Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Les technologies et le livre pour tous
Author: Lebert, Marie
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les technologies et le livre pour tous" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



TECHNOLOGIES ET LIVRE POUR TOUS


MARIE LEBERT


Nouvelle version


NEF, University of Toronto, 2008


Copyright © 2008 Marie Lebert



-----

avec résumé et description plus détaillée. Ce dossier est disponible
aussi en anglais, avec un texte différent. Les deux versions sont
disponibles sur le NEF
.

-----

Marie Lebert, chercheuse et journaliste, s'intéresse aux technologies
dans le monde du livre, des autres médias et des langues. Elle est
l'auteure des ouvrages Les mutations du livre (2007) et Le Livre 010101
(2003). Tous ses livres et dossiers sont publiés par le NEF (Net des
études françaises), Université de Toronto, et sont librement
disponibles en ligne sur le NEF .

-----

Ce dossier doit beaucoup à toutes les personnes ayant accepté de
répondre à mes questions, dont certaines pendant plusieurs années. La
plupart des entretiens sont disponibles sur le NEF
.

----



TABLE

Introduction

  1968: ASCII
  1974: Internet
  1977: UNIMARC
  1984: Copyleft
  1990: Web
  1991: Unicode
  1993: Online Books Page
  1993: Format PDF
  1994: Premier site de bibliothèque
  1994: Des titres gratuits / payants
  1995: Amazon.com
  1995: Presse en ligne
  1996: Palm Pilot
  1996: Internet Archive
  1996: Enseignement et internet
  1997: Publication numérique
  1997: Dictionnaires en ligne
  1997: Convergence multimédia
  1998: Gallica
  1998: Bibliothécaires numériques
  1998: Web multilingue
  1999: Format Open eBook
  1999: Auteurs numériques
  2000: yourDictionary.com
  2000: Public Library of Science
  2001: Wikipedia
  2001: Creative Commons
  2002: Cours du MIT gratuits
  2004: Google Books
  2005: Open Content Alliance
  2006: WorldCat gratuit
  2007: Citizendium
  2007: Encyclopedia of Life



INTRODUCTION

Michael Hart fonde le Projet Gutenberg en 1971. Il écrit en 1998: "Nous
considérons le texte électronique comme un nouveau médium, sans
véritable relation avec le papier. Le seul point commun est que nous
diffusons les mêmes oeuvres, mais je ne vois pas comment le papier peut
concurrencer le texte électronique une fois que les gens y sont
habitués, particulièrement dans les établissements d'enseignement."
(entretien du NEF)

Tim Berners-Lee invente le web en 1990. Il écrit en 1998: "Le rêve
derrière le web est un espace d’information commun dans lequel nous
communiquons en partageant l’information. Son universalité est
essentielle, à savoir le fait qu’un lien hypertexte puisse pointer sur
quoi que ce soit, quelque chose de personnel, de local ou de global,
aussi bien une ébauche qu’une réalisation très sophistiquée. Deuxième
partie de ce rêve, le web deviendrait d'une utilisation tellement
courante qu'il serait un miroir réaliste (sinon la principale
incarnation) de la manière dont nous travaillons, jouons et nouons des
relations sociales. Une fois que ces interactions seraient en ligne,
nous pourrions utiliser nos ordinateurs pour nous aider à les analyser,
donner un sens à ce que nous faisons, et voir comment chacun trouve sa
place et comment nous pouvons mieux travailler ensemble." (The World
Wide Web: A very short personal history)

here was a second part of the dream, too, dependent on the web being so
generally used that it became a realistic mirror (or in fact the
primary embodiment) of the ways in which we work and play and
socialize. That was that once the state of our interactions was on
line, we could then use computers to help us analyse it, make sense of
what we are doing, where we individually fit in, and how we can better
work together."

John Mark Ockerbloom crée l'Online Books Page en 1993. Il écrit en
1998: "Je me suis passionné pour l’énorme potentiel qu’a l’internet de
rendre la littérature accessible au plus grand nombre. (...) Je suis
très intéressé par le développement de l’internet en tant que médium de
communication de masse dans les prochaines années. J’aimerais aussi
rester impliqué dans la mise à disposition gratuite de livres sur
l’internet, que ceci fasse partie intégrante de mon activité
professionnelle, ou que ceci soit une activité bénévole menée sur mon
temps libre." (entretien du NEF)

Voici le voyage virtuel que nous allons suivre:

  1968: Le code ASCII est le premier système d'encodage informatique.
  1971: Le Projet Gutenberg est la première bibliothèque numérique.
  1974: L'internet prend son envol.
  1977: L'UNIMARC est créé en tant que format bibliographique commun.
  1984: Le copyleft est une adaptation du copyright pour les logiciels.
  1990: Le web fait ses débuts.
  1991: L'Unicode est un système d'encodage universel pour toutes les
        langues.
  1993: L'Online Books Page est le premier répertoire de livres gratuits.
  1993: Le format PDF est lancé par Adobe.
  1994: Le premier site de bibliothèque est mis en ligne.
  1994: Les éditeurs utilisent le web comme outil de marketing.
  1995: Amazon.com est la première grande librairie en ligne.
  1995: La grande presse se met en ligne.
  1996: Le Palm Pilot est le premier assistant personnel.
  1996: L'Internet Archive est créée pour archiver le web.
  1996: De nouvelles méthodes d'enseignement sont à l'étude.
  1997: L'édition en ligne commence à se généraliser.
  1997: Des dictionaires sont mis en ligne gratuitement.
  1997: La convergence multimédia est le sujet d'un colloque.
  1998: Gallica est le secteur numérique de la Bibliothèque nationale de
        France.
  1998: Le web devient multilingue.
  1998: Les bibliothécaires numériques font carrière.
  1999: L'Open eBook (OeB) sera le format standard des livres numériques.
  1999: Certains auteurs se mettent au numérique.
  2000: yourDictionary.com est créé en tant que portail pour les langues.
  2000: La Bible de Gutenberg est mise en ligne.
  2000: Distributed Proofreaders oeuvre pour le Projet Gutenberg.
  2000: La Public Library of Science (PLoS) lancera des revues
        scientifiques gratuites.
  2001: Wikipedia est la première grande encyclopédie collaborative.
  2001: La licence Creative Commons rénove le droit d'auteur sur le web.
  2003: Le MIT OpenCourseWare met les cours du MIT à la disposition de
        tous.
  2004: Le Projet Gutenberg Europe débute une bibliothèque multilingue.
  2004: Google Print laisse la place à Google Books.
  2005: L'Open Content Alliance (OCA) lance une bibliothèque universelle
        publique.
  2006: Le catalogue collectif WorldCat devient gratuit.
  2007: Citizendium promeut une encyclopédie collaborative "fiable".
  2007: L'Encyclopedia of Life répertoriera toutes les espèces végétales
        et animales.

[La plupart des citations sont des extraits des Entretiens du NEF.]



1968: ASCII


[Résumé]

Publié par l’ANSI (American National Standards Institute) en 1968, aux
débuts de l'informatique, avec actualisation en 1977 et en 1986, le
code ASCII (American standard code for information interchange) est un
code standard de 128 caractères traduits en langage binaire sur sept
bits (A est traduit par "1000001", B est traduit par "1000010", etc.).
Les 128 caractères comprennent 33 caractères de contrôle (qui ne
représentent donc pas de symbole écrit) et 95 caractères imprimables:
les 26 lettres sans accent en majuscules (A-Z) et minuscules (a-z), les
chiffres, les signes de ponctuation et quelques symboles, à savoir les
touches du clavier anglais ou américain. L'ASCII permet donc uniquement
la lecture de l’anglais et du latin. Par la suite, des variantes de
l’ASCII (norme ISO-8859 ou ISO-Latin) prennent en compte les caractères
accentués de quelques langues européennes. La variante pour le français
est définie par la norme ISO 8859-1 (Latin-1).


[En détail]

Le premier système d'encodage informatique est l’ASCII (American
standard code for information interchange). Publié par l’American
National Standards Institute (ANSI) en 1968, avec actualisation en 1977
et 1986, l'ASCII est un code standard de 128 caractères traduits en
langage binaire sur sept bits (A est traduit par "1000001", B est
traduit par "1000010", etc.). Les 128 caractères comprennent 33
caractères de contrôle (qui ne représentent donc pas de symbole écrit)
et 95 caractères imprimables: les 26 lettres sans accent en majuscules
(A-Z) et minuscules (a-z), les chiffres, les signes de ponctuation et
quelques symboles, le tout correspondant aux touches du clavier anglais
ou américain.

L'ASCII permet uniquement la lecture de l’anglais et du latin. Il ne
permet pas de prendre en compte les lettres accentuées présentes dans
bon nombre de langues européennes, et à plus forte raison les systèmes
non alphabétiques (chinois, japonais, coréen, etc.). Ceci ne pose pas
de problème majeur les premières années, tant que l’échange de fichiers
électroniques se limite essentiellement à l’Amérique du Nord. Des
variantes de l’ASCII (norme ISO-8859 ou ISO-Latin) prennent en compte
les caractères accentués de quelques langues européennes. La variante
pour le français est définie par la norme ISO 8859-1 (Latin-1). Mais le
passage de l’ASCII original à ses différentes extensions devient vite
un véritable casse-tête, y compris au sein de l’Union européenne, les
problèmes étant entre autres la multiplication des variantes, la
corruption des données dans les échanges informatiques ou encore
l’incompatibilité des systèmes, les pages ne pouvant être affichées que
dans une seule langue à la fois.

Avec le développement du web, l’échange des données s’internationalise
de plus en plus. On ne peut plus se limiter à l’utilisation de
l’anglais et de quelques langues européennes, traduites par un système
d’encodage datant des années 1960. Publié pour la première fois en
janvier 1991, l’Unicode est un système d'encodage universel sur 16 bits
spécifiant un nombre unique pour chaque caractère. Ce nombre est
lisible quels que soient la plateforme, le logiciel et la langue
utilisés. L’Unicode peut traiter 65.000 caractères uniques et prendre
en compte tous les systèmes d’écriture de la planète.

L'ASCII garde toutefois une place prépondérante. Dénommé à juste titre
le plus petit dénominateur commun, l’ASCII sur sept bits est le seul
format compatible avec 99% des machines et des logiciels, et pouvant
être converti dans d’autres formats. Il sera toujours utilisé quand
d’autres formats auront disparu, à commencer par les formats éphémères
liés à quelques tablettes de lecture commercialisées depuis 1999 et
déjà disparues du marché. Il est l’assurance que les documents
survivront aux changements technologiques des prochaines décennies ou
même des prochains siècles. Il n’existe pas d’autre standard aussi
largement utilisé, y compris l’Unicode, ce jusqu'en 2008, date à
laquelle les deux systèmes d'encodage sont également représentés sur le
web.



1971: PROJET GUTENBERG


[Résumé]

Fondé par Michael Hart en juillet 1971 alors qu’il était étudiant à
l’Université d’Illinois (Etats-Unis), le Projet Gutenberg a pour but de
diffuser gratuitement par voie électronique le plus grand nombre
possible d’oeuvres du domaine public. Il est le premier site
d’information sur un internet encore embryonnaire, qui débute
véritablement en 1974 et prend son essor en 1983. Vient ensuite le web
(sous-ensemble de l’internet), opérationnel en 1991, puis le premier
navigateur, qui apparaît en novembre 1993. Lorsque l’utilisation du web
se généralise, le Projet Gutenberg trouve un second souffle et un
rayonnement international. Au fil des ans, des centaines d’oeuvres sont
patiemment numérisées en mode texte par des milliers de volontaires.
D’abord essentiellement anglophones, les collections deviennent peu à
peu multilingues. Le Projet Gutenberg Europe débute en janvier 2004. Le
Projet Gutenberg franchit la barre des 20.000 titres en décembre 2006
et celle des 25.000 titres en avril 2008.


[En détail]

Si le livre imprimé a cinq siècles et demi, le livre numérique n'a pas
encore 40 ans. Il est né avec le Projet Gutenberg, créé en juillet 1971
par Michael Hart pour diffuser gratuitement sous forme électronique les
oeuvres littéraires du domaine public. Site pionnier à tous égards, le
Projet Gutenberg est à la fois le premier site d’information sur un
réseau encore embryonnaire et la première bibliothèque numérique.
Longtemps considéré par ses détracteurs comme totalement irréaliste, le
Projet Gutenberg compte 30.00 titres en novembre 2008, avec des
dizaines de milliers de téléchargements quotidiens. A ce jour, personne
n’a fait mieux pour mettre les classiques de la littérature mondiale à
la disposition de tous, ni pour créer à moindres frais un immense
réseau de volontaires de par le monde, sans gâchis de compétences ni
d’énergie.

Les vingt premières années, Michael Hart numérise lui-même les cent
premiers livres, avec l’aide occasionnelle de telle ou telle personne.
Lorsque l’utilisation du web se généralise au milieu des années 1990,
le projet trouve un second souffle et un rayonnement international.
Tout en continuant de numériser des livres, Michael coordonne désormais
le travail de dizaines puis de centaines de volontaires de par le
monde. Les collections atteignent 1.000 livres en août 1997, 2.000
livres en mai 1999, 3.000 livres en décembre 2000 et 4.000 livres en
octobre 2001.

Trente ans après ses débuts, le Projet Gutenberg fonctionne à plein
régime. La barre des 5.000 livres est franchie en avril 2002, celle des
10.000 livres en octobre 2003, celle des 15.000 livres en janvier 2005,
celle des 20.000 livres en décembre 2006 et celle des 25.000 livres en
avril 2008, avec 340 nouveaux livres par mois, 40 sites miroirs dans de
nombreux pays, plusieurs dizaines de milliers de téléchargements par
jour et des dizaines de milliers de volontaires toutes équipes
confondues.

Qu’ils aient été numérisés il y a trente ans ou qu’ils soient numérisés
maintenant, tous les livres sont numérisés en mode texte, en utilisant
l’ASCII (American standard code for information interchange) original
sur sept bits, avec des règles précises pour le formatage. Grâce à quoi
les textes peuvent être lus sans problème quels que soient la machine,
la plateforme et le logiciel utilisés, y compris sur un PDA ou sur une
tablette de lecture. Libre ensuite à chacun de convertir les livres
dans d'autres formats, après avoir vérifié que les oeuvres sont
également du domaine public dans le pays concerné.

En janvier 2004, le Projet Gutenberg essaime outre-Atlantique avec la
création du Projet Gutenberg Europe. A la mission originelle s’ajoute
le rôle de passerelle entre les langues et les cultures, avec de
nombreuses sections nationales et linguistiques. Tout en conservant la
même ligne de conduite, à savoir la lecture pour tous à moindres frais,
par le biais du texte électronique gratuit, indéfiniment utilisable et
reproductible. Et, dans un deuxième temps, la numérisation de l’image
et du son, dans le même esprit.



1974: INTERNET


[Résumé]

Apparu en 1974, l'internet se développe rapidement à partir de 1983.
L'internet est un vaste réseau informatique opérant à l'échelle
mondiale et reliant une multitude de sous-réseaux au moyen d'un même
protocole (IP: internet protocol), ce protocole permettant à des
ordinateurs différents de communiquer entre eux. Le réseau internet
regroupe les réseaux publics, réseaux privés, réseaux commerciaux,
réseaux d’enseignement, réseaux de services, etc., opérant à l’échelle
planétaire pour offrir d’énormes ressources en information,
communication et diffusion.  Vinton Cerf est souvent appelé le père de
l’internet parce qu’il crée en 1974 (avec Bob Kahn) le protocole TCP/IP
(transmission control protocol / internet protocol), à la base de tout
échange de données. En 1992, Vinton Cerf fonde l'Internet Society
(ISOC), un organisme international visant à promouvoir le développement
de l'internet. Quelque trente ans après les débuts de l'internet, "ses
trois pouvoirs - l'ubiquité, la variété et l'interactivité - rendent
son potentiel d'usages quasi infini" (Le Monde, 19 août 2005).


[En détail]

Apparu en 1974, l’internet est d’abord un phénomène expérimental
enthousiasmant quelques branchés. A partir de 1983, il relie les
centres de recherche et les universités. Suite à l’apparition du web en
1990 et du premier navigateur en 1993, il envahit notre vie
quotidienne. Les signes cabalistiques des adresses web fleurissent sur
les livres, les journaux, les affiches et les publicités. La presse
s’enflamme pour ce nouveau médium. La majuscule d’origine d’Internet
s’estompe. Internet devient l’internet, avec un "i" minuscule. De nom
propre il devient nom commun, au même titre que l’ordinateur, le
téléphone, le fax et le minitel. La même remarque vaut pour le World
Wide Web, qui devient tout simplement le web.

Mais comment définir l'internet autrement que par ses composantes
techniques? Sur le site de l’Internet Society (ISOC), organisme
international coordonnant le développement du réseau, A Brief History
of the Internet propose une triple définition. L’internet est: (a) un
instrument de diffusion internationale, (b) un mécanisme de diffusion
de l’information, (c) un moyen de collaboration et d’interaction entre
les individus et les ordinateurs, indépendamment de leur situation
géographique.

Selon ce document, bien plus que toute autre invention (télégraphe,
téléphone, radio, ordinateur), l’internet révolutionne de fond en
comble le monde des communications. Il représente l'un des exemples les
plus réussis d’interaction entre un investissement soutenu dans la
recherche et le développement d’une infrastructure de l’information,
dans le cadre d’un réel partenariat entre les gouvernements, les
entreprises et les universités.

Sur le site du World Wide Web Consortium (W3C), organisme international
de normalisation du web, Bruce Sterling décrit le développement
spectaculaire de l’internet dans Short History of the Internet.
L’internet se développe plus vite que les téléphones cellulaires et les
télécopieurs. En 1996, sa croissance est de 20% par mois. Le nombre de
machines ayant une connexion directe TCP/IP (transmission control
protocol / internet protocol) a doublé depuis 1988. D’abord présent
dans l’armée et dans les instituts de recherche, l’internet déferle
dans les écoles, les universités et les bibliothèques, et il est
également pris d’assaut par le secteur commercial.

Bruce Sterling s’intéresse aux raisons pour lesquelles on se connecte à
l’internet. Une raison majeure lui semble être la liberté. L’internet
est un exemple d’"anarchie réelle, moderne et fonctionnelle". Il n’y a
pas de société régissant l’internet. Il n’y a pas non plus de censeurs
officiels, de patrons, de comités de direction ou d’actionnaires. Toute
personne peut parler d’égale à égale avec une autre, du moment qu’elle
se conforme aux protocoles TCP/IP, des protocoles qui ne sont pas
sociaux ni politiques mais strictement techniques. Malgré tous les
efforts des "dinosaures" politiques et commerciaux, il est difficile à
quelque organisme que ce soit de mettre la main sur l’internet. C’est
ce qui fait sa force.

On y voit aussi une réelle solidarité. Christiane Jadelot, ingénieur
d’études à l’INaLF-Nancy (INaLF: Institut national de la langue
française), relate en juin 1998: "J’ai commencé à utiliser vraiment
l’internet en 1994, je crois, avec un logiciel qui s’appelait Mosaic.
J’ai alors découvert un outil précieux pour progresser dans ses
connaissances en informatique et linguistique, littérature... Tous les
domaines sont couverts. Il y a le pire et le meilleur, mais en
consommateur averti, il faut faire le tri de ce que l’on trouve. J’ai
surtout apprécié les logiciels de courrier, de transfert de fichiers,
de connexion à distance. J’avais à cette époque des problèmes avec un
logiciel qui s’appelait Paradox et des polices de caractères inadaptées
à ce que je voulais faire. J’ai tenté ma chance et posé la question
dans un groupe de News approprié. J’ai reçu des réponses du monde
entier, comme si chacun était soucieux de trouver une solution à mon
problème!"

En janvier 1998, lors d’un entretien avec Annick Rivoire, journaliste
du quotidien Libération, Pierre Lévy, philosophe, explique que
l'internet ouve la voie à une forme d'intelligence collective: "Les
réseaux permettent de mettre en commun nos mémoires, nos compétences,
nos imaginations, nos projets, nos idées, et de faire en sorte que
toutes les différences, les singularités se relancent les unes les
autres, entrent en complémentarité, en synergie."

D’après Timothy Leary, philosophe adepte du cyberespace dès ses débuts,
le 21e siècle verrait l’émergence d’un nouvel humanisme, dont les
idées-force seraient la contestation de l’autorité, la liberté de
pensée et la créativité personnelle, le tout soutenu et encouragé par
la vulgarisation de l’ordinateur et des technologies de la
communication. Dans son livre Chaos et cyberculture (éditions du
Lézard, 1998), il écrit: "Jamais l’individu n’a eu à sa portée un tel
pouvoir. Mais, à l’âge de l’information, il faut saisir les signaux.
Populariser signifie 'rendre accessible au peuple'. Aujourd’hui, le
rôle du philosophe est de personnaliser, de populariser et d’humaniser
les concepts informatiques, de façon à ce que personne ne se sente
exclu."

