Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Essai historique sur l'origine des Hongrois
Author: Gérando, A. de (Auguste), 1819-1849
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Essai historique sur l'origine des Hongrois" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



http://dp.rastko.net. This file was produced from images
generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica)



ESSAI HISTORIQUE
SUR
L'ORIGINE DES HONGROIS,

PAR

A. DE GERANDO.

Nullius sectæ.
Quint



Paris
AU COMPTOIR DES IMPRIMEURS-UNIS,
Quai Malaquais, 15

1844



ESSAI HISTORIQUE
SUR
L'ORIGINE DES HONGROIS.



PRÉAMBULE.


S'il est vrai qu'au point de vue historique, les renseignements pris sur
les lieux sont précieux à recueillir, et qu'un écrivain peut demander
d'utiles secours au peuple qui fait le sujet de ses études, il faut
reconnaître que c'est principalement en recherchant les origines de ce
peuple qu'il sera tenu de le consulter.

Une nation venue de loin s'empare d'une contrée nouvelle; elle s'y
établit, et combat pendant plusieurs siècles ses nouveaux voisins. Les
chroniques de ces derniers vous donneront peut-être sur les guerres qui
auront été faites des éclaircissements suffisants. Mais qui pourra dire
d'où est sortie cette nation inconnue, qui vous apprendra son origine,
si ce n'est la nation elle-même? Elle n'a pas encore d'annalistes. Mais
attendez qu'elle se fixe, qu'elle forme un état stable: aussitôt de
patients écrivains vont se mettre à l'œuvre, et rapporteront, sans même
retrancher de leurs récits les suppositions fabuleuses, les traditions
qui se sont encore conservées. De là l'importance, pour chaque peuple,
des historiens nationaux.

Les données de ces chroniqueurs ne seront pas vos seules ressources. Il
vous restera encore à voir cette nation elle-même, à observer sa
physionomie, ses mœurs, à étudier sa langue, à la connaître enfin. Les
renseignements que vous puiserez ainsi seront plus sûrs que les
hypothèses des peuples voisins qui ont vu camper tout à coup au milieu
d'eux une nation étrangère.

Ce n'est pas dans le but de rechercher les origines des Hongrois que
j'ai primitivement visité la Hongrie. Mais il est impossible de faire un
long séjour dans le pays sans étudier cette question historique, l'une
de celles qui intéressent au plus haut point le voyageur. J'étais arrivé
avec des idées toutes faites. Je publie celles que j'ai rapportées.
Peut-être obtiendront-elles la confiance du lecteur, puisque ce ne sont
pas les miennes, mais qu'elles appartiennent aux Hongrois eux-mêmes.

La question de l'origine des Hongrois a été diversement résolue.
Jornandès fait descendre les Huns des femmes que Filimer, roi des Goths,
chassa de son armée, parce qu'elles entretenaient un commerce avec les
démons. Cette origine diabolique, qui s'est étendue aux Hongrois, a eu
plus de défenseurs qu'on ne serait tenté de le croire, et bien après
Jornandès un écrivain ne trouvait pas d'autre moyen d'expliquer le mot
_magyar_ qu'en le faisant dériver de _magus_, magicien[1]. Les uns
disent que les Hongrois sont des Lapons[2]; les autres écrivent qu'ils
sont Kalmoucks[3], et pensent donner plus de force à leur opinion en
invoquant une ressemblance de physionomie imaginaire. Les Hongrois sont
d'origine turque, dit-on encore; leur langue le prouve: les empereurs de
Constantinople les nommaient Τουρκοι, et encore aujourd'hui les Turcs
les appellent de «mauvais frères», parce qu'ils leur ont fermé l'entrée
de l'Europe. Un autre les confond avec les Huns, et les fait venir du
Caucase sous le nom de Zawar[4]. D'autres enfin les appellent
Philistéens ou Parthes, et leur donnent la Juhrie ou Géorgie pour
patrie. Les quinze ou vingt noms différents que dans diverses langues
les chroniqueurs ont donnés aux Hongrois augmentent encore les
difficultés qui entourent nécessairement une question de ce genre, quand
on veut rechercher leurs traces dans l'histoire.

[Note 1: Le nom de Hongrois vient du latin _Hungari_, qui lui-même
dérive de l'allemand _Ungarn_. Dans leur langue, les Hongrois se nomment
_Magyar_ (prononcez _Mâdiâr_).]

[Note 2: Jos. Hager, _Wien_, 1793.]

[Note 3: Spittler, _Berlin_, 1794.]

[Note 4: Dankovski, _Pressburg_, 1823.]

C'est surtout en Allemagne qu'on s'est occupé de l'origine des Hongrois.
En France on paraît s'en être rapporté à nos savants voisins, qui,
placés plus près de la Hongrie et pouvant puiser à des sources plus
certaines, semblaient appelés à résoudre le problème. Or en Allemagne on
a adopté l'opinion émise par Schlœzer, illustre professeur de Gottingue,
qui n'hésite pas à donner aux Hongrois une origine finnoise; d'où il
suit que nous sommes portés à croire qu'ils sont effectivement Finnois
d'origine.

Je n'ai certes pas la prétention de décider une question semblable: mon
seul but est de rappeler ce que les Hongrois ont pensé et écrit à ce
sujet, et dont, il faut l'avouer, on n'a guère tenu compte. Il a été dit
que les Magyars ont parfaitement admis l'origine qu'on leur suppose, et
qu'ils se donnent eux-mêmes pour Finnois. Cela est inexact. Un petit
nombre d'entre eux, séduits par l'attrait d'une idée nouvelle, ont
écrit, il est vrai, dans ce sens à la fin du siècle dernier. Mais ce
sont surtout les Slaves de la Hongrie, qu'il faut bien se garder de
confondre avec les Hongrois, qui ont adopté l'opinion de Schlœzer: ils
méritent la même confiance que les autres écrivains étrangers, ni plus
ni moins. Pour les Magyars, ils ont assez protesté contre l'espèce
d'arrêt qu'on avait rendu sans les entendre; et ils ont protesté, dans
ces derniers temps, en vue d'une idée sérieuse. En effet, l'opinion des
savants a une conséquence positive, qui, si elle devait échapper à des
hommes d'étude, frappe vivement tous les Hongrois, et aujourd'hui plus
que jamais: c'est-à-dire que, la Hongrie étant habitée par cinq millions
de Finnois d'une part, et de l'autre par six millions de Slaves, les
empereurs de Russie, dans un avenir qui peut-être n'est pas bien
éloigné, pourraient élever des prétentions sur ce royaume, ou au moins
le comprendre entre les pays sur lesquels, comme chefs de la grande
famille slave et de la grande famille finnoise, ils ont l'ambition
d'exercer leur influence.

Ces prétentions, au reste, ne seraient pas nouvelles. Pierre le Grand
dit ouvertement au prince Rákótzi, en Pologne, que les Hongrois étaient
des _sujets fugitifs_ de son empire, partis de la Juhrie[5]; et il est
constaté que, si Rákótzi ne tira pas alors des Russes les secours qu'il
pouvait en attendre, ce fut parce qu'il se défia de la pensée intime du
tzar[6]. Il est également hors de doute que les dissertations
historiques tendant à prouver que les Magyars sont les frères des
Finnois-Russes furent toujours extrêmement goûtées à Saint-Pétersbourg.
Schlœzer reçut une croix russe après avoir mis en avant l'idée de
l'origine finnoise. Samuel Gyarmathi dédia à Paul Ier l'ouvrage dans
lequel il s'efforçait de démontrer l'affinité des langues finnoise et
magyare[7], et l'empereur ne manqua pas de témoigner à l'écrivain toute
sa satisfaction. Enfin, dans l'année 1826, l'Académie des sciences de
Saint-Pétersbourg, de sa propre inspiration ou non, prenait encore la
peine de rechercher l'origine des Hongrois, quoiqu'il y ait au cœur de
l'empire russe des populations dont l'origine eût été bien plus
intéressante à trouver.

[Note 5: Mathias Bel.]

[Note 6: V. les _Mémoires du prince François Rákótzi_.]

[Note 7: _Affinitas linguæ hungaricæ cum linguis fennicæ originis
grammatice demonstrata_. Gottingæ, 1799.]

Telle est l'importance politique, c'est là le mot, que l'on peut donner
à une question en apparence purement spéculative.



§ 1.

LES HONGROIS SONT-ILS FINNOIS?


Nous arrivons à l'examen des preuves apportées par Schlœzer et ses
partisans. Les écrivains allemands invoquent, à l'appui de leurs
assertions, une phrase du chroniqueur russe Nestor, et l'affinité des
langues hongroise et finnoise.

Pesons leurs arguments. Recherchons ensuite si les deux langues ont une
affinité quelconque. Nous terminerons par une comparaison rapide des
deux races, qu'on a trop négligé de faire jusqu'ici.

       *       *       *       *       *

Voyons d'abord la phrase de Nestor:

«Dans l'année 898, les Hongrois passèrent devant Kiew sur une montagne,
qui est appelée aujourd'hui hongroise. Ils venaient du Dnieper, et
restèrent là sous des tentes, parce qu'ils marchaient comme les
Polowtsi. Ils étaient venus d'Orient, passèrent de hautes montagnes
nommées montagnes hongroises, et commencèrent à guerroyer avec les
Valaques et les Slaves qui habitaient là[8].»

[Note 8: Nestor. _Russische Annalen, in ihrer Slowenischen
Grundsprache: erklært und übersetz_ von Aug. Lud. V. Schlœzer.
_Gœttingen_, 1802. V. une brochure intitulée _Abkunft der Magyaren_.
_Pressburg_, 1827.]

À cette phrase, qui a le mérite d'être fort claire, on ajoute le
commentaire suivant: il y avait au treizième siècle, dans le pays des
Finnois, une contrée où l'on parlait la langue magyare, et qui, avant
l'époque du trajet des Hongrois décrit par Nestor, s'appelait Ugra,
Ugorskaja; par conséquent les Hongrois ont dû partir de ce pays,
puisqu'il portait leur nom avant qu'ils se missent en marche, et qu'ils
y ont laissé des compatriotes. On prouve que cette contrée s'appelait
Ugra, Ugorskaja, avant l'émigration des Magyars, en citant ce fait «que,
dans la langue dés nouveaux arrivants, les hommes de Moscow reconnurent
celle des habitants d'Ugra». On prouve en outre qu'on y parlait hongrois
au treizième siècle en s'appuyant sur l'autorité de voyageurs, tels que
le moine Julian (1240), Plan Carpin (1246), envoyé chez les Mongols par
le pape Innocent IV, et Rabruquis (1253), envoyé par saint Louis, roi de
France, puis, quand les preuves manquent aux assertions, on a recours à
des étymologies incroyables: on dit, par exemple, que Magyar et Baschkir
sont un seul et même mot.

Que les Hongrois aient campé dans cette partie de l'Europe comprise
entre le Jaïk, la mer Caspienne et le Volga, c'est ce dont personne ne
doute. Qu'une séparation ait eu lieu dans cette contrée entre les bandes
émigrantes, c'est encore ce que l'on peut soutenir. En effet, les
Magyars ont marché vers la Pannonie en laissant en chemin des milliers
d'hommes, comme cela arrivait dans toute émigration. On aurait tort de
penser que tous les Hongrois fixés aujourd'hui en Europe sont venus dans
le même temps. Les Sicules de la Transylvanie, les Hongrois qui vivent
dans les _Puszta_, les Steppes, et ceux qui habitent la Moldavie, se
sont suivis à des siècles d'intervalle.

Ce fut une tradition non interrompue chez les Magyars, même après qu'ils
se furent définitivement établis en Pannonie, qu'une grande partie de
leurs frères s'étaient séparés d'eux pendant la route. Tant que les
Magyars cherchèrent à s'avancer vers l'occident, c'est-à-dire jusqu'à
Geyza, ils s'occupèrent peu de ces compagnons éloignés qui pouvaient les
rejoindre dans la suite; ils continuèrent à aller plus avant, sans y
penser davantage. Mais lorsqu'ils eurent renoncé à la vie nomade et
aventureuse, quand le royaume de Hongrie se forma, s'organisa, les
Magyars commencèrent à s'inquiéter de ceux qui étaient restés en chemin
et qui ne venaient pas. Diverses expéditions furent entreprises dans le
but de les amener en Hongrie.

La première paraît avoir eu lieu deux siècles après Geyza. «Quatre
moines se dirigèrent vers l'Asie pour chercher leurs frères; ils
voyagèrent long-temps par terre et par mer, bravant toutes sortes de
fatigues, mais sans succès. Un seul, nommé Othon, dans une contrée
habitée par des payens rencontra quelques hommes de sa langue qui lui
apprirent où se trouvaient les autres; mais il n'entra pas dans leur
pays, et revint au contraire en Hongrie pour prendre des compagnons et
tenter un nouveau voyage. Malheureusement il mourut huit jours après son
retour.» Cette phrase est non pas traduite, mais tirée d'un manuscrit du
Vatican qui donne le récit de la seconde expédition.

Elle fut entreprise en 1240 sous Béla IV. Le moine hongrois Julian et
trois autres religieux firent route vers Constantinople, voguèrent
trente-trois jours sur la mer Noire, arrivèrent dans le pays de Sichia
(_terra Sichia_), et après une marche de treize jours dans un désert, où
ils ne virent ni hommes ni habitations, ils atteignirent l'Alanie
chrétienne (_Alaniam christianam_). Ils y restèrent six mois; mais,
ayant épuisé leurs ressources, et se trouvant réduits aux suprêmes
nécessités, ils se résolurent à vendre deux d'entre eux comme esclaves.
Ces deux moines ne savaient pas labourer et ne trouvaient pas
d'acheteurs: ils pensèrent donc à retourner dans leur patrie. Les deux
autres traversèrent pendant trente-sept jours un désert où ils ne
rencontraient aucune route, et arrivèrent à Bunda, ville du pays des
Sarrasins. Ils gagnèrent ensuite une seconde ville du même pays, où le
compagnon de Julian mourut. Julian, resté seul, devint esclave d'un
prêtre avec lequel il se rendit dans une grande ville d'où pouvaient
sortir cinquante mille guerriers. Là il rencontra une femme hongroise,
puis vers le Volga il trouva beaucoup de Magyars qui l'entourèrent avec
joie et le questionnèrent sur leurs frères chrétiens: ils parlaient la
pure langue magyare. Quoiqu'ils fussent payens, ils n'adoraient aucune
idole. Ils ne cultivaient pas la terre, se nourrissaient de viande de
cheval, et buvaient du sang et du lait de jument. Ils savaient par
tradition qu'ils étaient les frères des Hongrois chrétiens; mais ils
ignoraient complètement où ces derniers étaient établis. Leur bravoure
les avait rendus redoutables: vaincus par les Tatars, leurs voisins, ils
avaient ensuite fait alliance avec eux et ravagé ensemble quinze
royaumes. Julian rencontra parmi eux des Tatars, et l'envoyé du khan
tatar, lequel parlait plusieurs langues (_ungaricum, rhutenicum,
cumanicum, teutonicum, sarracenicum et tartaricum_). Il fut sollicité
par ses frères de rester avec eux; mais deux raisons le déterminèrent à
revenir en Hongrie: il craignit qu'en convertissant à la foi catholique
les Hongrois payens, il ne donnât l'éveil aux rois barbares qui se
trouvaient placés entre eux et les Hongrois chrétiens; il craignit
également de mourir avant de revoir ses compatriotes, et d'emporter le
secret de sa découverte. En conséquence il quitta ses frères payens, et,
se faisant indiquer une route plus directe, il retourna en Hongrie après
avoir encore voyagé par terre et par mer.

Vraisemblablement ces deux expéditions, dont on n'aurait pas eu
connaissance sans le manuscrit du Vatican, ne furent pas les seules que
les Magyars tentèrent. Bonfinio écrit que Mathias Corvin, ayant appris
par des marchands qu'il y avait des hommes de sa race dans un pays
éloigné, résolut de les appeler en Hongrie, et que la mort seule
l'empêcha de mettre ce projet à exécution.

Il est certain que les Hongrois qu'on cherchait étaient restés dans
cette contrée située entre le Jaïk, le Volga et la mer Caspienne. C'est
en arrivant vers ces parages que le moine Julian trouve ses
compatriotes. Le tort des écrivains allemands est de placer la
Grande-Hongrie, comme on l'appelle, aux sources du Volga, et de
s'appuyer sans raison sur les récits des voyageurs, lesquels, comme il
est évident, font mention du pays situé à l'embouchure de ce fleuve[9].

[Note 9: Ces Hongrois se seront peut-être fondus avec les Tatars,
auxquels, d'après le manuscrit de Vatican, ils étaient déjà réunis au
treizième siècle. Peut-être aussi auront-ils marché vers le Caucase, où
se trouvent aujourd'hui encore des Magyars. (V. le voyage de Besse, dont
quelques extraits sont placés à la fin de ce travail.)]

Remarquons en effet la route suivie par les moines dans les deux
expéditions. Les premiers voyagent trois ans par terre et par mer.
Ont-ils pris la route de Moscou? Éavidemment non. Ils se sont dirigés
vers l'Asie, comme le manuscrit le rapporte. Les seconds vont à
Constantinople s'embarquer sur la mer Noire, et traversent des déserts
pour arriver au Volga. Ont-ils pensé à aller chercher leurs compatriotes
en passant devant Kiew et en gagnant Moscou? Évidemment non. Une phrase
du manuscrit montre qu'ils ne savaient pas à la vérité où les trouver.
_Inventum fuit in gestis Hungarorum christianorum quod esset alla
Ungaria major... Sciebant etiam per scripta antiquorum quod ad orientem
essent; ubi essent, penitus ignorabant_. Mais, s'ils ignoraient la
position certaine de cette Hongrie, ils étaient sûrs du moins qu'elle
était située à l'orient, et non pas au cœur de la Russie, comme le
veulent les écrivains allemands. Nestor écrit: Ils étaient venus de
l'Orient; il ne dit pas: Ils étaient venus du Nord.

C'est donc dans cette contrée dont nous avons fixé les limites qu'avait
eu lieu la séparation entre les bandes. La plus grande partie des
émigrants était descendue vers le sud-ouest, tandis que quelques
milliers de guerriers avaient fait halte près de la mer Caspienne. C'est
pourquoi les moines traversaient la mer Noire et cherchaient le Volga.

Ainsi, en disant que le peuple magyar partit du pays d'Ugra, passa
devant Moscou et alla guerroyer avec les Valaques et les Slaves, les
écrivains allemands se trouvent en opposition frappante avec les
traditions hongroises, qui, au treizième siècle, étaient encore assez
fortes pour que des hommes isolés allassent, à travers mille dangers,
chercher leurs compatriotes à l'orient.

Plan Carpin dit que «la Cumanie a immédiatement au Nord, après la
Russie, les Mardouins, les Bilères, c'est-à-dire la Grande-Bulgarie, les
Bastargues ou la Grande-Hongrie...» Les noms des peuples qui environnent
la Grande-Hongrie prouvent qu'il n'est pas ici question des sources du
Volga, et on est confirmé dans cette pensée par une phrase de Plan
Carpin qui vient ensuite: «À l'ouest sont la Hongrie et la Russie.» Bien
certainement, si Plan Carpin a rencontré des Magyars près du Volga,
c'est à l'embouchure de ce fleuve. En outre, dans l'atlas manuscrit de
Pierre Vesconte d'Ianna, dressé en 1318, et qui se trouve dans la
bibliothèque impériale de Vienne, ainsi que dans d'autres cartes du même
siècle, on voit le nom de Comania ou Chumania au nord de la mer
d'Azow[10]. Si la Cumanie était située au nord de la mer d'Azow et la
Grande-Hongrie au nord de la Cumanie, immédiatement après la Russie,
c'est-à-dire vers l'est, il est clair que la Grande-Hongrie n'était pas
éloignée de l'embouchure du Volga, tandis qu'elle était séparée par une
grande distance des sources de ce fleuve.

[Note 10: Besse, _Voyage en Crimée, au Caucase_, etc.]

Ce ne sont pas là les seuls faits sur lesquels nous nous appuyons. Nous
trouvons dans les historiens bysantins, qu'il faut toujours consulter
quand on parle des Hongrois, que les Magyars étaient campés près du
Volga et de la mer Caspienne à l'époque où on prétend qu'ils étaient
encore réunis aux Finnois. On lit en effet dans Siméon, Léon le
Grammairien, Zonare et Ménandre, que «l'ambassadeur de Justin,
Zemarchus, envoyé chez Dsabul, chef des Turcs, rencontra les Hongrois
qui habitaient entre le Jaïk et le Volga.» Il s'agit positivement ici
des Hongrois, car les historiens grecs ont soin de les distinguer des
Turcs. Cette ambassade est de 569. Or on prétend que les Magyars se
séparèrent des Finnois en 625.

Les écrivains allemands sont donc démentis par les historiens bysantins,
lesquels montrent les Magyars dès 569 près de la mer Caspienne. Ils sont
de plus combattus par les traditions hongroises, qui placent précisément
dans cette contrée la Grande-Hongrie, quand ils croient la trouver aux
sources du Volga. Est-il un argument ou un fait qui démente des preuves
puisées à deux sources si différentes? Aucun. Et quand on fait venir les
Magyars de la Laponie, de la Carélie ou de la Finlande, s'appuie-t-on
sur quelque autorité? Nullement. Ce prétendu voyage des Hongrois à
travers la Russie ne se retrouve dans aucun des historiens du Nord. Ni
Starcater, l'auteur le plus ancien, car il écrivait au neuvième siècle;
ni Evinn Salda Piller, qui vivait au dixième; ni Adam de Brême, du
onzième; ni Saxo Grammaticus, du douzième; ni Snorro Sturleson, du
treizième; ni Petrus Teutoburgicus, du quatorzième siècle, n'en font
mention.

Notons en passant que les savants allemands sont loin de présenter une
concordance d'opinion qui approche de cet accord signalé entre les
historiens grecs et les traditions hongroises. Engel, par exemple,
écrit: _Pars Hungarorum e Lebedia per Patzinacitas pulsorum directe
versus Persidem, tanquam in vetus aliquod et consuctum domicilium
properarunt_[11].

[Note 11: _Viennæ_, 1791.]

Il ajoute que les Magyars restèrent en Lebedie deux cent trois ans. Mais
l'année de leur apparition en Hongrie est 884: de là ôtez 203, reste
681. Ce dernier chiffre, comparé à 625, l'année de la prétendue
séparation, donne une différence de cinquante-six ans. Les Hongrois, qui
n'ont pu habiter la Perse qu'après avoir quitté les Finnois, ne seraient
donc restés que cinquante-six ans dans cette contrée. Est-ce à un pays
habité cinquante-six ans qu'on donne le nom de _vetus et consuctum
domicilium_? Sur l'observation que cela est absurde, on s'empresse de
reculer la date de la séparation convenue jusque là: chacun la rejette
le plus loin possible, et, de sentiment en sentiment, de siècle en
siècle, nous arrivons jusqu'à Gebhardi, qui la place avant l'ère
chrétienne. Accordez, s'il y a moyen, toutes ces opinions divergentes.

On a remarqué que jusqu'ici il n'a pas été parlé des historiens
hongrois. C'est parce qu'on les accuse de dire tout autre chose que la
vérité. Nous avons consulté les historiens grecs, dont on n'a pas encore
mis la véracité en doute, et les relations des voyageurs que les
écrivains allemands s'empressent eux-mêmes de citer. Mais puisque nous
sommes en droit de faire retomber sur Schlœzer le reproche
d'inexactitude qu'il adressait à tous les historiens nationaux, nous
rappellerons que ces écrivains ne parlent pas une seule fois des sources
du Volga, tandis qu'ils font camper les Hongrois à l'embouchure de ce
fleuve dans le même temps que les historiens bysantins. En effet, qu'on
jette les yeux sur une carte d'Europe, on verra que les rivages de la
mer Caspienne étaient un lieu de halte naturel entre l'Asie, d'où
venaient les Magyars, et la Pannonie, où ils sont arrivés.

En résumé donc, les écrivains qui, complétant les renseignements fournis
par Nestor, font partir les Magyars d'une Hongrie placée aux sources du
Volga et leur tracent une route à travers la Russie, avancent des faits
qui ne sont confirmés par aucun historien du Nord, et qui sont démentis
de la manière la plus formelle par les récits des voyageurs, par les
traditions hongroises du treizième siècle, et par les historiens
hongrois appuyés des historiens bysantins.

On peut faire une observation qui seule prouverait que les Hongrois
n'appartiennent pas à la race finnoise.

Il existe en Transylvanie deux cent mille hommes appelés _Székely_,
_Sckler_ ou _Siculi_, mais qui sont Hongrois, comme les Cumans et les
Jaziges de la Hongrie. Ils se donnent eux-mêmes pour Hongrois, et ils
ont la même langue, le même caractère et la même physionomie que les
Magyars. Ils sont fixés dans le pays depuis le cinquième siècle. C'est
un fait historiquement prouvé. Or comment expliquer la présence en
Transylvanie d'une tribu finnoise dès le cinquième siècle?

Il est impossible de répondre à cette question. On ne s'explique la
présence des Sicules qu'en acceptant les traditions hongroises et les
historiens hongrois.

       *       *       *       *       *

Passons à la seconde preuve produite par les écrivains allemands,
l'affinité des langues.

On a dit qu'une foule de mots semblables se retrouvaient en hongrois et
en finnois, et que les deux langues avaient une même grammaire.

