, il
avait bien complété mon éducation.

Je partis donc pour Étaples avec le détachement, et l'on nous installa
dans une canonnière par un temps affreux, exposés à la pluie, à la neige
et aux vents; nous couchions dans des hamacs où l'on pouvait à peine se
garantir du froid. La marine se chargeait de nous nourrir et s'en
acquittait avec de mauvais fromage et des pois durs fricassés dans
l'huile. Les soldats, très-mécontents, s'en vengeaient par des murmures
entremêlés d'histoires plaisantes et de chansons. Pour ma part j'étais
peu sensible à tout cela, et j'écrivais à ma mère: _Je ne crains ni le
froid, ni la neige, ni le vent qui désolent ici les soldats que je
commande. Les peines physiques, qui sont tout pour le commun des hommes,
ne sont rien pour celui qui veut se distinguer et qui a l'espérance d'y
réussir; on a toujours assez de santé et de force quand on a du courage.
Je plains bien plus les soldats de l'équipage que moi; ils ont moins de
ressources et moins de motifs d'encouragement._ J'aime à retrouver les
mêmes sentiments exprimés à peu près de même dans des occasions plus
graves pendant la durée de ma carrière.

Mais je m'affligeais d'une situation qui me rendait toute occupation
impossible, et je ne pouvais comprendre par quelle manie mon colonel me
condamnait à une corvée aussi inutile. J'en eus bientôt l'explication,
car au bout de cinq jours on vint m'apprendre que j'étais nommé sergent
et que je devais rentrer au camp. C'était donc une malice, une épreuve
de patience pour mon caractère. J'aurais dû m'en douter, connaissant mon
colonel; si j'avais été aussi fin que lui, et que j'eusse accepte cette
corvée gaiement et sans réclamation, je me serais fait à ses yeux un
honneur infini.

La compagnie dans laquelle j'entrai était commandée par un capitaine,
très-bon homme, insouciant dans son service, et ne sachant pas faire
servir les autres, ayant pour sergent-major un mauvais sujet accablé de
dettes, un fourrier qui ne valait pas mieux, des sergents fort braves
gens, d'un caractère doux. Nous logions dans la même baraque, et nous
mangions ensemble.

Je pris la semaine en arrivant au camp, et comme c'était jour
d'inspection je passai en revue, pour la première fois de ma vie, toute
la compagnie, ce qui me flatta beaucoup. Je passai près de deux mois
dans ce nouveau grade et ils furent fort employés; le sergent-major
étant en prison et suspendu de ses fonctions, un sergent détaché, un
autre embarqué, un troisième à l'hôpital, je me trouvai seul dans une
compagnie aussi mal commandée que mal administrée. C'était de la besogne
pour un débutant, je m'en tirai le moins mal possible.

Ce fut à cette époque qu'on me chargea de défendre devant le conseil de
guerre un soldat prévenu de désertion, homme très-borné, et qui
réellement n'avait pas su ce qu'il faisait; je fis valoir auprès du
Conseil son peu d'intelligence qui l'empêchait d'avoir la conscience de
sa faute, et je terminai par la péroraison suivante:

_L'accusé, Messieurs, n'a rien à ajouter aux explications que vous venez
d'entendre; c'est dans le simple exposé de sa conduite qu'il trouvera sa
justification. S'il était coupable, il tâcherait d'émouvoir votre pitié
en faveur de trois années de service et dune conduite irréprochable
jusqu'à ce moment. Mais il est innocent; il est accusé d'un crime qu'il
n'a jamais eu l'intention de commettre, et comment n'espérerait-il pas,
lorsqu'au lieu d'implorer votre clémence, il réclame votre justice._
L'accusé fut acquitté, et le capitaine-rapporteur, en lui lisant son
jugement, eut la bonté d'ajouter qu'il lui conseillait de ne pas
recommencer, de peur de ne pas trouver un aussi bon défenseur. Cet
événement fit beaucoup d'effet dans la division, les soldats accusés
voulaient tous être défendus par moi. J'en acceptai quelques-uns, et je
réussis toujours quand la cause n'était pas trop mauvaise.

Mon sergent-major sortit de prison et reprit ses fonctions; mais ce ne
fut pas pour longtemps, et je fus la cause involontaire d'un nouveau
malheur qui acheva de le perdre. Dans les premiers jours de mars, ce
malheureux sergent-major m'invita à un dîner que donnait un de ses amis
à Étaples; il y avait ce jour-là exercice des sous-officiers, le colonel
demanda pourquoi je n'y étais pas, l'adjudant répondit que j'étais de
service, et j'étais en effet de planton au magasin d'habillement. Mais
un capitaine m'avait vu à Étaples avec mon sergent-major. Le lendemain,
mon colonel me fit venir, et après un long sermon sur ce que je sortais
étant de service, je répondis qu'il ignorait apparemment ce qu'était le
service de planton au magasin; qu'après avoir défilé la parade, le
sergent se présentait chez le capitaine d'habillement pour lui demander
ses ordres, que le capitaine répondait qu'il n'en avait point, qu'alors
le sergent rentrait au camp et se promenait pendant vingt-quatre heures,
qu'enfin cela durait ainsi depuis mon arrivée, et que je n'avais fait
que suivre l'exemple général. Le colonel avait la prétention de savoir
tout ce qui se passait dans son régiment, et rien ne l'impatientait plus
que d'être pris en faute à ce sujet; il fut donc fort en colère, il
cassa le sergent qui m'avait précédé dans ce poste malencontreux, et qui
ne m'avait pas attendu pour me donner la consigne. Il fallait aussi me
casser en compagnie de tous les sergents du régiment, car j'ai déjà dit
qu'on ne faisait pas autre chose depuis un an. Quelque temps après le
sergent-major fut cassé, et placé comme sergent dans une autre
compagnie. Pour moi, je ne fus pas même consigné; mais ce qu'il y a de
singulier, c'est que, quinze jours après, on me donna la place du
sergent-major, dont j'avais involontairement complété la disgrâce.

Avant de parler de ce nouveau grade, je veux faire quelques observations
sur le régiment que je commençais à bien connaître. Le 59e s'était
distingué dans les guerres de la Révolution, et faisait partie de la
division Desaix à Marengo; dix sous-officiers et soldats reçurent des
fusils d'honneur pour leur conduite pendant cette journée. En 1802, ce
régiment tenait garnison à Clermont-Ferrand, lorsque le nouvel évêque,
M. de Dampierre, y fut installé solennellement en vertu du concordat.
Nous ne pouvons pas comprendre aujourd'hui combien alors des cérémonies
religieuses, des honneurs accordés à un évêque semblaient étranges.
Aussi le capitaine de musique imagina de faire jouer à la cathédrale les
airs les plus ridicules, tels que: _Ah! le bel oiseau, maman,_ en
choisissant de préférence le moment de l'entrée de l'évêque; le régiment
fut envoyé à Luxembourg, où le dépôt se trouvait encore. J'ai dit dans
quel désordre le dernier colonel avait laissé l'administration;
l'instruction militaire n'avait pas été moins négligée, et tout était à
refaire, ou plutôt à créer. On a vu dans l'état de la composition du
camp que les régiments avaient deux bataillons complétés à huit cents
hommes. Les deux chefs de bataillon étaient MM. Savary, frère du duc de
Rovigo, vif, animé, colère, inégal dans sa manière de servir; et
Silbermann, Alsacien, froid, méthodique, d'une tenue parfaite. Tous
deux, devenus à leur tour chefs de corps, moururent au champ d'honneur,
comme leur colonel. Lacuée voulait avoir une police, exemple que je n'ai
pas cru devoir suivre quand j'ai eu moi-même l'honneur de commander un
régiment. Les rapports de cette nature sont quelquefois faux, toujours
exagérés; on donne trop d'importance à des propos irréfléchis, et il est
à craindre que le colonel ne puisse se défendre de quelque injustice
envers de bons officiers. Il y a des paroles que l'on ne doit point
entendre, des choses qu'il vaut mieux ne pas savoir. Je pourrais donner
l'état nominatif des officiers du 59e, avec des notes sur chacun d'eux;
mais cette liste serait fastidieuse, et je me contenterai d'observations
générales en citant quelques noms. Les officiers sortaient des rangs des
sous-officiers; tous avaient fait la guerre, la plupart étaient des gens
de peu d'éducation. Quelques-uns, pour réparer ce désavantage, s'étaient
donné une demi-instruction assez confuse. Leurs manières étaient
communes, leurs politesses, des politesses de soldats. Le plus distingué
de tous, le capitaine Baptiste, devint le colonel du 25e léger. Le plus
original, le capitaine Villars, gascon de naissance et de caractère,
exagérait outre mesure le nombre de ses actions d'éclat et de ses
blessures, quoique plusieurs des unes et des autres fussent
très-réelles. Saint-Michel, mon premier sous-lieutenant, devint général
de division commandant la division militaire de Toulouse.

Les sergents-majors avec qui j'ai vécu dans l'intimité pendant cinq mois
ne se distinguaient pas des officiers. Ceux-ci avaient été sergents; les
sergents pouvaient devenir officiers. Plusieurs auraient pu s'élever
au-dessus des autres, mais ils n'avaient qu'un commencement d'éducation,
aucune fortune, quelques-uns contractèrent l'habitude de boire, et
arrivèrent à peine au grade de lieutenant ou de capitaine. Rester
plusieurs années soldat ou sous-officier est toujours une épreuve pour
un homme bien élevé. Décours, jeune homme de mon âge, sergent comme moi
dans la même compagnie, m'amusa beaucoup par son originalité. D'une
famille noble de Castillonès (ce dont il se vantait beaucoup), je n'ai
connu que lui au régiment qui eût une véritable instruction. Il aimait
la littérature, et nous avons fait bien des lectures ensemble. Aussi
gascon que son origine, il eût dû être le sergent-major de Villars. On
n'imagine pas toutes les histoires qu'il inventait sur lui et sur les
autres. Mais la bravoure n'était pas en lui une gasconnade: brillant à
la guerre, je pourrais ajouter querelleur et duelliste en temps de paix,
s'il m'appartenait de m'appesantir sur les défauts d'un camarade qui m'a
toujours témoigné une véritable amitié.

Les plus malheureux au camp étaient sans contredit les sergents-majors
dépositaires des fonds de la compagnie, que le capitaine aurait dû
garder dans sa baraque, où ils auraient été plus en sûreté. Aujourd'hui,
le règlement défend avec raison aux capitaines de s'en dessaisir. Le
capitaine, toujours responsable, aurait payé en cas de déficit, mais il
s'en serait vengé en faisant casser le sergent-major. Celui-ci craignait
donc sans cesse d'être victime d'un vol, et le plus léger déficit
semblait grave à un militaire qui n'avait que sa faible solde. Ils
étaient encore exposés à des dangers d'une autre nature, au danger des
tentations. À cette époque, on payait la solde pour les hommes de la
compagnie censés présents, et au dernier prêt du trimestre on retenait
la solde de toutes les journées d'absence. Ainsi le sergent-major avait
en sa possession, pendant trois mois, une somme d'argent souvent
considérable pour un soldat, et dont il ne devait compte qu'à la fin du
trimestre; et ayant de l'argent à sa disposition, souvent accablé de
fatigue, par le froid, par la grande chaleur, ou après une journée de
pluie, il fallait se refuser, non pas une bouteille de vin, qui était un
grand luxe, mais une bouteille de bière ou un petit verre d'eau-de-vie.
Ceux qui n'avaient point cette vertu se trouvaient embarrassés au moment
du règlement des comptes. Ainsi l'on convenait généralement que les
sergents-majors ne pouvaient se tirer d'affaire avec leur faible solde,
et c'est bien à eux que s'appliquait le mot de M. de Talleyrand: _qu'il
ne connaissait personne qui pût vivre avec son revenu_. Plusieurs
capitaines le disaient franchement, en ajoutant qu'ils voulaient
connaître les petites ressources que le sergent-major se procurait.
C'étaient quelques hommes absents que l'on comptait comme présents,
quelques journées d'hôpital que l'on cherchait à dissimuler. On se
montrait plus sévère pour les manœuvres dont le soldat aurait été
victime; par exemple, un conscrit qui ne savait pas ce qui lui était dû
et au compte duquel on portait des effets ou de l'argent qu'il n'avait
pas reçus. Ainsi, voler les particuliers était criminel; voler l'État
n'était qu'une faute vénielle: singulière morale à laquelle on était
conduit par l'insuffisance de la solde. Les soldats connaissaient ces
tours de passe-passe et en faisaient justice. _Le sergent-major connaît
l'arithmétique_, disaient-ils; _pose zéro et retiens neuf_. D'ailleurs
le mauvais exemple porte toujours ses fruits? La quantité de bois
accordée pour la construction des baraques paraissant insuffisante, on
permettait aux soldats d'aller la nuit couper des arbres dans les forêts
voisines; et pour mettre un terme à un pareil abus, il fallut les ordres
les plus sévères de l'Empereur. Comment ensuite pouvait-on exiger des
sergents-majors et des caporaux d'ordinaire de la probité soit envers
les soldats soit envers les marchands. On a pris le parti de payer
convenablement les militaires, et alors on a le droit d'être sévère.
Pendant que j'étais sergent-major on me vola 300 francs. Mes camarades
m'en témoignèrent leurs regrets, en me demandant seulement la permission
d'ajouter qu'ils étaient charmés que ce malheur fût tombé sur moi plutôt
que sur l'un d'eux; 300 francs étaient un léger sacrifice pour ma
famille et aucun autre sergent-major n'eût pu supporter une pareille
perte.

Le camp de Boulogne, dont celui de Montreuil formait la gauche, a laissé
de profonds souvenirs dans notre histoire contemporaine. L'avantage des
réunions de troupes dans les camps est connu de tous les militaires. On
attribue au camp de Boulogne l'honneur des succès que nous avons obtenus
dans les campagnes suivantes: et l'on nous voit toujours occupés de
travaux militaires, d'exercices de tous genres. J'étonnerai donc mes
lecteurs en leur disant combien, au camp de Montreuil, nos chefs
s'occupaient peu de notre instruction, comme ils profitaient mal d'un
temps si précieux. Le maréchal Ney commanda deux grandes manœuvres dans
l'automne de 1804 et autant en 1805, j'y assistai comme simple soldat
puis comme officier. C'était un grand dérangement et une excessive
fatigue; nous partions avant le jour, après avoir mangé la soupe, et on
rentrait à la nuit, n'ayant eu pendant la journée qu'une distribution
d'eau-de-vie. Le général Malher, qui remplaça le général Partouneaux,
réunit à peine la division trois fois et l'on manœuvra mal, il n'y eut
point de manœuvre de brigade, le général ne venait même jamais au camp.
Chaque colonel instruisait son régiment comme il voulait; on faisait
quelques théories, on instruisait les conscrits, et au printemps de
chaque année, on recommençait l'instruction pratique de tous les
sous-officiers, depuis la position du soldat sans armes. Le général
Malher annonça même un jour l'intention de faire prendre un fusil aux
officiers et de les faire exercer comme un peloton; on lui représenta
que les soldats se moqueraient d'eux et heureusement ce projet ne fut
pas mis à exécution. Je trouvais déjà assez ridicule de vouloir
instruire les sous-officiers comme des conscrits, de leur apprendre ce
qu'ils savent et ce qu'ils doivent enseigner aux autres; aussi rien ne
les impatientait davantage. Un jour l'adjudant-major désignait un vieux
sergent pour instruire des recrues, celui-ci répondit avec son accent
provençal: _Je ne suis pas dans le cas, monsieur. L'exercice, je ne la
sais pas. Si je la savais, on ne me la montrerait pas; si je ne la sais
pas, je ne peux pas la montrer_[3]. L'instruction ainsi commencée pour
toutes les classes se prolongeait jusqu'à l'école de bataillon. Le
régiment fut rarement réuni pour manœuvrer en ligne; on fit quelques
promenades militaires qui n'étaient qu'une simple marche, comme une
petite journée d'étape; quelques tirs à la cible, sans aucune méthode,
point d'école de tirailleurs, point d'escrime à la bayonnette, point de
salle d'armes. On n'imagina pas une fois de construire le plus simple
ouvrage de campagne. Aucun officier ne fut chargé du moindre travail de
connaissance. Je ne parle pas d'écoles régimentaires, qu'il était si
facile d'établir et auxquelles on ne pensait point alors. Faire faire
l'arithmétique aux soldats ou leur apprendre l'orthographe eût paru bien
étrange. Il valait mieux s'enivrer quand on avait de l'argent, ou bien
dormir quand on n'en avait pas. Les régiments nos voisins n'en faisaient
pas davantage, et je crois pouvoir en dire autant de la première et de
la deuxième division, dont l'exemple nous eût entraînés malgré nous. Il
est fort heureux qu'une si longue oisiveté n'ait pas enfanté de plus
grands désordres.

Au commencement de mars, on donna à chaque compagnie un petit jardin à
cultiver; très-bon moyen pour occuper les soldats et pour leur procurer
sans frais des légumes. Cependant ils s'en plaignirent, tant la paresse
a de charmes. Les soldats sont comme les enfants, hélas! comme la
plupart des hommes, il faut leur faire du bien malgré eux.

Ce fut à une des promenades militaires dont je viens de parler, que mon
sous-lieutenant me dit d'un ton dégagé, en jouant avec son épée:
_Sergent, nous fons là une belle promenade.--Oui, mon lieutenant,
répondis-je, mais moi qui ai un sac et un fusil à porter je trouve que
nous vons un peu loin_.

Qu'est-ce donc qui occupait toute cette jeunesse dans les moments non
employés à l'exercice, au nettoiement des armes, aux soins de propreté
pour lesquels on se montrait du moins assez sévère? Rien du tout, je
puis le dire. Dormir une partie du jour, après avoir dormi toute la
nuit, chanter des chansons, conter des histoires, quelquefois se
disputer sans savoir pourquoi, lire quelques mauvais livres que l'on
parvenait à se procurer; c'étaient leur vie, l'emploi de la journée des
sergents comme des soldats, des officiers comme des sergents. Les mœurs
étaient meilleures qu'on n'aurait pu le croire. D'abord on ne voyait pas
de femmes, nous n'allions jamais à Montreuil distant de trois lieues. Si
la ville d'Étaples offrait des ressources, elles étaient prises par la
deuxième division, qui y campait. Sans doute on trouvait quelques
paysannes aux environs, mais ces paysannes avaient leurs parents, leurs
maris ou leurs amoureux et leurs confesseurs, et l'on ne pouvait les
compter que comme de rares exceptions. Je suis persuadé que pendant
toute la durée du camp, à peine un homme sur cinquante a-t-il eu le
moindre rapport avec une femme. Dira-t-on que cette privation devait
engendrer des désordres d'une autre nature? Il y en avait sans doute,
mais en très-petit nombre. Je puis affirmer ce que j'avance; car quand
on est aussi rapproché les uns des autres, on sait ce qui se passe. Le
fait est qu'on n'y pensait guère. Cette expérience m'a fait croire bien
exagéré ce que l'on raconte des mauvaises mœurs des couvents; d'autant
plus que les moines regardent comme un devoir d'éloigner toutes les
idées que nous nous plaisions à entretenir. En effet, si nous étions
sages, c'était par manque d'occasions; quand par hasard une seule femme
venait à paraître, on n'imagine pas l'excitation que causait sa
présence; et ces soldats, si tranquilles au camp, auraient tous voulu en
garnison avoir une maîtresse.

Je n'ai pas besoin de dire qu'il n'était pas question de religion. Les
régiments n'allaient à la messe que dans les villes; car par une
singulière contradiction, l'Empereur pensait que la piété convenait aux
femmes et non aux hommes. _Je n'aurais pas voulu, disait-il, avoir une
armée bigotte_; assurément, il devait être satisfait à cet égard. Mais
j'ai eu lieu de remarquer combien il est fâcheux de ne jamais parler
religion à une nombreuse réunion d'hommes. Rien ne leur rappelle aucun
de leurs devoirs; et l'oubli de la piété amène bientôt l'oubli de la
morale.

Cependant quelqu'incomplets que fussent les travaux vaux du camp,
l'armée ne retira pas moins de grands avantages du long séjour qu'elle y
fit. Le plus important de tous fut de s'accoutumer à vivre ensemble,
d'apprendre à se connaître. D'abord la vie du camp nous préparait aux
marches et aux campements. Un établissement aussi incommode ne nous
rendait pas difficiles; et j'ai connu tel bivouac bien supérieur à nos
baraques. Ensuite les généraux, officiers d'état-major, officiers
supérieurs des différents corps, étant depuis longtemps ensemble, se
connaissaient, s'appréciaient mutuellement. Si dans une brigade les
colonels étaient faibles, le général surveillait plus attentivement
l'exécution de ses ordres; si au contraire traire le général était peu
capable, les colonels s'entendaient entre eux, pour lui indiquer
très-respectueusement ce qu'il fallait faire; et celui-ci, en suivant
leur direction, croyait commander. Les manies, les défauts de caractère
qui, de la part d'un nouveau venu, auraient pu blesser ou inquiéter,
étaient appréciés à leur valeur. _Le général est un peu criard_,
disait-on, _il faut le laisser dire, tout à l'heure il n'y pensera
plus_. Le maréchal Ney mit lui-même à profit cette connaissance dans les
campagnes suivantes. Il savait que tel poste était confié à un général
sur lequel il pouvait compter; il ne s'en occupait plus, et portait son
attention sur des points occupés par des généraux ou des chefs de corps
qui lui inspiraient moins de confiance. Des liens de fraternité, ainsi
qu'une noble émulation existaient entre les divers corps. Les 6e et 9e
légers, 59e et 96e de ligne s'étaient distingués à Marengo. L'Empereur
avait dit un jour, en parlant du 32e: _J'étais tranquille; la_ 32e
_était là_. Les uns voulaient justifier de si belles renommées, les
autres en acquérir à leur tour. Ce sont cette union, cette confiance,
cette appréciation du mérite et du talent, des qualités, des défauts
même de chacun, qui ont contribué à nos succès; et c'était le résultat
du long séjour de l'armée dans les camps.

J'ai interrompu mon récit pour faire quelques réflexions générales sur
le régiment et sur la vie que l'on menait au camp; elles seront mieux
comprises après ce qui a précédé, et en même temps elles éclairciront ce
qui va suivre.

Je continuai donc mon apprentissage de soldat et de sous-officier, et je
dois convenir que si cette situation m'a causé quelquefois de
l'embarras, j'en ai recueilli l'avantage dans la suite de ma carrière.
En vivant avec les soldats, j'ai appris des choses que j'aurais toujours
ignorées et qui m'ont été utiles quand j'ai été appelé à les commander.

J'ai dit que je venais d'être nommé sergent-major, et malheureusement
dans la même compagnie, la plus mauvaise du régiment. Un capitaine
insouciant et ne s'occupant d'aucuns détails, point de lieutenant, un
sous-lieutenant vieux troupier, le sergent-major cassé pour sa mauvaise
conduite, le fourrier paresseux, un très-mauvais caporal gâtant tous les
autres, des sergents, mes camarades de chambrée, bonnes gens, sans
caractère, le plus distingué de tous, Décours, dont j'ai parlé plus
haut, d'une société agréable, mais embarrassant par sa mauvaise tête:
voilà tout ce qui me secondait. Je fus nommé le 1er germinal (22 mars).
Il fallait régler le trimestre; mon prédécesseur devait à toute la
compagnie, et niait une partie de ses dettes; c'étaient des réclamations
perpétuelles, et le capitaine ne savait interposer son autorité ni pour
imposer silence aux soldats, ni pour leur faire rendre justice. Si l'on
eût voulu remettre de l'ordre dans cette compagnie, il eût fallu y
dépenser 500 francs. Quel début pour un jeune sergent-major, dont
l'avancement est déjà un sujet de mécontentement et d'envie! Tant de
difficultés et de mécomptes me rendaient désagréable ce nouveau grade,
que j'avais tant désiré et qu'au fond j'étais très-fier d'avoir obtenu.
Je dois donc le dire ici en toute vérité, je n'ai point été un bon
sergent-major, et le quartier-maître le dit un jour très-nettement au
colonel, que cela mécontenta beaucoup. La vie de soldat et de
sous-officier commençait à me fatiguer. On m'avait fait espérer d'être
officier au bout de quelques mois; et plus j'approchais du terme, plus
je voyais combien cela était difficile. Je n'avais pas d'argent, et je
n'en demandais pas; il est vrai que je faisais des dettes. Cette
situation m'attristait, me mécontentait; au lieu de faire effort pour
vaincre les difficultés, j'étais négligent dans mon service, et mon
malheureux capitaine ne savait ni me diriger, ni m'encourager, n me
réprimander. Pourtant je touchais au moment le plus grave et qui eût dû
stimuler tout mon zèle. Il y avait une place de sous-lieutenant vacante
au régiment, au tour du choix des officiers par suite d'une loi
républicaine que l'Empire n'avait point encore abolie. Les
sous-lieutenants désignaient au scrutin trois candidats parmi les
sous-officiers, et les lieutenants choisissaient un des trois. De même
pour le grade de lieutenant, les lieutenants désignaient trois
sous-lieutenants, et les capitaines en choisissaient un. Le colonel
avait toujours désiré me faire nommer de cette manière, elle était en
effet plus flatteuse; mais comment l'obtenir d'officiers déjà jaloux
d'un avancement que je n'avais pas trop bien justifié, surtout dans ces
derniers temps, et quand ces officiers avaient parmi les sous-officiers
des amis, d'anciens camarades qui attendaient depuis longtemps cette
distinction, si importante pour leur avenir, et qui tous la méritaient
mieux que moi? Cependant l'autorité du colonel, le désir de lui être
agréable, surtout la crainte de lui déplaire dans un temps où la
puissance des chefs de corps était immense; tous ces motifs vainquirent
l'opposition, et je fus nommé sous-lieutenant le 26 mai. Mais avant
d'être reçu, il fallait la confirmation de l'Empereur, et jusque-là je
devais continuer mon service de sergent-major. En ce moment parut un
décret qui exigeait quatre ans de service avant d'être nommé officier.
Ce décret, qui combla de joie les vieux militaires, me donna de vives
inquiétudes. Ma nomination serait-elle confirmée? Elle avait eu lieu
avant la promulgation du décret fatal; mais l'Empereur comptait pour
rien les règles, et peut-être voudrait-il faire exécuter tout de suite
un décret qu'il avait rendu pour flatter les anciens. Mon colonel fut
d'avis d'attendre; au bout d'un mois, cependant, il se décida à me faire
recevoir. L'inspecteur aux revues consentit à me payer avant le décret
de confirmation. Tout se préparait pour la descente en Angleterre; on
parlait en même temps de rupture avec l'Autriche; la guerre était donc
imminente, et il pensa avec raison que l'on ne m'ôterait point mon grade
en présence de l'ennemi. Je fus donc reçu à la tête du régiment, le 2
juillet, et cette nomination fut généralement mieux accueillie qu'on
n'aurait pu le croire. D'abord on s'y était toujours attendu; mon
service de soldat et de sergent était un jeu, et l'on savait très-bien
que je n'étais entré au régiment que pour devenir officier. Cette
nomination faisait plaisir au colonel, que l'on voulait se rendre
favorable. Quelques sous-lieutenants, mieux élevés que les autres,
étaient bien aises de m'avoir pour camarade. Enfin, malgré la jalousie
que j'inspirais, malgré quelques reproches que l'on pouvait me faire,
j'étais aimé au régiment. On me savait gré d'avoir supporté de bonne
grâce l'épreuve que je subissais depuis dix mois, et l'on savait que ce
noviciat, bien court pour les autres, avait dû me paraître terriblement
long. Mon bonheur était donc parfait, lorsque ce même soir il fut
troublé par un événement bien funeste.

Le lendemain il devait y avoir un simulacre d'embarquement pour tout le
corps d'armée. Le 27e régiment, détaché au camp de Saint-Josse, sur la
rive gauche de la Canche, vint passer la nuit dans nos baraques.
Officiers et soldats, chacun s'empressa de bien accueillir ces nouveaux
hôtes, et ce fut un jour de fête pour les deux régiments. Le soir nous
nous réunîmes tous au café, grande baraque construite à l'extrémité du
camp, et en entrant le bruit et la chaleur me portèrent à la tête, je
n'eus donc pas de peine à achever de me griser, et nous y étions encore
à minuit au nombre de sept ou huit seulement. M. Lafosse, capitaine de
police, qui nous tenait compagnie, fit observer alors que le colonel se
promenait dans les rues du camp, que peut-être il trouverait mauvais que
l'on restât si tard au café, que d'ailleurs on prenait les armes de
grand matin et qu'il serait temps de nous retirer; je répondis qu'il
n'avait point d'ordres à nous donner, qu'étant officier je n'étais plus
soumis à l'appel, que nous étions bien les maîtres de rester au café
toute la nuit, et que si nous étions prêts pour la prise d'armes, on
n'avait rien à nous dire. Le capitaine répliqua et moi aussi. Un de mes
camarades me fit de la morale, et au bout d'un instant m'emmena sans
résistance. Après mon départ, quelques officiers blâmèrent ma conduite
avec une vivacité qu'eux-mêmes avaient oubliée le lendemain. Mais le
colonel avait tout entendu. On ne peut se figurer sa colère. C'était
donc là la récompense de tant de soins; il m'avait reçu dans son
régiment; il m'avait fait rapidement franchir les différents grades;
lorsqu'il fallut remettre de l'ordre dans l'administration d'une
compagnie, il m'avait presque imposé au capitaine comme sergent-major.
J'avais répondu à sa confiance en servant négligemment et en faisant des
dettes. Loin de se décourager, il avait obtenu des officiers de me
nommer sous-lieutenant; et, le soir même de ma réception, je commençais
par un acte d'insubordination, par la désobéissance envers le capitaine
de police. Aussi, plus il m'avait témoigné de bonté, plus il devait
maintenant se montrer sévère. Ce n'était plus pour m'apprendre mon
métier, pour me faire le caractère, c'était pour me punir et se
justifier lui-même auprès des officiers. J'appris donc, à ma grande
surprise, après le profond sommeil qui suit toujours l'ivresse, j'appris
que j'étais aux arrêts forcés avec un factionnaire à ma porte;
l'officier aux arrêts paye ce factionnaire trois francs par jour; voilà
comment on m'aidait à acquitter mes dettes. Cette rigueur dura quinze
jours et fut suivie de huit jours d'arrêts simples. Dans cette occasion,
comme en d'autres, on manqua le but en le dépassant. La punition attira
l'attention sur la faute, qui n'était rien par elle-même, rien que
quelques propos d'homme ivre sans valeur, puisqu'après avoir refusé de
m'en aller, j'étais sorti de moi-même l'instant d'après. Le capitaine
Lafosse, à qui j'en ai parlé depuis, quand nous étions, lui chef de
bataillon et moi général, m'a assuré qu'il ne m'aurait pas même mis aux
arrêts.

Je logeais dans ma nouvelle baraque avec trois officiers. Ces baraques,
aussi malsaines que celles des soldats, étaient au moins plus spacieuses
et plus commodes.

Les officiers aux arrêts de rigueur ne reçoivent personne, mais on ne
pouvait pas punir mes compagnons de chambrée pour ma prétendue faute et
je profitais des visites qu'on leur faisait. L'un d'eux eût été très-bon
homme, s'il n'eût eu pour son malheur un peu d'éducation qui l'avait
rendu un savantasse, mêlant à tort et à travers du latin à tout ce qu'il
disait, devant les ignorants comme devant les savants, à peu près comme
Partridge dans Tom Jones. L'autre, jeune homme sortant du Prytanée,
paresseux d'esprit et de corps, passant la moitié de sa vie à garder les
arrêts, l'autre à les mériter. Le troisième, bon militaire, ne sachant
que dormir, chasser et commander l'exercice, parvenu enfin à force de
travail au grade de sous-lieutenant, son _nec plus ultrà_. Ces trois
hommes, si différents d'esprit et de caractère, n'en vivaient pas moins
en bonne intelligence, et j'eus également à me louer d'eux. J'employai
cette longue captivité à étudier mon métier, sans oublier la
littérature. Je me souviens encore combien m'intéressaient les
commentaires de Voltaire sur Corneille. Je cherchais à lutter d'esprit
avec l'auteur, en faisant moi-même dans ma tête un commentaire sur les
passages qu'il cite; et ma témérité se trouvait assez punie, quand je
comparais les notes de Voltaire avec mes réflexions.

Mes arrêts furent enfin levés et je me présentai chez mon colonel avec
moins de crainte encore que de douleur de l'avoir affligé. Son accueil
fut froid, triste et sévère: il ne voulait plus être que mon colonel,
puisque l'amitié qu'il me témoignait réussissait si mal; il avait cessé
toute correspondance avec ma famille, ne pouvant pas dire du bien de
moi, et n'en voulant pas dire de mal; sans doute cette affaire le
brouillerait avec mes parents, parce qu'on lui donnerait tort et il
regretterait de renoncer à une société aussi aimable. Je fus charmé de
pouvoir le rassurer à cet égard, en lui disant que loin d'excuser ma
conduite, dont j'avais déjà instruit mes parents, ils penseraient sans
doute que j'étais coupable, puisqu'il me punissait, et que jamais rien
ne pourrait ni à leurs yeux ni aux miens diminuer la reconnaissance que
nous lui devions. Je me gardai bien d'ajouter combien sa rigueur me
semblait excessive. Au bout de peu de temps je retrouvai toute son
ancienne bonté.


Au mois de juillet je fis partie d'un détachement à Montreuil, et, le
1er fructidor (22 août), j'embarquai sur les canonnières, cette fois
comme sous-lieutenant. Ce fut un plaisir pour moi de sortir du camp, de
voir d'autres objets que cette plaine sur laquelle nous étions campés,
et d'autres figures que celles de nos soldats. D'ailleurs, j'étais si
content, si fier de mon nouveau grade, que tout me semblait bon et beau.
Le moment le plus important dans la carrière d'un militaire est celui où
il devient sous-lieutenant. L'armée est divisée en deux classes: les
officiers et la troupe, et un intervalle immense les sépare. Or un
adjudant, le premier sous-officier du régiment, fait partie de la
troupe, comme le dernier tambour; un sous-lieutenant fait partie des
officiers comme le doyen des maréchaux de France. Si cette différence
est sensible en garnison, elle l'était bien plus encore au camp, où nous
vivions entre nous, réunis dans un petit espace et sans autre société
que nous-mêmes; aussi ces deux classes semblaient séparées par un abîme.
Plusieurs sous-lieutenants, qui désiraient m'avoir pour camarade,
n'auraient pas pu me faire la plus simple politesse, avant que je fusse
devenu leur égal. J'ai vu des sous-officiers amis, anciens camarades,
compagnons de plaisir; l'un était nommé sous-lieutenant, tout rapport
cessait entre eux. Quelquefois un mot de bonté d'un côté, un remercîment
respectueux de l'autre: voilà tout ce qui restait de leur ancienne
intimité. C'est donc après avoir passé dix mois sans sortir du camp et
dans une telle infériorité vis-à-vis des officiers, que je me suis
trouvé tout d'un coup leur égal, et que j'ai vu au-dessous de moi tout
le reste du régiment, où j'avais si longtemps connu des camarades ou des
supérieurs. Ainsi sans parler même de l'avancement auquel ce premier pas
donne des droits, c'est pour le présent un avantage incalculable et l'on
en jouirait tous les jours de sa vie, si l'on devait toute sa vie rester
sous-lieutenant.


Cependant, au mois d'août 1805, l'expédition tant annoncée ne partait
point encore. J'ai dit au commencement de ce récit avec quel bonheur et
quelle habileté tous les moyens de transport avaient été réunis sur la
côte; mais comment transporter cette immense flottille en Angleterre?
Pouvait-on risquer le passage en présence de la croisière ennemie?
Fallait-il attendre l'arrivée de notre flotte qui eût occupé les Anglais
pendant que nous aurions passé? Ces deux partis furent longuement
discutés.


Il ne fallait que quarante-huit heures pour faire sortir des ports notre
flottille, traverser le détroit. Il y a dans la Manche, en été, de longs
calmes pendant lesquels la croisière anglaise ne pouvait agir. Ainsi des
bâtiments construits pour marcher à la rame comme à la voile pouvaient
passer, même en présence de l'escadre anglaise. Les brumes de l'hiver
offraient le même avantage. Dans ces deux cas on pouvait risquer la
descente sans le secours de notre flotte; mais, à l'aide de la flotte,
on pouvait la risquer dans toutes les saisons. Ainsi l'Angleterre était
toujours tenue en alarme. On se croyait prêt dès le mois de septembre
1803; la nécessité de compléter l'équipement et l'armement, ainsi que
mille difficultés qui se rencontrent toujours au dernier moment, firent
remettre l'expédition jusqu'en août 1804.

Napoléon se décidait enfin à attendre l'arrivée de nos flottes; ce parti
plus prudent promettait un succès presque infaillible. La mort des
amiraux Latouche-Tréville et Brueys causèrent de nouveaux retards.
L'amiral Villeneuve, qui remplaçait Latouche-Tréville, partit de Toulon
en janvier 1805; il devait se joindre aux flottes de Brest et de
Rochefort, attirer les Anglais dans la mer des Antilles et revenir
ensuite dans la Manche. Mais Villeneuve était inquiet du mauvais état du
matériel de la flotte et de l'inexpérience des équipages. Une tourmente
dispersa les bâtiments, et causa de grands dommages. Après avoir fait
soixante-dix lieues, Villeneuve rentra dans Toulon, et le projet échoua
encore. L'Angleterre commençait à ne plus croire à la descente, et le
voyage de l'Empereur à Milan, pour son couronnement comme roi d'Italie,
continua à entretenir cette illusion. Cependant Napoléon ne pouvait pas
sans une nécessité absolue abandonner un plan qui, depuis deux ans,
occupait toutes ses pensées, et dont il attendait de si immenses
résultats. L'Espagne venait de déclarer la guerre à l'Angleterre et sa
flotte allait joindre la nôtre; le moment était donc venu de tenter un
dernier effort.

Villeneuve repartit de Toulon le 30 mars, rallia à Cadix l'amiral
Gravina et arriva à la Martinique, mais la flotte commandée par
Ganteaume ne paraissait pas. Les vents contraires la retenaient à Brest,
toujours bloquée par la flotte anglaise. Alors Villeneuve, au lieu
d'attendre à la Martinique la jonction de toutes les escadres, reçut
l'ordre de venir débloquer celles du Ferrol et de Brest, pour les
conduire enfin dans la Manche. Un combat naval eut lieu au Ferrol, il
fut indécis; le découragement de Villeneuve s'en augmenta. Personne ne
peut révoquer en doute le courage personnel de ce malheureux amiral,
mais son caractère indécis et inquiet le disposait toujours à exagérer
les inconvénients et les dangers. Les Espagnols n'étaient pour lui qu'un
embarras: «ce sont eux, dit-il, qui nous ont conduits au dernier degré
des malheurs.» Villeneuve ne croyait pas même les Français capables de
se mesurer en mer avec les Anglais, et il avouait au ministre de la
marine qu'avec ses vingt-neuf vaisseaux il craindrait de rencontrer
vingt vaisseaux ennemis. Villeneuve ignorait qu'en toute affaire, il ne
faut pas trop craindre les chances défavorables, et qu'à la guerre
principalement, qui ne risque rien n'a rien. Il partit donc de la
Corogne ayant l'ordre d'aller à Brest, mais ne sachant pas bien lui-même
ce qu'il voulait faire.

Pendant ce temps Napoléon, à Boulogne, préparait le départ de l'armée.
Tout le matériel était embarqué et l'on avait fait plusieurs essais
d'embarquement du personnel; chaque régiment, chaque compagnie
connaissait son emplacement, et le départ pouvait avoir lieu sans le
moindre embarras. En même temps, on continuait à construire des baraques
et le bruit d'une guerre continentale prenait quelque consistance.
Irions-nous en Angleterre, en Allemagne; ou bien serions-nous condamnés
à passer encore un hiver dans ce malheureux camp? Cette dernière
hypothèse était la seule qui nous effrayât. Napoléon, étonné de ne pas
voir arriver Villeneuve, commençait à concevoir de l'inquiétude, que le
ministre augmentait encore en lui faisant part des irrésolutions de cet
amiral. Enfin, on apprit, le 26 août, que Villeneuve, au lieu de marcher
sur Brest, se décidait à retourner à Cadix; et l'époque de la saison, la
réunion des flottes anglaises empêchaient alors de rien entreprendre.

Heureusement, la nouvelle coalition de l'Europe permit à Napoléon de
remplacer cette expédition, si souvent et si inutilement annoncée, par
une grande guerre européenne. Aussi, dès le lendemain 27 août, après une
violente explosion de colère contre l'incapacité de l'amiral Villeneuve,
qui faisait manquer le plus beau plan du monde, il y renonça
sur-le-champ, donna des ordres de départ pour l'Allemagne et dicta le
plan de la campagne de 1805.

Ainsi se terminèrent nos incertitudes. Les trois divisions du camp de
Montreuil, toujours sous le commandement du maréchal Ney, partirent pour
Strasbourg le 1er septembre. J'étais ravi de faire la guerre comme
officier, et les fatigues de l'infanterie me semblaient légères, n'ayant
plus que mon épée à porter. L'Empereur n'avait point confirmé ma
nomination; mais j'étais tranquille, bien persuadé qu'on ne me
dégraderait pas sur le champ de bataille.



CHAPITRE II.

CAMPAGNE DE 1805.



Ire PARTIE.

MARCHE EN ALLEMAGNE.--COMBAT DE GUNTZBOURG.--PRISE D'ULM.


La troisième division partit du camp de Montreuil le 1er septembre[4].
Les deux premières nous avaient précédés à un jour de distance. Ces deux
jours furent précieux au moment d'un départ si précipité. Nous marchions
par division, la gauche en tête; ainsi les 59e régiment, 50e, 27e et 23e
léger. Rien ne fatigue plus les troupes que la marche par division. Il
faut de la place pour loger huit mille hommes, et, après une longue
route, les compagnies se trouvaient souvent obligées d'aller chercher
par des chemins de traverse et à d'assez grandes distances le village
qu'on leur assignait.

Le 59e étant tête de colonne, M. le chef de bataillon Silbermann
commandait l'avant-garde, dont je faisais partie le jour du départ avec
un autre sous-lieutenant. J'étais en retard, et mon camarade m'avait
imité. L'avant-garde se trouvait bien loin quand nous allâmes présenter
nos excuses au commandant, qui nous répondit avec son sang-froid
alsacien: _Messieurs, je ne me fais jamais attendre et je n'attends
jamais personne; vous garderez les arrêts_. Rien ne me contraria plus
que cette punition au début d'une campagne. Elle me parut un triste
souvenir du passé, un sinistre présage pour l'avenir.

En vingt-six jours, la division atteignit les bords du Rhin à Seltz,
au-dessous de Strasbourg, en passant par Arras, La Fère, Reims, Châlons,
Vitry, Saint-Dizier, Nancy et Saverne. Nous marchions dans le plus grand
ordre par le flanc, sur trois rangs, les officiers constamment avec
leurs compagnies. Un jour que j'étais resté en arrière un quart d'heure
pour achever de déjeuner à la halte, mon capitaine me dit que lui-même
ne se serait pas permis ce que je venais de faire. Quand les officiers
donnent un pareil exemple, on peut être sûr que tout va bien. Aussi le
passage d'une armée aussi nombreuse ne donna lieu à aucune plainte. Il y
avait dans nos régiments beaucoup de conscrits qui supportèrent
admirablement cette longue marche; il y eut peu de malades, point de
traînards, et les hommes à qui l'on accorda des congés pour aller voir
un instant leur famille, rentrèrent tous avant le passage du Rhin.

J'avais espéré moi-même une permission pour revoir mes parents après un
an d'absence et au moment d'entrer en campagne. Mon colonel l'avait
promis à ma mère, et je le vis avec surprise, le second jour de route,
partir pour Luxembourg, dépôt du régiment, sans me parler de rien. Il
nous rejoignit, le 15, à Saint-Dizier, et j'appris la cause de cette
rigueur. Le second jour de marche j'étais de service à l'arrière-garde,
corvée fort ennuyeuse, car on doit faire filer devant soi tous les
bagages. Je causais avec une cantinière à la fin d'une longue étape, et
comme elle me dit qu'elle se sentait fatiguée et un peu souffrante, je
lui offris mon bras sans y penser et comme à une dame de Paris. Le
général Malher nous vit et félicita mon colonel sur la galanterie des
officiers qui donnaient le bras aux cantinières. Il n'en fallait pas
tant pour exciter sa colère. Après m'avoir vivement reproché mon
étourderie, il me dit que cette sottise l'avait empêché de me donner
plus tôt une permission, mais que mes parents ne pouvaient pas être
punis pour ma faute; que j'allais partir pour Paris, à la condition
d'être de retour pour le passage du Rhin, le 26. Ainsi, en douze jours,
il fallait faire deux cents lieues en poste, car je ne pouvais pas
perdre un des instants consacrés à ma famille. N'ayant point de voiture,
je prenais à chaque poste un cabriolet, une carriole, une petite
charrette, où l'on attelait un cheval; le postillon assis à côté de moi,
courant ainsi jour et nuit sans arrêter, prenant à peine le temps de
manger. Mon arrivée à Paris fut un jour de fête pour ma famille et pour
moi.

Il faudrait avoir passé un an au camp pour comprendre ce que j'éprouvai
à Paris. Ce séjour me parut enchanté, je croyais rêver; et pourtant, en
me retrouvant dans le lieu où j'avais passé mon enfance, je me demandais
quelquefois si le camp de Montreuil n'était pas plutôt un mauvais rêve.
Quelqu'un disait qu'en lisant Homère, les hommes lui paraissaient avoir
six pieds de haut. On peut dire aussi que les gens bien élevés semblent
des êtres d'une autre nature, des espèces de génies supérieurs aux
hommes. La toilette des femmes, la conversation, le ton, les manières me
transportaient dans un nouveau monde. On avait fort approuvé le parti
que j'avais pris, et qui était déjà couronné de succès, puisque j'étais
officier. D'ailleurs, M. Lacuée étant l'ami de la maison, le numéro du
régiment augmentait encore l'affection qu'inspirait le jeune
sous-lieutenant. Ces moments de bonheur durèrent peu. Arrivé à Paris le
17 septembre, j'en devais partir de manière à arriver sur le Rhin le 26.

Mon voyage eut lieu, comme je l'ai dit, en charrette de poste, jour et
nuit; il fallait mon âge et ma santé pour supporter de pareilles
épreuves. On attendait l'Empereur, et c'est à peine si je pouvais
obtenir le seul cheval dont j'avais besoin. Quelquefois un voyageur
demandait la permission de monter avec moi; j'y consentais, pourvu qu'il
donnât quelque chose au postillon et que la rapidité de la course ne fût
point ralentie.

J'arrivai à Seltz le 26, veille du passage du Rhin; mais dans quel
équipage! J'avais acheté à Paris tout ce dont j'avais besoin; on le mit
à la diligence. La, rapidité de notre marche et notre changement de
direction m'empêchèrent de le recevoir. Je passai le Rhin avec une
épaulette et une épée d'emprunt. C'est ainsi que j'ai toujours manqué de
tout dans le cours de ma carrière. J'ai été sergent-major sans argent
pour payer le prêt, voyageur en poste sans voiture, officier sans
épaulette ni épée, aide de camp sans chevaux. Je suis venu à bout de
toutes ces difficultés, en les bravant hardiment, en ne doutant jamais
ni de moi ni de la Providence. La division passa le Rhin le 27 sur un
pont de bateaux, entre Seltz et Lauterbourg. Ce passage fut une
véritable fête. Les soldats portaient de petites branches d'arbres à
leurs habits, en guise de lauriers. Nous défilâmes de l'autre côté du
Rhin, devant les généraux, au cri de: Vive l'Empereur!

Le 30, le corps d'armée se réunit à Stuttgard, en passant par Carlsruhe
et Prorsheim. Nous y séjournâmes jusqu'au 3 octobre.

Il faut maintenant raconter la position de l'ennemi, expliquer les
projets de Napoléon. On verra ensuite quelle part fut réservée au
sixième corps, dans leur exécution, quel rôle joua le 59e dans les
opérations du corps d'armée, enfin la part très-minime que j'ai prise
aux exploits de ce régiment.

La coalition formée par les Anglais, les Autrichiens, les Russes, les
Suédois et les Napolitains, espérait attirer les Bavarois, tout le reste
de l'Allemagne et la Prusse elle-même. Plusieurs attaques se préparaient
par la Poméranie, la Lombardie et le midi de l'Italie. La seule dont
j'aie à m'occuper devait suivre la vallée du Danube; elle était confiée
aux Autrichiens et aux Russes, mais les Russes étaient en arrière. Si
l'armée autrichienne se fût portée à leur rencontre, elle eût découvert
l'Allemagne, que Napoléon aurait envahie et forcée de se joindre à lui.
Le général Mack, qui commandait l'armée autrichienne, résolut de le
prévenir; il traversa la Bavière et vint prendre position, la droite à
Ulm, la gauche à Memmingen, couvert par l'Iller. Il supposait que
Napoléon l'attaquerait de front par les défilés de la forêt Noire, entre
Strasbourg et Schaffouse; il comptait pouvoir se défendre
avantageusement dans la forte position qu'il avait prise; et, en
supposant même qu'il fût vaincu, il opérerait sa retraite en se
rapprochant des Russes. Il avait détaché le général Kienmeyer à
Ingolstadt pour observer les Bavarois et se lier avec les Russes qu'on
attendait par la route de Munich.

Mais Napoléon forma un tout autre plan. Il ne se proposait pas de battre
les Autrichiens, mais de les envelopper et de les détruire, pour marcher
lui-même au-devant des Russes. Il organisa son armée en sept corps, et
lui donna pour la première fois le nom de Grande Armée, ce nom devenu si
célèbre. Chaque corps d'armée se composait de deux ou trois divisions
d'infanterie, d'une brigade de cavalerie et d'un peu d'artillerie. Le
maréchal Bernadotte commandait le premier, Marmont le deuxième, Davout
le troisième, Soult le quatrième, Lannes le cinquième, Ney le sixième,
Augereau le septième. La grosse cavalerie, composée de carabiniers, de
cuirassiers et de dragons, était réunie en un seul corps, que commandait
habituellement le prince Murat; la garde impériale formait la réserve.
La Grande Armée présentait une masse de cent quatre-vingt-six mille
combattants, à laquelle allaient bientôt se joindre vingt-cinq mille
Bavarois, huit mille Badois et Wurtembergeois, car l'électeur de
Bavière, après beaucoup de perplexité, avait fini par s'unir franchement
à la France.

Voici les dispositions que prit Napoléon pour exécuter son plan:

Le 23 septembre, Murat avec une partie de la cavalerie et quelques
bataillons du cinquième corps, paraissant faire l'avant-garde de
l'armée, passa le Rhin à Strasbourg et se présenta aux défilés de la
forêt Noire, pour faire croire au général Mack qu'il allait être attaqué
de ce côté; les fausses nouvelles, les achats de vivres, rien n'avait
été négligé pour confirmer son erreur. Pendant ce temps, les corps de la
Grande Armée franchissaient le Rhin de la droite à la gauche: le sixième
à Lauterbourg; le quatrième à Spire; le troisième à Manheim; les premier
et deuxième arrivèrent de la Hollande et du Hanovre à Wurtzbourg. Tous
ces corps se dirigeaient sur le bas Danube, pour le passer à Donauwerth,
s'emparer du pays situé entre le Lech et l'Iller, forcer le passage de
cette rivière, afin d'investir Ulm par la rive droite; le maréchal Ney,
avec le sixième corps, devait rester sur la gauche et s'approcher d'Ulm
le plus possible.

Ainsi, nous partîmes de Stuttgard le 3 octobre pour suivre la grande
route d'Ulm. La troisième division logea pendant deux jours dans de
mauvais villages. Le 5, au soir, avant d'arriver à Geislinigen, elle
tourna à gauche pour suivre le mouvement des autres corps, sur le bas
Danube. Nous marchâmes la nuit et la journée suivante avec quelques
moments de repos, et sans manger. L'Empereur avait ordonné de faire
porter aux soldats du pain pour quatre jours, et d'avoir pour quatre
jours de biscuit dans les fourgons. Je ne sais ce qui avait lieu dans
les autres corps, mais, quant à nous, nous n'avions rien; et comme le
59e marchait le dernier par son ordre de numéro, il n'arriva qu'à
l'entrée de la nuit au bivouac près de Giengen, ville où logeait le
général Malher. Le colonel lui dit que son régiment arrivait après une
marche de trente-six heures, et lui demanda la permission de faire une
réquisition de vivres. Le général refusa, parce qu'il avait promis de
ménager la ville, mais c'était autoriser tous les désordres: aussi les
villages environnants furent saccagés; et le premier jour de bivouac
devint le premier jour de pillage. Le colonel, qui mourait de faim
lui-même, trouva les grenadiers faisant rôtir un cochon. Sa présence
causa d'abord de l'embarras; au bout d'un instant, un grenadier plus
hardi lui offrit de partager leur repas, ce qu'il fit de grand cœur, et
le pillage se trouva autorisé.

Le lendemain 7 nous bivouaquâmes près d'Hochstedt. Ce même jour, le
maréchal Soult passait le Danube à Donauwerth. Le maréchal Ney reçut
l'ordre de revenir sur ses pas pour se rapprocher d'Ulm, et de s'emparer
des ponts de Guntzbourg et de Leipheim, afin de resserrer la place et de
faciliter la communication entre les deux rives.

La troisième division fut chargée de cette opération. Il fut impossible
d'aborder le pont de Leipheim, à cause des marais impraticables qui
l'entouraient. Le général Marner, avec la brigade Marcognet, entreprit
l'attaque du grand pont de Guntzbourg en face de la ville. Le lit du
Danube, en cet endroit, est coupé par différentes îles; elles furent
toutes enlevées avec résolution. Mais il fut impossible de franchir le
grand bras du Danube, qui touche à la ville. Une travée du pont avait
été détruite, et les travailleurs, exposés aux coups des Autrichiens
placés de l'autre côté du fleuve, ne purent réussir à rétablir le pont.
Il fallut se retirer dans les îles boisées et renoncer à cette
opération, qui avait déjà coûté près de trois cents hommes.

Le général Labassée, avec le 59e, reçut l'ordre d'enlever un autre pont
situé au-dessous de Guntzbourg[5]. Le régiment arriva, le 8, fort tard à
la petite ville de Gundelfingen. La journée fut pénible; plusieurs
soldats, fatigués par les marches précédentes, restèrent en arrière. Le
colonel assembla les sergents-majors et leur parla vivement sur le
devoir pour des militaires de supporter sans se plaindre la fatigue, le
manque de nourriture et tous les genres de souffrances. _Il ne suffit
pas d'être braves_, ajouta-t-il, _nous le sommes tous, et moi-même, je
puis être tué demain_; paroles, hélas! bien tristement prophétiques. Le
lendemain 9, le deuxième bataillon marchait en tête; le soir, pour la
première fois, nos conscrits parurent devant l'ennemi; les tirailleurs
chassèrent les Autrichiens des bois qui sont en avant du pont; ce pont
lui-même fut enlevé au pas de charge. Le colonel plaça en réserve à
l'entrée du pont les trois dernières compagnies du premier bataillon:
c'étaient les sixième, septième et huitième[6]; la mienne était la
septième. Nous gardâmes longtemps cette position, fort impatientés de ne
pouvoir partager la gloire et les dangers de nos camarades. Lefèvre,
adjudant du bataillon, nous tenait compagnie. _Vous me voyez à mon
poste_, me dit-il, _au demi-bataillon de gauche_. C'est en effet la
place de l'adjudant; mais je ne pus m'empêcher de penser que lorsqu'il y
avait en avant un bon château, l'adjudant ne gardait pas si
scrupuleusement son poste[7]. Là, nous vîmes quelques blessés et un
assez bon nombre de prisonniers, que la huitième compagnie fut chargée
de conduire à Gundelfingen. À l'entrée de la nuit, nous eûmes enfin
l'ordre de rejoindre le régiment. Le pont étant à moitié coupé, on ne
pouvait passer qu'homme par homme. Quand vint notre tour de suivre la
sixième compagnie, mon capitaine passa et se mit à courir sans regarder
derrière lui; le premier sergent, les soldats le suivirent comme ils
purent. Pour moi, j'oubliai en cette occasion que le premier soin d'un
jeune officier qui débute devant l'ennemi doit être d'établir sa
réputation; je ne pensai qu'au succès de l'affaire, et au lieu d'agir en
sous-lieutenant, je me mis à faire le général. Je crus qu'il fallait,
avant tout, faire passer les soldats, et comme la nuit venait, que la
compagnie se trouvait la dernière, beaucoup d'hommes pouvaient rester en
arrière; je les fis donc tous passer devant moi, et je passai ainsi
moi-même le dernier du régiment. Aussi, quand je rejoignis mon capitaine
sur le terrain, il se mit à rire, et ce rire voulait dire: _Vous voilà,
j'y comptais; mais il commençait à être temps._ Je n'ai compris cela que
longtemps après.

Nous trouvâmes le régiment assez en désordre. Il avait résisté aux
charges de cavalerie, comme au feu de l'infanterie, et cette journée lui
fit beaucoup d'honneur. Pour dire la vérité, je ne crois pas que les
attaques de l'ennemi aient été bien vives. Je trouvai les officiers
agités et inquiets, s'occupant d'encourager les soldats et de tâcher de
remettre de l'ordre, les compagnies se trouvant mêlées; car, comme je
l'ai dit, il avait fallu passer le pont un à un, et en arrivant dans la
plaine recevoir les coups de l'ennemi avant d'avoir le temps de se
mettre en défense. Je suis persuadé qu'il y eut un moment où une attaque
à la baïonnette et une charge de cavalerie sur nos flancs nous eussent
ramenés et précipités dans le Danube. Dans cette situation, nos deux
compagnies de réserve auraient pu être d'un grand secours. Mais les
capitaines, pressés de se rendre sur le champ de bataille, n'avaient
point voulu se donner le temps de les former après le passage du pont,
et le régiment les eût entraînées dans sa déroute. Heureusement, il
faisait nuit, les Autrichiens ignoraient notre petit nombre, et je crois
même qu'ils ne combattirent que pour assurer leur retraite. Le feu cessa
bientôt; le 50e vint nous rejoindre, et il est à regretter qu'il ne soit
pas venu plus tôt. Nous passâmes la nuit sous les armes, sans allumer de
feu. J'ai appris alors que le colonel avait reçu une blessure grave; il
mourut quand on le transportait de l'autre côté du pont. Son dernier mot
fut d'ordonner à l'officier qui le conduisait de le laisser mourir et de
retourner au combat. Au point du jour, nous entrâmes dans Guntzbourg,
que l'ennemi avait évacué; nous y prîmes quelques heures de sommeil.

La perte du colonel Lacuée fut vivement sentie dans l'armée et
particulièrement dans son régiment. Ceux qui l'aimaient le moins, ceux
que lui-même traitait le plus sévèrement, rendaient justice à ses belles
et nobles qualités. Il fut enterré le jour même dans le cimetière de
Guntzbourg: les régiments qui se réunissaient dans cette ville y
assistèrent; mon capitaine prononça un petit discours que je regrette de
n'avoir pas conservé. Le colonel Colbert, ami particulier de Lacuée,
voulut avoir sa dragonne, et par un souvenir tout militaire de son
affection il se promit bien de donner avec elle un bon coup de sabre, et
il a bien tenu parole. Pour moi, je n'ai pas besoin de dire que j'en
éprouvai une vive douleur. Il m'avait témoigné la tendresse d'un père;
je lui devais ma nomination d'officier, et la lettre que j'écrivis ce
jour-là même à ma mère fut souvent interrompue par mes larmes.

Dans cette première affaire, chacun donna des preuves de son caractère,
de sa bravoure et quelquefois de sa faiblesse. Le capitaine Villars ne
manqua pas l'occasion de faire une gasconnade; nous le retrouvâmes
blessé dans une maison de Guntzbourg. Il nous raconta qu'il avait été
renversé par terre et qu'on lui donnait des coups de sabre et de
baïonnette. _Je riais en moi-même_, ajoutait-il, _et je me disais: Ils
sont bien attrapés; ils croient que je vais me rendre, et je ne me
rendrai pas._ On le fit prisonnier cependant, mais comme le général
Cambronne à Waterloo, lorsqu'il ne fut plus en état de se défendre. Le
sergent Décours, mon ancien camarade, alors sergent-major, se conduisit
de la manière la plus brillante. Il reçut une légère blessure et fut
nommé légionnaire. La première affaire est une épreuve pour les jeunes
gens. Un sergent de ma connaissance se cacha, et ne fut pas le seul[8].
Chaque compagnie avait à cet égard une histoire à raconter. Les affaires
de nuit sont commodes; on se perd dans les bois, on tombe dans un
ruisseau, et j'ai admiré dans le cours de ma carrière militaire le
talent de gens qui s'esquivent toujours au moment du danger, et toujours
sans se compromettre.

Le régiment eut à l'affaire de Guntzbourg douze hommes tués, en comptant
le colonel et deux sous-lieutenants, et une quarantaine de blessés, y
compris le capitaine Villars. M. Silbermann, le plus ancien des deux
chefs de bataillon, prit le commandement du régiment.

Pendant ce temps les autres corps d'armée passaient le Danube sur
plusieurs points, occupaient le pays compris entre l'Iller et le Lech.
Un brillant combat eut lieu, le 8, à Westingen; le maréchal Soult entra
le même jour à Augsbourg: le maréchal Bernadotte, ayant terminé sa
longue marche, s'approchait de Munich. Napoléon, qui était resté
plusieurs jours à Donauwerth (les 7, 8 et 9), se rendit à Augsbourg,
pour apprendre des nouvelles de l'armée russe et diriger les mouvements
de tous les corps d'armée. Il laissa dans les environs d'Ulm le maréchal
Ney, le maréchal Lannes et le prince Murat, en donnant le commandement à
ce dernier. Cette faveur, que Murat devait à son titre de prince et à
l'honneur d'être beau-frère de l'Empereur, déplut beaucoup aux deux
maréchaux, qui ne s'entendirent point avec lui. Depuis la prise du pont
de Guntzbourg, nous nous trouvions maîtres des deux rives du Danube; le
général Dupont occupait seul la rive gauche, en position à Albeck. Le
maréchal Ney voulait le soutenir avec les deux autres divisions du 6e
corps; et bientôt l'événement lui donna raison. Dupont, qui avait ordre
de s'approcher d'Ulm, et qui se croyait appuyé, se trouva avec six mille
hommes en face de soixante mille Autrichiens; il eut l'audace de
commencer l'attaque, ce qui fit croire aux Autrichiens que sa division
formait l'avant-garde de l'armée. Après avoir soutenu toute la journée
un combat inégal, il se retira le soir à Albeck, emmenant quatre mille
prisonniers. Mais les Autrichiens pouvaient renouveler l'attaque avec
toutes leurs forces, écraser la division Dupont et nous échapper en se
retirant en Bohême. Si l'Empereur avait ordonné de s'emparer des ponts
de Guntzbourg, il n'avait point prescrit au 6e corps de rester sur la
rive droite. Cette rive était assez bien gardée par tous les corps
d'armée; toutefois le prince Murat s'obstina à nous laisser sur la rive
droite, et l'Empereur, arrivant d'Augsbourg le 13 au matin, donna raison
au maréchal Ney. Il lui reprocha seulement d'avoir laissé la division
Dupont s'engager témérairement sur les hauteurs d'Ulm. Maintenant, pour
réparer la faute commise et repasser sur la rive gauche, l'Empereur
ordonna au maréchal Ney de s'emparer du pont et des hauteurs d'Elchingen
situés au-dessus de Guntzbourg, à environ 7 kilomètres d'Ulm. Cette
opération offrait le double avantage de resserrer la place et de frapper
le moral des ennemis par un nouveau triomphe. Mais l'entreprise offrait
des difficultés. Les travées du pont avaient été enlevées. Il fallait
les rétablir sous un feu meurtrier, enlever ensuite le village et le
couvent situés sur une hauteur. Le maréchal Ney entreprit cette
opération avec la plus grande vigueur. Il était mécontent de quelques
reproches de l'Empereur, plus mécontent encore d'un propos du prince
Murat, qui, quelques jours auparavant, ennuyé de ses explications, lui
avait dit qu'il ne faisait jamais de plans qu'en présence de l'ennemi.
Le matin, le maréchal Ney, au moment de l'attaque, lui prit le bras et
lui dit en présence de l'Empereur et de tout l'état-major: _Prince,
venez faire avec moi vos plans en présence de l'ennemi_; et il se
précipita au milieu du feu. La 1re division, qui n'avait rien fait
encore, fut chargée de cette opération et s'en acquitta de la manière la
plus brillante. Le pont fut réparé tant bien que mal, et franchi
aussitôt; le village et le couvent enlevés, la cavalerie dispersée, les
carrés enfoncés. L'ennemi se retira sur les hauteurs du Michelsberg, qui
défendent les approches de la place d'Ulm.

Nous marchions en réserve ce jour-là, et nous voyions revenir les
blessés, soit à pied, soit sur des charrettes. Ce spectacle est pénible
pour un régiment qui compte beaucoup de conscrits, et le dispose mal à
entrer en ligne à son tour. Un vieux soldat les amusait en leur disant
que nous étions loin encore, puisque les musiciens se trouvaient à notre
tête. Au même instant, nous en vîmes revenir deux; ce fut une joie
générale.

Le même jour, le général Dupont avait rencontré le corps du général
Werneck, sorti d'Ulm pour tâcher de trouver une direction par laquelle
l'armée autrichienne pût opérer sa retraite. Le général Dupont le battit
et l'empêcha de rentrer dans la place.

Le lendemain 15 vit compléter l'investissement. Le maréchal Ney enleva
les hauteurs du Michelsberg, le maréchal Lannes celles du Frauenberg,
qui toutes deux dominent la place. On s'avança jusque sur les glacis, et
même un bastion fut un instant occupé; mais l'attaque était prématurée,
et il fallut se retirer. L'Empereur remit au lendemain la capitulation
ou l'assaut.

Qu'aurait donc pu faire le général Mack pour éviter d'être réduit aune
pareille situation? Il est certain qu'en s'y prenant à temps, il aurait
pu essayer de gagner le Tyrol par la rive droite du Danube, ou mieux
encore la Bohême par la rive gauche. L'archiduc Ferdinand, qui
commandait une division de l'armée, le voulait. Il obtint du moins la
permission de sortir pour son compte; et le 14 au soir, jour de la
bataille d'Elchingen, il alla joindre le général Werneck, ce qui privait
le général Mack de vingt mille hommes, et le réduisait à trente mille.
Murat fut chargé de les poursuivre avec la division Dupont, les
grenadiers Oudinot et la réserve de cavalerie. En quatre jours il
dépassa Nuremberg, en passant par Meustetten, Heidenheim, Neresheim et
Nordlingen; chaque jour fut marqué par un combat, ou plutôt par un
triomphe. Le général Werneck fut forcé de capituler; l'archiduc
Ferdinand se sauva en Bohême avec deux mille chevaux. Jamais on ne vit
une telle rapidité, jamais une suite de succès si éclatants.

Il ne restait plus au malheureux général Mack qu'à capituler avec ses
trente mille hommes. Mack ne pouvait obtenir d'autre condition que celle
de mettre bas les armes. Les soldats devaient être conduits en France,
les officiers rentreraient en Autriche avec parole de ne pas servir.
Tout le matériel était livré à l'armée française. Le général Mack
conservait jusqu'au dernier moment l'espoir d'être secouru, soit par
l'armée russe, soit par l'archiduc Charles, opposé en Italie au maréchal
Masséna. Il ne pouvait renoncer à cette pensée, qui l'avait engagé à se
tenir enfermé dans Ulm, sans essayer de se faire jour à travers l'armée
française, quand il en était temps encore. À peine les assurances les
plus positives et la parole donnée par le maréchal Berthier furent-elles
suffisantes pour lui prouver que, d'après les positions respectives des
armées, tout secours était impossible. Il fut donc convenu que la place
serait remise le 25 octobre à l'armée française, si elle n'était pas
secourue à cette époque; cela faisait huit jours depuis le 17, époque de
l'ouverture des négociations. Mais le 19, Napoléon, ayant appris la
capitulation du général Werneck, représenta au général Mack que ce délai
était parfaitement inutile et ne faisait que prolonger les souffrances
et les privations des deux armées. Il obtint que la place fût rendue le
lendemain 20, à condition que les troupes du maréchal Ney ne sortiraient
point d'Ulm avant le 25. Ce fut une coupable faiblesse et bien
inexcusable, car on ne pouvait, exiger de lui que d'exécuter la
capitulation; et avec un adversaire tel que Napoléon, il n'était pas
indifférent de gagner quatre jours. Quoi qu'il en soit, cette clause
nous a privés de l'honneur d'être à Austerlitz.

Ainsi, le 20 octobre, la garnison d'Ulm, au nombre de vingt-sept mille
hommes, dont deux mille de cavalerie, sortit avec les honneurs de la
guerre, et défila entre l'infanterie et la cavalerie françaises.
Napoléon était en avant de l'infanterie, et assista pendant cinq heures
à ce beau triomphe. Il fit appeler successivement tous les généraux
autrichiens, conversa avec eux, leur témoigna beaucoup d'égards, mais en
s'exprimant durement et avec menaces sur la politique de l'empereur
d'Autriche.

J'ai toujours regretté de n'avoir point assisté à cette belle journée.
J'avais été envoyé, deux jours auparavant, dans un village pour une
réquisition de bestiaux, et c'est à peine si je pus arriver à Ulm le 22.

Tel fut le résultat de cette campagne si courte et si brillante. On
croit rêver quand on pense que le 1er septembre nous étions encore au
camp de Boulogne, et que, le 20 octobre, soixante mille Autrichiens se
trouvaient en notre pouvoir, avec dix-huit généraux, deux cents bouches
à feu, cinq mille chevaux et quatre-vingts drapeaux.

Je n'ai pas voulu interrompre ce récit très-succinct des opérations, et
j'y ajoute maintenant quelques réflexions.

Cette courte campagne fut pour moi comme l'abrégé de celles qui
suivirent. L'excès de la fatigue, le manque de vivres, la rigueur de la
saison, les désordres commis par les maraudeurs, rien n'y manqua; et je
fis en un mois l'essai de ce que j'étais destiné à éprouver dans tout le
cours de ma carrière. Les brigades et même les régiments étant
quelquefois dispersés, l'ordre de les réunir sur un point arrivait tard,
parce qu'il fallait passer par bien des filières. Il en résultait que le
régiment marchait jour et nuit, et j'ai vu pour la première fois dans
cette campagne dormir en marchant, ce que je n'aurais pas cru possible;
on arrivait ainsi à la position que l'on devait occuper, sans avoir rien
mangé et sans y trouver de vivres. Le maréchal Berthier, major général,
écrivait: _Dans la guerre d'invasion que fait l'Empereur, il n'y a pas
de magasins, c'est aux généraux à se pourvoir des moyens de subsistance
dans les pays qu'ils parcourent_. Mais les généraux n'avaient ni le
temps ni les moyens de se procurer régulièrement de quoi nourrir une si
nombreuse armée. C'était donc autoriser le pillage, et les pays que nous
parcourions l'éprouvèrent cruellement. Nous n'en avons pas moins bien
souffert de la faim pendant la durée de cette campagne. À l'époque de
nos plus grandes misères, une colonne de prisonniers traversa nos rangs;
l'un d'eux portait un pain de munition, un soldat du régiment le prit de
force; un autre lui en fit des reproches, et il s'établit une discussion
entre eux pour savoir s'il était loyal d'ôter les vivres à un
prisonnier; le premier alléguant le droit de la guerre, nos propres
misères, le besoin de nous conserver; l'autre le droit de possession et
l'humanité. La discussion fut longue et très-vive. Le premier,
impatienté, finit par dire à l'autre: _Ce qui arrivera de là, c'est que
le ne t'en donnerai pas.--Je ne t'en demande pas, répondit celui-ci, je
ne mange point de ce pain-là_. Pour apprécier la beauté de cette réponse
et la noblesse de ce sentiment, il faut penser que celui qui l'exprimait
était lui-même accablé de fatigue et mourant de faim.

Un autre jour, un petit soldat de la compagnie, à qui j'avais rendu
quelques services, me donna en cachette un morceau de pain de munition
et la moitié d'un poulet, qu'il avait enveloppé dans une chemise sale.
Je n'ai de ma vie fait un meilleur repas.

Le mauvais temps rendit nos souffrances plus cruelles encore. Il tombait
une pluie froide, ou plutôt de la neige à demi fondue, dans laquelle
nous enfoncions jusqu'à mi-jambes, et le vent empêchait d'allumer du
feu. Le 16 octobre en particulier, jour où M. Philippe de Ségur porta au
général Mack la première sommation, le temps fut si affreux que personne
ne resta à son poste. On ne trouvait plus ni grand'garde ni
factionnaire. L'artillerie même n'était pas gardée: chacun cherchait à
s'abriter comme il le pouvait, et, à aucune autre époque, excepté la
campagne de Russie, je n'ai autant souffert, ni vu l'armée dans un
pareil désordre. J'eus occasion de remarquer alors combien il importe
que les officiers d'infanterie soient à pied et s'exposent aux fatigues
aussi bien qu'aux dangers. Un jour, un soldat murmurait; son capitaine
lui dit: _De quoi te plains-tu? tu es fatigué, je le suis aussi. Tu nos
pas mangé, ni moi non plus. Tu as les jambes dans la neige,
regarde-moi._ Avec un pareil langage, il n'est rien qu'on ne puisse
exiger des soldats, rien qu'on ne soit en droit d'attendre d'eux. C'est
la célèbre réponse de Montézuma: _Et moi! suis-je donc sur un lit de
roses?_

Toutes ces causes développèrent l'insubordination, l'indiscipline et le
maraudage. Lorsque par un temps pareil des soldats allaient dans un
village chercher des vivres, ils trouvaient tentant d'y rester. Aussi le
nombre d'hommes isolés qui parcouraient le pays devint-il considérable.
Les habitants en éprouvèrent des vexations de tous genres, et des
officiers blessés qui voulaient rétablir l'ordre furent en butte aux
menaces des maraudeurs. Tous ces détails sont inconnus de ceux qui
lisent l'histoire de nos campagnes. On ne voit qu'une armée valeureuse,
des soldats dévoués, rivalisant de gloire avec leurs officiers. On
ignore au prix de quelles souffrances s'achètent souvent les plus
éclatants succès. On ignore combien, dans une armée, les exemples
d'égoïsme ou de lâcheté s'unissent aux traits de générosité et de
courage.

La prompte reddition d'Ulm mit bientôt fin à tant de désordres. Les
soldats isolés rentrèrent à leurs corps, et quelques-uns reçurent de
leurs camarades une punition militaire. J'ai même vu dans l'occasion les
capitaines donner quelques coups de canne. Il est certain qu'il y a des
hommes dont on ne peut pas venir à bout autrement; mais il faut être
sobre de ce moyen de correction, et surtout savoir à qui l'on s'adresse:
car il y a tel soldat qui se révolterait à moins; il est vrai que
ceux-là n'ont pas besoin de pareilles leçons.

Le 6e corps passa six jours à Ulm en vertu des capitulations. Ce séjour,
bien long pour cette époque, nous reposa de nos fatigues, en nous
préparant à celles qui devaient suivre.



CHAPITRE III.

CAMPAGNE DE 1805.

IIe PARTIE.


CONQUÊTE DU TYROL.--MARCHE SUR VIENNE.--PAIX DE
PRESBOURG.--CANTONNEMENTS SUR LES BORDS DU LAC DE CONSTANCE EN 1806.


Après avoir détruit l'armée autrichienne, l'Empereur se hâta de marcher
au-devant des Russes. Il voulait les prévenir à Vienne, que les
Autrichiens ne pouvaient plus défendre, et leur livrer ensuite bataille.
On sait avec quelle rapidité il exécuta ce plan, et combien la fortune
seconda encore son génie. Vienne fut occupée, et, le 2 décembre, à
Austerlitz, l'armée russe détruite comme l'armée autrichienne l'avait
été à Ulm. Je n'ai point à raconter de brillants succès auxquels le 6e
corps ne prit aucune part, mais on va voir qu'en d'autres lieux sa
coopération ne fut pas inutile.

En effet, plus l'armée dans sa direction sur Vienne s'avançait entre les
montagnes de la Styrie et le cours du Danube, plus il convenait
d'assurer sa marche en couvrant ses flancs. Le maréchal Ney fut donc
chargé de la conquête du Tyrol. Le 6e corps ne se composait plus que de
deux divisions, la deuxième (général Loison), la troisième (général
Malher), la division Dupont ayant reçu une autre destination; j'ignore
même pourquoi la division Loison se trouvait alors réduite à sa seconde
brigade (69e et 76e). En y ajoutant cent cinquante chevaux des 3e
hussards et 10e chasseurs, ainsi que quelque artillerie, le tout ne
s'élevait pas à neuf mille hommes. Il fallait la confiance qu'inspirait
l'audace du maréchal Ney, pour lui confier cette opération avec d'aussi
faibles moyens. Vingt-cinq mille Autrichiens occupaient le Tyrol, sans
compter la milice; car, dans ce pays, la guerre était nationale, les
habitants, dévoués à l'Autriche, craignant d'être donnés à la Bavière,
ce qui eut lieu en effet. Ils étaient commandés par l'archiduc Jean, le
général Jellachich et le prince de Rohan.

Pour pénétrer dans le Tyrol, on n'avait que le passage de Fuessen, celui
de Scharnitz et celui de Kufstein. Le maréchal choisit Scharnitz, point
intermédiaire entre les deux autres et que traverse la route directe
d'Insbrück.

Nous partîmes d'Ulm le 26 octobre, et dès le premier jour de marche, je
ne reconnus plus le régiment. La capitulation d'Ulm ayant mis à la
disposition de l'armée un grand nombre de chevaux, on permit aux
capitaines d'infanterie d'en prendre, et ce fut un malheur. Les chevaux
ne marchant pas du même pas que les hommes, les capitaines se trouvaient
à la tête ou à la queue du bataillon. Un capitaine ne doit jamais
quitter ses soldats; plus les marches sont longues et fatigantes, plus
sa présence est nécessaire. Il soutient leur courage par son exemple; il
apprend à les connaître en écoutant leurs conversations. Un mot de lui
peut prévenir une querelle; la gaieté augmente si le capitaine s'en
amuse. Les lieutenants et sous-lieutenants, toujours à pied,
remplaçaient les commandants de compagnie, mais avec moins d'autorité.

Le 4 novembre, nous étions devant Scharnitz. Le fort qui porte ce nom
est une demi-couronne taillée dans le roc, avec un large fossé appuyé à
sa droite par le fort de Leutasch. On devait enlever ces deux postes
pour pénétrer dans le Tyrol et les enlever promptement, afin de cacher à
l'ennemi notre petit nombre et ne pas lui laisser le temps de se réunir.
Le 69e régiment de la division Loison attaqua le fort Leutasch. La
colonne, guidée par des chasseurs de chamois, s'engagea dans des
sentiers qu'on jugeait impraticables. Surpris par cette attaque
imprévue, le commandant se rendit avec trois cents hommes. Alors le
général Loison envoya le 76e à Seefeld, pour tourner Scharnitz. En même
temps, le 69e gravit les hauteurs presque inaccessibles du côté de
Leutasch, malgré les balles et les pierres lancées par les chasseurs
tyroliens. Les soldats, en s'accrochant aux arbustes, aux racines, en
enfonçant les baïonnettes dans les fentes des rochers, parvinrent au
sommet où ils plantèrent l'aigle du régiment. À cette vue, la troisième
division commença l'attaque de front; en peu d'instants le 25e léger,
soutenu par le 27e, emporta le fort d'assaut.

La seconde brigade (50e et 59e) restait en réserve. On prit dans
Scharnitz mille huit cents hommes et seize pièces de canon. Le maréchal
Ney se hâta d'arriver à Insbrück, où l'on trouva beaucoup de pièces
d'artillerie, seize mille fusils et un grand approvisionnement de
poudre. Par une heureuse circonstance, le 76e y reprit ses drapeaux
qu'il avait autrefois perdus dans le pays des Grisons.

La veille de l'attaque de Scharnitz fut l'époque de la création des
compagnies de voltigeurs. On en avait fait l'essai au camp de Montreuil,
sous le commandement de M. Mazure, mon capitaine. À ce titre le
commandement de la nouvelle compagnie lui appartenait dans le premier
bataillon. On choisit les hommes les plus petits, les plus lestes, et le
bataillon se trouva encadré entre deux compagnies d'élite, les
grenadiers à droite, les voltigeurs à gauche. Dès les premiers instants
on sentit l'avantage de cette création: aussi, tout le monde sait les
services qu'ont rendus les voltigeurs, la réputation qu'ils ont acquise.

Je ne regrettai point le capitaine Mazure, dont j'avais à me plaindre et
qui ne me comprenait point. Je dois dire que c'était un des meilleurs
officiers du régiment. La vivacité de son caractère, son extrême
activité faisaient oublier sa petite taille, son air chétif. L'étude et
l'application suppléaient tant bien que mal à l'éducation qui lui
manquait. Prétentieux, susceptible, jaloux des avantages qu'il n'avait
pas, il ne voyait en moi qu'un jeune homme de Paris que la faveur de
notre pauvre colonel avait fait nommer officier et pour lequel on devait
se montrer sévère[9]. Je gagnai au change de toutes manières. M. Jacob,
lieutenant, détaché depuis longtemps pour une mission, revint prendre le
commandement de la compagnie. Fils d'un bourgeois de Paris, il avait
fait lui-même son éducation et il portait toujours avec lui un recueil
d'extraits de nos meilleurs auteurs, qu'il avait choisis avec
intelligence et qu'il aimait à relire. Jacob, d'un caractère froid,
sérieux, mais doux et bienveillant, me témoigna toujours une grande
amitié. Son extérieur réservé cachait assez d'ambition; je le revis en
1813 très-content d'être devenu officier supérieur. Il fut tué peu après
à Lutzen, à la tête du bataillon qu'il était bien digne de commander.

Les trois dernières compagnies du 1er bataillon, 6e, 7e et 8e, furent
chargées de la garde des forts de Scharnitz et Leutasch. J'ai déjà dit
que la 7e compagnie était la mienne. Le sous-lieutenant de la 6e
Lonchamps, élevé au Prytanée, faisait partie du petit nombre d'officiers
qui ne sortaient pas des rangs de l'armée (j'ai parlé de lui dans mon
journal du camp de Montreuil, p. 41); son excessive paresse nuisait à
son avancement, et dans un moment d'humeur il donna sa démission. Plus
tard il voulut reprendre du service, et m'écrivit à ce sujet.
L'Empereur, qui n'aimait pas les démissionnaires, refusa net. En 1813, à
Dresde, Lonchamps s'estimait heureux d'un emploi dans les vivres. M.
Isch, son ancien capitaine, alors lieutenant-colonel dans la garde
impériale, l'engagea à venir me voir. Le pauvre garçon n'osa jamais se
présenter chez son ancien camarade devenu général de brigade.

Chautard, sous-lieutenant de la 6e, pouvait passer pour un des meilleurs
officiers du régiment. Sa belle figure, sa force et sa tournure
militaire le faisaient remarquer, et chez lui les qualités morales
répondaient aux avantages physiques. Il a passé dans la garde impériale,
et la douleur que lui a causée la chute de l'Empereur l'a rendu fou. Je
lui croyais la tête plus forte.

J'ai dit que ces trois compagnies gardèrent les deux forts que nous
venions de conquérir. Les 6e et 8e à Scharnitz, la 7e à Leutasch.

Nous passâmes dix jours dans ce triste lieu, où je restai même seul à la
fin avec vingt-cinq hommes. Jamais je ne me suis tant ennuyé; je n'avais
pour société qu'un gardien qui pouvait à peine nous procurer de quoi
vivre. Le moindre livre m'aurait paru un chef-d'œuvre; le premier ou la
première venue, un homme aimable, une femme charmante. Ne sachant pas
l'allemand, j'avais pour interprète un vieux sergent de la compagnie qui
répondait à tout: _ma foi oui, ma foi non._ On l'eût pris pour le type
de Pandore dans la chanson des _Deux gendarmes_. Toutefois j'aimais tant
mon métier que je ne pouvais me trouver à plaindre, et j'écrivais à ma
mère que, quelque ennui que j'éprouvasse, mieux valait commander un fort
que danser une contredanse.

Le lendemain de notre arrivée au fort de Leutasch, une femme vêtue de
deuil, et dont le mari, officier dans l'armée autrichienne, avait été
tué dans l'attaque de la ville, vint nous demander la permission de
rechercher son corps. Quelques renseignements indiquaient l'endroit où
il avait été enterré. Nous lui rendîmes volontiers ce triste service, et
les soldats aidèrent les paysans qu'elle avait amenés pour ce travail.
Les morts étaient enterrés assez près les uns des autres et ce fut un
spectacle cruel que de la voir chercher à distinguer parmi tous ces
cadavres celui de son mari. Aussitôt qu'elle l'eut reconnu, elle
l'embrassa, lui parla comme s'il pouvait l'entendre, et tomba évanouie
en le tenant encore serré dans ses bras. Les soldats restèrent
silencieux et vivement émus. Au bout d'un instant, l'un d'eux hasarda
une plaisanterie sur cette tendresse si extraordinaire, et tous se
mirent à rire, oubliant que l'instant d'auparavant ils étaient près de
pleurer.

Je reprends le récit des opérations militaires.

Après la prise du fort de Scharnitz et l'occupation d'Insbrück, capitale
du Tyrol, nous étions maîtres de la grande route de Trente, et l'ennemi
se trouvait rejeté ou par sa gauche sur le Voralberg, ou par sa droite
sur le Tyrol italien. L'archiduc Jean, sans attendre les autres corps,
se hâta de suivre cette dernière direction. L'archiduc Charles,
commandant l'armée d'Italie, commençait sa retraite sur la Hongrie par
Laybach. L'archiduc Jean se joignit à lui. Le maréchal Ney manœuvra dans
le Tyrol pour empêcher le général Jellachich et le prince de Rohan de
prendre la même route et pour les rejeter par leur gauche dans le
Voralberg, où ils allaient rencontrer le maréchal Augereau qui suivait
les bords du lac de Constance. Le général Malher prit la grande route de
Trente sur Brixen, et se porta ensuite sur Menan, dans la vallée de
l'Adige. Le 50e régiment alla jusqu'à Landeck sur l'Inn. Le général
Jellachich se retirait devant eux, et comme en ce moment le maréchal
Augereau, avec le 7e corps, hâtait sa marche par Landau et Brégentz,
Jellachich n'eut d'autre ressource que de se retirer dans le camp
retranché de Feldkirck. Il y fut cerné par Augereau, et capitula le 16
novembre avec six cents hommes. Les troupes rentrèrent en Bohême avec
promesse de ne point servir contre nous pendant un an. Au moment où la
troisième division combattait avec succès le général Jellachich, la
deuxième avait à son tour la mission de couper la retraite au prince de
Rohan. Le général Loison, qui avait été rejoint par sa première brigade,
devait porter six bataillons à Botzen, sur la route de Trente, lieu où
se réunissent les grandes vallées de l'Adige, de l'Eisack, et par lequel
l'ennemi devait nécessairement passer. J'ignore quelle méprise ou quelle
négligence fut cause que Loison n'en envoya que deux. Le prince de
Rohan, après une marche hardie autant que rapide, tomba, le 27 novembre,
sur ces deux bataillons, les força de rétrograder, et s'ouvrit ainsi la
route de l'Italie, en se dirigeant sur Venise.

Le maréchal Masséna, qui poursuivait l'archiduc Charles, avait laissé le
général Saint-Cyr devant Venise. Celui-ci se porta au-devant du prince
de Rohan, et après un combat très-vif, le fit prisonnier avec six mille
hommes, sept drapeaux et douze pièces de canon. Enfin, la place de
Kuffstein, qui ferme l'entrée du Tyrol à droite comme Feldkirck et
Brégentz à gauche, se rendit sans combat au général bavarois Deroy. La
garnison conserva ses armes et alla rejoindre l'armée autrichienne.
Ainsi, en un court espace de temps, le Tyrol était conquis, les troupes
qui l'occupaient faites prisonnières. La faute du général Loison troubla
le bonheur que ce triomphe causait au maréchal Ney. Il ne pouvait lui
pardonner d'avoir laissé échapper le prince de Rohan, et par ce moyen
d'avoir procuré à d'autres l'honneur qui devait nous appartenir.

Quant à l'Empereur, sa joie fut sans mélange. Le succès était complet,
et pourvu que ses ennemis fussent détruits, peu lui importait celui de
ses généraux qui en avait le mérite. Un ordre du jour très-flatteur
récompensa le 6e corps et son illustre chef.

Pour nous, soldats du 59e nous prîmes notre part d'une gloire qui nous
avait peu coûté à acquérir: le régiment ne tira pas un coup de fusil. On
a vu que nous étions en réserve à la prise de Scharnitz, nous restâmes
de même en observation aux environs de Brixen pendant le reste de la
campagne. Ma compagnie occupa Sterzingen du 21 novembre au 3 décembre;
et sans parler de la gloire, nous aurions volontiers échangé un peu de
fatigue contre tant d'ennui. Telle fut souvent la destinée du 59e. On le
remarquera dans les campagnes suivantes. Il était par son rang de numéro
le dernier de la dernière division; et quoi qu'on fasse pour égaliser
entre les régiments les dangers comme les fatigues, ceux qui marchent
habituellement les premiers se trouvent plus souvent en face de
l'ennemi.

Après la conquête du Tyrol, si heureusement, si brillamment terminée, le
6e corps se rapprocha de la Grande Armée. Il prit la direction de
Vienne, en passant par Insbrück, Sell, Saint-Jean, Lauffen, Rastadt,
Klagenfurth et Judenbourg. Cette marche dura depuis le 4 décembre
jusqu'à la fin de l'année. Par ce moyen, le 6e corps liait l'armée
d'Allemagne à l'armée d'Italie, et quoique, dès les premiers jours, la
nouvelle de la bataille d'Austerlitz fît juger que notre concours ne
serait pas nécessaire, on n'en continua pas moins la marche, pour
appuyer par des forces imposantes les négociations déjà entamées. Cette
longue route n'aurait eu rien de remarquable pour moi sans un événement
singulier arrivé le dernier jour de l'an.

Nous logions, avec la huitième compagnie, dans le petit village de
Unsmarck. Le soir je jouais aux cartes avec les deux officiers de cette
compagnie. Une discussion sur le jeu survint entre eux, je ne sais à
quel propos; mais ce que je sais, c'est qu'à la troisième phrase ils en
étaient à se dire les injures les plus grossières et à se jeter à la
figure tout ce qu'ils trouvaient sous la main. Il fallut me ranger, pour
ne pas avoir moi-même un flambeau à la tête. M. Isch, leur capitaine,
qui se chauffait tranquillement, accourut, et leur imposa silence. Le
lendemain matin, comme de raison, il fut question de se battre; mais le
capitaine leur défendit de sortir. Les compagnies se mirent en route, et
le capitaine me témoigna sa surprise d'une pareille lubie, de la part
d'officiers d'un caractère doux et vivant très-bien ensemble. Il ajouta
qu'il y avait bien de quoi se battre, mais que lui ne permettrait pas à
ces messieurs d'en parler en sa présence, son devoir comme supérieur
étant de l'empêcher. Cet exemple aurait dû servir de leçon à des
officiers d'un grade plus élevé que j'ai vus avec surprise,
non-seulement permettre, mais autoriser, mais ordonner des duels. Il
faut que l'autorité militaire soutienne la loi, et il est scandaleux de
voir des généraux ordonner ce que le ministre de la guerre défend. On
peut tolérer, fermer les yeux plus ou moins suivant les circonstances,
sans jamais aller au delà. Au reste, ces messieurs ne se sont point
battus; ils n'en avaient envie ni l'un ni l'autre, et je crois qu'ils
ont fait sagement. Ils devaient être honteux d'un pareil accès de folie,
et tous deux, également coupables, pouvaient également se pardonner.

Cette aventure m'en rappelle une autre du même genre, que j'aurais pu
raconter plus tôt, mais qui trouve ici sa place. Quand j'étais caporal
au camp de Montreuil, je fus témoin d'une querelle entre un
sergent-major de grenadiers et son fourrier avec qui il vivait assez
mal. Nous étions à boire avec le sergent-major de ma compagnie, et quand
l'autre fut un peu gris, il se mit à dire à son fourrier les choses les
plus désagréables en le menaçant d'une _calotte_, ce qui, dans la langue
des soldats, veut dire un soufflet. L'autre l'en défia, et le
sergent-major ne le manqua pas. Je suis convaincu qu'ils ne se battirent
pas; car ni l'un ni l'autre n'eut une égratignure, et ils continuèrent à
vivre mal ensemble. Or, dans les usages des soldats, un coup de sabre
raccommode tout, et quelle qu'ait été l'irritation, on se retrouve bons
amis. Rien n'est plus bizarre que les histoires de duel. On en voit pour
des motifs frivoles, lorsque quelquefois les offenses les plus graves
n'ont point de suite.

La paix fut signée à Presbourg le 26 décembre. L'Autriche donnait au
royaume d'Italie, et par conséquent à Napoléon, les États de Venise, le
Frioul, l'Istrie et la Dalmatie; à la Bavière, les Tyrols allemand et
italien. Elle recevait comme dédommagement la principauté de Saltzbourg,
donnée en 1803 à l'archiduc Ferdinand, ancien grand-duc de Toscane, et
que ce prince échangeait alors contre Wurtzbourg, que lui cédait la
Bavière. L'Autriche payait quarante millions de contributions, au lieu
de cent millions que l'on voulait d'abord exiger d'elle. Elle cédait
deux mille canons et dix mille fusils contenus dans l'arsenal de Vienne.
Ce traité de paix avait été précédé d'un traité d'alliance entre la
France et la Prusse, traité qui, en ôtant à l'Autriche l'espoir d'être
secourue de ce côté, l'avait forcée de souscrire à de si dures
conditions.

Ainsi, au 1er septembre, nous quittions à peine les côtes de la Manche,
l'Autriche et la Russie nous déclaraient la guerre; la Prusse, mal
disposée, pouvait suivre leur exemple; les États d'Allemagne hésitaient
encore, et à peine au bout de quatre mois, la Prusse s'alliait à nous,
l'armée autrichienne tombait tout entière en notre pouvoir, l'Autriche
s'estimait heureuse d'obtenir la paix en perdant quatre millions de
sujets sur vingt-quatre, et quinze millions de florins de revenu sur
cent trois. Enfin, ce qui était plus cruel encore, l'Autriche, par
l'abandon de Venise et du Tyrol, perdait son influence en Suisse et en
Italie; Bade, le Wurtemberg, la Bavière, devenus nos alliés,
s'agrandissaient à ses dépens; la Russie, dont l'armée avait été
détruite, se préparait à traiter elle-même. De pareils succès, obtenus
en aussi peu de temps, tiennent du prodige, et l'histoire n'en offrait
pas d'exemple.

La paix étant faite, nous nous arrêtâmes à Judenbourg, distant de Vienne
d'environ trente-cinq lieues. Dès le 1er janvier 1806, nous
rétrogradâmes pour occuper la principauté de Saltzbourg, qui d'après le
traité devait appartenir à l'Autriche. Le 59e arriva à Saltzbourg le 16
janvier, en passant par Rotenmann, Ischl et Saint-Gillain; la division
cantonna aux environs. Le 39e faisait partie de la garnison de la ville
où se trouvait le maréchal Ney. Nous y restâmes six semaines, jusqu'au
27 février. M. Dalton vint à Saltzbourg prendre le commandement du
régiment. Ce nouveau colonel n'avait servi que dans les états-majors;
mais il annonçait de l'aptitude, du goût pour l'état militaire, de
l'activité, du zèle; il devint bientôt un excellent colonel, et plus
tard il se fit remarquer comme général par ses connaissances en
manœuvres et son habileté à commander l'infanterie à la guerre. À part
de ses qualités militaires, Dalton, bon, obligeant, d'une humeur facile,
obtenait tout de son régiment. Dans l'état militaire, plus que partout
ailleurs, la raison, la justesse d'esprit, l'égalité de caractère et la
suite dans les idées sont les qualités les plus importantes. L'esprit
est un avantage sans doute, mais pourvu que le caractère soit bon et que
l'esprit lui-même ne soit pas trop dominé par l'imagination.

MM. Savary et Silbermann, nos chefs de bataillon nommés colonels, nous
quittèrent à cette époque, et eurent pour successeurs MM. Rousselot et
Beaussin, officiers de mérite, surtout le dernier. Le capitaine Renard
arrivant du dépôt vint prendre le commandement de notre compagnie.
C'était un _petit noir_, comme il se désignait lui-même, manquant
également d'esprit et d'instruction, bon homme, quoique colère sans
savoir pourquoi, quand le sang lui montait à la tête; il ne signait rien
qu'avec répugnance, de crainte de se compromettre, parce que, disait-il,
_les paroles sont des femelles et les écrits des mâles_.

Nous nous amusâmes beaucoup à Saltzbourg. Il y avait un bon opéra
allemand et des bals par souscription. Ma nomination de juge au conseil
de guerre me donna des occupations moins frivoles. Pourtant ces graves
fonctions devenaient pour nous des parties de plaisir. La division
occupant des cantonnements étendus, il fallait faire un voyage dans de
fort beaux pays pour se rendre au lieu où siégeait le conseil. Là nous
étions reçus, même fêtés par les officiers qui y logeaient, et, comme
toujours, nourris et hébergés aux frais du pays.

Le 27 février, le 6e corps quitta Saltzbourg pour se rendre à Augsbourg.
Le territoire autrichien se trouvait complètement évacué, et nous
rentrions dans les États de la Confédération du Rhin, en nous
rapprochant de la France. Nous arrivâmes à Augsbourg le 7 mars, en
passant par Aibling et Landsberg. La route par Munich que nous laissions
à droite aurait été plus courte, mais on voulait éviter le passage des
troupes par la capitale du roi de Bavière notre allié. J'ignore quels
arrangements l'Empereur avait pris avec les princes de la Confédération
du Rhin; ce qu'il y a de certain, c'est que nous vivions là comme en
pays ennemi, logés et nourris aux frais des habitants, usant et souvent
abusant de leur bonne volonté. Le 89e régiment tint encore garnison à
Augsbourg jusqu'au 24 mars. Nous partîmes le 25, et nous étions le 29 à
Ravensbourg après avoir passé par Memmingen. Je crois qu'alors
l'intention de l'Empereur était de ramener l'armée en France. On le
disait du moins généralement, et le lendemain, nous devions partir pour
Stokach. On assurait que nous passerions le Rhin à Neuf-Brisach pour
tenir garnison dans les départements voisins de la rive gauche du
fleuve. Quoi qu'il en soit, à peine étions-nous partis le 30 mars, qu'un
nouvel ordre nous fit rentrer dans la ville et reprendre nos logements.
Nous avions été reçus la veille à merveille dans cette petite ville, et
jamais le régiment n'a été mieux traité nulle part. Mais quand les
habitants virent que cette occupation qui ne devait durer qu'un jour
allait se prolonger, ils se montrèrent un peu moins généreux; ce qui
mécontenta tellement les soldats qu'il faillit y avoir une révolte.

L'état-major du régiment passa tout le mois d'avril à Ravensbourg, et
les compagnies aux environs; la mienne occupait l'ancienne abbaye de
Weissenau. Le 6e corps cantonna ainsi dans la Souabe méridionale pendant
six mois, et jusqu'au moment de la déclaration de guerre de la Prusse,
qui eut lieu à la fin de septembre. On s'étendit dans le pays pour
ménager les habitants; et au bout de quelque temps les compagnies
allaient loger dans les villages qui n'avaient point encore été occupés.
L'état-major du régiment fut placé successivement à Mersbourg, Lindau,
et enfin Uberlingen, sur les bords du lac de Constance. Le régiment,
formant l'extrême gauche, occupait tous les bords du lac et les villages
environnants. Les autres régiments s'étendaient dans la direction d'Ulm.
Des cantonnements ainsi disséminés n'étaient pas favorables à
l'instruction. La réunion des régiments, même des bataillons, devenait
difficile. La brigade fut réunie une seule fois pour une revue. C'est
alors que l'on eut la singulière idée de faire exécuter ensemble les
différents mouvements de la charge à volonté, comme _passer l'arme à
gauche, bourrer, porter l'arme._ Il est ridicule de faire à l'exercice
ce qu'on ne pourrait pas faire à la guerre. Le nom même de _charge à
volonté_ indique qu'elle doit être exécutée librement et par chaque
homme comme s'il était seul.

