Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Curiosités historiques sur Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, Mme de Maintenon, Mme de Pompadour, Mme du Barry, etc.
Author: Le Roi, (J. A.) Joseph Adrien, 1797-1873
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Curiosités historiques sur Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, Mme de Maintenon, Mme de Pompadour, Mme du Barry, etc." ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images at the Bibliothèque nationale de
France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



CURIOSITÉS HISTORIQUES

SUR

LOUIS XIII, LOUIS XIV, LOUIS XV,

MME DE MAINTENON,
MME DE POMPADOUR, MME DU BARRY, ETC.,

PAR J. A. LE ROI,

CONSERVATEUR DE LA BIBLIOTHÈQUE DE VERSAILLES,
CORRESPONDANT DU MINISTÈRE DE L'INSTRUCTION
PUBLIQUE POUR LES TRAVAUX HISTORIQUES;

PRÉCÉDÉES D'UNE INTRODUCTION

PAR M. THÉOPHILE LAVALLÉE.

[colophon]

PARIS

HENRI PLON, IMPRIMEUR-ÉDITEUR

RUE GARANCIÈRE, 8.

1864

_Tous droits réservés._



CURIOSITÉS HISTORIQUES

SUR

LOUIS XIII, LOUIS XIV, LOUIS XV,

M^{ME} DE MAINTENON,

M^{ME} DE POMPADOUR, M^{ME} DU BARRY, ETC.

L'auteur et l'éditeur déclarent réserver leurs droits de reproduction
et de traduction à l'étranger.

Ce volume a été déposé au ministère de l'intérieur (direction de
la librairie), en mars 1864.

PARIS.--TYPOGRAPHIE DE HENRI PLON

IMPRIMEUR DE L'EMPEREUR

RUE GARANCIÈRE, 8



INTRODUCTION.


Les _curiosités historiques_ que renferme ce volume se rapportent
principalement au château de Versailles et aux règnes de Louis XIII, de
Louis XIV et de Louis XV. Malgré les essais qui en ont été tentés, on
peut dire que l'histoire du château de Versailles est encore à faire, et
il serait heureux, par le temps de révolutions, de démolitions, de
transformations où nous sommes, que cette histoire pût se faire
promptement; car cette grande création de Louis XIV, ce théâtre de tant
de splendeurs, de tant d'événements, «ce temple de la monarchie absolue
qui devait, avant que le temps eût noirci ses marbres, en être le
tombeau», a subi, surtout depuis l'établissement des _galeries
historiques_, des remaniements si malheureux qu'il n'est plus
reconnaissable qu'à l'extérieur, et que son histoire passera bientôt,
avec ses grandeurs et ses magnificences, à l'état de fable ou de
légende. Il n'est personne qui, en arpentant les dix ou douze kilomètres
de tableaux qu'on a entassés dans ce palais, n'ait «désiré connaître
l'histoire de chacune de ces chambres, surtout de ces petits
appartements dans lesquels on vit l'amour, la jalousie, l'ambition, la
haine, toutes les plus mauvaises passions du cœur humain s'agiter si
longtemps pour donner le spectacle de ces élévations et de ces chutes de
favoris et de maîtresses qui ont eu tant d'influence sur les destinées
de la France[1]».

En attendant que se fasse l'histoire du château de Versailles, un
redresseur infatigable des faussetés et des falsifications historiques,
M. Le Roi, conservateur de la bibliothèque de Versailles, a porté ses
investigations sur quelques événements, sur quelques personnages, sur
quelques localités de Versailles, et, en fouillant les pièces
originales, les actes authentiques, les documents incontestables, il
est parvenu à mettre en lumière des faits restés obscurs ou douteux, à
réduire à néant ou à leur juste valeur des allégations mensongères,
enfin à porter la vérité dans un petit coin de ce vaste champ historique
si mal exploré, si mal connu, où l'erreur et la calomnie poussent si
bien, poussent si vite, et par tous les climats!

Voici les questions ou problèmes historiques que s'est posés M. Le Roi
et qu'il a heureusement résolus:

1º Où était le château de Versailles construit par Louis XIII, et dans
quelle partie du château s'est passée la _journée des Dupes_?

2º Quels événements particuliers ont marqué la naissance du duc de
Bourgogne?

3º Quels événements particuliers ont marqué la grande opération faite à
Louis XIV en 1686?

4º Louvois est-il mort de poison ou de mort naturelle?

5º Quel a été le véritable inventeur de la machine de Marly? De Ville ou
Rennequin Sualem?

6º Où était, dans le château de Versailles, l'appartement de madame de
Maintenon?

7º Quelles sont les paroles adressées au Dauphin par Louis XIV à son lit
de mort?

8º A quelle somme s'élèvent les dépenses de madame de Pompadour pendant
tout son _règne_?

9º Qu'était-ce que le Parc aux cerfs?

10º A quelle somme s'élèvent les dépenses faites par madame du Barry?
Quel était son vrai nom?

Nous allons dire en quelques mots comment M. Le Roi a résolu ces
_curiosités historiques_.

1º Le château de Versailles, bâti par Louis XIII, en 1624, est le
pavillon central qui existe encore aujourd'hui. C'était un simple
rendez-vous de chasse, flanqué de quatre petits pavillons, avec un
balcon de fer tournant tout autour. Une fausse braie l'entourait et
était précédée d'un fossé à fond de cuve, revêtu de pierres et terminé
par une balustrade. La pièce principale était la salle ou salon du
premier étage, dont Louis XIV fit plus tard sa chambre à coucher et où
il mourut. Des fenêtres de cette salle d'où Louis XVI se montra au
peuple dans la journée du 6 octobre, on se figure aisément l'aspect que
présentait alors Versailles: la vue dominait sur un pays accidenté,
presque entièrement boisé, coupé de quelques étangs, marqué seulement
par un pauvre village d'une cinquantaine de feux, pays triste, monotone,
un peu sauvage, qui inspirait la mélancolie, qui était parfaitement en
rapport avec les goûts et l'humeur de Louis XIII.

Quant aux lieux illustrés par la journée des Dupes, M. Le Roi nous
montre que la chambre à coucher de Louis XIII était dans la pièce dite
plus tard de l'Œil-de-bœuf, et qui fut aussi pendant longtemps la
chambre à coucher de Louis XIV; que la pièce où coucha Richelieu,
au-dessous de la chambre du roi, est aujourd'hui la salle des Portraits
des rois de France; que l'escalier dérobé par lequel le duc de
Saint-Simon le conduisit dans la chambre de Louis XIII existe encore
dans un coin de cette salle; enfin que l'entretien qu'il eut avec ce
prince et d'où l'on peut dire qu'ont dépendu les destinées de la France,
se passa dans le cabinet voisin de la chambre à coucher du roi et qui
fait partie du salon de l'Œil-de-bœuf.

Louis XIV conserva religieusement le château construit par son père; il
ne fit que l'agrandir successivement, à mesure que Versailles lui
plaisait davantage. Il n'avait pas d'abord l'intention d'en faire
l'immense palais qui existe aujourd'hui; il n'avait pas l'intention de
faire de Versailles son séjour ordinaire. Les plans de construction
furent plusieurs fois changés; de nombreuses démolitions furent
nécessaires; de là le disparate si marqué entre la façade des jardins,
si noble, si belle, si harmonieuse, et la façade de la ville, si
compliquée, si travaillée, si irrégulière.

2º Saint-Simon nous a donné un tableau précieux de l'aspect du château
de Versailles, le jour de la naissance du duc de Bourgogne, de la joie
du roi, des transports de la cour, de l'enthousiasme populaire. M. Le
Roi, d'après des documents originaux, ajoute quelques traits à ce
tableau, et qui l'achèvent. Il nous apprend que ce fut la première fois
qu'on confia à un médecin le soin d'accoucher une reine ou une Dauphine,
que jusqu'alors les sages-femmes avaient eu cet office, et qu'elles
cessèrent de l'avoir. Il entre alors dans des détails très-curieux sur
l'art des accouchements à cette époque, sur le choix des nourrices,
etc. L'accoucheur fut Clément, dont le roi avait éprouvé l'habileté, car
c'était lui qui avait assisté madame de Montespan dans ses nombreuses
grossesses. Il devint, dès lors, l'accoucheur de la Dauphine, puis de la
duchesse de Bourgogne, de la reine d'Espagne, etc. C'était un
très-habile et excellent homme, que le roi traita comme il traitait tous
les hommes de mérite, c'est-à-dire avec cette gracieuse dignité qui
doublait le prix des récompenses. Outre qu'il l'enrichit, il lui donna
des lettres de noblesse, avec une clause, dit M. Le Roi, qui honore au
même degré l'homme de mérite auquel s'adressait cette distinction et le
souverain qui l'accordait. Cette clause portait «qu'il ne pourrait
abandonner la pratique de son art, ni refuser ses conseils, ni ses
secours aux femmes qui les réclameraient».

3º On sait qu'en 1686 Louis XIV fut affligé d'une hideuse maladie, la
fistule, qu'on regardait alors comme à peu près incurable ou mortelle.
Les mémoires du temps parlent peu de ce grave accident dans la vie du
roi, cette maladie ayant été longtemps tenue secrète, et l'opération
qui la termina ayant été faite avec le plus grand mystère, et divulguée
seulement quand la guérison fut assurée. M. Le Roi a retrouvé sur ce
sujet des détails importants, soit au point de vue médical, soit au
point de vue historique, dans les mémoires du médecin Dionis.
L'opérateur fut Félix de Tassy, chirurgien très-habile, qui le premier a
fait connaître les moyens de guérir par l'incision cette triste maladie.
C'est dans la chambre du roi, qui formait, comme nous l'avons dit, une
partie du salon appelé plus tard l'Œil-de-bœuf, qu'eut lieu cette
opération qui paraissait alors si périlleuse. Il n'y avait d'autres
témoins que madame de Maintenon, le père de la Chaise, le ministre
Louvois, les quatre médecins ou chirurgiens du roi, avec un garçon ou
élève. La famille royale et la cour n'avaient pas le moindre soupçon de
la grave résolution prise par Louis XIV; le Dauphin était à la chasse.
Le roi montra le calme et la fermeté qui le distinguaient dans toutes
ses actions: il ne poussa pas un cri, ne dit pas un mot. Une heure
après, il tenait son lever comme à l'ordinaire, et les courtisans
apprenaient avec effroi ce qui venait de se passer; quelques heures
plus tard, il tenait conseil dans son lit, et le soir il y eut dans sa
chambre la réception qu'on appelait _appartement_. On suit avec anxiété,
dans le récit de M. Le Roi, les détails de cette opération chirurgicale
qui marque dans les annales de la science, puisque la méthode inventée
en cette circonstance par Félix est encore celle qu'on suit de nos
jours, opération qui tint pendant quelques jours la France dans
l'anxiété; car à la vie du roi tenaient le salut du royaume et le repos
de l'Europe. On peut voir aussi, dans les Lettres de madame de Maintenon
à madame de Brinon (_Lettres historiques et édifiantes_, t. I) quelles
furent ses angoisses et ses craintes en cette circonstance; elles sont
une réponse à cette calomnie, qu'elle n'aimait point Louis XIV, de même
que sa présence au chevet du roi pendant la dégoûtante opération était
le témoignage du lien sacré qui les unissait.

4º On sait que la mort subite de Louvois à l'âge de cinquante ans excita
le plus grand étonnement. Tout le monde le crut empoisonné. Saint-Simon
le dit ouvertement en entrant dans des détails qui semblent plausibles.
La princesse Palatine, dans l'aveuglement de ses haines, va plus loin:
elle accuse de cette mort madame de Maintenon. Les historiens
protestants ont seuls répété cette calomnie; mais les plus modérés, même
les plus modernes, s'arrêtent au récit de Saint-Simon, et pour eux tous,
Louvois est mort empoisonné, on ne sait par quel ennemi. Le récit de M.
Le Roi fait justice de cette accusation au moyen d'un témoignage
incontestable, celui de Dionis, médecin de Louvois, qui assista à sa
mort, et fit, de concert avec trois autres médecins, l'ouverture de son
corps. Il en résulte clairement que Louvois est mort d'une attaque
d'apoplexie pulmonaire.

5º Dans quelle partie du château de Versailles était l'appartement de
madame de Maintenon, cet appartement où Louis XIV travaillait avec ses
ministres, et où, pendant trente ans, se sont décidées les destinées de
la France? A première vue il semble qu'une telle recherche soit facile,
et qu'il ne puisse y avoir de doute à ce sujet. Il n'en est pas ainsi,
grâce au Musée national qui a fait subir à l'intérieur du château de
Versailles une transformation complète. L'intention de ce musée était
excellente, l'exécution n'y a pas répondu. Entreprise par des hommes peu
versés dans l'histoire du dix-septième siècle, elle a bouleversé
malheureusement les parties les plus intéressantes du château, et c'est
ainsi que l'appartement de madame de Maintenon, presque méconnaissable
aujourd'hui, est occupé par trois salles des campagnes de 1793, 1794 et
1795. L'aspect de ces pièces témoigne que madame de Maintenon était
logée fort à l'étroit et fort incommodément. Je ne sais si la femme de
chambre de quelque parvenu de nos jours se contenterait de cette chambre
unique où Louis XIV venait travailler, où madame de Maintenon mangeait,
couchait, s'habillait, recevait toute la cour, où tout le monde passait,
disait-elle, comme dans une église. Au reste, les princesses, les
princes, le roi lui-même n'étaient pas plus commodément logés. Tout
avait été sacrifié au faste, à l'éclat, à la représentation dans ce
magnifique château; Louis XIV était perpétuellement en scène et y tenait
sans interruption son rôle de roi, mais au milieu de toutes ces
peintures, ces dorures, ces marbres, ces splendeurs, on n'avait pas une
seule des aisances de nos jours; on gelait dans ces immenses pièces,
dans ces grandes galeries, dans ces chambres ouvertes de toutes parts,
où d'ailleurs il fallait vivre continuellement en public. Aussi Louis
XV, qui n'avait pas la santé de fer de son aïeul, abandonna ces vastes
magnificences et se fit une existence plus commode et surtout plus
secrète dans les petits appartements qu'on voit encore aujourd'hui.

6º Quel est le véritable inventeur de la machine de Marly? On sait que,
d'après toutes les histoires et biographies, cet inventeur serait un
ouvrier liégeois, Rennequin Sualem. L'ouvrage de M. Le Roi nous
démontre, d'après des documents authentiques et des témoignages
irréfutables, que c'est une erreur. L'inventeur, l'architecte, le
gouverneur de la machine qui passait au dix-septième siècle pour une
merveille du monde, est un gentilhomme liégeois nommé le chevalier de
Ville; Rennequin Sualem en aurait été seulement le constructeur, et plus
exactement le charpentier. M. Le Roi donne à ce sujet une description
de la machine qui montre quel était l'état de la science hydraulique à
cette époque et qui témoigne que cette œuvre lourde, coûteuse,
compliquée, n'en était pas moins digne d'admiration.

7º On sait que le grand roi, sur le point de mourir, se fit apporter son
arrière-petit-fils et lui adressa quelques paroles pleines de dignité.
Ces paroles, recueillies par les assistants et qui furent mises au
chevet du lit du jeune Louis XV, ont été reproduites par les historiens
avec des variantes considérables. M. Le Roi a retrouvé une pièce très
curieuse qui fait cesser toute incertitude à cet égard et nous donne
définitivement le texte authentique.

8º Ce morceau curieux est tout simplement l'analyse d'un manuscrit
composé par quelque secrétaire de madame de Pompadour, d'après les notes
mêmes de la marquise, et qui a pour titre: _État des dépenses faites
pendant le règne de madame la marquise de Pompadour, à commencer le 9
septembre 1745 jusqu'au 15 avril 1764_ (c'est le jour de sa mort).
Disons tout de suite que le total général est d'environ trente-six
millions et demi pendant dix-neuf ans; donc, de moins de deux millions
par an. «Voilà, sur sa déclaration, dit M. Le Roi, le relevé de ce que
madame de Pompadour a coûté à la France.» C'est beaucoup, sans doute,
mais j'avoue que, d'après tout ce qu'on a écrit sur les prodigalités de
Louis XV envers ses maîtresses, sur le faste, le luxe de la marquise de
Pompadour, je m'attendais à un chiffre plus élevé, et je ne sais si pour
les dépensiers de nos jours ce chiffre ne paraîtra pas mesquin.
D'ailleurs, il faut remarquer que madame de Pompadour tenait une sorte
de cour, qu'elle donnait des fêtes, qu'elle faisait des pensions. Aussi
je lis sans étonnement cette réflexion qui termine le manuscrit: «Voici
un fait que personne ne voudra croire, qui est qu'à sa mort l'on n'ait
trouvé à cette femme que 37 louis d'or dans sa table à écrire, et se
trouve devoir la somme de 1,700,000 livres.»

Voici comment se décomposent les trente-six millions. On sait que la
marquise était une femme de beaucoup d'esprit et de goût, aimant les
bâtiments, les tableaux, les sculptures, cultivant elle-même les arts,
et qui avait une cour d'écrivains et d'artistes. L'état des dépenses
entre à ce sujet dans des détails intéressants pour l'histoire des arts
et donne un total de plus de neuf millions. On sait aussi que madame de
Pompadour aimait les chevaux, qu'elle fit acheter des étalons dans
plusieurs pays, et qu'elle fonda dans sa terre de Pompadour le beau
haras qui existe encore aujourd'hui. L'état de ses dépenses sur cet
article s'élève à plus de trois millions. On trouve encore pour
médailles, 400,000 livres; pour une collection de pierres gravées,
400,000 livres; pour fêtes, voyages du roi, comédies, opéras, quatre
millions. Le chapitre des aumônes est malheureusement plus modeste, il
est ainsi marqué: _Donné aux pauvres pendant tout mon règne_, 150,000
livres. Il est vrai qu'il y faut ajouter de nombreux secours et pensions
donnés à des maisons religieuses.

9º «Il n'est aucun fait historique, dit M. Le Roi, qui ait rendu plus
odieux le nom de Louis XV; et qui, d'un autre côté, ait donné lieu à
plus de divagations parmi les écrivains, que le mystérieux établissement
du _Parc aux cerfs_.» On peut ajouter qu'il n'y en a pas qui ait excité
plus de haine contre l'ancien régime, qui ait valu à la cour des
Bourbons plus d'imprécations et de déclamations, qui ait eu plus
d'influence sur la révolution. M. Le Roi, pièces en main, réduit cette
monstruosité à sa juste valeur. Le nom seul de Parc aux cerfs est en
grande partie la cause des exagérations débitées à ce sujet. A ce nom,
on se figure une sorte de sérail à la façon orientale, un immense jardin
avec bosquets mystérieux, pelouses fleuries, pavillons enchantés, et un
essaim de biches plus ou moins timides, poursuivies par un lubrique
monarque. Il n'est rien de tout cela: le _Parc aux cerfs_ était le nom
d'un quartier de Versailles, du quartier aujourd'hui appelé Saint-Louis,
qui avait été bâti sous Louis XIV, sur l'emplacement d'un parc à bêtes
fauves, datant de Louis XIII, et qui en avait gardé le nom. Quant au
sérail, voici à quoi il se réduit. Louis XV avait acheté secrètement,
dans une impasse déserte de ce quartier, une petite maison bourgeoise où
pouvaient à peine loger trois personnes, et dans laquelle son valet de
chambre faisait élever quelques jeunes filles ordinairement vendues par
leurs parents. «Il n'y en avait que deux en général, dit madame du
Hausset, très-souvent une seule; quelquefois, le Parc aux cerfs était
vacant cinq ou six mois de suite. Lorsqu'elles se mariaient on leur
donnait des bijoux et une centaine de mille francs.» Il ne paraît pas
que le nombre de ces victimes, immense d'après tous les historiens, ait
dépassé une trentaine, le roi n'ayant gardé cette maison que de 1755 à
1771. M. Le Roi appuie cette curieuse découverte historique de pièces
irréfutables, mais cela n'empêchera pas les historiens de scandales de
parler des centaines de millions, et même des milliards que coûta le
Parc aux cerfs.

10º Si la dissertation sur le Parc aux cerfs atténue, sans le rendre
moins odieux, le libertinage de Louis XV, il n'en est pas de même du
morceau suivant qui renferme une notice biographique sur madame du
Barry, d'après des cartons et des liasses de documents appartenant aux
archives de la préfecture de Seine-et-Oise, et à la bibliothèque de
Versailles. On sait qu'un gentilhomme débauché et ruiné, Jean du Barry,
ayant rencontré dans un mauvais lieu une fille d'une merveilleuse
beauté, parvint à la faire connaître au roi qui en devint follement
épris, que pour en faire une maîtresse en titre et lui donner un rang à
la cour, il la fit épouser à son frère le comte du Barry. M. Le Roi nous
donne _in extenso_ l'étrange contrat de mariage conclu à cet effet, où
l'on stipule la séparation des deux époux, où la future prend le nom de
Jeanne Gomard de Vaubernier, nom faux, comme nous le dirons tout à
l'heure; enfin, où elle apporte en dot 30,000 livres «provenant de ses
économies», et consistant, pourrait-on dire, en outils de son métier,
c'est-à-dire en diamants, perles, dentelles, «un lit complet, trente
robes et six douzaines de chemises».

Après cette édifiante énumération, M. Le Roi nous donne l'état des
richesses accumulées par madame du Barry lorsqu'elle fut devenue la
maîtresse en titre du roi: 100,000 livres de rentes sur la ville de
Paris, la terre de Louveciennes, 40,000 livres de rentes sur la ville de
Nantes, etc. Madame du Barry n'avait reçu presque aucune éducation et
avait les goûts de son ancienne vie, l'amour effréné de la toilette, des
jolis meubles, des colifichets, des futilités. Son appartement n'était
qu'un boudoir: M. Le Roi nous en donne la description, et les détails
dans lesquels il entre sont à faire pâmer, à faire mourir d'envie les
plus charmantes dépensières de nos jours. Qu'on en juge par ce qu'il dit
des lieux les plus secrets de cet appartement:

«Dans la garde-robe on voyait un meuble de toilette secrète à dossier,
en marqueterie, fond blanc à mosaïques bleues et filets d'or, avec
rosettes rouges, garni de velours bleu brodé d'or, et sabots dorés d'or
moulu, la boîte à éponges et la cuvette d'argent, deux tablettes
d'encoignure aussi en marqueterie, garnies de bronzes dorés d'or moulu,
et une chaise de garde-robe en marqueterie pareille aux autres meubles,
la lunette recouverte de maroquin, et les poignées et les sabots dorés
d'or moulu.»

Le rêve de madame du Barry dura à peine six ans. Le roi mourut. Madame
du Barry, exilée d'abord dans un couvent, revint ensuite habiter son
château de Louveciennes. Ses créanciers l'y poursuivirent. Légère,
insouciante et prodigue malgré les libéralités du roi, elle avait
1,200,000 livres de dettes. Louis XVI se fit donner l'état des dons
faits à la maîtresse de son aïeul, et l'on trouva qu'elle avait reçu en
six ans six millions et demi, sans compter les maisons, les 150,000
livres de rente viagère, etc. Sur cette somme les bijoutiers avaient
reçu 2,280,000 livres, les marchands de dentelles, soieries, etc.,
738,000 livres; les tailleurs et brodeurs, 551,000 livres, etc. Madame
du Barry n'avait fait de mal à personne pendant sa faveur; elle était
d'une bonté extrême, d'une humeur charmante, et avait laissé à la cour
des amis qui lui restèrent très-dévoués. Grâce à eux, elle parvint à
payer ses dettes au moyen d'un échange de 60,000 livres de rente viagère
contre 1,250,000 livres qui lui furent données par le trésor.

Mais madame du Barry ne s'était pas corrigée de son goût de dépenses, et
de sa négligence à compter; elle fit de nouvelles dettes, et à l'époque
de la Révolution elle fut obligée de songer à vendre ses bijoux. Elle
réunit les plus précieux dans une chambre où, pendant une nuit, des
voleurs s'introduisirent et firent main basse sur le précieux dépôt.
Madame du Barry fit publier la liste des objets volés. Cette liste est
donnée par M. Le Roi: c'est une rivière continue, une cascade
éblouissante de diamants, de perles, de bagues, de colliers, de
girandoles, de bracelets, d'_esclavages_, d'étuis, de boîtes, à faire
tourner la tête des dames qui la liront.

Le vol des bijoux de madame du Barry fut la cause de sa mort. Ayant
appris que les voleurs avaient été arrêtés à Londres et qu'on
instruisait leur procès, elle voulut suivre cette affaire et alla en
Angleterre avec un passe-port régulier. C'était au mois d'octobre 1792.
Son absence s'étant prolongée, on la regarda comme émigrée et l'on mit
le scellé sur ses biens. Dès qu'elle l'apprit, elle revint en France;
mais au mois de juin 1793 elle fut arrêtée comme suspecte et traduite
(novembre 1793) au tribunal révolutionnaire, comme ayant fourni aux
émigrés réfugiés à Londres des secours pécuniaires, et entretenu avec
eux des correspondances. L'occasion était belle à faire de la
déclamation révolutionnaire; aussi Fouquier Tainville accumula les
accusations les plus forcenées, les plus emphatiques «contre cette
moderne Aspasie, cette sultane du crime couronné, contre cette
surintendante des honteuses débauches du Sardanapale moderne, etc.» On
sait que, condamnée à mort, elle fut conduite au supplice le 8 décembre
1793.

M. Le Roi fait suivre cette lugubre histoire de détails intéressants sur
les biens confisqués de madame du Barry. Le total de l'appréciation des
effets mobiliers s'élève à 1,246,000 livres, sans compter les objets
d'art qui sont aujourd'hui répartis dans les musées de l'État. Le
château de Louveciennes fut vendu six millions.

Cette notice biographique si pleine de faits inconnus, de chiffres
éloquents, se termine par un dernier détail qui n'est pas le moins
inattendu: c'est que l'acte de naissance présenté par madame du Barry
pour son mariage était faux; qu'elle n'était pas la fille légitime de
Gomard de Vaubernier et de Jeanne Bécu, née en 1746, mais la fille
naturelle d'une pauvre paysanne appelée Anne Bécu, et qu'elle était née
en 1743. Elle avait donc vingt-six ans lorsqu'elle fut présentée à Louis
XV et cinquante ans quand elle mourut.

Telle est, à la place des lieux communs débités sur cette femme trop
célèbre, la vérité qui ressort des documents authentiques consultés par
M. Le Roi. Espérons que le savant bibliothécaire ne bornera pas à ces
dix morceaux ses investigations intéressantes et que, au grand plaisir
du public affriandé par ces révélations, il tirera bientôt de ses
cartons de nouvelles _Curiosités historiques_.

TH. LAVALLÉE.



I

LE CHATEAU DE VERSAILLES SOUS LOUIS XIII

ET LA JOURNEE DES DUPES.

1627-1630.


A quelle époque faut-il faire remonter la construction du château que
Louis XIII fit élever à Versailles? Comme les divers écrivains qui ont
traité ce point historique ne sont point d'accord entre eux, et que nous
nous proposons de fournir des documents nouveaux pouvant servir à
éclaircir la question, nous allons entrer dans quelques détails à ce
sujet.

Les deux premiers auteurs qui s'occupèrent de l'époque de la fondation
du château, furent l'architecte Blondel, dans son livre de
l'_Architecture française_, t. IVe, 1756, et l'abbé Lebeuf, dans
l'_Histoire du diocèse de Paris_, t. VIIe, 1757.

Voici d'abord ce que dit l'abbé Lebeuf. Après avoir fait l'énumération
des divers seigneurs de Versailles, il ajoute:

«Jean de Soisy prend, dans son contrat de mariage avec Antoinette
Postel, du 22 janvier 1610, la qualité de seigneur de Soisy, sous
Montmorency, et de Versailles au val de Galie. Ce fut lui qui vendit
cette terre au roi Louis XIII, vers l'an 1627.»

Voici maintenant comment s'exprime Blondel, sur le même sujet:

«La terre et seigneurie de Versailles était possédée, en 1560, par
plusieurs particuliers: _Philippe Colas_, écuyer, en possédait la plus
grande partie; une autre appartenait à _Antoine Poart_, maître des
comptes à Paris: ce dernier était aussi propriétaire de la seigneurie de
la Grange Lessart; enfin une autre partie appartenait à _Roberte de
Soisy_, femme de Jean de la Porte, et à _Marguerite de Soisy_, sa sœur,
veuve de Jean Dizy, en qualité d'héritières d'Antoinette de Portet, leur
mère.

»_Martial de Loménie_, secrétaire du roi et de ses finances, devint, en
1561, propriétaire de cette terre et de celle de la Grange Lessart, par
les acquisitions qu'il en fit, et en a joui jusqu'à sa mort, arrivée en
1572; il avait épousé Jacqueline Pinault, décédée avec lui.

»Les tuteur et curateur de leurs enfans mineurs vendirent cette terre et
seigneurie de Versailles, et celle de la Grange Lessart, par contrat du
27 juin 1573, à M. Albert de Gondi, comte de Retz. Son fils,
Jean-François de Gondi, archevêque de Paris, la vendit ensuite à Louis
XIII, par contrat passé le 8 avril 1632.»

Blondel donne ensuite un extrait du contrat de vente, puis il ajoute:

«Quoiqu'il paraisse, par la date de ce contrat, que Louis XIII n'acheta
la seigneurie de Versailles qu'en 1632, il est cependant certain que,
dès l'année 1624, il avait commencé à y faire bâtir un rendez-vous de
chasse, qu'il avait élevé sur le lieu le plus éminent, et où était situé
ci-devant un moulin à vent.»

Ainsi voilà deux graves auteurs, écrivant tous deux à la même époque,
paraissant s'autoriser de documents authentiques, et qui tous deux
donnent une date différente à un fait qu'il semble au premier abord si
aisé de constater.

Presque tous ceux qui, depuis cette époque, ont écrit sur l'origine du
château de Versailles, puisant leurs renseignements dans l'abbé Lebeuf,
ont donné l'année 1627 comme date de sa fondation[2]. Cette date est
encore indiquée dans les descriptions modernes de Versailles, que l'on
trouve dans toutes les mains des visiteurs du musée historique.

Quelle est donc la véritable date de la construction du château de Louis
XIII? Est-ce 1624, 1627 ou 1632?

M. Eckard, dans ses recherches historiques sur Versailles, frappé de
cette différence, et voulant tout concilier, accepte les trois dates et
cherche à les expliquer.

Ainsi, d'après lui, en 1624, Louis XIII, _ennuyé, et sa suite encore
plus, d'y avoir souvent couché dans un méchant cabaret à rouliers, ou
dans un moulin à vent_[3], fit d'abord construire à Versailles un
pavillon pour servir de rendez-vous de chasse.

Et il ajoute: «Ce pavillon, inconnu au duc de Saint-Simon, était oublié
lorsqu'il écrivait un siècle après cette construction: une partie, celle
donnant sur l'avenue de Saint-Cloud, a été démolie en 1827, et une
maison bâtie sur l'emplacement; l'autre partie, sur la rue de la Pompe,
subsiste toujours: le tout appartient à M. Amaury, et porte encore
aujourd'hui le nom de _Pavillon royal_; il est situé presqu'à l'angle
que forment l'avenue de Saint-Cloud et la rue de la Pompe, aboutissant
sur celle du Plessis. Il était donc sur le chemin qui conduisait à la
forêt de Saint-Léger-en-Yveline, à l'époque où la chaussée d'Auteuil et
l'ancien pont de bois, à Sèvres, n'existant pas encore, la grande route
de Paris à Brest passait par Saint-Cloud, d'où un chemin secondaire
partait et se dirigeait sur Ville-d'Avray, Montreuil, le territoire de
Versailles et les autres, jusqu'à cette forêt. Quoique engagé dans les
maisons voisines, ce pavillon était naguère encore facile à reconnaître
par la tourelle, ou lanterne, qui dominait et éclairait, un grand
escalier, et qui, ensuite, forma la coupole de la synagogue qu'on y a
vue pendant quelques années. Je me souviens très-bien qu'en 1780, un
habile professeur d'écriture, Hachette, qui en occupait le premier
étage, et dont la classe fort élevée et très-spacieuse donnait en partie
sur la rue de la Pompe, nous dit plusieurs fois que cette pièce avait
été la chambre à coucher de Louis XIII. Cette partie conservée du
pavillon a seulement subi quelques changements dans sa distribution
intérieure. De plus, _le Cicerone_ de 1804 contient, dans sa description
des édifices de Versailles, ce passage remarquable:--_Le Pavillon
royal_.--On assure qu'une portion, celle où se trouve son vaste
escalier, est véritablement la première propriété de Louis XIII, qui en
faisait son retour de chasse avant l'acquisition de la terre
seigneuriale. Enfin M. Guignet, ancien architecte des bâtiments du roi à
Versailles, à qui j'ai communiqué mes observations, et qui les a
vérifiées, a adopté entièrement mon opinion.»

M. Eckard ajoute qu'en 1627, Louis XIII, ayant jugé qu'aucun pays ne
pouvait présenter en aussi peu d'espace, plus de variété pour les
courses à cheval, dans lesquelles consiste le plaisir de la chasse à cor
et à cris, acheta de Jean de Soisy un fief et des terrains à Versailles,
et y fit élever _un petit château de cartes_[4] sur un monticule qui
était occupé par un moulin à vent. Enfin, qu'en 1632, le roi fit
l'acquisition de la terre et seigneurie de Versailles, de Jean-François
de Gondi, archevêque de Paris, ainsi qu'il résulte du contrat cité par
Blondel. Donc en résumé: 1624, construction du Pavillon royal;

1627, acquisition d'un fief de Jean de Soisy.--Louis XIII construit un
petit château sur l'emplacement du moulin, comme le point le plus
éminent. 1632, vente par l'archevêque de Paris, du vieux château et de
la seigneurie de Versailles.

Ainsi, le travail de M. Eckard avait résolu la question et les trois
différentes dates de la fondation du château se trouvaient expliquées.

En 1839, l'auteur de l'essai historique intitulé: _Versailles_,
_seigneurie_, _château et ville_, s'empressa d'adopter l'explication de
M. Eckard, surtout en ce qui concerne le Pavillon royal[5]. Quant au
château qui n'aurait été commencé qu'en 1627, l'auteur de _Versailles_,
_seigneurie_, _château et ville_ se demande si c'est bien à ce château
qu'il faut attribuer le mot de _chétif Versailles_, prononcé par
Bassompierre, ainsi que l'ont fait beaucoup d'autres auteurs et M.
Eckard lui-même? Si l'on adopte, en effet, l'opinion de l'abbé Lebeuf,
qui donne cette année 1627 comme celle où Louis XIII fit commencer la
construction du château sur les terrains vendus à cette époque par Jean
de Soisy, il est impossible de ne pas supposer que Bassompierre se soit
trompé en parlant d'un château n'existant pas encore; et cependant le
récit de Bassompierre est positif. Voici ce que l'on trouve dans le
journal de sa vie[6].

Après avoir raconté, jour par jour, ce qui lui était arrivé pendant le
mois de décembre 1626, il ajoute:

«Les choses étoient en cet état, lorsque nous entrâmes en l'année 1627,
au commencement de laquelle le roy fit tenir une assemblée de notables,
en laquelle il me fit l'honneur de me choisir pour y estre un des
présidents. Monsieur, frère du roy, fut le chef et le premier, et
ensuite M. le cardinal de la Valette, le maréchal de la Force et moi.»

Bassompierre indique ensuite la composition de cette assemblée; puis,
après avoir parlé des divers objets mis en délibération, il raconte
qu'il lui arriva peu d'occasions de parler: «Hormis une seule fois,
dit-il, que nous estant proposé si le roy cesseroit ses bastimens
jusques dans une meilleure saison, et que ses finances fussent en
meilleur estat, M. d'Osembray fut d'advis que l'on le devoit conseiller
au roy.»

Il crut alors devoir prendre la parole, et prononça un discours qu'il
donne en son entier. C'est dans ce spirituel discours, épigramme adroite
contre la parcimonie de Louis XIII, parcimonie dont il se servit
habilement pour faire changer d'avis tous ceux qui avaient déjà voté
pour la proposition de M. d'Osembray, que se trouve ce fameux mot de
_chétif château de Versailles_, cité depuis si diversement. Après avoir
fait observer qu'il n'est pas nécessaire de conseiller à Louis XIII de
ne point faire une chose qu'il ne fait pas, il ajoute: «Le feu roy nous
eust pû demander cet advis, et nous eussions eu loisirs de le lui
donner, car il a employé des sommes immenses à bastir. Nous avons bien
pû connoistre en celui-cy la qualité de destructeur, mais non
d'édificateur. Saint-Jean-d'Angely, Clérac, Les Tonnains, Monheur,
Négrepelisse, Saint-Antonin, et tant d'autres places rasées, démolies ou
bruslées, me rendent preuve de l'un et le lieu où nous sommes, auquel,
depuis le décès du feu roy son père, il n'a pas ajouté une seule
pierre[7]; et la suspension qu'il a faite depuis seize années au
parachèvement de ses autres bastimens commencez, me font voir clairement
que son inclination n'est point portée à bastir, et que les finances de
la France ne seront point épuisées par ses somptueux édifices; si ce
n'est qu'on lui veuille reprocher le _chétif chasteau de Versailles_, de
la construction duquel un simple gentilhomme ne voudroit pas prendre
vanité.» Dans cette assemblée des notables, furent traités les plus
grands intérêts de l'État. Elle tient une place importante dans le règne
de Louis XIII, et ne peut être mise en doute, pas plus que le discours
si remarquable qu'y prononça Bassompierre, et qu'il ne pouvait avoir
oublié lorsqu'il écrivit ses mémoires très-peu d'années après[8]. Aussi
l'auteur de _Versailles_, _seigneurie_, _château et ville_, pense-t-il
que ce discours, prononcé au commencement de 1627, n'a dû s'appliquer
qu'au Pavillon royal, bâti dès 1624. Mais cependant, peu certain que le
maréchal de Bassompierre ait parlé avec tant d'assurance d'une maison si
peu importante, il ajoute: «Ou bien si l'on veut que Bassompierre ait
appliqué son mot de _chétif_ au château bâti sur le tertre de Jean de
Soisy, il faudra convenir que son discours aura été fait après coup,
c'est-à-dire depuis 1631, époque où le maréchal fut enfermé à la
Bastille, et où il commença pour se désennuyer, et fort souvent de
mauvaise humeur, à écrire les mémoires qu'il a laissés; il aura donc
donné l'épithète de chétif au nouveau château, par la raison que tout ce
que devait faire le roi, alors sous l'influence de Richelieu, l'ennemi
juré du maréchal, devait paraître, aux yeux de ce dernier, mauvais,
tyrannique ou chétif, et le pauvre château aura été enveloppé dans une
commune disgrâce avec les actes despotiques du cardinal.»

Il paraît donc à peu près certain, d'après tout ce que nous venons de
rapporter, que Louis XIII avait une habitation à Versailles dès l'année
1624, et certainement avant 1627. Cette habitation, Blondel assure
qu'_elle était élevée sur le lieu le plus éminent, et où était situé
ci-devant un moulin à vent_, par conséquent à la place même où se trouve
le château actuel, tandis que M. Eckard, et après lui l'auteur de
_Versailles_, _seigneurie_, _château et ville_, pensent que c'était le
Pavillon royal; c'est pour éclairer cette question que nous nous sommes
livré à quelques recherches, qui nous ont procuré la connaissance de
nouveaux documents propres à la résoudre.

M. Eckard, lorsqu'il écrivit son livre sur Versailles, fit de nombreuses
visites aux Archives du royaume et aux Archives de la couronne, pour
avoir quelques renseignements sur les faits dont il s'agit; mais là
comme à Versailles, il ne put trouver aucun acte, aucun titre qui se
rapportât aux acquisitions de Louis XIII à Versailles; ce qui lui fit
penser «que les contrats primordiaux, soit du vieux château et de la
seigneurie de Versailles, soit du fief vendu par Jean de Soisy, ont été
détruits, de même qu'une foule d'autres documents plus importants encore
pour notre histoire l'ont été dans toute la France, parce qu'ils
établissaient des droits féodaux et des redevances seigneuriales
supprimés, sans indemnité, par différents décrets.»

«En effet, une loi du 17 juillet 1793, a ordonné le brûlement de tous
les titres énonciatifs de ces droits, et existants entre les mains des
anciens seigneurs, ou qui, pour les domaines nationaux, avaient été
déposés dans les secrétariats des districts. Or, cette loi, qui
prononçait cinq années de fers contre ceux qui auraient caché ou
soustrait et recelé des minutes, ou des expéditions des actes qui
devaient être brûlés, fut rigoureusement exécutée à Versailles, d'où
relevaient en outre trente-quatre seigneuries.»

Il était donc nécessaire de suivre une autre direction dans les
recherches nouvelles que l'on voulait faire sur ce sujet; et comme il
s'agissait surtout de constater l'époque de la construction du Pavillon
royal, regardé comme la première habitation de Louis XIII, ce fut
particulièrement de ce côté que nous portâmes nos investigations.

Nous nous adressâmes au propriétaire de ce pavillon, M. Peert, avoué à
Versailles, et grâce à son extrême obligeance, nous avons trouvé, parmi
les titres de propriété, deux pièces qui établissent d'une manière
positive l'époque de la construction du _Pavillon royal_.

La première de ces pièces est ainsi conçue:

«Don de place à Versailles pour les héritiers de la veuve Hérault.

»Aujourd'hui, 2 aoust mil sept cent un, le Roy étant à Versailles, les
héritiers de la veuve Hérault lui ont fait représenter que Sa Majesté
lui auroit accordé, il y a environ 25 ans, une place scize en ce lieu,
sur laquelle elle a fait bastir une maison appelée le _Pavillon royal_;
mais comme il ne luy en a pas été expédié de brevet pour en assurer la
propriété à ses héritiers, ils l'ont très-humblement suppliée de vouloir
sur ce leur pourvoir, à quoy ayant égard, Sa Majesté a, en tant que de
besoin, accordé et fait don aux héritiers de ladite veuve Hérault de
ladite place, contenant 24 toises 4 pieds de face sur la rue de la
Pompe, 29 toises de face sur l'avenue de Saint-Cloud, 3 toises 2 pieds
de face à la pointe aboutissant par le côté opposé à ladite pointe, au
mur de l'hostel de Guise, et ayant 17 toises de profondeur, le long
dudit mur, à la charge par eux de payer au domaine de Versailles le
droit de cens sur le pied de 5 sols par arpens, au jour de Saint-Michel,
et d'entretenir en bon état et cimétrie la maison qui y a été bastie, et
pour assurance de sa volonté, Sa Majesté m'a commandé de leur en
expédier le présent brevet, qu'elle a signé de sa main et fait
contresigner par moy, conseiller secrétaire d'État et de ses
commandements et finances, signé: Louis et plus bas Phelypeaux; et au
dos est écrit: Paraffé _ne varietur_, au désir du partage passé devant
les notaires soussignés, ce 20 mars 1720. Signé: Bergeret, Delaroche,
Delaroche avec Besnier et Junot, notaires, en l'original des présentes,
paraffé et demeuré annexé à la minute d'un partage passé devant les
notaires soussignés, ce 20 mars 1720, dont la minute envers ledit Junot.
Signé: Besnier et Junot, avec paraffes et scellé ledit jour.»

La deuxième donne le plan du terrain, et au milieu est écrit:

[Illustration:

AVENUE DE SAINT-CLOUD, 29 TOISES.

                               +--------+
                 ______________|        |______________
    3 toises,    |                                    /
    Ville-Nueve. |                                   /
                 |                                  /
                  \                                /
                   \                              / 17 toises,
                    \                            / madame de Guise.
                     \                          /
                      \                        /
                       \______________________/

                   24 toises 4 piedes,
                   rue de la Pompe.

]

«Le Roy a accordé, il y a environ 25 ans, à la veuve Hérault une place
scize à Versailles, ayant 24 toises 4 pieds de face sur la rue de la
Pompe, 29 toises de face sur l'avenue de Saint-Cloud, 3 toises 2 pieds
de face à la pointe où se joignent ladite rue de la Pompe avec ladite
avenue, aboutissant par le côté opposé à ladite pointe, au mur de
l'hostel de Guise, et ayant 17 toises de profondeur le long dudit mur,
le tout ou environ, sur laquelle place elle a fait bastir une maison
appelée le _Pavillon royal_, suivant les décorations réglées par Sa
Majesté, dont n'ayant point eu ci-devant de brevet, Sa Majesté m'a
commandé de donner le présent certificat aux héritiers de ladite veuve
Hérault, pour obtenir sur iceluy tous brevets nécessaires.

«Fait à Versailles, le 10 juillet 1701, signé: Hardouin Mansart.»

       *       *       *       *       *

Et plus bas: «Première inventoriée.»

       *       *       *       *       *

Deuxième, et au dos est écrit: «Paraffé _ne varietur_, au désir du
partage passé devant les notaires soussignés, ce 20 mars 1720. Signé:
Delaroche, Bergeret, Delaroche avec Besnier et Junot, notaires.

»Est l'original des présentes demeuré annexé à la minute d'un partage,
passé devant les notaires soussignés, dont Junot, l'un d'eux, a la
minute, ce 20 mars 1720. Signé: Besnier et Junot, avec paraffes, et
scellés ledit jour.»

Il résulte de ces documents authentiques, que M. Eckard se trompe quand
il affirme que le Pavillon royal a été bâti par Louis XIII; que ce
pavillon, l'une des plus anciennes maisons de Versailles, ne remonte
cependant qu'à l'année 1676, c'est-à-dire au règne de Louis XIV, et que
ce qui a sans doute induit en erreur M. Eckard, et avant lui le
_Cicerone de Versailles_, sur l'origine de ce bâtiment, c'est le nom de
_Pavillon royal_, qu'on lui supposait venir du séjour qu'y aurait fait
anciennement Louis XIII, tandis que les pièces citées prouvent que ce
nom lui a été donné au moment de sa construction par la veuve Hérault,
probablement pour le distinguer des hôtels des grands seigneurs qui
l'environnaient de tous côtés.

Il reste donc établi, par tout ce qui précède, que Louis XIII avait une
habitation, à Versailles avant l'année 1627, date à laquelle l'abbé
Lebeuf fait remonter la vente du fief de Jean de Soisy; que cette
habitation, n'est point le _Pavillon royal_, ainsi que le croyait
l'auteur des _Recherches sur Versailles_; et qu'alors il faut bien en
revenir à l'opinion de Blondel, établissant comme certain que, dès
l'année 1624, _Louis XIII avait commencé à y bâtir un rendez-vous de
chasse, qu'il avait élevé sur le lieu le plus éminent, et où était situé
ci-devant, un moulin à vent_.

Quant à la date de 1632, Louis XIII ne devint véritablement seigneur de
Versailles qu'à cette époque, en achetant de l'archevêque de Paris la
terre et seigneurie de Versailles.

Louis XIII aimait beaucoup Versailles; il y prolongeait ses séjours
pendant la saison des chasses; aussi le _Rendez-vous_ devint une
habitation qui alla en s'agrandissant jusqu'à la fin de son règne.

Ce château, construit par _Lemercier_, architecte, du roi, était flanqué
de quatre pavillons bâtis de pierres et de briques, avec un balcon de
fer tournant tout autour, et dégageant les appartements du premier
étage. Suivant l'usage de ce temps, quelques moyens de défense le
mettaient à l'abri d'un coup de main.

Une fausse braie ou basse enceinte l'entourait et était précédée d'un
fossé à fond de cuve, revêtu de briques et de pierres de taille, terminé
par une balustrade. Ce petit édifice était environné de bois, de plaines
et d'étangs, dont la nature faisait seule les frais[9].

Tel était encore le château de Louis XIII, lorsque, au mois de novembre
1630, s'y passa le curieux événement qui porte dans l'histoire le nom de
_journée des Dupes_.

Ce fut le seul événement politique de quelque importance qui eut lieu
dans le château de Versailles pendant le règne de Louis XIII; il est
donc intéressant de s'y arrêter un moment, d'autant plus qu'il va servir
à faire reconnaître quelques-unes des distributions du château à cette
époque.

Dans le mois de septembre 1630, Louis XIII venait de diriger sur
l'Italie une armée considérable: «Toutes les troupes avaient passé par
Lyon, et le roi les avait voulu voir l'une après l'autre. S'y trouvant
beaucoup de soldats bien nouveaux et mal façonnés au métier, pour les
mieux former, il montrait à quelques-uns comment il fallait porter et
manier les armes, y prenant un singulier plaisir. Il ne s'occupait pas à
ceci, néanmoins, sans beaucoup de travail, s'y adonnant pendant la
chaleur du jour le plus souvent, et pendant les pluies et le mauvais
temps. Le vingt-deuxième jour du mois de septembre, sur les deux à
trois heures après midi, ayant été toute la matinée bien gai, il se
sentit attaqué d'un frisson qui fut suivi d'une fièvre continue, avec
des redoublements chaque nuit, qui donnèrent à ses gens de bien grandes
appréhensions, sans qu'on lui fît connaître que la fièvre dont il était
atteint fût si maligne[10].» La maladie du roi allait toujours en
augmentant; les médecins en désespéraient, et avaient même dit qu'il ne
passerait pas le 30 septembre. A chaque instant on croyait le voir
expirer, lorsque _Sénéles_, médecin du commun de la reine, proposa de
lui administrer un remède qui, disait-il, devait, en moins de quatre
heures, ou sauver le roi ou le faire périr. «Les deux reines, dit
Valdori[11], qui raconte ce fait, voyant l'une son fils, l'autre son
époux sans espérance, et entièrement abandonné des médecins,
consentirent à faire l'épreuve, laquelle réussit si heureusement que ce
monarque, déjà à demi mort, revint dans peu en convalescence[12].»

La reine Anne d'Autriche était depuis longtemps fort en froid avec Louis
XIII; les soins qu'elle lui rendit dans le cours de sa maladie avaient
amené entre eux une espèce de réconciliation. Anne en profita pour
seconder sa belle-mère, Marie de Médicis, dans la guerre que celle-ci
avait déclarée au cardinal de Richelieu. On ne laissa pas respirer le
roi pendant sa pénible convalescence. Les deux reines profitèrent de sa
faiblesse, l'étourdirent de violentes accusations contre Richelieu, qui,
selon elles, n'avait entrepris cette guerre que pour se rendre
nécessaire, et avait ainsi sacrifié la santé et la vie du roi à son
ambition; Louis XIII ne trouva d'autre moyen de se débarrasser des
obsessions de sa mère qu'en lui promettant de prendre un parti définitif
après son retour à Paris.

Le roi ne tarda pas à quitter Lyon. «Il en sortit sur un brancard, dit
Ch. Bernard[13], pour aller prendre la rivière à _Rouane_, d'où il
arriva en peu de temps à Briare et de là à Versailles, maison qu'il
avait fait bâtir à quatre lieues de Paris et à deux lieues de
Saint-Germain-en-Laye. «Elle était petite, pour n'y admettre que peu de
gens et n'être point troublé dans le repos qu'il cherchait loin des
importunités de la cour, et afin d'être plus libre dans l'exercice de
ses chasses, lorsqu'il s'y voulait adonner.» Il fut là quelque temps et
alla après à Saint-Germain, ne pouvant loger dans son Louvre à Paris,
d'autant que l'on travaillait à la grande salle, dont jusqu'alors le
plancher n'avait été construit que de poutres et de solives, qui
offraient si peu de sûreté que lorsqu'on s'y réunissait l'on était
obligé d'y mettre des étais, et que Sa Majesté avait ordonné de
remplacer par des voûtes en pierre.»

A peine arrivée à Paris, Marie de Médicis recommence ses instances
auprès du roi, pour faire éloigner le cardinal. Louis oppose une vive
résistance aux importunités de sa mère, et insiste sur le besoin qu'il a
des services de Richelieu. Marie paraît d'abord se rendre; mais,
toujours poussée par sa haine contre le premier ministre, elle se résout
enfin à prendre un parti décisif. Cet événement est raconté comme il
suit par l'auteur des _Anecdotes du ministère du cardinal de Richelieu_:

«La reine-mère ayant résolu de mettre le feu le jour de saint Martin, 11
novembre 1630, à la mine qu'elle avait creusée, pour faire sauter en
l'air et détruire jusqu'aux fondements de la fortune du cardinal, et
ayant pris ses mesures, pour mieux effectuer son dessein, de se trouver
seule avec le roi son fils, afin de lui faire toucher au doigt et à
l'œil, pour me servir de ses propres termes, toutes les fautes énormes
que ce prélat avait commises pendant son ministère, les dommages et le
préjudice que l'État en avait souffert, la mine joua et eut un succès
bien différent de celui qu'elle et ceux qui l'avaient aidée à la
fabriquer avaient espéré, car elle écrasa tous les architectes qui en
avaient donné le plan, et ensevelit sous ses ruines tous ceux qui
avaient contribué à sa construction.

»Mais cette intrigue mérite bien que l'on fasse un détail un peu
circonstancié d'une scène qui fait la plus curieuse époque du règne de
Louis XIII, et qui à fait donner le nom de _journée des dupes_ au jour
où elle se passa.

»La reine-mère étant donc convenue avec le roi son fils qu'il la
viendrait voir le jour de saint Martin, dans la matinée, à son palais du
Luxembourg, à l'insu du cardinal, feignit d'avoir pris médecine ce
jour-là, afin d'avoir un prétexte apparent de défendre l'entrée de sa
chambre à qui que ce fût, pour pouvoir entretenir ce monarque en
particulier plus à son aise. Ce prince faisait cependant cette visite
secrètement, de concert avec son premier ministre, du moins à ce qu'en
publia pour lors la renommée; mais, quoi qu'il en soit, cette princesse
mit en ce moment tout en usage, et employa tout l'art du monde pour
persuader à son fils qu'il était trompé et trahi par le cardinal. Elle
lui fit là-dessus une longue énumération de toutes les fautes, de toutes
les bévues et de tous les manquements de ce ministre. Elle fit ensuite
tous ses efforts, pour tirer parole de lui qu'il le chasserait, qu'il ne
l'admettrait jamais plus à ses conseils. Elle n'eut aucun scrupule
d'exiger du roi, au milieu des acclamations publiques qu'il recevait
pour son heureuse convalescence et l'heureux succès de ses armes en
Italie, où ce prélat avait eu tant de part, une chose aussi honteuse
pour sa réputation, qui était celle de sacrifier un si digne serviteur,
et de le faire servir de victime au ressentiment de sa mère, et de faire
voir à toute l'Europe, par la disgrâce de celui qui était l'âme de tous
ses conseils, qu'il se repentait de ce qu'il avait fait pendant tout le
temps qu'il avait été son premier ministre. Comme la reine était au plus
fort de son discours, et qu'elle pressait vivement son fils de lui
accorder ce qu'elle désirait de lui avec tant d'instances, le cardinal
entra brusquement dans sa chambre; il en avait trouvé, à la vérité, la
porte fermée, avec défenses très-expresses à l'huissier de l'ouvrir à
personne et surtout à lui, s'il s'y présentait; mais comme il
connaissait toutes les issues de ce palais, il s'en fut à la garde-robe
de cette princesse, et se fit introduire par là dans la chambre, ayant
gagné pour cet effet une de ses femmes nommée _Zuccole_, qui, étant dans
la confidence de sa maîtresse, était restée seule de garde en cet
endroit-là[14]. Voilà de quelle manière il parvint jusqu'au lieu où la
mère et le fils s'entretenaient tête à tête sur son sujet et où il
servait d'ample matière à leur conversation. Ce fut la faute de la
reine, si elle fut ainsi interrompue; car ses plus fidèles domestiques
lui avaient conseillé, pour obvier à toutes sortes d'inconvénients, de
faire fermer cette porte de communication dans sa chambre, et d'en tenir
elle-même les clefs sous sa main.»

L'auteur des _Anecdotes_ raconte ensuite la scène qui eut lieu entre la
reine Marie de Médicis et le cardinal, la soumission apparente de
Richelieu, les cris et les emportements de la reine; puis il ajoute: «Le
cardinal se tourna du côté du roi et le supplia de vouloir bien lui
permettre de se retirer quelque part pour y passer le reste de ses jours
en repos, n'étant pas juste que Sa Majesté se servît de lui et le
continuât dans le ministère contre les volontés de la Reine. A ces
paroles, ce monarque, témoignant avoir envie de déférer aux désirs de sa
mère, lui accorda sa demande et lui ordonna de sortir. Il ne fut plus
question que du choix d'un nouveau ministre; mais cette princesse, qui
l'avait déjà désigné en elle-même, proposa à son fils le garde des
sceaux, de Marillac, dont le roi approuva l'élection et consentit qu'il
fût revêtu de la dignité de premier ministre. Après quoi la mère et le
fils se séparèrent.

»La reine, pleine de joie et de contentement, resta dans son palais du
Luxembourg, s'applaudissant en elle-même d'avoir si bien réussi dans son
dessein. Le bruit de la disgrâce du cardinal et de l'élévation de
Marillac s'étant répandu dans un instant de tous côtés, les affections
des courtisans changèrent d'objets dans le moment, la faveur ayant
coutume d'attirer à soi les cœurs, de même que la lumière d'un nouvel
astre attire les regards de tout le monde; aussi le cardinal se vit tout
d'un coup délaissé de toute la cour, à l'exception de ses parents et
d'un petit nombre d'amis qui étaient le plus avant dans sa confidence.

»Le roi, au partir du Luxembourg, s'en alla tout droit à son château de
Versailles, où la reine-mère ne le suivit point, contre le sentiment de
tous ses serviteurs, et particulièrement du vicomte _Fabroni_, qui lui
conseillait d'y accompagner son fils et de ne le point perdre de vue
qu'elle n'eût mis la dernière main à la disgrâce du cardinal, et qu'elle
ne l'eût fait chasser de Paris et de la cour. Énivrée de sa prospérité
présente, elle en voulut goûter toutes les douceurs, et s'amusa à
recevoir les compliments et les congratulations que tout Paris lui
venait faire sur le recouvrement de son autorité perdue. Mais, tandis
qu'elle avalait à longs traits le doux poison de la flatterie, qu'elle
écoutait avec plaisir toutes les louanges qu'un chacun lui donnait sur
l'admirable conduite qu'elle avait tenue dans cette affaire, et qu'elle
disposait déjà des principaux emplois de l'État en faveur de ses
confidents, le cardinal de Richelieu, conseillé et encouragé par le
cardinal de la Valette, qui vivait dans une étroite amitié avec lui, de
faire une dernière tentative auprès du roi pour essayer de se maintenir
dans le poste qu'il occupait, en dépit de ses ennemis, et de ne leur pas
céder une victoire si aisée, s'en fut trouver ce prince à Versailles.

«Entre plusieurs raisons dont ce véritable ami se servit pour lui
persuader ce voyage, il employa celle de ce commun proverbe des
Français, que, _qui quitte la partie la perd_. Le cardinal et le garde
des sceaux de Marillac arrivèrent en même temps à la cour: le premier
sous prétexte de prendre congé de Sa Majesté, et le second à dessein de
remplir sa place et de prendre possession de l'emploi de premier
ministre; _les fourriers lui avaient déjà marqué dans le château le
logement qui était attaché aux fonctions de cette charge_; mais les
choses changèrent bientôt de face, et bien des gens furent pris pour
dupes. On reconnut alors que les courtisans s'étaient lourdement abusés
dans l'empressement qu'ils avaient témoigné à congratuler le nouveau
ministre, et que le cœur et la conduite des princes sont impénétrables;
car le cardinal de Richelieu ayant été bien servi auprès du roi par M.
de Saint-Simon, qui était lors son favori, il arriva que, comme ce
premier ministre prenait congé de lui en compagnie du cardinal _de la
Valette_, Sa Majesté, au lieu de lui octroyer la permission qu'il lui
demandait de se retirer, lui ordonna, au contraire, de demeurer et de
continuer l'exercice de son emploi, lui disant de plus «de ne point
s'inquiéter, qu'il trouverait bien le moyen d'apaiser sa mère, et de la
faire consentir à ce qu'il faisait, en ôtant d'auprès d'elle les
personnes qui lui donnaient de pernicieux conseils.»

»Cette scène se passa publiquement dans la chambre du roi; mais le
cardinal avait été secrètement introduit, un peu avant, _par un escalier
dérobé dans le cabinet de ce monarque_, avec lequel il avait eu un assez
long entretien qui avait produit tout l'effet qu'il en pouvait attendre;
car ce prince, persuadé, par toutes les raisons qu'il lui avait
alléguées pour sa justification, qu'il était fidèlement et uniquement
attaché à sa personne et au bien de son royaume, lui avait redonné son
affection et toute sa confiance. Il était, de plus, convenu avec lui de
toutes les choses qui se passèrent ensuite dans sa chambre, afin que la
victoire qu'il remportait sur ses ennemis en parût plus éclatante. Ce
fut M. de Saint-Simon qui lui rendit un service si important, en
ménageant cette secrète entrevue entre Sa Majesté, et en le conduisant
lui-même, à l'insu de tout le monde, dans le cabinet du roi.»

Charles Bernard, racontant le même fait dans son Histoire de Louis XIII,
dit: «Le roi, qui recognoissait bien d'où le mal pouvoit venir, résolut
de le terminer. Il savoit qui estoient les artisans de ces divisions, si
bien que s'en allant en sa maison de Versailles, il commanda au cardinal
et au garde des sceaux, chacun à Paris, de l'y suivre. Il n'avoit encore
mené en ce lieu pas un conseil, ayant fait bastir cette petite maison
pour se distraire entièrement des affaires....

»Cependant, les deux personnages qui estoient les premiers du conseil du
roy, pour obéir au commandement de Sa Majesté, le suivirent et eurent un
divers événement de leur arrivée: le garde des sceaux ayant eu
commandement d'aller _loger à Glatigny_, le roy lui ayant fait dire
qu'il lui ferait le lendemain savoir sa volonté; au lieu que le cardinal
fut logé dans le chasteau de Versailles, sous la chambre du roy, en
celle où l'on avoit coutume de loger M. le comte de Soissons[15], et dès
le soir il entra en conseil avec Sa Majesté.»

Telle fut cette _journée_, dans laquelle les Marillac[16], les Guise, la
princesse de Conti et les autres partisans de la reine-mère, qui se
croyaient arrivés au sommet des grandeurs par la chute du cardinal, se
virent, les uns destitués de leurs emplois; d'autres chassés de la cour,
et plusieurs emprisonnés.

«Le pauvre maréchal de Bassompierre lui-même, dit Valdori, tout fin et
délié courtisan qu'il était, se trouva, par les engagements qu'il avait
avec l'incomparable princesse de Conti, compris au nombre des
malheureux. Il fut envoyé à la Bastille, d'où il ne sortit, qu'après la
mort du cardinal.»

Ce récit éclaire plusieurs détails intéressants du château de
Versailles. Et d'abord, on voit que Louis XIII avait fait bâtir une
petite maison _pour n'y admettre que peu de gens et n'être point troublé
dans le repos qu'il y cherchait loin des importunités de la cour_; et,
par conséquent, on conçoit très-bien que Bassompierre ait pu l'appeler
le _chétif château de Versailles_. Ce fut plus tard, et quand il eut
acheté le domaine de Versailles de Jean-François de Gondi, qu'il y
ajouta de nouvelles constructions et en fit un palais de quelque
importance.

Ce qui vient d'être dit peut aussi servir à retrouver dans le château
quelques anciennes distributions existant encore aujourd'hui.

Quand Louis XIV fit faire ses grands travaux de Versailles, il voulut
conserver religieusement le château de son père. Dans les premières
années de son règne, il fit commencer les embellissements des jardins,
et y donna les grandes fêtes de 1664 et 1668; la distribution des
appartements du château de Louis XIII était restée la même, et les
chefs-d'œuvre de peinture et de sculpture que Louis XIV commençait à y
accumuler, étaient tout ce que l'on y voyait de nouveau.

En 1671, Félibien, historiographe des bâtiments du roi, donna la
première description du château de Versailles et des embellissements
qu'y faisait exécuter Louis XIV. On voit dans cette description que la
pièce du milieu, qui devint plus tard la chambre à coucher de Louis XIV,
et dans laquelle mourut ce roi, formait alors un salon comme au temps de
Louis XIII; que ce qui est devenu depuis le salon de l'Œil-de-Bœuf,
était divisé en deux pièces, dont l'une, la plus près du salon central,
formait la chambre à coucher du roi, et dont l'autre était un cabinet ou
antichambre; que dans cette antichambre ouvrait un escalier dérobé
communiquant avec les appartements du rez-de-chaussée. Ces pièces, de
l'ancien château de Louis XIII, étaient donc restées comme au temps de
ce roi.

Voyons dans le récit précédent ce qui se rapporte aux appartements du
château.

«Cette scène, dit Valdori, se passa publiquement dans la chambre du roi;
mais le cardinal avait été secrètement introduit, un peu auparavant; par
un escalier dérobé, dans le cabinet de ce monarque.»

Charles Bernard ajoute de son côté: «Que le cardinal fut logé dans le
château de Versailles, sous la chambre du roi, en celle où l'on avoit
coustume de loger M. le comte de Soissons, et que dès le soir il entra
en conseil avec Sa Majesté.»

Ainsi l'appartement _où l'on avait coutume de loger M. le comte de
Soissons_, comme grand-maître de la maison du roi, était au-dessous de
la chambre à coucher de Louis XIII; conséquemment à l'endroit occupé
aujourd'hui par la salle des portraits des rois de France, et c'est là
que Richelieu coucha la nuit de ce célèbre événement. L'_escalier
dérobé_, par lequel Saint-Simon vint le chercher pour le conduire dans
le _cabinet du roi_, existe encore dans un petit couloir placé à l'angle
sud-ouest de cette salle, et aboutit au premier étage à l'angle
correspondant du salon de l'Œil-de-Bœuf, et par conséquent à la partie
du cabinet précédant la chambre à coucher du roi. Il est donc évident
que dans l'état actuel du château de Versailles, et malgré toutes les
transformations qu'il a subies depuis son origine, on peut suivre
encore, dans ses détails les plus intéressants, la principale scène de
cette grande comédie historique appelée _la journée des dupes_[17].



II

LA NAISSANCE DU DUC DE BOURGOGNE.

1682.


Anne-Marie-Victoire de Bavière, princesse d'une constitution délicate,
épousa, au mois de janvier 1680, le dauphin, fils de Louis XIV. La
première année de ce mariage ne fut qu'une longue série de fêtes pour la
jeune dauphine. Mais quand, vers la fin de 1681, l'on eut la certitude
de sa grossesse, de grandes précautions, commandées par la faiblesse de
son organisation, lui furent imposées. Tout le monde s'intéressait à
cette princesse et attendait avec anxiété l'époque de sa délivrance. La
naissance d'un petit-fils était surtout le désir le plus ardent de Louis
XIV, et il voyait approcher ce moment avec une joie mêlée de quelques
inquiétudes.

Une première pensée dut se présenter à lui dans une conjoncture aussi
grave: à qui remettrait-on le soin d'accomplir cette opération
importante? à un accoucheur ou à une sage-femme?

Aujourd'hui le choix serait bientôt fait, ou plutôt il n'y en aurait
pas. Mais il n'en était pas ainsi à cette époque. Les accoucheurs
n'étaient pas répandus comme ils le sont actuellement, et la science
obstétricale était presque entièrement confiée à des femmes. Non pas que
depuis longtemps d'illustres chirurgiens n'eussent pratiqué des
accouchements, mais en général c'était dans des cas exceptionnels et
difficiles, et dans l'ordre ordinaire des choses, l'on voyait les
accouchements confiés presque exclusivement à des sages-femmes. Déjà,
cependant, les femmes avaient moins de répugnance à se remettre dans les
mains des hommes, et quelques accoucheurs célèbres étaient parvenus à se
faire une brillante réputation parmi les dames de la cour, de la
magistrature et de la haute bourgeoisie. Mais le plus grand nombre des
femmes grosses choisissaient des accoucheuses pour les délivrer, et les
reines, Marie de Médicis, épouse de Henri IV; Anne d'Autriche, épouse de
Louis XIII; et Marie-Thérèse, épouse de Louis XIV, avaient été
accouchées par des femmes. Il semblait donc tout naturel que dans cette
circonstance, le roi choisît une sage-femme pour accoucher la dauphine.
Il n'en fut cependant pas ainsi, et un chirurgien fut chargé de cette
importante opération. On a déjà dit que la dauphine était d'une
constitution délicate, et que le roi redoutait beaucoup ce moment; il
voulut donc la remettre entre les mains d'un homme habile et ayant toute
sa confiance, et il désigna pour accoucheur _Clément_.

_Clément_ (Julien) était alors l'accoucheur le plus célèbre de Paris. Né
en 1638, à Arles, il vint fort jeune à Paris pour étudier l'art des
accouchements. Gendre et élevé de _Lefebvre_, autre accoucheur en renom
de la même époque, il acquit bientôt une grande réputation; et par son
habileté et le talent qu'il montra dans quelques occasions dangereuses,
il contribua beaucoup à la véritable révolution qui fit préférer les
accoucheurs aux sages-femmes, révolution achevée surtout par le choix
que Louis XIV fit de lui pour la dauphine.

La réputation de Clément ne l'avait pas seule indiqué au choix de Louis
XIV. Amené mystérieusement auprès de madame de Montespan quand elle mit
au monde le duc du Maine, il avait continué de l'assister dans ses
autres accouchements, et le roi avait pu ainsi apprécier ses
talents[18].

L'accoucheur choisi, il fallait s'occuper de prendre une nourrice.
Celles-ci ne manquèrent point; et il en vint s'offrir de tous côtés. On
était dans l'usage de les choisir vers le septième mois de la grossesse.

Peut-être paraîtra-t-il curieux de connaître les conditions exigées
alors pour être la nourrice d'un prince.--Elle devait être âgée de
vingt-deux à trente ans,--avoir un lait de trois mois,--avoir déjà fait
une nourriture étrangère,--être d'un tempérament sanguin,--avoir les
cheveux noirs ou d'un châtain brun,--avoir une constitution forte et
robuste,--être assez grasse,--avoir bon appétit,--et n'être délicate ni
sur le boire, ni sur le manger,--être gaie et de bonne humeur,--avoir
toujours le mot pour rire,--n'être sujette à aucune incommodité,--ne
sentir mauvais ni de la bouche, ni des aisselles, ni des pieds,--n'avoir
point de dents gâtées et les avoir toutes,--avoir la peau blanche et
nette,--enfin avoir tous les signes d'une bonne santé.--Il fallait de
plus qu'elle fût assez jolie,--gracieuse dans son parler,--bien faite
dans sa taille,--ni trop grande, ni trop petite, ni bossue, ni boiteuse,
et qu'elle n'eût aucun accent prononcé.--Mais ce qu'on exigeait surtout,
c'était que la gorge fût bien faite et contînt suffisamment de
lait.--Quant au lait, on n'avait pas alors les moyens que l'on possède
actuellement pour juger de sa bonté, et l'on s'en rapportait à son
aspect et à son goût.