Gyarmathi, dans un ouvrage qui a été cité, donne une suite de pages
contenant des mots hongrois et finnois avec la traduction latine en
regard. Des dictionnaires comparatifs ont été publiés. Au moment où l'on
ouvre ces livres, en voyant cette file imposante de colonnes, on est sur
le point de se croire convaincu. Mais que doit-on penser quand, en les
parcourant un instant, on trouve les mots suivants comme exemples de
similitude.

_Finnois_           _Hongrois_.

suma                homály            ténèbres
sade                esö               pluie
yó                  éj                nuit
olca                váll              épaule
acca                idö               temps
tuuli               szél              vent
usco                hit               croyance
vaetzi              kés               couteau
juuri               gyökér            racine
aamu                reggel            matin
tuohi               héj               écorce
owi                 ajto              porte
paju                füzfa             saule
walkaeus            viråg             fleur
hiliaissus          szelidség         douceur
waras               orv               voleur
huix                hai               cheveu
vatze               has               ventre

Gyarmathi a comparé les Évangiles écrits en langue finnoise et magyare.
Il lui a été impossible dans beaucoup de chapitres de trouver la moindre
ressemblance de mots; et même, dans les quelques uns qu'il donne, il a
omis à dessein un grand nombre de versets qui auraient nui à l'effet
qu'il veut produire. Celui que je transcris, quoiqu'il ne contienne que
neuf versets sur quarante-deux, est encore un des plus complets, car
souvent Gyarmathi n'a osé citer qu'un seul verset par chapitre.

CHAPITRE X DE SAINT JEAN.

_Finnois_.         _Hongrois_.

1

se on waras ja     A ki nem az ajton     Celui qui n'entre pas
ryöwäri.           megyen bé az akolba;  par la porte dans la
                   az van oroz,          bergerie des brebis...
                   és gyilkos[12].       est un voleur et un
                                         larron.

[Note 12: Dans ces exemples, Gyarmathi a commis des erreurs
volontaires. Au lieu de citer simplement le texte hongrois de
l'Évangile, il l'a défiguré de manière à le rapprocher le plus possible
du texte finnois. Comme le sens est toujours altéré, je relèverai chaque
fois le changement. Ici, par exemple, _van oroz_ n'a pas une tournure
hongroise. Les Hongrois sous-entendent toujours le mot _van_, «est».
Gyarmathi l'a mis pour que le _v_ de ce mot correspondît au _w_ du
finnois _waras_, «voleur». Au lieu de _van oroz_, il y a dans le texte
hongrois _lopo_.]

_Finnois_             _Hongrois_

3

Ja lambat cuulevat   És a' juhok halják az   ... Et les brebis hånen œnens.
                     ö énekit[13]            entendent sa voix.

11

Mina olen se hywæ    Én vagyok a' hiv[14]    Je suis le bon pasteur.
paimen.              pásztor.
Hywæ paimen anda     A' hiv pásztor adja     Le bon pasteur donne
hengens lammasten    maga juhai-ért életét.  sa vie pour ses brebis.
edest.

14

Minå olen se hywæ    Én vagyok a' hiv         Je suis le bon pasteur,
paimen, joka tunnen  pásztor, ki tudom[15]    et je connais mes
omani ja minu tutan  a' magaméit és engem     brebis, et mes brebis
myôs omildani.       is tudnak[16]            me connaissent.
                     a' magaméi.

[Note 13: _Énekit_ veut dire «son chant». Ce mot est mis à cause du
finnois _œnens_, quoique les deux mots ne se ressemblent guère. Il y a
dans le texte hongrois _szavåt_, «sa voix».]

[Note 14: _Hiv_ veut dire «fidèle». L'auteur l'a placé à cause du
finnois _hywæ_. On lit dans le texte hongrois _jó_, «bon.» Dans aucune
langue bon et fidèle ne sont synonymes.]

[Note 15: Le texte hongrois dit _esmérem_, «je connais». _Tudom_,
qui doit se rapprocher du finnois _tunnen_, veut dire «je sais».--«Je
sais mes brebis» n'a pas de sens en hongrois.]

[Note 16: Il y a dans le texte hongrois _esmértetem_, «je suis
connu». _Tudnak_ signifie «je suis su», et n'a pas de sens ici.]

_Finnois_              _Hongrois_

16

Minulla on myôs        Nekem vannak más          J'ai encore d'autres
muitta lambaita jotka  juhaim is kik nem valók   brebis qui ne sont pas
ei ole tästâ lammas    ezen bárány honnyból[17]  de cette bergerie; elles
huonesta; ja he saawat és azok fogják hallani    écouteront ma voix,
cuulla minun âneni:    az én énekemet[18]        et il n'y aura qu'un
ja pitâ oleman yxi     és kell lenni egy         troupeau et qu'un pasteur.
lammas huone, ja yxi   bárány honnynak[19]
paimen.                és egy pásztornak.

22
Ja Jerusalemis oli     És Jerusalembe vala       Or on faisait à Jérusalem
kirkomessu, ja talwi   templom szentelö innep,   la fête de la dédicace,
oli.                   és tél vala.              et c'était l'hiver.

[Note 17: _Honny_ veut dire «patrie»; _honnyból_, «de la patrie.»
Cette expression dans ce cas est absurde. On ne peut pas dire la patrie
des brebis pour désigner le lieu où elles sont enfermées. Le texte
hongrois dit _akolból_, «de la bergerie».]

[Note 18: V. plus haut.]

[Note 19: V. plus haut.]

_Finnois._               _Hongrois._

31

Nijn Judalaiset poimit   Akkor a''Sidók ragadának   Alors les Juifs prirent
taas kiwiä hándá         megint követ               des pierres pour
kiwittaexens.            ötet kövezni.              le lapider.

32

Minå osotin teiile    Én mutattam nektek         J'ai fait devant vous
iseldaeni monda hywæ  ösömnek[20] minden[21]     plusieurs bonnes œuvres
tyoetæ.               hiv[22] tetteit            par la puissance
                      sok jo téteményeit.        de mon père...

41

Ja monda tuli hånen      És minden tére[23]         Plusieurs vinrent l'y
tygôns.                  ö hozzaja.                 trouver.

[Note 20: _Ösömnek_ veut dire «à mon ancêtre» (c'est une tournure
hongroise, le datif au lieu du génitif). Il y a dans le texte hongrois
_atyámnak_ «à mon père».]

[Note 21: _Minden_ signifie «tous». On lit dans le texte hongrois
_sokan_, «beaucoup». Dans aucune langue, ces deux mots ne sont
synonymes.]

[Note 22: V. plus haut.]

[Note 23: _Minden tére hozzája_ veut dire «tous revinrent». Le texte
hongrois dit _sokan mennek_, «beaucoup allèrent», ce qui est tout
différent.]

Rappelons que c'est là peut-être le chapitre qui contient le plus de
preuves de cette ressemblance qu'on prétend établir entre les deux
langues. Qu'eût pensé le lecteur de cette affinité dont on parle tant,
si nous avions dit: Dans tout le chapitre XXV des actes des apôtres, qui
contient vingt-sept versets, on n'a trouvé que la ligne suivante qui
donnât des exemples de similitude, ou si nous avions copié l'un après
l'autre tous les chapitres dont on n'a rien cité du tout parce qu'avec
la meilleure volonté du monde (nous pouvons employer cette expression),
il était impossible d'y trouver la moindre ressemblance de mots?

_Finnois_.             _Hongrois_.

Huomena saat sinâ      Hónap fogod te ötet      Demain tu l'entendras,
hånendå cuulla,        hallani.

Celui qui parla le premier des rapports du hongrois et du finnois fut un
de ces Slaves de la Hongrie dont on a invoqué à tort l'opinion comme
étant celle des Hongrois, Sajnovicz. Dans la joie de sa découverte il
s'écria: _Demonstratio idioma Hungarorum et Lapponum idem esse_, et il
écrivit une liste interminable de mots comparés. Schlœzer, on va le
voir, prit plus froidement les choses, et trouva le _idem_ beaucoup trop
fort. Ce fut, je crois, Sajnovicz qui donna cette chanson esthonienne
que les Hongrois devaient comprendre, et qui a toujours été pour eux
fort inintelligible[24].

[Note 24: Cette chanson a été reproduite en entier dans un article
de M. André Horváth (_Tudományos Gyüjtemény_, 1823, 2k
_Kötet_.--Collection scientifique de Pesth), dont la lecture m'a été
fort utile. Il est intitulé: Les Hongrois ne sont pas Finnois, _A'
Magyar nemzet nem Fenn_.]

_Finnois_.                      _Traduction hongroise_.

Jos mun tuttuni tullissi        O vajha kegyesem jönne,
Ennen näh tyni näkyissi!        Vajha a'jol ismert megjelenne!
Silen sunta suika jaissin       Miképp röpülne csókom ajka felé
Olis sun suden wenessä;         'S ha bár róla farkasvér csöpögne is;
Sillen kättä käppä jaissin      Miképp szoritnám az ö kezét
Jospa kärmä kämmen päässä!      Ha bár kigyó átionná is!

         Oh! si mon bien-aimé venait
         Si le bien connu arrivait!
         Comme mon baiser volerait vers sa lèvre,
         Si même elle dégoûtait du sang du loup!
         Comme je presserais sa main,
         Si même un serpent l'entourait!

On se demande si c'est bien sérieusement qu'on a supposé de l'analogie
entre le hongrois et le finnois, car il est impossible de trouver dans
tous ces exemples quatre mots semblables. Quand on lit le français,
l'italien ou l'espagnol, on reconnaît à chaque ligne le latin. Le
valaque même, qui de tous les idiomes latins s'éloigne le plus de la
langue-mère, a conservé des rapports évidents. J'ouvre le bréviaire
valaque, et j'en copie la première phrase comparée avec la phrase
latine.

Pentru rugaciunile sântiloru      Propter rogationes sanctorum
Parintiloru nostri, Domne         Parentum nostrorum, Domine
Isuse Christose, Dumnedieulu      Jesu Christe, Domine Deus
Nostru, miluescene pre noi.       Noster, miserere nostrum.

Mais que dire de cette chanson esthonienne, et de ces évangiles, et de
ces dictionnaires comparatifs?

Au reste, pour répondre aux écrivains qui admettent que les deux langues
se composent des mêmes mots, on peut se borner à rappeler ce qu'a dit
Schlœzer, lequel a attaché son nom à l'idée de l'origine finnoise. Dans
ce cas son jugement n'est pas suspect. La liste des mots comparés de
Sajnovicz, dit-il, ne donne pas plus de cent cinquante-quatre exemples,
et si on retranche les dérivés, il n'en reste pas même la moitié.
D'après Schlœzer lui-même, il n'y a donc environ que soixante-dix
exemples sur lesquels on puisse s'appuyer. Mais qu'y a-t-il de
surprenant dans ce fait que les deux langues ont soixante-dix mots
communs? Il est certain que les Magyars ont été en contact avec les
peuplades finnoises. N'est-il pas naturel que des peuples si différents,
venus de si loin, apportant des idées si diverses, se soient pris
mutuellement quelques mots? Les Hongrois ont de même dans leur langue
autant de mots allemands, plus encore; quelques uns sont empruntés au
latin, et même, en cherchant bien, on trouvera dans la langue hongroise
soixante mots français, outre que nous avons en français une dizaine de
mots hongrois[25]. En conclurez-vous que les Magyars sont Allemands,
Latins ou Français?

[Note 25: «Heiduque, trabant, hussard, schako, kolback, dolman,
soutache», sont des mots hongrois francisés.]

Et d'ailleurs, peut-on nier qu'il existe entre toutes les langues une
certaine fraternité, de même qu'il existe une fraternité de race entre
tous les hommes? De là vient qu'on a constaté entre le hongrois et le
slave autant de rapports qu'entre le hongrois et le finnois.

La ressemblance d'une centaine de mots ne prouve pas l'affinité entre
deux langues, et montre seulement que les nations qui s'en servent se
sont pris mutuellement quelques expressions. Des peuples de même race
doivent nécessairement avoir les mêmes racines, les mêmes mots
primitifs. Ils doivent au moins donner les mêmes noms aux sentiments
ordinaires à l'homme. Ces analogies, il est impossible de les montrer
dans les langues hongroise et finnoise.

On objectera que les deux langues ont une même grammaire: voyons donc
jusqu'à quel point cela est vrai.

Leem, Fielstrœm, Hœgstrœm, Ganander, Comenius, Fogel, Eccard, et
beaucoup d'autres philologues, ont fait des conjectures sur la langue
hongroise, mais ne la savaient pas. «Leurs inventions n'ont servi qu'à
nous faire sourire», me disait un Hongrois; et, comme le remarque fort
bien Sajnovicz, on ne peut absolument rien tirer de leurs observations.
Heureusement le hongrois Gyarmathi a essayé de prouver cette affinité.
Nous avons donc là quelque chose de sérieux à examiner.

L'ouvrage de Gyarmathi est très au dessous de son titre, qui est fort
ambitieux. Il consiste en près de trois cents pages qui toutes
contiennent des colonnes de mots comparés, dans le genre de ceux qu'on
vient de lire. Çà et là sont quelques remarques fort courtes, placées en
tête des chapitres et qui aboutissent à dire: Voici comment se forment
dans les deux langues les terminaisons, ou bien: Voici comment se
forment les comparatifs. Ces lignes sont suivies d'exemples qui montrent
les comparatifs et les déclinaisons. De là vous passez aux colonnes
d'adverbes, de prépositions, etc. Mais quant à la démonstration que ces
langues sont grammaticalement semblables, vous la cherchez en vain,
quoique le titre l'annonce hautement.

Quelques années avant, quand il n'était pas encore admis que les
Hongrois se rattachaient à la race finnoise, Gyarmathi, qui connaissait
parfaitement sa langue, avait publié un ouvrage dans lequel il en
faisait ressortir les principaux caractères. Il n'avait alors aucun but:
il n'écrivait pas systématiquement; il cherchait seulement à montrer le
génie de la langue hongroise, «qui, comme il le rappelait, a des
qualités qui lui sont propres et ne peut être comparée qu'aux langues de
l'Orient»[26].

[Note 26: Gyarmathi, _Leçons raisonnées de langue hongroise_.
Clausenbourg, 1794 (en hongrois).

«Le génie de la langue hongroise, sa construction naturelle, ses mots
primitifs, consistant d'une seule syllabe, ses affixes, ses inflexions,
tout enfin montre que c'est une langue orientale. Ou peut donc se la
figurer, par rapport aux idiomes de l'Orient, comme un de ces
petits-fils provenant d'un même aïeul, et dont les pères étaient frères.
C'est ainsi que s'explique la ressemblance qu'on retrouve entre toutes
les langues orientales.» Pápay, _Étude de la littérature hongroise_,
1694 (en hongrois).]

On doit regretter que le premier ouvrage de Gyarmathi ait été publié en
hongrois et ne puisse pas être lu facilement, car il est une réfutation
complète de celui qui l'a suivi. L'auteur lui-même compte si peu sur ce
qu'il appelle sa démonstration grammaticale, que c'est surtout par le
nombre de mots semblables qu'il compte frapper le lecteur, et il eût
mieux fait d'intituler son livre Recueil de mots hongrois, finnois et
lapons, suivis de quelques observations.

Gyarmathi compare d'abord l'alphabet russe et l'alphabet hongrois, parce
que, dit-il, il a écrit les mots finnois et lapons d'après l'orthographe
russe. Il eût mieux fait de les écrire d'après l'orthographe hongroise,
car la comparaison entre les mots aurait été plus facile. Il eut dû à la
place faire connaître l'alphabet finnois: on aurait vu de suite que les
deux langues n'ont pas les mêmes sons. L'auteur évite encore de parler
de l'ancienne écriture magyare, qu'il a donnée dans son premier ouvrage,
et qui ne ressemble à aucune écriture connue.

Vient ensuite un chapitre sur les terminaisons. Il y a six pages de mots
lapons et hongrois, qui n'ont pas du tout le même sens, mais qui, au
dire de l'auteur, présentent des terminaisons semblables en _as_, _es_,
_is_, _os_, etc. Ces pages sont précédées de quatorze lignes de texte
dans lesquelles il prie le lecteur de remarquer les similitudes. On peut
répondre que, si même les terminaisons se ressemblaient plus encore, il
ne faudrait pas en tirer une conclusion, car des mots peuvent se
terminer de la même manière dans deux langues sans que ces langues
soient sœurs. Ce qui le prouve, c'est qu'entre la colonne laponne et la
colonne hongroise se trouve une colonne de mots latins, qui donnent le
sens des mots cités, et que parmi ces mots latins il y en a qui sont
terminés en _es_, d'autres en _is_, lesquels font au pluriel _es_,
c'est-à-dire qui sont absolument terminés comme les mots lapons.
Cependant on n'a jamais dit qu'il y eût de l'affinité entre le latin et
le finnois. Exemples:

_Lapon_.                          _Hongrois_.

teiwes; _res_                     tetves, _pediculosus_
nelos, _hæbes_                    nyeles, _manubriatus_
zjengalwuådt, _profunditas_       tsinálat, _structura_
idedis, _matutinus_               idös, _vetustus_

Nous irions plus loin que Gyarmathi: nous pourrions trouver un grand
nombre de mots hongrois et français qui n'ont pas non plus la même
signification, mais qui se prononcent semblablement.

sò    _qui signifie_ sel  _se prononce comme_ chaud
fót                       pièce                         faute
bör                       peau                          beurre
bor                       vin                           bord
kö                        pierre                        queue
mü                        art                           mue
szó                       mot                           sceau
ár                        prix                          art
szer                      ordre                         serre
orr                       nez                           or
sár                       boue                          char
ser                       bierre                        chair
liszt                     farine                        liste
por                       poussière                     port
bö                        large                         bœufs
szük                      étroit                        suc
láng                      flamme                        langue

Cette remarque est donc sans valeur, et il n'y a là aucune règle
grammaticale à tirer.

Nous arrivons aux déclinaisons. Ici Gyarmathi remarque que le hongrois
et le lapon n'ont qu'un seul genre: c'est une similitude. Mais il faut
se rappeler que les langues finnoises sont asiatiques et possèdent
quelques uns des caractères des langues orientales. Il n'y a pas de
genre en hongrois: il n'y en a pas non plus en turc.

De ce qu'il n'y a pas de genre il résulte que les adjectifs sont
invariables. C'est ce qui a lieu en lapon et en turc, aussi bien qu'en
hongrois.

L'auteur met en regard des exemples de déclinaisons hongroises,
finnoises et laponnes.

_Lapon_.                     _Hongrois_.

N. kabmak       soulier      makk         gland de chêne
G. kabmak en                 makk é
D. kabmak i                  makk nak
A. kabmak eb                 makk ot
V. kabmak                    makk
A. kabmak est                makk ostól


_Finnois_.                   _Hongrois_.

N. cala         poisson      hal          poisson
G. cala n                    hal é
D. cala lle                  hal nak
A. cala a                    hal at
V. cala                      hal
A. cala sta                  hal astól

Je relis le plus consciencieusement du monde ces exemples, et il m'est
impossible d'en tirer une autre conclusion que celle-ci: le génitif
finnois fait _an_ et le génitif hongrois _é_; le datif finnois fait
_le_, et le datif hongrois _nak_; l'accusatif finnois est déterminé par
un _a_, et l'accusatif hongrois par un _t_. Je demande s'il y a là la
moindre similitude. Il est vrai que l'ablatif finnois _calasta_ se
rapproche du hongrois _halastól_; mais nous ferons observer que les
Hongrois n'ont pas d'ablatif: ils rendent ce cas au moyen de plusieurs
postpositions dont le choix est déterminé par les circonstances,
suivant, par exemple, qu'il y a mouvement ou non[27]. L'auteur a choisi
celle qui se rapproche le plus de la terminaison finnoise; mais
malheureusement pour lui _halastól_ ne veut pas dire «du poisson» comme
l'ablatif finnois, ce mot signifie «avec le poisson». Il eût dû mettre
_haltól_. Là encore nons constatons une erreur volontaire.

[Note 27: _Város_ veut dire «ville». Ce cas ablatif «de la ville»
pourra être rendu de différentes manières: _a' városba_, _a' városban_,
_a' varosból_, _a' várostól_, _a' városkoz_, etc.]

Les exemples de Gyarmathi sont suivis de quelques remarques fort
insignifiantes et qui peuvent s'appliquer à toutes les langues. Ainsi il
dit que les Lapons et les Hongrois se servent volontiers de répétitions.
Exemples:

_Lapon_.          _Hongrois_.

pekkest pekkai    diribrol darabra         _de frusto in frustum_
japest japai      esztendöröl esztendöre   _de anno in annum_

Mais comment l'auteur ne voit-il pas que cette observation n'a pas de
sens, puisqu'il traduit ses exemples en latin au moyen de répétitions
semblables?

Nous passons aux comparatifs. Quatre lignes de texte pour faire observer
qu'ils se forment de même dans les deux langues, et une page d'exemples.

_Lapon_.           _Hongrois_.

lickogas           boldog             _felix_
lickogasab         boldogabb          _felicior_
lickuogasamus      leg boldogabb      _felicissimus_
nioska             nedves             _humidus_
nioskab            nedvesebb          _humidior_
nioskamus          leg nedvesebb      _humidissimus_

Voici une seconde similitude. Dans les deux langues les comparatifs
prennent pour terminaison le _b_ que nous avons déjà signalé à
l'accusatif des mots lapons. Mais remarquez que le superlatif est tout
différent, et que non seulement il est différent, mais qu'il prend en
lapon une terminaison latine. Et cependant, encore une fois, personne ne
fait dériver le latin du finnois, ou réciproquement.

On s'attend à une longue discussion grammaticale sur les adjectifs, qui
sont très remarquables en hongrois. En effet, de tout accusatif d'un nom
les Hongrois peuvent faire un adjectif en changeant le _t_ en _s_. Ex.:
_ház_, «maison», accusatif _házat_; adjectif _házas_, «qui a une
maison». De cet adjectif ils peuvent faire un adverbe, _házason_, «en
homme qui a une maison, en homme marié». De cet adverbe ils peuvent
faire un verbe, _házasodni_, «se marier». Gyarmathi devrait remarquer
ces particularités, qui font du hongrois une langue tout à fait
originale, et les montrer dans la langue finnoise: c'est ainsi qu'il
prouverait l'affinité; mais cela lui est impossible.

Sans dire un seul mot des adjectifs hongrois et finnois, qu'il eût dû de
bonne foi examiner, il passe aux noms de nombre. Là encore quatre lignes
de texte pour dire que ces noms se ressemblent, et deux pages
d'exemples. Après les exemples de mots semblables qui ont été déjà
transcrits, je ne me crois plus forcé d'en citer un seul. Il faut
seulement avertir ceux qui consulteraient l'ouvrage de Gyarmathi qu'il a
commis, là comme partout, ce que j'ai appelé innocemment des «erreurs
volontaires». Pour avoir des ressemblances, il invente des noms de
nombre qui n'existent pas en hongrois. Ainsi, au lieu de compter comme
les hongrois: «vingt-deux, vingt-trois etc.», il fait dire: «deux dix
un, deux dix deux, etc.». Cela peut être conforme aux règles finnoises,
mais les Hongrois n'ont jamais compté de cette façon. Ces erreurs
volontaires nuisent beaucoup à l'auteur, d'abord parce qu'il n'y aurait
pas recours s'il plaidait une bonne cause, puis parce qu'on est autorisé
à croire qu'il en commet également quand il cite les exemples finnois et
lapons.

Viennent ensuite les pronoms possessifs. Ici Gyarmathi signale une autre
similitude. En lapon et en hongrois, il n'y a pas proprement de pronoms.
On exprime le possessif au moyen de lettres placées à la fin du mot. Le
_m_, par exemple, exprimera le possessif de la première personne.

_Lapon_.           _Hongrois_.

snarbmam           ujjam            mon doigt

Ajoutons seulement, ce que ne dit pas Gyarmathi, que ce caractère se
retrouve dans beaucoup de langues asiatiques: il se retrouve en turc de
même qu'en hongrois.

_Turc_.           _Hongrois_.

ana               anya              mère
anám              anyám             ma mère

Nous arrivons aux verbes, aux postpositions, aux adverbes. Ici
l'embarras de l'auteur redouble. En effet, c'est surtout par la
formation des adverbes, l'emploi des postpositions, et les mille
transformations des verbes, que le hongrois a un caractère particulier.
Gyarmathi, dans son premier ouvrage, démontre, en s'appuyant sur
l'autorité des philologues versés dans les langues orientales, que le
hongrois, sous ce rapport, se rapproche encore plus de ces langues.

En hongrois les prépositions, comme les pronoms possessifs, se mettent,
de même qu'en turc, à la fin du substantif.

_Turc_.          _Hongrois_.

anadán           anyától           de la mère

De telle façon qu'un nom, ainsi que le remarquait autrefois Gyarmathi,
peut subir deux cent quarante-quatre variations. En lapon les
postpositions ne se joignent qu'au pronom: elles restent séparées du
substantif, lequel ne peut prendre les nombreuses formes des substantifs
hongrois et turcs. C'est encore là une des originalités de la langue
hongroise. En voici un exemple que me fournit le premier livre de
Gyarmathi. Cette phrase: «prenez de ce qui est à vos seigneurs», se
traduit en hongrois par deux mots: _vegyetek uraitokéból_ Voici
l'explication du dernier: _úr_ veut dire «seigneur»; _urak_, «les
seigneurs»; _uratok_, «votre seigneur»; _uraitok_, «vos seigneurs»; _é_
indique le possessif et _ból_ signifie «de». Les langues finnoises
présentent-elles cette concision?