Outre ce changement radical dans la relation information-utilisateur,
on assiste à une transformation radicale de la nature même de
l’information. L’information contenue dans les livres reste la même, au
moins pendant une période donnée, alors que l'internet privilégie
l’information la plus récente qui, elle, est en constante mutation.
Vinton Cerf co-invente avec Bob Kahn en 1974 le protocole TCP/IP, à la
base de tout échange de données sur le réseau. Sur le site de
l'Internet Society (ISOC), qu'il fonde en 1992 pour promouvoir le
développement de l’internet, il explique: "Le réseau fait deux choses
(...): comme les livres, il permet d’accumuler de la connaissance.
Mais, surtout, il la présente sous une forme qui la met en relation
avec d’autres informations. Alors que, dans un livre, l’information est
maintenue isolée."



1977: UNIMARC


[Résumé]

Créé en 1977 par l’IFLA (International Federation of Library
Associations), le format UNIMARC (universal machine readable
cataloging) est un format universel permettant le stockage et l’échange
de notices bibliographiques au moyen d’une codification des différentes
parties de la notice (auteur, titre, éditeur, etc.) pour traitement
informatique. Ce format permet de favoriser les échanges de données
entre les différents formats MARC existants, qui correspondent chacun à
une pratique nationale de catalogage (INTERMARC en France, UKMARC au
Royaume-Uni, USMARC aux Etats-Unis, CAN/MARC au Canada, etc.). Les
notices dans le format MARC d’origine sont d’abord converties au format
UNIMARC avant d’être converties à nouveau dans le format MARC de
destination. UNIMARC peut également être utilisé comme "modèle" pour le
développement de nouveaux formats MARC.


[En détail]

A la fin des années 1990, l’avenir des catalogues en réseau tient à
l’harmonisation du format MARC (machine readable cataloging) par le
biais de l’UNIMARC (universal machine readable cataloging). Créé en
1977 par l’IFLA (International Federation of Library Associations), le
format UNIMARC est un format universel permettant le stockage et
l’échange de notices bibliographiques au moyen d’une codification des
différentes parties de la notice (auteur, titre, éditeur, etc.) pour
traitement informatique. Ce format favorise les échanges de données
entre la vingtaine de formats MARC existants, qui correspondent chacun
à une pratique nationale de catalogage (INTERMARC en France, UKMARC au
Royaume-Uni, USMARC aux Etats-Unis, CAN/MARC au Canada, etc.). Les
notices dans le format MARC d’origine sont d’abord converties au format
UNIMARC avant d’être converties à nouveau dans le format MARC de
destination. UNIMARC peut aussi être utilisé comme standard pour le
développement de nouveaux formats MARC.

Dans le monde anglophone, la British Library (qui utilise UKMARC), la
Library of Congress (qui utilise USMARC) et la Bibliothèque nationale
du Canada (qui utilise CAN/MARC) décident d’harmoniser leurs formats
MARC nationaux. Un programme de trois ans (de décembre 1995 à décembre
1998) permet de mettre au point un format MARC commun aux trois
bibliothèques.

Parallèlement, en 1996, dans le cadre de son Programme des
bibliothèques, la Commission européenne promeut l’utilisation du format
UNIMARC comme format commun d’échange entre tous les formats MARC
utilisés dans les pays de l'Union européenne. Le groupe de travail
correspondant étudie aussi les problèmes posés par les différentes
polices de caractères, ainsi que la manière d’harmoniser le format
bibliographique, tout comme le format du document lui-même pour les
documents disponibles en ligne.



1984: COPYLEFT


[Résumé]

L'idée du copyleft est lancée en 1984 par Richard Stallman, ingénieur
en informatique et défenseur inlassable du mouvement «open source« au
sein de la Free Software Foundation (FSF). Conçu à l’origine pour les
logiciels, le copyleft est formalisé par la GPL (general public
license) et étendu par la suite à toute oeuvre de création, le copyleft
contient la déclaration normale du copyright affirmant la propriété et
l’identification de l’auteur. Son originalité est de donner à
l'utilisateur le droit de librement redistribuer le document et de le
modifier. L'utilisateur ne peut toutefois revendiquer ni la paternité
du travail original ni celle des changements effectués par d’autres. De
plus, tous les travaux dérivés sont eux-mêmes soumis au copyleft. Chez
les auteurs et les créateurs numériques, les adeptes du copyleft sont
de plus en plus nombreux, afin de respecter la vocation première du
web, réseau de communication et de diffusion à l'échelon mondial.



1990: WEB


[Résumé]

Nom usuel du World Wide Web, le web (avec ou sans majuscule) est conçu
en 1989-90 par Tim Berners-Lee, alors chercheur au CERN (Organisation
européenne pour la recherche nucléaire) à Genève. En 1989, il met en
réseau des documents utilisant l'hypertexte. En 1990, il met au point
le premier serveur HTTP (hypertext transfert protocol) et le premier
navigateur web. En 1991, le web est opérationnel et change radicalement
l'utilisation de l'internet (qui existe depuis 1974). Selon les termes
mêmes de son inventeur, le web est "un espace commun d’information dans
lequel nous communiquons en partageant cette information". En novembre
1993, le web prend son essor grâce à Mosaic, premier navigateur à
destination du grand public. En octobre 1994 est fondé le consortium
W3C (World Wide Web Consortium), un consortium international chargé de
développer les normes et protocoles nécessaires au bon fonctionnement
du web. Le W3C est présidé par Tim Berners-Lee. Quinze ans après la
création du web, le magazine Wired constate dans son numéro d'août 2005
que "moins de la moitié du web est commercial, le reste fonctionne avec
la passion".


[En détail]

Tim Berners-Lee invente le web en 1989-90. Dans The World Wide Web: A
very short personal history, il écrit en avril 1998: "Le rêve derrière
le web est un espace d’information commun dans lequel nous communiquons
en partageant l’information. Son universalité est essentielle, à savoir
le fait qu’un lien hypertexte puisse pointer sur quoi que ce soit,
quelque chose de personnel, de local ou de global, aussi bien une
ébauche qu’une réalisation très sophistiquée."

Le web est d'abord conçu comme un grand livre composé de pages reliées
entre elles par des liens hypertextes et reproduisant les modèles
connus de l'édition papier. Certains appellent cette étape le web 1.0.

Hébergé sur un serveur web et défini par une adresse web, appelée aussi
URL (uniform service locator), un site web est constitué d’un ensemble
de pages web reliées par des liens hypertextes (reliant entre eux des
textes et des images) et hypermédias (reliant des textes et des images
à des graphiques, des images animées, des bandes sonores et des
vidéos). Ces hyperliens sont utilisés au sein d’une même page web, au
sein du même site web (pour relier les pages les unes aux autres) et
vers d’autres sites web.

Le web permet au livre de se convertir. On voit apparaître les textes
électroniques, les bibliothèques numériques, les librairies en ligne,
les éditeurs électroniques, les encyclopédies en ligne, les oeuvres
hypermédias, les logiciels de lecture et les appareils de lecture
dédiés. Le web devient une vaste encyclopédie.

Au début des années 2000, des milliers d’oeuvres du domaine public sont
en accès libre. Les libraires et les éditeurs ont pour la plupart un
site web. Certains naissent directement sur le web, avec la totalité de
leurs transactions s'effectuant via l’internet. De plus en plus de
livres et revues ne sont disponibles qu’en version numérique, pour
éviter les coûts d’une publication imprimée. L’internet devient un
outil indispensable pour se documenter, avoir accès aux documents et
élargir ses connaissances. Le web est non seulement une gigantesque
encyclopédie mais aussi une énorme bibliothèque, une immense librairie
et un médium des plus complets. De statique dans les livres imprimés,
l’information devient fluide, avec possibilité d’actualisation
constante.

Dans The World Wide Web: A very short personal history, document écrit
en avril 1998, Tim Berners-Lee ajoute: "Deuxième partie de ce rêve, le
web deviendrait d'une utilisation tellement courante qu'il serait un
miroir réaliste (sinon la principale incarnation) de la manière dont
nous travaillons, jouons et nouons des relations sociales. Une fois que
ces interactions seraient en ligne, nous pourrions utiliser nos
ordinateurs pour nous aider à les analyser, donner un sens à ce que
nous faisons, et voir comment chacun trouve sa place et comment nous
pouvons mieux travailler ensemble."

En effet. Apparu en 2004, le web 2.0 serait un web de 2e génération,
caractérisé par les notions de communauté et de partage, avec une
floppée de sites dont le contenu est alimenté par les utilisateurs, par
exemple les blogs, les wikis et les sites "sociaux". L'expression "web
2.0" émane d'ailleurs d'un éditeur puisqu'elle est utilisée pour la
première fois en 2004 par Tim O'Reilly, fondateur O'Reilly Media, en
tant que titre pour une série de conférences. Certains parlent de World
Live Web au lieu de World Wide Web, le nom d'origine du web. Le web
vise non seulement à utiliser l'information, mais aussi à collaborer en
ligne, par exemple en tenant un blog personnel ou collectif, ou encore
en participant aux encyclopédies Citizendium ou Wikipedia, cette
dernière étant devenue l'un des dix sites les plus visités du web.
Certains sites comunautaires sont "incontournables", par exemple le
site de photos Flickr, le site de vidéos YouTube ou les réseaux sociaux
Facebook et MySpace.

Le web 3.0 serait le web du futur, un web de 3e génération qui
prendrait logiquement le relais du web 2.0. Il s'agirait d'un web
capable d'apporter une réponse complète à une requête exprimée en
langage courant. D'après la société Radar Networks, ce web serait "doté
d'une forme d'intelligence artificielle globale et collective", avec
des données qui seraient rassemblées sur les nombreux sites sociaux
existant sur le web, tout comme les sites sur lesquels les utilisateurs
donnent leur avis. Ces données pourraient ensuite être traitées
automatiquement après avoir été structurées sur la base du langage
descriptif RDF (resource description framework) développé par le W3C
(World Wide Web Consortium), l'organisme international chargé du
développement du web. Cette définition du web 3.0 est d’ailleurs loin
de faire l’unanimité.

Terminons par quelques chiffres, ceux de Netcraft, une société de
services internet qui fait un décompte des sites web au fil des ans.
Netcraft recense un million de sites en avril 1997, 10 millions de
sites en février 2000, 20 millions de sites en septembre 2000, 30
millions de sites en juillet 2001, 40 millions de sites en avril 2003,
50 millions de sites en mai 2004, 60 millions de sites en mars 2005, 70
millions de sites en août 2005, 80 millions de sites en avril 2006, 90
millions de sites en août 2006 et enfin 100 millions de sites le 1er
novembre 2006. La forte croissance de l'année 2006 serait due à
l'explosion des sites de petites entreprises et des blogs.



1991: UNICODE


[Résumé]

Publié pour la première fois en janvier 1991, l’Unicode est un système
d'encodage informatique sur 16 bits spécifiant un nombre unique pour
chaque caractère. Ce nombre est lisible quels que soient la plateforme,
le logiciel et la langue utilisés. L’Unicode peut traiter 65.000
caractères uniques et prendre en compte tous les systèmes d’écriture de
la planète. A la grande satisfaction des linguistes, l’Unicode remplace
progressivement l’ASCII (American standard code for information
interchange), un système d'encodage sur sept bits datant de 1968 et ne
pouvant traiter que l’anglais et quelques langues européennes.
L’utilisation de l’Unicode commence à se généraliser en 1998. Les
versions récentes du système d’exploitation Windows de Microsoft
(Windows NT, Windows 2000, Windows XP, Windows Vista) utilisent
l’Unicode pour les fichiers texte, alors que les versions précédentes
utilisaient l’ASCII. L’Unicode dispose de plusieurs variantes en
fonction des besoins, par exemple UTF-8, UTF-16 et UTF-32 (UTF: Unicode
transformation format).


[En détail]

Avec l'apparition du web en 1990, l’échange des données
s’internationalise de plus en plus. On ne peut plus se limiter à
l’utilisation de l’anglais et de quelques langues européennes,
transcrites en ASCII (American standard code for information
interchange), un système d'encodage sur sept bits datant de 1968.

Publié pour la première fois en janvier 1991, l’Unicode est un système
d'encodage universel sur 16 bits spécifiant un nombre unique pour
chaque caractère. Ce nombre est lisible quels que soient la plateforme,
le logiciel et la langue utilisés. L’Unicode peut traiter 65.000
caractères uniques et prendre en compte tous les systèmes d’écriture de
la planète. A la grande satisfaction des linguistes, il remplace
progressivement l’ASCII. L’Unicode dispose de plusieurs variantes en
fonction des besoins, par exemple UTF-8, UTF-16 et UTF-32 (UTF: Unicode
transformation format). Il devient une composante des spécifications du
W3C (World Wide Web Consortium), l'organisme international chargé du
développement du web.

L’utilisation de l’Unicode se généralise en 1998, par exemple pour les
fichiers texte sous plateforme Windows (Windows NT, Windows 2000,
Windows XP, Windows Vista), qui étaient jusque-là en ASCII. Mais
l’Unicode ne peut résoudre tous les problèmes, comme le souligne en
juin 2000 Luc Dall’Armellina, co-auteur et webmestre d’oVosite, un
espace d’écriture multimédia: "Les systèmes d’exploitation se dotent
peu à peu des kits de langues et bientôt peut-être de polices de
caractères Unicode à même de représenter toutes les langues du monde;
reste que chaque application, du traitement de texte au navigateur web,
emboîte ce pas. Les difficultés sont immenses: notre clavier avec ses ±
250 touches avoue ses manques dès lors qu’il faille saisir des Katakana
ou Hiragana japonais, pire encore avec la langue chinoise. La grande
variété des systèmes d’écritures de par le monde et le nombre de leurs
signes font barrage. Mais les écueils culturels ne sont pas moins
importants, liés aux codes et modalités de représentation propres à
chaque culture ou ethnie."

Que préconise Olivier Gainon, créateur de CyLibris et pionnier de
l’édition littéraire en ligne? "Première étape: le respect des
particularismes au niveau technique, explique-t-il en décembre 2000. Il
faut que le réseau respecte les lettres accentuées, les lettres
spécifiques, etc. Je crois très important que les futurs protocoles
permettent une transmission parfaite de ces aspects - ce qui n’est pas
forcément simple (dans les futures évolutions de l’HTML, ou des
protocoles IP, etc.). Donc, il faut que chacun puisse se sentir à
l’aise avec l’internet et que ce ne soit pas simplement réservé à des
(plus ou moins) anglophones. Il est anormal aujourd’hui que la
transmission d’accents puisse poser problème dans les courriers
électroniques. La première démarche me semble donc une démarche
technique. Si on arrive à faire cela, le reste en découle: la
représentation des langues se fera en fonction du nombre de connectés,
et il faudra envisager à terme des moteurs de recherche multilingues."



1993: ONLINE BOOKS PAGE


[Résumé]

L'Online Books Page est créée en janvier 1993 par John Mark Ockerbloom
pour répertorier les textes électroniques de langue anglaise en accès
libre sur le web. A cette date, John Mark Ockerbloom est doctorant à
l’Université Carnegie Mellon (à Pittsburgh, dans l'Etat de
Pennsylvanie). En 1999, il rejoint l’Université de Pennsylvanie pour
travailler à la R&D (recherche et développement) de la bibliothèque
numérique. A la même époque, il y transfère l'Online Books Page, tout
en gardant la même présentation, très sobre, et il poursuit son travail
d’inventaire dans le même esprit. En 2003, ce répertoire fête ses dix
ans et recense 20.000 textes électroniques, dont 4.000 textes publiés
par des femmes. En 2006, il recense 25.000 textes. En 2008, il recense
30.000 textes, dont 7.000 titres du Projet Gutenberg.


[En détail]

Si certains se donnent pour tâche de numériser des oeuvres, comme le
Projet Gutenberg, d'autres décident de répertorier celles qui sont en
accès libre sur le web, en offrant au lecteur un point d’accès commun.
C’est le cas de John Mark Ockerbloom, doctorant à l’Université Carnegie
Mellon (à Pittsburgh, dans l'Etat de Pennsylvanie), qui crée l’Online
Books Page pour recenser les oeuvres anglophones.

Cinq ans plus tard, en septembre 1998, John Mark relate: "J’étais
webmestre ici pour la section informatique de la CMU (Carnegie Mellon
University), et j’ai débuté notre site local en 1993. Il comprenait des
pages avec des liens vers des ressources disponibles localement, et à
l’origine l’Online Books Page était l’une de ces pages, avec des liens
vers des livres mis en ligne par des collègues de notre département
(par exemple Robert Stockton, qui a fait des versions web de certains
textes du Projet Gutenberg). Ensuite les gens ont commencé à demander
des liens vers des livres disponibles sur d’autres sites. J’ai remarqué
que de nombreux sites (et pas seulement le Projet Gutenberg ou Wiretap)
proposaient des livres en ligne, et qu’il serait utile d’en avoir une
liste complète qui permette de télécharger ou de lire des livres où
qu’ils soient sur l’internet. C’est ainsi que mon index a débuté. J’ai
quitté mes fonctions de webmestre en 1996, mais j’ai gardé la gestion
de l’Online Books Page, parce qu’entre temps je m’étais passionné pour
l’énorme potentiel qu’a l’internet de rendre la littérature accessible
au plus grand nombre. Maintenant il y a tant de livres mis en ligne que
j’ai du mal à rester à jour. Je pense pourtant poursuivre cette
activité d’une manière ou d’une autre. Je suis très intéressé par le
développement de l’internet en tant que médium de communication de
masse dans les prochaines années. J’aimerais aussi rester impliqué dans
la mise à disposition gratuite de livres sur l’internet, que ceci fasse
partie intégrante de mon activité professionnelle, ou que ceci soit une
activité bénévole menée sur mon temps libre."

Fin 1998, John Mark Ockerbloom obtient son doctorat en informatique. En
1999, il rejoint l’Université de Pennsylvanie, où il travaille à la R&D
(recherche et développement) de la bibliothèque numérique de
l'université. A la même époque, il y transfère l’Online Books Page,
tout en gardant la même présentation, très sobre, et il poursuit son
travail d’inventaire dans le même esprit. Ce répertoire recense 20.000
livres en septembre 2003, 25.000 livres en décembre 2006 et 30.000
livres en décembre 2007.



1993: FORMAT PDF


[Résumé]

Le format PDF (portable document format) est lancé en juin 1993 par la
société Adobe, en même temps que le logiciel Acrobat Reader. Défini par
l'extension de fichier ".pdf", ce format conserve la présentation, les
polices, les couleurs et les images du document source, quelle que soit
la plateforme utilisée (Macintosh, Windows, Unix, Linux, etc.) pour le
créer et pour le lire. Lisible à l’aide de l’Acrobat Reader - logiciel
de lecture téléchargeable gratuitement - ce format devient au fil des
ans la norme internationale de diffusion des documents dont la
présentation originale doit être conservée. Tout document peut être
converti en PDF à l’aide du logiciel Adobe Acrobat, disponible dans de
nombreuses langues et pour de nombreuses plateformes. Dix ans plus
tard, 10% des documents disponibles sur l'internet sont au format PDF,
et ce format est également le format de livre numérique le plus
répandu.


[En détail]

Lancé en juin 1993 par la société Adobe et diffusé gratuitement, le
premier logiciel de lecture du marché est l’Acrobat Reader, qui permet
de lire des documents au format PDF (portable document format). Ce
format permet de figer les documents numériques dans une présentation
donnée, pour conserver les polices, les couleurs et les images du
document source, quelle que soit la plateforme utilisée pour le créer
et pour le lire. Vendu en parallèle, le logiciel Adobe Acrobat permet
de convertir n’importe quel document au format PDF.

Au fil des ans, le format PDF devient la norme internationale de
diffusion des documents électroniques, pour impression ou pour
transfert d'une plateforme à l'autre. Des millions de documents PDF
sont présents sur le web pour lecture ou téléchargement, ou bien
transitent par courriel. L’Acrobat Reader pour ordinateur est
progressivement disponible dans plusieurs langues et pour diverses
plateformes (Windows, Mac, Unix, Linux). En 2001, Adobe lance également
un Acrobat Reader pour assistant personnel (PDA), utilisable sur le
Palm Pilot (en mai 2001) puis sur le Pocket PC (en décembre 2001).

Face à la concurrence représentée par le Microsoft Reader (lancé en
avril 2000), Adobe annonce en août 2000 l’acquisition de la société
Glassbook, spécialisée dans les logiciels de distribution de livres
numériques pour éditeurs, libraires, distributeurs et bibliothèques.
Adobe passe aussi un partenariat avec Amazon.com et Barnes & Noble.com
afin de proposer des titres lisibles sur l’Acrobat Reader et le
Glassbook Reader.

En janvier 2001, Adobe lance deux nouveaux logiciels. Le premier
logiciel, gratuit, est l’Acrobat eBook Reader. Il permet de lire les
fichiers PDF de livres numériques sous droits, avec gestion des droits
par l’Adobe Content Server. Il permet aussi d’ajouter des notes et des
signets, de choisir l’orientation de lecture des livres (paysage ou
portrait), ou encore de visualiser leur couverture dans une
bibliothèque personnelle. Il utilise la technique d’affichage CoolType
et comporte un dictionnaire intégré. Le deuxième logiciel, payant, est
l’Adobe Content Server, destiné aux éditeurs et distributeurs. Il
s’agit d’un logiciel serveur de contenu assurant le conditionnement, la
protection, la distribution et la vente sécurisée de livres numériques
au format PDF. Ce système de gestion des droits numériques
(DRM - digital rights management) permet de contrôler l’accès aux
livres numériques sous droits, et donc de gérer les droits d’un livre
selon les consignes données par le gestionnaire des droits, par exemple
en autorisant ou non l’impression ou le prêt. En avril 2001, Adobe
conclut un partenariat avec la grande librairie en ligne Amazon.com,
qui met en vente 2.000 livres numériques lisibles sur l’Acrobat eBook
Reader: titres de grands éditeurs, guides de voyages, livres pour
enfants, etc.

