Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires du maréchal Marmont, duc de Raguse (1774-1852) (4/9)
Author: Marmont, Auguste Frédéric Louis Viesse de, duc de Raguse, 1774-1852
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires du maréchal Marmont, duc de Raguse (1774-1852) (4/9)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



http://dp.rastko.net. This file was produced from images
generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica)



MÉMOIRES
DU MARÉCHAL MARMONT
DUC DE RAGUSE
DE 1792 A 1841

IMPRIMÉS SUR LE MANUSCRIT ORIGINAL DE L'AUTEUR
Avec
LE PORTRAIT DU DUC DE REISCHSTADT
CELUI DU DUC DE RAGUSE
ET QUATRE FAC-SIMILE DE CHARLES X, DU DUC D'ANGOULÊME, DE L'EMPEREUR
NICOLAS ET DU DUC DE RAGUSE


TOME QUATRIÈME


PARIS
PERROTIN, LIBRAIRE-ÉDITEUR 41, RUE FONTAINE-MOLIÈRE, 41



L'éditeur se réserve tous droits de traduction et de reproduction.


1857



MÉMOIRES
DU MARÉCHAL
DUC DE RAGUSE



LIVRE QUINZIÈME

1811--1812

SOMMAIRE--Situation du théâtre de la guerre.--Erreurs de
Napoléon.--Entrée des Français en Espagne.--Envahissement du
Portugal.--Insuccès du maréchal Soult.--Prise de Saragosse.--Incapacité
de Joseph.--Masséna envoyé en Portugal.--Force des sixième et huitième
corps.--Prises d'Astorga, de Rodrigo, d'Almeida.--Bataille de
Busaco.--Retraite des Anglais sur Coïmbre.--Leur système de
défense.--Épuisement de l'armée française.--Retraite de Masséna.--Combat
de Fuentes-de-Oñore.--Le duc de Raguse prend le commandement de l'armée
dite du Portugal.--Situation de cette armée.--Parallèle avec l'armée
anglaise.--Marche sur Badajoz.--Positions occupées par l'armée du
Portugal.--Moulins à bras.--Embarras financiers.--Mauvais vouloir de
Joseph.--Ravitaillement de Ciudad-Rodrigo.--Combat d'El-Bodon.--L'armée
anglaise repasse la Goa.--Le quartier général à Talavera.--Excursion à
Madrid.--Conversation avec Joseph.--Catastrophe arrivée à la division
Girard, de l'armée du Midi.--Le duc de Raguse à Valladolid.--Entrée en
campagne de l'armée anglaise.--Prise de Rodrigo.--Le général
Barrée.--Prise de Valence.--Anecdote.--Ordres de l'Empereur.--Lettre du
duc de Raguse.--Singulières paroles de l'Empereur au colonel
Jardet.--Mouvement de l'armée sur l'Aguada.--Entrée au Portugal.--Combat
de Larda.--Belle charge conduite par le colonel Denis de
Damrémont.--Prise de Badajoz par les Anglais.--Opérations offensives des
Anglais.--Reddition de Salamanque.--La division Bonnet évacue les
Asturies pour se porter sur le Duero.--Refus de secours du général
Caffarelli et du roi Joseph.--Nécessités de prendre
l'offensive.--Passage du Duero.--Précipitation du général
Mancune.--L'armée prend position à Nava del Rey.--Passage de la
Guareña.--Position des deux armées le 22.--Le duc de Raguse grièvement
blessé.--Bataille de Salamanque.--Retraite sur le Duero.--Secours
tardifs.--L'armée de Portugal prend position à Burgos.--Singulière
consolation du colonel Loverdo.--Arrivée du duc de Raguse à
Bayonne.--Enquête ordonnée par l'Empereur.--Entrevue avec l'Empereur à
son retour de Russie.

Avant de commencer le récit des opérations militaires de l'armée de
Portugal sous mon commandement, il convient de jeter un coup d'oeil
rapide sur la situation du théâtre de la guerre et de faire un exposé
succinct des événements qui s'y étaient passés.

L'Espagne, dont l'affranchissement dans le moyen âge fut le résultat de
si longs et de si héroïques efforts, avait dû sa grandeur au caractère
du peuple qui l'habite, à son amour inné pour l'indépendance et pour la
liberté. L'Espagne avait, sous plusieurs de ses princes, joué le premier
rôle en Europe, et acquis dans le monde entier la puissance la plus
formidable; mais, depuis deux siècles, elle ne faisait plus que
décroître. Sous Charles V, les institutions qui réglaient l'exercice de
la puissance du monarque disparurent en grande partie, et ce fut à ce
prix qu'elle paya l'éclat que ce règne glorieux jeta sur le nom
espagnol. Le sombre Philippe II imprima à son règne son caractère
propre; mais le pouvoir royal, en acquérant encore une plus grande
intensité, fut dépouillé du brillant que la gloire lui avait donné. La
puissance du clergé, ses richesses, le pouvoir temporel que lui avait
donné l'inquisition, les proscriptions qui en furent la suite,
modifièrent le caractère espagnol. Cet esprit d'aventures, qui lui était
propre, fit place à une disposition à la crainte, à la gravité, à la
tristesse et à l'habitude du silence qu'il n'a jamais perdue depuis. Les
mauvais règnes qui suivirent, en faisant disparaître toute espèce
d'ordre dans l'administration, engendrèrent partout la misère et
l'anarchie. Enfin cette puissante monarchie cessa de jouer un rôle en
Europe.

La maison de Bourbon, appelée, par le testament de Charles II et les
droits qu'elle tenait de son sang, à recueillir cet héritage, finit par
l'obtenir presque tout entier. On sait quels sacrifices la longue guerre
qu'il occasionna imposa à la France; mais l'Espagne, traversée, tour à
tour et dans tous les sens, par les armées belligérantes, ravagée et
appauvrie, devint le théâtre de dévastations dont les traces existent
encore aujourd'hui.

Philippe V, paisiblement établi sur son trône, fit disparaître les
dernières traces de liberté dans la Péninsule, et l'Aragon, qui,
jusqu'alors, avait triomphé des efforts des princes autrichiens, perdit
ses franchises. A l'enthousiasme religieux qui, pendant plusieurs
siècles, avait été l'âme de l'inquisition, fut substitué un esprit
étroit et méticuleux qui isolait l'Espagne du reste de l'Europe et
empêchait les lumières et l'esprit d'amélioration d'y pénétrer. Enfin la
faiblesse des princes qui se succédèrent sur le trône amena par degrés
un empire riche et puissant à un état inconnu de misère et de faiblesse.
Un seul règne, celui de Charles III, suspendit momentanément les maux
qui pesaient sur l'Espagne, et sembla devoir rendre la vie à ce pays. De
sages ministres rétablirent l'ordre dans l'administration et firent
exécuter des travaux utiles; mais leur action fut passagère. Le faible
Charles IV déposa son pouvoir entre les mains d'un favori ignorant et
corrompu, Emmanuel Godoy, et cet événement mit le comble aux maux qui,
depuis deux cents ans, avaient accablé l'Espagne.

Godoy, simple garde du corps, fut choisi par la reine pour l'un de ses
amants. La passion qu'il lui inspira le porta rapidement aux premiers
emplois, et, en cinq ans, il avait parcouru tous les degrés qui mènent
aux premières dignités de l'ordre social. Il acquit sur l'esprit de
Charles IV un ascendant encore supérieur à celui qu'il exerçait sur
celui de la reine. Ainsi, amant de Marie-Louise, favori du roi, il fut
le dépositaire du pouvoir le plus absolu. Aucune disposition salutaire
ne marqua son administration, et la puissance de l'Espagne retomba
promptement au-dessous du point d'où Charles III l'avait tirée.

La guerre éclata en 1793 entre la France et l'Espagne. Charles IV, après
avoir employé tous les moyens d'influence en son pouvoir pour sauver la
vie du malheureux Louis XVI, crut de son devoir et de sa dignité de
venger sa mort. En ce moment, les moyens de la France pour résister à
l'Espagne étaient nuls, ceux de l'Espagne pour attaquer étaient faibles;
mais le gouvernement fut puissamment secondé par l'énergie et le
patriotisme du peuple espagnol, et soixante-treize millions de dons
patriotiques furent versés dans les caisses du roi d'Espagne. Godoy ne
sut ni remplir la noble mission qu'il recevait du peuple espagnol, ni
utiliser les ressources qui lui étaient prodiguées, ni relever l'éclat
de la couronne de son maître, ni honorer le nom espagnol, impatient de
renaître. Des succès éphémères, suivis de prompts revers, remplirent
deux campagnes, terminées par une paix avantageuse pour la France, et
qui valut, comme récompense nationale, à Godoy le titre de prince de la
Paix. Le même esprit, la même faiblesse, amenèrent une alliance et un
grand scandale. Le _Pacte de famille_, ouvrage immortel de Charles III,
fait dans l'intérêt des Bourbons, fut invoqué et rétabli entre les
Bourbons d'Espagne et les meurtriers du chef de leur maison.

Cet état de choses dura pendant la République; mais l'alliance devint
beaucoup plus lourde pour l'Espagne à l'avènement de Bonaparte au
pouvoir; car, dès ce moment, la France ne mit aucune borne à ses
exigences.

Napoléon, quoique accoutumé à voir tout céder devant lui, conçut du
mépris pour le peuple espagnol, qu'il voyait si soumis. Il confondait la
nation avec son gouvernement, et rien ne se ressemblait moins: le
gouvernement était arrivé aux limites du possible en fait de corruption
et de faiblesse; mais le peuple espagnol, sous le joug le plus
avilissant, n'avait rien perdu de sa fierté ni de ses vertus. C'était un
souverain détrôné qui, dans le malheur et dans les fers, avait conservé
sa grandeur morale et sa dignité.

Napoléon, causant un jour avec M. de Hervas, bon Espagnol, et depuis
connu sous le nom de marquis d'Almenara, lui dit: «Avec trente mille
hommes, je ferais, si je le voulais, la conquête de l'Espagne.--Vous
vous trompez, lui répondit Hervas. S'il est question de soumettre le
gouvernement espagnol, les trente mille hommes sont inutiles: une lettre
de vous et un courrier suffisent. Si c'est la nation que vous voulez
soumettre, trois cent mille hommes ne vous suffiront pas.» L'avenir a
prouvé qu'il avait dit vrai.

Cette nation, fière, brave et sensible à la gloire, admirait l'Empereur
plus qu'aucune autre. C'est dans ce pays, bien plus qu'en France, qu'il
était l'objet d'un enthousiasme universel. Le peuple rongeait son frein
et gémissait de la dépendance abjecte dans laquelle il était plongé;
mais, comme sa fidélité religieuse envers le souverain, le culte qu'il
rendait à ses princes, s'opposaient à toute résistance, il désirait être
délivré du prince de la Paix, et il l'attendait de l'influence de
Napoléon.

C'est à ce titre que la présence de l'Empereur était désirée en Espagne.
Quand la levée de boucliers du prince de la Paix, pendant la campagne de
Prusse, motiva l'envoi de troupes sur la frontière, les Espagnols n'en
furent point alarmés; et, lorsque plus tard les discussions entre
Charles IV et Ferdinand appelèrent l'intervention de l'Empereur, et que
celui-ci annonça un voyage à Madrid, il y était attendu avec impatience,
et des arcs de triomphe s'élevèrent dans tous les lieux où il devait
passer. On voyait en lui un libérateur, le seul homme assez puissant
pour renverser le prince de la Pais; mais, lorsque plus tard la
révolution d'Aranjuez eut fait tomber le favori, Napoléon n'était plus
appelé par l'opinion. Aussi, quand ses troupes se présentèrent sous
prétexte de protéger son passage, on se demanda ce qu'il venait faire,
et les inquiétudes s'emparèrent des esprits. Murat, à son arrivée à
Madrid, ayant pris sous sa protection spéciale l'objet de la haine
publique, toute l'horreur se dirigea contre l'Empereur. On conclut que
le prince de la Paix était son agent et n'avait agi qu'à son profit. Si
Murat, au lieu de protéger le prince de la Paix, l'eût abandonné à la
justice du pays, et que ce misérable eût payé de sa tête ses crimes
politiques, tout était dit. Son salut fut notre perte. Voilà la première
cause de la haine des Espagnols contre nous. Les événements de Bayonne y
mirent le comble. Un peuple honnête et brave a horreur de la perfidie et
du mépris; et, en cette circonstance, jamais nation ne fut traitée avec
une perfidie plus insultante et un pareil mépris.

Si Napoléon avait compris l'Espagne, il pouvait la rendre l'auxiliaire
le plus utile à sa puissance, et son influence y eût été durable et sans
bornes. La faiblesse du monarque assurait son obéissance, tandis que les
sentiments de fidélité de la nation envers son souverain garantissaient
son concours empressé à seconder toutes ses entreprises. Le vieux roi,
esclave d'un favori, ne pouvait plus régner; mais Ferdinand était
l'objet de la confiance publique, et sur sa tête reposaient toutes les
espérances de l'avenir. Ce prince sollicitait, comme la plus insigne
faveur, d'épouser une nièce de Napoléon. Dès lors, il s'unissait
intimement à la nouvelle dynastie, et se consacrait à la servir. Une
action plus ou moins directe de Napoléon eût contribué à régulariser
l'administration et à rendre à cette monarchie une vie et une puissance
qui eussent été employées à son profit. Une idée funeste s'empara de son
esprit, et il fit bien plus que de réaliser la fable de la _Poule aux
oeufs d'or_; car ce ne fut pas seulement une source de richesses qu'il
tarit, mais un torrent de maux qu'il fit surgir. Les intérêts d'un frère
dont il voulait faire un esclave, et qui résista ouvertement à ses
volontés, l'incertitude d'un avenir sombre et chargé de tempêtes,
l'emportèrent sur un ordre de choses tout fait, dont les fruits étaient
assurés et prêts à être récoltés. Il brisa lui-même, de ses propres
mains, les liens qui lui attachaient le peuple espagnol et le livraient
à sa merci. Enfin, en lui enlevant son souverain, il ouvrit devant lui
un vaste champ où ce peuple brave put se livrer à ses inspirations
généreuses et patriotiques. Avec une politique habile, une conduite
loyale, Napoléon eût eu la possession des trésors des Indes, la
disposition de vaisseaux et de nombreux soldats, qui, associés à nos
destinées et soumis au mouvement de l'époque, seraient devenus dignes de
figurer dans nos rangs. Au lieu de cela, l'Espagne a donné aux peuples
l'exemple de la résistance, est devenue le tombeau d'armées
innombrables, et la cause principale de notre ruine et des revers qui
nous ont accablés. Mais, après avoir, comme à plaisir, créé cette
résistance qui devait nous être si funeste, Napoléon n'a rien fait pour
la vaincre, et, au contraire, a semblé se livrer aux soins de diminuer
les chances d'y parvenir. L'extrême division des commandements, à
laquelle il n'a jamais voulu renoncer, les rivalités de toutes espèces
qu'il n'a jamais su réprimer, son absence d'un théâtre où seul il
pouvait faire le bien, son refus habituel d'accorder les secours et les
moyens les plus indispensables, son obstination constante à fermer les
yeux à la lumière, et les oreilles à la vérité; enfin, la manie, à
laquelle il n'a jamais voulu renoncer, de diriger de Paris les
opérations dans un pays qu'il n'a voulu ni étudier ni comprendre, ont
complété la masse de maux dont les meilleures armées de l'Europe
devaient être enfin les victimes. J'en dévoilerai bientôt le tableau.

L'arrivée de Joseph à Madrid sous des auspices si funestes, avec un
petit nombre de troupes, ne pouvait guère imposer. Par une fatalité
toute particulière, ces troupes, uniquement composées de corps
provisoires formés de conscrits pris dans tous les dépôts avec de vieux
officiers, ne correspondaient en aucune manière à l'idée que les
Espagnols s'étaient faite de cette armée française victorieuse de
l'Europe, et ils eurent bientôt pour celle qu'on leur montrait une sorte
de mépris. Un détachement envoyé sur Valence, sous les ordres du
maréchal Moncey, et qui fut battu à cette énorme distance de Madrid, fut
obligé de revenir précipitamment. Enfin, le désastreux événement de
Baylen, où l'incapacité dans la conduite des troupes fut encore
surpassée par la lâcheté, le pillage et le brigandage, tout cela
produisit une commotion dans les esprits, dont les effets se firent
sentir aux extrémités de l'Espagne. Le peuple espagnol, passionné de sa
nature, affranchi des langes dans lesquels il avait gémi si longtemps,
livré à lui-même, s'abandonna aux élans d'un patriotisme brûlant qui lui
donnait, pour ainsi dire, l'occasion de se réhabiliter aux yeux de
l'Europe. On connaît sa fierté poussée jusqu'à l'excès et au ridicule;
on conçoit l'effet produit sur lui par des succès universels qui
faisaient triompher les sentiments les plus nobles et les plus
légitimes; dès ce moment, on eut à combattre toute une nation.

Joseph évacua Madrid et se retira sur l'Ebre, où il dut attendre du
secours. L'Empereur parut à la tête de la grande armée, la même qui
avait donné des lois à l'Europe. Excepté le corps de Davoust, resté en
Allemagne, l'armée d'Italie et celle de Dalmatie, c'était toute l'armée
française. On eut bientôt battu l'armée espagnole à Burgos et à Tudela;
on marcha sur Madrid, on attaqua Saragosse, on couvrit en un moment tout
le nord de l'Espagne de troupes, et tout rentra dans la soumission.

Junot avait été dirigé, dès le mois d'octobre 1807, sur le Portugal.
Cette opération, faite de concert avec l'Espagne, avait pour objet
apparent un partage; on devait faire des Algarves un royaume pour le
prince de la Paix. Ce n'était qu'un piège; la suite l'a prouvé. Junot,
entré à Lisbonne sans coup férir, le 24 novembre, le jour même où le
prince régent en était parti pour se rendre au Brésil, envoya en France
une partie de l'armée portugaise, sous le commandement du marquis
d'Alorna, le général le plus distingué du pays.

Junot, institué gouverneur du Portugal, y établit, suivant l'ordre de
l'Empereur, de fortes contributions. La forme suivie blessa le peuple
portugais plus encore que l'énormité de l'impôt. Le décret impérial
fixait cent millions pour le rachat des terres; comme si un peuple qui
avait reçu l'armée française au nom de l'amitié et de l'alliance pouvait
se considérer comme en état d'esclavage et avoir perdu ses propriétés et
ses biens. Mais des actes de cette nature procuraient à Napoléon des
moyens d'entretenir nos immenses armées, et aussi des satisfactions
d'amour-propre, auxquelles il était sensible avant tout.

Lorsque les insurrections éclatèrent en Espagne, le Portugal resta
tranquille; mais une armée anglaise, plus forte que l'armée française,
vint à son secours et débarqua. Junot lui livra bataille à Vimieiro; il
fut battu, et la convention de Cintra ramena l'armée française en
France, où elle fut débarquée.

L'armée anglaise, commandée par sir John Moore, après avoir reconquis
Lisbonne, déboucha du Portugal et marcha sur Salamanque. L'Empereur,
après avoir battu et détruit l'armée espagnole à Tudela et à
Sommo-Sierra, était entré à Madrid. Informé pendant une revue du
mouvement de l'armée anglaise, il se mit le soir même en marche pour
aller la combattre; mais, à son approche, elle se retira, repassa
l'Esla, et fit sa retraite sur la Corogne. Ces événements se passèrent
dans le courant de janvier 1809. Pendant cette poursuite de l'armée
anglaise, l'Empereur reçut de Paris les renseignements les plus positifs
sur les préparatifs des Autrichiens et leur prochaine entrée en campagne
contre nous. Napoléon se décida à revenir en France immédiatement, afin
de tout disposer pour leur résister, et il chargea le maréchal duc de
Dalmatie de poursuivre les Anglais à la tête du deuxième corps d'armée,
et de les forcer à opérer leur rembarquement.

L'armée anglaise, dont la composition et l'organisation n'ont aucun
rapport avec celles de l'armée française, dont les moyens
d'administration sont si étendus, que jamais elle n'éprouve la moindre
privation, forcée à une marche rapide dans les montagnes pendant
l'hiver, lorsque rien n'avait pu être préparé pour satisfaire à ses
besoins, aurait été détruite si elle eût été poursuivie avec vigueur. On
se contenta de la suivre; on n'osa pas l'attaquer sérieusement en avant
de la Corogne, où elle avait pris position, et elle échappa comme par
miracle à une destruction presque assurée.

L'armée anglaise, embarquée, fut transportée de nouveau à Lisbonne; elle
s'y réorganisa et pourvut à la défense du Portugal, que Soult eut ordre
d'envahir par le littoral. C'était une marche difficile; arrivé à
Oporto, après avoir battu des milices portugaises, il s'arrêta. Enfin,
attaqué par les Anglais sur le Duero, et surpris, ayant perdu sa
principale et meilleure communication avec l'Espagne, il évacua
précipitamment le Portugal, n'emmenant avec lui que les débris de son
armée et abandonnant la totalité de son matériel.

Le maréchal Ney, de son côté, à la tête du sixième corps, avait envahi
les Asturies; informé de la catastrophe de Soult, il accourut en Galice
à son secours pour le recueillir.

Pendant ces événements, la place de Saragosse, assiégée, s'était rendue.
Sans vouloir diminuer le mérite de cette défense, elle a cependant été
trop vantée. Une immense population fanatique s'y était jetée;
abondamment pourvue de tout, elle comptait plus de soixante mille
défenseurs, tandis que l'armée assiégeante, sur les deux rives de
l'Èbre, ne s'est jamais élevée à trente mille hommes. Cette garnison
avait plus d'hommes qu'elle ne pouvait en employer; ainsi les pertes
journalières lui importaient peu; et, si on pense aux ressources que
donnaient, pour des fortifications improvisées, les vastes couvents
d'Espagne, si on réfléchit aux prédications journalières qui soutenaient
le fanatisme uni à un patriotisme naturel aux Espagnols, on expliquera
facilement cette résistance, dont le terme fut cependant un grand
soulagement pour l'armée française.

Les événements dont je viens de faire une revue rapide nous amènent
naturellement à l'époque où Wellington marcha sur Talavera. En ce
moment, une armée espagnole, commandée par Cuesta, venait de la Manche
et menaçait Madrid. L'Empereur, en pleine opération en Allemagne, avait,
pour imprimer plus d'ensemble aux opérations en Espagne, donné le
commandement de trois corps, les deuxième, cinquième et sixième, qui
faisaient la principale force de l'armée, au maréchal Soult. On a vu
plus haut le récit du mouvement opéré sur le Tage, en passant par le col
de Baños et traversant la Tietar, le danger couru par l'armée anglaise
prise à dos, et la facilité qu'avait eue Soult de lui causer un désastre
semblable à celui qu'il venait d'éprouver; il pouvait, en passant le
Tage, lui enlever tout son matériel, la poursuivre à outrance et la
détruire, entrer à Lisbonne et finir la guerre: mais il manqua à sa
destinée. La fortune de la France pâlit devant celle de Wellington.
Celui-ci échappa comme par miracle au plus imminent péril.

Soult attendait avec une grande anxiété des nouvelles de l'Empereur. Il
redoutait tout à la fois et la manière dont il envisagerait son équipée
d'Oporto, et le jugement qu'il porterait sur le misérable parti qu'il
avait tiré de si grandes forces mises entre ses mains, et dans des
circonstances si favorables. Napoléon garda le silence; la clémence lui
parut préférable à la sévérité et à l'éclat. Toutefois il donna à Soult
les fonctions de major général de Joseph, ce qui annulait son pouvoir.
Mais cet arrangement ne faisait pas le compte de Soult; l'intérêt de son
avenir lui commandait d'occuper les esprits par de nouvelles
entreprises. Dans le courant de janvier 1810, il persuada à Joseph
d'envahir le midi de l'Espagne et de passer la Sierra Morena, conseil
funeste, entreprise désastreuse en ce moment! Joseph céda à la pensée de
voir accroître ses ressources et de lever des contributions. Quant à
Soult, il calculait qu'après avoir pris ce grand pays, il serait
nécessaire de l'y laisser pour commander. Une considération toute
personnelle fit donc entreprendre cette déplorable expédition, comme,
dit-on, la fenêtre de Trianon détermina Louvois à faire déclarer la
guerre aux Hollandais par Louis XIV.

L'armée française, toute nombreuse qu'elle était, se trouvait à peine
suffisante pour combattre l'armée anglaise et conserver en même temps la
portion de l'Espagne qu'elle avait d'abord envahie, et dont toute la
population était ouvertement hostile. Suchet, successeur de Lannes en
Aragon, après la prise de Saragosse, avait à pacifier le pays, à
conquérir les places de la Catalogne et du royaume de Valence. Joseph,
avec l'armée du Centre, avait battu l'armée espagnole à Ocaña; mais les
forces ennemies, dans la Manche, se rétablissaient peu après avoir été
dispersées. En occupant le reste de l'Espagne, on étendait l'armée
française comme un faible réseau sans force, sur une surface immense, et
le moindre choc pouvait le rompre et le détruire. C'était substituer la
faiblesse à la force, et ajouter des embarras de toute espèce à des
difficultés déjà assez grandes.

Cette opération aurait pu être justifiée si elle eût donné la possession
de Cadix, ville importante, foyer de la résistance nationale. Elle était
imprenable pour nous, qui n'étions pas les maîtres de la mer, à moins
d'une surprise; mais cette opération fut si mal conduite, menée si
mollement, avec si peu de prévoyance et d'activité, que le duc
d'Albuquerque eut le temps d'aller l'occuper avec les troupes de
l'Estramadure, pendant que Joseph recevait des hommages à Séville. Le
général espagnol entra à Cadix la veille même du jour où les Français se
présentèrent à ses portes. Ensuite, par un faux calcul, on voulut la
menacer d'un siége; on accumula dans le voisinage des travaux de
fortification et des batteries de gros calibre, qui attachèrent sur la
rive, en face de cette ville, un corps d'armée considérable. Dès ce
moment, ce corps d'armée ne bougea plus et devint étranger aux
opérations et à la guerre proprement dite, jusqu'à ce qu'enfin une série
de revers, amenés en partie par cette occupation inopportune, força à
évacuer d'abord cette partie de l'Espagne, et, bientôt après, tout le
reste.

C'est pendant la campagne de 1809, si célèbre par les batailles de
Ratisbonne et de Wagram, et au commencement de 1810, qu'eurent lieu ces
derniers événements en Espagne, c'est-à-dire l'évacuation du Portugal,
la bataille de Talavera et la conquête de l'Andalousie jusqu'aux portes
de Cadix.

L'incapacité de Joseph dans la direction des affaires militaires étant
démontrée depuis longtemps, et un centre de direction étant nécessaire,
l'Empereur reconnut la nécessité de sa présence pour frapper un grand
coup, entrer à Lisbonne et chasser les Anglais de la Péninsule. En
conséquence, de grands renforts furent envoyés à tous les corps d'armée;
et, au printemps, l'armée de Junot, qui avait évacué le Portugal, après
avoir été réorganisée et considérablement augmentée, retourna en Espagne
et rentra en ligne sous le nom du huitième corps. En aucun temps et
nulle part, la présence de l'Empereur n'avait été aussi urgente. La
quantité des troupes appelées à concourir aux opérations; les
prétentions de ceux qui les commandaient; la présence de Joseph, qui
n'était jamais un appui, mais toujours un obstacle et un embarras toutes
les fois qu'il entrait en contact avec les troupes actives; enfin les
difficultés qui résultaient de la nature du pays où l'on devait
combattre; l'inimitié du peuple; la valeur et les moyens matériels de
l'armée anglaise, toutes ces considérations devaient faire passer
par-dessus les motifs qui l'éloignaient de l'Espagne, et le décider à
venir diriger lui-même cette campagne.

Il en fut cependant tout autrement. Son divorce prononcé donna lieu à un
nouveau mariage; et ce mariage, contracté avec une archiduchesse, devint
bientôt le précipice, le gouffre où s'engloutit la fortune de Napoléon.
D'abord il l'empêcha de commander pendant cette campagne; ensuite il
exalta chez lui un orgueil qui, depuis longtemps, dépassait cependant
les bornes de la raison. Une folle confiance en fut la suite; et,
s'étant mis, en 1812, à la discrétion de l'Autriche, on sait ce qui en
résulta.

L'Empereur se décida donc à rester à Paris, et, en retirant tous les
pouvoirs militaires à Joseph, il choisit Masséna pour le remplacer. J'ai
déjà dit que la première qualité d'un général d'armée est d'inspirer la
confiance à ses troupes, et, sous ce rapport, le choix de Masséna était
bon pour le début: mais le choix ne doit pas être fait pour un seul
jour; car, si le général qui électrise les soldats à son arrivée n'est
pas capable de la conduite d'une guerre, si ses opérations ne répondent
pas à l'opinion qu'on a de lui, la confiance disparaîtra bientôt.
Masséna, véritable général de bataille et sublime le jour de l'action,
n'était point un général de manoeuvres, ni un général capable
d'administrer, de calculer ou de prévoir. Jamais il n'avait eu ces
qualités, et déjà il n'était plus lui-même. Ce choix était donc mauvais.
Après les premières opérations, chaque jour en apporta de nouvelles
preuves.

Masséna, nommé dans le courant d'avril 1810, se rendit immédiatement à
l'armée. L'Empereur mit sous son autorité tout le nord de l'Espagne, les
troupes d'occupation chargées de la conservation de ces provinces, et,
en outre, l'armée active, composée des deuxième, sixième et huitième
corps d'armée, commandés par le général Régnier, le maréchal duc
d'Elchingen et le duc d'Abrantès. Le deuxième corps, qui était alors sur
la rive gauche du Tage, dut y rester jusqu'à nouvel ordre, et les
sixième et huitième corps formèrent, pour le moment, les forces dont il
disposait.

Ces deux corps se composaient de soixante-douze bataillons et de
quarante-six escadrons, formant cinquante-neuf mille six cent
soixante-cinq hommes, dont dix mille cent quatre-vingt-dix-huit de
cavalerie. L'artillerie et les équipages avaient cinq mille neuf cent
quarante-deux chevaux et mille dix-neuf voitures de toute espèce.

Les instructions données à Masséna furent de menacer le Portugal et de
préparer son invasion en s'emparant de Rodrigo, Astorga et Almeida; de
tenir en échec l'armée anglaise sur la Coa, et de la suivre dans le cas
où elle passerait sur la rive gauche du Tage et irait se joindre à la
deuxième division, détachée sous Elvas. Pour remplir la première partie
de ces instructions, Masséna fit assiéger Astorga par le huitième corps.
Cette place se rendit. Les Espagnols insurgés furent rejetés en Galice,
et ce débouché se trouva observé et gardé. Le sixième corps fit le siége
de Rodrigo. Cette place capitula le 10 juillet, après vingt-cinq jours
de tranchée ouverte et seize jours de feu. L'armée anglaise, qui était
en présence, campée sur la Coa, n'osa pas tenter de la secourir. Après
avoir réparé Rodrigo et disposé l'équipage d'artillerie pour un nouveau
siége, l'armée française se porta sur Almeida. Les Anglais prirent
position en arrière, et la tranchée s'ouvrit contre cette place. Après
deux jours de feu, l'explosion du magasin à poudre ayant désorganisé sa
défense, elle capitula. L'armée française en prit possession le 27 août.
L'armée anglaise, qui, pendant le siége, était restée à portée, fit,
après la reddition, sa retraite sur Celorico.

Le même jour, 15 septembre, le sixième corps se mettait en mouvement
pour se porter également sur Celorico, et, le 16, le huitième corps,
suivi de la cavalerie de réserve, passait la Coa pour se porter sur
Pinell et suivre le mouvement général. Pendant ce temps, le deuxième
corps, fort de quinze mille hommes, s'était réuni à l'armée. L'ennemi, à
l'approche de l'armée française, fit sa retraite sans combattre; il se
dirigea sur Viseu et Coïmbre. Sur cette route, lorsqu'on a traversé la
montagne d'Alcoba, on trouve, à quelques lieues de distance, le chemin
barré par la montagne de Busaco, montagne ardue, escarpée par sa droite
et d'une grande hauteur, et contre-fort de la montagne d'Alcoba. Le 16
septembre, on y rencontra l'armée anglaise. Cette position menaçante
étant mal reconnue, on ignora les circonstances qui en diminuaient la
force. Or cet escarpement de la partie méridionale de la montagne
au-dessus duquel la droite de l'armée anglaise était postée se continue
un certain temps sur son front, puis il diminue et finit par
disparaître, la gauche de la montagne se liant par d'autres contre-forts
avec l'Alcoba, et le vallon s'élevant insensiblement et aboutissant à un
plateau, qui se trouve de niveau avec la montagne même de Busaco, sur
laquelle l'armée anglaise était postée. Cette position n'avait donc
qu'une force apparente, puisque le plus léger mouvement de flanc, fait à
droite, tournait toutes les difficultés et faisait arriver sur l'ennemi
sans rencontrer ni escarpement, ni obstacle.

L'Empereur avait ordonné d'attaquer franchement les Anglais, et de
profiter de la supériorité numérique de l'armée française pour les
détruire; mais il n'avait sans doute pas ordonné de les attaquer dans
une position qui, par sa force, rétablissait et au delà l'équilibre
entre les deux armées, et donnait même une supériorité évidente à
l'ennemi. Ce fut cependant cette position, telle qu'elle se présentait
au premier aperçu, que Masséna se décida à attaquer le 27 septembre,
sans l'avoir reconnue, sans l'avoir étudiée, et sans s'être informé des
moyens d'éviter les grandes difficultés qu'elle présentait.

Le général Régnier fut chargé, avec le deuxième corps d'armée qu'il
commandait, de l'attaque de gauche, attaque principale et précisément
dans le lieu le plus escarpé et le plus fort. La division Merle, formée
en colonnes serrées par division, et précédée d'une nuée de tirailleurs,
gravit cette montagne: son point de départ était à droite de la Venta de
San Antonio; le 31e léger, faisant partie de la deuxième division,
commandée par le général Heudelet, la flanquait à gauche: il était
soutenu par une brigade de la deuxième division, commandée par le
général Foy. Le sixième corps, placé à droite du deuxième, devait
soutenir son attaque, et y concourir aussitôt que le deuxième serait
arrivé sur la hauteur, et le huitième corps était en réserve.
L'artillerie des deuxième et sixième corps, placée sur le revers des
montagnes opposées, battait le flanc de la montagne de Busaco, et devait
protéger la retraite des troupes françaises si elles étaient repoussées.
Ainsi l'armée française, très-forte en cavalerie, allait combattre sur
un champ de bataille où pas un seul cheval ne pouvait se trouver. Elle
était très-forte en artillerie, et son artillerie ne pourrait plus
servir, quand nos troupes, arrivées sur le plateau, rencontreraient les
masses de l'ennemi toutes formées, fraîches, et disposées pour
combattre.

Les troupes du deuxième corps s'ébranlèrent, repoussèrent les
tirailleurs ennemis qu'elles trouvèrent au milieu de la montagne, et,
après une marche dont les difficultés ne peuvent s'exprimer, au milieu
des rochers et des arbustes qu'il fallait traverser, et un combat de
plus d'une heure au pas de charge, elles arrivèrent sur la sommité. Là,
elles trouvèrent l'ennemi tout formé. Un premier effort culbuta sa
première ligne. Les troupes sont grandies, à leurs propres yeux, de tous
les obstacles qu'elles ont vaincus. Mais il y a des limites qu'on ne
peut dépasser, et on les rencontra ici. La deuxième ligne anglaise
avança, soutenue de toute l'artillerie, et les troupes françaises furent
écrasées; généraux, colonels, chefs de bataillon, capitaines de
grenadiers, tous furent tués ou blessés, et, au bout d'un quart d'heure,
il fallut rétrograder. Cette montagne, qu'on avait mis une heure à
gravir, fut parcourue, en descendant, en moins de dix minutes. Le
sixième corps s'étant faiblement engagé, fit des pertes moindres; mais,
en somme, l'armée reçut là un rude échec: elle eut huit mille hommes
hors de combat; et elle perdit, plus que cela, la confiance aveugle qui
jusque-là l'avait animée.

Le lendemain, un malheureux paysan que l'on rencontra, dit, de lui-même,
qu'en marchant par la droite, l'on arriverait sur le plateau sans
obstacle, et l'on tournerait la position. On suivit son conseil, et
l'armée anglaise, sans perdre un moment, fit sa retraite sur Coïmbre.
Cette anecdote fut connue, et les soldats appelèrent ce mouvement la
manoeuvre du paysan. Cette bataille de Busaco, si légèrement donnée, et
livrée d'une manière si extravagante, sera un objet de critique éternel
pour Masséna et pour les généraux qui dirigèrent cette opération. On
n'est pas digne de commander d'aussi braves soldats quand on en fait un
si mauvais usage et quand on les emploie si inconsidérément. On assure
même que Masséna fut, pendant cette journée, occupé et pour ainsi dire
absorbé par d'autres soins indignes d'un vieux soldat comme lui.

Arrivé devant Coïmbre, on rencontra une arrière-garde qui, après un
léger combat, évacua cette ville. L'armée anglaise continua son
mouvement pour aller occuper les lignes qu'elle avait fait construire
pour couvrir la ville de Lisbonne. L'armée française la suivit, après
avoir laissé dans Coïmbre une faible garnison, et ses blessés qui
étaient en grand nombre. Mais la route ouverte par l'armée se refermait
après son passage. Des corps francs, des milices, avaient pris les
armes, et, guidées par des officiers anglais, elles interrompaient déjà
nos communications avec l'Espagne; elles enlevaient les détachements et
les hommes isolés: aussi arriva-t-il que, à peine l'armée éloignée, les
milices reprirent Coïmbre, et firent prisonniers les blessés et les
troupes de la garnison. C'était le commencement de tous les maux et de
tous les désastres qui attendaient l'armée française.

De tout temps, le système de défense des Portugais a été d'évacuer leurs
habitations à l'approche de l'ennemi. Leur organisation militaire, qui
exerce son action sur toute la population, est très-favorable à cette
mesure. Déjà, dans l'invasion de 1762, ils avaient agi ainsi. En 1810,
pas un seul individu ne fut trouvé dans les villes; la désolation et le
silence de la mort précédaient partout l'armée française. On arriva
enfin devant les lignes de Lisbonne; on s'établit en face à portée de
canon, la gauche à Villafranca, le centre à Alenquer, la droite à Atto,
et le quartier général à Alenquer. L'effectif ne s'élevait plus qu'à
quarante mille hommes d'infanterie et huit mille chevaux.

Pendant ces mouvements, le maréchal duc de Dalmatie, qui n'avait plus
d'Anglais devant lui (Wellington avait rappelé le général Hill), reçut
ordre de prendre l'offensive avec vivacité et de faire diversion pour
empêcher les Espagnols, commandés par général la Romana, de suivre le
même mouvement; mais il n'en tint compte pour le moment. Le corps de la
Romana se rendit à Lisbonne.

Le général Caffarelli vint à Vitoria prendre le commandement des forces
de Navarre et de Biscaye. Le général Drouet, avec le neuvième corps,
composé de régiments de marche appartenant à ceux de l'armée de Portugal
et du midi de l'Espagne, et fort de dix-huit mille hommes environ, vint
s'établir à Salamanque, Rodrigo et Almeida, et plus tard il se plaça en
échelons entre la frontière et l'armée, et rouvrit la communication avec
l'armée de Portugal, qui était interceptée par dix mille hommes de
milice réunis à Coïmbre, et occupant cette ville et les bords du
Mondego.

Masséna trouva les lignes de Torres-Vedras terminées, garnies d'une
immense artillerie et de troupes très-nombreuses. Toute l'armée
portugaise y était réfugiée avec l'armée anglaise, et les forces étaient
encore augmentées des milices de Lisbonne.

Masséna crut impossible d'y entrer de vive force. Il se contenta de les
observer de très près. Peut-être que, sans l'échauffourée de Busaco, il
aurait pu tenter la fortune; mais l'ardeur des troupes était calmée et
la confiance détruite, circonstances opposées au succès d'une pareille
entreprise.

Dans cette situation, Masséna avait plusieurs partis à prendre:

1° Attaquer les lignes;

2° Se retirer sur la frontière du Portugal et s'établir sur Almeida et
Rodrigo;

3° Se porter à Oporto et s'établir sur la rive droite du Duero;

4° Passer le Tage, se porter dans l'Alentejo et occuper l'embouchure du
Tage en face de Lisbonne.

On a vu que le premier parti ne présentait aucune chance de succès. Par
le second, il abandonnait son opération; mais il conservait intacte son
armée, couvrait l'Espagne, et attendait, sans fatigues, des
circonstances plus favorables pour agir contre les Anglais; la confiance
qu'ils auraient prise aurait pu les faire naître. Par le troisième, il
conservait une sorte d'offensive, vivait aux dépens de l'ennemi,
profitait des ressources que présentait l'importante ville d'Oporto,
organisait quelque chose de régulier, tenait ses troupes dans le repos,
couvertes par le Duero, et cependant gardait des moyens d'offensive en
faisant construire des têtes de pont sur la rive gauche de cette
rivière. Mais tout cela n'amenait rien de décisif, attendu que le
Portugal entier sans Lisbonne ne vaut pas Lisbonne sans le Portugal.
C'est cette ville qui en fait un État de quelque importance. Lisbonne
est la tête d'un corps dont le Portugal proprement dit n'est qu'une
partie; c'est la tête de la puissance dont les éléments se trouvent à la
fois en Europe, en Amérique et en Asie. Ainsi c'était à posséder
Lisbonne que tous les efforts devaient tendre. Par le quatrième, il
serait entré dans un pays neuf, l'Alentejo, et y aurait trouvé beaucoup
de ressources. Manoeuvrant dans un pays facile qui convenait à sa
nombreuse cavalerie, il prenait poste en face de Lisbonne, gênait
l'entrée du Tage et la navigation au moyen de fortes batteries qu'il
aurait établies. Placée derrière lui, l'armée du midi de l'Espagne
formait sa réserve, et cette partie de l'Estramadure espagnole, qui est
fort riche, lui donnait de grands moyens de subsistance. En faisant
faire à son arrivée un détachement sur Abrantès, il s'en serait emparé,
et ce point, facilement rendu inexpugnable, assurait le passage du Tage
et le retour.

Quand plus tard son armée aurait été renforcée, il serait revenu sur la
rive droite, en laissant une partie de ses forces sur la rive gauche
pour occuper et défendre les ouvrages construits à l'embouchure du Tage
et en face de Lisbonne. Arrivé devant les lignes, il aurait construit un
pont en face d'Alenquer; et, pourvu de tout ce qu'il lui fallait pour
vivre, enveloppant Lisbonne, l'armée et l'immense population qui s'y
était réfugiée, il eût bien fallu que cette ville se rendit; cette
grandes question était ainsi décidée.

Au lieu de choisir un de ces quatre partis, Masséna en prit un cinquième
qui n'offrait aucune chance de succès, aucun avantage, et qui, en
faisant courir chaque jour les risques les plus éminents à son armée,
devait amener au bout d'un certain temps sa destruction. Il résolut de
ne faire aucun mouvement, et garda sa position.

J'ai dit que toute la population des pays traversés avait fui à
l'approche de l'armée française, emmenant ses bestiaux dans les bois et
les montagnes, et cachant tout ce qu'elle possédait, vivres, effets,
etc. Le pays occupé par l'armée restait donc entièrement désert. Il n'y
avait aucun moyen d'administrer régulièrement les ressources qu'il
pouvait renfermer. Les habitants n'étant pas là pour obéir à la voix de
l'administration et apporter des vivres, les troupes durent aller les
chercher, et, comme tout le monde éprouvait les mêmes besoins, chacun de
son côté se mit en campagne. Des détachements d'hommes armés et sous
armes se formèrent dans chaque régiment, pour explorer le pays et
enlever tout ce qu'ils trouveraient. Rencontraient-ils un Portugais, ils
le saisissaient et le mettaient à la torture pour obtenir de lui des
indications et des révélations sur le lieu où étaient cachées les
subsistances. On pendait _au rouge_, c'était une première menace; on
pendait _au bleu_, et puis la mort arrivait. Un pareil ordre de choses
amena des désordres de tous les genres, et des soldats ainsi livrés à
eux-mêmes employèrent bientôt les mêmes violences pour se procurer de
l'argent. D'abord ces recherches et cette maraude s'exercèrent à peu de
distance de l'armée; mais bientôt, les ressources s'épuisant, on fut
forcé de s'éloigner. Toute cette partie du Portugal fut livrée
journellement à un pillage général et systématique. Les soldats
s'éloignaient jusqu'à quinze et vingt lieues. Plus d'un tiers de l'armée
se trouvait ainsi constamment dispersé et loin des drapeaux, tandis que
le reste semblait être à la discrétion de l'ennemi. J'ai ouï dire au
général Clausel qu'il avait vu des bataillons placés en face de l'armée
anglaise, à portée de canon, n'avoir pas cent hommes au camp, tandis que
les armes étaient aux faisceaux. L'ennemi eût pu, sans courir le plus
léger risque, venir s'en emparer. Des hommes isolés étant chaque jour
massacrés par les paysans, et des détachements enlevés les pertes
devinrent immenses; mais ce qui menaçait davantage encore l'existence de
l'armée, c'est que, toute discipline ayant disparu, elle présentait au
plus haut degré le spectacle de la confusion et du désordre.

L'armée française, arrivée dans la position de Villafranca le 12
octobre, y resta jusqu'au 14 novembre; une circonspection sans exemple
du général anglais pendant tout cet intervalle de temps la sauva de la
destruction.

Le 14 novembre, Masséna se décida à faire un mouvement rétrograde pour
se rapprocher des provinces qui avaient encore quelques ressources. Il
porta une partie de l'armée sur le Zezere, et laissa tout le reste en
avant de Santarem. Les Anglais le suivirent, mais respectèrent les
nouvelles positions prises. Masséna fit construire des bateaux et tout
préparer sur le Zezere pour effectuer le passage du Tage; mais il ne
tenta rien, et fit plus tard brûler ses bateaux. Enfin, au commencement
de mars, son armée étant réduite de plus d'un tiers, il se décida à
rentrer en Espagne en passant par Pombal, Redinha, Miranda, Ponte
Marcella, Guarda, Sabugal et Alfaiatès. Cette retraite de vingt-sept
jours, embarrassée de quinze ou vingt mille ânes, cette retraite faite
avec des troupes arrivées à un degré de désordre, de mécontentement et
de découragement dont rien ne peut donner l'idée, fut cependant
l'occasion de divers combats glorieux, livrés par le maréchal Ney, qui
arrêta avec vigueur plusieurs fois l'ennemi au moment où il pressait
trop vivement son arrière-garde.

Il y avait un tel désaccord dans les opérations d'Espagne, que c'était
précisément le moment où Masséna était en pleine retraite que le
maréchal Soult avait choisi pour entrer en campagne et faire le siége de
Badajoz.

Masséna arriva le 31 à Alfaiatès. Son artillerie ne se composait plus
que de dix pièces de canon. Les équipages militaires étaient détruits;
sa cavalerie démontée, ou composée de chevaux exténués. Il dut repasser
la Coa, et venir prendre des cantonnements en Espagne. Pendant cette
retraite, Wellington avait détaché le général Hill sur la rive gauche du
Tage. Ce qui lui restait de troupes était plus que suffisant pour
combattre et vaincre les débris que Masséna avait ramenés. Il passa la
Coa, investit Almeida et vint prendre position sur le ruisseau qui coule
à Fuentes-de-Oñore. Bessières, commandant dans le nord de l'Espagne,
envoya à Masséna des subsistances, et vint à son secours avec de
l'artillerie et de la cavalerie de la garde impériale. On attaqua, le 4
et le 5 mai, les Anglais dans leur position de Fuentes-de-Oñore; et,
quoique le début de l'attaque eût promis des succès, que la cavalerie
eût culbuté la droite des Anglais, comme rien ne fut exécuté d'ensemble,
le résultat du combat fut contre nous. Le général Brenier, qui
commandait à Almeida, n'espérant plus être secouru, exécuta, par suite
des instructions qu'il avait reçues, une des plus vigoureuses
résolutions qui furent jamais prises, et un grand bonheur en accompagna
l'exécution.

Il fit une large brèche à la place au moyen d'une mine, détruisit en
grande partie l'artillerie; et, profitant de l'espace que lui ménageait
un investissement mal fait, il traversa l'armée ennemie, et rejoignit
l'armée française sur l'Aguada, en passant par San-Felices.

Deux jours après l'affaire de Fuentes-de-Oñore, l'armée étant sous
Rodrigo, Masséna me remit le commandement. On vient de voir par combien
de vicissitudes, de chances bonnes et mauvaises, on en était arrivé à la
plus déplorable situation. Le pays était ruiné et par la guerre et par
le pillage exercé par les chefs comme par les soldats. Des griefs privés
sans nombre étaient ajoutés aux malheurs des temps et aux torts
politiques qu'on avait à nous reprocher. Les Espagnols défendaient leur
souverain, leurs lois, leur honneur, leur propriété, et vengeaient leurs
injures et leur ruine. La terre, les rochers, l'air, tout nous était
hostile. D'un autre côté, l'armée française, accoutumée pendant si
longtemps à la victoire, à la gloire, à l'éclat, à l'abondance des
moyens, était bien déchue aux yeux du peuple et à ses propres yeux. Ses
revers accumulés, ses désastres, n'étaient pas accompagnés de ces
circonstances qui relèvent quelquefois le vaincu à la hauteur du
vainqueur par l'éclat du courage et l'énergie de la résistance.

Un pays épuisé et dévasté, l'indiscipline dans les troupes, le mépris de
l'autorité, un mécontentement universel, et un désir immodéré de rentrer
en France de la part des généraux; une artillerie détruite en entier et
dénuée de munitions; une cavalerie réduite à peu de chose et en mauvais
état; l'infanterie diminuée de près de moitié: tels étaient tout à la
fois le pays dans lequel je devais agir, et l'instrument dont il m'était
donné de me servir.

L'armée anglaise, pendant son séjour dans les lignes de Torres-Vedras,
s'était reposée, recrutée, et son moral avait beaucoup gagné.
L'infanterie portugaise, combinée avec elle, organisée avec des cadres
anglais, avait acquis la même valeur que l'infanterie anglaise. Cette
armée, alors presque le double de celle qui lui était opposée, et dans
les circonstances les plus favorables, a toujours eu, pendant tout le
temps que j'ai commandé l'armée française, une supériorité numérique,
sur celle-ci, de dix mille hommes au moins, et des moyens matériels à
discrétion.

Je ne puis me refuser à mettre ici en opposition la situation respective
des deux armées, et à faire ressortir les facilités accordées à l'une,
et les difficultés qui étaient le partage de l'autre.

L'armée anglaise, ainsi que je l'ai dit, a toujours eu au moins une
supériorité de dix mille hommes. En ce moment, elle était de vingt
mille. Elle avait six mille chevaux de bonne cavalerie: jamais l'armée
de Portugal n'en a eu plus de trois mille. L'armée anglaise avait sa
solde à jour; l'armée française ne recevait pas un sol. L'armée anglaise
avait des magasins de vivres en abondance, et jamais le soldat anglais
n'a eu besoin de s'en procurer lui-même; l'armée française ne vivait que
par l'industrie de ceux qui la composaient. Dans les temps ordinaires,
chaque cantonnement fournissait d'abord la subsistance journalière, et,
de plus, ce qu'il fallait pour former une réserve. Dans d'autres
circonstances, les soldats faisaient eux-mêmes la moisson, battaient le
blé, allaient au moulin, etc. L'armée anglaise avait six mille mulets de
transport pour ses seuls vivres; l'armée française n'avait d'autres
moyens de transport que le dos des soldats, et jamais, pendant le temps
que j'ai commandé cette armée, elle ne s'est mise en opération
qu'auparavant les soldats n'eussent reçu des vivres pour quinze,
dix-huit et vingt jours, qu'ils portaient sur eux. La cavalerie
anglaise, couverte par les guérillas, n'avait aucun service
d'avant-postes à faire; la cavalerie française en était écrasée. Les
courriers, les officiers du général anglais, marchaient seuls et
librement; il fallait des escortes de cinquante hommes à tous les
nôtres, même pour communiquer entre les cantonnements d'un même
régiment.

Le général anglais, ayant la faveur du pays et les guérillas à sa
disposition, était informé promptement de tout ce qui se passait, tandis
que nous ignorions tout; et sans doute il est arrivé plus d'une fois à
Wellington de savoir plus tôt que moi ce qui s'était passé à deux lieues
de mon quartier général. Enfin les soldats anglais n'avaient autre chose
à faire qu'à marcher et à combattre; les soldats français avaient leurs
facultés absorbées par d'autres devoirs, et les combats étaient la
récompense et le prix de leurs fatigues. Enfin le général anglais,
commandant seul sur la frontière, libre de ses mouvements, disposait
sans contestations, suivant ses calculs et ses combinaisons, des moyens
puissants qui lui étaient confiés par son gouvernement: la régence
portugaise, présidée par un de ses compatriotes, était à ses ordres; les
ressources en hommes et en argent du Portugal étaient à sa disposition.
Les armées espagnoles, quelque misérables qu'elles fussent, entraient
dans son système d'opérations et concouraient au but qu'il se proposait
d'atteindre.

Le général français, au contraire, ne commandait qu'une partie des
troupes destinées à combattre l'armée anglaise. Obligé de concerter ses
mouvements avec ses voisins, dont les sentiments étaient plutôt hostiles
que bienveillants, il se trouvait dépendre de leurs caprices et de leur
inimitié. Le roi, qui dormait tranquillement à Madrid, à l'ombre de nos
baïonnettes, était en guerre ouverte avec les armées françaises. Loin de
faciliter leurs opérations, il les contrariait sans cesse; il mettait
obstacle à leurs mouvements; il leur enlevait les vivres dont elles
avaient besoin, et faisait argent des ressources qui leur étaient
destinées.

J'estime l'armée anglaise ce qu'elle vaut, et surtout l'infanterie;
c'est, de toute infanterie de l'Europe, celle dont le feu est le plus
meurtrier. L'armée anglaise, si chère et si bien outillée, si redoutable
quand rien ne lui manque, est une machine bien faite. Tant qu'elle est
en bon état, quand rien n'est dérangé, elle remplit bien son objet,
peut-être mieux qu'une autre, et elle vaut plus que le nombre de ses
soldats ne l'indique. Mais, que l'ordre soit détruit, elle se
désorganise d'elle-même. Je suis convaincu que, si, pendant un mois, les
soldats anglais avaient dû faire le métier que les soldats français ont
fait pendant quatre ans, avant la fin du second mois et sans combats,
l'armée anglaise eût cessé d'exister.

Honneur donc à ces soldats héroïques qui ont su résister à de si grandes
difficultés, et qui n'exigeaient que deux conditions pour être toujours
victorieux et l'objet de l'admiration du monde: avoir des chefs dignes
de leur confiance, et ne pas être mis en présence d'obstacles supérieurs
aux forces humaines!

C'est dans les circonstances dont je viens de faire le tableau que je
pris le commandement et que je commençai la campagne dont je vais
raconter la conduite et les détails.

Je rentrai à Salamanque le 13 mai avec la plus grande partie de mes
troupes, que j'établis dans un rayon de douze lieues. Je les étendis
assez pour qu'elles pussent vivre convenablement. J'annonçai que je
prendrais les dispositions nécessaires pour pourvoir à leurs besoins. Je
défendis, sous les peines les plus sévères, la moindre exaction: et,
comme le langage le plus éloquent a toujours été l'exemple, j'exagérai
pour moi-même la réserve de ma conduite, et au delà même des usages
consacrés par la guerre. Ordinairement, en pays conquis, on est nourri
pour rien, et personne, en Allemagne, par exempte, n'a jamais imaginé
d'agir autrement. Je déclarai que je payerais rigoureusement tout ce qui
me serait fourni. Cette déclaration parut si extraordinaire, que les
Espagnols n'y crurent pas. Je tins cependant ma parole, et je ne me suis
jamais écarté de cette résolution pendant tout mon séjour en Espagne;
mais je tolérai que les généraux en agissent autrement. Mon but, par
cette sévérité personnelle, était de faire bien comprendre que je ne
souffrirais pas de désordres proprement dits, et la levée illicite de
contributions. J'eus l'occasion de montrer ma volonté en faisant des
actes de grande sévérité envers des officiers que, cependant, j'aimais
beaucoup.

Je détruisis l'organisation des troupes en corps d'armée. Cette
organisation, indispensable pour mouvoir de grandes armées, est funeste
pour les moyennes, attendu qu'elle met trop de distance entre le général
en chef et les troupes, ralentit l'exécution des ordres généraux par la
superfétation des grades et des emplois qu'elle consacre; elle amène en
outre beaucoup de consommations inutiles. Je fis cesser en un moment le
dégoût universel, la passion du retour en France, en annonçant que tout
officier, général ou supérieur, qui voudrait quitter l'armée, était
libre de le faire, et que j'avais pouvoir de lui donner l'autorisation
nécessaire. Un petit nombre de généraux profita de cette autorisation;
les autres se piquèrent d'honneur, et leur caractère se trouva ainsi
retrempé.

Je formai tous mes bataillons à un complet de sept cents hommes, et je
renvoyai tous les cadres qui par suite de cette mesure se trouvaient
sans soldats. Je divisai les chevaux de toute la cavalerie et de
l'artillerie en deux classes: ce qui était disponible, et ce qui
pourrait se refaire. La première partie me donna un escadron par
régiment, c'est-à-dire, en tout, de quatorze à quinze cents chevaux. On
eut un soin tout particulier des chevaux à refaire; et, en quinze jours,
au moyen de quelques secours en chevaux d'artillerie, j'eus deux mille
cinq cents chevaux de cavalerie, et trente-six bouches à feu attelées.
On vieux couvent de Salamanque, mis à l'abri d'un coup de main, devint
un fort où furent placés en dépôt tous les embarras de l'armée, et des
vivres de réserve. On répara et on arma de même les forts de Zamora et
de Toro.

J'organisai l'armée en six divisions. Elles s'élevaient, après la
réorganisation, au bout de quinze jours de commandement, à vingt-huit
mille hommes. Je gardai avec moi le général Régnier, comme mon
lieutenant, afin de lui donner, en cas de séparation, le commandement de
la portion de l'armée avec laquelle je ne serais pas.

Le rôle qui m'était imposé était défensif. Je devais empêcher l'armée
anglaise de pénétrer en Espagne, soit par l'Estramadure, soit par la
Castille. Je n'avais pas les forces nécessaires pour combattre seul;
mais je les obtiendrais en combinant mes mouvements, soit avec l'armée
du nord de l'Espagne, soit avec celle du midi. Ma place naturelle
d'attente, d'après cette donnée, devait être dans la vallée du Tage.

Au moment de la retraite de Masséna, Wellington avait détaché la
division Hill au secours de Badajoz, que Soult assiégeait; mais, quand
il arriva, Badajoz avait capitulé. Les Anglais résolurent alors de
l'assiéger sans retard, et de profiter de l'état de désorganisation ou
était l'armée française de Portugal pour reprendre cette place. En
conséquence, après l'affaire de Fuentes-de-Oñore, l'évacuation
d'Almeida, et notre retour sur la Tormès, Wellington partit avec deux
divisions pour se porter sur la rive gauche, laissant le reste de son
armée sur la Coa.

Soult, pris au dépourvu, rassembla à la hâte tout ce qu'il put, et, avec
dix-sept à dix-huit mille hommes, il marcha au secours de Badajoz. Lord
Beresford, qui commandait toutes les troupes opposées, prit position sur
l'Albuhera pour couvrir le siége. Soult l'attaqua dans cette position.
Ses troupes, formées en colonnes, firent plier la première ligne et
occupèrent la sommité; mais, arrivées là, exposées à un feu vif, il
fallait répondre à ce feu par du feu et se mettre en bataille. Soult,
qui, cette fois, comme toujours, était de sa personne à plus d'une
portée de canon de l'ennemi, quand ses troupes soutenaient une vive
fusillade, ne put leur ordonner de se déployer. Les généraux qui les
commandaient n'eurent pas l'intelligence de le leur prescrire, et, après
avoir éprouvé d'assez grandes pertes, les troupes plièrent, et la
bataille fut perdue, quand évidemment, sous tout autre général, elle eût
été gagnée. Soult m'écrivit pour me faire part de sa détresse et me
demander du secours.

L'armée de Portugal n'avait pas encore achevé sa réorganisation, et
l'Empereur, redoutant l'excès de mon zèle, m'avait donné l'ordre de ne
faire aucun mouvement, à moins de pouvoir emmener soixante pièces de
canon attelées et approvisionnées. Cependant rien ne m'annonçait que je
dusse les avoir bientôt. Bessières, peu touché des lamentations de
Soult, ne me donnait aucun secours. En agissant avec une extrême
vitesse, et couvrant bien mon mouvement par une démonstration sur la
Beira, je pensai pouvoir faire ma jonction avec Soult sans que l'ennemi
put s'y opposer, et sauver ainsi Badajoz.

Certes, il y avait de la générosité à moi; car je connaissais assez le
caractère de Soult et les passions qui l'animaient pour être bien
convaincu qu'en circonstance pareille il ne viendrait pas à mon secours.
Étant mon ancien, la réunion des deux armées me mettrait nécessairement
sous ses ordres; mais il y allait, pour moi, du devoir, et de la gloire
des armes françaises. Mes intérêts d'amour-propre n'étant rien, comparés
à d'aussi grandes considérations, je me décidai à exécuter mon
mouvement.