Les verbes peuvent se transformer, en hongrois, au point d'exprimer les
changements ou tournures que nous rendons dans nos langues par plusieurs
mots. Ex.: _látok_, «je vois»; _látlak_, «je te vois»; _láthatok_, «je
puis voir»; _láthatlak_, «je puis te voir»; _láttatok_, «je fais voir»;
_láttathatok_, «je puis faire voir»; _látdogaltathatok_, «je puis
souvent faire voir».

Certes, voilà des particularités bien remarquables dans une langue. Je
les indique à peine; mais Gyarmathi ne manque pas de les relever, de les
énumérer toutes dans son premier ouvrage. Il va sans dire qu'il les
passe entièrement sous silence dans son second. Au lieu de ses
observations, qui s'appliquent au turc aussi bien qu'au hongrois, il
aurait dû faire ressortir dans les langues finnoise et magyare les mêmes
caractères, qui font que ces deux langues, semblables entre elles,
diffèrent parfaitement des autres. Mais, nous l'avons dit, cela était
impossible.

Nous avons parcouru l'ouvrage de Gyarmathi. Après les verbes et les
pages d'exemples, viennent, sous le nom de syntaxe, quinze observations
qui ne peuvent nullement satisfaire le lecteur, car la syntaxe hongroise
est d'une étonnante originalité et repousse toute comparaison; puis
soixante pages de mots qui passent pour semblables. À la suite de ces
mots Gyarmathi a placé quelques remarques sur les langues finnoises qui
lui furent inspirées par de nouvelles lectures, après qu'il eut fini son
livre. Il refait le travail que nous avons analysé, mais en comparant
cette fois le hongrois et l'esthonien. Pour ce qui regarde cette seconde
partie, nous ne croyons pas devoir faire autre chose que de rappeler ce
qui a été dit plus haut. Pour démontrer grammaticalement que deux
langues sont sœurs, il faut faire voir dans ces deux langues non pas
quelques similitudes et quelques terminaisons semblables plus ou moins
défigurées, mais les mêmes racines, les mêmes caractères, les mêmes
originalités, le même génie.

Nous nous bornons là. Mais, après avoir montré que les preuves de
Gyarmathi sont nulles, nous pourrions signaler les mille différences qui
séparent les deux langues et qui empêchent qu'elles ne puissent être
sérieusement confondues.

Peut-être me suis-je trop étendu sur le livre de Gyarmathi; mais deux
raisons me forçaient à entrer dans quelques détails. L'auteur, sachant
parfaitement le hongrois, a écrit sous l'inspiration et avec le secours
de philologues qui pouvaient lui donner sur les langues finnoises des
renseignements précieux, et il était à même de prouver l'affinité des
deux langues, si elle eût pu être prouvée. En outre les écrivains
allemands s'appuient sur cette affinité beaucoup plus que sur les
preuves historiques: il fallait en conséquence s'y attacher davantage.

Une des choses les plus curieuses qui se puissent lire dans les longues
et nombreuses dissertations qui ont été écrites sur l'origine des
Hongrois, c'est la manière dont Sajnovicz démontre que les noms de
nombre dans les deux langues sont semblables. «_Ixi_, dit-il, veut dire
en finnois «un». N'est-ce pas là le mot hongrois _egy_? Il suffit de
mettre l'_e_ à la place de l'_i_, le _g_ à la place de l'_x_, et voilà
le mot»! Sajnovicz n'a pas encore le mot, et il le sait bien. Il faut de
plus qu'il change l'_i_ en _y_. En effet l'_y_ et l'_i_, en hongrois, ne
sont pas une même lettre. Le mot _egi_, que Sajnovicz obtiendrait
d'après son procédé, se prononcerait _aigui_, tandis que le mot hongrois
_egy_, «un», se prononce comme le mot français _aide_, auquel on
ajouterait un _i_ entre le _d_ et l'_e_, _aidie_. Sajnovicz devrait
donc, pour avoir son mot, changer toutes les lettres. À coup sûr, si
l'affinité n'a pu être prouvée par des écrivains aussi déterminés, on
peut prédire qu'elle ne le sera jamais.

Il était écrit que ceux-là même qui voulaient établir l'analogie des
deux langues fourniraient à leurs adversaires les meilleures armes pour
les combattre. Gyarmadhi, par son impuissance à démontrer la
ressemblance grammaticale, a prouvé jusqu'à l'évidence qu'elle n'existe
pas, et une expérience faite par Sajnovicz prouve encore qu'il est
impossible d'admettre une ressemblance quelconque. Sajnovicz a parcouru
les pays habités par des hommes de race finnoise. Il leur a parlé
hongrois, et ils ne l'ont pas compris. Ils lui ont parlé leur langue, et
il ne les a pas compris. D'abord Sajnovicz ne se découragea pas. Il
pensa que, les premières différences reconnues, il lui serait facile de
retrouver le hongrois. Il resta donc près d'un an dans ces pays. De
retour en Hongrie, il avoua avec bonne foi que, malgré son hongrois et
son séjour, il n'était jamais parvenu à entendre le lapon, c'est-à-dire
le dialecte finnois qui se rapproche le plus de la langue magyare,
suivant les écrivains allemands[28].

[Note 28: _Ingenue profiteor me Lappones Finnmarchiæ non
intellexisse..._]

Après un fait aussi décisif, d'autres eussent été convaincus que la
ressemblance était imaginaire; mais cette expérience désespérante ne
découragea personne. On croira que Sajnovicz du moins, qui l'avait
faite, abandonna son idée favorite: erreur. Sajnovicz fut encore
persuadé que les deux langues avaient une affinité évidente. Il expliqua
ce qui lui était arrivé en disant que les langues s'altèrent avec le
temps.

À cela on peut répondre victorieusement: Ou ce sont les Magyars qui ont
conservé la vraie langue finnoise, que les Finnois ont perdue; ou ce
sont au contraire les Magyars qui l'ont transformée. L'une ou l'autre de
ces hypothèses est nécessaire, car tous les dialectes finnois ont de
l'analogie; or toutes deux sont absurdes. En effet, comment supposer,
dans le premier cas, que les Hongrois, qui ont traversé tant de pays et
ont été en contact avec tant de peuples, aient gardé la pure langue
finnoise, que cette immense nation qui occupe, selon Sajnovicz, tout le
nord de l'Europe jusqu'à l'Asie, n'aurait pu conserver dans sa propre
patrie? Et, dans le second cas, comment supposer que les Hongrois, qui
ont occupé à différentes époques diverses contrées où ils sont encore,
la Moldavie, la Transylvanie, la Hongrie, qui ont habité entre tant de
nations, aient partout changé la langue finnoise au point d'en faire une
nouvelle langue qui présente les mêmes caractères dans tous ces pays, et
qui est devenue inintelligible pour les Finnois? Cette transformation
aurait dû s'opérer en cinquante-six ans, puisque, d'une part, les
Hongrois se séparèrent, dit-on, des Finnois en 625, et que, de l'autre,
les moines de 1240 comprenaient parfaitement les Magyars de la
Grande-Hongrie, lesquels avaient quitté leurs frères quand ceux-ci se
rendirent maîtres de la Lébédie (en 681, d'après Engel).

Notez bien en outre 1° que, dès le cinquième siècle, les Sicules de la
Transylvanie parlaient hongrois; 2° que la langue hongroise s'est si peu
altérée, grâce à ce fait que la nation ne s'est mêlée à aucun autre
peuple, qu'aujourd'hui encore les érudits hongrois lisent sans trop
d'effort le biographe de sainte Marguerite[29].

[Note 29: Ce livre date du siècle même du moine Julian, c'est-à-dire
qu'en définitive il est écrit en hongrois du septième siècle.]

En résumé donc, les écrivains qui admettent entre les deux langues une
affinité quelconque, soit en s'appuyant sur une prétendue ressemblance
de mots, dont Schlœzer lui-même a fait justice, soit en supposant
certains caractères, certaines analogies, qu'il a été impossible à
Gyarmathi de montrer, avancent un fait qui a été démenti de la manière
la plus formelle par l'expérience de Sajnovicz.

Rappelons, avant de passer outre, que certains philologues ont comparé
la langue magyare et la langue turque, et se sont précisément appuyés
sur l'analogie de ces idiomes pour dire que les Hongrois sont Turcs
d'origine. Il est fort remarquable que les savants se soient contredits
de la sorte. De l'avis même des Magyars, c'est encore avec le turc que
la langue hongroise a le plus de rapports. Cette opinion a été depuis
long-temps exprimée en Hongrie, à l'époque où les Hongrois et les
Transylvains étaient tributaires de la Porte et parlaient le turc. Leur
avis doit avoir d'autant plus de valeur que parmi les écrivains qui ont
voulu prouver l'affinité du hongrois et du finnois il ne s'en trouvait
pas un qui connût les deux langues.

       *       *       *       *       *

Quoique cette discussion soit déjà fort longue et ait dépassé les
limites que je m'étais proposées, je ne puis m'empêcher de la terminer
par quelques remarques qui ont échappé aux écrivains allemands, mais qui
viendront à l'esprit de quiconque aura habité la Hongrie et connaîtra
quelque peu les Hongrois.

Chaque race a son génie, son caractère, sa physionomie, c'est-à-dire sa
langue, son histoire, son type. Tous les peuples d'une même race ont
certaines analogies frappantes, lors même qu'ils se sont séparés de
bonne heure les uns des autres, et se sont mélangés avec des peuples de
race différente. C'est pourquoi notre Bretagne, province française,
produit des hommes qui ne ressemblent pas plus aux hommes de la
Lorraine, autre province française, que les habitants du Béarn ne
rappellent ceux de la Provence: là, les races sont diverses. La France
domine partout, et il existe un peuple français qui a absorbé toutes les
races, pourtant les caractères et les physionomies ont conservé leur
force et leur originalité.

Examinons donc si, en comparant les hommes de race finnoise avec les
Magyars, on peut trouver ces analogies que je signale, et si cette
comparaison donne de la force à l'opinion des écrivains allemands, ou
lui fait perdre encore plus de terrain.

Ouvrons d'abord l'histoire. Que disent les historiens des Finnois et des
Magyars au moment où ces derniers paraissent sur la scène?

Les Magyars se montrent comme vainqueurs des Bulgares, des Bisséniens,
des Russes, et conquérants de la Pannonie. Ils sont dans une période
ascendante. Ils diffèrent tellement des peuples qui les entourent, qu'au
lieu de s'unir à eux, ils conservent leur nationalité, qu'ils ont
précieusement gardée jusqu'à ce jour. Ils marchent sous la conduite de
leurs _vezérs_[30], de leurs chefs; ils ont parmi eux des hommes chargés
de la police du camp qui terminent les différends et punissent les
voleurs[31]. Les historiens modernes ont cherché les traces des
invasions hongroises dans les monuments des nations attaquées: rien de
mieux. Mais ils ont eu le tort de dépeindre les Magyars d'après le
portrait exagéré par la peur que ces nations nous ont laissé. Si on veut
les voir fidèlement décrits, il faut lire ce que disent d'eux les
auteurs grecs et arabes qui les ont mieux connus. Ces historiens
signalent «la probité des Magyars et la pureté de leurs mœurs»; ils nous
les montrent «habitant des villes sous l'autorité d'un chef, se servant
de vaisselle d'or artistement travaillée, et pratiquant la justice aussi
sévèrement que les Romains». Ils parlent encore de la finesse de leur
goût, de l'éclat de leurs costumes, et de leur penchant pour tout ce qui
est magnifique. Évidemment ce peuple là ne venait pas du nord.

[Note 30: En persan et en turc _vizir_.]

[Note 31: Verböczi, _Decretum tripartitum_, p. 1, tit. 3, § 2.]

L'empereur Léon appelle les Magyars «un peuple libre, noble qui tâche de
surpasser ses ennemis en bravoure, dur au travail et aux fatigues, et
qui supporte gaîment la privation des choses les plus nécessaires.» Le
_Derbend-Naméh_ histoire de Derbend, écrite par
Mahommed-Aiwabi-Achtachi, «parle clairement des Magyars qui avaient bâti
la ville de Kizylar, aujourd'hui nommée par les Russes Kizlar, dont les
édifices, dit l'historien arabe, paraissent de loin comme des monceaux
de neige à cause de leur blancheur éblouissante[32]. Il ajoute que parmi
tous les peuples du Caucase les Magyars s'étaient distingués par leur
caractère paisible, leur habileté dans l'exercice des métiers
nécessaires à la communauté, leur belle taille, leur courage»[33]... «En
un mot, l'historien arabe les place au dessus de tous les autres peuples
leurs voisins[34].» Regino lui-même, quoique allemand, écrit, dans le
portrait peu flatté qu'il trace des Hongrois: «Il n'y a pas de crime
plus grave à leurs yeux que le vol. Ils méprisent l'argent. Jamais ils
ne connurent le joug étranger. Le courage de leurs femmes les a rendus
aussi célèbres que celui des guerriers.» Pray montre que les Hongrois
avaient déjà des hommes lettrés en Asie[35]. Quand ils étaient encore
nomades, on voyait parmi eux des poëtes qui pendant les fêtes chantaient
les exploits des _vezérs_. Les députés de Dsabul portèrent à
Constantinople, de la part des Hongrois, des présents dignes d'un
empereur et une lettre écrite en langue scythe. Évidemment encore, les
Magyars n'étaient pas un peuple sans culture.

[Note 32: Les paysans hongrois, aujourd'hui encore, ont coutume de
blanchir leurs maisons à certaines époques solennelles de l'année.]

[Note 33: Besse, _Voyage au Caucase_, etc., p. 344.]

[Note 34: _Ibid._, p. 150]

[Note 35: _Literas etiam didicere, quarum deinceps usum ad Mogolos
itidem propagarunt, quos hodie etiam vetustis Iugurorum characteribus
uti compertum est._ (Pray, p. 32.)]

Les Finnois, à la même époque, sont vaincus et domptés par les nations
étrangères, et, sans jamais recouvrer leur indépendance, ils n'ont fait
que changer de maîtres jusqu'à ce jour. Et dans quel état se
trouvent-ils après que les écrivains bysantins et arabes ont fait des
Magyars la description qu'on vient de lire? «Lorsque les Suédois ont
subjugué les Finnois et les ont faits chrétiens, ceux-ci étaient rudes
et sauvages, vivant sans chefs, traitant tyranniquement leurs
femmes[36]»..... À coup sûr, dès cette époque, les Magyars et les
Finnois se ressemblent trop peu pour qu'on puisse les confondre. Les
écrivains allemands n'ont pas tenu compte de ces différences, ou en ont
parlé avec une légèreté inconcevable. Gebhardi, par exemple, prétend que
les Hongrois et les Finnois avaient les mêmes idoles; et Cornides a
prouvé[37] que les Hongrois n'avaient ni idoles ni dieux particuliers,
mais adoraient un être suprême. Le manuscrit du Vatican nous les montre
encore ainsi au treizième siècle: _Pagani sunt..., sed nec idola
venerantur_.

[Note 36: _Lænder und Vœlker-Kunde_, 4e vol., p. 419.]

[Note 37: _De religione veterum Hungarorum_. Viennæ, 1791.]

Dès l'origine, il n'y a donc aucune ressemblance à constater entre les
Magyars et les Finnois. Et quelle analogie découvrirez-vous aujourd'hui?
Il est évident que ceux qui font venir les Hongrois, par les sources du
Volga, du nord de l'Europe ou du nord-ouest de l'Asie, n'ont pas songé à
la physionomie des Magyars ni à leur caractère. Il faut parcourir la
Hongrie, non pas en aveugle, en nommant Hongrois tous les hommes qu'on
rencontre sur sa route, mais en s'arrêtant dans la contrée où se sont
fixés les Magyars, notamment dans ce qu'on appelle les Villes
Haidonicales et la Cumanie. Il est impossible de ne pas être frappé de
la beauté de cette race. Les Magyars sont grands, élancés, musculeux:
leurs yeux et leurs moustaches sont noirs; ils ont le nez aquilin, les
traits réguliers, et cet air de dignité qui est l'apanage des Orientaux.
Au reste les écrivains allemands n'avaient qu'à lire ce que disent les
chroniqueurs des chefs magyars. Le Notaire Anonyme dépeint ainsi Almos:
_Erat enim ipse Almus facie decorus, sed niger, et nigros habebat
oculos, sed magnos, statura longus et gracilis_...

Nous pourrions conduire le lecteur en Laponie, d'où beaucoup d'écrivains
font partir les Hongrois, et lui rappeler les descriptions que donnent
les voyageurs des habitants de ce pays glacé. «Nous les considérions,
dit Regnard, depuis la tête jusqu'aux pieds: ces hommes sont faits tout
autrement que les autres; la hauteur des plus grands n'excède pas trois
coudées, et je ne vois pas de figure plus propre à faire rire.» Mais,
sans aller si loin, peut-on établir le moindre parallèle entre les
Magyars, tels que je viens de les représenter, et les Esthoniens, aux
cheveux blonds, aux yeux bleus, à l'allure calme, au corps grêle et au
vêtement grossier? Peut-on comparer les hameaux esthoniens, formés de
quelques maisons groupées au hasard, avec les villages hongrois (et ceci
est bien remarquable), qui s'étendent sur une seule ligne comme un camp?
Vous ne trouverez dans aucun pays de l'Europe un peuple qui ait conservé
ce caractère belliqueux, qui du premier au dernier homme soit éminemment
cavalier comme _A' vitéz magyar nemzet_, «la vaillante nation magyare»,
ainsi qu'on dit toujours. Il n'en est pas qui ait acquis une telle
réputation de loyauté, d'héroïsme et de bravoure chevaleresque.

Et ce superbe costume hongrois, le plus magnifique peut-être que les
hommes aient jamais trouvé, ce costume d'une splendeur asiatique, qui a
tout l'éclat de celui des Turcs sans en avoir la mollesse, les Magyars
l'ont-ils apporté du Nord? Savez-vous quelles sont les épithètes qui,
dans les glorieuses chroniques, comme dans les poésies nationales, comme
dans la bouche de tous, accompagnent nécessairement le nom de Hongrois?
Les voici: _A' párduczos vitéz Magyar_, «le vaillant Magyar couvert de
peaux de panthère»; _a' kaczagányos vitéz Magyar_, «le vaillant Magyar
couvert de peaux de tigre». Est-ce là la parure des hommes du nord?
Certes, nous voilà loin des loups de la chanson esthonienne! Et puisque
nous parlons encore de cette chanson, disons qu'elle n'est pas du tout
dans le goût des chansons hongroises, qui rappellent beaucoup celles des
Persans et des Arabes. La langue hongroise est colorée, pleine d'images
et de métaphores. Le paysan appelle sa femme _csillagom_, «mon étoile»;
_gyöngyöm_, «ma perle». Quand il vient demander la protection de son
seigneur, il lui dit: Je me place sous vos deux ailes étendues, etc.,
etc. Ces expressions, que l'on citerait par milliers, sont
caractéristiques dans la bouche du cavalier magyar, qui porte sur sa
physionomie les signes certains de son origine orientale.

Ajoutons que ni dans les contes ou souvenirs populaires, ni dans les
chants nationaux, il n'est fait mention d'un pays semblable à celui que
les écrivains allemands donnent pour berceau aux Hongrois; tandis qu'une
foule de proverbes et de comparaisons habituelles indiquent que la
langue hongroise a dû se former dans un tout autre climat[38]. Les
Finnois n'ont pas de mots pour certains objets qu'ils n'ont jamais vus,
et que les Hongrois désignent par un nom tout particulier, parce qu'ils
les ont connus dans leur patrie première. Ex.: _oroszlány_, «lion»;
_öszvér_, «mulet»; _teve_, «chameau»; _sárkány_, «dragon»; _bibor_,
«pourpre»; _bársony_, «velours»; _poroszka_, «dromadaire»[39].

[Note 38: Un seul exemple. Quand les Hongrois veulent marquer la
beauté d'un objet, ils le comparent à une perle: _gyöngy-ország_, «un
beau pays», mot à mot un «pays-perle»; _gyöngy-élet_, «une vie-perle,
une belle vie». (V. la note plus loin.) Cette expression est
littéralement populaire. Elle paraîtrait naïve dans la langue des
salons, qui doit se ressentir du contact des idiomes étrangers.
L'adjectif _gyönyörü_ signifie «magnifique».]

[Note 39: Les Hongrois appellent _poroszka-ló_ le cheval qui va à
l'amble, parce que l'amble est l'allure du dromadaire.]

Disons enfin que dans les vers affectionnés et répétés par le peuple, en
Hongrie, il est souvent parlé de la beauté physique. Ce n'est pas autre
chose que cette adoration de la forme commune à tous les Orientaux.
Seulement ici elle est épurée par des sentiments plus élevés, inspirés
par une civilisation meilleure. Il est certain que cette peinture et
cette admiration de la beauté ne se retrouveront ni chez les Lapons, ni
chez les Ostiacks, ni chez les Samoyèdes, et cela pour des motifs que
chacun saura deviner.

Peut-être faut-il tenir compte de ces remarques et de celles qu'un
observateur plus attentif ferait encore, tout autant que des preuves
tirées des livres. Si même les historiens et les philologues
démontraient dans leurs ouvrages que les Magyars sont des Finnois,
malgré les protestations d'une nation entière qui, pour dire la vérité,
sait mieux que tous les écrivains du monde ce qu'elle est et d'où elle
vient; si, dis-je, ils le démontraient, et ils ne le démontrent pas, la
question ne serait pas encore décidée. Les hommes d'étude auraient pour
adversaires, et pour adversaires opiniâtres, les voyageurs, ceux qui ont
lu, et qui de plus ont vu. Or les voyageurs ne manquent pas; il en est
beaucoup qui prennent la peine de parcourir les pays habités par des
hommes que l'on appelle frères et d'aller achever leurs idées dans la
chaumière du paysan. Ceux-là ne peuvent croire que les Magyars soient de
race finnoise, quand ils observent ces hommes venus du Nord, leur
physionomie, leur allure, leurs costumes, leurs villages, leurs goûts,
leurs mœurs, et qu'ils entendent leur langue.

Quoi! on retrouve au cœur de la France, on reconnaît encore à leur
physionomie et à leur langue les fils des Celtes et ceux des Romains,
malgré mille invasions, mille mélanges, et vous admettez que le peuple
magyar, qui s'est toujours conservé pur de toute fusion avec les autres
peuples, qui habite depuis dix siècles dans ce capharnaüm des nations
qu'on appelle la Hongrie, sans être jamais uni à aucune d'elles, qui
dans plusieurs pays parle la même langue et montre le même type, vous
admettez que ce peuple se soit partout changé au point d'être
précisément l'opposé de ce qu'il était auparavant? Mais cela est
impossible.

Si vous ne l'admettez pas, vous devez supposer une autre chose
impossible: c'est que ce costume éclatant des Hongrois, cette langue
pleine d'images et de métaphores, ces figures orientales, ce caractère
ardent, cette bouillante valeur, soient venus de la Laponie, de la
Finlande ou de la Sibérie!

Un Hongrois à ce sujet retournait les vers d'Horace

                   _... Neque imbellem feroces
                   Progenerant aquilæ columbam,_

et s'écriait que l'aigle n'est pas couvé par la colombe.

Nous le dirons donc avec assurance, les Magyars ne sont pas Finnois.

Mais à quelle race appartiennent-ils?



§ 2

TRADITIONS HONGROISES


À quelle race appartiennent les Magyars?

Il m'arriva un jour de soulever cette question devant un Hongrois et un
Allemand que je savais être d'avis opposé. J'avais dit à peine quelques
mots que la discussion commença entre eux: c'était précisément ce que je
voulais; de ce choc d'idées j'espérais tirer quelques lumières. À la fin
l'Allemand, poussé à bout, s'écria: «Mais, si vous n'êtes pas Finnois,
qu'êtes-vous donc?»--«Nous sommes, repartit son adversaire, ce que nous
avons toujours été, et ce que nous serions encore à vos yeux, si vos
savants s'en rapportaient à nous, des Huns.»

Répétons ici avec tous les historiens nationaux, et avec les traditions
que les deux cent mille Sicules de Transylvanie conservent depuis treize
siècles dans leurs montagnes, que les Hongrois sont des Huns[40].

[Note 40: Il était généralement reconnu que les Hongrois étaient
frères des Huns, quand parurent les ouvrages de Fischer et de Beyer.
Leurs idées furent combattues; et, l'élan étant donné aux esprits, on
vit se former une foule de systèmes, dont j'ai indiqué en commençant les
plus raisonnables. Les premiers écrivains avancèrent que les Hongrois
étaient étrangers aux Huns, et se rattachaient à la race finnoise.
Depuis, quelques auteurs ont admis que les Huns appartenaient également
à cette race: cependant leur opinion était démentie à l'avance par
l'ouvrage de Deguignes.]

La tradition qu'ils étaient frères des Huns s'est conservée chez les
Magyars de la Hongrie jusque après le moyen âge, jusqu'au moment où la
monarchie hongroise tomba à Mohács et que les glorieux souvenirs
s'effacèrent. Il n'est pas un écrivain hongrois avant cette époque, où
il était encore possible de consulter les documents originaux et de
recueillir les traditions, il n'est pas un écrivain qui, en parlant de
l'histoire de son pays, ne confonde toujours à dessein les Huns et les
Hongrois. Le Notaire Anonyme et Kéza, qui vivaient au treizième siècle,
ne laissent pas de doute à cet égard. Thuróczi et Bonfinio, qui
écrivirent sous Mathias Corvin, commencent l'histoire des Hongrois à
Attila. Le Cujas de la Hongrie, Verböczi[41], va chercher le germe des
institutions hongroises jusque sous les tentes des Hongrois et des Huns:
_Hungari sive Hunni_, dit-il.

