Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires du maréchal Marmont, duc de Raguse (1/9)
Author: Marmont, Auguste Frédéric Louis Viesse de, duc de Raguse, 1774-1852
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires du maréchal Marmont, duc de Raguse (1/9)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



MÉMOIRES

DU MARÉCHAL MARMONT

DUC DE RAGUSE

DE 1792 À 1841

IMPRIMÉS SUR LE MANUSCRIT ORIGINAL DE L'AUTEUR

AVEC

LE PORTRAIT DU DUC DE REISCHSTADT

CELUI DU DUC DE RAGUSE

ET QUATRE FAC-SIMILE DE CHARLES X, DU DUC D'ANGOULÊME, DE L'EMPEREUR
NICOLAS ET DU DUC DE RAGUSE

DEUXIÈME ÉDITION

TOME PREMIER

Illustration

PARIS
PERROTIN, LIBRAIRE-ÉDITEUR
41, RUE FONTAINE-MOLlÈRE, 41

L'éditeur se réserve tous droits de traduction et de reproduction.

1857

Illustration: MAL DUC DE RAGUSE



AVIS DE L'ÉDITEUR


Les _Mémoires du duc de Raguse_ ont été légués par le maréchal à des
mains dévouées, avec la solennelle injonction qu'ils fussent livrés à
l'impression tels qu'il les avait dictés. Les mandataires du maréchal
ont voulu remplir son dernier voeu, et ses recommandations formelles ont
été suivies par eux avec un religieux respect. Dans le fond comme dans
la forme, ce livre est resté tel que l'illustre auteur le destinait à
la publicité, sans corrections posthumes comme sans additions
indiscrètes.

C'est en 1828 que le duc de Raguse songea à mettre en ordre ses notes
et ses souvenirs, et entreprit la rédaction de ces _Mémoires_, qu'il a
continués jusqu'à son dernier jour.

Il a jugé avec une liberté digne, avec son impartialité propre et à sa
façon, les événements et les hommes de son temps.

«J'ai l'intention, dit-il, d'écrire ce que j'ai fait, ce que j'ai vu,
ce que j'ai été à même de savoir mieux qu'un autre, et je ne dépasserai
pas ces limites indiquées par la raison et posées par moi-même.» (Tome
Ier, page 380.)

En lisant ces volumes, longtemps médités dans le calme de la retraite,
ceux qui ont connu cet homme remarquable croiront encore l'entendre
parler.

Chaque volume est accompagné de fragments de correspondance et des
pièces justificatives, témoignages officiels à l'appui de cette
histoire intime, immense, qui se déroule depuis le commencement de la
Révolution jusqu'à nos jours.

       *       *       *       *       *

L'exemplaire ci-joint de mes _Mémoires_ est la copie d'un autre
exemplaire appuyé des pièces justificatives originales et déposé dans
la chancellerie du château de Malaczka, en Hongrie, appartenant au
prince de Palffy. Un reçu du prince reconnaît le dépôt fait entre ses
mains, et renferme le pouvoir de le remettre à la personne qui lui
remettra son reçu.

Ce reçu est confié en des mains sûres, et sera remis, à ma mort, à la
personne qui doit entrer, à cette époque, en possession de mes
_Mémoires_, les publier sans y apporter aucun changement, même sous le
prétexte de correction de style, et ne souffrir ni augmentation dans le
texte, ni diminution, ni suppression quelconque.

Comme le dépôt fait à Malaczka date de dix ans, et que l'exemplaire
ci-joint ne m'a jamais quitté, il diffère du premier dans les
augmentations que j'y ai faites et celles que je pourrais y ajouter
encore, et dans les corrections que j'ai pu croire nécessaires. C'est
donc la rédaction de l'exemplaire ci-joint qui doit servir de règle
invariable pour le texte.

LE MARÉCHAL DUC DE RAGUSE.

Venise, le 25 novembre 1851.



MÉMOIRES

DU MARÉCHAL

DUC DE RAGUSE


LIVRE PREMIER

1774-1797

SOMMAIRE.--Naissance de Marmont (1774).--Sa famille.--Ses premières
années.--Premières relations avec Bonaparte (1792).--Admission à l'école
D'artillerie.--Foy.--Duroc.--Premières amours.--Admission au 1er
régiment d'artillerie.--Lieutenant (1793).--Camp de Tournoux.--Premier
Combat.--Siége de Toulon.--Bonaparte à
Toulon.--Carteaux.--Dugommier.--Du Teil.--Junot.--Attaque du
Petit-Gibraltar (17 décembre 1793).--Pillage de
Toulon.--Massacres.--Anecdotes.--Oneille (1794).--Situation intérieure
de la France.--La terreur.--9 thermidor.--Bonaparte accusé.--Son
opinion sur le 9 thermidor.--Projet d'une expédition maritime contre la
Toscane.--Bonaparte quitte l'armée d'Italie.--Siége de
Mayence (1795).--Retraite de l'armée française.--Pichegru.--Desaix.--13
Vendémiaire.--Barras.--Marmont aide de camp du général
Bonaparte.--Madame Tallien.--Bal des
victimes.--Directoire.--Dumerbion.--Kellermann.--Bataille de Loano (23
novembre 1795).--Schérer.--Hiver de 1795 à 1796 à Paris.--Mariage de
Bonaparte.


Le temps s'écoule rapidement: il y a peu d'années je touchais à la
jeunesse, et déjà je me vois aux portes de la vieillesse [1]. Quinze
ans se sont écoulés dans la force de l'âge et à l'apogée de mes
facultés, dans le repos et dans les réflexions; si l'avenir me réserve
encore quelque occasion de gloire, si quelques circonstances me
permettent de nouveau d'ajouter à mon nom des souvenirs honorables, si
la fortune me réserve un dernier sourire, quelque chose que je fasse
pour en profiter, l'éclat passager dont je serai revêtu aura à peine la
durée de la lumière qui s'éteint. Ma vie est presque écoulée; le long
horizon, autrefois devant moi, s'est tristement raccourci et diminue
chaque jour; celui qui reste derrière devient immense, et bientôt la
seule consolation de mon existence sera de le fixer. C'est encore
quelque chose, à la fin d'une longue carrière, que de pouvoir porter
ses regards sur un grand espace de temps parcouru honorablement,
quelquefois glorieusement, et de rappeler à sa mémoire des faits et des
actions dont la vie a été remplie, ornée et embellie. Je prends la
plume dans ce but; je vais, autant que je le pourrai, réveiller mes
souvenirs et consigner par écrit le récit de tout ce qui m'est arrivé;
si d'autres y jettent les yeux, si la publicité est un jour réservée à
ces _Mémoires_, la postérité saura qu'il exista un homme dont le nom
fut l'objet de vifs débats, qui eut des amis chauds et des ennemis
violents, dont tous les mouvements du coeur eurent pour principe l'amour
de la gloire et de la patrie, et dont les actions ne furent jamais
réglées par l'intérêt, mais toujours par la conscience.

[1] Ces _Mémoires_ ont été commencés en 1828.

Mon nom est Viesse; ma famille est ancienne et considérée: elle est
originaire des Pays-Bas et habite la Bourgogne depuis trois siècles. De
tout temps elle s'est vouée au service militaire; dès le commencement
du seizième siècle, sous Louis XIII, un M. Alexis Viesse était officier
dans le régiment de la vieille marine [2]. Ses petits-enfants furent
capitaines dans le régiment de Coislin-cavalerie et dans celui de
Tavanne. Mon trisaïeul, Nicolas Viesse, qui avait servi avec
distinction à la guerre près du grand Condé, reçut de ce prince la
charge de prévôt des bailliages du nord de la Bourgogne. Cette partie
de la province était dévastée par des nuées de brigands; en peu de
temps, par son activité, son courage et son intelligence, M. Viesse les
détruisit. Le grand Condé, à cette occasion, lui dit qu'il était digne
et capable de commander une armée. Un de mes grands-oncles, Richard
Viesse de Marmont, enseigne au régiment de Poitou, âgé seulement de
quinze ans, périt, en 1713, au siége de Fribourg, d'une manière
héroïque. Un coup de canon lui enleva le bras droit, et, du bras gauche,
il releva le drapeau tombé. Mon père, capitaine au régiment de
Hainault, eut, à vingt-huit ans, la croix de Saint-Louis, pour avoir,
avec cent hommes de bonne volonté, gardé la mine pendant toute la durée
du siége de Port-Mahon. Pour remplir cette tâche, il fallait être placé
sur la mine ennemie et se dévouer à des chances terribles, et cela
pendant quinze jours. Ce genre de courage de tous les moments, au
milieu de grands dangers, est peut-être un des plus difficiles à
rencontrer.

[2] Le régiment de la vieille marine fut formé, par le cardinal de
Richelieu, des restes des compagnies franches, en 1627 et 1635.
(_Note de l'Éditeur_.)

Ainsi ma famille me présentait des exemples à suivre, et, si la passion
de la gloire et l'amour de la guerre ont rempli mon coeur pendant toute
ma vie, et d'une manière presque exclusive, je n'étais pas le premier
de mon sang qui eût éprouvé ces sentiments.

Je suis né à Châtillon-sur-Seine, le 20 juillet 1774. Mon père, retiré
du service depuis la paix de 1763, s'occupa d'une manière particulière
de mon éducation; jamais père n'a donné à son fils des soins plus
éclairés et plus assidus. J'ai été, j'en ai la conviction, depuis ma
naissance, le grand intérêt de sa vie. J'éprouve le besoin de proclamer
tout ce que je lui dois et de reconnaître que, si j'ai possédé quelques
qualités, quelques vertus, c'est lui qui les a fait naître et en a
préparé le développement. De mon côté, j'ose le croire, j'ai payé en
partie ses soins par ma reconnaissance et par des succès dont il a pu
jouir pendant les dernières années de sa vie.

Mon père avait servi avec valeur et distinction; il aimait son métier
avec ardeur; mais, à cette époque, les faveurs étaient réservées aux
gens de la cour, tout ce qui n'appartenait pas à cette classe favorisée
n'avait qu'un avenir fort limité. Cette situation lui donna du dégoût,
et, son régiment ayant été réformé à la paix, il quitta le service: il
avait fait les campagnes de Flandre sous le maréchal de Saxe, et
rejoint son armée après la bataille de Fontenoy. Le marquis de Sennevoy,
colonel du régiment de Boulonnois et son compatriote, lui proposa la
lieutenance-colonelle de son régiment; mais son parti était pris, et il
refusa. Possédant la terre de Sainte-Colombe, près Châtillon-sur-Seine,
appartenant à sa famille depuis 1666, et nommé, par M. le prince de
Condé, capitaine de ses chasses dans ses terres du voisinage, il put
librement et exclusivement se livrer à une passion qui, chez lui,
dépassait toutes les autres, l'amour de la chasse. Il avait cependant
un esprit très-remarquable, beaucoup d'instruction, beaucoup
d'élévation dans le caractère, d'activité et d'ardeur dans les
passions. Imbu des idées nouvelles, le parti pris de la philosophie du
dix-huitième siècle avait germé dans son esprit; homme de bien, il
avait un véritable amour de la patrie. En 1769, à l'âge de trente-neuf
ans, il se décida à se marier, et il épousa, à Paris, une fille de
finance assez riche, mademoiselle Chappron, d'une grande beauté, fort
vertueuse, de beaucoup de sens, mais d'un esprit peu étendu. Mon père
en eut deux enfants, une fille qui mourut à douze ans, et moi, qui
étais né trois ans après elle.

Mon père avait un frère, abbé commendataire, et une soeur sans enfants;
ainsi je me trouvai l'enfant unique de toute la famille.

Depuis le jour de ma naissance jusqu'à quinze ans, mon père ne m'a pas
perdu de vue un seul jour. Il s'appliqua à deux choses: à me donner une
forte constitution et à éveiller mon ambition, non pas cette ambition
soutenue par l'intrigue, mais cette ambition qui repose sur une base
plus noble et consiste à mériter avant d'obtenir.

Combien de fois il m'a répété: «Il vaut mieux mériter sans obtenir
qu'obtenir sans mériter.» Et il ajoutait: «Avec une volonté constante
et forte, et quand on mérite, on finit toujours par obtenir.» Je me
suis rappelé cet axiome dans toute ma carrière; j'ai beaucoup obtenu,
mais le ciel m'est témoin que jamais je n'ai négligé les occasions qui
pouvaient m'amener à mériter.

Cet amour de la gloire, dont je me sens encore la chaleur et la
puissance comme dans ma jeunesse, aujourd'hui que je vais atteindre
cinquante-cinq ans, après avoir fait vingt campagnes de guerre, vu tant
de changements, tant de bouleversements, pu reconnaître le néant des
grandeurs humaines; cet amour de la gloire était bien dans mon essence,
car il s'est développé, pour ainsi dire, à ma naissance: je n'avais que
trois ans, lorsque le récit d'une action d'éclat, dont les
circonstances sont encore présentes à ma mémoire, fit naître en moi les
émotions qui caractérisent l'enthousiasme.

Mon père, ainsi que je l'ai dit, s'occupa d'abord de me former un bon
tempérament; aussi me fit-il suivre la meilleure hygiène: il résolut de
me faire élever sous ses yeux, me donna un précepteur, et fit aussi
concourir à me former l'éducation publique, en me faisant suivre, comme
externe, mes études au collége de Châtillon. Dès l'âge de neuf ans, il
me soumit progressivement aux exercices les plus violents, et, à dater
de cette époque jusqu'à mon départ de la maison paternelle, je ne crois
pas qu'un seul jour se soit écoulé sans avoir été à la chasse, depuis
deux heures de l'après-midi jusqu'au soir; à douze ans je montais à
cheval. Ces soins et ce système m'ont donné la plus forte constitution
pour supporter de grandes fatigues et de grandes privations. Les
souffrances qui anéantissaient les autres dans nos longues guerres
étaient un jeu pour moi, et, aux blessures près, à mon âge, je suis
encore à savoir ce que c'est qu'une maladie.

Mon père se rappelait les obstacles qu'il avait éprouvés dans sa
carrière, qui l'avaient décidé à la quitter à trente-quatre ans, malgré
son goût pour elle: aussi désirait-il m'en voir prendre une autre, qui
lui paraissait plus en rapport avec ma position sociale et me promettre
plus d'avantages, celle de l'administration. Il fallait entrer d'abord
au parlement de Paris, pour ensuite être maître des requêtes et
intendant: avec des talents et du bonheur, elle menait au ministère. Un
instinct dont rien ne peut donner l'idée, une passion qui ne s'est pas
démentie un seul jour, m'avait fait envisager avec effroi le projet de
mon père. Je me sentais fait pour la guerre, pour ce métier qui se
compose de sacrifices, nous grandit à nos propres yeux, et dont le prix
et la récompense sont dans l'opinion, dans les éloges et les respects.

Je devinais les émotions sublimes qu'il cause, en nous donnant la
conscience de notre importance propre et du mérite de nos actions.

J'aimais la guerre avant de l'avoir faite, presque autant que je l'ai
aimée depuis que je lui ai consacré ma vie. Cette crainte d'être obligé
de prendre une autre carrière m'avait donné contre celle qui m'était
proposée une prévention et un éloignement dont les effets s'étendaient
aux individus qui la suivaient. Les réflexions de l'âge ont seules pu
les détruire. Il m'a fallu longtemps pour comprendre que, si les
nations ont besoin d'être défendues, elles ont besoin aussi de voir la
paix régner entre les citoyens, et qu'un magistrat sage, intègre,
éclairé et laborieux, est l'honneur de son pays, le bienfaiteur de ses
concitoyens, tout aussi bien que l'homme de guerre dont le sang et la
vie sont consacrés à les défendre.

J'étais, au surplus, soutenu dans mes désirs par presque toute ma
famille, mon père excepté. Ma mère, quoiqu'elle eût beaucoup de
tendresse pour moi, désirait me voir militaire; mon oncle et ma tante
formaient le même voeu: mon père céda et consentit à nos désirs, à la
condition que je servirais dans l'artillerie. Il avait deux raisons
pour agir ainsi: ce service offrait une carrière certaine, puisque
l'avancement s'y faisait suivant l'ordre du tableau, et, dans le cas où
je le quitterais, si l'état-major ou toute autre combinaison m'offrait
plus de chances de fortune, j'avais toujours par devers moi les
connaissances premières exigées pour l'admission dans ce service,
avantage dont on trouve l'application dans tout le cours de sa vie. Je
souscrivis sans peine à la condition qu'on m'avait faite, et, aussitôt
le moment venu, je me livrai aux études exigées avec une grande ardeur.

À l'époque dont je parle, l'usage ne faisait pas entrer nécessairement
dans l'éducation l'étude des langues étrangères, et le séjour de
Châtillon aurait d'ailleurs offert peu de ressources pour s'y livrer;
aussi ne m'en a-t-on enseigné aucune: souvent, dans ma carrière, je
l'ai regretté et j'ai reconnu l'influence que peut avoir sur la fortune
d'un jeune officier la connaissance des langues vivantes. Cette
connaissance est aussi une source de jouissances pour lui. Cette
omission est le seul reproche que j'aie à faire à mon père pour mon
éducation. Mes études se bornèrent donc, suivant l'usage, au latin,
dans lequel je n'ai jamais été très-fort, et à l'étude des
mathématiques et des sciences exactes, pour lesquelles j'ai eu toujours
beaucoup de facilité et un goût prononcé; au dessin et à la musique,
dans laquelle j'ai réussi médiocrement, quoique j'aie fait gémir
péniblement un violon pendant plusieurs années.

J'ai trouvé toujours un grand plaisir à lire, aussi ai-je de très-bonne
heure assez bien su l'histoire; il m'arrivait souvent de consacrer mes
récréations à l'étude d'ouvrages sérieux: il y en a un que j'ai lu
très-souvent, très-jeune encore, et qui a failli déranger ma raison,
l'_Histoire de Charles XII_, par Voltaire. Je m'étais identifié avec
mon héros, je me croyais lui-même et je l'imitais dans tout ce que je
faisais; j'avais obtenu, à force de prières, comme récompense, un habit,
des bottes, une épée, un baudrier dans la forme de ceux qu'il portait,
et, ainsi armé et monté sur mon petit cheval, je me croyais un héros
invincible: j'avais alors treize ans.

Ma grand'mère maternelle, madame Chappron, était veuve depuis longues
années; elle jouissait d'une assez belle fortune et se remaria; elle
épousa M. le comte de Méhégan, frère de l'abbé de Méhégan, connu comme
auteur. Il était maréchal de camp, et sa famille, irlandaise d'origine,
avait accompagné en France le roi Jacques. C'était un brave soldat,
ayant fait avec quelque distinction la guerre de Sept-Ans. Comme je
n'avais pas encore les connaissances nécessaires pour entrer dans
l'artillerie, que d'ailleurs il ne devait pas y avoir d'examen avant
plusieurs années, il me fit donner le brevet de sous-lieutenant dans un
corps de milice, le bataillon de garnison de Chartres, compagnie de
Coquille, manière d'avoir des droits plus anciens pour la croix de
Saint-Louis et les récompenses militaires. Ce brevet ne me donnait
aucun devoir à remplir, mais le droit de porter un uniforme, et
j'éprouvai un grand bonheur lorsque, à quinze ans, au commencement de
1789, je le mis pour la première fois: les premières sensations sont
vives, et jamais elles ne s'effacent de la mémoire.

Je partis bientôt pour Dijon, où mon père m'envoya pour achever mon
éducation, et, malgré mon uniforme, mes épaulettes et mon épée, je fus
mis en pension, avec cinq ou six jeunes gens, chez un bon chanoine de
Saint-Jean, appelé l'abbé Rousselot, brave et galant homme; il avait
pour soeur une vieille fille, digne personne dont la tendresse pour moi
était celle d'une mère. J'achevai mes humanités au collége, sous M.
l'abbé Volfius, homme d'un esprit très-étendu et depuis évêque
constitutionnel. Cet abbé m'a fait des prédictions extraordinaires de
fortune; elles se sont en grande partie réalisées, et il avait la plus
haute idée de mon avenir.

M. Renaud, professeur de mathématiques distingué, me donna ses soins,
et bientôt j'acquis l'instruction nécessaire pour me présenter à
l'examen de l'artillerie; il eut lieu enfin dans les premiers jours de
janvier 1792. C'est pendant mon séjour à Dijon que je vis pour la
première fois l'homme extraordinaire dont l'existence a pesé sur
l'Europe et sur le monde d'une manière si prodigieuse, ce météore
brillant qui, après avoir paru avec tant d'éclat, devait laisser après
lui tant de confusion, d'incertitude et d'obscurité. Bonaparte servait
alors dans le régiment d'artillerie de la Fère, en garnison à Auxonne;
un cousin germain à moi, le chevalier Lelieur de Ville-sur-Arce, son
ami intime à l'école militaire de Brienne et à celle de Paris, était
entré dans le même régiment; j'étais aussi destiné à y servir, et
Ville-sur-Arce, qui devait y être mon mentor, venait quelquefois me
voir et me recommander à mes professeurs; souvent il était accompagné
par son ami. Ces souvenirs sont les plus anciens qui se rattachent à
Napoléon.

Les connaissances exigées alors pour entrer dans l'artillerie étaient
très-inférieures à celles qui aujourd'hui sont nécessaires; mais elles
étaient très-supérieures à celles de nos devanciers: nous avions une
sorte de dédain pour eux, comme sans doute les jeunes gens d'à présent
en ont pour les hommes de mon époque: ainsi va le monde! tant il est
vrai qu'il n'y a rien d'absolu ni dans l'ordre physique ni dans l'ordre
moral; tout est relatif. Toutefois les difficultés du concours auquel
je devais participer venaient du nombre des concurrents: il était
très-considérable, parce que depuis plus de trois ans il n'y avait pas
eu d'examen; plus de quatre cents jeunes gens, choisis parmi les plus
instruits de toutes les écoles de France, venaient se disputer
quarante-deux places. Pour avoir plus de chances de réussir, je fus, en
1791, à Metz, afin de recevoir les soins des professeurs attachés à
l'artillerie. Mon père se chargea de me conduire lui-même dans cette
grande ville de guerre; il me présenta aux généraux et aux autorités
militaires. Afin de continuer la sévérité de mon éducation et de ne pas
déroger à ses principes, il me fit courir à franc étrier devant sa
voiture depuis Châtillon jusqu'à Metz. La vue de cette garnison et de
ses troupes, le grand mouvement qui y régnait, ce spectacle nouveau
pour moi, m'enflammèrent à un point difficile à exprimer, et je sentis
dès lors que l'emploi de mes facultés dans le noble métier que
j'embrassais, et les émotions qu'il fait naître, composeraient, pour
ainsi dire, l'histoire de toute ma vie.

À cette époque eut lieu la translation de l'école de Metz à Châlons, et
la création d'une grande école d'application. Je subis mon examen dans
cette dernière ville. Le célèbre Laplace, alors examinateur de
l'artillerie, avait un aspect grave: sa figure triste et sévère, son
habit noir, ses manchettes d'effilé, son garde-vue, rendu nécessaire
par l'état de ses yeux, lui donnaient l'air le plus imposant. Si l'on
pense à l'importance de la circonstance d'où dépend l'avenir d'un jeune
homme, à la solennité de l'assemblée, on comprendra facilement
l'inquiétude et la profonde émotion qui accompagnent celui qui approche
du tableau. Je l'éprouvai d'une manière extraordinaire: c'était la
première fois de ma vie où un intérêt tout-puissant agissait sur moi.
Dans le cours de ma carrière j'ai été mis à de bien autres épreuves, et
jamais mes facultés n'en ont été altérées; au contraire, les dangers ou
l'importance des choses leur ont plus habituellement donné un plus haut
degré d'énergie. Dans cette première circonstance il en fut autrement:
ma tête s'égara, et je ne pus pas dire mon nom à M. Laplace quand il me
le demanda.

Il fut frappé de ma prodigieuse émotion, me calma, me dit qu'il
cherchait des jeunes gens instruits et non ignorants, m'engagea à me
remettre, et je fis un bon examen. Jamais il ne l'a oublié, il me l'a
rappelé souvent depuis, et moi j'en ai conservé beaucoup de
reconnaissance. Ce fait prouve combien il est important, dans l'intérêt
de la jeunesse, que ceux qui sont chargés de fixer ses destinées soient
sans préventions, doux et patients.

Il y a au fond de nos coeurs, surtout dans la jeunesse, un sentiment de
droiture et de justice qui agit puissamment sur nous: je comparais mon
examen à ceux de mes camarades, et je ne doutais pas de mon admission,
un bonheur expansif m'imprimait un mouvement impossible à comprimer;
aussi, quoiqu'il fût nuit et qu'il fît froid, je courus toutes les rues
de Châlons pendant une heure pour me calmer. Ma confiance ne fut pas
trompée, et je fus admis le vingtième de la promotion. Plusieurs
individus de cette promotion ont acquis divers degrés et différentes
natures de célébrité: j'aurai l'occasion de parler d'eux dans ces
_Mémoires_. Mais dès ce moment j'indiquerai les deux principaux: Foy,
dont l'éloquence a eu tant d'éclat, dont les services militaires ont
été si brillants, et qui serait parvenu à tout, s'il eût eu moins de
mobilité dans l'esprit et moins de disposition à la contradiction;
quoiqu'il fût rempli d'ambition, il était souvent plus sensible aux
honneurs de l'opposition qu'aux intérêts de sa fortune. Bon par nature
et quelquefois mauvais par légèreté ou par faiblesse; le temps l'avait
bien modifié. Si le régime impérial eût duré, il aurait rapidement
réparé le temps perdu: apprécié enfin par Napoléon, il s'était tout à
fait donné à lui. Sans une mort prématurée, il serait aujourd'hui en
situation de jouer en France un très-grand rôle.

Un autre compagnon de cette époque, auquel une étroite amitié
m'attachait, était Duroc, devenu duc de Frioul, mort en 1813 d'un coup
de canon, le soir de l'affaire de Reichenbach en Lusace; homme loyal,
d'un caractère droit, d'un esprit juste, il a été au comble de la
faveur, a rendu de grands services, et n'a jamais fait de mal à
personne; il possédait un de ces caractères que, dans l'intérêt des
souverains, on devrait toujours souhaiter à ceux qui les approchent. Je
pourrais citer beaucoup d'autres noms moins saillants, qui depuis ont
été revêtus cependant de quelque éclat; mais je le ferai en temps et
lieu, quand le cours de mes récits les rappellera à mes souvenirs.

Me voilà donc élève sous-lieutenant d'artillerie à dix-sept ans et demi,
plein d'ardeur, d'espérance et d'amour de mon métier. Il faut
maintenant dire dans quelle religion politique j'avais été élevé, et
quels étaient les sentiments qui m'avaient été inculqués presque en
naissant, et pendant toute mon éducation.

Mon père, avec un esprit très-remarquable, une instruction fort étendue,
avait adopté, comme je l'ai déjà dit, les idées nouvelles; l'objet de
son admiration était M. Necker. C'est dans le _Compte-Rendu_ de cet
homme tristement célèbre, premier ouvrage de cette nature, première
publication qui ait mis le peuple en communication avec le gouvernement
sur ses intérêts, que j'ai appris à lire: aussi mon père avait-il été
très-favorable à la Révolution. Lors des assemblées de bailliages pour
élire les députés aux états généraux, il fit choisir, pour la noblesse
du bailliage de Châtillon, M. le comte de Chastenay, dont les opinions
s'accordaient avec les siennes, de préférence au marquis d'Argenteuil,
notre voisin de campagne, animé de sentiments opposés: mon père était,
dans la rigueur du mot, ce que l'on a appelé depuis un patriote de 89,
un homme voulant la monarchie, un gouvernement régulier, ouvrant une
carrière sans bornes à tout le monde, réprimant les écarts scandaleux
de la cour, rétablissant l'ordre dans l'administration et rendant à la
France sa puissance et sa considération; tels étaient ses voeux, ses
souhaits, ses espérances; il m'en entretenait souvent, et ces principes,
dont l'action n'a jamais cessé d'agir sur moi, étaient tous dans les
intérêts du pays: selon lui il fallait tout leur sacrifier, et, quand
le mot de patrie avait fait palpiter mon coeur, je me rappelle encore la
joie qu'il en éprouvait. Ces principes, je les ai adoptés de confiance
dans mon premier âge, et, plus j'ai vieilli, plus ils ont été la règle
de ma conduite et la boussole de mes actions. Le bien du pays s'est
présenté en quarante ans sous des physionomies bien diverses, sous bien
des apparences différentes, et j'ai cherché loyalement, et à part de
tout intérêt personnel, à découvrir où il se trouvait pour m'y attacher;
peut-être quelquefois me suis-je trompé, mais certes jamais mes
intentions et mes désirs n'ont été équivoques. Dans tout le cours de ma
vie j'ai sacrifié, encore aujourd'hui je sacrifierais sans regret, mon
intérêt et mon existence à la gloire et à l'honneur de la France.

Mon éducation avait eu pour objet de m'inspirer l'amour de la gloire et
de la patrie, et mon coeur me disait qu'il était un autre genre de
succès auquel j'étais digne d'aspirer; aussi avais-je fait faire un
cachet, dont je me suis servi constamment dans mes premières années.
Peut-être paraîtra-t-il un peu ambitieux; mais il exprimait tous les
voeux dont mon jeune coeur était rempli: trois couronnes entrelacées,
une de lierre, une de laurier et une de myrte, avec cette devise: _Je
veux les mériter_, le composaient. C'est dans cette disposition d'esprit
que j'entrai à l'école de Châlons.

L'école des élèves était composée de quarante-deux jeunes gens, en
général fort distingués, et commandée par un homme respectable, M. le
comte d'Agoût, colonel, M. le comte Tardy de Montravel,
lieutenant-colonel, et deux capitaines. Il y avait de grandes divisions
dans les chefs et dans les élèves, quant aux opinions politiques. M.
d'Agoût, d'un caractère modéré, n'était pas favorable à l'émigration,
mais très-opposé à ce que la Révolution avait de blâmable. M. de Tardy
nous quitta bientôt pour aller joindre les princes. Les élèves se
divisèrent en trois catégories: un certain nombre, fort ennemi de la
Révolution, se disposait à émigrer; la majorité était royaliste
constitutionnelle, et j'appartenais à cette nuance d'opinion; enfin il
y avait cinq jacobins affiliés au club et professant les opinions les
plus exagérées; du nombre de ces individus était Demarçai, que ses
médiocres et ennuyeux discours ont rendu plus célèbre que ses batailles.

La ville de Châlons était alors fort bien habitée. Élevé dans
l'habitude de la bonne compagnie, en ayant le goût, je fus admis dans
les meilleures maisons. J'y rencontrai une femme charmante, dont le nom
ressemblait beaucoup au mien, et dont le mari, capitaine d'artillerie,
avait émigré. Elle joignait à toutes les séductions de la première
jeunesse un esprit extrêmement remarquable. Aussi m'inspira-t-elle
promptement une fort grande passion: c'était la première que mon coeur
ressentait.

Ces amours eurent beaucoup d'éclat. La rigueur des parents et les
folies qu'elle inspira à de jeunes gens bien épris contribuèrent à les
rendre publiques. Une circonstance dont je ferai le récit plus tard
leur donna une célébrité extraordinaire; le souvenir en existe encore
chez quelques gens âgés de cette ville.

Ma belle dame détestait la Révolution, et ses excès me faisaient
horreur. Il ne s'en est pas fallu de beaucoup alors que ce sentiment ou
cette influence ne m'ait précipité dans les chances hasardeuses et
incertaines de l'émigration. Souvent les principes de patrie et de
liberté, devenus comme ma religion, ont été alors combattus dans mon
esprit par l'horreur que m'inspiraient l'état de la France et
l'avilissement de la couronne. J'avais pour la personne du roi un
sentiment difficile à définir, et dont j'ai retrouvé la trace, et en
quelque sorte la puissance, vingt-deux ans plus tard; un sentiment de
dévouement avec un caractère presque religieux; un respect inné, comme
dû à un être d'un ordre supérieur. Le mot de roi avait alors une magie
et une puissance que rien n'avait altéré dans les coeurs droits et purs.
Des gens âgés, autrefois témoins de la faiblesse des rois et de la
corruption de leurs entours, avaient peut-être perdu beaucoup de cette
religion de la royauté; mais elle existait encore dans la masse de la
nation, et surtout parmi les gens bien nés, qui, placés à une assez
grande distance du pouvoir, étaient plutôt frappés de son éclat que de
ses imperfections. Vivant sous l'influence d'une éducation qui
transmettait l'amour pour les souverains comme l'apanage des Français,
cet amour devenait une espèce de culte. Aussi je me rappelle encore
avec une sensation vive l'indignation profonde que j'éprouvai en lisant
le détail de cette horrible journée du 20 juin 1792, où le pauvre Louis
XVI fut insulté et avili dans son propre palais par une multitude
grossière et abjecte. Si ma mémoire me sert bien, les journaux du temps
racontèrent l'action d'un jeune homme qui, entraîné par les élans d'un
noble dévouement, se précipita devant le roi pour le couvrir de son
corps, le défendre et le sauver. Cette action me fit la plus vive
impression; j'aurais voulu en être l'auteur, la mort eût-elle dû en
être le prix; et, à cette occasion, j'écrivis à ma mère une lettre dont
elle fut très-touchée.

Les événements se pressaient, les besoins des armées se faisaient
sentir, et on ordonna l'examen de sortie des élèves pour les envoyer
dans les régiments. Plusieurs de nos camarades nous avaient quittés
pour émigrer: de ce nombre était Duroc, qui fit le siége de Thionville
à l'armée des princes. À la fin de juillet et au commencement d'août,
l'examen de sortie eut lieu.

Sur ces entrefaites arriva la catastrophe du 10 août. À cette époque,
tout était confusion, tout était vengeance. Le peuple de Châlons,
quoique d'une nature tranquille, échauffé par quelques intrigants, et
probablement par le petit nombre de nos camarades qui passaient leur
vie au club des Jacobins, s'irrita contre la masse des élèves,
l'accusant d'être aristocrate. Des voies de fait eurent lieu, et un
jour je courus risque d'être victime de cette disposition des esprits.
Par suite d'un mouvement populaire, je faillis être mis à la lanterne.
Je tirai l'épée; plusieurs de mes camarades se joignirent à moi, et
nous fîmes ainsi notre retraite, toujours en défense, sur le quartier.

M. d'Agoût, pour notre sûreté, nous y consigna et envoya un courrier à
Paris pour prévenir le gouvernement de ce qui s'était passé. Son retour
nous apporta des congés, moyen bien choisi pour nous disperser en
attendant le moment où nous aurions une destination définitive.

Tous mes camarades en profitèrent; mais moi, subjugué par la passion
qui me dominait, je refusai de quitter Châlons. Des devoirs positifs
m'eussent seuls paru une raison suffisante pour m'empêcher de profiter
du bonheur dont il m'était permis de jouir. Mon séjour à Châlons était
cependant fort périlleux; mon père en fut instruit, et arriva en toute
hâte pour me chercher. Je me refusai à partir; je lui en dis les motifs
en lui déclarant que la guerre seule pouvait m'enlever à _celle_ que
j'adorais, et que, jusqu'à présent, aucune raison de cette nature ne
m'imposait l'obligation de la quitter. Mon père avait une grande
connaissance du coeur humain: il savait bien qu'on ne combat pas avec
succès une passion forte en l'attaquant directement. Il eut l'air de
compatir à mes douleurs et de croire aux qualités supérieures de la
femme qui, dans mon esprit, était la première de son sexe. Il ne doutait
pas, me disait-il, que, si elle était digne de mon amour, comme il le
supposait, dans la situation des choses, elle ne m'ordonnât de
m'éloigner; plus elle m'aimait, plus elle devait tenir à me faire
éviter des dangers inutiles. Il me demandait seulement de m'en
rapporter à elle. Ce raisonnement spécieux, ma croyance qu'elle ne se
résoudrait pas à me donner un pareil conseil, enfin la déférence que je
devais à mon père, me décidèrent à accepter sa proposition. Peu après,
dans un doux entretien, je lui rendis compte de l'arrivée de mon père,
de ses désirs, de mes refus et de la promesse faite. Après beaucoup de
larmes et de sanglots, elle m'ordonna de partir.

J'étais le lendemain avec mon père à l'auberge du Palais-Royal, au
moment de me mettre en route, occupé à quelques préparatifs auprès de
la voiture; une femme entra précipitamment; c'était elle, dans un
étrange état d'égarement. Sortie de son logis en échappant à la
surveillance de ses grands parents, et bravant toutes les conséquences
de sa démarche, elle venait pour me retenir. Elle se jeta aux pieds de
mon père dans la cour de l'auberge, en présence de vingt personnes, en
s'écriant: «Au nom du ciel, monsieur, ne me l'enlevez pas!» Je fus
atterré d'une si grande imprudence; mon père la conjura de se retirer
en lui répétant qu'elle se perdait. On me porta dans la voiture, plus
mort que vif, et nous partîmes immédiatement pour Luxeuil, où ma mère
se trouvait pour sa santé.

J'eus une forte maladie, une horrible jaunisse; une grande mélancolie
s'empara de moi; mais les soins touchants de ma mère, les sages
conseils de mon père, me rendirent à moi-même. Bientôt l'ordre de
rejoindre le premier régiment d'artillerie, dont l'état-major était à
Metz, me parvint, et, au commencement de novembre, je m'y rendis; de là
je fus envoyé à Montmédy pour servir dans la compagnie d'artillerie de
M. de Méras, qui y tenait garnison.

Je passai trois mois dans cette petite forteresse. J'avais conservé le
goût et l'habitude de l'étude; mais, à mon arrivée, dépourvu de mes
livres, j'allai par désoeuvrement au café pendant une partie de mes
journées, chose toute nouvelle pour moi; j'y trouvai des officiers
aimables et bons compagnons, des officiers du 55e régiment d'infanterie,
dont la vie se passait autour d'un tapis vert. J'avais été élevé dans
l'horreur des jeux de hasard; mon père, ayant beaucoup joué dans sa vie,
avait cherché à me prémunir contre les dangers de cette passion, et je
résistai d'abord aux premières sollicitations; mais l'ennui l'emporta
sur mes résolutions, et je succombai. Dans un moment je gagnai
cinquante louis: c'était précisément une somme égale à celle que je
possédais, et je pris goût à ce métier. Pendant huit jours ma fortune
se soutint; mais, après ce temps, elle m'abandonna; je perdis tout mon
gain, et, de plus, toutes mes petites avances. La leçon me profita: je
me promis de ne plus jouer; et, malgré les occasions et les
sollicitations souvent renouvelées, j'ai été bien des années fidèle à
ma résolution. Cependant le goût du gros jeu est, par la nature des
choses, dans les habitudes des gens de guerre. Le besoin d'émotions
dans les moments tranquilles, l'incertitude de l'existence et
l'oisiveté, l'expliquent suffisamment. Je dois à cette première leçon
de m'être garanti d'un vice que j'aurais, j'en suis sûr, porté à un
très-haut degré, si je m'y étais laissé aller.

C'est à Montmédy que j'appris le meurtre du roi, et la douleur profonde
dont je fus pénétré est encore présente à ma pensée.

Au mois de février 1793, mon rang me porta à aller servir, comme
lieutenant en premier, dans une compagnie en garnison à Bourg-en-Bresse;
comme elle était sans capitaine, je la commandai. Peu après, je reçus
l'ordre de partir pour Chambéry avec six pièces de canon, et je m'y
rendis par le mont du Chat, passage alors très-difficile. Je trouvai le
vieux Kellermann commandant l'armée des Alpes, qui venait de remplacer
le général Montesquiou. Envoyé à Grenoble, j'y restai jusqu'à
l'approche de la belle saison. La situation politique prenait chaque
jour plus de gravité; mais je commençais à me trouver dans un grand
mouvement de troupes, à la veille de l'ouverture d'une campagne, et
toutes mes impressions, toutes mes pensées, toutes mes espérances,
étaient tournées vers la guerre.

Je partis avec ma compagnie et un équipage de huit pièces de canon pour
le camp de Tournoux. Position célèbre, occupée dans toutes les guerres
défensives sur cette frontière, elle ferme la vallée de l'Arche, et par
conséquent le débouché venant du col de l'Argentière et de la vallée de
la Stura. Cette position, par sa force, équivaut à une place de guerre.
Je fus envoyé à l'avant-garde au camp de Saint-Ours et au camp de
Malmort; nous manquions d'officiers de génie, et je fus chargé d'en
remplir les fonctions. Je fis construire un camp retranché sur le
plateau de Malmort pour deux bataillons; les retranchements furent
tracés et terminés en peu de jours: l'ennemi tenta vainement de s'en
emparer. Ces travaux me mirent en réputation parmi les généraux. En ce
moment eut lieu une de ces scènes déplorables dont ces temps
malheureux offraient fréquemment l'exemple. Les troupes avaient occupé
un poste avancé dans la vallée, le hameau de Maison-Méane; ce poste
était en l'air, et l'ennemi le força à l'évacuer. Le quatrième
bataillon de l'Isère, commandé par un officier corse nommé Fiorella,
effectua sa retraite en bon ordre et sans accident; mais ce mouvement
rétrograde suffit seul pour faire répandre des bruits de trahison. Le
régiment de Neustrie, occupant le camp de Saint-Ours, se révolta et
arrêta le malheureux général Camille Rossi, qui y commandait, et auquel
on ne pouvait faire aucun reproche fondé; on l'emmena à Embrun, et, peu
de jours après, il avait cessé de vivre.

Un fort ancien officier, le général Kercaradec, arriva, prit le
commandement de la division, et établit son quartier général à
Tournoux. Homme de mérite, ayant du nerf, il commanda dans cette vallée
pendant toute la campagne. Cet officier général me distingua
promptement, me combla de témoignages de bonté, et, quoique très-jeune
et seulement lieutenant en premier, je jouai, grâce à lui, une espèce
de rôle: des batteries furent établies dans les montagnes, et on
organisa tout un système défensif dont j'avais la direction pour mon
arme. Ensuite on fit une opération pour repousser les ennemis jusqu'au
pied du col de l'Argentière. Nous attaquâmes et enlevâmes le poste de
Tête-Dure, et nous occupâmes Maison-Méane. C'est le premier combat
auquel j'aie assisté: il ne ressemblait guère à ce que j'ai vu depuis.
Deux bataillons et quatre pièces de canon furent engagés dans le fond
de la vallée; les Piémontais étaient en force supérieure: nous les
battîmes. Le sifflement des balles et des boulets ne me causa que des
sensations agréables; j'avais une impétuosité et une ardeur extrêmes,
dont l'effet me portait à vouloir toujours avancer. Cette impatience
s'est transformée très-promptement en un grand calme et une très-grande
impassibilité, qui, dans tout le cours de ma carrière, ne m'ont jamais
quitté dans le danger.

Pendant ce temps tout le Midi s'insurgeait, Lyon se révolta. Des
troupes devaient venir nous joindre; avec elles nous aurions pu prendre
l'offensive; mais elles furent dirigées contre cette ville: on retira
même une portion de nos forces, de manière qu'à peine pouvions-nous
nous défendre. Quelques petites affaires eurent lieu; mais, la mauvaise
saison arrivant, toutes les opérations furent nécessairement
suspendues. Je reçus la mission de reconduire à Mont Dauphin toute
l'artillerie, et déjà la neige fermait les passages; de grandes
difficultés m'arrêtèrent au col de Vars, mais je parvins cependant à
les surmonter: revenu à Tournoux, je fus envoyé avec deux compagnies au
siége de Toulon.

Pendant le cours de cette campagne, nous commençâmes à ressentir une
assez grande misère par suite de la perte des assignats, et j'éprouvais
des besoins qui me déterminèrent à demander des secours à mon père. Il
m'envoya ce que je lui demandais, mais en y joignant une longue suite
de recommandations fort déplacées, car je n'avais aucune prodigalité à
me reprocher: cette espèce de mercuriale me déplut, et je renvoyai à
mon père sa lettre et son argent, en lui déclarant que je n'en voulais
pas à ce prix. Toute ma famille s'interposa plus tard pour me le faire
accepter, et j'eus satisfaction complète.

De ce petit camp de Tournoux, où j'ai fait ma première campagne, sont
sortis plusieurs généraux distingués. Laharpe, devenu général de
division, tué après le passage du Pô, était alors lieutenant-colonel du
régiment d'Aquitaine; Saint-Hilaire, tué général de division à Essling,
était capitaine de chasseurs dans ce même régiment. Fiorella et
Marchand, généraux de division qui vivent encore, étaient, l'un chef de
bataillon, et l'autre capitaine dans le quatrième bataillon de l'Isère.

Je rejoignis, dans les premiers jours de frimaire, l'armée devant
Toulon, et l'on me dirigea sur l'attaque de droite, où s'exécutaient
les principales opérations; il fallut faire l'immense tour de la
montagne du Pharon, occupée par l'ennemi, et j'arrivai le 12 frimaire
(2 décembre) à Ollioule, où étaient et le quartier général de l'armée
et le parc d'artillerie. Là je retrouvai cet homme extraordinaire que
j'avais vu dans mon enfance, destiné à parcourir une carrière si
prodigieuse, et auquel, pendant tant d'années, ma vie devait être
consacrée sans partage.

Bonaparte, après avoir servi plusieurs années au régiment de la Fère,
était passé, à la formation de 1791, au régiment de Grenoble: employé
d'abord en Corse, ensuite à Nice à la première armée d'Italie, il reçut
du chef de bataillon Faultrier, directeur du parc, la mission d'aller à
Avignon pour y chercher des poudres de guerre. Le Midi venait de se
soulever, et l'objet des insurgés était de porter du secours à Lyon,
révolté et assiégé. Carteaux, peintre de profession, et qu'un caprice
de la Convention avait élevé au grade de général, reçut l'ordre de
marcher contre les insurgés avec quatre à cinq mille hommes. À la
première rencontre, les troupes marseillaises se débandèrent, et, après
une légère action, tout le pays se soumit. Les habitants de Toulon,
dans leur détresse, ne virent de salut qu'en se jetant dans les bras
des étrangers, et ils leur ouvrirent leurs portes le 27 août, le jour
même où Carteaux entrait à Marseille. Des troupes anglaises, espagnoles,
sardes et napolitaines, dont la force finit par s'élever à quinze mille
hommes, occupèrent la place.

L'armée de Carteaux, après avoir repris Marseille, se porta sur Toulon;
elle força les gorges d'Ollioule et vint s'établir en face de la ville,
de ce côté, tandis qu'une division de l'armée d'Italie venait la
bloquer du côté de Souliers.

La ville de Toulon est dans une des plus belles positions maritimes du
monde: placée au fond d'une double rade, elle se trouve ainsi fort loin
de la grande mer. L'entrée de la grande rade est défendue par le cap
Brun et la presqu'île de Sainte-Croix; celle-ci est unie à la terre
ferme par l'isthme très-étroit des Sablettes, et cette importante
position était au pouvoir de l'ennemi. L'entrée, fort resserrée, de la
seconde rade est fermée par la grosse tour à l'est, et par le fort de
l'Aiguillette à l'ouest. La grosse tour est couverte, du côté de terre,
par le fort Lamalgue, véritable citadelle de Toulon, et citadelle
casematée, où toutes les ressources de l'art ont été déployées. Le fort
de l'Aiguillette était couvert, du côté de la terre, par une redoute
fort grande, faite avec soin, et armée de trente-deux bouches à feu;
cette redoute, fermée à la gorge, occupait tout le mamelon qui forme le
point culminant. Elle était liée avec le fort de l'Aiguillette par un
ouvrage intermédiaire, et flanquée par le feu des vaisseaux. La ville
de Toulon a une bonne enceinte bastionnée, et indépendamment des
fortifications qui lui sont propres, elle est couverte, au nord, par la
montagne du Pharon, rocher immense escarpé dans tout son pourtour, et
tout à fait inaccessible au nord: sa grande épaisseur et les
difficultés du pays forcent l'armée assiégeante à avoir une
contrevallation de plusieurs lieues, de manière que les deux attaques
séparées, et sans aucune liaison entre elles, ne peuvent communiquer
que par des chemins non carrossables et presque impraticables. À l'est,
un système de forts, placés en amphithéâtre, s'étend depuis le sommet
de la montagne jusque dans la plaine: les forts du Pharon, d'Artigues
et de Sainte-Catherine sont situés entre eux, à moins d'une demi-portée
de canon, se soutiennent réciproquement par leurs feux et couvrent la
ville, tandis qu'à l'ouest le fort Rouge, placé en haut du Pharon, et
le fort Malbosquet, qui lie avec lui son feu et se combine avec le feu
des vaisseaux, l'enveloppe de ce côté; ainsi on peut considérer
l'ensemble des défenses de Toulon comme formant un immense camp
retranché, avec un réduit dont les communications avec la grande mer
sont couvertes et assurées.

L'escadre anglaise occupait la grande rade et la petite rade, et
complétait par son feu ce magnifique et vaste ensemble de défense.
C'est contre une pareille place, occupée par une armée, que Carteaux
venait essayer son incapacité et sa complète, mais confiante ignorance.
Au quartier général de l'armée, se trouvaient quatre représentants du
peuple: Robespierre le jeune, Ricors, Gasparin, et Salicetti, Corse de
naissance.

Bonaparte, ayant rempli sa mission pour Avignon, et retournant à Nice,
passa à l'armée devant Toulon; il alla voir son compatriote Salicetti;
celui-ci le mena chez Carteaux, qui l'engagea à rester à dîner, en lui
annonçant, pour la soirée, le spectacle de l'incendie de l'escadre
anglaise. Après le dîner, Carteaux et les représentants, échauffés par
les fumées du vin et pleins de jactance, se rendirent en pompe à une
batterie dont on attendait ces brillants résultats. Bonaparte, en homme
du métier, sut à quoi s'en tenir en arrivant: mais, quelles que fussent
ses idées sur la stupidité du général, il lui aurait été impossible de
deviner jusqu'à quel point elle avait pu aller. Cette batterie,
composée de deux pièces de vingt-quatre, était située à huit cents
toises de la mer, et le gril pour rougir les boulets avait probablement
été pris dans quelque cuisine.

Bonaparte annonça que les boulets n'iraient pas à la mer, et démontra
que, dans aucun cas, il n'y avait le moindre rapport entre le but et
les moyens. Quatre coups de canon suffirent pour faire comprendre
combien étaient ridicules les préparatifs faits; on rentra l'oreille
basse à Ollioule, et l'on crut avec raison que le mieux était de
retenir le capitaine Bonaparte et de s'en rapporter désormais à lui.
Dès ce moment, rien ne se fit que par ses ordres ou sous son influence,
tout lui fut soumis. Il dressa l'état des besoins, indiqua les moyens
d'y satisfaire, mit tout en mouvement, et, en huit jours, prit sur les
représentants un ascendant dont rien ne peut donner l'idée.

L'imbécile Carteaux renvoyé, le digne et galant homme, le brave et
respectable général Dugommier fut chargé de le remplacer. Bonaparte
prit aussitôt sur son esprit le même empire. On le fit chef de
bataillon, pour lui donner de l'autorité sur tous les capitaines
d'artillerie; et, quoiqu'un vieux lieutenant général d'artillerie, M.
Duteil, fût venu pour prendre le commandement en chef de l'artillerie,
celui-ci vit le pouvoir en si bonnes mains et si bien exercé, et les
commandements avaient souvent alors des conséquences si graves, qu'il
laissa faire le jeune officier et ne prit aucune part à la direction du
siége. Des moyens et des troupes arrivèrent de tous les côtés, et
l'armée française devant Toulon, qui, dans l'origine, ne se composait
que de quelques milliers d'hommes, augmenta successivement, et était
arrivée, lors de la prise de la place, à la force de trente-quatre
mille hommes, dont vingt mille seulement bien armés et inspirant de la
confiance.

La première chose à faire était de chasser les Anglais de la petite
rade. Bonaparte fit établir une forte batterie, dite des
_Sans-Culottes_, sur le bord de la mer, avec des grils à rougir les
boulets. Un combat long et opiniâtre s'engagea; des bâtiments sautèrent;
la batterie fut détruite plusieurs fois et reconstruite aussitôt; mais,
en huit jours de persévérance, Bonaparte arriva à ses fins, et les
Anglais furent obligés de mouiller leurs vaisseaux dans la grande rade.
En visitant cette batterie, Bonaparte remarqua Junot, depuis duc
d'Abrantès. Junot, fils d'un riche paysan des environs de Châtillon,
était né à Bussy, le village même où M. de Bussy-Rabutin, célèbre par
son esprit et sa méchanceté, a passé tant d'années d'exil sous Louis
XIV, et dont le joli château renferme encore des peintures qui sont
l'histoire de ses amours. Junot, de trois années plus âgé que moi, avait
été mon condisciple au collége de Châtillon. D'abord destiné à la
prêtrise, il était parti, en 1790, comme soldat dans le deuxième
bataillon des volontaires de la Côte-d'Or, et se trouvait alors de
garde à la batterie des Sans-Culottes en qualité de sergent de
grenadiers. Bonaparte demanda un sous-officier brave et de bonne
volonté pour aller faire quelques observations sur le bord de la mer,
dans un lieu très-exposé au feu de l'ennemi. Junot se présenta et
remplit sa mission à la satisfaction de Bonaparte. Trois jours après, à
la même batterie, il demanda quelqu'un pour écrire un ordre sous sa
dictée, et Junot, qui avait une très-belle écriture, se présenta
encore. Bonaparte le reconnut, et, se rappelant son courage et son
intelligence, lui proposa de rester avec lui pour être attaché à
l'état-major de l'artillerie. L'offre faite fut bientôt acceptée, et
voilà le principe de sa fortune.

Bonaparte fit établir une grande batterie devant Malbosquet pour
contre-battre le fort. Cette batterie fut appelée _batterie de la
Convention_. Son objet principal était de faire diversion et de tromper
l'ennemi; d'autres batteries, établies dans différentes positions,
enveloppèrent de feux la redoute de l'Aiguillette, véritable point
d'attaque, et dont la prise était le préliminaire nécessaire d'un siége
régulier. Avant d'assiéger une place, il faut d'abord la bloquer pour
l'isoler, et l'on ne pouvait parvenir à ce but qu'en s'emparant de la
batterie de l'Aiguillette, et, par conséquent, de la redoute qui la
couvrait. Le 10 frimaire (30 novembre 1793), les Anglais firent une
vigoureuse sortie sur la batterie de la Convention. À l'instant où ils
allaient s'en emparer, ils furent repoussés; on leur fit beaucoup de
prisonniers, au nombre desquels se trouva le général O'Hara, commandant
la sortie.

Deux jours après cette action, j'arrivai à Ollioule avec deux
compagnies d'artillerie. Bonaparte se souvint de moi, et, en peu de
jours, il remarqua mon zèle, le mit souvent à l'épreuve, et comblait
ainsi mes voeux.

On écrasa de feux la redoute anglaise, que les soldats avaient
surnommée le Petit-Gibraltar, et, le 25 frimaire (17 décembre), l'ordre
fut donné de l'enlever. Trois colonnes, formées pour l'attaquer de vive
force, avaient chacune en tête un détachement d'artillerie, avec un
officier choisi, pour prendre possession des pièces de la redoute et
les faire servir à sa défense aussitôt qu'elle serait en notre pouvoir.

Je fus placé à la colonne de gauche, débouchant du village de la Seyne,
et commandée par le chef de brigade Laborde.

L'attaque fut vive et la défense vigoureuse. Cependant nous pénétrâmes.
L'ennemi avait sept cents hommes dans la redoute, et occupait toute la
presqu'île avec trois mille six cents hommes. Nous attaquâmes avec six
mille hommes et restâmes maîtres de la position, après avoir fait un
grand massacre. Bonaparte me donna le commandement de l'artillerie de
la redoute conquise. Chargé de l'armer contre la mer et de retourner
l'artillerie qu'elle renfermait, nous eûmes à supporter pendant
plusieurs heures le feu épouvantable de trois vaisseaux; en ouvrant dix
embrasures, j'eus vingt hommes tués. À trois heures après midi, les
vaisseaux s'éloignèrent, et nous restâmes paisibles possesseurs de
notre conquête. Toutes les dispositions furent prises pour en garantir
la conservation; mais ce succès, qui devait assurer très-prochainement
le blocus effectif de Toulon, avait changé toutes les dispositions de
l'ennemi; et, comme au même moment l'attaque de gauche avait enlevé la
montagne du Pharon, en franchissant, par une espèce de prodige, un
escarpement en apparence inaccessible, l'ennemi résolut d'évacuer la
place en emmenant notre escadre, et après avoir détruit, autant que
possible, nos établissements et les vaisseaux incapables de naviguer.

L'ennemi, craignant que le fort de Malbosquet, encore très-imparfait,
ne fût enlevé comme la redoute de l'Aiguillette, l'évacua. Ce fort
était occupé par des troupes espagnoles soutenues par des troupes
napolitaines. Nous y entrâmes immédiatement, et ses pièces furent
dirigées sur les malheureux habitants de Toulon, qui, entassés dans des
barques chargées à couler bas, couvraient la rade et se hâtaient de
fuir les dangers dont l'entrée prochaine de l'armée républicaine les
menaçait. On pouvait voir, de cette position, le désordre, la confusion
et la terreur dont ils étaient frappés; mais la nuit qui suivit offrit
un spectacle encore plus sinistre, et cependant les jours suivants
devaient être pires! Tout à coup l'air paraît embrasé, l'horizon est en
feu, des magasins et des vaisseaux brûlent; à la lueur de cet incendie,
on voit un désordre toujours croissant et une terreur plus grande que
celle remarquée pendant le jour: tout fuit, tout se précipite; une
explosion se fait entendre: c'est celle des vaisseaux embrasés et de
deux poudrières; semblables à des volcans, elles jettent au loin des
débris et remuent, pour ainsi dire, la terre jusque dans ses entrailles;
des détonations se succèdent; la commotion est si forte, le bruit si
prodigieux, qu'il se transmet jusqu'au sommet des Alpes, et le camp
français des Fourches, croyant être attaqué, se réveille et court aux
armes.

À ce bruit infernal, aux cris, aux lamentations retentissant dans les
airs, succède le silence le plus lugubre. Les portes de la ville sont
ouvertes, la population semble avoir disparu en entier, ce qui reste
s'est caché et redoute la lumière. Quelques patriotes seulement,
précédemment plongés dans les cachots du fort Lamalgue, ont recouvré la
liberté et viennent au-devant des vainqueurs. Peut-être la joie, en
présence de pareils désastres, offre-t-elle un spectacle plus horrible
que la misère publique; les troupes se répandent dans les maisons; on
pille, et le pillage est tout à la fois autorisé et consenti; car
personne n'apporte de résistance ou ne laisse, pour ainsi dire,
échapper aucune plainte. Après la prise de possession, on ordonne à
tous les habitants de se réunir sur la place; les représentants s'y
rendent; ils se font accompagner des prétendus patriotes opprimés: on
demande à ceux-ci quels sont les ennemis de la République, et là,
chacun indique ses ennemis personnels ou ses créanciers; ceux-ci sont
saisis et à l'instant même mis à mort. Cet état de choses dura quelques
jours; toutes les vengeances trouvèrent à se satisfaire. Bonaparte,
devenu puissant, employa son crédit plusieurs fois avec succès pour
sauver quelques victimes: il voyait ce spectacle avec horreur; il fut
l'intermédiaire dont je me servis pour obtenir la vie de plusieurs
malheureux qui s'adressèrent à moi. Sans doute beaucoup d'officiers de
l'armée, mus par les mêmes sentiments, employèrent leurs sollicitations
pour diminuer les massacres. Cependant plus de huit cents malheureux,
appartenant aux restes d'une population déjà réduite des trois quarts,
trouvèrent la mort et la subirent sans aucun jugement.

Je n'oublierai jamais deux faits qui peignent merveilleusement le
désordre d'alors, et la manière dont on disposait de la vie des hommes.
En entrant à Toulon, dès le point du jour, au milieu de ce silence
morne, triste précurseur des maux dont cette malheureuse cité allait
être accablée, nous nous arrêtâmes, un de mes camarades et moi, sur une
place, et aussitôt un habitant, fort jeune, sortit de chez lui pour
nous y offrir un logement, moyen, à ses yeux, d'avoir une sauvegarde.
Nous acceptâmes. Je l'engageai à rester chez lui et à attendre dans le
silence; il ne crut pas à mes conseils, voulut se montrer, et la
journée ne s'était pas écoulée que son père apprit, en voyant ses
habits sanglants, la mort de son fils. Il s'appelait Larmedieu.

Le lendemain de notre entrée, le domestique d'un officier du génie de
l'armée suivait stupidement un détachement de malheureux marchant au
supplice, pour être témoin de cet horrible spectacle. Tout à coup un
soldat de l'escorte croit qu'il est un des condamnés qui s'évade; il le
prend, malgré ses protestations et ses cris, et le force à entrer dans
le groupe funeste; il allait périr, lorsqu'un camarade de son maître,
appelé par une semblable curiosité, le reconnut et le réclama.

Après la prise de Toulon, Bonaparte, élevé au grade de général de
brigade, fut chargé de l'armement des côtes de la Méditerranée, et du
commandement en second de l'artillerie de l'armée d'Italie: un vieux
général d'artillerie, nommé Dujard, était en possession du commandement
en chef; malgré son peu de capacité, on ne voulut pas lui enlever le
poste qu'il occupait; mais Bonaparte fut là comme il devait être
partout; toute lutte de pouvoir, avec lui, devait cesser: à son
apparition, il fallait se soumettre à son influence.

En peu de jours tout fut mis dans la plus grande activité, en peu de
mois tout fut achevé, et la côte de Provence, depuis l'embouchure du
Rhône jusqu'à Villefranche, devint une côte de fer. Je fus chargé de
mettre d'abord en défense les îles d'Hyères, au moment de leur
évacuation par les Anglais, et ensuite le golfe de Juan, où devaient,
plus tard, se passer de si grands événements.

Des fourneaux à rougir les boulets furent construits dans toutes les
batteries, et j'eus la charge d'en faire l'inspection et de faire
connaître sur toute la côte, aux canonniers servant ces batteries, les
précautions à prendre pour tirer à boulets rouges sans danger. Mon rang
m'avait porté au grade de capitaine; mais ma compagnie était employée à
l'armée des Pyrénées occidentales. Cette armée était obscure; on
espérait, au contraire, agir offensivement sur la frontière d'Italie;
je désirais, d'ailleurs, ne pas me séparer d'un homme qui me paraissait
appelé à de grandes destinées, et un arrêté des représentants me retint
à l'armée où j'étais depuis le siége de Toulon, pour cause d'utilité
publique.

La reddition de Toulon ayant été prompte, et, pour mieux dire, inopinée,
on devait supposer que les bâtiments en pleine mer, en route pour s'y
rendre, y entreraient sans méfiance: en conséquence, afin de les
tromper, et pendant une semaine, on laissa flotter le drapeau blanc sur
tous les forts; une frégate et une douzaine de bâtiments marchands
vinrent mouiller dans la rade sans se douter de rien: ces derniers
furent pris, mais la frégate, qui déjà avait jeté l'ancre et qu'il
fallait amarrer, sortit sous le feu de toutes les batteries, et
s'échappa.

En nous rendant aux îles d'Hyères, nous nous emparâmes aussi d'un
bâtiment chargé de rafraîchissements pour l'escadre anglaise: ce
bâtiment était monté et servi par le propriétaire même et ses enfants,
et ce malheureux perdit en un moment le fruit du travail de toute sa
vie et l'espérance de sa famille; aussi rien ne peut exprimer son
désespoir. J'eus ma part de toutes ces prises; malgré ces avantages, je
ne fus pas moins frappé de la barbarie de cette législation qui a créé
pour la mer le droit monstrueux de dépouiller le négociant paisible: en
considérant les choses du côté de l'équité et de la morale, quelle
différence y a-t-il entre le bâtiment de guerre qui s'empare d'un
vaisseau de commerce, et le détachement de hussards arrêtant un roulier
sur la grande route? Il est vrai, pour ce dernier, que c'est la guerre
qui vient le chercher, tandis que pour l'autre il s'est exposé
volontairement aux maux dont il est frappé, et la politique, fondée sur
les besoins des sociétés, a conservé ce droit, afin de donner le moyen
de frapper, dans leurs plus chers intérêts, les nations maritimes, sans
cela hors d'atteinte de leurs ennemis.

Quoique l'armée rassemblée à Toulon fût en grande partie envoyée aux
Pyrénées orientales, l'armée d'Italie reçut aussi des renforts. On
voulut agir offensivement sur cette frontière. La France avait des
griefs fondés contre le gouvernement génois. Celui-ci avait laissé
prendre dans son port la frégate la _Modeste_ par les Anglais, et nous
étions en droit d'exiger une réparation. L'occupation de la rivière du
Ponent étant d'ailleurs nécessaire à nos opérations, il nous fut facile
d'obliger les Génois à y consentir. On voulait ainsi isoler les
Autrichiens et les Piémontais des Anglais, en les séparant de la côte,
et leur ôtant les villes d'Oneille et de Loano, par lesquelles ils
communiquaient. Les Génois, après une protestation de simple forme,
nous laissèrent entrer, et les forts de Vintimille baissèrent leurs
ponts-levis. Nous fûmes reçus avec une espèce de magnificence par le
gouvernement génois; elle contrastait singulièrement avec notre
pauvreté, avec nos formes; mais nous étions jeunes, et cet avantage
était préférable à l'éclat dont nous étions éblouis alors, et à celui
dont nous avons depuis été entourés.

Nous marchâmes sur trois colonnes; la première, remontant la _Nerva_
par _Dolce-Aqua_, se porta sur les hauteurs de Tanaro; la deuxième,
partant de Bordiguiers et de San Remo, remonta la Tagyra, et la
troisième marcha par Port-Maurice et Oneille.

Je fus envoyé en reconnaissance sur Oneille, où nous entrâmes le 20
germinal (9 avril 1794) sans coup férir; il en fut de même à Loano. La
division Masséna, après avoir battu l'ennemi à Ponte di Novo sur le
Tanaro, s'était emparée d'Ormea, et, prenant les montagnes à revers,
elle devint maîtresse du col de Tende et tourna Saorgio, dont le fort
se rendit.

Cette opération, dont Bonaparte eut l'idée, qu'il dirigea par l'action
qu'il exerçait sur les représentants du peuple, fut terminée en moins
de quinze jours, et l'armée eut ainsi une large base d'opérations, soit
pour entrer en Piémont, soit pour agir contre Gênes. Nous occupâmes les
sommets des Alpes au col de Tende, et notre ligne continua jusqu'à
Loano, en passant par Garessio, Saint-Bernard et Balestrino. Après
cette opération, on s'arrêta, et l'on revint à Nice, dont au surplus
n'était pas sorti le général en chef, Dumerbion, vieillard infirme et
peu capable.

Le général Bonaparte, qui, à tout prix, voulait faire sortir l'armée
d'Italie de son apathique repos, parla aux représentants de la
nécessité d'obtenir une réparation complète du gouvernement génois, et
au besoin de la facilité de s'emparer de la ville, si cette réparation
était refusée. Il se fit donner une mission pour s'y rendre. Cette
mission avait pour objet apparent d'entamer des négociations et de se
procurer des approvisionnements; mais en réalité le but était de
connaître les lieux et d'apprécier les obstacles que pouvait rencontrer
un coup de main sur cette ville.

Trois officiers l'accompagnèrent, et je fus du nombre. Je reçus l'ordre
de voir la place avec autant de détail que possible, sans me
compromettre, de prendre des renseignements sur la force des troupes,
sur leur manière de servir, sur le matériel dont elles pouvaient
disposer. Il n'y avait presque aucune précaution de prise contre une
attaque; à peine quelques pièces de canon étaient-elles en batterie
pour défendre le port, et je ne doute pas le moins du monde que, si les
circonstances l'eussent rendu nécessaire, nous ne nous fussions emparés
de Gênes et par la surprise et par la terreur que nous aurions
inspirée. Nous trouvâmes à Gênes un M. Villars, ministre de France;
nous y restâmes cinq jours, et, après avoir pris et reçu tous les
renseignements que nous étions venus chercher, nous rentrâmes à Nice.

Pendant le récit auquel je viens de me livrer, je n'ai point parlé de
la situation intérieure de la France, époque de la grande terreur;
jamais elle n'avait été aussi déplorable. Ma présence à l'armée n'avait
pas préservé ma famille de la persécution générale: plusieurs de mes
parents avaient émigré; les autres, et en particulier mon père et mon
oncle, arrêtés, gémissaient dans le château de Dijon. De sages
précautions ordonnées par mon père m'empêchèrent de l'apprendre; car il
redoutait beaucoup l'influence que pouvait avoir sur ma conduite cette
triste nouvelle. Mais, si le déchaînement des basses classes et le
gouvernement de la populace faisaient naître chaque jour dans
l'intérieur des scènes de désolation, si le sang ruisselait partout sur
les échafauds, si les armées du Nord même n'étaient pas à l'abri de ces
moyens de terreur employés par le pouvoir, l'armée d'Italie de cette
époque respirait en liberté. Excepté les massacres de Toulon, dont j'ai
rendu compte, aucun acte arbitraire, aucune destitution même n'eut lieu,
à ma connaissance, pendant les six mois qui s'écoulèrent jusqu'au 9
thermidor: espèce de phénomène que la vérité oblige de reconnaître pour
l'ouvrage du général Bonaparte, qui employa utilement, et avec un grand
succès, son influence sur l'esprit des représentants. Éloigné par
caractère de tous les excès, il avait pris les couleurs de la
Révolution sans aucun goût, mais uniquement par calcul et par ambition.
Son instinct supérieur lui faisait dès ce moment entrevoir les
combinaisons qui pourraient lui ouvrir le chemin de la fortune et du
pouvoir; son esprit, naturellement profond, avait déjà acquis une
grande maturité. Plus que son âge ne semblait le comporter il avait
fait une grande étude du coeur humain: cette science est d'ailleurs,
pour ainsi dire, l'apanage des peuples à demi barbares, où les familles
sont dans un état constant de guerre entre elles; et, à ces titres, tous
les Corses la possèdent. Le besoin de conservation, éprouvé dès
l'enfance, développe dans l'homme un génie particulier: un Français, un
Allemand et un Anglais seront toujours très-inférieurs sous ce rapport,
toutes choses égales d'ailleurs en facultés, à un Corse, un Albanais ou
un Grec, et il est bien permis de faire entrer encore en ligne de
compte l'imagination, l'esprit vif et la finesse innée qui
appartiennent comme de droit aux Méridionaux, que j'appellerai les
enfants du soleil. Ce principe, qui féconde tout et met tout en
mouvement dans la nature, donne aux hommes venus sous son influence
particulière un cachet que rien ne peut effacer. Il faut dire aussi que
Bonaparte, en employant son crédit à garantir les généraux et les
officiers de l'armée d'Italie des horreurs dont ailleurs ils étaient
les victimes, trouva à exercer son empire sur des hommes qui n'étaient
pas sanguinaires, et qui même avaient des moeurs assez douces: le nom de
l'un d'eux, Robespierre le jeune, effrayait, mais il effrayait à tort;
car, dans le temps des massacres, on lui dut beaucoup: il était simple
et même raisonnable d'opinion, au moins par comparaison avec les folies
de l'époque, et blâmait hautement tous les actes atroces dont les
récits nous étaient faits. Il ne voyait et ne jugeait que par Bonaparte;
sans doute celui-ci avait vu d'abord en lui l'élément de sa grandeur
future. Salicetti et un nommé Ricors étaient les deux autres
représentants.

Le 9 thermidor arrivé et Robespierre renversé, la France est soulagée
de la tyrannie; mais une réaction va avoir lieu, car, dans ces temps
d'exécrable mémoire, on ne sort d'un excès que pour tomber dans un
autre. Tout ce qui avait paru en rapport avec le parti écrasé doit
trembler: Robespierre le jeune ayant, par un sentiment de fausse
générosité, suivi volontairement la destinée de son frère, Bonaparte,
en raison de ses liaisons avec lui, fut considéré comme criminel par
les vainqueurs, et les nouveaux représentants, parmi lesquels Albitte,
arrivés à l'armée d'Italie, le suspendirent de ses fonctions,
ordonnèrent son arrestation et son envoi à Paris. Provisoirement mis
sous la garde de trois gendarmes par considération pour ses services et
par respect pour l'opinion établie sur son compte, il fut décidé qu'il
resterait ainsi jusqu'à son départ: mais le départ, c'était la mort, et
nous étions bien décidés à l'empêcher.

Parmi les accusations dirigées contre lui, on fit valoir son voyage à
Gênes: il se justifia bientôt en en faisant connaître l'objet et en
donnant la preuve que ce voyage lui avait été ordonné. Il remua ciel et
terre: Salicetti lui fut favorable et contribua à le sauver. Après huit
ou dix jours d'angoisses, il fut mis en liberté et rendu à ses
fonctions. Son envoi à Paris ayant été très-probable, nous étions
décidés à l'empêcher à tout prix, vu ses conséquences infaillibles. À
l'instant où le départ serait ordonné, nous devions, Junot, son aide de
camp, moi et un nommé Talin, tuer les gendarmes s'ils faisaient
résistance, et nous rendre dans le pays de Gênes avec lui. Toutes les
dispositions étaient prises, mais l'exécution de ce projet ne fut pas
nécessaire. En m'occupant de ces arrangements, j'étais frappé de ce
caprice du sort qui nous faisait regarder comme notre asile et notre
seul moyen de salut ce même lieu dont l'hospitalité avait été employée
par nous, il y avait bien peu de temps, à tramer sa propre ruine.

Il n'est pas sans intérêt de faire connaître comment Bonaparte jugea la
chute de Robespierre. Il la regarda comme un malheur pour la France,
non assurément qu'il fût partisan du système suivi (sa mémoire est
au-dessus de pareille accusation et je crois l'avoir justifiée
d'avance), mais parce qu'il supposait le moment d'en changer imminent:
l'isolement de Robespierre, qui depuis quinze jours s'absentait du
comité de sûreté générale, en était à ses yeux l'indication. Il m'a dit
à moi-même ces propres paroles: «Si Robespierre fût resté au pouvoir,
il aurait modifié sa marche: il eût rétabli l'ordre et le règne des
lois; on serait arrivé à ce résultat sans secousses, parce qu'on y
serait venu par le pouvoir; on prétend y marcher par une révolution, et
cette révolution en amènera beaucoup d'autres.»

Sa prédiction s'est vérifiée: les massacres du Midi, exécutés
immédiatement au chant du _Réveil du Peuple_, l'hymne de cette époque,
étaient aussi odieux, aussi atroces, aussi affreux que tout ce qui les
avait devancés.

Le général Bonaparte, rentré en fonctions, chercha à retrouver son
influence; mais, pour y arriver, il fallait de l'activité: c'était à la
besogne que se déployait sa supériorité. Dans le repos, dans le calme,
chacun est l'égal de son voisin; et souvent l'homme dépourvu de toute
espèce de mérite a les plus hautes prétentions, et même plus de chances
de fortune. Mais aussi avec quel empressement, quand une crise arrive,
et la guerre ne se compose que de crises, l'amour-propre se tait devant
l'intérêt de la conservation! Les hommes ayant la conscience de leur
force et de leur capacité doivent donc ardemment désirer de voir naître
les occasions de mettre en valeur leur mérite et d'acquérir les moyens
de s'emparer de la position dont ils sont dignes, et que la médiocrité,
hors le moment de la nécessité, leur refusera toujours plus qu'à tout
autre.

