Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Booknologie: Le livre numérique (1971-2010)
Author: Lebert, Marie
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Booknologie: Le livre numérique (1971-2010)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



BOOKNOLOGIE: LE LIVRE NUMÉRIQUE (1971-2010)



MARIE LEBERT


Version actualisée en novembre 2010


Copyright © 2010 Marie Lebert. Tous droits réservés.


--- Marie Lebert, chercheuse et journaliste, s'intéresse aux
technologies pour le livre et les langues. Elle est l'auteure de «Le
livre, de l'imprimé au numérique» (NEF, Université de Toronto, 2010),
«L'internet et les langues» (NEF, 2009) et «Le Livre 010101» (NEF,
divers formats permettant leur lecture sur tout appareil électronique
(ordinateur, PDA, téléphone mobile, smartphone ou tablette de lecture).
---


De 1971 à 2010 > Booknologie, une chronologie du livre numérique

Le livre numérique a bientôt 40 ans. Le premier livre numérique est
Michael Hart pour distribuer gratuitement les oeuvres littéraires par
voie électronique. 40 ans après, les livres numériques font partie de
notre vie. Nous les lisons sur nos ordinateurs, PDA, téléphones
mobiles, smartphones ou tablettes.


juillet 1971 pour créer des versions électroniques d'oeuvres
littéraires et les diffuser dans le monde entier. Au 16e siècle,
permettrait à chacun d'avoir une bibliothèque numérique gratuite.
D'abord considéré comme complètement irréaliste, ce projet trouve un
second souffle et un rayonnement international avec l'apparition du web
partager la relecture des livres entre des milliers de volontaires. En
dizaines de milliers chaque jour et des sites web aux États-Unis, en
Australie, en Europe et au Canada, ainsi que 40 sites miroirs répartis
sur toute la planète.

1974 > Les débuts de l'internet

L'internet, embryonnaire en 1971, naît en 1974. Vinton Cerf est souvent
appelé le père de l'internet parce qu'il est l'auteur en 1974 (avec
Robert Kahn) des protocoles nécessaires au bon fonctionnement du
réseau. Sur le site de l'Internet Society (ISOC), qu'il fonde en 1992
pour promouvoir le développement de l'internet, il explique: «Le réseau
fait deux choses (...): comme les livres, il permet d'accumuler de la
connaissance. Mais, surtout, il la présente sous une forme qui la met
en relation avec d'autres informations. Alors que, dans un livre,
l'information est maintenue isolée.»

1977 > Les extensions de l'ASCII, premier système d'encodage

Publié par l'American National Standards Institute (ANSI) en 1968, avec
actualisation en 1977 et 1986, l'ASCII (American Standard Code for
Information Interchange) est le premier système d'encodage. Il s'agit
d'un code standard de 128 caractères traduits en langage binaire sur
sept bits (A est traduit par «1000001», B est traduit par «1000010»,
etc.). L'ASCII permet uniquement la lecture de l'anglais et du latin.
Des variantes de l'ASCII (norme ISO-8859 ou ISO-Latin) sur huit bits
prennent ensuite en compte les caractères accentués de quelques langues
européennes. La variante pour le français est définie par la norme ISO
8859-1 (Latin-1).

1977 > L'UNIMARC, un format bibliographique commun

Créé en 1977 par l'IFLA (International Federation of Library
Associations), le format UNIMARC est un format universel permettant le
stockage et l'échange de notices bibliographiques au moyen d'une
codification des différentes parties de la notice (auteur, titre,
éditeur, etc.) pour traitement informatique. Ce format favorise les
échanges de données entre la vingtaine de formats MARC existants, qui
correspondent chacun à une pratique nationale de catalogage (INTERMARC
en France, UKMARC au Royaume-Uni, USMARC aux États-Unis, CAN/MARC au
Canada, etc.). Les notices dans le format MARC d'origine sont d'abord
converties au format UNIMARC avant d'être converties à nouveau dans le
format MARC de destination. UNIMARC peut aussi être utilisé comme
standard pour le développement de nouveaux formats MARC.

1984 > Le copyleft adapte le copyright à l'internet

Des créateurs souhaitent respecter la vocation première de l'internet,
réseau de diffusion à l'échelon mondial. L'idée du copyleft est lancée
dès 1984 par Richard Stallman, ingénieur en informatique et défenseur
inlassable du mouvement Open Source au sein de la Free Software
Foundation (FSF). Conçu à l'origine pour les logiciels, le copyleft est
formalisé par la GPL (General Public License) et étendu par la suite à
toute oeuvre de création. Il contient la déclaration normale du
copyright affirmant le droit d'auteur. Son originalité est de donner au
lecteur le droit de librement redistribuer le document et de le
modifier. Le lecteur s'engage toutefois à ne revendiquer ni le travail
original, ni les changements apportés par d'autres. De plus, tous les
travaux dérivés de l'oeuvre originale sont eux-mêmes soumis au
copyleft.

1984 > Le Psion Organiser, vétéran des agendas électroniques

Lancé dès 1984 par la société britannique Psion, le Psion Organiser est
le premier modèle d'agenda électronique. Au fil des ans, la gamme des
appareils s'étend avec les Psion Série 3 et Série 5, et la société se
développe à l'international. En 2000, les divers modèles (Série 7,
Série 5mx, Revo, Revo Plus) sont concurrencés par le Palm Pilot et le
Pocket PC. Les ventes baissent et la société décide de diversifier ses
activités. Suite au rachat de Teklogix par Psion, Psion Teklogix est
créé en septembre 2000 pour développer des solutions mobiles sans fil à
destination des entreprises. Psion Software est créé en 2001 pour
développer les logiciels de la nouvelle génération d'appareils mobiles
utilisant la plateforme Symbian OS, par exemple ceux du smartphone
Nokia 9210, modèle précurseur commercialisé la même année.

1986 > Les dictionnaires de Franklin sur machine de poche

Basée dans le New Jersey (États-Unis), la société Franklin
commercialise dès 1986 le premier dictionnaire consultable sur une
machine de poche. Quinze ans plus tard, Franklin distribue 200 ouvrages
de référence sur des machines de poche: dictionnaires unilingues et
bilingues, encyclopédies, Bibles, manuels d'enseignement, ouvrages
médicaux et livres de loisirs.

1990 > Le World Wide Web

Le World Wide Web est conçu en 1989-90 par Tim Berners-Lee, alors
chercheur au CERN (Centre européen pour la recherche nucléaire, devenu
ensuite l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire) à
Genève, en Suisse. En 1989, Tim Berners-Lee met en réseau des documents
utilisant l'hypertexte. En 1990, il met au point le premier serveur
HTTP (HyperText Transfer Protocol) et le premier navigateur web. En
1991, le web est opérationnel et change radicalement l'utilisation de
l'internet. Des liens hypertextes permettent désormais de passer d'un
document textuel ou visuel à un autre au moyen d'un simple clic de
souris. Devenue interactive, l'information devient soudain beaucoup
plus attractive. Plus tard, cette interactivité est encore accrue avec
la possibilité de liens hypermédias permettant de lier des textes et
des images avec des graphiques, vidéos ou bandes sonores. Le World Wide
Web Consortium (W3C) est fondé en octobre 1994 pour développer les
protocoles communs du web.

Janvier 1991 > L'Unicode, un système d'encodage pour toutes les langues

Publié pour la première fois en janvier 1991, l'Unicode est  un système
d'encodage «universel» sur 16 bits spécifiant un nombre unique pour
chaque caractère. Ce nombre est lisible quels que soient la plateforme,
le logiciel et la langue utilisés. L'Unicode peut traiter 65.000
caractères uniques et prendre en compte tous les systèmes d'écriture de
la planète. L'Unicode est maintenu par l'Unicode Consortium, tout comme
ses variantes UTF-8 (UTF: Unicode Transformation Format), UTF-16 et
UTF-32, et devient une composante des spécifications du W3C (World Wide
Web Consortium), l'organisme international chargé du développement du
web. Son utilisation se généralise à partir de 1998, par exemple pour
les fichiers texte sous plateforme Windows (Windows NT, Windows 2000,
Windows XP et versions suivantes), qui étaient jusque-là en ASCII
(American Standard Code for Information Interchange), un système
d'encodage datant de 1968.

Janvier 1993 > L'Online Books Page, un répertoire de livres en accès
libre

L'Online Books Page est créée en janvier 1993 par John Mark Ockerbloom
pour répertorier les oeuvres de langue anglaise en accès libre sur le
web. A cette date, John Mark Ockerbloom est doctorant à l'Université
Carnegie Mellon (Pittsburgh, Pennsylvanie, États-Unis). En 1999, il
rejoint l'Université de Pennsylvanie pour travailler à la R&D
(recherche et développement) de la bibliothèque numérique de
l'université. A la même époque, il y transfère l'Online Books Page,
tout en gardant la même présentation, très sobre, et il poursuit son
travail d'inventaire dans le même esprit. Ce répertoire recense 12.000
livres en 1999, 20.000 livres en 2003 (dont 4.000 publiés par des
femmes), 25.000 livres en 2006, 30.000 livres en 2007 (dont 7.000
livres du Projet Gutenberg) et 35.000 livres en 2010.

Avril 1993 > ABU: la bibliothèque universelle, première bibliothèque
numérique française

Créée en avril 1993, ABU: la bibliothèque universelle (ABU signifiant:
Association des bibliophiles universels) est la première bibliothèque
numérique française à voir le jour, à l'initiative de l'association du
même nom, basée à Paris. Ses membres  bénévoles scannent ou
dactylographient eux-mêmes des oeuvres francophones du domaine public.
En janvier 2002, les collections comprennent 288 textes de 101 auteurs.
Il ne semble pas que d'autres textes aient été ajoutés depuis.

Juin 1993 > Le format PDF et l'Acrobat Reader, lancés par Adobe

Lancé en juin 1993 par la société Adobe, le premier logiciel de lecture
(gratuit) est l'Acrobat Reader, qui permet de lire des documents au
format PDF (Portable Document Format). Le format PDF permet de figer
les documents numériques dans une présentation donnée, pour conserver
les polices, les couleurs et les images du document source, quelle que
soit la plateforme utilisée pour le créer et pour le lire. Le logiciel
Adobe Acrobat (payant) permet de convertir n'importe quel document au
format PDF. Au fil des ans, le format PDF devient une norme
internationale de diffusion des documents électroniques, et l'Acrobat
Reader est disponible dans plusieurs langues et pour diverses
plateformes (Windows, Mac, Linux). Il s'enrichit aussi d'une version
PDA pour le Palm Pilot (en mai 2001) puis pour le Pocket PC (en
décembre 2001). En 2003, 10% des documents disponibles sur l'internet
seraient au format PDF.

Juillet 1993 > L'E-zine-list, une liste de zines électroniques

Abrégé de fanzine ou magazine, un zine est généralement l'oeuvre d'une
personne ou d'un petit groupe. Quant au e-zine, abrégé de zine
électronique, il est uniquement diffusé par courriel ou sur un site
web. Le plus souvent, il ne contient pas de publicité, ne vise pas un
profit commercial et n'est pas dirigé vers une audience de masse. Les
e-zines sont répertoriés dans l'E-zine-list, une liste créée en été
1993 par John Labovitz. En cinq ans, de 1993 à 1998, les quelques
dizaines d'e-zines deviennent plusieurs centaines - avec 3.045 e-zines
recensés en novembre 1998 - et la signification même d'e-zine s'élargit
pour recouvrir tout type de publication publiée par voie électronique,
même s'«il subsiste toujours un groupe original et indépendant
désormais minoritaire qui continue de publier suivant son coeur ou de
repousser les frontières de ce que nous appelons un e-zine» (John
Labovitz).

Novembre 1993 > Mosaic est le premier logiciel de navigation

Développé par le NSCA (National Center for Supercomputing Applications)
à l'Université de l'Illinois (États-Unis) et distribué gratuitement à
partir de novembre 1993, Mosaic est le premier navigateur destiné au
grand public et contribue largement au développement rapide du web.
Début 1994, une partie de l'équipe de Mosaic émigre dans la Netscape
Communications Corporation pour développer un nouveau logiciel sous le
nom de Netscape Navigator. En 1995, pour concurrencer le Netscape
Navigator, Microsoft crée l'Internet Explorer. Viennent ensuite
d'autres navigateurs, comme Opera ou Safari, le navigateur d'Apple.

Janvier 1994 > L'annuaire de l'UREC, un annuaire de sites francophones

L'UREC (Unité réseaux du Centre national de la recherche scientifique)
lance début 1994 le premier annuaire de sites web francophones, en
recensant d'abord les sites académiques avant de devenir un annuaire
plus généraliste. L'annuaire de l'UREC a pour but de se familiariser
avec le web sans se noyer dans la masse d'informations mondiale, et de
faire connaître les sites qui fleurissent en langue française sur la
toile. D'autres annuaires voient ensuite le jour, dont certains débutés
avec l'aide de l'UREC. Le nombre de sites web, y compris commerciaux,
augmente de manière exponentielle, si bien que la gestion d'un annuaire
généraliste devient difficile. En juillet 1997, considérant sa mission
comme accomplie, l'UREC arrête la mise à jour de cet annuaire
généraliste, et le remplace par un annuaire spécialisé consacré à
l'enseignement supérieur et à la recherche.

Février 1994 > Le premier site web lancé par une bibliothèque

La première bibliothèque présente sur le web est la Bibliothèque
municipale d'Helsinki (Finlande), qui inaugure son site en février
1994. Par ailleurs, des bibliothèques mettent sur pied des
«cyberespaces» à destination de leurs lecteurs. D'autres bibliothèques
font connaître les joyaux de leurs collections par le biais du web, en
créant des bibliothèques numériques. Des bibliothèques nationales
unissent leurs efforts pour créer un portail commun. Et enfin les
catalogues migrent en ligne et deviennent collectifs à l'échelle d'une
région, d'un pays ou de la planète.

Mai 1994 > La Human-Languages Page, un catalogue de ressources
linguistiques

Créée par Tyler Chambers en mai 1994, la Human-Languages Page est un
catalogue détaillé de 1.800 ressources linguistiques dans une centaine
de langues (en septembre 1998), avec plusieurs grandes rubriques:
langues et littérature, écoles et institutions, ressources
linguistiques, produits et services, organismes, emplois et stages,
dictionnaires et cours de langues. Au printemps 2001, la Human-
Languages Page fusionne avec le Languages Catalog, une section de la
WWW Virtual Library, pour devenir iLoveLanguages. iLoveLanguages offre
2.000 ressources linguistiques dans une centaine de langues en
septembre 2003, et 2.400 ressources linguistiques en septembre 2007.

1994 > Athena, une bibliothèque numérique multilingue

Fondée en 1994 par Pierre Perroud, professeur au collège Voltaire à
Genève (Suisse), Athena est une bibliothèque numérique multilingue
hébergée sur le site de l'Université de Genève. Elle propose à la fois
des séries de liens vers des oeuvres en accès libre sur le web et des
oeuvres numérisées par les soins d'Athena. En 1997, le site bilingue
français-anglais donne accès à 3.500 textes électroniques dans des
domaines aussi variés que la philosophie, les sciences, la période
classique, la littérature, l'histoire, l'économie, etc. En décembre
1998, les collections comprennent 8.000 textes. Un des objectifs
d'Athena est de mettre en ligne des textes de langue française. Une
section spécifique (Swiss Authors and Texts) regroupe les auteurs et
textes suisses. On y trouve aussi un répertoire mondial des ressources
littéraires en ligne (Athena Literature Resources). Par ailleurs,
Athena propose une table de minéralogie qui est l'oeuvre de Pierre
Perroud et qui est consultée dans le monde entier.