Depuis douze jours, prévoyant cette opération, j'avais écrit au général
Belliard, commandant à Madrid en l'absence de Joseph, en ce moment à
Paris, pour lui demander d'envoyer à Talavera, à ma disposition, un
équipage de pont qui lui était inutile, six cent mille rations de
biscuit, et des munitions de guerre.

Le 5 juin, je me mis en marche à la tête de ma première division et de
ma cavalerie légère. Je me portai sur Rodrigo. Sous la protection de
cette marche, je fis arriver dans la place un convoi de vivres.
J'arrivai le 5, et je débouchai le 6.

La division légère du général Crawfort, cantonnée à peu de distance, se
retira pendant la nuit. Je trouvai seulement de la cavalerie, que je fis
poursuivre sur Alfaiatès. On s'empara de deux magasins de subsistances.

Pendant ce mouvement, destiné à tromper l'ennemi et à couvrir la marche
de l'armée, toutes les autres divisions se portaient sur le Tage, en
passant par le col de Baños et Placencia. Le général Regnier, commandant
mon avant-garde, composée de deux divisions et de mille chevaux, avait
l'ordre de faire construire un pont à Almaroz, au moyen des bateaux
attendus de Madrid, et de prendre position en avant du Tage, sur la
hauteur de Miravete. Il devait y arriver le 10, l'armée y être le 12, et
mon arrière-garde le 13. Après avoir ainsi tout réuni, je pouvais
marcher sur la Guadiana. Mon mouvement devant être rapide, les troupes
anglaises restées dans la Beira, en supposant qu'elles fissent un
mouvement parallèle aussitôt qu'elles seraient informées du mien, ne
pouvaient pas arriver à temps pour mette obstacle à ma jonction avec
l'armée du Midi. Les bateaux, vivres et munitions attendus de Madrid
n'arrivèrent qu'en partie et peu exactement, ce qui retarda notre
passage d'un jour. Cependant, le 17, la jonction était faite. Mon
avant-garde arrivait à Merida, et, le 18, j'y entrais de ma personne
avec toute mon armée.

Là, je trouvai Soult, qui, peu accoutumé à cette conduite de bon
camarade, malheureusement si rare en Espagne, était dans l'ivresse de la
joie et de la reconnaissance. On verra plus tard comment, peu de jours
après, il tenta de me la prouver. Nous nous concertâmes pour attaquer
l'ennemi s'il restait devant Badajoz; mais, ayant trop peu de monde pour
oser tenter de résister, il leva le siége, et nous fîmes notre entrée
dans cette place le 20 juin. Les moments pressaient; trois brèches étant
praticables, le général Philippon, son gouverneur, n'avait plus que peu
de jours à se défendre. Cette armée de Portugal, un mois auparavant si
désorganisée, si découragée, si peu capable d'agir, avait retrouvé déjà
sa vigueur, son élan et sa confiance. Si elle eût eu à combattre, je ne
doute pas qu'elle n'eût fait des prodiges.

Cette levée du siége de Badajoz, obtenue dans des circonstances
difficiles, et lorsque l'Empereur était si loin de croire à la
possibilité, pour l'armée de Portugal, de se mouvoir et d'agir, fut un
grand service rendu. La rapidité extrême avec laquelle ce mouvement fut
opéré en fit disparaître tout le danger. Le maréchal Soult et moi, nous
convînmes de faire l'un et l'autre, avec notre cavalerie, des
reconnaissances sur l'armée anglaise. Il se porta sur Elvas, et moi sur
Campo-Maior. Nous ramenâmes quelques prisonniers. L'infanterie se retira
à notre approche. Trois divisions anglaises seules étaient en présence;
mais j'acquis la certitude que toute la partie de l'armée restée dans la
Beira, sous le commandement de lord Spencer, arrivait en toute hâte pour
passer sur la rive gauche, et se réunir aux troupes qui s'y trouvaient
déjà.

Cette disposition de l'ennemi me décida à rester sur la Guadiana tout le
temps nécessaire pour assurer l'approvisionnement de Badajoz, et en
réparer les brèches. Mes troupes furent réparties sur les deux côtés de
la rivière, et mon quartier général établi à Merida. J'imposai à chacun
des régiments de mon armée l'obligation de récolter et de transporter à
Badajoz une quantité de blé déterminée, ce qui, réuni aux autres moyens
employés par l'administration, compléta dans un temps assez court
l'approvisionnement de cette place.

J'avais, sur le caractère du maréchal Soult, la conviction commune et
conforme à sa réputation; ainsi j'avais peu de confiance dans sa
loyauté. Junot, avec lequel j'ai toujours été très-lié depuis ma
première jeunesse, et qui avait un véritable et profond attachement pour
moi, m'avait dit, au moment où nous nous séparions en Castille: «Tu vas
avoir de fréquents rapports avec Soult. Vos points de contact seront
multipliés. Défie-toi de lui; agis avec prudence; prends tes
précautions; car, je t'en donne l'assurance, s'il peut, à quelque prix
que ce soit, appeler sur toi de grands malheurs, il n'y manquera pas!
C'est parce que j'ai eu l'occasion de le bien connaître que je t'en
avertis.»

Nous étions à Badajoz depuis quatre jours lors que Soult vint un matin
chez moi. Il m'annonça qu'il venait de recevoir des lettres d'Andalousie
qui lui donnaient de vives inquiétudes; des partisans, sortis des
montagnes de Ronda, avaient menacé Séville; il allait partir pour y
retourner, et ne pouvait se dispenser d'emmener ses troupes, comptant
sur moi pour veiller sur Badajoz et pourvoir aux besoins de cette place.
Cette nouvelle inopinée, que rien n'avait fait pressentir, cette crainte
de guérillas si ridicule, le ton dont ce récit me fut fait, tout me
frappa, et à l'instant même l'avis de Junot revint à mon esprit, et je
me dis: «Voilà un homme qui, pour prix du service que je lui ai rendu,
veut me mettre dans la position la plus critique, me réduire à me faire
battre par l'armée anglaise, et à voir tomber Badajoz sous mes yeux.» Je
lui répondis:

«Monsieur le maréchal, je partage vos sollicitudes pour l'Andalousie;
mais les événements qui vous y appellent me paraissent moins pressants
que ce qui se passe devant nous. Allez, si vous le croyez utile, à
Séville; mais laissez vos troupes ici. Vous le savez, l'armée anglaise
tout entière se rassemble, et l'armée que je commande n'a pas une force
suffisante pour la combattre seule. La réunion de nos moyens est
indispensable. Il faut que le cinquième corps et la cavalerie de l'armée
du Midi soient réunis à l'armée de Portugal pour établir la balance.
Laissez donc à mes ordres ces deux corps, et je resterai avec l'armée de
Portugal sur la Guadiana jusqu'au moment où Badajoz sera réparé,
approvisionné et complètement en état de se défendre; mais, si vous
emmenez ces troupes, et je vais envoyer des officiers résider dans leurs
cantonnements pour être informé de ce qui se passera, si elles partent,
à l'instant même je repasse le Tage: comptez sur la vérité de ma
déclaration et sur ma résolution invariable.»

Le calcul odieux de Soult fut ainsi déjoué. Par arrangement, il emmena
seulement une brigade de cavalerie légère.

Je remplis les engagements que j'avais pris; je pourvus avec le plus
grand soin aux besoins de Badajoz; et, cette tâche remplie, j'allai
prendre, dans les premiers jours de juillet, une position centrale, pour
être à même de défendre à la fois les provinces du midi et celles du
nord de l'Espagne.

J'établis mon quartier général à Navalmoral, mauvais petit village de la
vallée du Tage, à l'embranchement des routes qui de Placentia et de
Truxillo vont à Madrid.

Je fis fortifier par une double tête de pont le passage du Tage à
Almaraz. La tête de pont de la rive gauche, plus grande que l'autre,
embrassait une assez grande hauteur, sur laquelle était un réduit. Tout
fut revêtu en maçonnerie, fraisé et palissadé. On entrait dans le réduit
seulement par un pont-levis. Comme le plateau de l'Estramadure, à ce
point, est très-élevé, et qu'il faut gravir au milieu des rochers
pendant fort longtemps pour y parvenir, je fis faire deux ouvrages en
maçonnerie pour défendre le col de Miravete, par où il faut déboucher.
Un premier; très-voisin du col, battait par son artillerie le seul
passage praticable pour les voitures; un autre, composé seulement d'une
tour placée sur un pic, couvrait contre l'action des hauteurs voisines
les batteries inférieures. Ces deux postes fermés, approvisionnés de
vivres et d'eau, pouvaient être conservés, quoique enveloppés par
l'ennemi. Leur objet principal était de servir de poste avancé à la tête
de pont et de l'empêcher d'être attaquée à l'improviste avec du canon.

J'établis ma première division à Truxillo, avec ma cavalerie légère. Ce
poste voyait tout ce qui se passait dans l'Estramadure. L'ennemi se
présentant en force, elle devait se rapprocher, et au besoin dépasser le
Tage.

J'occupai la vallée du Tage et la Verra de Placencia avec trois
divisions. La deuxième division occupait la province d'Avila; la
sixième, Placencia, et le pied des montagnes jusques et y compris
l'entrée de la Sierra de Gata et le col de Baños. Ainsi, par ma droite,
j'observais ce qui se passait dans la Vieille-Castille et sur la Tormès,
et mon front était couvert par l'Alagon, et une avant-garde placée à
Gallisteo. Les cantonnements des troupes étaient assez étendus pour
qu'elles pussent bien vivre.

J'observais un front immense, et, cependant, en peu de marches, toute
mon armée pouvait être rassemblée pour combattre, soit devant le
débouché de Coria, soit en Vieille-Castille, soit en Estramadure. Enfin
une bonne tête de pont, construite sur le Tietar, devait m'assurer les
moyens de passer cette rivière et de manoeuvrer sur l'une et l'autre de
ses rives.

Pendant mon séjour sur les bords de la Guadiana, j'eus la première
pensée des moulins portatifs, que, plus tard, je fis donner à l'armée.
Nous avions du grain en abondance; les moissons étaient sur pied; des
magasins, trouvés à Almendralejo, se trouvaient encore remplis, et
cependant l'armée souffrait de la disette par l'insuffisance des moyens
de monture. Je fus obligé de régler moi-même la manière dont les moulins
seraient répartis et le temps pendant lequel chacun pourrait en
disposer. L'idée des moulins portatifs me vint à l'esprit; et, aidé d'un
excellent ouvrier, fort habile mécanicien, appelé Gindre, armurier du
50e régiment, je fis faire une série d'expériences en prenant pour point
de départ les moulins à café. Le problème à résoudre était celui-ci:

1° Faire des moulins à bras assez légers pour qu'au besoin un soldat
puisse les porter;

2° Le moulin devait pouvoir être tourné par un seul homme;

3° Il devait donner de la belle farine et suffire, par un travail de
quatre heures, aux besoins d'une compagnie.

Après beaucoup d'essais et de tâtonnements, on finit par obtenir une
solution satisfaisante. Toutes les conditions imposées furent remplies.
Les moulins, du poids de trente livres, donnaient trente livres de
farine par heure. Un seul homme pouvait les manoeuvrer. J'en fis
construire à raison d'un par compagnie. Dans le cas où les moyens de
transport des régiments auraient manqué, on devait consacrer un homme
par compagnie à les transporter en le faisant sortir des rangs. Le jour
où l'armée a eu les moulins, elle a vécu avec beaucoup moins de
difficultés; mais on n'était pas parvenu à donner aux meules la dureté
nécessaire, et elles s'usaient promptement. Depuis, ces moulins ont été
perfectionnés; les meules sont à l'épreuve d'un long usage et peuvent
être facilement remplacées. Le modèle en existe au Conservatoire des
arts et métiers.

Je veux entrer ici dans quelques détails sur l'importance qu'il y aurait
à adopter l'usage des moulins portatifs pour toute l'armée, en temps de
paix comme en temps de guerre, et des immenses bienfaits qui en
résulteraient pour l'art de la guerre.

Quand la main-d'oeuvre est rare et chère, il y a de l'avantage à se
servir de machines puissantes dans les manufactures et à centraliser les
travaux. Quand la main-d'oeuvre est surabondante et ne coûte rien, il
vaut mieux suivre un système absolument opposé. En reportant les travaux
du centre à la circonférence, on les rend plus faciles, et, en chargeant
chacun du travail dont le résultat lui est applicable, on est sûr de son
exactitude et de son zèle à l'exécuter.

Cela posé, il est évident que l'on peut disposer de la main-d'oeuvre des
soldats sans inconvénient, et qu'il y a avantage pour eux en leur
donnant, en indemnité, le prix qu'il en coûte aujourd'hui pour faire le
travail dont ils seraient chargés. Pourquoi, en campagne, les soldats ne
manquent-ils jamais de soupe quand ils ont à leur disposition du pain,
de la viande et des marmites? C'est qu'ils la font eux-mêmes. Si un
intendant avait imaginé de s'en charger par économie et pour toute une
division; si même un colonel avait eu la même idée pour tout son
régiment, jamais, dans les mouvements, les soldats ne pourraient en
manger. Je veux appliquer au pain le principe de la soupe, et le soldat
n'en manquera jamais. A une objection que, les ordonnances ayant
prescrit une extraction du son, cette opération complique la
fabrication, je réponds que les expériences faites m'ont prouvé
l'inutilité de l'extraction du son, avec du blé même de médiocre
qualité. Pourvu que celui-ci soit pur et propre, le pain est toujours
bon. Quand l'administration donne du mauvais pain, le soldat doit
nécessairement l'accepter et le manger, sous peine de mourir de faim,
parce que le moment de la consommation est immédiat. Quand on lui donne
du blé rempli de poussière et mêlé avec toute autre chose, on peut le
nettoyer avant de s'en servir, et le soldat mangera alors toujours de
bon pain. Ainsi, sous ce rapport, sa condition sera améliorée. Elle le
sera encore par l'indemnité de travail qu'il recevra, soit en argent,
soit en augmentation des rations; mais voyez quel sera le sort de
l'administration: la simplification, et, en temps de guerre même, la
facilité de son service.

Un général en chef aujourd'hui fait plus d'efforts d'esprit pour assurer
la subsistance de ses troupes que pour toute autre chose, et sans cesse
ses combinaisons sont contrariées et détruites, faute de distribution de
pain faites à temps. Dans une guerre défensive, une administration
habile peut, jusqu'à un certain point, pourvoir à un service régulier;
mais, dans une guerre d'invasion, dans une guerre offensive, cela est
impossible, et remarquez comme tout devient aisé dans mon système. On ne
fait généralement pas la guerre dans un désert, et, quand cela a lieu,
on prend des dispositions extraordinaires; mais, dans les circonstances
ordinaires, c'est dans un pays habité. Eh bien, là où il y a des
habitants, il y a des greniers, et, si les soldats portent avec eux les
moyens de mouture, ils ont constamment, par leurs soins seuls, leur
subsistance assurée dans tous leurs mouvements, car on vit avec de la
farine; mais ce n'est pas tout: on a trouvé le moyen de faire, en quatre
heures, dans toute espèce de terre, des fours qui, deux heures après,
peuvent servir à cuire du pain, et voilà la fabrication du pain assurée.
Ainsi, dans chaque bivac, on peut faire de la farine en quantité
suffisante pour la consommation journalière, et, dans chaque repos et
séjour, on peut faire des fours et cuire du pain.

Dès ce moment, la nourriture d'une armée a lieu d'elle-même, et n'occupe
pas plus l'administration dans ses détails que chaque homme n'est occupé
d'assurer la circulation de son sang. C'est la conséquence d'un
principe. En temps de paix, le gouvernement aurait ses magasins de blé
qu'il distribuerait aux troupes. Dans une guerre défensive, il en serait
de même. Dans une guerre d'invasion, chaque régiment recevrait
journellement de l'administration du pays qu'il parcourt, ou prendrait
dans les greniers des habitants, le blé qui lui serait nécessaire.

Mais il faut que ce soit une habitude contractée et suivie pendant la
paix; car, en principe, les usages de la paix doivent se rapprocher,
autant que possible, de ceux de la guerre, et cette vérité est surtout
incontestable quand il est question de l'introduction d'un nouvel usage.

L'armée, établie comme je l'ai dit plus haut, ne recevait aucun argent
pour faire face au besoin de son administration, et les revenus du pays
qu'elle occupait ne lui étaient pas dévolus. Chose vraiment bizarre que
cette contradiction continuelle dans laquelle l'Empereur tombait déjà
constamment, de vouloir la fin sans calculer et fournir les moyens!
Après mille réclamations sans cesse renouvelées, on me donna, pour faire
vivre, pourvoir à tous les besoins (sauf la solde) d'une armée de près
de quarante mille hommes, la province de la Talavera de la Reyna, celle
d'Avila, de Placencia, et l'entrée de cet horrible désert que présente
l'Estramadure jusques et au delà de Truxillo, c'est-à-dire ce qui aurait
été insuffisant pour une armée de quinze mille hommes; mais c'était une
déception qui, pendant tout mon séjour en Espagne, ne s'est pas démentie
un seul jour.

Au moment où j'exécutai le mouvement sur la rive gauche du Tage, qui
sauva Badajoz, l'armée comptait un grand nombre de malades, de
convalescents et d'hommes faibles ou malingres. Ma marche devant être
sans embarras et rapide pour être sans danger, je laissai en Castille
tout ce qui n'était pas en état de suivre, et je fis former un petit
dépôt par chaque régiment pour réunir tout ce qui lui appartenait. Ces
dépôts, organisés en divisions, furent mis sous l'autorité d'un officier
supérieur. Cette mesure de conservation rallia beaucoup de soldats; mais
le profit n'en fut pas pour nous.

Je réclamai l'envoi de ces détachements pendant longtemps sans les
obtenir. Le duc d'Istrie me les refusa. Plus tard, le général Dorsenne,
qui lui succéda, me les refusa de même, et en abusait de toutes les
manières, pour les charger de toutes les corvées pénibles.

En général, l'esprit régnant en Espagne était destructeur des armées, et
voici ce qui se passait constamment. Un détachement formé, ainsi que je
viens de le dire, ou bien un régiment de marche, composé de soldats
appartenant au corps de l'armée de Portugal, et destiné à la rejoindre,
arrivait dans le nord de l'Espagne. Le général qui y commandait, sous le
prétexte de besoins urgents, retenait le régiment. Puis, parce que ce
régiment ne devait pas lui rester, et se trouvait accidentellement et
passagèrement sous ses ordres, il l'accablait de détachements, de
services et de corvées.

Ce corps, composé d'hommes pris au dépôt, commandé par des officiers
fatigués et de peu de choix, sous les ordres d'un chef provisoire qui
n'avait ni la capacité ni l'autorité d'un véritable chef, était bientôt
désorganisé. Les régiments provisoires, n'ayant point d'administration,
point de masses, point de secours, tombaient promptement dans un
délabrement et une misère à faire horreur. On obligeait les soldats à
marcher sans souliers, pieds nus. Les malheureux, bientôt blessés,
entraient à l'hôpital pour y végéter et y mourir. Les secours envoyés
aux armées de Portugal et du Midi se fondaient ainsi, et les soldats
périssaient sans utilité et par milliers; résultat infaillible de la
division des commandements en Espagne, de l'anarchie qui régnait partout
et des incroyables aberrations dans lesquelles l'Empereur était tombé.

L'état de pénurie dans lequel nous étions décida cependant l'Empereur à
ajouter à l'arrondissement de l'armée de Portugal la province de Tolède.
Cette province, fertile et riche, avait été ménagée. Il s'y trouvait de
grands magasins de blé provenant des dîmes. Dans la circonstance, et en
égard à la position de l'armée de Portugal, à la mission qu'elle avait à
remplir, ces magasins étaient d'un prix inestimable; mais Joseph, bien
plus occupé de ses intérêts et de ses jouissances du moment que du grand
résultat qui devait être le prix de nos efforts, Joseph, dont la
sécurité à Madrid dépendait du succès de nos opérations, refusa d'abord
de me remettre cette province. Pendant plus de trois mois, une lutte
continuelle et une espèce de guerre exista à cette occasion entre lui et
moi. Enfin, forcé de céder par Napoléon, il fit vider et vendre les
magasins, comme si, par un traité, il eût dû remettre cette province aux
Anglais.

Joseph avait, il est vrai, d'étranges illusions; car il prétendait que
nous seuls l'empêchions de régner en Espagne, et que, sans nous, les
Espagnols lui obéiraient avec plaisir. Je voulus envoyer les ouvriers de
l'armée à Madrid, seule ville à portée offrant quelques ressources pour
leurs travaux; mais il leur fut refusé d'y travailler, et on les
renvoya. Telles étaient nos divisions en Espagne. La grande étendue du
pays nécessaire à l'armée pour vivre, l'éloignement des grandes villes
favorables aux grands établissements, enfin les souvenirs de ce qui
m'avait si bien réussi en Dalmatie, me déterminèrent à la formation
d'hôpitaux régimentaires. Je divisai le plus possible les malades, et
nulle part il n'y eut d'encombrement. Placé le plus près possible de
leurs corps, ils reçurent tous les soins que comportaient les
circonstances. Une exception cependant fut faite pour la première
division occupant Truxillo. Cette division tout à fait en l'air devait
être toujours prête à marcher et à se retirer, et le pays qu'elle
occupait étant extraordinairement malsain, elle reçut l'ordre de diriger
tous ses malades sur la Verra de Placencia, l'un des pays les plus sains
du monde.

J'ordonnai, d'une manière réitérée, de faire dans tous les cantonnements
des approvisionnements de vivres, et, pour y arriver plus vite, de
mettre, s'il le fallait, momentanément les soldats à la demi-ration,
afin d'avoir quinze jours en biscuit. Dès ce moment, et constamment,
cette réserve ne cessa d'être conservée ou remplacée, et l'armée fut
toujours en état de se mouvoir au moins pendant quelques jours.

Sans cette précaution et sans l'obligation imposée aux soldats de se
charger du transport, il eût été impossible de faire aucune opération,
aucun rassemblement. Cette disposition était pénible; mais avec des
soldats tels que ceux d'alors on pouvait tout exiger, on pouvait tout
obtenir. Ils avaient expérience, zèle, et dévouement. Ils se prêtaient
sans murmures à tout ce qui avait le caractère de l'utilité.

Au commencement d'août, l'armée anglaise repassa le Tage en presque
totalité, et vint s'établir sur la Coa, ne laissant qu'une division dans
l'Alentejo. Les bandes espagnoles de Ballesteros et du comte de Penna,
ainsi que de Castaños, prirent poste à Cacerès pour observer la première
division, occupant Truxillo.

L'armée anglaise poussa une avant-garde sur la rive droite de l'Aguada,
ses avant-postes jusqu'à Tenebron, et bloqua ainsi Rodrigo. Divers
bruits coururent alors: les uns annoncèrent qu'elle allait marcher sur
Salamanque; d'autres, quelle allait faire le siége de Rodrigo; des
approvisionnements de siége commencés donnèrent crédit à cette dernière
nouvelle. Dans le premier cas, mon devoir était d'aller au secours de
l'armée du Nord; dans le second cas, il fallait marcher sans retard, de
concert avec elle, au secours de cette place; enfin, dans le cas d'un
simple blocus, je devais préparer et combiner une manoeuvre pour la
ravitailler. Mais alors le mouvement devait être subordonné à la réunion
des approvisionnements que l'armée du nord de l'Espagne devait y faire
conduire.

Dans tous les cas, des dispositions préliminaires à un mouvement étaient
convenables. Je portai ma sixième division au col de Baños, afin de
pouvoir déboucher dans le bassin de la Tormès. Je plaçai aussi la plus
grande partie de ma cavalerie, avec le général Montbrun, sur ce point,
en le chargeant de pousser de forts partis sur Tamamès et sur
Salamanque, et d'entretenir mes communications libres avec cette
dernière ville.

J'envoyai un officier de confiance à Valladolid pour concerter avec le
général Dorsenne le mouvement à opérer. Je donnai ordre au général Foy
d'éloigner et de disperser, par un mouvement brusque de quelques jours,
les troupes espagnoles qui étaient à sa portée, et, après les avoir
intimidées et maltraitées, de rentrer à Truxillo et de se tenir prêt à
repasser le Tage. Je fis faire un mouvement en avant à toutes mes
troupes, que je serrai sur la sixième division et Placencia, et j'allai
établir mon quartier général, le 20 août, à Elvillor, village situé
entre le col de Baños et Placencia.

Enfin, je demandai au roi d'Espagne de faire relever dans la vallée du
Tage mes troupes par quelques détachements de l'armée du Centre, afin de
garder les communications; mais, selon son usage, il n'en fit rien, et
il fallut, pour la conservation des villes, des hôpitaux et des
magasins, affaiblir l'armée de Portugal des forces nécessaires à cet
objet.

Tous les renseignements qui me parvinrent me firent connaître que
l'ennemi ne s'occupait que d'un simple blocus de Rodrigo. En
conséquence, je devais attendre l'arrivée des troupes du général
Dorsenne pour marcher, et la réunion de son convoi, le but de notre
mouvement étant seulement de porter de grands approvisionnements dans
cette place et de faire relever la garnison, composée de troupes
appartenant à l'armée de Portugal, par des troupes de l'armée du nord de
l'Espagne.

Je restai dans cette position pendant toute la première quinzaine de
septembre. Informé de la marche du général Dorsenne avec son convoi
escorté par douze mille hommes d'infanterie et deux mille chevaux;
sachant de plus que ce convoi et cette escorte devaient se présenter en
face de l'armée anglaise, qui pouvait faire un mouvement offensif avant
son arrivée à Rodrigo, je mis l'armée de Portugal en mouvement pour le
soutenir. Toute l'armée se plaça entre le Tage et le col de Baños. La
première division repassa le Tage et vint prendre position à Placencia,
occupa Gallisteo et les bords de l'Alagon par une avant-garde; et toute
l'armée déboucha, passa le col et prit la route de Rodrigo. Ma cavalerie
et une division d'infanterie arrivèrent le 22 septembre à Tamamès, et,
le même jour, l'armée du Nord et le convoi campèrent à Samoños. Je me
concertai immédiatement avec le général Dorsenne. Il fut convenu que je
me porterais, avec ma cavalerie et une division d'infanterie, à
Moras-Verdès pour couvrir le convoi contre une division anglaise placée
dans la Sierra de Gata, sur la rive droite de l'Aguada, et que s'il le
fallait, l'armée appuierait ce mouvement aussitôt que la communication
avec Rodrigo serait établie.

Ce mouvement s'exécuta le 25; la communication fut ouverte avec Rodrigo,
et le convoi, qui portait des vivres pour huit mois à la garnison de
Rodrigo, entra dans la place.

Ce ravitaillement, opéré en présence de l'armée anglaise, ne répondait
guère aux espérances des Espagnols, aux promesses qui leur avaient été
faites de l'empêcher et d'assurer par un blocus la chute de cette place.

Nous savions l'armée anglaise dans le voisinage; mais rien n'indiquait
sa position précise. Il était important de s'assurer si elle avait fait
des approvisionnements pour le siége de Rodrigo. Je me décidai à
exécuter deux fortes reconnaissances dans les deux directions de
Fuenteguinaldo et d'Espeja. Je proposai au général Dorsenne d'envoyer le
général Vathier avec sa cavalerie sur Espeja, tandis que je me porterais
avec la mienne dans la direction de Fuenteguinaldo. Toute mon infanterie
était restée en arrière et en échelons. Une seule division de l'armée du
Nord, très-faible, forte de quatre mille hommes environ, commandée par
le général Thiébaud, était entrée dans Rodrigo avec le convoi, et je
demandai au général Dorsenne de lui donner l'ordre de me soutenir.

Arrivés en face d'El-Bodon, nous vîmes sur la hauteur des troupes
anglaises se former. L'infanterie se composait seulement de deux
brigades, et la cavalerie de sept à huit cents chevaux. Les deux
brigades, fort distantes entre elles, ne pouvaient se prêter aucun
appui. Comme la position des Anglais était très-dominante, je ne pouvais
juger quelles forces ils avaient en arrière, et il était possible que
ces premières troupes fussent soutenues par d'autres à peu de distance.
Ne voulant pas risquer un engagement sérieux en la faisant attaquer par
la seule division d'infanterie qui fût à portée. Je pris le parti de
n'employer à cette attaque que de la cavalerie et de l'artillerie. Si
l'ennemi était en force, elle en serait quitte pour se retirer, et il ne
pouvait en résulter aucun inconvénient grave.

Le général Montbrun enleva cette position avec intrépidité, prit quatre
pièces de canon à l'ennemi, et mit en fuite la cavalerie. L'infanterie
anglaise reçut la cavalerie sans se déconcerter, fit un mouvement de
quelques toises en avant, reprit ses pièces, et se mit en retraite. Je
la fis poursuivre par la cavalerie et par l'artillerie. Elle marcha à
grands pas, mais sans se désunir, et deux fois repoussa des charges. Il
est vrai qu'un pays assez difficile gênait les mouvements de notre
cavalerie. Cette infanterie se dirigeait à tire-d'aile sur
Fuenteguinaldo, où l'on voyait d'autres corps se rendre pour occuper des
retranchements construits d'avance.

Si j'avais eu en ce moment huit ou dix mille hommes d'infanterie sous la
main, c'en était fait de l'armée anglaise. Elle n'était pas rassemblée,
et Fuenteguinaldo, point de sa réunion, serait tombé en notre pouvoir.
Je demandai au général Dorsenne de faire arriver la division Thiébaud en
toute hâte; mais l'ordre, envoyé lentement, fut exécuté plus lentement
encore, et cette division, qui aurait pu nous joindre deux heures avant
la nuit, n'arriva qu'à nuit close. Elle aurait suffi pour enlever, dans
le premier moment de confusion, le village où se trouvait le noeud des
routes menant aux divers cantonnements de l'armée anglaise, et cette
faible troupe même, arrivée avant la nuit, rendait sa position critique
et sa réunion difficile. La division légère, commandée par le général
Crawfort, placée sur la rive droite de l'Aguada, rassemblée à Martiago,
isolée, tournée, enveloppée par l'armée française, eût été perdue, et il
est impossible de calculer quelles eussent été les conséquences d'un
pareil succès.

A l'instant où je fis demander la division Thiébaud, j'envoyai l'ordre à
toute l'armée d'arriver à marche forcée, afin de me mettre à même de
faire plus tard ce que les circonstances comporteraient. L'armée du Nord
en fit autant, et, dans le courant de la journée du lendemain, je me
trouvai à la tête de près de quarante mille hommes, à une portée de
canon de l'armée anglaise; mais celle-ci n'avait pas perdu un moment
pour se réunir, sinon en totalité, au moins en très-grande partie, et
occupait des positions retranchées. J'étais bien tenté de profiter de la
réunion des deux armées pour obtenir un succès sur l'armée anglaise, et
je passai la journée à étudier sa position. Les attaques improvisées
pendant les campagnes précédentes avaient assez mal réussi pour empêcher
d'agir inconsidérément; mais une opposition formelle à une bataille de
la part du général Dorsenne, qui n'était sous mes ordres
qu'accidentellement et par sa volonté, rendait encore l'entreprise plus
délicate: entreprise au surplus sans objet, car nous n'étions pas en
mesure de profiter d'un succès et de suivre en Portugal l'armée anglaise
battue: aussi dus-je enfin renoncer à l'idée de combattre.

L'armée du Nord se mit en marche avant le jour pour se rapprocher de
Rodrigo, et je commençais à suivre le mouvement, quand j'appris que
l'armée anglaise, dès le milieu de la nuit, avait décampé et opérait sa
retraite par trois routes. J'arrêtai mes troupes et je me décidai à
employer la journée à la reconduire jusqu'à la Coa. Je mis à sa
poursuite le général Montbrun, soutenu par un corps d'infanterie appuyé
de forces plus considérables, en suivant la route de Casillas de Florès,
tandis que le général Wathier se dirigea, avec sa cavalerie et une
division d'infanterie de l'armée du Nord, par Albergaria. A cinq heures
du soir, on rencontra l'ennemi en force près d'Aldeaponte; là s'engagea
un combat assez vif, qui se termina à notre avantage. Le général
Montbrun, ayant quitté brusquement la route d'Alfaiates et marché sur
Aldeaponte, l'ennemi, dans la nuit, repassa la Coa, tandis que le
général Foy, que j'avais laissé sur les bords de l'Alagon, et auquel
j'avais donné l'ordre de faire une diversion, opérait sa jonction avec
nous en passant par le col de Peralès.

L'ennemi, dans ces différentes affaires, eut de cinq à six cents hommes
hors de combat. Notre perte fut moindre de beaucoup. Rarement une armée
a couru d'aussi grands risques que l'armée anglaise dans cette
circonstance. Ce qui l'a sauvée, c'est, d'un côté, la pensée où j'étais
qu'un général tel que le duc de Wellington ne ferait pas la faute de
laisser son armée ainsi éparpillée à l'arrivée de l'armée française,
dont il connaissait et voyait la marche: d'un autre côté, la division du
commandement, qui fit arriver beaucoup trop tard la division Thiébaud,
dans un moment où une heure faisait le destin de la journée et le sort
de cette courte campagne. Notre attaque inopinée causa un tel désordre
dans l'armée anglaise, que le premier aide de camp de Wellington, lord
Manners, prit des escadrons français pour des troupes anglaises, et vint
demander au général Dejean, qui les commandait, où était le duc de
Wellington. Le général Dejean n'eut pas la présence d'esprit de le faire
prisonnier, et l'avertit de sa méprise en lui répondant en fureur: «Que
me voulez-vous?» Cet officier dut son salut à la vitesse de son cheval.
Au milieu de cette confusion chez les Anglais, un autre aide de camp de
Wellington, Gordon, officier investi de sa confiance, tué depuis à
Waterloo, vint en parlementaire, sous un vain prétexte d'échange de
quelques prisonniers. Ne voulant pas lui donner l'occasion de faire des
rapports utiles à son générai, je le retins trois jours à mon quartier
général. Nous trouvâmes, à portée de Rodrigo, de grands
approvisionnements de gabions, fascines, saucissons, dont j'ordonnai la
destruction.

Cette opération terminée, l'armée du Nord rentra à Salamanque et à
Valladolid, et je retournai dans la vallée du Tage. J'occupai par ma
plus forte division (la seconde, commandée par le général Clausel) la
province d'Avila, qui me fournissait une grande partie de mes
ressources. Cette province, bien administrée, devait pourvoir aux
besoins de cette division et donner de grands secours à celles qui
occupaient la vallée du Tage. La sixième division, commandée par le
général Brenier, et ma cavalerie légère, furent chargées d'observer
l'Alagon, et devaient se retirer, en cas d'attaque de l'ennemi, sur le
Tietar.

Mes postes à Miravete et à Lugar-Nuevo suffisaient pour assurer, en cas
de besoin, un débouché en Estramadure, et de grands approvisionnements
de vivres, aussi considérables que le comportaient nos moyens, y furent
placés. La première division, ayant beaucoup souffert par les maladies,
fut envoyée à Tolède pour se rétablir. Le reste de l'armée cantonna dans
la vallée du Tage, et mon quartier général fut fixé à Talavera. Dans ces
nouvelles positions, tout annonçait des quartiers d'hiver tranquilles.
Je me décidai à aller passer quelques jours à Madrid, visiter cette
capitale, que je ne connaissais pas, et revoir Joseph. Depuis mon
arrivée en Espagne, je l'avais aperçu seulement un moment en route, se
rendant à Paris, lorsque je rejoignais l'armée.

On sait à quel point l'atmosphère des cours agit puissamment sur ceux
qui les habitent; mais Joseph m'en donna un exemple extraordinaire. Je
trouvai en lui toujours le même esprit, la même amabilité; mais on ne
peut se figurer à quel point étaient arrivées son insouciance et la
mollesse de ses moeurs. Son penchant pour la volupté le dominait tout
entier. Oubliant son origine, ne sentant pas le besoin de justifier par
des efforts la faveur dont la fortune l'avait comblé, il semblait né sur
le trône et uniquement occupé des jouissances qu'il procure. Enfin on
l'aurait pris pour le rejeton affaibli d'une dynastie usée. Il avait
fait bien du chemin, celui qui, il y avait à peine sept ans, regardait
comme une perfidie l'offre qui lui fut faite de prendre le titre de roi.

La possibilité de se livrer à toutes les jouissance dégrade promptement
les caractères les meilleurs; et les flatteurs, en exaltant
l'amour-propre des souverains, les font bientôt tomber dans les plus
étranges aberrations. Joseph, homme d'esprit d'ailleurs, s'abandonnait à
de telles illusions, qu'il se crut un grand homme de guerre, lui qui
n'avait ni le goût ni l'instinct du métier, lui qui en ignorait les
premiers éléments et qui n'était pas à la hauteur des plus simples
applications de l'art de la guerre. Il m'entretint souvent de ses
talents militaires, et osa me dire que l'Empereur lui avait retiré le
commandement général en Espagne, parce qu'il était jaloux de lui. Ces
propres paroles sortirent plus d'une fois de sa bouche, et les
observations gaies et légères que je lui fis à cette occasion ne
suffirent pas pour lui faire sentir le ridicule de sa supposition. Il se
plaignait beaucoup de son frère, en critiquant sa politique, ses
contradictions, l'anarchie qu'il laissait régner dans les armées
françaises en Espagne. Il avait raison; mais il était curieux de
l'entendre ajouter, lui qui ne pouvait dormir tranquille qu'à l'ombre
des drapeaux français: «Sans l'armée, sans mon frère, je serais
paisiblement roi d'Espagne et reconnu de toute cette immense monarchie.»
Il est donc dans la nature de l'homme de ne pouvoir supporter la
prospérité et la puissance, puisque des personnes sorties des simples
rangs de la société avaient perdu si vite le souvenir de leur point de
départ: et n'est-il pas juste d'avoir alors quelque indulgence pour ceux
que la flatterie et les illusions ont entourés dès leur berceau!

Au surplus, Joseph me traitait personnellement très-bien; il avait un
fond d'amitié pour moi; ses moeurs étaient éminemment douces, et je
trouvai du plaisir à passer quelques moments avec lui. C'est la seule
fois que j'aie vu Madrid. Cette ville, située au milieu d'un désert, que
rien n'annonce, et qu'on dirait tombée du ciel, n'est point une
capitale, mais une simple résidence. Une capitale est l'ouvrage du
temps, le résultat des besoins du pays, et Madrid leur est tout à fait
étranger. Madrid pourrait cesser d'exister, et l'Espagne ne serait ni
plus ni moins ce qu'elle est. Après avoir passé cinq jours à Madrid et
vu le peu de choses curieuses que cette ville renferme, je revins à
Talavera retrouver les ennuis et les soucis toujours renaissants que les
besoins et la misère de l'armée ne cessaient de me donner.

Napoléon avait ordonné à Junot, à l'époque où il prit possession du
Portugal, d'envoyer en France toute la partie disponible de l'armée
portugaise. Ces troupes, formant une division sous les ordres du marquis
d'Alorna, le seul général un peu distingué qu'eût le Portugal, avaient
combattu en Allemagne en 1809, et nous avions eu des Portugais dans nos
rangs à Wagram. Quand Masséna prit le commandement, on lui donna un
certain nombre de ces officiers et le marquis d'Alorna lui-même, pour
lui fournir des renseignements et exercer de l'influence dans le pays.
Le général Pamplona, qui a depuis joué un rôle en Portugal et a été
ministre de la guerre, le marquis de Ponte-Lima, le marquis de Valence,
allié à la famille royale, étaient de ce nombre. Ces officiers se
trouvaient ainsi les auxiliaires d'étrangers qui dévastaient leur patrie
et les témoins de ses désastres; triste situation, sans doute, la pire
et la plus cruelle au monde! Quand je remplaçai Masséna, le marquis
d'Alorna me demanda à rentrer en France, et je l'y autorisai. Les autres
restèrent attachés à mon état-major. Je les comblai de soins et
d'égards.

Les marquis de Valence et de Ponte-Lima faisaient près de moi les
fonctions d'aides de camp. Pendant mon séjour à Madrid, ces deux
officiers quittèrent furtivement mon quartier général, et passèrent en
Portugal. Ils auraient mieux fait de refuser d'être employés et de
demander à être envoyés en France, ce que je leur aurais accordé comme
au marquis d'Alorna; mais je compatis à leur situation, et ne pris
aucune mesure de rigueur contre eux, les trouvant assez malheureux
d'avoir fait par violence, pendant plus d'une année, un métier si opposé
à leurs sentiments et à leurs devoirs envers leur pays.

Je ne sais si j'ai peint avec assez de force les embarras de subsistance
de l'armée et les contrariétés de toute espèce qui compliquaient ma
situation; mais je ne saurais revenir trop souvent sur un ordre de
choses sans exemple nulle part, et surtout pendant aussi longtemps.
Joseph m'avait promis des secours considérables en grains fournis par la
Manche; mais rien n'arriva. Il a fallu une espèce de miracle pour, dans
de telles conditions, pourvoir aux besoins du service; et la lecture de
toute la correspondance de cette époque pourrait seule donner une idée
des difficultés qu'il y eut à surmonter.

Une autre complication du commandement se trouvait dans les obstacles
toujours renaissants à l'arrivée des détachements destinés à l'armée de
Portugal ou à la rentrée de ses dépôts, établis précédemment sur des
territoires qui ne lui appartenaient plus. Les détachements venant de
France étaient arrêtés ou par le général de l'armée du nord de
l'Espagne, ou par les autorités de l'armée du centre. En outre, Joseph
s'était formé une garde composée de Français. L'Empereur n'ayant point
autorisé un recrutement régulier de cette garde par l'armée française,
des embaucheurs venaient séduire les soldats, les enlever, et porter
ainsi la désorganisation dans les corps; et cela avec l'assentiment et
par les ordres du frère de Napoléon.

A mon retour de Madrid, j'appris la catastrophe arrivée à la division du
général Girard, appartenant à l'armée du midi de l'Espagne.

La partie de l'Estramadure la plus voisine du Tage, les arrondissements
de Truxillo et de Cacerès, étaient compris dans le territoire de l'armée
de Portugal. Je pouvais donc y lever des contributions. J'avais évacué
Truxillo devenu un lieu pestilentiel. D'après cela, je ne pouvais
occuper Cacerès, poste très-rapproché du Portugal, et qui se serait
trouvé isolé et sans soutien. Je me bornai à décider que, d'époque en
époque, on y ferait des incursions pour y percevoir les impôts. Dans
aucun cas, les troupes de l'armée de Portugal, en s'y rendant, ne
pouvaient être compromises, parce que leur retraite était sur les
ouvrages d'Almaraz, c'est-à-dire du côté absolument opposé à celui par
lequel l'ennemi pouvait se présenter.

Le maréchal Soult, voyant Cacerès sans garnison, voulut mettre cette
ville à contribution. En conséquence, il dirigea de Merida le général
Girard avec une petite division de trois mille hommes, et par une marche
parallèle à la frontière ennemie. Le général Girard, ayant eu de la
peine à obtenir des habitants la somme demandée, et, d'ailleurs, se
trouvant bien dans cette ville, y resta plus de quinze jours. Le 27
octobre, il en partit sans défiance, sans précaution, et sans se faire
éclairer par sa cavalerie légère. Arrivé à Arroyo-Molinos, une forte
pluie détermina chacun à chercher un abri. Le relâchement dans le
service et l'imprévoyance du général étant portés à leur comble,
personne ne fut averti de l'arrivée de la division Hill, qui se présenta
devant la division Girard par le chemin de Merida. Plus de la moitié des
soldats, l'artillerie, les bagages, et l'argent furent surpris et
enlevés. Ainsi cette opération, mauvaise en elle-même, devint honteuse
par la manière dont elle fut exécutée. Mais, chose curieuse! le maréchal
Soult prétendit que ce mouvement, ordonné par lui, avait eu pour objet
de faire une diversion en faveur de l'armée de Portugal, pendant son
mouvement sur Rodrigo. Or il est bon de remarquer que cette prétendue
diversion n'était pas un mouvement offensif sur l'ennemi, mais seulement
une promenade hors de la ligne d'opération, dont le résultat était
d'amener ce petit corps dans un cul-de-sac, et que ce mouvement,
commencé le 10 octobre et terminé le 27, s'accordait si peu avec ceux de
l'armée de Portugal, que celle-ci avait quitté Rodrigo le 29 septembre
et était rentrée dans ses quartiers le 7 octobre, c'est-à-dire trois
jours avant le commencement du mouvement du général Girard.

L'époque où nous sommes arrivés est celle où le maréchal Suchet, après
la prise des places d'Aragon, était entré dans le royaume de Valence.
Sagonte s'était rendue. Il fallait maintenant compléter le succès de
cette campagne par la prise de Valence, où les restes de l'armée
espagnole commandée par Blake étaient réunis. Cette opération, regardée
comme importante, pouvait rencontrer des difficultés. Elle était l'objet
de la sollicitude très-vive et de Joseph et de Napoléon. Lors de mon
voyage à Madrid, Joseph me parla de l'utilité qu'il y aurait à faire un
détachement sur Valence pour seconder l'opération de Suchet. Je lui
répondis que, s'il voulait y employer les troupes de l'armée du Centre,
je les ferais momentanément remplacer dans les postes qu'elles
occupaient par des troupes sous mes ordres.

Le 11 novembre, Joseph m'écrivit pour me demander de mettre à exécution
cette disposition, et trois mille hommes, qu'il retira de la Manche,
furent remplacés dans cette province par la première division de l'armée
de Portugal. A cet effet elle se mit en marche de Tolède le 22 novembre.

Le 8 décembre, je reçus le rapport que l'armée anglaise s'était
rassemblée sous Rodrigo et menaçait cette place, tandis que, de son
côté, Hill avait fait une démonstration à Campo-Maior, et à Portalègre,
à peu de distance de Badajoz.

Le 10, les troupes anglaises repassèrent l'Aguada et l'armée rentra dans
ses cantonnements qui paraissaient devoir être définitifs pour l'hiver.

A la même époque, je reçus l'ordre de l'Empereur de faire un détachement
sur Valence qui, joint aux troupes de l'armée du Centre, s'éleva à une
force de quinze mille hommes, et de placer, en outre, une division
intermédiaire entre ce détachement et le reste de l'armée afin de le
soutenir. Je pris mes dispositions en conséquence, et je proposai au roi
d'en prendre moi-même le commandement. La première et la quatrième
division, avec la cavalerie légère, jointes aux troupes de l'armée du
Centre, devaient le composer, et une autre division de l'armée de
Portugal devait suivre à plusieurs marches. Par suite de ces
dispositions, je laissais au général Clausel le commandement des trois
autres divisions placées: une à Avila, en arrière du Tietar, dans la
vallée du Tage; une à Talavera; et je faisais inviter, par le roi, le
général Dorsenne à tenir disponibles, à Salamanque, dix-huit mille
hommes de l'armée du Nord, et le maréchal Soult à porter un corps à
Merida, pendant le temps que durerait cette opération.

Le 29, je reçus des ordres définitifs de l'Empereur pour le détachement
à faire sur Valence; mais en même temps un grand mouvement de troupes
allait s'exécuter dans le nord de l'Espagne. Cette frontière m'était
assignée, et la garde impériale quittait l'Espagne pour rentrer en
France. En conséquence, mon premier projet de marcher en personne sur
Valence fut changé. Je donnai le commandement du détachement, composé
des première et quatrième divisions et de la cavalerie légère, au
général Montbrun, officier d'une haute capacité et de la plus grande
distinction.

Voici quelles étaient les dispositions générales de l'Empereur pour
l'armée. Il retirait toute la jeune garde et un détachement de la
vieille garde qui se trouvait en Espagne, ainsi que cinq régiments
polonais. Par là il affaiblissait de quinze mille hommes les troupes
dans la Péninsule, dont le nombre était cependant insuffisant en raison
du pays immense occupé. Il plaçait mon quartier général à Valladolid et
me donnait pour territoire les provinces du nord de l'Espagne,
exclusivement jusqu'à celle de Burgos, c'est-à-dire les provinces
d'Astorga, Benavente, Zamora, Placencia, Salamanque, Toro, Avila, et la
vallée désolée sur la rive droite du Tage jusqu'à l'Alberche. Il me
chargeait de l'administration de ces divers pays et ajoutait à l'armée
deux divisions, celle du général Souham, et celle du général Bonnet,
venant de Burgos et des Asturies, composées chacune de douze bataillons.
Je devais me mettre en marche immédiatement pour prendre mes nouvelles
positions, relever les troupes qui partaient et m'établir sur cette
nouvelle frontière. Comme la force de mes troupes n'était pas jugée
suffisante pour combattre l'armée anglaise, il était ordonné par les
dispositions générales que, dans le cas de l'offensive prise par le duc
de Wellington dans le Nord, l'armée du Centre fournirait quatre mille
hommes d'infanterie et sa cavalerie à l'armée de Portugal, et l'armée du
Nord toute sa cavalerie, son artillerie, et douze mille hommes
d'infanterie; que le maréchal duc de Dalmatie tiendrait en échec le
corps de Hill en rassemblant le cinquième corps sur la Guadiana, et que
ce corps passerait sur la rive droite du Tage pour suivre Hill, et
concourir aux opérations, si celui-ci se réunissait à Wellington.

On peut voir combien ces dispositions étaient compliquées et difficiles
dans leur exécution. Il fallait supposer que toutes ces troupes,
auxiliaires à l'armée de Portugal, seraient toujours rassemblées et
prêtes à marcher, que les généraux à qui elles appartenaient seraient
toujours disposés et empressés à s'en dessaisir, chose fort opposée à
l'esprit régnant alors en Espagne, comme on l'a vu, et enfin qu'on leur
appliquerait d'avance toutes les prévisions constamment nécessaires en
Espagne pour opérer le moindre mouvement, en raison des mille
difficultés créées par la force des choses.

On verra plus tard comment, quand le moment fut venu, tous ces
arrangements furent exécutés.

L'Empereur choisissait, pour affaiblir les armées d'Espagne, et pour
opérer le grand mouvement qui les disloquait momentanément, précisément
l'instant où il augmentait l'éparpillement de l'armée de Portugal par le
détachement de douze mille hommes sur Valence. Cependant il savait, à
n'en pas douter, que l'armée anglaise avait des cantonnements assez
serrés sur l'Agueda, la Coa et le Mondego; mais il la supposait, on ne
sait pourquoi, hors d'état d'entrer en campagne, et, dans chaque lettre,
il en répétait l'assurance. En conséquence des dispositions ci-dessus,
le mouvement de mes troupes commença dans les premiers jours de janvier
pour se porter dans la Vieille-Castille, et je me mis en marche de ma
personne, le 5. Je laissai la sixième division, commandée par le général
Brenier, dans la vallée du Tage, avec mission d'observer ce qui se
passerait en Estramadure, d'avoir l'oeil sur les forts de Miravete et de
Lugar-Nuevo, et, dans le cas où l'ennemi s'y présenterait, d'aller à
leur secours. Le général Brenier devait correspondre avec le général
Clausel, qui, avec la deuxième division, occupait Avila.

Dans le cas où le général Brenier devrait agir, le général Clausel était
chargé de l'appuyer, et, si les événements de la guerre forçaient à
rassembler l'armée française dans le bassin du Duero, le général Brenier
devait se joindre au général Clausel et le suivre dans son mouvement, en
passant par le chemin de Montebeltro; mais, comme cette communication
n'est pas propre aux voitures, il devait venir seulement avec son
infanterie, sa cavalerie et ses chevaux d'artillerie, et prendre un
second matériel préparé pour lui et déposé à Avila. Ma division de
dragons, mon artillerie et les équipages se mirent en marche pour le
Guadarrama, et les troisième et cinquième divisions passèrent, des
points où elles se trouvaient, par les chemins les plus directs pour se
rendre sur le Duero. Les première et quatrième divisions, et la
cavalerie légère, étaient en opération sur Valence. Enfin, la septième
division, nouvellement donnée à l'armée et que commandait le général
Souham, occupait Salamanque, et la huitième, commandée par le général
Bonnet, était encore dans les Asturies. Je dirigeai ma marche par Avila
où je m'arrêtai, et j'arrivai à Valladolid le 11 janvier.

Je m'occupais de tous les détails qui devaient précéder le départ des
troupes de la garde, et des arrangements à prendre avec le général
Dorsenne pour relever ses différents postes, lorsque, le 15, un
officier, expédié de Salamanque, arriva en m'apportant la nouvelle de
l'entrée en campagne subite de l'armée anglaise. Le 8, elle s'était
rassemblée; le 10, elle avait passé l'Aguada, formé l'investissement de
Rodrigo, et commencé le siége immédiatement. A cette nouvelle
inattendue, j'envoyai des officiers au-devant de toutes les colonnes en
marche, afin de les diriger sur Médina del Campo et Salamanque.
J'appelai sur ce point les deuxième et sixième divisions. Je demandai au
générai Dorsenne son concours, et il mit en marche, pour le même point
de rassemblement, une division de la jeune garde, forte de six mille
hommes, de la cavalerie, et de l'artillerie.

Enfin, j'appelai à moi la division des Asturies, et j'envoyai l'ordre au
général Foy, que le général Montbrun avait laissé en échelon, de rentrer
avec sa division, et au général Montbrun de revenir à marches forcées
avec la quatrième division, et sa cavalerie.

Par ces dispositions, je devais avoir, du 26 au 27, trente-deux mille
hommes réunis en présence de l'armée anglaise sur l'Aguada, et, du 1er
au 2, quarante mille hommes. J'arrivai de ma personne le 21 à
Fuente-El-Sauco, où j'établis mon quartier général, et j'appris en ce
moment l'étonnante nouvelle de la prise de Rodrigo.

La ville de Rodrigo, défendue par les Espagnols et attaquée par le
sixième corps, commandé par le maréchal Ney, avait résisté pendant
vingt-cinq jours de tranchée ouverte, et nous avait coûté beaucoup
d'hommes et de munitions. Cette place, dans un bon état de défense,
était augmentée d'un ouvrage extérieur, d'une lunette sur le plateau du
grand tesson, au-dessus de la ville, devant lequel l'ennemi devait
ouvrir la tranchée. J'avais fait arranger, comme poste, un grand couvent
situé dans le faubourg et destiné à soutenir cette lunette; les calculs
les plus modérés devaient faire compter sur une défense de trois
semaines de tranchée ouverte.

Mais le général Dorsenne, de qui cette place dépendait, en avait confié
le commandement au général Barié, détestable officier, sans résolution
et sans surveillance. La garnison, composée de ses moins bonnes troupes,
n'était forte que de deux mille hommes, et le général Dorsenne avait mis
lui-même une si grande négligence dans la garde de la frontière, qu'il y
avait deux mois qu'il n'avait reçu de rapports de Rodrigo, sans en être
inquiet, sans avoir fait aucun mouvement pour s'en procurer; et
cependant un simple détachement de trois cents chevaux aurait pu lui en
donner avec la plus grande facilité. Le général Barié, attaqué, ne fit
aucune disposition raisonnable. Le couvent fortifié, qui avait joué un
grand rôle entre les mains des Espagnols, et devait, dans la
circonstance, concourir si puissamment à la défense, ne fut pas occupé,
et l'ennemi y entra sans combattre. La lunette fut enlevée de vive
force, sans aucune perte, le soir même du jour de l'investissement. Dès
le 16, l'artillerie avait commencé son feu. Le 18, la brèche étant
faite, dans la nuit l'assaut fut donné. On défendit la brèche avec
succès; mais une fausse attaque par escalade réussit, et la ville fut
emportée. Jamais opération pareille n'a été conduite avec une plus
grande activité. Ainsi, en huit jours, à dater du moment de l'approche
devant la place, les Anglais avaient atteint le but qu'ils s'étaient
promis. Avec une défense si misérable, si peu en rapport avec tous les
calculs, il n'y avait pas eu une chance pour arriver à temps au secours
de cette place.

Cet événement changeait toutes mes combinaisons. Mes forces n'étaient
pas réunies, et je ne pouvais pas aller chercher l'armée anglaise,
appuyée à Rodrigo. Je laissai cependant arriver mes troupes pour être en
mesure d'attaquer les Anglais si, après le siége, ils s'étaient portés
sur la Tormès: mais je reçus, deux jours après, la nouvelle que les
Anglais avaient repassé l'Aguada et repris leur cantonnement. Pendant
cette opération, le corps de Hill, étant sorti de l'Alentejo, s'était
présenté sur la Guadiana et bloquait Badajoz. Le maréchal Soult avait
jeté les hauts cris et demandé du secours[1]; mais la réunion de l'armée
anglaise sur la Coa m'avait rassuré sur les dangers de Badajoz, et ce
blocus, simple démonstration, ne dura que quelques jours. Cependant, une
fois Rodrigo pris, je crus devoir être très attentif à ce qui se
passerait en Estramadure; car cette province devait, d'après les
probabilités, devenir bientôt le théâtre des opérations des Anglais. En
conséquence, dans les premiers jours de février, le détachement du
général Montbrun m'ayant rejoint, je laissai les première et quatrième
divisions dans la vallée du Tage avec cinq cents chevaux. Je plaçai
également la sixième division à portée, dans des cantonnements sur le
revers des montagnes à Montebeltro, et toutes ces troupes furent mises
sous les ordres du général Foy.

[Note 1: Pièces justificatives.]

J'arrêtai, dans la province de Léon, la huitième division, qui resta là
en observation. J'établis une bonne avant-garde, avec autant de
cavalerie légère que possible, à Salamanque, aux ordres du général
Montbrun, et le reste de l'armée fut établi sur le Duero et dans la
province d'Avila.

Le mouvement du général Montbrun dans la Manche avait été superflu, et
la défense des Espagnols devant Valence misérable. La prétendue
bataille, livrée pour cerner la ville, se composa de deux charges de
cavalerie faites par le 4e de hussards et le 13e de cuirassiers. Toute
l'armée de Blake se débanda, et la ville de Valence ouvrit ses portes
après avoir soutenu un simulacre de siége.

A cette occasion, je raconterai une anecdote peignant le caractère
espagnol avec vérité et montrant d'une manière plaisante cette
bouffissure qui lui est propre, ainsi que le besoin de titres poussé
jusqu'au ridicule, sans cependant vouloir lui ôter ses grandes vertus,
parmi lesquelles sont, avant tout, un patriotisme ardent et un grand
amour de la vérité.

Les armées espagnoles n'ont rien fait de bien nulle part, excepté dans
la défense des places et des villes, et j'en expliquerai la cause
ailleurs. L'armée de Blake avait, je ne sais dans quelle occasion, fait
un peu moins mal que les autres, et les Cortès, pour récompense, avaient
donné à ces troupes, par un décret, le surnom de _Los Mas Vallentes_.
Ces soldats s'en étaient fait comme un nom propre. Dans sa marche,
Montbrun trouva des nuées de ces soldats qui rentraient chez eux. On les
arrêtait et on leur demandait qui ils étaient, et tous répondaient
constamment en prononçant ces mots qui, assurément, étaient bien
impropres: _Los Mas Vallentes desertores_.

Montbrun aurait pu arrêter son mouvement beaucoup plus tôt; mais, quand
un général est abandonné momentanément à lui-même et jouit de sa
liberté, souvent il en abuse. Montbrun trouva amusant de faire le
conquérant, et peut-être aussi de jouir des avantages que donnent
ordinairement les conquêtes. Il marcha jusqu'à Alicante dont les portes
restèrent fermées, et revint sur ses pas. Il rejoignit l'armée dans les
derniers jours de janvier.

Au commencement de février, l'armée était donc postée ainsi: deux
divisions dans la vallée du Tage; une troisième sur le versant des
montagnes; une division à Avila; une forte avant-garde sur la Tormès; et
le reste de l'armée, c'est-à-dire trois divisions (la huitième division
m'avait été enlevée pour rentrer à l'armée du Nord) sur le Duero, et en
arrière sur l'Esla. Mon quartier général restait à Valladolid. La place
d'Astorga, qui était occupée, fermait le débouché de la Galice. Enfin
j'avais des têtes de pont sur le Duero, à Zamora et à Toro.

Persuadé qu'un nouveau mouvement en Estramadure deviendrait nécessaire,
je voulais le faciliter par des approvisionnements considérables dans
les forts du Tage; mais, comme les approvisionnements ne pouvaient se
faire qu'avec des secours de Madrid, jamais ils ne purent être complets.

Au moyen de ces dispositions, je pouvais, au moment où cela deviendrait
nécessaire, jeter avec facilité, et une promptitude extrême, quatre
divisions d'infanterie sur la rive gauche du Tage, en attendant le reste
de l'armée; et, en même temps, au moyen du matériel d'artillerie déposé
à Avila, en double, pour plusieurs divisions, toute l'armée pouvait être
réunie, en moins de dix jours, sur le Duero ou la Tormès.

La perte de Rodrigo découvrait la frontière. Je cherchai les moyens de
créer à Salamanque un point de résistance. Les couvents en Espagne, si
considérables, bâtis si solidement, peuvent, avec quelques arrangements,
devenir d'excellents postes. J'en choisis trois qui, par leurs
dispositions en triangle, se soutenaient et comprenaient un assez vaste
emplacement. On se servit des murs des cloîtres, après avoir défoncé les
voûtes, comme de revêtements de l'escarpe, et de la contrescarpe, et les
cloîtres devinrent les fossés. On ménagea des galeries à feu de revers
sous les remblais de décombres qui formèrent les glacis, et ces remblais
s'élevèrent assez pour donner aux fossés au moins quinze pieds de
profondeur. Ces travaux furent conduits avec la plus grande activité
possible. Des magasins considérables pour la garnison et pour l'armée y
furent placés, et ces postes devinrent défensifs.

