Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours. Tome III
Author: Garneau, F.-X. (François-Xavier), 1809-1866
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours. Tome III" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



images provided by Bibliothèque et Archives nationales du
Québec.)



                               HISTOIRE
                                  DU
                                CANADA
                 DEPUIS SA DÉCOUVERTE JUSQU'A NOS JOURS.

                                 PAR

                            F. X. GARNEAU.


                           TOME TROISIÈME.


                               QUÉBEC
                  IMPRIMERIE DE FRÉCHETTE ET FRÈRE,
                       RUE LA MONTAGNE, Nº 13.

                                1848.



                              HISTOIRE
                                 DU
                               CANADA.


                              LIVRE IX.



                             CHAPITRE I.

                        GUERRE DE SEPT ANS.

                             1755-1756.


Situation des esprits en France et en Angleterre à l'époque de la guerre
de Sept ans.--La France change sa politique extérieure en s'alliant à
l'Autriche qui flatte madame de Pompadour, maîtresse de Louis
XV.--Popularité de la guerre dans la Grande-Bretagne et dans ses
colonies; ses immenses armemens.--Extrême faiblesse numérique des forces
du Canada.--Plan d'attaque et de défense de ce pays: zèle des
habitans.--Premières opérations de la campagne.--Un corps de troupes,
parti de Boston, s'empare de Beauséjour et de toute la péninsule
acadienne; exil et dispersion des Acadiens.--Le général Braddock marche
sur le fort Duquesne du côté du lac Erié; M. de Beaujeu va au-devant de
lui; bataille de la Monongahéla; défaite complète des Anglais et mort de
leur général.--L'épouvante se répand dans leurs colonies que les bandes
canadiennes et sauvages attaquent sur divers points en commettant de
grands ravages et faisant beaucoup de prisonniers,--Armées anglaises
destinées à attaquer Niagara au pied du lac Erié et St. Frédéric sur le
lac Champlain.--Le colonel Johnson se retranche à la tête du lac St.
Sacrement (George).--Le général Dieskau attaque les retranchemens du
colonel Johnson; il est repoussé et lui-même tombe blessé entre les
mains de l'ennemi.--Le peuple des colonies anglaises murmure contre
l'inactivité de Johnson après cette bataille; réponse de ce
commandant.--Le général Shirley abandonne le dessein d'assiéger
Niagara.--Résultat de la campagne.--Mauvaises récoltes en Canada;
commencement de la disette.--Préparatifs de l'Angleterre pour la
prochaine campagne.--Exposition de l'état du Canada; demande de secours
à la France.--Le général Montcalm arrive à Québec dans le printemps de
1756 avec des renforts.--Plan d'opérations de la prochaine campagne.
--Disproportion des forces des deux parties belligérantes; projets
d'invasion des Anglais.


Nous avons dit que la France, à la nouvelle de la prise du Lys et de
l'Alcide, avait rappelé son ambassadeur de Londres et déclaré la guerre
à la Grande-Bretagne. Cette démarche, comme on le verra plus tard, ne
fut prise néanmoins qu'après un délai de presqu'une année. L'indolent
Louis XV ne pouvait se décider à prendre sérieusement les armes.

Quelle était la situation de la France à cette époque? Les principaux
ministres étaient le comte d'Argenson pour la guerre, M. Machault pour
la marine et les colonies, M. Bouille pour les affaires étrangères,
lequel fut remplacé en 1757 par le comte de Bernis, abbé et poète; mais
c'était madame de Pompadour qui gouvernait; elle changeait les généraux
et les ministres au gré de ses caprices. Vingt-cinq ministres furent
appelés au conseil d'Etat et renvoyés de 1756 à 1763. Ce corps variait
sans cesse; il n'avait ni unité ni accord, et chaque ministre agissait
indépendamment des autres (Sismondi). La nation, du reste, était plus
occupée de vaines disputes religieuses que des apprêts du combat. Le
parti moliniste, soutenu par les Jésuites, avait recommencé la
persécution contre les Jansénistes; le parlement voulut interposer son
autorité pour la faire cesser, il fut dissous et remplacé par une
chambre royale; mais le roi, fatigué à la fin de ces chicanes oiseuses
qui troublaient et affaiblissaient son royaume, ordonna le silence et
rétablit le parlement.

«Au milieu de cette petite guerre, dit un historien, le philosophisme
gagnait. A la cour même il avait des partisans; le roi, tout ennemi
qu'il était des idées nouvelles, avait sa petite imprimerie, et
imprimait lui-même les théories économiques de son médecin Quesnay, qui
proposait un impôt unique, portant sur la terre; la noblesse et le
clergé, qui étaient les principaux propriétaires du sol, eussent enfin
contribué. Tous ces projets aboutissaient en vaines conversations, les
vieilles corporations résistaient; la royauté, caressée par les
philosophes qui auraient voulu l'armer contre le clergé, éprouvait un
vague effroi à l'aspect de leurs progrès.» Tout, en effet, était en
mouvement dans le monde moral comme dans le monde politique. Les
opinions n'avaient plus d'harmonie, et le gouvernement lui-même, honteux
de suivre d'anciennes traditions, marchait au hasard dans une route
nouvelle.

C'est ainsi que, par le fatal traité de Versailles de 1756, il s'allie
avec l'Autriche qu'il a toujours combattue, et se laisse entraîner dans
une guerre continentale par Marie-Thérèse qui, voulant reprendre la
Silésie au roi de Prusse, flatte adroitement la marquise de Pompadour,
avec qui elle entretient un commerce de lettres, et qu'elle appelle sa
_chère amie_. Au poids d'une lutte maritime vint s'adjoindre celui d'une
lutte sur terre, quoique l'expérience eût enseigné depuis longtemps à la
France qu'elle devait éviter soigneusement cette alternative, et que
Machault s'efforçât de le faire comprendre à Louis XV; mais la favorite
tenait à l'alliance avec l'impératrice-reine, le ministre de la guerre
et les courtisans, étrangers au service de mer, tenaient à la gloire qui
s'offrait à eux dans les armées de terre; on oublia la guerre avec
l'Angleterre, la seule importante, la seule où l'on eût été provoqué, et
l'on dirigea ses principales forces vers le nord de l'Europe,
abandonnant presqu'à elles-mêmes les vastes possessions de l'Amérique
septentrionale.

De l'autre côté de la Manche, les choses n'étaient point dans cette
situation qui annonce de loin une révolution sociale. M. Fox, depuis
lord Holland, se trouvait à la tête des affaires de la Grande-Bretagne,
et cette nation était dans l'état le plus prospère de même que ses
colonies du Nouveau-Monde. Le peuple était unanime et satisfait, et le
commerce florissant; le gouvernement, assis sur les larges bases de la
liberté, obéissait à l'opinion publique, et, en suivant les instincts du
pays, assurait pour ainsi dire d'avance le succès de ses entreprises.
Aucune guerre n'avait été plus populaire en Angleterre que celle qui
allait commencer. La chambre des communes accorda un million de louis
pour augmenter les forces de terre et de mer; elle traita avec le roi de
Prusse, vota des subsides au roi de Pologne et à l'électeur de Bavière
pour s'en faire des alliés et contrebalancer la supériorité des Français
sur le continent européen, où elle avait des craintes pour la sûreté du
Hanovre. L'enrôlement des matelots fut poussé avec une vigueur extrême,
et tel était l'enthousiasme du peuple que presque toutes les villes un
peu importantes se cotisèrent pour augmenter la prime que l'on donnait
aux soldats et aux marins qui venaient offrir leurs services
volontairement; et qu'au lieu d'un million que le gouvernement voulait
lever au moyen d'une loterie, trois millions 880 mille louis furent
souscrits sur-le-champ (Smollett).

La même ardeur se faisait remarquer dans les colonies anglaises. La
population de ces belles provinces s'élevait en 1755, suivant les
calculs de Franklin, à un million 200 mille âmes, tandis que le Canada,
le Cap Breton et la Louisiane en comptaient à peine, réunis, 75 à 80
mille. La même disproportion existait dans le mouvement de leurs
affaires mercantiles et par conséquent dans leurs richesses. Les
exportations des colonies anglaises s'élevaient en 1753 à £1,486,000
sterling, et leurs importations à £983,000.[1] Dans la même année les
exportations du Canada étaient de £68,000 seulement ou 1,700,000 francs,
et les importations de £208,000, dont une forte partie étant pour le
compte du gouvernement, ne passait point par les mains des marchands du
pays. Il n'est donc pas étonnant si les colonies anglaises poussaient
leur métropole avec tant d'ardeur à la guerre. Franklin, aussi habile
politique que savant physicien, était le principal organe de leurs
griefs. Celui que Paris, vingt-cinq ans après, vit appliqué à soulever
l'opinion de la France et de toute l'Europe contre l'Angleterre, celui
que le Canada vit venir pour révolutionner ses habitans en 1770, fut, en
1754, le promoteur de l'entreprise contre les possessions françaises
dans le nord du Nouveau-Monde. _Point de repos,_ disait-il, _point de
repos à espérer pour nos treize colonies, tant que les Français seront
maîtres du Canada!_ (Barbé-Marbois).

[Note 1: _Encyclopédie Méthodique._--American Annals.]

Les forces armées des deux nations belligérantes durent présenter en
Amérique, et elles présentèrent en effet sur le champ de bataille une
différence non moins considérable durant tout le cours de la guerre.
Mais, par une sage prévoyance, la France, donnant encore des signes de
son ancienne supériorité dans la conduite des affaires militaires, avait
porté loin du centre du Canada sa ligne défensive, de manière à obliger
l'ennemi à diviser ses forces. L'isthme étroit de l'Acadie, la vallée
lointaine et sauvage de l'Ohio, la gorge montagneuse du lac St.
Sacrement (George), tels furent les champs de bataille qu'elle se
choisit, où l'ennemi fut retenu cinq ans sans qu'il put s'en rendre
maître, et où il essuya les plus sanglantes défaites dont l'Amérique eût
encore été témoin. C'est donc à tort que des historiens ont blâmé le
système défensif adopté pour le Canada dans la guerre de Sept ans.

Les forces régulières du Canada, qui ne s'élevaient pas à 1000 hommes,
furent portées en 1755 à 2,800 soldats environ par l'arrivée de quatre
bataillons d'infanterie sous les ordres du général Dieskau, qui avaient
été demandés dans l'automne. Les milices avaient été armées; le chiffre
de ceux de ces soldats improvisés qui étaient en service actif, fut
augmenté, et l'on continua d'en acheminer de gros détachemens dans les
postes des frontières, de sorte que l'on eût bientôt tant en campagne et
les garnisons intérieures que dans les forts St. Frédéric, Frontenac et
Niagara ainsi que dans ceux de l'Ohio et de l'isthme acadien, une armée
de 7,000 hommes, sans compter plus de 800 employés aux transports. Mais
cette force était encore bien insuffisante pour faire face à celle de
l'ennemi qui avait déjà 15,000 soldats sur pied, dont 3,000 pour
l'expédition de Beauséjour, 2,200 pour celle du fort Duquesne, 1,500
pour l'attaque de Niagara, et 5 à 6,000 pour le siège du fort St.
Frédéric, quatre entreprises qu'il voulait exécuter simultanément.

Si le travail secret qui se faisait dans la société en France paralysait
l'énergie de son gouvernement, en Canada les habitans, livrés à
l'agriculture et à la traite des pelleteries, ne portaient point leur
esprit au-delà de ces sphères humbles mais pleines d'activité. Privés
par la nature de leur gouvernement de prendre part à l'administration
publique, ils ne songeaient qu'à l'exploitation de leurs métairies ou à
la chasse de ces animaux sauvages qui erraient dans leurs forêts, et
dont les riches fourrures formaient la branche la plus considérable de
leur commerce. Peu nombreux, ils ne pouvaient espérer non plus que leurs
conseils et leur influence fussent d'un grand poids sur la conduite du
gouvernement de la métropole envers ses colonies; mais tout en lui
représentant le danger de la lutte qui allait s'engager, ils prirent les
armes sans murmurer, avec la résolution de combattre avec le même zèle
que si la France avait fait les plus grands sacrifices pour les
soustraire aux attaques de ses ennemis; et ils montrèrent jusqu'à la fin
une constance et un dévoûment que les historiens français n'ont pas su
toujours apprécier, mais que la vérité historique, appuyée sur des
pièces officielles tirées des archives de Paris, ne permet plus
aujourd'hui de mettre en doute.

La saison des opérations étant enfin arrivée, des deux côtés l'on se mit
en campagne. M. de Vaudreuil, ignorant les projets de l'ennemi,
achemina, suivant les ordres de sa cour, des troupes sur Frontenac afin
d'attaquer Oswégo auquel on attachait toujours, avec raison, une grande
importance. Le général Dieskau, dont le maréchal de Saxe avait la plus
haute opinion, devait conduire cette entreprise avec 4,000 hommes et 12
bouches à feu, et cet officier général se croyait sûr du succès. 2,000
hommes s'étaient déjà embarqués à Montréal, et la tête de la colonne
arrivait à Frontenac, lorsque la nouvelle de l'apparition de l'armée du
colonel Johnson sur le lac St. Sacrement, fit rappeler une partie de ces
troupes. Le corps ennemi qui s'avançait était celui qui devait agir
contre St.-Frédéric. Le 1er septembre, le général Dieskau, que ce
contre-ordre avait singulièrement contrarié, et contre l'opinion duquel
il avait été donné, se trouva à la tête du lac Champlain avec 1,500
Canadiens, 700 soldats et 800 Hurons, Abénaquis et Nipissings, en tout
3,000 hommes. C'était assez pour arrêter Johnson. L'on continua
d'acheminer des forces sur le lac Ontario. Un bataillon monta jusqu'à
Niagara avec ordre de relever les ruines de ce fort, composé d'une
maison palissadée entourée d'un fossé, et de s'y maintenir. Un autre
bataillon se campa au couchant des murs de Frontenac. A la fin de l'été
ces trois positions importantes, St.-Frédéric, Niagara et Frontenac,
paraissaient suffisamment protégées.

Dans la vallée de l'Ohio, le fort Duquesne, ouvrage plein de défauts
dans sa construction, mais commandé par M. de Contrecoeur, officier
expérimenté et fort brave, n'avait qu'une garnison de 200 hommes; il
pouvait cependant attirer à lui un certain nombre de voyageurs canadiens
et de sauvages. Les autres postes répandus dans ces régions lointaines,
n'avaient pas proportionnellement de garnisons plus nombreuses. Les
forêts et la distance formaient leur plus grande protection.

Du côté de l'Acadie, les forts Beauséjour et Gaspareaux avaient pour
commandans, le premier, M. de Vergor, protégé de l'intendant Bigot, et
le second, M. de Villeray. Ces officiers avaient à peine 150 soldats à
leur disposition; mais en cas d'attaque, ils devaient compter sur l'aide
des Acadiens fixés autour d'eux ou errant dans leur voisinage, comme si
ces pauvres gens, que les Anglais regardaient comme leurs sujets,
étaient bien libres d'agir.

Des quatre expéditions projetées par les Anglais contre le Canada, la
première en mouvement fut celle qui était chargée de s'emparer de ces
derniers postes. Les troupes qui la composaient, levées dans le
Massachusetts, pouvaient former 2,000 hommes commandés par le colonel
Winslow, personnage influent du pays. Partie de Boston le 20 mai, elle
arriva dans 41 navires le 1er juin à Chignectou, où elle débarqua et fut
renforcée par 300 réguliers. Elle marcha aussitôt avec un train
d'artillerie sur Beauséjour. Arrêtée un instant sur les bords de la
rivière Messaguash par les Français qui y avaient élevé un blockhaus
garni de canons, et qui, après une heure de combat, y mirent le feu et
se retirèrent, elle parvint jusqu'à Beauséjour, repoussant devant elle
un petit corps d'Acadiens que M. de Vergor avait envoyé défendre une
hauteur à quelque distance.

Le fort de Beauséjour avait alors une garnison de 100 soldats et
d'environ 300 Acadiens. Rien n'y était à l'épreuve de la bombe, ni la
poudrière, ni les casemates. Les assiégeans ayant ouvert la tranchée le
12 juin, le 16 la place se rendit par capitulation, après une assez
molle résistance, la seule il est vrai que l'on put attendre de l'état
de ses fortifications, du chef inexpérimenté et indolent à qui elle
avait été confiée, du nombre des ennemis, et aussi de la crainte des
habitans d'être passés par les armes s'ils étaient pris en combattant
contre l'Angleterre. Les troupes sortirent avec les honneurs de la
guerre pour être transportées à Louisbourg, et il fut stipulé que les
Acadiens qui avaient combattu avec elles, ne seraient point inquiétés.
Le fort Gaspareaux, défendu par une vingtaine de soldats et quelques
habitans, se rendit aux mêmes conditions. Le nom du fort Beauséjour fut
changé pour celui de Cumberland, et le major Scott y fut laissé comme
commandant. Cet officier fit désarmer la population, mais il ne put la
forcer de prêter le serment de fidélité à George II; sur quoi il fit
prisonniers tous les habitans qu'il put attraper, conformément aux
ordres du général Hopson, qui avait remplacé M. Cornwallis en qualité de
gouverneur de l'Acadie.

Après cette conquête, les vainqueurs envoyèrent trois bâtimens de guerre
dans la rivière St. Jean pour attaquer le fort que les Français y
avaient élevé, et qui était commandé par M. de Boishébert. Ce dernier,
n'ayant pas assez de monde pour le défendre, y mit le feu avant
l'arrivée des assaillans et se retira. Mais, ayant été informé de ce qui
se passait à Beauséjour, au lieu de retraiter sur Québec, il s'avança au
secours des Acadiens dans le fond de la baie de Fondy, et leur ayant
donné des armes, il battit avec eux les Anglais dans plusieurs
rencontres. Ces avantages ne purent empêcher cependant qu'à la fin ces
derniers ne brûlassent tous les établissemens, et ne contraignissent les
habitans à se réfugier dans les bois, et ensuite à émigrer au
Cap-Breton, à l'île St. Jean, à Miramichi, à la baie des Chaleurs et à
Québec, où ces malheureux portaient partout le spectacle d'un dévoûment
sans bornes et d'une misère profonde.

Tel fut le succès des ennemis dans la première partie de leur plan de
campagne. Quoiqu'il fut, sous le rapport militaire, plus nominal que
réel, puisqu'ils ne purent pas avancer plus loin de ce côté, où des
bandes armées les continrent, la nouvelle cependant en causa un grand
mécontentement à la cour de France, surtout lorsqu'on y apprit les
terribles conséquences que les pertes que l'on venait de faire avaient
eues pour les infortunés Acadiens. Le roi écrivit lui-même à M. de
Vaudreuil de faire juger rigoureusement, par un conseil de guerre qu'il
présiderait en personne, Vergor et de Villeray, ainsi que les garnisons
qui servaient sous leurs ordres. Le procès eut lieu l'année suivante au
château St.-Louis, et tous les accusés furent acquittés à
l'unanimité.[2] L'évacuation de l'Acadie laissa à la merci des Anglais
les habitans de cette province, qui portaient le nom de Neutres, et qui
n'avaient pu se résoudre à abandonner leur terre natale.

[Note 2: La lettre du roi est du 20 février 1756. Les pièces du procès
sont déposées à la bibliothèque de la Société littéraire et historique
de Québec. «On eut, dit Montcalm, principalement égard pour le fort de
Beauséjour à ce que les Acadiens avaient forcé le commandant à capituler
pour sauver leur vie; ils avaient prêté autrefois serment de fidélité
aux Anglais qui les menaçaient de les faire pendre. Quant au fort de
Gaspareaux, une grande enceinte avec des pieux debout où il n'y avait
qu'un officier et 19 soldats, ne pouvait être considérée comme un fort
propre à soutenir un siège.»--_Lettre au ministre_, 1757.]

Ce qui nous reste à raconter de ce peuple intéressant, rappelle un de
ces drames douloureux dont les exemples sont rares même aux époques
barbares de l'histoire, alors que les lois de la justice et de
l'humanité sont encore à naître avec les lumières de la civilisation.

Sur 15 à 16 mille Acadiens qu'il y avait dans la péninsule au
commencement de leur émigration, il n'en restait qu'environ 7,000 des
plus riches, dont les moeurs douces ont fourni à Raynal un tableau si
touchant et si vrai.

«Peuple simple et bon, dit-il, qui n'aimait pas le sang, l'agriculture
était son occupation. On l'avait établi dans des terres basses, en
repoussant à force, de digues la mer et les rivières dont ces plaines
étaient couvertes. Ces marais desséchés donnaient du froment, du seigle,
de l'orge, de l'avoine et du maïs. On y voyait encore une grande
abondance de pommes de terre dont l'usage était devenu commun.

«D'immenses prairies étaient couvertes de troupeaux nombreux; on y
compta jusqu'à soixante mille bêtes à cornes. La plupart des familles
avaient plusieurs chevaux, quoique le labourage se fît avec des boeufs.
Les habitations, presque toutes construites de bois, étaient fort
commodes et meublées avec la propreté qu'on trouve quelquefois chez nos
laboureurs d'Europe les plus aisés. On y élevait une grande quantité de
volailles de toutes les espèces. Elles servaient à varier la nourriture
des colons, qui était généralement saine et abondante. Le cidre et la
bière formaient leur boisson. Ils y ajoutaient quelquefois de
l'eau-de-vie de sucre.

«C'était leur lin, leur chanvre, la toison de leurs brebis, qui
servaient à leur habillement ordinaire. Ils en fabriquaient des toiles
communes, des draps grossiers. Si quelqu'un d'entre eux avait un peu de
penchant pour le luxe, il le tirait d'Annapolis ou de Louisbourg. Ces
deux villes recevaient en retour du blé, des bestiaux, des pelleteries.

«Les Français neutres n'avaient pas autre chose à donner à leurs
voisins. Les échanges qu'ils faisaient entre eux étaient encore moins
considérables, parce que chaque famille avait l'habitude et la facilité
de pourvoir seule à tous ses besoins. Aussi ne connaissaient-ils pas
l'usage du papier-monnaie, si répandu dans l'Amérique, septentrionale.
Le peu d'argent qui s'était comme glissé dans cette colonie n'y donnait
point l'activité qui en fait le véritable prix.

«Leurs coeurs étaient extrêmement simples. Il n'y eut jamais de cause
civile ou criminelle assez importante pour être portée à la cour de
justice établie à Annapolis. Les petits différends qui pouvaient
s'élever de loin en loin entre les colons étaient toujours terminés à
l'amiable par les anciens. C'étaient les pasteurs religieux qui
dressaient tous les actes, qui recevaient tous les testamens. Pour ces
fonctions profanes, pour celles de l'Eglise, on leur donnait
volontairement la vingt-septième partie des récoltes. Elles étaient
assez abondantes pour laisser plus de faculté que d'exercice à la
générosité. On ne connaissait pas la misère, et la bienfaisance
prévenait la mendicité. Les malheurs étaient pour ainsi dire réparés
avant d'être sentis. Les secours étaient offerts sans ostentation d'une
part; ils étaient acceptés sans humiliation de l'autre. C'était une
société de frères, également prêts à donner ou à recevoir ce qu'ils
croyaient commun à tous les hommes.

«Cette précieuse harmonie écartait jusqu'à ces liaisons de galanterie
qui troublent si souvent la paix des familles. On ne vit jamais dans
cette société de commerce illicite entre les deux sexes. C'est que
personne n'y languissait dans le célibat. Dès qu'un jeune homme avait
atteint l'âge convenable au mariage, on lui bâtissait une maison, on
défrichait, on ensemençait des terres autour de sa demeure; on y mettait
les vivres dont il avait besoin pour une année. Il y recevait la
compagne qu'il avait choisie, et qui lui apportait en dot des troupeaux.
Cette nouvelle famille croissait et prospérait à l'exemple des
autres.... Qui est-ce qui ne sera pas touché de l'innocence des moeurs
et de la tranquillité de cette heureuse peuplade? continue l'éloquent
écrivain. Qui est-ce qui ne fera pas des voeux pour la durée de son
bonheur?»

Vains souhaits! La guerre de 1744 commença les infortunes de ce peuple;
celle de Sept ans consomma sa ruine totale. Depuis quelque temps les
agens de l'Angleterre agissaient avec la plus grande rigueur; les
tribunaux, par des violations flagrantes de la loi, par des dénis
systématiques de justice, étaient devenus pour les pauvres habitans un
objet à la fois de terreur et de haine. Le moindre employé voulait que
sa volonté fût la loi. «Si vous ne fournissez pas de bois à mes troupes,
disait un capitaine Murray, je démolirai vos maisons pour en faire du
feu. Si vous ne voulez pas prêter le serment de fidélité, ajoutait le
gouverneur Hopson, je vais faire pointer mes canons sur vos villages»
Rien ne pouvait engager ces hommes honorables à faire un acte qui
répugnait à leur conscience, et que, dans l'opinion de bien des gens,
l'Angleterre n'avait pas même le droit d'exiger. «Les Acadiens, observe
M. Haliburton, n'étaient pas des sujets britanniques, puisqu'ils
n'avaient point prêté le serment de fidélité, et ils ne pouvaient être
conséquemment regardés comme des rebelles; ils ne devaient pas être non
plus considérés comme prisonniers de guerre, ni envoyés en France,
puisque depuis près d'un demi siècle on leur laissait leurs possessions
à à la simple condition de demeurer neutres.» Mais beaucoup d'intrigans
et d'aventuriers voyaient ces belles fermes acadiennes avec un oeil de
convoitise; quels beaux héritages! et par conséquent quel appât! Il ne
fut pas difficile de trouver des raisons politiques pour justifier
l'expulsion des Acadiens. La très grande majorité n'avait fait aucun
acte pour porter atteinte à la neutralité; mais dans la grande
catastrophe qui se préparait l'innocent devait être enveloppé avec le
coupable. Pas un habitant n'avait mérité grâce. Leur sort fut décidé
dans le conseil du gouverneur Lawrence, auquel assistèrent les amiraux
Boscawen et Mostyn, dont les flottes croisaient sur les côtes. Il fut
résolu de disperser dans les colonies anglaises ce qui restait de ce
peuple infortuné; et afin que personne ne put échapper, le secret le
plus profond fut ordonné jusqu'au moment fixé pour l'exécution de la
sentence, laquelle aurait lieu le même jour et à la même heure sur tous
les points de l'Acadie à la fois. On décida aussi, pour rendre
l'exécution plus complète, de réunir les habitans dans les principales
localités. Des proclamations, dressées avec une habileté perfide, les
invitèrent à s'assembler dans certains endroits qui leur étaient
désignés, sous les peines les plus rigoureuses. 418 chefs de famille, se
fiant sur la foi britannique, se réunirent le 5 septembre dans l'église
du Grand-Pré. Le colonel Winslow s'y rendit avec un grand appareil.
Après leur avoir montré la commission qu'il tenait du gouverneur, il
leur dit qu'ils avaient été assemblés pour entendre la décision finale
du roi à leur égard; et que, quoique ce fût pour lui un devoir pénible à
remplir, il devait, en obéissance à ses ordres, leur déclarer «que leurs
terres et leurs bestiaux de toutes sortes étaient confisqués au profit
de la couronne avec tous leurs autres effets, excepté leur argent et
leur linge, et qu'ils allaient être eux-mêmes déportés hors de la
province.» Aucun motif ne leur fut donné de cette décision. Un corps de
troupes, qui s'était tenu caché jusque-là, sortit de sa retraite et
cerna l'église: les habitans surpris et sans armes ne firent aucune
résistance. Les soldats rassemblèrent les femmes et les enfans; 1023
hommes, femmes et enfans se trouvèrent réunis au Grand-Pré seulement.
Leurs bestiaux consistaient en 1269 boeufs, 1557 vaches, 5007 veaux, 493
chevaux, 8690 moutons, 4197 cochons. Quelques Acadiens s'étant échappés
dans les bois, on dévasta le pays pour les empêcher d'y trouver des
subsistances. Dans les Mines l'on brûla 276 granges, 155 autres petits
bâtimens, onze moulins et une église. Ceux qui avaient rendu les plus
grands services au gouvernement, comme le vieux notaire Le Blanc, qui
mourut à Philadelphie de chagrin et de misère en cherchant ses fils
dispersés dans les différentes colonies, ne furent pas mieux traités que
ceux qui avaient favorisé les Français. A leurs instantes prières, il
fut permis aux hommes, avant de s'embarquer, de visiter, dix par dix,
leurs familles, et de contempler pour la dernière fois ces champs
fertiles où ils avaient joui de tant de paix et de bonheur, et qu'ils ne
devaient plus revoir. Le 10 fut fixé pour l'embarquement. Une
résignation calme avait succédé à leur premier désespoir. Mais lorsqu'il
fallut s'embarquer, quitter pour jamais le sol natal, s'éloigner de ses
parens et de ses amis sans espérance de jamais se revoir, pour aller
vivre dispersés au milieu d'une population étrangère de langue, de
coutumes, de moeurs et de religion, le courage abandonna ces malheureux,
qui se livrèrent à la plus profonde douleur. En violation de la promesse
qui leur avait été faite, et, par un raffinement de barbarie sans
exemple, les mêmes familles furent séparées et dispersées sur différens
vaisseaux. Pour les embarquer, on rangea les prisonniers sur six de
front, les jeunes gens en tête. Ceux-ci ayant refusé de marcher,
réclamant l'exécution de la promesse d'être embarqués avec leurs parens,
on leur répondit en faisant avancer contre eux les soldats la bayonnette
croisée. Le chemin de la chapelle du Grand-Pré à la rivière Gaspareaux
avait un mille de longueur; il était bordé des deux côtés de femmes et
d'enfans qui, à genoux et fondant en larmes, les encourageaient en leur
adressant leurs bénédictions. Cette lugubre procession défilait
lentement en priant et en chantant des hymnes. Les chefs de famille
marchaient après les jeunes gens. Enfin la procession atteignit le
rivage. Les hommes furent mis sur des vaisseaux, les femmes et les
enfans sur d'autres, pêle-mêle, sans qu'on prît le moindre soin pour
leur commodité. Des gouvernemens ont ordonné des actes de cruauté dans
un mouvement spontané de colère; mais il n'y a pas d'exemple dans les
temps modernes de châtiment infligé sur tout un peuple avec autant de
calcul, de barbarie et de froideur, que celui dont il est question en ce
moment.

Tous les autres établissemens des Acadiens présentèrent le même jour et
à la même heure le même spectacle de désolation.

Les vaisseaux firent voile pour les différentes provinces où devaient
être jetés ces proscrits. On les dispersa sur le rivage depuis Boston
jusqu'à la Caroline. Pendant plusieurs jours après leur départ, l'on vit
les bestiaux s'assembler à l'entour des ruines fumantes des habitations
de leurs maîtres, et le chien fidèle passer les nuits à pleurer, par ses
longs hurlemens, la main qui lui donnait sa subsistance et le toit qui
lui prêtait son abri. Heureux encore dans leur douleur, ils ignoraient
jusqu'à quel excès l'avarice et l'ambition peuvent porter les hommes, et
quels crimes elles peuvent leur faire commettre.

La plupart des colonies anglaises reçurent les Acadiens avec humanité,
comme pour protester contre la rigueur inexorable de leur gouvernement.
Benezet, issu d'une famille française bannie à la révocation de l'édit
de Nantes, les accueillit comme des frères à Philadelphie.

Quelques-uns de ces exilés se réfugièrent ensuite à la Louisiane;
d'autres à la Guyane française, et des Français, bannis eux-mêmes à
Sinnamari, y trouvèrent en 1798, une famille acadienne qui les
accueillit par ces paroles hospitalières: «Venez, dit madame Trion à
l'un d'eux, nos parens furent bannis comme vous, ils nous ont appris à
soulager le malheur: venez, nous éprouvons du plaisir à vous offrir dans
nos cabanes un asile et des consolations.» (Barbé-Marbois).

Dans la suite les Acadiens ont fondé un canton dans la Louisiane, auquel
ils ont donné le nom toujours cher de leur ancienne patrie. Louis XV
lui-même, touché de leur fidélité, fit proposer en vain par ses
ministres à ceux de l'Angleterre d'envoyer des vaisseaux dans les
provinces anglaises pour les ramener en France. M. Grenville s'empressa
de répondre: «Notre acte de navigation s'y oppose, la France ne peut
envoyer de vaisseaux dans nos colonies,» comme si cette loi avait été
passée pour étouffer tout sentiment d'humanité. Néanmoins quelques-uns
purent parvenir en France, et y forment aujourd'hui deux communes
florissantes, où ils ont conservé leurs moeurs paisibles et agrestes
dans les beaux oasis verts où ils se sont établis, et qui parsèment les
landes de Bordeaux. Telle fut l'expatriation des Acadiens.

L'Angleterre ne retira aucun avantage de cet acte de politique jalouse
et ombrageuse, acte qui fit connaître aussi à tous les colons ce
qu'était la pitié métropolitaine, et qui fournit un nouveau motif aux
Canadiens, s'ils en avaient besoin, de défendre leur pays avec toute
l'énergie dont ils étaient capables.

Tandis que le fer et la flamme changeaient en déserts les champs les
plus fertiles de l'Acadie, le général Braddock faisait ses préparatifs
pour rejeter les Français au-delà de la vallée de l'Ohio. Wills' Creek
était le lieu qu'il avait donné pour rendez-vous à ses troupes, dans le
voisinage des Apalaches. Il se mit en marche aux acclamations de la
population. Sa petite armée formait, avec les bagages, une colonne de
quatre milles de longueur; elle ne put avancer que fort lentement au
milieu des rivières, des montagnes et des forêts. Le temps s'écoulait;
il commença à craindre de ne pouvoir surprendre le fort Duquesne, où il
savait qu'il y avait peu de monde. Inquiet de plus en plus il prit le
parti, pour accélérer sa marche, de diviser ses forces en deux corps. Il
laissa 1000 hommes sous les ordres du colonel Dunbar avec les gros
bagages pour le suivre avec toute la célérité possible, et il se mit
lui-même à la tête du second corps, composé de 1,200 hommes d'élite
équippés à la légère, et prit les devans afin d'atteindre le point
désiré avant que l'alarme y fut répandue. Le 9 juillet il traversait la
rivière Monongahéla à environ trois lieues du fort Duquesne, et longeait
avec rapidité sa rive méridionale se comptant déjà maître du poste
français. Washington, qui servait alors avec le grade de colonel dans
son état-major, aimait à raconter qu'il n'avait jamais vu de plus beau
spectacle que la marche des troupes anglaises dans cette mémorable
journée. Tous les soldats, d'une belle tenue, marchaient en colonnes;
leurs armes d'acier poli étincelaient aux rayons du soleil. La rivière
coulait paisiblement à leur droite, et à leur gauche d'immenses forêts
les ombrageaient de leur solennelle grandeur. Officiers et soldats,
personne ne doutait du succès[3]; on marchait comme à un triomphe.

[Note 3: Vie, correspondance et écrits de Washington, etc.]

A midi cette troupe si fière repassait par un second gué, à dix milles
du fort Duquesne, sur la rive septentrionale de la Monongahéla, dans une
plaine unie, élevée de quelques pieds seulement au-dessus de l'eau et
d'un demi mille de largeur. A l'extrémité de cette plaine le terrain
montait légèrement quelque temps, puis se terminait tout-à-coup par des
montagnes très hautes. La route du gué au fort français traversait la
plaine et cette hauteur, et se prolongeait ensuite au milieu d'un pays
inégal et couvert de bois. Le colonel Gage formait l'avant-garde avec
300 hommes de troupes de ligne; un autre détachement de 200 hommes
suivait, et le général venait ensuite avec le corps principal et
l'artillerie.

M. de Contrecoeur commandait, comme on l'a dit déjà, au fort Duquesne.
Un des partis qu'il tenait en campagne pour épier les mouvemens de
l'ennemi, l'informa le 8 que les Anglais n'en étaient plus qu'à 6
lieues. Il se décida sur-le-champ à les attaquer en chemin, et il alla
lui-même marquer la place où les troupes devaient s'embusquer (Documens
de Paris). Le lendemain 253 Canadiens, dont 13 officiers, et 600
sauvages sortirent du fort Duquesne, à 8 heures du matin, sous les
ordres de M. de Beaujeu, pour aller attendre au lieu indiqué le général
Braddock et tomber sur lui à l'improviste. Cette troupe descendait le
terrain légèrement incliné qui bordait la plaine dont l'on a parlé
tout-à-l'heure lorsque le colonel Gage commençait à le monter. La tête
des deux colonnes vint subitement en contact avant que les Français
pussent arriver au lieu marqué pour l'embuscade. Ceux-ci cependant,
moins troublés par cette rencontre imprévue que les Anglais, ouvrirent
incontinent un feu très vif qui fit replier l'avant-garde ennemie. Ce
mouvement rétrograde donna le temps à M. de Beaujeu de ranger son
détachement en bataille. Profitant des hautes herbes dont la terre était
couverte, il plaça les Canadiens à cheval sur le chemin en front de la
colonne anglaise, et poussa les sauvages en avant de chaque côté de
manière à former un demi-cercle. Les Anglais, revenus de leur première
surprise, se remirent en marche en se dirigeant vers le centre de cette
ligne concentrique. Lorsqu'ils arrivèrent près des Canadiens ils furent
assaillis par une décharge de mousqueterie très meurtrière qui les
arrêta encore tout court, et qui fut suivie d'une autre sur leur flanc
droit qui augmenta leur consternation. Après quelques instans cependant,
l'ordre se rétablit dans leurs rangs, et ils se mirent à tirer; leur
artillerie, poussée rapidement en avant, ouvrit son feu; ce fut dans une
des premières décharges de cette arme que M. de Beaujeu fut tué. M.
Dumas prit aussitôt le commandement, et aidé de M. de Ligneris et des
autres officiers, il tomba avec une extrême vigueur sur les ennemis,
dont le feu de mousqueterie et surtout d'artillerie avait d'abord
ébranlé les sauvages peu accoutumés à entendre des détonations si
considérables. Mais, voyant les Canadiens tenir fermes en front, ils
avaient aussitôt repris avec de grands cris leur place au pied des
arbres qu'ils venaient d'abandonner. Les Français sans se découvrir,
profitant habilement des accidens du terrain, resserraient de plus en
plus leur cercle autour des ennemis qui, pendant longtemps, firent bonne
contenance et même un mouvement en avant, animés par leurs officiers qui
les dirigeaient l'épée à la main. Mais, écrasés sous le feu le plus vif,
auquel ils ne pouvaient répondre que faiblement à cause du désordre déjà
grand qui régnait parmi eux, ils finirent par tomber dans une confusion
complète. Tous les corps se trouvèrent serrés les uns contre les autres
et confondus. Les soldats, tirant au hasard sans se reconnaître, tuaient
leurs propres officiers et leurs camarades. Les milices furent les
seules troupes qui montrèrent du calme et qui firent preuve d'autant de
fermeté que de bravoure. Les Français choisissaient leurs victimes et
visaient de sang-froid sur ces masses confuses qui semblaient
tourbillonner sous la grêle de balles qui les accablait, et que le
général Braddock s'efforçait vainement de former en pelotons et en
colonnes, comme s'il eût été dans les plaines de la Flandre. Après trois
heures de combat la tête de la colonne anglaise abandonna ses canons et
se replia en désordre. Prenant ce mouvement pour une fuite, les
Canadiens et les sauvages abordèrent l'ennemi la hache à la main, et
l'enfoncèrent de toutes parts. Alors les Anglais lâchèrent partout le
pied; on les poursuivit à travers la plaine en en faisant un grand
carnage; un nombre considérable n'échappa au fer des vainqueurs que pour
aller se noyer dans la Monongahéla en voulant traverser cette rivière à
la nage.[4]

[Note 4: Mémoires sur la dernière guerre de l'Amérique septentrionale,
par M. Pouchot.]

Dumas sachant que le colonel Dunbar n'était pas loin, et ne pouvant
arracher du champ de bataille les Indiens qui s'y livraient au pillage,
fit enfin suspendre la poursuite.

Le carnage avait été presque sans exemple dans les annales de la guerre
moderne (Sparks). Près de 800 hommes avaient été tués ou blessés sur les
1200 qui marchaient à la suite du général Braddock, dont 63 officiers
sur 86. Ceux-ci avaient montré le plus grand courage pendant le combat,
et fait des efforts incroyables pour rallier les troupes; plusieurs se
firent tuer de désespoir. A l'exception du colonel Washington, tous les
officiers qui combattaient à cheval furent tués ou blessés. Le général
Braddock lui-même, après avoir eu trois chevaux tués sous lui, reçut un
coup mortel. Le malheureux général, qui était mourant, fut mis d'abord
dans un tombereau, puis à cheval et enfin porté par les soldats. Il
expira quatre jours après la bataille, et fut enterré sur le bord du
chemin auprès du fort de la Nécessité, à l'entrée du désert. C'était un
officier expérimenté et plein de bravoure; mais arrogant, méprisant son
ennemi, les milices américaines et les Indiens. Il eut la mortification
de voir, avant de mourir, ses réguliers prendre la fuite pendant que les
Virginiens combattaient comme de vieux soldats avec la plus grande
intrépidité.

Les troupes en déroute rencontrèrent le colonel Dunbar à 40 milles de la
Monongahéla; elles communiquèrent leur terreur aux soldats que cet
officier avait sous ses ordres. Dans un instant ce corps de réserve se
débanda. L'artillerie fut détruite; les munitions et les gros bagages
furent brûlés sans que personne sut d'après quels ordres, et tout le
monde se mit à fuir, ceux qui avaient combattu comme ceux qui n'avaient
pas combattu. La discipline et le calme ne se rétablirent un peu que
lorsque les fuyards, harassés et éperdus, arrivèrent au fort Cumberland
dans les Apalaches. Le colonel Washington écrivit: «Nous avons été
battus, honteusement battus par une poignée de Français qui ne
songeaient qu'à inquiéter notre marche. Quelques instans avant l'action,
nous croyions nos forces presqu'égales à toutes celles du Canada; et
cependant, contre toute probabilité, nous avons été complètement
défaits, et nous avons tout perdu.»

Les Français firent un riche butin. Tous les bagages des vaincus, qui
étaient considérables, leurs vivres, 15 bouches à feu, une grande
quantité d'armes et de munitions de guerre, la caisse militaire et tous
les papiers du général Braddock qui dévoilèrent les projets de
l'Angleterre, et que le duc de Choiseul adressa ensuite dans un mémoire
aux diverses cours de l'Europe, tombèrent entre leurs mains. Ils
trouvèrent aussi sur le champ de bataille, parmi une grande quantité de
chariots brisés, 4 à 500 chevaux dont une partie avait été tuée et
nageait dans le sang au milieu des morts et des blessés.

Cette victoire ne coûta aux Français qu'une quarantaine d'hommes, outre
la perte de M. de Beaujeu qui fut vivement regretté et par les
Canadiens, ses compatriotes, et par les tribus indiennes.

Ainsi se termina la bataille de la Monongahéla, l'une des plus
mémorables de l'histoire américaine. Les troupes battues ne se
rassurèrent complètement que lorsqu'elles furent parvenues à
Philadelphie, où elles prirent leurs quartiers d'hiver. La nouvelle de
ce désastre jeta les colonies anglaises, exposées aux courses des bandes
canadiennes, dans l'effroi et la consternation. Les provinces de la
Pennsylvanie, du Maryland et de la Virginie se trouvèrent ouvertes aux
incursions des Indiens. Les frontières furent abandonnées et l'alarme se
répandit au-delà des montagnes et jusque dans les établissement des
bords de la mer, qui craignirent un instant d'être attaqués, et où les
prédicateurs montèrent dans tes chaires pour rassurer les populations
effrayées et ranimer leur courage (Vie de Washington).

Le gain de cette bataille assura la possession de l'Ohio aux Français,
du moins pour cette campagne, comme la défaite du colonel Washington, au
fort de la Nécessité, la leur avait assurée l'année précédente.

Tandis que ces événemens se passaient A l'extrémité méridionale du
Canada, les troupes anglaises destinées pour en attaquer les parties
centrales, c'est-à-dire Niagara et St-Fréderic, se réunissaient à
Albany. Elles partirent de cette ville au nombre de 5 à 6 mille hommes
sous les ordres du général Lyman, pour le portage entre la rivière
Hudson et le lac St.-Sacrement, suivies du colonel Johnson qui venait
avec l'artillerie, les bateaux, les vivres et tout le matériel
nécessaire pour le siège du fort St.-Frédéric. Arrivé au portage, le
général Lyman fit commencer le fort Edouard, sur la rive gauche de
l'Hudson, pour lui servir de base d'opération, en même temps que le
colonel Johnson, marchant toujours, poussait jusqu'à la tête du lac
St.-Sacrement où il établit son camp. Il pressait le transport des
bateaux au lac, impatient d'aller s'assurer de l'important passage de
Carillon avant que les Français s'y fussent fortifiés, lorsqu'il apprit
qu'ils venaient eux-mêmes pour l'attaquer dans ses retranchemens.

Nous avons parlé ailleurs de l'inquiétude que l'apparition de Johnson
sur le lac St-Sacrement avait causée à M. de Vaudreuil, et nous avons
mentionné que ce gouverneur avait aussitôt fait abandonner l'attaque
d'Oswégo pour s'opposer à ses progrès. C'est en conséquence de cet ordre
que Dieskau se trouvait le 1er septembre à St.-Frédéric avec un corps de
3000 hommes. Ce général attendait une occasion favorable pour agir,
lorsqu'il apprit que les ennemis ne seraient pas encore prêts de sitôt à
marcher en avant, que le fort Edouard était peu avancé, et qu'il serait
assez facile de s'emparer, par un coup de main, de ce poste qui était
très important, vu qu'il renfermait les magasins des troupes de Johnson.
Il résolut sur-le-champ de le surprendre.

Il partit donc de St.-Frédéric avec ses 3000 hommes. Rendu à Carillon,
il y en laissa 1,500 pour assurer sa retraite en cas d'échec, et avec le
reste, composé d'environ 220 réguliers, 680 Canadiens commandés par M.
de Repentigny, 600 sauvages sous les ordres de M. de St.-Pierre, et des
vivres pour huit jours. Il continua sa route quoiqu'il eût été informé à
Carillon que 900 Américains étaient retranchés sous les murs de la place
qu'il allait attaquer. Mais Dieskau, comme le général Braddock, n'avait
que du mépris pour la milice; il négligea les précautions que cet avis
aurait dû lui faire prendre, et les instructions de M. de Vaudreuil, qui
lui recommandaient expressément dans tous les cas d'attaquer avec toutes
ses forces sans jamais les diviser.[5] Les Canadiens et tes sauvages le
blâmèrent de laisser la moitié de ses soldats à Carillon.[6] Mais il
brûlait du désir d'éclipser, par quelque action d'éclat, la victoire de
l'Ohio, car déjà l'on voyait naître, entre les troupes du pays et celles
de France, une jalousie trop encouragée par les officiers généraux pour
ne pas aller toujours en augmentant jusqu'à la fin de la guerre.[7]
Craignant qu'un plus grand nombre d'hommes ne retardât sa marche, il ne
voulut pas écouter ces sages conseils, dont l'oubli fut la première
cause de sa ruine.

[Note 5: _Instructions de M. de Vaudreuil ou général Dieskau:_ Documens
de Paris.--Les mémoires sur les affaires du Canada depuis 1749 jusqu'à
1760, publiés par la Société littéraire et historique de Québec, disent
le contraire; mais c'est une erreur. A propos de ces mémoires imprimés,
dit-on, sur une mauvaise copie du manuscrit original qui est perdu, il
est bon d'observer qu'ils renferment de nombreuses inexactitudes. Par
exemple, l'auteur fait partir du Canada le gouverneur Duquesne après la
bataille du lac St.-Sacrement, et commander à la même époque les Anglais
par le général Abercromby. Il dit que les officiers canadiens
insistèrent pour marcher sur le fort Edouard, et non sur le camp de
Johnson, parce qu'il était garni de canons; l'opposé de tout cela est la
vérité. Il en est de même de l'accusation de lâcheté qu'il porta contre
le chevalier Montreuil, qui fit preuve, au contraire, de beaucoup de
bravoure. Toutes ces erreurs se trouvent réunies dans deux ou trois
pages.]

[Note 6: _Lettre M. de Vaudreuil au ministre:_ Documens de Paris.]

[Note 7: Lettre de M. de Lotbinière au ministre, du 28 octobre 1755.]

Afin d'éviter le corps du colonel Johnson et de dérober sa marche aux
ennemis, il remonta par le lac Champlain, et alla débarquer dans la baie
du Grand-Marais (South Bay) à six ou huit lieues du fort Edouard. Le 7
septembre il alla coucher sur les bords de l'Hudson, à une lieue des
Anglais, avec l'intention de les attaquer le lendemain au point du jour.
Mais, à la sollicitation des Iroquois du Sault St-Louis, dit-on, les
Indiens déjà fort mécontens de la division de l'armée, et auxquels le
général français avait été obligé de faire dire que les troupes qui
avaient été laissées en arrière allaient joindre, pour les engager à le
suivre en partant de Carillon, refusèrent alors de marcher, soit parce
qu'ils redoutaient l'artillerie du camp et du fort, soit, ce qui est
aussi probable, parce qu'ils ne voulaient pas attaquer les Anglais sur
leur territoire, le fort Edouard étant en effet bâti sur les terres dont
les eaux se versent dans la mer par l'Hudson. Ils ajoutèrent néanmoins
qu'ils étaient prêts à le suivre à l'attaque du camp du colonel Johnson,
situé sur le territoire français. Cette distinction des Iroquois est, du
reste, conforme à l'esprit de leur ancienne politique de chercher à
tenir la balance entre les deux nations. Les Canadiens, voyant la
résolution des sauvages, appuyèrent leur suggestion. Dès lors le général
Dieskau fut obligé de se conformer à leur désir. L'entreprise contre le
fort Edouard fut abandonnée, et le lendemain matin, 8, le corps français
se remit en marche, sur trois colonnes, les réguliers au centre, pour
passer les montagnes et tomber subitement sur le colonel Johnson dont il
était éloigné de cinq lieues environ.

Celui-ci cependant, qui avait 2,500 hommes avec lui, ayant appris le
projet des Français contre le fort Edouard, avait détaché le matin même,
en vertu d'une résolution d'un conseil de guerre tenu la veille, le
colonel Williams, à la tête de 1,200 hommes dont 200 Indiens, pour
tendre une embuscade aux Français à leur retour du fort Edouard. Dieskau
fut averti, à 4 milles du camp de Johnson, par un prisonnier, de
l'arrivée près de lui de ce détachement qui marchait par le même chemin
que les Français, mais en sens contraire. Ce général fit aussitôt
arrêter la colonne du centre, et il poussa les deux autres, c'est-à-dire
les Canadiens, qui mirent leurs sacs à terre pour être plus légers, à la
droite, et les sauvages à la gauche, 300 pas en avant, avec ordre de se
coucher ventre à terre au milieu du bois, et de n'attaquer l'ennemi en
flanc que quand ils entendraient le feu du centre. Dans cette position,
il attendit les Anglais, qui vinrent ainsi tomber dans le piège qu'ils
s'en allaient tendre eux-mêmes. Heureusement pour eux cependant, que les
Indiens de la gauche des Français se découvrirent trop vite, et
annoncèrent leur présence avant qu'il fût temps, car ils auraient pu
être entièrement détruits. Le général Dieskau voyant l'embuscade
éventée, fit charger les troupes et les Canadiens; les sauvages en
firent autant, et se battirent avec acharnement pour venger la mort de
leur brave commandant, M. de St.-Pierre, tué par un Anglais qu'ils
assommèrent à coups de hache. Les Canadiens montrèrent la même ardeur.
En peu de temps les ennemis, malgré les efforts les plus vigoureux et
qui coûtèrent la vie à leur commandant et au fameux chef indien
Hendrick, furent mis en pleine déroute après avoir fait des pertes
considérables. Le général français les poursuivit vivement, eux et le
second corps envoyé à leur secours, et qui fut aussi culbuté dans un
instant. Il voulait les empêcher de se reconnaître, et profiter du
désordre pour entrer pêle-mêle avec eux dans les retranchemens de
Johnson. Mais il fallait des troupes plus disciplinées que les siennes
pour exécuter une pareille manoeuvre. Les sauvages et une partie des
Canadiens s'arrêtèrent pour recueillir leurs blessés, et se reposer
après ce premier combat; ils étaient d'ailleurs exténués de fatigue,
ayant marché tout le long de la route, depuis le matin, à travers les
bois et les broussailles dans un pays âpre et difficile, pour couvrir la
colonne du centre qui marchait dans le chemin battu. Les chefs indiens,
murmurant tout haut contre l'imprévoyance du général, crièrent à ceux de
leurs guerriers qui le suivaient, de revenir sur leurs pas. La plupart
exécutèrent cet ordre et ne combattirent plus de la journée, de même
qu'une partie des Canadiens.[8] Dieskau, espérant par son exemple de les
engager à le suivre, ne s'arrêta point, et il arriva devant les
retranchemens ennemis à 11 heures du matin avec à peine la moitié de ses
forces.

[Note 8: Lettre du chevalier Montreuil au ministre, 10 octobre 1755: «La
moitié des sauvages et des Canadiens s'en tinrent à leur première
victoire.»]

Ces retranchemens, adossés au lac et érigea sur la petite éminence sur
laquelle fut ensuite bâti le fort George, dont on voit encore les ruines
aujourd'hui, à la droite de Caldwell, étaient formés de bateaux, de
chariots, d'arbres renversés et flanqués de deux ruisseaux coulant sur
un fond marécageux. Ils étaient hérissés de canons. Les Français en
arrivant à la vue du lac si pittoresque de St.-Sacrement, qui se
prolonge entre des montagnes dont quelques unes ont près de 2000 pieds
de hauteur, purent les apercevoir, et se dirigèrent vers leur centre,
les réguliers à droite et les Canadiens à gauche. Une halte de quelques
instans qu'ils firent pour se former à 150 verges des ennemis, donna à
ceux-ci le temps de se reconnaître et de garnir leurs ouvrages.
L'attaque commença; elle se fit avec une grande vivacité. Les réguliers,
après avoir fait un feu de pelotons très nourri, s'élancèrent à la
bayonnette pour pénétrer dans les abattis; mais malgré l'intrépidité
qu'ils montrèrent dans cet assaut, ils furent ramenés par un feu de
mousqueterie et de mitraille à bout portant. Ils se reformèrent, et
marchèrent de nouveau en avant sans plus de succès. Ils s'épuisèrent
ainsi en efforts infructueux depuis midi jusqu'à deux heures. Les
Canadiens et les sauvages qui avaient suivi le général Dieskau, ou qui
vinrent ensuite le rejoindre, voyant l'inutilité de ces tentatives, se
répandirent à droite dans le bois et à gauche sur une petite hauteur qui
dominait la position des ennemis, d'où ils ouvrirent un feu plongeant
dans leurs barricades à 12 ou 15 pas seulement de distance,[9] et qu'ils
continuèrent avec intrépidité jusqu'à la fin de la journée. Le général
français, qui se tenait entre les réguliers et les Canadiens, résolut de
tenter un nouvel assaut. Il se mit à la tête des premiers, et tirant son
épée il les conduisit lui-même à la charge; mais ils vinrent encore
échouer au pied des retranchemens, du sommet desquels les Anglais
choisissaient leurs victimes et tiraient à couvert et à loisir. C'est
pendant cette attaque, que le général Dieskau, retournant vers la gauche
pour ordonner aux Canadiens de charger, se trouva, sans s'en apercevoir,
si près des ennemis qu'il reçut trois coups de feu presqu'en même temps
qui le firent tomber. Le chevalier de Montreuil qui se trouvait alors
près de sa personne, et qui fut aussi atteint d'une balle au bras,
l'aida à se traîner au pied d'un arbre, et appela deux Canadiens pour le
porter hors du danger. L'un d'eux fut tué en arrivant et tomba sur les
jambes du général; le second fut en même temps blessé. Sans se troubler
Dieskau ordonna au chevalier d'aller à la droite pour ranimer l'attaque
qui se ralentissait, et refusa de se laisser emporter, disant: «que le
lit où il se trouvait était aussi bon pour mourir que celui que l'on
voulait lui donner.» Il fit apporter sa redingote et sa longue-vue près
de lui, et enjoignit aux Canadiens qui s'étaient rassemblés autour de sa
personne et à ses domestiques de s'éloigner.[10] Dans le même moment une
partie des Canadiens et des sauvages se repliait, et le chevalier de
Montreuil cherchait en vain à rallier les troupes, réduites à une
centaine d'hommes, et qui en faisaient autant; elles n'avaient presque
plus d'officiers, et la plupart de ceux de la colonie avaient été tués
ou blessés.

[Note 9: «The Regulars marched as near as I could tell, six deep in
close order, and reached about 20 rods in length. The Canadians and
Indians at the left having come helter-skelter, the woods being full of
them, running with undaunted courage right down hill upon us, expecting
to make us flee as they had before done at the---------, and just now
did to our men.»

Extrait d'une lettre du général américain Pomeroy, alors colonel dans
les milices de New-York, à son épouse, en date du 10 septembre 1755.]

[Note 10: _Relation de la campagne de_ 1755.--Lettre du baron Dieskau au
chevalier de Montreuil, en date de Bath, 26 janvier 1758.]

L'action avait duré 5 heures. Les Français ne furent pas inquiétés dans
leur retraite. Les ennemis intimidés par la furie avec laquelle ils
avaient été attaqués, restèrent dans leurs retranchemens, à l'exception
de quelques hommes qui sautèrent en dehors pour se mettre à leur
poursuite. L'un d'eux, en voyant le général au pied d'un arbre, lui tira
à douze pas une balle qui lui traversa les deux cuisses et la vessie; il
le fit ensuite prisonnier. Ce soldat se trouva être un déserteur
canadien établi depuis une dizaine d'années dans la Nouvelle-York.

Cependant le chevalier de Montreuil avait réussi à rallier une partie
des troupes à 500 pas du camp ennemi et à les mettre dans quelque espèce
d'ordre.

A ce moment de la journée tout le corps français de 1,500 hommes était
divisé par bandes et dispersé. Une partie se trouvait encore sur le
champ de bataille du matin, une autre était en pleine retraite; le
chevalier de Montreuil, avec un troisième débris, reprenait le chemin du
Grand-Marais emmenant avec lui 103 blessés qu'il avait recueillis, et
enfin le reste, composé de Canadiens et de sauvages toujours en
possession de la hauteur sur la droite des Anglais, et ignorant ce qui
se passait ailleurs, continuait à faire un feu très vif dans les
retranchemens. Si les ennemis s'étaient jetés alors tête baissée sur les
Français, ils auraient pu les détruire en détail. Quelques petites
bandes seulement tombèrent dans les détachemens sortis du fort Édouard
et furent dispersés. Le chevalier de Montreuil arriva au bout de deux
jours au Grand-Marais avec sa colonne exténuée de faim et de fatigue,
n'ayant pu prendre, de peur d'être mis entre deux feux, les sacs posés à
terre dans le premier combat. Il y trouva une autre colonne qui y était
arrivée du matin aussi sans vivres. Enfin, les restes de l'expédition
s'étant graduellement réunis, on se rembarqua pour retourner à Carillon.

Les pertes furent moins considérables qu'on avait lieu de le croire,
quoique plus de 310 hommes, ou la moitié environ des réguliers et le
quart des Canadiens et des sauvages qui attaquèrent les retranchemens,
furent tués, blessés ou faits prisonniers, dont 13 officiers y compris
le général Dieskau, sur lesquels il y avait 9 Canadiens.[11] Celles des
Anglais, essuyées principalement dans la déroute des troupes du corps du
colonel Williams qui y fut tué avec 7 autres officiers, atteignirent un
chiffre plus élevé (Documens de Londres). Le colonel Titcombe fut tué,
le colonel Johnson ainsi que le major Nichols furent blessés dans les
retranchemens. De l'aveu même des vainqueurs, qui étaient au nombre de
2,200 hommes, ce furent les ouvrages qui les protégeaient et leur
artillerie qui leur assurèrent la victoire, les assaillans n'ayant point
de canon.[12]

[Note 11: Lettre de M. Doreil au ministre, 20 octobre 1755. Lettre du
général Dieskau.]

[Note 12: «Our artillery played briskly on our front the whole time, and
the breast work secured our men.»--«They (French) made a bold attack and
maintained it bravely; our cannon and breast work saved us.»--«We were
effective about 2,200 at the time of the engagement.»--_Documens de
Londres._]

Lorsque le baron Dieskau fut amené dans le camp du commandant anglais»
celui-ci, avec une humanité qui l'honore, le fit transporter dans sa
tente et voulut qu'il fût pansé avant lui. Il montra à l'infortuné
général tous les soins et toutes les attentions qu'il aurait eus pour un
ami, et que Dieskau n'oublia jamais. Ce général resta prisonnier jusqu'à
la fin de la guerre, tantôt à New-York jusqu'en 1757 et tantôt en
Angleterre. Il languit jusqu'en 1767 qu'il mourut des suites de ses
blessures, à Surène, près de Paris.

Comme Braddock, le général Dieskau dut tous ses malheurs au ridicule
attachement pour la discipline européenne, et au mépris qu'il fit des
avis du gouverneur et des officiers canadiens sur la manière de conduire
la guerre en Amérique. Une opiniâtreté déplacée, fondée sur des
informations inexactes, et le peu de cas qu'il faisait des troupes
provinciales, le firent persister à attaquer avec des soldats fatigués
des troupes retranchées et deux fois plus nombreuses que les siennes. Il
y sacrifia l'élite de ses soldats inutilement, et fit perdre aux
Canadiens la confiance qu'ils pouvaient avoir dans la capacité des
officiers européens. On écrivit même au ministre «qu'ils ne marcheraient
plus avec la même confiance sous les ordres d'un commandant des troupes
de France que sous ceux des officiers de la colonie.»

L'échec des Français releva le courage des provinces anglaises abattu
par la sanglante défaite du général Braddock; mais il n'eut point les
conséquences qu'elles en attendaient. Dans le premier moment
d'exaltation, l'avantage qui avait été remporté fut singulièrement
exagéré. On en fit une victoire éclatante, tandis qu'on n'avait
repoussé, dans la réalité, qu'un coup de main suggéré par l'espoir de
surprendre des magasins d'approvisionnement déposés au fort Édouard. La
chambre des communes vota au colonel Johnson un don de £5000 sterling,
et le roi lui conféra le titre de baronnet. Les journaux célébrèrent à
l'envi ses talens et son courage; mais leurs louanges n'ont pas été
confirmées par la postérité.

Le public, toujours si exigeant, croyant désormais la route de Montréal
ouverte, commença, après quelque temps d'attente, à s'étonner de
l'inactivité de cet officier. Chacun pensait qu'il aurait dû au moins
s'avancer jusqu'à St.-Frédéric. L'ordre même lui fut transmis de marcher
en avant pour complaire à l'opinion publique. Il répondit en continuant
de fortifier son camp. On l'accusa alors de plusieurs fautes, et surtout
de n'avoir pas su profiter de la victoire dans la crainte peut-être,
ajoutaient quelques-uns, d'exposer les lauriers qu'il venait de
cueillir. Johnson, piqué de ces déclamations populaires, écrivit que ses
troupes manquaient des choses les plus nécessaires pour une campagne, et
que d'ailleurs la manière avec laquelle les Français les avaient
attaquées, leur avait imprimé une telle terreur,[13] qu'elles se
sentaient fort peu d'envie d'aller les inquiéter sur leur propre
territoire. Après ces explications, l'armée fut licenciée, à l'exception
de 600 hommes qui furent réservés pour la garde du fort Édouard et du
camp du lac St.-Sacrement, auquel on donna le nom de fort William Henry,
après y avoir fait achever des travaux qui le convertirent en véritable
forteresse.

[Note 13: Minot: _Continuation of the History of Massachusetts Bay._]

La nouvelle de la défaite de Dieskau, qui avait rempli les provinces
anglaises de joie, jeta le Canada pendant quelque temps dans une grande
inquiétude. Le gouverneur, sentant l'importance de se maintenir à la
tête du lac Champlain, envoya sur-le-champ, faute d'ingénieurs
réguliers, ceux qui devaient venir de France ayant été pris sur le Lys
et l'Alcide, M. de Lotbinière pour élever un fort à Carillon, et l'ordre
aux troupes de camper dans cette position importante, afin d'être à
portée de s'opposer à l'ennemi s'il venait à déboucher soit par la route
actuelle de Whitehall, soit par le lac St.-Sacrement, et de couvrir le
poste de St.-Frédéric, qui était la clé du lac Champlain. Au bout de
quelque temps néanmoins l'on eut des renseignemens sur les mouvemens des
Anglais qui tranquillisèrent les esprits. L'on apprit d'abord le
licenciement de l'armée du colonel Johnson, et ensuite la retraite du
corps de 1,500 hommes du général Shirley, destiné à faire le siège de
Niagara. Cet officier général, n'ayant pu faire tous ses préparatifs
dans la saison convenable, avait abandonné cette entreprise, et s'était
retiré dans l'intérieur après avoir laissé 700 hommes au colonel Mercer
pour garder Oswégo et bâtir deux nouveaux forts autour de cette place.
Il paraît que la nouvelle du désastre de Braddock avait aussi fort
découragé ses soldats, qui s'étaient mis à déserter en grand nombre; que
les cinq nations étaient opposées à la guerre qui ruinait leur commerce,
et enfin que l'arrivée de renforts à Frontenac et à Niagara avait
dissipé le peu d'espoir qui restait à ces troupes de s'emparer de ces
postes importuns.

Ainsi les trois principales attaques des Anglais, à savoir, celles
contre les forts Duquesne, St.-Frédéric et Niagara, avaient échoué à la
fin de la campagne; et le Canada put s'estimer heureux d'un résultat qui
devait dépasser ses plus hautes espérances, vu la supériorité numérique
de ses ennemis. Les troupes françaises occupaient toutes les positions
qu'elles avaient au commencement de la saison des opérations, excepté
celle de Beauséjour, dont la perte n'eut, comme on l'a déjà dit, aucune
influence sur le sort des événemens militaires, M. de Boishébert, qui
commandait dans cette partie, s'y maintenant toujours.

Les suites de ces échecs furent désastreuses pour les frontières
américaines. Les armées anglaises ayant été défaites ou obligées de
retraiter, la bride fut lâchée aux bandes canadiennes et sauvages, qui
dévastèrent les établissemens ennemis depuis la Nouvelle-Ecosse jusqu'à
la Virginie avec toute la vengeance que leur inspirait la guerre injuste
que l'on faisait au Canada. Plus de mille habitans furent massacrés ou
traînés en captivité par ces guerriers redoutables, qui, comme un
torrent dévastateur, ne laissaient que des ruines sur leur passage. Les
populations épouvantées abandonnèrent leurs foyers, et allèrent chercher
un asile dans les provinces méridionales et sur les bords de la mer.
Toutes les colonies anglaises étaient dans l'étonnement en voyant le
résultat de la compagne. «Quatre armées étaient sur pied, dit un de
leurs historiens (Minot), pour repousser les empiétemens des Français;
nos côtes étaient gardées par la flotte du brave et vigilant Boscawen;
nous n'attendions qu'un signal pour nous emparer de la Nouvelle-France.
Mais quel n'a pas été notre désappointement? On a réussi en Acadie, il
est vrai, mais Braddock a été défait; mais Niagara et St.-Frédéric sont
encore entre les mains des Français; mais les barbares ravagent nos
campagnes, égorgent nos habitans; nos provinces sont déchirées par les
factions et nos finances sont dans le délabrement.» Les préparatifs pour
l'expédition contre le fort St.-Frédéric avaient coûté, suivant le même
historien, à la Nouvelle-Angleterre seule £80,000, outre un grand nombre
de réclamations qui restaient encore à régler. Ces provinces se voyaient
donc, contre leur attente, exposées à tous les malheurs de la guerre
qu'elles avaient tant désirée, pour satisfaire une ambition que pouvait
seule justifier à leurs yeux la supériorité de leurs forces. La saison
des opérations tirant à sa fin, les troupes françaises vinrent prendre
leurs cantonnemens d'hiver dans les environs de Montréal. La sécurité
n'avait pas été un instant troublée dans l'intérieur du pays. Le
contraste avec les colonies voisines nous était favorable pour le
moment. Mais l'avenir paraissait toujours menaçant et sombre. Déjà l'on
souffrait depuis quelque temps de la rareté des vivres. Le manque des
récoltes dans le gouvernement de Québec, les levées considérables de
provisions faites par l'intendant tant pour la subsistance des troupes
et des sauvages que pour celle des Acadiens répandus sur les rives du
golfe St.-Laurent et de la baie de Fondy, amenèrent bientôt une disette
assez sérieuse, surtout parmi les habitans pauvres des villes. Ce
n'était là pourtant que le prélude des maux et des privations que devait
entraîner pour les Canadiens cette longue et cruelle guerre.

Les nouvelles annonçaient déjà que l'Angleterre devait opérer dans la
prochaine campagne avec un grand surcroît de forces. L'on ne perdit
point de temps en Canada pour se mettre en état de bien recevoir les
ennemis, et même d'aller porter la guerre chez eux si une occasion
favorable se présentait. Le gouverneur et l'intendant demandèrent, dans
leurs dépêches à la France, des secours en hommes, en matériel de guerre
et en vivres. Ils lui faisaient en même temps un tableau exact de l'état
du Canada et des forces des Anglais en Amérique. Les principaux
officiers de l'armée qui correspondaient avec les ministres, écrivirent
dans le même sens. Plusieurs d'entre eux avaient des craintes qu'ils ne
cherchaient pas à dissimuler: «La situation de la colonie disait M.
Doreil, commissaire général des guerres, est critique à tous égards;
elle exige de prompts et de puissans secours. J'ose même assurer que si
l'on n'en envoie pas, elle courra les plus grands risques dès l'année
prochaine.»

Toutes les correspondances faisaient ressortir, chacune à sa manière, la
disproportion des forces des deux nations dans ce continent. On
demandait surtout un général expérimenté pour remplacer le baron
Dieskau, ainsi que des ingénieurs qui manquaient totalement et des
officiers d'artillerie. «Il faudrait, observait l'intendant, plusieurs
corps en campagne le printemps prochain, et 16 ou 1700 hommes de troupes
de terre et 1000 ou 1200 hommes de celles de la colonie ne suffiront
pas; il faut toujours garder une certaine quantité des dernières pour le
service des trois villes; il en faut pour les différens postes. Ainsi ce
sont les Canadiens qui font la plus grande partie de ces armées, sans
compter 1000 à 1200 qui sont continuellement occupés aux transports. Les
Canadiens étant ainsi employés à l'armée ne labourent point leurs terres
anciennement défrichées, bien loin d'en défricher de nouvelles. Les
levées qu'on va en faire dépeupleront encore les campagnes. Que
deviendra la colonie? Tout y manquera, principalement le blé. On avait
eu jusqu'à présent l'attention de ne faire les levées qu'après le labour
du printemps. Ce ménagement ne peut plus avoir lieu, puisqu'on fera la
guerre pendant l'hiver, et que les armées doivent être rassemblées dès
le mois d'avril. De plus, les Canadiens diminuent beaucoup; il en est
mort un grand nombre de fatigues et de maladies. Il ne faut, ajoutait
l'intendant, compter sur les sauvages qu'autant que nous serons
supérieurs, et qu'on fournira à tous leurs besoins.» Telle était la
situation des choses à la fin de 1755.

Cependant la deuxième année depuis le commencement des hostilités en
Amérique allait finir, et les deux peuples ne s'étaient pas encore
adressés des déclarations de guerre formelles. La diplomatie restait
toujours saisie des questions en litige. Le 21 décembre, M. Rouillé,
ministre des affaires étrangères, adressa à M. Fox une lettre dans
laquelle il demandait une réparation éclatante des insultes faites au
pavillon français par les attaques dont il avait été l'objet, et
déclarait qu'il regarderait un refus comme un dessein de troubler le
repos de l'Europe. Le ministre anglais fit une réponse motivée,
déclarant en termes modérés mais positifs, qu'il ne pourrait y
satisfaire tant que la chaîne des forts élevés au nord-ouest des
Apalaches subsisterait.

Louis XV dut vaincre enfin ses dangereuses répugnances et se résoudre à
la guerre. Dunkerque fut fortifié, les sujets anglais eurent ordre de
sortir de France, leurs vaisseaux furent saisis dans les ports; on arma
des escadres considérables, on menaça la Grande-Bretagne d'une descente.
Celle-ci demanda des secours à la Hollande et au Hanovre. Mais ces
menaces cachaient un autre projet, que le peuple anglais n'apprit que
par la défaite de l'amiral Byng et la prise de l'île de Minorque.

L'Europe, comme l'Amérique, ne retentissait plus maintenant que du bruit
des armes. Le 17 mai l'Angleterre publia une déclaration de guerre
contre la France, qui en publia une à son tour contre l'Angleterre dans
le mois suivant. Ces actes n'étaient plus qu'une formalité puérile,
qu'une ironie jetée au milieu d'un drame de sang.

Les ministres français résolurent d'envoyer au Canada deux nouveaux
bataillons comme le demandait M. de Vaudreuil, et des recrues pour
compléter ceux qu'il y avait déjà, ainsi que des vivres et 1,300,000
livres en numéraire. L'envoi d'argent porta, contre toute attente, un
préjudice grave à la colonie, comme nous l'avons observé en parlant de
son commerce, en ce que sa circulation fit baisser le papier-monnaie et
les lettres de change d'un quart.

Le roi choisit le marquis de Montcalm, maréchal de camp, pour remplacer
le général Dieskau. C'était un vieil officier qui comptait 35 ans de
service, ayant embrassé l'état militaire en 1721 à l'âge de 14 ans. Il
avait servi en Italie et en Allemagne, et assisté à la bataille de
Plaisance et au sanglant combat de l'Assiette, où il était colonel. Il
avait reçu cinq blessures dans ces deux actions. Il s'était aussi
distingué sous le maréchal de Belle-Isle dans la fameuse retraite de
Prague. Mais il avait tous les défauts des généraux de son temps; il
était à la fois rempli de feu et de nonchalance, timide dans ses
mouvemens stratégiques et audacieux au combat jusqu'à négliger les
règles de la plus commune prudence; du reste, il était d'une bravoure
personnelle à toute épreuve. Il s'embarqua pour le Canada avec le
chevalier de Levis, brigadier, officier de distinction, M. de
Bourlamarque, colonel du génie, des officiers d'artillerie, les deux
bataillons qu'on y envoyait, formant 1000 hommes, et 400 recrues. Le
général Montcalm débarqua à Québec vers le milieu de mai (1756); les
renforts y arrivèrent dans le cours de ce mois et de celui de juin, avec
les vivres et les munitions de guerre qu'on attendait avec impatience.
Ces renforts, réunis aux seize cents soldats des quatre bataillons
arrivés l'année précédente et aux troupes de la colonie, portaient toute
l'armée régulière à un peu plus de 4000 hommes.

Le général Montcalm alla rejoindre le gouverneur à Montréal, où il se
tenait pour être plus près du théâtre des hostilités. Après un examen
minutieux de la situation et des circonstances du pays, il fut arrêté
entre ces deux chefs d'établir deux camps principaux, l'un à Carillon et
l'autre à Frontenac, afin d'être à portée d'observer les deux points où
les Anglais commençaient à rassembler leurs forces, à savoir: le fort
Oswégo, pour opérer par le lac Ontario, et le fort Édouard sur l'Hudson,
pour opérer par le lac Champlain. Le bataillon de Béarn reçut ordre en
conséquence de s'avancer jusqu'à Niagara, où l'on avait laissé seulement
quelques hommes l'automne précédent, et que M. Pouchot, officier
d'infanterie, versé dans la science de l'ingénieur, fut chargé de
fortifier. Deux autres bataillons durent s'arrêter à Frontenac, s'y
retrancher et donner la main à 1000 Canadiens et sauvages jetés dans
l'espace qu'il y avait entre eux et Niagara. Le commandement de cette
frontière fut donné à M. de Bourlamarque. Quant à Carillon, 3000 hommes
dont 1500 réguliers, s'y trouvaient réunis à la fin de juillet sous les
ordres du chevalier de Levis.

Il fut envoyé aussi 120 hommes pour la protection des pêcheries de
Gaspé. M. de Boishébert demeura chargé de la défense de la frontière du
côté de l'Acadie avec un corps de Canadiens et de sauvages. Dans
l'ouest, M. Dumas releva M. de Contrecoeur au fort Duquesne, et M. de
Bellestre, M. Demuy au Détroit. Ces commandans avaient pour lieutenans
dans les différens postes, MM. de Repentigny, d'Anglade, Hébert,
Beaubassin, etc. 3,500 Canadiens et sauvages étaient répandus sur cette
frontière depuis le lac Erié jusqu'à la vallée du Mississipi en suivant
la route de l'Ohio et des Illinois. Les forces armées pour la défense du
Canada depuis le Cap-Breton jusqu'aux Illinois ne dépassèrent donc
jamais, dans cette campagne, 12,000 hommes, au chiffre le plus élevé;
elles étaient beaucoup moindres lorsque les milices, après leurs
expéditions guerrières, rentraient dans leurs foyers pour faire les
semailles ou la moisson et vaquer aux autres travaux des champs.

La forteresse de Louisbourg, qui était un point capital, avait à elle
seule une garnison de 1100 hommes; ce qui était encore trop peu
cependant. On le sentit à la cour, et on voulut y envoyer un renfort de
600 hommes sur la frégate l'Arc-en-ciel. Malheureusement ce vaisseau ne
parvint point à sa destination. Il fut pris par la croisière anglaise
établie sur les côtes du Cap-Breton, et que commandait le capitaine
Spry.

Tels étaient les préparatifs des Français pour la campagne de 56. Ceux
de la Grande-Bretagne furent beaucoup plus formidables.

Elle ne changea rien à son plan d'invasion du Canada de l'année
précédente; elle vota avec joie finances et soldats pour laver la honte
de la défaite du général Braddock et de la perte de l'île de Minorque
dans la Méditerranée, événemens qui avaient fait une sensation profonde
en Angleterre. L'Amérique, principal théâtre des opérations militaires,
fixa surtout l'attention des peuples britanniques, qui y voyaient, là,
leurs futures conquêtes et leur domination permanente. Le comte de
Loudoun, vieil officier d'expérience, fut nommé gouverneur de la
Virginie, et général en chef des armées dans l'Amérique du nord. Le
général Abercromby y passa aussi avec deux régimens. 115,000 louis
sterling furent votés par la chambre des communes pour aider les
colonies à armer leurs milices. Les gouverneurs des diverses provinces
s'assemblèrent à New-York, et résolurent de lever 10,000 hommes pour
prendre le fort St.-Frédéric et s'assurer du commandement du lac
Champlain; 6,000 hommes pour faire le siège de Niagara et couper la
communication de la vallée de l'Ohio; 3,000 hommes pour marcher sur le
fort Duquesne, et enfin 2,000 pour faire une diversion du côté de
Québec, en remontant la rivière Kénébec, traversant les Alléghanys et
descendant la rivière Chaudière qui tombe dans le St.-Laurent à quelques
milles de cette ville, et tenir ainsi tout le centre du Canada en
alarmes. Ces milices devaient former, avec d'autres petits corps volans
placés sur les frontières, une armée d'environ 25,000 hommes ou le
double de celle des Français, outre les troupes régulières. Mais malgré
cette grande augmentation de forces, et les flottes nombreuses qui
couvraient les mers de ce continent, nous allons voir que la campagne de
1756 fut encore plus malheureuse pour l'Angleterre que les deux
campagnes précédentes.



                             CHAPITRE II.

                 PRISE D'OSWÉGO ET DE WILLIAM-HENRY.

                              1756-1757.


Alliances indiennes; les cantons iroquois protestent de leur
neutralité.--Préparatifs militaires.--Bandes canadiennes en campagne
tout l'hiver (1755-56); destruction du fort Bull et dispersion d'un
convoi de 400 bateaux ennemis.--Commencement de désunion entre le
gouverneur et le général Montcalm au sujet de l'entreprise sur
Oswégo.--Siège de cette place.--La garnison abandonnée du général Webb
capitule.--Butin que l'on fait.--Les sauvages tuent un grand nombre de
prisonniers; on ne parvient à les arrêter qu'avec beaucoup de
peine.--Les fortifications d'Oswégo sont rasées.--Joie que cette
victoire répand en Canada,--Les Anglais suspendent toutes leurs
opérations pour le reste de la campagne.--Les Indiens ravagent leurs
provinces.--Les Canadiens enlèvent Grenville à 20 lieues de
Philadelphie.--Disette en Canada.--Arrivée des Acadiens qui mouraient de
faim.--Ils se dispersent dans le pays.--Demande de secours en
France.--Augmentation rapide des dépenses.--Montcalm suggère d'attaquer
l'Acadie au lieu des forts Edouard et William-Henry.--Pitt monte au
timon des affaires en Angleterre; nouveaux efforts de cette puissance en
1757.--Elle forme et on abandonne en Chemin le dessein de prendre
Louisbourg, protégé par la flotte de l'amiral Dubois de la Mothe.--Des
bandes canadiennes tiennent la campagne pendant l'hiver; M. de Rigaud, à
la tête de 1,500 hommes, détruit les environs du fort
William-Henry.--Les tribus indiennes restent fidèles à la France, qui
envoie des secours.--Prise de William-Henry après un siège de 6
jours.--La garnison, forte de 2,400 bommes, met bas les armes.--Les
prisonniers sont encore attaqués à l'improviste par les sauvages, qui en
massacrent plusieurs, les pillent et les dispersent.--Le fort
William-Henry est aussi rasé.--La disette va en augmentant en
Canada.--Murmure des troupes.--Les dissentions deviennent plus visibles
entre les chefs de la colonie.--Succès variés de la France dans les
autres parties du monde.--Elle ne peut envoyer que quelques recrues en
Amérique.--L'Angleterre y porte son armée à 50,000 hommes dont 22,000
réguliers, pour la campagne de 1758.


Dans l'hiver M. de Vaudreuil porta son attention sur l'importante
affaire des alliances indiennes, surtout celle avec les cinq nations,
qui cherchaient à conserver la neutralité et à faire respecter
l'intégrité de leur territoire. Il reçut avec une grande distinction la
députation nombreuse qu'elles lui envoyèrent, et les assura que son plus
grand désir était de rester en bonne intelligence avec elles. Ces
délégués satisfaits se retirèrent en renouvelant leurs protestations
pacifiques. C'est en partie pour ne pas indisposer ces peuples que le
gouverneur fit raser les fortifications d'Oswégo, après que l'on se fût
emparé de cette place.

La saison des opérations arrivait, mais l'ennemi qui avait appris à être
plus circonspect, ne montrait pas le même empressement pour se mettre en
campagne, que l'année précédente. La levée de ses troupes avait éprouvé
aussi beaucoup de délais inévitables. Une difficulté d'étiquette vint
les accroître. D'après des règles de guerre faites à Londres, les
officiers de l'armée régulière devaient avoir la préséance sur ceux de
la milice coloniale. Cette distinction causa un mécontentement universel
parmi la libre et fière population américaine. Elle repoussa avec dédain
l'infériorité que l'on voulait lui imposer, et lord Loudoun fut obligé
de donner satisfaction à une exigence qui n'était que légitime. Il
laissa subsister l'organisation militaire qu'elle s'était attribuée au
commencement de la guerre. En Canada les mêmes difficultés se
présentèrent; mais la sagesse du gouvernement les fit cesser aussitôt.
M. de Vaudreuil, qui était l'ami et le protecteur des Canadiens, ne
voulut pas que l'on portât la moindre atteinte à leurs droits et à
l'usage établi.

Cependant l'inactivité des Anglais, qui étonnait, permit de mettre à
exécution un projet né dans l'esprit du gouvernement français dans le
temps de la construction d'Oswégo, qu'il avait toujours regardée depuis
comme un acte hostile, comme une menace; Le gouverneur ayant cette
entreprise à coeur, n'avait fait que l'ajourner l'année précédente; et
dans la prévision de sa réalisation prochaine, les préparatifs étaient
faits pour l'exécuter. Des partis avaient été tout l'hiver en campagne,
entre Albany et ce fort, afin de détruire les petits postes qu'on y
aurait élevés et de harceler sans cesse les communications. Dans le mois
de mars M. de Léry, à la tête de 324 hommes, prit un magasin
considérable, connu sous le nom de «fort de Bull,» situé entre
Schenectady et Oswégo, et défendu par 80 hommes. On y détruisit une
immense quantité de poudre, de projectiles et autres munitions de guerre
dont la perte retarda beaucoup les mouvemens de l'ennemi. Le fort Bull
était palissadé et garni de meurtrières. Sa prise offrit ceci de
remarquable, que les meurtrières au lieu d'être une protection pour la
garnison, servirent au contraire aux assaillans qui s'en emparèrent
avant que les premiers pussent s'y placer, et tirèrent par ces
ouvertures du dehors en dedans de l'enceinte. Les palissades ayant été
coupées à coups de hache, la maison fut prise d'assaut, et tous ceux qui
la défendaient furent passés au fil de l'épée.

Dès le petit printemps, M. de Vaudreuil envoya M. de Villiers avec 900
hommes pour observer les environs d'Oswégo et y inquiéter les Anglais.
Ce détachement eut plusieurs escarmouches. Le 3 juillet, il attaqua un
convoi de 3 à 400 bateaux qui revenait de porter des armes et des vivres
dans cette place; il le dispersa, tua beaucoup de monde, leva des
chevelures et fit quantité de prisonniers.[14]

[Note 14: Lettre de M. de Montcalm au ministre, du 20 juillet 1756. Il
dit que l'avantage aurait été plus considérable si les sauvages
n'avaient pas attaqué trop tôt. Lettre de M. de Vaudreuil, du 30 août.
La plupart des historiens américains ne parlent point de cette surprise.
Smollett rapporte que les Anglais étaient commandés par le colonel
Bradstreet, qu'ils défirent complètement leurs assaillans après un
combat de trois heures, et firent 70 prisonniers. Mais le grave et
savant Sismondi, parlant de Smollett, observe qu'il n'a écrit en général
que sur des rapports de gazette et qu'il mérite peu de croyance.]

Cependant l'expédition d'Oswégo fut définitivement résolue, et l'armée
reçut ordre de faire ses préparatifs pour se mettre en mouvement. C'est
alors que le public crut s'apercevoir d'un refroidissement entre le
gouverneur et le commandant des troupes. Ces deux chefs s'étaient plus
d'abord; mais la différence de caractère, et des personnes intéressées
peut-être à les diviser, les éloignèrent l'un de l'autre. Il n'y eut
dans les commencemens que leurs amis intimes qui s'aperçurent de ce
changement, qui devait être si funeste dans la suite. Plus tard cette
désunion devint apparente pour tout le monde.

Le général Montcalm, par un fatal pressentiment, ne crut jamais au
succès de la guerre, comme ses lettres ne le laissent que trop
entrevoir; de là une apathie qui lui aurait fait négliger tout mouvement
agresseur, sans M. de Vaudreuil, qui, soit par conviction, soit par
politique, ne parut au contraire jamais désespérer, et conçut et fit
exécuter les entreprises les plus glorieuses qui aient signalé cette
guerre pour les Français. Tel était cependant le progrès des idées de
Montcalm dans l'armée, que le gouverneur disait (lettre aux ministres)
après la prise d'Oswégo, que s'il se fût arrêté à tous les propos
inconsidérés qu'on tenait à ce sujet, il aurait été obligé de renoncer à
une entreprise qui devait déranger si profondément tous les plans des
généraux anglais. En effet le général Montcalm ne l'approuvait qu'à
demi; il avait des doutés sur le succès, et s'en exprima ainsi dans une
dépêche: «L'objet qui me fait passer à Frontenac, disait-il, est un
projet qui m'a paru assez militaire, si toutes les parties de détail
sont assez bien combinées, et je pars sans en être ni assuré ni
convaincu.»

Le fort Oswégo, bâti par les Anglais sur la rive droite du lac Ontario
pour protéger leur commerce et les établissemens qu'ils voulaient former
entre l'Hudson et ce lac, acquérait en temps de guerre une double
importance par sa position. Il servait d'un côté à contenir les tribus
iroquoises, et il menaçait de l'autre les communications entre
l'extrémité inférieure et l'extrémité supérieure du Canada. De plus les
Anglais pouvaient, de ce point, attaquer le fort Frontenac et s'emparer
du commandement du lac Ontario. Il était donc important de se rendre
maître de cette position, et de les rejeter dans la vallée de l'Hudson.
C'est ce que le gouvernement français avait senti, et ce que M. de
Vaudreuil voulut exécuter.

Ce gouverneur, qui avait dirigé une partie des préparatifs, avait si
bien pris ses mesures que l'armée surprit pour ainsi dire les ennemis,
que les détachemens, tenus aux environs de ce lieu, avaient empêchés de
pousser des reconnaissances au loin. Il avait réuni 3000 hommes à
Carillon, et Montcalm s'y était rendu avec ostentation pour attirer
leurs regards de ce côté. Tandis qu'ils croyaient encore ce général,
qu'ils redoutaient, sur le lac Champlain, celui-ci était revenu
soudainement à Montréal; et 3 jours après, le 21 juillet, il partait
pour aller se mettre à la tête des troupes expéditionnaires réunies à
Frontenac, sous les soins immédiats, de M. de Bourlamarque. M. de Rigaud
fut chargé du commandement du camp d'observation formé par M. de
Villiers à Niaouré, à 15 lieues d'Oswégo, et qui devait protéger d'abord
le débarquement de l'armée sur la rive méridionale du lac, et ensuite
former l'avant-garde. Pour ne pas éprouver d'obstacles de la part des
Iroquois, une partie de leurs principaux guerriers avait été attirée à
Montréal, et une autre à Niagara, où ils servirent d'otages pour la
conduite de la confédération. Deux barques de 12 à 16 canons furent
mises en croisière devant Oswégo, et une chaîne de découvreurs fut
établie entre ce fort et Albany pour intercepter les courriers.

Le général Montcalm arriva à Frontenac le 29 juillet. Le 4 août la
première division de l'armée, forte de 2 bataillons et de 4 bouches à
feu, s'embarqua et atteignit Niaouré le 6. La seconde ou dernière
division y arriva le 8; elle était formée d'un bataillon de réguliers et
d'un corps de Canadiens, avec plus de 80 bateaux chargés d'artillerie,
de bagages et de vivres. Ces troupes réunies formaient environ 3,100
hommes, dont 1,350 réguliers, 1,500 Canadiens et soldats de la colonie,
et 250 sauvages.[15] De la baie de Niaouré l'armée, pour dérober sa
marche, cheminant de nuit seulement et se retirant le jour dans les bois
sur le rivage, après avoir couvert ses bateaux de feuillages épais, alla
débarquer, le 10, dans une anse à une demi-lieue de la place qu'on
allait attaquer, sous la protection de l'avant-garde, qui avait continué
son chemin par terre, et qui investit le lendemain le fort Ontario.

[Note 15: Les auteurs américains disent 5000. Nous donnons les chiffres
officiels.]

Les ouvrages défensifs d'Oswégo consistaient en trois forts; le fort
Oswégo proprement dit, dont les remparts étaient garnis de 18 pièces de
canon et 15 mortiers ou obusiers; le fort Ontario élevé tout récemment
au milieu d'un plateau dans l'angle formé par la rive droite de la
rivière qui avait donné son nom au principal fort, et le bord du lac, et
le fort George situé sur une hauteur à 300 toises de celui d'Oswégo
qu'il dominait; ce dernier n'était qu'un mauvais retranchement en terre
garni de pieux, et défendu par quelques pièces de canon. Ces diverses
fortifications avaient une garnison d'environ 16 à 17 cents hommes des
régimens de Shirley, Pepperrell et Schuyler, noms populaires depuis
l'expédition de Louisbourg, et elles étaient commandées par le colonel
Mercer.

Les Français ayant établi leur camp dans l'anse où ils étaient
débarqués, employèrent les journées des 11 et 12 à percer un chemin dans
un bois marécageux jusqu'au fort Ontario, pour le passage des troupes et
de l'artillerie. Le colonel de Bourlamarque fut chargé de la direction
du siège. La tranchée, ouverte à 90 toises de ce dernier fort, malgré un
feu d'artillerie et de mousqueterie très vif des assiégés, reçut six
pièces de canon. Le colonel Mercer, qui s'était transporté dans ce fort,
ne voulant pas attendre l'assaut, et ayant épuisé ses munitions, fit
enclouer les canons et l'évacua. Les Français y entrèrent aussitôt.
Mercer envoya alors 370 hommes pour tenir la communication ouverte entre
le fort George, où commandait le colonel Schuyler, et le fort Oswégo où
il se retira lui-même. Mais M. de Rigaud ayant passé la rivière à la
nage avec un corps de Canadiens et de sauvages, le 14 au point du jour,
chassa ces troupes et s'établit entre les deux forts, jetant, par ce
mouvement hardi, l'intimidation parmi les assièges; et les séparant en
deux. Cette manoeuvre fut suivie de l'établissement d'une batterie de 9
canons sur le bord de l'escarpement de la rivière, du côté opposé au
fort Oswégo, laquelle ouvrant un feu plongeant dans les retranchemens
qu'il y avait autour de cette place, frappait les soldats découverts
jusqu'aux genoux et leur ota toute espérance de s'y maintenir. A sept
heures du matin le colonel Mercer avant été tué, quelques heures après
les assiégés demandèrent à capituler. La rapidité des travaux du siège,
le passage audacieux de la rivière qui leur ôtait toute retraite, la
mort de leur commandant, tout contribua à les décider à prendre une
résolution que les assiégeant n'osaient pas espérer sitôt, car les
Anglais avaient, à peu de distance, un corps de 2,000 hommes sous les
ordres du général Webb, que Montcalm s'attendait d'un moment à l'autre à
voir paraître, et qu'il s'était préparé, du reste, à bien recevoir. Le
colonel Mercer avait écrit à Webb, le 12 à 1 heures du matin, pour
l'informer de sa situation et l'appeler à son secours; mais 2 heures
après, la lettre interceptée était remise au général français, qui
pressa davantage les travaux du siège. Le général Webb apprit en route,
à Wood's Creek, la capitulation d'Oswégo. Il s'empressa aussitôt
d'embarrasser la rivière, et de rebrousser chemin avec une précipitation
qui tenait presque de l'épouvante.