1994 > La NAP: des livres numériques en accès libre pour favoriser la
vente des mêmes livres imprimés

Éditeur universitaire, la National Academy Press (qui deviendra plus
tard la National Academies Press) publie environ 200 livres par an,
surtout des ouvrages scientifiques et techniques et des ouvrages
médicaux. En 1994, l'éditeur choisit de mettre en accès libre sur le
web le texte intégral de plusieurs centaines de livres, avec l'accord
de leurs auteurs, afin que les lecteurs puissent les «feuilleter» à
l'écran, comme ils l'auraient fait dans une librairie. Pour l'éditeur,
le web est un nouvel outil de marketing face aux 50.000 ouvrages
publiés chaque année aux États-Unis. Une réduction de 20% est accordée
pour toute commande faite en ligne. La présence de ces livres sur le
web entraîne aussi une augmentation des ventes par téléphone.
L'expérience est un succès. En 1998, le site de la NAP propose le texte
intégral d'un millier de titres.

1995 > La MIT Press tente la même expérience

La solution choisie par la NAP est adoptée dès 1995 par la MIT Press
(MIT: Massachusetts Institute of Technology), qui voit rapidement ses
ventes doubler pour les livres disponibles en version intégrale sur le
web. Ces initiatives sont saluées par d'autres maisons d'édition, qui
hésitent cependant à se lancer dans l'aventure, et ce pour trois
raisons: le coût excessif qu'entraîne la mise en ligne de milliers de
pages, les problèmes liés au droit d'auteur, et enfin  la peur d'une
«concurrence» entre la version numérique gratuite et la version
imprimée payante, qu'ils estiment nuisible aux ventes.

1995 > L'Internet Dictionary Project, pour des dictionnaires
coopératifs en ligne

Parallèlement à la Human-Languages Page, qu'il a créée en mai 1994,
Tyler Chambers mène un deuxième projet relatif aux langues, l'Internet
Dictionary Project, un projet coopératif ouvert à tous lancé en 1995
pour la constitution de dictionnaires en accès libre sur le web, de
l'anglais vers d'autres langues (allemand, espagnol, français, italien,
latin et portugais). Faute de temps, Tyler cesse d'actualiser ce projet
en janvier 2007, tout en laissant les dictionnaires existants tels
quels sur le web pour consultation ou téléchargement.

1995 > NetGlos, un glossaire collaboratif en ligne de l'internet

NetGlos - abrégé de «The Multilingual Glossary of Internet Terminology»
-- est lancé en 1995 à l'initiative du WorldWide Language Institute, un
institut enseignant les langues via l'internet. NetGlos est un projet
collaboratif en treize langues (allemand, anglais, chinois, croate,
espagnol, français, grec, hébreu, hollandais/flamand, italien, maori,
norvégien et portugais), avec la participation de nombreux traducteurs
volontaires et autres professionnels des langues dans le monde entier.
Il se poursuit pendant plusieurs années avant de disparaître.

Février 1995 > Le site web du Monde diplomatique

En février 1995 est mis en ligne le site web du mensuel Le Monde
diplomatique, premier site d'un périodique imprimé français. Monté dans
le cadre d'un projet expérimental avec l'Institut national de
l'audiovisuel (INA), ce site est inauguré lors du forum des images
Imagina. Il donne accès à l'ensemble des articles depuis janvier 1994,
par date, par sujet et par pays. L'intégralité du mensuel en cours est
consultable gratuitement pendant deux semaines suivant sa parution. Un
forum de discussion permet au journal de discuter avec ses lecteurs.
Quelques mois après, plusieurs quotidiens imprimés mettent en ligne un
site web: Libération à la fin de 1995, Le Monde et L'Humanité en 1996,
etc., tout comme la presse régionale, par exemple Ouest-France ou Les
Nouvelles d'Alsace.

Février 1995 > La presse anglophone en ligne

Au Royaume-Uni, le Times et le Sunday Times font web commun sur un site
dénommé Times Online, avec possibilité de créer une édition
personnalisée. Aux États-Unis, la version en ligne du Wall Street
Journal est payante, avec 100.000 abonnés en 1998. Celle du New York
Times est disponible sur abonnement gratuit. Le Washington Post propose
l'actualité quotidienne en ligne et de nombreux articles archivés, le
tout avec images, sons et vidéos. Pathfinder (rebaptisé ensuite Time)
est le site web du groupe Time-Warner, éditeur de Time Magazine, Sports
Illustrated, Fortune, People, Southern Living, Money, Sunset, etc. On
peut y lire les articles «maison» et les rechercher par date ou par
sujet. Lancé en 1992 en Californie, Wired, premier magazine imprimé
entièrement consacré à la culture cyber, est bien évidemment présent
sur le web.

Avril 1995 > Éditel, pionnier de l'édition littéraire francophone

En avril 1995, Pierre François Gagnon, poète et essayiste québécois,
crée Éditel, site pionnier de l'édition littéraire francophone. Après
avoir été le premier site web d'auto-édition collective de langue
française, Éditel devient un site de cyberédition non commerciale, en
partenariat avec quelques auteurs maison, ainsi qu'un webzine
littéraire. Un blog succédera à ces projets quelques années plus tard.

Juillet 1995 > Amazon.com, pionnier du cyber-commerce

Amazon.com est lancé en juillet 1995 par Jeff Bezos à Seattle, sur la
côte ouest des États-Unis. La librairie en ligne débute avec dix
salariés et trois millions d'articles, et devient vite un géant du
commerce électronique. Cinq ans plus tard, en novembre 2000, la société
compte 7.500 salariés, 28 millions d'articles, 23 millions de clients
et quatre filiales au Royaume-Uni (filiale ouverte en octobre 1998), en
Allemagne (filiale ouverte à la même date), en France (filiale ouverte
en août 2000) et au Japon (filiale ouverte en novembre 2000). Une
cinquième filiale est ouverte au Canada (en juin 2002), suivie d'une
sixième filiale, Joyo, en Chine (en septembre 2004). Présent dans sept
pays et devenu une référence mondiale du commerce en ligne (avec eBay),
Amazon fête ses dix ans d'existence en juillet 2005, avec 9.000
salariés et 41 millions de clients.

Décembre 1995 > La Kotoba Home Page, ou les langues sur l'écran de son
ordinateur

En décembre 1995, Yoshi Mikami est informaticien chez Asia Info Network
à Fujisawa (Japon). Il lance le site bilingue anglais-japonais «The
Languages of the World by Computers and the Internet», plus connu sous
le nom de Kotoba Home Page ou Logos Home Page (à ne pas confondre avec
le site de la société de traduction Logos, lancé deux ans plus tard).
La Kotoba Home Page donne un bref historique de chaque langue, ses
caractéristiques, son système d'écriture, son jeu de caractères et
enfin la configuration du clavier dans la langue donnée. Yoshi Mikami
est également co-auteur (avec Kenji Sekine et Nobutoshi Kohara) de Pour
un web multilingue, publié en août 1997 en japonais par les éditions
O'Reilly avant d'être traduit en anglais, en allemand et en français,
avec une version française parue en septembre 1998. La Kotoba Home Page
est actualisée jusqu'en septembre 2001.

Février 1996 > LMB Actu, une lettre d'information sur l'actualité de
l'internet

En février 1996, François Vadrot, directeur des systèmes d'information
du CNRS (Centre national de la recherche scientifique, France), crée
LMB Actu (Le Micro Bulletin Actu), une lettre d'information
hebdomadaire consacrée à l'actualité de l'internet et des nouvelles
technologies. En août 1999, il fonde la société de cyberpresse FTPress
(French Touch Press), basée à Paris. En septembre 1999, il lance
Internet Actu, qui remplace LMB Actu. D'autres publications suivent,
ainsi que des réalisations multimédias et des émissions de télévision,
dont certaines suivent de près l'actualité du livre. En avril 2002,
Internet Actu est racheté par INIST Diffusion (INIST: Institut de
l'information scientifique et technique). FTPress cesse ses activités
en mai 2003. Internet Actu devient ensuite une publication de la FING
(Fondation internet nouvelle génération).

Mars 1996 > Le Palm Pilot est le premier assistant personnel (PDA)

Basée en Californie, la société Palm lance le Palm Pilot, premier PDA
du marché, en mars 1996 et vend 23 millions de machines entre 1996 et
2002. Son système d'exploitation est le Palm OS et son logiciel de
lecture le Palm Reader. En mars 2001, les usagers peuvent lire aussi
des livres sur le Mobipocket Reader. A la même date, Palm rachète
Peanutpress.com, son Peanut Reader, et ses 2.000 titres pour PDA qui
sont transférés dans Palm Digital Media, la librairie numérique de
Palm. Si certains professionnels du livre s'inquiètent de la petitesse
de l'écran, les adeptes de la lecture sur PDA assurent que la taille de
l'écran n'est pas un problème.

Avril 1996 > L'Internet Archive, fondée pour archiver le web tous les
deux mois

Fondée en avril 1996 par Brewster Kahle à San Francisco (Californie),
l'Internet Archive a pour but de constituer, stocker, préserver et
gérer une bibliothèque de l'internet, en archivant la totalité du web
tous les deux mois. L'objectif est d'offrir un outil de travail aux
universitaires, chercheurs et historiens, et de préserver un historique
de l'internet pour les générations futures. En octobre 2001, l'Internet
Archive met ses archives en accès libre sur le web grâce à la Wayback
Machine. Les archives du web représentent 30 millions de pages web en
1996, 65 milliards de pages web (provenant de 50 millions de sites web)
en décembre 2006, 85 milliards de pages web en mai 2007 et 150
milliards de pages web en mars 2010.

Avril 1996 > OneLook Dictionaries, un point d'accès unique pour les
dictionnaires en ligne

Robert Ware lance en avril 1996 le site OneLook Dictionaries pour
permettre une recherche rapide dans des centaines de dictionnaires
couvrant divers domaines: affaires, informatique et internet, médecine,
religion, sciences et techniques, sports, généralités et argot. OneLook
Dictionaries compte 2 millions de termes provenant de 425 dictionnaires
en 1998, 2,5 millions de termes provenant de 530 dictionnaires en 2000,
5 millions de termes provenant de 910 dictionnaires en 2003, et 19
millions de termes provenant de 1.060 dictionnaires en 2010.

Mai 1996 > DAISY, un standard de livre audionumérique

Fondé en mai 1996, le DAISY Consortium (DAISY: Digital Audio
Information System, puis Digital Accessible Information System) est un
consortium international chargé d'assurer la transition entre le livre
audio analogique (sur bande magnétique ou sur cassette) et le livre
audionumérique. Sa tâche est de définir une norme internationale,
déterminer les conditions de production, d'échange et d'utilisation du
livre audionumérique, et organiser la numérisation du matériel audio à
l'échelle mondiale. La norme DAISY se base sur le format DTB (Digital
Talking Book), qui permet l'indexation du livre audio et l'ajout de
signets pour une navigation facile au niveau du paragraphe, de la page
et du chapitre.

Juin 1996 > Zazieweb, un site indépendant sur l'actualité du livre

Fondé en juin 1996 par Isabelle Aveline, Zazieweb est un site
indépendant conçu pour tous les amoureux du livre, professionnels et
amateurs. Le succès est immédiat. Suivant de près l'actualité du livre
sur le réseau, le site devient peu à peu un portail avec un espace de
documentation, d'orientation et de ressources internet. L'annuaire de
Zazieweb recense plus de 5.000 sites littéraires. Zazieweb offre aussi
«des espaces d'échanges et de rencontres pour lecteurs communicants et
actifs». Y participe une communauté active de plus de 10.000 membres ou
e-lecteurs. «Qu'est-ce qu'un e-lecteur? Un e-lecteur est un lecteur
actif et communicant qui souhaite échanger, discuter, polémiquer avec
d'autres lecteurs.» Zazieweb cesse malheureusement ses activités en
2009.

Juin 1996 > La Bibliothèque électronique de Lisieux

La Bibliothèque électronique de Lisieux est l'une des premières
bibliothèques francophones du réseau. Elle est créée en juin 1996 par
Olivier Bogros, directeur de la médiathèque municipale de Lisieux
(Normandie), qui l'héberge pendant deux ans sur les pages de son compte
personnel CompuServe avant d'enregistrer un nom de domaine en juin
1998. En juillet 1999, la bibliothèque électronique comprend 370 textes
courts, numérisés en mode texte à partir des collections de la
médiathèque. On y trouve des oeuvres littéraires, des brochures et des
opuscules documentaires, ainsi que des manuscrits, livres et brochures
sur la Normandie. En décembre 2006, les collections comprennent 930
oeuvres et 20 galeries d'images. Situé sur le site de l'Université de
Toronto, LexoTor -- lancé en août 2000 - est une base de données
fonctionnant avec le logiciel TACTweb (TACT: Text Analysis Computing
Tools) et permettant l'interrogation en ligne des oeuvres de la
bibliothèque, ainsi que des analyses et comparaisons textuelles.

Août 1996 > CyLibris, premier éditeur électronique francophone

Fondé en août 1996 à Paris par Olivier Gainon, CyLibris (de Cy, cyber
et Libris, livre) est la première maison d'édition à utiliser
l'internet et le numérique pour publier de nouveaux auteurs
littéraires. Vendus uniquement sur le web, les livres sont imprimés à
la commande et envoyés directement au client, ce qui permet d'éviter le
stock et les intermédiaires. Fin 1999, CyLibris compte 15.000 visites
mensuelles sur son site et 3.500 livres vendus tous exemplaires
confondus, avec une année financièrement équilibrée. Au printemps 2000,
CyLibris devient membre du Syndicat national de l'édition (SNE). En
2001, certains titres sont également vendus en version imprimée par un
réseau de librairies partenaires, notamment la Fnac, et en version
numérique par Mobipocket et Numilog. En 2003, le catalogue de CyLibris
comprend une cinquantaine de titres. CyLibris (à ne pas confondre avec
CyberLibris, une autre société) cesse ses activités en 2007.

1996 > Le Dictionnaire universel francophone en ligne

Le premier dictionnaire de langue française en accès libre est le
Dictionnaire universel francophone en ligne, qui répertorie 45.000 mots
et 116.000 définitions tout en présentant «sur un pied d'égalité, le
français dit "standard" et les mots et expressions en français tel
qu'on le parle sur les cinq continents». Issu de la collaboration entre
Hachette et l'AUPELF-UREF (devenu depuis l'AUF: Agence universitaire de
la Francophonie), il correspond à la partie «noms communs» du
dictionnaire imprimé disponible chez Hachette. L'équivalent pour la
langue anglaise est le site Merriam-Webster OnLine, qui donne librement
accès au Collegiate Dictionary et au Collegiate Thesaurus.