Dans le courant de février, le duc de Wellington porta successivement,
d'abord deux, ensuite trois, et enfin une quatrième division, des bords
de la Coa sur le Tage, prêtes à opérer sur la rive gauche.

Le 22 février, je fus informé que l'ennemi s'était porté sur la
Guadiana, formait l'investissement de Badajoz, et tout annonçait
l'intention formelle de faire le siége de cette place. Je donnai l'ordre
au général Foy de commencer son mouvement, de porter une avant-garde sur
Jaraicejo, et de placer en arrière les trois divisions à ses ordres. Je
me mis en route de ma personne pour le joindre et l'appuyer avec la
seconde division. Je laissai le commandement sur la Tormès au général
Bonnet, avec deux divisions, et j'établis le général Souham, avec sa
division, sur le Duero et l'Esla. Ces forces étaient supérieures à
celles que l'ennemi pouvait présenter sur cette frontière; aucune
entreprise de sa part n'était donc à redouter. Ces dispositions,
assurant d'une manière positive mon concours prompt et certain avec
l'armée du Midi, empêcha pendant longtemps le siége de Badajoz.

Le duc de Wellington, dont les projets n'étaient pas équivoques, dont
les moyens étaient tous rassemblés, suspendit toute entreprise, jusqu'au
moment où, comme je vais le dire, des ordres impératifs de l'Empereur
vinrent détruire tout le système défensif établi avec sagesse, et le
changea en une offensive absurde, ridicule, impuissante, qui ne pouvait
avoir aucun résultat utile, et n'en eut aucun, ainsi que je l'avais
annoncé, et dont la perte de Badajoz fut la conséquence.

La contradiction continuelle des ordres venant de Paris, et la
difficulté toujours croissante où je me trouvais de rien faire de bien,
par suite des obstacles de tout genre que je rencontrais de la part de
Joseph et du général de l'armée du nord de l'Espagne, me déterminèrent à
demander avec instance mon changement et mon rappel.

J'envoyai mon aide de camp de confiance, le colonel Jardet, à Paris pour
le solliciter et remettre une longue lettre où je démontrais l'absurdité
du système suivi. Cette lettre développait d'une manière si détaillée la
situation dans laquelle je me trouvais, les obstacles insurmontables
résultant de l'organisation adoptée par l'Empereur au succès des
opérations, que je prends le parti de la consigner ici.


AU PRINCE DE NEUFCHATEL.

«Valladolid, le 23 février 1812.

«Monseigneur,

«J'ignore si Sa Majesté a daigné accueillir d'une manière favorable la
demande que j'ai eu l'honneur d'adresser à Votre Altesse pour supplier
l'Empereur de me permettre de faire sous ses yeux la campagne qui va
s'ouvrir; mais, quelle que soit sa décision, je regarde comme mon devoir
de lui faire connaître, au moment où il semble prêt à s'éloigner, la
situation des choses dans cette partie de l'Espagne. D'après les
derniers arrangements arrêtés par Sa Majesté, l'armée de Portugal n'a
plus le moyen de remplir la tâche qui lui est imposée, et je serais
coupable si en ce moment je cachais la vérité.

«La frontière se trouve très-affaiblie par le départ des troupes
rappelées après la prise de Rodrigo; l'ennemi est, par suite de cette
diminution de force, à même d'entrer dans te coeur de la Castille en
commençant un mouvement offensif, et l'immense étendue de pays occupé
nécessairement par l'armée rendra toujours son rassemblement lent et
difficile, tandis qu'il y a peu de temps elle était toute réunie et
disponible.

«Ses huit divisions s'élèveront, lorsqu'elle aura reçu les régiments de
marche annoncés, à quarante-quatre mille hommes d'infanterie environ. Il
faut au moins cinq mille hommes pour occuper les points fortifiés, et
les communications indispensables à conserver libres; il faut à peu près
même force pour observer l'Esla et se couvrir contre l'armée de Galice,
qui évidemment, dans le cas d'un mouvement offensif des Anglais, se
porterait à Benavente et à Astorga. Ainsi, en supposant toute l'armée
réunie entre le Duero et la Tormès, sa force ne peut s'élever à plus de
trente-trois ou trente-quatre mille hommes, tandis que l'ennemi peut
présenter aujourd'hui une masse de près de soixante mille hommes, dont
plus de moitié Anglais, bien organisés et bien pourvus de toutes choses.
Cependant diverses chances peuvent faire rester les divisions du Tage en
arrière, empêcher de les rallier promptement, et les tenir séparées de
l'armée pendant les moments les plus importants de la campagne; alors la
masse de nos forces réunies ne s'élèverait pas à plus de vingt-cinq
mille hommes.

«Sa Majesté suppose, il est vrai, que dans ce cas l'armée du Nord
soutiendrait l'armée de Portugal par deux divisions; mais l'Empereur
peut-il croire, dans l'ordre des choses actuelles, que ces troupes
arriveront promptement et à temps.

«L'ennemi parait en offensive; destiné à le combattre, je prépare mes
moyens; mais celui qui doit agir hypothétiquement attend sans inquiétude
et laisse écouler en pure perte un temps précieux. L'ennemi marche à
moi, je réunis mes troupes d'une manière méthodique et prévue; je sais
le moment, à un jour près, où le plus grand nombre doit être en ligne, à
quelle époque les autres seront à portée, et, d'après cet état de
choses, je me détermine à agir ou à temporiser; mais je ne puis faire
les calculs que pour les troupes purement et simplement sous mes ordres;
pour celles qui n'y sont pas, combien de lenteur, d'incertitude et de
temps perdu! J'annonce la marche de l'ennemi et je demande des secours;
on me répond par des observations. Ma lettre est parvenue lentement,
parce que les communications dans ce pays sont difficiles. La réponse et
ma réplique iront de même, et l'ennemi sera sur moi. Mais comment
pourrais-je d'avance faire des calculs raisonnables sur les mouvements
de troupes dont je ne connais ni la force ni l'emplacement, lorsque je
ne sais rien de la situation du pays ni de ses besoins? Je puis
raisonner seulement sur ce qui est à mes ordres, et, puisque d'autres
troupes me sont cependant nécessaires pour combattre et sont comptées
comme faisant partie de mes forces, je suis en fausse position, car je
n'ai les moyens de rien faire méthodiquement et avec connaissance de
cause.

»Si on considère combien il faut de prévoyance pour exécuter le plus
petit mouvement en Espagne, on doit se convaincre de la nécessité de
donner d'avance mille ordres préparatoires, sans lesquels les mouvements
rapides sont impossibles. Ainsi, les troupes du Nord m'étant étrangères
habituellement, et m'étant cependant indispensables pour résister à
l'ennemi, le succès de toutes mes opérations est dépendant du plus ou
moins de prévoyance ou d'activité d'un autre chef. Je ne puis donc pas
être responsable des événements.

«Mais il ne faut pas considérer seulement l'état des choses pour la
défensive du Nord, il faut le considérer pour celle du Midi. Si lord
Wellington porte six divisions sur la rive gauche du Tage, le duc de
Dalmatie a besoin d'un puissant secours, et dans ce cas, si l'armée du
Nord ne fournit pas de troupes pour relever l'armée de Portugal dans
quelques-uns des postes qu'alors elle doit évacuer, mais qu'on ne peut
cesser de tenir, et pour la sûreté du pays, et pour observer les deux
divisions ennemies qui, placées sur l'Aguada, feraient sans doute
quelques démonstrations offensives; si, dis-je, l'armée du Nord ne vient
pas à son aide, l'armée de Portugal, trop faible, ne pourra pas faire un
détachement convenable, et Badajoz tombera. Certes il faut pouvoir
donner des ordres positifs pour obtenir de l'armée du Nord un mouvement
dans cette hypothèse; et, si on s'en tient à des propositions et à des
négociations, le temps utile pour agir s'écoutera en pure perte et en
vaines discussions.

«Je suis autorisé à croire à ce résultat.

«L'armée de Portugal est en ce moment la principale armée d'Espagne
contre les entreprises des Anglais. Pour pouvoir manoeuvrer, il faut
qu'elle ait des points d'appui, des places, des forts, des têtes de
pont, etc. Elle a besoin dans cet objet d'un grand matériel
d'artillerie, et je n'ai à y appliquer ni canons ni munitions, tandis
que les établissements de l'armée du Nord en sont remplis: j'en
demanderai, on m'en promettra; mais en résultat je n'obtiendrai rien.

«Après avoir discuté la question militaire, je dirai un mot de
l'administration. Le pays donné à l'armée de Portugal a des produits
présumés, le tiers de ceux des cinq gouvernements; l'armée de Portugal
est beaucoup plus nombreuse que l'armée du Nord; le pays qu'elle occupe
est insoumis; on n'arrache rien qu'avec la force, et les troupes de
l'armée du Nord ont semblé prendre à tâche, en l'évacuant, d'en enlever
toutes les ressources. Les autres gouvernements, malgré les guérillas,
sont encore dans la soumission et acquittent les contributions sans
qu'il soit besoin de contrainte. D'après cela, il y a une immense
différence entre le sort de l'une et de l'autre armée, et, comme tout
doit tendre au même but, et que partout ce sont les soldats de
l'Empereur, que tous les efforts doivent avoir pour objet le succès des
opérations, ne serait-il pas juste que les ressources de tous ces pays
fussent partagées proportionnellement aux besoins de chacun, et comment
y parvenir sans une autorité unique?

«Je crois avoir démontré que, pour une bonne défensive du Nord, le
général de l'armée de Portugal doit avoir toujours à ses ordres les
troupes et le territoire de l'armée du Nord, puisque ces troupes sont
appelées à combattre sous ses ordres, et que les ressources de ce
territoire doivent être en partie consacrées à les entretenir.

«Je passe maintenant à ce qui regarde le midi de l'Espagne. Une des
tâches de l'armée de Portugal est de soutenir l'armée du Midi, d'avoir
l'oeil sur Badajoz et de couvrir Madrid, et, pour cela, un corps assez
nombreux doit occuper la vallée du Tage; mais ce corps ne pourra
subsister et préparer des ressources pour d'autres corps destinés à le
soutenir s'il n'a pas un territoire productif, et ce territoire, quel
autre peut-il être que celui de l'armée du Centre? quelle ville peut
offrir des ressources et des moyens dans la vallée du Tage si ce n'est
Madrid? Cependant aujourd'hui l'armée de Portugal ne possède sur le bord
du Tage qu'un désert sans produits d'aucune nature ni pour les hommes ni
pour les chevaux, et elle ne rencontre, de la part des autorités de
Madrid, que haine et animosité.

«L'armée du Centre n'est rien, et elle possède à elle seule un terrain
plus fertile et plus étendu que celui accordé pour toute l'armée de
Portugal. Cette armée ne peut l'exploiter faute de troupes, et tout le
monde s'oppose à ce que nous en tirions des ressources. Cependant, si
les bords du Tage étaient évacués par suite de la disette, personne à
Madrid ne voudrait en apprécier la véritable raison, et on accuserait
l'armée de Portugal de découvrir cette ville.

«Il existe, il faut le dire, une inimitié, une haine envers les Français
impossible à exprimer dans le gouvernement espagnol. Si les subsistances
employées à de fausses consommations dans cette ville eussent été seules
consacrées à former un magasin de réserve pour l'armée de Portugal, les
troupes qui sont sur le Tage seraient dans l'abondance et pourvues pour
longtemps. On consomme vingt-deux mille rations par jour à Madrid, et il
n'y a pas trois mille hommes. On donne et on laisse prendre à tout le
monde, excepté à ceux qui servent; mais, bien plus, je le répète, c'est
un crime d'aller prendre ce que l'armée du Centre ne peut elle-même
ramasser. Il paraît, il est vrai, assez naturel, quand les ministres du
roi habillent et arment chaque jour des soldats, qui, au bout de deux
jours, désertent et vont se joindre à nos ennemis, lorsqu'ils semblent
avoir consacré ainsi un mode régulier de recrutement des bandes que nous
avons sur les bras, qu'ils s'occupent aussi de leur réserver des moyens
de vivre à nos dépens.

«La seule communication carrossable entre la gauche et l'armée de
Portugal est par la province de Ségovie, et le mouvement des troupes et
des convois ne peut avoir lieu avec facilité, parce que, quoique ce pays
soit excellent et plein de ressources, les autorités de l'armée du
Centre refusent de prendre aucune disposition pour leur subsistance.

«Si l'armée de Portugal peut être affranchie du devoir de secourir le
Midi, de couvrir Madrid, elle peut se concentrer dans la
Vieille-Castille, et elle s'en trouvera bien; alors la tâche devient
facile; mais, si elle doit, au contraire, remplir un double objet, elle
ne peut se dispenser d'occuper la vallée du Tage, et dans cette vallée
elle doit, pour pouvoir y vivre, y manoeuvrer et préparer des moyens
suffisants pour toutes les troupes à y envoyer; elle doit, dis-je,
posséder tout l'arrondissement de l'armée du Centre et Madrid, et il
faut laisser à ce territoire les troupes qui l'occupent à présent pour
dispenser l'armée, en marchant à l'ennemi, de laisser du monde en
arrière. L'armée, au contraire, doit être à même d'en tirer quelques
secours pour sa communication; elle a besoin, surtout d'être délivrée
des obstacles que fait naître sans cesse un gouvernement véritablement
ennemi des armées françaises. Sans doute les intentions du roi sont
bonnes, mais probablement il ne peut rien contre l'intérêt et les
passions de ceux qui l'environnent; car, jusqu'à présent, ses efforts
ont été impuissants pour arrêter les désordres de Madrid et faire cesser
l'anarchie qui règne à l'armée du Centre. Il peut y avoir de grandes
raisons politiques pour faire résider le roi à Madrid; mais il y a mille
raisons positives, et de sûreté relative aux armées françaises, qui
sembleraient devoir lui faire choisir un autre séjour. En effet: ou le
roi est général et commandant des armées, et, dans ce cas, il doit être
au milieu des troupes, voir leurs besoins, pourvoir à tout et être
responsable; ou il est étranger à toutes les opérations, et alors, et
pour sa tranquillité personnelle, et pour laisser plus de liberté dans
les opérations, il doit s'éloigner du pays qui en est le théâtre et des
lieux servant de points d'appui aux mouvements de l'armée.

«La guerre d'Espagne est difficile dans son essence; mais cette
difficulté est augmentée de beaucoup par la division des commandements,
le peu d'accord des commandants, et par la grande diminution de troupes:
cette division rend encore notre affaiblissement plus funeste; si elle a
déjà tant fait de mal lorsque l'Empereur, étant à Parts, s'occupant sans
cesse de ses armées de la Péninsule, pouvait en partie y remédier, on
doit frémir du résultat infaillible de ce système suivi, avec diminution
de moyens, au montent où l'Empereur s'éloigne de trois cents lieues.

«Monseigneur, je vous ai exposé toutes les raisons qui semblent
démontrer jusqu'à l'évidence la nécessité de réunir sous la même
autorité toutes les troupes et tout le pays depuis Bayonne jusques et y
compris Madrid et la Manche; en cela, je n'ai été guidé que par mon
amour ardent pour le service de l'Empereur, pour la gloire des ses
armes, et par ma conscience. Si l'Empereur ne trouvait pas convenable
d'adopter ce système, j'ose le supplier de me donner un successeur dans
le commandement qu'il m'avait confié. J'ai la confiance et le sentiment
de pouvoir faire autant qu'un autre; mais, tout restant dans la
situation actuelle, la change est au-dessus de mes forces.

«Quelque flatteur que soit un grand commandement, il n'a de prix à mes
yeux qu'accompagné des moyens de bien faire; et, lorsque ceux-ci me sont
enlevés, alors tout me paraît préférable. Mon ambition se réduit, dans
ce cas, à servir l'Empereur en soldat; ma vie lui appartient, et je la
lui donnerai sans regrets; mais je ne puis rester dans la cruelle
position de n'avoir pour tout avenir, et pour résultat de mes efforts et
de mes soins constants, que la triste perspective d'attacher mon nom à
des événements fâcheux et peu dignes de la gloire de nos armes.»

Chose vraiment inexplicable! l'Empereur oublia complétement l'état de la
question, les ordres donnés, la situation de l'Espagne, les embarras des
subsistances, et les impossibilités qui en résultaient pour une
multitude de choses. La mission du colonel Jardet fut sans résultat. Des
conversations nombreuses et longues avec l'Empereur eurent d'abord l'air
de le convaincre; mais elles n'apportèrent aucun changement aux
dispositions prises, aux ordres donnés. Seulement ces conversations
donnèrent lieu à une réflexion de Napoléon, qui, en raison des
événements postérieurs et de la catastrophe arrivée plus tard, a quelque
chose de prophétique et de surnaturel. Jardet me le raconta à son
retour.

Après avoir traité toutes ces questions, l'Empereur dit à Jardet: «Voilà
Marmont qui se plaint de manquer de beaucoup de choses, de vivres,
d'argent, de moyens, etc. Eh bien, moi, je vais m'enfoncer avec des
armées nombreuses au milieu d'un grand pays qui ne produit rien.» Et
puis, après une pause suivie d'un silence de quelques minutes, il eut
l'air de sortir brusquement d'une profonde méditation, et, regardant
Jardet en face, il lui dit: «Mais comment tout ceci finira-t-il?»
Jardet, confondu de cette demande, répondit en riant: «Fort bien, je
pense, Sire.» Mais il sortit d'auprès de lui avec une vive impression,
effet naturel de cette inspiration si singulière.

J'ai expliqué comment, avec la faiblesse des moyens mis à ma
disposition, une défensive serrée, accompagnée d'une surveillance
active, pouvait seule assurer la conservation de Badajoz en me donnant
la faculté de combiner mes troupes avec celles du Midi. Wellington
l'avait si bien senti, qu'il suspendit son entreprise pendant tout le
temps où je conservai quatre divisions à portée de passer le Tage au
premier ordre, et tant que j'eus une tête de colonne en avant du
débouché. Malgré mes répétitions, l'Empereur ne voulut jamais me
comprendre. Les lettres du prince de Neufchâtel, écrites sous sa dictée,
combattaient mes arguments et blâmaient mon système. Je tins bon
longtemps, en raison de la persuasion où j'étais qu'il n'y avait pas
autre chose à faire; mais enfin une lettre fort dure, renfermant des
ordres impératifs, m'imposa l'obligation de me conformer à ses volontés
et de prendre dans la Beira une offensive dépourvue de moyens, qui,
n'ayant rien de sérieux, ne pouvait tromper l'ennemi. J'eus grand tort
de m'y soumettre. Ma conviction étant intime, j'aurais dû abandonner mon
commandement et donner ma démission, plutôt que de me résoudre à
entreprendre une opération, dont je connaissais d'avance les résultats
funestes. Sans cette opération, le siége de Badajoz eût été ajourné
d'une manière indéfinie, et la guerre eût pris une tout autre direction.

Je retirai donc mes troupes de la vallée du Tage pour les rassembler sur
la Tormès. Je fis des efforts inouïs pour me pourvoir quinze jours
d'avance de vivres, et j'établis mon quartier général à Salamanque.
Mais, pour que rien ne manquât, en fait de contradictions et
d'absurdités, dans le système de l'Empereur; je recevais aussi l'ordre
impératif de réoccuper les Asturies. Je ne pouvais le faire avec sûreté
qu'en y employant une de mes plus fortes divisions, et je fus même
obligé de la porter à huit mille hommes. Ainsi la force dont je pouvais
disposer contre les Anglais fut diminuée d'autant, et réduite à trente
et un mille hommes d'infanterie et deux mille cinq cents de cavalerie,
dépourvus de vivres, de transports et de grosse artillerie. Au moment
même où je retirais les troupes de la vallée du Tage, et quand elles se
mettaient successivement en mouvement, le duc de Wellington, bien
informé, retirait les troupes anglaises et portugaises qui étaient
encore devant moi. Les dernières, la cinquième division, partit le 12
mars; elles furent remplacées à Rodrigo et sur la frontière par des
troupes espagnoles et des milices portugaises.

La première division, placée dans la vallée du Tage, devait se mettre en
marche après l'arrivée des troupes de l'armée du Centre; mais, ces
troupes ne l'ayant pas relevé, elle fut obligée d'y rester. Alors, pour
la faire concourir à la diversion qui m'était ordonnée, je la portai sur
Placencia avec ordre de faire une démonstration sur le col de Peralès en
même temps que je passerais l'Aguada, comme si elle devait se joindre à
l'armée. A la fin de mars, je quittai les bords de la Tormès avec cinq
divisions formant vingt-cinq mille hommes d'infanterie, et ma cavalerie
légère, forte de quinze cents chevaux. Le 31, j'arrivai sur l'Aguada.

Aucun Anglais, excepté de la cavalerie hanovrienne, n'était à portée. Je
passai la rivière, et l'investis Rodrigo. Une sommation faite pour la
forme, une menace d'escalade sans résultats, et quelques obus jetés la
nuit, furent la seule opération possible contre cette ville. Je laissai
un corps d'observation devant cette place et devant Almeida pour les
bloquer, et des forces suffisantes pour garder mes ponts. Je marchai sur
Fuenteguinaldo. Je portai la plus grande partie de l'armée sur
Alfaiatès, Sabugal et Fundao, aux sources du Zezere, à Penamacor et
Idanha-Nova, poussant des reconnaissances et des partis sur
Castel-Branco.

Instruits que les milices portugaises, sous les ordres de Sylveyra et
fortes de vingt-trois bataillons, s'étaient portées sur Guarda, je
marchai contre elles avec la cinquième division et une brigade de la
quatrième. Elles se retirèrent à mon approche et descendirent le
Mondego. Je les fis poursuivre par le 13e de chasseurs et deux cents
hommes d'élite, composant mon escorte. Une grande pluie ayant rendu les
armes à feu inutiles, cette cavalerie, sous les ordres du colonel
Denis[2], mon aide de camp, les chargea, les mit en déroute, fit quinze
cents prisonniers, prit cinq drapeaux. Trois mille hommes se sauvèrent
en jetant leurs armes.

[Note 2: Depuis, général Denis de Damrémont, gouverneur général de
l'Algérie, tué d'un boulet de canon sous les murs de Constantine
quelques heures avant la prise de cette ville. (_Note de l'Éditeur._)]

Ces mouvements déterminèrent l'ennemi à brûler les magasins
considérables qui existaient à Castel-Branco et à Celorico. Bref, je fis
courir le bruit que je marchais sur Lisbonne; mais cette nouvelle était
trop absurde pour inspirer la moindre inquiétude sur cette ville; car,
si j'y étais entré, peut-être en vérité eût-il été difficile d'en
sortir. Le siége de Badajoz fut entrepris et continué pendant ces
mouvements. Badajoz tomba, et l'armée anglaise se mit en marche
immédiatement après pour repasser le Tage; alors je rentrai en Espagne
et revins sur la Tormès.

Les Anglais, connaissant mes forces, savaient bien qu'elles ne me
permettaient d'entreprendre aucune opération sérieuse dans le coeur du
Portugal. Sans moyens de transport, ayant des subsistances en
très-petite quantité, comment l'armée aurait-elle vécu dans sa marche,
en traversant un pays stérile, abandonné de ses habitants? Wellington ne
pouvait s'y tromper. Enfin ce mouvement intempestif, exécuté dans la
saison des pluies, était entravé par le débordement des rivières, et
aucune végétation ne favorisait encore la nourriture du bétail. Aussi,
hommes, chevaux et matériel souffrirent-ils beaucoup pendant cette
courte campagne d'un mois environ. Nous rentrâmes à Salamanque le 25
avril.

Voici quelles furent les dispositions prises, au retour, pour
l'établissement de l'armée, dans le double objet d'obtenir la plus
grande concentration en conservant cependant les moyens de subsister:

        La première division, dans la vallée du Tage;
        La deuxième, à Avila;
        La troisième, à Valladolid et sur le Duero;
        La quatrième, à Toro;
        La cinquième, à Salamanque;
        La sixième, à Médina del Campo;
        La septième, à Zamora;
        La huitième, aux Asturies;
        La cavalerie légère, entre la Tormès et le Duero;
        Les dragons, à Rio-Secco.

Par ces dispositions, l'armée pouvait vivre; et, sauf les huitième et
première divisions, être rassemblée à Salamanque en cinq jours.

L'étendue du pays à occuper, le besoin d'avoir des lieux de dépôt, des
postes fortifiés et de protection dans quelques villes, et des points de
passage assurés sur les grandes rivières, rendaient indispensables la
mise en état de défense et la construction d'un certain nombre de forts
dans la Péninsule.

Voici quels étaient ceux dépendant de l'armée de Portugal, avec la force
des garnisons jugées nécessaires:

        Salamanque, mille hommes[3];
        Alba-sur-Tormès, cinquante hommes;
        Avila, cinq cents hommes;
        Zamora, cinq cents hommes;
        Toro, cent cinquante hommes;
        Léon, cinq cents hommes;
        Benavente, cent cinquante hommes;
        Astorga, quinze cents hommes;
        Palencia, cinq cents hommes;
        Ponte-Lougusto, soixante hommes.
        Total: quatre mille neuf cent dix hommes.

[Note 3: Ce fort reçut une extension qui le fit devenir une petite
place.]

Ainsi, il fallait défalquer de la force disponible de l'armée de
Portugal, pour les garnisons, quatre mille neuf cent dix hommes;

La huitième division, destinée à garder toujours les Asturies, d'après
les dispositions impératives de l'Empereur, huit mille hommes.

Et la communication indispensable avec Burgos, deux mille hommes.

Total, quatorze mille neuf cent dix hommes.

Quinze mille hommes de l'infanterie de l'armée devaient donc être
enlevés de son effectif, pour connaître la force réelle à présenter en
ligne. En opposition à cet état de choses l'armée anglaise n'avait pas
l'emploi d'un seul soldat hors du camp. Des Espagnols et des milices
portugaises, chargés de tout le service extérieur et des garnisons,
fournissaient encore, au besoin, des forces auxiliaires à l'armée
active.

A mon arrivée à Salamanque, je reçus le rapport qu'un corps anglais
assez nombreux s'était porté sur Jaraicejo. Ce corps menaçait les
établissements sur le Tage d'Almaraz et Lugar-Nuevo, et les postes de
Miravete, qui les dominent et en ferment l'accès. Il était important
pour l'ennemi de les prendre et de les détruire. Ces postes, établissant
la liaison et assurant la communication entre les armées du Midi et du
Nord, donnaient, suivant les circonstances, les moyens de combiner les
mouvements nécessaires à la défense, soit de l'Andalousie, soit de la
Castille.

Le poste de Lugar-Nuevo, c'est-à-dire la tête de pont de la rive gauche,
se composait d'un bon fort revêtu, et d'un réduit ou donjon également
revêtu. D'après tous les calculs, un siége régulier devait être
nécessaire pour s'en emparer. Une garnison suffisante, composée, il est
vrai, d'assez mauvaises troupes, l'occupait; mais un brave officier
piémontais, le major Aubert, en avait le commandement. Enfin, avant de
commencer le siége, il fallait s'emparer des postes avancés de Miravete,
fermant le Puerto, par lequel seul l'ennemi pouvait arriver et descendre
avec du canon. Ces considérations et ces faits fondaient ma sécurité.

Cinq divisions de l'armée anglaise vinrent s'établir dans leur ancien
cantonnement sur la Coa et sur l'Aguada; et cependant le bruit courait
que son intention était d'envahir l'Andalousie. Ce bruit, adopté par le
maréchal Soult avec empressement, retentit à Madrid, et avait persuadé
le roi. Cependant rien n'était plus absurde; car, indépendamment de ce
mouvement rétrograde des cinq huitièmes de l'armée, il y avait diverses
considérations qui décidaient la question aux yeux d'un homme
raisonnable. Les Anglais, sans aucun doute, se préparaient à
l'offensive; mais était-ce dans le Midi ou dans le Nord que leur intérêt
leur commandait d'agir? La moindre réflexion, le plus simple calcul,
devaient lever tous les doutes.

1° En attaquant le Midi et y portant leurs principales forces, ils
découvraient Lisbonne que les troupes du Nord pouvaient envahir.

2° En conquérant le Midi par des combats successifs, ils n'auraient
acquis que l'espace parcouru; et l'armée française, en évacuant ce pays,
augmentait chaque jour de force en se concentrant. Ainsi ses revers
devaient naturellement être suivis de succès.

3° Enfin c'était l'occupation du Midi qui nous avait affaiblis sur tous
les points. Il fallait donc bien se garder de provoquer le changement de
cet état de choses avant d'avoir obtenu ailleurs un avantage décisif.

4° En attaquant le Nord, Lisbonne n'était pas découverte, parce que la
ville est située sur la rive droite du Tage.

5° En attaquant l'armée de Portugal et obtenant un succès important,
non-seulement le fruit de la conquête était le pays qu'elle occupait,
mais encore Madrid et le Midi qu'il fallait nécessairement évacuer.

6° Enfin, en agissant dans le Nord, elle se trouvait à portée des
ressources que le Portugal, la province de Galice, et l'armée espagnole,
qui occupait cette province et les ports de cette côte, pouvaient lui
fournir.

Malgré l'évidence de ces raisons, Joseph, endoctriné par Soult, croyait
fermement à une prochaine offensive dans le Midi; et, comme l'Empereur
lui avait donné le commandement général de toutes les armées en Espagne
en partant pour la Russie, il m'envoya l'ordre de lui fournir trois
divisions de l'armée de Portugal, que son intention était de conduire,
par la Manche, au secours de Soult, en se portant jusqu'à la Sierra
Morena. Dans l'hypothèse même de l'offensive des Anglais dans le Midi,
cette disposition ne valait rien. Il était bien plus simple, bien plus
raisonnable, bien plus militaire, de former un corps d'armée nombreux et
bien pourvu de vivres dans la vallée du Tage, destiné à déboucher par
Miravele. Quand Wellington serait arrivé aux frontières de l'Andalousie,
ce corps, en prenant à revers l'armée anglaise, l'aurait forcé à
rétrograder. Par cette combinaison, rien n'était découvert dans le Nord,
tout était ensemble, et toutes les forces pouvaient toujours, au besoin,
s'y rassembler. Je cherchai donc à éclairer Joseph sur la vérité, et
j'obtins, quoique avec peine, la suspension de l'exécution d'une mesure
dont les résultats ne pouvaient manquer d'être funestes. Mais, dans tous
les cas, et, quel que fût le système offensif que voulait prendre
l'ennemi, la destruction des forts établis à Almaraz et du pont servant
au passage était pour lui une chose utile, un préliminaire important,
promettant de grands avantages.

Il s'y résolut, et, le 14, douze mille hommes, avec un équipage
d'artillerie, se présentèrent sur la montagne. Les forts de Miravete
fermant le passage, l'artillerie ne put pénétrer dans la vallée; mais,
le succès de l'opération dépendant de la promptitude de l'exécution, les
Anglais prirent la résolution d'enlever de vive force le fort de
Lugar-Nuevo. En conséquence, une partie de ces troupes descendit, dans
la journée du 18, dans la vallée par des chemins détournés, et, le 19, à
trois heures du matin, ils donnèrent l'assaut à ces forts.
Malheureusement la garnison était composée en grande partie de mauvaises
troupes, connues sous le nom de régiment prussien. A la vue de ce parti
décidé, une vive inquiétude s'empara des soldats. Le major Aubert,
voulant leur donner de la confiance, monte sur le parapet pour mieux
diriger la défense; mais, peu après, il est tué. Le désordre se met dans
les troupes. Bientôt la terreur est au comble, et elles s'enfuient sur
la rive droite, abandonnant dans le donjon des sapeurs et des canonniers
français qui y sont pris ou tués, les ponts-levis du donjon que les
fuyards avaient baissés n'ayant pas eu le temps d'être levés. L'ennemi
passa sans peine sur la rive droite, et tous les forts tombèrent ainsi
en son pouvoir. Il les dégrada sans les détruire, brisa l'artillerie,
coula les bateaux et se retira sans avoir rien entrepris sur Miravete,
qui ainsi fut conservé. A la première nouvelle, qu'en reçut le général
Foy, il se mit en marche avec sa division pour porter secours. Si la
défense eût duré trente-six heures, il arrivait à temps pour donner de
la confiance à la garnison et rendre les forts imprenables. Le général
Clausel, de son côté, se mit en mesure de l'appuyer, et, en cinq jours,
il y aurait eu treize mille hommes réunis sur ce point, et la tentative
des Anglais aurait échoué.

Cet événement démontre combien il y a d'inconvénients à charger de
mauvaises troupes de la défense de postes militaires de quelque
importance. Un général éprouvera toujours une grande répugnance à
affaiblir de bons corps; mais il vaut mieux s'y résoudre, pour une
partie de la garnison au moins, que de risquer de voir ainsi
disparaître, en un moment, les points d'appui sur lesquels il a compté,
et qui, comme dans la circonstance actuelle, étaient de véritables
pivots d'opération. Comme ces postes étaient de nature à être rétablis
et réoccupés, le général Foy, que les circonstances devaient amener dans
le bassin du Duero, demanda avec instance, mais toujours
infructueusement, au général d'Armagnac, de l'armée du Centre, d'y
former une nouvelle garnison, d'y placer des approvisionnements et d'y
faire rétablir un passage. Au surplus, les événements se succédèrent
rapidement et empêchèrent de rien terminer à cet égard.

Les opérations des Anglais dans le Nord devenaient de jour en jour plus
probables; l'opinion s'en établissait sur toute notre frontière, et
cependant Soult prétendait toujours être menacé. Joseph finit par
concevoir des doutes en faveur de mon opinion. Les Anglais, bien pourvus
de vivres, devaient hâter leur entrée en campagne; car, comme nous en
manquions par suite de la disette de l'année précédente, notre situation
serait devenue tout autre si la campagne se fût ouverte seulement après
la moisson.

Dès le 30 mai, j'écrivis au général Caffarelli, successeur du général
Dorsenne dans le commandement de l'armée du nord de l'Espagne, pour lui
rappeler les instructions fondamentales données par l'Empereur, fixant
d'une manière invariable le contingent à fournir par l'armée du Nord à
l'armée de Portugal en cas d'offensive décidée de l'armée anglaise. En
lui annonçant les événements probables et prochains, je lui demandais
avec instance de tout préparer d'avance pour remplir les devoirs qui lui
étaient imposés. Le général Caffarelli me répondit par les meilleures
assurances, et en me faisant les promesses les plus positives de me
secourir de tous ses moyens quand le moment serait arrivé. Il me réitéra
constamment ces promesses; mais tout en resta là, et, quand il fut
question de combattre, jamais son artillerie, sa cavalerie et les deux
divisions qui devaient me joindre ne parurent. Deux régiments de troupes
légères seulement nous rejoignirent, et encore après la bataille.

Le duc de Wellington, en préparant son offensive, avait pris des
dispositions nécessaires pour établir de prompts moyens de communication
entre le corps de Hill et l'armée principale. A cet effet, un passage
régulier du Tage avait été établi à Alcantara, dont le pont en pierre
avait été coupé antérieurement. Alors, suivant les circonstances, il
pourrait appeler à lui ce corps, fort de douze mille hommes. Enfin il
donna l'impulsion aux milices portugaises pour agir sur l'Esla vers
Benavente, et à l'armée de Galice pour qu'elle eût à déboucher et à
faire le blocus d'Astorga.

Les Anglais firent, le 3 juin, une première démonstration offensive. Une
division passa l'Aguada, battit la campagne, et repassa cette rivière
quelques jours après.

A cette occasion, je resserrai mes cantonnements, voulant préparer la
prompte réunion de mes troupes quand l'ennemi se mettrait en marche pour
s'avancer sur moi.

Le 8, la position de l'armée était celle-ci:

        Première division, Avila et Arevalo;
        Deuxième, Peñaranda et Fontiveros;
        Troisième, Valladolid;
        Quatrième, Toro;
        Cinquième et sixième, Salamanque;
        Septième, Zamora;
        Huitième, les Asturies;
        Cavalerie légère, Salamanque;
        Dragons, Toro, Benavente;
        Quartier général, Salamanque.

Le 10 juin, la totalité de l'armée anglaise était réunie, entre la Coa
et l'Aguada, avec tous ses moyens, et l'armée de Galice sur la
frontière.

Le 12, les Anglais commencèrent leur mouvement. J'en fus instruit le 14.
Ce jour-là même l'armée reçut l'ordre de se rassembler. Le point de
réunion fut indiqué à Bleines, en arrière de Salamanque, et j'envoyai
l'ordre à la huitième division de quitter les Asturies et de venir me
joindre à marches forcées.

Le 15, j'écrivis au général Caffarelli, au roi, à tous ceux qui, d'après
les instructions de l'Empereur, devaient donner à l'armée de Portugal,
par leur concours, la force nécessaire pour combattre l'armée anglaise.
Je demandais avec la plus vive instance que les secours fussent mis en
marche sans perdre un seul moment.

Les Anglais arrivèrent devant Salamanque le 16, dans l'après-midi.

Après avoir mis les forts de Salamanque dans le meilleur état possible,
complété les garnisons, donné les instructions nécessaires, je disposai
tout pour la retraite. Elle s'effectua dans la nuit du 16 au 17, et
j'allai prendre position à Bleines, point indiqué pour le rassemblement
des troupes.

L'armée anglaise, le 17, prit position sur la rive droite de la Tormès,
occupa la position de San-Christoval qui couvre Salamanque, et commença
l'attaque des forts.

Des tentatives d'escalade furent repoussées et coûtèrent cher à
l'ennemi. Il se mit en mesure alors d'employer la grosse artillerie.

Le 20, cinq divisions étant rassemblées, les deuxième, troisième,
quatrième, cinquième et sixième, je marchai en avant, et vins prendre
une position offensive à une petite portée de canon de l'armée anglaise.

Le siége commencé fut suspendu, et toute l'armée ennemie se rassembla
sur le plateau de San-Christoval.

Mon mouvement avait étonné l'ennemi, mais la position que j'avais prise,
dans le but de simuler le prélude d'une attaque, ne pouvant pas être
défendue, il eût été dangereux de l'occuper longtemps. Aussi, le 23 au
matin, je me retirai à deux milles pour occuper la position
d'Aldea-Rubia, qui domine et se trouve en arrière du gué de Huerta sur
la Tormès. Alors le siége fut recommencé, et le feu nous l'indiqua. Je
reçus dans cette position une lettre du général Caffarelli, en date du
10, qui m'annonçait qu'il allait se mettre en mouvement pour se
rapprocher de moi, et me porter secours avec toute sa cavalerie,
vingt-deux pièces de canon et sept mille hommes d'infanterie.

Le 27, des signaux m'annoncèrent que les forts pouvaient tenir encore
cinq jours. Je ne pouvais raisonnablement attaquer l'armée anglaise
avant la réunion de toutes mes forces. Je me disposai à opérer sans me
compromettre et à faire une diversion. Le fort d'Alba-sur-Tormès étant
en mon pouvoir, le passage de la Tormès m'était assuré en retraite, si,
après l'avoir franchi au gué de Huerta, il fallait faire un mouvement
rétrograde. En conséquence, je disposai tout pour exécuter le passage de
la rivière dans la nuit du 28 au 29, et me placer de manière à menacer
les communications de l'ennemi, dont la liberté lui était indispensable
pour pouvoir subsister.

Mais, le 27 même, un incendie épouvantable avait détruit tous les
approvisionnements et bâtiments du fort principal de Salamanque; et,
bien que deux assauts eussent été repoussés et que l'ennemi eût perdu
plus de quinze cents hommes, la confusion était devenue telle, que la
garnison dut se rendre à discrétion et sans capitulation.

Cet événement changeait complétement l'état des choses.

Je devais alors prendre une position qui me permît d'attendre sans
danger, et de recevoir avec sûreté les renforts promis. En conséquence,
je mis en marche l'armée le 28, et elle se porta sur la Guareña, le 29
sur la Trabanjos, où elle séjourna le 30 juin. L'ennemi ayant suivi avec
toutes ses forces, l'armée continua son mouvement de retraite, et, le
1er juillet, vint prendre position sur le Zapardiel, et, le 2 juillet,
repassa le Ducro à Tordesillas.

Ce jour-là, le mouvement s'étant exécuté un peu tard, et les Anglais
ayant commencé le leur de grand matin, il y eut à Bueda un combat
d'arrière-garde à soutenir dans des circonstances désavantageuses, mais
aucune conséquence fâcheuse et aucun désordre n'en résultèrent. Le
meilleur ordre fut observé en repassant la rivière. L'ennemi prit
position sur le Duero. La deuxième division fut placée sur la rive
gauche de cette rivière, et en arrière de la Daga, son affluent.

Le 3 juillet, l'ennemi, ayant fait une tentative sur le gué de Pollos,
fut repoussé. Les dispositions de détail étant prises pour assurer la
défense de cette ligne, je me décidai à attendre dans cette position les
secours annoncés, et sur lesquels j'avais droit de compter.

J'ai déjà dit combien ma cavalerie était faible; elle ne s'élevait pas à
plus de deux mille chevaux, et l'ennemi avait près de six mille hommes
de cavalerie anglaise, et une nuée de guérillas qui le dispensait de
toute espèce de détachement et de service de troupes légères. Je pris la
résolution de faire enlever tous les chevaux de selle existant dans les
lieux occupés par les troupes. Cette opération, faite partout
simultanément, augmenta de huit cents chevaux la force de ma cavalerie
on dix jours de temps.

Le général Bonnet, avant d'avoir reçu mes ordres, instruit du mouvement
de l'armée anglaise et isolé dans les Asturies avec très-peu de
munitions, prit la sage résolution d'évacuer cette province, dont la
sortie pouvait être difficile si l'ennemi se fût mis en mesure de s'y
opposer. Ayant pris position à Reynosa, il put exécuter promptement
l'ordre qui lui fut donné de se rendre sur le Duero.

Les milices portugaises se montrèrent sur l'Esla, à l'embouchure de
cette rivière et vers Benavente; mais de simples démonstrations
suffirent pour les contenir. Pendant ce temps, l'armée de Galice avait
formé le blocus d'Astorga.

Ainsi, en face d'une armée qui avait douze mille hommes d'infanterie et
deux mille cinq cents chevaux de plus que moi, qui pouvait recevoir d'un
jour à l'autre le corps de Hill, composé de douze mille hommes, je
voyais encore mon flanc droit et mes derrières menacés.

J'accablais le général Caffarelli de mes lettres et de mes demandes; je
le sommais d'exécuter les dispositions arrêtées par l'Empereur; mais,
après m'avoir fait de magnifiques promesses, il baissait chaque jour de
ton et trouvait toujours de nouveaux prétextes pour ne faire aucun
effort en ma faveur.

Il m'écrivit que les bandes de Reguovales, Pinta et Longa étaient en
mouvement. Il y avait pitié de sa part à mettre ainsi en balance les
intérêts de l'Espagne avec ceux de la tranquillité de son
arrondissement. Je lui mandai de les laisser faire, de venir à mon
secours avec tous ses moyens, et qu'après avoir battu les Anglais je lui
donnerais autant de troupes qu'il en voudrait pour tout mettre chez lui
promptement à la raison. Plus tard, enfin, il m'annonça que des
bâtiments s'étaient montrés sur la côte et menaçaient d'un débarquement.
C'était me faire connaître de toutes les manières sa résolution de ne
pas me seconder.

Je crus que le roi connaîtrait mieux ses devoirs et les intérêts de la
défense qui lui était confiée, et je m'adressai à lui avec persévérance.

L'armée du Centre pouvait former une division de cinq à six mille hommes
d'infanterie. Elle avait une forte cavalerie, belle et instruite, entre
autres, une division commandée par le général Treilhard, qui était
inoccupée dans la vallée du Tage. Après mille sollicitations, mille
prières, mille demandes motivées sur des faits qui n'étaient pas
susceptibles de discussions, il me fit répondre, par le maréchal
Jourdan, une lettre ainsi conçue:


«Monsieur le maréchal,

«Le roi m'a chargé de vous dire qu'il n'a pas reçu de vos nouvelles
depuis la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 14 du
courant. Depuis lors, il a circulé ici des bruits de toute espèce; mais
ce qu'on a pu conclure au milieu de tous ces rapports contradictoires,
c'est que l'armée anglaise est en position sur la Tormès et que vous
avez réuni la vôtre sur le Duero. Vous sentez, monsieur le maréchal, que
Sa Majesté est fort impatiente de recevoir de vos nouvelles. On dit ici
que l'armée ennemie est forte d'environ cinquante mille hommes, parmi
lesquels on ne compte que dix-huit mille Anglais. Le roi pense que, si
cela est vrai, vous êtes en état de battre cette armée, et le roi
désirerait bien connaître les motifs qui vous ont empêché d'agir. Il me
charge donc de vous inviter à lui écrire par des exprès.

«Le roi me charge en même temps de vous communiquer les nouvelles qu'il
a reçues d'Andalousie. Les dernières lettres de M. le duc de Dalmatie
sont du 16 courant, et la dernière lettre de M. le comte d'Erlon est du
18. A cette époque, le général Hill, qui est toujours resté sur la
Guadiana avec un corps de quinze mille hommes et trois à quatre mille
Espagnols, s'était avancé sur Zafra, et même sur la Serena.

«Des troupes de l'armée du Midi sont en marche pour se réunir au général
Drouet, et ce général doit être en opération, depuis le 20, contre le
général Hill. Le roi a réitéré au duc de Dalmatie l'ordre de diriger le
général Drouet sur la vallée du Tage, si lord Wellington appelle à lui
le général Hill; mais, comme il serait possible, le cas arrivant, que
cet ordre ne fût pas exécuté assez promptement, Sa Majesté désirerait
que vous profitassiez du moment où lord Wellington n'a pas toutes ses
forces réunies pour le combattre. Le roi a aussi demandé des troupes au
général Suchet; _mais ces troupes n'arriveront pas. Ainsi tout ce que Sa
Majesté a pu faire, c'est d'envoyer un renfort de troupes dans la
province de Ségovie, et d'ordonner au général Estève, gouverneur de
cette province, de secourir, au besoin, la garnison d'Avila et de lui
envoyer des vivres._

«Le maréchal de l'empire, chef de l'état-major de Sa Majesté Catholique,

«Signé: JOURDAN.

«Madrid, le 30 juin 1812.»

Cette lettre du maréchal Jourdan, du 30 juin, me parvint le 12 juillet
par duplicata.

Ainsi, l'armée du Centre refusait tout secours, officiellement.

L'armée du Nord refusait également, d'une manière moins positive, à là
vérité; mais il n'y avait pas à en espérer davantage.

En ajournant l'offensive, ma position ne pouvait pas s'améliorer,
puisqu'aucun secours ne devait venir me joindre; mais, au contraire, il
était probable qu'elle allait empirer beaucoup. Le corps de Hill
pouvait, à chaque moment, joindre lord Wellington et augmenter sa force
de douze mille hommes, et j'étais bien sûr que, dans ce cas, le duc de
Dalmatie n'enverrait pas à mon secours le cinquième corps comme cela
était prescrit; et, quand il l'eût fait, ce secours n'aurait eu aucune
efficacité, puisque Hill serait arrivé en six ou sept jours par
Alcantara, tandis qu'il en aurait fallu vingt au cinquième corps, en
passant par la Manche, tout moyen de passer le Tage, dans cette partie
de son cours, étant enlevé alors aux armées françaises. D'un autre côté,
l'armée de Galice et les milices portugaises pouvaient, à chaque
instant, occuper un pays sans défense, et s'approcher assez pour me
forcer à faire un détachement contre elles.

Enfin, la garnison d'Astorga n'avait de vivres que jusqu'au 1er août.
Passé ce terme, elle devait se rendre. Il fallait donc ravitailler cette
place, et, pour y parvenir, m'affaiblir devant l'armée anglaise, qui,
pendant ce temps, m'aurait attaqué avec plus d'avantage.

En me décidant à prendre l'offensive sur l'armée anglaise, j'avais
l'espoir de la battre, ou même sans la battre, de la forcer à se retirer
en Portugal. Dans l'un et l'autre cas, je pouvais alors, sans
inconvénient, faire un détachement momentanément sur Astorga.

Ainsi donc, après avoir analysé ma position et calculé les conséquences
des conditions dans lesquelles j'étais placé, je me décidai à tenter le
passage du Duero.

Mon projet avait toujours été de déboucher par Tordesillas, et de
marcher par la ligne la plus courte sur Salamanque. Les localités sont
favorables pour exécuter le passage, et, en suivant cette direction,
jamais ma retraite ne pouvait être compromise. Mais il fallait éviter de
combattre en débouchant. En conséquence, je préparai des moyens de
passage à Toro. Je fis rétablir le pont, et je plaçai la masse de mes
troupes entre Toro et Tordesillas. Par cet arrangement, je pouvais me
décider, suivant les mouvements de l'ennemi, à passer par Toro ou par
Tordesillas; et des marches et contre-marches, faites sur la rive
droite, pouvant être vues et observées facilement de la rive gauche,
furent exécutées pour tenir l'ennemi dans l'incertitude. Le duc de
Wellington n'arrêta d'avance aucun projet positif de défense. Le 16, mon
parti pris de déboucher par Tordesillas, je mis en mouvement, d'une
manière très-ostensible, des forces considérables qui descendirent
quelque temps le fleuve et revinrent sur leurs pas pendant la nuit.
Wellington envoya son premier aide de camp à Tordesillas sous un vain
prétexte, afin de savoir si j'étais sur ce point. On répondit que je n'y
étais pas, et il me crut en route pour Toro; alors la plus grande partie
des forces anglaises se rapprocha pendant la nuit de ce débouché.

Le passage effectué par Tordesillas offrait des avantages importants;
mais il n'était pas sans inconvénients.

Le passage immédiat de la rivière ne pouvait pas être empêché; mais, si
l'ennemi occupait la position de Rueda, fort belle et dans le genre de
celle où les Anglais combattent de préférence, il fallait livrer
bataille pour déboucher.

Le plateau de Rueda est précédé par un immense glacis pendant lequel
celui qui vient du fleuve est exposé au feu de l'ennemi, tandis que
celui-ci peut se mettre en partie à couvert. Ce plateau se prolonge par
la droite et vient aboutir au Duero, en suivant circulairement la rive
gauche et la Daga jusqu'au confluent de cette rivière. En conséquence,
comme disposition d'attaque, j'avais décidé que le mouvement offensif se
ferait par notre gauche, de manière à protéger notre centre et à
attaquer la droite de l'ennemi en se portant sur lui par un terrain
d'égale hauteur; et, comme ce mouvement, en cas de revers, pouvait faire
couper notre gauche du pont de Tordesillas, je fis préparer un pont de
chevalet pour la Daga, et ces ponts furent montés sur cette rivière en
même temps que les troupes passaient le pont de Tordesillas, de manière
que la gauche devait avoir toujours sa retraite par ces ponts, et de là
sur Puente-Duero que j'avais fortifié en faisant créneler l'église.

Ces dispositions prises et aussitôt la nuit venue, la cinquième
division, étant à Tordesillas, passa le pont du Duero, et successivement
quatre divisions suivirent dans l'ordre de leur arrivée et prirent les
places qui d'avance leur avaient été assignées. Un étang situé à quelque
distance de la rivière occupe le milieu de la plaine dans la direction
de Rueda. Les troupes devaient se réunir derrière cet étang en attendant
le moment où je déterminerais le mode de leur mise en action.

Au jour, je me rendis sur le point où la cinquième division, qui formait
la tête de colonne, devait être stationnée; mais elle ne s'y trouva pas,
et, après des recherches remplies d'inquiétude, je la trouvai à une
demi-lieue en avant, dans la position même de Rueda, de manière que, si
l'ennemi eût occupé cette position, elle aurait été détruite sans avoir
pu combattre. Heureusement rien de tout cela n'eut lieu, et nous
occupâmes Rueda sans difficulté. L'ennemi n'y avait que des troupes
d'observation en petit nombre, et il l'évacua à notre approche.

Je témoignai au général Maucune mon extrême mécontentement de sa
désobéissance; mais il était dans son caractère de se laisser emporter à
l'instant où il marchait à l'ennemi. Quelques jours plus tard, cette
disposition de son esprit eut les plus funestes résultats, puisqu'elle
fut la cause de la bataille de Salamanque, engagée dans un moment
inopportun et contre ma volonté formelle. Ce jour-là, c'était une espèce
d'avertissement dont j'aurais dû faire mon profit pour l'avenir, en ne
plaçant jamais le général Maucune en face de l'ennemi qu'au moment où il
fallait agir et tomber sur lui. L'armée prit position, le soir du 17, à
Nava del Rey.

L'ennemi, en pleine marche sur Toro, ne put nous présenter que tard une
partie de ses forces. Il porta rapidement deux divisions avec beaucoup
de cavalerie sur Tordesillas de la Orden, et le reste de l'armée,
rappelé, reçut l'ordre de prendre position en arrière sur la Guareña. Le
18 au matin, nous trouvâmes ces deux divisions en position. Comme elles
ne croyaient pas avoir affaire à toute l'armée, elles pensèrent pouvoir
gagner du temps sans grand péril; mais, quand elles virent déboucher nos
masses, elles s'empressèrent d'opérer leur retraite sur un plateau qui
domine le village de Tordesillas de la Orden, et vers lequel nous
marchions. Déjà nous les avions débordées. Si j'avais eu une cavalerie
supérieure ou au moins égale à celle de l'ennemi, ces deux divisions
étaient détruites. Nous ne les poursuivîmes pas moins avec toute la
vigueur possible, et, pendant trois heures de marche, elles furent
accablées par le feu de notre artillerie, que je fis porter en queue et
en flanc, et auquel elles pouvaient difficilement répondre. Protégées
par une nombreuse cavalerie, elles se divisèrent en remontant la Guareña
pour passer cette rivière avec plus de facilité. Si, malgré mon
infériorité numérique de cavalerie, j'eusse eu avec moi le général
Montbrun, nous aurions tiré un grand parti de la circonstance; mais il
m'avait quitté depuis deux mois pour prendre un commandement à la grande
armée, et je n'avais pour commander ma cavalerie que des officiers de la
plus grande médiocrité.

Arrivé sur les hauteurs de la rive droite de la vallée de la Guareña, je
vis une grande portion de l'armée anglaise formée sur la rive gauche.
Dans cet endroit, la vallée a une largeur médiocre, et les hauteurs qui
la forment sont fort escarpées. Soit que le besoin d'eau et l'excessive
chaleur eussent fait rapprocher les troupes de la rivière, soit pour
toute autre raison, le général anglais avait placé la plus grande partie
de son armée dans le fond, à une petite demi-portée de canon des
hauteurs dont nous étions les maîtres. En arrivant, je fis mettre
quarante bouches à feu en batterie. Dans un moment, elles eurent forcé
l'ennemi à se retirer, après avoir laissé un assez grand nombre de morts
et de blessés sur la place.

L'infanterie de l'armée marchait sur deux colonnes, et j'avais donné le
commandement de la colonne de droite, distante de celle de gauche de
trois quarts de lieue, au général Clausel. Arrivé à sa destination, le
général Clausel, ayant peu de monde devant lui, crut pouvoir s'emparer
des plateaux de la rive gauche de la Guareña et les conserver; mais
cette attaque, faite avec des forces trop peu considérables, avec des
troupes fatiguées et à peine formées, ne réussit pas. L'ennemi marcha
sur les plus avancées, et les força à la retraite. Dans un combat d'une
courte durée, nous éprouvâmes quelque perte. La division de dragons, qui
soutenait l'infanterie de la colonne de droite, chargea avec vigueur la
cavalerie anglaise; mais le général Carrié, un peu trop éloigné du
peloton d'élite du 15e régiment, tomba au pouvoir de l'ennemi, et cette
cavalerie se trouva tout à coup sans commandant.

L'armée resta dans cette position toute la soirée du 18 et toute la
journée du 19. L'extrême chaleur et la fatigue éprouvée pendant celle du
18 rendaient nécessaire ce repos pour rassembler les traîneurs. A quatre
heures du soir, l'armée prit les armes et marcha par sa gauche pour
remonter la Guareña et prendre position en face de l'Olmo. Mon intention
était de menacer tout à la fois les communications de l'ennemi et de
continuer à remonter la Guareña, afin de la passer, ma gauche en tête,
avec facilité, ou bien, si l'ennemi se portait en force sur la haute
Guareña, de revenir, par un mouvement rapide, sur la position qu'il
aurait abandonnée.

L'ennemi suivit mon mouvement. Le 20, l'armée était, avant le jour, en
marche pour remonter la Guareña. L'ennemi, comme depuis me l'a dit
plusieurs fois le duc de Wellington, voulait en empêcher le passage et
tomber sur les premiers corps qui la franchiraient. L'avant-garde la
passa rapidement là où cette rivière n'est qu'un ruisseau, et occupa en
force, avec beaucoup d'artillerie, le commencement d'un plateau immense
qui continue sans ondulations jusqu'à peu de distance de Salamanque.
L'ennemi se présenta pour occuper le même plateau, mais il ne put y
parvenir. L'armée, bien formée, les rangs serrés, marchait sur deux
colonnes parallèles, la gauche en tête, par peloton, à distance entière:
deux lignes pouvaient être formées en un instant par un _à droite en
bataille_.

Le duc de Wellington m'a dit, depuis, que ses projets avaient été
déjoués parce que toute l'armée avait marché comme un seul régiment.
Effectivement, l'armée présentait l'ensemble le plus imposant. L'ennemi
suivit alors un plateau parallèle au mien, offrant partout une position,
dans le cas où j'aurais voulu l'attaquer et l'aborder. Les deux armées
marchaient ainsi à peu de distance l'une de l'autre avec toute la
célérité compatible avec le maintien du bon ordre et de la conservation
de leur formation.

L'ennemi essaya de nous devancer au village de Cantalpino, et dirigea
une colonne sur ce village, dans l'espoir d'être avant nous sur le
plateau qui le domine, et vers lequel nous nous portions; mais son
attente fut trompée. La cavalerie légère, que j'y envoyai avec la
huitième division en tête de colonne, marcha si rapidement, que l'ennemi
fut forcé d'y renoncer. Bien mieux: la portion praticable de l'autre
plateau se rapprochant beaucoup du nôtre et se trouvant plus bas,
quelques pièces de canon placées à propos incommodèrent beaucoup
l'ennemi. Une bonne portion de son armée fut obligée de défiler sous ce
canon, et le reste dut faire un détour derrière la montagne pour
l'éviter. Enfin je mis les dragons sur la piste que suivait l'ennemi.
L'énorme quantité de traîneurs qu'il laissait en arrière nous aurait
donné le moyen de faire trois mille prisonniers, s'il y eût eu plus de
rapport entre la force de ma cavalerie et la sienne, et si surtout la
nôtre eût été mieux commandée. Mais la cavalerie anglaise, disposée pour
arrêter notre poursuite, occupée à presser la marche des hommes à pied à
coups de plat de sabre, à transporter même des fantassins qui ne
pouvaient plus marcher, nous en empêcha. Cependant il tomba entre nos
mains trois ou quatre cents hommes et quelques bagages. Le soir, l'armée
campa sur les hauteurs d'Aldea-Rubia, ayant ses postes sur la Tormès, et
l'ennemi reprit sa position de San-Christoval.

Ce passage de la Guareña, en présence d'un ennemi tout formé et aussi
nombreux, comme aussi cette marche de toute une journée de deux armées à
portée de canon, ont été approuvés des militaires et présentèrent un
coup d'oeil dont je n'ai joui que cette seule fois dans toute ma vie.

Le 21, informé que l'ennemi n'occupait pas Alba-Tormès, je jetai un
détachement dans le château. Ce même jour, je passai la rivière sur deux
colonnes, prenant ma direction sur la lisière des bois et établissant
mon camp entre Alba-Tormès et Salamanque. Le 22 au matin, je me portai
sur les hauteurs de Calvarossa de Arriba, pour reconnaître l'ennemi. Une
division venait d'arriver en face; d'autres étaient en marche pour s'y
rendre. Un combat de tirailleurs s'engagea pour disputer quelques postes
d'observation, dont nous restâmes respectivement les maîtres. Tout
annonçait dans l'ennemi l'intention d'occuper la position de Tejarès,
située à une lieue en arrière. Il se trouvait alors à une lieue et demie
en avant de Salamanque. Cependant il rassembla successivement beaucoup
de forces sur ce point; et, comme son mouvement sur Tejarès pouvait
devenir difficile si toute l'armée française était en présence, je crus
devoir la réunir et la concentrer devant lui, pour être à même de faire
ce que les circonstances commanderaient et permettraient. Il y avait,
entre nous et les Anglais, deux mamelons isolés appelés les Arapilès. Je
donnai l'ordre au général Bonnet de faire occuper celui qui appartenait
à la position que nous devions prendre, et ses troupes s'y établirent
avec promptitude et dextérité. L'ennemi fit occuper le sien; mais le
nôtre le dominait à la distance de deux cent cinquante toises.

Je le destinai, dans le cas où il y aurait un mouvement général par la
gauche, à être le pivot sur lequel je tournerais et qui deviendrait
ainsi le point d'appui de droite de toute l'armée. La première division
eut ordre d'occuper et de défendre le plateau de Calvarossa de Arriba,
précédé et défendu par un ravin large et profond. La troisième en
seconde ligne était destinée à la soutenir. Les deuxième, quatrième,
cinquième et sixième divisions se trouvaient à la tête des bois, en
masse, derrière la position des Arapilès, pouvant se porter également de
tous les côtés, tandis que la septième division occupait, à la gauche du
bois, un mamelon extrêmement âpre, d'un difficile accès, et que je fis
garnir de vingt pièces de canon.

La cavalerie légère fut chargée d'éclairer la gauche et de se placer en
avant de la septième division. Les dragons restèrent en seconde ligne à
la droite de l'armée. Telles étaient les dispositions faites à dix
heures du matin.