En dix ans, entre 1993 et 2003, l’Acrobat Reader aurait été téléchargé
500 millions de fois. Ce logiciel gratuit est désormais disponible dans
de nombreuses langues et pour de nombreuses plateformes (Windows, Mac,
Linux, Unix, Palm OS, Pocket PC, Symbian OS, etc.). En mai 2003,
l’Acrobat Reader (5e version) fusionne avec l’Acrobat eBook Reader (2e
version) pour devenir l’Adobe Reader (débutant à la version 6), qui
permet de lire aussi bien les fichiers PDF standard que les fichiers
PDF sécurisés.

Fin 2003, Adobe ouvre sa librairie en ligne, dénommée Digital Media
Store, avec les titres au format PDF de grands éditeurs (HarperCollins
Publishers, Random House, Simon & Schuster, etc.) ainsi que des
versions électroniques de journaux et magazines (New York Times,
Popular Science, etc.). Adobe lance aussi Adobe eBooks Central, un
service permettant de lire, publier, vendre et prêter des livres
numériques, et l’Adobe eBook Library, qui se veut un prototype de
bibliothèque de livres numériques. En novembre 2004, l’Adobe Content
Server est remplacé par l’Adobe LiveCycle Policy Server. Les versions
récentes d’Adobe Acrobat permettent de créer des PDF compatibles avec
les formats Open eBook (OeB) et ePub (ePub ayant succédé à OeB),
devenus eux aussi des standards du livre numérique.



1994: PREMIER SITE DE BIBLIOTHEQUE


[Résumé]

La première bibliothèque présente sur le web est la Bibliothèque
municipale d’Helsinki (Finlande), qui inaugure son site en février
1994. Puis nombre de bibliothèques créent un site web pour y mettre des
informations pratiques, leur catalogue en ligne et une sélection de
sites web, et développent une bibliothèque numérique à côté de leurs
collections traditionnelles. Qu'elles soient des bibliothèques de
textes, des bibliothèques d'images (fixes ou animées) ou des
bibliothèques sonores, ou qu'elles associent les trois supports, ces
bibliothèques numériques permettent à un large public d'avoir accès à
des documents jusque-là difficiles à consulter parce qu'appartenant à
des fonds anciens, des fonds locaux et régionaux, ou des fonds
spécialisés.


[En détail]

La première bibliothèque présente sur le web est la Bibliothèque
municipale d’Helsinki (Finlande), qui inaugure son site en février
1994. Puis nombre de bibliothèques créent un site web pour y mettre des
informations pratiques, leur catalogue en ligne et une sélection de
sites web, et développent aussi une bibliothèque numérique à côté de
leurs collections traditionnelles. Qu'elles soient des bibliothèques de
textes, des bibliothèques d'images (fixes ou animées) ou des
bibliothèques sonores, ou qu'elles associent les trois supports, ces
bibliothèques numériques permettent à un large public d'avoir accès à
des documents jusque-là difficiles à consulter parce qu'appartenant à
des fonds anciens, des fonds locaux et régionaux, ou des fonds
spécialisés.

Ces fonds sont difficilement accessibles pour des raisons diverses:
souci de conservation des documents rares et fragiles, heures
d'ouverture réduites, nombreux formulaires à remplir, délais
significatifs de communication, pénurie de personnel, qui sont autant
de barrières à franchir et qui demandent parfois au chercheur une
patience à toute épreuve et une détermination hors du commun pour
arriver jusqu'au document.

Grâce à sa "cyberbibliothèque", la bibliothèque peut enfin rendre
comptatibles deux objectifs qui jusque-là ne l'étaient guère, à savoir
la conservation des documents et la communication de ceux-ci. D'une
part le document ne quitte son rayonnage qu'une seule fois pour être
scanné, d'autre part le grand public y a facilement accès. Assis sur sa
chaise ou dans son fauteuil, le lecteur peut consulter ces oeuvres en
cliquant de l'une à l'autre, au gré de son humeur, de ses centres
d'intérêt ou d'une curiosité passagère, de manière plus pratique qu'en
se promenant dans les rayonnages, et surtout de manière beaucoup plus
exhaustive puisque, dans les bibliothèques, une bonne partie des
collections se trouve rangée dans des magasins et n'est donc pas
accessible au lecteur qui chine. Si le lecteur veut ensuite consulter
le document lui-même - dans certains cas, la consultation à l'écran ne
peut remplacer le contact direct avec l'oeuvre - il pourra ensuite se
lancer dans le parcours parfois laborieux qu'implique une consultation
traditionnelle, mais ceci en connaissance de cause, après que le
"feuilletage" à l'écran lui ait permis de sélectionner les documents en
question et de ne demander que ceux qui l'intéressent vraiment.

Certaines "cyberbibliothèques" naissent directement sur le web. Créée
en 1994 et hébergée sur le site de l’Université de Genève, Athena est
l’oeuvre de Pierre Perroud, qui y consacre trente heures par semaine,
en plus de son activité de professeur au Collège Voltaire. Pierre-Louis
Chantre, journaliste, raconte dans L’Hebdo du 13 février 1997: "Il
numérise des livres, met en page des textes que des correspondants
inconnus lui envoient, crée des liens électroniques avec des livres
disponibles ailleurs, tout en essayant de répondre le mieux possible
aux centaines de lettres électroniques qu’il reçoit (mille personnes
consultent Athena chaque jour). Un travail artisanal qu’il accomplit
seul, sans grande rémunération. Malgré des demandes répétées, le
Département de l’instruction publique de Genève ne lui paie que deux
heures par semaine." (L’Hebdo, n° 7)

En 1997, le site bilingue français-anglais donne accès à 3.500 textes
électroniques dans des domaines aussi variés que la philosophie, les
sciences, la période classique, la littérature, l’histoire, l’économie,
etc. En décembre 1998, les collections comprennent 8.000 textes. Un des
objectifs d’Athena est de mettre en ligne des textes de langue
française (dans la section: Textes français). Une section spécifique
(Swiss Authors and Texts) regroupe les auteurs et textes suisses. On
trouve aussi un répertoire mondial des ressources littéraires en ligne
(Athena Literature Resources). Par ailleurs, Athena propose une table
de minéralogie qui est l’oeuvre de Pierre Perroud et qui est consultée
dans le monde entier.

Dans un article de la revue Informatique-Informations de février 1997,
Pierre Perroud insiste sur la complémentarité du texte électronique et
du livre imprimé. Selon lui, "les textes électroniques représentent un
encouragement à la lecture et une participation conviviale à la
diffusion de la culture", notamment pour l’étude et la recherche
textuelle. Ces textes "sont un bon complément du livre
imprimé - celui-ci restant irremplaçable lorsqu’il s’agit de lire".
S’il est persuadé de l’utilité du texte électronique, le livre imprimé
reste "un compagnon mystérieusement sacré vers lequel convergent de
profonds symboles: on le serre dans la main, on le porte contre soi, on
le regarde avec admiration; sa petitesse nous rassure autant que son
contenu nous impressionne; sa fragilité renferme une densité qui nous
fascine; comme l’homme il craint l’eau et le feu, mais il a le pouvoir
de mettre la pensée de celui-là à l’abri du Temps."

Créée en mars 1995 par l’Université du Michigan (Etats-Unis) dans le
cadre de la School of Information and Library Studies, l’Internet
Public Library (IPL) se définit comme la première bibliothèque publique
de l’internet sur l’internet, à savoir une bibliothèque sélectionnant,
organisant et cataloguant les ressources disponibles sur l’internet, et
n’existant elle-même que sur le réseau. Cette bibliothèque publique
d’un genre nouveau devient vite une référence. L’IPL recense de manière
pratiquement exhaustive les livres (Online Texts), les journaux
(Newspapers) et les magazines (Magazines) disponibles sur le web. Les
livres sont essentiellement des oeuvres du domaine public, avec 22.500
titres en 2006, dont le quart provient du Projet Gutenberg.



1994: TITRES GRATUITS / PAYANTS


[Résumé]

La publication en ligne d’un livre à titre gratuit nuit-elle aux ventes
de la version imprimée ou non? La National Academy Press (NAP) est la
première à prendre un tel risque, dès 1994, avec un pari gagné. La même
expérience est menée ensuite par la MIT Press (MIT: Massachusetts
Institute of Technology). "A première vue, cela paraît illogique",
écrit Beth Berselli, journaliste au Washington Post, dans un article
repris par Le Courrier international de novembre 1997. "Un éditeur de
Washington, la National Academy Press (NAP), qui a publié sur internet
700 titres de son catalogue actuel, permettant ainsi à tout un chacun
de lire gratuitement ses livres, a vu ses ventes augmenter de 17%
l’année suivante. Qui a dit que personne n’achèterait la vache si on
pouvait avoir le lait gratuitement?"


[En détail]

La publication en ligne d’un livre à titre gratuit nuit-elle aux ventes
de la version imprimée ou non? La National Academy Press (NAP) est la
première à prendre un tel risque, dès 1994, avec un pari gagné. La même
expérience est menée par la MIT Press (MIT: Massachusetts Institute of
Technology) un an plus tard.

"A première vue, cela paraît illogique", écrit Beth Berselli,
journaliste au Washington Post, dans un article repris par Le Courrier
international de novembre 1997. "Un éditeur de Washington, la National
Academy Press (NAP), qui a publié sur internet 700 titres de son
catalogue actuel, permettant ainsi à tout un chacun de lire
gratuitement ses livres, a vu ses ventes augmenter de 17% l’année
suivante. Qui a dit que personne n’achèterait la vache si on pouvait
avoir le lait gratuitement?"

Une politique atypique porte donc ses fruits. Editeur universitaire, la
NAP (National Academy Press, qui devient ensuite la National Academies
Press) publie environ 200 livres par an, essentiellement des livres
scientifiques et techniques et des ouvrages médicaux. En 1994,
l’éditeur choisit de mettre en accès libre sur le web le texte intégral
de plusieurs centaines de livres, afin que les lecteurs puissent les
"feuilleter" à l’écran, comme ils le feraient dans une librairie, avant
de les acheter ensuite si utile. La NAP est le premier éditeur à se
lancer dans un tel pari, une initiative saluée par les autres maisons
d’édition, qui hésitent cependant à se lancer elles aussi dans
l’aventure, et ce pour trois raisons: le coût excessif qu’entraîne la
mise en ligne de milliers de pages, les problèmes liés au droit
d’auteur, et enfin une concurrence qu’ils estiment nuisible à la vente.

Dans le cas de la NAP, l'éditeur est soutenu par les auteurs eux-mêmes
qui, pour se faire mieux connaître, insistent pour que leurs livres
soient mis en ligne sur le site. Le web est un nouvel outil de
marketing face aux 50.000 ouvrages publiés chaque année aux Etats-Unis.
Une réduction de 20% est accordée pour toute commande effectuée en
ligne. La présence de ces livres sur le web entraîne aussi une
augmentation des ventes par téléphone. En 1998, le site de la NAP
propose le texte intégral d’un millier de titres.

La solution choisie par la NAP est également adoptée en 1995 par la MIT
Press, qui voit rapidement ses ventes doubler pour les livres
disponibles en version intégrale sur son site.



1995: AMAZON.COM


[Résumé]

En juillet 1995, Jeff Bezos fonde à Seattle (Etat de Washington,
Etats-Unis) la librairie en ligne Amazon.com, futur géant du commerce
électronique. Suite à une étude de marché démontrant que les livres
sont les meilleurs "produits" à vendre sur l’internet, Amazon.com
débute avec dix salariés et trois millions d’articles. Pionnier d'un
nouveau modèle économique, Amazon.com devient vite un géant du commerce
électronique. Cinq ans plus tard, en novembre 2000, la société compte
7.500 salariés, 28 millions d’articles, 23 millions de clients et
quatre filiales au Royaume-Uni (filiale ouverte en octobre 1998), en
Allemagne (filiale ouverte à la même date), en France (filiale ouverte
en août 2000) et au Japon (filiale ouverte en octobre 2000). Une
cinquième filiale est ouverte au Canada (en juin 2002), suivie d’une
sixième filiale, Joyo, en Chine (en septembre 2004).


[En détail]

Fondé par Jeff Bezos, Amazon.com voit le jour en juillet 1995 à
Seattle, dans l’Etat de Washington, sur la côte ouest des Etats-Unis.
Quinze mois auparavant, au printemps 1994, Jeff Bezos fait une étude de
marché pour décider du meilleur "produit de consommation" à vendre sur
l’internet. Dans sa liste de vingt produits marchands, qui comprennent
entre autres les vêtements et les instruments de jardinage, les cinq
premiers du classement se trouvent être les livres, les CD, les vidéos,
les logiciels et le matériel informatique.

"J’ai utilisé tout un ensemble de critères pour évaluer le potentiel de
chaque produit", relate Jeff Bezos dans le kit de presse d’Amazon.com.
"Le premier critère a été la taille des marchés existants. J’ai vu que
la vente des livres représentait un marché mondial de 82 milliards de
dollars US. Le deuxième critère a été la question du prix. Je voulais
un produit bon marché. Mon raisonnement était le suivant: puisque
c’était le premier achat que les gens allaient faire en ligne, il
fallait que la somme à payer soit modique. Le troisième critère a été
la variété dans le choix: il y avait trois millions de titres de livres
alors qu’il n’y avait que 300.000 titres pour les CD, par exemple."

La vente de livres en ligne débute en juillet 1995, avec dix salariés
et un catalogue dix fois supérieur à celui des plus grands
hypermarchés. Le catalogue en ligne permet de rechercher les livres par
titre, auteur, sujet ou rubrique. On y trouve aussi des CD, des DVD,
des jeux informatiques, etc. Très attractif, le contenu éditorial du
site change quotidiennement et forme un véritable magazine littéraire
proposant des extraits de livres, des entretiens avec des auteurs et
des conseils de lecture. Amazon.com devient le pionnier d’un nouveau
modèle économique. Son évolution rapide est suivie de près par des
analystes de tous bords.

En 1998, avec 1,5 million de clients dans 160 pays et une très bonne
image de marque, Amazon.com est régulièrement cité comme un symbole de
réussite dans le cybercommerce. Si la librairie en ligne est toujours
déficitaire, sa cotation boursière est excellente, suite à une
introduction à la Bourse de New York en mai 1997.

En novembre 2000, la société compte 7.500 salariés, 28 millions
d’articles, 23 millions de clients et quatre filiales (Royaume-Uni,
Allemagne, France, Japon), auxquelles s’ajoute en juin 2002 une
cinquième filiale au Canada. La maison mère diversifie ses activités.
Elle vend non seulement des livres, des vidéos, des CD et des
logiciels, mais aussi des produits de santé, des jouets, des appareils
électroniques, des ustensiles de cuisine, des outils de jardinage, etc.
En novembre 2001, la vente des livres, disques et vidéos ne représente
plus que 58% du chiffre d’affaires global. Admiré par certains, le
modèle économique d’Amazon.com est contesté par d’autres, notamment en
matière de gestion du personnel, avec des contrats de travail précaires
et de bas salaires.

Tout comme la grande librairie en ligne britannique Internet Bookshop,
Amazon.com offre une part des bénéfices à ses "associés" en ligne.
Depuis le printemps 1997, tous les possesseurs d’un site web peuvent
vendre des livres appartenant au catalogue de la librairie et toucher
un pourcentage de 15% sur les ventes. Ces associés font une sélection
dans les titres du catalogue et rédigent leurs propres résumés.
Amazon.com reçoit les commandes par leur intermédiaire, expédie les
livres et rédige les factures. Les associés reçoivent un rapport
hebdomadaire d’activité. Au printemps 1998, la librairie en ligne
compte plus de 30.000 sites affiliés.

La présence européenne d’Amazon.com débute en octobre 1998. Les deux
premières filiales sont implantées en Allemagne et au Royaume-Uni. En
août 2000, avec 1,8 million de clients en Grande-Bretagne, 1,2 million
de clients en Allemagne et quelques centaines de milliers de clients en
France, la librairie réalise 23% de ses ventes hors des Etats-Unis. A
la même date, elle ouvre sa filiale française. Une filiale japonaise
est ouverte en octobre 2000. En novembre 2000, Amazon ouvre un secteur
eBooks, à savoir un secteur vendant des livres numériques. En 2001, les
29 millions de clients d’Amazon génèrent un chiffre d’affaires de 4
milliards de dollars US. En juin 2002, une cinquième filiale est
ouverte au Canada. Au 3e trimestre 2003, la société devient
bénéficiaire pour la première fois de son histoire. En octobre 2003,
Amazon.com lance un service de recherche plein texte (Search Inside the
Book) dans le texte intégral de 120.000 titres, un nombre promis à une
croissance rapide. Une sixième filiale est ouverte en Chine sous le nom
de Joyo en septembre 2004.

En 2004, le bénéfice net d’Amazon est de 588 millions de dollars US,
dont 45% généré par ses filiales, avec un chiffre d’affaires de 6,9
milliards de dollars. Présent dans sept pays (Etats-Unis, Canada,
Royaume-Uni, Allemagne, France, Japon, Chine) et devenu une référence
mondiale du commerce en ligne, Amazon fête ses dix ans d’existence en
juillet 2005, avec 9.000 salariés et 41 millions de clients actifs,
attirés par des produits culturels, high-tech et autres aux prix
attractifs et une livraison en 48 heures maximum dans les pays
hébergeant une plateforme Amazon.



1995: PRESSE EN LIGNE


[Résumé]

Au début des années 1990, les premières éditions électroniques de
journaux sont disponibles par le biais de services commerciaux tels que
America Online ou CompuServe. Suite à l'apparition du premier
navigateur fin 1993 et à la croissance rapide du web qui s'ensuit, les
organes de presse créent leurs propres sites. Mis en ligne en février
1995, le site web du mensuel Le Monde diplomatique est le premier site
d’un périodique imprimé français. Monté dans le cadre d’un projet
expérimental avec l’Institut national de l’audiovisuel (INA), ce site
est inauguré lors du forum des images Imagina. Il donne accès à
l’ensemble des articles depuis janvier 1994, par date, par sujet et par
pays. Fin 1995, le quotidien Libération met en ligne son site web. Le
site du quotidien Le Monde est lancé en 1996.


[En détail]

Au début des années 1990, les premières éditions électroniques de
journaux sont disponibles par le biais de services commerciaux tels que
America Online ou CompuServe. Suite à l'apparition du premier
navigateur fin 1993 et à la croissance rapide du web qui s'ensuit, les
organes de presse créent leurs propres sites.

Au Royaume-Uni, le Times et le Sunday Times font web commun sur un site
dénommé Times Online, avec possibilité de créer une édition
personnalisée. Aux Etats-Unis, la version en ligne du Wall Street
Journal est payante, avec 100.000 abonnés en 1998. Celle du New York
Times est disponible sur abonnement gratuit. Le Washington Post propose
l’actualité quotidienne en ligne et de nombreux articles archivés, le
tout avec images, sons et vidéos. Pathfinder (rebaptisé ensuite Time)
est le site web du groupe Time-Warner, éditeur de Time Magazine, Sports
Illustrated, Fortune, People, Southern Living, Money, Sunset, etc. On
peut y lire les articles "maison" et les rechercher par date ou par
sujet. Lancé en 1992 en Californie, Wired, premier magazine imprimé
entièrement consacré à la culture cyber, est bien évidemment présent
sur le web.

Mis en ligne en février 1995, le site web du mensuel Le Monde
diplomatique est le premier site d’un périodique imprimé français.
Monté dans le cadre d’un projet expérimental avec l’Institut national
de l’audiovisuel (INA), ce site est inauguré lors du forum des images
Imagina. Il donne accès à l’ensemble des articles depuis janvier 1994,
par date, par sujet et par pays. L’intégralité du mensuel en cours est
consultable gratuitement pendant deux semaines suivant sa parution. Un
forum de discussion permet au journal de discuter avec ses lecteurs. En
juin 1998, Philippe Rivière, responsable du site, précise que, trois
ans après sa mise en ligne, celui-ci a "bien grandi, autour des mêmes
services de base: archives et annonce de sommaire". Grâce à l’internet,
"le travail journalistique s’enrichit de sources faciles d’accès,
aisément disponibles. Le travail éditorial est facilité par l’échange
de courriers électroniques; par contre, une charge de travail
supplémentaire due aux messages reçus commence à peser fortement."

Fin 1995, le quotidien Libération met en ligne son site web, peu après
le lancement du Cahier Multimédia, un cahier imprimé hebdomadaire
inclus dans l’édition du jeudi. Le site propose la Une du quotidien, la
rubrique Multimédia, qui regroupe les articles du Cahier Multimédia et
les archives des cahiers précédents, le Cahier Livres complété par
Chapitre Un (à savoir les premiers chapitres des nouveautés), et bien
d’autres rubriques. La rubrique Multimédia est ensuite rebaptisée
Numériques.