L'instruction se bornait donc à l'école de peloton, que chaque capitaine
dirigeait à sa volonté, car les chefs de bataillon nous visitaient
rarement. Ce n'est que le 1er juin que les cantonnements parurent
décidément fixés. Ma compagnie fut placée à l'ancienne abbaye de
Salmansweiler, où nous passâmes près de quatre mois, et c'est ici le
lieu d'entrer dans quelques détails sur notre établissement, sur la vie
que nous menions, sur nos rapports avec les habitants.

       *       *       *       *       *

L'abbaye de Salmansweiler est située à neuf lieues du lac de Constance.
L'abbé, qui portait le titre de prélat, exerçait une petite
souveraineté. On voit dans le cloître de l'abbaye les portraits des
abbés avec une notice en latin sur leurs règnes. Le dernier s'appelait
Constantin. C'était un prélat de mérite qui employa tous ses efforts à
adoucir pour ses sujets les maux des guerres de la Révolution; et, par
une hyperbole un peu forte, sa notice se termine par ces mots: _Hic fuit
Constantinus verè magnus_. Son successeur, atteint par la
sécularisation, habitait alors une ville du voisinage. L'abbaye et ses
domaines appartenaient au grand-duc de Bade, et un bailli l'administrait
en son nom. L'église était fort belle et l'établissement princier. On y
trouvait une magnifique bibliothèque, un cabinet de physique, plusieurs
corps de logis et un petit hameau pour les dépendances de l'abbaye.
C'est dans ce lieu que j'ai passé quatre mois avec mon capitaine, et je
dois faire connaître la famille avec laquelle j'ai vécu dans une douce
intimité.

M. de Seyfried avait été chancelier des États de Souabe. Agé de plus de
soixante ans à cette époque, il passait pour avoir été fort aimable,
avant que la douleur de la mort de sa femme eût détruit sa gaieté sans
altérer la douceur de son caractère. Ses deux fils vivaient avec lui
ainsi que ses deux petites-filles, dont la mère était mariée à Ulm. Le
bailli, son fils aîné, instruit et bien élevé, s'est fait remarquer
depuis dans la chambre des députés de Bade. Il avait épousé sa nièce,
l'aînée des deux sœurs dont j'ai parlé. M. de Seyfried le cadet, assez
misanthrope, chagrin et morose, n'avait jamais voulu se marier par goût
d'indépendance autant que par la mauvaise opinion qu'il avait des
femmes. Il n'en connaissait pas une bonne, disait-il, et sa sévérité
n'épargnait pas ses deux nièces. Catherine, la cadette, par une
combinaison malheureuse, avait peu d'esprit et une grande exaltation.
Ses parents contrarièrent un attachement qu'elle avait eu pour un jeune
homme du pays. Le chagrin qu'elle en ressentit la rendait inégale,
rêveuse, capricieuse, quoique toujours douce et bonne. Elle avait alors
vingt ans, et j'ai appris depuis que sa raison s'était même altérée et
qu'après quelques années de traitement elle avait fini par se marier en
Bavière, où elle menait une vie triste et décolorée.

Nanette, sa sœur aînée, âgée de vingt-deux ans, avait épousé son oncle.
Plus jolie et plus spirituelle que sa sœur, elle aurait pu être une
femme du monde très-aimable; mais leur manière de vivre, leur manque
absolu de toilette, l'isolement de toute cette famille, qui ne recevait
personne et qui n'allait nulle part, tout cela déparait un peu les deux
sœurs à mes yeux. Je leur ai souvent reproché tant de négligence. Les
mœurs patriarcales du pays le voulaient ainsi. Le grand-père, blâmait la
moindre recherche de toilette, disant qu'une femme mariée ne devait pas
chercher à plaire.

Nous vivions avec eux en famille, dînant à midi et soupant le soir; les
visites étaient rares et toujours en grande cérémonie. Si les chemins de
fer s'établissent dans l'intérieur de la Souabe, ils en changeront bien
les habitudes. Le vieux chancelier avait une fille mariée à quinze
lieues de là sur les bords du lac de Constance. Elle venait voir son
père deux fois par an et à époques fixes; le grand voyage se composait
de trois semaines, le petit voyage de cinq jours: jamais moins, jamais
plus. Les doctrines philosophiques avaient pénétré dans ce pays, et j'ai
vu tel homme aller à l'église avec Voltaire pour livre de prières. Je ne
puis comprendre cette conduite de la part d'un honnête homme, cette
imprudence de la part d'un homme d'esprit, dont la femme avait besoin de
bons conseils et de bons exemples. L'irréligion, blâmable en tous lieux,
m'a toujours choqué en Allemagne plus qu'ailleurs. Elle s'accorde mal
avec la simplicité de mœurs et la vie de famille qui distinguent encore
ce pays.

Le long séjour de l'armée française en Souabe rompit la monotonie de
leurs habitudes. Pour ménager les habitants, on avait fort étendu les
cantonnements, chaque régiment occupant près de vingt-cinq lieues. Les
officiers allaient se voir souvent et portaient dans les logements de
leurs camarades des nouvelles de leurs hôtes. Ils se chargeaient de
lettres, de commissions, de paquets, et ces voyages perpétuels
entretenaient des relations entre les gens du pays. Ces rapports leur
étaient agréables, et j'ai su qu'après notre départ l'isolement dans
lequel ils étaient retombés leur avait semblé plus pénible
qu'auparavant.

Mais le séjour prolongé de l'armée en Allemagne eut pour le pays des
inconvénients de plus d'un genre. À la fin de mars, l'armée rentrait en
France, lorsque l'attitude menaçante de la Prusse décida l'Empereur à la
laisser en Allemagne. On vivait aux frais de ses hôtes et à peu près à
discrétion. Il eût mieux valu donner aux soldats des rations, aux
officiers des frais de table, et acquitter exactement la solde; ce que
l'on ne faisait point. Par ce moyen, on eût pu réunir les troupes dans
un plus petit espace, ce qui valait mieux pour la discipline et pour
l'instruction. Au lieu de cela, les soldats mangeaient chez leurs hôtes,
et l'on peut comprendre avec quelles exigences, quand on connaît le
caractère des Français, leur avidité, leur gourmandise, qui n'exclut pas
la friandise, leur goût pour le vin et le dédain qu'ils ont toujours
témoigné aux étrangers. La dépense pour l'habillement n'était pas plus
payée que la solde, afin que l'armée, en rentrant en France, trouvât des
économies et des habillements neufs. En attendant, le soldat n'était pas
vêtu, et l'on répondait aux réclamations des chefs de corps qu'ils
devaient y pourvoir le mieux possible. Voici ce que nous fîmes à cet
égard. Dans les commencements, l'habitant donnait au soldat par jour une
petite bouteille de vin du pays. Les capitaines en demandèrent la valeur
en argent, à la condition de faire savoir aux habitants qu'ils n'étaient
plus tenus de donner de vin. L'argent fut employé à acheter des
pantalons dont les soldats avaient grand besoin. Mais ils n'y perdirent
rien. Quelques-uns assez tapageurs se faisaient craindre de leurs hôtes.
D'autres en plus grand nombre, très-bons enfants, travaillaient aux
champs, faisaient la moisson, dansaient avec les filles, et le paysan,
le soir, leur donnait à boire. Nous avions donc à la fois l'argent et le
vin. Les officiers trop éloignés des soldats ne pouvaient pas réprimer
les abus; d'ailleurs, la plupart d'entre eux donnaient l'exemple de
l'exigence et de l'indiscrétion. Quand on voulait sortir, on demandait
une voiture et des chevaux que l'on ne payait jamais. On recevait des
visites, on donnait à dîner à ses amis, toujours aux frais du pays.
Pendant la durée des cantonnements, j'ai été faire un voyage à Constance
et un autre à Schaffouse, sans autre dépense que des pourboires aux
postillons. Si chacun de nous faisait l'historique de tout ce qui est à
sa connaissance dans ce genre, on pourrait en remplir des volumes. Un
officier d'un grade élevé voulut aussi aller à Schaffouse; il lui
fallait quatre chevaux, que l'on relayait de distance en distance. Dans
un de ces relais, où on le fit attendre, il envoya par punition
vingt-cinq hommes de plus loger au village.

Un autre voulût donner un grand dîner le jour de la fête de l'Empereur.
Il fit demander dans toutes les maisons du vin de Champagne et du vin de
liqueurs. Il invita ensuite les autorités de la ville, auxquelles il
offrait leur vin. Il porta lui-même la santé de l'Empereur: _Puisse-t-il
vivre longtemps,_ dit-il, _pour la gloire de la France, le repos de
l'Europe et la sûreté de nos alliés._ L'ironie paraîtra forte, mais il
le disait bonnement, trouvant cela tout simple.

Le général Marcognet commandait en ce moment notre brigade. J'ai parlé
de son originalité; en voici un exemple. Le jour de la prise du fort de
Scharnitz, que sa brigade attaquait de front, il ordonna à un tambour de
rester près de lui en portant une tête de chou au haut d'une perche et
de l'abattre s'il était tué. Il dit ensuite à haute voix au 25e léger,
qui allait escalader le rempart: _Tant que vous verrez la tête de chou,
vous direz: Pierre Marcognet est là; si vous ne la voyez plus, le
colonel prendra le commandement._

Je n'ai pas raconté plus tôt ces anecdotes, pour ne pas interrompre la
narration de la courte campagne du Tyrol. Je reprends maintenant le
récit de nos cantonnements en Souabe.

À part même des vexations pour la nourriture et pour le logement, les
autorités locales étaient souvent traitées sans aucun égard. S'il
survenait une discussion, le soldat avait toujours raison, l'habitant
toujours tort. Un soldat de la 6e compagnie prétendit qu'on lui avait
volé trente francs, et, sans examen, son capitaine exigea que cette
somme lui fût rendue. Les femmes seules savaient adoucir tant de
rudesse. Malheur aux habitants si le chef du cantonnement n'était pas
amoureux! et le capitaine ne l'était pas.

En effet, on pense bien que la galanterie ne fut point oubliée, et
qu'avec un si long séjour et une telle intimité elle devait même jouer
un grand rôle. On peut dire que presque dans chaque logement il y avait
quelque intrigue de ce genre; il en résulta des querelles de ménage, des
scènes de jalousie. Quelques maris plus sages, plus heureux si l'on
veut, ne voyaient ou ne voulaient rien voir. Ainsi l'on craignait à la
fois et l'on désirait notre départ. On le craignait, parce que beaucoup
d'entre nous se faisaient aimer, soit d'amour, soit d'amitié, soit
quelquefois d'amitié et d'amour; on le craignait, parce que nous
apportions dans ces intérieurs froids et solitaires un mouvement, une
gaieté, une animation inconnue, et auxquels les femmes surtout
paraissaient fort sensibles. On désirait notre départ, parce qu'au fait
les habitants ne se sentaient plus maîtres chez eux, parce que nous
avions émancipé les femmes, en exigeant des frères et des oncles une
politesse et des égards dont ils n'avaient aucune habitude. On le
désirait surtout, parce que le pays ne pouvait plus supporter une charge
si lourde et si longtemps prolongée. Dans les premiers temps de notre
séjour à Salmansweiler, quelques rapports donnèrent lieu de craindre un
soulèvement. M. de Seyfried, le bailli, me rassura à cet égard; mais, au
bout de trois mois, ce fut lui qui me témoigna de vives inquiétudes. Les
paysans étaient poussés à bout; on ne pouvait les calmer qu'en les
assurant que l'occupation touchait à son terme, et ce terme n'arrivait
pas. L'époque des vendanges approchait, c'était la plus grande ressource
du pays. Rien ne pourrait empêcher les soldats de manger le raisin, et
qui oserait répondre alors de paysans réduits au désespoir?

L'Empereur n'ignorait pas cela, et il aurait peut-être pris un parti
sans la déclaration de guerre de la Prusse, à laquelle il s'attendait,
et qui arriva vers la fin de septembre. Nous le savions d'une manière
vague, comme des gens qui ne lisent point les journaux, qui n'ont point
de correspondances et qui quittent peu leurs cantonnements. L'ordre du
départ arriva donc brusquement le 25 septembre pour le lendemain. Ce ne
fut pas sans regret que je quittai une maison où j'avais vécu quatre
mois comme dans ma famille. Nos hôtes eux-mêmes ne parurent sensibles
qu'au chagrin de nous quitter. Le vieux chancelier m'embrassa comme un
petit-fils, quand j'allai prendre congé de lui. Il s'enferma ensuite
dans sa chambre, pour ne pas nous voir partir, _ne voulant pas,_
disait-il, _recommencer son sacrifice._ C'était assurément bien de la
bonté.

Je suis resté quelque temps en correspondance avec cette famille,
particulièrement avec Mme de Seyfried. Elle est morte en 1810, à
vingt-cinq ans, laissant une fille. Le chancelier l'avait précédée d'un
an. Son mari, qui s'était remarié, est mort lui-même longtemps après.

En partant de Salmansweiler, la 7e compagnie se rendit au cantonnement
de la 8e pour se réunir à elle. Là, je fus encore témoin d'adieux mêlés
de larmes. Le capitaine avait adouci pendant tout ce temps-là la fierté
de son caractère. Il ménagea le pays, et sa compagnie ne donna lieu à
aucune plainte. Il logeait aussi chez une baillive, et les baillives
étaient toutes-puissantes.

Le premier jour de marche, le régiment se trouva pour la première fois
réuni. Les moments de halte furent employés à faire le récit de ce long
temps passé dans les cantonnements. Chacun voulait raconter son
histoire, ses relations dans le pays, la bienveillance ou la mauvaise
grâce de ses hôtes, ses bonnes fortunes vraies ou fausses, et d'autant
plus suspectes qu'on en parlait davantage. En dix jours de marche nous
atteignîmes Nuremberg, le 6 octobre. Ce jour fut marqué par un grand
changement dans ma position.

La mort du colonel Lacuée, en affligeant ma famille, lui avait inspiré
de vives inquiétudes sur mon sort. D'abord on m'avait cru tué avec lui,
le bruit s'était répandu que le régiment avait été écrasé; et
l'ignorance naturelle aux femmes pour tout ce qui tient à l'état
militaire faisait qu'on ne savait plus même comment m'adresser des
lettres. Après que mes parents furent rassurés à ce sujet, ils se
tourmentèrent de me voir sans protecteur. On fit des démarches auprès du
maréchal Bernadotte et du général Nansouty, pour obtenir d'eux de me
prendre pour aide de camp. Ils répondirent poliment, mais sans rien
annoncer de positif. J'aurais regretté moi-même de quitter le régiment
tout de suite après la mort du colonel, ne voulant pas qu'on crût que
j'avais besoin d'appui dans un régiment où je servais depuis un an, et
où j'étais généralement aimé. Mais on avait aussi parlé de moi au
maréchal Ney, dont la réponse bienveillante parut plus positive. En
effet, le 6 octobre, en arrivant à Nuremberg, mon colonel reçut l'ordre
de m'envoyer à son quartier général pour faire auprès de lui le service
d'aide de camp non commissionné, mais comptant toujours à mon régiment,
ce que l'on nomme aujourd'hui officier d'ordonnance. Mon premier
sentiment fut le regret de quitter un régiment que j'aimais, avec lequel
je m'étais presque identifié, dont la gloire était devenue la mienne. Au
moins, je restais au 6e corps, mon apprentissage d'aide de camp me
serait plus facile dans une armée qui m'était connue, et je ne serais
pas éloigné du régiment dont je continuais à porter l'uniforme. Restait
une grave difficulté; je n'avais pas de chevaux, pas d'équipages, fort
peu d'argent. M. Baptiste, ancien capitaine au 59e, alors chef de
bataillon au 50e, qui dans la campagne précédente avait fait le même
service auprès du maréchal, m'engagea à le rejoindre sur-le-champ. Le
maréchal me saurait gré de mon empressement. Si je n'avais pas de
chevaux, j'en trouverais. L'Empereur ne connaissait pas d'obstacle, il
fallait que chacun l'imitât. Cette témérité était assez de mon goût. Je
partis donc pour le quartier général, comme l'année précédente pour le
camp de Montreuil, sans savoir ce qui m'attendait, sans aucune idée du
service que j'allais faire, sans comprendre comment je me procurerais ce
qui m'était nécessaire, mais, cette fois-là encore, bien décidé à braver
les obstacles et à aller jusqu'au bout. Comme alors aussi, je n'eus
point à m'en repentir.



CHAPITRE IV.

CAMPAGNE DE PRUSSE ET DE POLOGNE.--1806-1807.

1e PARTIE.


GUERRE AVEC LA PRUSSE.--JE SUIS NOMMÉ OFFICIER D'ORDONNANCE DU MARÉCHAL
NEY.--SON ÉTAT-MAJOR.--BATAILLE DE IÉNA.--PRISE DE MAGDEBOURG.--LE 6e
CORPS À BERLIN.


Rien ne se ressemble moins que le service d'un officier d'état-major et
le service d'un officier de troupe. Chacun des deux sait ce que l'autre
ignore, chacun ignore ce que l'autre sait. L'officier d'infanterie (je
parle de mon arme) sait diriger les soldats dans les marches, dans les
camps, dans les combats. Habitué à vivre au milieu d'eux, il leur parle
la langue qui leur convient, il les soutient, les encourage, leur ménage
le repos dont ils ont besoin; mais dans les grades inférieurs surtout,
l'officier de troupe comprend peu les opérations militaires; son
régiment marche sans qu'il sache pourquoi. Le moindre mot d'un général
l'inquiète. Il ne sait pas qu'il y a tel ordre qui ne doit être exécuté
qu'à moitié; il a peine à saisir le moment où l'officier livré à
lui-même doit prendre sur lui d'agir.

L'officier d'état-major, au contraire, vivant avec les généraux, les
connaît comme le commandant de compagnie connaît ses soldats; il voit
l'ensemble des mouvements, il comprend la portée des ordres qu'il est
chargé de transmettre; il apprend à atténuer la sévérité d'un reproche,
à modifier un ordre quelquefois inexécutable; mais il ignore à son tour
les détails intérieurs d'un corps, et la partie morale si importante
surtout dans l'armée française. À ses yeux, un régiment est une machine
que l'on fait mouvoir à son gré, en tout temps comme en tout lieu. Une
opération militaire ne représente qu'une partie d'échecs; aussi, pour
devenir un bon général, même un bon chef de corps, il faut avoir servi
dans un régiment, et dans un état-major. J'aurais peine à dire lequel
des deux m'a été le plus utile dans la suite de ma carrière. À l'époque
dont je fais le récit, je pouvais regarder mon apprentissage d'officier
de troupe comme terminé, après deux ans passés sans interruption dans le
59e régiment. C'était le moment d'apprendre le service d'état-major, et
j'ai dû à la bienveillance de M. le maréchal Ney de commencer cette
nouvelle école sous ses ordres et dans un moment aussi important.

J'ai eu d'abord, en arrivant au quartier général, une nouvelle espèce
d'hommes à connaître. Les officiers d'état-major sont généralement
supérieurs aux officiers de troupe. D'abord un officier qui a de
l'éducation ou de la fortune cherche toujours à entrer à l'état-major.
Le service y est plus agréable; les généraux sont disposés à traiter
favorablement leurs aides de camp, à s'occuper de leur avancement.
Ensuite, vivant familièrement avec des officiers d'un grade plus élevé,
ils profitent de l'instruction que ces derniers ont acquise. Je vais
faire connaître la composition actuelle du 6e corps, et spécialement des
aides de camp du maréchal Ney, avec lesquels j'ai eu le plus de
rapports.

                  MARÉCHAL NEY, COMMANDANT EN CHEF.

               GÉNÉRAL DUTAILLES,  CHEF D'ÉTAT-MAJOR.

+-------------+---------------+--------------+-------------------------+
|DIVISIONS    | BRIGADES      | RÉGIMENTS    | OBSERVATIONS.           |
|et noms des  | et noms des   |              |                         |
|généraux     | généraux      |              |                         |
+-------------+---------------+--------------+-------------------------+
|             | 1re brigade.  | 6e Léger,    |Le général Maucune       |
|             | Liger-Belair. | Colonel      |commandait d'abord le    |
|1re Division | Maucune.      | Laplane.     |6e léger.                |
|d'infanterie.|               +--------------+                         |
|             |               | 39e de ligne.|                         |
|             +---------------+--------------|                         |
|             |               | 69e de ligne.|                         |
|Marchand.    | 2e brigade.   +--------------+                         |
|             |	Villatte.     | 76e de ligne,|                         |
|             | Roguet.       | Colonel      |                         |
|             |               | Lajonchère   |                         |
+-------------+---------------+--------------+-------------------------+
|             |               |              |Le général Malher, en    |
|             | 1re brigade.  | 25e Léger    |congé pendant les        |
|             |               +--------------+cantonnements, ne revint |
|2e Division. | Marcognet.    | 27e de ligne.|plus.                    |
|             +---------------+--------------+                         |
|             |               |              | Le général Marcognet    |
| Malher.     |               | 50e de ligne,|commandait par interim.  |
|             |               |              |                         |
|             |               | Colonel      |Le général Vandamme      |
| Vandamme.   |               | Lamartinière.|commanda pendant le siége|
|             |               |              |de Magdebourg seulement. |
|             |               |              |Son orgueil et la        |
| Gardanne.   |               |              |violence de son caractère|
|             | 2e brigade.   +--------------+ne permettaient pas de le|
|             |               |              |laisser longtemps sous   |
| Bisson.     | Labassée.     | 59e de ligne,|les ordres du maréchal   |
|             |               |              |Ney.                     |
|             |               | Colonel      |                         |
|             |               | Dalton.      |Le général Gardanne,     |
|             |               |              |ancien officier de       |
|             |               |              |l'armée d'Égypte, était  |
|             |               |              |usé au physique comme au |
|             |               |              |moral et devenu tout à   |
|             |               |              |fait incapable. Le       |
|             |               |              |maréchal Ney le renvoya  |
|             |               |              |d'autorité. Il alla se   |
|             |               |              |plaindre à l'Empereur,   |
|             |               |              |qui l'envoya se reposer à|
|             |               |              |Paris et ne reprocha pas |
|             |               |              |même au maréchal une     |
|             |               |              |conduite aussi étrange.  |
+-------------+---------------+--------------+-------------------------+
|             |               | 3e hussards, |                         |
|             | Brigade       | Colonel      |Depuis général de        |
|             | de cavalerie. | Lebrun.      |division et grand        |
|             |               +--------------+chancelier de la Légion  |
|             | Colbert.      |10e chasseurs,|d'honneur.               |
|             |               | Colonel      |                         |
|             |               | Subervic.    |                         |
+-------------+---------------+--------------+-------------------------+
|             |               |              | _Note sur l'infanterie_.|
|             |               |              |                         |
|             | Artillerie.   |              |Il y avait de plus       |
|             |               |              |un bataillon de          |
|             |               |              |grenadiers et un de      |
|             | Génie.        |              |voltigeurs formés des    |
|             |               |              |compagnies d'élite des   |
|             |               |              |troisièmes bataillons des|
|             |               |              |régiments du corps       |
|             |               |              |d'armée.                 |
|             |               |              |                         |
|             |               |              |Le tout s'élevait au plus|
|             |               |              |à 20,000 hommes.         |
+-------------+---------------+--------------+-------------------------+

On voit que la composition était la même qu'au camp de Montreuil[10]:
seulement, la première division (général Dupont), en avait été retirée,
et le 6e corps réduit à deux divisions d'infanterie et une brigade de
cavalerie.

Le long séjour au camp de Montreuil avait établi des rapports de
confiance entre les régiments. Plusieurs officiers s'étaient liés
d'amitié, on jugeait le mérite des généraux et des officiers
d'état-major avec cette sagacité qui distingue le militaire français. La
campagne d'Autriche avait redoublé les liens qui unissaient cette grande
famille. Après avoir vécu longtemps ensemble dans les baraques du camp
de Montreuil, nous venions de faire la campagne la plus brillante, nous
en avions partagé la gloire, les fatigues, les dangers, nous nous étions
mutuellement appréciés sur le champ de bataille. Il faut dire que cette
appréciation n'avait pas été également favorable à tous nos chefs. Nous
comptions d'excellents colonels, entre autres Maucune, du 6e léger;
Lamartinière, du 50e; Dalton, du 59e; mais il y avait des généraux bien
faibles. Ils n'en étaient ni moins aimés, ni moins estimés, et, par une
espèce de convention tacite, les colonels dirigeaient la brigade, et le
général lui-même suivait cette direction sans s'en rendre compte. Je
regarde cette confiance mutuelle, cette union entre les régiments, entre
les officiers de tous grades, comme une des grandes causes de nos
succès.

Le changement de situation du maréchal Ney s'étendit à son entourage, et
ses aides de camp d'alors ne ressemblaient pas plus à leurs
prédécesseurs que le maréchal de l'Empire au général républicain.

Parmi son état-major je citerai:

Labrume, chef d'escadron, amusant, spirituel, fin, d'un caractère
agréable[11]; Saint-Simon, lieutenant, que sa fortune mettait au-dessus
des autres et qui contribua par son exemple à donner à cet état-major
une tenue et des manières plus distinguées. Il est aujourd'hui sénateur;
d'Albignac, faisant le service d'aide de camp, quoiqu'il ne fût encore
qu'adjudant, comptant dans un régiment de dragons. Son écorce un peu
rude cachait un excellent cœur et des qualités distinguées[12]; Cassin,
secrétaire intime du maréchal, et, depuis, intendant militaire, homme
rempli d'esprit et de cœur, et dont les sages conseils ont souvent été
utiles. Il a été secrétaire général du ministère de la guerre sous le
maréchal Saint-Cyr, en 1817.

Tel était cet état-major au moment où j'allai le rejoindre, le 6
octobre, en avant de Nuremberg. On sait que nous étions en pleine marche
contre la Prusse; et avant de continuer mon journal, il faut raconter
très-sommairement la situation des deux armées, et le plan de campagne
qui commençait à s'exécuter.

La Prusse, après avoir gardé la neutralité dans les guerres précédentes,
venait de prendre son parti de nous attaquer. Elle choisissait le moment
où l'Autriche, vaincue, ne pouvait se joindre à elle. Elle comptait sur
l'alliance de la Russie; mais l'armée russe était éloignée, et la Prusse
allait seule affronter la puissance de Napoléon. C'est la faute qu'avait
faite l'Autriche l'année précédente, faute plus grave encore, car on
avait vu à Ulm et à Austerlitz de quoi l'armée française était capable.

Le croirait-on cependant? une pareille imprudence n'inquiétait nullement
la cour du roi Frédéric-Guillaume. L'armée française, disait-on, avait
dû ses succès à une valeur téméraire et au peu d'habileté de ses
ennemis; mais elle était hors d'état de se mesurer avec l'armée
prussienne, avec des généraux héritiers de la tactique du grand
Frédéric. Je me souviens que, peu de jours avant la bataille d'Iéna, mon
hôte me parlait avec un éloge pompeux de l'armée prussienne, qu'il
portait à cent cinquante mille hommes, dont cent mille d'élite; en
ajoutant ironiquement que si nous finissions par la vaincre, cela serait
long et difficile.

Toutefois ces généraux auraient dû sentir qu'ils étaient restés
étrangers aux progrès que la guerre avait faits depuis quinze ans. Déjà,
malgré leur jactance, le nom de Napoléon commençait à leur inspirer
quelque inquiétude: aussi la discussion sur le plan de campagne
s'éleva-t-elle tout de suite entre les vieux, représentés, par le duc de
Brunswick, neveu et élève de Frédéric, qui recommandait la prudence; et
les jeunes, tels que le prince de Hohenlohe, qui voulaient payer
d'audace.

Voici quelle était la composition des deux armées.

La Grande Armée française se composait de six corps:

1er corps, maréchal Bernadotte           20,000 hommes.

3e    --      --    Davout               27,000   --

4e    --      --    Soult                32,000   --

5e    --      --    Lannes               22,000   --

6e    --      --    Ney                  20,000   --

7e    --      --    Augereau[13]         17,000   --

Réserve de cavalerie, commandée par le
prince Murat, alors grand-duc de Berg    28,000   --

                                        -------

                            Total       166,000 hommes.

Ces six corps, avec la réserve, s'élevaient à 170,000 combattants; en y
ajoutant la garde impériale, qui n'était pas arrivée en entier, on
pouvait porter le total à 190,000 hommes.

Le point important était de passer l'Elbe, afin d'enlever la Saxe à la
Prusse et de pénétrer au cœur du pays. Pour y parvenir, Napoléon avait à
choisir entre les défilés qui conduisent de la Franconie dans la Saxe,
en laissant à droite la forêt de Thuringe, ou bien la direction à gauche
de la forêt par Fulde, Weimar et Leipzig. Il choisit la première, parce
que ses troupes s'y trouvaient naturellement portées, et puis, parce
qu'en appuyant à droite, il espérait tourner la gauche des Prussiens,
les séparer de la Saxe et les prévenir sur l'Elbe. Mais il employa tous
ses soins à laisser les Prussiens dans l'incertitude à cet égard, et les
démonstrations qu'il fit faire sur sa gauche, ainsi que de faux rapports
d'espions, donnèrent lieu de croire aux ennemis qu'il prendrait la route
de Weimar; ce qui contribua encore à augmenter leur irrésolution et
l'inquiétude qu'ils commençaient à éprouver.

L'armée prussienne se composait de cent soixante mille hommes, que les
réserves allaient porter à cent quatre-vingt mille. Dans ce nombre
figuraient vingt mille Saxons. Elle était donc inférieure en nombre à
l'armée française. Le duc de Brunswick commandait en chef. Mais le
prince de Hohenlohe, à la tête d'un corps à part, se prétendait
indépendant du généralissime. La sagesse aurait conseillé de faire à
Napoléon une guerre défensive, de se retirer d'abord derrière l'Elbe,
ensuite, s'il le fallait, derrière l'Oder, pour en défendre les
passages. Par ce moyen, on se rapprochait de l'armée russe, on fatiguait
l'armée française, on l'attirait dans des pays difficiles, surtout pour
la mauvaise saison. Telle était l'opinion de Dumouriez, qui écrivait
dans ce sens. Napoléon lui-même n'en doutait pas, et qualifia
d'extravagance la marche des Prussiens sur la rive gauche de l'Elbe.
Mais se retirer sans combattre, abandonner la Saxe, livrer Dresde et
peut-être Berlin, cela n'était pas possible après tant de jactance.

Ce n'est qu'en 1813 que l'Europe a compris qu'elle ne pouvait vaincre un
ennemi si redoutable qu'en l'écrasant de ses forces réunies.

L'expérience de l'Autriche en 1805 fut alors perdue pour la Prusse,
comme l'exemple de la Prusse elle-même fut encore perdu pour l'Autriche
en 1809.

On se décida donc à prendre l'offensive et à marcher au-devant, de
l'armée française. Les Prussiens se concentrèrent sur la haute Saale, en
plaçant en avant un corps pour observer les trois défilés qui y
conduisent. Notre droite, composée des corps des maréchaux Stult et Ney
(4e et 6e), devait déboucher par le chemin de Bayreuth à Hof; le centre,
formé des corps de Bernadotte et Davout (1er et 3e), ainsi que la
réserve de cavalerie, se dirigeait de Kronach sur Schleitz. La gauche
(5e et 7e corps), maréchaux Lannes et Augereau, revenait de Cobourg pour
déboucher sur Saalfeld.

Telle était la situation au moment où je rejoignis le maréchal Ney pour
commencer près de lui mon service d'aide de camp. Je reprends maintenant
mon journal, en priant mes lecteurs de ne jamais oublier qu'il s'agit du
6e corps.

Je trouvai le maréchal le 6 octobre dans un château près de Nuremberg.
Il me reçut bien, sans s'informer si j'avais rien de ce qui m'était
nécessaire pour commencer mon nouveau service. J'ai dit que j'étais sans
chevaux, sans équipage, presque sans argent. Il m'aurait fallu huit
jours de repos et les ressources qui me manquaient pour me procurer le
nécessaire, et c'était pendant des marches continuelles qu'il fallait me
mettre en état de devenir aide de camp. Enfin, je trouvai un cheval
isabelle, qui heureusement ne me coûta pas cher; je le bridai et le
sellai, Dieu sait comment. Ce fut mon compagnon fidèle pendant les
marches comme à la bataille d'Iéna. On eût dit que le pauvre animal
sentait combien il m'était nécessaire. Médiocrement soigné, mal nourri
dans ce brillant état-major où chacun ne pensait qu'à soi, jamais il ne
me fit défaut, et je lui dois d'avoir pu faire, tant bien que mal, un
service improvisé dans de telles circonstances.

Le 6e corps marchait sans s'arrêter. L'avant-garde se composait du 25e
léger, des deux bataillons de grenadiers et de voltigeurs réunis, et de
la brigade de cavalerie (10e chasseurs, 3e hussards). On y avait joint
quelques pièces d'artillerie légère, le tout commandé par le général
Colbert. Rien n'égalait l'ardeur de ces régiments, leur émulation, leur
désir de se distinguer. Le général Colbert, ancien colonel du 10e
chasseurs, qui faisait partie de sa brigade, se trouvait fier à juste
titre d'exercer un commandement important, qui eût fait honneur à un
général plus ancien d'âge et de services. Il est vrai que ce
commandement ne pouvait être en meilleures mains. Le 6e corps marchait
derrière le 4e, tous deux formant, ainsi que je l'ai dit, la droite de
la Grande Armée. Nous arrivâmes le 8 à Bayreuth, le 10 à Hoff, sur la
Saale, première ville de Saxe, et nous devions suivre le 4e corps à
Plauen, pour nous diriger sur l'Elbe dans la direction de Dresde ou de
Leipzig; mais, à peine arrivés à Hoff, nous reçûmes l'ordre d'en
repartir sur-le-champ pour prendre à gauche la direction de Schleitz.
Nous pûmes à peine y arriver le 11 au soir. À Schleitz, la route se
partage: celle de droite conduit à Leipzig par Géra, celle de gauche à
Weimar par Iéna. Nous devions suivre la direction de droite, et déjà le
général Colbert, avec l'avant-garde, était établi en avant, près d'un
village qui conduit à Auma, route de Géra. J'étais de service à
Schleitz; à peine arrivé, le maréchal me donna un ordre de mouvement à
porter au général Colbert. Je voulus demander où je devais aller. _Point
d'observations,_ me répondit-il, _je ne les aime pas._ On ne nous
parlait jamais de la situation des troupes. Aucun ordre de mouvement,
aucun rapport ne nous était communiqué. Il fallait s'informer comme on
pouvait, ou plutôt deviner, et l'on était responsable de l'exécution de
pareils ordres. Pour moi en particulier, aide de camp d'un général qui
ne s'était pas informé un instant si j'avais un cheval en état de
supporter de pareilles fatigues, si je comprenais un service si nouveau
pour moi, l'on me confiait un ordre de mouvement à porter au milieu de
la nuit, dans un moment où tout avait une grande importance, et l'on ne
me permettait pas même de demander où je devais aller. Je partis donc
avec mon fidèle cheval isabelle, que tant de fatigues ne décourageaient
pas plus que son maître, et qui avait de moins l'inquiétude morale de ne
pouvoir bien accomplir des missions si singulièrement données. On
m'avait indiqué un village dans la direction d'Auma, je n'y trouvai que
des cendres et des ruines; enfin, par un rare bonheur, je rencontrai un
chasseur qui portait aussi des dépêches au général Colbert, et qui
savait où il était campé. Je le suivis, et après avoir remis mon ordre,
je retournai à Schleitz, bien fier d'avoir réussi dans ma première
mission. Deux heures après, je fus envoyé de nouveau pour faire marcher
le général Colbert, et toujours avec mon isabelle; mais, cette fois du
moins, je connaissais ma route. Le 12, nous arrivâmes à Auma.

L'Empereur en était parti la veille et arrivait à Géra. Nous venions de
prendre cette direction le 13, lorsque l'ordre arriva d'appuyer encore à
gauche et de marcher sur Iéna. Voici la cause de ces divers mouvements.

L'armée française traversait ces trois déniés qui conduisent en Saxe,
ainsi que je l'ai dit. Le centre et la gauche rencontrèrent l'ennemi, et
remportèrent sur lui d'éclatants succès à Schleitz[14] et surtout à
Saalfeld[15]. La droite, dont nous faisions partie (4e et 6e corps),
arrivait sans obstacle à Plauen et à Hoff. Ces deux affaires portèrent
le trouble au quartier général prussien, non-seulement à cause des
pertes que l'on avait essuyées, mais surtout à cause du désordre avec
lequel les colonnes prussiennes s'étaient retirées, du découragement et
de la terreur dont les soldats prussiens et surtout les Saxons
semblaient être frappés. Le prince de Hohenlohe, découragé de tenter
l'offensive, se retira derrière la Saale; Napoléon se hâta d'en occuper
les passages à Iéna, Dornburg, Naumbourg, soit pour empêcher l'ennemi de
la traverser dans son mouvement de retraite sur l'Elbe, soit pour livrer
bataille sur la rive gauche si l'on osait l'y attendre. Mais le duc de
Brunswick crut voir Napoléon marcher lui-même sur l'Elbe, le tourner,
l'envelopper et le prendre comme le général Mack l'année précédente à
Ulm. Il partit de Weimar avec la grande armée et se dirigea sur
Naumbourg, où il comptait forcer le passage de la Saale et atteindre les
bords de l'Elbe de Torgau à Magdebourg suivant les circonstances. Il
chargea le prince de Hohenlohe de défendre le passage de l'Elbe à Iéna
et de le suivre ensuite. Le général Rüchel ferait l'arrière-garde en
partant le dernier de Weimar. Napoléon, instruit de tous ces mouvements,
rapprocha du centre sa droite et sa gauche pour les concentrer vers
Iéna. Voilà pourquoi nous avions quitté successivement la direction de
Plauen et de Géra pour prendre la route de cette dernière ville. Le 13,
nous étions en marche; le maréchal, impatient d'apprendre des nouvelles,
devançait son avant-garde, que les deux divisions suivaient à une grande
distance. Dans un petit village, à deux lieues de Roda, il reçut la
lettre suivante du major général:

     «Au bivouac devant Iéna, le 13 octobre, à 4 heures du soir.

     «L'ennemi a réuni ses forces entre Iéna et Weimar; faites porter ce
     soir votre corps d'armée en avant de Roda, le plus près possible
     d'Iéna, afin d'y arriver demain matin. Tâchez vous-même de venir à
     Iéna ce soir, afin d'être présent à la reconnaissance que
     l'Empereur fera dans la nuit sur l'ennemi. Je compte sur votre
     zèle.

     «Le prince de Neufchâtel,

     «ALEXANDRE BERTHIER.»

Le maréchal envoya des copies de cette lettre aux généraux Colbert,
Marchand et Marcognet, et partit sur-le-champ pour Iéna, avec deux
officiers qui seuls avaient d'assez bons chevaux pour le suivre.

Je remis moi-même au général Colbert, à son passage au village où
j'étais resté, la copie qui lui était destinée. Il marcha sans
s'arrêter, traversa Roda, arriva la nuit à Iéna, et campa en avant de la
ville. Les aides de camp du maréchal Ney couchèrent à Roda; le 14, à
deux heures du matin, nous étions à cheval. Quel que fût notre
empressement de rejoindre notre général, nous marchâmes au pas jusqu'à
Iéna, pour ménager des chevaux qui, dans la journée, devaient avoir fort
à faire.

Pendant que l'armée prussienne cherchait à passer la Saale pour gagner
l'Elbe, Napoléon songeait à s'établir sur la rive gauche, pour vaincre
des ennemis qu'il trouvait enfin réunis. Les maréchaux Bernadotte et
Davout (1er et 3e corps) devaient défendre le passage de la Saale contre
la grande armée, à Dornburg et Naumbourg. L'Empereur lui-même passait la
Saale à Iéna pour combattre le prince de Hohenlohe. Arrivé de sa
personne le soir du 13 à Iéna, il reconnut la position avec le maréchal
Lannes, qui l'y avait devancé. Déjà les tirailleurs du 5e corps
s'étaient emparés des hauteurs principales qui, de ce côté, dominent la
ville d'Iéna. On y plaça le 5e corps et la garde impériale; on travailla
toute la nuit à élargir une route étroite et escarpée, pour transporter
l'artillerie. L'armée prussienne, placée entre Iéna et Weimar, pouvait
les précipiter dans la Saale; mais le prince de Hohenlohe croyait
n'avoir affaire qu'aux 5e et 7e corps (Lannes et Augereau), dont il
comptait avoir bon marché le lendemain. Le duc de Brunswick et lui,
persuadés que Napoléon se dirigeait sur l'Elbe, ne craignaient aucune
attaque sérieuse sur la rive gauche de la Saale. Le matin du 14, le
maréchal Lannes repoussa le général Tauenzien, commandant l'avant-garde,
et conquit sur les plateaux l'espace nécessaire pour déployer l'armée.
Le prince Murat accourait avec la cavalerie. On attendait les maréchaux
Ney et Soult. De son côté, le prince de Hohenlohe, jugeant l'affaire
plus sérieuse qu'il ne l'avait cru d'abord, arrivait de Weimar avec
toute son armée. Le combat fut interrompu quelque temps.

Le maréchal Ney étant arrivé à Iéna de sa personne très-tard dans la
soirée du 13, ses aides de camp, venus de Roda au point du jour, le
cherchaient en vain au milieu d'un épais brouillard. Saint-Simon, ayant
rencontré un escadron prussien, vint à bout de lui échapper par sa
bravoure et son adresse; il nous rejoignit avec deux blessures. Nous
fûmes plus heureux, nous retrouvâmes notre général à la tête de son
avant-garde. Celle-ci, grâce à l'activité du général Colbert, traversa
Iéna dans la nuit, et vint camper sur les hauteurs, près de la garde
impériale, placée au centre de la position, entre le 5e corps à droite
et le 7e à gauche. C'était le moment où le prince de Hohenlohe arrivait
avec toutes ses troupes. Le maréchal l'attaqua vers dix heures, avant
même, dit-on, d'en avoir reçu l'ordre de l'Empereur. On sait que
l'avant-garde ne se composait que du 25e léger, de deux bataillons de
compagnies d'élite, et de la brigade de cavalerie légère. Cette troupe
fit des prodiges de valeur. Le 3e hussards et le 10e chasseurs
chargèrent à plusieurs reprises une cavalerie bien plus nombreuse, et
qui ne put jamais entamer nos faibles carrés. Jamais aussi le maréchal
ne s'exposa davantage. Deux officiers d'ordonnance furent blessés à ses
côtés; et j'admire encore que nous n'ayons pas tous été tués par le feu
des tirailleurs, au milieu duquel il s'élança comme un caporal de
voltigeurs. L'affaire étant engagée un peu précipitamment, nous restâmes
pendant quelque temps exposés seuls aux efforts de l'ennemi. Mais
bientôt nous fûmes soutenus par le maréchal Lannes, appuyés à droite par
le maréchal Soult, à gauche par le maréchal Augereau. L'armée prussienne
commença à fléchir. Napoléon alors ordonna une attaque générale,
soutenue par la garde impériale. La déroute devint complète. Les efforts
héroïques des généraux prussiens ne purent l'arrêter. Le corps du
général Rüchel, qui arrivait un peu tard de Weimar, fut entraîné à son
tour, deux brigades saxonnes obligées de mettre bas les armes. Quinze
mille prisonniers, deux cents pièces de canon furent le prix de la
victoire. Pourtant la moitié de l'armée française était encore en
arrière. À peine cinquante mille hommes avaient combattu contre
soixante-dix mille Prussiens.

Le prince Murat entra dans Weimar pêle-mêle avec les fuyards; il logea
au palais où la grande-duchesse était restée. Le maréchal le suivit de
près, mais ne voulut pas loger au palais, où il y avait de la place pour
tout le monde. Il conservait une ancienne rancune contre Murat, dont la
qualité de prince l'offusquait un peu. Il s'établit dans une auberge à
l'extrémité de la ville. Un général, qui nous accompagnait dans ce
moment, proposa quelques mesures pour empêcher le pillage. Mais, à vrai
dire, de pareils désordres sont presque inévitables dans une ville
ouverte, avec des soldats fiers de leur victoire et affamés. D'ailleurs
le premier besoin pour nous était celui du repos. J'ai dit que nous
étions montés à cheval à Roda à deux heures du matin; nous en
descendîmes à Weimar à sept heures du soir. Ayant à peine la force de
manger, et déjà à moitié endormi, je me couchai sur une planche, et ne
me réveillai de mon premier somme que le lendemain à midi. Mon cheval
isabelle avait supporté cette fatigue avec un courage digne de lui.
Heureusement, au milieu de la bataille, je trouvai dans un ravin un
caisson qui renfermait de l'avoine. Je lui en fis manger, et je dus à
cette rencontre la vie de mon compagnon et peut-être la mienne. J'ai dit
que l'avant-garde seule du 6e corps prit part à la bataille; les deux
divisions ne purent arriver à Weimar que dans la nuit. On le comprendra
sans peine, en se rappelant que le 13 elles campaient dans la direction
de Géra, et que, dans la nuit du 14, elles arrivaient à Weimar, après
avoir fait plus de quinze lieues. Les officiers du 59e m'ont raconté
qu'ils n'avaient jamais vu les soldats si à bout de leurs forces. Il
fallut une demi-heure pour les décider à allumer du feu et à chercher
des vivres.

On se rappelle que la grande armée prussienne marchait sur Naumbourg
pour y passer la Saale et continuer sa retraite, et que le maréchal
Davout (3e corps) était chargé de lui en disputer le passage. Le
maréchal Bernadotte devait occuper Dornbourg, entre Iéna et Naumbourg,
mais avec l'ordre de seconder le maréchal Davout. Il se trouvait à
Naumbourg, lorsque l'on reçut l'avis que la grande armée prussienne se
dirigeait tout entière de ce côté. Mais, malgré les instances de son
collègue, il voulut absolument se rendre à Dornbourg, où il était
évident qu'il n'avait rien à faire. Il prétexta l'ordre de l'Empereur,
qui pourtant était subordonné aux circonstances; et, s'il est vrai que
sa jalousie pour Davout, qu'il détestait, ait été la cause de sa
détermination, il en a été bien puni, car il a procuré à son rival
l'occasion d'acquérir une gloire immortelle. Le maréchal Davout n'avait
que trois divisions d'infanterie et trois régiments de cavalerie légère,
qui s'élevaient à peine à vingt-six mille hommes. Il prit position sur
les plateaux qui dominent la rive gauche de la Saale, autour du village
de Hassenhausen; il repoussa constamment les attaques de l'infanterie,
les charges de la cavalerie ennemie, et finit par les forcer à la
retraite. Elle se fit en bon ordre, protégée par deux divisions
prussiennes qui n'avaient pas combattu. Il était question de recommencer
le combat. Mais le roi de Prusse, qui avait bien payé de sa personne
dans cette journée, effrayé des pertes que lui avait fait éprouver un
ennemi si inférieur en nombre, découragé par la mort du duc de Brunswick
et du maréchal Mollendorf, tués à ses côtés, jugea plus prudent de se
retirer. Il comptait, en marchant sur Weimar, se réunir au prince de
Hohenlohe, qu'il croyait vainqueur à Iéna, ou du moins en état de
protéger sa retraite. Mais il rencontra bientôt les débris de l'armée du
prince, qui cherchaient eux-mêmes un abri auprès de l'armée du roi.
Toutes deux se retirèrent dans un désordre inexprimable, partie à
Erfurt, partie plus à droite, dans la direction de Sommerda. Dans cette
journée, qu'on appelle la bataille d'Auerstadt, vingt-six mille Français
avaient combattu contre soixante-dix mille Prussiens, dont dix mille
étaient hors de combat, et trois mille prisonniers, ainsi que cent
quinze canons.

Napoléon attendit la veille de cette grande journée pour répondre à la
sommation de repasser le Rhin, que lui avait adressée le roi de Prusse
au commencement des hostilités. _Sire_, disait-il, _cette lettre n'est
pas de vous; des intrigants, des brouillons l'ont dictée. Faisons la
paix, il en est temps encore. Votre Majesté sera vaincue; qu'elle se
rappelle que j'ai donné le même conseil à l'empereur de Russie la veille
d'Austerlitz_. Jamais on ne vit de prédiction plus promptement et plus
complètement vérifiée. Le 25 septembre, nous étions cantonnés en Souabe,
sans ordre de départ, et le 15 octobre l'armée prussienne était
détruite, la monarchie sans défense. On comprend que l'armée française,
conduite par Napoléon, l'emportât sur l'armée prussienne; mais la
destruction de cette armée semble incompréhensible. Cela tient d'abord à
la supériorité de Napoléon en manœuvres, à son adresse à tromper
l'ennemi sur la direction qu'il devait suivre, à la rapidité avec
laquelle les différents corps de son armée placés à d'énormes distances,
se réunissaient sur le champ de bataille pour se disperser ensuite dans
diverses directions, s'il s'agissait de poursuivre un ennemi vaincu.
L'armée prussienne, héritière des traditions de la guerre de Sept ans,
manœuvrait bien, mais lentement, méthodiquement, avec un nombre infini
de bagages; cinq ou six lieues semblaient une forte journée. L'armée
française ne s'embarrassait ni des distances, ni des vivres; il est vrai
qu'elle ravageait le pays, mais je ne parle que du succès sans justifier
les moyens. L'ennemi apprenait avec surprise qu'un corps d'armée, qu'il
croyait à dix lieues, arrivait sur le champ de bataille. Il ne savait
pas que ce n'étaient que des têtes de colonne portant le nom du 6e
corps; l'impression était produite. Enfin l'armée prussienne avait perdu
l'habitude de la guerre, et l'armée française, enflammée par ses
victoires, avait acquis le droit de se croire invincible.

Le 15, Napoléon se rendit à Weimar, où la grande-duchesse, dont le mari
servait dans l'armée prussienne, le reçut avec courage et dignité. Il
assembla les officiers saxons prisonniers, et leur témoigna le désir de
faire la paix avec leur souverain. Il traita plus sévèrement l'électeur
de Hesse, et s'empara de ses États. Après avoir ainsi privé la Prusse de
ses deux alliés, il s'occupa de tirer parti des éclatantes victoires
qu'il venait de remporter, et de poursuivre les débris de l'armée
prussienne avec assez d'activité pour les empêcher de se réorganiser
nulle part.

Les 3e corps (Davout), 5e (Lannes) et 7e (Augereau), qui avaient le plus
souffert, prirent quelques jours de repos. Le 1er corps (Bernadotte) se
dirigea vers l'Elbe, par Halle et Dessau, formant ainsi la droite de
l'armée. Le 5e corps (Soult) poursuivit l'armée vaincue à travers la
Thuringe, par Sommade et Nordhausen. Le prince Murat, suivi du maréchal
Ney, arriva le 15 au soir devant Erfurt, et somma la place. Le maréchal
témoigna beaucoup d'humeur de se trouver encore avec le prince Murat,
qui allait lui ravir l'honneur de la prise d'Erfurt. Cette conquête lui
appartenait, car il commandait l'infanterie. Aussi fit-il nommer
gouverneur le général Dutaillis, son chef d'état-major, qui, en cette
qualité, devait régler les conditions. Mais l'Empereur y envoya
sur-le-champ le général Clarke avec tous les pouvoirs. Nous passâmes du
moins une bonne journée, dans d'excellents logements. On prit à Erfurt
quinze mille Prussiens, dont six mille blessés, un matériel et un butin
considérables.

J'ai dit avec quelle rapidité l'on poursuivait l'armée prussienne dans
toutes les directions. Le 4e corps se dirigeait sur Magdebourg en
passant par Langensalza, Nordhausen, Halberstadt et Wansleben. Le 6e
corps le suivait à un jour de distance. Jamais on n'a poursuivi plus
vivement une armée plus complètement battue. Un général habile n'aurait
pas pu rallier dix mille Prussiens, et l'Empereur, bien supérieur à
Annibal, a su également vaincre et profiter de la victoire. Jamais aussi
le pillage ne fut porté plus loin que pendant cette route, et le
désordre alla jusqu'à l'insubordination. À Nordhausen en particulier, le
colonel Jomini[16] et moi pensâmes être tués par des soldats dont nous
voulions réprimer les excès. Il fallut mettre le sabre à la main et
courir ainsi la ville. Le maréchal en rendit compte à l'Empereur, en
demandant l'autorisation de faire dans l'occasion des exemples sévères.
Cela prouve combien il est dangereux de laisser les soldats secouer le
joug de la discipline et difficile de les arrêter quand ils ont fait le
premier pas. Notre subordination n'est pas appuyée sur des bases aussi
solides que celles de quelques armées étrangères. Dans celles-ci, le
soldat est un esclave et l'officier son maître. Chez nous, au contraire,
le soldat obéit à l'officier comme à son chef; il sait le respect qu'il
lui doit en cette qualité, mais il n'ignore pas que l'officier lui doit
à son tour au moins des égards. Il est homme comme lui; l'officier a été
soldat, le soldat peut devenir officier, tout cela établit entre eux une
sorte d'égalité de droit; presque comme entre le colonel et l'officier.
Voilà ce qu'il ne faut jamais perdre de vue avec nos soldats. On doit
les traiter avec fermeté sans dureté, avec bonté sans faiblesse. La
dureté les irrite, la faiblesse excite leurs moqueries. C'est cette
mesure, ce juste milieu, cette fraternité paternelle, si l'on peut
s'exprimer ainsi, que nos officiers observent tous plutôt par instinct
que par calcul et dont les étrangers seraient incapables. Des Français
peuvent seuls commander à des Français.

En partant de Nordhausen le 19 pour nous porter sur Halberstadt, le 6e
corps marcha sur deux colonnes, l'état-major et la première division par
Hasefeld, la deuxième division par Benneckenstein. La première route est
remplie de défilés; dix mille hommes y arrêteraient facilement une armée
nombreuse, mais les Prussiens n'eurent ni le temps, ni peut-être la
prévoyance de chercher à s'y défendre. Ils n'étaient occupés qu'à fuir à
toutes jambes pour se jeter dans Magdebourg. Le corps d'armée se réunit
le 20 à Halberstadt, et marcha réuni le 21 à Hamersleben, le 22 à
Groswantzleben. Le maréchal Soult, qui était parti avant nous de
Nordhausen, se trouvait déjà dans cette ville, et commençait à entourer
Magdebourg. À notre arrivée, nous restâmes chargés du siége; le maréchal
Soult passa l'Elbe à Tangermünde, au nord de Magdebourg, pour prendre la
route de Berlin. Le maréchal Ney porta son quartier général à
Schonebeck, à deux lieues de Magdebourg, et commença, le 25 novembre,
l'investissement de la place. Le général Kleist, vieillard octogénaire,
infirme, et pouvant à peine monter à cheval, répondit pourtant à la
première sommation qu'il ne pouvait se rendre qu'après avoir acquis la
preuve que l'on possédait les moyens de l'y contraindre; mais la
garnison affaiblie et découragée, le nombre des blessés et des malades
qui remplissaient la ville, le mécontentement des habitants, qui
craignaient de se voir sacrifiés à une cause déjà perdue, tous ces
motifs n'annonçaient pas une défense longue et opiniâtre. Le maréchal
Ney n'en fit pas moins ses dispositions, comme s'il eût eu affaire à
l'ennemi le plus redoutable. Bientôt l'investissement fut complet. Les
deux divisions occupaient la rive gauche de l'Elbe depuis Farmersleben
jusqu'à Barleben, et communiquaient par un pont de bateaux avec la rive
droite occupée par le général Colbert et l'avant-garde. On manquait
d'artillerie de siége; quelques mortiers envoyés d'Erfurt en tinrent
lieu; on menaça la ville d'un bombardement, en commençant par incendier
le village de Krakau, que les assiégés occupaient sur la rive droite. Le
gouverneur se voyant investi, sachant que Berlin était en notre pouvoir,
calculant qu'une plus longue résistance ne sauverait pas la Prusse, et
n'aurait d'autre résultat que de faire maltraiter la ville, peut-être
d'obtenir de plus dures conditions pour ses troupes et pour lui-même,
prit enfin le parti de capituler; faiblesse sans doute condamnable, les
travaux du siége n'étant pas même commencés. Mais la déroute d'Iéna, la
conquête de la Prusse, avaient entièrement découragé les Prussiens;
peut-être doit-on les blâmer moins que les plaindre. On convint de
remettre la ville aux Français, les officiers et feld-webels ayant la
permission de retourner dans leur pays sur parole, en conservant leurs
armes, les soldats prisonniers de guerre. La veille du jour de notre
entrée dans la place, le maréchal passa en revue le corps d'armée. Les
troupes étaient parfaitement belles. Après la revue, nous allâmes rendre
visite au gouverneur, qui nous reçut avec politesse. La conversation
roula sur les malheurs de la guerre, l'imprudence du gouvernement
prussien et, en particulier, de la reine, qui avait provoqué cette
fatale campagne, l'éloge des troupes prussiennes et de la sagesse du
gouverneur, qui ne s'obstinait point à prolonger une défense inutile. Le
lendemain, jour de notre entrée à Magdebourg, l'armée prit les armes de
bonne heure. Les deux divisions d'infanterie, formées en bataille,
faisaient face aux remparts, la gauche du 59e vis-à-vis la porte par
laquelle devait sortir la garnison. La brigade Colbert avait sa gauche
appuyée à cette même porte. Le maréchal avec son état-major, à la droite
de la brigade dans la même direction, et formant le côté du carré avec
l'infanterie, toute l'armée dans la plus grande tenue. À l'heure
marquée, la garnison sortit, les généraux et colonels à la tête de leurs
troupes. Le général Kleist, placé à côté du maréchal, lui nommait chaque
officier supérieur qui le saluait en passant. La garnison défilait en
portant les armes au son de la musique française, et, après avoir passé
devant la cavalerie et l'état-major, faisait un changement de direction
à gauche, passait devant l'infanterie et déposait les armes à la droite
de la ligne. La cavalerie suivit l'infanterie. Le tout se montait à
dix-huit mille hommes. Jamais je n'ai assisté à un plus magnifique
triomphe, que l'éclat du soleil embellissait encore. Les officiers
prussiens paraissaient accablés de tristesse, et, pour comble
d'humiliation, quelques-uns furent insultés par leurs soldats, au moment
où ceux-ci déposaient les armes en se séparant d'eux. Les prisonniers,
divisés en trois colonnes, partirent sur-le-champ pour Mayence. Des
compagnies tirées de tous les régiments, et commandées par le général
Roguet, furent chargées de les conduire. Les malheureux firent plus de
douze lieues ce même jour.

Nous entrâmes dans Magdebourg, dont les 50e et 59e régiments formèrent
la garnison, le reste logeant aux environs.

Le sixième corps se rendit bientôt après à Berlin, en laissant le 59e en
garnison à Magdebourg. L'Empereur passa successivement en revue les
différentes brigades, qu'il combla d'éloges et de récompenses.
Saint-Simon, aide de camp du maréchal, à peine rétabli des blessures
reçues à Iéna, fut nommé capitaine.

Pendant le siége de Magdebourg, les autres corps d'armée complétaient la
destruction de l'armée prussienne et la conquête du pays. Il ne
m'appartient pas de raconter en détail ces marches rapides, ces
brillants succès. J'en dirai seulement deux mots, selon mon habitude,
pour que ceux qui voudront lire ce journal puissent suivre l'ensemble
des opérations.

Le 20 octobre, six jours après la bataille d'Iéna, le maréchal
Bernadotte (1er corps) passait l'Elbe à Barby; Lannes (5e corps) à
Dessau; Davout (3e corps) à Wittemberg. L'honneur d'entrer le premier à
Berlin fut réservé à Davout, en récompense de la bataille
d'Auerstadt[17]. Les historiens racontent qu'il refusa les clefs de la
ville et un logement au palais pour en faire hommage à l'Empereur. On
m'a assuré qu'il accepta le don d'un million, mais pour en faire don
lui-même aux hôpitaux de Berlin. Cette conduite serait digne de lui. Le
même jour, Spandau se rendait sans résistance.

Quelque morcelée que fût l'armée prussienne, elle eût pu encore
combattre, si on lui eût laissé le temps de se réunir. Ce n'est pas en
quelques jours que l'on détruit une armée de cent soixante-dix mille
hommes. Les débris des différents corps, commandés par le prince de
Hohenlohe, s'élevaient à cinquante mille hommes, qui cherchaient à
gagner l'Oder pour le passer à Stettin et se rapprocher de l'armée
russe. Poursuivi à outrance par la cavalerie de Murat, par l'infanterie
de Lannes, qui semblait fatiguer les chevaux, le prince de Hohenlohe fut
cerné à Prenzlow et forcé de mettre bas les armes. Plusieurs régiments
d'infanterie et de cavalerie eurent le même sort à Passewalk. Pendant ce
temps, la place de Stettin se rendait à un régiment de cavalerie légère
commandé par le général Lasalle. Restait le général Blücher, qui,
poursuivi de tous côtés dans le Mecklembourg, finit par entrer de vive
force dans la ville neutre de Lubeck, espérant embarquer ses troupes
pour les transporter dans la Prusse orientale, non occupée par les
Français. Cette dernière ressource lui fut encore enlevée. Le 7
novembre, les 1er et 3e corps (Bernadotte et Davout) occupèrent de vive
force les ouvrages qui défendaient la ville, et, après un combat acharné
dans les rues, les Prussiens furent chassés et se retirèrent vers les
frontières danoises. Là, le manque de vivres et de munitions força
Blücher de capituler à son tour avec quatorze mille hommes. Il avait
laissé à Lübeck mille morts et six mille prisonniers.

J'ajoute, pour compléter le tableau, que, pendant que Stettin se rendait
à un régiment de cavalerie légère, un bataillon d'infanterie faisait
capituler Cüstrin.

Ainsi en un mois de campagne une armée de cent soixante-dix mille hommes
avait disparu, vingt mille Saxons rentraient dans leurs foyers. On
comptait vingt-cinq mille Prussiens tués ou blessés, cent mille
prisonniers; le reste était dispersé, sans armes, errant dans le pays.
Huit capitulations avaient eu lieu, les unes en rase campagne, les
autres dans des places fortes sans livrer de combat. Tout le matériel en
armes, munitions, chevaux, approvisionnements, appartenait à l'armée
française. Cüstrin, Stettin nous rendaient maîtres de la ligne de
l'Oder.

Napoléon visita Postdam, et enleva l'épée du grand Frédéric, qu'il
envoya aux Invalides. Il fit ensuite son entrée triomphale à Berlin.
Ainsi fut terminée la première partie de la campagne de 1806.

Avant de parler de la campagne d'hiver contre les Russes, je veux entrer
dans quelques détails sur notre service d'aides de camp. Ils
s'appliqueront également à la campagne qui venait de se terminer et à
celle qui va suivre.

Le maréchal Ney nous tenait à une grande distance de lui. Dans les
marches, il était seul en avant et ne nous adressait jamais la parole
sans nécessité. L'aide de camp du jour n'entrait jamais dans sa chambre
que pour affaire de service, ou bien quand il était appelé, et c'était
la chose la plus rare que de voir le maréchal causer avec aucun d'entre
nous. Il mangeait seul, sans inviter une fois aucun de ses aides de
camp. Cette fierté tenait à sa nouvelle situation, au désir de garder
son rang. Les premiers maréchaux nommés en 1804 étaient des généraux de
la République. La transition était brusque. En 1796, à l'époque du 18
fructidor, le général Augereau reprochait aux officiers de s'appeler
_Monsieur_. Et quelques années plus tard, les généraux républicains
devenaient eux-mêmes maréchaux, ducs et princes. Ce changement
embarrassa quelquefois le nouveau maréchal, qui d'ailleurs croyait avec
raison que son élévation excitait l'envie. Il crut ne pouvoir se faire
respecter qu'à force de hauteur, et il alla quelquefois trop loin à cet
égard. Toutefois la familiarité aurait eu de plus graves inconvénients,
et, à défaut de la juste mesure, toujours difficile à observer,
peut-être a-t-il pris le meilleur parti. Les aides de camp ne s'en
plaignaient pas; ils se trouvaient plus à leur aise en vivant ensemble,
et se livraient sans contrainte à la gaieté qui caractérise la jeunesse,
la jeunesse française, la jeunesse militaire. Nous faisions très-bonne
chère, car suivant les circonstances on ne manquait ni de force pour
s'emparer des vivres, ni d'argent pour les payer. J'ai souvent admiré
comment, en arrivant le soir dans une misérable cabane, le cuisinier
trouvait moyen, au bout de deux heures, de nous donner un excellent
dîner de Paris. Mais cette manière de vivre avait de grands
inconvénients pour notre service. Restant étrangers à tout ce qui se
passait, n'ayant communication d'aucun ordre, nous ne pouvions ni nous
instruire de notre métier, ni bien remplir les missions dont nous étions
chargés. Plusieurs causes diverses rendaient quelquefois ces missions
difficiles à exécuter. En voici un exemple:

Au commencement du siège de Magdebourg, je fus envoyé un matin au
général commandant une division de dragons momentanément attachée au 6e
corps. Il devait être à Egeln, distant de quatre lieues du quartier
général de Schonebeck. En arrivant, j'appris qu'il avait quitté Egeln
depuis trois jours pour s'établir à Kloster-Meyendorf, à six lieues au
nord. Je m'y rendis sur-le-champ; j'y arrivai le soir. Le général en
était parti le matin pour aller à Gros-Salza, à six lieues au sud, du
côté opposé de Magdebourg. Mon cheval avait besoin de repos, et je
passai deux heures à Kloster-Meyendorf, grand couvent de femmes qui, par
parenthèse, venait d'être ravagé par une centaine de soldats français.
J'y ai cependant trouvé un assez bon souper, et j'en suis parti à
l'entrée de la nuit. Je passai par Gros-Wantsleben et Sulldorf, et
j'arrivai à Gros-Salza, où je trouvai enfin le général que je cherchais.
Ainsi un général changeait trois fois de cantonnement à de grandes
distances sans en prévenir. Pourtant il ne fut ni réprimandé ni puni. À
mon retour, le maréchal se contenta de dire, en haussant les épaules:
«_Quelle manière de servir!_»

Les grandes missions se faisaient en voiture, avec des frais de poste
que quelques-uns mettaient dans leur poche, en se servant de chevaux de
réquisition, mauvaise manière à tous égards; car, à part du peu de
délicatesse, on était plus mal servi et l'on perdait un temps précieux.
Quant aux missions à cheval, j'ai déjà dit qu'on ne s'informait pas si
nous avions un cheval seulement en état de marcher quand il s'agissait
d'aller au galop, si nous connaissions le pays, si nous avions une carte
(et nous en manquions toujours). L'ordre devait être exécuté, et l'on ne
s'embarrassait pas des moyens. Je le ferai remarquer dans des occasions
importantes. Cette habitude de tout tenter avec les plus faibles
ressources, cette volonté de ne rien voir d'impossible, cette confiance
illimitée dans le succès qui avait d'abord été une des causes de nos
avantages, ont fini par nous devenir fatales.

Comme je me rendis seul de Magdebourg à Berlin, j'eus l'occasion d'aller
à Postdam visiter la demeure du grand Frédéric, et j'en profitai
d'autant plus volontiers que les voyages de plaisir sont rares à la
guerre. Nous nous reposâmes quelques jours à Berlin avant d'entreprendre
la nouvelle campagne dont je vais faire le récit.



CHAPITRE V.

CAMPAGNE DE PRUSSE ET DE POLOGNE.--1806-1807.

IIe PARTIE.


MARCHE SUR LA VISTULE.--BATAILLE DE PULTUSK.--BATAILLE D'EYLAU.


L'orgueil de Napoléon, sa confiance en sa puissance, avaient été portés
au comble par la conquête de la Prusse. Rien ne lui semblait impossible,
et, dans ses vastes projets, il ne connaissait plus de limite que celle
de sa volonté. Maître de la ligne de l'Oder, il allait franchir ce
fleuve et se porter au-devant de l'armée russe, qui s'avançait sur la
Vistule. La plus redoutable de ses ennemies, l'Angleterre, était la
seule qu'il ne pût prendre corps à corps. Mais il regardait les
puissances de l'Europe comme vassales de l'Angleterre. En les attaquant,
c'était elle qu'il croyait combattre. Il déclara donc qu'il ne ferait la
paix avec la Prusse et la Russie que si elle était commune à
l'Angleterre, et qu'il ne rendrait aucune de ses conquêtes que lorsque
l'Angleterre restituerait les colonies qu'elle avait prises, soit à la
France, soit à la Hollande ou à l'Espagne, nos alliés. Il voulait, selon
son énergique expression, _reconquérir les colonies par la terre_.
Pourtant la résolution de s'avancer vers la Vistule, et peut-être au
delà, présentait de graves difficultés. Plus on s'éloigne de son pays,
plus les embarras augmentent. Il fallait non-seulement réparer les
pertes qu'avait faites l'armée, mais augmenter son effectif, pourvoir à
son entretien, assurer ses communications, lui procurer des subsistances
dans un pays pauvre et à l'approche de la mauvaise saison. On doit lire
dans les historiens le récit des moyens employés pour obtenir ces
résultats, l'admirable intelligence, la prodigieuse activité déployées
en cette occasion par Napoléon. La Grande Armée, dont l'effectif au
moment du départ de Boulogne était de quatre cent cinquante mille hommes
et de cinq cent mille au commencement de la guerre avec la Prusse, se
trouva portée à cinq cent quatre-vingt mille. Or la campagne d'Autriche
et celle de Prusse ayant à peine coûté chacune vingt mille hommes,
l'armée augmentait à chaque campagne au lieu de diminuer; car on sait
que les libérations n'étaient pas admises pendant la guerre.

Ajoutons qu'en s'avançant autant dans l'intérieur de l'Allemagne,
Napoléon se trouvait entouré, sinon d'adversaires déclarés, au moins de
neutres ou d'alliés bien suspects. On ne doit pas se le dissimuler, tous
les États de l'Europe étaient nos ennemis, et on l'a bien vu en 1813. Il
fallait donc effrayer les uns par des menaces, attirer les autres par
des promesses. C'est ainsi que la Saxe, notre ennemie dans la campagne
précédente, devint notre alliée par son admission dans la confédération
du Rhin.

Il est vrai que nous pouvions trouver en Pologne des alliés plus
sincères. Pour arriver à la Vistule et nous approcher de Varsovie, il
fallait traverser le duché de Posen. Il est évident que la présence de
nos troupes allait faire soulever le pays, dans l'espérance de recouvrer
son indépendance. Mais cela seul devait inquiéter l'Autriche, qu'il nous
importait de ménager. Déjà cette puissance faisait connaître que toutes
les pertes qu'elle avait essuyées ne lui permettaient pas de prendre
part à la lutte, que la neutralité lui était donc imposée; et, en
attendant, elle réunissait un corps de soixante mille hommes pour
protéger ses frontières. On sait que ces corps d'observation deviennent
bientôt des corps d'armée actifs, et qu'une circonstance que l'on croit
favorable change la neutralité en hostilité. Napoléon s'expliqua avec
l'Autriche. Il fit entendre que dans le cas du rétablissement de la
Pologne, on pourrait lui donner la Silésie en compensation de la
Gallicie; si cet arrangement ne convenait pas, il promit que, tout en
favorisant l'insurrection de la Pologne russe et prussienne, ce qui
était conforme aux droits de la guerre, il n'entreprendrait rien contre
les intérêts de l'Autriche. Il annonça d'ailleurs qu'il était prêt à
tout événement, et fort disposé à combattre l'Autriche, si, malgré les
dispositions bienveillantes qu'il lui témoignait, elle voulait entrer en
lutte.

Enfin, des mésintelligences s'étant élevées entre la Turquie et la
Russie, mésintelligences entretenues habilement par Napoléon, la Russie
s'était vue obligée d'envoyer un corps de soixante mille hommes sur les
bords du Dniester.

Ainsi Napoléon allait recommencer la guerre contre la Russie, secondée
par l'Angleterre, la Suède, et vingt mille Prussiens, débris de leur
armée. Nous avions pour alliés la confédération du Rhin, et bientôt la
Turquie. L'Autriche restait inquiète et silencieuse. La Pologne agitée
s'apprêtait à se joindre à nous. Telle était la situation au moment de
la reprise des hostilités.

Depuis l'Oder jusqu'à la Vistule nous ne devions pas rencontrer
d'ennemis. Les Prussiens occupaient Thorn, les Russes approchaient
seulement de Varsovie. Voici notre ordre de marche de la droite à la
gauche. À l'extrême droite, le prince Jérôme, secondé du général
Vandamme, devait occuper la Silésie, faire le siége des places situées
sur le haut Oder, telles que Glogau et Breslau, pour nous rendre
entièrement maîtres du cours de ce fleuve, le franchir ensuite et
couvrir la droite de l'armée en s'appuyant à la frontière d'Autriche. Le
maréchal Davout (3e corps) se dirigeait de Cüstrin sur Posen. À sa
gauche venait le maréchal Augereau (7e corps), et, plus à gauche encore,
le maréchal Lannes (5e corps), partant de Stettin. Tous ces corps réunis
formaient quatre-vingt mille hommes. Les 1er, 4e et 6e corps, avec la
garde impériale et la réserve de cavalerie restées en arrière,
composaient une autre armée de quatre-vingt mille hommes, qui devait
appuyer le mouvement de la première.

Ce fut alors que se présenta la question du rétablissement de la
Pologne. Le maréchal Davout fut reçu à Posen avec un grand enthousiasme.
Le duché de Posen appartenait à la Prusse, et cette province semblait
plus impatiente que les autres de secouer le joug étranger. Notre
arrivée leur parut le signal de leur indépendance, et, quoique aucun mot
n'eût été dit à cet égard, la cause de la Pologne paraissait liée à
celle de la France. Les mêmes sentiments se manifestèrent plus tard à
Varsovie. On ordonna des levées d'hommes qui se firent d'abord avec
facilité. Mais bientôt la haute noblesse polonaise se demanda où la
conduirait un entraînement irréfléchi. La fortune des armes pouvait nous
devenir contraire, et alors ils retombaient sous le joug des Prussiens
et des Russes, irrités de leur révolte. Ils auraient donc voulu que
Napoléon prît l'engagement de reconstituer la Pologne, en lui donnant
pour souverain un prince de sa famille. La proposition lui en fut faite
formellement en leur nom par le prince Murat, lorsqu'il eut, fait son
entrée à Varsovie. Cette démarche mécontenta Napoléon. Il comprit
très-bien que ce souverain était Murat lui-même, que l'enthousiasme des
Polonais, son esprit chevaleresque et son costume déjà à demi polonais,
désignaient assez; or, il ne voulait pas qu'on lui fît de conditions.
Lui-même était embarrassé des suites que pouvait avoir une démarche
aussi significative. La paix devenait plus difficile à conclure avec la
Prusse et la Russie. D'ailleurs qu'était-ce que le rétablissement de la
Pologne sans la Gallicie, et pouvait-on s'exposer à s'attirer l'Autriche
sur les bras? Napoléon voulait donc que les Polonais se donnassent à lui
unanimement, sans réserve, sans conditions. Il voulait qu'un grand
mouvement national forçât pour ainsi dire la destinée, et que le
rétablissement de la Pologne devînt une nécessité. Il n'y avait pas
moyen de s'entendre, puisque, comme le dit fort bien M. Thiers: _les
Polonais demandaient à Napoléon de commencer par proclamer leur
indépendance, et que Napoléon leur demandait de commencer par le
mériter._ D'ailleurs, leur concours pouvait-il inspirer une grande
confiance? J'en doutais un peu pour mon compte, et cette opinion ne
m'était point particulière. Les maréchaux Lannes et Augereau, marchant à
gauche de Posen, trouvaient dans les campagnes les Polonais peu disposés
à s'insurger. Ils représentaient à l'Empereur qu'il ne _fallait pas se
laisser éblouir par l'enthousiasme factice des nobles de Posen; qu'au
fond, on les retrouverait toujours légers, divisés, anarchiques, et
qu'en voulant les reconstituer en corps de nation, on épuiserait
inutilement le sang de la France pour une œuvre sans solidité et sans
durée._ Aussi Napoléon, évitant de les encourager ou de les décourager
entièrement, ne voulut point paraître à Varsovie. Il trouva en eux des
auxiliaires utiles, quitte à les sacrifier dans l'occasion, ce qu'il ne
manqua pas de faire. Après l'entrée à Posen, on avait marché sur
Varsovie. L'armée russe qui l'occupait n'essaya point de la défendre;
elle repassa la Vistule en détruisant le pont.

Je reprends l'historique du 6e corps.

J'ai dit que ce corps d'armée faisait partie de la réserve. Nous
partîmes à notre tour de Berlin. L'état-major se rendit en poste à
Posen, où nous arrivâmes le 15 novembre, pendant que les troupes
faisaient leur mouvement. Nous logions chez Mme de Zastrow, femme de
l'ancien gouverneur prussien de cette ville, qui avait suivi le roi à
Kœnigsberg. Je l'ai vue plusieurs fois; c'était une personne douce et
aimable; on pense bien qu'elle était triste et préoccupée. Les malheurs
de la Prusse, l'incertitude de la destinée de son mari, la surveillance
de trois grandes filles jeunes et belles au milieu d'une armée telle que
la nôtre, étaient des motifs suffisants de trouble, et l'on sent combien
devait être pénible pour la femme du gouverneur prussien de Posen le
spectacle de l'enthousiasme qu'y excitait notre présence. L'Empereur
arriva le 27 novembre au soir sans le moindre appareil. Quoiqu'il fît
nuit et qu'on ne pût l'apercevoir, mon hôtesse voulut aller au-devant de
lui; elle resta longtemps à la pluie et marchant dans la boue, trop
heureuse d'avoir vu un instant passer sa voiture. Le 28 novembre,
l'armée était entrée à Varsovie. A part l'importance politique de cette
conquête, Varsovie nous assurait un point de passage sur la Vistule, et
déjà le maréchal Davout avait franchi le fleuve, que les Russes ne
défendirent pas plus qu'ils n'avaient défendu la ville. Le maréchal
Lannes (5e) le remplaça à Varsovie. Augereau (7e) s'établit au-dessous
de Varsovie sur la Vistule, vis-à-vis de Modlin. L'Empereur chargea le
maréchal Ney de s'emparer de la ville de Thorn, afin d'avoir deux points
sur la Vistule, ce qui était important pour ses opérations ultérieures.
Nous partîmes de Posen le 1er décembre, et la 1re brigade arriva le 4
devant Thorn, en passant par Gnesen et Bromberg. Thorn, situé sur la
rive droite de la Vistule, n'a sur la rive gauche que le faubourg de
Podgurtz. Il fallait donc passer le fleuve pour entrer dans la ville.
Quinze mille Prussiens, commandés par le général Lestoco, la
défendaient. Le pont de bois qui unissait les deux rives avait été
détruit. Le colonel Savary, du 14e de ligne (7e corps), étant resté en
arrière, occupait Podgurtz. Informé le 4 que l'ennemi commençait à
évacuer la ville, comptant sur la faveur de la population, il eut
l'audace de passer la Vistule sur des bateaux, malgré les glaçons, avec
une faible partie de son régiment; entreprise d'autant plus hasardeuse
que le lit de la Vistule est large en cet endroit et qu'on se trouvait
exposé à la fusillade de l'ennemi placé sur l'autre rive. Les bateliers
polonais le secondèrent, en se jetant dans l'eau et en tirant les
barques au rivage sous le feu de l'ennemi. La 1re brigade du 6e corps,
déjà arrivée à Podgurtz, ainsi que je l'ai dit, passa la Vistule, se
joignit au 14e et s'empara de la ville.

Le maréchal était, le 4, à Bromberg, à huit lieues en arrière; ce ne fut
que le 5 au matin qu'il apprit la prise de la ville. Il se rendit
aussitôt au faubourg de Podgurtz, et n'entra à Thorn que le 6 au matin.
Je me trouvais seul auprès de lui; et, dès le 5 au soir, il m'envoya à
Thorn, qu'occupait déjà la 1re division du 6e corps, réunie au 14e
régiment. Je fus heureux de pouvoir complimenter mon ancien chef de
bataillon sur la belle conduite de son régiment, et le lendemain il
reçut des félicitations bien plus flatteuses que la mienne. Les troupes
du 6e corps arrivèrent successivement, et furent placées en cercle sur
la rive droite de la Vistule, ayant en tête la cavalerie légère pour se
garantir des courses des Cosaques. On s'occupa avec activité à réparer
le pont; cette opération ne fut pas aussi facile qu'on le suppose. Le 5
nous étions maîtres de la ville, et le pont fut à peine réparé le 15. Le
59e, qui arriva le dernier, passa la Vistule en bateaux le 13.

J'ai dit que ce dernier régiment était resté en garnison à Magdebourg.
Il y séjourna jusqu'au 25 novembre, et arriva à Thorn le 13 décembre,
après dix-huit jours de marche sans un instant de repos. Il n'était
nullement nécessaire de fatiguer ainsi ce régiment; on pouvait le faire
partir un peu plus tôt, ou même lui accorder un ou deux séjours pendant
cette longue route. L'officier envoyé de Thorn à Magdebourg pour porter
au 59e l'ordre de marcher ne revint qu'avec le régiment. Ainsi, ayant
des frais de poste, il mettait dix-huit jours à faire cent dix lieues
comme un régiment d'infanterie. C'était assez son usage, pour éviter à
la fois les fatigues et les chances de la guerre. Ce nouvel exemple de
zèle et d'activité de sa part nous amusa beaucoup.

Varsovie et Thorn étant occupés, Graudenz investi près de tomber en
notre pouvoir, l'hiver pouvait être employé au siége de Dantzick, dont
la prise nous eût rendus maîtres du cours entier de la Vistule. L'époque
de l'année et la difficulté des chemins rendaient nécessaire de prendre
des quartiers d'hiver. Napoléon y pensait d'autant plus, qu'il croyait
les Russes en pleine retraite sur le Prégel pour couvrir Kœnigsberg.

Bientôt il apprit qu'ils paraissaient s'établir près de Varsovie, entre
la Narew et l'Ukra, sur la droite de la Vistule. Ces deux rivières en se
réunissant, avant de se jeter dans la Vistule, décrivent un angle, dont
le sommet vient s'appuyer sur ce grand fleuve, un peu au-dessous de
Varsovie. Les troupes prussiennes, placées entre Dantzick et Kœnigsberg,
se liaient aux Russes du côté de Thorn. À peine restait-il vingt mille
Prussiens armés, et dix mille composant les garnisons. La première armée
russe, commandée par le général Benningsen, occupait la position de la
Narew; la seconde, par le général Buxhowden, placée en arrière à
Ostrolenka, ces deux armées formant quatre-vingt mille hommes. Dans
cette situation, les Russes pouvaient se réunir aux Prussiens vers la
mer, et s'appuyant sur la forte place de Dantzick, passer la basse
Vistule et nous tourner sur la haute. Ils pouvaient aussi en laissant
les Prussiens en observation devant Kœnigsberg, réunir toutes leurs
forces dans l'angle formé par l'Ukra et la Narew, et se porter sur
Varsovie. Napoléon était en mesure de faire face à ces deux combinaisons
et de repousser toutes les tentatives de l'ennemi. Mais il ne lui
convenait pas de se laisser attaquer par eux. Il ne lui convenait pas
non plus de les laisser s'établir en quartiers d'hiver si proche de lui.
Il voulait bien faire reposer ses troupes, en arrêtant la poursuite de
l'ennemi; mais il voulait que cet ennemi fût vaincu d'abord, et
entièrement vaincu. Il se décida donc à prévenir les Russes; il se
flattait de les détruire comme il avait jusqu'à présent détruit toutes
les armées ennemies; il voulait au moins les forcer de s'éloigner de
Varsovie. Il quitta Posen, où il avait passé dix-neuf jours, et entra la
nuit à Varsovie, voulant éviter les réceptions solennelles et tout ce
qui pourrait l'engager avec les Polonais. Le 23 décembre il était à la
tête de son armée, et dirigea lui-même dans la nuit le passage de l'Ukra
à Okumin.

Je ne ferai point le récit des combats livrés les 24, 25 et 26 décembre,
sous le nom de batailles de Pultusk et de Golymine. Le 6e corps n'y a
pris aucune part, et cet écrit n'est que le journal de l'aide de camp du
maréchal Ney. Je dirai seulement que le passage de l'Ukra fut forcé, les
Russes poursuivis le 25 et attaqués le 26, par le maréchal Lannes à
Okumin, par les maréchaux Davout et Augereau à Golymine. L'ennemi,
partout repoussé, perdit quatre-vingts pièces de canon, beaucoup de
bagages et vingt mille hommes, tant tués que blessés et faits
prisonniers. Les Russes étaient en pleine retraite; et l'Empereur avait
réussi dans son projet de les éloigner de Varsovie. Mais le mauvais
temps et la nature du terrain rendirent les opérations difficiles et
empêchèrent de compléter la victoire. Le terrain est naturellement
fangeux, la neige et la pluie le rendirent impraticable, et le nom des
_boues du Pultusk_ s'est conservé dans les souvenirs de nos soldats. Les
hommes enfonçaient jusqu'aux genoux dans cette boue liquide, et beaucoup
d'entre eux y périrent. On pouvait à peine conduire l'artillerie en
doublant les attelages. Il en résulta d'abord l'impossibilité de
connaître les mouvements de l'ennemi. Ainsi le maréchal Lannes se trouva
seul à Pultusk en présence de forces supérieures, parce qu'on croyait
que le gros de l'armée ennemie s'était retiré à Golymine. Il en résulta
ensuite qu'après la victoire il fut impossible de poursuivre les Russes,
et qu'ils purent tranquillement effectuer leur retraite qu'ils
essayèrent de transformer en victoire. L'étoile de Napoléon commençait
alors à pâlir. Le moment des demi-succès, des triomphes incomplets était
arrivé. Ce fut alors aussi que commencèrent les misères de l'armée, le
manque de vivres, de fourrages, toutes les privations dont j'aurai
occasion de faire le récit. L'attaque contre les Russes fut appuyée à
gauche par les 1er et 6e corps, ce dernier formant l'extrême gauche.
Nous partîmes donc de Thorn le 18 décembre, en passant successivement à
Gollup, Strasburg et Ziélona. Les Prussiens se retiraient à notre
approche. La 1re division, qui marchait en tête, les rencontra à Soldau,
et les en chassa après une vive résistance: c'était le 26 décembre, jour
de la bataille de Pultusk. Je n'assistai point à cette affaire, ayant
été envoyé la veille auprès du maréchal Bernadotte, avec lequel nous
combinions nos mouvements. Je partis le soir de Ziélona, et après
l'avoir cherché inutilement à Biézun, je le trouvai le matin dans un
village à trois lieues de là au moment où il allait en repartir. Je fis
trois lieues avec lui jusqu'à un village près de Mlawa, d'où il me
renvoya le soir même au maréchal Ney, que je trouvai le lendemain matin
à Soldau.

C'est la seule fois que j'ai vu le futur roi de Suède, qui me parut bien
différent de nos autres généraux. D'abord il était parfaitement aimable,
aimable pour tout le monde; première différence. Il le fut beaucoup pour
moi, dont il ne connaissait que le nom. Il mangeait avec ses aides de
camp, avec les officiers en mission. Mon cheval étant très-fatigué, il
m'en fit donner un autre pour faire route avec lui. Le soir de mon
départ, le temps était affreux; je lui dis en riant que je tâcherais de
ne pas laisser tomber sa dépêche dans la neige. Il me proposa d'attendre
au lendemain; il aurait ajouté un _postscriptum_ à sa lettre pour dire
au maréchal Ney qu'il m'avait retenu. Je le remerciai, en lui disant
qu'à la guerre il ne fallait pas perdre une minute pour se rendre à son
poste. Il avait passé toute la soirée à questionner l'homme chez lequel
il logeait sur la situation du pays et les mœurs des habitants.
Assurément, il avait quelque espérance qu'on penserait à lui en Pologne,
et à tout événement, il cherchait à se procurer des renseignements qui
pouvaient lui être utiles, comme à se faire partout des partisans et des
amis.

Cette première partie de la campagne terminée, l'armée prit ses
cantonnements. À l'extrême droite, le 5e corps (Lannes), gardant
Varsovie, dans l'angle formé par la Narew, le Bug et la Vistule:
position dont on avait chassé les Russes; ensuite le maréchal Davout (3e
corps) à Pultusk, Soult (4e corps) à Golymine, Augereau (7e corps) un
peu plus en arrière, à Plonsk; Ney (6e corps) aux environs de Mlawa et
de Neidenburg, à l'origine des affluents de la Narew, et liant la Grande
Armée au 1er corps (Bernadotte) cantonné vers Osterode et s'étendant
près de la mer, pour défendre la basse Vistule et protéger le siège de
Dantzick que l'on allait entreprendre. Toutes les précautions étaient
prises pour faire communiquer entre eux les différents corps; tous les
passages sur la Vistule, Varsovie, Thorn, Graudenz (quand il fut en
notre pouvoir) mis en état de défense. Quant aux vivres, on donna les
ordres nécessaires; mais la saison rendant les arrivages difficiles,
j'ai presque toujours vu les soldats réduits à ce qu'ils pouvaient se
procurer dans le pays.

Le maréchal Ney porta son quartier général à Neidenbourg, sur la route
d'Ostrolenka à Thorn. Nous y restâmes du 27 décembre au 11 janvier 1807,
logés dans la maison du bailli, que suivant notre usage nous occupions
tout entière, moins deux pièces où il était relégué avec sa famille. Le
maréchal, n'ayant lui-même qu'une petite chambre et un cabinet, nous
avait abandonné un grand salon, et ne parut pas un instant fatigué du
bruit étourdissant que nous lui faisions toute la journée. À part des
chansons et des facéties, les jeux de hasard faisaient notre principale
occupation; souvent, et heureusement à tour de rôle, l'un de nous se
couchait, n'ayant plus un sou. La joie des vainqueurs, aussi bruyante
que la colère des vaincus, s'augmentait encore du son d'une trompette
que l'un de nous s'était procurée. Pour le coup, le maréchal demanda
grâce, et la trompette disparut. J'admirai tant de patience; mais le
jour du départ fut le jour des représailles. En montant à cheval, il ne
trouva pas son guide; il nous entendit faire quelques plaisanteries
assez innocentes; alors il nous dit que nous ne pensions qu'à des
balivernes, que nous n'apprendrions rien, ne serions bons à rien. Il mit
son premier aide de camp aux arrêts, parce qu'il ne savait pas nous
faire servir; enfin, il se vengea en un quart d'heure de la contrainte
qu'il éprouvait depuis quinze jours. Le maréchal ne savait pas faire une
réprimande de sang-froid. Il se taisait, ou il s'emportait au delà de
toutes les bornes. Malgré cette violence de caractère, son cœur était
bon, son esprit parfaitement juste, son jugement sain: qualités bien
précieuses dans un militaire.

Le repos ne fut pas long pour le 6e corps. Le 11 janvier, nous partîmes
de Neidenbourg pour Wartembourg et Allenstein. L'avant-garde du général
Colbert occupait Bartenstein; elle devait pousser ses avant-postes le
plus près possible de Kœnigsberg. Les divisions d'infanterie suivirent
le mouvement à d'assez grandes distances. Le maréchal fit une course
rapide à Bartenstein, où je l'accompagnai. M. Thiers dit qu'il fut au
moment de prendre Kœnigsberg; c'est aller trop loin. Je ne pense pas que
l'avant-garde dépassât jamais Preussich-Eylau, et même dans
l'affaiblissement physique et moral où était tombée l'armée prussienne,
il eût fallu plus qu'une brigade de cavalerie pour entrer à Kœnigsberg.
Quel était donc le but de ces mouvements que l'Empereur n'avait pas
ordonnés? C'était d'abord de se procurer des vivres dont nous avions
grand besoin; ensuite de s'approcher de Kœnigsberg, d'avoir peut-être la
gloire d'y entrer le premier. Je ne sais à quelle occasion le maréchal
Ney conclut à Bartenstein un armistice de quelques jours avec
l'avant-garde prussienne. Mais comme il fallait expliquer à l'Empereur
tous ces mouvements, je fus envoyé de Bartenstein à Varsovie. Jamais je
ne fis un voyage aussi difficile; le récit suivant en fera juger.

Je partis le 15 au soir de Bartenstein en traîneau par un temps
épouvantable; des chevaux de poste me conduisirent par Heilsberg,
Allenstein et Neidenbourg jusqu'à Mlawa, où commencèrent mes misères. Le
pays dans lequel j'entrai était ruiné par le passage des troupes russes
et françaises, par la bataille de Pultusk et de Golymine. J'eus beaucoup
de peine à avoir des chevaux à Mlawa. Ce fut bien une autre affaire à
Ciechanow, où j'arrivai le 17; il fallut persécuter le bourgmestre et
les juifs, notre seule ressource en Pologne, puisqu'ils entendent seuls
l'allemand. Enfin j'obtins deux rosses et une mauvaise charrette qui
devait me traîner jusqu'à Pultusk. La gelée avait succédé au dégel. On
voyait de Ciechanow à Pultusk les chevaux et les voitures d'abord
enfoncés dans la boue, en ce moment incrustés dans la terre gelée. Les
villages étaient entièrement dévastés. À une lieue de Ciechanow, une
roue de ma charrette cassa; on prit du temps pour la réparer. À
Golymine, quoique mes chevaux fussent épuisés de fatigue, il fallut
marcher encore, n'ayant pu en trouver d'autres. Mon postillon m'assura
qu'on en trouverait à Pezemodowo, village à deux lieues de Pultusk. J'y
arrivai le soir, et je descendis au château, où l'état-major d'un
régiment du 4e corps me donna l'hospitalité. On me promit des chevaux,
que j'attendis longtemps, et qui me menèrent à Pultusk; là, j'attendis
plus longtemps encore deux chevaux, un mauvais traîneau et un postillon
complètement sourd et qui ne savait que le polonais. À une lieue de
Pultusk, le traîneau cassa en mille pièces au milieu d'un bois. Je me
mis à pied, précédé de mon postillon à cheval, après avoir chargé sur
ses épaules un paquet que je portais au major général. Après avoir fait
près de quatre lieues à pied et dans cet équipage, j'arrivai au point du
jour à un village dont les seigneurs, qui parlaient latin, me promirent
des chevaux, que je fus pourtant obligé de prendre moi-même de force
chez les paysans. J'arrivai à Siérosk, où je trouvai enfin les postes
rétablies. Je passai le Bug dans un bac, le pont n'étant pas encore
raccommodé. Les glaçons rendaient le passage assez difficile, mais
j'arrivai à bon port. Mes chevaux me conduisirent à Nieporen, et ceux de
cette dernière poste à Varsovie, où je terminai heureusement un aussi
singulier voyage.

Pourtant j'ai rempli des missions plus pénibles encore. Ici du moins ma
direction était assurée, je n'avais à combattre que la fatigue; et si je
portais mes dépêches à pied ce n'était pas ma faute. Mais j'ai passé
quelquefois des nuits entières au milieu des bois, par des chemins
défoncés, exposé à la pluie ou à la neige à demi fondue que le vent du
nord me jetait à la figure, craignant que mon cheval ne s'abattît, que
mon guide ne m'égarât et responsable des ordres dont j'étais porteur.
Dans une de ces missions j'eus lieu d'admirer la bonté des Allemands. Ma
voiture versa dans un village que nous avions brûlé, et les habitants
sortirent de leurs maisons à demi consumées pour m'aider à la relever;
en Espagne ils m'auraient tiré des coups de fusil. L'Empereur me garda
un jour à Varsovie, et me renvoya le 18 avec le colonel Jomini[18]
chargé d'une mission particulière et verbale pour le maréchal Ney. En
voici la cause. La lettre dont j'étais porteur avait irrité Napoléon; et
il exprima son mécontentement contre le maréchal en termes fort durs.
_Que signifiaient ces mouvements qu'il n'avait point ordonnés, qui
fatiguaient les troupes et qui pourraient les compromettre? Se procurer
des vivres? S'étendre dans le pays, entrer à Kœnigsberg? C'était à lui
qu'il appartenait de régler les mouvements de son armée, de pourvoir à
ses besoins. Qui avait autorisé le maréchal Ney à conclure un armistice,
droit qui n'appartenait qu'à l'Empereur généralissime? On avait vu pour
ce seul fait des généraux traduits devant un conseil d'enquête_. Jomini
était donc chargé de lui témoigner le mécontentement de l'Empereur. Il
voulut bien me raconter tout cela pendant notre voyage, et je fus fort
sensible à une marque de confiance dont je n'ai point abusé.

Notre retour ne fut pas exempt d'embarras, moins grands pourtant que
ceux que j'avais eus en allant. Nous rejoignîmes le maréchal à
Allenstein; mais de grands événements venaient de se passer en notre
absence.

Après la perte de la bataille de Pultusk, le général Benningsen avait
passé sur la gauche de la Narew, et remontait cette rivière pendant que
le général Buxhowden la remontait également sur la rive droite, sans
pouvoir se réunir à l'armée principale, parce que les ponts avaient été
emportés par les glaces. Rien n'eût été plus facile que de détruire
isolément ces deux portions de l'armée russe. Mais l'affreux dégel et le
déluge de boue dont j'ai fait la description, nous empêchaient également
d'éclairer la marche de l'ennemi et de le poursuivre. Les généraux ne
purent se réunir qu'à Nowogrod sur la Narew, au-dessus d'Ostrolenka.
Benningsen voulait reprendre l'offensive, et venait à peine de vaincre
les objections de son collègue, lorsque lui-même fut nommé général en
chef et Buxhowden rappelé. Rien ne s'opposait donc plus à l'exécution de
son plan. Il s'agissait de tourner par un mouvement en arrière la masse
des forêts qui couvrent ce pays, de traverser la ligne des lacs, et de
se porter vers la région maritime et la Vistule, en passant par Arys,
Rastenbourg et Bischofftein. Par ce moyen, on secourait Dantzick, et
l'on tournait la position de Napoléon en avant de Varsovie, qu'il serait
forcé d'abandonner. L'armée russe se portait donc de notre extrême
droite à notre extrême gauche. Elle espérait surprendre les
cantonnements des 1er et 6e corps, et détruire l'aile gauche de notre
armée, tout en forçant l'aile droite d'abandonner sa position. Ce plan
hardi et habilement conçu demandait une exécution également prompte et
vigoureuse. Car si on laissait le temps à Napoléon de réunir ses corps
d'armée, il pouvait à son tour marcher sur les Russes, les déborder et
les acculer à la mer. La situation des 6e et 1er corps à l'aile gauche
favorisa d'abord le général russe. Les 5e, 3e, 4e et 7e étaient
rapprochés les uns des autres autour de Varsovie. Le 6e qui liait le 7e
au 1er, occupait une grande étendue de pays; et les excursions que
faisait faire le maréchal Ney dans la direction de Kœnigsberg le
séparaient bien plus encore du reste de l'armée. L'avant-garde occupait
encore Bartenstein, les divisions en arrière à Allenstein et Hohenstein,
quand l'armée russe débouchant de Rastenbourg se dirigea sur Heilsberg
par Bischofftein. Le général Colbert, commandant notre avant-garde, se
retira précipitamment; ses troupes, presque entourées à Bischofftein, le
21 janvier, se firent jour et regagnèrent Allenstein. Le maréchal Ney,
qui occupait ce bourg, mit tous ses officiers en campagne pour
concentrer ses troupes dans la direction de Hohenstein et de
Gilgenbourg, afin de se rapprocher du 1er corps, qui se réunissait à
Osterode. À peine arrivé à Varsovie le 20 janvier, je repartis le 21 au
soir pour porter l'ordre au général Marchand, qui devait être à
Hohenstein. Je partis à l'entrée de la nuit, par le froid le plus
rigoureux. Arrivé à Hohenstein, je ne trouvai point le général, et je
fus obligé d'aller à un village distant de trois lieues, qu'il avait
lui-même désigné pour son quartier général. Il n'y avait dans ce village
aucun Français, et les paysans ne parlaient que polonais. J'en trouvai à
la fin un qui savait un peu d'allemand, et qui m'assura qu'un général
logeait à un château éloigné de deux lieues. Je conjecturai que ce
pouvait être celui que je cherchais. J'y allai; c'était enfin lui. Le 22
au matin, je partis pour rejoindre le maréchal à Neidenbourg. Le froid
était tellement vif, et je pris si peu de précautions pour m'en
garantir, que j'arrivai à Gilgenbourg avec les oreilles gelées. Deux
femmes parvinrent à me les sauver en les frottant avec de la neige; et,
après m'être reposé quelque temps, je continuai ma route. Je voyageai
toute la nuit avant d'arriver à Neidenbourg. Enfin, après des peines et
des difficultés infinies, je terminai cette course ou pour mieux dire je
crus l'avoir terminée, car le maréchal n'était pas à Neidenbourg. Le
colonel Jomini, qui retournait à Varsovie, fut le seul que je trouvai.
Il m'apprit la marche de l'ennemi, que j'ignorais encore (puisqu'on ne
nous parlait jamais de rien), et il me dit que je trouverais le maréchal
à Hohenstein, où j'arrivai le 23 au matin.