Quand une nourrice réunissait toutes ces qualités, on exigeait encore
d'elle, et par-dessus tout, qu'elle fût de bonne vie et mœurs. C'était
sans doute, et c'est encore aujourd'hui une très-bonne précaution de
s'informer de la sagesse de la femme à laquelle on va confier son bien
le plus cher. Mais comment le savoir positivement? Et d'ailleurs, ne se
peut-il pas que quelque grave affection soit venue atteindre une
nourrice, sans que pour cela elle ait en rien manqué à une conduite sage
et réglée? Une histoire arrivée dans une circonstance analogue, et
racontée par _Louise Bourgeois_, la célèbre accoucheuse de Marie de
Médicis, montre combien l'on peut être encore trompé malgré toutes ces
précautions: «La reine étant grosse de madame sa fille aînée, dit madame
Bourgeois, alla à Fontainebleau pour y faire ses couches, et partit en
octobre de Paris après la moitié du mois, où étant arrivée l'on avait
quantité de nourrices qui importunaient tellement le roi et la reine, et
tout le monde, que Leurs Majestés en remirent l'élection à
Fontainebleau, où il ne manqua d'en venir de tous côtés. L'on attendit
proche de l'accouchement de la reine à en faire l'élection. Il vint un
homme, lequel avait envoyé sa femme pour être nourrice, laquelle avait
une petite fille fort délicate et menue. La femme était bien honnête, et
de gens de bien, en faveur de quoi il se trouva des plus signalés
seigneurs de la cour qui en parlèrent d'affection aux médecins. Ce fut
une affaire qui me donna bien de la peine. Elle logea chez une de mes
amies, laquelle s'employa de bon cœur pour elle; elle me priait aussi
d'y faire ce que je pourrais. Je voyais son enfant extrêmement menu,
mais elle était appropriée à son avantage, de sorte que la hard parait
le fagot. Quand on m'en parlait, je ne pouvais répondre gaiement, à
cause que sa nourriture ne m'agréait guère. Je fus un jour, comme
j'avais coutume, la voir, où j'entendis nommer cette nourrice du nom de
son mari. Je me ressouvins que c'était le nom d'un jeune homme que mon
mari[19] avait traité de la v..., lequel avait voulu sortir sans
attendre qu'il eût été guéri.... Je fus bien empêchée et eusse voulu ne
l'avoir jamais vue.... Elle fut retenue, et aussitôt on fit état de
renvoyer toutes les autres; c'était l'heure du dîner. Je fis chercher M.
du Laurens[20], lequel était allé dîner en compagnie. Comme je vis qu'il
ne se trouvait pas, et qu'il n'eût pas été à propos de le dire quand les
autres nourrices eussent été renvoyées, je priai mademoiselle Cervage,
femme de chambre de la reine, de lui aller dire de ma part.... La reine
le dit aussitôt au roi, lequel dit tout haut «que des nourrices venaient
de loin pour le tromper», devant tout le monde. Il envoya chercher M. du
Laurens et les autres médecins, lesquels me vinrent trouver pour savoir
la vérité, et comment, si je vérifierais cela. Je leur dis le tout, et
que pour preuve, il y avait un valet de chambre de M. _de Beaulieu-Rusé_
qui, demeurant en notre logis, l'avait aidé à panser, qui en pourrait
dire la vérité, et un autre qui était chirurgien à Auxerre, qui avait
été en même temps chez nous. Comme cela fut vérifié, l'on fit une autre
élection de nourrice.»

La conséquence à tirer de cette histoire, c'est que, malgré tous les
certificats, on peut encore être trompé; car, si le hasard n'avait pas
fait connaître à l'accoucheuse de la reine l'état antérieur du mari de
cette femme, elle aurait été parfaitement acceptée pour nourrice de la
fille du roi. Ainsi donc, s'il est bon, en tout état de choses, de
tâcher d'avoir les meilleurs renseignements sur la vie antérieure d'une
nourrice, il faut cependant, sous ce rapport, s'en remettre un peu à la
grâce de Dieu.

Voici, du reste, comment on s'y prit pour la Dauphine: On choisit
d'abord les quatre meilleures nourrices, c'est-à-dire celles qui
remplissaient le mieux les conditions déjà indiquées, et l'on prit leurs
noms et leurs demeures; puis, le premier médecin envoya un homme de
confiance pour procéder aux informations. Cet homme s'adressa aux curés
pour avoir un certificat constatant _qu'elles étaient de la religion
catholique, qu'elles servaient bien Dieu, et qu'elles fréquentaient les
sacrements_. Il obtint ensuite un certificat des chirurgiens de chacune
d'elles, assurant qu'ils n'avaient connu dans leurs familles aucune
personne atteinte de maladies contagieuses, ni écrouelles, ni épilepsie.
Après avoir obtenu ces deux certificats, il assembla les voisins, qui
attestèrent qu'elles étaient de bonne conduite, et qu'elles avaient
toujours bien vécu avec leurs maris et leurs voisins. Une fois cette
enquête terminée, on les mit chez la gouvernante des nourrices, où
chacune d'elles avait une chambre et nourrissait son enfant en attendant
l'accouchement de la Dauphine; et sitôt qu'elle fut accouchée, les
médecins vinrent visiter ces nourrices, choisirent celle qu'ils
considérèrent alors comme la meilleure, et les trois autres restèrent
chez la gouvernante, pour n'en pas manquer en cas qu'on fût dans la
nécessité d'en changer. La nourrice choisie fut ensuite gardée à vue par
une femme qui ne la quittait point, pour qu'elle ne pût approcher de son
mari, car on craignait qu'elle ne devînt grosse et ne donnât à l'enfant
de mauvais lait.

On était très-rigide sur cette séparation des maris, et _Dionis_[21]
raconte à ce sujet ce qui arriva à l'une des premières nourrices de
Louis XIV.--Cette nourrice était de Poissy. La cour habitait à cette
époque le château neuf de Saint-Germain. Louis XIII, ravi d'avoir un
fils, l'allait voir tous les jours et s'entretenait avec la nourrice.
Celle-ci lui raconta plusieurs aventures amoureuses arrivées entre les
dames de Poissy et les mousquetaires de quartier. Le roi en fit quelques
réprimandes à leur commandant, en lui ordonnant de mieux veiller sur
leur conduite. Un jour le mari de la nourrice, impatient de voir sa
femme, rôdait autour du château. La nourrice l'ayant aperçu descendit un
moment pour lui parler sur une des terrasses du jardin. Malheureusement
pour elle, elle fut vue du mousquetaire en sentinelle sur cette
terrasse. Ne voulant pas perdre une si belle occasion de se venger des
discours tenus par elle au roi sur leurs aventures, il la dénonça, et
elle fut immédiatement changée.

L'accouchement tant désiré de la Dauphine eut lieu au mois d'août 1682.
Le roi venait de fixer depuis quelques mois son séjour à Versailles, et
cette ville présenta alors le plus curieux spectacle.

Depuis près d'un mois, Clément était établi dans les appartements du
château, lorsque le mardi 4, dans la soirée, la Dauphine ressentit les
premières douleurs. Depuis ce moment jusqu'au jeudi 6, jour de la
délivrance, l'accoucheur ne quitta plus la princesse. Aussitôt les
premières douleurs, la Dauphine fit prévenir la reine et la pria de n'en
rien dire, pour éviter dans ces premiers moments le trouble que cette
nouvelle allait jeter parmi tout le monde. Le Dauphin vint aussi et ne
quitta pas la chambre de la nuit. Cependant, comme elle souffrait de
plus en plus, vers une heure du matin le bruit s'en répandit dans tout
le château.

Lorsque les reines accouchaient, on préparait près de leur chambre
ordinaire une autre chambre où devait se terminer l'accouchement, et
dans laquelle se tenaient toutes les personnes ayant le droit d'y
assister. C'était dans cette dernière chambre qu'étaient le lit où elles
restaient après l'accouchement et le lit de travail. Celui-ci était
placé dans une espèce de petite tente pour la reine, le roi,
l'accoucheuse et les aides. Cette tente était entourée d'une autre,
beaucoup plus grande, pour les assistants. Ce cérémonial ne fut pas
suivi pour la Dauphine, et l'accouchement se fit dans sa chambre à
coucher.

Bientôt toute la cour fut en mouvement. Les princes et les princesses du
sang se rendirent aussitôt chez la Dauphine. Les cours, les places, le
chemin de Versailles à Paris, furent éclairés presque comme en plein
jour par la grande quantité de torches et de lumières de toute espèce
des allants et des venants.

Les antichambres de l'appartement de la Dauphine et la galerie qui y
menait ne tardèrent pas à être encombrées par tous les habitants du
château et de ses environs. Cet appartement était situé à l'extrémité de
l'aile du sud, vis-à-vis la pièce d'eau des Suisses, dans le pavillon de
la surintendante de la maison de la reine[22].

Malgré tout ce mouvement, on n'avait pas encore jugé nécessaire
d'éveiller le roi. Cependant, sur les cinq heures du matin, on vint lui
apprendre l'état de la princesse. Il se leva aussitôt, et après
l'assurance que rien ne pressait encore, il ordonna d'adresser des
prières au ciel, et entendit immédiatement la messe. Vers six heures, il
se rendit chez la Dauphine, afin de savoir par lui-même où tout en
était.

La cour grossissait à tout moment. Les moins diligents se rendaient de
toutes parts aux environs de l'appartement de la jeune malade, d'où
l'on ne pouvait approcher, tandis que le reste du château paraissait
désert.

Vers neuf heures, le roi, voyant diminuer les douleurs de sa
belle-fille, sortit de chez cette princesse pour aller au conseil; et la
plupart des princes et princesses, ayant veillé toute la nuit,
profitèrent de ce moment pour prendre quelques heures de repos.

La reine passa toute cette matinée en prière ou auprès de la princesse.
Le roi y revint encore aussitôt que le conseil fut terminé. Il la trouva
assez calme, y demeura quelque temps, voulut qu'elle mangeât pendant
qu'il était là et sortit ensuite avec la reine, chez laquelle il vint
dîner accompagné de tous les princes. Vers la fin du dîner, on lui
annonça que la Dauphine reposait. Jugeant alors sa présence inutile, il
laissa la reine dans son appartement, et alla, selon sa coutume,
travailler dans son cabinet.

L'un des premiers soins de ce prince avait été d'ordonner des prières
dans toutes les églises de Paris et de Versailles, et de faire
distribuer des aumônes considérables dans ces deux villes.

Les douleurs de la Dauphine la reprirent avec force vers l'après-dinée;
le roi revint immédiatement auprès d'elle.

Pendant tout ce temps, la plupart des ambassadeurs, des envoyés et des
résidents des princes étrangers se rendirent à Versailles, afin d'être
prêts à faire partir des courriers à leurs cours aussitôt après
l'accouchement.

La reine n'avait point quitté l'appartement de la Dauphine depuis ses
premières douleurs; les voyant se continuer avec énergie, elle fit
apporter dans la chambre les reliques de sainte Marguerite, que l'on
était dans l'usage d'exposer dans la chambre des reines quand elles
accouchaient; puis on dressa le lit de travail. Ce lit, conservé dans le
garde-meuble du roi, avait déjà servi aux reines _Anne d'Autriche_ et
_Marie-Thérèse_[23].

Les femmes de la Dauphine entrèrent alors, arrangèrent ses cheveux, et
lui mirent sur la tête de grosses cornettes, comme c'était l'usage, pour
qu'elle n'attrapât point de froid.

Toute la nuit du 5 au 6 se passa encore dans des douleurs de plus en
plus vives et prolongées, surtout vers le matin.

Les soins et les prières de la reine redoublèrent. Tous les services
qu'une femme est si heureuse de recevoir dans cet instant solennel
furent rendus à la Dauphine avec empressement par la reine et les
princesses du sang.

Le roi lui-même cherchait à l'encourager et était rempli d'attentions
pleines de bonté. A plusieurs reprises, aidé du Dauphin, il la soutint
pendant qu'elle se promenait dans sa chambre, et comme les douleurs ne
discontinuèrent plus, il y passa la nuit sans vouloir prendre un moment
de repos.

Pendant cette soirée du mercredi, la nuit du mercredi au jeudi et la
matinée du jeudi jusqu'à l'heure de la délivrance, il n'est sorte de
mots doux et affectueux qui n'aient été échangés entre Louis XIV et la
Dauphine. Le jeudi, le roi ne se reposa pas un moment. Le matin, il
entendit la messe; puis il tint conseil comme à l'ordinaire; car l'on
sait que c'était un des devoirs qu'il s'était imposés, et que rien ne
pouvait empêcher. Immédiatement après le conseil, il revint chez la
Dauphine.

La longueur du travail commençait à donner de l'inquiétude à tous les
assistants, et les visages semblaient abattus et consternés. _Clément_
seul, pendant tout ce temps, paraissait impassible. Il s'était assuré, à
plusieurs reprises, de l'état de la princesse; il n'avait reconnu à
l'accouchement aucun obstacle important, et il avait déjà prévenu le roi
que si, par suite de la constitution assez grêle de la Dauphine,
l'accouchement devait être long, il devait cependant se terminer sans
accident. Le roi, on l'a déjà dit, avait une entière confiance dans
l'accoucheur; il s'en rapporta complétement à son savoir, attendit avec
patience l'instant qui allait combler ses vœux, et convint avec lui
qu'afin de savoir le premier le sexe de l'enfant au moment de la
naissance, il lui demanderait _ce que c'était_, et que Clément
répondrait: Je ne sais pas, Sire,--si c'était une fille; et je ne sais
point _encore_, Sire,--si c'était un fils.

Les douleurs devenant de plus en plus vives et prolongées, Clément jugea
nécessaire de faire pratiquer une saignée, et les médecins furent tous
de cet avis.

Aussitôt les apothicaires apportèrent du vinaigre, de l'eau de la reine
de Hongrie et un verre rempli d'eau, dans le cas où la princesse aurait
une faiblesse. Le chirurgien Dionis pratiqua la saignée. On était alors
dans l'usage de fermer les volets et de se servir de bougies afin de
mieux voir la veine. C'est ce qu'on fit pour la Dauphine. Le premier
médecin du roi tint la bougie, et le premier apothicaire tint les
_poilettes_[24].

Après la saignée, les douleurs reprirent de l'intensité, et tout
annonçait la prompte terminaison de l'accouchement. Pour soutenir les
forces de la Dauphine, le roi voulut qu'on lui donnât de temps à autre
de son _rossolis_[25].

Clément, jugeant que l'instant de la délivrance approchait, en prévint
le roi. La Dauphine fut placée sur le lit de travail, et le roi ordonna
de faire entrer toutes les personnes qui devaient assister à cet acte
solennel.

Alors se trouvaient dans la chambre le roi, la reine, le Dauphin,
Monsieur, Madame, Mademoiselle d'Orléans, et les princes et princesses
du sang, qu'on avait mandés à cause du droit que leur donnait leur
naissance d'être présents à l'accouchement. Il y avait en outre celles
des dames dont les charges leur donnaient le privilège d'y assister, ou
dont le service était nécessaire à la princesse; c'étaient: madame de
Montespan, surintendante de la maison de la reine; la duchesse de Créqui
et la comtesse de Béthune, dames d'honneur de la Dauphine; la maréchale
de Rochefort et madame de Maintenon, dames d'atour; la duchesse d'Uzès;
la duchesse d'Aumont, femme du premier gentilhomme de la chambre en
année; la duchesse de Beauvilliers, femme du premier gentilhomme de la
chambre; madame de Venelle, première sous-gouvernante; madame de
Montchevreuil, gouvernante des filles d'honneur de la Dauphine; madame
Pelard, première femme de chambre du nouveau-né; madame Moreau, première
femme de chambre de la Dauphine; et les femmes de chambre de jour.

Tout ce monde était sans mouvement et paraissait attendre avec anxiété
le dernier moment. Bientôt les dernières et énergiques douleurs se
succédèrent et se rapprochèrent, et la Dauphine accoucha à dix heures
vingt minutes du matin.

A peine l'enfant venait de passer, le roi, impatient, demanda à Clément:
Qu'est-ce? Celui-ci, d'un air satisfait, lui répondit, ainsi qu'il en
était convenu: Je ne sais point _encore_, Sire. Aussitôt le roi,
radieux, s'écria: Nous avons un duc de Bourgogne[26].

Tout ce qui se passa alors dans la chambre où ce prince venait de naître
peut à peine se décrire.

Le roi, dans le premier moment de sa joie, embrassa la reine et la
Dauphine; puis on ouvrit deux portes à la fois, afin de faire connaître
la grande nouvelle à ceux du dehors. Le roi annonça lui-même aux
princesses et aux dames du premier rang la naissance d'un prince, et la
dame d'honneur aux hommes réunis dans la pièce à côté. Il se produisit
alors un mouvement incroyable. Les uns tâchaient de percer la foule pour
aller publier ce qu'ils venaient d'apprendre, et les autres, sans bien
savoir où ils allaient ni ce qu'ils faisaient, forcèrent la porte de la
chambre de la Dauphine. Tout le monde paraissait dans l'ivresse de la
joie. Il y eut un tel pêle-mêle dans ce premier moment, que les
domestiques se trouvèrent dans l'antichambre au milieu des princes et
des dames de la première qualité. Le roi défendit qu'on renvoyât
personne et voulut que chacun pût exprimer librement sa joie.

Il semblait que le nom du prince nouveau-né eût volé dans l'air jusque
dans les endroits les plus reculés du château et aux deux extrémités de
Versailles; partout des feux de joie s'allumèrent comme par
enchantement, et les missionnaires, établis depuis peu par le roi dans
le château, chantèrent un _Te Deum_ d'actions de grâces dans la
chapelle.

Quelques instants après sa naissance, le duc de Bourgogne fut ondoyé
dans la chambre de la Dauphine par le cardinal de Bouillon, grand
aumônier de France, revêtu de l'étole, en camail et en rochet. La
cérémonie se fit en présence du curé de la paroisse de Versailles[27];
et sitôt qu'elle fut faite, on alla bercer le prince dans le cabinet de
la Dauphine, d'où on le rapporta un peu après pour le montrer à cette
princesse. Puis la maréchale de la Mothe étant entrée dans une chaise à
porteurs, on le mit sur ses genoux, et il fut ainsi porté jusque dans
l'appartement qu'on lui avait préparé. A peine y fut-il entré, le
marquis de Seignelay, secrétaire d'État et trésorier de l'ordre du
Saint-Esprit, lui mit au cou, de la part du roi, la croix de cet ordre,
que les fils de France portaient dès leur naissance.

Enfin, après deux jours et deux nuits d'inquiétudes et de fatigues, il
était temps de laisser reposer la Dauphine[28]; mais ici une nouvelle
scène allait commencer pour le roi.

En sortant de la chambre, il fallait traverser la foule de grands
seigneurs et de personnages de toutes sortes encombrant les portes et
les corridors. Aussitôt qu'il parut, chacun se précipita et, quel que
fût son rang, chercha par ses acclamations et ses gestes à lui témoigner
sa joie. Le roi paraissait dans ce moment si heureux, et il recevait ces
manifestations d'un air si engageant, que, loin de s'éloigner, chacun
cherchait à se rapprocher de lui. Il faut se figurer que depuis
l'appartement où la Dauphine était accouchée jusque chez la reine où le
roi allait souper, il y avait à traverser une antichambre, la salle des
gardes de la Dauphine, une très-longue galerie, le palier de l'escalier
des princes avec les retours, diverses salles, la salle des gardes de la
reine, et que tous ces lieux étaient tellement remplis de monde, qu'on
peut dire que Louis XIV fut porté à table, depuis la chambre de la
Dauphine, jusqu'au lieu où il soupa[29].

Quant au Dauphin, ce qu'il avait vu souffrir à la Dauphine, et les
choses tendres qu'elle lui avait dites pendant cette longue attente,
l'avaient jeté dans une sorte de stupéfaction. Aussi, quand il fallut
passer de la tristesse à la joie, il eut peine à se soutenir. Il
semblait sortir d'un long rêve, et sa première action fut d'embrasser
non-seulement la Dauphine, mais toutes les dames qui se trouvaient dans
la chambre.

Le roi fit, dès le soir même, donner de fortes sommes d'argent pour
délivrer des prisonniers.

Louis XIV, dans ses libéralités, ne pouvait oublier celui qui, par son
sang-froid et sa prudence, avait été la cause principale de l'heureuse
réussite de cet événement. Il fit donner à l'accoucheur dix mille
livres, et lorsque Clément alla le remercier, il le reçut gracieusement,
lui dit qu'il était très-satisfait du service qu'il lui avait rendu,
qu'en lui donnant cette somme, il ne croyait pas le payer, et que ce
n'était que le commencement de ce qu'il voulait faire pour lui.

En effet, Louis XIV ne cessa de le combler de bienfaits. Il n'avait de
confiance qu'en lui. Outre la Dauphine, qu'il accoucha de tous ses
enfants, Clément fut plus tard l'accoucheur de la duchesse de Bourgogne,
et il alla trois fois à Madrid pour accoucher la reine d'Espagne. Enfin,
en 1711, le roi lui donna des lettres de noblesse avec une clause qui
honore au même degré l'homme de mérite auquel s'adressait cette
distinction et le souverain qui la lui accordait; cette clause portait
qu'il ne pourrait abandonner la pratique de son art, ni refuser ses
conseils, ni ses secours aux femmes qui les réclameraient.

La joie manifestée si vivement dans le château à la nouvelle de cet
heureux événement ne fut pas moins vive au dehors et dans tout
Versailles.

Un garde du roi dormait sur une paillasse pendant l'accouchement de la
Dauphine: réveillé en sursaut par le bruit extraordinaire que la joie
venait de produire dans l'intérieur du palais, et comprenant, quoique
encore à moitié endormi, qu'il venait de naître un prince, il prit sa
paillasse sur son dos, et sans rien dire a personne, courut le plus vite
possible jusqu'à la première cour[30], et mit le feu à cette paillasse.
Il semblait que chacun n'attendît que ce signal, car on vit presque au
même instant un nombre infini d'autres feux s'allumer comme par
enchantement. Les uns allaient chercher du bois; d'autres prirent tout
ce qu'ils trouvèrent, bancs, tables, meubles de toute nature, et
jetèrent au feu tout ce qui pouvait l'alimenter. Il se forma des danses
où se trouvèrent mêlés ensemble peuple, officiers et grands seigneurs. A
peine ces manifestations de la joie publique eurent-elles commencé,
qu'on vit couler des fontaines de vin de chaque côté de la première
grille du château, ainsi que de l'intérieur des cours.

Versailles était alors rempli d'un grand nombre d'ouvriers attirés par
les travaux immenses que faisait exécuter le roi. On leur fit distribuer
du vin en grande quantité à l'Étape[31] et dans les ateliers; les
soldats des gardes française et suisse ne furent pas les derniers à
manifester leur joie. Ils firent du feu de tout et brûlèrent même
quantité de choses dont on ne leur aurait pas permis de disposer dans un
autre moment. Le roi, apercevant tout ce désordre, voulut cependant
qu'on les laissât faire, _pourvu_, ajouta-t-il, _qu'ils ne nous brûlent
pas_.

Devant chaque hôtel de ministre, l'on avait établi des feux et des
distributions de vin.

Ces réjouissances durèrent plusieurs jours avec les mêmes transports.
C'était à qui varierait chaque fois les illuminations et les artifices.

Tant que durèrent les fêtes, la pompe[32] fut magnifiquement illuminée,
et tous les feux dont brillaient Versailles, se reflétant sur l'or
couvrant le château[33], imprimèrent à la ville une physionomie toute
magique.

Pendant les deux ou trois premiers jours qui suivirent celui de la
naissance du duc de Bourgogne, tout le chemin de Versailles fut couvert
de peuple venant témoigner sa joie par ses acclamations. Après avoir vu
le roi, on allait voir le nouveau-né, et la maréchale de la Mothe était
fréquemment obligée de le montrer à tout ce peuple accouru pour
contempler un instant son visage[34].

A l'occasion de cette naissance, on chanta plusieurs _Te Deum_ en
musique à Versailles. La plupart des maîtres en avaient composé, et le
roi voulut bien les entendre dans sa chapelle.

Louis XIV avait dispensé les différents corps de l'État des compliments
d'usage; quant aux ambassadeurs et aux ministres des princes étrangers,
il leur accorda l'audience qu'ils lui demandèrent à cette occasion. Elle
eut lieu dans le grand appartement de Versailles, avec les cérémonies
accoutumées. Tous les corps de la garde du roi étaient en haie. Les
ambassadeurs entrèrent par le grand escalier[35].

Le roi était assis sur son trône d'argent, il avait auprès de lui d'un
côté le duc de Bouillon, grand chambellan, le duc de Créqui et le prince
de Marsillac; de l'autre, le duc d'Aumont, le duc de Saint-Aignan et le
marquis de Gesvres. Une foule de courtisans les environnait. Le duc de
Luxembourg, capitaine des gardes de quartier, allait recevoir les
ambassadeurs à la porte de la salle des gardes. Le roi écouta leur
compliment avec gravité, et leur répondit avec une grande affabilité.
Ils allèrent ensuite chez le Dauphin, le duc de Bourgogne et Monsieur.
Madame la maréchale de la Mothe répondit pour le petit prince.

Toutes ces audiences durèrent cinq heures, après lesquelles ces
messieurs furent reconduits avec les mêmes cérémonies. Ils n'eurent
audience de la reine et de Madame que l'après-dinée, parce qu'elles n'en
donnaient jamais le matin.

Tel est le récit de ce qui se passa dans Versailles à la naissance du
duc de Bourgogne. La joie de cette ville se répandit partout avec
rapidité, et l'on peut voir, dans la plupart des écrits du temps, les
détails des réjouissances extraordinaires faites dans toute la France à
cette occasion.



III

RÉCIT DE LA GRANDE OPÉRATION

FAITE AU ROI LOUIS XIV.

1686.


Le 18 novembre 1686, Versailles apprit avec surprise et effroi que le
roi Louis XIV venait de subir _la grande opération_; c'est ainsi que
l'on nommait alors l'opération de la _fistule à l'anus_.

Le 5 février 1686, le roi fut obligé de prendre le lit à la suite de
vives douleurs dont il souffrait depuis plusieurs jours; l'on s'aperçut
alors qu'il s'était formé un abcès à la marge de l'anus. _Félix de
Tassy_, son premier chirurgien, l'un des hommes les plus instruits de
cette époque, en proposa immédiatement l'ouverture; mais, ainsi que le
remarque Dionis, _on ne trouve pas toujours dans les grands cette
déférence nécessaire pour obtenir la guérison_: mille gens proposèrent
des remèdes qu'ils disaient infaillibles, et l'on préféra à la lancette
du chirurgien un emplâtre fait par une grande dame de la cour, _madame
de la Daubière_. L'inventeur du remède assista elle-même à la pose de
son emplâtre, qui, probablement, ne pouvait avoir d'effet que sous ses
yeux. Tel infaillible que fût cet emplâtre, on l'ôta cinq jours après
son application, n'ayant eu d'autre résultat que d'augmenter les
souffrances du roi. Enfin, le 23, c'est-à-dire plus de vingt jours après
l'apparition de la tumeur, on se décida à donner issue au pus; mais,
malgré l'avis de Félix, qui voulait employer le bistouri, et pour
ménager le royal malade, auquel on craignait de faire subir une
opération sanglante, on eut recours, pour l'ouverture de l'abcès, à
l'application de la _pierre à cautère_. «Ce matin, à dix heures, _dit
Dangeau dans son journal_, on appliqua au roi la pierre à cautère sur la
tumeur; on l'y laissa une heure et demie, et puis on ouvrit la peau avec
le ciseau; mais on ne toucha point au vif.» C'est-à-dire qu'on se
contenta de fendre l'escharre, et lorsque celle-ci tomba, il se forma,
comme le dit Dionis, un petit trou par où la matière s'écoula, et qui
continua à suppurer. Bientôt on constata la présence d'une fistule
communiquant dans l'intérieur de l'intestin.

En pareille occurrence, et pour débarrasser le roi de cette dégoûtante
infirmité, il ne restait plus qu'à pratiquer l'opération. Mais il n'en
est pas des rois comme des simples particuliers, et, avant de pouvoir
leur faire entendre les paroles graves et réfléchies de la science, il
faut préalablement que le médecin s'attende à voir défiler avant lui
tout le cortége des empressés plus ou moins ignorants, flanqués chacun
de leurs remèdes _infaillibles_, sans compter encore le charlatanisme,
qui sait si bien exploiter la tête et la queue de la société. C'est ce
qui arriva pour Louis XIV.

Dès que l'on sut le roi atteint de la fistule, il y eut encore un bien
plus grand nombre de remèdes proposés que quand il s'était agi d'une
simple tumeur.

Cependant _Louvois_, qui était alors le principal ministre et qui avait
en quelque sorte la responsabilité de la vie du roi, ne voulut permettre
l'usage d'aucun de ces remèdes avant qu'il eût été préalablement
expérimenté.

Parmi tous ces moyens, un fut surtout préconisé, et le roi paraissait
assez décidé à l'essayer: c'était l'emploi des eaux de Baréges. Mais
avant que Louis XIV partît pour ces eaux, comme le bruit en avait couru,
on jugea convenable d'en constater les effets. On chercha quatre
personnes ayant la même maladie que le roi, et on les envoya à Baréges à
ses dépens, sous la conduite de _Gervais_, chirurgien de l'hôpital de la
Charité. C'était l'un des hommes les plus instruits de Paris, et il
s'était acquis surtout une très-grande réputation pour la guérison des
tumeurs. Ces quatre malades furent soumis par lui à l'action des eaux
sous toutes les formes, en bains, à l'intérieur, et surtout en
injections répétées dans le trajet fistuleux. Ce traitement dura fort
longtemps et ne fut suivi d'aucune espèce d'amélioration; en sorte
qu'ils revinrent _tout aussi avancés dans leur guérison que quand ils
étaient partis_[36].

Une dame de la cour ayant raconté qu'allée aux eaux de Bourbon pour une
maladie particulière, elle s'était trouvée guérie par leur usage d'une
fistule qu'elle avait avant, on envoya à Bourbon l'un des chirurgiens du
roi, avec quatre autres malades; ils furent soumis aux mêmes expériences
que ceux de Baréges, et en revinrent comme eux sans changement dans leur
état.

Mais l'essai des remèdes ne devait point s'arrêter là. Un religieux
jacobin vint trouver Louvois et lui apporta une eau avec laquelle il
guérissait, disait-il, toutes sortes de fistules. Un autre annonçait
posséder un onguent qui n'en manquait aucune. D'autres proposaient aussi
des remèdes avec lesquels ils avaient obtenu des cures merveilleuses. Le
ministre, un peu embarrassé de toutes ces propositions, ne voulut
cependant en rejeter aucune avant que l'expérience eût démontré son
inefficacité. Pour juger en quelque sorte, par lui-même de leur valeur,
il fit meubler plusieurs chambres de son hôtel de la surintendance[37],
pour recevoir tous les malades atteints de fistule qui voulaient se
soumettre à ces différents essais, et il les fit traiter, en présence
de Félix, par les auteurs de ces remèdes.

Tous ces essais durèrent un temps fort long, sans aboutir à aucun
résultat.

Louvois et Félix rendaient compte à Louis XIV des tentatives inutiles
faites chaque jour pour trouver un remède qui pût lui éviter
l'opération, sur laquelle le premier chirurgien insistait de plus en
plus. Mais avant de s'y décider, le roi voulut encore avoir l'avis de
Bessières, chirurgien en renom de Paris. Bessières examina le mal, puis
Louis XIV lui ayant demandé ce qu'il en pensait, il lui répondit
librement _que tous les remèdes du monde n'y feraient rien sans
l'opération_[38]. Le roi n'hésita plus, et l'opération fut décidée.

Mais quelle méthode devait-on employer?

Il y avait alors à Paris un nommé _Lemoyne_, qui s'était acquis une
grande réputation pour la guérison des fistules. Voici ce qu'en dit
Dionis: «Sa méthode consistait dans l'usage du caustique, c'est-à-dire
qu'avec un onguent corrosif, dont il couvrait une petite tente qu'il
fourrait dans l'ouverture de l'ulcère, il en consumait peu à peu la
circonférence, ayant soin de grossir tous les jours la tente, de manière
qu'à force d'agrandir la fistule, il en découvrait le fond. S'il y avait
de la callosité, il la rongeait avec son onguent, qui lui servait aussi
à ruiner les clapiers, et enfin, avec de la patience, il en guérissait
beaucoup. Cet homme est mort vieux et riche, parce qu'il se faisait bien
payer, en quoi il avait raison, car le public n'estime les choses
qu'autant qu'elles coûtent. Ceux à qui le ciseau faisait horreur se
mettaient entre ses mains, et comme le nombre des poltrons est fort
grand, il ne manquait point de pratiques.» Ainsi Lemoyne avait remis en
honneur la cautérisation.--La ligature était le mode d'opérer le plus
généralement suivi. Puis restait l'incision que Félix proposait au roi.
Mais avant de se déterminer à suivre l'avis de son premier chirurgien,
Louis XIV voulut qu'il lui expliquât la préférence qu'il donnait à cette
méthode sur les autres. Félix fut alors obligé de décrire au roi les
trois procédés; puis il lui fit remarquer, nous raconte Dionis, que le
caustique fait une douleur continuelle pendant cinq ou six semaines
qu'on est obligé de s'en servir; que la ligature ne coupe les chairs
qu'après un long espace de temps, et qu'il ne faut pas manquer de la
serrer tous les jours, ce qui ne se fait pas sans douleur; que
l'incision cause, à la vérité, une douleur plus vive, mais qu'elle est
de si peu de durée qu'elle ne doit point alarmer une personne qui veut
guérir sans crainte de retour; car outre qu'elle achève en une minute ce
que les deux autres manières n'opèrent qu'en un mois, c'est que par
celles-ci la guérison est douteuse et qu'elle est sûre par
l'incision.--Ces raisons, appuyées par Daquin, Fagon et Bessières,
déterminèrent le roi, qui se décida pour l'incision.

C'était une grave résolution qu'avait prise Félix. L'opération par
l'instrument tranchant paraissait alors si terrible, que chacun
tremblait de la subir, d'où son nom de _grande opération_.

Mais Félix n'était point un chirurgien ordinaire. Fils de François Félix
de Tassy, homme d'un grand talent, et aussi premier chirurgien du même
prince, il fut l'élève de son père, qui, le destinant à le remplacer
auprès du monarque, ne négligea aucun des moyens qui pouvaient le rendre
digne d'occuper un emploi aussi important. Exerçant sa profession dans
les hôpitaux civils, puis dans ceux des armées, il fut, fort jeune
encore, compté parmi les plus habiles chirurgiens de son temps; ses
confrères le nommèrent chef du collége de Saint-Côme, qui devint ensuite
l'académie de chirurgie; puis il succéda à son père dans la charge de
premier chirurgien du roi, en 1676.

Dès que Félix se fut assuré de la maladie du roi, il le rassura sur sa
vie et promit de le délivrer de son horrible incommodité. Ce grand
chirurgien n'avait jamais fait l'opération qu'il méditait, mais il avait
lu tout ce que les auteurs anciens avaient écrit sur la maladie dont le
roi était attaqué. Il se traça alors un plan d'opération, et tandis que
le temps s'écoulait en essais de remèdes qui n'avaient aucun résultat,
Félix occupait le sien d'une manière profitable à ses desseins. Pendant
plusieurs mois tous les malades atteints de la maladie du roi qui se
trouvaient dans les hôpitaux de Paris ou à la Charité de Versailles
furent opérés par lui, et lorsque Louis XIV fut enfin décidé, il avait
acquis l'expérience d'un chirurgien consommé dans cette partie de l'art
opératoire.

Pour faire l'incision de la fistule, Galien avait inventé un instrument
d'une forme particulière, auquel il avait donné le nom de syringotome,
du nom même de la fistule--(_syrinx_, flûte). C'était un bistouri en
forme de croissant, à manche contourné, et dont la pointe était terminée
par un stylet long, pointu et flexible. On introduisait la pointe dans
l'ouverture extérieure de la fistule et on poussait le stylet jusque
dans l'intestin; le doigt indicateur de la main gauche, placé dans le
rectum, ramenait la pointe par l'anus, puis la lame du bistouri, poussée
dans la fistule, achevait l'incision. Félix fit subir à l'instrument de
Galien un notable changement. Il fit faire un simple bistouri courbe, à
lame très-étroite, terminée, comme le syringotome, par un stylet, mais
en argent recuit, et long de plusieurs pouces. Le tranchant de la lame
était recouvert d'une chape d'argent faite exprès pour être introduite
dans la fistule sans blesser les parties. Cet instrument ainsi disposé,
on poussait le stylet dans la fistule et on le ramenait par le
fondement; puis, le bistouri étant entré après le stylet, on retirait
doucement la chape qui enveloppait le tranchant, et tenant d'une main
le bout du stylet et de l'autre le manche du bistouri, en tirant à soi
on tranchait tout d'un coup toute la fistule.

Cet instrument, dont Félix se servit pour le roi, reçut depuis ce moment
le nom de _bistouri à la royale_.

Ce fut le 18 novembre 1686 qu'eut lieu l'opération.

Qu'on nous pardonne les détails peut-être un peu minutieux dans lesquels
nous allons entrer; mais, outre qu'il s'agit d'une opération qui, par
son retentissement et son succès, changea toutes les idées reçues à
cette époque, il s'agit encore d'un fait historique que l'on peut encore
suivre _sur place_ dans ses plus petits incidents.

Le roi était à Fontainebleau lorsque l'opération fut arrêtée. Afin de
s'y préparer et en même temps pour ôter tout soupçon de ce qui allait se
passer, deux médecines lui furent administrées dans ce séjour. Arrivé à
Versailles le 15 novembre, rien ne décéla en lui la grave détermination
qu'il avait prise. Le dimanche 17, veille de l'opération, il monta à
cheval, alla visiter ses jardins, ses réservoirs et les nombreux travaux
en cours d'exécution, et parut fort tranquille et fort gai pendant tout
le cours de la promenade[39].

La chambre à coucher de Louis XIV, dans laquelle il fut opéré, n'était
point celle connue aujourd'hui sous ce nom: elle était située dans la
pièce précédant celle-ci et portant actuellement le nom si célèbre de
salon de l'Œil-de-Bœuf. Ce salon de l'Œil-de-Bœuf était alors coupé
en deux; la pièce la plus rapprochée de la chambre à coucher actuelle
était la chambre du roi, et l'autre pièce était un cabinet orné des
tableaux du Bassan, portant pour cela le nom de cabinet des Bassans.

Le lundi 18 novembre, de grand matin, tout se préparait dans le cabinet
des Bassans pour la _grande opération_. Vers cinq heures, les
apothicaires entrèrent chez le roi et lui administrèrent le lavement
préparatoire. Un peu avant sept heures, Louvois alla prendre chez elle
madame de Maintenon; ils entrèrent ensemble chez le roi, auprès duquel
se trouvait déjà le père de la Chaise, son confesseur. Félix, d'Aquin,
premier médecin du roi, Fagon, qui le devint quelques années après,
Bessières, les quatre apothicaires du roi, et Laraye, _élève_ de Félix,
mais que l'on appelait alors son _garçon_, étaient réunis dans le
cabinet des Bassans pour préparer tout ce qui devait servir à
l'opération.

A sept heures, ils entrèrent dans la chambre du roi. Louis XIV ne parut
nullement ému de leur présence; il fit approcher Félix, lui demanda
l'usage de chacun des instruments et des diverses pièces de l'appareil,
puis s'abandonna avec confiance à son talent.

Le roi fut placé sur le bord de son lit, un traversin sous le ventre
pour élever les fesses, tournées du côté de la fenêtre, les cuisses
écartées et assujetties par deux des apothicaires.

Voici comment procéda l'opérateur: Une petite incision, faite avec la
pointe d'un instrument ordinaire, fut d'abord pratiquée à l'orifice
externe de la fistule, afin de l'agrandir et de pouvoir plus facilement
y introduire le bistouri à la royale. L'incision fut ensuite pratiquée
avec cet instrument, à l'aide de la manœuvre déjà indiquée. Une fois le
trajet fistuleux mis à découvert, il s'agissait de détruire les
callosités qu'on supposait devoir empêcher la réussite de l'opération:
huit coups de ciseaux enlevèrent toutes les callosités que Félix
rencontra sous son doigt. Cette partie si douloureuse de l'opération fut
supportée avec beaucoup de courage par Louis XIV: pas un cri, pas un mot
ne lui échappa.

L'opération terminée, on introduisit dans l'anus une grosse tente de
charpie recouverte d'un liniment composé d'huile et de jaune d'œuf. On
la fit entrer avec force, afin d'écarter les lèvres de la plaie; on
garnit ensuite la plaie de plumasseaux, enduits du même liniment, et on
appliqua les compresses et le bandage comme on le fait à présent.

Rien ne saurait dire l'étonnement dans lequel fut toute la cour lorsque
l'on apprit que le roi venait de subir une opération que chacun
regardait comme si dangereuse. Le récit fait de cet événement par le
_Mercure Galant_, journal officiel de la cour, fera mieux comprendre
qu'on ne pourrait le dire l'effet produit par cette nouvelle
inattendue.--«Quoique le roi, dit-il, fût dans une santé parfaite, à la
réserve de l'incommodité qui lui était survenue il y a environ onze
mois, et qu'il fût même en état de monter à cheval et de chasser, comme
il faisait très-souvent, Sa Majesté, qui vit qu'elle courait risque de
souffrir toute sa vie de cette sorte d'incommodité, à laquelle sont
sujets tous ceux qui manquent du courage nécessaire pour s'en tirer,
prit une résolution digne de sa fermeté; et, comme ce mal était grand
plutôt par la douleur que l'opération lui devait faire souffrir que par
la nature dont il était, il cacha ce qu'il avait résolu de faire, comme
il fait de toutes les choses qu'il juge à propos de tenir secrètes. Il
savait l'inquiétude que donnerait le mal qu'il devait endurer, et ne
doutait point que la crainte de quelque accident et l'amour qu'on a pour
lui ne fissent trouver des raisons pour l'en détourner. Mais ce prince
voulait souffrir, afin d'être plus en état de travailler sans cesse pour
le bien et pour le repos de ses sujets; et pour éviter les contestations
qui se pourraient former là-dessus, il aima mieux se charger de toute la
douleur que de jouir du soulagement d'être plaint, ce qui console
beaucoup ceux qui souffrent. D'ailleurs, il savait que ce bruit, venant
à se répandre, aurait jeté de la crainte et de l'abattement dans tous
les cœurs, et qu'il rendrait incapables d'agir tous ceux qui étaient
occupés pour les affaires de l'État, et il voulait endurer seul, sans
que l'État en souffrît un seul moment. Ainsi ayant pris sa résolution,
il travailla à la faire exécuter sans que l'on s'en aperçût. Comme
jamais prince ne sut régner sur lui-même avec tant d'empire, il en vint
à bout sans peine. Il se purgea deux fois à Fontainebleau, parce que
venant ensuite à Versailles, ce changement de lieu devait ôter l'idée
qu'on aurait pu prendre, s'il avait été possible qu'on eût soupçonné
quelque chose de son dessein. Il monta à cheval le dimanche 17 de ce
mois, soupa ce jour-là avec la famille royale, et s'informa de
Monseigneur où était le rendez-vous de chasse le lendemain. On connut le
jour suivant que ce prince, quoiqu'il dût alors sentir les premières
atteintes de la peur que lui pouvait causer l'opération, avait demandé
ce rendez-vous d'une âme tranquille, afin que s'il arrivait quelque
accident, il pût en faire avertir Monseigneur. On a même remarqué qu'il
se coucha ce soir-là plus tard qu'à l'ordinaire. Il marqua pour le lundi
18, l'heure de son lever, où la plus grande partie de la cour se trouve
ordinairement. Il avait pris la sienne plus matin pour l'opération. Ceux
qui devaient y travailler, ou dont la présence était nécessaire,
entrèrent par différents endroits, ce qui empêcha qu'on en eût aucun
soupçon. Quoique je ne fasse point ici le détail du reste, je puis vous
dire qu'il s'y passa mille choses dignes de l'inébranlable fermeté du
roi. Il voulut voir tout ce qui devait le faire souffrir et ne fit que
sourire au lieu d'en paraître étonné. Il fit ensuite ce qu'un prince
aussi chrétien que lui doit faire en de pareilles occasions et souffrit
patiemment, étant toujours dans l'état d'un homme libre et qui est
assuré d'être maître de sa douleur. Aucun cri ne lui échappa, et loin de
témoigner de la crainte, il demanda si on ne l'avait point épargné,
parce qu'il avait recommandé sur toutes choses de ne le pas faire. Sitôt
qu'on eut achevé l'opération, la porte fut ouverte à ce qu'on appelle la
première entrée, c'est-à-dire aux personnes qui ont droit d'entrer les
premières au lever. Les autres n'entrèrent pas, parce qu'il n'y eut
point de lever.

«Le bruit de cette opération s'étant répandu dans Versailles, comme on
s'imagine toujours voir les maux que l'on craint, quand même ils ne
seraient point à craindre, la douleur parut sur tous les visages, et
l'on eût dit à voir le roi que ce monarque était le seul qui se portait
bien. Ayant remarqué qu'on ne faisait aucun bruit, il ordonna que toutes
choses se fissent à l'ordinaire, tint conseil dès le jour même, et
permit dès le lendemain aux ministres étrangers de le saluer. Quoique de
semblables maux aient accoutumé de causer un peu de fièvre, sans
pourtant qu'il y ait sujet d'en appréhender aucune suite fâcheuse, il
semble que le ciel, pour ne nous pas alarmer, n'ait pas voulu qu'il en
eût le moindre ressentiment.»

A ces détails, _Dangeau_ ajoute: «Dès que l'opération fut faite, le roi
l'envoya dire à Monseigneur, qui était à la chasse, à madame la
Dauphine, dès qu'elle fut éveillée, à Monsieur et à Madame, qui étaient
à Paris, et à M. le prince et à M. le duc, qui étaient à Fontainebleau,
auprès de madame la duchesse de Bourbon, leur défendant de venir. Dès
l'après-dîner, le roi tint son conseil; il vit beaucoup de courtisans,
et voulut qu'il y eût appartement et que l'on commençât le grand jeu de
reversi qu'il avait ordonné à Fontainebleau. Madame de Montespan partit
en diligence pour venir trouver le roi; mais ayant appris à Essone que
le roi se portait très-bien, elle retourna auprès de madame de Bourbon.
Monseigneur, apprenant la nouvelle, quitta la chasse et revint ici à
toute bride et en pleurant.»

Dans son journal, Dangeau nous a conservé jour par jour l'état du roi
après son opération. L'on y voit que les premiers jours se passèrent
fort bien. Les pansements se faisaient avec régularité, et le malade
n'en éprouvait aucune douleur, tout enfin semblait annoncer une guérison
solide et prompte; mais, soit que l'on se fût trop vite empressé de
diminuer la grosseur de la mèche, soit pour tout autre motif, l'on
s'aperçut le quinzième jour qu'une partie des bords s'étaient cicatrisés
avant le fond, et que la fistule menaçait de reparaître de nouveau. Le 6
décembre, l'on chercha à détruire, par quelques légers coups de ciseaux,
cette cicatrisation trop rapide, mais sans obtenir le résultat désiré.
Enfin, le lundi 7 décembre, c'est-à-dire vingt et un jours après la
première opération, l'on fut obligé de détruire la nouvelle cicatrice, à
l'aide de plusieurs incisions, et de mettre à nu le fond de la fistule.

Le roi supporta cette seconde opération avec beaucoup de courage, mais
il paraît qu'elle fut extrêmement douloureuse, car pendant plusieurs
jours il renvoya son conseil, ce qui n'était pas arrivé la première
fois. Quoi qu'il en soit, de ce moment la cicatrisation marcha avec
régularité, et le samedi 11 janvier 1687, cinquante-quatre jours après
l'opération et trente-trois après les dernières incisions, le roi fut
assez bien guéri pour sortir à pied de ses appartements et se promener
pendant fort longtemps dans l'Orangerie.

Louis XIV venait d'être débarrassé d'une grave infirmité, grâce à
l'habileté de son chirurgien. Mais si le service était grand, la
récompense fut royale. Félix reçut cinquante mille écus et la terre des
_Moulineaux_, estimée à la même somme; d'Aquin, le premier médecin, cent
mille livres; Fagon, quatre-vingt mille livres; les quatre apothicaires,
chacun douze mille livres, et Leraye, l'élève de Félix, quatre cents
pistoles; le tout formant un total de cinq cent soixante-douze mille
livres, qui, comparé à la valeur actuelle de l'argent, représente
presque un million!!!

La réussite de l'opération pratiquée à Louis XIV, en mettant le comble
à la réputation de Félix, mit aussi à la mode son procédé; et il fut
facile de constater immédiatement son efficacité, car depuis l'opération
faite au roi, il semblait que tout le monde fût attaqué de la fistule.
«C'est une maladie, dit Dionis, qui est devenue à la mode depuis celle
du roi. Plusieurs de ceux qui la cachaient avec soin avant ce temps
n'ont plus eu honte de la rendre publique; il y a eu même des courtisans
qui ont choisi Versailles pour se soumettre à cette opération, parce que
le roi s'informait de toutes les circonstances de cette maladie. Ceux
qui avaient quelque petit suintement ou de simples hémorroïdes ne
différaient pas à présenter leur derrière au chirurgien pour y faire des
incisions; j'en ai vu plus de trente qui voulaient qu'on leur fît
l'opération, et dont la folie était si grande, qu'ils paraissaient
fâchés lorsqu'on les assurait qu'il n'y avait point nécessité de la
faire.»

Tel est le récit de cette grande opération de Louis XIV. Ainsi, grâce à
l'heureuse tentative de Félix; la méthode de l'incision a été remise en
honneur, et par suite des travaux de la chirurgie moderne, ce mode
opératoire, le plus généralement suivi, est devenu d'une telle
simplicité, qu'il n'est pas nécessaire d'être le premier chirurgien d'un
roi pour le pratiquer avec succès.



IV

MORT DE LOUVOIS.

1691.


Louvois mourut à Versailles dans l'ancien hôtel de la surintendance des
bâtiments du roi[40], le 16 juillet 1691.

La mort de Louvois fut un événement si important et donna lieu à tant de
commentaires, qu'il n'est pas sans intérêt d'en rechercher les
véritables causes.

Depuis un certain temps Louvois, jusqu'alors si puissant, baissait dans
la faveur du roi, et tout le monde s'attendait à une disgrâce prochaine
du ministre. C'est dans ces circonstances que le 15 juillet 1691, il a,
chez madame de Maintenon, une vive altercation avec Louis XIV.

Cette scène est ainsi racontée, dans une note écrite par le duc de
Luynes, sur le manuscrit de Dangeau[41]: «Nous avons déjà vu ce qui
s'était passé au siége de Mons, et le mauvais gré que le roi fit à M. de
Louvois de trouver le prince d'Orange si près de lui. On prétendit aussi
qu'il imputa à ce ministre la levée du siége de Coni. Ajoutez à cela le
bombardement de Liége, auquel le roi s'était opposé parce que des
ennemis de M. de Louvois, ou de bons citoyens, avaient fait entendre à
Sa Majesté que son ministre entretenait la haine de ses voisins par les
cruautés qu'il faisait exercer partout. Il avait insisté sur le
bombardement, qui se fit le 4 juin. Le roi avait déclaré précisément
qu'il n'en voulait rien faire, et enfin ce ministre fut obligé d'avouer
qu'il n'était plus temps de s'en dédire, parce que les ordres étaient
donnés. Cette explication se passait chez madame de Maintenon. Le roi,
qui d'ailleurs était mal disposé par ce que nous venons de dire, et
parce qu'en général toutes les choses violentes lui répugnaient, fut
indigné de tant de précipitation et lui laissa voir son ressentiment. M.
de Louvois, qui n'était pas accoutumé à être contredit, au lieu de
chercher à se justifier, répondit au roi assez brusquement et jeta son
portefeuille sur la table du roi. Le roi se leva et prit sa canne.
Madame de Maintenon, craignant l'effet de la colère de Sa Majesté, se
mit entre elle et son ministre; mais le roi la rassura en lui disant
qu'il n'avait eu nulle intention.»

M. de Louvois se retira et rentra chez lui tout ému. Cependant le
lendemain 16, il alla comme à l'ordinaire chez le roi pour travailler
avec lui; mais à peine eut-il commencé la lecture d'une dépêche, qu'il
se sentit indisposé, se retira dans son appartement et mourut au bout de
quelques instants, malgré les soins rapides qui lui furent donnés.

Une mort aussi prompte et dans de pareilles circonstances, fit
généralement croire à un empoisonnement. Dangeau et Saint-Simon en
parlent dans ce sens: «Le 16 juillet, dit ce dernier, j'étais à
Versailles... sortant le même jour du dîner du roi, je le rencontrai
(Louvois) au fond d'une très-petite pièce qui est entre la grande salle
des gardes et ce grand salon qui donne sur la petite cour des Princes.
M. de Marsan lui parlait, et il allait travailler chez madame de
Maintenon avec le roi, qui devait se promener après dans les jardins de
Versailles à pied, où les gens de la cour avaient la liberté de le
suivre. Sur les quatre heures après-midi du même jour, j'allai chez
madame de Châteauneuf, où j'appris qu'il s'était trouvé un peu mal chez
madame de Maintenon, que le roi l'avait forcé de s'en aller, qu'il était
retourné à pied chez lui, où le mal avait subitement augmenté; qu'on
s'était hâté de lui donner un lavement qu'il avait rendu aussitôt, et
qu'il était mort en le rendant, et demandant son fils Barbésieux, qu'il
n'eut pas le temps de voir, quoique celui-ci accourût de sa chambre.»

«La soudaineté du mal et de la mort de Louvois fit tenir bien des
discours, bien plus encore _quand on sut par l'ouverture de son corps
qu'il avait été empoisonné_. Il était grand buveur d'eau, et en avait
toujours un pot sur la cheminée de son cabinet, à même duquel il buvait.
On sut qu'il en avait bu ainsi en sortant pour aller travailler avec le
roi, et qu'entre sa sortie de dîner avec bien du monde, et son entrée
dans son cabinet pour prendre les papiers qu'il voulait porter à son
travail avec le roi, un frotteur du logis était entré dans ce cabinet,
et y était resté quelques moments seul. Il fut arrêté et mis en prison.
Mais à peine y eut-il demeuré quatre jours, et la procédure commencée,
qu'il fut élargi par ordre du roi, ce qui avait déjà été fait, jeté au
feu, et défense de faire aucune recherche. Il devint même dangereux de
parler là-dessus, et la famille de Louvois étouffa tous ces bruits,
d'une manière à ne laisser aucun doute que l'ordre très-précis n'en eût
été donné.»

Puis, comme si ce n'était pas encore assez de toutes ces insinuations
pour prouver l'empoisonnement, Saint-Simon ajoute l'histoire suivante du
médecin de Louvois, qui, dit-il, lui fut racontée par un gentilhomme
attaché à la maison de ce ministre. «Il m'a conté, dit Saint-Simon,
étant toujours à madame de Louvois depuis la mort de son mari, que
_Séron_, médecin domestique de ce ministre, et qui l'était demeuré de
madame de Barbésieux, logé dans la même chambre au château de
Versailles, dans la surintendance que Barbésieux avait conservée
quoiqu'il n'eût pas succédé aux bâtiments, s'était un jour barricadé
dans cette chambre, seul, quatre ou cinq mois après la mort de Louvois;
qu'aux cris qu'il y fit on était accouru à sa porte, qu'il ne voulut
jamais ouvrir; que ces cris durèrent presque toute la journée, sans
qu'il voulût ouïr parler d'aucun secours temporel ni spirituel, ni qu'on
pût venir à bout d'entrer dans sa chambre; que sur sa fin on l'entendit
s'écrier qu'il n'avait que ce qu'il méritait, que ce qu'il avait fait à
son maître, qu'il était un misérable indigne de tout secours; et qu'il
mourut de la sorte en désespéré au bout de huit ou dix heures, sans
avoir jamais parlé de personne, ni prononcé aucun nom.--A cet événement
les discours se réveillèrent à l'oreille; il n'était pas sûr d'en
parler. Qui a fait le coup? C'est ce qui est demeuré dans les plus
épaisses ténèbres.»

Le récit de Saint-Simon et les détails circonstanciés dans lesquels il
entre, semblent ne point devoir laisser de doutes sur la nature de la
mort de Louvois. Aussi les historiens, tout en admettant avec une
certaine circonspection les insinuations de Saint-Simon, n'ont-ils
jamais repoussé complétement l'idée du poison. Une phrase de son récit,
si elle était vraie, serait surtout la preuve certaine de
l'empoisonnement; c'est celle-ci: _On sut par l'ouverture de son corps
qu'il avait été empoisonné_. En effet, si les médecins ont constaté la
présence du poison, il ne peut plus y avoir d'incertitude que sur la
main qui a commis le crime et sur _la personne qui l'a commandé_. Eh
bien, cette affirmation de Saint-Simon est tout à fait démentie par
l'ouverture du corps de Louvois, et si les historiens n'ont pas été plus
affirmatifs, c'est qu'ils n'ont pas eu connaissance de ce document,
enfoui dans un livre de médecine, où ils étaient bien éloignés d'aller
chercher une pièce si importante.

Dionis était le chirurgien de Louvois. C'était un chirurgien fort
instruit. Il publia plusieurs ouvrages encore recherchés aujourd'hui
pour les observations curieuses qu'ils renferment. Dans l'un de ces
ouvrages intitulé _Dissertation sur la mort subite_[42], voici comment
il raconte la mort de Louvois: «Le 16 juillet 1691, M. le marquis de
Louvois, après avoir dîné chez lui en bonne compagnie, alla au conseil.
En lisant une lettre au roi, il fut obligé d'en cesser la lecture, parce
qu'il _se sentait fort oppressé_; il voulut en reprendre la lecture,
mais ne pouvant pas la continuer, il sortit du cabinet du roi, et,
s'appuyant sur le bras d'un gentilhomme à lui, il prit le chemin de la
surintendance où il était logé.

»En passant par la galerie qui conduit de chez le roi à son appartement,
il dit à un de ses gens de me venir chercher au plus tôt. J'arrivai dans
sa chambre comme on le déshabillait; il me dit: Saignez-moi vite, car
j'étouffe. Je lui demandai s'il sentait de la douleur plus dans un des
côtés de la poitrine que dans l'autre; il me montra la région du cœur,
me disant: Voilà où est mon mal. Je lui fis une grande saignée en
présence de M. _Séron_, son médecin. Un moment après, il me dit:
Saignez-moi encore, car je ne suis point soulagé. M. _d'Aquin_ et M.
_Fagon_ arrivèrent qui examinèrent l'état fâcheux où il était, le voyant
souffrir avec des angoisses épouvantables; il sentit un mouvement dans
le ventre comme s'il voulait s'ouvrir; il demanda la chaise, et, peu de
temps après s'y être mis, il dit: Je me sens évanouir. Il se jeta en
arrière, appuyé sur les bras d'un côté de M. Séron, et de l'autre d'un
de ses valets de chambre. Il eut des râlements qui durèrent quelques
minutes, et il mourut.

»On voulut que je lui appliquasse des ventouses avec scarifications, ce
que je fis, on lui apporta et on lui envoya de l'eau apoplectique, des
gouttes d'Angleterre, des eaux divines et générales; on lui fit avaler
de tous ces remèdes qui furent inutiles, puisqu'il était mort, et en peu
de temps, car il ne se passa pas une demi-heure depuis le moment qu'il
fut attaqué de son mal jusqu'à sa mort.

»Le lendemain, M. Séron vint chez moi me dire que la famille souhaitait
que ce fût moi qui en fît l'ouverture. Je la fis en présence de MM.
_d'Aquin_, _Fagon_, _Duchesne_ et _Séron_.

»En faisant prendre le corps pour le porter dans l'antichambre, je vis
son matelas tout baigné de sang; il y en avait plus d'une pinte qui
avait distillé pendant vingt-quatre heures par les scarifications que je
lui avais faites aux épaules; et ce qui est de particulier, c'est
qu'étant sur la table, je voulus lui ôter la bande qui était encore à
son bras de la saignée du jour précédent, et que je fus obligé de la
remettre, parce que le sang en coulait, ce qui gâtait le drap sur lequel
il était.

»Le cerveau était dans son état naturel et très-bien disposé; _l'estomac
était plein de tout ce qu'il avait mangé à son dîner_; il y avait
plusieurs petites pierres dans la vésicule du fiel; _les poumons étaient
gonflés et pleins de sang_; le cœur était gros, flétri, mollasse et
semblable à du linge mouillé, n'ayant pas une goutte de sang dans ses
ventricules.

»On fit une relation de tout ce qu'on avait trouvé, qui fut portée au
roi, après avoir été signée par les quatre médecins que je viens de
nommer, et par quatre chirurgiens, qui étaient MM. _Félix_, _Gervais_,
_Dutertre et moi_:

«_Le jugement certain qu'on peut faire de la cause de cette mort, est
l'interception de la circulation du sang; les poumons en étaient pleins,
parce qu'il y était retenu, et il n'y en a point dans le cœur, parce
qu'il n'y en pouvait point entrer; il fallait donc que ses mouvements
cessassent, ne recevant point de sang pour les continuer: c'est ce qui
s'est fait aussi, et ce qui a causé une mort si subite._»

Telle est l'opinion des hommes de l'art; c'est à une _apoplexie
pulmonaire_ qu'ils attribuent avec juste raison la cause de la mort, et
l'on ne voit nulle part qu'ils aient parlé d'empoisonnement, ainsi que
l'affirme Saint-Simon. D'ailleurs Louvois était menacé depuis longtemps
de cette affection; il éprouvait fréquemment des oppressions. Les
médecins cherchaient à les combattre, en lui donnant les eaux de forges,
qu'il allait prendre tous les matins dans l'Orangerie, _où le suivaient
ses commis pour ne pas discontinuer son travail ordinaire_[43].

Il résulte de ces faits que Louvois a été frappé d'une attaque
d'apoplexie pulmonaire, et qu'il faut reléguer au rang des fables tous
les bruits d'empoisonnement répandus à sa mort, et recueillis avec
avidité par le caustique Saint-Simon.

L'appartement occupé par Louvois était au premier étage de l'hôtel de la
surintendance; cet appartement a vue sur le parc du côté de la petite
Orangerie. Cela explique le passage de Saint-Simon, dans lequel il parle
de la promenade de Louis XIV le jour de la mort de son ministre.
«Quoique je n'eusse guère que quinze ans, je voulus voir la contenance
du roi à un événement de cette qualité. J'allai l'attendre, et le suivis
toute sa promenade. Il me parut avec sa majesté accoutumée, mais avec
je ne sais quoi de leste et de délivré, qui me surprit assez pour en
parler après, d'autant plus que j'ignorais alors et longtemps depuis les
choses que je viens d'écrire. Je remarquai encore qu'au lieu d'aller
visiter ses fontaines et de diversifier sa promenade, comme il faisait
toujours dans ces jardins, il ne fit qu'aller et venir _le long de la
balustrade de l'Orangerie_, d'où il voyait en revenant vers le château
le logement de la surintendance où Louvois venait de mourir, qui
terminait l'ancienne aile[44] du château sur le flanc de l'Orangerie, et
vers lequel il regarda sans cesse toutes les fois qu'il revenait vers le
château.»

Le corps de Louvois fut porté aux Invalides. Voici son acte de décès tel
qu'il est inscrit sur les registres de la paroisse Notre-Dame de
Versailles:

«Le seizième jour de juillet mil six cent quatre-vingt-onze, est décédé
au château, dans l'appartement de la surintendance, très-haut et
puissant seigneur monseigneur Michel-François le Tellier, marquis de
Louvois, ministre et secrétaire d'État, surintendant des bâtiments, des
fortifications, des arts et manufactures de France, grand maître des
postes, vicaire général de l'ordre de Saint-Lazare, commandeur et
chancelier des ordres du roi, âgé de cinquante-deux ans, dont le corps
ayant d'abord été apporté en cette église paroissiale, a été ensuite
transporté à Paris, dans l'hôtel royal des Invalides, pour être inhumé
dans l'église; ses entrailles laissées à Meudon, aux révérends pères
capucins, et son cœur porté aux capucines de la rue Saint-Honoré, par
moi soussigné, supérieur de la maison de la congrégation de la Mission
de Versailles et curé de la même ville, en présence de MM. Henri Moreau
et François Maricourt, qui ont signé: Moreau, de Maricourt, prêtres de
la congrégation de la Mission. Et plus bas, signé: Hébert.»



V

L'APPARTEMENT DE MADAME DE MAINTENON.

1686-1715.


Saint-Simon, voulant faire connaître les particularités de la vie privée
de Louis XIV et de madame de Maintenon, dit dans un endroit de ses
_Mémoires_: «Je me trouve, je l'avoue, entre la crainte de quelques
redites et celle de ne pas expliquer assez en détail des curiosités que
nous regrettons dans toutes les histoires et dans presque tous les
Mémoires des divers temps. On voudrait y voir les princes, avec leurs
maîtresses et leurs ministres, dans leur vie journalière. Outre une
curiosité si raisonnable, on en connaîtrait bien mieux les mœurs du
temps et le génie des monarques, celui de leurs maîtresses et de leurs
ministres, de leurs favoris, de ceux qui les ont le plus approchés, et
les adresses qui ont été employées pour les gouverner ou pour arriver
aux divers buts qu'on s'est proposés. Si ces choses doivent passer pour
curieuses, et même pour instructives dans tous les règnes, à plus forte
raison d'un règne aussi long et aussi rempli que l'a été celui de Louis
XIV, et d'un personnage unique dans la monarchie depuis qu'elle est
connue, qui a, trente-deux ans durant, revêtu ceux de confidente, de
maîtresse, d'épouse, de ministre, et de toute-puissante, après avoir été
si longuement néant, et, comme on dit, avoir si longtemps et si
publiquement rôti le balai.» Ces réflexions de Saint-Simon peuvent
également s'appliquer aux recherches des lieux habités par les mêmes
personnages, et en particulier à Versailles, cette magnifique création
de Louis XIV; on voudrait pouvoir connaître l'histoire de chacune des
chambres de ce palais, surtout de ces petits appartements, dans lesquels
on vit l'amour, la jalousie, l'ambition, la haine, toutes les plus
mauvaises passions du cœur humain s'agiter si longtemps pour donner le
spectacle de ces élévations et de ces chutes de favoris et de maîtresses
qui ont eu tant d'influence sur les destinées de la France dans le
dernier siècle. Malheureusement le château de Versailles a subi de
nombreux changements depuis Louis XIV jusqu'à nos jours, et il est
difficile de se reconnaître au milieu de toutes ces transformations.

L'un des appartements que l'on désire généralement le plus connaître, et
sur lequel il y a eu jusqu'à ce jour le plus d'obscurité, est celui de
madame de Maintenon, de cette femme extraordinaire qui, de la position
la plus humble, s'éleva jusqu'au titre d'épouse du roi, et gouverna
pendant plus de trente ans et le monarque et le royaume.

Nous avons étudié avec attention ce point de l'histoire du château de
Versailles, comparé avec soin les divers documents qui peuvent
l'éclairer, et nous croyons pouvoir établir d'une manière positive
l'emplacement de cet appartement.

L'opinion, aujourd'hui la plus répandue, est que cet appartement
occupait quelques pièces situées derrière les petits appartements du
roi, dans l'aile nord de la cour de marbre. C'est cette opinion que M.
Vatout a adoptée dans son livre du _Palais de Versailles_; elle paraît
avoir été suivie dans la réparation de cette partie du château,
puisqu'on y signale plusieurs pièces comme ayant appartenu à
l'appartement de madame de Maintenon, et que _Louis-Philippe_ y a fait
placer le portrait de cette femme célèbre. Voici, du reste, ce que dit
M. Vatout:

SALLE DU DÉJEUNER.

«Louis XVI avait l'habitude de déjeuner dans cette pièce avant de partir
pour la chasse. Il y laissait entrer, pour les caresser, quatre chiens
favoris qu'il aimait tant, que, dans la crainte de trop les fatiguer,
les pages avaient ordre de les conduire en voiture à la chasse.

»Louis-Philippe avait l'habitude de s'y reposer lorsqu'il allait visiter
et suivre les travaux du Musée national de Versailles.

»Cette pièce, éclairée sur la cour des Cerfs, faisait autrefois partie
_du petit appartement de madame de Maintenon_. «Cet appartement, dit
Saint-Simon, était au haut du grand escalier, de plain-pied avec
l'appartement du roi[45].»

Nous verrons plus tard où Saint-Simon plaçait cet appartement, et nous
sommes encore étonné, après la description si claire qu'il en donne, que
M. Vatout ait pu l'indiquer dans ce lieu.

«La destruction de ce grand escalier, ajoute M. Vatout, et les nombreux
changements opérés par Louis XV dans cette partie intérieure du palais,
ne permettent plus aujourd'hui que d'indiquer l'emplacement du logement
occupé par cette femme célèbre. _Ce qu'il y a de certain_, c'est que la
pièce qu'on appelle aujourd'hui _Salle du déjeuner_ faisait partie du
salon par lequel le roi passait, en sortant de la salle à manger, pour
se rendre dans le cabinet de madame de Maintenon. La petite galerie
_Mignard_, avec ses deux salons, pouvait offrir à cet appartement de
brillants accessoires, lorsqu'on y faisait de la musique ou qu'on y
jouait la comédie.»

Cette description ne laisse aucun doute, et l'on voit que M. Vatout
place l'appartement de madame de Maintenon au haut du grand escalier
des ambassadeurs[46], entre les grands et les petits appartements du
roi, tandis que sa place véritable, comme on va le voir, était dans la
partie opposée, c'est-à-dire au haut de l'escalier de marbre, et du côté
des appartements de la reine.

Mais avant d'aller plus loin, et pour bien comprendre ce que nous allons
dire, il est nécessaire de jeter un coup d'œil sur la distribution des
appartements du château à l'époque de Louis XIV.

En 1671, _André Félibien_, historiographe des bâtiments du roi, publia
une description de Versailles et des embellissements que Louis XIV y
faisait exécuter. Les agrandissements successifs opérés dans le palais,
et les nouveaux arrangements nécessités par le séjour du roi,
déterminèrent _Félibien des Avaux_, son fils et son successeur dans
l'emploi d'historiographe des bâtiments, à faire paraître une nouvelle
description de Versailles. C'est cette nouvelle description, publiée en
l'année 1703, qui va nous servir. Nous en rapporterons tout ce qui peut
faire connaître d'une manière exacte la disposition des appartements, en
retranchant ce qui est inutile à la solution de la question qui nous
occupe; c'est, du reste, une description très-curieuse du Versailles de
Louis XIV, et qui vaudrait la peine d'être publiée de nouveau.