1996 > Une version web pour l'Ethnologue, catalogue encyclopédique des
langues vivantes

Publié par SIL International (SIL: Summer Institute of Linguistics),
«The Ethnologue: Languages of the World» lance en 1996 une version web
gratuite en plus de ses versions imprimée et CD-ROM, toutes deux
payantes. (La version CD-ROM sera plus tard abandonnée.) Ce catalogue
exhaustif des langues parlées dans le monde fournit des informations
géographiques, statistiques, socio-linguistiques et démographiques,
ainsi que des index et des cartes géographiques. En plus de l'équipe de
base travaillant à Dallas (Texas, États-Unis), des milliers de
linguistes y participent en glanant et vérifiant des informations dans
le monde entier, avec une nouvelle version publiée tous les quatre ans
environ. En 2009, la 16e édition de cette encyclopédie répertorie 6.909
langues selon plusieurs critères (pays, nom de la langue, code de la
langue attribué par le SIL, famille de langues, etc.).

Octobre 1996 > Genèse du projet @folio, baladeur de textes «ouvert»

Conçu dès octobre 1996 par Pierre Schweitzer, architecte designer à
Strasbourg, le projet @folio se définit comme un baladeur de textes ou
encore comme un support de lecture nomade permettant de lire des textes
glanés sur l'internet. De petite taille, il cherche à mimer, sous forme
électronique, le dispositif technique du livre, afin d'offrir une
mémoire de fac-similés reliés en hypertexte pour faciliter le
feuilletage. Pierre est aussi l'auteur du logiciel Mot@mot, un logiciel
permettant de découper les pages scannées du livre mot à mot, pour
obtenir une chaîne d'images-mots liquide qu'on peut remettre en page
aussi facilement qu'une chaîne de caractères pour l'adapter à un écran
de petite taille. Pour développer @folio et Mot@mot, Pierre fait
valider un brevet international en avril 2001 puis crée la start-up
française iCodex en juillet 2002.

Novembre 1996 > Les éditions du Choucas sur le web

Fondé en 1992 par Nicolas et Suzanne Pewny, alors libraires en Haute-
Savoie, le Choucas est une petite maison d'édition spécialisée dans les
romans policiers, la littérature, la photographie et les livres d'art.
Nicolas Pewny crée lui-même le site du Choucas fin novembre 1996, au
prix d'un grand nombre de nuits sans sommeil. Les manuscrits affluent
par courriel, et les livres se réalisent désormais par ce moyen:
corrections, illustrations, envoi des documents à l'imprimeur. Le
Choucas cesse malheureusement ses activités en mars 2001, une
disparition de plus à déplorer chez les petits éditeurs indépendants.
Nicolas Pewny devient consultant en édition électronique et met ses
compétences au service d'autres organismes.

1996 > Les méthodes de travail changent dans l'édition

La numérisation permet de créer, enregistrer, combiner, stocker,
rechercher et transmettre des textes, des sons et des images par des
moyens simples et rapides. Des procédés similaires permettent le
traitement de l'écriture, de la musique et du cinéma alors que, par le
passé, ce traitement était assuré par des procédés différents sur des
supports différents (papier pour l'écriture, bande magnétique pour la
musique, celluloïd pour le cinéma). De plus, des secteurs distincts
comme l'édition (qui produit des livres) et l'industrie musicale (qui
produit des disques) travaillent de concert pour produire des CD-ROM.
La numérisation accélère considérablement le processus matériel de
production. Dans l'édition, le rédacteur, le concepteur artistique et
l'infographiste travaillent souvent simultanément sur le même ouvrage.
Dans la presse, les journalistes envoient désormais directement leurs
textes pour une mise en page, sans passer par un personnel de
production dactylographiant leurs textes.

Janvier 1997 > La convergence multimédia, convergence des secteurs liés
à l'information

La convergence multimédia est la convergence de tous les secteurs liés
à l'information: imprimerie, édition, presse, conception graphique,
enregistrements sonores, films, radiodiffusion, etc. La convergence
multimédia a de nombreux revers, à savoir des contrats occasionnels et
précaires pour les salariés, l'absence de syndicats pour les
télétravailleurs, le droit d'auteur souvent mis à mal pour les auteurs,
etc. La convergence multimédia amène-t-elle des emplois nouveaux, comme
l'assurent les employeurs, ou bien est-elle source de chômage, comme
l'affirment les syndicats? Ce sujet est débattu dès janvier 1997 lors
du Colloque sur la convergence multimédia organisé par l'Organisation
internationale du travail (BIT) à Genève, avec des débats qui se
poursuivent dans les années qui suivent.

Avril 1997 > E Ink, une technologie d'encre électronique

En avril 1997, des chercheurs du Media Lab du MIT (Massachusetts
Institute of Technology) créent la société E Ink pour développer une
technologie d'encre électronique. Très schématiquement, la technologie
est la suivante: prises entre deux feuilles de plastique souple, des
millions de micro-capsules contiennent chacune des particules noires et
blanches en suspension dans un fluide clair. Un champ électrique
positif ou négatif permet de faire apparaître le groupe de particules
souhaité à la surface du support, pour afficher, modifier ou effacer
les données. En juillet 2002, E Ink présente le prototype du premier
écran utilisant cette technologie, qui sera commercialisé en 2004.
Suivent d'autres écrans pour diverses tablettes de lecture, puis les
premiers écrans souples en noir et blanc, qui annoncent le futur papier
électronique.

Mai 1997 > La chaîne de librairies Barnes & Noble lance son site web

Contrairement à Amazon, librairie uniquement «virtuelle», Barnes &
Noble.com s'appuie sur sa chaîne de librairies traditionnelles Barnes &
Noble (B&N) qui, en 1997, comprend 480 librairies «en dur» réparties
dans tout le pays. Barnes & Noble lance sa librairie en ligne en mai
1997, en partenariat avec le géant des médias allemand Bertelsmann. Dès
les débuts du site, Barnes & Noble se livre à une guerre des prix avec
Amazon, à la grande joie des clients qui profitent de cette course aux
rabais pour faire une économie de 20 à 40% sur certains titres. Barnes
& Noble.com ouvre son eBookStore en août 2000. Barnes & Noble rachète
la part détenue par Bertelsmann (36,8%) en juillet 2003 pour 164
millions de dollars US.

Juin 1997 > L'internet est encore anglophone à plus de 80%

À ses débuts, l'internet est anglophone à pratiquement 100%, puisqu'il
se développe d'abord aux États-Unis grâce aux investissements
considérables du gouvernement, avant de conquérir le Canada puis le
monde entier. En 1997, Babel, initiative conjointe d'Alis Technologies
et de l'Internet Society, mène la première étude relative à la
répartition des langues sur l'internet. Datée de juin 1997, le Palmarès
des langues de la toile (Web Languages Hit Parade) donne les
pourcentages de 82,3% pour l'anglais, 4% pour l'allemand, 1,6% pour le
japonais, 1,5% pour le français, 1,1% pour l'espagnol, 1,1% pour le
suédois et 1% pour l'italien.

1997 > La numérisation des livres imprimés, un vaste chantier

En 1997, qui dit livre numérique dit numérisation, la presque totalité
des livres existant seulement en version imprimée. Pour pouvoir être
consulté à l'écran, un livre peut être numérisé soit en mode texte soit
en mode image, les deux modes de numérisation étant complémentaires.
(1) La numérisation en mode texte consiste à scanner le livre en mode
image, puis à le convertir en texte grâce à un logiciel OCR (Optical
Character Recognition), avec relecture éventuelle à l'écran pour
corriger le texte obtenu puisqu'un bon logiciel OCR serait fiable à
99%. La version informatique du livre ne conserve pas la présentation
originale du livre ou de la page. (2) La numérisation en mode image
correspond à la photographie du livre page après page, la version
informatique  étant le fac-similé numérique de la version imprimée. La
présentation originale étant conservée, on peut feuilleter le texte
page après page à l'écran. Si cette méthode est beaucoup plus
économique, et convient par exemple aux beaux livres avec
illustrations, elle a l'inconvénient de ne pas permettre la recherche
textuelle.

Octobre 1997 > Gallica, bibliothèque numérique de la Bibliothèque
nationale de France

En octobre 1997, la Bibliothèque nationale de France (BnF) met en ligne
sa bibliothèque numérique Gallica. En accès libre, elle devient
rapidement l'une des plus importantes bibliothèques numériques du
réseau. On y trouve les documents libres de droits du fonds numérisé de
la BnF, qui vont du Moyen-Âge au début du 20e siècle. Pour des raisons
de coût, les documents sont essentiellement numérisés en mode image. En
décembre 2006, les collections de Gallica comprennent 90.000 ouvrages
(fascicules de presse compris), 80.000 images et des dizaines d'heures
de ressources sonores. Gallica débute la conversion en mode texte des
livres numérisés en mode image pour favoriser l'accès à leur contenu.
En mars 2010, Gallica franchit la barre du million de documents, dont
la plupart sont accessibles gratuitement. Gallica inaugure ensuite un
nouveau site avec une interface en quatre langues (français, anglais,
espagnol, portugais).

1997 > Le premier blog sur la toile

Un blog (ou blogue) est un journal en ligne tenu par une personne ou un
groupe. Ce journal est le plus souvent présenté par ordre chronologique
inversé (du plus récent au plus ancien) et il est actualisé au gré du
rédacteur, d'heure en heure ou bien une fois par mois. Le premier blog
apparaît en 1997. En 2004, Le Monde.fr, site du quotidien Le Monde,
lance ses propres blogs, «un formidable format d'expression
journalistique qui permet un dialogue quasi-instantané avec son
lecteur», selon Yann Chapellon, directeur du Monde interactif. En
juillet 2005, il y aurait plus de 14 millions de blogs dans le monde,
avec 80.000 nouveaux blogs par jour. En décembre 2006, Technorati,
moteur de recherche pour blogs puis site spécialisé, recense 65
millions de blogs, avec 175.000 nouveaux blogs par jour. Certains blogs
sont consacrés aux photos (photoblogs ou blogs photo), à la musique
(audioblogs, blogs audio ou podcasts) ou aux vidéos (vlogs ou blogs
vidéo).

1997 > Eurodicautom, une base terminologique européenne en 12 langues

Géré par le service de traduction de la Commission européenne et
disponible sur le web depuis 1997, Eurodicautom est une base
terminologique multilingue de termes économiques, scientifiques,
techniques et juridiques permettant de combiner entre elles les onze
langues officielles de l'Union européenne (allemand, anglais, danois,
espagnol, finnois, français, grec, hollandais, italien, portugais,
suédois), ainsi que le latin, avec une moyenne de 120.000 consultations
par jour en 2003. Fin 2003, Eurodicautom annonce son intégration dans
une base terminologique plus vaste regroupant les bases de plusieurs
institutions de l'Union européenne. Cette nouvelle base traiterait non
plus douze langues, mais une vingtaine du fait de l'élargissement de
l'Union européenne prévu l'année suivante vers l'Europe de l'Est. La
base IATE (InterActive Terminology for Europe) est lancée en interne au
printemps 2004 puis pour tous sur la toile en juin 2007.

1997 > L'interface de Yahoo! disponible en sept langues

En 1997, Yahoo! propose un classement en 63 grandes catégories
thématiques, tout comme une interface en sept langues: anglais,
allemand, coréen, français, japonais, norvégien et suédois. Yahoo! est
lancé en janvier 1994 par Jerry Lang et David Filo, deux étudiants de
l'Université de Stanford (Californie), pour recenser les sites web et
les classer par thèmes. Leur annuaire rencontre un succès immédiat,
avec un classement plus pointu que celui de moteurs de recherche comme
AltaVista, où ces tâches sont entièrement automatisées. Toutefois,
quand une recherche ne donne pas de résultat dans Yahoo!, elle est
automatiquement aiguillée vers AltaVista, et réciproquement.

Décembre 1997 > Babel Fish, premier logiciel de traduction en accès
libre

En décembre 1997, AltaVista est le premier moteur de recherche à lancer
un service gratuit de traduction automatisée de l'anglais vers cinq
autres langues (allemand, espagnol, français, italien et portugais) et
vice versa, la page originale et la traduction apparaissant en vis-à-
vis à l'écran. Babel Fish -- appelé aussi AltaVista Translation - est
l'oeuvre de SYSTRAN, une société franco-américaine pionnière dans le
traitement automatique des langues. Babel Fish est alimenté par des
dictionnaires multilingues comprenant 2,5 millions de termes. Bien
qu'ayant ses limites, avec une traduction de trois pages maximum et un
texte traduit très approximatif, ce service est immédiatement très
apprécié des douze millions d'usagers que compte le cyberespace mondial
de l'époque, dont un nombre croissant d'usagers non anglophones, et
contribue grandement au plurilinguisme du web.

Décembre 1997 > Les outils de la société de traduction Logos
disponibles sur la toile

En décembre 1997, la société de traduction Logos -- basée à Modène, en
Italie, avec des services en 35 langues - décide de mettre tous ses
outils professionnels en accès libre sur le web. Le Logos Dictionary
est un dictionnaire multilingue de 7,5 millions d'entrées. La
Wordtheque est une base de données multilingue de 328 millions de
termes, constituée à partir de milliers de traductions, notamment des
romans et des documents techniques. La recherche dans la Wordtheque est
possible par langue, mot, auteur ou titre. Linguistic Resources offre
un point d'accès unique à 553 glossaires. L'Universal Conjugator
propose des tableaux de conjugaison dans 17 langues. En 2007, la
Wordtheque - devenue la Logos Library - comprend 710 millions de
termes, Linguistic Resources offre un point d'accès unique à 1.215
glossaires,  et Conjugation of Verbs - devenu l'Universal Conjugator -
propose des tableaux de conjugaison dans 36 langues.

1998 > La base de données en ligne du premier volume (1751) de
l'Encylopédie de Diderot

Projet commun du Centre national de la recherche scientifique (CNRS,
France) et de l'Université de Chicago (Illinois, États-Unis), le projet
ARTFL (American and French Research on the Treasury of the French
Language) donne accès en ligne en 1998 à la base de données
correspondant au premier volume de l'Encyclopédie (1751), à titre
expérimental. Cette mise en ligne est une première étape vers  une base
de données exhaustive de la première édition (1751-1772) de
l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des métiers et
des arts de Diderot et d'Alembert, avec ses 72.000 articles rédigés par
plus de 140 collaborateurs (dont Voltaire, Rousseau, Marmontel,
d'Holbach, Turgot, etc.), ses 17 volumes de texte (qui représentent
18.000 pages et 20.736.912 mots) et ses 11 volumes de planches.
Destinée à rassembler puis divulguer les connaissances de l'époque,
l'Encyclopédie porte la marque des courants intellectuels et sociaux du
Siècle des Lumières, et c'est grâce à elle que se propagent les idées
nouvelles qui inspireront la Révolution française de 1789.