La capitulation fut signée à 11 heures du matin. Le colonel Littlehales,
qui avait remplacé le colonel Mercer, resta prisonnier avec la garnison
des deux forts et les équipages des navires formant 1,100 soldats, 300
marins et ouvriers, 80 officiers et une centaine de femmes et enfans.
Les troupes posèrent les armes. On prit 7 bâtimens de 8 à 18 canons, 200
bateaux, 107 pièces de canon, 14 mortiers, 730 fusils, une immense
quantité de munitions de guerre et de bouche, la caisse militaire
renfermant 18,000 francs, et 5 drapeaux. Cette belle conquête, ne coûta
que quelques hommes aux vainqueurs. Les vaincus y perdirent, environ 150
tués on blessés, y compris plusieurs soldats qui voulurent se sauver
dans les bois pendant la capitulation, et qui tombèrent sous la hache
des Indiens.

Ces barbares, se voyant frustrés du pillage de la place conquise, qu'un
assaut leur aurait livrée, voulaient à toute force faire un butin. Ils
se jetèrent sur les prisonniers isolés, les pillèrent ou les
massacrèrent. Ils envahirent ensuite les hôpitaux et levèrent la
chevelure à une partie des malades qu'ils y trouvèrent. Une centaine
d'hommes devinrent ainsi leurs victimes. Le général Montcalm, à la
première alarme, s'était empressé de prendre des mesures pour faire
cesser ces sanglans désordres; mais il ne put réussir qu'avec beaucoup
de difficulté, et encore, pour satisfaire ces sauvages excités par la
soif du sang qu'ils venaient de verser, il avait été obligé de leur
promettre de riches présens. «Il en coûtera au roi 8 à 10 mille livres,
écrivit-il au ministre, qui nous conserveront plus que jamais
l'affection de ces nations; et il n'y a rien que je n'eusse accordé
plutôt que de faire une démarche contraire à la lionne loi française.»

Toutes les fortifications d'Oswégo furent rasées, suivant les ordres du
gouverneur, en présence des chefs iroquois, qui virent tomber avec la
satisfaction la plus vive ces forts élevés au milieu de leurs cantons,
et qui offusquaient à la fois leur amour-propre national et excitaient
leur jalousie. Cette détermination était d'une politique prévoyante et
sage, attendu surtout que l'on manquait de forces pour y laisser une
garnison suffisante.

L'époque de la moisson appelait déjà depuis quelque temps le retour des
Canadiens dans leurs foyers. Le gros de l'armée se rembarqua avec les
prisonniers pour retourner en Canada, où la victoire de Montcalm causa
une joie universelle, et fut l'occasion de réjouissances publiques. Un
_Te Deum_ fut chanté dans les principales églises des villes, où l'on
suspendit les drapeaux pris sur l'ennemi comme des trophées propres à
entretenir le zèle des habitans. Mais si l'on ajoutait en Canada un
grand prix à la conquête que l'on venait de faire, les regrets des
Anglais, qui la regardaient comme l'événement le plus désastreux qui put
leur arriver, comme un malheur national, montraient qu'on ne l'avait pas
exagéré. En effet ils suspendirent aussitôt toutes leurs opérations
offensives. Le général Abercromby accusa le général Schuyler de ne pas
l'avoir mis au fait de l'état de cette place. Le général Winslow reçut
ordre de ne point marcher sur Carillon, et de se retrancher de manière à
Surveiller la route du lac Champlain et celle d'Oswégo. Le général Webb
fut placé au portage de la tête du lac St.-Sacrement avec 1,400 hommes,
et sir William Johnson, avec 1000 miliciens, à German Flatts sur la
rivière Hudson. L'expédition par la rivière Chaudière fut abandonnée ou
changée en course de maraudeurs; et celle qu'on avait projetée contre le
fort Duquesne, fut ajournée à un temps plus heureux. Ces mesures de
précautions occupèrent l'ennemi le reste de la campagne.

L'attaque d'Oswégo, dont la conception était due à M. de Vaudreuil et
l'exécution au général Montcalm, fit le plus grand honneur à ces deux
hommes; mais le succès qui l'avait couronnée ne rétablit point une
amitié franche et cordiale entre eux. Montcalm parut mécontent et
morose; et comme s'il eût regretté une victoire obtenue contre ses
prévisions, il écrivit à Paris: «C'est la première fois qu'avec 3,000
hommes et moins d'artillerie qu'eux, on en a assiégé 1,800, qui
pouvaient promptement être secourus par 2,000, et qui pouvaient
s'opposer à notre débarquement, ayant une supériorité de marine sur le
lac Ontario. Le succès a été au-delà de toute attente. La conduite que
j'ai tenue à cette occasion, et les dispositions que j'avais arrêtées
sont si fort contre les règles ordinaires, que l'audace qui a été mise
dans cette entreprise doit passer pour de la témérité en Europe; aussi
je vous supplie, monseigneur, pour toute grâce d'assurer sa majesté que
si jamais elle veut, comme je l'espère, m'employer dans ses armées, je
me conduirai sur des principes différens.» Il se plaignit encore dans
l'automne de plusieurs petits désagrémens que le gouverneur lui aurait
fait souffrir; que lui et M. de Levis recevaient des lettres et des
ordres écrits avec duplicité, et qui feraient retomber le blâme sur eux
en cas d'échec; que les Canadiens n'avaient ni discipline, ni
subordination, etc. Les louanges que le gouverneur donnait dans ses
dépêches à leur bravoure, avaient excité, à ce qu'il paraît, la jalousie
des troupes régulières et de leurs officiers; et le général Montcalm qui
n'aurait pas dédaigné d'être le chef du parti militaire, et qui portait
peut-être déjà les yeux sur un poste plus élevé que le sien, devint
vis-à-vis de la mère-patrie l'organe d'un système de dénigrement,
symptôme lointain de la désorganisation sourde qui s'introduisait déjà
dans tous les élémens de l'ancienne monarchie.

Comme nous venons de le dire, la perte d'Oswégo fit suspendre aux
Anglais toutes leurs opérations pour le reste de la campagne, tant sur
le lac Ontario que du côté de l'Acadie. Sur le lac St.-Sacrement les
hostilités se bornèrent à quelques escarmouches jusqu'à l'automne, où
les troupes françaises rentrèrent dans l'intérieur pour prendre leurs
quartiers d'hiver, laissant quelques centaines d'hommes en garnison à
Carillon et à St.-Frédéric sous les ordres de MM. de Lusignan et de
Gaspé.

Du côté de l'Ohio, il ne se passa non plus rien de remarquable. Mais les
irruptions dévastatrices avaient continué dans la Pennsylvanie, le
Maryland et la Virginie. Plus de soixante lieues de pays furent encore
abandonnées cette année avec les récoltes et les bestiaux par les
habitons, qui s'enfuirent au-delà des Montagnes-Bleues. Les milices
américaines, habillées et tatouées à la manière des Indiens, n'avaient
pu arrêter qu'un instant ces invasions passagères, mais sanglantes. On
eut même des craintes pour la sûreté de la ville de Winchester. Le
colonel Washington, qui commandait sur cette frontière, écrivit dans les
termes les plus pressans au gouverneur de la Virginie pour lui peindre
l'extrême désolation qui y régnait: «Je déclare solennellement,
ajoutait-il, que je m'offrirais volontiers en sacrifice à nos barbares
ennemis, si cela pouvait contribuer au soulagement du peuple.»

M. Dumas avait fait enlever aussi, dans le mois d'août, le fort
Grenville situé seulement à 20 lieues de Philadelphie. Quelque temps
auparavant, Washington avait voulu surprendre, avec 3 ou 400 hommes,
Astigué, grosse bourgade des Sauvages-Loups; et il avait déjà réussi à
mettre cette tribu en fuite, lorsque, ramenée à la charge par M. de la
Rocquetaillade et quelques Canadiens, elle mit à son tour les Anglais en
déroute, et les dispersa dans les bois.

Telles furent les opérations militaires de cette année. Tout l'honneur
en appartint aux armes françaises. Avec moins de 6,000 hommes on avait
paralysé les mouvemens de près de 12,000, rassemblés par l'ennemi entre
l'Hudson et le lac Ontario; et l'on s'était emparé de sa plus forte
place de guerre. Pour récompenser le zèle et le courage des troupes,
Louis XV promut à un grade supérieur ou décora de la croix de St.-Louis
plusieurs officiers de l'armée canadienne.

Il faut dire néanmoins que, si l'on avait lieu d'être satisfait des
services de cette armée, la situation intérieure du pays ne permettait
guère de se réjouir de ses succès, qui retenaient, il est vrai, la
guerre au-delà des frontières, mais qui étaient inutiles pour soulager
les maux du peuple. Toute l'attention du gouvernement se portait alors
sur la disette qui régnait, et qui était encore plus redoutable que le
fer de l'ennemi. Le tableau de la misère et des souffrances qui
s'offraient partout dans l'automne, frappait de pressentimens sinistres
les hommes les plus résolus. La petite vérole venait de faire des
ravages terribles, qui s'étaient étendus aux tribus indiennes. Les
Abénaquis, cette nation si brave et si fidèle à la France et au
catholicisme, furent presqu'entièrement détruits par le fléau. Il n'en
resta que quelques débris, qui s'attachèrent à la cause des Anglais,
leurs plus proches voisins. Les récoltes avaient encore manqué, et, sans
les vivres trouvés à Oswégo, on ne sait ce que seraient devenus les
postes de Frontenac, Niagara et de l'Ohio. L'intendant fut obligé de
faire distribuer du pain au peuple des villes chez les boulangers, à qui
l'on fournissait de la farine des magasins du roi. Les habitans affamés
accouraient en foule et se l'arrachaient à la distribution. Dans le même
temps, les bâtimens envoyés à Miramichi pour porter des provisions aux
Acadiens, revenaient chargés de ces malheureux, qui périssaient de
misère et qui ne demandaient que des armes et la nourriture pour prix de
leur dévoûment. Leur arrivée ne fit qu'empirer le mal. On avait plus de
combattans que l'on était capable d'en nourrir, et l'on fut obligé de
donner de la chair de cheval à ces émigrés. Une partie mourut de la
petite vérole, une autre fut acheminée dans quelques seigneuries de
Montréal et des Trois-Rivières, où elles fondèrent les paroisses de
l'Acadie, St.-Jacques, Nicolet et Bécancour; le reste traîna une
existence misérable dans les villes et dans les campagnes, où il finit
par se disperser. Enfin, dans le mois de mai suivant (1757), le mal
augmentant toujours, il fallut réduire les habitans de la capitale,
depuis quelque temps déjà à la ration, à 4 onces de pain par jour. Tel
était déjà à cette époque de la guerre l'état du pays.

On adressa de toutes parts des lettres à la France pour y appeler son
attention la plus sérieuse. Le gouverneur, les officiers généraux,
l'intendant, tous demandaient des secours pour triompher et de la famine
et des ennemis. Le succès de la prochaine campagne dépendra surtout,
disait-on, des subsistances qu'on y enverra, car il serait triste que,
faute de cette prévoyance, le Canada fût en danger; toutes les
opérations y seront subordonnées. Quant aux renforts de soldats, M. de
Vaudreuil demandait 2,000 hommes si l'Angleterre ne faisait pas passer
de nouvelles troupes en Amérique, sinon un nombre proportionné à ce
qu'elle enverrait. Les réguliers qui restaient à la fin de la campagne,
sans compter les troupes de la colonie, ne formaient guère plus de 2,400
bayonnettes.

Ces demandes continuelles effrayaient le gouvernement de la métropole.
Engagé dans une fausse route, il voyait ses finances s'abîmer dans la
guerre d'Allemagne et d'Italie, où il n'avait rien à gagner, et ses
coffres rester vides pour faire face aux dépenses nécessaires à la
conservation du Canada et à l'intégrité de ses possessions américaines.
Il sentait le vice de sa position, et il n'en pouvait sortir, car le
Canada était sacrifié à la politique de la Pompadour. Il chicanait sur
chaque article de la dépense coloniale, dont la liquidation était un
embarras qui, chaque jour, se dressait devant lui plus menaçant et plus
redoutable. C'était un cauchemar qui l'oppressait sans cesse, et qui
finit en 59 par épuiser le reste de ses forces. On observait que dans
les temps ordinaires le Canada ne coûtait à la France que 10 à 12 cent
mille livres par année, et que depuis le commencement des hostilités,
cette dépense avait monté graduellement à 6, puis à 7, puis à 8
millions; que dès 1756 la caisse des colonies se trouvait débitrice, par
suite de ces exercices extraordinaires, de 14 millions, dont près de 7
millions en lettres de change payables l'année suivante. L'intendant
Bigot mandait que l'armée avait épuisé les magasins de tout à la fin de
56, que les dépenses des postes de l'Ohio iraient jusqu'à 2 ou 3
millions, et que celles de 57 monteraient, pour tout le Canada, à 7
millions au moins. Ces demandes faisaient redouter au ministère un
surcroît encore bien plus énorme. Les politiques à vues courtes, les
favoris du prince, qui participaient à ses débauches et profitaient de
ses prodigalités, s'écriaient que le Canada, ce pays de forêts et de
déserts glacés, coûtait infiniment plus qu'il ne valait. On ne voyait
qu'une question d'argent, là où se trouvait une question de puissance
maritime et de grandeur nationale. La France ou plutôt ses ministres
oubliaient jusqu'à l'héroïsme de ses soldats sur cette terre lointaine,
pour ne se rappeler que les excès scandaleux des maîtresses royales.

Tout en enjoignant l'économie la plus sévère, la cour ordonna d'envoyer
à Québec les renforts et les secours en vivres et en munitions qui
avaient été demandés. C'est après cet envoi que l'approvisionnement des
armées qui, jusque-là, s'était fait par régie, c'est-à-dire par des
employés qui faisaient les achats, fut mis en entreprise (1757), sur les
suggestions présentées par Bigot pendant qu'il était en France en 55.
Cadet, riche boucher de Québec, devint l'adjudicataire des fournitures
de l'armée et de tous les postes pour 9 ans. Ce système qui prévalait en
France, et qui était adopté pour prévenir les abus, aurait contribué au
contraire à les multiplier de ce côté-ci de l'océan, comme on le verra
plus tard.

Cependant le général Montcalm avait suggéré aux ministres, au lieu
d'attaquer les forts William-Henry et Édouard dans la prochaine campagne
comme l'avait proposé M. de Vaudreuil, deux entreprises qu'il
considérait, l'une comme difficile et l'autre comme impossible, de faire
plutôt une diversion sur l'Acadie avec une escadre et des troupes de
France, auxquelles on joindrait 2,500 Canadiens. Ce projet, qui avait
sans doute de l'audace, ne fut point goûté, soit parce que l'on crut le
succès inutile ou trop douteux, soit parce qu'il était dangereux, ainsi
que le fit observer M. de Lotbinière, de diviser les forces du Canada,
déjà si faibles, pour en porter une partie au loin dans un temps où ce
pays était toujours sérieusement menacé.

Dans la réponse que reçut le général Montcalm, on lui recommandait
particulièrement de faire tout ce qui dépendrait de lui pour ramener la
bonne intelligence entre les troupes et les habitans; et on lui
rappelait qu'il était également essentiel de bien traiter les alliés
indiens, et de rendre à leur bravoure les témoignages dont ils étaient
si jaloux. Les rapports parvenus à Paris sur la conduite des militaires,
dont la tendance et les prétentions se manifestaient assez, du reste,
dans leurs propres lettres à la cour, firent sans doute motiver ces
sages instructions. Quant au projet de M. de Vaudreuil sur les forts
William-Henry et Édouard, on n'adopta aucune décision définitive pour le
moment.

Pendant que la France ne songeait ainsi qu'à prendre des mesures
défensives pour l'Amérique du nord, l'Angleterre, honteuse de ses
défaites de la dernière campagne dans les deux mondes, prenait la
résolution de les venger dans celle qui allait s'ouvrir. Pour se
réhabiliter dans l'opinion publique, le ministère admit dans son sein M.
Pitt, devenu fameux sous le nom de lord Chatham, et M. Legge, deux
hommes regardés comme les plus illustres citoyens du royaume, et dont
l'énergie n'était égalée que par leur intégrité. Il fut décidé aussitôt
de pousser la guerre avec la plus grande vigueur. Des escadres et des
troupes de renfort considérables furent envoyées en Amérique; et afin
d'empêcher les colonies françaises de recevoir les provisions dont on
savait qu'elles avaient un besoin pressant, le parlement anglais passa
une loi pour défendre l'exportation des vivres hors des plantations
britanniques.

Le bruit se répandit aussi en France qu'il était question à Londres
d'attaquer Louisbourg ou le Canada du côté de la mer, et que Pitt
voulait obtenir à quelque prix que ce fût, la supériorité dans le
Nouveau-Monde; on ajoutait qu'il devait y envoyer 10 mille hommes, et
qu'il triplerait ces forces, s'il le fallait, pour accomplir son
dessein. Cela ne fit point changer les résolutions du ministère français
au sujet du chiffre de l'envoi de troupes; et c'est en vain que le
maréchal de Belle-Isle voulut en représenter le danger dans un mémoire
qu'il soumit au conseil d'état: «Il y a plusieurs mois que j'insiste,
disait-il, pour que nous fassions passer en Amérique, indépendamment des
recrues nécessaires pour compléter les troupes de nos colonies et de nos
régimens français, les 4,000 hommes du sieur Fischer!... Il a un corps
distingué d'officiers, presque tous gentilshommes, dont la plus grande
partie se propose de ne jamais revenir en Europe, non plus que les
soldats, ce qui fortifierait beaucoup, pour le présent et l'avenir, les
parties de ces colonies où ces troupes seraient destinées.... Je crois
ne pouvoir trop insister. L'on se repentira peut-être trop tard,
ajoutait-il, de ne l'avoir pas fait, lorsqu'il n'y aura plus de remède.
Je conviens que la dépense de transport est excessivement chère; mais je
pense qu'il vaudrait encore mieux avoir quelques vaisseaux de ligne de
moins et se mettre en toute sûreté pour la conservation des colonies.»

On ne sait quelle influence ce renfort eût exercé sur le résultat des
opérations militaires en 59; mais il est déplorable de penser que le
sort du Canada ait tenu peut-être à la chétive somme que le transport de
ces troupes en Amérique aurait coûté! Le conseil se contenta d'envoyer,
pour protéger Louisbourg, une escadre dans les parages du Cap-Breton
sous les ordres de M. d'Aubigny, et d'en détacher quelques vaisseaux
sous le commandement de M. de Montalais, pour croiser dans le bas du
St.-Laurent. L'événement prouva, du moins pour cette année, que cette
escadre qui couvrait à la fois Louisbourg et le Canada, était le
meilleur secours que l'on pût nous envoyer, si l'on ne pouvait en effet,
comme on le disait, en envoyer que d'une sorte.

Dans cette situation, le Canada dut rester sur la défensive pour
attendre les événemens, se tenant prêt toutefois à profiter des moindres
circonstances favorables qui pourraient se présenter, et ne détachant
point ses regards de tous les mouvemens que faisaient ses ennemis.

Par suite du nouveau système adopté par la Grande-Bretagne pour pousser
la guerre avec énergie, lord Loudoun assembla à Boston, en janvier 57,
les gouverneurs des provinces du Nord, y comprise la Nouvelle-Ecosse,
afin de s'entendre sur le plan des opérations de la prochaine campagne.
Le plan d'attaque suivi en 55 et 56 fut abandonné, et il fut résolu, au
lieu de diviser ses forces, de les réunir pour les porter sur un seul
point à la fois. Louisbourg qui était le point le plus saillant des
possessions françaises sur la mer, dut attirer le premier l'attention
des Anglais, qui l'avaient vu élever, comme on l'a rapporté ailleurs,
avec une extrême jalousie. Des levées de troupes furent ordonnées dans
les différentes provinces, qui s'empressèrent de faire tous les autres
préparatifs nécessaires; et afin que rien du projet ne transpirât au
dehors, un embargo fut mis sur les navires qui se trouvaient dans les
ports; et même des parlementaires de Louisbourg qui se trouvaient à
Boston y furent retenus. La garde des frontières fut confiée aux
milices. Washington commandait toujours celle des Apalaches. Deux ou
trois mille réguliers seulement furent laissés en garnison dans le fort
William-Henry à la tête du lac St.-Sacrement. Au mois de juillet l'armée
anglaise se montait, tel qu'il avait été projeté, à plus de 25,000
hommes, dont près de 15,000 réguliers, sans compter de nombreuses
milices armées, qui pouvaient marcher au premier ordre.

Lord Loudoun partit de New-York le 20 juin avec 6,000 hommes de troupes
régulières et 90 voiles pour Louisbourg. Il fut rejoint, le 9 juillet, à
Halifax par la flotte de l'amiral Holburne et cinq autres mille hommes
de vieilles troupes; ce qui portait l'armée de débarquement à 11,000.
Pendant que l'on était encore dans ce port, l'on apprit de différentes
sources à la fois que l'amiral Dubois de la Motthe, venant de Brest,
était entré dans la rade de Louisbourg, c'était la flotte promise dans
l'hiver; qu'il s'y trouvait alors réunis 17 vaisseaux et 3 frégates, et
que la ville était détendue par 6,000 soldats, 3,000 miliciens et 1,300
sauvages, A cette nouvelle, lord Loudoun assembla un conseil de guerre,
et il fut convenu d'un commun accord d'abandonner une entreprise qui ne
promettait plus aucune chance de succès. En conséquence les troupes de
débarquement retournèrent à New-York, et l'amiral Colborne cingla vers
Louisbourg avec 15 vaisseaux, 4 frégates et un brûlot. Mais en
approchant de cette forteresse, ayant vu l'amiral français donner à sa
flotte le signal de lever l'ancre, il se hâta de rentrer à Halifax. Il
revint encore en septembre, après avoir reçu un renfort de quatre
vaisseaux; mais à son tour M. de la Motthe plus faible maintenant que
son adversaire, ne bougea pas, en obéissance aux ordres positifs de la
cour de ne pas risquer la plus belle flotte que la France eût mise sur
pied depuis 1703. Peu de temps après une horrible tempête éclata sur la
flotte anglaise et la mit dans le danger le plus imminent. Un des
vaisseaux fut jeté à la côte et la moitié de l'équipage périt dans les
flots, onze autres furent démâtés, d'autres furent obligés de jeter
leurs canons à la mer, et tous rentrèrent dans les ports de la
Grande-Bretagne dans l'état le plus pitoyable.

Malgré la disette qui régnait en Canada, les hostilités n'avaient pas
cessé durant tout l'hiver, dont le froid fut aussi extrêmement
rigoureux. Dans le mois de janvier un détachement, sorti du fort
William-Henry, fut atteint vers Carillon, et détruit. Dans le mois
suivant le général Montcalm forma le projet de détacher 850 hommes pour
surprendre ce fort et l'emporter par escalade. Le gouverneur crut devoir
porter ce détachement a 1,500 hommes, dont 800 Canadiens, 450 réguliers
et 300 Indiens, et en donna le commandement à M. de. Rigaud, au grand
mécontentement des officiers des troupes et de Montcalm lui-même, qui
aurait désiré le voir conférer à M. de Bourlamarque. Ce corps se mit eu
marche le 23 février, traversa les lacs Champlain et St.-Sacrement, fit
60 lieues la raquette aux pieds, portant ses vivres sur des traîneaux,
couchant au milieu des neiges sur des peaux d'ours, à l'abri d'une
simple toile. Le 18 mars l'on se trouva près de William-Henry, qu'après
avoir reconnu, M. de Rigaud jugea impossible d'enlever d'un coup de
main. On résolut cependant de détruire tout ce qu'il y avait à
l'extérieur des ouvrages. Ce qui fut exécuté bous le feu de la place,
mais avec peu de perte, dans les nuits du 18 au 22. 350 bateaux, 4
brigantins de 10 à 14 canons, et tous les moulin, magasins et maisons
qui étaient palissadées, devinrent la proie des flammes. La garnison
environnée pour ainsi dire par une mer de feu pendant 4 jours, ne
chercha à faire aucune sortie, ni à s'opposer aux dévastations des
Français, qui ne laissèrent debout que le corps nu de la place. La
retraite de ceux-ci fut marquée par un événement qui s'est renouvelé à
l'armée de Bonaparte en Egypte, par une cause peu différente. La
blancheur éblouissante de la neige frappa d'une espèce d'ophtalmie le
tiers du détachement, que l'on fut obligé de guider par la main le reste
de la route. Mais deux jours après leur arrivée, tous les malades
avaient recouvré la vue à l'aide de remèdes faciles.

Ces différens succès, et surtout la prise d'Oswégo dans la dernière
campagne, maintenaient les tribus indiennes dans l'alliance de la
France. La confédération iroquoise, malgré les efforts des Anglais,
envoya pour la seconde fois une grande ambassade auprès du gouverneur à
Montréal, afin de renouveler ses protestations d'amitié; et qui fut
reçue en présence des députés des Nipissings, des Algonquins, des
Poutouatamis et des Outaouais. Ces démonstrations étaient importantes en
ce qu'elles tranquillisaient les esprits sur les frontières qui
n'avaient pas encore été sensiblement troublées depuis le commencement
de la guerre.

Les secours en hommes que le gouverneur avait demandés en France, et
que, par de nouvelles dépêches voyant les préparatifs des Anglais, il
avait prié de porter à 5,000 bayonnettes, n'arrivèrent en Canada que
partiellement et fort tard. Le 11 juillet on n'avait encore reçu que 600
soldats et très peu de vivres. Il ne débarqua à Québec dans le cours de
l'été qu'environ 1,500 hommes. Ces délais jetèrent des entraves dans les
opérations. Après avoir envoyé 400 hommes de secours au fort Duquesne,
pour la sûreté duquel il avait quelque crainte, M. de Vaudreuil fit
acheminer, dès que la saison le permit, des troupes pour garnir la
frontière du lac Champlain. M. de Bourlamarque y réunit 2,000 hommes à
Carillon. Un bataillon fut stationné à St.-Jean, un second à Chambly;
deux autres gardaient Québec et Montréal. Les Canadiens étaient occupés
aux travaux des champs. Sur ces entrefaites la nouvelle du départ de
lord Loudoun de New-York pour Louisbourg, détermina les chefs à profiter
de l'absence d'une partie des forces de l'ennemi pour réaliser un projet
que M. de Vaudreuil méditait depuis quelque temps, à savoir: la conquête
du fort William-Henry, dont la situation mettait les Anglais à une
petite journée de Carillon, et leur donnait le commandement du lac
St.-Sacrement et les moyens de tomber sur nous à l'improviste. Pour se
débarrasser d'un voisinage aussi dangereux, il fallait les rejeter sur
l'Hudson; ce que l'on décida d'exécuter sans délai, et sans attendre
plus longtemps les renforts et les vivres demandés en Europe.

A l'appel du gouverneur les Canadiens fournirent des soldats et des
provisions; ils sentaient toute l'utilité de cette entreprise. Ils se
dénantirent des petites réserves qu'ils avaient faites pour leurs
familles, et se réduisirent à vivre de maïs et de légumes. «On ne
trouverait chez eux, écrivit le gouverneur à la cour, ni farine, ni
lard; ils se sont exécutés avec autant de générosité que de zèle pour le
service du roi.» L'on travailla sans bruit aux préparatifs, et toute
l'artillerie était rendue à Carillon à la fin de juillet En très peu de
temps l'armée destinée à l'expédition fut réunie. Elle consistait en
3,000 réguliers, un peu plus de 3,000 Canadiens, et en 16 à 18 cents
sauvages de 32 tribus différentes, en tout 7,626 hommes (Bougainville:
Documens de Paris). Les succès des bandes qui tenaient la campagne,
étaient d'un bon augure. Le lieutenant Marin avait fait des prisonniers
et levé des chevelures jusque sous le fort Édouard, dont il provoqua une
sortie de 2,000 hommes. M. de Rigaud, avec un détachement de 400 hommes,
avait rencontré sur le lac St.-Sacrement le colonel Parker qui le
descendait à la tête de 22 berges et de 350 à 400 Américains pour faire
une reconnaissance; il l'attaqua, prit ou coula à fond 20 berges, lui
tua ou noya 160 hommes et lui enleva un pareil nombre de prisonniers,
dont 5 officiers. Après ces préludes, le général Montcalm donna le
signal du départ.

L'avant-garde, composée de grenadiers, de trois brigades canadiennes et
de 600 sauvages, formant 2,800 hommes, aux ordres du brigadier de Levis,
prit la route de terre et remonta par le rive droite du lac
St.-Sacrement, afin de protéger la marche et le débarquement du reste du
corps expéditionnaire, qui suivait par eau en bateau avec le matériel du
siège. Elle s'ébranla le 30 juillet et le reste de l'armée le 1 août.

Le 2 au soir, le général Montcalm débarqua avec ses troupes sous la
protection de l'avant-garde dans une petite baie, à une lieue de
William-Henry. L'artillerie n'arriva que le lendemain matin. Le
chevalier de Levis s'avança sur le chemin du fort Édouard suivi par le
reste de l'armée marchant sur trois colonnes par les montagnes, afin de
reconnaître la position des ennemis et empêcher leurs secours d'arriver;
mais la garnison, qui n'était que de 15 cents hommes, avait reçu la
veille un renfort de 1,200 soldats, en sorte qu'elle se trouvait
composée maintenant de 2,500 hommes environ. L'armée française défila
par-derrière la place, et, en l'investissant ainsi que le camp retranché
placé sous ses murs et trop fort pour être abordé l'épée à la main, elle
appuya sa gauche au lac, à l'endroit où est aujourd'hui Caldwell et où
devait débarquer l'artillerie, et sa droite sur les hauteurs du côté du
chemin du fort Édouard, sur lequel elle jeta des découvreurs pour être
instruite à temps des mouvemens du général Webb, qui était à 5 ou 6
lieues seulement avec 4,000 hommes.

Le colonel de Bourlamarque fut chargé de la direction du siège. Le
colonel Monroe commandait le fort.

La tranchée fut ouverte le 4 août à 8 heures du soir à 350 toises, sous
un feu de bombes et de boulets qui ne discontinua plus jusqu'au moment
de la reddition, sauf quelques courts intervalles. Le lendemain, sur un
rapport que le général Webb s'avançait avec 2,000 hommes, le chevalier
de Levis eut ordre de marcher à sa rencontre, et Montcalm se préparait à
le suivre pour le soutenir, lorsqu'il lui fut remis une lettre trouvée
sur un courrier qui venait d'être tué, par laquelle le général Webb
mandait au colonel Monroe que, vu la situation du fort Édouard, il ne
lui paraissait pas prudent de marcher à son retours, ni de lui envoyer
de renfort; que les Français étaient au nombre de 13,000; qu'ils avaient
une artillerie considérable, et qu'il lui envoyait ces renseignemens
afin qu'il en pût profiter pour obtenir la meilleure capitulation
possible, s'il n'était pas capable de tenir jusqu'à l'arrivée des
secours demandés d'Albany. L'erreur du général Webb sur le nombre des
assiégeans fit précipiter la reddition. Le 6, au point du jour, la
batterie de gauche de 8 pièces de canon et un mortier fut démasquée et
ouvrit son feu. Celui des assiégés était toujours très vif. Le lendemain
une nouvelle batterie commença à tirer. Le général français ayant alors
fait suspendre la canonnade, chargea un de ses aides-de-camp, le jeune
Bougainville, devenu si célèbre depuis par son voyage autour du monde,
d'aller porter au colonel Monroe la lettre du général Webb. Le
commandant anglais répondit qu'il était résolu de se défendre jusqu'à la
dernière extrémité. A neuf heures le feu recommença aux acclamations des
Indiens, qui poussaient de grands cris lorsque les projectiles
frappaient les murailles des assiégés. Vers le soir ceux-ci firent une
sortie avec 500 hommes pour s'ouvrir une communication avec le fort
Édouard; mais M. de Villiers avec la compagnie franche et les sauvages
les repoussa, après leur avoir tué une cinquantaine d'hommes et fait
quelques prisonniers. Une troisième batterie fut commencée le 8. Dans
l'après-midi l'on vit briller des armes sur le haut d'une montagne
voisine et paraître des soldats; en même temps des troupes en bataille
et beaucoup de mouvement furent observés dans le camp retranché du fort.
Le rappel fut aussitôt battu; mais, après quelques coups de fusils, les
soldats de la montagne rentrèrent dans le bois et disparurent, et le 9
au matin la place arbora le drapeau blanc et demanda à capituler. Les
conférences ne furent pas longues. Il fut convenu que la garnison du
fort et du camp au nombre de 2,372 hommes, sortirait avec les honneurs
de la guerre, et se retirerait dans son pays avec armes et bagages et
une pièce de canon; qu'elle ne servirait point de 18 mois contre les
Français et leurs alliés, et que les Français et les sauvages retenus
prisonniers dans les colonies anglaises, seraient renvoyés à Carillon
dans les 4 mois. Le défaut de vivres fut la raison qui empêcha
d'insister pour que la garnison restât prisonnière de guerre.

On trouva dans le fort William-Henry 42 bouches à feu, une immense
quantité de munitions de guerre, des vivres pour nourrir l'armée six
semaines, et dans la rade plusieurs petits bâtimens. La perte des
Français fut de cinquante et quelques hommes, celle des assiégés
d'environ 200.

La capitulation fut accompagnée, comme celle d'Oswégo, d'un événement
toujours très regrettable, mais qu'il était presqu'impossible de
prévenir entièrement, du moins aux yeux de ceux qui connaissent quelles
étaient les moeurs indépendantes des sauvages. Les Anglais, du reste,
furent en partie eux-mêmes la cause de ce qui leur arriva, ayant
négligé, comme M. de Bougainville, d'après les ordres de son général,
les en avait priés, de jeter leurs boissons afin d'empêcher les Indiens
de s'enivrer lorsqu'ils entreraient dans la place.

La garnison devait se retirer au fort Édouard. Le chevalier de Levis la
fit partir le lendemain matin escortée par un détachement de troupes
réglées, et tous les interprètes des guerriers indiens. Elle n'eut pas
fait une demi-lieue que ceux-ci, mécontens de la capitulation qui les
avait privés du pillage comme l'année précédente, et excités par les
Abénaquis qui en voulaient aux Anglais, prirent par les bois et
tombèrent sur les prisonniers à l'improviste, en tuèrent quelques-uns,
en dépouillèrent un grand nombre et emmenèrent le reste avec eux.
L'escorte fit tout ce qu'elle put pour arrêter ces barbares, et eut même
des soldats tués et blessés. Aussitôt qu'il fut informé de ce qui se
passait, le général Montcalm accourut avec presque tous les officiers.
Il arracha aux sauvages tous les Anglais qu'il trouva entre leurs mains,
fit rentrer une partie de ceux qui s'en étaient échappés, dans le fort,
et en fit revenir d'autres qui ne pouvaient gagner leur destination sans
danger. Environ 600 de ces soldats qui s'étaient dispersés dans les
bois, continuèrent d'arriver pendant plusieurs jours au fort Édouard,
nus, sans armes et épuisés de faim et de fatigues. Les sauvages en
emmenèrent 200 à Montréal, que le gouverneur retira de leurs mains en
payant pour eux de fortes rançons. 500 étaient rentrés dans le fort
William-Henry; le général Montcalm leur ayant fait donner des habits,
les renvoya dans leur pays sous la protection d'une puissante escorte,
après avoir témoigné tout son regret de ce qui était arrivé. Tel est le
tableau exact de ce qui s'est passé dans cette malheureuse circonstance,
qui laissa un vif ressentiment dans le coeur des Anglais. Néanmoins les
prisonniers eux-mêmes ont rendu cette justice aux vainqueurs, qu'ils
avaient fait tout ce que l'on pouvait attendre d'eux pour arrêter le
mal.

Le fort William-Henry fut rasé ainsi que le camp retranché, et le 16
août l'armée se rembarqua sur 250 barges pour Carillon. Sans la
nécessité de renvoyer les sauvages dans leurs tribus et les Canadiens
chez eux pour faire la moisson, on eut pu inquiéter le fort Édouard. Les
Américains étaient si persuadés en effet que c'était le dessein des
Français, que toutes les milices, infanterie, cavalerie et artillerie,
furent mises en réquisition jusqu'au fond du Massachusetts, et que les
habitans, à l'ouest de la rivière Connecticut, eurent ordre de briser
leurs voitures à roues et de faire rentrer leurs bestiaux. Il est
inconcevable, remarque Hutchinson, que 4 ou 5 mille hommes aient pu
causer tant d'alarmes. Cette crainte n'était pas sans fondement, car les
instructions du gouverneur à Montcalm portaient qu'après la prise de
William-Henry il irait attaquer le fort Edouard; mais la crainte de
manquer de vivres, la nécessité de renvoyer les Canadiens, pour faire
les récoltes et les difficultés de réduire cette place, défendue par une
garnison nombreuse et à portée de recevoir de prompts secours, avaient
empêché ce général de s'engager dans cette entreprise, résolution qui
fut ensuite la cause de difficultés fort graves entre lui et M. de
Vaudreuil. Au reste, la question des subsistances étant la plus
importante pour le Canada, où la disette allait en augmentant, le
trophée le plus agréable que l'on trouva dans la nouvelle conquête, fut
3,000 quarts de farine et de lard qu'on apporta en triomphe à Carillon.

Après cette campagne l'armée se retira dans ses lignes jusque dans
l'automne, qu'elle alla prendre ses quartiers d'hiver dans l'intérieur
du pays.

La récolte y avait entièrement manqué. Il y avait des paroisses qui
avaient à peine recueilli de quoi faire les semailles. Les blés qui
avaient la plus belle apparence sur pied, ne rendirent aucun aliment à
cause de la grande quantité de pluie qui était tombée dans le milieu de
l'été. Le peuple des villes était déjà, comme on l'a dit, réduit à 4
onces de pain par jour depuis le mois de mai. L'on craignit dans
l'automne qu'il n'en manquât totalement dès le mois de janvier (1758).
200 quarts de farine furent mis en réserve pour la nourriture des
malades dans les hôpitaux jusqu'au mois de mai. Les maisons religieuses,
furent réduites à une demi-livre de pain par tête par jour; et il fut
proposé de fournir aux habitans des villes une livre de boeuf, cheval ou
morue en outre du quarteron de pain jugé insuffisant. 12 à 1,500 chevaux
furent achetés par l'intendant pour la nourriture. N'ayant rien à donner
aux troupes on les répandit dans les campagnes pour être nourries par
les habitans, que l'on supposait encore les mieux pourvus dans la
disette générale. A la fin de septembre le chevalier de Levis ayant reçu
ordre de réduire la ration des garnisons, fut informé que les soldats
murmuraient; il fit rassembler les grenadiers et les réprimanda sur
l'insubordination qui se manifestait parmi les troupes, insubordination
qui était, du reste, excitée, à ce qu'il paraît, par les habitans et les
soldats de la colonie. Il leur dit que le roi les avait envoyés pour
défendre cette contrée non seulement par les armes, mais encore en
support tant toutes les privations que les circonstances demanderaient;
qu'il fallait se regarder comme dans une ville assiégée privée de tout
secours, que c'étaient aux grenadiers à donner l'exemple, et qu'il
ferait punir toute marque de désobéissance avec la plus grande sévérité.
Les murmures cessèrent pendant quelque temps. Mais dans le mois de
décembre la ration ayant été de nouveau réduite, et les soldats obligés
manger du cheval, la garnison de Montréal refusa d'en recevoir. M. de
Levis les harangua de nouveau. Il leur ordonna de se conformer aux
ordres, et leur dit que si après la distribution ils avaient quelque
représentation à faire, il les écouterait volontiers; ils obéirent.
Après avoir reçu leurs rations, les soldats motivèrent leurs plaintes
avec leur franchise habituelle, disant pour conclusion que la chair de
cheval formait une mauvaise nourriture, que toutes les privations
retombaient sur eux, que les habitans ne se privaient de rien, et qu'ils
ne pensaient pas que la disette fût aussi grande qu'on le disait.

M. de Levis répondit à tous leurs griefs. Il observa, entre autres
choses, qu'ils avaient été mal informés de l'état de la colonie; qu'il y
avait long-temps que le peuple à Québec ne mangeait pas de pain; que
tous les officiers de Québec et de Montréal n'en avaient qu'un quarteron
par jour; qu'il y avait 2,000 Acadiens qui n'avaient pour toute
nourriture que de la morue et du cheval; et qu'ils n'ignoraient pas que
les troupes avaient mangé de ce dernier aliment au siège de Prague;
enfin, que les généraux étaient toujours occupés du soin de leur
procurer le plus de bien-être possible, etc. Ce discours parut
satisfaire les mutins, qui se retirèrent dans leurs casernes et ne
firent plus de représentation.

Au commencement d'avril suivant, l'on fut obligé de réduire encore la
ration des habitans de Québec, et de la fixer à 2 onces de pain et à 8
onces de lard et de morue par jour. On voyait des hommes tomber de
défaillance dans les rues faute de nourriture.

Tandis que le pays était ainsi en proie à une détresse que semblait
aggraver encore l'incertitude de l'avenir, les chefs étaient divisés par
des dissensions et des jalousies malheureuses. Un antagonisme sourd
existait toujours entre les Canadiens et les Français, provenant en
partie de la supériorité que l'homme de la métropole s'arroge sur
l'homme de la colonie. Ce mal n'était pas propre seulement au Canada.
Les annales des provinces anglaises de cette époque sont pleines des
mêmes querelles occasionnées par la même cause. Le général Montcalm se
plaignait avec amertume que l'on cherchait à le déprécier et à lui faire
perdre de sa considération; que le gouverneur n'était occupé que du soin
de diminuer la part que les troupes de terre et lui avaient au succès,
etc. Chaque année, chaque victoire semblait accroître son
mécontentement. Une inquiétude jalouse, une ambition non satisfaite
tenaient son âme sans cesse ouverte à toutes les interprétations de la
malveillance. Les efforts qu'il faisait pour flatter le soldat et
captiver la popularité des Canadiens, au milieu desquels il prenait
l'air «d'un tribun du peuple,» comme il le disait lui-même, tandis qu'il
les dépréciait dans ses dépêches, porteraient cependant à croire qu'il
nourrissait d'autres vues que celles de faire reconnaître ce que le pays
devait à ses talens et au courage de ses troupes, car les dépêches du
gouverneur rendaient à cet égard pleine justice et au général et aux
soldats. Mais Montcalm et ses partisans cachaient soigneusement ces
vues, s'ils en avaient de telles, se bornant, en attendant, à faire
perdre à M. de Vaudreuil, par leurs propos et leurs allusions, la
confiance du soldat, des habitans et des Indiens eux-mêmes, à qui il eut
certainement été cher, s'ils avaient pu pénétrer les sentimens qui
l'animaient pour eux, et que l'on trouve consignés partout dans sa
correspondance officielle.

Ces dissensions occupaient moins cependant les ministres à Paris, que
les moyens de soulager les maux que l'on souffrait en Canada, et d'y
avoir des forces capables de résister à toutes celles des Anglais, qui
avaient ordonné dans l'hiver un accroissement de préparatifs beaucoup
plus formidables encore que ceux des années précédentes. Les dépenses de
la colonie pour 57 avaient de beaucoup dépassé les exercices; les
lettres de change tirées sur le trésor en France, avaient monté à 12
millions 340 mille francs. La rumeur publique signalait des abus, des
dilapidations considérables; mais le silence des chefs et des autres
Officiers civils et militaires, les préoccupations du ministère, la
vivacité de la guerre ne permettaient point de faire faire une
investigation pour le présent. L'on se borna à des recommandations
d'économie et de retranchement auxquelles les besoins croissans de la
guerre ne permettaient pas de se conformer. On avait prié avec instance
d'envoyer des vivres. Le nouveau ministre, M. de Moras, se hâta
d'expédier 16,000 quintaux de farine et 12 tonneaux de blé,
indépendamment des approvisionnemens que le munitionnaire Cadet avait
demandés, savoir: 66,000 quintaux de farine. L'ordre fut transmis en
même temps de tirer des vivres de l'Ohio, des Illinois et de la
Louisiane. Les secours de France n'arrivèrent que fort tard malgré leur
départ hâtif, et en petite quantité, la plupart des navires qui les
portaient ayant été enlevés en mer par les ennemis et les corsaires. Ils
ne commencèrent à paraître que vers la fin de mai. Ce retard avait très
inquiété le gouverneur, qui, appréhendant quelque malheur, avait
successivement expédié trois bâtimens en France depuis l'ouverture de la
navigation pour presser l'envoi. Le 16 juin il n'y avait encore
d'arrivés qu'une frégate et une vingtaine de navires avec 12,000 quarts
de farine.

Quant aux secours en troupes, il ne fut pas possible à la métropole d'en
faire passer en Canada. Malgré sa bonne volonté, le maréchal de
Belle-Isle, qui prit à cette époque le portefeuille de la guerre, ne put
y envoyer que quelques mauvaises recrues pour compléter les bataillons à
40 hommes par compagnie, et encore n'en arriva-t-il que trois ou quatre
cents dans le cours de l'été. La France avait éprouvé des vicissitudes
dans la campagne de 57. Alternativement victorieuse et vaincue en
Europe, elle avait été heureuse en Amérique et malheureuse dans les
Indes orientales. Les efforts qu'elle avait faits pour obtenir la
supériorité sur terre et sur mer, dirigés par l'esprit capricieux de
madame Pompadour, qui, à tout moment, changeait les généraux et les
ministres sans égard à leurs talens ni à leurs succès, avaient épuisé
ses forces en détruisant leur harmonie et leur unité. Il fallut se
résigner, pour la campagne suivante, à laisser prendre aux Anglais dans
le Nouveau-Monde une supériorité numérique double de celle qu'elle avait
déjà depuis le commencement de la guerre. Le 1 mai 1758, il n'y avait en
Canada que 8 bataillons de troupes de ligne formant seulement 3,781
hommes, qui s'étaient recrutés dans le pays afin de remplir leurs vides.
Les troupes de la marine et des colonies, maintenues de la même manière
à leur chiffre de l'année précédente, comptaient 2,000 hommes, en tout
moins de 6,000 réguliers pour défendre 500 lieues de frontière. Il était
évident que les Canadiens devaient former la majorité d'une armée
capable de s'opposer avec quelque chance de succès aux forces
accablantes des ennemis.

D'un autre côté, les échecs des Anglais en Amérique, compensés par leurs
victoires dans les Indes, ne firent que les exciter à faire de plus
grands efforts pour écraser par la force seule du nombre les héroïques
défenseurs du Canada. Cela paraissait d'autant plus facile que leurs
finances étaient dans l'état le plus florissant, et que leur supériorité
sur l'océan n'était plus contestée. La prise d'Oswégo et de
William-Henry en assurant la suprématie des lacs Ontario et
St.-Sacrement aux Français, avait rendu la situation de leurs
adversaires dans ce continent moins bonne après quatre années de lutte
qu'elle était en 53. Le génie de lord Chatham, devenu enfin maître des
conseils de la Grande-Bretagne, jugea que le moment était arrivé de
trancher la question de rivalité entre les deux peuples dans le
Nouveau-Monde, et d'y dominer seul, ne prévoyant point sans doute les
grands événemens de 1775. Il proposa des mesures qui devaient finir par
la destruction de la puisssance française sur cette portion du globe. Il
augmenta rapidement les armées de terre et de mer de sa nation, et
remplaça lord Loudoun par le général Abercromby à la tête de l'armée
américaine. Il envoya un nouveau renfort de 12,000 hommes de troupes
réglées sous les ordres du général Amherst; et invita toutes les
colonies à armer des corps aussi nombreux que la population pourrait le
permettre. En peu de temps le nouveau général en chef se trouva à la
tête de 60,000 hommes dont 22,000 réguliers, outre des milices
nombreuses non comprises dans ce chiffre, et qui portèrent, dit-on, les
combattans armés dans les provinces anglaises à plus de 80,000 hommes.
C'était, certes, rendre un hommage éclatant à la bravoure française, et
reconnaître la détermination invincible des défenseurs du Canada, dont
ces forces immenses dépassaient de beaucoup le chiffre de la population
entière.

C'est avec cette disproportion de soldats que les deux parties
belligérantes allaient commencer la campagne de 1758.



                             CHAPITRE III.

                        BATAILLE DE CARILLON.

                                1758.


Le Canada, abandonné de la France, résout de combattre jusqu'à la
dernière extrémité.--Plan de campagne de l'Angleterre: elle se propose
d'attaquer simultanément Louisbourg, Carillon et le fort
Duquesne.--Prise de Louisbourg après un siège mémorable, et invasion de
l'île St.-Jean; les vainqueurs ravagent les établissemens de Gaspé et de
Mont-Louis.--Mesures défensives du Canada.--Marche du général Abercromby
avec une armée de 16,000 hommes sur Carillon défendu par moins de 3,500
Français.--Bataille de Carillon livrée le 8 juillet.--Défaite
d'Abercromby et sa fuite précipitée.--Le colonel Bradstreet surprend et
brûle le fort Frontenac.--Le général Forbes s'avance contre le fort
Duquesne.--Défaite du major Grant.--Les Français brûlent le fort
Duquesne et se retirent.--Vicissitudes de la guerre dans toutes les
parties du monde.--Changement de ministres en France.--Brouille entre le
général Montcalm et le gouverneur.--Observations des ministres sur les
dilapidations du Canada et reproches sévères à l'intendant
Bigot.--Intrigues pour faire rappeler M. de Vaudreuil et nommer Montcalm
gouverneur.--Les ministres décident de faire rentrer ce dernier en
France; le roi s'y oppose.--Dépêches conciliatrices envoyées avec des
récompenses et des avancemens.--On n'expédie point de
renforts.--Défection des nations indiennes, qui embrassent la cause de
l'Angleterre par le traité de Easton.--Cette dernière puissance décide
d'attaquer Québec avec trois armées qui se réuniront sous les murs de
cette capitale.--Forces du Canada et moyens défensifs adoptés pour
résister à cette triple invasion.


Les efforts gigantesques et la persévérance de la Grande-Bretagne pour
s'emparer du Canada, durent faire croire qu'elle allait envahir ce pays
par tous les côtés à la fois, et tâcher enfin de terminer la guerre d'un
seul coup par une attaque générale et irrésistible, et laver, par cette
conquête, la honte de toutes ses défaites passées. Aussi la France
perdait-elle tous les jours l'espoir de conserver cette belle contrée,
et c'est ce qui l'empêcha sans doute de lui envoyer les secours dont
elle avait un si pressant besoin. Mais ses défenseurs, laissés à
eux-mêmes, ne fléchirent pas encore devant l'orage qui augmentait chaque
année de fureur. «Nous combattrons, écrivait Montcalm au ministre, nous
nous ensevelirons, s'il le faut, sous les ruines de la colonie.» Il faut
ajoutait-on encore, que tous les hommes agiles marchent au combat; que
les officiers civils, les prêtres, les moines, les femmes, les enfans,
les vieillards, fassent les travaux des champs, et que les femmes des
chefs et des officiers donnent l'exemple. Tels étaient l'enthousiasme et
la détermination des habitans et des soldats pour la défense commune.

Cependant l'Angleterre avait décidé d'attaquer simultanément Louisbourg,
Carillon sur le lac Champlain et la route de Montréal qu'elle aurait
ensuite assiégé, et le fort Duquesne. 14,000 hommes et une escadre
considérable furent destinés pour la première entreprise; 16 à 18 mille
hommes reçurent l'ordre d'envahir le Canada par le lac St.-Sacrement, et
environ 9,000 hommes par l'Ohio. On était loin de croire à Québec à des
armemens aussi formidables, et le pays ne fut sauvé que par la victoire
de Carillon, où, comme à Créci, les vainqueurs durent repousser une
armée cinq fois plus nombreuse que la leur.

Dans le printemps les troupes françaises, après quelque délai causé par
le défaut de vivres, allèrent reprendre leurs positions sur les
frontières avec l'ordre de tenir constamment des partis en campagne,
afin d'inquiéter l'ennemi, l'obliger à diviser ses forces et découvrir
autant que possible quels étaient ses desseins. 3,000 hommes se
rassemblèrent ainsi dans le voisinage de Carillon, et à peu près un
pareil nombre sur le lac Ontario et au fort Niagara. Ces mesures prises,
l'on attendit les événemens, tandis que les Canadiens jetaient sur leurs
guérets le peu de semence qu'ils avaient pu dérober à la faim.

De leur côté les Anglais s'étaient aussi mis partout en mouvement. C'est
contre Louisbourg qu'ils portèrent leur premier coup.

L'amiral Boscawen fit voile d'Halifax, le 28 mai, à la tête d'une
escadre de 20 vaisseaux de ligne, 18 frégates et d'un grand nombre de
transports portant une armée de débarquement de 14,000 hommes, comme on
l'a déjà mentionné, sous les ordres du général Amherst, avec un train
considérable d'artillerie, et arriva le 2 juin devant cette forteresse.
Louisbourg, outre 5 vaisseaux de ligne et 5 frégates ancrés dans son
port, avait une garnison de 2,100 hommes de troupes régulières et de 600
miliciens pour résister à des forces de terre et de mer formant réunies
plus de 30,000 hommes. Le gouverneur, M. de Drucourt, qui avait remplacé
le comte de Raymond au commencement des hostilités, résolut de faire la
défense la plus énergique, et s'il n'était pas secouru, la plus longue
que l'on pouvait attendre de l'état de la place et du nombre de ses
défenseurs.

Les fortifications de Louisbourg tombaient en ruine faute d'argent pour
les réparer. Les revêtemens de la plupart des courtines étaient
entièrement écroulés, et il n'y avait qu'une casemate et une poudrière à
l'abri des bombes. La principale force de la place consistait dans les
difficultés du débarquement et dans le barrage du port. D'ailleurs, ce
qui restait debout des murailles était d'une construction défectueuse,
parce que le sable de la mer, dont on avait été obligé de se servir pour
les bâtir, n'est point propre à la maçonnerie, et l'on devait craindre
l'effet du boulet sur des ouvrages d'une liaison si fragile. Le
gouverneur jugea donc à propos de s'opposer au débarquement.

Il fortifia tous les endroits faibles de la côte aux environs de
Louisbourg jusqu'à la baie de Gabarus, qui en est éloignée d'une
demi-lieue, et où la flotte anglaise avait jeté l'ancre. L'anse au
Cormoran était l'endroit le plus faible de cette ligne. Les Français
l'avaient étayée d'un bon parapet fortifié par des canons dont le feu se
soutenait et par des pierriers d'un gros calibre. En avant on avait fait
un abattis d'arbres si serré qu'on aurait eu bien de la peine à y
passer, quand même il n'aurait pas été défendu. Cette espèce de
palissade, qui cachait tous les préparatifs de défense, ne paraissait
dans l'éloignement qu'une plaine ondoyante (Raynal). On avait placé
aussi une chaîne de bateaux le long du rivage depuis le Cap-Noir
jusqu'au Cap-Blanc, des troupes irrégulières dans toute cette étendue et
des batteries dans tous les lieux où la descente était praticable.

En présence de ces obstacles, le débarquement était une opération fort
difficile et remplie de périls. Mais comme l'ennemi ne pouvait avoir que
des soupçons sur ceux de l'anse au Cormoran, ce fut dans cet endroit-là
même qu'il entreprit de mettre pied à terre le 8 juin. Pour tromper la
vigilance des Français, il prolongea la ligne de ses vaisseaux de
manière à envelopper et menacer toute la côte, et feignant de débarquer
à Laurembec et sur plusieurs autres points du littoral, il se jeta
tout-à-coup à terre, en trois divisions, dans l'anse au Cormoran, tandis
que le général Wolfe faisait gravir un peu plus loin un rocher jugé
jusqu'alors inaccessible par une centaine d'hommes, qui s'y maintinrent
malgré le feu de quelques habitans et sauvages qui accoururent pour les
y attaquer.

Le gouverneur, ne laissant que 300 hommes dans la ville, était sorti
avec le reste de la garnison. 2,000 soldats et quelques Indiens
garnissaient les retranchemens de l'anse au Cormoran, sur lesquels les
troupes comptaient beaucoup plus que sur la place. Les assaillans qui ne
voyaient point le piège dans lequel ils allaient tomber, continuaient à
descendre à terre. La colonie aurait été sauvée, si on leur eût laissé
le temps d'achever leur débarquement et de s'avancer avec la confiance
de ne trouver que peu d'obstacles à forcer. Alors, accablés tout-à-coup
par le feu de l'artillerie et de la mousqueterie, ils eussent
infailliblement péri sur le rivage ou dans les flots, dans la
précipitation du rembarquement, car la mer était dans cet instant fort
agitée. Mais l'impétuosité française, dit Raynal, fit échouer toutes les
précautions de la prudence. A peine les Anglais eurent débarqué une
partie de leurs soldats et se préparaient à faire approcher l'autre du
rivage, qu'on se hâta de découvrir le piège où ils allaient se jeter. Au
feu brusque et précipité qu'on fit sur leurs chaloupes, et plus encore à
l'empressement qu'on eût de déranger les branches d'arbres qui
masquaient les forces qu'on avait tant d'intérêt à cacher, ils
devinèrent le péril et l'évitèrent. Revenant sur leurs pas, ils ne
virent plus d'autre endroit pour descendre que le rocher où le général
Wolfe avait envoyé les cent hommes. Ce général occupé du soin de faire
rembarquer les troupes et d'éloigner les bateaux, ordonna à un officier
de s'y rendre.

Le major Scott s'y porte aussitôt avec les soldats qu'il commande. Sa
chaloupe s'étant enfoncée dans le moment qu'il mettait pied à terre, il
grimpe sur les rochers tout seul. Il ne trouve plus que dix hommes des
cent qui y avaient été envoyés. Avec ce petit nombre, il ne laisse pas
de gagner les hauteurs. A la faveur d'un taillis épais il se maintient
avec un courage héroïque dans ce poste important contre un parti de
Français et de sauvages sept fois plus nombreux. Les troupes anglaises
bravant le courroux de la mer et le feu des batteries françaises qui se
dirigent maintenant sur ce rocher, achèvent de le rendre maître du seul
point qui pouvait assurer leur descente. La position des Français sur le
rivage dès lors ne fut plus tenable. Ils furent tournés, débordés par
les ennemis qui les prirent en flanc et enlevèrent une de leurs
batteries. Dans le même instant le bruit courut quelle général Whitmore
était débarqué au Cap-Blanc et qu'il allait couper de la ville les 2,000
soldats de l'anse au Cormoran. L'on trembla pour Louisbourg, où il
n'avait été laissé, comme on l'a dit, que 300 hommes, et l'on s'empressa
d'y rentrer, après avoir perdu deux, cents tués ou prisonniers dans
cette journée funeste, qui décida du sort du Cap-Breton.

Les Français n'eurent plus rien à faire alors qu'à se renfermer dans la
place avec peu d'espérance de pouvoir s'y défendre long-temps; mais, ils
pensaient qu'une longue résistance aurait au moins l'effet de retarder
l'attaque que les ennemis projetaient de faire contre le Canada,[16] et
ils refusèrent en conséquence la permission que demandait le commandant
des cinq vaisseaux qu'il y avait dans le port de se retirer.

[Note 16: Lettre de M. de Drucourt au ministre, du 23 sept. 1758.]

Les assaillans ne perdirent pas un moment de délai. Le 12 juin le
général Wolfe, à la tête de 2,000 hommes, prit possession de la batterie
du Phare, de la batterie royale et des autres postes extérieurs détachés
abandonnés par les assiégés. La batterie du Phare était importante en ce
qu'elle, commandait le port, les fortifications de la ville et la
batterie de l'île située en face. Les travaux du siége contre le corps
même de la place commencèrent alors. L'attaque fut conduite avec autant
de courage que soutenue avec résolution. Sept mille hommes au plus, en y
comptant les matelots des vaisseaux de guerre et le régiment de Cambis
qui, débarqué au port Dauphin, pénétra dans la ville pendant le siége,
luttèrent contre les forcés quadruples de l'ennemi pendant deux mois
avec une opiniâtreté et une patience admirable.

Les assiégeans avaient porté leurs lignes à 300 toises des murailles,
favorisés par le terrain qui offrait des protections naturelles à leurs
batteries. Ils poussèrent leurs travaux avec la plus grande activité, et
firent échouer toutes les sorties que tentèrent les Français non moins
alertes qu'eux. Le 19 la batterie du Phare, placée sur une hauteur que
les assiégés pouvaient à peine atteindre, commença à tirer. Des deux
côtés le feu fut extrêmement vif, mais les Français furent obligés de
rapprocher leurs vaisseaux de 600 verges de la ville pour les soustraire
aux projectiles de l'ennemi, qui commença aussi alors à bombarder la
muraille du côté opposé à la batterie du Phare. Il établit encore
successivement trois nouvelles batteries, et fit un épaulement d'un
quart de mille de longueur pour faciliter les approches de la ville par
une colline qui la commandait. Le 29 juin, les assiégés craignant que la
flotte anglaise ne s'emparât du port, coulèrent 2 de leurs vaisseaux et
2 frégates dans la partie la plus étroite de l'entrée du havre. Deux
jours après ils coulèrent encore deux autres frégates dont les mâts
restèrent hors de l'eau. Ils continuaient en même temps à faire des
sorties et un feu très vif de tous les remparts. La femme du gouverneur,
madame de Drucourt, s'est acquise pendant ce siège un nom immortel par
son héroïsme. Pour encourager les soldats, elle parcourait les remparts
au milieu du feu, tirait elle-même plusieurs coups de canon tous les
jours, donnait des récompenses aux artilleurs les plus adroits. Elle
pansait les blessés, relevait leur courage par des paroles
bienveillantes, et se rendait aussi chère au soldat qui l'admirait par
son courage que par les vertus plus douces qui appartiennent à son sexe.

Cependant les murailles s'écroulaient de toutes parts sous le feu des
batteries anglaises, qui faisaient d'autant plus d'efforts que les
assiégés mettaient de vigueur à se défendre. Ceux-ci pouvaient à peine
suffire à boucher les plus grandes brèches, lorsque le 21 juillet un
boulet mit le feu à l'un des cinq vaisseaux de guerres qui restaient à
flot dans le port. C'était un 74; il sauta et en incendia deux autres
qui étaient près de lui et qui furent consumés. Les deux derniers
échappèrent ce jour-là aux plus grands périls, étant obligés de passer
entre les batteries ennemies et le canon des vaisseaux embrasés que le
feu faisait partir, mais ce fut pour tomber quelque temps après entre
les mains des assiégeans, qui entrèrent dans le port pendant une nuit
fort obscure, les surprirent, en brûlèrent un et emmenèrent l'autre.

Après ce dernier coup, les Français durent songer à abandonner la lutte.
Le port était ouvert et sans défense. On n'y voyait plus que des débris
de vaisseaux; les fortifications n'étaient plus tenables; toutes les
batteries des remparts étaient rasées; il restait à peine une douzaine
de pièces de canon sur leurs affûts, et la brèche était praticable en
beaucoup d'endroits, tellement que les femmes, après le siège, entraient
par ces brèches dans la ville. 1,500 hommes ou le tiers de la garnison
avaient été tués ou blessés. L'on s'attendait d'une heure à l'autre à
voir les ennemis monter à l'assaut. Les habitans, qui en redoutaient les
suites, pressèrent le gouverneur à capituler. Celui-ci n'attendant plus
de secours dut, le 26 Juillet, accepter les conditions du vainqueur.
Louisbourg qui n'était plus qu'un monceau de ruines, retomba avec les
îles du Cap-Breton et St.-Jean pour la seconde fois au pouvoir de
l'Angleterre. La garnison, formant avec les matelots 5,600 hommes, resta
prisonnière de guerre, et les habitans furent transportés en France.

Cette conquête qui coûta aux Anglais 400 hommes mis hors de combat,
excita des réjouissances extraordinaires dans, la Grande-Bretagne et
dans ses colonies. L'on porta à Londres les trophées de la victoire, en
procession du palais de Kensington à l'église St.-Paul, et des actions
solennelles de grâces furent rendues dans toutes les églises; moins
peut-être pour célébrer ce triomphe que pour faire oublier la perte de
la bataille de Carillon, dont l'on venait de recevoir la nouvelle, mais
qui ne fut rendue publique qu'après celle de la prise de Louisbourg, car
cette ville n'était, après tout qu'une place de guerre, fort
secondaire.[17]

[Note 17: «Louisbourg is a little place and has but one casement in it,
hardly big enough to hold the women. Our artillery made havock among
them (the garrison) and soon opened the rempart: in two days more we
should certainly have, carried it. If this force had been properly
managed, there was an end of the french colony in North America, in one
campaign, for we have exclusive of seamen and mariners, near to forty
thousand men in arms.»--_Lettre du général Wolfe à son oncle le major
Wolfe_, 27 juillet 1758.]

Après cet exploit, la flotte anglaise alla se mettre en possession de
l'île St.-Jean, et détruire les établissemens de Gaspé et de Mont-Louis,
formés dans le golfe St.-Laurent par des Acadiens rt de pauvres pêcheurs
qu'elle emmena. Elle fit aussi une tentative contre Miramichi; puis se
retira vers la mi-octobre. Dans le même temps d'autres Anglais
construisaient de petits forts, comme pour s'y établir à demeure, dans
la partie septentrionale de la baie de Fondy. La destruction de
Louisbourg et la perte du Cap-Breton laissèrent le Canada sans défense
du côté de la mer, et ouvrirent le chemin de Québec aux ennemis pour
l'année suivante.

Mais tandis que le général Amherst et l'amiral Boscawen cueillaient des
lauriers dans l'île du Cap-Breton sur le bord de la mer, le général
Abercromby, tapi au fond du lac St.-Sacrement, sur la frontière centrale
du Canada, dévorait dans l'immobilité et le silence les cuisans chagrins
de la cruelle défaite qu'il venait d'essuyer.

Ce général qui s'était réservé pour lui-même le commandement de l'armée
qui devait agir sur le lac Champlain, parce que c'était, dans le plan de
campagne, la principale opération, avait réuni ses forces, composées de
7,000 hommes de troupes réglées et de 9,000 hommes de troupes
provinciales, dans les environs du lac St.-Sacrement, où le colonel
Johnson vint le rejoindre avec 4 ou 5 cents sauvages. Cette armée qui
avait, comme on l'a déjà fait observer, pour mission de franchir tous
les obstacles qui pouvaient se trouver sur la route de Montréal, faisait
ses préparatifs pour attaquer les lignes des Français. M. de Vaudreuil
ne doutait point qu'avec les forces considérables que l'ennemi avait à
sa disposition, il ne pût attaquer Carillon, même après le départ du
général Amherst pour Louisbourg; mais n'ayant pas encore reçu de vivres
de France, il pensa que le meilleur moyen de défendre cette frontière,
serait de faire une diversion. C'est pourquoi il persistait dans le plan
qu'il avait formé de jeter un gros corps sur la rive méridionale du lac
Ontario, 1° pour faire prononcer définitivement les Iroquois contre
l'Angleterre, 2° pour empêcher le rétablissement d'Oswégo, et 3° pour
faire une irruption vers Schenectady et obliger l'ennemi à se retirer du
lac Champlain. Cette démonstration, à la fois politique et militaire,
était une opération fort délicate. 800 soldats et 2,200 Canadiens et
sauvages des tribus de l'Ouest furent donnés au chevalier de Levis pour
l'accomplir; mais au moment où il allait se mettre en marche; des
nouvelles de M. de Bourlamarque, qui commandait sur la frontière du lac
St.-Sacrement, informèrent, le gouverneur que le général Abercromby,
avec une armée nombreuse et déjà rendue au fort Édouard, était sur le
point d'envahir le Canada. Le départ du chevalier de Levis fut aussitôt
contremandé, et le général Montcalm, après quelques démêlés avec le
gouverneur au sujet de ses instructions, partit de Montréal le 24 juin
avec M. de Pont-Leroy, ingénieur en chef, pour aller se mettre à la tête
des troupes à Carillon, où il arriva le 30. Trois mille soldats s'y
trouvaient rassemblés. Ce fut avec quelque surprise qu'il y apprit que
les Anglais étaient prêts à descendre le lac St.-Sacrement, quoique
depuis le printemps: il appelât lui-même constamment l'attention de M.
de Vaudreuil sur le fort Édouard, et le pressât d'envoyer des renforts à
M. de Bourlamarque afin d'être préparé à tous les événemens. Il manda
sans délai ce qui se passait au gouverneur, qui fit hâter la marche des
secours qu'il lui envoyait et qui étaient déjà en chemin, à savoir:
1,600 Canadiens et des sauvages, et 400 réguliers sous les ordres du
chevalier de Levis. Il expédia en même temps l'ordre aux milices du pays
de se rendre sur le lac Champlain en toute hâte; mais il était
impossible que ces secours pussent arriver avant quelques semaines, une
petite partie seulement put atteindre Carillon à marches forcées avant
la bataille.

Le 1 juillet le général Montcalm se porta en avant, échelonnant ses
troupes depuis le fort Carillon jusqu'au pied du lac St.-Sacrement, afin
d'en imposer à l'ennemi, et de s'opposer à son débarquement s'il se
présentait une occasion favorable de le faire avec quelque chance de
succès.

Dans le même temps (5 juillet) celui-ci s'embarquait à la tête du lac
St.-Sacrement sur 900 berges et 135 bateaux; et, précédé par de nombreux
radeaux garnis de canons, nouvelle espèce de batteries flottantes, il
commença à le descendre. «Le ciel était extrêmement pur, dit le Dr
Dwight, et le temps superbe; la flotte avançait avec une exacte
régularité au son d'une belle musique guerrière. Les drapeaux flottaient
étincelans aux rayons du soleil, et l'anticipation d'un triomphe futur
brillait dans tous les yeux. Le Ciel, la terre, et tout ce qui nous
environnait présentaient un spectacle enchanteur. Le soleil, depuis
qu'il brillait dans les cieux, avait rarement éclairé autant de beauté
et de magnificence.» Ces fiers ennemis ne songeaient guère alors dans
leur admiration qu'avant quatre jours ils remonteraient le même lac
remplis d'épouvante, et comme une troupe fugitive.

L'avant-garde, forte de 6,000 hommes, commandée par lord Howe, atteignit
le pied du lac le 6 au matin, et débarqua au Camp-Brûlé. M. de
Bourlamarque se replia à son approche à la Chute, où était le général
Montcalm, après avoir attendu vainement M. de Trépézée qu'il avait
détaché en avant en observation sur la Mqntagne-Pelée avec 300 hommes.
Cet officier, voyant paraître les ennemis, voulut rejoindre M. de
Bourlamarque, mais s'étant égaré, dans les bois, il perdit du temps, et
au lieu de trouver les Français là où il les avait laissés, il se vit
tout-à-coup cerné par l'avant-garde ennemie, qui l'attaqua sans lui
donner le temps de se reconnaître, et tua, prit ou noya les deux tiers
de son détachement. L'autre tiers qui, formait son arrière-garde et qui
avait pris une autre route parvint, le 7, sans mésaventure à la Chute,
où M. de Trépézée fut apporté blessé mortellement avec un autre
officier. C'est dans cette escarmouche que fut tué lord Howe, jeune
officier anglais plein d'espérance, et dont ses compatriotes
regrettèrent vivement la perte.

Les desseins et la force de l'ennemi étant maintenant pleinement connus,
le général Montcalm fit lever le camp de la Chute, et sous la protection
des troupes de la colonie et de 4 à 5 cents Canadiens qui venaient
d'arriver, il défila, vers les hauteurs de Carillon qu'il avait choisies
pour livrer bataille, étant décidé quelle que fût la disproportion des
deux armées, de ne point abandonner l'entrée du Canada sans combattre.
Il avait d'abord paru incliner pour St.-Frédéric; mais M. de Lotbinière,
qu'il consulta, et qui connaissait très bien le pays, avait recommandé
les hauteurs de Carillon que les ennemis, suivant lui, ne pourraient
passer tant qu'elles, seraient occupées, et qu'il était facile de
fortifier par des retranchemens sous le canon du fort; tandis que les
travaux qu'il faudrait faire pour se couvrir à St.-Frédéric, prendraient
deux mois, et que d'ailleurs Carillon passé, l'ennemî pourrait descendre
le lac Champlain et laisser cette place derrière lui. Le général,
sentant la force de ces raisons, arrivé sur ces hauteurs devenues si
célèbres, fit cesser le mouvement rétrograde des troupes, et leur donna
ordre de prendre position en avant du fort, et de s'y retrancher.

Les hauteurs de Carillon se trouvent dans l'angle formé par la déchargé
du lac St.-Sacrement nommée rivière à la Chute, et le lac Champlain dans
lequel elle va se jeter. Ces buttes du reste, peu élevées, et qui ont
leur point culminant au sommet de l'angle même, s'abaissent en en
gagnant la base, se terminant en pente douce avant d'arriver au lac
Champlain, et en pente plus abrupte du côté de la rivière à la Chute,
sur le bord de laquelle règne un petit fond d'environ 25 toises de
largeur. Dans le fond de l'angle, sur le bord de l'escarpement, il y
avait une petite redoute dont le feu rayonnait sur le lac et la rivière,
et enfilait la pente du terrain le long de ce cours d'eau. Cette redoute
se reliait, par un parapet, au fort Carillon dont on voit encore des
ruines, et qui, pouvant contenir 3 ou 4 cents hommes, se trouvait placé
dans le milieu de l'angle et dominait le centre et la droite du plateau,
ainsi que la plaine au pied du côté du lac Champlain et de la rivière
St.-Frédéric. L'armée passa la nuit du 6 au 7 au bivouac. Les feux de
l'ennemi indiquaient qu'il était en force au portage. Les retranchemens
formés par angles entrans et sortans, commencés le 6 au soir et
continués le 7 avec la plus grande activité, prenaient au fort,
suivaient quelque temps la crête des hauteurs du côté de la rivière à la
Chute, puis tournaient à droite pour traverser l'angle à sa base, en
suivant les sinuosités d'une gorge à double rampe peu profonde qui
traverse le plateau, et enfin descendaient dans le bas fond qui s'étend
jusqu'au lac. Ces retranchemens pouvaient avoir 600 verges de
développement, et 5 pieds de hauteur; ils étaient formés d'arbres ronds
posés les uns contre les autres, avec les grosses branches coupées en
pointes placées en avant en manière de chevaux de frise. Chaque
bataillon, ayant en arrivant pris la place qu'il devait occuper dans
l'action, faisait la partie du retranchement destinée à le protéger.
Tout le monde travaillait avec une ardeur incroyable. Les Canadiens
n'ayant pu recevoir de haches plus tôt, ne commencèrent leur abattis,
dans le bas fond du côté du lac Champlain où leur position fut marquée,
que dans l'après-midi; ils l'achevèrent le lendemain au milieu du jour
au moment où les Anglais paraissaient. Le pays en avant étant couvert de
bois, le général Montcalm fit abattre les arbres jusqu'à une certaine
distance, afin de voir déboucher les assaillans à découvert et de plus
loin.

Dans le même temps le général Abercromby avait débarqué avec toute son
armée. Ayant appris par des prisonniers que les Français se
retranchaient pour attendre un renfort de 3,000 hommes que devait leur
amener le chevalier de Levis, il décida de les attaquer avant la
jonction de ce corps; et sur le rapport d'un ingénieur envoyé en
reconnaissance, que leurs retranchemens n'étaient pas achevés, il se mit
aussitôt en mouvement poussant son avant-garde, sous les ordres du
colonel Bradstreet, le? au soir, jusqu'à 700 toises des Français; et des
deux côtés l'on se prépara pour l'affaire du lendemain.

L'armée anglaise, défalcation faite de quelques centaines d'hommes
laissés à la Chute et à la garde des bateaux au pied du lac, était
encore composée de plus de 15,000 hommes d'élite commandés par des
officiers expérimentés, et marchant au combat avec toute la confiance
que donne une grande supériorité numérique. L'armée française ne
comptait que 3,600 hommes dont 150 Canadiens ou soldats de la marine: il
n'y avait pas de sauvages. Trois cents hommes furent chargés de la garde
du fort, et 3,300 de la défense des retranchemens, que leur peu
d'étendue permit de garnir de troupes sur trois hommes de hauteur.
L'ordre fut donné que chaque bataillon aurait en réserve sa compagnie de
grenadiers et un piquet de soldats: rangés en arrière et prêts à se
porter où le besoin le demanderait. Le chevalier de Levis arrivé du
matin même de sa personne, fut chargé du commandement de l'aile droite,
ayant sous lui les Canadiens formant l'extrême droite sous les ordres de
M. de Raymond; M. de Bourlamarque eut le commandement de l'aile gauche.
Le général Montcalm se réserva celui du centre. Tel fut l'ordre de
bataille des Français.

A midi et demi, les gardes avancées rentrèrent dans les lignes en
fusillant avec les troupes légères anglaises. Un coup de canon tiré du
fort, donna le signal aux troupes de border les ouvrages. L'ennemi
s'ébranlait.

Le général Abercromby forma son armée en quatre colonnes pour attaquer
sur tous les points à la fois, et les grenadiers et l'élite des soldats,
choisis pour composer la tête des colonnes, eurent ordre de s'élancer
contre les retranchemens la bayonnette au bout du fusil, et de ne tirer
que quand ils auraient sauté dedans. En même temps un certain nombre de
barges devait descendre la rivière à la Chute pour menacer le flanc
gauche des Français. A l'heure les colonnes ennemies se mirent en
mouvement, entremêlées de troupes légères parmi lesquelles il y avait
des Indiens, qui, couverts par les arbres, firent le feu le plus
meurtrier. Les colonnes sortirent du bois, descendirent dans la gorge en
avant des retranchemens, et s'avancèrent avec une assurance et un ordre
admirable, les deux premières contre la gauche des Français, la
troisième contre leur centre et la dernière contre leur droite en
suivant le pied du coteau dans le bas-fond où se trouvaient les
Canadiens. Le feu commença par la colonne de droite des assaillans, et
s'étendit graduellement d'une colonne à l'autre, jusqu'à celle de
gauche, qui chercha à pénétrer dans les retranchemens par le flanc droit
du corps du chevalier de Levis. Cet officier, voyant leur dessein,
ordonna aux Canadiens de faire une sortie, et d'attaquer en flanc cette
colonne composée de grenadiers et de montagnards écossais. Cette attaque
réussit si bien, que le feu des Canadiens, joint à celui des deux
bataillons sur le côteau, obligea la colonne ennemie de se jeter sur
celle qui était à sa droite, afin d'éviter un double feu de flanc. Les
quatre colonnes, obligées de converger un peu en avançant, soit pour
protéger leurs flancs, soit pour atteindre le point d'attaque, se
trouvèrent réunies en débouchant sur les hauteurs. Dans le même moment,
une trentaine de berges se présentaient sur la rivière à la Chute pour
menacer la gauche des Français. Quelques coups de canon tirés du fort,
qui en coulèrent deux bas et quelques hommes envoyés sur le rivage,
suffirent pour les mettre en fuite. Le générai Montcalm avait donné
ordre de laisser avancer les ennemis jusqu'à 20 pas des retranchemens.
Cet ordre fut ponctuellement exécuté, et ce ne fut que lorsqu'elles
arrivèrent à la distance indiquée, que la mousqueterie assaillit ces
masses compactes avec un effet si terrible qu'elles tressaillirent,
chancellèrent et tombèrent en désordre. Elles se remirent aussitôt
néanmoins, et revinrent à la charge; mais, oubliant leur consigne, elles
commencèrent à tirer, et le feu devint d'une vivacité extrême sur toute
la ligne et se prolongea fort long-temps; mais après avoir fait les plus
grands efforts, les assaillans furent obligés de reculer une seconde
fois, laissant le terrain jonché de leurs cadavres. Après avoir, repris
haleine, ils reformèrent leurs colonnes, et se précipitèrent de nouveau
contre les retranchemens avec furie; mais partout ils furent reçus avec
la même fermeté et le feu le plus vif et le plus soutenu qu'on eût
jamais vu. Le général français s'exposait comme le dernier des soldats.
Du centre où il s'était placé, il se portait partout pour donner ses
ordres, ou mener lui-même des secours sur les points qui périclitaient.
Après avoir fait des efforts inouïs, les assaillans furent encore
repoussés.

Etonné de plus en plus d'une résistance si vigoureuse, le général
Abercromby, qui avait cru que rien n'oserait tenir devant lui avec les
forces accablantes qu'il avait à sa disposition, ne pouvait se persuader
qu'il échouerait devant un ennemi qui lui était si inférieur en nombre,
et pensa que quelque fût leur courage, les Français finiraient par se
lasser d'une résistance qui ne ferait qu'empirer leur perte. Il résolut
donc de continuer ses attaques avec la plus grande vigueur jusqu'à ce
qu'il eût triomphé; et depuis une heure jusqu'à cinq ses troupes
revinrent six fois à la charge, et chaque fois elles furent repoussées
avec de grandes pertes. Les fragiles remparts qui protégeaient les
Français prirent plusieurs fois en feu dans le cours de l'action. Les
colonnes des ennemis n'ayant pu réussir dans les premières attaques
faites simultanément sur le centre et les deux ailes de leurs
adversaires, se joignirent pour faire des efforts communs; elles
assaillirent ainsi réunies tantôt la droite, tantôt le centre, tantôt la
gauche des retranchemens sans plus de succès. C'est contre la droite
qu'elles s'acharnèrent le plus longtemps, et où le combat fut le plus
meurtrier. Les grenadiers et les montagnards écossais continuèrent; à
charger pendant trois heures sans se rebuter ni se rompre. Le régiment
de montagnards surtout, commandé par lord John Murray, se couvrit de
gloire. Il formait la tête d'une colonne presqu'en face des Canadiens.
Son costume léger et pittoresque se distinguait entre tous les autres au
milieu de la flamme et de la fumée. Ce corps perdit la moitié de ses
soldats et 25 officiers tués ou grièvement blessés. Mais enfin cette
attaque fut repoussée comme les autres, et les efforts des assaillans
échouèrent encore une fois devant l'intrépidité calme mais opiniâtre des
troupes françaises. Pendant ces différentes charges les Canadiens firent
plusieurs sorties pour prendre l'ennemi en flanc, dans lesquelles ils
montrèrent beaucoup de zèle et de courage, et firent des prisonniers.

A cinq heures et demie le général Abercromby, n'osant plus conserver
d'espérance, fit retirer toutes ses colonnes dans le bois qu'il y avait
derrière lui, et qu'il fit border de tirailleurs, afin de leur laisser
prendre haleine, voulant faire une dernière tentative avant de se
retirer tout-à-fait. Une heure après elles en sortirent de nouveau et
commencèrent une attaque générale sur tous les points à la fois de la
ligne française. Toutes les troupes y prirent part, mais elles furent
reçues avec la même fermeté qu'auparavant; et après des efforts
inutiles, elles durent abandonner définitivement la victoire à leurs
adversaires. Le général Abercromby donna l'ordre alors de la retraite,
se couvrant d'une nuée de tirailleurs dont le feu avec celui des
Canadiens qui sortirent à sa poursuite, se prolongea jusqu'à la'nuit.
Les troupes françaises étaient épuisées de fatigues, mais pleines de
joie, parce qu'elles sentaient qu'elles avaient fait leur devoir. Le
général Montcalm, accompagné du chevalier de Levis et de son état-major,
en parcourut les rangs, et les remercia au nom du roi de la conduite
qu'elles avaient tenue dans cette importante journée, l'une des plus
mémorables dans les fastes de la valeur française. Ne pouvant croire
cependant à la retraite définitive des Anglais, et s'attendant à un
nouveau combat pour le lendemain, il donna ses ordres et fit ses
préparatifs en conséquence. Les troupes passèrent la nuit dans leurs
positions; elles nettoyèrent leurs armes, et dès que le jour parut se
mirent à perfectionner les retranchemens qu'elles renforcèrent de deux
batteries, l'une à droite de 4 pièces de canon et l'autre à gauche de 6.
Ne voyant point paraître d'ennemis, le général Montcalm envoya à la
découverte des détachemens, qui s'avancèrent jusqu'à quelque distance de
la Chute, et brûlèrent un retranchement que les Anglais avaient commencé
à y élever et qu'ils avaient abandonné. Le lendemain, 10, le chevalier
de Levis poussa jusqu'au pied du lac St.-Sacrement avec les grenadiers,
des volontaires et des Canadiens; il ne trouva que des marques de la
fuite précipitée d'Abercromby. Dans la nuit même qui suivit la bataille,
l'armée anglaise continuant son mouvement rétrograde, s'était mise en
marche pour regagner le lac, et ce mouvement était devenu une véritable
fuite. Elle avait abandonné sur les chemins ses outils, une partie de
ses bagages et un grand nombre de blessés, qui furent ramassés par le
chevalier de Levis, et elle s'était rembarquée à la hâte le lendemain au
point du jour, après avoir jeté ses vivres à l'eau.

Telle fut la bataille de Carillon, où 3,600 hommes avaient lutté
victorieusement pendant plus de six heures contre 15,000, et dont le
gain accrut singulièrement la réputation du général Montcalm, que la
victoire s'était plu à couronner depuis qu'il était en Amérique, et
augmenta encore sa popularité parmi les soldats. L'on n'avait perdu que
337 hommes dont 37 officiers, au nombre desquels se trouvaient M. de
Bourlamarque dangereusement blessé à l'épaule, et M. de Bougainville,
promu récemment au grade d'aide-maréchal des logis. Le chevalier de
Levis reçut plusieurs balles dans ses habits et son chapeau. Les pertes
des Anglais furent considérables. Ils avouèrent eux-mêmes 2,000 hommes
tués et blessés dont 126 officiers; toutes les correspondances
françaises les portent de 4 à 5 mille.

Le général Abercromby remonta le lac St.-Sacrement avec autant de
précipitation qu'il en avait mis pour l'atteindre de Carillon, et en
arrivant à la tête de ce lac, il se retrancha fortement dans le camp
qu'il avait occupé avant cette courte campagne, écrivant en même temps
au général Amherst à Louisbourg pour lut ordonner de venir le rejoindre
sans délai. Celui-ci, qui ne fut de retour à Boston que le 13 septembre,
se mit en marche pour Albany avec 4,500 hommes. Mais la saison était
déjà trop avancée pour faire une nouvelle tentative cette année, si
toutefois on en avait le projet, et l'invasion du Canada fut ajournée à
une autre campagne. Au reste le passage de Carillon aurait été encore
plus difficile à forcer que la première fois, parce que les
retranchemens qui ne consistaient qu'en arbres renversés le 8 juillet,
avaient été refaits depuis en terre et flanqués de redoutes couvertes de
canons. Des bandes canadiennes et sauvages battaient la campagne, et
tenaient le général Montcalm au courant de tout ce qui se passait dans
l'armée anglaise, dont elles allaient attaquer les détachemens et les
convois jusque sous les murs du fort Édouard, dans le voisinage duquel
M. de St.-Luc en prit un de 150 voitures.

Cependant la grande supériorité numérique des ennemis faisait que leurs
pertes étaient à peine sensibles et qu'ils se relevaient plus forts et
plus redoutables après chaque défaite, tandis que celles des Français
les affaiblissaient réellement, et que chaque victoire diminuait leurs
moyens de résistance et les chances d'un succès définitif.

Aussi le général Abercromby apprenant que son mouvement sur Carillon
avait fait contremander l'ordre donné au chevalier de Levis de se porter
à Oswégo, et que le fort Frontenac, entrepôt de la marine française sur
le lac Ontario, se trouvait presqu'abandonné, ce général ordonna au
colonel Bradstreet de prendre 3,000 hommes et 11 bouches à feu, et de
tâcher de surprendre ce poste important, qui ne s'attendait point dans
le moment à une pareille attaque. Cet officier partit sans bruit du camp
anglais, descendit la rivière Oswégo, traversa le lac Ontario, au pied,
et parut soudainement devant la place le 25 août. Elle n'était gardée
que par 70 hommes sous les ordres de M. de Noyan, qui osa se défendre
dans ce mauvais poste, et attendre que les bombes fissent voler le fort
en éclats pour se rendre. Outre beaucoup de canons, de petites armes et
une grande quantité de vivres et de marchandises, les vainqueurs
trouvèrent à l'ancre dans le port neuf barques armées, reste des
trophées de la conquête d'Oswégo. Après avoir chargé tout ce qu'ils
purent emporter sur leurs vaisseaux, ils renvoyèrent la garnison sur
parole, brûlèrent les ouvrages et les barques, à l'exception de deux et
reprirent le chemin de leur pays où ils rétablirent l'ancien fort de
Bull.

Cette expédition, exécutée avec autant de bonheur que d'habileté, fit le
plus grand honneur au colonel Bradstreet, et jeta un moment le Canada
dans une grande inquiétude pour la sûreté de la partie supérieure du
pays; et le commandement du lac Ontario, que les Français croyaient
avoir perdu avec l'escadrille de Frontenac. La possession de ce point
paraissait si importante, que M. de Vaudreuil, à la première nouvelle de
l'apparition du colonel Bradstreet, fit battre la générale et chargea le
major de Montréal, M. Duplessis, de prendre 1,500 Canadiens, qui
laissèrent là leurs récoltes, et tous les sauvages qu'il pourrait
rassembler, et d'aller à marches forcées à son secours; mais cet
officier apprit en chemin, à la Présentation, que le poste dont l'on
redoutait tant la perte, venait de capituler. Il crut devoir attendre
alors de nouveaux ordres du gouverneur, qui lui fit détacher 600 hommes
pour renforcer la garnison de Niagara, et manda le général Montcalm à
Montréal, afin de délibérer sur ce qu'il y avait à faire dans les
circonstances pénibles dans lesquelles la chute de Louisbourg que l'on
venait d'apprendre, et la destruction de Frontenac, mettaient le pays.
Il fut résolu par ces deux chefs de rétablir ce dernier fort, de
reprendre Niagara s'il était tombé au pouvoir de l'ennemi, comme on le
craignait, n'étant gardé que par quelques hommes, et d'attaquer Oswégo
si les Anglais cherchaient à en relever les fortifications. Le chevalier
de Levis fut désigné pour commander cette partie des frontières et M. de
Pont-Leroy, ingénieur, pour relever les murs de Frontenac, dont la
saison força d'ajourner les travaux à l'année suivante.

Si la force du nombre assurait ainsi aux ennemis les avantages de la
campagne dans la partie de la Nouvelle-France qui était la plus voisine
de la mer, il en était de même dans la vallée de l'Ohio, où les succès
des Français furent insuffisans pour suppléer à leur faiblesse. Comme on
l'a déjà dit, c'est le général Forbes qui devait diriger les opérations
des Anglais sur cette frontière. Son armée composée de réguliers sous le
colonel Bouquet et de milices virginiennes sous le colonel Washington se
réunit au nombre de 6,000 hommes, après bien des délais, à Raystown à 30
lieues du fort Duquesne, qu'elle devait attaquer. Mais le triste
souvenir de la défaite du général Braddock, tout, frais, encore dans la
mémoire, fit choisir une route nouvelle, pour traverser les montagnes. A
la, mi-septembre cette armée n'était encore qu'à Loyal-Hanna, où elle
éleva un fort, à 45 milles du poste français. Avant de se remettre en
chemin, le général Forbes jugea à propos de détacher de son armée 800
soldats sous les ordres du major Grant, pour aller reconnaître, ce
poste. Cet officier parvint, par une marche fort secrète, à un quart de
lieue du fort Duquesne sans être découvert. Son intention était
d'attaquer dans la nuit les Indiens qui se tenaient ordinairement campés
autour de la place; mais les feux allumés devant leurs cabanes, qui,
devaient lui indiquer leur véritable position étaient éteints lorsqu'il
arriva, et il dut se retirer au point du jour sur la crête d'une
montagne voisine où il fut aperçu par les Français avec surprise. M. de
Ligneris, successeur de M. Dumas, assembla aussitôt les Canadiens et les
troupes de la colonie au nombre de 7 à 800, et les mit sous les ordres
de M. Aubry, qui marcha droit aux ennemis dans la montagne, les attaqua
brusquement et les rejeta en bas dans la plaine fort en désordre. Les
sauvages qui s'étaient retirés d'abord, au-delà de la rivière pour ne
pas être surpris, en voyant les Anglais repoussés, revinrent sur leurs
pas et se réunirent aux Canadiens. La déroute des ennemis devint alors
complète; ils furent dispersés et perdirent 300 hommes tués ou blessés,
et cent et quelques prisonniers, au nombre desquels se trouvèrent vingt
officiers y compris le major Grant lui-même.

La nouvelle de ce désastre trouva le général Forbes à Loyal-Hanna, d'où
il n'avait pas bougé. On était en novembre; la saison des gelées était
venue, et la neige commençait à blanchir la cime des collines. Il fut
décidé dans un conseil de guerre de remettre l'attaque du fort Duquesne
à l'année suivante. Malheureusement des prisonniers révélèrent sur ces
entrefaites la situation des Français. Les sauvages alliés avaient
repris le chemin de leurs bourgades, et les secours venus des postes du
Détroit et des Illinois, comptant les ennemis en pleine retraite,
s'étaient retirés, de sorte qu'il restait à peine 500 hommes dans ce
poste important. A cette nouvelle on changea d'avis dans l'armée
anglaise; le général Forbes, laissant derrière lui ses tentes et ses
gros bagages, s'avança à marches forcées vers la place avec toutes ses
troupes. M. de Ligneris, hors d'état de se défendre contre des forces
aussi supérieures, et n'attendant plus aucun secours, embarqua son
artillerie sur l'Ohio pour les Illinois, brûla le for et se retira avec
sa garnison dans celui de Machault du côté dû lac Erié. Le général
Forbes ne trouva plus en arrivant que l'emplacement sur lequel avait
existé ce fort si fameux et qui avait tant offusqué l'Angleterre. Il
voulut néanmoins en changer le nom, et en l'honneur du ministre, M.
Pitt, il donna à cet amas de cendre celui de Pittsburgh, qu'il a
conservé, mais qui est devenu aujourd'hui celui d'une ville belle, riche
et florissante.