L'ennemi avait ses troupes parallèlement à moi, prolongeant sa droite et
se liant à la montagne de Tejarès, qui paraissait toujours être son
point de retraite.

A onze heures du matin, j'entendis un roulement de tambour général dans
l'armée anglaise; les troupes prirent les armes, et plusieurs corps se
mirent rapidement en mouvement pour se rapprocher. Du haut de notre
Arapilès, je pus juger qu'une attaque était immédiate. J'en descendis et
fus jeter un dernier coup d'oeil sur les troupes pour les encourager;
mais le mouvement de l'ennemi, commencé, s'arrêta. J'ai su depuis, par
le duc de Wellington, qu'effectivement l'attaque allait avoir lieu quand
lord Beresford vint à lui et dit qu'il venait de reconnaître avec soin
et en détail l'armée française, qu'elle lui paraissait si bien postée,
qu'il serait imprudent de l'attaquer.

Wellington l'accompagna sur le plateau en face de ma gauche, et vit tout
par lui-même. Ses propres observations l'ayant convaincu, il renonça à
combattre; mais dès ce moment il fallait tout préparer pour se retirer;
car, s'il fût resté dans sa position, j'aurais dès le lendemain menacé
ses communications en continuant à marcher par ma gauche. Sa retraite
commença vers midi. Quand deux armées sont aussi près l'une de l'autre,
un mouvement de retraite est chose difficile à opérer, et il demande à
être préparé avec le plus grand soin, pour être exécuté avec succès. Il
allait se retirer par sa droite, et, par conséquent, c'était sa droite
qu'il devait d'abord beaucoup renforcer.

En conséquence il dégarnit sa gauche et accumula ses troupes à sa
droite. Ensuite les troupes les plus éloignées et les réserves
commencèrent leur mouvement et vinrent successivement prendre position à
Tejarès.

L'intention des Anglais était facile à reconnaître. Je comptais que nos
positions respectives amèneraient non une bataille, mais un bon combat
d'arrière-garde, dans lequel, agissant avec toutes mes forces à la fin
de la journée, contre une partie seulement de l'armée anglaise, je
devais probablement avoir l'avantage.

L'ennemi ayant porté à sa droite la plus grande partie de ses forces, je
dus renforcer ma gauche, afin de pouvoir agir avec promptitude et
vigueur sans nouvelles dispositions, quand le moment serait venu de
tomber sur l'arrière-garde anglaise.

Ces dispositions furent ordonnées vers les deux heures.

En avant du plateau occupé par l'artillerie, il existait un autre vaste
plateau facile à défendre et qui avait une action immédiate sur les
mouvements de l'ennemi.

La possession de ce plateau me donnait en outre les moyens, dans le cas
où j'aurais voulu manoeuvrer vers la soirée, de m'emparer des
communications de l'ennemi avec Tamamès. Ce poste, d'ailleurs bien
occupé, était inexpugnable, et cet espace devait servir naturellement au
nouveau placement des troupes, dont la gauche devait être renforcée. En
conséquence, je donnai l'ordre à la cinquième division d'aller prendre
position à l'extrémité droite du plateau dont le feu se liait
parfaitement avec celui de l'Arapilès; à la septième division, de se
placer en seconde ligne pour la soutenir; à la seconde division, de se
tenir en réserve derrière celle-ci; à la sixième, d'occuper le plateau
de la tête du bois, où se trouvait encore un grand nombre de pièces de
canon. Je donnai l'ordre au général Bonnet de faire occuper par le 122e
un mamelon intermédiaire entre le grand plateau et le mamelon
d'Arapilès, qui défendait le débouché du village; enfin, j'ordonnai au
général Boyer, commandant les dragons, de laisser un régiment pour
éclairer la droite du général Foy, et de porter les trois autres
régiments en avant du bois, sur le flanc de la deuxième division. La
plupart de ces mouvements s'exécutèrent avec assez d'irrégularité. La
cinquième division, après avoir pris le poste indiqué, s'étendit par sa
gauche sans motif et sans raison. La septième division, qui avait ordre
de la soutenir et de se placer en seconde ligne, se plaça à sa hauteur.
Enfin la deuxième division se trouvait encore en arrière.

Je m'aperçus de toutes ces fautes, et, pour y remédier aussi vite que
possible, je donnai l'ordre aux troisième et quatrième divisions de se
rapprocher de ma gauche en suivant la lisière du bois, afin de pouvoir
en disposer au besoin.

En ce moment, le général Maucune me fit prévenir que l'ennemi se
retirait. Il demandait à l'attaquer. Je voyais mieux que lui ce qui se
passait, et je pouvais juger que, le mouvement de l'ennemi étant
seulement préparatoire, nous n'étions point encore arrivés au moment
d'attaquer avec avantage. Aussi lui fis-je dire de se tenir tranquille.
Mais le général Maucune, homme de peu de capacité, quoique très-brave
soldat, ne pouvait se contenir quand il était en présence de l'ennemi.
C'était le même général, qui, au passage du Duero, cinq jours
auparavant, aurait si fort compromis l'armée par sa désobéissance si
l'ennemi eut été en position, comme on pouvait le supposer. La fatalité
voulut que, contre la résolution prise de ne jamais le placer en tête de
colonne, il se trouva, par hasard, par l'arrangement naturel des
troupes, dans cette position. Le général Maucune fit bien plus: il
descendit du plateau et alla se rapprocher de l'ennemi, sans ordre. Je
m'en aperçus et lui envoyai l'ordre d'y remonter. Me fiant peu à sa
docilité, je me déterminai à m'y rendre moi-même, et, après avoir jeté
un dernier coup d'oeil, du haut de l'Arapilès, sur l'ensemble des
mouvements de l'armée anglaise, je venais de replier ma lunette et me
mettais en marche pour joindre mon cheval, quand un seul coup de canon,
tiré de l'armée anglaise, de la batterie de deux pièces que l'ennemi
avait placée sur l'autre Arapilès, me fracassa le bras, et me fit deux
larges et profondes blessures aux côtes et aux reins, et me mit ainsi
hors de combat. Je prêtais le flanc gauche à l'ennemi, et le boulet
creux dont la pièce avait été chargée ayant éclaté, après m'avoir
dépassé, le bras droit et le côté droit furent blessés.

Il était environ trois heures du soir.

Cet événement, dans le moment où il n'y avait pas une minute à perdre
pour réparer les sottises faites, fut funeste. Le commandement passa
d'abord au général Bonnet, qui, peu après, fut blessé, puis au général
Clausel; de manière que, pour dire la vérité, cette succession rapide de
commandants divers fit qu'il n'y eut plus de commandement. D'un autre
côté, le duc de Wellington, voyant de si étranges dispositions, un
pareil décousu dans une armée qui, jusque-là, avait été conduite avec
méthode et ensemble, revint à ses premières idées de combattre. Il
engagea peu après, sur les quatre heures, ses troupes contre celles du
général Maucune qui, n'étant pas soutenues, furent bientôt culbutées.

La cavalerie tomba sur la septième division, étendue hors de mesure,
contre toute règle du bon sens, et sur la cavalerie légère qui, aussi,
ayant participé à cette aberration, se trouvait en l'air; elle était
d'ailleurs commandée par un officier général de peu de mérite sur le
champ de bataille. En moins d'une heure, tout devint confusion sur le
plateau, d'où j'avais espéré que partiraient plus tard des efforts
vigoureux et bien coordonnés, destinés à faire éprouver de grandes
pertes à l'ennemi.

Après avoir fait évacuer le plateau, nouvellement occupé, l'ennemi
dirigea une attaque furieuse contre l'Arapilès; mais le brave 120e
régiment le reçut de la manière la plus brillante, et les Anglais, ayant
échoué sur ce point, laissèrent huit cents morts sur la place. Chacun
fit de son mieux, et chaque division, chaque régiment fit des efforts
extraordinaires; mais il n'y avait ni ensemble ni direction; la retraite
devant se faire sur Alba, le général Foy fit un mouvement par sa gauche,
et, comme sa division n'avait que peu combattu, elle fut chargée de
l'arrière-garde; elle arrêta au commencement du bois, tout net, l'ennemi
dans sa poursuite, et la retraite se fit ensuite sans être troublée et
sans éprouver de perte.

La cavalerie anglaise, persuadée que nous devions nous retirer par le
chemin par lequel nous étions arrivés, nous suivit sur la route de
Huerta, où elle ne rencontra personne, toute l'armée s'étant retirée par
la route d'Alba-Tormès.

Telle est la relation exacte de la bataille de Salamanque. Notre perte
en tués, blessés et prisonniers ne s'éleva pas au-dessus de six mille
hommes, et celle de l'ennemi, publiée officiellement, se trouva être à
peu près de la même force. L'armée fit sa retraite sur le Duero, et, le
23, partit d'Alba-Tormès, en prenant la route de Peñaranda. L'ennemi
suivit et attaqua l'arrière-garde, composée de la première division. La
cavalerie qui la soutenait l'ayant abandonnée, cette division forma ses
carrés et résista aux différentes charges qui furent faites, à
l'exception du carré du 6e léger, qui fut enfoncé et éprouva d'assez
grandes pertes. L'ennemi ramassa aussi quelques soldats éparpillés,
occupés à chercher des vivres.

On a vu les motifs décisifs qui m'avaient déterminé à prendre
l'offensive et à passer le Duero. Je n'avais à compter sur aucun
secours, et j'en avais reçu l'assurance de toute part. Cependant Joseph
avait changé d'avis sans m'en prévenir et avait réuni huit mille hommes
d'infanterie, trois mille chevaux, environ douze mille combattants, pour
venir me joindre. Si j'eusse été informé de ces nouvelles dispositions,
j'aurais modifié les miennes. On a supposé que, instruit de sa marche,
c'est avec connaissance de cause que j'ai précipité mon mouvement, afin
de ne pas me trouver sous ses ordres le jour de la bataille. C'est
étrangement méconnaitre mon caractère, et, je le dis avec confiance et
orgueil, mon amour du bien public et le sentiment de mes devoirs.

Je n'ai absolument rien su; j'ai complétement ignoré sa marche, et j'ai
gémi de l'aveuglement de Joseph, qui refusait son concours à mon
opération, sur le succès de laquelle son salut était fondé. Si j'avais
eu ce secours, c'étaient de grandes chances de succès de plus; et, si
j'avais été victorieux, quoique Joseph fût présent, je ne pense pas que
ma gloire eût été moindre.

Le 23, à midi, étant en marche, je reçus une lettre du maréchal Jourdan,
qui m'annonçait le mouvement de l'armée du Centre; et, ce jour-là même,
Joseph, avec ses troupes, se trouvait à Arrevalo.

D'un autre côté, Caffarelli, qui m'avait bercé d'espérances trompeuses,
avait fini par m'envoyer le 1er régiment de hussards et le 31e de
chasseurs, formant six cents chevaux, et huit pièces de canon. Cette
faible brigade rejoignit le même jour (23) l'armée, et servit à
renforcer l'arrière-garde.

Nous passâmes le Duero à Aranda. Valladolid fut évacuée; et l'armée,
ayant pris position à quelques lieues en avant de Burgos, resta d'abord
en observation.

Wellington agit contre l'armée du Centre, entra à Madrid, ensuite revint
sur celle de Portugal, et commença le siège du château de Burgos. Il
échoua dans le siège; ses attaques furent mal conduites, et le général
Dubreton, en défendant le château, montra de la vigueur et du talent.

Plus tard, un mouvement général s'opéra dans l'armée française en
Espagne, et l'évacuation de l'Andalousie porta les troupes disponibles à
une force double de l'armée anglaise. Alors celle-ci se retira, et l'on
n'osa pas essayer de l'entamer.

Soult, qui commandait l'armée française sous Joseph, se trouva, deux
mois après la bataille de Salamanque, sur le même terrain où j'avais
combattu. L'armée anglaise occupait, avec deux divisions, Alba de
Tormès, Calvarossa de Arriba avec une division, et le reste était devant
Salamanque. Soult avait quatre-vingt-dix mille hommes d'infanterie, dix
mille chevaux et cent vingt pièces de canon. Il était à Huerta, et n'osa
rien entreprendre avec de pareils moyens. L'armée anglaise, si l'armée
française avait été mieux commandée, aurait dû y périr en entier.
Celle-ci se retira derrière l'Aguada; mais il n'est plus en mon pouvoir
de parler de la suite des opérations, y étant resté tout à fait
étranger.

Mes blessures étaient extrêmement graves. Cependant mes forces morales
n'en furent nullement altérées. Au moment où je fus atteint, les
chirurgiens du 120e régiment me donnèrent les premiers secours. Je leur
demandai s'il fallait me couper le bras. Ils hésitèrent à me répondre.
Je m'en offensai et leur dis qu'il fallait me faire connaître la vérité.
Ils déclarèrent que cela était indispensable. Alors je fis appeler le
chirurgien en chef, le docteur Fabre, homme du plus grand mérite et mon
ami, venu uniquement par attachement pour moi en Espagne et pour m'y
suivre. Je lui dis que, sans doute, il allait m'amputer. Il me répondit:
«J'espère que non.» Je crus qu'il me trompait; et il me répondit: «Je ne
sais pas si je n'y serai pas forcé; mais, je vous le répète, j'espère
que non; et, dans tous les cas, ce ne sera pas dans ce moment.»

Ces paroles me furent une grande consolation. On m'emporta au moment où
les Anglais faisaient leur attaque contre l'Arapilès; et j'eus la
satisfaction de les voir repousser; et, en m'en allant, je prononçai, à
haute voix, ce vers de Racine, dans _Mithridate_:

        «Et mes derniers regards ont vu fuir les Romains.»

On voit que mon esprit n'était pas abattu.

Le lendemain, de grand matin, le colonel Loverdo, commandant le 59e
régiment, vint me trouver et me témoigner son intérêt. Nous causâmes
quelque temps de la bataille. En me quittant, il me dit: «Soyez assuré,
monsieur le maréchal, que, si nous avons le malheur de vous perdre,
personne ne vous regrettera plus que le 59e régiment, et surtout son
colonel.»

C'eût été un coup terrible pour un esprit faible. Cette sotte phrase
m'eût paru une indiscrétion faite par un homme maladroit qui répétait ce
qu'il avait entendu dire dans l'antichambre; mais je répondis sans
émotion: «Ce sera comme remplacement, et non autrement, que vous me
perdrez, mon cher Loverdo.»

Avant de partir d'Alba-Tormès, je questionnai Fabre sur ce qui me
concernait, et le mis positivement sur la sellette. Il savait qu'il
fallait me parler sans hésiter et me connaissait capable d'entendre la
vérité. Il me tint ces propres paroles: «Si je vous coupe le bras, vous
ne mourrez pas; et dans six semaines vous serez à cheval, mais vous
n'aurez qu'un bras pendant toute votre vie. Si je ne vous coupe pas le
bras, vous aurez de longues souffrances, beaucoup de chances de mort;
mais vous êtes courageux, fort et bien constitué, et je crois qu'il faut
courir ces chances afin de ne pas être estropié pendant le reste de vos
jours.» Je lui répondis: «Je me fie à vos conseils et m'en rapporte à
vous. Tant pis pour vous si je meurs!»

En effet, si ma mort était survenue, comme les chirurgiens avaient été
de l'avis de l'amputation, Fabre eût été perdu de réputation comme homme
de l'art. Il fallait ses connaissances et le courage dévoué que donne
l'amitié pour prendre la responsabilité dont il se chargea. Honneur et
reconnaissance mille fois à l'homme le plus excellent, le plus capable
et le plus digne d'estime et d'amitié que j'aie jamais connu!

Je fus transporté à bras jusqu'au Duero. A Aranda, on organisa une
litière portée par des mulets. Les soldats de mon escorte, deux cents
hommes de cavalerie d'élite, me portèrent et m'accompagnèrent. Jamais
jeune femme en couche n'a été soignée avec plus de ménagement par sa
garde-malade que moi par ces vieux soldats, et j'ai pu voir combien un
sentiment vrai et profond peut donner d'instinct et d'adresse aux
individus qui en paraissent le moins susceptibles.

A mon arrivée à Burgos, je fus reçu par le général qui y commandait,
comme depuis à Vittoria et à Bayonne, avec tous les honneurs dus à ma
dignité, spectacle imposant, présenté par l'entrée avec pompe d'un
général d'armée, mutilé sur le champ de bataille, porté avec respect
devant les troupes, entrant au bruit du canon et accompagné de tout son
état-major. Je fis la plaisanterie de dire que j'avais pendant ce voyage
assisté plusieurs fois à l'enterrement de Marlborough.

De Burgos, j'écrivis au ministre de la guerre, au prince de Neufchâtel
et à l'Empereur, pour leur faire mon rapport. Le capitaine Fabvier le
porta à l'Empereur. Il fit une telle diligence, que, parti de Burgos le
5 août, il rejoignit la grande armée le 6 septembre, combattit et fut
blessé à la bataille de la Moskowa, le 7.

Vers les premiers jours de novembre, j'arrivai à Bayonne, où je restai
jusqu'au moment où l'état de mes blessures me permit de me rendre à
Paris.

J'éprouvai combien les longues souffrances affaiblissent le moral. On a
vu comment j'avais envisagé ma situation personnelle à l'époque où je
reçus mes blessures. Quatre-vingt-dix jours s'étaient écoulés, et on
essaya de me faire sortir de mon lit. Des accidents survinrent, et il
fallut suspendre les essais tentés. J'en fus fort affligé. Le préfet de
Salamanque, Casa-Secca, Espagnol, qui m'était fort attaché, et s'était
retiré à Bayonne, avait fait une course à Bordeaux. A son retour, il
vint me voir, et je lui racontai ce qui m'était arrivé. Il me répondit:
«Je le savais; on me l'a dit à mon arrivée, et j'ai tout de suite pensé
que c'était comme notre pauvre Gravina.--Comment! lui dis-je, mais il a
été tué à Trafalgar.--Pas du tout, répliqua-t-il; il a eu le bras
fracassé d'un coup de canon; on n'a pas voulu lui couper le bras, et, au
bout de trois mois, il est mort.» C'était, sauf la mort qui n'arriva
pas, juste mon histoire. Cette sotte réflexion me fit une vive
impression, et je fus pendant quelques jours dans une disposition
d'esprit très-fâcheuse.

Certes, ceux qui liront avec attention l'histoire de cette campagne
devront reconnaître que la prévoyance ne m'a pas manqué. Je ne m'étais
pas fait d'illusions sur les difficultés, les impossibilités résultant
nécessairement des arrangements pris. Si on a présent à l'esprit ma
lettre au prince de Neufchâtel en date du 23 février, où je demandais
mon changement et où je démontrais l'impossibilité de bien faire avec
les moyens qui m'étaient donnés, on conviendra que j'avais deviné
précisément comment les choses se passeraient. Cependant, à force de
soins, j'avais été au moment d'arriver à un résultat complétement
heureux. La fatalité seule avait fait échouer mes efforts. En outre,
j'étais personnellement victime, et j'avais reçu de graves blessures. Eh
bien, avec tant de motifs de justice, d'indulgence et d'intérêt, je ne
reçus pas un mot de consolation ni de l'Empereur ni en son nom.

La première fois que j'entendis parler de lui, ce fut pour répondre à
une enquête sur ma conduite. Le duc de Feltre, ministre de la guerre, la
confia à un officier de son état-major, Balthazar Darcy, qui s'en
acquitta avec égard et respect. Je dois, au surplus, dire cependant que
Napoléon avait ordonné d'attendre, pour me faire cet interrogatoire, que
ma santé fût assez bien remise, pour qu'il n'en résultât pas dans mon
esprit un effet fâcheux pour mon rétablissement. Les questions étaient
au nombre de quatre. Comme elles donnaient l'occasion, dans la réponse,
de résumer toute cette campagne et de faire ressortir tout ce qu'elle
avait eu de vicieux par suite de la division des commandements et de
l'incapacité de Joseph, auquel le pouvoir suprême avait été dévolu, je
les reproduirai et les joindrai aux pièces justificatives.

Enfin, le 10 décembre, ma santé me l'ayant permis, je me mis en route
pour Paris. Peu après mon arrivée, le trop célèbre vingt-neuvième
bulletin de la grande armée fut publié, et, le lendemain, Napoléon
arriva lui-même. Je n'entreprendrai pas de peindre la profonde sensation
que ce retour inopiné et les désastres annoncés firent sur l'opinion
publique. Je vis l'Empereur dès le lendemain de son arrivée. Il me reçut
très-bien. Mes blessures étaient encore ouvertes; mon bras sans aucun
mouvement et soutenu par une écharpe. Il me demanda comment je me
portais, et, quand je lui dis que je souffrais encore beaucoup, il
répondit: «Il faut vous faire couper le bras.» Je lui répliquai que je
l'avais payé assez cher par mes souffrances pour tenir aujourd'hui à le
conserver, et cette singulière observation en resta là. A peine me
parla-t-il des événements d'Espagne. Ce fut de lui et de la campagne de
Russie qu'il m'entretint. Il ne paraissait nullement affecté des
désastres arrivés récemment sous ses yeux. Il jouissait beaucoup, en ce
moment, d'être quitte des souffrances physiques qu'il avait éprouvées.
Il cherchait à se faire illusion sur l'état dés choses, et me dit ces
propres paroles:

«Si j'étais resté à l'armée, je me serais arrêté sur le Niémen; Murat
reviendra sur la Vistule; voilà la différence sous le rapport militaire.
Mais, après les pertes que nous avons éprouvées et comme souverain, ma
présence à l'armée, à une pareille distance et dans les circonstances
actuelles, rendait ma situation précaire. Ici, je suis sur mon trône, et
je serai promptement en mesure de réparer tous nos malheurs en créant
les ressources dont nous avons besoin.»

Et il a prouvé que, sous ce dernier rapport, il avait raison.



CORRESPONDANCE ET DOCUMENTS
RELATIFS AU LIVRE QUINZIÈME



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT

«Paris, le 20 avril 1811.

«Monsieur le duc de Raguse, vous trouverez ci-joint un ordre de
l'Empereur qui vous donne le commandement de l'armée de Portugal. Je
donne l'ordre au maréchal prince d'Essling de vous remettre le
commandement de cette armée. Saisissez les rênes d'une main ferme;
faites dans l'armée les changements qui deviendraient nécessaires.
L'intention de l'Empereur est que le duc d'Abrantès et le général
Regnier restent sous vos ordres. Sa Majesté compte assez sur le
dévouement que lui portent ces généraux pour être persuadée qu'ils vous
aideront et qu'ils vous seconderont de tous leurs moyens.

«L'Empereur ordonne, monsieur le duc, que le prince d'Essling, en
quittant l'armée, n'emmène avec lui que son fils et l'un de ses aides de
camp; mais son chef d'état-major, le général Fririon, le colonel Pelet,
ses autres aides de camp, et les autres officiers de son état-major,
doivent rester avec vous.

«Toutefois, monsieur le maréchal, je vous le répète, Sa Majesté met en
vous une confiance entière.»

«ORDRE.

«Paris, le 20 avril 1811.

«L'Empereur, monsieur le maréchal duc de Raguse, ayant jugé à propos de
rappeler à Paris M. le maréchal prince d'Essling, vous confie le
commandement de son armée de Portugal, que vous remettra M. le maréchal
prince d'Essling.

«Le prince de Wagram et de Neufchâtel, major général,

«ALEXANDRE.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 28 avril 1811.

«L'Empereur, monsieur le maréchal duc de Raguse, me charge de vous faire
connaître qu'il est nécessaire que vous preniez toutes les mesures
convenables pour organiser votre armée. Sa Majesté vous laisse le maître
de l'organiser en six divisions, sans faire de corps d'armée, et de
renvoyer en France les généraux et officiers qui ne vous conviendraient
pas: vous aurez soin de les diriger d'abord sur Valladolid, où ils
attendront des ordres.

«L'intention de l'Empereur est que, aussitôt que le général Brenier, qui
commande à Almeida, sera rentré dans la ligne, vous le fassiez
reconnaître et l'employiez comme général de division, avancement qu'il
est inutile de lui donner tant qu'il restera dans la place: c'est un
très-bon officier qu'on peut employer utilement.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 7 mai 1811.

«Je vous envoie, monsieur le maréchal duc de Raguse, la traduction des
journaux anglais; vous y verrez que, le 18 avril, lord Wellington avait
passé le Tage: ainsi il parait qu'il n'y avait plus, du côté de la
Castille, que la moitié de l'armée anglaise.

«L'Empereur pense que les événements qui se seront passés du côté
d'Almeida vous auront déjà instruit de ces nouvelles, et vous mettront à
même de prendre le parti convenable, d'appuyer sur le Tage.

«Ce que l'Empereur avait prévu est arrivé: on a laissé du monde dans
Olivença, et l'on a fait prendre là trois cents hommes. Sa Majesté est
étonnée que, depuis le 4 que le duc de Dalmatie était prévenu du passage
de lord Beresford, jusqu'au 25 avril, il n'ait pas pris des mesures pour
dégager Badajoz avant l'arrivée de lord Wellington.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT

«Paris, le 10 mai 1811.

«Je vous ai fait connaître, monsieur le duc, les intentions de
l'Empereur, pour que vous organisiez votre armée en six divisions, dont
le commandement sera confié à six bons généraux de division. Sa Majesté
vous laisse le maître, pour cette première organisation, d'arranger ces
six divisions comme vous le jugerez le plus utile au bien de son
service. L'Empereur considère le général Brenier, qui est à Almeida,
comme un homme de mérite et d'un courage remarquable; vous pouvez lui
confier le commandement d'une division, l'intention de Sa Majesté étant
de l'élever à ce grade. L'Empereur vous autorise à permettre aux
généraux de brigade, que vous jugeriez être trop fatigués, de quitter
l'armée; vous les dirigerez sur Valladolid, où ils attendront des
ordres.

«Vous devez être au fait de ce qui se passe en Andalousie; on ne peut
rien vous prescrire dans ce moment, vous devez agir pour l'intérêt
général des armées de l'Empereur en Espagne; vos dispositions dépendent
de ce qui se sera passé à Almeida.

«Il y a à l'armée du nord de l'Espagne des colonels en second. Vous
devez les employer pour les mettre à la tête des régiments qui en
manqueraient. Nous attendons un état de situation exact de l'armée et
celui des emplois vacants; envoyez-moi des mémoires de proposition en
règle, afin que l'Empereur nomme à ces emplois.»



LE MARÉCHAL MARMONT AU MAJOR GÉNÉRAL

«Salamanque, le 11 mai 1811.

«J'ai reçu seulement le 10 l'ordre de Sa Majesté, qui me confie le
commandement de son armée de Portugal; j'ai déjà pris une connaissance
générale de la situation des choses, et, malgré le désordre de l'armée,
sa fatigue extrême et l'état de désorganisation où elle est, je
trouverais la tâche défensive, que l'Empereur m'a donnée, facile à
remplir si l'armée n'était en totalité dépourvue de moyens de transport
pour l'artillerie et pour les vivres, et dans un pays où la longue
station de l'armée et les siéges de Rodrigo et d'Almeida ont détruit
tous les bestiaux. Cependant Sa Majesté peut être assurée que tout ce
qu'il sera humainement possible de faire sera mis à exécution, et que
les intérêts de son service, dans cette circonstance importante, mes
devoirs envers sa personne, le besoin de justifier l'honorable choix
dont je suis l'objet, me sont beaucoup plus chers que la vie; mais Votre
Altesse me permettra d'exposer ici mes besoins, fondés sur la situation
des choses, et de réclamer les secours qui sont éminemment nécessaires.
De quatre mille deux cents chevaux qui composaient l'équipage de
l'artillerie de l'armée il y a un an, quatorze cents restent
aujourd'hui, et, de ce nombre, quatre cents seulement peuvent être
attelés, quatre ou cinq cents pourront l'être dans quelque temps, le
reste n'existera plus dans quinze jours. Votre Altesse jugera quel est
mon embarras pour rendre l'armée mobile, car enfin il faut des canons et
des cartouches à sa suite. Le duc d'Istrie m'a donné cent chevaux de
l'artillerie de la garde, et j'apprécie ce secours; mais j'ose supplier
Sa Majesté de m'en faire accorder un plus grand nombre. Les chevaux de
l'artillerie de la garde sont très-près d'ici et pourraient nous être
donnés, tandis que d'autres, venant de France, les remplaceraient.

«L'équipage de l'artillerie de l'armée, pour une bonne défensive,
devrait être porté à deux mille chevaux ou mulets.

«Il est impossible, de même, de se mouvoir dans un pays que la guerre a
dévasté, que de nombreuses bandes parcourent sans cesse, où les
réquisitions des moyens de transport sont, par cette raison, extrêmement
difficiles à effectuer, enfin sans moyen de transports réguliers. Y
renoncer serait rendre toujours plus grands des désordres qui peuvent
avoir les conséquences les plus graves. L'armée avait, en entrant en
campagne, trois cents caissons de vivres; il n'en existe plus que
trente-quatre. Je demande avec instance douze à quinze cents mulets de
bât pour les vivres. Ils pourraient, sans doute, être promptement
achetés à Bayonne. L'armée anglaise a douze mille hôtes de somme, soit
pour l'artillerie, soit pour les vivres; aussi tous ses mouvements se
font-ils avec facilité. Les moyens de transport que je demande sont
calculés pour la défensive; l'offensive en exigerait presque le double.

«La destruction des mules et des chevaux que l'armée de Portugal vient
d'éprouver est moins encore le résultat de la campagne proprement dite
que de l'absence totale d'administration qui a existé à son retour de
Portugal, et qui existe encore. Votre Altesse apprendra, avec
étonnement, qu'il n'a pas été fait une seule distribution, ni aux
chevaux d'artillerie, ni à ceux de cavalerie, depuis qu'elle est en
Espagne; aussi la division de dragons, composée de six régiments, est
réduite à huit cents chevaux pour le service; le reste est incapable
d'être monté. Les troupes légères, à l'exception de la brigade Fournier
qui est en meilleur état, sont réduites à rien. La brigade Lamotte,
composée des 3e hussards et 15e chasseurs, et qui est la plus forte du
corps d'armée, n'a aujourd'hui que deux cent quarante-sept chevaux
susceptibles d'être montés. Mes premiers soins ont eu pour objet
d'empêcher le mal de s'accroître, et de conserver au moins les chevaux
existants, et les mesures que je vais prendre encore rempliront,
j'espère, cet objet, le premier et le plus important de tous. C'est au
nom de la gloire des armes de Sa Majesté, c'est au nom du salut de ses
armées, et pour leur donner le moyen de détruire ses ennemis, que je
supplie Sa Majesté de nous accorder les moyens de transport que je
demande et qui nous sont indispensablement nécessaires.»



LE DUC D'ISTRIE AU MARÉCHAL MARMONT.

«Valladolid, le 18 mai 1811.

«Mon cher maréchal, je m'empresse de répondre à vos lettres des 15 et 16
mai.

«Par la première, vous me demandez dix mille paires de souliers, je vais
vous les envoyer.

«Par la seconde, vous me dites qu'il a été employé cinq cent mille
francs de l'argent de la solde pour acheter des grains, et que je dois
les faire rembourser. D'abord, je n'ai point d'argent; j'ai des troupes
auxquelles il est dû, aux unes un an de solde, à d'autres huit mois, et
à d'autres quatre. Le trésor de France ne m'envoie point un sol. Mes
dépenses d'hôpitaux et de consommation sont triplées à Valladolid, parce
que j'ai deux mille malades de l'armée de Portugal. Je dois aux
fournisseurs plus de deux millions. Je n'ai point un sou dans les
caisses. Les administrations de l'armée de Portugal ont consommé dans le
pays trois mille cinq cents voitures; leur désordre et les exactions
militaires, joints à la présence des bandes, rendent les rentrées
extrêmement difficiles. Je ne puis point envoyer de grains au général
Bonnet, faute de transports; je ne puis point faire le million de
rations de biscuit que m'a demandé l'Empereur, faute de grains. Telle
est ma situation, mon cher maréchal; j'ai néanmoins donné l'ordre au
général Wathier de réunir tous les grains qu'il pourra, et de vous les
envoyer.

«Quant aux cinq cent mille francs que l'on vous a dit avoir été employés
en achats de blé, je vais vous parler avec la franchise qui me
caractérise: je n'en crois rien. L'armée à vécu à Ciudad-Rodrigo avec ce
qu'elle a emporté de ses cantonnements. Ciudad-Rodrigo et Salamanque ont
été approvisionnés avec ce que j'ai envoyé, et quelques milliers de
fanegas de blé, qui ont été achetés à Salamanque. Avec le désordre de
l'administration de l'armée de Portugal, on mourrait de faim, et toutes
les ressources de l'Espagne ne suffiraient point, tant que vous n'en
arrêterez pas l'effet.

«J'ai eu l'honneur de vous dire, à Ciudad-Rodrigo, que, tandis qu'il n'y
avait point à Salamanque de quoi relever les postes, la consommation de
cette place était de dix-huit à vingt mille rations par jour.

«J'avais fait passer un marché pour vous fournir à Salamanque seize
mille fanegas de blé; le fournisseur qui s'en était chargé trouva à
Arevalo deux commissaires qui avaient tout mis en réquisition pour
l'armée de Portugal. Celui qui s'était engagé est revenu sans pouvoir
rien acheter, et a rendu l'argent qu'on lui avait avancé.

«L'intendant général de l'armée de Portugal dit qu'on a dépensé cinq
cent mille francs pour achats de grains; je pense qu'il vous aura rendu
compte également que l'on dépensait à Salamanque trente-cinq mille
rations par jour, et que le soldat n'avait point une once de pain; que,
pour un bon de douze rations, par exemple, on donnait quatre rations, et
on gardait le bon entier; ainsi, si l'on juge des achats qui ont dû être
faits par les bons de magasins, il n'est pas étonnant qu'il se trouve
cinq cent mille francs de dépense. J'ai la conviction morale qu'il n'a
pas été acheté pour cent mille francs de grains.

«Voilà le terrain sur lequel vous marchez, mon cher maréchal; vous
n'avez qu'un homme qui puisse diriger votre administration, c'est M.
Marchand. Vous avez des administrations pour une armée de deux cent
mille hommes; vous avez des hommes accoutumés à administrer dans
l'Italie; c'est tout différent de l'Espagne, et, si vous n'y faites
attention, vous vous trouverez bientôt dans le plus grand embarras.

«J'ai abandonné le septième gouvernement, les provinces de Toro et de
Zamora à l'armée de Portugal; Ségovie et Avila doivent fournir
également; si toutes ces ressources ne suffisent point, je suis prêt à
vous abandonner le sixième gouvernement; mais, dans ce cas, il faudrait
y envoyer vos troupes, parce que je retirerais toutes les miennes. Je
viendrai à votre secours autant que je le pourrai, mais, je vous le
répète, vous n'avez pas trente mille hommes, et vous dépensez de
soixante à soixante-dix mille rations par jour.

«Vous avez pour fournisseur un nommé Clouchester, qui a été chassé de
Madrid comme escroc, à ce qu'on m'a dit; vous ne trouverez pas mauvais
ma franchise, elle m'est dictée par l'attachement que je vous porte et
le désir de vous voir réussir dans vos opérations.»



LE DUC D'ISTRIE AU MARÉCHAL MARMONT.

«Valladolid, le 18 mai 1811.

«Vous me faites connaître par votre lettre que vous avez l'intention de
faire bientôt un mouvement. Il m'est impossible d'envoyer des troupes à
Salamanque; je suis même forcé de retenir un bataillon destiné pour
l'armée du Midi. L'ennemi a fait un mouvement de Ponferrada par le val
de Buron sur le général Bonnet; toute cette partie de la Montaña est en
insurrection, les habitants ont abandonné leurs villages. J'y ai envoyé
les seules troupes que j'avais disponibles. Vous connaissez la situation
des autres provinces, elle est aussi peu satisfaisante. Je vous prie au
contraire de faire occuper les postes de Babila Fuente et de Canta la
Piedra, pour que je puisse disposer du bataillon de Neufchâtel, pour
l'envoyer en colonne mobile, contre les bandes.

«Je ne doute point que vous n'ayez des renseignements positifs sur le
pays où vous avez le projet de vous porter. Je croyais que votre
matériel exigeait encore du temps, surtout vos chevaux d'artillerie, les
vivres et votre cavalerie.

«Je vous envoie l'extrait des journaux anglais, vous jugerez de quelle
importance a été le mouvement fait sur Almeida puisque Wellington avait
ramené toute son armée, même les troupes de Beresford. Le duc de
Dalmatie était en marche, le 9, avec vingt mille hommes pour se porter,
suivant les circonstances, sur Badajoz ou sur Zamonte.



LE DUC D'ISTRIE AU MARÉCHAL MARMONT.

«Valladolid, le 23 mai 1811.

«Mon cher maréchal, je reçois votre lettre du 22. J'applaudis à votre
désir de faire une diversion en faveur de l'armée du Midi. Sans vouloir
commenter votre lettre, je vous prie de trouver bon que je vous dise que
je connais très-bien la destination de l'armée de Portugal. Je ne puis
qu'applaudir à votre détermination de faire une diversion en faveur de
l'armée du Midi, si elle se borne à vous porter sur le Tage, en laissant
une réserve pour observer Ciudad-Rodrigo, maintenir vos communications,
et laisser un détachement pour être maître de Salamanque, que je
considère comme l'entrepôt de votre armée. Si, au contraire, vous avez
l'intention, comme vous me le laissez entrevoir, de passer le Tage et de
vous porter au secours de l'armée du Midi, je ne crois point que vous
ayez les moyens nécessaires pour faire un pareil mouvement. Vous
laisserez la moitié de votre artillerie en route, et, après huit jours
de marche, vous aurez perdu un tiers de votre cavalerie. Vous n'avez
point de transports; vous n'aurez pas de sitôt ceux qu'on vous a promis,
quoique j'aie fait donner les ordres les plus pressants à ce sujet. Je
ne pense pas que vous puissiez réunir plus de vingt-cinq mille
baïonnettes. Ces forces ne sont pas suffisantes pour lutter avec
avantage contre l'armée anglaise et vous mettre à la merci des
événements, sans aucun point d'appui, sans réserve et dans l'incertitude
des mouvements du duc de Dalmatie. Votre armée n'est pas fraîche,
quoiqu'elle soit très-bonne; dix jours n'ont pu suffire pour la
réorganiser et la pourvoir de tout ce qui lui est nécessaire. Je sens
tout le prix de la gloire qu'il y aurait à battre les Anglais; je suis
plein de confiance dans vos talents militaires; je voudrais pouvoir vous
appuyer avec dix à douze mille hommes; je le ferais par le double
sentiment d'amitié que je vous porte et le désir que j'aurais de
coopérer à la défaite des Anglais; mais je ne le puis: toutes mes
troupes sont occupées et loin de moi.

«Je pense que vous rempliriez le même but en jetant deux divisions sur
Placencia et quelques troupes de l'autre côté du Tage; en gardant la
tête du pont d'_Almaraz_, et menaçant de déboucher; en plaçant une
division à _Bejar_ et à _Baños_; en conservant le reste de votre armée à
_Salamanque_, _Alba de Tormès_ et environs. Je crois que la diversion
aurait le même résultat. Le duc de Dalmatie s'est mis en marche, le 9,
avec vingt mille hommes; je compte qu'il a reçu quinze mille hommes de
l'armée du Centre ou de l'armée du Nord: cela porte son armée à
cinquante-cinq mille hommes. Lorsque le neuvième corps l'aura rejoint,
son armée sera de soixante mille hommes. Avec cela il n'a rien à
craindre des événements et n'a besoin que d'une démonstration sur le
Tage pour se rendre libre de tous ses mouvements et maître de la
campagne. Il est organisé en artillerie, cavalerie et transports.

«Vous ne trouverez pas mauvais, mon cher maréchal, les observations que
je vous fais. Si je connaissais moins les moyens que vous avez pour
agir, et que vous eussiez de trente-cinq à quarante mille baïonnettes et
trois mille chevaux, je serais des premiers à pousser à la roue; mais,
si vous faites un faux mouvement, vous usez sans utilité les moyens qui
vous restent et vous vous mettez hors d'état de rien faire de la
campagne. Je souhaite que vous ne voyiez dans mes observations qu'une
preuve de l'attachement que je vous porte et le désir que j'ai de vous
voir éviter ce qui peut nuire à votre gloire et aux intérêts de
l'Empereur. Quant à tout ce que vous me demandez, vous pouvez être sûr
que je vous enverrai ce que je pourrai.»



LE DUC D'ISTRIE AU MARÉCHAL MARMONT.

«Valladolid, le 23 mai 1811.

«Il m'est impossible, mon cher maréchal, d'envoyer un seul homme à
Salamanque. Ne pourriez-vous pas établir dans cette ville les dépôts de
votre armée avec un ou deux bataillons? Cette province va se trouver
entièrement dépourvue de troupes. Comment communiquer avec vous si vous
ne laissez rien entre Salamanque et le Tage? Vous calculerez sans doute
toutes les conséquences que cela peut avoir.

«Comment vous parviendront vos convois? Quelles ressources aurez-vous en
cas d'un mouvement rétrograde? Je pense, mon cher maréchal, que vous
songerez à l'inconvénient d'abandonner Salamanque. Vous voyez l'effet
que cela a déjà produit, puisque tout ce qui est compromis dans cette
ville parle de l'abandonner. Cette province a toujours été occupée par
l'armée de Portugal, même lorsqu'elle était à Santarem. Je vous prie de
vous faire une idée juste de mes moyens en troupes: je ne puis pas
disposer d'un homme.»



LE DUC D'ISTRIE AU MARÉCHAL MARMONT.

«Valladolid, le 23 mai 1811.

«Mon cher maréchal, je vous envoie copie de la lettre que j'ai écrite au
major général. Je désire que vous voyiez la chose comme moi. Ce n'est
point que je ne sente l'importance du mouvement sur le Tage, mais je
pense qu'en rapprochant deux divisions de Placencia et d'Almaraz; une
division à Bejar et à El-Barco; deux divisions à Salamanca et l'autre à
Zamora, vous rempliriez le même but; car je ne pense pas que vous
veuilliez vous porter sur Badajoz: c'est un mouvement qui devrait être
combiné avec le duc de Dalmatie, et ce serait, ce me semble,
compromettre votre opération que de le faire avec le peu de moyens que
vous avez. La province de Toro et tout le pays sur la rive gauche du
Douero serait votre grenier.

«Je vous prie de m'envoyer un officier, un sergent et deux caporaux par
régiment pour en former le dépôt de votre armée; j'ai ici dans les
hôpitaux beaucoup de blessés; vous sentirez l'importance de cette
mesure, elle est tout à l'avantage de votre armée.»



A S. A. S. LE PRINCE DE WAGRAM ET DE NEUFCHÂTEL, MAJOR GÉNÉRAL.

«Monseigneur, nous n'avons ici rien de nouveau depuis ma dernière
lettre; mais le duc de Raguse m'écrit qu'il a l'intention de se porter
sur le Tage et de commencer son mouvement au 1er juin. J'aurais beaucoup
désiré avoir des moyens suffisants pour l'appuyer dans son mouvement,
que je regarde comme très-précipité, quels que soient les événements de
l'Estramadure. Le duc de Raguse ne peut agir que dans la direction
d'Almaraz. Il n'a point assez de force et de moyens pour agir sur
Alcantara. J'ai vu cette armée de près; ses chevaux d'artillerie sont
dans le plus pitoyable état; le duc de Raguse ne peut pas réunir
vingt-cinq mille baïonnettes. Je sais tout ce que doivent avoir de
pénible pour l'Empereur et de désagréable pour moi toutes ces vérités;
mais, si le duc de Raguse, trop confiant dans ses moyens, fait une
mauvaise opération, il sera forcé de revenir au point d'où il sera
parti; il aura fini d'épuiser toutes ses ressources, et son armée sera
paralysée pour tout le reste de la campagne. Il n'a point de magasins.
Je viens de lui écrire pour qu'il m'envoyât des cadres de dépôts pour
son armée; j'ai trois ou quatre mille hommes de son armée dans les
hôpitaux ou convalescents. Votre Altesse sentira de quelle importance il
est qu'en sortant ces hommes ne soient pas abandonnés à eux-mêmes, et
qu'il y ait des officiers, des sergents et des caporaux pour les
recevoir et les conduire à leur destination quand ils seront rétablis.

«Je désire que Votre Altesse prenne en considération ce que j'ai eu
l'honneur de lui écrire sur la situation de ce pays. Je ne crains point
les événements militaires; nous pouvons les prévenir et les faire
tourner à notre avantage; mais il est des circonstances où il faut
savoir temporiser pour se ménager les moyens d'agir et de prendre
l'offensive. Comment l'armée de Portugal peut-elle agir offensivement?
elle n'a aucun moyen de transport; elle n'a pas de quoi atteler quinze
pièces de canon; si elle en attelle davantage, elle sera forcée de les
laisser. Plus tard, tous ses chevaux seraient rétablis, sa cavalerie en
état; j'aurai mis la Navarre â la raison; j'aurai rejeté dans la Galice
ce qu'il y a devant le général Seras, et aurai dégagé le général Bonnet;
et alors il me serait sans doute possible de réunir huit ou dix mille
hommes et d'appuyer le duc de Raguse. Si le duc de Raguse se porte sur
le Tage, Ciudad-Rodrigo va être livré à lui-même. Dans la situation
actuelle des affaires dans le nord de l'Espagne, je ne puis point
disposer d'un régiment pour m'opposer aux tentatives que l'ennemi ferait
sur cette place, car je pense bien qu'avant tout l'essentiel est le
Nord, la côte, les communications et les points qui avoisinent la
France. Dans un moment où il s'agissait d'empêcher les Anglais de
s'emparer d'Almeida, je n'ai pu amener de l'infanterie au prince
d'Essling. Je le puis encore bien moins aujourd'hui, à cause des
mouvements de l'ennemi, de la force des quadrilles sur tous les points,
de la consistance de Mina et de la situation des esprits dans cette
province.

«Il faut renoncer à administrer ce pays comme l'Empereur l'avait
ordonné. La présence de deux armées dans le sixième et le septième
gouvernement ne permettra aucun plan fixe d'administration. Tant que
l'armée de Portugal sera sur le territoire d'Espagne, et jusqu'à ce que
cette armée ait les moyens de reprendre sa conquête (ce qui ne peut être
de longtemps), il faut qu'elle ait des ressources qu'elle ne peut
trouver que dans le sixième gouvernement; il faut même qu'il lui soit
uniquement affecté. Le cinquième, le troisième et la quatrième peuvent
seuls être administrés comme l'entend l'Empereur, et, pour en avoir
bientôt fini avec la Navarre, il serait nécessaire d'y envoyer trois ou
quatre mille hommes de plus.

«Je prie Votre Altesse de peser toutes mes réflexions; elles sont le
résultat d'un long et mûr examen et de la connaissance que j'ai de la
situation de ce pays.

«Je suis avec respect, etc.

«_Signé_, LE MARÉCHAL DUC D'ISTRIE.»



SOULT AU MARÉCHAL MARMONT.

«Llerena, le 27 mai 1811.

«M. le capitaine Fabvier, votre aide de camp, m'a remis la lettre que
vous m'avez fait l'honneur de m'écrire de Salamanque le 16 de ce mois.
Je me suis entretenu avec lui de l'état des affaires dans le midi de
l'Espagne, particulièrement en Estramadure, et je lui ai fait concevoir
la nécessité indispensable que l'armée de Portugal marche au plus tôt en
son entier vers la Guadiana, dans l'objet de nous réunir, de livrer
bataille aux ennemis et de sauver Badajoz. C'est avec une bien grande
satisfaction que j'ai reçu de M. Fabvier l'assurance que vous étiez
disposé à prendre en conséquence des dispositions, et que votre projet
était de vous mettre, pour cet effet, en marche dans les premiers jours
de juin; vous voulez bien aussi me le confirmer par votre lettre.

«Je suis d'autant plus sensible à la démarche que vous avez faite,
qu'elle est la première communication directe que j'aie eue de l'armée
de Portugal depuis qu'elle existe, et que j'y reconnais la détermination
prononcée de concourir, avec tous les moyens dont vous pouvez disposer,
aux succès des armes de Sa Majesté l'Empereur, quel que soit le théâtre.
Ainsi je ne crains pas de trop hasarder en vous proposant de ne laisser
qu'une garnison suffisante à Ciudad-Rodrigo et de marcher avec toute
votre armée sur la Guadiana, dans la direction de Merida ou de Badajoz.
Dans les premiers jours de juin, je me porterai moi-même sur Merida, où
je compte rallier les troupes que le général Drouet conduit à l'armée du
Midi, avoir des nouvelles de votre marche, et opérer notre jonction.
Lorsque nous serons réunis, nous conviendrons des mouvements ultérieurs
qui devront être faits, dont l'objet sera de livrer bataille aux ennemis
et de sauver Badajoz. Il n'y a pas un instant à perdre pour obtenir ce
dernier résultat.

«Je ne pense pas que vous puissiez rien compromettre en laissant pendant
quelque temps Ciudad-Rodrigo livré à ses propres forces, d'autant plus
que M. le maréchal duc d'Istrie sera sans doute disposé à former un
corps pour contenir les détachements que le général ennemi pourra
engager dans cette direction, et que, d'ailleurs, il est vraisemblable
qu'aussitôt que les ennemis auront connaissance de votre mouvement ils
s'empresseront de porter leurs forces vers le Midi; mais vous pouvez les
prévenir par la rapidité de votre marche, et la place de Badajoz peut
être dégagée par la seule impulsion de votre mouvement avant que lord
Wellington ait pu joindre, sur la rive gauche de la Guadiana, le général
Beresford. Alors les succès de la campagne sont assurés, quelles que
soient les dispositions et les forces des ennemis.

«J'ai envoyé ordre au général Drouet de presser sa marche et de se
diriger sur Medellin dans le cas où il ne pourrait pas arriver à Merida
(ce qui ne me paraît pas vraisemblable). Si, par événement, ce général
se trouvait encore en arrière, je vous serai très-obligé, monsieur le
maréchal, de lui enjoindre de la manière la plus formelle de se
conformer aux dispositions que je viens d'énoncer.

«Le 16 de ce mois, j'ai livré bataille aux ennemis à la Albuhera. Cette
affaire serait pour nous d'un grand avantage; nous pourrions même la
considérer comme une victoire signalée[4] si Badajoz, qui en était le
but, eût été dégagé; mais je n'ai pu y parvenir. Les ennemis ont perdu,
de leur aveu, sept mille hommes, dont quatre mille cinq cents Anglais.
Nous leur avons fait mille prisonniers, pris six drapeaux et cinq pièces
de canon. Les 3e, 31e, 48e et 66e régiments ont été à peu près détruits.
Depuis je manoeuvre en Estramadure, et je n'ai cessé d'offrir le combat
aux ennemis. Leur circonspection les a tenus jusqu'à présent à une
distance respectueuse; mais je ne suis pas assez fort pour engager à moi
seul une nouvelle affaire sous les murs de Badajoz, d'autant plus que lu
gauche de mon armée se trouve engagée contre celle de l'ennemi, qui
vient de Murcie, et que j'ai toujours à craindre du côté de Cadix et de
Gibraltar, le dois donc compter sur le concours efficace de l'armée de
Portugal, que vous voulez bien m'offrir. J'ai l'espoir que je ne serai
pas trompé dans mon attente.

[Note 4: Excellente plaisanterie, que de représenter comme une
victoire signalée une bataille offensive dont le but, celui de bloquer
une place, n'a pu être atteint! Sublime inspiration qui c'est renouvelée
depuis, quand le maréchal duc de Dalmatie à essayé de faire passer aussi
pour une victoire la bataille défensive de Toulouse, où il a été chassé
d'une position qui semblait et aurait dû être inexpugnable! (LE DUC DE
RAGUSE.)]

«Il me tarde beaucoup, monsieur le maréchal, que notre réunion soit
opérée, et que nous puissions convenir des dispositions que l'un et
l'autre nous devons exécuter pour que les intentions de l'Empereur
soient remplies et le succès de ses armes assuré. Aussitôt que je serai
instruit de votre marche, j'irai à votre rencontre.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 27 mai 1811.

«Je vous envoie, monsieur le duc de Raguse, divers numéros du
_Moniteur_, parmi lesquels il s'en trouve plusieurs qui contiennent des
nouvelles d'Espagne.

«Ainsi que je vous l'ai déjà mandé, monsieur le maréchal, l'Empereur me
charge de vous faire connaître de nouveau que vous avez un entier
pouvoir pour réorganiser votre armée, en former six ou sept divisions,
et renvoyer les généraux que vous ne jugeriez pas convenable de garder.
Vous pouvez prendre les colonels en second du corps du général Drouet,
pour leur donner le commandement des régiments vacants, en choisissant
des officiers vigoureux. Vous devez renvoyer les administrations que
vous jugeriez inutiles, et concentrer votre armée dans la main.

«Il y a beaucoup de mulets dans la province de Salamanque et sur vos
derrières; faites lever tous ces mulets pour rétablir vos attelages. Le
maréchal duc d'Istrie a l'ordre de vous seconder de tous ses moyens et
de vous donner même tout ce qu'il pourra tirer de la garde impériale;
et, indépendamment de cela, des marchés sont passés pour l'achat à
Bayonne de quatre mille mulets de bât et du train d'artillerie, mais il
faudra nécessairement du temps pour cette opération.

«L'Empereur, monsieur le duc, vous recommande de bien reformer votre
armée et de livrer bataille aux Anglais s'ils se portent sur
Ciudad-Rodrigo; dans ce cas, le duc d'Istrie pourra vous renforcer d'une
division d'infanterie de dix mille hommes de la garde impériale.--Annoncez
la prochaine arrivée de l'Empereur et votre marche sur Lisbonne aussitôt
que la récolte sera faite.»



LE DUC D'ISTRIE AU MARÉCHAL MARMONT.

«Valladolid, le 1er juin 1811.

«Je reçois votre lettre du 30. Vos dispositions sont parfaites, et je
vous en fais mon compliment de tout mon coeur. Je vais me mettre à même
de vous appuyer au besoin. Je vous prie de m'écrire le plus souvent
possible: personne ne prendra plus de part à votre marche et à vos
succès que moi.

«J'ai envoyé cette nuit l'ordre au général Roguet de rentrer. Je vais
porter une partie de la cavalerie sur Salamanque et m'échelonner de
manière à pouvoir me mettre en marche au premier avis que vous m'en
donnerez.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

Paris, le 3 juin 1811.

«L'Empereur me charge de vous faire connaître, monsieur le maréchal,
qu'il est nécessaire que votre artillerie soit bien remontée et bien
approvisionnée avant de faire aucun mouvement important; qu'il faut quel
vous ayez au moins soixante pièces de canon attelées, avec leur
approvisionnement, et que votre armée soit parfaitement reposée et
réorganisée.

«Vous êtes autorisé à donner l'ordre au duc d'Abrantès, et à tous les
généraux qui ne vous conviendraient pas, de rentrer en France. Enfin,
monsieur le maréchal, vous devra arranger votre armée de manière qu'elle
soit parfaitement dans votre main et que vous n'éprouviez aucun
obstacle.

«Indépendamment de la brigade du général Wathier, M. le maréchal duc
d'Istrie a l'ordre de vous remettre cinq cents chevaux d'artillerie et
de lever tous les mulets qu'il sera possible de trouver.

«Rappelez tous les détachements de votre armée qui se trouvent isolés
dans les villes du sixième et du septième gouvernement. Des troupes
doivent remplacer incessamment, dans la Biscaye et dans la Navarre, les
régiments provisoires et de marche qui s'y trouvent et qui sont composés
d'hommes appartenant à l'armée de Portugal; vous vous trouverez par là
obtenir une augmentation d'environ neuf mille hommes. Deux mille chevaux
d'artillerie sont en mouvement pour se rendre à Bayonne, et quatre mille
hommes de cavalerie appartenant à votre armée vont incessamment vous
rejoindre.

«L'Empereur aurait désiré, monsieur le maréchal, avoir l'état de
situation de l'armée de Portugal. J'ai reçu le petit état d'organisation
que vous m'avez envoyé, mais qui ne contient aucune force ni même
l'indication des bataillons et escadrons. Témoignez à votre chef
d'état-major combien l'Empereur est impatient d'avoir ces états, et
prescrivez-lui la plus grande exactitude à me les envoyer aux époques
prescrites. Sa Majesté s'occupe essentiellement de son armée de
Portugal, et je suis dans l'impossibilité de lui en présenter la
situation récente.»



NOTE DU DUC DE RAGUSE SUR LA CORRESPONDANCE DU DUC D'ISTRIE ET DU MAJOR
GÉNÉRAL.

Quelques mots d'abord sur les lettres du maréchal duc d'Istrie,
commandant l'armée du nord de l'Espagne, lettres que l'on vient de lire
tout à l'heure. Les deux premières me sont adressées, la dernière est la
copie de celle qu'il écrit au prince de Neufchâtel. Il est difficile de
peindre d'une manière plus exacte l'état déplorable dans lequel j'ai
trouvé l'armée quand j'en ai pris le commandement. Ce que je dis dans le
texte de mes _Mémoires_ est donc corroboré par le récit d'une personne
étrangère qui était en situation de voir et de juger, et dont l'intérêt
se trouvait plutôt à embellir ma position qu'à en exagérer la misère,
afin d'être dispensé de m'envoyer une partie des secours qu'il avait
l'ordre de me faire passer. Mon récit est encore corroboré par la
crainte extrême que le duc d'Istrie éprouvait de me voir exécuter
l'opération que je méditais. Il n'est peut-être pas sans quelque mérite
d'avoir trouvé le moyen de donner si promptement de la consistance et de
la valeur aux débris qui m'avaient été confiés, et d'être parvenu à
pouvoir opérer avec eux, si peu de moments après leur retour en Espagne.
On peut voir par la lettre du major général, du 3 juin, que les ordres
de l'Empereur, loin d'être impératifs pour agir, étaient bien plutôt
restrictifs, puisqu'il me recommandait de ne pas faire de mouvements
importants avant d'avoir soixante pièces de canon attelées et
approvisionnées. Je n'en avais que trente-six; mon infanterie ne
s'élevait pas au delà de vingt-cinq mille hommes; ma cavalerie n'était
remontée qu'en partie; mais la confiance était revenue, l'esprit de
l'armée était régénéré et le caractère de chacun était retrempé. M. le
lieutenant-colonel Napier, dans son très-médiocre ouvrage sur les
campagnes de la Péninsule, où l'erreur des faits et le défaut de
sincérité le disputent à l'ignorance des règles élémentaires du métier,
a donc eu tort de dire que le mouvement opéré dans le Midi par l'armée
de Portugal, dont l'effet a été la délivrance de Badajoz, m'avait été
ordonné. Le mérite en appartient tout entier à moi seul, et le succès
était indispensable, puisque cette marche avait été exécutée en
opposition avec les instructions reçues.

Le mouvement sur Badajoz m'a paru le seul qui pût sauver cette place. Il
était commandé par l'intérêt de la gloire de nos armes. J'ai eu la
conviction que son exécution était possible, et je me suis décidé à
l'entreprendre; le duc de Dalmatie le réclamait avec raison; j'ai
entendu sa voix; et, quoique mes intérêts d'amour-propre fussent en jeu,
je n'ai pas pensé un seul jour à le différer. J'ai été bien aise de
saisir la première occasion de montrer que des considérations de cette
nature ne doivent jamais intervenir quand il s'agit du bien de son
propre pays et de sa gloire, exemple que, plus tard, j'ai reconnu avec
douleur avoir donné en vain.

Je ne discuterai pas ici les ridicules propositions du duc d'Istrie,
consistant à occuper la tête de pont d'Almaraz sur le Tage, à placer une
division à Bejar et à Baños, et à tenir le reste de l'armée réuni à
Salamanque et Alba-sur-Tormès. Il était absurde de penser que de
semblables dispositions, prises à soixante lieues de Badajoz, eussent pu
ralentir d'un seul jour les opérations commencées contre cette place.

Mes combinaisons ont été telles, que les craintes et les alarmes si
vives du maréchal duc d'Istrie se sont changées complétement en
confiance quand le mouvement s'exécuta, ainsi qu'on le voit en lisant sa
lettre du 1er juin, où il me félicite de mes dispositions et de la
résolution que j'ai prise et dont commence l'exécution.

_Signé_: LE MARÉCHAL DUC DE RAGUSE.



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 17 juin 1811.

«J'ai mis sous les yeux de l'Empereur, monsieur le duc, votre lettre
chiffrée du 31 mai.

«Sa Majesté a vu avec peine que vous ayez gardé une grande quantité
d'hommes à pied du train d'artillerie, Sa Majesté ayant fait diriger sur
Bayonne beaucoup de chevaux d'artillerie. Je vous prescris qu'aussitôt
la réception du présent ordre vous ayez à faire partir tous les hommes à
pied du train d'artillerie, que vous avez gardés, et que vous les
dirigiez sur Bayonne.

«Sa Majesté a vu aussi avec peine que vous n'ayez mené que trente-six
pièces de canon. Il vous en eût fallu soixante, ce qu'elle croyait
possible, avec les cinq cents chevaux que vous avez dû recevoir de la
garde, et qui lui sont remplacés par cinq cents autres. A la fin de
juillet, mille chevaux d'artillerie, avec les munitions qui vous sont
nécessaires, passeront la Bidassoa; mais, je vous le répète, l'Empereur
ordonne que tous les hommes à pied du train, que vous avez conservés,
soient envoyés tout de suite à Bayonne. Quand vous serez sur le Tage,
l'intention de l'Empereur est que vous frappiez des réquisitions dans
les provinces d'Avila, de Talavera et de Truxillo, même dans la Manche,
pour former vos magasins. Vous ne devez pas employer l'argent de la
solde à acheter des vivres. Si Alcantara est susceptible d'être mis en
état de défense, cela serait avantageux.