Avril 1998 > Le rêve derrière le web, selon Tim Berners-Lee, son
inventeur

Le web est une formidable aventure. Selon les termes mêmes de Tim
Berners-Lee, son inventeur en 1990, dans un texte qu'il rédige en avril
1998, «le rêve derrière le web est un espace d'information commun dans
lequel nous communiquons en partageant l'information. Son universalité
est essentielle, à savoir le fait qu'un lien hypertexte puisse pointer
sur quoi que ce soit, quelque chose de personnel, de local ou de
global, aussi bien une ébauche qu'une réalisation très sophistiquée.
Deuxième partie de ce rêve, le web deviendrait d'une utilisation
tellement courante qu'il serait un miroir réaliste (sinon la principale
incarnation) de la manière dont nous travaillons, jouons et nouons des
relations sociales. Une fois que ces interactions seraient en ligne,
nous pourrions utiliser nos ordinateurs pour nous aider à les analyser,
donner un sens à ce que nous faisons, et voir comment chacun trouve sa
place et comment nous pouvons mieux travailler ensemble.» (The World
Wide Web: a very short personal history, disponible sur la page de Tim
Berners-Lee sur le site du World Wide Web Consortium)

Mai 1998 > Les éditions 00h00, pionnières de l'édition en ligne

Les éditions 00h00 (qui se prononce «zéro heure») sont fondées en mai
1998 par Jean-Pierre Arbon et Bruno de Sa Moreira, en tant que premier
éditeur «en ligne», à savoir un éditeur fabriquant et vendant des
livres numériques via l'internet. En 2000, le catalogue comprend 600
titres, avec 85% des ventes pour les versions numériques (au format
PDF), les 15% restants étant des versions imprimées à la demande du
client. Pas de stock, pas de contrainte physique de distribution, mais
un lien direct avec le lecteur et entre les lecteurs. Sur le site au
très beau design, les internautes/lecteurs peuvent créer leur espace
personnel pour y rédiger leurs commentaires, participer à des forums,
s'abonner à la lettre d'information de 00h00 ou regarder les clips
littéraires produits par l'éditeur pour présenter les nouveautés
publiées. En septembre 2000, 00h00 est racheté par la société
américaine Gemstar. Gemstar met fin à ses activités eBook en juin 2003.

Août 1998 > Citation de Michael Hart, fondateur du Projet Gutenberg

Fondateur du Projet Gutenberg en 1971 et inventeur de l'ebook, Michael
Hart dédie toute sa vie à mettre le plus grand nombre possible
d'oeuvres littéraires à la disposition de tous, par voie électronique.
«Nous considérons le texte électronique comme un nouveau médium, sans
véritable relation avec le papier, explique-t-il en août 1998. Le seul
point commun est que nous diffusons les mêmes oeuvres, mais je ne vois
pas comment le papier peut concurrencer le texte électronique une fois
que les gens y sont habitués, particulièrement dans les établissements
d'enseignement.» (Entretien du NEF)

Septembre 1998 > Citation de John Mark Ockerbloom, créateur de l'Online
Books Page

John Mark Ockerbloom fonde en 1993 l'Online Books Page pour proposer un
répertoire de livres anglophones librement disponibles en ligne. Il
écrit en septembre 1998: «Je me suis passionné pour l'énorme potentiel
qu'a l'internet de rendre la littérature accessible au plus grand
nombre. Maintenant il y a tant de livres mis en ligne que j'ai du mal à
rester à jour. Je pense pourtant poursuivre cette activité d'une
manière ou d'une autre. Je suis très intéressé par le développement de
l'internet en tant que médium de communication de masse dans les
prochaines années. J'aimerais aussi rester impliqué dans la mise à
disposition gratuite de livres sur l'internet, que ceci fasse partie
intégrante de mon activité professionnelle, ou que ceci soit une
activité bénévole menée sur mon temps libre.» (Entretien du NEF)

Septembre 1998 > Citation de Robert Beard, créateur du site A Web of
Online Dictionaries

Robert Beard, professeur de langues, fonde A Web of Online Dictionaries
en 1995 pour proposer un répertoire de dictionnaires en ligne. Il écrit
en septembre 1998: «Le web sera une encyclopédie du monde faite par le
monde pour le monde. Il n'y aura plus d'informations ni de
connaissances utiles qui ne soient pas disponibles, si bien que
l'obstacle principal à la compréhension internationale et
interpersonnelle et au développement personnel et institutionnel sera
levé. Il faudrait une imagination plus débordante que la mienne pour
prédire l'effet de ce développement sur l'humanité.» (Entretien du NEF)
En février 2000, Robert Beard co-fonde yourDictionary, qui se veut un
portail de référence pour toutes les langues.

Octobre 1998 > Un nouveau durcissement du copyright aux États-Unis

Aux États-Unis, un nouvel amendement de la loi sur le copyright réduit
encore un peu plus le domaine public, au grand dam de tous ceux qui
sont en train de constituer des bibliothèques numériques. Cet
amendement au copyright est entériné par le Congrès le 27 octobre 1998
pour contrer le formidable véhicule de diffusion qu'est l'internet.
Contradiction flagrante, les instances politiques n'ont de cesse de
parler d'Âge de l'Information tout en durcissant la réglementation
relative à la mise à disposition du patrimoine. Le copyright est passé
d'une durée de 30 ans en moyenne en 1909 à une durée de 95 ans en
moyenne en 1998. En 90 ans, de 1909 à 1998, le copyright a subi une
extension de 65 ans qui affecte les trois quarts de la production du
20e siècle. Seul un livre publié avant 1923 peut désormais être
considéré avec certitude comme appartenant au domaine public.

1999 > Le Rocket eBook, première tablette de lecture

Première tablette de lecture du marché, le Rocket eBook est conçu en
1998 et lancé en 1999 par NuvoMedia, société californienne financée par
la chaîne de librairies Barnes & Noble et le géant des médias
Bertelsmann. Cette tablette de lecture dispose d'un écran à cristaux
liquides (ou écran LCD: Liquid Cristal Display) rétro-éclairé ou non,
noir et blanc ou en couleur. Elle fonctionne sur batterie et dispose
d'un modem intégré et d'un port USB, pour connexion à l'internet et
téléchargement des livres à partir d'une librairie numérique présente
sur le site de NuvoMedia.

1999 > D'autres modèles de tablettes de lecture suivent

Lancé lui aussi en 1999, le SoftBook Reader est développé par la
société SoftBook Press, financée par deux grandes maisons d'édition,
Random House et Simon & Schuster. Plusieurs autres modèles ont une
durée de vie assez courte, par exemple l'EveryBook, appareil à double
écran créé par la société du même nom, ou encore le Millennium eBook,
créé par la société Librius.com. Toutes ces tablettes de lecture pèsent
entre 700 grammes et 2 kilos et peuvent stocker une dizaine de livres.

1999 > La librairie Ulysse sur le web, un relais pour les livres de
voyage

Grande voyageuse elle-même, Catherine Domain se lance en 1999 dans un
voyage virtuel pour créer elle-même le site de la librairie Ulysse,
qu'elle a fondée en 1971 au coeur de Paris, dans l'île Saint-Louis. La
librairie Ulysse est la plus ancienne librairie de voyage au monde,
avec plus de 20.000 livres, cartes et revues, neufs et anciens. «Mon
site est embryonnaire et en construction, raconte Catherine en décembre
1999. Il se veut à l'image de ma librairie, un lieu de rencontre avant
d'être un lieu commercial. Il sera toujours en perpétuel devenir!
Internet me prend la tête, me bouffe mon temps et ne me rapporte
presque rien mais cela ne m'ennuie pas... Internet tue les librairies
spécialisées. En attendant d'être dévorée, je l'utilise comme un moyen
d'attirer les clients chez moi, et aussi de trouver des livres pour que
ceux qui n'ont pas encore internet chez eux! Mais j'ai peu d'espoir...»

1999 > WordReference.com, un site de dictionnaires bilingues gratuits

WordReference.com est créé en 1999 par Michael Kellogg pour offrir des
dictionnaires bilingues gratuits en ligne. Michael raconte beaucoup
plus tard sur son site: «J'ai débuté ce site en 1999 pour procurer des
dictionnaires bilingues gratuits en ligne et d'autres outils pour tous
sur l'internet. Depuis, le site s'est progressivement développé pour
devenir l'un des sites de dictionnaires en ligne les plus utilisés, et
le principal dictionnaire en ligne pour les paires de langues anglais-
espagnol, anglais-français, anglais-italien, espagnol-français et
espagnol-portugais. Ce site est toujours classé sans interruption parmi
les 500 sites les plus visités du web.» WordReference.com offre
également des forums linguistiques très actifs, tout comme des versions
allégées de ses dictionnaires pour téléphone portable et smartphone.

1999 > Wordfast, logiciel de traduction

Lancé en 1999 à Paris par Yves Champollion, Wordfast est un logiciel de
traduction avec gestion de la terminologie en temps réel et contrôle
typographique. Il est compatible avec d'autres logiciels très utilisés
comme le WebSphere Translation Server d'IBM et les logiciels de Trados.
Pendant quelques années, une version simplifiée de Wordfast est même
téléchargeable gratuitement, avec un manuel d'utilisation disponible en
seize langues. En 2010, Wordfast est le numéro un mondial des logiciels
de traduction utilisables aussi bien sur plateforme Windows (Microsoft)
que sur plateforme Mac OS (Apple), et le numéro deux mondial en nombre
de ventes (après SDL Trados), avec 20.000 clients dans le monde, dont
les Nations Unies, Nomura Securities, la NASA (National Aeronautics and
Space Administration) et McGraw-Hill.

Septembre 1999 > Le format Open eBook (OeB), un standard pour le livre
numérique

Disponible en septembre 1999 dans sa version 1.0, l'OeB (Open eBook)
est un format de livre numérique basé sur le langage XML (eXtensible
Markup Language) et destiné à normaliser le contenu, la structure et la
présentation des livres numériques dans un marché émergent proposant
déjà trop de formats propriétaires incompatibles entre eux. Le format
OeB est défini par l'OeBPS (Open eBook Publication Structure), avec une
version ouverte et gratuite appartenant au domaine public et une
version originale destinée aux professionnels de la publication. Fondé
en janvier 2000 pour prendre la suite de l'Open eBook Initiative,
groupe de travail ayant lancé l'OeB, l'OeBF (Open eBook Forum) est un
consortium industriel international regroupant constructeurs,
concepteurs de logiciels, éditeurs, libraires et spécialistes du
numérique (avec 85 participants en 2002). Le format OeB devient
rapidement un standard du livre numérique et sert lui-même de base à de
nombreux formats, par exemple le format LIT (pour le Microsoft Reader)
ou le format PRC (pour le Mobipocket Reader).

Décembre 1999 > WebEncyclo, première grande encyclopédie francophone en
ligne

WebEncyclo (aujourd'hui disparu), publié par les éditions Atlas, est la
première grande encyclopédie francophone en accès libre, avec mise en
ligne en décembre 1999. La recherche est possible par mots-clés,
thèmes, médias (à savoir les cartes, liens internet, photos et
illustrations) et idées. Un appel à contribution incite les
spécialistes d'un sujet donné à envoyer des articles, qui sont
regroupés dans la section «WebEncyclo contributif». Après avoir été
libre, l'accès est ensuite soumis à une inscription préalable gratuite.

Décembre 1999 > L'Encylopedia Universalis sur le web

La version web de l'Encyclopaedia Universalis est mise en ligne en
décembre 1999, soit un ensemble de 28.000 articles signés de 4.000
auteurs. Si la consultation est payante sur la base d'un abonnement
annuel, de nombreux articles sont également en accès libre.

Décembre 1999 > Britannica.com, première grande encyclopédie anglophone
en ligne

Le site Britannica.com est mis en ligne en décembre 1999. Le site
propose l'équivalent numérique des 32 volumes de la 15e édition de
l'Encyclopaedia Britannica, en accès libre et gratuit, en complément de
la version imprimée et de la version CD-ROM, toutes deux payantes. Le
site web offre aussi une sélection d'articles issus de 70 magazines, un
guide des meilleurs sites, un choix de livres, etc., le tout étant
accessible à partir d'un moteur de recherche unique. En septembre 2000,
le site fait partie des cent sites les plus visités sur la toile. En
juillet 2001, la consultation devient payante sur la base d'un
abonnement annuel ou mensuel. En 2009, Britannica.com ouvre son site à
des contributeurs extérieurs, avec inscription obligatoire pour écrire
et modifier des articles.

Janvier 2000 > Le Million Book Project, pour numériser un million de
livres

Lancé en janvier 2000 par la Carnegie Mellon University (Pennsylvanie,
États-Unis), le Million Book Project - appelé aussi Universal Library
ou Universal Digital Library (UDL) - a pour but de numériser un million
de livres dans un grand nombre de langues, y compris en Inde et en
Chine. Le projet est terminé en 2007, avec un million de livres
disponibles sur le site de l'université, sous forme de fichiers image
dans les formats DjVu et TIFF, et trois sites miroirs en Chine du nord,
en Chine du sud et en Inde. Il est possible que ce projet ait inspiré
l'Open Content Alliance (OCA), un projet de bibliothèque numérique
publique mondiale lancé par l'Internet Archive en octobre 2005.

Février 2000 > yourDictionary.com, un portail de dictionnaires dans
toutes les langues

Robert Beard, professeur à l'Université Bucknell (États-Unis), crée
d'abord en 1995 la site A Web of Online Dictionaries, qui est un
répertoire de dictionnaires en ligne (avec 800 liens en automne 1998)
auquel s'ajoutent d'autres ressources linguistiques comme des thésauri,
vocabulaires, glossaires, grammaires, méthodes de langues, etc. Robert
Beard co-fonde ensuite le portail yourDictionary.com en y intégrant son
site précédent, avec mise en ligne en février 2000. Devenu un portail
de référence, yourDictionary.com répertorie 1.800 dictionnaires dans
250 langues en septembre 2003, et 2.500 dictionnaires dans 300 langues
en avril 2007. Soucieux de servir toutes les langues sans exception, le
portail propose aussi l'Endangered Language Repository, une section
spécifique consacrée aux langues menacées.

Mars 2000 > L'Oxford English Dictionary en ligne

En mars 2000, les 20 volumes de l'Oxford English Dictionary (OED) sont
mis en ligne par l'Oxford University Press (OUP). La consultation du
site est payante. Le dictionnaire bénéficie d'une mise à jour
trimestrielle d'environ 1.000 entrées nouvelles ou révisées. En mars
2002, deux ans après cette première expérience, l'Oxford University
Press met en ligne l'Oxford Reference Online (ORO), une vaste
encyclopédie conçue directement pour le web et consultable elle aussi
sur abonnement payant. Avec 60.000 pages et un million d'entrées, elle
représente l'équivalent d'une centaine d'ouvrages de référence.

Mars 2000 > Mobipocket, spécialiste de la lecture sur PDA

Fondé à Paris en mars 2000 par Thierry Brethes et Nathalie Ting,
Mobipocket se spécialise d'emblée dans la distribution sécurisée de
livres pour PDA (assistant personnel). La société est financée en
partie par Viventures, branche de la multinationale française Vivendi.
Mobipocket conçoit d'abord le Mobipocket Reader, logiciel de lecture
permettant la lecture de fichiers au format PRC. Gratuit et disponible
en plusieurs langues (français, anglais, allemand, espagnol et
italien), ce logiciel est «universel», c'est-à-dire utilisable sur tout
PDA (Palm Pilot, Pocket PC, eBookMan, Psion, etc.). En avril 2002, la
société lance un Mobipocket Reader pour ordinateur. Au printemps 2003,
le Mobipocket Reader équipe les premiers smartphones de Nokia et Sony
Ericsson. À la même date, 6.000 titres dans plusieurs langues
(français, anglais, allemand, espagnol) sont distribués soit sur le
site de Mobipocket soit dans les librairies partenaires. En avril 2005,
Mobipocket est racheté par la librairie en ligne Amazon.com.