Cet exemple prouve une fois de plus combien de difficultés, souvent même
d'embarras, nous éprouvions à remplir nos missions. C'était peu que de
braver jour et nuit en toute saison les fatigues, les privations, les
souffrances; nous étions encore tourmentés par la crainte de ne pas
réussir. Peut-on croire qu'un général changeât trois fois de
cantonnement sans en prévenir son chef, et n'est-il pas plus étonnant
encore que le maréchal Ney tolérât des négligences si coupables?

Les troupes restèrent trois jours autour de Hohenstein, dont la brigade
Labassée (50e et 59e) faisait la garnison, et où le quartier général se
trouvait un peu aventuré, n'ayant devant lui qu'une grand'garde à
cheval, que les Cosaques harcelaient sans cesse et finirent par enlever
le 26 au matin; mais la bonne contenance de la garnison empêcha l'ennemi
de tenter des attaques plus sérieuses. Le 27, le 6e corps continua sa
retraite sur Tannenberg et Gilgenbourg, où nous arrivâmes le 28 sans
être poursuivis ni même suivis. Le corps d'armée s'y concentra dans les
jours suivants.

Le maréchal Bernadotte s'était retiré sur notre gauche avec autant de
succès et plus de mérite, car ses troupes fort disséminées furent
attaquées plus sérieusement. Averti par le maréchal Ney de la marche des
Russes, tous deux résolurent de se concentrer à Osterode et Gilgenbourg.
C'est ce qu'avait exécuté le 6e corps, ainsi que je l'ai dit. Quant au
1er corps, qui était fort dispersé, il marcha par diverses directions.
Les troupes que conduisait Bernadotte en personne rencontrèrent
l'avant-garde russe à Mohrungen, en avant de Liebstadt. Le maréchal ne
craignit point d'attaquer, avec neuf mille soldats qui venaient de faire
dix lieues, seize mille ennemis bien postés et établis depuis la veille.
Il se fit jour avec une perte de sept cents hommes, quand l'ennemi en
perdit seize cents, et atteignit Osterode pendant que les Russes,
concentrés à Liebstadt, se croyaient encore une fois vainqueurs, parce
qu'ils avaient enlevé à Mohrungen les équipages de Bernadotte.

Ainsi cette marche rapide et bien combinée fut si mal exécutée, le
général en chef mit dans ses opérations si peu d'ensemble et d'activité,
que deux corps d'armée isolés se retirèrent devant eux, presque sans
éprouver aucune perte; qu'ils se réunirent dans une belle position sur
les plateaux en arrière d'Osterode, et s'y soutinrent jusqu'au moment où
l'on vint à leur secours. Ce moment était arrivé.

Napoléon, apprenant la marche des Russes, leva ses cantonnements pour
marcher lui-même à leur rencontre. Il laissa le 5e corps à Siérock, au
confluent du Bug et de la Narew, pour défendre Varsovie contre deux
divisions russes restées de côté. Ces précautions prises, il se mit en
marche avec la garde impériale, la réserve de cavalerie, les 3e, 4e et
7e corps, et voici quel fut son plan:

Pendant que les Russes cherchaient à gagner la basse Vistule, pour
prendre à revers sa position de Varsovie sur la Haute, il manœuvra pour
tourner leur gauche à son tour, les repousser vers la mer et les forcer
de se renfermer dans Kœnigsberg, où ils auraient été pris comme,
quelques mois auparavant, les Prussiens dans Lubeck. Le rendez-vous
général était à Allenstein sur l'Alle: la cavalerie d'avant-garde, le 4e
corps et la garde impériale, marchant par Willemberg, le 3e corps par
Misniecz, le 7e par Neidenbourg. Le 6e devait les y joindre par
Hohenstein. Nous partîmes donc de Gilgenbourg le 2 février, toujours
harcelés par les Cosaques; et, après quelques instants de repos à
Hohenstein, nous arrivâmes le 3 au matin à Allenstein. L'Empereur y
était déjà. Il entretint un instant le maréchal Ney à son bivouac, et
nous jugeâmes facilement à la physionomie de celui-ci qu'il le
réprimanda sur ses courses aventureuses. L'armée se porta ensuite à
gauche pour suivre l'ennemi dans la direction de Jnchowo (route
d'Elbing). Par une manœuvre habile Napoléon avait ordonné au maréchal
Bernadotte de se rapprocher successivement de la Vistule, fût-ce même
jusqu'à Thorn, afin d'attirer l'ennemi à sa poursuite. Tandis que les
Russes porteraient ainsi leur droite en avant, la Grande Armée
tournerait plus facilement leur gauche pour les rejeter sur la basse
Vistule et sur la mer. Mais la ruse avait été découverte par une dépêche
adressée à Bernadotte et surprise par les Cosaques. Ainsi Benningsen, au
lieu de poursuivre le 1er corps sur la basse Vistule, rangea son armée
entre l'Alle et la Passarge à Jnchowo, et parut se préparer à livrer
bataille. Napoléon ne pouvait comprendre que l'armée russe fût si
promptement réunie sur ce terrain, car la marche de l'armée française
par Allenstein ne pouvait être assez promptement connue de Benningsen
pour le faire renoncer à son projet d'opération sur la basse Vistule. Il
apprit bientôt la vérité, et le stratagème étant découvert, il ordonna
au maréchal Bernadotte de quitter la Vistule et de venir promptement
appuyer la gauche de la Grande Armée. D'ailleurs, il ne craignait pas de
livrer bataille avec soixante-quinze mille Français, qu'il avait sous la
main, contre quatre-vingt-dix mille Russes. La veille au soir, le pont
sur l'Alle avait été enlevé par le 4e corps après un vif combat; ainsi
la gauche de l'ennemi pouvait être tournée. Benningsen le sentit; il se
retira dans la nuit par les routes d'Arendorf et d'Eylau. Il fallut donc
renoncer pour cette fois à l'espoir de la bataille que nous attendions.

Le lendemain 4, la poursuite continua sur trois colonnes. À droite
Davout (3e corps), suivant le cours de l'Alle, s'empara de Guttstadt,
qui renfermait quelques magasins. Au centre l'Empereur, précédé de la
cavalerie avec les 4e et 7e corps; à gauche, Ney (6e corps), vers la
Passarge. L'arrière-garde ennemie se retirait en combattant toujours.
Notre maréchal la poursuivit avec sa vigueur accoutumée; il s'exposa
beaucoup ce jour-là. Le général Gardanne[19] fut blessé auprès de lui.
Après une journée longue et pénible, nous couchâmes au village de
Scholitten. Le général Lestocq avec les Prussiens se trouvait sur la
rive gauche de la Passarge; le 6e corps, chargé de le poursuivre, passa
le pont à Deppen le 5 au matin. Lestocq précipita sa retraite pour
passer la Passarge à la hauteur de Wormditt (route d'Elbing à Kœnigsberg
par Eylau), et il laissa pour protéger sa marche une arrière-garde de
quatre mille hommes. Le 6e corps l'attaqua à Waltersdorf, et la culbuta
sur tous les points: la brigade Labassée se distingua particulièrement,
ainsi que deux régiments de dragons détachés près du maréchal Ney. Mille
morts ou blessés, deux mille cinq cents prisonniers, beaucoup
d'artillerie et de bagages furent le résultat de cette journée. Nous
allâmes nous reposer de nos fatigues à Liebstadt.

Le 6, nous passâmes la Passarge et arrivâmes à Wormditt. La marche fut
paisible, le général Lestocq ayant gagné de l'avance pendant que nous
combattions son arrière-garde. En repassant sur la rive droite de la
Passarge, nous nous trouvions sur la route et en arrière de la Grande
Armée. Ce même jour, dans la soirée, Benningsen arrivait à Landsberg, où
il voulait s'arrêter; il posta dans ce but un fort détachement
d'infanterie et de cavalerie au village de Hoff; la cavalerie du prince
Murat renversa d'abord la leur, puis leur infanterie après une
résistance opiniâtre; une division du 4e corps compléta la défaite.
Benningsen ne pouvant plus conserver Langsberg, se retira dans la nuit à
Eylau.

Notre armée y arriva dans la soirée du 7. Un combat sanglant eut lieu à
Ziegelhoff avec l'arrière-garde ennemie, qui se replia et fut poursuivie
jusque dans Eylau, où Napoléon s'établit.

Sur ces entrefaites, le maréchal Ney recevait, dans la nuit du 6 au 7,
l'ordre de marcher sur Kreutzbourg, et d'en approcher le plus possible.
On battit la générale au point du jour, et l'on fit attendre longtemps
les troupes avant de partir. La générale doit se réserver pour les
occasions pressantes; il faut alors s'assembler vite et partir
sur-le-champ. Après une marche de huit lieues, qui ne fut point
inquiétée, le 6e corps traversa le champ de bataille de Hoff couvert de
cadavres et s'arrêta à Landsberg.

Depuis l'arrivée de l'Empereur, l'armée russe se retirait pas à pas, en
se rapprochant de Kœnigsberg. Le général paraissait chercher une
position favorable pour faire halte et décider cette grande querelle. Il
crut l'avoir trouvée dans les environs de Preussich-Eylau, et concentra
son armée en arrière de cette ville. D'ailleurs étant serré de près, il
crut qu'il valait mieux s'arrêter, faire face à l'ennemi et livrer
bataille dans un terrain convenable que de se laisser ainsi poursuivre à
outrance et détruire en détail. L'Empereur ignorait cette détermination,
et ne la connut que dans la nuit du 7 au 8. Le maréchal Ney, qui n'en
avait aucune idée, m'envoya au quartier général le 7 au soir. Il rendait
compte à l'Empereur de sa longue marche pour gagner Landsberg et
annonçait qu'il continuerait le lendemain son mouvement sur Kreutzbourg,
en poussant devant lui le général Lestocq. C'est la plus importante
mission que j'aie remplie, et la plus singulière par ses circonstances;
elle mérite donc d'être racontée avec quelques détails.

Je partis de Landsberg, le soir à neuf heures, dans un traîneau. En
quittant la ville, les chevaux tombèrent dans un trou; le traîneau
s'arrêta heureusement au bord du précipice, dont ils ne purent jamais
sortir. Je revins à Landsberg, et je pris un de mes chevaux de selle. Le
temps était affreux; mon cheval s'abattit six fois pendant ce voyage;
j'admire encore comment je pus arriver à Eylau. Les voitures, les
troupes à pied, à cheval, les blessés, l'effroi des habitants, le
désordre qu'augmentaient encore la nuit et la neige qui tombait en
abondance, tout concourait dans cette malheureuse ville à offrir le plus
horrible aspect. Je trouvai chez le major général un reste de souper que
dévoraient ses aides de camp, et dont je pillai ma part. Ayant reçu
l'ordre de rester à Eylau, je passai la nuit couché sur une planche, et
mon cheval attaché à une charrette, sellé et bridé. Le 8, à neuf heures
du matin, l'Empereur monta à cheval, et l'affaire s'engagea. Au premier
coup de canon, le major général m'ordonna de retourner auprès du
maréchal Ney, de lui rendre compte de la position des deux armées, de
lui dire de quitter la route de Kreutzbourg, d'appuyer à sa droite, pour
former la gauche de la Grande Armée, en communiquant avec le maréchal
Soult.

Cette mission offre un singulier exemple de la manière de servir à cette
époque. On comprend l'importance de faire arriver le maréchal Ney sur le
champ de bataille. Quoique mon cheval fût hors d'état d'avancer même au
pas, je savais l'impossibilité de faire aucune objection. Je partis.
Heureusement j'avais vingt-cinq louis dans ma poche; je les donnai à un
soldat qui conduisait un cheval qui me parut bon. Ce cheval était rétif,
mais l'éperon le décida. Restait la difficulté de savoir quelle route
suivre. Le maréchal avait dû partir à six heures de Landsberg pour
Kreutzbourg. Le plus court eût été de passer par Pompiken, et de joindre
la route de Kreutzbourg. Mais le général Lestocq se trouvait en présence
du maréchal; je ne pouvais pas risquer de tomber entre les mains d'un
parti ennemi; je ne connaissais pas les chemins, et il n'y avait pas
moyen de trouver un guide. Demander une escorte ne se pouvait pas plus
que demander un cheval. Un officier avait toujours un cheval excellent,
il connaissait le pays, il n'était pas pris, il n'éprouvait pas
d'accidents, il arrivait rapidement à sa destination, et l'on en doutait
si peu, que l'on n'en envoyait pas toujours un second; je savais tout
cela. Je me décidai donc à retourner à Landsberg, et à reprendre ensuite
la route de Kreutzbourg, pensant qu'il valait mieux arriver tard que de
ne pas arriver du tout. Il était environ dix heures, le 6e corps se
trouvait à plusieurs lieues de Landsberg, et engagé avec le général
Lestocq. Enfin, je vins à bout de joindre le maréchal à deux heures. Il
regretta que je fusse arrivé si tard, en rendant justice à mon zèle et
en convenant que je n'avais pu mieux faire. À l'instant même il se
dirigea sur Eylau, et il entra en ligne à la fin de la bataille, à la
chute du jour. Le général Lestocq, attiré comme nous sur le terrain, y
était arrivé plus tôt. Si je n'avais pas éprouvé tant d'obstacles dans
ma mission, nous l'aurions précédé, ce qui valait mieux que de le
suivre.

Que s'était-il passé pendant cette terrible journée, dont j'ai à peine
vu le commencement et la fin? J'en dirai un mot selon mon habitude.

Le 8, au matin, quand la bataille s'engagea, Napoléon n'avait sous sa
main que les 4e et 7e corps, la cavalerie et la garde impériale. Le 3e
corps (Davout) était sur la droite à Bartenstein, à moins de quatre
lieues; le 6e corps, sur la gauche, dans la direction de Kreutzbourg,
ainsi que je l'ai dit. Selon M. Thiers, Napoléon envoya dans la soirée
du 7 plusieurs officiers aux maréchaux Davout et Ney pour les ramener
sur le champ de bataille[20]. C'est une erreur en ce qui concerne le
maréchal Ney; il ne reçut aucun avis, et ne se doutait pas de la
bataille quand je le joignis le 8 à deux heures, dans la direction de
Kreutzbourg.

Les Russes étaient rangés sur deux lignes en avant d'Eylau, faisant face
à la ville, appuyés par de fortes réserves, la cavalerie sur les ailes,
le front couvert par trois cents bouches à feu. Du côté des Français, le
4e corps occupait la gauche et la ville d'Eylau comme un bastion avancé;
le 7e corps (Augereau) le centre, à droite de la ville, jusqu'au village
de Rothenen. C'est à droite de ce dernier village que l'on attendait le
3e corps (Davout). L'affaire commença par une épouvantable canonnade,
qui embrasa Eylau et Rothenen, et fit éprouver aux deux armées des
pertes supportées avec un courage héroïque. Napoléon attendait pour agir
l'arrivée du 3e corps (Davout). Il parut à l'extrême droite et fit
replier l'avant-garde ennemie. Le 7e corps se porta en avant entre Eylau
et le 3e corps; ce corps d'armée, presque détruit par la mitraille, fut
obligé de se replier. L'infanterie russe s'avançait sur le centre de la
position. Un effort incroyable de notre cavalerie la repoussa. Le 3e
corps, au milieu d'une lutte acharnée, commençait à tourner la gauche de
l'ennemi. Le général Lestocq, arrivant de Kreutzbourg, rétablit un
instant le combat; mais ses efforts ne purent regagner le terrain perdu,
et le maréchal Davout conserva sa position. Les deux armées, épuisées de
fatigue, auraient peut-être recommencé la lutte, quand le maréchal Ney
arriva à Schmoditten sur la droite des Russes. Benningsen, craignant
d'être enveloppé, dirigea contre ce village une attaque que la brigade
Liger-Belair (6e léger, 39e) repoussa énergiquement. Benningsen prit
alors le parti de la retraite.

Nous ignorions cette détermination, et le maréchal Ney en particulier ne
connaissant pas les détails de la bataille, croyait qu'elle
recommencerait le lendemain. Le 6e corps, arrivé le dernier, et n'ayant
pas pris part à l'action, devait naturellement être engagé le premier.
Une misérable cabane réunit à Schmoditten l'état-major. Le paysan qui
l'habitait avait été tué, je ne sais par qui, ni comment. Pour tout
souper, le maréchal prit comme nous sa part d'une mauvaise oie. Il nous
exhorta à nous reposer, en annonçant la bataille pour le lendemain.
_S'il le faut_, ajouta-t-il, _je mettrai pied à terré, le sabre à la
main, et j'espère qu'on me suivra_. Nous l'assurâmes que nous serions
tous heureux et fiers de vaincre ou de mourir avec lui. Il s'étendit
ensuite sur une planche, et dormit d'un profond sommeil. Le 9 au matin,
ainsi que je l'ai dit, l'ennemi s'était retiré. Le 6e corps devait
occuper Eylau et les environs. Avant de rentrer, nous allâmes voir le
champ de bataille. 11 était horrible et littéralement couvert de morts.
Le célèbre tableau de Gros n'en peut donner qu'une bien faible idée. Il
peint du moins avec une effrayante vérité l'effet de ces torrents de
sang répandus sur la neige. Le maréchal, que nous accompagnions,
parcourut le terrain en silence, sa figure trahissait son émotion; et il
finit par dire en se détournant de cet affreux spectacle: «_Quel
massacre, et sans résultat!_» Nous rentrâmes à Eylau, dont le lugubre
aspect ne pouvait pas adoucir l'impression que nous avait causée le
champ de bataille. Les maisons étaient remplies de blessés auxquels on
ne pouvait donner aucun secours, les rues pleines de morts, les
habitants en fuite; nous-mêmes n'ayant littéralement rien à manger. Il
faisait un temps épouvantable, et ceux qui ont fait la guerre savent
combien cette circonstance augmente la fatigue, et rend plus sensibles
les privations. Il n'en fallait pas moins poursuivre l'ennemi qui se
retirait derrière la Prégel pour couvrir Kœnigsberg. Le prince Murat
suivit les Russes jusqu'à la Frisching, petite rivière qui coule de la
ligne des lacs à la mer, à quatre lieues en avant de Kœnigsberg; le 6e
corps, moins fatigué que les autres, le suivit aux avant-postes, les 3e
et 4e marchèrent un peu en arrière.

Maintenant à quel parti s'arrêter? Allait-on poursuivre les Russes?
fallait-il prendre en arrière des quartiers d'hiver? Les Russes, retirés
derrière la Prégel et à Kœnigsberg même, se préparaient à s'y défendre;
les murs garnis d'artillerie, la ville entourée de quelques ouvrages
construits à la hâte, pouvaient offrir de la résistance. Si l'on
réussissait, la Prusse entière était conquise, une partie de l'armée
russe prise dans Kœnigsberg, l'autre forcée de se retirer derrière le
Niémen. Mais si l'on échouait, la retraite nous eût exposés aux plus
grands revers. Pour le comprendre, il faut se rendre compte de la
situation matérielle et morale de l'armée française à cette époque,
situation, que les historiens n'ont point assez expliquée.

Voici quel était l'état des présents sous les armes au commencement de
février, époque de la reprise des hostilités:

Le maréchal Lannes          (5e corps)           12,000 hommes.
     --     Davout          (3e  --  )           18,000   --
     --     Soult           (4e  --  )           20,000   --
     --     Augereau        (7e  --  )           10,000   --
     --     Ney             (6e  --  )           10,000   --
     --     Bernadotte      (1er --  )           12,000   --
     --     Oudinot         (grenadiers réunis)   6,000   --
La garde                                          6,000   --
La cavalerie de Murat                            10,000   --

                                                -------

                                  Total         104,000 hommes.

On voit que, depuis l'ouverture de la campagne, l'armée se trouvait
diminuée d'un tiers, et que le 6e corps en particulier, qui n'avait paru
ni à Pultusk, ni à Eylau, et dont l'avant-garde seule combattait à Iéna,
le 6e corps ne comptait plus que dix mille hommes au lieu de vingt
mille; et cependant douze mille recrues rejoignirent successivement les
différents corps, et tous les chevaux de l'Allemagne avaient été enlevés
pour remonter la cavalerie. Dans le mois de février, l'armée éprouva de
nouvelles pertes par les maladies et les combats d'avant-garde. À Eylau,
elle eut dix mille hommes hors de combat, dont trois mille morts. Je
sais que cinquante-quatre mille Français combattirent soixante-douze
mille Russes, que nos deux cents bouches à feu répondaient aux quatre
cents de l'ennemi; je sais que leur perte fut de trente mille hommes;
mais enfin notre armée n'en était pas moins elle-même considérablement
affaiblie. Il s'en fallait que cette énorme diminution d'hommes fût
réelle. On comptait soixante mille absents, presque tous maraudeurs.

L'amour du pillage n'était pas leur seul motif; la nécessité de se
procurer des vivres semblait les justifier. Jamais on n'a donné plus
d'ordres que Napoléon pour assurer les subsistances de son armée; jamais
il n'y en eut de plus mal exécutés. D'abord, quelques-uns étaient
inexécutables, et l'on reconnaissait déjà les illusions ou le
charlatanisme de celui qui devait ordonner un jour _de protéger les
paysans qui apporteraient des vivres au marché de Moscou_. Découvrir les
denrées cachées, en faire venir de Varsovie, réparer les fours, les
moulins, faire des distributions régulières, établir des magasins de
réserve, tout cela est bien sur le papier; mais ceux qui ont fait cette
campagne savent ce qui nous en revenait. On a donc eu tort de dire que
l'armée avait le nécessaire et quelquefois davantage. Je puis assurer au
contraire qu'avec des ordres si bien donnés en janvier, notre corps
d'armée mourait de faim en mars. Napoléon en convenait lui-même
quelquefois. _Nous sommes au milieu de la neige et de la boue_,
écrivait-il à son frère Joseph, _sans vin, sans eau-de-vie, sans pain_.
Mais fallait-il rassurer l'opinion publique qui s'inquiétait des
souffrances de nos soldats: _J'ai de quoi nourrir l'armée pendant un
an_, écrivait-il au ministre de la police; _il est absurde de penser
qu'on peut manquer de blé, de vin, de pain et de viande en Pologne_.
Cette viande se bornait souvent aux cochons de lait, dont la chair
malsaine causa des dyssenteries dans l'armée et jusque dans notre
état-major.

Les traînards, en dévastant le pays, privaient l'armée des ressources
qu'elle aurait pu se procurer régulièrement. Ils augmentaient la fatigue
des soldats restés sous les drapeaux et forcés de faire le même service
avec un bien moins grand nombre d'hommes. Quelques-uns se demandaient si
ce n'était pas une duperie, tandis qu'ils pouvaient vivre plus à l'aise,
et l'exemple des maraudeurs devint contagieux. Le froid augmenta bientôt
leurs souffrances, car à la fin de février, le thermomètre descendit à
dix degrés. Le découragement et la tristesse s'emparèrent surtout de la
cavalerie, dont les chevaux se soutenaient à peine. Cette arme est moins
propre que l'infanterie à supporter toutes les misères de la guerre. Il
ne faut à l'infanterie que du pain et des souliers. Il faut de plus à la
cavalerie le ferrage et la nourriture des chevaux. Dans cette situation,
les Cosaques se rendirent redoutables. Leurs chevaux exigent moins de
soins; l'homme et sa monture sont faits au climat.

Napoléon se décida donc à rétrograder et à reprendre les cantonnements
que nous occupions, en les modifiant comme je vais le dire. Nous nous
attendions même à repasser la Vistule, et avec une armée si épuisée, et
atteinte même dans son moral, ce parti semblait inévitable. Napoléon en
jugea autrement. Repasser la Vistule était s'avouer vaincu; au
contraire, reprendre les anciens cantonnements pouvait s'expliquer par
la nécessité de donner du repos à ses troupes, après une excursion dans
laquelle nous avions eu tout l'avantage. On se préparait ainsi à
terminer complétement au printemps cette terrible lutte.

La retraite commença le 17 février. Le 6e corps, auquel on adjoignit une
division de cavalerie, fut chargé de l'arrière-garde. Nous partîmes de
Mülhausen, et arrivâmes à Eylau sans être inquiétés. Le 18, on se
dirigea sur Landsberg. L'Empereur avait laissé à Eylau un officier
chargé de faire transporter les nombreux blessés que renfermaient cette
ville et les environs. Le mauvais temps, les difficultés des transports,
l'état de plusieurs de ces malheureux, obligèrent d'en abandonner un
grand nombre. Je fus chargé ce jour-là de suivre le général Colbert, qui
couvrait la retraite. Nous partîmes donc les derniers. La route était
couverte de voitures, de chariots de toute espèce, qui restaient
enfoncés dans la neige. Beaucoup de blessés, réfugiés dans ces voitures,
nous conjuraient vainement de ne pas les abandonner; j'arrêtai même à
temps l'explosion de deux caissons hors la route, que l'on voulait faire
sauter, lorsque je m'aperçus qu'ils étaient remplis de blessés. Le
général envoya un officier pour recommander tous ces malheureux au
bourgmestre d'Eylau et au commandant de l'avant-garde russe, dont les
Cosaques occupaient déjà la ville. Je retournai bientôt auprès du
maréchal à Landsberg, et je pris quelque repos après une journée aussi
pénible qu'affligeante.

Le maréchal Ney se porta à Freymarck le 19, et le 20 à Guttstadt, où
nous passâmes huit jours. Le 28, nous nous retirâmes jusqu'à Allenstein;
l'avant-garde arrêtée à moitié chemin de Guttstadt. Le 22, je portai des
dépêches à l'Empereur à Osterode; j'ai fait rarement un aussi pénible
voyage. La neige ne cessait de tomber; il faisait un temps épouvantable,
et je crus avoir un bras gelé. Nous manquions de tout, même au quartier
général.

Benningsen nous suivit de loin avec des forces assez considérables. Il
se vantait de n'avoir jamais quitté l'offensive; vainqueur à Pultusk,
vainqueur à Eylau, il se donnait l'air de poursuivre une armée vaincue.
Napoléon voulut le repousser à son tour, lui montrer que sa retraite
était volontaire, et lui ôter l'envie d'inquiéter nos cantonnements.
Déjà la division Dupont venait de prendre Braunsberg à l'embouchure de
la Passarge. Le 2 mars, l'Empereur envoya au 6e corps l'ordre de prendre
Guttstadt, que l'ennemi abandonna en nous laissant quelques magasins.
Nous le poursuivîmes sur la route de Heilsberg. Nos tirailleurs
chassèrent les Cosaques du village de Schmolaynen. L'ennemi fit sa
retraite par les bois qui séparent Schmolaynen de Péterswald. L'affaire
avait duré presque toute la journée. On ne perdit pas cependant beaucoup
de monde. Nous regrettâmes M. Talbot, aide de camp du général Dutaillis,
officier d'un grand mérite, qui unissait toutes les vertus sociales à
toutes les qualités militaires. Le quartier général s'établit à
Guttstadt, l'avant-garde à Péterswald. Les 4 et 5, quelques combats
d'avant-garde eurent lieu encore à Péterswald et à Zechern.

Les Russes se replièrent ensuite et prirent leurs quartiers d'hiver
comme nous les nôtres, dont voici la disposition:

Au mois de décembre, les corps de la Grande Armée se concentraient
autour de Varsovie. Cette fois, la ville parut suffisamment défendue par
les Polonais, les Bavarois et le 5e corps, où le maréchal Masséna venait
de succéder au maréchal Lannes. Napoléon établit donc son armée en avant
de la basse Vistule, derrière la Passarge, ayant Thorn à sa droite,
Elbing à sa gauche, Dantzick sur ses derrières, son centre à Osterode,
ses avant-postes entre la Passarge et l'Alle.

Les différents corps se trouvaient ainsi répartis: de la gauche à la
droite, le 1er corps (Bernadotte), sur la Passarge, de Braunsberg à
Spaden; le 4 (Soult), au centre à Liebstadt et Mohrungen, le 3e
(Davout), entre l'Alle et la Passarge, à Allenstein et Hohenstein; le 6e
(Ney), à l'avant-garde, entre ces deux mêmes rivières, à Guttstadt; le
quartier impérial à Osterode; la cavalerie sur les derrières pour se
refaire et nourrir ses chevaux, qui avaient tant souffert[21].

Dans cette position, Napoléon pouvait se porter sur Kœnigsberg et
tourner la droite des Russes, s'ils marchaient sur Varsovie; il pouvait
aussi réunir facilement toute son armée, s'ils avaient l'audace de
l'attaquer. En même temps, il protégeait le siège de Dantzick, opération
importante à laquelle on employa l'hiver.

L'armée resta tranquillement dans ses cantonnements pendant quatre mois,
l'armée russe nous faisant face, ses grand'gardes en vue de celles du
maréchal Ney. Ainsi se termina la campagne d'hiver.

Je m'arrête ici, hélas! la campagne du printemps suivant a été nulle
pour moi. J'ajoute quelques réflexions sur l'impression que causèrent en
France et en Allemagne les événements que j'ai racontés.

Je l'ai dit, après la bataille de Pultusk, le prestige de l'Empereur
était sinon détruit, du moins considérablement affaibli. Cette campagne
d'hiver aurait fait la gloire de tout autre.

Benningsen, vaincu à Pultusk, cherchait à surprendre nos cantonnements.
Deux faibles corps d'armée lui résistaient; l'Empereur arrivant lui-même
venait de le vaincre à Eylau et de le repousser jusque sous les murs de
Kœnigsberg. C'était beaucoup pour tout autre; ce n'était pas assez pour
Napoléon. Avec lui l'ennemi vaincu devait être détruit. Une victoire
incomplète semblait un échec. Or, Benningsen à Pultusk se retirait sans
être poursuivi; et si, après Eylau, il s'était replié sous les murs de
Kœnigsberg, il en était sorti peu de jours après pour suivre Napoléon,
qui se retirait à son tour. Enfin, il venait audacieusement de placer
ses cantonnements vis-à-vis les nôtres. Assurément on ne reconnaissait
pas là le vainqueur de Marengo, d'Austerlitz, d'Iéna. Le récit des
derniers événements inquiéta Paris et la France presque autant que la
nouvelle d'une défaite. La malveillance se plut à aggraver nos pertes,
les souffrances de nos soldats, l'attitude encore menaçante des Russes.
La correspondance de Napoléon avec ses ministres prouve qu'il attachait
de l'importance à démentir ces nouvelles, souvent bien exagérées, et
lui-même dans la réfutation passait souvent la mesure: «_Quand je
ramènerai mon armée en France_, écrivait-il au ministre de la police,
_on verra qu'il n'en manque pas beaucoup à l'appel_.» C'était pousser
loin l'exagération.

Si les nouvelles de l'armée causaient en France de l'inquiétude et de
l'agitation, on peut se figurer quelle impression elles produisaient en
Allemagne et surtout en Prusse. Pour bien le comprendre cependant, il
faudrait se rendre compte des souffrances du pays, et, sans l'avoir vu
de près comme nous, il est difficile de s'en faire une idée. J'ai dit
combien les habitants de la Souabe supportaient impatiemment le long
séjour de l'armée française. Et si nos exigences paraissaient
intolérables à nos alliés en temps de paix, qu'était-ce donc pour nos
ennemis et pendant la guerre? Le passage des troupes aurait seul suffi à
épuiser le pays. Nous étions nourris à discrétion, et un régiment logé
dans un village prenait tout pour lui, sans s'embarrasser de ceux qui
devaient le suivre. Les nouveaux venus à leur tour ne se montraient pas
moins difficiles, et ce passage de troupes se renouvelait tous les
jours. Ce n'étaient-là pourtant que des malheurs nécessaires. Il faut y
ajouter les maraudeurs qui parcouraient le pays, le mettant à
contribution, exigeant de l'argent, du drap, des chevaux, des voitures,
emprisonnant les habitants jusqu'à ce qu'on eût satisfait à leurs
exigences; les uns employant la force ouverte, d'autres ayant
l'effronterie de se dire chargés de faire rentrer les contributions,
fabriquant à cet effet de faux ordres, s'affublant même d'épaulettes et
de décorations. Ajoutez aussi les contributions véritables imposées par
Napoléon, impositions ordinaires et extraordinaires. Joignez à tant de
maux la souffrance morale, l'humiliation de voir la Prusse conquise, et
conquise si précipitamment, vous comprendrez avec quelle impatience on
attendait les nouvelles de l'armée, avec quel empressement on
accueillait celles qui nous étaient défavorables. C'était surtout à
Berlin que cette agitation se faisait sentir. La police parvenait à
peine à empêcher la circulation des pamphlets contre Napoléon, des
fausses nouvelles que l'on se plaisait à répandre. Le général Clarke,
gouverneur de la Prusse, y employait tous ses soins. Il se montrait
également sévère envers les Français qui commettaient le moindre
désordre. C'était un devoir de justice, d'humanité, et en même temps cet
esprit de justice servait nos intérêts, en montrant aux habitants que
nous ne voulions faire peser sur eux que les maux inévitables de la
guerre.

       *       *       *       *       *

Je reprends mon histoire personnelle, n'ayant malheureusement maintenant
rien de plus intéressant à raconter. Mon sort s'était un peu amélioré,
malgré mon peu de ressources; j'avais trouvé moyen de joindre deux
montures assez médiocres à mon cheval isabelle. Je m'accoutumais à mon
nouveau service; et après avoir rempli des missions aussi pénibles que
celles que j'ai racontées, aucune ne pouvait plus m'effrayer. Mes
rapports avec mes camarades étaient des plus agréables; le maréchal me
témoignait de la bienveillance. Pourtant dans les derniers jours de
février je ne sais quelle tristesse s'empara de moi. Sans croire aux
pressentiments, je l'ai toujours regardée comme l'annonce du malheur qui
allait m'arriver.

La rigueur du froid, la mauvaise nourriture, la misère des soldats
pouvaient à elles seules expliquer cette disposition. Je n'avais pas
encore vu de retraite. Je n'avais pas vu nos blessés abandonnés dans la
neige, nos caissons tombant au pouvoir de l'ennemi. La mort de Talbot
m'affligea sensiblement; ses excellentes qualités nous le rendaient cher
à tous, et il me témoignait une amitié toute particulière. Ce jour-là,
lui-même semblait frappé. Au moment où le maréchal l'envoya porter un
ordre à un bataillon qui se trouvait à cent pas, il demanda d'un air
égaré où était ce bataillon. Le maréchal le lui montra avec humeur; il
partit, et un boulet lui fracassa la hanche. Je passai près de lui en ce
moment. Je crois voir encore sa noble figure à peine altérée par la
souffrance et par l'approche de la mort; je crois entendre le son de
voix doux et affectueux avec lequel il me dit: _Adieu, Montesquiou_.
Nous assistâmes le lendemain à un service pour lui dans l'église de
Guttstadt. La vue d'une église où malheureusement nous n'entrions guère,
les cérémonies religieuses, les prières pour les morts m'attendrirent,
ranimèrent dans mon cœur des sentiments affaiblis, mais jamais éteints,
et augmentèrent le trouble que j'éprouvais depuis quelques jours.

Le matin du 5 mars (jour de la dernière affaire), nous trouvant aux
avant-postes au village de Zechern, le maréchal m'envoya auprès du
maréchal Soult, à Elditten, (entre Guttstadt et Liebstadt), pour
l'informer de l'engagement de la veille. Le général Dutaillis me traça
ma route par Mawern, Freymarck, Arensdorf et Dietrichsdorf. L'indication
de Freymarck était plus qu'une imprudence. Ce point, fort en dehors de
la ligne de nos avant-postes, pouvait être occupé par les Russes; mais
j'ai déjà dit que n'ayant pas de cartes nous ignorions toujours notre
position et celle de l'ennemi. La direction donnée par le chef
d'état-major me semblait certaine, et je n'aurais ni osé, ni cru
nécessaire de demander une explication. Depuis deux jours j'avais un
excellent cheval pris à un officier cosaque; heureuse fortune qui
m'avait rendu courage et confiance. Je partis donc avec un hussard et un
guide; je partis sans savoir que je disais adieu à mes compagnons
d'armes, sans prévoir où cette malheureuse mission allait m'entraîner.



CHAPITRE VI


CAMPAGNE DE PRUSSE ET DE POLOGNE.--1806-1807.

IIIe PARTIE.


JE SUIS PAIT PRISONNIER LE 5 MARS 1807.--RECIT DE MA CAPTIVITÉ.--PAIX DE
TILSITT.--OBSERVATIONS SUR LES OPÉRATIONS DU 6e CORPS PENDANT CETTE
CAMPAGNE.--MA RENTRÉE EN FRANCE.


Mon fatal ordre de route me conduisit d'abord à Mawern, occupé par une
compagnie de voltigeurs, qui en avait barricadé toutes les issues. Cette
précaution aurait dû me faire comprendre que l'ennemi n'était pas loin;
mais confiant dans mon itinéraire, je vis sans inquiétude se fermer
derrière moi la barrière qui allait me séparer pour longtemps de l'armée
française. Je ne fus pas plus inquiet en distinguant de loin quelques
cavaliers dans la plaine, ne doutant point qu'ils ne fussent des nôtres.
La route de Freymarck traverse un bois, où je fus cerné par un régiment
de hussards russes en reconnaissance. Les hussards paraissant à la fois
de tous côtés, m'interdirent également la fuite et la résistance. Je
pris sur-le-champ mon parti. Le sang-froid ne m'a jamais quitté dans les
grandes occasions; jamais je n'essayai de lutter contre des maux sans
remède. Un officier reçut mon épée. Il me traita fort bien, et me
conduisit à Launau, quartier général de l'avant-garde. Le général
Pahlen, depuis ambassadeur en France, qui la commandait, me reçut avec
politesse et m'offrit à manger. J'acceptai, quoique n'en ayant aucune
envie, mais par la curiosité de voir dans quelle situation l'ennemi se
trouvait par rapport à nous. Le général Pahlen me donna de bonne viande,
d'excellent vin; assurément nos généraux n'auraient pas pu traiter aussi
bien leurs prisonniers. Aussitôt il m'envoya au général en chef à
Heilsberg. Celui-ci me reçut mieux encore, et recommanda à ses aides de
camp de me faire reposer et de me garder auprès d'eux.

C'est un affreux malheur pour un militaire que d'être fait prisonnier,
surtout dans de telles circonstances. Un jour de bataille, tout le monde
s'y attend: vous êtes renversé dans une charge et tout est dit. Mais en
mission, au milieu de la sécurité la plus parfaite, se voir enlever
brusquement à sa carrière, perdre ses espérances d'avancement et de
gloire, devenir inutile à son pays, entendre désarmé le récit des
événements de la guerre, quelquefois des succès de l'ennemi, toujours de
ses fanfaronnades: mais se voir séparé de compagnons d'armes, que
l'habitude et la communauté de dangers avaient, rendus vos amis, se
trouver doublement séparé de sa famille, dont on ne recevra plus de
nouvelles, et tout cela en un clin d'œil; c'est une des épreuves les
plus douloureuses que l'on puisse subir. Ajoutez encore qu'un jeune
officier craint qu'on ne lui reproche son malheur, qu'on ne l'accuse de
n'avoir pas su son chemin, de ne pas s'être défendu quand il aurait pu
le faire. Il craint de perdre la récompense de son zèle, le fruit de
tant de dévouement, de fatigues, de dangers. Toutes ces réflexions, qui
m'assaillirent au premier instant, prenaient de moment en moment de
nouvelles forces. Pourtant, accablé de fatigue à la fin d'une journée
commencée auprès du maréchal Ney et terminée auprès du général
Benningsen, je dormis profondément, et le lendemain au réveil ma douleur
n'en fut que plus vive et plus profonde. Enfin j'essayai de reprendre
courage, d'observer dans l'intérêt de mon instruction un spectacle si
inattendu, et par l'examen de l'armée russe de juger quelles chances la
suite de la guerre offrait à l'armée française.

Le général Benningsen portait son quartier général à Bartenstein et
m'emmena avec lui. L'état-major était nombreux; je me croyais le jouet
d'un mauvais rêve en revoyant cette route que j'avais faite quelque
temps auparavant avec un état-major bien différent. Il causa souvent
avec moi, en ayant la discrétion d'éviter sur notre armée des questions
auxquelles il savait que je n'aurais pas répondu. Dans ces conversations
souvent répétées pendant mon séjour à Bartenstein, il me parlait de la
campagne qu'il venait de faire. Il n'avait jamais quitté l'offensive;
vainqueur à Pultusk, il l'avait encore été à Eylau, et il remarquait
comme une faveur divine que la reine de Prusse, malade, depuis quelque
temps, eût pu aller à l'église justement le jour de ce dernier triomphe.
Je ne le chicanai point là-dessus; j'aurais préféré aux récits du passé
quelques détails sur les projets futurs. À cet égard, Benningsen se
montrait plus réservé. Je crus cependant entrevoir qu'il se disposait à
interrompre le cours de ses triomphes pour reposer son armée en
cantonnements; j'en fus ravi, la continuation de la campagne d'hiver ne
pouvant pas être à notre avantage. M. Thiers parle des souffrances de
l'armée russe, des Cosaques venant demander du pain à nos soldats. Je ne
le conteste pas; mais au quartier général l'apparence démentait cette
assertion. Si ma qualité de prisonnier de guerre m'interdisait les
questions, je voyais du moins l'état-major vivre dans l'abondance, les
soldats bien vêtus, les chevaux en bon état. Assurément la comparaison
n'était pas en notre faveur.

Je passai trois semaines à Bartenstein au quartier général, logeant avec
les aides de camp du général en chef, ainsi qu'avec MM. Ribeaupierre et
de Nesselrode, dont l'un devint ambassadeur, l'autre ministre des
affaires étrangères. Tous deux, jeunes alors et chambellans, avaient été
envoyés au quartier général pour la correspondance avec l'Empereur. Nous
dînions chez le général à une table nombreuse et bien servie. On amenait
quelquefois des prisonniers qui paraissaient jaloux de ma faveur, plus
rarement des déserteurs, contre lesquels ma colère mal déguisée amusait
beaucoup les officiers. Un jour une députation de la ville vint
féliciter Benningsen sur son arrivée. Il demanda si celui qui porta la
parole était le bourgmestre: «_Je puis vous l'assurer_, lui dis-je:
_j'ai entendu monsieur, il y a peu de temps, féliciter M. le maréchal
Ney dans les mêmes termes_.» Ce fut une joie générale.

Les promenades dans la ville m'étant interdites, ma journée se passait à
causer avec mes compagnons de chambrée, à parler beaucoup de Paris et de
la France, objets constants de la prédilection des Russes, surtout à
jouer au pharaon. Je dois m'accuser ici d'un trait de mauvais joueur,
tel que je l'ai toujours été. Ayant perdu un gros coup, je déchirai les
cartes. Les joueurs restèrent confondus; celui qui tenait les cartes dit
tranquillement: «_C'est dommage pourtant, nous n'avions que ce jeu-là_.»
Cette douceur me toucha plus que les reproches que j'aurais mérités.

Le maréchal Ney, étonné de ne pas me voir revenir, devina ma
mésaventure; et quand il en eut acquis la certitude, il m'envoya de
l'argent, et fit demander mon échange, que l'on refusa, trouvant sans
doute de l'inconvénient à renvoyer un officier qui venait de passer
quelque temps à l'état-major russe, et qui pouvait en donner des
nouvelles. Le général Benningsen eut l'attention de ne pas m'en parler
pour ne pas m'affliger.

Au bout de quinze jours, je partis pour Wilna, en passant par Grodno. Je
partis en traîneau découvert par une nuit des plus froides, mais couvert
de fourrures que mes nouveaux amis m'avaient prodiguées, et beaucoup
mieux vêtu, voyageant plus commodément comme prisonnier, que je ne le
faisais à l'armée française. Le gouverneur de Grodno m'accueillit avec
bienveillance; je logeais et je mangeais chez lui. Mais rien ne pouvait
adoucir ma tristesse. Je ne trouvai point à Grodno l'intérêt de
curiosité que m'inspirait le séjour du quartier général; je n'y trouvai
pas les agréments de société que je rencontrai plus tard à Wilna, et ce
séjour a été pour moi l'époque la plus pénible de ma captivité. La femme
du gouverneur, personne spirituelle et d'un grand sens, me dit un jour:
«_Vous êtes bien triste, et vous avez tort. Le malheur qui vous est
arrivé, malheur fort commun à la guerre, ri est point votre faute et ne
peut vous faire aucun tort. Profitez de l'occasion pour faire un voyage
en Russie. On vous mènera où vous voudrez, les voyages sont faciles dans
ce pays; on aime les étrangers, les Français, et vous voyez la
bienveillance particulière qu'on vous témoigne. Vous rentrerez dans
votre pays à vingt-trois ans, ayant fait une belle campagne et un voyage
instructif_.» Je me sentais trop découragé pour suivre ce sage conseil.
Ne voulant rien demander, je m'abandonnai à ma triste destinée.

Au bout de quinze jours je partis pour Wilna, où je menai une vie toute
différente.

Le général Korsakoff, gouverneur de cette ville, m'accorda la même
hospitalité. Wilna se trouvant loin du théâtre de la guerre, j'y
circulai librement. Je louai une très-petite chambre, et mon couvert
était mis tous les jours à la table du gouverneur. Le général Korsakoff
se plaisait à parler de ses campagnes, surtout de la célèbre bataille de
Zurich, qu'il avait perdue contre Masséna, et que, d'après ses
explications, il devait gagner: faiblesse ordinaire à tous les
militaires, comme on voit les parents préférer leurs enfants contrefaits
ou idiots. Un jour même, en passant en revue les généraux français, il
me dit que Masséna avait peu de talent. «_C'est possible_, répondis-je,
_mais convenons qu'il a toujours eu du bonheur_.» Je n'ai pas besoin
d'ajouter que Korsakoff était un homme de peu d'esprit, bon homme
d'ailleurs, un peu kalmouk de figure et de manières. Il élevait deux
enfants naturels; l'aîné à quatorze ans annonçait la brutalité de
l'ancien caractère russe; il maltraitait et avec le plus cruel
sang-froid son frère, enfant de huit ans. Un jour en nous promenant, je
ne sais ce que fit celui-ci qui contraria l'aîné: «_Nous verrons cela
plus tard_, lui dit-il.» La promenade s'acheva gaiement, et en rentrant
il emmena son frère dans sa chambre pour lui donner des coups de bâton.

Je fus également bien reçu par le gouverneur civil, M. Bagmewski, et
j'avais mon couvert mis chez l'un des gouverneurs comme chez l'autre.
C'est la grande politesse du pays. Il y a toujours un certain nombre de
couverts vides pour les personnes que l'on autorise à venir demander à
dîner, et cette autorisation n'est point une vague formule de politesse.
Le maître de la maison vous adresse des reproches si vous n'en profitez
pas.

M. Bagmewski avait épousé mademoiselle Mileykho, Polonaise fort belle,
plus jeune que lui, et heureusement n'ayant de passion que pour la
toilette. Sa sœur Marie me frappa davantage. Son agréable caractère, ses
manières, moitié polonaises, moitié françaises, plaisaient autant que sa
figure, et je ne doute pas qu'à Londres ou à Paris elle n'eût eu autant
de succès qu'à Wilna. On pense bien que je fréquentais la maison du
gouverneur civil plus que celle du gouverneur militaire, et que la
société de deux belles femmes fort aimables pour moi me semblait
préférable à celle de deux enfants mal élevés. Seulement nous étions
convenus de ne jamais parler de la guerre, pour tâcher d'oublier que le
frère des dames, et un frère fort aimé d'elles, était mon ennemi.

Je fis également connaissance avec Mme de Choiseul, née Potocka, dont le
mari, fils du comte de Choiseul-Gouffier, ambassadeur à Constantinople,
s'était établi en Pologne. Mme de Choiseul, belle et aimable, était fort
liée avec Mme Franck. M. Franck, fils du célèbre docteur, passait
lui-même pour un bon médecin; Mme Franck avait une belle voix et un
talent qui eussent fait honneur à une artiste.

Je voyais presque journellement les personnes dont je viens de parler,
qui toutes me semblaient aimables, car elles l'étaient pour moi. Il y
avait peu de soirées priées, peu de grandes réunions, mais toujours du
monde; un théâtre médiocre, quelquefois de la musique, que je faisais
surtout en particulier avec Mme Franck. La société polonaise fréquentait
peu celle-ci. Le zèle pour le rétablissement de la Pologne se montrait
aussi vif en Lithuanie que dans le duché de Posen. On accueillait à
Wilna les prisonniers français comme des frères. On vit des gens du
peuple les embrasser en pleurant, leur porter à boire dans leurs rangs;
on vit un cocher descendre du siège et leur donner tout l'argent qu'il
possédait. Ces démonstrations inquiétaient le gouvernement, au point
qu'un jour, étant allé voir nos malades à l'hôpital, le commandant du
poste, me prenant pour un Polonais, me fit conduire chez le commissaire
de police. On peut donc juger avec quel empressement je fus accueilli
par la société polonaise; mais je leur dis avec franchise qu'étant
prisonnier des Russes, je ne voulais pas me compromettre avec eux; que
je désirais que la politique de l'Empereur lui permît de seconder leurs
vœux, mais qu'enfin il ne s'était pas prononcé à cet égard, et que dans
ma position je ne pouvais voir en eux que des sujets de l'Empereur de
Russie. Ils le comprirent, et je gardai avec eux de bons rapports, en
conservant pour ma société intime les personnes que j'ai nommées,
personnes toutes étrangères ou appartenant au gouvernement russe.

Je trouvai à Wilna le baron de Damas, jeune émigré au service de Russie,
et chargé alors d'instruire des recrues. À vingt-deux ans, on remarquait
déjà en lui la sévérité de principes et l'austérité de maintien qui
l'ont toujours distingué. Je ne puis comprendre que dans une ville de
plaisir comme Wilna, il consacrât son temps à l'instruction de ses
recrues, en se permettant pour distraction quelques parties de whist
avec des personnes âgées. J'admirais d'autant plus ce que je n'aurais
pas eu la vertu d'imiter. Quoique engagé dans un parti différent du
mien, M. de Damas me rechercha le premier; il venait me voir souvent
dans ma petite chambre, et nos longues conversations paraissaient
courtes, tant nous avions mutuellement de choses à nous apprendre. Après
avoir épuisé l'armée russe et l'armée française, il me parla de la
petite cour de Louis XVIII à Mittau, dont on pense bien qu'il était un
des fidèles. Ces détails m'intéressèrent vivement; ils étaient nouveaux
pour moi, les journaux ne prononçant jamais le nom des princes exilés;
d'ailleurs, dans ces conversations sur des sujets souvent délicats, nous
évitions avec soin ce qui aurait pu blesser un de nous deux. Ce ne fut
donc qu'avec une extrême réserve qu'il me témoigna le désir qu'on aurait
à Mittau de me voir me rapprocher de la cause du roi. Je ne répondis à
une pareille insinuation que par le silence.

Je reçus en même temps une lettre d'un autre émigré, ancien ami de ma
famille et présentement à Mittau. Après mille choses aimables, il me
disait qu'un prisonnier pouvait avoir besoin d'argent; il m'offrait donc
sa bourse ou celle de ses amis. Je lui exprimai ma reconnaissance, en
ajoutant que le témoignage de son attachement pour mes parents était
tout ce que je pouvais accepter. Je montrai la lettre au baron de Damas,
en ajoutant que j'aimerais mieux vivre de pain noir que de recevoir de
l'argent de Mittau. Personne ne pouvait mieux comprendre et apprécier un
pareil sentiment.

Deux mois et demi s'étaient écoulés à Wilna fort doucement, fort
agréablement, trop agréablement peut-être pour un prisonnier. Au mois de
juin, on reçut la nouvelle des premiers combats qui signalèrent la
reprise des hostilités. Toute l'armée russe avait attaqué le 6e corps
sans pouvoir l'entamer. Mais ce corps d'armée s'était retiré, les
équipages du maréchal Ney avaient été pris, il n'en fallait pas
davantage pour transformer le combat en victoire. Malgré la connaissance
de la jactance des Russes, cette nouvelle me causa quelque inquiétude.
Mais enfin tout allait s'éclaircir; et, en effet, la bataille de
Friedland amena les conférences de Tilsitt, bientôt suivies de la paix.
Mes lecteurs peuvent donc supposer qu'après un mois encore passé à
Wilna, ma captivité cessa, et qu'elle se termina aussi heureusement
qu'elle avait commencé. Une singulière circonstance en décida tout
autrement.

Un vieux général russe commandait à Wilna sous les ordres du gouverneur.
Le baron de Damas m'avait engagé à lui taire une visite, comme à mon
chef immédiat, en ma qualité de prisonnier de guerre. Je ne m'en souciai
pas, me croyant assez sûr de mon fait par la protection du gouverneur
lui-même. Le général en fut fort choqué. Je consentis à y aller un jour
avec le baron de Damas; mais le mal était fait, et cette visite tardive
me fit peut-être dans son esprit plus de mal que de bien. À la nouvelle
de la reprise des hostilités, le général Korsakoff fut appelé à l'armée,
et le vieux général resté maître de mon sort, se vengea de mon
impolitesse par une brutalité bien digne des anciens Russes. J'appris un
matin que j'allais partir sur-le-champ pour joindre un dépôt d'officiers
français prisonniers à Kostroma, à cent lieues au delà de Moscou, à
trois cents lieues de Wilna. Il ne me fut pas même permis d'aller dire
adieu à mes amis, pas même à madame Bagmewska, femme du gouverneur
civil, dont la maison ne pouvait pas être suspecte. On me permit du
moins de choisir la manière de voyager qui me conviendrait. Un banquier
me donna tout l'argent nécessaire, et un sous-officier, chargé de me
conduire, reçut l'ordre de me traiter avec égards. Ne voulant solliciter
aucune faveur après un traitement si indigne, je demandai à voyager jour
et nuit sans perdre une minute. Le bruit de cet enlèvement se répandit
dans la ville, et affligea doublement mes amis, en leur montrant de quoi
était capable l'autorité qui pesait sur eux. Mon départ fut pour moi un
jour de triomphe. Toute la ville était aux fenêtres. Tous me
souhaitaient un heureux voyage, un prompt retour; plusieurs femmes
agitaient leurs mouchoirs. Le lendemain, elles se plaignirent au général
d'un traitement si brutal et si peu mérité. Il répondit avec plus de
galanterie qu'on ne l'eût attendu de sa part, que, s'il avait cru mon
départ si affligeant pour les dames de Wilna, il m'aurait renvoyé
beaucoup plus tôt.

J'arrivai à Smolensk comme l'éclair. Le gouverneur me logea chez lui et
voulut me garder quelques jours. Son aide de camp m'insinua même
très-clairement de sa part que si je voulais me dire malade je pourrais
rester à Smolensk. Je ne sais quelle folie me porta à refuser cette
nouvelle marque de bienveillance, mais j'ai déjà dit que je ne voulais
solliciter ni accepter aucune faveur. J'en fus puni par une prolongation
de captivité de trois mois, et de trois mois des plus incommodes, des
plus tristes, des plus ennuyeux que j'aie passés en ma vie.

Je partis donc conduit par mon sous-officier, voyageant jour et nuit,
comme je l'avais demandé, prenant à peine le temps de manger et avec la
rapidité de Mazeppa emporté par un cheval sauvage. Une petite charrette
non suspendue, couverte de paille, et qu'on changeait à chaque relais,
contenait le postillon, le sous-officier et moi. Un seul cheval nous
menait au grand galop. Il fallait ma jeunesse, ma santé, pour supporter
de pareilles fatigues. Je passais les jours et les nuits à dormir dans
cet étrange équipage. Quand nous nous arrêtions pour manger, ma figure
devenait l'objet de la curiosité générale. Un jour que la chaleur et la
poussière m'avaient causé un gonflement à l'œil, je fis dans une auberge
une fumigation à l'eau bouillante; les habitants du village, se pressant
à la porte, regardaient avec terreur cette tête couverte d'un voile et
exposée à la vapeur. Ils me croyaient occupé d'une opération
cabalistique; et assurément, s'il eût éclaté en ce moment un coup de
tonnerre ou un incendie, ils me l'auraient attribué. Une autre fois, on
me consulta sur un enfant malade. Je fis l'aveu de mon ignorance. Pour
rétablir ma réputation, je prescrivis un remède quelconque à un cheval
demi-fourbu, et je repartis vite dans ma charrette avant qu'on eût pu
éprouver l'effet de ma singulière ordonnance.

L'irritation était extrême en tous lieux contre l'armée française, et
surtout contre l'Empereur. J'avais un petit portrait d'Homère qu'un
maître de poste voulut déchirer, le prenant pour un portrait de
Napoléon. Je vins à peine à bout de l'apaiser, en lui jurant que les
deux figures ne se ressemblaient pas plus que les deux personnages.

J'éprouvai encore un mécompte particulier dans ce maudit voyage. J'avais
demandé si Moscou se trouvait dans mon itinéraire, et dans ce cas, ma
fierté s'abaissait jusqu'à solliciter la faveur d'y passer au moins un
jour. On m'avait assuré que non. Cependant, voyant un matin à l'horizon
une foule de clochers, je demandai à mon sous-officier ce que c'était.
_Moskwa_, me répondit-il. Il était trop tard pour obtenir la permission
d'y rester, mon conducteur n'ayant que la consigne de me conduire. J'y
fis du moins un meilleur repas qu'à l'ordinaire, et nous repartîmes
aussitôt.

J'arrivai enfin à Kostroma, en passant par Jaroslaw, et je rejoignis le
dépôt d'officiers prisonniers qui y était établi. Ici commença pour moi
une existence toute nouvelle. Le général russe qui m'avait si
indignement traité se garda bien de me recommander au gouverneur de
Kostroma, homme d'ailleurs ignorant et assez grossier, comme les Russes
qui ne savent ni l'allemand ni le français. Sa femme, mieux élevée, me
reçut bien et m'offrit quelques livres pour ma consolation. Du reste
rien ne me distingua des autres prisonniers, ce qui au fait n'eût guère
été possible. À Wilna, j'étais seul, mais à Kostroma les distinctions
auraient blessé les officiers d'un grade égal ou supérieur au mien. Je
fus donc réduit à la vie commune, dont voici la description.

Il y avait à Kostroma trois officiers supérieurs: un lieutenant-colonel
et deux chefs d'escadron mangeant à part, et une vingtaine d'officiers
inférieurs, auxquels je me réunis. Nous étions douze logés dans deux
chambres, et couchés sur des chaises, sur un matelas, sur la paille sans
pouvoir éviter complètement les insectes et la vermine. Nous avions
trouvé heureusement une assez bonne pension chez un Allemand établi à
Kostroma, et aussi bon marché qu'il convenait à notre position. Je n'ai
à mentionner aucun de ces officiers en particulier; ils appartenaient à
différentes armes, à différents corps. On y voyait des sous-officiers se
faisant passer pour officiers, et jouant si bien leur rôle que les
officiers véritables en furent la dupe. Ainsi un jeune fourrier de
chasseurs, s'étant procuré un petit habit gris, se disait élève sorti de
Saint-Cyr, et pris au moment où il allait rejoindre son régiment
d'infanterie. Tel maréchal des logis se faisait lieutenant, tel
adjudant, capitaine. Les véritables officiers, ayant appris plus tard
ces tours de passe-passe, s'en sont choqués, et bien à tort, selon moi.
Il est naturel de chercher à améliorer une situation si triste; et pour
un prisonnier, entre le traitement des officiers et celui de la troupe,
c'est la vie ou la mort. Pour moi je crus recommencer mon apprentissage
du camp de Montreuil. Il me fallait oublier Wilna comme autrefois
j'avais oublié Paris, reprendre l'habitude de toutes les privations, de
toutes les misères, me retrouver dans l'intimité de gens bien différents
de ceux avec lesquels j'avais repris l'habitude de vivre. Ces officiers
dans le fait différaient peu des soldats. C'étaient la même ignorance,
un pareil manque de savoir-vivre; quelques-uns, un peu mieux élevés,
souriaient en entendant les autres. Chacun racontait ses prouesses
vraies ou fausses. Les caractères n'étant plus contenus par la
discipline, se montraient à découvert. Il y avait du bien, du mal, de la
générosité, de l'égoïsme; des natures bienveillantes, des caractères
querelleurs. On aurait compté plus d'un duel dans cette petite colonie
si nous avions eu des armes. Le temps, le bonheur de voir la fin de
notre exil firent oublier les querelles, et je ne crois pas qu'une seule
de ces provocations ait été suivie d'effet.

Un officier était fort mal vu de tous les autres. Quoique logeant et
mangeant avec nous, on le laissait toujours à part. J'ai su qu'on
l'accusait d'avoir reçu d'un seigneur polonais une somme à distribuer à
ses camarades d'infortune, et de l'avoir gardée pour lui.

Comme au camp de Montreuil aussi, mon arrivée causa quelque surprise,
même quelque ombrage. Ma toilette, moins décousue que celle des autres
quoiqu'elle ne fût pas brillante, ma situation exceptionnelle jusqu'à ce
jour paraissaient étranges. Quel était cet officier qui voyageait en
poste avec un sous-officier russe pour le conduire? Pourquoi cette
distinction qui n'était pas due à son grade? Il se disait aide de camp
du maréchal Ney, et il portait l'uniforme du 59e. Était-ce encore un
chevalier d'industrie, un de ces prisonniers habiles à se faire passer
pour ce qu'ils ne sont pas? Ces doutes furent bientôt dissipés. Moins
novice qu'au camp de Montreuil, je savais à qui j'avais affaire, et je
connaissais la langue du pays. Quelques officiers, comprenant la
situation de ma famille, ne s'étonnaient pas de me voir de l'argent. Mon
caractère plut à mes compagnons d'infortune, et je n'employai mes
avantages personnels qu'à leur être agréable; la meilleure intelligence
s'établit donc entre nous.

Dans ce chef-lieu d'un des gouvernements les plus reculés de la Russie
d'Europe, on rencontrait cependant quelque société. On parlait peu
français et un peu plus allemand. Personne ne nous donna à dîner; mais
nous reçûmes quelques invitations à des collations qui duraient presque
toute la journée, avec le genre d'hospitalité particulier aux peuples à
demi sauvages. Il fallait manger de toutes sortes de choses l'une après
l'autre, et quand ensuite vous vouliez vous retirer en prétextant une
affaire, le maître de la maison courait après vous pour vous conjurer de
revenir ensuite.

La nouvelle de la paix arriva enfin, et fut suivie de l'ordre de notre
départ. Mais quel étrange voyage! Il y a plus de trois cents lieues de
Kostrama à Wilna, en passant par Moscou; et encore, comme on voulait
nous faire éviter cette capitale, on allongea la route de cinquante
lieues. Chacun de nous était monté sur une petite charrette à un cheval
conduite par un paysan. Un détachement de soldats, commandé par un
officier, ouvrait et fermait la marche. Qu'on juge l'un voyage de trois
cent cinquante lieues à petites journées dans un tel équipage, par tous
les temps! Quelle incommodité, quel ennui, quelle fatigue! À peine
trouvions-nous à manger, et Dieu sait ce que nous trouvions. Nous
couchions dans de mauvaises huttes, au milieu des paysans, et exposés à
tous les inconvénients qui pouvaient en résulter. Dans les villes nous
faisions de meilleurs repas en emportant quelques provisions pour les
jours suivants. Par une négligence bien digne de moi dans ma jeunesse,
je me laissai voler presque tout mon argent et je fus privé d'une
ressource qui eût été précieuse pour moi et pour les autres. Après
vingt-huit jours de cet étrange voyage, nous arrivâmes à Wilna en
passant par Vladimir, Kolomna, Kaluga, Viasma, Smolensk, Orcha, Borissow
et la Bérézina, lieux devenus depuis bien tristement célèbres, et que je
ne m'attendais pas à revoir cinq ans plus tard dans une situation
tellement différente. Wilna étant le lieu de rendez-vous de tous les
convois de prisonniers, chacun eut la faculté de rejoindre
individuellement l'armée française. Le général Korsakoff avait repris
son gouvernement, le général Benningsen, revenant de l'armée, s'y
trouvait également. Je les remerciai tous deux de leurs bontés. Tous
deux me témoignèrent le regret que leur causait un fatal voyage, qu'ils
m'auraient épargné s'ils eussent pu le prévoir.

Je reçus à Wilna la plus aimable hospitalité de la part d'un inconnu. Je
rencontrai un jeune officier russe que j'avais vu à Paris avant la
guerre. Il me mena voir son général retenu dans sa chambre par suite
d'une chute. Celui-ci, apprenant que j'étais dans mon logement à peu
près couché par terre par suite de l'encombrement que causait la
quantité de prisonniers, me fit mettre un lit dans son salon et me garda
jusqu'à mon départ. Rien n'égale l'hospitalité des Russes, mais il
serait dangereux de s'y fier; leur accueil est capricieux et changeant
comme leur caractère. Tels sont les peuples encore à demi sauvages; et
l'on se rappelle que le capitaine Cook, après avoir reçu mille marques
d'affection des habitants d'une île de la mer du Sud, fut massacré par
eux quand la tempête le rejeta sur le rivage. Il est bon de vivre avec
les Russes, quand on peut se passer d'eux.

Je ne peindrai pas ma joie en retrouvant à Varsovie l'armée française,
en revoyant nos uniformes, nos soldats armés. Mon bonheur fut plus grand
encore à Glogau, quartier général du 6e corps, dont les régiments
occupaient la Silésie. Le maréchal Ney était retourné à Paris, en
laissant à Glogau son aide de camp d'Albignac, mon meilleur ami. Le
général Marchand commandait le corps. Le général Colbert se trouvait
aussi à Glogau. Tous me reçurent comme un échappé de la Sibérie, et
m'apprirent une nouvelle qui me combla de joie: on m'avait donné la
croix de la Légion d'honneur. La nomination avait souffert quelque
embarras, non que j'en fusse plus indigne qu'un autre, mais je n'avais
été porté ni à l'état-major comme comptant au régiment dont je portais
l'uniforme, ni à mon régiment, parce que j'étais à l'état-major. Le zèle
de d'Albignac, la bienveillance du général Marchand vainquirent cette
difficulté; mon cœur en garde à leur mémoire une éternelle
reconnaissance.

Après avoir raconté ma captivité en détail, je voulus apprendre à mon
tour ce qui s'était passé à l'armée, les glorieuses actions auxquelles
j'avais eu le malheur de rester étranger. Je termine par l'extrait de
nos conversations, qui confirment et quelquefois modifient les travaux
des historiens; ce sera le complément de l'analyse très-succincte des
opérations de cette campagne. Semblable aux poëmes anciens, mon journal
sera partie en action, partie en récit.

Le temps de ma captivité avait été bien utilement employé à l'armée.
Dantzick s'était rendu le 21 mai, après une belle défense continuée
pendant cinquante jours de tranchée ouverte. Cette conquête nous rendait
maîtres du cours entier de la Vistule. L'armée avait reçu des vivres
dans ses cantonnements; elle campait au bivouac par divisions, protégée
par des ouvrages de campagne et des abatis. J'ai raconté la position de
chaque corps d'armée, et l'on a vu que le 6e était à l'avant-garde entre
la Passarge et l'Alle, le quartier général à Guttstadt sur cette
dernière rivière. Trois mois s'étaient ainsi passés. Napoléon se
préparait à reprendre l'offensive, lorsque, le 5 juin, il fut prévenu
par Benningsen, dont l'effort principal eut lieu contre le 6e corps,
qu'il espérait écraser à l'aide de forces supérieures. Rien n'avait pu
faire pressentir les préparatifs de l'ennemi ce jour-là; mais comme on
s'y attendait d'un moment à l'autre, et que toutes les précautions
étaient prises, les troupes furent sur pied en un instant. Le maréchal
Ney se retira sur Deppen, point qui lui était assigné en cas de retraite
pour repasser la Passarge; mais il ne fit ce jour-là que la moitié du
chemin, et l'ennemi ne put le faire reculer que de deux lieues, pendant
lesquelles il combattit toujours. Le soir, en rendant compte à
l'Empereur, et sachant qu'il serait attaqué le lendemain, il ne craignit
pas d'écrire: «_Je ferai perdre encore à l'ennemi la journée de
demain_.» En effet, le 6 juin, il défendit le terrain pied à pied
jusqu'au pont de Deppen. Là, se trouvant serré de près, il profita de
quelques accidents de terrain qui retardaient la marche de l'ennemi pour
faire contre lui un mouvement offensif. Ce mouvement, si inattendu de la
part des Français en pleine retraite, arrêta un instant la marche des
Russes et permit au 6e corps d'exécuter le passage de la Passarge. Ces
deux journées couvrirent de gloire le 6e corps d'armée et son illustre
chef, en donnant à l'Empereur le temps d'arriver et de préparer les
grands événements qui suivirent.

Les corps d'armée se réunirent, le 8, à Saalfeld, conduits par Napoléon,
qui manœuvra pour tourner la droite des Russes et les couper de
Kœnigsberg. Benningsen, renonçant à l'offensive, se retira par les deux
rives de l'Alle jusqu'à Heilsberg, qu'il avait entouré d'ouvrages de
campagne. Il fut attaqué le 10 en avant de cette ville par le prince
Murat et Davout, qui n'attendirent ni la présence ni les ordres de
l'Empereur. Après une journée de carnage les troupes bivouaquèrent sur
le terrain. Le lendemain 11, Benningsen continua la retraite en suivant
les bords de l'Alle jusqu'à Friedland. Là, il s'arrêta pour livrer
bataille; il eût été plus sage de descendre l'Alle jusqu'à la Prégel, de
se placer ensuite derrière ce fleuve en couvrant Kœnigsberg. La
résistance que lui avaient fait éprouver nos corps détachés devait lui
apprendre à quel danger il s'exposait en combattant l'armée entière
commandée par Napoléon. Je ferai encore moins le récit de cette bataille
que des autres, puisque je n'y ai point assisté; je dirai seulement
quelques mots sur la part que le 6e corps y a prise. Friedland est situé
sur la rive gauche de l'Alle. L'armée russe fut rangée en bataille en
avant de cette ville. Le maréchal Lannes, arrivé le premier sur le
terrain, engagea l'affaire et soutint l'effort de l'armée russe pendant
une partie de la journée. Napoléon et les autres corps n'arrivèrent
qu'un peu tard. Le 6e, resté en arrière après la glorieuse retraite de
Deppen, prit, le soir, la droite de l'armée en s'appuyant à l'Alle. On
m'a conté que dans ce moment le maréchal Ney, voyant la plaine occupée
par une nombreuse cavalerie russe, voulut la faire charger par quelques
escadrons de la garde impériale qui se trouvaient là. Le colonel ayant
observé qu'il ne pouvait agir sans l'ordre des généraux de la garde, le
maréchal pour toute réponse fit charger son peloton d'escorte commandé
par un excellent officier, qui ramena la cavalerie russe sur la garde
impériale, et la força ainsi de combattre. Dans ce moment décisif,
Napoléon chargea le maréchal Ney d'enlever la ville de Friedland et les
ponts par lesquels l'ennemi communiquait avec la rive droite de l'Alle.
Le 6e corps, disposé en échelons par régiments la droite en tête, marcha
sous le feu de l'infanterie russe, secondée par leur nombreuse
artillerie et d'autant plus redoutable que d'autres batteries placées
sur la rive droite prenaient en flanc les échelons. Pour la première
fois les régiments du 6e corps furent ébranlés. Le désordre commença à
l'échelon de droite, composé de la 1re brigade de la 1re division, parce
que l'on voulut faire relever par le 39e le 6e qui avait beaucoup
souffert et qui manquait de munitions. Ce mouvement au milieu du feu de
l'ennemi amena quelque confusion, et le désordre se communiqua
promptement de la droite à la gauche à tous les échelons, qui voyaient
la nombreuse cavalerie russe s'apprêter à les charger. On peut juger de
la colère du maréchal Ney. Heureusement, le 59e régiment, qui formait le
dernier échelon, se maintint. La division Dupont, placée à la gauche du
6e corps, appuya ce régiment. Les dragons de la Tour-Maubourg
repoussèrent la cavalerie ennemie. Une nombreuse artillerie commandée
par le général Senarmont vint secourir la faible artillerie du 6e corps.
Tous les régiments ralliés marchèrent en avant. Cette fois la ville de
Friedland fut emportée et les ponts rompus. L'aile droite des Russes,
repoussée à son tour, voulut rentrer dans Friedland, et un nouveau
combat s'engagea dans la ville en flammes. Les Russes essayèrent de se
sauver en traversant l'Alle à gué, et beaucoup se noyèrent. La victoire
était complète. L'ennemi eut 25,000 hommes hors de combat; nous prîmes
80 bouches à feu, et sur 80,000 hommes qui composaient notre armée,
55,000 à peine avaient été engagés. Pendant cette terrible bataille le
maréchal Soult était entré à Kœnigsberg. L'armée russe se retira
derrière le Niémen suivie par l'armée française. L'armistice fut conclu
le 22 juin, et la paix signée enfin à Tilsitt le 8 juillet.

Tels furent les récits de mes camarades, récits entremêlés de mille
autres détails. Je sentis plus vivement encore le regret d'avoir été
séparé d'eux, et d'avoir passé dans la frivolité ou dans la tristesse le
temps consacré à de si éclatants triomphes. J'allai visiter les
cantonnements du 6e corps, et en particulier celui du 59e régiment, que
je revis avec une grande émotion. M. Baptiste, déjà chef de bataillon au
50e, venait d'être nommé colonel du 25e léger; je l'en félicitai de tout
mon cœur. M. Mazure, mon ancien capitaine, avait été tué en conduisant
un peu imprudemment dans une affaire la compagnie de voltigeurs qu'il
méritait bien de commander. Je n'avais pas eu besoin de sa mort pour lui
pardonner ses anciens torts envers moi. Au reste, le régiment avait peu
souffert.

Le maréchal Ney, en quittant l'armée, m'avait laissé l'ordre de venir le
rejoindre à Paris. J'achetai une calèche, qui cassa cinq ou six fois en
route selon l'usage; et voyageant jour et nuit, ce qui était aussi dans
nos habitudes, j'arrivai à Paris au mois de septembre 1807, et je
retrouvai ma famille.

On peut juger des transports qui m'accueillirent après trois ans
d'absence, interrompus seulement par un voyage de huit jours en partant
du camp de Montreuil. Mais je ne saurais peindre avec quelle émotion
furent écoutés les récits que je viens de tracer. Mes parents se crurent
revenus au temps des héros d'Homère. Ils crurent entendre raconter les
combats de l'Iliade, les voyages de l'Odyssée; et, de fait, les
événements auxquels j'ai assisté sont d'une telle importance que, même
pour des lecteurs indifférents, le récit de la très-petite part que j'y
ai prise ne sera peut-être pas dépourvu de quelque intérêt.



CHAPITRE VII.

CAMPAGNE D'ESPAGNE.--CAMPAGNE D'ALLEMAGNE EN 1809.



I.

CAMPAGNE D'ESPAGNE EN 1809.


Je n'ai point à raconter la guerre d'Espagne, qu'on appelle à juste
titre la guerre de l'Indépendance; je n'y ai assisté que pendant trois
mois (novembre et décembre 1808, janvier 1809). C'est seulement alors,
que Napoléon a commandé ses armées en personne. Voici à quelle occasion
j'ai fait cette courte campagne.

Je venais de me marier. Le duc de Feltre, ministre de la guerre, mon
beau-père, regrettant toujours de ne pouvoir suivre l'Empereur à
l'armée, voulut au moins se faire remplacer par ses aides de camp.
Assurément il ne me convenait pas de solliciter une exception. La
question était de savoir en quelle qualité je serais employé. Je ne
voulais pas entrer dans un régiment qui pouvait rester en arrière ou
tenir garnison dans quelque place. M. le maréchal Ney venait d'être
appelé en Espagne. J'étais sûr qu'auprès de lui il y aurait de la gloire
à acquérir ou au moins des dangers à courir. On a vu dans ce qui précède
combien j'avais eu à me louer de ses bontés pour moi. Il m'en donna une
nouvelle preuve en me permettant de faire encore cette campagne comme
son aide de camp.

Je raconterai donc ce qui s'est passé sous mes yeux, en faisant précéder
mon récit de courtes observations sur l'ensemble des événements.

Depuis quelque temps, nos troupes, sous différents prétextes, avaient
occupé les principaux points de l'Espagne; et Napoléon s'en croyait le
maître, lorsqu'il manda à Bayonne la famille royale, à laquelle il
imposa son abdication. Cette nouvelle produisit en Espagne un effet
terrible, et l'insurrection éclata de toutes parts. Des exemples sévères
et quelques avantages remportés par nos généraux sur différents points
en arrêtèrent d'abord le progrès, mais la malheureuse affaire du général
Dupont à Baylen porta au comble l'enthousiasme des Espagnols et doubla
les forces de l'insurrection. Dès le mois d'août, l'armée française
n'occupait plus que la ligne de l'Ebre.

Napoléon ne perdit point de temps pour réparer ce désastre. Il appela en
Espagne les 1er et 6e corps de la Grande Armée restés en Allemagne,
trois divisions de dragons, deux divisions de l'armée d'Italie.

Les maréchaux Victor et Ney conservèrent les commandements des 1er et 6e
corps; d'autres troupes furent mises sous les ordres des maréchaux
Bessières, Lannes, Moncey, Lefèvre.

Le passage en France de ces différents corps fut une marche triomphale.
Les municipalités de toutes les villes rivalisèrent de zèle pour leur
réception. Partout on organisa des fêtes militaires; partout des
banquets leur furent offerts. Les compliments, les harangues, les
chansons militaires se succédaient pour célébrer les triomphes de la
Grande Armée et pour en prédire de nouveaux. Hélas! cet espoir fut
cruellement trompé.

Napoléon voulait avoir sous ses ordres cent à cent vingt mille hommes de
bonnes troupes. Il espérait en quelques mois venger l'honneur de nos
armes, ramener son frère à Madrid, lui soumettre l'Espagne entière. Il
se hâterait ensuite de revenir à Paris, car les dispositions hostiles de
l'Autriche lui causaient déjà quelque inquiétude.

Napoléon, selon son énergique expression, disait:

«_J'ai envoyé aux Espagnols des agneaux qu'ils ont dévorés; je vais leur
envoyer des loups qui les dévoreront à leur tour_.» Il était bien temps
en effet de reprendre l'ascendant que des revers inattendus venaient de
nous faire perdre. On avait vu les Français repoussés jusqu'à la ligne
de l'Ebre par des Espagnols à peine organisés, et dont le triomphe
semblait encore redoubler la haine. Le général Dupont avait capitulé à
Baylen, le général Junot à Lisbonne. L'armée anglaise, après avoir ainsi
délivré le Portugal, allait se joindre aux Espagnols; encore un effort,
et l'Espagne entière serait délivrée.

Voici donc le plan de campagne qu'ils adoptèrent:

L'armée française étant réunie sur l'Ebre autour de Vittoria, ils
entreprirent de l'envelopper en la tournant d'un côté par Pampelune, de
l'autre par Bilbao. La gauche (45,000 hommes), commandée par Blake,
marcha sur Bilbao; la droite (18,000 hommes), par Palafox, sur
Pampelune; Castanos (30,000 hommes), au centre, occupait la droite de
l'Ebre autour de Logrono. Il devait se joindre à l'armée de droite,
quand le mouvement pour envelopper l'armée française serait en pleine
exécution.

Napoléon, déjà établi à Vittoria, pénétra le projet des ennemis et s'en
félicita. Il savait bien que ni la droite ni la gauche des ennemis ne
pourraient vaincre la résistance des admirables troupes, des habiles
généraux qu'il leur opposerait, et que lui-même, partant de Vittoria,
écraserait l'une après l'autre la droite et la gauche des ennemis, qui
chercheraient vainement à se réunir. Il blâma même ses généraux de
s'être engagés précipitamment avant son arrivée.

Quoi qu'il en soit, ces avantages partiels ayant rétabli la confiance
dans notre armée, Napoléon n'hésita plus à marcher sur Burgos, dont il
s'empara, après avoir mis ses défenseurs dans une déroute complète.
Pendant ce temps, la gauche de l'ennemi fut battue par le maréchal
Victor à Espinosa, les 10 et 11 novembre, et presque entièrement
détruite.

Bientôt après, la droite éprouva le même sort au combat de Tudéla (23
novembre). Les débris de cette armée, poursuivis par le maréchal Lannes,
se retirèrent partie vers Saragosse, partie sur la route de Madrid, sous
la conduite des généraux Castanos et Palafox.

Napoléon continua sa marche sur Madrid pour rétablir le roi Joseph dans
sa capitale, et en même temps pour prévenir l'armée anglaise, qui, après
avoir débarqué à Samtander, s'avançait dans la Vieille Castille.

Il prescrivait au maréchal Ney, à peine rendu à Aranda sur la route de
Madrid, de se porter à gauche par Osma et Soria, pour se placer sur les
derrières de Castanos et Palafox, qui, dans leur retraite après
l'affaire de Tudéla, allaient être attaqués en tête par les maréchaux
Lannes et Moncey, et pouvaient ainsi être détruits.

C'est sur ces entrefaites que je rejoignis le maréchal Ney. Je passai la
frontière le 10 novembre, en voyageant avec mes chevaux, et le 19
j'atteignis Aranda, sur la route de Madrid. Après quelques incertitudes
sur la marche du maréchal Ney, j'appris enfin qu'il avait pris la route
de Soria, ainsi que je viens de le dire, et je le joignis le 22 dans
cette ville, en passant par Osma et Berlinga.

J'étais depuis peu de jours en Espagne, et déjà je remarquai la
différence de cette guerre avec celles que nous avions faites
précédemment. Nous n'avions à combattre en Allemagne que les armées
ennemies. La victoire nous rendait maîtres du pays. Les habitants se
soumettaient tristement, mais avec calme. Si les désordres que nous ne
commettions que trop souvent les irritaient contre nous, il était facile
de les ramener avec de bons procédés. Ici, la haine était profonde,
ardente, irréconciliable. On peut dire que toute la nation était armée
contre nous, et nous ne possédions en Espagne que le terrain occupé par
nos troupes. Les maraudeurs de notre armée, fort nombreux à cette
époque, commettaient mille excès. Les cruautés commises contre nous
semblaient aux Espagnols une vengeance légitime. Elles étaient même
autorisées par la religion. J'ai trouvé dans un catéchisme l'article
suivant:

_Est-il permis de tuer les Français? Non, excepté ceux qui sont sous les
drapeaux de Napoléon._

Aussi existait-il entre eux et nous, une émulation de cruauté dont les
détails feraient frémir. Même en notre présence, les Espagnols ne
dissimulaient pas leurs sentiments. Un paysan, devant qui nous parlions
du roi d'Espagne, ne craignit pas de nous dire: _Quel roi? le vôtre ou
le nôtre?_ Les officiers de notre armée, les soldats eux-mêmes
paraissaient attristés et inquiets. Accoutumés à vaincre l'ennemi sur le
champ de bataille, ils comprenaient que la bravoure et l'art militaire
sont impuissants à réduire une population tout entière, qui combat pour
sa religion et son indépendance.

Je reçus à l'état-major du maréchal Ney le bienveillant accueil auquel
j'étais accoutumé.

J'ai dit que le maréchal avait été envoyé sur cette route pour
poursuivre Castanos et lui couper la retraite, mais les renseignements
étaient difficiles à obtenir dans un pays dont les habitants fuyaient à
notre approche, ou bien ne nous donnaient que de fausses nouvelles. Le
maréchal Ney ignorait les résultats du combat de Tudéla; on chercha même
à lui faire croire que le maréchal Lannes avait été battu. Il ignorait
également la marche de Castanos, que l'on disait être à la tête de 60 ou
80,000 hommes; comme il n'en avait lui-même que 14 ou 15,000, il
craignit de les exposer, et il passa trois jours à Soria pour attendre
des renseignements qui n'arrivaient pas. Or le combat de Tudéla ayant eu
lieu le 22, s'il eût marché sur Agreda le 23, il se trouvait sur les
derrières de Castanos et complétait sa défaite. L'Empereur lui en fit
des reproches avec les égards dus à son mérite, et en tenant compte des
motifs qui pouvaient expliquer cette irrésolution.

Le maréchal Ney continua donc sa route et arriva le 28 novembre à
Alagon, devant Saragosse, en passant par Agreda et Tarrazona. Le
maréchal Moncey était à Alagon, occupé des préparatifs du siége de
Saragosse. L'Empereur blâma encore ce mouvement, disant que le maréchal
Ney ne devait point mêler ses troupes avec celles du maréchal Moncey,
qui restait chargé du siége; que, pour lui, il ne devait s'occuper qu'à
poursuivre Castanos.

Le soir même de notre arrivée à Alagon (28 novembre), le maréchal
demanda l'aide de camp de service pour l'envoyer au quartier général de
l'Empereur; j'étais de service et je fus donc désigné. La mission était
dangereuse: l'Empereur marchait sur Madrid par la grande route d'Aranda;
il devait se trouver près de cette capitale. On ne pouvait prendre la
route directe par Catalayud. Il fallait donc gagner Aranda par le chemin
que nous venions de parcourir et reprendre ensuite la grande route de
Madrid; mais partout les populations étaient exaspérées et l'on devait
craindre qu'elles ne voulussent exercer leur vengeance sur un officier
isolé, comme il n'y en avait déjà que trop d'exemples. Aussi mes
camarades me regardaient-ils comme perdu. On en fit même l'observation
au maréchal Ney; car enfin je n'étais pas son aide de camp. J'en faisais
seulement le service pour cette campagne, et c'était mal récompenser mon
zèle que de m'envoyer à une mort presque certaine. Le maréchal, après un
instant de réflexion, répondit que puisqu'il avait parlé d'un de ses
aides de camp, il ne pouvait pas désigner d'autre officier; que l'aide
de camp de service devait marcher, et que je ne souffrirais pas
d'ailleurs qu'on en mît un autre à ma place. _La mission_, ajouta-t-il,
_est dangereuse sans doute, mais moins qu'on ne le suppose; les
populations, encore agitées et effrayées par notre passage, n'ont pas eu
le temps de se concerter pour agir; je pense donc qu'avec du sang-froid
et de la résolution, personne n'osera l'arrêter_. Cette confiance
encouragea la mienne; et l'on va voir que l'entreprise, un peu
téméraire, eut un plein succès.

Je partis le soir même, sous la conduite d'un guide espagnol. Il me
conduisit à Malien par des chemins de traverse. Je ne reconnus pas la
route par laquelle nous avions passé la veille; j'en fis l'observation,
non sans quelque inquiétude. Mon guide me répondit qu'il avait quitté la
grande route, parce qu'elle nous conduirait dans un village où je
pourrais être arrêté. Nous arrivâmes en effet sans encombrer à Malien,
et la rare fidélité de ce premier guide me parut d'un bon augure pour le
succès de mon périlleux voyage. Je trouvai ensuite, de distance en
distance, des postes de cavalerie française qui me fournissaient un
cheval et un cavalier d'escorte. Partout les populations étaient
inquiètes, agitées, incertaines. Je trouvai sur la route beaucoup de
traînards et de maraudeurs de notre corps d'armée; je les grondai de
rester en arrière, quoique au fond du cœur je fusse charmé de les
trouver sur mon chemin. À Tarrazona, pendant qu'on sellait mon cheval,
un hussard fit partir un pistolet par mégarde, un rassemblement
considérable et assez menaçant se forma aussitôt devant la porte. Le
brigadier voulait faire monter à cheval et disperser le rassemblement;
c'était le meilleur moyen de se faire massacrer. Je l'en empêchai et je
sortis avec le hussard qui m'accompagnait. Les groupes s'écartèrent pour
me laisser passer, et je traversai la ville au petit pas, donnant et
recevant des saluts. Je trouvai sur toute ma route les habitants dans
une attitude hostile; leurs visages portaient l'empreinte de la haine et
de la frayeur. À mon approche, des groupes se formaient et se
dissipaient aussitôt. Si je n'ai pas été massacré, assurément ce n'est
que par la crainte des représailles. J'arrivai ainsi à Aranda le 30
novembre, après avoir marché jour et nuit. Je suivis alors la grande
route de Madrid. Les dangers étaient passés, car je me trouvais au
milieu des corps d'armée qui marchaient à la suite de l'Empereur; mais
les chevaux de poste avaient été enlevés, et il n'existait aucun moyen
de correspondance. Je voyageais presque toujours à pied, singulière
manière de porter des dépêches. Tout était ravagé sur la route, où l'on
ne trouvait pas plus de vivres que de chevaux. Après avoir traversé le
champ de bataille de Somosierra, je trouvai enfin l'Empereur, le soir du
3 décembre, au château de Chamartin, devant Madrid. La ville se rendit
le lendemain.

Aussitôt après mon départ, le maréchal Ney recevait l'ordre de se rendre
lui-même à Madrid par Catalayud, Siguenza et Guadalaxara; je ne pouvais
aller isolément à sa rencontre par cette route. Le prince de Neuchâtel
me garda à Madrid jusqu'au 10; le maréchal Ney était alors à
Guadalaxara. La proximité de cette ville me permit d'aller l'y joindre
sans danger. Ce ne fut donc qu'au bout de douze jours que je pus lui
rendre compte de ma singulière mission. Ses aides de camp m'embrassèrent
tous comme un homme échappé du naufrage. Le corps d'armée du maréchal
Ney vint tenir garnison à Madrid le 14. L'Empereur le passa en revue un
des jours suivants. Ce corps d'armée fut ensuite destiné, ainsi que
celui du maréchal Soult, à poursuivre l'armée anglaise commandée par le
général Moore, qui se retirait à travers le royaume de Léon et la Galice
pour s'embarquer à la Corogne. Le maréchal Ney devait former la réserve
du maréchal Soult.

Nous partîmes le 20 décembre pour Astorga, où nous arrivâmes le 2
janvier, en passant par Guadarrama, Tordesillas, Rioseco. La rigueur du
temps rendit pénible et même dangereux le passage de la montagne du
Guadarrama.

L'Empereur suivit la même route jusqu'à Astorga, et retourna ensuite à
Valladolid. Le maréchal Soult, qui nous précédait, suivait les Anglais
dans leur retraite, qu'ils conduisirent avec habileté. On lui avait
donné la brigade de cavalerie légère du maréchal Ney, commandée par le
général Colbert, qui fut tué, le 3 janvier, à Carcabelo, dans une
affaire d'avant-garde, qu'il dirigeait comme toujours avec sa téméraire
valeur. Cette nouvelle nous causa une profonde douleur. Tous les aides
de camp du maréchal Ney étaient dévoués au général Colbert, qui leur
témoignait la plus grande bonté. On a dit qu'il avait exprimé le regret
d'être enlevé si tôt à la carrière qui s'ouvrait devant lui. Ce n'est
point exact: il a été tué sans pouvoir proférer une parole.

Le maréchal Soult continua à poursuivre les Anglais sans réclamer
l'assistance du maréchal Ney, qui resta toujours en réserve, soit à
Astorga, soit à Lugo. Après avoir perdu la bataille de la Corogne, les
Anglais s'y embarquèrent le 17 et le 18; ils perdirent dans cette
retraite six mille hommes, trois mille chevaux, un matériel
considérable.

Le départ de l'armée anglaise nous rendait maîtres de tout le pays. Le
maréchal Ney fut chargé d'occuper la Galice, et le maréchal Soult de
s'approcher des frontières du Portugal.

Je passai huit jours à Lugo, et, au moment de partir pour la Corogne, le
maréchal voulut bien m'engager à retourner à Paris pour prendre part à
la campagne qui se préparait contre l'Autriche. Il me proposa seulement
de retarder de quelques jours, si j'étais curieux de voir la Corogne. Je
n'acceptai point, et je fis très-bien. Il n'y avait pas une minute à
perdre pour la campagne d'Autriche. D'ailleurs, huit jours après mon
passage, les communications étaient interceptées et tous nos postes
égorgés. Saint-Simon, aide de camp du maréchal, qui retournait aussi en
France, m'accompagna; et je fus heureux de trouver un tel compagnon de
voyage pour une route pénible, longue et dangereuse. Notre voyage eut
lieu plus tranquillement qu'on n'eût osé l'espérer. Nous trouvâmes
partout des postes de correspondance, dont les commandants nous
fournissaient des chevaux. Nous arrivâmes le 1er février à Valladolid,
et des relais de poste nous conduisirent à Bayonne et de là à Paris.



II.

CAMPAGNE D'ALLEMAGNE EN 1809.


J'arrivais d'Espagne, quand je dus repartir de Paris pour cette nouvelle
campagne. Le prince de Neuchâtel voulut bien m'adjoindre à ses aides de
camp (j'étais capitaine aide de camp du duc de Feltre, mon beau-père).
Je n'écris pas mon journal qui n'offrirait point d'intérêt, n'ayant eu
aucune mission; je n'ai fait que suivre le grand quartier général. Je
n'écris donc que quelques mots pour compléter mon histoire militaire.

Cette campagne avait succédé si vite à la campagne d'Espagne que
l'Empereur n'avait dans les premiers temps personne auprès de lui, et
que nous arrivâmes successivement, sans chevaux, sans équipages. C'était
chose curieuse que de voir les officiers du grand quartier général
montés sur des chevaux de paysans; d'autres officiers de la maison
civile de l'Empereur remplaçant avec zèle et intelligence ceux qui
n'avaient pu encore arriver.

Je rejoignis l'Empereur sur le premier champ de bataille, à Abensberg
(20 avril); deux jours après, à Eckmülh, le général Cervoni fut tué à
mes côtés, et je fus témoin des regrets que l'Empereur donna à cet
ancien compagnon d'armes.

Après la prise de Ratisbonne, je suivis le quartier général à Vienne, et
à l'affaire d'Aspern (21 mai), étant envoyé près du général Nansouty, je
reçus au genou gauche une forte contusion qui me força de me rendre à
Vienne, et me priva d'assister à la bataille d'Essling, le lendemain 22.
Le temps qui s'écoula jusqu'à la reprise des hostilités me permit de me
rétablir, et j'étais présent à Wagram et à la suite des hostilités
jusqu'à l'armistice de Znaym. L'Empereur, pour récompenser ma bonne
volonté, et plutôt ce que j'aurais voulu faire que ce que j'avais fait,
me nomma chef d'escadron et baron de l'Empire, avec une dotation de
4,000 francs en Hanovre.



III.

MISSION À L'ARMÉE DE CATALOGNE EN 1811.


Je fus envoyé, au mois d'août 1811, en mission auprès du maréchal duc de
Tarente, qui commandait l'armée de Catalogne, et qui, après un siége
très-brillant, venait de reprendre le fort de Figuières, qui avait été
surpris par l'ennemi. Mes instructions me prescrivaient d'aller à
Girone, à Barcelonne et au mont Serrat. Le maréchal me dit que pour
aller à Girone, il me faudrait l'escorte d'un bataillon, pour Barcelonne
celle d'une division, et qu'enfin je ne pourrais aller au mont Serrat
que lorsque toute l'armée ferait un mouvement pour s'en rapprocher.
Cependant l'ordre m'avait été donné, sans tenir aucun compte de ces
difficultés, tant à cette époque on ignorait ou l'on feignait d'ignorer
la véritable situation de l'Espagne. Je restai donc un mois au quartier
général, en me contentant de visiter Figuières et les environs.

À mon retour à Paris j'écrivis le rapport ci-joint.


_Rapport sur la Catalogne et la situation de l'armée._

La guerre de Catalogne plus encore que celle du reste de l'Espagne
présente des difficultés qui paraissent presque insurmontables. Ces
difficultés viennent des dispositions du pays et des moyens qu'on a
employés et que l'on emploie encore pour le soumettre.

L'esprit du pays nous est premièrement tout à fait opposé. Les Catalans
sont fiers, ennemis de tout assujettissement, ils ont toujours été en
guerre ou en révolte. Ils détestaient les Français depuis la guerre de
la Succession, ils se croient même au-dessus des autres Espagnols dont
leur langage contribue encore à les séparer; ils ont peut-être encore
plus de ténacité dans leurs opinions, surtout plus de respect pour les
ecclésiastiques et de zèle pour la religion.

Telles étaient leurs dispositions au commencement de la guerre; et c'est
avec des vexations, des brigandages de toute espèce, de mauvais
traitements, même des cruautés, et du mépris pour tous les objets de
leur culte, qu'on a cherché à les soumettre. Doit-on s'étonner de leur
haine et de leur aversion pour les Français? Aussi l'une et l'autre
sont-elles portées au comble, et je ne crois pas trop m'avancer en
disant que nous n'avons pas un ami dans toute la Catalogne; il est même
impossible d'essayer de les ramener, et il ne reste plus pour les
soumettre qu'à employer la force. Ce dernier parti ne présente pas de
moins grandes difficultés. Un pays de près de 200 lieues carrées, ayant
une grande étendue de côtes, couvert de montagnes, arrosé de mille
courants d'eau, et n'ayant que peu de chemins, un tel pays offre de
grands moyens de défense aux insurgés soutenus par les Anglais.

La difficulté des subsistances est pour nous un obstacle de plus, et
l'on ne doit pas s'attendre à trouver de grandes ressources dans les
récoltes du pays.

La Catalogne, bien cultivée autrefois, produisait du froment, du seigle,
du maïs, de l'huile, du vin, etc.; cependant jamais le blé ne suffisait
à la consommation de la province. Comment la récolte de cette année
pourrait-elle fournir aux besoins de l'armée, surtout si l'on pense
qu'elle souffrira de la diminution de la population et que les insurgés
en auront une partie?

On peut dire que la Catalogne est constamment en pleine insurrection.
Nous n'y sommes maîtres que des lieux que nous occupons, et l'on ne peut
aller nulle part sans des escortes souvent nombreuses. Ce n'est pourtant
pas qu'ils aient fait le moindre progrès en tactique ou en discipline,
ils ne déploient pas même sur le champ de bataille un courage
très-brillant; nous les battons en toute rencontre, même avec des forces
inférieures: mais il existe dans chaque individu une volonté de
résistance que les revers exaltent au lieu de diminuer, que les succès
encouragent et dont on ne peut prévoir le terme.

La surprise du fort de Figuières avait fort relevé leurs espérances. On
sait que par l'incroyable négligence du gouverneur, la trahison de
quelques Espagnols qui étaient dans le fort et la lâcheté des
Napolitains qui le défendaient, le fort fut surpris par une porte basse
et que les insurgés s'en emparèrent sans résistance. Le maréchal duc de
Tarente se trouvait à Barcelonne. Dans le premier moment tout parut
perdu et les Catalans crurent voir les Français chassés d'Espagne.
Cependant ces événements n'eurent aucune suite fâcheuse, le duc de
Tarente revint aussitôt investir le fort, toutes les tentatives des
insurgés pour le débloquer ou pour en sortir furent vaines. Le général
Baraguay-d'Hilliers les battit complétement, et le fort se rendit enfin
après un blocus dans lequel les troupes françaises déployèrent une
intelligence et une bravoure au-dessus de tout éloge.