«Madrid étant abondamment pourvu d'approvisionnements de guerre, vous
pourriez de là compléter l'approvisionnement de vos munitions, à raison
de douze pièces par division et de douze obusiers en réserve. Tout est
en mouvement pour diriger de grandes forces en Espagne. Sa Majesté
attend avec la plus grande impatience l'état de situation de votre
armée.

«A Saintes est établi un dépôt pour les dragons; à Niort, un pour la
cavalerie légère; à Auch, pour le train d'artillerie; à Pau, pour les
équipages militaires; il arrive dans ces dépôts des chevaux, des selles,
des harnais et tout ce qu'il faut pour remonter les hommes à pied; à
mesure que vous en aurez de démontés, renvoyez-les à Bayonne, d'où ils
seront dirigés sur les dépôts.»



LE MARÉCHAL MARMONT AU MAJOR GÉNÉRAL.

Badajoz, 21 juin 1811.

«Je viens de rendre compte à Votre Altesse Sérénissime de la levée du
siége de Badajoz et de la retraite de l'ennemi en Portugal. Je vais
aujourd'hui, conjointement avec M. le duc de Dalmatie, faire une
reconnaissance sur Elvas et Campo-Maior. Si, comme tout l'annonce,
l'ennemi a renoncé à toute espèce de projets sur l'Estramadure, je
repasserai le Tage, sans retard, avec la plus grande partie de l'armée
et ferai prendre des cantonnements dans les montagnes sur le Tietar et
sur le Terté, occupant Baños et Bejar, et j'aurai mes avant-postes dans
la Sierra de Gata, qui m'approcheront de Rodrigo, et à Coria, qui
m'instruiront de ce qui se passe dans la vallée du Tage. Je laisserai
une division à Truxillo pour observer Badajoz et me mettre en
communication avec l'armée du Midi. Je vais faire mettre en bon état de
défense le passage du Tage à Lugar-Nuevo, près d'Almaraz. Ce poste sera
un de mes principaux dépôts de vivres et de munitions. Les instructions
générales données aux troupes, en cas d'attaque de l'ennemi, seront,
pour celles de la rive gauche, de repasser le Tage, et pour celles de la
rive droite de repasser le Tietar, sur lequel je vais faire construire
une bonne tête de pont. J'établirai mon quartier général aux environs de
Navalmoral, et je me trouverai ainsi en mesure de me porter également,
soit sur Rodrigo, soit sur Badajoz. Les troupes, cantonnées dans ces
pays sains, passeront ainsi l'époque des grandes chaleurs.

«Mon intention est de mettre à profit ce temps de repos pour réorganiser
complétement l'armée et la mettre le mieux possible en état d'exécuter
les ordres de Sa Majesté, rétablir une bonne discipline, former des
magasins sans lesquels il est impossible ici de faire aucune espèce de
bonne opération; enfin, tout en faisant reposer les troupes qui en ont
un extrême besoin, les faire exercer et les mettre à même de rentrer en
campagne avec tous leurs avantages.

«Lorsque l'armée de Portugal aura passé ainsi six semaines ou deux mois,
et aura reçu quelques recrues et les chevaux de cavalerie, d'artillerie
et d'équipages qui lui manquent, et si son bon esprit est soutenu par
quelques récompenses, il n'y a rien que Sa Majesté ne puisse exiger
d'elle et qu'elle ne puisse exécuter.

«Tels sont, monseigneur, mes projets, de l'exécution desquels je vais
m'occuper; mais, pour le faire avec fruit, il est nécessaire que Sa
Majesté fasse connaître quelles sont les ressources qu'elle attribue à
l'entretien de l'armée de Portugal. Il est indispensable, ou qu'il soit
fait des fonds réguliers et fixes pour faire face à toutes les dépenses
de l'administration, ou qu'on détermine le territoire dont les produits
lui seront affectés et le mode d'après lequel il en sera disposé. Il est
impossible de continuer, sans les inconvénients les plus graves, à
vivre, comme on l'a fait jusqu'ici, de réquisitions. Ce système, qui
laisse un arbitraire immense et qui est subversif de tout ordre, est
tout à fait impraticable à la longue, lorsqu'une armée est stationnaire;
car, comme les réquisitions nécessitent toujours l'emploi de la force,
elles ne peuvent se faire qu'à une petite distance, et alors la totalité
des ressources d'un pays est bientôt épuisée. Il en résulte une
impossibilité absolue de vivre, à moins d'une dispersion totale de
l'armée, et l'armée n'est plus en état d'agir. Indépendamment de cela,
ce système, faisant naître beaucoup de désordres, entraîne presque
toujours une double consommation. C'est par suite de ce système que les
provinces de Salamanque et de l'Estramadure sont ravagées et que les
deux tiers de ces pays sont incultes. Si, au contraire, on paye tout, on
a sans violence et sans l'emploi de la force des moyens de subsistance
suffisants, et l'Empereur n'y perd rien puisqu'on peut établir des
impôts en conséquence; car, en supposant que la charge fût trop forte,
elle serait au moins plus supportable, puisque tout le monde y
contribuerait, tandis que, par les réquisitions, elle est soutenue par
un petit nombre d'individus. C'est ainsi que l'Andalousie est toujours
dans un ordre parfait, parce que, depuis un an, le système des
réquisitions y a cessé. Mais, indépendamment des subsistances, il y a
d'autres dépenses de l'armée qui exigent de l'argent comptant: celles de
l'artillerie, celles du génie, des hôpitaux, les traitements
extraordinaires accordés par l'Empereur, etc.; il faut donc, ou que Sa
Majesté accorde des fonds réguliers versés dans la caisse de l'armée
pour faire face aux dépenses de l'administration, ou qu'elle daigne
déterminer un territoire dont les impôts, étant versés dans cette
caisse, fassent face à ses besoins.

«Si Sa Majesté se décide pour ce dernier parti, il semblerait que le
territoire naturel à donner aujourd'hui à l'armée de Portugal serait
celui de l'armée du Centre, en laissant toutefois dans cet
arrondissement, et aux ordres du général de l'armée de Portugal, les
troupes qui s'y trouvent pour les garnisons et la police du pays, afin
de laisser toujours l'armée de Portugal entièrement disponible. Si Sa
Majesté adopte cette proposition, il est possible qu'elle trouve à
propos de soumettre Madrid à un système particulier; mais, dans ce cas,
il serait encore nécessaire que l'armée de Portugal pût en tirer des
ressources; car une grande armée ne peut pas se passer d'une grande
ville. Votre Altesse appréciera sans doute combien l'intérêt de Sa
Majesté est qu'on centralise, autant que possible, l'autorité sur la
frontière faisant face aux Anglais, car le peu d'ensemble qui y règne
doit, à la longue, produire les plus funestes effets. Si, étant à
Salamanque, le pays qui pouvait m'aider et me secourir eût été sous mes
ordres, j'aurais pu commencer mon mouvement cinq ou six jours plus tôt.
Il est possible que le retard qui a eu lieu eût pu occasionner la perte
de Badajoz, dont la prise aurait mis en feu tout le midi de l'Espagne.
Si j'eusse commandé à Madrid, j'aurais trouvé un pont à Almaraz; j'y
aurais trouvé huit cent mille rations de vivres qui étaient nécessaires
à mon mouvement; et les promesses faites se seraient accomplies, tandis
qu'elles se sont trouvées jusqu'ici sans effet. Jusqu'ici l'Espagne n'a
pas été pour l'armée française le pays de l'union et de la concorde, et
cependant ce n'est que par l'ensemble dans les opérations que l'on
pourra rapidement mener à une bonne conclusion toutes les affaires de Sa
Majesté. Lord Wellington a ici un grand avantage; tout ce qui doit
contribuer à ses opérations lui est subordonné: ainsi tout part d'un
même principe, conduit vers un même but et marche avec méthode.

«Telles sont, monseigneur, les réflexions que l'intérêt du service de
l'Empereur m'a suggérées; je vous prie de les soumettre à Sa Majesté, et
de me faire connaître ses ordres.

«Le capitaine Denis de Damrémont, mon aide de camp, qui aura l'honneur
de vous remettre ces dépêches, pourra donner à Votre Altesse, sur la
situation de l'armée, tous les renseignements qu'elle pourra désirer; je
prends la liberté de le recommander à vos bontés.»



LE MARÉCHAL SOULT AU MARÉCHAL MARMONT.

«Séville, le 2 juillet 1811.

«Il était très-urgent que j'arrivasse à Séville; les corps espagnols,
commandés par Blake et par Balleysteros, qui sont descendus de
l'Estramadure, menaçaient déjà cette ville, où on n'était point en
mesure de se défendre. D'autre part, j'ai ma gauche extrêmement engagée;
l'ennemi y fait des progrès, et peut-être en ce montent ai-je des corps
compromis, tandis que, sur mon centre, l'ennemi devient de jour en jour
plus entreprenant et augmente le corps qui agit dans les montagnes entre
Ronda, Algesiras et Gibraltar.

«Cette situation, qui est la conséquence naturelle des détachements que
j'ai dû faire pour secourir Badajoz, me force à presser la marche des
troupes que je fais venir de l'Estramadure, pour les mettre aussitôt en
campagne et tâcher de rétablir les affaires. Pour le moment, je n'en
retire cependant que celles dont j'ai eu l'honneur de faire part à Votre
Excellence; mais je dois la prévenir que, si elles étaient
insuffisantes, mon devoir m'obligerait à avoir recours au cinquième
corps et à la cavalerie commandée par M. le général Latour-Maubourg.
Alors Votre Excellence serait sans doute disposée à mettre l'armée de
Portugal en position de secourir au besoin Badajoz et d'empêcher les
ennemis de faire de nouvelles incursions en Estramadure.

«C'est au nom du service de l'Empereur que j'ai l'honneur de vous faire
cette proposition, en attendant que Sa Majesté ait déterminé
l'arrondissement de l'armée de Portugal, et que celle du Midi puisse se
renfermer dans ses limites, ou au moins que j'aie été renforcé par les
troupes de cette même armée que le général Belliard retient à Madrid
malgré les ordres exprès de l'Empereur.

«A ce sujet, je renouvelle à Votre Excellence la demande de vouloir bien
tenir une division d'avant-garde et de la cavalerie à Merida, afin que
nos communications soient bien établies, au moins jusqu'à ce que l'armée
anglaise ait pris un parti et que la place de Badajoz soit
réapprovisionnée.

«Je laisse, le cinquième corps et la cavalerie du général
Latour-Maubourg en Estramadure; je ne changerai la destination de cette
troupe qu'à la dernière extrémité; et, dans ce cas, Votre Excellence en
sera toujours prévenue à l'avance. Mais, je le répète, il n'est pas en
mon pouvoir de me défaire des ennemis que j'ai en ce moment à combattre
sans le concours de ces troupes; et, pour cela, il vous paraîtra sans
doute raisonnable, monsieur le maréchal, que l'armée de Portugal
contribue, par sa présence sur la Guadiana, à les rendre en partie
disponibles et à contenir les ennemis, d'autant plus que je prends
l'engagement de remarcher moi-même avec vingt mille hommes en
Estramadure si les ennemis cherchaient de nouveau à y pénétrer en armes,
afin d'y seconder les opérations de Votre Excellence, et même d'y
rétablir auparavant un gros corps d'observation sitôt que j'aurai
terminé les affaires de l'Andalousie.

«L'intérêt que vous portez au service de l'Empereur et l'empressement
que vous avez mis, monsieur le maréchal, à venir au secours de l'armée
du Midi, lorsque, par suite de la diversion qu'elle avait faite en
faveur de l'armée de Portugal, sa droite s'est trouvée engagée, me
donnent l'assurance que vous accueillerez ma proposition et que même
vous jugerez devoir prendre des dispositions en conséquence, en
appréciant l'urgence des motifs qui me portent à renouveler ma demande.»



LE MARÉCHAL SOULT AU MARÉCHAL MARMONT.

«Séville, le 3 juillet 1811.

«J'ai l'honneur de vous adresser duplicata de la lettre qu'hier j'ai
écrite à Votre Excellence.

«L'état des affaires devenant de jour en jour plus embarrassant en
Andalousie, et me trouvant pressé sur tous les points par les ennemis,
je suis dans l'impérieuse nécessité d'appeler encore une division du
cinquième corps et la division de dragons commandée par le général
Latour-Maubourg. Je ne puis pour le moment laisser en Estramadure qu'une
division d'infanterie et quatre régiments de cavalerie légère aux ordres
de M. le général comte d'Erlon. Lorsque je me serai débarrassé des
ennemis qui m'accablent, je rétablirai en Estramadure le corps
d'observation dont nous sommes convenus.

«Plusieurs convois de subsistances et de poudre de guerre sont en route
pour Badajoz. Je donne l'ordre a M. le général comte d'Erlon de les y
faire entrer avant d'opérer son mouvement. Je pense aussi que, de son
côté, il aura pu faire rentrer quelque chose. Ainsi il devra y avoir à
Badajoz un approvisionnement de quelques mois.

«Ces considérations me portent à vous demander expressément, monsieur le
maréchal, de vouloir bien, jusqu'à ce que l'Empereur ait fait connaître
ses intentions, tenir l'armée de Portugal entre le Tage et la Guadiana,
ayant son avant-garde à Merida, afin de pouvoir, au besoin, secourir
Badajoz, et d'empêcher que l'armée anglaise pénètre de nouveau en
Estramadure, et compromette ainsi la droite de l'armée du Midi.

«Je fonde ma proposition sur une instruction du prince major général que
j'ai retrouvée à Séville, laquelle dit expressément que l'armée
impériale de Portugal est chargée d'observer l'armée anglaise et de
l'empêcher de faire des progrès en Espagne. Je m'appuie aussi de la
considération que j'ai déjà exposée de la nécessité de rendre les
troupes de l'armée du Midi disponibles pour agir contre les corps
ennemis qui, en ce moment, l'attaquent de toute part.

«J'ai l'honneur de prier Votre Excellence de vouloir bien me communiquer
les dispositions qu'en conséquence elle jugera à propos de prendre.

«J'ai l'honneur de lui faire part que, depuis quelques jours, on
remarque de très-grands mouvements dans l'escadre anglaise qui est en
baie de Cadix. Le 30, on a vu paraître, à la hauteur de Rota, une flotte
ennemie de quarante et une voiles, dont quinze vaisseaux de haut bord,
plusieurs à trois ponts, venant de l'ouest et faisant voile pour le
détroit. On disait à Cadix que l'escadre impériale de Toulon était
sortie.»



LE MARÉCHAL MARMONT AU MARÉCHAL SOULT.

«Merida, le 6 juillet 1811.

«Je reçois la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 2
juillet. L'armée de Portugal n'a jamais eu à combattre la totalité de
l'armée anglaise, car une division en a toujours été détachée sur cette
frontière; elle n'a jamais été chargée non plus d'une portion de l'armée
espagnole lorsqu'elle était dans toute sa force. Ce n'est point avec
l'affaiblissement en hommes et en moyens, qu'elle a éprouvé, qu'elle
peut changer de rôle aujourd'hui et tenir tête aux armées anglaise et
portugaise réunies et augmentées des forces de Castaños.

«Le cinquième corps a toujours été considéré par Sa Majesté comme devant
concourir aux opérations générales de l'armée de Portugal, et, de fait,
il y a toujours été employé. Je m'empresse donc de vous annoncer, d'une
manière bien formelle, que, le jour ou vous rappellerez le cinquième
corps et la cavalerie, l'armée de Portugal repassera le Tage, et qu'elle
ne marchera de nouveau au secours de Badajoz que lorsque les forces
disponibles de l'armée du Midi auront débouché des montagnes. Si, au
contraire, le cinquième corps et la cavalerie continuent à rester en
Estramadure, l'armée de Portugal gardera les positions que je vous ai
annoncé qu'elle allait prendre, et sera en communication avec l'armée du
Midi et toujours prête à venir à son secours. La position de l'armée de
Portugal n'est pas telle en Estramadure, qu'elle puisse stationner sur
la Guadiana avec des forces inférieures, parce qu'elle a une mauvaise
communication, impossible à défendre, et qu'un seul revers pourrait
causer sa perte. Les troupes de l'armée du Midi, au contraire, ont une
communication que rien ne peut compromettre, et, en se retirant devant
un ennemi supérieur, elles arrivent dans de fortes positions, et
s'approchent de leurs magasins, de leurs ressources et de leur réserve.
C'est donc pour éviter cette équivoque que je me hâte de vous écrire
cette lettre. Rien ne pourrait modifier les résolutions qu'elle
contient, parce qu'elles sont fondées sur des calculs raisonnables et
sur les véritables intérêts du service de l'Empereur. J'en envoie, au
surplus, une copie au prince major général, avec prière de la mettre
sous les yeux de Sa Majesté.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

Paris, le 10 juillet 1811.

«L'Empereur, monsieur le duc, me charge de vous témoigner sa
satisfaction du mouvement que vous avez opéré sur Badajoz et de son
résultat. L'intention de Sa Majesté, monsieur le maréchal, est que la
province de l'Estramadure, depuis Merida, Medellin, et toute la rive
droite de la Guadiana, soit sous vos ordres, sans comprendre toutefois
Badajoz ni un rayon à sept ou huit lieues autour de cette place, qui
continueraient à faire partie de l'armée du Midi. L'intention de
l'Empereur est également que la province de Talavera, celles de Tolède,
Placencia et Avila, soient immédiatement sous vos ordres, ayant soin de
rendre compte au roi de ce qui se passera dans ces provinces; mais vous
devez employer les contributions de ces provinces et toutes leurs
ressources pour fournir à votre armée tout ce dont elle pourra avoir
besoin. Ainsi donc, monsieur le duc, Tolède, Talavera, Placencia, Avila,
Coria et la province de Ciudad-Rodrigo font partie de votre
commandement, pour en tirer, je vous le répète, les contributions, les
subsistances et les moyens de toute espèce dont votre armée peut avoir
besoin. Le roi, qui est à Madrid et commande l'armée du Centre, vous
enverra de sa capitale, de Ségovie et de la Manche, tout ce qu'il
pourra.

«Le maréchal duc d'Istrie a dû vous envoyer cinq cents chevaux
d'artillerie de la garde. Vous trouverez, ci-joint l'état des troupes
qui sont en marche pour vous rejoindre. Par ces moyens, vous verrez que
votre artillerie et votre cavalerie seront bientôt en état.

«L'Empereur vous ordonne, monsieur le duc, d'exécuter l'ordre que vous
avez déjà reçu plusieurs fois d'envoyer à Bayonne les hommes à pied,
soit de cavalerie, soit du train d'artillerie ou des équipages
militaires. L'Empereur a formé, dans les départements du midi de la
France, des dépôts où il y a des chevaux, des équipements et tout ce qui
est nécessaire pour remonter promptement ces hommes.

«Votre artillerie, comme je vous l'ai dit, doit être de
quatre-vingt-quatre bouches à feu. Le matériel existe à Ciudad-Rodrigo
et à Madrid; le personnel est à votre armée; les chevaux nécessaires
pour le train vous arrivent: il ne vous reste donc rien à désirer.

«Il a été envoyé à l'armée de Portugal, jusqu'à ce jour, neuf millions
cinq cent mille francs, et il part un sixième convoi, du 13 au 15
juillet, qui vous porte quatre millions.

«Le ministre de la guerre a l'ordre de mettre à votre disposition cent
mille francs pour le génie, cent mille francs pour l'artillerie, cent
mille francs pour vos dépenses extraordinaires, et ce qui aurait été
déjà dépensé pour ces trois services sera imputé et régularisé sur ces
sommes.

«Je dois vous faire observer, monsieur le duc, que, dans l'état
d'agitation et de trouble dans lequel se trouve l'Espagne, elle ne peut
être administrée que militairement. Faites payer fortement le pays et
établissez le plus grand ordre; empêchez les vols et gaspillages de
toute espèce. J'écris au roi pour qu'il vous envoie un million de
rations de biscuit. De votre côté, vous devez profiter du moment de la
récolte pour former de grands magasins à Truxillo, Placencia, Talavera,
etc.

«Après vous avoir félicité sur votre mouvement, Sa Majesté me charge de
vous dire qu'elle est très-mécontente que vous n'ayez pas encore envoyé
l'état de situation de votre armée. Prenez donc à l'avenir des mesures
pour que tout marche ensemble. L'Empereur a besoin de connaître, dans
les plus petits détails, la situation de ses armées pour les commander.

«Sur l'état joint à cette lettre, vous verrez que le général
Vandermaesen réunit à Burgos une division de huit cent cinquante hommes
de cavalerie et de six mille hommes d'infanterie, qui partiront vers les
quinze premiers jours d'août. Vous y verrez aussi les détachements
partis avec le roi et ceux qui partiront avec le sixième convoi de
fonds. Vous recevrez ainsi un renfort de six mille cinq cent huit hommes
d'infanterie, huit cent cinquante-quatre hommes de cavalerie, et de onze
cent quarante chevaux d'artillerie.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 10 juillet 1811.

«L'Empereur, monsieur le due de Raguse, me charge de vous parler de vos
relations avec le roi.

«Les provinces de Tolède, d'Avila et de Talavera étant distraites de
l'armée du Centre, pour vous servir à en tirer les contributions et les
autres ressources nécessaires aux besoins de votre armée, vous devez
vous entendre avec le roi et lui adresser l'état des contributions et
des objets de toute espèce que vous emploierez pour votre armée. Vous
lui en ferez connaître l'emploi et vous m'enverrez les mêmes comptes.

«Les agents du roi doivent continuer leurs fonctions, la justice doit
être rendue au nom de Sa Majesté Catholique; les agents de
l'administration et les membres du clergé seront nommés par elle. Vous
devez rendre compte au roi des opérations administratives, y mettre le
plus grand ordre, de manière à ce que les agents espagnols aient la
conviction qu'il n'y a rien de soustrait dans les deniers publics.
Correspondez avec le roi sur les événements militaires afin qu'au besoin
il puisse vous soutenir avec ce qu'il aura de disponible. De son côté,
Sa Majesté Catholique vous fera connaître ce qui pourra vous intéresser.

«L'Empereur, monsieur le duc, désire que le roi aille passer la revue de
votre armée; cela l'intéressera davantage pour subvenir à vos besoins.
Sa Majesté Catholique aura les honneurs du commandement, mais c'est
vous, monsieur le maréchal, qui commandez et qui répondez à l'Empereur
des événements. Vous sentirez assez tous les avantages que vous
retirerez de ce que le roi soit bien accueilli à votre armée; cela fera
un bon effet moral parmi les Espagnols et portera Sa Majesté à vous
seconder de tous ses moyens pour contribuer à vos succès.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«10 juillet 1811.

«L'Empereur, monsieur le duc, après avoir lu vos dernières dépêches, me
charge de vous faire connaître qu'une division ne suffit pas à Truxillo,
qu'il faut deux divisions, votre cavalerie et quinze pièces de canon.
Vous donnerez le commandement de ce corps, soit au général Régnier, soit
au général Montbrun. Vous devez tirer des vivres de Merida et Medellin,
et ne pas laisser l'ennemi s'y établir. Vous vous tiendrez en
correspondance immédiate avec Rodrigo et le cinquième corps d'armée. Le
reste de votre armée doit se placer à Almaraz, Talavera, Placencia et
sur les rives du Tage, pour se reposer et être en position de se réunir
promptement. Il faut établir un pont sur le Tage à Almaraz ou au point
de Szarovislas, où jadis il en a existé un. Vous devrez faire construire
le pont sur pilotis et y faire établir une double tête de pont, de
manière à avoir un ouvrage important sur le Tage et qui soit à l'abri
des incursions des guérillas et de tous autres partis. Vous pouvez faire
faire des ouvrages dans le genre de ceux que l'Empereur a faits au
Spielz, mais sur une petite échelle. Il faut occuper Alcantara, le
fortifier comme poste, ce qui donnera un autre pont sur le Tage et une
nouvelle communication directe avec Badajoz. Cet objet est de la plus
grande importance et deviendra très-avantageux lorsqu'on sera sur le
point d'opérer sur le Portugal, puisque d'Alcantara on aura un fort
dépôt qui servira d'appui. Les Anglais, qui avaient d'abord réparé
Almeida, l'ont fait sauter et raser en entier, dans le dessein de porter
la guerre dans le Midi. L'Empereur pense, monsieur le duc, qu'avant de
retourner sur le Tage vous vous serez assuré que les fortifications de
Badajoz sont réparées et la ville approvisionnée pour six mois. Cela
supposé, il reste à voir ce que fera le général anglais. Il ne paraît
pas probable qu'il veuille recommencer la campagne pendant la canicule,
et notamment la commencer par un siége dans la saison la plus malsaine
en Espagne. Si, contre toute probabilité, il le faisait, c'est, monsieur
le duc, au secours de l'Andalousie que vous devez marcher avec toute
votre armée. L'Empereur a donné le commandement de son armée du Nord au
général Dorsenne, et ce général sera bientôt en mesure de couvrir
Ciudad-Rodrigo et de présenter une forte colonne pour inquiéter l'ennemi
du côté de cette place et menacer le Portugal; il pourrait même, en cas
d'événement, réunir des forces assez nombreuses pour couvrir
Ciudad-Rodrigo. L'Empereur vous recommande de faire retrancher le col de
Baños, de manière à y maintenir un poste qui assure vos communications
avec l'armée du Nord. Aussitôt que l'armée du général Dorsenne sera plus
considérable, on le chargera entièrement de la province et de la place
de Rodrigo, ce qui pourra vraisemblablement avoir lieu vers le 15 août.
Alors l'armée du Nord aurait néanmoins un corps sur la Coa et l'armée de
Portugal garderait Alcantara et serait à cheval sur le Tage, ayant sa
gauche appuyée sur la Guadiana. L'armée du Midi occuperait Badajoz avec
un corps d'observation pour soutenir cette place. Dans cet état des
choses, monsieur le maréchal, si l'ennemi se portait sur Ciudad-Rodrigo
avec toutes ses forces, l'armée de Portugal marcherait au secours de
cette place, de concert avec l'armée du Nord, ce qui amènerait une force
de soixante-dix mille hommes sur Ciudad-Rodrigo.

«Si, ce qui est beaucoup plus probable, le général anglais marchait sur
Badajoz, l'armée de Portugal se porterait sur la Guadiana, se réunirait
à vingt-cinq mille hommes de l'armée du Midi, ce qui ferait
soixante-cinq mille hommes. Enfin, si l'armée ennemie débouchait sur
l'armée de Portugal par l'une ou l'autre rive du Tage, l'armée du Nord
pourrait envoyer au secours de l'armée de Portugal dix mille hommes,
l'armée du Midi quinze mille hommes, celle du centre six mille hommes,
ce qui ferait une réunion de plus de soixante-dix mille hommes, car,
avant que l'ennemi eût franchi l'espace depuis Alcantara ou Alfaiatès
jusqu'à Almaraz, l'armée de Portugal aurait eu le temps de recevoir tous
ses secours. Vous sentez, monsieur le duc, qu'on parle de ce projet pour
parler de tout, car les localités doivent faire considérer ce projet de
l'ennemi comme impraticable. Mais l'Empereur a voulu parcourir les
différentes chances afin de vous convaincre davantage que l'ennemi ne
peut plus avoir de but aujourd'hui que de se porter sur l'armée du Midi.
Sa Majesté désire donc que votre quartier général soit sur le Tage au
point le plus près de la Guadiana; que l'armée soit placée sur les deux
rives; que votre droite soit sur Placencia, au lieu d'y avoir votre
centre, parce qu'il est plus probable que l'armée de Portugal sera
obligée de se porter sur l'Andalousie que vers le Nord. Voilà pour la
défense.

«Quant à l'offensive, monsieur le maréchal, l'armée de Portugal ne peut
faire autre chose que de se reposer, se refaire, se réorganiser, atteler
son équipage à quatre-vingt-quatre pièces de canon; nommer à tous les
emplois d'officier (envoyez-moi promptement le travail); compléter les
généraux; former des magasins; bien asseoir le passage du Tage par des
ponts sur pilotis; faire des doubles têtes de pont; enfin occuper et
fortifier Alcantara. Après la canicule, si l'offensive doit avoir lieu
sur le Portugal, cette opération se fera par un mouvement combiné de
trois corps d'armée, celui du Nord, de Portugal et du Midi, formant plus
de cent mille baïonnettes, une immense artillerie et tous les moyens de
transport nécessaires. L'Empereur, monsieur le maréchal, aura le temps
de donner ses ordres et de connaître vos projets, à mesure que vous
serez instruit sur les lieux. La guerre de Portugal n'est plus une
expédition; on ne doit plus songer à aller à Lisbonne dans une campagne,
mais dans deux, s'il le faut. Ainsi donc, monsieur le duc, tout ce que
vous pourrez faire dans ce moment pour préparer l'offensive est
d'occuper Alcantara, la fortifier et en faire un dépôt de vivres et de
munitions. L'Empereur, monsieur le maréchal, compte sur votre zèle, sur
votre activité et sur vos moyens pour qu'il ne puisse arriver rien de
désastreux à l'armée du Midi. Vous devrez, monsieur le maréchal, avoir
un chiffre avec le roi, le duc de Dalmatie et le général Dorsenne pour
les dépêches importantes.»



LE MARÉCHAL SOULT AU MARÉCHAL MARMONT.

«Séville, le 11 juillet 1811.

«Monsieur le maréchal, la lettre que vous m'avez fait l'honneur de
m'écrire le 6 m'est parvenue au même instant que celle du 7. En réponse,
je m'empresse de vous faire part des ordres qu'hier j'ai envoyés à M. le
général comte d'Erlon. Il lui est prescrit d'envoyer une brigade et un
régiment de cavalerie à Xerès de los Caballeros et Frejenal pour
observer les directions qui aboutissent à Ayamonte, par où les troupes
espagnoles feront des mouvements si elles veulent se reporter en
Estramadure. Un régiment se rendra à Séville.

«Un autre régiment sera établi aux débouchés des montagnes pour assurer
les communications.

«Ainsi il restera dans les plaines de l'Estramadure une division
d'infanterie, composée de quatre régiments et six régiments de
cavalerie, le tout sous les ordres de M. le général Claparède, lequel
reçoit pour instructions d'observer l'armée anglaise, d'entretenir la
communication avec Badajoz, et de faire entrer sans cesse des
approvisionnements dans la place. Il fera aussi ce qui sera en son
pouvoir pour communiquer avec les troupes que l'armée de Portugal
laissera sur la Guadiana.

«Je donne ordre à M. le général comte d'Erlon de se rendre de sa
personne à Séville, où il commandera toute ma droite jusqu'à Badajoz, M.
le maréchal duc de Bellune ne pouvant, à cause du blocus de Cadix, être
chargé de ce soin.

«J'attends que ces mouvements soient un peu avancés pour marcher, avec
toutes les troupes dont je puis disposer, au secours du quatrième corps,
qui a été repoussé jusqu'à Grenade par l'armée insurgée de Murcie, et
pour chasser un corps de cette même armée, qui s'est mis en bataille sur
les hauteurs de Santa-Helena, où passe ma ligne d'opérations, la seule
communication que j'aie avec la Manche et Madrid.

«Pour le moment, il m'est impossible d'en faire davantage. Je n'ai pris
aucun engagement que je ne sois disposé à tenir; Votre Excellence me
trouvera toujours invariable. Si elle me connaissait mieux, elle se
serait dispensée de me témoigner de la méfiance, et, si elle eût
réfléchi sur ma situation, elle eût trouvé raisonnable que je pensasse
plutôt au salut de l'armée dont le commandement m'est confié qu'à
paralyser des troupes dont le secours m'est indispensable, sur un
théâtre où je ne puis paraître que comme auxiliaire, et non comme partie
principale. Je ferai mieux aussitôt que cela me sera possible, sans y
être provoqué.

«Je suis fort aise que Votre Excellence ait envoyé copie de sa lettre du
6 à Son Altesse Sérénissime le prince major général; elle pourra
contribuer à nous faire connaître, à l'un et à l'autre, les intentions
de l'Empereur. J'ai aussi écrit à ce sujet.

«Toutefois, si Votre Excellence changeait les dispositions qu'elle m'a
annoncées, je la prierais de vouloir bien m'en instruire. Je recevrai
cette communication sans méfiance pour l'avenir.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Trianon, le 21 Juillet 1811

«Je vous préviens, monsieur le duc de Raguse, que je donne l'ordre à M.
le général comte Dorsenne de faire relever les troupes que vous pouvez
encore avoir dans les garnisons de Ciudad-Rodrigo et de Salamanque par
des troupes de son armée, et de diriger tout ce qui vous appartient sur
Avila et Placencia.

«L'Empereur approuve, monsieur le maréchal, que vous n'ayez pas consenti
à former, avec les troupes de votre armée, la garnison de Badajoz. Sa
Majesté pense que l'Estramadure doit être défendue par l'Andalousie
considérée sous tous les points de vue, et notamment sous celui des
vivres. C'est à l'Andalousie à fournir tout ce qui est nécessaire pour
approvisionner Badajoz pour un an, s'il est possible; cependant,
monsieur le duc, l'intention de l'Empereur est que vous vous teniez le
plus à portée possible, pour pouvoir, marcher franchement au secours de
Badajoz, s'il y avait lieu.

«L'Empereur pense que peut-être un ouvrage à Merida ou à Medellin serait
utile pour être maître du passage de la Guadiana; mais c'est à vous, qui
êtes sur les lieux, à en juger.»



LE ROI JOSEPH AU MARÉCHAL MARMONT.

«Madrid, le 26 juillet 1811.

«Monsieur le duc, je reçois votre lettre du 20; je vous remercie de tout
ce qu'elle contient d'aimable pour moi; vous ne doutez pus non plus de
mon attachement.

«L'Empereur aurait désiré que je vinsse vous voir; mais ce n'est pas le
moment, puisque l'armée n'est pas réunie. Je sens la difficulté de votre
position et l'extrême justesse de vos observations; je viens de donner
l'ordre pour qu'il soit prélevé, sur la contribution extraordinaire que
je lève en grains, la quantité de vingt mille fanégas, en août, et vingt
mille en septembre, qui seront versées dans les magasins de l'armée de
Portugal. Je trouve très-bien aussi que vous fassiez usage de toutes les
contributions en argent dues par la province d'Estramadure, et je donne
les ordres en conséquence aux agents civils, qui ne pourront toutefois
réussir qu'autant qu'ils seront protégés, soutenus et dirigés par vous,
monsieur le maréchal, dont le zèle et les lumières me sont
connus.--L'empereur espère beaucoup de vous et de son armée de Portugal;
il est disposé à venir à votre secours avec de l'argent et avec des
hommes et des chevaux: vous ne tarderez pas à sentir les effets de ces
dispositions. Quant à moi, je ne puis pas vous secourir autrement; je
n'ai pas de fonds à ma disposition, et je dois même vous dire que je ne
pourrais pas exister ici sans un prêt qui m'est accordé par l'Empereur
par mois.

«Si vous pouviez vous étendre un peu par votre droite, vous occuperiez
un plus riche pays; et, avec les secours que je vous indique, vous
devriez pouvoir atteindre la saison des événements militaires. La
récolte n'est pas très-bonne à Ségovie ni dans les pays environnant
Madrid.»



LE MARÉCHAL MARMONT AU MAJOR GÉNÉRAL.

«Navalmoral, le 1er août 1811.

«Je reçois les dépêches que Votre Altesse m'a fait l'honneur de m'écrire
par mon aide de camp. J'ai lu avec une grande attention l'instruction
qu'elles renferment. J'avais conçu, comme Sa Majesté, le système qu'il
convenait de suivre aujourd'hui pour l'armée de Portugal et le but
qu'elle avait à remplir, et c'est dans cet esprit que j'ai agi jusqu'à
présent. Les localités, les différentes circonstances, rendent cependant
indispensable d'apporter diverses modifications dans ces dispositions.

«Je ne puis pas placer plus d'une division à Truxillo, attendu qu'il y a
impossibilité absolue d'y vivre. Une division et cinq cents chevaux qui
y sont aujourd'hui éprouvent les plus grandes difficultés pour les
subsistances, et peut-être leur sera-t-il impossible d'y rester. Je ne
puis pas avoir de troupes sur la Guadiana à moins que la plus grande
partie de l'armée ne soit à Truxillo; car elles y seraient compromises,
puisqu'il n'y a que trois marches d'Albuquerque, où l'ennemi a
habituellement des troupes, et où il peut rassembler inopinément des
forces considérables qui sont cantonnées à Portalègre, Campo-Maior et
environs, et que, s'il parvenait à s'emparer de la chaussée, les troupes
qui seraient sur la Guadiana n'auraient d'autre retraite que de se jeter
dans la Manche après avoir abandonné leurs canons, n'ayant point de ce
côté de routes praticables aux environs ou en Andalousie. D'un autre
côté, comme je l'ai dit plus haut, six mille hommes ont grand peine à
vivre; à plus forte raison, douze à quinze mille y seraient-ils dans
l'embarras. Tout le pays que l'Empereur donne à l'armée de Portugal,
entre la Guadiana et le Tage, est un vaste désert absolument inculte,
couvert de bois ou consacré aux pâturages. Les environs de Cacerès et de
Montanchès seuls offrent quelques ressources, et encore ces cantons ne
produisent-ils guère que du vin.

«L'Empereur ayant une sollicitude particulière pour le Midi, il
semblerait que l'armée devrait stationner sur les bords de la Guadiana;
mais, outre que, dans cette saison, tout le pays est pestilentiel, le
même raisonnement que je fais pour un petit corps s'applique à l'armée
entière; car, dans cette hypothèse, évidemment l'ennemi, marchant à
Truxillo, où il peut se rendre avec la plus grande facilité, attendu
qu'il existe de toutes parts de bonnes communications qui arrivent sur
ce point de la frontière du Portugal, l'armée serait fort compromise,
et, dans tous les cas, serait forcée à une prompte retraite, qui
équivaudrait presque à une défaite dans l'opinion. D'ailleurs, l'armée
de Portugal, n'étant pas aujourd'hui assez forte pour combattre seule
l'armée anglaise, ne doit pas se placer de manière à être obligée de
livrer bataille malgré elle, et avant que d'autres troupes soient
entrées en communication avec elle. Il me semble que la communication de
l'armée de Portugal avec l'Estramadure, étant parallèle à l'ennemi, et
par suite découverte dans toute son étendue, s'oppose à ce que cette
armée soit chargée de Badajoz et habituellement de cette frontière,
tandis que, la communication de l'armée du Midi étant directe, quelle
que soit la faiblesse du corps qu'elle porte en avant, celui-ci n'a rien
à craindre, même en se repliant devant des forces supérieures, puisqu'il
se rapproche de ses magasins et de ses renforts sans jamais risquer de
perdre sa communication, aucun autre débouché n'étant offert à l'ennemi.
Au pis aller, ce corps arrive sur une chaîne de montagnes, où peu
d'hommes équivalent à beaucoup, ce qui donne le temps de rassembler les
troupes de l'Andalousie pour déboucher ensuite. Il me paraît qu'il
résulte de la situation des choses et des localités que l'armée de
Portugal, stationnée sur le Tage, ne peut pas se charger de la défensive
immédiate en Estramadure, mais bien de délivrer l'Estramadure, tandis
que les troupes de l'armée du Midi sont merveilleusement placées pour
garder le pays sans se compromettre. Enfin que, dans l'hypothèse d'une
guerre sérieuse sur la rive gauche du Tage, ce n'est jamais à l'armée du
Midi à venir au secours de l'armée de Portugal, mais à l'armée de
Portugal à aller au secours de l'armée du Midi. En conséquence, c'est à
celle-là à s'engager la dernière, et, en dernière analyse, l'armée de
Portugal doit toujours agir en offensive en Estramadure. Truxillo est en
outre un mauvais poste, et la division qui l'occupe ne devrait jamais y
combattre, quand même l'ennemi se présenterait en force égale, parce
qu'elle est encore trop loin du Rio del Monte, que l'ennemi pourrait
passer avant elle. D'après cela, voici quelles sont les instructions que
j'ai données au générai Foy, qui commande à Truxillo: l° de pousser de
fréquents partis sur Merida et sur Cacerès, afin d'avoir des nouvelles
de l'ennemi et communiquer avec les troupes légères de l'armée du Midi;
2° de placer une portion de son artillerie et de ses troupes à
Jaraicejo, sur la droite du Rio del Monte, et, dans le cas d'attaque de
la part de l'ennemi, de se replier sans combattre sur Jaraicejo, où il
serait en sûreté pour quelque temps, attendu que le Rio del Monte, par
la profondeur de son lit et l'escarpement de ses rives, présente un
grand obstacle, surtout dans sa partie intérieure, et que l'ennemi ne
pourrait le tourner qu'en remontant cette rivière et en s'exposant
lui-même à perdre sa communication si, sur ces entrefaites, le général
Foy recevait des renforts qui le missent en état de reprendre
l'offensive. Si le général Foy était forcé dans cette position, il se
retirerait sur les hauteurs du Tage; les localités offrent la plus
facile défense contre des forces extrêmement supérieures. J'y fais
exécuter en outre des travaux qui en feront en peu de jours un excellent
camp retranché pour une division. Je fais exécuter également des travaux
qui assurent sa communication avec le fort construit sur le bord du
Tage, empêchent que cette division, en stationnant, ne soit jamais
séparée de la rivière, et lui donnent toujours la faculté de la
repasser. Ainsi, au moyen des dispositions prises, 1° j'ai des troupes
sur le plateau de l'Estramadure, qui voient ce qui se passe et
m'informent des mouvements de l'ennemi; 2° ce corps, forcé, par la
marche de l'ennemi, à se replier, occupe des positions d'où il est
inexpugnable, et qui m'assurent la position, non-seulement de la rive
gauche du fleuve, mais encore des hauteurs qui le dominent à environ une
lieue, hauteurs que je regarde comme un beaucoup plus grand obstacle que
le fleuve lui-même; 3° enfin, dans la position que j'ai donnée
aujourd'hui à l'armée, cinq divisions pourraient être réunies au delà du
Tage en quarante-huit heures si les circonstances l'exigeaient, et la
sixième un peu plus tard. Il me paraît donc que j'ai résolu le problème,
puisque l'armée ne peut pas perdre la faculté de se porter en masse sur
la rive gauche; qu'elle peut le faire toujours en très-peu d'instants,
et que, de là, pouvant se jeter sur tous les points de l'Estramadure,
elle garde cette province comme si elle y était stationnée, mais sans
danger, et toujours maîtresse de ses mouvements.

«Dans le cas où il y aurait une impossibilité absolue à la division du
général Foy de vivre à Truxillo, cette division repasserait le Tage;
mais, afin de conserver toujours la possession des hauteurs de Miravete,
je fais construire, comme faisant partie du camp retranché, deux forts
qui pourront être abandonnés à eux-mêmes, et qui, défendus par cent
hommes, assurent toujours la possession du col, et, par conséquent, un
débouché. Dans ce cas, j'enverrai de fortes reconnaissances toutes les
semaines à Truxillo, sur la route de Merida et sur celle de Cacerès,
afin d'être instruit des mouvements de l'ennemi.

«J'avais déjà ordonné la construction d'un pont sur pilotis sur le Tage,
et on s'occupe de la recherche des bois nécessaires à ce travail. J'ai
fait construire deux têtes de pont avec des réduits qui avant cinq jours
seront terminées, et formeront une espèce de place susceptible d'être
défendue par quatre cents hommes, et assez bonne pour être abandonnée à
elle-même. Ce poste renferme mes magasins de vivres; et ces magasins
s'augmenteront au fur et à mesure que j'en aurai les moyens. Comme pour
placer sainement l'armée et trouver les moyens de la faire vivre, j'ai
été obligé de l'établir en grande partie sur la rive droite du Tietar,
dans la Vera de Placencia, et que le point naturel de rassemblement de
l'armée, en cas de marche inopinée de l'ennemi sur elle, est sur la rive
gauche de cette rivière, j'ai fait construire trois ponts, dont un,
celui qui est sur la route de Placencia, est couvert par une tête de
pont. Cette disposition est nécessitée par la nature de la rivière du
Tietar, qui en douze heures de pluie croît de six à huit pieds. Toute
mon artillerie est à Navalmoral, et la division de dragons dans les
points des bords du Tage qui peuvent la nourrir. Enfin mon quartier
général est à deux lieues du Tage, et je sais tous les jours, à douze
heures de date au plus, ce qui se passe dans le coeur de l'Estramadure
et dans les environs de Coria.

«Votre Altesse me mande que l'intention de l'Empereur est que, pour
préparer l'offensive, j'occupe Alcantara et que je le fasse mettre en
état de défense. C'est une opération que j'exécuterai aussitôt que j'en
aurai les moyens, mais aujourd'hui je ne pourrais pas l'entreprendre, et
voici mes raisons: pour qu'Alcantara soit mis en état de défense, il
faudra au moins un mois de travail; il faudra, vu la proximité de
l'ennemi, tenir à portée des forces assez considérables; mais je ne
saurais comment les faire vivre; il faut donc auparavant que j'aie ici
des magasins considérables formés qui puissent suivre le mouvement des
troupes, assurer leurs subsistances, et permettre de les tenir réunies;
une fois cet objet rempli, rien ne sera plus aisé que d'exécuter les
intentions de l'Empereur. D'ici à cette époque je ferai également
rassembler les bois nécessaires aux réparations du pont d'Alcantara,
afin que ce travail, qu'on regarde tomme difficile, mais cependant comme
praticable, puisse être exécuté sans retard. Indépendamment des motifs
ci-dessus et qui me paraissent sans réplique, il devient indispensable
de laisser l'armée en repos pendant les grandes chaleurs, sous peine de
la voir fondre par les maladies; elle a besoin, non-seulement de repos
pour sa santé, mais aussi de repos pour se réparer.

«J'espère que Sa Majesté conclura, du compte que je viens de vous
rendre, que j'ai pris toutes les mesures convenables pour soutenir et
secourir l'armée du Midi de tous mes moyens; et, quoique l'expérience
m'ait déjà prouvé qu'il était bon de ne pas trop compter sur la parole
de M. le duc de Dalmatie et sur sa fidélité à remplir ses engagements,
Sa Majesté ne rendrait pas justice à mon amour pour le bien public et à
mon dévouement à son service si elle doutait que je ne fisse plus que
mes devoirs en cette circonstance comme en toute autre. La promptitude,
au surplus, avec laquelle je suis parti de Salamanque, le peu de moyens
que j'avais à ma disposition, et qui m'auraient autorisé à retarder de
quelque temps mon mouvement pour les augmenter, sont, j'ose le croire,
un garant de ce que je ferais à l'avenir, s'il en était besoin. Je
n'hésiterai jamais à aller avec toutes mes forces au secours du maréchal
duc de Dalmatie lorsqu'il le faudra; mais j'avoue que je redouterais
extrêmement d'être dans une situation inverse.

«Il me reste à parler à Votre Altesse de la situation dans laquelle se
trouve l'armée. Sa Majesté suppose que depuis plus d'un mois j'ai reçu
les chevaux d'artillerie de la garde que le duc d'Istrie devait me
fournir. Je les ai réclamés à plusieurs reprises, toujours en vain, et
en ce moment le comte Dorsenne refuse d'une manière formelle de les
donner avant d'en avoir reçu un pareil nombre de France, ce qui
évidemment est contraire aux intentions de l'Empereur; car, s'il n'eût
pas voulu me donner un secours immédiat, il aurait donné l'ordre de me
les envoyer directement de France. Le comte Dorsenne annonce que, quand
il aura reçu cinq cents chevaux, il n'en enverra que trois cent
quatre-vingt-sept; attendu, dit-il, qu'il doit faire entrer en compte
cent treize chevaux que le duc d'Istrie a donnés au prince d'Essling il
y a trois mois, et qui me paraissent tout à fait étrangers à ceux-ci.

«Il résulte de la non-exécution des ordres de Sa Majesté que
l'artillerie de l'armée est aujourd'hui dans une situation pire que
celle où elle était à l'époque où j'ai commencé mon mouvement, puisqu'il
y a eu quelques pertes de chevaux, quelques pertes de boeufs qui n'ont
pas été remplacés, et, d'un autre côté, que les voitures d'artillerie
qui doivent être prises à Salamanque et conduites à Madrid pour y être
réparées n'ont pu y être envoyées.

«A l'époque de mon mouvement, voulant le faire avec rapidité, chaque
régiment a formé un petit dépôt, dans lequel il a placé tous les hommes
malingres et la plus grande partie de ses équipages. J'ai réuni tous ces
petits dépôts à Toro, sous le commandement d'un officier supérieur. Ces
dépôts ont avec eux les effets d'habillement, les ouvriers, etc. J'ai de
même, pour la cavalerie, laissé à ces dépôts tous les chevaux à refaire
qui auraient péri dans nos marches et qui, aujourd'hui, sont en état de
servir. Aussitôt après mon arrivée à Badajoz, j'ai envoyé un officier
pour faire partir tous ces dépôts pour Talavera, afin que l'armée, en
arrivant ici, trouvât tous les secours dont elle aurait besoin; mais le
duc d'Istrie s'est opposé à leur départ. J'ai envoyé postérieurement, et
à diverses reprises, des officiers pour renouveler les mêmes ordres;
mais le comte Dorsenne s'y oppose également; de manière que je suis dans
la pénible situation de voir s'écouler, sans fruit et sans utilité, le
temps de repos que les corps pourraient employer si utilement à se
mettre en état d'entrer en campagne. A mon départ de Salamanque, j'ai
fait évacuer tous mes malades sur Valladolid, parce que Salamanque était
assez découvert. J'ai placé à Valladolid un officier supérieur, pour
réunir et commander tous les hommes sortant des hôpitaux, un officier,
et certain nombre de sous-officiers par chaque régiment, afin de former
des détachements au fur et à mesure de leur guérison. Quinze cents
hommes sont en état de rejoindre; mais, au lieu de me les renvoyer, on
leur fait faire des détachements et divers services à l'armée du Nord,
de manière que ces hommes, qui sont sans solde, sans aucun secours, qui
ont assez d'officiers pour les conduire, mais non pour les commander
dans le service, se dispersent partout, désertent ou se soustrayent au
service de mille manières différentes, et seront en grande partie perdus
pour leurs régiments. J'ai réclamé en vain; il règne en Espagne un
esprit d'égoïsme et de localité qui est funeste au service de l'Empereur
et qu'il est urgent de réprimer. Je demande, avec la plus vive instance,
à Votre Altesse d'écrire à M. le comte Dorsenne d'une manière tellement
impérative, qu'il envoie, sans plus de retard, les cinq cents chevaux
qui me sont destinés, et qu'il ne se permette plus de retenir ni un seul
soldat ni un seul cheval qui appartienne à l'armée de Portugal. Enfin,
monseigneur, puisque le Nord me devient à peu près étranger, je demande
également à Votre Altesse qu'on relève et qu'on me renvoie la garnison
de Rodrigo.

«Les rapports que je reçois des mouvements de l'ennemi sont: que deux
divisions anglaises se sont portées dans le Nord et sont cantonnées près
de la Coa, qu'une division est à Castel-Branco, et que la plus grande
partie du reste de l'armée, qui était restée sur la rive gauche du Tage,
est en marche pour prendre des cantonnements en arrière.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 4 août 1811.

«J'ai mis sous les yeux de l'Empereur, monsieur le maréchal, votre
lettre du 13 juillet. Des secours de toute espèce sont en mouvement pour
renforcer votre armée; de nouveaux régiments de marche se forment à
Paris. Sa Majesté espère qu'au moment de la reprise des hostilités,
qu'on suppose devoir être en septembre, vous aurez plus de six à sept
mille hommes de cavalerie et quatre-vingts pièces d'artillerie bien
approvisionnées et bien attelées.

«Par les nouvelles de Londres, il paraît que les Anglais renforcent leur
armée. Tout porte à penser qu'ils parviendront à remplacer les pertes
qu'ils ont éprouvées dans la campagne qui vient d'avoir lieu.

«La cinquième division, que les Anglais envoient sur le Tage, est
vraisemblablement pour observer l'armée du Nord, qui, comme je vous l'ai
dit, porte un corps sur la Coa.»



LE MARÉCHAL MARMONT AU MAJOR GÉNÉRAL.

Navalmoral, le 5 août 1811.

«J'ai reçu la lettre que Votre Altesse m'a fait l'honneur de m'écrire le
6 juillet relativement à l'administration. Les motifs qui ont déterminé
un enlèvement de fonds dans la caisse pour les subsistances, lors de mon
séjour à Salamanque, ont été qu'il y avait impossibilité absolue de
faire subsister les troupes qui étaient à Salamanque par voie de
réquisition, et qu'il était également impossible de se procurer les
grains nécessaires pour la fabrication du biscuit, à moins de les
acheter. Cette situation de choses est tellement démontrée, et les
circonstances tellement urgentes, que la mesure, prise d'abord par mon
prédécesseur, a dû ensuite être prise par moi. De même ici, pour la
subsistance des chevaux, il a dû indispensablement être passé un marché
pour trois mille fanègues pour faire vivre les chevaux à Navalmoral,
jusqu'au moment où les réquisitions frappées sur les provinces de
Talavera, Tolède et Avila, et qui sont fort éloignées, aient pu donner
ces produits. A Salamanque, au moment de nous mettre en mouvement, il a
fallu se pourvoir par achats de beaucoup d'objets pour le service des
hôpitaux, que jamais réquisitions n'auraient produits. Des travaux ayant
été indispensables au fort de Salamanque, à la place de Rodrigo et au
passage du Tage, il a fallu nécessairement mettre des fonds à la
disposition du commandant du génie. Les travaux de l'artillerie ont
exigé aussi quelques fonds, mais beaucoup plus encore l'achat des
chevaux de rouliers que j'ai fait prendre à Salamanque avant de marcher,
et celui de quelques chevaux qui me sont venus de Madrid. L'emploi de
tous ces fonds est justifié dans les formes voulues et sera adressé aux
ministres respectifs. J'ai joint à cette lettre l'état indiquant
l'emploi de chacune des sommes, par chapitre et par nature de services.
Les fonds donnés au génie, la plus grande partie de ceux donnés à
l'artillerie, et ceux qui ont été employés en dépenses secrètes, se
trouvent déjà régularisés par le crédit ouvert par Sa Majesté pour
chacun de ces articles. Quant à ce qui regarde les hôpitaux, les
subsistances et l'administration proprement dite, j'aurai soin, au fur
et à mesure de la rentrée des contributions des provinces affectées à
l'armée, de faire effectuer des remboursements successifs aux fonds de
la solde, afin de couvrir le déficit qui existe aujourd'hui.

«L'armée de Portugal n'ayant eu jusqu'ici aucun territoire, et les
provinces du Nord n'ayant jamais rien versé dans la caisse de cette
armée, elle n'a pu avoir aucuns fonds pour l'administration, puisque
tous les fonds de France étaient affectés à la solde. Les besoins
d'argent s'étant fait sentir d'une manière impérieuse, il n'a donc pas
été possible de s'en procurer autrement que d'en prendre sur ceux-ci,
sauf remboursement. L'intendant Saint-Lambert, et depuis lors
l'ordonnateur Marchand, ont eu l'honneur de rendre compte à Votre
Altesse de toutes les mesures qui ont été prises à cet égard, et de lui
adresser une expédition de tous les procès-verbaux, ce qui m'a empêché
de lui en rendre compte moi-même. J'ai l'honneur de vous adresser la
copie de tout ce qui a rapport à cet objet.

«L'Empereur désire savoir ce qui a été payé aux corps. Je ne puis lui
donner les détails par corps de ce qui a été payé aux différents
régiments, attendu que, les registres du payeur général n'étant pas ici,
ne peuvent être compulsés, et que la solde était due à tous les corps à
dater d'époques différentes. Il m'a paru que ce qu'il y avait de mieux à
faire n'était pas de payer le même nombre de mois de solde à tout le
monde, mais qu'il était juste de l'aligner à la même époque. En
conséquence, toute l'armée a été mise au 15 novembre. Votre Altesse
trouvera ci-joint un état en détail de ce qui reste dû à l'armée
jusqu'au 1er juillet.

«Enfin l'Empereur veut savoir quelles sont les contributions qui sont
entrées dans la caisse de l'armée. Ainsi que j'ai eu l'honneur de vous
le dire, l'armée n'a reçu que des fonds de France, et n'a rien reçu du
pays, puisqu'elle n'avait ni territoire ni revenus. Aujourd'hui que Sa
Majesté lui en a assigné un, j'aurai l'honneur de vous adresser chaque
mois, ainsi qu'au roi d'Espagne, l'état des contributions qui auront été
perçues, et de leur emploi. La somme restant en caisse aujourd'hui est
de ...

«Je pense, monseigneur, que cette lettre, ainsi que les pièces
justificatives qui l'accompagnent, répondent complétement aux demandes
faites dans vos lettres du 6, et qu'elles justifient tout ce qui s'est
fait.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 24 août 1811.

«L'Empereur a lu, monsieur le maréchal, vos dernières dépêches. Sa
Majesté voit avec plaisir les ouvrages que vous avez fait faire à
Almaraz et sur le Tietar. Elle trouve qu'il serait convenable de faire
des ouvrages de campagne en avant du Rio del Monte.

«Sa Majesté espère qu'avant le 15 septembre tous vos dépôts, les trois
cent quatre-vingt-sept chevaux qui doivent compléter les cinq cents
chevaux du train de la garde, sur lesquels cent treize vous ont déjà été
fournis, et les onze cent quarante chevaux du train, que vous mène le
général Vandermaesen, vous seront arrivés; que tous vos dépôts
quelconques, soit de cavalerie, soit d'infanterie, vous auront rejoint,
et que votre armée se trouvera ainsi portée à plus de cinquante mille
hommes. La réparation de votre armée est la grande affaire en ce moment;
elle doit occuper tous vos soins; mais l'Empereur trouve que vous
n'envoyez aucun état détaillé qui puisse mettre à même de disposer à
subvenir à tous vos besoins.

«J'envoie mon aide de camp, le chef d'escadron baron de Canouville, dans
les provinces du Nord, avec des ordres pour que tous les dépôts de
cavalerie et d'artillerie, et tous les détachements qui appartiennent à
l'armée de Portugal, la rejoignent sans délai. Cet officier a l'ordre de
voir tout partir et de rester jusqu'à ce que tout soit en marche; je lui
prescris même de se mettre en correspondance avec vous pour l'exécution
de ces ordres.

«L'Empereur, monsieur le duc, me charge de vous faire connaître que
l'armée de Portugal doit prendre sa ligne de communication sur Madrid;
que c'est là que doit être son centre de dépôt; que toute opération que
l'ennemi ferait sur la Coa ne peut déranger cette ligne. Si l'ennemi
veut prendre l'offensive, il ne peut la prendre que dans l'Andalousie,
parce que, de ce côté, il a un objet à remplir qui est de faire lever le
siége de Cadix. Ses forces dans le Nord, avançât-il même jusqu'à
Valladolid, n'aboutiraient à rien. Les troupes que nous avons dans ces
provinces, en se repliant, lui opposeraient une armée considérable, et
alors, sans doute, l'armée de Portugal devrait faire, pour l'armée du
Nord, ce qu'elle ferait pour l'armée du Midi. L'objet important est que
votre ligne d'opération soit sur Talavera et Madrid, parce que votre
armée est spécialement destinée à protéger celle du Midi. Enfin,
monsieur le maréchal, l'armée de Portugal étant attaquée de front, son
mouvement de retraite est encore sur Madrid, parce que, dans tous les
cas possibles, ce doit être sa ligne d'opération. Il faut donc que tous
les dépôts quelconques appartenant à l'armée de Portugal soient dirigés
sur Talavera et Madrid. L'Empereur a même ordonné que la garnison de
Rodrigo fût relevée par l'armée du Nord; mais ce dernier ordre ne pourra
être exécuté que plus tard.

«Le 26e régiment de chasseurs, qui est un régiment entier, doit vous
avoir rejoint. Mandez-le-moi. Il est fort important que vous ayez au
moins six mille hommes de cavalerie. Correspondez le plus fréquemment
possible avec moi et sur tous les détails tant militaires que
d'administration.

«Le général Dorsenne recevra, par mon aide de camp, l'ordre impératif de
faire partir, dans les vingt-quatre heures, tous vos dépôts et
détachements. Tout ce qui est en état de servir sera dirigé en gros
détachements sur Placencia, et le général Dorsenne vous enverra l'état
et l'itinéraire. Quant aux hommes malingres, il les dirigera sur Madrid,
puisque votre ligne d'opération est désormais sur Madrid, en sorte qu'il
ne lui restera plus un seul homme appartenant à votre armée.

«Je vous préviens aussi, monsieur le maréchal, que, vraisemblablement,
l'Empereur se déterminera à diriger de Valladolid, par Salamanque, sur
Placencia tous les renforts que conduit le général Vandermaesen. Tout ce
qui est pour l'armée du Midi se réunira à la colonne du général
Vandermaesen et en suivra le mouvement, et ensuite cette troupe se
rendra d'Almaraz, par Truxillo, à l'armée du Midi.

«Mon aide de camp, après avoir vu partir les troupes et même le corps du
général Vandermaesen, continuera sa route par Avila, Placencia et
Almaraz, et reviendra par Truxillo et Madrid; et l'intention de Sa
Majesté est que vous le chargiez de rapporter des états exacts de la
situation de l'armée.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 24 août 1811.