[Note 41: Mort en 1542.]

Les écrivains postérieurs à cette époque n'avaient pas les ressources de
leurs prédécesseurs: ils ont répété ce qu'avaient dit leurs devanciers,
ou se sont attachés à raconter les faits présents qui avaient un intérêt
immense. Car depuis le commencement de la domination autrichienne
jusqu'à Joseph II, la Hongrie a été le continuel champ de bataille où
les empereurs et les sultans mesurèrent leur ambition et leur force,
pour le malheur des Hongrois, sur lesquels pesaient toutes les
victoires. À la fin du siècle dernier, des écrivains distingués par leur
science ont donné pour la première fois quelques histoires critiques de
la Hongrie, à l'aide des vieilles chroniques et des mémoires écrits dans
les temps modernes par des hommes qui avaient pris part aux événements.
Il faut tenir compte sans doute de leurs travaux; mais par cela même que
ces histoires sont critiques, raisonnées, elles sont faites sous
l'influence de certaines idées. Pray lui-même a été souvent induit en
erreur par les écrivains allemands. Ce n'est donc pas dans les
historiens modernes que nous chercherons les traditions hongroises, car
ils ont souvent puisé à des sources étrangères, et d'ailleurs ils ne
pouvaient rien ajouter aux données des premiers chroniqueurs.

En même temps que ceux qui écrivaient l'histoire, préoccupés des
événements qui s'accomplissaient sous leurs yeux, laissaient de côté les
origines des Hongrois, les vieilles traditions, les vieux souvenirs
s'effaçaient dans le peuple, en présence des calamités terribles qui
l'accablaient et qui frappaient les esprits bien autrement que les
récits des temps passés. On m'a assuré, en Transylvanie, que les Magyars
de la Hongrie (j'entends ici les paysans) répètent le nom d'Attila comme
celui d'un ancien _vezér_. Je n'ai pu vérifier ce fait, ayant non pas
habité mais seulement traversé la contrée qu'ils habitent. Cependant je
suis porté à croire que les souvenirs sont on peu affaiblis dans la
Hongrie même, car parmi les ouvrages qui ont paru à Pesth et à Presbourg
en réponse à ceux des écrivains allemands, il y en a plusieurs qui
contiennent sur l'origine des Hongrois des idées contraires aux vieilles
traditions comme aux récits des historiens. Il est très concevable, en
effet, que les accusations dont les historiens nationaux ont été l'objet
aient élevé certains doutes dans l'esprit de quelques Magyars, et que
ces derniers, s'abstenant de les consulter, aient suppléé par des
conjectures aux renseignements qui leur manquaient.

C'est là un mauvais système. Il ne faut pas rejeter les écrivains
nationaux parce qu'on les a accusés. On doit au contraire s'en rapporter
à eux, puisque leurs récits suffisent pour démentir une opinion
évidemment fausse: c'est une première preuve qu'ils disent vrai. Si les
traditions manquent en Hongrie, on les trouve vivantes en Transylvanie,
parmi les Sicules. La force des souvenirs est si grande chez cette
fraction du peuple magyar, que, dans le siècle où nous vivons, bien
qu'il y ait quatorze cents ans que leurs pères ont quitté l'Asie, trois
hommes sont partis courageusement, seuls, à pied, pour chercher le
berceau des Hongrois, ou, comme ils disaient, des Huns, et sont allés
jusqu'en Perse, jusqu'au Thibet. L'un était Csoma de Körös, qui est mort
à la peine. Les deux autres, qui sont moins connus, MM. de Szemere et
***, sont retournés en Transylvanie, où ils vivent encore.

Il est naturel que les traditions se soient conservées dans toute leur
force chez les Sicules. Débris des Huns, comme on le verra tout à
l'heure, poursuivis par les nations autrefois soumises, les Sicules,
pour se soustraire à leur vengeance, se retirèrent dans le pays qu'ils
occupent encore aujourd'hui: il paraît même qu'ils y furent subjugués.
Isolé, au milieu de hordes ennemies qui le pressaient de toutes parts,
un jour vainqueur et maître, le lendemain vaincu et dompté, ce peuple a
dû cruellement souffrir et se renfermer plus encore dans sa nationalité.
Relevé un instant par l'apparition de cette seconde armée de Huns qu'on
appela Avars ou Abars, puis enfin par l'arrivée des Hongrois, qui
domptèrent à leur tour les possesseurs de la Dacie, les Sicules ne
s'unirent pas aux nouveaux arrivants, qui se répandirent sur l'Occident
pendant près d'un siècle. Tandis que les Magyars ajoutaient à la liste
de leurs exploits les courses aventureuses qu'ils firent presque
annuellement en Allemagne, en France et en Italie, les Sicules restaient
dans leurs montagnes avec leurs souvenirs, qu'ils se sont fidèlement
transmis jusqu'à cette heure. Quoiqu'ils aient le cœur hongrois et
qu'ils ressentent pour la patrie commune cet ardent amour qui anime tout
Magyar, cependant il est resté en eux un certain esprit de tribu, reste
de l'ancien esprit de nationalité, qui les a soutenus dans l'adversité.
Rappelant la position qu'ils occupent dans une contrée reculée, qui ne
nourrit pas d'hommes de race étrangère, et faisant allusion à la
situation des autres Hongrois qui sont environnés de nations diverses,
les Sicules disent avec fierté: «Les vrais Magyars, c'est nous; ceux du
reste de la Transylvanie sont des Valaques, et ceux de la Hongrie, des
Allemands.»

Or, qui se sentira le droit de dire à une tribu sans mélange: Vos
traditions perpétuées depuis treize siècles affirment que vous êtes des
Huns. On doit les regarder comme certaines, car vous habitez un pays
éloigné où rien d'étranger ne pénètre. Elles s'accordent
merveilleusement avec les récits des historiens nationaux et ceux des
historiens étrangers qui parlent de la Dacie du cinquième siècle.
Cependant j'affirme que vous êtes dans l'erreur depuis treize cents ans,
et c'est à moi de vous apprendre qui vous êtes.

Ou qui osera dire à cette tribu: Je reconnais que vous êtes des Huns,
mais je n'admets pas que vous soyez Hongrois. Il m'est impossible
d'expliquer pourquoi, après avoir gardé si fièrement votre nationalité
depuis la mort d'Attila, vous êtes devenus tout à coup Hongrois;
pourquoi, dans cette Dacie où chacun parlait et parle encore sa langue,
vous avez subitement quitté la vôtre et adopté celle des nouveaux
arrivants, qui n'ont pas pénétré jusqu'à vous, et par quel hasard vous
avez précisément le même caractère et la même physionomie que les
Magyars. Cependant j'affirme que vous n'êtes pas Hongrois.

Il faudrait un courage surnaturel pour tenir l'un ou l'autre de ces
discours. Que si l'on préfère s'abstenir, la question est singulièrement
simplifiée, car elle acquiert une précision mathématique.

En effet, s'il est constaté que les Sicules sont à la fois des Hongrois
et des Huns, on en conclura que les Huns et les Hongrois ne forment
qu'un seul peuple.



§ 3

RELATIONS DES HISTORIENS NATIONAUX.


Combinons les récits de Kéza, du Notaire Anonyme, de Thuróczi et de
Bonfinio; et, en corrigeant ces historiens l'un par l'autre, recherchons
quels furent les commencements des Hongrois[42].

[Note 42: Il faut tenir compte des exagérations et des confusions
que ces chroniqueurs n'ont pu éviter. Cette réserve est nécessaire quand
on consulte les premiers historiens d'un peuple, dans quelque langue et
dans quelque pays qu'ils aient écrit.]

Sans remonter à la confusion des langues, comme les chroniqueurs dont je
parle, disons seulement que les Huns entrent en Europe par le Caucase et
la mer d'Azow (374). Ils paraissent en Dacie (376), en Pannonie (378),
et livrent près de Polentiana (380) une bataille où périssent, selon
Thuróczi, cent vingt-cinq mille Huns et deux cent dix mille Romains.

Maîtres de la Pannonie, les Huns ont une suite de chefs, puis
choisissent ce guerrier fameux que les Hongrois ont appelé Ethele et les
Occidentaux Attila. Kéza parle en détail de ce héros national. Il vante
sa force, sa bravoure, sa générosité, voire même sa propreté et sa
courtoisie. Il décrit ses habitations, dont l'une, décorée avec un goût
extraordinaire, était ornée de colonnes dorées enrichies de pierres
précieuses. Les harnais de ses chevaux étaient superbes; sa table,
magnifiquement parée. Il avait sur sa bannière un aigle couronné, armes
que les Hongrois ont gardé jusqu'au temps de Geyza. Enfin Attila était
le plus grand roi du monde.

Nous ne suivrons pas les chroniqueurs hongrois dans le récit des
victoires d'Attila, dont l'histoire est trop connue. Rappelons seulement
qu'il était né, disent quelques uns, en Transylvanie, à Enyed, et qu'il
partagea d'abord le pouvoir avec Buda ou Bléda, son frère: il le tua en
445.

(Les Sicules de la Transylvanie ont religieusement gardé les noms et les
autres souvenirs de cette glorieuse époque. Ils affectionnent la ville
d'Udvarhely, parce que la tradition rapporte qu'Attila y a campé. Ils
nomment une montagne située près de cette ville, _Bud' vára_, «fort de
Buda», parce que le frère d'Attila y a construit des retranchements qui
se voient encore. Ils appellent _Kadcisfalva_, «village de Kadicsa», un
village voisin, fondé par Kadicsa, un des quatre chefs sous lesquels les
Huns entrèrent en Europe. Attila n'est pas seulement un héros national
pour les historiens hongrois: il l'est encore aujourd'hui pour les
Sicules[43].)

[Note 43: Il y a même une famille, les barons Apor, qui passe aux
yeux de tous pour tirer son origine d'Attila.

Il m'est arrivé un jour de regarder une copie de ce tableau de Rubens ou
de Rembrandt que l'on appelle, si je ne me trompe, _le Porte-Étendard_,
en présence d'un paysan sicule, qui certes n'était pas savant. Ce paysan
me voyant en face du tableau, s'écria: _Attila, Székely király_,
«Attila, roi des Sicules». En effet, le nom d'Attila se lisait à côté du
drapeau. Ce nom seul disait beaucoup. Je fus charmé d'entendre cet homme
parler ainsi, et, pour le mettre à l'épreuve, je haussai les épaules en
disant: _Attila nem vólt Székely_, «Attila n'était pas Sicule».--_Nem?_
«non?»... répliqua-t-il aussitôt. _Attila Magyar király._ «Attila, roi
des Hongrois», cria-t-il alors, pensant que que je lui accorderais cela
plus facilement; et il me regarda fixement, pour deviner ma réponse, de
l'air d'un homme auquel on a fait tort.]

Après la défaite de Châlons et la destruction d'Aquilée, Attila revient
dans ses états--la Hongrie et la Transylvanie--et meurt. Dès cette
époque les Huns s'affaiblissent. Leur puissance va bientôt tomber.

Attila laisse trois fils: Ellak, qui du vivant de son père était roi des
Acatzes, près de la mer Noire; Dengezisch et Irnak.

(Les historiens parlent encore d'un Chaba ou Kaba qui serait le
quatrième fils d'Attila. C'est une erreur. Kaba et Dengezisch ne sont
qu'un seul personnage. Les Huns donnèrent à Dengezisch le surnom de
Kaba, à cause de ses guerres malheureuses. _Kába_ veut dire _en
hongrois_ «fou, étourdi»[44].)

[Note 44: _Transsilvania, sive magnus Transsilvaniæ principatus,
olim Dacia Mediterranea dictus, auctore_ Josépho Benkö,
_Transsilvano-Siculo_. Claudiopoli, _edit. sec._, 1834.]

Les fils d'Attila se disputent le pouvoir. Les nations soumises
profitent de ces discordes pour se révolter. Ellak est battu et tué par
les Gépides. Dengezisch, qui lui succède, est vaincu par les Goths. Une
partie des Huns gagne la Petite-Scythie: l'autre se fait battre par les
Grecs. Dengezisch, à la tête de ce qui reste de Huns, attaque les Goths:
vaincu, il se jette sur les Grecs, éprouve une seconde défaite et trouve
la mort. Les Huns se dispersent, ils mettent à leur tête Kuturg Ur et
Uturg Ur. Ceux qui obéissent à Uturg restent dans la Scythie, où s'était
établi Irnak, troisième fils d'Attila.

(La Scythie prend alors le nom d'_Hunnivár_[45], qui signifie _en
hongrois_ «citadelle des Huns».)

[Note 45: Du Buat, _Hist. anc. des peuples de l'Europe_, t. 8, ch.
3.]

Les guerriers de Kuturg vont au delà de la mer d'Azow. Les uns et les
autres s'unissent aux Avars, qui ne tardent pas à arriver. De là on les
appelle _Hunni-Avares_.

(La dernière expédition de Dengezisch en Grèce a donné lieu à un
proverbe _hongrois_ bien remarquable. Pour exprimer un temps qui ne doit
jamais venir, on dit: «Quand Kaba reviendra de Grèce.» Je ne sais si ce
proverbe est encore usité aujourd'hui, mais il l'était au temps de
Mathias Corvin, comme on le voit par ce passage de Bonfinio[46]. _Hi
Chabam In Græcia interiisse reputarunt; unde orta proverbialis oratio,
adhuc per Ungarorum ora vagatur: Tum redeas quando Chaba e Græcia
revertetur_.)

[Note 46: _Decad._ 1, _lib._ 7.]

Un petit nombre de Huns préfère rester en Dacie, selon le témoignage de
Jornandès, plutôt que de s'aventurer dans de nouvelles courses. Ils
occupent les vallées de la Maros et de l'Aluta. «Ceux-là, ajoutent les
historiens nationaux, sont aujourd'hui nos Sicules.» ils habitent
toujours les mêmes lieux. Ils les conservèrent encore après l'invasion
des Avars; aussi quelques écrivains les font-ils venir avec ces
derniers. Ces écrivains ont été induits en erreur par ce fait que
Sicules et Avars étaient des hommes de même race. Les Sicules paraissent
être restés en Dacie sous deux chefs, Elmedz Ur et Ultindz Ur.

(Les historiens modernes écrivent à tort Kuturgur, Uturgur..., d'où on a
fait ces noms de peuple Kuturgures, Uturgures, etc. Il faut écrire
Kuturg Ur, Uturg Ur, Elmedz Ur, Ultindz Ur, Kotrig Ur, Utrig Ur, etc. Le
mot _ur_ qui se trouve après les noms huns se met _en hongrois_ à la
suite des noms propres, et signifie «seigneur». D'ordinaire les Hongrois
disent simplement les noms de personnes. Mais quand ils veulent marquer
une certaine déférence pour celui dont ils parlent, ils ajoutent le mot
_úr_ à son nom. _Andrási úr_, par exemple, se traduira mot à mot
«Andrási, seigneur», et pourra se rendre à peu près par «Monsieur
Andrási». C'est la coutume de tous les peuples orientaux de mettre après
le nom de la personne son titre ou sa dignité. On dit encore en
hongrois: _Mátyás Király_, «le roi Mathias»; _Biró kapitány_, «le
capitaine Biró». Les Turcs disent également _Ibrahim pacha, Sélim bey_.)

Les Sicules se retirèrent dans les montagnes qu'ils occupent encore
aujourd'hui, soit pour se soustraire aux persécutions des Goths et des
Gépides, soit parce que les Huns pendant leurs expéditions laissaient
dans ces lieux leurs femmes et leurs enfants. Ils devinrent tributaires
des Gépides.

(La tradition sicule assurait depuis treize siècles que le reste du
trésor d'Attila, formé des tributs payés par les rois vaincus, était
caché au pied d'une montagne. Eh bien! elle disait vrai. Il y a moins de
dix ans que ce trésor a été trouvé au cœur du pays des Sicules, près de
Korond. Il se composait surtout de pièces d'or de Bysance[47].)

[Note 47: Les laboureurs qui l'ont découvert se sont enrichis en le
vendant en détail. Celui qui écrit ces lignes a pu encore se procurer
une des dernières pièces.]

En 583, les Avars affranchissent les Sicules en battant les Gépides, de
concert avec les Lombards. Ceux-ci sont appelés en Italie par l'eunuque
Narsès. Les Avars restent seuls maîtres de la Dacie. Un certain nombre
de Huns qui s'étaient fixés en Illyrie viennent les rejoindre. Tous
ensemble attaquent l'empire d'Orient. Leur roi ou kagan meurt, et est
remplacé par Kursz ou Kársz, qui fonde la ville de _Kársz király
árka_[48].

[Note 48: Benkö, _Transsilvania_.]

(Ce nom veut dire _en hongrois_ «Fossé du roi Kársz». On se rappelle
quels étaient les retranchements des Avars. Évidemment ce sont les Avars
qui ont donné à la ville ce nom, que les Hongrois ont trouvé et
conservé.)

Kársz fait une guerre sanglante contre Maurice, empereur d'Orient. Les
Avars assiégent Constantinople en 626. Le chan Bajan, leur chef,
succombe dans une grande bataille. Dès lors ils décroissent, et
Charlemagne les dompte en 803. L'arrivée des Hongrois, qui viennent,
comme les Huns et les Avars, par le Caucase et la mer d'Azow, assure
l'indépendance des Avars et des Sicules. Ceux-ci restent dans leurs
montagnes; mais les premiers unissent leurs bandes à celles des
Hongrois. Tout à l'heure ils étaient appelés dans les chroniques latines
_Hunni-Avares_: ils prennent maintenant le nom hongrois
d'_Abar-Magyarok_.

Les Hongrois se dirigent vers la Pannonie, simplement pour suivre la
trace des Huns. _Tunc elegerunt sibi quærere terram Pannoniæ, quam
audiverant, fama volante, terram Athilæ regis esse, de cujus progenie
dux Almus, pater Arpad, descenderat_[49]. À leur approche les peuples
qui ont connu les Huns s'empressent de faire leur soumission. _Sclavi
vero, habitatores terræ, audientes adventum eorum, timuerunt valde, et
sponte sua Almo duci se subjugaverunt, eo quod audiverant Almum ducem de
genere Athilæ regis descendisse_...[50]. Tous les habitants apportent
des vivres à l'armée envahissante, s'efforcent de captiver la
bienveillance des chefs, leur racontent ce qui est arrivé après la mort
d'Attila, car ils retrouvent dans les nouveaux venus ces mêmes Huns qui
ont laissé une si terrible mémoire[51].

[Note 49: _Anonymus Belæ Regis Notarius_, cap. 5.]

[Note 50: _Anonymus Belæ Regis Notarius_, cap, 12.]

[Note 51: _Id., ibid._]

(La tradition sicule consacre aujourd'hui encore ce fait que, en
apprenant l'arrivée d'hommes qui parlaient leur langue, les Sicules
marchèrent au devant d'eux pour les guider, et les conduisirent en
Dacie. Cette tradition subsistait encore chez les Magyars de la Hongrie
au temps de Mathias Corvin. Je cite encore Bonfinio[52]. _Multi Siculos
qui extremam Daciæ partem cum Attila occuparunt et hucusque tenerant,
quam Transsilvaniam nunc appellant, his in Roxolanos usque, audito
cognatorum adventu, et Amaxobios, quos nunc Ruthenos Rossiosve dicunt,
occurrisse referunt_.)

[Note 52: _Dec._ 1, lib. 9]

Les Hongrois s'emparent de la Pannonie et se jettent sur l'Occident.
Pendant près d'un siècle ils ravagent sans relâche l'Allemagne, la
France et l'Italie. Ce n'est pas ici le lieu de retracer leurs
incursions. J'emprunterai cependant un fait à M. Dussieux, qui a écrit
l'histoire des invasions hongroises. Les Hongrois sont battus près
d'Augsbourg par l'empereur d'Allemagne Henri l'Oiseleur. «Parmi les
prisonniers étaient Leel et Bolchu, célèbres par leur naissance et par
leur courage. L'empereur voulut voir ces deux guerriers, et leur demanda
quel outrage ils avaient reçu des chrétiens pour venir ainsi dévaster
leurs terres. «Nous sommes, dirent-ils, comme le fut Attila, les fléaux
de Dieu.» Enfin les Hongrois quittent la vie aventureuse, sous Gejza, et
entrent dans la grande famille européenne. C'est ici que je dois
m'arrêter.

On a vu, dans ce résumé succinct qui vient d'être fait, que les
_Hun-Abar-Magyarok_, pour parler comme les Hongrois, sont venus par le
même chemin, à intervalles réguliers, et ont conquis tour à tour les
mêmes contrées. Ils marchent tous sous la conduite de chefs librement
élus. Ces chefs ont souvent les mêmes noms. Le nom de Béla, porté par
plusieurs rois hongrois, est celui d'un chef des Huns. Attila a pour
frère Buda: c'est un Buda qui s'arrête près du Danube à la tête des
Hongrois, et fonde la ville de Bude. Les débris des armées dispersées
recherchent avec empressement celles qui arrivent. Les Huns accourent de
l'Illyrie pour s'unir aux Abars. Ceux-ci, ainsi que les Sicules,
marchent au devant des Hongrois. Les nations vaincues par les Huns
reconnaissent des Huns dans les Hongrois, et se soumettent à l'avance.
De leur côté les Hongrois ne sont conduits en Pannonie que par le
souvenir d'Attila, dont ils veulent reconquérir le royaume, et c'est
encore le souvenir d'Attila qui les lance sur l'Allemagne, l'Italie et
la France.

Je demande s'il est rien de plus simple, de plus naturel, de plus
conséquent que les relations des chroniqueurs hongrois. Il fallait
vraiment qu'il y eût un parti pris de les réfuter, pour mettre leur
véracité en doute. Certes, il y a bien des faits avérés historiquement
qui ne sont pas confirmés par des preuves aussi fortes. Et quand les
récits des historiens nationaux sont si clairs et si simples, où est la
nécessité d'aller chercher si loin, pour les Hongrois, une origine à
laquelle ils n'ont jamais songé, et de les convertir en Lapons, en
Esthoniens, en Kalmoucks, en Baschkirs, en Groënlandais, etc., etc.,
etc., car on a peine à suivre l'imagination teutonique dans toutes les
régions où il lui a plu de s'égarer. Il faut avoir visité l'Allemagne
pour comprendre comment certaines erreurs naissent et prennent
consistance dans cette docte et studieuse contrée. Il faut avoir vu les
hommes de talent, vivant dispersés dans de petites villes, au milieu
d'un cercle de partisans, et s'attachant d'autant plus à leurs opinions
qu'elles sont moins contestées autour d'eux.

Admettons donc ce premier point: en disant que les Hongrois sont des
Huns, les historiens nationaux sont appuyés par les traditions
hongroises. Il reste à démontrer qu'ils sont également d'accord avec les
historiens étrangers. Mais avant de sortir des preuves tirées des
monuments hongrois, essayons de répondre à ceux qui les ont repoussées.

On s'est attaqué principalement aux Sicules: car, s'il faut reconnaître
en eux les restes des Huns, l'origine des Hongrois n'est plus douteuse.
Quelques érudits ont nié qu'ils aient habité la Transylvanie dès le
cinquième siècle, comme débris des Huns. Ils ont osé dire à des hommes
dont l'amour national est le plus fort des sentiments que leur
attachement à la mémoire des Huns était chose fort absurde, par
l'excellente raison qu'ils étaient d'avis, eux écrivains, que les Huns
et les Sicules n'avaient aucune espèce de parenté.

Un jésuite allemand, Fasching[53], rappelant ce passage des historiens
nationaux qui porte à trois mille le nombre des Huns restés en
Transylvanie, trouve impossible que trois mille hommes aient occupé la
Dacie, quand les Romains, avec toutes leurs forces, ne purent la
conserver. Il suppose que les Sicules sont simplement des Jazyges,
placés par Béla IV aux frontières, dans le treizième siècle, pour
défendre le pays contre les Tatars.

[Note 53: Je cite avec quelques détails les opinions de Fasching et
d'Engel, parce qu'elles ont été généralement adoptées. Ce fut après eux
que les écrivains allemands développèrent hardiment leur système.]

En niant qu'un petit nombre de Huns soient restés en Dacie, Fasching
n'est pas seulement en contradiction avec les chroniqueurs hongrois, il
l'est encore avec Jornandès, dont il faut se méfier quand il parle des
Goths, mais dont la véracité du reste est des mieux constatées, et il
l'est de plus avec tous les écrivains sicules, qui ont constamment
affirmé le même fait. En outre Kéza et Thuróczi, en donnant ce chiffre
de trois mille, font entendre qu'il s'agit seulement des guerriers. Or
ces guerriers avaient leurs femmes et leurs enfants, ce qui porte à
quinze mille environ le nombre des Huns restés en Dacie. Est-il donc
absurde de croire que ces quinze mille individus, qui, suivant Kéza,
absorbèrent les Valaques qui se trouvaient parmi eux, aient pu vivre
dans des montagnes reculées, jusqu'à l'arrivée des Avars et des
Hongrois, et qu'ils se soient multipliés en treize siècles au point de
former une tribu à part de deux cent mille âmes? Fasching trouve
impossible que trois mille Huns occupent la Dacie, que les Romains avec
toutes leurs forces ne purent conserver. Il a certes parfaitement
raison. Mais, loin de le supposer, nous disons au contraire qu'ils se
retirèrent dans les montagnes pour se faire oublier, qu'ils payèrent un
tribut aux Gépides, et qu'ils ne furent délivrés que par l'arrivée de
leurs compatriotes. Enfin Fasching, en avançant que les Sicules ont été
placés aux frontières par Béla IV, commet une erreur très grave. En
effet, saint Étienne, qui fonda le royaume de Hongrie et divisa en
comitats le territoire hongrois, ne compte tout le pays occupé par les
Sicules que comme un seul comitat. De là le titre de _comes Siculorum_
que portèrent après lui les rois de Hongrie, et que portent de nos jours
les empereurs d'Autriche. Cela est constaté dans les lois hongroises. Ce
fait montre qu'au temps de saint Étienne les Sicules avaient déjà le
pays qui porte leur nom et qu'ils occupent toujours. Est-il besoin
d'ajouter que saint Étienne a vécu au commencement du onzième siècle, et
que par conséquent les Sicules n'ont pu être postés aux frontières sous
Béla IV dans le courant du treizième?