Partout, maintenant la saison du repos était arrivée, et les troupes des
deux côtés des frontières avaient pris ou s'en allaient prendre leurs
quartiers d'hiver. Les deux armées opposantes sur le lac St.-Sacrement,
après avoir reçu l'une et l'autre des renforts que leur inactivité
rendit inutiles, s'étaient aussi mises en chemin pour leurs
cantonnemens, celle du général Abercromby, après avoir incendié les
barraques et les retranchemens qu'elle avait élevés à la tête du lac
St.-Sacrement.

L'avantage des opérations de cette campagne, la cinquième depuis le
commencement des hostilités, resta aux Anglais, en Amérique; ils se
trouvèrent maîtres dans l'automne de Louisbourg et de l'île St.-Jean;
ils avaient brûlé les côtes de Gaspé et pris pied sur la rive
septentrionale de la baie de Fondy; ils avaient détruit le fort
Frontenac et forcé enfin les Français d'abandonner avec le fort Duquesne
cette verdoyante et délicieuse vallée de l'Ohio, aux eaux de laquelle
ils s'étaient plu à donner le nom de Belle-Rivière. Mais on peut dire
que la gloire des armes appartenait à la France. «Partout ses soldats
avaient eu à lutter contre des forces très supérieures; supérieures de
plus de trois contre un à Louisbourg, de près de cinq contre un à
Carillon! Jamais ils ne s'étaient battus avec plus de dévoûment et plus
d'intrépidité. Si les chefs commirent quelquefois des fautes, on doit
dire qu'elles ne changèrent rien à un dénouement devenu inévitable, et
dont l'histoire doit laisser peser la responsabilité sur la caducité du
gouvernement de la métropole. Le Canada, abandonné à la double attaque
de la famine et de l'épée, ne pouvait résister toujours si celle-ci ne
faisait face elle-même à l'Angleterre sur les mers, qui apportaient
chaque année des armées entières à nos adversaires déjà beaucoup trop
puissans.

Dans les autres parties du monde, la France avait été plus heureuse.
Dans les Indes, ses flottes s'étaient emparé de Gondeloue, où dix
frégates anglaises avaient été brûlées; elles avaient pris le fort David
sur la côte de Pondichéri et Divicoté. Après avoir échoué devant Raga,
elles avaient enlevé Arcate, capitale de la Nababie. Mais des combats
navals livrés à l'amiral Pocock, étaient restés indécis. En Europe,
quoique ses succès eussent été mêlés de revers, sa position n'était pas
pire. Ses victoires balançaient ses défaites en Allemagne, et le duc
d'Aiguillon, ayant rejoint les Anglais qui tentaient depuis quelque
temps des débarquemens en France, avait anéanti leur arrière-garde à
St.-Cast. Tant d'efforts cependant pour soutenir, la guerre sur terre et
sur mer dans toutes les parties du globe, avaient achevé d'épuiser le
trésor. Pitt le savait, et il redoublait d'énergie pour détruire ou
paralyser complètement les forces des Français dans le Nouveau-Monde.
Les embarras des finances et l'aspect de l'avenir amenèrent un nouveau
changement de ministère à Paris. M. Berryer remplaça M. de Moras au
bureau de la marine et des colonies; le maréchal de Belle-Isle, le
marquis de Paulmy au bureau de la guerre; et le duc de Choiseul, le
cardinal de Bernis, à celui des affaires étrangères. Ce changement
annonça le triomphe du parti de la guerre à la cour. Mais les affaires
militaires n'en réussirent pas mieux; au contraire, l'on va voir les
désastres s'accroître de jour en jour. Quant au Canada le nouveau
ministère parut lui être moins favorable que l'ancien, et si le général
Montcalm eût un ami dans le maréchal de Belle-Isle, M. Bigot eut un
censeur sévère dans M. Berryer, qui parut s'occuper davantage du soin
d'apurer les comptes de l'intendant, que d'envoyer les secours de tous
genres dont ce pays avait besoin.

En effet, les soldats et les vivres manquaient toujours. Une partie de
la population ayant été arrachée à l'agriculture pour les besoins de la
guerre, la terre était restée sans laboureurs; ce qui nécessitait des
importations de céréales encore plus considérables que dans les années
précédentes. D'un autre côté les hostilités sur mer rendaient les
importations plus difficiles, et il fallait ménager le temps des
cultivateurs et régler les opérations militaires de manière à pouvoir en
laisser libre le plus grand nombre possible pour le temps des semailles
et de la moisson: ainsi la guerre et la culture s'entrenuisaient, et
toutes deux marchaient ensemble vers une ruine commune.

Dès le mois d'octobre le gouverneur et l'intendant avaient écrit au
ministre pour l'avertir que le projet des ennemis était d'assiéger
Québec l'année suivante avec une armée formidable; et que d'après les
progrès qu'ils avaient faits dans la campagne actuelle, si le Canada ne
recevait point de secours, attaqué de toutes parts, il ne pourrait
manquer de succomber; que l'on n'avait que 10,000 hommes à opposer aux
forces nombreuses des Anglais, parce qu'il fallait en réserver 4,000
pour les transports et laisser des soldats et des Canadiens dans les
garnisons des forts du lac Erié ainsi que dans ceux de Niagara,
Frontenac et de la Présentation. «Il ne faut pas compter sur les
habitans, disaient-ils, ils sont exténués par les marches continuelles.
Ce sont eux qui font toutes les découvertes de l'armée. Leurs terres ne
sont point cultivées à moitié. Leurs maisons tombent en ruine. Ils sont
toujours en campagne, abandonnant et femmes et enfans, qui pour
l'ordinaire sont sans pain.... Il n'y aura point de culture cette année
faute de cultivateurs.» Ils ajoutaient que l'on serait forcé de
distribuer aux pauvres à bas prix du boeuf ou du cheval. Les demandes du
munitionnaire en France en comestibles seuls devaient occuper 35 navires
de 3 à 400 tonneaux.

Toutes les correspondances confirmaient ce triste et trop fidèle tableau
de la colonie tracé par le gouverneur et l'intendant. M. de Bougainville
s'embarqua à Québec pour la France, afin d'engager la cour à faire un
grand effort pour épargner au pays le sort qui le menaçait; et le
commissaire des guerres, M. Doreil, qui repassait aussi en Europe, fut
chargé d'appuyer les représentations de Bougainville.

Des sollicitations si pressantes devaient rester sans résultat. Dans
leur impuissance de secourir une si noble contrée qu'ils allaient
perdre, les ministres, le coeur rempli de douloureux regrets,
éclattèrent en reproches amers contre l'intendant sur les dépenses
excessives du Canada, qu'ils attribuaient à sa négligence, comme pour se
justifier eux-mêmes aux yeux de la France de la situation malheureuse où
elle se trouvait. Berryer écrivait à ce fonctionnaire le 19 janvier
(1759) que la fortune de ceux qui avaient suivi ses ordres, rendait son
administration suspecte. Dans une autre dépêche (29 août), ce ministre,
informé que le tirage des lettres de change allait monter pour 1759 de
31 à 33 millions, observait que les dépenses étaient faites sans ordre,
souvent sans nécessité, toujours sans économie, et terminait par ces
mots: «On vous attribue directement d'avoir gêné le commerce dans le
libre approvisionnement de la colonie; le munitionnaire général s'est
rendu maître de tout, et donne à tout le prix qu'il veut; vous avez
vous-même fait acheter pour le compte du roi, de la seconde et troisième
main, ce que vous auriez pu vous procurer de la première à moitié
meilleur marché; vous avez fait la fortune des personnes qui ont des
relations avec vous par les intérêts que vous avez fait prendre dans ces
achats ou dans d'autres entreprises; vous tenez l'état le plus splendide
et le plus grand jeu au milieu de la misère, publique.... Je vous prie
de faire de très sérieuses réflexions sur la façon dont l'administration
qui vous est confiée a été conduite jusqu'à présent. _C'est plus
important que peut-être vous ne le pensez._»

Cette dépêche foudroyante et qui semblait mettre à nu les spéculations
secrètes de l'intendant, le trouva impassible en apparence; mais il fut
intérieurement pénétré à la fois de douleur, de crainte et
d'humiliation. Une seconde dépêche répétait les mêmes reproches et
comportait des menaces encore plus explicites et plus directes. C'était
tout ce qui pouvait être fait pour le moment; les événemens se
pressaient avec trop de rapidité pour permettre de porter remède à des
abus, dont la cause, soigneusement cachée, exigeait une investigation
attentive et minutieuse.

Les obstacles et les malheurs aigrissent le caractère des hommes fiers,
et excitent souvent leurs plus mauvaises passions. La division entre le
gouverneur et le général Montcalm, à laquelle l'on a fait allusion déjà,
prit un caractère plus grave après la bataille de Carillon; et il paraît
qu'à la cour, où aboutissaient les accusations et les récriminations,
l'on crut alors s'appercevoir que cette malheureuse affaire dégénérait
en intrigue, dont M. Doreil était comme l'agent actif et le directeur
secret, et le gouverneur devait être la victime. La rentrée de M. Doreil
en France ne fut peut-être pas entièrement étrangère à cette menée.

Le général Montcalm et ses partisans accusaient M. de Vaudreuil d'avoir
exposé l'armée à une complète destruction par son imprévoyance, en la
dispersant sur le lac Ontario et au pied du lac St.-Sacrement, et en
n'appelant pas les Canadiens et les tribus sauvages sous les armes, afin
d'être prêts à se porter sur les points qui pourraient être menacés. Il
est bon d'observer qu'avant le 8 juillet leurs correspondances étaient
très circonspectes, contenaient peu de suggestions, n'exprimaient que
des doutes, et que Montcalm lui-même croyait l'ennemi si peu préparé à
entrer en campagne, qu'il mit six jours à se rendre de Montréal à
Carillon. Après la bataille, ce général écrivit au ministre que les
mesures du gouverneur l'avaient exposé sans forces suffisantes aux coups
de l'ennemi; mais puisque la victoire avait réparé cette faute, ce qui
le flattait le plus, disait-il, c'est que les troupes régulières n'en
partageaient la gloire avec personne, observation peu généreuse
qu'expliquent du reste les jalousies que nous avons signalées déjà
plusieurs fois. Après avoir sollicité les grâces que méritait une armée
qui s'était couverte de gloire, il ajoutait: «Pour moi, je ne vous en
demande d'autre que de me faire accorder par le roi mon retour, ma santé
s'use, ma bourse s'épuise. Je devrai à la fin de l'année dix mille écus
au trésorier de la colonie, et plus que tout encore, les désagrémens,
les contradictions que j'éprouve, l'impossibilité où je suis de faire le
bien et d'empêcher le mal, me déterminent de supplier avec instance sa
majesté de m'accorder cette grâce, la seule que j'ambitionne.» Doreil,
son confident, qui ne se croyait pas tenu d'observer la même réserve,
critiquait depuis longtemps, avec une extrême vivacité, tous les actes
de l'administration. Depuis le dernier succès surtout, il ne mettait
plus de mesure dans ses attaques: «La négligence, l'ignorance, la
lenteur et l'opiniâtreté du gouverneur, disait-il, ont pensé perdre la
colonie... l'ineptie, l'intrigue, le mensonge, l'avidité, la feront sans
doute périr.» Et comme la commune renommée attribuait aux Canadiens une
grande part dans les victoires obtenues dans le cours de la guerre, et
que le roi pouvait croire au dévouement de ce peuple, il informait le
ministre que te général Montcalm lui avait écrit confidentiellement que
les Canadiens qu'il y avait à la bataille de Carillon s'étaient conduits
fort médiocrement de même que les troupes de la colonie, quoiqu'il eût
dit le contraire dans le rapport officiel transmis à Paris. Après
plusieurs lettres écrites dans les mêmes termes de blâme et de censure,
M. Doreil, croyant avoir bien disposé les ministres à son dessein, les
invita enfin dans une dernière dépêche plus violente encore que les
autres, à changer le gouverneur, et à choisir le général Montcalm pour
le remplacer. «Si la guerre doit durer encore ou non, disait-il, si l'on
veut sauver ou établir le Canada solidement, que sa majesté lui en
confie le gouvernement. Il possède la science politique, comme les
talens militaires. Homme de cabinet comme de détails, il est grand
travailleur, juste, désintéressé jusqu'au scrupule, clairvoyant, actif,
et n'a en vue que le bien; en un mot, il est homme vertueux et
universel.... Quand M. de Vaudreuil, ajoutait-il, aurait de pareils
talens en partage, _il aurait toujours un défaut originel, il est
Canadien._

Toute ces intrigues, qui n'étaient pas assez secrètes pour qu'il n'en
transpirât pas quelque chose, même dans le public, parvenaient à la
connaissance du gouverneur. Déjà les officiers et les soldats de l'armée
attaquaient, critiquaient tout haut sa conduite dans leurs propos, et
lui attribuaient la détresse et les malheurs dont ils étaient les
victimes. Il voulut mettre un terme à un état de chose qui pouvait avoir
des suites les plus lâcheuses; mais il n'échappa point lui-même à la
passion qui animait ses ennemis. Dans une lettre pleine de
récriminations qu'il adressa aux ministres, il demanda le rappel du
général Montcalm, qu'il déclara n'avoir pas les qualités qu'il faut pour
la guerre du Canada, beaucoup de douceur et de patience étant nécessaire
pour commander les Canadiens et les sauvages, et il désigna le chevalier
de Levis pour succéder dans le commandement des troupes.

Ces malheureuses querelles embarrassèrent beaucoup les ministres. Une
note fut dressée et soumise au conseil d'état pour rappeler Montcalm,
comme il le demandait lui-même, avec le titre de lieutenant-général, et
le remplacer par le chevalier de Levis avec le grade de maréchal de
camp. Mais le roi, après réflexion, n'approuva point cet arrangement, et
les choses restèrent comme elles étaient. L'on peut peut-être dire qu'il
serait dangereux, d'une part, d'ôter à ce pays un général aimé du soldat
et qui avait toujours été victorieux; et, de l'autre, de changer un
gouverneur qui avait obtenu des Canadiens tous les sacrifices de sang et
d'argent que l'on pouvait attendre du peuple le plus dévoué, sans qu'ils
eussent fait entendre seulement un murmure. Des dépêches conciliantes
furent adressées au gouverneur et au général, à qui les ministres, au
nom du roi, recommandèrent instamment l'union et la concorde, chose
d'une absolue nécessité dans les circonstances où l'on se trouvait. Et
dans le printemps M. de Bougainville arriva à Québec avec ses mains
pleines de récompenses. M. de Vaudreuil était nommé grand'croix de
l'ordre de St. Louis; M. de Montcalm commandeur du même ordre et
lieutenant-général; M. de Levis maréchal de camp; Bourlamarque et de
Sénezergues, brigadiers; Bougainville colonel, et Dumas, major-général
et inspecteur des troupes de la marine. Des croix et des avancemens
étaient aussi accordés à beaucoup d'officiers de grades inférieurs. Ces
récompenses, surtout les pressantes recommandations des ministres
rapprochèrent les deux chefs sans les réconcilier.

Quant aux secours à attendre de la métropole, le ministre de la guerre,
à qui M. de Montcalm avait mandé qu'à moins d'un bonheur inattendu d'une
grande diversion sur les colonies anglaises par mer, ou de grandes
fautes de la part des ennemis, le Canada serait pris dans la campagne de
59 et sûrement dans la suivante, les Anglais ayant 60,000 hommes et les
Français au plus de 10 à 11 mille, ce ministre l'informa qu'il ne devait
pas espérer de troupes de renfort;[18] et en effet, 600 recrues, 2
frégates et 12 à 15 navires du commerce appartenant la plupart au
munitionnaire avec des marchandises et des vivres, furent tout ce qui
entra dans le port de Québec avant l'apparition de la flotte ennemie.
Quoique par cette conduite de la France, les Canadiens pussent se croire
déliés de la fidélité qu'ils lui devaient, puisqu'elle reconnaissait
elle-même la supériorité absolue de l'ennemi en Amérique, pas un
cependant ne parla de rendre les armes; ils avaient encore du sang à
verser et des sacrifices à faire pour cette ancienne patrie d'où
sortaient leurs pères, et s'il y eût des paroles de découragement, elles
partirent plutôt des rangs de l'armée régulière que de ceux des colons.

[Note 18: «Je suis bien fâché d'avoir à vous mander que vous ne devez
point espérer de recevoir de troupes de renfort. Outre qu'elles
augmenteraient la disette des vivres que vous n'avez que trop éprouvée
jusqu'à présent, il serait fort à craindre qu'elles ne fussent
interceptées par les Anglais dans le passage; et comme le roi ne
pourrait jamais vous envoyer des secours proportionnés aux forces que
les Anglais sont en état de vous opposer, les efforts que l'on ferait
ici pour vous en procurer n'auraient d'autre effet que d'exciter le
ministère de Londres; à en faire de plus considérables pour conserver la
supériorité qu'il s'est acquise dans cette partie du continent.» _Lettre
du 19 février 1759._]

Le gouvernement britannique, de son côté n'ignorait point à quel état de
détresse le Canada était réduit. Ce fut un motif de plus pour lui de
redoubler de vigueur. Il demanda et obtint des communes tout ce qui
était nécessaire, hommes, argent et vaisseaux, pour mener à bonne fin
l'entreprise glorieuse qu'il avait commencée. Si les progrès faits
jusque là étaient peu brillans, du moins ils étaient solides; le chemin
de Québec était frayé, de même que celui de Niagara et du Canada
occidental. Les diverses tribus de ces contrées, voulant prévenir le
moment de la chute de la puissance française dans cette partie du
Nouveau-Monde, et s'assurer de l'amitié de la Grande-Bretagne avant
qu'il fût trop tard, avaient signé avec elle un traité de paix dans le
mois d'octobre précédent, à Easton, où s'étaient exprès rendus sir
William Johnson et plusieurs gouverneurs accompagnés d'un grand nombre
des personnes les plus marquantes des provinces anglaises. Ainsi se
brisait chaque jour cet admirable système des alliances indiennes
commencé par Champlain et organisé par Talon et Frontenac. Le traité
d'Easton prépara la voie, suivant Smollett, aux opérations militaires
qui furent projetées contre le Canada pour la célèbre campagne de 59.

Comme l'année précédente, l'Angleterre persista dans son plan d'envahir
le Canada à la fois par le centre et par les deux extrémités.
L'immensité de ses forces l'obligeait, du reste, à les diviser ainsi;
car, réunies, elles se seraient nui et une partie serait restée inutile.
Louisbourg étant pris, Québec était la seconde ville qu'il fallait
attaquer du côté de la mer, et sous les murs de laquelle les trois
armées envahissantes devaient se réunir pour enlever de vive force ce
dernier boulevard des Français dans le continent. Le général Amherst, à
qui la chambre des communes avait voté des remercîmens en même temps
qu'à l'amiral Boscawen, pour la conquête de Louisbourg, fut choisi pour
commander en chef l'armée anglaise à la place du général Abercromby
rappelé après la bataille de Carillon. Un corps d'environ dix mille
hommes de troupes de débarquement sous les ordres du général Wolfe qui
s'était distingué, comme on l'a vu, au au siège de Louisbourg par son
activité et par son audace, fut chargé de remonter le St.-Laurent et
d'assiéger Québec; un autre de douze mille hommes, commandé par le
général en chef lui-même, devait tenter pour la troisième fois le
passage du lac Champlain, descendre la rivière Richelieu et le
St.-Laurent, et se réunir à celle du général Wolfe. Le général Prideaux
avec un troisième corps, composé de troupes régulières et provinciales,
et de plusieurs milliers d'Indiens sous les ordres de sir William
Johnson, était chargé de prendre Niagara, descendre le lac Ontario,
enlever, chemin faisant, Montréal, et enfin venir se joindre aussi aux
deux armées déjà rendues sous les murailles de la capitale canadienne.
Un quatrième corps moins considérable devait, sous les ordres du colonel
Stanwix, battre la campagne, enlever les petits forts et purger
d'ennemis les rives du lac Ontario. Outre ces forces, qui composaient un
total de plus de 30,000 hommes avec des parcs formidables d'artillerie
et de toutes sortes de machines de guerre, les amiraux Sounders, Durell
et Holmes firent voile d'Angleterre avec une escadre de 20 vaisseaux de
ligne, 10 frégates, 18 autres bâtimens plus petits, lesquels furent
joints par un grand nombre d'autres, pour transporter l'armée du général
Wolfe de Louisbourg à Québec et couvrir le siège de cette ville du côté
de la mer: cette flotte n'avait pas moins de 18,000 hommes d'équipages
et soldats de marine. Si, à cela, l'on ajoute encore les troupes
destinées à la garde des colonies anglaises elles-mêmes et qui étaient
considérables, on voit que l'estimation des forces de l'ennemi, faite
par le général Montcalm, n'était pas loin de la vérité, et que la
conquête du Canada avait occasionné à ses envahisseurs l'armement de
trois fois plus d'hommes qu'il comptait lui-même dans son sein de
soldats et d'habitans capables de porter les armes,[19] fait qui
témoigne de la crainte que ces braves, si faibles en nombre, avaient
inspirée à leurs ennemis.

En vue de ces immenses préparatifs, l'on fit faire dans l'hiver le
dénombrement des hommes capables de servir; il s'en trouva 15,000[20] de
l'âge de 16 à 60 ans. Les troupes régulières montèrent seulement à 5,300
hommes après l'arrivée des 600 recrues dont nous avons parlé plus
haut.[21] On sait que depuis l'origine de la colonie toute la population
était armée en Canada. Le 20 mai le gouverneur adressa une circulaire à
tous les capitaines de milice pour leur enjoindre de tenir leurs
compagnies prêtes à marcher au premier ordre, chaque homme portant des
vivres pour six jours. Dès le mois d'avril le peuple avait été prévenu
de l'orage qui allait fondre sur lui, et des prières publiques avaient
été ordonnées dans toutes les églises du pays où les habitans se
portèrent en foule comme ils allaient bientôt se porter au combat.

[Note: 19 Les journaux des colonies anglaises portaient leurs forces de
terre à 60,000 hommes. «L'Angleterre a actuellement plus de troupes en
mouvement dans ce continent que le Canada ne contient d'habitans, en
comprenant les vieillards, les femmes et les enfans. Quel moyen de
pouvoir résister à cette multitude.»--_Lettre de M. Doreil, commissaire
des guerres, au ministre._]

[Note 20:

Gouvernement de Québec............ 7,511

      «         Trois-Rivières.... 1,313

      «         Montréal.......... 6,405
                                  ______
                                  15,229 hommes.]

[Note 21:

8 bataillons de ligne                      3,200

2   "  de la marine et des colonies        1,500

Recrues                                      600
                                           _____
                                           5,300 hommes]

Dès le petit printemps le capitaine Pouchot partit pour Niagara avec
environ 300 hommes de renfort, réguliers et Canadiens, et l'ordre de
réparer les ouvrages de ce fort, de s'y défendre s'il était attaqué, et
s'il ne l'était pas, de soutenir les postes du voisinage de l'Ohio, d'y
prendre l'offensive même s'il se présentait une occasion favorable de le
faire avec succès. Quelques barques avaient été construites dans l'hiver
à la Présentation pour aller relever les ruines du fort Frontenac et
reprendre la supériorité sur le lac Ontario. M. de Corbière fut choisi
pour remplir cette double mission. De petits bâtimens avaient été
construits aussi au pied du lac Champlain, afin de protéger les
communications avec St.-Frédéric et Carillon, et, dans tous les cas,
d'aider à la défense du fort St.-Jean. Environ 2,600 hommes furent
échelonnés dès que la saison le permit sur cette frontière depuis
Chambly jusqu'au pied du lac St.-Sacrement, sous les ordres du brigadier
Bourlamarque. Il devait faire travailler aux retranchement de Carillon
qui n'étaient pas encore finis; mais les nouvelles apportées par le
colonel Bougainville ayant fait supposer que Québec était le point le
plus menacé, l'ordre lui fut transmis, si l'ennemi se présentait en
force, d'abandonner les positions de Carillon et de St.-Frédéric, après
en avoir fait sauter les fortifications, et de se replier sur l'île aux
Noix. Le chevalier de la Corne, chargé de tenir la campagne au pied du
lac Ontario avec 1,200 hommes, devait aussi, lui, s'il était forcé, se
retirer à la tête des rapides du St.-Laurent au-dessous de la
Présentation, et là faire ferme contenance. Ces précautions prises, le
surplus des troupes resta dans ses quartiers, se tenant prêt à marcher
au premier ordre. Le gouverneur et les généraux Montcalm et de Levis,
résolurent ensuite d'attendre à Montréal que l'ennemi se mît en
campagne, pour voir où il faudrait se porter; car sa supériorité forçait
les Français à recevoir la loi de lui pour leurs mouvemens. Le général
Montcalm souffrait de cette inaction, et il trouvait les dispositions
pour la défense de Québec trop tardives; mais M. de Vaudreuil, portant
les yeux sur tous les points menacés, n'osait se décider encore,
d'autant plus que toutes les armées anglaises devaient agir
simultanément; et il attendit qu'elles s'ébranlassent pour marcher à la
première qui paraîtrait.



                                LIVRE X.



                              CHAPITRE I.


          VICTOIRE DE MONTMORENCY ET PREMIÈRE BATAILLE D'ABRAHAM.
                          REDDITION DE QUÉBEC.

                                1759.


Invasion du Canada.--Moyens défensifs qu'on adopte.--L'armée française
se retranche à Beauport, en face de Québec.--Arrivée de la flotte
ennemie.--Les troupes anglaises débarquent à l'île d'Orléans.--Manifeste
du général Wolfe aux Canadiens.--Ce général, jugeant trop hasardeux
d'attaquer le camp français, décide de bombarder la capitale et de
ravager les campagnes.--La ville est incendiée.--Attaque des lignes
françaises à Montmorency.--Wolfe repoussé, rentre accablé dans son camp
et tombe malade.--Il tente vainement de se mettre en communication avec
le général Amherst sur le lac Champlain.--Les autres généraux lui
suggèrent de s'emparer des hauteurs d'Abraham par surprise afin de
forcer les Français à sortir de leur camp.--Le général Montcalm envoie
des troupes pour garder la rive gauche du St.-Laurent depuis Québec
jusqu'à Jacques Cartier.--Grand nombre de Canadiens, croyant le danger
passé, quittent l'armée pour aller vaquer aux travaux des champs.--Du
côté du lac Champlain M. de Bourlamarque fait sauter les forts Carillon
et St.-Frédéric, et se replie à l'île aux Noix devant le général Amherst
qui s'avance avec 12,000 hommes.--Le corps du général anglais Prideaux,
opérant vers le lac Erié, prend le fort Niagara et force les Français à
se retirer à la Présentation au-dessous du lac Ontario.--Les Anglais
surprennent les hauteurs d'Abraham le 13 septembre.--Première bataille
qui s'y livre et défaite des Français.--Mort de Montcalm: capitulation
de Québec.--Le général de Levis prend le commandement de l'armée et veut
livrer une autre bataille; mais en apprenant la reddition de la ville il
se retire à Jacques Cartier et s'y fortifie.--L'armée anglaise,
renfermée dans Québec, fait ses préparatifs pour y passer
l'hiver.--Demande de secours en France pour reprendre cette ville.


Tandis que le gouverneur et les généraux attendaient à Montréal des
nouvelles de l'ennemi, l'on reçut des dépêches de France qui
déterminèrent le départ de Montcalm pour Québec, où il arriva le 22 mai,
et fut suivi bientôt après par M. de Vaudreuil et le chevalier de Levis.
Les navires d'Europe confirmaient le rapport des dépêches qu'une flotte
anglaise était en route pour attaquer la capitale, laquelle devint dès
lors le principal point à défendre. Le 23 un courrier annonça
l'apparition de cette flotte au Bic. Les événemens se précipitaient. On
redoubla d'activité pour la défense; et afin de retarder l'approche des
envahisseurs, les bouées et autres indications nécessaires à la
navigation du St.-Laurent furent enlevées, et des brûlots furent
préparés pour lancer contre eux lorsqu'il paraîtrait en vue du port.
L'on fit acheminer aussi les approvisionnemens sur les Trois-Rivières
avec les archives publiques: on ne réserva dans Québec que ce qu'il
fallait pour nourrir l'armée et le peuple pendant un mois. On leva le
peu de céréales qui restait encore dans les campagnes de la partie
supérieure du pays, et pour le paiement desquelles les officiers de
l'armée avancèrent leur argent. Les magasins pour l'équipement des
troupes furent placés à Montréal. Enfin il fut acheté des marchandises
pour donner en présent aux tribus indiennes de Niagara et du Détroit qui
étaient restées attachées à la France ou qui dissimulaient leur traité
avec les Anglais, afin de les induire aussi à garder au moins la
neutralité.

Ces premiers points réglés, l'on s'occupa de l'organisation de l'armée
et de la défense de la capitale, dont la perte devait entraîner celle du
Canada. D'abord, quant à cette ville elle-même, elle ne fut point jugée
tenable ni même à l'abri d'un coup de main du côté de la campagne, où le
rempart commencé, dépourvu de parapet, d'embrasures et de canons,
n'avait que six à sept pieds de hauteur, et n'était protégé
extérieurement par aucun fossé ni glacis; et d'un commun accord, il fut
décidé de la couvrir par un camp retranché où l'armée prendrait
position.

Québec est bâti, comme on l'a dit ailleurs, sur un promontoire formant
l'extrémité est d'un îlot qui se termine du côté opposé, au bout
d'environ 12 milles, par un escarpement dont la rivière du Cap-Roupe
baigne le pied. A l'est et au sud de cet îlot le St.-Laurent, large d'un
mille ou moins, roule des flots profonds; au nord règne la belle vallée
St.-Charles, qui forme un bassin de 3 à 4 milles de large en arrivant au
fleuve et que chaque marée recouvre d'eau l'espace d'un petit mille du
côté de Québec et de plus de 4 milles le long de Beauport et de la
Canardière. A marée basse le cours d'eau qui descend dans cette vallée
est guéable. Cet îlot très escarpé du côté du fleuve, et haut de 100 à
300 pieds, était regardé comme inaccessible surtout dans l'endroit
qu'occupait la ville,[22] dont les points les plus faibles en face du
port furent garnis de muraille et de palissades et les communications
entre les parties hautes et basses coupées et défendues par de
l'artillerie. On pensait que des batteries placées sur les quais de la
basse-ville et sur l'escarpement de la haute, dont le feu se croiserait
sur le port et le bassin, outre qu'elles serviraient à protéger l'accès
de la plage, seraient suffisantes pour empêcher aucun vaisseau de
remonter le fleuve au-dessus. Il ne restait donc plus dans cette
hypothèse, qu'à défendre l'entrée de la rivière St.-Charles et à
fortifier le rivage de la Canardière et de Beauport jusqu'au sault de la
rivière Montmorency, et ensuite le côté droit de ce cours d'eau, qui
descend des montagnes et qui coupe la communication de la rive gauche du
St.-Laurent par une suite de cascades jusqu'à la grande cataracte qu'il
forme en se jetant dans le fleuve d'une hauteur de 260 pieds.

[Note 22: «Il n'y a pas lieu de croire, dit l'ordre de bataille du 10
juin, que les ennemis pensent à tenter à passer devant la ville et à
faire le débarquement à l'anse des Mères; et tant que les frégates
subsisteront, nous n'avons du moins rien à craindre pour cette partie.»]

On barra en conséquence la rivière St.-Charles au fond du bassin,
vis-à-vis de la porte du Palais, avec des mâtures enchaînées les unes
aux autres, retenues par des ancres et protégées par 5 bateaux placés en
avant, portant chacun une pièce de canon. En arrière de ce barrage on
coula deux navires marchands pour y établir une batterie de gros calibre
rayonnant sur le bassin. La rive droite de la rivière St.-Charles,
depuis la porte du Palais jusqu'au pont de bateaux établi sur cette
rivière à l'endroit où aboutissaient les routes de Beauport et
Charlesbourg, fut bordée de retranchemens sur lesquels on plaça aussi de
l'artillerie pour défendre l'entrée de St.-Roch et empêcher l'ennemi de
s'emparer par surprise des hauteurs de Québec. La position de l'armée
fut marquée de ce pont communiquant à la ville et dont les têtes étaient
défendues par des ouvrages à corne, jusqu'à la rivière Montmorency, et
dès que les troupes eurent passé de la rive droite de la rivière
St.-Charles, où elles s'étaient d'abord retranchées, dans leur nouvelle
position, du côté opposé, elles se couvrirent de retranchemens qui
suivaient les sinuosités du rivage, et qu'elles flanquèrent de redoutes
garnies de canons dans les endroits où la descente paraissait le plus
facile. Dans le centre de cette ligne, à l'embouchure de la rivière
Beauport, on établit encore une batterie flottante de 12 bouches à feu.

La petite flottille qui restait, c'est-à-dire les deux frégates, les
bateaux et les brûlots, fut mise sous les ordres du capitaine Vauquelin.
On posa des gardes de distance en distance au pied de la falaise le long
du fleuve depuis la ville jusqu'au dessus du Foulon, où une rampe avait
été pratiquée pour communiquer avec le plateau au fond des plaines
d'Abraham. Une petite redoute avec du canon gardait cette issue. Tels
sont les préparatifs de défense que l'on fît à Québec et dans les
environs.

Dans ce plan, supposant toujours le fleuve infranchissable devant
Québec, et l'armée de Beauport trop solidement établie pour être forcée,
il ne restait plus à l'armée envahissante qu'à débarquer sur la rive
droite du St.-Laurent, la remonter une certaine distance, traverser
ensuite sur la rive gauche et la descendre pour venir prendre l'armée
française à revers en l'attaquant par les routes de Charlesbourg et
Bourg-Royal. C'était une opération difficile et sans doute jugée
impraticable à cette époque, la retraite étant impossible en cas
d'échec.

L'armée française grossissait chaque jour par l'arrivée des milices de
toutes les parties du pays. Il ne resta bientôt plus dans les campagnes
que des femmes, des enfants et des vieillards. Tous les hommes en état
de porter les armes étaient à Québec, à Carillon, sur le lac Ontario, à
Niagara et dans les postes du lac Erié et de la partie de la vallée de
l'Ohio qui restait encore aux Français.

Par l'ordre de bataille, la droite de l'armée de Québec, composée des
milices des gouvernemens de ce nom et des Trois-Rivières, formant 4,380
hommes sous les ordres de MM. de St.-Ours et de Bonne, occupait la
Canardière; le centre, fort de 5 bataillons de réguliers comptant 2,000
combattans, sous les ordres du brigadier de Sénezergues, gardait
l'espace compris entre la rivière et l'église de Beauport, et la gauche,
formée des milices du gouvernement de Montréal au nombre de 3,450
hommes, sous le commandement de MM. Prud'homme et d'Herbin, s'étendait
depuis cette église jusqu'à la rivière Montmorency. Le général de Levis
commandait la gauche et le colonel de Bougainville la droite. Le général
en chef se réserva le centre, où il établit son quartier général. Un
corps de réserve composé de 1,400 soldats de la colonie, 350 hommes de
cavalerie et 450 Sauvages, en tout 2,200 combattans, commandés M. de
Boishébert revenu des frontières de l'Acadie, prit position en arrière
du centre de l'armée sur les hauteurs de Beauport. Si à ces forces l'on
ajoute la garnison de Québec formée de ses habitans et comptant 650
hommes aux ordres de M. de Ramsay, et les marins, l'on aura un grand
total de 13,000 combattans.[23] «On n'avait pas compté, dit un témoins
oculaire (documens de Paris), sur une armée aussi forte, parce qu'on ne
s'était pas attendu à avoir un si grand nombre de Canadiens; on n'avait
eu intention d'assembler que les hommes en état de soutenir les fatigues
de la guerre; mais il régnait une telle émulation dans ce peuple que
l'on vit arriver au camp des vieillards de 80 ans et des enfans de 12 à
13 qui ne voulurent jamais profiter de l'exemption accordée à leur âge:
jamais sujets ne furent plus dignes des bontés de leur souverain soit
par leur constance dans le travail, soit par leur patience dans les
peines et les misères qui, dans ce pays, ont été extrêmes; ils étaient
dans l'armée exposés à toutes les corvées.[24]»

[Note 23: Le recensement fait dans l'hiver donne 15,200 hommes capables
de porter les armes dans les trois gouvernemens du Canada.]

[Note 24: Les 3 autres bataillons de troupes réglées qu'il y avait en
Canada étaient sur le lac Champlain avec en outre 300 hommes détachés
des 5 bataillons des troupes réglées du camp de Beauport: _Lettre de M.
de Bourlamarque au ministre, 1 novembre 1759_. L'auteur du Journal tenu
à l'armée du marquis de Montcalm dit 5 bataillons de troupes de terre
(environ 1,600 hommes), 600 des troupes de la colonie, 10,400 Canadiens,
918 sauvages et 200 hommes de cavalerie, total 13,718
combattans.--_Document de Paris._]

L'on attendit les ennemis dans cette position vraiment formidable. Le
gouverneur et les officiers de l'administration laissèrent la ville et
se retirèrent à Beauport. Les principales familles gagnèrent les
campagnes emportant avec elles ce qu'elles avaient de plus précieux.

Cependant les vaisseaux anglais que l'on avait vus au Bic, et dont
l'immobilité dans cette partie du fleuve avait fini par surprendre,
n'était qu'une avant-garde commandée par l'amiral Durell, envoyée de
Louisbourg pour intercepter les secours venant de France. Une puissante
escadre, sous les ordres de l'amiral Saunders, avait fait voile dans le
mois de février pour aller prendre l'armée du général Wolfe à Louisbourg
et la transporter à Québec. Mais ayant trouvé le port de Louisbourg
fermé par les glaces, elle alla en attendre la débâcle à Halifax. Au
retour de la flotte, le général Wolfe s'embarqua immédiatement avec 8
régimens de ligne, 2 bataillons de fusiliers royal-américains, les 3
compagnies de grenadiers de Louisbourg, 3 compagnies de chasseurs
(rangers), une brigade de soldats du génie, formant en tout, y compris
1000 soldats de marine, 11,000 hommes environ.[25]

[Note 25: Louisbourg, 19 mai 1759.--«We are ordered to attack Québec, a
very nice operation. The fleet consists of 22 sails of the line and many
frigates. The army is 9,000 men (in England it is called 12,000). We
have 10 battalions, 3 companies of grenadiers, some mariners (if the
admiral can spare them), and six new-raised companies of north american
rangers not complete and the worse soldiers in the universe; a great
train of artillery, plenty of provisions, tools and implements of all
sorts 5; the brigadiers under one all men of great spirit, some colonels
of reputation. Carleton for a Qr.-Mr.-General, and upon whom I chiefly
rely; for the engineering part, engineers very indifferent and of little
experience, but we have none better. The regular troops in Canada
consist of 8 battalions of old foot, about a battalion or 40 companies
of mariners or colony troops, 40 men a company. They can gather together
8 or 10 thousand Canadians, and perhaps a thousand Indians. As they are
attacked on the side of Montreal, by an army of 12 thousand fighting
men, they must necessarily divide their force, but as the loss of the
capital implies the loss of the colony, their chief attention will
naturally be there, and therefore I reckon we may find at Québec 6
battalions, some companies of mariners, 4 or 5,000 Canadians and some
Indians all together not much inferior to their enemy. The town of
Québec is poorly, but the ground round about it is rocky. To invest the
place and cut off all communications with the colony it will be
necessary to encamp with our right to the river St. Lawrence and our
left to the river St. Charles.»

Note.--Le général Wolfe dit ici que son armée était de 9,000 hommes,
chiffres ronds; mais les ordonnances de paiement des troupes prouvent
qu'elle était d'au moins 10,000 hommes, y compris les officiers, outre
les soldats de marine.]

Le général Wolfe était un jeune officier plein de talens et brûlant du
désir de se distinguer. Le duc de Bedford lui avait donné un emploi
assez considérable en Irlande; il l'avait quitté pour prendre part à la
guerre, laissant son avancement à la fortune. «Elle a été écrivait-il,
peu favorable à ma famille; mais pour moi elle m'a souri quelquefois et
m'a fait participer à ses faveurs. Je me remets entièrement à sa
discrétion.[26]» Sa conduite au siège de Louisbourg attira l'attention
sur lui, et le fit choisir pour commander l'expédition de Québec, qui
demandait à la fois de l'activité, de la hardiesse et de la prudence. On
lui donna des lieutenans animés de la même ambition. Les brigadiers
Monckton, Townshend et Murray, quoiqu'aussi à la fleur de l'âge, avaient
étudié la guerre avec fruit, et s'ils étaient jeunes en années, dit un
historien, ils étaient déjà vieux par l'expérience. Wolfe était fils
d'un ancien major-général qui avait servi avec quelque distinction. Les
trois autres appartenaient à la noblesse: Townshend à l'ordre de la
pairie. Tous ils s'embarquèrent remplis d'émulation et d'espérance. «Si
le général Montcalm, s'écriait Wolfe, est capable de frustrer nos
efforts encore cette année, il pourra passer pour un officier habile, ou
la colonie, a des ressources que l'on ne connaît pas, ou enfin nos
généraux sont plus mauvais que de coutume.»

[Note 26: Lettre au major Wolfe, du 21 janvier 1759.]

L'escadre forte de 20 vaisseaux de ligne, d'un pareil nombre de frégates
et autres bâtimens de guerre plus petits et d'une multitude de
transports, remonta le St. Laurent et atteignit l'île d'Orléans sans
aucun accident le 25 juin. On fut étonné dans le pays de l'heureuse
fortune de cette flotte, qui avait su éviter tous les périls de la
navigation du fleuve. On a ignoré jusqu'à nos jours que le commandant
d'une frégate française, Denis de Vitré, fait prisonnier pendant la
guerre, avait été forcé de lui servir de pilote jusqu'à Québec, sa
patrie, trahison dont il fut récompensé ensuite par un grade au service
de l'Angleterre. Bientôt l'ennemi eut près de 30,000 hommes; de terre et
de mer devant cette ville.

L'armée anglaise débarqua en deux divisions sur l'île d'Orléans évacuée
de la veille par les habitans, et vint prendre position à son extrémité
supérieure en face de Québec et du camp de Beauport. Le général Wolfe
adressa un manifeste au peuple canadien, qui devait demeurer sans effet.
L'escadre anglaise se réunit graduellement sous cette île, et on
commença à faire reconnaître le bassin et la rade de la ville. Le
capitaine Cook, qui s'est immortalisé par ses voyages de découverte, fut
un des officiers employés pour ce service. Il est digne de remarque que
des deux premiers navigateurs qui aient fait le tour; du globe, Cook et
Bougainville, se trouvaient alors sous les murs de Québec combattant
chacun pour sa patrie.

Pendant ces reconnaissances, les Français préparèrent les brûlots qu'ils
tenaient en réserve pour les lancer contre la flotte ennemie: toujours
groupée sous l'île d'Orléans; Le 28 juin le vent étant favorable, sept
brûlots de 3 à 400 tonneaux chacun furent lâchés; mais ceux qui les
conduisaient y ayant mis le feu trop tôt, les Anglais eurent le temps
d'en changer la direction en les remorquant au large de leurs vaisseaux,
qui en furent quittes pour la peur. Un mois après furent lancés les
radeaux enflammés, qui se consumèrent avec le même résultat; de sorte
que ces machines, dans le fond rarement dangereuses, mais auxquelles
l'imagination du peuple attribue toujours un effet extraordinaire,
s'évanouirent en fumée, et débarrassèrent l'ennemi de l'inquiétude
qu'elles pouvaient lui causer.

Le général Wolfe cependant après avoir examiné la situation de la ville
et de l'armée française, trouva les difficultés de son entreprise encore
plus grandes qu'il ne les avait supposées. D'un côté une ville bâtie sur
un rocher inaccessible, de l'autre une armée nombreuse fortement
retranchée pour en défendre l'approche. Il paraît qu'il commença dès
lors à avoir des doutes sur le résultat. Ses tâtonnemens dévoilèrent au
général Montcalm l'indécision de ses plans et le confirmèrent dans sa
résolution de rester immobile dans son camp de Beauport. Ne pouvant
approcher de Québec, Wolfe résolut, en attendant qu'il découvrit quelque
point vulnérable pour attaquer Montcalm, de bombarder la ville et de
dévaster les campagnes dans l'espoir d'obliger les Canadiens à laisser
l'armée pour mettre leurs familles et leurs effets en sûreté.

Une partie de l'armée anglaise qui était débarquée sur l'île d'Orléans,
traversa à cet effet à la Pointe-Levy le 30 juin, et y prit position en
face de la ville en délogeant un petit corps de Canadiens et de sauvages
qui y avait été placé en observation; c'était ce que le général Montcalm
appréhendait le plus et ne pouvait empêcher à cause de la nature des
lieux N'osant risquer un gros corps au-delà du fleuve, il donna,
lorsqu'il vit les préparatifs de l'ennemi pour le bombardement; 14 ou
1500 hommes de toutes sortes à M. Dumas pour tâcher de surprendre et
détruire les ouvrages et les batteries du-général Monckton. Cet officier
traversa le fleuve au sault de la Chaudière dans la nuit du 12 au 13
juillet et se mit en marche sur deux colonnes; mais dans l'obscurité une
colonne devança l'autre en passant un bois, et celle qui se trouva en
arrière, apercevant tout-à-coup des troupes devant elle, les prit pour
des ennemis et les attaqua. La première colonne se voyant assaillie
par-derrière brusquement, se crut coupée, riposta, tomba en désordre et,
saisie d'une terreur panique, elle prit la fuite, entraînant la seconde
après elle. Dès 6 heures du matin le détachement avait repassé le
fleuve. On a donné à cette échauffourée le nom de Coup des écoliers,
parce que les élèves des écoles qui formaient partie du détachement,
furent la cause première du désordre.

C'est dans la même nuit que les batteries de la Pointe-Levy ouvrirent
leur feu sur la ville: L'on dut voir alors que les assiégeans ne
reculeraient devant aucune mesure extrêmes, et que les lois de la guerre
seraient suivies avec rigueur, puisque ce bombardement était
complètement inutile pour avancer la conquête. Mais ce n'était que le
commencement d'un système de dévastation qui, en Europe, eût attiré sur
son auteur l'animadversion des peuples, et dont l'exemple donné
autrefois en Allemagne par Turenne a été blâmé par tous les historiens
anglais. Les premiers projectiles qui tombèrent sur cette cité dont
chaque maison pouvait être distinguée de l'ennemi, fit fuir les
habitants qui y étaient restés, d'abord derrière les remparts du côté
des faubourgs, et ensuite dans les campagnes. On retira les poudres, et
une partie de la garnison s'organisa en sapeurs-pompiers pour éteindre
les incendies. Dans l'espace d'un mois les plus belles maisons de la
ville avec la cathédrale devinrent la proie des flammes. La basse-ville
fut entièrement incendiée dans la nuit du 8 au 9 août. La plus grande et
la plus riche portion de Québec n'était plus qu'un monceau de ruines, et
quantité de citoyens riches auparavant se trouvèrent réduits à
l'indigence. Bon nombre de personnes furent tuées. Le canon des remparts
était inutile. La distance, plus d'un mille, par-dessus le fleuve, était
trop grande pour qu'il pût incommoder les batteries anglaises,
invisibles à l'oeil nu au travers des bois et des broussailles qui les
masquaient.

Après avoir détruit la ville, le général Wolfe se rejeta sur les
campagnes. Il fit brûler toutes les paroisses depuis l'Ange-Gardien au
levant du sault Montmorency jusqu'aux montagnes du cap Tourmente et
couper les arbres fruitiers. Il fit subir le même sort à la Malbaie, à
la baie St.-Paul, et aux paroisses St.-Nicolas et Ste.-Croix sur la rive
droite du St.-Laurent, à quelques lieues au-dessus de Québec. L'île
d'Orléans fut également incendiée d'un bout à l'autre On choisissait la
nuit pour commettre ces ravages, que l'on portait ainsi sur les deux
rives de ce grand fleuve partout où l'on pensait mettre le pied,
enlevant les femmes et les enfans, les vivres et les bestiaux. Plus la
saison avançait plus on se livrait à cette guerre de brigandages par
vengeance des échecs qu'on éprouvait et pour effrayer la population. Un
détachement de 300 hommes sous les ordres du capitaine Montgomery,
envoyé à St.-Joachim où quelques habitans se mirent en défense, y commit
les plus grandes cruautés.[27] Du camp de Beauport l'on apercevait à la
fois les embrâsemens de la côte de Beaupré, de l'île d'Orléans et d'une
partie de la rive droite du fleuve.

[Note 27: «There were several of the enemy killed and wounded and a few
prisoners taken, all of whom the barbarous Capt. Montgomery who
commanded us, ordered to be butchered in a most inhuman and cruel
manner,» &c.--_Manuscript Journal relative to the operations before
Québec in 1759, kept by Colonel Malcolm Fraser, then lieutenant of the
78th (Fraser's Highlanders)._]

Ces dévastations, dans lesquelles plus de 1,400 maisons furent
incendiées dans les campagnes,[28] n'avançaient pas cependant le but de
la guerre. Les Français ne bougeaient pas. Après beaucoup de délais le
général Wolfe, ne voyant point d'autre alternative que d'attaquer le
général Montcalm par son flanc gauche dans la position qu'il s'était
choisie, prit la résolution de faire passer le gros de son armée de
l'île d'Orléans à l'Ange-Gardien, et de chercher des gués pour franchir
la rivière Montmorency. Mais Montcalm avait déjà fait reconnaître et
fortifier ceux qui existaient. Frustré de ce côté, le général anglais
dut tourner son attention ailleurs. Il ordonna à quelques vaisseaux de
tâcher de remonter au-dessus de la ville. S'il réussissait et s'il
pouvait mettre son armée à terre à l'ouest de Québec, la position du
général Montcalm était tournée. La force de cette position consistait
toute dans l'impossibilité de ce passage; si cette impossibilité
disparaissait, l'ordre de bataille devait être aussitôt changé. Le 18
juillet les ennemis tentèrent ce passage avec deux vaisseaux de guerre,
deux chaloupes armées et deux transports, et malgré les boulets de la
ville l'exécutèrent avec la plus grande facilité en serrant de près le
rivage de la Pointe-Levy. Mais l'examen de la côte leur fit regarder le
débarquement entre la ville et le Cap-Rouge comme trop chanceux, et
après avoir poussé un détachement jusqu'à la Pointe-aux-Trembles pour
faire des prisonniers, le général Wolfe ne vit plus d'autre parti à
prendre que d'aborder de front les retranchemens des Français où se
retirer. L'attaque de leur droite et de leur centre présentant trop de
dangers, il décida de limiter ses efforts à leur gauche, en l'attaquant
en front par le fleuve St-Laurent et en flanc par la rivière
Montmorency. Voici quelles furent ses dispositions.

[Note 28:«We burned and destroyed upwards of 1,400 fine farm houses, for
we durin the siege were masters of a great part or their country along
shore, and parties were almost continually kept out, ravaging the
country; so that'tis tho't it will take them half a century to recover
the damage.»--_A Journal of the expedition up the river St.-Lawrence
&c., publié dans le_ New-York Mercury _du 31 décembre 1759_. Et
cependant un écrivain du temps, parlant de la conduite de M. de Contades
et du maréchal Richelieu en Allemagne par opposition à celle du général
Wolfe en Canada, ajoute avec naïveté: «But (said the late general Wolfe)
Britons breathe higher sentiments of humanity and listen to the merciful
dictates of the Christian Religion, which was verified in the brave
soldiers whom he led on to conquest, by their shewing more of the true
Christian spirit than the subjects of His Most Christian Majesty can
pretend to.»]

La rive gauche du Montmorency qu'il occupait étant près du fleuve plus
élevée que la droite, il y fit augmenter les batteries qu'il y avait
déjà et qui enfilaient par-dessus la rivière tes retranchemens des
Français. Le nombre des canons, mortiers ou obusiers fut porté à plus de
60. Il fit échouer ensuite sur les récifs deux transports portant chacun
14 pièces de canon, l'un à droite et l'autre à gauche d'une petite
redoute en terre élevée sur le rivage, au pied de la route de Courville,
pour défendre à la fois l'entrée de cette route qui conduit sur la
hauteur et le passage du gué de Montmorency en bas de la chute. Le feu
de ces deux transports devait se croiser sur cette redoute, la réduire
au silence et couvrir la marche des assaillans sur ce point accessible
de notre ligne. Le Centurion de soixante canons vint-ensuite se placer
vis-à-vis de la chute, pour protéger le passage du gué dont nous venons
de parler aux troupes qui devaient descendre du camp de l'Ange-Gardien.
Ainsi 118 bouches à feu devaient tonner contre l'aile gauche de l'armée
de Montcalm. Vers midi, le 31 juillet, elles ouvrirent leur feu. Dans le
même temps le général Wolfe forma ses colonnes d'attaque. Plus de 1,500
berges étaient en mouvement sur le bassin de Québec. 1,200 grenadiers et
une partie de la brigade du général Monckton s'embarquèrent à la
Pointe-Levy pour venir débarquer entre le Centurion et les transports
échoués. La seconde colonne, composée des brigades Murray et Townshend,
descendit des hauteurs de l'Ange-Gardien pour venir, par le gué, se
joindre à la première colonne au pied de la route de Courville, afin
d'aborder ensemble cette route et les retranchemens qui l'avoisinaient.
Ces deux corps formaient 6,000 hommes. Un troisième corps de 2,000
soldats fut chargé de remonter la rive gauche du Montmorency pour
franchir cette rivière à un gué qui est à une lieue environ de la chute,
et qui était gardé par un détachement sous les ordres de M. de
Repentigny. À une heure ces trois colonnes étaient en marche pour
exécuter un plan d'attaque qui aurait été beaucoup trop complexe pour
des troupes moins disciplinées que celles du général Wolfe.

Le général Montcalm, quelque temps incertain sur le point qui allait
être assailli, avait envoyé ses ordres sur toute la ligne pour se tenir
prêt à repousser les ennemis partout où ils se présenteraient; mais
bientôt leurs mouvemens firent connaître le lieu précis où ils voulaient
opérer leur débarquement, et où le général de Levis se préparait à les
bien recevoir. Celui-ci détacha 500 hommes au secours de M. de
Repentigny, et ordonna à un petit parti de suivre le mouvement du corps
anglais qui allait l'attaquer au gué du Montmorency. Il fit demander en
même temps quelques bataillons de réguliers du centre pour le soutenir
en cas de besoin. Le général Montcalm vint à deux heures examiner la
situation de sa gauche, en parcourut les lignes, approuva les
dispositions du chevalier de Levis, donna de nouveaux ordres et retourna
au centre afin d'être plus à portée d'observer ce qui se passait
partout. Trois bataillons avec quelques Canadiens des Trois-Rivières
vinrent renforcer cette aile gauche; la plus grande partie se plaça en
réserve sur la grande route de Beauport et le reste gagna le gué défendu
par M. de Repentigny. Cet officier avait été attaqué par la colonne
anglaise avec assez de vivacité; mais il l'avait forcée d'abandonner son
entreprise après lui avoir mis quelques hommes hors de combat. La
retraite de ce corps permit aux renforts qui arrivaient à M. de
Repentigny de rebrousser chemin et de revenir sur le théâtre de la
principale attaque.

La colonne de la Pointe-Levy cependant qui venait sur des berges, sous
les ordres immédiats du général Wolfe lui-même, après avoir fait
beaucoup de mouvemens divers comme pour tromper les Français sur le
véritable point où elle voulait opérer sa descente, se dirigea enfin
vers les transports échoués; en arrivant la marée étant basse une partie
des berges fut arrêtée par une chaîne de cailloux et de galets, qui la
retint quelque temps et causa quelque désordre; mais le général en chef
fit surmonter bientôt tous les obstacles. Les grenadiers et 200 hommes
d'autres troupes furent les premiers qui mirent pied à terre sur une
place très large et unie. Ils devaient se former en quatre divisions et
marcher soutenus par la brigade Monkton qui était derrière eux. Par
quelque malentendu cet ordre ne fut pas ponctuellement exécuté. Ils se
mirent en colonne; et suivis, mais de trop loin, par la brigade Monckton
rangée en trois divisions, ils marchèrent sur la redoute qui gardait
l'entrée de la route de Courville, au son d'une musique guerrière. La
redoute avait été évacuée. Les grenadiers s'y arrêtèrent et se formèrent
en colonnes d'attaque pour assaillir les retranchemens qui étaient à une
petite portée de fusil, tandis que toutes les batteries ennemies,
redoublant de vigueur, faisaient pleuvoir depuis midi sur les Canadiens
qui défendaient cette partie de la ligne française, une grêle de bombes
et de boulets que ceux-ci essuyaient avec la plus grande patience et la
plus grande fermeté. Lorsque les assaillans furent formés, ils
s'ébranlèrent la bayonnette au bout du fusil pour aborder les
retranchemens. Leur costume et leur attitude contrastaient
singulièrement avec l'apparence de leurs adversaires, enveloppés d'une
légère capote fortement serrée autour des reins et n'ayant, pour
suppléer à leur discipline, que leur courage et la justesse remarquable
de leur tir. Ils attendirent froidement que l'ennemi atteignit le pied
du côteau, à quelques verges seulement de leur ligne, pour les coucher
en joue. Alors[29] ils lâchèrent, des décharges si meurtrières sur les
deux colonnes anglaises, qu'en peu de temps elles furent jetées en
désordre, et, malgré, les efforts des officiers, elles prirent toutes la
fuite pêle-mêle pour aller chercher un abri derrière la redoute, où
elles ne purent jamais être reformées, et ensuite derrière le reste de
leur armée, qui était en lignes développées un peu plus loin. Au même
moment survint un orage furieux de pluie et de tonnerre, qui déroba les
combattans à la vue les uns des autres pendant quelque temps, et dont le
bruit plus imposant et plus vaste, fit taire celui de la bataille.
Lorsque la tempête fut finie et que le brouillard se fut dissipé, les
Français aperçurent les ennemis qui se rembarquaient avec leurs blessés,
après avoir mis le feu aux deux transports échoués, se retirant comme
ils étaient venus, les uns dans leurs berges, et les autres par le gué
de Montmorency. Le feu de leur nombreuse artillerie, à laquelle on
n'avait pu répondre qu'avec une dizaine de pièces de canon, qui avaient
incommodé cependant beaucoup les troupes de débarquement, le feu de leur
artillerie dura sans discontinuer jusqu'au soir, et l'on estime qu'elle
tira 3000 coups de canon dans cette journée. La perte des Français,
causée presqu'entièrement par cette arme fut peu considérable, si l'on
considère qu'ils furent plus de six heures exposés à une grêle de
projectiles. Les ennemis eurent environ 5100 hommes hors de combat dont
un grand nombre d'officiers.

[Note 29: «....Their small arms, in their trenches, lay cool till they
were sure of their mark; then they poured their small shot like showers
of hail, which caused our brave grenadiers to fall very fast.»--_Journal
d'un officier anglais._]

La victoire remportée à Montmorency fut due, principalement aux
judicieuses dispositions et à l'activité du chevalier de Levis, qui avec
moins de troupes immédiatement sous la main que le général Wolfe, sut
néanmoins en réunir un plus grand nombre que lui au point d'attaque. Et
quand bien même les grenadiers anglais auraient franchi le
retranchement, il est encore fort douteux s'ils eussent pu réussir à
gagner la victoire appuyés même du reste de l'armée de. Wolfe. Le
terrain de la grève au chemin de Beauport s'élève dans cet endroit par
petits gradins, ou pentes assez inclinées, et est entrecoupé de ravines
entre lesquelles serpente la route de Courville, théâtre conséquemment
très favorable au tirailleur canadien. De plus, deux bataillons de
réguliers étaient de réserve en arrière prêts à marcher à son secours
s'il en avait eu besoin.

Le général Wolfe rentra dans son camp, accablé de l'échec qu'il venait
d'éprouver. Dans son désappointement amer, son noble coeur envisageait
avec une espèce d'effroi l'impression que sa défaite allait causer en
Angleterre, et les propos malveillans que l'on tiendrait sans doute sur
l'audace qu'il avait eue de se charger d'une entreprise aussi difficile
et au-dessus de ses forces. Il voyait dans un moment s'évanouir tous ses
rêves d'ambition et de gloire, et la fortune entre les mains de laquelle
il avait confié son avenir, l'abandonner presque aux premiers pas qu'il
faisait sous ses auspices. Il semblerait que son esprit n'avait plus sa
lucidité ordinaire, quand on le voit, après avoir perdu tout espoir de
forcer le camp du général Montcalm, détacher sérieusement le général
Murray avec douze cents hommes, pour détruire la flottille française aux
Trois-Rivières et ouvrir une communication avec le général Amherst sur
le lac Champlain. Cet officier partit pourtant avec 300 berges; mais il
s'avança peu avant dans le pays. Ayant été repoussé deux fois à la
Pointe-aux-Trembles par le colonel de Bougainville à la tête de 1,000
hommes détachés de l'armée pour suivre ses mouvemens, il débarqua à
Ste.-Croix, qu'il incendia, comme nous l'avons rapporté ailleurs. De là
il se jeta sur Deschambault où il pilla et brûla les équipages des
officiers français, et se retira ensuite précipitamment sans avoir pu
accomplir l'objet de sa mission; mais non cependant sans avoir
considérablement inquiété le général Montcalm, qui, à la première
nouvelle de ces incursions, se mit en chemin incognito pour
Jacques-Cartier, craignant que les Anglais ne s'emparassent de cette
rivière et ne coupassent le pays en deux, en se fortifiant dans cette
importante position; mais rendu à la Pointe-aux-Trembles il apprit leur
retraite, et il revint sur ses pas.

Après ce nouvel échec, une maladie dont le général Wolfe portait déjà le
germe depuis long-temps, favorisé par les fatigues du corps et les
inquiétudes de l'esprit, se développa tout-à-coup et le mit aux portes
du tombeau. Lorsqu'il fut assez bien rétabli pour pouvoir s'occuper
d'affaires, il adressa une longue dépêche à son gouvernement dans
laquelle il exposa tous les obstacles contre lesquels il avait eu à
lutter et les regrets cuisans qu'il éprouvait du peu de succès de ses
efforts; mais dans laquelle respirait en même temps ce dévoûment pour la
patrie qui animait à un si haut degré l'âme de ce guerrier. On fut plus
touché en Angleterre de la douleur du jeune commandant que de l'échec
des armes de la nation.

L'esprit de Wolfe avait fléchi, comme son corps, sous le poids de sa
situation, qui ne lui laissait plus que le choix des difficultés, comme
il le disait lui-même. Il appela à son secours l'aide de ses lieutenans,
dont nous avons fait connaître déjà les talens et le caractère. Il les
invita à considérer quel était, dans leur opinion, le meilleur plan à
suivre pour attaquer le général Montcalm avec quelque chance de succès,
leur faisant part en même temps de son avis, qui était de renouveler
l'attaque de l'aile gauche du camp de Beauport, et de dévaster et ruiner
le pays autant que cela serait possible sans nuire à la principale
opération de la campagne.

Les généraux Monckton, Townshend et Murray répondirent le 29 août qu'une
nouvelle attaque du camp de Beauport serait une entreprise fort
hasardeuse; que, suivant eux, le moyen le plus sûr de frapper un coup
décisif, serait de se retirer sur la rive droite du St.-Laurent, de la
remonter quelque distance et de traverser de nouveau sur la rive gauche,
afin de porter les opérations au-dessus de la ville. «Si nous
réussissons, disaient ces généraux, à nous maintenir dans cette nouvelle
position, nous forcerons le général Montcalm à combattre là où nous
voudrons; nous serons entre lui et ses magasins, entre son camp et
l'armée qui s'oppose au général Amherst. S'il nous offre la bataille et
qu'il la perde, Québec et probablement tout le Canada tomberont entre
nos mains, avantage plus grand que celui que l'on peut attendre d'une
victoire à Beauport; s'il traverse la rivière St.-Charles avec des
forces suffisantes pour s'opposer à cette opération, le camp de Beauport
ainsi affaibli pourra être attaqué plus facilement.» Les forces navales
des Anglais en leur assurant la possession du fleuve, mettaient le
général Wolfe à même de porter ses troupes sur tous les points
accessibles du pays. Le plan des trois généraux anglais fut approuvé par
leur chef, et les ordres nécessaires furent donnés afin de le mettre
sans délai à exécution. On ne parlait point de donner l'assaut à Québec
par le port; on avait reconnu que cette entreprise aurait été plus que
téméraire.

Après cette décision, les Anglais levèrent leur camp du sault
Montmorency ou de l'Ange-Gardien sans être inquiétés dans leur retraite,
chose que l'on reprocha au général Montcalm comme une faute, et les
troupes et l'artillerie furent transportées à la Pointe-Levy le 3
septembre. Le bombardement de la ville et les ravages des campagnes
étaient les seules entreprises dans lesquelles ils eussent encore
réussi, entreprises qui étaient elles-mêmes une espèce d'hommage, mais
d'hommage terrible, rendu à l'opiniâtreté des défenseurs du Canada.

Le général Montcalm voyant que l'ennemi allait maintenant porter son
attention au-dessus de Québec, s'occupa de la garde de la rive gauche du
fleuve sur laquelle est située cette ville. Il envoya un bataillon
camper sur les hauteurs d'Abraham pour se porter au besoin soit dans la
place, soit du côté de Sillery ou de la rivière St.-Charles; mais le
malheur voulut qu'on le retirât deux jours après. Il donna ensuite au
colonel de Bougainville chargé du commandement de cette rive, outre les
1000 hommes qu'il avait déjà, 1000 autres tant réguliers que miliciens y
compris 5 compagnies de grenadiers et la cavalerie; et il fit renforcer
les gardes placées sur le rivage entre la ville et le Cap-Rouge.
Trouvant ces troupes encore trop faibles, en voyant les vaisseaux
anglais s'étendre de Sillery à la Pointe-aux-Trembles, et inquiet pour
la sûreté de ses vivres, il envoya de nouveaux renforts à M. de
Bougainville dont presque tous les sauvages de l'armée avaient rejoint
le détachement. Cet officier se trouva alors avoir à ses ordres, en y
comprenant les Indiens, environ 3000 hommes répandus en différens postes
depuis Sillery jusqu'à la Pointe-aux-Trembles; c'était l'élite des
troupes. On lui réitéra l'ordre de continuer à suivre attentivement tous
les mouvemens des ennemis, qui depuis plusieurs jours, menaçaient et le
camp de Beauport et la ville et les magasins de l'armée.

Jusqu'à ce moment les choses avaient assez bonne apparence du côté de
Québec; mais les nouvelles que l'on recevait du lac Champlain et du lac
Ontario n'étaient pas fort rassurantes. Le chef de brigade Bourlamarque,
qui commandait sur la frontière du lac Champlain avait, comme on l'a vu,
sous ses ordres 3 bataillons de troupes réglées, 300 hommes tirés de
ceux qui étaient à l'armée de Québec, et 800 Canadiens, en tout 2,300
hommes. D'après les ordres de Paris, il devait se replier si l'ennemi se
présentait avec des forces supérieures. Le général en chef des armées
anglaises, lord Amherst, devait opérer de ce côté avec des forces
imposantes. Le souvenir de la sanglante défaite de Carillon encore tout
frais dans la mémoire, ne fit que l'engager à augmenter de précautions.
Ce général arriva le 3 mai à Albany, où il rassembla son armée, et d'où
il dirigea tous les préparatifs de la campagne. Le 6 juin il vint camper
au fort Edouard; chaque régiment se couvrant d'un blockhaus tant il
craignait les entreprises des Français, et le 21 il se porta avec 6,000
soldats à la tête du lac St.-Sacrement, où son ingénieur en chef, le
colonel Montrésor, traça le plan du fort George sur une éminence à
quelque distance du lac et de l'emplacement qu'avait occupé celui de
William-Henry. Le général Amherst y ayant réuni toutes ses forces,
s'embarqua le 21 juillet avec 15 bataillons formant 12,000 hommes, dont
5,700 réguliers, et 54 bouches à feu (Mante), et vint débarquer, au pied
du lac sans opposition. Après quelques petites escarmouches
d'avant-garde, il parvint au bout de deux jours en vue du fort Carillon,
où M. de Bourlamarque s'était replié en bon ordre, et fit mine de
vouloir se défendre pour couvrir sa retraite. Le lendemain les Français
se replièrent sur le fort St.-Frédéric laissant 400 hommes dans le
premier, qui l'évacuèrent le 26 en faisant sauter une partie des
fortifications. Cette importante position ne coûta qu'une soixantaine
d'hommes aux Anglais. Bourlamarque craignant d'être tourné par l'ennemi,
qui faisait des berges et des radeaux pour descendre le lac, fit sauter
aussi le fort St.-Frédéric et se retira à l'île aux Noix. Aussitôt (4
août) le général Amherst se porta avec le gros de son armée dans le
poste évacué, et y fit élever un nouveau fort auquel fut donné le nom de
Crown Point, pour protéger cette partie contre les irruptions des bandes
canadiennes. En même temps, voulant obtenir la supériorité sur le lac
Champlain, il donna l'ordre de construire des vaisseaux et de relever
les barques françaises qui avaient été coulées avant l'évacuation de
Carillon: cela le retint jusqu'au mois d'octobre. De son côté, le chef
de brigade Bourlamarque retiré à l'île aux Noix et s'attendant à être
attaqué d'un moment à l'autre, prenait tous les moyens de retarder la
marche de l'ennemi, soit par des embarras dans le bas du lac, soit par
des fortifications sur l'île où il était. Mais là comme à Québec l'on
regardait cette frontière comme perdue si le général Amherst montrait un
peu de vigueur.

Les nouvelles du lac Ontario et de Niagara étaient encore plus
mauvaises. Le capitaine Pouchot, qui était parti pour le dernier poste
l'automne précédent, mais qui n'avait pu aller au-delà de la
Présentation, fut chargé de s'y rendre dès le petit printemps afin de
relever M. de Vassan. Il partit de Montréal à la fin de mars avec
environ 300 réguliers et Canadiens, attendit à la Présentation 2
corvettes de 10 pièces de canon que l'on se hâta d'achever, et parvînt
le 30 avril à Niagara. Il commença aussitôt à faire travailler aux
réparations de la place, dont les murailles étaient en ruine et les
fossés presque comblés. Ayant été chargé de faire replier les postes de
l'Ohio s'ils étaient attaqués, et n'entendant parler d'aucun mouvement
de ce côté, il envoya un renfort avec des vivres et des marchandises à
Machault, où commandait M. de Lignéris, se proposant de faire détruire
les forts de Pittsburgh et de Loyal-Hanna si l'occasion s'en présentait.
La plus grande fermentation régnait toujours parmi les tribus sauvages
de l'Ohio et des lacs, parce qu'il y en avait qui s'obstinaient à tenir
pour les Français malgré les traités avec leurs ennemis; mais les succès
des Anglais allaient bientôt donner une solution définitive à tous ces
débats, dans lesquels perçaient les doutes, les inquiétudes, les projets
des Indiens pour l'avenir. Etourdis par tout ce qui se passait sous
leurs yeux, ils se voyaient écrasés par les deux grandes nations
belligérantes sans oser les offenser. Le commandant de Niagara eut de
nombreuses conférences avec ces tribus sans qu'il en résultât rien
d'important. Les cinq nations se rapprochaient complètement des Anglais;
de sorte qu'il ne pouvait avoir de renseignemens exacts sur leurs
mouvemens; et il les croyait encore loin de lui, lorsque le 6 juillet
ils arrivèrent dans son voisinage.

Suivant le plan général adopté par l'Angleterre pour les opérations de
la campagne, une armée devait aller mettre le siège devant Niagara. Le
chef de brigade Prideaux fut chargé de cette entreprise. Il partit de
Schenectady le 20 mai à la tête de 5 bataillons, dont 2 de troupes
réglées, un détachement d'artillerie et un corps considérable de
sauvages sous les ordres de sir William Johnson. Il laissa à Oswégo, en
passant, le colonel Haldimand pour y bâtir un fort, s'embarqua sur le
lac Ontario le 1 juillet et vint débarquer à 6 milles de Niagara sans en
être aperçu.

Ce fort, bâti sur une pointe de terre étroite, était facile à investir.
Le commandant Pouchot venait de finir les remparts; mais les batteries
des bastions qui étaient à barbette, n'étaient pas encore achevées. Il
les forma de tonneaux remplis de terre. Il renforça par des blindages
une grande maison du côté du lac pour y établir des hôpitaux; et couvrit
par d'autres ouvrages les magasins à poudre. La garnison était composée
d'un peu moins de 500 hommes.[30] Aussitôt qu'il se fût assuré de la
présence de l'ennemi, il expédia un courrier pour ordonner à Chabert au
fort du Portage, à de Ligneris au fort Machault et aux autres commandans
du Détroit et des postes de la Presqu'île, Venango et Le Boeuf, de se
replier sur Niagara avec ce qu'ils auraient de Français et de sauvages.
On abandonnait encore ainsi une autre vaste étendue de territoire et
l'un des plus beaux pays du monde. Chabert brûla son fort et atteignit
Niagara le 10 juillet. Dans la nuit même les assiégeans commencèrent une
parallèle à 300 toises des murailles. Du 13 au 22 ils ouvrirent
successivement le feu de plusieurs batteries de mortiers et de canons,
et parvinrent au corps même de la place. La mort de leur commandant, le
général Prideaux, tué par un mortier qui éclata, ne ralentit point leurs
travaux, que sir William Johnson qui le remplaça en attendant son
successeur, poussa avec la plus grande vigueur malgré la vivacité du feu
des assiégés. Bientôt les bastions du fort furent en ruine et les
batteries complètement rasées. L'on était réduit à faire des embrasures
avec des paquets de pelleteries, et à bourrer les canons avec des
couvertes et des chemises, faute d'autres matières. Cependant le feu de
l'ennemi augmentait à chaque moment de force et d'efficacité, et les
murailles s'écroulaient de toutes parts. Déjà la brèche était praticable
sur un large front, et on n'avait qu'un homme par 10 pieds pour garnir
celui d'attaque. Depuis 17 jours personne ne s'était couché: un grand
nombre d'hommes était hors de combat. On n'attendait plus enfin de salut
que des renforts demandés et qui arrivaient des postes supérieurs. Dès
le 23 Pouchot avait reçu des lettres d'Aubry, commandant du Détroit, et
de Ligneris, qui l'informaient qu'on arrivait à son secours avec 600
Français, dont 300 tirés des Illinois, et 1000 Indiens. Malheureusement
l'ennemi savait tout ce qui se passait chez les assiégés par les
courriers d'Aubry et de Ligneris, qui avaient même eu une entrevue avec
les sauvages alliés des Anglais, à laquelle Johnson avait assisté.
Celui-ci, informé par eux de l'approche de ces secours, résolut de leur
tendre une embuscade pour les intercepter. Il plaça à cet effet la plus
grande partie de ses troupes sur la gauche du chemin conduisant de la
chute au fort Niagara, derrière des abattis d'arbres qui les cachaient
complètement, et attendit les Français, qui après avoir laissé 150
hommes au pied du lac Erié pour la garde des bateaux, s'avançaient sans
soupçon au nombre de 450, outre le millier de sauvages, lorsque des
ennemis furent tout-à-coup signalés. A la vue des Iroquois anglais, les
sauvages refusèrent de marcher en avant sous prétexte de pactiser avec
les guerriers des cantons. Abandonnés ainsi de leur principale force,
Aubry et de Ligneris crurent devoir cependant continuer leur marche,
ignorant l'embuscade qu'on leur avait tendue et croyant que ce n'étaient
que des sauvages isolés que l'on voyait, et ils cheminaient rapidement
dans un chemin étroit lorsqu'ils découvrirent des forces plus
considérables devant eux. Ils voulurent mettre leurs troupes en
bataille, mais le temps ainsi que l'espace leur manquèrent. Néanmoins
ils forcèrent les Anglais qui étaient sortis de l'abattis pour les
attaquer, d'y rentrer avec précipitation, et ils allaient les y charger
lorsqu'ils se virent assaillis eux-mêmes, de front et de flanc, par près
de 2,000 hommes qui sortirent de l'embuscade. La queue de leur colonne,
incapable de résister, se replia et laissa la tête exposée aux coups de
l'ennemi, qui dirigea sur elle tout son feu et l'écrasa. Une
cinquantaine d'hommes seulement restèrent debout et essayèrent de se
retirer en combattant; mais ils furent chargés à la bayonnette et la
plus grande partie resta sur la place. Le reste fut poursuivi par les
vainqueurs; et les Indiens, qui avaient refusé de combattre, furent
exposés comme les vaincus à toute la vengeance de l'ennemi, et un grand
nombre tomba sous ses coups dans les bois. Presque tous les officiers
furent tués, blessés ou faits prisonniers. Aubry, Ligneris et plusieurs
autres chefs tombèrent blessés entre les mains des Anglais. Ce qui
échappa au massacre atteignit le détachement de M. de Rocheblave, et
tous ensemble ils rétrogradèrent vers le Détroit et les autres postes de
l'Ouest.

[Note 30: _Mémoires sur la dernière guerre de l'Amérique Septentrionale,
etc., par Pouchot, 1771._]

Après ce désastre, Pouchot reçut de sir William Johnson une liste des
officiers tombés en son pouvoir. Ne pouvant croire tout ce qui venait de
se passer, il envoya un officier pour s'assurer de la vérité au camp
anglais. Le doute n'étant plus possible, et la garnison étant réduite du
tiers et épuisée de fatigues, il ne lui resta plus d'autre alternative
que d'accepter la capitulation honorable que lui offrait Johnson,
désireux de se rendre maître de la place avant l'arrivée du général
Gage, déjà en chemin pour venir remplacer le général Brideaux, et la
capitulation fut signée le 2£ juillet.

Niagara était le poste fortifié le plus considérable du Canada, et le
plus important des lacs par sa situation. Sa perte sépara les lacs
supérieurs du bas de la province, et les Français se trouvèrent par cet
événement refoulés d'un côté jusqu'au Détroit, et de l'autre jusqu'aux
rapides du St.-Laurent au-dessus de Montréal, le fort Frontenac, faute
de temps, n'ayant pas été relevé. La possession du lac Ontario appartint
de ce moment aux ennemis.

Les progrès des Anglais jetaient naturellement le gouverneur, M. de
Vaudreuil, dans une grande perplexité. Dans la situation critique où
l'on se trouvait, il fallait donner un peu à la fortune. Il résolut
d'envoyer le chevalier de Levis faire un tour d'inspection vers cette
frontière, afin d'examiner et d'ordonner ce qu'il conviendrait de faire
pour retarder la marche de l'ennemi tant sur le St.-Laurent que sur le
lac Champlain. On lui donna, 800 hommes, tirés de l'armée de Beauport
dont 100 réguliers, pour renforcer M. de la Corne, qui commandait
au-dessus du lac St.-François. Il partit le 9 août de Québec et laissa,
en passant à Montréal, 400 hommes pour aider à récolter les grains en
attendant qu'on eût des nouvelles positives de la marche des Anglais,
encourageant en même temps les femmes, les religieuses, les moines, les
prêtres et généralement tout le monde de la ville à prendre part aux
travaux de la moisson, dont dépendait le salut du pays, du moins pour le
présent. Cet officier général poussa sa reconnaissance jusqu'à
Frontenac, examina tout, indiqua les endroits qu'il fallait défendre ou
fortifier depuis le lac Ontario jusqu'à Montréal, et ordonna à M. de la
Corne de disputer le terrain pied à pied si l'ennemi se présentait, et
que l'on savait avoir 6,000 hommes sur cette ligne sous îes ordres du
général Gage.

Le chevalier de Levis visita ensuite le lac Champlain, où il approuva
tout ce que le chef de brigade Bourlamarque avait fait.

Il était de retour à Montréal depuis le 11 septembre, lorsque le 15, à 6
heures du matin, il reçut un courrier extraordinaire du marquis de
Vaudreuil, qui lui apprit le funeste résultat de la bataille d'Abraham
du 13 septembre, la mort du général Montcalm, et qui lui ordonnait de
descendre au plus vite prendre le commandement de l'armée. Trois heures
après le général de Levis était en poste sur la grande route de Québec.

M. de Bougainville épiait, comme on l'a dit plus haut, les mouvemens des
Anglais devant cette ville. Ceux-ci faisaient divers mouvemens pour
cacher leur véritable dessein. Le 7, le 8 et le 9 septembre une douzaine
de vaisseaux remontèrent le fleuve avec une grande partie de l'armée et
jetèrent l'ancre au Cap-Rouge, envoyant simultanément des détachemens
sur divers points du rivage pour diviser l'attention des Français. La
moitié de ces troupes fut débarquée sur la rive droite du St.-Laurent,
pendant que les officiers examinaient attentivement la rive gauche, de
Québec au Cap-Rouge, où ils découvrirent le chemin qui conduisait de
l'anse du Foulon au fond des plaines d'Abraham, Dans le même temps ils
apprirent qu'un convoi de vivres pour Québec devait passer dans la nuit
du 12 au 13.

Depuis que les Anglais s'étaient rendus maîtres du fleuve au-dessus de
la capitale, l'approvisionnement de l'armée était devenu fort difficile,
ses magasins, étant à Batiscan et aux Trois-Rivières. Il fallait faire
venir les vivres par terre, et cette voie ne laissait point que d'offrir
des obstacles; il n'était resté d'abord dans la campagne, comme on se
rappelle, que des enfans en bas âge, des femmes et des vieillards
auxquels leurs infirmités n'avaient pas permis de porter les armes.
C'était cependant avec le secours de bras si faibles que l'on avait fait
transporter sur 271 charrettes de Batiscan à l'armée, 18 lieues, 700
quarts de lard et de farine, la subsistance de 12 à 15 jours; mais l'on
fut effrayé des difficultés que ce service entraînait; beaucoup de
charrettes étaient déjà brisées; les femmes et les enfans qui les
conduisaient, rebutés d'un travail si rude, ne laissaient point espérer
qu'ils pussent le soutenir long-temps, et les hommes qui étaient revenus
de l'armée ne pouvaient abandonner les travaux des champs qui
pressaient. On essaya donc de se servir encore de la voie de l'eau,
toute hasardeuse qu'elle était, pour faire descendre des vivres, et
c'est à la suite de cette résolution qu'avait été expédié le convoi dont
l'on vient de parler. Malheureusement des prisonniers communiquèrent la
consigne que les bateaux de ce convoi devaient donner en passant aux
sentinelles placées sur le rivage. Le général Wolfe s'empressa de
profiter de ces heureuses circonstances pour jeter son armée à terre
dans l'anse du Toulon et s'emparer des hauteurs Voisines. Afin de mieux
cacher son dessein aux Français, il donna des ordres d'une part pour
qu'un grand nombre de barques fissent des mouvemens en face du camp de
Beauport comme s'il s'agissait d'opérer une descente, et de l'autre,
pour que les vaisseaux restés au Cap-Rouge fissent des démonstrations
vers St.-Augustin, afin d'attirer l'attention du colonel de Bougainville
de ce côte. Ces instructions données, il ne pensa plus qu'à exécuter son
entreprise. Le 13, à 1 heure du matin, une partie des troupes anglaises
rembarquées de la veille sur les vaisseaux, descendit dans des bateaux
plats et se laissa dériver dans le plus grand silence par une nuit noire
avec le reflux de la marée le long du rivage jusqu'au Foulon, les
officiers parlant français ayant été choisis pour répondre au qui-vive
des sentinelles, qui, dans l'obscurité, laissèrent passer ces bateaux
croyant que c'était le convoi de vivres attendu. Les vaisseaux de
l'amiral Holmes les suivaient à 3 quarts d'heure de distance avec le
reste des troupes. Rendus au point indiqué les Anglais débarquèrent sans
coup férir. L'infanterie légère, en mettant pied à terre avec le générai
Wolfe à sa tête, s'empara du poste qui défendait le pied du chemin
conduisant au sommet de la falaise, gravit l'escarpement qui n'est pas
assez abrupte dans cet endroit pour empêcher les arbres d'y pousser, et
parvenu sur le plateau, surprit et dispersa après quelques coups de
fusil la garde qui y était placée et dont le commandant fut pris dans
son lit. Pendant ce temps-là les bateaux étaient retournés aux vaisseaux
et en ramenaient le reste des troupes de débarquement sous les ordres du
général Townshend. Au jour l'armée anglaise était en bataille sur les
plaines d'Abraham.

Le gouverneur, M. de Vaudreuil, reçut la nouvelle inattendue de ce
débarquement à 6 heures du matin; elle fut aussitôt communiquée au
général Montcalm qui ne pouvait y croire. Il pensait que c'était quelque
détachement isolé qui s'était aventuré jusque-là par hasard comme l'on
en avait vu en d'autres endroits des bords du St.-Laurent; et, croyant
n'avoir affaire au plus qu'à une partie de l'armée ennemie, emporté par
sa vivacité ordinaire, il se mit en marche avec une portion seulement de
ses troupes, sans même faire part de ses dispositions au gouverneur,
laissant 1,500 hommes pour la garde du camp et les artilleurs répandus
sur la ligne des retranchemens.

Dans ce moment, l'armée de Beauport se trouvait réduite à environ 6,000
combattans par les corps qu'on en avait détachés (Documens officiels).
Dans sa plus grande force elle avait été de 13,000 hommes. 800 étaient
partis avec le chevalier de Levis. Le colonel Bougainville en avait avec
lui 3,000, tous soldats d'élite outre la cavalerie. La garnison de
Québec qui ne prit point part à la bataille qui suivit, comptait 7 à 800
hommes; et enfin, comme on l'a déjà dit, un grand nombre de Canadiens
avaient obtenu la permission d'aller faire leurs récoltes, et les plus
âgés et les plus jeunes de s'en retourner chez eux croyant le danger
passé; de sorte que cette armée était réduite de plus de moitié. Le
général Montcalm prit avec lui 4,500 hommes (Documens officiels) et
laissa le reste dans le camp. Ces troupes défilèrent par le pont de
bateaux établi Sur la rivière St.-Charles, entrèrent dans la ville par
la porte du Palais au nord, la traversèrent et en sortirent par les
portes St.-Jean et St.-Louis à l'ouest du côté des plaines d'Abraham, où
elles arrivèrent à 8 heures à la vue de l'ennemi. Montcalm aperçut non
sans étonnement l'armée anglaise rangée en bataille et prête à le
recevoir. Mais, quoique surpris, il résolut de brusquer l'attaque,
malgré tous les avis contraires qu'on put lui donner, et l'ordre positif
du gouverneur, qui lui mandait, par un billet, d'attendre pour commencer
qu'il eut réuni toutes ses forces, et qu'il marchait lui-même à son
secours avec les troupes qu'il avait laissées pour la garde du camp.
Soit par suite de la division profonde qui séparait, comme l'on sait,
ces deux hommes, soit que ce général craignît, comme il le donna pour
raison, que les Anglais ne se retranchassent là où ils étaient, ce
qu'ils avaient déjà commencé de faire, et ne se rendissent par là
inexpugnables, il donna l'ordre du combat malgré l'opinion de plusieurs
de ses officiers, comme on vient de le dire, et entre autres de son
major-général le chevalier de Montreuil, qui lui représenta qu'il
n'était pas en état d'attaquer les ennemis avec des forces aussi faibles
que celles qu'il avait sous la main (Documens de Paris).

Persistant dans sa résolution, il rangea ses troupes en bataille sur une
seule ligne de trois hommes de profondeur, la droite sur le chemin de
Ste.-Foy et la gauche sur le chemin de St-Louis, sans corps de réserve.
Les réguliers, dont les grenadiers étaient avec M. de Bougainville,
formaient cette ligne. Les milices et quelques sauvages qu'il y avait
furent jetés sur les deux ailes. Et sans donner le temps à ses troupes
de prendre haleine, il se mit en mouvement et marcha avec une telle
précipitation que sa ligne se rompit et que les bataillons se trouvèrent
en avant les uns des autres, de manière à faire croire, aux ennemis
qu'ils s'avançaient en colonnes, surtout le centre.

Le général Wolfe avait rangé son armée en face des buttes à Neveu, le
visage tourné vers la ville. Sa droite était appuyée à une petite
éminence sur le bord de l'escarpement du St.-Laurent, et la gauche vers
le chemin de Ste.-Foy, à une ligne de petites redoutes en terre qu'il
avait fait commencer le long de ce chemin, et qui se prolongeait en
demi-cercle, sur ses derrières. Six régimens formaient son front de
bataille avec les grenadiers de Louisbourg et 2 pièces de canon, ayant
pour réserve un autre régiment formé en 8 divisions pour se porter là où
le besoin l'exigerait, 3 régimens se formèrent en potence le long du
chemin de Ste.-Foy pour contenir les tirailleurs Canadiens qui devaient
attaquer son flanc gauche tandis que Montcalm le chargerait en front.
Les montagnards écossais formaient partie de cette ligne et couvraient
les derrières de l'armée avec 2 pièces de canon, en cas d'attaque de ce
côté.

L'action commença par les tirailleurs canadiens et quelques sauvages.
Ils assaillirent d'un feu, très vif la ligne anglaise qui essuya cette
mousqueterie sans s'ébranler, mais en faisant des pertes. Le général
Wolfe qui savait que la retraite était impossible s'il était battu,
parcourait les rangs de son armée, animait les soldats, faisait mettre
deux balles dans les fusils et ordonnait de ne tirer que lorsque les
Français seraient à vingt pas d'eux. Ceux-ci qui avaient perdu toute
leur consistance lorsqu'ils arrivèrent à portée, des Anglais, ouvrirent
irrégulièrement, et dans quelques bataillons de trop loin, un feu de
pelotons qui fit peu d'effet. Ils n'attaquèrent pas moins cependant avec
beaucoup de valeur; mais en arrivant à 40 pas de leurs adversaires, ils
furent reçus par un feu si meurtrier que dans le désordre où ils étaient
déjà, il fut impossible de régulariser leurs mouvemens, et en peu de
temps, tout tomba dans la plus étrange confusion. Le général Wolfe, à la
tête de son aile-droite, voyant l'état des Français, jugea le moment
favorable de les attaquer à son tour, et, quoique déjà blessé au poignet
par un tirailleur, il prit ses grenadiers pour les aborder à la
bayonnette; mais il avait à peine fait quelques pas qu'il fut atteint
pour la seconde fois d'une balle qui lui traversa la poitrine. On le
porta en arrière, et ses troupes, dont la plupart ignorèrent sa mort
jusqu'après la bataille, continuèrent toujours leur mouvement offensif
et se mirent à la poursuite des Français, dont le centre et l'aile
gauche, saisis d'une terreur panique, lâchaient le pied dans le moment
même pêle-mêle, malgré les efforts du général Montcalm et des principaux
officiers pour arrêter le désordre. Une des personnes qui étaient auprès
du général Wolfe s'étant écriée: _Ils fuient! Qui?_ demanda le général
mourant, sa figure s'animant tout-à-coup. Les Français! lui répondit-on.
_Quoi, déjà!_ dit ce héros, _alors je meurs content_, et il expira.

Presqu'en même temps le colonel Carleton était blessé à la tête, et le
chef de brigade Monkton, atteint d'un coup de feu, était obligé de
quitter le champ de bataille et le commandement de l'armée, qui échut au
général Townshend, troisième en grade, et chargé du commandement de la
gauche.

Les vainqueurs cependant pressaient les fuyards de toutes parts à la
bayonnette ou le sabre à la main. La résistance ne venait guère plus
alors que des tirailleurs. Le chef de brigade M. de Sénezergues et le
baron de St.-Ours, qui remplissait le même grade dans cette bataille,
tombèrent mortellement blessés au pouvoir des ennemis. Le général
Montcalm, quoiqu'ayant déjà reçu deux blessures, dirigeait lui-même la
retraite au milieu des Canadiens, et il se trouvait entre la porte
St.-Louis et les buttes à Neveu, quand un nouveau coup de feu dans les
reins le jeta aussi blessé à mort en bas de son cheval. Il fut emporté
dans la ville, où se jettait une partie des Français, tandis que
l'autre, la plus considérable, fuyait vers le pont de bateaux de la
rivière St-Charles. Le gouverneur arriva de Beauport au moment ou les
troupes se débandaient. Il rallia un millier de Canadiens entre les
portes St.-Jean et St-Louis, lesquels, par leur bonne contenance et un
feu très nourri, arrêtèrent quelque temps l'ennemi dans sa poursuite et
sauvèrent les fuyards.[31] La déroute ne fut totale que parmi les
troupes réglées. Les Canadiens combattirent toujours quoiqu'en
retraitant, et ils forcèrent, à la faveur des petits bois dont ils
étaient environnés, différens corps ennemis à plier, et ne cédèrent
enfin qu'à la supériorité du nombre. C'est dans cette résistance que les
vainqueurs éprouvèrent les plus grandes pertes. Trois cents montagnards
écossais, revenant de la poursuite vers la rivière St.-Charles, furent
ainsi attaqués sur le côteau Ste.-Geneviève par ces Canadiens et forcés
de reculer jusqu'à ce que deux régimens envoyés à leur secours vinssent
les dégager.

[Note 31: Dépêches de M. de Vaudreuil et de quelques autres officiers au
ministre.]