Félibien décrit d'abord les appartements du rez-de-chaussée, occupés
d'un côté par le Dauphin et de l'autre par le duc du Maine, et nous
ferons remarquer qu'il indique comme habité par le _duc du Maine_
l'appartement des bains, situé sous les grands appartements du roi, car
la situation de ce logement pourra nous servir à expliquer ce qui a pu
faire croire que l'appartement de madame de Maintenon devait être de ce
côté du château.

Félibien ajoute ensuite[47]: «Aux côtés de la petite cour pavée de
marbre du milieu du château, et aux côtés de la grande cour par où l'on
a été voir les grands appartements bas, il y a huit escaliers outre ceux
des quatre petites cours voisines. La plupart des uns et des autres
servent à dégager les grands appartements hauts, et à monter à quantité
d'autres appartements que les principaux officiers de la maison du roi,
obligés par leurs charges d'être proche de la personne de Sa Majesté,
occupent, tant dans les logements qui sont aux côtés des grands
appartements, que dans les attiques et proche des combles du vieux et du
nouveau château. Les deux escaliers les plus considérables servent pour
monter aux appartements du roi. Ils sont enrichis de marbre et situés
aux côtés de la grande cour proche des passages, où l'appartement des
bains (pour le grand escalier des ambassadeurs) et l'appartement de
Monseigneur (pour l'escalier de marbre) ont leurs principales entrées.

»Le moins grand de ces deux escaliers, appelé le petit escalier de
marbre, est auprès de ce dernier appartement où l'on entre même
d'ordinaire par une porte qui est proche de la rampe de cet escalier. Il
n'y en a pas de plus fréquenté et qu'on connaisse davantage dans
Versailles. Trois arcades donnent d'abord entrée par la grande cour dans
un vestibule fait en forme d'une double galerie voûtée de pierre et pavé
de carreaux de marbre blanc et de marbre noir. C'est de là qu'on va à
l'escalier proche duquel une des portes de l'appartement de Monseigneur
est ouverte vers le midi. Une autre porte, vers l'occident, donne entrée
dans la petite cour qui est environnée, de ce côté, des bâtiments du
vieux et du nouveau château, et partagée par un corridor orné de
colonnes. Tout l'escalier est pavé de marbre....

»Sur le grand palier du haut, vers le midi, est une porte qui, de ce
grand palier par le bout le plus proche du haut de la dernière rampe,
conduit à l'appartement de la reine, occupé par madame la duchesse de
Bourgogne. Et dans la face vers le septentrion, à l'autre bout du même
palier, il y a une simple porte qui donne entrée dans les appartements
du roi. Deux autres portes proche les précédentes servent, à l'autre
bout de l'escalier vers l'orient, à entrer dans la grande salle des
gardes, la plus proche de l'appartement de la reine. C'est en traversant
un petit passage, qui est au bout de cette salle, qu'on peut aller par
une autre grande salle (salle de 1792) à un petit appartement de jour de
monseigneur le duc de Bourgogne (salles des Gouaches), et par la même
salle à un grand escalier de pierre (des Princes), par où l'on va aux
appartements de Monsieur, de Madame, de monseigneur le duc de Chartres
et de madame la duchesse de Chartres (galerie des Batailles) qui, comme
nous avons déjà dit, sont de plain-pied avec ceux du roi....

»Tâchons à présent, par une description la plus sommaire qu'il nous sera
possible, de faire connaître l'état où les appartements du roi et les
autres appartements hauts du vieux et du nouveau château sont
aujourd'hui.

»Le premier appartement du roi, où l'on entre, comme nous avons dit, par
le petit escalier de marbre du côté du septentrion, a vue sur la petite
cour pavée de marbre, qu'il environne de trois côtés. Un vestibule que
l'on trouve d'abord proche du petit escalier _sert vers l'orient à
donner passage à un appartement particulier qu'occupe madame la marquise
de Maintenon dans une des ailes de la grande cour_; et vers l'occident à
entrer par une salle des gardes dans une antichambre où l'on sert le roi
quand il mange en public.»

Ainsi, il n'y a pas ici de termes ambigus; c'est sur le vestibule placé
près du palier du petit escalier de marbre et en face de l'entrée de
l'appartement de Louis XIV, que se trouvait l'appartement de madame de
Maintenon. Nous reviendrons bientôt sur cet appartement, et nous allons
continuer la description de celui du roi, en suivant toujours Félibien,
afin de montrer qu'il indique la destination de toutes les pièces de cet
appartement, et que l'endroit qu'il vient de désigner est le seul où
l'on puisse placer l'habitation de cette femme célèbre:

«Cette antichambre, _celle où le roi mangeait en public_, a depuis peu,
vers le midi, une porte par où l'on entre dans un petit appartement de
nuit de monseigneur le duc de Bourgogne (depuis petit appartement de la
reine), que l'on a construit de nouveau au-dessus du corridor qui
traverse en bas le milieu de la petite cour la plus proche de
l'appartement de Monseigneur. Mais pour aller par la grande antichambre
du roi dans l'appartement de Sa Majesté, on entre, vers l'occident, dans
la chambre _des Bassans_, ainsi appelée à cause qu'il y a plusieurs
tableaux de ces anciens maîtres au-dessus des portes et dans les
lambris. Cette chambre a trois portes, outre celle de la grande
antichambre par où l'on est entré. Une porte au midi conduit à un
escalier de dégagement par où monseigneur monte de son appartement à
celui du roi (cet escalier en pierre existe encore aujourd'hui,
quoiqu'il ne soit plus d'aucun usage); une autre porte à l'occident
conduit dans la grande galerie haute du nouveau château, du côté des
jardins; et la troisième porte, au septentrion, est celle par où il faut
passer dans la suite du premier appartement du roi, et premièrement dans
la chambre à coucher de Sa Majesté.»

Après la description de la chambre du roi et de son ameublement, il
ajoute: «Les portes du côté de la cheminée donnent entrée vers le
septentrion dans un grand salon carré, situé au milieu de l'ancien
château, sur le vestibule pavé et lambrissé de marbre qu'on a remarqué
en bas.... Ensuite du salon on trouve une autre pièce appelée _chambre
du Conseil_. Le premier des cabinets du roi est entièrement revêtu de
glaces.... On le nomme _cabinet des Termes_, parce que vingt figures de
jeunes enfants en forme de Termes, qui soutiennent des festons dorés,
ornent une manière d'attique élevée au-dessus de la corniche, dans le
même cabinet[48]. Il reçoit son jour vers le septentrion, par la petite
cour de l'appartement des bains.»

Cette description de l'appartement du roi est curieuse en ce qu'elle
nous donne l'époque exacte de l'établissement de la chambre à coucher
dans laquelle mourut Louis XIV. En effet, l'on a pu voir dans les
détails donnés par Félibien que ce que l'on nomme le _salon de
l'Œil-de-bœuf_ était coupé en deux parties, dont l'une était occupée
par une antichambre nommée des _Bassans_, et l'autre par la chambre à
coucher du roi, tandis que la chambre à coucher actuelle, qui occupe le
centre du château, était un grand salon de réception, probablement
l'ancien grand salon de Louis XIII.

C'est en 1703 que Félibien des Avaux fit paraître sa _Description
sommaire de Versailles_. Mais à la fin de ce même volume, dans un
chapitre intitulé _Changements qui ont été faits à Versailles, en divers
endroits du château, pendant l'impression de ce volume_, voici ce qu'il
dit de l'appartement du roi: «On voit un nouveau salon qui ne surprend
pas moins par sa richesse que par sa grandeur. Il contient tout l'espace
d'une seconde antichambre et d'une chambre où l'on a vu jusqu'ici le lit
du roi: ainsi ce nouveau salon a au moins soixante pieds de longueur sur
environ vingt-six de largeur, et son exhaussement, qu'on a beaucoup
augmenté, a donné moyen de faire une ouverture ovale de fenêtre dans le
haut de l'extrémité vers le midi--que l'on nomme un œil-de-bœuf--pour
donner plus de jour au salon. L'on ne peut trop considérer dans la
chambre du roi, qui servait autrefois de salon, les changements qu'on y
a faits et les ornements nouveaux dont on l'a embellie. Elle est toute
boisée et presque entièrement dorée sur un fond blanc, ainsi que le
grand salon, mais ornée avec encore plus de magnificence. La cheminée
est placée à présent vers le septentrion; son chambranle de marbre
occupe le bas d'une grande arcade remplie de glaces de miroir, et dont
le cintre est porté par des pilastres ioniques, et chargé d'une
cassolette fumante, accompagnée de festons de fleurs, et de deux Zéphyrs
figurés par des enfants en bas-reliefs, qui ont des ailes de papillon au
dos. Il y a une semblable arcade vis-à-vis, aussi toute remplie de
glaces et accompagnée d'ornements. L'on a doré de nouveau les pilastres,
et tous les ouvrages de sculpture qu'on a conservés. Une grande arcade
surbaissée sert du côté de l'occident, vis-à-vis des fenêtres, à
augmenter la profondeur de cette chambre pour y placer plus commodément
le lit du roi.»

Il est donc évident que le salon dit de l'Œil-de-bœuf et la chambre
actuelle du roi Louis XIV ne datent que de l'année 1703, c'est-à-dire de
l'époque écoulée entre l'impression de l'ouvrage de Félibien et les
additions qu'il a placées à la fin, avant de la livrer au public.

Dans les changements qu'on venait de faire subir à l'appartement du roi,
Félibien signale l'agrandissement de la salle du Conseil aux dépens du
cabinet des Termes, qui, quoique plus petit, n'en continua pas moins
d'exister.

Félibien ajoute: «Le second cabinet, dans lequel on entre par le grand
cabinet du Conseil et par l'ancien cabinet des Termes, et qui a vue vers
le septentrion sur la même cour, et vers le midi sur la petite cour
pavée de marbre, est orné de tableaux de tous côtés.» (Sous Louis XV,
cette chambre fut agrandie du côté du nord, l'on boucha les fenêtres de
ce côté, et elle devint la chambre à coucher du roi.) «La pièce suivante
sert de vestibule à un escalier par où le roi descend de son appartement
pour sortir du château, et sert à passer dans un autre cabinet, qu'une
arcade et deux autres ouvertures moins grandes qui l'accompagnent
unissent à la dernière pièce de l'enfilade. Ici une porte située au
septentrion donne entrée dans un salon ovale tout doré et orné de
pilastres et de quatre niches où l'on a placé autant de groupes de
bronze. Enfin, dans ce salon ovale, une porte donne entrée dans un
cabinet qui l'accompagne vers l'occident, et une autre porte vers
l'orient conduit à la petite galerie peinte par _Mignard_, dont nous
avons rapporté une description assez étendue, ainsi que des deux salons
qui sont à ses extrémités.» Ici s'arrête la description des petits
appartements du roi. Félibien décrit ensuite le grand escalier des
ambassadeurs, les grands appartements du roi, la grande galerie et les
appartements de la reine, qui ne sont point changés.

En suivant pas à pas, sur les plans de _Blondel_, la description de
Félibien, on voit que toutes les pièces de l'appartement du roi, qui y
sont parfaitement indiquées, avaient toutes une destination, et qu'il
est impossible d'y trouver un endroit pouvant s'appliquer à
l'appartement de madame de Maintenon. Il faut donc absolument chercher
cet appartement dans une autre partie du château.

Nous avons dit que Félibien en plaçait la porte dans le vestibule qui
servait d'entrée à l'appartement du roi: «Un vestibule que l'on trouve
d'abord proche du petit escalier sert, vers l'orient, à donner passage à
un appartement particulier qu'occupe madame la marquise de Maintenon
dans une des ailes de la grande cour.» Malheureusement Félibien, si
exact dans le détail des divers appartements qu'il décrit, mais voulant
seulement faire connaître au public ceux qu'on pouvait visiter et qui
étaient curieux par leurs ornements, les tableaux, les sculptures, ou
les choses rares qu'ils contenaient, n'a parlé que des appartements du
roi, de la reine et des princes, et n'a rien ajouté de plus sur celui de
madame de Maintenon. Cependant cette indication est déjà une preuve de
sa situation en ce lieu, et de la nécessité de ne point le chercher
ailleurs.

Voyons, maintenant que nous savons le lieu occupé par cet appartement,
si nous trouverons quelque part des détails assez circonstanciés pour
qu'il ne reste aucun doute, et que nous puissions, en quelque sorte, le
rétablir comme il était à cette époque.

Il était impossible que Saint-Simon, ce caustique et spirituel
chroniqueur, qui passait, pour ainsi dire, tous ses jours dans le
château de Versailles à suivre ses habitants, pour deviner leurs
pensées, leurs actions, connaître les événements nouveaux et surtout les
intrigues que ce peuple de courtisans faisait éclore et avorter à chaque
instant, ne donnât pas quelques renseignements sur le lieu qu'habitait
le plus célèbre de tous ces personnages, sur celui qui était devenu le
véritable chef de l'État, et que Saint-Simon avait d'autant plus de
motifs de faire connaître dans ses moindres actions, qu'il y cherchait
presque toujours des raisons de faire excuser la haine qu'il lui
portait.

Il donne en effet dans ses _Mémoires_ une description si exacte et si
minutieuse de l'appartement de madame de Maintenon, que l'on est étonné
d'avoir vu sa place si longtemps ignorée.

Voici à quelle occasion. Au mois de décembre 1708, le duc de Bourgogne
revenait de sa campagne de Flandre, qui n'avait pas été heureuse. Il
était attendu à la cour avec grande impatience; et tous ses amis
redoutaient la réception qu'allait lui faire Louis XIV. Saint-Simon,
très-attaché au duc de Bourgogne, raconte ainsi cette réception, dans
laquelle il entre, pour la mieux faire comprendre, dans les plus
minutieux détails:

«Madame la duchesse de Bourgogne, dit-il, était dans une grande
agitation de la réception que recevrait monseigneur le duc de Bourgogne,
et de pouvoir avoir le temps de l'entretenir et de l'instruire avant
qu'il pût voir le roi en personne. Je lui fis dire de lui mander
d'ajuster son voyage de façon qu'il arrivât à une ou deux heures après
minuit, parce que de la sorte, arrivant tout droit chez elle et ne
pouvant voir qu'elle, ils auraient tout le temps de la nuit à être
ensemble seuls, les premiers instants du matin avec le duc de
Beauvillier et peut-être avec madame de Maintenon, et l'avantage encore
que le prince saluerait le roi et Monseigneur avant que personne fût
entré chez eux, et que personne n'y serait témoin de sa réception, à
très-peu de valets près et même écartés. L'avis ne fut pas donné, ou,
s'il le fut, il ne fut pas suivi. Le jeune prince arriva le lundi 11
décembre, un peu après sept heures du soir, comme Monseigneur venait
d'entrer à la comédie[49], où madame la duchesse de Bourgogne n'était
pas allée pour l'attendre. Je ne sais pourquoi il vint descendre dans la
_cour des Princes_ au lieu de la grande. J'étais en ce moment-là chez la
comtesse de Roucy dont les fenêtres donnaient dessus. Je sortis
aussitôt, et arrivant au haut du grand degré du bout de la galerie[50],
j'aperçus le prince qui le montait, entre les ducs de Beauvillier et de
la Rocheguyon, qui s'étaient trouvés à la descente de sa chaise. Il
avait bon visage, gai et riant, et parlait à droite et à gauche. Je lui
fis ma révérence au bord des marches. Il me fit l'honneur de
m'embrasser, mais de façon à me marquer qu'il était encore plus instruit
qu'attentif à ce qu'il devait à la dignité, et il ne parla plus qu'à moi
un assez long bout de chemin, pendant lequel il me glissa bas qu'il
n'ignorait pas comment j'avais parlé, et comment j'en avais usé à son
égard. Il fut rencontré par un groupe de courtisans, à la tête desquels
était le duc de la Rochefoucauld. Entouré de ce groupe, il traversa la
grande salle des gardes, au lieu d'entrer chez madame de Maintenon par
son antichambre de jour et par les derrières, bien que son plus
court[51], et alla, par le palier du grand degré[52], entrer par la
grande porte de l'appartement de madame de Maintenon[53]. C'était le
jour du travail ordinaire de Pontchartrain, qui, depuis quelque temps,
avait changé avec Chamillart du mardi au lundi. Il était alors en tiers
avec le roi et madame de Maintenon, et le soir même il me conta cette
curieuse réception, qu'il remarqua bien et dont il fut seul témoin. Je
dis en tiers, parce que madame la duchesse de Bourgogne allait et
venait; mais pour le bien entendre, il faut un moment d'ennui de
mécanique.

»L'appartement de madame de Maintenon était de plain-pied et faisant
face à la salle des gardes du roi[54]. L'antichambre était plutôt un
passage long en travers, étroit, jusqu'à une autre antichambre toute
pareille de forme, dans laquelle les seuls capitaines des gardes
entraient[55], puis une grande chambre profonde[56]. Entre la porte, par
où l'on y entrait de cette seconde antichambre, et la cheminée[57],
était le fauteuil du roi adossé à la muraille, une table devant lui, et
un ployant autour pour le ministre qui travaillait. De l'autre côté de
la cheminée une niche de damas rouge et un fauteuil ou se tenait madame
de Maintenon avec une petite table devant elle. Plus loin son lit dans
un enfoncement[58]. Vis-à-vis les pieds du lit une porte et cinq
marches[59]. Puis un fort grand cabinet qui donnait dans la première
antichambre de l'appartement de monseigneur le duc de Bourgogne, que
cette porte enfilait, et qui est aujourd'hui l'appartement du cardinal
de Fleury[60]. Cette première antichambre ayant à droite cet
appartement, et à gauche ce grand cabinet de madame de Maintenon,
descendait, comme encore aujourd'hui, par cinq marches dans le salon de
marbre contigu au palier du grand degré au bout des deux galeries, haute
et basse, dites de madame la duchesse d'Orléans, ou des Princes[61].

«Tous les soirs, madame la duchesse de Bourgogne jouait dans le grand
cabinet de madame de Maintenon avec les dames à qui on avait donné
l'entrée, qui ne laissait pas d'être assez étendue, et de là, entrait,
tant et si souvent qu'elle voulait, dans la pièce joignante, qui était
la chambre de madame de Maintenon, où elle était avec le roi, la
cheminée entre deux. Monseigneur, après la comédie, montait dans ce
grand cabinet[62] où le roi n'entrait point, et madame de Maintenon
presque jamais.

»Avant le souper du roi, les gens de madame de Maintenon lui apportaient
son potage avec son couvert, et quelque autre chose encore. Elle
mangeait, ses femmes et un valet de chambre la servaient, toujours le
roi présent, et presque toujours travaillant avec un ministre. Le souper
achevé, qui était court, on emportait la table; les femmes de madame de
Maintenon demeuraient, qui tout de suite la déshabillaient en un moment,
et la mettaient au lit. Lorsque le roi était averti qu'il était servi,
il passait un moment dans une garde-robe[63], allait après dire un mot à
madame de Maintenon, puis sonnait une sonnette qui répondait au grand
cabinet. Alors Monseigneur, s'il y était, monseigneur et madame la
duchesse de Bourgogne, M. le duc de Berry, et les dames qui étaient à
elle, entraient à la file dans la chambre de madame de Maintenon, ne
faisaient presque que la traverser, et précédaient le roi qui allait se
mettre à table suivi de madame la duchesse de Bourgogne et de ses dames.
Celles qui n'étaient point à elle, ou s'en allaient, ou, si elles
étaient habillées pour aller au souper, car le privilège de ce cabinet
était d'y faire sa cour à madame la duchesse de Bourgogne sans l'être,
faisaient le tour par la grande salle des gardes sans entrer dans la
chambre de madame de Maintenon. Nul homme, sans exception que ces trois
princes, n'entrait dans le grand cabinet. Cela expliqué, venons à la
réception et à tout son détail, auquel Pontchartrain fut très-attentif,
et qu'il me rendit tête à tête très-exactement une demi-heure après
qu'il fut revenu chez lui[64].

»Sitôt que de chez madame de Maintenon on entendit la rumeur qui précède
de quelques instants ces sortes d'arrivée, le roi s'embarrassa jusqu'à
changer diverses fois de visage. Madame la duchesse de Bourgogne parut
un peu tremblante, et voltigeait par la chambre pour cacher son trouble,
sous prétexte d'incertitude par où le prince arriverait, du _grand
cabinet_ ou de l'_antichambre_. Madame de Maintenon était rêveuse. Tout
à coup les portes s'ouvrirent. Le jeune prince s'avança au roi, qui,
maître de soi plus que qui que ce fût, perdit à l'instant tout embarras,
fit un pas ou deux vers son petit-fils, l'embrassa avec assez de
démonstration de tendresse, lui parla de son voyage; puis, lui montrant
la princesse:--Ne lui dites-vous rien? ajouta-t-il d'un visage riant. Le
prince se retourna un moment vers elle, et répondit respectueusement
comme n'osant se détourner du roi, et sans avoir remué de place. Il
salua ensuite madame de Maintenon, qui lui fit fort bien. Ces propos de
voyage, de couchées, de chemins durèrent ainsi et tout debout un
demi-quart d'heure; puis le roi lui dit qu'il n'était pas juste de lui
retarder plus longtemps le plaisir qu'il aurait d'être avec madame la
duchesse de Bourgogne, et le renvoya, ajoutant qu'ils auraient loisir de
se revoir. Le prince fit sa révérence au roi, une autre à madame de
Maintenon, passa devant le peu de dames du palais qui s'étaient
enhardies de mettre la tête dans la chambre, _au bas de ces cinq
marches_, entra dans le _grand cabinet_, où il embrassa madame la
duchesse de Bourgogne, y salua les dames qui s'y trouvèrent,
c'est-à-dire les baisa, demeura quelques moments, et passa dans son
appartement, où il s'enferma avec madame la duchesse de Bourgogne.

»Leur tête-à-tête dura deux heures et plus; tout à la fin madame d'O y
fut en tiers; presque aussitôt après, la maréchale d'Estrées y entra, et
peu de moments après madame la duchesse de Bourgogne sortit avec elles,
et revint dans le grand cabinet de madame de Maintenon. Monseigneur y
vint à l'ordinaire au sortir de la comédie[65]; madame la duchesse de
Bourgogne, en peine de ce que monseigneur le duc de Bourgogne ne se
pressait point d'y venir saluer Monseigneur, l'alla chercher, et revint
disant qu'il se poudrait; mais remarquant que Monseigneur n'était pas
satisfait de ce peu d'empressement, elle envoya le hâter. Cependant la
maréchale d'Estrées, folle et étourdie, et en possession de dire tout ce
qui lui passait par la tête, se mit à attaquer Monseigneur de ce qu'il
attendait si tranquillement son fils au lieu d'aller lui-même
l'embrasser. Ce propos hasardé ne réussit pas. Monseigneur répondit
sèchement que ce n'était pas à lui à aller chercher le duc de Bourgogne,
mais au duc de Bourgogne à le venir trouver. Il vint enfin. La réception
fut assez bonne, mais elle n'égala pas celle du roi à beaucoup près.
Presque aussitôt le roi sonna, et on passa pour le souper[66].»

Nous avons transcrit tout entière cette scène de la réception du duc de
Bourgogne par le roi Louis XIV, malgré sa longueur, parce qu'elle donne
les renseignements les plus exacts sur cet appartement de madame de
Maintenon, tant cherché, et aussi parce que nous avons pensé qu'elle
paraîtrait d'autant plus piquante qu'on pourrait la suivre dans tous
ses détails sur les lieux mêmes.

Il nous semble que d'après ces diverses descriptions de Félibien et de
Saint-Simon, et en les comparant aux plans que Blondel a donnés des
appartements du château de Versailles à l'époque de Louis XIV, il ne
doit rester aucun doute dans l'esprit des personnes même les plus
prévenues sur l'emplacement qu'occupait l'appartement de madame de
Maintenon.

Maintenant, quelle raison a donc pu faire indiquer comme _appartement de
madame de Maintenon_ des chambres qui n'en ont jamais fait partie, et
qui en sont même si éloignées?

La seule véritable, c'est qu'au moment où l'on cherchait à retrouver,
pour chacune des pièces des petits appartements, le nom qu'elles avaient
dû avoir sous Louis XIV, on n'avait aucune donnée sur le lieu qu'avait
occupé l'appartement de madame de Maintenon; et que comme il existait un
petit escalier allant des petits appartements à l'appartement du
rez-de-chaussée (ancien appartement des Bains), et portant encore le nom
d'_escalier de Maintenon_, on supposa que l'appartement de la secrète
épouse de Louis XIV avait dû ouvrir sur cet escalier, qui lui servait
sans doute d'entrée particulière. De là la place qu'on lui donne dans
tous les ouvrages modernes, et en particulier dans celui de M. Vatout.

Mais ce nom de Maintenon, conservé à l'escalier dont nous parlons, et
qui a induit en erreur l'_historiographe moderne des bâtiments du roi_,
ne peut-il pas s'expliquer tout autrement?

Félibien nous dit, dans sa description du château, que l'appartement
_des Bains_, placé sous les grands appartements du roi, était occupé par
le duc du Maine; or, tout le monde sait que madame de Maintenon est
restée gouvernante de ce jeune prince jusqu'au moment de son élévation,
et qu'elle allait fréquemment chez le roi, surtout dans les premiers
temps de sa faveur. Eh bien, ne peut-on pas considérer comme à peu près
certain que cet escalier, qui se rendait directement des appartements
qu'elle habitait avec le duc du Maine dans ceux de Louis XIV, devait
être celui qu'elle prenait pour y aller; d'où, par suite, lui serait
venu le nom qu'il a conservé jusqu'à nos jours?

Quelle que soit la valeur de cette explication, à laquelle nous
attachons très-peu d'importance, toujours est-il qu'il résulte des
descriptions de _Félibien_ et de _Saint-Simon_, comparées aux plans de
_Blondel_, que l'appartement occupé par madame de Maintenon dans le
château de Versailles était situé du côté des appartements de la reine,
occupés alors par la duchesse de Bourgogne, derrière la grande salle des
gardes du corps, de plain-pied avec l'appartement de Louis XIV, et
ouvrant en face de ce dernier dans le vestibule placé au haut de
l'escalier de marbre ou de la reine; et que cet appartement,
successivement occupé sous Louis XV par le comte de Clermont, et sous
Louis XVI par le maréchal de Duras, forme aujourd'hui trois des salles
consacrées aux campagnes de 1793, 1794 et 1795.

Tout en admettant cette conclusion, quelques personnes pourraient
peut-être penser que dans les derniers temps de la vie de Louis XIV, et
particulièrement après la mort du duc et de la duchesse de Bourgogne,
madame de Maintenon vint habiter une autre partie du château; mais en
lisant attentivement Saint-Simon, surtout lorsqu'il parle de la dernière
maladie du roi, on voit qu'elle resta toujours dans le même appartement.

«Toute la cour, dit-il, se tenait tout le jour dans la galerie. Personne
ne s'arrêtait dans l'antichambre la plus proche de la chambre
(l'Œil-de-bœuf) que les valets familiers, et la pharmacie, qui y
faisaient chauffer ce qui était nécessaire; on y passait seulement, et
vite, et d'une porte à l'autre. Les entrées passaient dans les cabinets
par la porte de glace qui y donnait de la galerie qui était toujours
fermée, et qui ne s'ouvrait que lorsqu'on y grattait, et se refermait à
l'instant. Les ministres et les secrétaires d'État y entraient aussi, et
tous se tenaient dans le cabinet qui joignait la galerie (le cabinet des
Termes). Les princes du sang, ni les princesses filles du roi
n'entraient pas plus avant, à moins que le roi ne les demandât, ce qui
n'arrivait guère. Le maréchal de Villeroy, le chancelier, les deux
bâtards, M. le duc d'Orléans, le père Tellier, le curé de la paroisse,
quand Maréchal, Fagon et les premiers valets de chambre n'étaient pas
dans la chambre, se tenaient dans le cabinet du Conseil, qui est entre
la chambre du roi et un autre cabinet (des Termes), où étaient les
princes et princesses du sang, les entrées et les ministres.

»Le duc de Tresmes, premier gentilhomme de la chambre en année, se
tenait sur la porte, entre les deux cabinets, qui demeurait ouverte, et
n'entrait dans la chambre du roi que pour les moments de son service
absolument nécessaire. Dans tout le jour personne n'entrait dans la
chambre du roi que par le cabinet du Conseil, excepté ces valets
intérieurs ou de la pharmacie qui demeuraient dans la première
antichambre, _madame de Maintenon_ et les dames familières, et pour le
dîner et le souper, le service et les courtisans qu'on y laissait
entrer.»

Ainsi, c'était par les antichambres, c'est-à-dire du côté où se trouvait
l'appartement déjà indiqué de madame de Maintenon, qu'elle entrait dans
la chambre du roi; et l'on ne concevrait pas qu'elle eût pris cette
route, dans le cas où son logement eût été transféré de l'autre côté du
château. Mais Saint-Simon ajoute encore plus loin quelque chose de plus
positif. Après avoir raconté comment le roi, à l'extrémité, venait de
recevoir les soins d'un _manant provençal, fort grossier, qui lui
apportait un remède qui guérissait la gangrène_, il dit: «Madame de
Maintenon venait de sortir de chez le roi, ses coiffes baissées, menée
par le maréchal de Villeroy _par devant chez elle sans y entrer,
jusqu'au bas du grand degré_, où elle leva ses coiffes. Elle embrassa le
maréchal d'un œil fort sec, en lui disant: Adieu, monsieur le maréchal,
monta dans un carrosse du roi qui la servait toujours, dans lequel
madame de Caylus l'attendait seule, et s'en alla à Saint-Cyr, suivie de
son carrosse où étaient ses femmes[67].»

Comme il n'y a pas de doute, d'après ce que nous avons déjà expliqué,
sur l'escalier appelé par Saint-Simon le _grand degré_, que c'est
l'escalier de marbre existant encore aujourd'hui, il est donc évident
que madame de Maintenon passait ainsi devant l'appartement que nous
avons décrit, qu'elle habitait encore en 1715, à la mort de Louis XIV.

Les recherches auxquelles nous nous sommes livré pour retrouver
l'emplacement de l'appartement de madame de Maintenon, nous ont mis à
même de relever une erreur assez grave du livre de M. Vatout. C'est à
l'occasion du confessionnal de Louis XIV.

L'on a vu sur le plan de Blondel, et d'après la description de Félibien,
que la pièce où se trouve aujourd'hui le confessionnal formait un salon
ovale, dont un côté ouvrait sur un cabinet et l'autre sur le salon
précédant la galerie de Mignard. M. Vatout, qui a vu aussi ce salon sur
le plan de Blondel, pense qu'il faisait partie, ainsi que le cabinet et
la salle du déjeuner, de l'appartement de madame de Maintenon, puisqu'il
dit: «La petite galerie Mignard, avec ses deux salons, pouvait offrir à
cet appartement de brillants accessoires, lorsqu'on y jouait la
comédie.» Ce qui ne l'empêche pas, quelques pages plus loin, d'y mettre
le confessionnal de Louis XIV: «C'est là, dit-il; que s'agenouillait le
grand roi; c'est là qu'il humiliait sa fierté devant Celui au nom duquel
s'abaissent toutes les grandeurs de la terre.» Comme s'il était
présumable que le roi eût été placer le mystérieux endroit où devait se
dévoiler ses plus secrètes pensées au milieu même de l'appartement de la
favorite! Nous ne faisons cette remarque que pour montrer la
contradiction dans laquelle est tombé M. Vatout, car il est évident que
le confessionnal de Louis XIV n'a jamais été placé dans ce lieu. Sous ce
roi, s'y trouvaient le salon ovale et un cabinet. Sous Louis XV, d'après
les changements indiqués dans l'un des plans de Blondel, on fit à la
place du salon ovale un petit salon carré, et l'on établit une
_garde-robe_ dans le cabinet. Enfin, sous Louis XVI, de nouveaux
changements eurent encore lieu, le salon fut diminué, et l'on en fit un
cabinet dans lequel fut placé le confessionnal du roi. C'est donc Louis
XVI, et non Louis XIV, qui a fait mettre son confessionnal dans cet
endroit. Nous ne savons si, sous Louis XVI, le capitaine des gardes se
tenait l'épée à la main, pendant la confession, derrière la glace sans
tain que l'on remarque dans la niche près du confessionnal; mais s'il en
était ainsi sous Louis XIV, comme le dit M. Vatout, ce n'est point dans
cet endroit qu'avait lieu cette _étrange habitude_.



VI

L'ANCIENNE MACHINE DE MARLY

OU

DE VILLE ET RENNEQUIN.


Il n'existe peut-être pas de machine qui ait eu une réputation aussi
colossale que l'ancienne machine de Marly. Son aspect gigantesque, sa
complication apparente, le bruit extraordinaire produit par son
mécanisme que l'on entendait d'une distance considérable, cette masse de
charpentes et de chaînes de fer se mouvant continuellement depuis le
bord de la Seine jusqu'au haut de la montagne de Louveciennes, tout
enfin dans cette immense machine était fait pour étonner les regards et
frapper l'imagination de la foule. Il semble que l'auteur d'un si
étonnant travail n'a pu rester inconnu, et cependant, même aujourd'hui,
l'on discute encore pour savoir qui il est. Ce fait, qui paraît
extraordinaire, s'explique naturellement par l'usage où l'on était, sous
Louis XIV, de faire tout au nom du roi ou de ses ministres, et de
placer ainsi dans l'ombre et au rang de simples employés des bâtiments
les véritables auteurs de la plupart des merveilles exécutées sous le
règne du grand roi. Que l'on demande en effet aux historiens à qui sont
dus les immenses travaux faits pour amener les eaux de l'Eure à
Versailles, ou pour réunir les eaux de pluie et de neige à plus de dix
lieues à la ronde, et les verser dans ces réservoirs, si heureusement
alimentés aujourd'hui par la nouvelle machine hydraulique de la Seine;
qu'on les interroge pour savoir les noms des habiles artistes qui ont
exécuté les plus jolis arrangements des jardins de Versailles, et ces
magnifiques jets d'eau si habilement et si élégamment disposés, ils
nommeront Louis XIV, Colbert et Louvois, et à la suite Mansart et Le
Nôtre; mais de l'abbé Picard, de Lahire, de Vauban, de Perrault, de
Francine, etc., pas un mot; et il faut, comme nous l'avons fait, aller
fouiller dans les archives, dans les registres des bâtiments, pour
retrouver les véritables auteurs de tous ces beaux travaux. C'est là ce
qui est arrivé aussi pour la machine de Marly. En n'allant pas chercher
aux véritables sources, on s'en est rapporté à des on dit plus ou moins
désintéressés, et aidé du merveilleux populaire, qui aime toujours à
rencontrer des moyens extraordinaires dans l'exécution de choses qui lui
paraissent extraordinaires, l'on a ainsi déplacé les rôles, et attribué
à un seul, et encore à celui qui y a pris la moindre part, l'honneur de
son invention. Reprenons donc un peu l'historique de la machine de
Marly, et suivons-le d'après les documents authentiques, dont les pièces
vont être mises sous les yeux du lecteur.

Louis XIV venait de désigner Versailles pour son séjour habituel.
Colbert, l'exécuteur des volontés du maître, donnait les ordres les plus
précis pour hâter les travaux nécessaires à leur accomplissement. Une
chose cependant semblait s'opposer aux désirs du roi, et paraissait
condamner Versailles à n'être jamais qu'un séjour passager: c'était le
manque d'eau. Mais le roi avait parlé, et son ministre avait fait un
appel à tous ceux que leurs connaissances spéciales pouvaient mettre à
même de résoudre cette importante question. Déjà, des travaux importants
avaient été exécutés[68], et non-seulement les eaux de sources, mais
encore des eaux recueillies sur les hauteurs environnant Versailles,
commençaient à satisfaire les désirs du roi et de son ministre. Sur ces
entrefaites, Colbert apprend qu'un gentilhomme liégeois, ingénieur
lui-même, vient de faire exécuter dans le domaine des comtes de Marchin,
seigneurs de Modave[69] une machine qui élève l'eau à une très-grande
hauteur, et qui, appliquée à Versailles, pourrait amener les eaux de la
Seine jusque dans cette ville. Il se hâte de lui écrire au nom du roi,
et l'engage à venir examiner si, à l'aide d'une semblable machine,
Versailles peut être alimenté des eaux qui lui manquent. Ce gentilhomme
liégeois était le chevalier de Ville, baron libre du Saint-Empire
romain[70]. Vivant dans un pays où l'on construisait de nombreuses
machines pour épuiser les eaux souterraines qui nuisent à l'exploitation
des houillères et des mines de charbon de terre, il s'était familiarisé
avec l'étude de ces machines. Désirant élever l'eau du Hoyoux sur les
hauteurs du domaine de Modave, il avait fait construire un de ces
appareils déjà employés depuis longtemps dans les mines de Hongrie,
lorsqu'il s'agissait de transmettre l'eau à de grandes distances,
par-dessus de hautes montagnes[71]. Mais il dut principalement la
réussite de son entreprise à l'habileté du constructeur chargé de son
exécution, Rennequin Sualem, qu'une grande intelligence et une longue
pratique avaient initié à toutes les difficultés de la mécanique.

De Ville se rend aussitôt à l'invitation de Colbert, et arrive à
Versailles, accompagné de Rennequin Sualem, car il sent que pour
l'exécution de pareille entreprise il ne peut se passer de l'habile
ouvrier dont il connaît par expérience toute la capacité.

La réussite d'une mécanique assez puissante pour amener l'eau de la
Seine jusqu'à Versailles demandait une chute considérable, pouvant faire
mouvoir les grandes et nombreuses roues destinées à lui donner
l'impulsion. De Ville suit la Seine dans tous ses contours, la sonde
lui-même dans tous ses points, et trouve enfin, entre Chatou et la
chaussée de Bougival, une chute assez forte pour la réussite de son
entreprise[72].

La chute trouvée, il fallait faire franchir à l'eau de la Seine la
distance qui la séparait non-seulement de la hauteur de la montagne de
Louveciennes, mais encore du sommet d'une tour élevée sur cette hauteur,
et qui, dominant tout le pays, pouvait permettre d'envoyer cette eau
soit à Versailles, point principal pour lequel on demandait
l'établissement de cet instrument hydraulique, soit à Marly, dont le roi
venait d'arrêter la construction, soit même à Saint-Germain[73]. De
Ville se mit aussitôt au travail, fit les projets de cet immense
appareil, les présenta au roi qui les adopta, et commença aussitôt les
travaux.

Il fallait, pour la bonne exécution de ces travaux, qu'ils fussent
confiés à des hommes déjà au fait de ces sortes d'ouvrages. De Ville et
Rennequin retournèrent à Liége et en ramenèrent une colonie d'ouvriers,
charpentiers, menuisiers, forgerons, etc., et de plus de Ville passa des
marchés avec les entrepreneurs de ce pays, en sorte que, corps de
pompes, mécanismes, cuirs, fers, etc., tout vint de Liége[74].

Toute la partie de la Seine comprise entre le Port-Marly et Bezons était
à cette époque presque entièrement divisée en deux bras par une suite de
petites îles. Pour que la navigation ne fût pas interrompue et avoir en
même temps une grande partie des eaux du fleuve employée au mouvement de
la machine, il fallait réunir toutes ces îles, n'en faire qu'une seule
digue, et agrandir le bras de la rive droite afin d'en former un canal
navigable. Ce fut le premier travail exécuté par de Ville[75]. Cette
digue et ce canal, qui ont plus de 10,000 mètres de longueur, furent
commencés au mois de mai 1681 et achevés au mois d'octobre de la même
année. Pendant ce temps se construisait la machine. Toutes les maisons,
terres, vignes, etc., comprises entre l'endroit où se trouvait la chute
et les hauteurs de Louveciennes, avaient été achetées par le roi. De
Ville s'établit dans l'une des maisons de la chaussée, afin de mieux
surveiller les travaux; il y fait construire un modèle de la machine, et
Rennequin Sualem, le constructeur et l'inspecteur de cette immense
machine, y habite auprès de lui[76].

La science de l'hydraulique était alors peu avancée, surtout en France,
et peu de personnes étaient en état de comprendre le mécanisme et les
effets de ce grand travail. Des doutes s'étant manifestés sur sa
réussite[77], et le roi ayant désiré qu'il fût fait un essai, de Ville
fit construire, au moulin de Palfour, sous sa direction, et par deux
Liégeois, Lambotte et Georges d'Espa, une machine analogue à celle que
l'on construisait en grand à Marly, qui éleva l'eau jusque sur la
terrasse de Saint-Germain[78].

Après cette expérience décisive on ne fit plus d'objections, et l'on
continua avec activité les travaux de la machine. Nous n'entreprendrons
pas d'en faire ici la description complète[79], nous rappellerons
seulement qu'au-dessous de la chute, dans la Seine, se trouvaient
quatorze roues hydrauliques de 36 pieds de diamètre chacune, mises en
mouvement par l'eau de cette chute[80]; ces roues mettaient en jeu huit
pompes chargées d'entretenir toujours l'eau à une égale élévation dans
un bassin élevé à peu près à la hauteur du bord des autres corps de
pompes. Celles-ci, au nombre de soixante-quatre, refoulaient cette eau
dans un puisard placé sur le penchant de la montagne. L'eau élevée à ce
premier puisard y était reprise par soixante-dix-neuf pompes, et
refoulée une seconde fois jusqu'à un second puisard supérieur au
premier; là, quatre-vingt-deux pompes achevaient d'opérer l'ascension de
l'eau jusqu'au sommet de la tour, dont la plate-forme supérieure est
élevée de 154 mètres au-dessus des eaux moyennes de la Seine, et se
trouve placée à 1,236 mètres de distance horizontale de la machine en
rivière, ou du premier mobile. Comme, par suite de la difficulté que
l'on éprouvait alors à bien joindre les tuyaux entre eux, beaucoup d'eau
se perdait en montant à la tour, seize pompes étaient placées dans un
réservoir situé derrière le puisard supérieur afin de ramener cette eau
perdue dans ce même puisard. Pour augmenter la quantité d'eau élevée par
la machine, on avait réuni dans un bassin, un peu au-dessous du premier
puisard, les eaux assez abondantes de toutes les sources des environs,
et huit pompes servaient à les élever dans le second puisard. On voit
donc que le produit de la machine était le résultat du travail de deux
cent cinquante-trois pompes, placées tant dans le lit du fleuve que dans
les puisards établis sur le penchant de la montagne. Tout ce système de
pompes était mis en mouvement par les roues hydrauliques tournant par
l'impulsion de l'eau du fleuve, qui avaient deux fonctions: l'une de
faire mouvoir les soixante-quatre pompes fournissant l'eau reprise
successivement par les deux systèmes supérieurs; l'autre de mettre en
jeu les longues suites de pièces de communication de mouvement au moyen
desquelles les pompes des deux systèmes supérieurs pouvaient faire leur
service. Cette transmission du mouvement s'opérait par l'intermède de
plusieurs couples de chaînes de fer partant de la Seine, et aboutissant
aux points où le mouvement devait être transmis; chaque couple avait ses
deux chaînes dans un même plan vertical, attachées d'espace en espace
aux extrémités des balanciers, dont les axes de rotation, placés à
mi-distance entre les deux chaînes, étaient posés sur des cours de lices
établis sur des chevalets. Des manivelles en fer, fixées aux extrémités
des axes des roues hydrauliques, agissaient sur les chaînes, dans le
sens de leur longueur, par l'intermède de pièces de traction et de
rotation. En résultat, lorsque la chaîne supérieure d'une couple était
tirée et se mouvait dans le sens de la descente de la montagne,
l'inférieure se mouvait dans le sens de la montée, et réciproquement;
ces allées et, venues oscillatoires, qui se répétaient plusieurs fois
par minute, produisaient des oscillations correspondantes dans les
pièces du mécanisme auxquelles les points supérieurs des chaînes étaient
attachés, et par suite l'ascension et la descente des pistons des pompes
de reprise des puisards. Ces indications sommaires, ajoute M. de Prony,
à qui nous empruntons ces détails, suffisent pour motiver l'énorme
quantité de fer et de bois dont la montagne se trouvait couverte sur une
longueur d'environ 700 mètres.

Actuellement que l'on voit arriver l'eau facilement d'un seul jet au
haut de la tour, et avec un appareil d'une grande simplicité, on est
étonné de la nécessité où l'on fut alors d'établir cette masse de
pompes, de puisards, de leviers immenses, de rouages de toute espèce
pour obtenir un résultat bien inférieur à celui d'aujourd'hui. On oublie
les progrès faits par les arts industriels depuis ce temps. Alors le jeu
des pistons dans les corps de pompes, et l'assemblage des tuyaux étaient
tels que l'air s'y introduisait de toutes parts et opposait une énorme
résistance à l'ascension de l'eau, et qu'une grande quantité de liquide
était perdue sans aucun résultat pour le but qu'on voulait obtenir.
Voilà pourquoi, l'eau ne pouvant s'élever d'un jet qu'au tiers de la
route qu'elle avait à parcourir, on fut obligé de diviser la machine en
trois systèmes de pompes, dont l'un, partant de la Seine, la portait à
mi-côte, le deuxième la faisait arriver au réservoir supérieur, et le
troisième enfin l'élevait jusque sur la tour; et comme les deux systèmes
de pompes, qui reprenaient à mi-côte l'eau refoulée immédiatement de la
Seine, ne pouvaient avoir de mouvement qu'en vertu de la force motrice
transmise du point inférieur du système général et émanant des eaux
mêmes du fleuve, on s'explique la complication apparente de cette
machine, son aspect gigantesque et les mouvements bruyants de toutes ces
masses, dont on ne pouvait pas, sans instruction et sans étude, saisir
la correspondance avec le premier mobile.

Les travaux de cette immense machine, commencés en 1681, étaient déjà
assez avancés en 1684 pour qu'on en fit l'essai. Nous avons dit que de
Ville, en élevant la tour, avait eu pour but de dominer tous les
environs et de pouvoir ainsi, de ce point, diriger l'eau partout où le
roi voudrait la distribuer. Pour faire son essai, il fit construire une
espèce de tour en charpente[81], sur le sommet de laquelle on vit en
effet l'eau arriver ainsi qu'il l'avait promis.

Après cet essai qui levait tous les doutes sur la réussite de la
machine, on remplaça la tour en bois par la tour en pierre et le bel
aqueduc qui domine, d'une façon si pittoresque, tous les environs.
Mansart en dessina les plans, en fit les devis, et fut chargé de la
construction. On creusa en même temps les réservoirs de Marly et de
Louveciennes, on fit les aqueducs pour conduire l'eau à Versailles, on
éleva, dans cette ville, le _gros mur_ de Montreuil, qui reliait la
butte de Picardie à la butte de Montbauron, on creusa aussi les
réservoirs placés sur cette butte, et Louvois, qui venait de faire
exécuter tous ces travaux, eut la satisfaction de voir arriver l'eau de
la Seine dans ces derniers bassins, l'année suivante, 1685.

En 1684, après l'essai de l'ascension de l'eau sur la tour, le roi
chargea Vauban de visiter la machine et de faire faire les travaux
qu'il jugerait nécessaires pour sa confection. Vauban, accompagné de de
Ville, examina tout avec la plus minutieuse attention; il admira cet
immense travail, et en comprit immédiatement tout le mécanisme et les
effets[82]; il fit simplement quelques observations sur la construction
de plusieurs parties des digues de la Seine, et crut nécessaire, pour
préserver la machine de l'action destructive des glaces, de faire
construire au-devant une estacade qui pût les diriger sur la grande
digue[83].

Telle est l'histoire, bien abrégée, de la construction de l'ancienne
machine de Marly. Mais à qui doit-on cette machine, et quel en est
l'inventeur? Il semble, d'après ce récit, que nul autre que de Ville ne
doit en recueillir l'honneur, et cependant aujourd'hui l'opinion
générale lui conteste cette invention pour l'attribuer à un homme dont
nous avons à peine parlé, à Rennequin Sualem. Cherchons donc la cause de
cette opinion, et voyons, en consultant les pièces authentiques, quels
rôles ont pu jouer, dans l'établissement de cette célèbre machine, de
Ville et Rennequin Sualem.

Et d'abord examinons comment s'est établie l'opinion qui en attribue
l'invention à Rennequin.

Un Allemand, Frédéric Weidler, professeur à Wittemberg, écrivit, en
1728, un ouvrage intitulé _Tractatus de machinis hydraulicis toto
terrarum orbe maximis, Marliensi, Londinensi et aliis rarioribus_. En
1714, il vint visiter la machine qu'il allait décrire. Dans cette
visite, qui va lui servir plus tard pour donner le nom de son inventeur,
il ne voit ni de Ville, son gouverneur, ni les contrôleurs, ni Vauban,
ni Mansart, ni même les entrepreneurs qui avaient eu des rapports
directs avec l'inventeur; il se contente de consulter les ouvriers qui
ont travaillé dès le commencement avec Rennequin: _Ii autem, qui initiis
fabricoe interfuerunt, affirmarunt mihi ad unum omnes, Rannequium illius
verum auctorem et fabricatorem, et Villaneum commendatorem apud aulam et
veluti ergo dioctem extitisse_.--Et quels étaient ces ouvriers qui lui
assuraient ainsi que Rennequin était le véritable inventeur de la
machine, c'était toute la colonie liégeoise, Paul Sualem, Toussaint,
Siane, etc., tous parents ou amis de Rennequin. Cette assertion de
Weidler, répétée, sans contrôle, par les écrivains spéciaux, est restée
comme certaine pour ceux qui depuis ont parlé de la machine. Mais ce qui
a surtout rendu cette opinion populaire, c'est l'épitaphe gravée sur sa
tombe, qui, de l'église de Bougival, où elle était à peine connue avant
la Révolution, a passé dans un cabaret de la chaussée, et y est restée
pendant de longues années exposée aux regards de tous ceux qui venaient
visiter la machine, en indiquant Rennequin comme son seul
inventeur[84].

Telles sont les deux seules autorités qui ont fait attribuer à Rennequin
l'invention de la machine.

Quelques écrivains modernes ont cherché à rétablir les faits et à rendre
à de Ville la place qu'il aurait dû toujours occuper[85]; l'abbé Caron,
entre autres[86], dans une notice lue à la Société des sciences morales,
des lettres et des arts de Seine-et-Oise, semblait avoir justement
attribué à chacun le rôle joué dans la construction de la machine, et
nous croyions la question jugée, lorsque nous avons reçu de Liége une,
petite brochure[87], dans laquelle non-seulement Rennequin Sualem est
regardé comme l'inventeur de la machine, mais où de Ville est traité
d'imposteur, et où nous voyons que le conseil communal de Liége, pour
honorer l'inventeur de cette machine, vient d'appeler une des rues de la
ville du nom de Rennequin. Il nous paraît donc nécessaire de faire
connaître les nombreuses pièces qui constatent le rôle joué par de Ville
dans l'établissement de la machine de Marly.

Ce qui a beaucoup contribué à faire dépouiller de Ville de son titre
d'inventeur de la machine, ce sont surtout sa position de fortune et ses
titres. Comment supposer, en effet, qu'un chevalier, baron du
Saint-Empire, possédant des terres, pût être en même temps un savant?
Non, le baron de Ville n'a dû être que le négociateur de l'entreprise,
l'entremetteur de la cour de Louis XIV avec le véritable auteur de la
machine, simple ouvrier, _ferè analphabêtos, sed manuariâ arte
excellens_[88]. On attribue aussi à Rennequin la construction de la
machine hydraulique de la terre de Modave, qui a attiré les regards de
Colbert, et comme c'est de cette construction qu'est venue la première
idée de la machine de Marly, on en tire la preuve qu'on lui doit
l'invention de cette dernière machine. Mais ce qu'on ne dit pas, c'est
que cette machine hydraulique de Modave n'était qu'une imitation de
celles dont on se servait déjà depuis longtemps dans les mines de
Hongrie et de Suède; que, par conséquent, ce n'était point une invention
de Rennequin, et que c'est à de Ville, ingénieur instruit et au courant
de tout ce qui avait été fait en ce genre, que l'on en doit
l'application dans le domaine des comtes de Marchin.

Suivons maintenant de Ville à la machine de Marly. Avant de penser à
établir un mécanisme capable de faire monter l'eau de la Seine à
Versailles, il est nécessaire de trouver une chute assez puissante pour
faire mouvoir ce mécanisme. Il faut pour cela un homme instruit et
expert dans les travaux hydrauliques. Qui est chargé de ce travail? De
Ville. Nous le voyons, en effet, rechercher et reconnaître les pentes de
la Seine, indiquer et faire exécuter les travaux nécessaires pour
établir les digues et agrandir le lit du fleuve laissé à la
navigation[89].

La chute trouvée, qui voyons-nous encore préparer et ordonner tous les
travaux de construction de la machine, faire arriver les eaux des
sources de Prunay, de Louveciennes et de Bougival, afin de les joindre à
celles élevées de la Seine? C'est encore de Ville[90].

Le roi désire qu'un essai de ce que peut une machine de ce genre pour
élever l'eau soit tenté devant lui. N'est-ce pas encore de Ville, et ici
sans le secours de Rennequin, qui fait construire la pompe du moulin de
Palfour, et démontre ainsi au roi, par avance, la certitude du résultat
de ses opérations[91]?

N'est-ce pas lui aussi que nous voyons, en 1683, indiquer à l'arpenteur
Caron, et dessiner sur le terrain les places que devront occuper les
chevalets, puisards, réservoirs, etc., nouveaux, nécessités par
l'augmentation du mécanisme de la machine[92]?

En 1684, Vauban, chargé par le roi d'examiner la machine, la visite dans
tous ses détails, et c'est de Ville qui lui en explique le mécanisme.

On le voit encore non-seulement surveiller et diriger les travaux sur
place, mais de plus faire des voyages à Liége pour s'entendre avec ceux
qui fabriquent les pompes, et faire venir de ce pays et fers et
mécaniques.

Et si on le voit ainsi partout, c'est qu'il ne pouvait en être
autrement. N'était-ce pas lui, en effet, qui avait présenté les projets
d'après lesquels on exécutait cet immense appareil[93], et n'était-il
pas responsable de la réussite de cette machine dont on attendait de si
grands résultats? Aussi, lorsque le succès a couronné son entreprise,
avec quelle magnificence le roi le récompense! En 1684, après
l'expérience de l'arrivée de l'eau au sommet de la tour, le roi lui
accorde 6,000 livres de gratification. En 1685, les 6,000 livres de
gratification lui sont continuées, et le 28 juillet de la même année,
quand l'eau de la Seine est enfin arrivée à Versailles, Louis XIV lui
fait un don de 100,000 livres. Puis il lui fait bâtir près de la machine
une magnifique habitation[94], le nomme gouverneur de cette machine, et
aux 6,000 livres de gratification qu'il conserve sa vie durant, il en
ajoute 6,000 de pension[95].

Voilà, d'après les documents que nous donnons à la suite de ce récit,
la part de de Ville dans l'établissement de la machine de Marly. Voyons
maintenant celle de Rennequin.

Rennequin Sualem était un ouvrier charpentier de Liége, d'une grande
intelligence et d'une habileté peu commune. Il tenait le premier rang
parmi les constructeurs des mécaniques dont on se servait dans les mines
du territoire liégeois pour épuiser les eaux souterraines. On a vu qu'il
construisit la machine dont de Ville se servit à Modave pour élever les
eaux du Hoyoux. Aussi, lorsque celui-ci fut chargé par Colbert de venir
étudier les moyens de donner de l'eau à la ville royale, se fit-il
accompagner de l'habile exécuteur de ses idées.

En étudiant les diverses pièces que nous faisons connaître, nous ne
voyons apparaître Rennequin que lorsqu'il s'agit de la construction de
la machine. Nous le trouvons établi auprès de de Ville, et à la tête de
tous ces ouvriers liégeois habitués depuis longtemps à des travaux
analogues, les commandant, les dirigeant dans l'exécution d'un mécanisme
souvent modifié et amélioré par sa longue pratique et sa haute
intelligence; mais nous ne le rencontrons ni lorsqu'il s'agit de la
recherche de la chute d'eau nécessaire à l'établissement de la machine
et de la construction des digues; ni lorsque, pour augmenter les eaux
élevées par la machine, on vient y ajouter celles des diverses sources
des environs; ni, enfin, dans la combinaison qui fait distribuer en
trois parties distinctes la route que doit suivre l'eau pour son
ascension au haut de la tour. Son rôle, enfin, paraît avoir été celui
d'un mécanicien plein de sagacité, de connaissances et de talent dans
son art, et sans lequel peut-être les idées de de Ville n'eussent pu
être exécutées; et c'est probablement dans ce sens que ses compagnons,
ayant pu apprécier à l'œuvre la facilité avec laquelle il saisissait
les problèmes les plus difficiles de la mécanique, savait les réduire en
pratique, et combien de fois les difficultés les plus grandes avaient
été surmontées par lui dans la construction de la machine, l'en
regardaient comme le véritable inventeur. Rennequin, enfin, était un
habile charpentier-mécanicien, et probablement le premier de cette
époque dans ce genre de travail. C'est ainsi qu'il fut toujours
considéré pendant sa vie.

En 1688, des pompes et une machine à cheval sont nécessaires pour le
service de la maison des demoiselles de Saint-Cyr; c'est Rennequin et
Lambotte qui sont chargés de son exécution[96]. Et lorsque la machine de
Marly est enfin entièrement terminée, on le voit chargé de sa
surveillance, y rester attaché, ainsi que les autres ouvriers de Liége,
avec le titre d'ingénieur et de chef des charpentiers liégeois, et on
lui accorde en outre un logement spécial et 1,800 livres
d'appointements.

Ainsi, il résulte de l'étude de nos documents que de Ville a été
véritablement, comme le dit la légende du plan de la machine dessinée en
1688; l'inventeur, et Rennequin Sualem le constructeur de cette célèbre
machine, et qu'ils ont été tous deux récompensés suivant le rôle qu'ils
avaient joué chacun dans son exécution.

Si cependant quelques personnes, s'appuyant sur l'opinion de Weidler et
sur l'inscription de la pierre tumulaire de Bougival, veulent conserver
à Rennequin le titre d'inventeur, nous les prierons de se rappeler que
Weidler n'a établi son dire, que sur les propos d'ouvriers parents ou
amis de Rennequin, et plusieurs années après la mort de celui-ci; et
que, quant à l'épitaphe placée par les mêmes parents dans l'église de
Bougival après le décès de la veuve de Rennequin, et longtemps après la
mort de celui-ci, on y aurait probablement répondu avant la mort de de
Ville, arrivée en 1722, si elle n'eût pas été enfouie et ignorée dans un
coin obscur dont l'a fait sortir la révolution, pour la livrer à la
publicité dans un cabaret de la chaussée. D'ailleurs un acte beaucoup
plus sérieux et authentique, son acte de décès dressé du vivant de sa
veuve, porte son véritable titre: _constructeur_ et non inventeur de la
machine[97].

Que sont d'ailleurs ces deux faibles preuves auprès de celles indiquées
dans les notes qui suivent en faveur de de Ville?

Ce sont d'abord les registres des bâtiments qui donnent à de Ville le
titre d'_ingénieur_, tandis qu'ils donnent à Rennequin celui de
_charpentier liégeois_;--puis le plan de la machine, dessiné par Liévin
Creuil en 1688, c'est-à-dire quand elle venait d'être terminée, et qui
dit en toutes lettres: «Cette machine a été inventée et exécutée par M.
le baron de Ville.» Et plus loin: «Elle a été construite par ordre du
roi, sur les projets et par la direction de M. le baron de Ville.»--Les
écrivains qui, sous Louis XIV et depuis lui, ont été puiser aux sources
et ont parlé de la machine, Dangeau, l'abbé de Choisy, Claude Saugrain,
Piganiol de la Force, ont tous attribué son invention à de Ville.
_Cassan_, dans un poëme sur l'arrivée de la Seine au château de Marly,
de 1699, ne lui fait-il pas dire en passant devant le pavillon que de
Ville habitait:

    Et reprend en ce lieu l'usage de la voix,
    Pour se plaindre en passant _du chevalier de Ville_,

                  * * * * * * * *

    Qui t'oblige, dit-elle, _avec ton art maudit_
    _A venir malgré moi m'enlever de mon lit_?

La _Gazette de France_ de 1682 indique les travaux de la machine comme
faits par le _sieur de Ville, gentilhomme liégeois_. La
Chesnaye-Desbois, dans son _Dictionnaire de la noblesse_, et le père
Anselme, dans l'_Histoire généalogique de France_, disent, en parlant de
sa fille qui avait épousé le baron de Montmorency: «Elle était fille
d'_Arnold de Ville_, chevalier, etc., gouverneur et directeur de la
machine de Marly, _dont il était l'inventeur_[98].»--Le duc de Luynes,
dans ses Mémoires, cite aussi de Ville comme l'_auteur de la
machine_.--Ceux qui étaient plus à même que tous autres de savoir la
vérité sur ce sujet, les contrôleurs chargés plus tard de la direction,
le considérèrent toujours comme l'inventeur, et M. Gondouin, dans un
rapport écrit en 1792, dit positivement: «Lors de la construction de la
machine, le sieur de Ville, mécanicien et _inventeur de la machine_, en
fut nommé le gouverneur[99].»

Enfin, lui-même, au moment suprême où le cœur de l'homme s'ouvre à la
vérité, dans son testament retrouvé au château de Modave[100], ne
vient-il pas consacrer de nouveau son titre d'inventeur en exprimant
ainsi l'une de ses volontés: «J'ordonne que tous les ouvrages que j'ai
composés concernant les constructions de la machine de Marly soient
imprimés suivant mes dessins en grand.»

Il résulte donc positivement de tout ceci que le baron de Ville a été
bien véritablement l'inventeur, ou pour mieux dire l'_auteur du projet
de construction de la machine de Marly_, et que Rennequin Sualem en a
été l'habile et adroit constructeur.

Que maintenant les habitants de la ville de Liége, qui veulent honorer
le nom de celui de leurs compatriotes auteur de cette célèbre machine,
soient heureux. Leur bonne fortune veut qu'au lieu d'un seul nom, ils en
aient deux à offrir en exemple à leur industrieuse population: celui du
noble employant les loisirs que lui donne la richesse à cultiver la
science pour en faire une application grande et utile, et celui du
modeste artisan dont le génie inculte saisit avec facilité les plus
hautes conceptions de la science, et sait dans la pratique les résoudre
avec bonheur.



PIÈCES JUSTIFICATIVES.


NOTE Nº 1.

DÉPENSES DE CONSTRUCTION DE LA MACHINE DE MARLY,

Extraites des registres des bâtiments du roi, déposés aux Archives de
l'Empire.


ANNÉE 1681.

  ORDONNANCES.

    Au sieur de Ville, gentilhomme liégeois, pour payement
  des fers corroyés qu'il a fait venir de Liége, pour servir à
  la machine du moulin de Palfour.         2,845l. 3s. »d.
      Aux ouvriers.                          977  19   »

  ORDRES.

  26 mars.--Au même, pour _id._            2,845   3   »
      Aux ouvriers.                          977  19   »

  22 juin.--A George d'Espa, taillandier
    liégeois, pour une manivelle
    qu'il a livrée pour la machine, _id._    490   »   »
      Aux ouvriers.                          455  10   »

      A Lambotte, charpentier liégeois,
        pour l'entretennement de la
        machine. Pour trois
        mois                                 360    »   »
      A Valland, pour clous                   32    1   »
                                          -----------------
                      Total.               5,160l. 13s. 2d.

  MARLY 1681.

  28 octobre 1681.--A Raoul de Pierre,
    dit Laporte, charpentier, sur la
    machine de la rivière de Seine.        2,000l.  »s. »d.

  OUVRAGES DES ILES DE CROISSY.

  ORDONNANCES DU 22 JUIN 1681.

  11 octobre.--A Renkin-Sualem, pour
    son travail et soins à la construction
    de la machine, pendant un
    mois.                                    150    »   »
    A Paul Sualem, autre charpentier
      liégeois, pour son travail
      pendant.                               150    »   »

  ORDRES DU 22 JUIN AU 11 JANVIER 1682.

    Aubert, charpentier;--Lebœuf, Gonnot, Guyot,
  Simon, Feuillastre, Boursault, Dupuis, Houet, Morin,
  terrassiers.
    Des charpentiers liégeois.
    Laporte, charpentier.
    Morel, _id._

    A Rankin-Sualem, charpentier liégois, pour un mois
  de son travail.                            150l.  »s. »d.
    Despas, forgeron liégeois.
                      Sommes.            210,575   13   »


  ANNÉE 1682.

  _Pour les grandes pompes sur la rivière de Seine, pour
  l'élévation et conduite des eaux à Versailles._

  ORDRES

  A Laporte, charpentier;--Clerget, Berlin, Ogier,
  Leroy, Boileau, terrassiers;--Paul Sualem, charpentier
  liégeois, Rankin-Sualem, _id._;--Toussaint Michel, menuisier
  liégeois;--Lafontaine, maçon;--Morel, serrurier;--Pauli,
  maître de forges liégeois;--Arnault, pour
  loyer de la maison de la chaussée, occupée par les menuisiers
  et par le modèle de la machine;--Menoiet,
  marchand de fer et charbon de terre;--Caron, arpenteur;--Dupont,
  terrassier;--Lemaire, fondeur;--Lahaye,
  plombier, Despas, _id._;--Devienne, maçon;--Noiret,
  marchand;--Duvivier, maçon;--Allan, pour
  charbon;--Devolman, garde de la prévôté de l'hôtel;--de
  Ville, ingénieur;--Montagne, serrurier;--Miche,
  menuisier,--Robert, terrassier;--Berger, de Spa, pour
  fers corroyés;--Lesieur, charpentier;--Frades, de
  Vienne;--Cuvier, marchand de bois;--Piat, charpentier;--Corbey,
  cordier;--Baffront, maçon;--Bourienne,
  terrassier;--Duval, serrurier;--Godefroy,
  chirurgien, pour pansements de blessés;--au sieur
  Desvongoins, pour tuyaux;--Pays, pour peaux de vaches;--Langlois,
  pour ficelles;--Rousseau, charron;--Lecerf,
  plâtrier;--Aimond, marchand;--Jean Siane,
  charpentier liégeois;--Hardel, paveur,--Goutier, maçon;--Martin,
  maçon,--Remy, pour les conduites de
  grès;--et aux divers ouvriers de la machine.


                      Sommes.            515,815l. 17s. 1d.

    On trouve particulièrement dans ce chapitre:

    A Paul Sualem, charpentier liégeois,
      pour son travail d'un
      mois.                                  150    »   »
    A _Renkin-Sualem_, _id._ _id._           150    »   »
    A Siane, _id._ _id._                     150    »   »
    A Toussaint Michel, menuisier
      liégeois, _id._                         67   10   »
  1er mars.--Au sieur Pauli, maître
    de forges de Liége, sur les corps
    de pompe de fer fondu qu'il fait
    pour la machine.--A-compte.            1,000    »   »

                      (Il y a ainsi plusieurs à-compte.)

  12 avril.--A Clerget, maçon, pour
    payement de 4,920 l. pour ses
    travaux.                                 420    »   »
  5 juillet.--A Allen, pour son payement
    de goudrons et poix noires,
    qu'il a livrés.                          761   10   »
  12 juillet.--_Au sieur de Ville_, ingénieur,
    sur les fers et autres
    ustensiles qu'il fait venir de
    Liége, pour la machine.                  900    »   »

                      (Il y a ainsi plusieurs à-compte.)

  26 juillet.--A Robert, pour payement
    de 1,426 l. 13 s. 9 d., pour
    la maçonnerie de remplissage de
    la digue qui joint une petite île
    à l'île de Chatou.                       276l. 13s. 9d.

  26 juillet.--A Devienne, pour
    payement de 1,998 l. 15 s. pour
    la fouille et transport de terre
    du réservoir, près le premier repos
    de la machine.                           198   15   »

  9 août.--A Menoist, pour payement
    de 2,649 l. 5 s. 2 d., pour
    fourniture de gros fers et charbon
    pour ladite machine.                     269    5   2

  23 août.--A Martin Nicolle, pour
    payement de deux grands bateaux
    qu'il a livrés pour servir
    aux ouvrages de la machine.              257    »   »

  6 septembre.--A Berlin, pour
    payement de 2,808 l. 10 s. pour
    les moellons qu'il a fournis.            408   10   »

  6 septembre.--A Raffront, pour
    payement de 1,354 l., pour moellons
    qu'il a fournis à la machine.            104    »   »

  _Id._--A Allen, pour payement de
    1,859 l. 5 s., pour le charbon de
    terre et autres fournitures qu'il
    a faites.                                959   15   »

  _Id._--A Menoist, pour payement
    de 1,879 l. 15 s. 10 d., pour
    fourniture de gros fers.                 879   15  10

  13 septembre.--A Berlin, pour
    payement de 1,404 l. de moellons.        604l.  »s. »d.

  11 octobre.--A Devienne, pour
    payement de 11,455 l. 3 s. 7 d.,
    pour ouvrages de remplissage et
    pavé de la digue.                        855    3   7

  18 octobre.--A Raffront, pour
    payement de 1,976 l. de moellons.        761    »   5

  _Id._--A Frades et Devienne, pour
    payement de 8,249 l. 14 s. 4 d.,
    pour moellons.                           449   14   4

  _Id._--A Noiret, pour payement de
    8,874 l. 2 s. 9 d., pour divers
    ouvrages de fer.                         874    2   9

  _Id._--A Frades et Devienne, pour
    complément de 11,455 l. 3 s.
    7 d., pour remplissage de la digue,
    près l'île de Chatou.                    300    »   »

  1er novembre.--A Eux, pour payement
    de 3,040 l. 11 s., pour
    moellons.                                640   11   »

  6 décembre.--A Eux, pour payement
    de 5,197 l. 10 s., pour
    12,300--3/4 de moellons.               1,797   10   »

  _Id._--A Charruel, couvreur, pour
    payement de 422 l. 3 s., pour
    la couverture de la nouvelle forge.      122   12   3

  _Id._--A Mathelin, pour payement
    de 153 l., pour transport de terre.       53    »   »

  13 décembre.--A Frades et Devienne,
    pour payement de 300 l.,
    pour voitures de glaise.                  100l.  »s. »d.

  20 décembre.--A Eux, pour payement
    de 2,499 l., pour moellons
    fournis.                                  999    »   »

  27 décembre.--A Lamontagne,
    pour payement de 938 l. 14 s.,
    pour plates-bandes.                       438   14   »

  Id.--A Menoist, pour payement de
    1,998 l. 5 s., pour fers.                 398    5   »


  En outre:

  Octobre 1682.--A Boudet, sur les
    tuyaux de fer de fonte, qu'il doit
    livrer pour la machine de la rivière
    de Seine.                              17,300    »   »

      Au sieur Desvaugoins, sur les
        tuyaux pour la nouvelle machine
        de la rivière de Seine.              92,200    »   »

      Au sieur Lebreton, sur les
        tuyaux pour la nouvelle machine
        de la rivière de Seine.               2,000    »   »

      A Lahaye, _id._                       5,500    »   »

      A Coulon, _id._                       1,000    »   »


  ANNÉE 1683.