La plupart des écrivains qui n'ont pas voulu reconnaître dans les
Sicules les débris des Huns se sont accordés à dire qu'ils n'étaient
autre chose qu'une fraction de Cumans, lesquels s'emparèrent de la
Moldavie (Atelkouzou) dans le même temps que les Magyars d'Árpád se
rendaient maîtres de la Pannonie. On a supposé que plusieurs milliers de
Cumans avaient passé les montagnes de la Moldavie et étaient venus
s'établir en Transylvanie sous le nom de Sicules. Engel, en sa qualité
d'Allemand un peu magyarisé, arrange toute une histoire en s'appuyant
sur la langue hongroise. Mais cette opinion n'est pas fondée. D'abord on
ne trouve dans aucun historien ni dans aucun document quelconque cette
transmigration de Cumans. De plus, une pareille hypothèse est en
contradiction avec les faits.

Les différentes tribus hongroises qui marchèrent vers l'Europe se firent
en chemin la guerre. Cela est arrivé au reste à toutes les tribus des
grandes nations. Elles se sont toujours battues entre elles, soit dans
la patrie même, quand la population devenait trop nombreuse, soit en
route, quand elles se disputaient un nouveau sol. Les tribus hongroises
se combattirent dès l'Asie, et continuèrent à se faire la guerre en
Europe. Les Cumans, par exemple, défendirent la ville russe de Kiew
contre les Magyars. Il est vrai qu'ils s'unirent le lendemain de la
bataille. Après que le royaume de Hongrie fut fondé, l'esprit de tribu
dura encore. Les Magyars, qui marchaient sous Árpád, avaient pris plus
d'importance que les autres tribus, et le pays s'était appelé «royaume
Magyar», _Magyar ország_. Tous ne formaient plus qu'un seul peuple. Mais
il restait encore dans chaque bande un esprit de tribu, et des révoltes
éclatèrent parmi ceux qui n'étaient pas Magyars. Les Cumans se
soulevèrent sous Ladislas IV, vers la fin du treizième siècle. Ils
habitaient plusieurs points du royaume. Partout et en même temps ils
prirent les armes, car ils obéissaient tous à cet esprit de tribu qui
était alors dans toute sa force et qui n'a pas entièrement disparu de
nos jours. Or, entre les Hongrois restés fidèles, quels furent ceux qui
se levèrent les premiers pour comprimer la révolte? Les Sicules, que
l'on veut confondre avec les Cumans; les Sicules, qui se révoltèrent
aussi de leur côté, à d'autres époques. Voici le commencement d'une
charte accordée le 17 septembre 1289 aux Sicules par Ladislas IV,
laquelle fait complètement justice de l'opinion que nous combattons en
ce moment:

_Consideratis fidelitatibus et meritorum servitiis Siculorum nostrorum
quæ primo Domino Regi Stephano, patri nostro carissimo, et per
consequens nobis, cum summo ardore fidelitatis laudabiliter
exhibuerunt:--nam, cum Comani, versi in perfidiam, ausu temerario
elevato vexillo, crimen læsæ majestatis non formidantem in Houd[54]
contra personam nostram insurrexerant, convenerant; iidem Siculi, dubios
eventus fortunæ non verentes, nobis cernentibus, contra ipsos Comanos,
et aciem eorumdem, se viriliter et laudabiliter opposuerunt, et in eodem
prælio nobis multipliciter meruerunt complacere_...[55].

[Note 54: Vieux mot hongrois pour _Had_, «guerre».]

[Note 55: Benkö, _Transsilvania_.]

Il faut remarquer avec quelle assurance les écrivains allemands avancent
que les Sicules sont tantôt des Cumans, tantôt des Jazyges, et cela sans
aucune espèce de preuves. On ne s'étonnera pas alors qu'Engel, marchant
sur les traces de ses devanciers, ait composé une véritable histoire.
Dans l'année 893, dit-il, les Magyars se trouvaient dans la grande
Moravie, où Arnoulf les avait appelés; ils avaient laissé leurs
vieillards dans la Moldavie supérieure, sous la garde de quelques
guerriers, quand les Bulgares et les Petchénègues fondirent sur leurs
terres. Les guerriers s'enfuirent et se réfugièrent dans les montagnes
qui séparent la Transylvanie de la Moldavie. Telle est l'origine des
Sicules. Les Magyars les retrouvèrent quand ils vinrent en Transylvanie,
et, comme ils étaient prodigues de sobriquets, il est _probable_ qu'ils
les nommèrent _Székely_ (de _szökni_, fuir). C'est pour cette raison
qu'ils furent condamnés à marcher à l'avant-garde des armées hongroises,
et qu'ils furent appelés dans les annales _nequissimi_ et
_vilissimi_[56].

[Note 56: Les Sicules sont appelés en hongrois _Székely_, parce que,
dit-on, les Huns laissaient leurs femmes et leurs enfants dans les
montagnes qu'ils occupent aujourd'hui, et qui furent appelées _Szék
hely_, «lieu de la demeure». D'autres pensent que les Magyars, trouvant
l'administration sicule toute organisée, appelèrent le pays des Sicules
_Szék hely_, ce qui veut dire aussi «lieu de siéges». Le jésuite Timon
prétend que _Székely_ dans le vieux hongrois signifiait «gardien», et
que les Sicules reçurent ce nom parce qu'ils gardaient les frontières.
Verböczi écrit que les Sicules sont appelée ainsi par corruption de
Scythules (_Scythuli_), parce qu'ils étaient venus de la Scythie, comme
tous les Huns.]

Aucune preuve ne vient appuyer le récit d'Engel: il est au contraire
démenti par plusieurs faits. Les Sicules ont reçu quelquefois des
épithètes peu flatteuses, à cause de leurs révoltes, et de l'envie
qu'excitaient leurs priviléges; mais tous les documents hongrois
signalent leur bravoure. Ils sont appelés dans le décret Tripartit[57]
_rerum bellicarum expertissimi_, et dans le Diplôme de Léopold[58]
_genus hominum bellicosissimum_. Pour mettre à profit leur humeur
belliqueuse, les rois de Hongrie leur imposèrent le service militaire,
en les exemptant de toute autre charge. Ce service consistait à marcher
à l'avant-garde des armées hongroises pendant la guerre, et à garder les
frontières pendant la paix. Il est étrange qu'Engel, oubliant
l'histoire, trouve cette singulière explication aux devoirs militaires
des Sicules. Les Hongrois d'ailleurs n'auraient pas commis l'imprudence
de mettre à l'avant-garde les hommes les plus lâches de l'armée.

[Note 57: Livre de lois hongroises.]

[Note 58: Charte de Transylvanie.]

Voilà les objections qui ont été faites aux Sicules. Ils répondent, ce
nous semble, suffisamment. De la discussion historique qui précède
ressort ce fait que les Sicules occupent la Transylvanie dès le
cinquième siècle, fait qu'il est impossible d'expliquer si on repousse
les écrivains hongrois.

Nous arrivons donc, en étudiant l'histoire, aux mêmes conclusions qu'en
consultant la tradition, à savoir que, les Sicules étant reconnus pour
des Huns et pour des Hongrois, il en résulte que les Hongrois sont des
Huns.



§ 4.

RELATIONS DES HISTORIENS ÉTRANGERS.


Consultons maintenant les chroniques des différentes nations qui ont eu
successivement à se défendre contre les Huns, les Avars et les Hongrois.
N'ont-elles pas reconnu les mêmes ennemis dans les armées qui les
attaquaient sous ces trois noms?

Voyons d'abord les historiens bysantins. Jean Malala et Théophane
appellent les Avars un peuple hunnique. Simocatta écrit d'eux, après les
avoir nommés Avars: «Ces Huns, voisins du Danube, forment le plus fourbe
et le plus avide des peuples nomades.»

Léon Diacre, en parlant des Hongrois qui firent en 961 la guerre à
l'empire, dit: «Ils portent le nom de Huns.» Cinname et Théophane
donnent continuellement le nom de Huns aux Hongrois. Nicéphore Grégoras,
en racontant l'irruption mongole de 1224, qui mit le royaume de Hongrie
à deux doigts de sa perte, dit que les peuples qui habitaient alors près
du Danube «s'appellent Huns et Cumans». Enfin Ducas, qui écrit au
quinzième siècle, désigne encore les Hongrois sous le nom de Huns.

Que les premiers annalistes, au moment de l'apparition des Magyars,
aient écrit des erreurs sur leur origine, il n'y a personne qui s'en
étonne. Qu'un certain nombre d'écrivains bysantins aient donné à ces
nouveaux venus le nom de Turcs, c'est encore ce que l'on peut expliquer:
les Grecs appelaient ainsi tous les peuples nomades[59]. Mais au
quinzième siècle, au temps de Jean Hunyade, quand les relations entre
Bude et Constantinople étaient si fréquentes, des écrivains
pouvaient-ils commettre une erreur aussi grossière? Et s'ils se
servaient précisément du nom de Huns, n'était-ce pas parce qu'ils se
savaient bien informés?

[Note 59: «De même que les historiens chinois, arabes, et, en
général, tous les écrivains orientaux, ils appliquent indistinctement
aux peuples nomades la dénomination de _Turcs_. Ce mot, dans les langues
orientales, signifie «émigrants». En langues chaldéenne et syriaque,
_tarek_ (adjectif) et _tiruk_ (substantif): en arabe _tharaka_ veut dire
«abandonner». Il est à remarquer que le nom de Turc, qui se retrouve
souvent dans les historiens, n'était porté par aucun des peuples
auxquels on l'a donné. Les _Turcs_-Hongrois se nomment Magyars. Les
_Turcs_ de Constantinople s'appellent _Osmanlis_, etc.» Etienne Horvat,
Pesth.]

Les historiens occidentaux ne sont pas moins clairs que les écrivains
bysantins. Ouvrons les recueils de dom Bouquet pour la France, de Pertz
pour l'Allemagne, de Muratori pour l'Italie, et voyons si les
occidentaux avaient retrouvé des Huns dans les Avars.

La Chronique de Verdun, les Annales d'Eginhard, les Annales Pétaviennes,
les fragments d'Annales de 768 à 806, donnent toujours aux Avars le nom
de Huns. Dans les Annales de Fulde, la Chronique de Sigebert, les
_Annales Francorum_ de 714 à 817, nous trouvons tantôt le nom de Huns,
tantôt celui d'Avars. Les auteurs de ces chroniques ne commettent ici
aucune confusion. C'est toujours de ce peuple habitant la Pannonie, au
milieu des Slaves, qu'ils veulent parler. Quelquefois ils nous
avertissent qu'il porte les deux noms. La Chronique d'Herman, par
exemple, nous dit: _Hunni, qui et Avares, a Caroli vincuntur exercitu_.
Nous lisons dans Paul Diacre: _Alboin vero cum Avaribus, qui primum
Huni, postea a regis proprii nomine Avares appellati sunt_... Au
troisième livre des Gestes des Français d'Aimoin, on trouve: _Tunc
temporis Huni, qui et Avares dicuntur, a Pannonia egressi, in Thoringam
bella gravissima cum Francis gesserunt_. Qu'on ne s'imagine pas que les
annalistes aient été induits en erreur parce que les Huns et les Avars
venaient de la Pannonie. Ils les distinguaient précisément des autres
peuples qui ont possédé cette contrée entre les diverses invasions
hunniques.

Il n'est pas nécessaire de multiplier les citations. Disons seulement
que les Annales de Saint-Gall, les _Annales Francorum_ de 761 à 814, les
Annales de Metz, la Vie de saint Rudpert, les vers de Théodulfe, ceux du
poëte Saxon, et d'autres écrits encore, constatent ce fait, avec les
chroniques déjà citées, que les Avars étaient reconnus pour des Huns. Il
en est de même des Hongrois.

L'auteur des Gestes de Louis le Débonnaire, après avoir dit que
l'empereur passa le Rhin «pour yverner en un lieu qui en Tyois est
apelez Franquenoforth», ajoute: «Là fist assembler un parlement de
toutes les nations qui de là le Rim obéissent au roiaume de France: ovec
les princes dou païs ordena en ce parlement de toutes les choses qui
apartenaient au porfit de la terre. En ce parlement oï et congea dui
manières de messages des Normans et des Avares, qui or sont apelé
Hongre, si com aucun volent dire.» Remarquez combien notre chroniqueur
est exact. Ces événements se passent en 822: aussi a-t-il conservé le
nom d'Avars. Mais comme au temps où il écrit les Avars sont oubliés et
remplacés par les Hongrois, il prévient son lecteur, pour plus
d'éclaircissements, que les deux peuples n'en font qu'un. Le chroniqueur
du monastère de Saint-Wandrille donne des détails aussi circonstanciés.
Il dit positivement que les Huns, les Avars et les Hongrois, ne sont
qu'un seul peuple. Quand il raconte le partage de l'empire français
entre les fils de Louis, _Ludovicus_, dit-il, _præter Noricam, id est
Bajoariam, quam habebat, tenuit regna quæ pater suus illi dederat, id
est Alemanniam, Turingiam, Austrasiam, Saxoniam, et Avarorum, id est
Hunnorum seu Ungarorum, regnum_. Les Annales de Fulde appellent toujours
les Magyars «des Avars auxquels on donne le nom de Hongrois», _Avari qui
dicuntur Hungari_.

J'abrège et ne fais pas mention des chroniqueurs ni des poëtes qui
emploient les mots _Hunni_ ou _Avares_ quand ils parlent des Hongrois.
Il y en a beaucoup[60].

[Note 60: V. entre autres, dans _Muratori_, le panégyrique de
Bérenger et les notes, ainsi que les additions à la chronique de
Salerne: _Hunni et Avares eadem gens fuere qui postea Hungri seu Hungari
appellati sunt, et adhuc appellantur..._]

Les écrivains que nous venons de citer ont commis, il est vrai, bien des
fautes par ignorance. Mais ils nous paraissent bien informés quand ils
confondent à dessein les Huns, les Avars et les Hongrois. Il est
impossible de comprendre comment les chroniqueurs français, allemands et
italiens, écrivant dans des temps et des pays divers, commettraient
précisément les mêmes erreurs que les annalistes hongrois et bysantins,
dont ils étaient fort éloignés. Si tous s'accordent, c'est parce qu'ils
disent vrai.



§ 5.

PARALLÈLE ENTRE LES HUNS, LES AVARS ET LES HONGROIS.


Aux citations qui viennent d'être reproduites nous joindrons quelques
remarques qui les complètent et qui aideront à faire connaître les
peuples hunniques.

Nous avons dit que les Huns et les Hongrois avaient les mêmes étendards.
De plus, ils maniaient les mêmes armes, _arcus, cultros et lanceas_,
disent les chroniques. Les soldats qui composaient ces grandes armées
émigrantes avaient pour costume le pantalon flottant de toile blanche,
qui était porté de temps immémorial par certains peuples de l'Asie (les
Persans entre autres), la courte chemise, les bottes, chaussure
ordinaire des cavaliers, et une peau d'animal: c'est absolument de cette
façon que s'habillent aujourd'hui les paysans magyars[61]. Quant aux
_vezérs_, ils avaient les bottines, particulières aux chefs asiatiques,
et cet habit serré au corps qui descend jusqu'aux genoux et s'attache
sur la poitrine, que portent même aujourd'hui les gentilshommes
hongrois, et qu'on appelle encore, d'un bout de la Hongrie à l'autre, un
_attila_; ils jetaient sur l'épaule la _mente_ ou une peau de tigre.
Répandez l'or et les pierreries sur cet habit de guerrier et de
chasseur, et vous avez ce magnifique costume hongrois dont l'éclat
frappait les Grecs raffinés de Constantinople, et qu'on peut voir, en ce
moment même, à la diète de Presbourg.

[Note 61: Ce pantalon est si large, qu'il figure un jupon. De là
vient qu'Ammien Marcellin a écrit des Huns: «Ils s'habillent avec de
petits jupons», sans songer qu'un peuple cavalier ne peut pas se
costumer ainsi.

Les Avars avaient la coutume hongroise de se tresser les cheveux.

           _... colubrimodis Avarum gens dira capillis._
                                                         (Corippe.)


         «... Du reste ils étaient habillés comme les Huns.»
                               (Deguignes, _Hist. des Huns_, liv. 4.)]

On a remarqué que, si un nom de Hun ou un nom avar a un sens quelconque,
c'est à l'aide de la langue hongroise qu'on peut l'expliquer. Nous
ajouterons que les Huns et les Hongrois avaient le même alphabet.
L'alphabet connu sous le nom de huno-scythe, qui est reproduit dans les
ouvrages de Mathias Bel, de Gyarmathi et de Besse, était, les savants
l'ont dit, l'alphabet des Huns. Or il rend parfaitement tous les sons de
la langue hongroise et n'en rend pas d'autres. Personne n'ignore que les
premiers rois chrétiens de Hongrie s'empressèrent d'adopter les lettres
envoyées de Rome, et de faire disparaître la vieille écriture magyare.
Ce fut surtout chez les Sicules que l'écriture nationale se conserva.
Gyarmathi, dans son premier ouvrage, a donné une inscription hongroise
du treizième siècle qui se trouvait gravée sur une église du siége
sicule de Csik. Cette inscription consiste purement en lettres
empruntées à l'alphabet des Huns, et Gyarmathi, avec la clef de cet
alphabet, est parvenu à la déchiffrer.

Nous pouvons reconnaître que les peuples hunniques sont venus de l'Asie,
à ce fait qu'ils apparaissent en Europe par hordes immenses de cavaliers
fougueux, parcourant l'espace avec une rapidité incroyable. Comme les
autres peuples asiatiques, ils estimaient peu les richesses qu'ils
conquirent si rapidement: ils ne furent pas amollis par le luxe. Les
Grecs s'étonnaient de retrouver toujours aussi intrépides des guerriers
qui couvraient de plaques d'or et de pierres précieuses leurs habits,
leurs selles et les harnais de leurs chevaux. Ce furent les dissensions
intestines qui perdirent les Huns, les Avars, et qui firent tomber le
royaume de Hongrie.

L'organisation des bandes était la même chez les Huns et chez les
Hongrois. «L'empire des Huns était gouverné par vingt-quatre principaux
officiers qui commandaient chacun un corps de dix mille cavaliers. Ils
avaient sous leurs ordres des chefs de mille hommes, de cent hommes, de
dix hommes[62]». Telle est la base de l'administration établie en
Hongrie par saint Étienne. Le législateur n'organisa si vite son royaume
que parce qu'il appliqua à la formation de l'état les règles qui
régissaient son armée.

[Note 62: Deguignes, _Hist. des Huns_, liv. I, p. 26.]

En parlant de la religion des Huns, Deguignes écrit: «Tous les jours le
Tanjou ou chef sortait de son camp, le matin pour adorer le soleil, et
le soir la lune...»[63]. Ménandre rapporte ainsi le serment prononcé par
le Chagan des Abars: «Si je manque à ma parole, que le glaive
m'extermine, moi et ma nation; que le dieu Feu, qui est dans le Ciel,
nous frappe...»[64]. Les Hongrois avaient les mêmes croyances. Venus
après les Huns et les Avars, ils apportèrent seulement des idées plus
pures. Suivant Cornides, ils adorèrent d'abord le soleil, puis ne virent
en cet astre qu'un symbole de la divinité, et furent amenés ainsi à
reconnaître l'unité de Dieu. En effet, on ne peut douter que les
Hongrois n'aient adoré le soleil, si on remarque que leurs croyances
religieuses se rapprochaient de celles des Persans. Comme eux, ils
sacrifiaient des chevaux blancs à leur divinité. Le nom même qu'ils
donnaient à Dieu, _Isten_, dérive du persan _Iesdân_. Aujourd'hui encore
nous appelons _Isdaniens_ les peuples guèbres de la mer Caspienne.

[Note 63: Deguignes, _Hist. des Huns_, l. 1, p. 26.]

[Note 64: _De Legat._, lib. 2.]

Ces analogies, à défaut des chroniques, suffiraient pour établir la
communauté de race entre les Huns, les Avars et les Hongrois.

Il nous semble enfin qu'on pourrait adresser une question fort difficile
à ceux qui repoussent les traditions hongroises et les relations de tous
les historiens. Les armées qui ravagèrent l'Occident sous Attila
n'étaient pas seulement composées de Huns. Les Huns ne fournissaient
qu'un certain nombre de cavaliers, particulièrement dévoués à Attila,
mais qui ne formaient pas même la moitié des combattants. Le reste était
composé de Gépides et autres barbares que les Huns entraînaient avec
eux. Ce fait est non seulement prouvé par le rapport des historiens,
mais il sera évident pour quiconque se souviendra qu'aussitôt après la
mort d'Attila le vaste empire des Huns disparut. Pour expliquer cette
disparition subite et complète, il faut admettre que les Huns se
retirent, et que chacun des peuples qui, de gré ou de force, suivaient
Attila, reprend son indépendance.

Maintenant peut-on supposer que les Huns, qui occupaient, suivant
Deguignes, un empire étendu, et formaient un des peuples les plus
formidables de l'Asie, disparaissent complétement de la terre parce que
les guerriers d'Attila ont péri? Qu'on exagère les chiffres des
historiens, qu'on admette que plus d'un million de soldats obéissaient à
Attila, on n'osera pourtant pas avancer que la moitié ou le tiers de
cette armée fût tout ce qui restait de ce peuple formidable. En lisant
attentivement l'histoire des Huns, en observant les vicissitudes de
cette nation, qui a joué un si grand rôle en Asie, on se dit malgré soi
que tout n'est pas fini, que la déroute d'Attila n'est qu'une affaire
d'avant-garde, et on pressent l'arrivée de ces bandes innombrables qui,
du sixième au dixième siècle, viennent sous des noms différents se
retrouver en Pannonie.

On a dit que les Huns, les Avars et les Hongrois, n'eussent eu qu'un
même nom s'ils avaient formé un seul peuple. Avant d'examiner la valeur
de cette remarque, peut-être n'est-il pas hors de propos d'indiquer les
étymologies que l'on a données à ces différents noms.

Les Huns sont appelés par quelques écrivains _Chuni_, _Urgi_, _Ugri_,
_Massagetæ_. Philippe Melanchton pensait que le mot _Hun_ venait de
l'hébreu _hana_, «camper». C'est un nom purement hongrois: _Hun_, au
pluriel _Hunok_. Les Cumans, en hongrois, se nomment _Kun_, _Kunok_[65].
Les Avars ont été ainsi appelés, selon les uns, à cause de leurs fameux
retranchements. En hongrois, _vár_ signifie «forteresse», comme en
hébreu. Selon d'autres cette dénomination vient du nom d'un de leurs
chefs, _Var_. Nombre d'écrivains les appellent _Varchuni_ (peut-être
«Huns des forteresses»?). On a aussi écrit que les Bohêmes les nommaient
_Obor_, «géants», à cause de leur grande taille. Enfin on dit encore que
les Avars se nommèrent ainsi, parce qu'ils étaient la réserve des Huns,
des Huns tués et dispersés: _Avar_, en hongrois, signifie l'herbe qui
reste sur la prairie et qu'on ne coupe pas. Le nom de _Magyar_ est
hongrois. Quant à celui de _Hungari_, qui a été reproduit avec une foule
de variantes, le Notaire Anonyme le fait venir de la ville de Hungu.
Fessler pense que ce nom a été adopté par les Européens parce que les
Ostiaks appelèrent les Magyars _Ogur_, _Ugor_, à cause de leur taille
élancée; ce qui correspond à l'_Obor_ des Slaves. Il y a une quantité
d'explications différentes.

[Note 65: Dans le vieux hongrois, le _k_ était très aspiré: on le
confondait presque avec l'_h_.]

Voilà bien des noms en effet. Mais n'avons-nous pas vu que les Hongrois
qui ont conquis la Pannonie étaient divisés en tribus, lesquelles
avaient chacune leur nom distinct? D'ailleurs il est très naturel que
des hordes étrangères qui vinrent, à plusieurs époques, ravager nombre
de contrées, aient reçu des uns et des autres une foule de noms
différents. Plus de vingt ou vingt-cinq noms divers ont été donnés aux
Hongrois seuls, grâce aux confusions et à l'ignorance des chroniqueurs.
Ce peuple qui depuis tant de siècles occupe le centre de l'Europe, et
qui dans sa langue se nomme _deutsch_, est appelé par les Français
_allemand_, par les Anglais _german_, par les Italiens _tedesco_, par
les Hongrois _német_, par les Turcs _nemtze_, etc.