Le site du quotidien Le Monde est lancé en 1996. On y trouve des
dossiers en ligne, la Une en version graphique à partir de 13 h,
l’intégralité du journal avant 17 h, l’actualité en liaison avec l’AFP
(Agence France-Presse), et des rubriques sur la Bourse, les livres, le
multimédia et les sports. En 1998, le journal complet en ligne coûte 5
FF (0,76 euros) alors que l’édition papier coûte 7,50 FF (1,15 euros).
S’ils concernent le multimédia, les articles du supplément imprimé
hebdomadaire Télévision-Radio-Multimédia sont disponibles gratuitement
en ligne dans la rubrique Multimédia, rebaptisée ensuite Nouvelles
technologies.

L’Humanité est le premier quotidien français à proposer la version
intégrale du journal en accès libre. Classés par rubriques, les
articles sont disponibles entre 10 h et 11 h du matin, à l’exception de
L’Humanité du samedi, disponible en ligne le lundi suivant. Tous les
articles sont archivés sur le site.

Jacques Coubard, responsable du site web, explique en juillet 1998: "Le
site de L’Humanité a été lancé en septembre 1996 à l’occasion de la
Fête annuelle du journal. Nous y avons ajouté depuis un forum, un site
consacré à la récente Coupe du monde de football (avec d’autres
partenaires), et des données sur la Fête et sur le meeting
d’athlétisme, parrainé par L’Humanité. Nous espérons pouvoir développer
ce site à l’occasion du lancement d’une nouvelle formule du quotidien
qui devrait intervenir à la fin de l’année ou au début de l’an
prochain. Nous espérons également mettre sur le web L’Humanité Hebdo,
dans les mêmes délais. Jusqu’à présent on ne peut pas dire que
l’arrivée d’internet ait bouleversé la vie des journalistes, faute de
moyens et de formation (ce qui va ensemble). Les rubriques sont peu à
peu équipées avec des postes dédiés, mais une minorité de journalistes
exploite ce gisement de données. Certains s’en servent pour transmettre
leurs articles, leurs reportages. Il y a sans doute encore une "peur"
culturelle à plonger dans l’univers du net. Normal, en face de
l’inconnu. L’avenir devrait donc permettre par une formation (peu
compliquée) de combler ce handicap. On peut rêver à un enrichissement
par une sorte d’édition électronique, mais nous sommes sévèrement
bridés par le manque de moyens financiers."

L’internet permet une information en profondeur qu’aucun organe de
presse ne pouvait donner jusqu’ici: rapidité de propagation des
informations, accès immédiat à de nombreux sites d’information, liens
vers des articles et sources connexes, énormes capacités documentaires
allant du général au spécialisé et réciproquement (cartes
géographiques, notices biographiques, textes officiels, informations
d’ordre politique, économique, social, culturel, etc.), grande variété
d’illustrations (photos, graphiques, tableaux, vidéos, etc.),
possibilité d’archivage avec moteur de recherche, etc.



1996: PALM PILOT


[Résumé]

Basée en Californie, la société Palm lance en mars 1996 le premier PDA
(personal digital assistant), dénommé Palm Pilot, qui utilise le
système d’exploitation Palm OS. 23 millions de Palm Pilot sont vendus
entre 1996 et 2002. En mars 2001, on peut utiliser son Palm Pilot pour
lire des livres numériques sur les logiciels de lecture Palm Reader et
Mobipocket Reader. En 2002, malgré la concurrence, Palm est toujours le
leader du marché (36,8% des machines vendues), suivi par
Hewlett-Packard (13,5%), Sony (11%), Handspring (5,8%), Toshiba (3,7%)
et Casio (3,3%). Les systèmes d’exploitation utilisés sont
essentiellement le Palm OS (pour 55% des machines) et le Pocket PC de
Microsoft (pour 25,7% des machines). La division PalmSource est plus
précisément en charge des logiciels, notamment le logiciel de lecture
Palm Reader, utilisable sur assistant personnel en mars 2001 puis sur
ordinateur en juillet 2002. En 2003, 10.000 titres dans plusieurs
langues sont lisibles sur le Palm Pilot et ses successeurs.


[En détail]

La société Palm lance le premier Palm Pilot en mars 1996 et vend 23
millions de machines entre 1996 et 2002. Son système d’exploitation est
le Palm OS et son logiciel de lecture le Palm Reader. En mars 2001, les
modèles Palm permettent aussi la lecture de livres numériques sur le
Mobipocket Reader.

A la même date, la société Palm fait l’acquisition de Peanutpress.com,
éditeur et distributeur de livres numériques pour PDA. Le Peanut Reader
devient le Palm Reader, utilisable aussi bien sur le Palm Pilot que sur
le Pocket PC (l'assistant personnel de Microsoft), et les 2.000 titres
de Peanutpress.com sont transférés dans la librairie numérique de Palm
(Palm Digital Media). Développé par PalmSource, une division de Palm,
le Palm Reader permet de lire des livres numériques au format PDB (Palm
database). D’abord utilisable uniquement sur les gammes Palm et Pocket
PC, le Palm Reader est utilisable sur ordinateur en juillet 2002. A la
même date, Palm Digital Media distribue 5.500 titres dans plusieurs
langues. En 2003, le catalogue approche les 10.000 titres,
téléchargeables à partir de la librairie Palm Digital Media, qui
devient ensuite le Palm eBook Store.

Le Palm DRM System (DRM: digital rights management) est un serveur
payant destiné aux éditeurs et distributeurs pour gérer le
conditionnement, la protection, la distribution et la vente sécurisée
de livres numériques au format PDB (Palm database), le format des
fichiers lus par le Palm Reader. Ce système de DRM permet de contrôler
l’accès aux livres numériques sous droits, et donc de gérer les droits
d’un livre en fonction des consignes données par le gestionnaire des
droits, par exemple en autorisant ou non l’impression ou le prêt.

Développé par PalmSource, une division de Palm, le Palm OS (OS:
operating system) est le système d’exploitation du Palm Pilot, qui est
d'abord un PDA unique avant de devenir une gamme de PDA. Le Palm OS
équipe 55% des PDA vendus en 2002. L'autre "grand" système
d’exploitation est le Pocket PC de Microsoft, qui équipe pour sa part
25,7% des machines, y compris les assistants personnels du même nom.

Commercialisé par Microsoft en avril 2000 pour concurrencer le Palm
Pilot, l'assistant personnel Pocket PC utilise d'abord un système
d’exploitation spécifique, Windows CE, qui intègre le nouveau logiciel
de lecture Microsoft Reader. En octobre 2001, Windows CE est remplacé
par Pocket PC 2002, qui permet entre autres de lire des livres
numériques sous droits. Ces livres sont protégés par un système de
gestion des droits numériques dénommé Microsoft DAS Server (DAS:
digital asset server). En 2002, le Pocket PC permet la lecture sur
trois logiciels: le Microsoft Reader bien sûr, le Mobipocket Reader et
le Palm Reader.

D’après Seybold Reports.com, en avril 2001, on compte 100.000 tablettes
de lecture pour 17 millions d’assistants personnels (PDA). Deux ans
plus tard, en juin 2003, plus aucune tablette n’est commercialisée. De
nouveaux modèles apparaissent ensuite, mais on se demande s'ils peuvent
vraiment réussir à s’imposer face à l’assistant personnel, qui offre
aussi d’autres fonctionnalités.  On se demande aussi s'il existe une
clientèle spécifique pour les deux machines, la lecture sur assistant
personnel étant destinée au grand public, et la lecture sur tablette
électronique étant réservée aux gros consommateurs de documents que
sont les lycéens, les étudiants, les professeurs, les chercheurs ou les
juristes. Le débat reste toujours d'actualité dans les années qui
suivent.



1996: INTERNET ARCHIVE


[Résumé]

Fondée en avril 1996 par Brewster Kahle à San Francisco, l’Internet
Archive a pour but premier de constituer, stocker, préserver et gérer
une "bibliothèque" de l’internet, en archivant régulièrement la
totalité du web, afin d’offrir un outil de travail aux universitaires,
chercheurs et historiens, et de préserver un historique de l’internet
pour les générations futures. En octobre 2001, l’Internet Archive met
ses archives en accès libre sur le web grâce à la Wayback Machine, qui
permet à tout un chacun de consulter l’historique d’un site web, à
savoir le contenu et la présentation d’un site web à différentes dates,
théoriquement tous les deux mois, à partir de 1996. L'Internet Archive
constitue aussi des collections numériques spécifiques, y compris pour
les livres et les documents multimédias. Toutes ces collections sont en
consultation libre sur le web.


[En détail]

Fondée en avril 1996 par Brewster Kahle à San Francisco, l’Internet
Archive a pour but premier de constituer, stocker, préserver et gérer
une "bibliothèque" de l’internet, en archivant régulièrement la
totalité du web, afin d’offrir un outil de travail aux universitaires,
chercheurs et historiens, et de préserver un historique de l’internet
pour les générations futures. En octobre 2001, l’Internet Archive met
ses archives en accès libre sur le web grâce à la Wayback Machine, qui
permet à tout un chacun de consulter l’historique d’un site web, à
savoir le contenu et la présentation d’un site web à différentes dates,
théoriquement tous les deux mois, à partir de 1996. Toutes ces
collections sont en consultation libre sur le web. Les archives du web
représentent 300 téraoctets (To) de données en 2004, avec une
croissance de 12 téraoctets par mois. Ces archives représentent 30
millions de pages web en 1996, 65 milliards de pages web (provenant de
50 millions de sites web) en décembre 2006 et 85 milliards de pages web
en mai 2007.

Depuis la fin 1999, l'Internet Archive constitue aussi des collections
numériques spécifiques, par exemple les sites relatifs au 11 septembre
2001, les sites relatifs aux élections de 2000 (présidentielles) et
2002 (élections du Congrès et des gouverneurs des Etats), les sites des
pionniers du web, le Million Book Project (10.520 livres en avril
2005), des archives de films de la période 1903-1973, des archives de
concerts "live" récents, des archives de logiciels, etc. Toutes ces
collections sont en consultation libre sur le web, y compris la grande
bibliothèque numérique (Text Archive) en cours de constitution. A cet
effet, l'Internet Archive fonde en janvier 2005 l'Open Content Alliance
(OCA), une initiative visant à créer un répertoire libre et multilingue
de livres numérisés et de documents multimédia pour consultation et
téléchargement sur n'importe quel moteur de recherche.



1996: ENSEIGNEMENT ET INTERNET


[Résumé]

Sur le site de l'Internet Society (ISOC), qu'il fonde en 1992 pour
promouvoir le développement de l’internet, Vinton Cerf explique: "Le
réseau fait deux choses (...): comme les livres, il permet d’accumuler
de la connaissance. Mais, surtout, il la présente sous une forme qui la
met en relation avec d’autres informations. Alors que, dans un livre,
l’information est maintenue isolée." De plus, l’information contenue
dans les livres reste la même, au moins pendant une période donnée,
alors que l'internet privilégie l’information la plus récente qui,
elle, est en constante mutation. Il s'ensuit un changement dans la
manière d'enseigner. En septembre 1996, Dale Spender, professeur à
l’Université de Queensland (Australie), tente d’analyser ce changement
lors d'une communication de la 14e conférence mondiale de l’IFIP
(International Federation of Information Processing).


[En détail]

Vinton Cerf co-invente en 1974 avec Bob Kahn le protocole TCP/IP, à la
base de tout échange de données sur le réseau. Sur le site de
l'Internet Society (ISOC), qu'il fonde en 1992 pour promouvoir le
développement de l’internet, Vinton Cerf explique: "Le réseau fait deux
choses (...): comme les livres, il permet d’accumuler de la
connaissance. Mais, surtout, il la présente sous une forme qui la met
en relation avec d’autres informations. Alors que, dans un livre,
l’information est maintenue isolée."

De plus, l’information contenue dans les livres reste la même, au moins
pendant une période donnée, alors que l'internet privilégie
l’information la plus récente qui, elle, est en constante mutation. Il
s'ensuit un changement dans la manière d'enseigner. Dès septembre 1996,
dans Creativity and the Computer Education Industry, une communication
de la 14e conférence mondiale de l’IFIP (International Federation of
Information Processing), Dale Spender, professeur à l’Université de
Queensland (Australie), tente d’analyser ce changement. Voici son
argumentation résumée en deux paragraphes.

Depuis plus de cinq siècles, l’enseignement est essentiellement basé
sur l’information procurée par les livres. Or les habitudes liées à
l’imprimé ne peuvent être transférées dans l’univers numérique.
L’enseignement en ligne offre des possibilités tellement nouvelles
qu’il n’est guère possible d’effectuer les distinctions traditionnelles
entre enseignant et enseigné. Le passage de la culture imprimée à la
culture numérique exige donc d’entièrement repenser le processus
d’acquisition du savoir, puisqu'on a maintenant l’opportunité sans
précédent de pouvoir influer sur le type d’enseignement qu'on souhaite
recevoir.

Dans la culture imprimée, l’information contenue dans les livres reste
la même pendant un certain temps, ce qui encourage à penser que
l’information est stable. La nature même de l’imprimé est liée à la
notion de vérité, stable elle aussi. Cette stabilité et l’ordre qu’elle
engendre sont un des fondements de l’âge industriel et de l’ère des
sciences et techniques. Les notions de vérité, de loi, d’objectivité et
de preuve sont le fondement de nos croyances et de nos cultures. Mais
le numérique change tout ceci. Soudain l’information en ligne supplante
l’information imprimée pour devenir la plus fiable et la plus utile, et
l’usager est prêt à la payer en conséquence. Cette transformation
radicale de la nature même de l’information doit être au coeur du débat
sur les nouvelles méthodes d’enseignement.

En juillet 1998, Patrick Rebollar, professeur de français et
d’informatique dans des universités japonaises, analyse l’impact de
l’internet sur sa vie professionnelle: "Mon travail de recherche est
différent, mon travail d’enseignant est différent, mon image en tant
qu’enseignant-chercheur de langue et de littérature est totalement liée
à l’ordinateur, ce qui a ses bons et ses mauvais côtés (surtout vers le
haut de la hiérarchie universitaire, plutôt constituée de gens âgés et
technologiquement récalcitrants). J’ai cessé de m’intéresser à certains
collègues proches géographiquement mais qui n’ont rien de commun avec
mes idées, pour entrer en contact avec des personnes inconnues et
réparties dans différents pays (et que je rencontre parfois, à Paris ou
à Tokyo, selon les vacances ou les colloques des uns ou des autres). La
différence est d’abord un gain de temps, pour tout, puis un changement
de méthode de documentation, puis de méthode d’enseignement
privilégiant l’acquisition des méthodes de recherche par mes étudiants,
au détriment des contenus (mais cela dépend des cours).
Progressivement, le paradigme réticulaire l’emporte sur le paradigme
hiérarchique - et je sais que certains enseignants m’en veulent à mort
d’enseigner ça, et de le dire d’une façon aussi crue. Cependant ils
sont obligés de s’y mettre..."

Professeur au département d’études françaises de l’Université de
Toronto, Russon Wooldridge relate en mai 2001: "Mes activités de
recherche, autrefois menées dans une tour d'ivoire, se font maintenant
presque uniquement par des collaborations locales ou à distance. (...)
Tout mon enseignement exploite au maximum les ressources d'internet (le
web et le courriel): les deux lieux communs d'un cours sont la salle de
classe et le site du cours, sur lequel je mets tous les matériaux des
cours. Je mets toutes les données de mes recherches des vingt dernières
années sur le web (réédition de livres, articles, textes intégraux de
dictionnaires anciens en bases de données interactives, de traités du
16e siècle, etc.). Je publie des actes de colloques, j'édite un
journal, je collabore avec des collègues français, mettant en ligne à
Toronto ce qu'ils ne peuvent pas publier en ligne chez eux."



1997: PUBLICATION NUMERIQUE


[Résumé]

Pour la publication d'ouvrages et de périodiques éducatifs et
scientifiques, dans lesquels l'information la plus récente est
primordiale, la numérisation conduit à repenser complètement la
signification même de publication, et à s'orienter vers une diffusion
en ligne qui rend beaucoup plus facile les réactualisations régulières.
On observe un tournant majeur en 1997. Certaines universités diffusent
par exemple des manuels "sur mesure" composés de quelques chapitres
sélectionnés dans une vaste base de données, un choix complété par des
articles et par les commentaires des professeurs. Pour un séminaire, un
très petit tirage peut être effectué à la demande pour un document
rassemblant quelques textes et transmis par voie électronique à un
imprimeur.


[En détail]

Depuis les années 1970, la chaîne traditionnelle de l'édition est
soumise à de nombreux bouleversements. Le marché de l'imprimerie
traditionnelle est d'abord ébranlé par l'apparition des machines de
photocomposition. Les coûts d'impression continuent ensuite de baisser
avec les procédés d'impression assistée par ordinateur, les
photocopieurs, les photocopieurs couleur et le matériel d'impression
numérique. L'impression est désormais souvent assurée à bas prix par
des ateliers de PAO (publication assistée par ordinateur) et des
entreprises d'arts graphiques. La numérisation accélère aussi le
processus de rédaction, puisque le rédacteur, le concepteur artistique
et le personnel chargé de la mise en page peuvent travailler
simultanément sur le même ouvrage.

Pour la publication d'ouvrages et de périodiques éducatifs et
scientifiques, dans lesquels l'information la plus récente est
primordiale, la numérisation conduit à repenser complètement la
signification même de publication, et à s'orienter vers une diffusion
en ligne qui rend beaucoup plus facile les réactualisations régulières.
Certaines universités diffusent par exemple des manuels "sur mesure"
composés de quelques chapitres sélectionnés dans une vaste base de
données, un choix complété par des articles et par les commentaires des
professeurs. Pour un séminaire, un très petit tirage peut être effectué
à la demande pour quelques textes transmis par voie électronique à un
imprimeur.

L'interaction entre document imprimé et document électronique devient
omniprésente, et elle s'accentuera encore dans les prochaines années, à
tel point qu'il deviendra probablement ridicule d'établir une
distinction entre document électronique et document imprimé. Déjà, à
l'heure actuelle, pratiquement tous les documents imprimés récents sont
issus d'une version électronique sur traitement de texte, tableur ou
base de données. De plus en plus de documents n'existent désormais
qu'en version électronique, et de plus en plus de documents imprimés
sont numérisés.

Outre sa facilité d'accès et son faible coût, le document électronique
peut être régulièrement actualisé. Point n'est besoin d'attendre une
nouvelle édition imprimée soumise aux contraintes commerciales et aux
exigences de l'éditeur. L'édition électronique apparaît donc comme une
bonne solution pour résoudre les problèmes budgétaires des presses
universitaires et des éditeurs axés sur la publication d'ouvrages de
recherche.



1997: DICTIONNAIRES EN LIGNE


[Résumé]

La société de traduction Logos décide en 1997 de mettre le Logos
Dictionary et tous ses outils professionnels en accès libre sur le web.
Dans les années qui suivent, les dictionnaires en ligne sont soit en
accès libre comme le Grand dictionnaire terminologique (GDT) de
l’Office québécois de la langue française (OQLF), soit disponibles
moyennant une inscription gratuite ou payante. Nombre de dictionnaires
sont également disponibles sur CD-ROM (compact disc - read only memory)
ou sur DVD (digital versatile disc), parallèlement à la version en
ligne. En accès libre sur le site de l’ATILF (Analyse et traitement
informatique de la langue française), Dictionnaires est une collection
de dictionnaires informatisés anciens et récents, qui comprend
notamment le TLFi (Trésor de la langue française informatisé,
1971-1994). Des dictionnaires gratuits écrits collectivement utilisent
la forme du wiki, par exemple le dictionnaire multilingue Wiktionary,
lancé en 2002 par la Wikipedia Foundation. Le portail
yourDictionary.com répertorie 3.500 dictionnaires et grammaires dans
300 langues en avril 2007.


[En détail]

Fondé en 1979 à Modène (Italie) par Rodrigo Vergara, Logos est une
société de traduction offrant des services dans 35 langues en 1997,
avec 300 traducteurs travaillant sur place et un réseau mondial de
2.500 traducteurs travaillant en free-lance. Logos traduit en moyenne
200 textes par jour.

Initiative peu courante à l’époque, Logos décide de mettre tous ses
outils professionnels en accès libre sur le web. Dans un entretien
publié dans le quotidien Le Monde du 7 décembre 1997, Rodrigo Vergara
relate: "Nous voulions que nos traducteurs aient tous accès aux mêmes
outils de traduction. Nous les avons donc mis à leur disposition sur
internet, et tant qu’à faire nous avons ouvert le site au public. Cela
nous a rendus très populaires, nous a fait beaucoup de publicité.
L’opération a drainé vers nous de nombreux clients, mais aussi nous a
permis d’étoffer notre réseau de traducteurs grâce aux contacts établis
à la suite de cette initiative."