  ORDRES DU 10 JANVIER 1683 AU 2 JANVIER 1684.

  A Laporte, Aubert, charpentiers;--Raffront, maçon;--Frades,
  maçon;--Devienne, maçon;--Noiret, serrurier;--Menoist,
  serrurier;--Allan, marchand de
  charbon;--Grey-Spa;--de Ville, ingénieur;--Hardel,
  terrassier;--Bourienne, _id._;--Gondaut, charron;--Devaux,
  voiturier;--Martin, terrassier;--Caron, arpenteur;--Lejongleur,
  pour les eaux;--Arnault, pour
  loyer;--veuve Raffront, _id._;--Duvivier, Decoste, maçons;--Benoist,
  terrassier;--Montoque, _id._;--Marchand,
  paveur;--Mathelin, terrassier;--Langlois,
  cordier;--Berlin, paveur;--Delaunay, Richard, terrassiers;--Lahaye,
  plombier;--Morel, serrurier;--Louchard,
  cordier;--Rousseau, charron;--Langlois,
  cordier;--Remy, fontainier;--Paul et Rankin-Sualem,
  charpentiers;--Sianne, _id._;--Miché, menuisier;--Mathieu,
  plombier;--Desyaugoins, fabricant de tuyaux,--Godefroy,
  briquetier;--Masson, serrurier;--Laharpe,
  plombier;--Esmery, _id._;--Boileau, marchand
  de fer;--Pernolle, _id._;--Bourbonnais, pour un soufflet
  de forges;--Nicolle, terrassier;--Levasseur, _id._;--Charruel,
  couvreur;--Delbert, plombier;--Bachelart,
  voilurier;--Duval, serrurier;--Simon, maçon;--Malin
  et Vaillant, marchands de fer;--Crosnier, terrassier;--Lambotte,
  mécanicien;--Viart, terrassier;--Noël,
  serrurier;--veuve Lavier, menuisier;--Vivret, marchande
  de toiles;--Namurois, serrurier;--Pays, corroyeur;--Baumont,
  terrassier;--Racine, _id._;--Belier,
  _id._;--Renault, serrurier;--Lapoterie, marchand
  de fer;--Sauvage, _id._;--Gervais, serrurier;--Guessard,
  id.;--Ansaume, maçon;--Desjardins, tailleur;--Chenet,
  chirurgien;--Lucas, plombier;--Duremar,
  serrurier.


  Sommes.            858,228l. 15s. 6d.

    On trouve particulièrement dans ce chapitre:

  A Frades et Devienne, pour payement
    de 2,025 l., pour le transport
    des sables provenant de
    l'atterrissement qui s'est fait
    au-dessous de la machine dans la
    rivière de Seine.                         75l.  »s. »d.

  A Menoist, pour payement de 948 l.
    13 s., pour fers par lui fournis.        348   13   »

  A Allen, pour payement de 1,308 l.
    4 s., pour fournitures de charbon
    de terre.                                808    8   »

  A Hardel, pour payement de 895 l.
    8 s. 4 d., pour pavage qu'il a fait
    au rétablissement du grand chemin.        95    8   4

  A Haffront, pour payement de 5,109l.
    5 s. 10 d., pour maçonnerie au
    deuxième puisard.                        359    5  10

  A Noiret, pour payement de 7,674 l.
    1 s. 6 d., pour fournitures de fers
    de pieux.                                474    1   6

  A Marchand, pour payement de
    3,229 l. de pavés.                       729    »   »

  A Frades et Devienne, pour payement
    de 1,747 l. 17 s. 6 d., pour
    moellons et libage.                      947   17   6

  A Montagne, pour payement de
    1,369 l. 4 s. 4 d., pour ouvrages
    de fer.                                  469    4   4

  A Frades et Devienne, pour payement
    de 2,892 l. pour transports
    de terre.                                72l.  »s. »d.

  Aux soldats suisses, qui ont fait des
    fascines et travaillé.                  123   13   6

  A Bourienne, pour payement de
    2,736 l. 14 d., pour fouilles au
    deuxième puisard.                        86   14   6

  A Marchand, pour payement de
    3,229 l. 8 s., pour pavés.              500    »   »

  A Noiret, pour payement de 1,604 l.
    6 s. 6 d., pour fouilles.               304    6   6

  A Charuel, pour payement de 439 l.
    7 s. 6 d., pour couverture.              39    7   6

  A Boileau, pour payement de 6,911 l.
    16 s. 8 d., pour gros fer du
    Nivernois.                              411   16   8

  A Nicole, pour payement de 1,578 l.
    3 s. 4 d., pour fouilles au canal.       78    3   4

  A Mathelin, pour payement de
    10,453 l. 18 s. 10 d., pour
    transport de terre.                     453   18  10

  A Frades et Devienne, pour payement
    de 3,344 l. 5 s., pour moellons.      1,044    5   »

  A Martin, pour payement de 4,642 l.
    7 s. 9 d., pour tranchées au bord
    du nouveau canal.                       342    7   9

  A Richard, pour payement de 2,684 l.
    7 s. 9 d., pour cuivres.                184    7   9

  A Frades et Devienne, pour payement
    de 2,430 l. 45 s., pour moellons.       830l. 15s. »d.

  A Duremar, pour payement de 7331l
    5 s. 6 d., pour appuis de fer.          133    5   6

  A Berlin, pour payement de 500 l.,
    pour démolition.                        200    »   »

  A Frades et Devienne, pour payement
    de 2,089 l. 10 s., pour moellons.       689   10   »

  A Pays, corroyeur, pour payement
    de 360 l., pour cuirs de vache.         210    »   »

  A Berlin, pour payement de 819 l.,
    pour 1,900 1/2 de moellons.             419    »   »

  A Spa, pour payement de fers corroyés
    fournis par lui, montant à
    27,742 l. 14 s. 11 d.                   142   14  11

  A Raffront, pour payement de 700 l.,
    pour l'atterrissement qui s'est fait
    par derrière les coursières de la
    machine.                                 50    »   »

  A Lacoste, pour payement de 5,506 l.
    10 s., à quoi montent 1,217 toises
    1/2 de tuyaux de 8 pouces, relevés
    et posés a la conduite du Chesnay,
    459 toises 1/2 _id._ de 8 pouces,
    à celle depuis les Moulins de Louveciennes
    jusqu'au regard du chemin
    de Versailles, à 50 s. la toise,
    et 328 toises 1/2 d'un pied, _id._ à
    14 l. la toise, et 600 l. de gratification
    à cause de sa diligence.                      656   10   »

  A Renault, pour payement de 1,516 l.
    12 s. 9 d., pour serrurerie.            572l. 16s. 9d.

  A Bourbonnais, pour payement de
    938 l. 17 s., pour serrurerie.           50   17   »

  A Spa, pour payement de 3,140 l.
    11 s., pour serrurerie, pour
    l'entretien des mouvements de
    la machine.                           1,140   11   »

  A André Pernelle, pour, payement
    de 1,053 l. 10 s., pour serrurerie.     153   10   »

  A Desjardins, tailleur d'habits, pour
    vingt et un juste-au-corps de toile,
    pour les charpentiers de la machine.     31   10   »

  A Thevenet, chirurgien, pour avoir
    pansé les ouvriers blessés de la
    machine, depuis le mois de juillet
    jusqu'au mois d'octobre.                 90    »   »

  Le sieur _de Ville_ fait venir beaucoup de fers et de
  mécaniques de Liége.

  Lejongleur fait les aqueducs pour conduire l'eau de
  la machine de la rivière de Seine.


  ANNÉE 1684.

  RECETTE:

  De M. Etienne Jehannot, sieur de Bartillat, garde du
  trésor royal, la somme de 6,000 l. pour délivrer au sieur
  _de Ville_, gentilhomme liégeois, par gratification, en considération
  de ses soins pour la construction de la machine
  de la rivière de Seine, pour la présente année.


  _Parfaits payements._

  16 janvier 1684.--Au sieur Desvaugoins, 20,000 l. pour
    avec 64,366 l. 16 s. 9 d. contenus en l'ordre de parfait
    payement du 28 mars 1683, pour 2,529 toises
    1 pied 1/4 de tuyaux de fer de fonte de 8, 6 et 4 pouces
    1/2 de diamètre; 43,400 l. qui lui ont été ordonnancées
    à-compte depuis le 21 février jusques et compris
    le 3 octobre 1683, et 4,833 l. 3 s. 3 d. qui lui
    sont retenus pour la garantie pendant une année, faire
    le parfait payement de 132,600 l., à quoi montent
    5,099 toises 1 pied de conduites de fer de fonte qu'il a
    fournies pour la machine de la rivière de Seine, en
    1682 et 1683.                        20,000l.  »s. »d.

  23 janvier 1684.--A Lacoste,
    1,254 l. 14 s., pour fournitures
    de cuirs, vis et mastic, pour la
    machine de la rivière de Seine,
    et déposage et reposage de plusieurs
    conduites de tuyaux en 1683.          1,254   14   »

  23 juillet 1684.--A Lejongleur,
    1,400 l. pour avec 5,600 l. qu'il
    a reçues faisant le parfait payement
    de 7,000 l. à quoi ont été
    fixés les ouvrages du regard de
    pierre de taille qu'il a faits proche
    Marly, pour recevoir les eaux de
    la machine.                           1,400    »   »


  _Fonds libellés._

  14 décembre 1684.--Au sieur
    _de Ville_, 6,000 l. par gratification
    en considération de ses soins
    pour la construction de la machine
    de la rivière de Seine.                6,000l.  »s. »d.


  OUVRAGES DE LA MACHINE DE LA RIVIÈRE DE SEINE.

  _Maçonnerie._

  1684.--DU 9 JANVIER AU 24 DÉCEMBRE.

  Donné à Martin Caumont et Anseaume,
  Raffront, Decotte, Simon,
  Bertin, Jean Couturier de
  la Chaussée, Denis Gérard,
  Drouilly, Mouffle, Frades, Saint-Allard,
  de la Rue, Lejongleur,
  Lecerf, Lefébure.


  Somme.             141,832   18   »

  Remarques.

  De Cotte, entrepreneur, construit la tour.


  _Charpenterie._

  DU 9 JANVIER AU 24 DÉCEMBRE.

  A Laporte et Aubert, Langlois,
  Paillard, Charles Fournet.

  Somme.             117.005    5   »


  _Couverture._

  DU 26 MARS AU 19 NOVEMBRE.

  A Dimanche-Charruel.

  Somme.               4,070   12   6


  _Menuiserie._

  LE 23 JUILLET.

  A Milot, menuisier, à-compte de
    ce qu'il a fait au grand puisard
    de la machine de la chaussée.            200l.  »s. »d.


  _Ouvrages de fer._

  DU 9 JANVIER AU 24 DÉCEMBRE.

  A Namurois, Noiret, Morel, Noël,
  Renault, Dezenstres, Bourbonnais,
  Ladoireau, Gervais, Delbert,
  Spa, Martin, Vaillant,
  Thomas Delaunay, Claude Montagne,
  Pernelle, Marlin, Massot,
  Boileau, Fordin, Boutté, Duval,
  Cucu, Pilon.

  Somme.             150,096   13  11

  _Ouvrages de cuivre._

  DU 16 JANVIER AU 24 DÉCEMBRE.

  Au sieur Lerond, bourgmestre de
  Liége, Delbert, Noiret.

  Somme.              30,874    4   8

  Remarques.

  Le sieur Lerond, bourgmestre de
  Liége, reçoit 3,000 l. à-compte
  pour deux cents corps de pompes,
  qu'il fait pour la machine de la
  rivière de Seine.


  _Pavé._

  DU 26 MARS AU 24 DÉCEMBRE.

  A Georges Marchand, Lecerf, Lefébure,
  Petit-Jean.


  Somme.              11,952l. 10s. »d.

  _Plomberie._

  DU 9 JANVIER AU 24 DÉCEMBRE.

  A Lucas, Laharpe.

  Somme.              38,269   14   »


  _Fouilles de terre._

  DU 16 JANVIER AU 24 DÉCEMBRE.

  A Jean Crosnier de Luciennes, Debecq
  et Beaumont, Martelin,
  Jean-Baptiste Crosnier, Bachelart,
  Racine, Deber, Lefébure,
  Aubé, Rufron, Michel, Gautier,
  Audiger, Bertin, Cherly, Léger.

  Somme.              24,375   11   1


  _Ouvrages extraordinaires._

  DU 9 JANVIER AU 24 DÉCEMBRE.

  Somme.                                22,090    9   9


  _Ouvriers à journées._

  DU 9 JANVIER AU 24 DÉCEMBRE.

  Somme.                                19,153    5   7


  ANNÉE 1685.

  _Parfaits payements d'ouvrages de maçonnerie et terrasses._

  7 janvier.--A Guillaume Poullier,
    943 l. 5 s., pour payement de
    2,243 l. 5 s. pour maçonnerie
    aux murs qui portent les tuyaux
    où passent les eaux provenant de
    la machine.                              943l.  5s. »d.


  _Gratifications._

  20 mai.--A _Rennequin-Sualem_,
    charpentier liégeois, en considération
    de ses voyages extraordinaires.          300    »   »


  _Machine de Marly._

  DU 31 DÉCEMBRE 1684 AU 26 AOÛT 1685.

  A de Cotte, entrepreneur, à-compte
    de la maçonnerie qu'il fait à la
    tour de la machine de la rivière
    de Seine.                             17,500    »   »

  _Clôture de la machine._

  DU 17 JUIN AU 21 OCTOBRE 1685.

  A Michel Crosnier, pour payement
    de pierres, pour la construction
    d'un puits derrière le réservoir,
    à mi-côte.                               870   10   »


  _Maçonnerie et couverture._

  DU 28 JANVIER AU 16 DÉCEMBBE 1685.

  A Jean de la Rue, maçon, à-compte
    des ouvrages du magasin et aux
    murs de terrasse des rigoles,
    près les grands chevalets, et des
    couvertures de tuiles aux forges.     21,050l.  »s. »d.

  _Massifs de maçonnerie derrière les murailles du réservoir
  à mi-côte._

  A Duvivier, pour payement.               2,536   13   4


  _Moellons pour la digue de l'île Bautier et la grande digue._

  DU 21 JANVIER AU 9 DÉCEMBRE 1685.

  A François Berlin, carrier; Jacques
  Raffront, _id._;--Antoine Hémont,
  _id._;--Gaspard Hémont,
  _id._;--J. Frades,--J. Darneville.

  Somme.              15,837    1   »


  _Parfaits payements de la maçonnerie et moellons pour
  la machine._

  21 janvier.--A Lerouge, carrier,
    pour payement de moellons,
    pour l'île de la Chaussée.               104    3   4

      A Étienne Potier, _id._                137   10   »

  28 janvier.--A Lecerf, pour payement
    du quai sur l'île Gautier.                93   15   »

      A Ballet, pour payement de
        pierres dures de Nanterre,
        pour la grande digue.                194    »   »

      A Binet, _id._                          58    »   »

  25 février.--A Lerouge, pour
    payement de moellons, pour l'île
    Gautier.                                101l.  5s.   »d.

  11 mars.--A G. Raffront, pour
    payement de chaux, pour le mur
    proche la tour.                          56   16     8

      A Rousselet, pour payement
        de moellons au quai de l'île
        la Loge.                             27    »    »

  1er avril.--A Lejongleur, pour
    payement de 4,745 l., pour
    tuyaux de grès aux aqueducs des
    eaux de Prunay, près la machine.      1,345    »    »

  8 avril.--A Lecerf, pour payement
    de moellons, à l'île Gautier.           408   10    »

      A Roussel, _id._                       27    »    »

  23 avril.--A Leau, terrassier,
    pour aplanissement près la tour.         63    »    »

  6 mai.--A Laroue et Crosnier,
    pour payement de moellons.              134    »    »

  27 mai.--A Duvivier, pour payement
    de 16,386 l. 10 s., pour
    ouvrages de maçonnerie.               1,986   10    »

  15 juillet.--A Laroue, pour payement
    de chaux.                               351   15    »

  29 juillet.--A Jean, pour payement
    de moellons.                             40    »    »

  7 octobre.--A Périgord, pour
    payement de moellons.                    47   10    »

      A Jean, _id._                          42   10    »

      A Laroue, pour payement de
        chaux.                              245 l.  »s.  »d.

      A Julien, _id._                       302    10    »

      A Potier, pour payement de
        moellons.                            44     7    6

  18 novembre.--A Lebaille, pour
    payement de pavé tiré dans les
    rigoles du côté des Graissets.           25     »    »

      A Lecerf, Lefébure, Lejongleur,
        Hémont, Roussel,
        pour payement de maçonnerie.      2,084     5    »

  _Terrasses._

  DU 7 JANVIER AU 25 NOVEMBRE 1685.

  A Gautier, pour les terres enlevées
    le long du réservoir, à mi-côte.        677     9    2


  _Rigoles et parterre sur la terrasse du pavillon._

  23 avril.--A Jean Léger, pour
    payement de ses ouvrages.               749    15    »


  _Terrasses._

  DU 7 JANVIER AU 11 NOVEMBRE.

  A Cherfils,--Audiger,--Levau,
    --Gosset,--Horin,--Morille,
    --Hémont,  terrassiers.

  Sommes.             11,287     »   11


  _Chevilles et coyaux pour les roues de la machine._

  16 juillet.--A P. Sauvage et Leclerc.      248    18    »

  _Nettoyement, maçonnerie et moellons._

  DU 15 JUILLET AU 16 DÉCEMBRE.

  A Michel, de la Rue, Hémont    10,960 l. 14 s. 2 d.

  _Charpenterie._

  DU 31 DÉCEMBRE 1684 AU 16 DÉCEMBRE 1685.

  A Raoul de Pierre, dit Laporte, et
  Jacques Aubert, charpentiers,
  pour les bois employés dans divers
  endroits de la machine          8,860     »    »

  A Mallet, Roussel, charpentiers,
  pour id.                        8,314    11   10

  _Couverture._

  DU 14 JANVIER AU 2 DÉCEMBRE 1685.

  A la veuve Dimanche Charruel   10,390     7    »

  _Menuiserie._

  DU 12 AOÛT AU 16 DÉCEMBRE.

  A Dubois, Bourdon, Massa.

  Somme                           3,220     »    »

  _Serrurerie._

  DU 31 DÉCEMBRE 1684 AU 21 OCTOBRE 1685.

  A Fordrin,--Boutet,--Rouillé,--Landry,--Renault,
  --Corvieux,--Noël,--Morel,--Montagne,--Cucu,
  Maslin et Vaillant,--Menoist,--Dezeustres,
  --Boileau,--Noiret,--Georges de Spa,--Longuet,--Darche,--Michel.

  Somme                         146,223     6   11

  _Ouvrages de cuivre._

  DU 15 JANVIER AU 2 DÉCEMBRE 1685.

  A Nicolas de Nainville;--Jean Lefond,
  bourgmestre de Liége;--Mathieu
  Delbert,--Joseph
  Royer;--François Namurois.
  Somme                             73,142l.  6s. 10d.

  _Plomberie._

  DU 14 JANVIER AU 2 DÉCEMBRE 1685.

  A Jacques Lucas                    32,191  11    7

  _Ouvrages de goudron._

  DU 31 DÉCEMBRE 1684 AU 16 DÉCEMBRE 1685.

  A Michel Deschamps,--Vinant
  Allen,--Nicolas de Gomas,--Philippe
  Hormoire,--Calfatiers,--pour
  payement des ouvrages
  de goudron qu'ils font aux grands
  chevalets de la machine de la
  rivière de Seine                   36,076  10    »

  _Cuirs de vache._

  DU 7 JANVIER AU 2 DÉCEMBRE 1685.

  A Proust et Julien Pays, pour cuirs
  de vache venus de Liége             2,675   »    6

  _Loyers de maisons._

  7 janvier.--A Thomas Chevalier,
  successeur d'Arnault, 125 l.,
  pour le loyer de sa maison occupée
  par l'ancien logement du
  sieur de Ville: une forge, une
  écurie, _le modèle et le logement
  de Rennequin_ pendant le quartier
  d'octobre 1684                               125l. » s. » d.

  A Gilles Raffront, 150 l., pour
  le loyer de sa maison, occupée
  par le magasin et
  deux forges de la machine,
  pendant les quartiers de juillet
  et d'octobre 1684                            150   »    »

  A Nicolas Malherbe, 22 1.
  10 s., pour le loyer de sa
  maison, occupée par _Jean
  Beltier_ piqueur à la machine,
  pendant le quartier
  d'octobre 1681                                22  10    »

  8 avril.--A Chevalier, pour le
  loyer de sa maison, pendant le
  quartier de janvier 1685                     125   »    »

  A la dame Duchannoy, 36 l.,
  pour le loyer de son pressoir,
  occupé par _les chevaux
  du sieur de Ville_, à la machine,
  pendant une année                             36   »    »

  26 avril.--A Raffront, 75 l, pour
  le loyer de janvier                           75   »    »

  15 juillet.--A Chevalier, pour le
  quartier d'avril                             125   »    »

  A Raffront, _id._                        75   »    »

  A Malherbe, _id._                        22  10    »


  18 novembre.--A Chevalier, pour
  le quartier de juillet                      125l. » s. » d.


  _Ouvrages extraordinaires de la machine de la rivière
  de Seine._

  DU 31 DÉCEMBRE 1684 AU 16 DÉCEMBRE 1685.

  A Duchemin, charron;--J. Crosnier;--Pierre
  Brady;--J. Leclerc;--P.
  Potier;--E. Langlois;--Alexis
  Mercier;--M. Lecerf;--Henri
  Lenormand, batelier;--V.
  Frades;--N. Maillot;--C.
  Lefébure;--Sauvage;--Boucault;--Massa,
  menuisier;--Cotillon;--Saintard;--Marchand;--C.
  Caron, arpenteur;--Chambon;--Gaumont;
  Ricy;--Paul Sualem,--Boursin;--Proust;--Fosset;--Grandhomme,
  chirurgien;--Tournay;--Paillard;--Thévenet,
  chirurgien,--Pinault;--Bara.

  Somme                                     7,245   18   6

  A remarquer:

  Pierre Brady mène dans une voiture
  un modèle de manivelle de
  Paris à Maubeuge et de Maubeuge
  à Chimay.


  _Pavés et moellons dans les îles, proche la machine et
  à la machine._

  DU 25 MARS AU 9 DÉCEMBRE 1685.

  A Sylvain Mercier,--Léonard Lamoureux,--Ant.
  Gargot,--Fr.
  Legrand,--G. Marchand,--Fr.
  Vatel.

  Somme                                         10,056 l. 14 s. 2 d.

  _Ouvriers à journées._

  DU 31 DÉCEMBRE 1684 AU 16 DÉCEMBRE 1685.

  Aux ouvriers qui ont travaillé à la
  construction et entretien de la
  machine de la rivière de Seine.               29,235     9    3

  _Clôture de la machine._

  DU 11 MARS AU 16 DÉCEMBRE 1685.

  A J. Fay, pour les ouvrages de
  clôture                                       22,900     »    »

  _Réservoir de Louveciennes._

  DU 11 MARS AU 16 DÉCEMBRE 1685.

  A Jean Bailly et Louis Rocher, pour
  ouvrages de maçonnerie                       180,000     »    »

  _Vitrerie dans les puisards et aux magasins de la machine._

  DU 20 MAI AU 16 DÉCEMBRE 1685.

  A Cl. Cossette                                   300     »    »

  _Menuiserie à la cour de la machine._

  1er juillet.--A Michel Dubois                 300     »    »

  _Grosse peinture._

  21 octobre.--A J.-B. Fauconnier,
  pour ouvrages de peinture aux
  portes et croisées des magasins
  et puisards                                  160 l. » s. » d.

  _Cordages pour les équipages des puisards._

  4 novembre.--A E. Langlois,
  cordier                                      150    »    »

  _Bois de provision pour les magasins de la machine._

  18 novembre.--A Ragalus, marchand            300    »    »

  ANNÉE 1686.

  Recettes:

  17 janvier.--Du sieur de Bartillat, garde du trésor
  royal, 6,000 l., pour délivrer au sieur _de Ville_, gentilhomme
  liégeois, pour gratification en considération
  de ses soins pour la construction de la machine de la
  rivière de Seine pendant l'année 1685.

                                             6,000 l. » s. » d.

  6 février.--Du sieur de Bartillat, 7,723 l. 7 s. 9 d.,
  pour employer au remboursement des terres, vignes
  et autres héritages appartenant à divers particuliers
  occupés par l'aqueduc qui conduit les eaux des sources
  de la Celle et de Bougival au premier puisard de la
  machine de la rivière de Seine, en la largeur d'une
  perche sur toute la longueur pour le fond.

  8 février.--Du sieur de Bartillat, 120,533 l. 6 s., pour
  employer au remboursement du prix principal et non-jouissances
  des terres, prés, bois et vignes appartenant
  à divers particuliers, lesquels sont occupés par
  la grande pièce d'eau que Sa Majesté a ordonné être
  faite l'année dernière dans les hauteurs de Louveciennes;--par
  les deux rigoles faites dans lesdites
  hauteurs qui conduisaient les eaux dans les étangs des
  Graissets;--par les quatre étangs des Graissets;--par
  les bois plantés dans les plaines du Trou-d'Enfer
  et dans les hauteurs de Rocquencourt;--par l'avenue
  qui conduit de Versailles à Saint-Germain depuis Rocquencourt
  jusqu'à l'étang de Béchevet;--et par l'espace
  qui est entre ladite avenue et les murs du Grand-Parc;--par
  les terres occupées par la grande pépinière
  qui est au-dessus de Rocquencourt:--par les rigoles
  qui conduisaient les eaux des hauteurs de Rocquencourt
  dans les étangs des Graissets;--par l'aqueduc
  qui conduit les eaux de la machine au réservoir du
  Chesnay;--et par une partie de l'aqueduc nouvellement
  fait pour conduire les eaux de la machine dans
  le réservoir de la butte de Montbauron, jusqu'à l'endroit
  du puits de l'angle qui est au-dessus du Chesnay;--et
  encore pour l'indemnité du droit de dimes et les
  non-jouissances qui étaient dues aux sieurs de Luciennes,
  comme gros décimateurs dans la paroisse sur
  cinq cents arpents de terre labourable et vignes qui
  sont occupés par les travaux que Sa Majesté a fait faire
  dans les hauteurs de Marly, de Luciennes, et dans
  l'enceinte de la machine.

  12 juillet.--Du sieur de Bartillat, pour délivrer au sieur
  _de Ville_, par gratification, en considération des soins
  qu'il a pris pour la construction de la machine de la
  rivière de Seine                       100,000 l. » s. » d.

  Dépenses.

  _Fonds libellés._

  27 janvier 1686.--Au sieur _de
  Ville_, gentilhomme liégeois, par
  gratification, en considération de
  ses soins pour la construction de
  la machine de la rivière de Seine
  pendant l'année dernière                  6,000l. » s. » d.

  17 février.--A divers particuliers
  pour le remboursement des terres,
  vignes et autres héritages
  à eux appartenant, occupés par
  l'aqueduc qui conduit les eaux
  des sources de la Celle et Bougival
  au premier puisard de la
  machine de la rivière de Seine            7,723   7    9

  A divers particuliers, pour
  remboursement du prix
  principal et non-jouissances
  des héritages occupés par
  les quatre étangs des Graissets
  et autres travaux faits
  sur les hauteurs de Luciennes           120,533   6    »

  28 juillet.--Au sieur _de Ville_, par
  gratification, en considération des
  soins qu'il a pris pour la construction
  de la machine de la rivière
  de Seine                                100,000   »    »

  27 octobre.--A Noël, serrurier,
  à-compte des tréteaux de fer pour
  les conduites de tuyaux dans
  l'aqueduc sous la tour de la machine          800l. » s. » d.

  A Lahaye, plombier, à-compte
  des tuyaux de 6 pouces posés
  dans le deuxième puisard
  de la machine au haut
  de la montagne de Luciennes                 2,400   »    »

  Au sieur Mezeret, greffier de
  l'écritoire, à-compte du travail
  aux toisés d'ouvrage de
  la machine de Marly                           400   »    »

  A Morel, serrurier, sur les fers
  d'équipages aux pompes du
  deuxième puisard de la machine                300   »    »

  1er décembre.--A Menoist, marchand
  de fer, à-compte des chevrons
  de fer de la machine                          800   »    »

  A Aubert, charpentier, à-compte
  des pieux qu'il a
  fait battre pour contre-garder
  les îles, et à la chute
  de la grande digue de la
  machine                                     3,100   »    »

  A la veuve Lemaire, fondeur,
  pour payement de deux robinets
  pour la conduite des
  eaux de la machine                             237l. 16 s. » d.

  A Bertin, pour moellons à la
  machine                                        600    »    »

  A Mathieu, fondeur,à-compte
  des tambours, tuyaux coudés
  et passières de cuivre,
  fournis pour les mouvements
  de la machine                                  600    »    »

  Au sieur Desvaugoins, sur les
  tuyaux de la machine                         1,000    »    »

  _Payements d'ouvrages de maçonnerie et terrasses._

  A Aubrat, entrepreneur, pour payement
  d'un bout d'aqueduc qui
  sert de communication du puits
  de l'Angle aux grands aqueducs
  venant des Graissets                           390    »    »

  A lui,--pour payement de 1,597 l.
  10 s. à quoi montent le gravoillage
  pour poser le ciment aux
  aqueducs venant du regard au-dessus
  des étants des Graissets                        17   10    »

  _Aqueduc pour la communication des deux proche le puits
  de l'Angle._

  Du 29 septembre au 22 décembre.--A
  Lafosse, sur l'aqueduc pour
  la décharge des eaux de la machine
  de la Chaussée                                 950    »    »

  _Gages payés par ordonnance._

  DU 6 JANVIER 1686 AU 18 JANVIER 1687.

  A _Rennequin-Sualem_, charpentier
  liégeois, employé à la machine.              1,800 l. » s. » d.

  A Miché, menuisier liégeois, employé
  à la machine.                                  720    »    »

  A Monget, qui a soin d'apporter la
  hauteur des eaux de la machine.                900    »    »

  MACHINE DE MARLY.

  _Maçonnerie._

  DU 3 MARS AU 8 DÉCEMBRE 1686.

  A J. Delarive,--à J. Fay,--à J.
  Frades,--à Ant. Hémon,--Bailly-Lamoureux,--Pottier.

        Somme.                               21,902    17    6

  _Terrasses._

  A J. Chapeau,--Depautre,--Cherfils.

        Somme.                                7,327    10    »

  _Charpenterie._

  A Raoul de Pierre et J. Aubert,--Laporte,--Claude
  Garde,--Nicolas Roussel.

        Somme.                               23,757    16    »

  _Couverture._

  A Étienne Yvon.                             1,100     »    »

  _Menuiserie._

  A Nicolas Dubois,--Elisabeth Breton,--Gilles
  Massa.

        Somme.                                 6,691 l. 2 s. 8 d.

  _Ouvrages de fer._

  A J. B. Boileau,--Cormieux,--J. Rouillé,--F.
  Michel,--d'Arche,--Guerreau,--Noël.

        Somme.                                8,732     3    9

  _Manivelles._

  A J. Proust,--G. Longuet,--J. Longuet,--C.
  Jean,--A. Fordrin
  et Boulet,--F. Pasquier,--P.
  Noiret,--Menoist,--Th.
  Cucu,--Morel,--V. Morel,--Renault.

        Somme.                              132,024     6    »

  _Ouvrages de cuivre._

  A J. Royer,--Dezeustres.

        Somme.                               27,500     »    »

  _Plomberie._

  A J. Lucas.                                 3,000     »    »

  _Ouvrages de goudron._

  A M. Deschamps.                             2,050     »    »

  _Braye._

  A Clerx.                                      349     2    »

  _Chandelle_.

  A Haulmoire.                                      1,189 l. 1 s. 6 d.

  _Corps de pompe d'Aulne_.

  A Cimery.                                           112    7    6

  _Cuirs de vaches_.

  A J. Pays.                                          576    »    »

  _Loyers de maisons_.

  A Th. Chevalier,--Malherbe,--Raffront.              169   10    »

  _Pavé_.

  A Georges,--Legrand.                              4,360    1    »

  _Ouvrages extraordinaires_.

  A divers ouvriers.                                4,886    8    8

  Ouvriers à journées.                             19,719   12    »

  _Vitrerie_.

  A Cl. Cosset.                                        79   16    6

  _Grosses peintures_.

  A J.-B. Fauconnier.                                 210    »    »

  _Potin_.

  A Noiret.                                         7,922    »    »

  _Cordages_.

  A E. Langlois.                                      292   10    »


  ANNÉE 1687.

  RECETTES.

  De M. Gédéon Dumetz, garde du Trésor royal, 9,000 l.,
  pour délivrer au sieur _de Ville_, savoir: 6,000 l. par gratification,
  en considération des soins qu'il a pris de la
  machine de la rivière de Seine pendant l'année dernière
  1686, et 3,000 l. de pension extraordinaire que Sa Majesté
  lui a accordées pendant les derniers mois de la
  même année.

  DÉPENSES.

  _Dépenses extraordinaires de Versailles._

  DU 5 JANVIER AU 21 DÉCEMBRE 1687.

  Au sieur _de Ville_, gentilhomme liégeois, pour achat et
  frais de voiture de cinquante-un lauriers de Flandre,
  pour Versailles.                                   1,274 l. 10 s. » d.

  _Fonds libellés_.

  DU 9 JANVIER 1687 AU 19 JANVIER 1688.

  Au sieur _de Ville_, 6,000 l., en considération
  des soins qu'il a pris
  de la machine de la rivière de
  Seine pendant l'année 1686, et
  3,000 l. de pension extraordinaire
  pendant les six derniers mois de
  la même année.                                     9,000l.  » s. » d.

  MACHINE DE MARLY.

  Maçonnerie.

  A Larue,--J. Fay,--J. Bailly,--Le
  Boisselier.                                      121,960     »    »

  _Terrasses_.

  A Bourienne,--de Pautre,--Cherfils,--J.
  Frades,--Hémont.

        Somme.                                      5,184 l. 16 s. 3 d.

  _Charpenterie_.

  A Raoul de Pierre (dit Laporte),--J.
  Aubert.                                          21,997    14    »

  _Couverture_.

  A E. Yvon.                                          511    10    7

  _Menuiserie_.

  A M. Dubois,--Berton,--Nivet.                     1,507    14    5

  _Serrurerie_.

  A J. Rouillé.                                       392     6    »

  _Charbon_.

  A P. Dailly.                                        154    10    »

  _Fers d'équipages_.

  A F. Noël,--Longuet.                              1,833     9    »

  _Clous et cuirs forts_.

  A J. Proust.                                      2,836    19    »

  _Manivelles_.

  A Longuet,--Gordrin.                              2,347    16    »

  _Ouvrages de fer_.

  A M. Deseustres,--Noiret,--Menoist.               3,450     »    »

  _Entretien de la serrurerie de la machine._

  A Renault,--Morel.                          14,784 l. 12 s. » d.

  _Ouvrages de cuivre._

  A J. Royer.                                 28,630    19     1

  _Plomberie._

  A J. Lucas.                                  6,600     »     »

  _Goudronages._

  A M. Deschamps,--Levasseur,
  calfatiers.                                  2,576    17     4

  _Chandelles et pots à brûler._

  A Haulmoir.                                    750     »     »

  _Vitrerie._

  A Cossette.                                    119     1     »

  _Pavé._

  A Renoult.                                     500     »     »

  _Peinture._

  A Fauconnier.                                  120     »     »

  _Diverses dépenses._

  A divers fournisseurs.                       1,454     2     1

  Remis au sieur Lebegue, sur les
  réparations de la machine.                  12,021     »     »

  _Cordages._
  A Langlois, cordier.                           310    10     »

  _Ouvriers à journées._

  A divers ouvriers.                          17,498     1     »

  _Gages_.

  Au sieur Cochu, employé au toisé
  des terres à la machine.                          3,600 l. » s. » d.

  Au sieur _Rennequin-Sualem_, employé
  à la machine.                                     1,800    »    »

  A Mauger, qui a soin d'apporter la
  hauteur des eaux.                                   900    »    »

  Au sieur de la Maison-Blanche, employé
  au magasin de la machine.                           900    »    »

  _Gratifications_.

  9 janvier.--A Gilles Lambotte et
  _Rennequin-Sualem_, qui ont travaillé
  aux pompes et à la machine
  à cheval de Saint-Cyr.                              115    »    »

  9 janvier.--Au sieur Proust, courrier
  de la poste à Liége, en considération
  des soins qu'il a pris
  des envois faits pour la machine
  de Seine.                                           150    »    »

  ANNÉE 1688.

  Recettes.

  De M. Étienne Jehannot, sieur de Bartillat, 12,000 l.
  pour délivrer air sieur _de Ville_, savoir: 6,000 l. par
  gratification en considération des soins qu'il a pris de
  la machine de la rivière de Seine pendant l'année
  1687, et 6,000 l. de pension extraordinaire que Sa Majesté
  lui a accordées pendant la même année.


  _Fonds libellés_.

  25 janvier.--Au sieur _de Ville_, savoir: par gratification
  en considération des soins qu'il a pris de la machine
  de la rivière de Seine, et de pension extraordinaire que
  Sa Majesté lui a accordée.                   12,000 l. » s. » d.

  A la veuve Nicolas de Bise, pour
  payement de la dépense du
  changement et transport du
  moulin à vent situé vis-a-vis
  des piles du grand aqueduc
  de la machine, et rétablissement
  d'icelui a un autre endroit
  des environs de Marly.                        3,074   10    »


  Il résulte de ce relevé des dépenses
  de la machine, qu'en
  1681 et 1682 elles s'élevèrent à            923,558   12    7
    En 1683                                   970,828    1   11
    En 1684                                   713,776    2    7
    En 1685                                   678,183    5    6
    En 1686                                   415,183   13    »
    En 1687                                   248,957    7    9
    En 1688                                     3,074   10    »
                                            ____________________
  Total                                     3,953,561l. 13s. 4d.


NOTE Nº 2.

Il existe dans le cabinet de M. Dufrayer, directeur actuel de la
machine, à qui nous devons l'établissement du nouvel instrument
hydraulique de la Seine, un plan magnifique de l'ancienne machine de
Marly.

Nous transcrivons ici le titre et la légende qui l'accompagnent. Ce
titre est orné d'un très-bel encadrement et surmonté d'un portrait de
Louis XIV, le voici:

VEUE DE LA MACHINE DE MARLY

qui élève l'eau de la rivière de Seine et de plusieurs sources, 535
pieds par des mouvements continuez, 530 toises de longueur pendant 700
toises de chemin.

Cette machine sert à embellir les maisons royales de Versailles, de
Trianon, de Marly, et peut servir à Saint-Germain en Laye.

Elle a été construite par ordre du Roy, sur les projets et par la
direction de M. le baron de Ville.


     LÉGENDE.

     1º Rivière neuve faite pour la navigation.

     2º Ouvrages construits pour garantir les îles contre la rivière.

     3º Iles.

     4º Digues sèches pour entretenir les niveaux de la rivière et
     préserver les îles.

     5º Grande digue qui barre l'ancien cours de la rivière.

     6º Coffre pour renvoyer la chute de la rivière dans son ancien
     cours, et amortir l'impétuosité de la chute de la rivière du bas de
     la digue.

     7º Digue sèche faite au travers des îles pour arrêter les grandes
     inondations et barrer un ancien bras de la rivière.

     8º Épaulement contre les glaces, qui sert de soutien à la machine.

     9º Éperon contre les glaces.

     10º Canal devant la machine où passaient anciennement les bateaux.

     11º Canal au-dessous de la machine.

     12º Grilles contre les glaces.

     13º Pont des grilles.

     14º Pont des vannes.

     15º Toit qui couvre les équipages des vannes.

     16º Huit balanciers en bascule, qui élèvent l'eau de la rivière par
     le moyen chacun de huit corps de pompes, de sept pouces de diamètre
     et de cinq pieds de jeu.

     17º Conduites posées crainte du feu, lesquelles arrosent toute la
     machine.

     18º Vingt gros balanciers, ou varlets, qui tiennent aux manivelles,
     pour donner les mouvements aux chaînes.

     19º Quatorze roues de trente-sept pieds de diamètre.

     20º Treize rangées de balanciers, qui portent les mouvements des
     roues dans les puisards supérieurs et alternatifs.

     21º Sept rangées de balanciers, qui portent les mouvements des
     manivelles aux puisards d'amy-côte et aux puisards des sources.

     22º Estacade pour guider les glaces sur la grande digue.

     23º Maison du contrôleur et magasin.

     24º Chemin de Saint-Germain.

     25º La forge d'en bas, d'amy-côte, avec les supérieures, la
     fonderie et le magasin.

     26º Les puisards d'amy-côte, et celui alternatif.

     27º Puisards des sources.

     28º Réservoir des sources.

     29º Réservoir d'amy-côte.

     30º Puisard supérieur, où il y a treize équipages qui font aller
     quatre-vingt-deux corps de pompes sur la tour.

     31º Conduites qui portent l'eau sur la tour.

     32º Réservoir du baron de Ville.

     33º La tour où sont portées les eaux de la machine.

     34º Aqueduc qui conduit les eaux dans les réservoirs.

     35º Pavillon, basse-cour et jardin de M. le baron de Ville.

     36º Les trois portes de la machine.

     37º Réservoir de Luciennes.

     38º Réservoir du Trou-d'Enfer.

     39º Les trois réservoirs de Marly.

     40º Chemin de Versailles a Marly.

     41º Château de Marly.

     42º Chapelle de Marly.

     43º Les douze pavillons de Marly.

     44º L'église de Marly, dite Saint-Vigor.

     45º Le Chenil.

     46º Les jardins de Marly.

     47º Le grand parc de Marly.

     48º La maison et jardin de M. de Cavois.

     49º L'église et le village de Luciennes.

Cette machine a été inventée et exécutée par M. le baron de Ville,
dessinée par Liévin Creuil, en 1688, gravée en 1708, et finie en 1716,
par Pierre Giffart, graveur du roy. Elle se vend a Paris, chez ledit
Giffart, rue Saint-Jacques, à l'Image Sainte-Thérèse, avec privilège du
roy.


NOTE Nº 3.

_Extrait du journal de Dangeau._

Tome Ier.--Mardi, 13 juin 1684.

Le roi et monseigneur allèrent a Marly, qu'on trouva fort avancé;
ensuite on passa aux regards de M. de Ville, pour voir arriver les eaux.

Tome Ier.--Vendredi, 10 août 1685.

Le roi alla se promener à cheval à la machine de M. de Ville.

_Extrait de la_ Gazette de France _de_ 1682, _page_ 358.

De Versailles, le 26 juin 1682.

Ces jours passez, le roy alla voir les travaux que le sieur de Ville,
gentilhomme et échevin de Liége, fait faire sur la Seine afin d'élever
l'eau de cette rivière quatre cent soixante-dix pieds de haut pour estre
conduite ici, et la première épreuve en fut faite en présence de Sa
Majesté avec beaucoup de succez.


NOTE Nº 4.

Vauban, chargé par le roi de visiter la machine de Marly, donne une
instruction pour établir une estacade biaise devant la machine afin de
diriger les glaces sur la grande digue, et pour refaire certaines
parties des digues.

Cette instruction est signée de lui, et datée du 27 février 1684. Il y
parle de de Ville comme chef de la machine.

Le devis, pour faire cette estacade, est signé par Pierre Delaporte,
entrepreneur, et par le marquis de Louvois.

Ces deux pièces font partie des archives de la machine de Marly.

Nous devons la communication de ces pièces, et de toutes celles qui
proviennent des archives de la machine, à l'obligeance de M. Dufrayer,
directeur actuel, qui nous a permis de visiter un à un tous les cartons
renfermés dans ces archives.


NOTE Nº 5.

Procès-verbal et état général des terrains situés dans les îles
appartenant à divers particuliers et dont le roy a fait l'acquisition
pour l'élargissement de la rivière neuve.

L'an mil six cent quatre-vingt-un, onzième jour de mai et jours
suivants, je, Claude Caron, arpenteur ordinaire du roy, et la maîtrise
des eaux et forêts de Saint-Germain en Laye, demeurant a Paris, rue de
Jouy, paroisse Saint-Paul, de présent a Louveciennes, commis par Sa
Majesté pour faire ces mesurages et arpentages, plans figurés et cartes
des bois et terres dans l'étendue des environs de Versailles, dont Sa
Majesté acquiert la propriété, me suis transporté suivant l'ordre de
messire Jean-Baptiste Colbert, chevalier, etc., conseiller du roy,
ordinaire, etc., sur la terre de Croissy, dans les îles côtoyantes le
bras de la rivière de Seine, en présence de M. Lambert, architecte et
contrôleur des bâtiments de Sa Majesté, qui m'avait montré et désigné
les piquets qu'il avait fait planter pour élargir iceluy, pour faire un
canal navigable _à cause de la machine qui se devait construire dans la
rivière pour élever l'eau au château de Versailles_, afin de connaître a
la suite ce qui aurait été pris par la fouille qui en sera faite par
ledit élargissement, en conséquence de quoi j'ai mesuré, arpenté et levé
le plan, tant dudit bras de Seine que des îles, prés et terres
adjacentes, dont j'ai fait une carte et figures pour servir en temps et
lieu.

Et le vingtième jour d'octobre et jours suivants, je me suis d'abord
transporté aux susdits endroits (_le canal étant entièrement fini et
navigable_), pour faire l'arpentage final de ce qui a été pris par ledit
élargissement d'iceluy et ce qui est occupé par les terres et vidanges
qui en proviennent et par le chemin fait pour le tirage des bateaux,
tant sur la terre de la seigneurie de Croissy que dans les îles
appartenant a plusieurs particuliers dont le roy acquiert la propriété
afin de les en dédommager.

Et le douzième jour de janvier 1682 et jours suivants, je me suis
pareillement transporté, suivant l'ordre de mondit seigneur, _à la
machine qui a été faite depuis ledit temps pour élever l'eau au château
de Versailles_, où étant, j'avais trouvé _M. de Ville, ingénieur de
ladite machine_, avec ledit sieur Lambert, qui m'avaient montré et
désigné les endroits où devaient passer les mouvements d'icelle,
puisards et conduites des eaux jusques aux étangs des Gressets, comme
aussi les rigoles et conduites des eaux de Bougival, Louveciennes et
Prunay, qui descendent au premier puisard pour être enlevé avec l'eau de
ladite rivière, afin de faire aussi l'arpentage des terres et vignes qui
pouvaient être occupées, et considérer ces choses en l'état qu'elles
pouvaient être, afin d'en faire au juste l'estimation, pour parvenir au
remboursement que Sa Majesté en doit aussi faire; et auparavant de
procéder, j'avais fait publier aux prônes des paroisses, afin d'avertir
les particuliers a qui appartiennent lesdits héritages de venir montrer
les limites et séparations d'icelles terres, tenants et aboutissants, et
au défaut de plusieurs qui ne seraient comparus, j'aurais eu recours aux
anciens habitants des lieux qui m'auraient fait la démonstration
d'iceux, en même temps j'ai fait marquer les séparations desdites terres
et ensuite mesurer et arpenter suivant la désignation qui en a été
faite.

Et le quinzième jour de février 1683, je me suis d'abord transporté avec
ledit _sieur de Ville dans les îles de la rivière de Seine et les terres
adjacentes de la machine, pour marquer l'étendue qu'il désirait être
prise pour Sa Majesté étant occupée et partagée par l'augmentation des
chevalets, puisards, réservoirs, aqueducs, conduites de tuyaux,
bâtiments et autres travaux faits et iceux_. Après avoir le tout
considéré, _j'aurais fait planter des piquets aux endroits marqués par
ledit sieur de Ville_, afin de faire l'arpentage et mesurage desdites
terres, comme celles ci-devant, ce que j'aurais exécuté et aurais, après
ledit mesurage, _fait faire des fossés pour marquer la séparation des
terres dont Sa Majesté acquiert la propriété_ dans celles qui restent
aux particuliers _suivant l'ordre dudit sieur de Ville_, dont six pieds
au delà dudit fossé appartenant pareillement à Sadite Majesté, qui ont
été laissés pour servir de chemin et passage; de toutes et chacune
desdites terres et autres héritages ci-devant déclarés, j'ai fait plan,
et figures, le tout coté et par chiffres comme au présent procès-verbal,
dont la teneur et déclaration en suit.

Suit le détail des différentes terres et leur contenance.

Extrait des archives de la machine de Marly.


NOTE Nº 6.

Pentes des rivières de Seine depuis 100 toises au-dessus de la pointe de
Bezons jusques à la machine, dont toutes les pentes et les longueurs
sont prises a l'égard desdites 100 toises.

  Toises.                                 Pieds.  Pouces.  Lignes.

   100, pointe de Bezons                    »        2       »

   130, milieu de l'ancienne digue
  de la pointe A                            »        5       6

  _Id._ ancienne rivière,--A                »        1       »

   200, milieu de la digue de Bezons.»      7       »

  _Id._ ancienne rivière                    »        1       6

   300, nouvelle                            »        9       6

   400, _id._                               »       11       6

   500, _id._                               1        »       4

   600, _id._                               1        1       2

   700, _id._                               1        2       »

   770, digue de la Morue                   1         5       »

  _Id._ ancienne rivière                    »         4       »

   800, nouvelle                            1         5       8

   900, _id._                               1         6       6

  1,000, _id._                              1         8       »

  1,200, pointe de la petite île de
  Carrière                                  1         9       4

  1,400, petite porte des jardins de
  Carrière                                  1        10       8

  1,600, nouvelle                           2         »       »

  1,800, _id._                              2         1       2

  2,000, nouvelles perches pour le
  poisson                                   2         2       4

  2,200, nouvelle.                          2        3        »

  2,350, le dessus du pont de Chatou.       2        3        6

  2,400, milieu de la digue de Chatou.      2        4        3

  _Id._ ancienne rivière.                   1       10        6

  2,600, nouvelle.                          2        7        6

  2,800, _id._                              3        1        »

  3,100, milieu de la digue de Croissy.     3        8        9

  _Id._ ancienne rivière.                   2        1        »

  3,200, nouvelle.                          4        »        6

  3,400, _id._                              4        9        3

  3,600, _id._                              5        4        6

  3,800, _id._                              5        9        9

  3,900, digue de la Chaussée.              5       11        »

  _Id._ ancienne rivière.                   2        4        »

  4,000, nouvelle.                          6        1        »

  4,250, nouvelle vis-à-vis la machine.     6        4        »

  _Id._ ancienne au-dessus de la machine.      2        6        »

  _Id._ ancienne sous la machine.           6        8        9

          Pointe de Bezons.                 »        2        3

          Ancienne digue de la pointe,
            nouvelle rivière.               »        8        6

          Ancienne rivière.                 »        »        »

          Digue de Bezons, nouv. riv.       »       10        9

          Ancienne rivière.                 »        »        3

          Digue de la Morue, nouv. r.       1        8        2

          Ancienne rivière.                 »        »        3

          Digue de Chatou, nouv. riv.       1       11        4

          Ancienne rivière.                 1        8        4

          Digue de Croissy, nouv. riv.      4        1        2

          Ancienne rivière.                 2        1        8

          Digue de la Chaussée, n. r.       6        2        2

          Ancienne rivière.                 2        2        6

          Nouvelle rivière vis-à-vis la
            machine.                        6       10        »

          Ancienne rivière au-dessus
            de la machine.                  2        7        4

          Ancienne rivière au-dessous
            de la machine.                  7        1        4

Pentes des rivières de Seine, depuis 100 toises au-dessus de la pointe
de Bezons, jusqu'à la machine, toutes lesdites pentes et les longueurs
étant prises à l'égard desdites 100 toises.--La digue n'étant pas
fermée.

  Longueurs.                              Pieds. Pouces. Lignes.

  100, pointe de Bezons, anc. riv.          »        2        »

  _Id._ _id._ nouv. r.                      »       2       »

  130, ancienne digue de la pointe,
    ancienne rivière.                       »        1        »

  _Id._ ancienne digue de la pointe,
    nouvelle rivière.                       »        5        »

  200, digue de Bezons, anc. riv.           »        1        6

  _Id._ _id._ nouv. r.                     »        7       »

  770, digue de la Morue, anc. riv.         »        4        »

  _Id._ _id._ nouv. r.                     1        5       »

  2,400, digue de Chatou, anc. riv.         1       10        6

  _Id._ _id._ nouv. r.                    2        4       3

  3,100, digue de Croissy, anc. riv.        2        7        »

  _Id._ _id._ nouv. r.                    3        8       9

  3,900, digue de la Chaussée; a. r.        2        4        »

  _Id._ _id._ n. r.                       5       11       »

  4,250, Ancienne rivière au-dessus
           de la machine.                   2        6        »

         Nouvelle rivière vis-à-vis la
           machine.                         6        4        »

         Ancienne rivière au-dessous
           de la machine.                   6        8        9

Les divers devis pour les digues sont de l'année 1681, et signés de
Colbert.

Extrait des archives de la machine de Marly.


NOTE Nº 7.

Les renseignements suivants ont été pris dans les archives de la machine
de Marly:

1º La tour en pierre et l'aqueduc de Louveciennes ont été construits en
1684, sur les plans et sous la direction de Mansart. Les devis de ces
constructions, signés de lui, sont aux archives de la machine.

2º Dans un rapport de M. Lucas, contrôleur de la machine, adressé en
janvier 1784 à M. le comte d'Angeviller, on trouve l'observation
suivante sur la cause qui fit élever la tour:

«Le point capital de l'établissement de la grande tour a été d'y monter
l'eau de la rivière, afin de dominer tous les endroits où cette eau
communique.»

3º Dans une note sur les contrôleurs, qui paraît aussi avoir été écrite
par M. Lucas, on lit:

«M. Delespine père, contrôleur de la machine, l'a été environ
quarante-quatre ans; il est entré au département de la machine en 1707,
sous le règne de Louis XIV, et sous le gouvernement du chevalier Arnold
de Ville, qui n'est mort qu'en 1722. Il était gouverneur (M. de Ville)
depuis le commencement de la machine, et a été le seul qu'il y ait eu
dans ce département.»

Et plus loin:

«Après M. Lambert, qui a été le premier contrôleur, c'est M. _Cochu_ qui
l'a remplacé. Il était ingénieur des fortifications que l'on faisait
dans ce temps a Maubeuge, et c'est le chevalier de Ville qui l'a tiré de
cet endroit pour le faire venir à la machine.»

4º En 1792, M. Gondouin, contrôleur, adresse à M. Laporte, intendant de
la liste civile, un rapport dans lequel il fait l'historique suivant des
officiers de la machine:

«Lors de la construction de la machine, en 1680, le sieur de Ville,
mécanicien et inventeur de la machine, en fut nommé le gouverneur, avec
18 à 20,000 livres, et le logement du pavillon de Luciennes, occupé
aujourd'hui par madame du Barry. Les sieurs Lambert, Petit et Cochu,
successivement contrôleurs, jusqu'en 1683, eurent 4,000 livres
d'appointements, et 1,000 livres de gratification. Le sieur Delespine
père eut le même traitement jusqu'en 1742, où il fit recevoir son fils
adjoint à sa place, et demanda que sur les 4,000 livres de traitement il
en fût donné 1,000 livres a son fils. A la mort de M. Delespine père, le
fils lui succéda jusqu'en 1749, et il n'eut plus pour appointements que
3,000 livres et 1,000 livres de gratification. Le sieur Tarbé succéda au
sieur Delespine fils en 1749, avec les mêmes appointements jusqu'en
1754, où il obtint de commuer en pension sa gratification de 1,000
livres. Le sieur Lucas succéda au sieur Tarbé en 1768, et n'eut plus que
3,000 livres, sans aucune espèce de gratification, ce qui est mon
traitement actuel.»

5º Les personnes qui attribuent à Rennequin l'invention de la machine
donnent comme une preuve les faveurs du gouvernement envers sa famille;
et ils racontent qu'une demoiselle Lambotte, presque centenaire, et
petite-nièce de Rennequin, était logée aux bâtiments de la machine, et
jouissait d'une pension prise sur les fonds affectés à l'entretien de
l'établissement. On va voir par la lettre ci-après quelles étaient ces
faveurs du gouvernement.

Lettre du sieur Lucas, contrôleur de la machine, à M. le comte
d'Angeviller:

«Monsieur le comte,

»J'ai l'honneur de vous informer du décès de mademoiselle Marie-Benoist
Lambotte, fille d'un ancien inspecteur de ce département, qui jouissait
d'un petit logement dans les mansardes au-dessus de celui de
l'inspecteur actuel, et d'une pension de 400 livres sur le trésor royal.

»Je suis, etc.»

C'était là une faveur que l'on accordait a toutes les femmes des
employés de la machine morts en exercice.


NOTE Nº 8.

Renseignements sur de Ville et Rennequin, puisés dans divers ouvrages:

1º Curiosités de Paris, de Versailles, Marly, Vincennes, Saint-Cloud et
ses environs, par Claude Saugrain; Paris, 1716.

Cette machine (de Marly) étonnante _a été inventée par le chevalier de
Ville_, et n'a sûrement jamais eu de pareille dans le monde.

2º Nouvelle description des châteaux et parcs de Versailles et de Marly,
par Piganiol de la Force; Paris, 1764.

La grosseur de ce volume, dit Piganiol, suffirait à peine pour en
décrire la construction (de la machine), les mouvements et les effets.
Peu de gens sont d'ailleurs capables de les comprendre, puisque _M. de
Ville assure qu'il n'a presque trouvé que feu M. le maréchal de Vauban
qui, en voyant ce merveilleux ouvrage, en ait connu la plupart des
effets_.

3º Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de
la France, par l'abbé Expilly; Amsterdam, 1766.

_Cette machine a été inventée par le chevalier de Ville_.

4º État de la France.--Janvier 1708.

La machine de Marly, qui fournit d'eau de la rivière de Seine les
châteaux de Marly, de Versailles et de Trianon.

_M. le baron de Ville_ a le gouvernement et la direction de cette
machine, lequel a d'appointements et de pension 12,000 livres.

Entretien de la ferrure des pistons et de la serrurerie des bâtiments,
le sieur Lempérier.

Entretien des ouvrages de cuivre, le sieur Lemoine.

Entretien des couvertures des maisons dépendantes de la machine, le
sieur Charuel.

Entretien des cuirs forts pour les pompes, le sieur Nolant.

Entretien de la maçonnerie, du moellon et cailloux des digues, le sieur
Loison.

Entretien des vitres, le sieur Cosset.

Entretien du pavé des puisards, le sieur Regnout.

Un contrôleur, M. Delespine.

Un garde-magasin, le sieur Creté.

Un charpentier liégeois, le _sieur Rennequin_.

Les fêtes et dimanches, les Récollets viennent dire la messe à cette
machine pour les ouvriers.


NOTE Nº 9.

L'ARRIVÉE DE LA SEINE AU CHATEAU DE MARLY.

Poëme, par M. Cassan, _Mercure galant_, année 1699.

L'auteur décrit d'abord le cours de la Seine avant son arrivée au
château de Marly.--Au moment où le fleuve se resserre par suite des
travaux d'endiguement, il décrit ainsi la machine:

    Mais enfin son penchant lui faisant violence,
    L'entraîne dans ce lieu, malgré sa résistance,
    Et fait voir à la nymphe, au delà du tournant,
    Le formidable objet d'un travail surprenant.
    Comme on voit en hiver la forêt des Ardennes,
    Quand la bise a fait choir le feuillage des chênes,
    Et chassé les voleurs de tous les défilés,
    Présenter ses vieux troncs qui paraissent brûlés;
    Ainsi se voit de loin la machine effroyable,
    Ouvrage de nos jours, qui paraît incroyable,
    Avec tout l'attirail de son corps hérissé
    De rouage et de ponts, l'un sur l'autre exhaussé,
    Dont les bras, s'étendant vers le haut de la côte,
    Meuvent les balanciers comme on voit une flotte,
    Que la vague entretient dans le balancement,
    Incliner tous ses mâts à chaque mouvement.
    Quoi! dit-elle en voyant la machine étonnante,
    Serai-je donc contrainte à poursuivre ma pente,
    Et me faire rouer parmi tous les ressorts
    Que je vois remuer par de si grands efforts!
    Non, non, dit-elle alors, la nymphe de la Seine
    Se mêlera plutôt avec l'eau qui l'entraîne,
    Et, par son changement, saura bien éviter
    Les outrages cruels qu'elle voit apprêter.
    Ainsi dit, à l'instant elle se rend liquide;
    Son corps va se mêler avec l'onde rapide,
    Et, dans le fil de l'eau, tâche de s'allonger,
    Croyant par ce moyen éviter le danger.
    Mais en vain, car aux ponts cent pompes aspirantes
    L'enlèvent de son lit à reprises fréquentes,
    Et la livrent ensuite aux pistons refoulants,
    Qui font pour l'enlever des efforts violents.
    Alors par ces efforts elle sent qu'elle monte
    Vers le haut du coteau dans des tuyaux de fonte,
    Qui vont la revomir au prochain réservoir,
    Où cent autres tuyaux viennent la recevoir.
    Là, les pistons changeant leur manière ordinaire,
    Pressent de bas en haut par un effet contraire.
    Elle reçoit le jour pour la seconde fois,
    Et reprend en ce lieu l'usage de la voix,
    Pour se plaindre en passant _du chevalier de Ville_
    Qu'elle voit sur sa gauche avec son air tranquille.
    _Qui t'oblige_, dit-elle, _avec ton art maudit,
    A venir malgré moi m'enlever de mon lit_?
    A ces mots les pistons lui coupant la parole,
    Le clapet la retient, s'ouvrant à tour de rôle,
    Et la fait parvenir, après tant de détours,
    Sur le haut du regard pour lui donner son cours.
    De là sur l'aqueduc, sa pente naturelle
    Lui fait prendre bientôt une route nouvelle.
    Enfin elle descend par des tuyaux de fer
    Dans un long réservoir appelé _Trou d'Enfer_.

Après cette description, le poëte la fait arriver dans les jardins de
Marly, où, brillant d'un nouvel éclat, elle concourt à l'ornement des
jardins du grand roi.

Ces vers sont reproduits dans _le Mercure de France_ d'avril 1739.


NOTE Nº 10.

En 1681, Charles II d'Angleterre, sachant combien Louis XIV désirait
avoir de l'eau à Versailles, lui envoya sir Samuel Morland, célèbre
mécanicien anglais. Ce sir Morland fut d'abord employé par Cromwell à
des missions diplomatiques. Après le rétablissement de Charles II sur le
trône, il fut tout à fait dans les bonnes grâces du roi, qui le créa
baronnet, gentilhomme de la chambre privée, et le nomma maître des
mécaniques du roi. Il venait d'inventer une machine qui élevait l'eau de
la Tamise jusqu'à la plus haute corniche du château de Windsor, quand
Charles II, croyant faire plaisir au roi de France, lui envoya cet
ingénieur. En 1683, Morland fut reçu par Louis XIV, dans son château de
Saint-Germain, où il lui expliqua ses inventions. Il chercha à démontrer
au roi qu'à l'aide d'une mécanique beaucoup plus simple et bien moins
dispendieuse que la machine de Marly, il obtiendrait un résultat bien
plus satisfaisant, puisqu'il avait la prétention de faire arriver d'un
seul jet l'eau de la Seine sur les hauteurs de Louveciennes. Il paraît
que ses démonstrations ne convainquirent pas le roi, puisque l'on n'en
continua pas moins les travaux de la machine. Il fit un essai de son
invention au château du président de Maisons; cet essai n'eut point un
résultat favorable; il en explique la raison dans un ouvrage qu'il
publia en 1685, intitulé:

Élévation des eaux pour toutes sortes de machines, réduites à la mesure,
au poids, à la balance, par le moyen d'un nouveau piston et corps de
pompe, et d'un nouveau mouvement cyclo-elliptique, en rejetant l'usage
de toute sorte de manivelles ordinaires.--Paris, Michallet, 1685, in-4º.

Après avoir décrit sa nouvelle invention, il parle ainsi des
explications qu'il fit devant Louis XIV:

«C'est par le moyen de cette nouvelle manière de piston, corps de pompe,
et mouvement cyclo-elliptique, que l'on peut aisément, et en peu de
temps, fabriquer une petite machine et la réduire à la mesure, au poids
et à la balance, conformément aux démonstrations oculaires et
convaincantes que j'ai eu l'honneur de montrer au roi, à Saint-Germain,
en l'année 1683. Et cette machine, dont la construction ne montera pas à
une grande somme, ni son entretien annuel à dix pistoles, peut pousser,
par la force d'un cheval, tout le produit d'eau de la fontaine de la
ville d'Avrée, jusqu'au haut du château de Versailles, d'ici à cent
années, tout au long du grand chemin, dans un tuyau de plomb d'environ
sept lignes de diamètre intérieur, et d'environ trois lignes et demie ou
quatre d'épaisseur.»

Et plus loin, en parlant de l'essai qu'il fit au château de Maisons, il
dit:

«Que si j'avais eu douze grandes roues pareilles, posées dans un
bâtiment d'un moulin, semblable à celui de Maisons, la où la rivière de
Seine aurait eu une pente de huit ou neuf pieds, j'aurais fait lever
plus de deux mille pouces d'eau à la hauteur perpendiculaire de quatre
cents pieds, par des machines qui auraient duré plus d'un siècle, sans
avoir coûté cinq cents pistoles par année pour les entretenir.»

On voit ici une critique indirecte de la machine de Marly, dont
l'entretien annuel était fort coûteux.


NOTE Nº 11.

Nous devons a l'obligeance de M. Parent de Rosan communication d'un
travail manuscrit de M. Stanislas Bormans, archiviste de Liége, sur
cette question controversée de l'auteur de la machine, d'où il résulte
les faits suivants relatifs à de Ville.

De Ville, né le 15 mai 1653, était fils de Reynaud de Ville, bourgmestre
de Ville. Il passa la plus grande partie de sa jeunesse chez les comtes
de Marchin, seigneurs de Modave. C'est dans ce domaine qu'il fit
exécuter, avec Rennequin, la machine dont la célébrité engagea Colbert à
le faire venir à Versailles. Après la construction de la machine, il en
fut nommé gouverneur, et, Louis XIV lui ayant fait construire une
habitation, il resta en France. Mais il avait toujours les yeux tournés
vers son pays, et, a la mort du dernier comte de Marchin, il acheta la
terre des Modaves, dont il devint ainsi le seigneur, et y mourut le 22
février 1722.

M. Bormans a retrouvé dans l'église de Modave sa pierre tumulaire,
portant l'inscription suivante:

Ci gist noble et illustre seigneur, Arnould de Ville, baron libre du
Saint-Empire romain, seigneur des Modaves, etc., né le 15 mai
1653,--mort le 22 février 1722.

Il a retrouvé aussi son testament, dans lequel est ainsi consignée l'une
de ses volontés:

J'ordonne que tous les ouvrages que j'ai composés, concernant les
constructions de la machine de Marly, soient imprimés suivant mes
_desseins_ (sic) en grand.

Le dernier des comtes de Marchin, Ferdinand, vint en France à l'âge de
dix-sept ans, après la mort de son père. Capitaine-lieutenant des
gendarmes de Flandres, en 1673, on le voit s'élever de grade en grade
jusqu'à celui de maréchal de France, qui lui fut conféré en 1703. Il est
très-probable que, tenant déjà un rang distingué à la cour de France, il
fit savoir à Colbert, qui recherchait partout les moyens de faire venir
de l'eau à Versailles, l'établissement de la machine hydraulique
exécutée dans son domaine de Modave, par de Ville et Rennequin. Il
mourut sans postérité, à la suite d'une blessure qu'il reçut dans un
combat près de Turin, le 7 septembre 1706. Ce fut à cette époque et par
suite de l'extinction des comtes de Marchin, que le chevalier de Ville
se rendit propriétaire du domaine des Modaves, et que probablement il
reçut le titre de baron du Saint-Empire romain, attaché à quelques-unes
des terres de ce domaine, achetées par le père du dernier comte de
Marchin. Quoique devenu seigneur des Modaves, il n'en conserva pas moins
le titre de gouverneur de la machine de Marly jusqu'à sa mort, arrivée
le 22 février 1722.


NOTE Nº 12.

FAMILLE DE VILLE.

Anne-Léon de Montmorency, premier du nom, chef des noms et armes de sa
maison, baron de Fosseux, seigneur de Courtalain, Bois-Ruffin, le
Plessis, d'Arroue, etc., né en 1705, appelé le baron de Montmorency,
successivement capitaine-lieutenant de la compagnie des gendarmes
d'Anjou en février 1735, brigadier de cavalerie le 20 février 1743,
capitaine-lieutenant des gendarmes de la reine en décembre 1744;
maréchal de camp le 1er mai 1745; menin de feu M. le Dauphin en 1746;
lieutenant général des armées du roi le 10 mai 1748; nommé chevalier de
ses ordres le 2 février 1749; reçu le 25 mai suivant, et chevalier
d'honneur de Madame Adélaïde, en octobre 1750, fille de feu Louis XV, a
été nommé, le 21 octobre 1771, commandant en chef du pays d'Aunis.--Il a
épousé: _1º le 11 décembre 1730, Anne-Marie Barbe de Ville, morte en
couche le 13 août 1731, fille et unique héritière de feu Arnold de
Ville, chevalier, baron libre du Saint-Empire romain, etc., gouverneur
et directeur de la machine de Marly, dont il était l'inventeur, et
d'Anne-Barbe de Courcelles_; et 2º le 23 octobre 1752,
Marie-Madeleine-Gabrielle de Charette de Montebert, d'une ancienne
noblesse de Bretagne, veuve, en premières noces, de Louis de Serent,
marquis de Kerfily, et en secondes, de Henri-François, baron d'Avaugour,
comte de Vertus, etc.

    Extrait du Dictionnaire de la noblesse, par de la Chesnaye-Desbois,
    tom. X, p. 411.

Ajoutez à l'article de Anne-Léon de Montmorency: Il épousa, le 11
décembre 1730, Anne-Barbe de Ville, morte à Paris le 13 août 1731, dans
sa dix-neuvième année, fille d'Armand, baron de Ville, et d'Anne-Barbe
de Courcelles, dont il eut [*] N. de Montmorency, né au mois d'août
1731.

     Extrait de l'Histoire généalogique de France, par le P. Anselme,
     tom. IX, p. 417.

[*] Ce fils fut Anne-Léon de Montmorency, deuxième du nom, appelé le
marquis de Fosseux, né le 11 août 1731; par son mariage en secondes
noces avec Charlotte-Anne-Françoise de Montmorency-Luxembourg, le 21
septembre 1767, il a pris le titre de duc de Montmorency, que lui
apportait sa femme.

     Dictionnaire de la noblesse de la Chesnaye-Desbois, tom. IX, p.
     411.