Avril 2000 > Le Pocket PC, le PDA de Microsoft, avec le Microsoft
Reader

Microsoft lance en avril 2000 son premier PDA, le Pocket PC, tout comme
le Microsoft Reader, logiciel permettant la lecture de livres
numériques au format LIT (abrégé du terme anglais «literature»), lui-
même basé sur le format OeB. Ses caractéristiques sont un affichage
utilisant la technologie ClearType, le choix de la taille des
caractères, la mémorisation des mots-clés pour des recherches
ultérieures, et l'accès d'un clic au Merriam-Webster Dictionary. Ce
logiciel étant téléchargeable gratuitement, Microsoft facture les
éditeurs et distributeurs pour l'utilisation de sa technologie de
gestion des droits numériques (ou DRM: Digital Rights Management), et
touche une commission sur la vente de chaque titre. Quatre mois plus
tard, en août 2000, le Microsoft Reader est utilisable sur toute
plateforme Windows, et donc aussi bien sur ordinateur que sur PDA. En
octobre 2001, Windows CE - le système d'exploitation du Pocket PC - est
remplacé par Pocket PC 2002, qui permet entre autres de lire des livres
numériques sous droits. En 2002, la gamme Pocket PC propose plusieurs
modèles et permet la lecture sur trois logiciels: le Microsoft Reader
bien sûr, le Mobipocket Reader et le Palm Reader.

Juin 2000 > Citation de Jean-Paul, auteur hypermédia et webmestre de
cotres.net

Explorateur d'hypertexte sur le site cotres.net, Jean-Paul s'interroge
en juin 2000 sur l'apport de l'internet dans son écriture: «La
navigation par hyperliens se fait en rayon (j'ai un centre d'intérêt et
je clique méthodiquement sur tous les liens qui s'y rapportent) ou en
louvoiements (de clic en clic, à mesure qu'ils apparaissent, au risque
de perdre de vue mon sujet). Bien sûr, les deux sont possibles avec
l'imprimé. Mais la différence saute aux yeux: feuilleter n'est pas
cliquer. L'internet n'a donc pas changé ma vie, mais mon rapport à
l'écriture. On n'écrit pas de la même manière pour un site que pour un
scénario, une pièce de théâtre, etc. (...) Depuis, j'écris (compose,
mets en page, en scène) directement à l'écran. L'état "imprimé" de mon
travail n'est pas le stade final, le but; mais une forme parmi
d'autres, qui privilégie la linéarité et l'image, et qui exclut le son
et les images animées. (...) C'est finalement dans la publication en
ligne (l'entoilage?) que j'ai trouvé la mobilité, la fluidité que je
cherchais.» (Entretien du NEF)

Juillet 2000 > 50% d'usagers non anglophones sur la toile

En été 1999, 50% des usagers de l'internet vivent hors des États-Unis.
Un an plus tard, en été 2000, 50% des usagers de l'internet sont non
anglophones. Selon Global Reach, une société qui promeut la
localisation des sites web, ce pourcentage est de 52,5% en été 2001,
57% en décembre 2001, 59,8% en avril 2002, 64,4% en septembre 2003
(dont 34,9% d'Européens non anglophones et 29,4% d'Asiatiques) et 64,2%
en mars 2004 (dont 37,9% d'Européens non anglophones et 33%
d'Asiatiques). Le cap des 50% désormais franchi, il reste à diversifier
les langues sur une toile dont les pages sont encore en anglais à près
de 80%.

Juillet 2000 > Stephen King, auteur de best-sellers et pionnier
numérique

En juillet 2000 débute l'auto-publication électronique de The Plant,
roman épistolaire de Stephen King, premier auteur de best-sellers à se
lancer dans un tel pari. Cette expérience est précédée quelques mois
plus tôt par la distribution en mars 2000 de sa nouvelle Riding The
Bullet uniquement en version numérique. 400.000 exemplaires sont
téléchargés en 24 heures. Suite à ce succès à la fois médiatique et
financier, Stephen King crée donc un site web spécifique pour auto-
publier The Plant en épisodes. Les chapitres paraissent à intervalles
réguliers et sont téléchargeables dans plusieurs formats (PDF, OeB,
HTML, TXT). En décembre 2000, après la parution du sixième chapitre,
l'auteur décide d'interrompre cette expérience, le nombre de
téléchargements et de paiements ayant régulièrement baissé au fil des
chapitres. Stephen King poursuit toutefois ses expériences numériques
dans les années qui suivent, mais cette fois en partenariat avec son
éditeur.

Août 2000 > Barnes & Noble.com ouvre son eBookStore

Barnes & Noble.com, le site de la grande chaîne de librairies Barnes &
Noble, ouvre son secteur eBooks en août 2000, suite à un partenariat
avec Microsoft en janvier 2000 pour la vente de livres numériques
lisibles sur le Microsoft Reader. Barnes & Noble passe aussi un
partenariat avec Adobe en août 2000 afin de proposer des titres
lisibles sur l'Acrobat Reader et le Glassbook Reader, Adobe ayant
racheté la société Glassbook à la même date.

Septembre 2000 > Le Grand dictionnaire terminologique, bilingue
français-anglais

Initiative de l'Office québécois de la langue française (OQLF), le
Grand dictionnaire terminologique (GDT) est un dictionnaire bilingue
français-anglais de 3 millions de termes appartenant au vocabulaire
industriel, scientifique et commercial. Sa mise en ligne en septembre
2000 est le résultat d'un partenariat entre l'OQLF, auteur du
dictionnaire, et Semantix, société spécialisée dans les solutions
logicielles linguistiques. Cette mise en ligne est à la fois un défi
technologique et un succès. Dès le premier mois, le GDT est consulté
par 1,3 million de personnes, avec des pointes de 60.000 requêtes
quotidiennes. La gestion de la base est ensuite assurée par Convera
Canada. En février 2003, les requêtes sont au nombre de 3,5 millions
par mois. Une nouvelle version du GDT est mise en ligne en mars 2003,
sa gestion étant désormais assurée par l'OQLF lui-même, et non plus par
une société prestataire,  avec l'ajout du latin comme troisième langue.

Septembre 2000 > La librairie Numilog se consacre aux livres numériques

Lancée en septembre 2000, la librairie Numilog vend exclusivement des
livres numériques, par téléchargement et dans plusieurs formats. Fondée
à Paris en avril 2000 par Denis Zwirn, la société Numilog est à la fois
une librairie en ligne, un studio de fabrication et un diffuseur de
livres numériques. En 2003, le catalogue comprend 3.500 titres (livres
et périodiques) en français et en anglais, lisibles sur l'Adobe Reader,
le Microsoft Reader ou le Mobipocket Reader, grâce à un partenariat
avec une quarantaine d'éditeurs. En décembre 2006, le catalogue de
Numilog comprend 35.000 livres numériques grâce à un partenariat avec
60 éditeurs. Au fil des ans, Numilog devient la principale librairie
francophone de livres numériques. En janvier 2009, Numilog, devenu
filiale du groupe Hachette Livre (en mai 2008), est désormais un
distributeur-diffuseur numérique représentant 100 éditeurs francophones
et anglophones,  avec un catalogue de 50.000 livres numériques et des
services spécifiques pour les bibliothèques et les librairies.

Octobre 2000 > Distributed Proofreaders, ou la relecture partagée des
livres numérisés

Conçu en octobre 2000 par Charles Franks pour aider à la numérisation
des livres du Projet Gutenberg, Distributed Proofreaders (DP) en
devient rapidement la principale source. Le concept est de permettre la
correction partagée de livres du domaine public scannés à partir d'une
version imprimée puis convertis au format texte par un logiciel OCR
(fiable à 99% dans le meilleur des cas, avec donc quelques erreurs par
page), en fragmentant ces livres en pages pouvant être relues par des
correcteurs différents. Les volontaires n'ont aucun quota à respecter.
A titre indicatif, il est suggéré de relire une page par jour.
Distributed Proofreaders est officiellement affilié au Projet Gutenberg
en 2002, puis devient une entité séparée en mai 2006 tout en conservant
des liens étroits avec le Projet Gutenberg. Distributed Proofreaders
compte 10.000 livres numérisés et relus par ses soins en décembre 2006
et 18.000 livres en juin 2010. Distributed Proofreaders Europe (DP
Europe) voit le jour en janvier 2004, et Distributed Proofreaders
Canada (DP Canada) en juillet 2007.

Octobre 2000 > La Public Library of Science, ou la science pour tous

Fondée en octobre 2000 par un groupe de chercheurs des universités de
Stanford et de Berkeley (Californie) pour contrer les pratiques des
éditeurs spécialisés de revues scientifiques et médicales vendues à un
coût exhorbitant, la Public Library of Science (PLoS) propose de
regrouper tous ces articles au sein d'archives en ligne en accès libre,
avec point d'accès unique, moteur de recherche multicritères et système
d'hyperliens entre les articles. La réponse de la communauté
scientifique internationale est remarquable. Au cours des deux années
suivantes, la lettre ouverte de PLoS est signée par 34.000 chercheurs
dans 180 pays. Le réponse des éditeurs est beaucoup moins enthousiaste,
si bien que ce projet ne voit finalement pas le jour. Mais PLoS
poursuit ses activités en décidant de devenir lui-même éditeur de
périodiques scientifiques et médicaux en ligne et gratuits, et débute
ses activités éditoriales en janvier 2003.

Octobre 2000 > L'eBookMan est l'assistant personnel multimédia de
Franklin

En octobre 2000, Franklin lance l'eBookMan, un assistant personnel
multimédia qui - entre autres fonctionnalités (agenda, dictaphone,
etc.) - permet la lecture de livres numériques sur le Franklin Reader.
Trois modèles (EBM-900, EBM-901 et EBM-911) sont disponibles début
2001, avec des prix de 130, 180 ou 230 dollars US selon la taille de la
mémoire vive (8 ou 16 Mo) et un écran à cristaux liquides (ou écran
LCD: Liquid Cristal Display) rétro-éclairé ou non. Nettement plus grand
que celui de ses concurrents, l'écran n'existe toutefois qu'en noir et
blanc, contrairement à la gamme Pocket PC ou à certains modèles Palm
avec écran couleur. L'eBookMan permet aussi l'écoute de livres
audionumériques et de fichiers musicaux au format MP3. En octobre 2001,
Franklin intègre le Mobipocket Reader à l'eBookMan, et le Franklin
Reader intègre les gammes d'appareils mobiles Psion, Palm, Pocket PC et
Nokia.

Novembre 2000 > Le Gemstar eBook, une tablette de lecture en deux
versions

Présenté en octobre 2000 à New York et commercialisé en novembre 2000
aux États-Unis, le Gemstar eBook se décline en deux modèles, qui sont
les successeurs du Rocket eBook (conçu par NuvoMedia) et du SoftBook
Reader (conçu par SoftBook Press), suite au rachat de NuvoMedia et de
SoftBook Press en janvier 2000 par Gemstar-TV Guide International, une
grande société spécialisée dans les produits et services numériques
pour les médias. Ces deux modèles - le REB 1100 (écran noir et blanc,
successeur du Rocket eBook) et le REB 1200 (écran couleur, successeur
du SoftBook Reader) - sont construits et vendus sous le label RCA,
appartenant à Thomson Multimedia. Le système d'exploitation, le
navigateur et le logiciel de lecture sont spécifiques au produit, tout
comme le format de lecture, basé sur le format OeB (Open eBook).  À
l'automne 2002, ses successeurs, le GEB 1150 et le GEB 2150, sont
produits sous la marque Gemstar et vendus avec un abonnement ou non à
la librairie numérique de Gemstar. Gemstar met fin à ses activités
eBook en juin 2003.

Novembre 2000 > La Bible de Gutenberg originale numérisée et disponible
en ligne

En novembre 2000, la British Library met en ligne la version numérique
du premier livre à avoir jamais été imprimé. Datant de 1454 ou 1455,
cette Bible aurait été imprimée par Gutenberg en 180 exemplaires dans
son atelier de Mayence, en Allemagne. 48 exemplaires, dont certains
incomplets, existeraient toujours. La British Library en possède deux
versions complètes, et une partielle. En mars 2000, dix chercheurs et
experts techniques de l'Université Keio de Tokyo et de NTT (Nippon
Telegraph and Telephone Communications) viennent travailler sur place
pendant deux semaines pour numériser les deux versions complètes,
légèrement différentes, avec mise en ligne d'une belle version
numérisée quelques mois plus tard.

Novembre 2000 > Frederick Forsyth, romancier anglais, tente l'aventure
numérique

À la suite de l'auteur de best-sellers Stephen King, Frederick Forsyth,
le maître britannique du thriller, décide lui aussi de tenter
l'aventure numérique, avec l'appui d'Online Originals, un éditeur
électronique londonien. En novembre 2000, Online Originals publie The
Veteran, histoire d'un crime violent commis à Londres et premier volet
de Quintet, une série de cinq nouvelles électroniques (annoncées dans
l'ordre suivant: The Veteran, The Miracle, The Citizen, The Art of the
Matter, Draco). Disponible en trois formats (PDF, Microsoft Reader et
Glassbook Reader), la nouvelle est vendue au prix de 3,99 pounds (6,60
euros) sur le site de l'éditeur et dans plusieurs librairies en ligne
au Royaume-Uni (Alphabetstreet, BOL.com, WHSmith)  et aux États-Unis
(Barnes & Noble, Contentville, Glassbook).

Novembre 2000 > Citation de Frederick Forsyth, maître britannique du
thriller

«La publication en ligne sera essentielle à l'avenir, déclare Frederick
Forsyth en novembre 2000 sur le site de son éditeur électronique. Elle
crée un lien simple et surtout rapide et direct entre le producteur
original (l'auteur) et le consommateur final (le lecteur), avec très
peu d'intermédiaires. Il est passionnant de participer à cette
expérience. Je ne suis absolument pas un spécialiste des nouvelles
technologies. Je n'ai jamais vu de livre électronique. Mais je n'ai
jamais vu non plus de moteur de Formule 1, ce qui ne m'empêche pas de
constater combien ces voitures de course sont rapides.»

Novembre 2000 > Arturo Pérez-Reverte, romancier espagnol, tente
l'aventure numérique

La série best-seller d'Arturo Pérez-Reverte, romancier espagnol, relate
les aventures du Capitan Alatriste au 17e siècle. Le nouveau titre à
paraître fin 2000 s'intitule El Oro del Rey (L'Or du Roi). En novembre
2000, en collaboration avec son éditeur Alfaguara, l'auteur décide de
diffuser El Oro del Rey en version numérique sur un site spécifique du
portail Inicia, en exclusivité pendant un mois, avant la sortie du
livre imprimé en librairie. Le roman est disponible au format PDF pour
2,90 euros, un prix très inférieur aux 15,10 euros annoncés pour le
livre imprimé. Résultat de l'expérience, le nombre de téléchargements
est très satisfaisant, mais pas celui des paiements. Un mois après la
mise en ligne du roman, on compte 332.000 téléchargements, avec
paiement par 12.000 lecteurs seulement.