Les outils de traduction disponibles sur le web comprennent un
dictionnaire multilingue de 7,5 millions d’entrées (Logos Dictionary),
une base de données de 553 glossaires (Linguistic Resources), des
tables de conjugaison en 17 langues (Conjugation of Verbs), et enfin la
Wordtheque, une base de données multilingue de 328 millions de termes
issus de traductions de romans et documents techniques. La recherche
dans la Wordtheque est possible par langue, mot, auteur ou titre. En
2007, la Wordtheque, devenue la Logos Library, comprend 710 millions de
termes, Conjugation of Verbs, devenu l’Universal Conjugator, propose
des tableaux de conjugaison dans 36 langues, et Linguistic Resources
offre un point d’accès unique pour 1.215 glossaires.

Quand Logos met ses outils en accès libre en 1997, il ouvre la voie à
d'autres initiatives.

Le premier dictionnaire de langue française en accès libre est le
Dictionnaire universel francophone en ligne, qui répertorie 45.000 mots
et 116.000 définitions tout en présentant "sur un pied d’égalité, le
français dit "standard" et les mots et expressions en français tel
qu’on le parle sur les cinq continents". Issu de la collaboration entre
Hachette et l’AUPELF-UREF (devenu depuis l’AUF - Agence universitaire
de la francophonie), il correspond à la partie "noms communs" du
dictionnaire imprimé disponible chez Hachette. L’équivalent pour la
langue anglaise est le site Merriam-Webster OnLine, qui donne librement
accès au Collegiate Dictionary et au Collegiate Thesaurus.

En mars 2000, les 20 volumes de l’Oxford English Dictionary sont mis en
ligne par l’Oxford University Press (OUP). La consultation du site est
payante. Le dictionnaire bénéficie d’une mise à jour trimestrielle
d’environ 1.000 entrées nouvelles ou révisées. Deux ans après cette
première expérience, en mars 2002, l’Oxford University Press met en
ligne l’Oxford Reference Online, une vaste encyclopédie conçue
directement pour le web et consultable elle aussi sur abonnement
payant. Avec 60.000 pages et un million d’entrées, elle représente
l’équivalent d’une centaine d’ouvrages de référence.

En septembre 2000, l’Office québécois de la langue française (OQLF)
lance le Grand dictionnaire terminologique (GDT), mis en ligne en
septembre 2000. Le GDT comprend 3 millions de termes français et
anglais du vocabulaire industriel, scientifique et commercial, dans 200
domaines d’activité. Il représente l'équivalent de 3.000 ouvrages de
référence imprimés. Cette mise en ligne est le résultat d'un
partenariat entre l'Office québécois de la langue française (OQLF),
auteur du dictionnaire, et Semantix, société spécialisée dans les
solutions logicielles linguistiques. Evénement célébré par de nombreux
linguistes, cette mise en ligne est un succès sans précédent pour un
dictionnaire. Dès le premier mois, le GDT est consulté par 1,3 million
de personnes, avec des pointes de 60.000 requêtes quotidiennes. La
gestion de la base est ensuite assurée par Convera Canada. En février
2003, les requêtes sont au nombre de 3,5 millions par mois. Une
nouvelle version du GDT est mise en ligne en mars 2003. Sa gestion est
désormais assurée par l'OQLF lui-même, et non plus par une société
prestataire.

Géré par le service de traduction de la Commission européenne,
Eurodicautom est un dictionnaire multilingue de termes économiques,
scientifiques, techniques et juridiques, avec une moyenne de 120.000
consultations quotidiennes. Il permet de combiner entre elles les onze
langues officielles de l’Union européenne (allemand, anglais, danois,
espagnol, finnois, français, grec, hollandais, italien, portugais,
suédois), ainsi que le latin. Fin 2003, Eurodicautom annonce son
intégration dans une base terminologique plus vaste regroupant les
bases de plusieurs institutions de l’Union européenne. Cette nouvelle
base traite non plus douze langues, mais une vingtaine, puisque l’Union
européenne s’élargit à l’Est et passe de 15 à 25 membres en mai 2004,
pour atteindre 27 membres en janvier 2007. Cette base terminologique
voit le jour en mars 2007, sous le nom de IATE (Inter-Active
Terminology for Europe), avec 1,4 million d’entrées dans 24 langues.



1997: CONVERGENCE MULTIMEDIA


[Résumé]

La convergence multimédia peut être définie comme la convergence des
secteurs de l’informatique, du téléphone et de la radiotélévision dans
une industrie de la communication et de la distribution utilisant les
mêmes autoroutes de l’information. Cette convergence entraîne
l’unification progressive des secteurs liés à l’information
(imprimerie, édition, presse, conception graphique, enregistrements
sonores, films, etc.) suite à l’utilisation des techniques de
numérisation. La convergence multimédia amène-t-elle des emplois
nouveaux, comme l’assurent les employeurs, ou bien est-elle source de
chômage, comme l’affirment les syndicats? Ce sujet est débattu dès 1997
lors du Colloque sur la convergence multimédia organisé par le Bureau
international du travail (BIT) à Genève. Si, dans certains secteurs, ce
phénomène entraîne de nouveaux emplois, par exemple ceux liés à la
production audiovisuelle, d’autres secteurs sont soumis à
d’inquiétantes restructurations. La convergence multimédia a de
nombreux revers, par exemple des contrats précaires pour les salariés,
l’absence de syndicats pour les télétravailleurs ou le droit d’auteur
mis à mal pour les auteurs.


[En détail]

La numérisation permet de créer, d’enregistrer, de combiner, de
stocker, de rechercher et de transmettre des textes, des sons et des
images par des moyens simples et rapides. Des procédés similaires
permettent le traitement de l’écriture, de la musique et du cinéma
alors que, par le passé, ce traitement était assuré par des procédés
différents sur des supports différents (papier pour l’écriture, bande
magnétique pour la musique, celluloïd pour le cinéma). De plus, des
secteurs distincts comme l’édition (qui produit des livres) et
l’industrie musicale (qui produit des disques) travaillent de concert
pour produire des CD-ROM.

La numérisation accélère considérablement le processus matériel de
production. Dans la presse, alors qu’auparavant le personnel de
production devait dactylographier les textes du personnel de rédaction,
les journalistes envoient désormais directement leurs textes pour mise
en page. Dans l’édition, le rédacteur, le concepteur artistique et
l'infographiste travaillent souvent simultanément sur le même ouvrage.
On assiste progressivement à la convergence de tous les secteurs liés à
l’information: imprimerie, édition, presse, conception graphique,
enregistrements sonores, films, radiodiffusion, etc. C'est ce qu'on
appelle la convergence multimédia. On peut aussi la définir comme la
convergence de l’informatique, du téléphone, de la radio et de la
télévision dans une industrie de la communication et de la distribution
utilisant les mêmes inforoutes.

Si certains secteurs voient l’apparition de nouveaux emplois, par
exemple ceux liés à la production audiovisuelle, d’autres secteurs sont
soumis à d’inquiétantes restructurations. La convergence multimédia a
de nombreux revers, à savoir des contrats occasionnels et précaires
pour les salariés, l’absence de syndicats pour les télétravailleurs, le
droit d’auteur souvent mis à mal pour les auteurs, etc. Et, à
l’exception du droit d’auteur, vu l’enjeu financier qu’il représente,
il est rare que ces problèmes fassent la Une des journaux.

La convergence multimédia amène-t-elle des emplois nouveaux, comme
l’assurent les employeurs, ou bien est-elle source de chômage, comme
l’affirment les syndicats? Ce sujet est débattu dès janvier 1997 lors
du Colloque sur la convergence multimédia organisé par le Bureau
international du travail (BIT) à Genève.

Si elle accélère le processus de production, l’automatisation des
méthodes de travail entraîne une diminution de l’intervention humaine
et donc un accroissement du chômage. Dans la presse comme dans
l'édition, la mise en page automatique permet de combiner rédaction et
composition. Dans les services publicitaires aussi, la conception
graphique et les tâches commerciales sont maintenant intégrées.
L’informatique permet à certains professionnels de s’installer à leur
compte, une solution choisie par 30% des salariés ayant perdu leur
emploi.

Au Royaume-Uni, les fonctions de correction d'épreuves et de rédaction
s'effectuent désormais à domicile, le plus souvent par des travailleurs
qui ont pris le statut d'indépendants par suite de fusions
d'entreprises, délocalisations ou licenciements. "Or cette forme
d'emploi tient plus du travail précaire que du travail indépendant, car
ces personnes n'ont que peu d'autonomie et sont généralement
tributaires d'une seule maison d'édition", analyse Peter Leisink,
professeur associé d'études sociales à l'Université d'Utrecht
(Pays-Bas).

A part quelques cas mis en avant par les organisations d’employeurs, la
convergence multimédia entraîne des suppressions massives d’emplois.
Selon Michel Muller, secrétaire général de la FILPAC (Fédération des
industries du livre, du papier et de la communication), les industries
graphiques françaises ont perdu 20.000 emplois en dix ans. Entre 1987
et 1996, les effectifs passent de de 110.000 à 90.000 salariés. Les
entreprises doivent mettre sur pied des plans sociaux coûteux pour
favoriser le reclassement des personnes licenciées, en créant des
emplois souvent artificiels, alors qu’il aurait été préférable de
financer des études fiables sur la manière d’équilibrer créations et
suppressions d’emplois quand il était encore temps.

Partout dans le monde, de nombreux postes à faible qualification
technique sont remplacés par des postes exigeant des qualifications
techniques élevées. Les personnes peu qualifiées sont licenciées.
D’autres suivent une formation professionnelle complémentaire, parfois
auto-financée et prise sur leur temps libre, et cette formation
professionnelle ne garantit pas pour autant le réemploi.

Directeur du géant des télécommunications AT&T aux Etats-Unis, Walter
Durling insiste sur le fait que les nouvelles technologies ne
changeront pas fondamentalement la situation des salariés au sein de
l'entreprise. L’invention du film n’a pas tué le théâtre et celle de la
télévision n’a pas fait disparaître le cinéma. Les entreprises
devraient créer des emplois liés aux nouvelles technologies et les
proposer à ceux qui sont obligés de quitter d’autres postes devenus
obsolètes. Des arguments bien théoriques alors que le problème est
plutôt celui du pourcentage. Combien de créations de postes pour
combien de licenciements?

De leur côté, les syndicats préconisent la création d’emplois par
l’investissement, l’innovation, la formation professionnelle aux
nouvelles technologies, la reconversion des travailleurs dont les
emplois sont supprimés, des conditions équitables pour les contrats et
les conventions collectives, la défense du droit d’auteur, une
meilleure protection des travailleurs dans le secteur artistique et
enfin la défense des télétravailleurs en tant que travailleurs à part
entière.

Malgré tous les efforts des syndicats, la situation deviendra-elle
aussi dramatique que celle décrite dans une note du rapport de ce
colloque, demandant si "les individus seront forcés de lutter pour
survivre dans une jungle électronique avec les mécanismes de survie qui
ont été mis au point au cours des précédentes décennies?"



1998: GALLICA


[Résumé]

Gallica est le secteur numérique de la Bibliothèque nationale de France
(BnF), mis en ligne en octobre 1997. En 1998, le serveur stocke
2.500 livres numérisés en mode image complétés par les 250 volumes
numérisés en mode texte de la base Frantext de l’INaLF (Institut
national de la langue française). Gallica devient rapidement la plus
grande bibliothèque numérique francophone du réseau. Pour des raisons
de coût, les documents sont essentiellement numérisés en mode image. En
décembre 2006, Gallica propose tous les documents libres de droits du
fonds numérisé de la BnF, à savoir 90.000 ouvrages numérisés
(fascicules de presse compris) et 80.000 images couvrant une période
allant du Moyen-Age au début du 20e siècle, avec plus d'un million de
consultations par mois. En 2007, Gallica débute la conversion en mode
texte des livres numérisés en mode image pour favoriser l'accès à leur
contenu.


[En détail]

Secteur numérique de la Bibliothèque nationale de France (BnF), Gallica
est inauguré en octobre 1997 avec des textes et images du 19e siècle
francophone, le 19e siècle étant le "siècle de l’édition et de la
presse moderne, siècle du roman mais aussi des grandes synthèses
historiques et philosophiques, siècle scientifique et technique"
(extrait du site web). A l’époque, le serveur stocke 2.500 livres
numérisés en mode image complétés par les 250 volumes numérisés en mode
texte de la base Frantext de l’INaLF (Institut national de la langue
française). Classées par discipline, ces ressources sont complétées par
une chronologie du 19e siècle et une synthèse sur les grands courants
en histoire, sciences politiques, droit, économie, littérature,
philosophie, sciences et histoire des sciences. Le site propose aussi
un échantillon de la future iconothèque numérique, à savoir le fonds du
photographe Eugène Atget, une sélection de documents sur l’écrivain
Pierre Loti, une collection d’images de l’Ecole nationale des ponts et
chaussées sur les grands travaux liés à la révolution industrielle en
France, et enfin un choix de livres illustrés de la Bibliothèque du
Musée de l’Homme.

Gallica se considère moins comme une banque de données numérisées que
comme un "laboratoire dont l’objet est d’évaluer les conditions d’accès
et de consultation à distance des documents numériques", lit-on sur le
site web à la fin de 1997. Le but est d’expérimenter la navigation dans
ces collections, en permettant aussi bien le libre parcours du
chercheur ou du curieux que des recherches pointues.

Début 1998, Gallica annonce 100.000 volumes et 300.000 images pour la
fin 1999, avec un accroissement rapide des collections ensuite. Sur les
100.000 volumes prévus, qui représenteront 30 millions de pages
numérisées, plus du tiers concerne le 19e siècle. Quant aux 300.000
images fixes, la moitié appartient aux départements spécialisés de la
BnF (Estampes et photographie, Manuscrits, Arts du spectacle, Monnaies
et médailles, etc.). L’autre moitié provient de collections
d’établissements publics (musées et bibliothèques, Documentation
française, Ecole nationale des ponts et chaussées, Institut Pasteur,
Observatoire de Paris, etc.) ou privés (agences de presse dont Magnum,
l’Agence France-Presse, Sygma, Rapho, etc.).

En mai 1998, Gallica revoit ses espérances à la baisse et modifie
quelque peu ses orientations premières. Dans un article du quotidien Le
Figaro du 3 juin 1998, Jérôme Strazzulla, journaliste, écrit que la BnF
est "passée d’une espérance universaliste, encyclopédique, à la
nécessité de choix éditoriaux pointus". Dans le même article, il
interviewe le président de la BnF, Jean-Pierre Angremy, qui rapporte la
décision du comité éditorial de Gallica: "Nous avons décidé
d’abandonner l’idée d’un vaste corpus encyclopédique de cent mille
livres, auquel on pourrait sans cesse reprocher des trous. Nous nous
orientons aujourd’hui vers des corpus thématiques, aussi complets que
possibles, mais plus restreints. (...) Nous cherchons à répondre, en
priorité, aux demandes des chercheurs et des lecteurs." Le premier
corpus aurait trait aux voyages en France, avec mise en ligne prévue en
2000. Ce corpus rassemblerait des textes, estampes et photographies du
16e siècle à 1920. Les corpus envisagés ensuite auront les thèmes
suivants: Paris, les voyages en Afrique des origines à 1920, les
utopies, et les mémoires des Académies des sciences de province.

En 2003, Gallica donne accès à tous les documents libres de droit du
fonds numérisé de la BnF, à savoir 70.000 ouvrages et 80.000 images
allant du Moyen-Age au début du 20e siècle. Mais, de l’avis de nombreux
usagers, les fichiers sont très lourds puisque les livres sont
numérisés en mode image, et l’accès en est très long. Chose tout aussi
problématique, la numérisation en mode image n’autorise pas la
recherche textuelle alors que Gallica se trouve être la plus grande
bibliothèque numérique francophone en nombre de titres disponibles en
ligne. Seule une petite collection de livres (1.117 titres en février
2004) est numérisée en mode texte, celle de la base Frantext de l'ATILF
(Analyse et traitement informatique de la langue française, le
laboratoire ayant succédé à l'INaLF), intégrée dans Gallica.

En février 2005, Gallica compte 76.000 ouvrages. A la même date, la BnF
annonce la mise en ligne prochaine (entre 2006 et 2009) de la presse
française parue entre 1826 et 1944, à savoir 22 titres représentant 3,5
millions de pages. Début 2006, les premiers journaux disponibles en
ligne sont Le Figaro (fondé en 1826), La Croix (fondée en 1883),
L'Humanité (fondée en 1904) et Le Temps (fondé en 1861 et disparu en
1942). En décembre 2006, les collections comprennent 90.000 ouvrages
numérisés (fascicules de presse compris), 80.000 images et des dizaines
d'heures de ressources sonores. Gallica débute aussi la conversion en
mode texte des livres numérisés en mode image pour pour favoriser
l'accès à leur contenu.



1998: BIBLIOTHECAIRES NUMERIQUES


[Résumé]

En 1998, Peter Raggett est sous-directeur (puis directeur) de la
Bibliothèque centrale de l'OCDE (Organisation de coopération et de
développement économiques). Il explique en juin 1998: "L’internet offre
aux chercheurs un stock d’informations considérable. (...) A mon avis,
les bibliothécaires auront un rôle important à jouer pour améliorer la
recherche et l’organisation de l’information sur le réseau. Je prévois
aussi une forte expansion de l’internet pour l’enseignement et la
recherche. Les bibliothèques seront amenées à créer des bibliothèques
numériques permettant à un étudiant de suivre un cours proposé par une
institution à l’autre bout du monde. La tâche du bibliothécaire sera de
filtrer les informations pour le public. Personnellement, je me vois de
plus en plus devenir un bibliothécaire virtuel. Je n’aurai pas
l’occasion de rencontrer les usagers, ils me contacteront plutôt par
courriel, par téléphone ou par fax, j’effectuerai la recherche et je
leur enverrai les résultats par voie électronique."


[En détail]

Voici deux expériences, relatées par Peter Raggett, sous-directeur de
la Bibliothèque centrale de l'OCDE, et par Bruno Didier, webmestre de
la Bibliothèque de l'Institut Pasteur.


= Bibliothèque centrale de l'OCDE

Située à Paris, l’OCDE (Organisation de coopération et de développement
économiques) regroupe trente pays membres. Au noyau d’origine,
constitué des pays d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord, viennent
s’ajouter le Japon, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Finlande, le
Mexique, la République tchèque, la Hongrie, la Pologne et la Corée.
Réservé aux fonctionnaires de l’organisation, la bibliothèque centrale
permet la consultation de quelque 60.000 monographies et 2.500
périodiques imprimés. En ligne depuis 1996, les pages intranet du CDI
deviennent une source d’information indispensable pour le personnel.

Peter Raggett est sous-directeur (puis directeur) du centre de
documentation et d’information (CDI) de l’OCDE. "Je dois filtrer
l’information pour les usagers de la bibliothèque, ce qui signifie que
je dois bien connaître les sites et les liens qu’ils proposent,
explique-t-il en juin 1998. J’ai sélectionné plusieurs centaines de
sites pour en favoriser l’accès à partir de l’intranet de l’OCDE. Cette
sélection fait partie du bureau de référence virtuel proposé par la
bibliothèque à l’ensemble du personnel. Outre de nombreux liens, ce
bureau de référence contient des pages recensant les articles,
monographies et sites web correspondant aux différents projets de
recherche en cours à l’OCDE, l’accès en réseau aux CD-ROM et une liste
mensuelle des nouveaux titres."

Comment voit-il l’avenir de la profession? "L’internet offre aux
chercheurs un stock d’informations considérable. Le problème pour eux
est de trouver ce qu’ils cherchent. Jamais auparavant on n’avait senti
une telle surcharge d’informations, comme on la sent maintenant quand
on tente de trouver un renseignement sur un sujet précis en utilisant
les moteurs de recherche disponibles sur l’internet. A mon avis, les
bibliothécaires auront un rôle important à jouer pour améliorer la
recherche et l’organisation de l’information sur le réseau. Je prévois
aussi une forte expansion de l’internet pour l’enseignement et la
recherche. Les bibliothèques seront amenées à créer des bibliothèques
numériques permettant à un étudiant de suivre un cours proposé par une
institution à l’autre bout du monde. La tâche du bibliothécaire sera de
filtrer les informations pour le public. Personnellement, je me vois de
plus en plus devenir un bibliothécaire virtuel. Je n’aurai pas
l’occasion de rencontrer les usagers, ils me contacteront plutôt par
courriel, par téléphone ou par fax, j’effectuerai la recherche et je
leur enverrai les résultats par voie électronique."


= Bibliothèque de l'Institut Pasteur

En 1999, Bruno Didier est bibliothécaire à l’Institut Pasteur (Paris),
une fondation privée dont le but est la prévention et le traitement des
maladies infectieuses par la recherche, l’enseignement et des actions
de santé publique. Séduit par les perspectives qu’offre le réseau pour
la recherche documentaire, Bruno Didier crée le site web de la
bibliothèque en 1996 et devient son webmestre.