MORTS DANS LE MOIS D'AOUT 1731.

Le 13 de ce mois, dame Anne-Marie-Barbe de Ville, épouse de Anne-Léon de
Montmorency, chef du nom et armes de la maison, premier baron chrétien
en France, enseigne des gendarmes de Berry, seigneur de Courtalin,
Bois-Ruffen, le Plessis-d'Arouë, le Poilay, le Vernay, les deux Modaves,
de Biemrcé, de Banderesse, de Fermée, Termoyne, etc., mourut âgée de
dix-huit ans sept mois.

     _Mercure de France_, août 1731, p. 2044.

On lit dans les mémoires du duc de Luynes, à la date du mardi 2 mai
1739:

«Madame de Châteaurenaud a un frère qu'on appelle le baron de
Montmorency, qui est celui qui avait épousé mademoiselle de Ville (_M.
de Ville était chargé de l'entretien de la machine de Marly et en était
regardé comme l'auteur_). M. le baron de Montmorency est veuf depuis
quelques années.»


NOTE Nº 13.

Acte de baptême de Rennequin, ou mieux Renier Sualem, extrait des
registres d'état civil tenus par les anciens curés de Jemeppe, province
de Liége:

«29ª januarii 1645, baptisatus Renerus filius Renardi Sualem, et
Catharinæ David, susc. Leonardo Alard et Anna Simon.»

Acte de décès de Rennequin, extrait des registres de l'état civil de la
commune de Bougival, département de Seine-et-Oise:

«L'an de grâce mil sept cent huit, le lundy trentième de juillet, a esté
inhumé dans l'église de Notre-Dame de Bougival le corps de deffunt René
Soüalem, autrement dit Rennequin, premier ingénieur du roy à la machine
et constructeur de la machine, mort d'hier à onze heures et demie du
matin, âgé de soixante-quatre ans et demi, en présence de M. Levesque,
curé, M. Lherminot, brodeur du roy, de M. Prévotel, vicaire de cette
paroisse, qui ont signé: Lherminot, Levesque, Prévotel, Ricard.»

ÉPITAPHE GRAVÉE SUR LA TOMBE DE RENNEQUIN.

D. O. M.

«Cy-gissent honorables personnes sieur Rennequin Sualem, seul inventeur
de la machine de Marly, décédé le 29 juillet 1708, âgé de
soixante-quatre ans, et dame Marie Nouelle, son épouse, décédée le 4 mai
1714, âgée de quatre-vingt-quatre ans, laquelle, pour satisfaire à la
dernière volonté dudit deffunct sieur Rennequin, son mari, a fondé à
perpétuité en cette église de Bougival une messe basse tous les premiers
lundys de chaque mois de l'année, un service complet le 29 juillet de
chaque année, jour du déceds dudit deffunct, et vingt libéras pour être
dits sur leurs _sepulturs_, scavoir les quatre grandes festes de
l'année, les quatre _principalles_ festes de la sainte Vierge, et les
douze autres tous les premiers dimanches de chaque mois de l'année, à
l'issue des vespres; à quoi les sieurs curé et marguilliers de l'œuvre
et fabrique de ladite paroisse se sont obligés faire dire et célébrer
mesme fournir les pain, vin, luminaire et ornements nécessaires, et ce,
moyennant certaine _sôme_ que ladite dame leur a payée, _ainssy_ qu'il
est plus au long porté par le contract passé devant Dupuis et Gervais,
notaires au Châtelet de Paris, le 2 août 1710.

»Priez Dieu pour leurs âmes.»



VII

DÉTAILS INÉDITS

SUR LA MORT DE LOUIS XIV.

1715.


Le lundi 26 août 1715, le roi Louis XIV venait de subir une opération
douloureuse. Couché sur son lit de mort, il voulut dire un dernier adieu
au jeune Dauphin, son successeur. A midi, madame de Ventadour,
gouvernante du prince, l'amena dans la chambre du roi, qui, après
l'avoir embrassé et fait placer sur son lit, lui adressa quelques
conseils dans lesquels ce monarque, en faisant l'aveu solennel de ses
fautes, montra plus peut-être la grandeur de son caractère que dans
aucune autre circonstance de sa vie.

Les paroles prononcées par Louis XIV dans cette occasion furent
entendues d'un grand nombre de courtisans. La plupart les répétèrent
plus ou moins fidèlement: de là les nombreuses versions qui en ont été
données, où, tout en conservant les idées principales, les divers
historiens du grand roi ont ajouté ou retranché suivant le besoin de
leurs éloges ou de leurs critiques.

La première donnée au public parut dans les premiers jours d'octobre
1715, un mois environ après la mort de Louis XIV. Elle se trouve dans un
écrit intitulé: _Journal historique de tout ce qui s'est passé depuis
les premiers jours de la maladie de Louis XIV, jusqu'au jour de son
service à Saint-Denis_, par le sieur Lefebvre. Voici comment l'auteur
s'exprime: «Sa Majesté fit venir le Dauphin dans sa chambre, où il entra
avec madame la duchesse de Ventadour, sa gouvernante, et après l'avoir
embrassé, elle lui dit:--Mignon, vous allez estre un grand roy; mais
tout vostre bonheur dépendra d'estre soumis à Dieu, et du soin que vous
aurez de soulager vos peuples. Il faut pour cela que vous évitiez autant
que vous le pourrez de faire la guerre. C'est la ruine des peuples. Ne
suivez pas le mauvais exemple que je vous ay donné sur cela: j'ay
entrepris la guerre trop légèrement, et l'ay soutenue par vanité; ne
m'imitez pas! mais soyez un prince pacifique, et que vostre principale
application soit de soulager vos sujets. Profitez de la bonne éducation
que madame de Ventadour vous donne, obéissez-luy, et suivez les bons
sentiments qu'elle vous inspire.»

Cette version est-elle la bonne? Certainement elle renferme au fond ce
qu'a dit Louis XIV; mais a-t-il dû s'exprimer dans ces termes? Sans
doute il se repentait de ses guerres trop nombreuses et des maux
qu'elles avaient attirés sur ses peuples, et il recommandait à son
petit-fils de ne pas l'imiter en cela; mais on ne peut croire qu'il ait
été jusqu'à se servir de ces expressions: «Ne suivez pas le mauvais
exemple que je vous ay donné sur cela,» et qu'il ait encore ajouté,
comme s'il ne se fût pas assez humilié: «J'ai souvent entrepris la
guerre trop légèrement et l'ay soutenue par vanité.» Non, Louis XIV ne
pouvait ni penser, ni dire que ce fût par vanité qu'il eût soutenu ses
guerres! Il avait vu, dans ses dernières années, le royaume à deux
doigts de sa perte par suite de la guerre, et il recommandait à son
successeur de l'éviter autant que possible pour le bonheur de ses
sujets, voilà tout.

A peu près à la même époque, Saint-Simon, ce courtisan frondeur,
rapportait aussi à sa manière les paroles de Louis XIV: «Mon enfant,
vous allez être un grand roi; ne m'imitez pas dans le goût que j'ai eu
pour les bâtiments ni dans celui que j'ai eu pour la guerre; tâchez, au
contraire, d'avoir la paix avec vos voisins. Rendez à Dieu ce que vous
lui devez; reconnaissez les obligations que vous lui avez; faites-le
honorer par vos sujets. Suivez toujours les bons conseils; tâchez de
soulager vos peuples, ce que je suis assez malheureux pour n'avoir pu
faire. N'oubliez point la reconnaissance que vous devez à madame de
Ventadour.»

Si le fond des pensées est le même que dans la version précédente, la
forme en est complétement changée. Puis Saint-Simon, déprédateur
constant des constructions de Louis XIV, et en particulier de
Versailles, n'étant pas fâché, pour excuser ses amères critiques, de
supposer qu'à ses derniers moments ce prince pensait comme lui, ne
craint pas de le faire s'accuser d'une faute de plus en mettant dans sa
bouche cette phrase évidemment inventée par lui: «Ne m'imitez pas dans
le goût que j'ai eu pour les bâtiments.» Il ajoute encore cette autre
phrase que l'on ne trouve pas dans les paroles rapportées par Lefebvre,
en parlant de Dieu: «Faites-le honorer par vos sujets.»

En 1742, Bruzen de la Martinière, dans la continuation de l'_Histoire de
Louis XIV_, commencée par Larrey, adopte la version de Saint-Simon, sauf
la phrase: «Ne m'imitez pas dans le goût que j'ai eu pour les
bâtiments,» qu'il supprime.

Reboulet, dans son _Histoire de Louis XIV_, publiée en 1744, copie d'un
bout à l'autre le _Journal historique_ de Lefebvre.

Enfin, le père Daniel, en 1756, revient à la version de Saint-Simon,
corrigée par la Martinière.

Puis vient Voltaire! Voltaire historiographe de France, Voltaire
écrivant le _Siècle de Louis XIV_, devait avoir une autre importance que
ceux qui jusqu'alors avaient rapporté ces paroles. Il en sentait toute
la gravité; il puisait aux sources les plus authentiques, et ce qu'il
allait dire devait être la vérité. Aussi, voyez s'il est possible de
douter de son récit! «Son successeur, dit-il, a toujours conservé
écrites, au chevet de son lit, les paroles remarquables que ce monarque
lui dit, en le tenant sur son lit entre ses bras: ces paroles ne sont
point telles qu'elles sont rapportées dans toutes les histoires; les
voici _fidèlement copiées_:--«Vous allez être bientôt roi d'un grand
royaume. Ce que je vous recommande plus fortement est de n'oublier
jamais les obligations que vous avez à Dieu. Souvenez-vous que vous lui
devez tout ce que vous êtes. Tâchez de conserver la paix avec vos
voisins. J'ai trop aimé la guerre; ne m'imitez pas en cela, _non plus
que dans les trop grandes dépenses que j'ai faites_. Prenez conseil en
toutes choses, et cherchez à connaître le meilleur pour le suivre
toujours. Soulagez vos peuples le plus tôt que vous pourrez, et faites
ce que j'ai eu le malheur de ne pouvoir faire moi-même, etc.»

Voltaire avait raison, Louis XV a toujours conservé, écrites au chevet
de son lit, les dernières paroles de Louis XIV; mais Voltaire ne disait
plus vrai lorsqu'il ajoutait qu'il les donnait «_fidèlement copiées_;»
car si rien n'est omis de ce qui y était écrit, tout est transposé,
arrangé pour l'effet de la phrase, et n'a plus cet abandon qui donne
tant de vérité à ces paroles que Louis XV pouvait lire tous les jours.
Il y a mieux, si Voltaire, tout en arrangeant, n'a cependant rien
retranché, il a au contraire ajouté. Ainsi, nous retrouvons encore ici
la fameuse phrase de Saint-Simon sur les dépenses. C'est que Voltaire,
comme Saint-Simon, critiquait les dépenses de Louis XIV[101], et que,
comme lui, il tenait, par le repentir du prince, à montrer combien il
avait raison.

Jusqu'à ce jour, cependant, la version donnée par Voltaire était
considérée comme la bonne, et presque tous ceux qui écrivirent sur Louis
XIV depuis lui, ne firent que la copier.

Le hasard nous fit trouver la minute d'après laquelle fut faite la copie
placée dans la chambre à coucher du roi Louis XV; nous allons la
transcrire, et l'on pourra juger ainsi quelles altérations on lui a fait
subir.

Lorsque Louis XIV fit venir le jeune Dauphin et prononça les paroles,
que nous allons rapporter, l'un des secrétaires écrivait dans la chambre
même tout ce que disait ce prince. Madame de Ventadour, gouvernante du
Dauphin, frappée de la grandeur de cette scène, et persuadée que ces
conseils du grand roi pouvaient avoir une heureuse influence sur la
jeune imagination de son élève, voulut, en les plaçant constamment sous
ses yeux, les graver dans sa mémoire. Elle envoya donc la minute qui lui
fut remise par le secrétaire à Charles Gilbert, maître à écrire du
Dauphin, et l'un des calligraphes les plus distingués de cette époque,
avec ordre d'en faire immédiatement une copie sur vélin pour la placer
au chevet du lit du jeune prince. Voici ces paroles telles qu'elles sont
sur le manuscrit:

«Mon cher enfant, vous allez estre le plus grand roy du monde. N'oubliez
jamais les obligations que vous avez à Dieu. Ne m'imitez pas dans les
guerres, taschez de maintenir tousjours la paix avec vos voisins, de
soulager vostre peuple autant que vous pourrez, ce que j'ay eu le
malheur de ne pouvoir faire par les nécessitez de l'Estat. Suivez
tousjours les bons conseils, et songez bien que c'est à Dieu à qui vous
devez tout ce que vous estes[102]. Je vous donne le père Letellier pour
confesseur, suivez ses advis et ressouvenez-vous toujours des
obligations que vous avez à madame de Ventadour[103].»

Gilbert se mit aussitôt à la besogne. Une copie textuelle sur vélin,
ornée de majuscules dorées, fut faite en quelques jours. Mais tandis
qu'il s'empressait de se conformer aux désirs de la gouvernante, la
mort, encore plus prompte, venait frapper le monarque. Louis XIV mort,
tout changeait dans l'État. Le père Letellier, qui était resté auprès du
roi jusqu'à son dernier moment, fut envoyé en exil par le régent. L'on
ne pouvait donc laisser sous les yeux du jeune souverain la
recommandation de son bisaïeul, de conserver ce jésuite pour son
confesseur.

Gilbert reçut alors l'ordre de faire une autre copie et de supprimer la
phrase ayant rapport au confesseur, et c'est cette copie qui fut placée
dans la chambre à coucher de Louis XV.

La minute envoyée à Gilbert, la première copie sur vélin qu'il en avait
faite, et deux autres aussi sur vélin avec la correction, furent
précieusement conservées par lui et transmises à son petit-fils, P.-Ch.
Gilbert, qui lui succéda dans sa charge de maître à écrire du Dauphin.
Celui-ci la garda jusqu'à l'époque de sa mort, arrivée vers 1789, et
c'est alors qu'elles passèrent entre les mains de son neveu, F.
Dumesnil de Saint-Cyr, dernier maître à écrire du Dauphin (Louis XVII).
C'est à la mort de M. de Saint-Cyr, survenue à Versailles en 1845, que
l'une de ses héritières, mademoiselle Ducroset, nous montra ce curieux
document historique au milieu des précieux manuscrits renfermés dans le
cabinet de son oncle, et c'est entre les mains de cette demoiselle qu'il
se trouve aujourd'hui.

Les faits que nous venons de raconter ne laissent aucun doute sur
l'authenticité de ce document, et fixent d'une manière positive la
nature des paroles prononcées par Louis XIV mourant à l'héritier de sa
couronne.



VIII

RELEVÉ DES DÉPENSES

DE MADAME DE POMPADOUR

DEPUIS LA PREMIÈRE ANNÉE DE SA FAVEUR JUSQU'A SA MORT.


On sait que Jeanne-Antoinette Poisson, mariée fort jeune au sous-fermier
général Lenormand d'Étiolles, ne tarda pas à devenir la maîtresse de
Louis XV. La mère de madame d'Étiolles, ambitieuse et intrigante, avait
toujours rêvé pour sa fille le rôle _honorable_ auquel elle venait de
parvenir. Elle lui fit, en conséquence, donner une éducation brillante,
et lui inspira surtout le goût des arts. Ce fut en 1745 qu'elle fut
reconnue maîtresse en titre du roi et créée par lettres patentes
marquise de Pompadour.

C'est de cette année 1745 que date le manuscrit dont nous allons nous
occuper. C'est un petit in-quarto sur papier gros et gris. Écrit en
petit caractère et sans orthographe, il paraît être de la main de
quelque employé de la maison de la marquise, et a été composé sur des
notes dont un grand nombre ont été écrites par madame de Pompadour
elle-même, ainsi qu'il est facile de le voir quand le copiste, ne se
donnant pas la peine de changer ce qu'il a sous les yeux, parle à la
première personne, comme dans cet article: _J'avais en vaisselle
d'argent pour_, etc., et dans cet autre: _Gages de mes domestiques_,
etc.--Il est recouvert d'une feuille de papier jaune sur laquelle est
écrit: _Énorme dépense_. La première feuille porte ce titre: _État des
dépenses faites pendant le règne de madame la marquise de Pompadour, à
commencer le 9 septembre 1745 jusqu'au 15 d'avril 1764_.--C'est le jour
où elle est morte.

La première partie du manuscrit est consacrée aux dépenses des
bâtiments. Madame de Pompadour aimait beaucoup les constructions.
Non-seulement elle fit réparer à grands frais plusieurs propriétés
qu'elle avait achetées, mais encore elle fit élever un assez grand
nombre de maisons. Son jeune frère, Poisson, connu sous le nom de
marquis de Marigny, qui fut directeur gérant des bâtiments du roi, la
seconda dans ses vues. Il dirigea particulièrement la construction du
charmant château de Bellevue, qui a depuis appartenu à Mesdames de
France, et dont il ne reste plus de traces aujourd'hui.--Ce chapitre est
intitulé: _État des sommes payées par ordre du roi par le sieur de
Montmartel sur les travaux et bâtiments de Crécy, Bellevue et autres
endroits, suivant les mandements visés par les sieurs de l'Assurance,
d'Isle, et Maurenzel._

_Crécy et Aunay._--Crécy était un fort joli château, faisant aujourd'hui
partie du département d'Eure-et-Loir. Madame de Pompadour en fit
l'acquisition, en 1748, pour la somme de 650,000 l. Elle acheta en même
temps, 140,000 l., la terre d'Aunay, qui touche à Crécy. Les travaux
qu'elle y fit faire, pendant les années 1748, 1749, 1750, 1751, 1752,
1753, 1754, s'élevèrent à la somme de 3,288,403 l. 16 s. 6 d.

_La Celle_ est une charmante propriété, à la porte de Versailles. Madame
de Pompadour l'acheta 260,000 l., en 1749. Les sommes payées pour
l'embellissement du château, pendant les années 1749 et 1751,
s'élevèrent à 68,114 l. 15 s. 4 d.

En 1749, Louis XV lui donna une portion du terrain du petit parc de
Versailles, sur lequel elle fit construire une jolie habitation qu'elle
appela son _Ermitage_. La construction de l'_Ermitage_ lui coûta 283,013
l. 1 s. 5 d.

Madame de Pompadour ne s'arrêtait pas dans son goût de construction
qu'elle sut faire partager à Louis XV. Elle venait de créer un charmant
bijou dans sa propriété de l'Ermitage, elle voulut construire un
véritable château, avec son parc et ses jardins. Il existait sur la côte
qui domine la Seine, entre Sèvres et Meudon, des terres qui
appartenaient au roi; Louis XV les lui donna, et, grâce au goût de
Marigny, l'on vit s'élever l'une des plus jolies habitations princières
des environs de Paris. _Bellevue_, nom que méritait bien cette charmante
maison, fut construite en 1750. Elle revint à 2,526,927 l. 10 s. 11 d.

Outre ces propriétés, madame de Pompadour avait encore des habitations
particulières dans les principales résidences royales. A Versailles, à
Compiègne, à Fontainebleau et à Paris.

A Versailles, le roi lui donna, en 1752, le terrain sur lequel se
trouvait, sous Louis XIV, la Pompe ou Tour d'Eau, détruite en 1686. Elle
y fit construire un hôtel qui lui revint à 210,844 l. 14 s. 10 d. C'est
aujourd'hui l'_Hôtel des Réservoirs_ ou _restaurant Duboux_. On avait
fait établir contre le mur du réservoir de l'Opéra un corridor qui
permettait d'aller du château dans cet hôtel. Madame Duhausset en parle
dans un endroit de ses Mémoires: «J'avais, dit-elle, un très-joli
appartement à l'hôtel, où j'allais presque toujours à couvert, etc.»

Dans son hôtel de Compiègne, elle dépensa, en 1751, 1752 et 1753, 30,242
l. 7 s. 8 d.

A Fontainebleau, elle fit construire, en 1753, à l'imitation de celui de
Versailles, un ermitage qui lui revint à 216,382 l. 18 s. 8 d. Elle
acheta à Paris l'hôtel d'Évreux, qu'elle paya 730,000 l., et y dépensa,
en 1754, 95,169 l. 6 s.

On trouve encore, au chapitre des dépenses des bâtiments, diverses
sommes pour des institutions religieuses. Ainsi l'on voit, pour le
couvent des ursulines de Poissy, dont sa tante du côté maternel madame
Sainte-Perpétue était l'abbesse, une somme de 4,908 l. 15 s. 10 d., et
pour les dames de l'Assomption de Paris, une autre somme de 32,069 l. 14
s. Enfin l'on voit le marquisat de Pompadour y figurer pour 28,000 l.,
dépensées en 1753.--Dans ce chapitre des bâtiments se trouvent les noms
de tous les entrepreneurs et artistes qui ont été employés soit à
construire, soit à embellir ces diverses maisons. Les artistes qui ont
travaillé au château de Crécy et à Aunay sont: Rousseau, Verbeck et
Pigalle, sculpteurs; à la Celle, Rousseau, sculpteur; à l'Ermitage, près
Versailles, Rousseau et "Verbeck, sculpteurs, et Rysbrack, peintre de
fleurs; à son hôtel de Versailles, Rousseau et Verbeck, sculpteurs, et
Rysbrack, peintre; à Bellevue, Coustou, Rousseau, Maurisan, la veuve
Chevalier, Verbeck, sculpteurs; Nelson, Gavau, Brunelly, Oudry,
peintres; Janson, la veuve Cropel, dessinateurs; Martiniere, émailleur à
l'hôtel d'Évreux, à Paris, Verbeck, sculpteur; à l'Ermitage de
Fontainebleau, Verbeck.

A la suite du chapitre des dépenses de bâtiments vient un journal
commencé le 9 septembre 1745, et terminé en mars 1764, dans lequel est
inscrit, mois par mois, ce que recevait madame de Pompadour pour ses
dépenses ordinaires. L'on y voit que, pendant ces dix-neuf années, les
recettes, pour ses dépenses ordinaires, ont été de 1,767,678 l. 8 s. 9
d., et les dépenses de 977,207 l. 11 s. 6 d. Ce journal peut donner lieu
à quelques curieuses observations. Madame de Pompadour touchait une
pension qui lui était payée tous les mois, sans compter les sommes
qu'elle recevait du roi comme cadeau, toujours pour sa dépense
ordinaire. Cette pension était, la première année, de 2,400 l. par mois;
en 1746, 1747, 1748 et 1749, les sommes données s'élèvent souvent
jusqu'à 30,000 l. dans un mois; puis, dans les années suivantes, pendant
lesquelles la passion du roi pour sa maîtresse s'était beaucoup
affaiblie, l'on voit la pension se régulariser et se réduire presque
constamment à 4,000 l. par mois. On remarque encore que, pendant les
premières années, madame de Pompadour reçoit du roi des étrennes, qui
disparaissent aussi dans les années suivantes: ainsi, en 1747, année du
plus fort de la passion de Louis XV, elle reçoit 50,000 l. d'étrennes;
en 1749, elle n'en reçoit plus que 24,000 l., et depuis 1750, on ne les
voit plus figurer dans les comptes.

Les sommes qu'elle recevait du roi étant moins fortes et ses dépenses
habituelles étant toujours fort considérables, il fallait trouver
d'autres ressources. C'est dans le jeu et dans la vente de ses bijoux
que madame de Pompadour trouve le moyen d'équilibrer les recettes avec
les dépenses. Ainsi on la voit gagner au jeu à Marly, le 15 mai 1752,
9,120 l., et le 31 du même mois, 28,000 l.--En 1760, elle vend des
_bracelets de perles_ 12,960 l.--En 1761, elle vend encore des bijoux
pour 9,000 l.; en 1762, sa vente de bijoux et le gain du jeu lui
rapportent 20,489 l.

Ce journal est terminé par une récapitulation, dans laquelle les
recettes et leur emploi sont comparés année par année, et qui montre,
comme je l'ai indiqué en donnant le chiffre des recettes et des
dépenses, que madame de Pompadour savait très-bien dépenser tous les ans
ce qui lui était donné, et ne faisait aucune économie.

A la suite de ce journal se trouve une sorte de dénombrement des
richesses de madame de Pompadour et des dépenses autres que celles des
bâtiments. C'est particulièrement à cette partie que s'applique la
remarque faite plus haut, sur la manière dont l'auteur du manuscrit fait
souvent parler madame de Pompadour elle-même. Tous les articles de cette
partie sont curieux et méritent d'être cités:


_État de mes effets en général._

                                                        Livres.

   1. J'avais en vaisselle d'argent, pour                537,600

   2. Plus, en vaisselle d'or ou en collifichets         150,000

   3. Elle a dépensé pour ses menus plaisirs
  et en se satisfaisant                                1,338,867

   4. Pour sa bouche, pendant les dix-neuf
  années de son _règne_                                3,504,800

   5. Pour les voyages du roi, extraordinaires,
  comédies, opéras, faits et donnés en
  différentes maisons                                  4,005,900

   6. Gages pour mes domestiques, dix-neuf
  années                                               1,168,886

   7. Pensions que j'ai toujours faites, _jusqu'à
  ma mort_ (sic)                                        229,236

   8. Ma cassette, contenant quatre-vingt-dix-huit
  boîtes d'or, évaluées l'une dans
  l'autre à 3,000 livres                                 294,000

   9. Une autre cassette contenant tous mes
  diamants                                             1,783,000

  10. Une superbe collection de pierres gravées
  chez moi par le sieur le Guay,
  donnée au roi, estimée                                 400,000

Madame de Pompadour, qui dessinait fort bien, grava elle-même _une suite
de soixante-trois estampes_, d'après ces pierres. Ces gravures ont été
publiées et forment un petit in-folio, fort rare, dont il n'avait été
tiré qu'un très-petit nombre d'exemplaires pour faire des présents: en
1782, il en parut une autre édition in-quarto, qui est moins recherchée.
Ce fut à l'occasion de son talent pour le dessin que Voltaire, l'ayant
un jour surprise dessinant une tête, improvisa ce madrigal:

    Pompadour, ton crayon divin
    Devrait dessiner ton visage;
    Jamais une plus belle main
    N'aurait fait un plus bel ouvrage.

  11. En différents morceaux de vieux laque              111,945

  12. En porcelaine ancienne                             150,000

  13. Achat de pierres fines pour compléter la
        collection                                        60,000

  14. Linge pour draps et table, pour Crécy              600,452

  15. Plus, pour mes autres maisons                      400,325

  16. Ma garde-robe, tout compris                        350,235

  17. Ma batterie de cuisine pour toutes mes
        maisons                                           66,172

  18. Ma bibliothèque, y compris nombre de
        manuscrits[104]                                     12,500

  19. Donné aux dames qui m'ont toujours accompagnée,
        pour présent, en variant les
        effets                                           460,000

  20. Donné aux pauvres pendant tout mon règne           150,000

  21. En générosités aux concierges, en robes,
        vestes, étoffes, ainsi qu'au cabinet du roi      100,000

  22. Pour les affaires de mon père, M. de Machault
        les régla à la somme de                          400,000

Le père de madame de Pompadour, François Poisson, avait eu dans
l'administration des vivres un emploi fructueux. Accusé de gestion
infidèle, il fut forcé de se soustraire aux poursuites du gouvernement.
On voit, par cet article, que dans sa fortune elle n'oublia point de
faire payer les dettes de son père. Jusqu'ici tous les biographes
avaient bien dit que l'affaire de François Poisson avait été oubliée,
grâce au crédit de sa fille; mais ce qu'on ignorait, c'est que c'était
en satisfaisant ses créanciers:

                                                         Livres.

  23. En tableaux et autres fantaisies                    60,000

  24. La dépense de la bougie, pendant dix-neuf
        ans                                              660,000

  25. La dépense des fallots et chandelles               150,000

  26. En belles juments, voitures, chaises à
        porteurs, chevaux de selle, quoi qu'en
        ait dit _le Gazetier d'Utrecht_, en tout      1,800,000

Nous ne savons ce qu'a pu dire le _Gazetier d'Utrecht_ à l'occasion des
chevaux de madame de Pompadour, car nous avons inutilement cherché ce
qui pouvait avoir trait à cette question dans la collection de cette
gazette que possède la bibliothèque de Versailles. Ce qu'il y a de
certain, c'est que madame de Pompadour aimait beaucoup les chevaux;
qu'elle fit acheter de fort beaux étalons dans plusieurs pays, et les
réunit dans sa terre de Pompadour, où elle fonda le superbe haras qui
existe aujourd'hui, et qu'en 1763 M. de Choiseul fit transformer en
haras royal:

                                                         Livres.

  27. Fourrages, fourniture de mes chevaux
        pendant dix-neuf années                        1,300,000

      (Cette somme montre que madame
      de Pompadour devait avoir, en effet,
      un assez grand nombre de chevaux.)

  28. Pour toute ma livrée, dans toutes mes
        maisons                                          250,000

  29. Pour achat de Crécy                                650,000

  30. Achat de la Celle                                  260,000

  31. Achat d'Aunay                                      140,000

  32. Achat de la baronnie de Tréon                       80,000

      (Tréon est auprès de la terre de Crécy.)

  33. Achat de Magenville                                 25,000

  34. Achat de Saint-Remy                                 24,000

  35. Achat d'Ovillé, à moitié chemin d'Orléans           11,000

  36. Achat de l'hôtel d'Évreux, à Paris                 650,000

  37. Achat du terrain à côté dudit hôtel                 80,000

  38. Dépensé à Champs, pendant l'espace de
        trois ans                                        200,000

      (Champs est un village du département
      de Seine-et-Marne, dans lequel
      se trouvait une fort jolie habitation.)

  39. Dépensé à Saint-Ouen pendant l'espace
        de cinq ans, sans faire les réparations
        constatées par la maison de Gesvres.             500,000

Saint-Ouen ne paraît pas avoir appartenu à madame de Pompadour, mais
elle en avait la jouissance; et, comme on le voit par cet article, elle
y fit faire des embellissements qu'elle paya de ses propres fonds.

Dans cette nomenclature des richesses de madame de Pompadour, l'auteur
du manuscrit ne dit rien du château de Ménars, qui appartenait aussi à
la marquise; on trouve seulement dans le journal de ses dépenses, en
marge de l'année 1760: _Achat de Ménars_. Cette propriété paraît avoir
été payée par elle sur ses revenus annuels et par petites sommes, car on
trouve indiquées dans les années 1760, 1761, 1762, 1763, un assez grand
nombre de sommes, sous le titre: _Gratification pour Ménars_.

Enfin, cette partie se termine par un dernier article, intitulé:

  40. Médailles d'or et d'argent.                   400,000 liv.

Puis, à la suite, l'auteur ajoute quelques réflexions assez curieuses:

«D'après toutes ces dépenses énormes, dit-il, voici un fait que personne
ne voudra croire, qui est qu'à sa mort l'on n'ait trouvé à cette femme
que 37 louis d'or dans sa table à écrire, qu'elle avait destinés pour
les pauvres.»

«Autre fait incroyable, ajoute-t-il, lâché par Collin[105], c'est que
pendant sa maladie il fut obligé d'emprunter 70,000 l. pour faire face à
la dépense. Ce fait détruit entièrement l'imposture, qui est qu'on a
prétendu qu'elle avait dans toutes les banques de l'Europe, et elle se
trouve devoir après sa mort la somme de 1,700,000 l.»

Vient ensuite l'énumération de tous les gens attachés à madame de
Pompadour, tant à Versailles que dans toutes ses maisons particulières,
avec leurs appointements. On remarque parmi tous ces noms:

                                                         Livres.

  Nesme, premier intendant.                                8,000

  Collin, chargé des domestiques, et lui servant
    de secrétaire.                                         6,000

  Le médecin Quesnay, entretenu de tout.                   3,000

  La Duhausset, femme de chambre.                            150

  La Couraget, id.                                           150

  La Neveu, id.                                              150

On sait que madame Duhausset a écrit des _Mémoires_ qui donnent des
détails fort curieux sur la vie intime de madame de Pompadour. L'une des
deux autres femmes de chambre était femme de condition, mais elle prit
un nom emprunté, que madame Duhausset elle-même ne connut jamais bien.
Celle-ci seule ne changea point de nom, quoique au service de la
maîtresse du roi.

L'on y voit aussi figurer deux nègres, à raison de 1,800 l.

Puis une série de gens attachés à la cuisine, à la garde-robe; la livrée
et les employés des différentes maisons, concierges, portiers,
jardiniers, etc., et trois aumôniers: un à Versailles, un à
Fontainebleau et un à Compiègne.

Après l'énumération des gens attachés à son service, se trouve l'état
des pensions que faisait madame de Pompadour. On voit avec plaisir dans
ce chapitre qu'une partie des sommes considérables qu'elle touchait
était employée en bonnes œuvres.

La première pension sur cette liste et la plus curieuse est celle faite
à madame Lebon pour lui avoir prédit à l'âge de neuf ans qu'elle serait
un jour la maîtresse de Louis XV, 600 l. Cette prédiction, dont ne
parlent pas les biographes, et dont, on le voit, madame de Pompadour
s'est toujours souvenue, a dû avoir une grande influence sur sa
destinée, et a été probablement l'une des causes qui poussa sa mère à
chercher par tous les moyens à mettre Louis XV en rapport avec la jeune
et jolie madame d'Étiolles. La reconnaissance que madame de Pompadour
conserva pour madame Lebon fut sans doute la raison qui lui fit toujours
avoir un faible pour les sorcières et les sorciers. Madame Duhausset
raconte dans ses Mémoires une histoire qui le prouve bien:

«Un an ou quinze mois avant la disgrâce de l'abbé de Bernis, dit-elle,
Madame[106] étant à Fontainebleau, elle se mit devant un petit
secrétaire pour écrire; il y avait au-dessus un portrait du roi. En
fermant le secrétaire, après avoir écrit, le portrait tomba et frappa
assez fortement sa tête. Les personnes qui en furent témoins
s'alarmèrent, et on envoya chercher M. Quesnay. Il se fit expliquer la
chose, et ordonna des calmants et une saignée. Comme elle venait d'être
faite, entre madame de Brancas, qui vit du trouble, du mouvement, et
Madame sur sa chaise longue. Elle demanda ce que c'était, et on le lui
dit. Après avoir témoigné à Madame ses regrets et l'avoir rassurée, elle
lui dit: «Je demande en grâce à Madame et au roi, qui venait d'entrer,
d'envoyer aussitôt un courrier à M. l'abbé de Bernis, et que madame la
marquise veuille bien lui écrire une lettre dans laquelle, sans autre
détail, elle lui demandera de lui marquer ce que lui a dit sa sorcière,
et qu'il ne craigne pas de l'inquiéter.» La chose fut faite, et ensuite
madame de Brancas dit que _la Bontemps_ lui avait prédit dans du marc de
café, où elle voyait tout, que la tête de sa meilleure amie était
menacée, mais qu'il n'en arriverait rien de fâcheux. Le lendemain,
l'abbé écrivit que madame Bontemps lui avait dit aussi: «Vous étiez
presque noir en venant au monde,» et que cela était vrai, et qu'on a
attribué cette couleur, qui avait duré quelque temps, à un tableau qui
était devant le lit de sa mère, et qu'elle regardait souvent ce tableau,
qui représentait Cléopâtre se tuant au moyen d'une piqûre d'aspic, que
lui apportait un Maure dans des fleurs. Il dit encore qu'elle lui avait
dit: «Vous avez bien de l'argent avec vous, mais il ne vous appartient
pas;» qu'effectivement il avait deux cents louis pour remettre au duc de
la Vallière. Enfin il marquait que, regardant dans la tasse, elle avait
dit: «Je vois une de vos amies, la meilleure, une grande dame, menacée
d'un accident.» Qu'il devait avouer, malgré sa philosophie, qu'il avait
pâli; qu'elle s'en était aperçue, avait regardé de nouveau, et avait
dit: «Sa tête sera un peu menacée, mais il n'y paraîtra pas une
demi-heure après.» Il n'y avait pas moyen de douter du fait, et il parut
fort étonnant au roi, qui fit prendre des informations sur la sorcière,
mais que Madame empêcha d'être poursuivie par la police. Elle protégea
aussi le fameux _comte de Saint-Germain_, qui prétendait avoir plus de
deux mille ans, blanchissait les diamants, faisait grossir les perles,
était enfin un véritable sorcier, et que, malgré tout ce charlatanisme,
le roi voyait chez madame de Pompadour par amour pour elle.»

La liste des pensions contient ensuite:

                                                         Livres.

  A madame Sainte-Perpétue, sa tante du côté
    maternel.                                              3,000

      (Elle était supérieure des ursulines de
      Poissy.)

  A mademoiselle Clergé, ancienne femme de
    chambre de sa mère.                                      600

  Aux capucines de Paris.                                    720

      (C'est dans l'église de ce couvent qu'elle
      fut inhumée.)

  Aux filles de l'Ave-Maria.                                 240

  A madame Becker, religieuse de Saint-Joseph.               240

  A la dame Plantier, nourrice de sa fille.                  200

  A la dame Pin, son ancienne fille de garde-robe.            50

  A Dablon, son père nourricier.                             300

Madame de Pompadour eut une fille de M. d'Étiolles; elle se nommait
Alexandrine. Il paraît que sa figure était charmante et pleine de feu.
Sa mère rêvait pour elle les plus brillantes alliances, lorsqu'elle
mourut à quatorze ans, de la petite vérole, dans le couvent de
l'Assomption, où elle était élevée. On voit par ces pensions que madame
de Pompadour n'oubliait pas ceux qui avaient approché sa fille, et cela
explique aussi pourquoi elle protégea toujours ce couvent de
l'Assomption, et y fit faire des embellissements dont nous avons vu le
chiffre au chapitre des bâtiments.

                                                         Livres.

  Au fils de sa première femme de chambre.                   212

      (Celle qui la servait sous un nom supposé.)

  Au fils de Douy.                                           300

  Au fils de madame Duhausset, seconde femme
    de chambre.                                              400

  Pour le petit Beaulieu, gentilhomme.                       150

  Pour le petit Capon, gentilhomme.                          300

  Pour la fille Manoyé.                                      380

  Pour mademoiselle Guillier.                                300

  Pour mademoiselle de Pontavici.                            250

  Pour madame la baronne de Rhone, âgée de
    quatre-vingt-dix ans.                                  3,000

  Pour mesdemoiselles de Farges.                           2,000

  Pour la petite nymphe de Compiègne.                        400

  Pour le petit Jean-Simon.                                  300

      (Elle faisait distribuer dans les greniers de
      Versailles, par son homme de confiance, tous
      les ans, 12 à 13 mille livres.)                     12,000

  Au petit Sans-Bras.                                        144

  A un pauvre boiteux.                                        36

  A madame Questier.                                          72

  A madame de Gosmond, pour être religieuse.               1,800

  A mademoiselle Dulaurent, pour être religieuse.          1,800

  A mademoiselle Duhausset.                                  400

  A mademoiselle de Longpré, sa parente.                     600

  A madame de la Croix.                                      300

  A madame Trusson, pour remettre à quelqu'un
    à Paris.                                                 240

Puis vient une longue liste des maisons religieuses auxquelles madame de
Pompadour accordait des secours; ces maisons sont au nombre de cinquante
et une.


  Elle leur donnait tous les ans dans le carême.             600

  A tous les curés de ses maisons.                         1,452

  Aux deux curés de Versailles, à chacun 10 louis.           480

  Au curé de Fontainebleau.                                  120

  Au curé de Choisy.                                         120

  Aux sœurs grises de Choisy.                               120

  Aux sœurs grises de Fontainebleau.                        120

  A tous les curés de Compiègne.                             600

  A toutes les maisons religieuses de Compiègne.           1,200

  A un pauvre abbé de Compiègne, aux carmélites.              48

  A madame de Villars, pour ses pauvres, tous
    les ans.                                               1,200

  Aux frères de la forêt de Sénart.                           46

  A la bouquetière du château de Versailles, suivant
    la cour.                                                 120

  La fondation d'une grand'messe aux carmélites
    de Compiègne.                                            600

  Le jour de l'an, à tous les officiers des petits
    appartements du roi, et garçons du château,
    à chacun une très-belle veste.                         1,000

  A tous les autres domestiques du roi, suisses
    des appartements grands et petits, valets de
    pied, frotteurs, cochers, postillons et palefreniers
    du roi, et tous les métiers travaillant
    au château.                                            1,200

  A la naissance de Mgr le duc de Bourgogne, elle
    donna 3,000 livres à distribuer aux pauvres
    de Versailles.                                         3,000

  Ainsi qu'aux autres naissances, trois autres fois.       9,000

  Elle fit donner aux pauvres de la Trappe, en
    deux fois.                                            15,000

  Elle fit à Crécy, en deux fois, quarante-deux
    mariages, à l'occasion de la naissance des
    princes. Elle dota mari et femme à raison de
    300 livres et 200 livres pour les habits.             21,000

Telle est la liste de ses dons.

Le manuscrit est enfin terminé par une récapitulation des sommes
dépensées par madame de Pompadour pendant les dix-neuf années de sa
faveur.--Le total général est de 36,924,140 l. 8 s. 9 d.

Voilà, sur sa déclaration, le relevé de ce que madame de Pompadour a
coûté à la France.



IX

LE PARC AUX CERFS SOUS LOUIS XV.

1755-1771.


Il n'est aucun fait historique qui ait rendu plus odieux le nom de Louis
XV, et qui, d'un autre côté, ait donné lieu à plus de divagation parmi
les écrivains, que _le mystérieux établissement du Parc aux Cerfs_. Les
historiens les mieux renseignés ne savent où il était placé. Les uns, se
fondant sur son nom, en font une ancienne habitation de chasse de Louis
XIII transformée en une sorte de petit palais entouré de jardins et de
bois. D'autres le confondent avec l'Ermitage de madame de Pompadour;
personne en un mot, jusqu'à ce jour, n'a pu dire d'une manière positive
où il était placé. Depuis fort longtemps, nous cherchions à découvrir
cette énigme historique, et tous nos efforts avaient été inutiles. Il y
a peu de temps qu'en parcourant les Mémoires de madame Campan, nous
fûmes frappé d'une anecdote sur Louis XV, à laquelle nous avions fait
jusqu'alors peu d'attention. La voici:

«Louis XV, dit madame Campan, avait, comme on le sait, adopté le système
bizarre de séparer Louis de Bourbon du roi de France. Comme homme privé,
il avait sa fortune personnelle, ses intérêts de finance à part.

»Louis XV traitait comme particulier dans toutes les affaires ou les
marchés qu'il faisait; il avait _acheté au Parc aux Cerfs, à Versailles,
une jolie maison_ où il logeait une de ces maîtresses obscures que
l'indulgence ou la politique de madame de Pompadour avait tolérées pour
ne pas perdre ses droits de maîtresse en titre. Ayant réformé cet usage,
le roi voulut vendre sa petite maison. Sévin, premier commis de la
guerre, se présenta pour l'acheter; le notaire qui était chargé de cette
commission en rendit compte au roi. Le contrat de vente fut passé entre
Louis de Bourbon et Pierre Sévin, et le roi lui fit dire de lui apporter
lui-même la somme en or. Le premier commis réunit 40,000 francs en
louis, et, introduit par le notaire dans les cabinets intérieurs du roi,
il lui remit la valeur de sa maison.»

Ces renseignements donnés par madame Campan, quoique bien incomplets,
puisqu'elle ne donne ni la rue, ni l'époque de la vente et de l'achat,
ni le nom du notaire, étaient cependant une précieuse indication, s'ils
se trouvaient exacts, car ils venaient confirmer l'établissement de la
petite maison du roi dans le Parc aux Cerfs et donnaient, en outre, le
nom de la personne à laquelle cette maison avait été vendue, lorsque,
par suite d'autres habitudes, elle devint inutile à Louis XV.

Nous résolûmes alors de faire de nouvelles recherches, et nous sommes
parvenu, non sans peine, à découvrir cette mystérieuse habitation du
Parc aux Cerfs. Mais, avant tout, rappelons ici ce qu'on entendait par
ce nom de _Parc aux Cerfs_.

Quand Louis XIII acheta la seigneurie de Versailles et y fit construire
un petit château, c'était surtout pour être plus facilement au milieu
des bois dont ce lieu était entouré et pour s'y livrer au plaisir de la
chasse, qu'il aimait passionnément. Aussi l'un de ses premiers soins fut
de faire élever près de son habitation les animaux pouvant servir à ses
plaisirs. C'est pour cela qu'il choisit, dans les bois qui couvraient
alors le sol de la ville, un emplacement dans lequel il pût réunir et
faire élever des cerfs, des daims, et d'autres bêtes fauves. Il le fit
entourer de murs, y fit construire quelques habitations de gardes, et ce
lieu reçut le nom de _Parc aux Cerfs_.

Le Parc aux Cerfs comprenait tout l'espace situé entre la rue de Satory,
la rue des Rossignols et la rue Saint-Martin. Ce Parc aux Cerfs fut
d'abord conservé par Louis XIV, et la ville se composa du vieux
Versailles et de la ville neuve, ne formant qu'une seule paroisse, celle
de Notre-Dame.

Quelques années après son séjour à Versailles, vers 1694, Louis XIV,
voyant les habitations s'élever avec rapidité dans la ville qu'il venait
de créer, songea à son agrandissement. Le Parc aux Cerfs fut alors
sacrifié. Louis XIV fit abattre les murs, arracher les arbres, détruire
les maisons des gardes, niveler le sol, et l'on y traça des rues et des
places. Des terrains furent donnés, surtout à des gens de la maison du
roi, mais l'on n'y vit cependant s'élever sous son règne que quelques
rares habitations. Louis XIV mort, Versailles resta pendant quelques
années comme une ville abandonnée. Aucune construction ne s'y fit. Mais
lorsque Louis XV y eut de nouveau fixé son séjour, et que la cour y fut
revenue, on vit affluer de toutes parts de nouveaux habitants. Leur
nombre, qui, à la mort de Louis XIV, était de vingt-quatre mille, fut
presque doublé dans les quinze premières années du règne de son
successeur. Les maisons se construisirent de tous côtés dans le quartier
du _Parc aux Cerfs_, et les habitants de ce quartier furent si nombreux
que l'on sentit la nécessité de diviser la ville en deux parties égales
et de créer une nouvelle paroisse formant aujourd'hui le quartier ou la
paroisse Saint-Louis.

Revenons maintenant à la petite maison de Louis XV.

Nous n'avions pour nous diriger dans nos recherches que le nom de
_Sévin_. Mais dans quel endroit du _Parc aux Cerfs_ était placée cette
maison achetée au roi par Sévin?

Nous savions que les archives du bailliage de Versailles étaient
déposées au palais de justice de cette ville, et que ces archives
contenaient les rôles de la répartition des sommes dues chaque année par
les propriétaires des maisons de Versailles pour les boues et lanternes,
depuis l'année 1664 jusqu'en 1788. Le dépouillement assez fastidieux de
tous les noms des propriétaires du quartier du Parc aux Cerfs nous fit
enfin rencontrer, comme propriétaire d'une maison située rue
Saint-Médéric, en 1772, le nom de _Sévin_. La place qu'elle occupait
dans le rôle nous indiquait que ce devait être ou la maison nº 2, ou
celle nº 4.--Mais était-ce bien celle ayant appartenu à Louis XV et
indiquée par madame Campan? Rien ne nous le prouvait, car sur ces rôles
nous trouvions immédiatement comme propriétaire avant _Sévin_ le nom de
_Vallet_.

En cherchant dans les titres actuels de propriété de la maison nº 4,
nous avons trouvé qu'elle appartenait effectivement à Sévin, et qu'elle
fut vendue par ses héritiers, après la Révolution, aux criées du
tribunal civil. Ces titres, ne remontant point au delà, nous laissaient
toujours dans l'obscurité sur les noms des propriétaires antérieurs à
_Sévin_.

       *       *       *       *       *

Nous nous adressâmes alors aux possesseurs des maisons nos 2 et 4,
qui nous permirent gracieusement de rechercher dans tous les papiers
antérieurs ce que nous pourrions trouver chez les notaires touchant
cette intéressante question. Voici maintenant le résultat de ces
recherches:

Quand Louis XIV eut décidé de faire un nouveau quartier dans l'ancien
Parc aux Cerfs, les terrains furent donnés en propriété à divers
particuliers et surtout aux personnes appartenant à la maison du roi.
C'est ainsi que le roi fit don de l'emplacement occupé aujourd'hui par
les nos 2 et 4 de la rue Saint-Médéric à Jacques _Desnoues_, maître
d'hôtel et l'un de ses valets de chambre. Le 18 juin 1712, _Desnoues_
vend à _J.-B. Pizet, écuyer de la Maison-Fort_, le jardin et la _maison_
qu'il y avait fait construire. Le 27 septembre 1718, nouvelle vente de
cette propriété faite par _J.-B. Pizet_ au profit de _Jean-Michel
Crémer_, bourgeois de Versailles. A cette époque, le jardin n'était
point enclos de murs. En 1734, _Crémer_ fait construire les murs, ferme
les rues des Tournelles et Saint-Médéric et fait ainsi deux impasses.
Ces impasses portent sur les rôles de répartition des boues et lanternes
les noms de culs-de-sac Saint-Médéric et des Tournelles.

_Crémer_ meurt en 1740. Par suite, la propriété est partagée en deux; la
maison et la moitié du jardin échoient en partage à _Jean-Michel-Denis
Crémer_, son fils, et l'autre moitié appartient à la _veuve Crémer_.
Elle fait à son tour bâtir sur sa portion une maison à peu près
semblable à l'autre formant aujourd'hui le nº 2 de la rue Saint-Médéric.

Tel était l'état des lieux, lorsqu'en 1755 les agents secrets des
honteuses passions de Louis XV cherchent au roi une petite maison, de
façon à éviter la publicité dans ses rendez-vous de galanterie. Quelle
maison pouvait mieux convenir que celle de _Crémer_? Placée dans un
quartier retiré, au fond d'une impasse, n'ayant de voisins que la maison
construite par la veuve Crémer, dont toutes les fenêtres regardaient sur
la rue des Tournelles et n'avaient point de vue sur celle du fils, tout
enfin la désignait à leur choix. Ils proposent son acquisition au roi,
et l'argent est aussitôt donné. Il restait un dernier embarras: si le
roi lui-même ou ses agents bien connus traitent directement de l'achat
de cette maison, il n'y a plus de secret possible, et sa destination
sera bientôt découverte. On charge alors un tiers inconnu de cet achat.
Un huissier au Châtelet de Paris, nommé _Vallet_, traite directement
avec Crémer, et la maison est achetée en son nom. De là l'obscurité qui
a si longtemps régné sur l'emplacement de ce triste séjour. Qui aurait
pu penser que sous ce nom de _Vallet_, de cet huissier, que les rôles
des impôts de Versailles portent comme propriétaire de cette maison, se
cachait le nom du roi de France[107]?

Crémer croyait avoir vendu à Vallet; mais celui-ci, aussitôt
l'acquisition terminée, se présente seul devant notaires et fait la
déclaration suivante:

«Aujourd'hui est comparu par-devant les conseillers du roi, notaires au
Châtelet de Paris, soussignés, sieur François Vallet, huissier-priseur
audit Châtelet de Paris, y demeurant, rue des Déchargeurs, paroisse
Saint-Germain l'Auxerrois, lequel a déclaré ne rien avoir ni prétendre
en l'acquisition qui vient d'être faite sous son nom, de
Jean-Michel-Denis Crémer et sa femme, d'une maison située à Versailles,
rue Saint-Médéric, paroisse Saint-Louis, avec ses dépendances, par
contrat passé devant les notaires soussignés, dont Me Patu, l'un
d'eux, à la minute, cejourd'hui; mais que cette acquisition _est pour et
au profit du roi, le prix en ayant été payé des deniers de Sa Majesté à
lui fournis à cet effet_; c'est pourquoi il fait cette déclaration,
_consentant que Sa Majesté jouisse, fasse et dispose de ladite maison en
toute propriété, sans que le payement, qui sera fait sous le nom du
comparant, des droits de lots et ventes et centième denier, le décret
volontaire, qui sera fait et adjugé, et la jouissance et perception des
loyers, qui pourra être faite aussi sous son nom, puissent affaiblir la
propriété acquise à Sa Majesté de ladite maison et dépendances_,
déclarant que l'expédition dudit contrat d'acquisition et les titres
énoncés en icelui ont été par lui remis entre les mains du chargé des
ordres de Sa Majesté, ce qui a été accepté pour Sa Majesté par les
notaires soussignés, etc.

»Fait et passé à Paris, l'an 1755, le 25 novembre, et a signé:

»VALLET.--PATU, BROCHANT.»

Ainsi il n'y a plus de doute, c'est bien là la petite maison du Parc aux
Cerfs, si longtemps ignorée. Voilà le lieu où, depuis l'année 1755
jusqu'en 1771, furent successivement installées les jeunes filles que
les infâmes fournisseurs des plaisirs du roi offraient aux sens blasés
de Louis XV.

L'ignorance où l'on était généralement sur cette maison, sa grandeur et
son arrangement, le nom de Parc aux Cerfs toujours donné à cette
habitation, tandis que c'était celui du quartier où elle était située,
lui ont fait attribuer beaucoup plus d'importance qu'elle n'en avait
réellement et sont la cause des exagérations dans lesquelles sont tombés
à ce sujet plusieurs historiens.

«La tradition et le témoignage de plusieurs personnes attachées à la
cour, dit Lacretelle, ne confirment que trop les récits consignés dans
une foule de libelles relativement au Parc aux Cerfs. On prétend que le
roi y faisait élever des jeunes filles de neuf ou dix ans. _Le nombre de
celles qui y furent conduites fut immense._ Elles étaient dotées,
mariées à des hommes vils ou crédules.

«Les dépenses du Parc aux Cerfs se payaient avec des acquits au
comptant. Il est difficile de les évaluer; mais il ne peut y avoir
aucune exagération à affirmer qu'elles coûtèrent _plus de cent millions
à l'État_. Dans quelques libelles, on les porte jusqu'à un milliard.»

Nous ne voulons diminuer en rien l'odieux de la conduite de Louis XV, et
nous pensons aussi que l'entretien de ces jeunes filles, les rentes
qu'on leur donnait lorsque le roi en était dégoûté, et celles que l'on
faisait à leurs enfants lorsqu'elles en avaient, ont dû coûter des
sommes assez considérables. Mais la connaissance exacte de la maison du
Parc aux Cerfs ne permet pas d'admettre toutes ces exagérations.

La maison était petite et à peu près comme celle du nº 2, puisque le
jardin était derrière et sur le côté. Il était impossible que dans une
si petite maison il séjournât plus d'une demoiselle à la fois, avec la
dame chargée de la garder[108] et le domestique nécessaire pour les
servir. Il faut bien admettre encore que les jeunes filles qui furent
conduites dans ce lieu y demeurèrent au moins une année, puisque la
plupart n'en sortaient que pour devenir mères! Eh bien, si le roi ne
garda cette maison que depuis 1755 jusqu'en 1771, comme nous allons le
voir, c'est-à-dire seize ans, on ne peut dire _que le nombre de celles
qui y furent conduites fut immense_, et il faut nécessairement un peu
rabattre _du milliard et même des centaines de millions_ que coûtèrent
les dépenses du Parc aux Cerfs[109].

Madame de Pompadour, voulant donner à Louis XV des maîtresses dont elle
n'eût rien à redouter pour son pouvoir, protégea ce commerce du roi avec
des jeunes filles, mais il cessa entièrement lorsque madame du Barry
eut su concentrer sur elle seule toute la passion du vieux roi débauché.
La petite maison du Parc aux Cerfs n'ayant plus alors aucun but
d'utilité, Louis XV, qui l'avait achetée de ses deniers, la vendit afin
de faire rentrer cet argent dans sa cassette particulière.

Pour cette vente, Louis XV n'avait plus besoin de se cacher sous un faux
nom comme pour l'achat, et, malgré l'assertion de madame Campan, ce
n'est pas comme _Louis de Bourbon_, mais bien comme _roi de France_
qu'il vendit l'ancienne habitation de ses innocentes victimes à J.-B.
Sévin.

Voici ce contrat de vente:

«Vente par le roi, notre sire, à M. J.-B. Sévin, 27 mai 1771.

»Par-devant les notaires au bailliage royal de Versailles, soussignés,
fut présent très-haut, très-puissant et très-excellent prince Louis, par
la grâce de Dieu roi de France et de Navarre; lequel a, par ces
présentes, vendu et abandonné pour toujours et promet garantir de tous
troubles à sieur Jean-Baptiste Sévin, huissier de la chambre de madame
Victoire de France et commis principal de l'un des bureaux de la guerre,
demeurant à Versailles, rue Saint-Médéric, paroisse Saint-Louis, à ce
présent et acceptant acquéreur pour lui, ses hoirs et ayant cause, une
maison sise à Versailles, susdite rue Saint-Médéric, paroisse
Saint-Louis, consistant en bâtiments sur ladite rue, jardin derrière et
à côté, ainsi que ladite maison se comporte sans réserve, appartenant à
Sa Majesté au moyen de l'acquisition qu'elle en a fait faire _sous le
nom de François Vallet_, huissier-priseur au Châtelet de Paris, de J.
Crémer et Élisabeth Quartier, sa femme, par contrat passé devant Me
Patu et son confrère, notaires à Paris, le 25 novembre 1755, insinué et
ensaisiné, lequel Vallet a fait sa déclaration au profit de Sa Majesté
par acte passé devant ledit Patu et son confrère le même jour, le brevet
original en papier, laquelle est demeurée ci-joint, auxquels Crémer et
sa femme ladite maison appartenait de la manière expliquée au contrat
sus-daté, étant la dite maison en la censive de Sa Majesté et vers elle
chargée à raison de vingt sols de cens par arpent par chacun an pour
toutes choses, _de laquelle maison, dont Sa Majesté n'a jamais retiré
aucun revenu, elle a toujours entendu jouir à titre particulier pour en
disposer ainsi qu'elle jugerait à propos_.

»Cette vente faite à la charge dudit cens seulement pour l'avenir, à
compter de ce jour, et sans être tenu par ledit sieur Sévin au payement
d'aucuns droits de lots et ventes, contrôles, insinuation et autres qui
pourraient être prétendus à cause de la présente vente dont Sa Majesté
dispense ledit sieur Sévin.

»La présente vente aussi faite moyennant la somme de 16,000 livres;
laquelle somme Sa Majesté reconnaît avoir présentement reçue par les
mains d'Alain, l'un des notaires soussignés, qui, des deniers à lui
remis par ledit sieur Sévin, la lui a payée réellement délivrée en louis
d'or et monnoye ayant cours, à la vue desdits notaires, dont quittance
transportant, dessaisissant, voulant procureur, le porteur donnant
pouvoir.

»Reconnaissant, ledit sieur Sévin, que Sa Majesté lui a fait remettre
l'expédition en parchemin du contrat de vente susdaté, ensemble tous les
titres et pièces que ledit Vallet a reconnu par icelui lui avoir été
remis par lesdits Crémer et sa femme, dont déchargé.

»Par ainsi promettant, obligeant, renonçant; fait et passé audit
Versailles _à l'égard de Sa Majesté en son appartement au château_, et à
l'égard dudit sieur Sévin ès étudè, l'an 1774, le 27 mai, avant midi. Sa
Majesté a signé, ainsi que ledit sieur Sévin. Signé: LOUIS, SÉVIN, DUCRO
et ALAIN.»

Il résulte donc de ces diverses pièces que la fameuse maison désignée
dans l'histoire de Louis XV sous le nom de _Parc aux Cerfs_ était placée
au nº 4 de la rue Saint-Médéric.

Aujourd'hui cette maison a entièrement changé d'aspect; transformée en
un fort joli hôtel par les propriétaires qui l'ont successivement
habitée depuis quelques années, elle ne rappelle plus rien de cette trop
célèbre _petite maison_.



X

MADAME DU BARRY.

1768-1793.


Les archives de la préfecture de Seine-et-Oise contiennent deux cartons
avec cette suscription: _Madame du Barry_. Ces cartons renferment en
effet un grand nombre de papiers transportés dans les archives du
district de Versailles, lors de sa condamnation à mort, en 1793. A cette
époque, on apporta à Versailles tout ce qui fut trouvé de papiers au
château de Louveciennes. Ils étaient fort nombreux, et furent pour la
plupart rendus à la famille en 1825. On peut voir par l'inventaire
dressé alors, qui se trouve plus loin, qu'un grand nombre d'entre eux
étaient du plus haut intérêt. Tels qu'ils sont, ceux de la préfecture de
Versailles sont encore fort curieux et méritent d'être connus.

On a écrit plus d'une fois la vie de madame du Barry; mais dans tous ces
écrits le vrai est fréquemment mêlé au faux, et ce sont pour la plupart
de véritables romans.

Les documents renfermés aux archives de Seine-et-Oise, et d'autres que
nous avons puisés à des sources aussi sûres[110], s'ils ne nous
éclairent pas sur tous les points de la vie de cette célèbre maîtresse
de Louis XV, nous mettent au moins à même d'établir avec certitude
plusieurs faits principaux.

Vers 1767, un homme, comme on en voit souvent dans les grandes
capitales, sans principes et sans mœurs, mais non pas sans esprit, le
comte _Jean du Barry_, rencontra dans une de ces maisons qu'on
appellerait aujourd'hui du _demi-monde_ une des plus jolies personnes
qu'il eût encore vues de sa vie. Frappé de sa beauté et de ses grâces,
il lui donna aussitôt le nom de l'_Ange_, et vit tout le parti qu'il en
pourrait tirer dans l'intérêt de sa fortune et de son ambition. Dès ce
moment il rêva et parvint à en faire la maîtresse du roi.

Depuis l'année 1764, date de la mort de madame de Pompadour, Louis XV
n'avait plus de maîtresse en titre, et il commençait à se lasser de ses
amours obscures du Parc aux Cerfs. Le comte du Barry était ami de
Lebel, ce valet de chambre du roi, dont le principal emploi est connu de
tout le monde. Il est de certains hommes qui finissent toujours par se
donner la main. Du Barry lui présenta mademoiselle l'Ange, et Lebel,
frappé de sa beauté, n'hésita point à la mettre en rapport avec le
roi.--Dès la première entrevue, Louis XV fut tellement subjugué par les
charmes de mademoiselle l'Ange, qu'il ne voulut plus entendre parler
d'une autre femme. Les rendez-vous se succédèrent rapidement, et le roi
brûla du désir de la déclarer maîtresse en titre. Mais mademoiselle
l'Ange n'avait point de nom, et pour paraître à la cour et y jouer un
rôle aussi important, il fallait qu'elle fût revêtue d'un titre et
qu'elle eût une position sociale un peu moins équivoque. Le comte Jean
du Barry aimait bien plus mademoiselle l'Ange pour les avantages qu'elle
pouvait lui rapporter que pour elle-même, et il n'aurait pas hésité à
lui donner sa main et son nom; mais il était marié. Un autre, en
épousant la maîtresse du roi, profiterait de tous les avantages rêvés
pour lui-même, et que la reconnaissance de celle qu'il allait élever à
une si haute position lui assurait! Il résolut alors de lui donner son
propre nom, en lui faisant épouser son frère, et de conserver par cette
alliance l'ascendant qu'il avait pris sur l'esprit de la nouvelle
favorite.

Le comte _Guillaume du Barry_, le mari futur de la maîtresse du roi,
était un pauvre officier des troupes de la marine, vivant à Toulouse
avec sa mère. Son frère lui écrivit aussitôt pour lui proposer ce
mariage, et lui faire envisager la brillante fortune qui en résulterait
pour lui et sa famille. Guillaume n'était pas plus scrupuleux que Jean,
il accepta avec joie sa proposition et partit immédiatement pour Paris.
Cependant, pour contracter ce mariage, il fallait le consentement de sa
mère. Cette dame ne le refusa pas; mais, soit par respect pour son nom,
soit pour toute autre raison, elle ne voulut pas sanctionner par sa
présence un acte si peu honorable, et elle chargea une autre personne de
la représenter dans tout ce qui allait être fait. Le comte Guillaume
arriva donc à Paris, muni de la pièce que voici:

«Par-devant le notaire royal de la ville de Toulouse et témoins bas
nommés, fut présente dame _Catherine de Lacaze_, veuve de noble _Antoine
du Barry_, chevalier de l'ordre militaire de Saint-Louis, habitant de
cette ville;

»Laquelle a fait et constitué pour son procureur général et spécial M.
Jean Gruel, négociant, rue du Roule, à Paris, auquel elle donne pouvoir
de, pour elle et en son nom, consentir que noble Guillaume du Barry, son
fils, ancien officier d'infanterie, contracte mariage avec telle
personne qu'il jugera à propos, pourvu toutefois qu'elle soit approuvée
et agréée par ledit sieur procureur constitué, et que la bénédiction
nuptiale lui soit départie suivant les constitutions canoniques, par le
premier prêtre requis, sans cependant que ladite dame constituante
entende rien donner à son fils dans son contrat de mariage; voulant en
outre que les présentes vaillent nonobstant surannotation et jusqu'à
révocation expresse, promettant, obligeant, renonçant.

»Fait et passé audit Toulouse, dans notre étude, le quinzième jour du
mois de juillet, avant midi, l'an 1768, en présence des sieurs
Bernard-Joseph Fourmont et Bonaventure Calvet, praticiens, habitant
cette ville, soussignés, avec ladite dame constituante et nous, notaire.

    »_Signé_: DELACAZE DU BARRY, FOURMONT,
    B. CALVET, et SANS, notaire, avec
    paraphe[111].»

A son arrivée à Paris, Guillaume du Barry descendit à l'hôtel de son
frère, rue Neuve des Petits-Champs. Celui-ci ne perdit pas un seul
instant, et huit jours après le consentement de leur mère, le 23
juillet, il faisait signer à Guillaume le curieux contrat de mariage qui
suit:

«Par-devant les conseillers du roi, notaires au Châtelet de Paris,
furent présents:

»Haut et puissant seigneur messire Guillaume comte du Barry, chevalier,
capitaine des troupes détachées de la marine, demeurant à Paris, rue
Neuve des Petits-Champs, paroisse Saint-Roch, majeur, fils de défunt
messire Antoine, comte du Barry, chevalier de l'ordre royal et militaire
de Saint-Louis, et de dame Catherine Delacaze, son épouse, actuellement
sa veuve, demeurant à Toulouse, contractant pour lui et en son nom;

»Sieur André-Marie Gruel, négociant à Paris, y demeurant, rue du Roule,
paroisse Saint-Germain l'Auxerrois, au nom et comme fondé de la
procuration spéciale à l'effet du mariage dont va être parlé, de ladite
dame du Barry mère, passé devant _Sans_, notaire royal à Toulouse, en
présence de témoins, le 15 juillet présent mois, dont l'original, dûment
contrôlé et légalisé, est, à la réquisition du sieur Gruel, demeuré
annexé à la minute des présentes, préalablement de lui certifié
véritable, signé et paraphé en présence des notaires soussignés.

»Ledit sieur Gruel, audit nom, assistant et autorisant autant que de
besoin ledit seigneur comte du Barry, d'une part;

»Et sieur _Nicolas Rançon_, intéressé dans les affaires du roi, et dame
_Anne Bécu_, son épouse, qu'il autorise à l'effet des présentes,
demeurant à Paris, rue du Ponceau, paroisse Saint-Laurent, ladite dame
auparavant _veuve du sieur Jean-Jacques Gomard de Vaubernier_, intéressé
dans les affaires du roi, stipulant pour _mademoiselle Jeanne Gomard de
Vaubernier_, fille _mineure_ de ladite dame Rançon et dudit feu sieur
Gomard de Vaubernier, _son premier mari_, demeurant avec eux; à ce
présente et de son consentement pour elle et en son nom;

»Lesquels, dans la vue du mariage proposé et agréé entre ledit sieur
comte du Barry et ladite demoiselle Gomard de Vaubernier, qui sera
célébré incessamment en face d'Église, ont pris par ces présentes
volontairement fait et rédigé les clauses et conditions civiles dudit
mariage ainsi qu'il suit, en la présence et de l'_agrément_ de haut et
puissant seigneur _messire Jean, comte du Barry-Cérès_, gouverneur de
Lévignac, frère aîné dudit seigneur, futur époux, et de _Claire du
Barry_, demoiselle majeure, sœur dudit seigneur futur époux.

»ARTICLE PREMIER.--Il n'y aura point communauté de biens entre ledit
seigneur et demoiselle future épouse, dérogeant à cet égard à la coutume
de Paris et à toute autre qui l'admette entre conjoints; et, au
contraire, ils seront et demeureront séparés de biens, et ladite
demoiselle future épouse aura seule la jouissance et l'administration
des biens, droits et actions, meubles et immeubles qui lui appartiennent
et pourront lui appartenir dans la suite _à tel titre que ce soit_.

»ART. 2.--La demoiselle future épouse se marie avec les biens et droits
qui lui appartiennent et qui lui appartiendront par la suite, _dont elle
aura l'administration_, comme il est ci-devant dit. Et son mobilier
consiste en la somme de 30,000 livres, composé de bijoux, diamants,
habits, linge, dentelles et meubles à son usage, le tout _provenant de
ses gains et économies_, et dont, pour éviter la confusion avec le
mobilier dudit sieur futur époux, il a été fait et dressé un état,
transcrit sur les deux premières pages d'une feuille de papier à lettre,
lequel est, à leur réquisition, demeuré annexé à la minute des
présentes, après avoir été desdites parties contractantes certifié
véritable, signé et paraphé en présence des notaires soussignés.

»ART. 3.--Tous les meubles et effets qui se trouveront dans les maisons
qu'occuperont les futurs époux, tant à Paris qu'à la campagne, autres
que ceux désignés dans l'état ci-devant annexé, seront censés appartenir
et appartiendront en effet audit seigneur futur époux, et si dans la
suite ladite demoiselle future épouse fait quelque achat de meubles et
effets, elle sera tenue de retirer quittances en forme et, par-devant
notaire, du prix d'iceux.

»ART. 4.--Tous les biens appartenant aux demoiselle et seigneur futurs
époux, et ceux qui leur échoiront pendant le mariage, à tel titre que ce
soit, tant en meubles qu'immeubles, seront réputés propres à chacun
d'eux et aux leurs, de côtés et lignes respectivement.

»ART. 5.--Ledit seigneur futur époux a doué et doue la demoiselle future
épouse de 1,000 livres de rente de douaire préfix, dont le fonds, en
denier 25, demeurera propre aux enfants à naître dudit mariage.

»ART. 6.--Arrivant le décès de l'un des futurs époux, le survivant aura
et prendra sur les biens du prédécédé, par forme de gain de survie, en
meubles et effets prisés sans crue, la somme de 10,000 livres ou ladite
somme en deniers comptants, au choix dudit survivant.