Après la capitulation, il fallut donner quelque repos aux troupes qui
étaient excessivement fatiguées des travaux du blocus. On prit des
cantonnements autour de Figuières, où s'établit le quartier général.
L'intention de l'Empereur était que l'armée se portât à Barcelonne ou au
mont Serrat; mais l'énorme quantité de malades rendit toute espèce de
mouvements impossible. On n'aurait pu réunir plus de 4,000 hommes, et
cette petite armée, sans cesse harcelée en route par les insurgés, se
serait entièrement fondue. On ne peut donner trop d'éloges au bon esprit
de l'armée, et il serait injuste de citer quelques régiments ou quelques
officiers; tous ont rivalisé d'activité, de courage et d'intelligence.
L'armée attend avec confiance de la bonté de l'Empereur les récompenses
qu'elle a si bien méritées. Les insurgés sont en force sur la côte; leur
quartier général est à Mataro, le général Lasey les commande; ils ont
aussi quelques troupes sur la rive droite de la Fluvia à Castel-Follit
et Olot. Ils s'occupent de lever des hommes et de les organiser; ils
lèvent aussi des contributions; il paraît qu'ils travaillent toujours à
fortifier Urgel et Cardonne. Avant d'entreprendre le siége de ces deux
places nous serons obligés de construire pour l'artillerie un chemin de
Manresa à Cardonne et un autre de Belver à Urgel.

Les Anglais paraissent sans cesse sur les côtes pour protéger les
insurgés et gêner le cabotage; l'occupation des îles de Las Medas
n'atteint que trop ce dernier but. Nous avions un poste dans la tour de
l'île du milieu, il était facile de prévoir que l'ennemi voudrait nous
en chasser, et le maréchal ordonna une reconnaissance sur ce point. Les
officiers d'artillerie qui y furent envoyés rapportèrent qu'il était
impossible d'élever des batteries sur la grande île la plus voisine de
la côte et qui est fort escarpée. On dut croire, d'après ce rapport, le
poste de la seconde île en sûreté. Cependant l'ennemi construisit en une
nuit une batterie sur la grande île, malgré cette impossibilité
prétendue, la tour que nous occupions dans l'île voisine fut détruite en
un instant et le poste obligé de se rendre. Depuis ce temps l'ennemi se
fortifie dans la grande île, où il a fait sauter les murs et élever des
batteries. Ce malheureux événement rend le cabotage très-difficile sur
ce point.

La communication est interrompue. Le chemin qui y conduit le long de la
mer est entièrement détruit. Quant à la route d'Ostalrich, les insurgés
l'ont fait sauter en différents endroits, et l'on ne peut passer sur
cette route qu'avec toute l'armée. On a cependant de temps en temps par
des espions des nouvelles de Barcelonne. Le général Maurice Mathieu y
maintenait le plus grand ordre et la plus parfaite surveillance. Comme
les insurgés venaient souvent couper l'aqueduc qui conduit dans la place
les eaux du Béjos, on construisit une redoute près de Moncada pour
s'opposer à leurs entreprises. Le baron Dérolès, commandant les insurgés
sur ce point, résolut d'enlever cette redoute au mois de septembre. Le
général Mathieu en ayant eu avis sortit avec 1,500 hommes de la
garnison, marcha à l'ennemi qui était fort de 3,000 hommes de ligne et
un grand nombre de paysans; malgré cette disproportion, l'ennemi fut
repoussé et poursuivi jusqu'à Ripallen.

On estime que Barcelonne est approvisionnée jusqu'à la fin de l'année,
excepté en viande dont on ne donne depuis longtemps à la garnison que
les dimanches. Il est donc essentiel de renouveler bientôt
l'approvisionnement; pour parvenir à ce but, le cabotage présente de
grandes difficultés, surtout depuis les entraves qu'y apportent les
Anglais. La voie par terre est impraticable à cause des chemins; il n'y
a donc d'autre moyen qu'une expédition maritime.

Les habitants de Barcelonne nous sont aussi opposés que ceux du reste de
la Catalogne. Pendant le séjour qu'y fit le duc de Tarente, les
habitants élevaient des feux la nuit sur les terrasses des maisons pour
servir de signaux aux insurgés, et malgré les menaces les plus sévères
et les recherches de la police, il fut également impossible d'empêcher
cette connivence et d'en découvrir les auteurs. On n'avait que
très-difficilement des nouvelles de la division Frère; elle s'étendait
depuis le mont Serrat jusqu'à Lérida.

Un pareil état de choses laisse, comme on l'a dit, bien peu d'espérance
de voir l'ordre se rétablir. Il faudrait, pour vaincre tant d'obstacles,
employer une armée nombreuse parfaitement disciplinée, commandée par des
généraux expérimentés et occupés du bien public. Il faudrait surtout que
le chef de cette armée fût d'une probité irréprochable, qu'il eût avec
les Espagnols de l'indulgence sans faiblesse, de la fermeté sans dureté;
que cette armée fût payée exactement de l'argent de France et qu'on ne
fût pas obligé d'attendre pour toucher la solde la rentrée des
contributions si lente et si incertaine; enfin que l'on tâchât de
persuader aux Espagnols que l'on s'intéresse à eux, qu'on les estime et
qu'on les honore, que l'on s'occupe de leur bonheur; peut-être à force
de bons procédés pourrait-on ramener ceux que la rigueur n'a fait
qu'éloigner davantage, et peut-être avec le temps pourrait-on guérir des
plaies si profondes et si envenimées.



LIVRE II.

CAMPAGNE DE RUSSIE EN 1812.


     Iliaci cineres, et flamma extrema meorum,
     Testor, in occasu vestro, nec tela, nec ullas
     Vitavisse vices Danaum; et si fata fuissent
     Ut caderem, meruisse manu.

     Ô cendres d'Ilion, et tous, mânes de mes compagnons, je vous prends
     à témoin que, dans votre désastre, je n'ai reculé ni devant les
     traits des ennemis, ni devant aucun genre de danger, et que, si ma
     destinée l'eût voulu, j'étais digne de mourir avec vous.

     _Énéide_, liv. II.



PREMIÈRE PARTIE.


CHAPITRE PREMIER.

COMPOSITION DE L'ARMÉE FRANÇAISE ET DE L'ARMÉE RUSSE.--DÉCLARATION DE
GUERRE.--PASSAGE DU NIÉMEN.--LE QUARTIER GÉNÉRAL À WILNA.--SÉPARATION
DES DEUX CORPS RUSSES.--CONQUÊTE DE TOUTE LA LITHUANIE.--LE QUARTIER
GÉNÉRAL À GLUBOKOÉ.--MOUVEMENTS DES RUSSES.--COMBATS DEVANT
WITEPSK.--PRISE DE CETTE VILLE.--CANTONNEMENTS[22].


Depuis le traité de paix conclu à Tilsitt et renouvelé à Erfurth,
plusieurs causes de mécontentement s'étaient élevées entre la France et
la Russie. L'Empereur Napoléon s'était emparé des villes anséatiques, et
principalement du duché d'Oldenbourg, qui appartenait au beau-frère de
l'empereur Alexandre; ses troupes occupaient la Prusse, l'Allemagne tout
entière, et il insistait sur l'adhésion complète de la Russie au système
continental. L'empereur Alexandre refusait de persévérer dans un système
qui eût entraîné la ruine totale du commerce de son empire, et il
exigeait de son côté l'évacuation de la Prusse et des villes
anséatiques. La guerre paraissait inévitable; et, dès l'hiver de 1812,
les deux armées s'avançaient, l'une pour défendre le territoire russe,
l'autre pour l'envahir. Jamais de notre côté l'on n'avait vu réunies de
masses aussi imposantes. Onze corps d'infanterie, quatre corps de grosse
cavalerie et la garde impériale formaient un total de plus de 500,000
hommes, protégés par 1,200 bouches à feu[23]. On avait recruté la
France, l'Italie, l'Allemagne et la Pologne pour former cette
prodigieuse armée; l'Autriche et la Prusse n'avaient pas osé refuser
leurs contingents; on y voyait aussi les troupes de l'Illyrie et de la
Dalmatie, et même quelques bataillons portugais et espagnols, étonnés de
se trouver, à l'autre bout de l'Europe, engagés dans une semblable
cause. La Suède gardait la neutralité; et la paix conclue avec la
Turquie venait de permettre aux Russes de réunir toutes leurs forces
contre une aussi formidable invasion.

Pendant que les différents corps de la Grande Armée traversaient
rapidement l'Allemagne, l'empereur Napoléon s'était établi à Dresde et y
avait convoqué tous les souverains de la Confédération du Rhin, même
l'empereur d'Autriche et le roi de Prusse. Il passa plusieurs jours à
présider cette assemblée de rois, qu'il paraissait se plaire à humilier
par l'éclat de sa puissance.

J'étais alors chef d'escadron et aide de camp de M. le duc de Feltre,
mon beau-père, ministre de la guerre; je lui témoignai le désir de faire
cette campagne, et, sur sa demande, le prince de Neufchâtel, major
général de la Grande Armée, voulut bien me prendre auprès de lui comme
aide de camp. Au commencement du mois de mai, je me rendis à Posen, où
se réunissait le quartier général. Je passai par Wesel, Magdebourg et
Berlin, que je trouvai transformé en une place de guerre. Afin de ne pas
gêner la marche des troupes et de conserver en même temps la dignité du
roi de Prusse, on avait décidé que ce prince se retirerait à Postdam
avec sa garde, et que Berlin serait commandé par un général français.
Cette capitale, ainsi que tout le reste de la Prusse, était accablée de
logements militaires et de réquisitions de toute espèce. On sait à
quelles vexations étaient exposés les habitants des pays que
traversaient nos armées, mais jamais elles ne furent poussées si loin
qu'à cette époque. C'était peu que l'obligation pour les habitants de
nourrir leurs hôtes suivant l'usage constamment établi pendant notre
séjour en Allemagne; on leur enlevait encore leurs bestiaux; on mettait
en réquisition les chevaux et les voitures que l'on gardait au moins
jusqu'à ce que l'on en trouvât d'autres pour les remplacer. J'ai
rencontré souvent des paysans à cinquante lieues de leurs villages,
conduisant les bagages d'un régiment, et ces pauvres gens finissaient
par se trouver heureux de pouvoir se sauver en abandonnant leurs
chevaux.

Je trouvai à Posen tous les officiers du quartier général, qui n'avaient
pas accompagné l'Empereur à Dresde, ainsi que plusieurs régiments de la
garde impériale, des troupes appartenant aux différents corps d'armée,
des trains d'artillerie, des équipages de toute espèce. Jamais on ne vit
d'aussi immenses préparatifs; l'Empereur avait réuni toutes les forces
de l'Europe pour cette expédition; et chacun, à son exemple, emmenait
avec lui tout ce dont il pouvait disposer. Chaque officier avait au
moins une voiture, et les généraux plusieurs; le nombre de domestiques
et de chevaux était prodigieux.

Bientôt le quartier général se porta à Thorn, et de là à Gumbinen, en
passant par Osterode, Heilsberg et Guttstadt, lieux célèbres dans la
guerre de 1807. L'Empereur nous rejoignit à Thorn et alla visiter
Dantzick et Kœnigsberg avant d'arriver à Gumbinen. Ce fut dans cette
ville que les dernières espérances de paix furent détruites. M. de
Narbonne revint de Wilna, en rapportant le refus de l'empereur Alexandre
aux propositions qu'il avait été lui faire. À son audience de congé, ce
monarque lui dit qu'il se décidait à la guerre; qu'il la soutiendrait
avec constance, et que quand même nous serions maîtres de Moscou, il ne
croirait point sa cause perdue. _En effet, Sire,_ répondit M. de
Narbonne, _vous n'en serez pas moins alors le plus puissant monarque de
l'Asie_. La déclaration de guerre suivit de près cette dernière
démarche; les deux Empereurs annoncèrent chacun par une proclamation
dont le style se ressemblait bien peu. Napoléon s'écriait d'un ton
prophétique: _La Russie est entraînée par la fatalité; il faut que son
destin s'accomplisse_. Alexandre disait à son armée: _Je suis avec vous;
Dieu est contre l'agresseur_.

De Gumbinen, l'armée entra en Pologne pour se rapprocher du Niémen. En
passant la frontière, nous fûmes frappés de l'étonnant contraste que
présentent ces deux pays, et du changement subit de mœurs des habitants.
Tout annonce dans la Prusse l'aisance et la civilisation; les maisons
sont bien bâties; les champs cultivés; dès qu'on entre en Pologne, on ne
rencontre que l'image de la servitude et de la misère, des paysans
abrutis, des Juifs d'une horrible saleté, des campagnes à peine
cultivées, et, pour maisons, de misérables cabanes aussi sales que leurs
habitants.

L'armée russe réunie à cette époque sur les bords du Niémen était
divisée en première et deuxième armée: la première commandée directement
par le général Barklay de Tolly, généralissime, défendait les passages
aux environs de Kowno; la deuxième, commandée par le prince Bagration,
défendait Grodno. Toutes deux formaient un total de 230,000 hommes; à
l'extrême gauche, 68,000 hommes, commandés par le général Tormasow,
couvraient la Volhynie; à l'extrême droite, 34,000 hommes défendaient la
Courlande: la Russie avait donc 330,000 hommes sous les armes, et la
France environ 400,000.

Dans cet état de choses, le plan de l'empereur Napoléon fut promptement
conçu. Il se décida à forcer le passage du Niémen auprès de Kowno, et à
marcher rapidement en Lithuanie, afin de séparer le général Barklay du
général Bagration. Après avoir dirigé le deuxième corps sur Tilsitt pour
attaquer la Courlande, et placé les cinquième, septième et huitième
corps à Novogrodeck, devant le prince de Bagration, il se porta lui-même
sur le Niémen avec la garde impériale, les premier, deuxième, troisième
et quatrième corps, et les deux premiers corps de cavalerie. Les bords
du Niémen furent reconnus; le point de passage fixé un peu au-dessus de
Kowno. L'armée s'y réunit, le 23 juin, à l'entrée de la nuit; trois
ponts furent construits en un instant.

Le jour paraissait à peine, et déjà le premier corps était passé. Les
deuxième et troisième, ainsi que la réserve de cavalerie, le suivirent.
Les tentes de l'Empereur furent placées sur une hauteur qui domine la
rive opposée. C'est là que nous nous étions réunis pour contempler ce
magnifique spectacle. Le général Barklay, n'ayant qu'une division sur ce
point, ne put s'opposer au passage. Kowno fut occupé sans résistance, et
l'Empereur y porta son quartier général. De là les différents corps
d'armée marchèrent sur Wilna. Le général Barklay se retirait à leur
approche. Je fus plusieurs fois envoyé en mission auprès des généraux
qui commandaient nos troupes, et j'eus lieu d'admirer la tenue des
régiments, leur enthousiasme, l'ordre et la régularité de leurs
mouvements. L'Empereur rejoignit l'avant-garde le 27 au soir, et le
lendemain matin, après une légère résistance, nos troupes entrèrent dans
Wilna, où elles furent reçues avec acclamations.

La campagne était commencée depuis cinq jours, et déjà le projet de
l'Empereur avait réussi: les deux armées russes étaient séparées; le
général Barklay fit sa retraite sur le camp retranché de Drissa, sur la
Dwina, découvrant ainsi la Lithuanie pour couvrir la route de
Pétersbourg. Le général Bagration abandonna les bords du Niémen pour
s'efforcer de le rejoindre; mais nos troupes étaient déjà placées entre
deux. Pendant le séjour de l'Empereur à Wilna, les corps de la Grande
Armée, se répandant dans la Lithuanie, poursuivaient sur toutes les
directions les deux armées russes; le roi de Naples, avec la cavalerie
et les deuxième et troisième corps, suivait le mouvement de retraite du
général Barklay dans la direction de Drissa. Le premier corps, sur la
route de Minsk, coupait la communication au prince Bagration, que les
cinquième, septième et huitième serraient de près[24]. Les quatrième et
sixième corps restaient aux environs de Wilna, dont la garde impériale
formait la garnison. Chaque jour était marqué par un succès; chaque
officier envoyé en mission rapportait une heureuse nouvelle. Cependant
la saison nous favorisait peu; à une chaleur étouffante succéda bientôt
une pluie par torrents; ce changement subit de température, joint à la
difficulté de se procurer des fourrages, causa une grande mortalité
parmi les chevaux de l'armée, le mauvais temps acheva de gâter des
chemins qui ne consistent souvent qu'en de longues pièces de bois jetées
sur des marais. Le manque de subsistances se faisait déjà sentir;
l'armée vivait des ressources du pays; et ces ressources, peu
considérables par elles-mêmes, l'étaient bien moins encore avant la
moisson; déjà les soldats se livraient à l'indiscipline et au
pillage[25], mais tout semblait justifié par le succès.

Cependant l'Empereur songeait à profiter de l'importante conquête qu'il
venait de faire si heureusement dès les premiers jours de la campagne.
La situation géographique de Wilna fixa d'abord son attention. La
rivière de la Vilia, qui la traverse, est navigable jusqu'au Niémen,
ainsi que le Niémen jusqu'à la mer. Cette considération engagea
l'Empereur à faire de Wilna son principal dépôt. On transporta les
magasins préparés à Dantzick et à Kœnigsberg; on éleva divers ouvrages
de fortification pour mettre la ville à l'abri d'un coup de main. En
même temps, Napoléon ne négligea rien pour tirer parti de l'importance
politique de la capitale de la Lithuanie. À peine étions-nous maîtres de
Wilna que la noblesse lithuanienne lui demandait le rétablissement du
royaume de Pologne. Une diète assemblée à Varsovie par sa permission
prononça ce rétablissement et envoya une députation à Wilna pour
demander l'adhésion de la Lithuanie et solliciter la protection de
l'Empereur. Dans une réponse assez ambiguë, Napoléon leur fit entendre
qu'il se déciderait après l'événement, en déclarant cependant qu'il
avait garanti à l'empereur d'Autriche l'intégrité de son territoire, et
que par conséquent, il fallait renoncer à la Gallicie. Cette réponse
évasive, loin de décourager les Polonais, ne fit qu'enflammer leur zèle;
ils se livrèrent avec transport à l'espoir de recouvrer leur
indépendance. La délibération du grand-duché de Varsovie, portant le
rétablissement du royaume de Pologne, fut acceptée solennellement par la
Lithuanie. Cette cérémonie eut lieu dans la cathédrale de Wilna, où
toute la noblesse s'était réunie. On y voyait les hommes revêtus de
l'ancien costume polonais, les femmes parées de rubans rouges et violets
aux couleurs nationales. Après une messe solennelle, l'acte d'adhésion
fut lu et accepté avec acclamations; on chanta le _Te Deum_, et, tout de
suite après la cérémonie, l'acte d'adhésion fut porté chez le duc de
Bassano, pour le présenter à l'Empereur, qui le reçut avec
bienveillance. Aussitôt l'on organisa un gouvernement civil de la
Lithuanie, dont la première opération fut d'ordonner de grandes levées
d'hommes. Au milieu de ces préparatifs, les assemblées, les bals, les
concerts se succédaient sans interruption. Témoins de ces fêtes, nous
avions peine à reconnaître la capitale d'un pays ravagé par deux armées
ennemies et dont les habitants étaient réduits à la misère et au
désespoir; et si les Lithuaniens eux-mêmes paraissaient quelquefois s'en
souvenir, c'était pour dire qu'aucun sacrifice ne devait coûter à des
Polonais lorsqu'il s'agissait du rétablissement de leur patrie[26].

Le séjour de l'Empereur à Wilna nous donna l'occasion d'observer dans
tous ses détails la composition de l'état-major général. L'Empereur
avait auprès de lui le grand maréchal, le grand écuyer, ses aides de
camp, ses officiers d'ordonnance, les aides de camp de ses aides de
camp, et plusieurs secrétaires pour son travail du cabinet. Le major
général avait huit ou dix aides de camp et le nombre de bureaux
nécessaire pour tout le travail qu'exigeait une pareille armée;
l'état-major général, composé d'un grand nombre d'officiers de tous
grades, était commandé par le général Monthion. L'administration dirigée
par le comte Dumas, intendant général, se subdivisait en service
administratif proprement dit: ordonnateurs, inspecteurs aux revues et
commissaires des guerres; service de santé: médecins, chirurgiens et
pharmaciens; service de vivres dans ses différentes branches et ouvriers
de toute espèce. Quand le prince de Neufchâtel en passa la revue à
Wilna, on eût cru voir de loin des troupes rangées en bataille, et, par
une malheureuse fatalité, malgré le zèle et les talents de l'intendant
général, cette immense administration fut presque inutile dès le
commencement de la campagne et devint nuisible à la fin. Qu'on se
représente maintenant la réunion sur le même point de tout ce qui
composait cet état-major; qu'on imagine le nombre prodigieux de
domestiques, de chevaux de main, de bagages de toute espèce qu'il devait
traîner à sa suite, et l'on aura quelque idée du spectacle qu'offrait le
quartier général. Aussi, lorsque l'on faisait un mouvement, l'Empereur
n'emmenait avec lui qu'un très-petit nombre d'officiers; tout le reste
partait d'avance ou suivait en arrière. Si l'on bivouaquait, il n'y
avait de tentes que pour l'Empereur et le prince de Neufchâtel; les
généraux et autres officiers couchaient au bivouac comme le reste de
l'armée.

Le service d'aide de camp que nous faisions auprès du major général
n'avait rien de pénible. Tous les jours, d'eux d'entre nous étaient de
service, l'un pour porter les ordres, l'autre pour, recevoir les
dépêches et les officiers en mission. Notre tour ne revenait donc que
tous les quatre ou cinq jours, quand aucun de nous n'était en course, ce
qui arrivait rarement, car on envoyait habituellement les officiers;
d'état-major. Le prince de Neufchâtel mettait dans ses rapports
personnels avec nous ce mélange de bonté et de brusquerie qui composait
son caractère. Souvent il ne paraissait faire à nous aucune attention;
mais, dans l'occasion, nous étions sûrs de retrouver tout son intérêt,
et pendant le cours de sa longue carrière militaire, il n'a négligé
l'avancement d'aucun des officiers qui ont été employés sous ses ordres.
On prenait pour son logement la première maison de la ville après celle
de l'Empereur; et comme il logeait toujours de sa personne auprès de
lui, son logement appartenait à ses aides de camp. L'un d'eux, M.
Pernet, était chargé de tous les détails de sa maison, dont la tenue
pouvait servir de modèle; le prince de Neufchâtel trouvait lui-même, au
milieu de ses occupations, le temps d'y songer; il voulait que ses aides
de camp ne manquassent de rien, et il avait souvent la bonté de s'en
informer. C'était, au milieu de la guerre, une bien grande douceur que
de n'avoir à s'occuper d'aucun de ces détails et de se trouver, sans la
moindre peine, mieux logés et mieux nourris que tout le reste de
l'armée. La composition des officiers du quartier général contribuait
encore à l'agrément de notre situation. Parmi les officiers attachés à
l'Empereur ou aux généraux de sa maison se trouvaient MM. Fernand de
Chabot, Eugène d'Astorg, de Castellane, de Mortemart, de Talmont. Les
aides de camp du prince de Neufchâtel étaient MM. de Girardin, de
Flahault, Alfred de Noailles, Anatole de Montesquiou, Lecouteulx, Adrien
d'Astorg et moi. On pouvait quelquefois se croire encore à Paris au
milieu de cette réunion.

Nous voyions peu le prince de Neufchâtel, n'étant chargés d'aucun
travail auprès de lui; il passait presque toute la journée dans son
cabinet à expédier des ordres d'après les instructions de l'Empereur.
Jamais on ne vit une plus grande exactitude, une soumission plus
entière, un dévouement plus absolu. C'était en écrivant la nuit qu'il se
reposait des fatigues du jour; souvent, au milieu de son sommeil, il
était appelé pour changer tout le travail de la veille, et quelquefois
il ne recevait pour récompense que des réprimandes injustes, ou pour le
moins bien sévères. Mais rien ne ralentissait son zèle; aucune fatigue
de corps, aucun travail de cabinet n'était au-dessus de ses forces;
aucune épreuve ne pouvait lasser sa patience. En un mot, si la situation
du prince de Neufchâtel ne lui donna jamais l'occasion de développer les
talents nécessaires pour commander en chef de grandes armées, il est
impossible au moins de réunir à un plus haut degré les qualités
physiques et morales convenables à l'emploi qu'il remplissait auprès
d'un homme tel que l'Empereur.

Dans les premiers jours de juillet, Napoléon se décida à porter son
quartier général en avant, pour suivre le mouvement de l'armée.
Glubokoé, petite ville à trente lieues de Wilna, dans la direction de
Witepsk, lui parut le point central le plus convenable. En effet, il
pouvait de là marcher avec une égale facilité sur le camp de Drissa par
la gauche, sur Minsk par la droite, et en avant de lui sur la ligne
d'opérations par laquelle les deux armées russes pouvaient tenter encore
leur réunion.

Les 4e et 6e corps et la garde impériale partirent successivement de
Wilna pour suivre cette direction. L'Empereur, devant faire le trajet
très-rapidement, envoya d'avance presque tous les officiers
d'état-major.

Les aides de camp du prince de Neufchâtel partirent de Wilna le 12
juillet, et en cinq jours de marche[27] nous arrivâmes à Glubokoé. Le
pays que nous traversâmes était, en général, beau et bien cultivé; les
villages misérables comme tous ceux de Pologne et ravagés par nos
troupes. Nous rencontrâmes plusieurs régiments de la jeune garde; je
remarquai entre autres le régiment des flanqueurs, composé de
très-jeunes gens. Ce régiment était parti de Saint-Denis, et n'avait eu
de repos qu'un jour à Mayence et un à Marienwerder sur la Vistule;
encore faisait-on faire l'exercice aux soldats les jours de marche,
après leur arrivée, parce que l'Empereur ne les avait pas trouvés assez
instruits. Aussi ce régiment fut-il le premier détruit; déjà les soldats
mouraient d'épuisement sur les routes.

Glubokoé, petite ville toute bâtie en bois, n'est habitée que par des
Juifs; les forêts et les lacs qui l'entourent lui donnent un aspect
triste et sauvage, et les souvenirs de Wilna ne contribuèrent pas à nous
en rendre le séjour agréable. L'Empereur y arriva dès le 18, et les
plans de l'ennemi lui firent adopter de nouvelles dispositions.

Le prince Bagration, par la rapidité de sa marche, avait échappé à la
poursuite des 5e et 8e corps, et était hors de leur portée. L'Empereur,
très-mécontent, s'en prit au roi de Westphalie, et mit l'aile droite
entière sous les ordres du prince d'Eckmühl. Le roi, très-mécontent
lui-même, quitta l'armée. Mais nécessairement ces nouvelles dispositions
firent perdre du temps; le prince Bagration en profita; dès le 17 il
passa la Bérézina à Bobruisk, et marcha sur Mohilow pour rejoindre le
général Barklay à Witepsk. Tout ce que put faire le prince d'Eckmühl fut
d'arriver avant lui à Mohilow et d'entreprendre de lui fermer le chemin.
D'un autre côté, le général Barklay, informé de ces événements, et
voyant l'impossibilité où était le prince Bagration d'arriver au camp de
Drissa, résolut de marcher à sa rencontre en avant de Witepsk. Ce camp
retranché, qui avait coûté tant de soins à construire, fut évacué sans
coup férir le 18, et l'armée russe se dirigea en toute hâte sur Witepsk.
Le général Wittgenstein resta en avant de Polotzk, sur la rive droite de
la Dwina, dans le but de défendre la route de Pétersbourg. Les 2e et 6e
corps se portèrent à Polotzk pour s'opposer à lui. Les 3e et 4e corps,
la cavalerie et la garde poursuivirent rapidement la grande armée russe
dans la direction de Witepsk. Le quartier général, parti le 22 de
Glubokoé, arriva le 24 à Beszenkowisk; tous les rapports donnaient lieu
de croire que l'ennemi livrerait une grande bataille devant Witepsk.
L'ardeur des régiments était extrême, et nous partagions tous.

Le 25 au matin, le prince de Neufchâtel m'ordonna de parcourir toute la
droite de l'armée jusqu'à Mohilow, où je devais trouver le prince
d'Eckmühl; mes instructions portaient d'expédier des ordonnances pour
informer sur-le-champ l'Empereur de tout ce que j'apprendrais de
nouveau. Un officier polonais m'accompagnait pour questionner les
habitants. L'Empereur mettait particulièrement du prix à connaître dans
quelle situation était le prince d'Eckmühl vis-à-vis du prince
Bagration, et si les 5e et 8e corps étaient enfin en mesure de le
seconder. Je partis aux premiers coups de canon qui annonçaient
l'attaque du roi de Naples.

Mohilow est à environ trente-cinq lieues de Babinovitschi; on rejoint à
Sienno la route de poste; mais tous les chevaux ayant été enlevés, il
fallut user d'industrie pour continuer notre route; mon compagnon de
voyage me fut fort utile, en me conduisant dans des châteaux polonais,
dont les seigneurs nous fournissaient des chevaux. Le pays était
tranquille, et l'on n'y savait aucune nouvelle. La nuit nous arrivâmes à
Kochanow; le général Grouchy y commandait un corps de cavalerie, dont
l'avant-garde était établie à Orcha, sous les ordres du général Colbert.
Il y avait devant lui un corps russe qui défendait la route de Smolensk.
Le 26, à la pointe du jour, nous arrivâmes à Chklow, petite ville de
Juifs très-commerçante, et dans la matinée à Mohilow, où était le 1er
corps. J'eus lieu d'observer dans cette dernière ville l'ordre et la
discipline qui distinguaient toujours les troupes du prince d'Eckmühl.
J'appris de lui que le prince Bagration, remontant le Dniéper depuis
Staroi-Bychow, l'avait attaqué inutilement les 22 et 23; que,
désespérant alors de forcer le passage à Mohilow, le prince Bagration
avait passé le Dniéper à Staroi-Bychow, et se retirait dans la direction
de Smolensk. Quant aux 5e et 8e corps, ils étaient attendus à Mohilow,
et aussitôt après leur arrivée le prince d'Eckmühl comptait remonter le
Dniéper jusqu'à Orcha, pour se rapprocher des autres corps d'armée.
Ainsi le prince Bagration avait échappé aux efforts que l'on faisait
pour l'envelopper; mais aussi sa réunion avec le général Barklay, sous
les murs de Witepsk, était devenue impossible.

Le 26 était un dimanche. Le prince d'Eckmühl, au sortir de la messe,
reçut l'archimandrite et lui recommanda de reconnaître l'empereur
Napoléon pour son souverain, et de substituer, dans les prières
publiques, son nom à celui de l'empereur Alexandre. Il lui rappela à ce
sujet les paroles de l'Évangile, qu'_il faut rendre à César ce qui est à
César_, en ajoutant que César voulait dire celui qui est le plus fort.
L'archimandrite promit de se conformer à cette instruction; mais il le
fit d'un ton qui témoignait qu'il l'approuvait peu.

Je partis le même soir par la même route; le lendemain, en approchant de
l'armée, j'appris que les trois jours de mon absence avaient été remplis
par trois combats brillants, dans lesquels Ostrowno avait été emporté,
et l'armée russe poussée de position en position jusque sous les murs de
Witepsk. Je traversai les champs de bataille encore couverts des débris
de ces trois combats, et j'arrivai le soir du 26 au quartier général, où
je rendis compte de ma mission à l'Empereur et au prince de Neufchâtel.

L'armée était campée en bataille vis-à-vis de l'armée russe, dont le
ruisseau de la Lutchissa la séparait, et les tentes de l'Empereur
dressées sur une hauteur vers le centre. Notre soirée se passa à
raconter ma mission et à entendre à mon tour le récit des combats qui
venaient de se livrer. J'appris avec plaisir que plusieurs aides de camp
du prince de Neufchâtel s'y étaient distingués, et que la belle conduite
des troupes promettait les plus brillants succès dans des occasions plus
importantes. On s'attendait le lendemain à une bataille générale; la
surprise fut grande en voyant, à la pointe du jour, que l'ennemi s'était
retiré. Le général Barklay avait en effet reçu l'avis que le prince
Bagration, n'ayant pu forcer le pont de Mohilow, passait le Dniéper
au-dessous de cette ville et se dirigeait sur Smolensk, seul point où il
pût se réunir à lui; et Barklay, ne voulant pas livrer bataille avant
cette réunion, s'était décidé à quitter Witepsk pour marcher sur
Smolensk[28].

L'Empereur entra à Witepsk et dirigea ses troupes à la poursuite de
l'ennemi. Au bout de deux jours, voyant le mouvement de retraite bien
décidé sur Smolensk, il résolut de donner à son armée quelque temps de
repos, d'autant mieux que les bonnes nouvelles qu'il recevait des corps
détachés rendaient pour ce repos le moment très-favorable. À la gauche,
le 10e corps avait conquis la Courlande et s'approchait de Riga. Le duc
de Reggio, à la tête des 2e et 6e corps, venait de battre le général
Wittgenstein en avant de Polotzk, tandis que sur la droite le 7e corps
et les Autrichiens, entre le Bug et la Narew, se soutenaient avec
avantage contre le général Tormasow. Les corps de la Grande Armée furent
cantonnés entre le Dnieper et la Dwina; le 5e corps, à la droite, à
Mohilow, et successivement les 8e, 1er, 3e et 4e, dont la gauche était à
Vély, au-dessus de Witepsk, la cavalerie en avant-garde, la garde
impériale et le quartier général à Witepsk.



CHAPITRE II.

SÉJOUR À WITEPSK.--SITUATION DE L'ARMÉE.--MARCHE SUR SMOLENSK.--COMBAT
ET PRISE DE CETTE VILLE.--AFFAIRE DE VALONTINO.--PROJETS DE
L'EMPEREUR.--MARCHE SUR MOSCOU.--BATAILLE DE LA MOSKOWA.


La ville de Witepsk, seul lieu considérable que nous ayons rencontré
depuis Wilna, offrait un séjour convenable pour le quartier général.
Napoléon en profita pour achever d'organiser le gouvernement provisoire
de la Lithuanie, qu'il avait établi à Wilna. Comme il était de notre
intérêt de ménager Witepsk et que nous y entrâmes sans combat, la ville
ne fut point pillée. Witepsk, capitale de la Russie blanche, située sur
la Dwina, à égale distance de Pétersbourg et de Moscou, est commerçante
et bien peuplée. Sa province, réunie depuis longtemps à la Russie, en a
pris les mœurs et les habitudes: aussi nous ne retrouvâmes point à
Witepsk l'enthousiasme de Wilna. Les habitants nous reçurent plutôt
comme des conquérants que comme des libérateurs. Mais l'intérêt de la
politique de l'Empereur était de reculer autant que possible les
frontières de la Pologne, et la province de Witepsk fut déclarée malgré
elle partie intégrante de ce royaume. On lui nomma un gouverneur et un
intendant, qui reçurent l'ordre de la traiter en alliée et non en
sujette.

Un nouveau genre de désordre fixa en même temps l'attention de Napoléon.
Les paysans des environs, entendant parler de liberté et d'indépendance,
s'étaient crus autorisés à se soulever contre leurs seigneurs, et se
livraient à la licence la plus effrénée. La noblesse de Witepsk en porta
plainte à l'Empereur, qui ordonna des mesures sévères pour les faire
rentrer dans le devoir. Il importait d'arrêter un mouvement qui pouvait
dégénérer en guerre civile. Des colonnes mobiles furent envoyées;
quelques exemples en imposèrent, et l'ordre fut bientôt rétabli.

Pour nous, qui n'avions à nous mêler ni d'administration ni de police,
nous employions notre repos à parler de nos premiers succès et à nous en
promettre de nouveaux. Jamais compagne n'avait commencé d'une manière
plus brillante. La Lithuanie entière était conquise en un mois, presque
sans combattre; l'armée, réunie sur les bords du Dniéper et de la Dwina,
n'attendait que l'ordre de son chef pour pénétrer dans l'intérieur de la
Russie. D'ailleurs les dispositions des ennemis depuis le passage du
Niémen donnaient lieu de croire qu'ils n'avaient aucun plan arrêté.
Placés d'abord pour défendre le Niémen et ayant Wilna pour place
d'armes, on les avait vus abandonner rapidement les bords de ce fleuve,
détruire les magasins de Wilna, laisser couper la communication entre
les deux armées, et découvrir la Lithuanie tout entière. On avait vu le
général Barklay se retirer sur la Dwina, dans le camp de Drissa, pour y
attendre le prince de Bagration, qui, depuis le passage du Niémen par
l'armée française, était dans l'impossibilité absolue de l'y joindre;
puis abandonner encore sans combattre ce camp retranché qui avait coûté
tant de temps à construire, s'arrêter quelques jours devant Witepsk, et
en partir tout à coup pour se réunir enfin au prince de Bagration sous
les murs de Smolensk. La supériorité des manœuvres de l'Empereur était
incontestable; le talent de nos généraux, la bravoure de nos troupes, ne
pouvaient faire l'objet d'un doute. S'il y avait une bataille, on
pouvait espérer la victoire; si l'ennemi l'évitait, on organisait la
Lithuanie, on prenait Riga, et l'année prochaine la campagne s'ouvrait
avec d'immenses avantages. L'Empereur partageait d'aussi brillantes
espérances. Dans une conversation qu'il eut à Witepsk avec M. de
Narbonne, il évaluait à 130,000 hommes les deux armées russes réunies
devant Smolensk; il comptait en avoir 170,000 avec la garde, la
cavalerie, les 1er, 3e, 4e, 5e et 8e corps; si l'on évitait la bataille,
il ne dépasserait pas Smolensk; s'il remportait une victoire complète,
peut-être marcherait-il droit à Moscou. Dans tous les cas une bataille,
même indécise, lui paraissait un grand acheminement vers la paix.

Cependant les gens d'un esprit sage et les officiers expérimentés
n'étaient pas sans inquiétude. Ils voyaient l'armée diminuée d'un tiers
depuis le passage du Niémen, et presque sans combattre, par
l'impossibilité de pourvoir à sa subsistance d'une manière réglée, et la
difficulté de tirer quelque chose, même en pillant, d'un pays pauvre par
lui-même et déjà ravagé par l'armée russe. Ils remarquaient la mortalité
effrayante des chevaux, la mise à pied d'une partie de la cavalerie, la
conduite de l'artillerie rendue plus difficile, les convois d'ambulance
et les fourgons de médicaments forcés de rester en arrière: aussi, en
entrant dans les hôpitaux, trouvaient-ils les malades presque sans
secours. Ils se demandaient non-seulement ce que deviendrait cette armée
si elle était battue, mais même comment elle supporterait les pertes
qu'allaient causer de nouvelles marches et des combats plus sérieux. Au
milieu de ces motifs d'inquiétude, ils étaient frappés de l'ordre
admirable dans lequel l'armée russe avait fait sa retraite, toujours
couverte par ses nombreux Cosaques, et sans abandonner un seul canon,
une seule voiture, un seul malade. Ils savaient d'ailleurs que
l'empereur Alexandre appelait tous les Russes à la défense de la patrie,
et que chaque pas que nous allions faire dans l'intérieur de l'empire
diminuerait nos forces et augmenterait celles de nos ennemis.

L'Empereur passa quinze jours à Witepsk; tous les matins, à six heures,
il assistait à la parade de la garde devant son palais; il exigeait que
tout le monde s'y trouvât; il fit même abattre quelques maisons pour
agrandir le terrain. Là, en présence de l'état-major général et de la
garde assemblée, il entrait dans les plus grands détails sur tous les
objets de l'administration de l'armée; les commissaires des guerres, les
officiers de santé, étaient appelés et sommés de déclarer dans quel état
étaient les subsistances, comment les malades étaient soignés dans les
hôpitaux, combien de pansements on avait réunis pour les blessés.
Souvent ils recevaient des réprimandes ou des reproches très-durs.
Personne plus que Napoléon n'a pris soin des subsistances et des
hôpitaux de l'armée. Mais il ne suffit pas de donner des ordres, il faut
que ces ordres soient exécutables; et avec la rapidité des mouvements,
la concentration des troupes sur un même point, le mauvais état des
chemins, la difficulté de nourrir les chevaux, comment aurait-il été
possible de faire des distributions régulières et d'organiser
convenablement le service des hôpitaux? Les soldats, qui ne tenaient
aucun compte de ces impossibilités, n'accusaient que le zèle et
quelquefois la probité des administrateurs; ils disaient, en périssant
de misère sur les grandes routes ou dans les ambulances: _C'est
malheureux, l'Empereur s'occupe pourtant bien de nous._

Ce fut à une de ces parades que fut reçu le général Friant, commandant
des grenadiers à pied de la garde, à la place du général Dorsenne, mort
en Espagne. Napoléon le reçut lui-même à la tête des grenadiers de la
garde, l'épée à la main, et l'embrassa.

Cependant, dans les premiers jours d'août, les Russes livrèrent à nos
avant-postes quelques combats, avec des succès divers. Toutes les
mesures étant prises et l'ordre donné d'emporter pour quinze jours de
vivres, l'Empereur se décida à marcher sur Smolensk par la rive gauche
du Dniéper. Ce mouvement commença le 10, et tous les corps d'armée
prirent la grande route d'Orcha à Smolensk; un pont de bateaux fut jeté
à Rasasna; les 3e et 4e corps, la cavalerie, la garde impériale, le
passèrent et se portèrent rapidement sur la route de Smolensk, tandis
que les 1er et 8e corps, déjà placés à Dubrowna et Orcha, marchaient
dans la même direction, et que le 5e corps, passant le Dniéper à
Mohilow, appuyait le mouvement par la droite. Toutes ces manœuvres
furent exécutées avec une rapidité et une précision à laquelle les
Russes ont rendu justice. L'Empereur partit de Witepsk le 13, il passa
le Dniéper à Rasasna; déjà, le 14, l'avant-garde ennemie, postée à
Krasnoi, fut vivement repoussée par le roi de Naples et le maréchal Ney.

Le 15, le quartier général était à Koritnya, et l'avant-garde
s'approchait de Smolensk. L'Empereur, trop occupé des opérations
militaires, ne voulut recevoir aucun compliment pour le jour de sa fête;
il passa la soirée à questionner les prisonniers avec grand détail, et
leurs rapports, joints aux mouvements rapides des armées russes,
donnèrent lieu de croire que Smolensk était évacuée.

Le 16, à la pointe du jour, quelques officiers du quartier général et
beaucoup de domestiques qui allaient en avant pour faire les logements
trouvèrent l'avant-garde aux prises avec les ennemis, et l'on apprit
bientôt que la nouvelle de l'évacuation de la ville était fausse. En
effet, le général Barklay, qui couvrait Smolensk sur l'autre rive du
fleuve, voyant le mouvement général de notre armée par la rive gauche,
s'y était reporté précipitamment; il avait ordonné au prince Bagration
d'occuper en arrière Dorogobuje, sur la route de Moscou, pour couvrir
ses communications avec cette capitale, et il se préparait à défendre
lui-même Smolensk.

L'Empereur mit ses troupes en mouvement, et l'arrière-garde ennemie se
repliant successivement, nous arrivâmes le soir devant les murs de la
ville.

Smolensk est célèbre dans les anciennes guerres de la Russie et de la
Pologne, qui se la disputèrent longtemps; mais la Pologne l'ayant cédée
depuis près d'un demi-siècle à la Russie, elle est devenue entièrement
russe. Ses hautes murailles, garnies de tours, attestaient encore à nos
yeux son ancienne importance. Les fortifications étaient loin d'être
construites dans le nouveau système, et d'offrir, pour une défense
régulière, les avantages que présentent nos places de guerre; mais le
grand développement de ses murailles sur une étendue de près de quatre
mille toises, leur hauteur de vingt-cinq pieds, leur épaisseur de dix,
le large fossé et le chemin couvert qui en défendaient les approches,
rendaient difficile une attaque de vive force; les remparts étaient
garnis d'une nombreuse artillerie, les faubourgs en avant de l'enceinte
retranchés, les maisons crénelées.

Sur l'autre rive du Dniéper s'élève un faubourg en amphithéâtre; l'armée
russe était en position sur les hauteurs qui dominent ce faubourg, prête
à soutenir au besoin les divisions qui allaient défendre Smolensk.

L'Empereur reconnut dans la soirée toute l'enceinte de la ville; il
plaça son armée en demi-cercle, appuyant les deux côtés au Dniéper; le
3e corps à l'extrême gauche; puis, successivement, les 1er et 5e corps;
enfin, la cavalerie du roi de Naples à l'extrême droite; la garde
impériale en réserve derrière le centre avec le quartier général. Le 4e
corps était resté en arrière; le 8e ayant fait un faux mouvement,
n'arriva pas.

La nuit se passa au bivouac, et, contre notre attente, la matinée du
lendemain fut tranquille. J'ai su, depuis, que l'Empereur croyait être
attaqué par les Russes sous les murs de la ville, et qu'il préférait les
attendre. Cependant, à deux heures, voyant que rien ne paraissait, il
ordonna l'attaque. Les troupes des 3e et 1er corps enlevèrent les
faubourgs; les Russes, chassés du chemin couvert, rentrèrent dans la
place. Les batteries de brèche ouvrirent leur feu; mais l'épaisseur des
murs était telle que le canon n'y produisait que peu d'effet. J'eus lieu
de m'en convaincre par moi-même, ayant reçu l'ordre de l'Empereur de
visiter les batteries; et, d'après l'avis unanime des officiers
d'artillerie, il renonça au projet de livrer l'assaut le soir même, et
fit cesser le feu, remettant au lendemain la prise de la ville.

En retournant aux tentes, on parla de l'affaire du jour; les anciens
officiers de l'armée d'Égypte disaient à demi-voix que l'épaisseur des
murailles de Smolensk leur rappelait celles de Saint-Jean d'Acre.

Le 18, à la pointe du jour, quelques soldats, voyant les remparts
dégarnis, pénétrèrent dans la ville, et rendirent compte qu'elle était
abandonnée; on en prit possession sur-le-champ; les Russes l'avaient
incendiée la nuit en la quittant; les ponts étaient brisés, et l'armée
russe rangée sur la rive droite. Une fusillade très-vive s'établit entre
les deux rives, et dura tout le jour, pendant que nous travaillions à la
construction des ponts. Le soir et dans la nuit, le général Barklay
continua sa retraite par la route de Moscou, après avoir brûlé le
faubourg de la rive droite. Le quartier général s'établit à Smolensk.

Le 19, le 3e corps, suivi du 1er, passa le Dniéper, et poursuivit
l'ennemi; le maréchal Ney l'atteignit près de Valutina-Gora, à deux
lieues de Smolensk, et le battit complétement après une vive résistance.
Le 8e corps avait reçu l'ordre de passer le Dniéper, au-dessus de
Smolensk, pour prendre l'ennemi à revers; ce corps d'armée resta encore
en arrière, et son absence empêcha de compléter le succès de la journée:
j'ignore quelle cause retarda sa marche ou fit changer sa direction.
Quoi qu'il en soit, l'Empereur en garda rancune au duc d'Abrantès, et
refusa de le recevoir la première fois qu'il se présenta devant lui.

Le 3e corps déploya dans cette journée une valeur si brillante, que les
Russes crurent avoir affaire à la garde impériale; l'Empereur, qui
n'avait-pas été présent au combat, se porta le lendemain sur le champ de
bataille; il passa en revue sur le terrain, et au milieu des morts, les
troupes qui avaient combattu la veille. Après leur avoir témoigné sa
satisfaction et donné des regrets à la perte du général Gudin, tué à la
tête de sa division, il accorda aux régiments beaucoup de grâces et
d'avancements. Le 127e, de nouvelle formation, reçut une aigle.

L'avant-garde se remit à la poursuite de l'ennemi, et l'Empereur rentra
dans Smolensk pour méditer de nouveaux plans.

Notre perte, dans les combats de Smolensk et de Valutina, s'élevait à
plus de huit mille hommes; celle de l'ennemi était plus considérable
sans doute, et cependant ce n'était point là une de ces victoires
complètes qui peuvent amener la paix. Nous ne faisions pas un seul
prisonnier; l'armée russe se retirait toujours dans le meilleur ordre,
et reprenait en arrière une autre position. Beaucoup d'entre nous
crurent que l'Empereur allait s'arrêter et établir de nouveau son armée
entre la Dwina et le Dniéper, avec d'autant plus d'avantages que la
prise de Smolensk le rendait maître des deux rives du Dniéper; le 10e
corps pouvait encore prendre Riga avant la fin de la campagne, et, en
passant l'hiver dans cette position, l'armée réparait ses pertes, le
gouvernement de la Lithuanie achevait de s'organiser, et cette province
nous fournissait bientôt des troupes sur le dévouement desquelles nous
pouvions compter. Ce plan eût peut-être été le plus sage; mais
l'Empereur, accoutumé à maîtriser les événements, ne pouvait s'en
accommoder; il voulait une bataille, et il pensa qu'en poussant vivement
les Russes sur la route de Moscou, il les forcerait tôt ou tard à livrer
cette bataille décisive si longtemps attendue, et dont la conséquence
devait être la paix. Cependant, en marchant en avant, on devait se
résigner à tous les sacrifices; on devait s'attendre avoir les villages
brûlés, les habitants dispersés, les grains, les bestiaux et les
fourrages détruits ou enlevés. La manière dont les Russes avaient traité
Smolensk prouvait qu'aucun sacrifice ne leur coûterait pour nous faire
du mal et gêner nos opérations. Le roi de Naples, toujours à
l'avant-garde, ne cessait de répéter que les troupes étaient épuisées,
que les chevaux, qui ne mangeaient que de la paille des toits, ne
pouvaient plus résister à la fatigue, et que l'on risquerait de tout
perdre en s'engageant plus avant; son avis ne prévalut point, et l'ordre
fut donné de continuer la marche.

Le quartier général prit quelques jours de repos à Smolensk, si l'on
peut appeler repos un séjour dans une pareille ville. Nous avions
trouvé, en y entrant, l'incendie établi sur plusieurs points, les
blessés russes périssant dans les flammes et les habitants fuyant leurs
maisons; on vint à bout d'arrêter le feu, et les maisons que l'on
sauvait de l'incendie étaient livrées au pillage. Au milieu de ce
désordre, les habitants avaient disparu; mais, en entrant dans l'église
cathédrale, on les trouvait entassés les uns sur les autres, couverts de
haillons et mourant de faim. L'Empereur témoigna le plus grand
mécontentement de ces excès; un soir il fit battre la générale pour
rassembler toute la garde, qui faisait la garnison; il assigna un
quartier à chaque régiment et donna des ordres sévères pour faire cesser
le pillage.

Avant son départ, il prit soin de l'administration de ses nouvelles
conquêtes; il nomma un gouverneur et un intendant de la province de
Smolensk; il y organisa un second grand dépôt, des magasins de vivres et
un hôpital.

L'armée marcha sur trois colonnes. Le roi de Naples commandait
l'avant-garde; les 1er, 3e et 8e corps, la garde impériale et le
quartier général le suivaient sur la grande route.

Le 5e corps formait la colonne de droite, et le 4e celle de gauche; tous
deux à une ou deux lieues de la route.

La route de Smolensk à Moscou traverse de vastes plaines, entrecoupées
de quelques collines. On trouve aussi des forêts aux environs de
Dorogobuje et de Viasma. Le pays est fort peuplé, les champs cultivés
avec soin; les villages bâtis en bois comme dans le reste de la Russie.
Les villes se distinguent par leurs maisons de pierre et par leurs
nombreux clochers; quelquefois on rencontre des châteaux magnifiques,
surtout en approchant de Moscou. Il est facile de s'apercevoir, sans
consulter la carte, que l'on vient de quitter la Pologne. Les Juifs ont
disparu, et les paysans russes, aussi éloignés de la liberté et de la
civilisation que les paysans polonais, ne leur ressemblent cependant en
aucune manière; les premiers sont grands et forts, les seconds chétifs
et misérables; ceux-ci sont abrutis, ceux-là ne sont que sauvages. Dans
une guerre ordinaire, ce pays pourrait offrir quelques ressources; mais,
à cette époque, l'armée russe, fidèle à son système, brûlait les maisons
et détruisait tout sur la route; nous la suivions en achevant de ravager
ce qui lui avait échappé. Il était impossible d'atteindre l'infanterie
ennemie, l'avant-garde n'avait à combattre que leur cavalerie légère,
qui ne se défendait elle-même que pour laisser le temps à l'armée
d'opérer tranquillement sa retraite. L'activité du roi de Naples était
au-dessus de tout éloge, ainsi que sa bravoure. Jamais il ne quittait
l'extrême avant-garde; c'était là qu'il dirigeait lui-même le feu des
tirailleurs et qu'il restait exposé aux coups de l'ennemi, auquel sa
toque et ses plumes blanches servaient de point de mire.

L'Empereur, croyant chaque jour voir les Russes s'arrêter pour livrer
bataille, se laissait ainsi entraîner sur la route de Moscou, sans
consulter la fatigue des troupes et sans songer qu'il n'était déjà plus
en communication avec les autres corps d'armée.

Le quartier général fut, le 25, à Dorogobuje; le 26 et le 27 à Slavkowo,
le 28 près Semlivo, le 29 à une lieue de Viasma, le 30 à Viasma, le 31 à
Velicsevo, et le 1er septembre à Gyat, à trente-huit lieues de Moscou.
Nous donnâmes des regrets particuliers à la petite ville de Viasma, dont
les maisons étaient dévorées par les flammes. L'Empereur, en la
traversant, rencontra des soldats occupés à piller un magasin
d'eau-de-vie qui brûlait. Cette vue le mit en fureur; il s'élança au
milieu d'eux en les accablant d'injures et de coups de cravache.
L'impossibilité d'atteindre l'armée russe, et les ravages qu'elle
commettait sur notre passage, contrariaient ses projets et lui donnaient
une humeur dont ceux qui l'entouraient étaient souvent victimes. Il
apprit enfin à Gyat que l'ennemi s'arrêtait pour lui livrer bataille;
jamais nouvelle ne fut mieux reçue.

Le général Kutusow venait de succéder au général Barklay dans le
commandement de l'armée russe; l'empereur Alexandre mettait toute son
espérance dans ce nouveau général, et sa confiance était partagée par
l'armée et par la nation. Pour la justifier, Kutusow résolut de livrer
une bataille générale, et d'ailleurs l'approche de Moscou rendait ce
parti nécessaire. L'empereur Alexandre s'était rendu dans cette ville au
mois de juillet; sa présence y avait causé le plus grand enthousiasme;
les corps de la noblesse et des marchands réunis avaient unanimement
voté d'immenses levées d'hommes et d'argent; on leur avait donné
l'assurance positive que jamais l'ennemi n'entrerait à Moscou. Tout
faisait donc un devoir au général russe de tenter le sort d'une bataille
avant de livrer la ville. Kutusow choisit la position de Borodino,
derrière le ruisseau de Kologha, à cinq lieues en avant de Mojaisk et à
vingt-cinq lieues de Moscou. L'Empereur, en étant informé, prévint les
généraux, et passa trois jours à Gyat pour faire ses dispositions.
L'armée se remit en marche le 4, et repoussa l'avant-garde ennemie. Le 5
au matin, nous étions en présence.

Le général Kutusow avait réuni en ordre de bataille 100,000 hommes
d'infanterie et 30,000 chevaux, en y comprenant les deux armées russes,
augmentées par les renforts qu'il venait de recevoir et par la milice de
Moscou.

Le ruisseau de Kologha couvrait sa droite, appuyée à la Moskowa, et
défendue par de nombreuses batteries; le centre était placé derrière un
ravin et protégé par trois fortes redoutes; la gauche, en avant du bois
qui traverse la vieille route de Moscou, et fortifiée également par une
redoute. Une autre redoute, construite à douze cents toises devant le
centre, servait, pour ainsi dire, d'avant-garde à cette position.
L'Empereur en ordonna l'attaque. Le 5 au matin, le général Compans, du
1er corps, l'enleva et s'y maintint après qu'elle eut été prise et
reprise trois fois. Notre armée s'approcha alors et campa vis-à-vis de
la position des ennemis. L'Empereur fit dresser ses tentes sur une
hauteur, près de la route en arrière du village de Waloinéva. La garde
impériale campait en carré autour de lui.

La journée du 6 fut employée à reconnaître la position de l'ennemi et à
placer les troupes en ordre de bataille. L'Empereur résolut d'attaquer
le centre et la gauche des Russes, en enlevant les redoutes élevées sur
ces points. Il plaça, en conséquence, le 5e corps à la droite sur la
vieille route; les 1er et 3e corps au centre, vis-à-vis les grandes
redoutes, la cavalerie derrière eux, près la redoute qu'on avait prise
la veille, la garde impériale en réserve; le 4e corps à l'extrême
gauche, près du village de Borodino. Le total des présents ne dépassait
pas 120,000 hommes. On assure que l'on proposa à l'Empereur de manœuvrer
sur sa droite pour tourner la gauche de l'ennemi et le forcer à quitter
sa position; mais il voulait la bataille, il la croyait depuis longtemps
nécessaire, et il craignit de la laisser échapper.

Nous passâmes cette journée tout entière au quartier général, et
l'impression qu'elle nous fit n'est point sortie de ma mémoire. Il y
avait quelque chose de triste et d'imposant dans l'aspect de ces deux
armées qui se préparaient à s'égorger. Tous les régiments avaient reçu
l'ordre de se mettre en grande tenue comme pour un jour de fête. La
garde impériale surtout paraissait se disposer à une parade plutôt qu'à
un combat. Rien n'était plus frappant que le sang-froid de ces vieux
soldats; on ne lisait sur leur figure ni inquiétude ni enthousiasme. Une
nouvelle bataille n'était à leurs yeux qu'une victoire de plus, et, pour
partager cette noble confiance, il suffisait de les regarder.

Dans la soirée, M. de Beausset, préfet du palais, arriva de Paris, et
présenta à l'Empereur un grand portrait de son fils; cette circonstance
parut d'un favorable augure. Le colonel Fabvier le suivit de près; il
venait d'Espagne et apportait à l'Empereur les détails sur la situation
de nos affaires après la perte de la bataille de Salamanque. Napoléon,
malgré ses graves préoccupations, l'entretint toute la soirée.

Le 7, à deux heures du matin, les deux armées étaient sur pied; chacun
attendait avec inquiétude le résultat de cette terrible journée. Des
deux côtés, il fallait vaincre ou périr; ici, une défaite nous perdait
sans ressources; là, elle livrait Moscou et détruisait la Grande Armée,
seul espoir de la Russie. Aussi, de part et d'autre, on n'avait rien
négligé pour enflammer l'ardeur des soldats; chaque général parlait aux
siens le langage qui convenait à leurs idées, à leurs habitudes. Dans
l'armée russe, des prêtres, portant une image révérée, parcouraient les
rangs; les soldats recevaient à genoux leurs bénédictions, leurs
exhortations et leurs vœux; le général Kutusow rappelait aux soldats les
sentiments de religion dont ils étaient pénétrés: _C'est dans cette
croyance_, s'écriait-il, _que je veux moi-même combattre et vaincre.
C'est dans cette croyance que je veux vaincre ou mourir, et que mes yeux
mourants verront la victoire. Soldats, pensez à vos femmes et à vos
enfants qui réclament votre protection; pensez à votre Empereur qui vous
contemple, et avant que le soleil de demain ait disparu, vous aurez
écrit votre foi et votre fidélité dans les champs de votre patrie, avec
le sang de l'agresseur et de ses légions_. Dans l'armée française, les
maréchaux, réunis à l'Empereur près de la grande redoute, reçurent ses
derniers ordres. Aux premiers rayons du jour, il s'écria: _Voilà le
soleil d'Austerlitz!_ On battit un ban dans chaque régiment, et les
colonels lurent à haute voix la proclamation suivante: _Soldats, voilà
la bataille que vous avez tant désirée; désormais, la victoire dépend de
vous; elle nous est nécessaire; elle nous donnera l'abondance, de bons
quartiers d'hiver, et un prompt retour dans la patrie. Conduisez-vous
comme à Austerlitz, à Friedland, à Witepsk, à Smolensk, et que la
postérité la plus reculée cite votre conduite dans cette journée; que
l'on dise de vous: Il était à cette grande bataille sous les murs de
Moscou!_ Les soldats répondirent par des acclamations; un coup de canon
fut tiré, et l'affaire commença.

Au même signal la garde impériale et les officiers d'état-major
partirent du camp; nous nous réunîmes tout près de la redoute qu'on
avait prise la veille, et devant laquelle l'Empereur s'était établi.
L'attaque devint générale sur toute la ligne, et, pour la première fois,
l'Empereur n'y prit personnellement aucune part. Il resta constamment à
un quart de lieue du champ de bataille, recevant les rapports de tous
les généraux et donnant ses ordres aussi bien qu'on peut les donner de
loin. Jamais on ne vit plus d'acharnement que dans cette journée; à
peine manœuvra-t-on; on s'attaqua de front avec fureur. Les 1er et 3e
corps enlevèrent deux fois les deux redoutes de gauche; la grande
redoute de droite fut prise par un régiment de cuirassiers, reprise par
l'ennemi, enlevée de nouveau par la 1re division du 1er corps, détachée
auprès du vice-roi. Le 4e corps emporta le village de Borodino, et
soutint un mouvement que fit la droite de l'armée russe pour tourner la
position. Je fus envoyé en ce moment auprès du vice-roi, que je trouvai
au centre de ses troupes, et je fus témoin de la valeur avec laquelle il
repoussa cette attaque. Chaque officier qui revenait du champ de
bataille apportait la nouvelle d'une action héroïque. Déjà sur toute la
ligne nous étions vainqueurs; les Russes, repoussés de toutes leurs
positions, et cherchant en vain à les reprendre, restaient pendant des
heures entières écrasés sous le feu de notre artillerie; à deux heures
ils ne combattaient plus que pour la retraite. On dit que le maréchal
Ney demanda alors à l'Empereur de faire au moins avancer la jeune garde,
pour compléter la victoire; il s'y refusa, ne voulant, a-t-il dit
depuis, rien donner au hasard. Le général Kutusow se retira dans la
soirée. Nos troupes, accablées de lassitude, purent à peine le
poursuivre. Les corps d'armée bivouaquèrent sur le terrain.

La perte fut excessive de part et d'autre[29]: elle peut être évaluée à
28,000 Français et 50,000 Russes. Je citerai parmi les morts du côté de
l'ennemi le prince Eugène de Würtemberg et le prince Bagration; du
nôtre, le général Montbrun, commandant un corps de cavalerie, et le
général Caulaincourt, frère du duc de Vicence et aide de camp de
l'Empereur. Ce dernier fut vivement regretté au quartier général, où il
était fort aimé. Il avait été chargé de remplacer le général Montbrun,
et il fut tué dans la grande redoute. Un grand nombre d'officiers de
tous grades restèrent sur le champ de bataille.

Le lendemain matin, le 5e corps manœuvra par la droite pour se porter
sur Moscou par la vieille route. Le général Kutusow, craignant d'être
coupé, décide sa retraite entière.

L'Empereur parcourut avec nous le champ de bataille; il était horrible
et littéralement couvert de morts; on y voyait réunis tous les genres de
blessures et toutes les souffrances, les morts et les blessés russes
cependant en bien plus grand nombre que les nôtres. L'Empereur visita
les blessés, leur fit donner à boire, et recommanda qu'on en prît soin.
Le même jour l'armée continua son mouvement, toujours sur trois
colonnes, dans la direction de Moscou. La prise de cette capitale devait
compléter la victoire, et c'était là que l'Empereur s'attendait à signer
la paix. L'avant-garde russe défendit quelque temps Mojaisk pour laisser
le temps de l'incendier. Le quartier général s'y établit le 10.

Ce fut alors que le prince de Neufchâtel me proposa de demander à
l'Empereur de me nommer colonel du 4e régiment de ligne, en remplacement
du colonel Massy, tué à la bataille. Je reçus cette proposition avec
reconnaissance, et, ayant été nommé le lendemain, je partis de Mojaisk
pour rejoindre mon nouveau régiment.

Je termine ici la première partie de mon récit; dans la seconde, je
n'écrirai plus que l'histoire du 4e régiment et celle du 3e corps, dont
ce régiment faisait partie. Je dirai un mot cependant des opérations du
reste de l'armée, afin qu'on ne perde point de vue l'ensemble de ce
grand mouvement, et qu'on puisse juger quelle part le 3e corps y a
prise.



DEUXIÈME PARTIE.



CHAPITRE PREMIER.

SITUATION DU 3e CORPS ET EN PARTICULIER DU 4e RÉGIMENT.--MARCHE DE
MOJAISK À MOSCOU.--INCENDIE DE LA VILLE.--LE 3e CORPS PLACÉ SUR LES
ROUTES DE WLADIMIR ET TWER.--LE 3e CORPS ENTRE DANS MOSCOU ET OCCUPE LES
FAUBOURGS DE CE CÔTÉ.--MANŒUVRE DES RUSSES.--LE 3e CORPS À
BOGHORODSK.--RETOUR À MOSCOU.--REVUE DU 18 OCTOBRE.--ORDRE DE DÉPART.


Je partis de Mojaisk le 12 au matin, et j'arrivai le soir même au
quartier général du maréchal Ney, dans un village près de Koubinskoé.
Les régiments du 3e corps bivouaquaient autour du village. Le maréchal
m'accueillit avec toute son ancienne bonté; j'avais servi auprès de lui
quelques années auparavant, et je considérai comme une double faveur en
cette circonstance l'emploi qui me replaçait sous ses ordres. Je fus
reçu le lendemain matin à la tête de mon régiment par le général
d'Hénin, commandant la brigade.

Voici la composition du 3e corps:

             LE MARÉCHAL NEY, GÉNÉRAL EN CHEF.

           LE GÉNÉRAL GOURÉ, CHEF D'ÉTAT-MAJOR.

+-------------------+----------+-------------+---------+
|GÉNÉRAUX           |GÉNÉRAUX  |RÉGIMENTS    |COLONELS |
|DE DIVISION        |DE BRIGADE|             |         |
+-------------------+----------+-------------+---------+
|1re division.      |Gengoult  |24e léger.   |Debellier|
|                   |Lenchentin|46e de ligne.|Bru      |
|Ledru des Essarts  |Bruni     |72e de ligne.|         |
+-------------------+----------+-------------+---------+
|2e division.       |Joubert   |4e de ligne. |Fezensac |
|                   |          |18e de ligne.|Pelleport|
|Razout             |D'Hénin   |93e de ligne.|Beaudouin|
+-------------------+----------+-------------+---------+
|2 brigades         |Beurmann  |             |         |
|de cavalerie légère|Valmabele |             |         |
+-------------------+----------+-------------+---------+
|Artillerie         |Fouchet   |             |         |
+-------------------+----------+-------------+---------+

Une troisième division d'infanterie, composée de Wurtembergeois, sous
les ordres du général Marchand, était réduite à 1,000 hommes. Le prince
de Wurtemberg la commandait au commencement de la campagne. L'Empereur
lui fit des reproches très-sévères sur les désordres que commettaient
ses troupes, désordres fort exagérés par les Français. Le prince de
Wurtemberg voulut établir une discipline plus rigoureuse; mais comme on
ne pouvait vivre que de maraude, les soldats mourants de faim se
dispersèrent. Le prince lui-même, malade et mécontent, quitta l'armée.

Le 4e de ligne, formé dès les premières années de la révolution, avait
fait toutes les campagnes d'Allemagne et comptait Joseph Bonaparte au
nombre de ses colonels. À l'époque où je pris le commandement du
régiment, on pouvait partager les officiers en trois classes: la
première, formée d'élèves nouvellement sortis de l'École militaire,
ayant du zèle, de l'instruction, mais manquant d'expérience et dont la
santé à peine formée ne pouvait déjà plus supporter les fatigues
excessives de cette campagne; la seconde classe, au contraire, composée
d'anciens sous-officiers, que leur manque total d'éducation aurait dû
empêcher d'aller plus loin, mais qu'on avait nommés pour entretenir
l'émulation et pour remplacer les pertes énormes que causaient des
campagnes aussi meurtrières; d'ailleurs excellents soldats, endurcis aux
fatigues, et sachant tout ce que peut apprendre l'habitude de la guerre
dans les grades inférieurs. La troisième classe tenait le milieu entre
les deux premières; elle se composait d'officiers instruits, dans la
force de l'âge, formés par l'expérience et ayant tous la noble ambition
de se distinguer et de faire leur chemin. Cette classe était
malheureusement la moins nombreuse.

Le général Ledru avait été longtemps colonel, et connaissait
parfaitement les détails du service en paix comme en guerre. Le général
Razout, ancien militaire, avait la vue tellement basse, que, ne
distinguant rien auprès de lui, il devait s'en rapporter à ceux qui
l'entouraient; et ses dispositions sur le terrain se ressentaient
nécessairement de l'incertitude perpétuelle à laquelle il était livré.
Parmi les généraux de brigade, je citerai le général Joubert, officier
d'un mérite ordinaire, et le général d'Hénin, à qui une longue captivité
en Angleterre avait fait un peu perdre l'usage de la guerre. Les
colonels étaient pour la plupart d'excellents militaires. M. Pelleport,
engagé volontaire au 18e, avait fait tout son avancement dans ce même
régiment, qu'il commandait alors avec une rare distinction.

Mais le grand avantage du 3e corps était d'être commandé par le maréchal
Ney, dont j'aurai occasion de faire remarquer souvent l'audace, la
constance et l'admirable présence d'esprit.

Je fus frappé dès le premier jour de l'épuisement des troupes et de leur
faiblesse numérique. Au grand quartier général on ne jugeait que les
résultats sans penser à ce qu'ils coûtaient, et l'on n'avait aucune idée
de la situation de l'armée; mais en prenant le commandement d'un
régiment, il fallut entrer dans tous les détails que j'ignorais et
connaître la profondeur du mal. Le 4e régiment était réduit à 900 hommes
de 2,800 qui avaient passé le Rhin; aussi les quatre bataillons n'en
formaient plus que deux sur le terrain, et chaque compagnie avait un
double cadre en officiers et sous-officiers. Toutes les parties de
l'habillement et surtout la chaussure étaient en mauvais état; nous
avions alors encore assez de farine et quelques troupeaux de bœufs et de
moutons, mais ces ressources devaient bientôt s'épuiser; pour les
renouveler, il fallait changer sans cesse de place, puisque nous
ravagions en vingt-quatre heures les pays que nous traversions.

Ce que je dis ici de mon régiment s'applique à tous ceux du 3e corps, et
particulièrement à la division wurtembergeoise, qui était presque
détruite; ainsi l'on peut assurer qu'il ne restait pas 8,000 combattants
dans un corps d'armée de 25,000 hommes. On remarquait l'absence de
beaucoup d'officiers blessés aux dernières affaires, entre autres des
colonels des 46e, 72e et 93e. Jamais nous n'avions éprouvé de pertes
aussi considérables; jamais aussi le moral de l'armée n'avait été si
fortement atteint. Je ne retrouvai plus l'ancienne gaieté des soldats;
un morne silence succédait aux chansons et aux histoires plaisantes qui
leur faisaient oublier autrefois la fatigue des longues marches. Les
officiers eux-mêmes paraissaient inquiets; ils ne servaient plus que par
devoir et par honneur. Cet abattement, naturel dans une armée vaincue,
était remarquable après une affaire décisive, après une victoire qui
nous ouvrait les portes de Moscou.

La marche continua sur trois colonnes comme avant la bataille: le roi de
Naples à l'avant-garde avec la cavalerie, puis les 1er et 3e corps, la
garde impériale et le quartier général; sur la droite, le 5e corps; sur
la gauche, le 4e. On marchait avec beaucoup d'ordre, les généraux et les
officiers toujours à la tête de leurs troupes. Le général Kutusow, ne
croyant plus pouvoir défendre Moscou, repliait successivement son
avant-garde et se retirait par les routes de Twer et de Wladimir, en
découvrant la ville. L'armée française bivouaqua, le 13, à
Perkouschkovo; le lendemain l'avant-garde entra dans Moscou. Une troupe
d'habitants armés tenta un moment de défendre le Kremlin et fut bientôt
dispersée; l'avant-garde se porta en avant de la ville; l'Empereur
s'établit au Kremlin avec la garde; les 1er et 3e corps campèrent à un
quart de lieue en arrière de Moscou, avec défense expresse d'y entrer.
Ce ne fut donc que de loin que nous aperçûmes alors cette antique
capitale que nous venions de conquérir. Cependant nous admirâmes son
immense étendue, ses dômes de mille couleurs, et l'incroyable variété
qui distinguait ses nombreux édifices. Ce jour fut un des plus heureux
pour nous, puisqu'il devait être le terme de nos travaux, puisque la
victoire de la Moskowa et la prise de Moscou devaient amener la paix.
Mais au moment même un événement sans exemple dans l'histoire du monde
vint détruire ces flatteuses espérances, et montrer combien il fallait
peu compter sur un accommodement avec les Russes. Moscou, qu'ils
n'avaient pu défendre, fut brûlé de leurs propres mains. Depuis
longtemps on s'occupait de préparer ce vaste incendie; le gouverneur
Rostopchin avait réuni une immense quantité de matières combustibles et
de fusées incendiaires, sous prétexte de travailler à la construction
d'un ballon avec lequel on devait brûler l'armée française, tandis que
ses proclamations, d'accord avec celles du général Kutusow, rassuraient
le peuple de Moscou, en changeant en victoires les défaites de l'armée
russe. À Smolensk, les Français avaient été battus; à la Moskowa, ils
avaient été détruits. Si l'armée russe se retirait, c'était pour prendre
une meilleure position et marcher au-devant de ses renforts. Cependant
les nobles partaient de Moscou, ainsi que les archives et les trésors du
Kremlin; et lorsque l'armée russe fut aux portes de la ville, il devint
impossible de cacher la vérité. Beaucoup d'habitants prirent la fuite;
d'autres restèrent chez eux, pleins de confiance dans l'intérêt que les
Français devaient mettre à conserver Moscou. Le 14 au matin, le
gouverneur rassembla 3 ou 4,000 hommes de la lie du peuple parmi
lesquels se trouvaient des criminels auxquels on donna la liberté; on
leur distribua des mèches et des fusées incendiaires, et les agents de
police reçurent l'ordre de les conduire dans toute la ville. Les pompes
furent brisées, et le départ des autorités civiles, qui suivirent
l'armée, devint le signal de l'incendie. L'avant-garde, en traversant la
ville, la trouva presque déserte; les habitants, renfermés dans leurs
maisons, attendaient ce que nous allions ordonner de leur sort; mais à
peine l'Empereur s'établissait au Kremlin, que le Bazar, immense
bâtiment qui contenait plus de 10,000 boutiques, était livré aux
flammes. Le lendemain et jours suivants, le feu fut mis à la fois dans
tous les quartiers. Un vent violent favorisait les progrès de
l'incendie, et il était impossible de les arrêter, puisqu'on avait eu la
cruelle précaution de détruire les pompes. Les incendiaires surpris en
flagrant délit étaient fusillés sur-le-champ. Ils déclaraient qu'ils
avaient exécuté les ordres du gouverneur, et mouraient avec résignation.
Les maisons furent livrées au pillage avec d'autant moins de scrupule
que tout ce qu'on enlevait allait être consumé par les flammes; mais ce
pillage fut accompagné de tous les excès qu'il entraîne à sa suite. Ce
déluge de feux, que nous apercevions de notre camp, nous causa de vives
alarmes, et je me décidai à aller savoir des nouvelles au quartier
général. J'entrai seul dans la ville, et bientôt les flammes me
fermèrent le chemin du Kremlin. Cependant ni ce danger, ni celui de la
chute des maisons ne pouvaient ralentir l'ardeur du pillage; les
habitants, chassés de leurs maisons par nos soldats autant que par
l'incendie, erraient dans les rues; les uns se livraient à un affreux
désespoir, d'autres témoignaient une morne résignation. Je rentrai au
camp, vivement affligé de ce spectacle et décidé à donner tous mes soins
à mon régiment en détournant la vue de malheurs que je ne pouvais
soulager. Trois jours se passèrent en détails d'inspection; tous les
officiers me furent présentés individuellement; je pris des
renseignements sur la conduite et l'instruction de chacun. J'examinai
aussi, autant que la situation pouvait le permettre, ce qui était
relatif à l'instruction et à l'administration du régiment. La lueur de
l'incendie de Moscou éclairait ces opérations. On avait défendu d'entrer
dans la ville; mais le pillage avait commencé, et comme c'était la seule
ressource, il était clair que les derniers venus mourraient de faim. Je
convins donc avec le colonel du 18e que nous permettrions tacitement à
nos soldats d'aller en prendre leur part. Au reste ce n'était qu'avec
beaucoup de peine qu'ils pouvaient se procurer quelque chose. Il fallait
en revenant traverser le camp du 1er corps placé devant nous, et se
battre avec leurs soldats ou avec ceux de la garde impériale qui
voulaient tout enlever. Personne n'a moins profité que nous du pillage
de cette ville. Au bout de six jours, le feu s'éteignit faute
d'aliments; les neuf dixièmes de la ville n'existaient plus; et
l'Empereur, qui s'était retiré au château de Pétrofski pendant
l'incendie, revint au Kremlin attendre les propositions de paix sur
lesquelles il comptait encore[30].

Cependant, bien loin de se laisser décourager par la prise de Moscou,
l'empereur Alexandre n'y vit qu'un motif de continuer la guerre avec
plus d'ardeur.

Le général Kutusow, pensant avec raison qu'en partant de Moscou nous
nous dirigerions vers les provinces du sud, quitta la route de Wladimir,
et, tournant autour de Moscou, se porta sur les routes de Kaluga et de
Tula. Cette marche, éclairée par l'incendie de Moscou, porta au comble
l'exaspération de l'armée russe. Kutusow se plaça derrière la Nara, à
vingt-cinq lieues de Moscou, et fortifia de redoutes cette nouvelle
position, couvrant ainsi les routes de Kaluga et de Tula. Pour pénétrer
dans les provinces du sud, il fallait donc livrer une seconde bataille.
En attendant, l'armée russe réparait ses pertes par de nouvelles levées,
organisait son matériel et reprenait un nouveau courage avec de
nouvelles forces. Au milieu de ces préparatifs on ne parlait que de paix
aux avant-postes, et de feintes ouvertures de négociations entretenaient
Napoléon dans l'espérance de la conclure. Le roi de Naples se porta sur
Kaluga avec l'avant-garde, vis-à-vis le camp retranché des Russes, et le
3e corps fut chargé de le remplacer au nord sur les routes de Twer et
Wladimir, où l'ennemi avait laissé un corps d'observation.

Je traversai pour la première fois les ruines de Moscou à la tête de mon
régiment. C'était un spectacle à la fois bien horrible et bien bizarre.
Quelques maisons paraissaient avoir été rasées; d'autres conservaient
quelques pans de murailles noircis par la fumée; des débris de toute
espèce encombraient les rues; une affreuse odeur de brûlé s'exhalait de
tous côtés. De temps en temps une chaumière, une église, un palais
paraissaient debout au milieu de ce grand désastre. Les églises surtout,
par leurs dômes de mille couleurs, par la richesse et la variété de
leurs constructions, rappelaient l'ancienne opulence de Moscou. La
plupart des habitants, chassés par nos soldats des maisons que le feu
avait épargnées, s'y étaient réfugiés. Ces infortunés, errant comme des
spectres au milieu des ruines et couverts de haillons, avaient recours
aux plus tristes expédients pour prolonger leur misérable existence.
Tantôt ils dévoraient au milieu des jardins quelques légumes qu'on y
trouvait encore, tantôt ils arrachaient des lambeaux de la chair
d'animaux morts au milieu des rues; on en vit même plonger dans la
rivière et en retirer du blé que les Russes y avaient jeté et qui était
en fermentation. Pendant notre marche, le bruit des tambours, le son de
la musique militaire rendaient ce spectacle encore plus triste en
rappelant l'idée d'un triomphe au milieu de l'image de la destruction,
de la misère et de la mort. Après avoir traversé en totalité cette ville
immense, nous cantonnâmes dans les villages sur la route de Jaroslawl et
Wladimir. Je logeai au château de Kouskowa, appartenant au comte de
Cheremetew, homme d'une fortune prodigieuse. Cette charmante habitation
avait été pillée comme tout le reste. Après avoir consommé le peu de
ressources qu'offrait ce pays, nous rentrâmes dans Moscou et nous
logeâmes dans le faubourg de Wladimir. Ce faubourg, situé au nord de
Moscou, est traversé par la petite rivière de la Jaouza, qui se jette
dans la Moskowa au milieu de la ville. La plupart des maisons sont
séparées par des enclos cultivés ou par des jardins; quelques palais s'y
font remarquer comme dans les autres quartiers, le reste est bâti en
bois. Comme presque tout était brûlé, il fallait loger les compagnies à
de grandes distances les unes des autres, malgré les inconvénients qui
en résultaient pour le service et surtout pour la police et la
discipline. Je logeais au centre de mon régiment avec les officiers
supérieurs, dans une grande maison en pierres assez bien conservée.
Quarante habitants du voisinage s'étaient réfugiés dans une grande salle
de cette maison. J'ordonnai qu'on les protégeât et qu'on adoucît leur
misère autant qu'il dépendait de nous; mais que pouvions-nous faire pour
eux? nous étions près de manquer de tout nous-mêmes. C'était avec peine
que l'on se procurait du pain noir et de la bière; la viande commençait
à devenir très-rare; il fallait envoyer de forts détachements prendre
des bœufs dans les bois où s'étaient réfugiés les paysans, et souvent
les détachements rentraient le soir sans rien ramener. Telle était la
prétendue abondance que nous procurait le pillage de cette ville. On
avait des liqueurs, du sucre, des confitures, et l'on manquait de viande
et de pain. On se couvrait de fourrures, et l'on n'avait bientôt plus ni
habits ni souliers. Enfin, avec des diamants, des pierreries et tous les
objets de luxe imaginables on était à la veille de mourir de faim. Un
grand nombre de soldats russes erraient dans les rues de Moscou. J'en
fis arrêter cinquante que l'on conduisit à l'état-major. Un général, à
qui j'en rendis compte, me dit que j'aurais pu les faire fusiller, et
qu'il m'y autorisait parfaitement à l'avenir. Je n'ai point abusé de sa
confiance.

On comprendra sans peine combien de malheurs et de désordres de tous
genres signalèrent notre séjour à Moscou. Chaque officier, chaque soldat
pourrait raconter à cet égard de singulières anecdotes. Une des plus
frappantes est celle d'un Russe qu'un officier français trouva caché
dans les ruines d'une maison; il lui fit entendre par signes qu'il le
protégerait, et l'emmena en effet avec lui. Bientôt, étant obligé de
porter un ordre et voyant passer un autre officier à la tête d'un
peloton, il lui remit ce particulier en lui disant vivement: _Je vous
recommande monsieur_. Cet officier, se méprenant sur le sens de ce mot
et sur le ton dont il était prononcé, prit ce malheureux pour un
incendiaire et le fit fusiller.

Au commencement de l'incendie, un très-jeune homme, Allemand de nation
et étudiant en médecine, vint se réfugier à mon bivouac; il était
presque nu et paraissait avoir perdu la tête. Je l'accueillis, et le
gardai dans mon logement pendant près de trois semaines; il paraissait
reconnaissant, mais rien ne pouvait le guérir de sa terreur. Je lui fis
un jour la plaisanterie de lui proposer de s'enrôler dans mon régiment;
le même soir il disparut, et je ne le revis plus.

L'armée russe cependant se fortifiait tous les jours sur les bords de la
Nara. Les corps de partisans répandus autour de Moscou devenaient plus
entreprenants. La ville de Véréya fut surprise, la garnison massacrée.
Les détachements et convois qui venaient joindre l'armée, les blessés et
malades que l'on transportait en arrière étaient enlevés sur la route de
Smolensk; les Cosaques attaquaient nos fourrageurs presque aux portes de
Moscou; les paysans massacraient les maraudeurs isolés. Le roi de
Naples, dont la cavalerie était presque entièrement détruite et réduite
depuis longtemps à manger du cheval, demandait tous les jours qu'on fît
la paix ou bien qu'on se retirât. Mais l'Empereur ne voulait rien voir
ni rien entendre; en réponse à leurs réclamations, les généraux
recevaient de l'état-major les ordres les plus extraordinaires. Tantôt
il fallait rétablir l'ordre dans Moscou et protéger les paysans qui
apporteraient des vivres au marché, tandis que tous les environs étaient
ravagés et les paysans armés contre nous; tantôt il s'agissait d'acheter
10,000 chevaux, dans un pays où il n'y avait plus ni chevaux ni
habitants; on annonçait ensuite le projet de passer l'hiver dans une
ville ravagée, où nous mourrions de faim au mois d'octobre; puis venait
l'ordre de faire confectionner des souliers et des vêtements d'hiver
dans chaque régiment; et quand les colonels disaient que nous manquions
de draps et de cuirs, on répondait qu'il n'y avait qu'à chercher pour en
trouver de reste. En même temps, et comme pour rendre cet ordre plus
inexécutable encore, on défendit sévèrement le pillage, et la garde
impériale fut consignée au Kremlin. On nomma un gouverneur, un
intendant, des administrations. Un mois entier cependant s'écoula sans
que notre situation fût améliorée en rien.

Vers le 10 octobre, une division du 4e corps fit un mouvement sur
Dmitrow, route de Twer. Le maréchal Ney, pendant ce temps, s'empara de
Boghorodsk, à douze lieues de Moscou, sur la route de Wladimir. On passa
quelques jours à construire autour de cette petite ville des baraques
pour y passer l'hiver. Cette simagrée était bien inutile; elle n'en
imposa ni à l'ennemi ni à nos soldats. Je n'allai point à Boghorodsk. Je
faisais alors partie d'une expédition commandée par le général Marchand,
sur les bords de la Kliasma, entre la route de Wladimir et celle de
Twer. Une partie de mon régiment m'accompagnait; le reste avait suivi le
maréchal Ney. L'ennemi, fidèle à son système, se retirait à notre
approche. Le général Marchand fit construire un blockhaus sur le bord de
la Kliasma, à un endroit où un poste avait été enlevé par un régiment de
Cosaques. Le commandement de ce petit fort venait d'être donné à un
officier fort intelligent, lorsque tout à coup le général Marchand reçut
l'ordre de rentrer avec tout son détachement. Il fut facile alors de
juger que l'armée allait quitter Moscou, puisque l'on cessait d'en
défendre les approches.

Pendant le cours de cette expédition je trouvai partout la même misère.
Les généraux recueillirent quelques provisions; mais les ressources
étaient nulles pour l'armée. Les paysans cachaient leurs vivres, et
n'osaient pas les apporter, même quand on leur promettait de les payer.
Un soldat de mon régiment, fils d'un cultivateur de la Côte-d'Or, mourut
à côté de moi près d'un feu de bivouac. Ce jeune homme languissait
depuis longtemps; une fièvre lente causée par la fatigue et la mauvaise
nourriture le consumait. Il mourut d'épuisement, et je le fis enterrer
au pied d'un arbre, quand on se fut bien assuré de sa mort. Nous
trouvâmes dans son sac des lettres de sa mère, fort touchantes par leur
simplicité. Je donnai des regrets sincères à ce malheureux, condamné à
mourir loin de sa patrie et d'une famille dont il aurait peut-être fait
le bonheur. De semblables malheurs étaient communs parmi nous; et je ne
rapporte ici cette mort, dont je fus témoin, que parce que ce triste
spectacle fut comme le présage de toutes les calamités qui allaient
fondre sur nous. Le détachement rentra à Moscou le 15.

Deux jours s'écoulèrent sans entendre parler de départ. Le 18,
l'Empereur passa la revue du 3e corps dans la cour du Kremlin. Cette
revue fut aussi belle que les circonstances le permettaient. Les
colonels rivalisèrent de zèle pour présenter leur régiment en bon état.
Personne, en les voyant, n'aurait pu s'imaginer combien les soldats
avaient souffert et combien ils souffraient encore. Je suis persuadé que
la belle tenue de notre armée au milieu des plus grandes misères a
contribué à l'obstination de l'Empereur, en lui persuadant qu'avec de
pareils hommes rien n'était impossible. Tout le 3e corps présent ne
s'élevait pas à 10,000 hommes. Pendant cette revue, M. de Bérenger, aide
de camp du roi de Naples, apporta à l'Empereur la nouvelle de l'affaire
de Winkowo, où nos troupes avaient été surprises et vivement repoussées
la veille. Cette affaire mettait fin à une espèce d'armistice qui
existait aux avant-postes; elle achevait de détruire toute espèce
d'accommodement, et devait hâter notre départ. La préoccupation de
l'Empereur se peignait sur sa figure; il précipita la revue, et pourtant
il nomma à tous les emplois vacants, et accorda beaucoup de décorations.
Il avait plus que jamais besoin d'employer tous les moyens qu'il savait
si bien mettre en usage pour obtenir de son armée des efforts
surnaturels. Je profitai de ses bonnes dispositions pour récompenser
ceux des officiers de mon régiment dont j'avais déjà éprouvé le zèle;
beaucoup d'entre eux furent avancés[31]. Le général qui commandait la
division wurtembergeoise, sous les ordres du général Marchand, reçut le
titre de comte de l'empire, avec une dotation de 20,000 fr.: faible
récompense pour les souffrances de 12,000 hommes que les fatigues et les
privations avaient réduits à 800.

La revue finissait à peine, lorsque les colonels reçurent l'ordre de
partir le lendemain. Rentré dans mon logement, j'ordonnai les
préparatifs, en chargeant sur des charrettes tout ce qui nous restait de
vivres. Je laissai dans ma maison la farine que je ne pus emporter; on
m'avait conseillé de la détruire; mais je ne pus me résoudre à en priver
les malheureux habitants, et je la leur donnai de bon cœur, en
dédommagement du mal que nous avions été forcés de leur faire. Je reçus
leurs bénédictions avec attendrissement et reconnaissance; peut-être
m'ont-elles porté bonheur.



CHAPITRE II.

RETRAITE DE MOSCOU À VIASMA.

PROJETS DE L'EMPEREUR.--DÉPART DE MOSCOU.--MARCHE DU 3e CORPS JUSQU'A
BOWROSK.--OPÉRATIONS DES AUTRES CORPS D'ARMÉE.--COMBAT DE
MALOJAROSLAVETS.--LA RETRAITE EST DÉCIDÉE PAR LA GRANDE ROUTE DE
SMOLENSK.--MARCHE DE BOWROSK À MOJAISK.--DE MOJAISK À VIASMA.--SITUATION
DE L'ARMÉE.--AFFAIRE DE VIASMA.


L'Empereur, ayant perdu tout espoir de paix, ne pouvait plus songer qu'à
la retraite. Il fallait repasser la Dwina et le Dniéper, se remettre en
communication sur la gauche avec les 2e et 6e corps, et sur la droite
avec le 7e et les Autrichiens, qui défendaient le grand-duché de
Varsovie. La route de Smolensk, entièrement ravagée, n'offrait plus
aucune ressource; on résolut de prendre la direction de Kaluga, et de
tourner, par la route de Bowrosk et Malojaroslavets, la position du camp
retranché de l'ennemi. Ainsi l'imprudence de notre long séjour à Moscou
pouvait se réparer. La victoire allait nous ouvrir la route des
provinces du sud, ou du moins nous permettre de nous retirer sur
Mohilow, par Roslawl, ou sur Smolensk, par Médyn et Elnïa, en traversant
des pays que la guerre avait épargnés.

Déjà le 4e corps occupait Fominskoé, sur la vieille route de Kaluga; il
faisait l'avant-garde et devait porter les premiers coups. Cependant, au
moment de son départ, l'Empereur voulut laisser à Moscou des traces de
sa vengeance, en achevant de détruire ce qui avait échappé au désespoir
des Russes. Le maréchal Mortier fut chargé d'y rester quelques jours
avec la jeune garde, pour protéger la marche des autres corps d'armée
contre les détachements ennemis placés sur la route du nord. Il devait,
en même temps, faire sauter le Kremlin et mettre le feu à tout ce qui
existait encore. Ainsi acheva de s'anéantir cette malheureuse ville,
incendiée par ses propres enfants, ravagée et détruite par ses
vainqueurs. La manière avec laquelle le maréchal adoucit cet ordre
rigoureux, les soins qu'il prit des blessés et des malades, au milieu de
ces affreux ravages, honorent son cœur autant que son caractère.

Dans la nuit du 18 octobre, les équipages du 3e corps se rendirent au
couvent de Seminof, lieu de rassemblement. Jamais nous n'avions traîné
autant de voitures à notre suite. Chaque compagnie avait au moins une
charrette ou un traîneau pour porter ses vivres; la nuit fut à peine
suffisante pour les charger et les mettre en ordre. Une heure avant le
jour, toutes les compagnies se réunirent devant mon logement et nous
partîmes. Cette marche avait quelque chose de lugubre. Les ténèbres de
la nuit, le silence de la marche, les ruines encore fumantes que nous
foulions sous nos pieds, tout semblait se réunir pour frapper
l'imagination de tristesse. Aussi chacun de nous voyait avec inquiétude
commencer cette mémorable retraite; les soldats eux-mêmes sentaient
vivement l'embarras de notre situation; ils étaient doués de cette
intelligence et de cet admirable instinct qui distinguent les soldats
français, et qui, en faisant mesurer toute l'étendue du danger, semblent
aussi redoubler le courage nécessaire pour le braver.

Le couvent de Seminof, situé près de la barrière de Kaluga, était en
flammes quand nous y arrivâmes. On brûlait les vivres que l'on ne
pouvait emporter; et, par une négligence bien digne de ce temps-là, les
colonels n'avaient point été prévenus. Il restait de la place dans
plusieurs fourgons, et nous vîmes bruler sous nos yeux des provisions
qui nous auraient peut-être sauvé la vie.

Le 3e corps, étant réuni, se mit en marche par la nouvelle route de
Kaluga, ainsi que le 1er corps et la garde impériale. Mon régiment
était, à cette époque, de 1,100 hommes, et le 3e corps ne s'élevait pas
à plus de 11,000. Je pense que l'on peut évaluer en tout à 100,000
hommes la force de l'armée sortie de Moscou.

Rien n'était plus curieux que la marche de cette armée, et les longues
plaines que l'on trouve en quittant Moscou permettaient de l'observer
dans tous ses détails. Nous traînions à notre suite tout ce qui avait
échappé à l'incendie de la ville. Les voitures les plus élégantes et les
plus magnifiques étaient pêle-mêle avec les fourgons, les drouskis et
les charrettes qui portaient les vivres. Ces voitures, marchant sur
plusieurs rangs dans les larges routes de la Russie, présentaient
l'aspect d'une immense caravane. Parvenu au haut d'une colline, je
contemplai longtemps ce spectacle qui rappelait les guerres des
conquérants de l'Asie; la plaine était couverte de ces immenses bagages,
et les clochers de Moscou, à l'horizon, terminaient le tableau. On nous
fit faire halte en ce lieu, comme pour nous laisser contempler une
dernière fois les ruines de cette antique ville, qui bientôt acheva de
disparaître à nos regards.

Le 3e corps arriva en deux jours de marche à Tschirkovo, et y prit
position en gardant l'embranchement des routes de Podol et de Fominskoé,
tandis que le 1er corps et la garde se portaient successivement, par une
marche de flanc, sur la vieille route de Kaluga, pour soutenir le 4e. Le
3e corps, destiné à suivre ce mouvement le dernier, resta trois jours en
position à Tschirkovo, et en partit le 23 à minuit. Cette marche de nuit
fut affreuse; la pluie tombait par torrents, les chemins de traverse que
nous suivions étaient entièrement défoncés. Nous n'arrivâmes à Bowrosk
que le 26 au soir. Dans cette marche, nous fûmes sans cesse harcelés par
les Cosaques, qui n'osaient cependant rien entreprendre de sérieux
contre nous. Je mettais tous mes soins à maintenir dans mon régiment
l'ordre, la discipline et l'exactitude du service; je n'eus que des
éloges à donner aux officiers comme aux soldats. Un seul sergent, bon
sujet d'ailleurs, ayant mis de la négligence dans le commandement d'un
poste avancé qui lui était confié, j'ordonnai qu'il fût cassé, malgré
les prières de son capitaine. Les généraux Girardin et Beurmann
flanquaient notre marche avec la cavalerie légère. Ils avaient reçu
l'ordre de mettre le feu à tous les villages.

Nous rejoignîmes le grand quartier général à Bowrosk; ce fut là que nous
apprîmes les derniers événements. Le général Kutusow, instruit de la
marche de l'armée française par la vieille route de Kaluga, avait quitté
son camp de Taroutino; une marche de flanc parallèle à la nôtre le
conduisit à Malojaroslavets, où il rencontra et attaqua le 4e corps.
Dans ce brillant combat, l'avantage demeura aux Français, malgré
l'infériorité du nombre; mais Kutusow avait pris à six lieues en arrière
une position défendue par des redoutes; déjà une de ses divisions
cherchait à déborder notre droite par la route de Médyn. Il fallait donc
livrer bataille ou se retirer. La situation était grave, l'instant
décisif. Le maréchal Bessières et d'autres généraux furent d'avis de la
retraite; ce n'est pas qu'ils doutassent de la victoire, mais ils
redoutaient les pertes que causerait le combat, la désorganisation qui
en serait la suite. Les chevaux de la cavalerie et de l'artillerie
étaient affaiblis par la fatigue et la mauvaise nourriture. Comment
remplacer ceux que nous allions perdre? comment transporter
l'artillerie, les munitions, les blessés? Dans cette situation, une
marche sur Kaluga était bien téméraire, et la prudence conseillait de se
retirer sur Smolensk. Le comte de Lobau déclara même, à plusieurs
reprises, qu'il n'y avait pas un instant à perdre pour regagner le
Niémen. Napoléon hésita longtemps; il passa toute la journée du 25 à
étudier le champ de bataille et à discuter avec les généraux. Enfin, il
se décida pour la retraite, et l'on doit ajouter, à son éloge, qu'un des
motifs qui le déterminèrent fut la nécessité où l'on aurait été
d'abandonner les blessés après la bataille. Toute l'armée reprit la
route de Smolensk par Mojaisk, et le mouvement était commencé quand le
3e corps arriva à Bowrosk. Le 1er corps faisait l'arrière-garde. Les
Cosaques continuaient à nous harceler avec leur activité ordinaire; ils
attaquèrent les équipages du 4e corps, puis ceux du grand quartier
général, et enfin l'Empereur lui-même, dont l'escorte les mit en fuite.
Les chemins étaient encombrés de voitures de toute espèce qui nous
arrêtaient à chaque pas; nous trouvions des ruisseaux débordés qu'il
fallait passer tantôt sur une mauvaise planche, tantôt au milieu de
l'eau. Le 28 au matin, le 3e corps occupait Véréya, le soir du même
jour, Ghorodock-Borisow; le 29 enfin, laissant à droite les ruines de
Mojaisk, nous atteignîmes la grande route au-dessous de cette ville.