Le général Bonaparte, désirant à tout prix commencer une véritable
campagne de guerre, proposa de pénétrer en Piémont par le point le plus
bas des Apennins, le point où cette chaîne se rattache à celle des
Alpes, par Carcare. On fit cette tentative: on pénétra jusqu'au bourg
de Cairo, où l'on battit l'ennemi le cinquième jour complémentaire de
l'an III (21 septembre 1794); mais le représentant du peuple Albitte
s'effraya: ce mouvement offensif était au-dessus de sa compréhension;
il lui parut compromettre sa sûreté personnelle, et les intérêts d'une
vie si précieuse nous ramenèrent sur Savone et sur Vado. C'est
précisément par ce même débouché que s'est ouverte l'immortelle
campagne de 1796. Nous fîmes seulement alors, pour ainsi dire,
l'esquisse de ce premier mouvement.

Mais le général Bonaparte ne pouvait pas si facilement renoncer à
l'espoir d'agir. Il conçut alors l'idée assez étrange d'une expédition
maritime destinée contre la Toscane, et vingt-cinq mille hommes furent
embarqués sous les ordres du général Mouret, homme tout à fait
incapable. Depuis, je l'ai vu à la tête d'une demi-brigade de vétérans,
et ce poste était bien plus en rapport avec ses facultés qu'un pareil
commandement. Le général Bonaparte commandait l'artillerie de cette
expédition, dont je faisais partie, étant chargé de la direction d'un
petit équipage de pont. Nous nous embarquâmes sur des vaisseaux de
transport, et l'état-major de l'artillerie, auquel j'appartenais, était
placé sur le brick l'_Amitié_.

Très-heureusement on crut prudent de subordonner la sortie du convoi
portant la plus grande partie des troupes à la bataille navale que
devait gagner l'escadre pour ouvrir le chemin. L'escadre sortit, et
nous restâmes. L'amiral Martin rencontra les Anglais dans les eaux de
Gênes. Un combat s'engagea; deux vaisseaux français, le _Ça ira_ et le
_Censeur_, tombèrent au pouvoir de l'ennemi. L'escadre se réfugia au
golfe de Juan, et nous débarquâmes, à notre grande satisfaction, car
personne n'augurait bien de l'entreprise.

Ici commence un nouvel ordre de choses pour le général Bonaparte. Il
était brusquement sorti de l'obscurité; son existence avait grandi avec
une extrême rapidité; la fortune paraissait caresser son avenir, et
tout à coup elle l'abandonne. Nous allons le voir arrêté dans sa
carrière, contrarié dans toutes ses combinaisons et déçu dans ses
espérances; mais ces déceptions ne seront qu'un calcul de la fortune,
le menant, par des voies détournées, à la grandeur et à la puissance,
car c'était l'y faire arriver que de le mettre en présence des
occasions favorables. L'avenir est tellement caché aux yeux des faibles
mortels, nos prévisions sont si fréquemment en défaut, que souvent la
réalisation de nos voeux les plus chers est la cause de notre perte,
tandis que les contrariétés apparentes nous amènent plus tard à la plus
grande prospérité. Beaucoup d'officiers corses servaient à l'armée
d'Italie; elle en était, pour ainsi dire, inondée. Les Corses sont
belliqueux; leur pays était voisin; la prise de possession de Bastia
par les Anglais avait rejeté en France tout ce qui tenait à la
Révolution, et la présence d'un représentant corse à l'armée les y avait
attirés. Le gouvernement y trouva des inconvénients, et résolut de les
disperser en les répartissant dans les différentes armées. Par suite de
cette mesure, le général Bonaparte reçut la mission d'aller commander
l'artillerie de l'armée de l'Ouest, en conséquence d'un travail fait et
arrêté sur le rapport d'un membre du comité de salut public, Dubois de
Crancé. Cette disposition parut un coup funeste au général Bonaparte,
et chacun en porta le même jugement. Il quittait une armée en présence
des étrangers pour aller servir dans une armée employée dans les
discordes civiles. On pouvait espérer raisonnablement que la première
serait appelée à frapper de grands coups, à faire des entreprises
importantes et glorieuses; dans l'autre, aucune perspective brillante
n'était offerte: des services obscurs, pénibles, quelquefois déchirants,
étaient la seule chose à prévoir. Il avait fait sa réputation par ses
actions; mais ses actions n'avaient pas encore assez d'éclat pour faire
arriver sa renommée hors de l'enceinte de l'armée où il avait servi; et,
si son nom était prononcé de Marseille à Gênes avec estime et
considération, il était inconnu à Paris et même à Lyon. Ce changement
de destination devait donc lui paraître une véritable fatalité, et il
ne s'y soumit qu'avec le plus vif regret. J'étais resté à l'armée
d'Italie par attachement pour lui; je l'admirais profondément; je le
trouvais si supérieur à tout ce que j'avais déjà rencontré en ma vie,
ses conversations intimes étaient si profondes et avaient tant de
charmes, il y avait tant d'avenir dans son esprit, que je ne me
consolais pas de son départ prochain. Mon poste naturel était à l'armée
des Pyrénées occidentales, où servait ma compagnie; j'avais été retenu
à l'armée d'Italie extraordinairement, sur sa demande; il me paraissait
tout simple de le suivre; il me le proposa, et, sans aucun titre
régulier, sans autre ordre que le sien, je me décidai à l'accompagner.
Nous convînmes qu'il se reposerait dans son voyage, en s'arrêtant
quelques jours dans ma famille. Je l'y précédai, et il fut reçu avec
empressement et admiration par mon père et ma mère, auxquels j'avais
déjà communiqué les sentiments qui m'animaient.

Je passai quatre jours à Châtillon, et je partis avec lui pour Paris.
Ce retard de quatre jours sembla lui avoir été funeste: la veille de
son arrivée, un nouveau travail avait été signé, et ce travail
l'excluait du service de l'artillerie. Un nommé Aubry, membre du comité
de salut public, ancien officier d'artillerie, rempli de passion contre
les jeunes officiers de son arme, avait blâmé l'avancement de
Bonaparte. Chargé de revoir le travail de Dubois de Crancé, travail
ancien déjà de trois mois, il avait rayé Bonaparte du tableau du corps.
De tout temps il y a eu dans l'artillerie de grandes difficultés à un
avancement extraordinaire, et rien encore n'avait motivé la nécessité
de s'écarter de l'usage. Si les circonstances avaient paru expliquer la
fortune de Bonaparte, elles n'étaient guère appréciées à une aussi
grande distance du théâtre des événements, et un homme comme Aubry, qui
n'avait pas fait la guerre, ne pouvait pas les comprendre. Au contraire,
il devait apporter et il apporta dans cette affaire les passions
résultant de l'âge et des préjugés. Aubry fut donc sourd aux
représentations, et repoussa impitoyablement les réclamations de
Bonaparte, appuyées par tous ceux qui l'avaient vu à l'armée. Ces
démarches, faites cependant avec toute l'activité de son esprit, toute
l'énergie de son caractère, n'obtinrent aucun succès.

Nous voilà donc à Paris tous les trois: Bonaparte sans emploi, moi sans
autorisation régulière, et Junot attaché comme aide de camp à un
général dont on ne voulait pas se servir, logés à l'hôtel de la Liberté,
rue des Fossés-Montmartre; passant notre vie au Palais-Royal et aux
spectacles, ayant fort peu d'argent et point d'avenir. À cette époque,
nous trouvâmes à Paris Bourrienne; il avait connu Bonaparte à l'école
militaire de Brienne, et se lia avec nous.

Certes, Bonaparte pouvait se confirmer dans l'idée d'être persécuté par
la fortune, et cependant il approchait à son insu des grandeurs. On
offrit à Bonaparte de l'employer dans la ligne, c'est-à-dire de lui
donner le commandement d'une brigade d'infanterie, et il refusa avec
dédain cet emploi. Ceux qui n'ont pas servi dans l'artillerie ne
peuvent pas deviner l'espèce de dédain qu'avaient autrefois les
officiers d'artillerie pour le service de la ligne; il semblait qu'en
acceptant un commandement d'infanterie ou de cavalerie, c'était
déchoir. L'esprit de corps doit rehausser à nos yeux notre métier, mais
encore faut-il mettre quelque discernement et quelque justice dans ses
jugements. De longues guerres et des exemples de grandes fortunes
militaires, commencées dans l'artillerie et terminées à la tête des
troupes, ont pu seuls modifier l'opinion du corps à cet égard. J'ai été,
comme un autre, subjugué pendant quelque temps par ce préjugé; mais je
ne puis encore comprendre que Bonaparte, avec son esprit supérieur, une
ambition si vaste, une manière si remarquable de lire dans l'avenir, y
ait été soumis un seul moment. La carrière de l'artillerie est
nécessairement bornée: ce service, toujours secondaire, a beaucoup
d'éclat dans les grades subalternes, mais l'importance relative de
l'individu diminue à mesure qu'il s'élève. Le grade brillant
d'artillerie est celui de capitaine: aucune comparaison à faire entre
l'importance d'un capitaine d'artillerie et d'un capitaine de toute
autre arme. Mais un colonel d'artillerie est peu de chose à l'armée,
comparé à un colonel commandant un beau régiment d'infanterie ou de
cavalerie, et le général d'artillerie de l'armée n'est que le
très-humble serviteur du général commandant une simple division.

Bonaparte, encore sous l'empire des préjugés de son éducation, refusa
donc formellement le commandement offert. Résolu à attendre, il eut
l'étrange velléité d'essayer une nouvelle carrière, à laquelle
assurément il n'était pas propre. Quelques spéculations, faites par
l'entremise et le concours de Bourrienne, lui firent perdre en peu de
moments le peu d'assignats qu'il avait rapportés de l'armée. Ce
Bourrienne, dont j'aurai l'occasion de parler plus tard, avait une
très-grande capacité, mais il est un exemple frappant de cette grande
vérité: que les passions nous conseillent habituellement fort mal. En
nous inspirant une ardeur immodérée pour atteindre un but déterminé,
elles nous le font souvent manquer. Bourrienne aimait immodérément
l'argent; avec ses talents et sa position auprès de Bonaparte, à
l'aurore de sa grandeur, avec la confiance de celui-ci et la
bienveillance véritable qu'il lui portait, en quelques années il serait
arrivé à tout, et comme fortune et comme position sociale; mais son
avide impatience a étouffé son existence au moment où elle pouvait se
développer et grandir.

Toutefois le commerce n'était pas mon fait, et, quand je vis Bonaparte
renoncer à servir, je lui demandai la permission de retourner à
l'armée. L'armée française du Rhin occupait des lignes devant Mayence,
et l'on parlait de faire le siége de cette forteresse. C'était une
grande école pour un jeune officier d'artillerie, et mon ambition fut
d'y être employé. En ce moment les affaires de l'artillerie étaient
entre les mains de Lacombe Saint-Michel. Le général Dulauloy, homme
fort à la mode, aimable et obligeant, était son favori; j'allai lui
présenter ma requête. «Comment, me dit-il, vous demandez d'aller à
l'armée quand chacun sollicite d'en revenir? Je sais mieux ce qu'il
vous faut, j'ai votre affaire; on va établir une fonderie de canons à
Moulins, je vous y ferai employer.

«--Je vous rends grâce, mon général, lui répondis-je, de votre intérêt
et de vos bontés; mais permettez-moi d'insister: quand la paix sera
venue, j'aurai tout le temps de voir fondre des canons; il faut à
présent apprendre à m'en servir, et mon intention, comme mon espérance,
est de faire la guerre tant qu'elle durera.»

Il y avait à cette époque beaucoup de dégoût, et, la ferveur que je
montrais étant peu commune, mes désirs furent bientôt satisfaits: on me
donna des lettres de service pour être employé au corps devant Mayence.
Je fis mes petits équipages, et, comme j'ai toujours eu une manière de
magnificence, j'achetai une jolie chaise de poste, un bel équipage de
cheval, de très-bonnes cartes, et tout ce qu'il me fallait pour
paraître convenablement sur le nouveau théâtre où je me rendais; mes
finances avaient pu pourvoir à tout, et il me restait, en partant de
Paris, des assignats en abondance, et une réserve de dix louis en or
qui composait ma véritable richesse.

Le général Bonaparte, en approuvant ce parti, me tint à peu près le
langage suivant: «Vous avez raison de quitter Paris pour aller à
l'armée; vous avez de l'expérience à acquérir, des grades à mériter,
votre fortune militaire à faire. Moi, je suis momentanément arrêté dans
ma carrière, mais les obstacles ne seront pas, je l'espère, de longue
durée; un emploi obscur dans la ligne me ferait déchoir; il faut que
des circonstances plus favorables se présentent pour que je reparaisse
sur la scène d'une manière plus digne et plus convenable, et nous nous
retrouverons plus tard: ainsi grandissez en capacité, ce sera au profit
de notre avenir commun.»

Il me chargea d'emmener avec moi son frère Louis, et de le déposer à
Châlons en le recommandant à mes anciens professeurs de l'école
d'artillerie et à plusieurs des chefs, sous lesquels j'avais servi, qui
s'y trouvaient encore. Louis avait toujours dû entrer dans l'artillerie,
il allait à Châlons pour compléter ses études et subir ses examens:
les événements qui survinrent bientôt et la grandeur de son frère le
rappelèrent peu de mois après à Paris.

Je voyageai comme une espèce de seigneur. J'avais un domestique venu
avec moi du camp de Tournoux, et je cheminais gaiement, car mes voeux
les plus chers s'accomplissaient; j'allais enfin à la véritable guerre.
Tout ce que j'avais vu jusque-là, excepté une action devant Toulon,
était si peu de chose! Mes assignats pourvoyaient en route à mes
besoins; il me semblait posséder un trésor inépuisable; mais mon
illusion ne devait pas être de longue durée. Arrivé à la poste la plus
voisine de Metz, à Gravellotte, le maître de poste me déclara que les
assignats n'avaient plus cours, et que je devais payer mes chevaux en
argent: terrible contre-temps sans doute; mais il fallut se soumettre à
cette décision et entamer ma réserve de dix louis.

En arrivant à Strasbourg, où je ne connaissais personne, mon trésor
était réduit à trente-six francs. Je me fis descendre à la meilleure
auberge; comme moyen de crédit, je me hâtai de me défaire du superflu
de mon équipage, ce qui augmenta un peu mes ressources, et de me mettre
en route pour me rendre dans les lignes de Mayence. Il ne m'en a jamais
coûté, dans tout le cours de ma vie, pour réduire mon existence au
niveau de mes moyens; si j'ai quelquefois été très-magnifique, c'était
moins par goût que par devoir, et je croyais servir mieux ainsi les
intérêts dont j'étais chargé: parmi les hommes parvenus à une position
élevée, je suis certainement un de ceux qui ont le moins de besoins
personnels. Le général de division Dorsner, commandant l'artillerie de
l'armée, m'accueillit avec intérêt et bonté, et me fit prêter deux
chevaux d'artillerie pour me conduire à Mayence; une feuille de route
assura ma subsistance par la distribution journalière de mes rations,
et je partis pour le quartier général d'Ober-Ingelheim. La veille du
jour où je le rejoignis, j'étais couché dans un moulin, et, par
économie, je portais en route mon plus vieil habit; mon fidèle Joseph,
couché dans ma voiture, gardait mes équipages, mais un sommeil trop
profond l'empêcha de remplir sa consigne: des voleurs, au milieu de la
nuit, enlevèrent la vache de ma voiture et me dépouillèrent
complétement. Je perdis ainsi tout ce que je possédais au moment où
j'allais en avoir le plus besoin: c'était échouer au port.

L'armée, devant Mayence, était composée de trois divisions: celle de
droite, commandée par le général Courtot, avait son quartier général à
Oppenheim; celle du centre, par le général Gouvion Saint-Cyr, à la
Maison de chasse; et celle de gauche, par le général Renaud, à
Feintheim: le général de division Schâll commandait le corps d'armée.
Ancien officier du régiment de Nassau, homme de détail, il ne manquait
pas d'esprit; mais il n'avait aucune des qualités nécessaires au
commandement en chef. Le génie était sous les ordres du colonel
Chasseloup-Laubat, dont j'aurai souvent l'occasion de parler dans ces
_Mémoires_: cet officier est, sans contredit, l'_ingénieur_ de la
grande époque où j'ai vécu, car il a exécuté les plus importants et les
plus grands travaux faits pendant l'Empire. Enfin l'artillerie était
commandée par le général Dieudé: celui-ci était une espèce de nain,
haut de quatre pieds environ, d'une laideur repoussante, et le plus
ridicule personnage que j'aie jamais rencontré; je fus chargé de
remplir près de lui les fonctions de chef de l'état-major.

L'armée du Rhin, en venant se poster devant Mayence à la fin de la
dernière campagne, dut nécessairement s'y retrancher; il eût été plus
sage de prendre une position assez éloignée pour éviter toute surprise;
l'armée aurait pu être pourvue convenablement et y rester en sûreté
sans être écrasée de service. La position sur la Pfrim et sur la Nahe
semblait être indiquée. Ces positions, les seules à prendre, couvraient
à la fois le Hundsruck et le Palatinat; mais on crut imposer à l'ennemi
en se mettant presque à portée de canon de Mayence, comme si une
circonvallation semblable ne devait pas être ajournée au moment d'un
siège, et comme si le siège de Mayence pouvait être raisonnablement
entrepris avant d'avoir passé le Rhin et bloqué Castel. Mais
l'ignorance qui présidait à toutes les opérations de cette époque en
avait autrement ordonné, et Mayence avait été bridée par des travaux
immenses, les plus grands de cette espèce exécutés dans les temps
modernes, et dont le développement était de plus de trois lieues;
portion en retranchements continus couverts par des ouvrages avancés,
et portion en ouvrages détachés; ceux de Montbach, à la gauche, étaient
de la nature de ces derniers et se composaient d'ouvrages placés en
échiquier. Ces lignes étaient précédées, dans toute leur étendue, de
trente-six mille trous de loup; plus de deux cents pièces de canon les
armaient, mais très-peu de ces pièces étaient attelées. Toutes les
espérances de l'armée étaient dans les succès de l'armée de
Sambre-et-Meuse, occupant le bas Rhin depuis Neuwied jusqu'à Cologne et
Düsseldorf, et destinée à franchir ce fleuve. Le passage s'effectua de
vive force, grâce à la vigueur du général Kléber, et Dusseldorf tomba
entre nos mains. L'armée autrichienne évacua les montagnes de la
Vétéravie et se porta en Franconie; l'armée française la suivit et jeta
un fort détachement sur Castel pour bloquer Mayence sur la rive droite.
L'arrivée de ces troupes fut un grand objet de joie pour nous; elle
offrait un magnifique spectacle du haut de Sainte-Croix, d'où nous
pûmes en jouir.

C'était le signal du commencement de nos travaux. Un équipage de siége,
préparé sur les derrières de l'armée à Alzey, fut mis en mouvement. En
attendant le commencement d'un siége régulier, on improvisa un
bombardement avec des obusiers, et je fus chargé, avec vingt-quatre
obusiers de campagne, de venir insulter la ville. J'avais reconnu un
pli de terrain où l'on pouvait se loger au-dessous de la redoute dite
de Merlin: une nuit fut employée à cette opération. Un millier d'obus
fut jeté sans produire aucun effet; un léger incendie signala seulement
nos impuissants efforts. Le moment semblait approcher où nos
entreprises acquerraient un caractère plus sérieux; mais les succès de
l'armée de Sambre-et-Meuse ne devaient pas être de longue durée. Cette
armée avait proposition sur le Mein et sur la Nidda, sa gauche appuyée
à la ligne de neutralité garantie par les Prussiens. Pendant ce temps,
Manheim était tombé en notre pouvoir; un ridicule mouvement offensif,
exécuté sur Heidelberg avec une faible partie de l'armée du Rhin, avait
amené un revers; si trente mille hommes de cette armée l'eussent
exécuté avec ensemble, la jonction des deux armées devenait facile,
l'armée de Sambre-et-Meuse eût pu passer le Mein sans obstacle, et
cette jonction nous rendait maîtres de la campagne. Une grande partie
des échelons de l'armée de Sambre-et-Meuse aurait dû être rappelée;
cette armée, en prenant sa ligne d'opération un peu au-dessus de
Mayence, l'aurait beaucoup raccourcie et rendue très-sûre, et les deux
armées réunies auraient sans doute repoussé l'armée de Clerfayt et de
Wurmser jusqu'en Franconie et au delà des montagnes de la forêt Noire:
au lieu de cela, on resta stupidement divisé; tandis que l'ennemi,
après avoir réuni ses forces et violé la ligne de neutralité, tourna la
gauche de l'armée de Sambre-et-Meuse et la força à une retraite si
précipitée, qu'une portion des troupes placées devant Castel ne put la
rejoindre et dut passer le Rhin par le pont volant de communication
construit au-dessous de Mayence, en arrière des ouvrages de Montbach.
L'armée de Sambre-et-Meuse se retira en partie sur Neuwied, où elle
repassa le Rhin, et en partie sur la Lahn. Dès lors le siége de Mayence
devenait impossible, et on y renonça. L'équipage d'artillerie de siége,
amené à grand'peine, fut renvoyé de même.

Mais ensuite revenait la question de savoir s'il était possible de
garder pendant l'hiver les lignes de Mayence, et si les souffrances des
troupes et leur misère ne forceraient pas à les évacuer. S'il en était
ainsi, il était sage de s'y préparer de bonne heure, d'en retirer
d'avance un matériel considérable non attelé, qu'un mouvement prompt et
forcé livrerait à l'ennemi. Un officier fut envoyé auprès du général
Pichegru pour lui faire toutes ces représentations; le général y fit
droit et ordonna l'évacuation de l'artillerie: le transport commencé
fut interrompu; puis arriva l'ordre de ramener la partie déjà enlevée.
Ces divers mouvements achevèrent d'exténuer le petit nombre de chevaux
d'artillerie qui nous restait; enfin, le lendemain du jour où la
dernière pièce de canon avait été remise dans les lignes, une attaque
générale de l'ennemi nous en chassa. Ce combat fut court, l'ennemi dut
son succès moins à son courage qu'au dégoût de l'armée, à la résolution
où étaient les soldats de ne pas passer un second hiver devant Mayence,
après avoir tant souffert pendant la durée du premier, et le combat ne
fut qu'une déroute volontaire. Effectivement, le 7 brumaire (29 octobre
1795), à sept heures du matin, la nouvelle arriva à Ober-lngelheim que
l'ennemi était sorti de Mayence et attaquait les lignes dans tous leurs
développements. En un moment j'étais à cheval et lancé au galop pour me
rendre au centre des lignes, partie la plus rapprochée; mais, quelque
diligence que j'eusse faite, il était trop tard: arrivé près du village
de Feintheim, je vis toute l'armée à la débandade, chaque corps se
retirant pour son propre compte, et sans accord ni ensemble. J'étais au
milieu d'un régiment de grosse cavalerie qui fuyait; je le ralliai;
mais, m'étant trouvé bientôt à la queue, je fus enveloppé par des
hussards autrichiens; je me défendis un moment contre trois d'entre eux,
et je fus délivré de ce combat inégal, où j'allais succomber, par un
trompette du régiment que j'avais rallié. Nulle part on ne tint. Le
centre seul, commandé par Gouvion Saint-Cyr, se retira avec ordre et
couvrit la retraite de la gauche; tout le matériel non attelé fut
abandonné à l'ennemi. Il ne me resta autre chose à faire qu'à présider
à la destruction des pièces et approvisionnements d'artillerie qui
allaient encore tomber au pouvoir de l'ennemi: je parvins en partie à
l'exécuter, et je suivis, avec le général Dieudé, le mouvement de
l'armée, dont la masse se réunit sur la rive droite de la Pfrim.

La déroute de l'armée avait commencé par la droite des lignes; un
intervalle de quelques centaines de toises restait ouvert entre les
lignes et le Rhin: cette faute n'aurait eu aucune conséquence si un
général capable et des troupes suffisantes et convenablement disposées
eussent été chargés de défendre cette partie de la position. En effet,
un corps, après avoir pénétré par cette trouée, aurait dû être détruit
par la moindre réserve qui l'aurait pris en flanc, tandis que les
lignes auraient été conservées; mais rien n'avait été prévu, et la
terreur se mit dans les esprits à l'apparition de l'ennemi sur ce
point: elle fut augmentée par la présence de quatre ou cinq cents
hommes qui passèrent le Rhin et se portèrent sur la rive gauche en
arrière des lignes. Cependant les premières attaques directes avaient
été repoussées, et les ennemis, ayant perdu du monde en face de nos
retranchements, s'étaient d'abord repliés. Au moment où la droite fut
tournée et où nos troupes évacuaient leurs positions, la raison et le
bon sens devaient leur faire faire un changement de front en arrière à
droite pour se replier sur le centre, qui les aurait soutenues; mais
tout le monde perdit la tête: généraux et officiers, chacun opéra pour
son propre compte, sans s'occuper ni de couvrir le reste de l'armée, ni
de recevoir aucun appui. La division Courtot se rendit d'une traite à
Kircheim-Poland, au pied des Vosges, et, par un chassé-croisé, se
trouva être à la gauche de l'armée au lieu d'être à sa droite, et à
douze lieues en arrière.

Le centre, commandé par Gouvion Saint-Cyr, exécuta ce que la division
Courtot aurait dû faire, rappela sa droite, se présenta parallèlement à
l'ennemi, se retira en bon ordre, fit sa retraite lentement, sans être
entamé, et couvrit ainsi la gauche, sans cela fort compromise, et le
surlendemain prit position sur la Pfrim, après être entré en
communication avec la division qui bordait le Rhin vers Oppenheim, et
vint se réunir à lui.

L'ennemi trouva dans les lignes cent quatre-vingts pièces de canon et
sept cents voitures d'artillerie: tout ce matériel tomba en son
pouvoir. Étonné de ses succès, il mit peu d'activité à en profiter; il
passa onze jours à contempler ses trophées. S'il eût suivi
immédiatement l'armée française, il l'aurait trouvée sans organisation,
sans artillerie, sans moyens de résistance, et, pour tout dire en un
mot, dans la plus grande confusion. Le 19 brumaire seulement (10
novembre) le général Clerfayt arriva pour nous combattre.

Pendant l'hiver précédent, et tandis que l'armée prenait poste devant
Mayence, elle s'était aussi présentée devant la tête du pont de Manheim,
ouvrage régulier devant lequel on avait ouvert la tranchée, et que
l'ennemi, après un simulacre de défense, avait évacué. Lorsque l'armée
de Sambre-et-Meuse eut opéré plus tard son passage et fait des
mouvements offensifs, on avait jeté des bombes dans Manheim, et cette
ville avait ouvert ses portes.

J'ignore les combinaisons qui en donnèrent si facilement la possession,
car Manheim était fortifié.

Le général Pichegru, soit par incapacité, soit dans l'intention de
faire manquer la campagne, avait laissé dans le haut Rhin une grande
partie de son armée avec le général Desaix; il la rappela cependant
quand les opérations furent commencées, mais si tard, qu'elle ne put
arriver à temps pour concourir au mouvement sur Heidelberg, mouvement
très-important pour préparer la jonction des deux armées, exécuté
seulement par une simple division (la division Dufour); une catastrophe
en fut le résultat. Les troupes du haut Rhin, arrivées après la
retraite de l'armée de Sambre-et-Meuse, ne s'occupèrent plus qu'à
couvrir Manheim. Wurmser, en force, resserra cette ville, et des
combats meurtriers eurent lieu à peu de distance de la place. Après la
déroute des lignes de Mayence, toute l'armée repassa le fleuve; on
laissa une simple garnison dans Manheim, commandée par le général de
division Montaigu, on se disposa à se battre sur la rive gauche et à
défendre la vallée du Rhin contre l'armée de Clerfayt, qui avait
débouché par Mayence. En rapprochant les divers événements arrivés tant
à Manheim qu'à Mayence, on conçoit d'autant moins la lenteur mise par
le général autrichien à continuer ses opérations.

Toutefois le commandement de l'avant-garde, réunie sur la Pfrim, fut
donné au général Desaix, et je fus chargé du commandement de son
artillerie. Je retrouvai là Foy, que j'avais quitté à l'école des
Élèves; il commandait sous mes ordres une compagnie d'artillerie à
cheval, et avait déjà acquis de la réputation. Le 19 brumaire (10
novembre), l'ennemi se présenta en force; on se battit une grande
partie de la journée en avant d'Alzey. C'était la première fois que je
voyais en ligne se mouvoir régulièrement, et avec les différentes armes
combinées, des troupes nombreuses. Nous tînmes tête à l'ennemi et nous
ne perdîmes aucune bouche à feu, bien que l'ennemi nous en eût démonté
plusieurs.

Nous fîmes notre retraite sur Frankendahl et sur Herxenheim: des
combats assez insignifiants nous ramenèrent successivement en avant de
Landau. L'armée s'établit dans les lignes de la Queich: le général
Desaix, avec sa division, se plaça de manière à couvrir Landau, à voir
l'ennemi et à rester en contact avec lui: il mit son quartier général
au village de Neusdorf, à une lieue en arrière de la petite ville de
Neustadt, qu'occupait l'ennemi.

Pendant toute cette campagne, le sort des officiers était extrêmement
misérable: les assignats n'ayant plus cours, on accordait à chaque
officier, depuis le sous-lieutenant jusqu'à l'officier général, huit
francs en argent par mois, tout juste cinq sous par jour. La jeunesse a
beaucoup de forces et de priviléges pour supporter la misère et les
souffrances, et je ne me rappelle pas que cet état de choses m'ait
donné un quart d'heure de chagrin; seulement, dépouillé, comme je l'ai
raconté plus haut, au commencement de la campagne, et manquant
absolument d'argent, je me vis obligé de réclamer des effets de magasin,
et, avec un bon que je dus faire viser au général en chef Pichegru, je
reçus deux chemises de soldat et une paire de bottes; c'est la seule
fois que j'aie parlé à ce général, dont la vie a été flétrie par de si
infâmes actions. Quoique très-jeune encore, j'avais assez réfléchi sur
les difficultés du commandement, pour m'étonner qu'un homme chargé
d'aussi grands intérêts fît assez peu cas de son temps pour l'employer
à un pareil usage. Depuis, je n'ai pas vu un seul homme distingué, et
capable de la conduite de grandes affaires, qui n'ait eu pour système
de s'affranchir de toute espèce de détails, et de s'en tenir à juger le
travail dont il avait chargé les autres. Et cette observation a été
toujours pour moi un thermomètre sûr de la capacité véritable des
hommes de réputation, comme de la médiocrité de ceux qui avaient des
habitudes contraires; jamais mon observation ne s'est trouvée en défaut.

Pendant cette courte et malheureuse campagne, j'avais eu l'occasion
d'approcher fréquemment le général Desaix; notre séjour à Neusdorf, à
quelques affaires d'avant-poste près, nous laissait dans un grand repos
et une grande oisiveté, et j'en profitai pour le voir tous les jours,
et d'une manière intime et familière. C'était un homme charmant,
possédant à la fois beaucoup d'instruction, de courage, de douceur et
d'aménité; j'avais pris un très-grand goût pour lui, et il me
témoignait beaucoup d'amitié. Sa conversation était remplie de
séduction, il aimait passionnément son métier et en parlait d'une
manière attachante. Je lui disais souvent qu'il y avait au monde un
homme encore inconnu, né avec le génie de la guerre, dont l'esprit, le
caractère, l'autorité, étaient choses transcendantes, et fait pour
éclipser tout ce qui avait brillé jusqu'alors, si la fortune le faisait
jamais arriver à la tête d'une armée; c'était de Bonaparte, comme on le
devine, que je lui parlais. Il me répondait toujours: «Mon cher Marmont,
vous êtes bien jeune pour porter un pareil jugement; peut-être l'amitié
vous aveugle; car, soyez-en sûr, le commandement d'une armée est ce
qu'il y a de plus difficile sur la terre; c'est la fonction qui exige
le plus de capacité dans un temps donné.» Il avait raison, mais mes
inspirations étaient justes.

J'ai laissé le général Bonaparte à Paris, sans avenir, sans projet fixe
et dans une grande oisiveté. Le gouvernement eut l'idée d'envoyer au
Grand Seigneur un officier général pour régulariser son artillerie et
recommencer à peu près la mission de M. de Tott, avec l'étrange
illusion de croire qu'il suffirait, pour rendre aux Turcs leur
puissance, de s'occuper de l'amélioration d'un service isolé. Toujours
est-il que M. de Pontécoulant, membre alors du comité de salut public,
proposa le général Bonaparte pour cette mission et le fit agréer.
Bonaparte indiqua plusieurs officiers pour l'accompagner, entre autres
Songis, Muiron et moi. Cette mission le faisait sortir d'un état de
repos pour lequel il était si peu fait, et l'enchantait; il voyait,
dans l'accomplissement de ce projet, le retour des faveurs de la
fortune; vain espoir! il fallait de l'argent pour partir, et, le trésor
public ne renfermant pas un sou, sa nomination fut ajournée. Mais,
tandis que chaque jour amenait une espérance que le lendemain faisait
disparaître, le temps s'écoulait, et des troubles civils allaient
brusquement et avec éclat mettre Bonaparte en évidence: on touchait au
13 vendémiaire.

Je n'entreprendrai pas de raconter ici les causes de cette révolution,
d'autres les savent beaucoup mieux que moi. Je dirai seulement que le
gouvernement de la Convention, n'étant plus soutenu par des supplices,
était tombé dans le mépris et l'abjection; tous les honnêtes gens en
désiraient ardemment la chute et le renversement; mais comment le
gouvernement serait-il remplacé? voilà ce que beaucoup de gens sensés
se demandaient. La Convention était séparée de l'opinion de Paris,
c'est-à-dire, au moins de l'opinion des habitants de la classe moyenne,
car la basse classe ne lui était point hostile; mais, si les troupes
étaient peu nombreuses, elles étaient fidèles et même passionnées, et,
avec des troupes animées d'un semblable esprit, des dispositions
raisonnablement faites, et surtout un homme qui consente à prendre sur
lui la responsabilité du sang versé, on peut, on doit espérer de
résister à une population nombreuse qui attaque.

Cet homme se trouva: Barras, ayant été presque toujours en mission aux
armées, s'était fait une espèce de réputation militaire; la Convention
lui donna le commandement des troupes. Barras se rendait justice, et
connaissait toute son incapacité; mais, dans le danger, les hommes ont
souvent des inspirations soudaines, et ils voient tout à coup celui qui
peut les sauver. Bonaparte avait laissé, depuis le siége de Toulon,
dans la mémoire de tous ceux qui l'avaient vu à la besogne, une
conviction profonde de son caractère et de sa haute capacité. Barras se
rappela Bonaparte, le fit nommer commandant en second sous lui,
c'est-à-dire qu'il se mit sous sa tutelle. Bonaparte accepta avec joie,
il entrait en scène: en peu d'heures, de sages dispositions furent
prises, et, bientôt après, le feu s'engagea. Les bourgeois de Paris,
toujours persuadés dans le calme qu'ils sont des héros, furent
dispersés à l'apparition du danger: il en sera toujours de même en
pareil cas, quand l'opinion ne viendra pas immédiatement dissoudre les
forces qui leur sont opposées, et que la basse classe ne sera pas leur
auxiliaire. Mais on trouve rarement des hommes qui osent encourir cette
grande responsabilité, de verser le sang de leurs concitoyens. Les
haines publiques, une fois allumées, ne s'éteignent pas facilement, et
le triomphe d'un moment peut être payé du repos de toute la vie; il
faut des caractères d'une trempe supérieure, ou un sentiment profond de
ses devoirs, pour oser la braver.

Le choix de Bonaparte dans le parti à prendre ne pouvait pas être
douteux: d'un côté, ses amis et une autorité quelconque destinée à
fonder quelque chose de régulier; de l'autre, incertitude, confusion,
anarchie et bouleversements sur bouleversements. Nous avons vu
d'ailleurs sa doctrine à l'occasion de la mort de Robespierre. Elle
consacrait que les changements doivent venir d'en haut et non d'en bas;
que le pouvoir doit se modifier sans laisser de lacune dans son
exercice: et la circonstance actuelle était bien pire, puisque, lors de
la révolution du 9 thermidor, la Convention, en qui résidait alors le
principe du pouvoir, était conservée, tandis que, si aujourd'hui les
sections triomphaient, il n'y aurait nulle part aucun pouvoir reconnu.
Il accepta donc avec joie le poste offert, et il sauva la Convention.

Barras, qui savait tout ce qu'il lui devait, Barras, dont les goûts
antimilitaires, dont la vie molle et voluptueuse était peu en harmonie
avec les devoirs dont il se trouvait chargé, crut payer la dette de sa
reconnaissance en faisant nommer Bonaparte à sa place au commandement
de l'armée de l'intérieur; ainsi Bonaparte arrive presque inopinément à
une situation très-élevée, et ce résultat vient de toutes les
infortunes qui l'ont poursuivi et dont il a souvent gémi, car, si une
disposition générale ne lui eût pas fait quitter l'armée d'Italie, il
aurait continué à y servir avec considération, mais d'une manière
subordonnée, puisqu'il n'était pas dans les usages et dans la nature
des choses qu'un simple général d'artillerie fût choisi pour commander
une armée; s'il n'eût pas été rayé du tableau de l'artillerie par Aubry,
il aurait été enfoui dans l'Ouest avec ses talents supérieurs, et
jamais il n'aurait pu sortir de la plus profonde obscurité. Enfin, si
la mission pour Constantinople, si vivement désirée, lui eût été
confiée, il aurait échappé à toutes les combinaisons de la fortune. Une
série de circonstances, fâcheuses en apparence, lui ouvre donc, en
réalité, la route qu'il va parcourir avec tant d'éclat. Grande leçon
pour savoir supporter, sans murmurer, les contrariétés que chacun
rencontre journellement dans sa carrière.

Bonaparte, devenu général en chef de l'armée de l'intérieur, se souvint
de moi et me fit nommer son aide de camp: je reçus l'ordre de le
rejoindre. La campagne était finie sur le Rhin; un armistice venait de
suspendre toute hostilité, et je me mis avec grande joie en route pour
rejoindre le général près duquel j'étais appelé à servir, et qui
possédait depuis longtemps mon admiration et mon affection. Je
voyageais lentement et par étapes; l'état de ma bourse ne me permettait
pas de le faire autrement. En arrivant à Claye, je fus logé près du
pont, chez une vieille femme qui me reçut de son mieux et me fit les
plus grandes prédictions sur ma fortune et mon avenir. Je n'ai jamais
beaucoup cru à de semblables prophéties; cependant celle-là ne m'est
jamais sortie de la mémoire. J'arrivai à Paris: je trouvai le général
Bonaparte établi au quartier général de l'armée de l'intérieur, rue
Neuve-des-Capucines, dans un hôtel dépendant aujourd'hui des affaires
étrangères. Il avait déjà un aplomb extraordinaire, un air de grandeur
tout nouveau pour moi, et le sentiment de son importance, qui devait
aller toujours en croissant. Assurément il n'était pas destiné par la
Providence à obéir, l'homme qui savait si bien commander! Il me revit
avec plaisir, me reçut avec amitié, et je m'établis dans le bel hôtel
ou il logeait pour y remplir mes nouvelles fonctions. Il me questionna
beaucoup sur la campagne que je venais de faire, et, peu de jours après
mon arrivée, il obtint pour moi le grade de chef de bataillon, auquel
je venais d'acquérir des droits. Depuis le 13 vendémiaire la
constitution dite de l'an III ayant été mise en activité, le
gouvernement se trouvait entre les mains du Directoire: c'est ce
pouvoir que je trouvai établi à Paris.

Singulier temps que cette époque: on sortait de la barbarie, de la
confusion et des massacres, et on avait, à juste titre, horreur des
temps précédents. Malgré cela, on avait maintenu, par la force, au
pouvoir ceux mêmes qui avaient concouru à tous ces maux. L'émigration
et des événements funestes avaient couvert la France de deuil, brisé la
société et rompu tous les liens de famille; mais la société tendait à
se reconstituer. Le Directoire unissait à une espèce de pompe la plus
grande corruption: Barras, l'un de ses membres, passait, à juste titre,
pour un homme débauché, et sa cour l'était par excellence. Quelques
femmes du monde, plus que suspectes, en faisaient l'ornement et se
consacraient à ses plaisirs; la reine de cette cour était la belle
madame Tallien. Tout ce que l'imagination peut concevoir fera à peine
approcher de la réalité: jeune, belle à la manière antique, mise avec
un goût admirable, elle avait tout à la fois de la grâce et de la
dignité; sans être douée d'un esprit supérieur, elle possédait l'art
d'en tirer parti et séduisait par une extrême bienveillance. On rendait
grâces à madame Tallien de la salutaire influence exercée par elle lors
du 9 thermidor; on ajoutait ainsi presque les hommages de la
reconnaissance publique au culte rendu à sa beauté. Tallien paraissait
alors vivre en bonne intelligence avec elle et jouissait d'une espèce
de gloire par suite du rôle qu'il venait de jouer: ainsi une action
dont la véritable cause était probablement le danger le plus pressant,
et le besoin d'y échapper, avait, dans l'opinion, tout l'éclat du
dévouement, c'est-à-dire de ce qu'il y a de plus sublime, de l'action
qui consiste dans le sacrifice de soi-même pour l'intérêt des autres.
Intime amie de madame Tallien et de Barras, madame de Beauharnais était
moins jeune et moins belle que sa compagne. Une dame de Mailli de
Château-Renaud, une dame de Navaille, et quelques autres femmes de
l'ancienne noblesse, formaient cette coterie et servaient tout à la
fois d'exemple et de mobile à la nouvelle société, mélange de grâce, de
corruption, de nonchalance et de légèreté, en un mot portant le
caractère de l'époque. Tout était cependant encore bien incomplet; à
peine existait-il quelques voitures, et la tenue des hommes n'était
guère en rapport avec les usages de la bonne compagnie de tous les pays
et de tous les temps.

Une chose que l'histoire consacrera, et où l'on trouve l'image des
moeurs de ce temps, c'est le bal connu sous le nom de bal _des
victimes_. Personne n'était en situation de faire les frais de
nombreuses réunions et de donner des bals; on voulait cependant
rappeler les plaisirs, et on eut l'étrange idée de faire une
souscription où étaient admis seulement les parents de ceux qui avaient
péri sur l'échafaud; ainsi, pour aller se réjouir et pour avoir le
droit de danser, il fallait apporter l'acte mortuaire de son père, de
sa mère, de son frère ou de sa soeur. On ne comprend pas comment
l'esprit et le coeur ont pu tomber dans une pareille aberration, et je
ne sais pas si ce spectacle, vu en moraliste, n'est pas plus affreux que
celui des massacres. Ceux-ci étaient terribles, le résultat des passions
déchaînées, de l'ivresse et de la fureur du peuple; mais ici ce sont les
classes élevées, des gens de moeurs douces, qui jouent avec les
souvenirs du crime.

Le général Bonaparte faisait assidûment sa cour au Directoire, et à
Barras en particulier. Il établit bientôt son ascendant sur Carnot et
sur les autres membres du Directoire, car, une fois en contact avec lui,
il était impossible d'y échapper. L'ordre de choses existant était
d'ailleurs son ouvrage, car le 13 vendémiaire l'avait fondé; mis
promptement et avec raison dans le secret des affaires de la guerre, il
fut consulté journellement sur celles de l'armée d'Italie; il
connaissait mieux que personne, et la valeur des hommes qui s'y
trouvaient, et la nature des choses. Mais il est temps de raconter les
événements passés dans ce pays depuis le moment où nous l'avons quitté.

Le général Dumerbion, commandant l'armée d'Italie à notre départ, était
un homme infirme et incapable, n'offrant pas même l'image d'un général;
il fut remplacé par Kellermann, auparavant commandant de l'armée des
Alpes; vieux soldat de peu de talents, mais actif et brave, brutal dans
ses manières, les circonstances lui avaient donné une sorte de
réputation: son nom était mêlé au récit de la retraite des Prussiens en
1792, et son arrivée fut vue avec grand plaisir à l'armée. Cependant ni
le nombre de ses troupes ni son peu de talent ne lui permettaient de
prendre l'offensive; il trouva l'armée occupant Savone, la Madonna,
Saint-Jacques, Saint-Bernard et Ormea; il évacua toutes les positions
avancées difficiles à soutenir et prit sagement une bonne ligne de
défense, la plus courte possible; partant des bords de la mer à
Borghetto en avant d'Albenga, elle se prolongeait à gauche par
Saint-Jacques, sur les hauteurs de Garessio, et se liait ainsi avec le
col de Tende et les hautes Alpes; il se retrancha avec soin, et
l'ennemi prit position en face de lui. Les deux armées restèrent ainsi
en présence pendant une partie de la campagne, chacune sur la défensive,
les alliés couvrant Savone et Gênes, et toute cette partie du littoral,
et les Français tout le reste de la rivière du Ponent et le comté de
Nice, en occupant en même temps l'origine des vallées et les cols.

Une surveillance réciproque occasionna pendant l'été une série
d'affaires d'avant-poste dont aucune n'eut une grande importance; mais,
la paix ayant été faite avec l'Espagne, l'armée des Pyrénées orientales
devint disponible et on l'envoya grossir l'armée d'Italie. Le général
Schérer, qui l'avait commandée, remplaça le général Kellermann. L'armée
d'Italie ainsi renforcée, il était impossible de ne pas reprendre
l'offensive: aussi fut-elle résolue, et, le 2 frimaire (23 novembre
1795), l'armée française attaqua l'armée austro-sarde, commandée par le
général Devins. Celle-ci avait sa gauche appuyée à la mer, occupant la
petite ville de Loano, et sa droite aux montagnes. La victoire fut
complète; l'ennemi, chassé de toutes ses positions, perdit toute son
artillerie; dix mille prisonniers et un grand nombre de drapeaux
restèrent en notre pouvoir. Il effectua immédiatement sa retraite, ou
pour mieux dire, sa fuite sur Finale et Savone. Le général Schérer, à
la suite d'un succès aussi complet, était le maître d'entrer en Italie;
il pouvait achever la destruction de l'armée ennemie et conquérir cette
terre promise; mais, manquant à sa destinée, il s'arrêta non loin du
champ de bataille et n'osa jamais se hasarder à déboucher dans les
plaines du Piémont.

Les circonstances dans lesquelles il se trouvait alors étaient bien
meilleures que celles sous l'empire desquelles nous avons, quelques
mois plus tard, commencé la campagne.

Le reste de l'hiver se passa dans de simples escarmouches. Les
Autrichiens s'occupèrent à réparer leurs pertes, à se rassurer et à
faire venir des renforts, tandis que l'armée française souffrait
beaucoup de la disette et d'une grande misère. Le général Devins, qui
avait si mal opéré, fut rappelé par le gouvernement autrichien et
remplacé par le général Beaulieu, jouissant alors d'une bonne et
ancienne réputation. Ce général avait fait la guerre avec distinction
contre les Turcs, et, sous ses auspices, les Autrichiens avaient obtenu
contre nous leurs premiers succès en 1792, sur la frontière de Flandre.

L'hiver s'écoulait à Paris au milieu des plaisirs. Les soirées du
Luxembourg, les dîners de madame Tallien à la Chaumière, nom qu'elle
avait donné à une maison couverte de paille où elle demeurait, au coin
de l'allée des Veuves, près du quai, aux Champs-Élysées, employaient
notre temps d'une manière assez agréable. Nous n'étions pas, d'ailleurs,
difficiles en fait de jouissances: nous pensions souvent à l'armée,
dont les misères ne nous avaient pas dégoûtés; mais rien ne nous
indiquait encore que nos désirs d'y retourner seraient bientôt
satisfaits. Le Directoire entretenait souvent le général Bonaparte de
l'armée d'Italie, dont le général Schérer représentait toujours la
position comme difficile, ne cessant de demander des secours en hommes,
en vivres, en argent. Le général Bonaparte démontra, dans plusieurs
mémoires succincts, que tout cela était superflu. Il blâmait fortement
le peu de parti tiré de la victoire de Loano, et prétendait que
cependant tout pouvait encore se réparer. Ainsi se soutenait une espèce
de polémique entre Schérer et le Directoire, conseillé et inspiré par
Bonaparte. Cette discussion ne présageait rien de bon, car Schérer,
étant sans aucune confiance, ne pouvait être persuadé. Il annonçait les
plus grands revers comme probables, et déclarait que, si l'on ne venait
puissamment à son secours, défendre le Var pendant la campagne prochaine
était tout ce qu'il pouvait espérer. Le général Bonaparte répondit à
ses lamentations en rédigeant un plan d'opérations pour l'invasion du
Piémont, le même suivi depuis. Après l'avoir lu, le général Schérer
répondit brutalement que celui qui avait fait ce plan de campagne devait
venir l'exécuter. On le prit au mot, et Bonaparte fut nommé général en
chef de l'armée d'Italie. Au comble de la joie et pleins d'espérances,
nous eûmes bientôt terminé nos préparatifs de campagne; mais des
intérêts d'une autre nature devaient retarder de quelques jours notre
départ.

Le général Bonaparte était devenu très-amoureux de madame de
Beauharnais, amoureux dans toute l'étendue du mot, dans toute la force
de sa plus grande acception. C'était, selon l'apparence, sa première
passion, et il la ressentit avec toute l'énergie de son caractère. Il
avait vingt-sept ans, elle plus de trente-deux. Quoiqu'elle eût perdu
toute sa fraîcheur, elle avait trouvé le moyen de lui plaire, et l'on
sait bien qu'en amour le pourquoi est superflu. On aime parce que l'on
aime, et rien n'est moins susceptible d'explication et d'analyse que ce
sentiment. Une chose incroyable, et cependant très-vraie, c'est que
l'amour-propre de Bonaparte fut flatté. Il a toujours eu beaucoup
d'attrait pour tout ce qui se rattachait aux idées anciennes, et,
lorsqu'il faisait le républicain, il était toujours sensible et soumis
aux préjugés nobiliaires. Je le conçois, j'ai toujours eu moi-même
cette manière de sentir. Tout ce qui rappelle des souvenirs grandit à
nos yeux; le temps donne à son ouvrage un cachet qui lui est propre et
inspire le respect. Une naissance distinguée suppose une bonne
éducation; un nom honorable impose des obligations, des devoirs, des
habitudes qui rendent meilleur; il inspire des sentiments délicats;
tout cela est dans la nature des choses. Mais, que le général Bonaparte
se crût très-honoré par cette union, car il en était très-fier, cela
prouve dans quelle ignorance il était de l'état de la société en France
avant la Révolution. Je l'ai entendu plus d'une fois s'expliquer avec
moi à cet égard; enfin, grâce à ses préventions, je serais tenté de
croire qu'il imagina faire, par ce mariage, un plus grand pas dans
l'ordre social que lorsque, seize ans plus tard, il partagea son lit
avec la fille des Césars. Son mariage résolu, il eut lieu le plus
promptement possible, mais je n'y assistai pas: je me rendis sans
retard à l'armée, et j'étais déjà aux avant-postes, près de Gênes,
quand le général Bonaparte arriva à Nice.

Il existait dans le 21e régiment de chasseurs, en garnison à Versailles,
un officier que nous aimions assez, Junot et moi: cet officier était
Murat. Promu provisoirement, dans les événements de vendémiaire, au
grade de chef de brigade (colonel), sa nomination n'avait pas été
confirmée, et, quoiqu'il portât les signes distinctifs de ce grade, il
n'avait dans son régiment que l'emploi de chef d'escadron. Junot avait
aussi été nommé, mais sans confirmation, au grade de chef d'escadron;
ainsi tous les deux portaient des distinctions auxquelles ils n'avaient
pas droit. Murat apprit le départ du général Bonaparte pour l'armée
d'Italie, et il nous exprima le désir de venir avec nous. Je ne sais si
les hommes étaient alors meilleurs qu'à présent, mais ce désir ne nous
offusqua pas, et nous ne craignîmes ni l'un ni l'autre de partager avec
un nouveau camarade le crédit dont nous jouissions: aussi nous lui
préparâmes les voies auprès de notre général.

Bientôt après, Murat se présenta au général Bonaparte avec cette
confiance qui appartient aux seuls Gascons, et lui dit: «Mon général,
vous n'avez point d'aide de camp colonel; il vous en faut un, et je
vous propose de vous suivre pour remplir cet emploi.» La tournure de
Murat plut à Bonaparte, nous lui dîmes du bien de lui, et il accepta
son offre. Le général Duvigneau, chef de l'état-major général de
l'armée de l'intérieur, ayant refusé au général Bonaparte de
l'accompagner, celui-ci fit choix du général Berthier, jouissant à fort
bon marché d'une assez grande réputation; mais il connaissait le pays
et avait rempli, pendant la campagne précédente, les mêmes fonctions
près du général Kellermann. Sur ma proposition et à ma recommandation,
le colonel Chasseloup-Laubat fut choisi pour commander à l'armée
d'Italie l'arme du génie. Je reçus pour instruction, en précédant le
général en chef à l'armée, d'aller visiter les principaux cantonnements
de la rivière de Gênes, et de lui rendre compte, à son arrivée à
Albenga, de la situation des troupes et de l'esprit qui les animait. En
le quittant, il me dit: «Allez, je vous suivrai de près, et dans deux
mois nous serons à Turin ou de retour ici.» Ses succès ont bien dépassé
les limites de sa prophétie.



CORRESPONDANCE ET DOCUMENTS
RELATIFS AU LIVRE PREMIER


MARMONT À SON PÈRE.

  «Camp de Saint-Ours, 4 juillet 1793.

«Nous sommes fort tranquilles ici, mon cher père; les Piémontais sont
de même, et, si nous n'attaquons pas, je crois que nous ne courrons pas
de grands risques. Le général Kellermann est venu hier visiter notre
position; je l'ai accompagné à quelque distance d'ici.--Il a, je crois,
des vues ardentes; j'ignore quels sont ses moyens.

«J'ai été témoin, il y a quelques jours, d'une scène bien affreuse. Un
général a été amené de chez lui au camp par les soldats, hué, et
ensuite envoyé honteusement, à pied, à Barcelonnette et jeté dans les
prisons. Tel est le sort du général Rossi.

«Voici, en quatre mots, son histoire: il est Corse, et commandait dans
le canton à mon arrivée; les jours précédents, il avait fait une
entreprise sur les Piémontais; elle avait réussi; ensuite une retraite
honteuse avait fait abandonner tous les avantages, et le peu de
combinaison de l'attaque avait amené quelques malheurs. Les soldats ont
pris pour trahison ce qui, probablement, n'était qu'entière ignorance
et le fruit de l'opinion que chacun a de lui-même aujourd'hui. Bref, la
haine la mieux prononcée les a tous enflammés, et, sans la fermeté des
officiers, sa vie n'était pas en sûreté. Les députations de tous les
corps l'ont traduit ici devant l'armée; les députés n'étaient sûrement
pas de ses bons amis; eh bien, d'après l'ordre de leur chef, ils l'ont
défendu au péril de leur vie contre un peuple qui s'était assemblé des
environs pour lui arracher la vie et qui était altéré de son sang. J'ai
vu avec plaisir qu'il n'est pas seulement venu dans la tête de mes
canonniers d'être de l'équipée. Kellermann a reproché aux soldats leur
faute, et pas un seul n'a élevé la voix pour se justifier.

«Je me plais fort au camp; mes occupations multipliées y influent sans
doute beaucoup. Mon sort, fort heureux, m'a placé auprès d'un corps
d'officiers fort bien composé; je crois avoir l'attachement des soldats;
il ne me manque donc que l'assurance des bontés de mes tendres parents.

«Adieu, mon tendre père,» etc., etc.


MARMONT À SA MÈRE.

  «Camp de Saint-Ours, 10 juillet 1793.

«Je reçois dans ce moment même, ma bonne mère, les deux lettres que
vous avez bien voulu m'écrire le 20 et le 28. J'en avais un vif besoin,
car, depuis plus de trois semaines, je n'avais eu de vos nouvelles; je
les attendais avec bien de l'inquiétude et bien de l'impatience; enfin
mes désirs sont satisfaits.

«Nos travaux ne diminuent pas, ma chère mère; au contraire, ils
augmentent; je n'en suis pas fâché, puisque je les dois à la confiance
que je suis assez heureux d'inspirer et à l'opinion avantageuse que
l'on veut bien avoir de mon instruction.

«Je me trouve commander l'artillerie de deux corps distants d'entre eux
d'une lieue environ; c'est pour communiquer librement de l'un à l'autre
que j'ai fait faire le chemin dont je vous ai parlé; il est achevé, et
j'ai eu la gloire, hier, d'y faire passer quatre pièces de canon avec
tout leur attirail sans aucun accident.

«Celui qui nous commande ici est un vieux militaire qui a seize
campagnes par-devant lui. Il rejette les avis de tous ceux qui
imaginent lui en donner; plus favorisé, il m'en a demandé, et profite
presque toujours des idées que je lui donne. Il a confiance en moi;
trop heureux si vraiment je la mérite; bref, il m'a chargé entièrement
d'un ouvrage d'une haute importance: c'est la construction d'un camp
retranché qui nous servirait de citadelle en cas d'échec. J'ai accepté;
je l'ai entrepris et j'ai achevé mon tracé; il est bien vite accouru
pour le voir, et il m'en a fait compliment. Il invite tous ceux qu'il
rencontre à aller voir mon ouvrage. Plusieurs officiers supérieurs sont
venus l'examiner, et j'ai été assez heureux pour obtenir leur
approbation.

«Le travail de cette fortification n'est point une application pure et
simple des principes établis dans l'artillerie. Le terrain n'était pas
régulier, le site était varié: il a fallu profiter des avantages et
remédier aux inconvénients. Toutes les gorges sont enfilées, tous les
points sont battus: mon but est rempli. Pour vous faire voir, ma tendre
mère, que cet ouvrage n'est pas un jeu, j'ajouterai que, fini, il aura
plus de trois cents toises de développement. J'ai été, il y a quelques
jours, à Tournoux pour voir le général Gouvion, qui commande en chef
dans cette partie. C'est un homme de mérite, et qui sort de
l'artillerie. Il m'a témoigné une confiance que je suis bien glorieux
d'obtenir; il a bien voulu, devant plusieurs personnes, louer des
talents que vraiment je n'ai pas et qu'à peine j'espère acquérir un
jour.

«Ce grand ouvrage de ma fortification fini, ma tendre mère, je suis
chargé d'un autre non moins important: c'est de la construction de deux
redoutes, l'une sur un rocher, l'autre dans une vallée. Ces trois
points, également difficiles, interceptent tous les moyens de passage.
Tous les jours ma puissance augmente; je vais me trouver commander seul
seize pièces de canon et cent hommes. J'espère cependant obtenir un
officier qui me secondera au moins dans ce qui regarde une grossière
pratique manuelle.--Vous désirez, ma tendre mère, avoir quelques
détails sur ma manière de vivre ici: les voici. Je me trouve fort bien
sous la toile, à une chaleur excessive près. J'ai acquis quelques
petits meubles qui m'étaient absolument nécessaires: j'ai vécu quelque
temps seul. J'ai fait depuis connaissance avec des officiers du
régiment d'Aquitaine, qui sont fort aimables et dont je suis
très-heureux de me trouver le voisin. Notre nourriture n'est pas
recherchée, mais elle est saine: c'est du pain de munition, du boeuf et
de la soupe. Le vin ne doit pas être oublié; car, après des fatigues
aussi réelles, il est très-utile: j'ai senti son importance en essayant
de m'en priver; aussi ai-je renoncé à ce projet. Je m'en trouve fort
bien: il ne me manque que le bonheur de voir mes tendres parents,» etc.


MARMONT À SON PÈRE.

  «Quartier général de Certamussa, 2 août 1793.

«Vous verrez par la date de cette lettre, mon cher père, que le lieu de
ma résidence est changé. En voici la cause: les généraux qui commandent
ici ont bien voulu me confier plusieurs opérations militaires; j'ai été
assez heureux pour m'en bien acquitter, et le général Gouvion a désiré
m'avoir près de lui. J'y suis venu, en lui témoignant toute ma
reconnaissance, et je n'ai pas trouvé un seul instant pour vous écrire,
ayant été, depuis, chargé de travaux difficiles et périlleux.

«Je viens d'être interrompu en écrivant cette lettre; les Piémontais
viennent de chercher à inquiéter les travailleurs dont j'ai tracé
l'ouvrage ce matin. Des coups de canon, tirés de mes batteries, nous
ont annoncé ce dont il était question: j'ai quitté cette lettre pour me
mettre au fait. Je suis parti avec le général Gouvion, le général
Kercaradec et leur suite; nous nous sommes avancés, et la _cour dorée_
a été saluée de trois obus qui sont venus tomber à quinze pas de nous
et dont un éclat a blessé légèrement le général Gouvion à la main, et
un autre le cheval d'un officier d'état-major.

«Si vous avez reçu mes dernières lettres, mon cher père, vous devez
savoir que je me suis trouvé à différentes affaires: je vais vous en
rendre compte.

«J'avais été chargé par le général de faire construire différentes
batteries et de les placer de manière qu'elles battissent une partie de
la vallée de Larche. On m'avait donné aussi l'ordre de faire faire des
chemins de communication. J'y travaillais lorsque, le 16 juillet, je
reçus une lettre du général Kercaradec, qui m'apprenait qu'il fallait
que tout fût prêt pour le 17. J'employai tous les moyens imaginables,
et mes travaux furent achevés dans la nuit du 17 au 18 à minuit.

«Vers une heure du matin je fis monter toutes mes pièces, et, à trois
heures, un détachement de grenadiers formait l'attaque d'une montagne
très-élevée et qui nous était très-importante.--La nature du pays
empêchait à une nombreuse artillerie de pouvoir nous être utile; aussi,
pour l'action, tout fut réduit à quatre pièces, deux de huit, qui
restèrent éloignées et dont l'effet fut à peu près nul, et deux de
quatre que je commandais, et qui ont sauvé notre petite armée.

«Nous étions en bataille, dans la vallée, environ deux bataillons;
l'ennemi était plus nombreux que nous et était en potence devant un
village nommé Maison-Méane. Il fit un mouvement et envoya un fort
détachement pour s'emparer des hauteurs. Nous répondîmes par un
mouvement semblable et nous avançâmes. Je fis alors prendre à mes deux
pièces une position avantageuse sur la gauche. Je fis tirer quelques
coups de canon sur l'ennemi immobile; il devint bientôt fort mobile et
démasqua le village.

«Un détachement du régiment de Neustrie avança en prenant sur la droite;
les ennemis firent marcher à eux une colonne formidable qui suivit un
chemin qui sépare la montagne de la rivière; elle avançait rapidement,
et avait devancé le village de trois cents pas quand je fis tirer sur
elle. Les deux premiers coups frappèrent au milieu et la mirent en
désordre; les coups suivants firent aussi du mal, mais de ma vie je
n'ai vu courir si rapidement. Elle disparut et se retira dans un bois
de sapin où le détachement de Neustrie passa la rivière pour la
poursuivre.--Le village de Maison-Méane fut évacué.--Un détachement
d'Aquitaine s'en empara; je dispersai avec mes pièces quelques petits
postes qui tenaient encore sur la gauche. Je fis avancer mes pièces
encore jusqu'à une certaine distance, et, seul, j'allai à Maison-Méane
observer le local. À peine y fus-je arrivé que, de leur camp, qui est
retranché, on nous tira des coups de canon dont les boulets vinrent
tomber à quelques pas de moi. Je me portai à la droite; j'y vis une
fusillade très-vive de nos soldats contre ceux qui étaient retirés dans
les sapins. Les balles sifflaient à mes oreilles, mais ne me faisaient
pas la moindre impression; elles me paraissaient un jeu d'enfant en
comparaison des boulets.--Un soldat de Neustrie fut tué fort près de
moi.--Alors, sentant que nos troupes un peu en désordre allaient être
foudroyées par le canon de l'ennemi et par la colonne qui s'avançait
sur nous parfaitement en ordre, d'ailleurs, croyant qu'en arrêtant
l'ennemi de front on pouvait le tourner par la gauche et le forcer de
rétrograder, j'envoyai une ordonnance pour faire arriver les pièces; je
ne me servis que d'une seule, le lieu étant trop étroit. Le feu
commença d'une manière très-vive. J'estime, au feu que les ennemis ont
fait, qu'ils avaient six pièces de trois; à ce moment la retraite
battit, je restai; les boulets arrivaient en nombre prodigieux; la
colonne ennemie qui était avancée fut obligée de se replier, et elle se
rallia derrière une hauteur une deuxième fois, une troisième fois
enfin. Je soutins, avec ma seule pièce, son feu pendant une heure et
demie; enfin elle reparut plus nombreuse encore; les troupes avaient
déjà gagné du terrain en arrière quand le village fut, en grande partie,
abandonné; j'ordonnai la retraite à mes canonniers; je les fis aller
très-vite, et je leur montrai, à l'instant où ils partirent, la
position qu'ils iraient prendre. Pour moi, ne voulant pas qu'on crût
que je voulais fuir le danger, je me retirai au petit pas et à
l'agréable son du sifflement des boulets qui traversaient le chemin que
je parcourais.--J'arrivai à mes pièces, et, lorsque quelques pelotons
ennemis voulurent suivre nos troupes, je fis faire un feu dont l'effet
fut le plus heureux.--Nous restons dans cette position et maîtres de la
moitié de la vallée et de la montagne que nos grenadiers avaient
attaquées.--Notre perte a été peu considérable; elle se réduit à
quelques hommes tués et à vingt ou trente blessés.--Le général Gouvion
a eu son cheval blessé d'un boulet, et, si un quart de minute avant il
n'eût pas changé de position, il était coupé en deux. Les canonniers
autrichiens ont tiré sur nous parfaitement dans la direction, mais
toujours trop haut, heureusement. Le combat finit à midi, après avoir
duré huit heures. J'étais harassé de fatigue, et, sans le secours d'un
peu d'eau-de-vie, j'aurais bien senti le besoin de manger, car, depuis
la veille, je n'avais rien dans l'estomac.--Le lendemain, je reçus
l'ordre du général Kercaradec d'aller sur la montagne que nous avions
prise pour faire faire les travaux qui en assuraient la possession. J'y
passai quarante-huit heures au bivac, et j'y fis travailler, malgré une
grêle de coups de fusil qui étaient tirés de l'autre côté d'un ravin de
cent pas de large.--J'y perdis un caporal, et un grenadier qui eut les
reins cassés.

«Depuis ce temps, j'y ai établi une batterie.--Le 27 et le 28, nous
avons eu une canonnade de cinq heures. Dans peu, mon cher père, les
ennemis n'occuperont plus la belle position qu'ils ont maintenant:
c'est encore l'affaire de quatre jours.--Voilà, mon cher père, de bien
longs détails; je désire qu'ils vous intéressent. Si je n'eusse écouté
que mon amour pour vous et ma bonne mère, j'aurais rempli ces six pages
des marques de mon tendre et respectueux attachement, je vous aurais
encore dit tout ce que les témoignages de votre tendresse me font
éprouver de bonheur.»

MARMONT À SA MÈRE.

  «Quartier général de Saint-Paul, 4 septembre 1793.

«Je reviens, ma bonne mère, d'une expédition où nous avons eu du
succès. Il était très-important pour nous de nous emparer de trois
villages que notre affaiblissement nous avait forcés d'abandonner aux
Piémontais. Ces villages couvrent plusieurs ravins praticables qui
aboutissent à l'important poste du col de Nave, qui, si nous n'en
étions pas maîtres, nous couperait toute retraite. Ces villages étaient
occupés par des Autrichiens, il fallait les en chasser; et, comme les
chemins sont impraticables pour l'artillerie, j'ai demandé à y aller en
faisant les fonctions d'officier d'état-major.

«Nous avons marché sur trois colonnes, et, si celle de gauche n'eût pas
été arrêtée dans sa marche par des obstacles, nous aurions fait
beaucoup de prisonniers. Bref, j'étais à la colonne du centre, et nous
sommes arrivés jusqu'à cinquante pas du premier village. Ils venaient
d'être avertis, étaient en batterie devant le village et marchaient à
nous. Ils nous ont fait une décharge; nous leur avons riposté, et ils
nous ont tourné le dos.--Nous les avons poursuivis, et nous en avons
pris neuf, dont un cadet.--Le deuxième poste ne nous a pas attendus, il
s'est retiré subitement dans les rochers. Nous les y avons suivis, et
les intrépides chasseurs de l'Isère montaient par des endroits presque
impraticables, malgré les coups de fusil des ennemis.--Ceux-ci se sont
repliés de roche en roche, et enfin en ont occupé une, qui est vraiment
inaccessible et où on trouve l'avantage d'être à l'abri.--Sentant qu'on
ne pouvait pas les attaquer de front, j'ai pris deux ou trois
compagnies qui étaient dans le bas, et j'ai grimpé à leur tête une
haute montagne, d'où je pouvais les tourner en les prenant par leur
gauche.--Ils ne nous ont pas attendus, ce qui est une grande lâcheté,
car le poste était si avantageux, qu'ils pouvaient y tenir
longtemps.--Au signal de la retraite, nous nous sommes repliés sur les
villages, et, les grand'gardes placées, nous sommes revenus à
Saint-Paul après une absence de dix heures.»

MARMONT À SON PÈRE.

  «Toulon, 26 décembre 1793.

«Mes chers parents, vous êtes instruits de la nouvelle qui, dans ce
moment-ci, occupe toutes les têtes:--Toulon est en notre pouvoir,--et
nous ne pouvions guère nous flatter d'un succès aussi prompt. Il a
dépendu d'un calcul tout simple, et qui ne pouvait manquer d'être fait
par les Anglais, gens toujours occupés de leurs plus véritables
intérêts.

«Deux points élevés dominent Toulon du côté d'Ollioules, c'est-à-dire
du côté où était la majeure partie de l'armée. Ces deux points étaient
occupés par deux redoutes faites avec le plus grand soin, d'une
capacité immense, mais tracées sans génie, sans intelligence. L'une des
deux couvrait directement la place, l'autre directement le passage de
la petite à la grande rade.--Il est bon de vous faire observer que ce
passage peut avoir cinq cents toises de largeur, et que des batteries,
établies à chaque pointe ou seulement à l'une d'elles, le rendaient
impraticable.

«Cette redoute, qui défendait l'approche de cette langue de terre
appelée l'Aiguillette, était soutenue par trois autres qui étaient
placées successivement sur des points élevés jusqu'à la mer.--Elle
avait d'ailleurs un avantage bien réel, celui de n'être dominée par
rien. Les ennemis, pour la mettre plus en sûreté, avaient multiplié les
travaux. Elle était précédée de haies, de chevaux de frise, de
palissades. Aussi la croyaient-ils imprenable. L'expérience leur a
montré le contraire.

«Quatre de nos batteries réunissaient leurs forces pour l'accabler;
deux autres, battant la mer, empêchaient les pontons de venir sur les
flancs de l'Aiguillette pour nous incommoder. L'attaque disposée, tout
combiné pour la rendre utile, les batteries firent pendant quarante
heures un feu soutenu pour chercher à démonter celles de la
redoute.--On jeta une grande quantité de bombes, qui rendirent la
redoute presque inhabitable.--On assembla sept mille hommes, dont on
forma trois colonnes qui attaquèrent la redoute à trois heures du matin,
le 26 frimaire. Cette redoute était défendue par environ quinze à
dix-huit cents hommes, la plupart Anglais. Le combat fut vif, mais ne
fut pas fort long. Nous emportâmes la redoute, et il fallait être
Français pour tenter et exécuter un semblable projet.--L'artillerie, à
l'instant de l'attaque, devait faire peu de chose; aussi la quittai-je
pour marcher à la tête d'une colonne d'infanterie, et j'eus le plaisir
d'entrer dans la redoute au bruit du canon et des fusils.--Cette
affaire nous a coûté deux cents hommes tués et mille ou douze cents
blessés.--Les cinq ou six personnes les plus proches de moi furent
tuées ou blessées.--Les ennemis ont perdu à cette affaire beaucoup de
monde.--Ils se replièrent dans les autres redoutes; on aurait dû les y
attaquer; mais la victoire avait désuni nos braves soldats, et il
n'était guère possible de le tenter. On s'arrêta là.--La redoute était
fermée; on avait beaucoup de facilité pour s'y défendre.--On me chargea
d'établir les batteries qui devaient les chasser des postes qu'ils
occupaient encore.--Je le fis sous le feu de leurs vaisseaux, qui
tiraient environ cent coups par minute sur le point où nous
travaillions.--Je perdis vingt hommes, la besogne fut achevée, et douze
bouches à feu mirent la redoute en sûreté.--Les Anglais, qui occupaient
la pointe de l'Aiguillette, ne s'y crurent pas en sûreté: ils se
rembarquèrent, mais avec tant de finesse, qu'il fut impossible de les
inquiéter dans leur retraite.

«L'attaque avait été générale et la gauche avait eu aussi des
succès.--Elle s'était emparée de la montagne du Pharon, qui domine de
fort près le fort qui porte le même nom et le fort Rouge.--Il était
difficile que les ennemis y tinssent alors; mais, avant de l'évacuer,
ils auraient pu essayer de reprendre cette montagne.

«La deuxième redoute dont j'ai parlé et qui couvre directement Toulon
est dominée, quoique d'un peu loin, par le fort Rouge.--Cette raison
est peut-être une de celles qui l'ont fait abandonner; mais elle
n'était pas suffisante.--Le fait est que les Anglais ont fait le calcul
suivant: ils ont mieux aimé abandonner Toulon que de risquer de perdre
leur flotte, ou, au moins, le monde nécessaire à la défense de la place,
ce qui était infaillible; car, une fois nos batteries établies à
l'Aiguillette, la communication de la ville était impossible avec la
pleine mer, et la retraite de la garnison absolument fermée: elle ne
pouvait plus s'échapper.

«Au reste, après les échecs que les troupes combinées avaient reçus,
elles pouvaient encore, quoique Toulon ne soit pas aussi fort que
plusieurs de nos villes du Nord, se défendre deux mois en suivant les
règles établies par l'art, et nous faire perdre quinze mille hommes.
Grâce à l'heureuse étoile qui nous protége, notre but est rempli sans
avoir répandu autant de sang.

«Les Anglais se sont tant pressés de partir, qu'ils ne nous ont pas
fait, à beaucoup près, le mal auquel nous nous attendions, c'est-à-dire
qu'il est nul ou presque nul. L'arsenal est conservé dans son entier;
les bois de construction, la superbe corderie, sont tels que l'on peut
désirer qu'ils soient. Le port n'est point encombré; il contient encore
douze vaisseaux de ligne de cent trente, cent, et soixante-quatorze
canons,--et trois frégates prêtes ou à peu près à mettre à la
voile.--Les ennemis nous ont seulement brûlé deux vaisseaux, une
frégate, et nous en ont coulé autant.

«Plus j'observe l'esprit de nos soldats, plus je vois celui de nos
ennemis, plus je vois la supériorité du caractère français.--Il y a du
plaisir à voir nos compatriotes braver les dangers et courir à la
gloire avec autant d'enthousiasme; il est indubitable que l'on ne
trouve point ce caractère prononcé chez les autres nations: j'ai vu
assez d'exemples pour pouvoir hasarder ce jugement.»


PRISE DE TOULON.

  «Au quartier général de Toulon, le 6 de nivôse an II de la République
  française (26 décembre 1793)[3].

[3] Tout fait présumer que ce rapport a été fait par le général
Bonaparte. (_Note de l'Éditeur._)

LE GÉNÉRAL EN CHEF DE L'ARMÉE D'ITALIE, CHARGÉ DU SIÉGE DE TOULON, AU
PRÉSIDENT DE LA CONVENTION NATIONALE.