La différence de noms ne serait donc pas ici une objection. Mais cette
différence n'existe pas. Bien au contraire, entre tous les noms que nous
avons énumérés il y a un certain rapport qui indique entre chaque membre
de la grande nation une parenté évidente. Dans tous se trouve le nom
_Hun_ ou _Kun_, sous lequel sans doute fut désignée cette nation
orientale. Les Huns n'en ont pas d'autre. Les Cumans, je le répète,
s'appellent _Kunok_. Les Avars sont aussi nommés _Varchuni_. Enfin cette
fraction qui, dans sa langue, porte le nom de Magyar, a reçu de tous les
étrangers celui de _Hungari_. Ce nom, dit Lebeau, marque leur
descendance des Huns.

Engel avance que décidément les Hongrois sont étrangers aux Huns, parce
que les Huns étaient «trop laids». L'objection est singulièrement
flatteuse pour les Hongrois; mais nous la combattrons, car on l'a prise
au sérieux. On a parlé du type «particulier» des Huns, on a rappelé ce
qu'a écrit Ammien Marcellin: «Leurs membres gros et courts, avec un
petit col fort épais, donnent à tout leur corps une apparence si
grossière, qu'on les prendrait pour des monstres à deux pieds, ou pour
des poteaux grossièrement taillés...»

Nous avons dit plus haut que les Huns ne formaient qu'une partie de
l'armée d'Attila. Il est certain que tous les peuples de l'Asie se
trouvaient dans son camp. La description d'Ammien Marcellin peut
s'appliquer à plusieurs d'entre eux.

Sait-on d'ailleurs quelle description certains auteurs ont faite des
Hongrois du dixième siècle? On possède la date précise à laquelle les
Hongrois ont mis fin à leurs expéditions aventureuses dans l'Occident.
On connaît exactement le sol où vivent aujourd'hui leurs fils: c'est ce
qu'on nomme les _Puszta_, les Steppes. On sait en outre que les Hongrois
ne se sont pas mêlés aux vaincus, puisqu'ils ont pris possession des
plaines, fidèles aux goûts qu'ils apportèrent de l'Asie, et que ceux-ci
se sont réfugiés dans les montagnes. Vous rencontrerez donc en Hongrie
les véritables descendants de ces guerriers qui dans le courant du
dixième siècle jetèrent l'épouvante dans nos contrées. Voyez-les. Vous
ne tarderez pas à reconnaître que les Magyars forment une des plus
belles races qui existent. Puis, avant que vos impressions s'effacent,
lisez ce que nos écrivains du moyen âge ont écrit de leurs pères. «Ces
chroniques nous représentent les Hongrois comme des hommes _de petite
taille_, mais d'une vivacité extraordinaire, ayant la tête entièrement
rasée, pour ne donner aucune prise à leurs ennemis, _les yeux enfoncés_
et étincelants, _le teint jaune_ et basané. _Leur seul aspect
épouvante_, car leur visage, _véritable amas d'os, est couvert_ de
cicatrices et _de difformités_; les mères, disait-on, pour habituer
leurs enfants à la douleur et les rendre terribles à voir, les frappent
et les mordent au visage dès qu'ils sont nés»[66]. Ajoutons, avec les
légendes allemandes, qu'elles se livraient à cet exercice à l'aide d'une
grosse dent, semblable à une défense de sanglier, qui leur pendait au
côté gauche de la bouche....

[Note 66: Dussieux, _Essai historique sur les invasions des
Hongrois_.]

Si l'on peut rejeter les portraits que les chroniqueurs ont tracés des
Hongrois, est-il permis de prendre au sérieux les descriptions qu'ils
nous ont données des Huns?

Les peuples attaqués par les Huns et par les Hongrois ont dû les
regarder avec terreur. En les voyant sur le champ de bataille ou dans la
ville prise, couverts du sang de leurs frères massacrés, ils ont eu pour
eux une horreur profonde. Joignez à ces sentiments ce qu'ajoutaient la
renommée et l'imagination, et vous vous étonnerez que les Huns et les
Hongrois ne nous apparaissent pas plus hideux encore. L'ennemi est
toujours affreux.

Il est également fort concevable que les vaincus nous les représentent
comme une horde de brigands, vivant sans Dieu, sans lois, et n'ayant
d'autre jouissance que celle d'égorger: _Hungarorum gentem cupidam,
audacem, omnipotentis Dei ignaram, scelerum omnium non insciam, cædis et
omnium rapinarum solummodo avidam_[67]... Aussi n'est-ce pas dans nos
annales que nous étudierons les mœurs des peuples hunniques. En effet,
tandis que nos auteurs du moyen âge ne parlent qu'avec une sainte
horreur

                   des Hongres, que Dieu puist maléir!

plusieurs historiens grecs et arabes les peignent comme un des peuples
les plus policés[68].

[Note 67: _Luitprandi historia_, cap. 5.]

[Note 68: V. page 52.]

Sans doute, en leur qualité de peuple nomade et guerrier, ils vivaient
du fruit de leurs victoires. Ils pillaient, ils cherchaient à s'emparer
du sol. C'en était assez pour qu'ils devinssent odieux aux nations de
l'Europe. Mais faut-il, sur le simple rapport de nos annalistes, les
regarder comme des barbares placés au dernier degré de la civilisation?
Faut-il oublier qu'ils ne marchaient jamais sans chefs librement élus
par eux? qu'ils avaient tous droit à délibérer dans les diètes générales
que les _Vezérs_ convoquaient chaque fois qu'une décision importante
était à prendre? qu'ils avaient des lois, dont l'exécution était confiée
à certains guerriers revêtus d'un caractère presque sacré? que les
disputes étaient promptement terminées et les vols sévèrement punis par
ces magistrats? Faut-il oublier que leurs croyances religieuses étaient
beaucoup plus belles que celles des Grecs et des Romains, puisqu'ils
adoraient un seul Dieu? Quand ils pénétrèrent en Pannonie, ils
envoyèrent un de leurs guerriers à la découverte. Le messager revint au
camp, au bout de plusieurs jours, portant un peu de terre et une corne
remplie d'eau du Danube. Árpád montra à ses soldats l'eau et la terre,
qui furent trouvées bonnes; puis, s'adressant au Dieu des Hongrois, il
lui sacrifia un cheval blanc, en le priant d'accorder à ses serviteurs
la possession de ce sol fertile.

Nos chroniqueurs, en parlant des Magyars, omettent ces faits ou les
expliquent d'une manière étrange, car ils sont sous l'impression des
récits exagérés qu'ils entendent. Après avoir dit que le vol était
sévèrement puni parmi les Hongrois, «qu'adviendrait-il, en effet, s'ils
se volaient entre eux?», ajoutent-ils. _Nullum scelus apud eos furto
gravius; quippe sine tecti munimento pecora et armenta alimentaque
habentibus, quid præter sylvas superesset, si furari liceret_[69]?
L'explication n'est pas sérieuse. Il serait arrivé ce qui a été vu chez
tous les peuples nomades que ne régissaient pas certaines lois. Après
avoir pillé les vaincus, les vainqueurs se disputaient le butin. C'est
ce que font de nos jours les Arabes que nous combattons en Algérie.

[Note 69: _Annales Mettenses_, 889.]

Ceux même qui ne veulent ajouter foi qu'à nos annalistes devraient avoir
une certaine réserve. Qui ne sentira quelque doute en lisant ce que
Régino a écrit des Hongrois? _Vivunt non hominum sed belluarum more,
carnibus (ut fama est) crudis vescuntur, sanguinem bibunt, corda hominum
quos capiunt particulatim dividentes, veluti pro remedio devorant, nulla
miseratione flectuntur, nullis pietatis visceribus commoventur... Ut
fama est_, dit Régino. Eh! qui a jamais cru la renommée? C'est la
renommée qui a appris aux paysans hongrois que les Tatars n'avaient pas
un visage d'homme: de là l'inévitable épithète _Kutya fejü Tatár_,
«Tatar à tête de chien». Aujourd'hui encore, dans nos chaumières de la
Champagne, la renommée répète d'étranges choses sur les Cosaques de
1815.

En supposant que les Hongrois étaient les plus grossiers des barbares,
les historiens modernes n'ont pas remarqué qu'ils se posaient un
problème insoluble. En effet, aussitôt que la lumière du christianisme
pénètre parmi les Hongrois, et qu'ils renoncent à la vie nomade, nous
les voyons former une société régulière, soumis à une administration
bien supérieure au régime féodal[70], et se placer tout d'abord au
premier rang des nations. Ce progrès s'opère en quelques années. Comment
expliquer que ces mêmes hommes, qu'on nous représente comme des espèces
de brutes, aient pu, en un quart de siècle, former un état et une
société semblables, s'ils n'avaient déjà une certaine civilisation? Ce
changement prodigieux devient facile à concevoir si on s'en rapporte aux
écrivains grecs et arabes que nous avons cités plus haut. Il suffit de
dire que les lois qui régissaient les bandes errantes gouvernent aussi
la nation devenue européenne, et qu'au lieu de vivre de pillage, les
Hongrois commencent à cultiver le sol.

[Note 70: Nous expliquerons ailleurs l'administration de saint
Étienne, qui est trop peu connue.]

On peut croire que ce qui vient d'être dit des Hongrois doit également
s'appliquer aux Huns. Les descriptions qu'on nous a laissées des Huns
nous étonnent peu; mais nous devons tenir compte du sentiment qui les a
dictées, et n'emprunter à nos écrivains que les détails généraux des
victoires d'Attila. Il n'est pas nécessaire de réfléchir beaucoup pour
se convaincre que tout ce qu'on raconte du chef des Huns a un caractère
fabuleux. On nous le représente en effet comme une bête altérée de sang:
quand on l'a appelé «tigre» on ne trouve plus rien à dire de lui; et
cependant on ne peut s'empêcher de reconnaître qu'il était doué du génie
militaire et politique. «Il aimait la guerre; mais lorsque, parvenu à un
âge mûr, il fut monté sur le trône, la conquête du Nord fut plutôt
l'ouvrage de son génie que celui de ses exploits personnels»[71]. On
doit admirer l'ordre avec lequel il administrait cet immense empire, que
composaient vingt nations barbares de l'Asie et de l'Europe.

[Note 71: Gibbon, chap. 34.]

Il faut avouer qu'Attila a eu dans son sein toutes les passions
violentes de l'Orient, passions d'autant plus terribles qu'elles étaient
senties par un homme armé d'un pouvoir sans limite; mais il répugne de
croire qu'une intelligence aussi vaste que la sienne ait été mise au
service d'une bête farouche. Le fameux surnom de fléau de Dieu que lui
donnèrent les peuples terrifiés ne marque, après tout, que ses nombreux
succès. Aussi s'en glorifiait-il; aussi les Hongrois l'ont-ils compté
entre les titres qui commandaient leur admiration. Ses victoires étaient
sanglantes, il est vrai; mais peut-on s'étonner des horreurs commises
par les armées du cinquième siècle, quand on connaît les détails de la
guerre de Trente ans? Tous faisaient alors la guerre d'une manière
odieuse, les agresseurs comme ceux qui étaient attaqués. Le seul tort
des Huns et des Hongrois est d'avoir été plus braves et plus heureux que
les autres peuples envahissants. Les historiens modernes, sans être
favorables à Attila, reconnaissent qu'il était d'une justice parfaite,
gardait la foi jurée et détestait les traîtres. «Il tenait
inviolablement sa parole aux ennemis suppliants qui obtenaient leur
pardon; et les sujets d'Attila le regardaient comme un maître équitable
et indulgent»[72]. On nous dit qu'il se laissa fléchir par le pape Léon,
et on nous représente comme un animal sauvage l'homme qui respecte la
ville éternelle, et on nous dépeint comme un ramas de brigands sans
discipline cette innombrable armée, qui, à la voix de son chef,
rebrousse chemin et oublie les trésors de Rome!

[Note 72: Gibbon, chap. 34.]

Les historiens rapportent encore qu'après avoir eu la certitude que
Théodose avait conspiré contre ses jours, Attila eut la générosité de
pardonner non seulement à l'empereur, mais même aux obscurs assassins
qu'il avait en son pouvoir. On doit également reconnaître qu'il existait
chez les Huns certaines maximes de droit public et même certains
principes d'humanité qui ne s'accordent pas avec l'idée que nous avons
d'eux. «Un barbare pouvait maltraiter, dans un moment de colère,
l'esclave dont il était le maître absolu; mais les mœurs des Huns
n'admettaient pas un système d'oppression, et ils récompensaient souvent
par le don de la liberté le courage et l'activité de leur captif»[73].
«Les anciens Huns, dit Deguignes, n'avaient aucune connaissance de l'art
d'écrire; mais leur bonne foi était si connue, que, dans leurs traités,
tout barbares que ces peuples nous paraissent, leur bonne foi
suffisait»[74]. Enfin, quand on lit Gibbon, en voyant d'un côté la
bassesse et la lâcheté de la cour de Bysance, de l'autre la loyauté et
la bravoure des Huns, il semble qu'on penche un peu pour ceux qui sont
appelés «les Barbares».

[Note 73: Gibbon, chap. 34.]

[Note 74: _Histoire des Huns_, liv. 1. Deguignes parle ici des Huns
quand ils étaient encore voisins de la Chine. Dans la suite ils
connurent l'écriture. (V. p. 101.)]

Du Buat[75], après de sérieuses études sur les Huns, entreprit de
réhabiliter en quelque sorte cette nation. Il cita en entier la relation
de Priscus, laquelle en effet est venue fort à propos pour arrêter
l'imagination de certains écrivains. Après nous avoir donné le
signalement complet d'Attila et avoir fait une figure grotesque du roi
des Huns, qui, certes, n'avait rien de comique, on nous aurait
probablement dépeint dans le même goût sa manière de vivre et son
habitation. La relation de Priscus étonne, parce qu'on ne retrouve pas
ces mêmes Huns que l'on a l'habitude de voir en scène. Aussi Du Buat
l'a-t-il transcrite «pour faire connaître, dit-il, un prince et une
nation trop long-temps abhorrés». Après avoir rapporté les détails de la
mort d'Attila, Du Buat ajoute: «Je ne ferai point ici l'éloge d'Attila:
son histoire mieux connue le justifie assez de la férocité qu'on lui a
reprochée; et le peu que nous savons de l'intérieur de ses états n'a pas
besoin d'être développé par mes réflexions pour prouver que son empire
ne fut point une horde de Tartares errants, sans arts, sans mœurs et
sans lois»[76].

[Note 75: _Histoire ancienne des peuples de l'Europe_.]

[Note 76: Chap. 21.]

Deguignes, qui, grâce à ses connaissances dans les langues orientales, a
pu faire une histoire des Huns fort détaillée, n'ignorait pas ce que les
Hongrois ont écrit au sujet de leur origine. Les Hongrois «se regardent»
comme descendus des Huns, dit-il en commençant; puis il passe outre,
parce que leurs historiens ne s'accordent pas toujours avec les auteurs
qu'il a consultés. Ce dédain des traditions locales nous paraît fort
condamnable. Il faut lire et lire beaucoup sans doute; mais, en voyant
et en écoutant à propos, on s'affranchit de bien des préjugés. L'homme
se préoccupe de ce qu'il a sous les yeux: il a donc besoin de changer
quelquefois de point de vue. Deguignes a cru devoir s'en rapporter
exclusivement aux historiens orientaux: il s'est tellement pénétré de
ces écrivains, qu'il a rejeté tout ce qui ne s'accordait pas exactement
avec leurs récits.

Mais, sans le vouloir, il prend la défense des chroniqueurs hongrois. Au
moment de commencer l'histoire générale des Tatars, il rappelle que les
premières annales d'un peuple contiennent toujours des invraisemblances
et des contradictions. «Quelle est la nation dont l'histoire, si nous en
exceptons les écrits de Moyse, ne commence pas par des fables»[77]? Sans
doute, les premiers historiens commettent des erreurs et des
exagérations inévitables. Cependant, comme Deguignes l'a écrit ailleurs,
«le témoignage le plus authentique que l'on puisse avoir sur l'origine
d'une nation doit être tiré de ses archives»[78]. Dégageons les
traditions des peuples de ce qu'elles ont d'incroyable, comme nous
retranchons des historiens ce qui s'y trouve de fabuleux, il restera,
dans l'un et l'autre cas, une vérité incontestable. Si Deguignes avait
fait plus de cas des traditions locales, il n'eût pas pensé que les
Valaques «sont venus du Turkestan»[79]. Pour connaître l'origine des
Valaques, il suffit de parcourir leur pays. En examinant leur
physionomie, en écoutant leur langue, en observant leurs mœurs, il n'y a
personne qui ne soit convaincu que les Valaques sont d'origine romaine.
La tradition, ici encore, est certaine. Demandez à chaque paysan
valaque: _Ce esti tu?_ il vous répondra: _Român_[80].

[Note 77: Liv. I.]

[Note 78: Liv. XXII.]

[Note 79: Liv. VI.]

[Note 80: Le nom de _Valaque_ est tout à fait inconnu du peuple
auquel nous le donnons.]

Au reste, Deguignes se dément en plusieurs endroits. Il rejette les
historiens magyars parce qu'ils ont commis des exagérations, et il admet
que les Huns et les Hongrois forment deux nations séparées. Pourtant
certains passages de son histoire contredisent clairement cette opinion,
et prouvent que parmi les écrivains chinois qu'il consultait il s'en
trouvait plusieurs qui admettent entre les deux peuples une communauté
d'origine. Ces passages donnent gain de cause à l'orientaliste hongrois
Besse, lequel assure que les traditions de son pays sont confirmées par
les historiens orientaux.



§ 6.

MARCHE SUIVIE PAR LES HONGROIS.


Il faudrait dire présentement d'où sont sortis les peuples hunniques.
Ici les traditions hongroises se taisent. Les traditions turques, il est
vrai, assurent que les Turcs et les Magyars ont eu une même patrie[81].
Mais comment découvrir la patrie première d'une nation nomade? Cette
question, qui ne saurait être décidée dans l'état actuel de la science,
peut rester toujours sans solution. Cependant on a vu combien le désir
de retrouver leur berceau préoccupe, inquiète les Hongrois. Non
seulement Csoma, M. de Szemere, et un autre Sicule dont le nom m'est
malheureusement échappé, ont pénétré séparément jusqu'en Perse, jusqu'au
Thibet, pour rechercher les traces des Hongrois; non seulement M. de
Besse, malgré son âge avancé, a entrepris pour le même objet un voyage
au Caucase; mais, récemment encore, M. de Reguly vient de partir pour
l'Asie, où il doit rester long-temps, dans le seul espoir de jeter
quelque lumière sur les origines de sa nation. Peut-être de nouveaux
travaux, de nouveaux voyages, amèneront-ils quelque découverte
inattendue. Remarquons seulement que ces intrépides voyageurs se
dirigent tous vers l'Asie centrale.

[Note 81: Besse, _Grammaire turque_, avant-propos. Pesth, 1829.]

Toutefois nous essaierons de tracer, autant qu'il est permis de le
faire, l'itinéraire que les Hongrois ont suivi. Il est possible de
reconnaître, de loin en loin, leur diverses stations, tantôt en
consultant les historiens des nations voisines, tantôt en examinant la
langue hongroise.

Les historiens chinois placent les Huns au nord de la grande muraille.
«L'empire des Huns, en Tartarie, était borné du côté du midi par celui
des Chinois; les guerres continuelles que ces deux peuples se sont
faites ont obligé les Chinois à parler souvent des Huns»[82].

[Note 82: Deguignes, _Hist. des Huns_, préface.]

Et ailleurs:

«Les _Hiong-nou_ (ou Huns), une des plus nombreuses nations de la
Tartarie occidentale, erraient dans ces vastes campagnes qui sont au
delà de la Chine, nourrissaient de nombreux troupeaux et habitaient sous
des tentes»[83].

Les mêmes historiens montrent également près de la Chine et au milieu
des Huns les Igours ou Ouigours, qui, tantôt alliés, tantôt ennemis des
Huns, commencent ces dissensions que nous voyons se perpétuer jusqu'en
Europe[84], car ces Ouigours sont les Hongrois: une foule d'historiens
les nomment ainsi.

[Note 83: Liv. V.]

[Note 84: Liv. I.]

Il est à présumer que cette grande nation nomade, avant de se diriger
vers la Chine ou de se tourner vers l'Europe, a erré dans l'Asie
centrale et a porté ses tentes d'une contrée à l'autre: c'est ce qu'on
peut constater par les emprunts de la langue hongroise. Ainsi, les
Magyars ont dû se rapprocher de l'Inde, à en juger par certaines
expressions qu'ils ont conservées. Ex.: _bálvány_, «idole»; _vásár_,
«marché»; _anya_, «mère»; _gát_, «digue»; _tábor_, «camp»; etc. Le nom
de _Buda_, si commun chez les vieux Hongrois, est indien. Plusieurs noms
de lieux, comme _Sóvár_, _Pennavár_, etc., se retrouvent également dans
l'Inde et en Hongrie[85].

[Note 85: Benkovich, _der Ungern Stamm und Sprache_. Pressburg,
1836.--Le nom de _Buda_, dans le veux hongrois, signifiait peut-être
«savant», comme en sanscrit.]

Csoma avait trouvé des exemples d'analogie entre des mots hongrois et
tibétains. Il est à jamais regrettable que ce voyageur, aussi savant que
dévoué, après avoir souffert les plus cruelles privations et s'être
livré pendant sa vie entière aux études les plus difficiles, ait été
arrêté par la mort au moment peut-être de voir son entreprise couronnée
du succès. On sait qu'il avait eu le projet de découvrir le berceau des
Hongrois. Le baron Charles Hügel, qui l'avait connu à Calcutta, a publié
sur lui dans l'_Observateur autrichien_ un intéressant article. Il a
fait connaître les idées de Csoma, qui heureusement s'était ouvert,
quelques jours avant sa mort, à M. Campbell, agent anglais à
Dardjilling, dans le pays de Sikkim.

Csoma découvrit dans les historiens arabes, persans et turcs, les traces
d'un peuple appelé Jugur, Ugur, Wugur, qui campait au milieu de l'Asie,
et qui par ses mœurs se rapprochait des Hongrois. Il pensait, d'après
ces écrivains, que le berceau de ce peuple était le Tibet. Certain de
trouver à Lassa le véritable foyer de la science orientale, il avait
pris le chemin de cette ville, quand il fut attaqué de la maladie qui
l'emporta. Il demanda à M. Campbell si le nom de Hung, qui se trouve
dans l'ouvrage du ministre anglais, avait donné lieu aux Indes à
quelques recherches, et si les Hung et les Huns n'avaient pas une même
origine. M. Campbell répondit que selon lui la patrie des Hung était la
contrée septentrionale de l'Himalaya, et Csoma dit alors que là aussi,
dans son opinion, se trouvait le berceau des Huns et des Hongrois.

On ne peut nier que les idées d'un homme qui a consumé sa vie entière à
poursuivre un but ne soient d'un grand poids lorsqu'il s'agit de l'objet
qui attirait toutes ses pensées. Nous croyons donc signaler un fait
important quand nous disons que Csoma porta ses regards vers le Tibet
pour y chercher le berceau des Hongrois.

En leur assignant cette contrée pour patrie ou pour station, on
s'explique les analogies de la langue hongroise avec la langue
tibétaine. De là, les Huns et les Hongrois seraient remontés vers le
nord, et auraient porté leurs tentes sur les frontières de la Chine, où
nous les montrent les historiens chinois.

À partir de la Chine, nous ne sommes plus réduits à faire des
conjectures: nous consultons l'histoire. Les luttes que les Huns ont eu
à soutenir contre les Mongols et les Tatars sont détaillées dans
l'ouvrage de Deguignes, qui les mène jusqu'en Europe. Nous y renvoyons
le lecteur, quoique Deguignes ait commis de graves erreurs, selon nous,
en indiquant la marche des Huns.

Pour les Hongrois, nous pouvons leur assigner une seconde station en
Perse. Plusieurs historiens assurent que les Magyars s'y sont
arrêtés[86]. Engel lui-même le reconnaissait, comme le prouve une phrase
qui a été citée plus haut. Du Buat rapporte que les rois de Perse, au
cinquième et au sixième siècle, avaient des Huns dans leurs armées. Or,
à cette époque, ceux que nous désignons sous le nom de Huns étaient
écrasés et dispersés en Europe. Il est ici question des Hongrois. Ce qui
est non moins significatif que les preuves historiques, c'est que les
Hongrois avaient emprunté aux Persans leurs croyances religieuses, et
même jusqu'au nom par lequel ils désignaient Dieu. Il faut se rappeler
la quantité de mots persans que contient la langue magyare[87]. MM. de
Szemere et *** ont vu en Perse des montagnes, des fleuves, qui portent
des noms hongrois. D'ailleurs les Hongrois, par leur physionomie, se
rapprochent des Persans plus que de tout autre peuple.

[Note 86: V. la chronique de _Kéza_, le plus ancien des annalistes
hongrois.]

[Note 87: Les Hongrois ont toujours comparé leur langue aux langues
orientales. Récemment encore M. Horvát (_Tudományos Gyüjtemény_, 1833,
6ik, 7ik _Kötet_. Collection scientifique de Pesth), a montré les
rapports du hongrois et du turc. M. Valentin Kis (_Magyar Régiségek_,
_Pesten_, 1839, Antiquités hongroises) a fait voir les analogies du
hongrois et du persan, etc. Nous reproduirons ces idées dans un ouvrage
spécial.]