«L'Empereur trouve, monsieur le maréchal, que vous ne correspondez pas
assez avec moi. Sa Majesté désire que vous écriviez aussi souvent qu'il
est possible et que vous envoyiez des renseignements très-détaillés sur
tout ce qui vous concerne, des états exacts, et toujours très-récents,
de la situation et de l'emplacement de vos troupes.

«Sa Majesté pense qu'il serait nécessaire que vous vous assurassiez du
passage du Tietar en y faisant un pont pour les hommes à pied, afin que
la division que vous avez à Placencia puisse se porter à vous
rapidement. C'est sur le Midi que vous devez porter vos regards; toute
entreprise de l'ennemi sur le Nord serait insensée, et il trouverait
partout des renforts considérables qui compromettraient son existence.»



LE ROI JOSEPH AU MARÉCHAL MARMONT.

«Madrid, le 1er septembre 1811.

«Monsieur le duc, par la première lettre que vous m'avez écrite, vous me
fîtes connaître que vous aviez besoin de vingt mille fanègues de blé par
mois; je m'empressai d'ordonner que les quarante premiers mille fanègues
qui seraient levés dans la province d'Avila et dans le partido de
Talavera seraient livrés à l'armée de Portugal; j'espérais, par là,
assurer la subsistance de vos troupes pendant les mois d'août et de
septembre, et je me réservai à pourvoir par la suite selon vos besoins.
Vous me fîtes connaître que vous n'aviez pas d'argent; je vous répondis
que le produit des contributions des provinces qui entourent Madrid
était tel, que Sa Majesté Impériale, ayant connu l'insuffisance de ces
moyens, avait daigné venir à mon secours par un prêt mensuel, qu'ainsi
vous deviez sentir qu'il était de toute impossibilité que je vous fisse
donner de l'argent. Je ne crois pas vous avoir caché ce que tout le
monde sait: que mes employés civils ne sont pas payés depuis quinze
mois, et ma garde depuis dix; cependant je vous écrivis que je trouvais
bon que vous levassiez les contributions de la province d'Estramadure,
qui m'étaient dues, et que vous en employassiez le produit pour les
besoins de l'armée de Portugal. Je vous ai fait envoyer tout le biscuit,
farines, voitures, artillerie, enfin tout ce dont j'ai pu disposer: je
n'ai fait aucune distinction entre l'armée de Portugal et celle du
Centre, puisque leur but est le même; mais j'avais pensé que les mesures
que j'avais prises pour assurer le service des deux armées et des
diverses parties de mon administration auraient été respectées par les
généraux de l'armée que vous commandez; il n'en a pas été ainsi. On a
levé sur divers points, occupés par votre armée, la totalité de la
récolte; on a par là exaspéré les habitants et fait abandonner les
champs et les villages, surtout dans la province d'Avila; dans celle de
Tolède on a d'abord frappé une contribution d'un million; l'ordonnateur
de votre armée se permet de donner des ordres à des personnes qui ne
doivent obéir qu'aux miens. J'ai aujourd'hui sous les yeux un décret que
l'on dit avoir été signé de vous, monsieur le maréchal, et qui en
ordonne l'exécution à mes préfets et aux généraux sous mes ordres, sans
m'en avoir même donné connaissance. Ce décret met une contribution de
quatre millions de réaux sur Tolède, et contremande la levée de toute
autre contribution.

«J'ai peine à concevoir que cet ordre émane de vous, monsieur le duc. La
province de Tolède fait partie de l'armée du Centre; elle touche Madrid;
elle est occupée par les troupes de l'armée du Centre. A Tolède j'ai
envoyé en mission mon ministre de l'intérieur, pour faire exécuter le
décret qui ordonne la levée d'une contribution en grains, et il n'y a
pas de temps à perdre. J'y ai un préfet, un gouverneur, un régiment
espagnol. Comment pouvez-vous croire que puisse être accueilli un décret
de vous, monsieur le duc, qui ordonne de ne plus payer autre chose que
les quatre millions qu'il faut verser à l'armée du Portugal? Mais avec
quoi voulez-vous donc que nous vivions? Il n'est pas à ma connaissance
que vous ayez le droit de donner des ordres à Tolède. Je ne connais
d'autres dispositions de l'Empereur, monsieur le duc, relatives aux
rapports que je dois avoir avec l'armée que vous commandez, que celle
contenue dans la lettre du prince de Neufchâtel, en date du 1er juin,
«qui me donne le commandement des troupes qui entreraient dans
l'arrondissement de l'armée du Centre, et même de l'armée du Portugal si
cette armée se repliait dans les provinces du Centre.» J'aurais cru
inutile d'entrer dans cette explication, monsieur le duc, si le décret
que vous avez rendu et les dispositions que vous avez prises ne m'en
faisaient sentir la nécessité. Vous concevrez facilement que, ne pouvant
y avoir deux chefs suprêmes dans les mêmes lieux, Sa Majesté Impériale a
senti la nécessité de prévoir et a prévu ce qui arrive. Je vous prie
donc, monsieur le duc, de vous abstenir de donner aucun ordre dans les
provinces du Centre.

«Cependant, comme je conçois que vous devez avoir beaucoup de besoins,
et que les administrateurs et généraux de votre armée aiment mieux faire
que de laisser faire, je consens à ce que vous fassiez verser dans les
caisses de l'armée du Portugal les revenus des provinces d'Avila,
d'Estramadure, et même du partido décimal de celle de Talavera,
conformément au bordereau ci-joint.

«J'ai ordonné la formation d'un hôpital militaire à Tolède, qui pourra
recevoir mille malades de l'armée du Portugal, et qui sera formé et
entretenu par mon trésor et par les soins de l'intendant de la province
et du commissaire que je déléguerai à cet effet. J'espère, monsieur le
duc, que, de cette manière, ce que vous devez à mon autorité pourra se
concilier avec ce que je dois à l'armée de Portugal et au désir que j'ai
eu constamment de vous être agréable.»



LE ROI JOSEPH AU MARÉCHAL MARMONT.

Madrid, le 14 septembre 1811.

«Monsieur le maréchal, je reçois votre lettre du 3; vous ne m'accusez
pas réception de celle que je vous ai écrite le 1er, qui accompagnait
mon décret du même jour, dont, par précaution, je vous envoie une
nouvelle copie.

«Outre les provinces d'Estramadure, d'Avila, le partido décimal de
Talavera, vous verrez, par un autre décret du 11 septembre, que je me
suis déterminé à mettre sous votre autorité et à affecter exclusivement
à l'entretien de l'armée du Portugal une partie de la province de
Tolède, qui vous fournira beaucoup de ressources. Vous savez que j'ai
ordonné la formation d'un hôpital de mille malades à Tolède pour votre
armée; vous n'ignorez pas les dépenses qu'elle occasionne aussi à
Madrid. Si vous pouvez retirer les grains et les impôts dus des pays qui
vous sont abandonnés, je ne doute pas que vous ne pourvoyiez à tous vos
besoins. La ville de Tolède, par sa position entre Madrid, la Manche et
l'armée du Midi; par l'importance d'opinions que lui donnent les corps
ecclésiastiques, civils et militaires, qui sont habitués à obéir à mon
autorité, ne peut en être soustraite qu'en me chassant de Madrid. Il en
est de même des communes qui sont entre cette ville et ma capitale, qui
touchent immédiatement au territoire de la province de Tolède, puisque
Madrid, autrefois simple maison de campagne, était située dans la
province de Tolède, et qu'aujourd'hui même, sous le nom de province de
Madrid, elle n'a qu'une banlieue extrêmement rétrécie. C'est ainsi
qu'Illescas, Naval El Carnero, appartiennent à la province de Tolède.
C'est la province de Tolède qui a constamment nourri Madrid; ce ne sont
pas les déserts qui la séparent d'avec Avila et Valladolid.

«Vous avez déjà vu, par expérience, ce qu'on peut attendre d'une
autorité mixte. Je ne sais si vous savez que le général de l'armée du
Portugal, que vous avez laissé à Talavera, a eu infiniment peu d'égards
pour le conseiller d'État que j'ai envoyé, sur votre demande, auprès de
vous, monsieur le duc, avec la qualité de commissaire royal.

«Mon commissaire de police a été arrêté et emprisonné sous ses yeux à
Talavera, etc.

«C'est pour obvier à tous ces inconvénients que je me suis décidé à
tracer la ligne de démarcation portée au décret ci-joint. J'espère que
vous y applaudirez, et que vous reconnaîtrez bientôt l'avantage d'un
système plus simple, plus juste, et seul exécutable.

«Mon ministre de l'intérieur, qui va résider quelque temps encore à
Tolède, n'oubliera rien pour que les malades de l'armée de Portugal
soient traités le mieux possible.

«Il me paraîtrait, monsieur le duc, que vous devriez vous attacher à
faire réunir le plus d'approvisionnements possibles à Talavera; et je
pense que le moyen d'obtenir des paysans n'est pas de tout enlever dans
un canton, comme on a déjà fait, mais de se contenter du tiers ou de la
moitié des récoltes.

«Je donne les ordres les plus précis pour que mes agents civils et
militaires obéissent en tout aux ordres que vous ferez donner dans la
partie de la province de Tolède assignée à l'armée de Portugal, dans
celles d'Avila, Estramadure et le partido de Talavera. J'espère que vous
voudrez bien donner les mêmes ordres, afin qu'un même village ne se
trouve pas pressé à la fois par les demandes de l'armée de Portugal et
par celles de mon gouvernement.»



LE MARÉCHAL MARMONT AU MAJOR GÉNÉRAL

Placencia, le 16 septembre 1811

«Je reçois la lettre que Votre Altesse m'a fait l'honneur de m'écrire le
30 août, dans laquelle elle me fait connaître que l'Empereur veut savoir
ce qui a été perçu, tant en argent qu'en denrées, par l'administration
de l'armée de Portugal dans les arrondissements qu'elle a occupés. Je
croyais avoir répondu, par rapport à l'argent, de manière à éclairer
complétement l'Empereur. L'armée de Portugal, jusqu'à ces derniers
temps, n'ayant point eu de territoire, n'a pu lever aucune contribution,
et n'avait pas même perçu un sol. C'est le 1er août seulement que j'ai
reçu votre lettre du 10 juillet, qui me faisait connaître que Sa Majesté
déterminait, pour l'arrondissement de l'armée de Portugal, les provinces
de Truxillo, Placencia, Talavera, Avila et de Tolède. C'est donc dans le
courant de ce mois d'août seulement que j'ai pu faire les dispositions
pour faire effectuer des rentrées de fonds; et ainsi il est assez
naturel que le 20 août, époque à laquelle il n'y avait encore rien de
perçu, vous n'en fussiez pas instruit. Aujourd'hui même à peine les
recettes commencent-elles à s'effectuer, et les fonds perçus étant
encore en grande partie entre les mains des percepteurs royaux et
n'ayant pu être encore versés dans la caisse du receveur central, en
raison des distances et de la difficulté des communications, je ne puis
en envoyer à Votre Altesse un état général. Tout ce que je sais par les
rapports des divers arrondissements, c'est qu'ils s'élèvent à cent
soixante et onze mille francs, à compte de l'impôt de un million que
j'ai établi par un arrêté dont copie est ci-jointe. Mais la levée de cet
impôt ne pourra pas se réaliser si les obstacles qui s'y opposent
restent les mêmes. J'ai eu l'honneur de vous rendre compte que le roi
d'Espagne, sur l'assistance duquel je croyais pouvoir compter pour me
donner les moyens d'administrer, avec autant d'ordre que possible, les
provinces déterminées pour l'arrondissement de l'armée de Portugal, me
le refuse; le préfet de Tolède ne me fait pas même l'honneur de répondre
à mes lettres et a donné formellement l'ordre à toutes les autorités de
se refuser à toutes les réquisitions de l'armée de Portugal. Les
ministres ont déclaré que l'armée de Portugal ne devait lever aucun
impôt dans la province de Tolède, et les mêmes ministres donnent des
ordres, dans les provinces d'Avila et Talavera, qui sont en opposition
avec les miens. J'ai demandé au roi un commissaire supérieur pour mettre
de l'ensemble dans l'administration et être mon intermédiaire dans
l'exécution de toutes les dispositions administratives qui seraient
relatives à ces provinces; il m'a envoyé M. Amoros, conseiller d'État,
mais qui aujourd'hui se retranche sur ce que ses instructions et les
ordres des ministres sont en opposition avec ceux que je donne, et qui
tendent à consacrer la totalité des ressources de l'arrondissement à
l'armée. Enfin, désirant dans toutes mes opérations me servir des
employés espagnols, afin de ménager l'opinion et faire une chose
agréable au roi, je ne puis cependant suivre cette marche, attendu que
je n'ai pu obtenir du roi l'ordre qu'ils eussent à m'obéir.

«Quant aux rentrées en denrées, elles sont assez peu considérables, par
la raison qu'eu égard à la nullité absolue de nos transports il a fallu
répartir les troupes chez les habitants, de manière à les faire vivre
par le secours des autorités locales et sur les lieux mêmes.

«On n'a envoyé de l'orge et du grain que dans les lieux où il était
absolument indispensable d'ajouter aux ressources des habitants. Ces
ressources sont presque partout épuisées, et il faudra replacer l'armée
en arrière pour en trouver de nouvelles; ainsi de proche en proche, tant
que nous n'aurons pas des moyens de transport. On s'occupe à dresser
l'état de toutes les denrées qui ont été requises et réunies, et j'aurai
l'honneur de l'adresser à Votre Altesse par la première estafette.

«L'armée de Portugal est dans la situation la plus difficile; le
territoire que Sa Majesté lui a assigné n'est pas le quart de ce qui
serait nécessaire à son entretien. L'Estramadure n'avait d'autre
richesse que celle de ses troupeaux; ils ont été mangés depuis trois
ans; il ne reste qu'un désert tout à fait inculte. La province d'Avila,
qui est peu considérable, a eu cette année une récolte qui ne s'élève
pas à la moitié de celle des autres années. Enfin la province de Tolède
m'est disputée par le roi, et mes ordres y sont méconnus, tant pour ce
qui est relatif à l'administration qu'au mouvement des troupes, ce qui
met à la discrétion d'un général qui n'est pas sous mes ordres mes
dépôts et mes hôpitaux.

«L'armée de Portugal a des besoins de toute espèce; mais, avec le peu de
ressources qui lui est offert, avec la contrariété qu'on rencontre
partout et qui naît encore de la division des commandements, j'avoue que
je ne puis envisager les résultats qu'avec une vive inquiétude.
L'Empereur est étonné que je n'écrive pas plus souvent à Votre Altesse.
Ce n'est pas faute de lui écrire, c'est que mes lettres ne lui
parviennent pas. Je n'ai pas pu obtenir seulement qu'à Madrid on fît la
moindre disposition pour assurer la communication avec l'armée et
l'arrivée des estafettes et des courriers: et, quoique j'aie placé des
troupes jusqu'à douze lieues de Madrid, il est arrivé fréquemment alors
que des dépêches sont restées douze ou quinze jours entre Madrid et
Talavera, oubliées dans un village par insouciance ou par l'abandon où
sont toutes les branches du service. Que puis-je faire là où je n'ai
nulle autorité? La responsabilité ne peut en peser sur moi.

«Les besoins de l'armée de Portugal sont étendus en raison de la force
de cette armée et en raison de tous les moyens qu'elle a consommés dans
la campagne de Portugal; elle a un territoire très-borné, stérile en
grande partie ou dévasté; elle ne possède pas une seule ville qui offre
des ressources, et encore mon autorité est sans cesse contrariée par une
autorité que je ne puis combattre. A côté de cela, l'armée du Midi est
dans le pays le plus fertile de l'Espagne, abondant en toute espèce de
denrées, riche en argent, plein de villes d'une grande population, et
administré depuis deux ans d'une manière méthodique et par une autorité
reconnue. L'armée du Nord a un territoire immense et de la plus grande
fertilité. L'armée d'Aragon est dans une position meilleure encore.
L'armée de Portugal est donc la seule dont aucune ressource ne soit
proportionnée à ses besoins et dépendant de tout le monde pour ses
communications. Pour assurer l'arrivée des secours que Sa Majesté lui
envoie, l'Empereur peut juger de sa position dans cette stérile vallée
du Tage, où elle ne peut rien créer par elle-même et où il faut qu'elle
attende tout des autres.

«Il est indispensable que Sa Majesté augmente le territoire de l'armée
de Portugal; qu'elle daigne prendre des mesures pour y faire reconnaître
mon autorité sans contradiction, et qu'elle m'assure des places qui, ne
dépendant que de moi et offrant des ressources, puissent me servir de
dépôts; enfin qu'elle daigne m'accorder aussi des moyens de transport,
sans lesquels il est impossible que l'armée prépare et exécute aucun
mouvement.»



LE MARÉCHAL MARMONT AU MAJOR GÉNÉRAL.

«Placencia, le 16 septembre 1811.

«Je reçois en ce moment les deux lettres chiffrées que Votre Altesse m'a
fait l'honneur de m'écrire le 24 août. J'avais compris depuis longtemps
l'intention de Sa Majesté sur le rôle que doit jouer l'armée de
Portugal, et depuis longtemps j'ai pris ma ligne d'opération par
Talavera et Madrid. Sa Majesté peut être assurée que j'ai et j'aurai
l'oeil ouvert sur ce qui se passera dans le Midi. Je suis parfaitement
informé de tous les mouvements de l'ennemi; de Placencia, on est, avec
une facilité extraordinaire, instruit de tout ce qui se passe dans les
différentes directions: par Alcantara, de tout ce qui se passe dans
l'Alentejo; par Castel-Branco, de ce qui se passe sur les bords du Tage,
et par Valverde, de ce qui se passe aux environs de Rodrigo. Pour ce
moment, l'Empereur peut être tranquille sur le Midi. Il n'y a plus sur
la rive gauche du Tage que la division Hill, de sept à huit mille
hommes, y compris les Portugais. Les sept autres divisions de l'armée
anglaise sont en arrière et à peu de distance de Rodrigo. Tous les
rapports annoncent l'arrivée de canons de siége et la construction de
beaucoup de fascines et gabions. Les Anglais veulent-ils faire le siége
de la place de Rodrigo? veulent-ils seulement le faire croire et
rétablir le fort de la Conception et Almeida? C'est ce que j'ignore.
Nous saurons à quoi nous en tenir lorsque nous serons sur les lieux. Si
Rodrigo eût eu des approvisionnements, je n'aurais fait aucun mouvement
jusqu'à ce que l'ennemi eût entrepris des opérations positives: mais,
l'approvisionnement de la place devant finir dans les premiers jours
d'octobre, il n'y a plus de temps à perdre pour en conduire de nouveaux,
et, comme toute l'armée anglaise est là pour s'y opposer, il faut que
toute l'armée française soit réunie pour soutenir le convoi et imposer
par sa présence ou ouvrir le chemin si l'ennemi voulait le barrer. C'est
dans cet esprit que j'ai invité le général Dorsenne à rassembler le plus
de forces qu'il pourrait, et que j'ai envoyé l'ordre au général
Vandermaesen de hâter sa marche; mais il paraît que le général Dorsenne
lui a donné l'ordre de rester sur la communication de Valladolid à
Bayonne.

«Sa Majesté pense que je ne dois en rien m'occuper du Nord, et que les
Anglais ne pourraient venir jusqu'à Valladolid que pour leur perte. La
vérité de cette opinion est facile à apprécier, et je n'ai jamais
éprouvé la crainte qu'ils y allassent. Ce serait déjà beaucoup qu'ils
osassent venir jusqu'à Salamanque; mais ce que je redoute pour le Nord,
c'est la prise de Rodrigo; car, il ne faut pas se faire illusion.
Rodrigo est une place des plus mauvaises de l'Europe, et qui ne doit pas
tenir quinze jours si elle est attaquée avec des moyens convenables. On
ne doit rien conclure de la défense qu'elle a faite, attendu qu'il est
impossible d'attaquer une place plus mal que nous ne l'avons fait, et
que les Espagnols avec cinq mille hommes qui, garnissant les faubourgs,
en avaient fait une seconde place. Ainsi, si Rodrigo était assiégé, il
n'y aurait pas un instant à perdre pour aller à son secours, et il faut
y avoir l'oeil.

«J'ai fait repasser le Tage à la division du général Foy, qui était à
Truxillo, attendu qu'elle ne pouvait pas rester isolée pendant le
mouvement que je vais faire au col de Baños. D'ailleurs, le pays entre
le Tage et la Guadiana est si malsain, que le tiers de cette division a
été à l'hôpital. Le reste y serait entré de même si elle y eût passé le
mois de septembre, et il me paraît qu'avant tout, en Espagne, il faut
conserver ses soldats et ses moyens. J'ai fait placer les malades et les
convalescents dans les montagnes, où, par le simple changement d'air,
ils se rétablissent à vue d'oeil. Indépendamment de ces considérations,
il est impossible à une division de vivre à Truxillo. Il faudrait au
moins quinze cents chevaux pour occuper le pays et assurer la rentrée de
ses subsistances, et, comme je n'ai pas deux mille cinq cents hommes à
mettre en campagne, il est impossible de lui en donner quinze cents; car
il faut conserver quelques hommes pour combattre. Dans tous les pays, la
cavalerie a besoin d'être ménagée; mais ici, soit que cela tienne aux
chaleurs, à la nourriture, ou à l'espèce de chevaux, ou à la nécessité
absolue où l'on est de les charger de beaucoup de subsistances, il est
impossible de se faire une idée exacte de la rapidité avec laquelle la
cavalerie se fond quand elle est en mouvement. Pour pouvoir tenir quinze
cents chevaux sur la rive gauche du Tage, il faudrait que j'en eusse
cinq à six mille et les faire relever fréquemment.

«La division Foy étant affaiblie par les maladies, un corps de troupes
étant indispensable pour couvrir la vallée du Tage sur la rive droite,
mes dépôts et mes malades, et conserver ma communication, elle restera à
Placencia, poussant des partis sur le col de Peralès, pendant qu'avec
cinq autres divisions je me porterai sur le col de Baños, et le 22 à
Tamamès avec mon avant-garde.

«Je me concerterai avec le général Dorsenne, et, s'il y consent, nous
porterons toute notre cavalerie jusqu'à Rodrigo. Une fois l'intention de
l'ennemi connue, nous pourrons faire entrer dans cette place tout le
convoi qui a été préparé à Salamanque et en renouveler la garnison si,
conformément aux ordres que vous m'avez annoncés à plusieurs reprises,
le général Dorsenne a désigné les troupes qui doivent remplacer les
miennes. Une fois cette opération terminée, je ramènerai l'armée de
Portugal dans la vallée du Tage; et, si nous recevons enfin des chevaux
d'artillerie et le matériel, si les ordres de Sa Majesté s'exécutent en
ce qu'ils ont de favorable à l'armée de Portugal, si, enfin, elle
augmente ses ressources et ses moyens, son sort s'améliorera rapidement.

«J'ai écrit une multitude de lettres au duc de Dalmatie pour le prévenir
de mon mouvement et l'engager à en faire faire un au corps du général
Drouet en Estramadure, qui occupe au moins la division anglaise qui y
est restée, et les corps espagnols qui sont sur la frontière. Je n'en
espère rien; mais, par la nature des choses, il doit y avoir un tel
accord entre les mouvements des troupes qui sont sur la Guadiana, le
Tage et la Tormès, puisqu'elles sont en ligne et ont affaire au même
ennemi, qu'elles devraient être sous le commandement du même général, et
ce général ne peut être que celui qui est placé au centre, parce qu'il
est instruit avec une extrême précision et une grande promptitude de
tout ce qui se passe de tous les côtés. Telle est au moins la
disposition qui me semblerait jusqu'à l'évidence commandée par l'intérêt
du service de l'Empereur.

«M. de Canouville, aide de camp de Votre Altesse, est parti d'ici, il y
a quatre jours, pour retourner à Paris. Il est porteur d'un état de
situation bien circonstancié, ainsi que des renseignements que Sa
Majesté peut désirer sur la situation de l'armée.»



LE MARÉCHAL MARMONT AU ROI JOSEPH.

Ciudad-Rodrigo, le 30 septembre 1811.

«Sire, je reçois la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le
14 septembre.

«Si vous daignez envisager l'étendue des besoins de l'armée de Portugal,
vous apprécierez, Sire, les difficultés de ma position. Il serait facile
de démontrer qu'il est absolument impossible à l'armée de vivre
longtemps dans l'arrondissement que l'Empereur lui a assigné; mais sa
situation devient tout à fait déplorable et critique lorsque Votre
Majesté me retire la portion de pays qui, seule, est encore intacte et
offre quelques ressources. Je suis profondément affligé de penser que
les mesures que je ne puis pas me dispenser de prendre pour assurer le
bon ordre et prévenir la dévastation des provinces me font courir le
risque de vous déplaire; et, si Votre Majesté rend justice à mon
respect, à mon ancien attachement pour sa personne, elle sentira quel
est l'empire des circonstances, puisque je me vois forcé de m'y exposer.
Votre Majesté trouve contraire à sa dignité de mettre la province de
Tolède à la disposition de l'armée de Portugal. Je ne tiens pas à en
avoir l'administration si Votre Majesté s'y refuse; mais c'est du blé et
de l'argent que je demande; et cet argent et ce blé sont employés a
nourrir les soldats qui combattent pour vos intérêts. C'est par des
efforts inouïs que l'armée a pu vivre dans la position où je l'avais
placée; mais il est d'une impossibilité absolue de la maintenir dans les
mêmes lieux. L'Estramadure est un désert; la division qui était à
Truxillo a souffert tout ce qu'il est possible d'imaginer, et la famine
autant que d'autres motifs m'ont forcé de la retirer de ce canton. Elle
a grand besoin de se refaire. La partie la plus voisine du Portugal
offre plus de ressources; mais il faudrait plus de cavalerie que je n'en
ai pour pouvoir s'y soutenir sans danger. Plus tard, d'ailleurs,
lorsque, ayant des transports, je pourrai occuper Alcantara, les
subsistances de ce canton me seront extrêmement précieuses. J'ose donc
espérer que Votre Majesté, en s'en rapportant à la droiture de mes
intentions, à la pureté de mes vues, me pardonnera si, dans le nouveau
placement des troupes, je me vois forcé d'envoyer une division à Tolède.
Le général Foy, qui s'y rendra, trouvera moyen, j'espère, de concilier,
dans ses rapports avec les autorités espagnoles, le respect qu'il doit
au nom de Votre Majesté avec les besoins de l'armée. Si l'ennemi m'avait
forcé de me rapprocher de Madrid, Votre Majesté ne trouverait pas
étrange que l'armée s'y portât. C'est la famine qui m'y oblige
aujourd'hui; et cet ennemi-là est bien plus redoutable que les Anglais.

«J'ai demandé à Votre Majesté un commissaire royal; je l'ai fait dans
l'intention droite de mettre de l'ordre dans l'administration; mais
j'avoue que je n'avais pas imaginé qu'il entraverait la marche des
affaires au lieu de l'accélérer. Jusqu'ici, par son moyen, je n'ai pu
obtenir de quoi donner un jour de pain à l'armée. Que serait-il donc
arrivé si le général Lamartinière, par le zèle le plus remarquable,
n'avait pas trouvé moyen de pourvoir à nos besoins? Les horribles scènes
du Portugal se seraient renouvelées ici; car, après tout, ceux qui ont
les armes à la main ne meurent jamais de faim les premiers. M. Amoros ne
s'est, à ce qu'il paraît, occupé que de vaines prétentions de vanité et
de préséance, et cependant nous sommes dans une situation à penser à
toute autre chose qu'à de pareilles futilités. Le général Lamartinière a
fait arrêter le commissaire de police de Talavera; mais il ne lui
rendait aucun compte; et, certes, la sûreté de la ville, celle des
Français et la tranquillité publique le regardent avant tout, puisque
l'emploi des troupes est constamment nécessaire. Votre Majesté n'ignore
sans doute pas qu'on assassine les Français dans les rues de Talavera et
à la porte de la ville: très-certainement la haute police ne peut en ce
moment regarder que l'autorité militaire.

«Sire, après avoir entretenu Votre Majesté de ce qui regarde la
subsistance de l'armée, je dois la supplier de remarquer que, quant au
commandement territorial, il est de la plus haute importance, pour la
conservation d'une armée, que le général qui la commande commande
également dans tout le territoire qu'elle occupe, dans les lieux où sont
ses dépôts, ses magasins et ses hôpitaux. C'est parce que la division
des commandements en Espagne a empêché qu'un pareil état de choses
existât, que tant d'hommes ont disparu faute de soins, faute d'ordre et
de dispositions conservatrices. Je ferai tout au monde pour remplir les
intentions de Votre Majesté quand elle daignera me les faire connaître;
mais il faut que j'en sois l'organe et que je commande là où sont mes
hôpitaux, mes dépôts et mes troupes, sous peine de les voir tomber dans
l'état d'abandon où je les ai pris, et de trahir tout à la fois les
intérêts de l'Empereur, les vôtres et mes devoirs les plus sacrés.

«La situation actuelle des choses va me donner quelques moments de
disponibles. Je vais me rendre à Talavera pour chercher à tout concilier
autant qu'il sera en mon pouvoir; je mettrai le même empressement à
aller à Madrid pour rendre mes devoirs à Votre Majesté, comme j'en ai le
projet depuis longtemps. Si je ne puis pas parvenir, Sire, à vous
satisfaire, je vous prie d'en accuser les circonstances et l'impuissance
de mes efforts, et non mes intentions.

«Je n'ai pas reçu le décret dont Votre Majesté me fait l'honneur de
m'entretenir, et qu'elle m'annonçait être contenu dans sa lettre.»



JOSEPH AU MARÉCHAL MARMONT.

«Madrid, le 9 octobre 1811.

«Monsieur le maréchal, je reçois vos lettres du 30 septembre. Je vous
félicite sur votre heureuse expédition de Ciudad-Rodrigo.

«Je sens la difficulté de votre position sur le Tage, et je me détermine
à envoyer auprès de vous le marquis d'Almenara et le colonel Duprez,
pour aplanir toutes les difficultés qui pourraient s'élever sur le
remplacement des troupes de l'armée du Centre par celle du Portugal dans
la province de Tolède. Il faut conserver le plus que possible, monsieur
le duc; l'avenir présente des inquiétudes sur les subsistances. Il faut
que l'armée de Portugal vive, mais il faut aussi que celle du Centre et
la capitale puissent vivre, même à l'époque où vous quitterez le Tage.

«J'ai donné mes instructions au marquis d'Almenara; j'aurai pour
agréable tout ce que vous arrêterez: je compte sur votre ancien
attachement autant que sur votre sagesse et votre prévoyance.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Amsterdam, le 18 octobre 1811.

«Votre aide de camp, le chef de bataillon Jardet, est arrivé hier au
soir, monsieur le duc; j'ai mis sous les yeux de l'Empereur vos
dépêches. Sa Majesté est satisfaite du mouvement combiné de ses armées
du Nord et de Portugal, qui a eu pour but et pour résultat de
ravitailler complétement Ciudad-Rodrigo.

«Sa Majesté a vu également avec plaisir l'avantage qu'ont eu ses
troupes, en forçant la position retranchée de l'avant-garde de l'armée
anglaise rejetée sur Alfaiatès et Sabugal.

«L'Empereur, monsieur le maréchal, m'ordonne de vous faire connaître que
nous recevons aujourd'hui des nouvelles du général Suchet, qui rend
compte qu'il est devant Murviedro, qu'il fait ses dispositions pour le
siége de Valence. L'armée d'Aragon fait une opération de la plus grande
importance, et le principal objet aujourd'hui est Valence. L'intention
de l'Empereur est donc, monsieur le maréchal, que vous facilitiez au roi
d'Espagne les moyens de porter le plus de troupes possible de l'armée du
Centre sur Cuença, afin de soutenir le général Suchet s'il y avait lieu.
Écrivez au roi à cet égard, et faites ce que Sa Majesté désirera. Dans
huit jours je vous expédierai votre aide de camp.»



LE MARÉCHAL SOULT AU MARÉCHAL MARMONT.

Séville, le 2 novembre 1811.

«Vous serez sûrement instruit, lorsque ma lettre vous parviendra, de
l'échec que le général de division Girard a éprouvé à Arroyo-Molinos, en
revenant de Cacerès, où il avait été envoyé pour seconder les opérations
que vous dirigiez sur la rive droite du Tage, d'après l'invitation que
vous m'aviez faite à ce sujet, et aussi pour favoriser la marche de la
colonne destinée pour l'armée du Midi et pour Badajoz, qui doit
déboucher par Almaraz, et m'a été annoncée, depuis trois mois, par Son
Altesse Sérénissime le prince de Neufchâtel.

«Le 28 octobre au matin, le général Girard s'est honteusement laissé
surprendre à Arroyo-Molinos, au moment où il allait se mettre en marche
pour rentrer à Merida, par un corps de dix mille Anglais, commandé par
le lieutenant général Hill; deux régiments, le 34e et le 40e, ont été
défaits, et nous avons éprouvé des pertes; nous n'avons pas même de
nouvelles des généraux Girard, Dembouski et Brun, non plus que du duc
d'Aremberg: le 30, le lieutenant général Hill avait son quartier à
Merida.

«Je ne pense pas que les Anglais soient dans l'intention de pousser plus
loin leur pointe, je suppose même qu'ils rentreront en Portugal;
cependant je fais, autant que mes moyens le permettent, toutes les
dispositions que les circonstances peuvent exiger: mais dans tous les
cas cela est insuffisant; j'ai donc l'honneur de prier Votre Excellence
de vouloir bien faire des démonstrations sur la rive gauche du Tage, et
de pousser une colonne vers Merida, afin de rétablir la communication
entre les deux armées, et pour obliger tous les corps ennemis qui sont
en Estramadure à rentrer en Portugal; l'apparition de cette colonne, et
les mouvements que je ferai opérer sur la rive gauche de la Guadiana,
suffiront pour éloigner de Badajoz les corps ennemis qui auraient pu
s'approcher de cette place, et qui en auraient momentanément intercepté
les communications; du moins résulterat-il que, nos rapports étant
rétablis, nous pourrons plus facilement concerter tes nouvelles
dispositions que les circonstances nous mettront dans le cas de prendre.

«J'ai aussi l'honneur de vous prier, monsieur le maréchal, de vouloir
bien en même temps faire diriger sur l'armée du Midi, par Merida, les
divers corps de troupes qui, d'après les ordres de Son Altesse
Sérénissime le prince major général, doivent la joindre, et se trouvent
dans l'arrondissement de l'armée de Portugal: ces troupes se composent
de la moitié de la colonne que commandait le général Vandermaesen,
laquelle est chargée de la conduite d'un convoi de fonds, du
quarante-quatrième bataillon de la flottille, d'un détachement provenant
du 10e de dragons, destiné pour les 17e et 27e régiments de la même
arme, du régiment de Hesse-Darmstadt, destiné pour Badajoz, d'une
compagnie de sapeurs, et de divers autres détachements.

«Son Altesse Sérénissime le prince major général m'a fait l'honneur de
me prévenir, par ses dernières dépêches, que l'intention de l'Empereur
était que vous tinssiez, à poste fixe, deux divisions d'infanterie et un
corps de cavalerie à Truxillo, afin d'être en mesure de vous porter sur
la Guadiana, si les circonstances l'exigeaient, et pour avoir la
facilité d'être instruit journellement de ce qui se passe du coté de
Badajoz; cette disposition est d'une telle importance, que je ne puis me
dispenser d'en réclamer l'exécution, et de vous prier, monsieur le
maréchal, de vouloir bien me faire part des ordres que vous donnerez à
ce sujet.

«L'armée du Midi est en ce moment très-engagée; le quatrième corps, qui
est sur la gauche, maintient l'armée insurgée de Murcie, qui ne cesse de
me donner de l'occupation et de faire des efforts pour se réorganiser;
il doit aussi former un double cordon pour empêcher toute communication
avec la province de Murcie, où la fièvre jaune exerce les plus grands
ravages, toutes les communes, même les troupes espagnoles, en étant
infectées.

«Le premier corps est employé au siège de Cadix, et doit contenir une
espèce d'armée, déjà de douze mille hommes, Anglais et Espagnols, qui se
forme à Tarifa et à Algesiras.

«Vous savez ce qui se passe en Estramadure, et vous connaissez l'immense
étendue de pays que je dois garder.

«D'après ces motifs, je ne puis qu'inviter très-particulièrement Votre
Excellence à prendre en sérieuse considération les demandes et
propositions que j'ai l'honneur de lui faire.



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 20 novembre 1811.

«Je vous renvoie, monsieur le duc, votre aide de camp, le colonel
Jardet; l'Empereur me charge de vous faire connaître que la grande
affaire du moment est la prise de Valence; vous devez être instruit des
avantages que vient de remporter M. le maréchal Suchet sur l'armée de
Blake, et de la prise des forts de Sagonte; je joins ici des exemplaires
du _Moniteur_, dans lesquels vous en verrez les détails; vous y verrez
aussi que les Anglais ont dix-huit mille malades et paraissent décidés à
rester sur la défensive. Il est indispensable, si Valence n'est pas
pris, que vous fassiez un détachement de six mille hommes, qui puisse se
réunir avec ce que l'armée du Centre aura de disponible et marcher au
secours du maréchal Suchet; aussitôt Valence pris, beaucoup de troupes
seront disponibles, et vous vous trouverez considérablement renforcé;
alors commenceront les grandes opérations de votre armée.

«A cette époque, c'est-à-dire vers la fin de janvier, après la saison
des pluies, vous devrez vous porter, avec l'armée de Portugal et partie
de celle du Midi, sur Elvas et inonder l'Alentejo, tandis que l'armée du
Nord, renforcée d'une partie de l'armée de réserve, se portera sur la
Coa et Alfaiatès; mais l'objet important, dans ce moment, est la prise
de Valence; l'Empereur ordonne donc, monsieur le maréchal, que vous
mettiez de suite une division en mouvement. Instruisez-moi des
dispositions que vous ferez à cet égard.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 21 novembre 1811.

«L'Empereur me charge de vous faire connaître, monsieur le maréchal, que
l'objet le plus important, en ce moment, est la prise de Valence;
l'Empereur ordonne que vous fassiez partir un corps de troupes qui,
réuni aux forces que le roi détachera de l'armée du Centre, se dirige
sur Valence pour appuyer l'armée du maréchal Suchet, jusqu'à ce qu'on
soit maître de cette place.

«Faites exécuter, sans délai, cette disposition, de concert avec Sa
Majesté le roi d'Espagne, et instruisez-moi de ce que vous aurez fait à
cet égard. Nous sommes instruits que les Anglais ont vingt mille malades
et qu'ils n'ont pas vingt mille hommes sous les armes, en sorte qu'ils
ne peuvent rien entreprendre; l'intention de l'Empereur est donc que
douze mille hommes, infanterie, cavalerie, sapeurs, marchent de suite
sur Valence; que vous détachiez même trois à quatre mille hommes sur les
derrières pour maintenir les communications, et que vous, monsieur le
maréchal, soyez en mesure de soutenir la prise de Valence. Cette place
prise, le Portugal sera près de sa chute, parce qu'alors, dans la bonne
saison, l'armée de Portugal sera augmentée de vingt-cinq mille hommes de
l'armée du Midi, et de quinze mille hommes du corps du général Reille,
de manière à réunir plus de quatre-vingt mille hommes. Dans cette
situation, vous recevriez l'ordre de vous porter sur Elvas et de vous
emparer de tout l'Alentejo, dans le temps que l'armée du Nord se
porterait sur la Coa avec une armée de quarante mille hommes. L'équipage
de pont, qui existe à Badajoz, servirait à jeter des ponts sur le Tage.
L'ennemi serait hors d'état de rien opposer à une pareille force qui
offre toutes les chances de succès, sans présenter aucun danger. C'est
donc Valence qu'il faut prendre. Le 6 novembre, nous étions maîtres d'un
faubourg; il y a lieu d'espérer que la place sera prise en décembre, ce
qui vous mettrait, monsieur le duc, à portée de vous trouver devant
Elvas dans le courant de janvier; envoyez-moi votre avis sur le plan
d'opération, afin qu'après avoir reçu la nouvelle de la prise de Valence
l'Empereur puisse vous donner des ordres positifs.»



COMMENTAIRES SUR LA CORRESPONDANCE OFFICIELLE
QUI PRÉCÈDE.

L'esprit des lettres ci-dessus doit être médité dans son ensemble. Dès
ce moment, on voit Napoléon se placer dans un monde idéal créé par son
imagination. Il bâtit dans le vide, il rêve ce qu'il désire, et donne
des ordres, comme s'il ignorait le véritable état des choses, et qu'on
lui eût caché la vérité.

L'armée de Portugal est forte de trente-deux mille hommes; il lui donne
un assez vaste territoire pour vivre; mais le territoire, riche et
productif, est placé à plus de soixante lieues de la frontière, et
l'armée et le pays sont sans moyens de transport. Or il faut, pour
vivre, de deux choses l'une: ou que les subsistances soient apportées
aux troupes, ou que celles-ci aillent les chercher. Ce sont les
provinces de Tolède et d'Avila qui seules possèdent des ressources, le
reste n'est qu'un désert: et il demande que l'armée occupe Alcantara,
situé sur la frontière même de Portugal, qui est une ville ouverte;
qu'on y exécute des travaux pour en faire un poste défensif; mais, pour
protéger ces travaux, il eût fallu qu'une masse de troupes respectable,
et une forte division au moins y fût réunie et se tînt constamment
rassemblée: il eût fallu, pour faire vivre pendant un mois dix mille
hommes, prendre des ressources à trente lieues alentour, et pour cela
éparpiller les troupes. Ainsi une station prolongée à Alcantara était
tout à fait impossible. Napoléon veut qu'un tiers de l'armée et la
cavalerie occupent Truxillo, et toute cette partie de l'Estramadure est
sans habitants, sans culture, et soumise à l'influence la plus délétère
et la plus malsaine. Il veut que l'on communique journellement avec
Rodrigo, qui est à soixante lieues de distance, ce qui ne pouvait se
faire qu'au moyen d'échelons multipliés, et il oublie l'état de
l'Espagne, qui était tel, que le commandement effectif et réel se
réduisait seulement au lieu que couvrait l'ombre des baïonnettes.

Ainsi, pour obtenir le moindre secours, exploiter les moindres
ressources, il fallait la présence des troupes: de là un éparpillement
indispensable, immense, qui ôtait toute consistance et toute mobilité à
l'armée; état de choses dont cette guerre d'Espagne offre peut-être un
exemple unique dans l'histoire, au moins d'une manière si permanente;
état de choses, qui n'a jamais cessé d'être le même pendant tout le
temps que j'ai commandé.

Ce n'était pas assez; il eût voulu que j'occupasse encore Merida, que je
fisse fortifier cette ville, située à trente lieues du Tage, et avec
laquelle je ne pouvais communiquer que par un autre désert, en marchant
parallèlement à la frontière de Portugal, tandis qu'elle se trouvait
naturellement la tête de l'armée du Midi, chargée de Badajoz. Il voulait
enfin que j'eusse un fort à Baños, à trente lieues du côté opposé. En
lisant de pareilles instructions, on croit entendre rêver.

Il reconnaît cependant que des forces considérables sont indispensables
et qu'on est loin d'en posséder le chiffre: il annonce de puissants
renforts; parmi les premiers est une colonne de six mille hommes, et de
huit cent cinquante chevaux, conduite par le général Vandermaesen, qui
se compose de régiments de marche des corps de l'armée de Portugal; mais
cette colonne est retenue partout par l'urgence des besoins, et employée
à toutes les corvées: elle ne rejoint l'armée de Portugal qu'à la fin de
l'année, réduite de plus de moitié.

On annonce que l'armée du Nord va être renforcée et que, dès le 15 août,
elle pourra prendre position sur la Coa et couvrir Rodrigo; et cependant
cette armée est dans une telle détresse, ainsi qu'on le voit par les
lettres du duc d'Istrie, qu'elle retient non-seulement la colonne du
général Vandermaesen, mais encore les hommes de l'armée de Portugal,
sortis des hôpitaux, et organisés en corps provisoires qui font le
service à l'armée du Nord.

Ce sont des rêves pareils qui fondent les calculs d'une campagne de
guerre, des projets d'opérations, la sécurité de l'avenir!

On laisse les agents du roi dans les provinces destinées à faire vivre
l'armée de Portugal, et ils font vider les magasins et vendre les
approvisionnements qu'ils renferment avant l'arrivée des troupes; c'est
ainsi qu'ils pourvoient à leurs besoins. Cependant, de toutes ces
dispositions, une seule s'exécute, celle qui concerne la garnison de
Rodrigo: cette place ne regarde plus directement l'armée de Portugal,
elle appartient à l'armée du Nord; c'est le général de celle-ci qui en
reçoit les rapports, qui fournit les troupes, et nomme le commandant;
c'est à lui de veiller sur elle, et de pourvoir à sa conservation, sauf
le cas d'un siége où l'armée de Portugal doit venir à son aide et lui
porter assistance.--Tels sont les préliminaires d'une campagne où les
ordres contradictoires vont se succéder et les illusions grandir jusqu'à
ce qu'elles deviennent de véritables aberrations.



OBSERVATIONS SUR LA CORRESPONDANCE DE 1811, SUR CELLE DE 1812, ET RÉCIT
HISTORIQUE DES CAUSES DU SIÉGE DE RODRIGO, ET DE L'ENLÈVEMENT DE CETTE
PLACE.

Les pièces indiquées ci-dessus présentent le tableau de contradictions
sans exemple, et d'une confusion dans les projets qui explique
suffisamment la cause de tous les malheurs de l'Espagne, et donne le
moyen de reconnaître, en outre, la bonne foi qui règne dans la
discussion des événements.

La prise de Rodrigo est l'effet immédiat des dispositions impératives
ordonnées par l'Empereur.



CORRESPONDANCE DE 1811.

Par la lettre du 20 novembre, le prince de Neufchâtel, major général,
m'écrit pour me faire connaître, de la part de l'Empereur, que l'armée
anglaise a dix-huit mille hommes malades, et que l'importance de la
prise de Valence le décide à me donner l'ordre de détacher six mille
hommes à l'armée de Portugal pour concourir aux opérations du général
Suchet.



MÊME CORRESPONDANCE.

Le lendemain, 21, il répète que l'armée anglaise a vingt mille malades,
qu'il ne lui reste pas vingt mille hommes sous les armes. Il me prescrit
de détacher sur Valence non plus six mille hommes, mais un corps de
douze mille hommes soutenus par une division de trois à quatre mille
hommes, afin de faciliter les opérations du maréchal Suchet; et il
annonce qu'une fois Valence pris je recevrai l'ordre de déboucher par la
rive gauche du Tage sur Elvas, de m'emparer d'Alentejo, et que l'armée
de Portugal sera augmentée de vingt-cinq mille hommes de l'armée du
Midi, et de quinze mille hommes du corps du général Reille, tandis que
l'armée du Nord se portera à quarante mille hommes sur la Coa.--Voilà un
bel ensemble de dispositions, un vaste plan dont le succès est assuré;
mais il n'y a qu'une observation à faire, c'est que tout cela était le
rêve d'une imagination exaltée. Rien de réel n'existait. Les Anglais,
dans le repos et l'abondance, occupant un pays sain, n'avaient pas de
malades et étaient tout prêts à agir.

Les troupes qui devaient accroître l'armée de Portugal ne se trouvaient
nulle part, et aucune base solide ne donnait le moyen de réaliser le
projet annoncé.

Mais, à peine le détachement sur Valence est-il fait, Napoléon change
d'avis, et, non content d'avoir ainsi disséminé l'armée de Portugal, il
rappelle en France une partie de l'armée du Nord, et ordonne un
déplacement universel des troupes, change tout le système de placements,
ce qui fait qu'il n'y a plus de troupes réunies nulle part en mesure
d'agir.

Le 13 décembre, vingt-deux jours après les ordres précédents, le prince
de Neufchâtel m'écrit pour me faire connaître les dispositions
suivantes, prescrites par l'Empereur.

Il place l'armée de Portugal dans la Vieille-Castille; il compose son
territoire des six ou sept gouvernements, c'est-à-dire des provinces de
Salamanque, Placencia et de Valladolid, Léon, Palencia, et les Asturies;
il augmente l'armée de deux divisions, mais en retirant cinq régiments
d'infanterie et deux des troupes à cheval, et en m'ordonnant d'occuper
les Asturies. De ces dispositions il résulte en réalité une diminution
des forces, eu égard à l'étendue du territoire et à la tâche que j'ai à
remplir. Je dois me rendre à Valladolid. Il me prescrit d'augmenter les
fortifications d'Astorga, de fortifier Salamanque; il reconnaît, au
surplus, qu'aucune offensive contre le Portugal ne peut être prise avant
la nouvelle récolte, et m'annonce le départ possible et prochain de la
garde.

Pendant que toutes ces belles dispositions, qui jetaient partout la
confusion, s'exécutaient, les Anglais avaient les yeux ouverts et se
disposaient à entrer en campagne. Je recevais du duc de Dalmatie la
lettre du 4 janvier 1812, qui n'était pas de nature à me donner beaucoup
de soucis, et, peu après, une lettre du général Dorsenne du 5, dont les
avis étaient beaucoup plus sérieux. Étranger au service de Rodrigo, qui
n'était pas, je le répète, sous mon commandement, ne pouvant recevoir
des nouvelles que par le général Dorsenne, qui jamais ne m'en avait
donné, c'était la première nouvelle des dangers qu'allait courir cette
place. Ce qui me parut le plus important dans cette lettre fut la phrase
relative au général Barrié, qui devait faire redouter un manque
d'énergie dans la défense. Puisque le général Dorsenne connaissait la
disposition d'esprit et le caractère de ce général, il n'aurait pas dû
le choisir pour lui confier un commandement isolé aussi important.

Des nouvelles plus graves ne tardèrent pas à se succéder. Je reçus, à
mon arrivée à Valladolid, une lettre du général Thiébault, commandant à
Salamanque, qui m'annonçait l'entrée en campagne des Anglais et le
passage de l'Aguada; et j'envoyai, par des officiers, dans toutes les
directions, aux différentes colonnes qui étaient en route pour aller
occuper leurs nouveaux cantonnements, l'ordre de se diriger sur
Fuente-El-Sauco et Salamanque, et je m'y rendis moi-même pour marcher
sur Rodrigo aussitôt que les troupes seraient réunies; mais les
événements se pressèrent tellement, et la résistance de Rodrigo fut si
courte (huit jours d'opérations, dont deux jours de feu), qu'il n'y
avait pas moyen d'arriver à temps à son secours, quelles qu'eussent été
les dispositions prises d'avance.

Mais voici qui devient curieux! C'est la manière dont Napoléon jugea la
question et les reproches qu'il m'adressa par sa lettre du 25 janvier,
quand il apprit l'entrée en campagne des Anglais. Le prince de
Neufchâtel me dit que l'Empereur a vu avec peine la manière dont j'ai
fait opérer le général Montbrun. «Il m'avait, ajoute-t-il, donné l'ordre
d'envoyer seulement six mille hommes au secours de Valence, qui devaient
rejoindre le général d'Armagnac;» mais il se garde bien de dire que,
s'il m'a effectivement donné ces instructions par sa lettre du 20
novembre, il m'a ordonné, par une lettre du lendemain, 21 novembre, de
mettre en mouvement un corps de douze mille hommes sur Valence, soutenu
par une division de trois ou quatre mille hommes, placés en
intermédiaire. Telle est la suite des idées de Napoléon, sa mémoire, et
sa bonne foi!

Le siége de Rodrigo a été entrepris parce que Wellington a vu
l'éparpillement des armées françaises, le départ d'une partie de l'armée
du Nord pour la France, et les détachements sur Valence.

La place de Rodrigo a été enlevée en un moment, parce que le général
Barrié n'avait aucune énergie et n'a pas fait les plus simples
dispositions que comporte la plus misérable défense; et cette reddition,
si prodigieusement prompte, a empêché qu'une bataille fût livrée pour
délivrer cette place.

Par les dispositions prises au milieu de cette confusion des
changements, je devais avoir réuni en face de l'armée anglaise, sur
l'Aguada, du 26 au 27, trente-deux mille hommes, et, du 1er au 2,
quarante mille. Maintenant, je dois poursuivre. On m'ordonne (même
lettre) d'envoyer une des divisions de l'armée de Portugal à l'armée du
Nord, sans rien changer à sa composition et à sa force, en échange de
trois régiments de marche, qui appartiennent aux corps de mon armée,
renforts qui me sont déjà comptés et annoncés depuis longtemps. On
retire de l'armée du Midi cinq régiments polonais, et on prescrit
d'accélérer leur retour. On ordonne impérativement de faire partir pour
la France tout ce qui appartient à la garde impériale en troupes de
toutes les armes, et on prescrit, comme l'équivalent pour l'armée de
Portugal de la diminution de forces qui s'opère partout, les secours que
pourra donner l'armée du Nord à l'armée de Portugal, dans le cas où
l'armée anglaise s'avancerait en Castille; comme s'il était possible de
compter jamais d'une manière positive sur les mouvements combinés de
généraux indépendants, et en Espagne alors beaucoup moins qu'ailleurs!
Et c'est au moment où les Anglais sont en pleine opération, et assiégent
Rodrigo, que de semblables dispositions sont prises!

LE MARÉCHAL DUC DE RAGUSE



       *       *       *       *       *


LE MARÉCHAL SOULT AU MARÉCHAL MARMONT.

«Séville, le 9 décembre 1811.

«Monsieur le maréchal, j'ai l'honneur de vous prévenir qu'en exécution
des ordres que Son Altesse Sérénissime le prince major général m'a
adressés le 28 octobre dernier, je donne ordre à la septième compagnie
du 4e régiment d'artillerie à cheval de se rendre à l'armée de Portugal,
sa nouvelle destination: elle arrivera à Tolède le 30 de ce mois, où
elle attendra les ordres de Votre Excellence. Cette compagnie n'emmènera
que ses chevaux d'escadron.

«Je fais en même temps partir une compagnie de militaires français,
appartenant à des régiments de l'armée de Portugal, qui, étant
prisonniers de guerre, ont été forcés de servir et faisaient partie de
la légion d'Estramadure, commandée par un colonel anglais, sous les
ordres de Murillo et du général Castaños. Le sieur Melhiot,
tambour-major au 76e de ligne, commande cette compagnie; c'est lui qui
l'a conduite à nos avant-postes, il y a quinze jours, du côté de
Aljucen: la manière dont il a ménagé sa rentrée lui fait honneur et
annonce un homme de caractère; j'ai fait donner tout ce qu'il était
possible aux hommes qu'il a ramenés; je dois cependant vous prévenir
que, sur la demande du général commandant l'artillerie de l'armée, j'ai
fait retenir six à sept hommes pour être incorporés dans l'artillerie,
où ils ont demandé à servir; je prie Votre Excellence de l'avoir pour
agréable. J'ai écrit au ministre de la guerre pour lui demander de
vouloir bien approuver cette incorporation.

«J'ai reçu votre réponse au sujet de l'événement arrivé au général
Girard; je n'ai certainement pas entendu que l'armée de Portugal en fût
cause, d'autant plus qu'il pouvait et devait s'éviter; heureusement, il
n'a pas été aussi fâcheux que d'abord on l'avait annoncé. Lorsque je fus
prévenu que vous faisiez un mouvement sur Ciudad-Rodrigo, je me trouvais
sur les frontières de Murcie, et, suivant vos désirs, je donnai l'ordre
que l'on fît un mouvement sur la rive droite de la Guadiana, afin de
retenir les troupes espagnoles et de faire même en sorte de les
compromettre; mais cet ordre fut longtemps à parvenir; ensuite il fut
mal exécuté, et, par la négligence la plus coupable, on s'attira ce
désagrément. Les contributions n'en étaient point le prétexte, quoique
le général Girard dût faire rentrer celles du district de Merida;
d'ailleurs, un motif aussi puéril n'aurait dû, en aucun cas, l'empêcher
de faire son métier.

«Je crois que Votre Excellence est mal instruite au sujet de ce qui
s'est passé à Medellin et dans la Serena; les troupes de l'armée de
Portugal ont emporté de cette contrée beaucoup de denrées, dont elles
n'ont point profité, et, lorsque je l'ai fait réoccuper, on a trouvé le
pays aussi épuisé que le restant de l'Estramadure.

«M. le général comte d'Erlon m'a écrit, le 6 de ce mois, que la division
anglaise du général Hill occupait Albuquerque, et que l'on avait annoncé
son arrivé à Cacerès. Les préparatifs que l'on a remarqués faisaient
croire à un prochain mouvement.

«M. le maréchal duc de Bellune fait en ce moment le siége de Tarifa et
d'Algésiras; je fais momentanément occuper le camp de San-Roch: nous
avons obtenu quelques avantages dans cette partie, sur une armée
anglo-espagnole que les ennemis y formaient; on l'a rejetée sous le
canon de Gibraltar.

«Les troupes ennemies, qui sont en Murcie, avaient fait un mouvement sur
ma gauche; mais, le 26 dernier, elles sont parties précipitamment pour
se porter sur les frontières de la province de Valence; je présume que
les progrès de l'armée d'Aragon y ont donné lieu. Il m'a été fait
rapport que les généraux ennemis avaient dit que, s'ils étaient trop
pressés, ils feraient une trouée par la Manche et iraient joindre
Castaños en Estramadure, auquel ils amèneraient particulièrement leur
cavalerie; si cela se réalise, Votre Excellence sera peut-être à même de
profiter de cet avis.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«13 décembre 1811.

«Je vous préviens, monsieur le maréchal, que l'Empereur, après avoir
pris connaissance de la lettre par laquelle vous exposez la difficulté
que vous avez de vous procurer des subsistances, et considérant en outre
l'importance de donner le commandement de toute la frontière de Portugal
à un seul général en chef, Sa Majesté décide que la province d'Avila,
celle de Salamanque, celle de Placencia, de Ciudad-Rodrigo, le royaume
de Léon, la province de Palencia, les Asturies et enfin tout ce qui
forme les sixième et septième gouvernements de l'Espagne, feront partie
de l'armée de Portugal.

«Indépendamment de vos troupes, c'est-à-dire des six divisions qui
composent maintenant l'armée de Portugal, vous aurez sous vos ordres la
division du général Souham, stationnée dans la province de Salamanque,
qui formera votre septième division, et la division du général Bonnet,
stationnée dans les Asturies, qui vous formera une huitième division.

«L'intention de Sa Majesté, monsieur le duc, est que vous vous rendiez
sans délai à Valladolid, pour prendre le commandement militaire et
administratif; que vous fassiez relever de suite la garnison de Rodrigo
par les troupes de votre armée, que vous occupiez toutes les plaines de
la Castille avec votre cavalerie, et Astorga par une brigade et une
division.

«Au moyen de ces dispositions vous enverrez dans le cinquième
gouvernement tout le 34e régiment d'infanterie légère, le 113e régiment
d'infanterie de ligne, le 4e régiment d'infanterie de la légion de la
Vistule, et enfin tout ce qui appartient aux régiments suisses, au
bataillon de Neufchâtel, et à la garde impériale, ainsi que le 1er
régiment de hussards et le 31e régiment de chasseurs.

«Le général Dorsenne portera son quartier général à Burgos, où il doit
réunir toutes les troupes, infanterie et cavalerie; il en résultera une
nouvelle formation des deux armées de Portugal et du Nord, conformément
aux deux états ci-joints.

«Il est nécessaire, monsieur le maréchal, que vous gardiez à Placencia
un corps d'infanterie et de cavalerie, avec lequel vous communiquerez
par les cols des montagnes, dont vous aurez grand soin d'augmenter les
défenses. Cette communication devient de la plus grande importance pour
Madrid, pour l'armée du Centre, pour celle du Midi, et pour savoir ce
qui se passe dans cette partie. Le point de Placencia devient tellement
important, que l'Empereur vous laisse le maître de placer deux divisions
de ce côté.

«Il est indispensable que le général Bonnet reste dans les Asturies,
parce que dans cette position il menace la Galice et contient les
habitants des montagnes. Il vous faudrait plus de monde pour garder les
bords de la plaine depuis Léon jusqu'à Saint-Sébastien que pour garder
les Asturies. La théorie avait établi, et l'expérience a prouvé que, de
toutes les opérations, la plus importante est d'occuper les Asturies, ce
qui appuie la droite de l'armée à la mer et menace continuellement la
Galice.

«Si le général Wellington, après la saison des pluies, voulait prendre
l'offensive, alors vous pourriez réunir vos huit divisions pour livrer
bataille, être secouru et soutenu par le général Dorsenne qui, de
Burgos, marcherait pour vous appuyer. Mais cela n'est pas présumable.
Les Anglais ayant perdu beaucoup de monde, et éprouvant beaucoup de
peine à recruter leur armée, tout doit porter à penser qu'ils s'en
tiendront simplement à la défense du Portugal.

«En réfléchissant à la situation des choses, il parait à l'Empereur
qu'au lieu d'établir votre quartier général à Valladolid il serait
préférable que vous l'établissiez à Salamanque, si cela est possible.
Nous n'avons pas de plan de cette ville; si l'on pouvait la fortifier
sans de trop grandes dépenses et en peu de temps, ce travail serait fort
utile.

«Il faut, monsieur le duc, que vous fassiez augmenter les fortifications
d'Astorga par des ouvrages en terre qui en défendent l'enceinte et qui
mettent cette place en état de soutenir un siége; de manière que, dans
le cas où votre année serait obligée de rétrograder jusqu'à Valladolid,
même jusqu'à Burgos, vous puissiez, après avoir réuni vos forces et les
secours qui vous arriveraient, faire lever le siége que l'ennemi aurait
pu entreprendre sur Salamanque et Astorga.