"Le site web de la bibliothèque a pour vocation principale de servir la
communauté pasteurienne, relate-t-il en août 1999. Il est le support
d’applications devenues indispensables à la fonction documentaire dans
un organisme de cette taille: bases de données bibliographiques,
catalogue, commande de documents et bien entendu accès à des
périodiques en ligne. C’est également une vitrine pour nos différents
services, en interne mais aussi dans toute la France et à l’étranger.
Il tient notamment une place importante dans la coopération
documentaire avec les instituts du réseau Pasteur à travers le monde.
Enfin j’essaie d’en faire une passerelle adaptée à nos besoins pour la
découverte et l’utilisation d’internet. (...) Je développe et maintiens
les pages du serveur, ce qui s’accompagne d’une activité de veille
régulière. Par ailleurs je suis responsable de la formation des
usagers, ce qui se ressent dans mes pages. Le web est un excellent
support pour la formation, et la plupart des réflexions actuelles sur
la formation des usagers intègrent cet outil."

Son activité professionnelle a changé de manière assez radicale, tout
comme celle de ses collègues. "C’est à la fois dans nos rapports avec
l’information et avec les usagers que les changements ont eu lieu,
explique-t-il. Nous devenons de plus en plus des médiateurs, et
peut-être un peu moins des conservateurs. Mon activité actuelle est
typique de cette nouvelle situation: d’une part dégager des chemins
d’accès rapides à l’information et mettre en place des moyens de
communication efficaces, d’autre part former les utilisateurs à ces
nouveaux outils. Je crois que l’avenir de notre métier passe par la
coopération et l’exploitation des ressources communes. C’est un vieux
projet certainement, mais finalement c’est la première fois qu’on
dispose enfin des moyens de le mettre en place."



1998: WEB MULTILINGUE


[Résumé]

De pratiquement anglophone à ses débuts, le web devient multilingue.
Consultant en marketing internet de produits et services de traduction,
Randy Hobler écrit en septembre 1998: "Comme l’internet n’a pas de
frontières nationales, les internautes s’organisent selon d’autres
critères propres au médium. En termes de multilinguisme, vous avez des
communautés virtuelles, par exemple ce que j’appelle les "nations des
langues", tous ces internautes qu’on peut regrouper selon leur langue
maternelle quel que soit leur lieu géographique. Ainsi la nation de la
langue espagnole inclut non seulement les internautes d’Espagne et
d’Amérique latine, mais aussi tous les Hispanophones vivant aux
Etats-Unis, ou encore ceux qui parlent espagnol au Maroc." Professeur
d’espagnol en entreprise et traductrice, Maria Victoria Marinetti
ajoute en août 1999: «Il est très important de pouvoir communiquer en
différentes langues. Je dirais même que c’est obligatoire, car
l’information donnée sur le net est à destination du monde entier,
alors pourquoi ne l’aurions-nous pas dans notre propre langue ou dans
la langue que nous souhaitons lire? Information mondiale, mais pas de
vaste choix dans les langues, ce serait contradictoire, pas vrai?»


[En détail]

De pratiquement anglophone à ses débuts, le web devient multilingue.

Consultant en marketing internet de produits et services de traduction,
Randy Hobler écrit en septembre 1998: "Comme l’internet n’a pas de
frontières nationales, les internautes s’organisent selon d’autres
critères propres au médium. En termes de multilinguisme, vous avez des
communautés virtuelles, par exemple ce que j’appelle les "nations des
langues", tous ces internautes qu’on peut regrouper selon leur langue
maternelle quel que soit leur lieu géographique. Ainsi la nation de la
langue espagnole inclut non seulement les internautes d’Espagne et
d’Amérique latine, mais aussi tous les Hispanophones vivant aux
Etats-Unis, ou encore ceux qui parlent espagnol au Maroc."

Bruno Didier, webmestre de la Bibliothèque de l’Institut Pasteur, écrit
en août 1999: "Internet n’est une propriété ni nationale, ni
linguistique. C’est un vecteur de culture, et le premier support de la
culture, c’est la langue. Plus il y a de langues représentées dans leur
diversité, plus il y aura de cultures sur internet. Je ne pense pas
qu’il faille justement céder à la tentation systématique de traduire
ses pages dans une langue plus ou moins universelle. Les échanges
culturels passent par la volonté de se mettre à la portée de celui vers
qui on souhaite aller. Et cet effort passe par l’appréhension de sa
langue. Bien entendu c’est très utopique comme propos. Concrètement,
lorsque je fais de la veille, je peste dès que je rencontre des sites
norvégiens ou brésiliens sans un minimum d’anglais."

L’anglais reste en effet prépondérant et ceci n’est pas près de
disparaître. Comme indiqué en janvier 1999 par Marcel Grangier,
responsable de la section française des services linguistiques centraux
de l’Administration fédérale suisse, "cette suprématie n’est pas un mal
en soi, dans la mesure où elle résulte de réalités essentiellement
statistiques (plus de PC par habitant, plus de locuteurs de cette
langue, etc.). La riposte n’est pas de "lutter contre l’anglais" et
encore moins de s’en tenir à des jérémiades, mais de multiplier les
sites en d’autres langues. Notons qu’en qualité de service de
traduction, nous préconisons également le multilinguisme des sites
eux-mêmes. La multiplication des langues présentes sur internet est
inévitable, et ne peut que bénéficier aux échanges multiculturels."

C'est aussi l'avis de Maria Victoria Marinetti, professeur d’espagnol
en entreprise et traductrice, qui écrit en août 1999: "Il est très
important de pouvoir communiquer en différentes langues. Je dirais même
que c’est obligatoire, car l’information donnée sur le net est à
destination du monde entier, alors pourquoi ne l’aurions-nous pas dans
notre propre langue ou dans la langue que nous souhaitons lire?
Information mondiale, mais pas de vaste choix dans les langues, ce
serait contradictoire, pas vrai?"

Professeur en technologies de la communication à la Webster University
de Genève, Henri Slettenhaar insiste également sur la nécessité de
sites bilingues, dans la langue originale et en anglais. "Les
communautés locales présentes sur le web devraient en tout premier lieu
utiliser leur langue pour diffuser des informations, écrit-il en
décembre 1998. Si elles veulent également présenter ces informations à
la communauté mondiale, celles-ci doivent être aussi disponibles en
anglais. Je pense qu’il existe un réel besoin de sites bilingues. (...)
Mais je suis enchanté qu’il existe maintenant tant de documents
disponibles dans leur langue originale. Je préfère de beaucoup lire
l’original avec difficulté plutôt qu’une traduction médiocre."

En août 1999, il ajoute: "A mon avis, il existe deux types de
recherches sur le web. La première est la recherche globale dans le
domaine des affaires et de l’information. Pour cela, la langue est
d’abord l’anglais, avec des versions locales si nécessaire. La seconde,
ce sont les informations locales de tous ordres dans les endroits les
plus reculés. Si l’information est à destination d’une ethnie ou d’un
groupe linguistique, elle doit d’abord être dans la langue de l’ethnie
ou du groupe, avec peut-être un résumé en anglais."

En été 2000, les usagers non anglophones atteignent puis dépassent la
barre des 50%. Ce pourcentage continue ensuite d'augmenter, comme le
montrent les statistiques de la société Global Reach, mises à jour à
intervalles réguliers. Le nombre d’usagers non anglophones est de 52,5%
en été 2001, 57% en décembre 2001, 59,8% en avril 2002, 64,4% en
septembre 2003 (dont 34,9% d’Européens non anglophones et 29,4%
d’Asiatiques) et 64,2% en mars 2004 (dont 37,9% d’Européens non
anglophones et 33% d’Asiatiques).



1999: FORMAT OPEN EBOOK


[Résumé]

Créé en septembre 1999, l’OeB (open ebook) est un format de livre
numérique basé sur le langage XML (extensible markup language) pour
normaliser le contenu, la structure et la présentation des livres
numériques. Le format OeB est défini par l’OeBPS (open ebook
publication structure), développée par l’Open eBook Forum (OeBF), un
consortium industriel international fondé en janvier 2000 pour
regrouper constructeurs, concepteurs de logiciels, éditeurs, libraires
et spécialistes du numérique (85 participants en 2002). Téléchargeable
gratuitement, l’OeBPS dispose d'une version ouverte et gratuite
appartenant au domaine public. La version originale est destinée aux
professionnels de la publication puisqu'elle doit être associée à une
technologie normalisée de gestion des droits numériques, et donc à un
système de DRM (digital rights management) permettant de contrôler
l’accès des livres numériques sous droits. En avril 2005, l’Open eBook
Forum devient l’International Digital Publishing Forum (IDPF), et le
format OeB devient le format ePub.


[En détail]

Les années 1998 et 1999 sont marquées par la prolifération des formats,
chacun lançant son propre format de livre numérique dans le cadre d’un
marché naissant promis à une expansion rapide. Aux formats
classiques - format texte, Word, HTML (hypertext markup language), XML
(extensible markup language) et PDF (portable document
format) - s’ajoutent des formats propriétaires créés par plusieurs
sociétés pour une lecture sur leurs propres logiciels: Glassbook
Reader, Rocket eBook Reader, Peanut Reader, Franklin Reader, logiciel
de lecture Cytale, Gemstar eBook Reader, Palm Reader, etc., ces
logiciels correspondant le plus souvent à un appareil donné: Rocket
eBook, eBookMan (Franklin), Cybook (Cytale), Gemstar eBook, Palm Pilot,
etc.

Inquiets pour l’avenir du livre numérique qui, à peine né, propose
presque autant de formats que de titres, certains insistent sur
l’intérêt, sinon la nécessité, d’un format unique. A l’instigation du
NIST (National Institute of Standards and Technology) aux Etats-Unis,
l’Open eBook Initiative voit le jour en juin 1998 et constitue un
groupe de travail de 25 personnes (Open eBook Authoring Group). Ce
groupe élabore l’OeB (open ebook), un format basé sur le langage XML
(extensible markup language) et destiné à normaliser le contenu, la
structure et la présentation des livres numériques. Le format OeB est
défini par l’OeBPS (open ebook publication structure), dont la version
1.0 est disponible en septembre 1999. L’OeBPS dispose d'une version
ouverte et gratuite appartenant au domaine public. La version originale
est utilisée uniquement par les professionnels de la publication,
puisqu’il doit être associé à un système de gestion des droits
numériques (DRM - digital rights management).

Fondé en janvier 2000 pour prendre la suite de l’Open eBook Initiative,
l’OeBF (Open eBook Forum) est un consortium industriel international
regroupant constructeurs, concepteurs de logiciels, éditeurs, libraires
et spécialistes du numérique (85 participants en 2002) dans l'optique
de développer le format OeB (open ebook) et l’OeBPS (open ebook
publication structure). Le format OeB devient un standard qui sert
lui-même de base à de nombreux formats, par exemple LIT (pour le
Microsoft Reader) ou PRC (pour le Mobipocket Reader). En avril 2005,
l’Open eBook Forum devient l’International Digital Publishing Forum
(IDPF) et le format OeB laisse la place au format ePub.

Outre le format PDF (non basé sur l'OeB puisque créé en 1993) et le
format LIT (basé sur l'OeB), le troisième grand format est le format
PRC, lisible sur le Mobipocket Reader et destiné en priorité aux
appareils mobiles tels que PDA, téléphones et smartphones. Créée en
mars 2000 par Thierry Brethes et Nathalie Ting, la société Mobipocket,
basée à Paris, se spécialise d'emblée dans la lecture et la
distribution sécurisée de livres numériques sur assistant personnel
(PDA). Le Mobipocket Reader est "universel", c’est-à-dire utilisable
sur tout assistant personnel (Palm Pilot, Pocket PC, eBookMan, Psion,
etc.). En avril 2002, la société lance un Mobipocket Reader pour
ordinateur. Au printemps 2003, le Mobipocket Reader équipe les premiers
smartphones de Nokia et Sony Ericsson. A la même date, le nombre de
livres lisibles sur le Mobipocket Reader est de 6.000 titres dans
plusieurs langues (français, anglais, allemand, espagnol), distribués
soit sur le site de Mobipocket soit dans les librairies partenaires. Le
système de gestion des droits numériques est le Mobipocket DRM System.
En avril 2005, Mobipocket est racheté par la grande librairie en ligne
Amazon.com.



1999: AUTEURS NUMERIQUES


[Résumé]

Jean-Paul, auteur hypermédia et webmestre des Cotres furtifs, relate en
août 1999: "L’internet va me permettre de me passer des intermédiaires:
compagnies de disques, éditeurs, distributeurs... Il va surtout me
permettre de formaliser ce que j’ai dans la tête et dont l’imprimé (la
micro-édition, en fait) ne me permettait de donner qu’une
approximation." De nombreux genres voient le jour: sites d’écriture
hypermédia, oeuvres de fiction hypertexte, romans multimédias,
hyper-romans, etc. Jean-Pierre Balpe, chercheur et écrivain, lance le
premier mail-roman francophone en 2001. Cette expérience renforce sa
"conviction que les technologies numériques sont une chance
extraordinaire du renouvellement du littéraire." Le texte fusionne
aussi de plus en plus avec l’image et le son.


[En détail]

Voici trois expériences, relatées par Murray Suid, auteur de livres
pédagogiques, Jean-Paul, webmestre d'un site hypermédia, et Jean-Pierre
Balpe, auteur d'un mail-roman.


= Livres pédagogiques

Murray Suid vit à Palo Alto, dans la Silicon Valley, en Californie. Il
est l’auteur de livres pédagogiques, de livres pour enfants, d’oeuvres
multimédias et de scénarios. Dès septembre 1998, il préconise une
solution choisie depuis par de nombreux auteurs. "Un livre peut avoir
un prolongement sur le web – et donc vivre en partie dans le
cyberespace, explique-t-il. L’auteur peut ainsi aisément l’actualiser
et le corriger, alors qu’auparavant il devait attendre longtemps,
jusqu’à l’édition suivante, quand il y en avait une. (...) Je ne sais
pas si je publierai des livres sur le web, au lieu de les publier en
version imprimée. J’utiliserai peut-être ce nouveau support si les
livres deviennent multimédias. Pour le moment, je participe au
développement de matériel pédagogique multimédia. C’est un nouveau type
de matériel qui me plaît beaucoup et qui permet l’interactivité entre
des textes, des films, des bandes sonores et des graphiques qui sont
tous reliés les uns aux autres."

Un an après, en août 1999, il ajoute: "En plus des livres complétés par
un site web, je suis en train d’adopter la même formule pour mes
oeuvres multimédias – qui sont sur CD-ROM – afin de les actualiser et
d’enrichir leur contenu." Quelques mois plus tard, l’intégralité de ses
oeuvres multimédias est sur le réseau, et le matériel pédagogique
auquel il contribue est conçu non plus pour diffusion sur CD-ROM, mais
directement pour diffusion sur le web. D’entreprise multimédia, la
société de logiciels éducatifs qui l’emploie devient une entreprise
internet.


= Site hypermédia

Jean-Paul, auteur hypermédia et webmestre des Cotres furtifs, relate en
août 1999: "L’internet va me permettre de me passer des intermédiaires:
compagnies de disques, éditeurs, distributeurs... Il va surtout me
permettre de formaliser ce que j’ai dans la tête et dont l’imprimé (la
micro-édition, en fait) ne me permettait de donner qu’une
approximation. Puis les intermédiaires prendront tout le pouvoir. Il
faudra alors chercher ailleurs, là où l’herbe est plus verte..."

En juin 2000, il se penche sur l'apport de l'hyperlien dans son
travail: "La navigation par hyperliens se fait en rayon (j’ai un centre
d’intérêt et je clique méthodiquement sur tous les liens qui s’y
rapportent) ou en louvoiements (de clic en clic, à mesure qu’ils
apparaissent, au risque de perdre de vue mon sujet). Bien sûr, les deux
sont possibles avec l’imprimé. Mais la différence saute aux yeux:
feuilleter n’est pas cliquer. L’internet n’a donc pas changé ma vie,
mais mon rapport à l’écriture. On n’écrit pas de la même manière pour
un site que pour un scénario, une pièce de théâtre, etc. (...) Depuis,
j’écris (compose, mets en page, en scène) directement à l’écran. L’état
"imprimé" de mon travail n’est pas le stade final, le but; mais une
forme parmi d’autres, qui privilégie la linéarité et l’image, et qui
exclut le son et les images animées. (...)

C’est finalement dans la publication en ligne (l’entoilage?) que j’ai
trouvé la mobilité, la fluidité que je cherchais. Le maître mot y est
"chantier en cours", sans palissades. Accouchement permanent, à vue,
comme le monde sous nos yeux. Provisoire, comme la vie qui tâtonne, se
cherche, se déprend, se reprend. Avec évidemment le risque souligné par
les gutenbergs, les orphelins de la civilisation du livre: plus rien
n’est sûr. Il n’y a plus de source fiable, elles sont trop nombreuses,
et il devient difficile de distinguer un clerc d’un gourou. Mais c’est
un problème qui concerne le contrôle de l’information. Pas la
transmission des émotions."


= Mail-roman

Jean-Pierre Balpe est directeur du département hypermédias de
l’Université Paris 8, chercheur et écrivain. Il lance le premier
mail-roman francophone en 2001. Pendant très exactement cent jours,
entre le 11 avril et le 19 juillet 2001, il diffuse quotidiennement un
chapitre de Rien n’est sans dire auprès de cinq cents personnes - sa
famille, ses amis, ses collègues, etc. - en intégrant les réponses et
les réactions des lecteurs. Racontée par un narrateur, l’histoire est
celle de Stanislas et Zita, qui vivent une passion tragique déchirée
par une sombre histoire politique. "Cette idée d’un mail-roman m’est
venue tout naturellement, raconte l’auteur en février 2002. D’une part
en me demandant depuis quelque temps déjà ce qu’internet peut apporter
sur le plan de la forme à la littérature (...) et d’autre part en
lisant de la littérature "épistolaire" du 18e siècle, ces fameux
"romans par lettres". Il suffit alors de transposer: que peut être le
"roman par lettres" aujourd’hui?"

Jean-Pierre Balpe tire plusieurs conclusions de cette expérience:
"D’abord c’est un "genre": depuis, plusieurs personnes m’ont dit lancer
aussi un mail-roman. Ensuite j’ai aperçu quantité de possibilités que
je n’ai pas exploitées et que je me réserve pour un éventuel travail
ultérieur. La contrainte du temps est ainsi très intéressante à
exploiter: le temps de l’écriture bien sûr, mais aussi celui de la
lecture: ce n’est pas rien de mettre quelqu’un devant la nécessité de
lire, chaque jour, une page de roman. Ce "pacte" a quelque chose de
diabolique. Et enfin le renforcement de ma conviction que les
technologies numériques sont une chance extraordinaire du
renouvellement du littéraire."



2000: YOURDICTIONARY.COM


[Résumé]

yourDictionary.com est co-fondé par Robert Beard en février 2000, dans
le prolongement de son ancien site, A Web of Online Dictionaries, créé
dès 1995. En septembre 2003, yourDictionary.com, devenu un portail de
référence, répertorie plus de 1.800 dictionnaires dans 250 langues,
ainsi que de nombreux outils linguistiques: vocabulaires, grammaires,
glossaires, méthodes de langues, etc. En avril 2007, le répertoire
comprend 2.500 dictionnaires et grammaires dans 300 langues. Soucieux
de servir toutes les langues sans exception, le portail propose une
section spécifique (Endangered Language Repository) consacrée aux
langues menacées d’extinction. D'après l’encyclopédie Ethnologue:
Languages of the World, publiée par SIL International et disponible
gratuitement sur le web, il existerait 6.912 langues dans le monde.


[En détail]

yourDictionary.com est co-fondé par Robert Beard en février 2000, dans
le prolongement de son ancien site, A Web of Online Dictionaries, créé
dès 1995. En septembre 2003, yourDictionary.com, devenu un portail de
référence, répertorie 1.800 dictionnaires dans 250 langues, ainsi que
de nombreux outils linguistiques: vocabulaires, grammaires, glossaires,
méthodes de langues, etc. En avril 2007, le répertoire comprend 2.500
dictionnaires et grammaires dans 300 langues. Soucieux de servir toutes
les langues sans exception, le site propose une section spécifique
(Endangered Language Repository) consacrée aux langues menacées
d’extinction.

Robert Beard explique en janvier 2000: "Les langues menacées sont
essentiellement des langues non écrites. Un tiers seulement des quelque
6.000 langues existant dans le monde sont à la fois écrites et parlées.
Je ne pense pourtant pas que le web va contribuer à la perte de
l’identité des langues et j’ai même le sentiment que, à long terme, il
va renforcer cette identité. Par exemple, de plus en plus d’Indiens
d’Amérique contactent des linguistes pour leur demander d’écrire la
grammaire de leur langue et les aider à élaborer des dictionnaires.
Pour eux, le web est un instrument à la fois accessible et très
précieux d’expression culturelle."

Caoimhín Ó Donnaíle est professeur d’informatique à l’Institut Sabhal
Mór Ostaig, situé sur l’île de Skye, en Ecosse. Il dispense ses cours
en gaélique écossais. Il indique pour sa part en mai 2001: "En ce qui
concerne l’avenir des langues menacées, l’internet accélère les choses
dans les deux sens. Si les gens ne se soucient pas de préserver les
langues, l’internet et la mondialisation qui l’accompagne accéléreront
considérablement la disparition de ces langues. Si les gens se soucient
vraiment de les préserver, l’internet constituera une aide
irremplaçable."