Novembre 2000 > Amazon.com ouvre son eBookStore

Amazon.com ouvre son secteur eBooks en novembre 2000, suite à un
partenariat passé avec Microsoft en août 2000 pour vendre des livres
lisibles sur le Microsoft Reader, aussi bien pour le Pocket PC que pour
toute plateforme Windows. Amazon.com passe aussi un partenariat avec
Adobe en août 2000 afin de proposer des titres lisibles sur l'Acrobat
Reader et le Glassbook Reader, Adobe ayant racheté la société Glassbook
à la même date. En avril 2001, Adobe conclut un partenariat avec
Amazon, qui met en vente 2.000 livres numériques lisibles sur l'Acrobat
eBook Reader: titres de grands éditeurs, guides de voyages, livres pour
enfants, etc.

Décembre 2000 > Gyricon Media, une technologie d'encre électronique

En décembre 2000, des chercheurs de PARC (Palo Alto Research Center),
le centre Xerox de la Silicon Valley, créent la société Gyricon Media
dans le but de développer et commercialiser le SmartPaper, un modèle de
papier électronique basé sur une technologie d'affichage dénommée
gyricon (elle-même développée depuis 1997). Très schématiquement, la
technologie est la suivante: prises entre deux feuilles de plastique
souple, des millions de micro-alvéoles contiennent des micro-billes
bicolores en suspension dans un liquide clair. Chaque bille est pourvue
d'une charge électrique. Une impulsion électrique extérieure permet la
rotation des billes, et donc le changement de couleur, afin d'afficher,
de modifier ou d'effacer des données. En 2004, le marché pressenti est
d'abord celui de l'affichage commercial, avec vente d'affichettes
fonctionnant sur piles. La société disparaît en 2005, les activités de
recherche et développement se poursuivant au sein de Xerox.

2000 > Le wiki, un site web collaboratif

Issu du terme hawaïen «wiki» (qui signifie: vite, rapide), un wiki est
un site web permettant à plusieurs utilisateurs de collaborer en ligne
sur un même projet. Le concept du wiki devient très populaire en 2000.
A tout moment, ces utilisateurs peuvent contribuer à la rédaction du
contenu, modifier ce contenu et l'enrichir en permanence. Le wiki est
utilisé par exemple pour créer et gérer des dictionnaires, des
encyclopédies ou encore des sites d'information sur un sujet donné. Le
programme présent derrière l'interface d'un wiki est plus ou moins
élaboré. Un programme simple gère du texte et des hyperliens. Un
programme élaboré permet d'inclure des images, des graphiques, des
tableaux, etc. L'encyclopédie wiki la plus connue est Wikipédia.

Janvier 2001 > Wikipédia, grande encyclopédie collaborative gratuite en
ligne

Fondée en janvier 2001 à l'initiative de Jimmy Wales et de Larry Sanger
(Larry quitte ensuite l'équipe), Wikipédia est une encyclopédie
gratuite écrite collectivement et dont le contenu est librement
réutilisable. Sans publicité et financée par des dons, elle est rédigée
par des milliers de volontaires, avec possibilité pour tout un chacun
de corriger ou compléter les articles. Les articles restent la
propriété de leurs auteurs. La libre utilisation des articles est régie
par la licence GFDL (GNU Free Documentation licence) et la licence
Creative Commons. En mai 2007, Wikipédia compte 7 millions d'articles
dans 192 langues, dont 1,8 million en anglais, 589.000 en allemand,
500.000 en français, 260.000 en portugais et 236.000 en espagnol. En
2008, Wikipédia est l'un des cinq sites les plus visités du web. En
septembre 2010, Wikipédia compte 14 millions d'articles dans 272
langues, dont 3,4 millions en anglais, 1,1 million en allemand et 1
million en français, qui est donc la troisième langue de
l'encyclopédie.

Janvier 2001 > L'UNL (Universal Networking Language), un projet de
métalangage numérique

La Fondation UNDL (Universal Networking Digital Language) est fondée en
janvier 2001 à Genève (Suisse) pour développer et promouvoir le projet
UNL (Universal Networking Language). Lancé en 1996 à Tokyo sous l'égide
de l'Institute of Advanced Studies (IAS) de l'Université des Nations
Unies (UNU), le projet UNL est un projet de métalangage numérique -- ou
interlangue - formant une passerelle entre une langue source et une
langue cible et offrant ainsi une solution aux problèmes de
communication posés par la barrière des langues. Comme expliqué sur le
wiki du projet en langue française, «l'UNL est une langue artificielle
créée pour prendre en compte les informations et connaissances
véhiculées par les langues humaines. Elle est dotée de composantes
lexicales, grammaticales et sémantiques, comme les langues naturelles.
Couplée à l'intelligence artificielle, l'UNL facilite la communication
entre l'homme et la machine, et par le biais de la machine, entre tous
les peuples dans la langue maternelle de chacun.»

Janvier 2001 > Le Cybook est la première tablette de lecture européenne

Le Cybook premier modèle (21 x 16 cm, 1 kilo) est lancé en janvier 2001
par la société française Cytale sous la houlette d'Olivier Pujol, en
tant que première tablette de lecture européenne. Sa mémoire - 32 Mo de
mémoire SDRAM et 16 Mo de mémoire flash - permet de stocker 15.000
pages de texte, soit 30 livres de 500 pages. Mais les ventes sont très
inférieures aux pronostics, le marché n'étant pas encore mûr pour ce
genre d'appareil, et forcent la société à se déclarer en cessation de
paiement. Cytale est mis en liquidation judiciaire en juillet 2002 et
cesse ses activités à la même date. La commercialisation du Cybook est
reprise quelques mois plus tard par la société Bookeen, créée en 2003 à
l'initiative de Michael Dahan et Laurent Picard, deux ingénieurs de
Cytale. Le Cybook deuxième génération est disponible en juin 2004, avec
divers modèles. En juillet 2007, Bookeen lance le Cybook Gen3, avec un
écran utilisant pour la première fois la technologie E Ink.

Janvier 2001 > Adobe lance l'Acrobat eBook Reader

En janvier 2001, Adobe lance deux nouveaux produits en complément de
l'Acrobat Reader (logiciel gratuit permettant de lire les fichiers PDF)
et de l'Adobe Acrobat (logiciel payant permettant de les créer).
L'Acrobat eBook Reader (gratuit) est un logiciel de lecture pour les
livres numériques sous droits, avec gestion des droits par l'Adobe
Content Server. L'Adobe Content Server (payant) est un système de DRM
(Digital Rights Management) destiné aux éditeurs et distributeurs pour
la gestion des droits numériques, à savoir le conditionnement, la
protection, la distribution et la vente sécurisée des livres numériques
au format PDF. En mai 2003, l'Acrobat eBook Reader (2e version)
fusionne avec l'Acrobat Reader (5e version) pour devenir l'Adobe Reader
(qui débute à la 6e version).

Février 2001 > Citation de Russon Wooldridge, fondateur du Net des
études françaises

Russon Wooldridge, professeur au département des études françaises de
l'Université de Toronto (Canada), fonde le Net des études françaises
(NEF) en mai 2000 en tant que réseau international francophone axé sur
la diffusion libre du savoir. Il explique en février 2001: «Mes
activités de recherche, autrefois menées dans une tour d'ivoire, se
font maintenant presque uniquement par des collaborations locales ou à
distance. (...) Tout mon enseignement exploite au maximum les
ressources d'internet (le web et le courriel): les deux lieux communs
d'un cours sont la salle de classe et le site du cours, sur lequel je
mets tous les matériaux des cours. Je mets toutes les données de mes
recherches des vingt dernières années sur le web (réédition de livres,
articles, textes intégraux de dictionnaires anciens en bases de données
interactives, de traités du 16e siècle, etc.). Je publie des actes de
colloques, j'édite un journal, je collabore avec des collègues
français, mettant en ligne à Toronto ce qu'ils ne peuvent pas publier
en ligne chez eux.» (Entretien du NEF)

Mars 2001 > IBM lance le WebSphere Translation Server

En mars 2001, IBM se lance dans un marché de la traduction en pleine
expansion avec un produit professionnel haut de gamme, le WebSphere
Translation Server. Ce logiciel traduit instantanément en plusieurs
langues (allemand, anglais, chinois, coréen, espagnol, français,
italien, japonais) les pages web, courriels et chats. Il interprète 500
mots à seconde et permet l'ajout de vocabulaires spécifiques.

Mars 2001 > Palm lance le Palm Reader, son logiciel de lecture

En mars 2001, la société Palm fait l'acquisition de Peanutpress.com,
éditeur et distributeur de livres numériques pour assistant personnel
(PDA), qui appartenait jusque-là à la société netLibrary. Le Peanut
Reader devient le Palm Reader, utilisable aussi bien sur le Palm Pilot
que sur le Pocket PC, et les 2.000 titres de Peanutpress.com sont
transférés dans la librairie numérique Palm Digital Media. En juillet
2002, le Palm Reader est utilisable sur ordinateur. A la même date,
Palm Digital Media distribue 5.500 titres dans plusieurs langues. En
2003, le catalogue approche les 10.000 titres.

Avril 2001 > PDA et tablettes de lecture: quelques chiffres

En avril 2001, on compte 17 millions de PDA dans le monde pour
seulement 100.000 tablettes de lecture, d'après un Seybold Report en
ligne. 13,2 millions de PDA sont vendus en 2001. En 2002, la gamme Palm
Pilot est toujours le leader du marché (36,8% des machines vendues),
suivi de la gamme Pocket PC de Microsoft et des modèles de Hewlett-
Packard, Sony, Handspring, Toshiba et Casio. Les systèmes
d'exploitation utilisés sont essentiellement le Palm OS (pour 55% des
machines) et le Pocket PC (pour 25,7% des machines). En 2004, les trois
principaux fabricants de PDA sont Palm, Sony et Hewlett-Packard.
Suivent Handspring, Toshiba, Casio et d'autres. Mais le PDA est de plus
en plus concurrencé par le smartphone, qui est un téléphone portable
doublé d'un PDA, et les ventes commencent à baisser. En février 2005,
Sony décide de se retirer complètement du marché des PDA.

Avril 2001 > Le premier mail-roman francophone, lancé par Jean-Pierre
Balpe

Jean-Pierre Balpe est chercheur, écrivain et directeur du département
hypermédia de l'Université Paris 8. Pendant très exactement cent jours,
entre le 11 avril et le 19 juillet 2001, il diffuse quotidiennement par
courriel un chapitre de son mail-roman «Rien n'est sans dire» auprès de
cinq cents personnes - sa famille, ses amis, ses collègues, etc. - en y
intégrant les réponses et réactions des lecteurs. Racontée par un
narrateur, l'histoire est celle de Stanislas et Zita, qui vivent une
passion tragique déchirée par une sombre histoire politique. Cette idée
d'un mail-roman est venue à l'auteur de deux sources différentes:
«d'une part en se demandant ce qu'internet peut apporter sur le plan de
la forme à la littérature, d'autre part en lisant la littérature
épistolaire du 18e siècle, ces fameux romans par lettres». Cette
expérience renforce la conviction de Jean-Pierre Balpe que «les
technologies numériques sont une chance extraordinaire du
renouvellement du littéraire».

Octobre 2001 > La Wayback Machine, pour consulter l'historique d'un
site web

En octobre 2001, l'Internet Archive met ses archives en accès libre
grâce à la Wayback Machine, qui permet à tout un chacun de voir
l'historique d'un site web - à savoir la présentation et le contenu
d'un site web donné - théoriquement tous les deux mois à partir de
1996, date de la création de l'Internet Archive. Fondée en avril 1996
par Brewster Kahle à San Francisco (Californie), l'Internet Archive a
pour but de constituer, stocker, préserver et gérer une bibliothèque de
l'internet, en archivant régulièrement la totalité du web. En 2004, les
archives du web représentent plus de 300 To (téraoctets) de données,
avec une croissance de 12 To par mois. Le nombre de pages web visibles
avec la Wayback Machine est de 65 milliards (provenant de 50 millions
de sites web) en décembre 2006, 85 milliards de pages web en mai 2007
et 150 milliards de pages web en mars 2010.

2001 > La licence Creative Commons adapte le droit d'auteur au web

Lancée en 2001 à l'initiative de Lawrence «Larry» Lessig, professeur de
droit à la Stanford Law School, en Californie, la licence Creative
Commons veut favoriser la diffusion d'oeuvres numériques tout en
protégeant le droit d'auteur. L'organisme du même nom propose des
licences-type, qui sont des contrats flexibles de droit d'auteur
compatibles avec une diffusion sur l'internet. L'auteur peut par
exemple choisir d'autoriser ou non la reproduction et la rediffusion de
ses oeuvres. Ces contrats peuvent être utilisés pour tout type de
création: texte, film, photo, musique, site web, etc. Finalisée en
février 2007, la version 3.0 de la Creative Commons instaure une
licence internationale et la compatibilité avec d'autres licences
similaires, dont le copyleft et la GPL (General Public License). Une
licence Creative Commons est utilisée pour un million d'oeuvres en
2003, 4,7 millions d'oeuvres en 2004, 20 millions d'oeuvres en 2005, 50
millions d'oeuvres en 2006, 90 millions d'oeuvres en 2007, 130 millions
d'oeuvres en 2008 et 350 millions d'oeuvres en avril 2010.

2001 > Le Nokia 9210 est le premier smartphone

Le Nokia 9210 est le premier smartphone du marché, lancé dès 2001 par
la société finlandaise Nokia, grand fabricant mondial de téléphones
portables. Apparaissent ensuite le Nokia Series 60, le Sony Ericsson
P800, puis les modèles de Motorola et de Siemens. Ces différents
modèles permettent de lire des livres numériques sur le Mobipocket
Reader, le logiciel de lecture de Mobipocket. Appelé aussi téléphone
multimédia, téléphone multifonctions ou encore téléphone intelligent,
le smartphone dispose d'un écran couleur, du son polyphonique et de la
fonction appareil photo, qui viennent s'ajouter aux fonctions
habituelles du PDA  (assistant personnel): agenda, dictaphone, lecteur
de livres numériques, lecteur de musique, etc. Les smartphones
représentent 3,7% des ventes de téléphones mobiles en 2004 et 9% de ces
ventes en 2006, à savoir 90 millions de smartphones pour un milliard de
téléphones portables.

Janvier 2003 > La Public Library of Science, éditeur de revues en ligne
gratuites de haut niveau

En janvier 2003, la Public Library of Science (PLoS) -- fondée en
octobre 2000 - devient un éditeur non commercial de périodiques
scientifiques et médicaux en ligne gratuits. Une équipe éditoriale de
haut niveau est constituée pour lancer des périodiques de qualité -
PLoS Biology en octobre 2003 puis PLoS Medicine en 2004 - selon un
nouveau modèle d'édition en ligne basé sur la diffusion libre du
savoir. Trois nouveaux titres voient le jour en 2005: PLoS Genetics,
PLoS Computational Biology et PLoS Pathogens. PLoS Clinical Trials est
lancé en mai 2006. PLoS Neglected Tropical Diseases est lancé en
automne 2007 en tant que première publication scientifique consacrée
aux maladies tropicales négligées. Librement accessibles en ligne, tous
les articles peuvent être diffusés et réutilisés ailleurs, y compris
pour des traductions, selon les termes de la licence Creative Commons,
la seule contrainte étant la mention des auteurs et de la source.