«Citoyen président, je te prie de communiquer à la Convention un court
mémoire que j'ai cru nécessaire de publier pour redresser l'opinion
publique, que de fausses relations peuvent induire en erreur sur la
prise de Toulon; il est dicté par la plus scrupuleuse impartialité et
par la vérité, que j'aime autant que la République.

«Nous aurions pu t'envoyer les drapeaux des esclaves que nous avons
combattus, et dont nous avons trouvé un grand nombre dans les postes
avancés; mais nos braves frères d'armes n'ont pris que les drapeaux
emportés sur la brèche, ou arrachés des mains d'un ennemi, et ils
auraient rougi d'une trivialité qui ne doit plus en imposer à personne.
J'aurais pu me donner quelque éclat personnel en prenant les devants
pour annoncer un si grand événement; mais Toulon était pris, j'y avais
contribué de toutes mes facultés, c'était assez pour moi: la gloire
doit être tout entière à mes braves frères d'armes. Je cherche encore
dans l'obscurité des rangs les soldats qui se sont distingués, et je ne
publierai les noms des officiers qu'après avoir fait connaître ceux qui
les ont secondés.

  «Salut et fraternité,

  DUGOMMIER.»


MEMOIRE SUR LA PRISE DE TOULON.

«Je ne me suis pas empressé de donner les détails les plus essentiels
de la réduction de Toulon parce que je devais croire que beaucoup
d'autres pouvaient se livrer à ce doux loisir et satisfaire la curiosité
du public sans préjudicier à de plus importantes occupations.

«_Toulon est pris_: ces trois mots suffiraient aux quatre coins de la
République, au moment où l'armée républicaine eut la gloire d'entrer
dans les murs de la ville rebelle. Les détails, pour être exacts, ne
pouvaient venir qu'après la collection et la connaissance des faits,
surtout lorsqu'ils se passaient dans des positions opposées et
éloignées. J'ai vu quelques relations imprimées qui blessent la dignité
républicaine et dégradent, je le dis avec regret, le mérite de nos
braves frères d'armes, en publiant qu'ils n'ont trouvé, en entrant dans
Toulon, que de vils troupeaux. Effaçons promptement une impression
défavorable qu'un récit infidèle, dicté par la précipitation (si ce
n'est par un autre motif moins excusable), a pu laisser dans l'opinion
publique.

«Il n'est personne qui, connaissant Toulon et ses défenses, ne vît que
son côté faible était celui d'où l'on pouvait approcher les escadres
combinées et diriger sur elles des bombes et des boulets rouges; il
n'est personne qui, connaissant la marine, ne sache que jamais vaisseau
ne les attendit.

«La position qui nous donnait plus facilement cet avantage sur l'ennemi
était sans contredit le promontoire de l'Aiguillette; les autres
étaient trop couvertes par Lamalgue et les fortifications environnantes;
maîtres de l'Aiguillette, nous ordonnions impérativement aux ennemis
d'évacuer le port et la rade. Cette évacuation forcée répandait la
consternation dans la ville; la consternation nous la livrait, et tout
ce qui est arrivé est parfaitement conforme au projet déposé au comité
de salut public il y a un mois. Cette mesure fut donc arrêtée par un
conseil de guerre tenu à Ollioules, qui décida qu'on attaquerait la
redoute anglaise, la clef du promontoire; qu'en même temps on se
porterait sur Pharon, et que dans tous les autres postes républicains
on simulerait à la fois des attaques qui présenteraient le plan d'une
attaque générale.

«Il fallut, en conséquence, rassembler et établir les moyens
convenables au succès du plan. L'affaire du 10 frimaire, où l'on fit
prisonnier le général anglais, retarda nos mesures, surtout concernant
les cartouches d'infanterie, dont on fit, dans cette journée, une
incroyable consommation; enfin, le 26 du même mois, nous crûmes être en
état d'attaquer; l'ordre fut donné, et le feu de toutes nos batteries,
dirigé par le plus grand talent, annonça à l'ennemi sa destinée. Tandis
que nous faisions entendre _nos dernières raisons_, nos colonnes
offensives s'organisaient et attendaient la nuit pour se mettre en
marche; la journée fut affreuse; une pluie continuelle et toutes les
contrariétés qu'entraîne le mauvais temps pouvaient attiédir l'ardeur
de nos guerriers; mais tous ceux qui avaient juré sincèrement le
triomphe de la République ne montraient que l'impatience d'entendre
battre la charge. Ce moment arriva le 27, à une heure après minuit. Une
colonne eut ordre de marcher sur l'extrémité inférieure du promontoire
pour couper la double communication du camp ennemi avec la mer et avec
la redoute anglaise; une autre était réservée à attaquer, par
l'extrémité supérieure, le front de ladite redoute, qui, pendant la
journée, avait été très-maltraitée par nos batteries. Ces deux mesures
rendaient nul le feu intermédiaire de la redoute anglaise, de sa double
enceinte et des autres redoutes dont elle était flanquée; elles furent
négligées, ces mesures, par ces circonstances forcées si ordinaires à
la guerre, et surtout dans un temps où il est assez difficile de faire
exécuter tout ce qui est un peu combiné. Les deux colonnes, ou, pour
mieux dire, une faible portion de ces colonnes se porta tout entière
sur la redoute anglaise; pendant plus de deux heures ce fut un volcan
inaccessible; tout ce que l'audace dans l'attaque, l'opiniâtreté dans
la défense peut offrir en spectacle fut épuisé de part et d'autre. Mais
enfin l'opiniâtreté céda à l'audace, et nos braves frères d'armes
entrèrent triomphants dans la redoute. Elle était défendue par une
force majeure en hommes et en armes, armée de vingt-huit canons de tout
calibre et de quatre mortiers; elle était défendue par une double
enceinte, un camp retranché, des chevaux de frise, des puits, des
buissons épineux, et par le feu croisé de trois autres redoutes. Enfin,
on peut dire avec vérité que c'était le chef-d'oeuvre de l'art, qui
prouvait combien l'ennemi savait apprécier la position dont elle
gardait l'entrée. Cette redoute, dominant tout le promontoire, nous en
assurait la conquête, si nous y entrions. L'ennemi simula une
résistance sérieuse, et couvrit adroitement sa retraite. Il égorgea
dans ses postes ses chevaux et ses mulets; il abandonna une immense
quantité de munitions de toute espèce, plus de cent bouches à feu,
mortiers et canons, épars sur le promontoire; près de cinq cents
prisonniers, des tas de cadavres, une foule de blessés, enfin
l'Aiguillette en notre possession, rendirent cette action décisive.
Comme on l'avait prévu, les vaisseaux se retirèrent au large, et Toulon
trembla; ses redoutes Rouge, Blanche, Pornet, Malbosquet, furent
successivement évacuées; les hauteurs de Pharon avaient déjà été
enlevées par notre division de l'est dans l'attaque combinée; et ce
double succès fit évacuer aussi de ce côté les forts Pharon, l'Artigues,
Sainte-Catherine, et la redoute du cap Brun. Ces différentes positions
furent aussitôt occupées par les troupes de la République. Voilà le
tableau exact des journées des 27 et 28 frimaire; il n'y manque qu'un
trait, que je réservais pour l'embellir et le rendre plus cher au
peuple; qu'il y voie donc ses représentants donnant au milieu de la
nuit la plus dure l'exemple de la constance, au milieu du combat
l'exemple du dévouement. Salicetti, Robespierre, Ricors et Fréron
étaient sur le promontoire de l'Aiguillette, et Barras sur la montagne
du Pharon; nous étions tous alors volontaires; cet ensemble fraternel
et héroïque était fait pour mériter la victoire. Elle était à nous,
complète; nous l'ignorions encore, parce que la ville était toujours
protégée par Lamalgue, par ses remparts soigneusement fermés et par la
ligne des vaisseaux, qui faisaient bonne contenance; cependant les
ennemis attendaient tous avec une douloureuse impatience la nuit pour
fuir nos bombes et nos échelles; nous n'en fûmes avertis que par le feu
mis à la tête du port et à quelques magasins. Nous nous approchâmes
aussitôt; Lamalgue tonnait toujours et nous avertissait que
l'évacuation n'était pas encore achevée; enfin les portes de la ville
s'ouvrirent, et quelques habitants se disant républicains nous
invitèrent à y entrer. Notre première attention se porta sur l'arsenal
et les vaisseaux qu'il fallait préserver des flammes; on prit également
les précautions qu'exigeaient les poudrières.

«Nous ne pouvions craindre de voir sauter la ville, comme on l'a écrit;
absurdité pour ceux qui la connaissent, erreur pour les autres. Nos
ennemis, saisis d'une terreur panique, s'étaient précipités dans toutes
sortes d'embarcations, et trouvèrent en grande partie la mort où ils
croyaient trouver leur salut. Les autres se réfugièrent aux îles
d'Hyères avec leurs vaisseaux.

«Ce jour mémorable, qui a rendu à la République son plus beau port, qui
a vengé la volonté générale d'une volonté partielle et gangrenée, dont
le délire a causé les plus grands maux; ce jour a réellement éclairé,
plus tôt qu'on ne s'y attendait, le triomphe des Français républicains
et la honte de la vile coalition qu'ils ont combattue. Son trésor
délaissé, un butin immense en subsistances, en munitions de guerre,
rachètent au centuple quelques vaisseaux brûlés ou enlevés, quelques
magasins incendiés.

«Enfin l'égalité, la liberté relevée pour toujours, dans le midi de la
France, par ce grand événement, voilà ce qu'il fallait présenter à
l'histoire, et non des gémissements qu'on n'a point entendus, des
risques que l'on n'a point courus, des troupeaux que l'on n'a point vus;
enfin des petits détails qui ont encore le malheur d'être la plupart
controuvés.

«Quelques faits particuliers compléteront cette esquisse, tracée par la
plus scrupuleuse exactitude, et j'ose dire par une sévère impartialité.
J'en appelle à mes braves frères d'armes, qui ont vu de près le fond du
canevas.»


ORDRE DU JOUR.

    «Le 6 nivôse an II (26 décembre 1793).


«Rien de plus glorieux pour les armes de la République et pour les
braves sans-culottes, rien de plus utile à l'affermissement de la
souveraineté nationale que le triomphe complet obtenu sur l'infâme
Toulon et sur les despotes coalisés qui s'y étaient rassemblés; toute
la France se réjouit de vos succès; combien tous ceux qui y ont
concouru doivent s'estimer heureux! S'ils avaient entendu les cris de
joie dont les voûtes de la Convention nationale ont retenti à la
lecture des dépêches, ils auraient joui doublement du bonheur public,
et ils auraient senti que la plus belle récompense est de pouvoir se
dire qu'on a concouru à sauver son pays et à le délivrer des tyrans qui
voulaient l'asservir.

    DUGOMMIER,

    «Général en chef.»

MARMONT À SA MÈRE.

    «Au fort de la Montagne, 12 janvier 1795.

«Que de douloureuses inquiétudes n'aillent pas troubler votre repos, ma
chère mère! Ce serait un mal ajouté à celui de notre séparation.
Envisagez le métier que je fais sous des couleurs plus riantes; voyez
votre fils remplir ses devoirs avec zèle, mériter de son pays et servir
la République. Voyez-le, toujours digne de vous et formé par les
événements, courir dans vos bras lorsqu'une fois la douce paix aura
plané sur la France.--Les fruits de nos travaux seront bien doux,
quoiqu'ils aient été quelquefois arrosés par des larmes. Mais pourquoi
jeter un regard en arrière et envisager nos malheurs passés? Nous
sommes au moment de jouir, et nous sentirons mieux le prix du bienfait
qui nous est réservé.--Serions-nous dignes de posséder la liberté si
nous n'avions rien fait pour l'obtenir?

«Il est arrivé ici un ambassadeur de Toscane.--Il est parti pour Paris;
je le connais, et j'ai dîné l'été dernier avec lui chez l'envoyé de
France à Gênes. Ses opinions politiques sont connues, et le choix que
l'on a fait de lui ne peut être que d'un très-bon augure. Voici, en peu
de mots, son histoire.

«Son attachement à la Révolution française lui avait suscité beaucoup
d'ennemis; il eut une affaire avec un homme de la cour du grand-duc et
le tua. Quoiqu'il fût très-lié avec le prince, les réclamations de la
famille de son ennemi le firent exiler à Gênes, pour la forme
seulement. Il épiait et sondait là les opinions. Enfin il vient d'en
être tiré et chargé d'une mission importante, puisqu'il s'agit des
intérêts de deux nations. Il montrait, à l'époque où je l'ai vu,
beaucoup d'intérêt pour la République. Je crois que le bruit de nos
préparatifs a un peu fait hâter cette mesure.

«On emploie toujours tous les moyens pour accélérer notre départ.--Je
reviens de Marseille, où j'ai vu embarquer les vivres avec beaucoup de
célérité. Il y a à parier que, pour le 15 de pluviôse, nous partirons.»

MARMONT À SON PÈRE.

    «Au fort de la Montagne, 21 janvier 1795.

«Les préparatifs de l'embarquement continuent, mon cher père, et ils
commencent à tirer à leur fin.--Je m'embarquerai sur l'_Helvétie_,
bâtiment marchand de cinq cents tonneaux et armé de vingt pièces de
canon, qui a été dévolu à l'état-major de l'artillerie.

«Je viens de revoir ici un homme auquel je suis bien attaché, et qui le
mérite sous tous les rapports: c'est le général Gouvion. J'ai connu
sous lui les premiers travaux et les premiers dangers de la guerre; il
est doux de s'en retracer l'image et de voir l'objet qui vous les
rappelle.--L'intérêt qu'il veut bien me porter est d'ailleurs un assez
grand titre à ma reconnaissance;--il vient de l'armée des Alpes et va à
celle d'Italie avec le général Vaubois, dont vous vous rappelez sans
doute, et dont j'ai été bien aise de faire la connaissance.

«Adieu, mon tendre père,» etc., etc.

MARMONT À SA MÈRE.

    «En rade du fort de la Montagne, 3 mars 1795.

«C'est le pied dans l'eau, ma bonne mère, que je vous écris. Nous avons
tous reçu l'ordre, hier, de nous embarquer, et nous avons couché à bord.
Nous sommes à merveille; je suis pourvu de tout ce qui m'est nécessaire;
depuis longtemps, j'avais prévu tous mes besoins et je m'étais occupé à
les prévenir.

«L'escadre a mis à la voile le 11. Elle offrait un brillant spectacle.
Elle n'a pas encore vu les Anglais, mais elle les cherche pour les
combattre.

«Notre destination est enfin arrêtée. La paix faite avec la Toscane a
fait renoncer au projet d'aller à Livourne, et nous allons décidément
en Corse. Cette paix a fait sensation ici; elle va nous ramener
l'abondance. Voilà déjà un des bienfaits de cette convention.»

MARMONT À SON PÈRE.

    «À bord du brick l'_Amitié_, en rade de Toulon, 8 mars 1795.


«Nous sommes toujours embarqués, mon cher père, et nous nous consolons
de notre exil. Le séjour d'un vaisseau n'est pas bien amusant, surtout
lorsque l'on est dans une inactivité semblable. Cependant l'espoir de
partir nous fait attendre patiemment.

«Une lettre écrite aux représentants par le ministre de France à Gênes,
Villars, nous apprend que l'escadre anglaise est réduite à neuf ou dix
vaisseaux; que, poussée par la nôtre, elle a été obligée de se réfugier
à Livourne, où elle s'occupe à refaire ses équipages fatigués et à
réparer ses vaisseaux délabrés; et qu'enfin l'escadre française qui
croise devant la rade de cette place l'y tient renfermée et lui fait
jouer le rôle qui a été son partage l'an passé au golfe de Juan.

«Cette nouvelle a tout le caractère de la vérité; elle assure à notre
expédition des succès qui couronnent nos efforts: et bientôt, je
l'espère, nous acquitterons les lettres de change tirées sur nous par
les autres armées de la République.

«Toute l'armée est impatiente de voir tous ces projets s'effectuer.

«Les nouvelles de l'armée d'Italie ne sont pas aussi satisfaisantes que
celles de l'escadre; on prétend que la faiblesse prodigieuse de cette
armée, causée par les maladies, nous a valu quelques désavantages du
côté d'Oneille; mais rien de cela n'est encore confirmé et tout se
réduit à des bruits.»

MARMONT À SA MÈRE.

    «Toulon, 18 mars 1795.

«Plus d'expédition, ma bonne mère; un revers détruit tous nos projets,
anéantit tout notre espoir. L'escadre est sortie le 11, comme je vous
l'ai mandé; elle a tenu la mer pendant quelque temps. Le 17, elle a
pris un vaisseau anglais de soixante-quatorze canons qui avait été
démâté par un coup de vent et qui, après avoir réparé le dommage qu'il
avait éprouvé, allait à Gibraltar. Le 24, elle a rencontré les ennemis
entre Livourne et le cap de Corse; ils avaient eu le vent pour eux et
venaient de se ravitailler. Leur escadre était composée de treize
vaisseaux anglais et d'un napolitain. Le combat s'est engagé; mais
l'ineptie complète, l'ignorance crasse de nos officiers de marine et
les fausses manoeuvres particulièrement d'un de nos vaisseaux, ont été
cause que notre ligne a été coupée plusieurs fois, et que notre escadre
a été battue à plate couture. Deux de nos vaisseaux, le _Ça-ira_ et le
_Censeur_, ont été pris par les ennemis, qui ont eu trois vaisseaux
démâtés, mais les nôtres ont aussi beaucoup souffert et se sont retirés
partie ici, partie à Hyères et au golfe de Juan.

«On a d'abord présenté cette affaire comme un avantage; mais bientôt la
vérité a percé, et la nouvelle de ce désastre en a été plus sensible.

«Nous sommes trois officiers envoyés sur la côte pour ajouter encore à
sa défense, pour faire l'inspection des batteries et ordonner les
travaux qui nous paraîtront utiles. Je suis chargé des environs de
Toulon et des îles d'Hyères. Demain je commencerai à remplir ces
nouveaux devoirs.

«Les papiers publics ont dû vous apprendre les troubles qui ont eu lieu
ici. Depuis longtemps on en fomente, et l'esprit de vengeance des
Provençaux est bien propre à favoriser tous les projets sanguinaires.
Onze émigrés étaient rentrés: je ne sais s'ils ont été la cause ou le
prétexte du mouvement. Bref, le peuple s'est attroupé et en a massacré
sept: les quatre autres ont échappé et ont trouvé leur salut dans les
prisons.

«La représentation nationale a été insultée et la vie des représentants
a couru des dangers. La fermeté que l'on a déployée a tout fait rentrer
dans l'ordre; et de fortes gardes, des canons braqués partout, en
assurent l'observation.

«Je suis bien fâché d'avoir vendu mes chevaux; mais j'avais, comme
beaucoup d'autres, cru faire pour le mieux. Ce mal est irréparable: il
faut donc l'oublier.»

MARMONT À SON PÈRE.

    «Strasbourg, 23 juillet 1795.

«Je suis arrivé ici avant-hier; mon tendre père; je vous aurais écrit
hier, si je n'eusse voulu vous instruire de ma destination. Je pars
après-demain pour Mayence.--J'aurais pu rester ici quelque temps, mais
qu'y faire, n'y ayant point de besogne fixe et mangeant beaucoup
d'argent? J'aime à remplir mes devoirs, et, quand je n'en ai plus,
j'aime à m'en imposer pour avoir le plaisir de ne pas m'en écarter.

«Je ne crois pas que les grands projets sur l'armée du Rhin s'exécutent.
La paix conclue avec l'Espagne amènera probablement celle avec l'empire,
et indispensablement ensuite celle avec l'empereur. Telle est ici
l'opinion commune; et l'on croit avec plaisir que nous goûterons, cet
hiver, les douceurs de la paix.

«Cette perspective me paraît douce, puisqu'elle me fait entrevoir le
bonheur de me rapprocher de mes bons parents. J'ai vu avec intérêt cette
ville; j'y suis arrivé prévenu fort favorablement; mais, pour la bien
juger, il faudrait y faire un plus long séjour.

«J'ai aperçu les bois de Saverne, où je vous ai ouï dire que vous aviez
chassé souvent, et j'ai considéré avec plaisir le théâtre des anciens
plaisirs de mon père.

«C'est à force de vivre et de comparer que l'on acquiert, et c'est dans
cet esprit-là que je n'aime rester ni dans le repos ni dans l'inaction.

«Il y a apparence que cette campagne ne sera pas aussi instructive que
je l'avais supposé.--Si l'armée ne passe pas le Rhin, elle sera
nécessairement inactive, à quelques affaires près, devant Mayence, car
les dispositions de siége ne sont point faites, à ce qu'il paraît, et
l'on n'agirait vigoureusement sur ce point qu'autant qu'on le ferait
aussi ailleurs.»

MARMONT À SA MÈRE.

    «Ober-Ingelheim, 3 août 1795.

«Je suis arrivé ici, ma chère mère; ma route a été assez longue, et
enfin je vois arriver un peu plus d'ordre et de méthode dans ma manière
de vivre. Je vais avoir des fonctions à remplir; il faut un intérêt de
devoirs, et qui agisse dans tous les moments, sans quoi une vie errante
finirait par être insipide; mais me voilà satisfait, à l'exception
cependant du spectacle d'une grande opération, dont, à ce que je crois,
je ne jouirai pas. Il ne me paraît nullement probable que l'on passe le
Rhin, quoique l'on continue de faire beaucoup de mouvements de troupes.
Dans cette supposition, le siége de Mayence ne se ferait pas, et cette
armée-ci ne sera destinée qu'à empêcher celle des ennemis d'agir.

«Si cette tranquillité nous amène également la paix, je la bénis, et je
sacrifie volontiers l'instruction que pourrait m'offrir la marche d'une
grande armée, au bonheur de l'humanité. Elle ne sera bientôt plus
oppressée, ma tendre mère, par les maux qu'elle supporte depuis si
longtemps, et le sage B... rendra bientôt de précieux parents à leurs
enfants, et de tendres enfants à leurs familles.--Que de bénédictions
il recevra! il les aura bien méritées!

«Quoi qu'il en soit, ma tendre mère, nous venons de vaincre les
obstacles qui s'opposaient à notre bonheur; nous arriverons au port;
l'armée a toujours cet esprit de courage, de constance, de dévouement,
qui la rend si estimable.--Le tableau que l'on m'en avait fait n'était
que juste, et je le reconnais tous les jours.--Vous savez tout ce que
je vous ai dit des armées que j'ai déjà vues; eh bien, celle-ci est
encore au-dessus par sa discipline, sa tenue et le bon ordre. Que ceux
qui calomnient les soldats sont criminels! Qu'ils viennent donc les
voir pour les admirer et pour apprendre à les imiter.

«Le discrédit des assignats est ici à peu près le même qu'à Strasbourg
et dans les pays que je viens de parcourir; un liard vaut dix-huit ou
vingt sous. Si vous me faites passer de l'argent, ainsi que je vous
l'ai demandé, vous pouvez me l'adresser directement ici;--il y en
arrive journellement. Le service des postes est fort bien établi.
J'aurais bien également besoin de ma malle, que j'espère cependant
bientôt recevoir. J'ai été dévalisé, en partie au moins, dans la nuit
d'hier. Ma voiture était devant mon logement, le fidèle Joseph couchait
au-dessus. Son sommeil était profond. On a percé la vache pour en
retirer les effets; on avait déjà soustrait mon habit, ma redingote,
une paire d'épaulettes, lorsque Joseph s'est réveillé et a arrêté
l'opération; tous les efforts ont été vains; un coup de pistolet, qu'il
a tiré sur les voleurs, n'a fait que les effrayer et accélérer leur
fuite, sans les décider à réparer leurs torts, et ils n'ont pas moins
emporté ce dont ils s'étaient emparés; j'ai porté des plaintes; à quoi
tout cela aboutira-t-il?--Ma malle aura beaucoup plus de pouvoir pour
réparer ce malheur.

«J'ai suivi un moment ici les bords du Rhin; rien ne m'a paru plus beau
que le pays que ce fleuve arrose. Des plaines riches, vertes et
fertiles, de belles communications, des moyens de transport et de
commerce, de jolies villes; tout cela m'a offert un magnifique
spectacle. Que ces contrées auraient de prix pour nous! Qu'il serait
important que nous pussions garder cette barrière, mais que c'est beau
pour tout le monde! J'ai été à Worms; c'est une ville commerçante et
fort bien bâtie; elle a été l'asile des émigrés pendant longtemps.
Quoique haïs là moins qu'ailleurs, ils n'y sont point aimés: il paraît
que l'opinion est à peu près partout la même sur leur compte.

«J'ai vu dans cette ville un monument du système absurde dont nous
avons été quelque temps les victimes: un fort beau palais a été brûlé
solennellement parce que le prince de Condé l'a habité pendant quelque
temps. Malgré cette circonstance, il aurait beaucoup de prix
aujourd'hui pour faire un hôpital, car nos malades sont placés dans un
local dont l'air est bien plus malsain que ne l'était celui qu'on a
purifié par le feu.

«J'ai cru remarquer, dans mon voyage, que le caractère des Allemands
était beaucoup au-dessus de celui des Italiens. Les premiers sont
serviables, francs et loyaux, tandis que les derniers manquent de
toutes ces qualités. Sous tous les rapports, il vaut mieux habiter chez
ceux-là.»

MARMONT À SON PÈRE.

    «Ober-Ingelheim, 1er septembre 1795.

«Mon cher père, la nouvelle du passage du Rhin se répand en ce moment,
et elle paraît plus que probable. Il est constant que nous nous sommes
emparés, auprès de Coblentz, d'une île qui est à une très-petite
distance de la rive droite du Rhin, et que, dans ce moment-ci, nous
devons être établis de l'autre côté du fleuve. La campagne va donc
commencer: il est temps qu'elle s'ouvre. Les opérations ne peuvent être
que brillantes, car l'armée est animée d'un bon esprit. Pour mon compte,
je suis fort aise de sortir de l'inaction dans laquelle nous étions
plongés, et parce qu'il se présente de nouveaux triomphes à obtenir, et
parce que les travaux du moment amènent plus sûrement et plus
promptement la paix.

«Ne vous inquiétez pas des dangers que je vais courir; j'ai échappé à
ceux que je brave depuis trois ans, et je ne vois pas pourquoi l'étoile
qui me protége m'abandonnerait aujourd'hui. Au reste, je les crains peu,
et je regarde leur perspective moins désagréable que la
disette.--Rassurez-vous donc. Vous m'avez bien jugé quand vous avez
pensé que les besoins n'étaient pas capables de m'abattre; mais mon
courage ne doit pas vous les faire oublier.

«Je ne suis pas encore instruit du sort de Bonaparte. Puisqu'il en est
heureux, je l'apprendrai avec le plus vif plaisir. Notre séparation ne
doit en rien diminuer l'attachement que je lui ai voué.»

MARMONT À SA MÈRE.

    «Quartier général d'Ober-Ingelheim, 12 septembre 1795.

«J'avais bien raison de vous écrire, il y a peu de temps, ma chère mère,
que, si l'armée devenait active, ma position serait fort agréable. Je
suis au centre des affaires, et j'y ai beaucoup d'influence.
L'artillerie était ici désorganisée; aujourd'hui elle est sur un
très-bon pied; tout se fait avec ordre et méthode; j'espère que, si
elle agit, elle ne sera pas en arrière de ses devoirs. Je vous dis avec
un peu de vanité ce que je pense; je me serais dispensé de vous écrire
tout cela si je n'eusse pas été persuadé de l'intérêt que vous prenez
au succès que j'obtiens, et si je n'eusse pas cru que vous ne
m'accuseriez pas de présomption pour vous dire aussi franchement ce que
j'espère. Autant le commencement de l'été a été vilain ici, autant la
fin en est belle.

«Cette époque-ci est bien intéressante pour la République. Les nouvelles
de l'intérieur portent un caractère aussi important que celles des
armées. Nous avons tous ici maintenant adopté la constitution. Que
partout l'opinion soit la même, et qu'enfin une réunion sincère nous
assure la jouissance des biens pour lesquels nous avons combattu. Adieu,
ma tendre mère,» etc., etc.

MARMONT À SON PÈRE.

    «Quartier général d'Ober-Ingelheim, 19 septembre 1795.

«Vous êtes sans doute instruit, mon cher père, de tous nos succès. Vous
savez que Manheim est à nous. La possession de cette place nous assure
la plus brillante campagne. Manheim est un dépôt qui nous est confié et
dont nous n'abuserons pas, mais qui nous est d'un grand secours. Cette
ville nous assure un point sur la rive droite du Rhin; elle nous sert
de dépôt; elle nous donne le passage du Necker; elle rompt la ligne des
ennemis et les force à s'éloigner en les divisant; elle nous donne la
paix.

«L'armée de Sambre-et-Meuse a fait les progrès les plus rapides; elle a
constamment battu l'ennemi, dont on ne peut guère comparer la retraite
qu'à celle que nous avons faite en 93, avant la bataille de Nerwinde.
Le découragement le mieux prononcé est chez tous les soldats
autrichiens, tandis que rien ne peut peindre le zèle et l'enthousiasme
des nôtres.

«Les ennemis ont déjà évacué tout le Rhingau. Les troupes des Cercles
gardent seules le fort d'Ehrenbreistein, vis-à-vis Coblentz; et,
quoique sa position lui donne des moyens de défense particuliers, sa
petitesse et la nature des troupes qui le défendent nous en assurent la
prochaine possession.

«J'ai été avant-hier à Oppenheim, j'ai fait armer toutes les batteries,
et nous aurions pu, avec vingt pièces de canon que j'y ai fait placer,
forcer l'ennemi à s'éloigner de la rive droite, si nous avions eu les
moyens de l'y remplacer.--Les transports nous ont manqué, et, malgré
notre bonne envie, nous n'avons pas pu effectuer le passage hier.
Probablement la partie sera remise à après-demain. Il doit y arriver
aujourd'hui trois bateaux, demain trois autres. Avec ces six bateaux,
nous formerons un pont volant qui nous transportera environ deux mille
hommes par passage. Nous réaliserons ce projet, je l'espère, sans
grande peine. Notre position est si brillante, nos dispositions si
belles, que l'ennemi ne peut pas même avoir l'idée de se défendre:
aussi n'a-t-il fait que des dispositions insignifiantes.

«Ce passage est d'une grande importance, et voici pourquoi. Pichegru
n'a avec lui que fort peu de troupes, et, avant qu'il puisse descendre
le Rhin, il faut qu'il reçoive des renforts.

«Jourdan arrive, et, d'après les apparences, les débris de l'armée de
Clerfayt livreront bataille sur le Mein. Il est donc nécessaire de
faire diversion, de l'inquiéter et de le forcer à se retirer par le
pays de Darmstadt et la forêt Noire; car, s'il attendait, sa position
ne serait nullement brillante. La neutralité de Francfort, garantie par
les Prussiens, le force à faire une marche latérale, et, dans cinq ou
six jours, il se trouverait chargé par une armée victorieuse, pris de
front et de flanc par des troupes fraîches qui brûlent du désir de
combattre. Le seul parti qui lui reste donc est de hâter sa retraite
pour rejoindre Wurmser, qui commande quatre-vingt mille Autrichiens
dans le haut Rhin, et occuper seulement la Bavière et le Brisgau.

«Le général Wurmser a, dit-on, fait un mouvement pour se rapprocher de
nous. J'imagine que notre passage à Manheim va lui faire changer ses
calculs, car alors les soixante mille hommes que nous avons dans le
haut Rhin le suivraient bientôt. Il sort beaucoup de chevaux, de
troupes et de voitures de Mayence: il est probable que les Autrichiens
ou prennent le parti de l'évacuer et de n'y laisser que les troupes des
Cercles, ou vont renforcer l'armée de Clerfayt.

«Quoi qu'il en soit, il est certain que Mayence sera cerné dans huit
jours, et que, dans peu, nous chaufferons cette ville vigoureusement.
Je parierais que, dans six semaines, nous en serons les maîtres.»

MARMONT À SON PÈRE.

    «Ober-Ingelheim, 12 octobre 1795.

«À mon départ de Paris, mon tendre père, je voyais grossir le parti qui
devait balancer la Convention, et j'étais parfaitement convaincu que
l'abolition complète du terrorisme produirait une réaction. Je l'avais
fixée à trois mois, et je ne m'étais guère trompé. Confiant dans la
grande masse des habitants de Paris, dans l'opinion bien prononcée de
la Convention et des troupes qu'elle a appelées près d'elle, je voyais
avec tranquillité s'avancer le moment du dénoûment, et j'étais surtout
rassuré depuis quelques jours par les changements sensibles, par les
insinuations de paix faites par quelques journaux royalistes.

«Ce n'est pas seulement à Paris qu'on se bat, mon tendre père, mais
aussi aux armées; ce sont effectivement elles qui le font le plus
souvent et le plus volontiers. Celle de Sambre-et-Meuse est depuis hier
soir aux prises avec l'ennemi; on ne connaît pas encore les résultats.

«Sa position est assez belle: elle occupe la rive droite du Mein, et sa
gauche est appuyée au territoire neutre de Francfort. Si l'ennemi
l'attaque de front, toutes les probabilités de la victoire sont pour
elle; s'il ne respecte pas la neutralité de Francfort, alors sa
résistance est impossible. Elle est forcée à la retraite et ne peut
prendre une position défensive que derrière la Lahn, et, alors, adieu
toute notre campagne, tous nos succès et le siége de Mayence! Nous ne
sommes encore instruits ici d'aucun détail.--Nous savons seulement:

«Que le quartier général de l'armée de Sambre-et-Meuse, qui était à
Wiesbaden, est parti hier, et a rétrogradé à six lieues;

«Qu'une division de notre armée, qui avait passé avant-hier le Rhin,
pour renforcer l'armée d'observation, l'a repassé hier avec beaucoup de
précipitation et de confusion.

«Assurément, quelles que soient les causes de ces mouvements, ils sont
bien maladroits.

«Je remonterai plus haut, et je vous dirai qu'une épouvantable rivalité
éclate entre Jourdan et Pichegru; que Jourdan, qui a pour lui les
victoires, a obtenu que les quatre divisions de l'armée de
Rhin-et-Moselle, qui sont devant Mayence, seraient sous son
commandement, et feraient momentanément partie de l'armée de
Sambre-et-Meuse; que le général qui commandait ces quatre divisions a
été remplacé par un autre; que tout ce qui appartient à l'armée de
Rhin-et-Moselle perd son prix pour cette seule raison-là; que celle de
Sambre-et-Meuse se croit autorisée à tout envahir, à tout faire, à tout
ordonner pour sa plus grande gloire, et qu'enfin la réunion de tant de
partis hétérogènes désorganise tout à un point que rien ne peut
exprimer. L'artillerie, au milieu de ce chaos, reste à peu près intacte
et montre encore l'exemple de l'harmonie.

«J'ignore quels vont être les résultats de tout ceci. Il me paraît
clair que, si l'armée de Sambre-et-Meuse est victorieuse, Mayence sera
bientôt à nous et la paix bientôt faite; que si, au contraire, elle est
battue, elle se retirera, et que nous, nous en ferons autant, car
comment tenir ici et pourquoi le faire? Si Mayence est débloqué, nous
pourrions rester à ses portes éternellement, sans jamais y entrer.

«Voilà donc la destinée d'un grand empire confié au sort d'une
bataille!»

MARMONT À SA MÈRE.

   «31 octobre 1795.

«Je viens d'apprendre, ma tendre mère, qu'il y avait une poste ici;
j'en profite pour vous dire que je suis en parfaite santé, qu'au milieu
de toute la bagarre je n'ai eu à supporter que de la fatigue, et que je
n'ai couru de danger que dans la journée malheureuse du 7.

«L'armée est à la débandade. Jamais déroute n'a été plus complète: il
n'existe pas quinze cents hommes réunis. Notre immense artillerie a été
prise, parce que nous avons manqué de chevaux pour l'emmener: nous
avons perdu deux cents pièces de canon.

«L'armée ne s'est pas battue; il y avait trois causes pour cela: son
moral était affecté de la retraite de l'armée de Sambre-et-Meuse; elle
est en paix depuis douze mois, et elle ne se souciait pas de passer
l'hiver affreux qui lui était préparé.

«J'ai été pris par des hussards autrichiens le 7 au matin. J'étais
occupé à rallier un régiment de cavalerie qui fuyait, et j'ai été
délivré par un trompette du même régiment, qui, à lui seul, avait plus
de courage que tout son corps.

«Une heure après, j'étais allé à la droite de l'armée pour voir où en
étaient les choses et pour joindre l'artillerie à cheval, lorsque je
suis tombé dans un peloton de Kaiserlichs qui m'a vigoureusement chargé:
la bonté et la vitesse de mon cheval m'ont sauvé. Le cavalier
d'ordonnance qui était avec moi, étant moins bien monté, a été pris.

«Les généraux ont manqué de tête: il y en a un de pris et un autre de
tué. Les colonnes restantes de l'armée marchent sans destination, et à
peine nos places pourront-elles nous offrir un abri. Cependant l'ennemi
est encore loin, et, s'il y eût eu plus d'ordre, on eût pu faire une
brillante retraite; mais un corps dont toutes les parties se désunissent
n'est bon à rien tant qu'il reste dans cet état.

«Les ennemis vont nécessairement s'emparer de Manheim; c'est leur seul
projet: la campagne est trop avancée pour vouloir entamer la frontière.»



LIVRE DEUXIÈME

1797--1798

Sommaire.--Masséna.--Augereau.--Serrurier.--Laharpe.--Steigel.
--Berthier.--Montenotte (11 avril 1796).--Dego.--Mondovi.--Cherasco.
--Mission de Junot et de Murat.--Passage du Pô (16 et 17
mai).--Lodi.--Milan.--Pavie.--Borghetto.--Valleggio: création des
guides.--Vérone.--Mantoue investie.--Emplacement de l'armée
française.--Anecdotes.--Madame Bonaparte.--Armistice avec le roi de
Naples.--Surprise du château Urbain.--Siége de Mantoue.--Lonato (3 août
1796) .--Anecdote.--Castiglione (5 août).--Roveredo.--Trente.--Lavis.
--Bassano.-- Cerea.--Deux Castelli.--Saint-Georges.--Marmont envoyé à
Paris.--Arcole (17 novembre).--Les deux drapeaux.--Réflexions sur les
opérations de Wurmser.--Rivoli (15 janvier 1797).--La Favorite (17
janvier).--Capitulation de Mantoue (2 février).--Expédition contre le
pape Pie VI.--Trait de présence d'esprit de Lannes.--Prise
d'Ancône.--Singulière défense de la garnison.--Monge et
Berthollet.--Tolentino.--Pie VI.--Rome.--L'armée française entre dans
les États héréditaires (10 mars 1797).--Tagliamento (16 mars).--Joubert
dans le Tyrol.--Neumarck (13 avril).--Mission de Marmont auprès de
l'archiduc Charles.--Armistice de Leoben (avril 1797).--Causes des
premières ouvertures faites par Bonaparte.--Traité préliminaire de paix
avec l'Autriche (19 avril).--Réponse de M. Vincent à
Bonaparte.--Troubles de Bergame (12 mai).--Venise se déclare contre la
France.--Mission de Junot.--Le général Baraguey-d'Hilliers marche sur
Venise.--Entrée des Français dans la ville.--Création de la République
transpadane.--Alliance avec la Sardaigne.


J'arrivai à l'armée au commencement du mois de germinal (à la fin de
mars), et je ne perdis pas un moment pour remplir ma mission. L'armée
occupait toute la rivière du Ponent, y compris Savone; le besoin de
protéger sa communication avec Gênes et d'imposer au gouvernement
génois avait fait porter une brigade, commandée par le général Cervoni,
jusqu'à Voltri; ce mouvement imprudent et inutile, donnant de la
jalousie à l'ennemi, le fit entrer en campagne, et, par suite, nous
obligea à y entrer nous-mêmes avant d'avoir achevé nos préparatifs,
c'est-à-dire quelques jours plus tôt que ne l'avait calculé le général
Bonaparte.

Voici en quoi consistait l'armée d'Italie: ses forces (je parle de ce
qui pouvait entrer en campagne et formait la partie active et
disponible de l'armée), se composaient de cinquante-neuf bataillons et
vingt-neuf escadrons; l'effectif présent sous les armes de ces
cinquante-neuf bataillons s'élevait à vingt-huit mille huit cent vingt
hommes d'infanterie, mourant de faim et presque sans chaussures; mais
ces vingt-huit mille hommes étaient de vieux soldats, braves, aguerris
depuis longtemps, accoutumés au succès et vainqueurs en maints combats
des mêmes ennemis qu'ils allaient combattre; vainqueurs aussi des
Espagnols, qu'ils avaient forcés à conclure la paix; ils étaient encore
remplis des souvenirs de la victoire de Loano. Vingt-quatre pièces de
montagne composaient toute l'artillerie; les équipages consistaient en
quelques centaines de mulets de bât, et la cavalerie, renvoyée en
partie sur le Var, et même sur la Durance, par suite du manque de
fourrage, ne comptait que quatre mille chevaux étiques. Le trésor ne
s'élevait pas à trois cent mille francs en argent, et il n'y avait pas,
sur le pied de la demi-ration, des vivres assurées pour un mois.

L'armée était formée en quatre divisions, commandées par les généraux
Masséna, Augereau, Serrurier et Laharpe. La division Laharpe occupait
Voltri, la division Masséna Savone, la division Augereau la Pietra et
les positions qui la couvrent, enfin la division Serrurier Ormea.

La cavalerie était commandée par le général Stengel. Avant de commencer
le récit des opérations, il convient de faire connaître les personnages
qui y ont joué les principaux rôles.

Masséna était âgé de trente-huit ans, dans la force de l'âge. Il avait
été soldat dans le régiment Royal-Italien, et, après avoir servi
quatorze ans sans pouvoir franchir le grade d'adjudant sous-officier,
il avait pris son congé et s'était marié à Antibes. La formation des
bataillons de volontaires réveilla son instinct belliqueux. Il fut
d'abord adjudant-major dans le troisième bataillon du Var, et, s'étant
distingué à l'armée d'Italie, il eut un avancement rapide, fut fait
général de brigade en 1793, et général de division en 1794. Il avait
combattu avec gloire devant Toulon, à l'attaque de la gauche, et,
pendant toute la campagne de la rivière de Gênes, il avait joué un rôle
principal. Son corps de fer renfermait une âme de feu, son regard était
perçant, son activité extrême: personne n'a jamais été plus brave que
lui. Il s'occupait peu de maintenir l'ordre parmi ses troupes et de
pourvoir à leurs besoins; ses dispositions étaient médiocres avant de
combattre; mais, aussitôt le combat engagé, elles devenaient
excellentes, et, par le parti qu'il tirait de ses troupes dans l'action,
il réparait bien vite les fautes qu'il avait pu commettre auparavant.
Son instruction était faible, mais il avait beaucoup d'esprit naturel,
une grande finesse et une profonde connaissance du coeur humain; d'une
impassibilité extrême dans le danger, d'un commerce sûr, il possédait
toutes les qualités d'un bon camarade; très-rarement il disait du mal
des autres. Il aimait beaucoup l'argent, il était fort avide et
très-avare, et s'est fait cette réputation bien longtemps avant d'être
riche, parce que son avidité l'a empêché d'attendre des circonstances
importantes et favorables; aussi a-t-il compromis son nom dans une
multitude de petites affaires, en levant de faibles contributions. Il
aimait les femmes avec ardeur, et sa jalousie rappelait celle des
Italiens du quatorzième siècle. Il jouissait d'une grande considération
parmi les troupes, considération justement acquise; il était dans de
bons rapports avec le général Bonaparte, à la capacité duquel il
rendait justice; il était loin de le croire son égal comme soldat. La
nomination de celui-ci dut lui paraître pénible, cependant il n'en
témoigna rien ostensiblement; seulement il considéra son obéissance
comme méritoire. Masséna a eu une carrière bien remplie, d'une manière
naturelle, honorable et glorieuse, et s'est fait un grand nom. Il n'y
avait pas en lui les éléments nécessaires à un général en chef du
premier ordre, mais jamais il n'a existé un homme supérieur à lui pour
exécuter, sur la plus grande échelle, des opérations dont il recevait
l'impulsion. Son esprit n'embrassait pas l'avenir, et ne savait pas
prévoir et préparer; mais personne ne maniait avec plus de talent, de
hardiesse et de courage ses troupes sur un terrain, dont ses yeux
embrassaient le développement. Tel était Masséna.

Augereau était d'un an plus âgé que Masséna, c'est-à-dire qu'il avait
trente-neuf ans en 1796. Sa vie avait été celle d'un aventurier mauvais
sujet. Soldat en France et déserteur, soldat en Autriche, en Espagne,
en Portugal, et déserteur de ces services, soldat à Naples et ensuite
maître d'armes, la Révolution l'avait rappelé en France. Il commença à
servir dans un bataillon de volontaires à l'armée des Pyrénées
orientales, et parvint successivement, à cette armée, jusqu'au grade de
général de division. Sa haute stature lui donnait un air assez martial,
mais ses manières étaient triviales et communes, sa mise était souvent
celle d'un charlatan. D'un esprit peu étendu, et cependant se rappelant
assez bien ce qu'il avait vu en courant le monde, il s'occupait
beaucoup de ses troupes et était bon homme dans ses rapports habituels;
bon camarade et serviable; d'une bravoure médiocre, disposant bien ses
troupes avant le combat, mais les dirigeant mal pendant l'action, parce
qu'il en était habituellement trop éloigné. Assez hâbleur, il se
croyait un grand mérite et capable de commander une grande armée: le
prétendu drapeau porté sur le pont d'Arcole, raconté partout, n'a rien
de vrai, ainsi que je l'expliquerai en temps et lieu. Il aimait
l'argent; mais, fort généreux, il avait presque autant de plaisir à le
donner qu'à le prendre; malgré son origine, il était magnifique dans
ses manières: quoique son nom ait souvent été accolé à celui de Masséna,
ce serait faire injure à la mémoire de celui-ci que d'établir entre
eux la moindre comparaison.

Serrurier était d'un âge déjà fort avancé, et avait servi dans le
régiment de Médoc, où il était parvenu au grade de lieutenant-colonel.
Sa taille était haute, son air sévère et triste, et une cicatrice à la
lèvre allait bien à sa figure austère. Aimant le bien, probe,
désintéressé, homme de devoir et de conscience, il avait des opinions
opposées à la Révolution: depuis le commencement de la guerre,
constamment aux avant-postes, il s'occupait de ses devoirs et non
d'intrigues, était respecté et estimé: il voyait ordinairement tous les
événements en noir. Son âge et sa position sociale l'avaient fait
arriver très-promptement du grade de lieutenant-colonel à celui de
général de division.

Laharpe avait servi dans le régiment d'Aquitaine, où je l'ai connu
lieutenant-colonel. Bel homme de guerre, mais ayant assez peu de tête
et pas beaucoup plus de courage, il était Suisse du pays de Vaud, et
cousin du célèbre Laharpe, précepteur de l'empereur Alexandre.
Compromis par quelque entreprise révolutionnaire, et condamné à mort
dans son pays, il était entré dans nos rangs par suite de cette
circonstance; il a péri au commencement de la campagne.

Stengel avait été colonel du régiment de Chamboran, hussards, et
passait pour un excellent officier de cavalerie; il a péri en entrant
en campagne.

Berthier avait quarante-trois ans; l'avancement rapide qu'il avait eu
par l'état-major avant la Révolution, la guerre d'Amérique qu'il avait
faite avec distinction, et son âge, lui avaient donné une fort grande
réputation. Berthier était d'une grande force de tempérament, d'une
activité prodigieuse, passant les jours à cheval et les nuits à écrire;
il avait une grande habitude du mouvement des troupes et de la triture
des détails du service. Fort brave de sa personne, mais tout à fait
dépourvu d'esprit, de caractère et des qualités nécessaires au
commandement, à cette époque c'était un excellent chef d'état-major
auprès d'un bon général.

Voilà quels étaient les hommes qui allaient avoir Bonaparte pour chef.
Mais ce Bonaparte, que notre imagination nous rappelle puissant,
glorieux et victorieux, n'avait jamais commandé: si son nom n'était pas
inconnu à l'armée d'Italie, jamais on ne l'avait associé à l'idée du
pouvoir suprême. La nature lui avait donné le génie de la guerre:
quelques individus avaient pu le deviner par ses conversations, par des
mémoires; mais le peuple de l'armée n'en savait rien, et ce peuple,
avant d'avoir foi en ses chefs, veut les voir au grand jour. C'est par
leurs actions, et surtout par les résultats, qu'il les juge, et avec
raison; car, quoiqu'il y ait tout à la fois des exemples de gloire
usurpée, d'actions dont le mérite n'appartient pas aux généraux
auxquels on les attribue, et de gens d'un mérite supérieur dont la
fortune a trahi les efforts, si on prenait, pour établir les
réputations, d'autres bases que celles des résultats, on risquerait
d'être encore bien plus souvent dans l'erreur; aussi les gens de guerre,
soldats et officiers, attendent-ils qu'un général ait mérité leur
confiance pour la lui accorder, et cependant cette confiance est un des
premiers éléments du succès. Quand Bonaparte a commencé ses opérations,
elles n'étaient pas entreprises avec cet appui. La confiance est le
premier élément des succès, parce qu'elle est le complément de la
discipline et de l'instruction. En effet, l'organisation, la discipline
et l'instruction ont pour objet de faire d'une réunion d'hommes un seul
individu: or les parties qui la composent ne sont pas compactes si la
confiance ne vient pas donner une sorte d'énergie à ce que
l'instruction et la discipline ont déjà produit. Non-seulement cette
confiance, cette foi en son chef, qui décuple les moyens,
n'accompagnait pas les ordres de Bonaparte, mais les rivalités et les
prétentions de généraux beaucoup plus âgés et ayant depuis longtemps
commandé devaient ébranler les dispositions à l'obéissance. Il faut le
dire cependant: les succès vinrent si vite, ils furent si éclatants,
que cet état de choses ne dura pas longtemps. Au surplus, l'attitude de
Bonaparte fut, dès son arrivée, celle d'un homme né pour le pouvoir. Il
était évident, aux yeux les moins clairvoyants, qu'il saurait se faire
obéir; et, à peine en possession de l'autorité, on put lui faire
l'application de ce vers d'un poëte célèbre:

    «Des égaux? dès longtemps Mahomet n'en a plus.»

J'ai fait connaître la force de l'armée française et son état: il faut
maintenant indiquer la force et la position de l'ennemi. L'armée
autrichienne se composait de quarante bataillons, quatorze escadrons,
cent quarante-huit pièces de canons et treize escadrons napolitains. Il
y avait dans cette armée des troupes médiocres, les régiments
Belgiojeso et Caprara, composés d'Italiens. Certes, ces régiments ne
pouvaient pas faire deviner le parti que nous étions destinés à tirer
de leurs compatriotes.

L'armée piémontaise, réunie sur ce point aux Autrichiens, s'élevait à
quinze mille hommes d'infanterie, non compris vingt-cinq mille occupant
les Alpes depuis le col de Tende et le mont Saint-Bernard. Le général
Colli la commandait sous les ordres du duc d'Aoste, généralissime. Ces
troupes, excellentes, animées de l'esprit le plus militaire, étaient
parfaitement pourvues de toutes choses. Les Piémontais couvraient Ceva
et Millesimo: la jonction des deux armées se faisait sur les bords de
la Bormida; mais les deux armées manoeuvraient chacune pour leur compte
et sans ensemble. Nous avions en outre devant nous les places dont le
Piémont est hérissé et les obstacles que nous présentait le passage des
montagnes; après les avoir traversées, il fallait combattre dans la
plaine avec une infanterie dépourvue d'artillerie, avec une misérable
cavalerie, contre des troupes de toutes armes combinées et bien
organisées. En un mot, nous avions contre nous des ennemis dans la
proportion de deux contre un, des positions à enlever, des places à
prendre et des armées bien organisées, tandis que nous n'avions que de
l'infanterie; mais nous avions un homme à notre tête, et il manquait un
homme aux ennemis.

Avant d'entrer dans le détail des opérations, je veux cependant
expliquer les circonstances qui nous furent favorables dans cette
campagne.

L'armée, comme je l'ai dit, était très-aguerrie et composée de soldats
excellents: trois campagnes faites dans ces pays difficiles, où une
multitude de combats avaient été livrés, l'avaient accoutumée aux
fatigues et aux dangers.

Les affaires de postes, si fort du goût du soldat français, en rapport
avec son intelligence et son caractère, sont la meilleure éducation
qu'on puisse donner à des troupes nouvelles: dans ce genre de guerre
les troupes françaises seront toujours remarquables et supérieures aux
troupes allemandes, à cause de leur activité intelligente et de
l'amour-propre qui les distingue. Eh bien, cette guerre d'Italie, si
célèbre, conduite avec des troupes peu manoeuvrières, ne se composa, à
deux exceptions près, que d'affaires de postes, de combats partiels. Au
début de la campagne, notre champ de bataille était dans des montagnes
âpres; dans la Lombardie, ce fut dans les défilés dont elle est remplie
par sa culture, ses rivières, ses canaux et ses irrigations. Le génie
de cette guerre était dans de bonnes dispositions stratégiques, dans la
rapidité des mouvements et la vivacité des attaques; et nos troupes
comme leur chef étaient éminemment propres à ce genre d'opérations.
Aussi tout leur réussit-il. Une guerre qui, après le passage des
montagnes, eût été faite dans un pays nu et découvert, où il eût fallu
manoeuvrer avec des troupes formées par ailes et par lignes, nous aurait
peut-être fort embarrassés; plus tard, l'armée française est devenue
très-manoeuvrière, et la plus manoeuvrière de l'Europe, et son chef, le
général qui a le mieux su remuer de grandes masses; mais alors
l'éducation de tout le monde était à faire, et, pour le terrain où nous
devions combattre, nous possédions au plus haut degré les qualités
nécessaires.

Après avoir parcouru toutes les divisions de l'armée, je me rendis près
du général en chef à Albenga, pour lui rendre un compte détaillé de la
situation des choses; dès le lendemain, il me fit repartir pour la
division Laharpe, établie aux portes de Gênes: les rapports sur les
mouvements des Autrichiens dans cette partie lui donnaient des
inquiétudes. Ces inquiétudes étaient fondées, la position des troupes
françaises à Voltri était très en l'air, et les mettait tout à fait à
la discrétion du général autrichien. D'après les instructions dont
j'étais porteur, l'ennemi s'étant montré en force, nous fîmes notre
retraite en nous approchant de Savone, et nous nous portâmes à
Montelegino. Le général Bonaparte arrivait en même temps à Savone. Le
général Beaulieu fut inepte dans ce début de campagne: au lieu d'aller
parader inutilement devant Gênes, s'il avait profité de sa supériorité
numérique, de ses forces et de leur réunion exécutée avant la nôtre,
marché vigoureusement sur Savone par Altare, comme le général Colli le
proposa (et le moindre succès l'y faisait arriver), il coupait la
division Laharpe, et la forçait de se faire jour, l'épée à la main, au
travers de l'armée autrichienne, ou de mettre bas les armes; elle
aurait été dans la position la plus critique; mais Beaulieu eut la
crainte ridicule de voir le général Bonaparte enlever Gênes, et, pour
l'empêcher, il voulut couvrir cette ville et occuper Voltri.

Le 21 germinal (11 avril) ce mouvement s'était exécuté. Le 22 (12
avril), le général Argenteau se porta avec douze bataillons sur
Montelegino, et se plaça en face du point extrême qu'occupait la
division Masséna, point de la plus haute importance; sa conservation
donnait le moyen de déboucher par les hauteurs, qui commandent la
vallée de la Bormida. Ce poste retranché était défendu par un bataillon
de la trente-deuxième et commandé par le colonel Rampon. L'ennemi
essaya vainement de l'enlever, ses efforts furent inutiles et
impuissants. Dans la nuit, toute la division Masséna arriva par Altare
et Carcare, déboucha de la position occupée par Rampon, tourna l'ennemi,
le culbuta à Montenotte et le poursuivit jusque sur les hauteurs de
Cairo, où un nouvel engagement eut lieu. La division Laharpe, pendant
ce mouvement, flanquait la droite de la division Masséna et marchait
sur Sozzello, et la division Augereau, après avoir replié tous ses
postes de montagne, arrivait en seconde ligne et campait à Carcare.

Renforcé de quatre bataillons piémontais, le général Argenteau prit
position à Dego; il avait appelé à lui le colonel Vukassowich, venant
de Sozzello avec cinq bataillons; mais cet officier, par suite d'une
erreur de date dans l'ordre du mouvement, n'arriva pas le 14, jour
auquel il était attendu. Cette position de Dego était bonne et couverte
en partie par la Bormida: les Piémontais occupaient celle de Millesimo,
et, en avant, le vieux château de Cossaria. Les divisions Masséna et
Laharpe se réunirent pour attaquer les Autrichiens; j'étais à cette
affaire, et je fus chargé de conduire l'attaque de l'extrême gauche, à
la tête d'un bataillon de la brigade du général Causse. Nous passâmes à
gué la Bormida, sous le feu de l'ennemi; nous eûmes bientôt gravi la
montagne, enlevé toutes les positions et les retranchements, pris les
dix-huit bouches à feu qui les défendaient et fait sept bataillons
prisonniers. Ainsi le succès le plus complet couronna les efforts de
cette journée, et, les troupes ayant agi avec vigueur et sans
hésitation, notre perte fut très-modérée. Pendant ce temps, le général
Augereau, avec sa division, avait pris position en face de l'armée
piémontaise et bloqué le vieux château de Cossaria. L'ennemi avait
occupé cette masure avec douze cents hommes, à la tête desquels se
trouvait le lieutenant général Provera. Le général Colli, informé de la
défaite du général Argenteau, lui avait donné l'ordre de la défendre à
outrance. Rien ne peut justifier une pareille disposition; ce poste,
isolé du reste de l'armée, nous gênait, mais ne défendait rien, et les
troupes qui l'occupaient ne pouvaient y rester trois jours,
puisqu'elles s'y trouvaient sans vivres, sans eau et sans munitions.
Les Piémontais de Millésimo et du camp retranché de Ceva devaient, sans
perdre un instant, tomber sur la division Augereau, qui couvrait notre
gauche, la culbuter et venir au secours des Autrichiens, avec lesquels
nous étions aux prises. Si ce mouvement, indiqué et commandé par
l'évidence, eût été exécuté, il est possible que cette mémorable
campagne, à juste titre l'admiration des gens du métier, et destinée à
être l'étonnement de la postérité, eût échoué en naissant, car, en
supposant même que les succès des Piémontais n'eussent pas été complets
et décisifs, si les événements nous eussent forcés à séjourner
seulement huit jours de plus dans la vallée de la Bormida, la misère et
l'embarras des subsistances, dont les effets étaient portés à leur
comble dès le quatrième jour et causaient les plus grands désordres,
auraient détruit l'armée; elle aurait cessé d'exister; son salut
dépendait donc de la célérité des mouvements et de la promptitude des
succès.

Le lendemain de l'affaire de Dego, je fus envoyé auprès du général
Augereau pour le suivre dans ses opérations. Nous étions autour de
Cossaria; mais Provera, s'attendant à un mouvement de son armée, et
d'ailleurs ayant des ordres positifs de défendre ce mauvais poste, ne
voulait pas l'évacuer. Des conférences, établies pendant une heure
entre nos avant-postes et le fort, n'amenèrent aucun résultat. Il
fallut tenter un coup de main, et, après avoir canonné pendant quelques
instants avec nos pièces de montagne le fort dépourvu d'artillerie, les
colonnes s'ébranlèrent et arrivèrent jusqu'au pied de ses murailles en
ruines. Le général Brunel, brave soldat venant de l'armée des Pyrénées,
fut tué: huit cents hommes furent mis hors de combat, et nous dûmes
nous replier. Le lendemain, le général Provera capitula, et les douze
cents hommes de belles troupes que renfermait le château furent
prisonniers de guerre.

Pendant cette action, le 15 au matin, le colonel Vukassowich, qui
aurait dû arriver la veille à Dego, déboucha, par Oneglia, avec cinq
bataillons, et attaqua les hauteurs de Dego. Les troupes françaises
étaient sans défiance: la misère avait forcé un grand nombre de soldats
à se répandre dans la campagne pour y chercher des vivres, et Dego fut
évacué dans le plus grand désordre; cependant l'énergie des généraux,
des officiers, des soldats présents, répara promptement ce malheur.
Dego fut repris et l'ennemi chassé de nouveau avec grande perte; il se
retira sur Acqui, et ce fut là que Beaulieu concentra ses forces.

Les Piémontais évacuèrent successivement et presque sans combats les
positions de Millesimo, le camp retranché de Ceva, et abandonnèrent le
fort de Ceva à lui-même. Le général Serrurier, après avoir battu les
Piémontais à Bagnasco et Ponte-Nocetto, entra dans la ville de Ceva, et
fit ainsi sa jonction avec la division Augereau et le gros de l'armée.

Les Piémontais se retirèrent derrière la Corsaglia, et les Autrichiens
sur Acqui; dès ce moment, la campagne était décidée: cette retraite
excentrique assurait la continuation de nos succès. Laharpe, resta
d'abord à Dego, puis suivit le mouvement général et se porta sur Acqui
en passant par San Benedetto, de manière à ne pas cesser de nous
couvrir contre les Autrichiens, pendant que nous opérions contre les
Piémontais, et en restant toutefois toujours en communication avec
l'armée. La division Masséna passa le Tanaro à Ceva, et alla prendre
position à Lesegno, au confluent de la Corsaglia et du Tanaro.

La division Serrurier, impatiente de se distinguer, tenta à elle seule
de passer la Corsaglia. Elle se battit à Saint-Michel; mais, le pillage
ayant causé du désordre, l'ennemi revint sur elle, et le général Colli
(le jeune), qui, depuis, a servi avec distinction dans nos rangs, força
cette division à repasser la rivière, après avoir éprouvé d'assez
grandes pertes. L'arrivée de la division Masséna à Lesegno détermina
l'ennemi à évacuer les bords de la rivière et à se retirer dans une
belle position qui couvre immédiatement Mondovi. Le général en chef,
resté avec la division Masséna, me chargea de suivre les mouvements de
la division Serrurier, soutenue par la cavalerie du général Stengel,
qui débouchait par Lesegno.

Arrivés en face de Mondovi, nous trouvâmes environ huit mille
Piémontais, occupant une belle position armée d'une assez nombreuse
artillerie: Serrurier prit aussitôt la résolution de les attaquer; ses
dispositions furent faites en un moment: former ses troupes en trois
colonnes, se mettre à la tête de celle du centre, se faire précéder par
une nuée de tirailleurs et marcher au pas de charge, l'épée à la main,
à dix pas en avant de sa colonne, voilà ce qu'il exécuta. Beau
spectacle que celui d'un vieux général résolu, décidé, et dont la
vigueur était ranimée par la présence de l'ennemi! Je l'accompagnai
dans cette attaque, dont le succès fut complet. Les actions énergiques
d'un homme vénérable ont une autorité entraînante, à laquelle rien ne
résiste: près de lui dans ce moment périlleux, je n'étais occupé qu'à
l'admirer. L'ennemi, culbuté, nous abandonna sa nombreuse artillerie:
je la fis retourner et servir immédiatement contre la ville, qui, après
une canonnade de quelques moments, nous ouvrit ses portes.

La cavalerie du général Stengel, composée du 1er régiment de hussards
et de dragons, appuyait notre mouvement à droite, et devait tourner la
ville pour poursuivre l'ennemi; arrêtée par la cavalerie piémontaise,
elle exécuta diverses charges, dont plusieurs ne furent pas à notre
avantage, et Murat, qui s'y trouva, s'étant conduit avec valeur, il
acquit, en cette circonstance, une certaine réputation: le général
Stengel y fut blessé mortellement.

Le lendemain, l'ennemi se retira en toute hâte, et l'armée marcha dans
différentes directions: la division Serrurier sur Fossano; la division
Masséna sur Bene et Cherasco; la division Laharpe était toujours à
Acqui, en observation devant Beaulieu, dont la retraite s'était opérée
vers Nizza della Paglia.

La ville de Cherasco se trouvait sur la communication directe de Turin.
Cette ville est fortifiée, mais ses remparts n'ont point de
revêtements. Le général en chef m'ordonna d'aller en faire la
reconnaissance, afin de juger ce que nous pouvions entreprendre. Cette
reconnaissance fut l'occasion d'un de ces hasards singuliers dont la
guerre offre beaucoup d'exemples.

La ville étant bloquée seulement en partie, et les postes
d'investissement incomplets et encore assez éloignés, je ne pus m'en
approcher à pied, comme on le fait ordinairement, et c'est à cheval que
je résolus de remplir ma mission: un seul hussard d'ordonnance
m'accompagnait. Le général Joubert, qui commandait la brigade
d'avant-garde, voulant également voir par lui-même, m'aperçut; il vint
se joindre à moi, suivi aussi d'une seule ordonnance: nous étions
arrêtés et occupés à regarder, l'un à côté de l'autre, ayant chacun
notre ordonnance derrière nous, quand un coup de canon à mitraille,
parti de la place, fut tiré sur nous: la mitraille nous enveloppa sans
nous faire de mal, et tua nos deux soldats ainsi que leurs chevaux.

La place de Cherasco était sans approvisionnements; rien n'avait été
préparé pour sa défense; l'ennemi l'évacua aussitôt qu'il vit que nous
nous préparions à l'investir, et dirigea ses troupes sur Carmagnole: le
lendemain de notre entrée, des plénipotentiaires se présentèrent et
proposèrent un armistice, en exprimant le désir de la paix.

Cet armistice était trop dans notre intérêt pour ne pas être accepté;
mais, comme nous étions en plein succès, il était naturel de demander
des garanties. Le général Bonaparte exigea la remise entre ses mains de
cinq places de guerre, qui serviraient de point d'appui à son armée,
protégeraient les communications et recevraient ses dépôts. Ces places
étaient: Alexandrie, Tortone, Coni, Ceva et Demonte. Après une légère
discussion, tout fut accordé. Il fut mis dans la convention, dont les
clauses devaient être secrètes, que le roi de Sardaigne s'engageait à
faire construire un pont sur le Pô à Valence pour être mis à la
disposition de l'armée française. Ce n'était pas assurément dans
l'intention de s'en servir: le général en chef, certain que les
Autrichiens en seraient avertis, voulait les tromper et leur cacher le
véritable point choisi pour le passage. Ce stratagème eut, comme on le
verra plus tard, le plus grand succès.

Le général Bonaparte avait fait partir de Ceva Junot avec les nombreux
drapeaux pris dans les combats de Montenotte, Dego, Mondovi, etc.--Murat
fut expédié de Cherasco, en traversant le Piémont, pour porter à Paris
le traité d'armistice, de manière qu'il arriva dans cette capitale
avant celui de nos camarades que le général en chef avait chargé d'y
présenter nos trophées.

Ce beau métier de la guerre, et de la guerre avec la victoire et les
triomphes, me plaisait tellement, que j'étais loin de former le désir
d'une pareille mission au milieu de l'activité de la campagne. Nous
allions suivre les Autrichiens, passer le Pô; j'aurais été inconsolable
de rester étranger à ces événements, qui promettaient tant de gloire à
l'armée et de si belles opérations à étudier. D'ailleurs mes deux
camarades avaient des grades provisoires, et, en allant à Paris,
c'était un moyen pour eux d'en obtenir la confirmation. Mais cette
mission leur procura de beaucoup plus grands avantages. On était dans
l'ivresse à Paris: les succès de l'armée d'Italie avaient dépassé
toutes les espérances. Ce début consolidait le gouvernement, et il ne
marchandait pas les récompenses. En conséquence, on décida que les deux
aides de camp du général Bonaparte recevraient de l'avancement. Les
marques distinctives qu'ils portaient devaient indiquer leurs grades
actuels; on ne chargea pas les bureaux de faire les propositions, les
nominations étant faites par le Directoire lui-même. Junot fut nommé
chef de brigade ou colonel, et Murat général de brigade. Quoique les
avancements dans des positions analogues soient la grande affaire d'un
officier, tout étant comparaison, et que, dans cette circonstance, mes
intérêts fussent lésés, je n'en éprouvai aucun chagrin. D'abord,
j'avais de l'amitié pour mes deux camarades, et puis je me trouvais
encore mieux traité qu'eux. Tandis qu'ils étaient à Paris, occupés de
plaisirs, moi je restais en face de l'ennemi, et, tous les jours,
j'étais employé à ce qu'il y avait de plus important. D'ailleurs, je me
reposais sans inquiétude sur l'avenir pour un avancement qui ne pouvait
m'échapper.

Le général en chef m'envoya de Cherasco à Turin pour complimenter le
duc d'Aoste, généralissime, et arrêter les détails du passage par le
Piémont des troupes de l'armée des Alpes, destinées dès lors à nous
joindre, et la première route fut ouverte par le col de l'Argentière,
la vallée de la Stura et Coni.

Dans ce mémorable début de la campagne, en moins de vingt jours, deux
armées, chacune presque aussi forte que la nôtre, avaient été battues
et séparées; cinq places de guerre avaient ouvert leurs portes; le
Piémont avait été réduit à demander la paix, et les Autrichiens forcés
à repasser le Pô. Cette même armée, dépourvue de tout, que Schérer, un
mois auparavant, commandait et disait être insuffisante pour la
défensive dans les montagnes, était triomphante, avait dicté des lois,
allait envahir le coeur de l'Italie et échanger sa misère, ses
privations et ses souffrances contre l'abondance, la richesse et les
jouissances de toute espèce.

À peine l'armistice de Cherasco était-il signé, que le général
Bonaparte mit ses troupes en mouvement pour opérer le passage du Pô,
opération difficile. Le Pô, grand fleuve, offre une véritable barrière;
une artillerie nombreuse et de gros calibre, auxiliaire si nécessaire
au passage des rivières, nous manquait; et, bien qu'on fît de grands
efforts, tout en marchant, pour la créer, elle était peu de chose
encore.

Aussi le seul moyen de réussir était dans la rapidité des opérations.
Il fallait profiter de l'effet moral produit sur l'ennemi par nos
prodigieux succès, et surprendre le passage du fleuve avant qu'il pût
être régulièrement défendu. Le 2 mai, Beaulieu repassa le Pô à Valence,
après avoir été rejoint par le corps auxiliaire, commandé par le
général Stubich. Il plaça ses troupes de la manière suivante: il
s'établit de sa personne à Ottobiana avec vingt bataillons et vingt-six
escadrons; il mit huit bataillons et six escadrons à Sommo, sous les
ordres du général Coselmini; quatre bataillons et quatre escadrons de
Frazeruolo à Vercelli, sous les ordres de Vukassowich. Le général
Beaulieu, apprenant la marche des Français à Casteggio, se décida à
passer le Tessin. Il plaça le général Liptay, de l'embouchure de
l'Olona jusqu'à celle du Lambro, avec huit bataillons et six escadrons,
et, plus tard, le 7, il le dirigea sur Plaisance, tandis que lui se
porta, avec sept bataillons et douze escadrons, au camp de Belgiojeso.

Dès le 10 floréal (30 avril), le général Bonaparte avait mis ses
troupes en marche, et, pendant que les Autrichiens croyaient au projet
de passer le Pô à Valence, et prenaient leurs dispositions pour s'y
opposer, les quatre divisions de l'armée se rendaient, par une marche
convergente, à Castel San Giovanni, lieu du rassemblement de toutes les
troupes, la division Laharpe en passant par Tortone et Voghera, la
division Augereau par Castel San Giovanni et Voghera, la division
Masséna par Bra, Alba, Nizza, Voghera, et la division Serrurier par
Cherasco, Alba, Osti, Alexandrie et Voghera. Aussitôt les premières
troupes arrivées à Castel San Giovanni, le général en chef se porta
avec elles à Plaisance, où des moyens de passage considérables se
trouvaient disponibles. Quelques hussards autrichiens seulement étaient
sur l'autre rive, et, les 16 et 17 mai, le passage s'effectua sans
obstacle dans des barques qui portaient le général Dallemagne et le
colonel Lannes; bientôt un pont volant donna des moyens de passage
réguliers. La division Laharpe fut la première qui atteignit la rive
gauche, et successivement les divisions Masséna, Augereau et Serrurier
la suivirent. La division Laharpe rencontra l'avant-garde ennemie à
Fombio: elle la culbuta et la poursuivit jusqu'à Codogno; là elle
trouva le général Liptay, qui, après un léger engagement, se retira sur
Pizzighettone, où la division Laharpe le suivit. La division Masséna,
après avoir servi de réserve à celle de Laharpe, se porta sur
Castel-Pusterlengo, tandis que Beaulieu arrivait en toute hâte avec
sept bataillons, afin de secourir et recueillir les troupes du général
Liptay. Enfin la division d'Augereau marcha sur Borghetto, et celle de
Serrurier sur Pavie.

Codogno fut le théâtre d'un événement funeste: le général Laharpe y
périt de la main de ses propres soldats; pendant une alerte de nuit il
monta à cheval, se porta en avant pour en reconnaître les causes, et, à
son retour, ayant été pris pour l'ennemi, il tomba sous une grêle de
balles. Singulière destinée que la sienne! Proscrit par suite de
révolutions dans son pays, et condamné à mort, les soldats de sa patrie
adoptive se chargèrent ainsi d'exécuter la sentence.

Pendant que le mouvement sur Plaisance et le passage du Pô
s'effectuaient, j'avais été chargé de me rendre à Alexandrie pour
convenir des arrangements relatifs à la remise de cette place
importante avec M. le comte de Solar, gouverneur de cette forteresse.
Aussitôt cette opération terminée, je rejoignis l'armée, où j'arrivai
le lendemain du fatal événement de la mort du général Laharpe. L'ennemi
se trouvant surpris, tourné et attaqué au milieu de son mouvement, le
seul parti qu'il eût à prendre était de se rapprocher de l'Adda et de
mettre cette rivière entre lui et nous, et c'est aussi ce qu'il fit le
9 mai à Lodi. Il garda Pizzighettone comme tête de pont pour pouvoir
déboucher sur nos derrières; en se plaçant ainsi il couvrait Milan. Il
était donc indispensable de le chasser de cette position avant de se
porter sur cette ville. Chargé d'aller faire la reconnaissance de
Pizzighettone, quoique cette place fût démantelée depuis longtemps,
elle me parut à l'abri d'un coup de main, et hors d'état d'être enlevée
avec nos faibles moyens. La division Laharpe reçut l'ordre de
l'observer; après avoir rempli cette mission, je rejoignis le même jour
le général en chef, qui marchait sur Lodi avec la division Masséna,
suivi de la division Augereau: la force totale de l'ennemi s'élevait
alors à trente-six bataillons, quarante-quatre escadrons, soixante-neuf
bouches à feu, formant vingt mille hommes d'infanterie et cinq mille
cinq cents chevaux. Arrivés à deux milles de la ville de Lodi, nous
trouvâmes l'ennemi en position; le 10, Beaulieu se porta sur Reposan et
Formigara; il plaça ainsi ses troupes: douze bataillons et huit
escadrons immédiatement sur le bord de l'Adda, en face de Lodi, sous
les ordres du général Sebottendorf; cinq bataillons à Rieva, neuf
bataillons à Redo, un bataillon dans Lodi, et trois bataillons et
quatorze canons avec deux escadrons en avant de la ville.