On peut aisément se figurer quelles souffrances attendaient notre armée
dans des lieux que les Russes et les Français avaient ravagés à l'envi.
Si quelques maisons subsistaient encore, elles étaient sans habitants.
Nos premières ressources devaient être à Smolensk, distant de nous de
quatre-vingts lieues. Jusque-là il fallait s'attendre à ne trouver dans
aucun lieu ni farine, ni viande, ni fourrages. Nous étions réduits aux
provisions que nous avions emportées de Moscou; mais ces provisions, peu
considérables en elles-mêmes, avaient encore l'inconvénient d'être
inégalement réparties, comme tous les produits du pillage. Un régiment
avait conservé quelques bœufs et manquait de pain; un autre avait de la
farine et manquait de viande. Jusque dans le même régiment, cette
inégalité se faisait remarquer. Quelques compagnies mouraient de faim,
tandis que d'autres étaient dans l'abondance. Les chefs ordonnaient le
partage, mais l'égoïsme employait tous les moyens pour tromper leur
surveillance et se soustraire à leur autorité. D'ailleurs, pour
conserver nos vivres, il fallait conserver les chevaux qui les
traînaient, et le manque de nourriture en faisait mourir tous les jours
un grand nombre. Les soldats qui s'écartaient de la route pour trouver à
manger tombaient entre les mains des Cosaques et des paysans armés. Le
chemin était couvert de caissons que l'on faisait sauter, de canons et
de voitures abandonnés quand les chevaux n'avaient plus la force de les
traîner. Dès les premiers jours enfin cette retraite ressemblait à une
déroute. L'Empereur continuait à exercer sa vengeance sur les maisons.
Le prince d'Eckmühl, commandant l'arrière-garde, était chargé de mettre
partout le feu, et jamais ordre ne fut exécuté avec plus d'exactitude et
même de scrupule. Des détachements envoyés à droite et à gauche de la
route incendiaient les châteaux et les villages, à d'aussi grandes
distances que le permettait la poursuite de l'ennemi. Le spectacle de
cette destruction n'était pas le plus horrible de ceux que nous avions
sous les yeux; une colonne de prisonniers russes marchait en avant de
nous, conduite par les troupes de la Confédération du Rhin. On leur
distribuait à peine un peu de chair de cheval, et les soldats chargés de
les conduire massacraient ceux qui ne pouvaient plus marcher. Nous
rencontrions sur la route leurs cadavres, qui tous avaient la tête
fracassée. Je dois aux soldats de mon régiment la justice de dire qu'ils
en furent indignés; ils sentaient d'ailleurs à quelles cruelles
représailles le spectacle de cette barbarie exposerait ceux d'entre eux
qui tomberaient entre les mains de l'ennemi.

En traversant le village de Borodino, plusieurs officiers allèrent
visiter le champ de bataille de la Moskowa. On trouvait encore tous les
débris épars sur le terrain, les morts des deux armées étendus sur la
place où ils avaient été frappés. On a dit qu'on y avait vu des blessés
vivant encore; je ne puis le croire, et l'on n'en a jamais donné la
preuve. Nous étions, le 29 au soir, à l'abbaye de Kolotskoé, transformée
d'abord en un hôpital, et qui n'était plus alors qu'un grand cimetière.
Un seul bâtiment, conservé sur les ruines de la ville de Gyat, servait
aussi d'hôpital à nos malades. Les colonels reçurent l'ordre d'aller y
reconnaître les hommes de leur régiment. On avait laissé les malades
sans médicaments, sans vivres, sans aucun secours. Je pus à peine y
pénétrer, au milieu des ordures de toute espèce qui encombraient les
escaliers, les corridors, et le milieu des salles. J'y trouvai trois
hommes de mon régiment que je me fis un vrai plaisir de sauver.

Le 1er novembre, nous arrivâmes à Viasma. Quelques cabanes, situées dans
le faubourg de Moscou[32], nous servirent de logement; cet abri, tout
misérable qu'il était, nous parut bien doux après quinze jours de
bivouac.

Cependant, aussitôt que le général Kutusow s'était aperçu du mouvement
rétrograde de l'armée française, il avait détaché à sa poursuite le
général Miloradowitsch avec un nombreux corps de troupes et tous les
Cosaques de Platow, tandis que lui-même conduisait la grande armée russe
par la route d'Elnïa pour arriver avant nous sur le Dniéper. Le général
Miloradowitsch, dont l'avant-garde serrait de près le 1er corps,
marchait parallèlement à la grande route, et faisait vivre ses troupes
dans des pays moins ravagés que ceux que nous parcourions; les chemins
de traverse que prenait ce corps d'armée avaient encore l'avantage
d'être plus courts que la grande route et de donner à l'ennemi la
possibilité de déborder notre arrière-garde et de nous prévenir à
Viasma. Dans cette situation, l'on a reproché à l'Empereur de n'avoir
point marché assez vite, et pourtant les hommes et surtout les chevaux
étaient épuisés de fatigue. Pour hâter notre marche, il eût fallu
sacrifier tous les bagages. Sans doute, ce parti eût évité de grands
malheurs; mais l'on ne pouvait encore se résoudre à une telle extrémité.
Enfin le 3 novembre le général Miloradowitsch déboucha sur la grande
route, à une lieue de Viasma, et attaqua vivement le 4e corps, qui
marchait sur la ville. Par cette manœuvre, le 4e corps et le 1er, qui le
suivait, se trouvaient coupés et obligés de se faire jour à travers un
ennemi supérieur en cavalerie et en artillerie. Une autre division russe
cherchait en même temps à s'emparer de Viasma par la route de Médyn.
Heureusement, le maréchal Ney, qui occupait encore la ville, avait pris
ses mesures pour faire échouer cette tentative. Les petites rivières de
Vlitza et de Viasma forment comme un demi-cercle autour de la ville, du
côté de la route de Médyn, et en rendent la défense facile. La division
Ledru prit position sur le plateau qui domine ces deux rivières, et
rendit inutiles les efforts de l'ennemi pour en forcer le passage. La
division Razout se porta en avant sur la route de Moscou pour secourir
les 1er et 4e corps. Après un combat acharné et qui dura cinq heures,
ces deux corps d'armée percèrent la ligne ennemie et rouvrirent leurs
communications avec nous.

Nous rentrâmes dans le faubourg, et j'appris que le 3e corps devait
relever le 1er à l'arrière-garde. Cette mission si importante et si
difficile ne pouvait pas être confiée à un général plus capable de la
remplir que le maréchal Ney, et je ne crains pas de dire qu'il était
secondé de tout notre zèle. Les bonnes dispositions que mon régiment
venait de montrer dans cette journée me remplissaient de confiance. Je
fis connaître aux officiers la tâche pénible et glorieuse qui nous était
imposée; et, tandis que les 1er et 4e corps traversaient Viasma et nous
laissaient en présence de l'ennemi, nous nous préparâmes à les remplacer
dignement, puisqu'il s'agissait de notre honneur, de la réputation de
nos troupes et du salut de toute l'armée.



CHAPITRE III.

RETRAITE DE VIASMA À SMOLENSK.

LE 3e CORPS CHARGÉ DE L'ARRIÈRE-GARDE.--DÉPART DE VIASMA.--MARCHE
JUSQU'A DOROGOBUJE.--AFFAIRE DE DOROGOBUJE.--AFFAIRE DE
SLOBNÉVO.--RIGUEUR DU FROID. ARRIVÉE À SMOLENSK.--OPÉRATIONS DES AUTRES
CORPS.


Jusqu'à ce moment, le 3e corps, éloigné de l'arrière-garde, et à peine
harcelé par les troupes légères de l'ennemi, n'avait eu à combattre que
la fatigue et la faim; maintenant on va le voir soutenir seul les
efforts de l'armée russe, en luttant à la fois contre tous les genres de
mort, et l'on pourra juger si jamais la patience et le courage avaient
été mis à de pareilles épreuves.

Dans la journée du 4 novembre, le 3e corps sortit de Viasma pour prendre
position le long d'une forêt qui borde la rivière de ce nom et que
traverse la route de Smolensk. L'heureux choix de cette position et la
bonne contenance des troupes empêchèrent l'ennemi de passer la Viasma;
il dirigea ses attaques toute la journée sur notre droite, par la route
de Médyn; le général Beurmann, détaché de ce côté, s'y maintint jusqu'au
soir: deux compagnies de mon régiment participèrent à l'honneur de cette
belle défense. Cependant les 4e et 1er corps traversaient nos rangs dans
le plus grand désordre; j'étais loin de croire qu'ils eussent autant
souffert, et que leur désorganisation fût aussi avancée. La garde royale
italienne presque seule marchait encore en bon ordre; le reste
paraissait découragé et accablé de fatigue. Une immense quantité
d'hommes isolée marchaient à la débandade, et la plupart sans armes;
beaucoup d'entre eux passèrent la nuit au milieu de nous, dans la forêt
de Viasma. Je m'efforçai de leur persuader de partir sans attendre
l'arrière-garde. Il était important pour eux de gagner quelques heures
de marche; et d'ailleurs nous ne pouvions pas souffrir, qu'ils se
mêlassent dans nos rangs pour gêner nos mouvements. Ainsi leur propre
intérêt se trouvait d'accord avec le bien du service; mais la fatigue ou
la paresse les rendaient sourds à nos conseils. Le jour paraissait à
peine, quand le 3e corps prit les armes et se mit en marche. En ce
moment, tous les soldats isolés quittèrent leurs bivouacs, et vinrent se
joindre à nous. Ceux d'entre eux qui étaient malades ou blessés
restaient auprès du feu en nous conjurant de ne les point abandonner à
l'ennemi. Nous n'avions aucun moyen de transport, et il fallait faire
semblant de ne pas entendre les plaintes que nous ne pouvions soulager.
Quant à cette troupe de misérables qui avaient abandonné leurs drapeaux,
quoiqu'ils fussent encore en état de combattre, j'ordonnai qu'on les
repoussât à coups de crosse et je les prévins que, si l'ennemi nous
attaquait, je ferais tirer sur eux au moindre embarras qu'ils
causeraient.

La 1re division marcha en tête, la 2e à l'arrière-garde, chaque division
formée la gauche en tête. Ainsi mon régiment faisait l'extrême
arrière-garde. Des pelotons de cavalerie et d'infanterie couvraient nos
flancs; au sortir de la forêt une vaste plaine leur permit de s'étendre
et de marcher à notre hauteur; les officiers et les généraux, tous
présents à leur poste, dirigeaient les mouvements. L'ennemi, qui nous
avait suivis toute la journée sans rien entreprendre, essaya le soir
d'attaquer l'arrière-garde au défilé de Semlévo; mon régiment contint
seul l'avant-garde russe, soutenue de deux pièces de canon, et donna
ainsi le temps aux autres corps de passer le défilé; nous le passâmes à
notre tour en laissant en présence de l'ennemi deux compagnies de
voltigeurs, qui ne rentrèrent qu'au milieu de la nuit, et le 3e corps
bivouaqua sur les hauteurs opposées. À peine commencions-nous à prendre
quelque repos, que les Russes lancèrent des obus sur nos bivouacs; l'un
d'eux atteignit un arbre au pied duquel je dormais. Personne ne fut
blessé, et il y eut à peine un instant de désordre dans quelques
compagnies du 18e. J'ai toujours remarqué que les coups tirés la nuit
font peu de mal; mais ils frappent l'imagination en donnant aux soldats
l'idée d'une prodigieuse activité de la part de l'ennemi.

La marche du lendemain fut à peine interrompue par la tentative inutile
que firent les Cosaques contre nos équipages; au bout de trois lieues,
le 3e corps prit position près de Postnïa-Dwor. L'Empereur voulait
marcher lentement pour conserver les bagages; en vain le maréchal Ney
lui écrivait-il qu'il n'y avait pas de temps à perdre, que l'ennemi
serrait de près l'arrière-garde, que l'armée russe marchait sur nos
flancs à grandes journées, et qu'on devait craindre qu'elle ne nous
prévînt à Smolensk ou à Orcha. Au reste, cette journée nous reposa des
fatigues de la veille; nous campâmes sur la lisière d'un bois qui
fournissait abondamment nos bivouacs. Le temps était beau et assez doux
pour la saison, et nous espérions arriver heureusement à Smolensk, qui
devait être le terme de nos fatigues. Pendant la marche du lendemain, le
temps changea tout à coup et devint très-froid[33]. Il était tard quand
nous arrivâmes à Dorogobuje. La 1re division fut placée sur les hauteurs
de la ville; la 2e s'arrêta à un quart de lieue pour en défendre les
approches. La nuit fut la plus froide que nous eussions encore éprouvée;
la neige tombait en abondance, et la violence du vent empêchait
d'allumer du feu; d'ailleurs, les bruyères sur lesquelles nous étions
campés nous offraient peu de ressources pour nos bivouacs.

Cependant le maréchal Ney forma le projet d'arrêter l'ennemi devant
Dorogobuje pendant toute la journée suivante. Nous étions encore à vingt
et une lieues de Smolensk, et à moitié chemin de cette ville il fallait
passer le Dniéper; il importait donc d'éviter l'encombrement sur ce
point, et de donner à l'armée que nous protégions le temps d'emmener son
artillerie et ses bagages.

Le 8, à la pointe du jour, le 4e et le 18e régiment, sous les ordres du
général Joubert, quittèrent leurs bivouacs pour venir prendre position à
Dorogobuje; les Cosaques, à la faveur d'un épais brouillard, nous
harcelèrent jusqu'à notre entrée dans la ville.

Dorogobuje, placé sur une hauteur, est appuyé au Dniéper. La 2e
division, chargée de le défendre, fut établie ainsi qu'il suit: deux
pièces de canon en batterie à l'entrée de la rue basse, soutenues par un
poste du 4e régiment; à gauche, une compagnie du 18e sur le pont du
Dniéper; à droite sur la hauteur, en avant d'une église, 100 hommes du
4e, commandés par un chef de bataillon; le reste de la division dans la
cour du château, sur la même hauteur; la 1re division, en réserve
derrière la ville. Bientôt l'infanterie ennemie arriva et commença
l'attaque; le pont du Dniéper fut pris, le poste de l'église repoussé.
Le général Razout, renfermé dans la cour du château avec le reste de la
division et livré à son indécision ordinaire, allait être cerné quand il
nous donna enfin l'ordre de marcher. Il n'y avait pas un moment à
perdre; j'enlevai mon régiment au pas de charge, et nous nous
précipitâmes sur les ennemis qui occupaient les hauteurs de la ville.
L'affaire fut très-vive; la nature du terrain, la neige, dans laquelle
nous enfoncions jusqu'aux genoux, forçaient tout le régiment de se
disperser en tirailleurs et de combattre corps à corps. Les progrès des
Russes furent arrêtés; mais bientôt l'ennemi pénétra de nouveau dans la
ville basse, et le général Razout, craignant d'être coupé, ordonna la
retraite. Je me repliai lentement, en reformant les pelotons et en
tenant toujours tête à l'ennemi; le 18e, qui avait secondé nos efforts,
suivit ce mouvement. Les deux régiments, laissant l'ennemi maître de la
ville, vinrent se reformer derrière la 1re division.

Le maréchal Ney, mécontent du mauvais succès de son plan, s'en prit au
général Razout, au général Joubert, à tout le monde; il prétendit que
l'ennemi n'était pas en forces suffisantes pour nous avoir ainsi chassés
de Dorogobuje, et me demanda combien j'en avais vus; je me permis de
répondre que nous étions trop près d'eux pour pouvoir les compter. Avant
de se décider à partir, il ordonna encore au général d'Hénin de rentrer
avec le 93e dans la ville basse pour reprendre quelques caissons. À
peine ce régiment se fut-il mis en mouvement, que l'artillerie russe
porta le désordre dans ses rangs et le fit rétrograder. Le maréchal Ney,
forcé de renoncer à toute autre tentative, reprit la route de Smolensk.

Cependant les privations auxquelles nous étions condamnés depuis le
commencement de la retraite devenaient plus rigoureuses; le peu de
vivres que nous avions achevait de s'épuiser; les chevaux qui les
traînaient mouraient de faim et de fatigue, et étaient eux-mêmes dévorés
par les soldats. Depuis que nous étions à l'arrière-garde, tous les
hommes qui s'écartaient de la route pour chercher des vivres tombaient
entre les mains de l'ennemi, dont la poursuite devenait de plus en plus
active. La rigueur du froid vint augmenter nos embarras et nos
souffrances; beaucoup de soldats, épuisés de fatigue, jetaient leurs
armes et quittaient leurs rangs pour marcher isolément. Ils s'arrêtaient
partout où ils trouvaient un morceau de bois à brûler pour faire cuire
un quartier de cheval ou un peu de farine, si toutefois leurs camarades
ne venaient pas leur enlever cette dernière ressource; car nos soldats,
mourants de faim, s'emparaient de force des vivres de tous les hommes
isolés qu'ils rencontraient, heureux encore s'ils ne leur arrachaient
pas leurs vêtements. Après avoir ravagé tout le pays, nous étions
réduits à nous entre-détruire, et cette extrémité était devenue
nécessaire. Il fallait à tout prix conserver les soldats fidèles à leur
drapeau et qui soutenaient seuls à l'arrière-garde l'effort de l'ennemi;
les soldats isolés, n'appartenant plus à aucun régiment et ne pouvant
plus rendre aucun service, n'avaient droit à aucune pitié. Aussi la
route que nous parcourions ressemblait-elle à un champ de bataille. Ceux
qui avaient résisté au froid et à la fatigue succombaient au tourment de
la faim; ceux qui avaient conservé quelques provisions se trouvaient
trop faibles pour suivre la marche et restaient au pouvoir de l'ennemi.
Les uns avaient eu les membres gelés et mouraient étendus sur la neige,
d'autres s'endormaient dans les villages et étaient consumés par les
flammes que leurs compagnons avaient allumées. Je vis à Dorogobuje un
soldat de mon régiment en qui le besoin avait produit les effets de
l'ivresse; il était auprès de nous sans nous reconnaître, il nous
demandait son régiment, il nommait des soldats de sa compagnie, et leur
parlait comme à des étrangers; sa démarche était chancelante, son regard
égaré. Il disparut au commencement de l'affaire, et je ne le revis plus.
Quelques cantinières ou femmes de soldats appartenant aux régiments qui
nous précédaient se trouvaient au milieu de nous. Plusieurs de ces
malheureuses traînaient avec elles des enfants; et, malgré l'égoïsme, si
commun alors, chacun s'empressait de les secourir. Le tambour-major
porta longtemps un enfant sur les bras. Les officiers qui avaient
conservé un cheval le partageaient avec ces pauvres gens. Je fis
conduire aussi pendant quelques jours une femme et son enfant sur une
charrette que j'avais encore; mais qu'était-ce que de si faibles secours
contre tant de souffrances, et comment pouvions-nous adoucir des maux
que nous partagions nous-mêmes?

De Dorogobuje nous arrivâmes en deux jours à Slobpnévo, sur les bords du
Dniéper. Le chemin était tellement glissant, que les chevaux mal ferrés
pouvaient à peine se soutenir. La nuit nous bivouaquions dans les bois
au milieu de la neige. Chaque régiment faisait à son tour l'extrême
arrière-garde, que l'ennemi suivait et harcelait sans cesse. L'armée
continuait à marcher si lentement, que nous allions atteindre le 1er
corps, qui nous précédait immédiatement. L'encombrement sur le pont du
Dniéper à Slobpnévo avait été extrême; la route à un quart de lieue en
avant était encore couverte de voitures et de caissons abandonnés. Le 10
au matin, avant de passer le fleuve, on s'occupa de débarrasser le pont
et de brûler toutes ces voitures. On y trouva quelques bouteilles de
rhum qui furent d'un grand secours. J'étais d'arrière-garde, et mon
régiment défendit toute la journée la route qui mène au pont. Le bois
que traverse cette route était rempli de blessés qu'il fallait
abandonner, et que les Cosaques massacraient presque au milieu de nous.
M. Rouchat, sous-lieutenant, s'étant approché imprudemment d'un caisson
que l'on faisait sauter, fut mis en pièces par l'explosion. Vers le soir
les troupes passèrent le Dniéper; on détruisit le pont.

Il devenait important d'arrêter l'ennemi au passage du fleuve, nous
n'étions plus qu'à onze lieues de Smolensk. Il fallait laisser aux
troupes qui nous précédaient le temps d'arriver dans cette ville et de
se remettre en état de défense. L'Empereur n'attendait même le 3e corps
à Smolensk que dans quatre ou cinq jours, tant il avait peu l'idée de la
situation de l'armée et principalement de l'arrière-garde.

Le maréchal Ney fit ses dispositions pour défendre le passage. Le 4e
régiment fut placé sur le bord de la rivière, le 18e en seconde ligne.
Le maréchal établit son quartier général à la gauche du 4e, dans un
blockhaus construit pour protéger le pont et fort bien palissadé. Il
plaça le général d'Hénin avec le 93e au village de Pnévo, à un quart de
lieue sur la gauche, et la 1re division le long du Dniéper, à l'extrême
droite. Le soir il se promena longtemps devant le front de mon régiment
avec le général Joubert et moi. Il nous fit observer les malheureuses
suites de la journée de Dorogobuje. L'ennemi gagnait un jour de marche,
il précipitait notre retraite, il nous forçait d'abandonner nos
caissons, nos bagages, nos blessés; tous ces malheurs pouvaient s'éviter
si l'on eût défendu Dorogobuje pendant vingt-quatre heures. Le général
Joubert parla de la faiblesse des troupes, de leur découragement. Le
maréchal reprit vivement qu'il ne s'agissait que de se faire tuer, et
qu'une mort glorieuse était trop belle pour qu'on en dût fuir
l'occasion. Quant à moi je me contentai de répondre que je n'avais
quitté les hauteurs de Dorogobuje qu'après en avoir reçu deux fois
l'ordre.

Le 11 au matin, l'infanterie ennemie s'approcha de la rive opposée et
engagea le combat avec le 4e régiment. L'attaque fut si vive et si
imprévue, que les balles tombaient au milieu de nos bivouacs avant que
les soldats eussent eu le temps de prendre les armes. Les voltigeurs se
portèrent sur le bord de la rivière pour répondre au feu de l'ennemi;
mais la nature du terrain, couvert de broussailles du côté opposé et
entièrement découvert du nôtre, rendait le combat trop inégal. Le second
bataillon entra dans le blockhaus, le premier s'appuya à un bouquet de
bois qui le mettait à l'abri; la fusillade continua entre l'infanterie
russe et le bataillon placé dans le blockhaus. Le maréchal y passa toute
la journée; il dirigea le feu des soldats et tira lui-même quelques
coups de fusil; je m'y établis aussi, croyant de mon devoir de commander
directement la portion de mon régiment la plus exposée. Vers le soir,
les Russes passèrent le Dniéper auprès du village qu'occupait le 93e, et
manœuvrèrent pour l'envelopper. Le général d'Hénin quitta sa position et
revint auprès du blockhaus, ce qui lui valut une forte réprimande du
maréchal Ney. C'était bien de la sévérité. À la guerre un officier
détaché doit savoir prendre un parti sans attendre des ordres qui
souvent ne lui parviennent pas. On l'accuse de faiblesse s'il se retire;
on l'accuserait de témérité s'il compromettait les troupes qui lui sont
confiées. Supporter l'injustice est un des devoirs de l'état militaire,
et assurément un des plus pénibles. Au reste, le souvenir que le général
d'Hénin conserva de cette réprimande faillit un jour nous être bien
funeste, ainsi que je le dirai plus tard.

Le lendemain 12, à cinq heures du matin, le 3e corps se remit en marche.
Je continuai de défendre le blockhaus jusqu'à sept heures, et je
rejoignis ensuite la colonne après y avoir mis le feu, selon l'ordre
exprès que j'en reçus. La rage de tout brûler s'étendit jusqu'à cette
palissade et nous porta malheur; car l'ennemi, à qui l'incendie fit
connaître notre départ, lança des obus qui atteignirent quelques hommes.

Il restait encore deux jours de marche pour arriver à Smolensk; ces deux
jours furent pour le moins aussi pénibles que les précédents. Les
Cosaques ne cessèrent de nous harceler, et tentèrent même inutilement
une attaque sérieuse contre le 18e régiment. Le 13, il fallut faire sept
lieues sur le verglas et par le froid le plus rigoureux; la violence du
vent était telle, que dans les haltes on ne pouvait rester en place; le
repos n'était qu'une fatigue de plus. Nous arrivâmes enfin le soir à une
demi-lieue de Smolensk, où nous prîmes position derrière les ravins qui
en défendent les approches. La nuit mit le comble à nos souffrances, et
termina dignement cette cruelle retraite. Plusieurs soldats moururent de
froid au bivouac, d'autres eurent les membres gelés. Au point du jour,
nous découvrîmes avec joie les tours de Smolensk, que nous regardions
depuis longtemps comme le terme de nos misères, puisque l'armée devait
s'y reposer et y trouver en abondance des vivres dont elle était privée
depuis si longtemps.

Il s'en fallait bien pourtant que ces espérances dussent être réalisées;
de tous côtés la fortune semblait favoriser les Russes. Sur la Dwina, le
général Wittgenstein, après avoir enlevé Polotzk le 18 octobre,
cherchait à rejeter les 2e et 6e corps sur la grande route de Smolensk.
Le 9e partait de cette dernière ville pour leur porter secours. À
l'autre extrémité du théâtre de la guerre, la paix conclue avec la
Turquie avait permis à l'amiral Tchitchagoff, commandant l'armée de
Moldavie, de se réunir au corps de Tormasow. Les Autrichiens s'étaient
retirés derrière le Bug, et l'amiral s'avançait à grandes journées pour
s'emparer de Minsk, où nous avions d'immenses magasins, et pour nous
prévenir au passage de la Bérézina.

Pendant ce temps la grande armée russe manœuvrait toujours sur nos
flancs, interceptait les communications, enlevait les corps détachés, et
ne nous permettait plus de nous écarter de la route. Sur la gauche, la
brigade du général Augereau, cernée aux environs d'Elnia, avait mis bas
les armes. Sur la droite, le 4e corps, qui de Dorogobuje marchait sur
Witepsk, venait d'éprouver les plus grands désastres par le froid, la
difficulté des chemins et la poursuite de l'ennemi. Son artillerie
presque entière avait été détruite au passage du Wop, et ce corps
d'armée revenait en toute hâte à Smolensk, où il arriva le même jour que
le 3e. Il devenait impossible de s'arrêter à Smolensk; il fallait se
hâter de prévenir l'ennemi sur la Bérézina, en se réunissant aux 2e et
3e corps. L'ordre fut donné de continuer la marche, malgré la rigueur de
la saison, malgré la déplorable situation des troupes. Le 3e corps,
fidèle à remplir sa noble tâche, resta chargé de l'arrière-garde, et
nous nous préparâmes à opposer de nouvelles forces à de nouvelles
fatigues, et un nouveau courage à de nouveaux dangers[34].



CHAPITRE IV.

SÉJOUR À SMOLENSK ET RETRAITE JUSQU'À KRASNOI.

DÉPART DE L'ARMÉE.--CONDUITE DU MARÉCHAL NEY À SMOLENSK.--AFFAIRE DU 4e
RÉGIMENT DANS LE FAUBOURG DE LA RIVE DROITE.--DÉVASTATION DE LA
VILLE.--DÉPART DU 3e CORPS.--AFFAIRES DE KRASNOI AVEC LES 1er ET 4e
CORPS ET LA GARDE IMPÉRIALE.--LE 3e CORPS SÉPARÉ DU RESTE DE
L'ARMÉE.--ARRIVÉE DE CE CORPS À KRASNOI DEVANT L'ENNEMI.


Smolensk était, ainsi que Minsk, un des grands dépôts de l'armée; on
comptait, pour pourvoir aux premiers besoins, sur les magasins qu'on y
avait rassemblés, et en effet ils auraient bien dû suffire: mais lorsque
la désorganisation s'est mise dans une armée aussi nombreuse, il devient
impossible d'en arrêter les progrès. Les administrations, les employés
de toute espèce qui sont chargés de maintenir la régularité du service,
ne sont plus alors que des éléments de désordre, et le mal s'augmente de
tous les efforts que l'on fait pour l'arrêter. Le passage de l'armée à
Smolensk en offrit un triste exemple. Depuis la prise de cette ville, le
général Charpentier, gouverneur, et M. de Villeblanche, intendant de la
province, n'avaient rien négligé pour rendre quelque confiance aux
habitants. Grâce à leurs soins, secondés par la bonne discipline du 9e
corps, on commençait à rétablir les maisons et l'on faisait venir de
tous côtés des vivres que l'on mettait en magasin, quand nos soldats
arrivant en foule se précipitèrent aux portes, croyant trouver à
Smolensk le repos et l'abondance. Napoléon, qui craignait le tumulte
qu'allaient occasionner tous ces soldats isolés et les régiments presque
aussi indisciplinés qu'eux, s'était hâté d'arriver avec la garde
impériale. Il défendit de laisser entrer personne, et ordonna aux
régiments de se reformer dans les faubourgs. La garde reçut abondamment
des distributions de toute espèce, et quand on voulut songer aux autres
troupes, le désordre de l'administration, qui était égal à celui de
l'armée, empêcha de rien faire d'utile. Les abus de tous genres
s'exercèrent impunément, les magasins furent forcés et livrés au
pillage, et comme il arrive toujours, on détruisit en vingt-quatre
heures les ressources de plusieurs mois; on pilla et l'on mourut de
faim.

Le 3e corps, arrivant le dernier sous les murs de Smolensk et tout
occupé encore à en défendre les approches, fut oublié par ceux qu'il
avait protégés. Pendant que nous tenions tête à l'ennemi, les autres
corps d'armée achevaient de piller les magasins. Lorsque j'entrai à mon
tour dans la ville, je n'y pus rien trouver ni pour mon régiment ni pour
moi. Il fallut donc se résoudre à continuer notre retraite sans avoir
reçu aucun secours. On ajouta seulement au 3e corps le 129e régiment et
un régiment d'Illyriens, qui furent partagés entre les deux divisions.
Ce renfort était bien nécessaire; car, depuis Moscou, les 11,000 hommes
du 3e corps étaient réduits à moins de 3,000. La division
wurtembergeoise ainsi que la cavalerie n'existaient plus; l'artillerie
conservait à peine quelques canons; et c'était avec d'aussi faibles
moyens qu'il fallait tenir tête à l'avant-garde russe. Déjà l'armée
prenait la route d'Orcha, et le maréchal Ney, resté seul, se disposait à
défendre la ville le plus longtemps possible pour retarder la poursuite
de l'ennemi.

J'ai parlé de Smolensk au commencement de ce récit; j'ai dit que cette
ville était située sur la rive gauche du Dniéper, et qu'un faubourg seul
s'élevait en amphithéâtre sur la rive droite. Les routes de Pétersbourg
et de Moscou traversent ce faubourg. Il était, à l'époque où nous
sommes, presque entièrement brûlé. Un pont jeté sur le Dniéper
conduisait dans la ville, et une forte tête de pont construite sur la
rive droite en défendait le passage.

Le 14 au matin, le 3e corps quitta les approches de Smolensk, et fut
placé de la manière suivante: la 2e division dans le faubourg de la rive
droite; la 1re, en réserve, dans la tête de pont; le 4e régiment gardait
la barrière de Moscou, et le régiment d'Illyrie celle de Pétersbourg; on
occupa le petit nombre de maisons que l'incendie avait épargnées. Le
froid était si violent que, la nuit suivante, les soldats placés aux
postes avancés menacèrent de les quitter et de rentrer dans les maisons.
J'envoyai de bons officiers pour les rappeler à leurs devoirs, bien
décidé moi-même à les suivre si ma présence était nécessaire, et à
m'établir au bivouac avec tous les officiers de mon régiment. Il y
allait de notre honneur, puisque la défense de l'entrée du faubourg
était confiée à mon régiment, et qu'une surprise aurait compromis la
division tout entière. L'ordre fut bientôt rétabli. Les soldats ne
pouvaient être insensibles à la voix de l'honneur, et ceux à qui la
souffrance arracha quelques murmures indignes de leur courage les
expièrent bientôt par une mort glorieuse.

Le lendemain 15 fut le jour d'une affaire où mon régiment se trouva seul
engagé. La 2e division reçut dans la matinée l'ordre d'abandonner le
faubourg de la rive droite, de traverser la ville et de s'établir sur la
route de Wilna, laissant ainsi la 1re division en première ligne pour
défendre la tête de pont. Le 4e régiment, qui occupait l'entrée du
faubourg, se trouvait le plus éloigné du lieu de rassemblement; le
rappel des postes demanda du temps, et le général Razout, pressé
d'exécuter l'ordre qu'il avait reçu, se mit en marche sans vouloir
m'attendre. Je partis le plus tôt possible pour rejoindre la division,
lorsque l'ennemi, trouvant les postes extérieurs évacués, pénétra dans
le faubourg; les soldats isolés qu'il poursuivait vinrent se réfugier
dans nos rangs. Je pressai la marche, et quand nous eûmes gagné la tête
de pont, j'en trouvai le passage tellement obstrué par les voitures qui
s'y précipitaient, qu'il était impossible d'y faire passer un seul
homme. Il fallut donc attendre; mais l'embarras croissait à chaque
instant. Les Russes établirent deux pièces de canon sur les hauteurs et
commencèrent à tirer sur les voitures et sur mon régiment. Alors le
désordre fut porté au comble; les conducteurs abandonnèrent les voitures
fracassées par les boulets; l'infanterie russe et les Cosaques
s'avançaient. Cette situation devenait très-critique; il fallait à tout
prix repousser une attaque qui pouvait rendre l'ennemi maître de la tête
de pont; mais, me trouvant seul dans le faubourg, je n'osais engager une
affaire quand j'avais l'ordre de me retirer. Heureusement le maréchal
Ney, que le bruit du canon attirait toujours, parut sur le parapet et
m'ordonna de marcher à l'ennemi pour le chasser entièrement du faubourg
et donner le temps de débarrasser le passage. J'enlevai mon régiment au
pas de charge, au milieu de la neige et des décombres des maisons. Les
soldats, fiers de combattre sous les yeux du maréchal et des régiments
de la 1re division, qui les contemplaient du haut du rempart,
s'élancèrent sur l'ennemi avec la plus grande ardeur; les Russes se
retirèrent précipitamment en emmenant l'artillerie; leurs tirailleurs
furent chassés des maisons; en peu d'instants nous étions maîtres du
faubourg entier. Le maréchal Ney me fit dire alors de ne point trop
m'avancer, recommandation bien rare de sa part. Je formai mon régiment
derrière la barrière de Pétersbourg, et un combat très-vif s'engagea sur
ce point, avec les Russes qui étaient placés dans le cimetière d'une
église voisine, dont ils n'osèrent plus sortir. Ce combat se soutint
longtemps, quoique les Russes eussent sur nous l'avantage de la
position, du nombre et de l'artillerie. Ce ne fut qu'après avoir reçu
l'ordre de rentrer que je commençai ma retraite. Elle se fit en bon
ordre, et je ramenai mon régiment dans la tête de pont. Tous les
officiers avaient rivalisé de zèle en cette occasion; aucun d'eux ne fut
blessé, et je perdis peu de soldats. Le sergent que j'avais cassé en
commençant la retraite, et à qui je venais de rendre son grade le matin
même, fut frappé à côté de moi d'une balle qui m'était peut-être
destinée; il tomba mort à mes pieds[35].

Pendant que la 1re division défendait la ville à son tour, la 2e employa
la journée du 16 à nettoyer les armes et à prendre quelque repos. Un
détachement de 200 hommes venant de France nous attendait à Smolensk; je
le passai en revue et l'incorporai dans mon régiment, qui, par ce
renfort, se trouva porté à plus de cinq cents hommes. Je vis avec peine
combien les jeunes gens qui composaient ce détachement avaient déjà
souffert de la fatigue de la route et de la rigueur de la saison. Les
équipages, qui avaient pris depuis longtemps les devants, nous
attendaient à Smolensk; je leur ordonnai de nous suivre; d'autres
colonels envoyèrent les leurs en avant, et l'on en sauva quelques-uns.

Ce même soir, je reçus les témoignages les plus flatteurs de la
satisfaction du maréchal Ney pour notre affaire de la veille. J'en fis
part aux officiers de mon régiment; je les exhortai à s'en rendre
toujours dignes. Je pensais avec plaisir que leur tâche allait être
bientôt remplie; car l'Empereur saisirait certainement la première
occasion de nous relever à l'arrière-garde par des troupes fraîches.
Aucun officier n'avait été dangereusement blessé; 500 soldats restaient
encore, et combien ce petit nombre d'hommes était éprouvé! Quel intérêt,
quelle confiance ne devaient pas inspirer ces braves soldats, qui, au
milieu de si rudes épreuves, étaient restés fidèles à leurs drapeaux, et
dont le courage semblait s'accroître avec les dangers et les privations!
J'étais fier de la gloire qu'ils avaient acquise; je jouissais d'avance
du repos dont j'espérais les voir bientôt jouir. Cette illusion fut
promptement détruite; mais j'aime encore à en conserver le souvenir, et
c'est le dernier sentiment doux que j'ai éprouvé dans le cours de cette
campagne.

Beaucoup d'officiers blessés et malades étaient renfermés dans l'hôpital
de Smolensk. J'appris qu'il y avait parmi eux un officier de mon
régiment qui avait eu une cuisse emportée; je l'envoyai chercher
sur-le-champ pour l'emmener avec nous. Ses compagnons d'infortune
restèrent exposés aux dangers de l'incendie, de la chute des remparts et
de la vengeance des Russes, car c'était le lendemain que le 3e corps
devait quitter cet affreux séjour, après avoir fait sauter les remparts,
ainsi qu'un grand nombre de caissons que l'armée ne pouvait emmener.
Déjà cette ville n'offrait plus qu'un amas de décombres. Les portes et
fenêtres des maisons qui restaient étaient brisées, les chambres
remplies de cadavres; on voyait au milieu des rues les carcasses des
chevaux dont toutes les chairs avaient été dévorées par les soldats et
par quelques habitants confondus avec eux dans la même misère. Je
n'oublierai jamais surtout l'impression de tristesse que j'éprouvai la
nuit dans les rues désertes, à la lueur de l'incendie qui se
réfléchissait sur la neige et contrastait singulièrement avec la douce
clarté de la lune. J'avais vu quelques années auparavant cette ville
dans tout l'éclat de la richesse, et ce souvenir me rendait plus pénible
encore le spectacle de sa destruction. Le lendemain, au moment de notre
départ, plusieurs fortes détonations nous apprirent que Smolensk avait
cessé d'exister.

Nous marchâmes tranquillement sur la route d'Orcha. Le canon se fit
seulement entendre dans le lointain, et l'on pensa que c'était le 9e
corps qui se rapprochait de la grande route; car comment supposer que
l'ennemi fût sur notre chemin, sans que les corps d'armée qui nous
précédaient songeassent à nous en prévenir? Il n'était cependant que
trop certain que l'armée russe, à la faveur de sa marche de flanc, avait
atteint Krasnoi, tandis que les Français occupaient encore Smolensk, et
qu'elle se préparait à les arrêter au passage. L'Empereur, avec la
garde, le 4e et enfin le 1er corps furent attaqués successivement les
15, 16 et 17 à Krasnoi. Outre la supériorité du nombre, on peut juger
quel avantage avaient les Russes sur des troupes épuisées et presque
entièrement dépourvues de cavalerie et d'artillerie. Cependant la valeur
triompha de tous les obstacles; la garde impériale, ayant forcé le
passage, resta près de Krasnoi pour secourir les 4e et 1er corps. Le
vice-roi, ainsi que le maréchal Davout, rejetèrent avec indignation les
propositions de capitulation qu'on osa leur faire. Ils percèrent à leur
tour la ligne ennemie, mais en perdant presque toute leur artillerie,
leurs bagages et un grand nombre de prisonniers.

L'Empereur, n'ayant plus un moment à perdre pour arriver sur la
Bérézina, se vit forcé d'abandonner le 3e corps, et précipita sa marche
sur Orcha. Pendant trois jours que dura cette affaire, aucun avis ne fut
donné au maréchal Ney du danger qui allait le menacer à son tour.

L'Empereur a beaucoup reproché au maréchal Davout de ne s'être pas
arrêté un jour à Krasnoi pour attendre le 3e corps. Le maréchal assura
qu'il ne l'avait pas pu; au moins eût-il dû prévenir le maréchal Ney.
Peut-être aussi la communication était-elle interceptée. Quoi qu'il en
soit, le général Miloradowitsch se contenta d'envoyer quelques troupes
légères à la poursuite de l'Empereur, et réunit toutes ses forces contre
le 3e corps, qu'il comptait prendre en totalité.

Le 18 au matin, nous partîmes de Koritnya et marchâmes sur Krasnoi;
quelques escadrons de Cosaques harcelèrent, en approchant de cette
ville, la 2e division qui marchait en tête. Cette apparition des
Cosaques n'avait aucune importance; nous y étions accoutumés, et
quelques coups de fusil suffisaient pour les écarter. Mais bientôt
l'avant-garde rencontra la division du général Ricard, appartenant au
1er corps, qui était restée en arrière et qui venait d'être repoussée
après un combat inégal qu'elle avait soutenu avec la plus grande
bravoure. Le maréchal rallia les restes de cette division, et, à la
faveur d'un brouillard qui favorisait notre marche en cachant notre
petit nombre, il approcha de l'ennemi jusqu'à ce que le canon le forçât
de s'arrêter. L'armée russe, rangée en bataille, fermait le passage de
la route; nous apprîmes seulement alors que nous étions séparés du reste
de l'armée, et que nous n'avions de salut que dans notre désespoir.



CHAPITRE V.

RETRAITE DE KRASNOI À ORCHA.

DÉROUTE DU 3e CORPS À KRASNOI.--HARDI PROJET DU MARÉCHAL NEY.--PASSAGE
DU DNIÉPER.--MARCHE SUR LA RIVE DROITE DE CE FLEUVE.--SITUATION CRITIQUE
DU 4e RÉGIMENT.--ARRIVÉE À ORCHA.


L'affaire du 3e corps à Krasnoi est une des plus belles qui aient
illustré cette campagne; jamais on ne vit de lutte plus inégale; jamais
le talent du général et le dévouement des troupes ne parurent avec plus
d'éclat. À peine le maréchal Ney avait-il mis son avant-garde à l'abri
du feu de l'artillerie, qu'un parlementaire envoyé par le général
Miloradowitsch vint le sommer de mettre bas les armes. Ceux qui l'ont
connu comprendront avec quel dédain cette proposition dut être
accueillie; mais le parlementaire l'assura que la haute estime dont le
général russe faisait profession pour ses talents et pour son courage
l'empêcherait de lui rien proposer qui fût indigne de lui; que cette
capitulation était nécessaire; que les autres corps d'armée l'avaient
abandonné; qu'il était en présence d'une armée de 80,000 hommes, et
qu'il pouvait, s'il le désirait, envoyer un officier pour s'en
convaincre. Le 3e corps, avec les renforts reçus à Smolensk, ne
s'élevait pas à 6,000 combattants; l'artillerie était réduite à six
pièces de canon, la cavalerie à un seul peloton d'escorte. Cependant le
maréchal, pour toute réponse, fit le parlementaire prisonnier; quelques
coups de canon tirés pendant cette espèce de négociation servirent de
prétexte, et, sans considérer les masses des ennemis et le petit nombre
des siens, il ordonna l'attaque. La 2e division, formée en colonnes par
régiments, marcha droit à l'ennemi. Qu'il me soit permis de rendre
hommage au dévouement de ces braves soldats et de me féliciter de
l'honneur d'avoir marché à leur tête. Les Russes les virent avec
admiration s'avancer vers eux dans le meilleur ordre et d'un pas
tranquille. Chaque coup de canon enlevait des files entières; chaque pas
rendait la mort plus inévitable, et la marche ne fut pas ralentie un
seul instant. Enfin nous approchâmes tellement de la ligne ennemie, que
la 1re division de mon régiment, écrasée tout entière par la mitraille,
fut renversée sur celle qui la suivait et y porta le désordre. Alors
l'infanterie russe nous chargea à son tour, et la cavalerie, tombant sur
nos flancs, nous mit dans une déroute complète. Quelques tirailleurs
avantageusement placés arrêtèrent un instant la poursuite de l'ennemi;
la division Ledru fut mise en bataille, et six pièces de canon
répondirent au feu de la nombreuse artillerie des Russes. Pendant ce
temps, je ralliai ce qui restait de mon régiment sur la grande route, où
les boulets nous atteignaient encore. Notre attaque n'avait pas duré un
quart d'heure, et la deuxième division n'existait plus; mon régiment
perdit plusieurs officiers et fut réduit à 200 hommes; le régiment
d'Illyrie et le 18e, qui perdit son aigle, furent encore plus
maltraités; le général Razout blessé, le général Lenchantin fait
prisonnier[36].

Aussitôt le maréchal fit rétrograder sur Smolensk la 2e division. Au
bout d'une demi-lieue, il la dirigea à gauche à travers champs,
perpendiculairement à la route. La 1re division, ayant longtemps épuisé
ses forces à soutenir le choc de toute l'armée ennemie, suivit ce
mouvement, avec les canons et quelques bagages; tous les blessés qui
pouvaient encore marcher se traînèrent à leur suite. Les Russes se
cantonnèrent dans les villages, en envoyant une colonne de cavalerie
pour nous observer.

Le jour baissait; le 3e corps marchait en silence; aucun de nous ne
pouvait comprendre ce que nous allions devenir. Mais la présence du
maréchal Ney suffisait pour nous rassurer. Sans savoir ce qu'il voulait
ni ce qu'il pourrait faire, nous savions qu'il ferait quelque chose. Sa
confiance en lui-même égalait son courage. Plus le danger était grand,
plus sa détermination était prompte; et quand il avait pris son parti,
jamais il ne doutait du succès. Aussi, dans un pareil moment, sa figure
n'exprimait ni indécision ni inquiétude; tous les regards se portaient
sur lui, personne n'osait l'interroger. Enfin, voyant près de lui un
officier de son état-major, il lui dit à demi-voix: _Nous ne sommes pas
bien._--_Qu'allez-vous faire?_ répondit l'officier.--_Passer le
Dniéper._--_Où est le chemin?_--_Nous le trouverons._--_Et s'il n'est
pas gelé?_--_Il le sera._--_A la bonne heure_, dit l'officier. Ce
singulier dialogue, que je rapporte textuellement, révéla le projet du
maréchal de gagner Orcha par la rive droite du fleuve, et assez
rapidement pour y trouver encore l'armée qui faisait son mouvement par
la rive gauche. Le plan était hardi et habilement conçu; on va voir avec
quelle vigueur il fut exécuté.

Nous marchions à travers champs sans guide, et l'inexactitude des cartes
contribuait à nous égarer. Le maréchal Ney, doué de ce talent d'homme de
guerre qui apprend à tirer parti des moindres circonstances, remarqua de
la glace dans la direction que nous suivions, et la fit casser, pensant
que c'était un ruisseau qui nous conduirait au Dniéper. C'était
réellement un ruisseau; nous le suivîmes et nous arrivâmes à un
village[37] où le maréchal fit mine de vouloir s'établir. On alluma de
grands feux; on plaça des avant-postes. L'ennemi nous laissa
tranquilles, comptant avoir bon marché de nous le lendemain. À la faveur
de ce stratagème, le maréchal s'occupa de suivre son plan. Il fallait un
guide, et le village était désert; les soldats finirent par trouver un
paysan boiteux; on lui demanda où était le Dniéper et s'il était gelé.
Il répondit qu'à une lieue de là se trouvait le village de Sirokowietz,
et que le Dniéper devait être gelé en cet endroit. Nous partîmes
conduits par ce paysan; bientôt nous arrivâmes au village. Le Dniéper,
très-encaissé, était en effet assez gelé pour que l'on pût le traverser
à pied. Pendant qu'on cherchait un passage, les maisons se remplissaient
d'officiers et de soldats blessés le matin, qui s'étaient traînés
jusque-là et auxquels les chirurgiens pouvaient à peine donner les
premiers soins; ceux qui n'étaient point blessés s'occupaient de
chercher des vivres. Le maréchal Ney seul, oubliant à la fois les
dangers du jour et ceux du lendemain, dormait d'un profond sommeil.

Vers le milieu de la nuit, on prit les armes pour passer le Dniéper en
abandonnant à l'ennemi l'artillerie, les bagages, les voitures de toute
espèce et les blessés qui ne pouvaient marcher. M. de Briqueville[38],
dangereusement blessé la veille, passa le Dniéper en se traînant sur les
genoux; je le confiai à deux sapeurs, qui vinrent à bout de le sauver.
La glace était si peu épaisse, qu'un très-petit nombre de chevaux purent
passer; les troupes se reformèrent de l'autre côté du fleuve.

Déjà le succès venait de couronner le premier plan du maréchal; le
Dniéper était passé, mais nous étions à plus de 15 lieues d'Orcha. Il
fallait y arriver avant que l'armée française en fût partie; il fallait
traverser des pays inconnus et résister aux attaques de l'ennemi avec
une poignée de fantassins épuisés de fatigue, sans cavalerie ni
artillerie. La marche commença sous d'heureux auspices. Nous trouvâmes
des Cosaques endormis dans un village[39]; ils furent faits prisonniers.
Le 19, aux premiers rayons du jour, nous suivîmes la route de
Liubavitschi. À peine fûmes-nous arrêtés quelques instants par le
passage d'un torrent, et par quelques postes de Cosaques qui se
replièrent à notre approche; à midi, nous avions atteint deux villages
situés sur une hauteur, et dont les habitants eurent à peine le temps de
se sauver en nous abandonnant leurs provisions. Les soldats se livraient
à la joie que cause un moment d'abondance, lorsque l'on entendit crier:
_Aux armes!_ L'ennemi s'avançait et venait de replier nos avant-postes.
Les troupes sortirent des villages, se formèrent en colonne, et se
remirent en marche en présence de l'ennemi. Mais ce n'étaient plus
quelques Cosaques comme ceux que nous avions rencontrés jusqu'à ce
moment; c'étaient des escadrons entiers manœuvrant en ordre, et
commandés par le général Platow lui-même. Nos tirailleurs les
continrent; les colonnes pressèrent le pas en faisant leurs dispositions
contre la cavalerie. Quelque nombreuse que fût cette cavalerie, nous ne
la craignions guère, car jamais les Cosaques n'ont osé charger à fond un
carré d'infanterie; mais bientôt plusieurs pièces de canon en batterie
ouvrirent leur feu sur nos colonnes. Cette artillerie suivait le
mouvement de la cavalerie, et se transportait, sur des traîneaux,
partout où elle pouvait agir utilement. Jusqu'à la chute du jour, le
maréchal Ney ne cessa de lutter contre tant d'obstacles, en profitant
des moindres accidents du terrain. Au milieu des boulets qui tombaient
dans nos rangs, et malgré les cris et les démonstrations d'attaque des
Cosaques, nous marchions du même pas. La nuit approchait, l'ennemi
redoubla d'efforts. Il fallut quitter la route et se jeter à gauche le
long des bois qui bordent le Dniéper. Déjà les Cosaques s'étaient
emparés de ces bois; le 4e et le 18e, sous la conduite du général
d'Hénin, furent chargés de les en chasser. Pendant ce temps,
l'artillerie ennemie prit position sur le bord opposé d'un ravin que
nous devions passer. C'était là que le général Platow comptait nous
exterminer tous.

Je suivis mon régiment dans le bois. Les Cosaques s'éloignèrent; mais le
bois était profond et assez épais, il fallait faire face dans toutes les
directions pour se garantir des surprises. La nuit vint, nous
n'entendions plus rien autour de nous; il était plus que probable que le
maréchal Ney continuait de se porter en avant. Je conseillai au général
d'Hénin de suivre son mouvement; il s'y refusa pour éviter les reproches
du maréchal, s'il quittait sans son ordre le poste où il l'avait placé.
Dans ce moment, de grands cris qui annonçaient une charge se firent
entendre en avant de nous et déjà à quelque distance; il devenait donc
certain que notre colonne continuait sa marche, et que nous allions en
être coupés. Je redoublai mes instances, en assurant au général d'Hénin
que le maréchal, dont je connaissais bien la manière de servir, ne lui
enverrait point d'ordre, parce qu'il s'en rapportait à chaque commandant
de troupes pour agir selon les circonstances; que d'ailleurs il était
trop éloigné pour pouvoir maintenant communiquer avec nous, et que le
18e était déjà sûrement parti depuis longtemps. Le général persista dans
son refus; tout ce que je pus obtenir fut qu'il nous conduisît au point
où devait être le 18e pour réunir les deux régiments. Le 18e était
parti, et nous trouvâmes à sa place un escadron de Cosaques. Le général
d'Hénin, convaincu trop tard de la justesse de mes observations, voulut
enfin rejoindre la colonne. Mais nous avions parcouru le bois dans des
directions si diverses, que nous ne pouvions plus reconnaître notre
chemin; les feux que l'on voyait allumés de différents côtés servaient
encore à nous égarer. Les officiers de mon régiment furent consultés, et
l'on suivit la direction que le plus grand nombre d'entre eux indiqua.
Je n'entreprendrai point de peindre tout ce que nous eûmes à souffrir
pendant cette nuit cruelle. Je n'avais pas plus de 100 hommes, et nous
nous trouvions à plus d'une lieue en arrière de notre colonne. Il
fallait la rejoindre au milieu des ennemis qui nous entouraient. Il
fallait marcher assez rapidement pour réparer le temps perdu, et assez
en ordre pour résister aux attaques des Cosaques. L'obscurité de la
nuit, l'incertitude de la direction que nous suivions, la difficulté de
marcher à travers bois, tout augmentait notre embarras. Les Cosaques
nous criaient de nous rendre, et tiraient à bout portant au milieu de
nous; ceux qui étaient frappés restaient abandonnés. Un sergent eut la
jambe fracassée d'un coup de carabine. Il tomba à côté de moi, en disant
froidement à ses camarades: _Voilà un homme perdu; prenez mon sac, vous
en profiterez_. On prit son sac, et nous l'abandonnâmes en silence. Deux
officiers blessés eurent le même sort. J'observais cependant avec
inquiétude l'impression que cette situation causait aux soldats, et même
aux officiers de mon régiment. Tel qui avait été un héros sur le champ
de bataille, paraissait alors inquiet et troublé; tant il est vrai que
les circonstances du danger effrayent souvent plus que le danger
lui-même. Un très-petit nombre conservaient la présence d'esprit qui
nous était si nécessaire. J'eus besoin de toute mon autorité pour
maintenir l'ordre dans la marche, et pour empêcher chacun de quitter son
rang. Un officier osa même faire entendre que nous serions peut-être
forcés de nous rendre. Je le réprimandai à haute voix, et d'autant plus
sévèrement que c'était un officier de mérite, ce qui rendait la leçon
plus frappante. Enfin après plus d'une heure nous sortîmes du bois, et
nous trouvâmes le Dniéper à notre gauche. La direction était donc
assurée, et cette découverte donna aux soldats un moment de joie dont je
profitai pour les encourager et leur recommander le sang-froid, qui seul
pouvait nous sauver. Le général d'Hénin nous remit en marche le long du
fleuve pour empêcher l'ennemi de nous tourner. Nous étions loin d'être
hors d'affaire; nous n'avions plus de doutes sur notre direction, mais
la plaine dans laquelle nous marchions permettait à l'ennemi de nous
attaquer en masse et de se servir de son artillerie. Heureusement il
faisait nuit, l'artillerie tirait un peu au hasard. De temps en temps,
les Cosaques s'approchaient avec de grands cris; nous nous arrêtions
alors pour les repousser à coups de fusil, et nous repartions aussitôt.
Cette marche dura deux lieues dans des terrains difficiles, en
franchissant des ravins si escarpés, qu'il fallait les plus grands
efforts pour remonter le bord opposé, et en passant des ruisseaux à demi
gelés où l'on avait de l'eau jusqu'aux genoux. Rien ne put ébranler la
constance des soldats; le plus grand ordre fut toujours observé, aucun
homme ne quitta son rang. Le général d'Hénin, blessé d'un éclat de
mitraille, n'en voulut rien dire pour ne pas décourager les soldats, et
continua de s'occuper du commandement avec le même zèle. Sans doute on
peut lui reprocher de s'être obstiné trop longtemps à défendre le bois
de Dniéper; mais dans des moments si difficiles l'erreur est
pardonnable. Ce qu'on ne contestera pas du moins, c'est la bravoure et
l'intelligence avec lesquelles il nous a guidés tant qu'a duré cette
marche périlleuse. La poursuite de l'ennemi se ralentit; enfin, on
découvrit quelques feux sur une hauteur en avant de nous. C'était
l'arrière-garde du maréchal Ney, qui avait fait halte en cet endroit, et
qui se remettait en marche; nous nous réunîmes à elle, et nous apprîmes
que le maréchal avait marché la veille sur l'artillerie ennemie et
l'avait forcée de lui céder le passage.

Ce fut ainsi que le 4e régiment se tira d'une position presque
désespérée. La marche continua encore une heure. Les soldats, épuisés,
avaient besoin de repos; on fit halte dans un village, où l'on trouva
quelques provisions.

Nous étions encore à huit lieues d'Orcha, et le général Platow allait
sans doute redoubler d'efforts pour nous enlever. Les moments étaient
précieux; à une heure du matin on battit la générale et l'on partit. Le
village était en flammes; l'obscurité de la nuit, éclairée seulement par
la lueur de l'incendie, répandait autour de nous une teinte lugubre. Je
regardai tristement ce spectacle. La fatigue de la journée précédente et
l'eau qui remplissait mes bottes m'avaient rendu toutes les souffrances
que j'avais éprouvées précédemment. Pouvant à peine marcher, je
m'appuyais sur le bras de M. Lalande, jeune officier de voltigeurs. Sa
conduite avait mérité quelques reproches au commencement de la campagne,
et on lui avait même refusé le grade de capitaine, auquel son ancienneté
de lieutenant lui donnait des droits. Je l'observais avec attention, et,
comme j'étais fort content de lui, je crus le moment venu de lui
promettre un dédommagement. Je lui témoignai donc ma satisfaction et mes
regrets sur le retard qu'avait éprouvé son avancement, en lui donnant ma
parole qu'il serait le premier capitaine nommé dans mon régiment. Il me
remercia avec la plus grande sensibilité, et continua de redoubler de
zèle tant que ses forces répondirent à son courage. Ce malheureux jeune
homme a fini par succomber; mais j'aime à penser que l'espérance que je
lui avais donnée aura soutenu quelque temps son courage et peut-être
adouci l'horreur de ses derniers moments.

Nous marchâmes jusqu'au jour sans être inquiétés. Aux premiers rayons du
soleil, les Cosaques reparurent, et bientôt le chemin que nous suivions
nous conduisit dans une plaine. Le général Platow, voulant profiter de
cet avantage, fit avancer sur des traîneaux cette artillerie que nous ne
pouvions ni éviter ni atteindre; et, quand il crut avoir mis le désordre
dans nos rangs, il ordonna une charge à fond. Le maréchal Ney forma
rapidement en carré chacune de ses deux divisions; la 2e, commandée par
le général d'Hénin, se trouvant d'arrière-garde, était la première
exposée. Nous fîmes prendre rang de force à tous les hommes isolés qui
avaient encore un fusil; il fallut employer les menaces les plus fortes
pour en tirer parti. Les Cosaques, faiblement contenus par nos
tirailleurs, et chassant devant eux une foule de traînards sans armes,
s'efforçaient d'atteindre le carré. Les soldats précipitaient leur
marche à l'approche de l'ennemi et sous le feu de son artillerie. Vingt
fois je les vis sur le point de se débander et de fuir chacun de leur
côté, en se livrant avec nous à la merci des Cosaques; mais la présence
du maréchal Ney, la confiance qu'il inspirait, son attitude calme au
moment d'un tel danger, les retinrent dans le devoir. Nous atteignîmes
une hauteur. Le maréchal ordonna au général d'Hénin de s'y maintenir, en
ajoutant qu'il fallait savoir mourir là pour l'honneur de la France.
Pendant ce temps, le général Ledru marchait sur Jokubow[40], village
adossé à un bois. Quand il y fut établi, nous allâmes l'y joindre: les
deux divisions prirent position en se flanquant mutuellement. Il n'était
pas encore midi, et le maréchal Ney déclara qu'il défendrait ce village
jusqu'à neuf heures du soir. Le général Platow tenta vingt fois de nous
enlever; ses attaques furent constamment repoussées, et, fatigué de tant
de résistance, il prit position lui-même vis-à-vis de nous.

Le maréchal avait envoyé dès le matin un officier polonais, qui parvint
à Orcha et y donna de nos nouvelles. L'Empereur en était parti la
veille, le vice-roi et le maréchal Davout occupaient encore la ville.

À neuf heures du soir, nous prîmes les armes et nous nous mîmes en
marche dans le plus grand silence. Les postes de Cosaques placés sur la
route se replièrent à notre approche. La marche continua avec beaucoup
d'ordre. À une lieue d'Orcha, l'avant-garde rencontra un poste avancé.
On lui répondit en français. C'était une division du 4e corps qui venait
à notre secours avec le vice-roi. Il faudrait avoir passé trois jours
entre la vie et la mort pour juger de la joie que nous causa cette
rencontre. Le vice-roi nous reçut avec une vive émotion. Il témoigna
hautement au maréchal Ney l'admiration que lui causait sa conduite. Il
félicita les généraux et les deux colonels qui restaient[41]. Ses aides
de camp nous entourèrent en nous accablant de questions sur les détails
de ce grand drame et sur la part que chacun y avait prise. Mais le temps
pressait; au bout de peu d'instants il fallut repartir pour Orcha. Le
vice-roi voulut faire notre arrière-garde; à trois heures du matin, nous
entrâmes dans la ville. Quelques maisons assez misérables du faubourg
nous servirent d'asile. On promit des distributions pour le lendemain,
et il nous fut enfin permis de prendre un peu de repos.

Ainsi se termina cette marche hardie, l'un des plus curieux épisodes de
la campagne. Elle couvrit de gloire le maréchal Ney, et le 3e corps lui
dut son salut, si l'on peut donner le nom de corps d'armée à 8 ou 900
hommes qui arrivèrent à Orcha, reste des 6,000 qui avaient combattu à
Krasnoi.



CHAPITRE VI.

RETRAITE D'ORCHA À LA BÉRÉSINA.

MOUVEMENTS DES AUTRES CORPS.--PROGRÈS DE LA DÉSORGANISATION DANS
L'ARMÉE.--MARCHE D'ORCHA À VÉZÉLOVO.--MOUVEMENTS DES TROIS ARMÉES
RUSSES.--RÉUNION DES 2e, 6e ET 9e CORPS À LA GRANDE ARMÉE.--PASSAGE DE
LA BÉRÉSINA.--AFFAIRE DU 28 NOVEMBRE.


Pendant que le 3e corps soutenait la terrible lutte que je viens de
raconter, l'Empereur avait marché rapidement sur Orcha, toujours
poursuivi par les troupes légères des Russes. Le détail de ce mouvement
n'offre d'intéressant que la mort funeste de 300 hommes du 1er corps,
brûlés à Lyady dans une grange où ils avaient passé la nuit. Ces
malheureux, en voulant se sauver, s'accrochèrent tellement les uns aux
autres, qu'aucun d'eux ne put sortir. Tous périrent; un seul respirait
encore, et l'on fut obligé, pour l'achever, de lui tirer deux coups de
fusil.

J'ai dit, à la fin du troisième chapitre, dans quelle situation se
trouvait l'armée, et combien il était nécessaire de prévenir les Russes
au passage de la Bérézina; aussi Napoléon, sans s'arrêter à Orcha,
suivit la route de Borisow. Cette ville est située sur la Bérézina, à
trente lieues d'Orcha; la division de Dombrowski y était établie pour
garder le pont.

Ici commence pour le 3e corps une époque nouvelle. On vient de voir ce
corps d'armée chargé seul de l'arrière-garde depuis Viasma, c'est-à-dire
pendant un intervalle de dix-huit jours et une distance de soixante
lieues. Réuni maintenant à la Grande Armée et marchant dans ses rangs,
le 3e corps n'aura plus à partager que les fatigues et les privations
communes.

À peine avions-nous pris trois heures de repos à Orcha, qu'on voulut
songer aux distributions; mais nous devions encore être privés de cette
faible ressource. Les Russes, parvenus sur l'autre bord du Dniéper,
commencèrent à incendier la ville avec des obus; les bâtiments où
étaient les magasins se trouvaient fort en vue et servaient de points de
mire. Il devint impossible de faire aucune distribution régulière;
quelques soldats rapportèrent de l'eau-de-vie et de la farine au péril
de leur vie; et le maréchal Davout, maintenant chargé de
l'arrière-garde, pressa notre départ. À huit heures du matin, nous
étions sur la route de Borisow.

Cette route est une des plus belles que l'on puisse voir, et sa largeur
permettait de faire marcher de front plusieurs colonnes. Pour la
première fois, n'ayant point à songer à l'ennemi, j'observai la
situation de mon régiment; à peine me restait-il 80 hommes, et comment
espérer de conserver ce petit nombre de soldats, auxquels on ne pouvait
donner un instant de repos? Je remarquais avec douleur le mauvais état
de leur habillement et de leur chaussure, leur maigreur et l'air
d'abattement répandu sur leur visage. Les autres régiments du 3e corps
étaient peut-être encore en plus mauvais état que le mien. Le manque de
vivres seul aurait suffi pour détruire l'armée, quand toutes les autres
calamités ne s'y seraient pas jointes. Depuis longtemps les provisions
de Moscou étaient consommées, les charrettes qui les portaient
abandonnées, les chevaux morts sur la route. On a vu jusqu'à présent
quelle part nous avions eue aux distributions, qui d'ailleurs n'eurent
lieu qu'à Smolensk et à Orcha. Quant aux ressources du pays, on peut
juger de ce qui restait dans les lieux que les troupes qui nous
précédaient venaient de traverser. Aussi vivions-nous d'une manière
miraculeuse, tantôt avec de la farine détrempée dans l'eau sans sel,
tantôt avec un peu de miel ou quelques morceaux de chair de cheval, et
sans autre boisson que la neige fondue. En approchant de Wilna, nous
trouvâmes une espèce de boisson faite avec des betteraves. La rigueur du
froid était fort diminuée; on se rappelle que nous avions trouvé le
Dniéper à peine gelé, et pourtant ce changement de température ne nous
fut d'aucun avantage, car le demi-dégel ne faisait que rendre le terrain
glissant, ce qui usait la chaussure et augmentait la fatigue. Je
rencontrai, à quelque distance d'Orcha, M. Lanusse, capitaine de mon
régiment, qui avait perdu la vue par un coup de feu à la prise de
Smolensk; une cantinière de sa compagnie le conduisait et en prenait le
plus grand soin. Il me raconta qu'après avoir été pris et pillés par les
Cosaques à Krasnoi, ils avaient trouvé moyen de s'échapper et qu'ils
allaient s'efforcer de nous suivre. Peu de temps après, on les trouva
sur la route morts et dépouillés.

Les autres corps d'armée avec lesquels nous marchions avaient perdu
moins d'hommes que nous; mais leur misère était aussi grande et leur
désorganisation aussi complète. À cet égard, la jeune garde ne se
distinguait pas du reste de l'armée. Depuis longtemps la cavalerie
n'existait plus. Napoléon réunit les officiers qui avaient encore un
cheval pour en former autour de lui des espèces de gardes du corps, dont
les colonels étaient sous-officiers et les généraux officiers. Ce corps,
auquel il a donné le nom d'_escadron sacré_, était lui-même sous les
ordres immédiats du roi de Naples; mais les malheurs de la retraite
empêchèrent d'en tirer parti; il fut dispersé aussitôt que réuni.

En cinq jours de marche, l'armée atteignit les bords de la Bérézina.
Nous retrouvâmes à Tolotschin le grand quartier général. L'Empereur
félicita le maréchal Ney sur son expédition du Dniéper; il lui parla
ensuite avec beaucoup de calme des dangers qui attendaient l'armée au
passage de la Bérézina et dont il ne se dissimulait pas l'étendue. Nous
passâmes deux nuits à couvert dans les petites villes de Bobr et de
Natcha. Je n'en dirai pas autant de Némonitsa, village à une lieue en
arrière de Borisow; le voisinage de la Bérézina y causait un grand
encombrement, et les soldats de tous les corps d'armée s'entassaient
pêle-mêle avec les blessés. Un général, dont j'ignore le nom, logeait
dans une assez bonne maison. Le major de mon régiment imagina de lui
demander l'hospitalité pour nous; il la refusa, ce qui était
immanquable, et le major, très-mécontent de son refus, s'emporta au
point de menacer de mettre le feu à la maison, tant l'indiscipline était
poussée loin à cette époque. Je réprimandai fortement mon major, et
après avoir fait en son nom des excuses au général, je passai la nuit
avec les officiers de mon régiment entre les quatre murs d'une
chaumière, dont la toiture avait été enlevée.

Avant de raconter le passage de la Bérézina, il est nécessaire de dire
un mot de la situation générale de l'armée et de celle de l'ennemi.

On a vu, à la fin du troisième chapitre, que le général Wittgenstein
avait pris Polotzk le 18 octobre, et que le 2e corps, chassé de sa
position sur le Dniéper, se rapprochait de la route que nous suivions.
Aussitôt que le duc de Bellune fut arrivé avec le 9e et eut relevé le
2e, le duc de Reggio vint prendre position à Bobr. Le duc de Bellune,
après une affaire indécise à Tchasniki, le 14 novembre, contint le
général Wittgenstein jusqu'au 22, et commença ensuite son mouvement
rétrograde pour se rapprocher de la Grande Armée.

D'un autre côté, l'amiral Tchitchagoff, venant de la Moldavie, surprit
la ville de Minsk le 16 novembre, et s'empara de tous les magasins qu'on
y avait réunis. Son avant-garde enleva le pont de Borisow le 21, malgré
la vive résistance du général Dombrowski, passa la Bérézina, et se porta
au-devant de l'Empereur sur la route d'Orcha. Le duc de Reggio marcha à
la rencontre des Russes, les repoussa jusqu'à Borisow, et les rejeta de
l'autre côté de la Bérézina, dont ils brûlèrent le pont. Enfin le
général en chef Kutusow, qui nous suivait depuis Moscou avec la grande
armée, continuait son mouvement sur notre flanc gauche, et combinait ses
opérations avec celles des autres corps. Ainsi trois armées russes se
préparaient à cerner l'armée française sur les bords de la Bérézina:
l'armée de Moldavie, placée sur la rive opposée, en empêchant le
passage; le corps du général Wittgenstein, en pressant l'arrière-garde
par la droite et la repoussant sur le centre; la grande armée, en
appuyant le même mouvement par la gauche. À des attaques aussi
formidables se joignaient l'impossibilité de faire vivre les troupes
françaises réunies dans un très-petit espace, la nécessité de construire
un pont sur la Bérézina en présence de l'ennemi, enfin la fatigue et
l'épuisement de notre armée. Cependant la réunion des 2e et 9e corps,
celui-ci presque intact, celui-là beaucoup mieux conservé que les
nôtres, devait nous être d'un grand secours; il nous restait encore
50,000 combattants, 5,000 cavaliers, une artillerie nombreuse, le génie
de l'Empereur et le courage que donne le désespoir. D'ailleurs la
lenteur de la poursuite de la grande armée russe la mettait hors de
ligne, puisque le général Kutusow passait seulement le Dniéper à Kopis
le 26 novembre, tandis que dès le 25 toute l'armée française se trouvait
réunie sur les bords de la Bérézina, à trois jours de marche en avant de
lui. Il s'agissait donc de forcer le passage de la rivière assez
rapidement pour ne point être atteint par le général Kutusow, et
n'avoir, par conséquent, à combattre que deux armées au lieu de trois.
Le 2e corps, placé à Borisow, devait tenter le passage; le 9e, retarder
la marche du général Wittgenstein sur la rive gauche; les autres corps,
trop épuisés pour pouvoir rien entreprendre, reçurent l'ordre de marcher
entre le 2e et le 9e; la garde impériale était la dernière ressource.

Dès le 24, l'Empereur s'occupait de chercher un passage. On ne pouvait
le tenter à Borisow même, car il eût fallu construire et traverser un
pont sous le feu des batteries ennemies qui bordaient la rive opposée.
Au-dessous de Borisow, à Ucholoda, nous nous serions rapprochés du
général Kutusow, qu'il était si important d'éviter. À trois lieues
au-dessus de Borisow, au contraire, au village de Vésélovo, le terrain
nous favorisait; les hauteurs de notre côté dominaient la rive opposée,
et le passage pouvait être tenté sur ce point, d'autant mieux qu'on
trouvait de l'autre côté la route de Zembin, par laquelle on ramènerait
l'armée à Wilna. Napoléon prit ce dernier parti. La journée du 25 fut
employée à faire des démonstrations de passage à Ucholoda et surtout à
Borisow. L'amiral Tchitchagoff, n'ayant en tout que 20,000 hommes
d'infanterie, ne pouvait occuper en force tous les points du passage; il
porta sa principale attention sur Borisow et sur les points au-dessous
de cette ville, par où le général Kutusow l'assurait que l'armée
française devait se diriger. Cependant, dans la nuit du 25 au 26, le 2e
corps se porta à Vésélovo; l'Empereur y arriva le 26 à la pointe du
jour. Quelques cavaliers avec des voltigeurs en croupe passèrent à la
nage et attaquèrent les avant-postes russes. Aussitôt 30 pièces de canon
furent établies sur les hauteurs qui dominaient la rive opposée pour
empêcher l'ennemi de s'y établir. Sous la protection de cette
artillerie, les pontonniers, enfoncés dans l'eau glacée, travaillèrent à
la construction de deux ponts qu'ils terminèrent avant la nuit. Le 2e
corps passa et repoussa les Russes sur la route de Borisow; les autres
corps d'armée le suivirent. Le 3e corps arriva le soir à Vésélovo, et
passa la Bérézina un peu avant le jour. Beaucoup d'hommes restèrent sur
la rive gauche, croyant passer plus facilement le lendemain matin; les
autres se dispersèrent sur les marais à demi gelés qui bordaient la rive
droite, cherchant vainement un abri contre la rigueur du froid.

Au point du jour, le 3e corps se reforma et prît position derrière le
2e, dans un bois que traverse la route. La journée se passa
tranquillement. Tchitchagoff, instruit du passage de notre armée,
réunissait ses troupes pour nous attaquer, pendant que les 1er, 4e et 5e
corps, l'Empereur et la garde impériale, les parcs d'artillerie et les
bagages, passaient sans discontinuer sur les ponts qui se rompaient à
chaque instant. Le passage s'effectua d'abord avec assez d'ordre; mais
la foule grossissait sans cesse, et la confusion devint bientôt telle,
que les troupes se virent obligées d'employer la force pour se faire
jour.

Le froid avait repris de nouveau; la neige tombait avec violence, et les
feux que nous allumions pouvaient à peine nous réchauffer. Je n'en
résolus pas moins d'employer utilement cette journée. Depuis Smolensk,
je n'avais eu ni le temps ni le courage d'observer de près la
destruction de mon régiment. Ce jour-là, je me décidai à entrer dans ces
tristes détails. J'appelai près de moi les officiers, et j'en fis
l'appel avec la liste que j'avais apportée de Moscou; mais que de
changements depuis cette époque! De 70 officiers à peine en restait-il
40, et la plupart étaient malades ou épuisés de fatigue. Je m'entretins
longtemps avec eux de notre situation présente; je donnai à plusieurs
les éloges que méritait leur conduite vraiment héroïque; j'en
réprimandai d'autres qui montraient plus de faiblesse, et je leur promis
surtout de chercher toujours à les encourager par mon exemple. Presque
tous les cadres de compagnies avaient été détruits à Krasnoi, ce qui
rendait la discipline beaucoup plus difficile. Je formai deux pelotons
des soldats qui restaient, le premier composé de grenadiers et
voltigeurs, le second des compagnies du centre. Je désignai les
officiers qui devaient les commander, et j'ordonnai aux autres de
prendre chacun un fusil et de marcher toujours avec moi à la tête du
régiment. J'étais moi-même au bout de mes dernières ressources: je
n'avais plus qu'un cheval; mon dernier porte-manteau fut perdu au
passage de la Bérézina, il ne me resta que ce que j'avais sur le corps,
et nous étions encore à 50 lieues de Wilna, à 80 du Niémen: mais je
comptais pour peu mes souffrances et mes privations personnelles au
milieu de tant de malheurs. Le maréchal Ney avait tout perdu comme nous,
ses aides de camp mouraient de faim, et je me souviens avec
reconnaissance qu'ils eurent plus d'une fois la bonté de partager avec
moi le peu de vivres qu'ils pouvaient se procurer[42].

Ce même soir, le 9e corps éprouva sur la rive droite un événement bien
funeste. Le duc de Bellune était arrivé le 26 à Borisow, toujours suivi
par le général Wittgenstein. Il vint prendre position le 27 sur les
hauteurs de Vésélovo pour protéger le passage et l'effectuer lui-même.
La division Partouneaux, qui faisait son arrière-garde, fut laissée à
Borisow, avec ordre de venir le joindre la nuit. Ce général, n'ayant
point de guide et trompé, à ce qu'il paraît, par les feux de l'ennemi,
prit une fausse route, tomba au milieu des troupes du général
Wittgenstein, et fut pris avec toute sa division forte de 4,000 hommes.
Wittgenstein, n'ayant plus rien qui l'arrêtât, marcha rapidement sur
Vésélovo.

Le lendemain 28, le combat s'engagea vivement des deux côtés de la
rivière. L'amiral Tchitchagoff sur la rive gauche, le général
Wittgenstein sur la rive droite, réunirent leurs efforts pour repousser
nos troupes et les précipiter dans la Bérézina. On ne pouvait opposer
aux attaques de l'amiral que le 2e corps et une partie du 5e; trois
faibles bataillons placés sur la grande route servaient de réserve;
c'était ce qui restait des 1er, 3e et 8e corps. Le combat se soutint
quelque temps; mais le 2e corps, pressé par des forces supérieures,
commençait à plier. Nos réserves, atteintes de plus près par les
boulets, se portèrent en arrière. Ce mouvement fit fuir tous les isolés
qui remplissaient le bois, et qui, dans leur frayeur, coururent jusqu'au
pont. La jeune garde elle-même fut ébranlée. Bientôt il n'y avait plus
de salut que dans la vieille garde; nous étions prêts à vaincre ou à
mourir avec elle. En un instant tout changea de face, et les lieux qui
devaient être le tombeau de la Grande Armée furent les témoins de son
dernier triomphe. Le duc de Reggio, après une héroïque résistance,
venait d'être blessé; le maréchal Ney le remplaça aussitôt. L'illustre
guerrier, qui avait sauvé le 3e corps à Krasnoi, sauva sur les bords de
la Bérézina l'armée tout entière et l'Empereur lui-même. Il rallia le 2e
corps et reprit hardiment l'offensive. Son expérience guidait les
généraux, comme son courage animait les soldats. Les cuirassiers de
Doumerc enfoncèrent les carrés, enlevèrent des pièces de canon.
L'infanterie française et polonaise seconda leurs efforts; 4,000
prisonniers et 5 pièces de canon furent le prix de la victoire. Nous
accueillîmes avec transports les braves soldats qui conduisaient ces
brillants trophées. Leur valeur décida de la journée. Tchitchagoff, qui
ne s'attendait plus à trouver des ennemis si redoutables, ne renouvela
pas ses attaques. La nuit vint; le 2e corps garda sa position, les
autres corps rentrèrent dans le bois et reprirent leurs bivouacs. Cette
nuit fut aussi pénible que les précédentes; mais ce n'étaient plus nous
qu'il fallait plaindre, c'étaient les malheureux restés sur l'autre
rive.

Le désordre avait été toujours en croissant pendant la journée et la
nuit du 27. Le 28 au matin, le pont destiné aux voitures se rompit tout
à fait; l'artillerie et les bagages se portèrent sur le pont destiné à
l'infanterie et s'y ouvrirent de force un passage. Il ne restait de
troupes sur cette rive que les deux divisions du 9e corps; mais une
multitude innombrable de fourgons, de voitures de toute espèce, de
soldats isolés et d'individus non combattants, parmi lesquels se
trouvaient beaucoup de femmes et d'enfants. On avait ordonné
expressément que le passage fût d'abord réservé aux troupes; les
voitures ainsi que les blessés, les malades et autres individus que
l'armée traînait après elle, devaient passer ensuite, protégés par le 9e
corps, qui fermait la marche. Mais le général Wittgenstein, ayant, comme
on l'a dit, enlevé la division Partouneaux tout entière, attaqua le duc
de Bellune, le 28 au matin, près de Vésélovo, et renouvela de ce côté
les efforts que faisait l'amiral sur l'autre rive. Le duc de Bellune
déploya dans sa résistance tout ce que peuvent inspirer le talent et la
valeur; mais, pressé par des forces supérieures, il ne pouvait empêcher
les progrès de l'ennemi. Vers le soir, l'artillerie russe, prenant une
position avantageuse, fit feu sur cette masse confuse qui couvrait la
plaine. Le désordre fut alors à son comble; les chevaux et les voitures
passaient sur le corps des hommes qu'ils renversaient. Chacun, ne
pensant qu'à son propre salut, cherchait, pour se frayer un passage, à
abattre son voisin à ses pieds ou à le jeter dans la rivière. Au milieu
de cette confusion, les boulets de canon frappaient ceux qui se
soutenaient encore et brisaient les voitures; un grand nombre d'hommes
périrent sur le pont; d'autres essayant de passer à la nage se noyèrent
au milieu des glaçons. Il était nuit; le 9e corps se défendait encore.
Bientôt, repliant successivement ses troupes, le duc de Bellune se fit
jour jusque sur le pont, le passa précipitamment et y mit le feu. Les
morts et mourants qui le couvraient furent engloutis dans les flots, et
tous ceux qui étaient sur l'autre bord tombèrent au pouvoir de l'ennemi,
ainsi que les bagages, beaucoup d'artillerie, les voitures des
particuliers, les trophées de Moscou, enfin tout ce qui avait échappé
aux désastres précédents. Plus de 15,000 hommes périrent ou furent pris
dans cette affreuse journée.



CHAPITRE VII

RETRAITE DE LA BÉRÉZINA À WILNA.


PREMIERS JOURS DE MARCHE.--IMPOSSIBILITÉ DE FORMER UNE
ARRIÈRE-GARDE.--LES RESTES DU 3e CORPS REJOIGNENT LE QUARTIER
GÉNÉRAL.--DÉPART DE L'EMPEREUR.--NOUVELLE RIGUEUR DU FROID.--L'ARMÉE
ARRIVE À WILNA.


La Bérézina était passée et le projet des Russes avait échoué; mais la
déplorable situation de l'armée rendait de plus en plus difficile de
résister à de nouvelles attaques. Les 2e et 9e corps, qui s'étaient
sacrifiés pour nous ouvrir le passage de la Bérézina, se trouvaient
presque en aussi mauvais état que nous, et le salut de l'armée ne
dépendait que de la rapidité de sa fuite. Aussi cette partie de la
retraite, la plus désastreuse de toutes, n'offre-t-elle qu'une marche
précipitée ou plutôt une longue déroute sans aucune opération militaire.
On espérait rallier l'armée à Wilna, sous la protection de quelques
troupes qui s'y trouvaient. Nous en étions encore à cinquante-quatre
lieues par le chemin de traverse de Zembin, qui rejoint la grande route
à Molodestchno; l'on suivit cette direction.

Dès le 28, lorsque l'attaque de Tchitchagoff eut été repoussée, Napoléon
quitta les bords de la Bérézina, et se porta à Zembin avec la garde et
les 1er, 4e et 5e corps. Le 29 au matin les 2e et 9e commencèrent leur
retraite, suivis par le 3e. La route de Zembin est une chaussée élevée
sur des marais et construite en bois, comme plusieurs autres de ce pays;
quelques ponts très-longs traversent des courants d'eau qui se jettent
dans la Bérézina. Cette disposition de terrain rendait la marche pénible
et lente; car les marais n'étant qu'à demi gelés, il fallait que la
colonne entière défilât sur cette chaussée souvent très-étroite; mais on
se consolait de cet inconvénient en pensant que si l'ennemi, moins
occupé de défendre la route de Minsk, eût porté plus d'attention sur
celle de Wilna, il lui aurait suffi de brûler un des ponts pour nous
engloutir tous dans les marais. Après avoir passé un de ces défilés, le
3e corps s'arrêta quelque temps pour se rallier. Là je vis passer
pêle-mêle des officiers de tous grades, des soldats, des domestiques,
quelques cavaliers traînant avec peine leurs chevaux, des blessés et
écloppés se soutenant mutuellement. Chacun racontait la manière
miraculeuse dont il avait échappé au désastre de la Bérézina, et se
félicitait d'avoir pu sauver sa vie en abandonnant tout ce qu'il
possédait. Je remarquai un officier italien respirant à peine et porté
par deux soldats que sa femme accompagnait. Vivement touché de la
douleur de cette femme et des soins qu'elle rendait à son mari, je lui
donnai ma place auprès d'un feu qu'on avait allumé. Il fallait toute
l'illusion de sa tendresse pour ne pas s'apercevoir de l'inutilité de
ses soins. Son mari avait cessé de vivre, et elle l'appelait encore
jusqu'au moment où, ne pouvant plus douter de son malheur, elle tomba
évanouie sur son corps. Tels étaient les tristes spectacles que nous
avions journellement sous les yeux, quand nous nous arrêtions un
instant, sans compter les querelles des soldats qui se battaient pour un
morceau de cheval ou un peu de farine; car depuis longtemps le seul
moyen de conserver sa vie était d'arracher de force les provisions à
ceux qui les portaient ou de profiter d'un moment de sommeil pour les
leur enlever. Ce même jour, j'appris la mort de M. Alfred de Noailles,
aide de camp du prince de Neufchâtel, qui avait été tué la veille auprès
du duc de Reggio. Jusqu'à ce moment je n'avais perdu aucun de mes amis,
et j'en éprouvai une douleur bien vive. Le maréchal Ney, à qui j'en
parlai, me dit pour toute consolation _que c'était apparemment son tour,
et qu'enfin il valait mieux que nous le regrettions que s'il nous
regrettait_. Dans de pareilles occasions il témoignait toujours la même
insensibilité; une autre fois je lui entendis répondre à un malheureux
blessé qui lui demandait de le faire emporter: _Que veux-tu que j'y
fasse? tu es une victime de la guerre_; et il passa son chemin. Ce n'est
pas assurément qu'il fût méchant ni cruel; mais l'habitude des malheurs
de la guerre avait endurci son cœur. Pénétré de l'idée que tous les
militaires devaient mourir sur le champ de bataille, il trouvait tout
simple qu'ils remplissent leur destinée, et l'on a vu d'ailleurs dans ce
récit qu'il ne faisait pas plus de cas de sa vie que de celle des
autres.

Le 3e corps arriva le 29 à Zembin, et le 30 à Kamen. À peine la marche
était-elle commencée, que le duc de Bellune déclarait ne pouvoir plus
faire l'arrière-garde. Il essaya même de passer en avant, et de laisser
le 3e corps exposé aux attaques de l'avant-garde russe, ce qui causa une
discussion assez vive entre lui et le maréchal Ney. On eut recours à
l'autorité de Napoléon, qui ordonna au duc de Bellune[43] de rester à
l'arrière-garde et de protéger la retraite. Mais ce qui venait de se
passer donnait peu de confiance en l'appui du 9e corps; aussi le
maréchal Ney voulut-il éloigner du danger les restes du 3e, c'est-à-dire
quelques officiers et les aigles des régiments. On réunit, sous le
commandement d'un capitaine[44], les soldats en état de combattre; à
peine s'en trouva-t-il cent. Cette troupe fut destinée à servir
d'escorte au maréchal. Tout le reste partit de Kamen à minuit, sous les
ordres du général Ledru, pour s'efforcer de rejoindre l'Empereur, afin
de marcher avec la garde impériale et sous sa protection. Il fallait
d'autant plus se hâter, que le quartier général avait un jour d'avance
sur nous, et marchait à grandes journées. Aussi, pendant deux jours et
trois nuits, nous marchâmes presque sans nous arrêter; et quand l'excès
de la fatigue nous forçait de prendre un peu de repos, nous nous
réunissions tous dans une grange avec les aigles des régiments et
quelques soldats encore armés qui veillaient à leur défense. Bientôt on
donna l'ordre de briser les aigles et de les enterrer. Je ne pus y
consentir. Je fis brûler le bâton et mettre l'aigle dans le sac d'un des
porte-aigles, à côté duquel je marchais constamment. On avait en même
temps renouvelé l'ordre déjà donné aux officiers de s'armer de fusils.
Cet ordre était inexécutable; les officiers, malades et exténués,
n'avaient plus la force de se servir d'une arme. Plusieurs succombèrent
pendant ce trajet; l'un d'eux, qui venait de se marier en France, fut
trouvé mort auprès d'un feu, tenant le portrait de sa femme fortement
serré contre son cœur. Peu s'en fallut même que nous ne fussions tous
enlevés par les Cosaques dans la petite ville d'Ilïa. Un bataillon de la
vieille garde, qui heureusement était resté avec le comte de Lobau pour
garder la position, nous aida à nous en débarrasser. Le 3, nous
rejoignîmes le quartier général entre Ilïa et Molodetschno; mais ce
quartier général, si brillant au commencement de la guerre, était devenu
méconnaissable. La garde marchait en désordre; on lisait sur la figure
des soldats le mécontentement et la tristesse. L'Empereur était en
voiture avec le prince de Neufchâtel; un petit nombre d'équipages, de
chevaux de main et de mulets échappés à tant de désastres suivaient la
voiture. Les aides de camp de l'Empereur, ainsi que ceux du prince de
Neufchâtel, menaient par la bride leurs chevaux, qui se soutenaient à
peine. Quelquefois, pour prendre un peu de repos, ils s'asseyaient
derrière la voiture. Au milieu de ce triste cortége, une foule
d'écloppés de tous les régiments marchaient sans aucun ordre, et la
forêt de sapins que nous traversions, en répandant une couleur sombre
sur tout ce tableau, semblait encore en augmenter l'horreur. Au sortir
de la forêt, nous arrivâmes à Molodetschno, lieu de l'embranchement de
la grande route de Minsk à Wilna.

Il était de la plus grande importance pour nous d'atteindre ce point
avant que les Russes eussent pu s'en emparer et nous fermer le passage.
La rapidité de notre marche prévint ce malheur; mais l'ennemi ne cessait
de nous harceler dans toutes les directions. Depuis la Bérézina, leurs
trois armées avaient continué de marcher sur trois routes différentes.
Tchitchagoff, avec l'armée de Moldavie, faisait l'avant-garde et suivait
la même route que nous; Kutusow marchait sur notre flanc gauche;
Wittgenstein sur notre flanc droit.

Le 6e corps, commandé par le général de Wrède, s'était, après l'affaire
de Polotzk, retiré successivement jusqu'à Doksistzy; il continua son
mouvement par Vileika et Nemenczin sur Wilna. Cette marche couvrait le
flanc droit de l'armée; mais le 6e corps était tellement détruit que
l'on n'en pouvait attendre qu'un faible secours. Les Cosaques, tombant à
l'improviste au milieu de notre colonne, massacraient presque sans
défense tout ce qui se trouvait sous leur main. À Plechtchnitsy, le duc
de Reggio, blessé, fut attaqué dans une maison de bois où il était logé;
un boulet de canon brisa le lit sur lequel il reposait et dont un des
éclats, lui fit une seconde blessure. Il ne dut son salut qu'à quelques
officiers, également blessés, qui soutinrent un siège dans la maison
jusqu'à l'arrivée des premières troupes françaises. À Chotaviski, à
Molodetschno, le 9e corps, qui faisait l'arrière-garde, fut vivement
attaqué et mis dans une déroute complète. Le duc de Bellune déclara même
que ce serait là son dernier effort, et que, dans l'état où étaient les
troupes, il allait hâter sa marche, en évitant toute espèce
d'engagement[45]. Napoléon, ne pouvant plus rien entreprendre avec une
armée tellement détruite, et craignant d'ailleurs l'effet qu'allait
produire en Allemagne la nouvelle de ce désastre, se décida à quitter
l'armée et à retourner en France, afin de demander de nouveaux secours
pour continuer la guerre. Le moment était favorable, car l'occupation de
Molodetschno venait de rouvrir la communication avec Wilna. Le 5
décembre, il écrivit à Smorghoni le fameux 29e bulletin et partit le
soir même en traîneau avec le grand maréchal, le grand écuyer et le
comte de Lobau, son aide de camp, laissant au roi de Naples le
commandement de l'armée. Ce départ fut jugé diversement. Les uns
crièrent à l'abandon; d'autres se consolèrent en pensant que l'Empereur
reviendrait bientôt, à la tête d'une nouvelle armée, pour nous venger.
Plusieurs se contentèrent de dire qu'ils voudraient bien pouvoir s'en
aller comme lui.

Dans la situation de l'armée, cet événement était pour elle une nouvelle
calamité. L'opinion que l'on avait du génie de l'Empereur donnait de la
confiance; la crainte qu'il inspirait retenait dans le devoir. Après son
départ chacun fit à sa tête, et les ordres que donna le roi de Naples ne
servirent qu'à compromettre son autorité. J'ai raconté que les cadres du
3e corps avaient rejoint la garde impériale et marchaient sous sa
protection. Dès le lendemain du départ de Napoléon, le roi de Naples
voulut les envoyer à l'arrière-garde. Le général Ledru, qui nous
commandait, n'en continua pas moins sa marche. La division Loison, forte
de 10,000 hommes, ainsi que deux régiments napolitains, étaient venus de
Wilna prendre position à Oszmiana pour protéger la retraite de l'armée.
En deux jours de bivouac, sans un seul combat, le froid les réduisit
presque au même point que nous; le mauvais exemple des autres régiments
acheva de les désorganiser; ils furent entraînés dans la déroute
générale, et tous les débris de l'armée vinrent se jeter pêle-mêle dans
Wilna.

Il est inutile, à cette époque, de raconter en détail chaque journée de
marche; ce ne serait que répéter le récit des mêmes malheurs. Le froid,
qui semblait ne s'être adouci que pour rendre plus difficile le passage
du Dniéper et de la Bérézina, avait repris avec plus de force que
jamais. Le thermomètre baissa d'abord à 15° et 18°, ensuite à 20° et
25°, et la rigueur de la saison acheva d'accabler des hommes déjà à demi
morts de faim et de fatigue. Je n'entreprendrai point de peindre les
spectacles que nous avions sous les yeux. Qu'on se représente des
plaines à perte de vue couvertes de neige, de longues forêts de pins,
des villages à demi brûlés et déserts, et à travers ces tristes contrées
une immense colonne de malheureux, presque tous sans armes, marchant
pêle-mêle et tombant à chaque pas sur la glace auprès des carcasses des
chevaux et des cadavres de leurs compagnons. Leurs figures portaient
l'empreinte de l'accablement ou du désespoir, leurs yeux étaient
éteints, leurs traits décomposés et entièrement noirs de crasse et de
fumée. Des peaux de mouton, des morceaux de drap leur tenaient lieu de
souliers; ils avaient la tête enveloppée de chiffons, les épaules
revêtues de couvertures de chevaux, de jupons de femme, de peaux à demi
brûlées. Aussi, dès que l'un deux tombait de fatigue, ses camarades le
dépouillaient avant sa mort pour se revêtir de ses haillons. Chaque
bivouac ressemblait le lendemain à un champ de bataille, et l'on
trouvait morts à côté de soi ceux auprès desquels on s'était couché la
veille. Un officier de l'avant-garde russe, témoin de ces scènes
d'horreur que la rapidité de notre fuite nous empêchait de bien
observer, en a fait un tableau après lequel il n'y a rien à ajouter: «La
route que nous parcourions, dit-il, était couverte de prisonniers que
nous ne surveillions plus, et qui étaient livrés à des souffrances
inconnues jusqu'alors; plusieurs se traînaient encore machinalement le
long de la route avec leurs pieds nus et à demi gelés; les uns avaient
perdu la parole; d'autres étaient tombés dans une sorte de stupidité
sauvage et voulaient, malgré nous, faire rôtir des cadavres pour les
dévorer. Ceux qui étaient trop faibles pour aller chercher du bois,
s'arrêtaient auprès du premier feu qu'ils trouvaient; là, s'asseyant les
uns sur les autres, ils se tenaient serrés autour de ce feu, dont la
faible chaleur les soutenait encore, et le peu de vie qui leur restait
s'éteignait en même temps que lui. Les maisons et les granges auxquelles
ces malheureux avaient mis le feu, étaient entourées de cadavres; car
ceux qui s'en approchaient n'avaient pas la force de fuir les flammes
qui arrivaient jusqu'à eux; et bientôt on en voyait d'autres avec un
rire convulsif se précipiter volontairement au milieu de l'incendie qui
les consumait à leur tour[46].»

Au milieu de si horribles calamités, la destruction de mon régiment me
causait une douleur bien vive. C'était là ma véritable souffrance, ou
pour mieux dire, la seule; car je n'appelle pas de ce nom la faim, le
froid et la fatigue. Quand la santé résiste aux souffrances physiques,
le courage apprend bientôt à les mépriser, surtout quand il est soutenu
par l'idée de Dieu, par l'espérance d'une autre vie; mais j'avoue que le
courage m'abandonnait en voyant succomber sous mes yeux des amis, des
compagnons d'armes, qu'on appelle à si juste titre la famille du
colonel, et qu'il semble n'avoir été appelé à commander que pour
présider à leur destruction. Rien n'attache autant que la communauté de
malheurs; aussi ai-je toujours retrouvé en eux le même attachement et le
même intérêt qu'ils m'inspiraient. Jamais un officier ou un soldat n'eut
un morceau de pain sans le venir partager avec moi. Cette réciprocité de
soins n'était point particulière à mon régiment; on la retrouvait dans
l'armée entière, dans cette armée où l'autorité était si paternelle, et
où la subordination se fondait presque toujours sur l'attachement et la
confiance. On a dit qu'à cette époque les supérieurs étaient méconnus et
maltraités; cela ne doit s'entendre tout au plus que des étrangers: car
dans l'intérieur d'un régiment, jamais un colonel n'a cessé d'être
respecté autant qu'il avait droit de l'être. Le seul moyen d'adoucir
tant de maux était de marcher réunis, de s'aider et de se secourir
mutuellement. C'est ainsi que nous avancions vers Wilna, comptant chaque
pas qui nous en rapprochait, logeant tous entassés dans de misérables
cabanes près du quartier général, arrivant la nuit, partant avant le
jour. Un tambour du 24e régiment marchait à notre tête; c'était tout ce
qui restait des tambours et des musiciens des régiments du 3e corps. Le
8 décembre, cinq jours après le départ de Napoléon, nous arrivâmes sous
les murs de Wilna[47]. J'avais pris, ce jour-là, les devants avec la
permission du général Ledru, pour tâcher d'apprendre ce qu'on voulait
faire de nous dans cette ville et quelles ressources elle offrirait. En
arrivant à la porte, j'y trouvai un encombrement et une confusion
comparables au passage de la Bérézina. Aucune précaution n'avait été
prise pour mettre de l'ordre; et, pendant que l'on s'étouffait à la
porte, il y avait à côté des passages ouverts que l'on ne connaissait
point et que personne n'indiqua. Je vins à bout d'entrer en me débattant
dans la foule. Parvenu au milieu de la ville, il me fut impossible
d'apprendre où l'on allait établir le 3e corps. Tout était en confusion
chez le gouverneur et à la municipalité. La nuit vint; j'ignorais ou
était mon régiment. Excédé de fatigue, j'entrai dans le logement du
prince de Neufchâtel, dont tous les domestiques étaient dispersés; et
après avoir soupe avec un pot de confitures sans pain, je m'endormis sur
une planche en remettant au lendemain mes recherches.



CHAPITRE VIII.

RETRAITE DE WILNA À KOWNO.


SITUATION DE L'ARMÉE DANS WILNA.--INCERTITUDE DU ROY DE NAPLES.--ATTAQUE
DES RUSSES.--DÉPART PRÉCIPITÉ.--LE MARÉCHAL NEY CHARGÉ DE
L'ARRIÈRE-GARDE.--MARCHE JUSQU'A KOWNO.


À la pointe du jour, je parcourus de nouveau la ville pour apprendre des
nouvelles de mon régiment. Le coup d'œil qu'offrait alors Wilna ne
ressemblait à rien de ce que nous avions vu jusqu'alors. Tous les pays
que nous venions de parcourir portaient l'empreinte de la destruction
dont nous étions les auteurs et les victimes. Les villes étaient
brûlées, les habitants en fuite; le peu qu'il en restait partageait
notre misère, et la malédiction divine semblait avoir frappé de mort
autour de nous la nature entière. Mais à Wilna, les maisons étaient
conservées; les habitants se livraient à leurs occupations ordinaires;
tout offrait l'image d'une ville riche et peuplée; et au milieu de cette
ville, on voyait errer nos soldats déguenillés et mourants de faim. Les
uns payaient au poids de l'or la plus chétive nourriture, d'autres
imploraient un morceau de pain de la pitié des habitants. Ces derniers,
considéraient avec terreur les restes de cette armée jadis si
formidable, et qui cinq mois auparavant excitait leur admiration. Les
Polonais s'attendrissaient sur des malheurs qui ruinaient leurs
espérances; les partisans de la Russie triomphaient; les Juifs ne
voyaient que l'occasion de nous faire payer largement tout ce dont nous
avions besoin. Les boutiques, les auberges et les cafés, ne pouvant
suffire à la quantité d'acheteurs, furent fermés dès le premier jour, et
les habitants, craignant que notre avidité n'amenât bientôt la famine,
cachèrent leurs provisions. L'armée avait à Wilna des magasins de toute
espèce; on fit quelques distributions à la garde; le reste de l'armée
était trop en désordre pour y prendre part. Quant aux dispositions
militaires, il n'y en eut point. Que faire en effet? chercher à défendre
Wilna, c'était tenter l'impossible; se retirer, c'était agir contre
l'intention de l'Empereur. Dans cette extrémité, le roi de Naples ne fit
aucuns préparatifs, soit, pour la défense, soit pour l'évacuation de la
ville, dont le général Loison occupait encore les approches.