Le colonel de Bougainville qui était au Cap-Bouge, ne reçut qu'à 8
heures du matin l'ordre: de marcher sur les plaines d'Abraham; il se mit
immédiatement en chemin avec à-peu-près la moitié de ses troupes
seulement à cause de leur dispersion jusqu'à la Pointe-aux-Trembles;
mais il ne put arriver assez tôt pour prendre part à l'action, et voyant
tout perdu lorsqu'il atteignit les derrières du champ de bataille, il se
retira. Les Anglais ne jugèrent pas à propos de profiter de l'épouvante
de leurs ennemis pour pénétrer dans Québec, ou s'emparer du camp de
Beauport, que purent regagner ensuite les combattans qui s'étaient
retirés dans la ville.

Telle fut l'issue de la première bataille d'Abraham, qui décida de la
possession d'une contrée presqu'aussi vaste que la moitié de l'Europe.
Les pertes des Français dans cette fatale journée furent considérables;
elles se montèrent à près du quart des soldats y compris 250 prisonniers
qui tombèrent entre les mains des vainqueurs avec la plupart des
blessés. Trois officiers généraux moururent de leurs blessures. Celles
des Anglais s'élevèrent à un peu moins de 700 hommes, parmi lesquels se
trouvaient les principaux officiers de l'armée, outre le général en
chef.

La perte, de cette bataille peut être attribuée aux fautes que fit le
général Montcalm, fautes qu'il reconnut lui-même, dit-on, avant de
mourir. Au lieu de combattre avec une partie de ses forces seulement, il
pouvait attendre l'arrivée du colonel Bougainville et tirer la garnison
de la ville et les corps qu'il avait laissés dans le camp, et avec
toutes ces forces réunies attaquer les ennemis en tête et en queue. Il
pouvait aussi se retrancher sur les buttes à Neveu, et, comme la saison
était avancée, attendre les Anglais dans ses lignes en épiant tous leurs
mouvemens, ce qui les aurait mis dans l'obligation de combattre avec
désavantage, car le temps les pressait. Après ces premières fautes, il
en commit une autre presqu'aussi grave en rangeant son armée sur une
seule ligne et sans corps de réserve, et en ne se donnant pas le temps
de tirer l'artillerie de campagne qu'il y avait dans la ville afin de
contrebalancer au moins l'infériorité d'une partie de ses troupes sous
le rapport de la discipline. On lui reproche encore, son armée étant
partiellement composée de milices, d'avoir voulu combattre en bataille
rangée. On dit «qu'il devait attendre l'ennemi et profiter de la nature
du terrain pour placer par pelotons dans les bouquets de broussailles
dont il était environné les Canadiens qui, arrangés de la sorte,
surpassaient par l'adresse avec laquelle ils tiraient toutes les troupes
de l'univers.»

Quoiqu'il en soit de ces fautes, il sembla qu'il les avait suffisamment
expiées par sa mort; et devant ses dépouilles funèbres on les oublia
toutes pour ne se rappeler que ses triomphes et sa bravoure. Les
Canadiens comme les Français pleurèrent sa perte comme un malheur
public. Il rendit le dernier soupir le lendemain matin de la bataille au
château St.-Louis et fut enterré le même soir, à la clarté des
flambeaux, dans l'église conventuelle des Ursulines en présence de
quelques officiers. Montcalm avait montré en Canada toutes les qualités
et tous les défauts qu'on avait déjà remarqués en lui. Il était plus
brillant par les avantages d'une mémoire ornée que profond dans l'art de
la guerre; brave mais peu entreprenant, il négligea la discipline des
troupes et ne proposa jamais aucune entreprise importante. Il ne voulait
pas attaquer Oswégo s'il n'y eût été forcé pour ainsi dire par les
reproches que lui fit sur la timidité qu'il montrait, M. Rigaud, homme
borné à la vérité, mais plein de valeur et d'audace et accoutumé à la
guerre des bois; il aurait aussi, dit-on, abandonné le siège du fort
William-Henry sans le chevalier de Levis, et encore devant Québec, dans
le printemps, n'osant se flatter de pouvoir arrêter le premier efforts
du général Wolfe, il parla de lui abandonner cette place dans le moment
même où il en faisait dépendre le sort du Canada (Documens de Paris).
Ses divisions avec le gouverneur dont il feignait de dédaigner les avis
eurent des suites déplorables; et la popularité qu'il avait su acquérir
parmi les habitans et les soldats le rendait de plus en plus indépendant
du chef de la colonie. Il n'avait cessé de le décrier auprès de ceux qui
formaient sa société; il le traitait d'homme de mauvaise foi, incapable
et irrésolu, et par un artifice qui ne réussit que trop souvent, il
établissait sa réputation en ruinait celle de son supérieur. Du reste,
il avait beaucoup d'esprit, le goût de l'étude, et des connaissances
étendues qui le firent admettre peu de temps avant sa mort à l'académie
royale des inscriptions et belles lettres de Paris. Il aimait le luxe et
était désintéressé. Il devait au trésor 10,000 écus qu'il avait
empruntés pour soutenir son rang et soulager ses officiers dans la
disette de tout où se trouvait le Canada. Mais son ambition et le désir
trop peu caché de supplanter M. de Vaudreuil, furent une des causes de
la désunion à laquelle on peut attribuer principalement le désastre que
l'on venait d'essuyer.

Cependant le soir de la bataille, le gouverneur tint un conseil de
guerre où tous les officiers opinèrent pour se retirer derrière la
rivière Jacques Cartier, afin de conserver, une ligne de retraite, et la
communication avec les magasins de l'armée, motif qui avait pu
contribuer à déterminer la conduite du général Montcalm le matin. Le
gouverneur, l'intendant et le colonel Bougainville étaient d'une opinion
contraire, et voulaient tenter une seconde fois le sort des armes; mais
la majorité l'emporta, Montcalm, que l'on consulta, répondit qu'il
restait trois partis à prendre, à savoir: attaquer l'ennemi une seconde
fois, se retirer à Jacques Cartier ou capituler pour toute la colonie.

Le marquis de Vaudreuil, après cette résolution, envoya environ 150
réguliers pour renforcer la garnison de Québec toute composée de
citoyens: et de matelots, lesquels avaient été engagés pendant la
bataille avec les batteries de la Pointe-Levy. En même temps il écrivit
à M. de Ramsay pour le prévenir qu'il ne devait pas attendre que
l'ennemi l'emportât d'assaut, et qu'aussitôt qu'il manquerait de vivres
il arborât le drapeau blanc. L'armée craignant à tout instant d'être
coupée de ses magasins, commença sa retraite à l'entrée de la nuit. Afin
que l'ennemi ne s'aperçût pas de ce funeste mouvement, elle laissa, le
camp de Beauport tendu, abandonna, faute de moyens de transport, une
partie des bagages, l'artillerie et les munitions, et défila dans le
plus profond silence par la jeune et l'ancienne-Lorette, traversa
St.-Augustin et arriva à la Pointe-aux-Trembles le 14 au soir. Le
colonel Bougainville, commandant l'arrière-garde, s'établit à
St.-Augustin. Ce mouvement était fatal de toute manière; il laissait
Québec à lui-même et sans provisions de bouche; il exposait l'armée à
l'anéantissement, parce que l'on ne devait pas s'attendre que les
miliciens de ce gouvernement abandonneraient leurs familles sans pain,
leurs récoltes encore sur pied là ou l'ennemi ne les avait pas ravagées
ou avait empêché de les faire, pour aller on ne savait où. Aussi la
désertion fut-elle considérable pendant cette retraite, les cultivateurs
quittaient les drapeaux pour rentrer dans leurs foyers, et beaucoup
d'autres pour piller dans les campagnes. Le lendemain on atteignit
Jacques Cartier, et l'arrière-garde la Pointe-aux-Trembles, où il fut
résolu d'attendre le chevalier de Levis qui descendait en toute hâte,
comme on l'a dit plus haut.

Il arriva le 17. En partant de Montréal il avait envoyé ses ordres sur
les frontières de l'Ouest pour la subsistance des troupes, subsistance
qui manquait sans cesse, et pour l'acheminement immédiat sur l'armée
battue des outils, de l'artillerie et des munitions de guerre et de
bouche qui pouvaient être disponibles. Il eut, en rejoignant l'armée,
une entrevue avec le gouverneur, et lui représenta qu'il fallait arrêter
la retraite, et que pour empêcher la désertion et mettre fin au désordre
qui régnait, le seul moyen était de marcher en avant; qu'il fallait tout
hasarder pour prévenir la prise de Québec, et dans le cas extrême en
faire sortir la population et détruire la ville afin d'empêcher les
ennemis d'y passer l'hiver, résolution patriotique qui, mise à
exécution, eût pu sauver le Canada. Il observa que les Anglais n'étaient
pas assez nombreux pour garder la circonvallation de la place et
empêcher les Français d'y communiquer; qu'il fallait se rassembler et
faire des dispositions pour les menacer; profiter pour cela des bois du
Cap-Rouge, Ste.-Foy et St. Michel afin de s'approcher d'eux, et que
s'ils venaient pour attaquer dans ces bois il fallait combattre, ou
s'iks fournissaient quelqu'autre occasion en profiter, parce que se
trouvant entre deux feux ils n'oseraient pas faire de siège; qu'il y
avait raisons de croire qu'ils viendraient attaquer; que si l'on était
battu, l'on retraiterait le haut de la rivières du Cap-Rouge laissant un
gros détachement dans le bas, et facilitant la sortie de la garnison de
la ville, après qu'elle l'aurait incendiée complètement; qu'un mouvement
offensif arrêterait la désertion des habitans, et ferait revenir un
grand nombre de ceux du gouvernement de Québec. Le marquis de Vaudreuil
approuva tout, et ces deux chefs dépêchèrent sur-le-champ des courriers
au commandant de la place pour l'informer que l'on marchait à son
secours. Le départ de l'armée elle-même fut différé au lendemain faute
de vivres. M. de la Rochebeaucourt entra dans la ville où l'on manquait
de provisions avec cent chevaux portant des sacs de biscuit, et fit part
aux habitans du retour des troupes, qui vinrent coucher le 18 à la
Pointe-aux-Trembles et M. de Bougainville avec l'avant-garde sur le haut
de la rivière du Cap-Rouge.

Le général de Levis prenait le commandement de l'armée au moment où les
affaires se trouvaient dans l'état le plus désespéré; mais c'était un de
ces hommes dont les circonstances difficiles font ressortir avec éclat
les talens et l'énergie. Il était né au château d'Ajac en Languedoc, de
l'une des plus anciennes maisons de France. Entré de bonne heure au
service, il s'était fait remarquer par son activité et sa bravoure. En
Canada il avait montré un esprit sobre, réfléchi, attentif à ses devoirs
et sévère pour la discipline des troupes, qualité rare malheureusement à
cette époque dans les armées françaises; et la suite des événemens
prouva que si le résultat ne fut pas plus favorable, la faute n'en
pouvait rejaillir sur lui.

Le lendemain 19, il marcha sur Lorette et M. de Bougainville sur la
rivière St-Charles, où celui-ci apprit que la ville venait de se rendre
malgré les ordres positifs qui avaient été envoyés au commandant de
rompre les négociations, dès que l'on sût qu'il y en avait d'entamé, et
la réponse que cet officier avait faite qu'il s'y conformerait. Cette
nouvelle, parvint au gênerai en chef à St.-Augustin. Il ne put contenir
son indignation, et l'exprima dans les tenues les plus amers. Mais le
mal était sans remède.

La reddition de Québec fut un acte, pour dire le moins, de grande
pusillanimité, et le fruit de l'esprit de découragement que, par ses
propos le général Montcalm avait répandu parmi les troupes. Un seul des
officiers de la garnison, M. de Piedmont, jeune homme dont le nom mérite
d'être conservé, se déclara dans le conseil de guerre pour la défense de
la place jusqu'à la dernière extrémité. Quoique l'on manquât de vivres;
que par la négligence de la métropole les fortifications n'eussent été
que commencées, comme on l'a dit ailleurs, et qu'enfin la ville pût être
facilement enlevée d'un coup de main; quoique faute de bras aussi l'on
fût incapable de la mettre dans le moment dans un état respectable de
défense, l'ennemi n'avait encore fait rien qui put faire craindre un
assaut, et l'on savait que le général de Levis arrivait.

En effet les Anglais ne songeaient point à emporter la place par
escalade. Immédiatement après la bataille ils achevèrent les redoutes
qu'ils avaient commencées autour de leur camp, et se mirent en frais
d'élever des batteries sur les buttes à Neveu en face du rempart
qu'elles commandent dans sa plus grande longueur, pour le battre en
brèche. Il leur fallait encore deux ou trois jours pour mettre en état
de tirer ces batteries, qui auraient consisté en 60 pièces de canon et
58 mortiers (Knox), lorsqu'ils virent avec surprise arborer le drapeau
blanc. La garnison voyant les plus gros vaisseaux de la flotte anglaise
s'avancer, s'était crû menacée d'une double attaque du côté de la
campagne et du côté du port. Le général Townshend s'empressa d'accepter
les articles de capitulation qu'elle lui proposait, à l'exception du
premier, qui portait qu'elle sortirait avec les honneurs de la guerre et
huit pièces de canon pour aller rejoindre l'armée française à Jacques
Cartier, et qui fut modifié de manière à ce qu'elle fût transportée en
France; et le lendemain, 18 septembre, la ville fut remise aux
assiégeans. Par les termes de la capitulation les habitans étaient
maintenus dans la propriété de leurs biens et de leurs privilèges; et le
libre exercice de leur religion était garanti jusqu'à la paix
définitive. Ainsi la faiblesse d'un conseil de guerre, composé
d'officiers subalternes, rendit irréparables les suites d'un échec qui
aurait pu être réparé facilement.

Malgré la perte de leur capitale, que les habitans attribuèrent à la
trahison, «ces braves gens, dit Sismondi, aussi Français de coeur que
s'ils avaient vécu au milieu de la France,» ne s'abandonnèrent point. En
effet, quoique Québec eût été détruit, que les côtes de Beaupré et l'île
d'Orléans, ainsi que 36 lieues de pays établi, contenant 19 paroisses
sur la rive droite du fleuve, eussent été ravagées pendant que la
population mâle était à l'armée; que les habitans eussent perdu leurs
hardes, leurs meubles, leurs instrumens d'agriculture et presque tous
leurs chevaux et bestiaux, et fussent obligés en retournant sur leurs
terres avec leurs femmes et leurs enfans de s'y cabanner à la façon des
Indiens; malgré qu'un grand nombre d'habitans de Québec et des
campagnes, faute de vivres, se trouvassent dans la nécessité d'émigrer
dans les gouvernemens des Trois-Rivières et de Montréal pour y trouver
des secours;[32] enfin, malgré tous ces désastres, et qu'ils
redoutassent les sauvages plus que l'ennemi même, ils ne parlèrent point
de se rendre, et demandèrent encore à marcher au combat: c'était
l'opiniâtreté vendéenne, c'était la détermination indomptable de cette
race dont descendent la plupart des Canadiens, et dont Napoléon
appréciait tant la bravoure, le caractère et le dévoûment sans borne.

[Note 32: _Description imparfaite de la, misère du Canada,_ (Montréal, 5
novembre 1759). Adresse de l'évêque de Québec aux évêques et personnes
charitables de France en faveur de la colonie. On devait recevoir des
ornemens d'église à Paris. Dans les ports de mer, à Brest M. Hocquart, à
Bordeaux M. Estèbe, à la Rochelle M. Goguet, devaient se charger de
faire tenir les toiles, les étoffes, le lard, la farine, l'eau-de-vie,
le vin et généralement tout ce que l'on voudrait envoyer pour les
habitans.]

En apprenant la nouvelle de la reddition de Québec, le général de Levis
ne vit point d'autre parti à prendre pour le moment que de se fortifier
sur la rivière Jacques Cartier. En conséquence il rétrograda, laissant
quelques petits détachemens au Cap-Rouge et sur d'autres points de sa
route, et il fit commencer un fort sur la rive droite de la rivière
qu'il avait choisie pour ses lignes. Les Anglais ne songeant de leur
côté qu'à se fortifier dans la ville où ils se renfermèrent, les deux
armées restèrent dans ces positions jusqu'à la fin de la campagne, M. de
Vaudreuil ayant transporté le siège du gouvernement à Montréal, où il
s'était retiré. Les Canadiens regagnèrent leurs foyers dans les derniers
jours d'octobre, et peu de temps après les troupes quittèrent de toutes
parts les frontières afin de venir prendre leurs quartiers d'hiver dans
les gouvernemens de Montréal et des Trois-Rivières. De petits corps
furent laissés dans les postes avancés, dont la position indique ce qui
restait à la France à la fin de 59 de ces immenses territoires qu'elles
s'enorgueillissait naguère encore de posséder. 300 hommes furent chargés
de la garde du fort de Levis entre la Présentation et la tête des
rapides du St.-Laurent aux ordres de M. Desandrouins, ingénieur; 400
hommes, commandés par M. de Lusignan, de celle de l'île aux Noix dans le
lac Champlain, où le général Amherst n'avait fait aucun progrès, et qui
devaient être soutenus par 300 autres placés à St.-Jean; et enfin 600
furent laissés à Jacques Cartier sous le commandement de M. Dumas,
major-général des troupes de la marine, dont 2 à 300 jetés en avant à la
Pointe-aux-Trembles sous les ordres de M. de Repentigny.

Après avoir ainsi réglé la disposition de ses troupes pour l'hiver, le
général de Levis rejoignit le gouverneur à Montréal le 14 novembre, et
tous deux députèrent aussitôt le commandant d'artillerie Lemercier avec
leurs dépêches pour Paris, afin d'instruire le roi de la situation du
Canada et des secours qu'il fallait y envoyer. Cet officier s'embarqua à
Montréal dans un navire qui parvint en France sans accident, après être
passé devant Québec inaperçu.

Après la capitulation de cette ville, les troupes anglaises restèrent
campées dans les environs en attendant qu'on eût pourvu à leur logement
dans l'intérieur. Il fut ordonné de relever ou réparer 500 maisons sans
délai, et décidé que toute l'armée resterait pour former la garnison
jusqu'à la prochaine campagne, excepté les trois compagnies de
grenadiers de Louisbourg et cinq compagnies de rangers, qui se
rembarquèrent sur la flotte, qui fit voile pour l'Angleterre ou les
anciennes colonies. Le général Murray fut nommé gouverneur de Québec La
garnison se composait le 24 décembre, après le départ de ces 8
compagnies; de 8,200 hommes de troupes de ligne sans compter les
officiers, l'artillerie, et les rangers qui restèrent et formant encore
plusieurs centaines de combattans.[33] Elle se mit de suite en frais de
débarquer de la flotte des vivres pour une année, et les munitions et le
matériel de guerre dont elle pouvait avoir besoin; de déblayer les rues,
de niveler les redoutes élevées dans les plaines d'Abraham et d'en
élever d'autres en face du rempart sur le sommet de la falaise qui borde
le St.-Laurent, et dont l'on voit encore les ruines aujourd'hui au
couchant de la citadelle; enfin, de fortifier le rempart déjà existant,
le couvrir d'artillerie et d'adopter toutes les mesures jugées
nécessaires pour pouvoir soutenir un siège en cas de besoin.

[Note 33: M. Smith dans son histoire du Canada dit 5,000, quoique les
auteurs qu'il a suivis presque textuellement, Knox et Mante, disent plus
de 7,000 hommes. L'on a découvert récemment dans les archives du
secrétariat provincial à Québec un registre des ordonnances de paiement
des troupes sous les ordres du général Murray, qui doit fixer désormais
cette question. Ces ordonnances contiennent le chiffre exact de chaque
régiment, sauf les officiers; et voici ce qu'il était le 24 décembre
1759:

                        Hommes.                    Hommes;

47e régiment.            680    2d bataillon fusiliers. 871

35e                      876    3e «       «            930

43e    «                 693    28e régiment            623

58e    «                 653    48e   «                 882

78e (montagnards écos-   619    15e   «
            sais)                                      1377
                                                     ______

                                                      8,204

Le registre dont on a tiré ces chiffres, a été déposé à la bibliothèque
de la Société littéraire et historique de cette ville par son président,
M. Faribault, aux recherches duquel elle doit la plupart des précieux
manuscrits, livres et documens qu'elle possède sur ce pays.]

Tel fut le résultat de la campagne de 59. Les Français se trouvaient
resserrés entre Québec, la tête du lac Champlain et Frontenac, coupés de
la mer et manquant de tout, soldats, argent, munitions de guerre et de
bouche. Les deux armées anglaises qui avaient attaqué le Canada par mer
et par terre ne se trouvaient plus qu'à environ 70 lieues l'une de
l'autre, et prêtes à tomber sur le centre du pays le printemps suivant
avec un grand accroissement de forces. Le général Amherst qui s'était
avancé, comme on l'a vu plus haut, jusqu'au fort St.-Frédéric, n'avait
pu pénétrer au-delà. Il laissa de fortes garnisons à Crown-Point et au
fort Carillon, dont il avait relevé les ruines et changé le nom pour
celui de Ticondéroga, et alla passer l'hiver à New-York, afin d'être
plus à portée de communiquer avec la métropole et les différentes
colonies sur le plan des opérations de la campagne prochaine. Quant au
Détroit et aux autres postes supérieurs, ils étaient, il est vrai,
encore en notre pouvoir; mais par la perte de Frontenac, ils ne devaient
plus attendre de secours que de la Louisiane, qui devint dès lors leur
point d'appui et la seule ligne de retraite en cas de malheur, cette
province, pendant que le Canada était désolé par une guerre acharnée et
cruelle, jouissant comparativement d'assez de tranquillité.



                              CHAPITRE II.

      SECONDE BATAILLE D'ABRAHAM ET DERNIÈRE VICTOIRE DES FRANÇAIS.
    CESSION DU CANADA A L'ANGLETERRE ET DE LA LOUISIANE À L'ESPAGNE.

                               1760-1763.


Sentimens divers que la prise de Québec cause en Angleterre et en
France.--Les ministres de Louis XV abandonnent le Canada à lui-même.--La
Grande-Bretagne, organise trois armées pour achever sa
conquête.--Mesures que l'on adopte pour résister à cette triple
invasion.--Forces relatives des Français et des Anglais.--Le général de
Levis marche sur Québec.--Seconde bataille d'Abraham.--Défaite complète
de l'armée anglaise, qui se renferme dans la ville et que les Français
assiègent en attendant les secours qu'ils avaient demandés de
France.--Persuasion où l'on est dans les deux armées que le Canada
restera à celle qui recevra les premiers renforts.--Arrivée d'une flotte
anglaise.--Le général de Levis lève le siège et commence sa retraite sur
Montréal; le défaut de vivres l'oblige de renvoyer les milices et de
disperser les troupes régulières.--Etat des frontières du côté des lacs
Champlain et Ontario.--Les ennemis se mettent en mouvement pour attaquer
Montréal.--Le général Murray s'avance de Québec avec 4,000 hommes; le
chef de brigade Haviland avec un corps presqu'aussi nombreux descend le
lac Champlain et le général Amherst part du lac Ontario avec 11,000
soldats et Indiens.--Les Français se retirent et se concentrent sur
Montréal au nombre de 3,500 soldats.--Impossibilité d'une plus longue
résistance et capitulation générale.--Triomphe et réjouissance de
l'Angleterre.--Procès et condamnations des dilapidateurs du Canada à
Paris.--Situation des Canadiens--Pertes immenses qu'ils font sur les
ordonnances et lettres de change du gouvernement déchu.--Continuation,
de la guerre dans les autres parties du monde; paix de 1763, par
laquelle le Canada est cédé à l'Angleterre et la Louisiane à
l'Espagne.--Tableau de la France au temps de ce traité trop fameux par
Sismondi.


Après les défaites que l'Angleterre essuyait depuis 5 ans en Canada, la
nouvelle de la prise de Québec, ce lieu fort si renommé du
Nouveau-Monde, la remplit de joie. Londres et les autres principales
villes du royaume présentèrent des adresses de félicitation au chef de
l'état, dont Pitt dut s'applaudir en secret, parce que c'était à lui
qu'en revenait la plus grande gloire, et le parlement ordonna que les
cendres du héros à qui l'on devait une si brillante conquête, fussent
déposées dans le temple de Westminster au milieu de celles des grands
hommes de la patrie, et qu'un monument y fut élevé à sa mémoire. Il vota
en même temps des remercîmens aux généraux et aux amiraux qui avaient
fait partie de l'expédition, et le roi ordonna que des actions de grâce
publiques fussent rendues dans tout l'empire.

En France, où le peuple exclu du gouvernement ne pouvait manifester ses
sentimens sur la honte des actes du pouvoir que par le mépris qu'il
avait pour ceux qui en étaient chargés, il y a long-temps que l'on avait
perdu l'espoir de conserver les belles contrées pour la défense
desquelles tant de sang et d'héroïsme n'étaient plus qu'un sacrifice
dans le grand désastre qui allait terminer l'un des derniers drames de
la vieille monarchie. La perte du-boulevard de l'Amérique française et
la mort de Montcalm ne surprirent point, mais elle fit une impression
pénible dans le public, et même au milieu des orgies de la cour de Louis
XV, où l'on regarda la partie comme si bien perdue que l'on ne pensa
guère à secourir ces sentinelles avancées, qui voulaient encore
combattre, sinon pour triompher du moins pour sauvegarder l'honneur
national et reconquérir la supériorité des armes.

«L'Europe entière aussi, dit Raynal, crut que la prise de Québec
finissait la grande querelle de l'Amérique septentrionale. Personne
n'imaginait qu'une poignée de Français, qui manquaient de tout, à qui la
fortune même semblait interdire jusqu'à l'espérance, osassent songer à
retarder une destinée inévitable.» On ne connaissait pas leur courage,
leur dévoûment et les glorieux combats qu'ils avaient livrés et qu'ils
pouvaient livrer encore dans ces contrées lointaines où, oubliés du
reste du monde, ils versaient généreusement leur sang pour la cause de
leur pays. On ignorait que cette guerre était une guerre de peuple à
peuple, et qu'on ne poserait les armes que quand l'on serait cerné,
écrasé par les masses anglaises; et que jusque-là l'on ne voulait pas
perdre espérance.

Les Canadiens qui croyaient que le gouvernement de la métropole allaient
ou du moins devaient faire les plus grands efforts pour les arracher au
sort qui les menaçait, furent trompés dans leur attente. M. Lemercier
trouva, en arrivant à Paris, le ministre de la guerre, le maréchal de
Belle-Isle expirant. Après sa mort le portefeuille passa aux mains du
duc de Choiseul déjà chargé de celui des affaires étrangères. L'envoyé
du gouverneur ainsi que les officiers de la garnison de Québec qui
l'avaient précédé en France, donnèrent au ministre tous les
renseignemens qu'il pouvait désirer sur la situation désespérée du
Canada. Les dépêches dont M. Lemercier était porteur demandaient des
secours de toute espèce en vivres, en munitions de guerre et en recrues;
elles informaient la cour que l'on avait formé le projet de reprendre
Québec, et que le succès de cette entreprise était certain si les
secours que l'on demandait arrivaient avant ceux des ennemis.
Malheureusement cette demande était faite dans le moment où, par le
désordre prolongé des finances, le trésor se trouvait hors d'état de
faire face à ses obligations les plus nécessaires. Les administrateurs
continuellement changés ne pouvaient trouver de remède pour arrêter même
le mal, qui allait toujours en augmentant. Chacun venait avec son plan
et était remplacé avant qu'il eût à peine eu le temps de commencer à le
mettre à exécution; et dès qu'il parlait de soumettre la noblesse et le
clergé à l'impôt comme le peuple, il était repoussé avec haine et
renversé. L'absence de patriotisme dans les classes les plus élevées de
la société rendait ainsi le mal incurable, et exposait la nation à tous
les malheurs et à la perte de cette grande réputation militaire qui
faisait encore la force et la gloire, par le souvenir, de cette noblesse
sensuelle et dégénérée qui ne voulait rien faire pour le salut commun;
car par un effort uniforme et général, l'on pouvait se remettre
facilement sur un bon pied, puisque, suivant M. de Necker,[34] les
dépenses publiques étant de 610 millions en 1784, et les revenus de près
de 585 millions, alors que la noblesse et le clergé, possesseurs d'une
grande partie du territoire, étaient encore exempts de l'impôt, en
rendant ces deux classes si riches contribuables, et en développant les
immenses ressources du pays, le déficit annuel pouvait être plus que
comblé. Mais l'égoïsme devait tout perdre.

[Note 34: De l'administration des finances de la France. Les intérêts de
la dette publique étaient alors de 207 millions de francs, ou égaux à
ceux de l'Angleterre à la même époque (1784). Aujourd'hui la dette de
l'Angleterre est double ou triple de celle de la France.]

M. de Silhouette, qui avait succédé à M. de Boulogne aux finances, vint
échouer ainsi devant l'opposition que firent à son projet de subvention
territoriale, qui aurait atteint tous les propriétaires fonciers, les
classes privilégiées, et il fut remplacé par M. Berlin, financier
médiocre, mais plus docile aux voeux de la cour et de la noblesse.
Celui-ci ne put ni ramener l'ordre dans les finances, ni trouver moyen
de fournir quelques jours encore aux besoins les plus pressans du
service public. Les lettres de change du Canada tirées sur le trésor à
Paris ne purent être payées, circonstance aussi fâcheuse pour ce pays
que la perte d'une bataille, et qui devait avoir le plus grand
retentissement. Dans cet état de choses il est facile de concevoir que
l'énergique résolution de reprendre Québec dût trouver peu d'écho à
Versailles, où les courtisans regardaient la possession du Canada plutôt
comme une charge que comme un avantage. Dans l'épuisement où l'on se
trouvait, c'est tout ce que l'on put faire que d'y envoyer 400 hommes et
la charge de 3 ou 4 navires en munitions de guerre et de bouche, sous la
protection d'une frégate, qui s'étant amusée à enlever, chemin faisant,
13 ou 14 bâtimens anglais, finit par être obligée elle-même de se jeter
dans la Baie des Chaleurs à l'entrée du golfe St.-Laurent, et par y être
brûlée avec son convoi et ses prises par le capitaine Byron qui croisait
dans ces parages avec une flotte nombreuse, et qui détruisit aussi un
amas de cabanes décoré du nom fameux de Nouvelle-Rochelle, élevé par des
réfugiés acadiens et quelques pauvres pêcheurs sous la protection de
deux petites batteries placées sur un rocher.

En envoyant ces secours insuffisans au Canada, les ministres adressèrent
aux divers chefs de la colonie des dépêches qu'ils ne reçurent que dans
le mois de juin, pour leur recommander de disputer le pays pied à pied
et de soutenir jusqu'au bout l'honneur des armes françaises à
quelqu'extrémité que les affaires pussent être réduites; vaines
recommandations pour des gens qui périssaient accablés sous le nombre de
leurs ennemis, et qui avaient besoin non de paroles d'encouragement,
mais de secours réels et efficaces.

Le gouvernement de la Grande-Bretagne, aiguillonné et soutenu par la
voix puissante du peuple, tenait une conduite bien différente. Il obtint
du parlement tous les subsides qu'il voulut pour continuer la guerre
avec vigueur. Des flottes considérables couvrirent les mers de l'Europe,
des Indes et de l'Amérique. Il fut résolu de barrer le chemin du Canada
à la France, et d'employer à cet effet des forces telles que celle-ci ne
put conserver dans l'état où elle se trouvait le moindre espoir d'y
faire parvenir les secours nécessaires pour rétablir sa suprématie dans
cette partie du monde; et c'est à la suite de ces accroissemens de
forces que le petit convoi, dont l'on vient de parler tout-à-l'heure,
vit fondre sur lui pas moins de onze vaisseaux de guerre en entrant dans
le St.-Laurent.

Derrière ce rempart qui couvrait l'Amérique et la séparait de la France,
l'Angleterre organisa, comme l'année précédente, trois armées pour
achever d'abattre une puissance contre laquelle elle luttait depuis
qu'elle avait planté son drapeau dans ce continent, et que sa grande
supériorité numérique mettait enfin à sa merci. Toutes les provinces
qu'elle y avait fondées ne cessaient point de montrer leur zèle pour
l'accomplissement d'une conquête qu'elles avaient sollicitée avec
ardeur. Les différentes législatures coloniales votèrent les hommes et
l'argent qu'on leur demanda avec d'autant plus d'empressement que l'on
touchait au succès définitif. Ces trois armées devaient marcher pour se
réunir à Montréal et enlever ce dernier point qui restait encore à la
France.

La garnison renfermée dans Québec devait être renforcée à l'ouverture de
la campagne pour remonter le St.-Laurent. Le chef de brigade Haviland
devait réunir ses troupes sur le lac Champlain, forcer le passage de
l'île aux Noix et St.-Jean, et marcher sur le point indiqué; enfin, le
général Amherst devait assembler une armée nombreuse à Oswégo, descendre
le fleuve St.-Laurent en s'emparant de tous les postes français qu'il
trouverait sur son chemin, et se réunir aux deux autres corps devant
Montréal. Les Français n'ignoraient pas les préparatifs de leurs
ennemis, et le gouverneur ainsi que le général de Levis ne songeaient
qu'au moyen de les prévenir par une attaque subite contre le poste
central où ils avaient pris pied en Canada, à savoir Québec, pour être
prêts à donner la main aux secours qu'ils avaient demandés en France, et
de l'arrivée desquels avant ceux des Anglais, dépendait désormais le
salut du pays.

L'on avait d'abord résolu d'attaquer Québec dans l'hiver; mais il fallut
ajourner cette entreprise au printemps. Ce délai fut employé à
réorganiser l'armée, à ramasser des vivres et à préparer les
embarcations nécessaires pour descendre le fleuve à la débâcle des
glaces. Malgré les plus grands efforts, l'on ne put réunir un matériel
suffisant pour faire un siège. L'on manquait complètement de grosse
artillerie et il y avait peu de poudre. Cependant l'on ne désespérait
pas de réussir soit à la faveur d'une surprise, soit à l'aide des
secours attendus.

Afin d'empêcher l'ennemi de pénétrer le dessein que l'on avait formé, et
encore plus de soutenir le courage des habitans et de fatiguer la
garnison anglaise, l'on tint des partis dehors tout l'hiver.

Le général Murray ne négligeait rien de son côté pour se mettre en état
de repousser toutes les tentatives jusqu'à la campagne suivante. Il
était abondamment pourvu d'artillerie et de munitions de guerre et de
bouche, et commandait les meilleures troupes de l'Angleterre. Il ne fut
pas plutôt établi dans la ville qu'il adressa une proclamation aux
Canadiens pour leur représenter l'inutilité d'une plus longue,
résistance et tous les malheurs qui seraient la suite d'une opposition
devenue sans objet. Onze paroisses environnantes abandonnées de l'armée
française et dont la plupart des habitans, par l'incendie de leurs
maisons, s'étaient vu forcés de se réfugier dans les bois que l'hiver
allait rendre inhabitables, vinrent faire leur soumission et prêter le
serment de fidélité, à l'exemple des habitans de Miramichi, Richibouctou
et autres lieux du golfe St.-Laurent, qui, sur l'avis de leurs
missionnaires, avaient fait la leur au colonel Frye, commandant anglais
du fort Cumberland à Chignectou. Le général Murray avait porté ses
avant-postes à Lorette et à Ste.-Foy, à 2 ou 3 lieues de la ville, et la
guerre d'escarmouches ne discontinua presque point, malgré la rigueur de
la saison. La garnison fut sans cesse occupée soit à tirer du bois de
chauffage de la forêt du Cap-Rouge, soit à faire de petites expéditions,
soit enfin à travailler aux fortifications de la ville, qu'après des
travaux inouïs l'on mit en état de soutenir un siège, en achevant les
remparts et les couvrant de mortiers et de canons d'un gros calibre, et
en terminant les redoutes dont on a parlé et qui étaient au nombre de
huit. Tous ces travaux avaient été exécutés malgré les maladies qui
s'étaient mises dans les troupes, particulièrement le scorbut, et qui
enlevèrent du 24 décembre au 24 avril près de 500 hommes.[35]

[Note 35: C'est la différence qui se trouve dans le chiffre des soldats
entre ces deux époques d'après les ordonnances de paiement. 500
donneraient plus de 4 morts par jour, et Knox rapporte qu'au mois de
janvier, dans le temps de la plus grande mortalité, l'on en perdait 2 à
3 par jour. Le journal manuscrit du colonel Fraser dit qu'il en mourut
682 du 18 septembre au 25 avril. La mortalité avait bien diminué à cette
dernière date. Un Canadien avait enseigné qu'une infusion de branches de
pruche était un remède salutaire pour le scorbut, et en effet ce remède
avait eu les résultats les plus heureux.]

De leur côté les Français, outre les fatigues de cette petite guerre,
étaient assujettis aux privations de toute espèce qu'une disette
prolongée entraîne avec elle. Le général de Levis mit ses troupes en
quartier d'hiver chez les habitans dans les différentes paroisses des
gouvernemens des Trois-Rivières et de Montréal, faute de provisions pour
leur subsistance dans une seule localité, et il commença immédiatement
ses préparatifs pour l'entreprise qu'il méditait, une défense opiniâtre,
comme il le disait dans un mémoire qu'il présenta au gouverneur, ne
pouvant qu'être avantageuse à l'état en occupant les forces de l'ennemi
dans cette partie de l'Amérique, et honorable pour les armes françaises.

Afin de ranimer le courage de la population et l'engager à faire un
nouvel effort et de nouveaux sacrifices, on invoqua la voix de l'église,
qui ne devait pas rester sans écho chez un peuple profondément
religieux. L'évêque, M. Dubreuil de Pontbriand, donna à cet effet à
Montréal, où il s'était réfugié, un mandement au commencement de
l'hiver, dans lequel l'on trouve ces mots: «Vous n'oublierez pas dans
vos prières ceux qui se sont sacrifiés pour la défense de la patrie; le
nom de l'illustre Montcalm, celui de tant d'officiers respectables, ceux
du soldat et du milicien ne sortiront point de votre mémoire.... vous
prierez pour le repos de leurs âmes.» Il y a quelque chose de
singulièrement grave et solennel dans ces paroles auxquelles la religion
donne un si grand caractère. Cet appel aux prières des fidèles pour les
braves qui étaient morts, en combattant pour leur pays devait, au moment
où l'on parlait de reprendre les armes, remuer les fibres les plus
sensibles du coeur, et augmenter l'énergie des guerriers qui se
défendaient depuis si long-temps et avec tant d'obstination contre les
forces toujours croissantes de nos envahisseurs. Quant aux troupes
régulières elles-mêmes, si elles ne combattaient plus que pour l'honneur
leurs voeux pouvaient être encore remplis.

Après bien des efforts l'on réussit à ramasser assez de subsistances
pour nourrir l'armée encore quelque temps lorsqu'elle serait réunie. Au
mois d'avril elle se trouva prête à entrer en campagne, et l'on
n'attendait plus que la débâcle des glaces.

Les troupes de terre, surtout les grenadiers, avaient été recrutées à
même les deux bataillons de la colonie; elles formaient avec ceux-ci
3,600 hommes. Les milices appelées à prendre part à l'expédition
s'élevèrent à un peu plus de 3,000 fusils, y compris 270 sauvages. Cette
armée, composée de plus de moitié de Canadiens, parce qu'on en avait
fait entrer un grand nombre dans les régimens réguliers faute de recrues
européennes, n'atteignait pas encore 7,000 combattans.[36] C'est tout ce
que l'on pouvait approvisionner et réunir pour marcher sur Québec, les
habitans de cette partie, c'est-à-dire ceux qui n'avaient pas fait leur
soumission à l'ennemi, ne pouvant se joindre à eux qu'après
l'investissement de la place, et le reste de ceux de Montréal et des
Trois-Rivières étant nécessaire pour ensemencer les terres et pourvoir à
la défense des frontières du côté des lacs Champlain et Ontario.[37]

[Note 36: L'armée destinée à l'expédition de Québec était composée comme
suit:

+================+================+===========+=========+===========+=============+
| Brigades       | Régimens       | Officiers | Soldats | Miliciens | Total des   |
|                |                |           |         | et leurs  | combattants |
|                |                |           |         | officiers |             |
+----------------+----------------+-----------+---------+-----------+-------------+
| La Reine       | La reine       |    27     |   370   |    223    |       620   |
|                | Languedoc      |    14     |   280   |    285    |       579   |
| La Sarre       | La Sarre       |    24     |   339   |    230    |       593   |
|                | Béarn          |    24     |   371   |    221    |       616   |
| Rl. Roussillon | Rl. Roussillon |    24     |   305   |    279    |       608   |
|                | Guienne        |    22     |   320   |    261    |       603   |
| Berry          | 2 bataillons   |    51     |   727   |    519    |      1297   |
| La Marine      | 2 bataillons   |    80     |   898   |    246    |      1224   |
| Troupes hors   | Cavalerie      |     5     |     0   |    200    |       205   |
| de la ligne    | Sauvages       |     8     |     0   |    270    |       278   |
|                | Bataillon de   |           |         |           |             |
|                | milice de      |           |         |           |             |
|                | Montréal       |     0     |     0   |    287    |       287   |
|                +----------------+-----------+---------+-----------+-------------+
|                |         Totaux |   279     |  3610   |   3021    |      6910   |
+----------------+----------------+-----------+---------+-----------+-------------+

]

[Note 37: Extraits des instructions du gouverneur au chevalier de Levis:

«Nous avons, après bien des soins, réuni toutes les ressources de la
colonie en comestibles et munitions de guerre; les unes et les autres
sont très médiocres pour ne pas dire insuffisantes, aussi usons-nous de
tous les expédiens que notre zèle peut nous suggérer pour y suppléer...

«Nos forces consistent en environ 3,500 hommes de troupes, 3,000
miliciens des gouvernemens de Montréal et des Trois-Rivières et environ
400 sauvages de différentes nations.» «Nous comptons qu'indépendamment
des Acadiens, les habitans du gouvernement de Québec, ou du moins la
plus grande partie, se joindront à cette armée aussitôt que la place
sera investie. Nous écrivons pout cet effet à Mrs. les curés et
capitaines de milice....

«M. le chev. de Levis sait que nous ne pouvons pas lui donner une armée
plus considérable, les milices qui resteront dans les gouvernemens des
Trois-Rivières et Montréal étant indispensablement nécessaires pour
ensemencer les terres; il sait aussi que nous devons en même temps
pourvoir à la sûreté des frontières des lacs Champlain et
Ontario.»--_Document de Paris._]

Sans attendre que la navigation du fleuve fut complètement ouverte, le
général de Levis envoya, le 16 et le 17 avril, l'ordre aux troupes de
lever leurs quartiers d'hiver et de se mettre en marche, celles qui se
trouvaient les plus rapprochées de Québec par terre et les autres par
eau. Les champs étaient encore couverts de neige et les rives du
St.-Laurent bordées de glaces, le centre du fleuve charriant avec le
flux et le reflux de la marée celles qui étaient mobiles. Le général de
Levis rappela à sa petite armée que pour son honneur, la gloire des
armes et le salut du pays, elle devait chercher à réparer la perte de la
journée du 13 septembre, et se souvenir que c'étaient les mêmes ennemis
qu'elle avait eu à combattre à Oswégo, au fort George et à Carillon.
Elle s'ébranla le 20. La partie qui descendait par eau fut embarquée sur
les deux frégates qui escortaient les petits vaisseaux sur lesquels
étaient chargés l'artillerie, les vivres et les fascines: pour le siège.
Les glaces augmentant à mesure que l'on descendait, l'on fut obligé de
mettre les troupes à terre à la Pointe-aux-Trembles. Une partie
seulement de l'artillerie put atteindre St-Augustin et ensuite le
Foulon. La journée du 25 fut employée à réunir l'armée à la
Pointe-aux-Trembles, et l'avant-garde, sous les ordres du chef de
brigade Bourlamarque, se mit en mouvement dès le lendemain.

Le temps pressait. Le général de Levis voulait surprendre l'ennemi, et
ayant reconnu l'impossibilité de traverser la rivière du Cap-Rouge à son
embouchure, où la rive dut côté de Québec est très haute et très
escarpée et se trouvait en outre gardée, il résolut sur-le-champ de la
tourner et d'aller franchir ce cours d'eau à deux lieues plus haut, par
Lorette, à la peine d'avoir à déboucher par les marais de la Suède pour
gagner les hauteurs de Ste.-Foy.

Le chef de brigade Bourlamarque rétablit les ponts de cette rivière que
l'ennemi avait rompus à son approche, et poussa les troupes en avant,
faisant évacuer le poste que les Anglais avaient établi à l'ancienne
Lorette. Le général de Levis qui arriva dans ce moment, s'étant aperçu
qu'ils avaient négligé de rompre une chaussée de bois qui traversait une
partie des marais de la Suède, en fit occuper la tête aussitôt par les
sauvages. L'avant-garde atteignit ces marais à l'entrée de la nuit et
les traversa sans s'arrêter, malgré un orage de pluie et de tonnerre
inusité dans cette saison, et elle prit possession des maisons qui
étaient au-delà, n'étant plus séparée de l'ennemi que par un bois d'une
petite demi-lieue de profondeur. Au point du jour, le 26, elle passa le
bois et se présenta à la vue des Anglais, dont le général de Levis alla
reconnaître la position, tandis que le reste de ses troupes qui avait
marché pendant toute cette nuit orageuse pour ainsi dire à la clarté des
éclairs qui se succédaient sans cesse, traversait le marais et venait se
former derrière ce bois.

Cependant l'armée française n'avait pu se mettre en mouvement ni assez
secrètement, ni assez promptement pour surprendre l'ennemi dans Québec.
Tout l'hiver l'on avait répandu à dessein le bruit que l'on allait
descendre incessamment pour attaquer cette ville avec une armée de 12 à
15 mille hommes, et le général Murray, ne repoussant pas entièrement ces
rapports, se tenait prêt pour tous les événemens. Dans le mois d'avril
ces rapports prenant de la consistance, il crut devoir se débarrasser de
la population de la ville, qui aurait pu lui devenir à charge dans un
siége. En conséquence elle eut ordre, le 21, d'en sortir dans trois
jours avec les effets qu'elle pourrait emporter. Cet ordre qui jeta dans
le désespoir ces malheureux habitans qui avaient déjà vu leurs foyers
détruits par le bombardement, qui avaient perdu presque tout ce qu'ils
possédaient, fut exécuté le 24. Les soldats de la garnison
quoiqu'accoutumés à toutes les horreurs de la guerre, ne purent voir
sans être émus ces infortunés s'éloigner de leurs murailles suivis de
leurs femmes et de leurs enfans et ne sachant où aller chercher un gîte
dans un pays dévasté et réduit à la dernière misère. Le général Murray
fit ensuite rompre tous les ponts de la rivière du Cap-Rouge aisi qu'on
l'a rapporté ailleurs, et envoya des troupes pour observer les mouvemens
des Français s'ils se présentaient. Après ces mesures de précaution, il
attendit pour agir selon les circonstances. Ce sont ces troupes[38] que
le général de Levis voyait devant lui sur les hauteurs de Ste.-Foy.
Elles étaient au nombre de 2,500 (Mante) à 3,000 hommes avec quelques
pièces de canon, et s'étendaient depuis l'église de Ste.-Foy jusqu'à la
gauche de la route de la Suède, par où montaient les Français pour
déboucher sur le plateau.

[Note 38: Formées des 28e, 47e, 58e et 78e (Highlanders) régimens.]

Le bois d'où ceux-ci sortaient, pouvait être à 200 toises de la ligne
ennemie, et comme il était marécageux, l'on ne pouvait en déboucher que
par le grand chemin. En outre l'espace compris entre ce bois et les
Anglais n'était pas assez étendu pour leur permettre de se former et de
marcher à l'attaque sans s'exposer à un combat désavantageux. La
situation du général de Levis devenait donc très difficile, et si dans
ce moment toute l'armée anglaise se fût trouvée là pour défendre l'accès
du plateau, il se serait vu obligé probablement d'abandonner son
entreprise. Mais en voyant le danger il sut avec cette décision prompte
qui le caractérisait, trouver moyen de l'éviter et cacher son dessein à
l'ennemi. Aussitôt que le jour fut tombé, il fit défiler ses troupes par
sa droite le long de la lisière du bois jusqu'à ce qu'il eût dépassé le
front de l'ennemi et tourné son flanc gauche, espérant par cette
manoeuvre non seulement obtenir une position avantageuse, mais couper
encore le corps placé en observation à l'embouchure de la rivière du
Cap-Rouge; mais le mauvais temps et la difficulté de la marche dans
cette saison ne permirent point aux soldats, déjà très fatigués,
d'opérer ce mouvement avec toute la célérité désirable. Et le lendemain
matin le général Murray qui s'était transporté sur les lieux, eut le
temps de faire retirer ses troupes du Cap-Bouge; mais il ne put sauver
le matériel qu'il y avait dans ce poste avancé. En conséquence après une
fusillade et quelques coups de canon, il fit porter les vivres,
munitions, armes et outils qu'il y avait dans cet endroit dans l'église
de Ste.-Foy, y fit mettre le feu et opéra sa retraite vers la ville,
laissant aussi plusieurs pièces de campagne entre les mains des
Français, et le général de Levis maître d'un champ de bataille qu'il
aurait pu avoir beaucoup de peine à obtenir.

Les cavaliers français suivirent le mouvement rétrograde de Murray,
escarmouchant: avec son arrière-garde jusqu'au moulin de Dumont, situé
sur le chemin de Ste.-Foy à l'extrémité du champ de bataille du 13
septembre et à une demi-lieue des remparts de la ville, où il laissa un
gros détachement avec ordre de tenir ferme jusqu'à la nuit. Les troupes
françaises se logèrent dans les maisons depuis l'église de Ste.-Foy
jusqu'à ce moulin, occupant un espace de 5 quarts de lieue. Le temps
était toujours affreux, la pluie continuant à tomber par torrens, ce qui
retardait beaucoup la marche de l'armée.

Dans la nuit, les Anglais évacuèrent le moulin de Dumont et se
replièrent sur les buttes à Neveu à environ 250 toises des remparts de
Québec qu'elles masquaient, et commencèrent à s'y retrancher. Au point
du jour le général de Levis fit occuper le moulin qui venait d'être
abandonné et les plaines d'Abraham jusqu'au fleuve par son avant-garde,
afin de couvrir l'anse du Foulon, où les bâtimens chargés des vivres, de
l'artillerie et des bagages des troupes et qui n'avaient pas effectué
leur déchargement à St.-Augustin, avaient reçu ordre de descendre.
Pendant que l'on débarquerait ces effets le 28, l'armée devait se
reposer pour être en état d'attaquer les buttes à Neveu le lendemain et
de rejeter les Anglais dans la place.

Cependant Murray n'avait pas été plutôt rentré dans la ville qu'il avait
résolu, au lieu d'attendre les Français derrière ses murailles, de se
porter en avant avec toutes ses troupes dans l'intention, soit de leur
livrer bataille si l'occasion s'en présentait, soit de se fortifier sur
les buttes à Neveu s'ils paraissaient trop nombreux; car le rapport d'un
de leurs canonniers, tombé sur une glace flottante en débarquant, et
recueilli gelé et mourant par des soldats, ne lui permettait plus de
douter que toute l'armée dont il était menacé depuis si long-temps,
arrivait enfin. Il sortit donc de la ville le 28 au matin à la tête de
toute la garnison,[39] dont les troupes de ligne seules, quoique
réduites de 490 hommes par les maladies pendant l'hiver, comptaient
encore 7,714 baïonnettes non compris les officiers.[40] Il ne laissa
dans la place que les soldats nécessaires à sa garde et quelques
centaines de malades, plus de mille en convalescence étant venus au
premier bruit du combat reprendre volontairement leurs rangs sous les
drapeaux, et il s'avança ainsi avec à-peu-près 6 mille hommes et 22
bouches à feu sur deux colonnes.[41]

[Note 39: «On the 28th April, about 8 o'clock in the morning, the whole
garrison, exclusive of the guards... marched out of town with 20 pièces
of field artillery.»--_Manuscrit de Fraser._]

[Note 40: Suivant les ordonnances de paiement pour leur solde expirée le
24 avril, ou 4 jours avant la 2de bataille d'Abraham, ordonnances dont
voici une copie textuelle pour le 78e régiment (montagnards écossais):

By the Honble. James Murray, Esq., Governor of Québec, etc.

You are hereby required and directed out of such monies as shall come to
your hands for the subsistence of His Majesty's forces under my command,
to pay or cause to be paid to Lieut. James Henderson, Dy. Paymaster of
His Majesty's 78th Regt. of Foot or his assigns, the sum of two thousand
one hundred and sixty three pounds nineteen shillings and six pence
sterling, being for subsistence of said Regiment between the 24th day of
February and the 24th day of April 1760, both days inclusive, as p.
account annexed, and for so doing this with the acquittance of the said
Lieut. James Henderson or his assigns shall be to you a sufficient
warrant and discharge.

Given under my hand, at Québec, this 27th day of november 1760.

Signed Ja. Murray.
Counters. H. T. Cramahe.

To Robert Porter, Esq.,
Dy. Paymaster General.

56 Sergeants @ ls p. diem £2 16 0

56 Corporals @ 8d     «    1 17 4

28 Drumrs    @ 8d     «    0 18 8

1195 Private @ 6d     «   29 17 6

Total for one day         35  9 6

Total for 60 days      £2163 19 6

Signed Jas. Henderson,
Lt. and Dy. Paymaster 78th Régiment.
]

[Note 41: Smith dit que les Anglais étaient 3,000 et les Français
12,000. Il a pris cela probablement dans le Journal de Fraser que nous
avons cité quelquefois. Ce manuscrit est rempli d'erreurs et de
contradictions, et on ne doit s'en servir qu'avec beaucoup de réserve et
lorsqu'il s'accorde avec l'ensemble des faits ou les pièces
authentiques. Si le simple détachement anglais qui barra le chemin de la
Suède aux Français le 26 avril était, suivant Mante, de 2,500 hommes, il
faut bien avouer que toute l'armée, après avoir été rejointe encore par
mille invalides, comme le rapporte Fraser lui-même, devait dépasser
3,000 hommes; car autrement l'on n'aurait pas donné le nom de
détachement à ce qui aurait été l'armée entière. Au reste les états
officiels donnés plus haut sont concluans sur le point et s'accordent
avec le chiffre des troupes, anglaises à leur arrivée en Canada et celui
des pertes qu'elles avaient faites depuis.]

Le général de Levis qui s'était porté en avant de sa personne avec son
état-major pour reconnaître la position des Anglais sur les buttes à
Neveu, n'eut pas plutôt aperçu ce mouvement qu'il envoya l'ordre à ses
troupes de hâter leur marche pour se rendre sur les plaines d'Abraham.
Le général anglais, de son côté, voyant qu'il n'y avait que la tête de
l'armée française d'arrivée, et qu'elle ne paraissait pas s'attendre à
livrer bataille ce jour-là, décida de l'attaquer immédiatement pendant
qu'elle était encore dans le désordre de la marche; mais, il avait
affaire à un homme de tête et d'un sang-froid qu'il était fort difficile
de troubler. Il rangea ses troupes en bataille en avant des buttes à
Neveu, sa droite au coteau Ste.-Geneviève et sa gauche à la falaise qui
borde le St.-Laurent, sa ligne occupant un petit quart de lieu de
développement. Quatre régimens, sous les ordres du colonel Burton,
formaient la droite à cheval sur le chemin de Ste.-Foy; quatre autres
avec les montagnards écossais, sous les ordres du colonel Fraser,
formaient la gauche à cheval sur le chemin de St.-Louis. Deux bataillons
étaient placés en réserve. Outre ces deux bataillons le flanc droit de
l'armée était couvert par un corps d'infanterie légère sous les ordres
du major Dalling; et le flanc gauche par la compagnie des rangers du
capitaine Huzzen et cent volontaires conduits par le capitaine
Macdonald. Le général Murray donna ensuite l'ordre de marcher en avant.
Il n'y avait encore que l'avant-garde française d'arrivée composée de 10
compagnies de grenadiers; elle était rangée en bataille, occupant sur la
droite une redoute élevée par les Anglais l'année précédente à l'est de
la côte du Foulon, et sur la gauche le moulin de Dumont, la maison, la
tannerie et les autres bâtimens qui l'environnaient, situés à 300 toises
en arrière de la ligne occupée par l'ennemi à la première bataille
d'Abraham, et couvrant le chemin de Ste.-Foy. Le reste de l'armée avait
précipité le pas se resserrant en avançant, et les trois brigades de la
droite étaient déjà formées lorsque les Anglais commencèrent l'attaque
avec une grande vivacité, la mitraille de leur nombreuse artillerie
faisant de terribles ravages dans les rangs des Français, qui n'avaient
encore que leurs petites armes pour y répondre.

Le général Murray sentant l'importance de s'emparer du moulin de Dumont
qui couvrait l'issue par laquelle les Français venant par la chaussée de
Ste.-Foy, entraient sur le champ de bataille, le fit attaquer par des
forces supérieures. Il espérait qu'en écrasant les 5 compagnies de
grenadiers qui le défendaient, il pourrait tomber ensuite au milieu de
l'armée française, refouler devant lui les bataillons qui étaient encore
en marche et couper l'aile droite engagée sur le chemin de St.-Louis.

Le général de Levis, prévenant son dessein, fit retirer sa droite à
l'entrée du bois qui était derrière elle, et abandonner le moulin de
Dumont par les grenadiers, qui se replièrent afin d'abréger la distance
à parcourir par les brigades arrivantes. Mais leur ardeur ne lui permit
pas d'exécuter ce mouvement complètement. Le chef de brigade
Bourlamarque, chargé du commandement de la gauche, fut dans ce moment
grièvement blessé par un coup de canon qui tua son cheval, et les
troupes restèrent quelque temps sans recevoir d'ordre. Les brigades de
la gauche qui arrivaient, voyant les grenadiers engagés dans un combat
furieux et inégal, prirent d'elles-mêmes le parti d'aller les soutenir.
L'ennemi porta sur ce point une grande partie de ses forces et presque
toute son artillerie; le canon et les obusiers tirant à boulet et à
mitraille, labouraient l'espace qu'occupait cette aile, qui s'ébranla
sous le feu le plus meurtrier. Les grenadiers remarchèrent en avant,
reprirent le moulin après une lutte opiniâtre et s'y maintinrent. Ces
braves soldats, commandés par le capitaine d'Aiguebelles, périrent
presque tous dans cette journée, où les Français n'avaient que les trois
petites pièces de canon qui avaient pu passer le marais de la Suède à
opposer aux 22 bouches à feu de l'ennemi.

Pendant que ces événemens se passaient à la gauche, le général de Levis
faisait reprendre par les troupes de la droite la redoute qu'ils avaient
abandonnée lorsqu'il les avait fait replier. Les Canadiens de la brigade
de la Reine qui occupaient cette redoute et le petit bois de pins sur le
bord du cap, avaient repris leur terrain et chargé ensuite le flanc
gauche des ennemis avec succès, appuyés par M. de St.-Luc, qui n'avait
pu se faire suivre que par quelques sauvages. Bientôt le combat ne fut
pas moins violent dans cette partie de la ligne qu'à la gauche. Toutes
les troupes étaient enfin arrivées, et le feu était des plus vifs des
deux côtés. L'on voyait les milices canadiennes charger leurs armes
couchées, se relever après les décharges de l'artillerie ennemie et se
précipiter en avant pour fusiller les canonniers sur leurs pièces. La
milice de Montréal combattait avec un courage admirable, surtout le
bataillon commandé par le brave colonel Rhéaume, qui fut tué. M. de
Repentigny qui commandait cette brigade occupait le centre de la ligne
française; il arrêta les ennemis qui la chargeaient et les força à
reprendre leur première position; elle repoussa aussi à deux reprises
différentes, deux corps qui se détachèrent de leur aile droite pour la
déposter, et ralentit par sa fermeté et la vivacité de son feu leur
poursuite contre les grenadiers de la gauche, et ensuite, en les
couvrant, facilita à ceux-ci les moyens de remarcher en avant; enfin,
cette brigade fut la seule qui maintint toujours son terrain pendant
cette lutte acharnée.

Le général de Levis voyait des hauteurs du centre ce qui se passait sur
les deux ailes. L'attaque qui avait mis les Anglais momentanément en
possession des positions occupées par son avant-garde au commencement de
la bataille, avait été repoussée, et les Français avaient regagné leur
terrain. Ainsi le mouvement offensif du général Murray par sa droite sur
le chemin de Ste.-Foy se trouvait échoué; et sa gauche qu'il avait
affaiblie pour porter de plus grandes forces sur sa droite, n'était pas
encore renforcée. Le général de Levis remarquant cela, résolut
sur-le-champ d'en profiter. Il alla ordonner aux brigades de la droite
d'aborder l'ennemi à la bayonnette, et de tâcher de le repousser du
chemin St.-Louis sur celui de Ste.-Foy, afin de rejeter ensuite l'armée
anglaise en bas du coteau Ste.-Geneviève et de lui couper la retraite
sur la ville. Le colonel Poularier, à la tête de la brigade
Royal-Roussillon, aborda la gauche des Anglais et la traversant de part
en part, la mit complètement en fuite. Dans le même temps les troupes
légères de leur droite étaient aussi mises en déroute, et les fuyards,
se jetant en avant et en arrière de leur centre, interrompirent quelque
temps son feu. Le général de Levis profitant de ce désordre fit charger
sa gauche, qui enfonça à son tour la droite de l'ennemi, la poussa de
front devant elle, et la mit dans une déroute complète.

Alors l'on se mit partout à la poursuite; mais le peu de distance qu'il
y avait entre le champ de bataille et la ville, et la fuite précipitée
des Anglais empêchèrent de les rejeter sur la rivière St.-Charles. Le
général de Levis aurait pu exécuter son dessein malgré cela, peut-être,
sans un ordre mal rendu par un officier qu'il chargea d'aller dire à la
brigade de la Reine de soutenir la charge de celle de Royal-Roussillon à
la droite, et qui, au lieu de faire ce mouvement, alla se placer
derrière l'aile gauche. Sans cette erreur les ennemis auraient été
enveloppés par leur gauche et vraisemblablement on leur aurait coupé la
retraite sur la ville.

Quoiqu'il en soit, ils laissèrent entre les mains des vainqueurs toute
leur artillerie, leurs munitions, les outils qu'ils avaient apportés
pour se retrancher et une partie de leurs blessés. Leurs pertes avaient
été énormes: près du quart de leurs soldats avait été tué ou blessé. Si
les Français n'avaient pas été si fatigués, et, s'ils eussent pu, en les
poursuivant toujours avec vigueur, attaquer la ville avant de donner le
temps aux vaincus de se reconnaître, elle serait probablement retombée
sous la domination de ses anciens maîtres. (Knox); car telle était la
confusion qu'ils oublièrent de garnir les remparts, que les sentinelles
abandonnèrent leurs postes, et que les portes même restèrent quelque
temps ouvertes. Mais il était impossible d'exiger des vainqueurs plus
qu'ils n'avaient fait. Leurs pertes aussi étaient immenses, ayant été
obligés de se former sous le feu et de rester longtemps dans l'inaction;
elles égalaient celles des ennemis qu'ils n'excédaient pas en nombre sur
le-champ de bataille, en conséquence: des détachemens qu'il avait fallu
laisser pour la garde de l'artillerie et des bateaux, et pour celle du
pont de la rivière Jacques Cartier, position importante sur la ligne de
retraite, en cas d'échec. Ils comptaient cent quatre officiers tués ou
blessés, dont près de moitié Canadiens, parmi lesquels se trouvaient 1
chef de brigade, 6 commandant de bataillon et le commandant des
sauvages, chiffre qui aurait dépassé les proportions ordinaires, surtout
parmi les réguliers comparativement aux simples soldats, si les
compagnies, quoique réduites à une trentaine d'hommes, n'avaient pas
conservé toujours le même nombre d'officiers.

Les sauvages qui, sauf quelques-uns, n'avaient pris ainsi que la
cavalerie aucune part à l'action, et s'étaient tenus dans le bois en
arrière, se répandirent sur le champ de bataille pendant que les
Français étaient à la poursuite des fuyards, et assommèrent quantité de
blessés anglais, dont l'on trouva ensuite les chevelures étendues sur
des buissons voisins. Mais aussitôt que le général de Levis fut informé
de ces massacres, il prit les mesures les plus vigoureuses pour arrêter
les barbares, et ils disparurent aussi rapidement qu'ils étaient venus.
Le reste des blessés ennemis, au nombre desquels se trouvaient quantité
d'officiers, fut ramassé et traité avec la même attention que les
blesses français. Le lieu où l'on s'était battu présentait un spectacle
repoussant. Trois mille hommes avaient été atteints par le feu dans un
espace fort resserré. L'eau et la neige qui couvraient le sol étaient
roupies de sang, que la terre gelée ne pouvait boire, et ces malheureux
nageaient dans ces mares livides où l'on s'enfonçait en bien des
endroits jusqu'à mi-jambe.

Après l'action, qui avait duré trois heures, les vainqueurs occupèrent
les buttes à Neveu, et établirent leur camp dans ces mêmes plaines où
ils venaient de laver si glorieusement la honte de la défaite qu'ils y
avaient essuyée l'année précédente, plaines célèbres illustrées deux
fois par le courage des meilleurs soldats qu'aient jamais eus la France
et l'Angleterre.

Dès le lendemain les travaux du siège furent commencés. Il fut décidé de
couronner, par une parallèle, les hauteurs en face des trois bastions
supérieurs de la ville, et d'y élever des batteries en attendant
l'arrivée de la grosse artillerie et de la poudre que l'on avait
demandées de France. M. Dupont-Leroy, ingénieur en chef, fut chargé de
la direction du siège. Quatre batteries furent successivement établies
sur ces buttes, outre une cinquième qu'on plaça sur la rive gauche de la
rivière St-Charles pour prendre le rempart à revers. Les quatre
premières coûtèrent beaucoup de travail, parce que cheminant sur le roc
vif, il fallait apporter la terre d'une grande distance dans des sacs
pour former leurs épaulemens ainsi que ceux des parallèles. Ce ne fut
que le 11 mai qu'elles purent ouvrir leur feu; mais l'éloignement et la
faiblesse des pièces laissaient peu d'espoir de faire brèche si le
revêtement du rempart avait quelque solidité. D'ailleurs le feu de la
place était bien supérieur.

En se renfermant dans Québec, qu'il avait mis à l'abri d'un coup de
main, le général Murray résolut d'opposer la plus vigoureuse défense en
attendant l'arrivée de la flotte anglaise, vers laquelle il expédia en
toute hâte un vaisseau pour l'informer de l'arrivée des Français, et il
adressa ces paroles à ses troupes: «Si la journée du 28 avril a été
malheureuse pour les armes britanniques, les affaires ne sont pas assez
désespérées pour oter tout espoir. Je connais par expérience la bravoure
des soldats que je commande, et je suis convaincu qu'ils feront tous
leurs efforts pour regagner ce qu'ils ont perdu. Une flotte est attendue
et des renforts nous arrivent. J'invite les officiers et les soldats à
supporter leurs fatigues avec patience, et je les supplie de s'exposer
de bon coeur à tous les périls; c'est un devoir qu'ils doivent à leur
roi et à leur pays, et qu'ils se doivent aussi à eux-mêmes.»

Il fit ensuite continuer sans relâche les travaux pour augmenter les
fortifications de la ville du côté de la campagne; il fit ouvrir de
nouvelles embrasures dans les remparts derrière lesquels campa son
armée, et sur lesquels, après que l'on en eût renforcé le parapet élevé
dans l'hiver par un remblai de fascines et de terre, furent montées près
de 140 pièces de canon, la plupart d'un gros calibre, et prises des
batteries du côté du port devenues inutiles. Les projectiles de cette
ligne de feu formidable labouraient partout les environs du camp
français jusqu'à deux milles de distance. Les assiégeans n'avaient pour
y répondre que 15 bouches à feu, avec lesquelles ils avaient dû
commencer le siège et qui ne furent en état de tirer, comme on l'a dit,
que le 11 mai. La plus grande partie, d'un très petit calibre, fut hors
de service en très peu de temps, et bientôt encore le manque de
munitions obligea de ne tirer que 20 coups par pièce dans les 24 heures.
Tout ce qu'ils pouvaient faire, c'était de garder leurs lignes en
attendant les secours d'Europe. Mais le délai qui s'écoulait faisait
craindre chaque jour davantage pour leur sûreté. De leur côté les
assiégés, malgré leurs remparts et leur nombreuse artillerie,
n'attendaient de salut que de l'arrivée de la flotte anglaise. Ainsi de
part et d'autre la croyance générale était que la ville appartiendrait
au drapeau qui paraîtrait le premier dans le port. Les circonstances
étaient telles pour nous, dit Knox, que si la flotte française fût
entrée la première dans le fleuve la place serait retombée au pouvoir de
ses anciens maîtres. Aussi tout le monde, assiégés et assiégeans,
avait-il les yeux tournés vers le bas du fleuve, d'où chacun espérait
voir venir son salut. La puissance sur terre dans cette contrée
lointaine se trouvant ainsi en équilibre, celui qui possédait le sceptre
des mers devait, en le déposant dans le plateau, faire pencher la
balance de son côté, et les vastes contrées de la Nouvelle-France
devenaient son glorieux partage.

Dès le 9 mai une frégate anglaise était entrée dans le port. Telle était
l'anxiété de la garnison que «nous restâmes, dit l'écrivain que nous
venons de citer, quelque temps en suspens, n'ayant pas assez d'yeux pour
la regarder; mais nous fûmes bientôt convaincus qu'elle était
britannique, quoiqu'il y eût des gens parmi nous qui, ayant leurs motifs
pour paraître sages, cherchaient à tempérer notre joie en soutenant
obstinément qu'elle était française. Mais le vaisseau ayant salué la
place de 21 coups de canon et mis son canot à l'eau, tous les doutes
disparurent. L'on ne peut exprimer l'allégresse dont fut transportée la
garnison. Officiers et soldats montèrent sur les remparts faisant face
aux Français, et poussèrent pendant plus d'une heure des hourras
continuels, en élevant leurs chapeaux en l'air. La ville, le camp
ennemi, le port et les campagnes voisines, à plusieurs milles de
distance, retentirent de nos cris et du roulement de nos batteries; car
le soldat, dans le délire de sa joie, ne se lassa point de tirer pendant
un temps considérable; enfin, il est impossible de se faire une idée de
la satisfaction que nous éprouvions, si l'on n'a pas souffert les
extrémités d'un siège, et si l'on n'a pas été destinés avec de braves
amis et compatriotes à une mort cruelle.» Si la joie était sans borne
parmi les assiégés, l'événement qui la causait devait, au contraire,
remplir les assiégeans de désappointement et de regrets. Néanmoins comme
la frégate anglaise qui venait d'arriver pouvait être un vaisseau isolé,
ils ne cessèrent point d'espérer que les secours qu'ils attendaient se
présenteraient avant ceux de l'ennemi. Ce n'est que deux jours après que
leurs batteries ouvrirent leur feu contre la ville. Mais, le 15, deux
autres vaisseaux de guerre anglais étant encore entrés dans la rade, le
général de Levis dut perdre alors toute espérance; il décida en
conséquence de lever le siège immédiatement, craignant d'être coupé dans
sa retraite et de perdre ses magasins, parce que les ennemis se
trouvaient alors plus forts sur le fleuve, où les Français n'avaient
plus pour vaisseaux de haut bord que deux frégates dépourvues
d'artillerie et d'équipage. Ces deux frégates et d'autres bâtimens plus
petits reçurent ordre de remonter le fleuve; mais cet ordre leur parvint
trop tard: ils furent dispersés, pris ou forcés de s'échouer après avoir
opposé toute la résistance dont ils étaient susceptibles. M. de
Vauquelin, commandant de cette petite flottille, fut pris les armes à la
main et couvert d'honorables blessures, après deux heures de combat
qu'il soutint vis-à-vis de la Pointe-aux-Trembles contre plusieurs
frégates, et dans lequel presque tous ses officiers furent tués ou
blessés ainsi qu'une grande partie du faible équipage de l'Atalante, à
bord de laquelle il avait arboré son pavillon, qu'il ne voulut point
amener.

L'armée assiégeante décampa dans la nuit du 16 au 17 mai, après avoir
jeté en bas de la falaise du Foulon une partie de l'artillerie de siège
qu'elle ne pouvait emporter. Elle ne fut point poursuivie dans sa
retraite. Ainsi finit cette courte mais audacieuse campagne, qui,
proportionnellement au nombre des combattans, avait coûté tant de sang
et tant de travaux, et qui avait achevé d'épuiser les magasins de
l'armée. L'on peut dire que de ce moment la cause française fut
définitivement perdue; perdue non par le défaut de résolution et de
persévérance comme le prouvaient la longueur et les victoires de cette
guerre, mais par l'abandon absolu de la métropole.

Le général de Levis ne pouvant plus, faute de vivres, tenir ses troupes
réunies, les dispersa dans les campagnes pour les faire subsister. Il
laissa seulement 1,500 hommes de la Pointe-aux-Trembles à Jacques
Cartier, sous les ordres de M. Dumas, pour observer la garnison de
Québec. Telle était la situation du Canada du côté de la mer à la fin de
juin.

A l'autre extrémité rien d'important ne s'était encore passé. Dès le
commencement d'avril, M. de Bougainville était allé à l'île aux Noix
prendre le commandement de la frontière du lac Champlain; et le
capitaine Pouchot, fait prisonnier à Niagara et qui venait d'être
échangé, avait remplacé au fort de Levis, bâti dans une île un peu
au-dessous de la Présentation (Ogdensburgh), à la tête des rapides du
St.-Laurent, M. Desandrouins appelé à prendre part comme officier du
génie à l'expédition de Québec. Après la levée du siège de cette ville,
500 hommes furent envoyés sur la frontière du lac Champlain, et un
pareil nombre à la tête des rapides du St.-Laurent aux ordres du
chevalier de la Corne. A cette époque, les forces qui gardaient le
territoire qui restait encore aux Français, étaient réparties comme
suit: 8 à 900 hommes défendaient la tête des rapides; 1,200 hommes la
frontière du lac Champlain, et 1,500 surveillaient la garnison de
Québec. Le reste des Canadiens, tout étant désormais perdu, avait repris
tristement le chemin de leurs foyers pour y disputer avec le soldat
mourant de faim quelques lambeaux de nourriture (Levis au ministre).
Décimés, ruinés par cette longue guerre, ils venaient de voir s'éclipser
le dernier rayon d'espérance qui leur restait en apprenant que non
seulement il ne leur arriverait aucun secours de France, mais que le
trésor du royaume était incapable pour le moment de payer les avances
qu'ils avaient faites au gouvernement, et qu'il était en conséquence
forcé de suspendre le paiement des lettres de change tirées par le
Canada. Le gouverneur et l'intendant les informèrent de cette résolution
par une circulaire, où ils les assuraient que les lettres de change
tirées en 1757 et 58 seraient payées 3 mois après la paix avec intérêt,
celles tirées en 59 dans les 18 mois, et que les billets de caisse ou
ordonnances seraient acquittés aussitôt que les circonstances le
permettraient. Cette nouvelle fut comme un coup de foudre pour ces
malheureux, à qui l'on devait plus de 40,000,000 de francs; il y en
avait à peine un qui n'était pas créancier de l'état. «Le papier qui
nous reste, écrivit le général de Levis au ministre, est entièrement
décrédité, et tous les habitans sont dans le désespoir. _Ils ont tout
sacrifié pour la conservation du Canada_. Ils se trouvent actuellement
ruinés, sans ressources; nous ne négligeons rien pour rétablir la
confiance.» C'est dans cette lettre que le général français informe le
ministre qu'il est hors d'état de tenir la campagne, que vivres et
munitions, tout manque, et que les bataillons réguliers n'ayant plus
assez d'officiers et de vieux soldats, ne composaient plus qu'environ
3,100 combattans, y compris 900 soldats de la colonie.

Le général de Levis alla visiter la frontière du lac Champlain qu'il fit
renforcer d'un nouveau bataillon, et parcourut le pays profitant de la
confiance que lui témoignaient les habitans pour ranimer leur zèle et
leur courage, pour calmer leurs alarmes sur le papier du gouvernement,
et enfin pour les engager à fournir dès vivres. Au reste il n'y avait
plus de poudre que pour un combat, et les ennemie; étaient, en campagne
avec trois armées nombreuses marchant sur Montréal, suivant le plan dont
l'on a parlé au commencement de ce chapitre. L'une venait de Québec, la
seconde du lac Champlain et la troisième d'Oswégo au pied du lac
Ontario.

La première qui se mit en mouvement fut celle du général Murray.
L'arrivée des trois vaisseaux anglais pendant que les Français faisaient
le siège de leur capitale perdue, fut suivie le 18 mai de celle de la
flotte de lord Golville, ce qui porta les forces navales anglaises
devant cette ville à 6 vaisseaux de ligne et & frégates ou sloops de
guerre; mais les renforts de soldats attendus n'arrivèrent que dans le
mois de juillet sous les ordres de lord Rollo. Le 14 de ce mois le
général Murray, laissant des forces considérables à Québec, s'embarqua
avec une partie de ses troupes sur une escadrille de 32 voiles et 2 à 3
cents berges avec 9 batteries flottantes, et commença à remonter le
St.-Laurent, laissant derrière lui le fort Jacques Cartier, défendu par
le marquis d'Albergotti avec 200 hommes, et qui se rendit dans le mois
de septembre au colonel Fraser, qui venait pour l'attaquer avec 1000
hommes; A Sorel, Murray fut rejoint par lord Rollo et deux régimens.
Dans les derniers jours d'août il n'était encore rendu qu'à Varennes,
où, plus circonspect que jamais depuis la journée du 28 avril, il
résolut d'attendre l'arrivée du général Amherst et du chef de brigade
Haviland, ayant appris que le général de Levis avait réuni les
détachemens qui s'étaient repliés depuis Jacques Cartier pour ne pas
être débordés, et épiait l'occasion d'attaquer les Anglais séparément
s'il pouvait le faire avec avantage. En montant il avait eu quelques
escarmouches, reçu la soumission de quelques paroisses, et en avait
brûlé d'autres comme Sorel, où il y avait un petit camp retranché qu'il
n'avait pas jugé à propos d'attaquer. A Varennes, il fit publier qu'il
brûlerait les villages qui ne rendraient pas les armes, et que les
Canadiens qui étaient entrés dans les bataillons réguliers subiraient le
sort des troupes françaises et seraient transportés en France. Les
armées du général Amherst et du brigadier Haviland approchaient alors de
Montréal. Cette menace eut l'effet, désiré, et 400 hommes de la seule
paroisse de Boucherville vinrent prêter le serment de fidélité et rendre
leurs armes. De toutes parts les malheureux habitans offraient leur
soumission, et les réguliers, laissés sans pain, réduits au désespoir,
désertaient en grand nombre. Le 7 septembre l'armée d'Haviland fit son
apparition, et le peu d'Indiens qui tenaient encore pour les Français
les abandonnèrent tout-à-fait.

Le chef de brigade Haviland était parti: le 11 août du fort Si-Frédéric,
sur le lac Champlain, avec environ 3,000 hommes. Le colonel Bougainville
s'était retiré devant lui à mesure qu'il avançait, abandonnant
successivement l'île aux Noix, St.-Jean et les autres petits postes, de
manière que les ennemis atteignirent Longueuil sans coup férir et purent
donner la main aux troupes du général Murray.

La principale armée était celle d'Amherst. Ce général arriva de
Schenectady à Oswégo, le 9 juillet, avec une partie de ses forces, et
fut bientôt rejoint par son arrière-garde aux ordres du chef de brigade
Gage. Cette armée, consistant en 11,000 hommes dont 700 Indiens,
s'embarqua du 7 au 10 août pour descendre le fleuve St.-Laurent, et
arriva devant le fort de Levis, qui fut investi complètement le 20. Le
commandant Pouchot, abandonné des sauvages, et n'ayant que 200 hommes
avec lui, le gros des Français de ce côté étant aux Cèdres sous les
ordres du chevalier de la Corne, soutint néanmoins un siège de 6 jours;
et ce n'est qu'après avoir repoussé un assaut, vu ses retranchemens
renversés, ses batteries ruinées, tous ses officiers et le tiers de la
garnison tués ou blessés, qu'il voulut bien se rendre, ayant eu
l'honneur d'arrêter, avec 200 hommes, une armée de 11,000 pendant 12
jours.

Le général Amherst se remit en route le 31 août. La descente des rapides
était une opération dangereuse, mais cette voie avait été choisie afin
de couper toute issue aux Français, qui avaient parlé de retraiter,
s'ils étaient forcés, de Montréal au Détroit et du Détroit à la
Louisiane. Il perdit dans les rapides des Cèdres 64 berges et 88 hommes,
et parvint, le chevalier de la Corne reculant devant lui, sans autre
accident le 6 septembre à la Chine, où il débarqua à 4 lieues de
Montréal, dont il investit le côté du couchant dès le soir même. Il
avait reçu en descendant la soumission des populations qui se trouvaient
sur son passage. Les deux autres armées qui l'attendaient, investirent
la ville du côté opposé le 8, et formaient réunies à la première plus de
17,000 hommes munis d'une artillerie formidable.

Montréal, bâti du côté sud de l'île de ce nom, entre une montagne et le
St.-Laurent, était entouré d'un simple mur de 2 à 3 pieds d'épaisseur
construit pour en imposer aux Indiens, et capable seulement de résister
aux flèches et aux petites armes. Ce mur, protégé par un fossé, était
garni de 6 à 7 petites pièces de canon. Une batterie, d'un même nombre
de pièces rongées par la rouille, couronnait une petite éminence dans
l'enceinte, de la ville. Telles étaient les fortifications qui
couvraient les divers débris de l'armée française que le gouverneur y
avait fait concentrer, formant avec les habitans qui étaient restés
environ 3,000 hommes, sans compter 600 soldats placés dans l'île
Ste.-Hélène vis-à-vis de la ville. On n'avait plus de vivres que pour 15
jours.

--Dans la nuit du 6 au 7 septembre M. de Vaudreuil assembla un conseil
de guerre, où l'intendant, M. Bigot, lut un mémoire sur l'état de la
colonie et un projet de capitulation. Tout le monde fut d'avis qu'il
convenait de préférer une capitulation avantageuse aux peuples et
honorable aux troupes à une défense qui ne pouvait retarder que de
quelques jours la perte du pays; et le matin le colonel Bougainville fut
chargé d'aller proposer aux ennemis une suspension d'armes d'un mois.
Cette demande ayant été refusée, il retourna offrir la capitulation dont
l'on vient de parler et qui se composait de 55 articles. Le général
Amherst accorda presque tout ce que l'on demandait excepté la neutralité
perpétuelle des Canadiens et les honneurs de la guerre pour les troupes.
Ce dernier refus blessa profondément le général de Levis, qui voulut se
retirer dans l'île Ste.-Hélène pour s'y défendre jusqu'à la dernière
extrémité, et qui ne posa les armes que sur un ordre impératif du
gouverneur. La capitulation fut lignée le 8 septembre.

Par cet acte célèbre, le Canada passa définitivement au pouvoir de
l'Angleterre. Le libre exercice de la religion catholique fut garanti
aux Canadiens. Les séminaires et les communautés religieuses de femmes
furent maintenus dans la possession de leurs biens, constitutions et
privilèges; mais le même avantage fut refusé aux Jésuites, aux
Franciscains et aux Sulpiciens jusqu'à ce que le roi de la
Grande-Bretagne eût fait connaître ses intentions à leur égard. La même
réserve fut faite pour les dîmes; et quant aux lois, usages et coutumes
du pays, il fut répondu que les Canadiens seraient sujets du roi,
paroles--qui avaient un sens beaucoup plus étendu que ce peuple ne se
l'imaginait alors, et que son ignorance des institutions représentatives
de l'Angleterre lui fit négliger d'invoquer pour entrer en possession
des droits dont il n'avait pas encore joui, à savoir: la votation des
impôts, la participation à la confection des lois et le jugement par
jury. Il en fut de même du 37e article de la capitulation inséré pour
tranquilliser les fortunes particulières, mais dans lequel les seigneurs
eurent l'adresse de faire confirmer la conservation de leurs droits
féodaux, nobles et non nobles; du moins ces droits paraissent
sauvegardés par les termes dans lesquels il est couché.

Les Anglais prirent possession de Montréal le jour même de la
capitulation. Le gouverneur, M. de Vaudreuil, le général de Levis, les
troupes, les officiers de l'administration civile ou militaire
s'embarquèrent ensuite pour la France, après que l'ordre eût été expédié
à M. de Bellestre, commandant du Détroit, où étaient établies 3 ou 4
cents familles canadiennes, et aux autres chefs des postes des contrées
occidentales, de les remettre au major Rogers, fameux partisan, ou aux
officiers députés par lui. Il repassa ainsi en Europe environ 185
officiers, 2,400 artilleurs ou soldats de terre et de la colonie y
compris les blessés et les invalides, et un peu plus de 500 matelots,
domestiques, femmes et enfants; le reste, 5 à 600 soldats qui s'étaient
mariés en Canada ou y avaient pris des terres, ayant abandonné les
drapeaux pour ne pas quitter l'Amérique. Ces chiffres prouvent à la fois
les cruels ravages de cette guerre, la faiblesse des secours envoyés par
la métropole et l'immense supériorité numérique du vainqueur. Les
citoyens les plus marquans et les plus éclairés abandonnèrent aussi le
pays. L'on encouragea leur émigration ainsi que celle des officiers
canadiens dont on désirait se débarrasser, et qui furent sollicités
vivement de passer en France. Le Canada perdit par cet exil volontaire
une population précieuse par l'expérience, par les lumières et par la
connaissance des affaires publiques et commerciales.

Ainsi au commencement de 1761, la domination de la France avait cessé
dans toute l'étendue du Canada découvert, fondé et établi sous sa
protection, après avoir duré un siècle et demi. En quittant cette
contrée, M. de Vaudreuil rendit cet hommage à ses habitans dans une
lettre aux ministres de Louis XV: «Avec ce beau et vaste pays, la France
perd 70,000 âmes dont l'espèce est d'autant plus rare que jamais peuples
n'ont été aussi dociles, aussi braves et aussi attachés à leur prince.
Les vexations qu'ils ont éprouvées depuis plusieurs années, et
particulièrement depuis les cinq dernières avant la reddition de Québec,
sans murmurer ni oser faire parvenir leurs justes plaintes au pied du
trône, prouvent assez leur docilité.»

Quant aux troupes, la simple exposition de ce qu'elles ont fait suffit
pour faire leur éloge. Jamais là France n'a eu de soldats plus
intrépides, plus dévoués et plus patiens. Dix faibles bataillons,
obligés le plus souvent de se recruter dans le pays même faute de
secours d'Europe, eurent à lutter constamment contre dix fois ce nombre
de troupes régulières que les ennemis amenèrent au combat, et à défendre
un pays qui s'étendait depuis l'Acadie jusqu'au lac Erié. Bien peu de
ces braves gens revirent leur patrie, où leur dernier général rendit
pleine justice à leur mérite. «Ils ont fait des prodiges de valeur,
écrivit-il au ministre, ils ont donné, comme les habitans eux-mêmes, des
preuves réitérées, surtout le 28 avril, que la conservation du Canada ne
pouvait dépendre ni de leur zèle, ni de leur courage; et c'est une suite
des malheurs et de la fatalité auxquels depuis quelque temps ce pays
était en butte, que les secours envoyés de France ne soient pas arrivés
dans le moment critique. Quelques médiocres qu'ils fussent, joints au
dernier succès, ils auraient détermine là reprise de Québec.» C'est dans
cette dépêche qu'il observait que le gouverneur avait mis en usage,
jusqu'au dernier moment, toutes les ressources dont la prudence et
l'expérience humaine pouvaient être capables.

Ce général, en rentrant en, France, passa à l'armée d'Allemagne, où il
assista à la bataille de Johannesberg, gagnée en 1762 par le prince de
Condé sur le fameux Guillaume de Brunswick. Après la guerre, il fut
nommé au gouvernement de la province d'Artois, créé maréchal de France
en 1783, et duc l'année suivante. Il mourut trois ans après, à Arras, où
il s'était rendu pour tenir les états de cette province, qui lui
décernèrent de magnifiques, obsèques et lui firent ériger un monument
dans, la cathédrale de la ville. M. de Bourlamarque mourut en 64,
gouverneur de la Guadeloupe. Quant au colonel de Bougainville, chacun
sait qu'il prit une part glorieuse, comme officier supérieur, aux
campagnes de la marine française dans la guerre de la révolution
américaine, et qu'il s'est illustré par son voyage autour du monde et
ses découvertes géographiques.

La nouvelle de la soumission de la totalité du Canada fut accueillie en
Angleterre avec les mêmes démonstrations de joie que celle de la
reddition de Québec, et le roi donna des gratifications aux officiers
qui apportèrent les dépêches confirmant cet heureux événement. En
France, le gouvernement s'attendait depuis long-temps à ce résultat,
puisqu'il avait envoyé des instructions pour obtenir les conditions les
plus avantageuses en faveur des malheureux colons, premières victimes de
ce grand désastre national. Mais la masse de la nation, qui ignorait à
quel état de faiblesse était réduit tout le système colonial, fut
vivement émue de la perte de leur plus belle et de leur plus ancienne
colonie; elle se sentit la rougeur au front et le remords au coeur en
voyant passer sous le joug étranger 70,000 de ses enfans, parlant la
même langue, vivant sous les mêmes lois qu'elle, et qui s'étaient
sacrifiés inutilement depuis sept ans pour éviter une destinée qu'un
meilleur gouvernement eût conjurée; elle se contint néanmoins aux yeux
de l'univers; elle chercha un prétexte pour voiler sa défaite, et le
gouvernement, comme il faisait dans le même temps pour les Indes en
sacrifiant M. de Lally, lui jeta encore pour la satisfaire de nouvelles
victimes dans la personne, de fonctionnaires innocens ou d'obscurs
prévaricateurs. La plupart des administrateurs du Canada, en débarquant
en France, furent livrés à la vindicte publique, et traînés devant une
commission judiciaire du Châtelet de Paris.

L'intendant Bigot, comme chef de l'administration des finances et des
subsistances des armées, fut celui qui éprouva le premier la colère
vraie ou simulée du ministère, mais qui était pourtant bien fondée. Un
cri universel s'était élevé contre lui parmi ceux qui s'intéressaient
aux possessions d'outre-mer; tous les Canadiens, disait-on, sont prêts à
déposer des malversations qui s'étaient commises. Lorsque Bigot se
présenta à Versailles, M. Berryer l'accueillit par des paroles de
disgrâces et de reproches. «C'est vous, lui dit-il, qui avez perdu la
colonie. Vous y avez fait des dépenses énormes; vous vous êtes permis le
commerce; votre fortune est immense... votre administration a été
infidèle, elle est coupable.» L'intendant essaya vainement de se
justifier. Disgracié, il se relira à Bordeaux, où, ayant appris quelques
mois après qu'il était question de l'arrêter, il revint à Paris pour
tâcher de conjurer l'orage; mais toutes les issues du pouvoir lui furent
fermées, et quatre jours après, le 17 novembre 1761, il fut jeté à la
Bastille où il resta onze mois entiers sans communiquer avec personne.
En même temps, 20 autres prévenus, à titre de complices, subirent le
même sort, et plus de 30 furent décrétés de prise de corps comme
contumaces. Le conseil d'état ordonna au Châtelet d'instruire leur
procès criminellement, à eux et à leurs adhérans.

Le gouverneur lui-même, M. de Vaudreuil, n'échappa pas à la disgrâce de
la Bastille, disgrâce qu'il dut peut-être autant aux insinuations des
anciens partisans du général Montcalm qu'à celles plus perfides encore
de Bigot. La procédure de la part du ministère public fut conduite avec
la plus grande activité, et dura depuis le mois de décembre 61 jusqu'à
la fin de mars 63. Les accusés obtinrent en octobre 62 des conseils pour
préparer leurs défenses. Le marquis de Vaudreuil avait gouverné le
Canada durant l'époque la plus difficile de son histoire, et il avait
mis en usage jusqu'au dernier moment toutes les ressources dont la
prudence et l'expérience humaines, peuvent être capables.[42] Il venait
pauvre dans la métropole après avoir servi le roi cinquante-six ans,
dont une partie comme gouverneur des Trois-Rivières et de la Louisiane.
Il avait acquis des plantations dans cette dernière province, qu'il fut
obligé de vendre pour soutenir la dignité de son rang en Canada. Il
avait même sacrifié, comme Montcalm et le général de Levis, ses
appointemens pour subvenir aux besoins publics à la fin de la guerre.
Ainsi toute sa fortune, en entrant en France, comme il le disait
lui-même, consistait dans l'espérance des bienfaits du roi. Aussi sa
défense fut-elle calme et pleine de dignité. Il ne fit que repousser les
insinuations des vrais coupables, et dédaignant de se justifier
lui-même, il éleva la voix en faveur des officiers canadiens que Bigot
avait accusés. «Elevé en Canada, il les connaissait, dit-il, et il
soutenait qu'ils étaient presque tous d'une probité aussi éprouvée que
leur valeur. En général les Canadiens semblent être nés soldats; une
éducation mâle et toute militaire les endurcit de bonne heure à la
fatigue et au danger. Le détail de leurs expéditions, de leurs voyages,
de leurs entreprises, de leurs négociations avec les naturels du pays,
offrirait des miracles de courage, d'activité, de patience dans la
disette, de sang-froid dans le péril, de docilité aux ordres des
généraux, qui ont coûté la vie à plusieurs sans jamais ralentir le zèle
des autres. Ces commandans intrépides, avec une poignée de Canadiens et
quelques guerriers sauvages, ont soin eut déconcerté les projets, ruiné
les préparatifs, ravagé les provinces et battu les troupes des Anglais
huit à dix fois plus nombreuses que leurs détachemens. Ces talens,
ajoutait-il, étaient précieux dans un pays dont les frontières étaient
si vastes,» et il termina en déclarant «qu'il manquerait à ce qu'il
devait à ces généreux guerriers, à l'état et à lui-même, s'il ne
publiait leurs services, leurs talens et leur innocence.» L'on peut dire
aussi, en confirmation de ces paroles, que tous les officiers canadiens
de l'ordre militaire qui restèrent dans le pays après la capitulation,
se trouvèrent beaucoup plus pauvres qu'avant la guerre, et que dans ceux
de l'ordre civil, on n'en remarqua point qui se fussent enrichis, à
l'exception du contumace Deschenaux, secrétaire de l'intendant, fils,
dit-on, d'un navigateur des Trois-Rivières nommé Brassard, et de
quelques spéculateurs obscurs qui lui servaient d'instrumens, dont la
fortune, acquise au milieu des désastres et de la ruine publique, a
attaché à leurs noms une flétrissure ineffaçable. Enfin, le président de
la commission, assisté de 25 conseillers au Châtelet, rendit, le 10
décembre 1763, son arrêt contre les accusés. Le marquis de Vaudreuil,
qui mourut l'année suivante moins des suites de l'age que des chagrins
que lui causa l'ingratitude du gouvernement, fut déchargé de
l'accusation avec cinq autres. Bigot fut banni à perpétuité du royaume,
et ses biens furent confisqués. Le reste des accusés fut condamné à des
bannissemens, des confiscations ou restitutions plus ou moins
considérables, s'élevant en totalité à 11 millions 400 mille francs, ou
enfin leur jugement fut remis jusqu'à plus ample informé.