Le général en chef me donna l'ordre de prendre le 7e régiment de
hussards, et, aussitôt que l'infanterie serait engagée à droite et à
gauche de la route avec l'infanterie de l'avant-garde ennemie, de
charger vigoureusement sur la grande route. Notre infanterie était
commandée par le colonel Lannes, qui depuis a obtenu avec raison une
belle et éclatante réputation. J'exécutai mes instructions, et bientôt
la cavalerie ennemie fut culbutée et l'infanterie mise en déroute; mais
il me fut impossible de l'atteindre avec ma cavalerie, étant séparée
d'elle par les canaux qui bordent la chaussée des deux côtés. Nous
prîmes six pièces de canon, mais la cavalerie qui les soutenait
disparut en faisant le tour extérieur de la ville. Les portes s'étant
trouvées fermées et les troupes battues étant sous la protection des
remparts, la cavalerie française fut obligée de rebrousser chemin.

Il m'arriva dans cette charge un accident dont les conséquences
auraient pu m'être funestes: placé à la tête de la cavalerie formée en
colonne sur la route et chargeant au milieu de l'affreuse poussière
occasionnée par le mouvement des troupes ennemies en retraite, mon
cheval arriva jusqu'à toucher une pièce de canon abandonnée, fit un
épouvantable écart qui me renversa, et la colonne entière me passa sur
le corps sans me blesser. Quelques pièces de canon placées contre la
porte, et une escalade des remparts en terre, nous ouvrirent bientôt
l'entrée de la ville. Nous nous précipitâmes dans les rues, où la
cavalerie ennemie essaya encore de nous résister: culbutée de nouveau,
elle repassa la rivière en toute hâte sous la protection de l'armée
bordant la rive gauche de l'Adda. La division Masséna entra tout
entière, et se disposa à tenter un des plus vigoureux coups de main qui
aient jamais été faits. Les Autrichiens s'étaient placés immédiatement
sur le bord de la rivière; une disposition semblable pour défendre le
passage de vive force d'un pont est assurément fort mauvaise, car
l'ennemi, parvenant à déboucher, toute la ligne se trouve ou coupée par
son centre si le pont y correspond, ou tournée si c'est une de ses
ailes qui se trouve en face.

Pour défendre le passage d'un pont, il faut placer du canon qui le voie,
battre ses approches s'il est possible, et éloigner assez la ligne
pour qu'elle puisse recevoir sur son front, et toute formée, les
premières troupes de l'ennemi qui parviennent à franchir le défilé, et
qui d'abord et nécessairement sont peu nombreuses et en désordre. Les
remparts de Lodi, très-élevés, n'étant pas terrassés dans la partie
voisine de l'Adda, il n'y avait aucun moyen de s'en servir pour
fusiller les Autrichiens; mais, les troupes étant très-exaltées, on
pouvait en espérer les plus grands prodiges. Les retraites constantes
de l'ennemi, ses revers continuels, ne donnaient pas une bien grande
idée de sa résolution à se défendre; aussi fut-il décidé que le passage
de vive force de ce pont, long de quatre-vingts toises au moins, serait
tenté. Toute l'artillerie que pouvait contenir l'emplacement précédant
l'entrée du pont y fut placée, et une vive canonnade occupa l'ennemi.
Un gué praticable pour la cavalerie existait à cinq cents toises en
remontant la rivière, et le général Beaumont, commandant la cavalerie
de l'armée depuis la mort du général Stengel, fut dirigé sur ce point
et passa avec deux mille chevaux environ, tandis que l'infanterie en
colonne, à la tête de laquelle une foule de généraux et d'officiers
d'état-major s'étaient placés, se précipita sur le pont. Nous le
franchîmes à la course, sous le feu de l'ennemi. Les Autrichiens,
intimidés par cet acte de vigueur, lâchèrent pied et s'éloignèrent en
toute hâte en nous abandonnant presque toute l'artillerie en batterie.
Quelques moments avant le passage du fleuve, je courus un des plus
grands dangers de ma vie. On vint dire au général Bonaparte qu'un corps
de troupes se trouvait sur la droite de la rivière, au-dessous de la
ville; il était important de savoir promptement à quoi s'en tenir; car,
si c'était un corps en arrière, il fallait le faire prisonnier, et, si
c'était une tentative offensive, nous devions nous mettre en mesure de
lui résister. Le général en chef me donna l'ordre de prendre un faible
détachement et d'aller en toute hâte reconnaître ce qu'il y avait de
vrai dans ce rapport. Traverser la ville aurait été trop long avec tous
les embarras de l'armée, et il était plus court, mais très-dangereux,
de suivre le bord de la rivière entre celle-ci et les remparts de la
ville, en passant en vue et à portée de dix mille hommes environ, et de
l'artillerie qui bordait la rive gauche. Je pris quatre dragons avec
moi, et je m'embarquai au grand galop dans cette périlleuse entreprise.
Toute cette ligne d'infanterie, dans ce moment en repos, et les pièces
de canon, firent sur nous une décharge générale; nous passâmes par les
armes comme une compagnie de perdreaux qui parcourt une ligne de
chasseurs. J'arrivai au point que je devais atteindre, moi troisième,
et ayant mon cheval blessé: deux soldats et leurs chevaux avaient été
tués. Il n'y avait aucun ennemi sur la rive droite, et je m'empressai
de rejoindre le général en chef; mais, cette fois, en passant par la
ville.

Cette belle et glorieuse affaire de Lodi mettait le sceau à la
réputation de l'armée, à la gloire de son général, et assurait la
conquête de toute l'Italie. Je reçus pour récompense, à l'occasion de
cette mémorable journée, un sabre d'honneur.

L'ennemi se retira sur le Mincio. La division Augereau le poursuivit
jusqu'à Crema; nous nous portâmes, par la rive gauche, jusqu'à
Pizzighettone, évacué par l'ennemi sans combat; à la tête de quelque
cavalerie, je marchai sur Crémone, dont je chassai l'ennemi; ce jour-là,
nous rencontrâmes pour la première fois des hulans, et cette troupe
intimida d'abord beaucoup notre cavalerie. L'ennemi battu, chassé et
ainsi éloigné, le général en chef fut maître de se rendre à Milan. Il y
fit son entrée le 26 mai. L'investissement de la citadelle eut lieu
aussitôt, et tout fut disposé pour en faire le siége. Les places de
Piémont, remises par le roi de Sardaigne, nous fournirent tout ce dont
nous avions besoin pour composer notre équipage de siége, qui commença
peu après. Le général Despinois avait été distingué par le général en
chef; il passait pour un homme instruit; il fut chargé de le diriger et
eut en même temps le commandement de la Lombardie. Le général en chef,
après être resté huit jours à Milan pour satisfaire aux besoins de
l'armée, donner les ordres nécessaires à la levée des contributions, à
la formation des magasins, et laisser quelque repos aux troupes,
entreprit d'achever la conquête du nord de l'Italie.

La cavalerie fut renforcée à cette époque par le 10e régiment de
chasseurs; il était nombreux et en bon état: c'est le premier corps de
cavalerie qui, dans cette campagne, se soit fait une grande réputation;
son vieux colonel, Leclerc-Dostein, était l'un des plus braves soldats
qu'ait eus la France. Jamais la réputation de ce régiment n'a subi
d'altération.

L'entrée de l'armée française à Milan eut beaucoup d'éclat, et fut un
véritable triomphe. Une population immense, réunie sur son passage,
vint admirer ces braves soldats, dont toute la parure consistait dans
un teint basané, une figure martiale, et dans l'éclat de leurs actions
récentes. Les idées nouvelles avaient fermenté en Italie, et il était
facile de leur donner du développement. Nous nous annoncions comme les
vengeurs des peuples, et ces mots n'avaient pas encore perdu leur magie,
car les peuples ne connaissent l'horrible fardeau amené par la guerre
qu'après en avoir fait l'expérience; les Allemands n'ont, d'ailleurs,
jamais été aimés en Italie; enfin il y a toujours, dans les grandes
villes, une partie de la population désireuse de changements; elle les
suppose favorables, parce que, n'ayant rien à perdre, elle a tout à
gagner; ainsi notre prise de possession semblait faite sous les
meilleurs auspices. Des ressources immenses nous étaient présentées,
des renforts étaient en marche de France, et nous allions avoir tout à
la fois un nombreux personnel et un matériel bien organisé, ce qui,
ajouté à la bravoure éprouvée de nos soldats, aux talents de notre chef
et à la confiance universelle, était le gage d'une série non
interrompue de succès.

Le jour même de notre entrée à Milan, et au moment où le général
Bonaparte se disposait à se coucher, il causa avec moi sur les
circonstances où nous nous trouvions, et il me dit à peu près les
paroles suivantes: «Eh bien, Marmont, que croyez-vous qu'on dise de
nous à Paris; est-on content?» Sur la réponse que je lui fis, que
l'admiration pour lui et pour nos succès devait être à son comble, il
ajouta: «Ils n'ont encore rien vu, et l'avenir nous réserve des succès
bien supérieurs à ce que nous avons déjà fait. La fortune ne m'a pas
souri aujourd'hui pour que je dédaigne ses faveurs: elle est femme, et
plus elle fait pour moi, plus j'exigerai d'elle. Dans peu de jours nous
serons sur l'Adige, et toute l'Italie sera soumise. Peut-être alors, si
l'on proportionne les moyens dont j'aurai la disposition à l'étendue de
mes projets, peut-être en sortirons-nous promptement pour aller plus
loin. De nos jours, personne n'a rien conçu de grand: c'est à moi d'en
donner l'exemple.»--Ne voit-on pas dans ces paroles le germe de ce qui
s'est développé ensuite?

Loin de laisser à l'ennemi le temps de se reconnaître, il fallait
achever la conquête du nord de l'Italie, rejeter les Autrichiens au
delà de l'Adige, et prendre Mantoue, place d'armes et dépôt de
l'ennemi. Tout fut donc disposé pour continuer les opérations, et
l'armée se mit en mouvement pour le Mincio, où l'ennemi était
rassemblé. Elle marcha de la manière suivante: la division Augereau,
par Cassano, Brescia et Desenzano; la division Masséna, par Chiari,
Brescia et Montechiaro; et la division Serrurier, par Lodi et Volta.
Une avant-garde, composée en grande partie de cavalerie, commandée par
le général Kilmaine, fut dirigée par Brescia, Montechiaro et
Castiglione. Les troupes étaient en pleine opération, et le général
Bonaparte arrivait à Lodi pour aller les joindre, quand il reçut la
nouvelle d'une horrible insurrection éclatée à Pavie. J'étais avec lui;
nous retournâmes en toute hâte à Milan, où il prit les dispositions
convenables pour la réprimer et imposer une crainte salutaire,
nécessaire au repos de l'avenir.

Trente ou quarante mille paysans, soulevés à la voix des prêtres et
réunis à Pavie, s'étaient portés sur Binasco, bourg situé à moitié
chemin de Milan. Quelques Français, isolés et surpris, avaient péri;
d'autres s'étaient réfugiés dans le château de Pavie et en avaient
fermé les portes. Cet incendie pouvait embraser la Lombardie tout
entière. Le général Bonaparte partit de Milan immédiatement avec deux
mille hommes et six pièces de canon; il se fit accompagner par
l'archevêque. En un moment, les insurgés, réunis à Binasco, furent
dispersés, et ce beau village réduit en cendres. Les portes de Pavie se
trouvaient fermées, et les insurgés garnissaient les murailles. Une
vingtaine de coups de canon brisèrent les portes; les troupes entrèrent,
et les paysans se dispersèrent sans opposer plus de résistance. Nous
rendîmes la liberté au général Acquin et à quelques Français réfugiés
dans le château et menacés d'une mort prochaine. La ville fut livrée au
pillage, et quoique complet, les soldats n'y joignirent pas, comme il
arrive souvent en pareil cas, le meurtre et d'autres atrocités. La
maison du receveur de la ville était menacée, et ce malheureux croyait,
en jetant son argent dans la rue, se préserver de l'entrée des soldats
dans sa maison, tandis que sa conduite devait, au contraire, les y
attirer. Le général Bonaparte, prévenu, me donna l'ordre de me rendre
sur les lieux et d'enlever l'argent. Nous avions à cette époque une
fleur de délicatesse qui me rendit l'obéissance pénible. Je craignais
d'être soupçonné d'avoir fait tourner cette mission à mon profit. Je la
remplis en murmurant; mais j'eus soin, en prenant et comptant le trésor,
de me faire assister par tous les officiers que je pus réunir: les
sommes trouvées furent donc remises avec une grande régularité. Plus
tard, le général Bonaparte m'a reproché de ne pas avoir gardé cet
argent pour moi, ainsi que dans une autre circonstance dont je ferai le
récit, et qu'il avait saisie, me dit-il, pour m'enrichir. L'ordre
rétabli à Pavie, nous nous mîmes en route pour l'armée, et, le 10
prairial (30 mai), la plus grande partie des troupes était réunie à
deux lieues du Mincio.

Nous trouvâmes beaucoup de cavalerie ennemie en avant de Borghetto, et
le village de Valleggio, situé sur la rive gauche, occupé par une
infanterie assez nombreuse. On fit quelques prisonniers, et l'ennemi
abandonna plusieurs pièces de canon. L'armée autrichienne se composait
alors de quarante-deux bataillons et quarante et un escadrons, dont la
force était de trente mille six cent soixante et un hommes: la moitié
seulement aurait été en mesure de combattre à Borghetto, le reste étant
détaché. Sa retraite s'opéra sur Dolce, après avoir porté la garnison
de Mantoue à vingt bataillons faisant douze mille hommes, et de là sur
Ala et Roveredo. La division Augereau passa la rivière et marcha sur
Peschiera, où elle entra sans obstacle; cette ville, ayant été évacuée
par les Autrichiens, fut abandonnée par eux à son approche. C'était une
place vénitienne; le gouvernement vénitien n'ayant pris aucune
disposition pour faire respecter sa neutralité, rien n'avait été
préparé pour la défendre; aussi nous ouvrit-elle ses portes, comme elle
l'avait fait à l'armée autrichienne. Le général en chef entra à
Valleggio et y établit son quartier général. On avait choisi pour son
logement une grande maison à peu de distance de la sortie du village,
et par conséquent assez éloignée de la rivière. La division Masséna,
s'étant établie près de la rive droite pendant le temps nécessaire à la
réparation du pont, avait pris ce moment pour faire la soupe. Son
séjour prolongé l'empêcha de se placer en avant du village aussitôt
qu'elle le devait, et comme le général en chef le lui avait ordonné. Il
faisait très-chaud, et tout le monde se reposait à moitié déshabillé;
un coup de canon se fait entendre; en même temps quelques coups de
pistolet, et des cris: «Aux armes, voilà l'ennemi!» sont répétés par
des fuyards. Chacun court à son cheval; mais les chevaux étaient
débridés. Je pris sur-le-champ les dispositions nécessaires pour nous
sauver de ce danger, si pressant en apparence. Nous ne pouvions avoir à
redouter que de la cavalerie; si déjà elle était dans ce village, le
premier détachement qui passerait, voyant une porte ouverte, entrerait,
nous sabrerait sans difficulté et nous prendrait. En conséquence, je
courus à la grande porte, je la poussai et la tins fermée avec un de
mes camarades, pendant que nos gens apprêtaient nos chevaux. Une fois
tout le monde à cheval, nous sortîmes ensemble et nous aurions
certainement passé sur le ventre de deux escadrons si cela avait été
nécessaire. Le général Bonaparte ne se fia pas à cette combinaison, et,
je crois, à tort. Il sortit à pied par la petite porte, rencontra un
dragon qui fuyait, lui prit son cheval, et arriva ainsi, seul, au pont.
Si l'ennemi eût été dans le village, comme on devait le supposer, il
aurait été perdu. De ce jour il prit la résolution d'avoir à lui, et
toujours avec lui, une forte escorte; il forma ce corps de guides qui
l'accompagnait partout et a été le noyau du régiment des chasseurs de
la garde impériale. Voici maintenant la cause de l'alerte: deux des
quatre régiments napolitains servant dans l'armée autrichienne venaient
de Goito et rejoignaient le gros de l'armée; en passant devant le
village de Valleggio et marchant avec précaution, ils voulurent
s'assurer si nous l'occupions, et s'en approchèrent. Des canonniers
français, envoyés pour ramener quelques pièces abandonnées par l'ennemi,
les voyant paraître, tirèrent un coup de canon sur eux. D'un côté,
nous fûmes ainsi avertis de ce qui se passait, et, de l'autre, les
Napolitains virent que Valleggio était occupé par les Français, et se
retirèrent. Sans cette circonstance, l'ennemi serait probablement entré
dans le village et aurait pris le général Bonaparte. Quelle conséquence
n'aurait pas eue sur sa destinée, sur celle de l'Europe, sur celle du
monde, un événement qui changeait sa situation et toutes les
combinaisons de son avenir! Et cet événement eût été l'ouvrage d'un
très-petit corps d'une très-mauvaise armée d'un très-petit souverain!
Ô puissance cachée du destin, les anciens avaient bien raison de
t'élever des temples!

L'armée se porta sur Vérone, excepté la division Serrurier, dirigée sur
Mantoue et destinée à masquer cette place. À son arrivée à Vérone, le
général Bonaparte feignit contre le gouvernement vénitien une grande
colère, qu'il exprima au provéditeur Foscarini. Le prétexte de ses
plaintes était l'asile donné à Louis XVIII; ce prince avait résidé,
avec sa petite cour, pendant assez longtemps dans cette ville, et y
avait reçu les témoignages de respect et d'intérêt que le spectacle
d'une grande infortune inspire toujours. Le général Bonaparte ne
pouvait désapprouver au fond du coeur une conduite motivée par un
sentiment noble et généreux; mais sa conduite était commandée par sa
position, et je ne doute pas qu'il n'envisageât dès lors le parti qu'il
pourrait tirer, soit pour le présent, soit pour l'avenir, d'une
querelle ouverte avec le gouvernement vénitien: au surplus, toutes ces
menaces n'aboutirent pour le moment à rien, et on se contenta de
prendre possession des forts et d'exiger des vivres pour les troupes.

La division Augereau occupa Vérone et les bords de l'Adige, en
descendant jusqu'à Porto-Legnago. La division Masséna fut chargée de la
défense des montagnes qui commandent la vallée de l'Adige et occupent
l'espace entre ce fleuve et le lac de Garda; elle prit poste à
Montebaldo et s'y retrancha. La division Serrurier, aidée et soutenue
par la cavalerie commandée par le général Kilmaine, fit
l'investissement de Mantoue, et on disposa tout pour commencer le siége
aussitôt après l'arrivée de la grosse artillerie. Les Autrichiens
s'étaient retirés à Trente; ils avaient besoin de beaucoup de temps
pour se refaire, et de recevoir de grands renforts pour être en état de
rentrer en campagne; ainsi nous pouvions nous reposer, et c'est ce que
l'on fit, car l'armée en avait grand besoin. On s'occupa à réparer les
pertes causées par une campagne si active, et à mettre l'armée sur un
pied convenable pour pouvoir soutenir sa réputation et accomplir ses
destinées. Le général Bonaparte crut sa présence utile à Milan; il
avait à presser le siége du château et à prendre les dispositions
relatives à l'administration générale; après avoir donné ses
instructions à ses lieutenants, il partit pour Milan, emmenant avec lui
et dans sa voiture le général Berthier et moi.

Les succès glorieux de cette campagne, les prodiges opérés en si peu de
temps, et si fort au-dessus de tous les calculs, de toutes les
espérances, avaient développé au plus haut degré les facultés du
général Bonaparte; cette confiance en lui-même, cette confiance sans
bornes qu'il inspirait aux autres, donnait à ses discours et à ses
actions un aplomb, une décision capables de tout entraîner. Il lui
semblait voir devant lui tous les jours un nouvel horizon; c'était le
fond de son caractère, et j'en fus frappé dès cette époque. Loin de
paraître s'étonner de ce qu'il avait fait, il écrivait de Vérone au
Directoire que, si on lui envoyait des renforts, il traverserait le
Tyrol, et prendrait l'armée autrichienne du Rhin à revers. Je fus
frappé d'étonnement en lui entendant dicter cette phrase; cette
proposition formelle, faite en ce moment, me parut presque de la folie.
Tout le monde a pu remarquer dans le cours de sa carrière qu'il en a
toujours été ainsi; à force de vaincre les obstacles, il les a toujours
méprisés davantage; mais aussi, à force de les mépriser, il a fini par
en accumuler une telle masse sur sa tête, qu'il en a été écrasé. Alors
il était dans la mesure des choses possibles, et il y est resté encore
bien longtemps; quand il en est sorti, l'orgueil avait remplacé les
éclairs du génie.

Une chose remarquable à l'époque dont je parle, c'est l'esprit
admirable et le zèle ardent de tout ce qui l'entourait. Chacun de nous
avait le pressentiment d'un avenir sans limites, et cependant était
dépourvu d'ambition et de calculs personnels; on ne pensait qu'aux
résultats généraux; c'était du patriotisme dans la belle acception du
mot.

Il arriva alors une chose digne d'être signalée: le général Bonaparte
fut accusé de n'avoir pas assez fait, et d'avoir manqué de résolution,
par un de ces militaires de plume, le fléau des militaires combattants,
gens traitant souvent des questions qu'ils ne comprennent pas, qu'ils
ne sont pas à portée de juger, et dont ils ignorent même presque
toujours les circonstances, cause des résolutions prises.

Le général Matthieu Dumas discuta cette campagne d'Italie dans une
brochure, et reprocha au général Bonaparte de s'être borné à envahir
l'Italie: celui-ci me chargea de lui répondre, et je publiai une
réfutation qui était facile; elle eut quelque succès dans le temps, et
le général Bonaparte fut très-satisfait.

Le général Bonaparte, quelque occupé qu'il fût de sa grandeur, des
intérêts qui lui étaient confiés et de son avenir, avait encore du
temps pour se livrer à des sentiments d'une autre nature; il pensait
sans cesse à sa femme. Il la désirait, il l'attendait avec impatience:
elle, de son côté, était plus occupée de jouir des triomphes de son
mari, au milieu de Paris, que de venir le joindre. Il me parlait
souvent d'elle et de son amour avec l'épanchement, la fougue et
l'illusion d'un très-jeune homme. Les retards continus qu'elle mettait
à son départ le tourmentaient péniblement, et il se laissait aller à
des mouvements de jalousie et à une sorte de superstition qui était
fort dans sa nature.

Dans un voyage fait avec lui à cette époque, et dont l'objet était
d'inspecter les places du Piémont, remises entre nos mains, un matin, à
Tortone, la glace du portrait de sa femme, qu'il portait toujours, se
cassa: il pâlit d'une manière effrayante, et l'impression qu'il
ressentit fut des plus douloureuses. «Marmont, me dit-il, ma femme est
bien malade ou infidèle.»

Enfin elle arriva, accompagnée de Murat et de Junot. Envoyé au-devant
d'elle jusqu'à Turin, je fus témoin des soins et des égards qui lui
furent prodigués par la cour de Sardaigne à son passage. Une fois à
Milan, le général Bonaparte fut très-heureux; car alors il ne vivait
que pour elle; pendant longtemps il en a été de même, jamais amour plus
pur, plus vrai, plus exclusif, n'a possédé le coeur d'un homme, et cet
homme était d'un ordre si supérieur!

Le Directoire eut, à cette époque, la ridicule idée d'envoyer
Kellermann en Italie et de diviser le commandement: celui-ci aurait
commandé dans le nord, et Bonaparte dans le midi. On conçoit d'où
venait cette pensée: c'était assurément la combinaison la plus absurde.
Bonaparte ne voulut pas y souscrire; il demanda à rentrer en France si
on envoyait Kellermann au delà des monts, et cette proposition n'eut
pas de suite. Les troupes de l'armée des Alpes vinrent nous joindre, et
de nouvelles divisions s'organisèrent successivement. Les généraux de
division Vaubois et Sauret arrivèrent à l'armée, et le général
Despinois fut fait général de division.

Pendant le cours de la campagne, divers armistices, faits
successivement par le général Bonaparte avec les ducs de Parme et de
Modène, avaient valu à l'armée beaucoup de millions et de nombreux
tableaux: ces tableaux ont décoré notre musée pendant un bien petit
nombre d'années, hélas! Un armistice, fait aussi avec le roi de Naples,
rappela de l'armée autrichienne ses régiments de cavalerie. Restait le
pape, demeurant encore en état d'hostilité. Pie VI, se croyant une
puissance effective, avait fait des armements en conséquence. Pour lui
faire acheter la paix, ou au moins une suspension d'armes, il fallut
faire contre lui des dispositions positives. Une autre opération tenait
aussi fort à coeur au gouvernement, et son utilité était sentie par tout
le monde: le grand-duc de Toscane, frère de l'empereur, avait fait
depuis longtemps sa paix avec la République; cette paix avait précédé
même de plus d'une année notre entrée en Italie. Ainsi il n'y avait
rien à lui demander; mais son port de Livourne, consacré au commerce
anglais, était le point de communication des Anglais avec l'Italie et
le dépôt de leurs marchandises. Leur fermer ce débouché, s'emparer de
toutes leurs marchandises et occuper Livourne par des forces imposantes,
fut l'objet d'une expédition dont on ne voulut pas différer d'un moment
l'exécution. À cet effet, on réunit à Plaisance une division commandée
par le général Vaubois, tandis que la division Augereau reçut l'ordre
de se rendre à Borgoforte et de passer le Pô pour marcher sur Ferrare
et Bologne.

Cependant ce mouvement fut suspendu par une insurrection qui éclata
dans ce qu'on appelle les fiefs impériaux, pays situé entre Tortone et
Gênes, appartenant alors à la république de Gênes. De grands exemples,
faits là comme à Pavie, y rétablirent bientôt l'ordre. Ce mouvement,
projeté contre Bologne et Livourne, était en ce moment sans danger. Les
Autrichiens étaient loin d'avoir réparé leurs pertes; encore hors
d'état de reprendre l'offensive sur l'Adige, ils ne pouvaient rien
tenter sans avoir reçu de puissants renforts. L'armée du Rhin en envoya,
et Wurmser les amenait en personne.

On connaissait l'époque du départ et celle de l'arrivée présumée de ces
troupes.

La division Augereau marcha directement sur Bologne, et celle de
Vaubois par Parme, Modène, Reggio et Pistoja. Le général en chef était
avec cette division. En avant de Modène existait le fort Urbin,
appartenant au pape et occupé par ses troupes. Ce fort, sans boucher le
passage, puisqu'il était situé dans une plaine, gênait les
communications, la grande route passant sur ses glacis. Il était donc
important de s'en rendre maître. J'en fus chargé, et la chose réussit à
souhait. Il n'y avait rien qu'on ne pût tenter contre les troupes du
pape, comme on va le voir et comme on le verra encore plus tard.

Le général Bonaparte fit écrire de Modène au commandant de venir lui
parler, et ce brave homme, instruit cependant que nous étions en guerre
avec son souverain, se rendit sans défiance à cette invitation; il
partit sans laisser d'instructions à ses officiers. Le général
Bonaparte me prescrivit de marcher à la tête de toutes les troupes avec
un faible détachement de dragons d'une quinzaine d'hommes; un autre
détachement plus fort me suivait à une très-petite distance. J'avais
l'ordre de passer tranquillement sur la route, comme marche un
détachement allant faire les logements; et, si je voyais la porte du
fort ouverte, de m'y précipiter et de sabrer la garde. Alors je serais
soutenu par les troupes qui me suivraient. Arrivé à l'endroit où la
route est sous le chemin couvert, je trouvai en dehors des palissades
les officiers de la garnison réunis, inquiets de l'absence de leur
commandant. Ils me demandèrent de ses nouvelles; je leur répondis qu'il
était à cent pas derrière moi, et qu'ils allaient le rencontrer. Cette
réponse les fit porter un peu plus en avant. Quelques instants après,
ayant vu la porte ouverte, je m'y rendis au grand galop, sans donner le
temps à la garde de fermer la barrière. Cette garde s'enfuit, et, en un
moment, tout le régiment de dragons eut pénétré dans le fort. Les
soldats se réfugièrent dans leurs casernes et en sortirent prisonniers.
Il y avait en batterie sur les remparts plus de quatre-vingts pièces de
canon, et toutes chargées. Le fort tomba ainsi entre nos mains; son
artillerie fut transportée immédiatement à l'armée devant Mantoue, et
servit au siége de cette place.

Le général Bonaparte m'envoya à Ferrare pour sommer le commandant. Je
m'y rendis en poste, et j'annonçai l'arrivée des troupes. Il fut
convenu que les portes de la ville et de la citadelle leur seraient
livrées immédiatement, et on me permit, en attendant, d'inspecter la
forteresse; on me fournit même l'état de l'artillerie et les
approvisionnements existants. Une partie de ce matériel fut encore
envoyée devant Mantoue. Il était commode d'avoir ainsi ses ennemis pour
fournisseurs. Sans l'artillerie de ces deux places, nous n'aurions pas
pu commencer aussitôt le siége de Mantoue. Je rejoignis le général en
chef à son arrivée à Pistoja; de là il marcha sur Livourne et m'expédia
à Florence auprès du grand-duc de Toscane. J'étais porteur d'une lettre
pour ce souverain et chargé de lui faire connaître les motifs de notre
mouvement. Je rapportai à Livourne la réponse du grand-duc. La conduite
de celui-ci fut celle d'un homme qui se soumet à tout et ne veut pas
avoir recours à des moyens violents. Il lui aurait été difficile,
d'ailleurs, de les employer avec succès. Il engageait vivement le
général Bonaparte à passer par Florence à son retour. On trouva à
Livourne de grandes richesses; elles offrirent à l'armée beaucoup de
ressources. Ainsi, de toutes parts, le trésor se remplissait. Depuis ce
moment, la majeure partie de la solde et des appointements fut payée en
argent. Il en résulta un grand changement dans la situation des
officiers, et jusqu'à un certain point dans leurs moeurs.

L'armée d'Italie était alors la seule échappée à cette misère sans
exemple, supportée par toutes les armées depuis si longtemps.

Le général en chef, après avoir donné ses ordres, quitta Livourne et
partit pour Bologne en passant par Florence. Il s'arrêta dans cette
dernière ville pour admirer tout ce qu'elle avait de curieux et voir le
grand-duc. Celui-ci le reçut avec toute la distinction possible. Nous
dînâmes avec lui. Singulier tableau que ces hommages rendus par le
frère de l'empereur et la fille du roi de Naples à un général
républicain, dont les triomphes récents étaient si opposés à leurs
intérêts! En sortant de dîner chez le grand-duc, Bonaparte reçut un
courrier qui lui annonçait la reddition du château de Milan. Il renvoya
en toute hâte M. de Fréville, notre chargé d'affaires, chez le
grand-duc pour lui en faire part. C'était mal reconnaître son
hospitalité! Ce souverain est le premier avec lequel le général
Bonaparte a été en contact personnel. Alors ce fut un événement pour
lui; et, comme il a toujours été sensible aux souvenirs qui se
rattachaient au commencement de sa carrière, il a conservé, toute sa
vie, à ce prince une affection qui lui a été utile en plus d'une
occasion. Tous les noms, datant de ce temps-là ou d'une époque
antérieure, rappelant à la mémoire de Bonaparte des services rendus ou
des témoignages d'affection ou de considération, n'ont jamais perdu
leur puissance auprès de lui. La nature lui avait donné un coeur
reconnaissant et bienveillant, je pourrais même dire sensible. Cette
assertion contrariera des opinions établies, mais injustes. Sa
sensibilité s'est assurément bien émoussée avec le temps; mais, dans le
cours de mes récits, je raconterai des faits, je donnerai des preuves
incontestables de la vérité de mon opinion.

La famille Bonaparte est originaire de Toscane; une branche y était
restée, elle était alors représentée par un chanoine demeurant à San
Miniato, petite ville entre Pise et Florence; nous nous y arrêtâmes et
nous couchâmes chez lui; il jouissait vivement de l'éclat que son
cousin donnait à son nom, mais il voyait d'un autre oeil que nous cette
gloire de la terre, et il aspirait à la voir prendre ses racines dans
le ciel. Un Bonaparte avait été déclaré bienheureux par je ne sais quel
pape, c'était le premier pas vers la canonisation; le chanoine aspirait
à le voir sanctifié; il prit le général en particulier pour le supplier
d'employer son influence, supposée sans bornes, pour obtenir ce titre
de gloire pour sa famille. Bonaparte rit beaucoup du désir de son
cousin, qu'il ne satisfit pas, et il aima mieux obtenir du pape, dans
les négociations postérieures, quelques millions et quelques tableaux
de plus, que le droit de bourgeoisie dans le ciel pour un homme de sa
maison.

Nous restâmes quelques jours à Bologne, où l'armistice avec le pape,
bientôt convenu et signé, amena de riches tributs de toute espèce. À
Bologne comme à Reggio et dans toutes les villes, on organisa une force
municipale pour la sûreté du pays, de manière qu'à l'exception de
Livourne, constamment occupée par une garnison française, la totalité
des troupes françaises repassa le Pô.

Tout étant disposé pour faire le siége de Mantoue, il fut entrepris. On
croyait à tort la garnison faible, car elle était de douze mille hommes,
et l'on supposait pouvoir opérer une surprise, vu le grand développement
de la ville.

Mantoue, pourvue d'une bonne enceinte, est en outre couverte par deux
lacs, l'un supérieur, l'autre inférieur: en avant du premier se trouve
la citadelle, donnant une tête de pont d'un grand développement; en
avant du deuxième, le faubourg Saint-Georges, alors non fortifié, et
qui tomba entre nos mains. Du côté opposé, le lac était presque à sec,
et se composait d'un courant d'eau formant une grande île avec les
fossés de la place: une partie était occupée par l'ouvrage dit du T,
destiné à couvrir une longue courtine de la place flanquée seulement
par quelques tours et couverte par un fossé plein d'eau. L'ouvrage du T
était en terre et sans revêtement, mais fraisé et palissadé; on crut,
en débarquant la nuit dans l'île, surprendre l'ennemi et enlever ce
poste; s'il en avait été ainsi, la première batterie à construire
aurait été une batterie de brèche, et en cinq jours la place eût été à
nous. Un Espagnol, nommé Canto d'Irlès, en était gouverneur. Le coup de
main proposé fut tenté de la manière suivante: trois cents hommes
furent habillés en Autrichiens avec l'uniforme d'un des régiments de la
garnison, et mis sous les ordres d'un nommé Lahoz d'Ortitz. Cet
officier, d'une bonne famille de Milan, avait servi en Autriche et
ensuite déserté chez nous, à cause de ses opinions révolutionnaires;
devenu aide de camp de Laharpe, et plus tard, à la mort de celui-ci,
aide de camp du général Bonaparte, il montrait du courage, un caractère
ardent, violent, et beaucoup d'esprit. Son ambition était sans bornes;
il devint général cisalpin, et organisa les premières troupes de cette
république; mais, en l'an VII, après la reprise des hostilités, il nous
abandonna pour quelque mécontentement, se réunit à nos ennemis, et fut
tué, en faisant le siége d'Ancône, par les troupes mêmes qu'il avait
formées.

Je reviens au siége de Mantoue. Les trois cents hommes de Lahoz,
habillés en Autrichiens, devaient, à l'instant où le débarquement dans
l'île aurait lieu pendant la nuit, se séparer, simuler la défense de
l'île, se retirer, étant pressés vivement par les Français, sur
l'ouvrage du T, y entrer, en livrer la porte aux troupes qui suivraient,
et ensuite faire main basse sur l'ennemi. Murat fut chargé du
commandement des troupes destinées à appuyer Lahoz. L'exécution eut
lieu d'une manière timide, les troupes se firent attendre; le
détachement n'étant pas pressé, on ne se hâta pas de lui ouvrir la
barrière; le stratagème fut reconnu, et l'opération manqua: on accusa
généralement Murat d'avoir agi avec mollesse et causé cet échec; ce fut
dans la nuit du 7 au 8 juillet que le coup de main fut tenté.

On prit sur-le-champ son parti, et l'on ouvrit la tranchée. Un pont fut
construit devant Pietroli pour établir la communication; dès ce moment,
il fallut passer par tous les détails et toutes les lenteurs d'un siége
régulier. Le général Bonaparte m'attacha à ce siége, suivant mes désirs,
sous les ordres du général Serrurier, et je montai la tranchée à mon
tour. Nos travaux, conduits avec talent et vigueur par notre ingénieur,
le colonel Chasseloup, commandant le génie de l'armée, et les batteries
nécessaires établies, nous arrivâmes à la deuxième parallèle. Le front
d'attaque, comme je l'ai dit, n'était pas revêtu: toutes les palissades
étant brisées, les pièces de l'ennemi démontées, son feu presque éteint,
il fut décidé que l'on n'attendrait pas plus longtemps pour donner
l'assaut. Quatre colonnes de trois cents hommes chacune furent
désignées pour assaillir les points les plus accessibles; je devais en
commander une, et nous attendions la nuit du 30 juillet pour agir quand
les dispositions générales de l'armée vinrent changer l'état des choses
et nos projets.

Le maréchal de Wurmser, successeur de Beaulieu dans le commandement de
l'armée ennemie, avait amené un fort détachement de l'armée du Rhin, et
reçu d'autres renforts de l'intérieur: la force de son armée était de
quarante-sept bataillons, trente-sept escadrons, formant quarante et un
mille cent soixante et onze hommes d'infanterie, cinq mille sept cent
soixante-six de cavalerie; son artillerie se composait de cent
quatre-vingt-douze bouches à feu attelées; et tout cela indépendamment
de la garnison de Mantoue, forte de douze mille hommes.

Wurmser divisa son armée en quatre colonnes principales, de la manière
suivante: la première, sous les ordres du lieutenant général
Quasdanovich, formait l'aile droite; se divisant elle-même en quatre
brigades commandées par les généraux Ott, Ocskay, Sport et prince de
Reuss, elle avait deux avant-gardes sous les ordres des colonels Klenau
et Lusignan, et se composait de seize bataillons, neuf compagnies,
treize escadrons, et cinquante-six bouches à feu. Sa force était de
quinze mille deux cent soixante-douze hommes d'infanterie, et deux
mille trois cent quarante-neuf chevaux.

La deuxième, sous le commandement du lieutenant général Melas, formait
la droite du centre: composée de deux divisions et quatre brigades,
commandées par les généraux Gremma et Sebottendorf, et sous eux par les
généraux Grummer, Basilico, Nicoletti et Pettoni, elle avait dix-sept
bataillons, onze compagnies, quatre escadrons, et cinquante-huit bouches
à feu, et sa force était de treize mille six cent soixante-seize hommes
d'infanterie, et sept cent vingt-sept chevaux.

La troisième colonne, sous les ordres du lieutenant général Davidovich,
formant la gauche du centre, se composait de trois brigades, commandées
par les généraux Mittrowsky, Liptay et le plus ancien colonel de la
brigade; sa force était de dix bataillons, huit compagnies, dix
escadrons, soixante bouches à feu; elle comptait huit mille deux cent
soixante-quatorze hommes d'infanterie, seize cent dix-huit chevaux.

Enfin, la quatrième colonne, commandée par le général Mezzaro, formant
l'aile gauche, était divisée en deux brigades, commandées par les
généraux de Hohenzollern et Mezzeris, et se composait de quatre
bataillons, six compagnies, sept escadrons et dix-huit bouches à feu,
et d'une force de trois mille neuf cent quarante-neuf hommes
d'infanterie, mille soixante-douze chevaux.

La première colonne fut dirigée sur Brescia; elle devait se porter sur
Plaisance pour prévenir l'armée française. La deuxième attaqua la
division Masséna à la Corona, s'empara de Rivoli, et couvrit la marche
de la troisième colonne. La troisième colonne descendit par la vallée
de l'Adige, et rejoignit la deuxième colonne à Rivoli. La quatrième
colonne déboucha par Vicence et Legnago, marcha sur Vérone, et se
réunit à la troisième colonne.

L'armée française était ainsi placée: Masséna occupait la Corona et
Montebaldo, et défendait le pays entre le lac de Garda et l'Adige;
Augereau occupait Vérone et Legnago; la division Sauret, Salo; le
général Despinois, avec quatre mille hommes, était à Peschiera, et la
division Serrurier faisait le siége de Mantoue. Toutes les divisions
actives réunies composaient soixante-trois bataillons et trente
escadrons dont la force s'élevait à trente-six mille six cent
vingt-huit hommes d'infanterie, cinq mille deux cent soixante-neuf
chevaux, et trente-sept bouches à feu. Les forces supérieures de
l'ennemi culbutèrent Masséna des postes qu'il occupait dans les
montagnes. Le général Sauret ayant été forcé devant Salo, l'ennemi
entra à Brescia sans coup férir; Murat, Lasalle et bon nombre d'autres
officiers y furent surpris et faits prisonniers. La situation de
l'armée était critique; pour continuer le siége de Mantoue, il fallait
livrer bataille à l'ennemi vers Roverbella; mais, si la bataille était
perdue, l'armée devait immédiatement repasser le Pô; elle abandonnait
ainsi toute la Lombardie, et courait de grands risques d'être détruite
en exécutant ce mouvement, pour lequel rien n'avait été préparé. Lever
le siége de Mantoue, afin de réunir toutes les forces disponibles;
manoeuvrer avec légèreté pour balayer ce que nous avions derrière nous,
afin de rétablir la sûreté de notre ligne d'opération, et ensuite
marcher à l'ennemi divisé, le surprendre dans ses mouvements, au milieu
de ses corps séparés par les lacs et les montagnes, voilà ce qu'il y
avait à faire et à quoi Bonaparte se résolut. Mais alors que deviendra
l'artillerie du siége de Mantoue? Elle se composait de cent
quatre-vingts bouches à feu, et des approvisionnements correspondants:
l'enlever est impossible, on n'en a ni le temps ni les moyens; elle
tombera au pouvoir de l'ennemi, c'est un grand trophée pour lui; mais
le premier but est la victoire, et c'est un sacrifice qu'elle exige
impérieusement. Le général Bonaparte n'hésita pas; il foula aux pieds
les petites considérations, prit son parti, et se montra, par cette
résolution ainsi motivée, un grand général. Il envoya l'ordre au
général Serrurier de lever le siége après avoir détruit, autant que
possible, les munitions et l'artillerie abandonnée, de se retirer sur
l'Oglio, à Marcaria, et d'y attendre de nouveaux ordres. La division
Masséna, après avoir disputé le terrain pied à pied, fit sa retraite
sur le Mincio, qu'elle passa à Peschiera: une garnison fut laissée dans
cette place après quelque incertitude, et le commandement en fut confié
au général Guillaume, espèce de fou, mais homme de zèle et de
surveillance: plus tard, cette division continua son mouvement sur la
Chiesa, à Ponte San Marco, laissant une forte arrière-garde à Lonato,
tandis que la division Despinois devait soutenir la division Sauret, en
position en arrière de Salo.

La division Augereau se retira par Borghetto sur Castiglione et
Montechiaro, où elle s'arrêta. La cavalerie, soutenue par quelque
infanterie, se porta sur Brescia; à son approche l'ennemi l'évacua en
se retirant sur Gavardo. On voit par le tableau des positions
respectives que les deux armées étaient fort divisées, les corps
presque entremêlés; mais ceux de l'armée française, étant au centre,
pouvaient se soutenir, combiner leurs mouvements et se secourir. On
doit observer cependant que la division Serrurier, jetée hors du
théâtre des opérations, sur l'Oglio, était une mauvaise disposition; en
la dirigeant sur Montechiaro, chose beaucoup plus raisonnable, elle eût
pu servir utilement de réserve à la division Augereau; la disproportion
de nos forces était fort grande, nous n'avions à négliger aucune de nos
ressources; cette division de plus à l'affaire du 16 thermidor (3 août)
pouvait assurer la victoire, tandis que, battue, l'armée était séparée
d'elle. Elle arriva utilement le 18 thermidor (5 août), mais il y avait
plus d'une chance pour que, partie de si loin, elle n'arrivât pas d'une
manière opportune, et la précision de son mouvement, ce jour-là, fut un
trait de bonheur sur lequel un général en chef ne doit pas baser ses
calculs quand il peut s'en dispenser. Malgré le bon esprit de nos
troupes et leur énergie, quelle que fût l'habileté des combinaisons, on
pouvait redouter de grands malheurs. L'ennemi à combattre alors ne
ressemblait pas à l'armée de Beaulieu, découragée; mais, en possession
de toute sa force morale, il avait le premier élément des succès. Nous
étions dans la position indiquée ci-dessus le 15 thermidor (2 août),
bien résolus à tenter la fortune. Le 16 (3 août) au matin, l'ennemi
attaqua l'avant-garde de Masséna, placée à Lonato, la mit en déroute et
fit prisonnier le général Pigeon, qui la commandait. Le général Masséna,
avec lequel se trouvait le général en chef, déboucha aussitôt de Ponte
San Marco, soutenu par la division Despinois; l'ennemi, à son tour, fut
culbuté, et l'on reprit Lonato; débouchant de cette ville, après des
engagements très-chauds et successifs, l'ennemi fut repoussé jusqu'au
bord du lac de Garda à Desenzano. En même temps, le général Sauret
attaquait Salo; après une vigoureuse résistance de l'ennemi, il parvint
à reprendre la ville et à dégager le général Guieux, qui, séparé de lui
à l'instant où il l'évacuait, deux jours auparavant, s'était jeté dans
une grosse maison sur le bord du lac avec quelques centaines d'hommes,
où il s'était défendu avec la plus grande opiniâtreté et la plus rare
valeur contre le général Veckzay; peut-être ce combat isolé, imprévu,
et hors des combinaisons, a-t-il eu une influence importante en
retenant le corps qui devait déboucher de Salo. Le général Guieux,
homme médiocre, mais brave soldat, avait résisté pendant trois jours,
sans canons, avec moins de quatre cents soldats, à quatre ou cinq mille
hommes.

Pendant que ces événements se passaient sur la gauche, la droite avait
eu également des succès; j'avais eu l'ordre de m'y rendre et de rester
pendant toute la bataille auprès du général Augereau; celui-ci, n'étant
pas content de la manière dont son artillerie était servie, me demanda
d'en prendre le commandement, ce que je fis; elle contribua au succès
de cette belle journée; j'y reçus une contusion de boulet, mais je ne
fus pas obligé de quitter le champ de bataille.

Le général Davidovich avait pris position la veille au soir à
Castiglione, évacuée par le général Valette avec un régiment placé sous
ses ordres. Ce mouvement rétrograde causa une grande colère au général
en chef, et je n'ai jamais compris le mécontentement solennel qu'il en
exprima au général Valette, car ce corps faible, isolé, n'avait pas
autre chose à faire. Comment la division Augereau, séparée de
Castiglione par une grande plaine, aurait-elle pu le secourir? et, si
elle se fût portée à Castiglione, c'était commencer intempestivement le
mouvement préparé seulement pour le lendemain. Cette colère, je le
crois, était feinte, et, résolu à combattre sans retard, le général
Bonaparte voulait convaincre les soldats qu'un mouvement rétrograde
était en ce moment un crime: il lui est arrivé plus d'une fois de
montrer ainsi, dans un but caché, un mécontentement qu'il n'éprouvait
pas.

Dès le point du jour, le 16 thermidor (3 août), nous nous ébranlâmes et
nous quittâmes la position de Montechiaro pour nous porter sur
Castiglione. Nous traversâmes la plaine dans un bel ordre et une belle
formation. À partir du pied des mamelons sur lesquels Castiglione est
bâtie, l'ennemi nous opposa une vive résistance, ensuite à la ville
même, et enfin aux positions plus en arrière, et jamais il ne fut mis
en déroute. Nous le laissâmes, après dix heures d'un combat opiniâtre,
à sa dernière position en avant de la tour de Solferino, et nous
restâmes, le reste de la journée et le lendemain, en présence, nos
postes à portée de fusil des siens.

Le succès de la journée avait été complet partout; on s'était battu
depuis les environs de Salo jusqu'à Castiglione, c'est-à-dire sur un
espace de plus de trois lieues. On appela l'ensemble de ces combats
tous isolés, bataille de Lonato, parce que le général en chef se
trouvait à Lonato, situé au centre. Il vint le lendemain matin voir la
division Augereau, la féliciter et reconnaître l'ennemi; de là il se
rendit à Lonato: à son arrivée, on annonçait une colonne ennemie venant
de Ponte San Marco, dont elle avait chassé nos avant-postes;
immédiatement après, cette colonne s'arrêta et envoya un parlementaire
pour sommer le commandant français à Lonato de se rendre; à peine y
avait-il quinze cents hommes dans cette ville, la division Masséna
s'étant portée jusqu'auprès de Desenzano. La crainte avait saisi ces
troupes, qui étaient loin de se croire en force suffisante. Le
parlementaire fut introduit, les yeux bandés, devant le général
Bonaparte. Celui-ci, avec la supériorité de son esprit et son coup
d'oeil d'aigle, jugea à l'instant que ce corps de troupes, séparé de
l'armée et coupé, était un détachement fait la veille au matin pour
tourner Masséna, et dont la communication se trouvait perdue, par suite
de nos succès et du terrain que nous avions gagné. Il fit ôter le
bandeau à cet officier, et l'apostropha ainsi: «Savez-vous devant qui
vous vous trouvez? Vous êtes devant le général en chef de l'armée
française, et apparemment vous n'avez pas la prétention de le faire
prisonnier avec son armée; votre corps est coupé, et c'est lui qui doit
se rendre; je ne lui donne que dix minutes pour mettre bas les armes,
et j'accorde aux officiers leurs chevaux, leurs équipages et leurs
épées; s'il résiste, je ne fais de quartier à personne.» Une heure
après, nous avions trois mille prisonniers de plus. Cette colonne,
composée de trois bataillons du régiment d'Erbach et de Devins, et d'un
détachement de hussards de Wurmser, était commandée par le général
Knort, et avait fait partie de l'aile droite de l'armée autrichienne
aux ordres du général Quasdanovich, dont elle avait été séparée par le
combat de Salo.

C'est par une présence d'esprit semblable et par une décision si
prompte et si juste que l'homme se montre tout entier. Beaucoup de
désordres auraient eu lieu probablement, si le hasard n'avait pas fait
arriver Bonaparte à point nommé dans cette circonstance critique, et
peut-être les troupes se seraient-elles échappées. On avait envoyé une
partie de la division Despinois sur Gavardo à la poursuite de l'ennemi;
pendant la nuit du 17 au 18 (4 au 5 août), la division Masséna, toute
la cavalerie et l'artillerie disponible se réunirent en avant de
Castiglione; cette division, placée à la gauche, fut chargée d'attaquer
la droite de l'ennemi, appuyée à la tour de Solferino; la division
Augereau descendit dans la plaine, et sa droite fut couverte par toute
l'artillerie à cheval de l'armée, soutenue par toute la cavalerie. Je
reçus dans cette circonstance un grand témoignage de confiance du
général Bonaparte. Je n'étais encore que chef de bataillon, et il mit
toute l'artillerie à cheval réunie sous mes ordres: elle consistait en
cinq compagnies, servant dix-neuf pièces de canon, et destinées à jouer
un rôle important. Le centre et la gauche de l'armée ennemie
s'étendaient obliquement dans la plaine; celle-ci se liait à un mamelon
isolé, situé à peu de distance du village de Medole, et couvert de
pièces de position. L'ennemi avait un calibre supérieur; je ne pouvais
lutter avec lui qu'en m'approchant beaucoup, et, quoique le pays fût
uni, il y avait un défilé à franchir avant de pouvoir me déployer à la
distance convenable. Les boulets de l'ennemi arrivaient à ce défilé,
qui était assez large; je le traversai par sections de deux pièces;
après avoir mis en tête la compagnie dans laquelle j'avais le moins de
confiance, je lançai ma colonne au grand galop; la tête fut écrasée,
mais le reste de mon artillerie se déploya rapidement et se plaça à
très-petite portée de canon; un feu vif, bien dirigé, démonta plus de
la moitié des pièces de l'ennemi en peu de temps; l'infanterie
souffrait aussi de mon canon, une partie de son feu étant dirigé sur
elle; enfin arriva à point nommé la division Serrurier, venant de
Marcaria et prenant à revers la gauche de l'ennemi; la bataille fut dès
ce moment gagnée, et l'ennemi précipita sa retraite sur le Mincio,
qu'il repassa. Les forces de l'ennemi en présence, à cette bataille, se
composaient des deux corps formant le centre de l'armée; celui de
gauche, placé à Goito, avait reçu l'ordre de s'y réunir, mais il
n'arriva pas à temps.

Cette campagne de huit jours donna près de vingt mille prisonniers.
Modèle de vigueur et d'activité, elle est remarquable par le plan
adopté et suivi. Profiter de la faute que fit l'ennemi de diviser ses
forces; se placer au centre avec une armée inférieure, de manière à
présenter successivement les mêmes soldats aux différents corps à
combattre; égaliser ainsi les forces, si on ne les rendait pas
supérieures à celles de l'ennemi au moment du combat, voilà
certainement un grand prodige obtenu. Mais on peut faire quelques
observations. La première porte sur la division Serrurier. Elle fut
étrangère, comme je l'ai dit déjà, à tous les combats, excepté au
dernier; et renoncer à se servir de la sixième partie de ses forces,
dans de pareilles circonstances, est une assez grande faute, car elle
resta quatre jours à Marcaria sans utilité et sans remplir aucun objet.
La seconde est que l'espace dans lequel nous opérions, borné par des
montagnes infranchissables, était si rétréci, que le moindre échec de
l'une de nos divisions pouvait avoir les conséquences les plus graves.
En effet, si la division Masséna eût été battue, la division Sauret,
acculée à des montagnes occupées par l'ennemi, était perdue; et, si
c'eût été la division Augereau, et que le succès de l'ennemi eût été
complet, il est difficile de deviner comment la division Masséna et la
division Sauret se seraient tirées d'affaire. Ce système de position
centrale est admirable quand on a plus d'espace; mais, quand on est
ainsi resserré, il est environné de périls et peut entraîner les
conséquences les plus graves. À la vérité, avec l'énergie dont les
troupes étaient alors pénétrées, l'activité prodigieuse, les talents et
la résolution du chef, tout était possible et pouvait être tenté.

Jamais fatigue ne pourra être comparée à celle que j'éprouvai pendant
ces huit jours de campagne. Toujours à cheval, en course, en
reconnaissance, en bataille, je fus, je crois, cinq jours sans dormir,
autrement que quelques instants à la dérobée. J'étais accablé, exténué.
Après cette dernière bataille, le général en chef me donna permission
de prendre un repos absolu, et j'en profitai amplement. Je mangeai bien,
je me couchai; je dormis d'un somme vingt-deux heures, et, grâce aux
immenses ressources de la jeunesse et d'un corps robuste et fortement
constitué, grâce à ce sommeil réparateur, je fus aussi frais, aussi
dispos qu'en entrant en campagne.

Le lendemain, à Castiglione, le général Bonaparte fit au général
Despinois un compliment qui devint célèbre et fut accompagné de la
perte du commandement de sa division et de son renvoi de l'armée. Ce
général était venu faire sa cour au général en chef comme beaucoup
d'autres généraux. En l'apercevant, celui-ci lui dit: «Général, votre
commandement de la Lombardie m'avait bien fait connaître votre peu de
probité et votre amour pour l'argent; mais j'ignorais que vous fussiez
un lâche. Quittez l'armée et ne paraissez plus devant moi.» Et cette
accusation était sans doute méritée, puisque ce malheureux a supporté
l'infamie imprimée à son existence par ces paroles, et qu'il a mieux
aimé vivre et servir d'une manière obscure que de se venger.

L'armée suivait l'ennemi sur le Mincio, qu'elle passa à Peschiera, où
Masséna combattit contre les brigades Bayalitsch et Mittrowsky.
L'ennemi se divisa en deux corps: l'un remonta la vallée jusqu'à
Roveredo, après avoir essayé de garder la position de la Corona, dont
il fut chassé par Masséna; l'autre occupa Vicence et Bassano. Les
brigades Spiegel et Mittrowsky furent envoyées dans Mantoue. L'armée
française reprit ses positions accoutumées, occupa Vérone, Montebaldo,
Legnago. La division Serrurier mit son quartier général à Marmirolo et
observa Mantoue; mais cette ville était ravitaillée; toute notre
artillerie de siége était perdue et servait maintenant à sa défense. On
ne pouvait donc plus penser sérieusement à l'assiéger: il fallait se
résoudre à tout attendre du temps, à la bloquer d'abord et à essayer de
la prendre par famine.

Le général en chef, ne voulant pas s'éloigner du théâtre des opérations,
établit son quartier général à Brescia. De nombreux drapeaux avaient
été enlevés à l'ennemi; il fut question de désigner un officier pour
les porter à Paris, et j'eus à cette occasion un grand chagrin: le
général Bonaparte fit choix du premier aide de camp du général Berthier,
nommé Dutaillis, officier extrêmement médiocre, et passant pour peu
brave. En le désignant, le général Bonaparte avait eu le désir de faire
quelque chose d'agréable à son chef d'état-major, dont il était
content. Je ne fis pas ce calcul, et je fus outré. J'avais servi avec
un zèle soutenu, et j'avais été, ainsi qu'on l'a vu, constamment
employé; je n'avais montré aucune humeur quand mes camarades m'avaient
été préférés; mais mon tour devait arriver enfin, et il me semblait que
le moment était venu, en raison de ma position et de mes autres titres.
Je n'y pus tenir, et je me rendis auprès du général en chef pour lui
porter mes plaintes; je fis valoir mes droits, je lui déclarai que,
s'il avait cherché dans l'armée l'officier le plus vaillant, celui dont
les faits d'armes avaient été les plus remarquables, et qu'il me l'eût
préféré, je n'aurais pas élevé la voix; que le choix présent le rendait
coupable envers moi d'une injustice impossible à supporter; qu'en
agissant ainsi il ne méritait pas d'avoir près de lui des officiers
dévoués. En conséquence, je venais lui demander de le quitter
sur-le-champ; une destination dans l'armée, quelle qu'elle fût, me
convenait mieux qu'un poste où je venais de recevoir un pareil dégoût
et une semblable humiliation. Le général Bonaparte, dont tant de gens
parlent avec prévention et sans l'avoir connu, avait au fond du coeur
beaucoup d'équité; il n'aimait pas les gens à prétentions, et une
susceptibilité déplacée vous perdait dans son esprit. Mais, quand une
réclamation était fondée, il excusait facilement l'inconvenance des
expressions et la fougue de la passion, pourvu que tout se passât sans
témoins. Il s'occupait alors lui-même des moyens de réparer l'injustice
commise, et, loin d'être obligé plus tard de la lui rappeler, il
devançait les désirs. Il connaissait les faiblesses de l'humanité,
savait y compatir, et n'a jamais résisté à la vue de la tristesse
motivée de quelqu'un qu'il estimait, et cela dans toutes les positions
de sa vie et de son étonnante carrière: enfin on pouvait tout lui dire,
en choisissant le moment et le lieu; jamais il n'a refusé d'entendre la
vérité, et, si cela était quelquefois sans effet, c'était au moins
toujours sans danger. Pour en revenir à ce qui me concerne, mes
plaintes étaient vives, et il voulut me calmer; j'insistai, et il
m'ordonna de m'embarquer sur une demi-galère de la flottille du lac de
Garda et d'aller reconnaître toutes les côtes de ce lac, ce qui employa
une douzaine de jours; je revins rendre compte de ma mission; ma tête
s'était refroidie, on rentrait en campagne, et ce n'était pas le moment
de m'éloigner. Peu de jours s'étaient écoulés, et j'avais obtenu un
ample dédommagement des torts dont je croyais avoir eu à me plaindre.

Wurmser, tranquille dans son quartier général de Bassano, attendait des
renforts; ses troupes, divisées et cantonnées, comme je l'ai dit plus
haut, étaient répandues depuis Roveredo et Trente sur l'Adige, jusqu'à
Primolano et Bassano sur la Brenta, et occupaient Vicence par une
avant-garde. Le surprendre au milieu de son repos, l'empêcher de réunir
son armée, et l'accabler avant qu'il eût le temps de se reconnaître,
c'était compléter les beaux mouvements de Castiglione, tuer le lion
après l'avoir blessé, en l'achevant avant qu'il fût guéri de ses
blessures. Le général Serrurier, atteint d'une maladie gagnée dans les
marais de Mantoue, forcé de s'éloigner de sa division, fut remplacé par
le général de division Sahuguet, arrivant de France, et cette division
continua à observer la garnison de Mantoue. Le général Sauret, qu'un
âge avancé rendait peu propre à la guerre active, fut envoyé pour
commander en Piémont, et remplacé par le général Vaubois, rappelé de
Livourne, officier de sens et de jugement, instruit, mais faible et
d'un médiocre instinct militaire; sa division occupait les débouchés
entre le lac de Garda et le lac d'Idro, et était placée à Storo et à la
Rocca d'Anfo.

Le général Bonaparte chargea le général Kilmaine de commander sur
l'Adige et à Vérone. Homme de tête, froid, calculateur et brave, cet
officier était capable de combiner ses mouvements et d'agir par
lui-même. On lui donna quatre mille hommes d'infanterie et environ deux
mille chevaux, et Véronnette (la partie de Vérone qui est sur la rive
gauche) fut armée. Le général Kilmaine dut, en outre, occuper
Porto-Legnago et observer l'Adige avec des postes de cavalerie. On
présentait ainsi un rideau, ou, si l'on veut, une barrière à l'ennemi.
Cette barrière aurait été faible si nos opérations eussent dû être de
quelque durée; mais elle suffisait pour imposer à l'ennemi pendant huit
ou dix jours. En effet, il n'avait rien disposé pour l'offensive; ses
troupes n'étaient pas rassemblées, et il serait d'ailleurs suffisamment
occupé par les nouvelles qu'il recevrait successivement de notre marche
rapide, de ces attaques brusques et multipliées, semblables à la foudre,
dont ses lieutenants allaient être écrasés, pour n'être pas tenté de
prendre une offensive sérieuse qui compromettrait gravement sa ligne
d'opération.

Le général Vaubois, jusqu'à ce moment couvrant Brescia avec sa division,
reçut l'ordre de la rassembler en entier à Storo et de se porter sur
Arco, tandis que Masséna remonterait l'Adige. Vaubois rencontra
l'ennemi à Arco, puis à Mori, et le culbuta; Masséna à Serravalle et
puis à Marco, et le défit complétement. Ce double combat de Mori et de
Marco, livré le même jour, composa ce que l'on appelle la bataille de
Roveredo: on fit beaucoup de prisonniers à l'ennemi. Pendant ce
mouvement, Augereau arrivait à Alba; il s'y était rendu de Vérone en
passant par le Val-Pantena, et avait flanqué ainsi par les montagnes le
mouvement de Masséna dans la vallée de l'Adige. Le lendemain, nous
arrivâmes aux portes de Trente. J'étais à l'avant-garde, et Masséna
avait mis sous mes ordres une partie de sa cavalerie: nous culbutâmes
l'ennemi, et nous entrâmes, le sabre à la main et en le poursuivant,
dans la ville de Trente. L'ennemi continua sa retraite en remontant
l'Adige; nous trouvâmes de l'infanterie postée sur la rivière de Lavis,
à une lieue et demie au-dessus de Trente. La rivière était guéable pour
la cavalerie, mais non pour l'infanterie. L'ennemi occupait le village
de Lavis, placé sur la rive droite, et particulièrement une grosse
maison en face du pont. Ce pont, ressemblant à tous les ponts de la
Suisse et du Tyrol, était très-large et couvert par un toit; il n'était
pas coupé, mais on en avait enlevé tous les madriers. L'ennemi n'étant
pas en force, et nos troupes se trouvant pleines d'ardeur, je résolus
de passer le pont et d'enlever ce poste. Je descends de cheval; je
réunis trois cents hommes d'infanterie environ, et, à leur tête,
j'entreprends de franchir la rivière en passant sur les poutres du
pont. Jeune et leste, je réussis à souhait; le danger semblait nous
donner de l'adresse, et, malgré les coups de fusil, nous arrivâmes de
l'autre côté après avoir perdu quelques hommes renversés dans la
rivière par le feu de l'ennemi. Murat était venu nous joindre; il ne
voulut pas courir ces chances, se cacha derrière un mur, et resta
spectateur. Pendant ce temps la cavalerie passait au gué. Nous donnâmes
encore la chasse à l'ennemi, et je retournai à Trente, où je rendis
compte au général en chef de ce que j'avais fait.

Le général Bonaparte plaça sur le Lavis le général Vaubois, et le
chargea de la défense de la vallée. Pour lui, dès le lendemain il avait
franchi le col qui sépare la vallée de l'Adige des sources de la Brenta,
et s'était porté à Val-Sugana avec les divisions Augereau et Masséna.
Le lendemain, la division Augereau, tenant l'avant-garde, rencontra
l'ennemi à Primolano, le culbuta et le poursuivit. Le 5e régiment de
dragons, commandé par un ex-conventionnel nommé Milhaud, mais cependant
fort brave homme et bon soldat, le suivit l'épée dans les reins, le
traversa, et fit un très-grand nombre de prisonniers: j'étais à cette
affaire. Le jour suivant, nous débouchâmes sur Bassano, où Wurmser
était en personne; la division Masséna marchait par la rive droite, et
la division Augereau opérait sur la rive gauche.

Wurmser, surpris par cette entrée en campagne si brusque, ne devinant
pas les projets de son ennemi, fut d'abord dans une grande perplexité.
Il porta une partie de ses troupes sur la route de Vérone, ce qui
augmenta encore leur éparpillement. Instruit cependant de notre marche
par la Brenta, il rappela à lui tout ce qu'il put et voulut s'opposer
de vive force à notre sortie de la vallée, ou au moins la retarder pour
pouvoir faire sa retraite d'une manière moins périlleuse. Mais la chose
lui devint impossible, et, quoique sa résistance fût vive, elle n'en
fut pas moins inutile. La division Augereau, avec laquelle j'étais,
battit l'ennemi et entra dans la ville, pendant que Masséna la tournait
par la rive droite. Après ce coup de collier et la ville occupée, nous
nous reposâmes; mais l'ennemi se présenta de nouveau, et il y eut
encore grande alerte. La surprise n'eut pas de conséquence fâcheuse;
nous repoussâmes l'ennemi, et, cette fois, pour qu'il n'y revînt pas,
nous profitâmes de sa déroute pour le poursuivre jusqu'à extinction:
nous lui prîmes son matériel, équipage de pont, parcs, etc., etc., et
tout ce qui l'escortait, et j'arrivai, moi dix-septième, à Citadella,
où nous atteignîmes la tête de ses équipages.

Je vois d'ici de corrects officiers de cavalerie blâmer une charge
ainsi abandonnée; mais ils ont tort: il y a des circonstances où, avec
le risque de perdre un petit nombre d'hommes, on a la chance de faire
un mal irréparable à l'ennemi. La guerre est un jeu de coeur humain:
quand l'ennemi est rempli de terreur, il faut en profiter. Quelques
centaines d'hommes de plus ou de moins dans une armée ne sont rien, et,
dans tel moment donné, dix hommes font tout fuir. Autant les grands
mouvements doivent être méthodiques et soutenus, autant de petits corps,
et particulièrement de la cavalerie, peuvent être abandonnés et lancés
en enfants perdus. Il faut que la cavalerie charge toujours
vigoureusement; car, à force de méthode et de prudence, elle ne sert
plus à rien et n'obtient aucun résultat. Sans doute, il faut que la
cavalerie se conserve, que ses masses ne se compromettent pas
légèrement; mais, une fois dans l'action, tous ses mouvements doivent
être rapides et décidés. La cavalerie française, ayant beaucoup d'élan,
est, à mes yeux, la première de l'Europe. J'ai rencontré beaucoup de
contradicteurs de cette opinion; j'ai vu même beaucoup d'officiers
français qui étaient admirateurs irréfléchis de la cavalerie
autrichienne, qui la mettaient au-dessus de la nôtre; mais c'est à tort:
ces officiers ne se sont pas rendu compte de l'esprit fondamental de
cette arme. Les Allemands nous sont supérieurs pour l'ordre et l'esprit
de conservation; mais, pour l'emploi, ils sont loin de nous. La
cavalerie française, à égalité de force, a toujours battu la cavalerie
étrangère, et, dans un succès décidé, elle a détruit l'ennemi, ce qui
n'est, à ma connaissance, jamais arrivé à la cavalerie allemande. En un
mot, la cavalerie française aura quelquefois des revers, des
échauffourées; mais ces accidents arriveront plus souvent à de
très-bonnes troupes qu'à de mauvaises, et ils sont bien plus que
compensés par les immenses avantages résultant habituellement de la
cause qui les a produits.

La position des troupes de Wurmser décidait la direction à prendre;
celles qu'il avait envoyées de Vérone n'étaient pas toutes revenues;
Vicence était encore occupée; Wurmser dut donc renoncer à se retirer
sur le Frioul, se résoudre à marcher sur Mantoue, maintenant son seul
asile, et passer l'Adige au plus vite. En conséquence, il se dirigea
sur Porto-Legnago; malheureusement cette place avait été évacuée par le
général Kilmaine; resté avec peu de monde à Vérone, il avait rappelé à
lui la garnison de cette place. Si Legnago eût été occupée, l'armée
autrichienne était détruite, et le pont qu'elle trouva là fut son
salut. Nous nous dirigeâmes, savoir: la division Augereau sur Legnago,
en passant par Montagnana, et la division Masséna sur Ronco, où plus
tard il devait y avoir de bien mémorables combats. Faire un pont sur
l'Adige et marcher sur Cerea, pour couper l'ennemi en marche sur
Mantoue, fut l'affaire de quatre jours; mais la précipitation avec
laquelle nous marchions entraînait du désordre, et nous nous
présentâmes à Cerea avec peu de monde et mal formés; aussi fûmes-nous
repoussés. Le général en chef, qui se trouvait à l'avant-garde, surpris
par un désordre inopiné, au moment d'être pris, fut obligé de fuir de
toute la vitesse de son cheval pendant que nous rétablissions les
affaires; mais jamais nous ne pûmes couper l'ennemi, marchant à
tire-d'aile; l'arrière-garde, laissée dans Legnago, capitula le
lendemain. La division Masséna attaqua de nouveau l'ennemi auprès de
Due-Castelli, mais fut encore repoussée: il y avait beaucoup de
fatigue et de relâchement dans les troupes: le désordre même, ce
jour-là, fut fort grand: j'étais au plus chaud de ce combat, et, avec
le cinquième bataillon de grenadiers, dont je disposai, j'arrêtai la
cavalerie ennemie, qui nous poursuivait. Ce bataillon, solide comme un
rocher de granit, reçut sans s'ébranler les charges dirigées contre lui,
et les fuyards eurent le temps de se rallier. Ces deux petits échecs
étaient venus de trop de confiance, mais il fallait cependant en
prévenir un troisième; il nous restait à renfermer Wurmser dans Mantoue,
et on devait supposer que, soutenu par la garnison, trouvant des
troupes fraîches, et appuyé à la place, il essayerait de tenir la
campagne. On laissa reposer les troupes, on leur fit faire la soupe
avant de partir, on prit enfin des dispositions de prudence auxquelles
nous n'étions guère accoutumés, et on attaqua. Quand l'ennemi eut
commencé à plier, je fus chargé par le général Masséna de conduire deux
bataillons à l'attaque du faubourg Saint-Georges, le cinquième
bataillon de grenadiers et le troisième du dix-huitième, en tournant
l'ennemi par son flanc gauche; ces deux bataillons, ployés en colonne
et précédés par un bon nombre de tirailleurs, renversèrent tout ce qui
s'opposait à leur marche; j'entrai dans Saint-Georges, et j'enlevai de
vive force la tête de pont intérieure avec les grenadiers: je les y
laissai pour empêcher les troupes de la ville de venir sur nous par la
chaussée, et je plaçai en bataille devant la porte du faubourg le
troisième bataillon du dix-huitième. À peine ces dispositions
étaient-elles prises, qu'un régiment de cuirassiers, encore en arrière,
se présenta pour rentrer et nous chargea; nous le reçûmes avec
intrépidité, une vingtaine d'hommes tombèrent à nos pieds, et nous
prîmes ceux qui avaient traversé nos rangs. Ce régiment descendit
ensuite le Mincio pour passer à Governolo; mais, ayant trouvé de ce
côté la division Augereau, il mit pied à terre et rendit ses armes.
Cette journée fut appelée la bataille Saint-Georges, du nom du point où
le combat fut le plus vif. Dès le lendemain, le général en chef me dit
d'une manière presque inopinée: «Marmont, je vous envoie à Paris;
partez sur-le-champ; allez-y porter nos trophées, et présentez au
gouvernement les vingt-deux drapeaux pris à l'ennemi; allez raconter
tout ce que nous avons fait, et annoncez que j'envoie encore en France
quinze mille prisonniers. Vous n'avez pas perdu votre temps pour avoir
attendu; vous avez eu le bonheur de concourir à nos dernières
opérations, et vous aurez de nouveaux récits à faire; rappelez-vous vos
torts de Brescia pour ne plus en avoir de pareils, et, une autre fois,
ne doutez ni de ma justice ni de mon affection.» Il me donna ses
instructions et m'expliqua ce que j'avais à dire, à voir, à faire. À
cette époque, il ménageait beaucoup Barras et Carnot; sa recommandation
de hâter mon retour était assurément superflue; je fus d'autant plus
heureux de cette mission, que, le général en chef m'ayant beaucoup mis
en avant et fort employé pendant cette campagne, j'avais le sentiment
de l'avoir méritée, et que le choix dont j'étais l'objet aurait
l'assentiment de l'armée.

Il est convenable d'examiner cette opération, après en avoir raconté
les détails. Belle conception, ses résultats étaient presque certains,
et elle n'offrait aucune chance fâcheuse. Les pertes de l'armée
autrichienne, lors des affaires de Castiglione, avaient été telles et
si supérieures aux nôtres, que les deux armées étaient alors à peu près
de même force.

L'armée française opérant sur la rive gauche de l'Adige avait
vingt-huit mille hommes et trois mille chevaux, et l'armée autrichienne
n'avait pas plus de trente mille hommes, éparpillés de manière à ne pas
pouvoir présenter plus de mille à douze cents hommes à une attaque
brusque; nécessairement, toutes les rencontres devaient être à notre
avantage.

L'armée française ne courait aucun risque, et, en découvrant en
apparence sa ligne d'opération, elle se trouvait en réalité fort en
sûreté, couverte par l'Adige, qui formait une véritable barrière. Pour
qu'il en fût autrement, il aurait fallu que l'ennemi, prêt à agir, eût
eu une grande supériorité; ni l'un ni l'autre n'était vrai, et, même
dans ce cas, de deux choses l'une: ou l'armée française aurait été
arrêtée à Roveredo, et il y a une si petite distance, qu'elle eût pu
revenir sur Vérone assez à temps pour défendre le passage de l'Adige;
ou, ayant battu l'ennemi, elle serait arrivée à Trente, et alors elle
aurait eu sa retraite sur Brescia par la Rocca d'Anfo. Il était sage et
prudent de saisir le moment où l'ennemi n'avait pas reçu ses renforts
pour l'attaquer, et, heureux de pouvoir le trouver décousu et sans
système défensif, il était habile de changer la défensive en offensive.
Cette opération, exécutée avec rapidité, ne pouvait pas manquer de
réussir, et les résultats furent tels qu'on avait pu l'espérer. Après
cette bataille, le général en chef prit pour aide de camp Sulkowsky,
jeune Polonais et brillant officier que j'avais distingué pendant le
combat, et dont je lui avais parlé avec éloge.