Nous retrouvons ensuite les Magyars au Caucase, où leur séjour est
attesté non seulement par les traditions des peuples ainsi qu'on peut le
voir dans les notes qui suivent, mais encore par les récits de
l'historien arabe Mahommed-Aiwabi-Achtachi. Les Hongrois enfin ont
occupé la Scythie, puis la Lébédie, ce dont tout le monde convient, et
ont paru en Pannonie.

Si nous ne pouvons suivre les Magyars pas à pas, du moins nous est-il
permis de leur assigner ces trois grandes stations: le nord de la Chine,
la Perse et le Caucase.

Cet itinéraire s'accorde parfaitement avec tout ce que nous avons dit
jusqu'ici.

Résumons en effet cette esquisse.



§ 7.

RÉSUMÉ GÉNÉRAL.


Nous avons recherché si les Hongrois sont venus de l'Asie du nord-ouest
ou du nord de l'Europe et s'ils ont suivi à travers la Russie la route
que leur assignent plusieurs écrivains; nous avons vu que cette opinion
n'était pas fondée. En outre nous avons établi ce fait qu'une tribu
hongroise occupait la Transylvanie dès le cinquième siècle, fait qu'il
est impossible d'expliquer si on admet que les Hongrois se rattachent à
la race ouralienne.

En examinant les langues finnoise et magyare, nous avons reconnu que les
racines et les mots primitifs n'avaient aucune analogie, et nous avons
dit, avec Schlœzer, que ces idiomes ne s'étaient pris mutuellement qu'un
nombre restreint d'expressions. Nous avons signalé entre les deux
langues des rapports qui existent d'ailleurs entre plusieurs langues
asiatiques; mais nous avons vu que les caractères spéciaux de la langue
hongroise, les particularités par lesquelles elle se distingue des
autres idiomes, ne se retrouvent pas dans les langues finnoises. Nous
avons cité l'expérience décisive de Sajnovicz, qui démontre que le
hongrois et le finnois sont étrangers l'un à l'autre, car il est
impossible qu'un idiome qui s'est médiocrement altéré en dix siècles ait
subi une transformation complète en cinquante-six ans.

Comparant ensuite les deux races, nous avons rappelé que la race
finnoise a été constamment passive et sans importance, et que le peuple
hongrois est au contraire éminemment historique. Nous avons dit que la
physionomie des Hongrois dénote leur origine orientale, et que la langue
hongroise a le caractère poétique des langues de l'Orient. Enfin nous
avons cité plusieurs expressions populaires et quelques mots primitifs
qui manquent aux Finnois, et qui indiquent d'une matière certaine que
les Hongrois ont dû habiter les contrées méridionales de l'Asie.

Nous croyons donc avoir démontré que les Magyars sont étrangers à la
race ouralo-finnoise.

Nous avons reconnu, avec les traditions hongroises, avec les historiens
hongrois, bysantins, allemands, italiens et français, que les Hongrois
appartiennent à cette nation belliqueuse qui a paru en Europe, au
cinquième siècle sous le nom de Huns, et au sixième sous celui d'Avars.

En étudiant dans l'histoire les mœurs et les croyances religieuses de la
nation hunnique, nous avons signalé chez cette nation certains
caractères communs à tous les peuples asiatiques. Il nous a semblé juste
de dire qu'elle n'a pas été aussi barbare que les historiens l'ont
prétendu.

Enfin nous avons recherché l'itinéraire suivi par les peuples hunniques.
Nous les avons montrés aux frontières de la Chine, en Perse et au
Caucase. De plus nous avons constaté, d'après Csoma, les analogies des
langues hongroise et tibétaine.

Tous ces faits sont venus corroborer l'opinion que nous avions émise en
examinant la langue et la physionomie des Hongrois.

Nous nous sommes donc convaincu que la nation hunnique se rattache à ce
groupe nombreux de peuples nomades que les historiens orientaux
appellent indistinctement Turcs, c'est-à-dire Émigrants, et qui errèrent
long-temps dans l'Asie centrale; peuples qui furent refoulés par la race
mongolique, se jetèrent en partie sur l'Europe, en partie sur l'Asie
occidentale, et dont les plus fameux sont aujourd'hui les Afghans, les
Persans, les Tcherkesses et les Ottomans.

Nous sommes confirmé dans cette pensée lorsque nous comparons les dates
des invasions hunniques avec celles des invasions ottomanes. Ces
migrations, qui suivent des voies différentes, sont motivées par la même
cause, l'irruption des Mongols. Ceux-ci apparaissent derrière les
Hongrois et viennent porter l'effroi, au treizième siècle, jusque dans
l'Europe orientale.

Il reste à étudier l'histoire des peuples hunniques dès leur séjour en
Asie, en les séparant des autres peuples nomades, à montrer leurs
principaux établissements, et à rechercher les détails et les résultats
de leurs invasions diverses. C'est une lacune que nous tenterons un jour
de remplir.



NOTES.


_Page_ 15.--Ces Hongrois se seront peut-être fondus avec les Tatars,
auxquels, d'après le manuscrit de Vatican, ils étaient déjà réunis au
treizième siècle. Peut-être aussi auront-ils marché vers le Caucase, où
se trouvent aujourd'hui encore des Magyars.

Un Hongrois, M. Jean-Charles de Besse, a parcouru, en 1829 et en 1830,
le Caucase, pour y chercher les traces des Magyars. Il y a trouvé des
tribus entières composées d'hommes qui se donnaient eux-mêmes pour
Magyars, et qui le virent avec la plus grande joie en apprenant qu'il
était un de ces Hongrois établis près du Danube. Les hommes des autres
tribus lui ont assuré que la tradition universellement racontée dans le
Caucase était que les Magyars avaient autrefois possédé ce pays. M. de
Besse a retrouvé en outre une quantité de mots hongrois qui désignent
encore les fleuves, les montagnes, et même des noms propres portés
aujourd'hui encore par des familles hongroises. (V. le chap. 10.)

Comme un grand nombre d'écrivains allemands, et Klaproth entre autres,
ont nié que les Hongrois aient dominé dans le Caucase, et comme cette
domination est attestée par les traditions hongroises que j'ai souvent
mentionnées, je ne pense pas qu'il soit inutile de citer les passages
suivants du livre que M. de Besse a publié lui-même en français[88]. Ce
voyageur connaissait non seulement toutes les langues d'Europe, mais
même les langues orientales; et il a été à même de recueillir les
traditions locales et de consulter les Européens des diverses nations
qu'il a rencontrées.

[Note 88: _Voyage en Crimée, au Caucase, en Géorgie, en Arménie, en
Asie mineure et à Constantinople, en 1829 et 1830, pour servir à
l'histoire de Hongrie, par Jean-Charles de Besse_. Paris, Delaunay,
Palais-Royal. Marseille, Senés, éditeur.]

«Pour passer du Khersonnèse en Crimée, je pris ma route à travers les
Steppes, au lieu de courir la poste sur le grand chemin.... Comme il ne
fallait plus penser ni à une auberge ni à un abri quelconque, je me
couchai tranquillement au milieu de la cour, ouverte à tous les vents.
Mon Tatare, voyant mon embarras, m'engagea à remonter dans son _madjar_,
ajoutant que je n'avais rien à risquer, et que je pourrais m'y reposer
en toute sûreté.

»Je fus bien surpris d'entendre proférer le mot _madjar_ par la bouche
d'un Tatare; mais je le fus bien plus encore quand Méhémet (c'était le
nom de mon cocher) me raconta que depuis le passage des Magyars par la
Crimée, à l'époque de leur émigration, suivant la tradition qui règne
parmi les Tatares, cette sorte de chariot conservait le nom qui lui
avait été donné par les Magyars, lesquels avaient de semblables chariots
où ils plaçaient leurs femmes, leurs enfants, et leurs effets
indispensables pour un long voyage. En effet, ces chariots sont très
commodes dans leur genre; ils ont neuf à dix pieds de longueur,
etc.[89].

»Profitant de la présence des vieillards et du mollah, je les
questionnai sur ce qu'ils savaient par tradition au sujet des Magyars;
ils me répondirent qu'ils avaient appris des anciens de la peuplade que
les Magyars avaient passé par la Crimée en venant du côté de la mer
d'Azow, et qu'ils s'étaient dirigés vers le _Duna_ (c'est ainsi qu'ils
appellent le Danube), mais qu'ils n'en savaient pas davantage[90].

[Note 89: Page 27.]

[Note 90: Page 29.--Les Hongrois appellent aussi le Danube _Duna_.]

»Il paraît que les traditions se perpétuent chez les peuples qui n'ont
ni livres ni monuments, et que par conséquent leurs entretiens, pendant
l'hiver, ne roulent que sur des récits vrais ou fabuleux des anciens de
la famille. C'est ainsi que ces Tatares m'ont diverti en racontant des
traditions au sujet du passage des Magyars. Notre petit cercle fut
bientôt augmenté par l'arrivée du mollah du lieu, qui me confirma tout
ce que ses compatriotes venaient de me raconter. Ce mollah, qui
connaissait bien le turc, me dit avoir lu aussi l'histoire turque,
renfermant entre autres des renseignements détaillés sur la domination
des Magyars; qu'il avait souvent entendu répéter, dans son village, que
les Magyars avaient dominé le long de la mer d'Azow; qu'après avoir
traversé la Crimée, ils s'étaient dirigés vers l'ouest et avaient
conquis un grand pays sur le Duna, mais qu'on ignorait ce qu'ils étaient
devenus depuis[91].

[Note 91: Page 32.]

»À l'approche de l'expédition, les habitants des montagnes voisines
(Besse se dirige vers l'Elbrouz avec une colonne russe), alarmés à la
vue des troupes, envoyèrent des députés pour connaître le but de cet
appareil militaire. Les premiers qui se présentèrent étaient les
Karatchaï, suivis de leur mollah; ils eurent bientôt lieu de se
tranquilliser par la manière affable, amicale et rassurante, du général
en chef. Ces députés ne nous quittèrent plus, se contentant de renvoyer
le mollah pour rassurer leurs commettants, et ils nous accompagnèrent
jusqu'aux limites de leur territoire.

»Je m'entretenais avec eux en présence de l'interprète de l'expédition,
qui parlait le turc et le russe, quoique tcherkesse de nation. Je ne fus
pas peu surpris de la joie qu'ils firent éclater en apprenant que
j'étais magyar, et que mon but était de chercher le berceau de mes
ancêtres; mais je le fus bien davantage de les entendre protester qu'ils
étaient aussi de la race des anciens Magyars, qui jadis avaient occupé,
suivant la tradition de leur pays, les terres fertiles depuis l'Azow
jusqu'à Derbend. Ils ajoutèrent que leur nation avait demeuré au delà du
Kouban, dans les steppes occupées aujourd'hui par les Cosaques de la mer
Noire; que dans ces temps-là ils avaient pour voisin un peuple puissant
qui les opprimait, et exigeait d'eux un tribut, consistant en une vache
blanche à tête noire; ou, à défaut de cela, ils devaient lui fournir
trois vaches ordinaires par chaque famille; qu'étant excédés des
exactions de leurs voisins, ils résolurent de passer sur la rive gauche
du Kouban et de se retirer dans des montagnes inaccessibles, afin d'y
vivre dans l'indépendance; qu'enfin ils étaient venus s'établir dans
leurs demeures actuelles, sous la conduite d'un chef nommé Karatchaï,
dont toute la peuplade prit le nom, qu'elle a gardé jusqu'à ce jour,
quoique la famille Karatchaï soit déjà éteinte. Ils dirent ensuite qu'à
la distance de trois journées de notre camp, il y avait cinq villages ou
peuplades qui sont également de la souche des Magyars: ce sont les
Orouspié, Bizinghi, Khouliam, Balkar et Dougour; que ces peuplades
parlaient une langue toute différente que celle des autres habitants du
Caucase; qu'elles demeuraient sur les montagnes les plus élevées, et
qu'elles communiquaient avec leurs voisins les Ossètes et les
Emérétiens.

»Dans nos conversations avec les Karatchaï, croyant leur faire plaisir,
je leur dis qu'il existait en Hongrie une famille qui portait le même
nom; qu'un général Karatchaï avait servi dans l'armée de l'empereur
d'Autriche, notre roi actuel, et qu'il est probable que cette famille
hongroise était alliée par le sang avec leur ancien chef Karatchaï. À
ces paroles, je remarquai qu'ils se regardèrent entre eux avec un air
inquiet, et ils me quittèrent brusquement sans prendre congé de la
compagnie; ce ne fut qu'au bout de quelques heures que j'appris le sujet
de leur alarme.

»L'interprète du général en chef, qui avait assisté à nos conversations,
alla lui dire que les Karatchaï, en sortant de mon kibitka, s'étaient
mis à délibérer entre eux, donnant des marques d'une vive inquiétude;
que, pour savoir le sujet de leurs gesticulations et de leurs
chuchotements, il vint à eux et apprit bientôt que leurs débats
roulaient sur la crainte que leur inspirait mon arrivée si près de leur
territoire; que, d'après ce que j'avais dit, mon but ne pouvait être
autre que de réclamer l'héritage de la famille Karatchaï pour les
Karatchaï de Hongrie. L'interprète ajouta que mes discours avaient fait
naître des soupçons chez les députés, et qu'il était nécessaire de les
désabuser.

»Le général, que ce récit amusa beaucoup, me pria de ne plus leur parler
à ce sujet, mais de tâcher de les tirer de leur erreur[92]; ce que je
fis quelques moments après en leur rendant une visite dans leur tente.
Ils parurent être très satisfaits de la tournure que je donnai à mes
paroles précédentes, ainsi que de mes démonstrations d'amitié pour eux,
puisque une heure après ils me firent une seconde visite, et, en prenant
tranquillement leur tchaï, ils protestèrent de nouveau qu'ils étaient
mes compatriotes, et dès ce moment ils ne cessèrent de m'appeler
_Kardache_, me serrant la main toutes les fois qu'ils me rencontraient.

[Note 92: «Cette crainte de la part de ces Magyars prouve évidemment
leur origine magyare, comme on le verra également par de nombreuses
citations contenues dans cet ouvrage.»]

»C'est à cette occasion que le chef des Orouspié, Murza-Khoul, que les
Russes appellent _Knjés_ ou prince, vieillard vert et robuste malgré son
âge avancé, me raconta l'anecdote suivante, qu'il dit avoir entendu
raconter par son père et par plusieurs des anciens de sa tribu, et
qu'ils redisaient cette anecdote toutes les fois qu'ils parlaient de
leurs ancêtres les Magyars, qui avaient dominé, répéta-t-il encore, sur
le pays depuis la Kouma jusqu'à la mer Caspienne, et dans la partie
septentrionale et occidentale du Caucase jusqu'à la mer Noire.

       *       *       *       *       *

_Anecdote fabuleuse d'un prince magyar._

«Il existait jadis, dit Murza-Khoul, un jeune Magyar, fils du chef qui
gouvernait les pays situés vers la mer Noire; il s'appelait
Tuma-Marien-Kban. Ce jeune homme aimait la chasse avec passion. Un jour,
se livrant à ce plaisir dans la compagnie de quarante jeunes gens, et
poursuivant le gibier jusqu'au bord de la mer, il aperçut, à quelque
distance, un petit navire élégamment pavoisé et orné de banderoles
flottant au gré du vent. Le navire, poussé vers la côte par une légère
brise, s'approchait insensiblement, et Tuma-Marien, de son côté, se
dirigea avec ses compagnons vers le rivage; mais quelle fut leur
surprise de voir sur le pont des femmes seules, vêtues de riches robes,
et demandant du secours par des signes suppliants. Le jeune prince
ordonna aussitôt d'attacher le bout d'une corde à une flèche, qu'on
décocha si heureusement, qu'elle tomba aux pieds des femmes, qui,
saisissant la corde avec empressement, l'attachèrent par un bout au
frêle mât de leur navire, tandis que, par l'autre bout, les chasseurs le
tirèrent à terre dans un instant.

»Le prince aida à descendre l'une des jeunes filles, pour laquelle ses
compagnes paraissaient avoir beaucoup de respect; il la regarda avec
admiration sans pouvoir proférer une parole, tant fut grande
l'impression que la beauté extraordinaire de la jeune étrangère fit sur
son cœur. Cependant, revenu de sa surprise, il la conduisit, ainsi que
ses compagnes, à la résidence de son père, qui, ayant appris la haute
naissance et l'histoire de la jeune personne, consentit au mariage de
son fils avec elle.

»Voici l'histoire étonnante de cette jeune étrangère: elle se nommait
Alémélie; elle était fille de l'empereur grec qui régnait alors à
Bysance. Ce monarque, d'un caractère bizarre, fit élever sa fille unique
dans une île de la mer de Marmara[93], sous la surveillance d'une
matrone; il la fit accompagner par quatorze jeunes filles pour la
servir, en défendant sévèrement à la duègne de laisser jamais approcher
de sa fille un homme quel qu'il fût.

[Note 93: «En effet, à l'entrée de la mer de Marmara, entre Scutari
et le Seraï-Bouroun (sérail du grand seigneur), on voit un îlot, avec un
château appelé par les Européens la Tour de Léandre. Cette tour existe
encore aujourd'hui; elle est appelée par les Turcs Kiz-Kouléh, la Tour
des filles. Dernièrement on y a établi un hôpital pour les pestiférés
confiés aux soins du docteur Boulard.»]

»La princesse croissait en beauté et revêtait chaque jour des charmes
inexprimables; et à ce charme elle joignait encore une innocence et une
douceur qui la faisaient adorer de ses compagnes d'exil.

»Un jour, la princesse s'étant endormie sur son divan, les croisées
ouvertes, les rayons du soleil, plus brillants ce jour-là que jamais,
qui arrivaient jusqu'à elle, produisirent le merveilleux effet de la
rendre enceinte. Sa grossesse ne pouvait rester long-temps cachée aux
yeux de l'empereur, son père: il devint furieux de cet outrage fait à
son honneur. Pour dérober à l'empire la connaissance d'un événement
flétrissant qui aurait pesé sur sa famille impériale, il prit la
détermination de soustraire sa fille à la vue de tout le monde, en la
bannissant de son empire. Pour cet effet, il fit construire un petit
navire, le chargea d'or et de diamants, et y fit embarquer sa fille, ses
suivantes et sa duègne, abandonnant ainsi ces innocentes créatures aux
caprices des vents et aux périls de la mer. Toutefois, cette mer,
ordinairement si en courroux contre ceux qui osent troubler ses eaux,
respecta la princesse, et un vent léger poussa le navire vers la côte
hospitalière des Magyars.

»La princesse ne tarda pas d'accoucher d'un prince, et donna par la
suite à son époux Tuma-Marien-Khan deux autres fils. Après la mort de
son père, le jeune prince lui succéda et vécut heureux. Il fit élever le
premier né des deux fils qu'il eut de la princesse Alémélie sous sa
surveillance paternelle. Avant de mourir, il leur recommanda l'union et
la paix; mais ceux-ci, devenus leurs maîtres après la mort de leur père,
se disputèrent la succession et allumèrent la guerre civile. Ce fut
cette discorde intestine entre les Magyars qui amena la ruine et la
dispersion de leur nation, jadis libre et puissante, dont, ajouta en
soupirant le narrateur, il ne reste parmi nous que le souvenir de leur
grandeur passée, souvenir que nous conservons au milieu des rochers où
nous avons fixé notre retraite pour maintenir notre indépendance, seul
héritage de nos pères, et pour laquelle nous sommes toujours prêts à
mourir, ainsi que nos enfants.»

»C'est ainsi que cet intéressant vieillard termina sa narration, qui fut
accompagnée de gestes assortis à son sujet. Quoique je ne comprisse que
faiblement ses paroles, j'écoutais avec un plaisir tout particulier son
récit, à mesure que l'interprète me le rendait en turc. Murza-Khoul
narrait avec facilité et avec une vivacité qui charmait ses auditeurs.
Pour moi, je ne saurais exprimer quelles étaient mes sensations en
écoutant ce prince, devenu, dès ce moment, l'objet de mes attentions
particulières. Cet aimable vieillard ne nous quitta plus jusqu'à
l'Elbrouz.

»Les Karatchaï, ayant à leur tête leur _vali_[94] Jolam-Kérym-Chowhali,
accompagnaient également l'expédition. Tous ces hommes étaient
proprement vêtus à la manière des Tcherkesses, dont le costume a été
adopté non seulement par tous les habitants du Caucase, mais encore par
les officiers cosaques de la ligne. Ils montent à cheval parfaitement et
manient leurs chevaux avec dextérité, on peut dire même avec grâce; ils
sont très agiles et excellents tireurs.

[Note 94: «Vali, ou prince, titre exclusivement attribué au chef des
Karatchaï.»]

»Ce peuple se distingue par sa bonne tenue, sa physionomie expressive,
par de beaux traits et une taille élancée. J'ai remarqué que, sous ce
rapport, aucune nation ne ressemble autant aux Hongrois que les
Karatchaï et les Dougours, que j'ai vus plus tard sur le Naltchik, et
dont il sera fait mention ci-après. Leur langue est celle des Tatars, et
leur religion celle de Mahomet, qu'ils professent suivant leur bon
plaisir, excepté les jeûnes, qu'ils observent scrupuleusement. Je pense
qu'il ne serait pas difficile de faire des prosélytes parmi eux.

»La pluralité des femmes est permise, mais ils ont rarement plus d'une
épouse. Ils passent pour être bons maris et bons pères. Du reste, on ne
doit pas les regarder comme des demi-barbares: car ils montrent beaucoup
d'intelligence, cultivent les arts introduits chez eux, et ne paraissent
s'étonner de rien. J'ai remarqué que les hommes ont les pieds petits et
bien proportionnés, ce qui doit être attribué à leurs chaussures légères
sans semelle et à leur habitude de marcher peu et d'être presque
toujours à cheval»[95].

[Note 95: Page 66 et suiv.]

... Nous retrouvons Murza-Khoul au moment où l'expédition à laquelle
notre voyageur s'est réuni exécute l'ascension de l'Elbrouz. Dans les
instants où Besse s'arrête pour reprendre haleine (il avait plus de
soixante-cinq ans quand il entreprit son courageux voyage), Murza-Khoul
l'encourage en lui disant qu'il est hongrois. Cette fierté nationale que
l'on remarque en Hongrie, chez les Magyars de toute condition, se
retrouve chez ceux du Caucase. «Chacun, muni d'un bâton ferré pour lui
servir d'appui, se portait à pas lents en avant. Murza-Khoul était en
tête de la colonne, le général derrière lui, et moi, appuyé sur mon
sabre, je les suivais immédiatement. À chaque dixième pas il fallait
nous arrêter pour prendre haleine. Murza-Khoul, cet aimable vieillard,
pour nous animer, s'écriait de temps en temps: «Hajde, Magyar! haide»!
c'est-à-dire: En avant, Magyars! courage! Et il ajouta avec emphase:
«_Kardache_ (mon frère), souvenez-vous que jamais les Magyars ne sont
restés en arrière»[96].

[Note 96: Page 91.]

... L'expédition se dirige ensuite vers le pays occupé par les Abazes,
au nord-ouest du Caucase. On dresse le camp sur les bords du Kouban, et
on se livre à des explorations que Besse mentionne en détail. «En
retournant à notre camp, continue-t-il, nous trouvâmes sur notre route,
près du Kouban, une carrière d'albâtre de la plus belle blancheur, et
presqu'à la surface du sol; plus loin, nous en trouvâmes encore dans une
petite montagne, qui paraissait en contenir une grande quantité. Le
major qui commandait la redoute voisine, et qui nous avait accompagnés
au Pont de pierre, indiqua encore d'autres endroits, où il avait depuis
peu découvert de riches carrières d'albâtre. Cet officier, né
Tcherkesse, d'un teint fort basané, avait été élevé pour le service de
l'armée; il nous assura que, se trouvant encore dans la maison
paternelle chez les Tcherkesses, il avait maintes fois entendu répéter
que les Magyars ou Ugors avaient autrefois dominé dans le Caucase, et
que cette tradition était générale parmi les habitants de ces
montagnes»[97].

[Note 97: P. 113.]

... Au retour, lorsque l'expédition s'éloigne de l'Elbrouz, elle campe
près de la rivière Tarkatche. «Nous fûmes bientôt joints dans notre camp
par Beslin-Taganow, prince tatare-nogal, issu d'une très ancienne
famille: il est jeune, bien fait, et il nous surprit par sa contenance
noble et ses manières aisées. Je remarquai que, parmi les autres chefs
qui nous accompagnaient, ce jeune homme avait les traits du visage les
plus ressemblants aux Hongrois. Il me raconta au sujet des Magyars ce
que les Ouzdens avaient si souvent répété, c'est-à-dire que les peuples
du Caucase septentrional sont persuadés, suivant leurs traditions,
qu'ils descendent tous des Magyars qui avaient dominé dans ces pays; et
ce jeune prince se glorifiait d'être né dans une famille qui tenait à la
même souche. Il ajouta que le bruit s'était répandu chez eux qu'un
Magyar était arrivé au Caucase pour visiter ses frères (ce sont ses
propres expressions), et que cette nouvelle leur avait fait beaucoup de
plaisir»[98].

... Ailleurs Besse va visiter M. Petterson, de la mission écossaise à
Karas, lequel lui lit «quelques fragments de sa correspondance avec la
mission écossaise à Saint-Pétersbourg, relativement à quelques peuples
du Caucase septentrional». M. Petterson pense que les Karatchaï, les
Balkar, les Bizinghi, etc., sont les descendants des Magyars, et raconte
une tradition fabuleuse sur la fameuse ville de Magyari[99].