Février 2003 > Citation de Nicolas Pewny, consultant en édition
électronique

Libraire en Haute-Savoie (France), éditeur -- il fonde les éditions du
Choucas en 1992 - puis consultant en édition électronique, Nicolas
Pewny écrit en février 2003: «Je vois le livre numérique du futur comme
un "ouvrage total" réunissant textes, sons, images, vidéo,
interactivité: une nouvelle manière de concevoir et d'écrire et de
lire, peut-être sur un livre unique, sans cesse renouvelable, qui
contiendrait tout ce que l'on a lu, unique et multiple compagnon.
Utopique? Invraisemblable? Peut-être pas tant que cela!» (Entretien du
NEF)

Février 2003 > Le portail de Handicapzéro, ou l'internet pour tous

L'association Handicapzéro a pour but d'améliorer l'autonomie des
personnes ayant un problème visuel, à savoir 10% de la population
francophone. Elle lance en février 2003 un portail généraliste offrant
en accès libre l'information nationale et internationale, l'actualité
sportive, les programmes de télévision, la météo, ainsi que toute une
gamme de services dans les domaines de la santé, de l'emploi, de la
consommation, des loisirs, des sports et de la téléphonie. Ce portail
est précédé d'un premier site web mis en ligne en septembre 2000 et qui
devient rapidement le site adapté le plus visité, avec 10.000 requêtes
mensuelles. En octobre 2006, le portail mis en ligne en février 2003
adopte une nouvelle présentation en enrichissant encore ses services
pour les personnes aveugles et mal voyantes et pour les personnes
souhaitant communiquer avec eux (par exemple, transcription gratuite de
messages en braille et vice versa). Plus de 2 millions de visiteurs
utilisent les services du portail au cours de l'année 2006.

Mars 2003 > Paulo Coelho diffuse des romans gratuitement au format PDF

Le romancier brésilien Paulo Coelho est devenu mondialement célèbre
après la parution de L'Alchimiste. Début 2003, ses livres, traduits en
56 langues, ont été vendus en 53 millions d'exemplaires dans 155 pays,
dont 6,5 millions d'exemplaires dans les pays francophones. En mars
2003, Paulo Coelho décide de distribuer plusieurs romans gratuitement
en version PDF, en diverses langues, avec l'accord de ses éditeurs
respectifs, dont Anne Carrière, son éditrice en France. Trois romans
sont disponibles en français: Manuel du guerrier de la lumière, La
cinquième montagne et Veronika décide de mourir. Pourquoi une telle
décision? «Comme le français est présent, à plus ou moins grande
échelle, dans le monde entier, je recevais sans cesse des courriers
électroniques d'universités et de personnes habitant loin de la France,
qui ne trouvaient pas mes oeuvres», déclare le romancier à la même date
par le biais de son éditrice. À la question classique relative au
préjudice éventuel sur les ventes futures, il répond: «Seule une
minorité de gens a accès à l'internet, et le livre au format ebook ne
remplacera jamais le livre papier.» Une remarque très juste en 2003,
mais qui n'est peut-être plus de mise en 2010.

Mai 2003 > L'Adobe Reader remplace l'Acrobat Reader

En mai 2003, dix ans après ses débuts en juin 1993, l'Acrobat Reader
(5e version) fusionne avec l'Acrobat eBook Reader (2e version) pour
devenir l'Adobe Reader (débutant à la version 6), qui permet de lire
aussi bien les fichiers PDF standard que les fichiers PDF sécurisés des
livres numériques sous droits. Fin 2003, Adobe ouvre sa librairie en
ligne, dénommée Digital Media Store, avec les titres au format PDF de
grands éditeurs (HarperCollins Publishers, Random House, Simon &
Schuster, etc.) ainsi que les versions électroniques de journaux et
magazines comme le New York Times, Popular Science, etc. Adobe lance
aussi Adobe eBooks Central, un service permettant de lire, publier,
vendre et prêter des livres numériques, et l'Adobe eBook Library, qui
se veut un prototype de bibliothèque de livres numériques. Les versions
récentes d'Adobe Acrobat - logiciel payant lancé en 1993 pour créer des
fichiers PDF - permettent de créer des PDF compatibles avec le format
OeB, ce format étant devenu entre temps un autre standard du livre
numérique.

Septembre 2003 > Le contenu des cours du MIT disponible gratuitement en
ligne

En septembre 2003, le MIT (Massachusetts Institute of Technology) lance
officiellement le MIT OpenCourseWare pour offrir le matériel
d'enseignement de  ses cours en ligne, avec accès libre et gratuit. Ce
matériel d'enseignement comprend des textes de conférences, des travaux
pratiques, des exercices et corrigés, des bibliographies, des documents
audio et vidéo, etc. Mise en ligne un an plus tôt, la version pilote du
MIT OpenCourseWare a d'abord offert le matériel d'enseignement de 32
cours représentatifs des cinq facultés du MIT. Le matériel
d'enseignement d'une centaine de cours est disponible en septembre 2003
lors du lancement officiel du site, avec 500 cours dans 33 disciplines
en mars 2004 et 1.400 cours dans 34 disciplines en mai 2006. La
totalité des 1.800 cours dispensés par le MIT est en ligne en novembre
2007, avec actualisation régulière. En novembre 2005 est lancé en
parallèle l'OpenCourseWare Consortium (OCW Consortium), qui propose les
cours en accès libre de nombreuses universités selon le même schéma.

Février 2004 > Facebook, réseau social

Facebook est un réseau social fondé en février 2004 par Mark Zuckerberg
et ses collègues étudiants. Destiné à l'origine aux étudiants de
l'Université de Harvard (États-Unis), puis aux étudiants de toutes les
universités américaines, le réseau social est ouvert à tous depuis
septembre 2006 pour se connecter aussi bien à ses proches (famille,
amis, collègues) qu'à des personnes inconnues partageant les mêmes
centres d'intérêt ou non. Facebook est depuis devenu le deuxième site
mondial en nombre de visites, après Google, avec 500 millions d'usagers
en juin 2010, tout en suscitant des débats sur le respect de la vie
privée.

Avril 2004 > Le Librié, première tablette de lecture de Sony

En avril 2004, Sony lance au Japon son premier Reader, le Librié 1000-
EP, produit en partenariat avec les sociétés Philips et E Ink. Cette
tablette est d'ailleurs la première à utiliser la technologie
d'affichage développée par E Ink et dénommée encre électronique.
L'appareil pèse 300 grammes (avec piles et protection d'écran) pour une
taille de 12,6 x 19 x 1,3 centimètres. Sa mémoire est de 10 Mo - avec
possibilité d'extension - et sa capacité de stockage de 500 livres. Son
écran de 6 pouces a une définition de 170 DPI et une résolution de 800
x 600 pixels. Un port USB permet le téléchargement des livres à partir
de l'ordinateur. L'appareil comprend aussi un clavier, une fonction
enregistrement et une synthèse vocale. Il fonctionne avec quatre piles
alcalines, qui permettraient la consultation de 10.000 pages. Son prix
est de 375 dollars US. Le Librié est l'ancêtre du Sony Reader, lancé
aux États-Unis en octobre 2006.

2004 > Le web 2.0, basé sur les notions de communauté et de partage

Apparu en 2004, le web 2.0 est caractérisé par les notions de
communauté et de partage, avec une flopée de sites dont le contenu est
alimenté par les utilisateurs, par exemple les blogs, les wikis, les
sites sociaux ou les encyclopédies collaboratives. Wikipédia, Facebook
et Twitter, bien sûr, mais aussi des dizaines de milliers d'autres.
L'expression «web 2.0» émane d'un éditeur puisqu'elle est utilisée pour
la première fois en 2004 par Tim O'Reilly, fondateur des éditions
O'Reilly Media, en tant que titre pour une série de conférences qu'il
organise. Le web 2.0 commence peut-être à répondre au rêve formulé par
Tim Berners-Lee, inventeur du web en 1990, dans un essai qu'il rédige
en 1998: «Le web deviendrait d'une utilisation tellement courante qu'il
serait un miroir réaliste (sinon la principale incarnation) de la
manière dont nous travaillons, jouons et nouons des relations
sociales.» (The World Wide Web: A very short personal history)

2005 > Smartphones ou tablettes dédiées?

En 2005, on se demande si les tablettes électroniques dédiées à la
lecture pourront vraiment réussir à s'imposer face aux smartphones
multifonctions.  On se demande aussi s'il existe une clientèle
spécifique pour les deux machines, la lecture sur téléphone portable et
smartphone étant destinée au grand public, et la lecture sur tablette
étant réservée aux gros consommateurs de documents que sont les
lycéens, les étudiants, les professeurs, les chercheurs ou les
juristes. Le débat n'est pas prêt d'être clos en 2010, bien qu'on ne
parle plus de publics différents pour l'une et l'autre machine. Une
chose est certaine: la compétition risque d'être rude sur un marché
très prometteur.

Avril 2005 > Le format ePub, un standard du livre numérique

En avril 2005, l'Open eBook Forum devient l'International Digital
Publishing Forum (IDPF), et le format OeB laisse la place au format
ePub, acronyme de «electronic publication». Ce format est un standard
ouvert pour les livres numériques, largement utilisé par les éditeurs
pour la distribution de leurs livres. Il est destiné à faciliter la
mise en page du contenu sur tout appareil de lecture (ordinateur,
téléphone mobile, smartphone, tablette de lecture). Les fichiers PDF
créés avec des versions récentes du logiciel Adobe Acrobat sont
compatibles avec le format ePub.

Mai 2005 > Google Print, ancêtre de Google Books

Avant de lancer le fameux Google Books, Google lance Google Print en
mai 2005. Ce lancement est précédé de deux étapes. En octobre 2004,
Google lance la première partie de son programme, établi en partenariat
avec les éditeurs pour pouvoir consulter à l'écran des extraits de
livres, puis commander les livres auprès d'une librairie en ligne. En
décembre 2004, Google lance la deuxième partie de son programme, cette
fois à destination des bibliothèques, avec un projet de bibliothèque
numérique de 15 millions de livres consistant à numériser plusieurs
grandes bibliothèques partenaires (celles des Universités du Michigan,
de Harvard, de Stanford et d'Oxford, et de la ville de New York).
Google prévoit de numériser 10 millions de livres sur six ans, avec un
chantier d'une durée totale de dix ans. En août 2005, trois mois après
son lancement, Google Print est suspendu pour une durée indéterminée
suite au conflit qui oppose Google aux associations américaines
d'auteurs et d'éditeurs de livres sous droits, celles-ci reprochant à
Google de numériser les livres sans l'accord préalable des ayants
droit.

Août 2006 > Google Books, le service livres de Google

Le programme reprend en août 2006 sous le nom de Google Books (Google
Livres). La numérisation des fonds de grandes bibliothèques se
poursuit, tout comme le développement de partenariats avec les éditeurs
qui le souhaitent. Les livres libres de droit sont consultables à
l'écran en texte intégral, leur contenu est copiable et l'impression
est possible page à page. Ils sont aussi téléchargeables sous forme de
fichiers PDF et imprimables dans leur entier. Le conflit avec les
associations d'auteurs et d'éditeurs se poursuit lui aussi, puisque
Google continue de numériser des livres sous droits sans l'autorisation
préalable des ayants droit, en invoquant le droit de citation pour
présenter des extraits sur le web. L'Authors Guild et l'Association of
American Publishers (AAP) invoquent pour leur part le non respect de la
législation relative au copyright pour attaquer Google en justice. Un
accord entre les deux parties sera proposé en novembre 2008.

Août 2006 > L'Open Content Alliance, une bibliothèque numérique
planétaire et publique

Un vaste projet indépendant de bibliothèque numérique planétaire et
publique est lancé en août 2006 sous le nom d'Open Content Alliance
(OCA) à l'instigation de l'Internet Archive, qui conçoit le projet dès
octobre 2005 avec Yahoo!  L'OCA comptabilise ses 100.000 premiers
livres numériques en décembre 2006, avec 12.000 nouveaux livres par
mois. Le but de l'OCA est de fédérer un grand nombre de partenaires
(bibliothèques, universités, organismes gouvernementaux, associations,
organismes culturels, sociétés informatiques) pour créer une
bibliothèque numérique respectueuse du copyright et sur un modèle
ouvert, avec consultation des collections sur tout moteur de recherche,
contrairement à Google Books uniquement disponible sur Google. De même,
l'OCA ne numérise les livres sous droits que si les éditeurs (ou
auteurs) de ces livres ont donné leur accord. Les premiers organismes
participants sont les bibliothèques des Universités de Californie et de
Toronto, les Archives européennes, les Archives nationales du Royaume-
Uni, O'Reilly Media et les Prelinger Archives. Un million de livres
numérisés sont disponibles dans la partie Text Archive de l'Internet
Archive en décembre 2008, et deux millions de livres en mars 2010.

Août 2006 > Le catalogue collectif mondial WorldCat lance une version
web gratuite

En août 2006, le catalogue collectif mondial WorldCat -- géré depuis
nombre d'années par l'association OCLC (Online Computer Library Center)
-- lance sa version web bêta en accès libre. WorldCat est par ailleurs
disponible sur abonnement, avec 73 millions de notices (permettant de
localiser un milliard de documents) émanant de 10.000 bibliothèques
dans 112 pays en 2006. À la notice bibliographique du document
s'ajoutent les informations suivantes: table des matières, résumé,
couverture, illustrations et courte biographie de l'auteur. La
migration de WorldCat sur le web est progressive. La consultation des
notices est d'abord possible par le biais de plusieurs moteurs de
recherche (Yahoo!, Google et d'autres) avant le lancement d'une version
web gratuite. Les bibliothèques membres y proposent non seulement leur
catalogue mais aussi un accès direct (gratuit ou payant) à leurs
documents électroniques: livres du domaine public, articles, photos,
vidéos, musique et livres audio. En avril 2010, WorldCat permet de
localiser 1,5 milliard de documents.

2006 > Twitter, ou l'information en 140 caractères

Fondé en 2006 en Californie par Jack Dorsey, Evan Williams et Biz
Stone, Twitter est un outil de réseau social et de micro-blogging qui
permet à l'utilisateur d'envoyer gratuitement des messages brefs
gratuits (tweets) de 140 caractères maximum, par internet, par
messagerie instantanée ou par SMS. Parfois décrit comme le SMS de
l'internet, Twitter a depuis gagné une popularité mondiale, avec 106
millions d'utilisateurs en avril 2010 et 300.000 nouveaux usagers par
jour. Quant aux tweets, on en compte 5.000 par jour en 2007, 300.000 en
2008, 2,5 millions en 2009, 50 millions en janvier 2010 et 55 millions
en avril 2010, avec un archivage systématique des tweets par la
Bibliothèque du Congrès en tant que reflet des tendances de notre
époque, et l'ajout des tweets par Google dans les résultats de son
moteur de recherche.

Octobre 2006 > Le Sony Reader, nouvelle tablette de lecture de Sony

Le Sony Reader est une tablette de lecture lancée en octobre 2006 aux
États-Unis au prix de 350 dollars. L'écran du Sony Reader, qui utilise
la technologie E Ink (comme le Librié, le modèle de Sony sorti au Japon
en avril 2004), est  «un écran qui donne une excellente expérience de
lecture, très proche de celle du vrai papier, et qui ne fatigue pas les
yeux» (Mike Cook, auteur du site ePubBooks.com). Un autre avantage de
cette tablette sur ses concurrentes est la durée de vie de la batterie,
avec plus de 7.000 pages consultables, ou deux semaines sans nécessité
de la recharger. Cette tablette est aussi la première à utiliser Adobe
Digital Editions. Le Sony Reader est progressivement disponible au
Canada, au Royaume-Uni, en Allemagne et en France, avec de nouveaux
modèles meilleur marché.