«Tout porte à penser qu'avant la fin de la saison des pluies Valence
sera pris, et qu'alors les détachements que vous avez faits pour
soutenir l'expédition sur cette place vous rejoindront. La grande
quantité de cavalerie que vous aurez pour battre la plaine vous mettra à
même de détruire les bandes, de pacifier le pays, d'en organiser
l'administration, de faire payer les contributions, et enfin de former
des magasins.

«Par vos différentes dépêches il ne paraît plus possible, en effet, de
prendre l'offensive contre le Portugal. Badajoz est à peine
approvisionné, et Salamanque n'a pas de magasins. Il faut donc forcément
attendre la nouvelle récolte, que les nuages qui obscurcissent en ce
moment la politique du Nord soient dissipés. Sa Majesté ne doute pas que
vous ne profitiez de ce temps pour organiser et administrer les
provinces de votre commandement avec justice et intégrité, ainsi que
pour former de gros magasins. Avec la quantité de troupes que vous allez
avoir sous vos ordres, vous serez à même de bien assurer vos
communications avec le général Bonnet, dans les Asturies. Il faut faire
bien administrer cette province, et faire tourner au profit de l'armée
toutes les ressources de ce pays qui, jusqu'à ce jour, ont été employées
à des profits particuliers.

«Vous devez sentir, monsieur le maréchal, l'importance que met
l'Empereur à ce que les troupes du général Dorsenne rentrent. Il n'est
même pas impossible que l'Empereur soit dans le cas de rappeler sa
garde.

«C'est à vous, monsieur le duc, qu'est réservée la conquête du Portugal
et l'immortelle gloire de battre les Anglais. Vous devez donc employer
tous les moyens pour vous mettre en mesure d'entreprendre cette campagne
lorsque les circonstances permettront de l'ordonner. Vous devez porter
le plus grand soin à organiser le matériel de votre armée et avoir des
approvisionnements en tout genre de vivres et de munitions.

«Plusieurs opinions ont été émises pour détruire Rodrigo. L'Empereur
pense que ce serait commettre une très-grande faute, car l'ennemi,
s'appuyant sur cette position, se trouverait intercepter par ses
avant-postes la communication de Salamanque à Placencia, ce qui serait
un très-grand malheur. Les Anglais savent bien que, s'ils serrent ou
assiégent Rodrigo, ils s'exposent à avoir bataille, ce qu'ils sont bien
loin de vouloir faire; enfin, s'ils s'y exposaient, il faudrait,
monsieur le maréchal, réunir votre armée et marcher droit à eux.
Aussitôt que Valence sera pris, le duc de Dalmatie a l'ordre de
renforcer considérablement le cinquième corps, afin d'arrêter et de
contenir le général Hill et les insurgés de l'Alentejo.»



LE ROI JOSEPH AU MARÉCHAL MARMONT.

«Madrid, le 15 décembre 1811.

«Monsieur le maréchal, j'ai reçu vos lettres du 10 et du 11. Plus j'ai
réfléchi aux propositions qu'elles contiennent, et plus je m'affermis
dans l'opinion qu'il m'est impossible d'y adhérer.

«J'ai des ordres positifs de l'Empereur sur la part de coopération que
doit prendre l'armée du Centre aux mouvements généraux ordonnés par Sa
Majesté Impériale en faveur de l'armée qui assiège Valence; je ne puis
donc pas m'écarter de ce qui m'est ordonné pour l'armée du Centre. Je
sais que le général en chef de l'armée du Nord, que M. le duc de
Dalmatie, ont des ordres directs de Paris, dont ceux que je pourrais
leur donner ne pourront pas les faire écarter. Comment croire, en effet,
que, tandis que l'armée du Midi a l'ordre de l'Empereur de faire un
mouvement sur sa gauche, vers le royaume de Murcie, elle puisse se
prêter à la demande que je lui ferais de faire un mouvement vers la
droite? Comment espérer que dans le Nord on pourra faire le mouvement
que vous désirez vers Salamanque, tandis que vingt-quatre mille hommes
de cette armée se portent vers Valence, et qu'on m'assure que le général
en chef lui-même s'est porté sur un point plus central?

«Je ne pense pas, monsieur le duc, qu'il faille faire, pour l'armée qui
assiége Valence, d'autre diversion que celle ordonnée par l'Empereur. La
tâche principale et glorieuse du général en chef de l'armée de Portugal
me paraît déterminée jusqu'à ce qu'il prenne l'offensive, et la rentrée
des Anglais dans leurs lignes aujourd'hui ne doit pas plus vous rassurer
sur leurs opérations futures que les mouvements qu'ils ont faits en deçà
de l'Aguada n'ont dû vous intimider il y a quelques jours, et ceux
qu'ils pourraient faire encore ne doivent pas, je pense, vous empêcher
d'envoyer sur Valence les huit mille hommes désignés par la lettre du
prince de Neufchâtel.

«Quoique je vous aie écrit précédemment que le général d'Armagnac
paraissait devoir commander ce nouveau mouvement sur Valence, ayant
dirigé déjà celui qui vient d'avoir lieu, et connaissant le pays,
cependant il est possible de tout combiner et de donner au général
Montbrun le commandement des troupes de l'armée de Portugal et de celle
du Centre, dirigées sur Valence, en laissant le général d'Armagnac
gouverneur de la province de Cuença dans cette province avec deux mille
hommes de l'armée du Centre, et le général Treilhard gouverneur de la
province de la Manche dans la province de la Manche, commandant les
quinze cents hommes de l'armée du Centre et les quinze cents hommes de
l'armée de Portugal que vous y avez envoyés.

«Je n'entre pas dans plus de développements, monsieur le maréchal,
persuadé qu'il n'y a pas lieu à discuter dans des choses où la marche
est tracée par l'Empereur. C'était il y a deux mois, lorsque vous étiez
à Madrid, et que je vous proposai de réunir aux cinq mille hommes de
l'armée du Centre huit mille de l'armée de Portugal, que cela eût été
possible; aujourd'hui nous ne pouvons qu'obéir, et nous devons le faire
d'autant mieux, qu'il ne me paraît pas raisonnable que l'armée de
Portugal puisse prendre aux opérations sur Valence une part plus active
que celle qui lui est si sagement ordonnée par les dispositions du
prince de Neufchâtel. Vous ne devez pas oublier, monsieur le duc, qu'un
mouvement des Anglais sur Placencia par Alcantara ne serait pas
improbable s'ils apprenaient que le général en chef et la plus grande
partie de l'armée de Portugal, aujourd'hui gardienne du Tage, ont
abandonné ses bords pour se porter sur Valence par les montagnes de
Cuença. Cette route, indiquée par l'instruction du prince de Neufchâtel,
ne serait point convenable pour un grand mouvement d'armée comme celui
que vous projetez, et dans ce cas, ce serait par Albacete et Chinchilla
qu'il faudrait se diriger pour couper la retraite à Blake sur la droite
du Xucar, et avoir peut-être une affaire générale avec lui s'il se
portait à la rencontre de l'armée qui marcherait sur lui; mais un
mouvement semblable ne peut point être exécuté ni par le général ni par
l'armée qui se trouvent en face de l'armée anglaise.»



EXTRAIT DE DEUX LETTRES DONNANT L'AVIS DES DISPOSITIONS DES ANGLAIS
CONTRE RODRIGO.

«Salamanque, le 1er janvier 1812.

«Monsieur le général, tout ce qui tient à Rodrigo devient si sérieux,
que, à tout événement, j'adresse ci-joint à Votre Excellence un
duplicata de ma lettre n° 126.

«A l'appui de ce qu'elle renferme, je vais vous rendre compte des faits
dont je ne puis douter, d'après ce que le préfet vient de me dire.

«Il y a trois semaines environ, les ennemis jetèrent un pont sur
l'Aguada, entre Rodrigo et San Felices-El-Chico. Ce pont, presque
terminé, s'écroula, et ceux qui y travaillaient furent noyés. Je cite ce
fait parce qu'il établit de la suite dans les opérations.

«En ce moment, ils en ont construit deux pour le passage de
l'artillerie, etc., l'un à San Felices-El-Grande, et l'autre à deux ou
trois lieues plus haut. Un équipage de pont, arrivé depuis peu, a servi
à l'une de ces constructions. Je mentionne cette circonstance, parce
que, dans la position de l'ennemi, l'arrivée d'un équipage de pont
prouve des projets.

«D'énormes convois de subsistances et de grands troupeaux de boeufs
arrivent à l'armée anglaise, en passant par la province d'Avila et par
la partie de la province de Salamanque occupée par l'armée de Portugal.
Je l'ai écrit au général Thomières, qui est à El-Barco. Je puis ajouter
qu'il y a quinze jours le marche de Tamamès a été tellement pourvu, que
mille fanégas de grains n'ont pu y être vendues.

«Placencia et Bejar sont évacués; et, d'après ce que m'écrit le général
Thomières, il parait qu'il doit se retirer, en cas d'un mouvement
offensif de l'ennemi, sur Avila, où est son général de division Maucune.

«Don Carlos, en annonçant un grand mouvement, et avec les plus terribles
menaces, vient d'ordonner, dans les provinces du septième gouvernement,
que, de suite, toutes les justices soient renouvelées au nom de la
régence; que les nouveaux alcades aillent prêter serment entre ses
mains; que tout le bétail soit conduit dans les montagnes; que les
habitants évacuent leurs villages à l'approche des Français; qu'on lui
conduise d'énormes quantités de grains, de pain et de cochon salé, etc.:
que, _sous peine de mort_, toutes les voitures existantes lui soient
conduites, et que l'on emploie tous les moyens existants pour en
construire de nouvelles: ordre qui s'exécute avec une inconcevable
activité sur toute la gauche de la Tormès, qui, déjà, lui a fait amener
un nombre très-considérable de voitures et qui les augmente tous les
jours.

«J'ai demandé au préfet quels moyens on pouvait prendre pour déjouer ces
projets. Il n'a pu m'en proposer aucun. Ne pouvant cependant avoir l'air
d'autoriser, par le silence, ces audacieuses mesures qui, chaque jour,
terrorisent davantage tout le pays, j'ai rendu l'ordre dont copie
ci-jointe, et que j'ai l'honneur de vous soumettre.

«Dans cet état de choses, on annonce un mouvement offensif de la part de
l'armée combinée. Je ne pense pas qu'il la conduise sur la Tormès,
quoique cela soit possible; mais, considérant que l'armée de Portugal
s'est retirée et découvre tout ce pays, je pense que l'attaque de
Rodrigo va commencer, et tous les faits ci-dessus rapportés ne peuvent
pas laisser de doute à cet égard.

«On ajoute, et c'est le bruit général, que Rodrigo est dans une fâcheuse
position et que la désertion y augmente chaque jour. On cite même à cet
égard des choses ridicules.

«Le préfet, qui n'est pas alarmiste et qui est un des hommes qui connaît
le mieux son pays, regarde cette situation comme très-sérieuse. Je lui
ai ordonné d'envoyer quelques hommes sûrs pour vérifier ces faits. Il
m'a demandé avec quoi il les payerait: c'est le chapitre infernal. Il
pense, comme moi, que rien ne balance la nécessité de s'éclairer sur les
opérations de l'ennemi. Il a été jusqu'à me dire qu'il serait criminel
d'hésiter à prendre, à cet égard, partout où il y a. Au fait, la forme
ne peut tuer le fond, et nous ferons pour le mieux.

«Je ne puis vous dire à quel point Rodrigo me tourmente. Le temps qu'il
fait achève de tout faciliter à l'ennemi; tandis que, l'année dernière,
ce temps aurait sauvé Almeida et Rodrigo; comme, cette année, le temps
de l'année dernière aurait suffi pour chasser l'ennemi de ses positions.
C'est une fatalité. Du reste, mon général, le ravitaillement de Rodrigo
n'est plus une opération de division, c'est une grande et difficile
opération d'armée; et, si l'armée de Portugal n'y concourt pas, elle me
paraît très-douteuse; mais comment l'armée de Portugal se
retirerait-elle lorsque sa présence est le plus nécessaire, et comment
oublierait-elle que la conservation de Rodrigo est un de ses premiers
devoirs?



«Le général baron THIÉBAULT.»

«Salamanque, la 3 janvier 1812.

«Mon général, j'apprends à l'instant par un homme sûr, qui est parti le
30 décembre de la gauche de l'Aguada, les faits suivants:

«Castaños, auquel il a parlé, est à Fuentes-de-Oñore; ce qui prouve
qu'il ne s'est pas rapproché pour une simple visite de cantonnements.

«Toutes les voitures qu'on peut rassembler y sont conduites. Le 30, il y
en avait deux cent soixante-dix, il doit y en avoir mille en ce moment.

«Chaque conducteur de voitures portait des vivres et des fourrages pour
dix et douze jours, pour eux et leurs bestiaux; d'où il résulte que le
mouvement de l'ennemi doit commencer maintenant.

«Le pont de Yecla est coupé; celui de Cerralbo est miné, couvert
d'abatis et de retranchements, auxquels quinze cents hommes travaillent
encore; il paraît qu'ils doivent servir à couvrir le flanc gauche de
l'ennemi et à menacer le flanc droit des troupes qui marcheraient sur
Rodrigo.

«On parle également d'ouvrages faits à Tamamès, mais je n'y crois pas;
si cependant cela était, Rodrigo se trouverait au fond d'un cul-de-sac
de six lieues, d'un front peu étendu, et qui même offrirait à l'ennemi
trois belles positions de combat, surtout relativement à une opération
que l'on sera hors de mesure de prolonger.

«Je reprends le rapport de l'espion.

«On fait sur la gauche de Jeltès et de l'Aguada un nombre énorme de
fascines.

«Deux ponts existent sur l'Aguada: tous les villages de la gauche sont
remplis de troupes; la cavalerie anglaise est à Fuenteguinaldo; la force
de l'ennemi paraît être de vingt-quatre mille hommes.

«Une grande artillerie de siége est à Almeida, dont les travaux
continuent avec la plus grande activité.

«L'opinion générale est que le siége de Rodrigo va commencer, et tout
l'annonce; presque tout ce qui restait d'habitante en est parti; le
corrégidor est de ce nombre, et l'espion lui a parlé; ce corrégidor est
un des hommes les plus au courant de ce qui se passe.

«On fait une nouvelle levée générale des hommes en état de marcher.

«Une junte insurrectionnelle, placée à Sobradillo, est chargé de cette
opération; plus de quatre-vingts curés et moines y sont et forment la
cour de don Carlos. En face de Sobradillo se trouve un pont pour
communiquer avec le Portugal.

«Le général baron THIÉBAULT.»



LE MARÉCHAL SOULT AU MARÉCHAL MARMONT.

«Séville, le 4 janvier 1812

«Vous êtes sûrement instruit que l'armée anglaise est de nouveau entrée
en campagne et s'est portée sur la Guadiana; le 1er de ce mois, le
lieutenant général Hill avec toute sa division, quatre mille Portugais
et autant d'Espagnols, était à Merida; le même jour il a attaqué
l'avant-garde du cinquième corps à Almendralejo. Le général Philippon
m'a écrit de Badajoz, le 30, qu'indépendamment de ces troupes une autre
colonne, que l'on disait forte de douze à quinze mille hommes, également
venue de Portalègre et d'Albuquerque, se dirigeait par Aliseda sur
Montanchès.

«J'ignore encore si les ennemis ont le projet de faire plus qu'une
diversion pour m'obliger à renoncer au siége de Tarifa, que M. le
maréchal duc de Bellune poursuit, et pour me forcer à rappeler les
troupes que, d'après les ordres de l'Empereur, j'ai envoyées en Murcie
en faveur de l'armée de siége de Valence: le temps nous rapprendra;
mais, en attendant, je dois prier Votre Excellence, au nom du service de
l'Empereur, de vouloir bien faire une démonstration sur Truxillo et
Merida, qui dégage ma droite et oblige les ennemis à rentrer en
Portugal; pour le moment, il m'est impossible de renforcer le cinquième
corps, j'ai trop de troupes détachées sur ma gauche, et je ne puis
encore renoncer au siége de Tarifa.

«J'ai eu plusieurs fois l'honneur d'écrire à Votre Excellence, mais
depuis longtemps je n'ai pas reçu de ses nouvelles; je la prie de m'en
donner, et, dans cette circonstance, de vouloir bien me faire part le
plus promptement des dispositions qu'elle fera d'après ma proposition.

«Le 30 décembre, une reconnaissance de quatre compagnies d'infanterie et
quinze hussards, qui avait été poussée de Merida sur Carmonita, fut
attaquée par l'avant-garde de l'ennemi, composée de six cents
chevau-légers anglais et quatre pièces de canon; notre détachement forma
le carré et repoussa successivement cinq charges sans pouvoir être
entamé; ensuite il opéra sa retraite en bon ordre sur Merida. L'ennemi
perdit beaucoup de monde et de chevaux. La reconnaissance était
commandée par le capitaine Neveu, du 88e régiment; sa valeur et les
bonnes dispositions qu'il a faites ont donné le temps à la garnison de
Merida de se mettre en mesure d'aller à son secours, et de recevoir
l'ennemi.»



LE GÉNÉRAL DORSENNE AU MARÉCHAL MARMONT.

«Valladolid, le 5 janvier 1812.

«J'ai l'honneur d'adresser ci-joint, à Votre Excellence, deux lettres en
original, aux dates des 1er et 3 courant, du général Thiébault,
gouverneur de Salamanque. Quoique je n'ajoute aucune foi à leur contenu,
car depuis six mois je n'ai cessé de recevoir de pareils rapports, je
crois cependant utile de vous les communiquer. Votre Excellence est à
même d'être mieux instruite que moi de la situation des choses dans la
partie de Rodrigo; mais je ne puis lui dissimuler que le dégoût
qu'éprouve le général Barrié dans cette place, et son caractère, ne sont
pas sans me donner quelques inquiétudes, et que la première chose à
faire pour le bien du service de l'Empereur serait de l'en retirer
promptement. Si, contre mon opinion, les Anglais ont fait quelques
projets de tentative sur Rodrigo, ou même sur Salamanque, et que don
Julian ait songé à nous intercepter cette première place, on ne pourrait
les attribuer qu'au mouvement que vous aviez commencé sur Valence; mais
le retour imprévu de Votre Excellence pourrait, dans ce cas, faire
changer aux ennemis leur plan d'opérations et leur devenir funeste.

«Avant de recevoir les ordres de l'Empereur relatifs à la nouvelle
division du territoire des armées du Nord et de Portugal, j'avais déjà
pris quelques mesures pour jeter des vivres dans Rodrigo. Mais depuis
mon retour, et supposant que vous éprouveriez, en vous établissant dans
les sixième et septième gouvernements, des difficultés pour réunir
promptement les moyens nécessaires au ravitaillement de cette place,
j'ai cru devoir y donner la dernière main. J'ai la satisfaction de vous
annoncer, monsieur le maréchal, que nous pourrons profiter de nos
changements de garnisons pour faire escorter jusqu'à Rodrigo un convoi
composé de toute espèce de subsistances pendant six mois. Le seul
embarras que nous aurons sera, je le crains fort, celui des transports.
Il serait à désirer que Votre Excellence pût concourir à cette
opération, en faisant arriver à Salamanque toutes les voitures à sa
disposition.

«Avec juste raison, Votre Excellence doit compter sur moi dans toutes
les circonstances, et je lui renouvelle l'assurance que je n'ai rien
tant à coeur que de faire ce qui peut lui être personnellement agréable
et servir Sa Majesté.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 9 janvier 1812.

«Je vous préviens, monsieur le maréchal, que le maréchal duc de Dalmatie
a l'ordre de diriger sur Burgos, ainsi que vous l'aurez vu par ma lettre
du 6 de ce mois, dont je joins ici un duplicata, les trois régiments
polonais, et que je charge ce maréchal de faire aussi partir pour Burgos
le 7e régiment de chevau-légers (ci-devant lanciers de la Vistule), et
généralement tous les détachements polonais quelconques et officiers
d'état-major polonais qu'il peut avoir sous ses ordres.

«Ayez soin que tous les détachements de ces corps qui se trouveraient
sur quelque point que ce soit de l'arrondissement de l'armée de Portugal
les rejoignent à leur passage.»



LE MARÉCHAL MARMONT AU MAJOR GÉNÉRAL.

«Valladolid, le 13 janvier 1812.

«Monseigneur, en lisant votre lettre DU 21 NOVEMBRE, je trouve que je
n'ai fait qu'exécuter littéralement l'ordre de l'Empereur, et que, même,
je lui ai donné moins d'extension, puisqu'il m'était prescrit de
compléter à douze mille hommes le détachement de l'armée du Centre, et
que celle-ci n'a presque rien fourni; enfin que l'intention de Sa
Majesté était que je plaçasse quatre mille hommes en échelons pour
maintenir la communication. La division que j'ai de moins pour le
moment, et que Sa Majesté supposait que j'avais sous la main, se
trouvait nécessairement détachée pour l'exécution des ordres que vous
m'avez adressés.

«Le général Montbrun n'a pas _pu passer par Lucena_. Il lui aurait
_fallu un équipage de montagne_, et je n'en ai pas. Il paraît qu'il lui
était aussi impraticable _de se porter par Tarazona sur Requeña_.
Indépendamment de la difficulté des chemins, de celle des vivres, le
passage _présente des impossibilités_, et, près de Requeña, se trouvent
des positions qui sont occupées, retranchées et difficiles à chercher et
difficiles à emporter. Il a donc pris la route _d'Albonte_ et manoeuvré
_sur la rive droite du Xucar_, menaçant _la seule retraite qu'ait
l'ennemi_. Il est probable que son arrivée dans ces parages aura fait
une diversion utile au maréchal Suchet, et lui aura facilité
l'investissement de la place en séparant l'armée de la garnison, et
déterminé celle-là à rentrer en Murcie. Ainsi tout ce qui tient aux
opérations d'armée semble devoir être promptement terminé; et, si
Valence résiste encore, ce ne sera plus qu'une opération méthodique pour
laquelle le concours _du général Montbrun serait inutile_; et, comme,
d'un autre côté, il est probable que les Anglais feront des mouvements à
la fin de février, _et qu'alors j'ai besoin de tout mon monde_, j'ai
donné l'ordre au général Montbrun _de se mettre en route à la fin de
janvier pour me rejoindre_. Indépendamment des deux divisions, _il a
toute ma cavalerie légère_ dont je ne saurais me passer si, seul, je me
trouvais forcé de faire la moindre opération.

«Sa Majesté parait tenir à ce que j'aie trois divisions dans la vallée
du Tage; mais, vu la grande étendue de l'armée _et le temps qu'il faut
pour la réunir_, qui, y compris celui nécessaire pour que _les ordres de
mouvement parviennent_, est au moins _de quinze jours_, tandis que
l'ennemi _peut être en quatre jours sur moi_, je n'ai _d'autre garantie_
d'être en mesure _de le combattre et de l'empêcher de séparer l'armée_,
tant qu'il est dans _la position qu'il occupe aujourd'hui_, que de tenir
_beaucoup de troupes sur les deux rives du Duero, afin de retarder assez
les opérations pour que les divisions puissent venir me rejoindre_.
Mais, indépendamment de ces motifs, _comment pourrais-je occuper le pays
entier_, établir des ressources, rendre faciles toutes les
communications _si près de la moitié de l'armée se trouve dans la vallée
du Tage?_ Enfin, une dernière considération, qui a en partie motivé _le
changement de situation de l'armée, c'est l'impossibilité d'y vivre_. Un
corps considérable dans cette position _ne peut y vivre que par les
provinces_ de la Manche et de Ségovie; et elles sont _affectées_ à
l'armée du Centre. Partout il _n'est_ possible _d'y entretenir que_ des
postes ou une très-faible _division_. C'est ce que j'ai fait. Malgré les
efforts inouïs que j'ai faits avant mon départ pour procurer des
subsistances à cette division, _je n'ai encore que l'espérance_ qu'elle
pourra y vivre jusqu'à la récolte, mais non la certitude.

«Je suis arrivé à Valladolid avant-hier; le général Dorsenne avait
préparé _un ravitaillement pour Rodrigo_, et je profite de sa présence
ici pour être soutenu au besoin, et je fais conduire _le convoi
immédiatement dans cette place_, et par la même occasion _en relever la
garnison et en changer le commandant_. Comme je n'ai point de _cavalerie
légère_, le général Dorsenne me prête celle qu'il a ici et qui, réunie
aux dragons, me donnera une force _en cavalerie suffisante pour le
mouvement_; je soutiens _le convoi par quatre divisions_ et je m'y rends
de ma personne. Je ne pense pas que l'ennemi fasse de _dispositions pour
s'opposer à son entrée_. Mais, si l'armée anglaise passait l'Aguada pour
livrer bataille, _j'attendrais sur la Tormès la division du Tage et les
troupes que le général Dorsenne pourrait m'amener_; mais sans doute ce
cas n'arrivera pas. _Rodrigo sera ainsi approvisionné_ jusqu'à la
récolte, et, à moins _d'un siége_, il ne doit plus être l'objet d'aucune
sollicitude. Cette opération terminée, les troupes du général Dorsenne
seront relevées sans retard dans le septième gouvernement.»



LE GÉNÉRAL DORSENNE AU MARÉCHAL MARMONT.

«Valladolid, le 23 janvier 1812.

«Monsieur le maréchal, votre aide de camp vient de me remettre votre
lettre du 21 décembre, avec le rapport du général Thiébauld à la même
date.

«Votre Excellence sait qu'après avoir mis à sa disposition la division
Roguet, deux batteries d'artillerie, la brigade de fusiliers de la garde
et la cavalerie légère de l'armée, il ne me reste aucune troupe
disponible. Je ne puis donc compter que sur celles qui se trouvent en
Palencia, Léon, Benavente et Valladolid, en évacuant ces provinces, en
les abandonnant aux insurgés, en laissant à l'ennemi des ouvrages et
postes retranchés importants et en arrêtant les communications avec
Bayonne et Madrid. Mais, d'après l'urgence que vous m'avez démontrée, je
n'hésite pas à donner l'ordre à ces troupes de se tenir prêtes à marcher
au premier avis. Si mon aide de camp, porteur de la présente, fait
diligence, en quarante-huit heures je puis connaître la dernière
détermination de Votre Excellence.

«Les troisième, quatrième et cinquième gouvernements du nord de
l'Espagne n'étant occupés que par des bataillons de marche, je ne puis
en retirer un seul homme. Malgré mes efforts et mes calculs, je ne
pourrais rassembler que six mille hommes d'infanterie, mille chevaux et
douze pièces de canon; et, quelque célérité que je fasse apporter dans
mon mouvement, ces corps ne seraient réunis à Toro que vers le 2 du mois
prochain.

«Comme le mouvement de l'armée combinée sur Tamamès n'est pas confirmé,
qu'on ignore encore les forces de l'ennemi et que les Anglais ont
l'habitude d'être lents dans leurs expéditions, je vais employer le
temps qui s'écoulera jusqu'à la réponse de Votre Excellence à faire
évacuer les blessés et les malades qui se trouvent dans les différentes
places, et à réunir à Valladolid l'administration avec les équipages des
corps.

«Avec les dragons à pied de votre armée qui étaient à Valladolid, il n'a
été possible que de relever les postes de Puente-Duero à Valdestellas.
Les ordres sont donnés pour que tout ce qui doit arriver de Burgos soit
dirigé de suite sur Toro. Le général Curto partira avec le régiment de
marche de dragons le 26; le bataillon du 47e, qui est à Almeida, sera
aussi dirigé sur Toro aussitôt qu'il aura été relevé par un bataillon de
marche.

«J'ai fait mettre en route, ce matin, non sans peine, vingt-deux
caissons de votre grand parc, qui étaient restés à Valladolid. Ils
rejoindront demain la division Roguet à Médina et suivront son mouvement
sur Toro. Enfin, toutes les dispositions sont prises pour faire filer
sur cette destination ce qui arriverait du Nord, appartenant à l'armée
de Portugal.

«Je reviens à un objet qui mérite de fixer notre attention: en évacuant
les lignes de l'Orbigo et de Cyla, nous fournissons aux Galiciens
l'occasion (si le cas exige de nous porter en masse sur Salamanque) de
s'emparer de nos ouvrages retranchés et de marcher ensuite, sans
obstacle, sur Valladolid, en supposant que les opérations qui se
présentent soient combinées, comme le prouvent les rapports qui
m'annoncent unanimement l'arrivée à Villafranca de plusieurs généraux et
officiers anglais et la réunion de plusieurs corps. Cette réflexion doit
nous donner des craintes pour les suites. Je prie Votre Excellence de la
méditer. D'ailleurs, je ne puis lui taire que mon opinion est que les
Anglais, apprenant la jonction des armées impériales, renonceront, s'ils
en avaient le projet, au hasard d'une bataille. Car il est à supposer
que leur prétendu mouvement sur Tamamès par échelons n'a été opéré que
pour avoir le temps d'approvisionner Rodrigo et de mettre cette place en
état. Ils sortiraient des bornes de leur extrême prudence en marchant
avec toutes leurs forces sur Salamanque; ce serait nous offrir trop
d'avantages et ils auraient lieu de s'en repentir, car, quelque nombreux
qu'ils soient, nous sommes plus qu'en mesure de les accabler, et ils
éviteront toujours, tant qu'ils pourront, de nous attendre en plaine. Je
me résume et crois fermement que l'armée combinée ne tentera pas, cette
campagne, le passage de la Tormès.

«Je suis persuadé, monsieur le maréchal, que vous reconnaîtrez dans ma
conduite et mes observations que toute espèce de considération cède au
désir de déjouer les projets de l'ennemi et de coopérer au succès de vos
opérations.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 23 janvier 1812.

«Je vous envoie, monsieur le maréchal, un _Moniteur_ qui vous fera
connaître l'état de choses du côté de Valence. L'Empereur a vu avec
peine, monsieur le duc, la mauvaise direction donnée au général
Montbrun, et que les ordres et contre-ordres donnés ont rendu inutile le
mouvement que Sa Majesté avait prescrit. Vous avez reçu, le 13 décembre,
l'ordre d'envoyer six mille hommes sur Cuença pour renforcer le général
d'Armagnac et le mettre à même de marcher rapidement sur le corps
espagnol qui était à Requeña en Utiel. Sa Majesté était fondée à croire
que, le 24 ou le 25, cette puissante diversion aurait agi.

«Les ordres de l'Empereur n'ont donc pas été exécutés comme Sa Majesté
le désirait. Cela provient de ce que vous avez hésité dans vos
dispositions. Au lieu d'un corps volant que l'Empereur voulait lancer à
tire-d'aile sur Cuença, vous avez voulu faire marcher un corps d'armée
et trente pièces de canon. Sa Majesté (je dois vous le dire, monsieur le
maréchal) pense que, dans cette circonstance, vous avez plus calculé
votre gloire personnelle que le bien de son service. Vous connaisses
assez l'Empereur, monsieur le maréchal, pour concevoir que, s'il eût
voulu opérer une grande diversion en portant un corps d'armée et trente
pièces de canon sur Valence, il vous aurait ordonné de passer par
Almanza. Il en résulte qu'un mois après l'ordre que vous avez reçu
d'envoyer un corps de six mille hommes sur Cuença l'ennemi était
toujours maître de Requeña, et qu'alors tous n'aviez rien fait pour
l'avantage de l'armée de Valence.

«L'Empereur, monsieur le duc, espère que cette lettre vous trouvera à
Valladolid. Sa Majesté vous ordonne de suivre strictement les ordres
ci-après:

«1° Rappelez, si vous ne l'avez déjà fait, le corps du général Montbrun;

«2° Vingt-quatre heures après la réception de cet ordre, faites partir
une des divisions de votre armée avec son artillerie, et organisée comme
elle se trouvera au moment où vous recevrez cet ordre, et vous la
dirigerez sur Burgos pour faire partie de l'armée du Nord. Sa Majesté
défend que vous changiez aucun officier général de la division que vous
enverrez, et qu'on y fasse aucune mutation.

«Vous recevrez, en échange, trois régiments de marche, forts de cinq
mille hommes présents, que vous incorporerez dans vos régiments. Ces
régiments de marche partiront le même jour que la division que vous avez
l'ordre d'envoyer à Burgos y arrivera. Toute la garde a l'ordre de
rentrer en France, ce qu'elle ne pourra faire que quand la division que
vous devez envoyer à Burgos y sera arrivée.

«Valence pris, le général Caffarelli se rendra à Pampelune pour faire
également partie de l'armée du Nord. Cette armée se trouvera donc
composée de trois divisions, savoir:

«Celle que je vous donne l'ordre d'y envoyer;

«La division Caffarelli,

«Et une troisième division, que le général Dorsenne va former avec le
34e léger, les 113e et 130e de ligne et les Suisses.

«La cavalerie de cette armée sera formée du régiment de lanciers de
Berry, du 1e régiment de hussards, des 15e et 31e de chasseurs, et de la
légion de gendarmerie à cheval.

«Ainsi l'armée du Nord se trouvera à même d'aller à votre secours avec
deux divisions si les Anglais marchaient sur vous. Ce cas arrivant, le
général Reille, qui, aussitôt après la prise de Valence, aura le
commandement du corps d'armée de l'Èbre, pourra, de Saragosse, envoyer
une division sur Pampelune; mais cela n'aurait lieu que dans le cas
seulement où les Anglais déploieraient de grandes forces et feraient un
mouvement offensif sur vous, ce que rien ne porte à penser. Valence
pris, le maréchal Suchet restera dans cette province avec vingt-cinq
mille hommes; le général Reille sera à Lerida avec le corps de l'Èbre,
fort de trente-deux mille hommes, non compris les garnisons des places
de la Basse-Catalogne. Il se placera à Lerida ou à Saragosse. Le général
Dorsenne sera à Burgos avec l'armée du Nord, forte de trente-huit mille
hommes.

«Je vous ai prévenu de l'ordre donné aux trois régiments polonais qui
sont à l'armée du Midi pour rentrer en France: quand ils passeront dans
l'arrondissement de votre armée, activez leur marche, au lieu de la
retarder.»



LE GÉNÉRAL DORSENNE AU MARÉCHAL MARMONT.

«Valladolid, le 27 janvier 1812.

«Mon cher maréchal, Votre Excellence est sans doute instruite que le
mouvement des corps et détachements de son armée, qui devaient être
dirigés sur Toro, est entièrement exécuté.

«Les rapports que je reçois m'annoncent que toutes les bandes sont en
mouvement dans les provinces du Nord et se réunissent; que quatre mille
insurgés ont investi la place d'Armanda, où il n'y a pour toute garnison
que trois cents hommes d'infanterie de l'armée de Portugal, qui gardent
les magasins et l'artillerie du fort de Rahabon, que j'ai été obligé de
faire désarmer, et qui succomberont s'ils ne sont promptement secourus;
que le comte Montijo retourne sur Soria avec huit mille Espagnols, ayant
de nouveau le projet de faire l'attaque de cette place avec du canon;
enfin que les garnisons et postes sont fortement menacés; que les
communications deviennent de plus en plus difficiles, et qu'il ne se
passe pas de jour, depuis que j'ai retiré la division de tirailleurs de
la garde du cinquième gouvernement, où il n'arrive des événements. Dans
cet état de choses, comme il est à supposer, et que tout paraît même
confirmer que l'armée anglo-portugaise se tiendra pour le moment à
Rodrigo et ne tentera rien sur Salamanque, je prie Votre Excellence de
trouver bon que je rappelle la division Roguet, son artillerie, et la
cavalerie du général Laferrière, afin de les employer de suite à faire
une guerre à outrance aux guérillas, à rendre la tranquillité au pays, à
conserver nos établissements et nos ressources en subsistances. Je la
prie aussi de prendre des dispositions pour faire relever de suite
toutes les troupes de l'armée du Nord qui se trouvent encore dans les
sixième et septième gouvernements, afin de me mettre à même d'exécuter
les ordres réitérés de l'Empereur relatifs à sa garde, dont j'ai eu
l'honneur de faire part à Votre Excellence.

«Le général de division Abbé, commandant en Navarre, vient d'éprouver, à
la tête de toutes les forces disponibles de cette province, un échec où
il a perdu trois à quatre cents hommes. Cet événement est d'autant plus
malheureux, qu'il augmente l'audace des bandes, et il n'y a pas un
instant à perdre pour les attaquer, les diviser et les détruire, sans
quoi la chose deviendrait très-sérieuse et le mal irréparable.

«J'attends une prompte réponse de Votre Excellence. Je n'ai pas encore
de nouvelles de l'aide de camp que je lui ai dépêché pour lui porter ma
lettre du 23 courant.

«J'apprends que l'officier du génie qui était à Astorga a été transporté
à Benavente dangereusement malade. Il paraît urgent de le faire
remplacer, pour que les travaux ne restent pas suspendus.»



LE GÉNÉRAL DORSENNE AU MARÉCHAL MARMONT.

«Valladolid, le 29 janvier 1812.

«Monsieur le maréchal, j'ai l'honneur d'informer Votre Excellence que je
reçois l'ordre impératif de diriger sur France les escadrons de
cavalerie légère de la garde qui sont à Rioseco, et auxquels je donne,
en conséquence, celui d'en partir.

«Je crois devoir en prévenir Votre Excellence pour qu'elle les fasse
remplacer de suite si elle le juge convenable, afin que ce poste ne
reste pas sans garnison.

«Les bandes continuent à faire beaucoup de mal dans le Nord; la présence
de mes troupes y devient de plus en plus nécessaire. Je supplie Votre
Excellence de faire hâter autant que possible le mouvement des corps de
son armée qui doivent relever les miens dans le sixième gouvernement.»



LE GÉNÉRAL DORSENNE AU MARÉCHAL MARMONT.

«Duñas, le 3 février 1812.

«Monsieur le maréchal, Votre Excellence a dû recevoir, par l'estafette
de ce jour, l'ordre du prince de Neufchâtel de diriger une division de
l'armée de Portugal, forte de six mille baïonnettes et douze pièces de
canon, sur Burgos, pour faire partie de celle du Nord. Son Altesse, par
une lettre du 23 janvier, me prescrit d'envoyer à l'armée de Portugal
les 1er, 2e et 3e régiments de marche aussitôt que cette division sera à
ma disposition, ce qui fera un échange de troupes duquel il résultera
l'avantage que tous les corps seront réunis.

«Le major général m'enjoint aussi de ne retarder, sous aucun prétexte
que ce soit, le départ pour Bayonne de tout ce qui appartient à la garde
impériale, infanterie, cavalerie, artillerie, le bataillon de
Neufchâtel, le 4e régiment de la Vistule et autres détachements. Pour
être à même d'exécuter de suite les dispositions qui me sont ordonnées,
je prie instamment Votre Excellence de faire hâter la rentrée à l'armée
du Nord du 31e régiment de chasseurs dont j'ai le plus grand besoin, et
de me faire connaître le plus tôt possible l'arrivée à Burgos de la
division qu'elle doit y envoyer.»



LE MARÉCHAL SOULT AU MARÉCHAL MARMONT.

«Séville, le 7 février 1812.

«Monsieur le maréchal, j'ai reçu au même instant les lettres que vous
m'avez fait l'honneur de m'écrire les 4, 19 et 24 janvier dernier. Cette
dernière m'a été apportée par M. Dettencourt, officier de votre
état-major; elle me confirme la nouvelle de la prise de Rodrigo que les
ennemis avaient fait répandre. Il est bien extraordinaire que la
garnison qui défendait cette place ne vous ait pas donné le temps de
réunir votre armée et d'arriver à son secours. Ce malheureux événement
rendra les opérations plus difficiles sur les deux rives du Tage et
déterminera sans doute les ennemis à diriger leurs efforts sur Badajoz.
Déjà je suis instruit qu'ils font des préparatifs du côté d'Uñas,
Campo-Maior et Portalègre, et, indépendamment d'un corps du général
Hill, on annonce l'arrivée de deux divisions qui se tenaient
ordinairement du côté de Castel-Branco. Heureusement que, depuis l'an
dernier, les ouvrages de défense ont été considérablement augmentés à
Badajoz, et que les approvisionnements qu'il y a, quoique incomplets,
nous donneraient le temps de combiner des opérations pour en éloigner
les ennemis si le siége était entrepris.

«J'ai l'honneur de vous faire part que le général Hill, avec tout son
corps, avait repris ses positions du côté de Portalègre. Il paraîtrait
même, d'après les rapports qui me sont parvenus, qu'il a étendu ses
troupes jusqu'à la rive droite du Tage. Les derniers renforts qui ont
été débarqués à Lisbonne, lesquels consistent dans une brigade de
cavalerie et sept à huit mille hommes d'infanterie, lui sont destinés.

«Je vois avec bien de plaisir que Votre Excellence a donné l'ordre au
général Montbrun de se mettre en communication avec l'armée du Midi.
Tant que cette communication existera, les ennemis n'oseront rien
entreprendre sur Badajoz, puisque, au moindre mouvement, nous pouvons
nous réunir et marcher à eux pour les combattre. Je désirerais donc
qu'il entrât dans vos dispositions de laisser un corps entre le Tage, la
Guadiana, la grande route de Truxillo et lu Sierra de Guadalupe, où il
trouverait des subsistances et pourrait communiquer avec les troupes que
je tiens dans la Serena, ainsi qu'avec celles que vous avez à la tête de
pont d'Almaraz et à Talavera. Ce corps serait assez éloigné pour que
l'ennemi ne pût rien entreprendre contre lui; il entrerait dans le
système d'opérations des deux armées et couvrirait une grande étendue de
pays par où les ennemis font continuellement venir des subsistances.
J'ai écrit à M. le comte d'Erlon d'en faire la proposition au général
Montbrun, qui peut-être se trouvera à cet effet autorisé par Votre
Excellence.

«Je suis d'autant plus persuadé qu'à l'ouverture de la campagne les
ennemis feront tout ce qui sera en leur pouvoir pour s'emparer de
Badajoz, qu'ils ne peuvent rien entreprendre en Castille tant que cette
place nous offrira un appui pour pénétrer en Portugal et nous porter sur
leur ligne d'opération. Il est d'ailleurs vraisemblable qu'ils ne
tarderont pas à être instruits que, d'après les dispositions de
l'Empereur, l'armée du Midi va être affaiblie de plusieurs régiments que
je dois envoyer à Burgos. D'après ces considérations, je ne puis
qu'insister, monsieur le maréchal, pour que la position de votre aile
gauche soit telle, que la communication des deux armées soit
parfaitement établie, et que nous puissions, par la réunion de toutes
nos forces disponibles, aller combattre les ennemis et assurer un grand
succès.

«Heureusement que les affaires de l'Est nous favorisent. La prise de
Valence et la destruction de l'armée que Blake commandait rendront les
ennemis plus circonspects. Le général Soult[5], qui est à Murcie, a eu
l'occasion, le 26 janvier, de compléter la dispersion de la division
d'infanterie commandée par Villacampa, et il a battu, dans une brillante
charge, la division de cavalerie du général la Carrera. Ce général, avec
son état-major et deux escadrons, ont été tués.»

[Note 5: Frère du maréchal Soult. (_Note de l'éditeur._)]



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«11 février 1812.

«Vous trouverez ci-joint, monsieur le duc, la lettre que j'écris à M. le
duc de Dalmatie.

«La division qu'il va faire marcher sur Hill suffira pour le faire
retirer; l'intention de l'Empereur, monsieur le duc, est que vous vous
placiez à Salamanque dans une situation de guerre offensive.

«Faites commencer des ouvrages dans cette place. Menacez Rodrigo,
Almeida, Oporto; soyez sûr qu'avec de pareilles dispositions lord
Wellington ne détachera pus un homme dans le Midi. Ne restez pas à
Valladolid, cela est trop loin de l'offensive. Faites occuper les
Asturies le plus tôt possible, et au plus tard lorsque le général
Montbrun vous aura rejoint, ce qui doit avoir lieu dans ce moment.»



COPIE DE LA LETTRE AU DUC DE DALMATIE.

«11 février.

«Sa Majesté pense que le général Hill n'a à Merida qu'une simple
division anglaise et une quinzaine de mille hommes réunis. Il est
fâcheux que cela paralyse une armée aussi forte que la vôtre, et
composée de troupes d'élite.

«L'Empereur voit dans vos dépêches que vous appelez l'armée de Portugal
sur Truxillo. Cependant vous savez, monsieur le maréchal, que l'armée
anglaise est composée de sept divisions, et que, s'il y en a une contre
vous, les six autres doivent être dans le Nord. La position de l'armée à
Merida nous est funeste puisque de là le général Hill se recrute et est
à portée d'avoir des ramifications dans le pays, tandis que le mouvement
de quinze à vingt mille Français ferait rentrer cette division dans le
Portugal. Telle est, monsieur le duc, l'opinion de l'Empereur.

«ALEXANDRE.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 14 février 1812.

«L'Empereur, monsieur le duc, regrette qu'avec la division Souham et les
trois autres divisions que vous avez réunies vous ne vous soyez pas
reporté sur Salamanque pour voir ce qui se passait. Vous auriez donné
beaucoup à penser aux Anglais et auriez pu être utile à Rodrigo.

«Le moyen de secourir l'armée du Midi, dans la position où vous êtes,
est de placer votre quartier général à Salamanque et d'y concentrer
votre armée; en ne détachant qu'une division sur le Tage, de réoccuper
les Asturies et d'obliger l'ennemi à rester à Almeida et dans le Nord,
par la crainte d'une invasion. Vous pourrez même pousser des partis sur
Rodrigo, si vous avez l'artillerie de siége nécessaire. Votre honneur
est attaché à prendre cette place, ou, si le défaut de vivres ou
d'artillerie vous forçait d'ajourner cette opération jusqu'à la récolte,
vous pourriez de moins faire une incursion en Portugal et vous porter
sur le Duero et sur Almeida. Cette menace contiendrait l'ennemi.

«L'armée du Midi est très-forte, l'armée de Valence, qui aujourd'hui a
ses avant-postes sur Alicante, dégage sa droite.

«La position que vous devez prendre doit donc être offensive de
Salamanque à Almeida. Tant que les Anglais vous sauront réunis en force
à Salamanque, ils ne feront aucun mouvement; mais, si vous allez de
votre personne à Valladolid, si vos troupes sont envoyées se perdre sur
les derrières, si surtout votre cavalerie n'est pas en mesure après la
saison des pluies, vous exposerez tout le nord de l'Espagne à des
catastrophes.

«Il est indispensable de réoccuper les Asturies, parce qu'il faut plus
de monde pour garder la lisière de la plaine jusqu'à la Biscaye que pour
garder les Asturies.

«Puisque les Anglais se sont divisés en deux corps, un sur le Midi et
l'autre sur vous, ils ne sont pas forts, et vous devez l'être beaucoup
plus qu'eux. La lettre que je vous ai écrite et que vous avez reçue le
13 décembre vous a fait connaître ce que vous deviez faire.

«Menacez les Anglais, et, si vous croyez pour le moment ne pas pouvoir
reprendre Rodrigo, faites réparer les chemins qui mènent à Almeida,
réunissez vos équipages de siége, envoyez de gros détachements sur
Rodrigo. Cela contiendra les Anglais, ne fatiguera pas vos troupes et
aura bien moins d'inconvénients que de vous disséminer encore, comme
vous le proposez.

«L'Empereur pense que le général Montbrun est arrivé et que vous avez
enfin réuni votre armée.

«La prise de Valence a beaucoup fortifié l'armée du Midi, et il faut que
vous supposiez les Anglais fous pour les croire capables de marcher sur
Rodrigo en vous laissant arriver à Lisbonne avant eux. Ils iront dans le
Midi si par des dispositions mal calculées vous détachez deux ou trois
divisions sur le Tage, puisque par là vous les rassurez et leur dites
que vous ne voulez rien faire contre eux, et respectez l'opinion de la
défensive et de leur initiative.

«Je vous le répète donc: l'intention de l'Empereur est que vous ne
quittiez pas Salamanque, que vous fassiez réoccuper les Asturies, que
votre armée s'appuie sur la position de Salamanque et que vous menaciez
les Anglais.



OBSERVATIONS DU DUC DE RAGUSE SUR LA CORRESPONDANCE DE NAPOLÉON EN
FÉVRIER.

Les erreurs et les aberrations dont les lettres précédentes sont
remplies prennent maintenant un caractère encore plus prononcé, et les
instructions que renferment celles-ci, ayant pour base des faits
complétement inexacts et une nature de choses que l'imagination seule
avait créée, conduisent à chaque moment à des conclusions insensées. Si
les points de départ étaient vrais, tout serait juste: comme ils sont
faux, tout est absurde et finit par amener la confusion des idées par la
confusion des faits.

Par la lettre du 11 février, l'Empereur ordonne de rassembler l'armée à
Salamanque et de prendre une attitude offensive. Mais une réunion des
troupes exige des magasins, et je n'avais aucun moyen d'en former.
L'Empereur avait reconnu, par la lettre du 15 décembre, que l'état des
subsistances ne permettait pas de prendre l'offensive avant la récolte
prochaine, or une attitude offensive, qui suppose une réunion prolongée
dans un lieu déterminé, exige encore plus de moyens en subsistances
qu'une offensive réelle qui porte une armée bientôt dans de nouveaux
pays. Toute chose dans ce genre était donc impraticable.

Une lettre de la même date exprime le regret que, avec la division
Souham et les trois autres divisions que j'avais réunies, je ne me sois
pas porté sur Salamanque; cela eût pu, ajoute-t-on, être utile à
Rodrigo: on oublie que cette place était tombée en huit jours, et dix
jours avant la réunion possible des premières troupes, qui de toutes
parts étaient en marche; et, en outre, on oublie également que près de
la moitié des troupes rassemblées se composait des corps de la garde qui
avaient ordre de rentrer en France, et des troupes de l'armée du Nord,
que j'avais la nécessité de remplacer dans les postes de communication
qu'elles avaient évacués. On parle de reprendre cette place quand ou
sait bien que je n'ai ni grosse artillerie ni vivres pour nourrir
l'année réunie; au défaut de cette opération, on propose une incursion
en Portugal, quand le pays qui m'en sépare n'est qu'un désert de vingt
lieues sans la moindre ressource, n'offre pas encore même de l'herbe
pour nourrir les chevaux.

Mais la lettre du 18, qui renferme des instructions détaillées précises
et à peu près impératives, rassemble toutes les aberrations imaginables.

Napoléon ne change point la base de ses raisonnements, il suppose vrai
tout ce qu'il voudrait trouver existant.

Il établit que j'ai la supériorité sur l'ennemi quand je ne peux pas lui
opposer une force égale aux deux tiers des siennes, et encore ces forces
ne peuvent être réunies que pour un court espace de temps, c'est-à-dire
pour celui où elles consomment les approvisionnements qu'elles ont
rassemblés avec peine et que les soldats portent sur leur dos.

Il faut le répéter, l'armée ne pouvait vivre que dans des cantonnements
étendus; on diminuait la ration du soldat momentanément afin de créer
une réserve, et, quand les ressources de ces cantonnements étaient
épuisées, il fallait changer de place et opérer absolument comme un
berger qui change son troupeau de pâturage quand il a dévoré l'espace
qu'il a parcouru pendant quelque temps.

On ne pouvait donc jamais tenir l'armée rassemblée que pendant très-peu
de jours, et il était sage de conserver des ressources créées aussi
péniblement pour le moment où il faudrait combattre, soit en marchant à
l'ennemi, soit en l'attendant en position. Mais quinze jours sont
bientôt écoulés, et, si on a consommé dans une simple démonstration ce
qu'on ne peut remplacer qu'avec beaucoup de peine et de temps, on n'est
plus en mesure de se tenir réuni quand des opérations réelles doivent
commencer.

Napoléon imagine que le duc de Wellington suppose que je vais faire le
siége de Rodrigo, et cette pensée est un rêve qui le flatte. Le duc de
Wellington connaissait comme moi-même notre misère, notre pénurie en
toute chose, notre absence complète de moyens en matériel et notre
infériorité en personnel: il ne pouvait donc nullement nous croire
disposés à prendre l'offensive. Il n'en était pas de même pour la
défensive; il savait que les troupes, placées d'une manière systématique
pour vivre pendant un temps illimité, pouvaient se rassembler
promptement pour combattre et pour se combiner: mon système, basé sur un
calcul raisonnable, lui inspirait une circonspection fondée. Il était
clair qu'il en voulait à Badajoz: il était certain que le maréchal Soult
ne pouvait pas lutter seul contre lui, et que mon concours était
indispensable à l'armée du Midi; mais il était évident que mes moyens ne
correspondaient nullement à une offensive véritable. Il n'y avait donc
qu'une seule chose à faire avec fruit, une seule chose exécutable:
c'était de placer la majeure partie de mes troupes à portée de l'armée
du Midi pour me réunir à elle et livrer bataille aux Anglais aussitôt
qu'ils entreprendraient le siége de Badajoz. Je pouvais passer ainsi
tout le temps qui nous séparait de l'époque de la récolte et tenir sans
plus de frais Wellington en échec pendant toute la campagne. Tant que
j'ai suivi ce système. Wellington est resté tranquille; mais, au moment
même où j'en ai changé, il est entré en opération et s'est mis en mesure
de commencer bientôt le siége de Badajoz.

Toute cette jonglerie d'offensive impuissante ne devait aboutir qu'à
épuiser et fatiguer les troupes, et à user le peu de moyens que la
raison m'avait commandé de conserver prudemment pour un meilleur emploi.

Napoléon ordonne de placer deux fortes avant-gardes qui menacent Rodrigo
et Almeida, et de faire le coup de fusil chaque jour avec les Anglais,
dont je suis séparé par une rivière et par un espace de vingt lieues
d'un désert parcouru sans cesse par de nombreuses guérillas dont le
nombre s'élevait quelquefois à trois ou quatre mille hommes, et
pouvaient au besoin être soutenues par la nombreuse cavalerie anglaise,
dont la force était de six mille chevaux, tandis que l'armée de Portugal
possédait à peine une chétive cavalerie de deux mille hommes! On veut
que je menace les autres directions du Portugal, que je fasse réparer
les routes de Porto et d'Almeida; mais auparavant, sans doute, il faut
occuper une partie du Portugal. Mais tout cela est insensé, tout cela a
le cachet d'un plan de campagne fait dans un accès de fièvre chaude!

Voyons maintenant les combinaisons qu'il applique au personnel: elles
sont dignes des premières. Il n'était pas possible d'exister en Espagne
sans l'occupation d'un grand espace du pays; on le sait, l'action du
pouvoir disparaissait au moment où les baïonnettes s'éloignaient: on ne
pouvait communiquer qu'avec des escortes, et une grande partie des
armées d'Espagne était consacrée à cet usage. L'armée ne pouvait
communiquer avec la France, avec Madrid, avec Séville, que sous la
protection de ce réseau immense qui accablait les armées de fatigue et
ruinait les troupes.

L'armée de Portugal avait nécessairement son contingent à fournir pour
supporter ce fardeau commun. Eh bien, les évaluations de mes forces
étaient faites avec tant de bonne foi, que Napoléon établit, pour le cas
d'un mouvement de Wellington, qu'en livrant bataille à Salamanque et
réunissant sept divisions j'aurai cinquante mille hommes à lui opposer,
et il se retrouve que, lorsque j'étais dans la nécessité, trois mois
plus tard, de réunir tous mes moyens, et avec huit divisions, après
avoir levé toutes les communications, afin de ne laisser personne en
arrière, je n'ai pas pu arriver à avoir quarante mille hommes pour
combattre.

Maintenant tous les faits passés se confondent dans l'esprit de
Napoléon. Il dit: «Si, après avoir rejeté Wellington en Portugal (cela
ne peut s'entendre que de l'opération combinée exécutée au mois de
septembre), vous fussiez resté dans la province de Salamanque,
Wellington n'aurait pas bougé, et c'est quand vous vous êtes porté sans
raison sur le Tage qu'il a vu qu'il n'avait plus rien à craindre.»

Mais alors Salamanque avait été donné à l'armée du Nord; mais je devais
me nourrir par la province de Tolède, et le détachement de seize mille
hommes sur Valence a été ordonné par Napoléon le 21 novembre. A qui donc
la faute? à qui revient le blâme? qui en est le coupable? Ce n'est pas
moi sans doute, qui n'ai fait qu'exécuter des ordres précis et
impératifs.

Plus loin, il dit, en parlant du siége de Rodrigo (voyez p. 331): «Si,
du 17 au 18, avec les trente mille hommes que vous aviez sous la main,
vous aviez marché à tire-d'aile sans livrer bataille, mais faisant mine
de le vouloir, l'ennemi, déconcerté par votre arrivée, était résolu à
lever le siége de Rodrigo. Qui vous empêchait, en effet, de vous porter
avec vingt-cinq mille hommes entre Salamanque et Rodrigo?» La réponse
est simple et facile: c'est le 13 seulement que j'ai reçu à Avila, par
un officier expédié de Salamanque par le général Thiébault, la nouvelle
de l'entrée en campagne des Anglais et leur passage de l'Aguada le 10.
Quelle qu'eût été la diligence de mes dispositions, ma promptitude à
diriger toutes mes colonnes en mouvement sur Fuente-El-Sauco, en arrière
de Salamanque, elles ne pouvaient y arriver que du 26 au 27. Je ne
pouvais donc pas me porter à moitié chemin de Salamanque et Rodrigo le
17 ou le 18.

Il revient de nouveau à cette offensive de comédie, et dit: «Si
Wellington se dirige sur Badajoz, laissez-le aller; marchez sur Almeida,
poussez des partis en Portugal.» J'ai répondu déjà à ces projets; mais
l'obstination toujours croissante de Napoléon me décida enfin à me
soumettre à ses ordres. Le résultat de mon obéissance confirma tous mes
raisonnements et justifia mes prévisions.

Enfin, plus bas, il dit encore: «En ne songeant qu'à l'armée du Midi,
qui n'a pas besoin de vous, puisqu'elle est forte de quatre-vingt mille
hommes des meilleures troupes de l'Europe; en ayant des sollicitudes
pour les pays qui ne sont pas sous votre commandement, un combat[6] que
vous éprouveriez serait une calamité qui se ferait sentir dans toute
l'Espagne; un échec de l'armée du Midi la conduirait sur Madrid ou sur
Valence, et ne serait pas de même nature (voyez p. 330).»

[Note 6: Il veut dire sans doute une défaite. (_Note du duc de
Raguse._)]

C'était précisément pour conserver et augmenter les moyens de l'armée de
Portugal que je ne voulais pas les user dans une offensive puérile et
qui ne pouvait avoir aucun résultat utile; et la position sur le Tage,
en liaison avec l'armée du Midi, en contenant Wellington, suspendait les
opérations pendant un temps illimité et remplissait jusqu'à la récolte
un but important. Puisque Napoléon comprenait autrement l'importance de
mon rôle, il fallait alors me donner les moyens de le remplir; mais on
doit remarquer avec étonnement le changement, survenu dans son langage.
Lorsqu'il y avait dix mille hommes de plus à l'armée du Midi, et que
l'armée du Nord avait quinze mille hommes de la garde et possédait
Rodrigo; quand, en outre, l'armée de Portugal était dans la vallée du
Tage, Napoléon tremblait pour Badajoz (voyez la correspondance de 1811);
et c'est quand cette vallée est dégarnie, quand l'armée de Midi est
affaiblie, qu'il prétend que cette armée n'a pas besoin de secours, et
qu'en m'occupant d'elle je fais une chose qui ne me regarde pas.

«Un dernier mot sur la question de l'occupation des Asturies, sur
laquelle revient sans cesse Napoléon, véritable idée fixe qui s'est
emparée de lui. Sans doute une longue base d'opération est nécessaire
pour qu'une armée soit en sûreté; mais d'abord le principe n'est pas
applicable aux circonstances de la guerre d'Espagne. Ce ne sont pas des
corps d'armée qui peuvent ici se porter sur les communications, ce sont
des insurgés, des bandes que le pays produit et que le sol traversé par
la route recrute, entretient et nourrit. Plus le pays qui n'est pas
occupé est étendu, et plus les bandes y sont nombreuses, sans doute;
mais cependant l'occupation extrême protége moins utilement les
communications que celle qui est plus restreinte, surtout si les corps
qui en sont chargés peuvent se mouvoir avec plus de facilité. Or les
Asturies, situées sur le revers septentrional des montagnes, forment un
bassin enfoncé qui est séparé du royaume de Léon par des défilés très
difficiles, et les troupes placées sur le plateau, à l'entrée de ces
défilés, pouvant parcourir la plaine, sont mille fois plus utiles que
celles qui, jetées à l'extrémité, en sont séparées et sont réduites à
occuper quelques villes; elles protégent plus utilement et concourent
d'une manière plus efficace aux opérations principales.

Ici encore, Napoléon revient à ses rêves d'offensive, devenus une
monomanie de son esprit, un caprice de son imagination, et il dit qu'une
division française, placée dans les Asturies, menacerait la Galice.
D'abord, que signifie cette prétention constante d'offensive quand on
n'a pas le nombre de troupes nécessaires pour occuper convenablement et
avec fruit le pays conquis? Alors une augmentation de territoire est, au
contraire, une cause de faiblesse de plus, et puis je nie que la bonne
offensive doive partir des Asturies; elle doit évidemment venir de la
province de Léon; il vaut mieux descendre du plateau, pour arriver sur
les bords de la mer et suivre le cours des eaux, que de franchir autant
de bassins et de contre-forts qu'il y a de ruisseaux. L'occupation des
Asturies n'avait donc aucun avantage, mais renfermait des inconvénients
graves; elle isolait complétement du reste de l'Espagne les troupes qui
s'y trouvaient, et le général Bonnet, qui commandait la division qui y a
été envoyée, officier capable et distingué, l'avait si bien senti, que,
craignant de ne pas pouvoir en sortir avec facilité quand les
circonstances le demanderaient, il les évacua de lui-même et prit
position à la tête des défilés d'Aguilar del Campo, certain de remplir
ainsi le double but de contenir la population et de pouvoir se réunir
facilement à l'armée quand le moment serait arrivé. Cette sage
disposition le mit à même, en effet, de me rejoindre aussitôt qu'il fut
appelé.