... Enfin, se trouvant à Tiflis, Besse se met en rapport avec quelques
députés des Avars et des Lesghis, qui lui rapportent «qu'on connaît
parfaitement la demeure des Magyars qui occupent les hautes montagnes du
Caucase, et que chez eux la tradition est connue suivant laquelle ce
peuple avait été autrefois maître de tous les pays au delà du Caucase,
entre la mer Noire et la mer Caspienne»[100].

[Note 98: P. 122.]

[Note 99: P. 142.]

[Note 100: P. 339.]

Ainsi donc, voila les traditions hongroises appuyées par celles de tous
les peuples du Caucase, à quelque nation qu'ils appartiennent, et par
l'opinion des Européens résidant dans le pays. Voilà des faits qui
contredisent puissamment les assertions de Klaproth, sur lequel on s'est
beaucoup appuyé. «Je ne sais pourquoi M. Klaproth, malgré l'opinion de
plusieurs historiens russes, est si obstiné à nier l'ancienne domination
des Magyars dans la partie septentrionale du Caucase. En citant
Derbend-Naméh, il ne produit que les passages qui conviennent à son but,
sans faire mention de ceux qui détruisent ses fausses
observations»[101].

[Note 101: Page 131.]

Et maintenant, après avoir entendu les peuples du Caucase qui ne sont
pas Hongrois, il faut écouter les cinq tribus qui, avec les Karatchaï,
descendent des Magyars. Besse les met en scène fort souvent; il montre
quelle ardente affection ils ont gardée à leurs pères, et combien est
fort le sentiment de nationalité qui les anime. Ils s'inquiètent de la
position de la Hongrie, de sa distance, car ils expriment le vif désir
d'aller voir leurs frères. Ils font promettre à Besse d'envoyer l'année
suivante deux Hongrois en costume national, afin que ce costume puisse
être adopté par les tribus magyares du Caucase. Ils racontent toutes les
traditions qu'ils ont soigneusement gardées sur leurs glorieux ancêtres.
De son coté, Besse les examine avec attention. Il trouve que dans leur
taille, leurs gestes, leur regard, le jeu de leur physionomie, par tous
ces caractères enfin qui constituent la manière d'être d'une nation, les
hommes de ces tribus, qui se donnent pour Magyars, et sont regardés
comme Magyars par tous les habitants du Caucase, ressemblent en effet
d'une manière frappante aux Magyars de la Hongrie. Les citations
seraient ici trop longues. Je renvoie le lecteur à l'ouvrage de Besse,
qui est d'ailleurs intéressant, et spécialement au chapitre 23, où il
parle en détail des Dougours, une des cinq tribus magyares.

_Page_ 45.--Pour démontrer grammaticalement que deux langues sont sœurs,
il faut faire voir dans ces deux langues non pas quelques similitudes et
quelques terminaisons semblables plus ou moins défigurées, mais les
mêmes racines, les mêmes caractères, les mêmes originalités, le même
génie.

Personne ne s'avisera de dire que nous sommes Magyars; pourtant il y a
dans les langues hongroise et française plusieurs mots qui ont une
certaine similitude. Par exemple:

_ki_           signifie     _qui_
_ut_ (prononcez _oute_)     _route_
_ök_ (prononcez _euk_)      _eux_
_fi_[102]                   _fils_
_tanya_                     _tanière_
_sohaitani_                 soupirer, _souhaiter_
_tiz_                       _dix_
_ár_                        prix, _arrhes_, _arrha_, αρραβοι.

[Note 102: Correspondant au _wicz_ slave.]

Évidemment tout ces mots sont originaux dans les deux langues. On ne
peut les confondre avec ceux que les Hongrois nous ont empruntés, et qui
tous désignent des objets venus de France, comme _médaille_, _parasol_,
_chemisette_, _pantalon_, _salon_, _canapé_, etc. Car ces mots, qui font
maintenant partie de la langue hongroise, n'ont pas changé. Les Hongrois
les ont adoptés sans leur donner une tournure magyare: la différence ne
consiste que dans l'orthographe.

Comment des langues si diverses ont-elles quelques mots à peu près
semblables? Cela vient, comme nous l'avons dit, de ce qu'il existe entre
toutes les langues comme entre toutes les races une fraternité
incontestable. En outre, il peut exister des ressemblances fortuites.
Les Grecs disaient δεκα, les Latins _decem_, et nous disons _dix_. C'est
par hasard que le mot latin, devenu français, s'est rapproché du
hongrois _tiz_. Je dépasserais le nombre de Schlœzer si je voulais
reproduire, comme Sajnovicz, les mots hongrois et français qui ont par
hasard une syllabe semblable comme:

a_dok_          je _do_nne
asz_tai_        _ta_ble
_marni_         _mor_dre
etc.            etc.

On peut montrer des centaines d'exemples pareils qui ne prouvent qu'un
seul fait: c'est que le hasard produit souvent des résultats dont on
s'efforce de retrouver les causes en dépensant plus ou moins
d'érudition.

Puisque je parle des rapports qui existent entre le français et le
hongrois, je ferai remarquer que ces langues ont une analogie très
grande en un point: c'est qu'elles se composent des mêmes sons. Les sons
les plus originaux de la langue hongroise, qui la rendent si difficile
pour les autres étrangers, se retrouvent dans la nôtre.

_gy_ a le son de      _di_ (dans _Dieu_)
_ly_                  _ll_ mouillées
_ny_                  _gn_
_ö_                   _eu_
_s_                   _ch_
_ty_                  _ti_ (dans _pitié_)
_ü_                   _u_
_zs_                  _j_

Plusieurs de ces sons manquent à l'allemand, à l'anglais, à l'espagnol
ou à l'italien. Les Hongrois ont en outre un son particulier: ils
prononcent l'_a_ entre l'_a_ et l'_o_. Ce son, quoiqu'il nous soit
étranger, ne nous est cependant pas inconnu. Le peuple de Paris dans une
foule de cas prononce l'_a_ de cette manière[103]. Il est fort singulier
que le hongrois, langue primitive apportée de l'Asie, ait cette analogie
avec une langue occidentale et mélangée comme la nôtre. Le hongrois est
la seule langue étrangère que nous puissions prononcer hardiment. Cette
circonstance que les deux langues se composent, pour ainsi dire, des
mêmes sons, fait qu'une foule de mots se prononcent d'une manière
semblable sans avoir, il est vrai, la même signification. V. p. 36.

[Note 103: Les Hongrois ont de plus le _cs_ ou _ts_, qui se prononce
_tch_, et le _cz_ ou _tc_, qui se prononce _tç_.]

Certains écrivains ont fourni des armes aux ennemis de la philologie en
montrant combien cette science peut s'égarer si elle n'est guidée par la
réflexion. Ils supputaient le nombre de mots que les Hongrois ont
empruntés aux Allemands, et, remarquant que _ház_, par exemple, qui
signifie «maison», se rapproche de l'allemand _haus_, ils en concluaient
que c'était un mot allemand devenu hongrois. Vainement leur répondait-on
que les Magyars avaient bâti au Caucase la ville de Kizylar, dont les
maisons, suivant les historiens arabes, étaient d'une blancheur
éblouissante, et que par conséquent ils devaient posséder le mot _ház_
pour les désigner. Les philologues s'en tenaient à la ressemblance du
mot, sans rien écouter. Il fallut qu'on Hongrois orientaliste expliquât
que le mot _ház_ venait du persan _hazed_.

Voici encore un exemple qui montre qu'il peut exister des ressemblances
de mots produites par le hasard seul. Il y a en Hongrie une petite ville
nommé _Kots_ où ont été fabriquées dans l'origine certaines voitures
fort légères dont on se sert dans le pays. On les a appelées _kotsi_
parce qu'elles venaient de Kots. De là on a nommé _kotsis_ celui qui
conduisait ces voitures. _Kotsis_ (prononcez _kotchich_) signifie donc
_cocher_. Qui ne serait tenté de faire dériver ce mot du français, ou de
l'allemand _Kutscher_?

       *       *       *       *       *

_Page_ 59. «Disons enfin que dans les vers affectionnés et répétés par
le peuple, en Hongrie, il est souvent parlé de la beauté physique,
etc...»

Voici entre autres un petit poème bien répandu, dont je ne puis préciser
l'époque, mais qui remonte au temps où les Hongrois guerroyaient contre
les Turcs. L'auteur exalte avec une admiration naïve toutes les
qualités, mais surtout la beauté de sa nation.

La nation magyare.

La nation magyare est superbe: elle l'emporte sur beaucoup d'autres.

Cela a toujours été vrai, et sera toujours vrai.
Si tu cherches une belle nation, celle-là l'est assez.
Son élite est la garde hongroise, la plus belle de toutes les gardes.
Je suis sûr que tu es de mon avis?... Je ne m'étonne pas,
Car des beaux Magyars chaque peuple a la même opinion.
--Tour de Saint-Étienne, sois mon témoin et dis mieux que moi!
Ou plutôt réfute-moi si je ne dis vrai.
Le jour de Saint-Étienne, combien de nations, combien de religions
                                                   voyais-tu réunies?

N'avaient-elles pas toutes une même voix sur les beaux Magyars?
Ce jour-là, comme à l'ordinaire, le roi a paru:
Est apparue aussi la garde hongroise,
Qui a formé une troupe exposée à l'admiration,
La voiture du roi était magnifique[104],
On voyait encore d'autres carrosses dorés;
Mais toute cette pompe était bien inutile,
Car là où il a des Magyars, il n'y a plus rien à regarder.
Le peuple de Vienne ne pouvait assez contempler, admirer le Magyar.
Qui surpassait tous les autres par sa beauté.
Oh! que j'étais content de le voir louer! car j'aimerais mieux mourir
Que d'entendre sur lui une parole de blâme.
Ce qu'il y a de beau dans le Magyar,
C'est que, quand tous les spectateurs l'admirent,
Il ne s'étonne pas, il ne regarde pas autour de lui,
Mais il redresse sa taille et lève la tête.
De là bien des gens pensent qu'il est fier
Quand au contraire ceci est une marque de ses belles qualités.
Chez lui ce n'est pas fierté, c'est caractère national.

Sans contredit le Magyar est aussi beau à cheval qu'à pied,
Dans sa _mente_ de croisé coupé à sa taille,
Dans tout son costume, qui est national,
Le _kalpag_, la ceinture, la plume de héron, la sabretache, ce qui
                                                      lui va si bien!
Qu'il est beau quand il cingle sa ceinture sur son dolman!
Il faut admirer tout son costume.
Et quand ils sautent à bas de leurs chevaux,
On croirait que chacun d'eux est une fleur.
Qu'ils sont beaux aussi quand ils marchent en rang!
On le sait mieux que je ne puis le dire.
Leur moindre mouvement, comme il est d'aplomb!...
Ce n'est donc pas étonnant qu'ils enlèvent beaucoup de cœurs tendres.
Tout leur corps est d'une harmonie parfaite,
De sorte qu'on le prendrait pour un chef d'œuvre de la nature.

La danse des Magyars plaît aussi à bien du monde,
Parce que gaîment s'agitent chaque membre, chaque fibre et chaque
                                                               veine.

On peut appeler noble la danse de cette nation,
Car dans aucune autre on ne voit des mouvements plus entraînants.

[Note 104: Il y a dans le texte hongrois _gyöngy kotsi_,
«voiture-perle.»]

Je voudrais rendre le ton digne et en même temps naïf du poète
populaire. Ces vers, qui paraîtront insignifiants à la plupart des
lecteurs, frapperont peut-être ceux qui connaissent la Hongrie et qui
savent avec quelle gravité les paysans hongrois parlent d'ordinaire. Ce
sont de ces choses qu'il faut entendre, et non lire: encore moins
faut-il les juger d'après une mauvaise traduction.

Le poëte parle encore de la bravoure des Magyars, de leur
désintéressement, de leur fidélité, de leur ardeur dans l'amour; puis il
ajoute:

«J'avoue qu'il y a beaucoup de belles langues;
Mais l'élégante langue magyare se distingue entre toutes.
Si c'est la beauté qui classe les langues,
Je suis sûr qu'elles viennent toutes après la langue magyare.
Le scrutateur n'y trouvera pas ces vilains défauts
Que les autres langues peuvent se reprocher.
Les seigneurs allemands ne comprennent pas le peuple.
En Hongrie, tout le monde a la même langue:
Pauvres et riches, petits et grands, tous se comprennent;
Ce n'est pas là que la langue change à chaque mille.

Ici le poëte revient encore à son idée favorite, la beauté. Cette fois
il s'agit des Hongroises. Il va sans dire qu'il les trouve sérieusement
les plus belles femmes du monde. Il les félicite surtout d'avoir repris
la coiffure nationale:

Qu'elles sont belles surtout, depuis qu'elles ne méprisent plus leurs
                                                               bonnets!
Depuis qu'elles ne chargent plus leur tête de ces citadelles de gaze!

Ce qui fait penser qu'il écrivait au siècle dernier, dans un de ces
moments de réaction où la noblesse hongroise s'éloignait de la cour de
Vienne et reprenait les mœurs nationales. Le poëte vante ensuite la
force des Magyars, cette force qui leur est si précieuse dans la guerre
où ni le hurlement du Turc ni l'éclat de cent mille lances ne peuvent
l'intimider. Sa force et sa bravoure en font un ennemi terrible; de là
vient que

Si on fait la guerre avec les Magyars,
L'ennemi craint d'avance sa défaite.
On n'a qu'à se figurer un brave Magyar avec ses grandes moustaches,
Pour avoir le portrait d'un héros.

_Page_ 126.--Csoma avait découvert des exemples d'analogie entre des
mots hongrois et tibétains, Il est à jamais regrettable que ce voyageur,
aussi savant que dévoué, après avoir souffert les plus cruelles
privations et s'être livré pendant sa vie entière aux études les plus
difficiles, ait été arrêté par la mort au moment peut-être de voir son
entreprise couronnée du succès.

J'extrais les lignes suivantes d'un journal hongrois qui a reproduit et
complété les détails que le baron Hügel a donnés dans l'_Observateur
autrichien_:

«Dardjilling, où est mort Csoma de Körös, est une ville peu connue du
pays de Sikkim qui se trouve dans les vallées méridionales de
l'Himalaya. Ce pays a environ huit milles allemands de longueur et douze
milles de largeur. Il est entouré par le Bengale, le Népaul, le Boutan,
et au nord par le Tibet, dont il est séparé par les Alpes de Khawa
Karpola, et ne contient que deux villes, Sikkim et Dardjilling. Les
habitants suivent en grande partie la religion de Buddha. Le roi, qui
dans la langue du pays se nomme _gielpo_, habite Sikkim et s'est placé
sous la protection des Anglais. Dans la guerre que la Grande-Bretagne
fit au Népaul de 1814 à 1816, le roi de Sikkim fut son fidèle allié: le
royaume du _gielpo_ fut agrandi par les Anglais, qui espéraient
soumettre plus facilement le Népaul. Depuis ce temps Sikkim est toujours
en rapport avec le gouvernement anglais des Indes orientales. Ce pays
est aussi en relation avec Lassa, où réside un gouverneur chinois, et
des ambassades, dont les Anglais savent profiter, vont fréquemment d'un
pays à l'autre.

»Pendant la guerre contre la Chine, l'intérêt des Anglais voulut que les
liens qui attachaient Sikkim à leur empire des Indes fussent encore
resserrés. C'est pourquoi ils établirent à Dardjilling un agent et une
faible garnison. Cet agent, qui se nommait Campbell, fut témoin de la
mort de Csoma et lui rendit les derniers honneurs. Csoma arriva à
Dardjilling le 24 mars: il voulait y séjourner jusqu'à ce qu'il pût être
présenté au _gielpo_ de Sikkim, par la recommandation duquel il espérait
passer à Lassa. Il comptait trouver dans cette ville d'importants
ouvrages, capables de lui donner des renseignements précieux sur
l'origine des Hongrois. Ce but qu'il a poursuivi pendant sa vie entière,
et qui lui a fait quitter son pays, était constamment l'objet de ses
pensées. Il espérait que l'affinité des langues l'aiderait à découvrir
la patrie première de sa nation.

»... Csoma de Körös avait voué une grande partie de sa vie à l'étude de
la langue tibétaine, parce qu'il espérait trouver dans les chroniques de
cette langue quelques éclaircissements sur l'origine des Hongrois. La
circonstance qu'il découvrit plusieurs mots tibétains qui avaient de
l'analogie avec des mots hongrois le confirmait dans son hypothèse. Il
avait raison de croire qu'il trouverait à Lassa, capitale du Tibet, et
patrie du Lama, représentant de la Divinité, le foyer de la science de
ce pays, dont il n'avait pu voir que des fragments dans le Ladak et le
Kaman.... M. Campbell, à qui Csoma fit part de son projet, espéra qu'en
présentant au _gielpo_ notre voyageur, qui ne s'était jamais mêlé
d'aucune affaire politique ou religieuse, il lui serait facile d'arriver
au but de ses efforts. Il envoya chez Csoma le _valki_ ou ministre du
_gielpo_ à Dardjilling, pour que celui-ci pût se convaincre du savoir du
voyageur hongrois et comprendre ses intentions. Le _valki_, qui lui-même
était fort savant, fit sa visite à Csoma, s'étonna beaucoup de sa
parfaite connaissance de la langue tibétaine et admira surtout les
connaissances qu'il avait acquises sur la littérature et la religion du
pays. M. Campbell, en outre, fit connaître au ministre la vie de Csoma,
et lui persuada que le _gielpo_ n'avait aucune raison de craindre la
visite d'un homme qui voyageait dans un but scientifique et qui
d'ailleurs n'était pas Anglais; il ajouta que le gouverneur des Indes
lui en aurait de l'obligation, parce qu'il s'intéressait à l'entreprise
du voyageur.

»Dans ces circonstances, Csoma désira rester à Dardjilling jusqu'à ce
que le _gielpo_ eut fait une réponse favorable. Il parlait souvent de
l'avenir à M. Campbell, et lui disait que tous ses désirs seraient
comblés s'il pouvait parvenir jusqu'à Lassa. On peut dire que ses
derniers jours furent les plus heureux de sa vie.

»Le 6 avril, M. Campbell alla le voir. Il était déjà mal, mais ne voulut
prendre aucun remède, affirmant qu'il avait eu plusieurs fois la fièvre
aux Indes et qu'il se guérissait avec la rhubarbe. Sur les prières de M.
Campbell, il promit de faire le lendemain usage des remèdes, s'il ne se
sentait pas mieux. Il refusa de le faire le jour même, disant qu'il
était trop tard, puisque le soleil déclinait. Le lendemain M. Campbell
le trouva mieux. Mais cet état ne dura pas: les symptômes du mal ne
tardèrent pas à se montrer. Dans ce climat, il n'y a que des remèdes
violents qui puissent faire cesser la fièvre, et si on ne parvient pas à
l'arrêter, la troisième rechute cause la mort. Csoma refusa encore
obstinément de prendre médecine. Le 9 avril, M. Campbell conduisit chez
le malade le docteur Griffith; mais le mal avait tellement augmenté,
qu'il était dans le délire. Dans cet état, ce ne fut qu'avec beaucoup de
peine qu'on lui fit prendre quelque remède. Le 10, la fièvre revint, et
emporta toutes les forces du malade, qui mourut le 11 avril 1842, à cinq
heures du matin. Sa manière de vivre depuis plus de vingt ans avait
tellement affaibli et amaigri son corps, qu'il fut hors d'état de
vaincre la maladie.

»Les dépouilles mortelles de notre Csoma furent déposées le 12 avril, à
huit heures du matin, en présence de tous les Anglais, dans le cimetière
de Dardjilling. M. Campbell prononça lui-même un discours pour honorer
sa mémoire. C'est ainsi que notre illustre compatriote, que la mort a
frappé à cinquante-sept ans, repose dans une petite ville des Indes
orientales toute aussi inconnue que le lieu de sa naissance, un village
du Háromszék, nommé Körös.

»La succession de Csoma consiste en quatre caisses de livres et de
manuscrits, un habit bleu d'ancienne façon qu'il porta toujours et dans
lequel il mourut, quelques chemises et un vase de cuisine en cuivre. Il
laissa en outre cinq mille roupies en papier d'état, trois cents roupies
en billets de banque, deux cent vingt-quatre roupies en diverses
monnaies et vingt-quatre ducats cousus dans sa ceinture. Csoma ne
manquait pas d'argent, grâce à l'empereur d'Autriche et aux deux tables
de la diète de Hongrie, qui lui envoyèrent des secours pour l'aider dans
ses recherches scientifiques. Lorsqu'au commencement de février, il
partit de Calcutta, il légua cinq mille roupies à la Société asiatique
de cette ville, au cas où il ne reviendrait pas du Tibet. Cette somme
est destinée à quelque but littéraire.

»Csoma avait un genre de vie très simple. Sa nourriture consistait en
thé, qu'il aimait beaucoup, et en riz légèrement préparé: encore en
prenait-il fort peu. Il se tenait toujours sur une natte de paille, qui
lui servait tout à la fois de lit et de table pour manger et travailler.
Il ne se déshabillait pas pour dormir et ne quittait que rarement sa
demeure. Il ne buvait jamais ni vin, ni boissons spiritueuses; il ne
faisait usage ni du tabac ni de l'opium.

»Le baron Hügel rencontrait souvent Csoma à Calcutta. Il remarqua avec
admiration que notre voyageur ne parlait jamais des privations qu'il
avait supportées pendant ses pèlerinages en Asie. Dans les fréquents
entretiens qu'ils eurent ensemble, il observa cependant une fois que sa
vie lui était aussi chère qu'aux autres hommes qui s'engagent dans des
entreprises extraordinaires. L'expression de ses sentiments était
occasionnée par la découverte que la langue tibétaine était subordonnée
au sanscrit. Il avait donc vécu tant d'années, aux frontières du Tibet,
loin de toute société humaine, enfermé dans un cloître et en proie à la
misère, pour apprendre un sanscrit corrompu ou plutôt un dialecte de
cette langue! Il faut noter ici que Csoma avait passé onze années dans
un cloître du Kaman: sa demeure était une chambre de neuf pieds carrés;
et quoique la température, pendant le tiers de l'année, soit de quinze
degrés au dessous de zéro, il écrivait et lisait tous les jours sans
feu. Il couchait sur le plancher de sa chambre, dont les murs seuls le
garantissaient du froid. Dans cette misérable situation, il ordonna
quarante mille mots tibétains, et écrivit le dictionnaire et la
grammaire de la langue tibétaine. Découvrant, ainsi que nous l'avons
dit, quelque analogie entre cette langue et le hongrois, il avait espéré
trouver à Lassa la solution du problème qu'il avait cherchée toute sa
vie. Toutes les forces de son âme étaient concentrées sur ce seul point.
Lorsque M. Campbell parla de ce sujet pour la dernière fois, il lui
ouvrit son cœur et lui fit part de ses vues, etc.»

Certes, on peut admirer cette énergie, cette persévérance à poursuivre
un but! Pour achever de faire connaître Csoma de Körös, je rapporterai
un trait qui m'a été raconté par celui qui pouvait le mieux m'informer.
Csoma avait quitté son pays pour commencer son grand voyage et il était
sur le point de sortir de Transylvanie, quand il s'arrêta dans
l'habitation d'un Magnat qui réside près de la frontière. Au moment du
départ, on lui demanda naturellement où il allait.--«En Asie,
répondit-il.--Qu'est-ce que cela? demanda innocemment le seigneur, qui,
voyant un jeune homme en petite jaquette, avec un mince bagage sur le
dos, croyait qu'il s'agissait de quelque vallée voisine. Où est
l'Asie?--Mais... de l'autre côté de l'Oural.--Quoi! c'est véritablement
en Asie, en Asie, que vous allez?--Assurément.--Et qu'y voulez-vous
faire?--Mon but est de chercher le berceau de notre nation.--Votre
projet est très beau, sans doute. Il est naturel que tout Hongrois s'y
intéresse. M. de Humboldt partira bientôt pour l'Asie; mes amis
obtiendront de lui qu'il vous emmène.--Merci. Il faudrait encore
attendre, et je suis déjà en route. J'irai seul.--Savez-vous les langues
orientales?--Non, mais je les apprendrai.--Je suppose alors que vous
savez quelques langues européennes. L'anglais vous sera nécessaire aux
Indes.--Je ne connais pas ces langues-là, mais je les
apprendrai.--Avez-vous au moins quelques renseignements sur la route que
vous devez suivre? Avez-vous quelques lettres?--Aucunement.--Et vous
partez si intrépidement, quand vous savez quels obstacles vous
attendent?--Je chercherai et je trouverai. Ces obstacles seraient
insurmontables pour un autre, mais ma volonté est arrêtée.» En effet,
franchissant un seuil qui m'est bien connu, il partit, léger de bagage
et d'argent, quittant à jamais sa famille, ses amis, son pays, pour se
vouer à une entreprise qui devait inutilement consumer sa vie!

                            TABLE DES MATIÈRES.


     Préambule.
§ 1. Les Hongrois sont-ils Finnois?
§ 2. Traditions hongroises.
§ 3. Relations des historiens nationaux.
§ 4. Relations des historiens étrangers.
§ 5. Parallèle entre les Huns, les Avars  et les Hongrois.
§ 6. Marche suivie par les Hongrois.
§ 7. Résumé général.
     Notes.


IMPRIMERIE DE GUIRAUDET ET JOUAUST,
rue Saint-Honoré, 315.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Essai historique sur l'origine des Hongrois" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home