À force de recherches, je trouvai le logement du maréchal Ney, et
j'appris de lui que l'on avait établi les 2e et 3e corps dans un couvent
au faubourg de Smolensk; je m'y rendis aussitôt, c'est-à-dire aussi vite
que l'encombrement toujours croissant des rues pouvait le permettre.
L'ennemi, faiblement contenu par le général Loison, s'approchait de la
ville; le bruit du canon se faisait entendre, et la porte de Smolensk
était encombrée de fuyards, plusieurs déjà percés de coups de lance, et
qui s'étouffaient pour trouver un passage. Il me fallut les plus grands
efforts pour pénétrer dans le faubourg. Le 3e corps avait en effet
occupé la veille le couvent que l'on m'avait indiqué; mais tous les
officiers, ainsi que les généraux, s'étaient dispersés; il ne restait
qu'un sergent et dix hommes de mon régiment, qui ne connaissaient le
logement d'aucun officier. Croirait-on qu'en ce moment deux aides de
camp du général Hogendorp, gouverneur de Wilna, vinrent transmettre
l'ordre aux 2e et 3e corps de prendre les armes, et de se porter sur la
ligne pour soutenir le général Loison? ils trouvèrent quelques hommes
désarmés, gelés et malades, sans officiers, sans généraux. Bien loin
d'obéir à un ordre si étrange, je prescrivis au sergent de rentrer dans
la ville, si l'ennemi arrivait jusqu'au faubourg. J'y rentrai moi-même
aussitôt en risquant pour la troisième fois de me faire étouffer. Le
bruit du canon qui s'approchait mettait tout en alarmes; on battait la
générale; le maréchal Lefebvre et plusieurs généraux parcouraient les
rues en criant: _Aux armes_! Quelques pelotons réunis marchaient vers la
porte de Smolensk; mais le plus grand nombre des soldats, couchés dans
les rues et dans les maisons où on voulait les souffrir, déclaraient
qu'ils ne pouvaient plus combattre et qu'ils resteraient là. Les
habitants, craignant le pillage, se hâtaient de fermer leurs maisons et
d'en barricader les portes. La vieille garde, seule encore en assez bon
ordre, se réunissait sur la place d'armes, et je me joignis à elle. À
l'entrée de la nuit, le calme se rétablit, le canon cessa de se faire
entendre, et la division Loison resta en position sur les hauteurs qui
entourent la ville. Le roi de Naples, ne voulant pas courir une seconde
fois le risque d'être enlevé de vive force, s'établit le soir même au
faubourg de Kowno, pour en partir avant le jour. Je retournai alors chez
le maréchal Ney, où je reçus l'ordre de départ. Le 3e corps partait le
lendemain à six heures du matin, commandé par le général Marchand; le
maréchal Ney, destiné jusqu'au dernier moment à sauver les restes de
l'armée, reprenait le commandement de l'arrière-garde, composée des
Bavarois (6e corps) et de la division Loison.

Un officier de mon régiment vint ensuite me chercher et me conduisit au
logement du major, et je retrouvai mon régiment, dont j'étais séparé
d'une manière si bizarre depuis deux jours, tant il est vrai qu'on se
repent toujours à la guerre d'avoir quitté son poste, même avec
l'autorisation de ses chefs, même avec l'intention de bien faire! Les
officiers du 4e, semblables au reste de l'armée, avaient passé la
journée assez tranquillement dans les maisons, en s'inquiétant peu de la
générale et de l'approche de l'ennemi. Un capitaine venait d'arriver de
Nancy (dépôt du régiment) avec des effets d'habillement et de chaussure.
On en distribua aux officiers et aux soldats présents; le reste allait
être abandonné faute de moyens de transport. Je voulus les vendre à un
Juif, et j'ordonnai à l'officier qui les avait conduits de rester
jusqu'au départ de l'arrière-garde pour tâcher de conclure ce marché.
Celui-ci, très-effrayé de la situation de Wilna, ne se souciait pas d'y
prolonger son séjour; et, après plusieurs objections que je trouvai
très-mauvaises, il ne craignit pas de me désobéir, et partit même avant
nous. Cet officier s'était perdu pour toujours dans mon esprit; je dois
à sa mémoire d'ajouter qu'il est mort depuis sur le champ de bataille.

Le roi de Naples partit à quatre heures du matin avec la vieille garde;
les débris des corps d'armée les suivirent successivement. On assure que
le maréchal Mortier apprit par hasard le départ, et se mit en marche
avec la jeune garde sans avoir reçu d'ordre. Nous partîmes à six heures
avec le général Marchand; quelques heures après, le maréchal Ney évacua
la ville, qui fut sur-le-champ occupée par l'avant-garde russe. On y
abandonna les magasins de vivres, d'armement et d'habillement. Plusieurs
généraux, beaucoup d'officiers, plus de 20,000 hommes, presque tous
malades, tombèrent au pouvoir de l'ennemi; ces malheureux avaient
rassemblé toutes leurs forces pour arriver à Wilna, croyant y trouver le
repos. Au moment du départ de l'arrière-garde, les Juifs massacrèrent et
dépouillèrent tous ceux qui tombèrent sous leurs mains; le reste mourut
de misère dans les hôpitaux ou fut traîné dans l'intérieur de la Russie.
Ainsi fut perdue cette ville conquise si brillamment au commencement de
la campagne.

Il restait vingt-six lieues à faire pour repasser le Niémen à Kowno, et
il n'y avait pas un moment à perdre; car un jour passé à Wilna donnait
aux Russes une grande avance. Cette journée n'avait été employée qu'à
frapper aux portes des maisons pour demander un morceau de pain, et le
peu de vivres qu'on avait trouvés ayant été consommés, nous n'avions
rien à emporter, quand même les moyens de transport n'auraient pas
manqué; aussi les mêmes calamités dont j'ai fait précédemment le récit
continuèrent-elles à nous poursuivre, et nos forces épuisées ne
permettaient pas d'espérer de les supporter longtemps.

À une lieue de Wilna se trouve une haute montagne dont la pente rapide
était couverte de verglas; cette montagne fut aussi fatale à nos
équipages que l'avait été le passage de la Bérézina. Les chevaux firent
d'inutiles efforts pour la gravir, et l'on ne put sauver ni une voiture
ni une pièce de canon. Nous trouvâmes au pied de la côte toute
l'artillerie de la garde, le reste des équipages de l'Empereur et le
trésor de l'armée. Les soldats, en passant, enfonçaient les voitures et
se chargeaient de riches habits, de fourrures, de pièces d'or et
d'argent. C'était un singulier spectacle que de voir des hommes couverts
d'or et mourant de faim, et de trouver étendus sur les neiges de la
Russie tous les objets que le luxe a fait inventer à Paris. Ce pillage
continua jusqu'au moment où les Cosaques tombèrent sur les pillards et
s'emparèrent de toutes ces richesses.

Mes compagnons s'étaient dispersés au milieu des voitures et des chevaux
abandonnés pour gravir cette montagne; quand je fus au sommet, je n'en
trouvai pas un seul autour de moi; plusieurs me rejoignirent pendant la
marche. Un de mes chefs de bataillon, malade et porté sur un traîneau,
disparut pour toujours. La première journée fut de neuf lieues; la
deuxième de sept jusqu'à Zismory. J'avais perdu le général Marchand, et
je conduisais seul mon régiment. Les officiers me demandèrent d'arrêter
à une lieue en arrière; mais il y avait dix lieues de Zismory à Kowno,
et le canon de l'arrière-garde, en se rapprochant, m'avertissait qu'il
fallait atteindre Kowno dans la journée suivante. J'exigeai donc qu'on
allât jusqu'à Zismory, où quelques huttes remplies de blessés nous
servirent d'asile.

Le lendemain 12, il était à peine cinq heures du matin quand je me remis
en marche; l'obscurité de la nuit, le verglas qui couvrait la route,
rendaient cette marche bien pénible. Au point du jour, un officier vint
me dire que le maréchal Ney avec l'arrière-garde avait traversé Zismory
la nuit, qu'il était en avant de nous, et que rien ne nous séparait plus
des ennemis. Ce moment fut peut-être pour moi le plus cruel de toute la
campagne. Je jetai les yeux autour de moi: vingt officiers malades, un
pareil nombre de soldats, dont la moitié sans armes, voilà tout ce qui
composait mon régiment, tout ce qui pouvait encore défendre notre
liberté et notre vie. Nous touchions au Niémen, et nous allions
peut-être perdre en un instant le fruit de deux mois de souffrances, de
tant de dévouement, de si grands sacrifices. Cette idée faillit m'ôter
tout mon courage. Je pressai la marche, sans consulter ni ma fatigue ni
celle de mes compagnons, sans songer au terrain glissant sur lequel nous
tombions à chaque pas. J'avais fait plusieurs fois cette même route au
mois de juin, après le passage du Niémen. Alors, dans la plus belle
saison de l'année, elle était couverte de troupes nombreuses et plus
admirables encore par leur ardeur et leur enthousiasme que par leur
magnifique tenue. Et maintenant dans les mêmes lieux, par une saison
rigoureuse, une foule de fuyards déguenillés, sans force comme sans
courage, succombaient à chaque pas à la fatigue, en cherchant à fuir un
ennemi qu'ils ne pouvaient plus combattre. Cet affreux contraste me
frappa vivement; et, quoique mes forces fussent bien épuisées, j'en
retrouvai encore pour sentir tant de malheurs.

Nous étions à moitié chemin de Kowno, quand j'appris d'une manière
positive que le maréchal Ney était encore derrière nous avec
l'arrière-garde. Cette nouvelle, en calmant mes inquiétudes, me permit
de donner à mon régiment quelques instants de repos sur les ruines du
village de Rikonti, et nous nous efforçâmes ensuite d'atteindre Kowno,
qui semblait fuir devant nous. Deux officiers, conduits sur un traîneau,
voulurent m'emmener avec eux; je les refusai pour encourager jusqu'à la
fin mes compagnons par mon exemple. Mais j'avoue que j'eus quelque
mérite à ne pas profiter de cette occasion; jamais je n'avais été si
fatigué, et peu s'en fallut plus d'une fois que je restasse en chemin.
Enfin, nous revîmes le Niémen et nous entrâmes dans Kowno. Pendant que
les soldats allaient chercher du rhum et du biscuit, je tombai de
lassitude au coin d'une borne. On ne pouvait trouver un logement; il
fallut m'établir de, force avec mes officiers dans une maison occupée
par le 4e corps, où l'on refusait de nous recevoir, et où nous couchâmes
tous sur le carreau.

Le maréchal Ney venait d'arriver après avoir laissé une partie de
l'arrière-garde en avant de la ville; le général Marchand nous rejoignit
aussi le soir même avec les autres régiments; il donna l'ordre de départ
pour le lendemain à cinq heures. Nous allions passer le Niémen et
quitter pour toujours cette terre de malheur. Mais, au moment du départ,
le maréchal décida que nous resterions avec lui à l'arrière-garde:
dernière épreuve de courage et de dévouement que nous étions appelés à
subir, et qui ne fut pas la moins pénible. Depuis longtemps il était
permis aux restes du 3e corps de croire leur tâche remplie; ils avaient
atteint le Niémen, et, quoiqu'ils ne fussent plus en état de combattre,
on exigeait d'eux de rester dans Kowno pour tenter encore de le défendre
ou plutôt pour s'ensevelir honorablement sous ses ruines. Il faut le
dire pourtant à la louange des officiers et des soldats, tous obéirent
sans murmures, aucun ne quitta son poste dans une situation si critique.
Pour moi, qui voyais avec admiration la constance héroïque du maréchal
Ney, je me félicitai d'être appelé à l'honneur de seconder ses derniers
efforts; nous rentrâmes dans nos logements, attendant de nouveaux ordres
et prêts à tout événement.



CHAPITRE IX.

RETRAITE DE KOWNO SUR LES BORDS DE LA VISTULE.


SITUATION DE KOWNO.--DÉFENSE DE LA VILLE.--PASSAGE DU NIÉMEN.--DERNIÈRE
ATTAQUE DES RUSSES DE L'AUTRE COTÉ DU FLEUVE.--PRÉSENCE D'ESPRIT DU
MARÉCHAL NEY.--MARCHE JUSQU'A KŒNIGSBERG.--RÉPARTITION DE L'ARMÉE EN
CANTONNEMENTS SUR LA VISTULE.--ARRIVÉE DU 3e CORPS AMARIENBOURG.


Kowno, de même que Wilna, était rempli de magasins, et l'on pense bien
que les distributions n'y furent pas plus régulières. Mais les soldats
n'eurent pas la patience de mourir de faim au milieu de l'abondance. Les
magasins, que l'on avait respectés à Wilna, furent enfoncés à Kowno, et
ce nouveau genre de désordre amena de nouveaux malheurs; beaucoup
d'hommes ayant bu du rhum sans modération furent engourdis de froid et
moururent. Cette liqueur était pour eux d'autant plus dangereuse, qu'ils
en ignoraient les effets, et que, n'étant accoutumés qu'à la mauvaise
eau-de-vie du pays, ils croyaient boire impunément du rhum en aussi
grande quantité. On brisa les tonneaux, le rhum coulait dans les
magasins et presque au milieu des rues; d'autres soldats enlevaient les
biscuits ou partageaient entre eux les sacs de farine. Les portes des
magasins d'habillement étaient ouvertes, les habits jetés pêle-mêle;
chaque soldat prenait ceux qu'il trouvait sous la main et s'en revêtait
au milieu de la rue; mais la plupart, traversant Kowno sans arrêter, ne
songeaient qu'à fuir. Accoutumés à suivre machinalement ceux qui
marchaient devant eux, on les voyait risquer de s'étouffer en se
pressant sur le pont, sans songer qu'ils pouvaient facilement passer le
Niémen sur la glace.

Cependant le maréchal Ney cherchait encore à défendre Kowno pour donner
à tous ces malheureux le temps d'échapper à la poursuite de l'ennemi et
pour protéger la retraite du roi de Naples, qui avait pris la veille la
route de Kœnigsberg par Gumbinnen. Un ouvrage en terre construit à la
hâte, en avant de la porte de Wilna, lui parut une défense suffisante
pour arrêter l'ennemi toute la journée. Dans la matinée, l'arrière-garde
rentra dans la ville; deux pièces de canon soutenues par quelques
pelotons d'infanterie bavaroise furent placées sur le rempart, et ce
petit nombre de troupes se disposait à soutenir l'attaque qui déjà se
préparait. Le maréchal Ney, ayant pris ces dispositions, avait été se
reposer dans son logement; à peine était-il parti, que l'affaire
s'engagea. Les premiers coups de canon des Russes démontèrent une de nos
pièces; l'infanterie prit la fuite, les canonniers allaient la suivre.
Bientôt les Cosaques pouvaient pénétrer sans obstacle dans la ville,
quand le maréchal parut sur le rempart. Son absence avait pensé nous
perdre; sa présence suffit pour tout réparer. Il prit lui-même un fusil,
les troupes revinrent à leur poste, le combat se rétablit et se soutint
jusqu'à l'entrée de la nuit, que commença la retraite. Ainsi ce dernier
succès fut dû à la bravoure personnelle du maréchal, qui défendit
lui-même en soldat la position qu'il mettait tant de prix à conserver.

Je n'appris qu'ensuite le danger que nous venions de courir, et j'aurais
regretté de n'avoir point combattu auprès du maréchal, si mon premier
devoir, n'eût été de rester avec mon régiment; nous passâmes la journée,
ainsi que le 18e chez un juif où nous trouvâmes quelques vivres et
beaucoup d'eau-de-vie. Cette espèce d'abondance avait aussi son danger,
car après une aussi longue disette, le moindre excès pouvait être
mortel. Malgré les recommandations du colonel Pelleport et les miennes,
plusieurs hommes s'enivrèrent et furent hors d'état de nous suivre. Les
officiers trouvèrent à Kowno leurs porte-manteaux; il n'y avait aucun
moyen de les emporter; chacun prit dans le sien ce qui pouvait lui
servir et abandonna le reste, trop heureux de sauver sa vie pour songer
à rien regretter.

Vers le soir, l'ordre du départ arriva; le 3e corps devait ouvrir la
marche, suivi des Bavarois et des restes de la division Loison. Nous
traversâmes Kowno au milieu des morts et des mourants. On distinguait, à
la lueur des feux des bivouacs encore allumés dans les rues, quelques
soldats qui nous regardaient passer avec indifférence; et quand on leur
disait qu'ils allaient tomber au pouvoir de l'ennemi, ils baissaient la
tête et se serraient auprès du feu sans répondre. Les habitants, rangés
sur notre passage, nous regardaient d'un air insolent. L'un d'eux
s'était déjà armé d'un fusil, je le lui arrachai. Plusieurs soldats, qui
s'étaient traînés jusqu'au Niémen, tombèrent morts sur le pont, au
moment où ils touchaient au terme de leur misère. Nous passâmes le
fleuve à notre tour; et, tournant nos regards vers l'affreux pays que
nous quittions, nous nous félicitâmes du bonheur d'en être sortis, et
surtout de l'honneur d'en être sortis les derniers.

De l'autre côté du Niémen, la route de Gumbinnen traverse une haute
montagne. À peine étions-nous au pied, que les soldats isolés qui nous
précédaient revinrent précipitamment sur leurs pas et nous annoncèrent
qu'ils avaient rencontré les Cosaques. À l'instant même un boulet de
canon tomba dans nos rangs, et nous acquîmes la certitude que les
Cosaques, ayant passé le Niémen sur la glace, s'étaient emparés du
sommet de la hauteur avec leur artillerie et nous fermaient le chemin.
Cette dernière attaque, la plus imprévue de toutes, fut aussi celle qui
frappa le plus vivement l'esprit des soldats. Pendant la retraite,
l'opinion que les Russes ne passeraient point le Niémen s'était
fortement établie dans l'armée. Tous, de l'autre côté du pont, se
croyaient en parfaite sécurité, comme si le Niémen eût été pour eux ce
fleuve des anciens qui séparait l'enfer de la terre. On peut juger de
quelle terreur ils durent être saisis, en se voyant poursuivis sur
l'autre bord et surtout en trouvant la route occupée par l'artillerie
ennemie. Les généraux Marchand et Ledru parvinrent à former une espèce
de bataillon en réunissant au 3e corps tous les isolés qui se trouvaient
là. On voulut en vain essayer de forcer le passage; les fusils des
soldats ne portaient pas, et eux-mêmes n'osaient avancer. Il fallut
renoncer à toute tentative et rester sous le feu de l'artillerie, sans
oser faire un pas en arrière; car c'eût été nous exposer à une charge,
et notre perte alors était certaine. Cette situation acheva de
désespérer deux officiers qui avaient été l'exemple de mon régiment
pendant toute la retraite, mais dont les forces épuisées depuis
longtemps avaient fini par ébranler le courage. Ils vinrent me dire que,
ne pouvant plus ni marcher ni combattre, ils allaient tomber entre les
mains de Cosaques qui les massacreraient, et qu'ils étaient forcés de
rentrer dans Kowno pour se rendre prisonniers. Je fis d'inutiles efforts
pour les retenir; je leur rappelai les sentiments d'honneur dont ils
étaient pénétrés, le courage dont ils avaient donné tant de preuves,
leur attachement pour le régiment qu'ils voulaient abandonner; et, si
leur mort était inévitable, je les conjurai du moins de mourir avec
nous. Pour toute réponse ils m'embrassèrent en pleurant et rentrèrent
dans Kowno. Deux autres officiers subirent le même sort: l'un s'était
enivré avec du rhum et ne put nous suivre; l'autre, que j'aimais
particulièrement, disparut peu après. Mon cœur était déchiré,
j'attendais que la mort vînt me rejoindre à mes malheureux compagnons,
et je l'aurais peut-être désirée sans tous les liens qui, à cette
époque, m'attachaient encore à la vie.

Le maréchal Ney parut alors et ne témoigna pas la moindre inquiétude
d'une situation si désespérée. Sa détermination prompte nous sauva
encore et pour la dernière fois. Il se décida à descendre le Niémen et à
prendre la route de Tilsitt, espérant regagner Kœnigsberg par des
chemins de traverse. Il ne se dissimulait pas l'inconvénient de quitter
la route de Gumbinnen, et de laisser ainsi le reste de l'armée sans
arrière-garde, inconvénient d'autant plus grave qu'il était impossible
d'en prévenir le roi de Naples; mais il ne restait plus d'autre
ressource, et la nécessité en faisait un devoir. L'obscurité de la nuit
favorisa ce mouvement. À deux lieues de Kowno, nous quittâmes les bords
du Niémen pour prendre à gauche dans les bois un chemin qui devait nous
mener dans la direction de Kœnigsberg. On perdit beaucoup de soldats
qui, n'étant pas prévenus et marchant isolément, suivirent le Niémen
jusqu'à Tilsitt. Pendant la nuit et toute la journée suivante, on prit à
peine quelques instants de repos. Un cheval blanc que nous montions à
poil les uns après les autres nous fut d'un grand secours. Le 14 au
soir, un assez bon village nous servit d'abri. Là je perdis encore deux
officiers: l'un mourut la nuit dans la chambre que j'habitais, l'autre
disparut le lendemain. Ce furent nos derniers malheurs, car à dater de
cette journée notre situation changea de face. La rapidité de notre
marche nous avait donné une grande avance; d'ailleurs les Cosaques
s'occupaient à poursuivre les autres corps sur la grande route; depuis
la montagne de Kowno nous cessâmes de les rencontrer. Les pays que nous
traversions n'avaient point été ravagés; on y trouvait des vivres et des
traîneaux. Le maréchal Ney se rendit alors directement à Kœnigsberg[49],
où nous le rejoignîmes le 20, toujours conduits par le général Marchand.

Il faut se rappeler ce que nous avions souffert pour juger combien ces
premiers jours d'abondance nous rendirent heureux; car, en nous voyant,
on nous eût trouvés plus dignes de pitié que d'envie. Le 3e corps se
composait d'environ 100 soldats à pied, conduits par quelques officiers,
et d'un pareil nombre d'écloppés de tous les grades, portés sur des
traîneaux. Le froid était excessif, et tout nous semblait bon pour nous
en garantir. Aussi les habitants, et surtout les Juifs, nous vendaient
au poids de l'or les vêtements les plus communs; ils nous croyaient
chargés des trésors de Moscou. En traversant la vieille Prusse, il ne
fut pas difficile de juger des dispositions des habitants à notre égard.
C'était une curiosité maligne dans leurs questions, c'étaient des
plaintes ironiques sur ce que nous avions souffert ou de fausses
nouvelles sur la poursuite des Cosaques, que nous ne voyions jamais et
que l'on nous annonçait toujours. Si un soldat s'écartait de la route,
il était désarmé par les paysans et renvoyé avec des menaces et des
mauvais traitements. Un ministre protestant alla même jusqu'à me dire
que nos malheurs étaient une juste punition de Dieu pour avoir pillé et
ravagé à notre passage la Prusse, dont nous étions les alliés. Je dois
avouer que nous étions peu sensibles à ce mauvais accueil; le bonheur de
trouver des vivres et de passer les nuits dans des chambres bien chaudes
nous consolait de tout.

Le roi de Naples, croyant le maréchal Ney à son arrière-garde, s'était
dirigé de Kowno sur Kœnigsberg par la grande route de Gumbinnen. Un
officier, qu'il avait envoyé en mission auprès du maréchal, tomba entre
les mains des Cosaques, et, s'en étant échappé par miracle, vint
annoncer que l'arrière-garde était détruite, et que rien ne s'opposait à
la marche de l'ennemi. Le roi de Naples hâta sa marche et arriva à
Kœnigsberg avant nous. Cette ville était déjà remplie de généraux,
d'officiers, d'employés, de soldats isolés qui y arrivaient pêle-mêle,
empressés de mettre à profit les ressources qu'elle leur offrait. Les
aubergistes et les cafés ne pouvaient suffire à la quantité des
consommateurs; on vit des officiers passer les nuits à table, et
succomber à l'intempérance après avoir résisté à la disette; les
boutiques étaient assiégées par les acheteurs. On s'empressa de vendre
les pierreries et autres objets précieux que l'on avait rapportés de
Moscou, et la valeur en était si considérable, que tout l'or de la ville
fut bientôt enlevé, quoique les habitants, dont l'insolence envers nous
était extrême, profitassent de tous les moyens pour abuser de notre
situation. Le premier soin du roi de Naples, en arrivant à Kœnigsberg,
fut de chercher à remettre un peu d'ordre dans une armée livrée à une
telle confusion. La circonstance semblait favorable, car le maréchal
Macdonald, avec le 10e corps, ayant évacué la Courlande, avait pris
position à Tilsitt sur le Niémen, et couvrait ainsi le reste de l'armée;
il avait encore 30,000 hommes, en comptant les Prussiens. Le roi de
Naples dirigea donc les débris des corps d'armée sur la Vistule, avec
ordre de se reformer dans les cantonnements suivants: le 1er corps à
Thorn, les 2e et 3e à Marienbourg, le 4e à Marienwerder, le 5e à
Varsovie, le 6e à Plotzck, le 7e à Wengrod, le 9e à Dantzick, et les
Autrichiens à Ostrolenka, la cavalerie à Elbing, la garde et le
quartier-général à Kœnigsberg. Dès que ces cantonnements furent
désignés, un ordre très-sévère fit partir de Kœnigsberg, en vingt-quatre
heures, les généraux et les officiers qui s'y trouvaient sans
autorisation, et dont plusieurs, par leur air découragé et leurs mauvais
propos, contribuaient à attirer sur nous le mépris des habitants. Un
second ordre fit considérer comme déserteur à l'ennemi tout militaire
qui passerait la Vistule.

J'ai dit que le 3e corps arriva le 20 à Kœnigsberg; il continua sa
marche le lendemain. Le maréchal Ney demeura au quartier général; le
général Marchand, auquel on destinait un autre commandement, ne nous
suivit pas; et comme le peu de généraux et de colonels qui restaient
encore avaient pris les devants, je conduisis seul le 3e corps en cinq
jours à Marienbourg[50]. À peine trente hommes de mon régiment et cent
vingt du 3e corps arrivèrent-ils réunis à cette destination. Nous
rejoignîmes à Marienbourg les généraux Ledru, Joubertet et d'Hénin,
ainsi que des officiers et soldats venus isolément. Plusieurs avaient
encore l'air effrayés des dangers auxquels ils venaient d'échapper,
quoiqu'ils nous eussent quittés depuis longtemps pour s'y soustraire
plus vite. On assigna des cantonnements dans les villages de l'île de la
Nogat. Les régiments s'y rendirent dès le lendemain 26, et nous nous
préparâmes à mettre à profit ce temps de repos pour rassembler les
débris de ce grand naufrage et réparer autant que possible les maux
qu'il avait causés.



CHAPITRE X.

SÉJOUR DANS LES CANTONNEMENTS DE LA VISTULE.--DÉFECTION DES PRUSSIENS DU
10e CORPS.--RETRAITE SUR L'ODER.--DISSOLUTION DE L'ARMÉE, DONT LES
CADRES RENTRENT EN FRANCE.--RÉSULTATS DE LA CAMPAGNE.--CONCLUSION.


L'île de la Nogat est une espèce de delta formé par les deux bras de la
Vistule et par la mer; ce pays est rempli de bons villages, et nous y
étions très convenablement placés pour travailler à la réorganisation
des régiments. Les premiers jours de repos nous parurent bien doux après
deux mois et demi de privations et de fatigues, et rien ne fut négligé
pour mettre à profit des moments aussi précieux. On s'occupa
sur-le-champ des réparations qu'exigeaient l'habillement et la
chaussure. Chaque jour, on voyait arriver des soldats isolés qu'on avait
crus perdus; mon chirurgien-major, que j'avais eu le bonheur de
conserver, désigna ceux qui étaient incapables de continuer à servir;
ils furent renvoyés sur les derrières. Quant aux autres, quelques jours
de repos rétablirent leurs forces. En même temps, je repris la
correspondance, si longtemps interrompue, avec le major à Nancy. Le
froid était toujours aussi violent, mais nous ne le craignions plus;
renfermés dans de bonnes chambres de paysans et partageant avec eux une
nourriture grossière, nous croyions jouir de toutes les douceurs et de
tous les agréments de la vie. Les longues soirées d'hiver se passaient à
raconter les anecdotes de la campagne et à écrire à nos familles, dont
nous étions encore séparés de plus de 500 lieues, et à qui la lecture du
29e bulletin avait dû causer de si justes alarmes.

Pendant la durée de ces cantonnements, j'allai à Dantzick, distant
seulement de douze lieues; on y trouva abondamment tout ce que nous
n'avions pas eu le temps de nous procurer à Kœnigsberg. Le général Rapp
préparait sa défense dans le cas où l'armée continuerait sa retraite. En
peu de temps, la place fut approvisionnée et les remparts armés.

Quinze jours s'étaient passés dans les cantonnements, et les régiments
commençaient à se reformer; le 4e avait réuni 200 hommes, lorsqu'un
événement inattendu changea de nouveau la face des affaires. Le général
Yorck, qui faisait avec un corps prussien l'arrière-garde du maréchal
Macdonald devant Tilsitt, capitula, le 30 décembre, avec les Russes et
garda la neutralité. Le maréchal Macdonald, perdant par cette défection
plus de la moitié du 10e corps, fut obligé de se replier sur Kœnigsberg,
où les Russes le poursuivirent. 11 n'était plus possible de conserver la
ligne de la Vistule, que nous n'étions pas en état de défendre; déjà
plusieurs partis de Cosaques avaient donné l'alarme à Marienbourg et à
Marienwerder; quelques-uns passèrent même la Vistule sur la glace et
cherchèrent à inquiéter nos cantonnements. Le roi de Naples quitta
Kœnigsberg le 4 janvier et se réunit à Elbing. La retraite sur la ligne
de l'Oder et de la Wartha fut décidée; le 10e corps fit partie de la
garnison de Dantzick, qui se trouva ainsi portée à 30,000 hommes, et les
corps d'armée commencèrent leur retraite en se dirigeant le 1er sur
Stettin, les 2e et, 3e sur Custrin, les 4e et 6e sur Posen. Dans la nuit
du 10 janvier, le 3e corps se réunit à Dirschau et passa le bras
occidental de la Vistule. Sur les 200 hommes qui composaient mon
régiment, à peine 40 étaient-ils armés, et l'officier qui avait été
chercher des fusils à Dantzick ne devait arriver que le lendemain dans
nos cantonnements. Heureusement il apprit notre mouvement, et vint nous
rejoindre le 11 sur la route, après avoir habilement évité la rencontre
des Cosaques.

Le premier jour de marche, le 3e corps réuni se montait à près de 1,000
hommes armés et dont l'habillement avait été remis en assez bon état. Le
maréchal Ney reparut alors à notre tête, et témoigna sa satisfaction des
soins que nous nous étions donnés; il nous quitta peu après pour rentrer
en France. Le 3e corps arriva le 20 janvier à Custrin[51]; en longeant
les frontières du grand-duché de Varsovie. Le général Ledru dirigeait la
marche et commandait en chef; le général d'Hénin commandait la 2e
division; il ne restait pas d'autres généraux. Les dispositions des
habitants nous étaient partout défavorables; mais ils les témoignaient
moins ouvertement, depuis que nous étions devenus un peu plus
redoutables. Quelques-uns, pour nous faire leur cour, affectaient de
blâmer hautement la défection du général York; d'autres cherchaient à
nous effrayer par les fausses nouvelles qu'ils nous débitaient sur la
poursuite des Russes. Cet artifice réussit peu; nous savions que
l'infanterie ennemie n'était pas en mesure de nous atteindre, et quant
aux Cosaques, nous avions cessé de les craindre en reprenant nos armes.
Une seule fois cependant un général, étant averti que les Cosaques se
trouvaient en force près de lui, crut par prudence devoir quitter le
village qu'il occupait avec un régiment. On assure que c'était un faux
avis donné par le maître du château où il logeait, et qui voulait se
débarrasser de lui. Je me rappelle aussi qu'en approchant de Custrin,
mon régiment logea dans un village avec un régiment illyrien et un
régiment espagnol; singulier hasard qui réunissait dans le même lieu
quelques hommes de trois nations si diverses et pour une cause si
étrangère aux intérêts de leur patrie.

La retraite des autres corps s'effectua aussi tranquillement que la
nôtre. En arrivant à Posen, le vice-roi prit le commandement de toute
l'armée, devenu vacant par le départ du roi de Naples. L'aile droite,
composée des Autrichiens et du 7e corps, défendait encore la Vistule
près de Varsovie; mais déjà le prince de Schwartzemberg faisait ses
dispositions pour rentrer en Galicie, en gardant la neutralité, et le
roi de Prusse n'attendait que l'entrée des Russes à Berlin pour se
joindre à eux. Le vice-roi, allait être bientôt forcé de se retirer
derrière l'Oder et même derrière l'Elbe, jusqu'à l'arrivée des renforts
qui venaient de France et d'Italie.

Cependant l'Empereur s'occupait à Paris de la réorganisation des
régiments; mais les ordres qu'il donna prouvaient qu'il ignorait combien
ces régiments étaient détruits. Il voulut d'abord renvoyer en France les
cadres des 4e bataillons et garder à l'armée ceux des trois autres,
ensuite renvoyer les 3e et 4e en gardant les deux premiers. Les colonels
observèrent que rien de tout cela n'était exécutable; et, sur leurs
représentations, on se décida à envoyer tous les cadres dans les dépôts
et à ne laisser à l'armée que les hommes encore en état de combattre.
Chaque régiment forma des compagnies de cent hommes valides, commandées
par trois officiers; ces compagnies devaient être réunies en bataillons
provisoires pour défendre les forteresses de l'Oder, telles que Custrin,
Stettin, Spandau. Le 3e corps fournit de cette manière un bataillon de
600 hommes, destiné à faire la garnison de Spandau. Il m'en coûta
beaucoup de me séparer des 100 hommes de mon régiment qui en firent
partie. Je leur promis en les quittant que si la paix ne les ramenait
pas en France, ils nous verraient bientôt revenir les délivrer;
prédiction que l'événement ne justifia guère. Le lendemain de cette
opération, tout ce qui restait des régiments se remit en marche pour la
France. 100 hommes du 4e, en y comprenant les officiers, sous-officiers
et soldats malades, partirent de Custrin pour se rendre au dépôt du
régiment à Nancy. Cette époque, qui est celle de la réorganisation des
régiments, termine tout ce qui est relatif à la campagne de 1812. Je ne
pensai plus alors qu'à me rapprocher de ma famille; et laissant au major
en second le soin de conduire le régiment, je me rendis en poste à
Mayence, en passant par Berlin et Magdebourg. Le maréchal Kellermann,
qui commandait à Mayence, me donna la permission d'aller à Nancy visiter
le dépôt de mon régiment.

Je n'essayerai pas de peindre mon bonheur en me retrouvant en France, en
entendant autour de moi parler français; il faut pour le comprendre être
revenu d'aussi loin.

Je reçus à Nancy l'accueil le plus touchant. Les officiers du bataillon
de dépôt me témoignèrent leur reconnaissance des soins que j'avais pris
du régiment pendant cette fatale retraite; tous m'exprimèrent le regret
qu'ils avaient éprouvé d'être séparés de leurs camarades, et de ne
pouvoir partager leur gloire et leurs honorables revers. Je trouvai le
bataillon fort instruit et dans la meilleure tenue; l'administration,
confiée aux soins d'un excellent quartier-maître[52], ne laissait rien à
désirer; je n'eus en tout que des éloges à donner au major[53], officier
très-distingué et à l'avancement duquel je me félicite d'avoir pu
contribuer par la suite. Trois jours s'étaient passés dans ces
occupations, lorsque je reçus l'autorisation de me rendre à Paris. On
peut croire que je ne perdis pas de temps; mais pour qu'il ne manquât
rien à la fatalité qui poursuivait nos équipages, ma calèche cassa à
quelques lieues de Paris, et j'arrivai seul, la nuit, sur une charrette
de paille et couvert d'une peau de loup, dans la maison d'où j'étais
parti neuf mois auparavant, au milieu de si immenses préparatifs et de
tant d'espérances de succès et de gloire.

Tous ceux qui en eurent comme moi la possibilité vinrent se reposer
quelque temps auprès de leurs familles; mais ils n'y trouvèrent pas le
bonheur. D'horribles souvenirs troublaient leur mémoire; l'image des
victimes de cette campagne ne cessait de les poursuivre, et leur cœur
était rempli d'une tristesse sombre que les soins de l'amitié furent
longtemps à dissiper.

Ainsi finit cette entreprise gigantesque, qui avait commencé sous de si
heureux auspices. Ses résultats furent la destruction totale d'une armée
de 500,000 hommes, de toutes ses administrations et de son immense
matériel. À peine 70,000 hommes repassèrent la Vistule; le nombre des
prisonniers ne s'éleva qu'à 100,000, d'où il résulte que 300,000
périrent[54]. Cet affreux calcul s'accorde avec les rapports des
autorités russes, qui, étant chargées de faire brûler les cadavres de
notre armée, en ont compté près de 300,000. L'artillerie entière,
composée de 1,200 bouches à feu et de leurs caissons, fut prise ou
abandonnée, ainsi que 3,000 fourgons, les équipages des officiers, les
magasins de toute espèce. L'histoire n'offre pas d'exemple d'un
semblable désastre, et ce journal n'en peut donner qu'une bien faible
idée; mais j'en ai dit assez pour conserver au moins le souvenir des
événements dont j'ai été le témoin et dont plusieurs sont encore peu
connus. Je ne demande à ceux qui me liront que de partager les
sentiments que j'éprouve en terminant ce récit: je leur demande de
s'unir à moi pour admirer tant de courage et plaindre tant de malheurs.

NOTA. On me permettra de copier ici l'extrait d'une lettre du maréchal
Ney au duc de Feltre, dont je conserve l'original; et l'on comprend le
prix que j'attache à un pareil suffrage.

     Berlin, le 23 janvier 1813.

Monsieur le duc, je profite du moment où la campagne est, sinon
terminée, au moins suspendue, pour vous témoigner toute la satisfaction
que m'a fait éprouver la manière de servir de M. de Fezensac. Ce jeune
homme s'est trouvé dans des circonstances fort critiques, et s'y est
toujours montré supérieur. Je vous le donne pour un véritable chevalier
français, et vous pouvez désormais le regarder comme un vieux colonel.

     _Signé_:

     Maréchal duc d'ELCHINGEN.



NOTES DU LIVRE II.

NOTE A.

TABLEAU DU PARTAGE ET DÉNOMBREMENT DES FORCES CONDUITES PAR NAPOLÉON
DANS L'EMPIRE DE RUSSIE EN 1812.

            NAPOLÉON, EMPEREUR DES FRANÇAIS.

MARÉCHAL BERTHIER, CHEF DE L'ÉTAT-MAJOR.

+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|                                               |INFANTERIE.|CAVALERIE.|
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|PREMIER CORPS                                  |           |          |
|                                               |           |          |
|MARÉCHAL PRINCE D'ECKMÜHL.                     |           |          |
|                                               |           |          |
|Divisions françaises: Morand, Friand, Gudin,   |           |          |
|Desaix et Compans                              |  65,000   |          |
|Brigades légères: Bordesoulle et Pajol         |           |  2,400   |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|DEUXIÈME CORPS.                                |           |          |
|                                               |           |          |
|MARÉCHAL DUC DE REGGIO                         |           |          |
|                                               |           |          |
|Divisions françaises: Legrand, Verdier et Merle|  32,000   |          |
|Brigades légères: Castex et Corbineau          |           |  2,400   |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|TROISIÈME CORPS.                               |           |          |
|                                               |           |          |
|MARÉCHAL DUC D'ELCHINGEN.                      |           |          |
|                                               |           |          |
|Divisions françaises: Ledru et Razout; division|           |          |
|wurtembergeoise: Marchand                      |  35,000   |          |
|Brigades légères: Mouriez et Beurmann          |           |  2,400   |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|QUATRIÈME CORPS.                               |           |          |
|                                               |           |          |
|VICE-ROI D'ITALIE.                             |           |          |
|                                               |           |          |
|Divisions françaises: Delzons et Broussier;    |           |          |
|garde royale italienne; division italienne Pino|  38,000   |          |
|Cavalerie de la garde italienne; brigade légère|           |          |
|italienne Villata                              |           |  2,400   |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|CINQUIÈME CORPS.                               |           |          |
|                                               |           |          |
|PRINCE PONIATOWSKI.                            |           |          |
|                                               |           |          |
|Divisions polonaises: Dombrowski, Zayonschek et|           |          |
|Ficher                                         |  36,000   |          |
|Cavalerie légère                               |           |  2,400   |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|SIXIÈME CORPS.                                 |           |          |
|                                               |           |          |
|GÉNÉRAL, PUIS MARÉCHAL GOUVION-SAINT-CYR       |           |          |
|                                               |           |          |
|Divisions bavaroises: Deroy et de Wrède        |  25,000   |          |
|Brigades légères bavaroises: Seidewitz et      |           |          |
|Pressing                                       |           |  2,400   |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|SEPTIÈME CORPS.                                |           |          |
|                                               |           |          |
|GÉNÉRAL COMTE REYNIER.                         |           |          |
|                                               |           |          |
|Divisions saxonnes: Lecocq et Zeschau          |  24,000   |          |
|Cavalerie légère: Funck et Gablentz            |           |  2,400   |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|HUITIÈME CORPS.                                |           |          |
|                                               |           |          |
|GÉNÉRAL DUC D'ABRANTÈS.                        |           |          |
|                                               |           |          |
|Divisions westphaliennes: Ochs et de Dareau    |  18,000   |          |
|Cavalerie légère                               |           |  2,400   |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|NEUVIÈME CORPS.                                |           |          |
|                                               |           |          |
|MARÉCHAL DUC DE  BELLUNE.                      |           |          |
|                                               |           |          |
|Divisions Partouneaux, Daendels et Girard      |  30,000   |  2,500   |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|DIXIÈME CORPS.                                 |           |          |
|                                               |           |          |
|MARÉCHAL DUC DE TARENTE.                       |           |          |
|                                               |           |          |
|Division française: Grandjean; corps prussien: |           |          |
|Yorck, composé des divisions Kleist et Grawert,|           |          |
|de 20 bataillons d'infanterie                  |  26,000   |          |
|Cavalerie  légère prussienne: Massenbach       |           |  3,000   |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|GARDE IMPÉRIALE.                               |           |          |
|                                               |           |          |
|Vieille garde, commandée par le maréchal duc de|           |          |
|Dantzick; jeune garde, commandée par le        |           |          |
|maréchal duc de Trévise                        |  32,000   |          |
|Cavalerie de la garde, commandée par le        |           |          |
|MARÉCHAL DUC D'ISTRIE                          |           |  3,800   |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|                         RÉSERVE DE CAVALERIE.                        |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|PREMIER CORPS.                                 |           |          |
|                                               |           |          |
|GÉNÉRAL NANSOUTY.                              |           |          |
|                                               |           |          |
|Divisions Bruyères, Saint-Germain et Valence   |           |  7,200   |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|DEUXIÈME CORPS.                                |           |          |
|                                               |           |          |
|GÉNÉRAL MONTBRUN.                              |           |          |
|                                               |           |          |
|Divisions Watier, Sébastiani et Defrance       |           |  7,200   |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|TROISIÈME CORPS.                               |           |          |
|                                               |           |          |
|GÉNÉRAL GROUCHY.                               |           |          |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|QUATRIÈME CORPS.                               |           |          |
|                                               |           |          |
|GÉNÉRAL LATOUR-MAUBOURG.                       |           |          |
|                                               |           |          |
|Ces deux corps éprouvèrent quelques changements|           |          |
|dans leur organisation pendant la campagne, ce |           |          |
|qui fait qu'on les porte en bloc; ils étaient  |           |          |
|composés des divisions Kellermann, Lahoussaye, |           |          |
|Chastel, Rosnictzky (polonaise), et Thielmann  |           |          |
|(saxonne); en tout                             |           |  12,000  |
|                                               |           |          |
|La division Doumerc (5e de cuirassiers) fut    |           |          |
|détachée avec le 2e corps                      |           |   2,300  |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|CORPS AUTRICHIEN                               |           |          |
|                                               |           |          |
|(que l'on peut compter comme 44e corps)        |           |          |
|                                               |           |          |
|GÉNÉRAL, PUIS                                  |           |          |
|MARÉCHAL PRINCE  DE  SCHWARTZEMBERG.           |           |          |
|                                               |           |          |
|Divisions autrichiennes:  Sicgenthal,          |           |          |
|Trantenburg et Bianchi                         |  24,000   |          |
|                                               |           |          |
|Division de cavalerie: Frimont                 |           |   6,000  |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|Total                                          | 385,000   |  62,000  |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+
|Total général                                  |        447,000       |
+-----------------------------------------------+-----------+----------+



NOTE B.


Détail exact des pertes du 4e régiment.

SOLDATS

2,150 hommes ont passé le Rhin; un détachement de 400 hommes rejoignit à
Moscou; un autre de pareille force à Smolensk; enfin, un de 50 à Wilna;
total, 3,000 hommes qui ont fait la campagne. Or, de ces 3,000 hommes,
200 seulement sont revenus avec moi sur la Vistule, et environ 100 sont
rentrés de prison; il y a donc eu une perte de 2,700 hommes sur 3,000,
c'est-à-dire des neuf dixièmes.

OFFICIERS.

109 officiers de tous grades ont fait la campagne en tout ou en partie.

40 ont été tués, ou sont morts dans la retraite, ou dans les prisons de
l'ennemi.

20 sont restés prisonniers, la plupart blessés.

35 ont été blessés, plusieurs à deux reprises.

14 n'ont pas été blessés.

Ainsi, 49 officiers sont rentrés, dont 35 blessés ou l'ayant été dans le
cours de la campagne.



NOTE C.


Itinéraire du 3e corps pendant la retraite.

Octobre, 19. Départ de Moscou.--Bivouac sur la route de Tschirkovo.

--20. Tschirkovo.

--23. Départ à minuit.

--24. Bivouac sur la route de Bowrosk.

--25. Suite de la marche.

--26. Bowrosk.

--27. Départ le soir.

--28. Le matin à Véreya.--Le soir à Ghorodosk, Borisow.

--29. Abbaye de Kolotskoi.--Route de Moscou à Smolensk.

--30. Gyat.

Novembre, 1. Viasma.

--5. Semlévo.

--6. Postnia.--Dwor.

--7. Dorogobuge.

--8. Combat de Dorogobuge.--Bivouac à deux lieues en arrière.

--9. Bivouac.

--10-11 Slopnévo. (Combat le 11.)

--12. Bivouac sur la route de Smolensk.

--13. Bivouac aux approches de Smolensk.

--14. Faubourg de Smolensk.

--15-16. Smolensk. (Combat le 15.)

--17. Koritnya.

--18. Arrivée devant Krasnoi. (Combat.)--Passage du Dniéper.

--10-20. Marche sur la rive droite du Dniéper.

--21. Le matin à Orcha, le soir à Kochanow.

--22. Tolostchin.

--23. Bobr.

--24. Natcha.

--25. Némonitsa.

--26. Vésélovo. (Passage de la Bérézina dans la nuit.)

--27-28. Bivouac sur la rive droite du fleuve. (Combat de la Bérézina le
28.)

--29. Zembin.

--30. Kamen.

Décembre, 1. Bivouac dans la direction de Molodetschno.

--2. Ilïa. (Départ la nuit.)

--3. Molodetschno

--4. Biénitza.

--5. Smorghoni.

--6. Oszmiana.

--7. Miédnicki.

--8-9. Wilna.

--10. Bivouac sur la roule de Kowno.

--11. Zismory.

--12. Kowno.

--13. Départ le soir.--Marche de nuit.

--14. Village dans la direction de Neustadt.

--15. Neustadt

--16. Pillkahlen.

--17. Rohr.

--18. Saliau.

--19. Tapiau.

--20. Kœnigsberg.

--21. Braunsberg.

--22. Heiligenbeil.

--23. Neuenkirschen.

--24. Aux environs d'Elbing.

--25. Marienbourg.

--26. Cantonnement dans l'île de la Nogat.



LIVRE III[55].

CAMPAGNE DE SAXE EN 1843.



PREMIÈRE PARTIE.



CHAPITRE PREMIER.

RÉORGANISATION DE L'ARMÉE.--MA NOMINATION DE GÉNÉRAL DE BRIGADE ET MA
DESTINATION POUR L'ARMÉE DE HAMBOURG.


Le peu de temps que j'ai passé à Paris pendant l'hiver de 1813 m'a
laissé de tristes et profonds souvenirs. Je trouvai ma famille, mes amis
et la société tout entière frappés de terreur. Le fameux 29e bulletin
avait appris brusquement à la France la destruction de la Grande Armée.
L'Empereur n'était plus invincible. Pendant que nous succombions en
Russie, une autre armée périssait lentement en Espagne, et, à Paris
même, un obscur conspirateur avait pensé s'emparer du pouvoir. La
campagne de 1813 allait s'ouvrir, et dans quelles circonstances! La
défection de la Prusse n'était plus douteuse, l'alliance de l'Autriche
au moins bien incertaine, et l'épuisement de la France s'accroissait
avec le nombre de ses ennemis. Les récits des officiers, échappés aux
désastres de la retraite, contribuaient à augmenter l'effroi. Paris,
accoutumé depuis quinze ans à des chants de victoire, apprenait chaque
jour avec une douloureuse surprise le détail de quelque nouvelle
calamité publique ou particulière. Les divertissements du carnaval
cessèrent; chacun se renferma dans son intérieur, occupé des malheurs
présents et des inquiétudes futures. Au milieu de cette consternation
générale, on fut choqué de voir l'Empereur donner des fêtes aux
Tuileries. C'était insulter à la douleur publique, et témoigner une
insensibilité cruelle pour tant de victimes. Je me souviendrai toujours
de l'un de ces bals lugubres, où je crus voir danser sur des tombeaux.

Au reste l'Empereur employa son séjour à Paris d'une manière admirable
et digne de son génie. L'histoire dira quelle nouvelle armée parut à sa
voix, et quels brillants succès suivirent tant de revers. Dès le mois de
février, un sénatus-consulte mit à la disposition du ministre de la
guerre trois cent cinquante mille hommes, tant sur les conscriptions de
plusieurs années que sur le premier ban de la garde nationale, qui avait
été formée en cohortes au commencement de 1812, et avec lesquels on créa
trente-quatre nouveaux régiments d'infanterie. À cette immense levée se
joignirent des dons volontaires en hommes et en chevaux. Les grandes
villes et les provinces rivalisèrent de zèle, car on ne doit pas mettre
toutes ces offres sur le compte de la peur ou de la flatterie. Nos
revers avaient réveillé l'orgueil national; la France voulut faire un
dernier effort pour obtenir une paix honorable. Dix mille jeunes gens,
équipés à leurs frais, composèrent la réserve de la cavalerie, sous le
nom de gardes d'honneur; quatre corps d'observation furent formés sur
l'Elbe, en Illyrie et sur le Rhin. On y dirigea les bataillons de dépôt,
soit en totalité, soit isolément par compagnies; des cadres de
bataillons ou d'escadrons furent rappelés d'Espagne, ainsi que quelques
régiments de la jeune garde; trois mille officiers et sous-officiers de
gendarmerie passèrent dans la ligne; les régiments d'artillerie de
marine devinrent des régiments d'infanterie; on fit venir des arsenaux
et des places de guerre le matériel dont on put disposer; on ordonna des
remontes en France et en Allemagne.

Au milieu de ce grand mouvement militaire, mon régiment occupait toutes
mes pensées. Mes journées étaient employées à solliciter des récompenses
pour mes officiers, qui tant de fois les avaient méritées sous mes yeux,
des retraites avantageuses à ceux qui ne pouvaient plus servir. Je
faisais remplir les nombreuses vacances par des officiers qui m'étaient
connus et sur lesquels je comptais, et je me préparais à retourner à mon
dépôt à Nancy, pour présider à cette réorganisation.

Un jour, M. le comte de Narbonne, aide de camp de l'Empereur, dit au duc
de Feltre qu'il fallait profiter de l'occasion pour me faire nommer
général de brigade. Mon beau-père lui répondit qu'il n'y avait pas six
mois que j'étais colonel et qu'il ne se permettrait jamais une demande
aussi indiscrète. M. de Narbonne ne se tint pas pour battu; il alla
droit à l'Empereur, et lui dit que, puisqu'il avait paru content de moi,
il fallait m'essayer dans un poste plus élevé, en ajoutant gaiement:
«qu'on ne risquait pas grand'chose, et qu'un mauvais général de brigade
de plus ne perdrait pas l'armée.» Le maréchal Ney, qu'on appela en
témoignage, voulut bien assurer qu'on ne courait pas même ce risque-là.
Peu de jours après, mon beau-père m'apprit ma nomination, dont il était
aussi surpris que moi-même. Ceux qui ont connu le désintéressement du
duc de Feltre ne seront pas surpris de sa conduite. Il est rare de voir
un ministre de la guerre laisser à d'autres le soin de l'avancement de
son gendre. Je fus flatté de la noble récompense accordée à mon zèle,
mais ce ne fut pas sans un vif regret que je renonçai sitôt à mon
régiment et que je quittai un uniforme qui m'était bien cher.

Je fus employé au 5e corps, que le général Lauriston commandait à
Magdebourg, et je partis aussitôt pour l'aller joindre.

Je m'arrêtai à Nancy, au dépôt du 4e régiment. Les cadres que j'avais
laissés à Custrin venaient d'y arriver; les officiers me donnèrent un
dîner pour célébrer ma nomination et pour me faire leurs adieux. Je
quittai avec attendrissement ces nobles compagnons de gloire et
d'infortune, car je ne prévoyais que trop que, pour beaucoup d'entre
eux, cet adieu serait éternel.

Je laissai au 4e régiment 45,000 fr. d'économies. À cette époque, le
grand nombre d'hommes qui passaient dans les régiments, la quantité
d'achats et de confections dont les conseils d'administration étaient
chargés, permettaient de faire des économies considérables sans nuire
aux intérêts du soldat. Ces masses secrètes ont toujours été défendues,
et jamais on n'a pu les détruire. Lorsqu'elles étaient administrées avec
loyauté et intelligence, c'était une ressource immense. Je n'en ai
disposé, pendant ma courte administration, que pour faire donner 100 fr.
à chaque officier qui revenait de Russie, et 200 fr. à chaque officier
supérieur.

Ces économies si précieuses ont été dilapidées en totalité par un de mes
successeurs; je lui en garde en silence une rancune éternelle, pour me
consoler de ne pas le nommer ici.

Je continuai ma route par Mayence, Cassel et Brunswick, et je rejoignis
le général Lauriston à Magdebourg.

Il n'est point de mon sujet de raconter en détail les mouvements de
l'armée pendant mon absence. Après le départ du roi de Naples, au mois
de janvier, le vice-roi prit à Posen le commandement de ces tristes
débris, rendus plus faibles encore par les garnisons qu'il fallut
laisser dans les places et par l'abandon des Autrichiens, qui rentrèrent
en Gallicie.

Le vice-roi fit preuve de courage et d'habileté en continuant sa
retraite sans se laisser entamer et en contenant jusqu'au bout les
dispositions hostiles de la Prusse, à qui sa faible armée en imposait à
peine. Il abandonna successivement la ligne de la Wartha, celle de
l'Oder, Berlin et toute la Prusse, pour prendre position derrière
l'Elbe. Là, 50,000 hommes se trouvaient réunis. Les Russes, que le
typhus dévorait depuis plusieurs mois, en avaient au plus 60,000; mais
les Prussiens venaient de se joindre à eux. Leurs renforts et les nôtres
arrivaient à marches forcées; l'Empereur était attendu, nous touchions
au moment des plus grands événements. C'était sur les bords de l'Elbe ou
de la Saale qu'allait se décider le sort de l'Europe.

Le général Lauriston me plaça dans la division du général Maison,
première de son corps d'armée.

Cette division n'était composée que de trois régiments, les 151e, 152e
et 153e de nouvelle formation; encore le 152e avait-il été détaché à
Brême.

J'allais donc me trouver sans emploi, si je n'avais pas obtenu du
vice-roi d'aller moi-même à Brême pour prendre le commandement du 152e
et le ramener dès qu'on n'en aurait plus besoin de ce côté.

Cette mission, en m'éloignant momentanément de la Grande Armée, me fit
faire la campagne de Hambourg, que je vais raconter.



CHAPITRE II.

INSURRECTION DE LA 32e DIVISION MILITAIRE; ÉVACUATION DE HAMBOURG.--LE
GÉNÉRAL VANDAMME ET LE PRINCE D'ECHMUHL ARRIVENT À BRÊME.--AFFAIRES
D'AVANT-POSTES.--PRISE DE HAMBOURG.--NÉGOCIATIONS AVEC LE DANEMARCK.



Dès l'année 1810, Napoléon avait réuni à l'Empire le territoire des
villes anséatiques, sous le nom de 32e division militaire. Cette mesure
était nécessaire pour compléter le blocus continental; mais elle indigna
tous les habitants. Leur fierté en fut blessée. Le blocus continental et
la confiscation des marchandises anglaises ruinaient le commerce. Nulle
part le joug de Napoléon n'était plus odieux, et sa puissance colossale
ôtait l'espoir de jamais s'y soustraire.

Les désastres de 1812, si rapides et si imprévus, parurent un miracle de
la Providence en leur faveur. La renommée les exagéra; les nouvelles les
plus absurdes furent accueillies par ceux dont elles comblaient les
espérances; l'armée était détruite; l'Empereur s'était sauvé seul,
déguisé en paysan; la Prusse et l'Autriche se joignaient à la Russie;
l'Allemagne entière se soulevait.

Ces récits causèrent une fermentation générale. Ce n'était rien encore
tant que l'ennemi ne paraissait pas, et la position de l'armée sur
l'Elbe devait mettre Hambourg à l'abri de ce danger; mais, au lieu de
protéger ce point si important, le vice-roi dégarnit entièrement le
Bas-Elbe et plaça ses troupes entre Dresde et Magdebourg. Quels qu'aient
pu être ses motifs, le résultat en devint bien funeste. Le général
Tettenborn marcha sur Hambourg par la rive droite de l'Elbe, en chassant
devant lui le général Morand; qui occupait la Poméranie suédoise. Le
corps de Tettenborn se recruta bientôt de paysans insurgés, de
Mecklembourgeois et de quelques Prussiens, qui n'attendirent pas la
déclaration de guerre de leur roi. En même temps, les Anglais
débarquèrent à l'embouchure de l'Elbe et du Veser, s'emparèrent des
forts et des batteries de Bremerlehe et de Blexen; et firent soulever le
pays. L'insurrection devint générale et éclata jusqu'au milieu de
Hambourg, où commandait le général Carra-Saint-Cyr; elle fut réprimée,
et les chefs la payèrent de leurs têtes. L'irritation s'en accrut, et le
général Carra-Saint-Cyr, entouré de dangers, ne crut pas pouvoir
conserver Hambourg. On le lui a reproché; mais il n'avait que 1,000
hommes, presque point d'artillerie, rien de préparé pour la défense.
Tout avait été envoyé à la Grande Armée. Et qui aurait pu prévoir, au
mois d'octobre, quand l'Empereur était maître de Moscou, qu'il faudrait,
au mois de février suivant, combattre sur l'Elbe et le Veser!
Carra-Saint-Cyr abandonna donc Hambourg, le 12 mars 1813; Morand passa
l'Elbe à Zollenspicker et le joignit à Altenbourg. Il s'arrêta à
Lunebourg, et Carra-Saint-Cyr à Brème. À peine tous les deux avaient-ils
pu réunir 2,000 hommes.

Tottenborn entra à Hambourg, et l'on peut juger de sa réception. On vit
des femmes embrasser les chevaux des Cosaques et les Cosaques eux-mêmes,
ce qui était bien aussi extraordinaire. On se disputait l'honneur de
loger les officiers et jusqu'aux soldats. L'ancien gouvernement fut
rétabli, le port ouvert aux marchandises anglaises; les habitants
donnèrent tout ce qu'ils possédaient pour subvenir aux frais de la
guerre: une légion anséatique fut formée, et les jeunes gens s'y
enrôlèrent tous.

Le général Carra-Saint-Cyr, retiré à Brème, essaya de prendre sa
revanche. Une colonne, qu'il envoya entre l'Elbe et le Veser, chassa les
Anglais de Blexen; plus de deux cents paysans armés y perdirent la vie;
mais, en même temps, le général Morand fut enveloppé à Lunebourg par les
généraux Dornberg et Berkendorf, et fait prisonnier avec toutes ses
troupes.

Il est facile à 4,000 hommes d'en détruire 1,000; mais, pour nous, la
perte était considérable, et l'effet moral plus fâcheux encore. Nos
troupes furent intimidées, la confiance des ennemis et des insurgés s'en
augmenta. Déjà cette guerre prenait de la part des alliés le caractère
d'une guerre de principes.

Les habitants de Hanovre avaient pris les armes; on préparait contre eux
des mesures sévères. Le général Dornberg écrivit aux généraux français
que les Hanovriens n'avaient fait qu'obéir aux ordres de l'empereur de
Russie, en s'armant pour leur légitime souverain le roi d'Angleterre, et
que les prisonniers français répondraient de la manière dont nous les
traiterions. La Russie avait oublié un peu vite le traité d'Erfurth, par
lequel elle avait reconnu le roi de Westphalie comme souverain du
Hanovre.

Cet échec rendait notre position à Brême aussi critique qu'elle l'avait
été à Hambourg, et peu s'en fallut qu'on ne fût obligé de l'abandonner.
Ce parti eût été plus déplorable encore; l'insurrection aurait gagné le
Hanovre, la Westphalie tout entière; la ligne de communication de la
Grande Armée avec le Rhin allait être coupée. Les conséquences de cet
acte de faiblesse étaient incalculables. Un autre général vint à propos
en empêcher l'exécution.

Dès les premiers moments du danger, l'Empereur avait dirigé sur Brême
tout ce qui se trouvait dans les départements du Nord. Le corps d'armée
qui se formait à Wesel reçut la même destination, et le général Vandamme
en prit le commandement.

Personne ne convenait mieux à une guerre de cette nature. Dès les
premières campagnes de la Révolution, il s'était fait remarquer par une
bravoure brillante, une activité infatigable, des connaissances
militaires, de l'esprit et beaucoup d'ambition. À ces qualités se
joignait malheureusement un caractère violent et insubordonné. On lui
reprocha même des actes bien rigoureux dans les premières guerres de la
Révolution. Je crois pourtant qu'il était plus colère que méchant; je
lui ai même connu des qualités attachantes: il était bon mari, bon père,
ami fidèle. Son avancement n'avait répondu ni à ses talents ni à ses
services. Son caractère indomptable lui nuisait auprès de l'Empereur.
_Vraiment_, disait-il, _je ne pourrais pas avoir deux Vandamme; ils se
battraient jusqu'à se que l'un eût tué l'autre_. Vandamme n'attribuait
qu'à l'injustice et aux intrigues les avantages accordés à ses
camarades, ce dont il se montrait fort irrité. En 1812, il commandait
les Westphaliens sous les ordres du roi Jérôme, dont il partagea la
disgrâce. À son retour à Paris, l'Empereur le rappela, le traita à
merveille et lui donna le commandement des troupes destinées pour la 32e
division militaire. Cet emploi si important lui rendit son ancienne
ardeur; il crut le moment arrivé de conquérir le bâton de maréchal et le
titre de duc qu'il ambitionnait depuis si longtemps.

Ce fut dans ces heureuses dispositions que je le trouvai à Brême, où
nous arrivâmes en même temps.

Je passai une soirée à causer avec lui ou plutôt à l'entendre, car c'est
à quoi se réduisait toujours la conversation: conserver Brême à tout
prix, en imposer par notre contenance, tenir hardiment la campagne,
suppléer par notre activité et notre audace au petit nombre, jusqu'à ce
que l'arrivée de nos renforts nous permît d'attaquer Hambourg; tel était
son plan. On va voir avec quelle vigueur il l'exécuta. Je dois d'abord
dire un mot de ma situation personnelle et de la composition des
troupes.

Le corps d'armée du général Vandamme devait être composé des divisions
Carra-Saint-Cyr, Dufour et Dumonceau, au nombre de plus de 20,000
hommes. En ce moment, à peine 4,000 hommes se trouvaient réunis à Brème;
en voici la composition:

Le 152e régiment, réduit à trois bataillons, le quatrième ayant été pris
avec le général Morand. Ce régiment, formé de cohortes, se composait de
soldats dans la force de l'âge, généralement grands et bien constitués;
mais, pour organiser à la fois tant de nouveaux corps, il avait fallu
prendre des officiers de tous grades, à la retraite ou en réforme. On
peut juger de la composition d'un pareil corps d'officiers au physique
et au moral. Les sous-lieutenants, sortant de Fontainebleau, étaient
novices, et, sauf quelques exceptions honorables, les autres officiers
ignorants, usés ou abrutis.

Deux bataillons de douaniers, excellents soldats, un bataillon de marins
remarquables par leur discipline autant que par leur bravoure.

Enfin, deux bataillons de marche, formés de compagnies prises dans les
dépôts de divers régiments: mauvaise organisation, qui manque d'ensemble
et à laquelle la nécessité avait forcé de recourir.

Le général Carra-Saint-Cyr commandait cette petite division, ayant pour
généraux de brigade le prince de Reuss et moi. Le prince de Reuss, de la
maison souveraine de ce nom, jeune colonel au service de France, à qui
son mérite militaire très-remarquable avait fait donner cet emploi
supérieur à son grade, avait servi dans l'armée autrichienne comme aide
de camp de l'archiduc Charles, et l'on retrouvait bien un peu
d'habitudes allemandes dans la lenteur de ses dispositions. Mais, le
moment de l'exécution arrivé, rien n'égalait son activité, son
intelligence et la justesse de son coup d'œil. Ses manières étaient
agréables, son caractère aimable et facile; cette rencontre fut pour moi
une bonne fortune. Dès le premier jour, il me témoigna de la
bienveillance et de l'intérêt. Je mettais du prix à cultiver cette
amitié naissante, formée aux avant-postes, et dont sa mort glorieuse
interrompit trop tôt le cours.

Ma nomination de général avait été si imprévue, et mon départ pour
l'armée si rapide, que je n'eus pas le temps de chercher un aide de
camp. Madame d'Houdetot, ma cousine, me demanda avant mon départ de
Paris de prendre son fils, M. France d'Houdetot[56], jeune officier déjà
fort distingué, qui avait fait la campagne de Russie comme capitaine à
l'état-major du 1er corps, et qui était resté à l'armée auprès du prince
d'Eckmühl. Je partis avec sa commission, et je le trouvai à Brème.
Malheureusement le prince d'Eckmühl l'avait demandé en même temps; je le
lui cédai à regret, et les circonstances ont fait que d'Houdetot a perdu
lui-même à cet arrangement, car je l'aurais incontestablement fait
nommer chef d'escadron à la revue de l'Empereur, au mois de juillet,
pendant l'armistice, et il aurait fait la campagne suivante dans son
nouveau grade, tandis qu'ayant été renfermé dans Hambourg avec le prince
d'Eckmühl, son avancement s'est trouvé fort retardé.

Je pris provisoirement pour aide de camp un sous-lieutenant du 152e,
nommé Chabrand, d'une excellente famille de Pignerol, et qui sortait de
l'école. Je n'ai jamais rien vu de si novice au monde, et rien de si
plaisant que le contraste de son ignorance de toute chose avec sa
vivacité piémontaise. Il me fut d'abord peu utile, et ne servit qu'à
m'impatienter; mais son bon cœur et sa bonne volonté m'attachèrent à
lui, et je finis par le garder auprès de moi.

Notre petite armée sortit de Brême le 2 avril, et passa quinze jours en
marches et contre-marches. Le 7, Carra-Saint-Cyr était à Rothembourg, et
moi aux avant-postes, à Schessel, à dix lieues de Hambourg; nous y
passâmes trois jours sans que l'ennemi parût. Ce calme trompeur
présageait une attaque sérieuse. Le général Carra-Saint-Cyr en eut
l'avis et se décida à la retraite, dont je fis toujours l'arrière-garde.
Aussitôt après son départ, trente gendarmes qu'il avait laissés
imprudemment à Rothembourg, furent enlevés par les Cosaques, qui ne
cessèrent de me harceler les jours suivants. On sait que les Cosaques
n'attaquent jamais une troupe qui est sur ses gardes. Mais ils savent
profiter de la moindre négligence, et devant eux une faute n'est pas
longtemps impunie. Je connaissais cette petite guerre, et je ne les
craignais pas. Ils en furent quittes pour m'accompagner jusqu'aux portes
de Brême.

La division prit position le 15, la droite à Achim, appuyant au Weser,
la gauche à Tonover, sur la route de Hambourg, ayant devant son front
les marais que traverse cette route.

Le général Vandamme s'emporta contre le général Carra-Saint-Cyr et lui
fit des reproches sévères. Je n'ai rien vu de plus incompatible que ces
deux généraux; la valeur bouillante du premier ne pouvait s'accommoder
de la prudence un peu craintive du second. Il faut dire pourtant en
cette circonstance que le mouvement de retraite était convenable. Le
général Benkendorf partait de Hambourg avec la légion anséantique, un
corps nombreux de Cosaques et quelques pièces de canon; en même temps,
le général Dornberg rentrait à Lunebourg, occupait Celle et poussait son
avant-garde jusqu'à Werden. Le général Carra-Saint-Cyr se trouvait seul
lancé sur la route de Hambourg avec 3,000 hommes, à douze lieues de
Brême. Une retraite valait mieux qu'un échec, surtout dans la situation
du pays.

Le 16, le prince de Reuss chassa les Cosaques de Werden, après une
affaire assez vive. Bientôt le général Sébastiani, qui faisait la gauche
de la Grande Armée, rentra à Celle et repoussa Dornberg derrière
l'Aller. À l'appui de ce mouvement, Vandamme ordonna une forte
reconnaissance sur Rothembourg; le général Saint-Cyr me fit marcher en
avant avec quatre bataillons en me recommandant de ne pas trop
m'avancer. Le 22, je rencontrai les Cosaques en avant d'Ottersberg; je
les rejetai sur leur infanterie établie en arrière de la ville, et qui
elle-même se replia sur le Wyster. Là un feu de tirailleurs s'engagea,
et l'ennemi se retira ensuite en bon ordre jusqu'à une forte lieue de
Rothembourg. L'ennemi s'arrêta alors; il montrait plus de 2,000 hommes
d'infanterie, deux escadrons de cavalerie et quelques pièces de canon.
J'en rendis compte au général Saint-Cyr, qui avait arrêté la brigade de
Reuss à Sottrum, à deux lieues en arrière (cette brigade se composait de
quelques bataillons de marins et de douaniers). Je l'assurai qu'une
attaque faite par la division tout entière réussirait et nous rendrait
maîtres de Rothembourg. C'était aussi l'avis du prince de Reuss, mais le
général ne le voulut pas. Il pensait qu'avec le mauvais esprit des
populations, le moindre échec nous serait funeste et qu'il fallait
attendre des renforts pour combattre à coup sûr. Peu de temps après, il
quitta l'armée; je n'ai eu qu'à me louer de mes rapports avec lui.

Cependant les renforts nous arrivaient de tous côtés; les mesures du
gouvernement répondaient au déploiement des forces militaires. Le 10
avril, un sénatus-consulte suspendit le régime constitutionnel dans la
32e division militaire. Le général commandant en chef fut chargé de la
haute police, avec les pouvoirs les plus étendus. Faire les règlements
nécessaires, avec l'application des peines du Code pénal; suspendre et
remplacer provisoirement les autorités civiles; imposer des
contributions extraordinaires; prendre au besoin des otages et autres
mesures autorisées par la guerre, tout était de son ressort. Le choix du
prince d'Eckmühl mit le comble à tant de rigueurs. Personne plus que lui
n'était propre à exécuter scrupuleusement des instructions aussi sévères
et à interpréter largement ce qu'elles avaient d'arbitraire. Il se hâta
d'arriver à Brême. Le général Vandamme resta chargé du commandement des
troupes. On pense bien avec quel mécontentement Vandamme se vit sous les
ordres d'un maréchal. Il en résulta des froissements continuels, qui
auraient nui au bien du service sans la patience du prince d'Eckmühl. Un
jour, Vandamme arriva chez lui rouge de colère et sans le saluer, en
présence du prince de Reuss et de moi. Il commença une scène violente
sur ce que le maréchal avait écrit directement à un des généraux sous
ses ordres. Il lui dit que: «quand un maréchal avait l'honneur de
commander un général comme lui, il lui devait des égards; qu'il ne
prétendait pas servir ainsi; que dès ce moment il n'était plus sous ses
ordres.»

Le prince d'Eckmühl put à peine ouvrir la bouche pour s'expliquer. Il
envoya le général Laville, son chef d'état-major, pour tâcher d'apaiser
Vandamme, et se contenta de nous dire avec embarras: «Messieurs, il faut
savoir souffrir pour le service de l'Empereur.» Quelque temps
auparavant, Napoléon lui avait écrit: «Ayez soin de ménager Vandamme;
les hommes de guerre deviennent rares.» La recommandation arrivait à
point, et elle avait profité.

Le moment était venu de prendre sérieusement l'offensive, et la réunion
des troupes qui avait lieu à Brême devait rendre le succès certain.
Outre notre division, dont le commandement fut donné à un vieux général
hollandais, la division Dufour occupait Brême, et la division Dumonceau
entrait en ligne à notre droite. Toutes ces troupes s'élevaient à
environ 18 ou 20,000 hommes.

Le 26, nous nous portâmes en avant. Le prince de Reuss prit
l'avant-garde; ma brigade marcha en seconde ligne, notre nouveau général
nous suivit plutôt qu'il ne nous commanda. C'était un soldat hollandais,
ignorant et grossier, hors d'état de rien faire. Je ne puis comprendre
qu'on ait remplacé le général Carra-Saint-Cyr par un homme qui lui était
si inférieur à tous égards.

Les tirailleurs ennemis défendirent faiblement Ottersberg et le ruisseau
de la Wiste à Sottrum. En débouchant dans la plaine, nous trouvâmes
l'infanterie rangée en bataille avec quelques pièces de canon. J'entrai
en ligne et pris la gauche de la route; à peine avions-nous 4,000 hommes
sans cavalerie. Nous les formâmes, en colonnes d'attaque, et dédaignant
de répondre à l'artillerie ennemie, nous marchâmes sur elle au pas de
charge. L'ennemi n'attendit pas ce choc, et nous le poursuivîmes jusqu'à
Rothembourg, où nous entrâmes le soir en combattant. Nous perdîmes peu
de monde, et ce premier succès combla de joie nos jeunes soldats. J'eus
bien à me louer du prince de Reuss, qui, pendant toute cette journée, me
témoigna autant de déférence que si j'avais commandé la division. De mon
côté, je ne cherchais point à lui faire sentir la supériorité de mon
grade; nous agissions fraternellement, sans prétention ni amour-propre,
et satisfaits de partager l'honneur de cette journée. J'ose dire qu'il
est à regretter que cette conduite n'ait pas servi de modèle à d'autres
généraux dans des occasions plus importantes.

Rothembourg fut un peu pillé. C'est un désordre difficile à empêcher
dans une ville où l'on entre de vive force après une journée fatigante
et dans l'ivresse d'un premier succès. Quoi qu'il en soit, le désordre
durait encore le lendemain matin, lorsque le prince d'Eckmühl et le
général Vandamme arrivèrent. Ce dernier n'y prit pas garde; mais le
prince d'Eckmühl, qui avait l'horreur du pillage, nous fit de sévères
reproches, et, ayant pris sur le fait un conscrit et un douanier, il
dit: «qu'il fallait faire des exemples, et qu'il était indispensable
d'en faire fusiller un.» On tira au sort; il tomba sur le douanier,
qu'on fusilla à l'instant même. Il était père de famille et avait
rejoint l'armée la veille. La nécessité du rétablissement de la
discipline ne suffirait point pour justifier une exécution sans
jugement, la volonté de l'homme mise à la place de celle de la loi.
Quelquefois la révolte, la lâcheté, la cruauté envers les habitants,
peuvent l'autoriser; mais les généraux ne doivent jamais oublier qu'une
pareille action est un crime quand elle n'est pas un devoir.

Le 27, la division fut à Schessell, le 28 à Tostedt. Le prince de Reuss
poursuivit l'ennemi jusque devant Harbourg, situé sur la rive gauche de
l'Elbe. Une compagnie de voltigeurs du 152e arriva la première devant le
rempart. M. Roulle, sous-lieutenant, passa le fossé à l'aide d'une
vergue qu'il trouva sous la main, et abattit le pont-levis. Le fort fut
enlevé. Notre division et la division Dufour se réunirent à Harbourg. La
division Dumonceau arrivait en même temps sur notre droite, à
Zollenspicker. Deux bâtiments anglais furent pris, et la rapidité de ces
premiers succès nous garantissait la prise de Hambourg, qui ne fut en
effet retardée que par les ménagements qu'exigeait notre situation
politique avec le Danemark.

Le Danemark, lié à la France par un traité de garantie réciproque, était
suspect aux alliés. À la prise de Hambourg, sa position devint
embarrassante. Le roi la soumit à Napoléon, qui lui répondit loyalement
que, ne pouvant en ce moment le protéger, il l'autorisait à céder à
toutes les exigences nécessaires au salut de ses États. La Russie
demanda d'abord que le Danemark défendît Hambourg contre la France, et
une division danoise entra dans la ville; mais le but des alliés était
d'obtenir la cession de la Norwége, et ils n'hésitèrent pas à la
demander. La France, de son côté, ouvrit avec le Danemark des
négociations pour une alliance offensive et défensive. Or, il était dans
l'intérêt de ces négociations d'éviter d'agir contre la division danoise
qui était à Hambourg. Ce temps de repos fut employé à faire venir
l'artillerie, à mettre Harbourg en état de défense, et à préparer les
moyens d'attaque contre les îles qui séparent Hambourg de Harbourg.

La division Dumonceau resta à la droite, le long de l'Elbe, jusqu'à
Veinse; la division Dufour et la brigade de Reuss à Harbourg, avec le
général en chef. Je fus placé en observation à Marbourg, à une lieue de
Harbourg sur la gauche.



CHAPITRE III

MA BRIGADE OCCUPE STADE ET CHASSE LES ANGLAIS DE COXHAVEN.--PRISE DE
L'ÎLE DE WILLEMSBOURG.--TRAITÉ AVEC LE DANEMARK.--CAPITULATION DE
HAMBOURG.--AFFAIRE DE BERGSDORF.--AFFAIRE DE
GESTACHE.--ARMISTICE.--LUBECK.--JE PASSE AU PREMIER CORPS DE LA GRANDE
ARMÉE.


Malgré ces premiers succès, le pays situé entre le Weser et l'Elbe était
loin d'être soumis. Les Anglais occupaient les forts de Cuxhaven, à
l'embouchure de l'Elbe. Quelques bandes d'insurgés parcouraient les
villages; la contrebande s'exerçait impunément; les contributions
n'étaient point payées. Il fallait mettre un terme à tous ces désordres.
Le général Vandamme m'en chargea. Il me donna 2,000 hommes et deux
pièces de canon, avec lesquels je devais parcourir le pays et reprendre
Cuxhaven.

Le premier point était d'occuper Stade, chef-lieu de l'insurrection. Je
pris toutes les précautions possibles pour déguiser ma marche, et le
troisième jour, au lever du soleil, j'entrai dans la ville, où cette
arrivée si inattendue causa la plus grande terreur. L'insurrection
n'avait été nulle part aussi violente qu'à Stade, et les habitants
craignaient une vengeance qu'ils avaient bien méritée.

En effet, mes instructions portaient de les traiter sévèrement. À cette
époque, ce mot voulait tout dire. Je reçus les magistrats et les
principaux notables, et je me montrai sévère en paroles, pour me
dispenser de l'être en actions. Je fis saisir partout les marchandises
anglaises et les denrées coloniales, mais avec tous les ménagements que
permettaient les ordres de l'Empereur. Chaque famille conserva sa
provision de sucre et de café pour trois mois. Je défendis expressément
toute contrebande et même toute communication avec la rive droite de
l'Elbe. Mes postes, placés le long du fleuve, arrêtaient les bateaux qui
voulaient aborder, les visitaient scrupuleusement, confisquaient les
marchandises et ouvraient les lettres. Ces vexations augmentaient
l'animosité des habitants et la terreur que nous leur inspirions; aussi,
dans notre marche depuis Harbourg, les populations fuyaient à mon
approche. J'en éprouvai pendant toute la route une tristesse
inexprimable. La beauté du pays, le coup d'œil enchanteur qu'offrent les
bords de l'Elbe dans cette saison, me donnaient l'idée d'un voyage de
plaisir. J'aurais voulu n'inspirer que des sentiments de bienveillance
aux habitants des charmantes maisons que l'on trouve à chaque pas sur
cette route, et cette impression me rendait plus pénible encore le
ministère rigoureux qui m'était confié.

Je me souviens surtout qu'un dimanche, en passant à Neunfeld, on me
remit une lettre qu'on avait saisie sur un bateau qui venait du
Danemark. Elle était adressée au ministre du village, et ses expressions
entortillées la rendaient suspecte. Le ministre était à l'église; mais
je ne pouvais m'arrêter. Je le fis mander; il vint avec toute la
population. Je le pris à part la lettre à la main, et je ne doute pas
que tout le village ne s'attendît à le voir fusiller. Les explications
qu'il me donna furent satisfaisantes. Il me promit de renoncer à ces
correspondances. Je suis sûr qu'il aura tenu parole, et surtout qu'il
aura achevé son office de bon cœur.

Un autre jour, en visitant les bords de l'Elbe, je vis un bateau qui
levait précipitamment l'ancre. J'appelai les hommes qui le montaient;
ils ne prirent le large qu'un peu plus vite. Après avoir crié
inutilement d'aborder et tiré plusieurs coups de fusil en l'air, je fis
tirer tout de bon, et du premier coup un homme fut tué. C'étaient de
pauvres habitants du pays, qui allaient tranquillement à la pêche. Ce
malheur m'affligea, et, pour en prévenir de nouveaux, je recommandai aux
magistrats de Stade de bien faire connaître aux habitants qu'ils
devaient se soumettre aux consignes de l'armée française, et que cette
soumission empêcherait toujours qu'on ne leur fît du mal. Je dois dire
que personnellement, pendant le cours de cette mission sévère, je ne
reçus que des marques de reconnaissance des principaux habitants; ils me
savaient gré des soins que je prenais pour adoucir ce que leur position
avait de pénible. Il est vrai que je pouvais leur faire beaucoup de mal
sans crainte d'être désavoué; j'étais même en querelle à leur sujet avec
le général Vandamme, qui, dans sa correspondance, me reprochait
constamment de ménager ces gens-là et d'être leur dupe.

Au bout de trois jours, je reçus l'ordre de continuer mon mouvement
jusqu'à l'embouchure de l'Elbe. Je transcris ici cet ordre:

     Harbourg, le 5 mai 1813.

     «Monsieur le général,

     «L'Empereur met le plus grand prix à la position de Stade, comme
     poste militaire. Ordonnez de suite que cette ville soit mise à
     l'abri d'un coup de main. Je vais y envoyer un major de confiance
     pour y commander, et le chef de bataillon Vinache, directeur du
     génie, va s'y rendre. Ordonnez que mille ouvriers y soient requis
     et réunis pour demain et après.

     «Aussitôt que vous aurez donné vos premiers ordres, partez pour
     faire une très-rapide excursion, afin de vous rendre maître du pays
     entre le Weser et l'Elbe; mettez-vous en correspondance avec M. le
     préfet de l'Elbe[57], qui sera établi demain ou après à
     Bremerworde.

     «Faites exécuter ses ordres et appuyez de vos forces toute son
     autorité. Suivez la route de l'Elbe par Assel, Freyburg, Neuhans et
     Ottendorf, pour aller reprendre Cuxhaven, que l'on assure évacué
     par et les Anglais. Nous avons du monde à Carlsbourg, sur la rive
     droite du Weser; il faut agir avec célérité, mais toujours avec
     prudence.

     «Poussez le capitaine Ducouëdick fort en avant, car tout semble
     nous annoncer qu'il n'y a plus de troupes ennemies dans le pays et
     qu'il ne s'y trouve que quelques restes de rebelles à faire passer
     par les armes. Quelques recruteurs et contrebandiers anglais sont
     tout ce qu'il y a à détruire, et ce ne saurait être ni long ni
     difficile.

     «Chargez M. Pyonnier, directeur des douanes, de suivre de très-près
     le capitaine Ducouëdick, afin de faire de bonnes prises. Qu'il
     mette son monde sur des chariots; il a sans doute aussi quelques
     employés à cheval.

     «Mettez à toutes ces dispositions une grande célérité, afin d'être
     de suite de retour sur Stade, si cela devenait nécessaire au bien
     du service. Laissez dans cette place une pièce de 4, un bataillon
     de marche et un demi-bataillon du 152e. Ils se garderont
     militairement tout autour d'eux, et bientôt ils seront renforcés.
     Ne dites à personne où et vous allez; annoncez aux magistrats
     qu'une colonne française, qui occupe Bremerlée, marche sur
     Cuxhaven, et qu'elle remontera l'Elbe vers Neuhans; que vous êtes
     chargé de la reconnaître et de la rallier; que vous ne serez absent
     que quarante-huit heures.

     «Prenez avec vous un bataillon et demi du 152e avec le meilleur
     bataillon de marche, deux pièces de canon et tout ce que vous avez
     de cavalerie, ainsi que ce qui est à Zeven et à Bremerworde.

     «Rendez-vous maître de tout le cours de l'Elbe, afin que les
     Anglais et les Hambourgeois soient de plus en plus gênés. Ils ne
     tarderont pas à être informés des succès de l'Empereur. Déjà la
     crainte et l'agitation règnent chez eux.

     «Établissez pour notre correspondance des relais sous la
     responsabilité des magistrats et principaux notables. Faites
     prendre des otages au moindre retard ou à la première apparition de
     l'ennemi, si l'on ne vous prévenait pas.

     «J'attends tout de votre âge et de votre zèle. On m'avait envoyé un
     autre général ici pour cette expédition; j'ai voulu vous donner la
     préférence. Vous répondrez à ma confiance, et je suis tranquille.

     _Signé_: VANDAMME.

Je suivis ces instructions. En arrivant à Ottendorf, les rapports du
capitaine Ducouëdick m'apprirent que les Anglais étaient encore maîtres
des forts de Cuxhaven; les gens du pays assuraient même qu'ils
paraissaient disposés à s'y défendre. Un lancier, que la peur troublait
sans doute, prétendit qu'il avait vu les Anglais débarqués. Pour ne rien
compromettre, je demandai au général Vandamme de m'envoyer un officier
du génie dont les conseils pouvaient être utiles, et je marchai sur les
forts. Rien n'annonçait la présence de l'ennemi; la route suit les bords
de la mer, et la garnison anglaise pouvait apercevoir la marche de notre
colonne, que j'avais formée sur deux rangs pour la faire paraître plus
nombreuse. Les Anglais n'attendirent pas l'attaque et s'embarquèrent
précipitamment sur deux bâtiments de guerre, d'où ils firent un feu
très-vif sur nos troupes. Au milieu de ce feu, les voltigeurs du 152e
s'élancèrent dans les forts, et je plaçai l'infanterie à l'abri derrière
la berge, en défendant que personne se montrât. Nous restâmes sous les
armes une grande partie du jour, jusqu'à ce que les Anglais fussent
éloignés. Cette conquête n'aurait pas coûté un seul homme, si un
capitaine de voltigeurs, dans l'ardeur de son zèle, n'eût été arborer au
haut du fort trois mouchoirs de couleur en guise de drapeau tricolore.
Cette bravade fut aperçue des Anglais, et un coup de mitraille mit en
pièces le capitaine.

Le lendemain, l'officier du génie arriva. Je le chargeai de rétablir les
forts dans leur premier état, de fermer les gorges du côté de la terre,
de rouvrir les anciennes qui donnaient sur la mer, enfin de les mettre
en état complet de défense. La garnison de chacun d'eux fut formée de
quelques douaniers et de 100 hommes d'infanterie. Les rapports de ma
cavalerie et ceux des autorités du pays m'apprirent que tout était
tranquille entre l'Elbe et le Weser, et il n'était pas vraisemblable que
les Anglais cherchassent à reprendre des forts qu'ils avaient abandonnés
si promptement. Cependant je crus convenable de rester sur les bords de
l'Elbe au lieu d'aller à Bederkesa, comme mes instructions m'y
autorisaient, et j'échelonnai mes troupes entre Ritzebuttel et Neuhans.
Je fis fort bien, car, au bout de deux jours, je reçus l'ordre de
revenir en toute hâte à Harbourg. J'avais trente lieues à faire.
Pourtant l'impatience du général Vandamme était telle qu'il s'étonnait
de ne pas me voir arriver en vingt-quatre heures. Impatienté moi-même de
ses continuels messages, et un peu inquiet de ce qui se passait à
Harbourg, je quittai mes troupes; j'y arrivai seul dans la soirée du 12,
et je compris alors le motif de tant d'empressement.

Après quelques jours employés en reconnaissances dans les îles de
Harbourg, le général Vandamme fit enlever Wilhemsbourg, la plus grande
et la plus importante de toutes. La brigade Gengoult s'y établit à la
hâte le 11, et y fut laissée seule un peu légèrement peut-être. La
position était trop importante pour que l'ennemi y renonçât aussi vite.
Le 12 au matin, Tettenborn débarqua 1,200 hommes au nord de l'Elbe, et
culbuta la brigade Gengoult. Le reste de la division Dufour rétablit le
combat, qui se soutenait avec avantage, lorsque l'ennemi opéra un autre
débarquement plus considérable à la gauche de l'île, à Rehersteig, et la
division Dufour se trouvait fort compromise, si le prince de Reuss, qui
était entré le matin dans l'île, ne fût arrivé à son secours. L'affaire
durait depuis longtemps et nous perdions du terrain, quand le général
Vandamme, saisissant habilement ce moment de crise si fugitif et si
important à la guerre, fit cesser la fusillade et battre la charge sur
toute la ligne. L'ennemi fut renversé en un instant. On prit six pièces
de canon et 400 hommes; 400 autres, qui s'étaient jetés dans les
barques, furent noyés ou tués. Cette journée nous assura la possession
de Wilhemsbourg et la prompte reddition de Hambourg.

J'arrivai donc le soir même. Le succès avait ramené la gaieté; j'en fus
quitte pour quelques plaisanteries sur ma paresse, comme s'il eût été
possible de faire trente lieues en un jour.

Je continuai à rester chargé du commandement de l'aile gauche, et le
lendemain je retournai à Marbourg. Cette position était défensive; elle
avait pour but d'occuper les îles d'Hohenscham, d'Altenwarder et de
Finkenwarder, d'empêcher toute communication entre les deux rives et de
surveiller l'Elbe jusqu'à l'embouchure de l'Este. Ce service était
pénible à cause du peu de troupes que j'avais à ma disposition.
J'occupais les îles en camp volant, tantôt avec des postes, tantôt avec
de simples patrouilles, dont la retraite était protégée par des troupes
placées en banquettes derrière les digues. Malgré cette surveillance et
la menace de fusiller les habitants qui iraient à Hambourg, les
communications entre les deux rives étaient fréquentes. Si je ne réussis
pas toujours à l'empêcher, je réussis du moins à me défendre des
surprises que tentaient journellement les Suédois et les Anglais, et je
ne perdis pas un seul homme. Le temps était affreux et mes troupes
harassées. Je ne faisais pas cependant la moitié de ce que me
prescrivait le général Vandamme. C'est un grand bonheur que d'avoir
affaire à des chefs qui ne vous commandent que ce qui est possible, et
une des difficultés de la guerre consiste à savoir obéir jusqu'à un
certain point, sans compromettre ses troupes ni engager sa propre
responsabilité.

Le Danemark, mécontent des exigences des alliés, avait déjà retiré ses
troupes de Hambourg. Bientôt on lui demanda formellement la cession de
la Norwége et un corps de 25,000 hommes, en lui offrant un dédommagement
éventuel à prendre sur la 32e division militaire. Depuis nos nouveaux
succès, ce dédommagement était devenu bien problématique, et le Danemark
répondit aux alliés par un traité d'alliance offensive et défensive avec
la France. Un général danois, que nous reçûmes à Harbourg avec les plus
grands honneurs, vint aussitôt mettre la division du général
Schuttembourg à la disposition du prince d'Eckmühl. Son assistance ne
fut point inutile. C'était beaucoup d'empêcher les Hambourgeois de rien
tirer du Danemark. Un corps de Suédois venait d'entrer dans la ville au
départ des Danois. Notre flottille mit le feu à un vaisseau sur lequel
ils étaient embarqués. Un assez grand nombre périt, et le prince royal
de Suède, toujours occupé de ménager ses troupes, se hâta de les
rappeler. L'animosité des Hambourgeois contre nous avait seule prolongé
cette lutte inégale; mais les efforts ont un terme, et ce terme était
arrivé. Dans la nuit du 28 au 29 mai, notre armée, maîtresse des îles et
du cours de l'Elbe, commença le bombardement, et Hambourg capitula. Le
29, Tettenborn se retira sur Bergsdorf et Lunebourg avec 3,000 hommes de
la légion anséatique, 1,000 Prussiens, 1,200 Mecklembourgeois et environ
2,000 Russes.

Pendant le bombardement, je fus chargé, conjointement avec le prince de
Reuss, d'attaquer l'île d'Ochsenvarder, à la droite de Hambourg. Ce
mouvement était bien combiné; il empêchait les troupes ennemies, qui
occupaient ce point, de porter secours à la place, et il nous conduisait
sur la direction que devait suivre le général Tettenborn en quittant
Hambourg. Je traversai Harbourg, passai l'Elbe à Bullenhauss, et, le
matin du 29, je rejoignis le prince de Reuss, déjà maître d'une partie
de l'île d'Elbe. Dans la journée, l'ennemi l'abandonna entièrement et se
retira sur Altegam. Le lendemain, je reçus l'ordre de me diriger sur
Kirchemberg et Zollenspicher, et de marcher ensuite sur Bergsdorf, pour
seconder l'attaque du prince de Reuss sur la gauche de cette ville, et
couper la retraite à la garnison de Hambourg. Malheureusement, je me
trouvais alors séparé du prince de Reuss, et nous ne pûmes concerter
ensemble cette opération. J'avais de mauvaises cartes, et les
renseignements du pays ne servaient souvent qu'à nous égarer. Au lieu
donc de prendre la route de Curslach, qui mène droit à Bergsdorf, je
remontai l'Elbe par Altegam, d'où je chassai l'ennemi après une affaire
de tirailleurs. Il se retira en combattant jusque derrière le bras
oriental de l'Elbe, où s'établit une fusillade qui dura toute la soirée.
Les postes de la division Dumonceau, placés le long de la rive gauche,
pouvaient, à l'aide des sinuosités du fleuve, observer l'ennemi; ils
m'en rendaient compte et répondaient à mes questions. Cette
communication de vive voix d'une rive à l'autre donnait à cette journée
un caractère particulier que je n'ai jamais oublié. C'est dommage que ce
fût une fausse manœuvre et une affaire qui n'aboutît à rien. Je couchai
à Altegam, et, le lendemain, je pris enfin la route de Curslach, dont il
fallut réparer le pont, que l'ennemi avait rompu en se retirant.

Tous ces contre-temps me firent arriver à Bergsdorf vingt-quatre heures
trop tard. Le prince de Reuss y était depuis la veille, et la ville
n'avait été défendue que le temps nécessaire pour assurer la retraite de
la garnison de Hambourg, qui prit la route de Lauenbourg. L'affaire
aurait été plus complète et le succès plus brillant si j'eusse été en
mesure d'y coopérer. Les routes étaient couvertes de jeunes gens que le
général Tettenborn avait forcés de marcher, et qui se sauvaient en
jetant leurs armes. On voyait parmi eux des enfants de douze à treize
ans. Nos soldats en eurent pitié: il y eut peu de victimes. Nos nouveaux
alliés, les Danois, étaient déjà à leurs postes, et, en traversant la
plaine, mon avant-garde, trompée par leur uniforme rouge, les prit pour
des Anglais et leur tira des coups de fusil. Pour des alliés un peu
douteux, le début n'était pas encourageant.

Le même jour, je fis mon entrée dans Hambourg à la tête de mes troupes
en grande tenue. La ville était calme; la discipline bien observée. Nous
mettions de l'amour-propre à montrer de si belles troupes aux habitants
d'une ville qui avait cru la puissance de l'Empereur à jamais détruite.
Aussi l'étonnement des habitants égalait-il leur tristesse. Le général
Vandamme était rayonnant; à peine eut-il le courage de me reprocher ma
fausse manœuvre de Bergsdorf. Le succès justifiait tout. Il donna le
lendemain un déjeuner magnifique aux généraux et colonels de son corps
d'armée chez Rinville, à Altona. La maison de ce restaurateur domine le
cours de l'Elbe; c'est une des plus belles positions et une des vues les
plus ravissantes qu'il y ait en Europe.

Le général Dumonceau s'établit à Bergsdorf; sa division était assez
forte, et, comme il n'y avait pas de général de brigade, je fus envoyé
près de lui. Cette mission me déplut, et j'aurais préféré passer à
Hambourg ce temps de repos; mais les convenances personnelles comptent
peu à la guerre. J'arrivai donc à Bergsdorf le 2 juin. Les troupes du
prince de Reuss quittèrent les avant-postes avant d'être relevées par
les miennes; il en résulta que les Cosaques donnèrent un peu la chasse
aux vedettes danoises. Cette négligence, qui n'était pas de mon fait, me
valut pourtant une réprimande du général Vandamme avec ce ton amical
qu'il conservait toujours dans nos relations. S'il me grondait, c'était
par intérêt pour moi; mais il n'y avait pas de négligences légères dans
notre métier. Un seul instant pouvait faire perdre le fruit de plusieurs
années de bons services. La réflexion était juste, et, trois mois après,
il en offrit lui-même un triste exemple.

La division Dumonceau était composée de régiments provisoires; chacun de
ces régiments, formé de deux bataillons, pris dans divers régiments et
commandés par des majors. Cette formation, qui n'est pas régulière, est
pourtant moins vicieuse que celle des bataillons de marche, car, au
moins, toutes les compagnies d'un bataillon appartiennent au même
régiment. Il y avait aussi des bataillons isolés et deux bataillons du
152e. Le total de la division pouvait s'élever à 8,000 hommes. Le
général Dumonceau était un Hollandais au service de France depuis le
commencement de la révolution. Le roi Louis l'avait nommé maréchal.
L'Empereur, après la réunion de la Hollande, ne confirma pas ces
nominations, et Dumonceau redevint général de division. Ce désagrément
aurait irrité un caractère moins doux que le sien, mais on ne pouvait
remarquer en lui un instant d'humeur ou de mécontentement. C'était un
militaire instruit; du reste excellent homme, bon, obligeant et de la
loyauté la plus scrupuleuse.