[Note 42: Lettre de l'évêque de Québec au ministre.]

Il est indubitable que de grandes dilapidations avaient eu lieu; mais
elles ont été beaucoup exagérées; et si l'on compare les dépenses du
Canada à celles des colonies anglaises dans cette guerre, l'on se
convaincra de la vérité de cette observation. La levée et l'entretien de
7,000 hommes coûtèrent au Massachusetts, eu 1758, 180,000 louis
sterling, outre 30,000 louis pour la défense de la frontière, ou en tout
5,250,000 francs environ. Dès la première année de la guerre, le Canada
eut une armée aussi nombreuse à nourrir, sans compter une partie des
Acadiens. Cette armée, sans augmenter beaucoup jusqu'en 1759, eut à
faire face aux forces bien supérieures de l'ennemi, et à se transporter
continuellement à de grandes distances pour le repousser sur différens
points d'une frontière qui s'étendait du golfe St.-Laurent au
Mississipi. Les frais de transport, dans l'état où étaient alors les
communications, devaient être énormes. Bientôt aussi la disette des
vivres et des marchandises, causée d'une part par la suprématie de
l'ennemi sur les mers, qui interrompait les communications de la France
avec le Canada, et de l'autre par l'abandon dans lequel resta une partie
des terres par suite de l'enlèvement des habitans pour le service
militaire, vint décupler les dépenses en conséquence de la hausse
exorbitante des prix 4e toutes choses. Aussi ces dépenses
montèrent-elles fort rapidement. De 1,700,000 livres qu'elles étaient en
1749, comme on l'a rapporté ailleurs, elles s'élevèrent en 1750 à
2,100,000 fr., en 1751 à 2,700,000 fr., en 1752 à 4,900,000 fr., en 1753
à 5,300,000 fr., en 1754 à 4,450,000 fr., en 1755 à 6,100,000 fr., en
1756 à 11,300,000 fr. en 1757 à 19,250,000 fr., en 1758 à 27,000,00 fr.,
en 1759 à 26,000,000 fr., et pour les huit premiers mois de 1760 à
13,500,000; en tout, plus de 123 millions.

De cette somme il restait dû par l'état, 80 millions, dont 41 millions
aux Canadiens, à savoir: 34 millions en ordonnances et 7 millions en
lettres de change. La créance des Canadiens, immense pour le pays, fut
presqu'entièrement perdue pour eux. Des marchands et des officiers de
l'armée anglaise achetèrent à vil prix une partie de ces papiers, en
revendirent une portion à des facteurs français sur la place de Londres
pour de l'argent comptant, et, ayant ensuite, par leur influence auprès
de leur gouvernement, fait stipuler au traité de 1763 un dédommagement
de 3 millions 600 mille francs pour la réduction opérée par la France de
la moitié sur les lettres de change et des trois quarts sur les
ordonnances, réduction qui avait eu l'effet de faire perdre d'un seul
coup 29 millions aux Canadiens sur leurs dettes, ces marchands et
officiers furent les seuls qui retirèrent quelques profits de ce
dédommagement. Le papier dont les Canadiens étaient encore nantis resta
long-temps sans valeur; enfin en 1765, ils furent invités à en faire la
déclaration à des commissaires préposés à cet effet et à en laisser des
bordereaux entre leurs mains pour être envoyés en Angleterre.[43] 1,639
dépôts de bordereaux furent faits, se montant à une somme considérable;
mais, livrée à l'agiotage, cette somme fut presque toute absorbée par
des spéculateurs pour des valeurs presque nominales. En mars 1766, une
nouvelle convention fut signée entre les agens de France et d'Angleterre
pour liquider ee qui restait du papier du Canada, et il fut arrêté qu'il
serait soldé en reconnaissances ou contrats de rente à 4½ pour cent
d'intérêt, lesquels suivraient, pour le remboursement, le sort des
autres dettes de l'état. De tout cela l'on peut conclure, premièrement,
que la guerre du Canada n'occasionna pas cet épuisement de la France
auquel ses ministres ont bien voulu attribuer la plupart de ses
malheurs, comme moyen de justification sans doute, puisqu'une très
petite partie de la dépense fut payée pendant qu'elle avait encore les
armes à la main; et en second lieu, que l'accusation portée contre les
fonctionnaires de la colonie aait pour objet principalement de faire
retomber sur eux et non sur les ministres, véritables auteurs des
désastres, la responsabilité des événemens et la haine de la nation.

[Note 43: Récapitulation générale des bordereaux: Registre déposé aux
archives provinciales à Québec.]

Cependant, depuis 1758 surtout, la fortune semblait vouloir accabler la
France. Elle n'éprouvait que des revers sur terre et sur mer dans toutes
les parties du monde. Le trésor étant vide et des négociations ayant été
tentées inutilement avec l'Angleterre, le duc de Choiseul, qui venait
d'être nommé ministre de la guerre et exerçait réellement les pouvoirs
de premier ministre, entraîna l'Espagne dans la guerre par le traité de
1761, connu sous le nom de _pacte de famille_; mais les désastres
militaires et les malheurs publics ne cessèrent pas pour cela de
s'accroître; l'Espagne perdit Cuba, Manille, douze vaisseaux de ligne et
cent millions de prises; pour la France il lui restait à peine une
colonie, et elle n'avait rien gagné en Europe. Enfin, grâce à la
médiation de la Sardaigne, aux dispositions pacifiques de lord Bute qui
était parvenu à éloigner M. Pitt d'un cabinet qu'il ne gouvernait plus,
et peut-être aussi à la diversion sur le Portugal, allié de
l'Angleterre, et que l'Espagne et la France attaquèrent dans la vue d'en
faire un objet de compensation, les préliminaires de la paix furent
signés à Fontainebleau le 3 novembre 1762 entre les cours de France,
d'Espagne et d'Angleterre, et la paix définitive à Paris entre ces trois
nations et Portugal le 10 février suivant. La France céda entre autres
territoires à la Grande-Bretagne le Canada et toutes les îles du golfe
St.-Laurent, excepté les îles St.-Pierre et de Miquelon réservées pour
l'usage de ses pêcheurs, et à l'Espagne la Louisiane en échange de la
Floride et de la baie de Pensacola qu'elle abandonnait aux Anglais, le
Mississipi devant former la limite entre les deux nations. La seule
autre stipulation qui regarde le Canada fut celle par laquelle
l'Angleterre déclara que les Canadiens jouiraient du libre exercice de
leur religion. Le silence fut gardé sur l'article de leurs lois, attendu
probablement qu'en devenant sujets anglais, ils devenaient participant
du pouvoir législatif, tandis que le catholicisme, frappé alors de
réprobation par la constitution de l'état, avait besoin d'une
stipulation expresse pour devenir un droit.

La Louisiane, qui subissait le sort du Canada, n'avait pas été conquise.
Elle avait joui même d'assez de tranquillité pendant tout le temps de la
guerre. Depuis 1731, où nous avons laissé l'histoire de cette contrée,
dans le volume précédent, elle avait commencé à prospérer. La guerre
avec les Natchés qui avait achevé d'épuiser la compagnie des Indes créée
en 1723, la força enfin de remettre, en 1731, la Louisiane au roi, qui y
rendit le commerce libre. Ce beau pays, jouissant de plus de liberté,
vit la population, les établissemens, le commerce augmenter d'abord
lentement et ensuite avec plus de rapidité. C'est alors que l'esprit de
changement vint encore planer sur cette province à peine habitée, et qui
avait subi déjà tant de révolutions dans son administration. Le
gouvernement français voulut réaliser le vieux projet formé dans le
siècle précédent, alors que l'on connaissait à peine les vallées du
Mississipi et des lacs du St.-Laurent, d'unir le Canada et la Louisiane
pour fermer aux Anglais les régions mystérieuses de l'Ouest, et les
tenir toujours sur les bords de la mer atlantique. Mais les
impossibilités physiques, les vastes contrées désertes et sauvages qui
séparaient ces deux pays, sans compter leur étendue immense, rendirent
ce projet inexécutable. Après la paix de 1748 la France sembla s'occuper
encore une fois sérieusement de la colonisation de cette contrée.
Quoique ses mesures ne fussent pas toujours heureuses, et malgré les
fausses notions de la plupart des administrateurs qu'on y envoyait
d'Europe en matière de gouvernement colonial, et les désordres
qu'apportaient dans le commerce et les finances, des émissions
imprudentes d'ordonnances et de papier-monnaie qui tombaient bientôt
dans l'agiotage et le discrédit, la Louisiane faisait des progrès assez
rapides à la faveur de la paix qui y régnait. Mais le calme dont elle
jouissait n'était qu'un repos trompeur. Au moment où elle croyait avoir
atteint le plus haut degré de prospérité auquel elle fut parvenue depuis
sa fondation, elle se vit tout-à-coup frappée des plus grands malheurs
qui puissent accabler un peuple, la sujétion étrangère et le partage de
son territoire entre différentes nations.[44]

[Note 44: La Nouvelle-Orléans, quoique située sur la rive gauche du
Mississipi, fut attachée jusqu'au lac Pontchartrain au territoire cédé à
l'Espagne.]

Lorsque le gouverneur de cette fertile contrée, M. d'Abadie, reçut de
Louis XV, en 64, l'ordre, de communiquer le traité de Paris aux colons,
il en fut si affligé qu'il mourut de chagrin. Son successeur, M. Aubry,
dut accomplir cette triste mission; mais il laissa s'écouler du temps.
Les Louisianais consternés firent des représentations en France dans les
termes les plus pressans et les plus pathétiques; et lorsque les
espagnols se présentèrent, en 68, avec leur chef, Don Antonio d'Ulloa,
homme sage et modéré, pour prendre possession du pays, ils les forcèrent
de se rembarquer, prétendant que l'on n'avait pas droit de le céder
sans-leur consentement, et que d'ailleurs ils n'avaient aucun titre de
leur cour. Louis XV dut alors les faire informer que la cession était
irrévocable, et l'année suivante le gouvernement espagnol envoya le
général O'Reilly avec, 3,000 hommes pour forcer les colons à se
soumettre. Ils voulurent s'opposer à son débarquement, mais les
magistrats réussirent à les appaiser et le procureur-général Lafrenière,
descendant canadien, alla le recevoir et l'assurer de la soumission des
habitans. O'Reilly montra d'abord beaucoup de bonté, maintint les
anciennes lois et entraîna la multitude par sa générosité. Mais ces
apparences de justice n'avaient pour but que de mieux cacher ses
desseins ou les instructions de sa cour. Il fallut enfin lever le
masque, et il voulut changer les lois qu'il avait paru d'abord
respecter, et bouleverser toute l'administration intérieures Lafrenière
et les tribunaux firent des représentations très vives contre ces
changemens. O'Reilly profita de cette opposition pour commettre, dit
Barbé-Marbois, des «actes de violence et de férocité qu'il confondait
avec ceux d'une sage fermeté.» Il convoqua douze députés du peuple pour
fixer le code de lois. Ces délégués se réunirent chez lui; et
l'attendaient pour commencer leurs délibérations, lorsque les portes de
la salle où ils étaient s'ouvrirent tout-à-coup, et O'Reilly parut à la
tête d'une troupe de soldats qui se saisirent des députés, les
chargèrent de chaînes et les jetèrent dans les cachots. Six d'entre eux
furent fusillés par ordre de ce gouverneur dissimulé et sanguinaire.
Lafrenière, avant de subir son supplice, protesta de son innocence, et
encouragea ses compatriotes à mourir avec fermeté. Il chargea Noyan
d'envoyer son écharpe à sa femme pour la remettre à son fils quand il
aurait vingt ans, et commanda lui-même le feu aux soldats, abandonnant à
ses remords le perfide Espagnol qui leur avait tendu un piège pour les
perdre. Les six autres furent envoyés dans les donjons de Cuba.

Tel est l'événement tragique qui marqua le passage de la Louisiane de la
domination nationale à une domination étrangère. Il ne resta plus rien à
la France dans l'Amérique du nord que quelques rochers nuageux et
stériles répandus sur les bords de la mer pour ses pêcheurs de
Terreneuve, derniers débris d'un empire écroulé, qui surnageaient sur
les flots d'une mer déjà fatiguée du joug de l'Europe.

«Depuis le traité de Bretigny, la France, observe Sismondi, n'avait
point conclu de paix aussi humiliante que celle qu'elle venait de signer
à Paris, pour terminer la guerre de Sept ans. Aujourd'hui que nous
connaissons mieux les vastes et riches pays qu'elle venait d'abandonner
en Amérique, que nous y voyans naître et grandir des nations puissantes,
que ses enfans qui se sont maintenus et qui ont prospéré à Québec, à
Montréal et à la Nouvelle-Orléans, attestent l'importance des colonies
auxquelles elle renonçait, cet abandon d'un pays appelé à de si hautes
destinées paraît plus désastreux encore. Toutefois ce n'est point une
raison pour blâmer les ministres qui négocièrent ou qui signèrent la
paix de 1768 Elle était sage, elle était nécessaire, elle était aussi
avantageuse que les circonstances pouvaient le permettre. Les Français
n'avaient réussi dans rien de ce qu'ils s'étaient proposé par la guerre
de Sept ans; ils avaient éprouvé les plus sanglantes défaites et s'ils
s'obstinaient à la guerre, ils avaient tout lieu de s'attendre à des
revers plus accablans encore; jamais leurs généraux n'avaient paru plus
universellement dépourvus de talens; jamais leurs soldats, toujours
également braves, n'avaient été plus pauvres, plus mal tenus, plus
souffrans, n'avaient eu moins de confiance en leurs chefs, et, en raison
de leur mauvaise discipline, moins de confiance en eux-mêmes; jamais la
France n'avait inspiré moins de crainte à ses ennemis. En implorant
l'assistance de l'Espagne, elle n'avait fait que l'entraîner dans sa
ruine et une campagne de plus pouvait faire perdre à son alliée ses plus
importantes colonies.

«Quelque désastreuse que fut la paix, on n'entrevoit point dans les
mémoires du temps, que la France se sentit humiliée; Bachaumont semble
n'y voir autre chose que le sujet qu'elle fournit aux poètes pour des
vers de félicitation et des divertissemens pour les théâtres. A chaque
page on sent, en lisant ses mémoires, à quel point la France était
devenue indifférente à sa politique, à sa puissance, à sa gloire. Ceux
même qui prenaient plus d'intérêt aux affaires publiques, oubliaient les
Français du Canada et de la Louisiane qui multipliaient en silence dans
les bois, qui s'associaient avec les sauvages, mais qui ne fournissaient
ni impôts au fisc, ni soldats aux armées, ni marchandises coloniales au
commerce. Les petits établissemens pour la pêche de la morue, à
Saint-Pierre et à Miquelon, les petites îles de Grenade, de
Saint-Vincent, de la Dominique, de Tobago, cédées à l'Angleterre,
paraissaient aux yeux des armateurs de Saint-Malo, de Nantes et de
Bordeaux, beaucoup plus importantes que tout le autres et toute
l'Acadie.

«D'ailleurs, la nation s'était accoutumée à se séparer toujours de plus
en plus de son gouvernement, en raison même de ce que ses écrivains
avaient commencé à aborder les études politiques. C'était l'époque ou la
secte des économistes se donnait le plus de mouvement, depuis que le
marquis de Mirabeau avait publié, en 1755, son _Ami des hommes;_ la
secte des encyclopédistes se montrait plus puissante encore, et la
publication de son immense ouvrage était devenue une affaire d'état;
enfin J. J. Rousseau, qui déjà, en 1753, avait touché aux bases mêmes de
la société humaine dans son _Discours sur l'origine de l'inégalité parmi
les hommes_, publiait alors l'_Emile et le Contrat social;_ tous les
esprits étaient en mouvement sur les plus hautes questions de
l'organisation publique, mais les Français n'avaient pu s'en occuper
sans être frappés de la déraison, de l'absurdité de leur propre
administration dans toutes ses parties; de l'exclusion donnée au
tiers-état à tous les grades de l'armée, qui ôtait aux soldats toute
émulation; des fardeaux accablans de la taille et de la corvée qui
ruinaient les campagnes et empêchaient tout progrès de l'agriculture; de
la tyrannie des intendans et des subdélégués dans les provinces; de la
cruauté de la justice criminelle, procédant par le secret et la torture,
et se terminant par des supplices atroces, souvent non mérités; du
désordre enfin et de la confusion des finances, où personne ne pouvait
plus se reconnaître. C'est ainsi que tous les Français capables de
réfléchir et de sentir, tous ceux qui formaient l'opinion publique
s'étaient accoutumés à se nourrir de l'espérance d'une réforme
fondamentale; ils prenaient pour la France l'honneur de ses nobles
inspirations, et ils laissaient à son gouvernement, ou plutôt au roi
toute la honte de ses revers, conséquence inévitable des fautes dont
elle avait à gémir, des vices de l'homme insouciant, sans honneur et
sans désir du bien qui ne régnait que pour satisfaire à ses appétits
grossiers et ceux de ses maîtresses.»[45]--(_Sismondi: Histoire des
Français._)

[Note 45: «On ne peut qu'être frappé ici, écrivait le 21 février 1765 le
ministre anglais à Paris, du désordre visible des affaires publiques et
du déclin de l'autorité royale.»--_Raumer, Bertraye, etc._]



                                LIVRE XI.



                               CHAPITRE I.

                 DESPOTISME MILITAIRE.--ABOLITION ET
                  RÉTABLISSEMENT DES ANCIENNES LOIS.

                               1763-1774.


Cessation des hostilités; les Canadiens rentrent dans leurs
foyers.--Régime militaire et loi martiale--Cession du Canada à
l'Angleterre.--Emigration de Canadiens en France.--Les lois françaises
sont abolies et la religion catholique est seulement tolérée.--Le
général Murray remplace le général Amherst.--Etablissement d'un conseil
exécutif, législatif et judiciaire.--Division du Canada en deux
districts, et introduction des lois anglaises.--Murmure des
habitans.--Les colons anglais demandent une chambre élective dont les
Canadiens seraient exclus, et accusent de tyrannie le général Murray,
qui repasse en Europe.--Soulèvement des Indiens occidentaux.--Le général
Carleton gouverneur.--Il change le conseil.--Le peuple continue son
opposition aux lois nouvelles.--Remontrances.--Rapports de MM. Yorke, de
Grey, Marriott, Wedderburn et Thurlow, officiers de la couronne, sur les
griefs des Canadiens.--Rétablissement des lois françaises.--Nouvelle
demande d'un, gouvernement représentatif avec l'exclusion des
catholiques,--Pétitions des Canadiens et des Anglais.--Le conseil
législatif de 74 est établi.


Les Canadiens qui n'avaient pas quitté l'armée après le siège de Québec,
l'abandonnèrent après la capitulation de Montréal, et la paix la plus
profonde régna bientôt dans tout le pays. L'on ne se serait pas aperçu
que l'on sortait d'une guerre sanglante, si tant de parties du Canada
n'eussent porté des marques de ravages et de ruines, surtout le
gouvernement de Québec occupé pendant deux ans par des armées hostiles,
où la ville, assiégée deux fois avait été bombardée et réduite en
cendres, et les environs avaient servi de théâtre à trois batailles. Les
habitans ruinés, mais fiers d'avoir rempli leur devoir jusqu'au dernier
moment envers leur patrie, ne songèrent plus qu'à se renfermer dans
leurs terres pour réparer leurs pertes; et, s'isolant autant que
possible du nouveau gouvernement, ils parurent vouloir, à la faveur de
leur régime paroissial, se livrer exclusivement à l'agriculture.

Les vainqueurs, après avoir achevé leur précieuse conquête, s'occupèrent
des moyens de la conserver. Le général Amherst fit d'abord le choix des
troupes qui devaient rester pour la garde du pays, et envoya le reste en
Europe ou dans les anciennes colonies anglaises. Le Canada fut traité
comme une nation barbare sans gouvernement régulier et sans lois. Il fut
divisé en trois départemens correspondant aux trois divisions du régime
français et reçut une administration purement militaire. Le général
Murray fut placé à la tête de celui de Québec, et le général Gage de
celui de Montréal Le gouvernement des Trois-Rivières échut au colonel
Burton. Ces trois chefs paraissent avoir été indépendans l'un de
l'autre. Le général Amherst se réserva pour lui-même le titre de
gouverneur-général, et après, avoir donné ses instructions aux
gouverneurs particuliers pour la réorganisation du pays suivant le
régime qu'on voulait y établir, il partit pour Mew-York.

Ceux-ci commencèrent immédiatement l'oeuvre de cette réorganisation;
mais chacun d'eux procéda différemment. Le général Murray établit un
conseil ou tribunal militaire composé de 7 officiers de l'armée siégeant
deux fois par semaine pour la décision des affaires civiles ou
criminelles les plus, importantes; et pour les autres il se les réserva
à lui-même pour les juger sans appel. Il tenait pour cela cour ouverte
en son hôtel une fois par semaine, son secrétaire faisant les fonctions
de greffier. La connaissance des affaires de police dans les campagnes
fut abandonnée aux commandans des localités. Le général Gage sembla
vouloir adoucir un peu ce système arbitraire. Il autorisa les capitaines
de paroisse à terminer les différends qui pourraient survenir entre
leurs concitoyens, avec la réserve du droit d'appel au commandant
militaire du lieu ou à lui-même; mais, à la lin de l'année suivante, il
crut devoir faire des modifications. Il divisa son gouvernement en 5
arrondissemens, et établit une chambre de justice à la Longue-Pointe à
Longueuil, à St.-Antoine, à la Pointe-aux-Trembles et à La Valtrie qui
en étaient les chefs-lieux. Ces cours, composées au plus de 7 et au
moins de 5 officiers de milice, tenaient audience tous les quinze jours,
et relevaient, selon la localité, de l'un des trois conseils militaires
établis à Montréal, Varennes et St.-Sulpice, et formés d'officiers de
l'armée régulière. De toutes ces cours il y avait appel au gouverneur,
par qui, du reste, les sentences en matières criminelles devaient être
confirmées et pouvaient être changées ou remises totalement. Les
Canadiens, au moyen de leurs officiers de milice, se trouvèrent ainsi
avoir part à l'administration de la justice dans le gouvernement de
Montréal. Mais dans celui de Québec, ils n'y participèrent que par deux
hommes de loi tirés de leur sein, qui furent nommés procureurs-généraux
et commissaires auprès du tribunal militaire établi dans la capitale,
l'un pour les habitans de la rive gauche, et l'autre pour ceux de la
rive droite du St.-Laurent, et par le greffier de cette cour supérieure.
Aux Trois-Rivières, le même système à-peu-près fut adopté.

Tel fut le régime militaire établi en Canada immédiatement après la
cessation des hostilités, en violation directe des capitulations, qui
garantissaient aux Canadiens les droits de sujets anglais, droits par
lesquels les lois ne pouvaient être changées, ni leurs personnes
soustraites à leurs juges naturels sans leur consentement. Ainsi,
lorsqu'ils comptaient jouir d'un gouvernement légal à l'ombre de la
paix, ils virent leurs tribunaux abolis, leurs juges repoussés, leurs
lois méconnues ou mises en oubli et tout leur ancien régime social
entièrement bouleversé pour faire place à la plus abjecte tyrannie,
celle de l'état de siège et des cours martiales. Rien ne contribua plus
à isoler le gouvernement de la population que cette conduite répudiée
depuis long-temps du droit public et de l'usage des nations. Ne
connaissant ni la langue, ni les coutumes, ni, le caractère du peuple
conquérant, les Canadiens fuirent les juges éperonnés qui s'élevaient au
milieu d'eux sans même offrir le gage de la science pour les
recommander; et sans se plaindre, car ils étaient peu accoutumés à
solliciter, ils arrangeaient leurs différends ensemble ou à l'aide des
notables du lieu et du curé, dont l'influence augmenta par-là même dans
chaque paroisse. Par un heureux effet des circonstances le peuple et le
clergé se trouvèrent unis d'intérêt et de sentiment et sous le règne de
l'épée l'expression de la morale évangélique devint la loi de cette
population fermement unie par l'instinct de sa conservation.

Cette organisation militaire qui témoigne de la crainte qu'avait
inspirée la longue et glorieuse résistance du Canada, fut approuvée par
la nouvelle métropole, à condition cependant qu'elle ne subsisterait que
jusqu'au rétablissement de la paix; et qu'alors, si le pays lui restait,
un gouvernement civil régulier serait établi. L'on demeura ainsi quatre
ans sous la loi martiale. Cette époque est connue dans nos annales sous
le nom de _Règne militaire._

Cependant les Canadiens persistaient toujours à croire, parce qu'ils le
désiraient sans doute, que la France ne voudrait pas les abandonner, et
qu'elle se ferait rendre la colonie à la paix. Chaque moment ils en
attendaient l'heureuse nouvelle avec une espérance toujours aussi vive;
mais ils furent trompés dans ce plus cher de leurs voeux. Le traité de
1763, en assurant la possession du Canada à la Grande-Bretagne,
détermina une nouvelle émigration. Les marchands, les hommes de loi, les
anciens fonctionnaires, enfin la plupart des familles notables du pays
passèrent en France, après avoir vendu ou même abandonné des biens qui
sont encore aujourd'hui un objet de litige entre leurs descendans. Il ne
reste dans les villes que quelques pares employés subalternes, quelques
artisans, à peine un marchands et les corps religieux. Cette émigration
ne s'étendit point aux campagnes où le sol attachait les habitans.

La France, en voyant débarquer sur ses bords les émigrans canadiens, fut
touchée de leur dévoûment, et ce fut pour elle un titre suffisant pour
les prendre sous sa protection. Elle les favorisa, les accueillit dans
les administrations, dans la marine et dans les armées, et elle
récompensa leur zèle et leur courage par de hauts grades. Ainsi
plusieurs furent nommés au gouvernement de ses possessions lointaines.
M. de Repentigny, fait marquis et plus tard brigadier des armées, fut
gouverneur du Sénégal sur les côtes d'Afrique et de Mahé dans les Indes
orientales, où il mourut en 1776. M. Dumas, qui avait remplacé M. de
Beaujeu dans le commandement des Canadiens à la bataille de la
Monongahéla, eut le gouvernement des îles de France et de Bourbon. Un M.
de Beaujeu qui s'était déjà distingué en plusieurs rencontres,
accompagna Lapeyrouse comme aide-major-général à la complète des
établissemens de la baie d'Hudson en 1782, et fut ensuite un des 80
gentilshommes qui défendirent si héroïquement la redoute de Bethune
contre les républicains français en 1793. On peut mentionner aussi le
marquis de Villeray, capitaine dans les gardes du corps, et M. Juchereau
(Duchesnay), lieutenant-colonel d'artillerie et commandant de la place
de Charleville, où il fut tué dans une sédition populaire en 1792.
D'autres servirent avec distinction dans la marine, comme M. Legardeur,
comte de Tilly, MM. Pellegrin, de l'Echelle, La Corne, compagnon d'armes
et ami du fameux bailli de Suffren, etc., lesquels commandèrent
dignement des vaisseaux de la France et acquirent un nom considéré dans
sa marine. Le comte de Vaudreuil y obtint le grade d'amiral dans la
guerre de la révolution américaine, pendant laquelle il détruisit les
établissemens anglais du Sénégal et rendit cette colonie à sa patrie.
Jacques Bedout, natif de Québec, parvint à celui de contre-amiral. Il
était capitaine de vaisseau quand, par le combat sous l'île de Croix
(1796), il mérita cet éloge de Fox dans la chambre des communes: «Le
capitaine du Tigre, combattant pour l'honneur de sa patrie, a rivalisé
en mépris pour la mort, avec les héros de la Grèce et de Rome: il a été
fait prisonnier, mais couvert de gloire et de blessures.[46] Le général
(de) Léry, officier avant 1789, et qui a fait toutes les campagnes de la
révolution et de l'empire, commandait en chef le génie à l'armée
d'Espagne, où il montra un talent consommé à la défense de Badajoz qu'il
dirigea en personne. Il gagna à la bataille d'Austerlitz le cordon de
grand officier de la Légion d'honneur, et Napoléon, qui l'avait déjà
nommé baron, lui confia le commandement du génie dans la campagne de
France de 1814. D'autres officiers qui formaient comme une petite
colonie canadienne dans la Touraine, y vécurent d'une pension que leur
fit le gouvernement.

[Note 46: Tableau des deux Canadas, par M. I. Lebrun.]

Ceux qui restèrent en Canada durent espérer, suivant la promesse de leur
nouvelle métropole, d'avoir enfin un gouvernement régulier. Quoique l'on
eût fini, sous le régime militaire, par adopter la jurisprudence
française et par juger suivant les lois et dans la langue du pays, ce
système ne pouvait présenter aucune garantie durable. Aussi, en 1764, un
nouveau changement radical eut lieu; mais, loin d'alléger le fardeau qui
pesait sur ce malheureux pays, il devait le rendre encore plus
intolérable. Chaque jour les Canadiens sentaient davantage toute la
grandeur des malheurs de la sujétion étrangère, et que les sacrifices
qu'ils avaient faits n'étaient rien, en comparaison des souffrances et
des humiliations morales qui se préparaient pour eux et pour leur
postérité. D'abord l'Angleterre voulut répudier tout ce qui était
français et enlever même aux anciens habitans les avantages naturels que
leur offrait l'étendue de leur pays pour établir leurs enfans. Elle
commença par en faire le démembrement. Le Labrador, depuis la rivière
St.-Jean jusqu'à la baie d'Hudson avec les îles d'Anticosti, de la
Magdeleine, etc., fut annexé au gouvernement de Terreneuve; les îles de
St.-Jean et du Cap-Breton, à la Nouvelle-Ecosse. Les terres des grands
lacs furent distribuées de la même manière entre les diverses colonies
voisines, et bientôt après le Nouveau-Brunswick fut encore enlevé au
Canada et prit le nom qu'il porte aujourd'hui.

Du territoire, la proclamation par laquelle ces grands changemens
étaient décrétés, passa aux lois; et le roi, de sa propre autorité, tout
en déclarant qu'il serait convoqué des assemblées des représentans du
peuple aussitôt que les circonstances le permettraient, abolit d'un seul
coup toutes les anciennes lois civiles si sages, si précises, si
claires, pour y substituer celles de sa métropole, amas confus, vague et
incohérent d'actes parlementaires et de décisions judiciaires
enveloppées dans des formes compliquées et barbares dont
l'administration de la justice n'a pu encore se débarrasser en
Angleterre, malgré les efforts de ses plus grands jurisconsultes; et
cette abolition était faite pour assurer la protection et le bénéfice
des lois du royaume à ceux de ses sujets qui iraient s'établir dans la
nouvelle conquête.[47] N'était-ce pas renouveler l'attentat contre lés
Acadiens, s'il est vrai de dire que la patrie n'est pas dans l'enceinte
d'une ville, dans les bornes d'une province, mais dans les affections et
les liens de la famille, dans les lois, dans les moeurs et les usages
d'un peuple. Personne dans la Grande-Bretagne n'éleva la voix contre un
pareil acte de spoliation et de tyrannie. On privait une population
établie de ses lois pour une immigration qui n'avait pas encore
commencé.[48]

[Note 47: «In this Court (the Superior Court) His Majesty's Chief
Justice presides with power and authority to determine all elements and
civil cases agreeable to the laws of England, and, to the ordinances of
this province.»--_Ordon. du 17 sept._ 1764.]

[Note 48: C'est ce qu'un écrivain osa appeler plus tard un acte de
bienfaisance et de politique: _Political Annals of Lower-Canada, being a
review of the Political and Legislative History of that province, &c, by
a British Settler.--(M. Flemming, marchand de Montréal.)_]

Murray fut en même temps nommé gouverneur-général en remplacement de
lord Amherst repassé en Europe dès l'année précédente, et qui peut être
regardé comme le premier gouverneur anglais de ce pays, Gage, Murray,
Burton et ensuite Haldimand qui remplaça, en 1763, aux Trois-Rivières
celui-ci, promu au gouvernement de Montréal, n'ayant agi qu'en sous
ordre sous lui. Le nouveau gouverneur, en obéissance à ses instructions,
forma aussitôt un conseil, investi, conjointement avec lui, des pouvoirs
exécutif, législatif et judiciaire. Il ne lui manquait que le droit
d'imposer des taxes. Ce corps, composé de huit membres, ne contenait
qu'un seul habitant du pays, homme obscur et sans influence, choisi pour
faire nombre. Une exclusion jalouse et haineuse avait dicté les
instructions de l'Angleterre, et c'est dans ce document funeste que prit
naissance la profonde antipathie de race remarquée de nos jours par lord
Durham en Canada, et qui lui a servi de prétexte pour prêcher une
nouvelle persécution contre les Canadiens-français.

Ce qui restait du pays subit encore une nouvelle division, et fut
partagé en deux districts séparés par les rivières St.-Maurice et
St,-François, qui portèrent les noms des deux principales villes qu'ils
renfermaient, Québec et Montréal. Une nouvelle administration judiciaire
fut établie. On érigea une cour supérieure civile et criminelle sous le
nom de _Cour du banc du roi_, et une cour inférieure pour les petites
causes dite _Cour des plaidoyers communs_, toutes deux calquées sur
celles de l'Angleterre, et tenues de rendre leurs décisions conformément
aux lois anglaises, excepté seulement dans les causes pendantes entre
Canadiens commencées avant le 1er octobre 1764. Si les Canadiens
accueillirent favorablement les lois criminelles de leur nouvelle
métropole qu'ils connaissaient déjà un peu, et son code du commerce fait
en grande partie sur celui de France, publié sous le grand Colbert, ils
n'en repoussèrent pas moins les nouvelles lois civiles, et s'éloignèrent
de plus en plus des tribunaux où on les administrait. Bientôt aussi l'on
aperçut de l'inquiétude dans les esprits; des murmures, sourds d'abord,
éclatèrent ensuite dans toutes les classes; et ceux qui connaissaient
les Canadiens, de tout temps si soumis aux lois, commencèrent à craindre
les suites de ce mécontentement profond, lorsqu'ils les virent critiquer
tout haut les actes du gouvernement, et montrer une hardiesse qu'on ne
leur avait jamais vue. Le général Murray, quoique sévère, était un homme
honorable et qui avait un coeur sensible et généreux. Il aimait ces
Canadiens dociles à l'autorité comme de vieux soldats, dont la plus
grande partie avait contracté les habitudes dans les armées, ces
habitans braves dans les combats et simples dans leurs moeurs: une
sympathie née dans les horreurs de la guerre le portait encore à
compatir à leur situation. Peut-être aussi que les réminiscences de son
propre pays, les malheurs de ces belliqueux montagnards d'Écosse si
fidèles à leurs anciens princes, augmentaient en lui ces sentimens
d'humanité qui honorent plus souvent le guerrier que le politique,
réduit à exploiter, la plupart du temps, les préjugés populaires les
moins raisonnables. Le général Murray, pour tranquilliser les esprits,
rendit, avec l'agrément de son conseil, une ordonnance dès le mois de
novembre suivant, portant que dans les procès relatifs à la tenure des
terres, aux successions, etc., l'on suivrait les lois en usage sous la
domination française. C'était revenir à la légalité, car si l'Angleterre
avait le droit de changer les lois canadiennes, elle ne pouvait le faire
que par un acte de son parlement. Aussi Mazères, citant la conduite de
Guillaume le conquérant et d'Edouard I relativement à elle-même et au
pays de Galles, déclara-t-il que les lois de l'Angleterre n'avaient pas
été légalement établies en Canada, le roi et le parlement, et non le roi
seul, étant la législature propre de cette colonie, et que par
conséquent les lois françaises y étaient encore en vigueur.[49]

[Note 49: «A plan for settling the laws and the administration of
Justice in the province of Québec,» précédé de «A view of the civil
government and administration of Justice in the province of Canada while
it was subject to the crown of France.» par Mazères, _Manuscrit._]

La situation de cet administrateur était des plus difficiles. En face du
peuple agreste et militaire qu'il était appelé à gouverner, et qui avait
dans le caractère plus de franchise que de souplesse, il était obligé
d'agir avec un entourage de fonctionnaires qui le faisaient rougir
chaque jour par leur conduite. Une nuée d'aventuriers, d'intrigans, de
valets d'armée s'était abattue sur le Canada à la suite des troupes
anglaises et de la capitulation de Montréal (Dépêches de Murray). Des
marchands d'une réputation suspecte, des cabaretiers composaient la
classe la plus nombreuse. Les hommes probes et honorables formaient le
petit nombre. C'est avec ces instrumens qu'il était chargé de
dénationaliser le pays, et d'établir de nouvelles lois et de nouvelles
institutions à la place des anciennes qui avaient été renversées, enfin
de répéter en Canada ce qu'on avait fait en Irlande, éloigner les natifs
du gouvernement pour les remplacer par des étrangers. Il s'était déjà
aperçu que ce projet était impossible et entraînerait les plus grands
malheurs. Pour se conformer néanmoins à ses instructions, il convoqua
les représentans du peuple pour la forme, car il savait que les membres
canadiens refuseraient de prêter le serment du test comme catholiques,
et il ne voulait pas admettre les protestans seuls, comme ils le
demandaient; la chambre ne siégea point. Tous les fonctionnaires
publics, les juges, les jurés étaient Anglais et protestans. Ces
derniers voulurent même faire exécuter les proscriptions qui avaient été
décrétées contre les catholiques en Angleterre. «Ils formulèrent, dit
lord Thurlow, un acte d'accusation générale contre tous les habitans
parce qu'ils étaient papistes.» Le juge-en-chef Gregory fut tiré du fond
d'une prison pour être placé à la tête de la justice. Les capitulations
et les traités garantissaient le libre exercice de la religion
catholique. Les armes n'avaient été posées qu'à cette condition
expresse; et néanmoins il fut question de n'accorder aux Canadiens
qu'une simple tolérance comme celle dont jouissaient les catholiques
d'Angleterre, et dont ils auraient profité quand bien même il n'y aurait
eu aucune stipulation; et sous prétexte de religion, ils furent exclus
des charges publiques.

L'inauguration du nouveau système fit surgir une légion d'hommes de lois
et de suppôts de cours. Inconnus des Canadiens, ils se plaçaient aux
abords des tribunaux pour attirer les regards des plaideurs. C'est ce
système que l'on préconisait comme propre à anglifier le pays et à le
rendre britannique de fait comme de nom, vaine chimère que cherchent des
fanatiques ignorans! Le général Murray, dégoûté enfin de la tâche dont
on l'avait chargé, ne put dissimuler sa mauvaise humeur au ministère.
«Le gouvernement civil établi, dit-il, il fallut faire des magistrats et
prendre des jurés parmi 450 commerçans, artisans et fermiers
méprisables, principalement par leur ignorance. Il ne serait pas
raisonnable de supposer qu'ils ne furent pas enivrés du pouvoir mis
entre leurs mains contre leur attente, et qu'ils ne furent pas empressés
de faire voir combien ils étaient habiles à l'exercer. Ils haïssaient,
ajouta-t-il, la noblesse canadienne, à cause de sa naissance, et parce
qu'elle avait des titres à leur respect: ils détestaient les habitans,
parce qu'ils les voyaient soustraits à l'oppression dont ils les avaient
menacés.» La représentation des grands jurés de Québec, tous Anglais et
protestans, qui disait, entre autres choses, que les catholiques étaient
une nuisance à cause de leur religion, ne fait qu'ajouter de la force à
la vérité de ces observations. Le mauvais choix d'une partie des
officiers envoyés d'Europe augmenta encore les inquiétudes de la
colonie. C'étaient des gens sans moeurs et sans talens. Le juge en chef
ignorait le droit civil et la langue française. Le procureur-général
n'était guère mieux qualifié. Les places de secrétaire de la province,
de greffier du conseil, de régistrateur, de prévôt-maréchal, etc.,
furent données à des favoris, qui les louèrent aux plus offrans! Enfin
la métropole semblait avoir pris plaisir à choisir ce qu'il y avait de
plus vil ou de plus incapable pour inaugurer le système qui devait
changer le pays; et peut-être l'avait-elle fait parce qu'elle ne pouvait
pas trouver d'hommes plus instruits et plus honorables qui voulussent se
charger d'une pareille mission.

Le gouverneur fut bientôt obligé de suspendre le juge en chef de ses
fonctions, et de le faire rappeler en Angleterre. Un chirurgien de la
garnison et un capitaine en retraite étaient juges des plaidoyers
communs, et cumulaient en outre plusieurs autres charges importantes,
qui portaient leurs appointemens à un chiffre considérable.

Cependant, malgré toutes les concessions faites à leurs prétentions, ces
étrangers avides n'étant pas encore satisfaits des privilèges dont ils
jouissaient, se montrèrent furieux de ce que Murray ne voulait pas leur
donner une chambre élective, et poussèrent de grandes clameurs parce
qu'il les privait ainsi de leurs droits constitutionnels qu'ils tenaient
de leur naissance et qu'ils portaient, disaient-ils, partout avec eux.
Il était impossible de se rendre à leurs demandes, parce qu'ils
voulaient être seuls électeurs et seuls éligibles en vertu de la loi
anglaise qui frappait les catholiques d'interdiction politique. L'on
aurait en effet empiré la situation de ces derniers. N'espérant donc pas
l'influencer assez pour l'engager à favoriser leurs vues ambitieuses,
ils portèrent à Londres des accusations contre son administration, et
excitèrent des querelles dans la colonie, où l'on vit tout-à-coup les
villes remplies de trouble et de confusion, et les gouvernans et leurs
partisans se quereller entre eux. Le général Murray fut accusé de
favoriser le parti militaire. Les plaintes de ses ennemis, appuyées par
les marchands de Londres, qui profitèrent de cette circonstance pour
présenter une pétition au Bureau du Commerce contre son administration
et en faveur de l'établissement d'une chambre élective, engagèrent la
métropole à rappeler ce gouverneur, qui fut plutôt sacrifié à la
sympathie qu'il semblait porter aux Canadiens qu'à des abus de pouvoir.
Murray, repassé à Londres, n'eut besoin que de mettre devant les yeux
des ministres le recensement qu'il avait fait faire en 65 de la
population du Canada, pour démontrer l'absurdité du projet d'exclure les
catholiques du gouvernement, puisque d'après ce recensement il n'y avait
que 500 protestans sur 69,275 habitans.[50] Le comité du conseil privé
du roi, chargé de conduire l'investigation, fit rapport en 67 que les
charges portées contre lui étaient scandaleuses et mal fondées, mais son
acquittement ne le fit point revenir en Canada.

[Note 50: Il n'y avait que 36 familles protestantes dans les campagnes.
En 1765, il n'y avait que 136 protestans dans le district de Montréal:
_Etat officiel dressé sur les rapports des Juges de Paix, déposé aux
archives provinciales._]

L'administration du général Murray n'avait pas été seulement troublée au
dedans: elle avait été aussi inquiétée au dehors par une attaque des
Indiens occidentaux, qui fut repoussée néanmoins avec assez de facilité.
Les Français étaient à peine sortis de l'Amérique que ces peuplades
barbares sentirent toute la force de l'observation qu'ils leur avaient
faite bien des fois, qu'elles perdraient leur influence politique et
leur indépendance du moment qu'une seule nation européenne dominerait
dans ce continent. Ponthiac, chef outaouais, brave et expérimenté et
ennemi mortel des Anglais qu'il avait poursuivis avec acharnement durant
toute la dernière guerre, forma le complot de les chasser des bords des
grands lacs, et entraîna dans son projet les Hurons, les Outaouais, les
Chippaouais, les Poutouatamis et d'autres tribus que les Anglais avaient
négligé de traiter avec la considération que leur montraient les
Français, et que cette espèce de mépris avaient choquées. Il s'empara du
fort Michilimackinac par surprise, et en massacra la garnison; il marcha
ensuite vers Pittsburgh et le Détroit, où il se proposait d'établir le
siège de sa domination et former le noeud d'une puissante confédération
indienne, qui aurait contenu les blancs au Niagara et aux Apalaches:
huit postes anglais tombèrent entre les mains de ce barbare, qui ravagea
ensuite les frontières de la Pennsylvanie et de la Virginie, et
détruisit un détachement de troupes dans le voisinage de Niagara; mais
le projet qu'il avait formé était trop vaste pour ses forces. Ponthiac,
après avoir éprouvé plusieurs échecs, fut obligé de faire la paix en 64
avant l'arrivée même des 600 Canadiens que le général Murray envoyait au
secours de leurs compatriotes du Détroit. Ce chef sauvage, toujours
hostile à l'Angleterre, fut assassiné par un des partisans de cette
nation, trois ans après, chez les Hurons, dans un grand conseil où il
parlait d'une manière menaçante.

L'administration du gouverneur Murray avait été encore signalée par
l'introduction d'une presse en Canada, et la publication d'une feuille
périodique en français et en anglais, «la Gazette de Québec» qui existe
encore, et qui parut pour la première fois le 21 juin 1764, soutenue par
150 abonnés dont moitié canadiens. Timide à son berceau, ce journal se
permettait rarement des observations sur la politique du jour; il se
borna, durant bien des années, à recueillir les nouvelles et à noter les
principaux événemens. Aussi y chercherait-on en vain un reflet de
l'opinion publique à cette époque intéressante.

Et pourtant il se passait alors une loi dans le parlement de la
Grande-Bretagne qui entraînait des principes dont la discussion devait
armer toute l'Amérique septentrionale. Il s'agissait de taxer les
colonies sans leur consentement. La métropole anglaise, prétextant
l'augmentation de la dette nationale causée par la dernière guerre,
tâchait, en passant l'acte du timbre, de faire admettre ce principe par
ses sujets américains. Toutes les anciennes colonies protestèrent; le
Canada et la Nouvelle-Ecosse seuls gardèrent le silence ou ne firent
qu'une résistance passive.

L'on s'occupait plus alors en Canada de l'arrivée du nouvel évêque, M.
Jean Olivier Briand, que de la prétention inconstitutionnelle de la
Grande-Bretagne. M. de Pontbriand, son prédécesseur, était mort à
Montréal en 1760. Dans le bruit des armes cet événement était passé
inaperçu. Le chapitre de Québec élut, en 1763, pour le remplacer, M.
Montgolfier, frère du célèbre, inventeur du ballon, et supérieur du
séminaire de St.-Sulpice de Montréal. Mais le gouvernement anglais ayant
fait des objections à sa nomination, peut-être parce que ses sentimens
étaient trop vifs pour la France, il renonça à cette charge par une
déclaration qu'il donna à Québec l'année suivante, et indiqua M. Briand,
chanoine et grand-vicaire du diocèse, pour remplir le siège épiscopal
auquel semblaient l'appeler d'ailleurs ses lumières et ses vertus. Cet
ecclésiastique obtint l'agrément de George III en passant à Londres pour
aller se faire sacrer évêque à Paris; et de ce moment l'Angleterre
sachant apprécier l'influence que doit exercer un clergé fortement
organisé sur une population aussi religieuse que l'est celle du pays,
chercha pendant long-temps sa plus grande force dans ce même clergé,
qu'il entoura d'égards et dont il soudoya aussi quelque temps après
libéralement le chef, laissé sans revenus par la conquête.

Toutefois la métropole crut devoir modifier, après ce qui venait de se
passer, le système gouvernemental qu'elle avait établi en Canada, de
même que d'en changer les principaux fonctionnaires. Le général Carleton
y arriva comme lieutenant-gouverneur en 66, avec un nouveau juge en chef
et un nouveau procureur-général. Ce dernier emploi avait été confié au
fils d'un réfugié français, M. Mazères, qui dut sa nomination à un trait
qu'un ami avait raconté de lui au ministre, lord Shelburne, et qui valut
à cet avocat célèbre les faveurs du gouvernement le reste de ses jours
(Dumont). Le nouveau gouverneur prit les rênes de l'administration des
mains du conseiller Irving, qui les tenait depuis le départ du général
Murray, quelques semaines auparavant; et l'un des premiers actes de cet
administrateur fut de retrancher de son conseil le même Irving et un
autre fonctionnaire, favori de son prédécesseur. Il négligea aussi les
anciens membres, qui crurent devoir faire des représentations à cet
égard, mais envers lesquels il ne fut pas moins dédaigneux dans ses
paroles que dans sa conduite. Il leur répondit, qu'il consulterait les
conseillers qu'il croirait capables de lui donner les meilleurs avis;
qu'il prendrait aussi l'opinion des amis de la vérité, de la franchise,
de l'équité, du bon sens, bien qu'ils ne fussent pas du conseil, des
hommes enfin qui préféraient le bien du roi et de ses sujets à des
affections désordonnées, à des vues de parti et à des intérêts
personnels et serviles, etc. Les conseillers auxquels s'adressaient ces
insinuations indirectes, mais poignantes, jugèrent à propos de ployer la
tête et de laisser passer l'orage en attendant un temps plus favorable
pour la relever et faire valoir leurs prétentions, sachant bien que le
gouverneur n'est qu'un chef passager, dont le caractère change avec
chaque titulaire, tandis que le conseil, avec un peu de prudence, peut,
à la longue, maintenir sa position en ayant soin seulement de savoir
saluer chaque astre nouveau qui apparaît dans le ciel politique et
s'effacer momentanément devant sa volonté trop décidée.

L'arrivée du général Carleton n'apporta pas immédiatement, comme on
l'espérait, de remède à la confusion extrême qui régnait, toujours, par
suite du régime extraordinaire qu'on laissait toujours subsister.

Cependant, tout faibles qu'ils étaient numériquement, les Canadiens
restèrent calmes et fermes devant l'oppression qui s'appesantissait sur
eux. On leur avait donné les lois criminelles anglaises, ce palladium de
la liberté; mais on les administrait dans une langue qu'ils ne
connaissaient pas, et on persistait à leur refuser le droit d'être jurés
aussi bien que celui de remplir des charges publiques, sauf quelques
rares exceptions. Le peuple en masse continuait de faire une opposition
négative, tandis qu'une partie des citoyens les plus notables avait déjà
envoyé, avant le départ du général Murray, des représentations à
Londres.[51] Au milieu des arrêts de proscription lancés contre les
institutions qu'ils tenaient de leurs aveux et qui leur étaient d'autant
plus chères qu'ils avaient versé de sang pour les défendre dans la
guerre de la conquête, on recommanda aux habitans la modération et la
patience. On espérait que dans une cause aussi sainte, ils ne
resteraient pas absolument sans amis. En effet, il s'en présenta pour
protester avec eux contre l'asservissement auquel on voulait les
assujettir. Des Anglais éclairés qui connaissaient l'effet
démoralisateur de toute violation des règles de la justice, vinrent
généreusement leur offrir leur appui. Leurs plaintes communes, soumises
d'abord au Bureau des Plantations, furent ensuite renvoyées aux
procureur et solliciteur généraux de l'Angleterre, MM. Yorke et de Grey.
Et en attendant, l'ordre fut transmis au gouverneur par le Bureau des
Plantations, qui désapprouva l'ordonnance de 64, d'en promulguer une
autre pour donner aux Canadiens le droit d'être jurés dans les cas qui y
seraient spécifiés, et admissibles au barreau avec certaines
restrictions.

[Note 51: Le détail de ces luttes, de ces remontrances, de ces pétitions
et contrepétitions peut paraître trop minutieux au commun des lecteurs;
mais on doit se rappeler que nos pères combattaient pour nous comme pour
eux-mêmes, et que leurs efforts, pour améliorer notre destinée, ne
doivent point sortir de notre mémoire.]

MM. Yorke et de Grey présentèrent leur rapport dans le mois d'avril 66.
Ils reconnurent tous les défauts du système de 64, et attribuèrent les
désordres qui en étaient résultés à deux causes principales: 1° A la
tentative de conduire l'administration de la justice sans la
participation des anciens habitans du pays, non seulement dans des
formes nouvelles, mais encore dans une langue qui leur était entièrement
inconnue: d'où il arrivait que les parties n'entendaient rien à ce qui
était plaidé et jugé, n'ayant ni procureurs, ni avocats, ni jurés
canadiens pour conduire leurs causes, ou pour porter la décision, ni
juges au fait de la langue française pour déclarer quelle était la loi
et prononcer le jugement; ce qui produisait les maux réels de
l'oppression, de l'ignorance et de la corruption; ou, ce qui est presque
la même chose en matière de gouvernement, le soupçon et la croyance
qu'ils existent. 2° À l'alarme causée par l'interprétation donnée à la
proclamation de 63, qui pouvait faire croire que l'intention était
d'abolir subitement, au moyen des juges et des officiers qu'on avait
nommés, toutes les lois et coutumes du pays, et d'agir ainsi en
conquérant despotique bien plus qu'en souverain légitime; et cela, non
pas tant pour conférer l'avantage des lois anglaises à de nouveaux
sujets, et protéger d'une manière plus efficace que par le passé, leur
vie, leurs biens et leur liberté, que pour leur imposer sans nécessité
des règles nouvelles et arbitraires, qui pourraient tendre à confondre
et renverser leurs droits au lieu de les maintenir.

Ils approuvaient aussi, avec de légères modifications, le nouveau
système de judicature proposé par les lords-commissaires, sauf sur un
seul point dont nous parlerons tout-à-l'heure. Ce système consistait à
diviser la province en trois départemens judiciaires, et à établir «une
cour de chancellerie, composée du gouverneur et du conseil qui
formeraient aussi une cour d'appel, de laquelle on pourrait s'adresser
en dernier ressort au roi en conseil; une cour supérieure ou suprême,
composée d'un juge en chef et de trois juges puînés, sachant la langue
française, et l'un d'eux les lois et coutumes du pays, et qui seraient
tenus de conférer, de temps à autre, avec les avocats canadiens les plus
recommandables par leur conduite, leurs lumières et leur intégrité.»

Après avoir recommandé de plus de nommer quelques Canadiens magistrats,
les rapporteurs voyant que l'on conservait les lois anglaises dans le
nouveau plan de judicature, observèrent que c'était «une maxime reconnue
du droit public, qu'un peuple conquis conserve ses anciennes lois
jusqu'à ce que le vainqueur en ait proclamé de nouvelles. C'est agir,
disaient-ils, d'une manière violente et oppressive que de changer
soudainement les lois et les usages d'un pays établi: c'est pourquoi,
les conquérans sages, après avoir pourvu à la sûreté de leur domination,
procèdent lentement et laissent à leurs nouveaux sujets toutes les
coutumes qui sont indifférentes de leur nature, et qui, en servant à
régir la propriété, sont devenues des règles qui en garantissent
l'existence. Il est d'autant plus essentiel que cette politique soit
suivie au Canada, que c'est une grande et ancienne colonie, établie
depuis très long-temps, et améliorée par des Français.... On ne
pourrait, sans une injustice manifeste et sans occasionner la plus
grande confusion, y introduire tout-à-coup les lois anglaises relatives
à la propriété foncière, avec le mode anglais de transport et
d'aliénation, le droit de succession et la manière de faire et
d'interpréter les contrats et conventions. Les sujets anglais qui
achètent des biens dans cette province, peuvent et doivent se conformer
aux lois qui y règlent la propriété foncière, comme ils font en
certaines parties du royaume et dans d'autres possessions de la
couronne. Les juges anglais envoyés d'ici peuvent, avec l'aide des gens
de loi et des Canadiens éclairés, se mettre promptement au fait de ces
lois, et juger d'après les coutumes du pays comme on juge d'après la
coutume de Normandie les causes de Jersey et Guernesey.» Enfin ils
finirent par suggérer de rétablir les lois civiles françaises en
autorisant les juges à faire des règles pour la conduite des procédures
dans les différens tribunaux.

Malgré les raisons de haute politique et de sage équité qui les avaient
motivées, les recommandations de ces deux jurisconsultes éminens
restèrent cependant, comme celles du Bureau des Plantations, sans effet
pour le moment, par suite peut-être des intrigues des gens intéressés au
maintien du nouveau système, et des préjugés d'une grande portion du
peuple anglais contre les habitans de cette colonie à cause de leur
double qualité de Français et de catholiques. Mais la métropole ne
pouvant laisser les choses dans l'état où elles étaient, ordonna l'année
suivante (67) au gouverneur et à son conseil de faire une investigation
complète de la manière dont la justice était administrée, et d'indiquer
les changemens que demandait le bien du pays. L'investigation fort
longue qui eut lieu, fit reconnaître les nombreuses défectuosités du
nouveau régime et la confusion où il avait jeté les cours, puisque les
meilleurs jurisconsultes étaient partagés sur la question de savoir
quelles lois étaient légalement existantes. Les recommandations par
lesquelles il fallait conclure vinrent renouveler les embarras des
investigateurs, tant la tyrannie, qui veut se voiler du manteau de la
justice, a d'obstacles à surmonter même lors que sa victime est faible
et qu'elle est toute-puissante. L'on revenait toujours à la division de
la province en trois districts; mais, après avoir suggéré de donner à
chacune de ces divisions un juge avec un assistant canadien pour
expliquer la loi, mais sans voix délibérative, et un shérif et un
procureur du roi, l'on proposait, pour mettre fin à l'incertitude des
lois, quatre modes différens tout en déclarant que l'on était incapable
d'indiquer celui qui devait avoir la préférence: 1° Faire un code
nouveau et abolir les lois françaises et anglaises. 2° Rétablir purement
et simplement les anciennes lois, en y ajoutant les parties du code
criminel anglais les plus favorables à la liberté du sujet. Enfin 3° et
4° Etablir les lois anglaises seules avec des exceptions en faveur de
quelques-unes des anciennes coutumes du pays. Le gouverneur ne voulut
point approuver ce rapport, et en fit un autre plus conforme aux voeux
des Canadiens dans lequel il recommanda de conserver les lois
criminelles anglaises, et de rétablir toutes les lois civiles qui
étaient en vigueur avant la conquête. Le juge en chef Mey et le
procureur-général Mazères ne partageant pas entièrement son opinion,
firent chacun un rapport à part, dans lesquels ils recommandaient de ne
conserver des anciennes lois que celles qui concernaient la tenure,
l'aliénation, le douaire, les successions et la distribution des effets
des personnes qui mourraient sans avoir fait de testament. Ces divers
rapports furent transmis en Angleterre avec tous les papiers qui y
étaient relatifs et renvoyés en 70 au comité du conseil d'état, qui,
après avoir délibéré sur ces trois documens ainsi que sur un autre
rapport que lui avaient fait les lords-commissaires en 69, et les
pétitions du Canada contre le système de gouvernement qui y était
établi, recommanda de renvoyer toutes ces pièces aux officiers de la
couronne, avec injonction de dresser un code civil et criminel adapté
aux circonstances du pays, et de profiter de la présence de son
gouverneur en Angleterre pour obtenir les renseignemens dont ils
pourraient avoir besoin. MM. Marriott, Thurlow et Wedderburn
remplissaient alors ces différentes charges, et passaient pour des
hommes éminens dans la science du droit. Ils se mirent aussitôt à
l'oeuvre difficile dont on les avait chargés. Leurs rapports, qui sont
de 72 et 73; différent les uns des autres sur plusieurs points, mais les
conclusions générales des deux derniers sont à-peu-près les mêmes.
Marriott en adopta qui différaient essentiellement, il dit qu'il pensait
que l'établissement d'une assemblée représentative était prématuré chez
un peuple illettré malgré le collège des Jésuites; qu'il fallait établir
un conseil législatif à la nomination de la couronne, composé
exclusivement de protestans, et non de protestans et de catholiques ou
Canadiens comme le recommandait le Bureau du Commerce; que le code
criminel anglais devait être conservé mais que l'on devait se servir
indifféremment des langues française ou anglaise dans lesquelles
devraient être promulgués tous les actes publics; que par le 36e article
de la capitulation de Montréal, l'Angleterre s'était engagée à respecter
la propriété et les lois sous la sauve-garde desquelles elle était
placée, et que par conséquent la tenure et toutes les lois qui la
concernent devaient être maintenues; que le silence du traité de
Versailles n'annulait point, suivant lui, la capitulation de Montréal
aux yeux du droit des nations, parce que c'était un pacte national et
personnel conclu avec les habitans eux-mêmes en considération de la
cessation de toute résistance; et tout en reconnaissant ainsi les titres
sur lesquels le Canada s'appuyait, il ajoutait que néanmoins le
parlement impérial avait le droit de changer ces lois, sophisme par
lequel il détruisait tout ce qu'il venait de dire; que si la coutume de
Paris était maintenue, il fallait l'appeler coutume du Canada pour
effacer de l'esprit des habitans les idées de vénération qu'ils
pourraient conserver pour la France; et que pour cette raison il
convenait peut-être d'en changer une partie pour l'assimiler aux lois
anglaises, tout devant tendre vers l'anglification et le protestantisme;
que s'il fallait admettre le culte ou les formes du culte catholique, on
devait en bannir les doctrines; que l'exercice de ce culte ne devait pas
avoir plus de privilèges en Canada qu'en Angleterre; que les Canadiens
ne devaient pas avoir d'évêque; que le diocèse pouvait être gouverné par
un grand-vicaire élu par un chapitre et les curés de paroisses, ou un
surintendant ecclésiastique nommé par le roi, et dont le pouvoir se
bornerait à l'ordination des prêtres; que toutes les communautés
religieuses d'hommes et de femmes devaient être abolies après
l'extinction des membres actuels, et leurs biens rendus à la couronne
pour être employés au soutien des cultes et à l'éducation de la jeunesse
sans distinction de croyances; que les bénéfices ou cures devaient être
rendus fixes, et que contre l'opinion du Bureau du Commerce qui s'était
prononcé pour l'abolition du chapitre de Québec, opinion qui n'est
peut-être pas étrangère à son extinction peu d'années après, quoique,
comme on l'a donné pour motif, la disette de prêtres au siège de
l'évêque, la difficulté d'en appeler des campagnes pour les assemblées
capitulaires, et la pénurie de la caisse épiscopale privée de ses plus
grands revenus par la conquête, aient probablement contribué plus que
toute autre chose à sa dissolution vers la fin de 73, Marriott pensait
qu'il fallait le conserver afin que les canonicats fussent de petites
douceurs entre les mains du gouvernement pour récompenser la fidélité
des prêtres qui montreraient du zèle pour le roi, les motifs des actions
des hommes et leurs liens étant l'intérêt et la richesse, disait-il, et
la conséquence, leur dépendance; que les processions ou autres pompes
religieuses devaient être défendues dans les rues, les biens du
séminaire de St.-Sulpice réunis à à la couronne, et les fêtes abolies
excepté celles de Noël et du Vendredi saint; que les dîmes devaient être
payées au receveur-général de la province pour être distribuées en
proportions égales aux membres du clergé protestant et aux membres du
clergé catholique qui se conformeraient aux doctrines de l'Eglise
anglicane. C'était le système révoltant de l'Irlande, car la tyrannie
s'exerce aussi bien au nom de la religion que de la nécessité. Les
lords-commissaires du Bureau du Commerce avaient fait la même
suggestion, en y ajoutant que les églises devraient servir
alternativement au culte protestant et au culte catholique, chose à
laquelle Marriott était opposé, excepté pour les cures des villes à la
collation desquelles le général Murray avait déjà reçu ordre dans le
temps d'admettre des ministres, et entre autres, M. Montmollin, à
Québec, mais ordre que la politique l'avait empêché de mettre à
exécution; enfin, que les cimetières devaient être ouverts à tous les
chrétiens, catholiques ou non.

Dans ce long rapport, Marriott ne laisse pas échapper une pensée, pas un
mot d'adoucissement pour le sort des Canadiens: c'est un long cri de
proscription contre leur religion, leurs lois et leurs usages; son
hostilité profonde n'est contenue que par certains préceptes de droit et
certaines lois de la nécessité qu'il ne peut s'empêcher de reconnaître
pour le moment, en attendant toutefois que leur infraction devienne
chose possible et dès lors chose justifiable.

Le solliciteur-général, Wedderburne, guidé par des principes d'un ordre
plus élevé et plus philosophique, montra aussi plus de modération et
plus de justice dans ses suggestions. Il s'étendit sur la forme du
gouvernement et sur la religion des habitans, parce que l'une et l'autre
devaient, suivant lui, nécessairement exercer une grande influence sur
le code de lois civiles et criminelles qui devait être adopté; et tout
en déclarant qu'il ne serait pas prudent de donner une constitution
élective aux Canadiens, il reconnut qu'ils avaient des droits qu'il
fallait respecter, ce qu'on n'avait pas fait encore, et que l'on devait
leur donner un gouvernement régulier et équitable. «Le gouvernement
établi en Canada après le traité de 1763, dit-il, n'est ni militaire, ni
civil; et il est évident qu'il n'a pas été fait pour durer. Il devrait
être créé un conseil avec le pouvoir de faire des ordonnances pour le
bon gouvernement du pays, mais privé du droit de taxer, droit que le
parlement impérial pourrait se réserver à lui-même. Le libre exercice de
la religion catholique devrait être permis aussi; mais en abolissant
dans le temporel de l'Eglise tout ce qui est incompatible avec la
souveraineté du roi et le gouvernement politique du pays, de même que la
juridiction ecclésiastique de Rome; il faudrait encore rendre les cures
fixes, et en donner la collation au roi; séculariser les ordres
monastiques des hommes, et tolérer ceux des femmes; conserver le code
civil français et la loi criminelle anglaise avec des modifications;
établir un plan de judicature à-peu-près semblable à celui que
recommandait le conseil de cette contrée; enfin, sans négliger
entièrement les préjugés des Canadiens et ceux des émigrés anglais,
quoique la bonne politique imposait l'obligation de montrer plus
d'attention aux premiers qu'aux seconds, non seulement parce qu'ils
étaient plus nombreux, mais _parce qu'il n'était pas de l'intérêt de la
Grande-Bretagne que beaucoup de ses habitans allassent Rétablir en
Canada_, l'on devait reconnaître le droit que les Canadiens avaient de
jouir de toutes celles de leurs anciennes lois qui n'étaient pas
contraires aux principes du nouveau gouvernement, parce que,
ajoutait-il, leurs propriétés leur étant garanties, les lois qui les
définissent, les créent et les modifient doivent aussi leur être
conservées, autrement leurs propriétés se réduiraient à la simple
possession de ce qu'ils pourraient jouir personnellement.

Thurlow, alors procureur-général et qui a été depuis l'un des
chanceliers les plus éminens de l'Angleterre, et, malgré les différens
reproches qu'on lui fait, l'un de ses ministres de la justice les plus
indépendans, avait la réputation d'être en politique plutôt conservateur
que libéral, et plutôt hostile que favorable aux libertés des colonies.
Il se montra cependant l'ami le plus généreux des Canadiens, qui
n'avaient personne dans la métropole pour les défendre. Sans faire de
recommandations spéciales, il invoqua en leur faveur des principes plus
larges et plus humains qu'aucun autre homme d'état n'avait encore fait.
S'appuyant sur cette sage philosophie qui a distingué les écrivains
modernes les plus célèbres, cette philosophie qui a combattu le droit de
la force et défendu celui de la raison et de la justice, qui a appelé la
sympathie des hommes pour les opprimés et la haine des générations pour
les oppresseurs, il soutint tout ce qu'il y avait de juste, de politique
et d'humain dans les suggestions qui avaient été faites depuis 64,
touchant la constitution qu'il convenait de donner aux Canadiens.

Après avoir passé en revue ce qui avait été proposé pour le
gouvernement, la religion et les lois de ce peuple, les changemens qu'on
avait voulu introduire, et les opinions contraires qui existaient sur
tous ces sujets importans, il déclara qu'ignorant de quelle manière le
roi avait intention de régler ces grandes questions fondamentales et
organiques, il ne pouvait faire aucune recommandation spéciale sur les
points sur lesquels on demandait son opinion; mais en même temps qu'il
se permettrait d'indiquer les principes qui devaient servir de guide à
la métropole en faisant choix d'un code de lois pour cette colonie.

«Les Canadiens paraissent, dit-il, par le droit des gens, avoir celui de
jouir de leurs propriétés comme ils en jouissaient lors de la
capitulation et du traité de paix, avec tous les attributs et incidens
de tenure; et aussi de leur liberté personnelle, toutes choses pour la
possession desquelles ils doivent s'attendre à la protection de la
couronne.

«Par une conséquence qui semble nécessaire, toutes les lois par
lesquelles cette propriété a été créée, définie et doit être protégée,
doivent leur être continuées. En introduire d'autres, ce serait, comme
le disent très bien MM. Yorke et de Grey, tendre à confondre et
renverser les droits au lieu de les maintenir.

«Là où certaines formes de justice civile ont été établies depuis
long-temps, les hommes ont eu des occasions fréquentes de sentir
eux-mêmes et d'observer chez les autres la puissance coercitive de la
loi. La force de ces exemples va encore plus loin, elle laisse une
impression sur les opinions courantes des hommes, et les arrête dans
leurs actions; et ceux qui n'ont jamais vu d'exemples ou connu les lois
d'où ces exemples procèdent, acquièrent encore une sorte de connaissance
traditionnelle des effets et des conséquences légales de leurs actes,
suffisante et en même temps absolument nécessaire pour les affaires
ordinaires de la vie. Il est facile de concevoir d'après cela quel
trouble infini l'introduction de mesures de justice nouvelles et
inconnues doit occasionner: le doute et l'incertitude dans les
transactions, le désappointement et les pertes dans le résultat.

«La même observation s'applique avec encore plus de force aux lois
criminelles dans la proportion que l'exemple est plus frappant et que
les conséquences sont plus importantes. La consternation générale qui
résulte d'une sujétion soudaine à un nouveau système doit durer
long-temps malgré le relâchement ou la douceur du code.

«De ces observations je conclus donc que de nouveaux sujets acquis par
droit de conquête doivent attendre de la bonté et de la justice de leur
conquérant la conservation de toutes leurs anciennes lois; et ils n'ont
pas moins, ce semble, raison de l'attendre de sa sagesse. Il est de
l'intérêt du conquérant de laisser ses nouveaux sujets dans le plus haut
degré de tranquillité privée et de sécurité personnelle comme dans la
plus grande persuasion de leur réalité, sans fournir inutilement des
causes de plainte, de mécontentement et de manque de respect à la
nouvelle souveraineté. Le meilleur moyen aussi de pourvoir à la paix et
à l'ordre public, c'est de leur laisser leurs habitudes d'obéissance à
leurs lois accoutumées, et non de les forcer à obéir à des lois dont ils
n'ont jamais entendu parler; et si le vieux système se trouve être plus
parfait que tout ce que l'ingénuité peut espérer d'y substituer, alors
la balance l'emporte entièrement en sa faveur.

«L'on doit d'ailleurs se rappeler que le projet du gouvernement et des
lois du Canada a été conçu par une cour sage, à une époque paisible et
libre de passions particulières ou de préjugés publics. Des principes
d'humanité et des vues d'état ont influé sur le choix du plan le plus
propre au développement d'une colonie florissante. Ce plan a été
amélioré de temps à autre par la sagesse et l'expérience des jours qui
ont succédé; on ne l'a pas laissé tomber en décrépitude ou devenir
impropre à l'état progressif de la province.» Cet homme d'état terminait
en ajoutant que, quoique les observations qui précèdent pussent être
considérées comme justes en général, l'on pouvait supposer néanmoins des
circonstances qui exigeassent des exceptions et des restrictions; mais
les changemens imposés par ces circonstances ne devaient se faire que
pour des raisons de nécessité positive et insurmontable, que la
véritable sagesse ne peut ni négliger ni passer sous silence; et non pas
de cette nécessité idéale que des spéculateurs ingénieux peuvent
toujours créer par des suppositions possibles, des inférences
incertaines et des argumens forcés; non pas de la nécessité d'assimiler
un pays conquis, en fait de lois et de gouvernement, à la métropole ou à
de plus anciennes provinces que d'autres accidens ont attachées à
l'empire, pour le plaisir de créer une harmonie, une uniformité dans ses
différentes parties qu'il est, suivant moi, disait-il, impossible
d'atteindre, et qui, d'ailleurs, serait inutile si l'on y réussissait;
non pas de la nécessité d'ôter à l'argumentation d'un avocat la faculté
d'invoquer les savantes décisions du parlement de Paris, de peur
d'entretenir chez les Canadiens le souvenir historique de l'origine de
leurs lois; non pas de la nécessité de satisfaire les espérances
impossibles de cette poignée de sujets anglais dépourvus de tout
principe, qui peuvent aller accidentellement en Canada et s'attendre à y
trouver les différentes lois des différens pays d'où ils viennent; non
pas, enfin, d'aucune de ces espèces de nécessité que j'ai entendu
alléguer pour abolir les lois et le gouvernement de cette colonie. La
logique pressante et sarcastique de Thurlow aida puissamment la cause
des Canadiens.

Le conseil d'état fut en possession de tous ces rapports en 73. Depuis
neuf ans l'Angleterre cherchait partout des motifs propres à justifier
aux yeux des nations et de la conscience publique l'abolition des lois
et peut-être de la religion d'un peuple auquel elle les avait garanties;
et l'on ne hasarde rien de trop en disant que la justice et la
générosité de l'éloquent plaidoyer de lord Thurlow auraient été perdues,
et que le Canada serait passé sous la domination d'une poignée
d'aventuriers, ayant une religion, une langue, des lois et des usages
différens de ceux de ses anciens habitans, sans l'attitude hostile des
autres colonies anglaises, qui commençaient à faire craindre à la
Grande-Bretagne la perte de toute l'Amérique.[52] Cette métropole
différa de donner son dernier mot jusqu'en 74, alors que la solution
pacifique de ses difficultés avec ces dernières provinces parut plus
éloignée que jamais. La révolution qui sauva les libertés américaines,
força l'Angleterre à conserver la langue, les institutions et les lois
des Canadiens, en un mot à leur rendre justice, afin d'avoir au moins
une province pour elle dans le Nouveau-Monde.

[Note 52: Le pamphlétaire Flemming dit: «The government consulted
governor Carleton as to the means of exciting the zealous cooperation of
the leaders of the French Canadians, when he suggested the restoration
of french laws.»]

Le ministère ne tarda pas à faire connaître ses vues. Mazères, revenu du
Canada depuis trois ou quatre ans, et qui résidait alors à Londres,
était l'agent ou l'homme de confiance du parti hostile aux Canadiens.
Cet homme dont la famille avait tant souffert du fanatisme religieux
dans son ancienne patrie, consentait à devenir lui-même l'avocat de
leurs proscripteurs dans sa patrie adoptive, et pour cela il marchait
dans deux voies que l'histoire n'a pas bien éclaircies. Dans un rapport,
adressé au gouvernement de la métropole, sur les lois de la colonie, il
en fait une revue assez favorable; et dans ses tête-à-tête avec les
agens canadiens, il embrasse également leur cause avec chaleur, selon Du
Calvet. Tandis que d'un autre côté, des papiers imprimés sous sa
direction et qui forment plusieurs volumes, nous le montrent sinon
entièrement hostile à la religion, aux lois et aux institutions de leur
pays, du moins le représentent comme peu zélé pour la conservation de
ces conditions essentielles à leur bonheur, quoique des personnes
instruites pensent, après avoir lu ses volumineux écrits, et surtout le
_Canadian Freeholder_, qu'il cherchait plutôt à amener les fanatiques
qu'il servait, par une chaîne de raisonnemens dont ils ne voyaient pas
bien la conséquence, mais dont ils ne pourraient ensuite se dégager, à
un but souvent opposé à celui qu'ils voulaient atteindre. Si c'était là
le motif de sa conduite, il faut avouer qu'il savait déguiser sa pensée
avec un grand art; mais il est à craindre que de pareils moyens soient
plus utiles à l'oppression et à la mauvaise foi qu'à la justice et à la
liberté des hommes. Quoi qu'il en soit, Mazères informa ceux qu'il
représentait de la décision probable du gouvernement touchant le Canada.
A ces nouvelles et voyant la tournure que prenaient les affaires, et le
désir du roi de s'attacher les Canadiens pour la lutte qui se préparait
en Amérique, les protestans crurent qu'il était temps de faire des
démonstrations plus vigoureuses, et de demander enfin formellement
l'accomplissement des promesses de la proclamation de 63 d'octroyer une
constitution au Canada dès que les circonstances le permettraient. Ils
tinrent diverses assemblées pour pétitionner le roi, à la première
desquelles assistèrent une quarantaine de personnes; ils nommèrent deux
comités, l'un pour Québec et l'autre pour Montréal, et invitèrent les
Canadiens à se joindre à eux, ce que ceux-ci déclinèrent de faire pour
de bonnes raisons. En effet, dans tous leurs procédés, les protestans
avaient tâché de dissimuler un point capital, la religion. La chambre
que le général Murray avait convoquée en 64, n'avait pu s'organiser
parce que les membres canadiens avaient refusé de prêter le serment du
test. Ils croyaient que si le parlement impérial accordait une chambre
représentative, les protestans seuls auraient droit d'y siéger, attendu
que l'inéligibilité des catholiques était une des maximes fondamentales
de la constitution de l'empire; et dans cette idée la conclusion de leur
requête n'exposait rien de leurs prétentions, et pouvait donner le
change aux catholiques. Mais ceux-ci, qui connaissaient parfaitement
leur pensée secrète, exigèrent, avant toute chose, que le roi fût
formellement prié d'admettre sans distinction de religion les protestans
et les catholiques dans la nouvelle chambre; sommés ainsi de se
prononcer formellement, ils refusèrent d'agréer cette condition, et
c'est ce relus qui fut la véritable cause pour laquelle les Canadiens,
qui auraient désiré avoir un gouvernement représentatif, ne voulurent
pas se joindre aux premiers auteurs de la pétition. Quelques-uns se
seraient rendus cependant à leur demande; mais les autres s'y refusèrent
absolument, parce qu'ils savaient que le but des pétitionnaires était de
soutenir le principe de l'exclusion des catholiques tout en se prévalant
de leurs signatures pour obtenir un gouvernement libre, prévision que
l'événement justifia, puisque Mazères, parlant en leur nom, s'opposa
ensuite à ce qu'il y eut des catholiques dans le conseil législatif
établi par l'acte de 74. Après ce refus des Canadiens et avoir
inutilement demandé à la fin de 73 à M. Cramahe, lieutenant-gouverneur,
la convocation des représentans du peuple, les protestans, réduits à
agir seuls, envoyèrent leur pétition à leur agent à Londres, élevé
depuis son retour du Canada à l'office de _Cursitor_, baron de
l'échiquier, afin de la présenter au roi. Par cette pétition signée de
148 personnes seulement, dont 3 Canadiens protestans, ils demandèrent en
termes généraux la convocation d'une assemblée de telle forme et manière
que le roi le jugerait convenable; mais en même temps ils en adressaient
une autre au comte de Darmouth, l'un des secrétaires d'état, pour le
prier de s'intéresser en leur faveur, et lui exposer que le conseil et
le gouverneur passaient des ordonnances contraires aux lois anglaises;
que le pays manquait de ministres protestans, et que le séminaire de
Québec ouvrait des classes pour l'éducation de la jeunesse, ce qui était
d'autant plus alarmant que les professeurs protestans en étaient exclus.
Ils écrivirent aussi aux principaux marchands de Londres pour les prier
de seconder leur démarche. Ils tenaient tant à leur système
d'anglification que, même encore plusieurs années après (1782), le
conseiller Finlay suggérait d'établir des écoles anglaises dans les
paroisses et de défendre l'usage, du français dans les cours de justice
après un certain nombre d'années.

Mazères, sachant que les ministres étaient contre l'octroi d'une
assemblée représentative, et en faveur d'un conseil législatif, leur
suggéra de le former de 31 membres inamovibles nommés par le gouverneur,
de décréter qu'il ne pourrait être assemblé qu'après convocation
publique, de donner aux membres le droit d'introduire des bills et de
voter comme ils l'entendraient, mais non celui d'imposer des taxes, et
enfin _de n'y admettre toujours que les protestans._ Ces suggestions ne
faisaient que justifier les méfiances des Canadiens.

Mais tandis que le parti protestant réclamait ainsi le sceptre du
pouvoir pour lui, et l'esclavage pour les catholiques, ceux-ci ne
restaient pas inactifs. Ils ne cessaient point par tous les moyens
qu'ils avaient à leur disposition, de tâcher de détruire les préjugés du
peuple anglais contre eux, préjugés que ses nationaux en Canada
cherchaient continuellement à envenimer par leurs écrits et par leurs
discours. Ils avaient aussi les yeux sur tout ce qui se passait dans les
provinces voisines. Ils ne manquaient pas d'hommes capables de juger
sainement de leur situation et de celle des intérêts de la métropole
dans ce continent, comme le prouve le mémoire prophétique mentionné dans
le discours placé en tête de cet ouvrage, et qui exposait avec une si
grande force de logique la nécessité pour l'Angleterre, si elle voulait
se maintenir en Canada, d'accorder aux habitans de cette contrée tous
les privilèges d'hommes libres, et de favoriser leur religion au lieu de
la détruire, même parmi les gens riches, par le moyen sourd, mais
infaillible des exclusions; et que ce ne serait pas avoir la liberté
d'être catholique que de ne pouvoir l'être sans perdre tout ce qui peut
attacher les hommes à la patrie. Ils tinrent des assemblées et
signèrent, dans le mois de décembre (1773), une pétition dont voici les
principaux passages: «Dans l'année 1764, Votre Majesté daigna faire
cesser le gouvernement militaire dans cette colonie pour y introduire le
gouvernement civil. Et dès l'époque de ce changement nous commençâmes à
nous apercevoir des inconvéniens qui résultaient des lois britanniques,
qui nous étaient jusqu'alors inconnues. Nos anciens citoyens, qui
avaient réglé sans frais nos difficultés, furent remerciés: cette milice
qui se faisait une gloire de porter ce beau nom sous votre empire, fut
supprimée. On nous accorda, à la vérité, le droit d'être jurés; mais, en
même temps, on nous fit éprouver qu'il y avait des obstacles pour nous à
la possession des emplois. On parla d'introduire les lois d'Angleterre,
infiniment sages et utiles pour la mère-patrie, mais qui ne pourraient
s'allier avec nos coutumes sans renverser nos fortunes et détruire
entièrement nos possessions......

«Daignez, illustre et généreux monarque, ajoutaient les Canadiens,
dissiper ces craintes en nous accordant nos anciennes lois, privilèges
et coutumes, avec les limites du Canada telles qu'elles étaient
ci-devant. Daignez répandre également vos bontés sur tous vos sujets
sans distinction.... et nous accorder, en commun avec les autres, les
droits et privilèges de citoyens anglais; alors.... nous serons toujours
prêts à les sacrifier pour la gloire de notre prince et le bien de notre
patrie.»

Cette requête qui passa pour l'expression des sentimens de la généralité
des Canadiens, ne fut signée cependant que par une très petite partie
des seigneurs et de la classe bourgeoise des villes et leurs adhérens,
lesquels pouvaient avoir raison d'espérer d'être représentés dans le
corps législatif qui serait donné au pays. Il y a lieu de croire aussi
que le clergé partagea les sentimens des pétitionnaires, quoique,
suivant son usage, s'il fit des représentations, il les fit secrètement.
Le peuple ne sortit point de son immobilité, et la croyance que les
remontrances qui se firent alors venaient de lui, n'a aucun fondement.
Il ne fit aucune démonstration publique; et dans sa méfiance, il
présumait avec raison qu'il n'obtiendrait aucune concession de
l'Angleterre, puisque le parti whig ou libéral d'alors dans le parlement
britannique, auquel il aurait pu s'adresser, était celui-là même qui
appelait avec le plus de force la proscription de tout ce qui était
français en Canada, exceptant à peine la religion. Il laissa donc faire
les seigneurs et leurs amis, qui demandaient du moins tout ce qu'il
aurait demandé lui-même, s'ils ne demandaient pas autant, et qui avaient
plus de chance de succès, en ce que leur cause devait exciter quelque
sympathie parmi les torys anglais, qui possédaient le pouvoir et qui
formaient les classes privilégiées de la métropole, dont ils pouvaient
être regardés comme l'image dans la colonie.

Leur langage, du reste, empreint d'un profond respect pour le trône,
contrastait avec celui de leurs adversaires. Ils ne demandaient point de
dépouiller personne de ses droits tout en invoquant le saint nom de la
liberté; ils ne demandaient point de proscrire toute une race d'hommes
parce que sa croyance religieuse différait de la leur; ils demandaient
seulement à jouir en commun avec les autres sujets du roi des droits et
privilèges que leur donnait cette qualité. Cette requête fut accompagnée
d'un mémoire dans lequel les pétitionnaires réclamaient également le
droit de participer aux emplois civils et militaires, droit contre
lequel Mazères, parlant au nom du parti anglais, se prononça ensuite
fortement. Ils observaient encore que la limite du Canada fixée à la
parallèle 45, à 15 lieues seulement de Montréal, resserrait trop le pays
de ce côté, et leur enlevait les meilleures terres; que les pays d'en
haut, embrassant le Détroit et Michilimackinac, devraient être restitués
au Canada jusqu'au Mississipi, pour les besoins de la traite des
pelleteries, de même que la côte du Labrador pour ceux de la pêche. Ils
ajoutaient que la colonie, par les fléaux et les calamités de la guerre
et les fréquens incendies qu'elle avait essuyés, n'était pas encore en
état de payer ses dépenses, et conséquemment de former une chambre
d'assemblée; qu'un conseil plus nombreux qu'il n'avait été jusque là,
composé d'anciens et nouveaux sujets, serait beaucoup plus à propos....
et, enfin, qu'ils espéraient d'autant plus cette grâce que les nouveaux
sujets possédaient plus des dix douzièmes des seigneuries et presque
toutes les terres en roture.

La déclaration relative à la chambre d'assemblée, a été invoquée depuis
pour accuser les signataires canadiens de vues étroites et intéressées.
Mais ceux-ci voyant qu'il était impossible d'obtenir une chambre
élective où, contrairement à la constitution anglaise, les catholiques
pussent être admis, préférèrent sagement assurer la conservation de leur
religion et de leurs lois en demandant un simple conseil législatif à la
nomination du roi, qu'une chambre populaire dont ils auraient été
exclus, et qui aurait été formée d'ennemis déclarés de leur langue et de
toutes leurs institutions sociales, d'hommes enfin qui, dans le moment
même, voulaient les exclure des emplois publics, et qui auraient sans
doute signalé l'existence du régime électif par la proscription de tout
ce qu'il y a de plus cher et de plus vénérable parmi les hommes, la
religion, les lois et la nationalité.

Les demandes des Canadiens furent accueillies comme elles devaient
l'être dans les circonstances où se trouvait l'Angleterre par rapport à
l'Amérique, et servirent de base à l'acte de 74, qui ne formait, du
reste, qu'une partie d'un plan plus vaste embrassant toutes les colonies
anglaises de ce continent, dont la puissance croissante effrayait de
plus en plus la métropole, et dont l'attitude depuis la paix, exposée
brièvement dans le chapitre suivant, fera connaître les vrais motifs de
la politique de l'Angleterre à cette époque concernant le Canada. En
même temps pour consoler de son échec le parti de la proscription,
Mazères lui écrivait, «qu'il pensait que les habitans de la province
seraient plus heureux de là à 7 ou 8 ans sous le gouvernement établi par
l'acte de 74, que sous l'influence d'une assemblée où les papistes
seraient admis,» paroles qui le font mieux connaître que tout ce que
l'on pourrait dire.



                             CHAPITRE II.

                        RÉVOLUTION AMÉRICAINE.

                                 1775.


Difficultés entre l'Angleterre et ses anciennes colonies: leurs
causes.--Divisions dans le parlement impérial à ce sujet.--Avènement de
lord North au ministère.--Troubles à Boston.--Mesures coercitives de la
métropole, qui cherche à s'attacher le Canada par des
concessions.--Pétitions opposées des Canadiens et des Anglais: motifs
des délais pour décider entre les deux partis.--Acte de 74 dit de
Québec; débats dans la chambre des communes.--Congrès de Philadelphie;
il met l'acte de Québec au nombre de ses griefs.--Ses adresses à
l'Angleterre et aux Canadiens.--Le général Carleton revient en
Canada.--Sentimens des Canadiens sur la lutte qui se prépare.--Premières
hostilités.--Surprise de Carillon, St.-Frédéric et St.-Jean.--Guerre
civile.--Bataille de Bunker's hill.--Envahissement du
Canada.--Montgomery et Arnold marchent sur Québec au milieu des
populations qui se joignent à eux ou restent neutres: Montréal et les
Trois-Rivières tombent en leur pouvoir.--Le gouverneur rentre en fugitif
dans la capitale devant laquelle les insurgés mettent le siège.


Toutes les colonies de l'Amérique septentrionale étaient en rupture
ouverte avec l'Angleterre. Elles marchaient à grands pas vers la
révolution qui devait assurer leur indépendance. Depuis celle de 1690,
qui opéra de si grands changemens dans leurs constitutions, la métropole
n'avait pas cessé de chercher à restreindre leurs privilèges, surtout
ceux de leur commerce. Nous avons vu dans une autre partie de cette
histoire quelle cause avait amené ces changemens, et quel était le
caractère des habitans de ces anciennes provinces, unis de principes et
de sentimens au parti républicain ou libéral de leur temps dans la
mère-patrie. Il n'est donc pas étonnant de les voir aujourd'hui
repousser les prétentions d'une métropole devenue beaucoup plus
monarchique qu'elle S'avait été autrefois. Après l'acte de navigation
passée pour restreindre la marine des colonies, elle avait défendu en
1732 l'exportation des chapeaux et des tissus de laine d'une province à
l'autre, l'importation l'année suivante du sucre, du rum et de la
mélasse sans payer des droits exorbitans, et en 1750 l'établissement
d'usines de laminage des métaux, et la coupe des bois de pin et sapin
dans les forêts, etc. Enfin elle prétendait avoir une autorité
incontestable et illimitée sur les colonies, et il faut abuser
étrangement de son intelligence pour refuser de reconnaître ce droit,
disait un membre du parlement, qui ajoutait que la trahison et la
révolte étaient des fruits propres et particuliers au sol du
Nouveau-Monde. Les opinions avaient varié en Amérique sur ces grandes
questions suivant les temps et les circonstances. La
Nouvelle-Angleterre, pour ne point paraître soumise à la
Grande-Bretagne, lorsqu'elle acquiesçait à un acte du parlement
impérial, imprimait à cet acte un caractère particulier en le
promulguant comme s'il venait d'elle-même. Les autres provinces de même
avaient toujours vu avec répugnance les prétentions de la métropole, et
si elles s'y étaient soumises quelquefois en silence, c'est parce
qu'elles ne s'étaient pas crues en état de pouvoir y résister; mais leur
force augmentait tous les jours. La population de ces colonies qui était
de 262,000 âmes, vers 1700, s'élevait, en 1774, à 3 millions environ.
Après le traité de Paris de 63, la politique de cette métropole devint
encore plus restrictive et plus exigeante. Elle voulut rendre son
pouvoir presqu'absolu sur ses provinces d'outre-mer, et en tirer un
revenu direct pour l'aider à payer l'intérêt de la dette nationale
qu'elle avait fort augmentée par la guerre du Canada, qui avait coûté
aussi, dit-on, 2 millions et demi aux Américains. On avait déjà suggéré
ce projet à Walpole qui avait répondu: «J'ai contre moi toute la vieille
Angleterre, voulez-vous encore que la jeune Angleterre devienne mon
ennemie?» Le ministre Grenville qui tenait plus à garder sa place que
son prédécesseur, proposa en parlement, contre son propre jugement et
pour complaire à George III, les résolutions qui devaient servir de base
à l'acte du timbre: elles furent adoptées sans opposition dans le mois
de mars 1764.

Toutes les colonies protestèrent contre la prétention de les taxer. Si
cette prétention, disaient les hommes austères du Massachusetts,
d'imposer les colonies à son profit et à sa convenance venait à réussir,
il en résulterait un système d'oppression qui bientôt deviendrait
insupportable, car une fois établi il serait presqu'impossible de s'en
délivrer, ni même de le modifier. Ils n'étaient pas représentés,
ajoutaient-ils, au parlement d'Angleterre: qui empêcherait la chambre
des communes de chercher à se soulager à leurs dépens du poids des
impôts? Et, du reste, en leur qualité de sujets anglais ils soutenaient
qu'ils ne pouvaient être taxés que par leurs propres représentans.