Je partis de Vérone le 2 vendémiaire avec les trophées qui m'étaient
confiés. On a vu quels sentiments je portais à mes parents: m'offrir à
eux sous ces glorieux auspices, c'était augmenter beaucoup mon bonheur;
aussi me déterminai-je à passer par Châtillon. La joie de mon père fut
grande en me voyant. Cette gloire de l'armée d'Italie, si éclatante, si
pure, il la sentait plus qu'un autre; plus que personne aussi il était
à même de l'apprécier; j'étais comme le représentant, comme l'image
vivante de cette brave armée illustrée par tant de prodiges, et j'étais
son fils! Je crois, dans le cours de ma carrière, lui avoir fait
éprouver des jouissances profondes, et cette pensée a souvent satisfait
mon coeur; car, en justifiant ses soins par mes succès, c'était en
quelque sorte m'acquitter envers lui. Pour rappeler et consacrer cette
heureuse époque, mon père fit peindre sur le fronton de son château, à
la place des armes existantes autrefois, un trophée où étaient
représentés vingt-deux drapeaux avec la date de mon passage, et cet
ingénieux monument de tendresse a duré jusqu'à l'époque où les
restaurations faites à cette maison l'ont fait disparaître. Je fus reçu
à Paris comme on l'est toujours en pareille circonstance. Tant de
prodiges occupant sans cesse les esprits, on ne pouvait se rassasier de
mes récits, et, devenu moi-même objet de la curiosité générale, mon
séjour à Paris fut un triomphe continuel.

Le jour fut désigné pour la présentation solennelle des vingt-deux
drapeaux. Je me rendis chez le ministre de la guerre, d'où le cortége
partit. Un très-brave homme, mon compatriote, dont la carrière s'était
faite dans le commissariat de guerre, M. Petiet, était alors ministre.
Son frère avait été juge seigneurial de la terre de Sainte-Colombe,
appartenant à ma famille. J'étais en voiture avec le ministre;
vingt-deux officiers de la garnison, à cheval, portant les vingt-deux
drapeaux, nous enveloppaient. Le Directoire nous reçut dans toute sa
pompe, et revêtu du costume assez bizarre qu'il avait adopté pour les
solennités. Je prononçai un discours où je racontai brièvement les
travaux et les hauts faits de l'armée d'Italie, et le président du
Directoire, Laréveillère-Lépeaux, me répondit sur le même ton; mais il
inséra dans son discours une recommandation sur le respect dû aux lois,
annonçant ainsi qu'il pressentait déjà le moment où la force militaire
essayerait de les changer. Je fus nommé colonel, et on me donna le
commandement du 2e régiment d'artillerie à cheval.

J'ai passé les premières années de ma vie à entendre distinguer dans
l'artillerie le grade dans le corps et hors du corps, et on avait
respecté le ridicule amour-propre du corps de l'artillerie en
continuant cette distinction. On se le rappelle, le général Bonaparte
lui-même n'avait pas échappé à ce préjugé; mais on ne devinerait jamais
à quel degré d'absurdité ce principe, faux en lui-même, était arrivé
dans son application. L'état militaire de l'époque dont je parle
présente ceci: Bonaparte, _chef de bataillon d'artillerie_, détaché
dans l'armée comme général en chef de l'armée d'Italie;--et ailleurs:
Marmont, _colonel du 2e régiment d'artillerie_ à cheval, détaché comme
aide de camp du général en chef Bonaparte.

Mes jours s'écoulaient à Paris dans les plaisirs de toute espèce; mais
je n'étais pas homme à leur donner la préférence sur la guerre et sur
mes devoirs. Je reçus d'Italie la nouvelle que l'ennemi se disposait à
rentrer en campagne; je sollicitai vivement d'être expédié pour l'armée,
et le Directoire me donna ses ordres et ses instructions pour le
général en chef; je me mis en route, j'allai embrasser mon père et ma
mère en passant, et je continuai jour et nuit mon voyage. Je trouvai
madame Bonaparte à Milan: elle m'apprit le renouvellement des
hostilités et me dit qu'on était aux mains. Je repartis aussitôt et fis
tant de diligence pour rejoindre le général en chef, que j'arrivai à
Ronco une heure avant le commencement de la bataille d'Arcole.

Après la bataille de Saint-Georges, et Wurmser rejeté dans Mantoue,
voici quelles avaient été les dispositions du général en chef et les
positions de l'armée française: le général Kilmaine, ayant sous ses
ordres le général Sahuguet, commandant toujours la division Serrurier,
et le général Dallemagne, pour lequel on avait organisé une petite
division, observa et bloqua Mantoue; son quartier général était à
Roverbella, celui de Sahuguet à Castellaro. Le faubourg Saint-Georges,
l'un des principaux débouchés de Mantoue, et celui par lequel les
secours pouvaient le plus facilement arriver des bords de l'Adige, fut
fortifié; on en fit une petite place destinée à résister à un coup de
main et susceptible d'être abandonnée à elle-même sans danger pendant
quelques moments; le commandement et la direction des travaux furent
donnés au général Miollis, homme austère, brave, d'une vertu stoïque et
d'une grande résolution. Cette disposition prépara le succès brillant
obtenu plus tard et connu sous le nom de bataille de la Favorite;
Masséna avait son quartier général à Bassano et occupait Trévise;
Augereau était à Vérone, et Vaubois occupait la ligne de Lavis et
couvrait Trente.

Une nouvelle armée autrichienne, commandée par le général en chef
Alvinzi, était sortie de terre comme par enchantement. L'organisation
de l'armée autrichienne, son système de recrutement et d'administration,
donnent constamment des résultats de cette nature, qui tiennent du
prodige; une armée est détruite, elle est aussitôt remplacée; les plus
grandes pertes ne se font pas sentir trois mois; on dirait que les
Autrichiens, dont assurément je ne veux pas révoquer en doute la valeur,
ont cependant moins en vue de gagner des batailles que d'être toujours
prêts à en livrer; et ce système leur a bien réussi, car les plus
grands succès épuisent, et, si une armée victorieuse ne reçoit pas
constamment des renforts pour réparer ses pertes, elle finit par
succomber devant une armée battue, qui, plusieurs fois renouvelée, est
devenue toujours moins bonne, mais enfin existe et semble toujours
menacer. Après l'arrivée de Wurmser dans Mantoue, voici comment était
placée l'armée autrichienne.

Dans le Tyrol, sous les ordres de Davidovich, et dans la vallée de
l'Adige, en présence de Vaubois, treize mille hommes; sous le
commandement de Graffen, en Vorarlberg, trois mille cinq cents hommes;
sous celui de Quasdanovich, en Frioul, quatre mille hommes; sous
Wurmser, dans Mantoue, trente bataillons, vingt-huit compagnies et
trente escadrons formant vingt-neuf mille six cent soixante-seize
hommes, dont dix-huit mille en état de porter les armes. Le 24, Alvinzi
prit le commandement de l'armée; Davidovich fut renforcé de six mille
huit cents hommes de la landsturm du Tyrol; Quasdanovich reçut un
renfort de quinze bataillons de nouvelles levées. Le plan d'opération
était celui-ci: Davidovich devait s'emparer de Trente; Quasdanovich
marcher sur Vérone, et Wurmser, agissant avec tout son monde contre les
troupes formant le blocus, devait contribuer au gain de la bataille qui
aurait lieu sous Vérone. Le général Alvinzi ouvrit la campagne, et son
avant-garde passa la Piave le 1er novembre. La force de son armée, ce
jour-là, présentait sous ses ordres immédiats vingt-quatre bataillons,
onze escadrons: vingt-huit mille six cent quatre-vingt-dix-neuf hommes;
sous Davidovich, dix-neuf bataillons: dix-huit mille quatre cent
vingt-sept hommes. Total: quarante-sept mille cent vingt-six hommes, et
cent trente-quatre bouches à feu. Le général Vaubois commença d'abord
par repousser l'ennemi à Saint-Michel; mais des revers suivirent ce
premier succès: il évacua Trente et se retira sur la Pietra, dans la
vallée de l'Adige. La division Masséna se retira sur Vicence, tandis
que la division Augereau vint à son secours. Ces deux divisions
marchèrent le 6 novembre à l'ennemi; la division Masséna se dirigea sur
Citadella, tandis qu'Augereau se porta sur Bassano. Mais Liptay
repoussa Masséna, et Quasdanovich repoussa Augereau à Montefredo. La
retraite de Vaubois continuant, les divisions Masséna et Augereau se
replièrent d'abord sur Vicence, et ensuite sur Vérone; elles furent
suivies par le prince de Hohenzollern, jusqu'auprès de Vérone, avec
quatre bataillons et huit escadrons; mais, repoussé, il se retira sur
Caldiero, occupé par huit bataillons, deux compagnies, neuf escadrons
et vingt-six bouches à feu. Alvinzi avait à Villanova la plus grande
partie de ses forces; il renforça de quatre bataillons, sous les ordres
du général Brabek, les troupes placées à Caldiero. Les deux divisions
Augereau et Masséna marchèrent de nouveau à l'ennemi et attaquèrent
Caldiero le 12 novembre. Elles furent repoussées: toutes les
circonstances du temps leur avaient été contraires; il fallut revenir à
Vérone. Vaubois avait pris position à Rivoli. La situation devenait
extrêmement critique; l'armée, défalcation faite des troupes
d'observation de Mantoue, ne s'élevait pas à plus de quarante-trois
bataillons et vingt-sept escadrons, dont l'effectif présent ne
dépassait pas vingt-six mille hommes, et Alvinzi en avait plus de
quarante mille. Un miracle semblait nécessaire pour nous sauver, et le
général Bonaparte l'opéra. Alvinzi marchait avec confiance sur Vérone,
et presque toutes ses troupes étaient devant cette place et à San
Martino; tout paraissait lui promettre une prompte évacuation de cette
ville: dès lors il allait se joindre au corps de Davidovich descendant
l'Adige. Il ne nous restait plus qu'à repasser le Mincio et à lever le
blocus de Mantoue; c'était l'opinion de toute l'armée et des habitants:
personne n'envisageait l'avenir autrement. Bonaparte comptait sur cette
opinion si généralement répandue pour assurer ses succès; il fallait
surprendre l'ennemi et l'écraser avant qu'il eût le temps de se
reconnaître. Son avant-garde était devant Vérone, la masse de ses
troupes en échelons, et son artillerie et ses bagages en arrière. Le
général Bonaparte imagina donc de partir le soir de Vérone avec presque
toutes ses troupes, et de descendre l'Adige par la rive droite jusqu'à
Ronco, où il fit jeter un pont; et, lorsque silencieusement et
tristement l'armée se mettait en marche et croyait commencer une
retraite dont il paraissait difficile de prévoir le terme, tout à coup
elle voit son avenir changé, en reconnaissant la nouvelle direction
donnée à ses colonnes. Tout était prêt pour la construction du pont;
avant la fin de la nuit, il était terminé, et, le 17 novembre au point
du jour, l'armée défila et marcha sur Arcole. C'est à ce moment
qu'arrivant de Paris je rejoignis le général Bonaparte au village de
Ronco; il était avec Masséna et plusieurs généraux, au moment de passer
la rivière.

La division Augereau marchait la première; le succès de cette opération
était basé sur l'espérance de surprendre l'ennemi. Il fallait arriver
immédiatement sur la grande route à Villanova et tomber sur le parc de
l'ennemi: on prenait toute l'armée autrichienne à revers, sans être
formée, sans ordre de bataille. Si on réfléchit à la terreur qu'un
semblable début devait inspirer, il était permis d'espérer en peu
d'heures une victoire complète. Mais le général Alvinzi, en général
avisé, s'était fait éclairer avec soin et avait laissé des troupes à
portée de cette partie de l'Adige; il découvrit notre mouvement et se
hâta de porter remède à sa position en jetant à la hâte trois mille
Croates, sous les ordres du colonel Brigido, dans le village d'Arcole.
Alors s'engagea un rude combat d'un bord à l'autre de l'Alpon et sur la
digue qui mène de Ronco à Arcole: nos troupes rebroussèrent chemin, et
l'ennemi eut le temps de se renforcer et de prendre sa nouvelle ligne
de bataille.

À peu de distance de l'Adige, une seconde digue se détache de la
première, à Ronco, et, bifurquant avec elle, se dirige à travers les
marais sur Caldiero; plusieurs digues transversales et parallèles à
l'Adige établissent des communications entre celle-ci et la digue
principale. Cette digue secondaire, sur laquelle la division Masséna
fut dirigée, servit de champ de bataille; mais, comme elle n'arrive à
la grande route qu'après mille détours et trop près de Vérone, elle ne
convenait pas pour servir de débouché à l'armée.

La division Augereau, arrêtée dans son mouvement, battit en retraite;
Augereau, pour l'exciter, avait pris un drapeau et marché quelques pas
sur la digue, mais sans être suivi. Telle est l'histoire de ce drapeau
dont on a tant parlé, et avec lequel on suppose qu'il a franchi le pont
d'Arcole en culbutant l'ennemi: tout s'est réduit à une simple
démonstration sans aucun résultat; et voilà comment on écrit
l'histoire! Le général Bonaparte, instruit de cet échec, se porta à
cette division avec son état-major, et vint renouveler la tentative
d'Augereau, en se plaçant à la tête de la colonne pour l'encourager: il
saisit aussi un drapeau, et, cette fois, la colonne s'ébranla à sa
suite; arrivés à deux cents pas du pont, nous allions probablement le
franchir, malgré le feu meurtrier de l'ennemi, lorsqu'un officier
d'infanterie, saisissant le général en chef par le corps, lui dit: «Mon
général, vous allez vous faire tuer, et, si vous êtes tué, nous sommes
perdus; vous n'irez pas plus loin, cette place-ci n'est pas la vôtre.»
J'étais en avant du général Bonaparte, ayant à ma droite un de mes
camarades, autre aide de camp du général Bonaparte, officier
très-distingué, venant d'arriver à l'armée: son nom de Muiron a été
donné à la frégate sur laquelle Bonaparte est revenu d'Égypte; je me
retournais pour voir si j'étais suivi, lorsque j'aperçus le général
Bonaparte dans les bras de l'officier dont j'ai parlé plus haut, et je
le crus blessé: en un moment, un groupe stationnaire fut formé. Quand
la tête d'une colonne est si près de l'ennemi et ne marche pas en avant,
elle recule bientôt: il faut absolument qu'elle soit en mouvement;
aussi rétrograda-t-elle, se jeta sur le revers de la digue pour être
garantie du feu de l'ennemi, et se replia en désordre. Ce désordre fut
tel, que le général Bonaparte, culbuté, tomba au pied extérieur de la
digue, dans un canal plein d'eau, canal creusé anciennement pour
fournir les terres nécessaires à la construction de la digue, mais
très-étroit. Louis Bonaparte et moi nous retirâmes le général en chef
de cette situation périlleuse; un aide de camp du général Dammartin,
nommé Faure de Giers, lui ayant donné son cheval, le général en chef
retourna à Ronco pour changer d'habits et se sécher: voilà encore
l'histoire de cet autre drapeau que les gravures ont représenté porté
par Bonaparte sur le pont d'Arcole. Cette charge, simple échauffourée,
n'aboutit à rien autre chose. C'est la seule fois, pendant la campagne
d'Italie, que j'aie vu le général Bonaparte exposé à un véritable et
grand danger personnel. Muiron disparut dans cette bagarre; il est
probable qu'au moment du demi-tour il reçut une balle et tomba dans
l'Alpon. Je restai toute la journée à la division Augereau; nous fîmes
tous les efforts imaginables pour donner quelque élan aux troupes, mais
inutilement. L'ennemi déboucha alors, et nous fit plier.

Le général Masséna, occupant la digue gauche, fit tête de colonne à
droite avec une partie de ses troupes, marcha par une des digues
transversales dont j'ai parlé, coupa et prit tout ce que l'ennemi avait
lancé contre nous, et qui avait déjà dépassé le point de jonction des
deux digues. La journée s'écoula ainsi, et fut remplie par une
alternative de succès et de revers, jusqu'au moment où l'ennemi évacua
Arcole et se retira sur San Bonifaccio.

On avait établi le pont de Ronco à l'endroit où le bac était situé,
chose naturelle à cause du chemin dont il indiquait l'existence;
cependant on fit mal. Si on l'eût d'abord établi au village d'Albaredo,
au-dessous du confluent de l'Alpon dans l'Adige, l'armée n'aurait
rencontré aucun obstacle avant de joindre l'ennemi, puisque l'Alpon ne
devait plus être passé, et peut-être les résultats eussent-ils été tels
que Bonaparte les avait espérés; mais la nécessité de franchir le pont
d'Arcole, l'occupation de ce poste, faite à temps par l'ennemi, et
l'énergie de sa première défense, changèrent tout. Le général en chef
reçut à la nuit le rapport de l'occupation d'Arcole, et il donna
l'ordre de l'évacuer et de prendre position en arrière. Cet ordre
surprit, et cependant rien n'était mieux calculé, la situation des
choses ayant entièrement changé: déboucher dans un pays ouvert, devant
une armée prévenue, et avec des forces aussi inférieures, eût été
funeste; puisque nous n'avions pas pu surprendre l'ennemi, il fallait
le forcer à combattre sur un terrain très-rétréci, et un combat par
tête de colonne, sur des digues et dans des marais, nous convenait
merveilleusement; en évacuant Arcole, on engageait ainsi l'ennemi à y
revenir, et, par conséquent, on le mettait dans les circonstances qui
nous étaient les plus favorables. Le général Bonaparte a toujours été
admirable pour changer sur-le-champ tout un système, quand les
circonstances lui en démontraient les inconvénients.

Provera, avec les brigades Brabek et Gavazini, fortes de six bataillons
et deux escadrons, et Mittrowsky, avec les brigades Stiker et Schubitz,
fortes de quatorze bataillons et deux escadrons, reçurent l'ordre
d'Alvinzi de rejeter l'armée française sur la rive droite de l'Adige.
En conséquence, le lendemain le combat se renouvela, et Masséna battit
les troupes ennemies sur les deux digues, qu'il fut chargé d'occuper et
de défendre; la journée se passa sur ces points de même que la
précédente, en alternatives de succès et de revers.

Le général en chef voulut faire passer l'Alpon à la division Augereau,
à son embouchure dans l'Adige, et, comme on manquait de barques et de
chevalets, on prétendit combler l'Alpon avec des fascines sur
lesquelles on passerait. Afin de faciliter cette opération, je fus
chargé d'aller, sur la rive droite de l'Adige, établir une batterie de
quinze pièces de canon, dont le feu devait enfiler et prendre à revers
la digue de la rive gauche de l'Alpon, qui servait de retranchement à
l'ennemi. La digue de la rive gauche de l'Adige défilait l'ennemi, et
je fus obligé de faire tirer à ricochet avec demi-charge. Après une
demi-heure d'un feu soutenu, une colonne chargée de fascines s'ébranla
et vint les jeter au point de passage; mais le courant de l'Alpon, pour
être peu sensible, n'en existait pas moins, et toutes les fascines
furent entraînées dans l'Adige. L'absurdité de ce moyen de passage fut
ainsi démontrée. Le jeune Éliot, aide de camp de Bonaparte et neveu de
Clarke, devenu depuis duc de Feltre, y fut tué roide d'une balle à la
tête. Les deux armées restèrent donc ainsi chacune sur le champ de
bataille, l'ennemi ayant perdu encore bon nombre de prisonniers faits
par Masséna, en poursuivant Provera jusqu'à Caldiero, tandis que
Mittrowsky avait repoussé toutes les attaques d'Augereau. Pendant la
nuit suivante, on construisit un pont à Albaredo, et la division
Augereau vint y passer. L'ennemi avait rassemblé beaucoup de monde à
Arcole; comme cette partie de la rive gauche de l'Alpon est plus élevée,
les troupes étaient plus déployées; ce n'était plus un combat de poste,
mais un combat en ligne; l'ennemi nous fit plier un moment, mais
l'affaire fut promptement rétablie; il plia à son tour; une charge de
vingt-cinq chevaux des guides, faite dans un moment opportun sur la
digue qui suit le ruisseau, et commandée par un officier nègre, nommé
Hercule, servit à faire des prisonniers. D'un autre côté, l'ennemi
avait poussé devant lui une brigade de Masséna; mais la 32e, placée en
embuscade, s'étant levée à propos, lui prit environ mille hommes.
Provera se retira à Villanova, et Mittrowsky à San Bonifaccio. Par
cette suite de combats, dont on peut seulement faire connaître l'esprit
et indiquer la direction, l'ennemi avait eu beaucoup de tués et de
blessés, de cinq ou six mille prisonniers, et perdu toute confiance en
lui-même; aussi se retira-t-il dans la nuit, après le troisième jour de
combat, en se portant sur Vicence. J'en eus l'agréable certitude quand,
le matin, étant allé en reconnaissance jusqu'à Villanova, des blessés,
des traînards et les habitants m'en eurent rendu compte. Le général en
chef accourut, et nous rentrâmes à Vérone par la rive gauche de
l'Adige. C'était apporter la preuve irrécusable des succès obtenus; dès
ce moment personne ne crut plus jamais à la possibilité d'un revers
durable. Cette campagne si courte est d'autant plus remarquable, que
les troupes étaient, sous le rapport du nombre, fort inférieures à
celles de l'ennemi, et, d'un autre côté, se battaient mal et semblaient
avoir perdu toute leur énergie.

Pendant que Bonaparte luttait avec opiniâtreté contre l'ennemi à Arcole,
Vaubois continuait à être battu et avait fait sa retraite jusqu'à
Castel-Novo; encore un pas, encore un jour, et notre situation devenait
extrêmement critique; mais la retraite d'Alvinzi sur Vicence décidait
tout. Bonaparte ne perdit pas un moment pour profiter de son
éloignement, et, après avoir laissé un petit corps à Caldiero pour
couvrir Vérone, il dirigea Augereau par les montagnes de Lugo sur Dolce,
dans la vallée de l'Adige, tandis que Masséna, ayant été joindre
Vaubois, déjà arrivé jusqu'à Castel-Novo, marcha à l'ennemi, le culbuta
et remporta sur lui un succès complet à Rivoli; en six jours l'armée
sortit d'un des plus grands périls qu'elle ait éprouvés pendant ces
immortelles campagnes.

Cette série d'opérations ne donnera lieu qu'à peu d'observations; le
but des mouvements se comprend de lui-même: quelque hardis qu'ils
paraissent, on peut remarquer combien le général Bonaparte avait mis de
soins à ne pas compromettre sa ligne d'opération, on voit clairement
que le sort de l'armée autrichienne ne tint à rien; mais, d'un autre
côté, celui de l'armée française fut bien compromis. On se demande ce
qui força Alvinzi à un mouvement rétrograde le quatrième jour, quand la
marche de sa division du Tyrol allait nous forcer à quitter les bords
de l'Adige, et quand il était évident que nous n'avions pas osé
déboucher dans les plaines de Villanova, après les succès obtenus. On
se demande encore comment Wurmser n'a fait aucune tentative avec la
masse des troupes dont il disposait. À quoi tient le sort des batailles
et le destin des empires, et combien de succès brillants sont dus, à la
guerre, aux fautes de l'ennemi! L'évacuation d'Arcole, le soir du
premier jour, fut pour l'armée un grand objet d'étonnement, et, depuis,
l'occasion de grandes controverses, mais à tort; cette disposition est
digne d'admiration. Il fallait être un général supérieur pour renoncer
ainsi à des succès apparents, afin d'en obtenir plus tard de réels.

Le général Vaubois, dont le général Bonaparte n'avait pas eu lieu
d'être content, reçut une autre destination, retourna à Livourne, et
Joubert, élevé au grade de général de division, fut chargé de la
défense de la Corona, de Montebaldo et de Rivoli. Masséna vint à Vérone
avec sa division. Augereau fut à Legnago, et une nouvelle division, aux
ordres du général Rey, fut placée en réserve à Desenzano. Le général
Kilmaine continuait à observer et à bloquer Mantoue. Murat avait perdu
presque toute sa réputation de bravoure, depuis son retour de Paris,
par sa manière de servir; aussi Bonaparte lui avait-il retiré ses
bontés: voulant sortir de cet état d'abaissement, il demanda à
commander une brigade d'infanterie sous les ordres de Joubert; alors il
retrouva son premier élan; sa réputation se rétablit, et depuis elle
n'a subi aucune altération.

Le général Bonaparte avait perdu deux aides de camp pendant les
affaires d'Arcole: l'un d'eux, Muiron, officier d'artillerie
très-distingué, qui venait à l'instant même de le rejoindre. Muiron
avait été l'ami de ma jeunesse et le compagnon d'armes du général en
chef. Il lui avait succédé immédiatement dans la compagnie du 4e
régiment d'artillerie, dont Bonaparte avait été capitaine titulaire:
enfin il s'était trouvé au 13 vendémiaire. Je lui indiquai, et il
accepta, deux autres officiers pour les remplacer: Duroc, mon ami
intime, alors officier d'ouvriers d'artillerie, et Croisier, officier
de chasseurs très-brillant, tué depuis en Syrie.

Le général Bonaparte, après avoir placé ses troupes ainsi que je l'ai
dit plus haut, attendit les nouveaux efforts des Autrichiens pour
délivrer et sauver Mantoue. La nombreuse garnison de cette place avait
presque consommé tous les vivres et allait être réduite aux dernières
extrémités.

Nous sortions d'une crise où nous avions été au moment de succomber,
malgré nos constants efforts. Des combats si multipliés avaient
affaibli nos moyens; les renforts attendus étaient encore éloignés; le
général en chef eut la pensée, dans la pénurie où il se trouvait, de
faire une tentative pour créer quelques ressources immédiates et en
préparer de plus importantes pour l'avenir. Il m'envoya à Venise pour
renouveler au gouvernement vénitien les propositions qui lui avaient
été déjà faites d'une alliance avec la République française, dont il
pourrait un jour tirer de grands avantages. M. Lallemant, ministre de
France, me seconda et me dirigea dans ces ouvertures, et j'eus deux
conférences, dans son casino, avec M. Pesaro, membre du conseil des Dix,
l'un des hommes les plus influents du gouvernement. Prendre parti pour
une armée qui, quoique victorieuse, paraissait être aux abois, était un
acte de trop grande résolution pour ce gouvernement tombé dans le
mépris et dénué de toute énergie. Les calculs de la raison et de la
prudence auraient dû lui conseiller, au moment de notre invasion, de
prendre les armes pour se faire respecter par les puissances
belligérantes; mais, puisqu'il n'avait pas su adopter cette politique
sage, digne et juste, on ne pouvait espérer le voir se déterminer à
prendre couleur plus tard, en s'associant à l'un des deux combattants,
surtout à nous, dont les principes politiques étaient menaçants pour
l'aristocratie; aussi ma mission fut-elle sans résultat, et je n'en
rapportai que la connaissance de cette ville singulière, l'un des plus
étonnants monuments du moyen âge, et l'expression des besoins de
l'époque où elle fut fondée.

C'est ici le moment de faire remarquer l'absurdité du système de
conduite suivi par Wurmser, et de faire ressortir le parti qu'un homme
plus habile aurait pu tirer de sa position. Ses fautes lui avaient fait
perdre sa ligne d'opération et l'avaient contraint à se réfugier dans
Mantoue, où il se trouvait avec trente mille hommes, une nombreuse
cavalerie et beaucoup d'artillerie attelée. Jamais on ne réunit les
moyens de rien entreprendre de sérieux contre lui; on ne put même le
bloquer qu'en partie. Il resta constamment maître du Seraglio,
c'est-à-dire de tout le triangle formé par le Pô, le Mincio et la
Fossa-Maestra; il pouvait donc se porter sur le Pô à volonté. Si, au
lieu de s'endormir à Mantoue, il eût quitté cette ville, en y laissant
dix mille hommes, et, se portant avec quinze mille, sa cavalerie et une
nombreuse artillerie de campagne, sur la rive droite du fleuve, en
faisant faire, ce qui était facile, une bonne tête de pont sur la rive
gauche, il aurait d'abord, en diminuant le nombre des bouches, assuré
la conservation de Mantoue pour un beaucoup plus long temps; ensuite,
par sa présence dans cette partie de l'Italie, il aurait imprimé un
mouvement favorable aux intérêts de la maison d'Autriche. Le pape Pie
VI se jetait dans les bras de l'Empereur, lui demandait protection et
secours; il donnait à Wurmser argent et soldats, munitions, vivres,
etc.; ses troupes enfin, encadrées dans les troupes autrichiennes,
auraient acquis quelque valeur. La force des choses en eût fait faire
autant à la Toscane; le fanatisme des paysans aurait pu être excité et
devenir un puissant auxiliaire. Il était possible alors que l'armée
française ne fit pas un détachement de ce côté; et, si les divisions
Augereau et Masséna avaient reçu cette destination, on peut voir le peu
de troupes qui seraient restées pour combattre Alvinzi. Livourne
tombait, et la garnison se trouvait prisonnière de guerre. Les
insurrections du pays de Gênes auraient recommencé; l'Italie était en
feu, et il eût fallu des miracles à peine concevables pour sauver
l'armée française et la garantir, sinon d'une destruction, au moins de
la nécessité absolue d'évacuer l'Italie.

Moins de vingt jours s'étaient écoulés, et déjà les renforts reçus par
l'armée autrichienne l'avaient mise en état de rentrer en campagne.
Mais l'armée française aussi avait été renforcée. Elle se composait, au
10 janvier, au moment où les opérations recommencèrent, de
soixante-seize bataillons et trente et un escadrons, dont la force
était de trente-huit mille huit cent soixante-quinze hommes
d'infanterie, trois mille cinquante-quatre chevaux et soixante bouches
à feu. L'ennemi attaqua à la fois les avant-postes d'Augereau, à
Bevilacqua, ceux de Masséna à Saint Michel, devant Vérone, et ceux de
Joubert à la Corona. Cette fois, Alvinzi avait senti que la principale
attaque devait venir du haut Adige. Cette ligne d'opération, la plus
courte pour arriver à Mantoue, est aussi la plus facile: une fois
maître de Rivoli, tout obstacle naturel est vaincu; et, dans une forte
marche, on est sous Mantoue, où l'on entre par la citadelle. Ce plan
avait en outre l'avantage de menacer les communications de l'armée
française sans compromettre les siennes. S'il réussissait, il lui
promettait de grands avantages et mettait l'armée française dans un
péril imminent. Mais il fallait, pour en assurer le succès, trouver le
moyen de la forcer à se partager. Aussi l'ennemi cacha-t-il ses
mouvements avec assez d'art pour donner des inquiétudes sur plusieurs
points à la fois et laisser le général français dans la plus grande
incertitude. Le 1er janvier, l'armée autrichienne se composait de
quarante-cinq mille hommes. Alvinzi divisa son armée de la manière
suivante. Provera, avec dix bataillons et six escadrons, formant en
tout neuf mille hommes, et conduisant un grand convoi, partit de Padoue,
marcha par Este sur Anghiari pour y passer l'Adige et se porter sur
Mantoue. Alvinzi partagea le reste de son armée, qu'il conduisit en
personne, en cinq colonnes, par la vallée de l'Adige et les montagnes
qui la dominent. Les cinq colonnes étaient commandées:

La première, forte de quatre mille neuf cent un hommes, par le colonel
Lusignan;

La seconde, forte de quatre mille six cent soixante-seize hommes, par
le général Liptay;

La troisième, forte de quatre mille cinq cent trente-trois hommes, par
le général Köblös;

La quatrième, forte de trois mille quatre cent six hommes, par le
général Oczkay.

La cinquième, forte de huit mille sept cent un hommes, par le général
Quasdanovich.

Les 11 et 12 janvier, les deuxième et troisième colonnes se portèrent,
par les hauteurs, en face de la position de la Madone de la Corvana; la
troisième attaqua les troupes françaises, qui se retirèrent dans la
vallée de Caprino. Le 14, la troisième colonne s'empara de la chapelle
San Marco; réunie à la quatrième, elle chassa les Français jusqu'à
Canale; la seconde s'empara des hauteurs devant Caprino; la cinquième
descendit la vallée, et attendit que le débouché de Rivoli fût ouvert;
et la première, après avoir tourné toute la position de l'armée
française, se mit en bataille derrière elle afin de lui couper sa
communication avec Vérone. Tels furent les mouvements de l'armée
autrichienne dans les journées des 13, 14 et 15, tandis que Provera,
effectuant son passage de l'Adige à Anghiari, marchait sur Mantoue. Le
salut de l'armée exigeait sans doute qu'à tout prix on parvînt d'abord
à empêcher Alvinzi de déboucher du Tyrol. Pour y réussir, Bonaparte
était obligé de réunir contre lui la plus grande partie de ses forces;
mais, pendant ces combats, Provera arriverait à Mantoue, et Wurmser,
étant ravitaillé, pouvait, avec ces secours, sortir de la place et
tenir la campagne: nous aurions eu alors réellement deux armées à
combattre. Le salut de l'armée française et le succès des opérations
dépendaient donc du parti qu'allait prendre le général Bonaparte: il
fallait, après avoir reconnu le véritable point d'attaque et tout
disposé pour battre d'abord le corps principal de l'ennemi, opérer avec
assez de célérité pour pouvoir, avec les mêmes troupes, se présenter
aux deux corps en lesquels son armée était divisée. Bonaparte fut dans
la plus grande perplexité: pendant vingt-quatre heures sa voiture resta
attelée, incertain s'il remonterait ou descendrait l'Adige. Il m'avait
envoyé auprès du général Augereau pour lui porter des instructions sur
les différentes circonstances à prévoir, et donné l'ordre de lui écrire
à chaque renseignement qui me parviendrait. L'ensemble de tous ces
rapports lui fit juger que la grande attaque venait du haut Adige: dès
ce moment, il se mit en route pour Rivoli, emmena avec lui la division
Masséna, et m'envoya l'ordre de le rejoindre sur-le-champ. Cet ordre me
parvint au milieu de la nuit, au moment où le général Provera tentait
le passage de l'Adige à Anghiari. Je hâtai ma marche, afin d'informer
promptement le général en chef de cet événement.

Le général Bonaparte, arrivé à Rivoli, trouva Joubert aux prises;
celui-ci était trop inférieur à l'ennemi pour résister encore bien
longtemps, mais il disputait opiniâtrément son terrain et le défendait
pied à pied: quelques moments plus tard, il allait perdre les dernières
positions de la montagne: c'était le sort de la bataille. Une armée
venant du Tyrol par la vallée de l'Adige ne peut arriver sur le plateau
de Rivoli qu'après s'être emparée des montagnes qui le dominent;
jusque-là, l'accès du plateau, qui commande et ferme la vallée, lui est
interdit, et les deux armes, l'artillerie et la cavalerie, auxquelles
les montagnes n'ont pas donné passage, sont accumulées dans la vallée
et sans emploi, tandis que celui qui défend le bassin de Rivoli a
toutes ses armes combinées pour combattre l'ennemi, quand le terrain
leur permet d'agir. Joubert était réduit au poste qui dominait le plus
immédiatement le débouché, quand Bonaparte arriva. Avant le jour, le
général en chef ayant fait attaquer, les positions perdues furent
enlevées. L'ennemi tenta un grand effort par la vallée afin d'ouvrir le
débouché; mais il fut écrasé, et le combat continua à notre avantage
dans la montagne.

L'ennemi, suivant l'usage autrichien, avait fait un détachement pour
tourner l'armée et l'envelopper; la première colonne, commandée par
Lusignan, avait marché par le bord oriental du lac de Garda, et, de
chaîne en chaîne, était venue, le 15 au matin, couronner les hauteurs
dont le bassin de Rivoli est entouré. Par le fait de ce mouvement,
l'armée française perdit ses communications et se trouva enfermée par
l'ennemi. Arrivée au moment où le mouvement s'achevait, je fus un des
derniers à entrer dans le cercle, et je n'y pénétrai même qu'à
l'instant où il s'achevait, et sous les coups de fusil. Je courus
informer le général Bonaparte de cet état de choses: pour le moment, il
se contenta de placer en observation, contre ce rideau de troupes, la
soixante-dixième demi-brigade, sous les ordres du général de brigade
Brune.

Le général en chef avait donné l'ordre au général Rey, commandant la
division de réserve de Castel-Novo, de venir le joindre. Ce général, en
arrivant, trouva l'ennemi entre lui et l'armée, et n'imagina pas de le
combattre; il prit position en face de lui et attendit, avec une
stupidité difficile à comprendre, le moment où la communication serait
rouverte. Peut-être, au surplus, sa présence imposa-t-elle à l'ennemi,
et l'empêcha de descendre de ses hauteurs pour attaquer l'armée, dont
la presque totalité des troupes était engagée. Le fait est que, le
succès ayant été complet sur notre front, on put s'occuper de ceux qui
l'avaient tourné; la soixante-dixième, en un instant, en eut fait
justice: tout disparut et se retira après avoir fait de grandes pertes
en prisonniers. Un capitaine de la dix-huitième demi-brigade de ligne,
s'étant trouvé avec sa compagnie, par une combinaison du hasard, sur le
chemin de retraite de ces troupes, fit mettre bas les armes à quinze
cents hommes et les amena prisonniers, et cette colonne fut ainsi, à
peu de chose près, détruite en entier.

L'ennemi était battu et en pleine retraite de tous les côtés; il
restait à s'occuper des troupes qui avaient passé l'Adige à Anghiari,
et marché probablement sur Mantoue. Le général Augereau, n'ayant pas
réussi à empêcher le passage, s'était d'abord posté sur le flanc de
l'ennemi, en établissant sa ligne d'opération sur Legnago; il se mit
ensuite à la poursuite de Provera, dont il harcela l'arrière-garde,
qu'il finit par enlever à Castellaro. Bonaparte, afin de brider Mantoue,
avait, ainsi que je l'ai déjà dit, fait retrancher avec soin le
faubourg Saint-Georges. Miollis y commandait. Ce n'était pas un homme à
se laisser intimider; il vit sur-le-champ le rôle brillant ouvert
devant lui. Il reçut Provera comme il le devait, et celui-ci, n'ayant
pu prendre Saint-Georges, dut en faire le tour et s'acheminer, par de
mauvais chemins, vers la citadelle; mais les troupes du blocus de
Mantoue étaient là et résistaient tout à la fois à une sortie de la
garnison et à Provera qui arrivait, quand le général Bonaparte en
personne parut avec la division Masséna et écrasa l'ennemi.

Le 26 nivôse (15 janvier), la bataille de Rivoli avait été gagnée, et
le 27 (16), les mêmes troupes vinrent remporter une victoire non moins
signalée sous les murs de Mantoue, entre Saint-Georges et la citadelle,
auprès d'un château de plaisance des ducs de Mantoue, appelé la
Favorite, château qui a donné son nom à cette bataille. Provera,
enveloppé de toutes parts, posa les armes et nous remit huit mille
prisonniers, cinq cents chevaux de cavalerie, et des équipages immenses.

Joubert, poursuivant l'ennemi avec vigueur dans le Tyrol, le combattit
à Avio et Torbole, reprit successivement Roveredo et Trente, et
s'établit sur la ligne du Lavis, tandis qu'Augereau prit position à
Castel-Franco. Le général Rey, pour prix de la manière dont il avait
opéré, fut chargé, avec sa division, d'escorter et de conduire en
France les vingt mille prisonniers faits pendant les huit derniers
jours. Ce fut la dernière fois dans cette guerre que, sur les bords de
l'Adige, une série d'opérations rapides, de combats multipliés, de
marches habilement conçues, doublant nos forces, donna en une seule
semaine les résultats d'une campagne. Mantoue allait tomber et la
guerre changer de théâtre.

Il n'était pas dans le caractère de Bonaparte de perdre auprès de
Mantoue un temps à employer plus utilement ailleurs. Nos derniers
succès assuraient la reddition de cette place; sa possession donnait de
la consistance à nos conquêtes. Le général en chef autorisa le général
Serrurier à accorder des conditions très-favorables; et, pour lui,
méprisant la futile jouissance de voir défiler cette garnison et un
feld-maréchal autrichien lui remettre son épée, il partit pour Bologne,
où d'autres soins l'appelaient. À peine quelques jours s'étaient
écoulés, que Wurmser se rendit. La capitulation eut lieu le 2 février.
La garnison eut la permission de se rendre en Autriche, après avoir
promis de ne pas servir contre l'armée française pendant un an et un
jour. Nous prîmes possession de la place, et le général Miollis, le
brave défenseur de Saint-Georges, en fut nommé commandant. Les procédés
du général Bonaparte furent délicats envers le général Wurmser; on
s'accorda à louer beaucoup les égards qu'il témoigna à un vieux général
qui avait consacré toute sa vie à la guerre et dont la carrière était
glorieuse. Je ne sais s'il y eut de sa part une intention modeste à
s'éloigner lors de la reddition de la place; mais, s'il eût agi
autrement, il aurait sacrifié des intérêts bien entendus à une simple
jouissance d'amour-propre. Au surplus, peut-être y a-t-il plus
d'orgueil à dédaigner le spectacle d'un ennemi vaincu défilant devant
soi que d'en jouir: et ne s'élève-t-on pas plus haut en chargeant un de
ses lieutenants de recevoir son épée? Toutefois Wurmser s'exprima en
termes flatteurs sur son vainqueur, et lui écrivit pour l'avertir d'un
projet dont il assura avoir connaissance, et consistant à l'empoisonner
avec de l'aqua-tophana, poison célèbre en Italie, sur lequel il y a
beaucoup d'histoires, et dont l'existence n'est pas très-démontrée.
Augereau fut chargé de porter à Paris les drapeaux de la garnison de
Mantoue. Bonaparte récompensait son zèle et prenait, par ce choix,
l'engagement tacite d'en faire autant pour ses autres lieutenants. Il
n'était pas d'ailleurs fâché de montrer aux Parisiens les instruments
dont il s'était servi pour faire de si grandes choses: bon moyen de les
mettre à même de juger du mérite de celui qui avait su en tirer un si
grand parti. Bonaparte se rendit donc à Bologne dans les premiers jours
de pluviôse, et il réunit une division aux ordres du général Victor,
nouvellement promu au grade de général de division. Elle était composée
de treize bataillons et quatre escadrons, formant un total de sept
mille quatre cent seize hommes et trois cent trente-neuf chevaux, et
avait pour mission d'envahir les États du pape, de le forcer à exécuter
les conditions de l'armistice, sur lesquelles il était fort en retard,
et de le contraindre à la paix. Cette campagne fut la petite pièce du
grand spectacle auquel nous assistions. Le général Lannes commandait
l'avant-garde de Victor. On marcha sur Imola, et de là sur Faenza; on
rencontra l'ennemi au pont, sur le ruisseau, en avant de cette ville.
Une levée en masse composait ses forces; elle combattit, et il y eut de
part et d'autre quelques hommes de tués. C'était le début des troupes
italiennes, commandées par Lahoz d'Ortitz. Ce combat fut le seul où il
y eut du sang versé; nous eûmes meilleur marché des troupes régulières.
Pie VI, se rappelant les exploits militaires de quelques-uns de ses
prédécesseurs, avait cru pouvoir les imiter; il oublia de faire la part
des temps. Il n'est pas aussi facile qu'on le pense de créer un esprit
militaire dans un pays où il n'existe pas. D'ailleurs, pour vaincre le
ridicule jeté sur les troupes du pape depuis quatre-vingts ans, il
aurait fallu un homme d'un ordre supérieur et des succès. L'Empereur
avait envoyé au pape un certain général Bartolini et le vieux général
Colli, notre adversaire du Piémont, pour organiser ses troupes; mais
tout cela aboutit seulement à dépenser de l'argent et n'eut d'autre
résultat que d'assembler dix à douze mille malheureux, dont pas un seul
n'avait l'intention de se battre. On va en juger par le récit suivant.

À une lieue en avant d'Ancône, on avait retranché une hauteur
présentant une belle position, et le camp de l'armée papale y était
placé: une artillerie convenable armait ses retranchements, et tout
annonçait l'intention de se défendre. Si cette intention eût existé, il
eût été extravagant de l'exécuter ainsi; il fallait s'en tenir à
occuper et à défendre les places fortes, et Ancône, fortifiée
régulièrement, pouvait, avec les plus mauvaises troupes du monde, nous
arrêter longtemps; mais il y avait dans la manière d'agir de l'ennemi
une espèce de forfanterie, toujours condamnable, et plus
particulièrement encore en pareille circonstance. À la vue d'un ennemi
ainsi formé, nous nous arrêtâmes pour faire nos dispositions. En
attendant l'exécution de quelques ordres préparatoires, le général
Lannes s'avança sur le bord de la mer, et, au détour du chemin, il se
trouva face à face avec un corps de cavalerie ennemi, d'environ trois
cents chevaux, commandé par un seigneur romain, nommé Bischi; Lannes
avait avec lui deux ou trois officiers et huit ou dix ordonnances; à
son aspect, le commandant de cette troupe ordonne de mettre le sabre à
la main. Lannes, en vrai Gascon, paya d'effronterie, et fit le tour le
plus plaisant du monde: il courut au commandant, et, d'un ton
d'autorité, il lui dit: «De quel droit, monsieur, osez-vous faire
mettre le sabre à la main? Sur-le-champ le sabre dans le
fourreau!--_Subitò_, répondit le commandant.--Que l'on mette pied à
terre, et que l'on conduise ces chevaux au quartier général.--_Adesso_,»
reprit le commandant. Et la chose fut faite ainsi. Lannes me dit le
soir: «Si je m'en étais allé, les maladroits m'auraient lâché quelques
coups de carabine; j'ai pensé qu'il y avait moins de risque à payer
d'audace et d'impudence.» Et par l'événement il eut raison. Lannes
avait peu d'esprit, mais une grande finesse de perception, beaucoup de
jugement dans un cas imprévu et périlleux. Je raconterai à cet égard
des traits de lui d'une bien plus haute importance.

Les ordres donnés, les colonnes formées, les troupes s'ébranlèrent pour
attaquer l'ennemi; un coup de canon donna le signal du mouvement, et à
ce signal toute la ligne ennemie se coucha par terre. On battit la
charge, et, sans tirer ni recevoir de coups de fusil, on arriva aux
retranchements; ils étaient difficiles à franchir; mais, avec l'aide de
ceux qui étaient chargés de les défendre, la chose devint aisée. Toute
cette petite armée mit bas les armes et fut prisonnière; Ancône ouvrit
ses portes. Telle fut l'action principale de cette campagne, dirigée
contre le pape: le général Bartolini, après avoir établi la veille les
troupes dans cette position, était parti immédiatement, et le général
en chef Colli n'avait pas quitté Rome. Le lendemain on marcha sur
Loreto; aucun ennemi n'était plus en présence, mais devant nous un
trésor d'une haute réputation; le général en chef me chargea de partir
pendant la nuit, à la tête du 15e régiment de dragons, et d'aller en
prendre possession. Depuis, il m'a dit que son intention avait été de
m'enrichir. Je me contentai de faire mettre les scellés avec beaucoup
de soin, et de livrer le tout bien intact à l'administration; au
surplus, les choses précieuses et portatives, comme les diamants, l'or,
etc., avaient été enlevés, et il ne restait que de grosses pièces
d'argenterie, évaluées à un million environ. Nous continuâmes notre
marche sur Rome.

Si les combats et la gloire n'étaient plus notre aliment, notre vie ne
se passait cependant pas sans intérêt. Monge et Berthollet, savants
célèbres, suivaient le quartier général, et chaque soir était employé à
causer avec eux: ils étaient, dans la vie privée, d'aimables gens,
remplis d'indulgence, et chérissant la jeunesse. J'ai toujours eu le
goût des sciences, et, si ma vie d'alors le contrariait ordinairement,
cette circonstance particulière le favorisait beaucoup. Celui qui n'a
pas vécu familièrement avec les savants du premier ordre, simples et
faciles dans leurs relations, à cause de leur immense supériorité, n'a
pas connu un des plus grands charmes de la vie. Ces hommes rares
initient aux secrets de la nature, rendent compte avec lucidité des
phénomènes qu'elle présente, étudient et observent toujours; leurs
paroles sont sans prix. Ces conversations, auxquelles prenait part
comme écolier avec nous le général en chef, présentaient un spectacle
curieux. Depuis ce temps, je n'ai jamais perdu l'occasion de profiter
du contact et de l'amitié de ces hommes, l'honneur de leur siècle, et,
en ce moment encore, c'est une des jouissances que je goûte chaque jour
davantage.

Arrivés à Tolentino, des envoyés du pape vinrent nous trouver,
demandèrent la paix, et, au moyen de nouveaux sacrifices, ils
l'obtinrent, après fort peu de jours de négociations. Le général
Bonaparte fut insensible à la gloire d'entrer en vainqueur dans la
capitale du monde chrétien; à cette époque, les calculs de la politique
et les conseils de la prudence dirigeaient uniquement ses actions; on
n'a peut-être pas assez admiré cette maturité, cette raison si haute
dans un si jeune homme. Il repartit pour l'armée, et m'envoya à Rome
pour complimenter le pape, veiller à l'exécution des premières
dispositions du traité signé, et voir Rome. Il eut la bonté de me dire
qu'en me choisissant pour cette mission il voulait donner aux Romains
une bonne idée du personnel de l'armée française. Il m'adjoignit deux
officiers pour me faire cortége et m'accompagner; l'un était un homme
bien né nommé Julien, brave et excellent officier, autrefois aide de
camp de Laharpe, et tué depuis malheureusement en Égypte sur le Nil, en
portant des ordres à l'escadre; l'autre un nommé Charles, homme
d'esprit, adjoint à l'adjudant général Leclerc, dont cependant toute la
célébrité consiste à avoir été publiquement et patemment l'amant d'une
femme célèbre et l'agent de tous les fournisseurs. Je restai quinze
jours à Rome; j'y fus extrêmement bien traité. Le pape Pie VI me reçut
avec dignité et bienveillance; pontife imposant et tout à la fois
gracieux, il avait beaucoup d'esprit; il me parla du général Bonaparte
avec intérêt, de nos campagnes avec admiration, me trouva bien jeune
pour ma position; j'eus deux fois l'honneur de lui faire ma cour. Le
gouvernement désigna M. Falconieri, grand maître des postes, homme fort
considérable par lui-même, pour me faire les honneurs de Rome et me
mener partout. C'était un homme doux, aimable et aimant beaucoup le
plaisir; son choix était tout à fait à propos dans la circonstance; il
s'occupa avec un grand succès de nous faire trouver Rome agréable, et
la chose n'était pas difficile; Rome, la ville des souvenirs, Rome, la
ville européenne, Rome, la ville de la tolérance et de la liberté, la
ville des arts et des plaisirs: rien ne peut en donner l'idée quand on
ne l'a pas vue et habitée; et, si cette ville conserve encore tant
d'avantages aujourd'hui, après de si nombreux malheurs, on peut juger
ce qu'elle devait être alors, vierge de toute souffrance. Je parcourus
Rome avec soin, je l'étudiai autant que possible; mais que faire en si
peu de temps? chaque quartier, chaque maison, chaque pas, rappellent un
grand nom ou un grand événement, et la multiplicité des objets les rend
nécessairement confus quand le temps manque pour les classer dans
l'esprit; c'est ce qui m'arriva alors. Le pape me frappa profondément,
et c'est une impression qui ne s'est pas effacée. Je ne devinais pas
alors la série de malheurs dont ce respectable vieillard devait être si
prochainement accablé. Je trouvai la société extrêmement animée et
livrée exclusivement aux plaisirs; la facilité des femmes romaines,
alors autorisée par les maris, passe toute croyance; un mari parlait
des amants de sa femme sans embarras et sans mécontentement, et j'ai
entendu de la bouche de M. Falconieri les choses les plus incroyables
sur la sienne, sans que sa tendresse en parût alarmée; il savait faire
une distinction singulière entre la possession et le sentiment, et le
dernier avait seul du prix pour lui; en ma qualité de très-jeune homme
et d'étranger, cette distinction me convenait beaucoup, et j'en
acceptais volontiers les conséquences. Je fus très-bien traité par la
belle société de Rome. Après quinze jours je partis pour rejoindre
l'armée; j'étais arrivé à Rome souffrant d'un gros rhume; la manière
dont j'avais vécu n'était pas de nature à me guérir; qu'on joigne à
cela la rigueur de la saison. J'en partis malade avec un commencement
de fluxion de poitrine; j'arrivai mourant à Florence. De fortes
saignées réitérées, et huit jours de repos me mirent en état de partir
pour rejoindre l'armée. Le 30 ventôse (20 mars) j'avais rejoint le
quartier général à Gorizia; la campagne était ouverte depuis dix jours.

Les succès constants du général Bonaparte avaient enfin déterminé le
Directoire à lui envoyer de puissants renforts pour frapper un grand
coup. Jusque-là, les secours avaient été donnés avec une scandaleuse
parcimonie: des jalousies honteuses et des motifs secrets de défiance
et de haine personnelle en avaient été la cause. Il semblait voir
renaître ici les passions du sénat de Carthage contre Annibal. On se le
rappelle: lorsque celui-ci demandait des renforts après ses victoires,
on lui répondait: «Mais à quoi servent donc vos victoires, et
parleriez-vous autrement si vous aviez été battu?» Toutefois cette
conduite coupable eut une fin, et Bernadotte, à la tête de quinze mille
hommes, fut détaché de l'armée de Sambre-et-Meuse et envoyé à l'armée
d'Italie. Ces troupes, très-belles, étaient peut-être inférieures à nos
anciennes troupes pour leur élan, mais elles étaient incontestablement
supérieures pour leur tenue, leur discipline et leur instruction. Elles
avaient fait la guerre dans un pays plus ouvert et où la tactique est
plus nécessaire. Ces troupes parurent pour la première fois au passage
du Tagliamento, et Bernadotte leur fit cette harangue à la fois simple
et éloquente: «Soldats de l'armée de Sambre-et-Meuse, rappelez-vous que
vous formez la droite de l'armée d'Italie!»

L'armée active se composait alors de cent vingt-deux bataillons,
trente-sept escadrons et soixante-dix-huit bouches à feu, sa force
s'élevait à cinquante-neuf mille cinq cent quatre-vingt-sept hommes
d'infanterie et trois mille sept cent trente-six chevaux. Elle fut
organisée en huit divisions: deux divisions, commandées par les
généraux Delmas et Baraguey-d'Hilliers, furent mises sous les ordres du
général Joubert, qui eut ainsi un corps de trois divisions. Sa part aux
opérations générales était d'envahir le Tyrol et de flanquer le
mouvement général de l'armée entrant en Carinthie. Les cinq autres
divisions étaient: la division Masséna, la division Augereau, commandée
par le général Guyeux; la division Serrurier, la division Bernadotte,
et la division Victor: cette dernière eut l'ordre de rester en Italie.

Le 20 ventôse (10 mars), l'armée sortit de ses cantonnements: l'ennemi
se replia sur le Frioul. Des combats eurent lieu à Ospedaletto, à
Sacile..., et, le 26 (16 mars), l'armée passa le Tagliamento.

La division Masséna, dirigée sur San Daniel, Osopo et Gemona, se porta,
par la Chiusa vénitienne, sur Tarvis. Les divisions Guyeux et
Bernadotte étaient en ligne au passage de cette rivière, et la division
Serrurier formait la réserve. Chaque demi-brigade des deux premières
divisions marchait, le bataillon du centre déployé et les deux autres
en colonne, à distance de déploiement.

Cette formation avait été motivée par la nature du terrain à traverser.
Une immense plaine de graviers, habituellement couverte par le
Tagliamento dans ses débordements, ne pouvait être traversée avec
sûreté qu'à l'aide d'une formation compacte, et cependant donnant du
feu. La résistance de l'ennemi fut faible, et sa retraite s'opéra en
bon ordre. L'archiduc Charles, son nouveau chef depuis le 11 février,
avait trouvé une armée très-inférieure en nombre à la nôtre et fort
découragée: on pourra juger de son esprit par le fait ci-après. Il crut
nécessaire de mettre à l'ordre du jour une disposition ordonnant
l'arrestation et la destitution de tout officier qui, sans ordre
régulier, se trouverait sur les derrières, à une journée de marche de
son corps.

Le 29 ventôse (19 mars), on arriva devant Gradisca; Bernadotte,
impatient de se signaler, tenta fort imprudemment un coup de main sur
cette ville, et fut repoussé: la division Serrurier passa l'Isonzo, et
Gradisca capitula.

L'armée autrichienne se composait de quarante-cinq bataillons,
vingt-six compagnies, dix-neuf escadrons, formant trente-neuf mille
sept cent cinquante et un hommes présents sous les armes: elle opérait
sa retraite par trois routes différentes: une partie directement sur
Tarvis, en passant par la Chiusa; Masséna la suivait. Arrivée sur
l'Isonzo, une autre partie remonta cette rivière; celle-ci fut suivie
par la division du général Guyeux, soutenue par la division Serrurier;
enfin, la troisième et la moins nombreuse sur Adelsberg; et, après
celle-là, marcha le général Bernadotte. Beaucoup de gros bagages
étaient avec la seconde: sa direction se réunissant à celle de la
première colonne, à Tarvis, au col de la chaîne de montagnes où se
rencontrent les deux routes, et le général Masséna comprenant
l'importance d'occuper promptement Tarvis, point du débouché, poussa
l'ennemi avec vigueur. On était encore au commencement du printemps, et
l'on combattit sur la glace. Un succès complet sur l'archiduc Charles
en personne ayant été le résultat de ses efforts, les Autrichiens se
retirèrent sur Villach: les troupes en arrière encore dans la vallée du
Natisone furent coupées. Pendant ce temps, l'arrière-garde de cette
colonne luttait contre le général Guyeux, marchant à sa suite, et
défendait les forts vénitiens de Caporetto; mais ces forts, enlevés
rapidement en même temps que Masséna battait l'ennemi à Tarvis, trois
mille hommes, commandés par le général Soutrenil, mirent bas les armes
et furent prisonniers de guerre.

Pendant ces mouvements en Carinthie, Joubert battait complétement, le
30 (20 mars), la division autrichienne qui lui était opposée sur le
Lavis; après l'avoir suivie, il s'était emparé de vive force, le 3
germinal (23 mars), de Botzen, puis il avait battu de nouveau l'ennemi
à Clareseto et à Brixen. Cette division autrichienne, commandée par le
général Laudon, composée de dix bataillons, quinze compagnies, deux
escadrons, formant un total de sept mille quatre cent vingt-quatre
hommes, était en outre soutenue par la population sous les armes.

Masséna, entré dans Villach, et appuyé par les généraux Guyeux et
Serrurier, continua à pousser l'ennemi, dont la retraite se faisait sur
Klagenfurth; après la prise de Klagenfurth, on se battit, le 13 avril,
à Neumarkt, dont on força les gorges; nous perdîmes dans ce combat un
brave officier, le colonel Carrère, commandant l'artillerie de Masséna;
son nom fut donné à la deuxième frégate qui escortait Bonaparte à son
retour d'Égypte, et sur laquelle je fus embarqué alors. Le lendemain,
le général en chef m'envoya aux avant-postes autrichiens avec une
lettre de lui pour l'archiduc. Cette lettre était une provocation à la
paix, une homélie sur les malheurs qu'engendre la guerre: moyen dont
Bonaparte a souvent fait usage avec un grand succès, lui qui comptait
ces malheurs-là pour si peu de chose. J'étais chargé d'observer, de
chercher à préparer la négociation; mais je ne fus reçu qu'aux
avant-postes et ne pus pénétrer. L'archiduc répondit une lettre polie
et se servit d'expressions générales, annonçant qu'il allait rendre
compte à sa cour des propositions faites. Masséna continua son
mouvement et battit encore l'ennemi, le 15 germinal (5 avril), à
Unzmarkt. Ce jour-là, envoyé avec le 4e régiment de chasseurs et
quelque infanterie sur Murau, afin d'avoir des nouvelles des opérations
du général Joubert, je rencontrai et fis prisonniers des détachements
ennemis, et j'appris le soir les succès obtenus par Joubert, et son
arrivée à Mittelwald et Unterau. L'ennemi avait continué à se retirer,
et nous venions d'occuper Bruk, quand les réponses de Vienne arrivèrent;
elles autorisaient l'archiduc à conclure un armistice, et annonçaient
l'envoi de plénipotentiaires pour traiter de la paix.

L'armée s'établit ainsi: Masséna à Bruk, Guyeux à Leoben, Serrurier à
Grätz, et Bernadotte à Saint-Michel. Joubert se rapprocha de l'armée,
et vint, en passant par Spital et Paternion, occuper Villach, couvrir
et assurer ses communications.

En vingt-cinq jours, à partir de la sortie des cantonnements, nous
avions conquis le Frioul, la Carniole, la Carinthie et la Styrie, et
nous étions arrivés aux portes de Vienne: quinze jours plus tard, les
préliminaires de la paix étaient signés à Leoben.

Le général Bonaparte, en commençant cette dernière campagne, ne doutait
pas du succès; jamais il n'avait eu une armée aussi bonne et aussi
nombreuse, et jamais l'ennemi une moins redoutable; il prévint le
Directoire de sa très-prochaine arrivée au coeur des États héréditaires,
et demanda avec instance l'entrée en campagne de nos armées sur le Rhin.

Cette diversion était indispensable, qu'elles fussent victorieuses ou
non; car, séparées par le Rhin, si elles restaient en repos, elles
mettaient l'ennemi en mesure de faire un fort détachement contre nous.
Le Directoire répondit que deux mois étaient nécessaires à l'armée du
Rhin pour se mettre en état de passer le fleuve. Cette réponse,
changeant tout à fait l'état de la question, nous plaçait dans une
position que le moindre revers pouvait rendre très-périlleuse; aussi
fit-elle beaucoup d'impression sur l'esprit du général en chef. En
effet, en continuant notre offensive, la ligne d'opération de l'armée,
déjà immense, s'allongerait encore, au milieu de chaînes de montagnes
et de défilés sans nombre; elle passait à côté de pays extrêmement
affectionnés à la maison d'Autriche, et où les levées en masse sont
organisées et donnent des moyens sans limites et bien supérieurs à ceux
des autres pays de l'Europe. Il fallait donc, puisque nous étions
abandonnés à nous-mêmes et réduits à nos propres forces, profiter de la
terreur de nos armes, du péril dont la capitale de l'Autriche était
menacée, pour réaliser nos avantages et sortir d'une position équivoque
et soumise à de grandes chances contraires. Ces considérations avaient
déterminé le général Bonaparte à faire les premières ouvertures dont
j'avais été le porteur, et à se livrer, en apparence, à ces mouvements
d'humanité dont les hommes passionnés pour la guerre ne sont guère
susceptibles. Toutefois sa conduite en cette circonstance avait été
prudente et sage; mais il fut trompé par la fortune, car l'armée du
Rhin, s'étant piquée d'honneur, avait redoublé d'activité pour achever
ses préparatifs; elle passait le Rhin et battait l'ennemi précisément
au moment où nous cessions de combattre. Jamais il n'aurait consenti à
la paix de Leoben s'il eût pressenti ce concours, et nous serions
arrivés à Vienne; la paix n'aurait pas laissé un Autrichien en Italie,
et il est même difficile de calculer jusqu'où auraient été portées les
conséquences de la continuation de la guerre avec de pareils succès et
les circonstances de l'époque.

On peut se demander par quel mauvais génie le gouvernement autrichien
avait adopté le plan de campagne suivi en cette circonstance. L'armée
française était supérieure, comme je l'ai déjà dit; sa force s'élevait
à environ soixante mille hommes, et toutes les forces autrichiennes
opposées ne formaient que quarante-neuf mille combattants. Celles-ci
avaient donc besoin de grands renforts; rassembler l'armée dans la
direction de Vienne, c'était ouvrir aux Français le chemin de cette
ville. Les probabilités de la victoire étaient pour l'armée française,
et, en s'avançant, elle ne risquait rien; d'ailleurs, les renforts
effectifs et vraiment utiles ne pouvant venir que des bords du Rhin, on
ajournait ainsi à un temps indéfini l'époque où l'armée réunie dans le
Frioul pouvait les recevoir. Si, au lieu de cela, la masse des forces
autrichiennes eût été rassemblée dans le Tyrol, soutenue par une
population dévouée et belliqueuse, elle y eût été inexpugnable; là elle
se trouvait de vingt marches plus rapprochée des armées d'Allemagne, et
pouvait manoeuvrer de concert avec elles dans toutes les hypothèses.
Qu'eût pu faire raisonnablement le général Bonaparte? Aurait-il osé
marcher sur Vienne, en laissant derrière lui une armée complète, prête
à déboucher après son départ, à le prendre à revers et à s'emparer de
l'Italie? Non; son mouvement sur Vienne aurait été nécessairement
subordonné à ce qui se passerait dans le Tyrol, et, si les Autrichiens
y eussent eu des forces suffisantes pour pouvoir prendre l'offensive,
jamais il n'aurait pu se porter sur le Tagliamento. Les Autrichiens
auraient donc dû établir leur armée principale en avant du Brenner,
dans les environs de Botzen, et former le corps du Frioul des nouvelles
levées de la Croatie et de l'insurrection hongroise, soutenu par un
noyau de bonnes troupes. Alors la marche sur Vienne était impossible,
tant que l'armée française du Rhin ne serait pas arrivée, par une suite
de succès, en Bavière et à la hauteur de l'armée d'Italie.

Les négociations entamées, les conférences se tinrent à Leoben; en
quatre jours tout fut terminé, et le traité des préliminaires de la
paix signé le 30 germinal (19 avril), quarante jours après la sortie de
nos cantonnements.

MM. de Gallo, de Vincent et de Mersfeld avaient été chargés des
intérêts de l'Autriche. Je me souviens d'une réponse de M. de Vincent
au général en chef, faite le jour même; elle mérite d'être rapportée.
Les plénipotentiaires dînaient avec le général en chef et son
état-major. Bonaparte, dont le rôle alors était d'avoir un langage
républicain, voulut plaisanter avec ces messieurs sur les usages
monarchiques: «On va vous donner de belles récompenses, messieurs, leur
dit-il, pour le service que vous venez de rendre; vous aurez des croix
et des cordons.

--Et vous, général, répondit M. de Vincent, vous aurez un décret qui
proclamera que vous avez bien mérité de la patrie; chaque pays a ses
usages et chaque peuple ses hochets.»

Certes, Bonaparte a fait depuis un grand usage de ces hochets qu'il
voulait alors tourner en ridicule. Les rieurs furent pour M. de Vincent.

Dessoles, employé près du général, chef de l'état-major, le même connu
depuis par le rôle important qu'il a joué à l'époque de la Restauration,
et alors colonel, fut chargé par le général en chef de porter à Paris
la nouvelle de l'armistice. Après avoir traversé l'Allemagne avec un
passe-port autrichien, il rencontra les avant-postes de l'armée du Rhin
à Offenbourg. La veille, cette armée avait effectué le passage du
fleuve; à son grand regret elle vit suspendre les hostilités. Masséna
porta quelques jours plus tard le traité des préliminaires de paix.
Bonaparte, en agissant ainsi, faisait une chose agréable à ses généraux;
mais, comme je l'ai déjà dit, il avait pour but spécial de présenter
successivement à la vue des Parisiens ses principaux lieutenants, ceux
dont les noms avaient été prononcés avec le plus d'éclat, afin de les
mettre à même de les juger.

Pendant cette campagne, le nord de l'Italie avait été dégarni; quelques
dépôts de la division Victor, restée dans les États du pape, en
composaient les seules troupes. Le gouvernement de Venise était effrayé
de l'avenir, avec d'autant plus de raison que l'armée française avait
révolutionné une partie de la terre ferme; Bergamo, Vérone et Brescia
nous étaient contraires, tandis que les agents de l'Autriche, sentant
les conséquences funestes pour nous du soulèvement de cette partie de
l'Italie, en nous séparant de nos ressources et de nos moyens, mirent
tout en oeuvre pour l'effectuer. Les habitants avaient souffert par la
guerre, et, quoique les moeurs françaises et italiennes soient assez
sympathiques, il ne s'était pas écoulé un temps suffisamment long
depuis la conquête, et il n'était pas résulté de l'ordre de choses
nouveau assez d'avantages aux yeux de ces peuples, pour que ces
intrigues ne dussent pas réussir. En conséquence, un horrible mouvement
éclata à Vérone, à Vicence, à Padoue, et dans beaucoup d'autres lieux
de la terre ferme, alors sous la domination de la sérénissime
république. Le corps de Laudon, placé dans le Tyrol, après avoir cédé
aux efforts de Joubert et s'être retiré dans les positions retranchés
de Salurn pendant la marche de celui-ci vers la Drave, était revenu sur
la frontière d'Italie. Arrivé jusque dans le voisinage de Vérone, il ne
soutint pas d'une manière efficace les insurgés, chose facile cependant
et d'un immense avantage pour l'armée autrichienne: le général Kerpen
avait remplacé Laudon dans ce commandement, et on peut difficilement
expliquer les motifs de sa conduite timide et irrésolue. Beaucoup de
Français furent massacrés; on sentit en cette circonstance la grande
utilité, pour une armée conquérante, d'établir des points à l'abri d'un
coup de main, pouvant servir à la conservation du matériel de guerre,
de refuge aux administrations, aux hommes isolés, et, s'il est possible,
de sûreté aux hôpitaux. Les forts de Vérone remplirent cet objet en
partie, et ramenèrent bientôt la population à l'obéissance. On
rassembla en toute hâte quelques troupes: la division Victor arriva;
Augereau, revenant de Paris, où il avait porté les drapeaux de Mantoue,
prit le commandement de toutes les forces; des punitions terribles et
la nouvelle de la paix de Leoben rétablirent l'ordre dans la campagne
et dans les villes.

La nouvelle de cette révolte, dont les suites auraient pu être si
graves et si funestes, nous arriva à Grätz, après la signature du
traité de Leoben. Le général Bonaparte envoya Junot à Venise avec une
lettre fulminante au sénat, dans le but d'empêcher, pour l'instant, de
nouveaux désordres; mais les troubles passés motivaient et justifiaient
merveilleusement la destruction de ce gouvernement, déjà résolue, et il
ne restait plus qu'à en réunir les moyens. La division
Baraguey-d'Hilliers reçut l'ordre de quitter Villach et de marcher sur
Venise; elle établit son quartier général à Mestre, et bloqua
complétement la ville du côté de la terre ferme. Ce gouvernement,
debout depuis quatorze cents ans, touchait à son terme et mourait de
vieillesse; tous les ressorts s'étaient détendus, ses souvenirs
faisaient toute sa vie. Sa puissance avait dépendu autrefois de la
supériorité de ses lumières, de ses richesses et de la navigation, dont
il était presque seul en possession alors. Dans le moyen âge, la
république de Venise jouait le rôle que la force des choses attribue de
nos jours à l'Angleterre; mais, du moment où les grandes puissances ont
participé aux mêmes avantages, toute lutte à soutenir contre elles
était devenue difficile pour Venise: elle aurait pu encore se maintenir
par un reste d'énergie et une grande habileté dans sa politique; mais,
le jour où, seule, isolée, elle heurtait de front une grande puissance,
elle devait succomber. Elle ne montra d'ailleurs, à cette époque,
aucune vertu, et pas même cette prévoyance si nécessaire à tous les
gouvernements, et surtout aux États faibles. Des démonstrations, faites
avec modération, mais avec le caractère d'une dignité fondée sur
l'amour du pays et le bon droit, auraient imposé encore longtemps, en
rappelant des temps de gloire et d'éclat.

Le salut de Venise, dès le commencement de l'invasion de l'Italie, se
trouvait dans une neutralité armée, lui assurant la conservation de ses
places: elle aurait eu, aux yeux des puissances belligérantes, une
attitude respectable; au lieu de se conduire sagement, elle essaya de
se faire oublier; Autrichiens et Français commandèrent en maîtres tour
à tour dans ses provinces; par là fut engendré le mépris qu'inspire
quelquefois la seule faiblesse, mais toujours la faiblesse réunie à la
lâcheté: des entreprises perfides, faites sur quelques détachements de
l'armée, ajoutaient la haine la plus légitime à ce mépris, et le
gouvernement vénitien, par la faiblesse montrée d'abord, et ensuite par
cette trahison, car il était complice de tous les excès, avait perdu,
même aux yeux de ses peuples, cette puissance d'opinion si nécessaire,
premier moyen d'action sur l'esprit des hommes: il se trouva donc privé
tout à la fois des moyens positifs de défense, et même de cette
confiance dans son propre pouvoir, indispensable pour en favoriser le
développement. Si on ajoute à cet état de choses quelques intrigues
ourdies dans la ville et dans le gouvernement, on comprendra que tout
devait finir promptement par une transaction, et c'est aussi ce qui
arriva.

Le gouvernement de Venise abdiqua, et les troupes françaises furent
admises dans la ville. Ainsi vit finir sa vie politique une ville dont
la réputation s'était établie dans le monde entier, dont la puissance
avait été créée par la valeur, le patriotisme, les lumières, et par une
industrie précoce, qu'une haute sagesse de conduite avait maintenue
pendant un grand nombre de siècles, malgré les efforts de monarques
puissants: la vie de Venise devait s'éteindre quand elle eut répudié
ses qualités et ses vertus. Sans doute les changements survenus en
Europe devaient agir sur sa destinée; mais, si elle eût été encore
digne d'elle-même, elle se serait conservée, ou au moins sa chute n'eût
pas été sans gloire. Le général Baraguey-d'Hilliers, qui fut chargé de
la prise de possession de Venise, convenait parfaitement à cette
opération: homme d'une grande distinction, instruit, spirituel,
imposant, rempli d'honneur et de délicatesse, partout où cet officier a
été employé, il a fait estimer et respecter le nom français. Sa
personne avait de l'autorité et de la séduction; il effectua tous les
changements avec le plus grand ordre, et à la satisfaction de tous. Si
la France, dans la dictature qu'elle exerça plus tard sur presque toute
l'Europe, n'avait été représentée que par des hommes semblables au
général Baraguey-d'Hilliers, elle n'eût pas fini par être la victime de
la réaction terrible préparée et en quelque sorte ourdie contre elle
par ses propres agents.

Bonaparte partit de Gärtz, et se rendit à Milan; il me donna l'ordre
d'aller joindre le général Baraguey-d'Hilliers, et de l'accompagner
dans l'opération dont il était chargé. Quand j'arrivai, il était déjà
maître de Venise; j'y restai quelques jours, afin de connaître bien
l'état des choses, et j'en partis pour aller joindre le général en chef,
et lui rendre compte de ce que j'avais vu et appris.

Le général en chef avait établi son quartier général à douze milles de
Milan, dans un fort beau château appelé Montebello, lieu devenu célèbre
par son séjour de trois mois. Que de souvenirs ce lieu retrace à mon
esprit, que de mouvement, de grandeurs, d'espérances et de gaieté! À
cette époque, notre ambition était tout à fait secondaire, nos devoirs
ou nos plaisirs seuls nous occupaient: l'union la plus franche, la plus
cordiale, régnait entre nous tous, et aucune circonstance, aucun
événement, n'y a jamais porté la plus légère atteinte. Je dois
rapporter ici un événement personnel, et confesser une faute qui
faillit renverser tout mon avenir. J'arrivais de Venise avec des
documents complets, attendus par le général en chef avec la plus vive
impatience, car il avait ajourné la réception des députés de Venise
jusqu'après le moment où il m'aurait vu. Amoureux à Milan, au lieu de
me rendre immédiatement près de mon général, je m'arrêtai dans cette
ville, où je restai vingt-quatre heures; je ne puis encore concevoir
comment je me rendis coupable d'un pareil tort, moi, pour lequel les
devoirs ont toujours été si impérieux depuis ma plus tendre jeunesse.
J'eus un moment d'aberration qui me prouve combien la jeunesse, quand
elle est soumise à l'empire des passions, est digne d'indulgence; quel
que soit son zèle habituel, il y a des circonstances où elle en a
besoin. Le général en chef, instruit de ma faute, entra en fureur et
agita la question de me renvoyer à mon régiment; tout le monde
intercéda pour moi. J'avais tort, cette fois, et je ne disputai pas; je
montrai beaucoup de repentir, et le général Bonaparte, l'un des hommes
les plus faciles à toucher par des sentiments vrais, me pardonna.