Nos avant-postes, placés le long du bras oriental de l'Elbe,
s'étendaient jusqu'à Gestacht. Nous gardions aussi sur la gauche les
bords de la Bille et les débouchés de la forêt de Sachsen. Je passais
mes matinées à parcourir toute cette ligne pour apprendre le service à
de jeunes soldats qui n'en avaient aucune idée. Cette ignorance n'était
pas sans danger; un jour, en revenant à Bergsdorf avec le général
Dumonceau, le poste avancé nous prit pour des généraux russes, et nous
tira plusieurs coups de fusil sans même nous crier qui vive. Deux jours
après je faisais une visite d'avant-postes avec une escorte assez
nombreuse; les deux factionnaires de l'avancée me virent tranquillement
passer devant eux, et se gardèrent bien de me dire qu'une vedette
ennemie était à quelques pas de là, masquée par des broussailles. Cette
vedette voyant une troupe à cheval s'avancer sur elle, tira un coup de
carabine, et M. de Chabrand, mon aide de camp, reçut une blessure qui,
heureusement, ne fut pas grave. Ce qui est impardonnable, c'est que
l'officier de garde et le major qui m'accompagnait ne connaissaient ni
l'un ni l'autre la position des avant-postes ennemis.

Après avoir mis Hambourg en état de défense, le prince d'Eckmühl se
disposa à prendre l'offensive et à entrer dans le Mecklembourg pour
menacer Berlin et appuyer le mouvement, de la Grande Armée qui avait
pénétré en Silésie. Le général Dumonceau fut chargé d'attaquer l'ennemi
en avant de Gestacht. Nos troupes se placèrent de bonne heure sur le
terrain; les dispositions de l'ennemi annonçaient une forte résistance;
les tirailleurs commençaient à s'engager sur toute la ligne, et je me
préparais à faire avancer les colonnes et à placer l'artillerie, lorsque
je remarquai un mouvement extraordinaire parmi les tirailleurs: le feu
cessait, les pelotons paraissaient se réunir. J'y courus aussitôt; deux
officiers, l'un français, l'autre russe, parcouraient au galop la ligne
et se jetaient au milieu des combattants au péril de leur vie, en
agitant des mouchoirs blancs et criant: «Armistice!» Ces officiers
venaient du grand quartier général et apportaient la nouvelle de la
suspension des hostilités. Je n'essaierai pas de peindre ce que fait
éprouver un changement de situation si rapide et si inattendu. Passer du
danger pour soi et pour les siens à la sécurité la plus complète, de
l'agitation au repos; voir son but atteint, sa tâche remplie, le sort de
la France fixé; s'attendre à retrouver bientôt son pays, ses enfants,
ses liens les plus chers, au moment où l'on pouvait en être séparé pour
toujours, et tout cela en un clin d'œil: c'est une impression à laquelle
le cœur peut à peine suffire et que les paroles doivent renoncer à
exprimer! Qu'on ne dise pas que ce n'était qu'un armistice; un armistice
pour nous, c'était la paix, la paix assurée. L'Empereur avait annoncé
que la paix était nécessaire, et qu'il traiterait après la première
victoire. Cette victoire avait été obtenue; nous comptions sur une
promesse que l'intérêt de l'Empereur lui-même devait garantir; enfin,
les alliés désiraient la paix, et nous étions en mesure d'en dicter
presque les conditions.

Avant de quitter le champ de bataille, je voulus aller rendre visite à
ceux qui n'étaient plus nos ennemis. Je dépassai la ligne des
avant-postes et je m'avançai vers les Cosaques. M. Allouis, chef
d'escadron d'état-major, m'accompagnait. Comme il n'avait pas fait les
dernières campagnes, il était moins accoutumé que moi à leurs étranges
figures; il me conjura de ne pas aller plus loin, prétendant qu'il était
impossible que ces gens-là sussent ce que c'était qu'une armistice et
qu'ils allaient nous mettre en pièces. À peine se rassura-t-il en voyant
nos soldats paisiblement à côté d'eux. Nous n'en fûmes pas moins
très-bien reçus; après mille politesses réciproques, nous bûmes
l'eau-de-vie ensemble, et, comme avec les peuples à demi sauvages, il
n'y a pas de bon accueil sans présents, j'y laissai ma dragonne et j'en
rapportai un très-beau fouet.

Nous retournâmes à Bergsdorf, et quelques jours furent employés à la
ligne de démarcation des deux armées conformément à l'armistice. La
division Dumonceau se rendit ensuite à Lubeck. Cette ville n'était
occupée que par des Danois, et il n'était pas prudent de les y laisser
seuls. Nous fûmes reçus à Lubeck encore plus mal qu'à Hambourg. L'esprit
était le même, il y avait de plus le souvenir du pillage de la ville, en
1806. L'animosité était telle que la femme chez qui je logeais s'en alla
à la campagne pour ne pas me voir; les précautions étaient prises en
secret pour nous tenir en garde contre des concitoyens aussi peu
affectionnés que les habitants de Lubeck. L'ordre ne fut pas troublé;
ils se bornèrent à nous détester, et nous n'en demandions pas davantage.

Le prince d'Eckmühl profita du repos de l'armistice pour rétablir
l'administration dans le pays. On retrouvait toujours en lui l'esprit
d'ordre et la rigueur qui faisaient son caractère. Ainsi on défendit de
rien exiger des hôtes; mais les soldats recevaient au compte du pays des
rations de toute nature et les officiers des frais de table, savoir:
pour les généraux de division, 1,500 fr. par mois; pour les généraux de
brigade, 800 fr., et ainsi de suite. Ces indemnités étaient payables
tous les cinq jours et d'avance. De plus, on imposa d'énormes
contributions de guerre et l'on prit des otages qui furent enfermés dans
la citadelle de Harbourg. Heureusement, ces mesures ne furent exécutées
à Lubeck qu'après notre départ.

L'Empereur, établi à Dresde pendant l'armistice, termina l'organisation
de la Grande Armée. Les régiments se complétèrent par la réunion de
leurs bataillons détachés. Le prince d'Eckmühl resta à Hambourg. Son
corps d'armée, qui prit le n° 13, se composa d'environ 20,000 hommes,
sans compter la division danoise. On donna au général Vandamme le
commandement du 1er corps de la Grande Armée. Je ne me souciais
nullement de rester à Hambourg, parce que le 13e corps, placé hors
ligne, devait jouer un rôle moins important que les autres. Ma place
naturelle eût été au 5e corps, pour lequel j'avais été d'abord destiné;
je préférai rester sous les ordres du général Vandamme. Je connaissais
sa manière de servir, j'avais à m'en louer, son ambition me répondait
que les occasions de se distinguer ne manqueraient pas avec lui. Je lui
demandai donc de me garder au 1er corps; il voulut bien me dire qu'il y
avait déjà pensé, et me remit ma commission. Je retournai à Hambourg,
d'où je fus chargé de conduire à Magdebourg une colonne composée de huit
bataillons de différents régiments qui devaient être répartis entre les
corps de la Grande Armée. J'arrivai à Magdebourg le 8 juillet.

Ainsi se termina la première partie de la campagne qui eut pour but et
pour résultat la reprise de Hambourg; elle fit grand honneur au général
Vandamme. Il en fut récompensé par le bulletin dans lequel l'Empereur
attribue à sa vigueur la prise de Hambourg. Je fus charmé d'avoir débuté
dans ma carrière de général par une guerre de cette nature.

Rien de plus utile que d'être souvent détaché et obligé d'agir par
soi-même. J'en ai plus appris pendant ces trois mois de campagne que
pendant tout le reste de la guerre.

Le général Vandamme voulut bien écrire au duc de Feltre, mon beau-père,
pour lui témoigner sa satisfaction de ma manière de servir.



DEUXIÈME PARTIE.

CHAPITRE PREMIER.

COMPOSITION DU PREMIER CORPS.--CANTONNEMENTS PENDANT
L'ARMISTICE.--DÉCLARATION DE GUERRE.


J'étais arrivé à Magdebourg le 8 juillet 1813, et je n'y passai que
quelques heures. Un ordre du général Vandamme me prescrivit de me rendre
précipitamment à Dessau; l'Empereur allait passer la revue du 1er corps
qui s'y trouvait réuni.

Cette revue eut lieu le 11 juillet. Je ne connaissais pas ma nouvelle
brigade, et j'en pris le commandement sur le terrain. Les régiments
étaient nombreux et la tenue aussi belle que possible. L'Empereur nous
traita fort bien et nous accorda tout ce que nous lui demandions. Sa
bienveillance était telle que le général Vandamme me reprocha depuis de
n'en avoir point profité pour faire donner la croix à mon aide de camp
Chabrand. Je n'aurais jamais osé faire une pareille demande pour un
officier qui sortait de Saint-Cyr, et qui n'avait d'autre titre à cette
faveur qu'une campagne de quelques mois et une légère blessure. Quant à
moi, je n'étais encore que légionnaire. Le prince de Neufchâtel voulut
bien le remarquer, et, dès le lendemain, il fit signer par l'Empereur, à
Magdebourg, une nomination d'officier de la Légion. L'oubli d'une si
petite affaire, au milieu de celles dont il était accablé, eût été
pardonnable. J'aime à ajouter dans ma reconnaissance cette dernière
marque d'intérêt à toutes celles que j'ai reçues de lui.

Je commandais la 2e brigade de la 1re division[58]. Le général Philippon
s'était acquis une belle réputation à l'armée d'Espagne par sa défense
de Badajoz; je m'estimai heureux de servir sous ses ordres. Dès les
premiers moments, je le trouvai inférieur à sa renommée, je crus me
tromper; je me reprochais de le juger trop sévèrement, et je m'attendais
du moins à le trouver sur le champ de bataille digne de la renommée
qu'il avait rapportée d'Espagne. On verra qu'il n'en fut rien. La vérité
est que le général Philippon avait près de lui à Badajoz un officier du
génie fort distingué, qui dirigea la défense, et dont il eut au moins la
sagesse de suivre les conseils; voilà comment se font les réputations!

Le colonel Préchamps, chef d'état-major, avait fait les guerres de la
République, et, dix ans auparavant, il était premier aide de camp du
maréchal Ney. Il avait de l'instruction, de la capacité, un caractère
indépendant et frondeur, un esprit épigrammatique. Plus tard, il fut
envoyé en Italie, où il resta jusqu'en 1813. Lorsque je m'engageai neuf
ans auparavant dans un des régiments du corps d'armée du maréchal Ney, à
Montreuil, le colonel Préchamps était son premier aide de camp. Je me
retrouvais avec lui à Dessau, en 1813, dans des situations bien
différentes. Le premier aide de camp du commandant en chef était
toujours colonel; le jeune soldat était devenu général. Préchamps en
riait le premier.

Ma brigade se composait des 17e et 36e de ligne; le premier de quatre
bataillons, le second de deux seulement; le 17e commandé par le colonel
Susbielle, le 36e par le major Sicard. Locqueneux et Feisthamel, tous
deux devenus généraux de brigade, étaient capitaines au 17e.

Parmi les généraux des autres divisions se trouvaient Dumonceau, dont
j'ai parlé; O'Méara, beau-frère du duc de Feltre; Doucet, colonel
attaché à la place de Paris, qui devait son avancement à sa belle
conduite à l'époque du complot de Mallet; Chartran, une des victimes de
nos discordes civiles.

Je passai deux jours à Dessau; je logeais au palais avec le général
Philippon. Le duc régnant était fort âgé; le prince héréditaire avait
épousé une princesse de Hesse-Hombourg, dont il vivait séparé. C'était
une personne agréable et gracieuse; je l'ai vue plusieurs fois ainsi que
ses deux filles; elles portaient le deuil du frère de la princesse, tué
à la bataille de Lutzen.

Au bout de quelques jours, nous prîmes des cantonnements dans les
environs de Dessau, sur la rive gauche de l'Elbe. Je logeai au château
de Radis, à deux milles de Wittemberg. Le maître du château et sa femme
étaient de braves gens assez maussades. Une jeune nièce leur tenait lieu
d'enfant; elle n'avait ni beauté, ni esprit, ni grâce. C'était jouer de
malheur, car nous avions souvent rencontré des cantonnements bien
différents. On a en Allemagne beaucoup de goût pour les Français; ils
plaisent aux femmes et ne déplaisent point aux hommes. La vivacité de
leur esprit, leurs manières galantes sont d'autant mieux appréciées
qu'elles sont inconnues dans le pays. Bientôt les officiers, les soldats
eux-mêmes, semblaient faire partie de la famille de leurs hôtes. Aussi,
quoique nous fussions nourris aux frais du pays et qu'il en résultât des
abus de tout genre, souvent notre départ a causé des regrets; mais il
n'y avait rien de séduisant au château de Radis, et je n'ai pas eu le
moindre mérite à consacrer tout mon temps aux deux régiments de ma
brigade.

L'armée se composait de jeunes soldats auxquels il fallait tout
apprendre, et de sous-officiers qui n'en savaient pas davantage. Les
officiers valaient mieux; c'étaient les anciens cadres, dont la
destruction avait été beaucoup moins complète en Russie que celle des
sous-officiers. Une pareille armée, au moment d'entrer en campagne,
aurait eu besoin de la surveillance continuelle de ses chefs, et, pour
ménager le pays, on avait tellement étendu les cantonnements que l'on
pouvait à peine réunir même les régiments. Les généraux cherchaient à
remédier à cet inconvénient en visitant souvent les troupes, en donnant
aux officiers supérieurs l'exemple de l'activité, en exigeant des
rapports détaillés sur toutes les parties du service. Quand les
exercices de détail furent terminés, je réunis plusieurs fois ma
brigade, et elle ne manœuvra pas mal. Il fallait de plus apprendre aux
sous-officiers à se garder militairement, à commander une patrouille, à
faire un rapport; en un mot, nous nous préparions à lutter contre
l'Europe entière, et jamais l'armée n'avait été plus novice, plus
inexpérimentée.

On sait à quelles vexations étaient exposés les pays que nous occupions.
À cet égard, du moins, les anciens errements s'étaient conservés, et la
jeune armée de 1813 en savait autant que toutes celles qui l'avaient
précédée. Malgré les ordres des chefs, nous n'entendions parler que de
réquisitions de vivres, de fourrages, d'objets de toute nature. Il ne
s'agissait, disait-on, que du bien-être des soldats; mais plusieurs
officiers se servaient de ce prétexte pour rançonner les villes et les
campagnes. Après avoir imposé d'énormes réquisitions, ils y renonçaient
à prix d'argent. Je fus même obligé de porter plainte contre le
troisième corps de cavalerie, qui prétendait mettre à contribution les
cantonnements que j'occupais. Le général Vandamme se montrait sévère à
cet égard. Aujourd'hui comte de l'Empire, général en chef, presque
maréchal, le maintien d'une exacte discipline convenait à sa haute
position. Il y eut donc peu d'abus au premier corps. Deux officiers de
ma brigade voulurent se faire donner de l'argent dans leurs logements;
je les punis, je les réprimandai plus fortement encore, et pour couper
court à de pareils désordres, je donnai à ma brigade l'ordre du jour
suivant:

     Radis le 20 juillet 1813.

     «Le général croit devoir rappeler à MM. les officiers que les
     habitants ne doivent aux troupes que la nourriture et le logement.
     Il défend, sous quelque prétexte que ce soit, que l'on fasse dans
     le pays la moindre réquisition.

     «Le général rend trop de justice à la délicatesse de MM. les
     officiers pour les croire capables de prendre de pareilles mesures
     par aucun motif personnel; mais l'intérêt des régiments ne serait
     point une excuse qui pût les justifier, et elles seraient
     sévèrement punies.»

La dispersion des cantonnements ne nous permettait pas de nous voir
souvent. Je l'ai toujours regretté. Il est important à la guerre que les
généraux, les officiers d'état-major, les officiers supérieurs des
corps, se connaissent, qu'ils soient ensemble dans de bons rapports,
qu'ils puissent apprécier les qualités, les défauts de chacun, juger le
degré de confiance que méritent leurs inférieurs, leurs camarades et
même leurs chefs. Nous eûmes cependant quelques réunions pendant la
durée de l'armistice. Chacun de nous donna dans son cantonnement de
grands déjeuners, où nous invitions les autres généraux de la division,
les aides de camp, les principaux officiers supérieurs. Nous passions
ensuite le reste de la journée ensemble. Comme ces différents corps
d'armée devaient se mettre en marche, on célébra cette année la fête de
l'Empereur le 10 août au lieu du 15; et, à cette occasion, le général
Lapoype[59], gouverneur de Wittemberg, donna un fort beau bal, qui se
prolongea jusqu'au jour. Toute l'armée, toute la société de la ville et
des environs s'y trouvaient réunis. On s'amusa beaucoup, et néanmoins ce
ne fut pas un plaisir sans mélange. Ce même jour, 10 août, expirait
l'armistice. Les négociations n'avaient pas réussi; la guerre allait
recommencer; nous partions dans deux jours. Bientôt, toute la jeunesse,
qui se livrait avec l'insouciance de son âge à l'enivrement de cette
fête, allait être exposée à la mort, à des blessures cruelles, à la
captivité. Qu'allait devenir cette armée si animée, si ardente, mais si
jeune, si peu endurcie aux fatigues? Que deviendrait la France
elle-même, affaiblie par ses derniers revers, et attaquée pour la
première fois par l'Europe entière!

Ces graves réflexions troublèrent un peu la joie du bal.

Le 12 août, le 1er corps commença son mouvement pour se rapprocher de
Dresde. Les cantonnements avaient à peine duré un mois.

Avant de commencer l'histoire de cette seconde campagne, je dois dire un
mot de l'armistice, de la position des deux armées, des projets de
l'Empereur. On verra ensuite quelle fatalité paralysa ses efforts, et
causa une fois encore la destruction de notre armée.



CHAPITRE II.

POSITION PENDANT L'ARMISTICE.--COMPOSITION DES DEUX ARMÉES.--PREMIÈRES
OPÉRATIONS EN SILÉSIE.--PLAN DE NAPOLÉON.--BATAILLE DE DRESDE.


Je n'ai point parlé de la campagne de la Grande Armée pendant la reprise
de Hambourg. On sait que l'Empereur ayant battu les alliés le 2 mai à
Lutzen, près de Leipzick, sur la rive gauche de l'Elbe, les força de
repasser cette rivière, d'évacuer Dresde et de se retirer en Silésie. On
sait encore que les coalisés furent vaincus de nouveau à Bautzen et à
Wurschen les 20 et 21 mai, et qu'un armistice fut conclu le 4 juin. Il
n'est pas non plus de mon sujet de raconter les négociations qui eurent
lieu à Prague pour la conclusion de la paix, sous la médiation de
l'Autriche. Je dirai seulement que l'on ne put parvenir à s'entendre.
L'Autriche avait déclaré qu'elle ne resterait pas neutre et qu'elle
ferait cause commune avec la Russie et la Prusse, si les conditions
qu'elle offrait n'étaient pas acceptées. Le 10 août était le terme
fatal, et Napoléon n'ayant pas répondu aux propositions qui lui étaient
adressées, les trois puissances lui déclarèrent la guerre.

La ligne de démarcation entre les armées belligérantes avait été fixée
ainsi qu'il suit:

En Silésie, la ligne de l'armée française partait de la frontière de
Bohême, suivait le cours de la Katzbach jusqu'à l'Oder; la ligne de
l'armée coalisée atteignait ce fleuve au-dessus de Breslau. Un
territoire neutre s'étendait entre les deux armées; la ville de Breslau
en faisait partie. La ligne de démarcation suivait ensuite le cours de
l'Oder jusqu'à la frontière de Saxe, puis la frontière de la Prusse
jusqu'à l'Elbe, et le cours de l'Elbe jusqu'à la mer. Par ce moyen, tout
le territoire saxon était occupé par l'armée française, et tout le
territoire prussien par l'armée alliée. Les garnisons des places situées
sur l'Oder et la Vistule, telles que Dantzick, Stettin et Custrin,
devaient être ravitaillées tous les cinq jours.

On avait employé de part et d'autre le temps de l'armistice à se
préparer à la guerre, à compléter, organiser, instruire les troupes. La
Grande Armée française se composait de quatorze corps d'infanterie et
quatre de cavalerie, ayant pour réserve la garde impériale[60]: environ
300,000 combattants.

L'armée coalisée se divisait en armée du Nord, armée de Silésie et armée
de Bohême[61]. Avant l'accession de l'Autriche, elle réunissait environ
360,000 combattants.

Voici notre position à la fin de l'armistice: le 12e corps à Dahme,
menaçant Berlin; le 3e corps de cavalerie à Leipzick; Napoléon à Dresde
avec la garde; le 1er corps en route pour s'y rendre; le 14e à Pirna
gardait la frontière de Bohême et la rive gauche de l'Elbe; enfin, le
reste de la Grande Armée occupait la Silésie, et principalement les
bords de la Katzbach, savoir: les 2e, 3e, 4e, 5e, 6e, 7e et 11e
corps--1er, 2e et 4e de cavalerie. L'armée coalisée nous faisait face
dans ces différentes positions. Le prince royal de Suède, avec 90,000
hommes, défendait Berlin; la grande armée russe et prussienne se
concentrait en Silésie; les souverains alliés résidaient à Reichenbach.

On voit que la ligne d'opérations de l'armée française s'étendait de
Dresde à l'Oder par Liegnitz. Les forteresses de l'Elbe et de l'Oder
couvraient les deux ailes de cette ligne, et la neutralité de l'Autriche
empêchait de la tourner par la Bohême. Dresde était le centre des
opérations; les ponts de Meissen, au nord de cette ville, et de
Kœnigstein, à quelques lieues au sud, nous permettaient de manœuvrer sur
les deux rives de l'Elbe. Ainsi l'armée alliée de Silésie était coupée
de l'armée du Nord, qui défendait Berlin. Pour se réunir à celle-ci,
elle aurait été obligée de battre l'armée française sur les rives de la
Katzbach et du Bober, ou bien de passer l'Oder et de faire un long
détour par Kalitz et Posen. Napoléon n'avait rien négligé pour fortifier
sa position, pour établir convenablement les magasins et les hôpitaux,
et pour lier par des routes praticables les lignes ainsi que les
ouvrages.

Tels étaient nos avantages au moment de la reprise des hostilités; mais
l'accession de l'Autriche à la coalition y apporta de grands
changements. Les forces des deux armées auparavant étaient presque
égales, et maintenant l'Autriche mettait dans la balance un poids de
130,000 hommes. Dresde pouvait être attaquée par la Bohême, et cependant
Napoléon résolut de conserver sa position. Il était important de
maintenir la guerre au centre de l'Allemagne. Plus les forces de
l'ennemi étaient redoutables, plus il fallait les éloigner de nos
frontières. D'ailleurs, notre présence en Saxe empêchait les princes de
la confédération du Rhin de se joindre à la coalition, et l'on peut
comprendre que leur fidélité envers nous était déjà fort ébranlée.

En présence d'un ennemi si formidable, Napoléon s'appliqua d'abord à la
défensive. Si l'armée autrichienne de Bohême marchait sur Dresde, elle
serait contenue momentanément par les 1er et 14e corps (Vandamme et
Gouvion Saint-Cyr), et l'Empereur accourrait à leur secours. Si cette
armée autrichienne se portait en Silésie, soit par Zittau, soit par
Josephstadt, toute l'armée française se réunirait à Gœrlitz ou à
Buntzlau. Dans tous les cas, Dresde était la base du système. Cette
ville fut mise en état de se défendre pendant huit jours. Le 14e corps,
ainsi que je l'ai dit, en couvrait les approches. Ces dispositions étant
prises, l'Empereur ordonna le 13 août au duc de Reggio de marcher sur
Berlin.

Le 12e corps qu'il commandait était réuni à Dehme; on espérait qu'il
pourrait entrer à Berlin le 24. Le général Girard, sortant de
Magdebourg, appuyait son mouvement, et se liait par la gauche avec le
maréchal Davout, qui se portait à Schwerin. La prise de Berlin, au début
de la campagne, eût été d'un effet moral immense. Par ce moyen, les
landwehrs étaient dispersées, Stettin et Custrin débloquées, les Suédois
rejetés dans la Poméranie. Ainsi la guerre pouvait être transportée sur
la rive droite de l'Oder, et s'approcher de la Vistule. Déjà les
Polonais se préparaient à se joindre à nous. Pendant l'attaque de
Berlin, Napoléon se chargeait de contenir l'armée autrichienne et russe.

Cependant Blücher avait pris l'offensive en Silésie. On lui a reproché
d'avoir occupé le territoire neutre et commencé ses opérations avant les
délais fixés par l'armistice. Les maréchaux Ney et Marmont, ainsi que le
général Lauriston, se retirèrent le 19 derrière le Bober; mais à
l'approche de Napoléon, qui s'était déjà porté en Silésie, Blücher, à
son tour, se retira dans le camp retranché de Schweidnitz. Napoléon
retourna le 23 à Gœzlitz, d'où il surveillait également Dresde et la
Silésie. Avant d'aller plus loin, je dois dire la part que le 1er corps
a prise à ces différents mouvements.

Nous partîmes de nos cantonnements de Wittemberg le 13 août, et nous
arrivâmes à Dresde le 16, en passant par Düben et Meissen. J'appris dans
cette ville la déclaration de guerre de l'Autriche. Le 18, nous entrâmes
en Silésie par Stolpen. Le 20, la 1re division occupa Georgenthal, et la
2e Zittau, pour observer les débouchés de la Bohême et être prêts, soit
à soutenir l'armée de Silésie, soit à entrer en Bohême, soit enfin à
marcher sur Dresde. Les officiers, étaient pleins de zèle; les soldats
soumis, disciplinés, et ne demandant qu'à se battre.

Cependant les mouvements de l'armée ennemie indiquaient l'intention de
marcher sur Dresde par la rive gauche de l'Elbe. Les corps de
Wittgenstein et de Kleist avaient joint l'armée autrichienne en Bohême;
les souverains étaient à Prague, et, dès le 20 août, le prince de
Schwartzemberg, qui commandait en chef, marcha sur quatre colonnes par
Pirna, Altenberg, Dippodiswalde et Freyberg. Cette opération était
importante. Par la prise de Dresde, l'armée française se trouvait coupée
de ses communications; mais il fallait se hâter, car Napoléon allait
sans doute se porter au secours de cette place. Cependant le prince de
Schwartzemberg marchait avec lenteur. Voulait-il vraiment attaquer
Dresde, ou bien se mettre en communication par la gauche avec le prince
royal de Suède, qui défendait Berlin? On l'ignorait encore. Enfin, le
25, l'armée ennemie arriva devant Dresde, et l'on dut s'attendre à être
attaqué le lendemain. Napoléon voulait laisser l'initiative aux ennemis,
et se porter sur eux en un seul point et en force au moment où ils
prendraient l'offensive. Il donna au maréchal Macdonald le commandement
de toute l'armée de Silésie; elle se composait de 100,000 hommes (les 3e
5e, 8e et 11e corps). Macdonald devait tenir en échec le général Blücher
et l'empêcher de se porter, soit sur Berlin, contre le maréchal Oudinot,
soit sur Zittau, pour se lier à l'armée de Bohême: Il suffisait, pour
contenir Blücher, que Macdonald occupât la ligne du Bober et la fît
retrancher.

Napoléon vint de sa personne, le 24, à Bautzen, et le 25, à Stolpen. Le
mouvement de l'ennemi sur Dresde était alors bien décidé, et offrait
l'occasion de livrer une grande bataille. Napoléon, persuadé que Dresde
pouvait se défendre, avait le projet de passer l'Elbe à Kœnigstein, sous
les derrières de l'armée ennemie; mais le 28, à onze heures du soir, on
apprit que Dresde serait enlevée dans la journée du lendemain, si elle
n'était pas secourue. Il ne suffit pas en effet de donner des ordres et
de prendre toutes les mesures nécessaires, il faut que les ordres
puissent être exécutés, et le maréchal Gouvion Saint-Cyr, qui, avec le
14e corps, défendait la place, écrivait: «qu'il ne pouvait résister plus
longtemps avec une armée composée d'enfants, et qu'il allait être obligé
de se retirer sur la rive droite de l'Elbe.» Il n'y avait pas un instant
à perdre, et Napoléon prit sur-le-champ son parti. Il accourut à la
défense de Dresde avec toute la garde, les 2e et 6e corps, et livra
cette bataille que je vais raconter en peu de mots, bataille glorieuse
et dont pourtant les suites ont été si funestes.

Il était sept heures du matin quand Napoléon, descendant des hauteurs de
Weisse-Kirsch par la rive droite de l'Elbe, aperçut la position. Le 14e
corps ne défendait plus les ouvrages que faiblement sur la droite. La
redoute de Dippodiswalde avait été enlevée; celle de Freyberg allait
avoir le même sort. L'ennemi se préparait à attaquer l'enceinte des
faubourgs, et s'approchait déjà des palissades; sa ligne resserrait la
place de tous côtés. La droite de l'Elbe, près du moulin de Striessen,
se prolongeait sur la pente des hauteurs de Strehlen à Wolfuitz; la
gauche devait s'étendre jusqu'à l'Elbe, à Priestnitz, poste confié au
général Klenau, qui heureusement n'arriva pas. Les réserves occupaient
les hauteurs de Lochwitz à Nœtnitz, entre l'Elbe et la Weisseritz, à
moins d'un mille de la ville.

Napoléon entra seul à Dresde, et sa présence produisit un effet magique.
Il alla visiter à pied toute la ligne des palissades. Le 14e corps le
reçut avec acclamation. Sans perdre un moment, l'Empereur fit entrer la
garde impériale. Le roi de Naples prit le commandement de l'aile droite,
le maréchal Ney[62] celui de l'aile gauche. À deux heures, l'attaque
commença sur toute la ligne. À gauche, la jeune garde enleva le mamelon
des moulins de Striessen; au centre, la redoute de Dippodiswalde fut
reprise; à droite, l'infanterie de Teste et la cavalerie de
Latour-Maubourg obtinrent le même avantage. Le combat ne dura que
quelques heures, et le succès fut complet. Dans la nuit, Schwartzemberg
reprit la position qu'il occupait avant l'attaque des faubourgs. Il
n'avait tiré aucun parti de ses forces, et un corps considérable fut
laissé sans motifs en avant de Dippodiswalde. Dans cette même nuit, les
maréchaux Victor et Marmont entrèrent à Dresde. Le 27 au matin,
l'Empereur ordonna un grand mouvement sur la route de Freyberg, à notre
droite; son but était d'empêcher l'ennemi de s'étendre à gauche pour se
lier avec le prince royal de Suède, qui, s'il obtenait l'avantage sur le
maréchal Oudinot, pouvait passer l'Elbe à Torgau. Il voulait en même
temps enlever à l'ennemi la retraite sur Freyberg, pendant qu'à
l'extrémité opposée le 1er corps s'avançait par la route de Pirna. Ainsi
l'armée alliée aurait été rejetée dans les affreux chemins des montagnes
qui conduisent à Tœplitz par Dippodiswalde et Altenberg.

La pluie, qui avait tombé par torrents pendant la nuit, dura toute la
journée. Le combat commença au point du jour. À la gauche, la jeune
garde enleva Grüne et disputa à l'ennemi le village de Reich pendant le
reste du jour. Au centre, l'ennemi maintint sa position sur les
hauteurs. On entretint une forte canonnade, afin de l'inquiéter et de
l'empêcher de dégarnir son centre pour porter à sa gauche, qui,
d'ailleurs, en était séparée par une vallée d'un difficile accès. Le
véritable combat, comme je l'ai indiqué, eut lieu sur ce point. Le roi
de Naples dirigea cette attaque avec son ardeur ordinaire. Lobda fut
enlevé par le général Teste; les batteries des villages de Wolfuitz et
Nustitz emportées par le 2e corps; l'infanterie enfoncée par les
généraux Bordesoulle et d'Audenarde; la cavalerie dispersée par le
général Doumerc. L'ennemi se retira précipitamment en nous abandonnant
la route de Freyberg.

Ces deux journées sont au nombre de celles qui Honorent le plus l'armée
française. Jamais elle ne montra plus d'ardeur et de dévouement. La
jeune garde avait engagé le combat le 26; elle fut admirable, et son
exemple électrisa le reste de l'armée. Le roi de Naples disait dans son
rapport: «La cavalerie se couvre de gloire; les masses sont rompues à
coups de sabre malgré la résistance la plus opiniâtre. L'infanterie
aborde l'ennemi à la baïonnette; les généraux dirigent dans ces attaques
difficiles la bravoure encore inexpérimentée des jeunes soldats.» Il
n'oubliait que lui-même dans un éloge si bien mérité car on le vit
charger en personne les carrés à la tête de nos premiers escadrons.

L'ennemi eut 20,000 hommes tués ou blessés. 10,000 prisonniers; on lui
prit aussi 26 pièces de canon, des caissons, des drapeaux; quatre
généraux furent tués ou blessés, deux faits prisonniers.

De notre côté, nous eûmes sept généraux blessés.

Pendant la bataille, un boulet de canon emporta les deux jambes du
général Moreau, qui venait d'arriver et se trouvait en ce moment près de
l'empereur Alexandre. Il mourut peu de jours après, à Laun, en Bohême.
Nous admirions, comme tout le monde, l'ancienne gloire de Moreau; mais
il était dans les rangs de nos ennemis, et c'est ce que les militaires
ne pardonnent jamais.

Napoléon rentra le soir à Dresde, et sans penser à la fatigue de ces
deux journées, sans prendre à peine le temps de sécher ses vêtements
trempés de pluie, il fit ses préparatifs pour livrer une troisième
bataille. Malgré les pertes des deux journées précédentes, l'armée
alliée était nombreuse, et l'Empereur ne pouvait croire qu'elle songeât
à la retraite. Ce fut cependant ce qui arriva. Dans la nuit du 27,
Schwartzemberg prit la route de Bohême. La victoire était remportée, et,
pour la compléter, Napoléon dirigea les différents corps d'armée à la
poursuite de l'ennemi dans toutes les directions.

Je dois maintenant reprendre l'histoire du 1er corps jusqu'au 28 août,
lendemain de la bataille de Dresde.



CHAPITRE III.

OPÉRATIONS DU 1er CORPS.--PASSAGE DE L'ELBE À KŒNIGSTEIN.--MARCHE SUR
TŒPLITZ.--BATAILLE DE KULM.--DÉROUTE DU 1er CORPS.--RÉFLEXIONS SUR CETTE
BATAILLE.


J'ai dit plus haut que Napoléon, en quittant la Silésie, avait eu
d'abord le projet de passer l'Elbe à Kœnigstein, pour déboucher sur les
derrières de l'armée alliée, mais que de nouveaux rapports lui ayant
donné lieu de craindre que Dresde ne fût enlevée avant son arrivée, il
s'était décidé à marcher lui-même au secours de cette place, et à
charger le général Vandamme seul de passer l'Elbe à Kœnigstein et de
s'emparer du camp de Pirna.

L'opération était importante. Si la bataille de Dresde durait encore,
nous prenions l'ennemi à dos et sa défaite était certaine. Si, comme il
arriva, l'armée ennemie était battue et déjà en retraite, nous coupions
les communications, nous lui interceptions la route de Peterswalde, et
nous pouvions même le prévenir à Tœplitz.

J'ai mis en note la composition du 1er corps. L'Empereur y ajouta
plusieurs brigades d'infanterie et de cavalerie, et voici l'état général
des troupes que l'on donna au général Vandamme pour cette expédition:

+------------------------------------------------------------+----+----+
|                                                            |BAT.|ESC.|
+------------------------------------------------------------+---------+
|                  1° la 42e division (Mouton-Duvernet).               |
+------------------------------------------------------------+---------+
|                   |10e et 21e légers         |2 bataillons.|    |    |
|                   +--------------------------+-------------+    |    |
|   1re brigade     |96e de ligne              |2    --      | 6  |    |
|                   +--------------------------+-------------+    |    |
|                   |40e et 43e de ligne       |2    --      |    |    |
+------------------------------------------------------------+----+----+
|                   |4e et 12e légers          |2 bataillons.|    |    |
|                   +--------------------------+-------------+    |    |
|   2e brigade.     |9e et 28e légers          |2    --      | 6  |    |
|Général KREUTZER.  +--------------------------+-------------+    |    |
|                   |27e de ligne              |2    --      |    |    |
+------------------------------------------------------------+----+----+
|                          _Cavalerie légère._                         |
+------------------------------------------------------------+---------+
|Colonel Rousseau.  |3e de hussards            |2 escadrons. |    |    |
|                   +--------------------------+-------------+    | 4  |
|                   |27e chasseurs             |2    --      |    |    |
+----------------------------------------------------------------------+
|               2° La brigade du Général Quiot (23e DIVISION).         |
+------------------------------------------------------------+---------+
|                   |55e de ligne              |2 bataillons.|    |    |
|                   +--------------------------+-------------+ 6  |    |
|                   |85e de ligne              |4    --      |    |    |
+------------------------------------------------------------+---------+
|       3° Le 1er corps, commandé par le Général Vandamme, savoir:     |
+----------------------------------------------------------------------+
|                 1re division. Général Philippon.                     |
+------------------------------------------------------------+---------+
|1re brigade.       |7e léger                  |4 bataillons.|    |    |
|Général Pouchelon. +--------------------------+-------------+ 8  |    |
|                   |12e de ligne              |4    --      |    |    |
+------------------------------------------------------------+----+----+
|2e brigade.        |17e de ligne              |4 bataillons.|    |    |
|Général Fezensac.  +--------------------------+-------------+ 6  |    |
|                   |36e de ligne              |2    --      |    |    |
+------------------------------------------------------------+----+----+
|                   2e division. Général Dumonceau.                    |
+------------------------------------------------------------+----+----+
|1re brigade.       |13e léger                 |4 bataillons.|    |    |
|Général Dunesme.   +--------------------------+-------------+ 8  |    |
|                   |25e de ligne              |4    --      |    |    |
+------------------------------------------------------------+----+----+
|2e brigade.        |51e de ligne              |2 bataillons.|    |    |
|Général Doucet.    +--------------------------+-------------+ 6  |    |
|                   |57e de ligne              |4    --      |    |    |
+------------------------------------------------------------+----+----+
|                           _Cavalerie légère._                        |
+------------------------------------------------------------+----+----+
|21e brigade.       |9e de lanciers français   |4 escadrons. |    |    |
|Général Gobrecht.  +--------------------------+-------------+    | 8  |
|                   |Chasseurs d'Anhalt.       |4    --      |    |    |
+------------------------------------------------------------+----+----+
|                  4° la brigade du prince de Reuss.                   |
+------------------------------------------------------------+---------+
|                     (5e division.--2e corps.)                        |
+------------------------------------------------------------+----+----+
|Général Vial.      |46e de ligne.             |3 bataillons.| 6  |    |
|                   |72e de ligne              |3    --      |    |    |
+------------------------------------------------------------+----+----+
|           5° DIVISION DE CAVALERIE LÉGÈRE (Corbineau).               |
+------------------------------------------------------------+----+----+
|Général Montmarie. |1er de lanciers français. |4 escadrons. |    | 8  |
|                   |3e de lanciers français.  |4    --      |    |    |
+------------------------------------------------------------+----+----+
|Général Heimrodt.  |16e chasseurs.            |4 escadrons. |    | 9  |
|                   |Chasseurs italiens.       |5 escadrons. |    |    |
+------------------------------------------------------------+----+----+
|Total.                                                      | 52 | 29 |
+------------------------------------------------------------+---------+

ARTILLERIE.

       12 pièces de 6 et obusiers, à la division MOUTON-DUVERNET.

       12 pièces de 6 et obusiers, à la division PHILIPPON.

       12 pièces de 6 et obusiers, à la division DUMONCEAU.

       12 pièces de réserve de 12 et obusiers.

       12 pièces de 6 et obusiers, servis par 2 compagnies de canonniers
          à cheval.

Total. 60 pièces, plus 60 caissons du parc de réserve.


GÉNIE.

La 5e compagnie du 3e bataillon de sapeurs.
La 7e compagnie du 3e bataillon de sapeurs.
Une compagnie de mineurs.

Je crois que le nombre des présents était de 5 à 600 hommes par
bataillon; environ 30,000 hommes d'infanterie.

En comptant 5,000 hommes de cavalerie (c'est beaucoup pour 29
escadrons); en y joignant l'artillerie et le génie, le total n'allait
pas à 40,000 hommes.

Dans ma brigade, les quatre bataillons du 17e s'élevaient à 2,500
hommes; les deux bataillons du 36e à 1,000; moins de 600 hommes par
bataillon.

Le 1er corps gardait en Silésie les débouchés de la Bohême, par Raumburg
et Georgenthal; il importait de cacher à l'ennemi l'expédition que nous
allions faire, et nous ne partîmes, le 24, qu'après avoir été relevés
par le 8e corps et par la cavalerie de Kellermann. La 1re division fit
l'arrière-garde; elle arriva à Hainsbach le soir; elle en repartit la
nuit pour Neustadt, où elle passa toute la journée du 25. La 42e
division était en tête, puisque auparavant elle occupait le camp de
Lilienstein, et gardait le pont de l'Elbe à Kœnigstein. Pendant la nuit
du 25 au 26 elle passa sur la rive gauche, et le 26 à la pointe du jour
elle repoussa les Russes sur la route de Pirna, et s'établit dans le
bois près de la forteresse de Kœnigstein. Vers quatre heures après-midi,
la division Dumonceau et la division de cavalerie Corbineau passèrent
l'Elbe, et vinrent se placer en avant de Leopoldshyn; la brigade Quiot
suivit ce mouvement. Les Russes se retirèrent et prirent position, sous
la protection d'une forte batterie, la droite à Kritzwitz, sur la route
de Pirna, la gauche à l'Elbe, près de Naundorff. La 1re division et
toute l'artillerie du 1er corps étaient encore en arrière. Cependant le
général Vandamme se décida à attaquer cette position.

Ce fut une imprudence, car l'infanterie et la cavalerie souffrirent
également du feu de l'artillerie auquel on ne pouvait répondre. Dans la
soirée, les Russes se replièrent sur Pirna. Ce même jour 26, le général
Philippon partit de Neustadt, passa l'Elbe, et vint bivouaquer au pied
de la forteresse de Kœnigstein. Je fermai la marche après l'artillerie
des deux divisions. Cette marche fut bien pénible, parce que les chemins
étaient gâtés et que la pluie tombait par torrents. Il fallait donc
s'arrêter à chaque pas pour retirer de la boue les canons et les
caissons. Nous marchâmes toute la journée et toute la nuit du 26 en
prenant à peine quelques instants de repos. Je ne voulais rien laisser
en arrière, et je sentais la nécessité de conduire le plus tôt possible
sur le terrain l'artillerie dont le général Vandamme avait manqué la
veille. Nous passâmes l'Elbe avant le jour, et je me réunis d'assez
bonne heure à la division, à Langenhennersdorf, entre Kœnigstein et
Gieshübel. Le général Philippon, qui ne m'attendait pas encore, loua
fort ma diligence. La 1re division resta ce jour-là à Langenhennersdorf
avec la division Corbineau. Ma brigade avait besoin de repos.

Seulement le 7e léger, de la brigade Pouchelon, fut assez maladroitement
engagé dans les bois qui conduisent à Gieshübel; le mauvais temps et les
grandes eaux d'un torrent arrêtèrent la marche de ce régiment, qui vint
reprendre sa place dans nos bivouacs. Il n'y a rien de pire que de
fatiguer ainsi les troupes par des attaques partielles et décousues.
Pendant ce temps, la 42e division était à Pirna, et la brigade de
cavalerie Gobrecht tiraillait en avant sur la route de Dresde. La
division Dumonceau, un peu en arrière, occupait le Kohlberg; c'était le
jour de la bataille de Dresde.

Voici donc la situation le 28 au matin, lendemain de la bataille: la
grande armée ennemie se retirait précipitamment en Bohême; la route de
Freyberg, à notre droite, était occupée par le roi de Naples, celle de
Peterswalde, à gauche, menacée par le général Vandamme. Toutes les
colonnes ennemies suivaient les routes de Marienberg, Dippodiswalde,
Altenberg, Furstenwald et Peterswalde. Ces différentes directions
conduisaient à Tœplitz, à travers les montagnes. Les chemins étaient
affreux; déjà cette retraite ressemblait à une fuite. La présence des
souverains augmentait l'inquiétude et la confusion. Tout dépendait de la
marche des différents corps de notre armée, qui allaient poursuivre
l'ennemi. Le 28, le roi de Naples occupa Freyberg à l'extrême droite, et
prit plusieurs convois. Le 2e corps l'appuya. Le 6e suivit la route de
Dippodiswalde, s'empara de Keisslich, un peu en arrière de cette ville,
et fit 3,000 prisonniers. La jeune garde devait occuper Pirna. Le 14e
(et ceci est bien important) marchait sur Dohna et devait se réunir au
général Vandamme. «Aussitôt la réunion faite, écrivait l'Empereur, les
1er et 14e corps se porteront à Gieshübel et se formeront sur les
hauteurs de Gieshübel et de Hellendorf.» Ce premier jour pourtant, le
maréchal Gouvion Saint-Cyr s'arrêta à Maxen, à la hauteur de Dohna.

Dans cette même matinée du 28, le général Vandamme prit position sur le
plateau de Pirna, la droite à cette ville, couvrant le pont sur l'Elbe,
et la gauche dans la direction de Cotta. Les généraux Corbineau et
Philippon occupaient toujours Langenhennersdorf Le général Vandamme
écrivait au major général «que l'ennemi était en force à Hellendorf et à
Gieshübel; qu'il avait 25,000 hommes devant lui, et que ce nombre
s'augmentait à chaque instant.» Il se plaignait: «de manquer de pièces
de 12; son parc de réserve était à Dresde avec le général Baltus,
commandant l'artillerie. Il n'avait donc point toutes les forces qui lui
avaient été désignées.» Peu de temps après, il reçut du major général
une lettre qui lui annonçait la bataille de Dresde, la retraite de
l'ennemi, les pertes qu'il avait faites, l'ordre donné de le poursuivre
dans toutes les directions. La lettre ajoutait que le duc de Trévise
allait occuper Pirna, et que le maréchal Gouvion Saint-Cyr, suivant la
direction de Donna, viendrait se joindre au 1er corps pour occuper
Gieshübel et poursuivre l'ennemi sur la route de Peterswalde. Il n'en
fallait pas tant pour enflammer un caractère aussi ardent que celui de
Vandamme. Toute l'armée venait de se couvrir de gloire, et lui n'avait
rien fait encore! Il venait même d'écrire une lettre, où il se plaignait
du peu de moyens mis à sa disposition et du nombre d'ennemis qu'il avait
devant lui! Il recevait l'ordre d'agir de concert avec le maréchal
Gouvion Saint-Cyr; mais, s'il attendait le maréchal, ce dernier aurait
tout l'honneur de la victoire. Il résolut donc de le prévenir et de
s'emparer de Gieshübel.

Le général Philippon fut chargé de l'attaque, pendant que le général
Corbineau partait également de Langenhennersdorf, en se dirigeant sur
Barah. Ce général, qui commandait momentanément la division Philippon et
la sienne, voulut faire attaquer Gottleube par ma brigade. Je ne m'en
souciai point; les chemins étaient impraticables, et je n'avais nulle
envie de recommencer la fausse manœuvre du général Pouchelon de la
veille. Sur mes observations, le général Corbineau me réunit à la 1re
brigade, pour concourir à l'attaque de Gieshübel. Vers trois heures,
nous arrivions à l'entrée du bois de sapins qui conduit à ce village. Le
général Vandamme accourut au galop; il était d'une grande animation; il
reprocha au général Philippon de perdre son temps. «L'Empereur allait
arriver, disait-il; toute l'armée poursuivait l'ennemi; c'était à nous
de compléter sa défaite.» À l'instant, il lança la 1re division dans le
bois, en dirigeant lui-même l'attaque. Gieshübel fut enlevé par le 7e
léger, après une vive résistance. J'envoyai de là le 36e occuper
Gottleube. Le général Vandamme alla jusqu'à Hellendorf; on fit plusieurs
prisonniers. Les jeunes gens se conduisirent à merveille.

Voici la position des troupes dans la nuit du 28 au 29:

La brigade de Reuss en avant de Hellendorf; les Russes occupant
Peterswalde.

La division Corbineau et la brigade Gobrecht près de Hellendorf.

La première brigade de la 42e division entre Hellendorf et Gottleube, à
la droite et hors de la grande route.

La division Philippon à Gieshübel, le 36e occupant Gottleube.

La division Dumonceau à Gieshübel, ayant sa 2e brigade dans la direction
de Langenhennersdorf.

La brigade Kreutzer, de la 42e division, avec sa cavalerie vers Gabel, à
la droite de Gieshübel.

La brigade Quiot, en arrière, près de Langenhennersdorf.

La batterie de pièces de 12, avec le parc de réserve, partie le matin de
Dresde, marcha toute la nuit et rejoignit les troupes à Peterswalde. Le
parc de réserve suivait à distance.

Le général Vandamme mandait le soir du 28 au major général qu'il
marcherait le lendemain sur Tœplitz, à moins d'ordres contraires. Ce
même soir, le major général lui écrivait de se diriger sur Peterswalde
avec toutes ses troupes, et de pénétrer en Bohême. «L'ennemi, disait-il,
paraît se retirer sur Annaberg (dans la direction d'Egra, ce qui
l'éloignait beaucoup de Tœplitz et de Prague). L'Empereur pense que vous
pourriez arriver avant l'ennemi sur la communication de Teschen, et
prendre ses équipages, ses ambulances et ses bagages.» C'est là le
dernier ordre que Vandamme ait reçu.

Dans cette même journée du 28, il était arrivé un événement bien
funeste, et qui fut la première cause de tous nos malheurs. L'Empereur
s'était porté à Pirna pour y établir son quartier général. Il avait
déjeuné comme à l'ordinaire, et il regardait défiler les troupes,
lorsqu'il fut saisi de violentes douleurs d'entrailles. On le crut
empoisonné. Il retourna à Dresde, soit par suite de son indisposition,
soit à cause des mauvaises nouvelles qu'il avait reçues de la Silésie et
des environs de Berlin; ce dernier motif ne me semble pas suffisant.
Quelque fâcheux que fussent nos revers, quelque avantage qu'offrît la
prise de Berlin, le point important était l'armée de Bohême, où se
trouvaient les souverains alliés. C'est là que le sort de la guerre
devait se décider. Sans doute, Napoléon avait prescrit les mesures
nécessaires pour poursuivre l'ennemi dans toutes les directions, et
compléter ainsi le succès de la bataille de Dresde; mais il savait par
expérience combien en son absence les commandants des différents corps
d'armée étaient peu disposés à s'entendre; s'il fût resté à Pirna, il
eût pu recevoir plus tôt les rapports, donner les ordres nécessaires,
diriger ses lieutenants et les faire obéir. On va voir les déplorables
conséquences de son éloignement de l'armée.

Le 29 au matin, Vandamme continua son mouvement avec toutes ses troupes.
La brigade de Reuss marchait en tête. On enleva Peterswalde, où l'on
prit 800 hommes. La résistance fut plus vive à Hellendorf;
l'arrière-garde russe était en position, protégée par son artillerie. Le
prince de Reuss fut tué d'un coup de canon. Vandamme, qui ne quittait
pas l'avant-garde, reçut son dernier soupir et lui donna des larmes.
J'aimais aussi et j'appréciais le prince de Reuss; mais je dois avouer
qu'il est mort à propos, car la coalition victorieuse ne lui aurait
jamais pardonné sa fidélité à notre cause.

Les Russes continuèrent leur retraite; ils se placèrent en arrière de
Priesten, occupant Kulm et Straden. Le général Revest, chef
d'état-major, qui remplaçait le général de Reuss, les chassa de deux
villages et se porta sur leur position; mais alors la défense devint
sérieuse. Il n'y avait plus à reculer; nous étions à deux lieues de
Tœplitz. C'est sur ce point qu'aboutissaient tous les chemins venant de
Dresde, et par lesquels se dirigeaient les différents corps de l'armée
combinée. Déjà l'alarme était répandue dans la ville; les équipages, les
non-combattants et toute la suite de l'armée se sauvaient par divers
chemins. Il était midi. Ostermann, qui commandait l'arrière-garde
ennemie, déclara qu'il s'arrêterait là, et que le moment était venu de
vaincre ou de périr. Pour la première fois, la brigade de Reuss fut
repoussée. Vandamme, accoutumé à chasser devant lui l'arrière-garde,
crut vaincre facilement cette résistance. Il engagea successivement les
brigades de la 42e division, à mesure qu'elles arrivaient. Ces attaques
décousues n'eurent aucun succès. Le 12e régiment, détaché de notre
division pour soutenir la 42e ne réussit pas davantage. La ténacité du
général Ostermann avait donné au prince Constantin le temps de lui
amener 40 escadrons. La tête de ma brigade arrivait sur le terrain. Le
général Philippon m'ordonna d'attaquer avec le 1er bataillon du 17e. Je
le conjurai d'attendre au moins le reste de ma brigade. Engager un seul
bataillon composé de soldats qui n'avaient point vu le feu, attaquer
ainsi un ennemi bien posté et encouragé par le succès de sa résistance,
c'était se faire battre de gaieté de cœur. Il ne m'écouta pas; le
général en chef l'avait dit, et Philippon n'osait lui faire aucune
observation. Ce que j'avais prévu arriva; le 17e ne soutint pas le feu
de l'ennemi. Ses quatre bataillons, engagés successivement, se
retirèrent en désordre. Le 36e eut le même sort. Je ralliai ma brigade
le plus promptement possible, et encore très-près de l'ennemi, qui
reprenait l'offensive. Déjà la cavalerie russe, faiblement contenue par
la nôtre, se déployait dans la plaine. Vandamme tenta un dernier effort
avec le 7e léger, seul régiment de la 1re division qui fût encore
intact. Je l'appuyai à droite avec toute ma brigade; mais ce régiment
put à peine se déployer; parvenu au bord d'un ravin, il plia sous le feu
de la mitraille et de l'infanterie. La cavalerie le chargea.
Heureusement il se retira sous l'appui de ma brigade, que je parvins à
maintenir. La cavalerie du général Gobrecht favorisa notre retraite, et
24 pièces de canon, établies sur la hauteur entre Kulm et Straden,
arrêtèrent l'ennemi.

Le major Duportal du 7e léger fut tué près de moi. Il était capitaine
des grenadiers au 59e en 1804, lorsque je m'engageai dans ce régiment.
Personne ne m'avait témoigné autant de bienveillance et n'avait plus
encouragé mon début dans la carrière.

Le 17e perdit 600 hommes et le 36e 200. La brigade Pouchelon fut au
moins aussi maltraitée.

Vandamme, voyant que l'ennemi recevait de nouveaux renforts, ne songea
plus qu'à conserver sa position en attendant le reste de ses troupes. Il
avait 30 bataillons en face de l'ennemi et 22 en arrière. Dans la soirée
et dans la nuit arrivèrent successivement la division Dumonceau, la
brigade Quiot, le reste de l'artillerie et le parc de réserve. On
bivouaqua sur le terrain.

Les ordres de Napoléon pour cette même journée prescrivaient au roi de
Naples de marcher sur Frauenstein; au maréchal Marmont de suivre la
direction de Dippodiswalde; au maréchal Gouvion Saint-Cyr, celle de
Maxen. Le maréchal Marmont eut une fort belle affaire en avant de
Dippodiswalde; mais le général Gouvion Saint-Cyr s'arrêta à
Reinhardsgrimma entre Dippodiswalde et Dohna. Il avait laissé passer le
maréchal Marmont, disait-il, parce que deux corps d'armée ne pouvaient
pas traverser ensemble le même défilé. Il était donc en arrière de
Marmont, et bien plus encore en arrière de Vandamme, avec lequel il
aurait dû se lier.

Vandamme ignorait ces détails; mais il savait que les hauteurs du
Geyersberg à sa droite et de Mollendorf sur ses derrières n'étaient
point occupées. Cependant il s'obstinait à compter sur l'arrivée du
maréchal Mortier ou du maréchal Gouvion Saint-Cyr, et il résolut de
combattre encore le 30 en avant de Kulm. Personne ne partageait ses
illusions. Les généraux, les officiers et les soldats manquaient
également de confiance. C'est une disposition fâcheuse au commencement
d'une bataille. Chacun de nous ne répondait que de sa bravoure
personnelle, et quand les mesures sont mal prises, ce n'est pas assez
pour réussir.

Le 30 au matin nous formâmes notre ligne de bataille sans être
inquiétés. La 42e division, à la droite de Straden, appuyant au bois qui
domine le Geyersberg; la 1re division à sa gauche; la brigade Quiot à
cheval sur la grande route de Kulm; la brigade de Reuss derrière
celle-ci; la brigade Doucet en arrière de Kulm; la brigade Dunesme à la
gauche de la grande route; la cavalerie à l'extrême gauche vers Neudorf.
Elle aurait dû appuyer à l'Elbe, à Aussig, mais notre armée n'était pas
assez nombreuse pour occuper une ligne aussi étendue. On s'était
contenté d'envoyer à Aussig le général Kreutzer de la 42e division avec
deux bataillons et 400 chevaux; il avait l'ordre de communiquer par sa
cavalerie avec le général Dumonceau, et d'empêcher que la gauche de ce
général ne fût tournée; ce qui était difficile, à cause de la distance
qui sépare Aussig de Kulm, et de notre infériorité numérique.

L'armée russe, commandée par le général Barclay de Tolly, prit position
en face de nous. Sa droite débordait notre gauche, que le projet du
général était de tourner et de rejeter sur le centre. L'action s'engagea
de ce côté. L'attaque fut soutenue avec vigueur par le général Dunesme.
Les brigades Gobrecht et Heimrodt exécutèrent de belles charges; mais
l'ennemi gagnait du terrain et se prolongeait dans la direction
d'Arbesau. Le général Vandamme détacha la brigade Quiot pour soutenir la
gauche. Pendant ce temps, le centre et la droite étaient fortement
canonnés par l'ennemi. On avait formé la 1re division en échelons, par
bataillon, à d'assez grandes distances. Les troupes étaient bien
disposées malgré l'échec de la veille; mais un événement funeste rendit
toute résistance impossible. Le corps prussien de Kleist, qui se
retirait en désordre par Glasshüte et Schonenwald, était arrivé sur les
hauteurs de Nollendorf. Ce général, apercevant la position de notre
armée, reprit courage, descendit de Nollendorf et se forma au pied de la
colline. Ainsi, notre armée, menacée de front par des forces supérieures
et débordée sur son flanc gauche, trouvait le défilé par lequel seul
elle pouvait opérer sa retraite occupé par l'ennemi. Une retraite
régulière devenait impossible; il fallait passer sur le corps des
Prussiens et regagner les hauteurs de Nollendorf en abandonnant
l'artillerie. Les brigades Quiot et Reuss firent volte-face pour
attaquer Kleist. J'eus l'ordre de les appuyer. Je me trouvais alors avec
le 36e que je ne voulais pas quitter. Il formait la gauche de la
division, et cette gauche était fort en l'air depuis le départ du
général Quiot. L'attaque devenait plus vive; déjà la droite de la
division commençait à plier. J'envoyai chercher le 17e; il ne vint pas.
Pressé par le général Vandamme, je lui amenai le 36e qu'il dirigea
lui-même contre les Prussiens. Le 36e était si affaibli que j'avais
réuni les deux bataillons en un seul. À cette époque il n'y avait que
six compagnies par bataillon. En traversant le village de Kulm, trois
compagnies furent détachées à l'artillerie; il me resta donc trois
compagnies. Je ne pus que les envoyer en tirailleurs, et marcher
moi-même à leur tête avec le major Sicart. La première ligne des
Prussiens fut rompue et leurs canons enlevés; mais la seconde ligne nous
arrêta et nous ramena bientôt en désordre. Si les généraux Philippon et
Mouton-Duvernet avaient pu nous seconder, cette seconde ligne eût été
enfoncée comme la première. Ces deux généraux commencèrent en effet leur
retraite entre Kulm et le Geyersberg, et les colonnes russes les
serraient de près. Notre cavalerie de l'aile gauche, entièrement
débordée, vint se jeter dans leurs rangs; le désordre se mit parmi les
équipages; on détela les chevaux. Une masse de fuyards se précipita dans
le bois de Geyersberg, et y entraîna les deux divisions. Toute la
cavalerie ennemie se répandit alors dans la plaine; les brigades Quiot,
Reuss et Dunesme furent rompues à leur tour et se sauvèrent dans les
bois. J'errais dans la plaine au milieu de cette inexprimable confusion;
je n'avais plus un seul homme de ma brigade; mon aide de camp, blessé la
veille, n'avait pu m'accompagner. Les ennemis m'entouraient, et j'aurais
été pris cent fois, si je n'avais pas eu la volonté bien arrêtée de ne
pas me rendre, «à moins, comme disait le maréchal Ney, qu'on ne me tînt
par la cravate.» C'est ce qui pensa m'arriver; je me trouvai face à face
avec des tirailleurs prussiens, qui me parlèrent comme à un des leurs,
et ne s'aperçurent de leur méprise que quand je fus éloigné. Ils me
tirèrent des coups de fusil, et ne réussirent pas plus à me tuer qu'à me
prendre. Quelques pelotons d'infanterie marchaient encore en ordre, je
me mis à leur tête; ils furent écrasés en un instant. Je me réunis enfin
au 16e de chasseurs, qui, par un effort désespéré, cherchait à se faire
jour sur la grande route. Bientôt le feu de l'artillerie prussienne
renversa les hommes et les chevaux, et le régiment se dispersa. Je ne
songeai plus alors qu'à ma retraite personnelle, en emportant du moins
la consolation d'avoir quitté le dernier ce funeste champ de bataille.
Je gagnai les bois du Geyersberg; un escadron de Cosaques me
poursuivait; je leur abandonnai mon cheval, et j'entrai dans un fourré
où ils ne pouvaient me suivre. Je trouvai le bois encombré de fuyards de
tous les corps et de toutes les armes. Un soldat conduisait un cheval en
main; je le lui pris. Après une heure de marche, j'arrivai sur un
plateau à l'autre extrémité du bois; un officier de la 2e division,
égaré comme moi, m'accompagnait. On voyait de loin des troupes sur la
hauteur; cela nous causa quelque inquiétude. Nous entendîmes des
commandements en français; c'étaient les généraux Philippon et
Mouton-Duvernet, qui se ralliaient à la sortie du bois pour continuer
leur retraite. Je me trouvais ainsi réuni à ce qui restait de ma
brigade. Je fus reçu avec de grands transports de surprise et de joie;
on me croyait perdu. Je n'ai jamais en effet couru tant de dangers, et
je ne comprends pas que je n'aie pas même été blessé. Nous nous
arrêtâmes le soir à Liebenau, où le maréchal Gouvion Saint-Cyr venait
d'arriver de son côté.

Le général Montmarie, avec une partie de sa brigade de cavalerie légère,
parvint à se faire jour sur la grande route et rejoignit le maréchal
Mortier à Pirna.

Le général Kreutzer, détaché à Aussig, ainsi que je l'ai déjà dit, ne
fut que faiblement attaqué. Il se retira le soir en bon ordre par Biéta,
et ramena le lendemain à Kœnigstein ses deux bataillons et le 3e de
hussards, en conduisant même quelques prisonniers.

Les pertes du 1er corps furent immenses. Dans ma brigade, le 17e perdit
pendant les deux journées 1500 hommes sur 2,600; le 36e, 750 sur 1,000.
Ainsi, au 31 août, la situation du 17e était de 1,100 hommes, et celle
du 36e de 250. Le 36e avait 40 officiers présents; 6 furent tués ou
blessés, 14 prisonniers, en y comprenant le major Sicart. Un assez grand
nombre d'hommes blessés ou égarés rentrèrent plus tard, mais je pense
que le personnel du 1er corps fut réduit de moitié, ce qui fait une
perte de 20,000 hommes. Le général Vandamme fut pris dans la plaine au
moment où je venais de le quitter[63].

Les généraux Haxo et Quiot blessés et pris, le général Pouchelon blessé
légèrement, le général Heimrodt tué. Les rapports des Prussiens me
portent aussi au nombre des morts; 60 pièces de canon, 18 obusiers, tous
les caissons, y compris ceux du parc de réserve, tous les bagages enfin
tombèrent entre les mains de l'ennemi. Nous arrivâmes à Liebenau en ne
possédant que ce que nous avions sur le corps.

L'effet moral de cette défaite fut bien plus fâcheux encore. Il en
résulta un découragement qui dura jusqu'à la fin de la campagne. Les
jeunes soldats ont besoin de succès, les anciens seuls savent supporter
les revers. Nous ne reconnaissions plus les hommes qui, la veille
encore, abordaient l'ennemi avec tant d'audace. Le 29 au matin, le 1er
corps se composait de 40,000 braves; le 30 au soir, il ne comptait plus
que 20,000 soldats découragés.

Quant aux conséquences politiques de l'affaire de Kulm, elles furent
désastreuses. Notre victoire de Dresde avait frappé de terreur les
souverains alliés; tout leur désir était de rouvrir des négociations
qui, cette fois, auraient été suivies de la paix. Le succès releva leur
courage. L'effet en fut si prompt, que le colonel Galbois, envoyé le 31
pour traiter d'un échange de prisonniers, ne fut pas même reçu. Deux
jours plus tôt, il eût été accueilli avec empressement.

Mais, qui doit-on accuser de ce désastre? Vandamme avait-il ou non
l'ordre de marcher sur Tœplitz? Les autres corps étaient-ils en mesure
de le seconder? Les ordres ont-ils été mal donnés ou mal exécutés? À cet
égard, il y a plus d'un coupable. D'abord, et qu'on me permette de le
dire, il est à regretter que Napoléon lui-même n'ait pas surveillé
davantage l'exécution de ses ordres. Le 28, il écrivait à Gouvion
Saint-Cyr de se joindre à Vandamme et de placer les deux corps à
Gieshübel. Cependant la réunion n'eut pas lieu. Gouvion Saint-Cyr resta
le 29 à Reinhardsgrimma, à la hauteur de Dohna. Vandamme attaqua seul,
et le 29 il écrivait de Hellendorf qu'il marcherait le lendemain sur
Tœplitz, à moins d'ordre contraire. L'ordre n'arriva pas, et Napoléon le
savait, car le 30 il écrivait au major général que Vandamme marchait sur
Tœplitz. Or, comme ce jour même Gouvion Saint-Cyr partait seulement de
Reinhardsgrimma, Vandamme se trouvait isolé.

Quant au maréchal Gouvion Saint-Cyr, sa conduite mérite de grands
reproches. Le 28, il recevait l'ordre de se joindre au général Vandamme
pour marcher sur Gieshübel; cependant il n'alla que jusqu'à Maxen, et le
lendemain 29, il s'arrêta à Reinhardsgrimma, après avoir fait une lieue
et demie, tandis qu'il pouvait prendre à gauche la route de Glasshüte à
Fürstenwald, qui ne fut point occupée pendant la journée du 30. Cette
route conduisait également à Tœplitz. En la suivant, Gouvion Saint-Cyr
se mettait en communication par sa droite avec Marmont, qui arrivait le
30 à Zinvald, et par sa gauche avec Vandamme. Assurément, avec un peu
d'activité, il eût été en mesure de prendre part à l'affaire du 30, ou
au moins de protéger notre retraite.

Enfin le maréchal Mortier fut informé à Pirna que le général prussien
Kleist se dirigeait de Liebstadt sur Nollendorf, et se trouvait par
conséquent entre lui et nous. Il le poursuivit, mais fort lentement.
Ainsi, par le concours de toutes ces circonstances, le 1er corps se
trouva seul en présence de toute l'armée ennemie.

Mais la faute la plus impardonnable fut celle du général Vandamme. On
comprend qu'il ait été tenté de faire une pointe sur Tœplitz; il en
avait prévenu l'Empereur, qui l'avait autorisé par son silence. Il avait
même reçu l'avis que les principales forces de l'ennemi se retiraient
sur Annaberg, dans une direction tout opposée; cependant la résistance
que son avant-garde éprouva le 29, dans la plaine de Kulm, et les forces
toujours croissantes de l'ennemi durent lui apprendre qu'il avait été
mal informé et qu'il allait avoir affaire à l'armée coalisée tout
entière. Dans cette situation, au lieu de réunir ses troupes pour faire
une attaque sérieuse, il passa la journée à user la 42e et la 1re
division dans des attaques partielles où nous eûmes toujours le
désavantage. Le soir il ne reçut aucun avis de la marche des autres
corps; il n'envoya point d'officier pour lui en rapporter des nouvelles.
Bien plus, dans la nuit il apprit par l'arrivée de la brigade Doucet,
que le maréchal Mortier se trouvait toujours dans les environs de Pirna,
et que les hauteurs de Nollendorf n'étaient point occupées. Le général
Haxo, que l'Empereur avait envoyé près de lui, le conjura alors de se
retirer pour prendre la position de Nollendorf. S'il eût suivi ce
conseil, nous faisions prisonnière la division du général Kleist, qui
nous a été si fatale. Ainsi, non-seulement la retraite eût été prudente,
mais encore il en serait résulté un beau fait d'armes. Nous rentrions en
communication avec les maréchaux Marmont et Gouvion Saint-Cyr; les
opérations mieux combinées de tous les corps d'armée auraient complété
la victoire de Dresde et sans doute amené la paix. Vandamme ne voulut
rien entendre; son obstination causa sa perte et la nôtre. Il était
l'auteur de ce désastre; il en fut aussi la première victime, et l'on
dirait qu'il ait voulu justifier par son exemple la maxime qu'il
répétait souvent: «Il n'y a point de petite faute à la guerre; un seul
instant suffit pour faire perdre le fruit de plusieurs années d'utiles
et glorieux services.»



CHAPITRE IV.

RÉORGANISATION DU 1er CORPS.--OPÉRATIONS EN SAXE ET EN SILÉSIE.--DÉFAITE
DU MARÉCHAL MACDONALD À LA KATZBACH, EN SILÉSIE.--DÉFAITE DU MARÉCHAL
OUDINOT À GROSBEEREN, DEVANT BERLIN.--DÉFAITE DU MARÉCHAL NEY À
JUTERBOCH, SUR LA ROUTE DE BERLIN.--RÉFLEXIONS SUR LES ÉVÉNEMENTS DU
MOIS D'AOÛT.--POSITION DES ARMÉES AU 15 SEPTEMBRE.


Le 1er corps, arrivé au camp de Liebenau le 30 août au soir, y passa
toute la journée du 31 réuni au 14e. Les généraux Mouton-Duvernet et
Philippon allèrent voir le maréchal Gouvion Saint-Cyr, qui accueillit
avec sa froideur accoutumée le récit du désastre de Kulm, auquel la
lenteur de sa marche n'avait que trop contribué. Je ne crus pas devoir
me présenter chez lui; je n'étais que général de brigade; je ne l'avais
jamais vu, et le moment était mal choisi pour faire connaissance. Nous
passâmes la journée du 31 à prendre quelque repos, et à nous raconter
mutuellement ce qui nous était arrivé dans la triste journée de la
veille. Plusieurs hommes isolés nous rejoignirent. Le général Pouchelon,
blessé le 29, s'était rendu directement à Dresde et ne reparut plus. Je
reprochai au colonel Susbielle du 17e de n'être point venu se joindre au
36e, ainsi que je lui en avais envoyé l'ordre au moment où ma brigade
fit volte-face pour marcher contre les Prussiens. Il recevait en ce
moment, dit-il, des ordres contraires du général Philippon, qui
resserrait ses échelons vers la droite. Il suivit donc la 1re brigade et
fut entraîné avec elle dans la déroute générale. J'admis l'excuse, et
pourtant j'ai toujours regretté d'avoir eu ma brigade morcelée dans une
aussi grave circonstance. Sans garder rancune au 17e, je ne puis oublier
que le 36e seul m'a suivi, et que le petit nombre d'hommes de ce
régiment qui m'entouraient ont tous été tués, blessés ou faits
prisonniers à mes côtés. Aussi, après le 59e, où j'ai fait mes premières
armes, et le 4e, que j'ai eu l'honneur de commander, le 36e est de tous
les régiments de l'ancienne armée celui dont le souvenir m'a toujours
été le plus cher.

Le 1er corps fut envoyé à Dresde le 1er septembre pour s'occuper de sa
réorganisation. Nous campâmes en avant de la ville, sur la route de
Pirna. J'ai dit que ce 1er corps avait perdu la moitié de son personnel:
aussi les régiments de quatre bataillons furent réorganisés à deux, et
les régiments de deux bataillons réduits à un seul. On plaça à la suite
les officiers qui excédaient le nombre nécessaire à la composition de
ces nouveaux bataillons. Quant aux sous-officiers et caporaux, il y en
eut peu d'excédants; la moitié des cadres comme la moitié des soldats
avait disparu dans la tempête. Ma brigade se trouva donc réduite à trois
bataillons et la 1re à quatre. Le 17e avait 1450 hommes présents et 73
officiers, dont 26 à la suite; cela faisait 700 hommes par bataillon. Le
36e, qui avait été le plus maltraité, ne comptait que 530 hommes et 23
officiers. Le bataillon du 36e était sous les ordres du commandant
Froidure, officier plein de zèle et de dévouement. La 23e division
(général Teste) fut réunie tout entière au 1er corps.

Le comte de Lobau remplaça le général Vandamme comme commandant en chef,
et conserva le général Revest pour chef d'état-major.

L'Empereur nous passa en revue le 7 septembre, à Dresde; il accorda
quelques grâces et pourvut aux emplois vacants. Il nomma général le
colonel Chartran, du 25e de ligne (2e division Dumonceau), et lui confia
le commandement de la brigade dont ce régiment faisait partie. Le major
Fantin des Odoarts, excellent officier, le remplaça comme colonel du
25e. M. Locqueneux, capitaine au 17e, passa chef de bataillon dans son
régiment.

Chacun de nous mit à profit le séjour de Dresde pour réparer un peu les
pertes qu'il avait faites. Il ne nous restait plus rien, et la plupart
des officiers manquaient d'argent. Cependant, à l'aide de l'activité et
de l'intelligence si naturelles aux Français, nous vînmes à bout, en peu
de jours, de nous procurer du moins le nécessaire. J'éprouvai un grand
plaisir à revoir mes anciens amis du quartier impérial et à causer avec
eux de notre situation. Je ne trouvai partout que découragement et
tristesse. M. de Narbonne m'assura que sans l'affaire de Kulm la paix
allait se conclure, mais qu'à présent personne ne pouvait prévoir le
terme et le résultat de la lutte où nous étions si imprudemment engagés.
Le maréchal Ney venait de quitter Dresde, et j'appris par ses aides de
camp qu'il partageait l'inquiétude générale.

Le 1er corps, étant entièrement réorganisé, partit ensuite de Dresde
pour prendre part aux opérations de la Grande Armée. Avant d'en faire le
récit, je dois revenir sur mes pas et raconter sommairement l'historique
des autres corps d'armée pendant la fin d'août et le commencement de
septembre.

La défaite du 1er corps à Kulm n'est pas le seul revers qu'aient éprouvé
nos armes dans cette première période de la campagne. Aux deux
extrémités du théâtre de la guerre, en Silésie et devant Berlin, la
fortune nous trahit encore.

J'ai dit que Napoléon avait laissé en Silésie le maréchal Macdonald à la
tête de 80,000 hommes, avec la mission de contenir Blücher. Ce dernier
avait concentré son armée à Jauer, derrière la Wüthende-Neisse, qui se
jette dans la Katzbach au-dessous de Liegnitz. Macdonald voulut
l'attaquer dans cette position; mais Blücher, de son côté, avait pris
l'offensive. Macdonald fut obligé de changer ses dispositions. Le 26
août, il fit passer sur la rive droite de la Katzbach, à Somochowitz et
Niedergrayn, les 11e, 3e corps et 2e de cavalerie, pendant que le 8e
corps restait sur la rive gauche de la Wüthende-Neisse. Le 11e corps
arriva seul; le 3e corps et la cavalerie, égarés par de fausses
directions, se rencontrèrent au défilé de Niedergrayn, qu'ils
traversèrent pêle-mêle. Les bataillons et les escadrons, entrant en
ligne successivement et à peine ralliés, ne purent porter qu'un faible
secours au 11e corps, qui soutenait une lutte inégale. À l'entrée de la
nuit, nos troupes furent acculées à la Katzbach et la repassèrent en
désordre. Sur l'autre rive, le 5e corps fit sa retraite par Golberg en
abandonnant son artillerie. La division Puthod de ce corps d'armée fut
prise après s'être vaillamment défendue. Macdonald se retira à Gorlitz,
derrière la Neisse. Nous perdîmes 10,000 hommes tués ou blessés, 1,500
prisonniers, l'artillerie des 5e et 11e corps et presque tous les
bagages. La pluie tombait sans discontinuer; les torrents étaient
grossis, les gués impraticables. Cet accident fut une des principales
causes du désastre de l'armée de Silésie.

Pendant ce temps, le maréchal Oudinot devait marcher sur Berlin à la
tête des 4e 7e et 12e corps, et 3e de cavalerie. Il avait environ 65,000
hommes, et le prince royal de Suède 90,000. Le 18 août, l'armée
française était réunie à Dahne, route de Torgau à Berlin. Oudinot marcha
par Baruth et manœuvra ensuite entre la route de Torgau et celle de
Wittemberg. Il manquait de renseignements précis sur la situation de
l'ennemi. Après plusieurs combats d'avant-garde, il arriva le 22 en
arrière des défilés de Blankenfeld, Groosbeeren et Arensdorf. Le 4e
corps formait la droite, le 7e le centre, le 12e la gauche. Le 23 août,
le 7e corps rencontra à Groosbeeren le gros de l'armée ennemie, et
malheureusement ce corps était en grande partie composé de Saxons qui se
battirent mollement et finirent par perdre la position de Groosbeeren,
en abandonnant à l'ennemi 13 pièces de canon et 1,500 prisonniers. Le
24, le maréchal Oudinot commença sa retraite, que protégea le 7e corps.
Elle se fit en bon ordre jusque sous les murs de Wittemberg. L'ennemi
nous poursuivit lentement.

Le prince d'Eckmühl était sorti de Hambourg pour appuyer le mouvement du
maréchal Oudinot. Il poussa devant lui le général Walmoden, et entra, le
24 août, à Schwerin; il y resta jusqu'au 2 septembre, et se retira
ensuite derrière la Stecknitz, vers Ratzebourg. En même temps, le
général Girard, venant de Magdebourg, s'avançait sur Belzic avec 5,000
hommes, pour lier le maréchal Oudinot au prince d'Eckmühl. Il resta en
position à Liebnitz, en attendant des nouvelles du maréchal Oudinot. Le
27, quatre jours après le combat de Groosbeeren dont il ignorait le
résultat, il fut attaqué, et rentra avec peine à Magdebourg, en perdant
1,000 prisonniers et 6 pièces de canon.

Malgré ces trois échecs successifs, Napoléon n'en poursuivit pas moins
l'exécution de ses plans. Macdonald et Poniatowski, derrière la Neisse,
à Gorlitz et à Zittau, pouvaient encore contenir Blücher. Les 1er, 2e et
14e corps gardaient les défilés des montagnes de la Bohême contre
Schwartzemberg. L'Empereur, à Dresde, avait l'œil sur la Bohême et sur
la Silésie. Pendant ce temps, il songeait à réunir sous un chef habile
les corps d'armée qui venaient d'échouer devant Berlin et qui avaient
fort peu souffert, et il espérait tenter avec plus de succès une
nouvelle expédition contre la capitale.

Mais déjà Macdonald abandonnait la ligne de la Neisse et se retirait
derrière la Sprée; son armée était affaiblie, découragée, et l'ennemi
venait de s'emparer d'un convoi considérable qui devait réparer ses
pertes.

Napoléon y courut et reprit l'offensive. Le 4 septembre, Blücher, dont
le but n'était que de gagner du temps, se retira derrière la Queisse.
L'Empereur ne voulut point le poursuivre, afin de ne pas trop s'éloigner
de Dresde, centre de ses opérations. Déjà le maréchal Saint-Cyr
écrivait, les 3 et 6 septembre, qu'il allait être attaqué. Napoléon,
dont la présence était partout nécessaire, reparut, le 6, à Dresde, et
nous passa en revue le 7, ainsi que je l'ai dit. L'armée ennemie
s'avançait par les routes de Fürstenwald et de Pirna. Déjà Donna était
occupé par l'avant-garde.

Le 8, Napoléon marcha en avant avec les 1er, 2e et 14e corps, soutenus
par la garde impériale. L'ennemi, fidèle à son système, se retirait
devant lui. Le 9, nous étions à Dohna, le 10 à Liebstadt, Barenstein et
Ebersdorf, au pied du Geyersberg, qui nous séparait seul de la plaine de
Kulm, où l'on apercevait l'armée ennemie rangée en bataille; mais le
passage des montagnes était impraticable pour l'artillerie, et la 43e
division (général Bonnet), qui avait occupé le Geyersberg, fut obligée,
après un long combat, de regagner Ebersdorf[64].

Napoléon se borna alors à garder les débouchés des montagnes, pour tenir
l'ennemi éloigné de Dresde. Le duc de Bellune (2e corps) se porta à
Altenberg, pour observer les routes de Dippodiswalde et Freyberg. Le
maréchal Saint-Cyr, investi du commandement des 1er et 14e corps,
surveillait les débouchés de Borna et de Nollendorf; en conséquence, le
12 septembre, le 1er corps s'échelonna sur la route de Kulm, la 2e
division en tête de Nollendorf, la 1er à Peterswalde, la 23e en arrière,
à Hellendorf, et le maréchal à Liebstadt, sur la route de Furstenwalde.

Mais, pendant que Napoléon s'occupait ainsi de contenir les armées de
Bohême et de Silésie, nous recevions sur la route de Berlin un nouvel
échec plus grave que le précédent.

Le 1er septembre, l'Empereur avait remis au maréchal Ney le commandement
de l'armée du Nord, composée, comme précédemment, des 4e corps (général
Bertrand), 7e (général Reynier) et 12e (maréchal Oudinot). J'ai déjà dit
que le maréchal Oudinot avait replié l'armée en avant de Wittemberg.
Napoléon s'en plaignit ouvertement, car ce mouvement avait permis à
l'ennemi de se porter sur Luckau et d'inquiéter les communications de
Macdonald. C'était le moment où l'Empereur, à Hoyerswerda, allait
attaquer Blücher. Il prescrivait donc au maréchal Ney de partir le 4,
pour être le 6 à Baruth (route de Torgau, à trois journées de marche de
Berlin). Le même jour, un corps de troupes occuperait Luckau, pour faire
la jonction entre l'Empereur et le maréchal. L'attaque de Berlin pouvait
ainsi avoir lieu du 9 au 10.

Le maréchal Ney entreprit à regret une expédition qui ne lui inspirait
point de confiance. Cette impression était de mauvais augure de la part
d'un homme aussi entreprenant et que je n'avais jamais vu douter de sa
fortune. Il arriva le 4 à Wittemberg; le 5, après avoir chassé l'ennemi
de Zalma et de Seyda, il prit position à gauche de cette dernière ville,
à cheval sur la route de Jüterbogt. Le général Tauenzien occupait
Jüterbogt. Le 8 seulement, Bülow arrivait à Kunz-Lippsdorf, à trois
lieues, et le prince royal de Suède à Lobessen, à sept lieues sur la
droite. Le maréchal Ney avait l'ordre de se porter à Baruth, et
l'occupation de Seyda lui en donnait le moyen. Il fallait, le 6, avant
le jour, prendre la route de Dahne par Maxdorf, avec les 7e et 12e
corps, en tournant Jüterbogt, et laisser le 4e à Gohlsdorf, pour masquer
le mouvement. L'ennemi n'était point réuni et ne pouvait connaître notre
direction. Le maréchal, placé à Dahne, se trouvait en communication avec
l'Empereur et en mesure de marcher sur Berlin.

Au lieu de cela, le 4e corps fut dirigé, le 6 au matin, sur la route de
Jüterbogt, et rencontra près de Dennewitz le général Tauenzien, qui lui
opposa une vive résistance. Par une incroyable fatalité, les 7e et 12e
corps ne parurent sur le terrain qu'à trois et quatre heures[65].
Pendant ce temps, le général Bülow arrivait au secours de Tauenzien, et
le 4e corps soutenait seul les efforts de l'ennemi. Le plateau de
Dennewitz, le village de Gohlsdorf, furent pris et repris. Le maréchal
Ney donna comme toujours l'exemple de la plus brillante valeur.

Mais, au milieu de l'affaire, le 12e corps fit un mouvement de flanc que
l'on prit pour une retraite. L'ennemi redoubla d'efforts. Le 4e corps,
fatigué d'un combat inégal, perdit la position de Dennewitz. Le prince
royal de Suède, arrivant de Lobessen sur notre gauche, menaçait de nous
envelopper. Le maréchal Ney prit le parti de la retraite, que déjà
peut-être il ne pouvait plus empêcher. Elle se fit d'abord en bon ordre.
Bientôt, deux divisions saxonnes du 7e corps ayant lâché pied, l'ennemi
lança sa cavalerie et ses masses d'infanterie entre les 4e et 12e corps.
La cavalerie du duc de Padoue essaya en vain de les arrêter: les deux
corps d'infanterie furent séparés et se retirèrent précipitamment
jusqu'à Torgau, le 4e par Dahne, le 12e ainsi que le 7e par Schweidnitz.
Le 8, le maréchal Ney réunit son armée sous les murs de Torgau.

Nous perdîmes 10,000 hommes et 26 pièces de canon. L'effet moral fut
plus déplorable encore. Trois corps d'armée étaient vaincus pour la
seconde fois par des Prussiens; il est vrai que ces trois corps se
composaient en partie d'Allemands et d'Italiens, mais ils n'en portaient
pas moins le nom d'armée française.

Arrêtons-nous ici un moment pour rechercher les causes de tant de
désastres. Comment cette belle armée, dirigée par Napoléon, était-elle
ainsi détruite? Comment tant de généraux expérimentés, tant d'illustres
maréchaux ne paraissaient-ils plus devant l'ennemi que pour éprouver des
revers? C'est que d'abord les alliés s'étaient fait un principe de ne
jamais combattre Napoléon en personne. Se retirer devant lui, attaquer
ses lieutenants en son absence, était leur seule tactique. On dit que
Moreau et Jomini leur avaient donné ce conseil. Ainsi, en Silésie, à la
reprise des hostilités, Blücher rejeta les Français de l'autre côté du
Bober; à l'approche de Napoléon, il se retira lui-même dans le camp
retranché de Schweidnitz. Napoléon partit pour Dresde; Blücher prit
l'offensive et gagna la bataille de la Katzbach. Napoléon reparut;
Blücher se retira encore derrière la Queisse. Il repoussa une troisième
fois Macdonald jusqu'aux environs de Dresde, puis il revint à Bautzen,
réglant toujours ses mouvements sur ceux de Napoléon.

Schwartzemberg se conduisit de même. Il marcha sur Dresde à la fin
d'août, croyant Napoléon occupé en Silésie. Napoléon arriva, gagna la
bataille, et cet événement confirma bien les alliés dans la pensée
d'éviter de le combattre en personne. Trois fois Schwartzemberg fit une
nouvelle tentative, et trois fois il se replia à la seule approche de
l'Empereur. C'était un jeu joué entre Blücher et lui d'attirer tour à
tour Napoléon en Bohême et en Silésie, de fuir le combat, et chercher
ensuite à profiter de son absence.

Mais enfin comment suffisait-il aux alliés d'éviter Napoléon?
N'avions-nous pas d'autres généraux distingués? Et ne pouvait-on plus
espérer de vaincre avec des hommes tels que Macdonald, Ney, Oudinot,
Vandamme? Je pense que leurs défaites successives doivent être
attribuées à deux principales causes: la composition des généraux et
celle des soldats.

Les généraux avaient vu avec inquiétude commencer cette campagne; tous
blâmaient l'Empereur de n'avoir pas fait la paix à Prague. Plusieurs
avaient acquis des richesses et de hautes positions qu'ils regrettaient
de compromettre. Chacun voulait faire à sa tête, et l'on sait qu'au
moment du péril, les plus illustres ne se pressaient pas de porter
secours à leurs camarades. Dès le début de la campagne, Napoléon se
plaignait du peu de confiance que les généraux avaient en eux-mêmes.
«Les forces de l'ennemi, disait-il, leur paraissent considérables
partout où je ne suis pas.» En effet, leur correspondance ne contenait
que des plaintes et des accusations mutuelles.

Après la défaite de Katzbach, Macdonald écrivait au major général:

«Sa Majesté doit rapprocher d'Elle cette armée, à l'effet de lui donner
une plus forte constitution et de retremper tous les esprits. Je suis
indigné du peu de zèle et d'intérêt que l'on met à La servir. J'y mets
toute l'énergie, toute la force de caractère dont je suis capable, et il
en a fallu dans la très-pénible circonstance dans laquelle je me suis
trouvé. Je ne suis ni secondé ni imité.»

On pense bien que plus les généraux étaient élevés en grade où
distingués par leur réputation, moins on les trouvait disposés à
l'obéissance. Ainsi, comme je l'ai dit, les trois corps qui composaient
l'armée du Nord étaient commandés par le général Bertrand (4e corps), le
général Reynier (7e), le maréchal Oudinot (12e); le commandement en chef
de cette armée fut confié d'abord au maréchal Oudinot, puis au maréchal
Ney. Ni l'un ni l'autre n'eurent à se plaindre de Bertrand. Cet officier
général était d'un caractère doux; ancien officier du génie, il débutait
dans le commandement des troupes. Personnellement dévoué à l'Empereur,
qui venait de le nommer grand maréchal du palais, il mettait toute sa
gloire à le bien servir; mais Reynier, officier d'un rare mérite, se
croyait bien l'égal de tous les maréchaux et n'aimait pas à servir sous
leurs ordres. Quant à Oudinot, qui avait d'abord commandé en chef les
trois corps, il dut être vivement blessé de voir donner ce commandement
au maréchal Ney; c'était lui dire clairement que Napoléon était
mécontent de lui et ne le croyait pas capable de réparer la faute qu'il
avait commise à Groosbeeren. Il en résulta de l'inexécution dans les
ordres, des froissements, des conflits d'autorité[66].

Le maréchal Ney s'en plaignit avec son énergie et sa rudesse
accoutumées. Il écrivait au major général, le 10 septembre, après
l'affaire de Jüterbogt:

«Le moral des généraux, et en général des officiers, est singulièrement
ébranlé. Commander ainsi n'est commander qu'à demi, et j'aimerais mieux
être grenadier. Je vous prie d'obtenir de l'Empereur, ou que je sois
seul général en chef, ayant sous mes ordres des généraux de division
d'aile, ou que Sa Majesté veuille bien me retirer de cet enfer. Je n'ai
pas besoin, je pense, de parler de mon dévouement. Je suis prêt à verser
tout mon sang, mais je désire que ce soit utilement. Dans l'état actuel,
la présence de l'Empereur pourrait seule rétablir l'ensemble.»--Et le 23
septembre: «Je ne me lasse point de répéter qu'il est absolument
impossible de faire obéir le général Reynier; il n'exécute jamais les
ordres qu'il reçoit. Je demande que ce général ou moi reçoive une autre
destination...»

La seconde cause de nos revers venait de la composition de l'armée. Déjà
à Wagram, Napoléon se plaignait de ne plus avoir les soldats
d'Austerlitz. Assurément, à cette époque, nous n'avions pas les soldats
de Wagram. Il y eut sans doute des moments d'élan, de beaux traits de
bravoure. Quand les généraux marchaient au premier rang, les soldats se
laissaient entraîner par leur exemple; mais cet enthousiasme durait peu,
et les héros de la veille ne témoignaient le lendemain que de
l'abattement et de la faiblesse. Ce n'est point sur les champs de
bataille que les soldats subissent leurs épreuves les plus rudes; la
jeunesse française a l'instinct de la bravoure. Mais un soldat doit
savoir supporter la faim, la fatigue, l'inclémence des temps; il doit
marcher jour et nuit avec des souliers usés, braver le froid ou la pluie
avec des vêtements en lambeaux, et tout cela sans murmurer et même en
conservant sa bonne humeur. Nous avons connu de pareils hommes; mais
alors c'était trop demander à des jeunes gens dont la constitution était
à peine formée et qui, à leur début, ne pouvaient pas avoir l'esprit
militaire, la religion du drapeau et cette énergie morale qui double les
forces en doublant le courage. Dès les premiers jours, le maréchal
Gouvion Saint-Cyr craignait de ne pouvoir défendre Dresde avec de
pareils régiments, et, le 3 septembre, il écrivait:

«La grande supériorité des forces de l'ennemi nous laisse à craindre des
résultats fâcheux; d'abord, par rapport à cette infériorité si
disproportionnée dans toutes les armes, et plus encore par le
découragement occasionné surtout par le manque de subsistances. On ne
peut tenir les soldats dans les camps; la faim les chasse au loin. Il
est à craindre sous peu de jours une désorganisation complète, si on ne
peut leur fournir des subsistances.»

À la même époque (après l'affaire de la Katzbach) Macdonald répétait
que: «son armée n'avait ni force, ni consistance, ni organisation, et
que si dans ce moment on l'exposait à un échec, il y aurait dissolution
totale.»

Enfin, le maréchal Ney, qui avait reçu l'ordre de passer l'Elbe à
Torgau, afin de concourir au mouvement offensif que l'Empereur préparait
contre Berlin, répondait, le 12 septembre: «que, dans ce cas, il fallait
s'attendre à une bataille, et que, si son armée devait y prendre part,
on devait la rapprocher des autres corps vers Meissen; car, si nous
voulions forcer l'Elster, l'abattement de ses troupes était tel que l'on
devait craindre un nouvel échec.»

La mauvaise conduite, ou même la désertion de quelques troupes de la
Confédération du Rhin, augmentait encore le mal. C'était à la fois un
affaiblissement numérique et un motif de découragement pour nos soldats.

Par toutes ces causes, la désorganisation de la Grande Armée faisait de
rapides progrès. J'ai dit que le 1er corps fut réduit de moitié après
l'affaire de Kulm; le 13 septembre, le maréchal Ney portait la force
réelle des 4e, 7e et 12e corps à 28,000 hommes, et le 24, à 22,000
seulement.

Ces trois corps, au commencement de la campagne, présentaient un total
de 65,000 hommes; le 3e corps de cavalerie, de 6,000 chevaux, était
réduit à 4,000: on peut juger par là des pertes des autres corps, et
particulièrement à l'armée de Silésie.

Napoléon supportait tant de revers avec une patience, un courage, une
grandeur d'âme vraiment dignes d'admiration. Les maréchaux Ney, Oudinot,
Macdonald, qui n'avaient pas pu seconder ses projets, ne reçurent de lui
aucun reproche; il faisait la part de la mauvaise fortune, il excusait
les erreurs, il pardonnait même les fautes. Si des querelles survenaient
entre les généraux, son autorité intervenait paternellement, sans
blesser leurs susceptibilités réciproques. Il calmait l'irritation de
l'un, ranimait le courage de l'autre, rappelait à celui-ci les principes
de la subordination, à celui-là les égards que nous devons à nos
inférieurs. Les maréchaux Macdonald et Ney conservèrent leurs
commandements, malgré l'abattement du premier et les plaintes
continuelles du second. Le 12e corps fut dissous, et le maréchal Oudinot
appelé au commandement de la jeune garde. Cet emploi convenait à sa
téméraire valeur.

Ainsi, le 10 septembre, presque tous les corps qui composaient l'armée
française avaient été vaincus en détail et dans toutes les directions.
Le nombre des présents sous les armes était réduit à près de moitié.
L'armée ennemie de Silésie sur la rive droite de l'Elbe; celle de Bohême
sur la rive gauche, cherchaient à nous resserrer dans Dresde. L'armée du
Nord allait passer l'Elbe entre Wittemberg et Magdebourg. Nos
communications avec la France étaient inquiétées par de nombreux
partisans. Chaque jour rendait plus douteuse la fidélité des princes de
la Confédération du Rhin. Tout cela était le résultat d'un mois de
campagne. Les coalisés avaient au moins 100,000 hommes de plus que nous;
et pourtant la présence de Napoléon leur inspirait une telle crainte
qu'avant de tenter un effort général, ils attendaient encore la réserve
de 50,000 hommes qu'amenait Benningsen, et qui s'approchait de la
Silésie.



CHAPITRE V.

PROJETS DE NAPOLÉON.--OPÉRATIONS DU 1er CORPS SUR LA FRONTIÈRE DE
BOHÊME.--POSITIONS DES ARMÉES À LA FIN DE SEPTEMBRE.--MOUVEMENT GÉNÉRAL
DES ARMÉES ALLIÉES.--NAPOLÉON QUITTE DRESDE POUR LES ATTAQUER.--BATAILLE
DE LEIPSICK.--RETRAITE.--BATAILLE DE HANAU.--NAPOLÉON PASSE LE
RHIN.--LES 1er ET 14e CORPS RESTENT ENFERMÉS DANS DRESDE.


Plus nos revers se multipliaient, plus il devenait difficile de
conserver la ligne de l'Elbe, et surtout de continuer à faire de Dresde
le centre des opérations. Nous avons déjà dit que la déclaration de
guerre de l'Autriche compromettait cette ligne, en permettant à l'ennemi
de la tourner par la Bohême, et depuis un mois, nos défaites
successives, le nombre toujours croissant des ennemis, rendaient
nécessaire l'adoption d'un nouveau système. Pourtant Napoléon ne pouvait
consentir à abandonner l'Elbe. En se maintenant ainsi au centre de
l'Allemagne, il rassurait les princes de la Confédération du Rhin; il
menaçait également Berlin, la Silésie et la Bohême. Une victoire pouvait
le ramener sur l'Oder et dissoudre la coalition. Il forma seulement le
projet de porter le centre de ses opérations à Torgau et de manœuvrer
sur les deux rives de l'Elbe, depuis Berlin jusqu'à la Bohême, depuis
l'Oder jusqu'à la Westphalie. Le point de Torgau était en effet plus
central; sur la droite de Wittemberg et Magdebourg, sur la gauche
Meissen et Dresde lui servaient de point d'appui. Pendant que Napoléon
méditait ce plan et en préparait l'exécution, il restait de sa personne
à Dresde, surveillant également les opérations de l'armée de Silésie et
de l'armée de Bohême, et toujours prêt, soit à profiter des fautes de
l'ennemi, soit à réparer celles de ses lieutenants.

Nous avons laissé les 1er et 14e corps gardant les débouchés des
montagnes de la Bohême; la 2e division du 1er corps d'avant-garde à
Nollendorf, la 1re à Peterswalde, la 23e à Hellendorf. Le 14 au matin,
l'avant-garde ennemie prit l'offensive. Collorédo attaqua le 14e corps
par la route de Breitenau, et Wittgenstein le 1er corps par la route de
Peterswalde. La division Dumonceau se retira précipitamment sur
Peterswalde; la 1re division, prévenue un peu tard, prit les armes à son
tour. J'ai dit que cette division ne se composait plus que de sept
bataillons au lieu de quatorze. Le général Philippon les plaça en
bataille en avant de Peterswalde. Il ne forma point de réserve, n'envoya
point de tirailleurs, et semblait remettre au hasard le résultat de
cette journée. Ce résultat ne se fit pas longtemps attendre. À peine la
2e division eut-elle dépassé Peterswalde que les soldats de la 1re
voyant l'ennemi s'approcher par la grande route, et d'autres colonnes
manœuvrer sur leur flanc droit, furent saisis d'une terreur panique. Ils
se précipitèrent pêle-mêle dans Peterswalde, dont les premières maisons
étaient déjà occupées par les tirailleurs ennemis. Les officiers, les
généraux eux-mêmes furent entraînés dans cette déroute. Heureusement
l'ennemi, qui n'avait pas de cavalerie, ne nous poursuivit pas
très-vivement. Nous nous ralliâmes à moitié chemin de Hellendorf, à la
lisière des bois qui s'étendent le long de la route, et sous l'appui de
la 23e division. On perdit peu de monde, et proportionnellement plus
d'officiers que de soldats. Le 17e eut trois officiers tués, trois
blessés; le 36e deux officiers de tués. Dans des circonstances aussi
malheureuses, il appartient aux officiers de donner l'exemple, et ce
sont toujours eux qui doivent se retirer les derniers. Je fis peu de
reproches aux soldats, il fallait éviter de les dégrader à leurs propres
yeux; c'était achever de les perdre que de leur enlever l'estime
d'eux-mêmes. Le comte de Lobau, qui ne nous quitta pas un instant,
paraissait calme; sa physionomie seule exprimait le mécontentement et
l'irritation que lui causait cette débandade. Le général Philippon paya
pour tout le monde, comme on va le voir.