Les Américains avaient d'ailleurs d'autres sujets de plainte. L'aspect
d'une force militaire permanente dans leur pays les gênait beaucoup;
l'augmentation des salaires accordés aux juges leur paraissait un moyen
adroit de diminuer leur indépendance; les gouverneurs de provinces qui
n'étaient plus nommés comme autrefois par les habitans, se montraient
toujours disposés à prendre des mesures arbitraires. Malgré l'opposition
que le projet de les taxer souleva, les résolutions de Grenville furent
incorporées dans un acte que le parlement impérial passa l'année
suivante (1765) pour établir en Amérique les mêmes droits de timbre que
dans la Grande-Bretagne. Franklin, agent du Massachusetts à Londres,
écrivit aux colonies: «Le soleil de la liberté est passé sous l'horison,
il faut que vous allumiez les flambeaux de l'industrie et de
l'économie.» Les colons résolurent de ne faire aucun usage des
marchandises anglaises, ce qui effraya les marchands de la métropole et
les rallia aux partisans de la cause américaine. La Virginie, sous
l'inspiration du célèbre patriote Patrick Henry, commença l'opposition à
l'acte du timbre. Par les résolutions qu'il présenta à la chambre et qui
passèrent après de longs débats, il fut déclaré que le peuple n'était
pas tenu d'obéir aux lois d'impôt qui n'étaient pas votées par ses
représentais, et que tout homme qui soutiendrait le contraire était
l'ennemi des colonies. Dans la chaleur de la discussion, il parla avec
la plus grande hardiesse. Faisant allusion au sort des tyrans: «César,
dit-il, a eu son Brutus, Charles I son Cromwell, et George III.... Ici
il s'arrêta au milieu des cris de trahison! trahison!.... et George III,
continua-t-il, pourra profiter de leur exemple. Si c'est là de la
trahison, qu'on me le fasse voir.» Il y eut des émeutes en plusieurs
endroits et surtout à Boston, où la population démolit le bureau du
timbre. A Philadelphie, lorsque le vaisseau qui apportait le papier
timbré entra dans le port, les navires hissèrent leurs pavillons à
mi-mât, et les cloches, enveloppées de crêpe noir, sonnèrent lugubrement
jusqu'au soir. Enfin, un congrès, composé des députés de la plus grande
partie des provinces, s'assembla à New-York et vota une déclaration de
leurs droits, et des pétitions au parlement impérial contre, la
prétention de la métropole. L'opposition devint si formidable que les
préposés du timbre furent partout contraints de renoncer publiquement à
leurs fonctions ou de retourner en Europe. Les officiers de la justice,
les avocats, etc., s'engagèrent à suspendre tout exercice de leurs
charges plutôt que de se soumettre au nouvel impôt. La populace brûlait
les marchandises estampillées sur le rivage au milieu des cris de joie.
Les marchands cessèrent tout commerce avec l'Angleterre. En même temps
que ces mesures donnaient l'impulsion à l'industrie locale, le commerce
de la métropole tombait dans une stagnation ruineuse, qui jettait le
gouvernement impérial dans le plus grand embarras, quelques ministres
penchant pour la coercition, les autres pour les tempéramens.

Le parlement anglais s'ouvrit en 1766 sous les auspices les plus
sombres. La misère et le mécontentement agitaient tout l'empire. Menacé
d'une révolution, le ministère proposa lui-même, appuyé par Pitt et par
Burke, de rapporter, en stipulant une réserve de droits, l'acte qui
avait allumé la colère des colonies. Les débats où les orateurs des deux
partis se surpassèrent par la hauteur et la beauté de l'éloquence,
portée alors à son comble dans le sénat anglais, furent très longs; mais
ils se terminèrent à l'avantage des ministres. Pour se populariser
davantage, ils firent passer plusieurs lois toutes favorables au
commerce colonial, et obtinrent de la France la liquidation des papiers
du Canada dûs depuis la cession. Le rapport de la loi du timbre, reçu
avec joie en Amérique, y suspendit quelque temps l'opposition hostile
qui s'y était formée; mais bientôt d'autres difficultés s'élevèrent
entre le gouverneur et l'assemblée du Massachusetts. Le ministère
Grenville était tombé, et Pitt, devenu lord Chatham, était remonté aux
affaires. Par une de ces inconséquences qui ne s'expliquent que par
l'ambition ou la faiblesse des hommes, les nouveaux ministres, dont
plusieurs s'étaient exprimés avec tant de force contre le droit de taxer
les colonies, surtout lord Chatham, proposèrent en 67 d'imposer le
verre, le thé, le papier, etc., importés en Amérique. Leur proposition
fut convertie en loi; et afin de se faire craindre des colons, le
parlement impérial suspendit par le même acte l'assemblée représentative
de la Nouvelle-Yorke, parce qu'elle refusait de reconnaître sur ce point
la juridiction de la Grande-Bretagne; preuve, du reste, que les
prétendus amis qu'ont les colons dans les métropoles sont souvent mus
moins par un sentiment de justice en leur faveur, que par un esprit
d'opposition aux ministres du jour.

Bientôt après le ministère Grafton, composé, suivant Junius, de
déserteurs de tous les partis, remplaça celui de lord Chatham, qui
conserva lui-même cependant son poste dans ce remaniement, mais qui
avait déjà perdu toute sa popularité. Le nouveau projet de taxation
éprouva encore plus d'opposition en Amérique que l'acte du timbre. Le
Massachusetts donna le premier l'exemple de la résistance, et forma une
convention générale. L'arrivée du général Gage avec 4 régimens et un
détachement d'artillerie fit suspendre un instant ces démonstrations;
mais le feu couvait sous la cendre, et était entretenu par les
associations qui s'étaient formées dans toutes les provinces. Les
nouvelles mesures de la métropole précipitaient les événemens. Le
parlement passa une adresse au roi pour l'autoriser à envoyer une
commission spéciale à Boston, afin d'y juger les opposans comme
coupables de haute trahison. Les colons résolurent encore une fois de
suspendre les relations commerciales avec l'Angleterre, dont les
exportations en Amérique diminuèrent cette seule année (1769) de 740,000
louis. Ce résultat alarma de nouveau les marchands anglais, et le
ministère se vit contraint d'annoncer qu'il allait proposer la
révocation de la nouvelle loi d'impôt sur tous les articles qui y
étaient mentionnés, excepté le thé conservé comme marque du droit de
souveraineté. C'était à la fois annoncer sa faiblesse et laisser
subsister le germe des discordes.

Sur ces entrefaites, en 1770, lord North prit en main la direction des
affaires. Il fit passer la proposition de son prédécesseur en loi. Dans
le même temps des troubles sérieux avaient éclaté à Boston entre les
citoyens et les soldats, et l'on n'avait pu les appaiser qu'en faisant
sortir ceux-ci de la ville. L'alarme gagnait toutes les provinces et
toutes les classes, qui jettaient les yeux sur l'avenir avec inquiétude;
mais la grande majorité des colons était décidée de défendre ses droits
à main armée s'il était nécessaire. Ils organisaient partout leur
résistance. Devenus plus modérés dans la forme, ils ne voulaient rien
abandonner du fond, et ils étaient prêts à subir tous les sacrifices
pour assurer le triomphe de leur cause. Le Massachusetts donnait
l'exemple, dirigé par Otis, Adam et Hancock. Il fut aisé bientôt de
prévoir que ni l'Angleterre, ni l'Amérique ne céderaient rien de leurs
prétentions, et que de la plume on en appellerait à l'épée. En 73 le
parlement impérial passa un acte pour autoriser la compagnie des Indes
orientales à importer le thé en Amérique à la charge de payer les droits
imposés par l'acte de 67. Dans plusieurs provinces on força les
cosignataires de cette denrée à renoncer à leurs entrepôts. A Boston
l'on se saisit de plusieurs des entreposeurs, et on promena dans les
rues les plus rebelles, le corps enduit de goudron et couvert de plumes;
on détruisit ou l'on jeta à l'eau les cargaisons de thé de trois
navires. En d'autres endroits l'on commit les mêmes désordres. Lord
North, impatienté de l'audace des Bostonnais, voulut les punir. Il
introduisit un bill dans la chambre des communes pour tenir leur ville
rebelle comme en état de blocus: il aurait été détendu de prendre terre
dans le port, d'y charger ou décharger des navires, d'y recevoir ou
apporter des marchandises. Ce bill suscita une vive opposition, mais il
passa. «Détruisez, détruisez, disait un de ses défenseurs, ce repaire
d'insectes malfaisans.» Deux autres bills de coercition, dirigés contre
toutes les provinces do l'Amérique, furent encore présentés par le
ministère. Dans l'un on restreignait spécialement les libertés du
Massachusetts, et déclarait contraires aux lois, toutes les assemblées
publiques non spécialement autorisées par le gouverneur; dans l'autre on
mettait à l'abri de toutes recherches judiciaires les officiers qui se
serviraient de la force et même qui tueraient soit en exécutant la loi,
soit en apaisant les émeutes. C'était ce qu'on appelait en Canada, après
les troubles de 1838, un bill d'indemnité, ingénieuse fiction inventée
pour légaliser la tyrannie. La passation de ces deux derniers bills
n'éprouva pas moins d'opposition que le premier. Fox, le colonel Barré,
Burke, Chatham s'élevèrent contre ces mesures. «Nous avons passé le
Rubicon, dit-on, dans la chambre haute; le mot d'ordre autour de nous,
c'est: _Delenda Carthago_. Eh bien! prenez-y garde, s'écriait Barré. Les
finances de la France sont aujourd'hui dans un état florissant; vous la
verrez intervenir dans nos querelles avec l'Amérique, en faveur des
Américains.» En effet, Choiseul avait habilement préparé à sa patrie les
moyens de tirer une vengeance éclatante de la perte du Canada. Un autre
orateur mit encore plus de véhémence dans ses paroles:

«J'espère, dit-il, que les Américains résisteront de tout leur pouvoir à
ces lois de destruction; je le désire au moins. S'ils ne le font pas, je
les regarderai comme les plus vils de tous les esclaves.» Enfin, le
ministère proposa un quatrième bill, l'acte de 74, pour réorganiser le
gouvernement du Canada, nommé alors province de Québec. C'était le
complément du plan général d'administration imaginé pour l'Amérique. Ce
bill qui imposait un gouvernement absolu à cette province, acheva de
persuader les anciennes colonies des arrière-pensées de l'Angleterre
contre leurs libertés, à en juger d'après sa politique rétrograde depuis
1690. C'était à leurs yeux l'exemple le plus dangereux et le plus
menaçant. Elles se récrièrent, et protestèrent surtout contre la
reconnaissance du catholicisme comme religion établie en Canada, plus
probablement par politique, connaissant les vieux préjugés de
l'Angleterre contre cette religion, que par motif de conscience,
puisqu'elles admirent peu après les catholiques au droit de citoyenneté
dans leur révolution.

L'on connaît tous les plans qui ont été successivement proposés depuis
63 pour gouverner le Canada; les tentatives avortées pour en mettre
quelques-uns à exécution, les investigations et les nombreux rapports
présentés sur cette importante matière par les principaux fonctionnaires
de cette colonie, ainsi que par le Bureau du Commerce et des Plantations
et les officiers de la couronne en Angleterre; enfin les requêtes des
colons eux-mêmes, français et anglais, pour demander un meilleur
gouvernement, et la prétention mise en avant par ces derniers d'exclure
les catholiques des emplois publics et des chambres; prétention qui a
été, comme nous l'avons déjà observé, la cause de la lutte et de la
rivalité de races qui existe en ce pays, et qui n'a fait que donner plus
de vitalité à la nationalité franco-canadienne. Toutes ces pièces
avaient été soumises aux délibérations du conseil d'état. Dès 67 la
chambre des lords avait déclaré qu'il était nécessaire d'améliorer le
système gouvernemental du Canada. Le Bureau du Commerce avait même
appelé auprès de lui le gouverneur Carleton pour s'aider de ses lumières
et de ses pensées dans la nouvelle voie qu'il voulait prendre. En 1764
l'esprit du gouvernement anglais était complètement hostile aux
Canadiens; en 74, les choses avaient changé; ses préjugés s'étaient
tournés contre les Américains et les chambres d'assemblées coloniales.
L'intérêt triomphait de l'ignorance et de la passion. L'abolition
permanente des anciennes institutions du Canada devait avoir
infailliblement l'effet de réunir ses habitans aux mécontens des autres
colonies anglaises; on le savait, on retarda conséquemment le règlement
de la question canadienne d'année en année jusqu'à ce que l'on se vît
obligé de sévir contre le Massachusetts et d'autres provinces du sud. Le
rétablissement des lois françaises dépendit long-temps du résultat de la
tentative de taxer les colonies. L'opposition invincible de celles-ci
contribua à décider le ministère à écouter les remontrances des
Canadiens. Et en se rendant à leurs voeux, il servait doublement sa
politique; il attachait le clergé et la noblesse à la cause de la
métropole, et il amenait le peuple à reconnaître sa suprématie en
matière de taxation; car dans l'opinion des Canadiens cette
reconnaissance était un faible dédommagement pour leur conservation et
pour entrer dans le partage des droits politiques accordés aux autres
sujets anglais, qui voulaient les en exclure.

Le comte de Dartmouth, secrétaire des colonies, introduisit donc le bill
en question dans la chambre des lords, qui l'adopta sans opposition. Ce
bill reculait de toutes parts les limites de la province de Québec
telles que fixées dix ans auparavant, de manière à les étendre d'un côté
à la Nouvelle-Angleterre, à la Pennsylvanie, à la Nouvelle-Yorke, à
l'Ohio et à la rive gauche du Mississipi, et de l'autre jusqu'au
territoire de la Compagnie de la baie d'Hudson.[53] Il conservait aux
catholiques les droits que leur avait assurés la capitulation, et les
dispensait du serment du test; il rétablissait les anciennes lois
civiles avec la liberté de tester de tous ses biens, et confirmait les
lois criminelles anglaises. Enfin il donnait à la province un conseil de
17 membres au moins et de 23 au plus catholiques ou protestans, qui
exercerait, au nom du prince et sous son veto, tous les droits d'une
administration supérieure moins celui d'imposer des taxes, si ce n'est
pour l'entretien des chemins et des édifices publics. Le roi se
réservait au surplus le privilège d'instituer les cours de justice
civiles, criminelles ou ecclésiastiques. Si ce projet de loi passa à
l'unanimité dans la chambre des lords, il n'en fut pas ainsi dans celle
des communes, où il souleva une violente opposition. Les débats durèrent
plusieurs jours. Les marchands de Londres, poussés par leurs
compatriotes d'outre-mer, firent des remontrances et employèrent un
avocat pour défendre leur cause devant la chambre, qui voulut entendre
aussi des témoins. Le gouverneur Carleton qui rendit un excellent
témoignage des Canadiens, le juge-en-chef Hey, M. de Lotbinière, Mazères
et Marriott furent interrogés. Ce dernier se trouva dans une situation
singulière. Ne pouvant pas, à cause de sa charge d'avocat du roi,
s'opposer au bill du ministère, il dut éluder toutes les questions qu'on
lui posa, pour ne pas contredire son rapport au conseil d'état dont nous
avons parlé ailleurs, et qui était sur plusieurs points contraire au
projet de loi; il se tira de ce mauvais pas avec une présence d'esprit
admirable, mais en montrant que le sort d'un peuple colonial peut être
le jouet d'un bon mot.

[Note 53: En 1775 un projet de pacification des colonies fut proposé par
Franklin au ministère. Il y demandait que l'acte de Québec fut rapporté,
et qu'un gouvernement libre fut établi en Canada. Les ministres
répondirent que cet acte pourrait être amendé de manière à réduire la
province à ses anciennes limites, e'est-à-dire à celles fixées par la
proclamation de 1764.--(Ramsay, _History of the American Revolution_).]

Parmi les membres qui s'opposèrent au bill, se trouvaient Townshend,
Burke, Fox et le colonel Barré. La plupart s'élevèrent contre le
rétablissement des lois françaises et le libre exercice de la religion
catholique. Ils auraient voulu une chambre représentative; mais à la
manière dont ils s'exprimaient et à leurs réticences étudiées, on ne
devait pas espérer d'y voir admettre de catholiques. C'était la liberté
de tyranniser les Canadiens qu'ils voulaient donner à une poignée
d'aventuriers. Telles sont les contradictions des hommes que les amis de
la cause des libertés anglo-américaines dans le parlement impérial,
étaient précisément ceux qui demandaient avec le plus d'ardeur
l'asservissement politique des Canadiens. Fox fut le seul dont la noble
parole s'éleva au-dessus des préjugés vulgaires et nationaux. «Je suis
porté à croire, dit-il, d'après toutes les informations que j'ai
obtenues, qu'il convient d'établir une chambre représentative en
Canada.... Je dois dire que les Canadiens sont le premier objet de mon
attention, et je maintiens que leur bonheur et leurs libertés sont les
objets propres qui doivent former le premier principe du bill; mais de
quelle manière leur assurer ces avantages sans une chambre, je n'en sais
rien.... Jusqu'à présent je n'ai pas entendu donner une seule raison
contre l'établissement d'une assemblée. Nous avons ouï dire beaucoup de
choses sur le danger qu'il y aurait de remettre une portion du pouvoir
entre les mains des Canadiens; mais comme des personnes de la plus
grande conséquence dans la Colonie sont, dit-on, attachées aux lois et
aux coutumes françaises, en préférant un conseil législatif à une
assemblée, ne mettons-nous pas le pouvoir dans les mains de ceux qui
chérissent le plus le gouvernement français. Personne n'a dit que la
religion des Canadiens put être un obstacle à l'octroi d'une assemblée
représentative, et j'espère ne jamais entendre faire une pareille
objection; car celui qui a conversé avec des catholiques, ne voudra
jamais croire qu'il y a quelque chose dans leurs vues d'incompatible
avec les principes de la liberté politique. Les principes de la liberté
politique, quoique inusités dans les pays catholiques, y sont aussi
chéris et révérés par le peuple que dans les pays protestans. S'il y
avait du danger, je le craindrais plus des hautes classes que des
classes inférieures.» Fox fut presque le seul qui réclama en faveur des
catholiques dans la chambre des communes. Le premier ministre, lord
North, répliqua aussitôt: «Est-il sûr pour l'Angleterre, car c'est
l'Angleterre que nous devons considérer, de mettre le principal pouvoir
entre les mains d'une assemblée de sujets catholiques? Je conviens avec
l'honorable monsieur que les catholiques peuvent être honnêtes,
capables, dignes, intelligens, avoir des idées très justes sur la
liberté politique; mais je dois dire qu'il y a quelque chose dans cette
religion qui fait qu'il ne serait pas prudent pour un gouvernement
protestant d'établir une assemblée composée entièrement de catholiques.»
(_Cavendish's Debates_). Il est certain que la religion fut l'un des
motifs ostensibles qui empêchèrent le gouvernement de nous donner alors
une chambre élective, comme la crainte de voir les Canadiens joindre
leur cause à celle des Américains, l'engagea à leur restituer leurs
lois.

La restitution de ces lois et le libre exercice de leur religion étaient
deux choses si justes et si naturelles en elles-mêmes que l'opposition
ne pouvait guère les attaquer de front: «Quoi, disait lord Thurlow, ce
que vous prétendez, ce serait l'extrême misère. Pour rendre
l'acquisition profitable et sûre, voici la conduite qu'il faut suivre.
L'on doit changer les lois qui ont rapport à la souveraineté française,
et les remplacer par celles qu'exige la nouvelle souveraineté; mais pour
toutes les autres lois, toutes les autres coutumes ou institutions qui
sont indifférentes aux rapports qui doivent exister entre les sujets et
le souverain, l'humanité, la justice et la sagesse, tout conspire à vous
engager à les laisser aux habitans comme auparavant,... Mais on dit que
les Anglais portent leur constitution politique partout où ils vont, et
que c'est les opprimer que de les priver d'aucune de leurs lois.... moi
j'affirme que si un Anglais va dans un pays conquis par sa patrie, il
n'y porte pas les diverses idées des lois qui doivent y prévaloir du
moment qu'il y met le pied, car soutenir une pareille idée serait aussi
raisonnable que de prétendre, que quand un Anglais va à Guernesey, les
lois de la ville de Londres l'y suivent. L'opposition fit une guerre de
chicanes. Quant à l'établissement d'un conseil à la nomination du roi au
lieu d'une chambre représentative pour faire les lois, elle avait un
champ superbe devant elle. Fox sut en profiter; mais la plupart des
membres de l'opposition parlèrent avec un embarras marqué, gênés sans
doute par leurs préjugés religieux; et après que lord North eut donné
son opinion sur le danger d'une chambre catholique, un d'eux, M.
Pultency, s'écria maladroitement; «Mais parce que l'on ne peut pas
donner la meilleure espèce d'assemblée possible, à cause de la
supériorité des catholiques, il ne s'en suit pas que l'on ne peut pas en
donner du tout.» C'était demander des privilèges exclusifs pour les
protestant; dès lors la justice était violée et l'opposition perdit sa
force dans le débat sur ce point, car elle ne pouvait plus en appeler à
la fidélité des colons anglais, puisque ces mêmes colons s'armaient
alors de toutes parts contre tour métropole; et quant à l'assertion que
l'on voulait répandre le culte catholique en Amérique et ruiner la
religion de l'état, elle ne méritait pas d'être repoussée.

Le bill fut donc adopté après avoir subi quelques amendement, que la
chambre des lords approuva malgré l'éloquence de Chatham, qui qualifia
le projet de mesure cruelle, oppressive et odieuse, et qui en appela
vainement aux évêques d'Angleterre pour qu'ils s'élevassent avec lui
contre un acte qui tendait à établir une religion ennemie dans un pays
plus étendu que la Grande-Bretagne. Ainsi, notre langue et nos lois
finissaient par se relever de leur chute, comme la même chose s'était
vue autrefois en Angleterre même, où la langue légale fut, après la
conquête normande, française puis latine, et enfin celle du peuple
vaincu, l'anglaise, «grande et salutaire innovation sans doute, dit lord
Brougham, très critiquée et très redoutée de son temps.»

La ville de Londres n'eut pas plutôt appris la passation de l'acte de
74, qu'elle s'assembla et adopta une adresse au roi pour le prier d'y
refuser sa sanction. Elle disait que ce bill renversait les grands
principes fondamentaux de la constitution britannique; que les lois
françaises ne donnaient aucune sécurité pour les personnes et les biens;
que le bill violait la promesse faite par la proclamation de 63,
d'établir les lois anglaises; que la religion catholique était idolâtre
et sanguinaire, et que Sa Majesté et sa famille avaient été appelées,
comme protestans, sur le trône de l'Angleterre pour remplacer les Stuart
catholiques; que le pouvoir législatif était placé entre les mains de
conseillers amovibles nommés par la couronne, etc. Le lord-maire,
accompagné de plusieurs aldermen et de plus de 150 conseillers de la
cité, se présenta au palais de St.-James avec son adresse. Le grand
chambellan parut et l'informa que le roi ne pouvait prendre connaissance
d'un projet de loi passé par les deux chambres avant qu'il eût été
soumis à son assentiment, et qu'il ne devait pas par conséquent attendre
d'autre réponse. George III partait dans le moment même pour aller
proroger le parlement à Westminster. Il sanctionna le bill en observant
«qu'il était fondé sur les principes de justice, et d'humanité les plus
manifestes, et qu'il ne doutait pas qu'il aurait le meilleur effet pour
calmer l'inquiétude et accroître le bonheur de ses sujets canadiens.»
Cette remarque adoucit dans l'esprit de ceux-ci l'amertume des sentimens
exprimés par l'opposition à leur égard. Un autre acte fut passé ensuite
pour abolir les anciens droits de douane, qui constituaient les seuls
impôts établis par les Français en ce pays, et pour en substituer
d'autres sur les boissons, afin de faire face aux dépenses portées au
budget pour l'administration civile et judiciaire de la province.

Mazères écrivit aussitôt aux protestans du Canada pour les informer de
tout ce qui s'était passé. On s'assembla et l'on résolut de présenter
des adresses aux trois branches du parlement impérial, et de demander la
révocation de la nouvelle loi organique. Dans celle à la chambre des
communes, les pétitionnaires cherchèrent à accroître leur importance et
à déprécier celle de leurs adversaires, qu'ils voulaient dominer à toute
force, et prétendirent, sans même trop voiler leur but, que les 75,000
Canadiens devaient se soumettre aux lois, qu'eux; qui n'étaient que
3,000, voudraient bien trouver bonnes et convenables. Les Canadiens
s'apercevaient tous les jours qu'ils avaient eu grande raison de refuser
une chambre représentative composée exclusivement de protestans.

L'agitation de ce parti pour faire rapporter l'acte en question, se
communiqua aux Canadiens, qui se réunirent et se prononcèrent dans le
sens contraire. Il parut, à la fin de décembre, une lettre anonyme qui
renfermait en peu de mots leurs sentimens sur le débat du jour, et qui
fit assez de sensation pour que Mazères crût devoir la mettre sous les
yeux du public d'Angleterre, et la réfuter longuement dans les deux
volumes qu'il publia en 75, à l'appui des prétentions du parti qu'il
représentait. Cette lettre, écrite sans art, mais avec sincérité et qui
circula parmi la population canadienne, fit une grande impression:
«Quelques Anglais, y disait-on, travaillent à nous indisposer contre les
derniers actes du parlement qui règlent le gouvernement de cette
province. Ils déclament surtout contre l'introduction de la loi
française, qu'ils vous représentent comme favorisant la tyrannie. Leurs
émissaires répandent parmi les personnes peu instruites, que nous allons
voir revivre les lettres de cachet; qu'on nous enlèvera nos biens malgré
nous; qu'on nous traînera à la guerre et dans les prisons; qu'on nous
accablera d'impôts; que la justice sera administrée d'une manière
arbitraire; que nos gouverneurs seront despotiques; que la loi anglaise
nous eût été plus avantageuse; mais la fausseté de ces imputations ne
saute-t-elle pas aux yeux? Y a-t-il quelque connexion entre les lois
françaises et les lettres de cachet, les prisons, la guerre, les impôts,
le despotisme des gouverneurs?--Sous cette loi, à la vérité, nos procès
ne seront plus décidés par un corps de jurés, où président souvent
l'ignorance et la partialité. Mais sera-ce un mal?--La justice anglaise
est-elle moins coûteuse?--Aimeriez-vous que vos enfans héritassent à
l'anglaise, tout à l'aîné, rien aux cadets?--Seriez-vous bien aise qu'on
vous concédât vos terres aux taux de l'Angleterre?--Voudriez-vous payer
la dîme à dixième gerbe, comme en Angleterre?--La loi française
n'est-elle pas écrite dans une langue que vous entendez?--La loi
française a donc pour vous toute sorte d'avantages: et les Anglais
judicieux, tels qu'il s'en trouve un grand nombre dans la colonie,
conviennent qu'on ne pourra nous la refuser avec équité.

«Aussi n'est-ce pas là le point qui choque davantage ces citoyens
envieux dans les actes du parlement, dont ils voudraient obtenir la
révocation. Le voici ce point qu'ils vous cachent, mais qui se révèle
malgré eux. L'un de ces actes non seulement vous permet le libre
exercice de la religion catholique, mais il vous dispense de sermens qui
y sont contraires; et, par là, il vous ouvre une porte aux emplois et
aux charges de la province. Voilà ce qui les révolte! voilà ce qui les
fait dire dans les papiers publics: «Que c'est un acte détestable,
abominable, qui autorise une religion sanguinaire, qui répand partout
l'impiété, les meurtres, la rébellion.» Ces expressions violentes nous
marquent leur caractère, et le chagrin qu'ils ont de n'avoir point une
assemblée, dont ils se proposaient de vous exclure en exigeant de vous
des sermens que votre religion ne vous aurait pas permis de prêter,
comme ils ont fait à la Grenade.

«Par ce moyen ils se seraient vus seuls maîtres de régler tous vos
intérêts, civils, politiques et religieux. Vous pouvez vous instruire de
leurs desseins en lisant les adresses qu'ils ont envoyées à Londres. Ils
y représentent au roi: «Que les sujets protestans sont en assez grand
nombre en cette province pour y établir une assemblée.» Ce mot nous les
démasque. Une poignée d'hommes, que le commerce avantageux qu'ils ont
fait avec nous vient, pour la plupart de tirer de la poussière, veulent
devenir nos maîtres et vous réduire à l'esclavage le plus dur. Je le
répète, je ne parle que des Anglais du comité de Montréal et de quelques
marchands de Québec, qui demandent la révocation de cet acte. Il faut
que ces gens-là nous croient bien simples et bien aveugles sur nos
propres intérêts, pour nous proposer de nous opposer à un acte que nous
avions demandé.... On parle de la levée d'un régiment canadien. On se
sert de cette circonstance pour vous dire qu'on vous forcera à vous
enrôler et à aller faire la guerre au loin: et, d'un bienfait qu'on a
sollicité pour vous, on vous en fait un objet de terreur. Serait-ce donc
un malheur pour la colonie s'il y avait un régiment canadien de quatre à
cinq cents hommes, dont tous les officiers seraient Canadiens? Cela ne
rendrait-il pas à quantité de familles respectables un lustre qui
rejaillirait sur toute la colonie? On augure mal de votre courage,
puisqu'on cherche à vous effrayer par-là.» Cette logique pressée était
sans réplique.

Cependant lord Camden présenta (mai 15) à la chambre haute la pétition
du parti protestant, et introduisit en même temps un projet de loi pour
révoquer l'acte de l'année précédente. Mais ce projet fut rejeté sur
motion du comte de Dartmouth, ministre des colonies. La même tentative,
faite dans la chambre des communes par sir George Savile, éprouva le
même sort.

Mais tandis que l'acte de Québec tendait à concilier les Canadiens à la
métropole, l'acte qui ordonnait la fermeture du port de Boston, portait
jusqu'à leur dernier degré la colère et l'indignation des autres
colonies. L'assemblée de Boston nomma un comité pour convoquer un
congrès général, et un autre pour tracer au peuple des règles de
conduite sous forme de recommandation; et les habitans furent invités à
discontinuer l'usage du thé et des autres articles venant de la
Grande-Bretagne, jusqu'à ce qu'on eût obtenu d'elle la justice que l'on
demandait. Le congrès s'assembla dans le mois de septembre à
Philadelphie, et siégea jusqu'au 26 Octobre; douze provinces, contenant
près de 3 millions d'hommes, y étaient représentées par leurs députés;
il n'y manquait que ceux du Canada et de la Géorgie pour embrasser
toutes les colonies anglaises du continent. Le congrès commença par
faire une déclaration des droits de l'homme. Il adopta ensuite diverses
résolutions, dans lesquelles il exposa avec détail les griefs des colons
au nombre desquels il plaça l'acte du Canada que venait de passer le
parlement impérial; acte, disait-on, qui établit dans ee pays la
religion catholique, abolit le système équitable des lois anglaises, et
y érige, vu la différence de religion, de lois et de gouvernement, une
tyrannie au grand danger des libertés des colonies qui l'avoisinent, et
qui ont contribué de leur sang et de leur argent à sa conquête. «Nous ne
pouvons, disait-il insensément, nous empêcher d'être étonné qu'un
parlement britannique ait jamais consenti à établir en Canada une
religion qui a inondé l'Angleterre de sang, et qui a répandu l'impiété,
l'hypocrisie, la persécution, le meurtre et la révolte dans toutes les
parties du monde.» Ce langage n'eut été que fanatique, si ceux qui le
tenaient eussent été sérieux; il était insensé et puérile dans la bouche
d'hommes qui songeaient déjà à inviter les Canadiens à se joindre à leur
cause. Cette déclaration relative à l'acte de 74 était donc fort
inconsidérée; elle ne produisit aucun bien en Angleterre, et fit perdre
peut-être le Canada à la cause de la confédération. Si le congrès s'en
fût tenu à une protestation contre ce qu'il y avait d'inconstitutionnel
dans cet acte, contre l'établissement, par exemple, d'une législature
nommée exclusivement par la couronne, il aurait atteint son but; mais en
se déclarant contre les lois françaises et contre le catholicisme, il
armait nécessairement contre lui la population canadienne, et violait
lui-même ces règles de justice éternelle sur lesquelles il avait voulu
asseoir; sa déclaration des droits de l'homme.

Le congrès résolut aussi de cesser toute relation commerciale avec
l'Angleterre. Il procéda ensuite à la rédaction de trois adresses, l'une
au roi, l'autre au peuple de la Grande-Bretagne pour justifier
l'attitude qu'il avait prise, et une troisième aux Canadiens dans
laquelle il exprima des sentimens tout contraires à ceux qu'il venait de
mettre au jour dans les résolutions au sujet de leur religion et de
leurs lois. Il cherchait à leur démontrer tous les avantages d'une
constitution libre, à les préjuger contre la forme du nouveau
gouvernement qu'on venait de leur donner, en disant qu'il y avait une
grande différence entre la constitution que le parlement leur avait
imposée et celle qu'ils devaient avoir. Il invoqua le témoignage de
Montesquieu, homme de leur race, pour condamner cette nouvelle
constitution, les exhortant à se joindre aux autres colonies pour la
défense de leurs droits communs, et les priant avec instance d'entrer
dans le pacte social formé sur les grands principes d'une égale liberté,
et d'envoyer des délégués pour les représenter au congrès qui devait
s'assembler le 10 mai (1775). «Saisissez, disait-il, l'occasion que la
Providence elle-même vous présente; si vous agissez de façon à vous
conserver la liberté, vous serez effectivement libres. Nous connaissons
trop la générosité des sentimens qui distinguent votre nation pour
présumer que la différence de religion puisse préjudicier à votre amitié
pour nous. Vous n'ignorez pas qu'il est de la nature de la liberté
d'élever au-dessus de toute faiblesse ceux que son amour unit pour la
même cause. Les cantons suisses fournissent une preuve mémorable de
cette vérité; ils sont composés de catholiques et de protestans, cet
pendant ils jouissent d'une paix parfaite, et par cette concorde qui
constitue et maintient leur liberté, ils sont en état de défier et même
de détruire tout tyran qui tenterait de la leur ravir.»

Le langage du congrès était bien changé à l'égard des Canadiens. Mais
quoique son adresse contint probablement sa véritable pensée, elle ne
put détruire entièrement l'effet de la résolution dont on a parlé plus
haut. Ne sachant à quelle version ajouter foi, la plupart des meilleurs
amis de la cause de la liberté en Canada restèrent indifférens ou
refusèrent de prendre part à la lutte qui commençait. Beaucoup d'autres,
regagnés par l'acte de 74, promirent de rester fidèles à l'Angleterre et
tinrent parole. Ainsi une seule pensée de proscription, mise au jour
avec légèreté, fut cause que la confédération américaine perdit le
Canada, et qu'elle vit la dangereuse puissance de son ancienne métropole
se consolider dans le nord pour peser sur elle de tout son poids, et la
menacer sans cesse de ses guerrières légions.

Le général Carleton revint en Canada pour reprendre les rênes de son
gouvernement dans le mois d'octobre 74. Il inaugura immédiatement la
nouvelle constitution, en formant un conseil législatif d'après les
dispositions qu'elle contenait. Il le composa de vingt-trois membres,
dont deux tiers de protestans et un tiers de catholiques. Plusieurs
Canadiens furent élevés aussi aux charges publiques, jusqu'alors
remplies exclusivement par des Anglais ou des Suisses, excepté celles de
grand-voyer et de secrétaire français, parce qu'il fallait des hommes
versés dans la langue et les usages du pays pour les remplir, et que,
d'ailleurs, elles étaient presque nominales et donnaient peu de chose.
Mais le pays dut s'apercevoir que ce n'était que par politique que l'on
faisait partager aux Canadiens quelques-unes des faveurs du
gouvernement; que malgré le changement de constitution, ils
continueraient d'être exclus des principaux emplois, et que pour le
petit nombre de ceux qu'on leur laisserait, l'on aurait soin de choisir
des instrument dociles, dont la conduite ferait assez voir à quelles
conditions leur acquisition avait été faite. Cela parut surtout dans le
choix des personnes qui devaient remplir des fonctions judiciaires. Mais
à peine le gouverneur avait-il eu le temps de prendre connaissance de
l'état du pays, dont il était absent depuis plusieurs années, et de
compléter les arrangemens rendus nécessaires par l'acte de 74, que son
attention fut appelée vers les frontières et sur la propagande que les
Américains cherchaient à faire en Canada, où l'adresse du congrès avait
pénétré par plusieurs voies à la fois.

Les grands noms de liberté et d'indépendance nationale ont toujours
trouvé du retentissement dans les âmes nobles et généreuses; un coeur
haut place ne les entend jamais prononcer sans une émotion profonde;
c'est un sentiment vrai et naturel. Le citoyen policé de Rome, le pâtre
grossier de Suisse sentent de la même manière à cet égard. L'adresse du
congrès, malgré l'imprévoyance d'une partie de sa rédaction, fit la plus
grande sensation parmi les Canadiens, surtout de la campagne, et parmi
les Anglais qu'il y avait dans les villes, et qui, n'espérant plus
dominer exclusivement sur le pays, songèrent pour la plupart à devenir
révolutionnaires. Dès lors la situation du général Carleton devenait
excessivement difficile. Heureusement pour lui, le clergé et la noblesse
avaient été inviolablement attachés à l'Angleterre par la confirmation
de la tenure seigneuriale et de la dîme, deux institutions qu'ils
n'espéraient pas conserver dans le mouvement niveleur d'une révolution,
et avec ces deux classes marchait la bourgeoisie des villes peu riche et
peu nombreuse. En outre une autre partie des Canadiens avait été
dégoûtée, comme on l'a observé, par la déclaration intempestive du
congrès contre la religion catholique et les lois françaises; elle
conservait encore dans son coeur cette haine contre les Anglais, quels
qu'ils fussent, qu'elle avait contractée dans nos longues guerres; et
confondant dans sa pensée ceux du Canada et ceux des pays voisins, elle
ne voyait chez les uns et les autres qu'une même race d'oppresseurs
turbulent et ambitieux. Informé de ces sentimens, le gouverneur, dut
croire que la majorité de la population, mue ainsi par des motifs
divers, et aussi par l'estime personnelle qu'elle lui portait, serait
opposée aux colonies américaines; ou du moins désirerait conserver la
neutralité dans une querelle de frères, à la pacification de laquelle
elle pouvait penser que l'on finirait peut-être par sacrifier les
Canadiens, ainsi que nous venons de le voir après les troubles de 1837.

On lui avait donné, du reste, les plus grandes espérances. Plusieurs
seigneurs lui avaient promis de marcher contre les rebelles à la tête de
leurs censitaires; mais lorsqu'ils voulurent les assembler pour leur
expliquer l'état où se trouvaient les colonies anglaises et ce qu'on
attendait d'eux, ils s'aperçurent que le peuple n'avait pas oublié sitôt
la conduite qu'on avait tenue à son égard depuis la conquête, qu'il
n'était pas prêt, malgré ses motifs de méfiance, à prendre les armes
contre ceux qui combattaient pour la liberté de leur pays, et à défendre
avec le même zèle et la même ardeur le drapeau britannique que le
drapeau des nôtres comme ils désignaient le drapeau français dans leur
simple, mais énergique langage. Quelques-uns seulement répondirent à
l'appel et se montrèrent disposés à soutenir le nouveau gouvernement;
mais le plus grand membre déclara nettement qu'il ne se croyait pas
obligé d'être de l'opinion des seigneurs, et et qu'il ne porterait pas
les armes contre les provinciaux. «Nous ne connaissons, dirent-ils, ni
la cause, ni le résultat de leur différend: nous nous montrerons loyaux
et fidèles sujets par une conduite paisible et par notre soumission au
gouvernement sous lequel nous nous trouvons; mais il est incompatible
dans notre état et notre condition de prendre parti dans la lutte
actuelle.» Quelques jeunes seigneurs, plus indiscrets qu'éclairés,
voulurent les menacer dans quelques endroits; on leur fit comprendre que
cette conduite avait des dangers pour eux, et ils furent obligés de
s'enfuir précipitamment.

Cependant les événemens prenaient tous les jours de la gravité; et loin
de songer à aller attaquer les Américains dans leur pays comme il avait
intention de le faire avec les troupes et les Canadiens, s'ils avaient
montré de la bonne volonté, le gouverneur se vit tout-à-coup menacé
d'une invasion par l'une des armées rebelles. Le sang avait déjà coulé
dans un conflit à Lexington et à Concord dans le mois d'avril (1775), et
les troupes avaient perdu près de 300 hommes. Les populations des
provinces couraient partout aux armes, et s'emparaient des forts, des
vivres et des arsenaux. Le colonel Ethen Allen, aidé du colonel Arnold,
surprit ainsi le fort Carillon gardé par une cinquantaine d'hommes, où
il trouva plus de 118 pièces de canon, et le colonel Warner s'empara du
fort St.-Frédéric de la même manière; de sorte que les insurgés se
trouvèrent dès le début des hostilités maîtres du lac Champlain sans
avoir essuyé de pertes. Le fort St.-Jean tomba aussi entre leurs mains;
mais il fut repris le surlendemain par M. Picoté de Bellestre à la tête
de 80 volontaires canadiens. Le congrès s'était réuni à Philadelphie le
10 de juin; et sur les assurances que la mère-patrie, loin de vouloir
revenir sur ses pas, était décidée à faire triompher par la force des
armes la politique qu'elle avait adoptée à leur égard, il prit
sur-le-champ, encouragé par leurs succès, les mesures les plus
énergiques pour résister à ses prétentions. Le ministère anglais, pour
avoir l'opinion du peuple de la métropole sur cette grande question,
avait dissous le parlement. Les nouvelles chambres répondirent au
discours d'ouverture du roi, qu'elles le soutiendraient dans ses efforts
pour maintenir la suprématie de la législature impériale. Les remarques
outrageantes furent faites sur la bravoure des Américains dans les
débats qui eurent lieu à l'occasion d'une demande de soldats pour porter
l'armée du général Gage, à Boston, à 10 mille hommes; armée suffisante,
dit un ministre, pour faire rentrer dans le devoir de lâches colons.
Franklin, après avoir fait de vains efforts pour ramener l'Angleterre à
des sentimens plus pacifiques, rentra dans sa patrie, où il prêta encore
le secours de ses lumières à ses concitoyens dans une lutte qu'il avait
inutilement tâché de prévenir. Peu de temps après les généraux Howe,
Burgoyne et Clinton arrivèrent d'Europe avec des renforts.

Le congrès ordonna de mettre toutes les provinces en état de défense, de
bloquer l'armée anglaise qui était à Boston et de former une armée
continentale, dont le commandement en chef fut donné au général
Washington. Et afin de dissuader les Canadiens de coopérer avec les
Anglais, il leur présenta une nouvelle adresse pour leur démontrer la
tendance pernicieuse de l'acte de Québec, et pour excuser la prise de
Carillon et de St.-Frédéric, devenue nécessaire pour le salut de la
cause commune.

Pendant que le congrès siégeait encore se livra, le 16 juin, la bataille
de Bunkers hill; le général Gage n'emporta les retranchemens des
insurgés, moitié moins forts que lui en nombre, qu'au troisième assaut,
et après avoir fait des pertes considérables. Cette affaire fut la plus
sanglante et la mieux disputée de toute la guerre de la révolution; elle
remplit les Américains de confiance en eux-mêmes, les vengea des
insultes du parlement impérial, et apprit aux troupes anglaises à
respecter leur courage. Le colonel Arnold qui avait assisté à la prise
de Carillon, proposa au congrès d'envahir le Canada et promit avec 2,000
hommes, de s'emparer du pays. Le congrès, croyant qu'il allait être
attaqué de ce côté par le général Carleton, jugea que le meilleur moyen
d'éviter cette attaque, était d'envahir le Canada lui-même, dont
l'entrée était ouverte à ses armes par la suprématie qu'il avait acquise
sur le lac Champlain, et par cette audacieuse entreprise, de changer la
guerre de défensive en offensive. Il était d'autant plus porté à
embrasser ce parti qu'il était informé que les Canadiens, excepté la
noblesse et le clergé, étaient aussi mécontens du nouvel ordre de chose
que les colons anglais eux-mêmes, et que les soldats du congrès seraient
reçus plutôt en amis qu'en ennemis. Le général Schuyler avait été nommé
au commandement de la division du Nord. Le congrès lui ordonna de
s'emparer, de St.-Jean, Montréal et d'autres parties du Canada, si la
chose était possible et ne mécontentait pas les habitans. L'on prévoyait
qu'à cette nouvelle le général Carleton sortirait de Québec avec ses
troupes pour défendre les frontières du lac Champlain, et que cette
capitale, qui était en même temps la clef du pays, deviendrait dès lors
une conquête facile, puisqu'il n'était pas probable qu'on pût envoyer de
renforts d'Angleterre avant l'hiver et l'interruption du fleuve par les
glaces. Si ces prévisions se réalisaient, du moins en partie, l'on
devait faire une tentative sur Québec, en détachant un corps qui
pénétrerait par les rivières Kénébec et Chaudière pour surprendre cette
ville. Si l'entreprise ne réussissait pas, l'on comptait toujours forcer
le général Carleton à revenir sur ses pas pour protéger sa capitale, ce
qui laisserait sans défense les frontières méridionales du pays, et les
exposerait aux incursions des troupes américaines commandées par les
généraux Schuyler et Montgomery,[54] qui débarquèrent sous le fort
St.-Jean, dans le mois de septembre, à la tête d'environ 1000 hommes;
mais qui, après avoir reconnu la force de la place qu'ils trouvèrent
bien gardée, et reçu plusieurs petits échecs de la part d'un parti de
sauvages commandés par les frères de Lorimier, se retirèrent à l'île aux
Noix. En entrant dans le pays ils avaient adressé aux Canadiens une
proclamation pour les informer qu'ils venaient de la part du congrès
leur faire restituer les droits de sujets britanniques dont ils avaient
été injustement dépouillés, et dont ils devaient jouir quelle que fut
leur religion; et que leur armée uniquement destinée à agir contre les
troupes royales, respecterait leurs personnes, leurs biens, leur liberté
et leurs autels. Cette proclamation fut répandue partout dans les
campagnes.

[Note 54: Ce dernier était le même Montgomery qui servait dans l'armée
du général Wolfe en 1759, et qui commandait le détachement anglais
envoyé pour brûler St.-Joachim. Après la guerre, il s'était établi dans
la Nouvelle-Yorke, où il avait épousé une Américaine. Dans les
difficultés qui survinrent entre les colonies et l'Angleterre, il
embrassa le parti des premières, et, comme ancien officier, il fut élevé
aux plus hauts grades de l'armée révolutionnaire.]

Le général Schuyler, forcé de se retirer pour cause de santé, le
commandement des troupes tomba sur le général Montgomery seul, qui,
recevant un renfort de 1000 hommes et des munitions, retourna devant
St-Jean et y mit le siège le 17 de septembre. La garnison du fort,
composée d'une partie de deux régimens de ligne et de 100 volontaires
canadiens la plupart gentilshommes, était commandée par le major
Preston, brave officier, qui fit une vigoureuse résistance.

Le gouverneur Carleton cependant, aux premières nouvelles de l'invasion,
avait acheminé des troupes vers le lac Champlain. Il n'y avait dans le
pays que les deux régimens dont l'on vient de parler, qui formaient
environ 800 hommes. Les habitans du bas de la province, indifférais à
tout ce qui se passait, restaient tranquilles; ceux du haut, plus
rapprochés du théâtre des événemens, chancelaient et paraissaient
pencher du côté de la révolution; mais pour les motifs que nous avons
exposés plus haut, ils désiraient garder également la neutralité. Quant
au parti anglais que l'on mettait dans la balance avec les Canadiens
lorsqu'il s'agissait des faveurs de la métropole, il ne comptait point
dans la lutte actuelle, à cause de l'insignifiance de son nombre;
d'ailleurs, la plupart tenaient ouvertement ou secrètement pour le
congrès,[55] et l'on n'ignorait pas leurs conciliabules à Québec et à
Montréal. Tel était l'état des esprits lorsque le gouverneur proclama,
le 9 juin, la loi martiale et appela la milice sous les armes pour
repousser l'invasion étrangère et maintenir la paix intérieure. Cette
mesure inattendue et sans exemple encore en Canada, eut le plus mauvais
effet; et M. de la Corne ayant menacé quelques paroisses de coercition,
elles se mirent en défense au passage de Lachenaye. En préjugeant les
opinions, en proférant des menaces, on alarma les indifférons, et l'on
forçait ceux qui pouvaient s'être compromis, à se déclarer. Ou invoqua
aussi le secours du sacerdoce. L'évêque de Québec, qui venait de
recevoir une pension de £200 du gouvernement, adressa une circulaire aux
catholiques de son diocèse pour les exhorter à soutenir la cause de
l'Angleterre, menaçant d'excommunication ceux qui ne le feraient pas. Ni
la proclamation, ni la circulaire ne purent faire sortir les habitans de
leur indifférence. La vérité est que le gouvernement qui avait leur
sympathie, n'était plus en Amérique: la seule vue d'un drapeau
fleurdelisé eut profondément agité tous ces coeur, en apparence si
apathiques.

[Note 55: Manuscrit de Sanguinet, avocat de Montréal.--Journals of the
provincial congress, provincial convention, committee of safety, &c, of
the state of New-York, vol. II.]

La population restant sourde à ses appels, le gouverneur proposa de
lever des corps de volontaires pour servir jusqu'à la fin de la guerre.
Il offrit les conditions les plus avantageuses: on promettait à chaque
soldat 200 arpens de terre; cinquante de plus, s'il était marié, et
cinquante pour chacun de ses enfans; son engagement durerait jusqu'à la
fin des hostilités, et les terres ainsi données seraient exemptes de
toutes charges pendant vingt ans. Ces offres ne tentèrent qu'un petit
nombre d'individus, et Carleton crut devoir chercher ailleurs des
secours. Il envoya des émissaires chez les sauvages, et s'adressa
particulièrement aux cantons iroquois. Quinze années de paix avaient
fortifié cette confédération: elle reprenait son ascendant sur les
autres tribus indigènes; son exemple pouvait, les entraîner et procurer
à la Grande-Bretagne d'autres auxiliaires. Mais il fallait de l'adresse
et de puissans moyens de séduction pour déterminer les Iroquois à
prendre part à une guerre où ils n'avaient aucun intérêt direct, aucun
motif de préférence pour l'un ou l'autre parti. Les vieillards
regardaient ces débats et les combats sanglans qui devaient s'en suivre,
comme une expiation des maux que les Européens leur avaient faits.
«Voilà, disaient-ils, la guerre allumée entre les hommes de la même
nation: ils se disputent les champs qu'ils nous ont ravis. Pourquoi
embrasserions-nous leurs querelles, et quel ami, quel ennemi
aurions-nous à choisir? Quand les hommes rouges se font la guerre, les
hommes blancs viennent-ils se joindre à l'un des partis? Non; ils
laissent nos tribus s'affaiblir, et se détruire l'une par l'autre: ils
attendent que la terre, humectée de notre sang, ait perdu son peuple et
devienne leur héritage. Laissons-les, à leur tour, épuiser leurs forces
et s'anéantir; nous recouvrerons, quand ils ne seront plus, les forêts,
les montagnes et les lacs qui appartinrent à nos ancêtres.

C'était à-peu-près dans ce sens que M. Cazeau, partisan du congrès, leur
parlait, ou leur faisait dire par ses émissaires: «C'est une guerre de
frères; après la réconciliation, vous resteriez ennemis des uns et des
autres.» Mais le chevalier Johnson, un nommé Campbell et M. de Saint-Luc
les travaillaient dans un sens contraire, et ils se firent surtout
écouter des jeunes gens. Campbell leur prodigua les présens; l'or fit
son effet, et Johnson détermina la plupart des chefs de guerre à venir à
Montréal pour prendre la hache. Ils s'obligèrent à entrer en campagne
aux premières feuilles de l'année suivante, lorsque les Anglais auraient
terminé les préparatifs de guerre qu'ils avaient commencés; et c'est
pendant que le gouverneur était à Montréal, en juillet, qu'y arriva le
colonel Guy Johnson avec un corps d'Iroquois pour lui représenter la
nécessité de mettre les sauvages en mouvement, parce que ces peuples
n'étaient pas accoutumés à rester long-temps inactifs en temps
d'hostilités. Il lui répondit que ses forces régulières étaient très
faibles, que le pays dépendait de la milice canadienne pour sa défense,
qu'il espérait être capable d'en réunir bientôt un corps assez
considérable, et qu'il fallait amuser les sauvages encore, ne jugeant
pas prudent de sortir de la province pour le présent.[56]

[Note 56: Extracts from the Records of Indian Transactions under the
superintendency of Colonel Guy Carleton, during the year 1775.]

Dans le mois de septembre il eut intention d'aller au secours de
St.-Jean, s'il pouvait réunir assez d'habitans des districts des
Trois-Rivières et de Montréal; mais on a déjà pu voir qu'il ne devait
pas espérer de les trouver disposés pour cela. Les paroisses de la
rivière Chambly allant plus loin qu'elles n'avaient d'abord pensé,
étaient déjà emportées par le torrent, et s'étaient déclarées pour les
Américains; elles avaient même envoyé des émissaires dans toutes les
paroisses pour les engager à en faire autant, et à ne point s'opposer à
ceux qui venaient pour renverser l'oppression britannique. Presque tout
le district des Trois-Rivières refusa de marcher à l'ordre du
gouverneur. Les royalistes, au nombre de quelques centaines, répondirent
seuls à son appel en se rendant à Montréal; mais celui-ci paraissant
douter de leur fidélité, la plupart s'en retournèrent dans leurs foyers.
Les habitans de Chambly ayant joint les insurgés américains commandés
par les majors Brown et Levingston, détachés par le général Montgomery
pour prendre le fort qu'il y avait au milieu d'eux, on se présenta
devant la place, qui fut lâchement livrée après un jour et demi de
siége, par le major Stopford, quoique les murailles n'eussent pas été
endommagées, que la garnison, nombreuse comparativement, n'eût pas perdu
un seul homme, et que ce poste fût abondamment pourvu de tout.[57] Il
livra ses armes et ses drapeaux aux vainqueurs, qui trouvèrent dans le
fort 17 bouches à feu et une grande quantité de poudre, dont le général
Montgomery manquait presque totalement. Cette conquête inattendue mit ce
général en état de continuer plus vigoureusement le siège de St.-Jean,
que, sans cela, il aurait été peut-être obligé de lever. Après la prise
de Chambly, les habitans de ce lieu allèrent renforcer son armée. Ainsi
cette guerre, par la division des Canadiens, prenait le caractère d'une
guerre civile. La majorité des Anglais tenait dans l'automne,
ouvertement ou secrètement, pour la cause américaine. Une partie
nombreuse des habitans des campagnes l'avait embrassée ou faisait des
voeux pour son succès; les autres, en plus petit nombre, voulaient
rester neutres. Le clergé et les seigneurs seuls, avec une portion de la
bourgeoisie, restèrent attachés franchement à l'Angleterre, et
l'influence cléricale réussit à maintenir la majorité des Canadiens dans
la neutralité. Aussi l'on peut dire que c'est le clergé qui fut, à cette
époque, le véritable sauveur des intérêts métropolitains dans la
colonie.

[Note 57: Journal tenu pendant le siége du fort St.-Jean par un de ses
défenseurs, M. Antoine Foucher.]

Le gouverneur, voulant secourir à tout prix St.-Jean, misérable bicoque
où une partie de la garnison n'avait que des barraques en planches pour
se mettre à l'abri, mais qui était cependant la clef de la frontière de
ce côté-là, ordonna au colonel McLean, qui commandait à Québec, de lever
des milices et de monter à Sorel, où il irait le joindre. Cet officier
arriva au lieu fixé avec environ 300 hommes, la plupart Canadiens, et
qui commencèrent aussitôt à déserter. Le gouverneur avait réuni aussi
près de lui environ 800 hommes, sous les ordres de M. de Beaujeu; mais
au lieu de descendre à Sorel, il voulut traverser à Longueuil sur la
rive droite du St.-Laurent, en présence d'un petit corps d'Américains
avantageusement placé; mais craignant ensuite la défection de ses
troupes, il n'osa pas effectuer son débarquement, et après avoir reçu
quelques coups de fusils et de canon en passant près du rivage, il se
retira, laissant aux mains de l'ennemi les Canadiens et les sauvages qui
avaient sauté témérairement à terre sans être sûrs d'être soutenus. Le
colonel McLean qui avait reçu ordre en même temps de marcher vers
St.-Jean, s'avança jusqu'à St.-Denis; mais trouvant partout les ponts
rompus et les paroisses soulevées, il jugea à propos de rétrograder
jusqu'au point d'où il était parti, et où ses gens, gagnés par les
émissaires de Chambly, l'abandonnèrent presque tous; ce qui l'obligea de
se retirer au plus vite à Québec, après avoir fait enlever les armes et
les poudres qu'il y avait à Sorel et aux Trois-Rivières. Le fort
St.-Jean n'ayant plus d'espoir d'être secouru, s'était rendu le 3, après
45 jours de siège; et la garnison, au nombre de 500 hommes, sortit avec
les honneurs de la guerre et demeura prisonnière, le vainqueur
permettant aux officiers des troupes et aux volontaires canadiens de
garder leurs armes comme un témoignage honorable de leur courage.

Les succès inespérés qui couronnaient ainsi la cause des Américains dès
son début, leur coûtèrent à peine quelques soldats, en comptant même
ceux qu'ils perdirent à la Longue-Pointe près de Montréal, lorsque le
colonel Allen et le major Brown voulurent surprendre cette ville, à la
tête de 300 hommes, en l'attaquant des deux côtés à la fois et en
profitant des intelligences qu'ils avaient dans ses murs. Cette
entreprise hardie manqua faute de pouvoir coordonner les mouvemens.
Allen seul put traverser dans l'île à la tête de 110 hommes, et ayant
été rencontré par le major Carden, sorti de Montréal avec 300
volontaires canadiens et une soixantaine de soldats, et miliciens
anglais,[58] il fut cerné, battu et fait prisonnier, avec une partie de
ses gens, et lui-même envoyé en Angleterre chargé de chaînes. Pendant le
combat les généraux Carleton et Prescott se tenaient dans la cour des
casernes de la ville avec le reste des troupes, le sac sur le dos, afin
de s'embarquer pour Québec si les royalistes étaient battus. Cette
victoire ne retarda néanmoins la retraite du gouverneur que de quelques
jours. Car le général Montgomery n'avait pas été plutôt maître de
St.-Jean qu'il avait poussé ses troupes en avant vers Montréal, Sorel et
les Trois-Rivières. Elles marchèrent avec tant de rapidité qu'elles
faillirent le surprendre sur plusieurs points de sa route. La défection
des habitans et la retraite du colonel McLean l'avaient laissé presque
sans défenseurs au milieu de cette ville. Se voyant abandonné, il
s'était jeté sur quelques petits bâtimens qu'il y avait dans le port
avec une centaine d'officiers et soldats et quelques habitans pour la
capitale; mais cette petite flottille ayant été arrêtée par des vents
contraires à La Valtrie, à quelques lieues de Montréal, et le danger
augmentant, il dut se déguiser en villageois et monter sur la berge d'un
caboteur, le capitaine Bouchette, pour continuer rapidement sa route au
milieu de la nuit. Il ne s'arrêta que quelques heures en passant aux
Trois-Rivières, où il parut en fugitif comme le colonel McLean quelques
jours auparavant, et seulement accompagné du chevalier de Niverville et
de M. de Lanaudière, et en repartit au moment où les Américains allaient
y entrer.[59]

[Note 58: Memoir of colonel Ethan Allen.--Une trentaine de marchands
anglais seulement voulurent marcher, les autres refusèrent: Mémoires de
Sanguinet--«C'est là, dit ce royaliste, où l'on reconnut le plus
ouvertement les traîtres.»--_(Manuscrit)._]

[Note 59: Journal tenu aux Trois-Rivières en 1775-6 par M. Bedeaux,
notaire et royaliste.--(_Manuscrit_).]

Pendant que le gouverneur était en fuite, Montréal avait ouvert ses
portes au général Montgomery, à qui les faubourgs protestèrent de leur
sympathie pour la cause de la révolution.

La ville des Trois-Rivières, dépourvue de soldats, suivit l'exemple de
Montréal. Les citoyens envoyèrent des députés demander au général
américain d'être traités de la même manière que les habitans de cette
dernière ville. Cet officier général répondit par écrit qu'il était
mortifié qu'ils fussent dans des appréhensions pour leurs propriétés;
qu'il était persuadé que les troupes continentales ne se rendraient
jamais coupables même d'une imputation d'oppression; qu'il était venu
pour conserver non pour détruire, et que si la Providence continuait à
favoriser ses armes, il espérait que cette province heureuse jouirait
bientôt d'un gouvernement libre. Une partie de la population anglaise se
joignit alors aux insurgés, et les Canadiens, ralliés à la révolution,
désarmèrent les royalistes de cette petite ville. Les Américains
descendant à Québec dans la flottille prise à La Valtrie, rencontrèrent
le corps du colonel Arnold à la Pointe-aux-Trembles. Le colonel Arnold
qui trahit ensuite la cause de sa patrie, avait été marchand de chevaux.
Il tenait de la nature un corps robuste, un esprit ardent et un coeur
inaccessible à la crainte. Dans les circonstances fâcheuses où il
s'était souvent trouvé, il avait acquis une profonde connaissance des
hommes et des choses; ce qui compensait chez lui ce qui pouvait lui
manquer du côté de l'éducation. Une grande réputation de courage et de
talens militaires le fit choisir par Washington pour commander le corps
qui devait se détacher de son armée devant Boston, et pénétrer par les
rivières Kénébec et Chaudière jusqu'à Québec, suivant le plan dont on a
parlé ailleurs. Ses instructions étaient semblables à celles du général
Montgomery, politiques, péremptoires et pleines d'humanité. «On lui
défendit de troubler sous aucun prétexte la tranquillité des Canadiens
et de choquer leurs préjugés. On lui ordonna de respecter leurs
observances religieuses, de leur payer libéralement tous les objets dont
il pourrait avoir besoin, et de punir avec rigueur les soldats qui
commettraient quelques désordres. Il devait poursuivre et harceler les
troupes anglaises, mais éviter de vexer le peuple, et de ne rien faire
qui pût le rendre hostile à la cause américaine.» (Vie de Washington,
etc.) Il mit six semaines pour passer la chaîne des Alléghanys et se
rendre de Cambridge à Québec, sous les murailles duquel, après avoir
traversé le fleuve au Foulon, il parut, le 13 novembre, dans les plaines
d'Abraham avec 650 hommes seulement, sur plus de 1000, infanterie,
artillerie et carabiniers, avec lesquels il était parti. Obligé de
traverser un pays complètement sauvage et de suivre des rivières
remplies de rapides et d'embarras, il n'avait pu surmonter tous ces
obstacles qu'en sacrifiant la plus grande partie de ses munitions et de
son bagage, et en se réduisant à vivre de fruits sauvages et de feuilles
d'arbres. Arrivé à la source de la rivière Kénébec, il renvoya les
malades et tous ceux qui ne se sentaient pas la force ou le courage de
le suivre, plus loin. Trop faible pour attaquer Québec seul, il remonta
la rive gauche du St.-Laurent jusqu'à la Pointe-aux-Trembles pour opérer
sa jonction avec Je général Montgomery qui descendait suivi seulement de
quelques centaines d'hommes. Les deux corps réunis ne formant encore
qu'environ 1000 à 1200 soldats, se rapprochèrent aussitôt de la capitale
canadienne, qu'ils investirent dans les premiers jours de décembre.

Le gouverneur y était entré le 19 du mois précédent, après avoir manqué
une troisième fois d'être pris à la Pointe-aux-Trembles, où il avait
voulu mettre pied à terre, et où il n'eut que le temps de se sauver pour
échapper aux troupes du colonel Arnold qui entraient dans ce village. Il
trouva la population de la ville partagée en deux camps, et fort
indécise sur le parti qu'elle devait embrasser. Il y avait eu déjà
plusieurs assemblées publiques. Le 12 novembre il s'en était tenu une
dans la chapelle du palais épiscopal, pour discuter la question de
savoir si l'on devait défendre la ville. Le colonel McLean qui arrivait,
apprit en débarquant qu'elle délibérait encore; il entra dans la
chapelle et trouva un nommé Williams, le premier signataire de la
pétition des marchands anglais de 74 au roi, qui tâchait, du haut de la
chaire où il était monté, de persuader aux habitans de livrer la ville
aux armes du congrès; le colonel McLean le fit descendre, dissuada
l'assemblée de suivre un aussi lâche conseil et la congédia. Le bruit
courait alors que les citoyens anglais avaient préparé une capitulation
pour l'offrir au colonel Arnold. Aussitôt que le gouverneur fut rentré
dans Québec, il employa tous ses soins pour mettre cette ville en état
de défense, et encourager les citoyens à faire leur devoir envers leur
roi et envers leur patrie. Il assembla la milice bourgeoise et en
parcourut les rangs en commençant par les Canadiens qui occupaient la
droite, et auxquels il demanda s'ils étaient résolus de se défendre en
bons et loyaux sujets; tous répondirent affirmativement par des
acclamations; les miliciens anglais en firent ensuite autant. Mais comme
il restait encore quantité de gens mal affectionnés qui désiraient le
succès de la révolution, le gouverneur ordonna, le 22 novembre, à tous
ceux qui ne voulaient pas prendre les armes de sortir de la ville,
désirant se mettre à l'abri de la trahison et se débarrasser des bouches
inutiles. Quantité de marchands anglais, Adam Lymburner à leur tête, se
retirèrent à l'île d'Orléans, à Charlesbourg et dans d'autres campagnes
en attendant, pour crier vive le roi ou vive la ligue, le résultat de la
lutte.



                               LIVRE XII



                              CHAPITRE I.

                  L'ARMÉE AMÉRICAINE DEVANT QUÉBEC.

                              1775-1776.


Situation désespérée de la cause métropolitaine en Canada; Québec seul
reconnaît la domination anglaise.--Préparatifs de défense.--Changement
graduel qui s'opère dans l'esprit des Canadiens défavorable aux
républicains.--Attaque de Québec le 31 décembre: Montgomery est tué.--Le
congrès envoie des secours et fait une nouvelle adresse aux
Canadiens.--Arrivée de Franklin, Chase et Carroll, pour les inviter à se
joindre à la confédération.--Conduite du peuple dans cette circonstance
mémorable.--Les républicains manquent de tout et sont décimés par les
maladies.--Le gouverneur reçoit des secours.--Le siége de Québec est
levé.--Les Américains, battus près des Trois-Rivières, évacuent le
Canada.--Ils sont plus heureux dans le sud, où la campagne se termine à
leur avantage.--Proclamation de leur indépendance le 4 juillet
1776.--Débats dans le parlement britannique.--Fameuse campagne du
général Burgoyne dans la Nouvelle-Yorke: combats de Huberton, Benington,
Freeman's farm, etc.--L'armée anglaise, cernée à Saratoga, met bas les
armes.--Invitations inutiles du congrès et du comte d'Estaing, amiral
des flottes françaises, pour engager les Canadiens à se joindre à la
nouvelle république.


L'arrivée subite du gouverneur à Québec, où bien des gens craignaient et
d'autres désiraient qu'il fût tombé au pouvoir des Américains, ne fit
que confirmer la situation désespérée de la cause anglaise en Canada. Le
territoire renfermé dans l'enceinte des murailles de la capitale était,
à-peu-près, tout ce qui reconnaissait encore la suprématie de la
métropole, sauf toujours le clergé, les seigneurs et la plupart des
hommes de loi, qui tenaient fermement pour elle et qui étaient répandus
dans les villes et les campagnes où ils paraissaient alors perdus dans
la foule, mais dont les moyens d'influence étaient assez puissans pour
diriger plus tard la volonté populaire dans toutes les parties du pays
selon leur sympathie ou leurs intérêts. Mais, pour le moment, les
royalistes au dehors de Québec étaient réduits au silence.

Cette ville ne renfermait alors qu'une population de 5,000 âmes. La
garnison, composée de 1,800 hommes, dont 550 Canadiens, était un mélange
de soldats, de miliciens et de matelots, abondamment pourvu de munitions
de guerre et de bouche pour huit mois. Les fortifications avaient été
considérablement augmentées depuis la dernière guerre; et depuis le
commencement des hostilités on n'avait pas cessé de les perfectionner.
Les murailles, du côté de la campagne, étaient munies de banquettes, de
parapets et d'embrasures garnies de canon et de quelques batteries de
mortiers. Du côté de la rivière St.-Charles et du fleuve, régnaient, sur
le bord du cap au-dessus de la basse-ville, des palissades ou des murs
hérissés de grosses batteries. La basse-ville elle-même était défendue,
au centre, du côté du rivage, par des batteries placées sur les quais,
et vers ses deux extrémités, par des barricades. Au bout de la rue
Champlain, dans un endroit qui se trouve aujourd'hui au-dessous de la
citadelle, l'on avait placé deux barrières à quelque distance l'une de
l'autre, avec du canon, pour fermer le sentier étroit qu'il y avait
entre le pied de la falaise et le fleuve. A l'extrémité opposée, le bout
des rues St.-Pierre et Sault-au-Matelot avait été barricadé à la rue
St.-Jacques qui les coupe à angle droit du pied du cap au rivage, et le
quai où se terminait cette barricade était couvert d'artillerie. A une
centaine de toises plus loin, une autre barrière avait été élevée dans
la vieille rue Sault-au-Matelot, seule et étroite issue existant alors
entre le cap et la rivière St.-Charles pour communiquer du Palais à la
basse-ville. Plus de 150 bouches à feu étaient en batterie dans la haute
et basse-ville dans les premiers jours de décembre. Si les assiégeans
avaient été plus nombreux, il aurait fallu une garnison de sept ou huit
mille hommes pour défendre Québec; mais celle qui s'était renfermée dans
la ville était plus que suffisante pour repousser les forces de
l'ennemi. En effet, celui-ci fut presque toujours moins nombreux que la
garnison; et l'on ne sait ce qui étonne le plus dans ce siège, ou de la
hardiesse inconsidérée du général Montgomery, ou de la prudence
craintive du général Carleton.

Le colonel Arnold n'eut pas été plutôt renforcé par les troupes de
Montgomery, que, sans attendre ce général qui marchait plus lentement,
il reparut devant Québec à la tête de 900 Américains et des Canadiens du
colonel Levingston. La fidélité des classes supérieures à la cause
métropolitaine laissait le peuple canadien sans chefs; de sorte qu'il se
trouvait conduit dans cette occasion par des étrangers. Le général
Montgomery, en atteignant son armée, fit investir complètement la ville
et occupa Beauport, la Canardière, et Ste.-Foy où il établit son
quartier-général. Il y a raison de croire que son dessein n'était pas de
faire un siège dans les règles, et de prendre la place après en avoir
détruit les murailles, car il n'avait ni artillerie de siége, ni
ingénieurs capables de conduire une pareille opération. Son but était
plutôt de tâcher d'enlever Québec par un coup de main: et la batterie de
5 mortiers qu'il fit élever à St.-Roch ainsi que celle de 5 pièces de
canon et d'un mortier qu'on érigea du côté du chemin St.-Louis, à 700
verges des murailles, n'avaient pour but probablement que de couvrir son
camp et mieux voiler son dessein.

Toutefois une surprise n'était pas chose facile sur une ville si bien
fortifiée et défendue par une garnison vigilante. Le désir de terminer
par une action d'éclat les succès qui avaient couronné ses armes depuis
qu'il était entré en Canada, et dont les rapports avaient rempli de joie
toutes les colonies insurgées, put seul lui faire mépriser les obstacles
que présentait son entreprise. Mais il fallait du temps pour attendre
l'occasion; et outre l'insuffisance de ses forces, il manquait d'argent
et de vivres. Les soldats, peu accoutumés au climat rigoureux du pays,
étaient mal nourris et mal vêtus, et furent bientôt en proie à la petite
vérole, qui continua de les décimer tout l'hiver. Le besoin d'argent, de
vivres et de vêtemens augmenta donc ses difficultés; la division qui se
mit entre le colonel Arnold et ses officiers les aggrava. Les Canadiens
qui avaient tout perdu dans la guerre précédente par le papier-monnaie,
refusèrent de recevoir celui du congrès. La rigueur d'un hiver prématuré
effraya les troupes; il dut se hâter de mettre fin au siège, soit en le
levant, soit en brusquant un assaut. Les habitans de la campagne qui
tenaient pour la cause de l'indépendance, commençaient aussi à se
refroidir. Ils ne connaissaient rien des démarches de deux marchands de
Montréal, Price et Walker, qui avaient prétendu, de leur plein gré, les
représenter au congrès américain. L'instinct populaire, si délicat en
fait d'honneur national, était blessé du rôle presqu'humiliant que
jouaient les Canadiens. Ils s'aperçurent que petit à petit les
Américains s'emparaient de l'autorité; qu'ils décidaient de tout sans
presque les consulter; qu'ils nommaient les officiers pour commander les
secours envoyés à l'armée assiégeante, convoquaient les assemblées, etc.
Quelques-uns commencèrent même à regarder comme une faute d'avoir laissé
entrer dans le pays, et se répandre au milieu d'eux, des troupes en
armes, à la merci desquelles ils se trouvaient sans moyen de protection.
C'était là en effet une de ces fautes qu'on ne tarde jamais de
regretter. Toutes ces réflexions les remplissaient d'inquiétude mêlée de
honte. Les hommes opposés au congrès profitèrent habilement de toutes
ces circonstances pour augmenter l'éloignement qui se manifestait parmi
le peuple pour la cause de la révolution. L'apparence des troupes du
colonel Arnold déguenillées et presque nues, et leur petit nombre, la
conduite arbitraire de quelques-uns de leurs officiers, le moindre fait,
enfin, devenait pour eux un sujet de critique ou de sarcasme qu'ils
tournaient contre les _Congréganistes_, comme ils nommaient ceux des
Canadiens qui partageaient les idées du congrès. La prudence du général
Montgomery contribua beaucoup, tant qu'il vécut, à empêcher l'explosion
de ces sentimens chez le peuple, qui se disait déjà tout bas qu'il vaut
mieux obéir à des compatriotes, quelque soit la forme du gouvernement,
que d'être à la discrétion de l'étranger pour sa liberté. Montgomery
montrait beaucoup d'adresse pour ménager les différentes classes, et
surtout pour ne point alarmer les intérêts les plus sensibles, ceux qui
sont basés sur des privilèges. Quoiqu'il sût leurs sentimens, il montra
les plus grands égards à ceux qui en jouissaient et surtout au clergé;
et comme s'il eût ignoré ses efforts pour nullifier les effets de la
propagande révolutionnaire, il fit respecter partout la religion et ses
ministres. Il promettait que le libre exercice des cultes serait
garanti, et que les biens religieux seraient respectés. Il assurait au
peuple qu'une convention provinciale, composée de représentans librement
élus, serait convoquée pour établir telle forme de gouvernement qu'elle
jugerait la plus convenable pour le pays. Le peuple avait d'abord été
séduit par cette déclaration. Mais les classée privilégiées s'étaient
alarmées, et leur agitation finit bientôt par influer de la manière la
plus efficace sur les événemens, en persuadant aux habitans que tout
cela n'était qu'une illusion à laquelle ils se repentiraient, avant
long-temps, d'avoir ajouté foi. Pour arrêter la défection, Montgomery ne
voyait de remède que dans la prise de Québec et la destruction du foyer
de royalisme qui s'y était conservé. Il crut donc devoir précipiter la
fin du blocus; et il se prépara à profiter de la première nuit favorable
qui s'offrirait pour tenter l'escalade. Celle du 30 au 31 décembre parut
propice pour l'entreprise; elle était fort obscure, et il tombait une
neige épaisse poussée par un gros vent dont le bruit empêchait de rien
entendre de loin. Avant de marcher à l'assaut, il harangua ses troupes
qui formaient à peine 13 à 1400 hommes effectifs. Avec une pareille
disproportion de forces, il ne pouvait compter, pour réussir, que sur
une surprise; et déjà, depuis plusieurs jours, le gouverneur connaissait
par des déserteurs le projet des assiégeans, et tous; les postes de
Québec avaient redoublé d'attention. Montgomery divisa ses troupes en
quatre, corps: le premier, composé des Canadiens du colonel Levingston,
devait faire une fausse attaque contre la porte St.-Jean; le deuxième,
commandé par le major Brown, devait menacer la citadelle; et tandis que
les mouvemens de ces deux divisions attireraient l'attention de la
garnison à la défense de la haute-ville, les deux autres corps chargés
de la véritable attaque, devaient pénétrer dans la basse-ville, et de la
basse-ville dans la haute, que l'on pensait ouverte de ce côté. Le
colonel Arnold se chargeait d'enlever, à la tête d'environ 450 hommes
venus de St.-Roch, les barricades et les batteries du Sault-au-Matelot;
le général Montgomery se réservait la dernière colonne et, la plus forte
pour enlever la barrière de Près-de-Ville, et entrer dans la place par
la rue Champlain. A deux heures du matin, toutes les troupes étaient
sous les armes; les unes avaient mis sur leurs chapeaux de petites
branches de pruche pour se reconnaître au milieu des ennemis; les
autres, des écriteaux avec ces mots: Liberté ou la mort. Elles allèrent
se placer aux différens postes qui leur avaient été assignés. Le général
Montgomery descendit par la côte du Foulon, et s'avança avec sa colonne
en suivant le rivage jusqu'à l'anse des Mères, où il s'arrêta pour
donner le signal auquel toutes les colonnes devaient se mettre en
mouvement. Il était près de quatre heures du matin. Deux fusées furent
lancées, et aussitôt plusieurs signaux que se firent les assaillans,
rendus à leurs points d'attaque, furent aperçus de la ville par les
sentinelles qui donnèrent l'alarme. Dans le même moment, les troupes qui
défendaient les remparts du côté de la campagne, reçurent un feu de
mousqueterie très vif, qui commença vers le Cap-aux-Diamans et fut
bientôt suivi par celui des Canadiens rangés en face de la porte
St.-Jean. La garnison y répondit avec vivacité; et le colonel Caldwell,
avec une partie de la milice anglaise, fut envoyé pour renforcer les
troupes qui défendaient le rempart au-dessus de la porte St.-Louis.

Cependant Montgomery s'était mis en mouvement. Il marchait à la tête de
sa colonne suivi immédiatement de ses aides-de-camp et de plusieurs
autres officiers. Le sentier par lequel il cheminait, situé entre le
fleuve et un rocher presque perpendiculaire, et à peine assez large pour
laisser passer un homme de front, était presqu'impraticable à cause des
glaçons que la marée y avait accumulés et de la neige qui tombait. Il
atteignit néanmoins avec sa colonne qui était très étendue et qui
suivait, en serpentant, les sinuosités du sentier, la première barrière
de Près-de-Ville, et la franchit sans difficulté; mais la seconde était
défendue par une batterie masquée de sept pièces de canon et par une
garde de 50 hommes dont 31 Canadiens, commandée par le capitaine Chabot
(Manuscrit de Sanguinet). Les artilleurs, rangés près de leurs pièces,
attendaient, la mèche allumée, l'apparition de l'ennemi. Montgomery fut
surpris en voyant ce poste si bien préparé à le recevoir. Il s'arrêta un
instant, à 50 verges de la batterie, comme pour se consulter avec ceux
qui le suivaient, puis tous ensemble ils s'élanceront vers la barricade.
Lorsqu'ils n'en furent qu'à quelques pas, le capitaine Chabot donna
l'ordre de faire feu aux pièces chargées à mitrailles. Des cris et des
gémissemens suivirent cette décharge. Le poste continua quelque temps à
tirer; mais ne voyant ni n'entendant plus rien, il cessa en restant
toujours sur ses gardes pour repousser toute nouvelle attaque qui serait
faite. Le général Montgomery, ses deux aides-de-camp, et plusieurs
autres officiera et soldats étaient tombés sous ce feu d'enfilade. Le
colonel Campbell, sur qui retombait le commandement de la colonne,
voyant la confusion et la frayeur dans laquelle étaient ses soldats,
sans tenter de donner l'assaut à la barrière, sans même tirer un coup de
fusil, ordonna aussitôt la retraite, qui fut une véritable fuite.

Tandis que l'attaque de Près-de-Ville échouait ainsi par suite de la
mort du commandant et de la peur panique qui s'était emparé de ses
troupes, le colonel Arnold, ayant traversé St.-Roch et le Palais,
s'avançait pour forcer la première barricade qui barrait la vieille rue
Sault-au-Matelot, lorsqu'en défilant sous le rempart de la haute-ville,
d'où on lançait une grêle de balles, il fut atteint d'un coup de feu qui
lui fracassa la jambe et l'obligea de se retirer. Il fut aussitôt
remplacé par le capitaine Morgan, ancien perruquier de Québec, mais
officier plein de bravoure, qui marcha droit à la barrière, l'escalada
avec des échelles après avoir blessé la sentinelle, et s'empara du poste
avec perte d'un seul homme, un Canadien, qui lui servait de guide, et
dont la mort l'obligea; vu l'obscurité, de suspendre sa marche jusqu'au
jour. Il fit toute la garde anglaise qu'il trouva plongée dans l'ivresse
avec le capitaine McLeod qui la commandait, prisonnière; et bientôt
après il fut rejoint par le lieutenant-colonel Green et le restant de la
colonne, au moment où une scène singulière se passait au milieu de ses
soldats. Une partie des citoyens de la ville, réveillés par les tambours
qui battaient le rappel, accouraient au poste du Saut-au-Matelot où ils
devaient se rassembler en cas d'attaque, lorsque rencontrant les
Américains, ceux-ci leur présentèrent la main en criant: Vive la
liberté! Quelques-uns s'échappèrent, les autres furent retenus
prisonniers. Cependant au point du jour la colonne ennemie occupa toutes
les maisons qu'il y avait de cette barrière à la seconde placée dans la
rue St.-Jacques, à environ deux cents pas plus loin; mais une poignée de
Canadiens qui s'était jetée en avant, défendit ce terrain pied à pied
avec beaucoup d'obstination malgré la grande supériorité des assaillans,
qui crièrent plusieurs fois en nommant des citoyens de la ville: «Amis,
êtes-vous là?» et qui, rendus près de la dernière barrière, plantèrent
des échelles pour la franchir; mais le feu des assiégés devenant trop
vif, ils les abandonnèrent après avoir perdu plusieurs hommes au pied de
cet obstacle, pour se retirer dans les maisons dont ils s'étaient rendus
maîtres, et fusiller par les ouvertures. C'est alors qu'un milicien de
la ville, nommé Charland, homme aussi robuste qu'intrépide, avança au
milieu du feu et tira les échelles posées par l'ennemi, en dedans de la
barricade. Cette barricade était défendue par le capitaine Dumas avec
une compagnie de Canadiens engagée alors avec les Américains qui
tiraient des maisons. Les combattans formaient ainsi placés comme un
angle, dont le côté parallèle au cap était occupé par les assaillans, et
l'autre côté coupant la ligne du cap à angle droit, et s'étendant au
fleuve; était défendu par les assiégés ayant une batterie à leur droite:
Le feu se croisait dans l'angle où le capitaine Dumas combattait,
soutenu bientôt après par les Canadiens du capitaine Marcoux, des
artilleurs et des fantassins anglais.

Le général Carleton apprenant la retraite de la colonne qui attaquait
Près-de-Ville, et voyant par leurs mouvemens que les troupes qui avaient
menacé la porte St.-Jean et le Cap-aux-Diamans, n'avaient voulu que
l'inquiéter, réunit ses principales forces contre l'attaque du
Sault-au-Matelot. Il ordonna au capitaine Laws de prendre 200 hommes et
de sortir de la haute-ville par la porte du Palais, et, en s'enfonçant
dans la rue St.-Charles et la vieille rue Sault-au-Matelot, d'attaquer
les ennemis en queue vigoureusement. Il chargea en même temps le
capitaine McDougall de le soutenir avec sa compagnie. Laws, en
s'avançant, entra dans une maison où se trouvaient plusieurs officiers
ennemis en délibération; en le voyant ils mirent l'épée à la main; mais
celui-ci leur ayant dit qu'il était à la tête d'un gros détachement, et
qu'ils seraient tous égorgés s'ils ne se rendaient sur-le-champ; ils
obéirent après s'être assurés, en regardant par la fenêtre, qu'il était
en effet suivi d'un grand nombre d'hommes. Cependant le général Carleton
avait envoyé l'ordre au major Nairne et au capitaine Dambourges d'aller
avec un fort détachement soutenir les troupes qui combattaient dans la
basse-ville. Aussitôt que ces troupes furent arrivées, il fut décidé de
prendre l'offensive et d'attaquer l'ennemi. En conséquence, le capitaine
Dambourges avec les Canadiens sautèrent en dehors des barricades et
allèrent planter les échelles enlevées aux Américains contre la première
maison qu'ils occupaient, et qui fut prise d'assaut.[60] Le major Nairne
en fit autant de son côté. Ces deux officiers se portèrent ensuite aux
maisons suivantes qu'ils enlevèrent de la même manière les unes après
les autres.

[Note 60: «Le Sr Dambourges monta par une fenêtre par le moyen des
échelles enlevées à l'ennemi suivi de plusieurs Canadiens, défonça la
fenêtre du pignon de la maison. Il y trouva plusieurs Bostonnais. Après
avoir tiré son coup de fusil, il fonça avec sa bayonnette et entra dans
la chambre, avec plusieurs Canadiens qui le suivaient animés d'un même
courage, lesquels jetterent la frayeur parmi les Bostonnais, qui se
rendirent prisonniers.»--(_Journal de Sanguinet)._]

Les Américains se trouvaient assaillis de tous les côtés à la fois.
Refoulés en tête, abordés vivement en queue, cernés par des forces
supérieures et leur ligne de retraite coupée, ils continuèrent en vain
la résistance quelque temps; ils durent poser les armes. Toute la
colonne d'Arnold fut faite prisonnière; et le gouverneur, profitant de
sa victoire, fit enlever, après la retraite des ennemis, la batterie
qu'ils avaient élevée à St.-Roch et qui n'avait pas cessé de tirer sur
la ville durant l'attaque.

Le feu avait été très vif au Sault-au-Matelot, et l'on croyait y avoir
fait de grandes pertes; mais lorsque l'on vint à les compter elles se
trouvèrent heureusement réduites à peu de chose. Celles des Américains
furent grandes en prisonniers; et la mort de Montgomery était
irréparable. L'on trouva dans la journée son corps à moitié enseveli
dans la neige avec douze autres cadavres, à une petite distance de la
barrière par où il voulait pénétrer dans la ville. Les officiers de son
armée qui étaient prisonniers, et qui ignoraient ce qu'il était devenu,
ayant reconnu son épée entre les mains d'un officier de la garnison,
n'eurent plus de doute sur son sort, et se mirent à verser des larmes.
Le gouverneur le fit enterrer décemment dans l'intérieur de la ville
avec les honneurs militaires, voulant rendre hommage au courage d'un
guerrier qui le méritait d'ailleurs par la modération et l'humanité avec
lesquelles il s'était conduit depuis qu'il commandait les troupes du
congrès.

Après cet échec, les assiégeans, quoique beaucoup affaiblis, osèrent
encore continuer le blocus de la ville, dont ils s'éloignèrent de deux
ou trois milles. Mais leur position devenait extrêmement difficile.
Rongés par les maladies, manquant toujours de vivres, et perdant tous
les jours la sympathie des Canadiens, ils voyaient diminuer
graduellement leurs chances de succès.

Le gouverneur qui avait maintenant une supériorité numérique bien
décidée sur les rebelles, résolut néanmoins de rester sur la défensive
jusqu'au printemps; et d'attendre, pour sortir de la ville et les
attaquer, que les secours qu'il avait demandés d'Angleterre, où l'on
faisait de grands préparatifs pour étouffer la rébellion à son berceau,
arrivassent. Il craignait avec raison beaucoup plus les idées que les
armes des Américains, qui restèrent ainsi maîtres du pays encore quelque
temps; mais leur possession était plus nominale que réelle. La lutte
allait être désormais plutôt entre les militaires des deux partis
qu'entre les royalistes et le congrès. Tout le peuple, vers la fin de
l'hiver, voulait se retirer entièrement de la lutte et garder la
neutralité; mais en exigeant toutefois dans les campagnes, que le parti
royaliste restât tranquille, car M. de Beaujeu ayant rassemblé, en mars,
350 hommes environ dans les paroisses de la rive droite du St.-Laurent
au-dessous de Québec, pour aller au secours de cette ville, aussitôt
d'autres Canadiens marchèrent contre eux avec un détachement américain,
surprirent l'avant-garde de Beaujeu, en tuèrent et blessèrent une partie
et auraient massacré le reste sans les officiers qui les en empêchèrent.
L'on vit dans cette escarmouche les enfans se battre contre leurs pères
et les pères contre leurs enfans. M. de Beaujeu ne jugea pas à propos
d'aller plus loin après cette manifestation populaire, et il renvoya ses
gens dans leurs foyers.

Cependant le général Schuyler ayant été informé de l'échec de Québec et
de la mort de Montgomery, par le colonel Arnold qui avait succédé à ce
dernier dans le commandement, demanda de la manière la plus pressante au
congrès qu'on envoyât immédiatement 3,000 hommes en Canada, ajoutant
qu'on ne pouvait rien retrancher de ce nombre, si l'on voulait réparer
les pertes qu'on avait éprouvées et soutenir la cause commune dans cette
colonie. Washington ne pouvant tirer un semblable détachement de son
armée sans s'exposer à une ruine certaine, engagea le Massachusetts, le
Connecticut et le New-Hampshire à y envoyer chacun un régiment, qui se
mirent aussitôt en marche. Comme le papier américain avait peu de cours
dans ce pays, le congrès y envoya aussi du numéraire, et ordonna d'y
lever 1,000 Canadiens outre le corps du colonel Levingston, et de les
placer sous les ordres de Moses Hazen qui avait résidé long-temps au
milieu d'eux.

Le congrès leur adressa en même temps un nouveau manifeste dans lequel
il leur disait: «Tel est le sort des choses humaines, les meilleures
causes sont exposées aux vicissitudes; mais le courage des âmes
généreuses, éclairées et inspirées par le soleil de la liberté, augmente
avec les obstacles. Huit bataillons se lèvent pour aller au secours de
votre province; et si elle a besoin de plus de renforts on les
fournira.» Le congrès finissait par les prier de saisir avec avidité
l'occasion favorable qui leur était offerte de prendre part à la
glorieuse conquête de l'indépendance, et par leur recommander de former
des associations dans leurs différentes paroisses, et d'élire des
députés pour former une assemblée provinciale, et pour les représenter
au congrès. Les Canadiens, refroidis par les causes que nous avons
exposées plus haut, et soumis toujours à l'influence toute-puissante du
clergé et d'une bourgeoisie encore toute monarchique, reçurent ces
paroles avec une indifférence qui marquait de plus en plus le changement
qui s'était opéré dans leurs idées depuis l'automne, et ne sortirent
point de leur inaction.

La cause de la révolution américaine devait tant à la presse et aux
exhortations des prédicateurs protestans, qui mêlaient dans leurs
sermons les préceptes de la religion aux principes de la liberté, que le
congrès voulut employer les mêmes armes au Canada. Et afin de ne
négliger aucun moyen de ranimer le zèle expirant des populations, il
décida d'y envoyer aussi des commissaires distingués par leurs lumières
et leur patriotisme. Il choisit pour cette mission le célèbre Franklin,
M. Chase, autre membre éminent du congrès, et M. Charles Carroll, avec
prière à ce dernier, par une résolution spéciale, d'engager son frère,
le Dr Carroll, jésuite, mort en 1815 archevêque de Baltimore, à
accompagner la commission pour employer son influence auprès du clergé
catholique du pays. Leurs instructions, qui sont du 20 mars, les
chargeaient de représenter aux Canadiens, que les armes des colonies
confédérées avaient été portées chez eux pour faire échouer les projets
de la cour britannique contre leurs communes libertés; que les colonies
espéraient, non seulement de prévenir les machinations hostiles du
gouverneur Carleton, mais de donner encore aux Canadiens, qu'elles
regardaient comme des frères, les moyens d'assurer leur indépendance et
leur bonheur, d'après les vues larges et généreuses de la liberté et de
la saine politique; de leur dire que le congrès était d'opinion que
leurs intérêts ainsi que ceux des provinces anglaises, étaient communs
et inséparables; qu'il était impossible que les uns fussent subordonnés
aux intérêts de la Grande-Bretagne sans que les autres le fussent aussi;
et que d'un autre côté, si les confédérés obtenaient, comme ils n'en
doutaient pas, la reconnaissance entière de leurs droits, les Canadiens
auraient pleine liberté de participer avec eux à ces bienfaits, ou de
demeurer assujettis à tous les actes de tyrannie qu'il plairait aux
ministres britanniques d'exercer à leur égard; enfin ils devaient faire
valoir toutes les raisons que leur prudence leur suggérerait pour
réussir dans l'objet de leur mission, qui concernait les intérêts
mutuels des deux pays. Et pour les convaincre de l'impossibilité que la
guerre se terminât d'une manière désavantageuse aux colonies si elles
s'entr'aidaient mutuellement avec sagesse et avec vigueur, les
commissaires étaient autorisés à déclarer que les Canadiens pourraient
se donner telle forme de gouvernement qu'ils croiraient la plus propre à
leur bonheur, et que le plus grand désir du congrès était de les faire
entrer dans l'Union sur le même pied que les autres provinces en leur
garantissant le même système de lois douces et équitables qu'à
celles-ci, avec seulement les différences locales qui pourraient être
agréables à chacune d'elles; à leur assurer que les Français
n'embrasseraient point la cause de la Grande-Bretagne; et que leur
intérêt, et, l'on avait raison de le croire, leur inclination étaient de
vivre en bonne intelligence avec les colonies confédérées. Ils devaient
aussi employer tous leurs efforts pour montrer aux Canadiens la
nécessité de prendre des mesures immédiates et décisives afin de se
mettre sous la protection de la confédération; et dans ce but ils
avaient ordre de leur faire part du mode que les provinces anglaises
employaient pour connaître l'opinion du peuple, et conduire leurs
affaires d'une manière régulière par des comités d'observation et
d'inspection dans les divers arrondissemens, et par des conventions et
des comités de sûreté dans chaque colonie, et leur en recommander
l'adoption. La nature et les principes d'un gouvernement libre,
ajoutaient les instructions, devront leur être expliqués tout en leur
développant, par forme de contraste, les projets vils, cruels et
insidieux de l'acte impérial de 74. Il faudra aussi leur montrer tous
les motifs de gloire et d'intérêt qu'il y a pour eux d'entrer dans une
lutte qui les intéresse si profondément, et leur apprendre à aspirer à
la jouissance d'une portion du pouvoir qui les régit, et à ne pas
demeurer, comme une proie, un objet d'exploitation entre les mains de
leurs conquérans; leur déclarer que les colonies anglaises tiennent pour
sacré le principe de la liberté de conscience, et promettre
solennellement au peuple, au nom du congrès, le libre exercice de sa
religion, et au clergé la jouissance pleine et entière de ses biens; que
le gouvernement de tout ce qui a rapport à l'autel et à ses ministres
sera laissé entre les mains des habitans de cette province et de la
législature qu'ils voudront bien se donner, pourvu que toutes les autres
dénominations de chrétiens aient également la faculté de remplir des
charges-publiques, et de jouir des droits civils ainsi que de l'exercice
de leur religion, sans être tenus de payer des dîmes ou des taxes pour
le soutien du clergé. Les commissaires avaient aussi ordre de presser
l'assemblée d'une convention du peuple, l'organisation d'un gouvernement
canadien et son union avec les autres colonies. Les conditions de cette
union devaient être semblables à celle des autres provinces, et si les
offres du congrès étaient acceptées, ils devaient promettre aux
Canadiens qu'il les défendrait contre tout ennemi. Une presse libre
devait être établie en même temps en Canada; et les commissaires avaient
reçu le pouvoir de régler toutes les contestations qui pourraient
s'élever entre les troupes continentales et les habitans; de faire
construire des fortifications ou les faire démolir, et de suspendre les
officiers militaires, etc.; enfin, d'encourager le négoce avec les
sauvages, et d'assurer les Canadiens que leur commerce étranger serait
mis sur le même pied que celui du reste de la confédération.