Décembre 2006 > Live Search Books, la bibliothèque numérique de
Microsoft

En décembre 2006, Microsoft met en ligne aux États-Unis la version bêta
de Live Search Books, sa bibliothèque numérique, qui permet une
recherche par mots-clés dans sa collection de livres du domaine public.
Ces livres sont numérisés par Microsoft suite à des accords passés avec
de grandes bibliothèques, les premières étant la British Library et les
bibliothèques des Universités de Californie et de Toronto, suivies en
janvier 2007 par la New York Public Library et la bibliothèque de
l'Université Cornell. Microsoft compte aussi ajouter des livres sous
droits, mais uniquement avec l'accord préalable des éditeurs. En mai
2007, Microsoft annonce des accords avec plusieurs grands éditeurs,
dont Cambridge University Press et McGraw Hill. Microsoft met
finalement un terme à ce projet en mai 2008, pour concentrer ses
efforts sur d'autres activités. Les 750.000 livres déjà numérisés sont
versés dans les collections de l'Open Content Alliance (OCA) sur le
site de l'Internet Archive.

Décembre 2006 > Citation de Marc Autret, journaliste et infographiste

Marc Autret, journaliste et infographiste, écrit en décembre 2006:
«J'imagine  l'e-book de demain comme une sorte de wiki cristallisé,
empaqueté dans un format. Quelle sera alors sa valeur propre? Celle
d'un livre: l'unité et la qualité du travail éditorial!» (Entretien du
NEF)

Décembre 2006 > Citation de Pierre Schweitzer, inventeur du projet
@folio, tablette de lecture nomade

Pierre Schweitzer est l'inventeur du projet @folio, une tablette de
lecture nomade qu'il conçoit dès 1996. Il écrit en décembre 2006: «La
chance qu'on a tous est de vivre là, ici et maintenant cette
transformation fantastique. Quand je suis né en 1963, les ordinateurs
avaient comme mémoire quelques pages de caractères à peine.
Aujourd'hui, mon baladeur de musique pourrait contenir des milliards de
pages, une vraie bibliothèque de quartier. Demain, par l'effet conjugué
de la loi de Moore et de l'omniprésence des réseaux, l'accès instantané
aux oeuvres et aux savoirs sera de mise. Le support de stockage lui-
même n'aura plus beaucoup d'intérêt. Seules importeront les commodités
fonctionnelles d'usage et la poétique de ces objets.» (Entretien du
NEF)

Mars 2007 > Citizendium, une encyclopédie collaborative expérimentale
en ligne

Citizendium - acronyme de «The Citizens' Compendium» - est une grande
encyclopédie collaborative en ligne conçue en novembre 2006 et lancée
en mars 2007 (en version bêta) par Larry Sanger, auparavant co-
fondateur de Wikipédia avec Jimmy Wales. Citizendium est une
encyclopédie coopérative et gratuite, tout comme Wikipédia, mais sans
ses travers, à savoir le vandalisme, le manque de rigueur et
l'utilisation d'un pseudonyme pour y contribuer. Les auteurs signent
leurs articles de leur vrai nom, et ces articles sont relus et corrigés
par des experts («editors») âgés d'au moins 25 ans et titulaires d'une
licence universitaire. De plus, des «constables» sont chargés de la
bonne marche du projet et du respect du règlement. Le jour de son
lancement le 25 mars 2007, Citizendium comprend 1.100 articles, 820
auteurs et 180 experts. 11.800 articles sont disponibles en juillet
2009 et 15.000 articles en septembre 2010.

Mars 2007 > Le rêve derrière Citizendium, d'après Larry Sanger, son
fondateur

Dans «Why Make Room for Experts in Web 2.0?» (Pourquoi accorder une
place aux experts dans le web 2.0?), une communication datée d'octobre
2006 et actualisée en mars 2007 sur le site de Citizendium, Larry
Sanger voit dans Citizendium l'émergence d'un nouveau modèle de
collaboration massive de dizaines de milliers d'intellectuels et
scientifiques, non seulement pour les encyclopédies, mais aussi pour
les manuels d'enseignement, les ouvrages de référence, le multimédia et
les applications en 3D. Cette collaboration serait basée sur le partage
des connaissances, dans la lignée du web 2.0, un concept lancé en 2004
pour caractériser les notions de communauté et de partage et qui se
manifeste d'abord par une floraison de wikis, blogs et sites sociaux.
D'après Larry Sanger, le web 2.0 peut également permettre de créer des
structures pour des collaborations scientifiques, et Citizendium peut
servir de prototype dans ce domaine.

Mai 2007 > L'Encyclopedia of Life, pour recenser toutes les espèces
animales et végétales

Lancée en mai 2007, l'Encyclopedia of Life est une vaste encyclopédie
collaborative en ligne dont l'objectif est de recenser de manière
exhaustive toutes les espèces animales et végétales connues (1,8
million), y compris les espèces en voie d'extinction, avec l'ajout de
nouvelles espèces au fur et à mesure de leur identification, ce qui
représenterait entre 8 et 10 millions d'espèces en tout. Le directeur
honoraire du projet est Edward Wilson, professeur émérite à
l'Université de Harvard, qui, dans un essai daté de 2002, fut le
premier à émettre le voeu d'une telle encyclopédie. Cinq ans plus tard,
en 2007, c'est désormais chose possible grâce aux avancées
technologiques en matière de gestion de contenu à vaste échelle.
L'encyclopédie se donne dix ans pour être complète, c'est-à-dire à
jour. Des versions en plusieurs langues seront gérées par des
organismes partenaires.

Juin 2007 > InterActive Terminology for Europe (IATE), une base
terminologique  en 24 langues

La base IATE (InterActive Terminology for Europe) est lancée sur le web
en janvier 2007 avec 1,4 million d'entrées dans les 23 langues
officielles de l'Union européenne, plus le latin, après un usage
interne sur l'intranet des institutions de l'Union européenne depuis le
printemps 2004. L'Union européenne est en effet passée de 15 à 25 pays
membres en mai 2004, pour atteindre 27 pays membres en janvier 2007,
d'où la nécessité de 23 langues officielles au lieu des 11 langues
officielles d'Eurodicautom, la base terminologique précédente (qui a
fusionné avec d'autres bases pour devenir IATE). La base IATE est
administrée par le Centre de traduction des organes de l'Union
européenne à Luxembourg. IATE comprend 8,4 millions de termes en 2009,
dont 540.000 abréviations et 130.000 expressions.

Juin 2007 > L'iPhone, un smartphone lancé par Apple

Présenté en janvier 2007 par Apple avant d'être lancé aux États-Unis en
juin 2007, l'iPhone est un smartphone, à savoir un téléphone mobile
multifonctions qui intègre le baladeur de musique iPod (lancé lui-même
en octobre 2001), un appareil photo et un navigateur internet, avec les
caractéristiques suivantes: grand écran tactile (3,5 pouces),
synchronisation automatique avec la plateforme iTunes pour télécharger
musique et vidéos, appareil photo de 2 mégapixels, navigateur Safari
d'Apple, système d'exploitation Mac OS X, téléphonie par les réseaux
GSM (Global System for Mobile Telecommunications) et EDGE (Enhanced
Data for GSM Evolution), connexion internet via la WiFi (Wireless
Fidelity) et enfin connexion Bluetooth. L'iPhone est lancé en juin 2007
au prix de 499 dollars US pour le modèle de 4 Go (giga-octets) et 599
dollars pour le modèle de 8 Go. Son lancement en Europe a lieu fin 2007
et  son lancement en Asie en 2008. D'autres modèles suivent. Le dernier
en date est l'iPhone 4, disponible en juin 2010.

Août 2007 > Citation de Denis Zwirn, président de la librairie
numérique Numilog

Président de la librairie numérique Numilog, qu'il fonde en mars 2000,
Denis Zwirn écrit en août 2007: «Le livre numérique n'est plus une
question de colloque, de définition conceptuelle ou de divination par
certains "experts": c'est un produit commercial et un outil au service
de la lecture. Il n'est pas besoin d'attendre je ne sais quel nouveau
mode de lecture hypermoderne et hypertextuel enrichi de multimédia
orchestrant savamment sa spécificité par rapport au papier, il suffit
de proposer des textes lisibles facilement sur les supports de lecture
électronique variés qu'utilisent les gens, l'encre électronique pouvant
progressivement envahir tous ces supports. Et de les proposer de
manière industrielle. Ce n'est pas et ne sera jamais un produit de
niche (les dictionnaires, les guides de voyage, les livres pour non
voyants...): c'est en train de devenir un produit de masse, riche de
formes multiples comme l'est le livre traditionnel.» (Entretien du NEF)

Novembre 2007 > Le Kindle, la tablette de lecture d'Amazon

Amazon lance en novembre 2007 sa propre tablette de lecture, le Kindle,
avec un format livresque (19 x 13 x 1,8 cm), un poids de 289 grammes,
un écran noir et blanc de 6 pouces avec une résolution de 800 x 600
pixels, un clavier, une mémoire de 256 Mo (extensible par carte SD), un
port USB et la possibilité de se connecter à l'internet via la WiFi.
Vendu 400 dollars US (soit 273 euros), le Kindle peut contenir jusqu'à
200 livres parmi les 80.000 disponibles dans le catalogue d'Amazon,
dont le catalogue de Mobipocket, société rachetée par Amazon en avril
2005. 538.000 tablettes sont vendues en 2008. Deux autres modèles, le
Kindle 2 et le Kindle DX (avec un écran plus grand), sont lancés
respectivement en février et mai 2009. Le catalogue d'Amazon
comptabiliserait 450.000 ebooks en mars 2010, y compris le catalogue
d'Audible.com (livres, journaux et magazines audio) racheté en janvier
2009.

Février 2008 > ActuaLitté, un magazine littéraire en ligne

Fondé en février 2008 par Nicolas Gary et ses amis, ActuaLitté est un
magazine littéraire en ligne «qui chaque jour ausculte les univers du
livre pour présenter les informations les plus complètes sur
l'évolution de l'industrie du livre. Ce magazine littéraire consacre
une grande part de ses investigations aux nouveaux secteurs du livre,
comme les lecteurs ebooks, la numérisation ou l'évolution numérique de
l'édition.» Au fil des mois, ce magazine devient incontournable pour la
profession.

Octobre 2008 > Google Books et les associations d'auteurs et d'éditeurs

En octobre 2008, suite à trois ans de conflit avec les associations
américaines d'auteurs et d'éditeurs, Google annonce un accord qui
serait basé sur un partage des revenus générés par Google Books --
lancé en mai 2005 sous le nom de Google Print - ainsi qu'un large accès
aux ouvrages épuisés, tout comme le paiement de 125 millions de dollars
US à l'Authors Guild et l'Association of American Publishers (AAP) pour
clôturer définitivement ce conflit. Suite à cet accord, Google pourrait
proposer de plus larges extraits des livres - jusqu'à 20% d'un même
ouvrage -, avec un lien commercial pour acheter une copie - numérique
ou non - de l'oeuvre. Les ayants droit auront la possibilité de
participer ou non au projet Google Books, et donc de retirer leurs
livres des collections. Par ailleurs, les bibliothèques universitaires
et publiques des États-Unis pourront accéder à un portail gratuit géré
par Google et donnant accès aux textes de millions de livres épuisés,
et un abonnement permettra aux universités et aux écoles de consulter
les collections des bibliothèques les plus renommées.

Novembre 2008 > Europeana, bibliothèque numérique européenne

Europeana, bibliothèque numérique européenne, voit le jour sur la toile
en novembre 2008. Bien avant Europeana, la Bibliothèque européenne est
tout d'abord un portail commun aux 43 bibliothèques nationales lancé en
janvier 2004 par la CENL (Conference of European National Librarians)
et hébergé sur le site de la Bibliothèque nationale des Pays-Bas. En
septembre 2005, la Commission européenne lance une vaste consultation
sur un projet de bibliothèque numérique européenne, avec réponse
requise en janvier 2006 et lancement officiel du projet en mars 2006.
Deux millions de documents sont disponibles en ligne en novembre 2008,
6 millions en mars 2010, 10 millions  en septembre 2010 avec une
nouvelle interface, et 14 millions en novembre 2010, dont 34% de livres
numérisés, 64% de documents iconographiques (photographies, cartes,
tableaux, images, pièces de musées numérisées) et 2% d'oeuvres
audiovisuelles.

Novembre 2009 > Le Nook, première tablette de lecture de Barnes & Noble

En novembre 2009, la grande chaîne de librairies Barnes & Noble lance
le Nook, sa propre tablette de lecture, pour 259 dollars US, après
l'avoir annoncée le mois précédent. La tablette dispose de la
plateforme Android et d'un écran E Ink de 6 pouces,, avec une connexion
WiFi et 3G. En Juin 2010, le prix du premier modèle passe à 199
dollars, et un nouveau modèle disposant de la seule connexion WiFi est
lancé au prix de 159 dollars. Le Nook Color est annoncé en octobre 2010
pour pouvoir apprécier les illustrations en couleur des magazines et
livres d'images. En novembre 2010, la catalogue de Barnes & Noble
propose 2 millions de livres numériques pour le Nook.

Avril 2010 > L'iPad, la tablette multifonctions d'Apple

L'iPad est lancé par Apple le 3 avril 2010 aux États-Unis, en tant que
tablette numérique multifonctions. Son prix initial est de 499 dollars
US, avec un iBookstore de 60.000 livres numériques qui devrait
s'étoffer rapidement. Un lancement mondial suit en juin 2010. Après
l'iPod (lancé en octobre 2001) puis l'iPhone (lancé en juin 2007), deux
objets cultes auprès de toute une génération, Apple devient lui aussi
un acteur de poids pour le livre numérique.

Avril 2010 > Citation de Catherine Domain, libraire et éditrice de
livres de voyage

Catherine Domain, fondatrice en 1971 de la librairie Ulysse, la plus
ancienne librairie de voyage au monde, lance sa propre maison d'édition
en avril 2010 pour publier des livres de voyage. Elle écrit à la même
date: «Internet a pris de plus en plus de place dans ma vie! Il me
permet depuis le 1er avril d'être éditeur grâce à de laborieuses
formations Photoshop, InDesign et autres. C'est une grande joie de
constater que la volonté politique de garder le pékin devant son ordi
afin qu'il ne fasse pas la révolution peut être mise en échec par des
apéros géants et spontanés de milliers de personnes qui veulent se voir
et se parler en vrai. Décidément il y aura toujours des rebondissements
inattendus aux inventions, entre autres. Quand j'ai commencé à utiliser
l'internet [en 1999, pour créer le site web de la librairie], je ne
m'attendais vraiment pas à devenir éditeur.»

Novembre 2010 > Fin de la Booknologie

Tous mes remerciements vont à Marc Autret pour le terme «Booknologie»
utilisé lors d'un précédent projet commun, et à toutes les personnes
citées dans cette Booknologie.


Copyright © 2010 Marie Lebert. Tous droits réservés.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Booknologie: Le livre numérique (1971-2010)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home