»ART. 7.--Il est convenu que ladite demoiselle future épouse _demeurera
chargée seule de la conduite et de toutes les dépenses du ménage_, tant
pour la nourriture que pour les loyers ou appartements qu'ils
occuperont, gages de domestiques, linge de table, ustensiles de ménage,
entretien d'équipages, nourriture de chevaux et _toutes autres dépenses
quelconques sans exception_, tant envers ledit seigneur futur époux
qu'envers les enfants à naître dudit mariage, qu'elle sera tenue
d'élever et faire éduquer à ses frais, à la charge par ledit seigneur
futur époux, ainsi qu'il s'y oblige, de payer à ladite demoiselle future
épouse la somme de 6,000 livres de pension, pour tenir lieu de sa moitié
dans lesdites dépenses et entretien du ménage, par chaque année, de six
mois en six mois, et toujours d'avance, en sorte que les six premiers
mois seront exigibles le lendemain de la célébration du mariage.

»C'est ainsi que le tout a été convenu et arrêté entre les parties,
promettant, obligeant, renonçant.

»Fait et passé à Paris, en la demeure dudit seigneur comte du Barry,
futur époux susdésigné.

»L'an 1768, le 23 juillet après midi, et ont signé: J. GOMARD DE
VAUBERNIER, le CHEVALIER DU BARRY, GRUEL, le COMTE DU BARRY-CÉRÈS, A.
BÉCU, C.-F. DU BARRY, RANÇON.

»La minute des présentes demeurée à Me Garnier-Deschênes, l'un des
notaires, etc.[112].»

Par ce singulier contrat de mariage, madame du Barry était parfaitement
libre de faire tout ce que bon lui semblait, et le comte n'entrait dans
cet acte que pour lui donner un nom et lui permettre de recueillir
complétement les avantages de la position que l'on venait de lui
procurer.

Il est dit dans le contrat que la future épouse possède une somme de
30,000 livres en mobilier. Voici le détail assez curieux des divers
objets qui composaient cette somme de 30,000 livres provenant des _gains
et économies_ de mademoiselle l'Ange, d'après l'état annexé au contrat
de mariage:

«État des meubles, habits, linge, hardes et bijoux, dentelles et autres
effets appartenant à mademoiselle Gomard de Vaubernier:

  «1º Un collier de diamants fins, évalué
    à.                                                     8,000 liv.

  »2º Une aigrette et une paire de boucles
    d'oreilles en girandolle, le tout
    estimé à.                                              8,000

  »3º Un lit complet, les rideaux, ciel,
    dossier et bonnes grâces de damas vert;
    une tenture servant de tapisserie, de
    pareil damas; huit chaises, quatre fauteuils
    et deux rideaux de fenêtres aussi
    en pareil damas vert, le tout évalué à.                3,000 liv.

  »4º Trente robes et jupons de différentes
    étoffes de soie or et argent, de
    toutes saisons, évaluées à.                            3,000

  »5º Dentelles d'Angleterre, de Bruxelles,
    de Valenciennes, d'Argentan et autres,
    tant en garnitures de robes qu'en
    manchettes, bonnets ou autrement.                      6,000

  »Six douzaines de chemises fines de
    toile de Hollande, garnies de manchettes
    de mousseline brodée; douze déshabillés
    complets de différentes étoffes de
    soie et autres; deux douzaines de corsets
    et plusieurs autres linges et effets
    à l'usage de ladite demoiselle de Vaubernier,
    le tout évalué à.                                      2,000

                      Total.                              30,000 l.[113].»

Tels étaient les cadeaux de noces que le royal amant donnait à la
nouvelle épouse. Ce qui domine surtout dans ces divers objets, ce sont
les diamants, les robes, les dentelles, tous les ornements de toilette,
et l'on verra plus tard que le même goût préside aux dépenses de madame
du Barry pendant toute sa grandeur.

Un mois après le contrat, a lieu la célébration du mariage. A cette
cérémonie n'assistent ni la mère du marié, ni celle de la mariée, et
l'on voit cette dernière représentée par un personnage sur lequel nous
reviendrons dans la suite. L'acte de célébration est ainsi conçu:

«Le 1er septembre 1768, après publication de trois bans sans
empêchement, en cette paroisse Saint-Laurent et en celle de
Saint-Eustache, les 24, 25 et 31 juillet dernier, vu la procuration
donnée par la mère de l'époux à M. Jean Gruel, négociant à Paris, rue du
Roule, auquel elle donne pouvoir de, pour elle et en son nom, consentir
au présent mariage; vu pareillement la procuration des beau-père et mère
de l'épouse, donnée à messire _Jean-Baptiste Gomard_, prêtre, aumônier
du roi, auquel ils donnent pouvoir de les représenter lors de la
célébration de ce mariage, les fiançailles célébrées aujourd'hui, ont
été par nous mariés messire Guillaume, comte du Barry, ancien capitaine,
et demoiselle Jeanne Gomard de Vaubernier, âgée de vingt-deux ans, fille
de Jean-Jacques de Vaubernier, intéressé dans les affaires du roi, et
d'Anne Bécu, dite Cantigny, etc.[114].»

Madame du Barry mariée, le comte son mari retourna à Toulouse, et elle
vint s'établir définitivement à Versailles. Le roi n'attendait que cela
pour se livrer tranquillement à toute sa passion.

Elle eut un appartement dans le château. Cet appartement était situé au
deuxième étage précisément au-dessus de celui du roi[115]. Louis XV
pouvait s'y rendre à toute heure et sans être vu, soit par un escalier
aboutissant au balcon de la cour des Cerfs, soit par la bibliothèque
située au-dessus du grand cabinet, dont une porte ouvrait sur un petit
palier donnant entrée dans un des deux cabinets placés de chaque côté de
l'alcôve de la chambre à coucher de madame du Barry.

De ce moment, madame du Barry allait avoir des équipages et des gens: il
fallait les loger en ville et avoir un hôtel, comme tous les grands
seigneurs qui habitaient Versailles.

Le 22 décembre 1768, on passe un bail en son nom avec la veuve _Duru_,
pour un hôtel situé à Versailles, rue de l'Orangerie[116], et c'est là
qu'elle établit sa maison.

Madame du Barry était installée au château, mais le roi ne la voyait
qu'en particulier. Elle ne pouvait monter dans les carrosses de la cour
et elle ne paraissait point en public; pour cela, il aurait fallu que
la favorite fût présentée et fît ainsi partie des dames de la cour. Le
roi le désirait ardemment, et madame du Barry encore plus. Malgré les
obstacles qui semblaient devoir s'y opposer, cette présentation se fit
rapidement, et elle eut lieu le 22 avril 1769. Dès ce moment, madame du
Barry fut reconnue comme maîtresse en titre, et entourée d'une foule de
courtisans qui, jusqu'à sa chute, ne cessèrent de briguer ses faveurs.

On a vu de quoi se composait la dot de mademoiselle l'Ange, mais cela ne
pouvait plus suffire à la maîtresse du roi. Aussi, dès les premiers
jours de 1769, le roi lui constistue 100,000 livres de rentes viagères
sur la ville de Paris, et 10,000 livres de rente sur les États de
Bourgogne. Madame de Pompadour avait eu près de Versailles une
habitation princière[117], il en fallut une à madame du Barry.

En 1690, Louis XIV avait acheté à M. de Valentinay la belle terre et le
château de Louveciennes. Il en fit don à la princesse de Conty, sa
fille. A la mort de la princesse, cette terre passa au comte de
Toulouse, puis au duc de Penthièvre. Le 7 mai 1768, le prince de
Lamballe y étant mort des suites de ses débauches, son père, le duc de
Penthièvre, ne voulut plus habiter une terre qui lui rappelait de si
tristes souvenirs, et il la vendit au roi. Louis XV la donna à madame
du Barry, et par brevet du roi du 24 juillet 1769, elle obtint, sa vie
durant, la _jouissance de la maison, jardins et dépendances de
Louveciennes_[118]. On voit, dans le relevé des dépenses de madame de
Pompadour, que dans les premières années de sa faveur, Louis XV lui
faisait des cadeaux d'une valeur fort considérable; c'est ce qui eut
lieu aussi pour madame du Barry. Le 1er janvier 1770, le roi entra de
bonne heure chez sa maîtresse, et, en l'embrassant, lui remit un brevet
signé le 23 décembre précédent, qui lui concédait, sa vie durant, _les
Loges de Nantes_. Ce que l'on nommait _les Loges de Nantes_ était une
réunion de _boutiques, baraques et appentis établis sur la contrescarpe,
à Nantes_, et rapportant environ 40,000 livres de rente.

Mais les libéralités du roi pour sa nouvelle maîtresse ne s'arrêtaient
pas là, et il fournissait avec abondance l'argent nécessaire à ses
nombreuses dépenses.

Madame de Pompadour reçut une brillante éducation; artiste elle-même,
elle aimait les arts et les artistes, et ses dépenses consistent plus
dans la création de charmants séjours, embellis par les arts de la
peinture et de la sculpture, en concerts délicieux, en représentations
théâtrales, en tout ce qui est le résultat d'une éducation recherchée et
de bon goût qu'en dépenses personnelles et de toilette. Madame du
Barry, au contraire, n'ayant reçu aucune éducation, et arrivée à jouer
un rôle si important par sa seule beauté, ne pensa qu'aux moyens de
faire valoir ses charmes, et dirigea toutes ses dépenses vers la
toilette, le luxe et la recherche de ses appartements intimes.

On peut juger par la quantité de robes, d'étoffes de toutes sortes, de
dentelles, de bijoux trouvés chez elle à sa mort, de son goût effréné
pour la toilette. Ainsi, il y avait de dentelles, étoffes, robes,
corsets et linge de corps, pour 160,029 livres 5 sols;--de bijoux,
diamants, montres, etc., pour 400,000 livres[119];--et elle devait
encore, entre autres objets de toilette, 40,896 livres 13 sols à
mademoiselle _Bertin_, sa marchande de modes à Paris, et 2,275 livres 6
sols à M. _Bataille_, son parfumeur à Versailles.

Elle fit de son appartement de Versailles une suite de boudoirs
délicieux.

Les objets qui en faisaient l'ornement sont décrits dans les Mémoires
conservés aux archives de la préfecture de Seine-et-Oise. La description
de quelques-uns de ces objets fera juger de ce que devait être ce
charmant logis[120].

Dans le salon, on voyait sur la cheminée une magnifique pendule à
colonnes, ornée de figures de porcelaine; au milieu, une superbe table
ornée de porcelaines de France: le dessus, qui était le morceau
principal, représentait un tableau en miniature d'après _Leprince_, les
garnitures de bronze, parfaitement ciselées et dorées d'or mat.--Il y
avait aussi un très-beau forte-piano anglais, qu'on avait fait organiser
à Paris par le fameux _Clicot_, avec flûtes et galoubet, un mouvement
pour le luth et deux autres pour les cymbales; la caisse, que l'on fut
obligé d'y ajouter pour contenir les tuyaux et les soufflets, était
plaquée en bois rose et à mosaïques blanches et bleues, et
très-richement garnie de bronzes dorés d'or mat.--Sur un des côtés était
une superbe commode d'ancien laque, de la première qualité, le panneau
du milieu à magots très-richement habillés; les frises plaquées en
ébène, les garnitures de bronze, ciselées et dorées d'or mat; le marbre
blanc de statuaire.--Et de l'autre côté une autre belle commode, ornée
de cinq morceaux de porcelaine de France, à fleurs et filets d'or,
très-richement garnie de bronzes bien finis et dorés d'or mat; le dedans
doublé en tapis vert et galonné d'or; le marbre blanc de statuaire.--Sur
chacune de ces commodes se trouvaient: d'un côté un très-fort groupe de
bronze et de couleur antique, composé de quatre figures représentant
l'enlèvement d'Hélène par Pâris, le tout sur un pied de bronze doré d'or
moulu;--et de l'autre côté un autre groupe de bronze, plus petit, et
d'après _Sarrazin_, composé de cinq enfants qui jouent avec un bouc; le
tout sur un pied de marqueterie de _Boule_, et orné de bronzes dorés
d'or moulu;--enfin un fort lustre de cristal de roche, à six luminaires,
et ayant coûté 16,000 livres, était appendu au milieu de la pièce. Comme
l'on jouait souvent dans ce petit salon, madame du Barry avait fait
faire une boîte de jeux, dont ces Mémoires nous ont conservé la
description: cette boîte était en acajou, doublée en tabis bleu,
galonnée en or; elle renfermait quatre boîtes à quadrilles en ivoire, le
trèfle, le pique, le cœur et le carreau en or incrusté sur chacune
desdites boîtes et entourés d'un cartouche avec nœuds de rubans, le
tout en or et aussi incrusté;--les quatre-vingts fiches et les vingt
contrats distingués par le trèfle; le pique, le cœur et le carreau,
aussi en or et incrustés.

Dans la chambre à coucher, il y avait une commode ornée de tableaux de
porcelaine d'après _Watteau_ et _Wanloo_, très-richement garnie de
bronzes très-bien finis et dorés d'or mat;--un secrétaire en armoire, de
porcelaine de France, fond vert et à fleurs, richement garni de bronzes
dorés d'or moulu.--On voyait sur les meubles deux cuvettes à mettre des
fleurs, en porcelaine de France, fond petit vert, à marines en
miniatures.--Une cuvette gros bleu caillouté d'or, avec des sujets de
_Teniers_, en miniature, et deux autres, moins grandes et décorées de
même.--Sur la cheminée, une pendule dorée d'or de Germain: elle
représentait les trois Grâces supportant un vase dans lequel était un
cadran tournant, et au-dessus un Amour indiquait l'heure avec sa
flèche; le tout était élevé sur un piédestal très-bien ciselé et doré.

Le cabinet ne le cédait point au reste: sur la cheminée était une
pendule à vase et serpent, en bronze doré d'or moulu, le cadran
tournant; le piédestal garni de trois morceaux de porcelaine de France,
fond bleu, avec des enfants en miniature; le dard du serpent fait en
marcassite. On y voyait aussi une très-jolie table à gradins, en
porcelaine de France, fond vert et cartouches à fleurs, très-richement
ornée de bronzes dorés d'or moulu, le dessus du tiroir couvert d'un
velours vert et les pièces d'écritoire dorées. Sur des étagères on
remarquait, parmi une quantité d'objets de toutes sortes: une cassette
d'ancien laque, fond noir, ouvrage en or de reliefs et aventurine, avec
paysages et magots;--cinq tasses et soucoupes d'ancien Saxe, à tableaux
et à miniatures, avec la théière et la boîte à thé pareilles;--une cave,
composée de quatre gros flacons, un gobelet et sa soucoupe, le tout de
cristal de roche; six petits flacons de cristal de Bohême; deux cuillers
et un entonnoir d'or; les dix flacons garnis d'or et le tout dans une
boîte de bois des Indes garnie de velours rouge. Cette jolie cave avait
été achetée à la vente de madame de Lauraguais.--Enfin on remarquait
encore dans ce cabinet un baromètre et un thermomètre de Passemant,
montés très-richement en bronzes dorés d'or moulu, et ornés de trois
plaques de porcelaine de France, à enfants en miniature.

Tout, jusqu'aux lieux les plus secrets de ce petit appartement, portait
le goût du luxe de la comtesse. Ainsi, dans le petit couloir qui menait
à la garde-robe, on voyait, au-dessous de la croisée, une commode à
portes de 52 pouces de long, en bois rose et garnie de bronzes dorés
d'or moulu, le marbre en brèche d'Alep; et _dans la garde-robe, un
meuble de toilette secrète à dossier, en marqueterie, fond blanc, à
mosaïques bleues et filets noirs, avec rosettes rouges, garni de velours
bleu brodé d'or, et sabots dorés d'or moulu_; la boîte à éponges et la
cuvette en argent; deux tablettes d'encoignure, aussi en marqueterie,
garnies de bronzes dorés d'or moulu; et une _chaise de garde-robe en
marqueterie pareille aux autres meubles, la lunette recouverte de
maroquin, et les poignées et sabots dorés d'or moulu_.

Aussitôt que madame du Barry eut la jouissance du château de
Louveciennes, elle y fit faire de nombreux travaux. Mais quoiqu'elle y
eût dépensé beaucoup d'argent, elle ne put transformer en boudoirs de
_petite maison_ ces grands appartements bâtis pour une fille de Louis
XIV. Elle y renonça, et tout en conservant le château principal, elle
fit bâtir, un peu plus loin, un _pavillon_ beaucoup plus approprié à la
destination galante qu'elle voulait lui donner.

Ce pavillon, d'où l'on jouit d'une vue magnifique et qui, regardé des
bords de la Seine, est d'un effet très-pittoresque et paraît suspendu
dans les airs, fut bâti par l'architecte Ledoux, pendant les années 1771
et 1772. On appela les plus habiles artistes pour travailler à son
embellissement, et l'intérieur était un véritable modèle de goût et
d'élégance.

On se doute bien que les appartements particuliers de la comtesse, dans
cette nouvelle habitation, ne le cédaient pas à ceux de Versailles, et
en parcourant les cartons de la préfecture de Seine-et-Oise, on voit
figurer, dans les diverses parties du pavillon de Louveciennes, des
objets analogues à ceux déjà indiqués à Versailles.

Louis XV, quand il venait à Louveciennes, n'avait pas d'autre
appartement que celui de la comtesse, excepté pourtant la partie
destinée à sa toilette. On sait qu'il était extrêmement soigneux de sa
personne, et il est à présumer que dans ce lieu il devait avoir
quelquefois besoin de réparer le désordre de sa tenue.

Cette partie, complétement réservée au roi, se composait d'une
antichambre, d'un cabinet et d'une garde-robe. L'antichambre, tapissée
en damas bleu et blanc, n'offrait aucun meuble remarquable. Dans le
cabinet de toilette, il y avait dans la cheminée un feu doré d'or moulu,
à trophées militaires, garni de pelle, pincettes et tenailles
analogues.--Sur la cheminée, une garniture de trois pièces de porcelaine
de Saxe à petites fleurs en relief, sur un fond petit bleu, avec
cartouches en miniatures sur fond d'or, et ornées de bronzes dorés d'or
moulu.--Une paire de flambeaux, cannelés de bronze doré d'or moulu.--De
chaque côté de la cheminée, une forte paire de bras à trois branches et
colliers de perles, en bronze doré d'or moulu.--De l'autre côté, en face
de la cheminée, une paire de girandoles à trois branches, d'un nouveau
modèle de goût antique, dorées d'or moulu.--Au-dessous, une commode
d'ancien laque du Japon, richement ornée de bronzes dorés, avec son
marbre de cinq pieds en gruotte d'Italie.--Enfin, au milieu était un
fauteuil à poudrer, garni de maroquin rouge, avec un coussin sur fond de
canne, et devant une table d'ébénisterie à mosaïques, sur fond gris
satiné, avec une tablette dans les jambes, et garnie en bronzes
dorés.--Quant à la garde-robe, elle renfermait tous les meubles déjà
indiqués dans celle de madame du Barry, excepté cependant qu'au lieu du
raffinement de luxe observé dans ceux de la comtesse, ils étaient fort
simples et tous en bois de noyer[121].

Au milieu des grandeurs de la favorite, la famille du Barry ne
s'oubliait pas. Déjà plusieurs fois le mari de la comtesse, _Guillaume_
du Barry, était venu tourmenter sa femme de ses doléances et avait
cherché à obtenir par elle des faveurs et de l'argent. Pour faire cesser
ces importunités, madame du Barry lui constitua 5,000 livres de rente,
et par sentence contradictoire du Châtelet de Paris du 1er avril
1772, elle fut séparée d'habitation avec son mari[122]. Quant au comte
_Jean_, il avait toujours conservé un certain ascendant sur madame du
Barry. Il avait placé auprès d'elle sa propre sœur, mademoiselle
_Claire du Barry_, petite bossue que la comtesse aimait fort peu, pour
surveiller toutes ses actions et lui rappeler sans cesse que sa faveur
était due à son frère, et qu'elle devait en être reconnaissante. On
verra qu'il sut en tirer ainsi des sommes s'élevant à plus d'un million.
Mais il ne voulait pas seulement de l'argent, il fallait encore qu'il
profitât de la favorite pour satisfaire son ambition. Le comte Jean
avait un fils, débauché comme le père; il voulut le marier à une fille
de grande maison, et pouvoir, à l'aide de cette alliance, marcher de
pair avec les premières familles de la cour. C'est ce qu'il parvint à
réaliser grâce à la faveur et surtout à l'argent de madame du Barry.

M. le prince de Soubise avait pour parente une jeune personne d'une
grande beauté, mais peu riche, la fille du marquis de Tournon. Ce fut
elle que l'on destina au fils du comte du Barry. A peine âgée de
dix-sept ans, mademoiselle de Tournon était encore au couvent lorsque
l'on décida de son sort. Par ce mariage, les du Barry s'alliaient
presque au sang royal, puisque la mère du duc de Bourbon, fils du prince
de Condé, était fille du prince de Soubise. Le roi, sous l'influence de
madame du Barry, pressait fortement la conclusion de ce mariage; le
prince de Soubise le désirait aussi, le prince de Condé seul s'y
opposait. Mais enfin, vaincu par les instances du roi, il y donna son
consentement. Le 18 juillet 1773, le roi et la famille royale signèrent
le contrat de mariage du vicomte du Barry avec mademoiselle de Tournon;
quelques jours après ils reçurent la bénédiction nuptiale, et le 1er
août suivant, la nouvelle vicomtesse était présentée au roi et à la
famille royale par madame du Barry elle-même.

En faveur de ce mariage, le vicomte du Barry fut fait capitaine des
Suisses de M. le comte d'Artois, et sa femme, qui reçut en dot 200,000
livres de madame du Barry[123], fut nommée dame pour accompagner la
comtesse d'Artois.

Madame du Barry acheta fort peu de biens pendant sa grandeur. Elle fit
l'acquisition d'une maison à Saint-Vrain, près Arpajon, et d'une petite
ferme appelée la _Maison-Rouge_, à Villiers-sur-Orge, près de
Lonjumeau[124].

On a vu par le contrat de mariage de madame du Barry que sa mère se
nommait madame _Rançon_. En effet, elle avait épousé, en 1749, un nommé
_Rançon_, commis aux aides, titre qu'on changea, dans le contrat de la
comtesse, en celui d'_intéressé dans les affaires du roi_. On conçoit
qu'avec un si mince emploi pour toute fortune, M. et madame Rançon
devaient mener une assez triste existence. Dans sa haute position,
madame du Barry n'oublia pas sa mère. Elle allait souvent la voir, et
elle la mit à même de vivre largement. Quoiqu'elle n'eût ni les manières
ni le langage d'une femme de qualité, on ne pouvait cependant continuer
de donner ce nom de Rançon à la mère d'une comtesse qui avait l'insigne
honneur d'être la maîtresse du roi, et on l'appela madame de Montrable.
C'est pour madame de _Montrable_ que madame du Barry acheta _la
Maison-Rouge_, et cette dame l'habita fort longtemps.

La maison de madame du Barry était devenue très-considérable, et ses
équipages et ses gens ne pouvaient plus tenir dans l'hôtel de la rue de
l'Orangerie, qu'elle avait loué la première année de son arrivée à
Versailles[125]. Il y avait, sur l'avenue de Paris, une charmante
habitation construite par _Binet_, valet de chambre du Dauphin et parent
de madame de Pompadour. Madame du Barry l'acheta pour y faire construire
un grand hôtel. _Ledoux_, son architecte, tout en conservant le joli
pavillon de _Binet_, y fit ajouter des constructions considérables, afin
d'y placer les chevaux, les voitures et les gens. C'était un véritable
palais, et l'on alla même jusqu'à y élever une chapelle, à laquelle,
pour la desservir, madame du Barry nomma un aumônier en titre[126].

Madame du Barry était arrivée au comble de la faveur; le roi n'était pas
encore dans un âge très-avancé (64 ans), tout lui faisait espérer une
longue carrière dans le poste qu'elle occupait; et cependant, quelques
jours encore, et toute cette grandeur allait disparaître. Louis XV, déjà
triste et souffrant, venait, pour se distraire, de passer quelques jours
à Trianon, lorsqu'il y fut atteint de la petite vérole. Ramené à
Versailles, il y succomba le 10 mai 1774.

Quelques jours avant la mort du roi, et lorsqu'on le vit dans un état
tout à fait désespéré, on fit partir de Versailles madame du Barry. Elle
se retira à Rueil, chez M. et madame d'Aiguillon, qui lui prodiguèrent
les soins les plus affectueux.

Le premier acte du nouveau monarque fut d'éloigner de la cour celle qui
en avait été le scandale pendant les dernières années de la vie du feu
roi. Le jour même de la mort de Louis XV, le duc de la Vrillière fut
envoyé à Rueil et remit à madame du Barry une lettre de cachet lui
intimant l'ordre de se rendre immédiatement au couvent de
Pont-aux-Dames, près de Meaux.

La chute de madame du Barry entraîna celle de toute la famille. Le comte
Jean et son fils sortirent de France. Quant au comte Guillaume, resté à
Toulouse, il y fut l'objet des huées et des railleries de la populace.

Il y avait un an que madame du Barry était renfermée dans l'abbaye de
Pont-aux-Dames. Sa santé s'altérait de cette vie si éloignée de ses
habitudes. Ses amis faisaient des efforts pour l'en faire sortir, et
elle parvint enfin à obtenir la permission d'aller habiter sa petite
maison de Saint-Vrain. Elle y passa une partie de l'année 1775; mais,
vers l'automne, des fièvres assez graves attribuées à l'humidité de ce
lieu ayant attaqué une partie de ses gens et la menaçant elle-même, elle
obtint enfin de M. de Maurepas, oncle de M. d'Aiguillon, alors
tout-puissant, de revenir habiter le joli pavillon de Louveciennes.

Pendant le temps de sa faveur, madame du Barry avait eu à sa disposition
des sommes considérables; mais légère comme elle l'était, coquette et
désirant contenter à l'instant ses moindres caprices sans regarder à la
dépense, surprise surtout par la brusque mort de Louis XV, elle n'eut
point le temps de satisfaire ses créanciers, et il fut établi que
lorsqu'elle quitta la cour elle avait pour plus de 1,200,000 livres de
dettes.

Les créanciers de la comtesse ne savaient à qui s'adresser pendant son
séjour à Pont-aux-Dames. L'intendant général de la maison du roi
recevait de toutes parts des réclamations. On jugea alors nécessaire de
se rendre compte de la fortune de madame du Barry et des sommes qu'elle
avait reçues pendant le temps de sa faveur. Montvallier, intendant de
la comtesse, fut chargé de dresser un état de toutes ces sommes. Voici
cet état, copié sur les papiers déposés à la préfecture de
Seine-et-Oise[127]:

«État des sommes payées pour le compte de madame la comtesse du Barry,
par M. Beaujon[128], pendant qu'elle était en faveur à la cour de
France.

«15 juillet 1774.»


OBSERVATION.

Montvallier prévient qu'il n'a pu rendre le travail plus complet,
attendu qu'il n'a pas la suite des bordereaux de M. Beaujon, et qu'il y
a même une lacune entre celui du 15 février 1772 et celui du 10
septembre suivant, et qu'il lui a été fait une remise de pièces sans
bordereaux par madame du Barry, pour cette lacune, montant ensemble à la
somme de 93,200 livres, employée dans les articles qui suivent, savoir:

ART. 1er.--_Aux marchands orfèvres, joailliers et bijoutiers_.

  Orfèvres                         313,328 l.  4 s.
  Joailliers                     1,808,635     9
  Bijoutiers                       158,000     »
                                 ------------------
                      Total      2,279,963 l. 13 s.

ART. 2.--_Aux marchands de soieries, dentelles, toiles, modes_, etc.

  Soieries                         369,810 l. 15 s. 3 d.
  Toiles, dentelles                215,888     6    »
  Modes                            116,818     5    »
  Merceries                         35,443    14    »
                                   ---------------------
                      Total        737,961 l.  » s. 3 d.


  ART. 3.--_A divers parfumeurs, fourreurs, chapeliers,
  chaudronniers_, etc.           52,148 l.  9 s.


ART. 4.--_Pour meubles, tableaux, vases et autres ornements._

  Meubles                           24,398 l. 18 s.
  Tableaux, vases                   91,519    19
                                   ----------------
                      Total        115,918 l. 17 s.

ART. 5.--_Aux tailleurs et brodeurs._

  Tailleurs                         60,322 l. 10 s.
  Brodeurs                         471,178     »
                                   ----------------
                      Total        531,500 l. 10 s.


ART. 6.--_Pour achat de voitures, chevaux et fourrages._

  Voitures et entretien             67,470 l.  1 s.
  Chevaux                           57,347     »
  Fourrages                          6,810     »
                                   ----------------
                      Total        131,627 l.  1 s.


ART. 7.--_Aux peintres, sculpteurs_, etc.

  Doreurs                           78,026 l.  » s.  » d.
  Sculpteurs                        95,426     »     »
  Peintres                          48,875    12     6
  Fondeurs                          98,000     »     »
  Marbriers                         17,540     8    10
    A divers ouvriers menuisiers,
      serruriers                    32,240     8     »
                                   ----------------------
                      Total        370,108 l.  9 s.  4 d.


ART. 8.--_Pour les anciens et nouveaux ouvrages de Louveciennes._

  Anciens ouvrages                 111,475 l.  6 s.  9 d.
  Jardins                            3,739    19     »
  Nouveaux ouvrages                205,638    16     8
  Jardins                            3,000     »     »
                                   ----------------------
                      Total        323,854 l.  2 s.  5 d.


  ART. 9.--Sommes payées, qu'on n'a pu appliquer aux
    différents comptes, les motifs des payements n'étant
    point connus                    55,619 l.  2 s.  » d.


  ART. 10.--Pour dépenses extraordinaires,
    dons, gratifications,
    musique, aumônes                47,525     5     »


  ART. 11.--Sommes payées, divisées
    en deux parties, la première
    considérée comme pour
    le compte de madame du
    Barry, et la deuxième pour ses
    affaires; à madame du Barry
    directement ou pour elle; aux
    comte, vicomte et demoiselle
    du Barry, et autres          1,081,052 l. 15 s.  2 d.

  A ses gens d'affaires et autres,
    y compris l'acquisition du
    pavillon de l'avenue de Paris,
    à Versailles                   661,628    16     9

  ART. 12.--A-compte sur la
    construction du bâtiment audit
    pavillon                        18,000     »     »

  ART. 13.--Recouvrements à
    faire                           20,000     »     »
                                 ------------------------
            Total général        6,375,559 l. 11 s. 11 d.

  Certifié véritable et conforme aux bordereaux mentionnés
  ci-dessus.

  Louveciennes, le 14 juillet 1774.

  _Signé_: MONTVALLIER.

Pour payer toutes ses dettes, madame du Barry restait avec sa propriété
de Louveciennes et 150,000 livres de rentes viagères. Elle parvint à
faire des arrangements avec la plupart de ses créanciers; quant aux plus
récalcitrants, elle les paya à l'aide de la vente de plusieurs de ses
bijoux, et de la cession qu'elle fit de son hôtel de Versailles, en
1775, à Monsieur, frère du roi, moyennant la somme de 224,000
livres[129].

Retirée à Louveciennes, madame du Barry y mena une vie fort tranquille.
Belle et bonne, malgré sa position équivoque à la cour, elle s'y était
fait un grand nombre d'amis. Les plus grands personnages et bon nombre
de dames allaient à Louveciennes. On vit même le frère de
Marie-Antoinette, l'empereur Joseph II, venir lui faire une visite, et
lui offrir le bras en se promenant avec elle dans ses jardins. La
comtesse avait su se créer une petite cour, et les anciens amis de Louis
XV étaient toujours les bienvenus dans son château. Habituée depuis
plusieurs années à satisfaire tous ses caprices sans savoir ce qu'ils
pouvaient coûter, elle recevait ses hôtes en princesse, et, jolie femme,
continuait toutes ces folles dépenses de toilette qu'une jolie femme,
même sans être une madame du Barry, a souvent tant de peine à
abandonner. On la trouvait de plus toujours prête à secourir ses amis;
et l'on voit dans les papiers de la préfecture de Seine-et-Oise que le 9
avril 1775, c'est-à-dire un an après la mort de Louis XV, elle prêta
200,000 livres à M. le duc d'Aiguillon, qui ne les lui rendit que le 30
août 1784.

Madame du Barry dut donc économiser fort peu pour payer ses créanciers,
et ses dettes, au lieu de diminuer, ne firent qu'aller en augmentant.
Aussi, pour se liquider complétement, à force d'instances et de
démarches de ses amis, elle obtint enfin du roi Louis XVI, en avril
1784, l'échange de 60,000 livres de rente contre 1,250,000 livres qui
lui furent délivrées par le trésor royal[130].

Après comme pendant sa faveur, madame du Barry eut les mêmes soins de sa
mère; et lorsqu'elle mourut, le 20 octobre 1788, _elle constitua au
profit du sieur Rançon de Montrable, le mari de sa mère, une rente
viagère de 2,000 livres pour, dit-elle, reconnaître les bons procédés de
Rançon à l'égard de son épouse_[131]. Elle n'oublia pas non plus la
famille de sa mère; elle constitua des rentes à ses oncles et tantes, et
maria très-avantageusement plusieurs des ses cousines[132].

Madame du Barry était excessivement bonne pour ses domestiques. Elle
avait en eux une très-grande confiance, dont ils abusèrent plusieurs
fois, surtout à l'époque de la Révolution. Soit que ces domestiques,
paresseux et insouciants comme ils le sont dans la plupart des grandes
maisons, n'exerçassent point une surveillance assez active, soit que
quelques-uns d'entre-eux s'entendissent avec les fripons que tentaient
les richesses accumulées dans ce lieu, toujours est-il que plusieurs
vols considérables eurent lieu à Louveciennes, depuis que la comtesse y
faisait son séjour habituel.

Le 20 avril 1776, trois individus fort bien mis se présentent au château
et demandent à parler à madame du Barry. L'un d'eux, décoré de la croix
de Saint-Louis, est introduit dans son cabinet, où elle se trouvait
seule en ce moment, pendant que les deux autres restent dans la chambre
qui précède. Il va droit à elle un pistolet à la main, la menace de
tirer si elle fait le moindre geste pour appeler, et lui ordonne de
donner ce qu'elle a d'argent et de bijoux. Effrayée, elle s'empresse de
remettre à cet homme un riche écrin qu'elle avait près d'elle. Le
voleur, frappé de la beauté des diamants et content de sa proie, se
retire avec ses compagnons sans qu'on ait jamais pu les retrouver.

Un autre vol, beaucoup plus considérable, eut lieu dans la nuit du 10 au
11 janvier 1791.

On a vu que dans sa retraite de Louveciennes, madame du Barry avait
conservé de nombreux amis. Parmi eux se trouvait M. le duc de Brissac.
Brave, loyal et d'une superbe figure, le duc fit impression sur le cœur
de la comtesse. Ils s'attachèrent bientôt l'un à l'autre, et leurs
relations devinrent si intimes, que madame du Barry était aussi souvent
à Paris, à l'hôtel de Brissac, que le duc était à Louveciennes[133].
C'est pendant l'un de ces séjours à Paris que s'accomplit le vol dont on
va parler.

A l'aide des sacrifices qu'elle avait déjà faits, madame du Barry était
parvenue à combler la plus grande partie de ses dettes. Mais à l'époque
dont il s'agit (1791), elle en avait contracté de nouvelles.

Sa négligence à se rendre compte de ses propres affaires, le goût des
folles dépenses qui ne l'avait pas quittée, mais surtout le besoin de
soulager les infortunes que la Révolution commençait à faire peser sur
ses amis, avaient mis de nouveau le désordre dans ses finances. Déjà
elle avait cherché, par l'entremise de son banquier, à faire vendre
quelques-uns de ses diamants à l'étranger. Elle avait, à cet effet,
réuni dans un seul endroit du château ses bijoux les plus précieux. Peu
défiante, elle s'était fait aider dans ce travail par plusieurs de ses
domestiques; aussi savait-on parfaitement dans la maison le lieu où
étaient placées toutes ces richesses, et si les gens de la comtesse n'y
furent pour rien, leurs indiscrétions mirent au moins sur la voie les
malfaiteurs qui accomplirent ce vol audacieux.

Dans la nuit du 10 au 11 janvier 1791, pendant que madame du Barry était
à Paris chez le duc de Brissac, des voleurs s'introduisirent dans le
château, allèrent droit au lieu où étaient les diamants et les bijoux de
la comtesse, et enlevèrent tout ce qui s'y trouvait réuni; puis ils se
retirèrent tranquillement, sans que personne dans la maison se fût
aperçu de leur présence. Depuis quelque temps madame du Barry, pour
ajouter à sa sûreté, avait demandé au commandant des Suisses de
Courbevoie de lui donner un des soldats du régiment pour lui servir de
concierge. Aussitôt que l'on eut connaissance du vol, la municipalité de
Louveciennes fit arrêter le Suisse qui servait de gardien. Interrogé par
ses officiers, il avoua que des hommes qu'il ne connaissait pas
l'avaient enivré dans un cabaret; mais voilà tout ce que la police de
l'époque put recueillir sur cet attentat.

C'était une immense perte pour madame du Barry, car on venait de lui
enlever ses bijoux les plus précieux. On peut juger de la valeur de ce
vol et des richesses accumulées dans ce lieu par l'état des objets volés
qu'elle fit afficher dans Paris et annoncer dans les journaux étrangers:

«Trois bagues montées chacune d'un brillant blanc, le premier pesant 35
grains, le deuxième 50 grains, et le troisième 28 grains;

»Une bague montée d'un saphir, carré long, avec un Amour gravé dessus,
et deux brillants sur le corps;

»Un baguier en rosette verte, renfermant vingt à vingt-cinq bagues, dont
une grosse émeraude;

»Une pendeloque montée à jour, pesant environ 36 grains, d'une belle
couleur, mais très-jardineuse, ayant beaucoup de dessous;

»Une autre d'un onyx, représentant le portrait de Louis XIII, dont les
cheveux et les moustaches sont en sardoine;

»Une autre d'un César, de deux couleurs, entourée de brillants;

»Une autre d'une émeraude, carré long, pesant environ 20 grains;

»Une autre d'un brun-puce, pesant de 14 à 16 grains;

»Une autre d'un Bacchus antique, gravée en relief sur une cornaline
brûlée;

»Une autre d'une sardoine jaune, gravée par _Barrier_, représentant
Louis XIV, entourée sur le corps de roses de Hollande;

»Une autre d'un gros saphir en cœur, montée à jour, entourée de
diamants sur le corps et sur la moitié de l'anneau.--L'onyx de Louis
XIII et l'émeraude carrée sont montés de même et garnis également de
diamants, de roses et de brillants;

»Plus, dans ce _baguier_, il y a un _Bonus Eventus_ antique, gravé sur
un onyx;--un brillant blanc pesant 29 grains;--un autre pesant 25
grains;--un autre, forme de pendeloque, pesant 28 grains;--un autre,
rond, pesant 23 grains;--un autre, 25 grains;--un, 24 grains;--un,
qualité inférieure, carré long, 23 grains;--trois pesant chacun 28
grains;--un brillant en épingle, forme longue, pesant 30 grains;--un
brillant, forme losange, 33 grains;

»Deux bracelets, ensemble de 24 grains;

»Une rose montée à jour, de deux cent vingt-huit brillants blancs, dont
un gros au milieu, cristallin, pesant 24 grains;

»Un collier de vingt-quatre beaux brillants, montés en chatons à jour,
de 20 grains chaque;

»Huit parties de rubans en bouillon, chacune de vingt-un brillants à
jour, pesant depuis 4 grains jusqu'à 8;

»Une paire de boucles de souliers de quatre-vingt-quatre brillants,
pesant 77 karats 1/4;

»Une croix de seize brillants, pesant 8 à 10 grains chaque;

»Soixante-quatre chatons, pesant de 6 jusqu'à 10 grains;

»Une belle paire de girandoles en gros brillants de la valeur de 12,000
livres;

»Une bourse à argent en soie bleue, avec ses coulants, ses glands et
leurs franges, le tout en petits brillants montés à jour;

»Un esclavage à double rang de perles, avec sa chute, le tout d'environ
deux cents perles, pesant 4 à 5 grains chaque;--un gros brillant au haut
de la chute, pesant 24 à 26 grains, et au bas un gland à franges et son
nœud, le tout en brillants montés à jour;

»Une paire de bracelets à six rangs de perles, pesant 4 à 5 grains; le
fond du bracelet est une émeraude surmontée d'un chiffre en diamants, en
deux L pour l'un, et d'un D et B pour l'autre, et deux cadenas de
quatre brillants, pesant 8 à 10 grains;

»Un rang de cent quatre perles enfilées, pesant 4 à 5 grains chacune;

»Un portrait de Louis XV peint par _Massé_, entouré d'une bordure d'or,
à feuilles de laurier; ledit portrait de 5 à 6 pouces de haut;

»Un autre portrait de Louis XV, peint par le même, plus petit, dans un
médaillon d'or;

»Une montre d'or simple, de Romilly;

»Un étui d'or à une dent émaillée en vert, avec un très-gros brillant au
bout, pesant environ 12 grains, tenant sur le tout par une vis;

»Une paire de boutons de manches, d'une émeraude, d'un saphir, d'un
diamant jaune et d'un rubis, le tout entouré de brillants couleur de
rose, pesant 36 à 40 grains, montés en bouton de cou;

»Deux grandes bandes de cordons de montre, composées de seize chaînons à
trois pierres, dont une grande émeraude, et deux brillants de 3 à 4
grains de chaque côté, et trois autres petites bandes de deux chaînons
chaque, pareils à ceux ci-dessus;

»Une barrette d'un très-gros brillant, carré long, pesant environ 60
grains, avec trois grosses émeraudes pesant 8 à 10 grains, avec deux
brillants aux deux côtés, pesant un grain chaque, montés à jour;

»Une bague d'un brillant d'environ 26 grains, montée à jour, avec des
brillants sur le corps;

»Deux girandoles d'or formant flambeaux, montées sur deux fûts de
colonne d'or émaillées de lapis, surmontées de deux tourterelles
d'argent, de carquois et de flèches, faites par _Durand_;

»Un étui d'or émaillé en vert, au bout duquel est une petite montre
faite par Romilly, entourée de cercles de diamants et ayant un chiffre
par derrière[134].

»Deux autres étuis d'or, l'un émaillé en rubans bleus, et l'autre en
émaux de couleur et paysages;

»Dix-sept diamants démontés, de toutes formes, pesant depuis 25 jusqu'à
30 grains chacun, dont une pendeloque montée, pesant 36 grains;

»Soixante-quatre chatons dans un seul fil, formant collier, pesant 8, 9
et 10 grains chacun, en diamants montés à jour.

»Deux boucles d'oreilles de coques de perles, avec deux diamants au
bout;

»Un portrait de Louis XVI, de _Petitot_;

»Un autre portrait de feu Monsieur, tous les deux en émail, ainsi qu'un
portrait de femme, également de _Petitot_;

»Une écritoire de vieux laque superbe, enrichie d'or et formant
nécessaire, tous les ustensiles en or;

»Deux souvenirs, l'un en laque rouge et l'autre en laque fond d'or à
figures, l'un monté d'or et l'autre monté en or émaillé;

»Deux flambeaux d'argent de toilette, perlés et armoriés;

»Une boîte de cristal de roche couverte d'une double boîte travaillée à
jour;

»Des pièces d'or et des médailles d'or de différents pays;

»Quarante petits diamants pesant un karat chaque;

»Deux lorgnettes, l'une émaillée en bleu, l'autre émaillée en rouge,
avec le portrait du feu roi, toutes deux montées en or;

»Un souvenir en émail bleu avec des peintures en grisailles,
représentant d'un côté une offrande, et de l'autre côté une jardinière
avec un petit chien à longues oreilles;

»Un reliquaire, d'un pouce environ, d'un or très-pur, émaillé en noir et
blanc, une petite croix montée dessus assez gothiquement, et une perle
fine de la grosseur d'un pois au bas;

»Et plusieurs autres bijoux d'un très-grand prix.»

On peut penser à quelle somme considérable devait s'élever un pareil
vol.

Ses ennemis répétaient partout que ce vol n'existait pas, et que madame
du Barry avait fait courir ce bruit pour arranger plus aisément ses
affaires. D'autres prétendirent plus tard qu'elle avait porté elle-même
ses bijoux en Angleterre, pour soulager les infortunes de la plupart des
émigrés retirés à Londres; Cet autre bruit se répandit surtout lorsque
l'on sut qu'ils venaient d'être retrouvés dans ce pays. Ce fut l'un des
chefs d'accusation les plus violents que fit valoir contre cette
malheureuse femme le farouche _Fouquier-Tainville_, et aujourd'hui
encore il est répété par ses biographes; bien entendu cependant qu'ils
ne le regardent plus comme un acte criminel, mais au contraire comme
très-honorable.

Quels que soient les motifs que l'on ait fait valoir pour douter du vol
de madame du Barry, un acte authentique, solennel, fait peu de jours
avant la mort, le testament de M. de Brissac, dont on parlera bientôt,
le constate et ne laisse aucun doute sur sa réalité.

Ce vol fût donc un extrême malheur pour madame du Barry, et elle fit
toutes les démarches possibles pour pouvoir se mettre sur la trace des
coupables. Dans le courant de février suivant, madame du Barry apprit
que ses voleurs avaient été arrêtés à Londres. Il paraît que peu de
jours après leur arrivée dans ce pays, un Anglais, qui leur servait
d'interprète, se présenta chez un lapidaire et lui offrit à très-bon
marché une riche collection de diamants. Le joaillier les lui acheta;
mais, frappé de la beauté de ces pierres, de leur nombre, de leur bas
prix et étonné surtout que tant de pierres précieuses se trouvassent
ainsi dans les mains d'un inconnu, il prévint la police, qui arrêta
l'interprète et ses compagnons, encore munis de tous les bijoux de la
comtesse.

Madame du Barry partit immédiatement pour Londres, où on lui représenta
ses diamants. Elle les reconnut parfaitement. Mais comme la procédure
devait durer un certain temps, les diamants furent déposés chez MM.
_Hamerleys_ et _Morland_, banquiers à Londres, scellés de son cachet et
de celui des banquiers, et madame du Barry revint à Louveciennes.

Un mois après son retour, elle reçut une lettre de Londres, qui l'y
appelait de nouveau pour la poursuite du procès de ses voleurs. Cette
fois, madame du Barry, pensant rester plus longtemps que la première, se
munit d'un passe-port signé du roi et de M. de Montmorin, valable pour
_trois semaines_, et lui permettant d'emmener avec elle le chevalier
d'_Escourt_, le joaillier _Rouen_, deux femmes de chambre, un valet de
chambre et deux courriers, et elle partit après avoir reçu de ses
banquiers à Paris, MM. _Wandenyver_, des lettres de crédit pour Londres.
Elle y resta plus des trois semaines que lui accordait son passe-port,
espérant toujours voir la fin du procès. Mais comme rien ne finissait
encore, elle se décida à revenir en France, et arriva à Paris dans les
premiers jours de juillet.

Sa liaison avec le duc de Brissac n'avait point cessé, et paraissait au
contraire se resserrer à mesure que les orages s'accumulaient sur la
France et éloignaient tous ceux qu'un grand nom ou une grande fortune
semblaient désigner d'avance aux fureurs populaires. M. de Brissac, en
loyal et brave chevalier, ne voulut point abandonner le roi au milieu
des dangers dont il était entouré. Nommé commandant de la garde
constitutionnelle, il inspira à cette garde, composée des éléments les
plus divers, un esprit d'unité et d'amour pour le roi, qui fut la cause
de sa perte.

Le 29 mai 1792, le député _Bazire_ vient dénoncer à la tribune de
l'Assemblée législative la garde constitutionnelle du roi, comme animée
d'un mauvais esprit, et particulièrement son chef, M. de Brissac. Après
une discussion qui va toujours en s'envenimant, _Couthon_ demande le
licenciement de cette garde et l'arrestation de Brissac, et l'assemblée
adopte successivement deux décrets, conformes à la proposition de
_Couthon_.

M. de Brissac fut immédiatement arrêté, et envoyé à Orléans pour y être
jugé par la haute cour de justice. Un de ses aides de camp, un jeune
officier qui lui était fort attaché, M. de Maussabré, courut à
Louveciennes pour annoncer ces terribles nouvelles à madame du Barry.

Il était parvenu à entretenir quelques intelligences avec le duc depuis
son arrestation, et c'est par lui qu'une correspondance put s'établir
entre le duc et la comtesse. Après la fatale journée du 10 août, ce
jeune officier chercha un refuge chez madame du Barry. Malheureusement
pour lui, et malgré toutes les précautions prises pour le dérober à tous
les regards, il y fut découvert par un détachement de fédérés. Emmené à
Paris, il fut emprisonné à l'Abbaye, où il périt égorgé le mois de
septembre suivant.

Le duc de Brissac, renfermé dans les prisons d'Orléans, ne se faisait
aucune illusion sur le sort qui l'attendait. Il se préparait à la mort
qu'il allait bientôt recevoir d'une si horrible manière, et le 11 août
1792, il écrivait ses dernières volontés, transmises plus tard à sa
famille. Il n'oublie pas dans son testament celle qu'il aimait depuis
longtemps. Après avoir institué pour sa légataire universelle sa fille,
madame de Mortemart, il ajoute en s'adressant à elle:

«Je lui recommande ardemment une personne qui _m'est bien chère_, et que
les malheurs des temps peuvent mettre dans la plus grande détresse. Ma
fille aura de moi un codicille qui lui indiquera ce que je lui ordonne à
ce sujet.»

Ce codicille est ainsi conçu:

«Je donne et lègue à madame du Barry, de Louveciennes, outre et
par-dessus ce que je lui dois, une rente viagère et annuelle de 24,000
livres, quitte et exempte de toute retenue, ou bien l'usufruit et
jouissance pendant sa vie de ma terre de la Rambaudière et de la
Graffinière, en Poitou, et des meubles qui en dépendent; ou bien encore
une somme de 300,000 livres une fois payée en argent, le tout à son
choix, d'autant qu'après qu'elle aura opté pour l'un desdits trois legs,
les deux autres seront pour non avenus. Je la prie d'accepter ce faible
gage de mes sentiments et de ma reconnaissance, dont je lui suis
d'autant plus redevable que _j'ai été la cause involontaire de la perte
de ses diamants, et que si jamais elle parvient à les retirer
d'Angleterre, ceux qui resteront égarés, ou les frais des divers voyages
que leur recherche aura rendus nécessaires, ainsi que ceux de la prime à
payer, s'élèveront au niveau de la valeur effective de ce legs_. Je prie
ma fille de lui faire accepter. La connaissance que j'ai de son cœur
m'assure de l'exactitude qu'elle mettra à l'acquitter, quelles que
soient les charges dont ma succession se trouvera grevée par mon
testament et mon codicille, ma volonté étant qu'aucun de mes autres legs
ne soit délivré que celui-ci ne soit entièrement accompli.

    »Ce 11 août 1792.

    »_Signé_: LOUIS-HERCULE TIMOLÉON
    DE COSSÉ-BRISSAC[135].»

Après des paroles si formelles, il est impossible de douter de la
réalité du vol.

Madame du Barry était à Louveciennes lorsque le duc de Brissac fut
massacré à Versailles. On dit que quelques-uns des forcenés qui prirent
part à cette boucherie portèrent à Louveciennes la tête du duc, et
vinrent la mettre sous ses yeux[136]. Ce terrible coup la plongea dans
la plus profonde douleur.--Isolée dans son château, elle craignit pour
elle-même, et commença à prendre des précautions pour sauver ses
richesses. Aidée d'un valet de chambre dévoué, nommé Morin, qui paya de
sa tête son attachement à sa maîtresse, elle cacha ce qu'elle avait de
plus précieux dans différentes parties de la maison et des jardins.

Elle entretenait toujours une correspondance avec Londres à l'occasion
de ses diamants. On lui écrivit de cette ville qu'il fallait absolument
suivre le procès, parce que c'était la seule manière de rentrer en
possession de son bien. Elle s'occupa alors des moyens de passer
tranquillement en Angleterre, et surtout de ne pas être considérée comme
émigrée.

Elle écrivit au président de la Convention nationale et au ministre des
affaires étrangères _Lebrun_, pour leur expliquer le motif de son voyage
et les assurer qu'elle ne comptait pas abandonner la France, et qu'elle
prenait l'engagement formel de revenir à Louveciennes aussitôt la fin de
son procès. Quelques jours après, elle reçut du ministre son passe-port,
et une lettre lui disant qu'elle ne serait en rien tourmentée pour ce
voyage, et qu'elle pouvait le faire en toute assurance. Mais pour plus
de certitude et pour bien établir dans le pays même qu'elle ne voulait
pas émigrer, et prévenir les malintentionnés dans le cas d'une absence
prolongée, elle renouvela, devant la municipalité de Louveciennes, les
déclarations déjà faites par elle au président de la Convention et au
ministre. La municipalité inscrivit cette déclaration sur ses registres,
et lui en remit une copie ainsi conçue:

«Ce jourd'hui 7 octobre 1792, l'an Ier de la République française,
s'est présentée devant nous, officiers municipaux de la commune de
Louveciennes, district de Versailles, département de Seine-et-Oise, dame
Vaubernier du Barry, résidant habituellement en ce lieu, laquelle nous a
déclaré qu'étant obligée d'aller à Londres, pour assister au jugement
définitif des voleurs qui, la nuit du 10 au 11 janvier 1791, lui ont
volé ses bijoux dans son château de Louveciennes, elle nous en fait la
déclaration pour qu'elle ne puisse point être regardée comme émigrée
pendant son absence, ni traitée comme telle par aucune autorité
constituée, de laquelle déclaration elle nous a requis acte que nous lui
avons octroyé, vu la lettre de M. Lebrun, ministre des affaires
étrangères, en date du 2 du courant, qui est restée annexée à la
présente minute, et la susdite dame du Barry a signé avec nous, les
jours et an que dessus.

»Bon pour copie conforme à l'original, le 8 septembre
1792[137].»_Suivent les signatures._»

Après s'être mise en règle, madame du Barry partit pour Londres le 14
octobre 1792. Pendant qu'elle était en Angleterre, de terribles
événements s'étaient passés en France. Le roi était tombé sous la hache
du bourreau. Partout s'étaient développées les passions
révolutionnaires. Jusque dans les petits villages, on voyait s'établir
des assemblées populaires, des clubs, et Louveciennes n'y avait point
échappé. Un intrigant nommé _Greive_ était venu s'y établir depuis
quelque temps. Aussitôt son arrivée, il y forma un club. Son premier
acte fut une dénonciation contre madame du Barry, et, le 14 février
1793, le procureur général syndic du district de Versailles adressait
aux administrateurs du district la lettre suivante:

«La femme du Barry, propriétaire à Louveciennes, a quitté la France au
moyen d'un passe-port, au commencement de 1792, pour poursuivre en
Angleterre les auteurs d'un vol considérable fait en sa maison.

»Le doute inspiré sur cette poursuite par le laps de temps et par
l'ignorance de ses effets a fait naître nécessairement l'incertitude.

»Dans cet état, l'administration a pensé qu'il convenait de prendre sur
les biens de cette femme des mesures conservatrices pour assurer à la
fois ses droits et ceux de la nation.

»Elle me charge, en conséquence, de vous inviter à faire apposer les
scellés sur la maison de la femme du Barry, à Louveciennes, d'y
commettre un gardien, et de lui adresser le procès-verbal qui sera
dressé à cette occasion.

»Vous voudrez bien, citoyens, presser cette opération et m'en faire part
aussitôt qu'elle aura été faite[138].»

Deux jours après, les membres du Directoire du district répondirent à la
lettre du procureur syndic par une résolution ainsi conçue:

«Vu la lettre du procureur général syndic, le directoire du district a
commis le citoyen _Brunette_, l'un de ses membres, à l'effet de
procéder, en présence de deux officiers de la commune de Louveciennes, à
l'apposition des scellés sur tous les meubles, titres et effets de la
femme du Barry, et établir à la conservation desdits scellés un ou
plusieurs gardiens solvables, lesquels ne pourront être choisis parmi
les parents, domestiques ou agents de ladite du Barry, et auxquels il
sera attribué un salaire journalier de trente sols par jour[139].

»Fait à Versailles, le 16 février 1793, an II de la République.»

_Greive_ savait bien que madame du Barry n'avait point émigré; mais il
espérait que ce premier acte, qui paraissait la soupçonner d'émigration,
lui ferait peur, empêcherait son retour en France et le mettrait à même,
sous le prétexte du salut public, de toucher aux trésors accumulés dans
le château, et dont il espérait tirer un peu parti pour lui-même.

Mais madame du Barry comptait bien revenir à Louveciennes. Ayant appris
à Londres que les scellés avaient été mis sur ses biens, elle se hâta de
quitter l'Angleterre. Son procès ayant été jugé le 28 février, jour du
terme du tribunal, elle partit de Londres le 3 mars, arriva à Calais le
5, où elle fut retenue jusqu'au 18 pour attendre de nouveaux passe-ports
du pouvoir exécutif, et arriva à Louveciennes le 19[140].

L'arrivée de madame du Barry déconcerta un peu _Greive_, mais ne
l'empêcha pas de suivre ses projets. La société populaire de
Louveciennes était composée d'une quarantaine de membres, au nombre
desquels se trouvaient plusieurs domestiques de madame du Barry, et
entre autres les nommés _Salanave_ et _Zamor_. Le premier était un valet
de chambre que madame du Barry renvoya plusieurs jours après son retour,
à cause de quelques actes d'infidélité; l'autre était un nègre, élevé
par elle, dont elle était la marraine, auquel elle avait assuré des
rentes, et qu'à cause de son ingratitude elle chassa de sa maison. A
l'aide de ces deux hommes, _Greive_ sut tout ce qui se passait dans
l'intérieur du château, les personnes qu'on y recevait, et recueillit
une foule de renseignements qui lui permirent de continuer ses
dénonciations.

Le 2 juin 1793, la Convention avait rendu un décret portant: «Les
autorités constituées, dans toute l'étendue de la République, seront
tenues de faire saisir et mettre en état d'arrestation toutes les
personnes _notoirement suspectées d'aristocratie ou d'incivisme_; elles
rendront compte à la Convention nationale de l'activité qu'elles
apporteront à mettre à exécution le présent décret, et demeureront
responsables des désordres que pourrait occasionner leur négligence.»

_Greive_ fait assembler la société populaire de Louveciennes, et le 26
juin se présente devant les administrateurs du département de
Seine-et-Oise. Là il lit une adresse signée de trente-six citoyens de
Louveciennes, dans laquelle on demande la mise à exécution du décret de
la Convention et un exemplaire de ce décret pour la commune.

Le lendemain 27, armé de ce décret, _Greive_, accompagné du maire de la
commune, se présente chez madame du Barry et procède à son arrestation.

Les administrateurs du département ne paraissaient pas avoir un zèle
aussi exagéré du bien public que les clubistes de Louveciennes, et ils
se doutaient un peu du motif qui les faisait agir. Pour prévenir l'acte
de vengeance qu'ils redoutaient, ils envoyèrent le même jour à
Louveciennes un des membres du district de Versailles, en le chargeant
de faire exécuter la loi avec quelques modifications et restrictions.
Arrivé juste au moment où l'on se disposait à faire enlever madame du
Barry, le membre du district fit suspendre son arrestation, et reprocha
vivement à la municipalité son extrême précipitation.

_Greive_ et les membres de la société populaire, dont la plupart avaient
été employés dans la maison de madame du Barry, irrités de ce
contre-temps, rédigèrent une autre pétition qu'ils adressèrent cette
fois à la Convention. Dans cette pièce, remplie de déclamations et de
grands sentiments patriotiques, comme on en voyait dans tous les écrits
de cette époque, on accumula les accusations contre madame du Barry, et
on demanda l'approbation de la Convention nationale pour l'arrestation
de la citoyenne se disant comtesse _du Barry, de sa nièce, fille d'un
émigré, et de ceux de ses domestiques notoirement suspects
d'aristocratie et d'incivisme_, c'est-à-dire de ses domestiques restés
fidèles. «Dites, ajoutent les pétitionnaires, dites que nous avons
rempli votre vœu, en mettant à prompte exécution votre décret du 2
juin; ordonnez l'impression de notre adresse, afin de donner le _branle_
aux autres communes du département; déclarez que nous avons bien mérité
de la patrie, etc.»

La Convention ne pouvait qu'approuver de pareils sentiments, exprimés
dans un pareil style; aussi le président remercia la députation de
Louveciennes de son patriotisme, et l'invita aux honneurs de la séance.

De retour à Louveciennes, et forts de l'approbation de la Convention,
les membres de la société populaire arrêtèrent madame du Barry et les
diverses personnes indiquées dans leur pétition, et les conduisirent à
Versailles, pour les faire enfermer dans les prisons de cette ville.
_Goujon_[141] était alors procureur général syndic; il leur reprocha
leur acte comme illégal, leur représenta que les faits sur lesquels ils
basaient leur accusation étaient dénués de preuves, et ordonna de
reconduire les prisonniers à Louveciennes.

Empêché dans l'exécution de ses desseins, _Greive_ fit alors imprimer un
libelle dont voici le litre: «_l'Égalité controuvée, ou Histoire de la
protection_, contenant les pièces relatives à l'arrestation de madame du
Barry, ancienne maîtresse de Louis XV, pour servir d'exemple aux
patriotes trop ardents qui veulent sauver la République, et aux modérés
qui s'entendent à merveille pour la perdre.» Dans cet écrit, _Greive_
s'intitule défenseur officieux des braves sans-culottes de Louveciennes
et ami de Franklin et Marat, et n'épargne ni madame du Barry, ni le
comité de sûreté générale, qu'il accuse de faiblesse, ni le département.

Pendant ce temps, madame du Barry cherchait, par tous les moyens, à
conjurer l'orage qui s'accumulait sur sa tête. Elle adressa à la
Convention des notes explicatives de sa conduite, tandis que la plupart
des habitants de Louveciennes qui ne faisaient pas partie de la société
des sans-culottes présentaient de leur côté plusieurs pétitions en sa
faveur. Elle fit aussi des démarches auprès des administrateurs du
département pour être protégée contre ses ennemis.

Le directoire du département voyait avec peine l'acharnement que l'on
mettait à perdre cette malheureuse femme, dont le principal crime était
ses richesses. Il envoya auprès d'elle un de ses membres, nommé
_Lavallery_[142]. Celui-ci lui conseilla d'abandonner Louveciennes et de
se retirer à Versailles, où il serait plus aisé de la protéger. Mais
tout ce que madame du Barry avait encore de richesse était enfoui à
Louveciennes, et elle craignait que, pendant son absence et sous le
moindre prétexte, on ne fouillât sa maison, et que l'on ne s'emparât de
ce qui y était caché, et elle ne voulut pas quitter ce séjour.

_Greive_ cependant ne perdait pas un instant pour arriver à ses fins. Il
reçut du nègre Zamor une foule de renseignements qu'il mit habilement à
profit, et à force de dénonciations réitérées et d'actives démarches, il
obtint enfin du Comité de sûreté générale de la Convention l'ordre
d'arrêter madame du Barry. Muni de cet ordre, il accourt à Louveciennes,
et le dimanche 22 septembre, il se fait accompagner au château par le
maire, le juge de paix et deux gendarmes, fait mettre les scellés sur
tous les meubles, ordonne à madame du Barry de le suivre, la fait placer
entre les deux gendarmes dans une mauvaise voiture de place qu'il avait
fait venir exprès, y monte après elle et l'emmène triomphant à Paris, où
il la dépose dans la prison de Sainte-Pélagie.

_Greive_ avait remis au Comité de sûreté générale de la Convention les
papiers qu'il pensait devoir le plus compromettre madame du Barry. Un
ami de Marat, _Héron_, fut chargé de les examiner, et, sur son rapport,
le Comité rendit, le 29 brumaire de l'an II (19 novembre 1793), l'arrêté
suivant:

               «CONVENTION NATIONALE.

    »COMITÉ DE SÛRETÉ GÉNÉRALE ET DE SURVEILLANCE DE
             LA CONVENTION NATIONALE,

    »_du 29 brumaire, l'an II de la République
                   française_,

                »UNE ET INDIVISIBLE.

»Le Comité de sûreté générale, ayant pris connaissance des diverses
pièces trouvées chez la nommée du Barry, mise en état d'arrestation par
mesure de sûreté générale, comme personne suspecte, aux termes du décret
du 17 septembre dernier (vieux style), considérant qu'il résulte de
l'ensemble desdites pièces que la femme du Barry est prévenue
d'émigration et d'avoir, pendant le séjour qu'elle a fait à Londres,
depuis le mois d'octobre 1792 jusqu'au mois de mars dernier (vieux
style), fourni aux émigrés réfugiés à Londres des secours pécuniaires,
et entretenu avec eux des correspondances suspectes; et que les nommés
Wandenyver père et fils, négociants, sont prévenus d'avoir fait passer
des fonds à la femme du Barry pendant qu'elle était en Angleterre;
arrête: que la femme du Barry, prévenue d'émigration, et que les nommés
Wandenyver père et fils, prévenus d'avoir fait passer à ladite dame du
Barry des fonds pendant son séjour a Londres, seront traduits au
tribunal révolutionnaire, pour y être poursuivis et jugés à la diligence
de l'accusateur public.

»Les représentants du peuple, membres du Comité de sûreté générale de la
Convention nationale,

    »VOULAND, DAVID, VADIER, DUBARRAN, JAGOT,
    PANIS, LAVICOMTERIE.»

Les Wandenyver ne se trouvaient ainsi compromis que parce qu'ils étaient
les banquiers de madame du Barry. Mais pour donner plus d'importance à
ce procès et compromettre davantage ces banquiers, qui faisaient alors
beaucoup d'affaires et étaient chargés des intérêts de plusieurs grandes
familles, le Comité rendit, deux jours après, un nouvel arrêté ainsi
conçu:

                     «COMITÉ

    »DE SÛRETÉ GÉNÉRALE ET DE SURVEILLANCE DE LA
             CONVENTION NATIONALE,

  »_du_ 1er _frimaire, l'an II de la République_,

               »UNE  ET INDIVISIBLE.

»En faisant droit à la dénonciation faite par le citoyen Héron au
Comité, d'après son mémoire imprimé, rédigé par le martyr de la liberté
(_Marat_), représentant du peuple, dans lequel on y reconnaissait
Wandenyver, ainsi qu'une multitude de complices, pour avoir été les
instruments d'un complot de banqueroute générale, qui aurait perpétué
l'esclavage des Français et sauvé la tête du tyran, entretenu les abus
de la féodalité, qui servaient au déshonneur de la nation française;
considérant que les faits pour lesquels Wandenyver a subi interrogatoire
à notre Comité ne sont qu'une suite de ceux désignés dans le
développement de la banqueroute, en ce qu'il y a coopéré, ainsi qu'au
massacre du peuple, dont il est conjointement accusé avec tous ceux
désignés dans le mémoire; le Comité arrête qu'ils seront traduits au
tribunal révolutionnaire pour y être jugés, et que les pièces françaises
et espagnoles seront jointes au présent arrêté pour servir au procès.

»Les représentants du peuple, membres du Comité de sûreté générale et de
surveillance de la Convention nationale,

    »MOYSE BAYLE, DAVID, AMAR, JAGOT,
    LOUIS (du Bas-Rhin), A. BENOIT,
    GUFFROY, LAVICOMTERIE.»

Dès que l'arrêté qui traduisait madame du Barry et ses co-accusés devant
le tribunal révolutionnaire fut rendu, son procès ne dura pas longtemps.
Le 3 décembre (13 frimaire an II), Fouquier lit à là chambre du conseil
l'acte d'accusation, la chambre en donne acte et ordonne le
transfèrement des prévenus à la Conciergerie. Le 6, ils paraissent
devant le tribunal, et, le 7, ils sont condamnés à mort.

L'acte d'accusation dressé par Fouquier-Tainville contre cette
malheureuse femme est un chef-d'œuvre du genre. Son titre de maîtresse
du roi et ses folles dépenses lui donnèrent beau jeu pour se laisser
aller à toute son indignation d'_honnête homme_ et de _bon patriote_, et
il en usa largement, comme on peut le voir dans toute la partie qui
regarde madame du Barry, qu'on ne lira pas sans curiosité.