Les commissaires, partis de New-York le 2 avril (75), n'arrivèrent à
Montréal encore en possession des troupes du congrès, que le 20.
Franklin resta dans cette ville jusqu'au 11 mai, qu'il repartit pour son
pays, peu de jours après la levée du siège de Québec; et le lendemain,
le Dr J. Carroll le suivit. Franklin n'avait pas été long-temps en
Canada sans se convaincre que leurs efforts seraient inutiles. Les
Canadiens savaient la part qu'il avait prise lui-même pour engager
l'Angleterre à faire la conquête de leur pays, quinze ans auparavant;
l'antipathie nationale, fruit des longues guerres, qui existait entre
les deux peuples, avait pu dormir; mais elle était facile à réveiller;
et il en vit bientôt lui-même la preuve par des manifestations
publiques.

Au reste, l'objet des commissaires était, ainsi qu'on vient de le voir,
d'engager les Canadiens à joindre les révolutionnaires, ou du moins à
rester neutres; et dans ce dernier cas, à faciliter l'occupation
militaire de leur pays, afin que l'on pût s'y maintenir même malgré eux
si cela était ensuite nécessaire. Mais cette dernière alternative étant
devenue impossible, ils s'étaient décidés à se retirer.

Pendant que Franklin s'était acquitté de sa mission auprès des Canadiens
laïques, le Dr Carroll, en sa qualité d'ecclésiastique, avait visité une
partie des membres du clergé de Montréal et des campagnes. Mais il
avait, comme on peut facilement l'imaginer, eu encore moins de succès
que Franklin. Après leur avoir expliqué la nature des difficultés entre
les colonies et la métropole, il avait fait valoir toutes les raisons
qui pouvaient avoir quelque poids auprès des hommes auxquels il
s'adressait. On ne manqua pas d'en trouver d'autres pour y répondre. On
lui dit que depuis l'acquisition du Canada par la Grande-Bretagne,[61]
les habitans n'avaient eu à se plaindre d'aucune agression; qu'au
contraire, le gouvernement avait fidèlement rempli toutes les
stipulations des traités, sanctionné et couvert de sa protection les
anciennes lois et coutumes du pays, laissé subsister l'organisation
judiciaire française et les formes de leurs procédures avec une
attention scrupuleuse, qui méritait leur respect et leur gratitude. A
cela le Dr Carroll répliqua que le congrès avait expressément déclaré
que si les Canadiens voulaient se réunir aux provinces qu'il
représentait pour revendiquer leurs droits constitutionnels, leur culte
et la propriété des ordres religieux, seraient respectés et garantis, et
que les catholiques, au lieu d'être simplement tolérés, comme ils
l'étaient par l'Angleterre, auraient des droits égaux à ceux des membres
des autres religions. Quant à ces assurances, dirent les prêtres
canadiens, le gouvernement britannique ne nous laisse rien à désirer;
tous les monastères jouissent de leurs biens; les missions fleurissent,
et l'autorité va jusqu'à rendre les honneurs militaires à nos cérémonies
religieuses; et d'après le principe que la fidélité est due à la
protection, le clergé ne peut enseigner la doctrine, que la neutralité
est compatible avec ce qui est dû au gouvernement établi. Cette
politique judicieuse et libérale, ajoutait-on encore, avait inspiré aux
Canadiens des sentimens de loyauté, que la conduite du peuple et des
corps publics de quelques-unes des colonies unies n'avait fait
qu'affermir. On rappela à ce sujet à Carroll que dans les colonies dont
il vantait tant la libéralité, la religion catholique n'avait jamais été
tolérée; que les prêtres en étaient exclus sous des peines très sévères,
et que les missionnaires chez les sauvages étaient traités avec rudesse
et cruauté; que les Canadiens n'étaient pas persuadés que ces mesures
rigoureuses fussent imposées par le gouvernement royal; que lorsqu'il
s'agissait de catholiques l'on n'était jamais bien prompt à faire
respecter le droit sacré de conscience, et qu'enfin il y avait de
grandes contradictions entre l'adresse du congrès au peuple de la
Grande-Bretagne du 21 octobre 1774 et celle au peuple du Canada; que
l'acte de Québec de la même année ne faisait que confirmer ce droit de
conscience en garantissant aux Canadiens le libre exercice de la
religion catholique et la jouissance de leurs biens religieux, et en les
dispensant du serment du test; et que cependant le congrès, dans son
adresse au peuple anglais, avait demandé la proscription de leur
religion, de leurs lois et de leurs institutions, en un mot leur complet
asservissement. Comment, après la manifestation de sentimens si
hostiles, le clergé lui-même peut-il recevoir avec confiance, avec
faveur, la déclaration qu'il fait presque dans le même temps dans son
adresse aux Canadiens, en disant: «Nous connaissons trop bien les
sentimens généreux qui distinguent votre nation pour croire que la
différence de religion vous empêchera de contracter une alliance
cordiale avec nous. Vous savez que la nature transcendante de la liberté
élève ceux qui s'unissent pour sa cause au-dessus de toutes ces
faiblesses d'un esprit étroit. Les cantons suisses fournissent une
preuve mémorable de cette vérité. Leur confédération est composée
d'états catholiques et d'états protestans, vivant ensemble en concorde
et en paix, et pouvant par-là, depuis qu'ils ont bravement conquis leur
liberté, défier et battre tous les tyrans qui ont envahi leur
territoire.»

[Note 61: Le docteur Fenwick, évêque de Boston et ami personnel du Dr
Carroll, visitant le Canada, il y a quelques années, rencontra un vieux
prêtre canadien qui avait vu le Dr Carroll, et qui lui raconta ce qui
s'était passé entre l'agent du congrès et le clergé canadien, et qu'il
avait lui-même désapprouvé la conduite de Carroll, dans le temps, en
cherchant à gagner le clergé catholique à la cause des colonies
révoltées: _Mémoire de M. Campbell. Journal of Charles Carroll, of
Carrollton, during his visit to Canada, in 1776, as one of the
commissioners from congress, with a memoir and notes by Brantz Mayer,
correspg. secretary, Maryland Historical Society._]

La contradiction qu'il y avait entre l'adresse au peuple anglais et
celle au peuple canadien portait maintenant ses fruits. Lorsqu'on y lut
dans une assemblée nombreuse de royalistes la partie de la première
adresse qui avait rapport à la réorganisation du pays, et la peinture
qu'on y faisait de la religion et des usages des Canadiens, ceux-ci ne
purent s'empêcher d'exprimer leur ressentiment par des exclamations
pleines de mépris. «O le traître et perfide congrès! s'écrièrent-ils.
Bénissons notre bon prince, restons fidèles à un roi dont l'humanité est
conséquente et s'étend à toutes les religions; abhorrons ceux qui
veulent nous faire manquer à notre loyauté par des actes déshonorans, et
dont les adresses comme les résolutions sont destructives de leur propre
objet.»

Ainsi les propositions du congrès, faites solennellement, finirent par
n'être plus écoutées du peuple. Le clergé et les seigneurs ayant repris
leur influence sur lui, il s'abandonna à leur bonne foi et remit son
sort entre leurs mains; et le congrès recueillit les conséquences de ses
remontrances trompeuses à l'Angleterre, prouvant encore une fois que la
bonne politique repose sur une franchise éclairée, et non sur des
subterfuges et des finesses diplomatiques.

Il en est qui font aujourd'hui des reproches amers aux seigneurs, au
clergé et à la bourgeoisie, et qui déplorent les funestes conséquences
qui sont résultées de leur détermination plus imprévoyante encore
peut-être qu'intéressée. Ils regrettent les étroits préjugés qui ont pu
faire perdre à leurs compatriotes l'occasion d'obtenir leur indépendance
et leur liberté sans verser peut-être une goutte de sang, car une fois
expulsés du pays les Anglais n'y seraient plus revenus; ils ne peuvent
concevoir comment on a pu fermer les yeux aux offres des colonies
confédérées, qui s'engageaient à recevoir les Canadiens dans leur
alliance, aux mêmes conditions qu'elles-mêmes, c'est-à-dire qu'ils
pourraient se donner telle forme de gouvernement qu'ils jugeraient
convenable pourvu qu'elle fût républicaine et qu'elle admît la liberté
de conscience, ou en d'autres termes qu'ils pourraient se gouverner
eux-mêmes au moyen du principe électif, comme ils l'entendraient,
suivant leurs anciennes lois ou de nouvelles, s'ils jugeaient à propos
de les changer; enfin, que le Canada formerait un des états de l'Union,
dans laquelle il serait entré comme pays indépendant. Au lieu de cela
qu'a-t-on eu, disent-ils amèrement? Le gouvernement despotique de 1774,
dans lequel on a admis quelques Canadiens par politique; la constitution
de 1791 avec une législature à trois branches, sur deux desquelles ils
n'ont jamais eu aucune influence, puisqu'elles étaient à la nomination
de la métropole, qui conserva dans la réalité tout le pouvoir; le projet
d'Union de 1822, et sa réalisation en 1841 avec la restriction de nos
droits politiques afin de nous mettre en minorité, et, on l'a reconnu
publiquement, d'anéantir notre race; et dans cette longue période de
sujétion, de souffrance et d'humiliation, le personnel de l'exécutif a
été, à venir jusqu'à nos jours, à peu d'exceptions près, étranger et
hostile aux Canadiens. Voilà ce que nous avons eu pour avoir repoussé
dédaigneusement la liberté et l'indépendance nationale.

A ces reproches, d'autres donnent pour réponse qu'il n'y avait pas de
sûreté à prendre des engagemens avec un peuple en insurrection et dont
la cause était loin d'être gagnée; que malgré ses promesses, il n'était
pas prudent pour des catholiques d'origine française de se fier à un
congrès anglais et protestant, qui venait de faire de si vives
remontrances à la métropole parce qu'elle avait étendu une main
protectrice sur leurs autels, leurs institutions et leurs lois; qu'en
outre la loyauté faisait un devoir aux Canadiens de rester fidèles à
leur prince, et qu'à tout événement, leur nationalité aurait couru plus
de dangers avec une république anglo-américaine qu'avec une monarchie
européenne, etc.

Nous nous abstiendrons d'apprécier ici la valeur de ces plaintes, échos
sourds mais significatifs des sentimens d'un peuple que sa nationalité a
fait et pourrait encore faire proscrire. Nous laissons cette tâche à
l'avenir, qui pourra trouver dans la suite des faits qui se
développeront graduellement, de quoi former son opinion sur un événement
dont les conséquences seront peut-être plus fâcheuses pour la domination
britannique que pour la conservation des Canadiens.

Nous avons dit que le gouverneur Carleton avait résolu d'attendre des
secours de l'Angleterre avant de sortir de Québec, où il se tint
tranquillement renfermé, quoiqu'il eût pu chasser entièrement les
assiégeans des environs dans le premier moment de torpeur où l'échec du
31 décembre les avait jetés. Cette détermination donna le temps à
l'ennemi de recevoir des renforts. Le général Schuyler qui commandait
pour le congrès sur la frontière, en apprenant la mort de Montgomery,
commença à acheminer des secours à l'armée de Québec, dont le général
Wooster vint prendre le commandement. Ce général voulut établir de
nouvelles batteries contre la ville, dont une à la Pointe-Levy et une
autre sur les buttes à Neveu; mais elles ne firent aucun effet. Wooster
fut remplacé dans le mois de mai par le général Thomas, qui ne trouva
qu'environ 1,000 hommes capables de faire le service sur les 1,900 qui
étaient portés sur les rôles, dont 12 à 1300 ayant joint l'armée depuis
le mois de janvier. La misère, les fatigues et la petite-vérole
retenaient le reste à l'hôpital. L'on avait résolu dans un conseil de
guerre à Montréal, de fortifier la rive droite de la rivière Jacques
Cartier, et de bâtir des chaloupes canonnières à Chambly; mais dans
l'état des choses ce projet ne put s'exécuter. Les hommes et les
munitions manquaient; il ne restait plus de vivres que pour six jours,
et l'éloignement croissant des Canadiens rendait les approvisionnemens
très difficiles. Dans ces circonstances, ayant reconnu l'impossibilité
de prolonger plus long-temps le siège sans s'exposer, et sachant
d'ailleurs qu'il devait arriver d'un moment à l'autre des secours à la
ville, le général Thomas songea à retraiter; mais il ne voulut pas le
faire avant de risquer une seconde tentative contre la place en usant
d'un stratagème qui n'eut et ne devait avoir aucun succès. Il lança un
brûlot contre les navires en hivernage dans le port, afin que l'incendie
attirât l'attention des assiégés de ce côté; et pendant qu'ils y
courraient pleins de confusion, ses troupes devaient monter à l'assaut
et s'emparer de la ville. Mais le brûlot s'étant consumé sans atteindre
les navires, l'attaque n'eut pas lieu. Au surplus, dans le même temps
arrivaient les vaisseaux anglais dont l'entrée dans le St.-Laurent était
annoncée depuis plusieurs jours, et le général Thomas n'eut que le temps
d'ordonner d'embarquer l'artillerie et les malades pour remonter le
fleuve, et au reste de l'armée d'évacuer le camp et de retraiter avec
précipitation, que le gouverneur Carleton, qui s'était hâté de faire
débarquer les secours qu'il venait de recevoir, sortait de la ville à la
tête de mille hommes, tant réguliers que miliciens, et six pièces de
canon pour se mettre à sa poursuite. Ce dernier atteignit son
arrière-garde, échangea quelques coups de fusil avec elle, prit son
artillerie, ses munitions de guerre et de bouche, ses bagages, plus de
200 malades ou invalides et quantité de fusils que les soldats jetaient
pour mieux fuir. Les Américains souffrirent cruellement dans cette
retraite; et beaucoup de soldats auraient péri sans l'humanité des
Canadiens, qui leur donnèrent des habits et des alimens. Ils ne
s'arrêtèrent qu'à Sorel, où leur général mourut lui-même peu de temps
après de l'épidémie régnante. Après les avoir poursuivis quelque temps,
le général Carleton rentra dans la ville, d'où il envoya des détachemens
pour ramasser leurs traînards, et se saisir des habitans qui s'étaient
joints à eux et brûler leurs maisons; car les Anglais qui respectaient
encore alors les propriétés des insurgés dans leurs vieilles colonies,
suivaient leur ancienne coutume dans le Canada habité par une race
étrangère. En 1776 comme en 1759, comme en 1837 et 38, la torche de
l'incendie suit toujours leurs soldats, comme si, dans ce pays, ils
avaient plus de confiance en elle que dans leurs armes.

Le congrès avait fait hâter la marche des secours qu'il envoyait au
général Thomas, afin de se conserver au moins un pied dans la contrée. A
la fin de mai, l'armée révolutionnaire était d'environ 4,000 hommes
répandus dans le district de Montréal; mais elle manquait de tout, à tel
point que les chefs furent obligés de faire prendre de la farine de
force chez les marchands, en promettant de la payer, pour leur
subsistance journalière. Cet ordre reçut la sanction des deux
commissaires, Chase et Carroll, qui le justifièrent auprès du congrès,
en déclarant que c'était pour empêcher un pillage général, qui aurait pu
finir par le massacre des troupes et d'un grand nombre d'habitans. Ces
deux envoyés partirent à la fin de mai de Montréal pour rentrer dans
leur pays. Ils rencontrèrent le général Sullivan à St.-Jean, qui amenait
un nouveau renfort de 1,400 hommes, avec lequel il s'avanca jusqu'à
Sorel; ce qui porta l'armée américaine à 5,400 bayonnettes. Mais elle
était hors de proportion avec l'armée arrivée d'Angleterre, où la
nouvelle des soulèvemens en Amérique avait causé la plus grande
sensation.

L'aspect des affaires coloniales avait amené la résignation d'une partie
du ministère anglais, quoique la grande majorité du parlement impérial
se fût prononcée pour la soumission des rebelles par la force des armes.
Le gouvernement craignant que la cause américaine ne trouvât trop de
sympathie chez le peuple anglais, et que la désertion ne se mît dans ses
propres troupes, attendu que plusieurs de leurs anciens officiers
commandaient les soldats révolutionnaires, le gouvernement traita avec
le duc de Brunswick et d'autres petits princes allemands, pour avoir un
corps de 15 ou 16 mille auxiliaires, instrument passifs et sans
sympathie avec les rebelles. Une division de ces troupes sous les ordres
des généraux Reidesell et Specht fut en conséquence embarquée pour le
Canada avec dix bataillons anglais, et des artilleurs, formant en tout 7
à 8 mille hommes environ. Cette armée, commandée par le général
Burgoyne, partisan du ministère, et qui lui avait promis dans la chambre
des communes dont il était membre, des triomphes et la destruction des
insurgés, s'échelonna en arrivant à Québec sur les bords du St.-Laurent,
pour être prête à entrer en campagne au premier ordre. Le corps le plus
avancé occupait les Trois-Rivières. Le général Sullivan, qui épiait de
Sorel les mouvemens des royalistes, crut qu'il aurait bon marché de
cette petite ville s'il pouvait l'attaquer avant qu'elle fût secourue.
Il fit embarquer en conséquence, à Nicolet, le général Thompson avec
1,800 hommes pour traverser le lac St.-Pierre, débarquer à la
Pointe-du-Lac et y marcher rapidement. La nouvelle de leur débarquement
fut apportée aux Trois-Rivières par un capitaine de milice, le 8 juin à
4 heures du matin. Aussitôt les troupes qui y étaient déjà rendues
prirent les armes ainsi que celles qui venaient d'arriver dans le port
et qui furent débarquées sur-le-champ, pour marcher au-devant de
l'ennemi. Nombre de volontaires canadiens, fervens royalistes, les
joignirent; de sorte qu'ils se trouvèrent très supérieurs en nombre aux
Américains, et ils étaient de plus munis d'une bonne artillerie. Ils
rencontrèrent ceux-ci près d'une forêt, à une demi-lieue de la ville, et
après une assez longue résistance, les repoussèrent, et un second corps
les ayant pris en flanc, les dispersèrent totalement dans un bois
marécageux situé au nord du lac St.-Pierre. Leur général, avec 200
hommes, tomba entre les mains des vainqueurs. Le reste aurait été pris
ou aurait péri dans les bois si le pont de la rivière du Loup ne leur
eût offert une issue, la seule voie qui leur restait ouverte pour
échapper, et encore ce ne fut qu'avec beaucoup de peine, et grâce aux
talens du colonel St.-Clair, qu'ils parvinrent, au bout de plusieurs
jours, à rejoindre le corps d'armée du général Sullivan.

Les troupes royales s'avancèrent, le 14, à Sorel, que Sullivan évacua en
se retirant sur Chambly. Le gouverneur ordonna alors au général Burgoyne
de le poursuivre avec une partie de l'armée et les royalistes canadiens
qui s'offraient comme volontaires. Sullivan se voyait toujours pressé
mit le feu au fort Chambly et retraita sur St.-Jean, où le colonel
Arnold arrivait avec la garnison de Montréal, après s'être vu sur le
point d'être intercepté par le général Carleton, qui continuait de
remonter le fleuve par la rive gauche, et dont les troupes étaient déjà
rendues à Varennes. Ayant détruit le fort St.-Jean, l'armée
révolutionnaire se replia encore, sur l'île aux Noix, et enfin à
St.-Frédéric et à Carillon, d'où elle était partie huit mois auparavant,
et où, elle revenait après une campagne dont les succès comme les
défaites avaient varié selon l'opinion elle-même des Canadiens. Quelque,
temps auparavant plus de 500 rebelles, dont 31 officiers, retranchés aux
Cèdres sur la rive droite de la rivière des Outaouais, s'étaient rendus
au capitaine Foster, qui les avait attaqués à la tête de 4 à 500 hommes.
Cette perte qui entraîna le massacre de plusieurs prisonniers par les
sauvages, fut très sensible aux Américains, qui l'attribuèrent à la
lâcheté de leur commandant; car ce poste n'était pas sans importance
pour eux à cause de sa situation dans le voisinage des tribus indiennes.

Le général Carleton après avoir repoussé les Américain hors des
frontières, jugea qu'il était de la plus grande importance d'obtenir la
Suprématie sur le lac Champlain. Il travailla en conséquence à s'y
former une flottille. Il fit armer trois vaisseaux qui avaient été
envoyés d'Angleterre par pièces prêtes à assembler, et une vingtaine de
chaloupes canonnières, outre un grand nombre de barges et autres
embarcations. Le tout, prêt à mettre à la voile dans les premiers jours
d'octobre, fut placé sous les ordres du capitaine, depuis l'amiral
Pringle. Les Américains se hâtèrent de leur côté d'armer deux corvettes,
deux brigantins et une douzaine de petits bâtimens qu'ils mirent sous le
commandement du général Arnold, pour disputer la possession du lac aux
Anglais. Les deux flottilles se rencontrèrent le 11 octobre sous l'île
de Valcourt, et aprés un combat très vif, le vent empêchant une partie
des forces anglaises de se mettre en ligne, le capitaine Pringle ordonna
la retraite. Arnold, quoique vainqueur, avait perdu un vaisseau qui
s'était échoué et une barque qui avait été coulée bas. Afin de
proportionner ses forces à celles de l'ennemi, il voulut se retirer sous
les batteries de la Pointe-à-la-Chevelure; mais il fut atteint en chemin
par la flottille anglaise, qui profitant du vent, recommença l'attaque
le 13 avec la plus grande vigueur. L'action dura 2 heures environ, et
Arnold, abandonné par quatre de ses bâtimens qui s'enfuirent et par un
cinquième qui amena son pavillon, échoua le reste de sa flottille sur le
rivage, y mit le feu, fit sauter le fort St.-Frédéric et se replia sur
Carillon vers le haut du lac.

La saison des opérations tirait à sa fin. Carleton retourna à St.-Jean,
d'où il descendit ensuite à Québec par la rivière Richelieu. L'armée
anglaise rentra dans ses quartiers d'hiver, qui s'étendaient depuis
l'île aux Noix jusqu'à Québec, et fut logée chez les habitans où elle
vécut à discrétion, traitant ceux-ci, royalistes ou républicains,
militairement et sans qu'ils pussent obtenir justice (Sanguinet).

Les Anglais furent moins heureux dans les colonies du Sud, où devait se
conduire une des trois opérations de la campagne ordonnées par le
ministère. Ils furent repoussés de devant Charleston qu'ils voulaient
assiéger, et obligés d'abandonner entièrement la Caroline. Ils avaient
été forcés aussi d'évacuer Boston; mais lord Howe avait remporté une
victoire importante à Long-Island, où les Américains firent des pertes
considérables, et qui les obligèrent d'évacuer ensuite la ville de
New-York et de se retirer derrière la Delaware; ce qui aurait compensé
l'échec des Anglais à Boston si le général Washington n'avait lavé la
honte de la défaite de Long-Island d'abord dans la brillante affaire de
Trenton, où il fit mille prisonniers, puis dans une seconde bataille
livrée sur les hauteurs voisines, et enfin dans la dispersion d'un corps
royaliste à Stony-Brook, où il enleva encore huit cents soldats et du
canon; de sorte que le résultat général de la campagne de 76 se trouva
favorable à la cause de l'indépendance.

Pendant que la Grande-Bretagne faisait agir ses armées, elle envoyait
des commissaires pour faire des propositions d'arrangement aux colonies.
Les chefs de l'insurrection craignant la lassitude et le découragement
du peuple, et jugeant qu'il était temps de fixer ses opinions; redoutant
d'ailleurs l'effet des offres des commissaires anglais qui devaient être
sans doute des plus séduisantes, ces chefs furent d'avis que le temps
était enfin venu de se déclarer. Le congrès commença par publier un
manifeste qui contenait tous les griefs des colons contre la métropole,
et qui créa une immense sensation. Il le fit suivre peu après du fameux
pamphlet de Thomas Payne, intitulé «_Common Sense,_» plaidoyer plein de
sarcasmes amers contre les institutions monarchiques et la tyrannie des
métropoles, et qui, du même coup, écrasa le parti royaliste, et fit des
républicains ardens des hommes qui s'étaient montrés jusque-là froids et
indifférens. Les esprits ayant été ainsi habilement préparés, Lee fit
motion, le 7 juin (76), de proclamer l'indépendance de l'Amérique. Les
voix furent d'abord également partagées; mais le lendemain, la majorité
pencha en faveur de cette proposition, et aussitôt le congrès se déclara
chambre des représentans des Etats-Unis d'Amérique. Le 4 juillet il
publia la déclaration d'indépendance, acte qui consomma la séparation
des treize anciennes provinces anglaises de leur métropole, et qui
termina la seconde partie du drame sanglant commencé entre l'Ancien et
le Nouveau-Monde avec la guerre de Sept ans.

L'armée anglaise établie dans ses quartiers d'hiver, le général Burgoyne
passa en Angleterre pour régler avec le ministère le plan des opérations
de la prochaine campagne. C'était un officier d'une suffisance et d'une
ambition que ses talens pour la guerre ne justifiaient point. Le parti
politique auquel il appartenait lui avait fait, à l'occasion de sa
conduite en Portugal, où il avait remporté quelques succès, une
réputation exagérée, qui ne fit que rendre sa chute plus éclatante
lorsqu'il passa, lui et son armée, sous les fourches caudines de
Saratoga.

Le projet du gouvernement était de faire pénétrer l'armée du Canada dans
la Nouvelle-Yorke, pour lui faire opérer sa jonction à Albany avec celle
du général Howe, et de séparer avec ces forces la Nouvelle-Angleterre
des provinces méridionales. Burgoyne proposa d'ajouter que, dans le cas
où le mouvement par l'Hudson serait impraticable ou trop hasardeux, on
le fit par le Connecticut, ou bien qu'on embarquât l'année du Canada sur
le St.-Laurent, et que l'on formât la jonction en mer. Le ministère
repoussa ces deux alternatives, et s'en tint à son premier, plan. Mais
il nomma pour commander en chef l'armée du Canada ce général lui-même,
qui sollicitait cet honneur avec tant d'ardeur qu'il fut accusé d'avoir
cherché à supplanter dans ce poste dangereux le gouverneur Carleton, à
qui il semblait appartenir de droit, suivant l'usage.

L'on sait que George III était l'homme de son royaume le plus acharné
contre les Américains. Les difficultés de cette guerre amenèrent encore
des changemens dans le ministère; mais lord North, appuyé, dit Gibbon
dans ses mémoires, d'un côté sur le sens majestueux de Thurlow, et de
l'autre sur l'éloquence adroite de Wedderburne, garda toujours son
portefeuille, et les chambres se montrèrent disposées à appuyer sa
politique contre les rebelles. En effet elles votèrent les vaisseaux,
les soldats, les subsides qu'il voulut bien lui demander, malgré la
véhémence de l'opposition. «Depuis trois ans, dit Chatham,
qu'avons-nous-fait? Nous avons gagné quelques postes, et surtout nous
avons appris à nos adversaires l'art de faire la guerre. Croyez-moi,
luttez-vous, hâtez-vous de redresser les griefs des Américains; écoutez
leurs plaintes, reconnaissez-leur le droit de disposer de leur propre
argent. Cette reconnaissance sera un messager de paix: elle ouvrira la
voie aux traités; car si nous continuons la guerre, si nous marchons à
la conquête sous le canon de la France, nous marcherons sous une
batterie masquée, qui s'ouvrira bientôt pour nous balayer du sol
américain.»

Si Chatham haïssait la France, le duc de Choiseul ne haïssait pas moins
l'Angleterre. Une seule pensée le dominait depuis 63, c'était de venger
la honte du traité de Paris. Quoiqu'il ne fût pas dans le ministère, il
le dominait par l'ascendant qu'il avait sur la reine Marie-Antoinette. A
force de volonté et d'efforts, il avait donné une marine redoutable à sa
patrie, et malgré l'opposition d'une partie des ministres, il finit par
entraîner l'indolent Louis XVI dans le parti des insurgés américains.
Dés la fin de 75, Lee avait ouvert une correspondance secrète avec un M.
Dumas, négociant établi à la Haye: il avait vu aussi à Londres
l'ambassadeur français, et ensuite un agent envoyé exprès de Paris,
Beaumarchais, le fameux auteur du _Mariage de Figaro_, lequel avait
déclaré que son gouvernement était disposé à fournir des armes, des
munitions et de l'argent jusqu'à concurrence de £200,000 sterling. On
rapporte que M. de Vergennes voulait profiter de cette occasion pour se
faire restituer le Cap-Breton, le Canada et la Louisiane; mais le reste
des ministres français ne parut point goûter cette suggestion, ni
appréhender comme celui qui la faisait, si vraiment elle a été faite,
que les provinces révoltées, après avoir secoué le joug de l'Angleterre,
seraient en état de faire la loi à la France et à l'Espagne dans toute
l'Amérique, et d'envahir leurs possessions au moment où elles y
penseraient le moins.[62] M. de Vergennes, quoiqu'anticipant l'avenir,
ne prévoyait pas encore toute la rapidité avec laquelle les événemens
marchaient dans le Nouveau-Monde. Au reste, ces premières ouvertures ne
furent pas plus tôt connues du congrès américain, que ce corps
s'empressa d'envoyer un de ses membres en France, M. Silas Deane, pour
entrer en négociation directe avec ce pays; et après mille obstacles de
tous genres, les secours furent embarqués pour l'Amérique, dont la cause
devint alors si populaire en France que l'on vit le jeune marquis de
Lafayette et plusieurs autres seigneurs de son âge, partir pour servir
comme volontaires dans les armées révolutionnaires du congrès. Franklin,
Deane et Lee furent nommés officiellement commissaires auprès de la cour
de France. Les dispositions bienveillantes de cette grande nation, et
l'espérance de secours plus réels encouragèrent puissamment la jeune
république dans ses efforts.

[Note 62: Mémoire historique et politique sur la Louisiane, par M. de
Vergennes, ministre de Louis XVI, etc., 1802.]

Cependant le général Burgoyne était de retour à Québec au commencement
de 77. Il s'occupa immédiatement des préparatifs de son expédition. Le
gouverneur retint 3000 hommes pour garder la province, et il lui donna
le reste des troupes, environ 8,500 hommes y compris les officiers, et
500 Indiens sous les ordres de M. de St.-Luc, pour envahir la
Nouvelle-Yorke et aller se réunir au général Howe à Albany. Cette armée
se trouva rassemblée à la Pointe-à-la-Chevelure, le 30 juin, avec un
parc considérable d'artillerie. On avait compté y adjoindre beaucoup de
Canadiens; mais la masse de ce peuple qui avait si bien accueilli
d'abord l'insurrection, était, malgré son refroidissement et
l'incertitude de l'avenir, peu disposée à aller la combattre. Burgoyne
ne put Se faire suivre que par deux compagnies formant 150 hommes. Les
habitans continuèrent d'être accablés de corvées; il y eut jusqu'à 1,200
hommes employés aux travaux des chemins, ou sur les bateaux, qu'ils
furent obligés, à peine d'amende, de conduire dans l'automne, au milieu
des glaces, jusqu'à cent lieues de Montréal, sans aucune espèce de
rémunération. Il n'y avait que les Anglais, royalistes ou non, qui
fussent exempts de ce fardeau. Burgoyne se mit en mouvement au
commencement de juillet. Le 6, Carillon et le Mont-Indépendance étaient
tombés en son pouvoir avec 128 pièces de canon, plusieurs vaisseaux
armés et une grande quantité de bagages et de munitions de guerre et de
bouche. Ce facile succès le remplit de joie et augmenta outre mesure la
confiance qu'il avait dans sa capacité et la bravoure de ses troupes.
Ayant ordonné à une partie de l'armée et à ses bagages de prendre la
route du lac George, il laissa lui-même ce lac à sa droite avec le gros
de ses forces et 42 bouches à feu, ef s'avança vers le Grand-Marais
(South Bay) et Sekenesborough, le corps du général Fraser mettant en
déroute, chemin faisant, 15,000 Américains à Huberton. Le lendemain
l'avant-garde, sous les ordres du général Phillips, atteignait le fort
Anne et repoussait, après un combat assez vif, les républicains, qui
évacuèrent le fort après y avoir mis le feu, brisèrent ensuite les
chemins pour les rendre impraticables, et se replièrent sur le fort
Édouard, où le général Putnam arriva avec un renfort considérable de
troupes fraîches. C'était le point que Burgoyne avait marqué à son armée
pour opérer sa jonction. Mais il lui fallut tout le reste du mois pour
réparer les routes et relever les ponts; et il ne parut devant le fort
Édouard, sur l'Hudson, que le 28 juillet. Pendant que le général
Burgoyne opérait ainsi sur l'Hudson, le colonel St.-Léger devait faire
une diversion à la tête d'environ 800 hommes, réguliers ou miliciens, et
d'un gros parti de sauvages. Il était chargé de remonter le St.-Laurent
et le lac Ontario jusqu'à Oswégo, d'enlever le fort Stanwix, bâti en
1758 sur l'emplacement qu'occupe aujourd'hui la petite ville de Rome
dans le comté d'Oneida, et d'aller se réunir en descendant par la
rivière Mohawk, au corps d'armée de Burgoyne, à Albany. Il n'arriva que
le 3 août devant le fort Stanwix, qu'il investit immédiatement. Mais
après un long siège, pendant lequel un combat très vif eut lieu à
Oriskany entre une partie de ses forces, sous les ordres de sir John
Johnson, et 800 rebelles commandés par le général Herkiner, qui venaient
au secours de la place, et qui furent entièrement défaits, il fut
abandonné des sauvages et obligé, dans une panique qui s'empara de ses
troupes, de fuir avec tant de précipitation, que les Canadiens du brave
capitaine Lernoult, qui occupaient un poste jeté en avant pour couvrir
le siège, eurent à peine le temps d'être rappelés.[63] Le général
Schuyler, trop faible pour résister à l'armée de Burgoyne, et craignant
l'arrivée du colonel St-Léger sur ses derrières, fit brûler la flottille
du lac George, évacuer le fort qui en commande la tête, et se retira
d'abord à Stillwater sur la rive droite de l'Hudson, et ensuite dans
l'île de Van Schnick au confluent de la rivière Mohawk, où il se
fortifia.

[Note 63: Lettre du colonel St.-Léger au général Burgoyne.--_An
original, &c. and corrected account of Burgoyne's campaign, &c.,_ par
Charles Neilson, Esq.]

Le général Burgoyne, désirant poursuivre les ennemis tandis qu'ils
étaient encore remplis de terreur, résolut de détacher le colonel Baume
avec 500 hommes tant réguliers que Canadiens, sauvages et royalistes
américains pour s'avancer dans l'intérieur du pays vers la gauche,
ravager les campagnes, relever par sa présence, le courage des
royalistes et en recruter le corps des provinciaux, ramasser des vivres,
des voitures, des chevaux pour la cavalerie, et des bêtes de trait,
enfin pour faire prisonniers tous les fonctionnaires nommés par le
congrès et frapper les villes de contributions, etc. Le colonel Baume
avait pénétré jusqu'à Bennington, où les ennemis avaient rassemblé leurs
magasins, lorsqu'il fut cerné par le général Stark et les républicains
très supérieurs en nombre, le 16 août. Après un combat de deux heures,
au commencement duquel les sauvages l'abandonnèrent, il fut tué et le
reste de son détachement haché en pièces ou dispersé. Le colonel Breynan
qui avait été envoyé à son secours avec un gros corps de troupes,
n'arriva que pour recueillir quelques fuyards; et, attaqué à son tour
par l'ennemi, qui avait reçu de nouveaux renforts, il manqua de
munitions et n'échappa qu'en laissant son artillerie et des soldats
entre les mains du vainqueur, qui fit prisonnier dans les deux combats
plus de 700 hommes, dont un grand nombre d'officiers. Ce fût le
commencement des désastres de l'armée royale. Burgoyne se trouvait alors
à la rivière Battenkill, et conséquemment presque coupé de sa ligne
d'opération. Sur ces entrefaites les insurgés surprirent encore tous les
postes anglais du lac George et de sa décharge jusqu'à Carillon, et
enlevèrent un brig armé, des chaloupes canonnières et plus de 200
bateaux, tandis que le général Gates, auquel ie général Schuyler venait
de remettre le commandement des troupes, de cette frontière, se portait
de nouveau à Stillwater sur les hauteurs de Braemer, où il se retrancha.
Les milices qui accouraient de toutes parts, grossissaient
continuellement ses forces; et c'est alors qu'il vit arriver à son camp
le fameux patriote polonais Kosciusko, qui venait servir la cause de la
liberté en qualité de volontaire. Les Anglais qui avaient traversé sur
la rive droite de l'Hudson, s'avançaient lentement vers Albany,
lorsqu'ils furent arrêtés par les retranchemens de Gates. Une partie des
deux armées se livra à Freeman's Farm, le 19 septembre, un combat
long-temps disputé; mais enfin le champ de bataille resta aux
royalistes. La perte de chaque côté fut d'environ 3 ou 400 hommes.

Cependant le général Burgoyne ne pouvant emporter les retranchemens
ennemis, resta en position à une portée de canon jusqu'au 7 octobre, que
le manque de vivres le força de sortir de son camp pour tenter le sort
des armes. Il fut complètement battu, rejeté dans ses lignes, dont même
un quartier fut enlevé par l'intrépide Arnold, et perdit 700 hommes. La
nuit seule mit fin au combat, et sauva les restes de l'armée anglaise,
qui, sans cela, aurait été écrasée par la grande supériorité numérique
des révolutionnaires. La nouvelle de la retraite du colonel St.-Léger
acheva d'ôter tout espoir à ses troupes.

Il dut alors songer h rétrograder, et il n'y avait pas un moment à
perdre; car déjà sa sûreté était gravement compromise. Dès le lendemain
au soir, abandonnant ses blessés et ses malades à la générosité des
vainqueurs, et laissant son camp tendu et les leux allumés pour mieux
cacher sa fuite, il commença sa retraite au milieu de l'obscurité et du
silence. C'était humiliant pour celui qui s'était écrié avec orgueil en
traversant l'Hudson, à la tête de son armée: «Les Bretons ne reculent
jamais.» En effet, il ne retraita pas long-temps non plus. Il fut
atteint, complètement entouré sur les hauteurs de Saratoga par seize
mille hommes, et obligé de mettre bas les armes le 16 octobre. Les
Anglais, au nombre de 5,800 hommes, furent transportés à Boston, où ils
restèrent long-temps, le congrès ayant exigé qu'avant l'embarquement la
capitulation fut ratifiée par la métropole, et celle-ci ne pouvant se
résoudre à donner une sanction qu'elle regardait comme moins humiliante
encore pour l'honneur de ses armes que pour la prétention de sa
suprématie sur des colons rebelles.

La conduite de Burgoyne, qu'on accusait d'imprévoyance et de lâcheté,
devint l'objet d'une enquête devant la chambre des communes en 79; mais
ses amis politiques y étaient si puissans, et les témoignages lui furent
si favorables que le ministère jugea prudent d'abandonner l'enquête, et
le comité qui en était chargé, de s'abstenir de faire rapport. L'on se
contenta des raisons que l'accusé voulut bien donner pour se disculper,
comme celle-ci: «Les officiers des Canadiens étaient des gentilshommes
d'une haute condition dans leur pays; mais dans lesquels on ne pouvait
avoir de confiance. A l'esprit entreprenant et audacieux qui avait
distingué ce peuple sous la domination française, avait succédé un
attachement pour le toit paternel qu'avaient augmenté l'oubli de l'usage
des armes et la longue habitude des jouissances domestiques.... Il était
difficile de garder les Canadiens sous les drapeaux et de leur faire
soutenir au feu les idées de respect que leur conduite dans la dernière
guerre avait inspirées à leurs ennemis.» En Angleterre une pareille
défense pouvait paraître satisfaisante; mais l'historien canadien doit
repousser les accusations injustes dont les colons sont trop souvent la
victime de la part des agens malheureux des métropoles. L'on sait qu'il
y avait à peine quinze ans que la guerre dont parle Burgoyne était
finie, et que les Canadiens ne pouvaient avoir perdu leurs vertus
guerrières en si peu de temps; que presque tous en masse ils avaient
voulu garder la neutralité dans la lutte entre l'Angleterre et ses
anciennes colonies, et qu'enfin, dans son armée de 8,000 hommes,
Burgoyne n'avait que 148 combattans de cette nation, lesquels furent
presque tous tués ou pris à l'affaire de Bennington, et que ne
l'eussent-ils pas été, il ne pouvait raisonnablement espérer avec, un
pareil nombre d'influer en rien sur le sort de la campagne. Burgoyne se
plaignit aussi en termes peu mesurés de la conduite de M. de St.-Luc
comme commandant des sauvages; mais cette officier repoussa facilement
les attaques d'un homme qui était meilleur parleur que capitaine.

Comme nous venons de le dire, le désir bien décidé de la masse des
Canadiens était alors de rester neutres dans la lutte des Etats-Unis. En
vain le congrès les invita-t-il une seconde fois à se joindre à eux, en
vain Washington lui-même fit-il la même chose, le peuple resta sourd à
tous leurs appels. Le comte d'Estaing, chargé du commandement de la
flotte française qui croisait dans les parages de l'Amérique, en 1778,
n'eut pas plus de succès dans l'invitation qu'il leur adressa, et dans
laquelle il leur rappelait les liens naturels qui les unissaient à la
France; qu'étant, du même sang, parlant la même langue, ayant les mêmes
coutumes, les mêmes lois, la même religion qu'elle, ils devaient se
joindre à leurs anciens compatriotes, et secouer le joug d'une nation
étrangère, vivant dans un autre hémisphère, et qui avait des coutumes et
une religion différente; qu'il était autorisé par le roi Louis XVI à
offrir un appui à tous ses compatriotes de l'Amérique septentrionale;
que les Américains et les Français formaient comme un seul peuple, et
qu'ils étaient également leurs amis; que se lier avec les Etats-Unis,
c'était s'assurer son bonheur; qu'enfin, tous les anciens sujets
français qui repousseraient la suprématie de l'Angleterre, pouvaient
compter sur sa protection.

Les paroles du comte d'Estaing, parties de l'Océan, n'eurent aucun écho
dans les chaumières canadiennes, où les souvenirs du passé, après le
premier tressaillement causé par l'insurrection des autres colonies,
avaient jeté depuis long-temps l'irrésolution et confirmé les habitans,
qui ne voyaient au surplus, dans les Américains, que d'anciens ennemis,
dans leur résolution de laisser la métropole et les colons de sa race
régler leurs débats ensemble. Le mot de Lafayette aux gentilshommes
canadiens prisonniers à Boston: «Eh quoi vous vous êtes battus pour
rester colons, au lieu de passer à l'indépendance; restez donc
esclaves,» n'était donc parfaitement juste que pour une petite portion
de leurs compatriotes.



                              CHAPITRE II.

                         LE CONSEIL LÉGISLATIF.

                               1777-1792.


Conseil législatif; la guerre le fait ajourner jusqu'en
1777.--Composition de ce corps, différences entre les membres canadiens
et les membres anglais; ses travaux et son unanimité.--Il s'occupe de
l'administration de la justice, des milices, etc.--Mécontentemens
populaires.--Le général Haldimand remplace le gouverneur Carleton (1778)
qui s'était querellé avec le juge-en-chef Livius.--Caractère et
politique du nouveau gouverneur.--Effrayé par les succès des Américains,
il gouverne le Canada par l'intimidation et la terreur jusqu'en 1784;
corruption des tribunaux et nullité du conseil législatif, qui passe à
peine quelques ordonnances peu importantes pendant cette
période.--Triomphe de la révolution américaine.--La France reconnaît les
Etats-Unis (1778) et leur envoie des secours.--Débats à ce sujet dans le
parlement anglais.--L'Espagne et la Hollande imitent la
France.--Destruction des cantons iroquois et leur
émigration.--Capitulation de l'armée anglaise à Yorktown (1781).--La
Grande-Bretagne reconnaît indépendance des Etats-Unis (1783).--Perte de
territoire par le Canada.--Le général Haldimand remet les rênes du
gouvernement au général Carleton (1784).--M. Du Calvet, qu'il avait tenu
deux ans en prison, l'accuse devant les tribunaux de Londres.--Noble
caractère et énergie de ce citoyen; de son livre: Appel à la justice de
l'Etat.--Ses idées sur la constitution qui convient au
Canada.--Agitation de cette colonie.--Assemblées publiques,--Pétitions
diverses pour et contre un gouvernement représentatif.--Prétentions et
méfiances des divers partis.--Investigation que le gouverneur fait faire
par le conseil législatif sur la justice, la milice, les voies
publiques, l'agriculture, le commerce, l'éducation, etc.--Rapport» sur
ces matières.--Tentative indirecte du juge-en-chef Smith de substituer
les lois anglaises aux lois françaises.--Abus crians dans
l'administration de la justice: enquête à ce sujet.--Nouvelle division
territoriale du Canada.--Nouvelles pétitions à
l'Angleterre.--Intervention des marchands de Londres en faveur du parti
anglais.--Intrigues.--Division des Canadiens en constitutionnels et
anti-constitutionnels: les premiers l'emportent.--Projet de constitution
de M. Grenville envoyé en 1789 à lord Dorchester, qui passe à Londres en
1791.--Pitt introduit ce projet dans la chambre des communes la même
année.--M. Lymburner, agent des constitutionnels anglais,
l'oppose.--Débats auxquels Pitt, Burke, Fox, Grenville, etc., prennent
part.--Le projet passe sans division dans les deux
chambres.--Dispositions fondamentales de la nouvelle constitution--Le
lieutenant-gouverneur Clark la proclame en Canada qui est divisé en deux
provinces.--Population de ce pays.--Satisfaction des Canadiens en
recevant la nouvelle constitution, qui est fêtée à Québec et à Montréal
par des banquets.


Lorsque Carleton apprit les désastres du malheureux Burgoyne, il dut se
réjouir en secret de ce qu'on lui avait préféré ce général pour conduire
l'armée du Canada dans le pays insurgé. S'il avait eu raison d'être
blessé de l'empressement de cet officier à offrir ses services au roi,
et de la préférence qu'on lui avait donnée, le dénouement de la campagne
le vengeait complètement de l'injustice qu'on lui avait faite. Déchargé
par ce passe-droit d'un commandement qu'il avait ambitionné, il s'était
livré aux soins de l'administration qui lui était confiée, et qui
demandait de nombreuses réformes. La guerre avait empêché la réunion du
nouveau corps législatif, après celle de forme qui eut lieu pour son
inauguration; Il le convoqua pour la seconde fois en 77.

La session fut laborieuse, mais calme comme on devait l'attendre d'un
corps nommé par la couronne et composé de ses créatures les plus dociles
et les plus dévouées. Le conseil législatif, en présence de la guerre
civile qui régnait dans les autres colonies, où l'Angleterre, irritée de
ses échecs, commençait à la faire avec cette cruauté qui avait marqué le
passage de ses troupes en Canada en 59, se garda bien de montrer de
l'opposition à la volonté métropolitaine, et toutes les mesures du
gouvernement passèrent presque à l'unanimité. En effet, ce corps tenait
plus de la nature d'un conseil d'état que d'une chambre législative; il
siégeait à huis-clos[64], et des 23 membres qui le composaient en 77,
huit seulement étaient Canadiens. Les autres étaient des fonctionnaires
publics, dont la principale sollicitude paraissait d'accumuler les
emplois sur leurs têtes et d'accaparer les terres publiques, ou des
marchands nés hors du Canada, et qui n'y avaient d'intérêts que ceux de
leur commerce, et tous étaient salariés du gouvernement. Les premiers
réclamaient, à titre de nobles, toutes sortes de privilèges, comme
l'exemption des corvées, du logement des troupes, etc.; ils étaient
conséquemment opposés au peuple dans toutes les questions où ses
intérêts paraissaient contraires aux leurs. Les seconds étaient opposés
en masse aux Canadiens pour les raisons qu'on a pu déjà apprécier
plusieurs fois. Ceux-là, élevés pour ainsi dire dans les camps,
entendaient le gouvernement à la façon militaire. Ils embrassaient
toujours avec franchise et chaleur la cause du gouvernement sans en
rechercher ni le but ni l'objet dans toutes les questions qui
n'attaquaient point leurs institutions ou leur nationalité; leur maxime
était: _Si veut le roi, si veut la loi_. Aussi, quoiqu'abandonnés par la
plupart de leurs censitaires lors de l'invasion américaine, les vit-on
tous montrer une fidélité inviolable à la métropole. Les membres anglais
du conseil sortaient, pour la plupart, de cette classe d'émigrés dont le
général Murray nous a laissé le tableau peu flatté dans ses
correspondances. Leur éducation, sans être plus soignée que celle des
seigneurs, était accompagnée de l'expérience et de la pratique que donne
au peuple la jouissance d'institutions libres dans les matières de
gouvernement. Ce petit vernis de savoir-faire leur faisait prendre des
airs d'importance et d'orgueilleuse réserve, dont les seigneurs se
moquaient ensuite dans leurs manoirs. Ils souriaient en voyant leurs
collègues, autrefois obscurs démocrates de la vieille Angleterre,
transformés tout-à-coup en Canada en aristocratie dédaigneuse, et
prendre des airs que ne justifiaient ni leur caractère, ni leur
éducation. Ils voyaient aussi déjà quelques-uns de ces hommes,
nourrissant des idées ambitieuses, prendre tout-à-coup avec la plus
grande chaleur la défense des intérêts du peuple, pour se tourner
ensuite contre lui dès qu'ils auraient atteint le but de leur démarche
tortueuse; d'autres, enfin, accuser les Canadiens de rébellion auprès du
gouvernement, et assurer en même temps tout bas les amis de la cause
américaine qu'ils désiraient la voir réussir de tout leur coeur. Tels
étaient ceux qui étaient sortis de Québec à l'approche des républicains
en 75.

[Note 64: Le serment des conseillers contenait ces mots: «To keep close
and secret all such matters as shall be treated, debated, and resolved
in council, without publishing or disclosing the same or any part
thereof.» Quelques membres, comme M. Finlay, prétendirent, en 1781 que
ce serment n'engageait les membres que comme conseillers exécutifs, et
non comme conseillers législatifs; mais leur prétention ne fut pas
admise.]

Ces deux classes d'hommes, mises en présence par le gouvernement,
devaient lui offrir des élémens fertiles de division, si elles
s'avisaient de vouloir le combattre; mais le choix avait été fait de
manière à n'avoir rien à faire craindre sur ce point. La sympathie des
seigneurs étaient toute entière pour l'autorité royale. Le parti anglais
se trouvait en trop grande majorité dans le conseil pour avoir à se
plaindre du partage du pouvoir législatif. Quant aux intérêts
particuliers et exclusifs du peuple, personne ne les représentait; et en
77 les seigneurs, par dépit peut-être de n'avoir pu lui faire prendre
les armes contre les républicains, et les Anglais par antipathie
nationale, passèrent des lois qui furent marquées au coin d'une tyrannie
dont le pays n'avait pas encore vu d'exemple, et qu'en d'autre temps il
n'aurait peut-être par voulu supporter. La composition du conseil était
donc un gage de son unanimité; et en effet, comme on l'a dit, il fut à
peine troublé par des partages d'opinion. Il passa seize ordonnances
dans la session. Les deux plus importantes avaient rapport à
l'organisation de la milice et à l'administration de la justice, dans
laquelle on admit le système anglais de procédure conformément à l'ordre
des ministres de considérer si les lois d'Angleterre ne pourraient pas
être adoptées, sinon totalement du moins partiellement, dans les
affaires personnelles, commerciales ou de dommages, surtout lorsque
l'une ou l'autre des parties serait anglaise.

L'ordonnance confirma les cours qui existaient déjà, en faisant quelques
changemens à leurs attributions, L'on forma aussi une cour de _probate_,
ou de vérification des testamens et des successions. Enfin, pour
couronner l'édifice judiciaire, le conseil législatif devait servir de
cour d'appel, dont le conseil privé d'Angleterre serait le dernier
ressort. Outre ces tribunaux, des cours à _oyer et terminer_ pouvaient
être instituées selon le besoin; et il y avait des audiences
trimestrielles présidées par les magistrats pour juger les petits
délits.

Quant à l'acte des milices, il renfermait plusieurs dispositions
tyranniques, contre lesquelles le peuple ne tarda pas à murmurer. Les
nouveaux conquérans avaient les idées les plus fausses sur le régime
français qui avait existé dans le pays; ils croyaient que ce
gouvernement n'avait été qu'une tyrannie capricieuse et sans frein. Ils
ignoraient qu'il était basé sur des lois écrites et des règles qui
avaient été consacrées par un long usage, et que le gouverneur et
l'intendant étaient obligés de suivre strictement, leurs pouvoirs étant,
à cet égard, particulièrement définis. Le conseil législatif, pensant
suivre l'exemple de ce gouvernement, se trompa en imposant dans une loi
commune des obligations qui n'avaient été exigées des miliciens que par
un ordre spécial, donné dans des circonstances extraordinaires et comme
pour aller au-devant du voeu public et de la sécurité générale. Ainsi
l'on établit un despotisme militaire pur en copiant des temps et des
circonstances qui n'existaient plus. L'ordonnance du conseil assujettit
tous les habitans de l'âge requis à des services militaires rigoureux,
comme à porter les armes hors de leur pays pour un temps indéfini, à
faire les travaux agricoles de leurs voisins partis pour la guerre, etc.
Ces charges énormes et bien d'autres devaient être remplies gratuitement
et sous les peines les plus sévères.

Cette loi des milices avec la réorganisation judiciaire et le choix des
juges, fit mal augurer de l'avenir à ceux qui suivaient de près la
marche du nouvel ordre de choses. Les autres ordonnances concernaient le
cours monétaire, le commerce et la police.

Le parti qui s'était opposé au statut de 74, se prévalut de suite des
fautes et de l'ignorance des juges, que l'on n'avait pas changés, pour
attaquer le nouveau système. En effet, les divers tribunaux ne suivaient
point les mêmes lois et n'avaient aucune jurisprudence uniforme; de
sorte qu'il en résultait des irrégularités et une incertitude
inquiétante pour ceux qui étaient obligés d'y avoir recours. Des
marchands du Canada qui se trouvaient à Londres, présentèrent une
pétition à lord Germaine, secrétaire des colonies, pour se plaindre de
ce grief et demander la révocation de l'acte de 74 et la création d'une
chambre élective. Le ministre répondit qu'il serait dangereux de changer
la constitution du pays lorsque l'ennemi était encore à ses portes. Les
pétitionnaires répliquèrent aussitôt qu'ils ajourneraient leur demande
jusqu'à la pacification des provinces révoltées.

Cependant des plaintes s'élevaient de toutes parts contre la loi des
milices. Le peuple des campagnes était écrasé de corvées pour le punir
de sa neutralité; et la conduite d'une partie des seigneurs marqua assez
visiblement dans cette circonstance, où cette classe, par l'influence
qu'elle avait acquise sur le gouvernement, pouvait l'employer à
l'avantage de ses malheureux censitaires, que ceux-ci n'avaient rien à
espérer d'elle, et qu'elle était disposée à faire sa cour au nouvel
ordre de choses ainsi qu'à séparer dans l'occasion sa cause de celle de
ses compatriotes.

C'est à cette époque, 78, que le gouverneur fut remplacé par le général
Haldimand, compagnon de Burgoyne dans la dernière campagne. Mais avant
son départ, il eut des difficultés assez graves avec le juge-en-chef
Livius, qu'il destitua de ses fonctions pour avoir demandé, dans le
conseil, communication des instructions qu'il avait reçues des ministres
touchant la législation. Ces instructions l'autorisaient à nommer un
conseil privé de cinq membres tirés du conseil législatif lui-même pour
la conduite des affaires publiques, celles de législation exceptées. Il
en avait formé un en 76, du lieutenant-gouverneur et de MM. Finlay,
Dunn, Gollins et Mabane, tous fonctionnaires et créatures qui lui
étaient, pour la plupart, parfaitement soumises, afin de se dispenser de
consulter le grand conseil, où les _anglificateurs_ mettaient la
division. Le juge Livius était un des partisans de l'anglification. Il
passa en Angleterre pour porter sa défense au pied du trône. Les lords
commissaires du Commerce et des Plantations auxquels son affaire avait
été renvoyée, firent rapport qu'il avait été destitué sans cause
suffisante, et le roi ordonna en conséquence qu'il fut rétabli dans sa
charge.

Le général Haldimand, natif de la Suisse, était depuis long-temps au
service de l'Angleterre. C'était un vieux militaire impérieux, sévère,
bon à la tête des troupes, mais peu fait par ses habitudes pour le
gouvernement d'un peuple accoutumé au régime légal. Entouré de provinces
en révolution, il crut qu'il ne pourrait maintenir dans l'obéissance
celle qui lui était confiée que par une rigueur inflexible. Il fit
sentir bientôt la différence qu'il y avait entre son administration et
celle du général Carleton, qui emporta l'estime sincère des Canadiens,
qui le regardaient comme le meilleur ami, sinon le seul, qu'ils eussent
parmi le peuple anglais.

Cependant les anciennes colonies luttaient avec acharnement contre là
Grande-Bretagne. Il y avait toujours des gens en Canada qui désiraient,
leur triomphe, et le général Haldimand qui le savait, était résolu de ne
pas leur laisser lever la tête. Les corvées redoublèrent et devinrent un
vrai fléau pour les campagnes. Les cris augmentèrent. Haldimand attribua
ces plaintes à l'esprit de révolte et aux menées des émissaires
américains, et il sévit avec encore plus de rigueur, faisant, sur de
simples soupçons, emprisonner les citoyens par centaines, confondant
souvent l'innocent avec le coupable. Malgré cette tyrannie militaire, la
masse du peuple s'était ralliée entièrement à la métropole, et ne
laissait plus échapper que des paroles qui pouvaient rassurer la
royauté.

Le corps législatif ne fut point assemblé en 78, et l'année suivante il
ne siégea que quelque quelque temps pour continuer les ordonnances
passées deux ans auparavant au sujet des cours de justice, des milices
et de la police des villes. De là à 84, il ne tint que deux courtes
sessions, en 80 et 82, où il ne fit rien de remarquable.

L'indépendance des Etats-Unis, reconnue en 83, apporta des modifications
aux instructions des gouverneurs canadiens. Lord North, dans une dépêche
au général Haldimand, du 24 juillet (83), ordonna d'exiger de ceux qui
demanderaient des terres pour s'établir, outre les sermens ordinaires,
une déclaration qu'ils reconnaissaient le parlement impérial pour
législature suprême du pays, en tant que cette suprématie ne s'étendrait
pas jusqu'au droit de taxer, vu que l'Angleterre, par l'acte de 78, y
avait renoncé de la manière la plus formelle, excepté dans les questions
de règlement général du commerce, et encore, dans ce cas l'appropriation
du produit de la taxe imposée devait-elle appartenir à la législature
locale; L'objet de cette déclaration était d'exclure de la province les
sujets mal affectionnés, et de les distinguer des royalistes américains
qui y passaient en foule. Le traité de Paris assurait à ceux-ci toute la
protection du gouvernement des Etats-Unis; et le congrès s'était
conformé aux conventions arrêtées lors de la signature des
préliminaires; mais ses recommandations aux divers états de l'Union
avaient été faites si froidement, que les républicains n'en tenaient nul
compte, et que les royalistes effrayés ne voyaient de sécurité pour eux
que dans l'émigration. Ils furent accueillis comme ils devaient l'être;
et l'Angleterre leur donna une indemnité de dix millions sterling pour
la valeur des terres qu'ils abandonnaient, et une rente annuelle de 150
mille louis pour celle des autres avantages qu'ils perdaient en laissant
leur pays.

L'ordre fut envoyé aussi au gouverneur de porter une ordonnance pour
introduire la loi de l'_habeas corpus_. Ce sujet fut amené devant le
conseil législatif en 84, et y souleva une violente opposition, surtout
de la part de MM. de La Corne St.-Luc, Mabane et Fraser; mais la
métropole s'était prononcée, et la loi passa après avoir subi plusieurs
changement, qui en limitaient les avantages. M. de St.-Luc proposa aussi
qu'elle ne s'étendit point aux personnes qui entraient dans les ordres
monastiques et les communautés religieuses. Son motif était d'empêcher
qu'elles ne pussent briser les barrières du cloître. Mais le juge Mabane
observa «qu'elle affecterait le pouvoir de l'évêque, et qu'il serait
impolitique de restreindre ce pouvoir, qui lui permettait de suspendre
un prêtre ou un curé qui portait ombrage au gouvernement... Le
gouverneur, ajouta-t-il, n'aurait pu faire arrêter et détenir, pour les
renvoyer dans leur pays, deux prêtres français venus ici sans
permission, si cette loi eût été en vigueur.»[65] De leur côté, les
communautés protestèrent contre cette exception, qu'elles considérèrent
comme injurieuse à leur caractère. «Depuis les troubles des années
dernières, dirent-elles, faisant allusion à la politique, ne
peuvent-elles pas se vanter que leur zèle, leurs conseils et leurs
exemples n'ont pas peu contribué à retenir dans les bornes de leur
devoir un grand nombre de particuliers? Ne se sont-elles pas rendues
odieuses aux yeux de beaucoup d'hommes à cause de ce zèle et de cette
fidélité?» Les représentations du Séminaire de Québec, des Récollets, de
l'Hôtel-Dieu, des Ursulines, et de l'Hôpital-général réussirent à faire
repousser l'exception comme elle devait l'être.

[Note 65: _Correspondance privée de M. Finlay, lettre au gouverneur,
Skene, 10 Sept. 1784: Manuscrits en possession de. M. H. Black, avocat
de Québec._]

En effet le clergé canadien, régulier et séculier, avait mérité toute la
confiance de l'Angleterre par sa conduite; mais elle ne discontinua pas
encore de l'observer d'un oeil jaloux, puisque lord Sydney écrivait au
gouverneur en 84, qu'il avait permis de tirer des prêtres, pour les
cures du Canada, de tous les pays qui ne dépendaient point de la
domination des Bourbons, et que le moyen de s'assurer de l'attachement
des Canadiens, était d'empêcher toute relation avec la France, de
surveiller à cet égard leur conduite en toute occasion, et d'agir avec
une grande fermeté chaque fois qu'ils feraient des tentatives
incompatibles avec leur entière séparation. (Appendice A.)

Cependant l'administration d'Haldimand, devenant de plus en plus
tyrannique, avait fini par rendre ce gouverneur odieux à tous les
habitans. Elle forme une des époques les plus sombres de notre histoire.
Un despotisme sourd, contre lequel les événemens qui se passaient dans
les provinces voisines empêchaient de protester, s'étendait sur les
villes et sur les campagnes. Le gouvernement s'enveloppait dans le
mystère; un voile épais couvrait tous ses actes et le rendait redoutable
à ceux qui en voyaient les effets sans en deviner les motifs. Le secret
des correspondances privées était violé. Plusieurs fois l'officier qui
faisait les fonctions de maître-général des postes, trouva les malles
qui venaient d'arriver d'Angleterre, ouvertes chez le gouverneur, et les
lettres répandues par terre.[66] Il était encouragé dans cette voie, à
ce qu'il parait, par la plupart des seigneurs canadiens, membres du
conseil, qui craignaient la propagande américaine pour leurs privilèges
et leur nationalité. Mais le gouvernement allait plus loin qu'ils
n'auraient voulu. Tous les jours des citoyens imprudens étaient jetés en
prison avec bruit pour effrayer le public; d'autres plus dangereux
disparaissaient secrètement, et ce n'était que longtemps après que leurs
parens ou leurs amis apprenaient dans quel cachot ils étaient renfermés.
Le soupçon de menées avec les rebelles des autres colonies, et la
désobéissance à la loi de milice étaient les deux principaux motifs que
l'on donnait de ces nombreuses arrestations, qui frappaient surtout les
Canadiens de tous les rangs, soit que les Anglais, dont le plus grand
nombre avait penché pour la révolution en 75 se fussent ravisés, et
dissimulassent mieux leurs sentimens, soit que le gouverneur qui leur
était étranger, redoutât leur influence et la sympathie de l'Angleterre
en leur faveur. Ce proconsul rusé ne sévissait contre eux qu'avec la
plus grande réserve. Cette tyrannie descendit du chef du pouvoir
jusqu'aux tribunaux, dont les juges qu'elle corrompit, dépendaient pour
la conservation de leurs charges du bon plaisir de la couronne. Les
accusés furent atteints non seulement dans leur liberté personnelle,
mais aussi dans leur fortune; et plusieurs furent ruinés par des dénis
éclatans de justice ou des jugemens iniques. Les juges se rendirent
coupables des malversations les plus audacieuses en violant ouvertement
les lois et en écartant toutes les formalités de la justice pour
satisfaire la vengeance du gouvernement. Du Calvet et plusieurs autres
riches citoyens de Québec et de Montréal, furent dépouillés de leurs
biens par ce système de persécution, qui s'appesantissait d'autant plus
que les armes des royalistes éprouvaient de défaites dans les provinces
insurgées. Sans aucune forme de procès, les soldats arrêtaient les
citoyens, et les jetaient en prison, les uns accusés de haute trahison,
les autres d'offenses moins graves, d'autres enfin sans cause connue. On
commença par les personnes d'une moindre importance; on remonta ensuite
aux personnes de premiers rangs de la société, par leur naissance ou par
leur fortune. Ainsi MM. Jautard, Cazeau, Hay, Carignan; Du Fort,
négocians; La Terrière, directeur des Forges St.-Maurice, Pellion, et
une foule d'autres furent emprisonnés ou retenus à bord des vaisseaux de
guerre qui se trouvaient dans la rade de Québec, sans qu'on leur fit
connaître le crime dont on les accusait. On arrêta aussi un étranger qui
fut renfermé mystérieusement dans la partie la plus élevée de la prison.
Le bruit public le représentait comme un de ces gentils hommes français
qui, depuis que Lafayette était en Amérique, faisaient des apparitions
en Canada, chargés, disait-on, de missions politiques, qui sont restées
cependant un mystère jusqu'à ce jour. La sentinelle avait ordre de faire
feu sur cet inconnu, s'il s'exposait aux regards du peuple à travers les
barreaux de sa prison. Les prisons étant comblées, les cellules du
couvent des Récollets furent ouvertes pour recevoir les nouveaux
suspects. Un nommé André fut détenu au pain et à l'eau et sans feu,
dix-huit mois, sans que son épouse sût ce qu'il était devenu. Les
prisonniers avaient beau demander qu'on fit leur procès, on restait
sourd à leurs prières; et lorsque le gouvernement croyait les avoir
assez punis, il les faisait renvoyer en gardant le même silence et sans
leur accorder aucune satisfaction. Les idées libérales de Du Calvet,
ancien magistrat, l'ayant fait soupçonner depuis longtemps d'intrigues
avec les Américains, il fut arrêté tout-à-coup chez lui, à Montréal, le
27 septembre, 80, par un parti de soldats, qui prit ses papiers et son
argent, et conduit à Québec, où il fut détenu d'abord dans un vaisseau
de la rade, ensuite dans un cachot militaire, puis enfin dans le couvent
des Récollets. Des amis influens s'offrirent comme cautions de sa
fidélité; il proposa lui-même de mettre tous ses biens en séquestre; il
demanda qu'on lui fit son procès: on lui refusa tout. Après deux ans et
huit mois de détention, il fut remis en liberté sans qu'on lui eût même
dit quel était son crime.

[Note 66: Lettre de H. Finlay à Anthony Todd, secrétaire du bureau
général des postes à Londres: «It has an appearance as if the governor
of Nova-Scotia and our governor here were yet permitted to take up and
open the mails from England» 1 Dec. 1783.]

La signature des préliminaires de la paix à Paris, motiva probablement
son élargissement ainsi que celui de beaucoup d'autres prisonniers.

Tandis que le général Haldimand gouvernait ainsi par l'intimidation et
la terreur, et qu'il croyait peut-être sincèrement que c'était le seul
moyen de conserver le Canada à l'Angleterre, le congrès tenait tête avec
succès aux armées de cette métropole. La capitulation de Saratoga avait
eu un immense retentissement, non seulement dans les Etats-Unis, mais en
Europe, surtout en France. Les Anglais n'avaient que la prise de
Philadelphie sans combat à offrir pour balancer cet important succès.
Franklin envoyé à Paris, y fut accueilli par le ministère avec
bienveillance, et par le peuple avec une sorte d'enthousiasme, comme
s'il avait eu un secret pressentiment de l'avenir. Après beaucoup de
conférences avec les envoyés américains, et d'adresse pour engager Louis
XVI à rompre le traité de 63, le duc de Choiseul eut enfin la joie de
voir signer, en 78, un traité d'alliance et de commerce avec la nouvelle
république, qui fut ainsi reconnue par la première nation de l'Europe.
La vieille haine de Choiseul allait avoir enfin son jour de vengeance,
et, comme par surcroît, elle allait voir aussi bientôt le vieux mais
alors éminemment noble Chatham, son ancien antagoniste, proclamer son
abaissement, et sortir pour ainsi dire du tombeau pour protester
publiquement dans la chambre des lords, contre l'humiliation de sa
patrie.

L'Angleterre qui n'ignorait pas ce qui se passait de l'autre côté de la
Manche, voulant prévenir les desseins de sa rivale, avait déjà donné des
ordres pour attaquer les établissemens français des Indes; mais lorsque
le traité lui fut signifié, elle éprouva comme un sentiment de crainte;
elle n'a jamais eu à faire face à des coalitions acharnées et
formidables comme la France sous Louis XIV et Napoléon. Lord North
déposant la fierté de son pays, présenta et fit passer deux bills
tendant à opérer une réconciliation sincère avec les colons. Par ces
actes, l'Angleterre renonçait au droit de les taxer, et autorisait le
ministère à envoyer des commissaires en Amérique pour traiter avec le
congrès; elle passa aussi des lois en faveur du commerce et de la
religion catholique en Irlande. La peur enfin la rendait juste. Le duc
de Richmond, ayant présenté une motion dans la chambre des lords, pour
reconnaître l'indépendance de l'Amérique et renvoyer les ministres, lord
Chatham, quoique malade, s'y rendit pour s'opposer à cette proposition.
S'étant levé, non sans peine: «Aujourd'hui, dit-il, j'ai vaincu la
maladie, je suis venu encore une fois dans cette chambre, la dernière
fois peut être; mais j'avais besoin d'épancher de mon coeur
l'indignation qu'il éprouve lorsque j'entends faire l'humiliante
proposition d'abandonner la souveraineté de l'Amérique.» Il commença à
parler ainsi d'une voix faible et embarrassée; mais à mesure qu'il
avançait, sa voix prenait de l'éclat et de la force. Il entra dans le
détail des événemens, s'étendit sur les mesures auxquelles il s'était
opposé et sur le résultat funeste qu'elles avaient eu. Je l'avais prédit
ce résultat, ajoutait-il, après chacun des faits récapitulés, je l'avais
prédit, et par malheur il est arrivé.»

«Je me trouve heureux, milords, que la tombe ne se soit pas encore
ouverte pour moi, et qu'il me reste assez de vie pour m'élever contre le
démembrement de cette antique et noble monarchie. Accablé comme je le
suis sous le poids des infirmités, je ne puis guère servir mon pays dans
ces momens de danger; mais tant que j'aurai l'usage de mes sens, je ne
consentirai jamais à ce que la noble race de Brunswick soit dépouillée
d'une portion de son héritage; je ne souffrirai pas que la nation se
déshonore par l'ignominieux sacrifice de ses droits.»

Ce dernier effort acheva d'épuiser les forces de ce grand orateur, qui
expira peu de temps après, et ne vit point la séparation qu'il redoutait
comme le plus grand malheur qui pût arriver à son pays.

La motion du duc de Richmond fut perdue.

La passation des deux actes de conciliation, l'envoi de commissaires en
Amérique furent inutiles. La guerre continua avec plus d'activité que
jamais. L'armée royale fut obligée d'évacuer Philadelphie. A peu près
dans le même temps, le comte d'Estaing arriva sur kes côtes de la
Nouvelle-York avec une escadre française, d'où il adressa aux Canadiens
la lettre dont nous avons parlé ailleurs, pour les engager à embrasser
la cause de la révolution.

Les succès de la campagne de 78 furent partagés; mais les dévastations
des troupes royales avaient confirmé davantage les Américains dans leur
résolution de ne jamais se soumettre à la Grande-Bretagne. L'année
suivante ne fut pas plus décisive pour cette dernière puissance; elle
vit les dangers s'accroître autour d'elle; l'Irlande s'armait et
menaçait aussi de se révolter; l'Espagne, entraînée par la France, se
déclarait contre elle; ses flottes luttaient avec peine contre celles de
la France, qui lui prenaient les îles de Saint-Vincent et de la Grenade;
elle ne faisait aucun progrès dans les colonies révoltées, où elle ne
pouvait entrer dans une province sans en perdre une autre, et où chacun
de ses succès était balancé par une défaite; elle ne put y poursuivre
que le cours de ses ravages, dont le Connecticut fut le principal
théâtre; mais elle eut la mortification de voir périr ses plus anciens
alliés en Amérique, les fameuses tribus iroquoises, qui malgré l'avis
que leur avait donné à Albany le général républicain Gates de rester
neutres, avaient eu l'imprudence de se laisser entraîner par le colonel
Guy Johnson, leur surintendant, et de se déclarer pour elle. Battues et
chassées de leur pays par le général Sullivan, qui marcha contre leurs
cantons à la tête de 5,000 hommes, elles ne se relevèrent point dû ce
désastre. Elles occupaient encore alors leur ancien territoire au sud du
lac Ontario; mais elles étaient fort déchues de leur ancienne puissance.
Le général américain réduisit leurs villages en cendre, détruisit leurs
maisons, ravagea leurs jardins dont il coupa les arbres, et fit un vaste
désert de toute la contrée. Les restes de ces guerriers jadis si
redoutés et si orgueilleux, passèrent au nord des grands lacs suivis de
leurs femmes et de leurs enfans, et s'établirent sur un territoire que
leur donna le gouvernement britannique, où ils disputent aujourd'hui
vainement des lambeaux de forêts à la civilisation qui les déborde
partout. Réduits à un petit nombre, loin de la terre de leurs pères, ces
Indiens qui faisaient trembler toute l'Amérique septentrionale il y a un
siècle et demi, se débattent en vain aujourd'hui contre la rapacité des
blancs, qui leur arrachent le dernier pouce de terre qui leur reste; et
ils cherchent à prolonger une agonie qui doit finir par la mort à
laquelle la civilisation seule pouvait les faire échapper.

Cependant l'arrivée des 6000 auxiliaires du comte de Rochambeau, la
coopération la plus active des flottes française et espagnole, et
l'adjonction de la Hollande à laquelle l'Angleterre venait de déclarer
la guerre, allaient décider la question de l'indépendance américaine. En
effet, la Grande-Bretagne n'éprouvait plus que des défaites. Ses
troupes, après avoir été battues à Cowpens, Guildford, Eutawsprings et
Williamsburg, du côté de la Virginie et des Carolines, par les corps des
généraux Morgan, Green et Lafayette, furent acculées à Yorktown par
l'armée de Washington et le corps français de St.-Simon, et obligées de
mettre bas les armes au nombre de six mille hommes de troupes réglées,
et de quinze cents matelots. Cette victoire assura définitivement
l'indépendance des Etats-Unis. C'était la deuxième armée anglaise qui
était faite prisonnière dans cette guerre; c'était une chose inouïe dans
les annales militaires modernes. Le général Cornwallis, qui commandait
les Anglais, ne voulait rendre son épée qu'à Rochambeau et Lafayette;
mais ceux-ci déclarèrent qu'ils ne pouvaient la recevoir, attendu qu'ils
n'étaient là que comme auxiliaires.

L'Angleterre fut accablée par la nouvelle de la capitulation de Yorktown
et l'attitude malveillante de la plupart des nations de l'Europe à son
égard: elle fléchit sous les coups de l'orage; et la chambre des
communes qui avait promis au roi trois mois auparavant de l'aider à
soutenir la guerre avec énergie, lui présenta une adresse presqu'à
l'unanimité pour le prier de faire la paix; et passa une résolution
portant que quiconque conseillerait de continuer les hostilités, fût
déclaré ennemi du pays et de son souverain. Ces votes amenèrent la
dissolution du cabinet de lord North, annoncée par lui-même à la chambre
le 15 mars 82, et le marquis de Rockingham, malgré les répugnances du
roi, fut chargé de former une nouvelle administration dans laquelle
entra Fox.

Ce fut le général Carleton, ancien gouverneur du Canada, qui venant
prendre le commandement de l'armée anglaise du nord, en remplacement du
général Clinton, apporta à Québec la nouvelle des résolutions de
l'Angleterre. Les négociations avaient commencé à Paris, sous la
médiation de l'empereur d'Allemagne, et le 3 septembre, 1783, y avait
été signé le traité mémorable, par lequel l'Angleterre reconnut
l'indépendance des Etats-Unis, et l'Europe, la première nation libre du
Nouveau-Monde. Tout ce qui, après la conquête du Canada, avait été
détaché de ce pays, aussi impolitiquement qu'injustement, pour agrandir
les anciennes colonies anglaises, fut réclamé par les Américains; et le
ministère britannique, qui n'avait rien de plausible à opposer à leurs
prétentions, se vit contraint d'y accéder. Par ce nouvel abandon, les
villes de Québec et de Montréal ne se trouvèrent plus qu'à quelques
lieues des frontières, et le Canada perdit avec les postes cédés aux
Etats-Unis, une grande partie du commerce profitable qu'il faisait avec
les tribus sauvages de l'ouest. Plus de la moitié des Canadiens de ces
contrées éloignées devinrent Américains sans néanmoins cesser d'être
Français; le Détroit, leur chef-lieu; dut être rayé du nombre des villes
britanniques.

Par cette délimitation, le Canada perdit aussi le lac Champlain et les
montagnes qui l'avoisinent, pays tourmenté, entrecoupé de lacs, de
rivières, de défilés, et qui formait une excellente frontière défensive,
où pendant cinq ans étaient venus se briser les efforts des armées
anglaises quatre et cinq fois plus nombreuses que celles de leurs
adversaires dans la guerre de Sept ans, et dont les difficultés venaient
d'être encore la cause première des désastres du général Burgoyne. Le
traité de Paris en portant la frontière; du Canada au pied du lac
Champlain, amena les armées américaines à l'entrée de cette immense et
riche plaine de Montréal, qui a plus de quarante lieues d'étendue en
tous sens, qui est située au milieu du pays, et qui possède à peine une
position défensive naturelle sur l'une ou l'autre rive du fleuve. Ainsi
il renversa les barrières qui fermaient de ce côté l'accès du pays, et
laissa sa capitale actuelle exposée aux coups de l'ennemi, surtout
depuis la disparition des forêts qui l'ont protégée partiellement
jusqu'en 1812. Mais la Grande-Bretagne ne faisait là qu'éprouver l'un
des effets du préjudice qu'elle avait porté aux Canadiens en annexant
une grande partie de Leur territoire à ses anciennes colonies, après le
traité de 63.

Toutefois la paix procura deux avantages au, Canada; elle mit fin au
système militaire qui y existait, et accéléra l'établissement du
gouvernement représentatif. En attendant, les prisons rendirent les
nombreuses victimes que les soupçons y avaient fait jeter sans choix et
sans discernement; et c'est sur l'ordre du ministre, par suite
probablement des pétitions canadiennes de l'année précédente, dont l'on
parlera toute à l'heure, que la loi de l'habeas-corpus fut introduite,
comme on l'a vu plus haut, après de longs débats, par une ordonnance du
conseil législatif, la dernière que le général Haldimand signa, avant de
remettre les rênes du gouvernement à son successeur, en 85.

Ce gouverneur qui ne manquait pas de sensibilité, qui souffrait de
l'isolement où l'avait jeté au milieu de la population, sa grande
sévérité, et un esprit soupçonneux et vindicatif, demandait son rappel
depuis deux ans. «Quoiqu'on nous l'eût peint, dit madame la baronne de
Riedesel, comme un homme d'un caractère intraitable, nous nous
conduisîmes à son égard avec sincérité et franchise; ce qui lui fit
d'autant plus de plaisir qu'il rencontrait rarement des personnes qui
tenaient cette conduite envers lui.» En effet il serait injuste de faire
peser toute la responsabilité de ses rigueurs sur lui seul; et l'on doit
rendre justice à ses intentions bienveillantes pour la conservation des
Canadiens. Ses suggestions contribuèrent beaucoup à modifier les vues de
la métropole à leur égard. C'est lui qui recommanda, contre les
directions du ministère de lord North, de leur réserver les terres
situées entre le St.-Laurent et les frontières des Etats-Unis, et qui
fit agréer ce plan par lord Sydney en 84, (Appendice B.) Son erreur
était d'exagérer outre mesure l'esprit de l'ancien système français dans
la manière d'administrer te gouvernement; mais peu de personnes
refuseront aujourd'hui de lui pardonner ses allures brusques et
despotiques en faveur des mesures qu'il fit adopter pour nous conserver
une partie du sol découvert et livré à la main de la civilisation par
nos ancêtres.

Les désagrémens de ce gouverneur ne finirent pas avec son
administration, qui avait duré six ans. Plusieurs de ceux qu'il avait
fait arrêter en Canada le suivirent en Angleterre, et le traînèrent
devant les tribunaux. Du Calvet, qui l'y avait précédé, fut celui qui le
poursuivit avec le plus de persévérance. A peine était-il sorti des
cachots de Québec, qu'il s'était embarqué pour Londres, afin de demander
justice au roi. Dans une audience qu'il eût des ministres, il exigea le
rappel d'Haldimand, pour l'accuser devant les tribunaux anglais:
c'aurait été un grand scandale. On lui fit d'abord des réponses
évasives, et ensuite on ne l'écouta plus. Du Calvet dont l'énergie
égalait l'activité, publia un volume de lettres adressées au roi, au
prince de Gales, aux ministres, aux Canadiens, &c, qu'il intitula,
«Appel à la Justice de l'Etat,» et qu'il fit répandre en Angleterre et
en Canada avec profusion. Ces lettres, du reste, pleines d'emphase et
écrites dans un style barbare, portent l'indice d'un esprit élevé,
indépendant et étranger à la crainte comme à l'intimidation. Il y mêle
habilement sa cause avec celle du pays, et dit des vérités au
gouvernement qu'aucun autre homme n'aurait osé proférer même tout bas.
Dans ses élans de rude éloquence, il lui échappe des exclamations
pleines d'orgueil national ou d'une noble indignation: «Qu'il est triste
d'être vaincu, s'écrie-il! S'il n'en coûtait encore que le sang qui
arrose les champs de bataille, la plaie serait bien profonde, bien
douloureuse, elle saignerait bien des années, mais le temps la
fermerait. Mais être condamné à sentir continuellement la main d'un
vainqueur qui s'appesantit sur vous; mais être esclave à perpétuité du
souverain constitutionnel du peuple le plus libre de la terre, c'en est
trop. Serait-ce que notre lâcheté à disputer la victoire, en nous
dégradant dans l'esprit de nos conquérans, aurait mérité leur colère et
leur mépris? Mais ce furent les divisions de nos généraux qui les firent
battre; mais nous, nous primes leur revanche, et nous lavâmes l'année
d'après, 28 avril 1760, la honte de leur défaite sur le même champ de
bataille!»

C'est ainsi encore qu'après avoir fait un tableau livide de la tyrannie
sous laquelle gémissait son pays, il continue: «Bataille, première
bataille de Québec, nous frapperez vous toujours? Oh! illustre Bouillé»,
contrastant la conduite de ce général envers les habitans des îles
anglaises prises dans le golfe du Mexique, avec celle du gouverneur
anglais du Canada, «Oh! illustre marquis de Bouillé, est-ce ainsi que
votre grande âme a perverti le fruit de la victoire? Les vaincus sous
vos mains n'ont ils pas été les enfans chéris? Leur reconnaissance
n'éclate-t-elle pas aujourd'hui pour exalter la grandeur de votre
générosité et de votre clémence? l'Angleterre ne se fait-elle pas une
gloire de les imiter? Ah je reconnais à ces traits le génie noble de la
nation anglaise; elle donne ici la plus belle idée de sa vertu, en
rendant hommage à celle du grand homme qui n'a été vainqueur que pour
être bienfaiteur. Le Canada n'aura-t-il jamais les mêmes remercîmens à
lui faire pour sa protection et ses bienfaits, au nom du moins de ces
Français qui viennent de faire envers des Anglais un si noble usage de
la victoire?»

Après avoir exposé les persécutions auxquelles il avait été en butte, la
corruption des juges, qui pendant son emprisonnement lui avaient fait
perdre une grande partie de sa fortune, en le privant, par des dénis
flagrans de justice, des moyens ordinaires de défense, et en se laissant
intimider par la présence même du gouverneur, qui, contre son usage,
était venu s'asseoir sur le tribunal, dans un procès où s'agissait pour
Du Calvet de six-mille louis, somme considérable pour le pays, et qu'il
lui avait fait perdre par son vote; enfin après avoir annoncé qu'un
grand nombre de ses compatriotes avaient été soumis aux mêmes
persécutions, il fait un tableau passionné des vices constitutionnels du
gouvernement canadien, du despotisme des gouverneurs, de la servilité et
de l'adulation des fonctionnaires, ainsi que des nombreuses
malversations dont ils se rendaient coupables pour satisfaire sa volonté
ou les intérêts de leurs coteries; des violations continuelles de l'acte
de 74, de la négation aux habitans de leurs anciennes lois, et termine
par réclamer l'établissement d'un gouvernement constitutionnel, dont il
pose ainsi les bases:

1. Conservation des lois civiles françaises.

2. Loi d'habeas-corpus.

3. Jugement par jury.

4. Inamovibilité des conseillers législatifs, des juges et même des
simples gens de loi, durant bonne conduite.

5. Gouverneur justiciable des lois de la province.

6. Etablissement d'une chambre d'assemblée élective.

7. Nomination de six membres pour représenter le Canada dans le
parlement impérial, trois pour le district de Québec, et trois pour
celui de Montréal.

8. Liberté de conscience; personne ne devant être disqualifié pour cause
de religion.

9. Réforme de la judicature par le rétablissement du conseil supérieur.

10. Etablissement militaire; création d'un régiment canadien à deux
bataillons.

11. Liberté de la presse.

12. Institution des collèges pour l'éducation de la jeunesse;
application des biens des Jésuites à cet objet conformément à leur
destination primitive; établissement des écoles publiques de paroisse.

13. Naturalisation des Canadiens dans toute l'étendue de l'empire
britannique..

Ce plan de constitution, plus complet que celle qui nous fut octroyée en
1791, indique la perspicacité de l'esprit de son auteur; l'on voit qu'il
allait plus loin que ne le font les partisans de la responsabilité
ministérielle même aujourd'hui. En proposant de rendre le gouverneur
lui-même responsable à la colonie, il ôtait à la métropole un pouvoir
dangereux. Ce n'est que de nos jours que les juges ont été rendus
inamovibles, du moins de nom, s'ils ne le sont pas de fait; ce n'est
aussi que d'hier que nous avons des écoles de paroisses qui chancellent
encore sur leur base.

Quant à la représentation des colonies dans le parlement impérial, ce
changement introduirait un principe fédératif dans la constitution
britannique qui pourrait augmenter la force de l'empire, mais dont les
suites, en supposant que les colonies restassent attachées à
l'Angleterre, pourraient être incalculables: le principe d'exploitation
disparaîtrait sans doute; mais aussi à mesure que la population des
colonies augmenterait, l'influence prépondérante de la mère-patrie
diminuerait dans la même proportion; et l'exemple de Rome donnant le
droit de citoyenneté à tous les Italiens, auquel Montesquieu attribue sa
ruine plus tard, n'est pas fait pour encourager une métropole moderne à
embrasser ce système, à moins que ces colonies trop faibles ne
présentent rien de redoutable pour l'avenir.

Le livre de Du Calvet gagna à la cause constitutionnelle canadienne un
grand nombre d'adeptes en Angleterre, et contribua beaucoup à faire
accorder un gouvernement électif: et sous ce rapport, cet ouvrage s'est
assuré une place dans notre histoire.

La destinée de son auteur, si tourmentée depuis quelques années, se perd
de vue après l'apparition de son livre. D'après la tradition populaire,
il aurait péri par les mains de ses ennemis. Mais la version la plus
vraisemblable est qu'après avoir obtenu justice du général Haldimand
devant les tribunaux anglais, il s'embarqua sur un vaisseau pour
l'Amérique, et périt en mer; rien de certain du reste n'est connu à cet
égard.

Le général Haldimand remit en partant les rênes du gouvernement canadien
au lieutenant gouverneur Hamilton, l'un des membres modérés du conseil
législatif, lequel les remit à son tour l'année suivante, au colonel
depuis le général Hope, qui y commandait déjà l'armée, et qui ne les
tint que jusqu'au mois d'octobre, qu'arriva le général Carleton, élevé à
la pairie sous le nom de lord Dorchester, et nommé gouverneur-général
des possessions qui restaient encore aux Anglais dans l'Amérique du
Nord. Il trouva le pays dans une grande agitation sur la question du
gouvernement constitutionnel. Le conseil législatif était tombé dans le
discrédit le plus complet; son asservissement augmentait tous les jours
le nombre de ses ennemis. Deux de ses membres, qui avaient voulu montrer
quelqu'indépendance, comme Finlay, qui avait contrarié quelqu'une des
mesures gouvernementales et voté contre les corvées, étaient dans les
plus grandes inquiétudes, et cherchaient à regagner les bonnes grâces du
gouverneur, par les plus humiliantes expressions de repentir[67].
Allsopp en avait été retranché; enfin ce corps, dont 5 membres
suffisaient pour passer une loi, n'avait aucune indépendance.

La paix n'avait pas été plutôt conclue, que le parlement impérial se vit
inondé de pétitions du Canada. Les premières de 1783, qui étaient
signées par les nouveaux et les anciens habitans du pays, et qui furent
portées en Angleterre par trois députés, MM. Adhémar, Powell et Delisle,
demandaient d'une manière générale la jouissance des droits et
privilèges inhérens à la qualité de sujets britanniques; mais le
principal but d'une partie des signataires, à ce qu'il paraît, était
particulièrement d'obtenir l'introduction de la loi de l'habeas-corpus.
On y demandait aussi pour parer à tous les événement, d'être admis sans
distinction, sous quelque forme de gouvernement qui pourrait être
choisie, à la participation des grâces, droits, privilèges et
prérogatives dont jouissaient les Anglais dans toutes les parties du
globe. Ces termes ayant été interprétés par les constitutionnels d'une
manière plus générale, le corps législatif voulut protester contre
l'introduction d'une chambre élective. M. La Corne St.-Luc proposa une
adresse au roi pour le remercier de la protection qu'il avait accordée
au pays pendant la révolution américaine, et pour le prier de maintenir
l'acte de 74. M. Grant proposa un amendement longuement motivé, dont
l'objet était de faire nommer un comité pour dresser une pétition en
faveur du principe électif; mais l'amendement n'était pas du goût de
tous les Anglais: «Tout considéré, disait Finlay, il est douteux s'il
serait avantageux pour nous d'avoir une chambre d'assemblée dans les
circonstances où se trouve le pays, puisque les anciens sujets du roi
auraient peu de chance d'être élus par les Canadiens.» Après des débats
animés, l'amendement fut écarté et l'adresse adoptée à la majorité des
deux tiers, le nombre des votans étant de 17. Les membres de la minorité
motivèrent leur dissentiment par écrit. Le greffier fut chargé d'aller
déposer l'adresse au pied du trône, et de soutenir la demande du
Conseil. Un jésuite nommé Roubaud, qui était à Québec, à ce qu'il
paraît, du temps du gouverneur Murray, et qui vivait alors à Londres, se
mit en communication avec les comités anti-constitutionnels du Canada,
et menaça quelques fonctionnaires du ressentiment de Carleton. Ce
personnage qui avait l'oreille des affidés des ministres, put modérer un
peu leur ardeur. Au reste, l'adresse trouva ceux-ci bien disposés à
accueillir ses conclusions. Ils n'étaient pas encore d'avis que le temps
d'octroyer une constitution fût arrivée; et lord Sydney répondit au
gouverneur, en acquiesçant à l'introduction de la loi de
l'habeas-corpus, qu'il était convaincu que toute autre restriction des
pouvoirs du gouvernement dans l'état où se trouvait la province, serait
extrêmement préjudiciable aux intérêts du pays; et que la demande d'une
chambre d'assemblée, de l'institution du jury, de l'indépendance des
juges, &c., avait été faite par des hommes mal-intentionnés, dont
l'attachement à l'Angleterre lui paraissait très suspect.