Caoimhín est également le webmestre du site de l’institut, bilingue
anglais-gaélique, qui se trouve être la principale source d’information
mondiale sur le gaélique écossais. Sur ce site, il tient à jour
European Minority Languages, une liste de langues européennes
minoritaires elle aussi bilingue anglais-gaélique, avec classement par
ordre alphabétique de langues et par famille linguistique. Il ajoute:
"Nos étudiants utilisent un correcteur d’orthographe en gaélique et une
base terminologique en ligne en gaélique. (...) Il est maintenant
possible d’écouter la radio en gaélique (écossais et irlandais) en
continu sur l’internet partout dans le monde. Une réalisation
particulièrement importante a été la traduction en gaélique du logiciel
de navigation Opera. C’est la première fois qu’un logiciel de cette
taille est disponible en gaélique."

Publiée par SIL International (SIL: Summer Institute of Linguistics),
l’encyclopédie Ethnologue: Languages of the World existe à la fois en
version web (gratuite), sur CD-ROM (payant) et en version imprimée
(payante). Barbara Grimes, sa directrice de publication entre 1971 et
2000 (8e-14e éditions), relate en janvier 2000: "Il s’agit d’un
catalogue des langues dans le monde, avec des informations sur les
endroits où elles sont parlées, une estimation du nombre de personnes
qui les parlent, la famille linguistique à laquelle elles
appartiennent, les autres termes utilisés pour ces langues, les noms de
dialectes, d’autres informations socio-linguistiques et démographiques,
les dates des Bibles publiées, un index des noms de langues, un index
des familles linguistiques et des cartes géographiques relatives aux
langues." En avril 2007, cette encyclopédie répertorie 6.912 langues
selon plusieurs critères (pays, nom de la langue, code de la langue
attribué par le SIL, famille de langues), avec moteur de recherche.



2000: BIBLE DE GUTENBERG EN LIGNE


[Résumé]

En novembre 2000, la version numérique de la Bible de Gutenberg est
mise en ligne sur le site de la British Library. Datée de 1454 ou 1455,
cette Bible est le premier ouvrage imprimé par Gutenberg dans son
atelier de Mayence, en Allemagne. Sur les 180 exemplaires d’origine, 48
exemplaires, dont certains incomplets, existeraient toujours. La
British Library en possède deux versions complètes et une partielle. En
mars 2000, dix chercheurs et experts techniques de l’Université Keio de
Tokyo et de NTT (Nippon Telegraph and Telephone Communications)
viennent travailler sur place pendant deux semaines pour numériser les
deux versions complètes, légèrement différentes.



2000: DISTRIBUTED PROOFREADERS


[Résumé]

Distributed Proofreaders (DP) est lancé en octobre 2000 par Charles
Franks pour aider à la numérisation des livres du domaine public. Le
site web permet la correction partagée en fragmentant les livres en
pages pouvant être relues par des correcteurs différents. Destiné à
intensifier la production de livres pour le Projet Gutenberg, grande
bibliothèque numérique mondiale au format texte, Distributed
Proofreaders en devient rapidement la principale source. A titre
indicatif, il est suggéré de relire une page par jour. Cela semble peu,
mais une page multipliée par des milliers de volontaires représente un
chiffre considérable. En 2003, une moyenne de 250 à 300 relecteurs
quotidiens permet de produire entre 2.500 et 3.000 pages par jour, ce
qui représente deux pages par minute. En 2004, la moyenne était de 300
à 400 relecteurs quotidiens produisant entre 4.000 et 7.000 pages par
jour, à savoir quatre pages par minute. Distributed Proofreaders
produit 3.000 livres en février 2004, 5.000 livres en octobre 2004,
7.000 livres en mai 2005, 8.000 livres en février 2006 et 10.000 livres
en mars 2007.


[En détail]

Conçu en octobre 2000 par Charles Franks pour contribuer à la
numérisation des livres du domaine public, Distributed Proofreaders
(DP) permet la correction partagée en fragmentant les livres en pages
pouvant être relues par des correcteurs différents. Destiné à
intensifier la production de livres pour le Projet Gutenberg, grande
bibliothèque numérique mondiale au format texte, Distributed
Proofreaders en devient rapidement la principale source. Il est
officiellement affilié au Projet Gutenberg en 2002.

La progression est rapide. En 2003, une moyenne de 250 à 300 relecteurs
quotidiens permet de produire entre 2.500 et 3.000 pages par jour, ce
qui représente deux pages par minute. En 2004, la moyenne est de 300 à
400 relecteurs quotidiens produisant entre 4.000 et 7.000 pages par
jour, à savoir quatre pages par minute. Distributed Proofreaders
produit un total de 3.000 livres en février 2004, 5.000 livres en
octobre 2004, 7.000 livres en mai 2005, 8.000 livres en février 2006 et
10.000 livres en mars 2007. A cette date, 700 volontaires se connectent
chaque jour et 3.000 volontaires se connectent chaque mois. Les
volontaires n’ont aucun quota à respecter. A titre indicatif, il est
suggéré de relire une page par jour. Cela semble peu, mais une page
multipliée par des milliers de volontaires représente un chiffre
considérable.

En janvier 2004 est lancé en parallèle Distributed Proofreaders Europe
(DP Europe) pour alimenter le site du Projet Gutenberg Europe (PG
Europe). Créé à l'initiative du Projet Rastko, basé à Belgrade
(Serbie), DP Europe est calqué sur le site original de Distributed
Proofreaders, pour gérer la relecture partagée de PG Europe. Dès ses
débuts, DP Europe est un site multilingue, qui prend en compte les
principales langues nationales. Grâce à des traducteurs volontaires, le
site de DP Europe est disponible en 12 langues en avril 2004 et 22
langues en mai 2008. L'objectif à moyen terme est d'atteindre 60
langues, avec prise en compte de toutes les langues européennes. DP
Europe comptabilise 100 livres numérisés en mai 2005, et 500 livres
numérisés en octobre 2008.



2000: PUBLIC LIBRARY OF SCIENCE


[Résumé]

La Public Library of Science (PLoS) est fondée en octobre 2000 par un
groupe de chercheurs des universités de Stanford et de Berkeley, en
Californie. Son premier objectif est de contrer les publications
spécialisées aux prix prohibitifs en regroupant tous les articles
scientifiques et médicaux au sein d’archives en ligne en accès libre.
Mais la réponse des éditeurs concernés n'est guère enthousiaste, et ce
projet n'aboutit pas. La Public Library of Science met ensuite en
oeuvre son deuxième objectif, et devient un éditeur non commercial de
périodiques scientifiques et médicaux en ligne, selon un nouveau modèle
d’édition en ligne basé sur la diffusion libre du savoir. Le premier
numéro de PLoS Biology sort en octobre 2003. PLoS Medicine est lancé en
octobre 2004. Trois nouveaux titres voient le jour en 2005: PLoS
Genetics, PLoS Computational Biology et PLoS Pathogens. Ils sont suivis
par PLoS Clinical Trials en mai 2006 et PLoS Neglected Tropical
Diseases en octobre 2007.


[En détail]

A l’heure de l’internet, il paraît assez scandaleux que le résultat de
travaux de recherche – travaux originaux et demandant de longues années
d’efforts – soit détourné par des éditeurs spécialisés s’appropriant ce
travail et le monnayant à prix fort. L’activité des chercheurs est
souvent financée par les deniers publics, et de manière substantielle
en Amérique du Nord. Il semblerait donc normal que la communauté
scientifique et le grand public puissent bénéficier librement du
résultat de ces recherches.

Dans le domaine scientifique et médical par exemple, 1.000 nouveaux
articles sont publiés chaque jour, en ne comptant que les articles
révisés par les pairs. Se basant sur ce constat, la Public Library of
Science (PLoS) est fondée en octobre 2000 à San Francisco à
l’initiative de Harold Varmus, Patrick Brown et Michael Eisen,
enseignants-chercheurs dans les universités de Stanford et de Berkeley,
en Californie. Le but de PLoS est de contrer les pratiques de l’édition
spécialisée en regroupant tous les articles scientifiques et médicaux
au sein d’archives en ligne en accès libre. Au lieu d’une information
disséminée dans des millions de rapports et des milliers de périodiques
en ligne ayant chacun des conditions d’accès différentes, un point
d’accès unique permettrait de lire le contenu intégral de ces articles,
avec moteur de recherche multi-critères et système d’hyperliens entre
les articles.

Pour ce faire, PLoS fait circuler une lettre ouverte demandant que les
articles publiés par les éditeurs spécialisés soient distribués
librement dans un service d’archives en ligne, et incitant les
signataires de cette lettre à promouvoir les éditeurs prêts à soutenir
ce projet. La réponse de la communauté scientifique internationale est
remarquable. Au cours des deux années suivantes, la lettre ouverte est
signée par 30.000 chercheurs de 180 pays différents. La réponse des
éditeurs est nettement moins enthousiaste, mais plusieurs éditeurs
donnent leur accord de principe pour une distribution immédiate des
articles publiés par leurs soins, ou alors une distribution dans un
délai de six mois. Dans la pratique, toutefois, même les éditeurs ayant
donné un accord de principe formulent nombre d’objections au nouveau
modèle proposé, si bien que le projet d’archives en ligne ne voit
finalement pas le jour.

Un autre objectif de la Public Library of Science est de devenir
elle-même éditeur. PLoS fonde donc une maison d’édition scientifique
non commerciale qui reçoit en décembre 2002 une subvention de 9
millions de dollars US de la part de la Moore Foundation. Une équipe
éditoriale de haut niveau est constituée en janvier 2003 pour lancer
des périodiques de qualité selon un nouveau modèle d’édition en ligne
basé sur la diffusion libre du savoir. Le premier numéro de PLoS
Biology sort en octobre 2003, avec une version en ligne gratuite et une
version imprimée au prix coûtant (couvrant uniquement les frais de
fabrication et de distribution). PLoS Medicine est lancé en octobre
2004. Trois nouveaux titres voient le jour en 2005: PLoS Genetics, PLoS
Computational Biology et PLoS Pathogens. PLoS Clinical Trials voit le
jour en 2006. PloS Neglected Tropical Diseases est lancé en octobre
2007 en tant que première publication scientifique consacrée aux
maladies tropicales négligées. Ces maladies affectent les populations
pauvres aussi bien dans les zones rurales que dans les zones urbaines.

Tous les articles de ces périodiques sont librement accessibles en
ligne, sur le site de PLoS et dans PubMed Central, le service public et
gratuit d’archives en ligne de la National Library of Medicine
(Etats-Unis), avec moteur de recherche multi-critères. Les versions
imprimées sont abandonnées en 2006 pour laisser place à un service
d’impression à la demande proposé par la société Odyssey Press. Ces
articles peuvent être librement diffusés et réutilisés ailleurs, y
compris pour des traductions, selon les termes de la licence Creative
Commons, la seule contrainte étant la mention des auteurs et de la
source. PLoS lance aussi PLoS ONE, un forum en ligne permettant de
publier des articles sur tout sujet scientifique et médical.

Le succès est total. Trois ans après les débuts de PLoS en tant
qu’éditeur, PLoS Biology et PLoS Medicine ont la même réputation
d’excellence que les grandes revues Nature, Science ou The New England
Journal of Medicine. PLoS reçoit le soutien financier de plusieurs
fondations tout en mettant sur pied un modèle économique viable, avec
des revenus émanant des frais de publication payés par les auteurs, et
provenant aussi de la publicité, de sponsors et d'activités destinées
aux membres de PLoS. PLoS oeuvre aussi pour que ce modèle économique
incide d’autres éditeurs à créer des revues du même type ou à mettre
les revues existantes en accès libre.



2001: WIKIPEDIA


[Résumé]

Lancée en janvier 2001 à l'initiative de Jimmy Wales et Larry Sanger
(Larry quitte ensuite l’équipe), Wikipedia est une encyclopédie
gratuite écrite collectivement et dont le contenu est librement
réutilisable. Elle est immédiatement très populaire. Sans publicité, et
financée par des dons, cette encyclopédie coopérative est rédigée par
des milliers de volontaires (appelés Wikipédiens), avec possibilité de
corriger et de compléter les articles. Les articles restent la
propriété de leurs auteurs, et leur libre utilisation est régie par la
licence GFDL (GNU free documentation license). En décembre 2004,
Wikipedia compte 1,3 million d'articles rédigés par 13.000
contributeurs dans 100 langues. Deux ans après, en décembre 2006, elle
compte 6 millions d'articles dans 250 langues, et elle est l'un de dix
sites les plus visités du web. En mai 2007, la version francophone fête
ses 500.000 articles. A la même date, Wikipedia compte 7 millions
d'articles dans 192 langues, dont 1,8 million en anglais, 589.000 en
allemand, 260.000 en portugais et 236.000 en espagnol.


[En détail]

Créée en janvier 2001 à l’initiative de Jimmy Wales et Larry Sanger
(Larry quitte ensuite l’équipe), Wikipedia est une encyclopédie
gratuite écrite collectivement et dont le contenu est librement
réutilisable.

Wikipedia est non seulement une encyclopédie mais aussi un wiki. Un
wiki - terme hawaïen signifiant: vite, rapide - est un site web
permettant à plusieurs utilisateurs de collaborer en ligne sur un même
texte. A tout moment, ces utilisateurs peuvent contribuer à la
rédaction du contenu, modifier ce contenu et l'enrichir en permanence.
Le wiki est utilisé par exemple pour créer et gérer des dictionnaires,
des encyclopédies ou encore des sites d'information sur un sujet donné.
Le programme présent derrière l'interface d'un wiki est plus ou moins
élaboré. Un programme simple gère du texte et des hyperliens. Un
programme élaboré permet d'inclure des images, des graphiques, des
tableaux, etc.

Wikipedia est immédiatement très populaire. Sans publicité et financée
par des dons, cette encyclopédie coopérative est rédigée par des
milliers de volontaires - appelés Wikipédiens, et qui s'inscrivent en
prenant un pseudonyme - avec possibilité de corriger ou compléter les
articles. Les articles restent la propriété de leurs auteurs, et leur
libre utilisation est régie par la licence GFDL (GNU free documentation
license). En décembre 2004, Wikipedia compte 1,3 million d'articles
rédigés par 13.000 contributeurs dans 100 langues. En décembre 2006,
elle compte 6 millions d'articles dans 250 langues, et elle est l'un de
dix sites les plus visités du web. En avril 2007, Wikipedia publie pour
la première fois un CD payant avec une sélection de 2.000 articles en
anglais. En mai 2007, la version francophone fête ses 500.000 articles
(un CD est également prévu). A la même date, Wikipedia compte 7
millions d'articles dans 192 langues, dont 1,8 million en anglais,
589.000 en allemand, 260.000 en portugais et 236.000 en espagnol.

Fondée en juin 2003, la Wikimedia Foundation gère non seulement
Wikipedia mais aussi Wiktionary, dictionnaire et thésaurus multilingue
lancé en décembre 2002, puis Wikibooks (livres et manuels en cours de
rédaction) lancé en juin 2003, auxquels s'ajoutent ensuite Wikiquote
(répertoire de citations), Wikisource (textes du domaine public),
Wikimedia Commons (sources multimédias), Wikispecies (répertoire
d'espèces animales et végétales), Wikinews (site d'actualités) et enfin
Wikiversity (matériel d'enseignement), lancé en août 2006. La fin 2007
voit le lancement d'un moteur de recherche dénommé Wiki Search, qui
utilise le réseau de contributeurs de Wikipedia pour classer les sites
en fonction de leur qualité.

Les précurseurs de Wikipedia sont WebEncyclo (disparu depuis) et
Britannica.com, lancés tous deux en décembre 1999 sur le web.
WebEncyclo, publié par les éditions Atlas, est la première grande
encyclopédie francophone en accès libre. La recherche est possible par
mots-clés, thèmes, médias (cartes, liens internet, photos,
illustrations) et idées. Un appel à contribution incite les
spécialistes d’un sujet donné à envoyer des articles, qui sont
regroupés dans la section WebEncyclo contributif. Après avoir été
libre, l’accès est ensuite soumis à une inscription préalable gratuite.
La version web de l’Encyclopaedia Universalis est mise en ligne à la
même date, soit un ensemble de 28.000 articles signés par 4.000
auteurs. Si la consultation est payante sur la base d’un abonnement
annuel, de nombreux articles sont en accès libre.

Le site Britannica.com - mis en ligne lui aussi en décembre
1999 - propose en accès libre l’équivalent numérique des 32 volumes de
la 15e édition de l’Encyclopaedia Britannica, parallèlement à la
version imprimée et à la version CD-Rom, toutes deux payantes. Le site
web offre une sélection d’articles issus de 70 magazines, un guide des
meilleurs sites, un choix de livres, etc., le tout étant accessible à
partir d’un moteur de recherche unique. En septembre 2000, le site fait
partie des cent sites les plus visités au monde. En juillet 2001, la
consultation devient payante sur la base d’un abonnement mensuel ou
annuel. Fin 2008, Britannica.com annnonce l'ouverture prochaine de son
site à des contributeurs extérieurs, avec inscription obligatoire pour
écrire et modifier des articles.



2001: CREATIVE COMMONS


[Résumé]

Lancée en 2001 à l'initiative de Lawrence Lessig, professeur de droit
en Californie, la licence Creative Commons est destinée à favoriser la
diffusion d'oeuvres numériques tout en protégeant le droit d'auteur.
L'organisme du même nom propose des licences-type, qui sont des
contrats flexibles de droit d'auteur compatibles avec une diffusion sur
l'internet. Simplement rédigées, ces autorisations non exclusives
permettent aux titulaires des droits d'autoriser le public à utiliser
leurs créations tout en ayant la possibilité de restreindre les
exploitations commerciales et les oeuvres dérivées. L'auteur peut par
exemple choisir d'autoriser ou non les reproductions et les
rediffusions de ses oeuvres. Ces contrats peuvent être utilisés pour
tout type de création: texte, film, photo, musique, site web, etc.
Finalisée en février 2007, la version 3.0 des Creative Commons instaure
entre autres une licence internationale et la compatibilité avec
d'autres licences similaires, dont le copyleft et la GPL (general
public license).


[En détail]

Lancée en 2001 à l'initiative de Lawrence Lessig, professeur de droit
en Californie, la licence Creative Commons est destinée à favoriser la
diffusion d'oeuvres numériques tout en protégeant le droit d'auteur.
L'organisme du même nom propose des licences-type, qui sont des
contrats flexibles de droit d'auteur compatibles avec une diffusion sur
l'internet. Simplement rédigées, ces autorisations non exclusives
permettent aux titulaires des droits d'autoriser le public à utiliser
leurs créations tout en ayant la possibilité de restreindre les
exploitations commerciales et les oeuvres dérivées. L'auteur peut par
exemple choisir d'autoriser ou non les reproductions et les
rediffusions de ses oeuvres. Ces contrats peuvent être utilisés pour
tout type de création: texte, film, photo, musique, site web, etc.
Finalisée en février 2007, la version 3.0 des Creative Commons instaure
entre autres une licence internationale et la compatibilité avec
d'autres licences similaires comme le copyleft et la GPL (general
public license).

Qui utilise la licence Creative Commons? O’Reilly Media par exemple.
Fondé par Tim O’Reilly en 1978, O’Reilly Media est un éditeur réputé de
manuels informatiques et de livres sur les technologies de pointe.
O’Reilly dispose d'abord d’une formule de "copyright ouvert" pour les
auteurs qui le souhaitent, ou alors pour des projets collectifs. A
partir de 2003, il privilégie le Creative Commons Founders’ Copyright
permettant d’offrir des contrats flexibles de droit d’auteur à ceux qui
veulent également diffuser leurs oeuvres sur le web. La Public Library
of Science (PLoS) utilise elle aussi la licence Creative Commons. Les
articles de ses périodiques en ligne peuvent être librement diffusés et
réutilisés ailleurs, y compris pour des traductions, la seule
contrainte étant la mention des auteurs et de la source.

Une licence Creative Commons est utilisée pour un million d'oeuvres en
2003, 4,7 millions d'oeuvres en 2004, 20 millions d'oeuvres en 2005, 50
millions d'oeuvres en 2006, 90 millions d'oeuvres en 2007 et 130
millions d'oeuvres en 2008.

En complément, Science Commons est fondé en 2005 pour définir les
stratégies et les outils nécessaires à la diffusion sur le web de la
recherche scientifique, et ccLearn est fondé en 2007 dans le même but,
mais pour l'enseignement.



2002: COURS DU MIT GRATUITS


[Résumé]

Le MIT (Massachusetts Institute of Technology) décide de publier le
contenu de ses cours en ligne, avec accès libre et gratuit, pour les
mettre à la disposition de tous, enseignants, étudiants et
autodidactes. L'initiative est menée avec le soutien de la Hewlett
Foundation et de la Mellon Foundation. Mise en ligne en septembre 2002,
la version pilote du MIT OpenCourseWare (MIT OCW) offre en accès libre
le matériel d'enseignement de 32 cours représentatifs des cinq facultés
du MIT. Ce matériel d'enseignement comprend les textes des conférences,
les travaux pratiques, les exercices et corrigés, les bibliographies,
les documents audio et vidéo, etc. Le lancement officiel du site a lieu
en septembre 2003, avec accès à quelques centaines de cours. En mars
2004, les 500 cours disponibles couvrent 33 disciplines. En mai 2006,
les 1.400 cours disponibles couvrent 34 disciplines. La totalité des
cours dispensés par le MIT, soit 1.800 cours, est disponible en
novembre 2007, avec actualisation régulière.