Après avoir annoncé qu'il avait été procédé à l'examen des pièces du
procès et à l'interrogatoire des accusés, il ajoute:

«Qu'examen fait desdites pièces par l'accusateur public, il en résulte
que les plaies profondes et mortelles qui avaient mis la France à deux
doigts de sa perte avaient été faites à son corps politique bien des
années avant la glorieuse et impérissable révolution qui doit nous faire
réjouir des maux cuisants qui l'ont précédée, puisqu'elle nous a
délivrés pour jamais des monstres barbares et fanatiques qui nous
tenaient enchaînés sur l'héritage de nos pères; que, pour prendre une
idée juste de l'immoralité de l'accusée du Barry, il faut jeter un coup
d'œil rapide sur les dernières années, pendant le cours desquelles le
tyran français, Louis quinzième du nom, a scandalisé l'univers, en
donnant la surintendance de ses honteuses débauches à cette célèbre
courtisane; qu'en 1769, ce Sardanapale moderne se trouvant blasé sur
toutes les jouissances qu'il avait poussées à l'excès dans le Parc aux
Cerfs, sérail infâme où le déshonneur d'une infinité de familles
honnêtes fut consommé, s'abandonna lâchement aux vils complaisants qui
l'entouraient pour réveiller ses feux presque éteints; qu'un de ces
odieux complaisants ayant fait la connaissance d'un ci-devant comte du
Barry, noyé de dettes, et le plus crapuleux libertin, eut occasion de
voir chez lui la nommée _Vaubernier_, sa maîtresse, qui n'était passée
dans ses bras qu'après avoir fait un cours de prostitution; que le
ci-devant comte du Barry, à qui tous les moyens étaient bons pour
parvenir à apaiser ses créanciers, proposa à ce complaisant de lui céder
la _Vaubernier_, s'il parvenait à la faire admettre au nombre des
sultanes du crime couronné; que cette créature éhontée lui fut en effet
présentée, et qu'en peu de temps elle parvint, par ses rares talents, à
prendre l'empire le plus absolu sur le faible et débile despote. Bientôt
des fleuves d'or roulèrent à ses pieds; les pierreries les plus
précieuses lui furent données avec profusion; les artistes les plus
célèbres furent occupés aux chefs-d'œuvre les plus dispendieux; elle
devint la cause universelle des ci-devant grands; les ministres, les
généraux et les ci-devant princes de l'Église furent nommés et culbutés
par cette nouvelle Aspasie; et tous venaient bassement faire fumer leur
encens à ses genoux; le faste le plus insolent, les dépravations et les
débordements de tout genre furent affichés par elle; le scandale était,
à son comble; elle puisait à pleines mains dans les coffres de la nation
pour enrichir sa famille et combler l'abîme de dettes du ci-devant comte
du Barry, qui avait poussé l'infamie et le déshonneur jusqu'à devenir
son époux. Son imbécile amant ne rougit pas lui-même d'insulter au
peuple, en se plaçant à côté d'elle dans les chars les plus brillants et
la promenant ainsi dans différents lieux; que, pour ne pas _effaroucher
sa pudeur_, l'accusateur public ne soulèvera pas le voile qui doit
couvrir à jamais les vices effroyables de la cour, jusqu'en l'année
1774, époque à laquelle celui à qui des esclaves avaient donné le nom de
Bien-Aimé disparut de dessus la terre, emportant dans ses veines le
poison infect du libertinage, et couvert du mépris des Français; que la
du Barry fut reléguée à Rhetel-Mazarin, et de là à Meaux, dans la
ci-devant abbaye de Pont-aux-Dames; que dans cette retraite salutaire,
elle aurait dû faire les plus sérieuses réflexions sur le néant des
grandeurs et sur les désordres de sa conduite qui avaient entraîné la
ruine de son pays; mais qu'ayant été rendue à la liberté par le dernier
tyran des Français, il lui conserva non-seulement les dépouilles du
peuple, mais encore la combla de nouvelles prodigalités, et lui
abandonna le château de Louveciennes, où elle se forma une nouvelle
cour, à laquelle se présentèrent en foule les vils courtisans qui
avaient profité de sa faveur pour dilapider les finances avec elle;
qu'elle les tint enchaînés à son char jusqu'à l'époque mémorable où le
peuple français, fatigué de ses chaînes, se leva, brisa ces chaînes et
en frappa la tête du despote. Tous les soi-disant grands d'alors, se
voyant prêts à être écrasés par la vengeance nationale, s'enfuirent
épouvantés, abandonnèrent un sol qu'ils avaient souillé depuis trop
longtemps, furent implorer l'assistance des tyrans de l'Europe pour
venir égorger un peuple qui avait eu le courage de conquérir sa liberté;
mais ce peuple saura leur faire mordre la poussière, ainsi qu'à ceux qui
ont épousé leurs projets sanguinaires; que la du Barry ayant vu se
dissiper l'essaim de ses adorateurs, et réduite à régner seulement sur
son nombreux domestique, ne retrancha non-seulement rien de son faste,
mais forma le dessein d'être utile tant aux émigrés qu'au petit nombre
de ses amis qui étaient restés en France, et qui trouvaient chez elle un
asile assuré, notamment _Laroche_, ci-devant grand vicaire d'Agen,
condamné à la peine de mort par jugement du tribunal; que pour procurer
d'une manière certaine des secours aux émigrés, elle se servit d'un
stratagème qui lui donna la facilité de faire quatre voyages à Londres;
qu'elle prétendit avoir éprouvé un vol considérable de diamants et
autres effets, dans la nuit du 10 au 11 janvier 1791, et que les voleurs
étaient passés en Angleterre, où il fallait qu'elle se rendit pour en
poursuivre la restitution; que ce vol n'était qu'un jeu concerté entre
elle et un nommé _Forth_, le plus rusé des espions que le cabinet
britannique ait envoyés en France pour soutenir le parti de la cour et
s'opposer aux progrès de notre révolution; que, pour suivre les auteurs
de ce prétendu vol, elle eut le talent de subtiliser différents
passe-ports, tant du ministère des affaires étrangères que de la
municipalité de Louveciennes et du département de Seine-et-Oise, dont
plusieurs membres la protégeaient ouvertement, et particulièrement le
nommé _Lavalery_[143], qui depuis s'est donné la mort; qu'au moyen de
ces passe-ports clandestins, elle se joua impunément de la loi contre
les émigrés, puisqu'elle était encore à Londres dans les premiers jours
du mois de mars dernier; que pendant les quatre séjours qu'elle fit dans
cette ville, elle vivait habituellement avec tous les émigrés qui s'y
étaient réfugiés, et auxquels elle a prêté des sommes d'argent
considérables, ainsi qu'il sera démontré par la suite; qu'elle avait
également formé les liaisons les plus étroites avec les lords les plus
puissants, tous conseillers intimes du tyran de l'Angleterre, et
particulièrement avec l'infâme Pitt, cet ennemi implacable du genre
humain, pour lequel elle avait un si haut degré d'estime, _qu'elle
rapporta dans la république française une médaille d'argent portant
l'effigie de ce monstre_[144]; qu'elle favorisait également de tout son
pouvoir les ennemis de l'intérieur, auxquels elle prodiguait les trésors
immenses qu'elle possédait; qu'elle fit compter une somme de _deux cent
mille livres_ en constitution de rentes à Rohan-Chabot, qui possède des
terres considérables dans la Vendée, sur l'étendue desquelles s'est
formé le premier noyau des rebelles, selon la commune renommée[145]; que
par l'entremise d'un nommé _d'Escourt_, ci-devant chevalier, elle prêta
une pareille somme de 200,000 livres à la Rochefoucault, ancien évêque
de Rouen[146]; que ce même d'Escourt, détenu à la Force, le nommé
Laboudie, son neveu, et le ci-devant vicomte de Jumilhac, émigré, ont
reçu d'elle des sommes considérables à la même époque; qu'elle
provoquait des rassemblements dans son pavillon de Louveciennes, dont
elle voulait faire un petit château fort, ce qui est suffisamment prouvé
par les _huit fusils_ que son bon ami, le scélérat d'_Angremont_,
escroqua pour elle à la municipalité de Paris, sous le prétexte que
c'était la municipalité de Louveciennes qui demandait ces fusils, ce qui
a été reconnu faux; qu'elle comptait tellement sur la contre-révolution,
à laquelle elle travaillait si puissamment, qu'elle avait fait cacher
dans sa cave sa vaisselle plate et autre argenterie; qu'elle avait fait
enterrer dans son jardin ses diamants, son or, ses pierres précieuses,
avec les titres de noblesse, brevets, etc., de l'émigré _Graillet_[147];
qu'elle avait également fait enterrer dans les bois les bronzes les plus
riches et les bustes de la royauté; et qu'elle avait dans un grenier un
magasin énorme de marchandises et d'étoffes du plus haut prix, dont elle
avait nié l'existence; qu'il a été trouvé chez elle une collection rare
d'écrits et de gravures contre-révolutionnaires; que lors de son séjour
à Londres, elle a publiquement porté le deuil du tyran; que cette femme,
enfin, qui a fait tout le mal qui était en elle, et dont Forth, le
fameux espion anglais, s'était adroitement servi comme d'un instrument
utile aux desseins perfides des cours des Tuileries et de Londres,
entretenait des correspondances et des liaisons avec les ennemis les
plus cruels de la République, tels que Crussol, de Poix, Canonet,
Calonne, etc., et une foule d'autres, dont il serait trop long de donner
l'énumération; qu'elle était tellement protégée par le parti ministériel
de la Grande-Bretagne, que quand la guerre fut déclarée à cette
puissance, elle resta tranquillement à Londres, tandis que les Français
en étaient chassés ou horriblement persécutés, ce qui ne peut laisser
aucun doute sur le rôle odieux que jouait cette femme, que l'on doit
regarder comme un des plus grands fléaux de la France, et comme un
gouffre épouvantable dans lequel s'est engloutie une quantité effrayante
de millions, etc.»

Le 8 décembre 1793 (18 frimaire an II), madame du Barry fut conduite au
supplice.

On sait qu'elle jeta les hauts cris depuis la Conciergerie jusqu'à la
place de la Révolution, où était dressée la guillotine. Elle avait une
telle frayeur de cette horrible mort, qu'arrivée sur l'échafaud elle
cria à la foule qui l'entourait: _A moi! A moi!_ et s'adressant ensuite
au bourreau: _Encore un moment, monsieur, je vous en prie_, lui dit-elle
les larmes aux yeux. Un instant après, elle avait cessé de vivre[148].

On a vu, le jour même de l'arrestation de madame du Barry, _Greive_
faire mettre les scellés sur une partie du mobilier du château de
Louveciennes. Le lendemain, il revint accompagné du juge de paix, son
ami, et ils procédèrent seuls à la continuation de la pose des scellés
et à l'examen des richesses de ce lieu. Jusqu'au 27, Greive fut
parfaitement le maître de faire tout ce que bon lui semblait dans cette
habitation, et l'on verra dans le résumé historique des opérations des
commissaires envoyés par le directoire du département de Seine-et-Oise
que des soupçons sérieux s'élevèrent dans leur esprit sur la probité qui
avait présidé à ce premier travail.

_Salanave_, l'ancien domestique de madame du Barry, faisait partie du
comité de salut public du district de Versailles. _Greive_, dont presque
tous les membres de ce comité étaient les amis, fit nommer _Salanave_ et
un appelé _Soyer_ commissaires chargés de prendre connaissance des
scellés apposés par le juge de paix de Marly. On pense bien que ces deux
commissaires, en se rendant à Louveciennes le 27, approuvèrent tout ce
qui avait été fait. Ils nommèrent ensuite pour la garde des scellés
_Fournier_, le père du juge de paix, et _Zamor_, ce nègre _si excellent
et si intelligent patriote_[149]. De plus, pour la sûreté des trésors
renfermés, on établit une garde composée de dix-huit patriotes faisant
partie de la société des sans-culottes de Louveciennes. C'était une
fort bonne affaire pour ces patriotes, car on voit dans le résumé
historique dont on a déjà parlé que cette garde, depuis son installation
jusqu'au 13 frimaire, c'est-à-dire en soixante-dix jours, avait déjà
coûté 9,274 livres.

On n'attendit pas la condamnation de madame du Barry pour fouiller dans
sa maison, et l'on procéda comme si l'on avait été sûr de sa mort. Des
commissaires spéciaux furent désignés pour faire l'inventaire et
l'estimation de tout ce qui s'y trouvait. Outre un précieux mobilier, de
nombreux objets d'art et des bijoux de prix, les commissaires ont
surtout été frappés de la quantité d'objets de toilette, tels que
dentelles, corsets de toutes couleurs, brodés en soie, or et argent;
étoffes de soie et de velours, simples ou brochées d'or et d'argent,
coupées ou en pièces, et en si grand nombre, qu'elles furent estimées à
environ 200,000 mille livres, mises à part et destinées à être vendues à
l'étranger[150].

Cependant, malgré les recherches les plus minutieuses, un grand nombre
des cachettes faites par madame du Barry avaient échappé aux regards
scrutateurs des commissaires. Le jour même de sa mort, persuadée que
c'était moins à sa personne qu'à ses richesses qu'on en voulait, et
qu'en faisant connaître exactement les divers endroits où elles étaient
enfouies, elle pourrait sauver sa vie, elle se décida à en faire la
déclaration; ce qui ne la sauva pas, mais fut la cause de la mort de
_Morin_, le seul de ses domestiques resté fidèle.

Cette déclaration servit beaucoup aux commissaires dans leurs
recherches, comme on le verra dans le résumé historique. Dans le grand
nombre de bijoux indiqués, on en voit quelques-uns qui montrent son
intimité avec le duc de Brissac. Ainsi elle indique dans une des
cachettes «une boîte, montée en cage d'or, avec le portrait de l'épouse
de Brissac;--un portrait de la fille de ce dernier, monté en or;--un
autre de son frère;--une boîte d'écaille blonde montée en or, avec une
très-belle pierre blanche gravée, où est le portrait de Brissac et de la
déclarante;--un portrait en émail de la grand'mère de Brissac;--deux
tasses d'or avec leurs manches de corail, et quelques autres objets
appartenant à Brissac;--une paire d'éperons d'or, avec des chiffres
appartenant à feu Brissac».

Deux jours après la mort de madame du Barry, Fouquier-Tainville écrivit
au directoire du département de Seine-et-Oise pour lui annoncer le
jugement et faire procéder au séquestre des biens de la condamnée, et le
4 nivôse suivant (24 décembre), le directoire prenait la délibération
suivante:

«Vu par l'administration la lettre de l'accusateur public près le
tribunal révolutionnaire, du 20 frimaire, qui annonce que la femme du
Barry a été condamnée, par jugement de ce tribunal du 17 du même mois,
à la peine de mort, et que tous ses biens étaient acquis et confisqués
au profit de la nation, il convenait de faire procéder au séquestre des
biens de cette condamnée qui sont situés dans l'étendue du département
de Seine-et-Oise.

»Vu la lettre adressée le 19 du mois dernier par l'administration
provisoire des domaines nationaux aux administrateurs composant le
directoire du département de Seine-et-Oise, de laquelle il appert que le
glaive de la loi a fait tomber la tête d'une femme qui avait la plus
grande part à la dilapidation de la fortune publique et qui, à ce
premier crime que la nation avait à lui reprocher, a joint celui
d'émigrer et d'avoir des relations avec les ennemis de notre liberté,
qu'il importe que les mesures les plus promptes soient prises pour que
ce qu'elle avait conservé des scandaleuses prodigalités de
l'avant-dernier tyran rentre en entier sous la main de la nation; il
engage donc l'administration, si les scellés ne sont déjà mis dans sa
dernière demeure, à Louveciennes, à les y faire apposer sans délai et à
faire procéder le plus tôt possible à l'inventaire, afin de mettre la
régie en possession des immeubles et d'avoir un moyen de tirer du
mobilier le meilleur parti possible; qu'au surplus l'administration ne
saurait mettre trop de soins dans le choix des gardiens qui y sont ou
qui y seraient établis, ni les faire surveiller avec trop d'exactitude;
que les objets précieux que renferme cette habitation perdraient
beaucoup de leur valeur si l'on n'apportait la plus grande attention à
empêcher qu'ils ne soient dégradés, et qu'il y en a que, vu leur peu de
volume, il serait facile de soustraire. Il invite l'administration à le
tenir au courant de ce qu'elle fera pour remplir le vœu de cette lettre
et pour que la République ne perde rien de ce qu'elle doit retrouver
dans cette importante confiscation;

»L'administration, considérant que les scellés ont été apposés chez
ladite femme, à Louveciennes, et l'inventaire fait dès le mois de
février dernier, arrête qu'en attendant la vente des immeubles ayant
ci-devant appartenu à la femme du Barry, à laquelle il sera procédé le
plus tôt possible, il sera à la poursuite et diligence du directoire du
district de Versailles, également procédé à la vente de tous les effets
mobiliers provenant de cette femme;

»Invite en outre le directoire du district de Versailles à exercer la
surveillance la plus active sur les gardiens qui sont déjà établis dans
la maison qu'occupait cette femme, ou qui leur seront substitués, pour
prévenir la dégradation des objets précieux qui s'y trouvent et la
spoliation de ceux que leur peu de volume rend faciles à soustraire,
_comme aussi à constater les effets qui ont pu être distraits du
mobilier de cette femme, pour en assurer le recouvrement_.

»Arrête aussi que le directeur de la régie nationale sera tenu de
prendre, conjointement avec le directoire du district de Versailles, les
mesures convenables pour opérer le séquestre des biens de cette femme,
et que, dès à présent, l'administration lui en sera confiée pour la
conservation des droits tant de ses créanciers que de la
République[151].»

Par suite de cette délibération, le district de Versailles donna de
nouveaux pouvoirs à la commission qu'elle avait chargée dès le 29
frimaire de procéder à l'inventaire et à la constatation des objets
mobiliers, d'art, etc., de toute nature du château de Louveciennes.

Cette commission s'était déjà transportée à Louveciennes, et elle
procéda consciencieusement à ce travail long et difficile. On voit, dans
les nombreux procès-verbaux particuliers adressés par elle au district
de Versailles[152], combien elle eut de peine et souvent de luttes à
soutenir avec ceux jusqu'alors chargés de ce travail, pour y établir
l'ordre et la clarté et remplir le mandat qui lui avait été confié.

Lorsqu'elle crut sa mission terminée, elle adressa au directoire du
district de Versailles les divers procès-verbaux des opérations dont
chacun de ses membres en particulier avait été chargé. Les
procès-verbaux étaient accompagnés d'un résumé historique du travail
général de la commission. Ce résumé raconte tout ce qui s'est passé à
Louveciennes depuis la mort de madame du Barry jusqu'au moment de la
vente de ses effets; il est, par conséquent, le complément de ce récit.


RÉSUMÉ HISTORIQUE

DES OPÉRATIONS DES COMMISSAIRES DE LOUVECIENNES.

«La du Barry, condamnée à mort par le tribunal révolutionnaire de Paris,
le 18 frimaire, a fait le même jour la déclaration des lieux où elle
avait caché différents objets précieux, et des personnes à qui elle les
avait confiés.

»En conséquence, les commissaires, à leur arrivée à Louveciennes, le 21
frimaire, se sont occupés d'abord des moyens de parvenir à la découverte
des objets déclarés.--Le moyen qui devait être le plus fructueux était
de faire traduire à Louveciennes Morin[153], valet de chambre de la du
Barry et son homme de confiance; aussi les commissaires ont écrit à
l'accusateur public, et lui ont même envoyé un exprès.

»Avant que de procéder à aucune recherche, ils ont interrogé pendant
plusieurs jours ceux des domestiques de la du Barry qui n'avaient pas
été arrêtés avec cette femme. D'après les dépositions qu'ils ont reçues,
ils n'ont trouvé de coupables que le nommé Déliant, frotteur, et
particulièrement la femme Déliant, dénommée dans la déclaration de la
du Barry, comme dépositaire de deux boîtes renfermant des bijoux,
diamants et autres effets précieux.

»La fausseté qui avait dicté les réponses de la femme Déliant a engagé
la commission à la mettre en arrestation chez elle, avec son mari, et à
leur donner deux gardes choisis par la municipalité du lieu.

»Le nommé Déliant, frotteur, a prouvé par ses déclarations moins de
mauvaise foi que sa femme. Cet homme, moribond depuis longtemps, a paru
avoir peu de connaissance des dépôts confiés à cette dernière, et depuis
huit jours il est mort à l'infirmerie de Versailles, où la commission
l'avait fait transporter.

»La femme Déliant, lors de son premier interrogatoire, le 22 frimaire,
avait simplement déclaré que la du Barry, cinq ou six jours avant son
arrestation, lui avait mis dans son tablier plusieurs paquets enveloppés
de papier; que le même jour, d'après les ordres de sa maîtresse, elle
les avait cachés dans un fumier contre la melonnière; mais la suite
prouvera la fausseté de cette déclaration.

»Le 24 frimaire, jour de l'arrivée de Morin, la femme Déliant, voulant
prévenir les perquisitions que les commissaires se disposaient à faire
chez elle, avait, le même jour, demandé à leur parler; mais les
commissaires étant, dans ce moment-là, occupés à faire fouiller le
jardin de Morin, le citoyen Greive, commissaire du Comité de sûreté
générale de la Convention, s'est rendu chez ladite Déliant. Cette femme
lui a remis cent quatre-vingt-treize louis simples en or, à elle confiés
par la du Barry quelque temps avant son dernier voyage en Angleterre.

»Le 16 frimaire, les commissaires ont interrogé ladite Déliant. Il
résulte de sa déclaration que la du Barry, à l'époque de son dernier
voyage en Angleterre, lui avait remis trois coffres renfermant beaucoup
d'objets précieux, pour les mettre soi-disant plus en sûreté et à l'abri
d'être volés; que le lendemain de l'arrestation de la du Barry, ladite
Déliant les avait déposés dans la maison de la veuve Aubert, sa mère, où
ils sont restés environ douze jours; que les perquisitions exercées dans
la maison de la du Barry et dépendances lui donnant à craindre qu'on ne
trouvât chez sa mère les coffres y déposés, elle avait, la veille de son
arrestation et de son incarcération aux Récollets[154], ouvert les trois
coffres, avait vidé les objets y contenus, les avait mis dans son
tablier et cachés le même soir dans un fumier contre la melonnière, à
l'exception de quatre rouleaux de louis simples, d'un gobelet d'or avec
son couvercle, d'une bourse pleine de jetons d'argent et de quelques
flacons; que sa mère avait jeté le lendemain dans la pièce d'eau du
Grand Jet de Marly ces derniers objets, à l'exception cependant de
quatre rouleaux de louis, qu'elle avait gardés pour elle sans en donner
connaissance à son mari.

»Les 24 et 26 frimaire, les commissaires ont interrogé Morin. Mais avant
de rendre compte des découvertes qu'ils ont faites sur ses indications,
il est nécessaire de suivre la conduite de la femme Déliant.

»Le même jour de l'interrogatoire de cette dernière, il a été déposé
entre les mains des commissaires, par Agathe Gournay et la femme
Borgard, une montre enrichie de diamants, trouvée par elles, il y avait
six semaines, dans une pièce d'eau du jardin de Marly; et par Jacques
Richard, fontainier, deux flacons de cristal de roche, sans bouchons ni
sans garnitures, et trouvés dans la même pièce.

»La femme Déliant avait été présente au dépôt de la montre dont est
question, et cet acte de probité, peu conforme à son caractère fourbe et
à sa conduite plus que suspecte, la faisant regarder elle-même comme
très-coupable à ses propres yeux, cette femme, sous prétexte de
satisfaire des besoins naturels, a surpris la surveillance de ses gardes
et s'est coupé la gorge avec un rasoir.

»Les commissaires ont fait dresser par le juge de paix procès-verbal de
cet événement, qui n'a pas eu de suites funestes, au moyen des soins du
chirurgien appelé alors.

»Dans le même moment, le mari de ladite Déliant, alité depuis
longtemps, ayant déclaré que sa femme avait jeté quelque chose par la
fenêtre, l'on a trouvé dans une gouttière, au-dessous du charbonnier,
sous la fenêtre de la chambre desdits Déliant, quatre boîtes, dont une
d'or enrichie de diamants, une autre aussi d'or; lesdites renfermées
dans un sac à poudre, jetées comme il est dit par ladite femme Déliant,
quoique cette dernière n'ait jamais voulu en convenir.

»Les commissaires ont séparé ladite Déliant de son mari, lui ont donné
deux gardes pendant deux jours, au bout desquels ils l'ont fait
transférer à l'infirmerie de Versailles, où elle est encore.

»Les bijoux, diamants et autres effets précieux, cachés dans le fumier
par ladite femme Déliant, y ont été trouvés par le citoyen Greive deux
mois et demi après l'arrestation de la du Barry; mais comme _on n'a
jamais eu l'état désignatif et la connaissance positive des objets que
renfermaient les trois boîtes, il reste incertain si tous ont été
trouvés_.

»_Sans vouloir rien préjuger sur la conduite que l'on a tenue_, le 11
frimaire, _lors de cette découverte_, les commissaires ignorent s'il y a
eu un procès-verbal dressé au moment même, mais il ne leur a été remis
d'autre procès-verbal que celui de reconnaissance, fait le 13 frimaire,
par Houdon, juge de paix actuel de Louveciennes, _c'est-à-dire deux
jours et demi après la découverte_, le juge de paix n'ayant été appelé
qu'à cette époque.

»Quant aux objets jetés dans les pièces d'eau du jardin de Marly par la
mère de la femme Déliant, on a trouvé seulement la montre déposée par
Agathe Gournay et la femme Borgard, les deux flacons remis par Richard,
deux autres flacons trouvés par les commissaires lors de leurs
perquisitions dans la pièce d'eau du Grand Jet de Marly, un flacon remis
au moment même par Joséphine Lochard. Il reste conséquemment à recouvrer
le gobelet et le couvercle en or, provenant d'un plateau de toilette, et
la bourse pleine de jetons d'argent.

»Après être entrés dans les détails des déclarations toujours tardives,
toujours partielles de la femme Déliant, de la nature des dépôts
précieux qui lui ont été confiés par la du Barry, de l'usage
inconcevable qu'elle en a fait, des événements tragiques qui ont suivi
sa conduite, les commissaires rendent compte du résultat de Morin, valet
de chambre et agent secret de la du Barry.

»Les perquisitions les plus amples avaient été faites dans le jardin de
ce prévenu, et toujours infructueusement. Cet homme allait être jugé,
exécuté, emportant avec lui la connaissance des différents dépôts, si
les commissaires n'eussent pas écrit à l'accusateur public, ne lui
eussent pas envoyé un exprès au moment où Morin allait subir la peine
due à ses crimes.

»Les 24 et 26 frimaire, les commissaires ont interrogé ce prévenu:
d'après ses déclarations, et sur ses indications, ils ont trouvé cachés
derrière des bois de charpente placés contre un mur du jardin de Morin
une douzaine de cuillers d'or à café; dans le grenier au-dessus de la
cuisine de sa maison, une croix d'argent, un calice et une patène
d'argent; une boîte à quadrille, la boîte, les fiches et contrats en
ivoire, incrustés en or; dans le jardin de Morin, et enterrés en divers
endroits sous des arbres hors de monter, et près la grille, deux boîtes
de sapin renfermant savoir:

  Argent blanc                            7,203 liv.
  40 doubles louis                        1,920
  Un louis en or                             24
  2 guinées et une demi-guinée               36
                                          ----------
                      Total               9,183 liv.

»En outre, 99 jetons d'argent et un globe d'argent-vermeil.

»D'après la déclaration de la du Barry, on aurait dû trouver douze sacs
de 1,200 livres environ, et différents objets précieux. Cependant
lesdites boîtes ne renfermaient que cinq sacs, les louis, les guinées en
or et le gobelet d'argent-vermeil.

»Il est à croire que Morin en a détourné une partie; l'espérance qu'il
avait d'être acquitté l'a sans doute engagé à ne pas déclarer les dépôts
qu'il avait faits pour le compte de sa maîtresse et pour son propre
compte, et il serait nécessaire de faire fouiller son jardin en entier.

»Les commissaires ont aussi trouvé dans la chambre de Morin, et sur ses
indications, une râpe à muscade en argent, dans un étui d'argent; un
paquet intitulé _Graines de panais_, contenant dix-sept aunes de galon
d'argent à livrée, et quelques autres objets.

»Les perquisitions antérieures faites par le citoyen Greive avaient
procuré la découverte de 393 livres en argent blanc, d'un billet qui
prouvait que Morin était chargé de faire passer cette somme à l'abbé de
Fontenille, poste restante, à Coblentz. Cette somme existe encore dans
la chambre de Morin, et les commissaires du district chargés de faire
l'inventaire en rendront compte en tant que de besoin.

»Les commissaires ont fait ce qui dépendait d'eux pour tirer de Morin
tous les aveux qui pouvaient aider leurs découvertes; mais cet homme n'a
déclaré que les dépôts trouvés antérieurement, et il est hors de doute
qu'il avait la connaissance de plusieurs autres, dans le cas où sa
conduite contre-révolutionnaire n'aurait pas été dévoilée et punie.

»L'objet principal de la mission des commissaires était de faire des
recherches. Quoique le citoyen Greive eût découvert une grande partie
des objets déclarés et non déclarés par la du Barry, il restait encore
des recherches à faire, et les commissaires n'ont rien négligé pour les
rendre heureuses.

»A cet effet, ils ont renouvelé dans plusieurs endroits les
perquisitions les plus exactes. Ils ont fait fouiller deux fois dans le
jardin de Morin, et deux jours de suite dans la cave commune de la
maison de la du Barry; mais ces nouvelles fouilles n'ont produit aucune
découverte, et quoique que l'on soit bien persuadé qu'il existe encore
des dépôts cachés, il faudrait avoir, pour les trouver, des indices
particuliers, les terrains environnant la maison de la du Barry étant
trop spacieux pour qu'on puisse hasarder de nouvelles fouilles,
dispendieuses d'ailleurs et d'un succès incertain.

»D'après l'arrêté du comité de salut public et les instructions du
ministre, les commissaires devaient remettre à la Trésorerie nationale
les assignats, espèces monnayées, et aux domaines tout ce qui
consisterait en bijoux, diamants et autres objets précieux.

»Pour remplir une partie de leur mission, il ne suffisait pas de faire
un simple inventaire de ces objets, il fallait en faire le récolement
exact, pour opérer la décharge des commissaires et gardiens
responsables.

»A cet effet, les commissaires ont procédé au dépouillement de tous les
procès-verbaux de l'ancien et du nouveau juge de paix, dressés sur la
réquisition du citoyen Greive, commissaire du comité de sûreté générale
de la Convention, en présence des officiers municipaux de Louveciennes.
Ils ont fermé l'état désignatif de tous les objets y mentionnés par
nature et espèce, en distinguant par ordre l'argenterie, les effets en
or, etc.

»Ce relevé, nécessaire pour assurer la justesse de toutes
vérifications, a demandé un temps très-long, à raison de la lecture
qu'il a fallu prendre de tous les procès-verbaux, et de ce que chaque
objet se trouvait mentionné isolément dans un procès-verbal et dans un
autre.

»Les commissaires ont d'abord procédé à la reconnaissance d'une somme de
37,986 livres en numéraire, trouvée chez la du Barry. Cette somme,
jointe à celle de 13,815 liv. découverte par la commission, forme celle
de 51,801 liv. remise par elle à la Trésorerie nationale.

»Il avait été trouvé, en outre, dans la commode de la chambre à coucher
de la du Barry, une somme de 3,443 liv. en assignats; mais cette somme a
été mise par les citoyens Lacroix et Musset, représentants du peuple à
Versailles, à la disposition du citoyen Greive, pour subvenir aux
dépenses du moment, et il reste encore une somme de 29 liv. en
assignats, et 7 liv. en argent monnayé.

»Les commissaires observent qu'il a été déposé entre leurs mains, le 27
nivôse, par le citoyen Fournier, ancien juge de paix, à l'appui d'un
procès-verbal de découverte, chez la femme Couture, une somme de 1,200
liv., savoir: 400 liv., dont 200 liv. démonétisées appartenant à Morin,
et 800 livr. au nommé Pétry, coiffeur, détenu à Paris. Les commissaires
du district chargés de faire l'inventaire rendront compte de ces sommes
et des autres en tant que de besoin.

»Les commissaires, en suivant l'ordre de leur relevé sur les
procès-verbaux remis entre leurs mains, ont fait, en présence du citoyen
Greive, du juge de paix et du maire de Louveciennes, le récolement et la
reconnaissance de l'argenterie, des effets en or, cristaux, bijoux,
diamants et autres objets précieux, mis sous les scellés dans la chambre
à coucher de la du Barry, nº 4. Ils ont rédigé procès-verbal de chaque
opération, et en ont donné copie au citoyen Greive et à la municipalité
du lieu.

»Cette vérification leur a demandé un temps très-long, attendu que
beaucoup de ces objets n'avaient pas été désignés suivant leur nature et
espèce, et suivant les termes techniques qui leur convenaient.
_Peut-être que le plaisir d'avoir fait les découvertes, la précipitation
avec laquelle on a procédé à leur inventaire, ont fait négliger les
formalités de la rédaction et l'exactitude dans la prescription et
reconnaissance des objets; mais en général les commissaires ont aperçu
un défaut d'ordre, et ils ne peuvent mieux le prouver que par le grand
nombre d'effets qu'ils ont reconnus n'avoir pas été inventoriés._ Le
désordre ne porte pas seulement sur les objets découverts, mais sur tous
ceux en évidence dans la maison. Ces objets sont épars et en confusion.

»_Les commissaires ont trouvé, dans différents endroits de la maison,
plusieurs étuis de chagrin et galuchat, qui renfermaient sans doute des
effets précieux et qui, cependant, ne font pas partie de ceux
inventoriés et reconnus._ Les commissaires ont vu, entre autres étuis,
celui dans lequel devait se trouver une paire de boucles de souliers en
or, garnies de perles, dont l'existence antérieure est prouvée par la
déclaration même de la du Barry. _Tous ces étuis ont été trouvés vides._
Les commissaires ignorent si les objets qu'ils contenaient existaient au
moment de l'arrestation de cette femme, ou si elle n'en aurait pas
disposé elle-même, d'une manière ou d'une autre.

»Les commissaires ont remis successivement à l'administration des
domaines l'argenterie, les bijoux, diamants, effets en or, et
généralement tous les objets provenant soit de leurs découvertes
personnelles, soit des découvertes faites avant eux par le citoyen
Greive, commissaire de sûreté du comité général de la Convention. Ils
invitent à en acquérir la preuve par l'examen de l'état ci-joint, dont
les objets y mentionnés portent le numéro correspondant à celui des
objets désignés dans les procès-verbaux et récépissés de remise aux
domaines. Ils joignent aussi au présent résumé historique d'opérations
l'état de comparaison des objets déclarés par la du Barry et trouvés,
avec ceux qui restent à découvrir.

»Jusque-là les commissaires avaient rempli l'objet intrinsèque de leur
mission. Mais la nature même de leurs fonctions les a entraînés dans une
quantité de détails dont ils devaient prendre connaissance, autant parce
qu'ils se sont trouvés liés à leurs fonctions que parce que le besoin de
se mettre à l'abri de tous reproches leur recommandait de faire tout ce
qui intéressait le bien public.

»Des mesures de sûreté générale, relatives à la conservation des dépôts
précieux, existant dans la maison de la du Barry, avaient exigé la
surveillance d'une garde assez nombreuse; mais l'enlèvement successif de
ces dépôts demandait une économie dans cette dépense. En conséquence,
les commissaires ont réduit, le 6 pluviôse, la garde à six hommes, au
lieu de dix-huit. Cette garde, depuis le 2 vendémiaire, jour de son
établissement par le citoyen Greive, jusqu'au 13 frimaire, avait été
payée sur des fonds mis à la disposition du citoyen Greive, savoir:
3,143 liv. par les citoyens Lacroix et Musset, représentants du peuple à
Versailles, et 3,000 liv. par Voulant et Jajot; mais le citoyen Greive
n'avait plus de fonds disponibles. Il est dû encore à la garde la somme
de 3,151 liv., et les commissaires en ont envoyé l'état à
l'administration du district de Versailles.

»Le besoin de rétablir l'ordre dans la maison de la du Barry devait
fixer, la sollicitude des commissaires. Ce soin paraissait cependant
devoir appartenir plus particulièrement au citoyen Greive, qui depuis
longtemps habitait la maison de la du Barry, connaissait les causes de
la dépense, et l'avait mise ou laissée sur le pied où les commissaires
l'ont trouvée.--_Mais le citoyen Greive, trop occupé sans doute de
l'exécution des grandes mesures de sûreté générale, dont il annonçait
être chargé par sa qualité même, n'avait pas le temps d'entrer dans les
petits détails._ Les commissaires ont cru devoir prendre sur eux de
faire la réforme commandée par l'économie, en attendant d'ailleurs la
solution de plusieurs questions dont la nature les attachait encore à
leur place.

»Jusque-là différentes circonstances, dont il sera parlé ci-après,
avaient occasionné une dépense assez considérable de bouche et de
chauffage; mais les circonstances n'étant plus les mêmes, les
commissaires ont jugé devoir rompre le cours de cette dépense. A cet
effet, ils ont arrêté les mémoires du boulanger, du boucher et des
autres fournisseurs de la maison. Ils ont envoyé à l'administration du
district de Versailles le bordereau de cette dépense, montant à la somme
de 2,749 fr.

»Cette dépense, dont le citoyen Greive peut rendre compte mieux que
personne des causes qui l'ont déterminée, a été plus considérable
pendant le cours de sa mission. En général, cette dépense a été faite
par les différents commissaires qui se sont succédé, par le juge de
paix, son greffier, par les officiers municipaux, dans un temps où le
secret des opérations demandait leur permanence continuelle, par les
personnes que le citoyen Greive a employées à auner les étoffes, à peser
les matières d'or et d'argent, par les prévenus traduits devant la
commission, par les gendarmes, huissiers qui les ont accompagnés, enfin
par toutes les personnes dont la présence a été reconnue nécessaire.

»Les fonctions des commissaires ont acquis, par l'effet des
circonstances, une plus grande latitude. Ils ont appris, par exemple,
qu'il existait à Paris, dans la maison de Brissac, un coffre de fer
caché entre deux boiseries. A cet effet, ils sont allés plusieurs fois à
Paris pour se concerter avec le ministre sur les moyens à employer pour
sa découverte. Le ministre a écrit lui-même au comité de surveillance de
la Fontaine de Grenelle, pour l'inviter à nommer deux membres pour
seconder les commissaires dans leurs recherches. Le citoyen Villette
s'est présenté lui-même au comité de cette section, à celui de sûreté
générale; mais les formalités à remplir pour la levée des scellés chez
Brissac ont arrêté sans doute l'usage de toutes mesures, et le coffre de
fer reste encore à découvrir, ou, s'il a été découvert, la commission
l'ignore.

»Les commissaires ont aussi, sur la réquisition des citoyens Lacroix et
Musset, représentants du peuple à Versailles, fait l'inventaire du vieux
linge existant dans la maison de la du Barry, et l'ont envoyé à
l'hôpital militaire de Saint-Cyr.

»Ces différentes démarches et opérations ont occupé les commissaires en
attendant la réponse à plusieurs questions de la solution desquelles
dépendait la continuation ou la cessation de leurs fonctions.

»Une de ces questions était de connaître la manière dont on disposerait
des étoffes précieuses existant dans la maison de la du Barry. Une
grande partie de ces étoffes, dont la valeur peut s'élever à 200,000
livres, ne pouvait être vendue qu'à l'étranger. Le ministre, sur les
observations des commissaires, avait écrit au comité de salut public:
depuis peu, ce comité a chargé l'administration des subsistances d'en
faire l'inventaire, et dans ce moment ce travail occupe les
commissaires.

»Le rétablissement de l'ordre, des précautions de tout genre, le besoin
d'éviter même des dilapidations, le besoin de liquider la succession de
la du Barry pour payer les créanciers, toutes ces considérations ont
engagé les commissaires à demander qu'il soit procédé promptement à
l'inventaire du mobilier de la du Barry, et, depuis le 20 pluviôse, les
citoyens Delcros et Lequoy ont été nommés à cet effet par
l'administration du district de Versailles.

»En conséquence, les pouvoirs du citoyen Villette, seul commissaire du
pouvoir exécutif à Louveciennes, doivent cesser lorsqu'il aura fini,
conjointement avec le commissaire des subsistances et ceux du district,
l'inventaire des étoffes dont il est spécialement chargé par le
ministre.

»Voici la manière dont les membres composant la commission de
Louveciennes ont cru devoir rendre compte de leur mission, chacun pour
les opérations auxquelles ils ont été présents, nonobstant les pièces
qu'ils joignent à l'appui de leur compte, certifiant le tout sincère et
véritable.

»Signé à la minute: Huvé, Villette, Delcros, Houdon, Bicault et Lequoy,
secrétaire[155].»

Outre la commission générale, deux autres devaient s'entendre avec elle,
l'une, pour faire passer immédiatement à Versailles tout ce qui pourrait
être employé par l'État, l'autre, pour envoyer aussi dans cette ville
les objets d'art, afin de les ajouter à ceux déjà très-nombreux
provenant des maisons du roi et des princes, que l'on réunissait dans le
palais.

La première de ces commissions fit passer au district, en fer, cuivre,
linge, literie, harnais, sucre et eau-de-vie, pour la somme de 128,089
fr. Le linge, la literie, le sucre et l'eau-de-vie furent envoyés à la
maison de Saint-Cyr, transformée en hôpital militaire. Le reste fut
déposé dans les magasins de l'État.

La commission des arts fit choix des objets qui lui parurent dignes
d'être conservés. Comme la plupart de ces œuvres d'art sont aujourd'hui
dans les musées et dans les palais impériaux, il n'est pas sans intérêt
d'en faire connaître l'origine, en donnant la liste dressée alors par la
commission. Ces objets sont au nombre de cinquante-cinq.

1º Deux tableaux de Vien;

2º Une gaîne avec chapiteau et base de granit d'Italie;

3º Une Vénus Callipyge (petite proportion);

4º Un Apollon du Belvédère;

5º Thésée enlevant Hermione;

6º Une Vestale entretenant le feu sacré, suivie par deux enfants;

7º Un groupe représentant Louis XV porté par quatre guerriers;

8º Un petit buste de Louis XV;

9º Un feu en bronze doré, cerf, sanglier et attributs de chasse;

10º Un tableau représentant une marine, par Vernet, de huit pieds de
haut sur cinq de large.

11º Un autre tableau de même dimension, représentant une ruine, par
Robert;

12º Quatre dessus de porte, par Fragonard;

13º Une Nymphe en marbre, fuyant, et un Amour la menaçant;

14º Une Baigneuse, de Falconnet;

15º Le buste de Louis XV, en marbre, par Pajou;

16º Une pendule représentant l'Amour porté par les Grâces, en bronze
doré d'or moulu;

17º Deux vases de porcelaine de Sèvres, fond azur;

18º Deux vases de porcelaine, forme étrusque;

19º Un baromètre et thermomètre avec cartouches et figures de
porcelaine;

20º Deux vases en marbre blanc et porphyre;

21º Deux feux dorés d'or moulu, les plus riches;

22º Deux figures en marbre blanc, proportion de deux pieds;

23º Deux candélabres à trois branches, représentant deux femmes
groupées;

24º Deux autres, en forme de bouteille;

25º Un feu doré, en forme de vase;

26º Une table en porcelaine de Sèvres, les peintures d'après Vanloo;

27º Un vase de porphyre;

28º Un feu en forme de cassolettes et pommes de pin;

29º Trois chandeliers à trois branches, en cassolettes;

30º Le buste de la du Barry, par Pajou, sur sa gaîne;

31º Partie d'un _forte-piano_;

32º Deux grands vases de porphyre;

33º Une harpe dans sa robe de taffetas noir;

34º Un tableau représentant la Fuite de l'Amour;

35º La Marchande d'Amours, par Vien;

36º La Cruche cassée, par Greuze;

37º Jupiter et Antiope;

38º Une pastorale, par Boucher, de trente-six pouces de haut sur
vingt-huit de large;

39º Un paysage, de Visnose;

40º Une bordure ovale de trois pieds de haut, richement sculptée et
dorée;

41º Une autre de deux pieds de haut;

42º Une commode de vieux laque;

43º Une autre plaquée, en porcelaine de Sèvres, à sujets et figures
très-jolis;

44º Un tableau représentant la Visitation d'Élisabeth;

45º Un autre représentant la Vierge et l'Enfant Jésus;

46º Un autre, non fini, représentant la du Barry en Bacchante;

47º Un pastel: un Enfant jouant du tambour de basque, d'après Drouet;

48º Un Enfant jouant du triangle, d'après Drouet;

49º Un tableau représentant un enfant tenant une pomme, peint par
Drouet, de vingt pouces de haut sur dix-huit de large;

50º Un tableau: une Femme en lévite blanche;

51º Un autre: Louis XV en habit de revue;

52º Un autre: Louis XV enfant;

53º Une gravure enluminée représentant un paysage;

54º Une estampe représentant la femme Lebrun;

55º Un tableau peint sur toile, par Robert, représentant une esquisse de
la messe, de quatorze pouces de haut sur seize de large.

Après les travaux particuliers des diverses commissions, la commission
générale fit un relevé de tous les procès-verbaux d'inventaires,
enlèvements, reconnaissances et ventes du mobilier ayant eu lieu
successivement sous sa direction; elle y ajouta les récépissés de dépôt
des différents objets extraits, de la maison de madame du Barry, et elle
envoya cet immense travail au district de Versailles pour le faire
passer au directoire du département de Seine-et-Oise. Ce travail, avec
toutes les pièces à l'appui, forme aujourd'hui la plus grande partie des
papiers renfermés aux archives de la préfecture de Seine-et-Oise, sous
le nom de _madame du Barry_.

  Le relevé général est terminé par le bordereau du
    montant des seuls objets vendus et estimés, lequel s'élève
    à                                         707,251 l. 15 s.

  Les bijoux, diamants, cristaux, etc.,
    dont le prix n'est pas porté, sont
    évalués au même inventaire                400,000     »

  Les matières d'or, 89 marcs, 6 onces,
    peuvent être appréciées au moins           60,000 l.  » s.

  Celles d'argent, 1,449 marcs, à 45
    livres le marc                             65,205     »

  Celles de vermeil, 84 marcs, à
    50 livres                                   4,200     »

  Galons et franges d'or, 34 marcs              2,700     »

  Galons d'argent et brûlé, 121 marcs           3,600     »

  Cuivre, fer, plomb et étain                   4,000     »
                                            ------------------
  Total général de l'appréciation des
    effets mobiliers confisqués chez
    madame du Barry                         1,246,956 l. 15 s.[156]

Quand madame du Barry fut arrêtée, elle avait encore un grand nombre de
dettes, et la municipalité de Louveciennes ne tarda pas à être accablée
de mémoires de tous les créanciers. Tous ces mémoires, visés par elle,
furent envoyés au district. Il résulte de leur relevé général qu'ils
s'élevaient à la somme de 956,124 liv. 13 s. 4 d.--La vérification de
ces mémoires fut renvoyée à une commission chargée de mettre la plus
grande sévérité dans l'examen de ces dettes. Le gouvernement d'alors dut
être satisfait de l'habileté des commissaires, car les mémoires ont été
si bien examinés et contrôlés, que presque aucun des créanciers n'a été
payé.

Les parents de madame du Barry, auxquels on a vu qu'elle avait fait des
pensions viagères, réclamèrent aussi la continuation de leurs pensions;
mais on les supprima toutes, à l'exception de celle de Rançon, le mari
de la mère de madame du Barry, qui vint se retirer à Versailles, et y
mourut le 25 octobre 1801.

La propriété de Louveciennes avait été vendue le 20 thermidor an III (7
août 1795)[157], et le comte Guillaume, qui s'était remarié[158], était
mort à Toulouse, le 2 août 1811, à l'âge de 79 ans. Tout avait disparu.
Il ne restait plus, comme souvenir du nom de _du Barry_, que la honte
jetée par lui sur les dernières années du règne de Louis XV. Mais à ce
souvenir, cependant, venait se mêler celui des souffrances supportées
par cette malheureuse femme dans les derniers temps de sa vie, et l'on
se prenait de pitié quand on considérait par quelle horrible mort elle
avait expié ses quelques années de bonheur!

Ce nom devait recevoir encore une nouvelle humiliation, et il devait la
recevoir de ses propres parents, de ses héritiers.

Dans l'acte de mariage de madame du Barry, elle y était dite fille du
sieur _Jean-Jacques Gomard de Vaubernier_, intéressé dans les affaires
du roi. Aussitôt le retour en France, en 1814, du roi Louis XVIII, les
héritiers _Gomard_ firent de nombreuses démarches auprès des ministres
pour être remis en possession des objets ayant appartenu à madame du
Barry, et existant dans les établissements publics. Ils se fondaient,
pour appuyer leur demande, sur l'acte de naissance[159] de madame du
Barry, annexé à celui de célébration de son mariage à la paroisse de
Saint-Laurent, ainsi conçu:

«Extrait des registres de baptême de la paroisse de Vaucouleurs, diocèse
de Touls, pour l'année mil sept cent quarante-_six_.

»Jeanne, fille de _Jean-Jacques Gomard de Vaubernier_ et _d'Anne Bécu_,
dite _Quantigny_, est née le dix-neuf août mil sept cent quarante-six, a
été baptisée le même jour, a eu pour parrain Joseph _de Mange_ et pour
marraine Jeanne _de Birabin_, qui ont signé avec moi:

»L. Gaon, vicaire de Vaucouleurs; Joseph de Mange et Jeanne de Birabin.

»Je soussigné, prêtre-curé de la paroisse et ville de Vaucouleurs,
diocèse de Touls, certifie à qui il appartient, vu le présent extrait
conforme à l'original.

»A Vaucouleurs, ce quatre juillet mil sept cent cinquante-neuf.

»L.-P. Dubois.

»Nous, Claude-François Duparge, licencié ès loix, conseiller du roi,
commissaire enquesteur-examinateur en la ville et prévôté de
Vaucouleurs, faisant les fonctions de M. le président Prevost, absent,
certifions que les écriture et signature ci-dessus sont du sieur Dubois,
curé de Vaucouleurs, et que foy y est et doit y être ajoutée. En
témoignage de quoi nous avons signé les présentes et scellé de notre
cachet.--A Vaucouleurs, ce quatre juillet mil sept cent cinquante-neuf:

»Signé, Duparge, avec paraphe. Approuvé l'écriture, Duparge[160].»

Après beaucoup de démarches infructueuses, et après avoir présenté au
ministre des finances un acte de notoriété constatant que le sieur
_Philbert Gomard_, frère de _Gomard de Vaubernier_, père de madame du
Barry, étant le plus proche parent de la comtesse à l'heure de sa mort,
était son héritier, le même acte établissant leur filiation comme
héritiers directs du sieur _Philbert Gomard_, le ministre les autorisa à
faire retirer de la préfecture de Seine-et-Oise les papiers de madame du
Barry, déposés aux archives lors du séquestre mis sur ses biens en 1793.
Ces papiers devaient servir à les diriger dans les réclamations qu'ils
faisaient au gouvernement. L'inventaire des papiers ainsi donnés un peu
légèrement montre combien de documents intéressants ont été perdus pour
les recherches historiques.

Inventaire des titres et papiers provenant de madame la comtesse du
Barry, condamnée révolutionnairement, et dont les biens ont été
séquestrés; lesquels papiers, par suite du séquestre, ont été extraits
du domicile de ladite dame, à Louveciennes, transférés à
l'administration du ci-devant district de Versailles, et ensuite déposés
aux archives de la préfecture de Seine-et-Oise:

1re _liasse_.--Composée de pièces relatives aux anciens ouvrages
faits au pavillon de Louveciennes, années 1760 et 1770, etc., mémoires
de divers fournisseurs, et ouvriers, quittances, états de payements et
diverses pièces de renseignements.

2e _liasse_.--Anciens mémoires de fournisseurs et ouvriers quittancés
de 1770 à 1774. Bail passé à madame du Barry par la veuve Duru et
consorts, d'une maison située à Versailles, rue de l'Orangerie, le 22
décembre 1768. Bordereau des sommes payées par Me Lepot-d'Auteuil,
notaire.

3e _liasse_.--Autres différents mémoires de marchands, ouvriers et
fournisseurs, également quittancés. Dépenses de tout genre à l'hôtel et
pavillon de l'avenue de Paris, à Versailles, en 1773. Comptes rendus par
M. de Montvallier, intendant de madame la comtesse du Barry, ès années
1773 et 1774.

4e _liasse_.--Divers mémoires de marchands, orfèvres, bijoutiers,
drapiers, modistes, fournisseurs, gagistes, peintres, ouvriers, etc., en
1772 et années suivantes, également quittancés. Inventaires et états
d'effets mobiliers, tels que tableaux, statues, pièces d'ornement, etc.,
étant à Louveciennes, à différentes époques, notamment un inventaire
général du mobilier de Louveciennes, fait en 1774.

5e _liasse_.--Mémoires quittancés d'orfèvres, bijoutiers, marchands
de meubles et d'étoffes. États de gages payés aux personnes de la maison
de madame du Barry, et autres pièces diverses de dépenses, années 1771
et suivantes.

6e _liasse_.--Pièces relatives à la construction du nouveau pavillon
de Louveciennes, en 1771 et 1772. Comptes et mémoires quittancés de
divers entrepreneurs, marchands, ouvriers, etc.

7e _liasse_.--Formée de mémoires et de quittances donnés par des
ouvriers, marchands, fournisseurs, pensionnaires et autres personnes
attachées à madame du Barry, en diverses années.

8e _liasse_.--Mémoires acquittés de marchands, ouvriers,
fournisseurs, notamment du sieur Aubert, joaillier, du sieur Cozette,
entrepreneur de la manufacture royale des Gobelins. Quittances de sommes
payées pour pensions et bienfaits accordés par madame du Barry. Ouvrages
faits à un hôtel, à Versailles, avenue de Paris, et à une maison à
Saint-Vrain.

9e _liasse_.--Pièces relatives aux locations de baraques, boutiques
et appentis établis sur la contrescarpe, à Nantes, concédés à madame du
Barry, pour l'usufruit seulement, sa vie durant, par brevet du roi du
23 décembre 1769. Compte du sieur Dardel, régisseur, et du sieur
Couillaud de la Pironnière, receveur du produit desdites boutiques, etc.
Pièces et plans y relatifs. Baux desdits biens, passés en 1771.

10e _liasse_.--Papiers, mémoires, lettres, relatifs aux dépenses
faites à la Maison-Rouge, sise commune de Villiers-sur-Orge. Inventaire
d'effets mobiliers garnissant ladite maison. _Lettres et autres pièces
de correspondance particulière de madame du Barry, en 1792 et 1793._
Quittances, reçus de l'année 1793. Contrat du 24 octobre 1775, devant
Me Deschesnes, notaire à Paris, concernant vente par madame la
comtesse du Barry à _Monsieur_, frère du roi, d'un grand hôtel sis à
Versailles, avenue de Paris, moyennant 224,000 liv[161].

Tels sont les papiers remis aux héritiers Gomard. Où sont aujourd'hui
ces titres, ces lettres de madame du Barry? Que sont-ils devenus? Ils
ornent probablement la collection de quelque amateur d'autographes[162].

Malgré toutes leurs demandes, ils n'avaient encore rien recueilli de la
succession de madame du Barry, lorsque fut rendue, le 17 avril 1825, la
loi d'indemnité des biens des émigrés.

A l'époque de sa mort, madame du Barry ne possédait aucun immeuble, et
par conséquent ses héritiers n'avaient rien à réclamer de l'indemnité.
Mais l'on se rappela alors le testament de M. de Brissac, et l'on
réclama de la famille de Mortemart, héritière du duc, et qui avait une
part considérable dans la liquidation du milliard d'indemnité,
l'exécution du legs fait au profit de madame du Barry.

Jusque-là, les héritiers Gomard s'étaient seuls présentés. Mais
lorsqu'il se fut agi du legs du duc de Brissac, les héritiers _Bécu_,
c'est-à-dire ceux du côté maternel, vinrent, non-seulement pour entrer
en partage, mais contestèrent même aux _Gomard_ leur titre d'héritiers
de madame du Barry.

On a vu qu'une fois riche, madame du Barry n'a jamais cessé de faire du
bien à sa famille. Elle mit sa mère à l'abri du besoin et fit une
pension viagère à Rançon, son beau-père, lorsqu'il fut devenu veuf. Les
frères de sa mère reçurent aussi d'elle des pensions viagères, et elle
dota leurs filles en leur faisant faire des mariages avantageux. Mais on
ne voit nulle part qu'elle se soit jamais intéressée aux _Gomard_. D'où
vient cette différence dans la manière d'agir de madame du Barry à
l'égard de sa famille? Le procès qui s'est élevé entre les divers
héritiers va nous en donner l'explication.

Les _Gomard_ appuyaient leurs prétentions à l'héritage de madame du
Barry sur l'acte de naissance déposé à la paroisse de Saint-Laurent,
reconnaissant comme père de madame du Barry _Jean-Jacques Gomard de
Vaubernier_. Les Bécu attaquèrent cet acte comme faux, et présentèrent
un autre acte de naissance, levé par eux sur les registres de l'état
civil de la ville de Vaucouleurs, le 25 septembre 1827, constatant que
madame du Barry était _fille naturelle de Anne Bécu_, et que, par
conséquent, les héritiers _Gomard_ n'avaient aucun droit dans cette
succession.

De là, procès entre les deux branches et jugement du tribunal civil de
première instance de la Seine du 9 janvier 1829, confirmé par arrêt de
la cour royale de Paris du 22 février 1830, qui donne gain de cause aux
_Bécu_ et les reconnaît comme seuls héritiers de madame du Barry.

La cause de ce faux acte de naissance s'explique aisément. Madame du
Barry était la maîtresse du roi. Le mariage lui donnait un nom et allait
lui permettre d'arriver aux plus grandes faveurs. Mais il fallait un peu
flatter la vanité des du Barry, et d'ailleurs Louis XV n'aurait-il pas
eu quelque répugnance à conserver pour maîtresse, quoique comtesse, la
bâtarde d'une pauvre fille de campagne?

Il est probable que celui qui joua le rôle le plus important dans la
fabrication de cet acte fut cet _abbé Gomard_, aumônier du roi, qu'on a
vu déjà figurer à la célébration du mariage de madame du Barry, comme
fondé de pouvoir de sa mère et de son beau-père. Depuis longtemps cet
abbé était lié avec Rançon et sa femme, et les pamphlets du temps disent
qu'il connaissait très-bien le père de madame du Barry: il était, de
plus, intime avec Lebel, le valet de chambre de Louis XV, et avec le
comte Jean. On peut donc supposer que ce fut lui qui fit placer dans cet
acte le nom de son propre frère Jean-Jacques Gomard de Vaubernier, mort
depuis longtemps, comme père de _Jeanne Bécu_, et en fit ainsi une fille
légitime[163].

Il est curieux, au reste, d'examiner les transformations que l'on fit
subir à l'acte primitif que voici:

«Extrait des registres de l'état civil de la ville de Vaucouleurs,
déposés aux archives du tribunal de première instance séant à
Saint-Mihiel (Meuse).

»Jeanne, fille naturelle d'Anne Béqus, dit Quantiny, est née le
dix-neufième aoust de l'an mil sept cent quarante-trois, et a été
baptisée le même jour. Elle a eu pour parain Joseph Demange, et pour
maraine Jeanne Birabin, qui ont signé avec moy.

»Les signatures sont ainsi apposées sur l'acte:

»Janne Birabine. L. galon, vic. de Vau.

»Joseph Demange.

Pour copie collationnée sur la seconde minute déposée aux archives.

»Saint-Mihiel, le 25 septembre 1827. Le commis-greffier,

»François.[164]»

D'abord, et c'était la partie essentielle, on donne un père à la fille
naturelle; et, comme le nom de _Gomard_ tout court est encore bien
bourgeois, on y ajoute celui de _Vaubernier_. Puis, comme le parrain et
la marraine doivent être à la hauteur du père de l'enfant, on fait du
simple Joseph Demange, monsieur Joseph _de Mange_ avec une particule, et
de Jeanne Birabin, qui, suivant l'usage de la campagne, est appelée la
Birabine, et signe comme on est dans l'habitude de l'appeler, on fait
madame _de Birabin_. Enfin, comme il paraîtra plus agréable au roi de
lui donner pour maîtresse une _demoiselle noble et mineure_ qu'une
_fille naturelle et majeure_, on retranche trois ans de l'acte primitif,
et on fait naître madame du Barry le 19 août 1746, au lieu du 19 août
1743.

Après l'arrêt de la cour royale de Paris, qui frappe de faux l'acte de
naissance déposé à l'église de Saint-Laurent, et reconnaît les _Bécu_
comme seuls héritiers de madame du Barry, ceux-ci continuèrent à
attaquer la famille de Mortemart pour l'exécution du legs de M. de
Brissac. Le procès dura jusqu'à la fin de 1833. Enfin les héritiers
_Bécu_ s'entendirent avec la famille de Mortemart sur la somme à
recevoir; mais elle leur profita peu et fut presque entièrement absorbée
par les créanciers de madame du Barry et par les frais du procès[165].

Outre les détails généraux qu'on a pu faire connaître grâce à L'analyse
des diverses pièces indiquées dans ce récit, il en est de particuliers à
la personne même de madame du Barry, qu'il est bon de rappeler en
terminant:

1º Madame du Barry était fille naturelle, et son véritable nom était
_Jeanne Bécu_.

2º A l'époque de son mariage on fit un faux acte de naissance, dans
lequel on lui donna pour père légitime _Jean-Jacques Gomard de
Vaubernier_.

3º C'est donc à tort que, dans toutes les biographies, et dans les plus
récents ouvrages sur l'histoire de France, on lui conserve le nom de
_Jeanne Gomard de Vaubernier_, et il faut lui rendre son vrai nom de
_Jeanne Bécu_.

4º Par suite de l'examen de son véritable acte de naissance, on voit que
madame du Barry avait 26 ans quand elle devint la maîtresse du roi Louis
XV, et non vingt-trois ans, comme cela semblait résulter du faux acte.
Elle est, par conséquent, morte sur l'échafaud à l'âge de cinquante ans.

Quant aux sommes que madame du Barry a coûté à la France pour avoir eu
l'honneur d'être la maîtresse du roi, on peut, d'après l'examen de ces
mêmes pièces, en faire le relevé suivant:

  1º Mobilier donné par le roi à madame du Barry, lors de
    son mariage                               30,000 l.  »

  2º Sommes payées pour madame
    du Barry, par _Baujon_, banquier
    de la cour, depuis 1769, première
    année de sa faveur, jusqu'en
    1774, année de la mort
    de Louis XV                            6,375,559 l. 11 s. 11 d.

  3º Pour achat de son hôtel de
    Versailles, par _Monsieur_, frère
    du roi, le 24 octobre 1775              224,000      »

  4º Pour l'échange de 50,000 livres
    de rente viagère contre
    1,250,000 livres, délivrées par
    le trésor royal par arrêt du roi
    en avril 1784                         1,250,000      »

  5º Madame du Barry jouit de
    150,000 livres de rente viagère
    sur la ville de Paris, les
    États de Bourgogne et les loges
    de Nantes, depuis l'année 1769
    jusqu'en 1784, ce qui donne un
    total de                              2,400,000      »

  6º Depuis l'année 1784 jusqu'en
    1793, elle n'a plus que 100,000
    livres de rente viagère, ce qui
    donne un total de                       900,000      »

  7º La jouissance du château de
    Louveciennes et de ses nombreuses
    dépendances; les diverses
    dépenses faites à
    l'ancien château et la construction
    du pavillon, peuvent
    s'évaluer à un revenu
    de 50,000 livres de rente,
    ce qui fait, depuis 1769
    jusqu'en 1793                          1,250,000     »

  Le total général de toutes ces
    sommes est de                         12,429,559 l. 11 s. 11 d.!!!



NOTES.


Les trois lettres suivantes nous ont été communiquées par M. Vatel,
avocat à Versailles. Elles nous ont paru assez intéressantes pour être
publiées en notes.


Nº I.--_Lettre de M. de Brissac à madame du Barry_.

Brissac, ce samedi 5 septembre 1789.

Les courriers ne sont pas assez fréquents, madame la comtesse, il est
bien vrai; car cette lettre qui partira demain par le Mans, arrivera
aussitôt que celle d'hier par la levée; mais c'est un plaisir que de
s'entretenir avec vous qu'il ne faut pas laisser échapper. Oui, l'avenir
comme le présent est désolant. A moins que la raison, le plus beau de
l'apanage de l'homme, ne le cède à l'esprit, l'ambition, la vanité, quel
est l'homme qui ne désire pas le bonheur et la liberté pour lui et les
autres, a moins qu'il ne soit un forcené? et je vois qu'il y en a trop.
Mais des personnes agissantes, assez franchement loyales pour concourir
à l'arrangement avantageux de tous, à ce gros de la nation, dont la
philosophie parle ainsi que le philosophe, qui par malheur ne connaît ni
n'a les moyens de lui faire éprouver ce charme du vrai bonheur qu'il
n'est pas permis a tout le monde de connaître, où sont-ils, ces hommes?
Bien loin de nous. On ne les écoute pas, ou ils ne parlent pas, ou ils
n'existent pas. Que de tristesse toutes ces idées procurent! L'amour
sortant, ou fuyant l'esclavage, n'est pas mon emblème, madame la
comtesse, quoique ce soit celui de mon âge; il n'en est point, il est
vrai, si la beauté et la bonté d'accord partagent un sentiment senti par
un cœur digne de celui qu'il a pu toucher. Mais, par parenthèse, j'ai
ouï dire du mal de ce tableau, que l'on trouve froid, correct, mais peu
piquant. Je l'ai un peu pensé comme le critique; mais les détails et le
fini, ainsi que le coloris, en sont beaux et donneront toujours du
charme à ce tableau. Pas une dame ne prendra pour elle ces insultes que
leur fait l'amour, ou plutôt le peintre qui peut être froid, ou son âge
et ses travaux. Je pense qu'il y a eu fort peu de portraits, surtout de
madame Lebrun, qui a présenté celui de madame la duchesse d'Orléans.
Elle est faite pour être généralement aimée et estimée, et peut paraître
en public en quel temps que ce soit. Le Salon est-il beau? Je crois que
les campagnards n'auront pas été le voir. D'ailleurs il ne vaut pas la
peine depuis longtemps de se déplacer.--Je ne crois pas vous avoir dit
que je mangeais de mauvais pain; je le fais venir du Pont-de-Cé, et il
est bon, pas très-bien fait, mais mieux qu'ici, où on devrait le manger
excellent a cause de la beauté et bonté du grain. Notre froment est un
des plus beaux de la France, sans vouloir néanmoins attaquer et celui de
Brie, et le bienfait aimable et charmant de vos amies du Pont. Elles
vous aiment pour vous-même, parce qu'elles vous connaissent bien, et
qu'alors il est difficile de vous refuser le tribut qu'arrache et
beauté, _et bonté et douceur, et cette aimable et parfaite égalité
d'humeur qui fait le charme d'une société habituelle_. Aussi
auraient-elles voulu vous garder, aussi vous y voudraient-elles; _et moi
je voudrais également y partager avec vous retraite et solitude, le tout
bien tranquille_. C'est ainsi que le trouble fait penser l'homme
raisonnable, qui a reconnu que le plus grand bien à faire est la chose
la plus difficile, et plus tumultueuse que l'orage, qui ramène si
souvent et si promptement un beau jour. Je ne vois pas que nous
avancions en besogne. Hélas! pourvu qu'elle soit faite, terminée, je
serai content. Je le serai beaucoup aussi, madame la comtesse, quand il
me sera permis de vous offrir tous mes hommages, tout mon respect et
tous les sentiments que je vous ai toujours offerts avec joie et
plaisir.

Vos lettres sont presque toujours sept jours à arriver. Il m'en parvient
de Paris à deux jours de date; celles de Versailles éprouvent le même
retard. Mille respectueux hommages a mademoiselle votre belle-sœur.


Nº 2.--_Lettre de madame du Barry aux administrateurs du district de
Versailles_.

Citoyens administrateurs,

La citoyenne de Vaubernier du Barry est très étonnée qu'après toutes les
promesses qu'elle vous a fournies des raisons qui l'ont forcée d'aller
en Angleterre, vous l'ayez traitée comme émigrée.--Avant son départ elle
vous a communiqué la déclaration qu'elle avait faite à sa municipalité;
vous l'avez enregistrée dans vos bureaux. Vous savez que c'est le
quatrième voyage qu'elle est obligée de faire, toujours pour le même
motif.

Elle espère que vous voudrez bien faire lever les scellés qui ont été
apposés chez elle, contre toute justice, puisque la loi n'a jamais
défendu de sortir du royaume à ceux que des affaires particulières et
pressantes appellent en pays étranger. Toute la France est instruite du
vol qui lui a été fait la nuit du 10 au 11 janvier 1791; que ses voleurs
ont été arrêtés à Londres; qu'elle y a eu une procédure suivie, dont le
dernier jugement n'a été rendu que le 28 février dernier, ainsi que
l'atteste le certificat ci-joint.

Louveciennes, ce 27 mars 1793.


Nº 3.--_Lettre de Lavallery, membre du district de Versailles, à madame
du Barry_.

Citoyenne,

Je me ferai représenter le plus tôt possible votre demande, dont le
succès ne me paraît pas devoir éprouver de grandes difficultés, vu la
notoriété du motif de vos absences, si vous avez eu surtout le soin de
joindre à votre mémoire les pièces justificatives, telles que vos
passe-ports ou leurs copies certifiées, certificats de résidence, etc.
_Soyez convaincue que s'il est des occasions où je désire donner du prix
à mon travail, vous avez droit à les faire naître. Votre sexe vous donne
le droit de désirer la tranquillité, et votre amabilité_.... Mille
pardons, citoyenne, un républicain et un inconnu ne doit parler que la
langue des affaires.

Agréez l'assurance de mon respect et de tout l'intérêt que vous avez
droit d'inspirer.

LAVALLERY[166].

Versailles, 17 mai (an II de la République).


Nº 4.--_Récit de la mort de madame du Barry, extrait du journal_ LA
NOUVELLE MINERVE, _intitulé_ SOUVENIRS DE LA RÉVOLUTION.

... Arrivé au pont au Change, j'y trouvai une assez grande foule
rassemblée. Je n'eus pas besoin de demander l'explication de ce
rassemblement: elle ne se fit pas attendre. J'entendis au loin des cris
déchirants, et aussitôt je vis sortir de la cour du palais de Justice
cette fatale charrette que Barrère, dans un de ces accès de gaieté qui
lui étaient si familiers, avait appelée _la bière des vivants_. Une
femme était sur cette charrette, qui approcha lentement de l'endroit où
je m'étais arrêté. Sa figure, son attitude, ses gestes exprimaient le
désespoir arrivé au plus haut paroxysme. Alternativement d'un rouge
foncé et d'une pâleur effrayante, se débattant au milieu de l'exécuteur
et de ses deux aides, qui avaient peine à la maintenir sur son banc, et
poussant de ces cris affreux que je disais tout à l'heure, elle
invoquait tour à tour leur pitié et celle des assistants. C'était madame
du Barry que l'on conduisait au supplice. Revenue de Londres cinq ou
six jours auparavant pour retirer de son château de Louveciennes des
bijoux de prix qu'elle y avait cachés en partant pour l'émigration, elle
avait été dénoncée le soir même de son arrivée, par son nègre favori,
Zamor, gardien du château en son absence, et traduite au tribunal
révolutionnaire[167]. Agée alors de quarante-deux à quarante-trois ans
seulement, sa figure, malgré la terreur profonde qui en altérait les
traits, était encore remarquablement belle[168]. Entièrement vêtue de
blanc, comme Marie-Antoinette qui l'avait quelques semaines auparavant
précédée sur la même route, ses cheveux du plus beau noir formaient un
contraste pareil à celui que présente le drap funéraire jeté sur un
cercueil. Coupés sur la nuque, ainsi que cela se pratique en pareil cas,
ceux de devant étaient ramenés à chaque instant sur le front par ses
mouvements désordonnés, et lui cachaient une partie du visage. «Au nom
du ciel, mes amis, s'écriait-elle au milieu des sanglots et des larmes,
au nom du ciel, sauvez-moi, je n'ai jamais fait de mal à personne;
sauvez-moi.»

La frayeur délirante de cette malheureuse femme produisait une telle
impression parmi le peuple, qu'aucun de ceux qui étaient venus là pour
insulter à ses derniers moments ne se sentit le courage de lui adresser
une parole d'injure. Autour d'elle tout semblait stupéfié, et l'on
n'entendait d'autres cris que les siens; mais ces cris étaient si
perçants qu'ils auraient, je n'en doute pas; dominé ceux de la
multitude, si elle en eût proféré. J'ai dit tout à l'heure, je crois,
que personne ne s'était senti le courage de l'injurier. Si fait. Un
homme, un seul, vêtu avec une certaine recherche, éleva la voix au
moment où la charrette passant vis-a-vis de moi, la patiente, toujours
s'adressant au peuple, s'écriait: «La vie! la vie! qu'on me laisse la
vie, et je donne tous mes biens à la nation.»--«Tu ne donnes à la nation
que ce qui lui appartient, dit cet homme, puisque le tribunal vient de
les confisquer, tes biens.» Un charbonnier, qui était placé devant lui,
se retourne et lui donne un soufflet. J'en éprouvai un sentiment de
plaisir.