Pendant son séjour à Montebello, le général Bonaparte s'occupa d'une
création politique, depuis longtemps l'objet de ses méditations. La
république transpadane fut d'abord essayée, et, en même temps, on
parlait d'une future république cispadane. Je fus envoyé en qualité de
commissaire auprès du congrès de Reggio, composé des députés de Modène,
de Ferrare, de Bologne, etc., et où se trouvaient beaucoup d'hommes
distingués, connus depuis par un rôle plus ou moins important qu'ils
ont joué dans les affaires d'Italie. Ces hommes, animés d'un véritable
patriotisme, voulaient sérieusement l'affranchissement de leur pays.
Parmi eux, je citerai Cicognara, Compagnoni, Paradisi, Aldini, Caprara,
tous recommandables ou par un esprit supérieur, un grand savoir, ou par
des richesses et une position sociale élevée. En favorisant la création
de deux républiques à la fois, le général Bonaparte avait l'intention
de flatter l'esprit de localité, si puissant chez les Italiens et si
fort dans leurs habitudes. D'ailleurs, la cession faite par le pape
d'une partie de ses États était définitive, et l'on pouvait en disposer
sans retard, tandis que le sort de la Lombardie n'était encore fixé que
par les préliminaires de Leoben; et, provisoirement, j'avais l'ordre de
stimuler, de réveiller partout l'esprit d'indépendance. L'espoir et
l'apparence pour Bologne de devenir la capitale d'un nouvel État devait
engager les habitants à en favoriser le développement; mais, une fois
le mouvement imprimé, les idées devaient s'agrandir; la réunion des
républiques transpadane et cispadane s'effectuer et composer la seule
république cisalpine, et c'est ce qui arriva bientôt. Il était assez
singulier de voir à la tête de ce congrès, composé d'hommes âgés et
graves, un jeune officier de vingt-trois ans. Tout ce que le général en
chef avait projeté eut lieu, et son but fut atteint.

Peu après, une alliance offensive et défensive, faite avec le roi de
Sardaigne, mit par ce traité un corps de dix mille hommes de belles
troupes, bien organisées, à la disposition du général en chef français.

Les affaires de France prirent aussi de l'importance: des intrigues
menacèrent la tranquillité; un parti opposé à l'ordre établi se montra
dans les conseils et dans le Directoire. Le noyau de ce parti se
composait de royalistes essayant leurs forces. Le général Bonaparte
était résolu à ne pas les laisser triompher. On a vu sa doctrine
constante de soutenir le gouvernement jusqu'au moment où il pourrait le
renverser à son profit. En effet, un changement dans la direction des
affaires, le pouvoir remis entre les mains d'individus ennemis de
l'ordre actuel, les amis de Pichegru, depuis longtemps en rapport avec
M. le prince de Condé et les étrangers, un tel changement entraînait
nécessairement la perte du général Bonaparte, le renversement de sa
position politique et de ses espérances. Il envoya à Paris Lavalette,
son aide de camp, pour observer, pour prendre langue, et il le chargea
de promettre son appui à la portion du Directoire qui conservait
davantage les couleurs de la Révolution. Il envoya de l'argent; enfin
il employa un moyen déjà mis en usage, dont on s'est servi depuis, mais
auquel, il faut l'espérer, aucune circonstance ne forcera de revenir
jamais: on fit faire des adresses par l'armée. Je fus envoyé auprès de
plusieurs divisions, entre autres près de celle d'Augereau, pour cet
objet. Les adresses partirent; elles étaient énergiques, menaçantes.
Cette manifestation d'opinion, jointe aux moyens efficaces dont je
viens de parler, firent pencher la balance et déterminèrent les mesures
de rigueur employées à cette époque dans le but d'arrêter un mouvement
dont les apparences semblaient mener à la contre-révolution. Bonaparte
prit alors une physionomie toute révolutionnaire. Elle n'était
nullement dans ses goûts; mais ce fut un rôle qui lui parut dans ses
intérêts et résultant de sa position.

Les négociations, suspendues avec les Autrichiens pendant toutes les
incertitudes dans lesquelles on flottait, reprirent de leur part, après
le 18 fructidor, le caractère de la bonne foi. Le lieu des négociations
fut changé, et Milan et Montebello furent abandonnés pour Udine et le
château de Passeriano, dans le Frioul.

Pendant notre séjour à Montebello, le général Bonaparte s'occupa de
marier sa seconde soeur, Pauline, depuis princesse Borghèse. Il me la
fit proposer par son frère Joseph; elle était charmante; c'était la
beauté des formes dans une perfection presque idéale. Âgée de seize ans
et quelques mois seulement, elle annonçait déjà ce qu'elle devait être.
Je refusai cette alliance, malgré tout l'attrait qu'elle avait pour moi
et les avantages qu'elle me promettait; j'étais alors dans des rêves de
bonheur domestique, de fidélité, de vertu, si rarement réalisés, il est
vrai, mais souvent aussi l'aliment de l'imagination de la jeunesse. Ces
biens qu'on envie, après lesquels on court, sont une espèce de
phénomène dans une vie agitée, aventureuse, et surtout dans les
conditions d'un éloignement continuel, imposé par des devoirs
impérieux. Dans l'espérance d'atteindre un jour cette chimère, remplie
de tant de charmes, je renonçai à un mariage dont les effets auraient
eu une influence immense sur ma carrière. Aujourd'hui, après le
dénoûment du grand drame, il est probable qu'en résultat j'ai plus à
m'en féliciter qu'à m'en repentir.

L'adjudant général Leclerc, officier assez médiocre, s'occupa d'elle et
l'obtint. Leclerc était un bon camarade, d'un commerce facile et doux,
d'une naissance obscure, de peu d'énergie et de capacité. Ce mariage
seul a motivé d'abord son avancement rapide, et, plus tard, le
commandement de l'expédition de Saint-Domingue, si malheureuse et si
funeste.

Le général Bonaparte vint donc s'établir à Passeriano, beau château du
Frioul appartenant à un noble Vénitien, au doge Manin, et situé à dix
milles d'Udine. Les plénipotentiaires autrichiens étaient au nombre de
trois: le comte Louis de Cobentzel, le marquis de Gallo, le comte de
Mersfeld.

Le comte de Cobentzel est très-connu, et il est presque superflu d'en
parler. Homme d'une grande laideur et d'une monstrueuse grosseur, il
avait beaucoup d'esprit et un esprit de société, léger et superficiel.
Représentant de l'Autriche à Saint-Pétersbourg, il avait joué un grand
rôle à cette cour et joui d'une grande faveur auprès de Catherine II.
Malgré sa difformité, son talent pour jouer la comédie était
merveilleux. Gâté par ses succès politiques et de société, fort
tranchant, il voulut essayer de ces manières avec le général Bonaparte,
et ne réussit pas. Jamais il n'aurait amené la négociation dont il
était chargé à bonne fin sans M. de Gallo, dont l'esprit fin et
conciliant réparait sans cesse le mal fait par son collègue. À
plusieurs reprises, il parvint à renouer des négociations rompues ou à
prévenir des scènes fâcheuses. Le troisième, M. de Mersfeld, était un
général distingué, d'un esprit droit, de manières polies. Les
conférences se tenaient alternativement à Udine, chez M. de Cobentzel,
et à Passeriano, chez le général en chef. Le Directoire avait adjoint
au général Bonaparte, pour ces négociations, le général Clarke, dans le
but spécial de faire observer sa conduite et d'en rendre compte.
Véritable espion attaché à ses pas, il se garda bien de remplir cette
mission, n'en fit aucun mystère au général Bonaparte et servit
constamment ses intérêts.

Nous nous livrions avec violence aux exercices de corps pour entretenir
nos forces et développer notre adresse; mais nous ne négligions pas la
culture de l'esprit et l'étude. Monge et Berthollet consacraient chaque
soirée à nous instruire. Monge nous donna des leçons de la science dont
il a fixé les principes et dont les applications sont si usuelles
aujourd'hui, la géométrie descriptive. Monge, né pour les sciences
exactes et doué à leur égard des plus hautes facultés, a droit à une
gloire immortelle pour cette création; mais son courage était fort
au-dessous de son esprit. À la Restauration, sa mémoire et son coeur lui
reprochèrent des actions peu honorables dont il s'était rendu coupable
en 1793; la terreur et les inquiétudes qu'il en ressentit lui coûtèrent
d'abord la raison, et ensuite la vie.

Je me permis un jour une plaisanterie un peu forte, mais elle amusa
beaucoup le général en chef et tout l'état-major: nous avions
momentanément, à la suite de l'état-major, un homme d'esprit, mais
très-poltron, nommé Coméras, résident de la République à Coire, auprès
des Grisons; un de mes camarades, appelé Dutaillis, premier aide de
camp de Berthier, le même dont le choix pour porter les drapeaux pris à
Castiglione m'avait si fort blessé, n'avait pas une meilleure
réputation sous le rapport du courage. Une dispute s'éleva entre eux;
elle fut vive, et des injures s'ensuivirent. Un duel parut nécessaire;
Coméras me choisit pour son témoin, et Dutaillis choisit pour le sien
un jeune officier très-brave, fort de mes amis, nommé Bruyère. Nous
nous entendîmes bientôt sur ce qu'il y avait à faire, et nous nous
décidâmes à nous amuser à leurs dépens sans compromettre leur vie. La
dispute avait eu lieu tard, et, malgré l'heure avancée, les adversaires
voulaient aller à l'instant même sur le terrain; je m'y opposai, non
que j'eusse envie de terminer l'affaire, mais parce que je voulais
donner le temps à la colère de s'apaiser, et à la peur de la remplacer.
Tel qui serait capable, au premier moment, de se bien conduire,
s'abandonnera aux plus lâches terreurs quand il sera dans la solitude
et livré à ses réflexions: il fallait d'abord leur assurer une mauvaise
nuit. De grand matin, Bruyère et moi, nous allâmes chercher les
combattants: je trouvai le mien défait, ayant passé la nuit à faire son
testament et s'occupant des plus graves méditations. Nous nous mîmes en
route; je reconnus une place favorable, mais elle fut trouvée trop
voisine du chemin; plus tard, on trouva un autre inconvénient à un
second emplacement, qui cependant nous avait paru convenable. Et nos
pauvres victimes, voulant éloigner, sous tous les prétextes, le moment
fatal, avaient toujours quelque chose à dire à chaque champ de bataille
choisi par nous. Enfin il n'y eut plus d'objection possible, et l'on se
mit en devoir d'en finir. Il avait été décidé qu'on se battrait au
pistolet et que les témoins seraient chargés de mesurer la distance à
vingt pas. En général, les témoins diminuent le plus possible le danger,
et moi, au contraire, chargé de mesurer les vingt pas, je les fis si
petits, qu'ils n'équivalaient qu'à dix. Coméras, j'en suis certain,
était fort mécontent de me voir si peu répondre à ses espérances; car
je n'avais rien fait pour empêcher le combat, et, au contraire, j'avais
l'air de vouloir le rendre mortel. La figure de nos malheureuses
victimes ne peut se décrire, et, si nous n'avions eu notre
arrière-pensée, elles nous auraient fait pitié. Nous réclamâmes, comme
le droit de nos fonctions, de charger nous-mêmes les armes; nous avions
préparé des balles de cire noircies à la poudre, rendues brillantes par
le frottement, et simulant parfaitement des balles de plomb. Chacun des
combattants tira, et aucun des deux n'eut de mal; nous les fîmes
s'embrasser en les louant beaucoup de leur héroïsme. Je racontai, un
moment après, à madame Bonaparte cette facétie, avec tous les
développements et les ornements qu'elle comportait; ce récit l'amusa
beaucoup; elle en fit part à son mari, qui en rit de même; et, en deux
heures, l'affaire avec tous ses détails fut l'histoire de l'état-major
et l'objet de ses plaisanteries pendant huit jours. Coméras ne dit rien
et prit son parti; Dutaillis parut vouloir des explications: je
l'envoyai promener, et il s'en tint là. Au fond du coeur, il était trop
heureux de la solution obtenue et d'en avoir été quitte pour la peur:
c'est là le cas d'employer cette expression, car ce fut pour eux une
rude peur, en même temps que le spectacle dont nous jouissions était
fort gai pour nous.

Un gouvernement provisoire avait été créé à Venise, et Bonaparte, ayant
des idées arrêtées sur le sort de ce pays, ne voulut pas entrer
lui-même dans cette ville et y recevoir les hommages de la population;
sa position eût été fausse et son langage embarrassé. L'idée des
Italiens en général, et des Vénitiens en particulier, étant alors
l'affranchissement de tout le nord de l'Italie, cette entreprise
n'était nullement, à cette époque, en rapport avec nos moyens, et il
fallait encore bien des combats, bien des batailles et bien des
victoires pour la rendre exécutable et y faire penser sérieusement.
Madame Bonaparte, dont les paroles n'avaient aucun caractère officiel,
put aller sans inconvénient voir cette Venise si curieuse, si belle,
retraçant de si grands souvenirs. Les Vénitiens, ne pouvant se mettre
aux pieds du vainqueur de l'Italie, de celui dont leur destinée
dépendait, furent empressés de faire, pour la réception de sa femme,
tout ce qui pouvait lui plaire, la flatter et l'honorer. Madame
Bonaparte resta quatre jours à Venise; je l'y accompagnai; trois jours
furent consacrés aux plus belles fêtes. Le premier jour on donna une
régate, course de barques et genre de fête réservé à la seule Venise;
les courses de régates sont censées avoir pour objet de former des
matelots; ce but était sans doute réel autrefois, quand Venise
s'occupait de sa marine, et quand la marine militaire se composait
seulement de bâtiments à rames; mais, de nos jours, et depuis un siècle,
ces exercices n'avaient plus d'application, et ces fêtes étaient un
vieil usage, un vieux souvenir et comme un monument des temps anciens.
La course se fait avec des bateaux extrêmement allongés, très-étroits,
montés par un seul homme, et quelquefois par deux. Cinq ou six de ces
bateaux luttent ensemble, et la course, commençant dans le grand canal,
finit au Ponte-Rialto. Ces barques volent, et l'on ne peut se faire
l'idée de leur vitesse si on ne les a vues. La beauté de la fête
consiste surtout dans l'affluence des spectateurs. Les Italiens sont
très-avides de ce spectacle; on arrive de la terre ferme pour en être
témoin; il n'y a pas un individu de la ville qui ne vienne sur le grand
canal pour en jouir, et, dans la circonstance dont je parle, cent
cinquante mille curieux au moins occupaient les maisons ou les toits
bordant le grand canal; plus de cinq cents barques, grandes ou petites,
et plus ou moins ornées, suivaient la course. Le second jour on fit une
promenade sur l'eau; un repas fut donné au Lido; toute la population
suivait sur des barques, et toutes les barques étaient couvertes de
fleurs, de guirlandes, et retentissaient de musique. Enfin le troisième
jour la promenade se fit la nuit; les palais et les maisons du grand
canal, illuminés d'une manière éclatante, éclairaient une multitude de
barques couvertes elles-mêmes de feux de couleur; après une promenade
de deux heures et un beau feu d'artifice tiré sur l'eau, on se rendit à
un bal au palais. Si on réfléchit aux moyens résultant de la localité
de Venise, à la beauté de l'architecture, à ce mouvement prodigieux des
barques serrées les unes auprès des autres, et donnant l'idée d'une
ville qui marche; si l'on pense aux efforts inspirés, dans une pareille
circonstance, à ce peuple, dont l'imagination est brillante, le goût
exquis, et la passion des plaisirs effrénée, on devinera quel spectacle
nous fut offert. Ce n'était plus la Venise puissante, c'était la Venise
élégante et voluptueuse.

Le général Desaix vint en Italie à cette époque, et particulièrement
pour voir le général Bonaparte, dont il désirait vivement faire la
connaissance. Il passa quelques jours avec nous à Passeriano. Bonaparte
le reçut comme le méritait un des hommes les plus recommandables par
ses qualités militaires, intellectuelles et morales; et lui vit avec
admiration l'homme extraordinaire qui avait porté si haut la gloire de
nos armes. Il n'avait point oublié mes prédictions sur le général
Bonaparte, si promptement réalisées; dès qu'il me vit, il me les
rappela; moi, je les rappelle ici avec complaisance, parce que
peut-être y avait-il quelque mérite, étant si jeune, à reconnaître
toute l'étendue de sa supériorité, et à pressentir la gloire immense
qu'il devait acquérir.

Le général Desaix exprima au général Bonaparte le désir de servir avec
lui à la première campagne. De cette époque date le premier projet sur
l'Égypte; le général Bonaparte parlait volontiers de cette terre
classique; son esprit était souvent rempli des souvenirs de l'histoire,
et il trouvait du charme à nourrir des idées de projets plus ou moins
exécutables sur l'Orient. Sa prédilection pour ce théâtre n'a jamais
varié; dans tout le cours de sa vie, il n'a jamais cessé de l'avoir en
perspective, ni renoncé au projet d'y figurer, sinon en personne, au
moins par ses lieutenants.

Le séjour de Passeriano se retrace en ce moment à mon souvenir avec un
charme tout particulier; il avait un caractère à lui, qu'aucune
circonstance n'a reproduit depuis. Nous étions tous très-jeunes, depuis
le chef suprême jusqu'au dernier des officiers, tous brillants de force,
de santé, et dévorés par l'amour de la gloire. Notre ambition était
noble et pure; aucun sentiment d'envie, aucune passion basse ne
trouvait accès dans nos coeurs, une amitié véritable nous unissait tous,
et il y avait des exemples d'attachement allant jusqu'au dévouement:
une entière sécurité sur notre avenir, une confiance sans bornes dans
nos destinées nous donnait cette philosophie qui contribue si fort au
bonheur, et une harmonie constante, jamais troublée, formait d'une
réunion de gens de guerre une véritable famille; enfin cette variété
dans nos occupations et dans nos plaisirs, cet emploi successif de nos
facultés du corps et de l'esprit, donnaient à la vie un intérêt et une
rapidité extraordinaires. Mais je n'ai encore rien dit de la manière
d'être particulière du général Bonaparte à cette époque, et c'est ici
le moment d'en faire le tableau.

Dès l'instant même où Bonaparte arriva à la tête de l'armée, il eut
dans sa personne une autorité qui imposait à tout le monde; quoiqu'il
manquât d'une certaine dignité naturelle, et qu'il fût même gauche dans
son maintien et ses gestes, il y avait du maître dans son attitude,
dans son regard, dans sa manière de parler, et chacun, le sentant, se
trouvait disposé à obéir. En public, il ne négligeait rien pour
maintenir cette disposition, pour l'augmenter et l'accroître; mais dans
l'intérieur, avec son état-major, il y avait de sa part une grande
aisance, une bonhomie allant jusqu'à une douce familiarité. Il aimait à
plaisanter, et ses plaisanteries n'avaient jamais rien d'amer: elles
étaient gaies et de bon goût; il lui arrivait souvent de se mêler à nos
jeux, et son exemple a plus d'une fois entraîné les graves
plénipotentiaires autrichiens à en faire partie. Son travail était
facile, ses heures n'étaient pas réglées, et il était toujours
abordable au milieu du repos. Mais, une fois retiré dans son cabinet,
tout accès non motivé par le service était interdit. Quand il
s'occupait du mouvement des troupes et donnait des ordres à Berthier,
son chef d'état-major, comme lorsqu'il recevait des rapports importants,
pouvant motiver un long examen et des discussions, il gardait seulement
près de lui ceux qui devaient y prendre part, et renvoyait toutes les
autres personnes, quel que fût leur grade. On a dit qu'il dormait peu,
c'est un fait complétement inexact: il dormait beaucoup, au contraire,
et avait même un grand besoin de sommeil, comme il arrive à tous les
gens nerveux et dont l'esprit est très-actif. Je l'ai vu souvent passer
dix à onze heures dans son lit. Mais, si veiller devenait nécessaire,
il savait le supporter et s'indemniser plus tard, ou même prendre
d'avance du repos pour supporter les fatigues prévues; enfin il avait
la faculté précieuse de dormir à volonté. Une fois débarrassé des
devoirs et des affaires, il se livrait volontiers à la conversation,
certain d'y briller; personne n'y a apporté plus de charme et n'a
montré, avec facilité, plus de richesse ou d'abondance dans les idées.
Il choisissait ses sujets et ses pensées plutôt dans les questions
morales et politiques que dans les sciences, où, quoi qu'on ait dit,
ses connaissances n'étaient pas profondes. Il aimait les exercices
violents, montait souvent à cheval, y montait fort mal, mais courait
beaucoup; enfin, à cette époque heureuse, si éloignée, il avait un
charme que personne n'a pu méconnaître. Voilà ce qu'était Bonaparte
pendant la mémorable campagne d'Italie.

Après le 18 fructidor, de grands changements avaient eu lieu sur le
Rhin; la trahison de Pichegru ayant éveillé la défiance du Directoire,
la faiblesse de Moreau avait paru suspecte. Le Directoire confia alors
le commandement en chef des deux armées réunies sur le Rhin, et formant
cent vingt mille hommes, au général Augereau. Ce choix était misérable;
il eut, comme on va le voir, une grande influence sur les événements
politiques. Le général Bonaparte avait employé utilement l'intervalle
écoulé depuis la paix de Leoben et mis son armée sur un pied excellent,
reçu de grands renforts, bien organisé et augmenté son artillerie; les
troupes, animées du meilleur esprit, jouissaient d'une bonne santé. La
guerre venant à éclater, il aurait eu de bonnes places pour point
d'appui et marché à la tête de soixante-dix mille hommes. Son armée se
composait alors de cent onze bataillons, soixante-huit escadrons et
cent une bouches à feu. Certes, il avait montré ce qu'il pouvait faire
avec des moyens bien inférieurs, mais les Autrichiens s'étaient refaits
aussi. L'armée de l'archiduc était extrêmement nombreuse et bien
pourvue. On sait avec quelle facilité les Autrichiens savent réparer
leurs pertes et rétablir une armée détruite, et ils avaient eu le temps
de pourvoir à tous ses besoins. L'affaire était donc grave et sérieuse;
elle le devenait bien davantage si l'armée du Rhin ne jouait pas
convenablement son rôle, si elle agissait mollement ou avait des revers.
Alors l'armée d'Italie pouvait être écrasée, et le choix d'Augereau
autorisait à tout craindre. Le général Bonaparte le connaissait bien;
il le savait incapable de conduire une grande armée. Ces diverses
considérations inspirèrent au général en chef la résolution de faire la
paix. Il y vit le salut de la France, et, en particulier, celui de
l'armée d'Italie, et prit sur lui de modifier ses instructions et de
signer. Voilà tout le secret de cette paix dans laquelle le
gouvernement fut entraîné malgré lui; et, à cette occasion, je
raconterai une conversation que le général Bonaparte eut avec moi deux
jours avant la signature de cette paix. Me promenant seul avec lui dans
les jardins de Passeriano, il me fit part de cette résolution et
s'exprima à peu près ainsi: «Notre armée est belle, nombreuse et bien
outillée, et je battrais infailliblement les Autrichiens. Mon point de
départ est menaçant, et mes premières victoires me ramèneraient au coeur
de la Styrie; mais la saison est avancée, et vous voyez d'ici les
montagnes blanchies par la neige. L'arrière-saison, dans un pays aussi
âpre, rend la guerre offensive difficile. N'importe, tout pourrait être
surmonté; mais l'obstacle invincible à des succès durables, c'est le
choix d'Augereau pour commander l'armée du Rhin. Cette armée, la plus
forte, la plus nombreuse de la République, est entre des mains
incapables. Comprenez-vous la stupidité du gouvernement d'avoir mis
cent vingt mille hommes sous les ordres d'un général pareil? Vous le
connaissez, et vous savez quelle est la mesure de ses talents et même
de son courage. Quelle ignorance des choses et des hommes dans un
pareil choix! Je le leur ai envoyé; ils l'ont vu et entendu; ils ont pu
le juger; mais ils ont pris son bavardage pour du génie et sa jactance
pour de l'héroïsme. Combien les avocats sont stupides quand ils ont à
décider les grandes questions qui touchent aux destinées des États!
Augereau commander une armée et décider du sort de la guerre! En vérité,
cela fait pitié. Il faut éviter d'être victime de ses sottises, et,
pour cela, l'empêcher de pouvoir en faire. Une fois enfoncés en
Allemagne et arrivés aux portes de Vienne, et l'armée du Rhin battue,
nous aurions à supporter tous les efforts de la monarchie autrichienne
et à redouter l'énergique patriotisme des provinces conquises. À cause
de tout cela, il faut faire la paix: c'est le seul parti à prendre.
Nous aurions fait de grandes et belles choses; mais, dans d'autres
circonstances, nous nous dédommagerons.»

Ces raisons étaient si bonnes, si péremptoires, qu'il n'y avait pas
moyen de les contredire. On voit que la nomination d'Augereau fut
l'événement décisif dans cette circonstance et devint la cause
principale de la paix.

La paix fut signée le 17 octobre 1797. Elle porta le nom du village de
Campo-Formio, situé à égale distance, entre Udine et Passeriano.
Cependant il ne s'y est pas tenu une seule conférence, mais seulement
c'était là que devait avoir lieu la signature. Je fus envoyé pour y
faire tout préparer, et en même temps pour engager les plénipotentiaires
à continuer leur route jusqu'à Passeriano. Ils s'y prêtèrent de bonne
grâce. On signa avant le diner, en datant de Campo-Formio, où les
préparatifs avaient été faits pour la forme; et sans doute on montre
dans ce village la chambre où ce grand événement s'est passé, la table
et la plume employées à l'accomplir. Il en est de ces reliques-là comme
de beaucoup d'autres!

Le général Bonaparte avait en résidence auprès de lui un envoyé du
gouvernement vénitien, du nom de Dandolo; il n'appartenait pas à la
famille de l'illustre doge qui, à quatre-vingts ans, s'empara de
Constantinople à la tête d'une armée de croisés, mais il était d'une
famille bourgeoise de Venise. Son grand-père, juif, se convertit à la
religion chrétienne; un Dandolo patricien le tint sur les fonts de
baptême, et en Italie existe l'usage de donner à son filleul, au lieu
du nom de saint que chacun porte, son propre nom de famille. Homme
d'esprit, assez bon chimiste, occupé de sciences, d'améliorations,
d'industrie, sa tête était très-vive; susceptible d'exaltation et
d'enthousiasme, il parlait avec cette facilité et cette abondance si
communes aux Italiens. Du reste, très-chaud partisan de la liberté et
de l'indépendance italiennes, il avait joué un rôle très-actif dans les
intrigues qui avaient amené la dissolution du gouvernement vénitien. Le
traité de paix sacrifiait Venise, et la population de cette ville
allait être au désespoir. Le général en chef voulut justifier la
résolution prise et en expliquer les causes à Dandolo. Aussitôt le
traité signé, il le fit appeler et lui donna connaissance des
dispositions qu'il renfermait. Il lui dit que l'affranchissement de
l'Italie ne pouvait pas être l'ouvrage d'un jour; que les Vénitiens,
quoique dignes de la liberté, n'avaient pas assez d'unanimité entre eux
et n'avaient pas fait d'assez grands efforts pour l'obtenir; tout le
fardeau de l'entreprise tomberait donc sur la France; or beaucoup de
sang français avait déjà été versé, et on ne pouvait pas en répandre
encore pour une cause, non sans doute tout à fait étrangère à la France,
mais cependant ne la touchant pas immédiatement; c'était plutôt une
cause morale pour nous qu'autre chose; l'avenir pouvait beaucoup, et il
fallait s'en reposer sur lui, se résigner aux circonstances et attendre:
il ajouta tout ce qu'un esprit comme le sien put imaginer pour calmer
un homme exalté et lui conserver des espérances; enfin il exerça en
apparence avec succès sur sa raison cette séduction puissante à
laquelle il était difficile de résister. Dandolo, profondément triste,
parut convaincu et se rendit à Venise pour expliquer au gouvernement
provisoire ce qui s'était fait et lui en donner les raisons.

Bonaparte partit de Passeriano pour se rendre à Milan, vit les divisions
de l'armée cantonnées sur sa route, et les passa en revue.

Il arriva, à Padoue, à la division Masséna, un événement peu important,
mais singulier et digne d'intérêt, parce qu'il concerne un homme dont
la carrière a eu une sorte d'éclat. Suchet, chef de bataillon dans la
dix-huitième demi-brigade de ligne, avait fait toutes les campagnes
d'Italie sans avoir aucun avancement. Bon camarade, d'un commerce
facile, mais officier médiocre, servant assez bien, sans être de ces
hommes particuliers que le danger grandit toujours davantage, nous
l'aimions assez, et nous le trouvions traité avec sévérité. À la fin
d'un grand repas donné au général en chef, où étaient cent cinquante
officiers, Dupuis, chef de brigade de la trente-deuxième, officier
très-brave, aimé par le général en chef, et en possession de son franc
parler avec lui, s'approcha, tenant Suchet par la main, et lui dit: «Eh
bien, mon général, quand ferez-vous chef de brigade notre ami
Suchet?--Bientôt, nous verrons;» répondit Bonaparte. Après cette
réponse évasive et dilatoire, Dupuis détacha une de ses épaulettes, la
mit sur l'épaule droite de Suchet, et lui dit en présence du général en
chef: «De par ma toute-puissance, je te fais chef de brigade.» La
bouffonnerie de cette action réussit, et, en sortant de table, la
nomination véritable fut expédiée par Berthier.

Le général Bonaparte, arrivé à Milan, expédia diverses affaires, et se
disposa à se rendre à Radstadt comme négociateur. Mais il arriva avant
son départ un événement où son caractère véritable est trop bien marqué
pour que j'omette ce récit.

On a vu les explications données à Dandolo sur la paix signée et la
cession de Venise à l'Autriche. Celui-ci, convaincu en apparence, était
parti pour Venise afin d'y calmer les esprits; mais ses efforts furent
vains auprès de ses collègues; la nouvelle apportée jeta les Vénitiens
dans la plus grande fureur; leur exaspération passa toutes les bornes
et entraîna Dandolo lui-même. Après beaucoup de discussions sur le parti
à prendre dans cette circonstance malheureuse, le gouvernement
provisoire, dans l'espérance de sauver le pays, décida de faire tous
les efforts possibles pour empêcher le Directoire de ratifier le traité
signé; et, comme les directeurs étaient accessibles à la corruption, on
résolut de leur envoyer trois députés avec tout l'argent dont on pouvait
disposer.

Tout cela tenu secret et les préparatifs promptement terminés, les
trois députés, au nombre desquels se trouvait Dandolo, se mirent en
route, munis de leur puissant auxiliaire, l'argument irrésistible.
Cette démarche, si elle eût réussi, était la perte de Bonaparte, le
tombeau de sa gloire; il aurait été dénoncé à la France, à l'Europe,
comme ayant outre-passé ses pouvoirs, comme ayant, par corruption,
abandonné lâchement un peuple appelé à la liberté. Et quel beau texte
de déclamation! Flétri, déshonoré, il disparaissait pour jamais du
monde politique: c'était pour lui un événement pire que la mort.
Bonaparte, au moment où il apprit l'envoi de ces députés, leur mission,
leur passage à Milan, prévit toutes les conséquences; aussi entra-t-il
dans la plus violente colère. Il envoya Duroc à franc étrier après eux,
avec ordre de les arrêter partout et de les amener pieds et poings
liés. Les troupes du roi de Sardaigne étaient à ses ordres d'après le
traité d'alliance; les voyageurs n'avaient pas encore dépassé le
Piémont quand Duroc les atteignit; et ils furent ramenés à Milan.

J'étais dans le cabinet du général en chef quand celui-ci les y reçut;
on peut deviner la violence de sa harangue. Ils l'écoutèrent avec calme
et dignité, et, quand il eut fini, Dandolo répondit. Dandolo,
ordinairement dénué de courage, en trouva ce jour-là dans la grandeur
de sa cause. Il parlait facilement: en ce moment il eut de l'éloquence.
Il s'étendit sur le bien de l'indépendance et de la liberté, sur les
intérêts de son pays et le sort misérable qui lui était réservé, sur
les devoirs d'un bon citoyen envers sa patrie. La force de ses
raisonnements, sa conviction, sa profonde émotion, agirent sur l'esprit
et sur le coeur de Bonaparte au point de faire couler des larmes de ses
yeux. Il ne répliqua pas un mot, renvoya les députés avec douceur et
bonté, et, depuis, a conservé pour Dandolo une bienveillance, une
prédilection qui jamais ne s'est démentie; il a toujours cherché
l'occasion de le grandir et de lui faire du bien, et cependant Dandolo
était un homme médiocre; mais cet homme avait fait vibrer les cordes de
son âme par l'élévation des sentiments, et l'impression ressentie ne
s'effaça jamais. Celui qui pouvait éprouver de pareilles émotions et
garder de semblables souvenirs n'était pas assurément tel que tant de
gens ont voulu le représenter.

La ratification du traité ayant eu lieu sans retard, tout fut disposé
pour son exécution, et nous nous mîmes en route pour Radstadt le 17
novembre, en passant par Chambéry, Genève et la Suisse. Nous voyageâmes
rapidement en Piémont: le général en chef évita de s'arrêter à Turin et
de voir le roi. Quel langage lui aurait-il tenu? quelle aurait été sa
position vis-à-vis de lui? Tout était incertitude dans ce temps-là;
tout était danger. Le roi de Sardaigne le fit complimenter, lui fit
rendre tous les honneurs compatibles avec les circonstances, et nous
passâmes le mont Cenis.

À cette époque, causant avec lui dans sa voiture des événements passés
et de nos existences personnelles, il me reprocha d'avoir négligé de
m'enrichir, et, sur ma demande de m'indiquer les moyens dont j'aurais
pu faire usage, il me rappela les commissions données à Pavie et à
Loreto, et me dit m'avoir alors choisi dans ce but; il ajouta: «C'est
un soin qui me regarde pour l'avenir, et je ne m'en occuperai pas en
vain.» Je le remerciai et l'assurai que la fortune, pour avoir du prix
à mes yeux, devait venir d'une source honorable dont je pourrais me
glorifier: je n'ai pas changé de doctrine pendant toute ma carrière, et,
malgré de grands besoins et de grandes crises éprouvées, je ne m'en
suis jamais repenti: il y a quelque chose au fond du coeur dont la
valeur est supérieure aux richesses, et qu'on ne doit pas sacrifier pour
les acquérir.

Nous arrivâmes à Chambéry, et la population entière reçut le général
Bonaparte avec transport. C'étaient des cris incessants de: «Vive
Bonaparte! Vive le héros vainqueur! Vive la République!» etc. Bonaparte
me dit: «Je parie que vous ne savez pas distinguer celui de tous les
cris dont j'ai été le plus touché.» Un petit groupe avait crié: «Vive
le père du soldat!» je l'avais remarqué, et je le lui dis; c'était
effectivement ces voix amies qu'il préférait.

De Chambéry, nous nous rendîmes à Genève, où nous nous arrêtâmes un
jour: nous logeâmes hors de la ville, chez le résident de France, M.
Félix Desportes, homme de beaucoup d'esprit. Rien n'avait été disposé
dans cette ville pour fêter le vainqueur d'Italie, et il y avait à
cette époque, dans le pays, une inquiétude vague sur les projets de la
France: les événements qui survinrent bientôt la justifièrent
complétement; mais, dans ce moment même, des intentions hostiles
étaient suggérées au gouvernement par le général Bonaparte: il ne les
cachait pas devant nous, et répétait souvent que l'aristocratie de
Berne, ses intérêts et son pouvoir, étaient incompatibles avec la
république; selon ses vues, un état de choses différent devait donc
succéder à celui qui existait alors: aussi évita-t-il avec soin de se
trouver en contact nulle part avec une autorité du premier ordre en
Suisse, et pressa-t-il sa marche autant que possible. Il refusa de
s'arrêter pour voir M. Necker, qui l'attendait sur la route, à la
hauteur de son château de Coppet: le général Bonaparte avait une
prévention, tenant de la haine, contre M. Necker, et l'accusait d'avoir,
plus qu'aucun autre, amené la Révolution.

Nous traversâmes donc toute la Suisse rapidement, en passant par Berne,
Soleure et Bâle. Nous passâmes le matin devant l'ossuaire de Morat:
nous étions à pied, et il fut l'occasion d'abord de pénibles réflexions;
ensuite elles eurent pour objet la puissance de résistance toujours
fort grande d'un peuple, même faible, dont les individus sont tous
animés de haine contre l'étranger et de la résolution de se défendre.
Ce monument de nos défaites devait bientôt disparaître. Un habitant du
pays qui se trouvait sur la route, M. d'Affry, ancien colonel du
régiment des gardes suisses, donna au général Bonaparte les explications
qu'il lui demanda: les explications portaient principalement sur la
marche des troupes des deux armées, et sur leurs positions respectives.

De Bâle nous descendîmes la vallée du Rhin, par la rive droite, pour
nous rendre à Radstadt, et nous traversâmes Offenbourg, quartier
général d'Augereau. Ce général, venant de servir sous Bonaparte, lui
devait sa gloire; cet homme médiocre, cet instrument si imparfait,
associé à tant de grandeur, n'imagina pas de lui rendre des honneurs,
de lui montrer un empressement dont il devait trouver le principe dans
sa reconnaissance et son admiration, mais il voulut traiter d'égal à
égal. Il envoya un aide de camp pour le complimenter et pour l'engager
à se reposer chez lui. Le général Bonaparte en fut piqué; il fit
répondre par cet officier que, trop pressé pour s'arrêter, il
reviendrait de Rastadt tout exprès pour le voir. Le général Augereau
fut sans doute assez vain et assez sot pour croire à cette promesse.
Avant d'arriver à Rastadt, nous rencontrâmes un escadron autrichien de
hussards de Szekler, envoyé au-devant du général Bonaparte pour
l'escorter. Quelques mois plus tard, ils rendirent aux ministres
français près du congrès des hommages d'une autre nature. Nous fûmes
logés au château, et le lendemain le général Bonaparte m'envoya à
Carlsruhe pour complimenter le margrave, qui me reçut avec égards et
bienveillance. Ce respectable vieillard, âgé alors de soixante-quinze
ans, montait à cheval tous les jours; sa famille était belle et
nombreuse; plusieurs de ses petites-filles, remarquables par leurs
agréments et leur bonne éducation, occupaient des trônes. L'une avait
épousé le grand-duc Alexandre, depuis empereur de Russie; on l'a connue
sous le nom de l'impératrice Élisabeth. Une autre avait épousé le roi
de Suède, tombé du trône par suite du dérangement de son esprit; la
troisième, l'électeur, devenu roi de Bavière. Je dînai avec le
margrave. On me questionna beaucoup sur notre guerre d'Italie, et, le
soir, je revins à Rastadt fort satisfait de l'accueil dont j'avais été
l'objet. Ces petites cours d'Allemagne ont quelque chose de digne et de
paternel; les sujets ont l'air de jouir d'un grand bien-être et les
pays d'une grande prospérité. En effet, un petit prince ne peut pas se
livrer aux calculs de l'ambition; tous ses efforts doivent tendre à
rendre ses sujets heureux; sa gloire, à lui, c'est leur bonheur; si
près d'eux, comment pourrait-il supporter la vue continuelle de leurs
souffrances et l'expression de leur mécontentement? Et puis il consomme
tous ses revenus dans les lieux mêmes qui les produisent; ainsi ces
produits tournent au profit de la reproduction. Cette division en
petits États, peu favorable à la puissance, a créé les moeurs auxquelles
l'Allemagne doit sa prospérité, les établissements d'où viennent son
bien-être et les progrès remarquables de son agriculture; progrès tels,
qu'elle avait déjà atteint presque la perfection quand la nôtre était
encore dans l'enfance et dans la barbarie. Les changements en
agriculture doivent venir de l'exemple; il faut, pour donner cet
exemple d'une manière utile, avoir tout à la fois des lumières, des
capitaux et le goût de les employer ainsi. Les petits souverains
d'Allemagne n'ont guère autre chose à faire; ils sont en général bien
élevés et instruits; riches, ils ne quittent guère leurs résidences;
toutes les conditions d'amélioration sont donc réunies chez eux.

Rien n'était prêt pour l'ouverture du congrès. Un séjour prolongé du
général Bonaparte eût été sans objet, et d'ailleurs le Directoire
l'appelait à Paris; huit jours après son arrivée, il se mit donc en
route. Son voyage, depuis Strasbourg, fut un triomphe continuel;
partout l'expression de l'enthousiasme et de l'admiration était la
récompense de ses travaux glorieux. La paix et les espérances qu'elle
laissait concevoir venait encore ajouter à la satisfaction générale, et
les sentiments dont partout il recevait l'expression sur son passage
étaient aussi sincères qu'énergiques. Nous arrivâmes à Paris, Bonaparte
alla modestement descendre dans la petite maison, rue Chantereine,
habitée par madame Bonaparte avant son mariage; il l'avait quittée deux
jours après celui de son union avec elle, et cette maison était encore
pour lui le temple de l'amour.



CORRESPONDANCE ET DOCUMENTS
RELATIFS AU LIVRE DEUXIÈME



MARMONT À SON PÈRE.

    «Cairo, 22 avril 1796.

«Vous me pardonnerez, mon cher père, de vous avoir écrit moins souvent
que je ne le désire, lorsque vous saurez que, depuis que nous avons
pris l'offensive, mon activité est de tous les moments. Elle est telle,
que l'autre jour, je suis resté vingt-huit heures à cheval sans en
descendre, et qu'après trois heures de repos j'y suis remonté quinze
heures.

«La vie extrêmement active que je mène me va à merveille, et je la
trouve préférable aux plaisirs de Paris.

«Je veux vous donner une idée des opérations militaires qui ont été
faites ici. Je le ferai succinctement, parce que je suis fort pressé.

«Le général Bonaparte était occupé à organiser son armée lorsque
l'ennemi l'attaqua sur le point de Voltri. Ce point, beaucoup trop
étendu sur la droite, n'avait été occupé que pour intimider les Génois.
L'ennemi employa ses forces d'une manière assez maladroite: il attaqua
de front et nous fit replier sans de grandes pertes.

«Le lendemain, il attaqua une redoute située dans les montagnes qui
couvrent Savone. S'il l'eût prise, notre position était bien critique.
Elle fut défendue vaillamment. Le général se décida sur-le-champ à
prendre l'offensive. Le 23, un corps de troupes nombreux sortit de la
redoute; un autre la tourna en attaquant Montenotte, passant par
Altare. L'ennemi fut battu; il eut mille hommes tués ou blessés, et
deux mille prisonniers. Le 24, nous marchâmes en avant, et nous
investîmes le château de Cossaria. Nous essayâmes de l'emporter de vive
force; nous ne réussîmes pas. Nous perdîmes deux cents hommes. De ma
vie je n'ai vu un feu semblable. Comme les troupes qui le défendaient
étaient sans subsistances, elles se rendirent le lendemain, et nous
prîmes aux ennemis seize cents hommes d'élite avec un lieutenant
général. Le soir, nous attaquâmes l'ennemi dans la position de Dego. Il
était fort et bien placé; il ne fit pas cependant une grande résistance.
J'étais à la tête du bataillon qui donna le plus vigoureusement et qui
reçut le plus de leur feu, et nous eûmes huit hommes tués et dix
blessés. Il perdit beaucoup; mais nous fîmes, par la disposition de nos
colonnes, quatre mille prisonniers et nous primes vingt-huit pièces de
canon.

«Le lendemain, l'ennemi nous attaqua à son tour. Nos volontaires
étaient débandés et pillaient. Nous perdîmes deux cents hommes tués ou
pris; mais, le soir, nous les attaquâmes de nouveau, et nous leur
prîmes encore dix-huit cents hommes. Il évacua la position parallèle,
et, le 26, nous nous trouvâmes devant le camp retranché. Plusieurs
redoutes furent emportées; les autres auraient eu le même sort si
l'ennemi ne les eût évacuées. De ce moment le fort de Ceva fut cerné,
et, aujourd'hui, sa prise ne tient plus qu'à l'arrivée de quelques
pièces de canon.

«L'ennemi avait pris une belle position derrière Cossaria; sa gauche au
Tanaro. À l'instant où nous allions l'attaquer, il fit sa retraite; dix
mille hommes se retirèrent sur Mondovi. Le combat s'engagea dans
l'après-dînée; il fut chassé des positions qu'il occupait; Mondovi fut
cerné. Nous nous emparâmes de dix pièces de canon, avec lesquelles je
tirai sur la ville, et on nous apporta ses clefs. Nous y avons pris
seize cents hommes et des magasins très-considérables. L'ennemi s'est
retiré en désordre, et, dans ce moment, il est derrière la Stura et
occupe les lignes de Cherasco. Il est très-important de le débusquer de
cette position; son moral est affecté, et il sera battu.

«La prise de Mondovi est d'une haute importance pour nous: elle met
l'armée dans une grande abondance et la délivre de l'affreuse misère où
elle était plongée.»


MARMONT À SON PÈRE.

    «Cherasco, 26 avril 1796.

«Nous venons d'ajouter un nouveau succès, mon tendre père, à ceux que
nous avions déjà obtenus. L'armée s'est approchée de Cherasco, ville
forte où l'ennemi s'était réfugié. Elle est située au confluent du
Tanaro et de la Stura; ses fortifications sont en terre, mais bien
disposées, fraisées et palissadées. Je vins hier matin, avec cent
hussards, faire la reconnaissance de la place, à quatre-vingts toises.
Tandis que j'étais à faire mes observations, on m'a tiré quelques coups
de canon à mitraille qui ont tué l'ordonnance qui m'accompagnait et qui
s'était placé derrière moi; je l'ai regretté: c'était un brave homme.

«Nos dispositions faites, nous allions brûler la ville; mais les
habitants ne s'en sont nullement souciés. La place ne touche pas la
Stura, et l'on pouvait empêcher la garnison de se rendre sans passer la
rivière: ces considérations l'ont décidée à l'évacuer. Le commandant a
craint, en perdant sa troupe, d'affaiblir encore l'armée piémontaise,
qui, dans ce moment, est réduite à douze ou quinze mille hommes
découragés. Ainsi nous avons vaincu le seul obstacle qui semblait nous
empêcher d'arriver aux portes de Turin.

«Notre gauche a canonné Fossano, et l'ennemi l'a évacué: sa ligne est
absolument coupée.

«Il est impossible de faire une campagne plus brillante; nous le devons
au courage de nos troupes et aux excellentes combinaisons qui ont été
prises. Le général Bonaparte est heureux, et il mérite de l'être; sa
réputation se consolide tous les jours, et les derniers traits de son
tableau ne sont pas les moins brillants.

«Le général Colli, qui commande l'armée piémontaise, a demandé une
suspension d'armes, en attendant les arrangements de paix qui seraient
pris à Gênes par nos ministres respectifs. Le général Bonaparte a
répondu qu'il désirait sincèrement voir les malheurs de l'humanité
diminuer, mais que, comme les succès qu'il a obtenus lui en promettent
d'autres, il demande au roi de Sardaigne, pour gage de la pureté de ses
intentions, la possession d'Alexandrie, de Tortone et de Coni. Le
général Colli a répondu qu'il envoyait un courrier au roi pour le lui
demander; il a ajouté verbalement que la nation française pouvait seule
donner la paix à l'Europe, après avoir déployé autant de grandeur; que
les Piémontais, après leurs désastres, ne pouvaient plus espérer
résister aux Français, et qu'ainsi la paix leur était nécessaire.

«Nous sommes parfaitement reçus partout où nous passons; les Piémontais
de la plaine ne ressemblent guère à ceux des montagnes. Quelle richesse
de sol, et quelle douceur chez les habitants! Ils n'ont sans doute pas
notre franchise, mais au moins paraissent-ils respecter nos actes,
notre caractère et notre courage. J'ai été avant-hier, à la tête de
deux régiments de cavalerie, m'emparer de la ville de Bene; après avoir
fait replier quelques troupes de cavalerie qui la couvraient, les
habitants sont venus m'en apporter les clefs et me demander sûreté et
protection.

«Junot est parti hier pour porter au Directoire vingt et un drapeaux
pris aux ennemis depuis l'ouverture de la campagne. J'aurais été fâché
de quitter l'armée à l'instant où ses succès sont si brillants et où
ses marches sont si instructives et si savantes. J'ajoute tous les jours
à mon instruction militaire, et cette école ne peut que me promettre une
carrière satisfaisante.»


MARMONT À SA MÈRE.

    «Crémone, 14 mai 1796.

«Nous avons eu, ma tendre mère, une brillante action. Elle décide de la
possession de Milan; nous avons battu complétement l'ennemi en arrière
et en avant de Lodi. Le passage de l'Adda est une des entreprises les
plus hardies et les plus heureusement exécutées de cette guerre.

«Toute l'armée s'est couverte de gloire, et, si les marches forcées
qu'elle a faites lui ont causé de grandes fatigues, elle se trouve bien
dédommagée par l'abondance dont elle jouit aujourd'hui.

«Je ne vous donne point de détails sur l'affaire. La relation que vous
en lirez dans les feuilles publiques est fort exacte et vous mettra
parfaitement au fait. Vous aurez, je crois, le plaisir d'y lire mon nom.

«L'ennemi a perdu beaucoup de monde. L'affaire a été très-chaude, et
cependant nous n'avons pas eu deux cents hommes tués ou blessés.

«J'ai couru, pour ma part, d'assez grands dangers. J'ai chargé à la
tête de cent cinquante hussards, et c'est moi qui me suis emparé de la
première batterie de l'ennemi. Je montais un cheval un peu ombrageux; à
la fin de la charge, il fit un écart et me désarçonna; la cavalerie que
je commandais et qui était la première, et toute celle qui me suivait,
passa sur moi sans me toucher ni me faire le moindre mal.

«Chargé par le général d'aller voir un mouvement des ennemis à notre
droite, je suivis la rive droite de l'Adda pour y arriver plus tôt.
L'armée autrichienne était en bataille sur la rive gauche, et tout
entière elle tira sur moi: j'eus donc à essuyer environ trente mille
coups de fusil et cinquante coups de canon. J'avais avec moi quatre
dragons, deux ont été tués ainsi que deux chevaux. Que ces dangers-là
ne vous effrayent pas, ma chère mère, ils sont passés, et nous allons
prendre quelque repos à Milan, où nous nous rendons demain.

«Nous nous sommes emparés, avant-hier, de Crémone. L'ennemi l'avait
évacué, et y avait seulement laissé un poste de cinquante hulans. Je
suis arrivé avec trois cents chevaux, et nous les avons chassés; mais
il est difficile de peindre le peu de courage de nos troupes à cheval.
Autant l'infanterie est intrépide, autant la cavalerie l'est peu.
Heureusement que nous sommes dans un pays extrêmement coupé, et qu'elle
devient d'une très-petite influence.»


MARMONT À SON PÈRE.

    «Milan, 15 mai 1796.

«Mon tendre père, nous sommes aujourd'hui à Milan. Hier, nous y avons
fait notre entrée triomphale. Elle m'a donné l'idée de l'entrée à Rome
des anciens généraux romains, lorsqu'ils avaient bien mérité de la
patrie. Je doute que l'ensemble de l'action offrît un coup d'oeil, un
spectacle plus beau et plus ravissant. Milan est une très-belle ville,
très-grande et très-peuplée. Ses habitants aiment les Français à la
folie, et il est impossible d'exprimer toutes les marques d'attachement
qu'ils nous ont données.

«Les Autrichiens ont laissé deux mille cinq cents hommes dans la
citadelle. Ils paraissent vouloir être les meilleures gens du monde;
ils n'ont pas encore tiré un seul coup de canon, quoique nos troupes en
soient tout près. Cependant c'est un siége à faire.

«L'armée s'embellit chaque jour, son courage a encore augmenté avec ses
victoires; elle est aujourd'hui aussi richement pourvue de tout qu'elle
était pauvre et misérable dans les montagnes. On oublie toutes les
fatigues d'une guerre aussi active que celle-ci, quand la victoire en
est le prix.

«Nos succès sont vraiment incroyables. Ils éternisent à jamais le nom
du général Bonaparte; et on ne peut pas se faire d'illusion, nous les
lui devons. Tout autre, à sa place, aurait été battu, et il n'a couru
que de triomphes en triomphes.--C'est un mois juste après notre départ
de Paris que la campagne a été ouverte et que nous avons remporté sur
l'ennemi la première victoire.

«C'est juste un mois après l'ouverture de la campagne, c'est-à-dire
deux mois après notre départ de Paris, que nous sommes entrés à Milan.

«C'est avec une armée dépourvue de tout, sans habits, sans souliers,
sans artillerie, souvent sans cartouches, douze jours sans pain, mais
toujours avec du courage, que nous avons obtenu ces succès.

«C'est avec une armée de trente-quatre à trente-six mille hommes, car
notre armée actuelle n'a jamais été plus forte, que nous avons ainsi
chassé devant nous ou détruit une armée de soixante à soixante-dix mille
hommes présents qui composaient celles des Piémontais et des
Autrichiens réunis.

«C'est avec cette même armée que nous avons remporté six victoires
décisives, pris quinze mille hommes aux ennemis, tué ou blessé six
mille, pris deux places de guerre, forcé le roi de Sardaigne à nous
ouvrir les portes de ses États, jeté les débris de l'armée des
Autrichiens à trente-cinq lieues de nous.

«Cette campagne est la plus belle et la plus brillante qui ait jamais
été faite. Elle doit être écrite et lue. Elle est savante: et ceux qui
pourront la comprendre en tireront bien parti. Voilà, mon tendre père,
le tableau fidèle de notre position.»


MARMONT À SON PÈRE.

    «Peschiera, 1er juin 1796.

«Encore une victoire, mon père, mais celle-ci est la dernière. L'armée
des Autrichiens, battue constamment depuis deux mois, a enfin évacué
l'Italie; elle s'est retirée dans le Tyrol et occupe les montagnes de
l'Allemagne. Le général Beaulieu occupait le lac de Garda, le Mincio,
et avait sa gauche à Mantoue. Il se croyait inexpugnable dans cette
position qui, effectivement, était belle à défendre, et cependant nous
l'en avons chassé.

«Ce dernier succès appartient de la manière la plus absolue au général
Bonaparte, et il le couvre de gloire. Il est le résultat de ses
manoeuvres. Il a trompé complétement l'ennemi; et, tandis qu'il s'était
renforcé sur un point, nous l'avons forcé sur un autre.

«Nous l'avons attaqué sur Borghetto; notre cavalerie a engagé l'affaire,
et, pour la première fois, elle s'est parfaitement conduite; elle a
culbuté la cavalerie ennemie, et, arrivée sur la rive droite du Mincio,
notre infanterie l'a passé au gué. Elle a chassé l'ennemi de la
position la plus belle et la plus formidable, et là nous nous sommes
emparés du village de Valleggio. L'armée ennemie s'est trouvée coupée
et séparée en deux. Une partie s'est retirée sur-le-champ dans les
montagnes du Tyrol; une autre partie a passé l'Adige, et le reste s'est
renfermé dans Mantoue.

«Tous les princes d'Italie viennent demander grâce. Le roi de Naples
tremble. Il vient d'obtenir un armistice de dix jours, après l'arrivée
du plénipotentiaire à Paris, sous les conditions que les deux mille
quatre cents chevaux de ses troupes qui sont joints à l'armée impériale
la quitteront sur-le-champ, et viendront cantonner en arrière de notre
armée (ainsi ils sont censés prisonniers); et que les vaisseaux du roi
de Naples qui sont joints à la flotte anglaise se retireront
sur-le-champ dans le port de Naples.

«Tout nous sourit, nos triomphes sont constants, tout nous rapproche de
la paix, elle est infaillible, et nous conserverons la Belgique.
Assurément nous sommes bien payés de nos peines.»


MARMONT À SA MÈRE.

    «Milan, 8 juin 1796.

«Nous voici de retour à Milan, ma tendre mère, où nous prendrons
quelques instants de repos; l'ennemi, loin de nous, réfugié dans les
montagnes du Tyrol, ne sera pas à craindre de longtemps. Il nous reste,
en attendant, deux siéges à faire: celui de Mantoue et de la citadelle
de Milan. Lorsque nos moyens seront pris, ces siéges ne seront ni longs
ni meurtriers.

«Mantoue est maintenant serrée de très-près. Nous avons pris deux de
ses faubourgs; la garnison est peu forte, la ville très-étendue; les
eaux seules en rendent les accès difficiles.

«Nous avons été à Vérone. J'ai vu le palais du prétendu roi de France;
il n'a pas plus d'appareil que son maître. Dix mille émigrés habitaient
Vérone, ils sont tous partis à notre approche.

«J'ai vu à Vérone un des plus beaux monuments de l'antiquité: un cirque
parfaitement conservé et assez grand pour contenir quatre-vingt mille
spectateurs. Cette vue a agrandi mes idées et a élevé mon imagination.
Nous sommes dignes d'un pareil ouvrage, il en faudrait un semblable à
Paris.

«Je vous apprends avec plaisir, ma tendre mère, que je vais recevoir
une récompense honorable, pour la conduite que j'ai tenue en
différentes affaires, qui ont eu lieu depuis l'ouverture de la campagne,
et notamment à la bataille de Lodi; le Directoire exécutif m'envoie un
sabre, j'en ai reçu la nouvelle, et le sabre arrivera dans peu.
J'attache le plus grand prix à un pareil cadeau; il n'y en a que douze
donnés pour toute l'armée, et je suis assez heureux pour en obtenir un,
sans que personne l'ait demandé pour moi.»


MARMONT À SON PÈRE.

    «26 juin 1796.

«Nous sommes, mon tendre père, à deux jours de Livourne; dans peu nous
y entrerons, et, nous emparant de tous les magasins anglais, nous
ôterons à nos plus cruels ennemis le moyen de nous nuire. Nous le
reléguerons à Saint-Florent et à Gibraltar.

«Enfin la voix de la raison a été entendue, et le gouvernement renonce
à une expédition aussi ridicule que dangereuse par ses suites; nous
n'irons pas à Rome. Notre armée n'était pas assez forte pour la diviser
ainsi, et les dix mille hommes jetés ainsi au fond de la botte
n'entraîneront point la grande armée dans des malheurs incalculables.
Le plan sage et bien conçu du général Bonaparte est adopté; nous
reprendrons incessamment l'offensive, car c'est le moyen le plus sûr de
triompher. Nous allons porter la guerre dans la Souabe et la Bavière,
et, si, selon toutes les apparences, nos projets réussissent, la paix
ne sera-t-elle pas le fruit de tous nos travaux?

«On a peine à concevoir d'aussi grands résultats avec d'aussi petits
moyens. C'est lorsqu'on pouvait à peine espérer des succès secondaires
que les hautes destinées de l'armée nous ont portés en Allemagne, après
avoir traversé l'immense et riche pays de l'Italie; l'imagination
s'exalte en pensant à d'aussi grandes actions. Nous devons tout au
général Bonaparte. Un autre à sa place nous eût peut-être menés aux
bords du Var. Ah! que je me sais bon gré de l'avoir bien jugé lorsqu'il
était peu connu, et lorsque même des femmes, prétendues d'esprit,
mettaient en question son esprit et ses talents!

«Nous sommes entrés sur les États du pape; nous lui avons pris deux
bonnes citadelles, l'une avec de la cavalerie. Nous lui avons fait deux
mille prisonniers, et nous l'avons dépouillé de deux cents pièces de
canon; en vérité, le ridicule jeté sur les soldats du pape est bien
mérité, car tous ces succès ne nous ont pas coûté un seul coup de fusil.

«La suspension d'armes est conclue avec le pape. Sa taxe est d'environ
trente-cinq millions ou leur valeur. Il nous donne cent statues et cent
tableaux à notre choix, avec beaucoup de manuscrits. Ainsi Paris va
devenir le dépôt des précieux restes de l'antiquité, et les étrangers
viendront habiter la France pour les admirer et s'instruire.

«Nous sommes arrivés à Bologne. C'est une grande et belle ville, riche,
et où l'on nous a bien reçus. J'y ai pris l'idée des bons spectacles
italiens. Rien ne peut être comparé au talent de la première actrice.
Nos premières cantatrices de l'Opéra sont à mille piques au-dessous
d'elle, et tous les connaisseurs l'ont jugée au moins aussi
favorablement que moi.»


MARMONT À SON PÈRE.

    «Bassano, 11 juillet 1796.

«Nos succès sont incroyables, mon tendre père, et moi-même, qui les
vois tous les jours, j'ai presque peine à me les persuader. Nous avons
encore battu l'ennemi deux fois depuis que je vous ai écrit. L'armée
des Autrichiens est absolument détruite; nous avons pris dix mille
hommes le 21 et le 22, des équipages de pont, d'artillerie, etc., etc.
Bref, cette formidable armée, qui devait nous chasser de l'Italie, fuit
aujourd'hui, épouvantée, réduite à sept ou huit mille hommes égarés, et
dans l'impossibilité de faire sa retraite par la position qu'elle
occupe.

«Nous voilà donc paisibles possesseurs de l'Italie, rien ne peut plus
balancer notre puissance. Que l'empereur envoie quarante mille hommes,
deux cents pièces de canon, et tout ce qui sert à constituer une armée,
et nous aurons encore quelques combats à livrer.

«Le bonheur est d'accord avec la bravoure. Nous ne perdons presque
personne, et l'ennemi toujours beaucoup. Mais aussi comme nos troupes
sont braves! Rien ne peut donner une idée juste de leur courage, et
combien les Autrichiens ont perdu du leur!

«Ces travaux nous donneront la paix, et il me sera bien doux d'en jouir
auprès de vous.

«Adieu.»


MARMONT À SON PÈRE.

    «Castiglione, 26 juillet 1796.

«Nous avons eu de grands événements depuis peu, mon cher père; la
fortune nous a abandonnés un instant, mais elle a bientôt été forcée de
nous revenir fidèle.

«Le siége de Mantoue se faisait avec vigueur; nous étions à la veille
de prendre cette ville, lorsque Wurmser a tenté un coup hardi. Il l'a
bien exécuté. Une armée nombreuse et brave lui en a donné les moyens;
les secours du Rhin l'avaient prodigieusement augmentée. Nous étions
dans une parfaite sécurité; une partie de nos troupes occupait les
montagnes. Elle fut attaquée vigoureusement le 11; elle fit une
résistance opiniâtre, mais elle fut forcée à la retraite, et notre
perte, ce jour-là, fut évaluée à trois mille hommes. L'armée se jeta
sur Mantoue pour protéger les opérations du siége. On agita la question
de savoir si on lèverait le siége ou non; les avis étaient partagés.
J'étais du premier, et je crois avoir eu raison. C'est le parti qu'on a
pris, et l'on s'en est bien trouvé.

«Nous sommes partis brusquement, et nous avons été rallier et rassembler
l'armée à deux marches d'ici. Les Autrichiens étaient tombés aussi sur
Brescia, qu'ils avaient pris. Nous marchâmes sur eux, et ils se
replièrent dans les montagnes. Le lendemain, 16, on s'avança plus près
de la grande armée de l'ennemi; les armées se trouvèrent en présence.
On avait eu déjà un combat, où l'on avait fait quatre cents prisonniers;
les bonnes dispositions des troupes et mille circonstances décidèrent
à donner bataille le 16.

«L'armée occupait un front de trois lieues. Elle avait son centre à
Lonato, sa droite à Monte-Chiaro et sa gauche en arrière de Salo.
Toutes les différentes parties de la ligne donnèrent; tout le monde fit
son devoir de la manière la plus brillante: infanterie, cavalerie,
artillerie, tout s'est battu à merveille. Le général en chef était au
centre; j'étais à la droite, et c'est là que l'affaire fut la plus
chaude. J'y restai constamment. Le combat fut opiniâtre, et, quoique la
victoire ait fini par se déclarer pour nous, elle fut chancelante un
instant. Nous forçâmes la balance à pencher de notre côté. Trois ou
quatre, dont j'étais, se jetèrent à la tête des troupes, les rallièrent,
les encouragèrent, et, en les menant à l'ennemi, les firent triompher.

«La victoire fut donc complète à la droite. L'ennemi ne fut pas mis en
déroute, mais nous restions maîtres du champ de bataille, et nous lui
prîmes, de ce côté seulement, sans exagération, quatre mille hommes,
dix-huit pièces de canon, et nous lui avons tué quinze cents hommes.

«Notre perte a été de six cents hommes tués ou blessés à droite; au
centre, nous avons pris deux mille cinq cents hommes et deux généraux;
à la gauche, douze cents hommes et quatorze pièces.

«Il a eu au moins mille hommes tués au centre et à la gauche; ainsi il
a éprouvé une perte de trois mille hommes.

«Le lendemain il resta en présence. Un corps de trois mille cinq cents
hommes était cerné: il fut forcé de mettre bas les armes.

«L'ennemi, battu, a voulu payer d'audace et chercher à approvisionner
Mantoue, mais inutilement. Nous l'avons attaqué à la droite, et il a
été non-seulement battu, mais mis encore dans la déroute la plus
complète. J'étais à la droite, où je commandais un corps de troupes et
quinze pièces d'artillerie légère, et nous avons, les premiers, entamé
l'ennemi. J'ignore combien nous avons fait de prisonniers, vous voyez
que l'ennemi a eu au moins dix-huit mille hommes hors de combat depuis
cinq jours.

«J'ai couru quelques dangers: un boulet m'a touché légèrement le côté
gauche, sans me faire le moindre mal. Nous avons perdu de bons
officiers.

«J'ai eu du plaisir à me trouver à la bataille de Lonato; c'est, sans
contredit, la plus belle bataille rangée que j'aie encore vue.

«Le combat d'aujourd'hui a été extrêmement intéressant et instructif.

«Adieu, mon cher père. Depuis huit jours je n'ai pas dormi quatre
heures; je tombe de fatigue, mais je me porte bien. Nous n'avons plus
d'ennemis à combattre, et nous allons bien, je l'espère, profiter de
nos triomphes.»


MARMONT À SON PÈRE.

    «Brescia, 18 août 1796.

«Nous avons encore battu l'ennemi dans les montagnes; nous lui avons
pris douze cents hommes. Il a évacué les bords du lac de Garda et se
retire au delà de Trente. Nous allons le suivre; nous sommes secondés
par l'armée du Rhin; elle arrive près de nous et nous allons à sa
rencontre. Dans moins d'un mois, si la fortune nous seconde, nous aurons
opéré notre jonction avec elle.

«Les chaleurs de l'Italie diminuent, et, dans quinze jours, elles
seront passées. Ainsi les dangers du climat n'existeront plus pour nous,
et ma bonne santé ne se démentira pas plus que depuis le commencement
de la campagne.

«On vient d'envoyer à Paris les drapeaux pris dans cette fin de
campagne. Le général en chef a désiré me garder ici et m'a dit qu'il
m'aurait choisi si je lui eusse été moins utile.--On a envoyé l'officier
le moins capable.--Je ne suis pas fâché de voir la suite des opérations;
je connais l'ensemble, car je n'ai pas quitté un seul instant l'armée.»


MARMONT À SON PÈRE.

    «Vérone, 20 novembre 1796.

«Nous venons d'obtenir, mon tendre père, de grands succès, et Mantoue
est plus près que jamais du moment de sa reddition. L'ennemi avait
tenté de délivrer cette place; nous avons manoeuvré pendant plusieurs
jours, et, après plusieurs combats sanglants, l'ennemi a été forcé de
se retirer sur Vicence. Nous allons donc bientôt jouir du fruit de nos
travaux, et Mantoue pris nous donnera des quartiers d'hiver qui nous
mettront à même de réorganiser l'armée.

«Les officiers manquent, et nos soldats, qui veulent être conduits, se
sont mal battus. Cependant la force des choses l'a emporté, et nous
avons été victorieux.

«Nous avons eu, en huit jours, onze généraux tués ou blessés, six aides
de camp. J'ai à regretter la mort d'un de mes amis, Muiron, dont souvent
vous m'avez entendu parler.»


MARMONT À SA MÈRE.

    «Milan, 27 décembre 1796.

«J'arrive dans l'instant même, ma tendre mère, de Vérone, après avoir
parcouru les montagnes et les divisions. J'ai trouvé tout dans un état
très-satisfaisant; l'armée est plus nombreuse que jamais, elle a un
excellent esprit, et jamais nous n'avons eu plus de chances en notre
faveur: si notre étoile veut que le sort de l'Italie soit encore décidé
par les armes, nous pouvons espérer qu'elles nous seront favorables.

«Je vais repartir dans quelques heures pour une mission fort
intéressante. Le Modénais, le Bolonais, le Ferrarais, viennent d'envoyer
leurs députés à Reggio, où va s'assembler le congrès de ces différents
États. Le général en chef m'envoie près de lui pour le surveiller, le
diriger dans sa marche, et prendre toutes les mesures de sûreté que
pourraient ordonner les circonstances. Ainsi me voilà de nouveau dans
la diplomatie: c'est un repos de quelques moments qui vient fort à
propos, après la vie active que j'ai menée depuis mon retour.

«Le général Clarke, qui est envoyé à Vienne par le gouvernement
français pour conclure un armistice, est ici depuis quelques jours. Le
général Alvinzi lui avait refusé un passe-port en attendant les ordres
de l'Empereur. Enfin il vient d'être envoyé un officier par le
gouvernement autrichien pour s'aboucher avec lui à Vicence, et, dans
peu, les conférences seront ouvertes.»


MARMONT À SON PÈRE.

    «Goritz, 1796.

«J'ai reçu, mon cher père, les lettres que vous m'avez adressées; elles
m'ont fait éprouver les plus douces satisfactions. Je suis arrivé ici
hier, après avoir couru longtemps après le quartier général, dont les
mouvements sont aussi rapides que ceux de l'armée et la retraite de
l'ennemi. Le prince Charles a perdu six mille hommes depuis huit jours,
et il se retire avec une armée dispersée. On s'est cependant peu battu,
mais les manoeuvres ont été belles et les dispositions savantes.

«Nous sommes à la hauteur de Trieste, et nous avons aujourd'hui la
certitude d'y entrer; mais une plus haute destinée nous attend, c'est à
nous de détruire encore une armée autrichienne, et, en un mot, de
renverser de fond en comble la réputation éphémère que s'est acquise le
prince Charles par les sottises de nos généraux du Rhin et de notre
gouvernement.

«Je suis resté dix jours à Florence pour me remettre d'une fluxion de
poitrine qui était la suite d'un gros rhume. Je suis aujourd'hui
parfaitement guéri. Pendant ma maladie, j'ai reçu mille témoignages
d'intérêt de tous les personnages de la cour du grand-duc: lui-même a
envoyé savoir de mes nouvelles. À mon rétablissement, j'ai été le voir,
et j'en ai été parfaitement bien reçu; nous avons causé, pendant plus
d'une demi-heure, gouvernement, commerce, politique. Je n'ai pas laissé
échapper l'occasion de faire l'éloge des moeurs des Toscans et du
bonheur dont ils jouissent; j'en ai attribué la cause à la sagesse du
gouvernement, qui influe d'une manière si directe sur le sort des
peuples. Cette observation a fait fortune et a été très-bien reçue. Le
grand-duc m'a montré infiniment d'intérêt, et je l'ai quitté fort
content de lui.

«Vous avez dû voir ma réponse à M. Dumas; elle a été mise dans
plusieurs papiers, notamment dans le _Moniteur_.

«L'armée offre en ce moment le plus beau coup d'oeil: brave,
enthousiaste de son général, équipée, disciplinée, nombreuse, tout nous
assure des succès; et, pour peu que la fortune nous seconde, nous sommes
certains d'aller faire signer, sous les murs de Vienne, une paix que
l'Europe désire depuis si longtemps.

«J'espère que ma mission de paix près du pape m'obtiendra de ma tante
des indulgences plénières.»



LIVRE TROISIÈME

1798-1799

Sommaire.--Retour du général Bonaparte à Paris.--Sa conduite
politique.--Situation intérieure de la France.--Première idée d'une
descente en Angleterre.--Bonaparte, nommé général en chef de l'armée
d'Angleterre, reconnaît l'impossibilité d'effectuer une
descente.--Mariage de Marmont.--Projet arrêté d'une grande expédition
en Égypte.--Moyen par lequel on se procure de l'argent.--Départ de
Toulon (19 mai 1798).--Anecdote.--Réflexions sur l'expédition
d'Égypte.--Malte.--Alexandrie (1er juillet).--Les
Mameluks.--Mourad-Bey.--Ibrahim-Bey.--L'armée française
d'Égypte.--Marche sur le Caire.--Les savants.--Ramanieh (13
juillet).--Le Nil.--Premier engagement avec les mameluks.--Combat de la
Flottille.--Chébréiss.--Camp de Ouardân (19
juillet).--Embabéh.--Pyramides.--Pêche aux mameluks.--Entrée au
Caire.--Mécontentement de l'armée.--Expédition contre
Ibrahim.--Aboukir. (1er août).--Paroles de Bonaparte en apprenant ce
désastre.--Mission confiée au général Marmont.--Excursion malheureuse
dans le Delta.--Le canal du Calidi.--Influence des vents.--Apparition
d'une flotte anglo-turque à Alexandrie (26 octobre
1798).--Dilapidations.--Le général Manscourt.--Marmont nommé commandant
d'Alexandrie.--Menou.--Son singulier caractère.--Peste.--Réflexions sur
cette maladie.--Bombardement sans effet contre Alexandrie.--Idris-Bey et
M. Beauchamp.--Arnault.--Triste situation des Français à Alexandrie.

On peut juger quelle sensation produisit l'arrivée du général Bonaparte
à Paris. La paix avait donné de l'assiette au gouvernement; la
tranquillité intérieure était rétablie, l'ordre commençait à régner dans
l'administration, le numéraire avait reparu, et une grande
considération, en Europe, était accordée aux armées françaises.

Il n'était pas un homme de bonne foi qui ne reconnût la cause d'un
changement si complet dans la fortune publique.

Le mouvement imprimé par les prodigieux succès obtenus en Italie avait
seul donné ce résultat: aussi, dès ce moment, Bonaparte, après avoir
tout éclipsé, fut-il considéré comme le représentant de la gloire
française, l'appui et le pivot de l'ordre établi.