[Note 67: Finlay était député-maître général des postes en Amérique
depuis 1784.

«Let me once more repeat, disait-il, that Sir Guy Carleton shall have no
cause to be displeased with me; my duty is to be with government; it is
every honest man's business to assist the ruling powers, far more a well
meaning Councillor»--Lettre de H. Finlay au gouverneur Skene, 8 août,
1785. «Letters which I wrote to Sir Guy Carleton, in which I stated my
conjecture touching the cause of his displeasure and expressed my sorrow
for having unintentionally offended His Excellency.» Lettre à M. Todd,
du bureau des postes à Londres.]

Malgré ces observations, des assemblées publiques eurent lieu dans l'été
de 84, à Québec et à Montréal; des comités furent nommés et de nouvelles
pétitions plus explicites que les premières, portant près de 2400
signatures, furent encore adressées à Londres. L'on demandait par ces
requêtes une chambre élective, un conseil législatif non rétribué,
l'introduction des lois anglaises dans les contrées situées en dehors
des districts de Montréal et de Québec les deux seuls alors existans, le
procès par jury dans les causes civiles, &c. Ces demandes soulevèrent
une opposition formidable; et des contrepétitions signées immédiatement
par près de 4000 personnes, s'acheminèrent aussitôt vers l'Angleterre,
où elles eurent l'effet d'étouffer celles qui venaient de les y
précéder. L'on voit par ces oppositions que déjà une forte portion des
Canadiens se prononçait pour un gouvernement libre, tandis que l'autre
se déclarait formellement contre. La demande d'une chambre élective fut
renouvelée en 85, et les marchands de Londres en relation d'affaires
avec le Canada, présentèrent à son appui un mémoire au ministère, qui
allait plus loin que le voeu des Canadiens libéraux, lorsqu'il disait
que la généralité des habitans de la colonie, tant anciens que nouveaux,
désirait être gouvernée par les lois britanniques, faites et
administrées suivant la constitution anglaise. Dans cette lutte de
partis, dans ces demandes opposées, les renseignement privés qui
parvenaient en Angleterre, ne faisaient souvent qu'augmenter l'embarras
des ministres. Ainsi l'un des plus modérés des anglificateurs écrivait,
qu'il serait presqu'impossible de trouver des hommes qualifiés pour
représenter le peuple dans une chambre d'assemblée; que les Canadiens ne
désiraient conserver que leur religion et leurs lois de succession, et
suggérait de faire représenter la partie anglaise de la population dans
la chambre des communes, mode préférable, disait-il, à une assemblée
composée de Canadiens français, &c. Le grand motif de toutes ces gens
perçait toujours; c'était de dominer et d'exploiter le pays à leur
avantage particulier.

On avait résolu de faire faire de nouvelles enquêtes; lord Dorchester
était venu avec l'ordre de faire commencer une grande investigation sur
l'état du pays, livré depuis 26 ans à trois systèmes de gouvernement
différens, ou plutôt à trois systèmes qui ne se ressemblaient que par
l'excès de tyrannie et de désordres qu'ils avaient amené à leur suite.
Il convoqua aussitôt le conseil législatif, qui fut divisé en plusieurs
comités chargés de s'enquérir de l'administration de la justice, de la
milice, des communications publiques, de l'agriculture, des terres, de
la population, du commerce, de la police et de l'éducation. Chaque
comité reçut ordre de faire rapport séparément sur la matière spéciale
dont il était chargé, après avoir fait les recherches et entendu les
témoignages qu'il jugerait nécessaires pour s'éclairer suffisamment.

Ces divers comités se mirent en frais de remplir leurs importantes
missions; mais comme la majorité était composée de membres anglais, les
Canadiens n'espérèrent rien d'investigations conduites par des hommes
qu'ils croyaient non moins hostiles à leurs lois qu'à leur nationalité.
Ils ne purent maîtriser leurs soupçons surtout quand ils virent la
manière avec laquelle furent choisis les témoins favorables aux idées de
cette majorité, quoiqu'il paraisse aujourd'hui que non seulement le
gouverneur, mais le lieutenant-gouverneur Hope, président du conseil, et
les juges Mabane et Fraser étaient favorables au maintien des anciennes
lois, et que par conséquent le parti contraire, dirigé par le juge en
chef Smith, se trouvait en minorité, et ne pouvait mettre à exécution,
ni suggérer avec un grand poids les changemens qu'il méditait; mais
alors le peuple ignorait les dispositions des membres qui lui étaient
favorables.

La doctrine de Smith, contraire à celle qu'avait soutenue Masères,[68]
était que les lois anglaises avaient été introduites par divers actes
publics de la métropole ou de ses agens, et que le statut de 71 n'était
pas suffisant pour les révoquer totalement; qu'elles devaient être
suivies dans les litiges entre Anglais, comme les françaises devaient
l'être dans les litiges entre Canadiens; et que lorsqu'il s'en élevait
entre Canadiens et Anglais, si la question avait rapport à un immeuble,
l'on devait invoquer l'ancienne loi du pays, et si elle avait rapport au
commerce, la loi anglaise.

[Note 68: Masères avait dit que la proclamation de 63 n'était pas
suffisante pour abroger les lois; qu'il fallait un acte du parlement:

«If these arguments against the Kings being singly without the
parliament, the legislator of this province are just, it will follow of
course that all the ordinances hiherto passed in this province are null
and void, as being founded at best (for I shall endeavour to show that
they have not even this foundation) upon the King's single authority.
And if so, then the great ordinance of the 17th of September, 1764, by
which the French laws were abolished, and the laws of England introduced
in in their stead, will be void amongst the rest; and consequently the
French laws must, by virtue of the first maxim above laid down, be
deemed to bi still legally in force.» _A plan for settling the laws and
the administration of justice in the Province of Quebec._]

Un pareil système était absurde; mais il ne devait pas surprendre,
venant d'un juge assez passionné pour dire que ceux qui soutenaient que
l'acte de 74 enlevait aux Anglais l'avantage des lois britanniques,
étaient des perturbateurs du repos public, et que les Canadiens étaient
aveuglés par leur ignorance et leurs préjugés.

En revanche, le juge Mabane prétendait que les royalistes américains que
l'on aurait fait mieux de ne pas recevoir en Canada, et les émigrés de
la Grande-Bretagne, en venant s'établir dans la colonie, avaient par
cela même fait acte d'adhésion volontaire au régime légal qui y
existait, c'est-à-dire aux lois et aux coutumes françaises, desquelles
étaient seules eu vigueur, sauf le code criminel. L'antagonisme qui
régnait entre les tribunaux présidés par ces deux hommes, n'était que
plus animé dans le conseil, où l'opposition de leurs sentimens amenait
des altercations fréquentes, qui dégénéraient quelquefois en
personnalités et en menaces.

Le comité chargé de l'enquête sur l'administration de la justice, était
présidé par Smith lui-même, qui rédigea le rapport, autant qu'il le put,
dans le sens de ses idées, que M. de St-Ours, membre du conseil,
qualifiait de zèle outré pour l'anglification. Ce rapport fut soumis au
gouverneur. Pendant la session Smith introduisit un projet de loi
conforme à l'esprit de ce document, mais qui fut repoussé par tous les
membres canadiens et par les membres anglais mentionnés plus haut, comme
tendant à saper l'ancien code civil, contrairement à l'esprit de l'acte
de 74, et aux motifs qui l'avaient dicté. En effet par le projet, les
lois anglaises étaient indirectement substituées aux anciennes lois du
pays, qui n'auraient plus existé qu'exceptionnellement pour les
Canadiens et leurs descendans.

Le comité du commerce, d'après sa composition, ne devait être et ne fut
en effet que l'écho des marchands, qu'il consulta. Ceux-ci
s'assemblèrent à Québec et à Montréal pour s'entendre sur leurs
réponses. Ils ne bornèrent pas leurs observations au négoce seulement;
ils s'étendirent encore sur les lois, la police, et la forme du
gouvernement. Ils recommandèrent l'introduction des lois anglaises,
excepté dans les matières d'immeubles et de succession, et l'option
libre du jury dans toutes les causes réelles ou personnelles; ils
déclarèrent, comme on l'avait déjà fait quelques années auparavant, que
les tribunaux tels qu'ils étaient constitués, n'avaient aucune
jurisprudence uniforme; que les uns suivaient la loi française, les
autres la loi anglaise; ceux-ci la loi romaine, ceux-là les règles de la
simple équité, et que les juges et les plaideurs invoquaient les unes ou
les autres suivant leur intérêt, leur sympathie ou leur caprice.
C'étaient toujours les mêmes abus et les mêmes plaintes. Enfin ils
finissaient par demander une chambre élective en se référant à leur
pétition de 85. Le comité rapporta que les marchands avaient traité la
question de la situation et des intérêts de la province avec une grande
profondeur et une grande exactitude; que leurs raisonnemens étaient
judicieux, et qu'il recommandait en conséquence leurs représentations à
la considération très-sérieuse du gouverneur. Le comité des terres fit
un long rapport, dans lequel il se prononça contre la tenure
seigneuriale, cause, suivant lui, du peu de progrès du pays sous le
gouvernement français, et suggéra pour la remplacer, le franc-aleu
roturier, ou plutôt le _free and common soccage_, tenure franche
anglaise, avec le système de lois qui s'y rattache, afin de ne pas
éloigner les émigrans britanniques de la colonie. Il ajouta aussi que
les seigneurs et les censitaires devaient avoir la faculté de commuer la
tenure de leurs possessions, et que la loi de primogéniture devrait être
introduite pour obliger, en les déshéritant, les cadets de famille à
aller s'établir sur de nouveaux domaines.

On observera qu'en autorisant l'introduction de la loi de primogéniture
et la permission inconditionnelle aux seigneurs de commuer la tenure des
terres qu'ils n'avaient pas encore concédées, l'on empirait gravement la
situation des cultivateurs en les mettant à la merci de ces mêmes
seigneurs, puisque ceux-ci pourraient exiger après la conversion, les
prix qu'ils voudraient, n'étant plus tenus de vendre aux premiers
demandans à des taux fixes comme sous le régime seigneurial.

Les travaux du comité d'éducation étaient peut-être plus importans
encore que ceux de tous les autres, pour l'avenir du pays. Il n'existait
pas en Canada de système général d'instruction publique. Il n'y avait à
proprement parler d'écoles que dans les villes. Les campagnes en étaient
totalement dépourvues; à moins qu'on ne veuille donner ce nom aux leçons
que quelques moines mendians donnaient dans leurs tournées rurales, ou à
la réunion de quelques enfans qu'un curé généreux formait à ses frais
pour leur faire enseigner les premiers rudimens du langage.

Avant 76 les Jésuites faisaient faire un bon cours d'étude dans leur
maison de Québec; et c'est de leurs classes que sont sortis les
Canadiens les plus célèbres des premiers temps de nos annales. Mais
cette institution n'existait plus; et sans les séminaires, qui
changèrent en partie le but de leur institution pour venir en aide à
l'entretien des hautes connaissances, le flambeau de la science se
serait probablement éteint parmi nous. Le séminaire de St.-Sulpice de
Montréal, aidé de la fabrique de cette ville, soutenait une école où il
assistait jusqu'à 300 enfans; et il y avait encore dans cette ville un
collège assez fréquenté. Le séminaire de Québec rendit alors, comme il
le fait encore aujourd'hui, des services éminens aux lettres qui s'y
étaient transportées du collège des Jésuites. A part ces diverses
institutions, l'on comptait à peine quelques maîtres particuliers dans
les villes. L'éducation des filles avait été moins négligée, comme nous
avons déjà eu occasion de le faire observer. Les soeurs de la
congrégation de Montréal et de Québec la donnaient dans les villes et
dans les campagnes, où elles se répandaient. Les religieuses des
Ursulines et de l'Hôpital-général enseignaient aussi à Québec et aux
Trois-Rivières. Mais toutes ces institutions, dues au dévouement et à la
munificence ecclésiastique, ne pouvaient répondre qu'aux besoins des
cités. Le reste du pays était dépourvu de tout moyen de s'instruire, et
conséquemment l'éducation était nulle dans les campagnes, où la
dispersion des habitans et la rigueur du climat passaient pour les
principales causes qui y mettaient obstacle. Après avoir recueilli tous
ses matériaux, le comité présenta son rapport, et suggéra d'établir sans
délai;

1. Des écoles élémentaires dans toutes les paroisses.

2. Des écoles de comté, où l'on enseignerait les régies de
l'arithmétique, les langues, la grammaire, la tenue des livres, le
jaugeage, la navigation, l'arpentage et les branches pratiques des
mathématiques.

3. Enfin une université pour l'enseignement des sciences et des arts
libéraux, formant une corporation composée des juges, des évêques
catholiques et protestans, et de seize ou vingt autres citoyens
notables, qui se renouvelleraient à la majorité des voix.

Le comité ajoutait qu'il fallait approprier au soutien de ce grand
système d'éducation les biens des Jésuites, un legs de £1200 par année
fait par un M. Boyle, pour propager la foi protestante dans les
anciennes colonies anglaises, et dont la séparation d'avec l'Angleterre
rendait maintenant l'exécution légalement impossible, et une portion des
terres incultes de la couronne, que lord Dorchester avait déjà fait
mettre à part pour cet objet.

Telles sont les importantes recommandations qui furent faites pour
généraliser l'éducation dans ce pays. Malgré l'importance du sujet,
elles restèrent sans résultat; et une partie des terres qu'on y avait
destinées, fut accordée ensuite à des créatures ou à des favoris du
pouvoir.

L'ordre des Jésuites ayant été aboli en France en 1762, le gouvernement
anglais crut devoir laisser s'éteindre ceux qu'il y avait en Canada, en
les empêchant de se renouveler et en s'emparent ensuite de leurs biens.
Il ne manqua point d'hommes pour lui conseiller cette mesure de
spoliation. En France les jugemens qui avaient ordonné la suppression de
l'ordre, avaient en même temps décrété que les collèges, les séminaires
et les terres dont il avait la jouissance pour l'éducation,
conserveraient leur destination primitive. En Canada au contraire, le
gouvernement parut vouloir imiter le système suivi en Angleterre dans le
temps de la réformation, alors que les collèges, les monastères, les
riches abbayes devinrent la proie d'une foule de courtisans et le prix
des apostasies. Les biens des Jésuites canadiens avaient allumé la
cupidité de lord Amherst; et il paraît que, sur sa demande, il en obtint
la promesse du roi dans un moment de libéralité inconsidérée. Le collège
venait d'être fermé par l'administration militaire, qui avait renvoyé
les élèves en 64 pour convertir les salles qui servaient aux classes en
salles d'audience, en magasins de vivres, en prisons, &c. En 76 on prit
la plus grande partie de l'édifice pour le logement des troupes,
laissant le reste avec la chapelle aux Jésuites qui vivaient encore.
Mais lorsque les officiers de la couronne à Londres demandèrent les
renseignemens nécessaires pour dresser les lettres patentes du don
royal, il s'éleva des difficultés sur la nature, l'étendue et le
caractère de ces biens; ce qui fit traîner l'affaire en langueur. Et
après beaucoup de recherches, le gouvernement impérial mieux renseigné
sur la validité du titre qu'il s'attribuait, accorda une indemnité à la
famille Amherst, et fit prendre possession de ces biens au nom de la
couronne pour l'éducation publique. L'extinction des Jésuites en Canada
présente ceci de singulier, qu'elle n'a eu lieu en exécution d'aucune
loi ni décret de l'autorité compétente comme dans les autres pays; elle
s'est faite sur un simple ordre de l'exécutif seul, ce qui doit être
insuffisant dans un pays où la liberté est placée sous la sauve-garde du
droit commun.

Les rapports des comités furent successivement présentés à lord
Dorchester, qui les adressa aux ministres en Angleterre, pour être
ajoutés à l'immensité des pièces de la même nature que les
investigations sur le Canada avaient déjà produites depuis 1760. Pour
consommer la ruine des institutions d'un peuple et tranquilliser en même
temps la conscience publique sur une pareille spoliation, il faut tant
de sophisme et d'adresse; il faut tant de temps pour amener cette
conscience à regarder, comme juste et raisonnable ce qui ne l'est pas,
que quoique Mirabeau disait dans la convention française que chacun
faisait sa conscience, la perversion ne s'en fait pas sans ébranlement,
sans remords, ni sans lutte.

Toutes ces nouvelles investigations ne produisirent pas en apparence,
pour le moment, un grand effet sur la marche des événemens, ni ici, ni
en Angleterre. Néanmoins un projet de loi fut introduit dans la conseil
pour continuer l'ordonnance du lieutenant-gouverneur Hamilton, relative
aux jurys en matières civiles; mais le juge en chef qui l'avait dressé,
y avait ajouté quelques clauses qui tendaient à détruire une partie des
anciennes lois. Il fut en conséquence rejeté ainsi qu'un autre bill
introduit à la place par le parti qui avait opposé le premier. Les
marchands qui s'étaient déclarés contre le nouveau projet, avaient
employé un avocat pour plaider leur cause devant le conseil, lequel
porta des accusations si graves contre les administrateurs de la
justice, que ce conseil lui-même crut devoir présenter une adresse au
gouverneur pour le supplier de faire faire une enquête publique et
sévère à ce sujet. Cet avocat, qui était le procureur-général Monk
lui-même, perdit sa charge à la suite de son plaidoyer, malgré le motif
qu'il donna de sa conduite, qu'il n'avait agi dans cette circonstance
que comme simple procureur des opposans. L'enquête dévoila tous les
désordres qui régnaient dans les tribunaux, et confirma ce que l'on
vient de dire, à savoir; que la plupart des juges anglais décidaient
suivant les lois anglaises, les juges canadiens suivant les lois
françaises; que quelques-uns ne suivant aucune loi, jugeaient d'après
leurs idées d'équité naturelle ou de convenance, particulière; et que la
cour d'appel elle-même violant ouvertement les dispositions expresses de
l'acte de 74, qui rétablissaient les lois canadiennes, et s'appuyant sur
les instructions royales données aux gouverneurs, et qui avaient une
tendance contraire, ne paraissait point vouloir suivre d'autres lois que
celles de la nouvelle métropole. Au reste ceux que ces investigations
avaient compromis, en attribuèrent la cause à la malhonnêteté de leurs
accusateurs, qui étaient des marchands, et qui devaient à ce titre,
disaient-ils, plus de 100 mille louis pour des droits de douane dont ils
avaient voulu frauder le trésor, et qu'ils les avaient condamnés à
payer. Les juges de la cour des plaidoyers communs de Québec, Mabane,
Fanet et Dunn, l'attribuèrent aussi au juge-en-chef Smith, l'ennemi
irréconciliable des lois françaises et des Canadiens, et qui avait
apporté en Canada ce système pernicieux des fonctionnaires coloniaux de
semer sans cesse des germes de division entre les colons et la
mère-patrie, afin d'avoir occasion de se rendre nécessaires, de faire
planer sans cesse le soupçon sur la fidélité des autres, et de
manifester eux-mêmes un zèle qui élevât le prix de leurs services et les
fît paraître seuls dignes de confiance. Le rejet de son bill avait
tellement irrité Smith qu'à l'ouverture de l'enquête dont l'on vient de
parler, il avait porté les accusations les plus graves contre ces trois
juges, qui crurent devoir les repousser dans une représentation qu'ils
firent au gouverneur. Ils dirent qu'immédiatement après la conquête les
cours militaires qu'on avait établies avaient suivi les lois et les
usages du pays; mais qu'après le traité de cession l'on avait
solennellement déclaré que la forme gouvernementale et les lois
anglaises y seraient introduites aussitôt que les circonstances le
permettraient, et, qu'en attendant l'on suivrait les formalités de ce
code comme mesure préparatoire à l'introduction des lois elles-mêmes;
que cette déclaration avait créé une si grande alarme parmi le peuple,
qu'il fallut passer aussitôt une ordonnance pour déclarer que les lois
et les coutumes du Canada touchant la tenure des terres et l'hérédité,
seraient maintenues, et pour donner aux juges dans les autres affaires
la faculté de décider d'après les règles de l'équité commune; que sur
les représentations du général Murray aux ministres, que les
instructions qu'il avait reçues ne pouvaient s'appliquer à un pays déjà
établi et gouverné par des lois fixes, et que les remontrances des
grands jurés dont il parlait, et qui étaient tous protestans, étaient
conçues dans un esprit si illibéral et persécuteur contre les
catholiques, que sur ces représentations, sans balancer les ministres
avaient désapprouvé la conduite de ces jurés, et permis au gouverneur de
continuer le système que lui avait imposé les circonstances,
c'est-à-dire, de maintenir les lois anciennes jusqu'à nouvel ordre; ce
qui avait été fait sans exciter de plainte jusqu'après l'acte de 74, qui
déplaisait d'autant plus aux protestans que depuis dix ans ils pouvaient
être à ce titre seuls membres du conseil, seuls juges, seuls magistrats,
&c., que la plus grande partie des membres du comité pour la révocation
de l'acte de 74, avaient joint les rebelles des Etats-Unis, ou abandonné
Québec à leur approche; que l'acte en question était le fruit de cette
politique libérale et tolérante qui distingue un siècle et une nation
éclairée, et qu'il avait puissamment contribué à la conservation de la
colonie; qu'après la paix de 83, l'ordre fut transmis de faire payer
plus de £102,000 sterling de lettres de change dues à l'Etat par le
commerce canadien; que le solliciteur-général fut obligé de poursuivre
l'agent du gouvernement lui-même, M. John Cochrane, qui les avait
négociées et qui refusait d'en rendre compté, et de faire opérer des
saisies entre les mains de divers négocians qui lui devaient cette
somme; que sans ce moyen légal, inconnu des lois anglaises, cette
créance aurait été en danger, parce que Cochrane refusait toujours son
concours pour la faire rentrer; que ces débiteurs, déjoués, par le
secours imprévu de la loi française, s'exclamèrent contre elle, et lui
attribuèrent le malheur où ils Se trouvaient de payer ce qu'ils
devaient; que Cochrane, qui avait voulu prendre part à la spéculation,
se joignit aux marchands, et prépara une pétition qu'ils s'empressèrent
de signer, contre les lois, la constitution et l'administration de la
justice du pays, pétition dont la nature et la tendance motivèrent la
désapprobation la plus complète du ministre des colonies en 84; que le
sens de l'acte de 74 était clair et précis, et que l'on ne pouvait se
tromper sur son intention; que cependant le juge-en-chef Smith avait
maintenu en cour d'appel, qu'il n'avait pas rétabli les lois et les
coutumes du Canada dans les actions où aucune des parties n'était
Canadienne, et que la loi anglaise devait être la règle de décision dans
les causes entre sujets nés anglais, &c, doctrine contre laquelle ils
avaient dû protester en pleine audience; que dans la session suivante du
conseil législatif, Smith avait inutilement introduit, ainsi qu'on l'a
vu, plusieurs projets de loi pour faire confirmer sa nouvelle doctrine;
et que c'est alors que les marchands mécontens adressèrent les pétitions
qui avaient motivé la grande enquête en question, &c.

Cette justification des juges ne faisait que confirmer les allégués que
la plus étrange confusion régnait dans l'administration de la justice.
Toutes les pièces relatives à cette nouvelle phase de la question furent
encore envoyées à Londres.

Une autre difficulté s'élevait aussi alors. Depuis 64, le Canada était
divisé en deux grands districts, Québec et Montréal; quatre ans après
lord Dorchester, conformément à une ordonnance du conseil, voulant
donner une espèce de gouvernement spécial aux émigrés royalistes des
Etats-Unis qui s'étaient établis dans le golfe St.-Laurent et dans le
voisinage du lac Ontario, érigea le territoire qu'ils occupaient en cinq
grands départemens sous les noms de Gaspé, Lunenbourg, Mecklembourgs,
Nassau et Hesse. Ces cinq divisions, auxquelles par une singularité
étrange l'on donnait des noms allemands, embrassaient une grande étendue
de pays. L'on voulut y porter les lois françaises; mais les royalistes
américains qui s'y étaient réfugiés, n'entendant point la langue dans
laquelle elles étaient écrites, ne purent les observer; il fallut
apporter des modifications par une autre ordonnance passée en 89. Or les
anglificateurs profitèrent de cet embarras pour essayer encore une fois
de faire mettre de côté, comme inexécutable, l'acte de 74, auquel ils
voulaient absolument se soustraire. Ils se firent un argument de cet
difficultés cultes pour demander l'établissement d'un système de lois
uniformes. Leurs avocats à Londres, malgré les précautions oratoires
qu'ils prenaient pour ne pas réveiller les soupçons de la nationalité
canadienne, se trahissaient quelquefois; et ces diversités de sentiment
donnaient de la force aux opposans du gouvernement libre.

Cependant tous ces débats finirent par fixer sérieusement l'attention de
l'Angleterre; et en 88 ou 9, au début du grand mouvement qui se
préparait en France et ailleurs, les pétitions des partisans du
gouvernement représentatif furent évoquées, par le parlement impérial,
des bureaux où elles dormaient depuis quatre ans, pour devenir le sujet
de ses délibérations, par suite des nouvelles requêtes qui venaient de
lui être présentées. Une grande agitation régnait toujours dans le pays
relativement à l'espèce de gouvernement qui devait le régir, quoique
suivant leur usage, les journaux gardassent un silence presque absolu
sur cette matière comme sur tout ce qui avait rapport à la
politique.[69]

[Note 69: La Gazette de Québec contient à peine un article politique
entre 1783 et 1792, espace de 9 ans; c'est un recueil d'annonces, de
nouvelles étrangères et de quelques pièces officielles. Le _Québec
Herald_ n'était guère plus hardi. Il recevait néanmoins des
correspondances anonymes; et c'est dans l'un de ces écrits signé
_Lepidus_, contre l'établissement d'un gouvernement représentatif en
réponse à un autre signé _Junius_ en faveur, que se trouve le passage
suivant sur les motifs auxquels nous avons attribué l'acte de 74. «It is
of public notoriety that the Québec act was passed about the
commencement of the late rebellion in the American colonies, which
issued in an extensive and complicated war that shook the whole British
Empire, and lopt off thirteen provinces; now the obvious purport of that
law was to attach the King's new subjects more firmly to his government.
For when the other provinces took up arms, they had in agitation to
invite this colony to accede to the general confederacy; therefore to
frustrate this measure, the British Government thought proper to pass
the aforesaid act, by which his Majesty's canadian subjects were
entitled to the benefit of their own laws, usages and customs.» Herald
du 9 au 16 novembre 1789, publié à Québec.]

Appréhendant probablement de la requête des marchands de Londres de 86,
quelque décision défavorable à leurs vues et à leurs intérêts, les
Canadiens de Québec, et de Montréal opposés à l'établissement d'une
chambre d'assemblée, mirent sur pied de nouvelles suppliques à lord
Dorchester, pour demander la conservation des lois françaises et le
maintien de la constitution existante. Ils en présentèrent d'autres
l'année suivante dans lesquelles ils se prononçaient encore avec plus de
force contre l'introduction des lois anglaises et d'une chambre
élective. «Nos demandes se réduisent, disaient-ils, à conserver nos lois
municipales; mais qu'elles soient strictement observées; qu'il y ait
dans le conseil législatif de notre province un nombre proportionné de
loyaux sujets canadiens.» En effet, dans les pétitions de 84, ils se
plaignaient déjà qu'ils ne jouissaient de leurs lois qu'imparfaitement;
parce que le conseil, composé aux deux tiers d'Anglais, qui y avaient
conséquemment la prépondérance, les changeait au gré des désirs où des
intérêts de la majorité.

Le parti libéral canadien, conjointement avec le parti anglais,
répondirent par des contrepétitions. La division des Canadiens en deux
grandes sections presqu'égales, est maintenant distincte et tranchée;
l'une en faveur d'un gouvernement représentatif et l'autre contre. Dans
l'une et dans l'autre se remarquaient beaucoup de citoyens notables et
de grands propriétaires; mais moins dans le parti libéral que dans le
parti conservateur. Les requêtes des Anglais de 88 étaient signées
seulement par les membres des comités nommés à Montréal et à Québec
quatre ans auparavant. Elles ne demandaient des lois civiles anglaises
que celles qui avaient rapport au jury et au commerce. Les pétitions des
Canadiens de la même année étaient pareillement signées par les comités
qu'ils avaient formés dans ces deux villes. Les derniers faisaient
observer spécialement qu'ils ne demandaient, que des réformes et une
nouvelle constitution favorable à la conservation des anciennes lois,
coutumes et usages de leur pays. Ils pensaient avec raison que ces
choses seraient plus en sûreté sous la sauve-garde d'une chambre, dont
la majorité devait être canadienne, que sous celle d'un conseil
législatif où elle ne l'était pas. Depuis longtemps le parti anglais
avait abandonné l'idée d'exclure les catholiques des droits politiques.
Le gouvernement, la majorité des chambres métropolitaines étaient
opposés à cette exclusion, surtout depuis la perte de leurs anciennes
colonies. Aussi Masères, qui avait montré un fanatisme si exclusif avant
73, ne cessa-t-il de dire après 83, au parti protestent, qu'il ne devait
plus espérer d'obtenir une constitution libre, si les Canadiens ne
réunissaient leurs prières aux siennes; et ce ne fut aussi qu'à la
condition expresse que ceux-ci seraient électeurs et éligibles, qu'ils
joignirent leurs anciens adversaires et abandonnèrent leur opposition de
73.

Les conservateurs n'eurent pas plutôt appris l'existence des
représentations des constitutionnels, qu'ils se mirent en mouvement pour
y répondre par des contrepétitions. Celle de Montréal du 22 décembre,
88, fut souscrite par 2800 citoyens; mais celle de Québec ne le fut que
par 194. L'inspection des signatures au pied de ces pièces, prouvent que
toutes les classes de la société et même les familles étaient divisées
sur la grande question du jour, et que plusieurs seigneurs et riches
propriétaires anglais, favorables à l'établissement d'une assemblée
élective en 74, y étaient opposés en 88.

Les habitans de cette province, disaient les conservateurs de Québec,
heureux sous un gouvernement modéré, presque tous cultivateurs
paisibles, étrangers à l'intrigue et à l'esprit de parti, sans taxes
directes sur leurs propriétés, doutent qu'il puisse exister pour eux un
état plus fortuné. Si quelques-uns ont prêté l'oreille aux projets
d'innovation, c'est parce qu'ils ont cru que ces innovations étaient les
seuls remèdes à leurs plaintes et les seuls moyens pour conserver leurs
lois de propriété, leur religion et même le bonheur de la province qui
était en danger. Aucune raison de nombre ou d'intérêt particulier ne
doit, observaient à leur tour les conservateurs de Montréal, nous priver
d'une constitution dont nous sommes redevables aux faveurs du roi, et
des lois si solennellement promises et garanties, et dont la
conservation est un de nos droits les plus sacrés.

Si l'on a des doutes sur nos allégués, ajoutaient-ils encore, que le
gouverneur prenne les moyens nécessaires pour connaître les sentimens et
les voeux de notre nation. Nos peuples trop pauvres et trop endettés
sont incapables de supporter les taxes qui doivent nécessairement
résulter du système proposé par les constitutionnels. L'exemple
malheureux de l'insurrection des colonies voisines, qui a pris sa source
dans un pareil système, doit nous mettre continuellement sous les yeux
le sort déplorable de notre nation si elle en devenait la victime. Une
chambre d'assemblée nous répugne, par les conséquences fatales qui en
résulteraient. Pourrions-nous nous flatter de conserver long-temps comme
catholiques romains les mêmes prérogatives que les sujets protestans
dans une assemblée de représentans. Ne viendrait-il point un temps où la
prépondérance de ces derniers influerait contre notre prospérité?

Toutes ces requêtes furent mises successivement devant le parlement
impérial entre 85 et 90; mais la presse des affaires en fit ajourner la
considération jusqu'à cette dernière année. Deux ans auparavant la
chambre des communes avait promis de s'en occuper. L'année suivante, M.
Grenville ayant été nommé au ministère des colonies, dressa un projet de
constitution et l'envoya à lord Dorchester pour que ce gouverneur, qui
connaissait parfaitement le pays et ses habitans, lui transmît ses
observations. La perte de ses anciennes colonies portait la métropole à
modifier considérablement sa politique. De grandes questions s'agitaient
aussi dans son sein. Les Antilles étaient fermées aux Etats-Unis, en
attendant qu'un plan général de fortifications pour leur défense fût
mûri par les chambres; l'opposition faisait de grands efforts pour faire
rapporter l'acte du test et reconnaître en pratique le grand principe de
la liberté de conscience reconnu par les républicains américains comme
l'une des bases de leur constitution. Lee célèbre Wilberforce proposait
l'abolition de la traite des noirs, mesure dont les conséquences sont
incalculables pour l'avenir des États à esclaves de l'Union américaine;
enfin le gouvernement mettant de côté ses antiques préjugés, avait
élaboré une constitution pour le Canada dans le but avoué d'attacher les
populations franco-catholiques qui lui restaient fidèles. Tous ces
projets avaient pour objet, soit de paralyser les idées libérales de la
jeune république, soit de se mettre en garde contre son ambition future,
soit enfin de lui ouvrir une plaie toujours saignante dans le flancs en
prêchant du haut des îles libres de l'Archipel du Mexique des doctrines
d'affranchissement et de liberté que le vent de la mer fait répandre à
chaque aurore dans les huttes esclaves américains.

Aussitôt l'agent des constitutionnels à Londres, Adam Lymburner eût
appris que ses affaires du Canada avaient été ajournées dans le
parlement à la session prochaine, il en informa les comités de Québec et
de Montréal, qui s'adressèrent sans délai à lord Dorchester pour lui
répéter qu'ils persistaient toujours à demander la réforme de la
constitution. De son côté, le gouvernement anglais tout désireux qu'il
était de se rendre à leurs voeux, était résolu toutefois de prendre les
moyens de tenir par des liens invisibles, mais aussi puissans que
possibles, les colonies enchaînées à la mère-patrie, tout en leur
donnant autant de liberté qu'il serait compatible avec le nouveau
système. C'est sur ce principe que fut basé l'acte constitutif de 91.
Lord Dorchester après avoir examiné le projet de Grenville, le lui
renvoya avec ses observations. A l'ouverture du parlement, le roi appela
l'attention des chambres sur l'état de la colonie et sur la nécessité
d'en réorganiser le gouvernement; et bientôt après le chancelier de
l'échiquier, Pitt, invita les communes à passer un acte pour-diviser la
province de Québec en deux provinces séparées, sous le noms de Haut; et
Bas-Canada, et pour donner à chacune une chambre élective. «Sentant
l'importance du sujets dit ce ministre, j'aurais désiré faire à la
chancre une exposition complète, des motifs et des principes que je veux
prendre pour base en formant pour une portion importante de l'empire
britannique, une constitution qui devra contribuer à sa prospérité; mais
il n'est pas probable qu'il s'élève d'opposition à l'introduction de
cette mesura, et comme du reste les explications seront plus opportunes
lorsque le bill sera devant la chambre, je vais en faire seulement une
esquisse aujourd'hui en peu de mots. Le bill que je me propose
d'introduire est fondé d'abord sur la recommandation du message royal de
diviser la province en deux gouvernemens. Cette division mettra un terme
à la rivalité qui existe entre les anciens habitans français et les
émigrés venant de la Grande-Bretagne ou des autres colonies anglaises,
rivalité qui occasionne des disputes, de l'incertitude dans les lois, et
d'autres difficultés d'une moindre importance qui troublent la contrée
depuis si long-temps. J'espère que l'on pourra faire cette division de
manière à donner à chaque peuple une grande majorité dans la partie qui
lui sera particulièrement appropriée, parce qu'il n'est pas possible de
tirer une ligne de séparation complète. Les inconvéniens que l'on
pourrait craindre de la circonstance que des anciens Canadiens seraient
compris dans une division, et des émigrés britanniques dans l'autre,
trouveront leur remède dans la législature locale qui va être établie
dans chacune d'elles.

C'est pour cela que je proposerai d'abord, à l'instar de la constitution
de la mère-patrie, un conseil et une chambre d'assemblée; l'assemblée
constituée de la manière ordinaire, et le conseil composé de membres
nommés à vie par la couronne, qui aura aussi le privilège d'attacher à
certains honneurs le droit héréditaire d'y siéger. Toutes les lois et
ordonnances actuelles demeureront en vigueur jusqu'à ce qu'elles soient
changées par la nouvelle législature. Le pays conservera conséquemment
des lois anglaises tout ce qu'il en a à présent ou ce qu'il en voudra
garder, et il aura les moyens d'en introduire d'autres s'il le juge
convenable. L'acte d'habeas-corpus a déjà été introduit par une
ordonnance de la province; et cet acte, qui consacre un droit précieux,
va être conservé comme partie fondamentale de la constitution. Voilà
quels en sont les points les plus importans; mais il y en a d'autres sur
lesquels je veux appeler aussi l'attention de la chambre. Il doit être
pourvu au soutien du clergé protestant dans les deux divisions, en le
dotant en terres proportionnellement à celles qui ont déjà été
concédées; et comme dans l'une dés divisions, la majorité des habitans
est catholique, il sera déclaré que la couronne ne pourra sanctionner
aucune loi des deux chambres canadiennes, octroyant des terres pour
l'usage des cultes, sans qu'elle ait été préalablement soumise au
parlement impérial. Là question des tenures qui a été un sujet de
débats, sera réglée dans le Bas-Canada par la législature locale; dans
le Haut, où les habitans sont pour la plupart sortis de la
Grande-Bretagne ou de ses anciennes colonies, la tenure sera franche. Et
afin de prévenir le retour de difficultés comme celles qui ont amené la
séparation des Etats-Unis de l'Angleterre, il sera statué que le
parlement britannique n'imposera aucune autre taxe que celle qui
résultera du règlement du commerce; et pour empêcher l'abus de ce
pouvoir, les taxes qui seront ainsi imposées, demeureront à la
disposition, de la législature de chaque division.»

Telles sont les simples, mais mémorables paroles par lesquelles le
premier ministre de la Grande-Bretagne annonça aux Canadiens, au nom de
son pays, que leur nationalité, conformément au droit des gens, serait
respectée; et que pour plus de sûreté le Canada serait divisé en deux
portions, afin qu'ils pussent jouir sans trouble de leurs lois et de
leurs institutions dans celle qu'ils occupaient. Comment la foi
britannique, engagée d'une manière aussi solennelle, a été gardée par le
gouvernement impérial, c'est ce que la suite des événemens fera voir.

Après l'introduction du projet de loi annoncé par Pitt, la portion
anglaise des pétitionnaires qui avaient demandé un gouvernement
constitutionnel, leva le masque et se prononça, par la voie de son
agent, contre les principes fondamentaux du bill, contre lequel aussi
une représentation fut faite de la part de quelques marchands de la
métropole. Ces nouveaux opposans furent entendus à la barre des communes
par leurs conseils. Ils insistèrent principalement sur ce que l'intérêt
britannique était sacrifié, et sur les inconvéniens que les marchands et
les colons anglais allaient éprouver si l'on mettait la législation
entre les mains des Canadiens, fortement attachés aux lois françaises
sous lesquelles, disaient-ils, l'on ne pouvait recouvrer de dettes ni
contracter en matières foncières sans beaucoup de difficultés.

Il fut encore présenté une autre requête de la part de quelques
marchands de Québec pour prier les chambres de rejeter le nouveau plan
de constitution, attendu qu'après en avoir pesé toutes les conséquences,
ils craignaient qu'il ne fut la source d'une infinité d'embarras et de
maux pour le commerce.

Le parti hostile aux Canadiens qui avait voulu les faire exclure de la
représentation en 74, sous le prétexte qu'ils étaient catholiques,
s'étant vu obligé, après la révolution américaine, d'obtenir leur
concours dans la demande d'une chambre élective pour avoir quelque
chance de succès, s'était rapproché d'eux espérant encore se ménager
dans l'acte constitutionnel la part du lion, et obtenir la prépondérance
dans la nouvelle chambre. Mais lorsqu'il vit par le bill la division du
Canada en deux provinces, afin que d'après le motif avoué du
gouvernement, les deux races pussent vivre à part chacune avec sa
religion et ses lois, et la réserve à la nouvelle législature de statuer
sur les modifications à apporter au code de commerce, il reconnut, mais
trop tard, que son but était manqué; que la domination qu'il avait rêvée
ne serait pas complète, et qu'enfin sa longue dissimulation était en
pure perte. «Le bill, dit M. Powys, leur avocat dans les communes, ne
satisfera pas ceux qui désiraient une chambre, parce qu'il ne la leur
donne pas.» En présence de cette conduite, les conservateurs canadiens
rallièrent les constitutionnels sur leur alliance avec leurs soi-disans
amis. Ceux-ci se contentèrent de répondre que, quoique en effet ils
eussent montré une bonne foi trop crédule peut-être, ils n'étaient pas
solidaires de cette perfidie, et, qu'au reste ils avaient ce qu'ils
désiraient.

A la troisième lecture du projet de loi, lord Sheffield présenta contre
sa passation une nouvelle requête de Lymburner, qui se donnait toujours
pour l'agent du Canada et des Canadiens dits constitutionnels; preuve du
danger qu'il y a de charger de missions politiques des hommes dont les
sentimens ne sont pas parfaitement en harmonie avec ceux de leurs
commettans. Mais ces oppositions furent vaines.

Après quelques amendemens, dont l'un fut de porter la représentation de
30 à 50 membres, le bill passa sans division dans les deux chambres.

Cet acte reçut l'assentiment complet de l'illustre Burke, surtout la
partie relative à la division de la province. «Essayer, dit cet homme
d'état, d'unir des peuples différens de lois, de langue et de moeurs,
est très-absurde. Ce serait semer des germes de discorde, chose
indubitablement fatale à l'établissement d'un nouveau gouvernement. Que
leur constitution soit prise dans la nature de l'homme, la seule base
solide de tout gouvernement.»

Fox, comme membre du parti whig, auquel appartenait le commerce, se
prononça contre la division de la province; mais dominé par ces grands
principes qui se plaisent surtout chez, les esprits élevés et généreux,
il proposa que le conseil législatif fût électif, attendu qu'il n'y
avait point de noblesse ou de corps qui méritât ce nom en Canada, et que
la chambre représentative fût composée de cent membres. «Avec une
colonie comme celle-là, observa cet orateur, susceptible de liberté et
susceptible d'augmentation de population, il est important qu'elle n'ait
rien à envier à ses voisine. Le Canada doit rester attaché à la
Grande-Bretagne par le choix de ses habitans; il sera impossible de le
conserver autrement. Mais pour cela il faut que les habitans sentent que
leur situation n'est pas pire que celle des Américains.»

C'est dans le cours de ces débats que les digressions de Burke sur les
idées révolutionnaires de la France, amenèrent une de ces malheureuses
altercations qui séparent à jamais deux anciens amis. Burke et Fox
étaient liés d'amitié ensemble depuis l'enfance; leurs grands talens
oratoires, leur vaste intelligence n'avaient fait que resserrer leur
attachement. Malheureusement le premier prit en haine le parti du
mouvement en France, le second embrassa la cause de la révolution avec
ardeur, et y fit quelque allusion en discutant le bill relatif au
Canada. Par une de ces tournures imprévues que prend quelquefois un
débat, Burke se crut desservi par son ancien ami sur une question
d'ordre, et s'en plaignit avec amertume; il fit des reproches à Fox sur
le refroidissement qu'il lui montrait depuis long-temps, et hissa
échapper ces paroles: C'est certainement une indiscrétion en tout temps
et surtout à mon âge, de provoquer des inimitiés ou de fournir à mes
amis des motifs pour les abandonner; néanmoins s'il en doit être ainsi
en adhérant à la constitution britannique, je risquerai tout, et suivant
les dictées du devoir et de la prudence publique, mes derniers mots
seront toujours, fuyez la constitution française. Fox ayant dit qu'il
n'y avait point d'amis de perdus, Burke reprit, «oui il y a des amis de
perdus; je connais le prix de ma conduite; j'ai rempli un devoir au prix
d'un ami; notre amitié est rompue.» Burke continua à parler avec une
extrême chaleur. Fox se leva pour répondre, mais il était si ému qu'il
fut plusieurs minutes sans pouvoir proférer une seule parole. Il avait
le visage couvert de larmes, et il faisait en vain des efforts pour
exprimer des sentimens qui se manifestaient assez pour faire connaître
la noblesse et la sensibilité de son coeur. Toute la chambre vivement
impressionnée par cette scène, observa un religieux silence jusqu'à ce
qu'enfin, Fox ayant vaincu son émotion, put donner cours aux expressions
les plus touchantes. Mais ce fut en vain, la brèche était faite, et ces
deux amis s'éloignèrent désormais de plus en plus l'un de l'autre.

Dans la chambre des lords, le bill fut poursuivi également par des
pétitions contre plusieurs de ses clauses, et deux conseils employés par
les marchands, auteurs de l'opposition dans les communes, furent
entendus à la barre; mais avec encore moins de succès. «On a appelé
préjugé, dit lord Grenville, l'attachement des Canadiens à leurs
coutumes, à leurs lois et à leurs usages, qu'ils préfèrent aux lois de
l'Angleterre. Je crois qu'un pareil attachement mérite un autre nom que
celui de préjugé; suivant moi, cet attachement est fondé sur la raison,
et sur quelque chose de mieux que la raison; il est fondé sur les
sentimens les plus nobles du coeur humain.»

Le roi qui de tous les Anglais était celui qui montrait le plus de
sympathie pour les Canadiens, crut devoir remercier les deux chambres de
la passation de cette loi dans son discours de prorogation.

Par elle, le Canada se trouvait à son quatrième gouvernement depuis 31
ans. Loi martiale de 1760 à 1763; gouvernement militaire de 1763 à 1774;
gouvernement civil absolu de 1774 à 1791; et enfin gouvernement
tiers-parti électif à commencer en 92. Sous les trois premiers régimes,
malgré les ordres contraires, le pays n'eut d'autres lois que celles du
caprice des tribunaux, qui tombèrent dans le dernier mépris; et le
peuple ne fit que changer de tyrannie. Quant au dernier, l'on doit
attendre pour le juger, qu'il soit mis en pratique et qu'on en voie les
effets; car l'expérience seule peut en faire connaître les avantages et
les défauts, d'autant plus que le succès doit dépendre de l'esprit dans
lequel chacune des parties intéressées l'observera, la colonie et la
métropole.

Le nouvel acte constitutif portait, après la division du Canada en deux
provinces, et l'indication de la tenure et des lois qui devaient
subsister dans chacune d'elles, que tous les fonctionnaires publics
resteraient à la nomination du roi en commençant par le gouverneur, et
demeureraient amovibles à sa volonté; que le libre exercice de la
religion catholique serait garanti ainsi que la conservation des dîmes
et droits accoutumés du clergé; que les protestans devenaient passibles
de la même dîme pour leurs ministres; que le roi aurait la faculté
d'affecter au soutien de l'église anglicane le septième des terres
incultes de la couronne, et de nommer aux cures et bénéfices de cette
église dont il est le chef; que le droit de tester de tous ses biens
était conféré d'une manière absolue; que le code criminel anglais était
maintenu comme loi fondamentale; que dans chaque province seraient
institués un conseil législatif à vie à la nomination du roi, composé de
quinze membres au moins dans le Bas-Canada, et de sept dans le Haut; et
une chambre d'assemblée de cinquante membres au moins dans le
Bas-Canada, et de seize dans le Haut, élus par les propriétaires
d'immeubles de la valeur annuelle de deux louis sterling dans les
collèges ruraux, et de cinq louis dans les villes, et par les locataires
de ces mêmes villes payant un loyer annuel de dix louis; que la
confection des lois était déférée à ces deux corps et au roi ou son
représentant, formant la troisième branche de la législature, et ayant
droit de veto sur les actes des deux chambres; que la durée des
parlement ne devait pas excéder quatre ans; et que la législature devait
être convoquée au moins une fois tous les ans, et enfin que toute
question serait décidée à la majorité absolue des voix.

Un conseil exécutif, nommé par le roi, fut aussi institué pour aviser le
gouverneur et remplir les attributions de cour d'appel en matières
civiles.

Tel fut l'acte constitutionnel. Malgré ses nombreuses imperfections dont
quelques unes étaient fondamentales, il donnait un gouvernement dans
lequel le peuple était appelé à jouer un rôle, et au moyen duquel il
pourrait faire connaître tous ses griefs, si on ne lui donnait pas le
pouvoir d'obliger absolument l'exécutif à les redresser. Cette nouvelle
charte entra eu vigueur le 26 décembre 91, et dans le mois de mai
suivant le Bas-Canada fut divisé en 6 collèges électoraux urbains, et en
21 comtés ou collèges électoraux ruraux, élisant chacun deux membres,
excepté trois qui n'eurent le droit que d'en élire un chacun; et l'on
donna à la plupart de ces collèges, par une affectation ridicule et peu
conforme à l'esprit de la nouvelle constitution, des noms anglais que
les habitans ne pouvaient prononcer.

Le Haut-Canada se trouvant de cette époque séparé du Bas, nous n'en
suivrons point l'histoire, l'objet du présent ouvrage étant de retracer
celle du peuple canadien-français, dont les annales s'étendent ou se
reployent, selon que la politique des métropoles étende ou rétrécisse
les bornes de son territoire.

Au temps de l'introduction du gouvernement constitutionnel, la
population des deux Canada; pouvait être d'environ 135,000 âmes, dont
plus de 10,000 dans le Haut; et sur ce chiffre la population
anglo-canadienne entrait pour 15,000 à peu-près, et il y avait 1
million, 569 mille 818 arpens de terre en culture.[70] En 1765, la
population était d'environ 69,000 âmes, outre un peu plus de 7000
Sauvages, et il y avait 955,754 arpens de terre exploitable, divisés en
110 paroisses sans compter celles des villes. La population
franco-canadienne s'était doublée par 30 ans depuis 1679. Elle était à
cette dernière époque de 9400 âmes, en 1720 de 24,400, en 1734 de
37,200; il n'y a qu'entre cette dernière année et 1765 que la population
ne se redoubla pas en conséquence des pertes faites dans les guerres qui
remplirent la plus grande partie de cette période et de l'émigration en
France; elle n'était que de 60,000 âmes en 1759. Depuis 1763 elle a
repris une marche progressive rapide. Le recensement officiel de 1844,
la porte déjà à 524,000; d'où l'on peut conclure qu'elle sera en 1900 de
plus de 2 millions, ou égale à celle de la Hollande aujourd'hui.
L'émigration dans les derniers temps de la domination française, ne
faisait que remplir le vide que laissaient les Canadiens qui s'en
allaient dans les contrées de l'ouest et dans la Louisiane, ou qui
périssaient à la guerre et dans les voyages.

[Note 70: Lettre du général Murray aux Lords-Commissaires du commerce et
des plantations. «Maisons habitées 9,722; boeufs 12,546; vaches, 22,724:
jeunes bêtes à cornes 15,039; moutons 27,064; cochons 28,976 et chevaux
12,757.»--En 1761, la population n'était que de 60,000 âmes d'après le
recensement fait par ordre de ce général.]

Le fait de cette augmentation régulière de la population sous toutes
sortes de gouvernement, même sous l'incroyable tyrannie qui pesa sur le
pays depuis 1760 jusqu'en 1792, tyrannie moins lourde par la rudesse des
gouverneurs, que par la folle tentative de la métropole d'arracher aux
habitans leurs lois et leurs institutions, et de les frapper d'exclusion
politique à cause de leur croyance religieuse, le fait de cette
augmentation prouve qu'en Amérique les gouvernemens n'atteignent que la
surface des sociétés; que quelque soient leurs efforts pour les façonner
à leur guise, pour les étouffer même comme nationalité distincte et
locale, il suffit à ces peuples de s'isoler pendant un temps, de
resserrer leurs rangs, de se rapprocher autant que possible de l'esprit
du gouvernement de soi par soi-même, de maintenir la paix et l'ordre
intérieur, le mouvement progressif continue toujours, et le droit et la
raison obtiennent invariablement le triomphe qui leur est dû; car dans
ce continent l'avenir est au peuple; le peuple est un polype dont chaque
partie a les vertus du tout, et qui finit par envelopper dans ses vastes
bras les corps étrangers qui veulent le fouler et lui nuire.

Le commerce du pays avait augmenté dans la même proportion. C'est en
1700 que l'on rétablit l'ancienne division du Bas-Canada en trois
départemens. La haine aveugle pour tout ce qui était français avait fait
abolir sans aucun motif le gouvernement des Trois-Rivières; mais il fut
rétabli sous le nom de district par ordonnance du conseil législatif;
car les divisions territoriales s'imposent souvent d'elles mêmes.

Lord Dorchester était repassé en Angleterre au commencement de 91,
laissant les rênes du gouvernement à Sir Alured Clarke, avec le titre de
lieutenant-gouverneur. Les qualités personnelles de Dorchester l'avaient
fait estimer des Canadiens, qui lui avaient montré dans tous les temps
un attachement honorable à la fois pour son caractère et pour son coeur.
Il avait su par son humanité et par sa justice, adoucir la rigueur des
décrets de la métropole, et, à l'exemple du général Murray, il avait eu
le courage de prendre sur lui de tempérer la cruauté des ordres de
proscription lancés contre les lois françaises et contre la religion
catholique. Les Canadiens connaissaient aussi les dispositions
bienveillantes de George III pour eux, et ils savaient que ce roi
n'avait vu que d'un mauvais oeil les demandes exclusives des colons
anglais, de même que leur opposition aux actes de 74 et de 91. Ils en
manifestèrent toute leur reconnaissance à l'occasion de la présence de
ses fils en Canada, le prince Guillaume-Henri depuis Guillaume IV, alors
commandant de la frégate Pégasus, en 87, et le prince Edouard, duc de
Kent et père de la reine actuelle, avec son régiment en 91. Les
démonstrations de respect et les réjouissances dont ils furent partout
l'objet de la part des Canadiens, durent être très agréables à leur
père.

L'octroi d'une constitution libre fut fêté à Québec par un grand
banquet. Il se forma aussi une association qui se donna, suivant l'usage
du temps, le nom de club constitutionnel, dont le principal objet,
d'après son programme, était de répandre des connaissances politiques
dans le pays. Il s'assemblait toutes les semaines, et discutait toutes
sortes de questions politiques, commerciales, scientifiques,
littéraires, etc. Un résumé de l'acte de 91 fut publié sous ses auspices
avec des notes explicatives pour le rendre plus intelligible au peuple.
L'éducation populaire, l'hérédité de la noblesse, l'amélioration de
l'agriculture, les qualités nécessaires à un représentant du peuple,
tels furent quelques-uns, des objets qui y furent débattus. Ces
discussions excitèrent un moment d'enthousiasme; l'on vit des
instituteurs venir s'offrir d'instruire les enfans du peuple
gratuitement. Mais cette ardeur se ralentit d'elle-même peu-à-peu, et ne
donna pas d'ailleurs plus de hardiesse à la presse, qui continua de
garder le silence sur les affaires publiques. C'est à peine si l'on
osait publier des opinions fort innocentes dans des correspondances
anonymes. C'est ainsi que la Gazette de Montréal de Mesplet rapporte
sans oser mentionner les noms ni le lieu du banquet, que dans cette
ville la nouvelle constitution fut fêtée par de jeunes citoyens. «Nous
nous réjouissons, dit leur président, de ce que cette province, après
avoir été depuis la conquête victime de l'anarchie, de la confusion et
du pouvoir arbitraire, prend enfin cet équilibre heureux, dont
l'harmonie générale doit être le résultat. Nous nous réjouissons de ce
que nous, dans l'âge de donner des enfans à la patrie, nous aurons la
douce satisfaction de lui offrir des hommes libres. Le nouvel acte qui
règle cette province est un acheminement, j'espère, à quelque chose de
plus avantageux pour elle. La politique a mis la première main à cet
ouvrage; la philosophie doit l'achever.» Entre les toasts qui furent
portés après celui au roi, l'on remarque les suivans:
l'abolition du système féodal,
la liberté civile et religieuse,
la liberté de la presse,
la liberté et l'intégrité des jurés,
la révolution de France,
la révolution de Pologne,
la révocation de l'ordonnance des milices,
la révocation de toutes les ordonnances qui peuvent être contraires à la
liberté individuelle,
la révocation des investigations comme abusives, funestes et productives
des haines et des inimitiés personnelles, etc.

D'après ces démonstrations, l'on peut se faire une idée de l'esprit qui
animait déjà les citoyens à cette époque.

Arrêtons-nous ici pour jeter un instant nos regards en arrière. Nous
sommes parvenus à la fin du 18e siècle et à l'introduction du régime
représentatif dans le pays. De grands événemens ont passé sous nos yeux
depuis 1755. Tous les malheurs qui peuvent frapper un peuple se sont
réunis pour accabler les Canadiens. La guerre, la famine, les
dévastations sans exemple, la conquête, le despotisme civil et
militaire, la privation des droits politiques, l'abolition des
institutions et des lois anciennes, tout cela est arrivé simultanément
ou successivement dans notre patrie dans l'espace d'un demi-siècle. L'on
devrait croire que le peuple canadien si jeune, si faible, comptant à
peine 66 mille âmes en 64, et par conséquent si fragile encore, se
serait brisé, aurait disparu au milieu de ces longues et terribles
tempêtes soulevées par les plus puissantes nations de l'Europe et de
l'Amérique, et que, comme le vaisseau qui s'engloutit dans les flots de
l'océan, il n'aurait laissé aucune trace après lui. Il n'en fut rien
pourtant. Abandonné, oublié complètement par son ancienne mère-patrie,
pour laquelle son nom est peut-être un remords; connu à peine du reste
des autres nations dont il n'a pu exciter ni l'influence ni les
sympathies, il a lutté seul contre toutes les tentatives faites contre
son existence, et il s'est maintenu à la surprise de ses oppresseurs
découragés et vaincus. Admirable de persévérance, de courage et de
résignation, il n'a jamais désespéré un moment. Confiant dans la
religion de ses pères, révérant les lois qu'ils lui ont laissées en
héritage, et chérissant la langue dont l'harmonie a frappé son oreille
en naissant, et qui a servi de véhicule aux pensées de la plupart des
grands génies modernes, pas un seul Canadien de père et de mère n'a,
jusqu'à ce jour, dans le Bas-Canada, trahi aucun de ces trois grands
symboles de sa nationalité, la langue, les lois et la religion.

Toujours soumis aux règles du devoir, aucun peuple, avec les mêmes
moyens, n'a fait plus de sacrifice et n'a montré plus de courage et
d'héroïsme pour la défense de son pays pendant la guerre, n'a montré
plus de respect aux lois et plus d'attachement à ses institutions
pendant la paix. Nous ne reviendrons pas sur les événemens de la guerre
terminée par le traité de 63; on les connaît assez. Nous résumerons
seulement ce que nous avons rapporté des événemens qui se sont passés
depuis, jusqu'en 1792. C'est dans cet espace de temps que l'on voit
éclore les causes et les germes des discordes qui ont divisé ce
malheureux pays.

Le changement de gouvernement à la conquête, amena un changement radical
dans le personnel des fonctionnaires publics. Le commerce tout entier
tomba aussi entre les mains des vainqueurs. Les marchands et les
fonctionnaires, étrangers à l'ancienne population au milieu de laquelle
ils étaient; à cause de leur petit nombre, comme perdus, se donnèrent la
main pour se soutenir. Il fut entendu entre eux, que la langue, les lois
et les coutumes des Canadiens seraient détruites, parce que c'était le
meilleur moyen de concentrer entre leurs mains la domination et
l'exploitation de ce peuple; et que cela était d'ailleurs d'autant plus
facile que sa religion le privait de tout droit politique. La
proclamation de 63 sembla devoir favoriser ce dessein; mais lorsque,
conformément à une des clauses de cet acte, l'on voulût convoquer une
assemblée coloniale, et que l'on vît le parti protestant insister sur
l'observation rigide de la loi anglaise, par laquelle les catholiques ne
pouvaient être ni électeurs ni éligibles, le gouvernement eut honte de
mettre le pouvoir législatif entre les mains de deux à trois cents
aventuriers la plupart d'un caractère équivoque, et il recula devant
l'exécution de sa promesse. Les fonctionnaires se soumirent en silence;
mais le commerce, plus indépendant de l'autorité, murmura contre cette
faiblesse. De ce moment l'union entre les fonctionnaires et leurs
compatriotes devint moins intime, et les premiers se conformant de plus
en plus à la politique dictée par la métropole, devinrent plus modérés
en apparence, tandis que les seconds se montraient plus violens, afin
d'en imposer à l'Angleterre, où ils trouvaient toujours des échos au
moyen de leurs relations commerciales. Mais la révolution américaine
vint encore les éloigner du but qu'ils voulaient atteindre.

L'acte de 74 passé pour attacher les Canadiens à l'empire, rétablit les
lois françaises et mit ce peuple, quant aux droits politiques, sur le
même pied que les autres sujets anglais. Cet acte fut adopté malgré les
efforts inouïs qui furent faits pour en empêcher la passation; et une
fois passé, il eut l'effet de diviser la population protestante. La
classe des fonctionnaires trouvait la nouvelle constitution admirable,
parce qu'elle mettait le pouvoir entre ses mains, la plupart des membres
du conseil législatif remplissant des charges publiques; et elle était
conséquemment opposée à tout changement, surtout à l'établissement d'une
chambre élective, parce qu'elle craignait pour son autorité, ses
privilèges et son immense patronage. Les marchands, au contraire,
voulaient un gouvernement représentatif pour les raisons que nous avons
déjà exposées ailleurs. Ils étaient d'autant plus jaloux du conseil
législatif que plusieurs Canadiens y avaient été admis et qu'ils étaient
en position par-là de défendre les droits de leurs compatriotes. Ils
continuèrent à demander une constitution libre. Pendant long-temps ils
pensèrent que les catholiques ne pouvant prêter le serment du test, se
trouveraient exclus des chambres naturellement comme ils l'étaient en
Angleterre. Ce ne fut qu'après des avertissemens formels des intentions
des ministres, qu'ils abandonnèrent leurs injustes prétentions, et
qu'ils furent obligés d'accepter comme un pis-aller, mais en murmurant,
l'acte de 91. Encore essayèrent-ils, lors de la discussion de cet acte,
de faire prévaloir leurs idées dans le parlement impérial, où il y avait
un fort parti pour eux, en tachant d'abord de faire maintenir le serment
du test tel qu'il se prêtait en Angleterre, et ensuite en essayant de
faire abolir les lois françaises, de priver le clergé catholique de tous
ses privilèges et anciens droits, et enfin de répartir la franchise
électorale de manière à donner la majorité aux protestans dans la
chambre représentative comme ils supposaient qu'ils l'auraient dans la
chambre haute laissée au choix du roi. Battus sur tous ces points, ils
durent accepter la charte de 91 telle qu'elle était offerte, et encore
ne fut-elle accordée qu'après que les Canadiens eussent joint leur
demande à la leur.

L'acte de 91, donnant la majorité aux Canadiens dans la chambre
représentative, à cause de leur supériorité numérique, réunit pour la
seconde fois la population anglaise, c'est-à-dire les fonctionnaires
publics et les marchands dans une même communauté d'intérêts et de
sympathie. Les uns se réservèrent le monopole des emplois, et les autres
celui du commerce, que les Canadiens, par l'émigration de leurs
marchands en France, avaient presque totalement perdu, en perdant avec
ces hommes précieux les connaissances spéciales et l'expérience qui leur
étaient nécessaires pour renouer un commerce sur de nouvelles bases
d'après les circonstances différentes dans lesquelles ils se trouvaient.

Les fonctionnaires et les marchands ainsi réunis formèrent, pour la
seconde fois, une véritable faction, à laquelle les royalistes,
américains chassés de leur pays, et arrivant dépouillés de tout et le
coeur ulcéré par leur défaite, prêtèrent l'énergie de la haine et des
passions qui les dévoraient eux-mêmes. Cette faction osa essayer de
faire proscrire la langue française dans la législature par la majorité
même de la chambre d'assemblée qui parlait cette langue; si elle ne
réussit pas, elle sut toutefois se faire donner un pouvoir despotique
par la loi qui suspendait l'acte de l'habeas corpus et qui autorisait le
conseil exécutif ou trois de ses membres à faire emprisonner un citoyen
pour délit politique; et elle eut assez d'influence pour faire rejeter
par la métropole l'acte provincial de 99, qui aurait eu l'effet
d'assurer au peuple le pouvoir de taxer et de contrôler la perception et
l'emploi du revenu public. Elle cria à la trahison lorsque la chambre
passa cette loi, qui mettait les fonctionnaires dans sa dépendance, en
chargeant le budget de la colonie de toute la dépense civile, dont une
partie était alors payée par la mère-patrie; et l'on verra dans la suite
quel usage elle fit de la suspension de l'habeas corpus pour intimider
la chambre en emprisonnant ses membres, et en usurpant une autorité
contraire à l'esprit de la constitution.

Dès les premiers pas du gouvernement constitutionnel, les hommes et les
partis se dessinent assez pour faire connaître leur caractère, leur
tendance et leur esprit. Le parti anglais, de rebelle qu'il était en 75
parce que la métropole ne lui laissait pas la domination exclusive du
Canada, voyant ses espérances déçues par l'acte de 91, se rallia au
gouvernement comme un pis-aller. Mais son rôle était encore fort beau;
il régnait toujours dans les conseils exécutif et législatif et dans les
administrations. Le parti canadien dominait dans la chambre d'assemblée
seule; et il fut bientôt en opposition ouverte avec le pouvoir exécutif,
qui restait toujours entre les mains des mêmes hommes, qui avaient été
de tout temps les ennemis secrets ou avoués des anciens habitans: de là
les longues querelles qui vont continuer de remplir nos annales, malgré
l'introduction du principe électif, et dans lesquelles les Canadiens
vont se présenter à nous sous un nouvel aspect. Intrépides et
persévérans sur le champ de bataille dans la guerre de la conquête, et
d'autant plus attachés à leurs institutions que l'on avait fait de
tentatives jusqu'en 91 pour les leur ravir, on va les voir montrer la
même constance sous la nouvelle constitution, et se distinguer également
par leur énergie et par dès talens qu'on ne leur avait pas encore
connus.

Les deux premiers hommes qui vont d'abord fixer l'attention dans la
nouvelle lutte qui commence pour les Canadiens sur le grand théâtre
parlementaire, sont MM. Bedard et Papineau, que la tradition représente
comme étant doués des plus grands talens oratoires; mais dont
malheureusement les discours n'ont pas été conservés par la presse, qui
pendant longtemps n'a publié que ceux qui lui étaient envoyés par les
orateurs qui les avaient prononcés, ce qui arrivait fort rarement. Ces
deux patriotes nous apparaissent aujourd'hui dans l'histoire comme les
plus fermes champions des droits populaires, et en même temps les
partisans les plus désintéressés et les plus fidèles de l'Angleterre,
pour laquelle le dernier s'était déjà distingué par son zèle pendant la
révolution américaine.[71] Ils furent dans la législature les premiers
apôtres de la liberté et les défenseurs des institutions nationales de
leurs compatriotes, parmi lesquels leurs noms ne cesseront point d'être
en vénération. Sortis tous deux du sein du peuple, l'un d'une famille de
Montréal, et l'autre d'une famille originaire de Charlesbourg, près de
Québec, ils avaient reçu une éducation qui les mit de suite de pair avec
la plupart de ces gentilshommes qui cherchaient en vain à conserver le
prestige de leur ancienne illustration, mais qui allaient trouver des
émules redoutables et le plus souvent vainqueurs dans les débats de la
tribune. M. Papineau fut bientôt en effet le premier orateur des deux
chambres. Une stature élevée et imposante, une voix pleine et sonore,
une éloquence plus véhémente encore qu'argumentative, telles étaient les
qualités dont il était doué, et qui sont nécessaires pour faire de
l'effet dans les assemblées publiques. Il conserva jusqu'à la fin de ses
jours un patriotisme pur et la confiance de ses concitoyens, qui
aimaient à entourer de leur respect ce vieillard, dont la tête droite et
couverte d'une longue chevelure blanche qui flottait sur ses larges
épaules, conservait encore le caractère de l'énergie et de la force.

[Note 71: Un officier canadien, M. Lamothe, avait apporté en Canada des
dépêches de lord Howe, général anglais à New-York, pour le général
Carleton; elles étaient adressées au séminaire de Montréal. M. Papineau,
alors jeune homme, se joignit à M. Lamothe pour les porter à Québec.
Elles furent mises dans des bâtons creux, et ils se mirent en chemin par
la rive droite du fleuve, évitant les troupes rebelles et les Canadiens
qui avaient embrassé leur parti, et marchant de presbytère en
presbytère. Ils entrèrent à Québec le 11 mars, et après avoir délivré
leurs dépêches ils entrèrent dans la compagnie du capitaine Marcoux
comme volontaires, et servirent jusqu'à la levée du siège.]

M. Bedard était loin d'offrir les mêmes avantages physiques. A une
figure dont les traits, fortement prononcés, étaient irréguliers et
durs, il joignit une pose peu gracieuse et une tenue très négligée.
Bizarre et insouciant par caractère, il prenait peu d'intérêt à la
plupart des sujets qui se discutaient dans la chambre, et parlait
conséquemment assez mal en général; mais lorsqu'une grande question
attirait son attention et l'intéressait vivement, il sortait de cet état
d'indifférence apparente avec une agitation presque fiévreuse; et
embrassant d'un coup-d'oeil toute la profondeur de son sujet, il
l'entamait par des paroles qui sortaient d'abord de sa bouche comme en
s'entrechoquant et avec effort; mais bientôt sa voix devenait plus
assurée et plus forte, ses idées prenaient de l'ordre dans sa tête, et
il abordait ses adversaires avec une puissance de logique irrésistible;
rien alors n'était capable d'intimider son courage ou de faire fléchir
son opiniâtreté. C'est ainsi que nous allons le voir lutter d'abord
contre les prétentions extravagantes d'une oligarchie qui avait déjà
causé tant de troubles et de maux, et dont l'échec éprouvé en 91 dans le
parlement impérial en voulant faire exclure les catholiques de la
législature, avait rendu la haine plus profonde et plus vive; et ensuite
contre la tyrannie du gouverneur, sir James Craig, en bravant le
despotisme qu'il voulait imposer sur le pays, et en se mettant au-dessus
des terreurs du public, qui admirait sa fermeté sans imiter toujours son
indépendance.

Tels sont les deux hommes que les Canadiens vont prendre pour chefs dans
les premières années du régime parlementaire.

FIN DU TROISIEME VOLUME.



                               APPENDICE.


                                 (A)

--Extract of a letter from the Right Honorable Lord Sidney, one
of His Majesty's Principal Secretaries of State, to His Excellency
Governor Haldimand, dated Whitehall, the 8th April 1784.

«I have every possible reason to agree with the late Secretary of State,
in the propriety with which you have conducted yourself respecting the
two Priests whom Monsr. Montgolfier attempted to introduce from France
into the Seminary of St.-Sulpice at Montréal. Monsr. de Montgolfier as
well as Monsr. Brassier, seem to have acted very imprudently thro' the
course of the transaction, and they must be told that a repetition of
such behaviour will induce His Majesty to withhold that countenance from
the Seminary, which, by their observing a different line of conduct, he
might be inclined to bestow.

«Messrs. Adhémar and Delisle have, since their first arrival in England,
paid a visit to the continent, and on their return have made application
for the admission of three young Eclesiasticks, whom they proposed to
take out with them from the Seminary of St.-Sulpice at Paris, but the
same reasons which operated with you, have produced a negative to that
requisition. These gentlemen have met with very little countenance here,
and bis Majesty, from your representation of their character, as well as
some other reports which have come to my knowledge of their sentiments,
has chosen, rather to receive the Petition they were charged with thro'
my hands, than that it should be presented to him by them.

«It is proper that it should be known that liberty has been given to
Messrs. Adhémar and Delisle, to engage any number of Eclesiasticks that
were necessary for supplying the vacant Parishes in Canada, and such
other persons as they might judge proper for the tuition of their
children, _from any country unconnected with the House of Bourbon_, as
it is more than probable, that report of different tendency will be
propagated by them on their return to Québec, I am persuaded that the
most effectual way of securing the attachment of the Canadians, is that
of preventing by all possible means, every communication or connection
with France, or persons who are influenced in favor of that country, and
therefore it behoves the King's servants to be watchful of their conduct
upon every occasion, and to act with great firmness whenever any
discovery should be made of even an attempt inconsistent with their
entire separation.

«I am in daily expectation that the four Priests who were applied for
sometime ago, from Savoy, will arrive here, and not a moment's time
shall be lost in sending them to Canada. I have been particularly
strenuous in my application, that in the choice of these gentlemen,
great care may be taken that their characters are fair and that they may
possess the advantages of good education and talents, and I trust, that
I shall not be disappointed in my expectations respecting them.

«Mr. Powell, according to your expectation has arrived in England with a
Petition from the Province of Québec praying a repeal of the Québec Act;
the establishment of a House of Assembly; the full exercise of the
Habeas Corpus; the decision of Trials by optional Juries, and securing
the Independance of the Judges, with sundry other requisitions of less
importance. No measures, however, have yet been taken in consequence of
this Petition, nor do I think it probable that the subjects of it will
be bastily decided upon by the King's servants. The passing of the
Ordinance you propose for the introduction of the Habeas Corpus Act, or
some other mode for personal security, I believe will be very proper;
but I am satisfied in my own mind that any further relaxation from the
powers of government in the present state of the Province, would be
extremely detrimental to its true interests, and that these propositions
have been brought forward by designing men, whose attachment to the
country appears to me very doubtfull.»


                                  (B)

--Extract of a letter to the Right Honorable Lord North, one of
His Majesty's Principal Secretaries of State, dated 27th November 1783,
relative to settling Loyalists near the line 45.

«This leads me, my Lord, to the consideration of another part of your
Lordship letter, where you mention the advantages of settling with
Royalists the tract of land to the eastward of the River St.-Lawrence
and bounded on the North and West by the revolted colonies. Upon this
head, I beg leave to observe that in all probability this Province, when
the posts in the upper country shall be evacuated, will lose much of its
importance in a commercial light, and that it will be a matter of great
doubt whether it would be right to expend much money for the
preservation of it, or at least it would never be worth the while to go
to war about it, from hence it appears prudent to shun every thing which
might bring on a rupture with the bad neighbours which surround us. For
this reason I would rather wish that the tract of country alluded to,
should be kept uninhabited as long as possible, and have therefore
refused the repeated solicitations of many of the people of Vermont who
call themselves our friends, and of several Loyalists, for grants of
lands on that frontier. It is still therefore in His Majesty's power to
instruct his Governors to leave that tract of ground on the frontiers
unconceded, at least for some years, when a better judgment may be made
than at present of the turn which affairs may take, on this continent.»

«There is another consideration; the Canadians will increase much in
population, and in a few years, more lands will be wanted for them, and
it seems good policy that the frontiers should be settled by people
professing different religions, speaking a different language, and
accustomed to other laws and government from those of our restless and
enterprizing neighbours of New-England. Loyalists and Americans settled
near one another could not agree at least for some years, and the
smallest triffle might be productive of outrages, from which great
mutual mischief would ensue in spite of ail efforts on the part of the
respective governments to prevent it; hence, my Lord, appears the great
advantage which the land between the River St.-Lawrence and the Ottawa
River towards Cataraqui possesses for making udefull and happy
settlements for the Loyalists, and of which I have given in former
letters an ample description.»

Extract of a letter from the Right Honorable Lord Sidney, one of His
Majesty's Principal Secretaries of State, to His Excellency Governor
Haldimand, dated 8th April 1784, in answer to the foregoing.

«His Majesty approves of the plan you have proposed for settling some of
the Loyalists at Cataraqui and places adjacent, and is satisfied with
the reasons you have given for suspending the execution of the
directions contained in the late Secretary of State's letter to you with
regard to establishments on the tracts of land to the eastward of the
River St. Lawrence, and bounded on the North and West by the revolted
colonies.»



                              SOMMAIRES.


LIVRE IX.

CHAP. I.--_Guerre de Sept ans._

1755-1756.

Situation des esprits en France et en Angleterre à l'époque de la guerre
de Sept ans.--La France change sa politique extérieure en s'alliant à
l'Autriche, qui flatte madame de Pompadour, maîtresse de Louis
XV.--Popularité de la guerre dans la Grande-Bretagne et dans ses
colonies; ses immenses armemens.--Extrême faiblesse numérique des forces
du Canada.--Plan d'attaque et de défense de ce pays; zèle des
habitans.--Premières opérations de la campagne.--Un corps de troupes,
parti de Boston, s'empare de Beauséjour et de toute la péninsule
acadienne; exil et dispersion des Acadiens.--Le général Braddock marche
sur le fort Duquesne du côté du lac Erié; M. de Beaujeu va au-devant de
lui; bataille de la Monongahéla; défaite complète des Anglais et mort de
leur général.--L'épouvante se répand dans leurs colonies, que les bandes
canadiennes et sauvages attaquent sur divers points en commettant de
grands ravages et faisant beaucoup de prisonniers.--Armées anglaises
destinées à attaquer Niagara au pied du lac Erié et St.-Frédéric sur le
lac Champlain.--Le colonel Johnson se retranche à la tête du lac
St.-Sacrement (George).--Le général Dieskau attaque les retranchemens du
colonel Johnson; il est repoussé et lui-même tombe blessé entre les
mains de l'ennemi.--Le peuple des colonies anglaises murmure contre
l'inactivité de Johnson après cette bataille; réponse de ce
commandant.--Le général Shirley abandonne le dessein d'assiéger
Niagara.--Résultat de la campagne.--Mauvaises récoltes en Canada;
commencement de la disette.--Préparatifs de l'Angleterre pour la
prochaine campagne.--Exposition de l'état du Canada; demande de secours
à la France--Le général Montcalm arrive à Québec dans le printemps de
1756 avec des renforts.--Plan d'opérations de la prochaine
campagne.--Disproportion des forces des deux parties belligérantes;
projets d'invasion des Anglais.

CHAP. II--_Prise d'Oswégo et de William-Henry._

1756-1757.

Alliances indiennes; les cantons iroquois protestent de leur
neutralité.--Préparatifs militaires.--Bandes canadiennes en campagne
tout l'hiver (1753-56); destruction du fort Bull et dispersion d'un
convoi de 400 bateaux ennemis.--Commencement de désunion entre le
gouverneur et le général Montcalm au sujet de l'entreprise sur
Oswégo.--Siége de cette place.--La garnison abandonnée du général Webb
capitule.--Butin que l'on fait.--Les sauvages tuent un grand nombre de
prisonniers; on ne parvient à lus arrêter qu'avec beaucoup de
peine.--Les fortifications d'Oswégo sont rasées.--Joie que cette
victoire répand en Canada.--Les Anglais suspendent toutes leurs
opérations pour le reste de la campagne.--Les Indiens ravagent leurs
provinces.--Les Canadiens enlèvent Grenville à 20 lieues de
Philadelphie.--Disette en Canada.--Arrivée des Acadiens qui mouraient de
faim.--Ils se dispersent dans le pays.--Demande de secours en
France.--Augmentation rapide des dépenses.--Montcalm suggère d'attaquer
l'Acadie au lieu des forts Edouard et William-Henry.--Pitt monte au
timon des affaires en Angleterre; nouveaux efforts de cette puissance en
1737.--Elle forme et on abandonne en chemin le dessein de prendre
Louisbourg, protégé par la flotte de l'amiral Dubois de la Motthe.--Des
bandes canadiennes tiennent la campagne pendant l'hiver; M. de Rigaud, à
la tête de 1,500 hommes, détruit les environs du fort
William-Henry.--Les tribus indiennes restent fidèles à la France, qui
envoie des secours.--Prise de William-Henry après un siège de 6
jours.--La garnison, forte de 2,400 hommes, met bas les armes.--Les
prisonniers sont encore attaqués à l'improviste par les sauvages, qui en
massacrent plusieurs, les pillent et los dispersent.--Le fort
William-Henry est aussi rasé.--La disette va en augmentant en
Canada.--Murmure des troupes.--Les dissentions deviennent plus visibles
entre les chefs de la colonie.--Succès variés de la France dans les
autres parties du monde.--Elle ne peut envoyer que quelques recrues en
Amérique.--L'Angleterre y porte son armée à 50,000 hommes dont 22,000
réguliers, pour la campagne de 1758.

CHAP. III.--_Bataille de Carillon._--1758.

Le Canada, abandonné de la France, résout de combattre jusqu'à la
dernière extrémité.--Plan de campagne de l'Angleterre: elle se propose
d'attaquer simultanément Louisbourg, Carillon et le fort
Duquesne.--Prise de Louisbourg après un siège mémorable, et invasion de
l'île St.-Jean; les vainqueurs ravagent les établissemens de Gaspé et de
Mont-Louis.--Mesures défensives du Canada.--Marche du général Abercromby
avec une année de 16,000 hommes sur Carillon défendu par moins de 3,500
Français.--Bataille de Carillon livrée le 8 juillet.--Défaite
d'Abercromby et sa fuite précipitée.--Le colonel Bradstreet surprend et
brûle le fort Frontenac.--Le général Forbes s'avance contre le fort
Duquesne.--Défaite du major Grant.--Les Français brûlent le fort
Duquesne et se retirent.--Vicissitudes de la guerre dans toutes les
parties du monde.--Changement de ministres en France.--Brouille entre le
général Montcalm et le gouverneur.--Observations des ministres sur les
dilapidations du Canada et reproches sévères à l'intendant
Bigot.--Intrigues pour faire rappeler M. de Vaudreuil et nommer Montcalm
gouverneur.--Les ministres décident de faire rentrer ce dernier eu
France; le roi s'y oppose.--Dépêches conciliatrices envoyées avec des
récompenses et des avancements.--On n'expédie point de
renforts.--Défection des nations indiennes, qui embrassent la cause de
l'Angleterre par le traité de Easton.--Cette dernière puissance décide
d'attaquer Québec avec trois armées qui se réuniront sous les murs de
cette capitale.--Forces du Canada et moyens défensifs adoptés pour
résister à cette triple invasion.

LIVRE X.

CHAP. I.--_Victoire de Montmorency et première bataille
d'Abraham.--Reddition de Québec.--_1759.

Invasion du Canada.--Moyens défensifs qu'on adopte.--L'armée française
se retranche à Beauport, en face de Québec--Arrivée de la flotte
ennemie.--Les troupes anglaises débarquent à l'île d'Orléans.--Manifeste
du général Wolfe aux Canadiens.--Ce général, jugeant trop hasardeux
d'attaquer le camp français, décide de bombarder la capitale et de
ravager les campagnes.--La ville est incendiée.--Attaque des lignes
françaises à Montmorency.--Wolfe repoussé, rentre accablé dans son camp
et tombe malade.--.Il tente vainement de se mettra en communication avec
le général Amherst sur le lac Champlain.--Les autres généraux lui
suggèrent de s'emparer des hauteurs d'Abraham par surprise afin de
forcer les Français à sortir de leur camp.--Le général Montcalm envoie
des troupes pour garder la rive gauche du St.-Laurent depuis Québec
jusqu'à Jacques Cartier.--Grand nombre de Canadiens, croyant le danger
passé, quittent l'armée pour aller vaquer aux travaux des champs.--Du
côté du lac Champlain M. de Bourlamarque fait sauter les forts Carillon
et St.-Frédéric, et se replie à l'île aux Noix devant le général Amherst
qui s'avance avec 12,000 hommes.--Le corps du Général anglais Prideaux,
opérant, vers le lac Erié, prend le fort Niagara et force les Français à
se retirer à la Présentation au-dessous du lac Ontario.--Les Anglais
surprennent les hauteurs d'Abraham le 13 septembre.--Première bataille
qui s'y livre et défaite des Français.--Mort de Montcalm: capitulation
de Québec.--Le général de Levis prend le commandement de l'armée et veut
livrer une autre bataille; mais en apprenant la reddition de la ville il
se retire à Jacques Cartier et s'y fortifie.--L'armée anglaise,
renfermée dans Québec, fait ses préparatifs pour y passer
l'hiver.--Demande de secours eu France pour reprendre cette ville.

CHAP. II.--_Seconde bataille d'Abraham et dernière victoire des
Français.--Cession du Canada à l'Angleterre et de la Louisiane, à
l'Espagne._--1760-1763.

Sentimens divers que la prise de Québec cause en Angleterre et en
France.--Les ministres de Louis XV abandonnent le Canada à lui-même.--La
Grande-Bretagne organise trois armées pour achever sa conquête.--Mesures
que l'on adopte pour résister à cette triple invasion.--Forces relatives
des Français et des Anglais.--Le général de Levis marche sur
Québec.--Seconde bataille d'Abraham. Défaite complète de l'armée
anglaise, qui se renferme dans la ville et que les Français assiègent en
attendant les secours qu'ils avaient demandés de France.--Persuasion où
l'on est dans les deux armées que le Canada restera à celle qui recevra
les premiers renforts.--Arrivée d'une flotte anglaise.--Le général de
Levis lève le siége et commence sa retraite sur Montréal; le défaut de
vivres l'oblige de renvoyer les milices et de disperser les troupes
régulières.--Etat des frontières du côté des lacs Champlain et
Ontario.--Les ennemis se mettent en mouvement pour attaquer
Montréal.--Le général Murray s'avance de Québec avec 4,000 hommes; le
chef de brigade Haviland avec un corps presqu'aussi nombreux descend le
lac Champlain, et le général Amherst part du lac Ontario avec 11,000
soldats et Indiens.--Les Français se retirent et se concentrent sur
Montréal au nombre de 3,500 soldats.--Impossibilité d'une plus longue
résistance et capitulation générale.--Triomphe et réjouissance de
l'Angleterre.--Procès et condamnation des dilapidateurs du Canada à
Paris.--Situation des Canadiens.--Pertes immenses qu'ils font sur les
ordonnances et lettres de change du gouvernement déchu. Continuation de
la guerre dans les autres parties du monde; paix de 1763, par laquelle
le Canada est cédé à l'Angleterre et la Louisiane à l'Espagne.--Tableau
de la France du temps de ce traité trop fameux, par Sismondi.

LIVRE XI.

CHAP. I.--_Despotisme militaire.--Abolition et rétablissement des
anciennes lois._--1763-1774.

Cessation des hostilités; les Canadiens rentrent dans leurs
foyers.--Régime militaire et loi martiale.--Cession du Canada à
l'Angleterre.--Emigration des Canadiens en France.--Les lois françaises
sont abolies et la religion catholique est seulement tolérée.--Le
général Murray remplace le général Amherst.--Etablissement d'un conseil
exécutif, législatif et judiciaire.--Division du Canada en deux
districts, et introduction des lois anglaises.--Murmure des
habitans.--Les colons anglais demandent une chambre élective dont les
Canadiens seraient exclus, et accusent de tyrannie le général Murray,
qui repasse en Europe.--Soulèvement des Indiens occidentaux.--Le général
Carleton gouverneur.--Il change le conseil.--Le peuple continue son
opposition aux lois nouvelles.--Remontrances.--Rapports de MM. Yorke, de
Grey, Marriott, Wedderburn et Thurlow, officiers de la couronne, sur les
griefs des Canadiens.--Rétablissement des lois françaises.--Nouvelle
demande d'un gouvernement représentatif avec l'exclusion des
catholiques.--Pétitions des Canadiens et des Anglais.--Le conseil
législatif de 74 est établi.

CHAP. II.--_Révolution américaine_.--1775.

Difficultés entre l'Angleterre et ses anciennes colonies: leurs
causes.--Divisions dans le parlement impérial à ce sujet.--Avènement de
lord North au ministère.--Troubles à Boston.--Mesures coercitives de la
métropole, qui cherche à s'attacher le Canada par des
concessions.--Pétitions opposées des Canadiens et des Anglais: motifs
des délais pour décider entre les deux partis.--Acte de 74 dit de
Québec; débats dans la chambre des communes.--Congrès de Philadelphie;
il met l'acte de Québec au nombre de ses griefs.--Ses adresses à
l'Angleterre et aux Canadiens.--Le général Carleton revient en
Canada.--Sentimens des Canadiens sur la lutte qui se prépare.--Premières
hostilités.--Surprise de Carillon, St.-Frédéric et St.-Jean.--Guerre
civile.--Bataille de Bunker's hill.--Envahissement du
Canada.--Montgomery et Arnold marchent sur Québec au milieu des
populations qui se joignent à eux ou restent neutres: Montréal et les
Trois-Rivières tombent en leur pouvoir.--Le gouverneur rentre en fugitif
dans la capitale devant laquelle les insurgés mettent le siège.

LIVRE XII.

CHAP. I.--_L'armée américaine devant Québec._ 1775-1776.

Situation désespérée de la cause métropolitaine en Canada; Québec seul
reconnaît la domination anglaise.--Préparatifs de défense.--Changement
graduel qui s'opère dans l'esprit des Canadiens défavorable aux
républicains.--Attaque de Québec le 31 décembre: Montgomery est tué.--Le
congrès envoie des secours et fait une nouvelle adresse aux
Canadiens.--Arrivée de Franklin, Chase et Carroll, pour les inviter à se
joindre à la confédération.--Conduite du peuple dans cette circonstance
mémorable.--Les républicains manquent de tout et sont décimés par les
maladies.--Le gouverneur reçoit des secours.--Le siège de Québec est
levé.--Les Américains, battus près des Trois-Rivières, évacuent le
Canada.--Ils sont plus heureux dans le sud, où la campagne se termine à
leur avantage.--Proclamation de leur indépendance le 4 juillet
1776.--Débats dans le parlement britannique.--Fameuse campagne du
général Burgoyne dans la Nouvelle-Yorke: combats de Huberton, Benington,
Freeman's farm, etc.--L'armée anglaise, cernée à Saratoga, met bas les
armes.--Invitations inutiles du congrès et du comte d'Estaing, amiral
des flottes françaises, pour engager les Canadiens à se joindre, à la
nouvelle république.

CHAP. II.--_Le conseil législatif._--1777-1792.

Conseil législatif; la guerre le fait ajourner jusqu'en
1777.--Composition de ce corps; différences entre les membres canadiens
et les membres anglais; ses travaux et son unanimité.--Il s'occupe de
l'administration de la justice, des milices, etc.--Mécontentemens
populaires.--Le général Haldimand remplace le gouverneur Carleton (1778)
qui s'était querellé avec le juge-en-chef Livius.--Caractère et
politique du nouveau gouverneur.--Effrayé par les succès des Américains,
il gouverne le Canada par l'intimidation et la terreur jusqu'en 1784;
corruption des tribunaux et nullité du conseil législatif, qui passe à
peine quelques ordonnances peu importantes pendant cette
période.--Triomphe de la révolution américaine.--La France reconnaît les
Etats-Unis (1778) et leur envoie des secours.--Débats à ce sujet dans le
parlement anglais.--L'Espagne et la Hollande imitent la
France.--Destruction des cantons iroquois et leur
émigration.--Capitulation de l'armée anglaise à Yorktown (1781).--La
Grande-Bretagne reconnaît l'indépendance des Etats-Unis (1783).--Perte
de territoire par îe Canada.--Le général Haldimand remet les rênes du
gouvernement au général Carleton (1784).--M. Du Calvet, qu'il avait tenu
deux ans en prison, l'accuse devant les tribunaux de Londres.--Noble
caractère et énergie de ce citoyen; de son livre: Appel à la justice de
l'Etat.--Ses idées eur la constitution qui convient au
Canada.--Agitation de cette colonie.--Assemblées publiques.--Pétitions
diverses pour et contre un gouvernement représentatif.--Prétentions et
méfiances des divers partis.--Investigation que le gouverneur fait faire
par le conseil législatif sur la justice, la milice, les voies
publiques, l'agriculture, le commerce, l'éducation, etc.--Rapports sur
ces matières.--Tentative indirecte du juge-en-chef Smith de substituer
les lois anglaises aux lois françaises.--Abus crians dans
l'administration de la justice: enquête à ce sujet.--Nouvelle division
territoriale dit Canada.--Nouvelles pétitions à
l'Angleterre.--Intervention des marchands de Londres en faveur du parti
anglais.--Intrigues.--Division des Canadiens en constitutionnels et
anti-constitutionnels: les premiers l'emportent.--Projet de constitution
de M. Grenville envoyé en 1789 à lord Dorchester, qui passe à Londres en
1791.--Pitt introduit ce projet dans la chambre des communes la même
année.--M. Lymburner, agent des constitutionnels anglais,
l'oppose.--Débats auxquels Pitt, Burke, Fox, Grenville, etc., prennent
part.--Le projet passe sans division dans les deux
chambres.--Dispositions fondamentales de la nouvelle constitution.--Le
lieutenant-gouverneur Clarke la proclame en Canada, qui est divisé en
deux provinces.--Population de ce pays.--Satisfaction des Canadiens en
recevant la nouvelle constitution, qui est fêtée à Québec et à Montréal
par des banquets.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu'à nos jours. Tome III" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home