À peine étions-nous ralliés et formés en bataille le long du bois de
Hellendorf, que je vis sortir de ce bois un chirurgien-major traînant
par le collet un conscrit qui se débattait en jetant de grands cris. Il
me l'amena en m'assurant qu'il l'avait vu se mutiler; ce soldat en effet
avait un doigt emporté et la main toute noire de poudre. Le
chirurgien-major me conjura de le faire fusiller; heureusement, il
n'était pas de ma brigade, et je me contentai de le chasser
honteusement. D'autres peut-être auraient agi autrement, et après ce qui
venait de se passer, un exemple leur eût paru nécessaire. J'avoue que si
quelque chose peut excuser une exécution arbitraire, c'est une lâcheté
pareille en présence de l'ennemi. Un soldat qui se mutile pour ne pas
s'exposer à une mort glorieuse, mérite de mourir d'une mort infâme.

Le soir, tout le corps d'armée reprit position sur les hauteurs de
Gieshübel. Le 14e corps se retira également à Liebstadt.

Le 15, Napoléon partit de Dresde avec la garde; il se rendit à Gieshübel
et reprit sur-le-champ l'offensive. Il ne voulait pas envahir la Bohême,
mais rejeter l'ennemi au delà des montagnes, le forcer de déployer son
armée tout entière, reconnaître sa force et sa position. Le 1er corps,
formant l'avant-garde de la garde impériale, suivit la route de
Peterswalde. La 42e division l'appuya à gauche par Bahra; le reste du
14e corps à droite par Fürstenwald. L'ennemi se retira, et nous campâmes
à Hellendorf. Le lendemain matin, au moment où nous allions partir, le
général Philippon reçut une lettre du major général, qui lui annonçait
sa mise à la retraite. Cette sévérité frappa beaucoup les officiers et
même les soldats; peut-être était-elle trop rigoureuse. Il n'y avait à
lui reprocher que son peu d'intelligence, et ce n'était pas une raison
pour briser ainsi sa carrière en lui enlevant son commandement au moment
où l'on marchait à l'ennemi. Le général Cassagne arriva en même temps
pour le remplacer. Le mouvement continua; l'ennemi prit position dans la
plaine de Kulm, et nous campâmes sur les hauteurs de Nollendorf. Le 17,
la 23e division resta en position à Nollendorf; les autres divisions du
1er corps descendirent dans la plaine, précédées par la cavalerie du
général Ornano, et toujours appuyées à gauche par la 42e division.

L'Empereur, placé sur les hauteurs de Nollendorf, observait et dirigeait
ce mouvement. Au moment où ma brigade passa près de lui, il me fit
appeler pour me donner un ordre insignifiant. Cela voulait dire
seulement qu'il savait que j'étais là et qu'il pensait à moi. C'était
assez son usage quand il voulait témoigner une distinction à l'un des
officiers de son armée. Depuis ce moment, je n'ai jamais revu
l'Empereur. Je conserve du moins avec intérêt et reconnaissance ce
dernier souvenir.

La cavalerie et la 42e division engagèrent le combat dans la plaine, les
1re et 2e divisions en réserve. L'affaire fut brillante et sans
résultats. La cavalerie prit une batterie autrichienne, qui fut bientôt
reprise. La 42e division enleva le village d'Arbesau; le général
autrichien Collorédo l'en chassa, et fit prisonniers 1,000 hommes de la
jeune garde avec le général Kreitzer, qui les commandait. La 42e
division se retira à Tellnitz; la 1re se rallia à elle, en traversant
des bois fourrés et presque impraticables. Le maréchal Gouvion
Saint-Cyr, arrivé un peu tard, se plaça à notre hauteur. Le général
Teste, qui était descendu de Nollendorf dans la soirée, s'arrêta à
Knienitz.

Le lendemain 18, l'ennemi attaqua le général Teste; la 1re division se
plaça à sa droite. L'attaque fut repoussée, et nous maintînmes notre
position.

Ce fut le dernier mouvement offensif que l'Empereur opéra contre
Schwartzemberg. Il n'avait point de forces assez nombreuses pour
pénétrer en Bohême, ce qui d'ailleurs l'aurait entraîné trop loin du
centre de ses opérations. Mais il voulait garder fortement les débouchés
des montagnes, et ne plus permettre à l'ennemi de s'approcher si
facilement de Dresde: «Mon intention, écrivait-il, est qu'on tienne
ferme à Borna et à Gieshübel, et que je n'aie aucune inquiétude pour ces
deux positions. Il faut que l'ennemi ne puisse nous en débusquer que par
un mouvement général de son armée, qui justifierait alors le mouvement
que je ferais contre lui; mais il ne faut pas qu'il m'oblige à ce
mouvement avec de simples divisions légères, comme cela vient d'avoir
lieu.»

En conséquence, le 1er corps devait garder la route de Peterswald, le
14e celle de Fürstenwald. Le 19, le 1er corps prit position à
Giesshübel, en laissant la 23e division en avant-garde à Hellendorf.
L'Empereur donna lui-même les instructions les plus précises et les plus
détaillées pour la retraite. Il recommandait avec raison de ne faire de
jour aucun mouvement rétrograde.

Le 1er corps garda cette position jusqu'au 7 octobre. Notre petite
campagne n'avait pas duré quinze jours; c'était beaucoup dans l'état
d'épuisement où se trouvaient les soldats. Le plus grand embarras venait
du manque de vivres. Napoléon y donnait tout le soin possible. On avait
réuni de grands magasins de farine à Torgau; plusieurs convois furent
envoyés à Dresde. Le 18 septembre, l'Empereur écrivait au maréchal
Gouvion Saint-Cyr pour l'en informer; il désirait porter la ration
journalière à 4 onces de riz et 16 onces de pain; cependant les
distributions se faisaient rarement et d'une manière fort irrégulière.
C'était une des grandes causes de l'affaiblissement physique et moral de
nos soldats. Pendant l'expédition que je viens de raconter, le temps
avait presque toujours été mauvais, les chemins impraticables. L'aspect
des lieux où nous avions éprouvé tant de revers frappait l'imagination
des soldats. Nous n'aurions dû revoir la route de Peterswalde et la
plaine de Kulm que pour prendre une revanche éclatante. Au lieu de cela,
tout s'était passé en marches et contre-marches, et, après une affaire
douteuse, nous nous retirions pour reprendre nos positions. Les soldats,
qui n'étaient point dans le secret des manœuvres de Napoléon, en
concluaient que l'armée de Bohême était invincible et que nous étions
réduits devant elle à nous tenir sur la défensive. La désorganisation
faisait de si rapides progrès qu'un ordre du jour prescrivit de décimer
les soldats qui quittaient leurs drapeaux. Ainsi les hommes isolés
devaient être arrêtés, et lorsque l'on en aurait réuni dix, les généraux
les feraient tirer au sort pour en fusiller un en présence de la
division. La même peine fut ordonnée contre tous ceux qui seraient assez
lâches pour se mutiler. Ces ordres rigoureux n'étaient sans doute que
comminatoires, mais ils témoignaient de l'affaiblissement moral de nos
troupes.

Nous cherchâmes du moins à utiliser le temps de repos qui nous fut
accordé au camp de Gieshübel. On construisit d'assez bonnes baraques
pour mettre les soldats à l'abri. Quelques distributions de vivres
furent faites, et l'on mit à profit les faibles ressources qu'offraient
encore les villages environnants. Rien ne pouvait empêcher les soldats
de dévorer tout ce qui leur tombait sous la main, et plus de 80 hommes
du 12e s'empoisonnèrent pour avoir mangé le fruit d'un arbuste nommé
_rhamnus alaternus_.

Le général Cassagne, notre nouveau général de division, avait du zèle,
des manières aimables, un caractère facile. Je n'ai pas pu le juger
militairement, parce que depuis sa nomination nous n'avions eu presque
rien à faire, mais j'ai été fort content de mes rapports avec lui. Il
dirigeait particulièrement la 1re brigade, que le départ du général
Pouchelon laissait un peu à l'abandon. Pour moi, je m'occupais
constamment de la mienne. Le colonel Susbielle du 17e me secondait.
J'étais assez content des chefs de bataillon, surtout de M. Locqueneux,
nouvellement nommé. Les officiers inférieurs des deux régiments
faisaient de leur mieux et donnaient aux soldats de bons exemples
souvent bien mal suivis.

Le 29 septembre, la 1re division alla relever la 23e à Hollendorf, pour
y faire l'avant-garde avec la cavalerie légère. Ce service fut pénible,
car la surveillance de tous les instants était aussi nécessaire que
difficile à obtenir. Cependant, à force de soin, le service des
grand'gardes, des patrouilles et des reconnaissances se fit aussi bien
que possible. La plus grande difficulté était toujours d'empêcher les
soldats de quitter le camp pour chercher des vivres aux environs, même
au risque d'être enlevés par les patrouilles ennemies.

Nous ne fûmes point attaqués et nous restâmes dans cette position
jusqu'au 7 octobre, ainsi que je le dirai quand j'aurai parlé des
opérations des autres corps de la Grande Armée.

Après avoir éloigné de Dresde l'armée de Bohême, Napoléon voulut aussi
en éloigner l'armée de Silésie. Le maréchal Macdonald était à Hartau et
à Stolpen, presque entouré par Blücher, qui occupait Burka,
Bischofwerda, Neustadt et Barkersdorf. Macdonald reçut l'ordre
d'attaquer, le 22, et de pousser l'ennemi jusqu'à ce qu'il le trouvât en
position, prêt à recevoir la bataille. L'Empereur devait rester en
arrière; mais il rejoignit Macdonald le 22, et dirigea lui-même le
mouvement. Il savait par expérience que tout allait mal en son absence.
L'attaque eut lieu; Blücher se retira sur la position de Burka et y
concentra son armée. Cette position était avantageuse, et, en cas de
revers, la retraite assurée par les ponts de la Sprée.

Ainsi l'armée coalisée ne voulait rien entreprendre de sérieux avant
l'arrivée du général Benningsen; elle évitait seulement de se laisser
entamer, et se bornait à nous harceler et à nous faire tout le mal
possible dans des combats partiels. Voici quelle était à la fin de
septembre la position des armées belligérantes:

Le 1er et le 14e corps gardaient les environs de Dresde, sur la rive
gauche de l'Elbe, aux environs de Pirna; le 2e corps, à Freyberg,
surveillait la route de Chemnitz; les 3e, 5e et 11e corps, avec les 2e
et 4e de cavalerie, sur la rive droite de l'Elbe, étaient opposés à
l'armée de Silésie dans les environs de Weisig; le roi de Naples, avec
le 6e corps et le 1er de cavalerie, à Meissen et Grossenhayn, maintenait
la communication avec Torgau, et surveillait le cours de l'Elbe jusqu'à
cette place; le maréchal Ney, sur la rive gauche à Dessau, observait les
mouvements de l'armée du Nord placée de l'autre côté du fleuve; le
prince Poniatowski avec le 8e corps et la cavalerie légère du général
Lefebvre-Desnouettes, était à Altenbourg, se liant avec le 2e corps et
le 3e de cavalerie qui occupaient Leipzick; le duc de Castiglione, qui
avait quitté Würtzbourg, avec son corps d'armée nouvellement organisé,
s'approchait d'Iéna.

Du côté des coalisés, l'armée de Bohême occupait la plaine de Kulm,
ayant sa gauche dans la direction de Chemnitz; l'armée de Silésie,
placée à Bautzen, se liait à l'armée de Bohême par Stolpen, et à l'armée
du Nord par Elsterwerda; l'armée du Nord occupait les bords de l'Elster
depuis Herzeberg jusqu'au confluent de l'Elbe; elle assiégeait
Wittemberg et s'étendait ensuite le long de l'Elbe jusqu'au confluent de
la Saale.

On était dans cette position, lorsque le général Benningsen arriva à
Leutmeritz le 26 septembre, et fit sa jonction avec l'armée de Bohême.
Alors, le mouvement offensif des alliés fut décidé; l'armée de Bohême,
marchant par son flanc gauche, devait se porter sur Leipzick; l'armée du
Nord et celle de Silésie suivraient la même direction, après avoir passé
l'Elbe. Ainsi Napoléon allait être enveloppé par trois armées ennemies.

L'armée de Bohême marcha lentement; le 5 octobre elle occupait Zwickau
et Chemnitz. En Silésie, le général Blücher masqua habilement son
mouvement; il laissa deux corps de troupes à Stolpen et Bischofwerda; il
fit des démonstrations de passage à Meissen pendant qu'il portait
rapidement son armée à Wartenburg, au confluent de l'Elster et de
l'Elbe, où il effectua son passage les 3 et 4 octobre, malgré
l'opposition du 7e corps. Le 4, l'armée du Nord, commandée par le prince
royal de Suède, passa également l'Elbe à Roslau. À cette nouvelle,
l'Empereur partit de Dresde le 7 octobre pour se porter au-devant de
Blücher, qui était le plus rapproché de lui. Il espérait, par une de ces
manœuvres qui lui étaient si familières, surprendre les armées ennemies
au milieu de leur marche et les vaincre ainsi séparément. Le maréchal
Gouvion Saint-Cyr, avec les 1er et 14e corps, resta chargé de la défense
de Dresde, et se trouva dès ce moment isolé du reste de l'armée. Je n'ai
donc point à écrire en détail les opérations de la Grande Armée,
puisqu'elles n'ont plus aucun rapport avec le 1er corps; je vais
seulement, en terminant ce chapitre, les raconter très-sommairement,
pour reprendre ensuite l'histoire du 1er corps jusqu'à la fin de cette
malheureuse campagne.

Le roi de Naples reçut le commandement des troupes qui étaient en
présence de l'armée de Bohême, et qui se composaient des 2e, 5e et 8e
corps et du 4e de cavalerie. De son côté, Napoléon arriva le 9 à
Eilenburg sur la Mülde; il avait avec lui la garde impériale et les 3e,
4e, 6e, 7e et 11e corps. La garde avait peu souffert, et, malgré toutes
les pertes des différents corps d'armée, il est difficile d'évaluer la
force totale à moins de 125,000 hommes. Blücher était à Düben et le
prince de Suède à Dessau. L'Empereur marcha à leur rencontre, pour les
rejeter sur la rive droite de l'Elbe; mais, contre son attente, ils se
retirèrent sur la rive gauche de la Mülde, et bientôt même derrière la
Saale, à Bernburg, Rothenburg et Halle, découvrant ainsi Berlin et toute
la Prusse. On assure que Napoléon forma alors le projet d'une
contre-marche bien hardie. Nous avons vu avec quelle opiniâtreté il
avait défendu la ligne de l'Elbe, en ayant sa droite à Dresde et sa
gauche à Magdebourg. Il se proposa alors de conserver la même ligne en
faisant volte-face, la gauche à Dresde et la droite à Magdebourg, où
l'on avait réuni d'immenses approvisionnements. Dans cette position, on
aurait occupé Berlin et dégagé nos garnisons des places de l'Oder, en se
liant avec le prince d'Eckmühl, resté à Hambourg; mais l'armée était
trop affaiblie au physique et au moral pour risquer sans témérité une
entreprise aussi hardie. L'armée alliée se serait trouvée placée entre
nous et la frontière du Rhin. Dans de pareilles circonstances,
l'interruption des communications avec la France était chose bien grave.
L'habileté de l'Empereur pouvait lui procurer quelques avantages
partiels sur des corps détachés de l'armée coalisée; mais, tôt ou tard,
il eût été écrasé par leur supériorité numérique, et les conséquences
d'une manœuvre aussi téméraire auraient peut-être été plus désastreuses
encore que ne furent celles de la bataille de Leipzick.

Quoi qu'il en soit, la défection de la Bavière rendit impossible
l'exécution de ce plan. Napoléon l'apprit, le 14, à Düben. Il n'était
pas douteux que le royaume de Wurtemberg et le grand-duché de Bade ne
suivissent cet exemple. Alors les frontières de la France se trouvaient
découvertes depuis Huningue jusqu'à Mayence, et sans doute les armées
autrichienne et bavaroise réunies allaient s'y porter pour nous couper
la retraite. Dans cette extrémité, il fallait arriver au plus vite à
Leipzick, rouvrir les communications avec la France et éviter d'être
entièrement enveloppés. Napoléon concentra son armée à Leipzick le 15.
Le même jour, les ennemis furent en présence. On rangea l'armée
française autour de la ville, et deux sanglantes batailles eurent lieu
les 16 et 18; 130,000 Français combattirent contre 250,000 ennemis.
L'habileté et la bravoure finirent par céder à la supériorité du nombre;
les Saxons désertèrent sur le champ de bataille; la retraite commença
dans la nuit du 18 au 19; toute l'armée devait défiler sur le pont de
l'Elster, et par une incroyable fatalité, un officier du génie fit
sauter ce pont avant le passage de l'arrière-garde, qui fut prise dans
Leipzick. Nous perdîmes 30,000 hommes tués ou blessés, 20,000
prisonniers et 150 pièces de canon. L'armée suivit la route de
Weissenfels, Erfurt, Gotha, Fulde, jusqu'à Hanau, où l'armée
autrichienne et bavaroise voulut lui barrer le chemin. L'armée
française, si affaiblie, si épuisée, retrouva son énergie pour combattre
d'anciens alliés devenus bien inopinément nos ennemis. On leur passa sur
le corps; ils perdirent 6,000 hommes tués ou blessés, et 4,000
prisonniers. Notre perte totale fut d'environ 5,000. Ce dernier effort
termina les opérations de la Grande Armée en Allemagne. L'Empereur passa
le Rhin à Mayence le 2 novembre, et ne songea plus qu'à défendre la
France.

Je reprends maintenant l'histoire du 1er corps, abandonné dans Dresde
avec le 14e.



CHAPITRE VI.

COMPOSITION DU 14e CORPS.--PLAN DE LA DÉFENSE DE DRESDE.--SORTIE DU 17
OCTOBRE.--OPINIONS DU CONSEIL DE DÉFENSE.--SORTIE DU 6 NOVEMBRE.


Au commencement d'octobre, le 14e corps occupait encore Liebstadt, et le
1er corps le camp de Gieshübel, la 1re division d'avant-garde à
Hellendorf, à environ 6 lieues de Dresde. Le 7 octobre, Napoléon, au
moment de son départ, ordonna de replier les deux corps d'armée sur les
positions de Pirna et de Dohna, en tenant la cavalerie et
l'arrière-garde le plus loin possible. Si ce mouvement n'eût pas été
prescrit, nous y aurions été forcés deux jours plus tard, et même il ne
fut pas possible de conserver Pirna. Le général Benningsen avait relevé
l'armée autrichienne devant Dresde; il commença ses opérations par une
reconnaissance générale qu'il voulait pousser jusque sous les murs de la
ville. Ma brigade, restée seule à Hellendorf, en partit la nuit pour se
retirer à Pirna; la cavalerie légère suivit ce mouvement dans la matinée
du 8, toujours harcelée par la cavalerie ennemie. Le 8 matin, soixante
hommes de la 23e division furent pris dans une redoute en avant de
Pirna. Les jours suivants, nous continuâmes notre retraite en tenant
toujours tête à l'avant-garde ennemie. Le 10, le comte de Lobau eut un
cheval tué sous lui, et ce fut bien sa faute; il s'était placé sur une
chaussée fort élevée près de Grünewiese; les troupes étaient en bataille
des deux côtés de la route; la chaussée servait de point de mire à
l'artillerie ennemie, et il était impossible que, dans le groupe de son
état-major, personne ne fût atteint. Le 11, nous rentrâmes dans Dresde,
ainsi que le 14e corps, qui avait suivi notre mouvement de retraite par
la droite. Le 1er corps fut placé dans le faubourg de Pirna, la 1re
division en tête au Grossgarten.

Le 14e corps, réuni ainsi au 1er pour la défense de Dresde, se composait
de 4 divisions; la 42e (Mouton-Duvernet), la 43e (Claparède), la 44e
(Berthezène) et la 45e (Razout). On a vu plus haut que la 42e avait été
souvent détachée avec nous. Mouton-Duvernet, ancien militaire, sage et
expérimenté, devint plus tard une des victimes de nos dissensions
politiques; on l'a fusillé en 1815 pour avoir pris le parti de Napoléon
pendant les Cent-jours. Claparède, brave militaire, couvert de
blessures, bon camarade et généralement aimé; il fut nommé depuis pair
de France, gouverneur du palais de Strasbourg et inspecteur général
permanent des troupes de la 1re division. Berthezène a fait partie,
depuis, de l'expédition d'Alger, en 1830. J'ai parlé de Razout dans la
campagne de Russie; il avait été bon colonel d'infanterie;
malheureusement, sa vue excessivement basse l'empêchait de rien juger
sur le terrain, et il ne pouvait que s'en rapporter à tous ceux qui
l'entouraient. On avait à l'armée impériale l'incroyable manie de ne
jamais se servir de lorgnons ni de bésicles; on ne voulait pas convenir
qu'on eût la vue basse. Je n'ai connu que le maréchal Davout qui fît
exception à cette règle. Parmi les généraux de brigade se trouvait
Letellier, l'un des jeunes généraux de l'armée, ainsi que moi. On citait
sa bravoure brillante, son caractère bizarre et susceptible, sa tenue
originale comme sa conduite. Plusieurs chagrins domestiques ont depuis
altéré son cerveau déjà trop disposé à l'exaltation, et sous la
Restauration il a fini par un suicide. Les talents militaires du
maréchal Saint-Cyr sont trop connus pour que j'aie besoin d'en faire
l'éloge. Je me permettrai seulement d'ajouter qu'il avait deux
inconvénients bien graves: le premier de ne point porter secours aux
autres généraux dans l'occasion, ainsi qu'on l'a vu à la bataille de
Kulm; le second de faire la guerre comme on joue aux échecs, en
négligeant entièrement la partie morale si importante surtout pour
commander à des Français. Pendant cette campagne, nous ne l'avons pas vu
une fois. Il ne montait pas à cheval, ne se présentait point aux
troupes, ne recevait personne. Il envoyait ses ordres, on les exécutait;
c'était tout ce qu'il lui fallait, et nous ne connaissions de lui que sa
signature. Le comte de Lobau ne lui ressemblait guère. Ce n'est pas
qu'il fût d'un caractère aimable; ses manières étaient brusques, son
écorce rude. Mais du moins on le voyait toujours à cheval à la tête des
troupes. Il était ardent, un peu irascible, d'un esprit juste, d'un
caractère ferme et droit. Deux pareils généraux n'étaient pas faits pour
s'entendre.

Les 1er et 14e corps réunis pouvaient se monter, à cette époque, à
25,000 hommes. Il y avait à Dresde 30 généraux, des administrateurs, des
employés de toute nature, des magasins de toute espèce.

On a reproché au maréchal Gouvion Saint-Cyr de n'avoir pas quitté Dresde
au moment où toutes les armées coalisées marchaient sur Leipzick. Il
aurait pu faire en effet une diversion utile en manœuvrant derrière
l'ennemi, ou bien en descendant l'Elbe dans la direction de Torgau. Pour
décider cette question, il faut d'abord voir quels ordres il avait reçus
de Napoléon. L'Empereur en quittant Dresde, le 7 octobre, avait bien
prévu le cas de l'évacuation de cette place. Voici l'ordre qu'il avait
laissé à ce sujet: «Le maréchal Saint-Cyr fera filer sur Torgau, dans la
nuit du 7 au 8 et dans la journée du 8, tous les bateaux qu'on aura
chargés de blessés. Il sera prêt dans la nuit du 8 au 9, à évacuer, s'il
y a lieu, la ville de Dresde, après avoir fait sauter les blockhaus,
brûlé tous les affûts des pièces qui servent à la défense de la place,
et avoir encloué ces pièces, brûlé tous les caissons et toutes les
voitures qui seraient restés et fait distribuer tous les effets
d'habillement à ses troupes, ne laissant ici que 5 à 6,000 malades trop
faibles pour pouvoir être transportés. Il sera nécessaire que les deux
divisions qui passeront la journée du 7 à Dresde puissent occuper en
force Meissen et Nossen. Le maréchal Saint-Cyr fera garder Sonnenstein
jusqu'au dernier moment. Il est convenable de laisser subsister le pont
de Meissen jusqu'à ce que l'arrière-garde ait passé Meissen, puisqu'à
tout événement ce pont pourra devenir utile.»

Mais le 10 octobre, à Düben, au moment où Napoléon espérait battre
isolément l'armée de Silésie et l'armée de Berlin, le major général
écrivait au maréchal Gouvion Saint-Cyr:

«L'Empereur compte qu'à tout événement vous garderez Dresde. Si
cependant, par suite des événements, vous ne pouviez pas conserver cette
place (_et l'Empereur espère que cela n'aura pas lieu_), vous pourrez
vous retirer sur Torgau par l'une ou l'autre rive. S'il y a ici une
bataille et que l'ennemi soit vaincu, les Autrichiens rentreront dans
leurs frontières, et l'Empereur se rapprochera de Torgau par la rive
droite pour se mettre en communication avec vous. Si, au contraire, il
n'y a pas de bataille, il est possible que l'Empereur manœuvre sur la
rive droite de l'Elbe, pour tomber sur la ligne d'opération de l'ennemi.
En somme, la suite des événements d'aujourd'hui et de demain peut être
incalculable. L'Empereur compte sur votre fermeté et votre prudence.»

Enfin, le 14 octobre, près de Leipzick, Napoléon lui écrivait encore que
tout allait être décidé le 15 et le 16, et qu'il pouvait calculer qu'il
serait promptement dégagé.

Ainsi l'intention de l'Empereur était bien certainement que l'on
défendît Dresde le plus possible. Il avait seulement indiqué la
direction à suivre dans le cas où l'on serait forcé de l'abandonner. Il
est vrai que le 23 octobre, après la bataille de Leipzick, l'Empereur
envoya d'Erfurt au maréchal Saint-Cyr et au maréchal Davout, à Hambourg,
des agents déguisés portant des instructions ainsi conçues:

«_Les maréchaux Saint-Cyr et Davout, les garnisons des places se feront
jour d'un côté ou de l'autre... S'ils s'entendent, s'ils sortent de
leurs murailles, ils sont sauvés; 80,000 Français passent partout..._»
Mais aucune de ces lettres ne parvint. Le devoir du maréchal Saint-Cyr
était donc de rester dans Dresde et de le défendre. Cependant il ne
pouvait pas être question de se renfermer dans la place. L'enceinte de
Dresde n'est pas susceptible de défense; c'est un pentagone sans
ouvrages extérieurs et qui, à cette époque, était en mauvais état. Sur
la rive droite de l'Elbe, un simple ouvrage de campagne entourait le
faubourg de Neustadt; d'ailleurs, pour défendre le corps de place il eût
fallu détruire les faubourgs, et Napoléon n'avait pu se résoudre à
traiter si cruellement la capitale d'un roi allié, du seul qui lui fût
resté fidèle. Si Dresde eût été dans les conditions d'une place de
guerre ordinaire, l'Empereur se fût contenté d'y laisser une garnison,
comme à Torgau et à Wittemberg.

Le second système, le seul praticable, était de défendre le camp
retranché en avant de Dresde. Il se composait d'un ensemble de redoutes
sur les deux rives de l'Elbe, construites avec art et qui venaient
d'être complètement réparées. Nos 25,000 hommes n'étaient pas trop pour
remplir une semblable tâche. Le 1er corps fut placé sur la rive gauche
de l'Elbe, la gauche appuyant au fleuve et la droite à la route de
Dippodiswalde. Les divisions du 14e corps défendaient le reste de
l'enceinte, et le faubourg de Neustadt sur la rive droite. Les divisions
du 1er corps occupaient à tour de rôle le Grossgarten. C'est un parc en
forme de carré long, situé en avant de la porte de Pirna, que l'on avait
mis en état de défense et qui se liait avec le système des redoutes.
Nous faisions également le service de ces redoutes, et le reste des
divisions était logé dans le faubourg de Pirna.

Le général Benningsen avait laissé devant Dresde le général Tolstoy avec
2,000 hommes de ses moins bonnes troupes; lui-même avait continué sa
marche sur Leipzick. Au bout de quelques jours, le maréchal Saint-Cyr
trouva le moment favorable pour tenter une sortie; nos ennemis étaient
peu nombreux et obligés de former un long cercle autour de la place. Le
manque de vivres allait commencer à se faire sentir, et cette sortie
avait pour but de nous en procurer. D'ailleurs, l'ennemi construisait
des redoutes devant Racknitz, et il était important de les détruire. La
sortie fut annoncée trois jours d'avance; on reconnaissait dans les
dispositions l'ensemble et la précision qui distinguaient les ordres du
maréchal Gouvion Saint-Cyr. J'en attendais le résultat avec une
impatience qui n'était pas exempte d'inquiétude. Il ne s'agissait pas
seulement d'éloigner l'ennemi et de nous procurer des vivres; nous
avions à rétablir l'honneur de nos armes, à prendre notre revanche, à
nous relever à nos propres yeux. Je réunis les officiers supérieurs de
ma brigade, qui seuls étaient dans le secret. Je leur parlai de
l'importance de profiter d'une occasion, peut-être la dernière, de
terminer la campagne avec gloire: tous me promirent de joindre leurs
efforts aux miens, et ils ont tenu parole.

Le 17 à midi précis la division Razout marcha sur Plaüen, la division
Claparède sur Racknitz, les divisions Cassagne et Dumonceau (1re et 2e)
sur Zchernitz. L'attaque fut vive et couronnée de succès. Les
tirailleurs ennemis voulurent défendre Zchernitz; on incendia le village
pour les en chasser. Les Russes ne purent résister à la vigueur et à
l'ensemble de nos trois attaques. Ils furent renversés et se replièrent
sur Dohna en nous abandonnant 1,200 prisonniers, 10 canons, des caissons
et un équipage de ponts. M. Locqueneux, chef de bataillon au 17e qui
commandait les tirailleurs de la division, les enleva admirablement et
leur communiqua sa brillante valeur. Il contribua beaucoup au succès de
cette journée. Les officiers du 17e le secondèrent; deux furent blessés,
plusieurs méritèrent l'honneur d'être proposés pour la croix de la
Légion. J'eus besoin de mon autorité pour empêcher le colonel Susbielle
de se mêler aux tirailleurs, comme un caporal de voltigeurs, au lieu de
rester à son régiment.

Le général Tolstoy se retira dans la direction de Gieshübel. La 2e
division, qui faisait notre avant-garde, occupa Dohna, la 1re Sporwitz
et Lochwitz, la division Duvernet à notre droite. Quatre jours passés
dans cette position furent utilement employés. On réunit les bestiaux,
les farines, les fourrages que le pays put procurer, dans un rayon de
quatre lieues en tous sens, depuis l'Elbe jusqu'à Weisseritz; on
détruisit les ouvrages de l'ennemi; on prit enfin tous les moyens
possibles pour prolonger la défense de la place qui nous était confiée.

Bientôt le général Chasteler, resté à Tœplitz pour couvrir la Bohême,
vint au secours du général Tolstoy; tous deux reprirent l'offensive. Le
22, le général Dumonceau fut attaqué à Dohna et se retira sur Lochwitz;
les deux divisions prirent position sur les hauteurs situées derrière ce
village. Le 24, nous continuâmes notre retraite jusqu'à Racknitz,
Zchernitz et Strehlen. Le 26, nous rentrâmes dans les faubourgs de
Dresde, en laissant en avant quelques bataillons que l'ennemi fit
replier le 28. La sortie du 7 octobre avait complétement réussi: c'était
un fourrage général auquel l'ennemi n'avait pu s'opposer. Nous nous
bornâmes alors à l'occupation des faubourgs et des redoutes qui en
couvraient les approches.

Nous menions à Dresde une vie fort triste. La situation d'une ville
assiégée, la misère générale qui en est la suite, ne sont pas favorables
aux grandes réunions et aux plaisirs. Cependant on aurait pu entretenir
des relations avec quelques personnes de la ville, et la moindre
distraction nous eût été d'un grand secours. Je ne voulus m'en permettre
aucune. La garde des faubourgs et des redoutes qui leur servaient
d'avant-postes nous était confiée. Une attaque de vive force était peu
vraisemblable; cependant nous ne devions rien négliger. Je n'ai déjà eu
que trop l'occasion de montrer combien nos troupes avaient besoin de
surveillance. Il est permis à la guerre d'être vaincu; il n'est jamais
permis d'être surpris. Je mettais beaucoup de prix pour ma part à
terminer avec honneur la tâche qui nous avait été imposée et dont le
triste dénoûment ne pouvait pas se faire longtemps attendre.

Une grande question s'agitait en ce moment au conseil de défense,
composé des généraux de division et de l'intendant général réunis chez
le maréchal Saint-Cyr. Le résultat de la bataille de Leipzick était
connu; la Grande Armée se retirait au delà du Rhin, et nous étions
abandonnés. Le général autrichien Klenau venait d'arriver devant Dresde,
pour prendre le commandement des troupes qui formaient le blocus. Il
annonçait hautement l'intention de ne point nous attaquer. Il savait que
les vivres allaient manquer, et il calculait d'avance le jour où nous
serions forcés de nous rendre; mais, avant d'en venir là, n'avions-nous
rien à tenter? Les instructions de l'Empereur prescrivaient de garder
Dresde le plus longtemps possible et d'attendre que l'on vînt nous
dégager. Aujourd'hui, la Grande Armée avait quitté l'Allemagne, et nous
n'attendions plus de secours. Le seul moyen de conserver à la France la
garnison de Dresde était de sortir et de tâcher de gagner Torgau par une
des rives de l'Elbe. On se rappelle que l'Empereur avait indiqué ce
mouvement dans le cas où nous serions forcés d'abandonner la ville.
Prolonger la défense était impossible; il fallait choisir entre la
sortie ou la capitulation. Les opinions furent partagées. Le comte de
Lobau et le général Cassagne insistèrent beaucoup pour que l'on tentât
une sortie. Ils avaient l'espoir de réussir. L'armée assiégeante était
fort disséminée, car elle avait un grand cercle à former autour de la
place. Nous comptions près de 25,000 hommes et beaucoup d'artillerie. En
se portant en masse sur la route de Torgau, on pouvait se flatter de
percer la ligne ennemie et d'arriver à Torgau, dont nous n'étions qu'à
18 lieues. D'ailleurs, ce parti était plus honorable, plus digne de
l'armée française; et telle eût été sans doute mon opinion personnelle,
si mon grade m'eût permis d'être appelé au conseil.

Le maréchal Gouvion Saint-Cyr pensa tout autrement. Il ne voyait aucun
espoir de réussir. Sans doute l'armée ennemie était disséminée autour de
Dresde, mais le général Klenau savait très-bien que nous ne pourrions
tenter une sortie qu'en descendant l'Elbe, et c'est précisément de ce
côté qu'il avait réuni ses principales forces. Il s'en fallait bien que
les deux corps réunis présentassent 25,000 combattants.
L'affaiblissement de nos soldats, leur découragement, dont nous nous
plaignions depuis si longtemps, ne permettaient pas de risquer une
tentative aussi hardie. D'ailleurs, ainsi que je l'ai dit, la guerre,
aux yeux du maréchal Saint-Cyr, n'était qu'un jeu d'échecs; la partie
avait été perdue à Leipzick, et il ne comprenait pas l'avantage de
compromettre inutilement des soldats, de nombreux cadres d'officiers et
30 généraux, dont les services pouvaient un jour être encore si utiles.
La discussion fut vive et plus d'une fois renouvelée, surtout entre le
maréchal et le comte de Lobau. Les conseils de la prudence s'accordent
peu avec ceux de la valeur téméraire; les uns sont accusés de déraison,
les autres de faiblesse, et, quand il s'agit d'honneur militaire, la
susceptibilité est permise. Cependant le temps s'avançait. Nous étions
aux premiers jours de novembre et nous allions manquer entièrement de
vivres. Il fallait prendre un parti. Le maréchal Saint-Cyr s'arrêta à un
singulier terme moyen entre les deux opinions qui avaient partagé le
conseil; ce fut de faire sortir les trois divisions du 1er corps, ainsi
que les divisions Razout et Duvernet, commandées par le comte de Lobau,
pendant que lui-même resterait à Dresde avec les divisions Berthezène et
Claparède. Ce n'était point ainsi que nous l'entendions. Nous désirions
sortir tous ensemble; nous demandions au maréchal de se mettre à notre
tête, de partager notre bonne ou mauvaise fortune. Quelques jours
auparavant il nous trouvait trop faibles pour percer la ligne ennemie.
Prétendait-il que l'on réussirait mieux aujourd'hui avec deux divisions
de moins? Je sais bien quelle était la pensée du maréchal Saint-Cyr: _Le
comte de Lobau_, aurait-il dit, _a fortement exprimé le désir de sortir
de Dresde, je n'ai point voulu m'y opposer; je lui ai donné toutes les
troupes dont j'ai pu disposer; mais comme ce n'est point mon avis, je
suis resté dans la place, et me trouvant réduit à deux divisions, j'ai
bien été forcé de capituler._ Ainsi nous nous serions sacrifiés pour
expliquer et justifier une capitulation que nous n'approuvions pas. Cela
n'était ni juste ni raisonnable. Sortir tous ensemble ou capituler tous
ensemble, il n'y avait pas d'autre parti à prendre. Aussi nous
entreprenions cette expédition fort à contre-cœur, mais il n'en fallait
pas moins obéir.

Le 6 novembre avant le jour, les cinq divisions sortirent du faubourg de
Neustadt par le route de Grossenhayn; la 1re division marchait en tête,
le général Cassagne conduisant la 1re brigade et moi la seconde.
L'avant-garde ennemie opposa de la résistance, et nos soldats montraient
quelque hésitation. Nous les enlevâmes au pas de charge, au milieu d'une
grêle de balles. L'ennemi fut renversé; une vive fusillade s'établit
dans le bois que traverse la route. Nous arrivâmes au pied du
Drachemberg, en avant du village de Boxdorf, et nous trouvâmes la
division du prince Wied-Rünkel tout entière occupant cette hauteur.

Le comte de Lobau fit reconnaître la position; elle ne pouvait être
enlevée qu'avec une perte énorme. Ainsi, même en admettant le succès,
nous aurions été trop affaiblis pour nous flatter de gagner Torgau. Le
comte de Lobau voulut bien consulter les officiers généraux, et, d'après
notre avis unanime, il se décida à attendre la nuit pour rentrer dans
Dresde.

Nous perdîmes en tout près de 1,000 hommes tués ou blessés; le 36e, deux
officiers tués et un blessé. Ce fut là notre dernier effort, l'hommage
suprême rendu à l'honneur de nos armes. Nous manquions entièrement de
vivres; prolonger plus longtemps la résistance eût été sacrifier des
hommes inutilement, et exposer une ville alliée à la disette et aux
dangers d'une attaque de vive force. Nous n'avions de ressource que dans
la capitulation, et la nécessité en faisait un devoir.



CHAPITRE VII

CAPITULATION DE DRESDE.--DÉPART DE LA GARNISON POUR LA FRANCE.--LES
SOUVERAINS ALLIÉS REFUSENT DE RATIFIER LA CAPITULATION ET DÉCLARENT LA
GARNISON PRISONNIÈRE DE GUERRE.--DÉPART DES OFFICIERS POUR LA
HONGRIE.--SÉJOUR À PRESBOURG.--CONQUÊTE DE LA
FRANCE.--RESTAURATION.--TRAITÉ DE PAIX.--RETOUR À PARIS.


Notre dernière tentative de sortie avait eu lieu le 6 novembre, et dès
le lendemain les négociations pour la capitulation commencèrent. J'ai
appris plus tard que le maréchal Saint-Cyr avait eu l'idée de m'en
charger. Le comte de Lobau lui représenta que c'était une triste
commission à donner au plus jeune des généraux de la garnison, et j'en
fus heureusement dispensé. Rien au monde ne m'eût été plus pénible que
d'avoir à traiter d'une capitulation. Elle fut bientôt conclue; on était
de part et d'autre pressé d'en finir. Trente-trois généraux, dont
plusieurs blessés et malades, et 33,000 hommes figurent dans la
capitulation de Dresde. Parmi les premiers, se trouvent, avec le
maréchal Gouvion Saint-Cyr et le comte de Lobau, les généraux Borelli et
Revest, chefs d'état-major, Mathieu Dumas, intendant général, Durosnel,
aide de camp de l'Empereur. Dans ma brigade, le 17e ne comptait que 43
officiers et 527 hommes; le 36e, 16 officiers et 200 hommes. Cette
brigade se composait de 6 bataillons au commencement de la campagne, et
au bout de 3 mois, il ne restait que 120 hommes par bataillon. En
calculant ainsi pour les autres brigades des 1re, 2e et 23e divisions
qui composaient le 1er corps d'armée, on ne trouve pas plus de 3,500
hommes présents. La 14e avait été moins maltraitée. Je n'ai pas les
états de situation, mais c'est beaucoup de porter à 300 hommes par
bataillon le nombre d'hommes présents à cette époque dans les 53
bataillons qui composaient primitivement ce corps d'armée. Il n'y avait
donc pas alors au 14e corps 12,000 hommes d'infanterie présents, ce qui
fait moins de 15,000 pour les deux corps d'armée. Assurément les 2
brigades de cavalerie légère ne s'élevaient pas à 1,000 hommes. Et, en
ajoutant également 1,000 hommes présents pour l'artillerie et le génie,
on n'arriverait pas à 17,000 hommes. Il y a loin de ce chiffre à celui
de 33,000. On peut donc porter à plus de 16,000 le nombre d'hommes
isolés des différents corps, ainsi que des malades et blessés.

On convint que la garnison mettrait bas les armes et rentrerait en
France en passant par la Suisse, sous la promesse de ne pas servir avant
d'être échangée. Les officiers conservaient leurs armes, leurs chevaux
et leurs propriétés particulières. Le départ devait avoir lieu en 6
colonnes; chaque colonne ayant avec elle 50 hommes armés et une pièce de
canon. Les colonels cachèrent les aigles dans les fourgons; les
Autrichiens les demandèrent; on répondit que la garnison se composait de
bataillons détachés de divers régiments et que les aigles n'y étaient
pas. Je n'ai jamais approuvé ces escamotages. C'est fort bien de
défendre sur le champ de bataille le drapeau de son régiment, mais il
n'y a aucun déshonneur à le rendre par capitulation, et cela vaut mieux
que de le sauver à l'aide d'un subterfuge.

La capitulation fut signée le 11, et la première colonne, composée des
1re et 2e divisions, commandées par le général Dumonceau, se mit en
marche le 12. Quelle triste journée! Pour la première fois nous mettions
bas les armes. J'avais vu capituler Ulm en 1805, Magdebourg en 1806,
Vienne en 1809; j'avais vu les garnisons ennemies défiler devant nous et
déposer les armes. Qui m'aurait dit que nous serions un jour réduits au
même sort, et que ma carrière d'activité, commencée par la capitulation
d'Ulm, finirait par celle de Dresde? Au moins le temps était sombre, le
soleil n'éclaira pas cette journée, et la tristesse du ciel semblait
s'unir à la nôtre. Les généraux s'étaient donné le mot pour rester
enveloppés dans leurs manteaux sans marques distinctives de leurs
grades. Un général autrichien vint à notre rencontre avec quelques
troupes: Je dois dire que nous fûmes comblés d'égards et qu'on ne
négligea rien pour adoucir l'amertume de notre situation. Le général en
chef ne parut point. Un général de brigade fut chargé de recevoir les
armes et de surveiller le départ. Il n'y eut aucune pompe, point de
tambours, point de musique, point de défilé. Les bataillons, formés en
avant des redoutes sur la route de Freyberg, marchaient en colonne sans
rendre d'honneurs, formaient les armes en faisceaux à un endroit
convenu, et continuaient leur marche. Les voitures, les fourgons, les
chevaux que l'on déclarait appartenir à un général ou à un colonel,
passaient sans aucune difficulté. Plusieurs s'approprièrent par ce moyen
des chevaux et des voitures d'artillerie.

La marche se fit avec ordre, escortée par quelques détachements
d'infanterie autrichienne. Les 50 hommes armés que nous conservions dans
chaque colonne servaient à la garde des généraux et fournissaient
également un poste à la pièce de canon qui nous était accordée comme
honneur. Le soir je visitais les logements et je ne négligeais rien de
ce qui pouvait contribuer au bien-être de nos pauvres soldats désarmés.

Nous arrivâmes à Altenbourg le 17 novembre, après 6 jours de marche. La
dernière colonne avait quitté Dresde le matin. Ce même jour, le général
russe qui commandait Altenbourg parut fort surpris de notre arrivée,
dont il n'avait, disait-il, reçu aucun avis. Il suspendit la marche des
colonnes, en attendant des ordres. Bientôt une nouvelle étrange circula;
personne ne voulait y croire. Le prince de Schwartzenberg refusait de
ratifier la capitulation et nous déclarait prisonniers de guerre. Le
maréchal Saint-Cyr invoqua la foi des traités, la parole jurée,
l'honneur militaire qui devait la garantir. On répondit que le général
Klenau avait outre-passé ses pouvoirs, qu'il en serait puni, mais que
les souverains alliés ne pouvaient pas être liés par l'engagement
indiscret pris par un de leurs généraux. Au surplus, ajoutait
Schwartzenberg, _comme le maréchal Gouvion Saint-Cyr a agi de bonne foi,
on lui offre de rentrer dans Dresde, on lui rendra ses armes, ses moyens
de défense, et le siége commencera_. Le maréchal répondit que cette
proposition était dérisoire. Pouvait-on sérieusement nous offrir de
rentrer dans une place que l'ennemi occupait depuis plusieurs jours,
dont il connaissait le fort et le faible, dont il avait sans doute
commencé à détruire les ouvrages? Nous manquions de vivres 15 jours
auparavant; en aurions-nous eu davantage alors? Nos soldats étaient
affaiblis, découragés. Étaient-ce la capitulation, le désarmement, la
certitude d'être bientôt prisonniers à discrétion, qui leur rendraient
beaucoup d'énergie? Notre rentrée dans Dresde n'était avantageuse qu'aux
alliés. Ils se seraient fait honneur d'avoir respecté la parole du
général Klenau; il valait mieux leur laisser l'odieux de la violer.

Pendant cette négociation nous restâmes en cantonnement dans les
environs d'Altenbourg et de Géra. Le 1er décembre on reçut l'avis
officiel que, sur le refus du maréchal Saint-Cyr de rentrer dans Dresde,
nous allions être conduits en Hongrie comme prisonniers de guerre.

Nous fûmes justement indignés d'un pareil manque de foi. Rien ne devrait
être aussi sacré qu'une capitulation militaire. On ne consent à rendre
une place qu'avec des conditions qui paraissent acceptables; autrement
la défense continuerait. Comment donc qualifier la conduite de l'ennemi
qui entre en possession d'une place à certaines conditions, et qui
ensuite refuse d'exécuter ces mêmes conditions, sans lesquelles la place
ne lui aurait pas été rendue? Cependant il y avait pour nous un grand
motif de consolation. Les militaires n'aiment point à capituler; ils
craignent toujours le reproche de n'avoir pas tiré tout le parti
possible de leur situation, de n'avoir pas défendu assez longtemps la
place qui leur était confiée, ou d'avoir traité à des conditions plus
désavantageuses que celles qu'ils auraient pu obtenir. L'Empereur était
sévère à cet égard; mais la violation de la capitulation prouvait assez
qu'elle nous était favorable. L'injustice de l'ennemi justifiait la
garnison de Dresde, et personne ne nous a blâmés d'avoir traité à des
conditions que l'ennemi refusait d'accomplir. Au commencement de 1814,
M. de Fontanes, dans un discours à l'Empereur, à l'occasion des
négociations qui avaient lieu pour la paix, se plaignait de la mauvaise
foi des alliés, qui prolongeaient les conférences pour gagner du temps.
_S'ils étaient sincères_, disait-il, _s'ils voulaient sérieusement la
paix, auraient-ils violé la capitulation de Dresde et fermé l'oreille
aux nobles plaintes du guerrier qui commandait la garnison?_

L'ordre du prince Schwartzenberg était d'envoyer les soldats en Bohême
et les officiers en Hongrie. Cette séparation me fut très-sensible. J'ai
dit qu'il ne restait que 700 hommes de ma brigade; mais c'étaient les
compagnons de nos dangers et de nos fatigues; tous m'avaient suivi sur
le champ de bataille, plusieurs avaient été blessés. Dans les guerres
désastreuses, les plus courageux résistent toujours le plus longtemps.
L'énergie morale donne ou du moins remplace la force physique; et si à
la fin d'une campagne un régiment se trouve réduit à 100 hommes, soyez
sûr que ces 100 hommes sont de bons soldats. Leur départ m'affligea
d'autant plus que je ne devais plus les revoir. Les soldats étaient usés
malgré leur jeunesse, ou peut-être à cause de leur jeunesse. La rigueur
de la saison, la fatigue des marches, la mauvaise nourriture, le manque
de soins, en firent périr un grand nombre, et des 33,000 hommes qui
figurent dans la capitulation de Dresde, bien peu rentrèrent en France à
la paix.

Trois semaines s'étaient ainsi écoulées, et le 3 décembre, les officiers
partirent en une seule colonne pour Presbourg. Je crois que le maréchal
Saint-Cyr resta à Tœplitz. Le comte de Lobau et tous les généraux
marchèrent avec les officiers du 1er corps. Le mois de décembre fut
consacré à ce triste voyage. Nous arrivâmes à Presbourg le 6 janvier. Ce
voyage n'eut rien de remarquable. On avait eu grand soin de nous faire
éviter les grandes villes telles que Prague et Brün en Moravie. La
guerre avait épargné les pays que nous parcourions, et nous fûmes assez
bien accueillis. Malgré la rancune que nous gardions à la mémoire du
général Moreau, je ne pus revoir à Laun sans quelque émotion la maison
où il fut transporté, le lit où il rendit le dernier soupir. Je logeai
dans une autre ville de Bohême chez la veuve du marquis de Favras, l'une
des premières victimes de la Révolution. Sa fille avait épousé un homme
de qualité du pays et fort riche. Toutes deux ne rêvaient déjà que
Restauration. Elles donnèrent cependant à dîner à quelques officiers
généraux présents, auxquels elles voulaient bien pardonner leur uniforme
depuis qu'ils étaient vaincus.

Pendant cette marche, le comte de Lobau, qui ne nous quittait pas,
observait attentivement la tenue des officiers et surtout des chefs de
corps. Plusieurs ne s'occupaient que d'eux-mêmes, et mettaient à profit
l'argent provenant de la vente des chevaux et des voitures qu'ils
avaient pu se procurer à la sortie de Dresde. Ils voyageaient en voiture
et faisaient bonne chère; d'autres partageaient avec les officiers de
leur corps le peu dont ils pouvaient disposer.

On remarquait particulièrement le colonel Lafond, du 51e (division
Teste), qui fit toute la route à pied, à la tête des officiers de son
régiment. Le comte de Lobau notait tout cela pour en rendre compte à
l'Empereur, qui, sans doute, en aurait tiré parti dans des moments plus
heureux. Ce n'est point du temps perdu que celui qu'on passe avec des
prisonniers de guerre. Les hommes qui ne sont plus retenus par leurs
devoirs militaires se livrent davantage à leurs bons ou mauvais
penchants. La distance entre les grades se rapproche; les qualités, les
défauts se montrent plus à découvert; il y a des traits de courage, de
faiblesse, de désintéressement, d'égoïsme; c'est une épreuve pour les
autres et c'en est une pour soi-même. J'ai eu le malheur de faire deux
fois partie d'une colonne de prisonniers de guerre, dans des âges
divers, avec des grades bien différents, et en 1807 comme en 1813, j'ai
fait de bien curieuses et quelquefois de bien tristes observations.

On assigna autour de Presbourg des cantonnements aux officiers du 1er
corps. Le comte de Lobau et le général Cassagne allèrent à Œdembourg;
plusieurs obtinrent la permission de rester à Presbourg, entre autres
les généraux O'Méara, Chartran et moi. Mon premier soin fut de faire mon
établissement dans ce lieu d'exil, car l'exil pouvait être long. J'avais
pour officier d'ordonnance depuis quelque temps M. Petit, adjudant-major
au 7e léger; je ne voulus abandonner ni lui ni même le soldat qui lui
servait de domestique. J'avais toujours mon aide de camp Chabrand, un
cuisinier et un valet de chambre. Cela faisait six personnes à nourrir;
c'est beaucoup pour un prisonnier de guerre. Heureusement que tout était
bon marché en Hongrie. Je trouvai un logement fort convenable pour nous
tous dans une maison occupée par la haute bourgeoisie. Quant à la
dépense, elle fut réglée avec la plus stricte économie, et j'espérais
que mes ressources me permettraient de continuer ce genre de vie aussi
longtemps que durerait notre captivité.

Mes compagnons m'offrant peu de ressource, je fis connaissance avec
quelques personnes de la ville qui me plurent beaucoup, entre autres
avec le baron de Braunecker, directeur de la poste, que je voyais
presque tous les jours. Cette relation m'était d'autant plus précieuse
que je savais exactement par lui des nouvelles de l'armée, qui chaque
jour devenaient plus intéressantes et plus affligeantes. C'était un fort
bon homme, aimable, obligeant. J'eus occasion de voir aussi un homme de
la conduite la plus légère que j'aie jamais connu. Il avait à cette
époque près de soixante ans. Séparé de sa femme depuis longtemps, il
s'était fait un autre ménage à son choix, et il avait plusieurs enfants
de la personne qui était établie chez lui comme femme légitime. Il avait
eu de plus toutes les intrigues du monde avec beaucoup de femmes de
Presbourg et des environs, et il en contait des détails incroyables. Il
donna un jour une grande soirée dont sa maîtresse faisait les honneurs.
Je ne fus pas peu surpris d'y voir le vicaire apostolique, la première
autorité religieuse de la ville, ainsi que des personnes d'un rang
élevé, des femmes d'une conduite respectable.

Le général autrichien Haddick, commandant à Presbourg, avait épousé une
femme fort bien élevée. Je les voyais quelquefois; mais les autorités de
la ville étaient si mal disposées pour nous qu'ils n'osaient me faire
aucune politesse; on se serait compromis en donnant à dîner à un
Français. Tous les huit jours, la municipalité de la ville, qu'on
appelle le comitat, venait demander au général pourquoi je n'étais pas
au village de Somerein, qui m'avait été assigné pour cantonnement. Il
demandait si l'on avait à se plaindre de moi; on répondait que non, et
il les renvoyait en leur disant: «qu'il n'y avait donc pas
d'inconvénient à ce que je restasse à Presbourg.» Le général lui-même, à
la paix, m'a raconté ces détails.

Il ne faut pas demander à Presbourg la tenue, la distinction, la
conversation des salons de Paris; cependant on y trouve une société
douce et agréable, des mœurs faciles, des hommes sans prétention, des
femmes légères. On est reçu partout à toute heure sans toilette et sans
cérémonie. La conversation m'amusait assez par le mélange du latin, du
français, de l'allemand et quelquefois du hongrois, qui se croisaient et
se répliquaient l'un à l'autre, selon que chacun de ces idiomes
répondait mieux à la pensée de l'interlocuteur. J'aurais pu mieux passer
mon temps. Nous étions à 12 lieues de Vienne; il y avait dans cette
ville des anciens amis de ma famille, qui m'auraient obtenu facilement
la permission d'y venir. Je ne m'adressai à aucun d'eux, trouvant plus
convenable à ma dignité de prisonnier de guerre de rester avec mes
camarades, et surtout de ne solliciter en rien nos vainqueurs, ni les
émigrés, que nous appelions encore nos ennemis.

Le moment approchait où ces tristes qualifications allaient disparaître,
et où tous les Français se trouveraient réunis sous la même bannière;
mais auparavant il fallut passer par bien des angoisses. Nous apprenions
successivement le passage du Rhin, l'invasion de la France, les progrès
toujours croissants des armées alliées. Il faut être militaire pour
comprendre notre irritation et notre douleur. Il y avait peu de mois que
nous étions encore les maîtres de l'Europe, et déjà notre patrie était
envahie. Elle allait être entièrement conquise; l'Empereur perdait sa
couronne, la France son indépendance, et nous ne pouvions plus défendre
des intérêts aussi chers. Désarmés, retenus loin de la France, nous
étions réduits à lire ces tristes récits dans des journaux allemands,
dont les mensonges et la jactance augmentaient encore notre affliction.
Les inquiétudes particulières se joignaient aux calamités publiques.
Nous n'avions pas de nouvelles de nos familles, et dans de pareilles
circonstances, tous les malheurs étaient à craindre. Les négociations de
Châtillon ne nous donnaient qu'un faible espoir. Pour traiter avec
Napoléon, les alliés voulaient détruire sa puissance, et nous savions
qu'il n'y consentirait pas. Cependant son génie pouvait encore surmonter
tant d'obstacles. Malgré tous les déguisements des journaux étrangers,
nous admirions l'énergie de sa défense. Les jeunes officiers surtout,
dans l'enthousiasme des victoires de Brienne et de Champeaubert,
voyaient l'Empereur chasser les alliés de l'autre côté du Rhin.
L'expérience de mes trente ans ne me permettait déjà plus de partager
cette illusion. Les alliés voulaient en finir; les souverains avaient
abandonné leurs capitales et le soin de leurs États pour marcher contre
l'ennemi commun. La France, usée et affaiblie par ses victoires mêmes,
ne pouvait résister longtemps à l'Europe entière; mais qu'arriverait-il
quand l'Empereur aurait succombé? On parlait de la Régence, d'un autre
général français, d'un prince étranger. Les deux derniers partis
n'étaient pas possibles. Quel autre général aurait osé se mettre à la
place de Napoléon et détrôner le fils de son souverain? Et comment un
prince étranger aurait-il été assez téméraire pour braver l'irritation
que son gouvernement eût causée à la France entière? On désirait donc et
l'on espérait encore dans les chances les plus favorables
l'établissement de la Régence. Au milieu de ces perplexités, un autre
parti témoignait ouvertement ses espérances. Des princes, proscrits
depuis vingt-cinq ans, reparaissaient sur le sol de la France. M. le
comte d'Artois à Langres, M. le duc d'Angoulême à Bordeaux, ne venaient
point, comme Henri IV, reconquérir leur royaume; ils n'étaient point
rappelés par le vœu du pays; ils marchaient derrière les baïonnettes
étrangères. Ils n'avaient d'espoir que dans la conquête de la France;
ils triomphaient de nos revers, ils s'affligeaient de nos succès[67]. Et
c'étaient des princes français, des princes dont les ancêtres avaient si
glorieusement régné sur les nôtres, des princes que nous étions habitués
à respecter, et qui alors, par la fatalité de leur situation, ne nous
inspiraient plus que de l'éloignement, de la tristesse et de l'amertume.
Une petite coterie d'émigrés, à Presbourg, accueillait au contraire avec
des transports de joie cette espérance encore éloignée et qui, pour eux,
était déjà une certitude. À leurs yeux, le rétablissement du roi
ramènerait le rétablissement de l'ancien régime; car l'ignorance et la
folle confiance ont toujours caractérisé les émigrés. Un ancien
président du parlement disait: «Le roi va revenir, j'aurai ma
présidence.» On pense bien que nous ne recherchions pas une société
pareille; aussi je n'en parle que par ouï-dire.

Enfin arriva la nouvelle de la prise de Paris; ce fut pour nous une
horrible journée. Le baron de Braunecker me donna au moins des détails
rassurants. Je me renfermai ensuite dans ma chambre, pour ne pas être
témoin de l'odieux triomphe des habitants de la ville. Les nouvelles se
succédaient avec rapidité; nous apprîmes successivement l'abdication de
l'Empereur, l'exclusion de la Régence et le rétablissement des Bourbons.
L'irritation des officiers fut portée au comble; ils ne connaissaient
point les princes, dont ils n'avaient jamais entendu parler; ils
n'avaient aucune idée de l'ancien régime, et leur ignorance était telle,
qu'un jeune officier à qui l'on dit que le roi allait revenir, répondit
avec surprise: «Cela est singulier, je croyais que le roi avait péri
dans la Révolution.»

Pour moi, qui prévoyais depuis longtemps ce résultat, j'étais fort
disposé à m'y soumettre. Je cherchais à oublier les fatals auspices sous
lesquels nos princes revenaient parmi nous, leur funeste entourage, le
lien qui les attachait à nos ennemis. Je m'efforçais de ne voir en eux
que les descendants de nos anciens rois, que les représentants de cette
race auguste qui a fait pendant tant de siècles la gloire et le bonheur
de la France; je songeais à leurs bonnes intentions, à leurs vertus, à
leurs malheurs; en un mot, je tâchais d'oublier le présent pour ne
songer qu'au passé et à l'avenir. Mais je demandais qu'ils se
conformassent franchement et complétement aux idées de notre siècle.
Point de cocarde blanche, point de réminiscence de l'ancien régime.
Enfin que le nouveau règne date de 1814, non 1795. Ce fut mon premier
mot, ma première pensée; je sentais que le mal était là, et, sans m'en
rendre compte, je devinais la crise des Cent-jours.

Les officiers, qui ne connaissaient que le temps présent, allaient plus
loin encore, et les concessions que je demandais ne les auraient
nullement satisfaits. Ils ne voulaient que la Régence et qualifiaient
d'usurpation le gouvernement qui se mettrait à la place du fils de leur
Empereur.

Je causai beaucoup avec eux; je cherchai à leur inspirer des sentiments
plus raisonnables et plus patriotiques. Sans doute l'héritier de
l'Empereur était son fils, mais les alliés déclaraient qu'ils ne
traiteraient ni avec Napoléon, ni avec aucun membre de sa famille. Le
roi de Rome partait avec sa mère; la France reconnaissait le nouveau
gouvernement. Fallait-il donc sacrifier à une fidélité chimérique nos
devoirs envers le pays? La révolution qui venait de s'accomplir avait eu
lieu malgré nous; nous avions mille fois exposé notre vie pour éloigner
de la patrie les armées étrangères, pour sauver la couronne de
l'Empereur. La destinée ne l'avait pas voulu; aujourd'hui nous devions
nous rappeler seulement que nous étions citoyens de la France. Les
Bourbons ne méritaient pas tous les reproches de leurs ennemis. Pendant
leur long exil, ils étaient restés Français au fond du cœur; ils
gémissaient les premiers de ne pouvoir rentrer et remonter sur le trône
qu'à la suite des armées étrangères. Leur premier devoir comme leur
premier intérêt allait être sans doute de chercher à effacer cette tache
originelle en se montrant jaloux de l'honneur du pays, en gouvernant
selon ses intérêts. Il fallait avant tout obtenir une paix avantageuse;
il fallait être délivré de la présence des armées étrangères. Le nouveau
gouvernement n'aurait que trop d'embarras, et, pour les vaincre, il
avait besoin de l'union de tous les Français.

Telles étaient mes raisons; elles frappèrent les officiers et j'en
ramenai quelques-uns, mais l'impression fut de peu de durée. Les
premiers actes du nouveau gouvernement n'ont pas été de nature à gagner
l'affection de l'armée, et l'on sait que l'année suivante, à la première
apparition de l'Empereur, elle passa à lui tout entière.

L'ordre pour la rentrée des troupes arriva. Je pris congé, non sans
regret, de quelques amis dont les soins avaient un peu consolé notre
tristesse.

Je passai deux jours à Vienne pour acheter une voiture et faire mes
préparatifs de voyage; mon aide de camp et mes deux domestiques
m'accompagnaient. Le comte de Palfy, que j'avais connu à Paris, me donna
l'hospitalité. Au moment de mon départ, il me remit pour la route les
trois derniers mois du _Journal des Débats_, et jamais je ne fis de
lecture aussi attachante. Je ne connaissais plus les journaux français;
j'ignorais le détail de tout ce qui s'était passé en France. Je trouvai
dans ce recueil le récit des derniers efforts de l'Empereur, l'entrée
des alliés à Paris, les actes du gouvernement provisoire, l'arrivée de
Monsieur, les commencements de la Monarchie, tant et de si graves
événements, tant de circonstances particulières qui intéressaient mes
compagnons d'armes, mes amis, ma famille elle-même. À peine pouvais-je
suffire à tant d'émotions, aux regrets du passé, aux inquiétudes mêlées
de quelques espérances qu'offrait l'avenir. Je traversai sans presque
m'arrêter Munich, Ulm, Strasbourg, la France aujourd'hui conquise et
asservie. Soldat de l'Empire jusqu'au dernier jour, je ne voulus rendre
visite à aucune des nouvelles autorités royales. Mes yeux se
détournaient quand ils rencontraient un uniforme étranger. Je conservais
ma cocarde tricolore, symbole des sentiments que je renfermais dans mon
cœur. J'arrivai ainsi à Paris au mois de mai; je retrouvai ma famille.
Alors, et seulement alors, je pris sérieusement mon parti. Sans avoir
contribué à la Restauration, sans l'avoir même désirée tant qu'a duré
l'Empire, j'étais maintenant décidé à la servir aussi sincèrement, aussi
loyalement que j'avais servi l'Empire lui-même. On m'avait réservé le
commandement d'une brigade de la garnison de Paris, et j'ôtai de mon
chapeau cette cocarde qui déjà n'était plus la mienne, mais que j'ai
toujours conservée depuis comme un précieux souvenir.



NOTES DU LIVRE III.



NOTE A.



PREMIER CORPS D'ARMÉE.



LE COMTE VANDAMME, PUIS LE COMTE DE LOBAU.


CHEF D'ÉTAT-MAJOR.--LE GÉNÉRAL DE BRIGADE REVEST.
ARTILLERIE.--LE GÉNÉRAL DE  BRIGADE  BALTUS.
GÉNIE.--MORAS, CHEF DE BATAILLON.

+------------+------------+------------+------------+-----+-----+
|DIVISIONS   |BRIGADES    |RÉGIMENTS   |COLONELS    |BAT. |ESC. |
+------------+------------+------------+------------+-----+-----+
|1re         |            |7e léger    |            | 4   |     |
|Philippon   |POUCHELON   |            |            |     |     |
|puis        |            |12e de ligne|Baudinot    | 4   |     |
|Cassagne    |------------+------------+------------|-----+-----|
|            |            |17e de ligne|Susbielle   | 4   |     |
|            |Fezensac    |            |            |     |     |
|            |            |36e de ligne|Sicart, maj.| 2   |     |
+------------+------------+------------+------------+-----+-----+
|2e Dumonceau|Dunesme     |13e léger   |            | 4   |     |
|            |puis        |            |Chartran    |     |     |
|            |Chartran    |25e de ligne|puis Fantin |     |     |
|            |            |            |des Odoarts | 4   |     |
|            |------------+------------+------------|-----+-----|
|            |            |51e de ligne|            | 4   |     |
|            |Doucet      |            |            |     |     |
|            |            |57e de ligne|            | 2   |     |
+------------+------------+------------+------------+-----+-----+
|23e Teste   |            |24e de ligne|            | 4   |     |
|            |O'Méara     |            |            |     |     |
|            |            |33e de ligne|            | 4   |     |
|            |------------+------------+------------|-----+-----|
|            |            |55e de ligne|            | 4   |     |
|            |Quiot       |            |            |     |     |
|            |            |85e de ligne|            | 2   |     |
+------------+------------+------------+------------+-----+-----+
|Brigade de  |            |9e chev.    |            |     | 2   |
|cavalerie   |Gobrecht    |légers      |            |     |     |
|légère      |            |Chass.      |            |     | 2   |
|            |            |d'Anhalt    |            |     |     |
+------------+------------+------------+------------+-----+-----+
|Réserve     |2 compagnies d'artillerie à pied      |Choisi,    |
|et          |2 compagnies d'artillerie à cheval    |chef de    |
|parc        |3 détachements de bat. du train       |bataillon  |
|d'artillerie|2 compagnies de sapeurs               |           |
|            |2 compagnies d'équipages milit.       |           |
+------------+------------+------------+------------+-----+-----+
  Infanterie 17,000 hommes.     |    Cavalerie 1,000 hommes.



NOTE B.

ARMÉE FRANÇAISE.

+-----------------+-----------------------+-----------+----------+
|DIVISIONS.       |NOMS DES GÉNÉRAUX.     |INFANTERIE.|CAVALERIE.|
+-----------------+-----------------------+-----------+----------+
|                            1er CORPS                           |
|                       GÉNÉRAL VANDAMME                         |
|                 |                       |           |          |
|   1re.          |  PHILIPPON            |           |          |
|   2e.           |  DUMONCEAU            |           |          |
|   3e.           |  TESTE                |   17,000  |  1,000   |
|Brigade de       |  GOBRECHT             |           |          |
|cavalerie légère.|                       |           |          |
|                 |                       |           |          |
|                           2e CORPS                             |
|                     MARÉCHAL DE BELLUNE                        |
|                 |                       |           |          |
|   4e.           |  DUBRETON             |           |          |
|   5e.           |  DUFOUR               |           |          |
|   6e.           |  VIAL                 |   22,400  |          |
|Brigade de       |  BRUNO                |           |          |
|cavalerie légère.|                       |           |          |
|                 |                       |           |          |
|                           3e CORPS                             |
|                     MARÉCHAL DE LA MOSKOVA                     |
|                 |                       |           |          |
|   8e.           |  SOUHAM               |           |          |
|   9e.           |  DELMAS               |           |          |
|  11e.           |  RICARD               |   37,800  |  1,000   |
|Brigade de       |  BEURMANN             |           |          |
|cavalerie légère.|                       |           |          |
|                 |                       |           |          |
|                           4e CORPS.                            |
|                      GÉNÉRAL BERTRAND.                         |
|                 |                       |           |          |
|  12e.           |  MORAND               |           |          |
|  15e.           |  FONTANELLI           |           |          |
|  38e.           |  FRANQUEMAN           |   20,000  |          |
|Division de      |  BEAUMON              |           |          |
|cavalerie légère.|                       |           |          |
|                 |                       |           |          |
|                           5e CORPS.                            |
|                      GÉNÉRAL LAURISTON.                        |
|                 |                       |           |          |
|  10e.           |  ALBERT               |           |          |
|  16e.           |  MAISON               |           |          |
|  17e.           |  PUTHOD               |   23,800  |          |
|  19e.           |  ROCHAMBEAU           |           |          |
|Brigade de       |  DERMONCOURT          |           |          |
|cavalerie légère.|                       |           |          |
|                 |                       |           |          |
|                          6e CORPS.                             |
|                     MARÉCHAL DE RAGUSE.                        |
|                 |                       |           |          |
|  20e.           |  COMPANS              |           |          |
|  21e.           |  LAGRANGE             |           |          |
|  22e.           |  FRIEDERICHS          |   18,200  |          |
|Brigade de       |  NORMANN              |           |          |
|cavalerie légère.|                       |           |          |
|                 |                       |           |          |
|                          7e CORPS.                             |
|                       GÉNÉRAL REYNIER.                         |
|                 |                       |           |          |
|  37e.           |  GUILLEMINOT          |           |          |
|  32e.           |  DURUTTE              |           |          |
|  24e (saxonne). |  DE SAHR              |   24,000  |          |
|Brigade de       |  DE GAEBLENS          |           |          |
|cavalerie légère.|                       |           |          |
|                 |                       |           |          |
|                      8e CORPS (POLONAIS)                       |
|                     MARÉCHAL PONIATOWSKI                       |
|                 |                       |           |          |
|   26e.          |  KAMINIECKI           |           |          |
| 27e (détachée). |  DABROWSKI            |   12,000  |    800   |
|Brigade de       |                       |           |          |
|cavalerie légère.|  UMINSKI              |           |          |
|                 |                       |           |          |
|                        11e CORPS                               |
|                     MARÉCHAL DE TARENTE                        |
|                 |                       |           |          |
|   31e.          |  LEDRU                |           |          |
|   35e.          |  GERARD               |           |          |
|   36e.          |  CHARPENTIER          |   18,200  |  1,000   |
|   39e.          |  MARCHAND             |           |          |
| Brigade de      |                       |           |          |
|cavalerie légère.|  MONTBRUN             |           |          |
|                 |                       |           |          |
|                        12e CORPS                               |
|                     MARÉCHAL DE REGGIO                         |
|                 |                       |           |          |
|   13e.          |  PACTHOD              |           |          |
|   14e.          |  GUILLEMINOT          |   21,000  |    800   |
| 29e (bavarois). |  RAGLOWICK            |           |          |
|                 |                       |           |          |
|                        13e CORPS                               |
|                MARÉCHAL GOUVION SAINT-CYR                      |
|                 |                       |           |          |
|   42e.          |  MOUTON-DUVERNET      |           |          |
|   43e.          |  CLAPARÈDE            |           |          |
|   44e.          |  BERTHEZÈNE           |   17,500  |  1,000   |
|   46e.          |  RAZOUT               |           |          |
| Brigade de      |                       |           |          |
|cavalerie légère.|  JACQUET              |           |          |
+-----------------+-----------------------+-----------+----------+

+-----------------+----------------------------+----------------+
|DIVISIONS        |NOMS DES GÉNÉRAUX           |CAVALERIE       |
+-----------------+----------------------------+----------------+
|                                                               |
|                    2° CORPS DE CAVALERIE.                     |
|                      GÉNÉRAL SÉBASTIANI.                      |
|                                                               |
|Cavalerie légère.|Roussel-Durbal              |                |
|_Idem_.          |Excelmans                   |   8,300        |
|Cuirassiers.     |Saint-Germain               |                |
|                                                               |
|                       3° CORPS.                               |
|                    GÉNÉRAL DUC DE PADOUE.                     |
|                                                               |
|Cavalerie légère.|Lorge                       |                |
|_Idem_.          |Fournier                    |   7,000        |
|Dragons.         |De France                   |                |
|                                                               |
|                       4° CORPS (POLONAIS).                    |
|                    GÉNÉRAL VALMY.                             |
|                                                               |
|Cavalerie légère.|Sokolnitzki                 |                |
|_Idem_.          |Sultouski                   |   6,000        |
|                                                               |
|                       GARDE IMPÉRIALE.                        |
|                       (VIEILLE GARDE).                        |
|                                                               |
|                 |Friant                      |                |
|                 |Curial                      |   6,000        |
|                                                               |
|                     JEUNE GARDE (1er CORPS).                  |
|                       MARÉCHAL DE REGGIO                      |
|                APRÈS LA DISSOLUTION DU 42e CORPS.             |
|                                                               |
|                 |Pactrod                     |                |
|                 |Decoux                      |  11,400        |
|                                                               |
|                     JEUNE GARDE (2e CORPS).                   |
|                       MARÉCHAL DE TRÉVISE.                    |
|                                                               |
|                 |Barrois                     |                |
|                 |Roguet                      |  11,000        |
|                                                               |
|                          CAVALERIE.                           |
|                       GÉNÉRAL NANSOUTY.                       |
|                                                               |
|                 |Ornano                      |                |
|                 |Lefebvre-Desnouettes        |   5,000        |
|                 |Walter                      |                |
+-----------------+----------------------------+----------------+

+-----------------+----------------------------+------+---------+
|DIVISIONS        |NOMS DES GÉNÉRAUX           |CORPS |CAVALERIE|
+-----------------+----------------------------+------+---------+
|                       RÉSERVE DE CAVALERIE.                   |
|                LE ROI DE NAPLES, COMMANDANT EN CHEF.          |
|                    GÉNÉRAL LATOUR-MAUBOURG.                   |
+-----------------+----------------------------+------+---------+
|Division de      |Corbineau                   |      |         |
|cavalerie légère.|                            |      |         |
|   _Idem_.       |Chastel                     | 1er  | 12,000  |
|Division de      |Bordesoulle                 |      |         |
|cuirassiers.     |                            |      |         |
|   _Idem_.       |Doumergue                   |      |         |
+-----------------+----------------------------+------+---------+

Nota. Chaque corps d'armée avait une réserve et un parc, indépendamment
de deux compagnies d'artillerie et du train attachées à chaque division.
Les corps de cavalerie n'avaient que de l'artillerie à cheval, sans
équipages ni sapeurs. Au 1er octobre, le total des bouches à feu
s'élevait à 864, et avait été plus considérable au commencement de la
campagne.

Le total, pour l'infanterie, est de      260,300 hommes.
Et pour la cavalerie                      43,200
                                         -------
Total général                            303,500

Non compris le 13° corps, que le maréchal prince d'Eckmühl commandait à
Hambourg, et le corps d'observation de Bavière, que le maréchal duc de
Castiglione organisait, et qui n'entra en ligne qu'à Leipzick, ainsi que
le 5° corps de cavalerie.



NOTE C.

ARMÉE COALISÉE.

LE PRINCE DE SCHWARTZENBERG, GÉNÉRALISSIME.

+----------------------------------------+-----------+----------+
|                                        |INFANTERIE.|CAVALERIE.|
+----------------------------------------+-----------+----------+
|                       GRANDE ARMÉE DE BOHÈME.                 |
+----------------------------------------+-----------+----------+
|4 corps autrichiens.--Avant-garde et    | 110,000   | 21,800   |
|réserve                                 |           |          |
+----------------------------------------+-----------+----------+
|                      GÉNÉRAL BARKLAY DE TOLLY.                |
+----------------------------------------+-----------+----------+
|2 corps russes                          |           |          |
|                                        |  52,600   | 11,550   |
|1 ----  prussien                        |           |          |
+----------------------------------------+-----------+----------+
|                              RÉSERVES.                        |
|                                                               |
|                          LE GRAND-DUC CONSTANTIN.             |
+----------------------------------------+-----------+----------+
|Gardes russe et prussienne              |  26,400   | 10,800   |
+----------------------------------------+-----------+----------+
|Total de la grande armée                | 189,000   | 44,150   |
+----------------------------------------+-----------+----------+
|                          ARMÉE DE SILÉSIE.                    |
|                                                               |
|                          GÉNÉRAL BLUCHER.                     |
+----------------------------------------+-----------+----------+
|6 corps russes                          |  72,000   | 14,700   |
|1 ----  prussien                        |  36,000   |  6,600   |
+----------------------------------------+-----------+----------+
|Total                                   | 108,000   | 21,300   |
+----------------------------------------+-----------+----------+
|                         ARMÉE DU NORD.                        |
|                                                               |
|                        LE PRINCE DE SUÈDE.                    |
+----------------------------------------+-----------+----------+
|2 corps prussiens                       | 78,000    | 14,700   |
|Corps suédois                           | 19,800    |  4,800   |
|----  russe                             | 11,400    | 15,300   |
+----------------------------------------+-----------+----------+
|Total                                   | 109,200   | 34,800   |
+----------------------------------------+-----------+----------+

RÉCAPITULATION DE LA FORCE DES 4 ARMÉES ENTRE LES PUISSANCES COALISÉES.

+------------------------------------------+----------+---------+
|                                          |INFANTERIE|CAVALERIE|
+------------------------------------------+----------+---------+
|Autrichiens                               | 110,000  | 21,800  |
+------------------------------------------+----------+---------+
|Russes                                    | 123,600  | 44,450  |
+------------------------------------------+----------+---------+
|Prussiens                                 | 152,800  | 29,100  |
+------------------------------------------+----------+---------+
|Suédois                                   | 19,800   | 4,800   |
+------------------------------------------+----------+---------+
|Total                                     | 406,200  | 100,250 |
+------------------------------------------+----------+---------+
|                                          |       506,450      |
+------------------------------------------+----------+---------+


Non compris le corps de l'Elbe inférieur et l'armée de Pologne,
commandée par le général Benningsen, qui s'élevait à plus de 50,000
hommes.



NOTE D.

Itinéraire du 1er corps de la Grande Armée.


17  août.    Réunion du corps d'armée à Dresde.

18.  --      Marche en Silésie.--Stolpen.

19.  --      1re division à Neustadt.--Quartier général à
Lobendau.

20 et jours  1re division à Georgenthal.--2e division à
suiv.        Zittau.--Quartier général à Rumburg.

24.  --      Marche en Bohême.--La 1re division le soir à Hainsbac,
             marche la nuit.--2e division marche sur Kœnigstein.

25   --      La 1re division arrive le matin à Neustadt et y reste.

26   --      La 1re division part le soir, marche la nuit.--La 2e
             division passe l'Elbe à Kœnigstein et bivouaque en avant.

             La 1re division passe l'Elbe à Kœnigstein, reste à
             Langenhennersdorf.

27   --      La 2e division à Kohlberg, en arrière de Pirna.--La 42e
             division à Pirna.--La brigade de cavalerie Gobrecht en
             avant.

28   --      La 1re et la 2e division à Gieshübel, l'avant-garde à
             Hellendorf.

29   --      Au bivouac en avant de Kulm.

30   --      Bataille de Kulm.--Bivouac à Liebenau.

31   --      Bivouac à Liebenau.

1er sept,
et suiv.     Dresde.

7    --      Revue de l'Empereur à Dresde.

8    --      Marche sur la Bohême.--Menscha, près Dohna.

9    --      Bernersdorf.

10   --      Furstenwald.

11   --      Séjour pour la 1re division.--La 2e division à Peterswald.

12   --      La 2e division à Nollendorf.--La 1re à Peterswald.--La 23e
             à Hellendorf.

14   --      Retraite.--Gieshübel.

15   --      Offensive.--Hellendorf.

16   --      Nollendorf.

17   --      Tellnitz.

19 et suiv.  Gieshübel.

30 et suiv.  1e division et cavalerie légère à Hellendorf.--23e
             division à Gieshübel.

7  octobre.  Retraite.--Pirna.--La 2e brigade de la 1re division part le
             soir de Hellendorf pour Pirna.

8    --      Cavalerie légère à Pirna.

9    --      Échelonné de Pirna à Dresde.--1e division, Sportwitz.

10   --      Seidnitz et Grünewiese.

11 et jours
suiv.        Faubourg de Dresde.--1re division, Grossgarten.

14 et suiv.  1re division, faubourg de Dresde.--2e division,
             Grossgarten.

17   --      Sortie de Dresde.--1re division à Goslitz.--Les autres aux
             environs.

19 et jours  1re division, Lockwitz.--2e division, Dohna.
suiv.

22   --      Retraite derrière Lockwitz.--Quartier général, Sobrigen.

24   --      1re division, Zschecnitz.--2e division, Strehlen.

26 et jours
suiv.        Faubourg de Dresde.--2e division, Grossgarten.

30 et jours
suiv.        23e division, Grossgarten.

6 novembre.  Sortie de Dresde jusqu'auprès de Boxtorf.--On rentre le
             soir.

11   --      Capitulation de Dresde.

12   --      1re colonne à Wilsdruf.

13   --      1re colonne à Nossen.

14   --      1re colonne à Etzdorf.

15   --      1re colonne à Woltheim.

16   --      1re colonne à Geringswald.

17   --      1re colonne à Gettayn.

18   --      1re colonne à Altenbourg.

19 et
jours suiv.  Séjour.

29 et suiv.  Changement de cantonnements.--Géra.

La capitulation n'étant point exécutée, la garnison de Dresde est
conduite en Hongrie comme prisonnière de guerre, et les officiers
séparés des soldats.



NOTES


[1: NOTA. On peut consulter l'atlas de l'_Histoire du Consulat et de
l'Empire_.]

[2: On avait commencé la réforme de la coiffure par une division de
grenadiers réunie à Arras; ils portaient des shakos et des cheveux
courts.]

[3: L'exercice est féminin dans le langage du soldat.]

[4: Il faut revoir la composition du camp de Montreuil (Journal de cette
époque, Chapitre Premier du Livre Premier).

Les troupes qui y sont désignées formaient alors le 6e corps, commandé
par le maréchal Ney.

On ne doit pas oublier que le 59e régiment, dont j'ai donné l'histoire,
faisait partie de la 3e division, commandée par le général Malher.]

[5: Il y a quatre ponts aux environs de Guntzbourg le pont de Leipheim,
celui de Guntzbourg même, un pont au-dessous de Guntzbourg, et enfin le
pont de Reinsbourg (_Histoire du Consulat et de l'Empire_, t. VI, p.
92). Ce n'est pas ce dernier pont que le 59e fut chargé d'enlever, mais
le pont intermédiaire entre Guntzbourg et Reinsbourg.]

[6: Les bataillons se composaient alors d'une compagnie de grenadiers et
de huit de fusiliers.]

[7: Je ne veux pas dire du mal de Lefèvre, excellent homme et bon
militaire. Je saisis plutôt l'occasion de raconter à son sujet un
événement peut-être sans exemple. En 1813, étant lieutenant, il quitta
le régiment pour passer avec avancement dans un autre corps. Arrivé à
Paris, il apprit qu'il était nommé chef de bataillon et non capitaine,
sans doute par une erreur de travail de bureau. On refusa d'entendre ses
explications; il rejoignit son nouveau régiment avec un grade si
singulièrement acquis, et il fut tué à la première affaire à la tête de
son bataillon.]

[8: Ce sergent, devenu un excellent officier, a été tué étant
capitaine.]

[9: Je raconterai plus tard la mort du capitaine Mazure, mort glorieuse,
et dont pourtant son imprudence fut cause.]

[10: Voir Chapitre Premier du Livre Premier, _Camp de Montreuil_.]

[11: Colonel de gendarmerie à Paris sous la Restauration, ministère
Decaze.]

[12: Général de brigade, mort de maladie en Espagne pendant la campagne
de 1823.]

[13: Le 2e corps, commandé par le maréchal Marmont, était en Dalmatie.]

[14: 9 octobre.]

[15: 10 octobre.]

[16: Aide de camp titulaire du maréchal, souvent détaché auprès de
l'Empereur.]

[17: 25 octobre.]

[18: Jomini, Génevois au service de France, avait été premier aide de
camp du maréchal Ney; il se trouvait en ce moment au quartier impérial.]

[19: Ce n'est point le général de division Gardanne qui commanda une
division du corps d'armée; celui-ci était général de brigade et attaché
au quartier impérial. Il a été gouverneur des pages et ambassadeur en
Perse.]

[20: T. VII, p. 372.]

[21: Le 7e corps, à moitié détruit, avait été dissout, et ce qu'il en
restait, réparti entre les autres.]

[22: Indépendamment de l'atlas de l'_Histoire du Consulat et de
l'Empire_, on peut, pour cette campagne et pour celle de 1813, consulter
l'atlas du général Guillaume de Vaudoncourt.]

[23: La note A en donne le détail. Le total de l'armée, au moment du
passage du Niémen, était de 414,000 hommes; mais en ajoutant le 9e corps
et la division Loison, qui n'entrèrent en ligne que plus tard, les
nombreux détachements qui vinrent successivement rejoindre les
différents corps, les administrateurs, les employés, les
non-combattants, on arrive facilement au chiffre de 500,000 hommes qui
ont fait tout ou partie de cette campagne.]

[24: Ces trois derniers corps, placés sous le commandement du prince
Jérôme, roi de Westphalie, formaient ainsi l'extrême droite de l'armée.]

[25: Je ne parle point des régiments, mais des traînards marchant
isolément, et dont le nombre était déjà grand à cette époque.]

[26: Le désordre était porté si loin que le sous-préfet de Newtroki
(près de Wilna), se rendant à son poste, fut pillé par nos soldats et
arriva presque nu dans la ville qu'il venait administrer.]

[27: Par Lavarischki, Mikailtchi, Cheki et Daniélowitsi.]

[28: Les combats d'Ostrowno et de Witepsk furent livrés aux Russes par
la cavalerie du roi de Naples et par le 4e corps. Dans l'un de ces
combats, deux compagnies de voltigeurs du 9e régiment (4e corps),
s'étant engagées fort avant dans la plaine, furent chargées par toute la
cavalerie russe. Ces deux compagnies, serrées en masse, repoussèrent
cette attaque, et vinrent rejoindre l'armée française qui, réunie sur
les hauteurs environnantes, comme sur sa amphithéâtre, contemplait cette
belle action et encourageait les soldats par ses applaudissements.]

[29: Voici le détail exact des pertes de l'armée française: 10 généraux
tués, 39 blessés, total, 49; 10 colonels tués, 27 blessés, total 37;
6,547 officiers et soldats tués, et 21,453 blessés, total, 28,090.
Pendant la journée, l'armée française a tiré 60,000 coups de canon et
brûlé 1,400,000 cartouches.]

[30: On se souviendra toujours du singulier coup d'œil qu'offrait le
camp de Pétrofski. On y voyait les différents états-majors qui
composaient le quartier général campés dans des jardins anglais, les
généraux logés dans des fabriques, les chevaux bivouaqués dans les
allées. À chaque instant des soldats revenaient du pillage de Moscou,
dont ils vendaient les dépouilles; et, pour comble de bizarrerie, ils
étaient revêtus de tous les costumes tartares ou chinois qu'ils avaient
trouvés.]

[31: M. d'Arcine, adjudant-major, fut nommé chef de bataillon. Il a
depuis fait partie de l'expédition d'Alger, en 1830, comme maréchal de
camp.]

[32: C'est-à-dire dans le faubourg de Viasma situé sur la route de
Moscou. J'indique une fois pour toutes cette manière de m'exprimer;
ainsi, à Smolensk, les faubourgs de Moscou, de Pétersbourg, de Wilna,
désigneront les routes sur lesquelles les trois faubourgs de Smolensk
sont placés, et ainsi des autres villes.]

[33: C'était le 7 novembre. Le général Berthezène se trompe en disant
dans ses Mémoires que le froid a commencé le 4.]

[34: Déjà l'armée avait fait des pertes énormes en arrivant à Smolensk,
et cette partie seule de la campagne passerait dans tout autre temps
pour une retraite bien pénible.

Le 4e corps fut un des plus maltraités; les gardes d'honneur, composées
de jeunes gens des meilleures familles du royaume d'Italie, furent
réduits de 350 à 5. Au reste, le général Kutusow assure, dans un de ses
rapports, que beaucoup d'officiers de la garde royale italienne
prisonniers ont demandé à servir, disant qu'ils ne connaissaient rien de
plus honorable que de porter l'uniforme russe. Il est permis de douter
de l'exactitude de ce fait.]

[35: Le capitaine de ce militaire, en me priant de lui rendre son grade,
m'avait dit _qu'il désirerait bien mourir sergent_. Je ne m'attendais
pas à voir ce souhait si promptement exaucé. Aussi, au moment où il fut
frappé, le capitaine, à qui je demandai son nom, se contenta de me
répondre: _Il est mort sergent_.]

[36: Dans ce moment critique, je marchais à pied, tenant mon cheval par
la bride pour éviter de servir de point de mire; je le lâchai plus tard,
craignant qu'il ne m'embarrassât. Quand nous fûmes remis en ordre, ce
cheval me fut rendu par le capitaine Tierce, qui voulut s'en charger
pour me le conserver. Comme je le remerciais de ce soin, en me
félicitant qu'il se fût trouvé là par hasard, il me répondit: _Ce n'est
jamais par hasard que je suis auprès de vous_.

Rien n'était plus vrai, car le capitaine Tierce, un des officiers les
plus distingués du régiment, était aussi celui qui m'a toujours témoigné
le plus d'attachement. Il me reprochait même quelquefois de trop
m'exposer, oubliant qu'en cela je ne faisais que suivre son exemple.

Cet officier est mort d'une manière bien digne de lui. Capitaine de
grenadiers à la bataille de Leipzig, il fut blessé au bras droit et
refusa de s'en aller, disant qu'il tenait aussi bien son sabre de la
main gauche; bientôt après, une nouvelle balle le tua. Un adjudant du
régiment ramassa ce sabre et m'en a fait présent.]

[37: Danikowa.]

[38: Aide de camp du duc de Plaisance.]

[39: Gusinoé.]

[40: Ainsi nommé dans le rapport de Platow. Ce doit être Teolino.]

[41: Le colonel Pelleport, du 18e, et moi.]

[42: Vers le soir on aperçut des rayons de miel attachés à un arbre et
fort élevés. Il était difficile et dangereux d'y atteindre. Cependant
quelques soldats pensant qu'il valait autant mourir d'une chute que de
mourir de faim, vinrent à bout, à l'aide d'une perche, de grimper
jusque-là. Ils jetèrent par morceaux ce miel sur lequel leurs camarades
se précipitaient comme des chiens affamés.]

[43: Le 2 décembre.]

[44: M. Delachau, capitaine au 4e régiment, depuis colonel du 29e.]

[45: On a peine à comprendre l'illusion de l'Empereur. Les 3 et 4
décembre, il indiquait dans ses ordres l'intention de faire reposer
l'armée à Molodetschno ou à Smorghoni. Il parlait de distributions de
vivres. Le 5, au moment de son départ, il ordonnait encore au roi de
Naples de garder Wilna, ou du moins Kowno, comme tête de pont.]

[46: On ne finirait pas, si l'on voulait raconter toutes les anecdotes
horribles, touchantes, et souvent incroyables, qui signalèrent cette
funeste époque.

Un général, épuisé de fatigue, était tombé sur la route. Un soldat, en
passant, commença à lui ôter ses bottes; celui-ci, se soulevant avec
peine, le pria d'attendre au moins qu'il fût mort pour le dépouiller:
_Mon général, répondit le soldat, je ne demanderais pas mieux; mais un
autre va les prendre; il vaut autant que ce soit moi_; et il continua.

Un soldat était dépouillé par un autre; il lui demanda de le laisser
mourir en paix. _Excusez, camarade, répondit l'autre, j'ai cru que vous
étiez mort_; et il passa son chemin.

Quelquefois même une affreuse ironie se joignait à l'égoïsme ou à la
cruauté. Deux soldais entendirent un officier, malade et étendu par
terre, qui les appelait à son secours, et qui se disait officier du
génie. _Comment! c'est un officier du génie?_ dirent-ils en s'arrêtant.
_Oui, mes amis_, dit l'officier. _Eh bien! tire ton_ plan, reprit l'un
des soldats; et ils le laissèrent.

Cependant, pour la consolation de l'humanité, quelques traits sublimes
de dévouement venaient contraster avec tant d'égoïsme et
d'insensibilité. On a cité surtout celui d'un tambour du 7e régiment
d'infanterie légère; sa femme, cantinière au régiment, tomba malade au
commencement de la retraite; le tambour la conduisit tant qu'ils eurent
une charrette et un cheval. À Smolensk, le cheval mourut: alors il
s'attela lui-même à la charrette, et traîna sa femme jusqu'à Wilna. En
arrivant dans cette ville, elle était trop malade pour aller plus loin,
et son mari resta prisonnier avec elle.

Une cantinière du 33e régiment était accouchée en Prusse, avant le
commencement de la campagne; elle suivit jusqu'à Moscou son régiment,
avec sa petite fille, qui avait six mois au moment du départ de Moscou.
Cette enfant vécut pendant la retraite d'une manière miraculeuse; sa
mère ne la nourrissait qu'avec du boudin de sang de cheval; elle était
enveloppée d'une fourrure prise à Moscou, et souvent nu-tête. Deux fois
elle fut perdue; et on la retrouva, d'abord dans un champ, puis dans un
village brûlé, couchée sur des matelas. Sa mère passa la Bérézina à
cheval, ayant de l'eau jusqu'au cou, tenant d'une main la bride, et de
l'autre son enfant sur sa tête. Ainsi, par une suite de prodiges, cette
petite fille acheva la retraite sans accident, et ne fut pas même
enrhumée.]

[48: Par Biénitza et Smorghoni.]

[49: En passant par Neustadt, Pillkahlen et Saliau.]

[50: Par Heiligenbeil et Elbing.]

[51: Par Stargard, Driessen et Landsberg.]

[52: M. Goudonville.]

[53: M. Boni.]

[54: J'ai dit que 300,000 hommes ont fait la campagne en tout ou en
partie. En déduisant 80,000 hommes pour les trois corps qui formaient
les deux ailes (7e et Autrichiens à l'aile droite; 10e à l'aile gauche),
il reste 420,000 pour la Grande Armée. De ces 420,000 hommes, il y en
eut tout au plus 10,000, presque tous malades ou écloppés, qui
repassèrent la Vistule. On en perdit donc 410,000. Quant aux trois corps
détachés, qui eurent moins à souffrir, leurs pertes ne peuvent pas
s'élever à moins de 20,000 hommes, ce qui fait une perte totale de
430,000 hommes. (Voir le détail des pertes du 4e régiment, note B.)]

[55: NOTA. On peut, comme pour la campagne de 1812, consulter l'atlas de
M. Thiers ou celui du général G. de Vaudoncourt.]

[56: Il est devenu général de division, aide de camp du roi
Louis-Philippe.]

[57: M. de Breteuil, depuis pair de France.]

[58: Je donne par appendice (note n° A) la composition du 1er corps. On
voit qu'il se composait de trois divisions d'infanterie: 1er, Philippon,
2e Dumonceau, 3e Teste; en tout 17,000 hommes et 1,000 chevaux.]

[59: Le plus ancien lieutenant général de l'armée; il l'était de 1799 et
vivait encore en 1848.]

[60: Voir le détail, Appendice (note B).]

[61: _Idem_, _idem_, (note C).]

[62: Napoléon avait mandé près de lui le maréchal Ney, qui avait laissé
en Silésie le 3e corps qu'il commandait.]

[63: Je ne pense pas qu'il ait été blessé.]

[64: Le maréchal Saint-Cyr reproche à Napoléon de n'avoir pas tenté le
passage de Geyersberg. Il observe que les Autrichiens ayant passé sur la
rive droite de l'Elbe après la bataille de Dresde, nous n'avions à
combattre que l'armée russe et prussienne; qu'il fallait se hâter de
battre les ennemis avant la réunion de toutes leurs forces, qu'allait
encore augmenter la prochaine arrivée de l'armée russe de Pologne. Il
ajoute que l'occasion de livrer bataille était favorable, puisque
l'ennemi se trouvait échelonné sur la grande route de Tœplitz par Pirna
et Peterswalde, tandis que nous occupions l'autre route par Dohna,
Fürstenwald et la montagne du Geyersberg; que cette route, plus courte
que l'autre, nous permettait d'arriver en Bohême avant l'ennemi et de
l'attaquer à revers.

Quant à la difficulté de franchir le Geyersberg, le maréchal Saint-Cyr
croit qu'on l'exagérait; les sapeurs, en quelques heures, auraient rendu
la route praticable.

C'est le 10 septembre que Napoléon arrêta le mouvement qu'il avait
ordonné et prit le parti de la retraite. Le maréchal Saint-Cyr s'étonne
de le voir reculer devant un obstacle qui lui paraissait peu sérieux, et
perdre ainsi une occasion qu'il ne devait plus retrouver.]

[65: Voir la note 66.]

[66: Le maréchal Ney dit dans son rapport que la ligne de bataille
pouvait être formée à Jüterbogt _avant dix heures du matin_; et le
maréchal Oudinot assure qu'il a reçu de lui l'ordre de partir à dix
heures de Seyda pour Jüterbogt, qui en est à plus de quatre lieues.
Voici l'explication de cette contradiction; elle m'a été donnée par un
homme bien à portée de la connaître.

Le 5 septembre, le maréchal Oudinot avait reçu l'ordre à Seyda d'en
partir le matin aven le 12e corps, pour se diriger sur Œhna, mais
seulement après que le 7e corps (Reynier) aurait passé devant le 12e.
Reynier ayant pris un autre chemin, Oudinot, qui attendait ce passage,
ne partit de Seyda qu'entre 9 et 10 heures du matin, et, arrivé à
environ une lieue du champ de bataille, vers Œhna, il fit une halte
d'une grande heure avant d'avoir reçu du maréchal Ney une direction
finale vers ce champ de bataille.]

[67: Ce n'est pas assurément que les alliés combattissent pour le
rétablissement de la maison de Bourbon. Ils ne voulaient que la chute de
Napoléon, en laissant la France libre de se choisir un gouvernement.
Mais ils permettaient à nos anciens princes de s'établir en France dans
les provinces occupées par eux, de chercher à leurs risques et périls à
s'y faire des partisans. Ainsi les Bourbons ne pouvaient attendre leur
retour que de la chute de Napoléon; l'armée française, en combattant les
alliés, combattait donc indirectement contre eux.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Souvenirs militaires de 1804 à 1814" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home