On pressentait cependant qu'un tel homme, après avoir surgi avec tant
d'éclat, dont le caractère, les talents, avaient paru si supérieurs; on
pressentait bien, dis-je, que cet homme, si jeune, ne pouvait plus se
contenter d'un rôle secondaire et d'une vie obscure. Si la France était
sortie, comme par miracle, de la maladie violente et terrible qui avait
failli la détruire, elle ressentait encore du malaise. Les dépositaires
du pouvoir ne jouissaient d'aucune considération personnelle, et ni
l'opinion de leurs talents ni l'idée de leurs vertus ne venaient
rassurer sur l'avenir. Aussi beaucoup de bons esprits pensèrent-ils,
dès ce moment, à favoriser l'ambition de Bonaparte; lui, jugeait plus
sagement le temps présent et l'avenir; il savait bien que le pouvoir
suprême devait être son partage, mais il sentait aussi que le moment
n'en était pas arrivé. Si, aux yeux des hommes éclairés, on devait tout
redouter d'un gouvernement faible, mal pondéré, et composé d'hommes
corrompus, il n'y avait pas cependant assez de maux présents pour
justifier, aux yeux de la multitude, une action dont l'objet aurait été
de s'emparer violemment de l'autorité. Le grand nombre est conduit par
la sensation du jour, et, pour le moment, il n'y avait pas de reproches
graves à faire au gouvernement. En effet, la France, depuis deux ans,
avait toujours marché vers un état meilleur. Le Directoire l'avait
trouvée dans le chaos, dans le désordre et au milieu des défaites. Des
victoires multipliées et la paix avaient changé cet état de choses, et,
si on pouvait prévoir une vie fort courte pour lui, rien ne démontrait
encore d'une manière absolue qu'il ne pût continuer à vivre. La grande
entreprise de s'emparer du pouvoir doit, pour réussir, être provoquée
par l'opinion publique, et, en quelque sorte, préalablement justifiée
par l'assentiment universel; il faut que le besoin d'un changement soit
généralement senti; et le général Bonaparte savait tout cela mieux que
personne; il connaissait par expérience l'incapacité des directeurs, la
corruption de plusieurs d'entre eux; il avait jugé combien la lutte des
pouvoirs était à redouter; combien un pouvoir exécutif aussi mal
constitué était faible devant les assemblées; il n'avait pas oublié que
sans lui ce gouvernement débile aurait croulé, à l'époque du 18
fructidor, au milieu de ses triomphes; malgré tout cela, il recula
devant les propositions qu'on lui fit de le renverser à son profit, et
il eut raison. Lors du 18 brumaire, Bonaparte fut applaudi
universellement, avec transport, et regardé comme le sauveur de l'État;
mais, si en ce moment il eût fait la même tentative, les neuf dixièmes
des citoyens se seraient retirés de lui.

Le Directoire, au milieu du plus grand appareil, en séance publique au
Petit-Luxembourg, reçut des mains du général Bonaparte le traité de
paix ratifié par l'empereur d'Autriche. Cette cérémonie fut, comme il
arrive toujours en pareil cas, l'occasion de discours remplis de lieux
communs, prononcés par le ministre des affaires étrangères, M. de
Talleyrand, par le général Bonaparte et le président du Directoire. Le
public contempla avec avidité ce spectacle. Les conseils des Anciens et
des Cinq-Cents se réunirent pour fêter le vainqueur de l'Italie, et un
repas immense fut donné dans la grande galerie du Louvre. Cette fête
fut triste; personne n'était à son aise; l'avenir était incertain, et
la sécurité de l'avenir est un élément indispensable au bonheur présent.

Après ces ovations, le général Bonaparte affecta la plus grande
simplicité, il évita de se montrer; et cette modestie feinte, nullement
dans ses goûts, fut bien calculée, car elle augmenta sa popularité.
Deux événements, peu importants, lui furent très-agréables; le premier
lui procura une surprise pleine de grâce: par arrêté de
l'administration de la ville de Paris, la rue Chantereine, où il
demeurait, perdit son nom, et reçut celui de rue de la Victoire: il
l'apprit un soir, au moment où il rentrait chez lui, en voyant les
ouvriers occupés à changer l'inscription. L'autre fut sa nomination à
la première classe de l'Institut, section mathématique. Il prit avec
empressement ce titre, qu'il plaça en tête de ses lettres; c'était un
moyen d'agir sur l'opinion. En général, rien de plus flatteur que de
réunir de hautes facultés dans des genres différents. Sa capacité comme
grand capitaine et homme d'État n'était pas mise en question; sa
nomination à l'Institut lui donna la réputation de savant, cette
nomination le mit à même de voir familièrement un grand nombre de ces
hommes dont la France s'honore, devenus ses collègues. Ces hommes ont
beaucoup d'influence sur les renommées, et la renommée, indépendamment
de ce qu'elle a de flatteur, est un moyen puissant d'action pour ceux
qui se nourrissent d'ambition: elle était donc chère à Bonaparte à
double titre, car il aimait passionnément la gloire, en même temps que
son ambition était sans bornes.

La guerre continuait avec l'Angleterre, et tous les efforts devaient
naturellement être dirigés contre cette puissance. On prononça le mot
de descente. Cet épouvantail dont on s'est servi plusieurs fois sans y
croire; cette menace, souvent renouvelée sans effet, fut, quelques
années plus tard, au moment d'être réalisée, et de changer probablement
la face du monde. Le général Bonaparte, placé si haut dans l'opinion,
pouvait seul en être chargé: aussi fut-il nommé général en chef de
l'armée d'Angleterre, titre ambitieux, d'où ressortit bientôt notre
impuissance. Le gouvernement désigna les principaux généraux, ceux dont
la réputation était la plus grande, pour être employés sous ses ordres,
et on s'occupa des vastes préparatifs que ce projet exigeait. Le
général en chef voulut avoir des renseignements circonstanciés sur les
moyens défensifs des Anglais, sur diverses localités, ces
renseignements, enfin, qu'un général habile sait toujours se procurer
avant d'agir; renseignements nécessaires pour arrêter ses projets. Il
lui vint une étrange idée pour se les procurer. Un M. Gallois, homme
recommandable et distingué, avait une mission en Angleterre pour
l'échange des prisonniers. Au moment de partir, il était venu avec M.
de Talleyrand chez le général Bonaparte, rue de la Victoire. Tout à
coup la porte du cabinet s'ouvre, le général Bonaparte m'appelle, et je
me trouve, moi quatrième, dans ce cabinet, et il me dit: «Marmont, M.
Gallois part pour l'Angleterre avec la mission de traiter de l'échange
des prisonniers; vous l'accompagnerez; vous laisserez ici votre
uniforme; vous passerez pour son secrétaire, et vous vous procurerez
telle et telle nature de renseignements, vous ferez telles
observations,» etc. Et il me détailla mes instructions. Je l'écoutai
sans l'interrompre; mais, quand il eut fini, je lui répondis: «Je vous
déclare, mon général, que je n'irai pas.

--Comment, vous n'irez pas? me dit-il.

--Non, mon général, poursuivis-je; vous me donnez là une mission
d'espion, et elle n'est ni dans mes devoirs ni dans mes goûts. M.
Gallois remplit une mission d'espionnage convenue, la mienne est hors
des conventions reçues. Mon départ avec lui sera connu de tout Paris,
et l'on saura en Angleterre que son prétendu secrétaire est un des
principaux officiers de votre état-major, votre aide de camp de
confiance. Hors du droit des gens, on m'arrêtera, et je serai pendu ou
renvoyé honteusement. Ma vie, comme soldat, vous appartient, mais c'est
en soldat que je dois la perdre. Envoyez-moi, avec vingt-cinq hussards,
attaquer une place forte, certain d'y succomber, j'irai sans murmurer,
parce que c'est mon métier; il n'en est pas de même ici.»

Il fut atterré de ma réponse, et me renvoya en me disant: «Je trouverai
d'autres officiers plus zélés et plus dociles.»

Cette lutte hardie avec un homme si puissant, cette réponse nette, en
opposition à ses volontés, firent une grande impression sur M. de
Talleyrand, qui ne me connaissait pas alors, et m'en a plusieurs fois
parlé depuis.

Quand MM. de Talleyrand et Gallois furent sortis, le général me rappela
et me dit: «Y avez-vous pensé, de me répondre ainsi devant des
étrangers?--Mon général, lui répondis-je, je sens tout ce que ma
réponse a dû vous faire souffrir, tout ce qu'elle semblait avoir
d'inconvenant; mais, permettez-moi de vous le dire, vous l'aviez rendue
nécessaire: vous n'aviez pas craint de me faire devant eux une
proposition offensante, et je ne pouvais me laver de l'injure qu'en la
repoussant aussi devant eux avec indignation. Si en tête-à-tête vous
m'en eussiez parlé, je l'aurais discutée avec vous dans les formes
commandées par le respect que je vous porte et les sentiments que je
vous dois.»

Il me comprit, mais me montra pendant très-longtemps une assez grande
froideur. Duroc, auquel j'avais rendu compte de cette scène, me dit:
«Je suis bien heureux que cela ne soit pas tombé sur moi, car je
n'aurais jamais osé le refuser.» Sulkowsky, témoin de l'explication, et
redoutant que la mission ne lui revînt, se hâta de la prévenir en lui
disant: «Mon général, aucun de nous ne s'en serait chargé.» Il n'en fut
plus question, et tout le monde en fut préservé.

Bonaparte se décida à voir par lui-même l'état des choses dans nos
ports; en conséquence, le 10 février, il entreprit une course sur les
côtes. Huit jours suffirent pour lui démontrer la disproportion
existante entre le but et les moyens. Il fallait tout créer, et un
temps très-considérable devait y être nécessairement consacré. Il ne
trouvait pas d'ailleurs, dans le Directoire, la force et la tenue
nécessaires à des travaux d'une aussi longue haleine, et, dès lors, il
crut devoir y renoncer. À son retour, il me dit à peu près ces paroles:
«Il n'y a rien à faire avec ces gens-là; ils ne comprennent rien de ce
qui est grand; ils n'ont aucune puissance d'exécution. Il nous faudrait
une flottille pour l'expédition, et déjà les Anglais ont plus de
bateaux que nous. Les préparatifs indispensables pour réussir sont
au-dessus de nos forces; il faut en revenir à nos projets sur l'Orient:
c'est là qu'il y a de grands résultats à obtenir.»

Je ne l'accompagnai pas dans cette tournée; alors j'avais conçu un
projet dont l'exécution réussit pour le malheur de ma vie. Quelques
amis eurent l'idée de me marier; on me proposa mademoiselle Perregaux,
fille du banquier de ce nom, appelée à avoir une assez grande fortune.
Sa famille était honorable, et mademoiselle Perregaux jolie et agréable.
Elle me trouva à son goût, et, en deux mois, tout fut préparé et
exécuté. J'étais fort amoureux, je l'ai été encore longtemps; mais, en
l'épousant, j'ai appelé sur moi mille infortunes. Je n'avais pas
vingt-quatre ans, et je devais passer ma vie à courir le monde, deux
circonstances funestes en pareil cas. À vingt-quatre ans, un jeune
homme n'a pas la maturité nécessaire pour sentir le prix du bonheur
domestique: les passions sont trop fougueuses pour ne pas l'entraîner à
le compromettre; d'un autre côté, une séparation prolongée, donnant à
une jeune femme l'habitude et le goût de l'indépendance, lui fait
trouver insupportable le joug d'un mari au moment où il revient, tandis
que, pendant son absence, elle reste sans défense auprès de ceux qui
veulent la séduire. Je parlerai peu de cette malheureuse union, le
moins qu'il me sera possible, quoiqu'elle ait joué un grand rôle dans
l'histoire de ma vie; souvent elle a été pour moi un obstacle en
aggravant mes maux, mes chagrins, mes embarras; jamais elle ne m'a
apporté de joie, de secours ou de consolation; mais elle a toujours
contrarié et obscurci ma destinée. Mademoiselle Perregaux, avec une
grande inégalité de caractère, avait tous les défauts d'un enfant gâté;
elle n'était pas incapable de bons mouvements, mais un amour-propre
excessif et beaucoup de violence en détruisaient les effets. Plus tard,
les flatteurs l'ont perdue, et ses torts envers moi ont été sans mesure
et de toute nature.

L'inspection des côtes avait donc fait renoncer le général Bonaparte à
l'expédition d'Angleterre; mais son intérêt personnel exigeait du
mouvement. Il voulait continuer à agir sur les esprits, faire prononcer
de nouveau son nom avec admiration et entretenir l'enthousiasme qu'il
avait inspiré. Le temps et le silence effacent le souvenir des plus
grandes choses, en France surtout; et il voulait éviter pour lui ces
tristes effets. Alors revint à sa pensée le projet favori de
l'expédition d'Égypte, dont il s'était occupé en Italie et qui avait
été si souvent l'objet de ses entretiens spéculatifs d'alors. C'était
le pays des grands noms et des grands souvenirs, le berceau de toutes
les croyances; aller fouiller cette terre, c'était rappeler à la vie
les grands hommes qui l'avaient habitée. S'emparer de l'Égypte, c'était
porter un grand coup à l'Angleterre, prendre une position menaçante
contre son commerce et ses possessions, acquérir une colonie d'autant
plus précieuse, que tous les genres de produits peuvent y être obtenus,
et qu'une population laborieuse, docile et sobre, s'y trouve toute
réunie à la disposition du maître qui y commande.

La proposition fut faite au Directoire, et lui plut; tous les avantages
en furent déroulés: il y avait de la gloire et des résultats politiques
importants. D'ailleurs, Bonaparte, embarrassant pour ces petites gens,
avait une taille trop haute et trop grande pour le cadre dans lequel il
était placé, et son éloignement satisfaisait à tout. Ou son expédition
réussissait, et le gouvernement grandissait, et les talents de
Bonaparte étaient mis à profit sans devenir dangereux; ou elle ne
réussissait pas, et le Directoire était débarrassé de lui. Tous ces
avantages réunis firent donc accepter sa proposition. L'expédition fut
préparée dans tous ses détails par Bonaparte seul, et le ministre de la
guerre, Schérer, ne fut même pas mis dans le secret de la destination
des troupes qu'on rassemblait. Le manque d'argent présentait des
obstacles: ils furent levés au moyen d'une expédition sur Rome et d'une
autre sur Berne. On prétendit avoir à se plaindre des Suisses; des
patriotes vaudois avaient réclamé des secours. Deux corps furent formés;
l'un entra par Soleure, et l'autre par Lausanne. Un combat dispersa les
forces des confédérés: on arriva à Berne, où l'on s'empara d'un trésor
considérable formé par la prévoyance et l'économie, et l'ordre politique
de l'Helvétie fut changé.

Bernadotte avait été nommé à l'ambassade de Vienne, immédiatement après
la paix. Un drapeau tricolore, établi dans sa maison, devint la cause
ou le prétexte d'un mouvement populaire. D'abord on crut au
renouvellement de la guerre; mais peu de jours suffirent pour convaincre
que cet événement fortuit était sans importance et ne cachait aucun
projet. Des excuses faites, des assurances de bienveillance données, on
reprit les travaux un moment suspendus, et on s'occupa à mettre la
dernière main aux préparatifs de l'expédition, déjà très-avancés. Le
secret avait été si bien gardé, que l'opinion publique fut complètement
trompée; on croyait généralement à une descente en Portugal ou en
Irlande.

La prise de Malte avait été considérée comme un préliminaire nécessaire
de l'expédition, et on résolut de s'en emparer en passant. Quelques
intrigues ourdies dans la bourgeoisie de Malte, la division des
chevaliers, et la faiblesse du grand maître Hompesch, semblaient
autoriser l'espérance d'une prompte reddition à l'apparition de nos
forces; mais c'était jouer gros jeu que de baser le succès de
l'expédition sur cette conquête; le moindre retard pouvait occasionner
et entraîner la destruction de l'armée, et il a tenu à bien peu de chose
qu'il n'en fût ainsi. L'escadre destinée à nous porter et à nous
convoyer se composait de quatorze vaisseaux de ligne, dont deux vieux,
le _Conquérant_ et le _Guerrier_, faiblement armés, et pour ainsi dire
hors de service; de trente frégates ou bâtiments légers, et la flotte,
de trois cents voiles. Les bâtiments de la Méditerranée étant en général
très-petits, ce nombre immense fut indispensable. On juge d'après cela
des difficultés et de la lenteur de sa marche. Une division prépara son
embarquement à Civita-Vecchia; et son point de ralliement lui fut donné
devant Malte. Le général Desaix commandait les troupes qui y furent
embarquées. L'armée de terre formait cinq divisions commandées par les
généraux Desaix, Bon, Kléber, Menou et Régnier; sa force en troupes de
toute arme ne s'élevait pas au delà de vingt-quatre mille hommes. Elle
emportait un matériel d'artillerie considérable, mais un très-petit
nombre de chevaux. Le temps ni la grandeur des bâtiments n'avaient
permis de faire les dispositions nécessaires pour en avoir davantage;
l'armée n'avait en tout avec elle que mille huit, chevaux d'artillerie,
de cavalerie ou d'état-major; mais les régiments de troupes à cheval
emportèrent des équipages pour les chevaux au complet. Tout était
embarqué le 15 mai, et, le 19, l'escadre et cette immense flotte
mettaient à la voile.

Je dois raconter ici un événement dont je n'ai vu le récit nulle part:
il caractérise la carrière de Napoléon, carrière de génie et de courage
sans doute, mais où la fortune se trouva souvent son puissant
auxiliaire. Aussi avait-il une sorte de foi dans une protection
surnaturelle; cette superstition l'a décidé dans plus d'une
circonstance à s'abandonner à des chances extraordinaires, qui l'ont
sauvé contre tous les calculs humains. Plus tard, je n'en doute pas, il
a cru sincèrement avoir une mission du ciel.

Bonaparte était arrivé à Aix en Provence, à l'entrée de la nuit, se
rendant en toute hâte à Toulon. Il voyageait avec madame Bonaparte,
Bourrienne, Duroc et Lavalette, dans une très-grande berline, fort
haute, et sur laquelle était une vache. Voulant continuer son chemin,
mais sans passer par Marseille, où il aurait été probablement retardé,
il prit une route plus directe, par Roquevaire, grande route aussi,
mais moins fréquentée que l'autre; les postillons n'y avaient pas passé
depuis quelques jours; tout à coup la voiture, à une descente qu'elle
parcourait avec rapidité, est arrêtée par un choc violent. Tout le
monde est réveillé, on se hâte de sortir pour connaître la cause de cet
accident; une forte branche d'arbre, avançant sur la route, et placée à
la hauteur de la vache, avait barré le chemin à la voiture. À dix pas
de là, au bas de la descente, un pont placé sur un torrent encaissé,
qu'il fallait traverser, s'était écroulé la veille, et personne n'en
savait rien; la voiture allait infailliblement y tomber, lorsque cette
branche d'arbre la retint sur le bord du précipice.

Ne semble-t-on pas voir la main manifeste de la Providence? N'est-il
pas permis à Bonaparte de croire qu'elle veille sur lui? Et sans cette
branche d'arbre, si singulièrement placée et assez forte pour résister,
que serait devenu le conquérant de l'Égypte, le conquérant de l'Europe,
celui dont, pendant quinze ans, la puissance s'exerça sur la surface du
monde?

Il était impossible que les Anglais n'eussent pas l'éveil sur nos
projets et notre prochaine sortie de Toulon. L'amiral Nelson avait été
envoyé dans la Méditerranée avec une escadre de quatorze vaisseaux, et
chaque jour pouvait la voir paraître. Puisque l'expédition était
résolue, rien n'était plus pressant que de partir sans retard; aussi
rien n'était négligé pour en rapprocher le moment. On signala quatre
voiles de guerre, et on fit sortir en toute hâte l'escadre légère pour
les reconnaître. Tout annonçait qu'elles étaient ennemies, et on se
disposa au combat; quand nous fûmes à portée, elles furent reconnues
pour quatre frégates espagnoles. J'étais à bord de la _Diane_, montée
par l'amiral Decrès, commandant l'escadre légère. Le temps était gros,
et je fus extrêmement malade; les dispositions du combat me guérirent
en un moment du mal de mer; et j'ai toujours vu qu'une grande
préoccupation d'esprit, une agitation un peu vive, garantissaient ou
guérissaient de cette maladie. Elle a son siége dans le système nerveux,
et elle cède à la secousse qu'il reçoit. L'escadre et la flotte
sortirent enfin, et nous fîmes voile en longeant les côtes d'Italie;
nous passâmes entre la Corse et la Toscane, ensuite entre la Sardaigne
et la Sicile, et nous nous dirigeâmes sur Malte, où nous arrivâmes le
10 juin.

J'ai expliqué les motifs du général Bonaparte pour s'éloigner de France
momentanément. Chercher des occasions de faire retentir son nom et, de
se grandir dans les esprits était toute sa pensée; mais certes je
n'entreprendrai pas de justifier une expédition faite avec des chances
contraires si multipliées, et en présageant même de si funestes. En
effet, nos vaisseaux étaient mal armés, nos équipages incomplets et peu
instruits, nos bâtiments de guerre encombrés de troupes et de matériel
d'artillerie qui gênaient la manoeuvre. Cette flotte immense, composée
de tartanes et de bâtiments de toute espèce, aurait nécessairement été
dispersée et même détruite par la seule rencontre d'une escadre ennemie.
Nous ne pouvions pas compter sur une victoire navale, et une victoire
même n'eût pas sauvé le convoi.

Pour que l'expédition réussît, il fallait avoir une navigation paisible,
et ne faire aucune rencontre fâcheuse; mais comment compter sur un
pareil bonheur avec la lenteur forcée de notre marche, et la station
que nous avions à faire devant Malte? Toutes les probabilités étaient
donc contre nous, il n'y avait pas une chance favorable sur cent: ainsi
nous allions de gaieté de coeur à une perte presque certaine. Il faut en
convenir, c'était jouer un jeu extravagant, et le succès même ne saurait
le justifier.

Arrivé devant Malte, le général en chef m'appela à son bord, et me
donna la mission d'aller en parlementaire demander la permission, pour
l'escadre et le convoi, d'entrer dans le port sous prétexte d'y faire
de l'eau. Si elle nous eût été accordée, le projet était de débarquer
dans la ville et de nous en rendre maîtres par un coup de main; mais on
mit à cette permission des restrictions qui la rendaient illusoire. Dès
lors il fallut se disposer à débarquer dans l'île et à employer la
force ouverte pour atteindre notre but.

Le bruit de nos projets sur Malte nous avait précédés, et le grand
maître avait levé dans l'île des troupes pour la défense de la place.
Elles consistaient environ en six mille hommes de milices assez bien
organisées, en uniforme, et animées d'un très-bon esprit. Elles auraient
suffi et au delà à l'objet proposé, si on avait su s'en servir avec un
peu de sagesse et de bon sens. Quoi qu'on ait dit et répété, il n'y
avait aucun marché de fait, aucun arrangement de pris avec le
gouvernement maltais. Quelques intrigues seulement avaient été tramées
dans la bourgeoisie par un nommé Poussielgue, dont la famille était
établie à Malte.

Toutes nos espérances étaient fondées sur la faiblesse du gouvernement,
sur la désunion existant dans la place, et la puissance d'opinion qui
parlait en notre faveur; mais, je le répète, rien ne garantissait un
succès prompt: c'était un véritable coup de dés qui pouvait et devait
naturellement être contre nous. Voici quel était l'état de l'intérieur
de la ville: six cents chevaliers environ s'y trouvaient rassemblés,
trois cents appartenant aux langues de France, les autres, Espagnols,
Allemands et Italiens. Les uns déclarèrent que leur souverain étant
l'allié des Français, les autres que leur pays étant en paix avec la
France, ils ne voulaient pas combattre contre nous. Les chevaliers
français seuls furent d'avis de résister. Ils montrèrent, dans cette
circonstance, l'énergie propre à notre nation, et, comme on le verra
aussi, cette confiance, cette légèreté et cette imprudence que
l'histoire a consacrées plus d'une fois, et qui, souvent, ont rendu
inutiles nos plus généreuses résolutions; ceux-ci décidèrent donc et
organisèrent la défense. Nous commençâmes immédiatement nos opérations.
Chargé de débarquer à la calle Saint-Paul avec cinq bataillons, savoir:
trois du 7e léger, et deux du 19e de ligne, je fus le premier Français
qui prit terre dans l'île. Quelques compagnies du régiment de Malte,
placées sur la côte, se retirèrent sans combattre; nous les suivîmes,
et elles rentrèrent dans la place. Je fis l'investissement de la ville
depuis la mer jusqu'à l'aqueduc, pour me lier avec le général Desaix,
débarqué à l'est de la place. Je m'approchai de la ville et reconnus un
ouvrage à cornes, celui de la Florianne, couvrant la place de ce côté,
mais non armé. J'établis des postes aussi rapprochés que possible, pour
resserrer la garnison et l'enfermer. Je venais d'exécuter ces
dispositions, quand je vis baisser le pont-levis et sortir une troupe
nombreuse et confuse, marchant à moi. Je réunis en un moment mes postes,
et me retirai par la route en bon ordre et avec lenteur, en tirant de
temps en temps des coups de fusil sur la tête de cette colonne, afin
d'en ralentir le mouvement. J'envoyai l'ordre à deux bataillons du 19e,
campés à une portée de canon de la ville, à droite et à gauche de la
route, de s'embusquer et de se lever quand je serais arrivé à leur
hauteur, et que je leur en aurais fait le commandement. Tout cela fut
exécuté comme je l'avais prescrit. Les Maltais, me voyant retirer,
prenaient confiance. Arrivés ainsi en masse à petite distance du 19e,
ce régiment se montra et les reçut par un feu meurtrier qui les mit
dans le plus grand désordre. Je courus alors sur eux avec les troupes
que j'avais ramenées, et ils se mirent en déroute. Nous les suivîmes la
baïonnette dans les reins; nous en tuâmes un certain nombre, et
j'enlevai, de ma main, le drapeau de l'ordre, porté en tête de la
colonne. Ces pauvres soldats maltais, simples paysans et ne parlant
qu'arabe, firent ce raisonnement très-simple: nous combattons des
Français, nous sommes commandés par des Français, et nous sommes battus;
donc les Français qui nous commandent sont des traîtres. Et, dans leur
colère et leur déroute, ils massacrèrent sept des chevaliers français
sortis avec eux; et cependant c'étaient les chevaliers français seuls
qui avaient été d'avis de se défendre. Ce traitement n'était pas
encourageant; il n'y avait plus de sécurité pour eux: en conséquence,
ils me firent dire, dès le lendemain, par un émissaire, que, si les
négociations entamées n'amenaient pas la reddition de la ville, ils me
livreraient la porte Saint-Joseph. Les négociations arrivèrent à bonne
fin, et la capitulation fut signée. Ainsi eurent lieu les funérailles
de l'ordre de Malte, déchu de sa gloire et de sa splendeur par son
manque de courage et sa lâcheté. Les Maltais étaient furieux. Nous
eûmes un moment d'inquiétude sur l'exécution de la capitulation: ces
paysans soldats étaient en possession de deux forts intérieurs,
composés de cavaliers très-élevés, fermés à la gorge, armés et dominant
toute la ville, connus sous les noms de forts Saint-Jean et
Saint-Jacques, et refusaient d'en sortir lorsque nous avions déjà passé
les portes et pénétré dans l'enceinte; il n'a tenu à rien qu'ils ne
fissent résistance, et Dieu sait ce qu'aurait produit ce seul obstacle
dans la position où nous étions.

Si le gouvernement de Malte eût fait son devoir, si les chevaliers
français, après avoir mis en mouvement la défense, n'eussent pas été
des insensés, ils ne fussent pas sortis, avec des milices sans
instruction, pour combattre des troupes nombreuses et aguerries; ils
seraient restés derrière leurs remparts, les plus forts de l'Europe, et
jamais nous n'aurions pu y pénétrer. L'escadre anglaise, lancée à notre
poursuite, aurait, peu de jours après notre débarquement, détruit ou
mis en fuite la nôtre, et l'armée de terre, débarquée, manquant de tout,
après avoir souffert pendant quelques jours l'extrémité de la faim,
aurait été obligée de mettre bas les armes et de se rendre comme les
trois cents Spartiates à l'île de Sphacterie. Il n'y a aucune
exagération dans ce tableau, c'est la vérité tout entière; et l'on
frémit en pensant à de pareils risques, si faciles à prévoir et si
menaçants, courus capricieusement par une brave armée. Mais alors la
main de la Providence nous conduisait, et elle nous préserva de cette
catastrophe.

Huit jours suffirent à pourvoir aux besoins de l'escadre, à mettre les
bâtiments de guerre de Malte en état de nous suivre. Nous nous
embarquâmes ensuite, et nous continuâmes notre route pour Alexandrie,
seul port de l'Égypte. Je fus élevé au grade de général de brigade, et,
les troupes que j'avais eues sous mon commandement ayant reçu l'ordre
de rester à Malte pour y tenir garnison, on me donna une brigade
composée d'un seul régiment, le 4e léger, faisant partie de la division
du général Bon. Cette nomination me rendit très-heureux; je sortais de
pair, et j'étais destiné à avoir toujours des commandements.

Le général Baraguey-d'Hilliers, malgré sa haute distinction, regrettait
d'être parti de France, et désirait y retourner; sa femme exerçait un
grand empire sur son esprit, et il était inconsolable de l'avoir
quittée. Le général Bonaparte le renvoya, et le chargea de porter au
gouvernement les trophées de Malte. Il s'embarqua sur une frégate en
partie désarmée, et qui, après un léger combat, tomba au pouvoir de
l'ennemi.

Nous partîmes de Malte le 12 juin, en nous dirigeant sur l'île de
Candie, que nous reconnûmes. Cette multitude de petits bâtiments, dont
la flotte était composée, offrait un spectacle curieux. Se précipitant
sur la côte dans toutes les directions, pour y chercher un abri, ils
résistaient aux ordres de l'amiral, aux signaux, et bravaient les coups
de canon des bâtiments d'escorte. Cette navigation des petits bâtiments
de commerce de la Méditerranée est fort misérable; tout ce qui n'est pas
simple cabotage les étonne et les intimide. Nous serrâmes donc beaucoup
l'île de Candie, et cette circonstance contribua à sauver l'armée.

L'amiral Nelson était arrivé devant Malte, avec son escadre de quatorze
vaisseaux, peu après notre départ: il reconnut cette ville occupée par
les troupes françaises. Le bruit public indiquait l'Égypte pour notre
destination; le seul point de débarquement étant la côte d'Alexandrie,
il se dirigea sur ce point. Il marchait bien réuni et toujours prêt à
combattre: quatorze vaisseaux de ligne tiennent d'ailleurs peu d'espace
à la mer. Le hasard régla la marche respective des deux escadres de
manière que le moment où elles furent le plus rapprochées fut celui où
nous étions sous Candie. À la fin du jour, nous étions en vue de cette
île, et ce fut pendant la nuit que l'escadre anglaise nous doubla. Tout
notre convoi s'était rapproché de la terre, comme je l'ai dit plus haut;
il se trouvait au nord, et les Anglais, naviguant au sud, n'aperçurent
personne et continuèrent leur route pour l'Égypte. Ils arrivèrent devant
Alexandrie, où ils n'apprirent rien et où personne n'avait de nos
nouvelles. Nelson ne fit pas entrer dans ses calculs la lenteur forcée
de notre marche, causée par le nombre et la nature de nos bâtiments; ne
nous trouvant pas sur la côte d'Égypte, il crut faux les premiers
renseignements reçus sur notre destination: il nous supposa en route
pour la Syrie. Dans son impatience, il fit voile sur Alexandrette: s'il
fût resté un jour devant Alexandrie, nous étions perdus. Decrès,
commandant l'escadre légère, avait reçu l'ordre d'envoyer à Alexandrie
une frégate pour y prendre langue, s'enquérir de l'ennemi et nous
ramener le consul de France. La _Junon_, chargée de cette mission,
arriva à Alexandrie précisément au moment où l'escadre anglaise venait
d'en partir, et du haut de ses mâts on put encore l'apercevoir. Elle
revint promptement, et nous apprit cette fâcheuse nouvelle: on juge de
l'effet qu'elle produisit sur les esprits. Les Anglais pouvaient
reparaître à chaque instant; le moindre renseignement reçu en mer
pouvait les éclairer: notre salut dépendait donc d'un prompt
débarquement; aussi eut-il lieu avec une célérité presque incroyable.

La flotte se dirigea sur le Marabout, petite anse située à quatre lieues
ouest d'Alexandrie. Arrivée au milieu de la journée du 1er juillet,
toutes les chaloupes furent aussitôt mises à la mer, et le débarquement
commença, malgré la mer la plus agitée et la plus houleuse. Dans le
cours de la nuit, chacune des divisions de l'armée mit à terre environ
quinze cents hommes, de manière que l'armée eût environ six à sept mille
hommes d'infanterie en état de marcher, le 2, à la pointe du jour. Nous
nous dirigeâmes immédiatement sur Alexandrie; nous rencontrâmes un petit
nombre d'Arabes, qui s'éloignèrent après avoir reçu quelques coups de
fusil. Les cinq divisions de l'armée étaient placées en échiquier, à
distance de demi-portée de canon l'une de l'autre. La division Bon, dont
je faisais partie, était à l'extrême droite et chargée d'envelopper la
ville et d'intercepter, du côté de Rosette et de l'intérieur de
l'Égypte, les communications par lesquelles les troupes turques
pouvaient se retirer. L'enceinte d'Alexandrie, dite des _Arabes_, bien
inférieure à celle de la ville grecque, est cependant encore
très-étendue; c'est la limite que lui donna le calife Omar quand il la
fit fortifier. Cette ville, où il reste encore tant de monuments de sa
splendeur passée, a toujours été en diminuant. La population qui lui
restait lors de notre débarquement occupait à peine l'isthme séparant
les deux ports et réunissant, avec la terre ferme, l'ancienne île de
Pharos, aujourd'hui la presqu'île des Figuiers; aussi y a-t-il un
très-vaste espace entre les maisons habitées et l'enceinte, espace
rempli par des ruines. À l'angle sud-ouest est une espèce de citadelle
appelée le fort triangulaire. Il se compose de deux faces faisant
partie de l'enceinte formant un angle obtus, et d'un rempart intérieur.
Ce fort était occupé. Des Turcs, placés de distance en distance, dans de
grandes tours carrées qui flanquaient le rempart dans tout son
développement, en défendaient les approches; mais des brèches assez
nombreuses donnèrent le moyen d'y pénétrer, et les troupes les eurent
bientôt escaladées. Le général Menou, marchant à la gauche, fut
renversé du haut de la brèche, après l'avoir gravie; le général Kléber
reçut un coup de feu à la tête au moment où il commandait l'assaut:
heureusement cette blessure était légère. J'arrivai, pendant ce temps,
avec ma brigade, à l'autre extrémité de la ville, et j'y pénétrai, en
faisant enfoncer à coups de hache, et malgré le feu de l'ennemi, la
porte de Rosette, qu'il défendait. Les Turcs, forcés sur tous les
points, se retirèrent dans leurs maisons, et, le cheik _El Messiri_
s'étant présenté pour implorer la clémence du vainqueur, les hostilités
cessèrent. Toute la flotte entra aussitôt dans les deux ports, et
l'escadre alla mouiller dans le port d'Aboukir pour y continuer le
débarquement des troupes et du matériel de terre placé à son bord. Elle
devait y rester jusqu'à ce que l'on eût reconnu la possibilité de la
faire entrer dans le port Vieux.

L'armée une fois mise à terre, son sort allait dépendre d'elle-même. La
marine avait rempli sa tâche. Il lui fallait maintenant conquérir cette
belle contrée, s'y établir, réaliser de grandes espérances de gloire et
de civilisation; et le général Bonaparte sentait en lui la force
nécessaire à cette mission. Nous passâmes huit jours à Alexandrie pour
nous organiser, débarquer les chevaux, les munitions, les pièces de
canon attelées, nous pourvoir de biscuit et nous mettre en mesure de
commencer notre marche sur le Caire.

Nous n'avions trouvé aucun mameluk à Alexandrie; les habitants seuls
avaient présenté une légère résistance.

Les mameluks composaient une admirable cavalerie, mais ils n'avaient
aucune idée de la véritable guerre. En recevant la nouvelle de notre
arrivée et de notre débarquement, Mourad-Bey demanda: «Les Français
sont-ils à cheval?» On lui répondit qu'ils étaient à pied. «Eh bien,
dit-il, ma maison suffira pour les détruire, et je vais couper leurs
têtes comme des pastèques dans les champs.» Telle était sa confiance;
mais il fut bientôt détrompé.

La puissance des mameluks est détruite aujourd'hui: il est bon de dire
ici un mot de leur existence passée et de la composition de ce corps,
formant un ordre politique et militaire différent de tout ce qui exista
jamais ailleurs. La souveraineté en Égypte résidait dans le conseil des
beys, au nombre de vingt-quatre; mais là, comme partout où un certain
nombre d'hommes est appelé à exprimer sa volonté, ces vingt-quatre beys
se divisaient en deux partis qui se balançaient, et étaient sous la
direction d'un bey plus influent, dont ils soutenaient et partageaient
la puissance. Chaque bey avait une province pour son apanage, et
entretenait une troupe de mameluks recrutés par des esclaves achetés en
Géorgie et en Circassie, de l'âge de douze à quinze ans, et choisis
parmi les individus d'une grande beauté et d'une belle conformation.
Une fois admis dans la maison d'un bey, ils étaient exercés tous les
jours à monter à cheval et à se servir de leurs armes: les faveurs de
leur maître, des gratifications, de l'avancement, récompensaient leur
adresse, leur zèle et leur courage. Toutes les charges, toutes les
dignités, même celle de bey, leur étaient dévolues, et, par conséquent,
ils étaient appelés à partager la souveraineté de l'Égypte. Ces
mameluks avaient, comme on le voit, devant eux une carrière sans
limites, tandis que des corrections corporelles étaient infligées aux
maladroits et aux individus dépourvus de zèle et de bravoure. On devine
l'effet produit par ce mélange de récompenses et de punitions, et à
quel point il stimulait le zèle et l'ambition. Des esclaves étrangers
et achetés pouvaient seuls composer le corps des mameluks; le fils d'un
bey ne pouvait y entrer; et, chose singulière! cette milice, dont la
formation remonte au temps de Saladin, composée uniquement d'esclaves,
conservait constamment, d'une manière exacte, et avec défiance, au
profit d'autres esclaves qu'elle ne connaissait pas, le pouvoir viager
qu'elle tenait de ses devanciers; et la crainte de voir ce pouvoir
changer de nature et devenir l'apanage héréditaire d'une race empêchait
tout homme né en Égypte d'être admis parmi eux. Cette loi singulière,
dont tout le bénéfice était pour des individus à naître de personnes et
de familles inconnues, a toujours été fidèlement exécutée, et ce corps
est arrivé jusqu'à nous dans la pureté de son institution. Un mameluk
se considérait comme le fils du bey qui l'avait acheté. Il s'établissait
entre eux, du jour de l'admission, des devoirs réciproques de
protection, de fidélité et de dévouement à la vie et à la mort. Une
place de bey devenait-elle vacante, le divan, c'est-à-dire la réunion
des beys, choisissait, parmi les mameluks, le plus brave, mais presque
toujours sur la recommandation d'un bey prépondérant. Le nouvel élu,
quoique partageant le droit légal des autres beys, conservait pour son
ancien maître, celui dans la maison duquel il avait passé sa jeunesse
et fait sa carrière, un sentiment de dévouement et de déférence qui ne
se démentait presque jamais. Ainsi, quand un bey avait fourni plusieurs
beys, pris dans sa maison, sa puissance tendait toujours à s'accroître.
La maison de Mourad-Bey ou celles qui en ressortissaient avaient donné
le plus grand nombre de beys existant alors: aussi Mourad-Bey était-il
le plus puissant; celle d'Ibrahim avait fourni presque tous les autres,
et Ibrahim était son rival et son compétiteur. Le nombre de tous les
mameluks réunis s'élevait à huit mille: cinq mille obéissaient à Mourad,
et les trois mille autres à Ibrahim. Mourad passait pour un soldat
d'une valeur extraordinaire; Ibrahim, pour un homme d'une intelligence
supérieure et possédant de grands trésors. Tels étaient les mameluks
sous le rapport politique et militaire. Cette cavalerie, nécessairement
très-brave et très-redoutable, ne fuyait jamais: tant que son chef était
à sa tête, aucun mameluk n'était capable de l'abandonner. Le caractère
particulier des barbares est d'être beaucoup plus soumis aux influences
personnelles qu'aux lois; ils s'attachent facilement à un homme, c'est
le premier lien qui peut les unir; il faut déjà quelques lumières pour
porter du respect à la règle et s'attacher à cette puissance morale,
placée hors de l'action de nos sens. Le défaut de cette cavalerie était
de posséder seulement de l'instruction individuelle, et d'ignorer
complétement celle dont l'objet est d'organiser et de mouvoir les
masses, celle enfin qu'on appelle la tactique, et dont les manoeuvres
sont les éléments.

Avant de commencer le récit de la marche et des opérations de l'armée,
je dirai un mot de sa force et de son organisation. Cette armée, dont
le nom, revêtu de tant d'éclat, ne périra jamais, qui a fait de si
grandes choses et occupé pendant quatre ans tous les esprits en Europe;
cette armée, dont les travaux ont été au moment de fonder quelque chose
de durable, et qui au moins a servi à jeter les germes d'une espèce de
civilisation dans cette partie du monde, était d'une faiblesse
numérique difficile à croire; mais les états officiels ôtent tout doute
à cet égard. Commandée par les généraux les plus illustres de l'époque,
Bonaparte, Kléber, Desaix, sa force morale, il est vrai, était grande.
Formée en cinq divisions d'infanterie et une de cavalerie, et composée
de quarante-deux bataillons, son effectif présent sous les armes
s'élevait en tout à vingt-quatre mille trois cent quarante hommes; la
cavalerie avait deux mille neuf cent quinze hommes, montés ou non
montés, et l'artillerie mille cinquante-cinq. L'armée partit enfin
d'Alexandrie et se porta sur le Nil, au village de Ramanieh. La
division du général Desaix formait l'avant-garde; soutenue par la
division Régnier, elle était à une marche du reste de l'armée. Le pays
traversé en partant d'Alexandrie présente à la vue une plaine sans
culture et sans eau, et forme un véritable désert. Un seul et misérable
puits, situé dans une localité nommée Beda, fut mis à sec par les
premières troupes: les suivantes n'y trouvèrent que de la boue et des
sangsues, et ce début de notre marche détruisit beaucoup d'illusions.
Plus tard, on rencontra de pauvres villages sans ressources, composés
de huttes éparses sur la frontière du grand désert; mais ces villages,
comme je l'expliquerai plus loin, ont une culture peu étendue; elle
dépend du temps nécessaire pour assurer à Alexandrie les
approvisionnements d'eau, l'arrosement de leur territoire leur étant
subordonné. Cette première partie de notre marche nous fit donc
éprouver des privations augmentées par la chaleur brûlante du climat
dans cette saison. Aussi, dès ce moment, des murmures se firent
entendre dans les troupes. On nous avait annoncé comme un point de
repos et de ressources Damanhour, grande ville de vingt-cinq mille âmes;
on sait quelle idée donne, dans notre Europe, une ville de cette
importance; aussi étions-nous impatients d'y arriver. On ne nous avait
pas trompés sous le rapport de la population, mais cette population,
comme celle de tous les villages que nous avions traversés, se
composait uniquement d'agriculteurs; et cette ville nous offrit pour
tout secours quelques subsistances, c'est-à-dire du bétail et des
légumes; quant au pain, il n'y fallait pas penser, les Égyptiens n'en
faisant presque aucune consommation.

Il faut expliquer ici ce qui compose un village d'Égypte. Une cabane,
dont les murs sont faits en terre et quelquefois en briques cuites au
soleil, a quatre pieds de haut; la dimension est proportionnée à la
famille; on ne peut y entrer que courbé; on ne peut s'y tenir debout.
Elle est surmontée habituellement par une jolie tour construite avec
grâce et servant de logement à une grande quantité de pigeons; voilà la
maison de presque tous les cultivateurs de l'Égypte; quelquefois elle
est précédée par une petite enceinte lui servant de cour. Les récoltes
restent à l'air, et d'énormes tas de lentilles, de haricots, d'oignons,
etc., sont près de la maison et s'y conservent parfaitement, parce qu'il
ne pleut jamais. Près de chaque village, en Égypte, il y a un bois de
dattiers, arbres d'un très-grand revenu (chaque dattier rapporte par an
environ sept francs); ces bois sont plus ou moins vastes, suivant la
population et la richesse des villages. Ils composent les paysages les
plus agréables. La touffe gracieuse qui couronne ces arbres élancés
leur donne une élégance extrême. Le voyageur, harassé par la marche et
un soleil brûlant, compte y trouver un asile délicieux, où le repos et
la fraîcheur vont lui rendre les forces: espérance déçue, complète
illusion! Ces arbres ne donnent aucun ombrage; la rareté de leurs
branches et leur grande élévation permettent aux rayons du soleil de
pénétrer, et l'on n'y trouve aucun abri. Cette sensation est pénible;
malgré l'expérience, elle se renouvelle toujours. Si, par fortune, on
trouve près de là un sycomore, ce qui est rare, on n'a plus rien à
regretter: leur feuillage épais, leur grande envergure, donnent un
ombrage frais, immense, et rien n'est plus délicieux que de s'y reposer.

Dans sa marche, l'armée rencontra quelques milliers d'Arabes-Bédouins
qui venaient avec défiance contempler un spectacle si nouveau pour eux.
S'approchant des petits détachements, ils échangeaient quelques coups
de fusil et prenaient des hommes isolés; plusieurs de ceux-ci furent
tués, d'autres rendus après avoir été victimes de la plus indigne et la
plus brutale corruption. Les Arabes-Bédouins, plus intelligents que les
paysans (fellahs), nous regardaient avec curiosité; mais les derniers
ne montraient aucun étonnement et ne semblaient rien remarquer. La
curiosité chez les hommes suppose le développement des facultés
intellectuelles; elle est presque toujours dans la même proportion, et
l'homme encore voisin de la brute n'est frappé de rien. Les fellahs
voyaient passer nos régiments sans les regarder, et cependant ce
spectacle était tout nouveau pour eux. N'ayant aucune idée de la valeur
des monnaies autres que les leurs, paras, piastres et sequins, ils
auraient préféré quelqu'une de ces pièces de peu de prix à une pièce
d'or de la nôtre. Un paysan remarqua un jour le bouton d'uniforme d'un
soldat; il le trouva à son gré, le lui demanda comme moyen d'échange,
de préférence à un louis d'or qu'il lui offrait. Le soldat le lui donna
bien vite, et, en peu d'instants, tous les habits des soldats du
régiment furent privés de boutons et les boutons mis en circulation.

Un contraste quelquefois fort plaisant pouvait se remarquer chaque jour:
d'un côté, le mécontentement et le dégoût de l'armée, venus si
promptement, et, de l'autre, l'enthousiasme toujours croissant de nos
savants. Monge nous donnait souvent ce spectacle: son imagination vive
lui représentait tout ce qu'il voulait voir. Dans cette marche, nous
suivîmes pendant quelque temps l'ancien canal du _Calidi_, servant
autrefois à la navigation entre Alexandrie et le Nil, et depuis
consacré seulement à y conduire les eaux douces. Monge tout à coup
s'arrête, observe d'anciennes fondations, en parcourt le développement,
reconnaît une cour et l'entrée d'un corps de logis avec ses divisions,
et déclare que c'était une auberge située sur le canal, et où, d'après
Hérodote, on buvait du vin, il y a trois mille deux cents ans, à tel
prix la bouteille. Son exaltation, reçue par des rires universels, ne
l'empêchait pas de renouveler fréquemment des scènes semblables.

J'ai oublié de parler de cette troupe de savants et d'artistes
embarqués avec nous: belle pensée et qui a porté ses fruits. Quoique
assurément beaucoup d'entre eux fussent au-dessous de leurs fonctions
et dénués de zèle, décourage et quelquefois d'instruction, leurs
recherches en général ont été utiles et leurs travaux profitables: le
grand ouvrage de l'Institut est un monument destiné à vivre
éternellement. Mais, si des hommes de premier ordre, ces flambeaux de
leurs semblables, ces phares des siècles, tels que Monge, Berthollet,
Fourrier, Dolomieu, etc., honoraient l'expédition, une foule de
misérables écoliers ou d'artistes sans talent avaient usurpé un nom
dont ils n'étaient aucunement dignes; et la qualification de savant
perdit de sa considération et fut tournée en ridicule. Les soldats,
attribuant l'expédition à ceux qu'on nommait ainsi, leur reprochaient
leurs souffrances, et se plaisaient, pour se venger, à appeler du nom
de savant les animaux si nombreux et si utiles (les ânes) dont le pays
est rempli; et, habituellement, un mot était substitué à l'autre.

Nous arrivâmes à Ramanieh, et nous vîmes le Nil, ce fleuve célèbre dont
les prodiges se renouvellent depuis tant de milliers d'années, créateur
et bienfaiteur de cette vaste contrée, dont le cours est si étendu, que
sa source a été longtemps inconnue [4], comme l'origine de ces races
illustres chargées par la Providence de gouverner le monde. Ce fut une
grande joie pour l'armée: nous étions assurés d'échapper au moins à une
partie de nos souffrances, car notre marche ne devait pas nous éloigner
de ses bords. La flottille qui le remontait arriva en même temps;
plusieurs savants et non-combattants s'y embarquèrent: elle reçut
l'ordre de se tenir toujours à notre hauteur et de flanquer ainsi notre
marche sous notre protection. Nous étions au moment des plus basses
eaux du Nil; il en résultait une marche difficile pour les plus forts
bâtiments, et entre autres pour la demi-galère amenée de Malte. Cette
flottille était commandée par le contre-amiral Perrée, matelot renforcé,
sachant à peine lire. Nous partîmes de Ramanieh le 13 juillet pour nous
rendre au Caire, en suivant la rive gauche du Nil.

[4] Elle l'est encore (1856), et une expédition commandée par le comte
d'Escairac de Lauture est à sa recherche.

Notre flottille nous précédait, et, marchant avec trop de confiance,
avait dépassé le village de Chébréiss, quand elle rencontra la
flottille ennemie, soutenue de quatre ou cinq mille mameluks, à la tête
desquels était Mourad-Bey. On connaissait l'approche de l'ennemi; une
rencontre avait eu lieu, deux jours auparavant, entre lui et trois
cents hommes de notre cavalerie. Un nombre très-supérieur de mameluks
avait attaqué ce détachement; mais on vit en cette circonstance
l'avantage et la puissance résultant de l'organisation et des
mouvements d'ensemble, qui rendent un corps compact, et le font mouvoir
comme un seul homme. Les mameluks, infiniment mieux montés, mieux armés,
composés d'hommes plus adroits, au moins aussi braves et en nombre
double, ne purent pas entamer cette troupe; elle se retira en bon ordre,
sans confusion et sans avoir éprouvé d'autres pertes que celles causées
par le feu de l'ennemi. Le général Mireur, commandant ce détachement, un
des meilleurs officiers de l'armée d'Italie, fut tué en cette
circonstance.

C'était la première fois que notre infanterie rencontrait les mameluks,
aussi marchâmes-nous avec la plus grande précaution: il fallait faire
connaissance avec eux. On forma en un seul carré chaque division, sur
six hommes de profondeur; au centre on mit la cavalerie, les ambulances,
les caissons, et tous les embarras de la division. Les six pièces de
canon composant toute son artillerie furent placées aux angles et
extérieurement. Des compagnies de carabiniers, marchant à trois cents
pas en avant, et sur les flancs, pour éloigner les tirailleurs,
devaient se retirer dans le carré aussitôt que l'ennemi approcherait en
force et se disposerait à charger. Les cinq divisions de l'armée,
savoir: Desaix, Régnier, Bon, celle de Kléber, commandée par le général
Dugua, celle de Menou, commandée par le général Vial (Kléber et Menou,
blessés, étant restés à Alexandrie); ces cinq divisions, dis-je,
formaient ainsi cinq carrés placés en échiquier, et marchaient en se
soutenant réciproquement, l'extrême gauche appuyée au Nil.

Pendant les dispositions préparatoires à notre marche, notre flottille
combattait avec beaucoup de vivacité. La flottille ennemie, nombreuse,
pourvue d'une artillerie bien servie, avait pour chef un Grec nommé
Nicolle, très-brave homme et excellent soldat, depuis passé au service
de France, que j'ai beaucoup connu, parce qu'il a été longtemps placé
sous mes ordres, à la tête d'un corps composé de Cophtes. Notre
flottille souffrit beaucoup pendant cet engagement; la demi-galère,
engravée par le manque d'eau, abandonnée par nous, prise par l'ennemi,
fut reprise ensuite; les mameluks s'étant approchés de la rivière avec
de petits canons, et en mesure de se servir aussi de leurs fusils,
notre flottille, dominée par les rives escarpées du fleuve et dans la
situation la plus critique, allait périr, quand l'arrivée de l'armée la
dégagea et la sauva.

Les mameluks restèrent à une assez grande distance, sans oser s'engager
sérieusement: l'attitude de l'armée leur imposa; quatre ou cinq
seulement vinrent sur une compagnie de carabiniers qui flanquait la
droite de notre carré, et se ruèrent sur elle; ils furent tués, eux ou
leurs chevaux; ceux qui se trouvaient seulement démontés vinrent, le
sabre à la main, expirer sur les baïonnettes de cette compagnie;
c'étaient des fous dont le courage égalait l'ignorance et la déraison.
Voilà tout ce qui se passa dans cette journée, appelée pompeusement et
assez ridiculement du nom de bataille de Chébréiss. Toutefois la mort
de ces quatre ou cinq mameluks fut un événement important. Dépouillés,
on trouva sur chacun d'eux cinq ou six mille francs en or, de riches
habits et de belles armes. L'idée de pareilles dépouilles éveilla la
cupidité des soldats, et leur rendit pour un moment toute leur bonne
humeur. L'ennemi se retira et se rapprocha du Caire. Mourad-Bey, après
avoir montré tant de confiance en partant, dit, pour se justifier de
n'avoir rien entrepris, qu'il avait trouvé les Français liés entre eux
et attachés les uns aux autres avec des cordes, et n'avait pas cru
pouvoir les entamer. Nous continuâmes notre marche, prenant chaque jour
position à des villages remplis de subsistances; nous étions dans
l'abondance de toutes choses, excepté de pain et de vin. Le pain est
tellement dans l'habitude des soldats français, et d'une nécessité si
absolue pour eux, que cette privation leur parut insupportable; il y
avait souffrance et mécontentement; cet état de malaise n'affectait pas
seulement les soldats, mais aussi les officiers. J'avouerai que je
partageai ces sensations; je le dirai naïvement, je crus avoir été
quinze jours sans manger, parce que pendant ce temps je n'avais pas eu
de pain; depuis, en y réfléchissant, j'ai reconnu le ridicule de cette
prévention, et je suis convaincu qu'il est nécessaire de modifier les
habitudes de nos soldats et de les accoutumer à se passer de pain, ou à
savoir s'en procurer eux-mêmes. La chose n'est pas difficile, la
volonté seule suffit; j'expliquerai plus tard mes pensées à cet égard.

Nous approchions du Caire, et aussi du moment où l'ennemi tenterait
certainement le sort des armes. Nous nous arrêtâmes à Ouardan, et nous
y campâmes pendant deux jours, afin de faire reposer les troupes,
nettoyer les armes, et nous mettre dans le meilleur état pour
combattre. Le général en chef vint visiter les camps, placés dans une
situation assez agréable; il annonça notre entrée prochaine au Caire,
très-douce perspective; mais personne ne crut y voir le terme de nos
travaux, de nos fatigues et de nos privations.

Le 21 juillet, on leva le camp de Ouardan pour marcher sur Embabéh, où
était placé celui des mameluks; un retranchement d'un très-grand
développement l'entourait; il était armé de quarante pièces de canon de
gros calibre, et sa droite était flanquée par la flottille commandée
par le Grec Nicolle. Nos cinq divisions, formées comme à Chébréiss,
étaient en échiquier, la droite très-avancée. On avait marché plusieurs
heures, et chaque division venait de faire halte pour se rafraîchir au
milieu de ces immenses champs de pastèques dont l'Égypte est couverte,
quand trois mille mameluks parurent à l'improviste et fondirent sur la
division du général Desaix. Cette division, enveloppée en un moment,
courut aux armes et reçut convenablement la charge. La division Régnier,
à portée, soutint la division Desaix par le feu de son canon. L'ennemi
échoua dans sa tentative, fit quelques pertes, et se retira, partie
dans les retranchements d'Embabéh, partie en dehors et plus haut, sur
le bord du Nil. Au signal de cette attaque, toute l'armée s'ébranla. La
division Bon, dont je faisais partie, reçut l'ordre d'enlever de vive
force les retranchements. Trois petites colonnes de trois cents hommes
chacune, mises aux ordres du général Rampon, mon camarade et mon ancien,
précédaient la division. Trois ou quatre cents mameluks le chargèrent
pendant leur marche, mais ils furent repoussés; alors toute
l'artillerie ennemie tira sur nous, sans nous faire grand mal. Mon
général de division imagina assez mal à propos de s'arrêter à ce feu,
de faire mettre en batterie nos six pièces de trois ou de quatre, et de
répondre ainsi à l'ennemi. Je lui fis observer qu'il n'y avait aucune
proportion ni dans le nombre des pièces ni dans le calibre, et que la
seule chose à faire était de marcher en avant le plus vite possible: il
me crut, et notre mouvement continua. Une misérable infanterie
défendait ces retranchements informes, et s'enfuit; nous y pénétrâmes
sans difficulté. Alors les mameluks placés encore dans l'enceinte, au
nombre de deux mille environ, s'ébranlèrent pour en sortir en remontant
le Nil. Il fallait passer par un défilé existant au lieu même où le
retranchement aboutissait à la rivière; je m'en aperçus, et, prenant
avec moi tout un côté du carré, composé d'un bataillon et demi de la
quatrième légère, je me rendis au pas de course, en suivant le parapet,
jusqu'à son extrémité. À notre arrivée, nous canardâmes les mameluks
qui défilaient. Les hommes et les chevaux tués eurent bientôt obstrué
le passage, et, comme de toute part ces malheureux étaient pressés, ils
se jetèrent avec leurs chevaux dans le Nil, dans l'espoir d'atteindre
le bord opposé. Quelques-uns y parvinrent, mais plus de quinze cents
perdirent la vie ou s'y noyèrent.

Tout le camp tomba en notre pouvoir. Après cette destruction, la
flottille ennemie, sous le feu de laquelle nous étions passés pour faire
notre attaque, fut abandonnée et incendiée par ses équipages, qui se
retirèrent sur la rive droite. Telle fut la bataille des Pyramides. Le
général Desaix, avec sa division, se porta sur Giséh, où il s'établit.
La division Bon resta sur le champ de bataille et dans le camp dont elle
s'était emparée, attendant sur les bords du Nil que tout fût préparé
pour notre entrée au Caire. Nous restâmes deux jours dans cette
position. Pendant ce temps, les cheiks de cette ville vinrent faire
leur soumission. Les bateaux nécessaires au passage étant rassemblés,
nous prîmes possession de cette capitale. Pendant notre séjour sur le
bord du Nil, à Embabéh, il arriva une chose digne d'être racontée.

On connaît déjà l'usage qu'avaient les mameluks de porter sur eux-mêmes
presque toutes leurs richesses. Les soldats de la division Bon, après
avoir dépouillé les mameluks tués à Embabéh, étaient au désespoir de
perdre les trésors des noyés: un Gascon, soldat dans le 32e de ligne,
imagina d'essayer de se les approprier en retirant leurs corps du
fleuve. Il courba sa baïonnette et fit ainsi un crochet, une espèce
d'hameçon; placé au bout d'une corde, il le traîna au fond du fleuve, et
ramena à la surface un mameluk. Grande joie pour lui, et grand
empressement de la part de ses camarades à l'imiter. Beaucoup de
baïonnettes ayant été courbées immédiatement, la pêche fut abondante; il
y eut des soldats qui déposèrent jusqu'à trente mille francs dans la
caisse de leur régiment.

La division dont je faisais partie prit possession du Caire, on s'y
établit militairement; le général en chef s'occupa immédiatement de la
sûreté des troupes, des moyens à prendre pour contenir cette grande
population avec peu de monde, de l'isoler des mameluks et des Arabes,
en empêchant les uns et les autres de pénétrer dans la ville. À cet
effet, il fit mettre en état de défense la citadelle qui la commande,
et construire un système de petits forts ou tours fermées à l'abri d'un
coup de main, armés de canons et placés en vue les uns des autres à
petite distance, et l'enveloppant de toute part. Cette ville du Caire
avait alors trois cent mille habitants: elle me parut très-belle pour
une ville turque. Les maisons, bâties en pierre, étant fort élevées, et
les rues très-étroites, la ville paraît très-peuplée; de grandes places,
sur lesquelles étaient bâties les maisons des principaux beys,
l'embellissaient; enfin tout cet ensemble nous parut fort supérieur à
l'idée que nous nous en étions formée. La maison du Kasnadar, trésorier
d'Ibrahim-Bey, m'échut en partage. Elle était belle, et les principales
pièces étaient rafraîchies par des jets d'eau, usage de ce pays et luxe
rempli de charmes avec une température aussi élevée. Toutes les maisons
se trouvèrent aussi bien meublées que les moeurs de l'Orient le
comportent, et nous nous reposâmes avec délices de nos fatigues dans ces
lieux que l'imagination des poëtes et des voyageurs a souvent
représentés comme enchantés. Quoique notre existence fût devenue
supportable, le mécontentement de l'armée n'en était pas moins vif, et
les soldats, les officiers, et même quelques généraux, l'exprimaient
souvent de la manière la plus indiscrète. Cette disposition des esprits
donna quelques inquiétudes au général en chef; il s'assura secrètement
des corps sur lesquels il pouvait le plus compter. Je m'occupais
beaucoup de celui qui m'était confié, j'en étais fort aimé, et je lui
en répondis pour toutes les circonstances; mais aucune révolte n'eut
lieu, et tout se passa, comme il arrive souvent en France, en plaintes
et en murmures. Les travaux du général en chef étaient immenses. Il
fallait organiser et constituer le pays; achever de le conquérir et de
l'occuper; créer les ressources nécessaires pour satisfaire aux besoins
impérieux, urgents et journaliers de l'armée. Comme j'en ignore les
détails, je ne dirai rien des dispositions administratives qui furent
prises. J'ai l'intention d'écrire ce que j'ai fait, ce que j'ai vu, ce
que j'ai été à même de mieux savoir qu'un autre, et je ne dépasserai
pas ces limites indiquées par la raison et posées par moi-même.

Au bout de quelques jours, je fis avec le général Desaix le projet
d'aller visiter les pyramides célèbres à l'ombre desquelles nous
venions de combattre. Cet ouvrage, le plus grand, l'un des plus anciens
sortis de la main des hommes, respecté par les siècles, et qui en verra
tant d'autres s'écouler encore, jusqu'à ce qu'un cataclysme bouleverse
cette planète, est tout à la fois l'oeuvre de la superstition et de
l'esclavage; car l'intérêt d'un avenir sans limites pouvait seul donner
la pensée d'un pareil travail, comme l'esclavage, les moyens de
l'exécuter. Aucun monument sur la terre ne parle davantage à
l'imagination par sa masse immense. Mais mes désirs ne purent être
satisfaits.

Rendus à Giséh, au jour indiqué, nous nous mîmes en route; je montais
un cheval arabe pris à la bataille des Pyramides; mon cheval se cabra,
se renversa; je ne fus point écrasé, mais je tombai sur la poignée de
mon sabre, qui m'enfonça une côte; porté sur un bateau et transporté au
Caire, souffrant beaucoup, je ne pouvais faire aucun mouvement.


Peu de jours après, le général en chef se disposa à forcer Ibrahim-Bey
à quitter Belbeis et Salahieh, et à se retirer dans le désert et en
Syrie; il résolut de marcher sur lui avec la division Régnier, ma
brigade et la cavalerie, tandis que le général Desaix entreprendrait la
conquête de la haute Égypte. Mon état de souffrance rendait mon départ
difficile; le général en chef vint me voir, m'annonça ce qu'il allait
exécuter, m'ordonna de rester, et voulut ainsi me consoler de ne
pouvoir le suivre. Mais rester, tandis que mes troupes partaient pour
aller à l'ennemi, était pour moi pire que la mort. Tous les mouvements
de flexion me faisaient souffrir des douleurs atroces; mais, ayant
remarqué que, debout et très-droit, elles étaient supportables,
j'essayai de me faire placer sur un petit cheval dont les allures
étaient douces; je supportai ce mouvement, et je me mis en marche avec
ma brigade. Je m'arrêtai à Matarieh, anciennement Héliopolis, lieu où
le général Kléber a gagné depuis, contre le grand vizir, une bataille
glorieuse pour lui et pour nos armes. Le 30 mars 1800, avec moins de
dix mille hommes, il y remporta une victoire complète sur soixante
mille Turcs, et cette bataille l'a placé dans l'histoire à une hauteur
digne de son courage et de son esprit supérieur. De là, je fus à
El-Kanka, où je restai en réserve et en observation, tandis que le
général en chef, aux prises avec Ibrahim-Bey, le rejetait, le 11 août,
dans le désert. Ibrahim-Bey retiré en Syrie, le général en chef se mit
en route pour retourner au Caire; il s'arrêta dans ma tente pour se
reposer et pour dîner. Ce fut là qu'il apprit le désastre d'Aboukir du
1er août, par les dépêches du général commandant à Alexandrie. Le
général Bonaparte fut calme, et, sans se déguiser l'immensité de la
perte et les conséquences graves qui en résulteraient probablement, il
s'occupa sur-le-champ à diminuer l'effet qu'elles devaient faire sur
les esprits, et nous tint à peu près ce discours: «Nous voilà séparés
de la mère patrie sans communication assurée; eh bien, il faut savoir
nous suffire à nous-mêmes! L'Égypte est remplie d'immenses ressources:
il faudra les développer. Autrefois, l'Égypte, à elle seule, formait un
puissant royaume: pourquoi cette puissance ne serait-elle pas recréée
et augmentée des avantages qu'amènent avec elles les connaissances
actuelles, les sciences, les arts et l'industrie? Il n'y a aucune
limite qu'on ne puisse atteindre, de résultat qu'on ne puisse espérer.
Quel appui pour la République, que cette possession offensive contre
les Anglais! Quel point de départ pour les conquêtes, que l'écroulement
possible de l'empire ottoman peut mettre à notre portée! Des secours
partiels peuvent toujours nous être envoyés de France; les débris de
l'escadre offriront des ressources importantes à l'artillerie. Nous
deviendrons facilement inexpugnables dans un pays qui n'a pour
frontières que des déserts et une côte plate et sans abri. La grande
affaire pour nous, la chose importante, c'est de préserver l'armée d'un
découragement qui serait le germe de sa destruction. C'est le moment où
les caractères d'un ordre supérieur doivent se montrer: il faut élever
la tête au-dessus des flots de la tempête, et les flots seront domptés.
Nous sommes peut-être destinés à changer la face de l'Orient et à
placer nos noms à côté de ceux que l'histoire ancienne et celle du
moyen âge rappellent avec le plus d'éclat à nos souvenirs.» Et ensuite
il ne perdit pas un moment pour prévenir les reproches qu'on ne pouvait
manquer de lui adresser, et rejeter le blâme sur le pauvre amiral qui
venait de périr. Cependant il ne trompa personne; jamais l'amiral
Brueys, le fait est indubitable, n'a eu l'ordre d'aller à Corfou ni de
croiser. Peut-être plus d'efforts pour faire entrer son escadre dans le
port vieux d'Alexandrie, chose rigoureusement possible, auraient pu la
mettre à l'abri; mais jamais Bonaparte n'a conçu ni manifesté
l'intention de se séparer de son escadre. La manière même dont il
accusait Brueys prouvait le peu de sincérité de son langage.

Je rentrai au Caire avec le général en chef, et je reçus immédiatement
l'ordre d'en partir avec le 4e léger et deux pièces de canon, pour me
rendre sur la côte et pourvoir à sa sûreté. Je devais ramener à
l'obéissance les habitants de Damanhour, révoltés contre un détachement
parti d'Alexandrie et forcé d'y rentrer; je devais me rendre ensuite à
Rosette, assurer la défense de l'entrée de cette branche du Nil et y
faire construire une batterie; mettre également en défense la
presqu'île d'Aboukir, armer le fort et y ajouter un retranchement; de
là venir à Alexandrie pour concourir à tout ce que demandaient les
besoins de cette place; enfin revenir à Rosette pour avoir l'oeil sur
toute la côte, empêcher autant que possible la communication entre les
Anglais et les Arabes, et surtout l'envoi de secours en subsistances à
l'escadre; en un mot, me porter partout où la présence de mes troupes
serait nécessaire, en me plaçant, à Rosette, sous les ordres du général
Menou, ou à Alexandrie sous ceux du général Kléber; tous les deux
étaient généraux de division et chargés chacun du commandement de leur
arrondissement. Je partis du Caire le 20 août, et je remplis cette
mission à la satisfaction du général en chef; je vis les désastres de
notre escadre, ses débris étaient encore fumants; il n'y avait plus que
quelques vestiges de notre puissance maritime, elle avait entièrement
disparu. Rien ne menaçait l'existence de l'armée; mais, dès ce moment,
elle était complétement isolée, forcée de trouver en elle les moyens de
satisfaire à tous ses besoins. Avec la disposition d'esprit des soldats,
la chose paraissait difficile et l'avenir effrayant; mais les
événements se succédèrent avec une telle rapidité, que nous ne fûmes
pas un seul moment inoccupés; grand moyen de maîtriser les mécontents.
De nouvelles combinaisons venaient constamment s'emparer des
imaginations; rien d'ailleurs n'était au-dessus de la capacité et de
l'autorité du chef que l'armée avait alors, et de celui qu'elle devait
avoir ensuite. On avait pourvu aux premiers besoins d'Alexandrie, et
cette place paraissait en sûreté; d'après mes instructions, je
retournai à Rosette pour y attendre les événements. Je remarquai dans
cette circonstance un phénomène bien d'accord avec l'ancien usage
d'Égypte de conserver les morts; la nature semble en faire tous les
frais, et l'état de l'atmosphère se charger de cette opération. Une
grande quantité de cadavres avaient été jetés sur la côte d'Aboukir, et
aucun d'eux n'était entré en putréfaction; une forte chaleur et un air
sec les avaient desséchés, pour ainsi dire, en un moment, sans
qu'aucune partie de leur peau eût été endommagée ou détruite par la
corruption. Dans nos climats, au contraire, la putréfaction suit
toujours de très-près la mort.

Pendant mon séjour à Rosette, le général Menou me proposa de faire une
excursion dans l'intérieur du Delta; aucun de nous ne l'avait encore
parcouru et ne le connaissait. C'est la partie la plus fertile de
l'Égypte; elle est entièrement composée d'alluvions, pouvant être
arrosée avec facilité par des prises d'eau sur les deux branches du Nil,
à différentes hauteurs, à l'abri des incursions des Bédouins: c'est une
terre de promission. Notre curiosité nous coûta cher et nous fit courir
de grands risques. Nous composions une assez nombreuse caravane. Il y
avait d'abord le général Menou, ses officiers et les miens, en outre
plusieurs savants et artistes: Dolomieu, Denon, Delisle, botaniste,
Redouté, peintre, et un nommé Joly, dessinateur. Une compagnie de
carabiniers du 4e léger, forte de soixante hommes, nous servait
d'escorte, et nous nous dirigeâmes sur un des principaux villages de
l'intérieur du Delta, situé à quatre lieues du Nil, et nommé
Caffre-Schiabasammer. Nous marchions au pas de nos chevaux en
dissertant, sans nous occuper de notre escorte, et nous arrivâmes avant
elle aux portes de ce village. Le Nil étant déjà fort élevé, et les
inondations tendues, nous suivions une digue fort étroite, aboutissant
à ce village. Après avoir achevé de la parcourir, et arrivés au
commencement du plateau, fait de main d'homme, à la sommité duquel il
est placé, nous aperçûmes en face de nous, et hors de ses murs, environ
deux cents paysans armés, courant à nous et criant: «_Erga, erga_!» ce
qui veut dire: «Retourne.» Et ils accompagnèrent leurs paroles de
quelques coups de fusil. Notre escorte encore éloignée, nous n'avions
aucun moyen de combattre; il fallut nécessairement aller la rejoindre
pour revenir ensuite et punir les paysans, et c'est ce que nous nous
mîmes en devoir de faire. Mais Joly, l'un de nos compagnons, éprouva
une terreur telle, que toutes ses facultés l'abandonnèrent. Il se mit à
crier qu'il était perdu; et, au lieu de nous suivre, il descendit de
cheval, apparemment de peur d'en tomber. Je m'arrêtai, j'allai à lui,
je cherchai à le rassurer, je l'engageai à remonter sur son cheval,
mais ce fut vainement; je lui dis de prendre la queue du mien, que nous
nous retirerions au petit trot, et qu'ainsi il échapperait. Je ne pus
m'en faire entendre, il avait l'esprit égaré, et enfin il tomba comme
frappé d'apoplexie. Pendant ce temps, l'ennemi s'était approché, et
plusieurs paysans entrés dans l'eau allaient s'emparer de la digue; il
ne me restait plus qu'un moment pour me retirer, et c'est ce que je fis.
J'allai rejoindre mes compagnons, déjà très-inquiets pour moi. Notre
escorte arriva, et nous attaquâmes le village, espèce de forteresse. Un
mur d'enceinte, formant un carré, était flanqué par quatre tours
placées aux quatre angles; l'une d'elles, beaucoup plus grande et plus
haute, formait un donjon. Après avoir escaladé la muraille et incendié
le village, nous fîmes le siége du réduit, et mîmes le feu à la porte;
des postes extérieurs formèrent le blocus, afin de prendre la garnison;
mais la résistance, qui se prolongea jusqu'au milieu de la nuit, nous
coûta cher, et nous ne prîmes personne: les révoltés, profitant de
l'obscurité, se sauvèrent, homme par homme, en observant le plus grand
silence. Nous perdîmes vingt soldats, tués ou blessés; le général Menou
eut son cheval tué sous lui. Le malheureux Joly eut la tête tranchée;
nous le trouvâmes ainsi mutilé à notre retour; mais certes il ne
s'aperçut pas de son supplice, ayant déjà perdu toute connaissance de
lui-même à l'instant où nous l'avions quitté. Après cette belle
expédition, nous rentrâmes à Rosette.

Peu de jours après, j'en partis avec ma brigade, pour aller garder le
canal du Calidi et assurer l'arrivée des eaux douces à Alexandrie; ceci
mérite explication. Le canal du Calidi prend naissance au Nil, à
Ramanieh, et arrive à Alexandrie, autrefois canal de navigation, et
depuis quelques années rendu à son ancienne destination par Méhémet-Ali;
travail très-utile, parce qu'il donne les moyens d'éviter la barre du
Nil, dont le passage est fort dangereux. Il n'avait alors d'autre objet
que d'amener l'eau dans les citernes d'Alexandrie et d'arroser les
terres riveraines. Les eaux du Nil amenant avec elles beaucoup de limon,
des dépôts annuels très-considérables se forment particulièrement dans
les lieux de repos, à son embouchure, où le choc continuel du courant
du fleuve contre les eaux de la mer suspend son cours, et dans les
canaux où l'eau est sans mouvement. Ainsi se forment les barres dans
toutes les rivières; elles sont plus ou moins fortes, suivant que les
eaux du fleuve sont plus ou moins chargées; à ce titre, celle du Nil est
très-élevée, et la rivière a peu de profondeur à son arrivée dans la
mer.

Une absence totale d'administration ayant privé le canal de tout
entretien, la navigation l'avait abandonné; mais, comme il est toujours
indispensable pour conduire les eaux potables à Alexandrie, qui sans
cela en serait entièrement dépourvue, on avait borné les soins à
remplir cet objet. La seule eau courante en Égypte est celle du Nil; il
n'y pleut presque jamais: ainsi le désert est nécessairement là où les
eaux du Nil n'arrivent pas, et l'importance d'Alexandrie, où est situé
le seul port de cette côte, est telle, que dans tous les temps, et au
milieu des plus grands désordres, les mesures ont été prises pour
assurer l'arrivée des eaux douces dont cette ville ne peut se passer.