[En détail]

Basé comme son nom l'indique dans le Massachusetts, un Etat des
Etats-Unis, le MIT (Massachusetts Institute of Technology) a toujours
été à la pointe de la recherche dans de nombreux domaines. En avril
1997, par exemple, ce sont des chercheurs du Media Lab du MIT qui
créent la société E Ink pour développer une technologie d’encre
électronique, elle aussi appelée E Ink.

Professeur à l’Université d’Ottawa (Canada), Christian Vandendorpe
salue en mai 2001 "la décision du MIT de placer tout le contenu de ses
cours sur le web d’ici dix ans, en le mettant gratuitement à la
disposition de tous. Entre les tendances à la privatisation du savoir
et celles du partage et de l’ouverture à tous, je crois en fin de
compte que c’est cette dernière qui va l’emporter." Le MIT décide en
effet de publier le contenu de ses cours en ligne, avec accès libre et
gratuit, une initiative menée avec le soutien financier de la Hewlett
Foundation et de la Mellon Foundation.

Lancée en septembre 2002, la version pilote du MIT OpenCourseWare (MIT
OCW) offre en accès libre le matériel d’enseignement de 32 cours
représentatifs des cinq facultés du MIT. Ce matériel d’enseignement
comprend des textes de conférences, des travaux pratiques, des
exercices et corrigés, des bibliographies, des documents audio et
vidéo, etc. Le lancement officiel du site a lieu un an plus tard, en
septembre 2003, avec accès à quelques centaines de cours. En mars 2004,
les 500 cours disponibles couvrent 33 disciplines. En mai 2006, les
1.400 cours disponibles couvrent 34 disciplines. La totalité des 1.800
cours dispensés par le MIT est en ligne en novembre 2007, avec
actualisation régulière. Parallèlement, certains cours sont traduits en
espagnol, en portugais et en chinois avec l'aide d'autres organismes.

Le MIT espère que cette expérience de publication électronique - la
première du genre - va permettre de définir un standard et une méthode
de publication, et inciter d’autres universités à créer un
"opencourseware" pour la mise à disposition gratuite du contenu de
leurs propres cours. Un "opencourseware" peut être défini comme la
publication électronique en accès libre du matériel d’enseignement
d'une université donnée. A cet effet, le MIT lance l’OpenCourseWare
Consortium (OCW Consortium) en décembre 2005, avec accès libre et
gratuit au matériel d’enseignement de cent universités dans le monde un
an plus tard.



2004: PROJET GUTENBERG EUROPE


[Résumé]

Dans la lignée du Projet Gutenberg, grande bibliothèque numérique de
livres du domaine public, le Projet Gutenberg Europe est lancé en
janvier 2004 par le Projet Rastko (Belgrade, Serbie), en même temps que
Distributed Proofreaders Europe (DP Europe), calqué sur le site
original de Distributed Proofreaders (qui opère aux Etats-Unis). Le
concept est un site web qui permet la correction partagée en
fragmentant les livres en pages pouvant être relues par des correcteurs
différents. La présence de plusieurs langues reflète la diversité
linguistique prévalant en Europe. La norme utilisée pour définir le
domaine public est l'équation "décès de l'auteur + 50 ans", selon le
copyright en vigueur en Serbie. Quand il aura atteint sa vitesse de
croisière, le Projet Gutenberg Europe devrait se répartir en plusieurs
bibliothèques numériques nationales et/ou linguistiques, avec respect
du copyright en vigueur dans le pays donné. 100 livres sont numérisés
en juin 2005, et 500 livres en octobre 2008.


[En détail]

En 2004, le multilinguisme devient l’une des priorités du Projet
Gutenberg, tout comme l’internationalisation. Michael Hart prend son
bâton de pèlerin vers l’Europe, avec des étapes à Bruxelles, Paris et
Belgrade. Le 12 février 2004, il donne une conférence au siège de
l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science
et la culture) à Paris. Le lendemain, toujours à Paris, il anime un
débat à l’Assemblée nationale. La semaine suivante, il s’adresse au
Parlement européen à Bruxelles. Puis il rend visite à l’équipe du
Projet Rastko à Belgrade (Serbie), pour soutenir la création du Projet
Gutenberg Europe et de Distributed Proofreaders Europe.

Quand il aura atteint sa vitesse de croisière, le Projet Gutenberg
Europe devrait alimenter plusieurs bibliothèques numériques nationales
et/ou linguistiques, par exemple le Projet Gutenberg France pour la
France. Chaque pays ou région aurait son propre accès réseau autorisé
(respectant la législation en vigueur dans le pays donné), qui serait
un accès local au sein d’un réseau continental (dans le cas de la
France, le réseau européen) et d’un réseau global (à l’échelle de la
planète).

Basé à Belgrade, en Serbie, le Projet Rastko s’est porté volontaire
pour un pari aussi fou, catalysant du même coup les bonnes volontés
européennes à l’est comme à l’ouest. Fondé en 1997, le Projet Rastko
est une initiative non gouvernementale à vocation culturelle et
pédagogique. L’un de ses objectifs est la mise en ligne de la culture
serbe. Il fait partie de la Balkans Cultural Network Initiative, un
réseau culturel régional couvrant la péninsule des Balkans, située au
sud-est de l’Europe.

La règle utilisée pour définir le domaine public est l’équation "décès
de l’auteur + 50 ans", qui correspond à la législation en vigueur en
Serbie. Le Projet Gutenberg Europe utilise l’Unicode pour pouvoir
traiter des livres dans un grand nombre de langues. Créé en 1991 et
largement répandu à partir de 1998, l’Unicode est un système d’encodage
qui attribue un code unique à chaque caractère pour être en mesure de
traiter toutes les langues, contrairement à l’ASCII qui ne peut traiter
que l’anglais et quelques langues européennes. Le Projet Gutenberg
atteint 100 livres en mai 2005 et 500 livres en octobre 2008.



2004: GOOGLE BOOKS


[Résumé]

En octobre 2004, Google lance la première partie de son programme
Google Print, établi en partenariat avec les éditeurs pour consulter à
l’écran des extraits de livres, puis commander les livres auprès d’une
librairie en ligne. En décembre 2004, Google lance la deuxième partie
de son programme Google Print, cette fois à destination des
bibliothèques, le but étant de numériser 15 millions de livres, à
commencer par ceux des bibliothèques de plusieurs universités
partenaires (Harvard, Stanford, Michigan, Oxford) et de la ville de New
York. La version bêta de Google Print est mise en ligne en mai 2005. En
août 2005, le programme est suspendu pour cause de conflit avec les
associations d'auteurs et d'éditeurs de livres sous droits. Il reprend
en août 2006 sous le nom de Google Books (Google Livres). La
numérisation des fonds de grandes bibliothèques se poursuit, tout comme
le développement de partenariats avec des éditeurs. En octobre 2008,
Google clôt le conflit avec les associations d'auteurs et d'éditeurs en
signant un accord avec eux.


[En détail]

En 2004, le moteur de recherche Google met son expertise au service du
livre. En octobre 2004, Google lance la première partie de son
programme Google Print, établi en partenariat avec les éditeurs pour
consulter à l'écran des extraits de livres, puis commander les livres
auprès d'une librairie en ligne. En décembre 2004, Google lance la
deuxième partie de son programme Google Print, cette fois-ci à
destination des bibliothèques. Il s'agit d'un projet de bibliothèque
numérique de 15 millions de livres, qui consisterait à numériser en
quelques années les livres de plusieurs grandes bibliothèques
partenaires. Les premières bibliothèques participantes sont celles des
universités du Michigan (dans sa totalité: 7 millions d'ouvrages), de
Harvard, de Stanford et d'Oxford, et la New York Public Library. Le
coût estimé se situe entre 150 et 200 millions de dollars US (environ
10 dollars par livre) et la durée prévue est de dix ans. La version
bêta de Google Print est mise en ligne en mai 2005. En août 2005, ce
programme est suspendu pour un temps indéterminé pour cause de conflit
avec les associations d'auteurs et d'éditeurs de livres sous droits. Le
programme reprend en août 2006 sous le nouveau nom de Google Books
(Google Livres).

Google Book Search, le moteur de recherche de Google Books, permet
chercher les livres par date, titre ou éditeur. La numérisation des
fonds de grandes bibliothèques se poursuit, en étant cette fois axée
sur les livres libres de droit, et sur le développement de partenariats
avec les éditeurs qui le souhaitent. Les livres libres de droit sont
consultables à l'écran et leur texte copiable, avec possibilité
d'impression page à page. Ils sont téléchargeables sous forme de
fichiers PDF et imprimables dans leur entier.

A l'exception de la New York Public Library, les bibliothèques
participantes sont des bibliothèques universitaires (Harvard, Stanford,
Michigan, Oxford, California, Virginia, Wisconsin-Madison, Complutense
de Madrid). S’y ajoutent début 2007 les bibliothèques des Universités
de Princeton et du Texas (Austin), ainsi que la Biblioteca de Catalunya
(Catalogne, Espagne) et la Bayerische Staatbibliothek (Bavière,
Allemagne). En mai 2007, Google annonce la participation de la première
bibliothèque francophone, la Bibliothèque cantonale et universitaire
(BCU) de Lausanne (Suisse), rejointe ensuite par la Bibliothèque
municipale de Lyon (France). Google scannerait 3.000 livres par jour,
ce qui représenterait un million de livres par an.

Pour les livres sous droits, Google fournit la fiche du livre et des
extraits incluant les mots-clés recherchés, en invoquant le droit de
citation. De ce fait, le conflit avec les éditeurs et les auteurs se
poursuit lui aussi, puisque Google continue de numériser des livres
sous droits sans l'autorisation préalable des éditeurs, en invoquant là
aussi le droit de citation qu'il procure en aval. L'Authors Guild et
l'Association of American Publishers (AAP) invoquent pour leur part le
non respect de la législation relative au copyright pour attaquer
Google en justice et réitérer leurs plaintes pendant deux ans. Ce
conflit prend fin en octobre 2008 avec la signature d'un accord prévue
en 2009 entre Google et les parties plaignantes.



2005: OPEN CONTENT ALLIANCE


[Résumé]

Lancé en octobre 2005 à l’instigation de l’Internet Archive, l’Open
Content Alliance (OCA) est un projet public et coopératif de
bibliothèque numérique mondiale. Le but est de créer un vaste
répertoire libre et multilingue de livres numérisés et de documents
multimédia pour consultation et téléchargement sur n'importe quel
moteur de recherche. L'OCA regroupe de nombreux  partenaires:
bibliothèques, universités, organisations gouvernementales,
associations à but non lucratif, organismes culturels, sociétés
informatiques (Adobe, Hewlett Packard, Microsoft, Yahoo!, Xerox, etc.).
Les premiers participants sont les bibliothèques des universités de
Californie et de Toronto, l'European Archive, les Archives nationales
du Royaume-Uni, O'Reilly Media et Prelinger Archives. L’OCA souhaite
s’inspirer de l’initiative de Google tout en évitant ses travers, à
savoir la numérisation des livres sous droits sans l’accord préalable
des éditeurs, tout comme la consultation et le téléchargement
impossibles sur un autre moteur de recherche.


[En détail]

Lancé en octobre 2005 à l’instigation de l’Internet Archive, l’Open
Content Alliance (OCA) est un projet public et coopératif de
bibliothèque numérique mondiale. Le but est de créer un vaste
répertoire libre et multilingue de livres numérisés et de documents
multimédia pour consultation et téléchargement sur n'importe quel
moteur de recherche. L'OCA regroupe de nombreux  partenaires:
bibliothèques, universités, organisations gouvernementales,
associations à but non lucratif, organismes culturels, sociétés
informatiques (Adobe, Hewlett Packard, Microsoft, Yahoo!, Xerox, etc.).
Les premiers participants sont les bibliothèques des universités de
Californie et de Toronto, l'European Archive, les Archives nationales
du Royaume-Uni, O'Reilly Media et Prelinger Archives. L’OCA souhaite
s’inspirer de l’initiative de Google tout en évitant ses travers, à
savoir la numérisation des livres sous droits sans l’accord préalable
des éditeurs, tout comme la consultation et le téléchargement
impossibles sur un autre moteur de recherche.

L’Open Content Alliance (OCA) franchit la barre des 100.000 livres
numérisés en décembre 2006, avec un rythme de 12.000 nouveaux livres
par mois. Ces livres sont disponibles dans la collection Text Archive
de l’Internet Archive. A la même date, l’Internet Archive reçoit une
subvention d'un million de dollars de la Sloan Foundation pour
numériser cinq collections historiques appartenant à des établissements
réputés (Metropolitan Museum of Art, Boston Public Library, Getty
Research Institute, John Hopkins University, Université de Californie à
Berkeley). La barre des 200.000 livres numérisés est franchie en mai
2007. La barre du million de livres numérisés est franchie en décembre
2008.



2006: WORLDCAT GRATUIT


[Résumé]

WorldCat, grand catalogue collectif mondial, voit le jour dès 1971. A
cette date, l'association OCLC (Online Computer Library Center) lance
un catalogue collectif permettant un catalogage partagé entre les
bibliothèques universitaires de l’Ohio, un Etat des Etats-Unis. En
2006, 73 millions de notices provenant de 10.000 bibliothèques dans 112
pays permettent de localiser un milliard de documents. Une notice type
contient non seulement la description du document mais aussi des
informations sur son contenu: table des matières, résumé, couverture,
illustrations et courte biographie de l’auteur. Toujours en 2006,
WorldCat migre progressivement sur le web, tout d'abord en rendant la
consultation des notices possible par le biais de plusieurs moteurs de
recherche (Yahoo!, Google et d'autres), puis avec le lancement en août
2006 de la version web (bêta) de WorldCat en accès libre. Les
bibliothèques membres y proposent non seulement leur catalogue mais
aussi un accès direct (gratuit ou payant) à leurs documents
électroniques: livres du domaine public, articles, photos, vidéos,
musique et livres audio.


[En détail]

L'ancêtre de WorldCat est créé dès 1971 par l'association OCLC (Online
Computer Library Center) pour permettre un catalogage partagé entre les
bibliothèques universitaires de l’Ohio, un Etat des Etats-Unis. Renommé
OCLC Online Union Catalog puis WorldCat, il devient au fil des ans l’un
des deux grands catalogues collectifs mondiaux, l’autre étant le RLG
Union Catalog (RLG: Research Library Group). En 1998, WorldCat est
disponible sur abonnement payant et comprend 38 millions de notices en
370 langues, auxquelles s'ajoutent 2 millions de nouvelles notices par
an. WorldCat utilise huit formats bibliographiques (livres,
périodiques, documents visuels, cartes et plans, documents mixtes,
enregistrements sonores, partitions, documents informatiques). En 2005,
61 millions de notices bibliographiques produites par 9.000
bibliothèques et centres de documentation sont disponibles dans 400
langues, avec translittération des notices pour les caractères non
romains des langues JACKPHY (japonais, arabe, chinois, coréen (Korean),
persan, hébreu et yiddish).

En 2006, 73 millions de notices provenant de 10.000 bibliothèques dans
112 pays permettent de localiser un milliard de documents. Une notice
type contient non seulement la description du document mais aussi des
informations sur son contenu: table des matières, résumé, couverture,
illustrations et courte biographie de l’auteur. A la même date,
WorldCat migre progressivement sur le web, tout d'abord en rendant la
consultation des notices possible par le biais de plusieurs moteurs de
recherche (Yahoo!, Google et d'autres), puis avec le lancement en août
2006 de la version web (bêta) de WorldCat en accès libre. Les
bibliothèques membres y proposent non seulement leur catalogue mais
aussi un accès direct (gratuit ou payant) à leurs documents
électroniques: livres du domaine public, articles, photos, vidéos,
musique et livres audio.

Deux ans auparavant, le catalogue RedLightGreen fait figure de pionnier
en tant que premier catalogue collectif mondial librement disponible
sur le web. Lancé au printemps 2004 par le RLG (Research Libraries
Group) suite à une phase pilote débutée en automne 2003, RedLightGreen
est issu du RLG Union Catalog, lancé dès 1980, et qui est le deuxième
grand catalogue collectif mondial après WorldCat. La mise en ligne de
RedLightGreen inaugure une ère nouvelle. C'est en effet la première
fois qu'un catalogue de cette importance est mis en accès libre sur le
web. RedLightGreen est particulièrement destiné aux étudiants du
premier cycle universitaire, préparant à la licence. Il comprend 130
millions de notices (livres, cartes, manuscrits, films, bandes sonores,
etc.), avec des liens vers des informations spécifiques aux
bibliothèques d'un campus donné (cote, version en ligne si celle-ci
existe, etc.). RedLightGreen cesse après trois ans d'activité, en
novembre 2006, et les usagers sont invités à utiliser WorldCat, dont la
version web (bêta) est en accès libre depuis août 2006. A la même date,
le RLG est intégré à OCLC.



2007: CITIZENDIUM


[Résumé]

Citizendium (qui se veut l’abrégé de "The Citizens’ Compendium") est
une grande encyclopédie collaborative en ligne conçue en novembre 2006
et lancée en mars 2007 (en version bêta) par Larry Sanger, co-fondateur
de Wikipedia en janvier 2001, mais qui quitte ensuite l’équipe de
Wikipedia suite à des problèmes de qualité de contenu. Citizendium est
basé sur le même modèle que Wikipedia (collaborative et gratuite) tout
en évitant ses travers (vandalisme et manque de rigueur). Les auteurs
signent les articles de leur vrai nom et les articles sont édités par
des experts ("editors") titulaires d'une licence universitaire et âgés
d'au moins 25 ans. De plus, des "constables" sont chargés de la bonne
marche du projet et du respect du règlement. Le jour de son lancement
officiel le 25 mars 2007, Citizendium comprend 1.100 articles, 820
auteurs et 180 éditeurs. 9.800 articles sont disponibles en décembre
2008.



2007: ENCYCLOPEDIA OF LIFE


[Résumé]

Projet débuté en mai 2007, l’Encyclopedia of Life sera une vaste
encyclopédie collaborative en ligne rassemblant les connaissances
existantes sur toutes les espèces animales et végétales connues (1,8
million), y compris les espèces en voie d’extinction, avec l’ajout de
nouvelles espèces au fur et à mesure de leur identification (il en
existerait de 8 à 10 millions). Il s’agira d’une encyclopédie
multimédia permettant de ressembler textes, photos, cartes, bandes
sonores et vidéos, avec une page web par espèce, et permettant aussi
d’offrir un portail unique à des millions de documents épars en ligne
et hors ligne. Outil d’apprentissage et d’enseignement pour une
meilleure connaissance de notre planète, elle sera à destination de
tous: scientifiques, enseignants, étudiants, scolaires, médias,
décideurs et grand public. Ce projet collaboratif est mené par
plusieurs grandes institutions (Field Museum of Natural History,
Harvard University, Marine Biological Laboratory, Missouri Botanical
Garden, Smithsonian Institution, Biodiversity Heritage Library).


[En détail]

Projet débuté en mai 2007, l’Encyclopedia of Life sera une vaste
encyclopédie collaborative en ligne rassemblant les connaissances
existantes sur toutes les espèces animales et végétales connues (1,8
million), y compris les espèces en voie d’extinction, avec l’ajout de
nouvelles espèces au fur et à mesure de leur identification (il en
existerait de 8 à 10 millions). Il s’agira d’une encyclopédie
multimédia permettant de ressembler textes, photos, cartes, bandes
sonores et vidéos, avec une page web par espèce, et permettant aussi
d’offrir un portail unique à des millions de documents épars en ligne
et hors ligne. Outil d’apprentissage et d’enseignement pour une
meilleure connaissance de notre planète, elle sera à destination de
tous: scientifiques, enseignants, étudiants, scolaires, médias,
décideurs et grand public. Ce projet collaboratif est mené par
plusieurs grandes institutions (Field Museum of Natural History,
Harvard University, Marine Biological Laboratory, Missouri Botanical
Garden, Smithsonian Institution, Biodiversity Heritage Library).

A la date de son lancement, ce projet est estimé à 100 millions de
dollars US, sur une durée de dix ans, avant de pouvoir s’autofinancer.
Le financement initial est assuré par la MacArthur Foundation (10
millions de dollars) et la Sloan Foundation (2,5 millions de dollars).
La réalisation des pages web débute courant 2007. L’encyclopédie
devrait faire ses débuts à la mi-2008, être opérationnelle dans trois à
cinq ans et être complète (c'est-à-dire à jour) dans dix ans. En tant
que consortium des dix plus grandes bibliothèques des sciences de la
vie (d’autres suivront), la Biodiversity Heritage Library a d’ores et
déjà débuté la numérisation des 2 millions de publications des
bibliothèques partenaires. En mai 2007, on compte 1,25 million de pages
traitées dans les centres de numérisation de Londres, Boston et
Washington DC, et disponibles sur le site de l’Internet Archive.



Copyright © 2008 Marie Lebert





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les technologies et le livre pour tous" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home