On sait que pendant toute la route elle continua à pousser les mêmes
cris, et à s'agiter dans des convulsions frénétiques pour fuir la mort
qui déjà l'avait saisie; aussi, on sait qu'arrivée à l'échafaud il
fallut user de violence pour l'attacher à la fatale planche, et que ses
derniers mots furent ceux-ci: «Grâce! grâce! monsieur le bourreau!
Encore une minute, monsieur le bourreau! encore... et tout fut dit.»

Jamais la terreur ne fut portée à une si haute expression, et madame du
Barry est la seule femme qui ait offert un spectacle aussi déchirant.
Toutes les autres femmes victimes de nos discordes civiles ont montré a
ce moment suprême autant de calme que de courage, et plus d'une a
raffermi le courage de ses compagnons d'infortune.


Nº 5.--_Bibliothèque de madame du Barry_.

La bibliothèque de la ville de Versailles renferme cent quarante-deux
ouvrages ayant appartenu à madame du Barry, et formant trois cent
quatre-vingts volumes. Presque tous ces volumes sont reliés en maroquin
rouge, dorés sur tranches et portent sur le plat des deux côtés les
armes de la comtesse avec la fameuse devise _Boutez en avant_, qui donna
lieu dans le temps à tant de commentaires ironiques. La date de leur
impression ne dépasse pas l'année 1774. Plusieurs sont reliés en
maroquin vert et portent les mêmes ornements que les rouges. Ils
paraissent provenir de cadeaux. Il est bien probable que ces livres
faisaient partie de la bibliothèque des appartements de madame du Barry
au château de Versailles, où ils sont sans doute restés jusqu'à la
révolution. D'autres volumes, beaucoup moins bien reliés que les
précédents et portant les armes de la comtesse sur le dos, font aussi
partie de cette collection; mais la date de leur impression est
postérieure à l'année 1774, et ils proviennent de son habitation de
Louveciennes.

Beaucoup de ces ouvrages sont des œuvres littéraires; mais en
parcourant leurs titres et en y retrouvant la plupart des productions
futiles et licencieuses d'une partie de la littérature du dix-huitième
siècle, on pourra juger, sans en être surpris, du goût qui a présidé à
la composition de cette bibliothèque.

Presque tous les exemplaires venant de la bibliothèque de madame du
Barry, outre leurs jolies reliures, sont surtout remarquables par la
beauté de l'exécution typographique. On peut citer sous ce rapport les
_Baisers_, de Dorat, charmant exemplaire orné de figures exécutées par
Eisen, d'un fini extrême, mais d'une très-grande indécence. Au reste,
plusieurs des ouvrages de cette collection, et particulièrement les
romans de Crébillon fils, sont accompagnés de gravures fort
licencieuses.

Parmi les divers ouvrages dont nous donnons la liste, on en doit
particulièrement signaler quatre comme se rapportant à la personne même
de madame du Barry, par les dédicaces adulatrices qui lui sont
adressées.

Le premier porte pour titre: _le Royalisme, ou Mémoires de du Barry de
Saint-Aunet et de Constance de Cézelli, sa femme. Anecdotes héroïques
sous Henri IV_, par M. de Limairac.--La plupart des exemplaires de cet
ouvrage ne portent aucun nom d'auteur. Dans celui-ci, le nom de l'auteur
se trouve non seulement à la suite du titre, mais encore au bas de
l'épître dédicatoire. Cet exemplaire a certainement été offert par
l'auteur à la comtesse; le choix de l'exemplaire et sa magnifique
reliure en maroquin rouge, toute couverte de dorures, en sont la preuve.
Au-dessus de l'épître dédicatoire sont gravées les armes de madame du
Barry, et de chaque côté deux levrettes enchaînées. Voici cette épître:



_A madame la comtesse du Barry._

Madame,

Daignez accueillir avec bonté un hommage public de sentiment et de
reconnaissance. Le zèle seul m'a dicté ce petit ouvrage; seul il ose
vous l'offrir. Je sens qu'il est capable d'égarer dans une carrière qui
demande des talents, mais j'espère, madame, que vos suffrages
suppléeront à la médiocrité des miens. Les traits que je développe dans
cet essai le rendent digne de paraître sous vos auspices. Ils sont tous
puisés _dans votre maison_; ils retracent la fidélité la plus héroïque
de deux sujets pour le roi. Trop heureux si vous voulez bien me
pardonner une entreprise au-dessus de mes forces, en faveur du motif qui
me l'a inspirée.

Je suis avec un profond respect, madame, votre très-humble et
très-obéissant serviteur.

DE LIMAIRAC.


Le second est un _Almanach de Flore_, pour 1774. C'est un recueil de
quarante-huit fleurs gravées et coloriées. Au-dessous de chaque fleur se
trouve une devise et derrière un horoscope. Ces devises et ces
horoscopes sont divisés en séries de numéros, applicables à une
demoiselle, à un garçon, à une femme mariée, à un homme marié, à une
veuve et à un veuf. L'auteur était un capitaine d'infanterie nommé
Douin, né à Versailles.

La beauté des dorures de ce petit volume, relié en maroquin rouge, fait
présumer que c'est encore un cadeau offert à madame du Barry. Après le
titre sont placées deux gravures en rouge. L'une représente un tournesol
regardant le soleil avec cette devise.

    L'astre est constant,
    La fleur fidèle;

allégorie se rapportant aux amours du roi et de la comtesse. L'autre
offre le portrait de madame du Barry. Au-dessous sont deux flèches
croisées avec un cœur et les vers suivants:

    _A la plus belle_.

    Je dormais; le Maître des dieux
    Me dit: «Je sais ce que tu veux;
    Choisis ou déesse, ou mortelle,
    Pour lui consacrer tes couplets.»
    Quoi, lui dis-je, une bagatelle!
    «Ne crains rien: je te le permets.»
    Je choisirai donc la plus belle.

Le troisième ouvrage est intitulé _Contes moraux et nouvelles idylles de
D... et Salomon Gessner_.--Les contes sont de Diderot, et la traduction
des idylles de Gessner est de Meister, qui fut secrétaire de Grimm.

Le traducteur dont le nom ne parut pas sur cette édition ne voulut
cependant pas le laisser ignorer de madame du Barry, et dans
l'exemplaire qu'il lui adressa, il ajouta une épître dédicatoire signée
de lui. Cette épître, écrite par un habile calligraphe, est ainsi
conçue:

      De la beauté, les talents et les arts
        Chérissent tous l'aimable empire.
        Que l'églogue au naïf sourire
        Arrête un instant vos regards!
        Comme vous, belle sans parure,
        Elle doit tout aux mains de la nature.
      Comme vous elle a quelquefois,
        Sous l'air d'une simple bergère,
        Charmé les héros et les rois,
      Même les dieux. Apollon, pour lui plaire,
    Vint oublier l'Olympe à l'ombre de ces bois.
      Quel dieu pour vous ne l'oublierait de même,
      Si de l'amour la puissance suprême
        Vous permettait encore un choix?

Je suis avec le plus profond respect, madame, votre très-humble et
très-obéissant serviteur.

MEISTER.

Enfin le quatrième est un recueil contenant deux opéras comiques: _les
Étrennes de l'Amour_ et _le Nouveau Marié_, dont les paroles sont de
Cailhava. En envoyant cet exemplaire à madame du Barry, l'auteur écrivit
sur la première page les vers suivants:

    _A madame la comtesse du Barry._

    Transporté par un songe au haut de l'Empyrée,
    J'ai cru voir cette nuit la belle Cythérée,
    L'aimable Hébé, le dieu qù'invoquent les amants.
    La tendre Volupté, les Grâces, les Talents,
    Qui d'un air satisfait parcouraient mon ouvrage.
    Un sourire flatteur m'annonçait leur suffrage.
    J'ai redouté leur fuite à l'instant du réveil;
    Mais je les vois encor, ce n'est pas un mensonge:
    Un seul de vos regards réalise mon songe,
    Et j'étais moins heureux dans les bras du sommeil.

Voici maintenant la liste générale des ouvrages ayant appartenu à madame
du Barry, et possédés aujourd'hui par la bibliothèque de la ville de
Versailles:

_Grammaire générale et raisonnée_, par Cl. Lancelot et Ant. Arnaud, avec
des notes par Duclos. Paris, Prault, 1754, 1 vol. in-12.

_Abrégé du Dictionnaire universel français et latin, vulgairement appelé
Dictionnaire de Trévoux_, par Berthelin. Paris, les libraires associés,
1762, 3 vol. in-4º.

_Les Œuvres de Clément Marot_, de Cahors, valet de chambre du roi,
revues et augmentées de nouveau. La Haye, Moetgens, 1714, 2 vol. in-12.

_Les Œuvres de François Villon_, avec les notes de Clément Marot et les
poésies de Jean Marot et de Michel Marot. Paris, Constelier, 1723, 2
vol. petit in-8º.

_Les Métamorphoses d'Ovide_, traduites en français, avec des remarques
et des observations historiques, par l'abbé Banier, nouvelle édition, 2
tomes en 1 volume. Paris, Nyon, 1738, in-4º, avec figures, par Humblot.

_Satires et autres Œuvres de Regnier_, accompagnées de remarques
historiques de Cl. Brossette. Nouvelle édition considérablement
augmentée, par Lenglet du Fresnoy. Londres, Tonson, 1733, grand in-4º,
belle édition dont les pages sont entourées de cadres rouges.

_L'Arcadie de Sannazar_, traduite de l'italien, par Pecquet. Paris,
Nyon, 1737, 1 vol. in-12.

_Recueil de traductions_ en vers français, contenant le poëme de
Pétrone, deux épîtres d'Ovide et le _Pervigilium Veneris_, avec des
remarques par le président Bouhier. Paris, compagnie des libraires,
1738, 1 vol. in-12.

_Les Poésies du roi de Navarre_, avec des notes et un glossaire
français, précédées de l'histoire des révolutions de la langue française
depuis Charlemagne jusqu'à saint Louis, d'un discours sur l'ancienneté
des chansons françaises et de quelques autres pièces, par Levesque de la
Revallière. Paris, Guérin, 1742, 2 vol. in-12.

_Œuvres de madame et de mademoiselle Deshoulières_, nouvelle édition.
Paris, les libraires associés, 1754, 2 vol. in-12.

_La Colombiade, ou la Foi portée au nouveau monde_, poëme, par madame
Dubocage. Paris, Desaint, 1756, 1 vol. in-8º orné de jolies vignettes.

_L'Art d'aimer et le remède d'amour_, traduction d'Ovide, par l'abbé de
Marolles. Amsterdam, 1757, 1 vol. in-12 avec des figures, par Vanloo et
Eisen.

_Œuvres de l'abbé de Chaulieu_, nouvelle édition, par de Saint-Marc.
Paris, David, 1757, 2 vol. in-12.

_Le Conte du Tonneau_, par le fameux docteur Swift, traduit de
l'anglais. La Haye, H. Scheurleer, 1757, suivi du _Traité des
dissensions entre les nobles et le peuple dans les républiques d'Athènes
et de Rome_, etc. _L'Art de ramper en poésie et l'Art du mensonge
politique_, par le même, 3 vol. in-12.

_Œuvres de M. le marquis de Ximenez, ancien mestre de camp de
cavalerie_, nouvelle édition. Paris, 1772.--Ce volume contient encore:
_Amalazonte_, tragédie du même auteur. Paris, Jarry, 1758, 1 vol. in-8º,
relié en maroquin vert avec de nombreuses dorures; c'est probablement un
cadeau.

_L'Univers perdu et reconquis par l'Amour_, suivi d'_Iphis et Amarante,
ou l'Amour vengé_, par de Carné. Amsterdam, 1758, 1 vol. in-8º.

_Poésies de Haller_, traduites de l'allemand, par Tscharner, édition
retouchée et augmentée. Berne, soc. typog., 1760, 2 vol. in-12.

_Poésie du philosophe de Sans-Souci_, nouvelle édition. Sans-Souci,
1760, 2.vol. in-12.

_Le Trésor du Parnasse, ou le plus joli des recueils_, par Couret de
Villeneuve et Berenger. Londres, 1762, 6 vol. in-12.

_La Farce de maistre Pierre Pathelin, avec son Testament à quatre
personnages_. Paris, Durand, 1762, 1 vol. petit in-8º.

_Œuvres diverses de Desmahis_. Genève, 1763, 1 vol. in-12.

_Le Hasard du coin du feu_, dialogue moral par Crébillon fils. La Haye,
1763, 1 vol. in-12.

_L'Iliade d'Homère_, traduite en vers, avec des remarques, par de
Rochefort. Paris, Saillant, 1766, 2 vol. in-8º.

_La Pharsale de Lucain_, traduite en français par Marmontel. Paris,
Merlin, 1766, 2 vol. in-8º, avec des figures, par Gravelot.

_Roman comique_, par Scarron, nouvelle édition. Amsterdam, comp. des
libraires, 1766, 3 vol. in-12.

_Traité de la prosodie française_, par l'abbé d'Olivet. Paris, Barbou,
1767.--Dans le même volume se trouve: _Remarques sur Racine_, par l'abbé
d'Olivet. Paris, Barbou, 1766, 1 vol. in-8º.

_Œuvres complètes de M. le c. de B..._ (le cardinal de Bernis),
dernière édition. Londres, 1767, deux tomes dans 1 volume in-12.

_Œuvres de S. Gessner_, traduites de l'allemand, par Huber. Zurich,
Orel, 1768, 2 vol. in-12.

_Essais de Montaigne_, avec les notes de Coste, nouvelle édition.
Londres, Nourse, 1769, 10 vol. in-12.

_Le Messie_, poëme en dix chants, traduit de l'allemand, de Klopstock,
par d'Antelmy, Junker et autres. Paris, Vincent, 1769, 2 vol. in-12.

_Narcisse dans l'île de Vénus_, poëme en quatre chants, par Malfilâtre.
Paris, Lejay, 1769, 1 vol. in-8º orné d'un frontispice par Eisen, et de
figures par Saint-Aubin.

_La Peinture_, poëme en trois chants, par Lemierre. Paris, Jay, 1769, 1
vol. in-4º.--Au frontispice est un portrait du grand Corneille. Les
figures sont de Cochin.

_Les Nuits d'Young_, suivies des œuvres diverses du même auteur,
traduites de l'anglais par Letourneur, deuxième édition. Paris, Lejay,
1769, 4 vol. in-8º avec figures par Eisen.

_Les Grâces_, précédées d'une dissertation par l'abbé Massieu, et
suivies d'un discours par le P. André; recueil publié par de Querlon.
Paris, Prault, 1769, 1 vol. in-8º avec figures, de Boucher et de Moreau
jeune.

_Les Quatre parties du jour_, poëme traduit de l'allemand de Zacharie,
par Millier. Paris, Musier, 1769, 1 vol. in-8º avec de charmantes
figures par Eisen.

_Les Éléments_, poëme par Delavergue. La Haye, Gosse, 1770, 1 vol.
in-8º.

_La Récréation des honnêtes gens, ou Opuscules en vers_, par M. de la
M... Amsterdam et Paris, Fétil, 1770, 1 vol. in-8º, relié en maroquin
vert.

_Les Baisers_, précédés du _Mois de mai_, poëme par Dorat. La Haye et
Paris, Lambert, 1770, 1 vol. in-8º.

_Jérusalem délivrée_, poëme héroïque du Tasse, traduit en français par
Mirabaud. Paris, Barrais, 1771, 2 vol. in-12.

_Le Bonheur_, poëme en six chants avec des fragments de quelques
épîtres, ouvrages posthumes d'Helvétius. Londres, 1772; précédé d'une
_Vie d'Helvétius_, par Saint-Lambert, 1 vol. in-8º, relié en maroquin
vert. Les armes de la comtesse sont sur le plat avec la devise _Boutez
en avant_ au-dessus.

_Contes moraux et Nouvelles idylles_ de D... (Diderot) et Salomon
Gessner, traduites par Meister. Zurich, 1773, 1 vol. in-4º.

_Almanach des trois règnes_, en huit parties: première partie, _Almanach
de Flore_, 1774, gravé et orné de plus de cinquante planches en
taille-douce, dessinées et coloriées d'après nature avec le plus grand
soin, contenant quarante-huit devises et autant d'horoscopes pour tous
les états et tous les âges. Les paroles sont de Douin, capitaine
d'infanterie; les fleurs dessinées et gravées par Chevalier, lieutenant
d'infanterie, le texte gravé par Drouet, ancien soldat d'infanterie.
Versailles, Blaizot, 1774, 1 vol. in-24.

_Les Comédies de M. Marivaux_, jouées sur le théâtre de l'hôtel de
Bourgogne par les comédiens ordinaires du roi. Paris, Briasson, 1732, 2
vol. in-12.

_Recherches, sur les théâtres de France depuis l'année_ 1161 _jusqu'à
présent_, par de Beauchamps. Paris, Prault, 1735, 3 vol. in-8º.

_Réflexions historiques et critiques sur les différents théâtres de
l'Europe, avec les pensées sur la déclamation_, par Louis Riccoboni.
Paris, Guérin, 1738, 1 vol. in-8º.

_Tragédies-opéras_ de l'abbé Metastasio, traduites en français par M.
C.-P. Richelet. Vienne, 1751, 12 vol. in-12.

_Œuvres de théâtre_ de MM. Brueys et Palaprat. Paris, Briasson, 1755, 5
vol. in-12.

_Choix de petites pièces du théâtre anglais_ par Dodsley et Gay,
traduites des originaux par Patu. Paris, Prault, 1756, 2 vol. in-12.

_Œuvres dramatiques_ de Néricault-Destouches, nouvelle édition. Paris,
Prault, 1758, 10 vol. in-12.

_Œuvres_ d'Alexis Piron, avec figures en taille douce d'après les
dessins de Cochin. Paris, Duchesne, 1758, 3 vol. in-12.

_Le Théâtre_ de Baron. Paris, les libraires associés, 1759, 3 vol.
in-12.

_Les Œuvres de théâtre_ de Dancourt, nouvelle édition. Paris, les
libraires associés, 1760, 12 vol. in-12.

_Le Prix de la beauté, ou les Couronnes_, pastorale en trois actes et un
prologue, avec des divertissements sur des airs choisis et nouveaux, par
Goudot. Paris, Delormel, 1760, vol. in-4º.

_Œuvres_ de M. Nivelle de la Chaussée, nouvelle édition, publiée par
Sablier. Paris, Prault, 1762, 2 vol. 12.

Recueil contenant: 1º _les Étrennes de l'Amour_, comédie-ballet en un
acte; 2º _le Nouveau Marié_, opéra-comique en un acte par Cailhava.
Paris, Lejay et Duchesne, 1769-1770, 1 vol. in-8º.

_Fables allemandes et contes français en vers_, avec un _Essai sur la
Fable_, par du Coudray. Paris, Jarry, 1770, 1 vol. in-8º.

_Les Chefs-d'œuvre_ de Pierre et de Thomas Corneille, nouvelle édition,
avec _les Commentaires_ de Voltaire. Paris, libraires associés, 1771, 3
vol. in-12.

_Théâtre des Grecs_ par le P. Brumoy, nouvelle édition enrichie de
très-belles gravures et augmentée de la traduction entière des pièces
grecques dont il n'existe que des extraits dans toutes les éditions
précédentes, et de comparaisons, d'observations et de remarques
nouvelles, par MM. de Rochefort et Dutheil. Paris, Cussac, 1785, 13 vol.
in-4º, reliés en maroquin rouge, avec armes sur le dos.

_Les Aventures de Télémaque, fils d'Ulysse_, par François de Salignac de
la Motte-Fénelon, nouvelle édition. Paris, Estienne, 1730, deux tomes en
1 volume in-4º, édition médiocre, ornée de figures par Coypel, Souville,
Cazes et Humblot.

_Le Marquis de Chavigny_, par Boursault. Paris, Nyon, 1739, 1 vol.
in-12.

_Le Prince de Condé_, par Boursault. Paris, Nyon, 1739. Dans le même
volume: _Ne pas croire ce qu'on voit_, histoire espagnole par Boursault.
Paris, Lebreton, 1739, 1 vol. in-12.

_Œuvres de Maître François Rabelais_, avec des remarques historiques et
critiques de le Duchat, nouvelle édition ornée de figures, par Picart.
Amsterdam, J. Bernard, 1741, 3 vol. in-4º.

_Tanzaï et Néadarné_, histoire japonaise, par Crébillon fils, Pékin,
1743, 2 vol. in-18, avec figures licencieuses.

_Amours de Théagène et de Chariclée_, histoire éthiopique. Londres, 2
vol. petit in-8º, avec figures, dont quelques-unes sont assez
licencieuses.

_Les Malheurs de l'Amour_, par la marquise de Tencin et Pont-de-Vesle.
Amsterdam et Paris, Prault, 1746, deux parties en 1 vol. in-12.

_Lettres de la marquise de M*** au comte de R***_, par Crébillon fils.
La Haye, Scheurser, 1746, 1 vol. in-12.

_Histoire amoureuse des Gaules_, par le comte de Bussi-Rabutin, 1754, 5
vol. in-12.

_Mémoires et Œuvres de madame Staal_. Londres, 1755, 4 vol. in-12.

_Histoire d'Emilie Montayne_, par l'auteur de _Julie Mondeville
(Mistriss Brooke)_, traduite de l'anglais, par Robinet, 4 tomes en 2
vol. in-12.

_Mémoires et Aventures d'un homme de qualité qui s'est retiré du monde_,
par l'abbé Prévost. Amsterdam, Arkstée, 1759, 3 vol. in-12.

_Mémoires du comte de Grammont_, par le comte A. Hamilton, 1760, 2 vol.
in-12.

_Les Amours d'Ismène et d'Isménius_, par M. de Beauchamps. La Haye,
1743.--Dans le même volume se trouve: _Acajou et Zirphile_, conte, par
Duclos, Minutie, 1761, 1 vol. in-12, avec figures.

_Amélie_, roman de Fiedling, traduit de l'anglais, par madame Riccoboni.
Paris, Brocas, 1762, 3 vol. in-12.

_Lettres de milady Julliette Catesby à milady Henriette Campley, son
amie_, par madame Riccoboni. Amsterdam, 1762, 1 vol. in-12.

_Histoire de miss Jenny_, écrite et envoyée par elle à milady comtesse
de Roscomond, par madame Riccoboni. Paris, Brocas, 1764, 2 vol. in-12.

_La Nouvelle Héloïse, ou Lettres de deux amants habitants d'une petite
ville au pied des Alpes_, recueillies et publiées par Jean-Jacques
Rousseau, nouvelle édition. Neufchâtel et Paris, Duchesne, 1764, 4 vol.
in-12 avec figures, par Gravelot.

_Contes moraux_, par Marmontel. Paris, Merlin, 1765, 3 vol. in-12, avec
le portrait de l'auteur, par Cochin, et ornés de figures par Gravelot.

_Histoire de M. le marquis de Cressy_, par madame Riccoboni. Paris,
Humblot, 1766, 1 vol. 12.

_Contes de Guillaume Vadé_, 1768, 1 vol. in-8º.

_Histoire d'Hippolyte, comte de Douglas_, par madame d'Aulnoy.
Amsterdam, Lhonoré, 1769, deux tomes en 1 vol. in-12.

_Télèphe_, en douze livres. Londres et Paris, Pissot, 1784, par
Pechméja, 1 vol. in-8º relié en maroquin rouge, les armes sur le dos.

_Voltariana, ou Éloges amphigouriques_ de F.-M. Arouet, sieur de
Voltaire, discutés et décidés pour sa réception à l'Académie française,
par Travenol et Mannory. Paris, 1748, 1 vol. in-8º.

_Lettres de Rousseau, sur différents sujets de littérature._ Genève,
Barillot, 1750, 5 vol. in-12.

_Essai historique et philosophique sur le goût_, par Cartaud de la
Vilale. Londres, 1751, 1 vol. in-12.

_Considérations sur les ouvrages d'esprit_, par Chicaneau de Neuville.
Amsterdam, 1758, 1 vol. in-12.

_Le Chef-d'œuvre d'un inconnu_, poëme heureusement découvert et mis au
jour, avec des remarques savantes et recherchées, par le docteur
Chrysostome Matanasius, par Saint-Hyacinthe, aidé de S'gravesande,
Sallengre, Prosper Marchand et autres. On trouve de plus une
Dissertation sur Homère et sur Chapelain, par Van Effen; deux Lettres
sur des Antiques; la préface de Cervantes, sur l'histoire de don
Quichotte de la Manche; la déification d'Aristarchus Masso, et plusieurs
autres choses non moins agréables qu'instructives, neuvième édition.
Lausanne, Bousquet, 1758, 2 vol. in-12.

_Pensées de Pascal sur la religion et sur quelques autres sujets._
Paris, Desprez, 1761, 1 vol. in-12.

_Recueil de Lettres_ de madame la marquise de Sévigné à madame la
comtesse de Grignan, sa fille. Paris, Compagnie des libraires, 1763, 8
vol. in-12.

_Lettres secrètes de M. de Voltaire_, publiées par L.-B. Robinet.
Genève, 1765, 1 vol. in-8º.

_Pensées de milord Bolingbroke_, sur différents sujets d'histoire, de
philosophie, de morale, etc., recueillies par Prault. Paris, Prault,
1771, 1 vol. in-12.

_Les Loisirs d'un ministre, ou Essais dans le goût de ceux de Montagne_,
composés en 1736, par le marquis d'Argenson. Liége, Plomteux, 1787, 2
vol. in-8º, reliés en veau vert avec armes sur le dos.

_Œuvres du Philosophe de Sans-Souci_, au Donjon du Château, 1750, 3
vol. in-8º.

_Œuvres de Saint-Évremont_, avec la vie de l'auteur, par des Maileaux,
1753, 11 vol. in-12.

_Œuvres de madame la marquise de Lambert._ Paris, Ganeau, 1761, 2 vol.
in-12.

_Œuvres diverses de J. J. Rousseau._ Neufchâtel, 1764, 8 vol. in-12. Le
premier volume est orné d'un frontispice par Gravelot, et d'un portrait
de J. J. Rousseau par Delatour.

_Plaidoyer_ pour et contre J. J. Rousseau et le docteur D. Hume,
l'historien anglais, avec des anecdotes intéressantes relatives au
sujet; ouvrage moral et critique, pour servir de suite aux œuvres de
ces deux grands hommes, par Bergerat. Paris, Dufour, 1768, 1 vol. in-12.

_Les Œuvres de l'abbé de Saint-Réal_, nouvelle édition. Libraires
associés, 8 vol. in-12.

_Œuvres posthumes de Frédéric II_, roi de Prusse. Berlin, Woss et
Decker, 1788, 15 vol. in-8º, reliés en maroquin fauve avec armes sur le
dos.

_Divers Éloges_, par Thomas. Paris, Regnard, 1763-1773, 1 vol. in-8º.

_La Muse historique, ou Recueil de Lettres en vers_, contenant les
nouvelles du temps, écrites à S. A. marquise de Longueville, par le
sieur Loret. Paris, Ch. Chenault, de 1650 à 1664, 5 vol. in-fol.--Les
lettres du 1er janvier 1665 au 28 mars de la même année sont
manuscrites, et copiées par de la Rue, en 1771.

_Anecdotes ecclésiastiques_, tirées de l'_Histoire du royaume de
Naples_, de Giannone, par Jacques Vernet. Amsterdam, Catuffe, 1753, 1
vol. petit in-8º.

_Abrégé chronologique de l'Histoire des Juifs_, par Charbuy. Paris,
Chaubert, 1 vol. in-8º.

_Lettres sur l'Egypte_, par Savary. Paris, Onfroy, 1785, 3 vol. in-8º,
avec armes sur le dos.

_Histoire ancienne des peuples de l'Europe_, par le comte de Buat.
Paris, Desaint, 1772, 12 vol. in-12, avec armes sur le dos.

_Mémoires de la cour de France_, pour les années 1688 et 1689, par
madame la comtesse de la Fayette. Amsterdam, Bernard, 1731, 1 vol.
in-12.

_Histoire de la vie et du règne de Louis XIV_, par Bruzen de la
Martinière. La Haye, Venduren, 1740, 2 vol. in-4º.

_Histoire de madame de Luz_, anecdote du règne de Henri IV, par Duclos.
La Haye, de Hondt, 1744, deux parties en 1 vol. in-12. Histoire plus que
galante.

_Histoire politique du siècle_, par Maubert de Gouvest. Londres, 1754, 2
vol. in-12.

_Histoire du règne de Louis XIII_, par le P. Griffet. Paris, Libraires
associés, 1758, 2 vol. in-4º.

_Les Amours de Henri IV, roi de France_, avec ses lettres galantes à la
duchesse de Beaufort et à la marquise de Verneuil. Amsterdam, 1765, deux
parties en 1 vol. in-12.

_Dictionnaire géographique et portatif de la France_, par le P.
Dominique Magnan. Paris, Desaint, 1765, 4 vol. in-8º.

_Les Soirées helvétiennes, alsaciennes et francomtoises_, par le marquis
de Pezay. Amsterdam, Paris, Delalain, 1771, 1 vol. in-8º.

_Usages et Mœurs des Français_, par Poullin de Lumina. Lyon, Berthaud,
1769, 1 vol. in-12.

_Le Royalisme, ou Mémoires de du Barry de Saint-Aunez et de Constance de
Cézelli, sa femme_, anecdotes héroïques sous Henri IV, par de Limairac.
Paris, Valade, 1770, 1 vol. in-8º.

_Histoire de la vie privée des Français, depuis l'origine de la nation
jusqu'à nos jours_, par Legrand d'Aussy. Paris, Pierres, 1782, 3 vol.
in-8º, reliés en maroquin rouge, armes sur le dos.

_Lettres du baron de Busbec_, ambassadeur de Ferdinand 1er, roi des
Romains, auprès de Soliman II, empereur des Turcs, etc., traduites en
français, avec des notes historiques et géographiques, par l'abbé Defoy.
Paris, Bauche, 1748, 3 vol. in-12.

_Histoire abrégée de la vie d'Éléonore-Marie, archiduchesse d'Autriche_,
etc., par N. Frizon. Nancy, Cusson, 1725, 1 vol. in-8º.

_Les Fastes du royaume de Pologne et de l'empire de Russie_, par
Constant Dorville. Paris, Costard, 1769, 2 vol. in-8º.

_Histoire de l'Afrique et de l'Espagne sous la domination des Arabes_,
par Cardonne. Paris, Saillant, 1765, 3 vol. in-12.

_Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce
des Européens dans les deux Indes_, par Guillaume-Thomas Raynal.
Neufchâtel, Libraires associés, 1783, 10 vol. in-8º, reliés en maroquin
vert, armes sur le dos.

_Monuments de la mythologie et de la poésie des Celtes, et
particulièrement des anciens Scandinaves_, pour servir de supplément et
de preuves à l'introduction à l'histoire du Danemark, par Mallet.
Copenhague, Philibert, 1756, 1 vol. in-4º.

_Histoire de l'Académie française_, par Pellisson et d'Olivet, troisième
édition. Paris, Coignard, 1743, 2 vol. in-12.

_Tablettes dramatiques_, contenant l'abrégé de l'histoire du théâtre
français, l'établissement des théâtres à Paris, un dictionnaire des
pièces et l'abrégé de l'histoire des auteurs et des acteurs, par le
chevalier de Mouy. Paris, Jarry, 1752, 1 vol. petit in-8º.

_Histoire et commerce des Antilles anglaises_, par Butel-Dumont, 1 vol.
in-12.

_Correspondance secrète, politique et littéraire, ou Mémoires pour
servir à l'Histoire des cours, des sociétés et de la littérature en
France, depuis la mort de Louis XV_, 1789, 1790, par Métra et autres, 14
vol. in-12, reliés en veau vert, les armes sur le dos. On est d'autant
plus étonné de trouver cet ouvvage parmi les livres de madame du Barry,
qu'elle y est fort maltraitée.

_Dictionnaire de littérature_, par l'abbé Sabatier de Castres. Paris,
Vincent, 1770, 3 vol. in-8º.

_Recueil d'anecdotes_, par madame de Laisse. Amsterdam, 1773, 1 vol.
in-12.

_Principes du droit politique_, par Burlamaqui. Amsterdam, Châtelain,
1751, deux tomes en 1 vol. petit in-8º.

_Le Droit public de France éclairci par les monuments de l'antiquité_,
par Bousquet. Paris, Desaint et Saillant, 1756, 1 vol. in-4º.

_De l'autorité du clergé et du pouvoir du magistrat politique sur
l'exercice des fonctions du ministère ecclésiastique_, par Richer.
Amsterdam, Arkstée, 1767, 2 vol. in-12.

_Constitution de l'Angleterre, ou État du gouvernement anglais_, comparé
avec la forme républicaine et avec les autres monarchies de l'Europe,
par Delolme. Genève, Barde, 1787, 2 vol. in-8º, reliés en veau marbré
vert, avec armes sur le dos.

L'_Alcoran de Mahomet_, traduit de l'arabe par André du Ryer, sieur de
la Garde Malézair, nouvelle édition, revue, corrigée et augmentée des
observations historiques et critiques sur le mahométisme, ou traduction
du discours préliminaire mis à la tête de la version anglaise de
l'Alcoran, publiée par Georges Sale. Amsterdam, Arkstée, 1770, 2 vol.
in-12.

_Réflexions, sentences et maximes morales_, mises en nouvel ordre, avec
des notes pratiques et historiques, par Amelot de la Houssaye, nouvelle
édition, augmentée de maximes chrétiennes. Paris, Ganeau, 1754, 1 vol.
in-12.

_Émile, ou de l'Éducation_, par J. J. Rousseau. Amsterdam, Néaulme,
1762, 4 vol. in-12.

_Réflexions politiques sur les finances et le commerce_, par Dutot. La
Haye, Vaillant, 1754, 2 vol. in-12.

_Essai politique sur le commerce_, par Melon, nouvelle édition, 1761, 1
vol. in-12.

_Annales politiques_ de feu M. Charles-Irénée Castel, abbé de
Saint-Pierre, nouvelle édition. Lyon, Duplais, 1767, 2 vol. in-12.

_Essai philosophique_, concernant l'entendement humain, par Locke,
traduit de l'anglais par Coste. Amsterdam, aux dépens de la Compagnie,
1758, 4 vol. in-12.

_De la recherche de la vérité_, par Mallebranche. Paris. 1762, 4 vol. in
12.

_Histoire du ciel_ considéré selon les idées des poëtes, des philosophes
et de Moïse, par Noël Planche. Paris, Estienne, 1739, 2 vol. in-12.

_Considérations sur la constitution de la marine militaire de France_,
par de Secondat. Londres, 1756, 1 vol. in-12.

_Rouge végétal à l'usage des dames_, avec une lettre à M***, sur les
maladies des yeux causées par l'usage du rouge et du blanc, par le
docteur Deshais-Gendron. Paris, 1760, 1 vol. in-12.

       *       *       *       *       *


Nº 6.--_Liste des dossiers, concernant madame du Barry, déposés à la
bibliothèque publique de la ville de Versailles:_

1º Dossier renfermant toutes les pièces regardant particulièrement
madame _du Barry_.

2º Procès entre les héritiers _du Barry_, dans lequel est établie la
preuve que madame _du Barry_ est fille naturelle d'_Anne Bécu_.

3º Autre dossier, dans lequel on trouve une foule de renseignements sur
tout ce qui regarde madame _du Barry_.

4º Dossier concernant le vol des diamants de madame _du Barry_, et les
dépôts d'argent faits par elle en Angleterre.

5º Dossier _Cossé-Brissac_.

6º Dossier de _Rançon de Montrabe_, beau-père de madame _du Barry_.

7º Dossier contenant les états des dettes, oppositions et significations
existant au trésor public, sur la comtesse _du Barry_.

8º Procès des héritiers de madame _du Barry_.--Mémoires imprimés.

9º, 10º, 11º, 12º. Dossiers des divers procès intentés par les héritiers
de madame _du Barry_, contre MM. _Rohan-Chabot_, _de Chabrillan_, _de
Mondragon_.

13º Dossier concernant le comte _Guillaume du Barry_, mari de la
comtesse.--Son second mariage avec _Madeleine Lemoine_.--Sa mort.

14º et 15º Papiers concernant les parents de madame _du Barry_.


FIN.



TABLE DES MATIÈRES.


INTRODUCTION                                                     I

   I.--Le château de Versailles sous Louis XIII et la
         journée des Dupes (1627-1630)                           1

  II.--La naissance du duc de Bourgogne (1682)                  30

 III.--Récit de la grande opération faite au roi
         Louis XIV (1686)                                       57

  IV.--Mort de Louvois (1691)                                   74

   V.--L'appartement de madame de Maintenon
         (1686-1715)                                            85

  VI.--L'ancienne machine de Marly ou de Ville et
         Rennequin                                             115

         Pièces justificatives                                 138

 VII.--Détails inédits sur la mort de Louis XIV (1715)         200

VIII.--Relevé des dépenses de madame de Pompadour              209

  IX.--Le Parc aux cerfs sous Louis XV (1755-1771)             229

   X.--Madame du Barry (1768-1793)                             243

       Notes                                                   249


NOTES:

[1] _Curiosités historiques_, p. 86.

[2] Les Almanachs de Versailles avant 1789.--Le Cicerone de Versailles
(avril 1804, etc.)

[3] Mémoires de Saint-Simon.

[4] Mémoires de Saint-Simon.

[5] Jusqu'en 1836, dit cet auteur, époque de la publication du livre de
M. Eckard, on avait cru et répété que Jean de Soisy était le seigneur de
Versailles. En 1833, lorsque nous écrivîmes pour la première fois cet
ouvrage, nous avancions sous la forme du doute, que Jean de Soisy
n'avait dû vendre que le _Pavillon royal_, puisque le château
appartenait aux Gondi. Toutefois, les dates nous embarrassaient. Grâce à
M. Eckard, la lumière a été jetée sur l'ordre des acquisitions, et nous
n'y ajouterons que ce que nous croirons indispensable de faire
connaître.

[6] _Mémoires du maréchal de Bassompierre_, contenant l'histoire de sa
vie et de ce qui s'est fait de plus remarquable à la cour de France
pendant quelques années. Cologne, 1665, t. III, p. 53.

[7] Le palais des Tuileries. L'assemblée se tenait dans la grande salle
de ce palais.

[8] En 1631, pendant qu'il était enfermé à la Bastille.

[9] _Architecture française_, par Blondel, t. IV, p. 93.

[10] _Histoire du roi Louis XIII_, par Ch. Bernard, 1646, I. XII, p.
223.

[11] Anecdotes du ministère du cardinal de Richelieu.

[12] Ch. Bernard (_Histoire de Louis XIII_) dit que ce qui sauva le roi
fut l'ouverture d'un abcès qu'il avait intérieurement, ce qui le mit
aussitôt hors de fièvre.

[13] _Histoire de Louis XIII_, liv. XIV, p. 226.

[14] Voici ce que dit à ce sujet Bassompierre: «Le lundi 11, jour de la
Saint-Martin, je vins de bonne heure chez le roi, qui me dit qu'il s'en
retournoit à Versailles; je ne sçay point quel dessein j'en avois fait
d'aller dîner chez M. le cardinal, que je n'avois pû voir chez luy
depuis son arrivée, et m'en alloyt vers midi en son logis. On me dit
qu'il n'y estoit pas, et qu'il partoit ce jour-là pour aller à Pontoise.
Encore jusques-là je ne pensoy à rien, ni moins encore, quand étant
entré au Luxembourg, M. le cardinal y arrivant, je le conduisis jusques
à la porte de la reine, et qu'il me dit: Vous ne ferez plus de cas d'un
défavorisé comme moy. Je m'imaginai qu'il vouloit parler du mauvais
visage qu'il avoit reçu de Monsieur. Sur cela, je voulus attendre pour
aller dîner avec lui; mais M. de Longueville me débaucha pour aller
dîner chez M. de Créqui avec Monsieur, comme il m'en avoit prié.»
(_Mémoires du maréchal de Bassompierre_, t. III, p. 273.)

[15] Comme grand-maître de la maison du roi.

[16] L'ordonnance royale par laquelle Louis XIII ôte les sceaux à
Marillac pour les donner à Charles de Laubespin, sieur de Chasteau-Neuf,
est datée de Versailles, au mois de novembre 1630, et l'on y voit que
Chasteau-Neuf y prêta serment entre les mains du roi, le 14 du même
mois.

[17] Cette année 1630, Louis XIII retira au seigneur de Glatigny les
droits d'aides de Versailles, qui avaient été aliénés en 1619, et les
fit recevoir par le concierge de son château. (Rapport de M. Coste,
1790.)

Le concierge du château et le jardinier avaient chacun six cents livres
de gages. (Manuscrits de Narbonne, premier commissaire de Versailles.)

[18] Voir _Histoire amoureuse des Gaules_, par Bussi Rabutin.

[19] Son mari était chirurgien à Paris.

[20] Le premier médecin du roi.

[21] Premier chirurgien de la Dauphine.

[22] C'est ce qui a fait dire à plusieurs historiens, et entre autres à
M. Vatout, dans son livre du _Palais de Versailles_, que la Dauphine
était accouchée à la surintendance. La surintendance était complétement
séparée du château, et l'on a évidemment confondu le pavillon de la
surintendante avec ce bâtiment. Sous Louis XVI ce pavillon portait le
nom de _Pavillon de Monsieur_.

[23] Il était composé de deux matelas, sans lit de plumes, placés sur un
lit de repos, large de trois pieds. Une planche était placée entre les
deux matelas, afin que le siége ne fût pas dans un creux. On étendait
dessus deux draps et une couverture. Un double traversin était placé
sous les épaules et la tête. Enfin il était complété par deux chevilles
d'un pied de long, placées l'une à droite et l'autre à gauche, que la
princesse devait saisir pendant les douleurs, et par une barre au pied,
pour servir d'appui à ses pieds pendant le travail.

[24] Qu'on a traduit plus tard en _palettes_.

[25] Ce rossolis était composé de graines aromatiques macérées dans
l'alcool.

[26] L'usage de la plupart des accoucheurs de cette époque, ainsi que
l'enseigne _Mauriceau_ dans son _Traité des accouchements_, était de
délivrer la femme aussitôt la sortie de l'enfant, et de ne couper le
cordon que lorsque l'arrière-faix tout entier était dehors. Clément
était d'un avis tout opposé. Il voulait que l'on commençât par la
ligature du cordon. Il donnait pour raison qu'on ne peut trop tôt ôter
l'enfant d'auprès de sa mère, et l'en débarrasser pour le mettre entre
les mains de celles qui doivent l'accommoder. Il ajoutait que plus on
différait à lier le cordon, plus la circulation de l'enfant avec le
placenta se continuait, et plus par conséquent le placenta se détachait
difficilement de l'utérus; et de plus, qu'en laissant crier l'enfant
près de sa mère, on lui faisait de la peine, et que cet éveil à la
tendresse maternelle pouvait être encore une cause de retard à la sortie
du délivre.

Il lia donc le cordon, le coupa, et remit l'enfant entre les mains des
femmes qui devaient l'arranger. On l'enveloppa dans un linge et on le
porta dans un cabinet voisin, et près du feu. On le lava avec une éponge
trempée dans du vin légèrement chauffé, dans lequel on avait fait fondre
une certaine quantité de beurre. Clément vint lui mettre le cordon dans
un linge huilé, plaça la bande de corps, et l'on emmaillotta l'enfant.
Il s'occupa ensuite de délivrer la princesse. L'arrière-faix, à sa
sortie, fut placé sur un plat d'argent et présenté à l'examen des
médecins pour s'assurer de son intégrité.

[27] Les curés de paroisses royales avaient le droit non-seulement
d'assister en étole aux baptêmes, mariages et autres sacrements qui
s'administraient à la cour, mais encore de faire mention de leur
présence dans les actes les constatant. Voici comment cet usage s'était
introduit.

Le cardinal de Richelieu connaissait le grand nombre de ses ennemis et
la faiblesse de Louis XIII. Craignant qu'après sa mort sa famille ne fût
inquiétée, il chercha pour elle un appui dans la puissante maison de
Condé, et fit épouser à sa nièce, Claire-Clémence de Maillé-Brézé, Louis
de Bourbon, duc d'Enghien, si connu sous le nom de grand Condé!

Ce mariage se fit le 11 février 1645, dans la chapelle du Louvre, et le
frère de Richelieu, le cardinal de Lyon, leur donna la bénédiction
nuptiale. Le prince de Condé, père de Louis, et Louis lui-même, ayant
montré de la répugnance pour cette alliance, le cardinal ne parvint à la
conclure qu'à l'aide des grands avantages qu'il assura à sa nièce; et
comme il craignait que plus tard on ne cherchât quelques prétextes pour
la rompre, il voulut que le curé de Saint-Germain l'Auxerrois fût
présent à la célébration avec son étole, et qu'il apportât ses registres
afin d'y faire inscrire l'acte. Telle est l'origine de l'usage où
étaient les curés des résidences royales d'assister en étole à tous les
sacrements s'administrant à la cour. Cet usage s'est renouvelé de nos
jours, car on a vu, il y a quelques années, le curé de l'église de
Notre-Dame de Versailles, depuis évêque de Dijon, venir au château de
Trianon et y assister en étole à la cérémonie du mariage de la princesse
Marie, fille du roi Louis-Philippe, avec le prince de Wurtemberg.

[28] Après que les femmes de la Dauphine eurent procédé à sa toilette,
elle fut placée dans son lit, préalablement chauffé. Comme l'enfant
était resté assez longtemps au passage, les parties externes de la
génération étaient contusionnées et douloureuses; Clément y fit
appliquer un cataplasme ainsi fait: On prit deux onces d'huile d'amandes
douces et deux œufs dont on mit le blanc et le jaune, qu'on fit cuire
dans un petit vase, comme des œufs brouillés; on les étendit ensuite
sur de l'étoupe, et on les appliqua médiocrement chauds sur la partie.

Comme le ventre était un peu sensible, Clément se servit, pour prévenir
l'inflammation de cette partie, d'un singulier moyen, auquel il renonça
cependant pour les autres accouchements de la Dauphine, quoiqu'ils aient
été aussi laborieux*. Il fit appliquer la peau encore chaude d'un mouton
noir nouvellement écorché. Pour cela on avait fait venir un boucher qui
écorcha le mouton dans une pièce voisine. Le boucher, voulant ne pas
laisser refroidir la peau, s'empressa d'entrer dans la chambre de la
princesse, en ayant pris cette peau ployée dans son tablier, et laissa
la porte ouverte; de sorte que le mouton écorché et tout sanglant le
suivit et entra jusqu'auprès du lit, ce qui fit une peur effroyable à
toutes les dames présentes à ce spectacle. Les seins furent ensuite
recouverts de deux petits matelas de laine. Ces soins terminés, la
Dauphine prit une potion qu'on était dans l'usage d'administrer pour
éviter aux femmes les tranchées, consistant dans un mélange d'huile
d'amandes douces, de sirop de capillaire et de jus d'orange.

A la couche de la Dauphine, Clément se conforma encore à un usage
observé chez les reines, mais qu'il supprima plus tard, c'était
d'empêcher la femme de dormir aussitôt après l'accouchement. Dionis
resta trois heures auprès du lit de la Dauphine, ainsi qu'il avait fait
à la reine, pour causer avec elle et l'empêcher de se livrer au sommeil.

Après que tout le monde se fut retiré de la chambre de la Dauphine, on
ferma tous les volets des fenêtres, et une seule bougie éclaira sa
chambre jour et nuit pendant les neuf premiers jours. Excepté
l'accoucheur, les médecins et les femmes nécessaires au service,
personne ne s'approcha non plus de la Dauphine pendant tout ce temps.
Les trois premiers jours, sa nourriture se composa de bouillons, d'œufs
frais et de gelée; et sa boisson de tisane d'orge, de chiendent et de
réglisse chaude. Lorsque la fièvre de lait fut passée, on donna des
potages et du poulet, et elle but un peu de vin trempé.

Une précaution regardée comme très-importante était de ne laisser entrer
dans la chambre de l'accouchée aucune personne ayant sur elle quelque
odeur. Aussi un huissier était-il placé à la porte de l'appartement de
la princesse, avec ordre de sentir toutes les dames, et de renvoyer
celles ayant quelque parfum ou quelque fleur, non-seulement pendant les
neuf premiers jours, mais même pendant les six semaines qui suivirent
l'accouchement.

* Dionis.

[29] Dans son livre du _Palais de Versailles_, M. Vatout dit qu'après la
naissance du duc de Bourgogne, Louis XIV s'étant montré en public, le
peuple le porta depuis la surintendance, où la Dauphine était accouchée,
jusqu'à ses appartements. On voit, par ce récit, que cette scène
d'effusion entre Louis XIV et ses courtisans eut lieu dans l'intérieur
du palais, et que _le peuple_ n'y prit aucune part. L'erreur de M.
Vatout vient, on l'a déjà fait remarquer, de ce qu'il a confondu la
surintendance avec le pavillon de la surintendante.

[30] Il y avait alors la grande cour, appelée aussi première cour,
fermée par la grille que l'on voit encore aujourd'hui; la deuxième cour,
ou cour royale, séparée de la première par une grille aujourd'hui
détruite, et la troisième cour, ou cour de marbre.

[31] L'Étape était une espèce de halle aux vins, dans laquelle les
marchands de vins en gros de la ville déposaient leurs pièces pour les
vendre aux habitants. Elle était située derrière l'ancienne geôle.

[32] La pompe, située rue des Réservoirs, sur l'emplacement du
restaurant Duboux, était un instrument hydraulique servant à élever
l'eau de l'étang de Clagny dans les réservoirs du château, pour de là
les distribuer dans les bassins du parc. Plus tard, madame de Pompadour
fit bâtir son hôtel sur le même emplacement.

[33] Tous les ornements de plomb de la toiture du château et des ailes
des ministres étaient dorés.

[34] Sauf les grands seigneurs, les habitants de Versailles étaient
alors composés de paysans, d'ouvriers, et de gens de bas étage, attirés
par les travaux que faisait faire le roi, et par les privilèges qu'il
accorda aux premiers propriétaires de la ville. Les marguilliers de la
paroisse, se considérant comme les représentants des bourgeois de la
ville, ne voulurent pas laisser passer une occasion si favorable de se
distinguer, ce qui amena une scène assez plaisante.

Ils allèrent trouver Bontemps, premier valet de chambre du roi et alors
gouverneur de Versailles; ils lui représentèrent que, dans une
circonstance aussi solennelle, ils ne pouvaient se dispenser de porter
au roi les félicitations des habitants de Versailles, et le prièrent de
les présenter à Louis XIV. Bontemps en parla au roi, qui voulut bien les
recevoir et leur assigna une heure le lendemain.

A l'heure indiquée, Bontemps, comme gouverneur de Versailles, avait cru
devoir se mettre à la tête de la députation. Il les introduisit dans le
salon où se trouvait le roi; mais, à peine y furent-ils entrés, que,
sans donner à Bontemps le temps de prononcer la formule d'usage: «Sire,
voici les bourgeois de Versailles que je présente à Votre Majesté», l'un
des marguilliers, nommé Colette, épicier de profession, chargé de faire
le compliment, enthousiasmé sans doute par la présence du roi, se mit à
chanter à pleine gorge: _Domine salvum fac regem_, auquel les
marguilliers, électrisés à leur tour par la voix de lutrin de leur
orateur, répondirent: _Et exaudi nos in die, qua invocaverimus
te_.--Louis XIV ne s'attendait pas à un pareil discours. Il ne put
conserver sa gravité et se mit à rire, ainsi que tous les seigneurs qui
l'entouraient. Mais Bontemps, peu flatté du rôle que venaient de lui
faire jouer les marguilliers, leur fit de vifs reproches et les poussa
hors du salon, d'où ils se retirèrent un peu confus de leur réception.

[35] Louis XIV aimait le faste et la représentation. Lorsqu'il résolut
de venir habiter Versailles, l'un de ses premiers soins fut d'ordonner
la construction d'un escalier qui annonçât dignement la magnificence des
appartements de ce palais. Levau et Dorbay furent chargés de sa
construction, et Lebrun de sa décoration. Ce bel escalier passait alors
pour un chef-d'œuvre. Il fut détruit sous Louis XV, lorsque l'on fit de
nouvelles distributions. Il était situé tout à fait en face de
l'escalier de marbre ou _de la Reine_, existant encore de l'autre côté
de la cour royale. Il était vraiment digne, si l'on en croit sa
description et les planches de Baudet, représentant les peintures du
plafond, des grands artistes auxquels Louis XIV en avait confié
l'exécution. Cet escalier portait aussi le nom _d'escalier des
Ambassadeurs_, parce que c'était par là que les ambassadeurs entraient
dans les appartements, du roi, lors des grandes réceptions.

[36] Dionis.

[37] Dans le bâtiment en face de la bibliothèque de la ville de
Versailles.

[38] Dionis.

[39] Dangeau.

[40] Cet hôtel, situé rue de la Bibliothèque, nº 6, fut construit en
1670. C'est l'une des plus anciennes maisons de Versailles. Devenu trop
petit pour la surintendance, on en construisit un plus vaste dans la
même rue, nº 9, aujourd'hui le petit séminaire. L'ancien hôtel resta
l'habitation des surintendants.

[41] _Journal de Dangeau_, publié par MM. Soulié, Dussieux, de
Chennevières et de Montaiglon.

[42] Paris, 1710.

[43] Dionis, ouvr. cité.

[44] L'aile du midi, construite en 1679, s'appelait l'_ancienne aile_,
et celle du nord, élevée en 1685, l'_aile neuve_.

[45] Il est évident, par l'explication qu'il donne ailleurs du lieu où
se trouvait l'appartement de madame de Maintenon, que Saint-Simon entend
par _grand escalier_ l'escalier de marbre ou de la Reine, le seul par où
l'on entrât directement dans les petits appartements du roi.

[46] Détruit sous Louis XV.

[47] Suivre pour toute cette description le plan de Blondel dans son
livre de l'_Architecture française_, tome IV.

[48] On le nommait aussi _cabinet des Perruques_, parce que c'était dans
ce cabinet que l'on déposait les différentes perruques de Louis XIV.

[49] La comédie était située au fond de la cour des Princes, dans le
vestibule servant aujourd'hui de passage de cette cour dans les jardins.
Elle n'a cessé d'exister que sous le premier Empire.

[50] L'escalier des Princes.

[51] En effet, on va voir tout à l'heure que l'antichambre de
l'appartement de jour du duc de Bourgogne (salle des Gouaches), donnait
sur la salle des Cent-Suisses (salle de 1792), et qu'on pouvait de cette
antichambre passer dans l'appartement de madame de Maintenon.

[52] Saint-Simon appelle tantôt grand degré, tantôt grand escalier,
l'escalier de marbre; c'est ce qui a mis dans l'erreur M. Vatout, et lui
a fait supposer que Saint-Simon voulait parler de l'escalier des
ambassadeurs. Dans ce récit il n'y a aucun doute sur celui auquel il
donne le nom de grand degré.

[53] L'on voit que Saint-Simon place cette porte dans l'endroit déjà
indiqué par Félibien.

[54] Nous avons déjà vu, dans la description de Félibien, que cette
salle des gardes, qu'il ne faut pas confondre avec la grande salle des
gardes, que le duc de Bourgogne venait de traverser pour entrer chez
madame de Maintenon, avait son entrée sur le vestibule, au haut de
l'escalier et en face de l'appartement de madame de Maintenon.

[55] Voir le plan de Blondel. Ces deux antichambres ont été détruites et
ne forment aujourd'hui qu'une seule pièce, la salle de 1795.

[56] Cette chambre forme la salle de 1794.

[57] Pour pouvoir faire de cette chambre une salle de tableaux, on a
détruit la cheminée, qui, d'après Blondel, se trouvait au fond, dans la
face orientale.

[58] Cet enfoncement est très-bien indiqué dans le plan de Blondel. La
croisée qui s'y trouvait alors était condamnée. On l'a ouverte depuis
pour donner plus de jour à cette salle.

[59] Ces marches, indiquées dans le plan de Blondel, ont été supprimées
depuis qu'on a baissé le sol du grand cabinet auquel elles servaient à
monter. Aujourd'hui c'est un passage étroit qui sert à aller de la salle
de 1794 dans celle de 1793.

[60] Le grand cabinet (aujourd'hui salle de 1793) était en effet de
plain-pied avec l'appartement de jour du duc de Bourgogne (salle des
Gouaches), et l'on entrait dans l'antichambre de cet appartement, noté
sur le plan de Blondel comme celui du cardinal de Fleury, par une porte
(aujourd'hui cachée par un tableau) qui se trouvait en face de celle de
la chambre de madame de Maintenon, et qui ouvrait sur le petit palier
d'un escalier communiquant à la salle de comédie.

[61] Cette antichambre, où se trouvent aujourd'hui les costumes des
divers régiments, descend encore dans la salle dont parle Saint-Simon
(salle de 1792), par plusieurs marches, le sol de l'ancien appartement
de jour du duc de Bourgogne étant resté plus élevé.

[62] Par l'escalier déjà indiqué.

[63] Cette garde-robe existe encore, mais on y a construit un
calorifère.

[64] Dans un autre endroit de ses _Mémoires_, Saint-Simon dit:--Chez
elle, avec le roi, ils étaient chacun dans leur fauteuil, une table
devant chacun d'eux, aux deux coins de la cheminée, elle du côté du lit,
le roi le dos à la muraille, du côté de la porte de l'antichambre, et
deux tabourets devant sa table, un pour le ministre qui venait
travailler, l'autre pour son sac. Les jours de travail, ils n'étaient
seuls ensemble que fort peu de temps avant que le ministre entrât, et
moins encore fort souvent après qu'il était sorti. Le roi passait à une
_chaise percée_, revenait au lit de madame de Maintenon, où il se tenait
debout fort peu, lui donnait le bonsoir, et s'en allait se mettre à
table.

[65] Par le petit escalier qui se trouve entre le grand cabinet de
madame de Maintenon et l'antichambre de M. le duc de Bourgogne.

[66] _Mémoires de Saint-Simon_, tome XII, page 132. Édition Delloye.

[67] Voir _Histoire de la maison royale de Saint-Cyr_, par M. Théophile
Lavallée, le même fait raconté d'une manière bien différente.

[68] Voir le livre des _Eaux de Versailles_, par J. A. Le Roi.

[69] De Ville, qui était fils d'un bourgmestre de Ville, passa la plus
grande partie de sa jeunesse au château de Modave.

[70] Voir note nº 11, _Pièces justificatives_.

[71] De Prony, art. Rennequin, _Biographie universelle_.

[72] Voir le tableau des pentes de la Seine fait à cette époque, note nº
6.

[73] Voir le plan de la machine, par P. Giffart, note nº 2.

[74] Voir le détail des dépenses de la machine, registre des bâtiments
du roi, note nº 1.

[75] Voir le procès-verbal de l'arpenteur Caron, note nº 5.

[76] Cette maison est occupée aujourd'hui par le directeur.

[77] Voir la note nº 10, _Pièces justificatives_.

[78] Voir détail des dépenses, note nº 1.

[79] Voir l'_Architecture hydraulique_ de Bélidor, et les _Eaux de
Versailles_, par J. A. Le Roi.

[80] Nous nous servons ici de la description donnée par M. de Prony et
par Bélidor.

[81] Cette tour en charpente fut plus tard portée à l'Observatoire de
Paris, et servit à placer les premiers télescopes. Voir l'_Histoire de
l'Académie des sciences_, année 1690.

[82] Voir Piganiol de la Force, _Description de la machine_, note nº 8.

[83] _Instruction pour l'établissement d'une estacade_, par Vauban.
Archives de la machine, note nº 4.

[84] Elle est aujourd'hui chez le directeur de la machine.

[85] Le _Siècle des beaux-arts_, par Ossude, et des _Eaux de
Versailles_, par J. A. Le Roi.

[86] _Mélanges littéraires et scientifiques_, par l'abbé Caron.

[87] _Quelques mots sur le lieu de naissance et l'époque du décès de
Renkin Sualem._

[88] Weidler.

[89] Voir le procès-verbal du sieur Caron, du 15 février 1683, note nº
5.

[90] Voir le procès-verbal du 12 janvier 1682, du même, note nº 5.

[91] Registre des bâtiments du roi, année 1681, note nº 1.

[92] Procès-verbal du 15 février 1683, note nº 5.

[93] Voir le plan de la machine.--Arch. de la machine, note nº 2.

[94] Cette maison est celle où madame du Barry fit bâtir son pavillon de
Louveciennes.

[95] Registre des dépenses des bâtiments du roi, note nº 1.

[96] Dépenses des bâtiments du roi, note nº 1.

[97] Voir l'acte de décès de Rennequin, note nº 13.

[98] Voir note 12.

[99] Voir note 7.

[100] Note de M. Bormans. V. note 11.

[101] «S'il avait employé à embellir Paris, à finir le Louvre, les
sommes immenses que coûtèrent les aqueducs et les travaux de Maintenon
pour conduire des eaux à Versailles, travaux interrompus et devenus
inutiles; s'il avait dépensé à Paris la cinquième partie de ce qu'il en
a coûté pour forcer la nature à Versailles, Paris serait, dans toute son
étendue, aussi beau qu'il l'est du côté des Tuileries et du pont Royal,
et serait devenu la plus magnifique ville de l'univers.» (Voltaire,
_Siècle de Louis XIV_, t. II, p. 272.)

[102] Songez bien que c'est à Dieu à qui vous devez tout ce que vous
estes. Cette faute de français, qui peut paraître aujourd'hui assez
extraordinaire dans la bouche de Louis XIV, nous semble, au contraire,
établir la vérité de la version que nous donnons. C'était, à cette
époque, une locution presque généralement en usage, et nous voyons
Boileau lui-même y céder dans ce vers célèbre:

    C'est à vous, mon esprit, à qui je veux parler.

C'est là, à notre avis, une preuve presque certaine que ces paroles,
telles qu'elles sont rapportées ici, ont été en quelque sorte
sténographiées par celui qui était chargé de les recueillir.

[103] Dangeau, qui ne quittait presque jamais Louis XIV, donne dans son
journal une version à peu près semblable à celle-ci, dans laquelle on
trouve aussi cette phrase: «_Je vous donne le père Letellier pour
confesseur._»

[104] Le catalogue de la bibliothèque de madame de Pompadour, recherché
encore aujourd'hui des bibliographes, contient 3,535 articles de livres,
235 de musique, 36 d'estampes. Il est terminé par une table des auteurs
et orné de son portrait. La marquise n'avait pas en tout dix volumes
latins, y compris un _Épinicion_, en l'honneur de milord Pot-au-feu, et
l'Horace gravé en 1733, exemplaire auquel était jointe une explication
française manuscrite des figures. Les grands auteurs grecs et latins
n'existaient qu'en traductions dans cette bibliothèque; qui, à la
réserve tout au plus de dix articles, se composait de livres français et
italiens. Il paraît, au reste, qu'on avait distrait quelques articles,
car on n'y a pas trouvé l'exemplaire de l'_Abrégé_ chronologique du
président Hénault, donné par l'auteur à Voltaire, puis offert par
celui-ci à madame de Pompadour. Il avait écrit sur la première page
quelques vers, dont les premiers seulement ont été conservés:

    Le voici ce livre vanté;
    Les Grâces daignèrent l'écrire
    Sous les yeux de la Vérité:
    Et c'est aux Grâces de le lire.


[105] Collin était le factotum de madame de Pompadour.

[106] Madame Duhausset donne toujours à madame de Pompadour le nom de
_Madame_.

[107] Louis XV avait eu déjà, avant 1755, quelques rendez-vous galants,
soit dans cette maison louée probablement avant d'en faire
l'acquisition, soit dans quelque autre de ce quartier, car on lit dans
le journal de l'avocat Barbier, à la date du mois de mars 1753, _que le
bruit courait dans Paris qu'une jeune fille de seize ans avait été logée
au Parc aux_* _Cerfs pour l'amusement du roi_; et dans une note des
_Mémoires de madame Duhausset: Quelquefois on a changé de maison et de
quartier, mais sans renoncer à l'ancienne maison._

[108] Cela est confirmé par une note qu'on trouve dans les _Mémoires de
madame Duhausset_:

«Un commissaire de la marine, nommé Mercier, qui avait eu part à
l'éducation de l'abbé de Bourbon, avait plus de connaissance qu'aucun
autre sur cet établissement; et voici ce qu'il a dit à un de ses amis:
«_La maison était de très-peu d'apparence_; il n'y avait en général
qu'une seule jeune personne; la femme d'un commis du bureau de la guerre
lui tenait compagnie, jouait avec elle, ou travaillait en tapisserie.
Cette dame disait que c'était sa nièce; elle la menait, pendant les
voyages du roi, à la campagne.» Et plus loin, madame Duhausset dit
encore: «Il n'y en avait au reste que deux en général, et très-souvent
une seule. Lorsqu'elles se mariaient, on leur donnait des bijoux et une
centaine de mille francs. _Quelquefois le Parc aux Cerfs était vacant
cinq et six mois de suite._»

[109] Ou trouve ce qui suit dans un écrit récent intitulé _le Château de
Luciennes_, de M. Léon Gozlan: «Le Parc aux Cerfs, qui est encore mal
connu, était un endroit solitaire, silencieux, _lugubre comme un
abattoir_. C'est là que le roi, sans suite et à l'entrée de la nuit,
allait commettre ses plaisirs. Il en avait tellement pris l'habitude
qu'il avait fini par se croire quitte envers Dieu et les hommes en
dotant les jeunes filles flétries dans cet antre.--Le Parc aux Cerfs
coûtait près de cent soixante-dix mille francs par mois, _ce qui fait
pour trente années d'existence plus de cent cinquante millions_.» Où
l'auteur a-t-il puisé ces renseignements?

[110] La bibliothèque de la ville de Versailles possède aujourd'hui la
plus grande partie des papiers concernant madame du Barry, formant
quinze dossiers. Ces papiers donnent les renseignements les plus
détaillés sur sa famille, sa fortune, sa liaison avec de grands
personnages, les procès de ses héritiers, etc.

[111] Bibliothèque de Versailles.

[112] Bibliothèque de Versailles.

[113] Bibliothèque de Versailles.

[114] Bibliothèque de Versailles.

[115] Sous Louis XVI, ce même appartement fut changé dans sa
disposition, et devint le petit appartement particulier de la reine
Marie-Antoinette.

[116] Archives de la préfecture de Seine-et-Oise. Cette maison porte
aujourd'hui le nº 7.

[117] Le charmant château de Bellevue.

[118] Bibliothèque de Versailles.

[119] Archives de la préfecture de Seine-et-Oise.

[120] Toutes ces descriptions de meubles sont copiées textuellement sur
les mémoires des fournisseurs.

[121] Archives de Seine-et-Oise.

[122] Bibliothèque de Versailles.

[123] Archives de Seine-et-Oise.

[124] Archives de Seine-et-Oise.

[125] Madame du Barry avait aussi loué pour ses gens l'hôtel de
Luynes,--aujourd'hui rue de la Bibliothèque, nos 4 et 6.

[126] C'est aujourd'hui une caserne de cavalerie.

[127] C'est l'un des papiers remis aux héritiers en 1825.

[128] Beaujon était le banquier de la cour.

[129] Archives de la préfecture de Seine-et-Oise.

[130] Archives de Seine-et-Oise.

[131] Bibliothèque de Versailles.

[132] _Idem_, et Archives de Seine-et-Oise.

[133] Voir aux notes la lettre nº 1 de M. de Brissac à madame du Barry.

[134] Ce joli petit bijou est en ce moment en la possession du
bibliothécaire de Versailles.--Le chiffre en diamants est composé des
deux lettres _J. B._

[135] Bibliothèque de Versailles.

[136] Ce fait est raconté dans le nº 259 du _Courrier français_ (1792).

[137] Archives de la préfecture de Seine-et-Oise.

[138] Archives de Seine-et-Oise.

[139] Archives de Seine-et-Oise.

[140] Voir aux notes la lettre nº 2 de madame du Barry aux
administrateurs du district de Versailles.

[141] Après la journée du 20 mai 1795, Goujon fut traduit devant une
commission militaire, et après avoir entendu son arrêt de mort, il se
poignarda en descendant les marches de sa prison.

[142] Madame du Barry avait alors cinquante ans, mais elle était encore
fort belle, et Lavallery parut s'intéresser à elle par un sentiment plus
vif que la simple pitié.--Voir à ce sujet aux notes la lettre nº 3,
écrite par Lavallery à madame du Barry, et le récit nº 4.

[143] Celui qui lui conseilla de venir s'établir à Versailles.

[144] C'était une simple médaille très-ordinaire.

[145] Étant à Londres, madame du Barry plaça 200,000 francs qui furent
hypothéqués sur les biens de M. Rohan-Chabot.

[146] Ces 200,000 francs n'ont jamais été prêtés.

[147] Graillet avait épousé une de ses cousines.

[148] Voir aux notes, le récit nº 4.

[149] Termes de leur rapport.

[150] Archives de Seine-et-Oise.

[151] Archives de Seine-et-Oise.

[152] Archives de Seine-et-Oise.

[153] Morin fut condamné à mort quelques jours après, _comme complice
des crimes de la du Barry_.

[154] Prison de Versailles où l'on renfermait les prisonniers
politiques.

[155] Archives de Seine-et-Oise.

[156] Archives de Seine-et-Oise.

[157] Elle fut adjugée 6,000,000 de francs en assignats, à
Jean-Baptiste-Charles-Édouard Delapalme, demeurant aux Vaux-de-Cernay.
(Bibliothèque de Versailles.)

[158] Il avait épousé en deuxièmes noces Jeanne-Madeleine Lemoine.

[159] Les registres de l'état civil étant à cette époque entre les mains
du clergé, les actes de naissance et de baptême ne faisaient qu'un.

[160] Bibliothèque de Versailles.

[161] Archives de Seine-et-Oise.

[162] Une partie de ces papiers se trouve actuellement à la bibliothèque
de Versailles.

[163] Cet abbé Gomard était un pauvre hère qui dut facilement se prêter
pour de l'argent au rôle qu'on lui fit jouer dans cette affaire. On voit
dans les papiers de madame du Barry, réunis à la bibliothèque de
Versailles, qu'aussitôt installée à la cour, elle lui donna de l'argent,
le fit habiller par son tailleur, et qu'on le nomma aumônier du roi.

[164] Bibliothèque de Versailles.

[165] Voir, pour ce procès, le tome XXXII de la _Collection de_ _Sirey_
et la _Gazette des Tribunaux_ des 4 juillet, 5, 11 et 27 août 1833.

[166] Ce même Lavallery se suicida quelques jours après la mort de
madame du Barry.

[167] On a vu que ce n'est pas tout à fait ainsi que les choses se sont
passées, mais c'était la croyance de l'époque.

[168] Nous avons montré qu'elle avait cinquante ans au moment de sa
mort.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Curiosités historiques sur Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, Mme de Maintenon, Mme de Pompadour, Mme du Barry, etc." ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home