Le dépôt annuel du limon des eaux ayant successivement élevé le fond du
canal, il était plus haut que la campagne environnante dans une grande
partie de son développement. Quelquefois cette élévation dépassait dix
pieds: dans cet état de choses, la moindre ouverture faite à une digue
s'élargit promptement par la pression de l'eau, et à cause du peu de
ténacité des terres dont elle est formée: une ouverture d'un pouce
devient une ouverture d'un pied dans un quart d'heure, et de vingt pieds
dans quelques heures. Les possesseurs des terres voisines du canal
étaient très-intéressés à avoir des arrosements, seul moyen d'obtenir
des récoltes. On leur en donnait d'une manière régulière, et on faisait
entre eux la distribution des eaux aussitôt après avoir rempli les
immenses citernes d'Alexandrie; mais jusque-là il fallait les leur
refuser. De leur côté, il n'y avait sorte de moyens qu'ils
n'employassent pour en obtenir par surprise: c'était une lutte établie
entre les riverains et l'autorité, et il fallait, de la part de
celle-ci, la plus grande surveillance. Sous le gouvernement des
mameluks, un bey était chargé d'y camper tout le temps nécessaire
chaque année. On me donna cette tâche, et je posai mon camp contre ce
canal, auprès d'un village nommé Léloua. J'établis des postes de
surveillance à des distances déterminées, des dépôts d'outils, de
fascines et d'approvisionnements de toute espèce, pour réparer les
brèches qui seraient faites, et des patrouilles entre ces stations
allaient continuellement à la rencontre les unes des autres. De
fréquentes entreprises furtives eurent lieu contre le canal par les
riverains; mais, tout étant réparé promptement, Alexandrie reçut son
approvisionnement d'eau.

Pendant ce temps, l'armée avait grand besoin de munitions de guerre;
toutes étaient déposées à Alexandrie, et Alexandrie avait besoin du blé
déposé à Rosette et sur le Nil. Les Anglais bloquant le port et les
bouches du Nil, aucun bateau ne pouvait les franchir sans un imminent
danger: j'imaginai de faire servir le canal à la navigation pendant le
temps de la haute crue du Nil, et j'y réussis. Le canal passe tout à
côté du lac de Madieh, lac d'eau salée communiquant avec la mer [5]; il
est sans profondeur; aussi les pêcheurs sont-ils obligés d'employer de
très-petites barques, et, pour la plupart, tirant moins d'eau que la
profondeur du canal. Je fis transporter à bras, et dans l'espace de
deux jours, trente de ces barques: elles firent voile sur-le-champ pour
Alexandrie; elles y chargèrent des munitions de guerre qu'elles
transportèrent à Ramanieh, où elles échangèrent ces munitions contre des
blés qu'elles portèrent à Alexandrie; elles continuèrent jour et nuit à
opérer ces doubles transports. Un succès complet couronna donc cette
invention, dont l'usage dura environ trois semaines.

[5] Ce lac a été desséché depuis par Méhémet-Ali; une digue le sépare de
la mer et le met à l'abri de son envahissement. L'emplacement qu'il
occupait est aujourd'hui couvert de sel cristallisé que l'on exploite.
    (_Note de l'Éditeur._)

Cette navigation me donna l'occasion de faire des observations assez
curieuses sur les causes du débordement du Nil. On attribue en général
le débordement annuel aux pluies de l'Éthiopie; ces pluies ont une
certaine influence, sans doute; la couleur des eaux du Nil à cette
époque, le limon qu'elles charrient, le prouvent d'une manière
suffisante; mais ces pluies n'en sont pas la seule cause. À partir du
printemps et jusqu'en automne, les vents de nord-ouest règnent dans la
Méditerranée d'une manière constante. Tous les jours, la brise de mer
s'élève de neuf à dix heures, et elle va toujours croissant jusqu'au
soir. Ce vent bienfaisant diminue beaucoup l'inconvénient de la chaleur;
constamment frais, il donne le moyen de respirer et de supporter
l'ardeur du soleil. Ce même vent chasse les nuages d'Europe, et on les
voit passer chaque jour avec rapidité à une grande hauteur, allant se
condenser et se réduire en eau dans les montagnes de l'Abyssinie, où
sont les affluents du Nil, et au coeur de l'Afrique, où sont placées ses
sources. Mais ces vents rendent encore d'autres services à l'Égypte, en
refoulant les eaux de la mer sur la côte; l'élévation de celles-ci
soutient les eaux du fleuve, qui se gonflent et débordent. J'acquis la
preuve de leur influence immédiate sur l'élévation du Nil de la manière
suivante. La navigation dont j'ai rendu compte durait depuis quinze
jours, lorsque tout à coup les eaux baissèrent d'un pied: ma petite
flottille resta engravée en face de mon camp. Je supposai la crue finie,
et je fis chercher des chameaux pour emporter le chargement des barques.
C'était vers le 21 ou le 22 septembre, et le vent venait de quitter sa
direction ordinaire et de passer au sud. Tout à coup, au moment où je ne
pensais plus qu'au départ, le vent revint au nord-ouest, les eaux
reprirent leur première hauteur, et la navigation fut rétablie encore
pendant huit jours. La direction des vents et leur constance sont donc
une des causes les plus directes, les plus efficaces et les plus
immédiates du débordement du Nil.

Avant de finir cet article concernant le Nil, je dirai que sa situation
absolue et relative a changé depuis deux mille ans d'une manière
sensible. Il y a deux mille ans, le Nil avait cinq bouches, et toutes
refoulaient les eaux de la mer; c'est à leur action victorieuse et
continuelle que la basse Égypte, le Delta, doivent leur formation.
Aujourd'hui deux véritables bouches existent seulement, et ces deux
bouches ne peuvent pas en même temps soutenir les eaux de la mer. Il y
a trente ou quarante ans, les eaux de la mer pénétraient à six lieues
dans la branche de Damiette; des travaux exécutés donnèrent à cette
branche une augmentation d'eau. Dès ce moment, les eaux de la mer ont
pénétré dans la branche de Rosette. Il est donc très-probable et même
certain que le Nil roule moins d'eau aujourd'hui qu'autrefois. D'un
autre côté, la mer Méditerranée, sur la côte d'Égypte, s'est élevée de
plus d'un pied, et j'en ai trouvé la preuve en observant d'anciens
monuments. Au phare d'Alexandrie, dont la place n'a pu être changée,
des ornements d'architecture sont toujours couverts par un pied d'eau
de la mer; certes, quand les constructions auxquelles ils appartiennent
ont été faites, ils étaient destinés à être vus et découverts. Cette
observation semble être sans réplique.

La navigation du canal tirait à sa fin, quand, le 4 brumaire (26
octobre), dix-huit bâtiments anglais et turcs de diverses grandeurs
parurent subitement devant Alexandrie, vinrent reconnaître la côte et
observer de près nos batteries. Le général Kléber avait quitté cette
ville depuis trois semaines, et s'était rendu au Caire pour y reprendre
le commandement de sa division. L'autorité était, à Alexandrie, entre
les mains du général Mauscourt, ancien officier d'artillerie du
régiment de la Fère, homme au-dessous du médiocre, sans tête et de fort
peu de courage. L'apparition de cette flotte l'effraya, et il se crut
au moment d'être attaqué et perdu. Il m'envoya prévenir en toute hâte,
exagérant beaucoup les dangers prétendus de sa position, et me
demandant de venir à son secours. Je partis à l'instant même avec mes
troupes, laissant quatre cents hommes en arrière pour escorter et
conduire à Alexandrie la petite flottille chargée de grains qui
naviguait encore sur le canal; mais l'empressement des fellahs à
saigner le canal pour arroser leurs terres le mit sur-le-champ à sec.
La flottille s'arrêta, et son chargement fut plus tard transporté sur
des chameaux. Je trouvai une grande alarme à Alexandrie, et cependant
il n'y avait aucun danger. Tout se réduisit, de la part de l'ennemi, à
de légères tentatives contre Aboukir, où un petit débarquement fut
tenté sans succès et repoussé. Je m'y étais rendu dès que j'avais vu la
flotte ennemie se concentrer sur ce point; peu de jours après je revins
à Alexandrie. Des fortifications étaient nécessaires pour mettre en
sûreté cette place, et le général en chef me fit demander un projet
dont je m'occupai. Je fis exécuter aussi quelques travaux à Aboukir,
consistant dans une bonne redoute, située sur la hauteur qui commande
immédiatement le fort et ferme l'entrée de l'isthme, et une autre sur
une hauteur plus élevée et située entre l'isthme et le passage donnant
entrée au lac Madieh; mais ce dernier ouvrage ne put jamais être
conservé, les sables mouvants dont cette hauteur est formée,
constamment poussés par le vent, s'accumulaient en rencontrant des
obstacles, et ne cessaient de s'élever; ils couvrirent en peu de jours
les palissades, comblèrent les fossés, et arrivèrent ensuite jusqu'au
parapet. Là où des sables semblables existent, ce phénomène se
reproduit toujours; la seule manière de les combattre, de les vaincre
et de les arrêter est d'employer la culture. C'est ainsi que les canaux
d'irrigation, en faisant arriver l'eau des inondations loin du Nil,
assurent des conquêtes sur le désert, tandis que les sables envahissent
à leur tour les terres fertiles au moment où celles-ci ne servent plus
à la végétation, au moyen des arrosements périodiques. Cette seconde
redoute ne put donc être d'aucune utilité. On décida pour Alexandrie la
construction de deux forts sur les deux hauteurs existant dans
l'intérieur de la ville. L'un fut appelé, après l'expédition de Syrie,
fort Caffarelli, du nom du général illustre, commandant le génie de
l'armée, qui mourut à Saint-Jean-d'Acre, et l'autre, plus tard, fort
Crétin, du nom de l'ingénieur qui fut chargé des travaux d'Alexandrie,
homme d'un mérite très-distingué, d'un caractère honorable, tué à la
bataille d'Aboukir. On ordonna la réparation de l'enceinte, dite des
Arabes, et la mise en état du fort triangulaire; enfin on arrêta la
construction d'un bon retranchement du fort Crétin jusqu'à la mer. Tous
ces travaux, exécutés pendant l'hiver, furent armés avec profusion et
devinrent capables de faire une véritable défense.

J'avais été chargé d'assurer l'arrivage du blé à Alexandrie, et aucun
effort n'avait été négligé pour y parvenir; il était important d'avoir
dans cette place de grands approvisionnements. La navigation créée
momentanément sur le canal avait paru devoir être d'une grande
ressource; mais ses effets ne se firent pas sentir longtemps. Une
dilapidation horrible consommait presque tout ce qu'elle procurait, et,
quand je croyais les magasins remplis, ils se trouvaient vides. Le blé
avait été évidemment vendu. Je portai des plaintes, je criai bien haut,
j'opposai aux états des magasins d'Alexandrie ceux des magasins de
Ramanieh, dans lesquels nous avions puisé, l'état des transports
effectués, et, en comparant le tout avec les consommations, dont les
bases étaient connues, je trouvai qu'il y avait un grand déficit. Je
demandai la mise en jugement des commissaires des guerres et des
gardes-magasins. Le général Mauscourt s'y refusa et protégea les
fripons presque ouvertement. Après mes vives instances et les ordres
arrivés du Caire, quelques poursuites cependant eurent lieu; mais tout
cela aboutit à fort peu de chose, comme il arrive ordinairement en
pareil cas. Il y eut seulement un garde-magasin condamné à deux ans de
galères. Ces désordres et l'importance d'Alexandrie décidèrent le
général en chef à en changer le commandant, et je fus nommé à la place
de Mauscourt. Il y avait de quoi employer toute mon activité. Ce poste
était flatteur, et je ne négligeai rien pour justifier le choix dont je
venais d'être l'objet. Tous les services étaient déjà en grande
souffrance, et cependant chaque jour devait ajouter encore aux
difficultés. L'escadre nous avait laissé ses débris, et le convoi une
multitude d'hommes à peu près inutiles et consommant beaucoup.
Vérification faite au moment où je pris le commandement, nous n'avions
de subsistances pour vivre régulièrement que pour cinq jours; aucun
moyen de transport par terre n'était en rapport avec nos besoins; des
Arabes, en état de guerre, gênaient nos communications: voilà pour les
vivres. Les troupes, la marine, étaient sans solde depuis longtemps, et
les caisses sans argent. Enfin, quant à la défense de terre de cette
importante ville, aucun ouvrage n'avait encore été commencé. Grâce à
une volonté forte et à une activité soutenue, en quelques mois il fut
pourvu à tout.

La première chose était d'avoir quelques jours de répit; c'est presque
toujours le temps qui manque aux hommes; quand il échappe complétement,
il n'y a aucune ressource; quand au contraire on en a devant soi et
qu'on en fait un bon usage, on peut espérer, à force de soins et
d'efforts, d'esprit et de caractère, parvenir à tout surmonter.

C'est en raison de cela que la prévoyance est la première qualité de
l'autorité, surtout dans les circonstances difficiles, en augmentant le
temps dont elle peut disposer; car, lorsque le moment d'exécuter est
arrivé, si les préparatifs nécessaires sont faits d'avance, elle peut
agir avec promptitude, et le temps est augmenté de tout celui que les
préparatifs auraient exigé.

Je commençai par réunir les principaux habitants, et j'exigeai d'eux un
emprunt de blé qui pût servir à nourrir les troupes pendant quinze
jours. Ces blés existaient chez eux, et, en les leur rendant avec une
plus-value considérable sur le Nil, je ne blessais en rien leurs
intérêts. À cet égard j'étais en fonds, car nous avions de grands
magasins à Rosette et à Ramanieh. Cette première mesure, m'assurant
vingt jours de subsistances, me donna du temps et par conséquent
quelque sécurité. La croisière des Anglais empêchait la navigation; il
fallait donc exécuter d'abord des transports par terre. Voici ce que
j'imaginai.

Il y a quatre tribus d'Arabes qui résident à portée d'Alexandrie; elles
habitent la frontière du grand désert. La plus considérable, celle des
Oulad-Ali, se compose de quatre mille âmes et de mille hommes à cheval,
et se tient sur la côte d'Afrique, à l'ouest d'Alexandrie; celle des
Frates, plus voisine, est moins nombreuse: après elle, vient celle des
Anadis. Je fis sonder ces deux dernières tribus, et j'entamai avec
elles une négociation pour traiter de la paix. Je prévoyais bien le peu
de durée de ces traités; mais des rapports pacifiques, même momentanés,
avec les Arabes, et les secours qu'on pouvait en tirer pour les
transports, ne fût-ce que pendant un mois, étaient beaucoup dans la
circonstance. Les négociations eurent un plein succès, et la paix fut
résolue. Les cadeaux d'usage faits, les principaux chefs vinrent manger
avec moi le pain et le sel, et il fut convenu qu'ils me donneraient à
loyer tous les chameaux dont j'aurais besoin, se chargeraient de
transporter nos blés du Nil à Alexandrie sous leurs propres escortes,
et recevraient le payement de leurs transports en blés pris à Rosette
et à Ramanieh. Cet arrangement, exécuté assez promptement, nous assura
des moyens de subsistance pour six semaines. Le défaut absolu d'argent
se faisait sentir de la manière la plus cruelle; l'armée avait laissé à
Alexandrie de fort grands approvisionnements de vin: j'eus l'idée de
disposer d'une partie, et je fis un emprunt de cent cinquante mille
francs aux négociants de cette ville, hypothéqués sur soixante mille
pintes de vin que je leur livrai. Cette mesure créa immédiatement les
moyens de satisfaire à nos premières dépenses. Mais toutes ces mesures
n'étaient que momentanées et accidentelles; il fallait un système
régulier. J'avais été placé sous les ordres du général Menou, dont le
quartier général était à Rosette, et le commandement s'étendait au
deuxième arrondissement, composé des provinces de Rosette, Bahiré et
Alexandrie. Alexandrie possédant peu de ressources, et se trouvant
cependant le lieu des plus grandes consommations et des plus grandes
dépenses de l'Égypte, les provinces de Rosette et de Bahiré étaient
destinées à satisfaire à ses besoins; il était désirable que l'homme
chargé de leur administration pût apprécier notre situation: en
conséquence, j'engageai mon général de division à venir voir tout par
lui-même, à juger sur place de nos besoins, des travaux de défense à
exécuter, enfin de toutes les mesures rendues nécessaires par les
circonstances. Le général me répondit sur-le-champ d'une manière
affirmative; il sentait la nécessité de ce voyage; il allait l'exécuter
et m'annonçait son arrivée dans trois jours. Cette nouvelle, cause
d'une grande joie pour moi, me rassurait sur l'avenir, et j'attendis
avec impatience son arrivée: je me préparai à le recevoir de mon mieux.
Au jour indiqué, je vais à sa rencontre à une lieue, et je l'attends à
l'ombre imaginaire d'un bois de palmiers; mais j'attends vainement. Au
coucher du soleil, un Arabe arrive et me remet une lettre; elle était
du général Menou: une affaire importante, survenue au moment de partir,
me disait-il, l'avait retenu; mais, le lendemain sans faute, il se
mettra en route. Le lendemain, mêmes préparatifs et aussi inutiles. Un
mois s'écoula ainsi dans les promesses, renouvelées chaque jour et
chaque jour oubliées: jamais elles ne furent réalisées.

Le général Menou a acquis une réputation si tristement célèbre, en
attachant son nom à la perte de l'Égypte, que je saisirai cette
occasion pour le faire connaître et raconter les principaux traits de
sa vie. Le général Menou avait alors quarante-huit ans; il avait joué
un rôle assez honorable à l'Assemblée constituante, et montré beaucoup
de modération dans les crises de la Révolution. Sans aucune espèce de
talents militaires, mais non pas sans bravoure, il avait compromis, par
ses mauvaises dispositions, le sort de la Convention à l'époque du 13
vendémiaire, quand Barras d'abord, et ensuite Bonaparte, lui
succédèrent; il fut accusé et mis en jugement. Le général Bonaparte,
connaissant son innocence, le sauva: de là sa résolution de suivre
celui-ci en Égypte, où, pour le malheur de l'armée, il se trouva être
le plus ancien officier général après la mort de Kléber. Pourvu
d'esprit et de gaieté, il était agréable conteur, fort menteur, et ne
manquait pas d'une certaine instruction: son caractère, le plus
singulier du monde, approchait de la folie. D'une activité extrême pour
les très-petites choses, jamais il ne pouvait se décider à rien
exécuter d'important. Écrivant sans cesse, toujours en mouvement dans
sa chambre, montant chaque jour à cheval pour se promener, il ne
pouvait jamais se mettre en route pour entreprendre un voyage utile ou
nécessaire: on a vu ce que j'ai raconté sur son voyage projeté à
Alexandrie. Quand le général Bonaparte partit pour la Syrie, il lui
donna le commandement du Caire: Menou arriva seulement huit jours avant
le retour de Bonaparte, et l'absence de celui-ci avait été de cinq
mois. Quand, après avoir perdu l'Égypte, il débarqua à Marseille, son
premier soin semblait devoir être de venir se justifier, et il resta
plus de quatre mois à Marseille, sans avoir rien à y faire. Quand plus
tard Bonaparte, premier consul, lui donna, par une faveur insigne,
l'administration du Piémont, il retarda de jour en jour son départ
pendant six mois, et ne partit que parce que Maret, son ami, le plaça
lui-même dans sa voiture attelée de chevaux de poste.

Après avoir montré son incapacité comme administrateur du Piémont, et
en quittant cette fonction, on trouva dans son cabinet neuf cents
lettres qui n'avaient pas été ouvertes. Constamment et partout le même,
on ne cessa cependant de l'employer. À Venise, dont il eut le
gouvernement, il devint éperdument amoureux d'une célèbre cantatrice,
madame Colbran, devenue madame Rossini, dont il fut la risée, courant
après elle dans toute l'Italie, arrivant toujours dans chaque ville
après son départ. Il avait rêvé à Venise être grand-aigle de la Légion
d'honneur et commandeur de la Couronne de fer, et il avait pris les
décorations de ces ordres et les a portées pendant quinze mois.
Toujours perdu de dettes, et de dettes criardes, s'élevant souvent à
trois cent mille francs, et acquittées plusieurs fois par Bonaparte, il
ne pouvait se résoudre à rien payer, et donnait tout ce qu'il avait. Je
l'ai vu faire cadeau à un cheik arabe d'une montre marine du prix de
trois mille francs, et depuis dix ans son valet de chambre était
créancier de ses gages. D'un caractère violent, il tua d'un coup de
bûche, à Turin, un fournisseur de sa maison venu pour lui demander de
l'argent. Son mariage avec une Turque fut l'écart d'esprit le plus
étrange, et le rendit la fable de l'armée et la risée du pays.

C'était un extravagant, un fou, quelquefois assez amusant, mais un fléau
pour tout ce qui dépendait de lui. Incapable des plus petites fonctions,
l'affection de Bonaparte pour lui et son obstination à l'employer
vinrent de ce qu'à son départ de l'Égypte il lui était resté fidèle et
s'était placé constamment à la tête de ses amis. Bonaparte n'oubliait
jamais les preuves d'attachement qu'il avait reçues, et voilà tout le
secret de son incroyable condescendance pour lui.

Je reviens à mes embarras toujours croissants. J'avais pourvu au plus
pressé, en me procurant des vivres et de l'argent pour les premiers
besoins du service. Mais un fléau très-redouté se déclara et vint
compliquer ma position: des symptômes de peste se montrèrent dans un de
nos hôpitaux. Cette nouvelle jeta une grande alarme parmi les Francs et
parmi nos soldats. L'isolement et diverses mesures de prudence furent
ordonnés à l'égard de cet hôpital. Les accidents devenant plus nombreux,
la terreur se répandit dans tous les esprits; jusqu'aux chirurgiens,
tout le monde voulut s'éloigner. Je m'y rendis plusieurs fois, et ma
présence réitérée suffit pour obliger chacun à remplir ses devoirs.
Mais les pestiférés ne se montraient pas seulement parmi les malades
des hôpitaux; ce fut dans les casernes, chez les habitants, enfin
partout.

Dès ce moment, et vu les besoins du service et les communications
indispensables qu'ils entraînent, on put tout redouter. Dans une
circonstance semblable, il y a deux choses à faire: d'abord calmer
autant que possible les esprits, et faire ensuite ce qu'une sage
prévoyance concilie avec les devoirs du service. J'appris par les
habitants qu'un médecin vénitien, appelé Valdoni, établi au Caire
depuis plusieurs années, guérissait la peste: son expérience nous serait
utile, sa présence, dans tous les cas, devait rassurer, et je demandai
au général en chef de me l'envoyer. À son arrivée, je réunis chez moi
les principaux médecins des troupes de terre et de marine en
commission. Cette espèce de charlatan, vêtu à la turque, débuta dans
son discours en nous disant: «La peste? _non e niente affatto_.» Cette
entrée en matière était singulière et plaisante: il détailla cependant
les accidents de cette maladie de manière à satisfaire. Le traitement
qu'il indiqua parut raisonnable aux médecins français. Les symptômes
étaient une grande prostration de forces, une fièvre horrible, une
grande sécheresse à la peau, et la formation d'un bubon. Quand le bubon
aboutissait, le malade était sauvé; quand il ne pouvait pas percer, le
malade mourait infailliblement, et la crise ne dépassait jamais le
quatrième jour. Mais cette tension extraordinaire de la peau cédait
souvent à une saignée; alors la crise salutaire arrivait, et on la
secondait par d'autres remèdes. On suivit la méthode indiquée, et
beaucoup de pestiférés furent sauvés. Les esprits se calmèrent, les
soins convenables furent donnés, et tout rentra dans l'ordre accoutumé.
D'un autre côté, je pris toutes les mesures préservatrices possibles:
les troupes sortirent de leurs casernes et furent consignées hors de la
ville, excepté quatre postes commandés; chaque bataillon fut baraqué
isolément, et chaque baraque ne contenait que deux soldats; quand une
baraque avait contenu des soldats pestiférés, elle était brûlée
aussitôt. Chaque habitant européen s'enferma, suivant son usage, dans
sa maison: ces maisons, nommées _okel_, sont construites pour cette
circonstance, comme pour résister à une insurrection et à un désordre
momentané. Ce sont de grands carrés longs, sans fenêtres extérieures au
rez-de-chaussée, fermés par une espèce de porte de ville. Dans la
distribution intérieure, il y a autant de parties qu'il y a de familles
de la même nation, et tous ces logements communiquent par un corridor
couvert, situé au premier étage et donnant sur une grande cour. Je
consignai dans l'okel de France, où je demeurais, tous mes domestiques,
ne voulant pas, sans motif, ajouter aux dangers que nous courions
nécessairement. Nous continuâmes, moi et mes officiers, à vaquer à nos
devoirs, comme dans un temps ordinaire, laissant à la fortune à disposer
de nous et à régler notre destinée. Dans cette horrible maladie, dont
pendant quatre mois j'ai suivi attentivement toutes les phases, j'ai
constaté qu'un isolement complet garantissait certainement de ses
effets. J'ai remarqué également que ceux qui la redoutaient le plus en
étaient atteints plus promptement que d'autres, et, une fois attaqués,
ils en mouraient toujours: ceux au contraire qui, plus courageux,
n'avaient pas l'esprit inquiet, se montraient moins prédisposés à la
prendre, et, quand ils l'avaient gagnée, ils en guérissaient assez
souvent. Dans cette circonstance, comme dans tant d'autres, la peur
n'est bonne à rien. Enfin j'acquis la triste certitude que les mêmes
soins, les mêmes traitements, ne produisent pas les mêmes effets: quand
l'état de l'atmosphère a subi des changements notables pendant une même
saison, la maladie prend alors divers caractères, ce qui la rend
très-difficile à traiter.

Nous voilà donc avec une bonne peste, bien conditionnée, ajoutée à tous
les embarras dont j'ai fait le tableau. Cela ne suffisait pas: la
flotte ennemie reçut des bombardes, et, chaque jour, ou plutôt chaque
nuit, elle nous lança cent cinquante bombes pendant dix jours. Ce
bombardement devint un divertissement pour nous, et, au moyen de
quelques précautions prises, il ne produisit aucun effet.

Nous étions absolument sans nouvelles de France, et cette ignorance
était un des plus grands supplices de l'armée.

La certitude de la déclaration de guerre de la Porte ne nous était
point encore acquise; et, quoique des bâtiments portant pavillon turc
fissent partie de la flotte en vue, nous nous abandonnions à
l'espérance que ces bâtiments de transport avaient été conduits de force
par les Anglais.

Nous avions à Alexandrie une caravelle du Grand Seigneur, et le général
en chef se décida à la renvoyer à Constantinople, en forçant le
capitaine Idris-Bey à emmener avec lui M. Beauchamp, astronome célèbre,
trouvé en Égypte à notre arrivée, revenant des bords de l'Euphrate, où
il avait été voyager dans l'intérêt des sciences. Idris-Bey s'engagea
avec moi, par un traité, à tenir caché M. Beauchamp, à le conduire en
Chypre et de là à Constantinople; une fois sa mission remplie, il devait
le renvoyer à Damiette. Son fils resta à Alexandrie, afin de servir
d'otage à M. Beauchamp, et en outre un officier et dix hommes de son
équipage, pour être échangé contre le consul de France à Chypre et les
employés de ce consulat. Beauchamp était porteur d'une lettre pour le
grand vizir, avec lequel Bonaparte cherchait à entrer en relation. Nous
essayâmes à plusieurs reprises de faire partir la nuit la caravelle, au
moment où les Anglais s'éloignaient de la côte, mais toujours sans
succès; elle dut mettre de jour à la voile. Arrêtée et fouillée par les
Anglais, Beauchamp, découvert, fut envoyé à Constantinople, comme il le
demandait, mais mis au château des Sept-Tours, où peu après il termina
sa vie.

D'un autre côté, Bonaparte, voulant établir des rapports avec la France
par la côte de Barbarie, me chargea d'envoyer à Derne un négociant
d'Alexandrie, nommé Arnault, très-brave et très-galant homme, qui
parlait bien arabe et connaissait tous ces parages. Cette mission étant
fort périlleuse, le général en chef craignit qu'il ne refusât de la
remplir; en conséquence, il m'ordonna de l'expédier par surprise. Sous
un prétexte, je le fis arriver sur le brick le _Lodi_, où il reçut ses
ordres, ses instructions et l'argent nécessaire. Il s'y résigna sans
hésiter; le pauvre homme était profondément affligé du doute montré sur
son courage et son dévouement; quatre heures après son embarquement il
était parti pour sa destination. Le brick avait l'ordre, après l'avoir
débarqué, de rester à sa disposition; mais il s'éloigna de la côte
aussitôt après l'avoir mis à terre, et ce malheureux, ainsi abandonné,
fut tué par les Arabes. Sa veuve, madame Arnault, existant encore
aujourd'hui en France, est un exemple de l'erreur des médecins, qui
avaient cru utile l'inoculation de la peste; madame Arnault eut cette
année la peste à Alexandrie; c'était la troisième fois qu'elle en était
attaquée. Chaque fois, à la vérité, la maladie a été plus faible; mais
il n'est cependant pas très-rare en Égypte de voir des gens mourir d'une
seconde attaque.



CORRESPONDANCE ET DOCUMENTS
RELATIFS AU LIVRE TROISIÈME


MARMONT À BONAPARTE.

    «Alexandrie, 2 octobre 1798.

«J'ai eu, mon cher général, une entrevue avec le capitaine de la
caravelle turque; il est intimement convaincu de l'amitié de la Porte
pour nous, il ne croit à aucune hostilité, et il prétend que la marine
turque qui est devant le port d'Alexandrie a été ramassée dans les îles
de l'Archipel par les Anglais, et se trouve aujourd'hui sous leur
oppression.

«Il a dit à un officier qu'il avait reçu la nouvelle de la sensation
que notre entrée ici avait faite à Constantinople; que d'abord elle
avait été fâcheuse; mais que, la note officielle étant parvenue,
l'opinion avait changé, et que le Grand Seigneur avait expédié partout
des petits bâtiments pour ordonner d'avoir des égards pour les Français;
qu'il avait envoyé un bâtiment à Alexandrie pour vous porter des
témoignages de bienveillance et d'amitié; que le bâtiment avait été
pris par les Anglais et n'avait pu communiquer. Effectivement, on vous
a rendu compte qu'il y a environ deux mois un petit bâtiment turc vint
pour entrer dans le port; mais, chassé et arrêté par une frégate
anglaise, il resta deux jours à Aboukir. Le capitaine de la caravelle
envoya à celui qui le commandait des rafraîchissements; les Anglais les
prirent, les portèrent à bord, mais empêchèrent que le canot ne
communiquât.

«Il ajoutait que le Grand Seigneur, las de ne recevoir aucune nouvelle
d'Alexandrie, d'entendre constamment les calomnies des Anglais,
envoyait le capitan-pacha avec une division de trois vaisseaux et de
plusieurs bâtiments légers, pour voir par lui-même ce qui se passait,
et donner de nouvelles assurances d'amitié; qu'il était parti il y a
déjà quelque temps, et qu'il l'attendait sous trois ou quatre jours;
que, si à son approche on avait des inquiétudes sur la conduite qu'il
garderait, il proposait de laisser en otage ses enfants, et d'aller
lui-même en parlementaire annoncer au capitan-pacha la manière
distinguée dont nous avions traité tout ce qui appartenait au Grand
Seigneur.

«Il nous redit hier mot pour mot les mêmes choses, mais cela seulement
comme bruit qu'il avait entendu et comme sa conviction particulière;
pour se dispenser probablement de nous faire connaître par quelle voie
ces nouvelles lui étaient parvenues.

«Je lui fis observer que, puisque le capitan-pacha venait avec des
intentions amies, les Anglais mettraient sans doute obstacle à son
entrée, et qu'alors nous serions privés de recevoir les témoignages
éclatants qu'il nous promettait par l'envoi du _hatti chérif_. Il ne
put pas concevoir cette difficulté, et la fierté ottomane ne put
admettre que les Anglais osassent encourir l'indignation de la Porte,
en faisant injure à un grand de l'empire.

«Le capitaine de la caravelle paraît, au reste, un homme loyal; tout ce
qu'il fait, tout ce qu'il dit, a le caractère de la vérité; il peut être
trompé, mais n'est pas trompeur.

«Après avoir canonné quatre jours sans succès, les ennemis se sont
lassés. J'ai ordonné quelques travaux que je crois utiles pour couvrir
le fort, et pour donner refuge à la légion nautique, si des forces
supérieures venaient à effectuer un débarquement. J'ai fait bien armer
les batteries, et je ne crois pas qu'avec le secours de troupes qu'en
cas de besoin j'y conduirais il puisse y avoir quelque chose à
craindre.»


MENOU À MARMONT.

    «Rosette, 21 octobre 1798.

«Vous êtes un homme d'or, mon cher général, vous êtes un des véritables
créateurs de l'Égypte. Vous naviguez avec deux cents bâtiments sur un
canal qui était jugé impraticable; vous fertilisez les campagnes arides
de Damanhour et de l'Élowa; vous alimentez Alexandrie, etc., etc.

«Pour moi, vous êtes d'une amabilité parfaite, puisque vous prenez
autant de soin de mes canons. Je prie Dieu, Mahomet, tous les saints du
paradis et de l'alcoran, pour que la mesure que vous proposez soit
adoptée. Car, quant à la réussite, j'en suis convaincu, d'après ce que
vous me mandez. Recevez tous mes remercîments de votre obligeance; je
vous aime et embrasse de tout mon coeur. _Vale et ama._»


MARMONT À BONAPARTE.

    «Alexandrie, 28 octobre 1798.

«Je viens de recevoir, mon cher général, votre lettre du 2 brumaire.
Nous avons été vivement affectés des événements arrivés au Caire, et
particulièrement de la perte de Dupuis et de Sulkowski. L'exemple
terrible que vous avez donné préviendra sans doute de nouveaux malheurs
et assurera notre tranquillité.

«Les ennemis paraissent ne plus s'occuper d'Alexandrie. Ils ont réuni
une partie de leurs forces vis-à-vis d'Aboukir; ils ont canonné le fort
depuis quatre jours, mais inutilement et sans produire d'autre effet
que la mort d'un seul homme.

«L'ennemi, hier, a paru vouloir débarquer à une lieue d'Aboukir; on a
canonné vigoureusement ses chaloupes, qui, à ce qu'on estime, portaient
environ huit cents hommes. Une seule est arrivée à terre, et n'y est
pas restée deux minutes; puis elles se sont éloignées.

«Si les Anglais veulent entreprendre quelque chose aujourd'hui, ils ne
réussiront pas davantage. Le renfort que j'y ai envoyé fera merveille
au physique et au moral.

«Le transport de l'artillerie que vous demandez est suspendu pour le
moment. On emploiera le peu de chevaux qui sont ici à ce travail
lorsque les circonstances auront changé, et je ne crois pas qu'il faille
attendre longtemps.

«Je ne sais si vous avez des données sur les bâtiments turcs qui sont
ici près, mais je suis bien impatient de fixer mon opinion sur ceux qui
les montent. Jamais un bâtiment turc ne s'approche d'une de nos
batteries sans être suivi d'un vaisseau anglais, et la promptitude avec
laquelle ils sont arrivés ne pourrait-elle faire penser que ce n'est
point une expédition venant de Constantinople, mais quelques bâtiments
en croisière ou de Rhodes, ramassés par les Anglais? Si nous sommes
assez heureux pour que les ennemis essayent encore de descendre, nous
ferons des prisonniers, et nous saurons à quoi nous en tenir.»


MARMONT À MENOU.

    «Alexandrie, 12 novembre 1798.

«J'attache le plus grand prix, mon cher général, aux témoignages de
confiance que vous voulez bien me donner, et personne plus que moi n'en
sent la valeur. Vous m'imposez l'obligation précieuse de les mériter,
et je suis prêt à tout faire pour y parvenir.

«L'amitié avec laquelle vous me traitez m'autorise, mon cher général, à
vous ouvrir mon coeur, et je crois pouvoir vous dire tout ce que je
pense. Vous connaissez mieux que personne ma position, et vous savez
que dans l'ordre des choses le destin de mes jours sera déterminé par
les événements qui auront lieu d'ici à quelque temps. Si des opérations
militaires doivent avoir pour théâtre l'Égypte, rien au monde ne
pourrait me décider à retourner en France. Je sacrifierais ma vie et
mon bonheur futur pour sauver ma gloire et mériter l'estime publique.
Mais, si nous sommes destinés à être bientôt dans une paix profonde, si
enfin l'honneur me permet de partir, je ferai tout au monde pour en
obtenir la permission. Vous voyez, mon général, que ce n'est point
l'erreur d'une passion légère qui me conduit, c'est un calcul plus sage,
et le désir de prévenir des désordres domestiques qui me prépareraient
des tourments éternels, qui me dirige. Je veux fixer la paix, la
tranquillité et la confiance dans ma maison, et me préparer pour tous
les âges un bonheur durable.--Si le général en chef me donne le
commandement que votre bienveillance sollicite pour moi, ne croyez pas
que je risque d'être oublié longtemps ici, et de perdre l'occasion de
profiter des circonstances favorables qui peuvent se
présenter.--Bonaparte me donne trop de témoignages d'amitié pour la
révoquer en doute. Je crois être certain qu'il comptera pour quelque
chose mon bonheur et mes vrais intérêts. Mais, mon cher général, vous
connaissez les hommes, et vous savez combien il est utile de solliciter
soi-même ce que l'on désire. N'est-il donc pas à craindre que les
difficultés se multiplient pour moi si l'on me place ici? Je suis franc
dans ce moment comme je le suis toujours. Je crois que j'y pourrais être
utile, qu'en peu de temps peut-être même j'y remonterais la machine, et
que mon désir de bien faire, mon zèle et vos conseils suppléeraient à
ce qui me manque. Mais vous voyez ma position, assurez-moi votre appui,
mon cher général, pour obtenir mon changement, lorsque vous ne me
croirez plus nécessaire ici, si le général en chef me donne le
commandement d'Alexandrie. Lorsqu'il n'y aura plus de danger, lorsqu'on
ne pourra plus prévoir d'opération militaire, lorsque tout sera
organisé, que votre amitié si franche me tende une main secourable, et
je me consacre avec le plus grand plaisir à tous les travaux qui se
préparent, et que vous dirigerez.

«Pardon, mon cher général, si je vous ai entretenu si longtemps de mes
intérêts, mais vos bontés m'ont inspiré de la confiance, et cette
confiance, mon abandon.»


MENOU À MARMONT.

    «Rosette, 15 novembre 1798.

    «INSTRUCTION ENVOYÉE AU COMMANDANT D'ALEXANDRIE.

«S'il se présente une ou deux frégates turques pour entrer dans le port
d'Alexandrie, le général commandant les laissera entrer.

«S'il se présentait un plus grand nombre de bâtiments de guerre turcs
pour entrer dans le port d'Alexandrie, le général fera connaître à
celui qui les commande qu'il est nécessaire de faire part de sa demande
aux chefs supérieurs: on devra même l'engager à envoyer quelqu'un au
Caire, au général en chef.

«Si le commandant turc persistait à vouloir entrer avec un nombre de
bâtiments qui excéderait celui de _deux_ avant d'avoir la réponse du
Caire, le général emploiera la force pour l'en empêcher.

«Si une escadre turque vient croiser devant le port, et qu'elle
communique directement avec le général, celui-ci prendra d'elle toute
espèce d'informations et lui fera toute espèce d'honnêtetés.

«Si cette escadre, ou tout autre commandant turc, ne voulait
communiquer que par des parlementaires anglais, le général fera
connaître à ces commandants turcs combien cette mesure est indécente et
contraire à la dignité du Grand Seigneur; le général les engagera à
communiquer directement avec lui, sans intermédiaire anglais, et il fera
connaître à ces commandants qu'il regardera comme nulles toutes les
lettres qui, relativement aux Turcs, lui viendraient par des
parlementaires anglais.

«Si ces pourparlers avaient lieu, il faudrait employer mesure,
circonspection, politesse et fermeté.»


MENOU À MARMONT

    «Rosette, 15 novembre 1798.

«Mon cher général, ne parlons plus de devoirs entre nous; ne parlons
que d'amitié: je compte sur la vôtre comme vous pouvez compter sur la
mienne.

«Je suis extrêmement sensible à la confiance que vous me témoignez;
soyez assuré que j'en sens tout le prix et que je ferai tout ce qui
dépendra de moi pour y répondre.

«Mon cher général, l'estime publique vous appartient depuis longtemps,
et la gloire que vous avez acquise partout où vous avez servi est un
capital que vous ne perdrez jamais et qui ne fera que s'augmenter.

«Je sens combien vous devez désirer de retourner en France. Le général
en chef, qui vous aime, qui vous estime, et qui depuis longtemps a des
liaisons particulières avec vous, est certainement, à cet égard, du
même avis que vous et moi, et vous donnera toutes les facilités qui
pourront se concilier avec les circonstances et avec les besoins que la
chose publique et lui ont toujours d'un homme tel que vous. Quant à moi,
mon cher général, je ferai aussi entendre ma faible voix au général en
chef pour tout ce qui peut vous être agréable, mais la vôtre seule
suffirait. Vous êtes dans ce moment d'une utilité majeure à Alexandrie;
vous seul pouvez donner à cette ville et aux troupes le ton qui
convient. Je l'ai demandé au général en chef, j'espère qu'il me
l'accordera; ne vous y opposez pas, et je vous donne ma parole
d'honneur, mon cher général, que vous n'y resterez que le temps
nécessaire pour mettre tout en ordre et pour montrer aux Anglo-Turcs un
homme fait sous tous les rapports, soit pour leur en imposer, soit pour
traiter avec eux.

«Je vous répète que ce n'est que momentané, et que vous ne vous fixerez
à Alexandrie qu'autant de temps que la difficulté des circonstances
vous promettra de la gloire à acquérir. Si, dans les événements qui
vont se succéder rapidement dans ce pays-ci; si, dans les négociations
qui, dans mon opinion (peut-être erronée), vont s'ouvrir, il se
présentait une occasion d'aller en France porter quelque dépêche
importante, ou pour envoyer au Directoire un homme qui, sous tous les
rapports, servît parfaitement bien la chose publique, dressons toutes
nos batteries, mon cher général, pour que vous en soyez chargé. Mais,
au reste, vous connaissez mieux que moi le général en chef: vous êtes
pour ainsi dire son frère d'armes; il sait que, quand il vous charge de
quelque mission importante, c'est un second lui-même qui exécute.

«Je joins ici des instructions qu'il vient de m'envoyer. Je veux, en
attendant que l'affaire du commandement soit arrangée, que vous soyez
instruit de tout et que vous concouriez à tout; je le mande au général
Mauscourt, en lui marquant que c'est mon intention formelle.

«Adieu, mon cher général, comptez à tout jamais sur ma franche amitié.
_Vale et ama_. Pressez la construction des ouvrages.»


BONAPARTE À MARMONT.

    «Au Caire, 29 novembre 1798.

«L'état-major vous donne l'ordre, citoyen général, de prendre le
commandement de la place d'Alexandrie. Je fais venir le général
Mauscourt au Caire parce que j'ai appris que, le 24, il a envoyé un
parlementaire aux Anglais sans m'en rendre compte, et que, d'ailleurs,
sa lettre à l'amiral anglais n'était pas digne de la nation. Je vous
répète ici l'ordre que j'ai donné de ne pas envoyer un seul
parlementaire aux Anglais sans mon ordre. Qu'on ne leur demande rien.
J'ai accoutumé les officiers qui sont sous mes ordres à accorder des
grâces, et non à en recevoir.

«J'ai appris que les Anglais avaient fait quatorze prisonniers à la
quatrième d'infanterie légère. Il est extrêmement surprenant que je
n'en aie rien su.

«Secouez les administrations; mettez de l'ordre dans cette grande
garnison, et faites que l'on s'aperçoive du changement de commandant.

«Écrivez-moi souvent et dans le plus grand détail.

«Je savais depuis trois jours la nouvelle que vous m'avez écrite des
lettres reçues de Saint-Jean-d'Acre.

«Renvoyez d'Alexandrie tous les hommes isolés qui devraient être à
l'armée. Ayez soin que personne ne s'en aille qu'il n'ait ses
passe-ports en règle. Que ceux qui s'en vont n'emmènent pas de
domestiques avec eux, surtout d'hommes ayant moins de trente ans, et
qu'ils n'emportent point de fusils.

«Je vous salue.»


BONAPARTE À MARMONT.

    «Au Caire, 2 décembre 1798.

«Vous ferez réunir chez vous, citoyen général, dans le plus grand
secret, le contre-amiral Perrée, le chef de division Dumanoir, le
capitaine Barré. Vous leur ferez part de la présente lettre; vous leur
ferez les questions suivantes, et vous dresserez un procès-verbal de la
réponse qu'ils feront, que vous signerez avec eux.

PREMIÈRE QUESTION.

«Si la première division de l'escadre sortait, pourrait-elle, après une
croisière, rentrer malgré la croisière actuelle des Anglais, soit dans
le port neuf, soit dans le port vieux?

DEUXIÈME QUESTION.

«Si le _Guillaume Tell_ paraissait avec le _Généreux_, le _Dégo_,
l'_Athénien_ et les trois vaisseaux vénitiens que nous avons laissés à
Toulon, et qui sont actuellement réunis à Malte, la croisière anglaise
serait obligée de se sauver. Se charge-t-on de faire entrer l'escadre
du général Villeneuve dans le port?

TROISIÈME QUESTION.

«Si la première division sortait, pour favoriser sa rentrée, malgré la
croisière anglaise, ne serait-il pas utile, indépendamment du fanal que
j'ai ordonné qu'on allumât au phare, d'établir un nouveau fanal sur la
tour du Marabout? Y aurait-il quelque autre précaution à prendre?

«Si dans la solution de ces trois questions il y avait des opinions
différentes, vous ferez mettre sur le procès-verbal les opinions de
chacun.

«Je vous ordonne qu'il n'y ait à cette conférence que vous quatre. Vous
commencerez par leur recommander le plus grand secret.

«Après que le conseil aura répondu à ces trois questions et que le
procès-verbal sera clos, vous poserez cette question:

«Si l'escadre du contre-amiral Villeneuve partait le 15 frimaire de
Malte, de quelle manière s'apercevrait-on de son arrivée à la hauteur
de la croisière; quel secours les forces navales actuelles du port
pourraient-elles lui procurer, et de quel ordre aurait besoin le
contre-amiral Perrée pour se croire suffisamment autorisé à sortir?

«Combien de temps faudrait-il pour jeter les bouées, pour désigner la
passe?

«Les frégates la _Muiron_ et la _Carrère_, le vaisseau le _Causse_
seraient-ils dans le cas de sortir?

«Après quoi, vous poserez cette autre question:

«Les frégates la _Junon_, l'_Alceste_, la _Courageuse_, la _Muiron_, la
_Carrère_; les vaisseaux le _Causse_, le _Dubois_, renforcés chacun par
une bonne garnison de l'armée de terre et de tous les matelots européens
qui existent à Alexandrie, seraient-ils dans le cas d'attaquer la
croisière anglaise si elle était composée de deux vaisseaux et d'une
frégate?

«Vous me ferez passer le procès-verbal de cette séance dans le plus
court délai.»


MARMONT À BONAPARTE.

    «Alexandrie, 4 décembre 1798.

«J'ai reçu hier, mon cher général, votre lettre du 9, par laquelle vous
me donnez le commandement d'Alexandrie. Je vous remercie de ce nouveau
témoignage de confiance. Je ferai tout pour justifier votre choix, et,
si le zèle le plus constant et l'activité la plus soutenue suffisent,
j'espère m'acquitter d'une manière satisfaisante de la tâche que vous
m'avez imposée: elle ne me paraît pénible que parce qu'elle m'éloigne
de vous.

«Le général Mauscourt a été vivement affecté de son rappel, et des
motifs exprimés dans l'ordre qu'il a reçu. J'ai cherché à le rassurer,
à le calmer, et j'y suis parvenu. Il a presque cru que vous attaquiez
son honneur et sa probité, et il voulait à toute force faire mettre les
scellés sur ses papiers. Je l'en ai dissuadé, et je lui ai promis de
vous écrire pour attester près de vous, non la bonté de son
administration, mais la pureté de ses intentions. Il compte partir dans
deux jours pour se rendre à vos ordres.

«Je prends le commandement d'Alexandrie dans des circonstances
difficiles. Il se consomme journellement ici (la ration n'étant que
d'une livre) quatre-vingt-quinze quintaux de blé, et il n'existe en
magasin, aujourd'hui, que cinq cents quintaux. Nous n'avons de vivres
que pour environ cinq jours.

«Le général Menou a imposé, sur Damanhour, une contribution de deux
mille quintaux de blé, de cinq cents d'orge, de cinq cents de fèves,
qui doivent être versés à Alexandrie. Nous serions bien riches si tout
cela y était arrivé; mais nous avons pour tout moyen de transport
quatorze malheureux chameaux, et, au compte que je viens de faire, cent
chameaux portant du blé de Damanhour à Alexandrie pourraient à peine
suffire à la consommation journalière. Il faut donc réunir plusieurs
moyens.

«Je fais chercher, sur le lac Madieh, une passe pour aller le plus près
d'Alexandrie, au point le plus près de Rosette. On n'aurait plus alors
qu'un transport par terre de trois lieues du côté de Rosette, et de
deux lieues du côté d'Alexandrie; et les chameaux, retournant chaque
jour à leur gîte, n'ayant plus la dangereuse passe d'Aboukir à
traverser, seraient susceptibles d'un plus grand travail. L'officier
que j'ai envoyé pour ce travail sera, j'espère, de retour ici dans deux
jours.

«Ce moyen n'exige pas moins une grande quantité de chameaux. Je ne vois
qu'une manière de se les procurer. Les Arabes en ont beaucoup, et,
comme ils nous craignent, ils se tiennent toujours enfoncés dans les
déserts. Ils éprouvent aujourd'hui une perte très-considérable: les
pâturages des bords du canal, qui, les autres années, faisaient leur
richesse, sont déserts maintenant et ne servent à personne. J'espère
les décider à envoyer ici des otages pour obtenir la liberté d'amener
leurs troupeaux dans ces environs. Alors nous aurions à notre
disposition, et à bas prix, un grand nombre de chameaux, qui, avant que
la navigation du lac soit en activité, apporteraient quelques charges
de Damanhour.

«Le général Perrée, le citoyen Dumanoir, et tous les marins, pensent
qu'il est possible, pendant le temps de l'absence de la lune, de faire
venir de Rosette des djermes. Je l'ai mandé au général Menou, qui n'a
pas cru devoir risquer le blé qu'elles contiendraient. Je lui propose,
par ce courrier, de nous envoyer deux djermes chargées de paille. Cette
paille nous sera très-précieuse, et, si elle est prise, la perte ne
sera pas considérable. Si elles arrivent, on pourra en envoyer d'autres
chargées de blé.

«Enfin, mon général, d'ici à dix jours, j'espère avoir organisé un
transport de blé qui excédera la consommation.

«J'emprunterai aux habitants du blé, que nous leur rendrons en nature
quand nous en serons pourvus.»


MARMONT À BONAPARTE.

    «Alexandrie, 6 décembre 1798.

«Le général Menou vous a sans doute rendu compte, mon cher général, du
départ de tous les bâtiments à pavillon rouge; trois vaisseaux anglais
seulement sont à notre vue: deux croisent devant Alexandrie, un à
Aboukir, mouillé.

«Je crois maintenant les transports par mer possibles: nous allons
l'essayer. Dût-il y avoir quelque danger, il faudrait encore y avoir
recours, car nos besoins sont pressants: nous sommes sans blé, nous
n'en avons plus que pour demain, et il faut renoncer à l'idée
d'approvisionner Alexandrie par des caravanes. Cent cinquante chameaux
marchant continuellement pourraient à peine suffire à la consommation
journalière.

«Les rapports que j'ai eus sur la navigation du lac sont satisfaisants:
les deux points d'embarquement seront, l'un à une lieue et demie
d'Alexandrie, et l'autre à quatre lieues de Rosette. Ainsi nos
transports par terre seront diminués; mais cette navigation ne peut pas
être mise en activité sur-le-champ: il faut donc employer la navigation
extérieure, qui j'espère, sera heureuse, et pourvoira à nos besoins.
J'envoie, à cet effet, à Rosette, un officier de marine et deux
aspirants intelligents capables de conduire les djermes.

«Les agences en chef des différents services n'ont rien envoyé depuis
longtemps aux agents d'Alexandrie; en conséquence, personne n'a un sou:
il est difficile que la machine aille. Le divan fournit, en attendant,
de la paille, du bois pour la consommation journalière de la garnison,
et de la viande pour les hôpitaux. Ces ressources seront bientôt
épuisées, et je n'y compte que pour très-peu de temps; aussi vais-je
chercher à me pourvoir ailleurs.

«Il est dû à la garnison d'Alexandrie les mois de vendémiaire et de
brumaire, tandis que la première décade de frimaire est payée à l'armée.

«Les travaux du génie sont sans activité, parce qu'on n'a encore rien
donné sur l'ordonnance de vingt mille francs que vous avez fait
délivrer.

«J'ai emprunté quinze cents quintaux de blé au divan pour pourvoir à la
subsistance de quinze jours. J'espère que d'ici à ce temps-là, s'il
nous arrive quelque argent et que nous profitions bien de la
circonstance, nous serons dans l'abondance; et alors je rendrai en
nature, ainsi que j'ai promis, quinze cents quintaux.

«Le divan ne marchait pas; je lui ai adjoint, pour le stimuler un peu,
le capitaine Arnaud, qui est bien capable d'en tirer parti. Le divan
s'assemblera tous les deux jours; le capitaine Arnaud me représentera.
Dans les cas extraordinaires, je le convoquerai chez moi.

«Je vais chercher à faire venir du bois par Aboukir.»


MARMONT À BONAPARTE.

    «Alexandrie, 24 décembre 1798.

«J'espère, mon cher général, que nous avons vaincu le mal, et que, si la
peste reparaît, elle ne fera pas de grands ravages. Nous n'avons, depuis
ma dernière lettre, qu'un seul accident de peste: un tailleur français
avait sa boutique remplie de vieilleries; il est tombé malade et est
mort. Nous avons pris toutes les précautions que la prudence nous a
suggérées pour empêcher la propagation de la maladie, et nous en avons
senti les bons effets.

«Les vents constamment contraires ont empêché les djermes chargées de
blé d'arriver de Rosette ici, de manière que nous finissons aujourd'hui
de consommer l'emprunt de blé que j'ai fait il y a quinze jours. Il a
fallu encore avoir recours au divan. J'ai trouvé en lui beaucoup de
bonne volonté, et il a été convenu qu'un négociant serait chargé de
nous fournir chaque jour cent quintaux de blé. Le divan fera les fonds
nécessaires s'il en est besoin, et, dans tous les cas, demeure
responsable du prix de ce blé. J'ai pris le double engagement près du
divan, et comme commandant à Alexandrie, et comme particulier, de le
lui faire payer, c'est-à-dire que je lui rendrai, quand nos blés seront
arrivés, la quantité qui représentera la somme d'argent qui aura été
dépensée. Ainsi nos besoins sont pourvus pour le moment.

«Comme les vents peuvent être encore longtemps contraires, j'ai dû
penser aux transports intérieurs. Je me suis adressé aux Arabes qui
environnent Alexandrie; j'ai à peu près la certitude d'obtenir d'eux
cent cinquante à deux cents chameaux, qui apporteront le blé à
Alexandrie, et qui seront payés en nature à raison d'un tiers de la
charge, c'est-à-dire que le transport de deux ardebs, pesant huit cent
quarante livres, ne nous coûtera qu'un ardeb pris à Rosette, dont la
valeur est de trois piastres, ce qui est très-bon marché.

«Dans deux jours la navigation du lac sera en activité. Le premier
objet sera de m'approvisionner en fourrage; j'en ai, depuis six jours,
fait faire un gros magasin sur le bord du lac, près de l'Élowa, et, là,
cinquante bateaux iront le prendre pour l'apporter ici, ou au moins à
l'extrémité du lac, près d'Alexandrie.

«Depuis longtemps les envois de Damanhour sont suspendus. J'attribue ce
retard aux difficultés locales que le pays présente à un Français. Je
crois que le meilleur moyen pour ramener ici l'abondance, pour faire
facilement et promptement acquitter la contribution de Damanhour, enfin
pour profiter de toutes les ressources qu'offre ce pays, qui doit être
considéré comme le grenier d'Alexandrie, serait d'étendre jusqu'à
Damanhour le commandement du shériff d'Alexandrie. Il nous est
extrêmement utile; il le serait bien davantage s'il avait, pour pourvoir
à nos besoins, un pays riche et peuplé; et personne n'en tirerait un
plus grand parti que lui, parce qu'il joindrait alors à l'estime qu'on a
pour lui les moyens que donne l'autorité. L'unité de commandement ne
serait pas blessée, puisqu'il ne ferait qu'exécuter les ordres du
général Menou.

«J'ai trouvé un Arabe dont je suis sûr et qui partira demain pour
Derne. Quatre jours après, j'en ferai partir un autre: ils porteront
tous deux des lettres à un négociant et à un juif qui y fait les
affaires des Français. On pourrait, à telle fin que de raison, se
servir de ce moyen-là pour envoyer une lettre jusqu'à Tripoli, car il y
va souvent des bateaux.

«J'ai l'état, bâtiment par bâtiment, des matelots du convoi: le nombre
s'en élève à quinze cent trente-cinq, y compris les capitaines. Il me
paraît, d'après cela, difficile de vous en envoyer huit cents. Demain
nous prendrons tout ce qui peut remplir votre but et nous vous
l'enverrons. Quant aux Napolitains, dont les bâtiments ont été brûlés,
une centaine s'est réfugiée sur les vaisseaux de guerre. Nous les aurons
quand nous voudrons; mais ils sont en quarantaine.

«Je vous remercie de la défense que vous avez faite de recevoir en
payement du vin les billets de la caisse du Caire; il en était déjà
arrivé pour soixante mille francs.»


MARMONT À BONAPARTE.

    «Alexandrie, 22 janvier 1799.

«Nos maux s'aggravent chaque jour, mon cher général, nos pertes
augmentent à chaque instant: la journée d'avant-hier nous a coûté
dix-sept hommes morts; celle d'hier à peu près autant. Notre position
est vraiment déplorable. Je n'exagère pas nos malheurs; mais, si on ne
vient promptement à notre secours, ils seront bientôt à leur comble. Le
mécontentement des troupes est extrême et tel, que je puis
raisonnablement craindre une insurrection; si elle arrive, je saurai ou
tout ramener à l'ordre ou succomber; mais qu'on ne nous abandonne pas;
et ces malheurs-là seront prévenus. Tout est ici six fois plus cher
qu'à Paris, et il n'y a qu'une très-petite partie de la garnison qui
ait reçu le mois de vendémiaire; la misère est donc excessive, et les
troupes disent hautement qu'on ne les paye pas, parce qu'on espère
bientôt les voir périr. Ajoutez à cela la lecture des ordres du jour,
qui leur annonce que l'armée est payée régulièrement, et qui leur fait
croire que l'argent destiné pour eux est distrait par les autorités
immédiates qui les commandent. La ration, d'ailleurs, n'est que d'une
livre de pain, à cause de la disette extrême de blé que nous éprouvons;
il ne nous reste plus de bois, et voyez si le mécontentement des
soldats n'est pas fondé.

«J'ai fait part de toutes mes inquiétudes et de tous mes chagrins au
général Menou, et je n'ai obtenu que des phrases de consolation. Ce
n'est qu'à regret que je vous fais une peinture aussi triste; mais je
ne puis m'adresser qu'à vous pour obtenir un remède, le général Menou
n'en trouvant pas. J'ose, espérer, d'ailleurs, que vous m'estimez assez
pour croire que le récit que je vous fais est littéralement vrai.

«Vous avez réuni le commandement des trois provinces, afin que la ville
d'Alexandrie, qui ne peut pas exister par elle-même, reçût de l'argent
et des subsistances de Rosette; vos intentions ne sont pas remplies. Le
général Menou s'isole, et le miri des provinces de Rosette et de Bahiré,
qui pourrait servir à payer ici les troupes, est employé à tout autre
usage. Un négociant d'ici vient de m'assurer à l'instant que son
correspondant vient de lui écrire que le général Menou venait de faire
rembourser six mille talaris, formant le tiers d'une contribution qui a
été payée par la province de Rosette, il y a quelques mois. Et quel
moment le général Menou choisit-il pour cela? celui où nous manquons de
tout, et où la terre, la marine, les soldats et les administrations,
sont dans une égale misère!

«Le commandement que vous m'avez donné de la province de Bahiré me
donnerait quelques moyens pour faciliter nos transports, si la
quarantaine ne mettait obstacle à tout; mais je ne puis disposer de
rien; le général Menou a donné ses ordres à l'adjudant général le Turcq;
ainsi ce commandement est illusoire.

«Le général Menou vient d'ordonner que les caravanes ne partiraient de
Rosette que tous les cinq jours; ainsi c'est lorsque nous avons le plus
besoin de secours que les communications deviennent plus rares.

«Le général Menou vient de défendre, sous les peines les plus graves, à
qui que ce soit, de se joindre aux caravanes. Ainsi trois ou quatre
cents âmes, qui, sous la protection du détachement français, nous
apportaient régulièrement ici des subsistances, n'osant pas marcher
seuls à cause des Arabes, né viendront plus, et nous faisons par là un
pas vers la famine.

«Nous n'avons pas reçu de Rosette, depuis trois semaines, un grain de
blé, et nous en avons tout juste pour quarante-huit heures.

«Il a été impossible de vendre ici la plus petite quantité de vin;
personne n'est venu en acheter; et cela me paraît tout simple. Voici le
parti que j'ai pris. J'ai forcé les habitants à l'acheter, le divan s'y
est refusé formellement. Après avoir tourné la question de toutes les
manières, sans avoir pu le décider, je lui ai signifié que je me
chargeais de tous les détails, qu'il y aurait sans doute moins de
justice dans les répartitions, parce que j'avais des connaissances
locales moins exactes qu'eux, mais que mon but serait rempli et que
j'aurais de l'argent. J'ai pris ensuite le nom des quinze négociants
turcs les plus riches, et leur ai fait signifier que je ne connaissais
qu'eux et qu'ils eussent à fournir, sous deux fois vingt-quatre heures,
la portion des musulmans. Le divan, qui a senti sa faute, m'a envoyé
demander pardon de s'être ainsi refusé à mes demandes, et s'en est
lui-même chargé; j'ai cru indispensable de diminuer de vingt-cinq mille
livres les cent cinquante mille livres portées dans mon arrêté; il m'eût
été impossible de porter le vin à trois livres; je l'ai mis à cinquante
sous.

«Ces cent vingt-cinq mille livres serviront à payer un mois à la
garnison; la marine vingt-cinq mille, le génie huit à dix mille,
l'artillerie deux mille; il ne restera plus rien. Vous voyez que les
secours que je vous demande au commencement de cette lettre n'en sont
pas moins pressants.

«Le médecin Valdony, que vous m'avez annoncé, n'est pas arrivé, je crois
même qu'il n'est pas parti.

«Nous n'avons plus de chirurgiens pour nos hôpitaux; je vous demande
avec la plus vive instance de nous en faire envoyer.

«Le commissaire des guerres Renaud est mort, le commissaire Michaud est
en quarantaine; le service ici est entre les mains du commissaire
adjoint de Damanhour; il est incapable de mener une machine aussi vaste,
et d'ailleurs il est nécessaire dans sa province; je vous demande de
nous en faire envoyer un.

«La commission sanitaire fait tout ce qu'elle peut; je lui ai adjoint
deux capitaines de bâtiments marchands, afin de l'aider dans ses
pénibles travaux.

«J'attends votre réponse à ma lettre du 26, afin de savoir si je dois
envoyer à Damanhour les marins dont je vous ai parlé.

«La caravelle serait partie ce matin si un vaisseau anglais n'était
paru.

«Je n'ai reçu qu'hier votre arrêté du 22 nivôse; je vais le mettre à
exécution; les alléges sont prêtes.»


BONAPARTE À MARMONT.

    «Au Caire, 5 février 1799.

«Puisqu'il est impossible que la caravelle parte de nuit, puisqu'elle
ne peut pas profiter du moment où les Anglais sont loin pour sortir,
qu'elle sorte lorsqu'elle voudra, et le plus tôt possible.

«Je vous salue.»


MARMONT À BONAPARTE.

    «Rosette, 23 février 1799.

«Nos maux augmentaient, mon cher général, et je ne voyais aucun moyen
de leur apporter de remède, tant qu'Alexandrie resterait dans l'oubli
où cette ville est depuis longtemps. J'ai pris le parti de venir passer
quarante-huit heures ici. J'ai respecté les lois sanitaires, et me suis
campé hors la ville. Le général Menou m'a remis le commandement. J'ai
sur-le-champ fait un emprunt de cent vingt mille francs, hypothéqué sur
les rentrées de l'arrondissement. La moitié sera payée ce soir, et je
l'emporterai avec moi. Le reste me suivra de près. Je payerai avec cet
emprunt la première quinzaine de frimaire aux troupes. Je donnerai une
vingtaine de mille francs à la marine, et je donnerai assez d'argent au
génie pour pousser vigoureusement les travaux, qui depuis longtemps
déjà sont suspendus.

«C'est la perspective qu'offrent les événements que l'on peut présumer
qui m'a décidé à venir trouver le général Menou, et de lui demander ou
de me donner des secours, ou de me remettre le commandement que vous
m'avez confié. Votre absence me rend personnellement responsable de tout
ce qui doit être fait, et j'ai été effrayé en pensant qu'en restant
encore quelque temps dans la même sécurité la ville d'Alexandrie ne
serait pas capable de la résistance qu'il est nécessaire qu'elle oppose.

«J'ai donc cru devoir mettre de côté les considérations particulières,
au risque même de déplaire au général Menou. J'ai cru indispensable de
tout sacrifier aux besoins pressants de la place d'Alexandrie. J'ai
pensé surtout qu'il fallait faire arriver promptement les
fortifications à un terme qui donnât quelque confiance; et je crois
pouvoir atteindre ce but; mais il fallait de la prévoyance; et, si
j'eusse attendu encore quelque temps, je crains bien qu'il n'eût été
trop tard.

«J'ai donc fait ce que j'ai cru devoir faire, et ce que vos derniers
ordres m'ont autorisé à faire. J'ai pensé exclusivement à préparer la
défense d'Alexandrie, à laquelle mon honneur aujourd'hui est lié. Le
général Menou m'a parfaitement reçu et a paru me céder sans peine le
commandement. Il part sous peu de jours pour le Caire. Il sent, mon
général, l'impossibilité d'envoyer un bataillon à Damanhour. Les quatre
qui font la garnison ne forment en tout que quatre cent quatre-vingts
fusiliers pour le service. Jugez, je vous prie, s'il est possible de
diminuer ce nombre.

«Le général Menou me laisse donc la légion nautique, moins un
détachement qui partira avec lui. Je vais l'envoyer à Ramanieh, afin de
mettre à même le chef de brigade Lefebvre de s'établir de nouveau à
Damanhour. Je vais avec ce secours presser la rentrée des contributions.
Malgré tous mes efforts, elles ne s'élèveront jamais à la hauteur des
dépenses fixes de l'arrondissement. Je vous enverrai par le premier
courrier le tableau des différences.

«La peste va bien à Alexandrie; les accidents sont devenus moins
fréquents, et le nombre des morts moins considérable: nos hôpitaux ne
perdent pas plus de trois à quatre hommes par jour.

«Les Anglais sont toujours en présence. Ils ont suspendu depuis quelques
jours leur bombardement.»

FIN DU TOME PREMIER.


TABLE DES MATIÈRES

Avis de l'éditeur.

LIVRE PREMIER.--1774-1797.

Naissance de Marmont (1774).--Sa famille.--Ses premières
années.--Premières relations avec Bonaparte (1792).--Admission à
l'école d'artillerie.--Foy.--Duroc.--Premières amours.

Admission au 1er régiment d'artillerie.--Lieutenant (1793).--Camp de
Tournoux.--Premier combat.--Siége de Toulon.--Bonaparte à
Toulon.--Carteaux.--Dugommier.--Du Teil.--Junot.--Attaque du
Petit-Gilbraltar (17 décembre 1793).--Pillage de
Toulon.--Massacres.--Anecdotes.--Oneille (1794).

Situation intérieure de la France.--La terreur.--9
thermidor.--Bonaparte accusé.--Son opinion sur le 9 thermidor.--Projet
d'une expédition maritime contre la Toscane.--Bonaparte quitte l'armée
d'Italie.--Siége de Mayence (1795).--Retraite de l'armée française.

Pichegru.--Desaix.--15 vendémiaire.--Barras.--Marmont aide de camp du
général Bonaparte.--Madame Tallien.--Bal des
victimes.--Directoire.--Dumerbion.--Kellermann.--Bataille de Loano (23
novembre 1795).--Schérer.--Hiver de 1795 à 1796 à Paris.--Mariage de
Bonaparte.


CORRESPONDANCE DU LIVRE PREMIER.

Lettre de Marmont à son père, du camp de Saint-Ours.

--         --     à sa mère, du camp de Saint-Ours.

Lettre de Marmont à son père, de Certamussa.

--         --     à sa mère, de Saint-Paul.

--         --     à son père, de Toulon.

Rapport original de la prise de Toulon au président de la Convention
nationale.

Ordre du jour du général Dugommier.

Lettre de Marmont à sa mère, du fort de la Montagne.

--         --     à son père, du fort de la Montagne.

--         --     à sa mère, en rade.

--         --     à son père, à bord du brick l'_Amitié_.

--         --     à sa mère, de Toulon.

--         --     à son père, de Strasbourg.

--         --     à sa mère, d'Ober-Ingelheim.

--         --     à son père, d'Ober-Ingelheim.

--         --     à sa mère, d'Ober-Ingelheim.

--         --     à son père, d'Ober-Ingelheim.

--         --     à son père, d'Ober-Ingelheim.

--         --     à sa mère.


LIVRE DEUXIÈME.--1797-1798.

Masséna.--Augereau.--Serrurier.--Laharpe.--Stengel.--Berthier.--Montenotte
(11 avril 1796).--Dego.--Mondovi.--Cherasco.--Mission de Junot et de
Murat.

Passage du Pô (16 et 17 mai).--Lodi.--Milan.--Pavie.--Borghetto.--Valleggio:
création des guides.--Vérone.--Mantoue investie.--Emplacement de
l'armée française.--Anecdotes.--Madame Bonaparte.--Armistice avec le
roi de Naples.--Surprise du château Ubin.

Siège de Mantoue.--Lonato (3 août 1796).--Anecdote.--Castiglione (5
août).--Roveredo.--Trente.--Lavis.--Bassano.--Cerea.--Deux
Castelli.--Saint-Georges.--Marmont envoyé à Paris.--Arcole (17
novembre) .--Les deux drapeaux.--Réflexions sur les opérations de
Wurmser.--Rivoli (15 janvier 1797).--La Favorite (17
janvier).--Capitulation de Mantoue (2 février).

Expédition contre le pape Pie VI.--Trait de présence d'esprit de
Lannes.--Prise d'Ancône.--Singulière défense de la garnison.--Monge et
Berthollet.--Tolentino.--Pie VI.--Rome.--L'armée française entre dans
les États héréditaires (10 mars 1797).--Tagliamento (16 mars).--Joubert
dans le Tyrol.--Neumarck (13 avril).--Mission de Marmont auprès de
l'archiduc Charles.

Armistice de Leoben (avril 1797).--Causes des premières ouvertures
faites par Bonaparte.--Traité préliminaire de paix avec l'Autriche (19
avril).--Réponse de M. Vincent à Bonaparte.--Troubles de Bergame (12
mai).--Venise se déclare contre la France.--Mission de Junot.--Le
général Baraguey-d'Hilliers marche sur Venise.--Entrée des Français
dans la ville.--Création de la République transpadane.--Alliance avec
la Sardaigne.

18 fructidor.--Pauline Bonaparte.--Leclerc.--Négociation de
Passeriano.--Le comte de Cobentzel.--Clarke.--Anecdote.--Madame
Bonaparte à Venise.--Desaix à Passeriano.--Première idée sur
l'Égypte.--Existence de Bonaparte en Italie.--L'armée du Rhin confiée à
Augereau.--Paix de Campo-Formio (17 octobre
1797).--Dandolo.--Anecdotes.--Voyage de Milan à Radstadt et de Radstadt
à Paris.


CORRESPONDANCE DU LIVRE DEUXIÈME.

Lettre de Marmont à son père, de Cairo.

--         --     à son père, de Cherasco.

--         --     à sa mère, de Crémone.

--         --     à son père, de Milan.

--         --     à son père, de Peschiera.

--         --     à sa mère, de Milan.

--         --     à son père.

--         --     à son père, de Bassano.

--         --     à son père, de Castiglione.

--         --     à son père, de Brescia.

--         --     à son père, de Vérone.

--         --     à sa mère, de Milan.

--         --     à son père, de Goritz.


LIVRE TROISIÈME.--1798-1799.

Retour du général Bonaparte à Paris.--Sa conduite politique.--Situation
intérieure de la France.--Première idée d'une descente en
Angleterre.--Bonaparte, nommé général en chef de l'armée d'Angleterre,
reconnaît l'impossibilité d'effectuer une descente.--Mariage de
Marmont.

Projet arrêté d'une grande expédition en Égypte.--Moyen par lequel on
se procure de l'argent.--Départ de Toulon (19 mai
1798).--Anecdote.--Réflexions sur l'expédition
d'Égypte.--Malte.--Alexandrie (1er juillet).--Les
mameluks.--Mourad-Bey.--Ibrahim-Bey.--L'armée française
d'Égypte.--Marche sur le Caire.--Les savants.--Ramanieh (13 juillet).--Le
Nil.

Premier engagement avec les mameluks.--Combat de la
flottille.--Chébréiss.--Camp de Ouardan (19
juillet).--Embabéh.--Pyramides.--Pêche aux mameluks.--Entrée au
Caire.--Mécontentement de l'armée.--Expédition contre Ibrahim.--Aboukir
(1er août).--Paroles de Bonaparte en apprenant ce désastre.

Mission confiée au général Marmont.--Excursion malheureuse dans le
Delta.--Le canal du Calidi.--Influence des vents.--Apparition d'une
flotte anglo-turque à Alexandrie (26 octobre 1798).--Dilapidations.--Le
général Mauscourt.--Marmont nommé commandant d'Alexandrie.--Menou.--Son
singulier caractère.--Peste.--Réflexions sur cette
maladie.--Bombardement sans effet contre Alexandrie.--Idris-Bey et M.
Beauchamp.--Arnault.--Triste situation des Français à Alexandrie.


CORRESPONDANCE DU LIVRE TROISIÈME.

Lettre de Marmont à Bonaparte, d'Alexandrie.

--     de Menou à Marmont, de Rosette.

--     de Marmont à Bonaparte, d'Alexandrie.

--         --     à Menou, d'Alexandrie.

--     de Menou à Marmont, de Rosette.

--         --     à Marmont, de Rosette.

--     de Bonaparte à Marmont, du Caire.

--         --     à Marmont, du Caire.

--     de Marmont à Bonaparte, d'Alexandrie.

--         --     à Bonaparte, d'Alexandrie.

--         --     à Bonaparte, d'Alexandrie.

--         --     à Bonaparte, d'Alexandrie.

--     de Bonaparte à Marmont, du Caire.

--     de Marmont à Bonaparte, de Rosette.

FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES DU TOME PREMIER.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires du maréchal Marmont, duc de Raguse (1/9)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home