Blessé par la dureté de la correspondance qu'on a lue et pressé par des
ordres aussi impérieux, je me décidai, à mon grand regret, à exécuter
aussi promptement que possible le mouvement qui m'était prescrit, et on
en a vu le récit dans le texte de mes _Mémoires_; j'en avais prévu les
effets et j'eus la douleur d'avoir raison; la prise de Badajoz en fut la
conséquence, comme celle de Rodrigo avait été celle de mon détachement
sur Valence; et, comme ces deux opérations avaient été faites par des
ordres précis de Napoléon, ordres qu'il réitérait sans cesse et qu'il
n'y avait plus moyen d'éluder, a lui seul doit en être attribué le
malheur.

Cependant je me reproche encore aujourd'hui, après trente-deux ans, au
moment où je revois ces _Mémoires_, d'avoir obéi. J'aurais dû résister
encore et quitter violemment le commandement, puisque je n'avais pas pu
obtenir de m'en démettre (voir ma correspondance), plutôt que d'exécuter
un mouvement qui était en opposition avec mes convictions intimes, et
d'autant plus, que, plus d'une fois, en réfléchissant à la bizarrerie
des ordres que je recevais, au refus de comprendre des rapports auxquels
il n'y avait pas de réplique, les confidences du duc Decrès de 1809 sont
revenues à ma mémoire et à mon esprit.

LE MARÉCHAL DUC DE RAGUSE.



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 18 février 1812.

«Monsieur le duc, je viens de mettre à l'instant sous les yeux de
l'Empereur vos lettres du 29 janvier, 4 et 6 février. Sa Majesté n'est
pas satisfaite de la direction que vous donnez à la guerre: vous avez la
supériorité sur l'ennemi, et, au lieu de prendre l'initiative, vous ne
cessez de la recevoir. Vous remuez et fatiguez vos troupes: ce n'est pas
là l'art de la guerre. Quand le général Hill marche sur l'armée du Midi
avec quinze mille hommes, c'est ce qui peut vous arriver de plus
heureux: cette armée est de force et assez bien organisée pour ne rien
craindre de l'armée anglaise, aurait-elle quatre ou cinq divisions
réunies.

«Aujourd'hui, l'ennemi suppose que vous allez faire le siége de Rodrigo;
il approche le général Hill de sa droite, afin de pouvoir le faire venir
à lui à grandes marches et vous livrer bataille réunis si vous vouiez
reprendre Rodrigo.--C'est donc au duc de Dalmatie à tenir vingt mille
hommes pour l'empêcher de faire ce mouvement, et, si Hill passe le Tage,
de se porter à sa suite ou dans l'Alentejo. Vous avez le double de la
lettre que l'Empereur m'a ordonné d'écrire au duc de Dalmatie le 11 de
ce mois, en réponse à la demande qu'il vous avait faite de porter des
troupes dans le Midi. C'est vous, monsieur le maréchal, qui deviez lui
écrire pour lui demander de porter un gros corps de troupes vers la
Guadiana, pour maintenir le général Hill dans le Midi et l'empêcher de
se réunir à lord Wellington. La prise de Ciudad-Rodrigo est un échec
pour vous, et les Anglais connaissent assez l'honneur français pour
comprendre que ce succès peut devenir un affront pour eux, et qu'au lieu
d'améliorer leur position l'occupation de Ciudad-Rodrigo les met dans
l'obligation de défendre cette place. Ils vous rendent maître du choix
du champ de bataille, puisque vous les forcez à venir au secours de
cette place et à combattre dans une position si loin de la mer.

Le résultat de cet avantage ne peut être retardé que jusqu'à la récolte;
alors vous serez en mesure de faire le siége de Rodrigo: l'ennemi
marchera ou aura la honte de vous voir reprendre cette place.

«Le mouvement du général Hill sur le Tage a été fait dans la croyance
qu'aussitôt que vous auriez su la prise de Ciudad-Rodrigo vous auriez
réuni vos troupes pour marcher rapidement sur cette ville, pour
l'investir et profiter du premier moment où la brèche n'était pas
relevée et qu'il ne pouvait y avoir aucun approvisionnement.

«Cette occasion étant masquée, il faut tout préparer pour le mois de
mai. La véritable route de Lisbonne est par le Nord: l'ennemi, y ayant
des magasins considérables et des hôpitaux, ne peut se retirer sur cette
capitale que très-lentement. Si, dans l'attaque du prince d'Essling, il
s'est retiré rapidement, c'est parce qu'il s'était préparé à ce
mouvement. Il a donc un grand intérêt à vous empêcher de pénétrer dans
le Portugal. La situation du prince d'Essling devant Lisbonne était,
pour l'Angleterre et pour le Portugal, une grande calamité. Je ne puis
que vous répéter les ordres de l'Empereur: prenez votre quartier général
à Salamanque; travaillez avec activité à fortifier cette ville; faites-y
travailler six mille hommes de troupes et six mille paysans; réunissez-y
un nouvel équipage de siége, qui servira à armer la ville; formez-y des
approvisionnements; faites faire tous les jours le coup de fusil avec
les Anglais; placez deux fortes avant-gardes qui menacent l'une Rodrigo,
l'autre Almeida; menacez les autres directions sur la frontière de
Portugal; envoyez des partis qui ravagent quelques villages. Enfin
employez tout ce qui peut tenir l'ennemi sur le qui-vive; faites réparer
les routes d'Oporto et d'Almeida; tenez votre armée vers Toro,
Benavente; la province d'Avila a même de bonnes parties où l'on trouvera
des ressources.

«Dans cette situation, qui est aussi simple que formidable, vous reposez
vos troupes, vous formez des magasins, et avec de simples démonstrations
bien combinées, qui mettent vos avant-postes à même de tirer
journellement des coups de fusil avec l'ennemi, vous aurez barre sur les
Anglais qui ne pourront vous observer. Vous devez tous les jours faire
faire des prisonniers par vos avant-gardes, et sur toutes les directions
qui menacent l'ennemi. C'est le moyen d'avoir de ses nouvelles, il n'en
est pas d'autre efficace.

«L'Empereur me prescrit de donner l'ordre au duc de Dalmatie d'avoir
toujours un corps de vingt mille hommes avec vingt bouches à feu,
composé de ses meilleures troupes, soit sur Merida pour faire le coup de
fusil, soit avec le corps du général Hill et le contenir sur la rive
gauche du Tage, soit sur Badajoz en se portant sur l'Alentejo et
l'obligeant ainsi à se rapprocher d'Elvas.

«Cette opération est d'autant plus importante, que, si elle n'avait pas
lieu, le général Hill pourrait se réunir à lord Wellington pour vous
attaquer. Il serait insensé de penser que jamais lord Wellington pût
rappeler la division Hill, tant que le duc de Dalmatie fera des
démonstrations. Lord Wellington ne peut donc vous attaquer qu'avec son
corps, et, s'il marchait vers vous, vous réuniriez sept divisions à
Salamanque avec toute votre cavalerie et votre artillerie. Cela vous
ferait cinquante mille hommes. Je dis entre vous sept divisions, car il
ne faut jamais compter sur celle des Asturies. Alors cette division
recevrait l'ordre de marcher en avant pour menacer la Galice et contenir
le corps espagnol qui est de ce côté. Appuyé à Salamanque, ayant autant
d'artillerie et de munitions que vous voudrez, votre armée, forte de
cinquante mille hommes, est inattaquable. Le général Hill fût-il même
réuni à Wellington, elle serait inattaquable, non pas pour trente mille
Anglais, qui au fond sont le total de ce que les Anglais ont en
Portugal, sans y comprendre les Portugais, mais pour soixante-dix mille
Anglais. Un camp choisi, une retraite assurée sur les places, des canons
et munitions en quantité, sont un avantage que vous savez trop bien
apprécier.

«Cependant, tandis que vous observerez, je suppose que Hill ait joint
l'armée anglaise et que lord Wellington soit beaucoup plus fort qu'il ne
l'est; dans ce cas, l'armée du nord de l'Espagne avec sa cavalerie et
deux divisions viendrait à vous; vous vous renforceriez tous les jours,
et la victoire serait assurée. Mais, une fois la résolution prise, il
faut la tenir, il n'y a plus ni _si_ ni _mais_. Il faut choisir votre
position sous Salamanque, être vainqueur ou périr avec l'armée
française, au champ de bataille que vous aurez choisi. Comme vous êtes
le plus fort, et qu'il est important d'avoir l'initiative, évitez de
faire des travaux de camp retranché qui n'appartiennent qu'à la
défensive et avertiraient l'ennemi. Il suffira de reconnaître les
emplacements et de travailler à force à la place. Si on prend un système
de fortifications serré, et qu'on n'admette pas trop de développement,
en six semaines on peut avoir une bonne place qui mette votre quartier
général, vos magasins et vos hôpitaux à l'abri de toute entreprise de
l'ennemi, et qui puisse servir de point d'appui à votre corps d'armée
pour recevoir bataille, ou de point de départ pour marcher sur Rodrigo
et Almeida quand le temps en sera venu.

«Je vous ai dit que vous ne deviez compter que sur sept divisions. La
division Bonnet doit retourner sur-le-champ dans les Asturies. Soit que
vous considériez la conservation de toutes les provinces du Nord, sait
que vous considériez un mouvement de retraite, les Asturies sont
nécessaires. Elles assurent la possession des montagne. Sans elles ni
Salamanque, ni Burgos, ni même Vitoria, ne sont tenables, si après une
bataille perdue il fallait évacuer. La division des Asturies ne devrait
pas même alors être rappelée à vous. Mais, se repliant avec ordre sur
votre droite, elle appuierait votre retraite, et, lorsque vous seriez à
Burgos, elle serait à Reynosa pour vous couvrir de ce côté. Sans quoi,
favorisé par des débarquements sur tous les points de la côte, l'ennemi,
dès le commencement de votre retraite, vous tirerait des coups de fusil
sur Montdragon et Vitoria; d'ailleurs, vous n'avez pas seulement à
lutter contre lord Wellington. Vous avez à contenir aussi le corps
ennemi qui est en Galice, et, au moment où vous marchez sur l'ennemi, la
division touchant les Asturies contiendra la Galice et épargnera la
présence d'une division à Astorga.

«Je vous le répète, c'est à l'armée du Midi, à avoir un corps de vingt
mille hommes de troupes pour tenir en échec une partie de l'armée de
Wellington sur la rive du Tage.

«Ce n'est donc pas à vous, monsieur le duc, a vous disséminer en faveur
de l'armée du Midi.

«Lorsque vous avez été prendre le commandement de votre armée, elle
venait d'éprouver un échec par sa retraite du Portugal. Ce pays était
ravagé: les hôpitaux et les magasins de l'ennemi étaient à Lisbonne; vos
troupes étaient fatiguées, dégoûtées, sans artillerie, sans train
d'équipage. Badajoz était attaqué depuis longtemps; une bataille dans le
Midi n'avait pu faire lever le siége de cette place. Que deviez-vous
faire alors? Vous porter sur Almeida pour menacer Lisbonne?--Non; parce
que votre armée n'avait point d'artillerie, point de train d'équipage,
ci qu'elle était fatiguée. L'ennemi, dans cette position, n'aurait pas
cru à cette menace; il aurait laissé approcher jusqu'à Coïmbre, aurait
pris Badajoz, et ensuite serait venu sur vous. Vous avez donc fait, à
cette époque, ce qu'il fallait faire: vous avez marché rapidement au
secours de Badajoz. L'ennemi avait barre sur vous, et l'art de la guerre
était de vous y concentrer. Le siége en a été levé, et l'ennemi est
rentré en Portugal. C'est ce qu'il y avait à faire. Depuis, monsieur le
maréchal, vous êtes revenu dans le Nord; lord Wellington s'est reporté
sur le véritable point de défense du pays; et, depuis ce temps, vous
êtes en présence.

«Si, après avoir rejeté lord Wellington au delà de Ciudad-Rodrigo, vous
fussiez resté dans la province de Salamanque, ayant vos avant-gardes sur
les directions du Portugal, lord Wellington n'aurait pas bougé; mais
vous vous êtes porté sans raison sur le Tage. Les Anglais ont cru que
vous vous disposiez à entrer dans l'Alentejo pour vous réunir au duc de
Dalmatie et faire te siége d'Elvas. Ils manoeuvrèrent en conséquence et
restèrent attentifs lorsque votre mouvement sur Valence leur a fait
connaître qu'ils n'avaient rien à craindre.

«Dans ce moment, monsieur le duc, votre position est simple et claire;
par conséquent, elle ne demande pas des combinaisons d'esprit. Placez
votre armée de manière que sa marche puisse se réunir et se grouper sur
Salamanque. Ayez-y votre quartier général; que vos ordres, vos
dispositions, annoncent à l'ennemi que la grosse artillerie arrive à
Salamanque, que vous y formez des magasins, que tout y est dans une
position offensive. Faites faire continuellement la petite guerre avec
les postes ennemis. Dans cet état, vous êtes maître de tous les
mouvements des Anglais. Si Wellington se dirige sur Badajoz, laissez-le
aller; réunissez aussitôt votre armée et marchez droit sur Almeida, et
poussez des pointes sur Coïmbre. Wellington reviendra bien vite sur
vous. Mais les Anglais ont trop de savoir-faire pour commettre une
pareille faute. Ce n'est pas l'envoi de quatre à cinq mille hommes sur
Valence qui a fait faire aux Anglais leur mouvement pour s'emparer de
Ciudad-Rodrigo, c'est la marche, si inutile, que vous avez fait faire
d'une grande partie de votre artillerie, de votre cavalerie; c'est la
dissémination d'une grande partie de votre armée.

«Écrivez au duc de Dalmatie et sollicitez le roi de lui écrire également
pour qu'il exécute les ordres impératif que je lui donne de porter un
corps de vingt mille hommes pour forcer le général Hill à rester sur la
rive gauche du Tage. Ne pensez donc plus, monsieur le maréchal, à aller
dans le Midi, et marchez droit sur le Portugal si lord Wellington fait
la faute de se porter sur la rive gauche du Tage.

«La division Caffarelli doit être arrivée en Navarre. L'Empereur ordonne
qu'une division italienne vienne renforcer l'armée du Nord. Mettez-vous
en correspondance avec le maréchal Suchet à Valence, afin qu'il puisse
marcher avec ses forces pour soutenir Madrid, s'il y a lieu. Profitez du
moment où vos troupes se réunissent pour bien organiser et mettre de
l'ordre dans le Nord. Qu'on travaille jour et nuit à fortifier
Salamanque; qu'on y fasse venir de grosses pièces; qu'on refasse
l'équipage de siége; enfin qu'on forme des magasins de subsistances.
Vous sentirez, monsieur le maréchal, qu'en suivant ces directions, et
qu'en mettant pour les exécuter toute l'activité convenable, vous
tiendrez l'ennemi en échec. Londres elle même tremblera de la
perspective d'une bataille et de l'invasion du Portugal, si redoutée des
Anglais, et enfin, au moment de la récolte, vous vous trouverez tout à
fait en état d'investir Rodrigo et de prendre cette place à la barbe des
Anglais, ou de leur livrer bataille, ce qui serait à désirer; car,
battus aussi loin de la mer, ils seront perdus et le Portugal perdu.
L'artillerie qui arriverait pour armer Salamanque servirait pour Almeida
et pour Rodrigo. En recevant la bataille au lieu de la donner, en ne
songeant qu'à l'armée du Midi, qui n'a pas besoin de vous, puisqu'elle
est forte de quatre vingt mille hommes des meilleures troupes de
l'Europe, en ayant de la sollicitude pour des pays qui ne sont pas sous
votre commandement et abandonnant les Asturies et les provinces qui vous
regardent, un combat que vous éprouveriez serait une calamité _qui se
ferait sentir dans toute l'Espagne_. Un échec de l'armée du Midi _la
conduirait sur Madrid ou sur Valence_, et ne serait pas de même nature.

«Je vous le répète, vous êtes le maître de conserver barre sur lord
Wellington en plaçant votre quartier général à Salamanque, en occupant
en force cette position et en poussant de fortes reconnaissances sur les
débouchés. Je ne pourrais que vous redire ce que je vous ai déjà
expliqué ci-dessus. Si Badajoz était cerné seulement par deux ou trois
divisions anglaises, le duc de Dalmatie la débloquera; mais alors
Wellington affaibli vous mettrait à même de vous porter dans le centre
du Portugal, ce qui secourrait plus efficacement Badajoz que toute autre
opération. Mais, lorsque par les nouvelles dispositions de l'Empereur,
qui l'ont obligé à renoncer pour cette année à l'expédition du Portugal,
vu la tournure que prenaient les affaires générales de l'Europe,
l'Empereur vous a ordonné de vous porter sur Valladolid, avec votre
armée, que vous êtes arrivé inopinément à Salamanque, les Anglais, qui
ont bien calculé que ces mouvements n'avaient pu se faire on conséquence
des leurs, ont été atterrés; et si, du 17 au 18, avec les trente mille
hommes que vous aviez dans la main, vous aviez marché à tire-d'aile,
sans livrer bataille, mais faisant mine de le vouloir, l'ennemi, qui
était déconcerté par votre arrivée, était résolu de lever le siége de
Rodrigo. Qui vous empêchait, en effet, de vous porter avec vingt-cinq
mille hommes entre Salamanque et Rodrigo?

«C'est une opération qu'on pourrait même faire avec dix mille hommes en
prenant position sans s'engager, et retournant sur Salamanque si
l'ennemi présentait trop de forces. La guerre est un métier de position,
et douze mille hommes ne sont jamais engagés quand ils ne veulent pas: à
plus forte raison trente mille, surtout lorsque ces trente mille hommes
étaient suivis par d'autres troupes. Mais le passé est sans remède.

«Je donne l'ordre que tout ce qu'il sera possible de fournir vous soit
fourni pour compléter votre artillerie et pour armer Salamanque.
Vingt-quatre heures après la réception de cette lettre, l'Empereur pense
que vous partirez pour Salamanque, à moins d'événements inattendus; que
vous chargerez une avant-garde d'occuper les débouchés sur Rodrigo et
une autre sur Almeida; que vous aurez dans la main au moins la valeur
d'une division; que vous ferez revenir la cavalerie et l'artillerie qui
sont à la division du Tage; que vous renverrez la division Bonnet dans
les Asturies. Vous ne donnerez pas de division à l'armée du Nord, parce
qu'elle sera renforcée par la division.... Pourtant, comme ce mouvement
sera brusque, il faut lui donner le temps d'opérer son effet, et ce ne
peut être que huit jours après que vous serez arrivé à Salamanque et que
ces dispositions seront faites que leur effet aura eu lieu sur l'ennemi;
ce n'est qu'alors que vous pourrez entièrement évacuer le Tage. En
attendant, il semble à l'Empereur qu'une seule division d'infanterie sur
ce point est suffisante.

«Le roi enverra au moins douze cents hommes de cavalerie et trois mille
hommes d'infanterie. Appuyez cette division; réunissez surtout votre
cavalerie, dont vous n'avez pas de trop et dont vous avez tant besoin.
Lorsque vous verrez que votre mouvement offensif a produit un effet,
vous retirerez du Tage d'abord une brigade et ensuite une autre brigade;
mais en même temps vous augmenterez vos démonstrations d'offensive, de
manière que tout montre que vous attendez les premières herbes pour
entrer en Portugal.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 21 février 1812.

«L'Empereur a lu, monsieur le maréchal, votre lettre du 6 de ce mois. Sa
Majesté est extrêmement peinée que vous ayez envoyé la division du
général Bonnet à l'armée du Nord; cette division est la seule qui puisse
occuper avec profit les Asturies, parce que le soldat connaît le pays et
les habitants. Il valait mieux ne rien envoyer à l'armée du Nord, et
renvoyer la division du général Bonnet dans les Asturies. L'intention de
l'Empereur est que, dans quelque endroit que cette division se trouve,
elle retourne dans cette province; pour le Nord, il vaut mieux avoir la
division du général Bonnet dans les Asturies qu'à Burgos. L'Empereur
trouve que l'armée de Portugal est en l'air, et que la communication
avec Irun n'est pas tenable si on n'a pas les Asturies. Il faut donc
occuper les Asturies quand on est à la hauteur de Salamanque, et occuper
les lignes de Fuentes de Reynosa quand on n'est qu'à la hauteur de
Valladolid ou de Burgos; mais laisser les paysans maîtres des montagnes
communiquant avec la mer, c'est le plus grand malheur qui puisse arriver
en Espagne. La population de la Galice refluera dans les provinces
occupées par l'armée; nous avons l'expérience pour preuve de cette
théorie. Quand le duc d'Istrie fit évacuer les Asturies, tout le pays
fut en mouvement; il faut, monsieur le duc, six mille hommes pour garder
les montagnes; qu'on les place dans les Asturies ou à Santander, c'est
la même chose, avec cette différence qu'en les plaçant à Santander ils
ne couvrent pas le royaume de Léon et n'occupent pas cette province qui
est plus importante pour les insurgés. L'Empereur, monsieur le maréchal,
met à votre disposition la division du général Bonnet à cet effet; son
intention est que vous fassiez route sur les Asturies par le chemin que
le général Bonnet jugera le meilleur.--Je vous ai déjà fait connaître,
monsieur le duc, que l'Empereur n'approuve pas la dissémination de votre
armée; Sa Majesté ne voit, dans votre conduite, que du tâtonnement.
Comment, à Valladolid, prétendez-vous être instruit à temps de ce que
fera l'ennemi? Ce n'est pas possible dans aucun pays, et surtout dans un
pays insurgé. Je ne puis que vous répéter que l'Empereur ne voit
d'opération honorable pour ses armées que d'occuper Salamanque; d'avoir
des avant-gardes qui feront le coup de fusil sur la frontière de
Portugal et avec Rodrigo: d'avoir votre armée centralisée autour de vous
à quatre ou cinq marches, jusqu'à ce que l'armée du Centre ait pu placer
des troupes à Almaraz, que votre armée ait occupé Salamanque, et que
l'opération du maréchal duc de Dalmatie sur Merida et Badajoz ait de
l'influence sur l'ennemi et se soit fait sentir. Vous pouvez laisser une
division légère sur Talavera, occupant Almaraz; mais elle doit toujours
être prête à vous rejoindre. Lorsque vous aurez occupé Salamanque, que
vos avant-postes auront cette direction et que cette espèce de
vésicatoire militaire aura fait son effet sur l'ennemi, vous pourrez
faire rapprocher de vous la division que vous aurez sur le Tage. Mais
vous sentirez qu'il sera également nécessaire que l'armée du Centre ait
auparavant donné des troupes pour garder la vallée.

«L'Empereur, monsieur le duc, me charge de vous répéter que vous vous
occupez trop de ce qui ne vous regarde pas, et pas assez de ce qui vous
regarde. Votre mission a été de défendre Almeida et Rodrigo, et vous
avez laissé prendre ces places. Vous avez le Nord à maintenir et à
administrer, et vous abandonnez les Asturies, c'est-à-dire le seul moyen
de le gouverner et de le contenir.--Vous allez vous embarrasser si lord
Wellington envoie une ou deux divisions sur Badajoz, quand Badajoz est
une place très-forte, et que le duc de Dalmatie a quatre-vingt mille
hommes, lorsqu'il peut être secouru par le maréchal Suchet. Enfin, si
Wellington marchait sur Badajoz, vous avez un moyen sûr, prompt et
triomphant de le rappeler, celui de marcher sur Rodrigo ou Almeida.
Votre armée se compose de huit divisions; une doit rester dans les
Asturies, et vous ne devez y compter que pour la faire marcher sur la
Galice. Quand même, après une bataille avec les Anglais, vous seriez
battu, vous ne devez pas faire évacuer les Asturies par cette division,
mais la faire filer par les hauteurs à votre droite. Les coups de fusil
arriveront avant peu de jours à Montdragon si on n'occupe pas les
montagnes.

«La division des Asturies est une division qui, en cas d'évacuation de
Salamanque et de Valladolid, devrait nouer le mouvement dans les
montagnes; sans quoi la position de Burgos ne serait pas tenable, pas
même celle de Vitoria. D'ailleurs, encore une fois, monsieur le duc,
vous avez à lutter, non-seulement contre les armées anglaises, mais
aussi contre la Galice; et les six mille hommes qui se porteront en
avant, par les débouchés de la Galice, contiendront cette province; et
peut-être que six mille hommes dans les Asturies équivaudraient à
dix-huit mille hommes qu'il faudrait à Astorga et sur le littoral. Les
insurgés, sans communication après la prise de Valence, étaient au
désespoir. L'arrivée des bandes à Pautel, à Oviedo, et le rétablissement
de leur communication avec la mer, leur ont rendu leur courage; tout
cela par défaut de réflexion et de connaissance des localités. En
résumé, monsieur le maréchal, de vos huit divisions, une doit être dans
les Asturies et n'en point bouger; les sept autres doivent être réunies
autour de Salamanque. Cela vous fait une armée de cinquante mille
Français, avec une artillerie de cent bouches à feu, lesquels, dans un
terrain bien étudié, couverts par des bouts de flèche, ayant leurs
vivres assurés et leur appui à Salamanque, ne seraient pas vaincus par
quatre-vingt mille hommes. Toutefois, monsieur le duc, il faut bien se
garder de faire à Salamanque un camp retranché; les Anglais vous
croiraient sur la défensive et n'auraient plus de crainte: c'est une
place forte qu'il faut avoir à Salamanque.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 21 février 1812.

«L'Empereur me charge de vous dire, monsieur le maréchal, que vous avez
mal compris ses intentions sur Valence. Sa Majesté avait ordonné de
faire marcher sur cette place douze mille hommes, en comprenant les
troupes de l'armée du Centre, et elle entendait que ce mouvement fût par
Cuença. Il y avait déjà à Cuença quatre mille hommes. Le roi d'Espagne
en aurait donné trois mille autres. Ce n'était donc que trois ou quatre
mille hommes à faire filer sur Cuença. L'Empereur trouve que vos
plaintes ne sont pas fondées, et qu'il eût été insensé au roi de se
porter de Cuença sur Albacète. Ce mouvement aurait permis à l'ennemi,
qui était à Requeña, de marcher sur Madrid. Il était évident que cette
opération d'Albacète ne pouvait se faire, à moins de forces sérieuses,
puisqu'elle demandait une grande ligne d'opération, et qu'elle n'aurait
pas donné de résultat pour la prise de Valence; car, si le général
Suchet avait été battu aux passages des lignes, cette opération ne
signifiait rien. L'art de la guerre ne consiste pas à diviser ses
troupes. L'opération de Cuença sur Requeña, communiquant par la gauche
avec Suchet avant d'attaquer l'ennemi, était une véritable opération
militaire. Quelques mille hommes de plus, avec le général Montbrun,
n'auraient affaibli en rien l'armée de Portugal. Les Anglais ne s'en
seraient pas aperçus. Cette opération eût même pu se faire en envoyant
des troupes de l'armée du Centre, et en remplaçant par des troupes de
l'armée de Portugal celles qui se seraient portées sur Cuença. Sans
doute, la route n'est pas bonne pour l'artillerie; mais on n'avait pas
besoin d'artillerie contre ces insurgés, et d'ailleurs le maréchal
Suchet en avait. L'Empereur trouve, monsieur le duc, que vous avez fait
là une faute qui n'est pas justifiable. Puisque vous étiez devant
l'ennemi, et qu'il est évident que vous exposiez tout le nord de
l'Espagne, s'il eût fallu faire une grande opération d'armée, on eût
préféré la faire faire par le maréchal duc de Dalmatie, et l'on eût
prévu le cas où les Anglais auraient marché sur Madrid ou sur
Salamanque.»



LE MARÉCHAL MARMONT AU MAJOR GÉNÉRAL.

«Valladolid, le 23 février 1812.

On trouvera le texte de cette lettre dans les _Mémoires du duc de
Raguse_, page 90 de ce volume.



LE GÉNÉRAL DORSENNE AU MARÉCHAL MARMONT.

«Burgos, le 24 février 1812.

«Les rapports que je reçois de la Biscaye sont de nature à m'empêcher
d'en détacher un seul homme.--Les 2e et 3e régiments de marche de votre
armée y gardent seuls la communication d'Irun à Vitoria, et, malgré tout
le désir que j'ai de les mettre à votre disposition, vous devez
concevoir qu'il m'est impossible de le faire avant d'avoir reçu les
troupes de la division Bonnet, qui doivent les remplacer.--Le 1er
régiment de marche, stationné en Navarre, a depuis longtemps l'ordre
d'en partir pour se rendre à Valladolid; mais je suis sans nouvelles de
cette province, et j'ignore même encore si le général Caffarelli y est
entré: c'est ce qui m'empêche de vous adresser l'itinéraire de ces
détachements.

«Toute l'armée a subi des pertes, de sorte que je ne puis même disposer
d'aucun de ces corps. Le peu de troupes qui va me rester me met dans la
nécessite de prier Votre Excellence d'ordonner l'occupation des postes
de Villa-Rodrigo et Quintana del Puente. Il existe dans le premier deux
cent cinquante hommes, et dans le second soixante-dix. Je ferai tout ce
qui sera en mon pouvoir pour garder le plus longtemps possible Reynosa;
mais, si on n'augmente pas mes moyens, je crains d'être forcé à vous
prier également d'en faire remplacer la garnison.

«Un approvisionnement de grains que je suis obligé d'envoyer dans la
province de Santander me met aussi dans l'embarras pour les transports.
Cependant j'espère pouvoir diriger sur Valladolid, dans huit à dix
jours, cent à cent vingt voitures pour y prendre une partie de mes
malades.

«J'ai fait partir aujourd'hui le douzième convoi de fonds, et j'ai joint
à son escorte le détachement de l'année de Portugal, qui formait la
garnison d'Aranda.»



LE MARÉCHAL MARMONT AU MAJOR GÉNÉRAL.

«Valladolid, le 20 février 1812.

«Monseigneur, je reçois les lettres que vous m'avez fait l'honneur de
m'écrire le 11 février; plus je les ai méditées, plus je me suis
convaincu que, si Sa Majesté était sur les lieux, elle envisagerait la
position de son année de Portugal d'une tout autre manière. Votre
Altesse me dit que j'aurais dû concentrer mes troupes à Salamanque, mais
elle oublie que précédemment les ordres de l'Empereur étaient d'avoir
trois divisions au delà des montagnes. Si je concentrais l'armée à
Salamanque, elle ne pourrait y vivre quinze jours; et bientôt un désert
semblable à celui qui sépare Rodrigo de Salamanque séparerait Salamanque
de Valladolid, ce qui rendrait pour l'avenir bien pire la situation de
l'armée. L'Empereur veut que je fasse des mouvements offensifs sur
Rodrigo; mais Sa Majesté ignore donc que le plus léger mouvement ici
cause une perte énorme de moyens, et spécialement de chevaux,
équivalente à cette qui résulterait d'une bataille; de manière qu'il
faut restreindre ses mouvements pour un objet déterminé et positif et
qui promette des résultats. Si l'armée faisait un mouvement sur Rodrigo
aujourd'hui, elle ne pourrait pas passer l'Aguada, parce que dans cette
saison cette rivière n'est pas guéable. L'armée ne pourrait pas rester,
faute de vivres, trois jours devant Rodrigo, et cette simple marche, qui
n'aurait aucun résultat et n'aurait donné aucun change à l'ennemi, parce
qu'il connaît bien l'impossibilité absolue où nous sommes de rien
entreprendre, cette simple marche, dis-je, ferait perdre à l'armée cinq
cents chevaux et la rendrait incapable de faire aucun mouvement pendant
six semaines, parce qu'il faudrait qu'elle se dispersât jusqu'à vingt et
vingt-cinq lieues pour aller former sa réserve de vivres, et qu'elle eût
le temps de les rassembler et de les préparer. Au mois d'avril de
l'année dernière, l'armée de Portugal a perdu presque tous ses chevaux
d'artillerie et le plus grand nombre de ses chevaux de cavalerie, pour
être restée entre la Coa et l'Aguada pendant six jours; et cependant la
saison était plus avancée et le pays moins désert qu'aujourd'hui.

«Sa Majesté pense que je ne dois point envoyer mes troupes se perdre sur
les derrières; mais n'ai-je pas dû relever sept mille hommes de la garde
et les troupes de l'armée du Nord dans les postes qu'elles occupaient,
postes qui ne peuvent être abandonnés sans bouleverser tout le pays et
renoncer aux moyens de vivre.

«Votre Altesse me parle du siége de Rodrigo. Si je reçois des transports
et un équipage de vivres, cette opération sera facile après la récolte;
mais, avant et sans ces moyens, il est absolument impossible d'y songer.
Votre Altesse me dit qu'il est de mon honneur de faire tout ce qui sera
utile au service de l'Empereur; mais je n'ai point ici de torts à me
reprocher; car, certes, les causes de la perte de Rodrigo me sont tout à
fait étrangères. Si les circonstances eussent mis plus tôt cette
frontière sous mes ordres, je crois pouvoir le dire avec fondement,
Rodrigo serait encore à nous.

«Votre Altesse me dit que, si l'armée était réunie à Salamanque, les
Anglais seraient fous de se porter en Estramadure, en me laissant
derrière eux et maître d'aller à Lisbonne; mais cette combinaison, ils
l'ont faite au mois de mai dernier, quoique toute l'armée fut à peu de
distance de Salamanque, quoique l'armée du Nord fût double de ce qu'elle
est aujourd'hui, quoique la saison, plus avancée, pût permettre de faire
vivre les chevaux, et que nous fussions maîtres de Rodrigo. Ils n'ont
pas cru possible alors que nous entreprissions cette opération, et ils
ont eu raison. L'imagineraient-ils aujourd'hui, que toutes les
circonstances que je viens d'énoncer sont contraires, et qu'ils
connaissent la grande quantité de troupes qui est rentrée en France.

«L'ennemi avait si bien le projet de faire depuis longtemps le siége de
Badajoz, que, depuis près de quatre mois, il a établi de grands magasins
à Campo-Maior, et j'en ai rendu compte à Votre Altesse. Il n'a cessé de
les augmenter depuis. Il était tellement résolu à faire un détachement
après la prise de Rodrigo, que, quoiqu'il sût très-bien que j'étais en
pleine marche avec l'armée pour me rendre sur la Tormès, et de là sur
l'Aguada, il a fait partir deux divisions le surlendemain de
l'occupation de Rodrigo.

«L'armée de Portugal, dans l'état actuel des choses, n'ayant pas même un
ennemi devant elle, ne pourrait pas dépasser la Coa, et les forces que
lord Wellington y a laissées sont plus que suffisantes pour mettre à
l'abri de tous événements les villages les plus avancés du Portugal. En
conséquence, aucun mouvement de ce côté ne remplirait l'objet de sauver
Badajoz. Il n'y a que des dispositions qui donnent une action immédiate
sur cette place qui puissent en imposer à l'ennemi et faire espérer
d'atteindre le but proposé.

«L'Empereur, à ce qu'il me paraît, compte pour rien les difficultés de
vivre. Ces difficultés font tout; et, si elles eussent cessé par la
formation de magasins, tout ce que pourrait ordonner l'Empereur serait
exécuté avec ponctualité et facilité. Mais nous sommes loin de là, et je
n'ai rien à me reprocher à cet égard. Je ne commandais pas ici il y a
trois mois. J'ai voulu faire des magasins dans la vallée du Tage, et, à
cet effet, j'ai demandé un territoire étendu, fertile et à portée, avec
des moyens de transport. Le territoire m'a été refusé, et les moyens de
transport, accordés et longtemps attendus, ont reçu, à ce qu'il paraît,
une autre destination.

«J'arrive dans le Nord au mois de janvier, et je ne trouve pas un grain
de blé on magasin, pas un sou dans les caisses, des dettes partout, et,
résultat infaillible du système absurde d'administration qui a été
adopté, une disette réelle ou factice dont il est difficile de se faire
une juste idée. On n'obtient dans les cantonnements des subsistances
journalières que les armes à la main; il y a loin de là à la formation
de magasins qui permettant de faire mouvoir l'année.

«Nous ne sommes pas à deux de jeu dans l'espèce de guerre que nous
faisons ici avec les Anglais; l'armée anglaise est toujours réunie et
disponible, parce qu'elle a beaucoup d'argent et beaucoup de transports.
Sept à huit mille mulets sont employés pour le transport de ses
subsistances. Le foin que toute la cavalerie anglaise mange, sur les
bords de la Coa et de l'Aguada vient d'Angleterre. Que Sa Majesté juge,
d'après cela, quel rapport il y a entre nos moyens et les leurs, nous
qui n'avons pas un magasin qui renferme quatre jours de vivres pour
l'année, et aucuns moyens de transport, nous qui ne pouvons pas envoyer
une réquisition avec fruit au plus misérable village sans faire un
détachement de deux cents hommes, et qui sommes obligés de nous
éparpiller a des distances énormes et d'être constamment en course pour
subsister.

«Quelque faibles que soient les garnisons des villes, on ne peut
exprimer quelle difficulté il y a à les pourvoir de subsistances. Ainsi,
quelque effort que j'aie fait, Valladolid ne renferme pas pour cinq
jours de vivres.

«Cet état de choses ne changera entièrement qu'après la récolte, avec
des principes d'administration plus raisonnables, et avec plus d'ordre
qu'on n'en a mis jusqu'ici. D'ici à cette époque, l'armée sera dans la
position la plus difficile qu'on puisse dépeindre, et il serait injuste
d'attendre beaucoup d'elle. On ne peut rien faire ici qu'avec du temps:
il faut créer ses moyens, les organiser, et pour cela il faut être à
l'époque des ressources; malheureusement j'arrive ici quand elles sont
épuisées.

«Il est possible que Sa Majesté ne soit pas satisfaite de mes raisons;
mais j'avoue que je ne conçois pas la possibilité d'exécuter ce qui
m'est prescrit sans préparer des désastres pour l'avenir. Si Sa Majesté
en juge autrement, je lui renouvellerai avec instance la prière de me
donner un successeur dans mon commandement, qui alors doit être confié
en de meilleures mains.

«En attendant, je vais, conformément à ma lettre d'hier, faire tous mes
efforts pour sauver Badajoz; si j'y parviens, quand les apparences
indiqueront que l'ennemi renonce à toute offensive dans le Midi, je
ramènerai alors toutes mes troupes dans la Vieille-Castille, et je ferai
réoccuper les Asturies.

«J'espère au surplus qu'avant ce temps Sa Majesté m'aura soulagé d'un
fardeau qui est au-dessus de mes forces.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 28 février 1812.

«J'ai mis sous les yeux de l'Empereur, monsieur le duc, la lettre par
laquelle vous témoignez le désir de suivre Sa Majesté dans le cas où
elle entrerait en campagne.

«L'Empereur, monsieur le maréchal, me charge de vous faire connaître que
vos talents lui sont nécessaires en Espagne, et que le bien de son
service exige que vous restiez à la tête de l'armée que vous commandez.»



LE MARÉCHAL MARMONT AU MAJOR GÉNÉRAL.

«Valladolid, le 2 mars 1812.

«Monseigneur, à l'instant où je montais à cheval pour me rendre à Avila,
je reçois les lettres que Votre Altesse m'a fait l'honneur de m'écrire
les 18 et 21 février. Les ordres de Sa Majesté sont tellement impératifs
et me rendent tellement étranger au sort de Badajoz, que, quelles que
soient les raisons qui m'avaient empêché d'abord de m'y conformer, je
pense qu'il est aujourd'hui de mon devoir de le faire. En conséquence,
je donne l'ordre à la cavalerie légère, à la quatrième et à la sixième
division qui sont dans la vallée du Tage, de rentrer dans la
Vieille-Castille; j'y laisse seulement la première division qui rentrera
aussi aux époques fixées par Sa Majesté, et lorsqu'elle aura été relevée
par l'armée du Centre. Mais, comme il me parait évident que le siège de
Badajoz n'a été suspendu que par suite de la présence de ces trois
divisions, mon opinion est que mon mouvement va mettre cette place en
péril; j'ose espérer ou moins que, s'il lui arrive malheur, on ne pourra
pas m'en attribuer la faute.

«Votre Altesse m'écrit que l'Empereur trouve que je m'occupe trop des
intérêts des autres et pas assez de ce dont je suis personnellement
chargé. J'avais regardé comme un de mes devoirs imposés par l'Empereur,
et un des plus difficiles à remplir, de secourir l'armée du Midi, et ce
devoir a été formellement exprimé dans vingt de vos dépêches, et indiqué
explicitement par l'ordre que j'ai reçu de laisser trois divisions dans
la vallée du Tage. Aujourd'hui j'en suis affranchi, ma position devient
beaucoup plus simple et beaucoup meilleure.

«L'Empereur parait ajouter beaucoup de confiance à l'effet que doivent
produire sur l'esprit de lord Wellington des démonstrations dans le
Nord. J'ose avoir une opinion contraire, attendu que lord Wellington
sait très-bien que nous n'avons point de magasins, et connaît les
immenses difficultés que le pays présente par sa nature et par le manque
absolu de ressources en subsistances en cette saison. Il sait très-bien
que l'année, sans avoir personne à combattre, n'est pas en état d'aller
au delà de la Coa, et que, si elle l'entreprenait à l'époque où nous
sommes, elle en reviendrait au bout de quatre jours, hors d'état de rien
faire de la campagne et après avoir perdu tous ses chevaux.

«Je me rends à Salamanque où je vais établir mon quartier général; je
ferai tout ce qui sera en mon pouvoir pour remplir les intentions de
l'Empereur; mais toutes les démonstrations ne peuvent aller au delà des
cours rapides de l'Aguada et de la Tormès et des reconnaissances sur
Rodrigo, car, l'Aguada n'étant pas guéable maintenant, le passage de
cette rivière est une opération qui exige des bateaux, et je n'en ai
pas.

«Lord Wellington, qui ne peut pas croire, à cette époque de Tannée, à
une marche offensive, faute de magasins formés et de subsistances pour
les chevaux, ne peut pas croire davantage au siège de Rodrigo, la grosse
artillerie fût-elle à Salamanque; il sait qu'il faut d'autres
préparatifs qui exigent du temps, et, s'il veut faire le siège de
Badajoz, il a le temps de l'exécuter, puisque les préparatifs sont faits
depuis longtemps, et de revenir pour soutenir Rodrigo; ainsi je doute
fort que mes mouvements lui en imposent beaucoup.

«Sa Majesté veut que nos avant-postes fassent journellement le coup de
fusil avec les Anglais. Sa Majesté ignore donc que, par la nature des
choses et par l'impossibilité absolue de vivre, il y a toujours au moins
vingt lieues entre les avant-postes anglais et les nôtres, et que cet
intervalle est occupé par les guérillas, de manière qu'en détachant
beaucoup de troupes elles meurent de faim, et que, si on en détache peu,
elles sont compromises. Ce n'est donc qu'avec les guérillas, et à peu de
distance de nos lignes, que nous avons affaire.

«Sa Majesté trouve qu'ayant la supériorité sur l'ennemi j'ai tort de lui
laisser prendre l'initiative: l'armée de Portugal est bien assez forte
pour battre l'armée anglaise, mais elle est inférieure à celle-ci pour
opérer, par suite de la différence des moyens. L'armée anglaise, pourvue
d'avance de grands magasins, de moyens de transport suffisants, vit
partout également bien; l'armée de Portugal, sans magasins, avec
très-peu de transports, sans argent, ne peut vivre qu'en se disséminant,
et se trouve par là dépendante des lieux qui offrent des ressources, et
n'est nullement propre à manoeuvrer; et cet état de choses durera
jusqu'à la récolte.

«Puisque Votre Altesse me reproche d'avoir laissé prendre Almeida, il
est possible qu'elle me reproche aussi de n'avoir pas fait des magasins
à Salamanque et Valladolid lorsque je n'y commandais pas. Ces reproches,
tout pénibles qu'ils sont, ne me rendront pas coupable.

«Votre Altesse m'accuse d'être la cause de la prise de Rodrigo: je crois
y être tout à fait étranger. Rodrigo a été pris, parce qu'il avait une
mauvaise garnison, trop peu nombreuse, et un mauvais général; parce que
le général de l'armée du Nord a été sans surveillance et sans
prévoyance. Je ne pouvais, moi, avoir l'oeil sur cette place, puisque
j'en étais séparé par une chaîne de montagnes et par un désert qu'un
séjour de six mois de l'armée avait formé dans la vallée du Tage.

«L'Empereur est étonné que je n'aie pas marché, du 17 au 18, avec les
trente mille hommes que j'avais rassemblés. Je n'avais pas de troupes du
17 au 18; mais les troupes qui étaient en marche pour relever celles de
l'armée du Nord dans leurs cantonnements avaient reçu, en route, les
ordres nécessaires pour se réunir à Salamanque le 22. Ces troupes ne
formaient que vingt-quatre mille hommes et ne pouvaient y arriver plus
tôt. A cette époque, la place était prise depuis quatre jours. La
reprendre sur-le-champ était impossible, puisqu'elle ne pouvait pas être
bloquée, attendu que, la rivière n'étant pas guéable, je ne pouvais la
passer, et que lord Wellington aurait conservé sa communication avec
Rodrigo, sans qu'il eût été possible de l'empêcher. Ainsi l'armée
anglaise, sans pouvoir être forcée à recevoir bataille, pouvait défendre
cette place. L'armée de Portugal, qui n'avait d'ailleurs avec elle ni
grosse artillerie ni vivres pour rester longtemps et manoeuvrer, aurait
donc fait sans objet et sans résultat une marche pénible et destructive
de tous ses moyens.

«L'expérience de la guerre d'Espagne m'a appris que la grande affaire
dans ce pays était la conservation des hommes et des moyens, et c'est à
cela que je me suis attaché particulièrement.

«L'Empereur trouve que je fatigue mes troupes par des marches inutiles.
Personne ne s'occupe plus que moi de leur éviter des fatigues, et je ne
conçois pas que cette observation s'applique aux détachements qui sont
dans la vallée du Tage, car je ne les y ai point envoyés; je me suis
contenté d'arrêter les troupes qui venaient de la Manche, à l'instant
où, après la prise de Rodrigo, j'ai appris que le 21 janvier lord
Wellington avait fait partir deux divisions pour l'Estramadure; comme je
considérais alors comme un de mes devoirs de secourir le Midi, ces
dispositions étaient toutes naturelles.

«Lorsque le général Hill a marché sur Merida, j'ai bien vu que c'était
une diversion, et j'ai si peu pris le change, qu'en me portant sur
Salamanque pour aller au secours de Rodrigo, je n'ai pas laissé plus de
mille hommes dans la vallée du Tage.

«Il paraît que Sa Majesté croit que lord Wellington a des magasins à peu
de distance, sur la frontière du Nord. Ses magasins sont à Abrantès et
en Estramadure; ses hôpitaux sont à Lisbonne, à Castel-Branco et
Abrantès. Ainsi rien ne l'intéresse sur la Coa.

«Votre Altesse dit que la véritable route de Lisbonne est par le Nord.
Je crois que ceux qui connaissent bien le pays sont convaincus du
contraire. Quant à moi, il me paraît que, toutes les fois que le
principal corps d'armée passera par cette direction, on aura toutes
sortes de malheurs à redouter, et que celle qu'on devrait choisir est
celle de l'Alentejo. J'en ai déduit les motifs dans un mémoire que j'ai
eu l'honneur de vous adresser il y a trois mois.

«Votre Altesse parle d'occuper les débouchés d'Almeida et de Rodrigo: le
pays qui sépare l'Aguada et la Tormès est une immense plaine qui est
praticable dans tout les sens; ainsi j'ignore ce qu'on entend par ces
débouchés.

«L'Empereur me blâme d'être rentré dans la vallée du Tage après avoir
rejeté lord Wellington de l'autre coté de la Coa; mais c'était l'ordre
impératif de l'Empereur, qui ne m'avait assigné d'autre territoire que
la vallée du Tage. Rodrigo avait été occupé par les troupes de l'armée
du Nord, et Sa Majesté m'avait affranchi du devoir de veiller sur cette
place. Si j'eusse été le maître, je serais venu m'établir à Salamanque;
la raison militaire le disait, puisque l'ennemi était en présence; la
raison des subsistances le disait de même, puisque ce pays offrait des
ressources et que la vallée du Tage était épuisée. Il paraîtrait donc
juste que l'Empereur affranchît de toute responsabilité quand on suit
littéralement ses ordres, ou qu'il laissât plus de latitude et de
pouvoir pour les exécuter.

«L'Empereur semble croire que je ne suis pas ferme dans mes résolutions;
j'ignore ce qui peut avoir motivé l'opinion de Sa Majesté. Lorsque j'ai
cru utile de combattre, je ne sache pas que rien ait jamais fait changer
mes déterminations; et, si ici on ne combat jamais, c'est qu'en vérité
cette guerre ne ressemble en rien aux autres, et que les circonstances
ne permettent pas de la faire autrement.

«L'Empereur ordonne de grands travaux à Salamanque; il veut que douze
mille hommes soient employés à ces travaux: il semble que l'Empereur
ignore que nous n'avons ni les vivres pour les nourrir ni l'argent pour
les payer, et que nous sommes menacés de voir immédiatement tous les
services manquer à la fois dans toutes les places: c'étaient les
provinces du Nord qui pourvoyaient alors à la plus grande masse des
besoins des sixième et septième gouvernements; et cette situation empire
chaque jour de la manière la plus effrayante; et elle ne changera que
lorsque nous aurons un territoire plus proportionné à nos besoins. Quant
aux magasins, leur formation est l'objet de tous mes efforts et de toute
ma sollicitude; mais, à l'époque de l'année où nous sommes arrivés, ce
n'est pas une chose facile. Si Sa Majesté augmente les ressources, et si
alors je parviens à rassembler des subsistances pour nourrir l'armée
pendant un mois, je croirai avoir obtenu un grand résultat, et il serait
bien désirable qu'elles puisent être conservées pour le moment où il
faudrait combattre l'ennemi d'une manière sérieuse, et non pour faire de
simples démonstrations.

«J'écris au duc d'Albufera pour lui faire connaître la situation des
choses, et je donne l'ordre au général Bonnet de rentrer sur-le-champ
dans les Asturies par le col de Lietor-Liegos. Je sens toute
l'importance de l'occupation de cette province, et je comptais y envoyer
des troupes incessamment.

«Monseigneur, il ne me reste plus qu'à exprimer à Votre Altesse la peine
que j'éprouve de la manière dont l'Empereur apprécie les efforts que je
fais ici constamment pour le bien de son service. Puisque Sa Majesté
m'attribue la prise d'Almeida, qui était rendue avant que je prisse le
commandement de l'armée, j'ignore ce que je pourrai faire pour me mettre
à l'abri de toute espèce d'inculpation.»



LE GÉNÉRAL DORSENNE AU MARÉCHAL MARMONT.

«Burgos, le 6 mars 1812.

«Monsieur le maréchal, j'ai eu l'honneur de vous mander, le 24 février,
que le départ prochain de la garde et le peu de troupes qui me restaient
m'obligeaient à prier Votre Excellence d'ordonner l'occupation des
postes de Villa-Rodrigo et Quintana del Puente.

«Aujourd'hui que la plus grande partie est déjà rentrée en France et
l'autre prête à partir, que la division Bonnet m'est retirée sans que je
sache encore quand arrivera la division Palombini, et que je suis au
moment de marcher en Navarre pour une expédition contre les bandes,
Votre Excellence sentira qu'il m'est impossible de conserver ces postes.
Je la prie donc de nouveau de faire relever, sans délai, les troupes qui
s'y trouvent; il existe dans le premier deux cent cinquante hommes et
dans le second soixante-dix hommes.

«_P. S._ Si je n'ai pas de réponse à cet égard de Votre Excellence, je
donnerai l'ordre au premier régiment de marche de l'armée de Portugal de
laisser à son passage de quoi occuper ces postes.

LE MARÉCHAL SOULT AU MARÉCHAL MARMONT.

«Sainte-Marie, le 11 mars 1812.

«Monsieur le maréchal, M. le général Foy m'a fait parvenir la lettre que
Votre Excellence m'a fait l'honneur de m'écrire le 22 février, et j'ai
été en même temps prévenu de la position de trois divisions qui sont
sous ses ordres.

«Les Anglais ont décidé leur mouvement sur Badajoz, et, d'après ce que
M. le général comte d'Erlon m'a écrit le 8, il est à présumer, qu'en ce
moment la place est investie; j'attends d'en être positivement instruit
pour prendre mes dernières dispositions et marcher à leur rencontre.

«Je prie M. le général Foy de communiquer à Votre Excellence la lettre
que je lui ai écrite; je désire vivement, monsieur le maréchal, que les
dispositions que je lui propose puissent lui convenir, et qu'il soit
autorisé à s'y conformer en attendant qu'il ait pu prendre vos nouveaux
ordres.

«Ainsi que vous me l'avez annoncé par votre dernière lettre, je compte
que, du moment que l'armée anglaise aura commencé ses opérations contre
Badajoz, et que la plus grande partie de ses forces se sera portée sur
la Guadiana, vous destinerez toutes celles qui seront disponibles de
l'armée de Portugal pour venir se réunir à celles qui seront sur ce
théâtre dans l'objet de livrer bataille aux ennemis et de dégager
Badajoz; j'éprouverai alors une bien grande satisfaction à vous
embrasser.

«L'armée du Midi ne pourra présenter en ligne que vingt-deux à
vingt-quatre mille hommes, dont quatre mille de cavalerie et quarante
pièces de canon. On a retiré cinq régiments d'infanterie et trois de
cavalerie que le maréchal duc de Trévise met en route pour Burgos. Je
vous engage à arrêter leur marche et à en disposer jusqu'après
l'événement. En ce moment j'ai en ma présence douze mille Espagnols et
Anglais qui sont en avant et restent dans les montagnes d'Algésiras.
Jamais je n'ai été plus embarrassé.

«Enfin, monsieur le maréchal, les ennemis nous fournissent l'occasion
d'assurer de nouveaux triomphes aux armes de l'Empereur, j'ai la
confiance qu'ils seront éclatants.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 12 mars 1812.

«J'ai mis sous les yeux de l'Empereur, monsieur le maréchal, vos lettres
des 27, 28 février et du 2 de ce mois.

«Sa Majesté pense que la réunion de vos forces à Salamanque n'est pas
suffisante pour le but que vous devez remplir; qu'il est nécessaire que
vous jetiez un pont sur l'Aguada, et que vous y ayez une tête de pont,
afin que, si l'ennemi laisse moins de cinq divisions sur la rive droite
du Tage, vous puissiez vous porter sur la Coa, sur Almeida, et ravager
tout le nord du Portugal. La saison des pluies doit finir. Si Badajoz
est pris par deux simples divisions, la prise de Badajoz ne pourra pas
vous être imputée et retombera tout entière sur l'armée du Midi. Si, au
contraire, l'ennemi s'affaiblit de plus de cinq divisions et n'en laisse
que deux, trois ou même quatre sur la rive droite, ce sera la faute de
l'armée de Portugal si elle ne marche pas sur le corps de l'ennemi,
n'investit pas Almeida, ne ravage pas tout le nord du Portugal, ne jette
pas des partis jusqu'à Mondego. Enfin le rôle principal de l'armée de
Portugal se réduit à ceci: d'y tenir en échec six divisions de l'armée
anglaise, au moins cinq; prendre l'offensive dans le Nord; ou, si
l'ennemi a pris l'initiative, ou si toute autre circonstance l'ordonne,
faire filer sur le Tage, par Almaraz, autant de divisions que lord
Wellington en aura fait filer pour faire le siége de Badajoz.

«Telles sont, monsieur le duc, les dispositions que Sa Majesté me charge
de vous prescrire.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 16 mars 1812.

«L'Empereur m'ordonne de vous faire connaître, monsieur le maréchal,
qu'il confie le commandement de toutes ses armées en Espagne à Sa
Majesté Catholique, et que M. le maréchal Jourdan remplira les fonctions
de chef d'état-major.

«La nécessité de mettre de l'ensemble dans les armées du Midi, de
Valence, de Portugal et du Nord a déterminé Sa Majesté Impériale à
donner au roi d'Espagne le commandement de ses armées.

«En conséquence, monsieur le duc, vous voudrez bien régler vos
mouvements sur les ordres que vous recevrez du roi, vous conformer à
tout ce qu'il vous prescrira et correspondre journellement avec lui.»



LE MARÉCHAL MARMONT AU MAJOR GÉNÉRAL

«Salamanque, le 27 mars 1812.

«Monseigneur, je reçois la lettre que vous m'avez fait l'honneur de
m'écrire le 12 mars. Les instructions qu'elle renferme sont précisément
le contraire de celles que contiennent vos lettres des 18 et 21 février,
instructions impératives, qui m'ont forcé, contre ma conviction intime,
à changer toutes mes dispositions et à me mettre dans l'impossibilité de
faire ce que je regardais comme conforme aux intérêts de l'Empereur. Sa
Majesté appréciera tout ce que cette opposition a de fâcheux pour son
service et d'embarrassant pour moi.

«Dans ses lettres des 18 et 21 février Votre Altesse me dit que Sa
Majesté trouve que je me mêle de choses qui ne me regardent pas; qu'il
est déplacé à moi d'être inquiet pour Badajoz qui est une place
très-forte, soutenue par une armée de quatre-vingt mille hommes; que
l'armée anglaise qui voudrait faire le siège de Badajoz, fut-elle forte
de quatre et même de cinq divisions, l'armée du Midi serait en mesure de
délivrer cette place; elle m'ordonne formellement de renoncer à l'idée
devenir au secours de Badajoz; elle ajoute que, si lord Wellington s'y
porte, il faut le laisser faire, certain qu'en marchant sur l'Aguada il
sera bientôt contraint de revenir; enfin, d'après les lettres des 18 et
21, il est clair que Sa Majesté m'affranchit de toute espèce de
responsabilité sur Badajoz, pourvu que je fasse une diversion sur
l'Aguada; d'après ces lettres si précises, où les intentions de Sa
Majesté sont si fortement exprimées, je me rends à Salamanque, et je
rappelle mes divisions du Tage, excepté une seule qui couvre Madrid,
jusqu'à ce que l'armée du Centre envoie des troupes pour la remplacer.

«Aujourd'hui Votre Altesse m'écrit que je suis responsable de Badajoz si
lord Wellington en fait le siège avec plus de deux divisions; et il
semble à la fin de sa lettre que Sa Majesté me laisse le maître de
secourir cette place, en portant des troupes sur le Tage. Ainsi, après
avoir, par des ordres impératifs, détruit mes premières combinaisons qui
avaient préparé et assuré un secours efficace à Badajoz, après m'avoir
d'abord enlevé le choix des moyens, on me le rend à l'instant où il ne
m'est plus possible d'en faire usage. En effet, lorsque je me disposais
à marcher avec quatre divisions au secours de Badajoz, j'avais trois
divisions dans la vallée du Tage, cantonnées dans la Manche ou la
province de Tolède, placées à six ou sept marches de Badajoz, ce qui
leur donnait le moyen d'arriver à l'ennemi encore munies de huit jours
de vivres, et de le combattre après avoir fait leur jonction avec
l'armée du Midi. Aujourd'hui que ces troupes ont repassé les montagnes,
qu'elles ont consommé leurs subsistances de réserve en s'éloignant,
qu'il m'a été impossible d'obtenir de Madrid les secours nécessaires
pour former un magasin à Almaraz, quoique depuis six mois j'en aie
constamment renouvelé la demande, les troupes qui partiraient d'ici
auraient consommé toutes les subsistances qu'il serait possible de leur
donner avant d'arriver devant Badajoz. L'an passé, je n'aurais jamais
osé faire le mouvement que j'exécutais si je n'avais été certain que le
blé était mûr dans l'Estramadure, et, effectivement, c'est en faisant la
moisson que les soldats vécurent le jour de leur arrivée sur la
Guadiana. A l'époque actuelle, et Almaraz ne renfermant pas les
approvisionnements nécessaires, ce mouvement ne put se faire qu'en deux
fois et avec l'intervalle nécessaire pour donner aux troupes le temps de
faire, à portée de Badajoz et dans un pays qui produise quelque chose,
une réserve de vivres, et le pays est plus éloigné de ma position
actuelle que Badajoz même; c'est pour cela que j'avais laissé des
troupes sur le haut Tage. Mon mouvement était faisable dans la position
que j'avais prise; il est presque impraticable dans la position où je
suis maintenant, vu l'époque de la saison, et le temps rapproché des
opérations probables de l'ennemi.

«J'espère que Sa Majesté appréciera la position cruelle dans laquelle
ces dispositions contradictoires m'ont placé et qu'elle reconnaîtra que
la responsabilité ne peut peser sur un général que lorsque, lui ayant
indiqué d'une manière générale le but à atteindre, on lui laisse
constamment le choix des moyens.

«Après avoir mûrement réfléchi à la situation compliquée dans laquelle
je me trouve, et considérant qu'avant tout la tâche qui m'est donnée est
la conservation du Nord et que cette tâche est beaucoup plus grande que
celle du Midi; considérant que la nouvelle d'un débarquement des Anglais
à la Corogne, quoique peu probable, prend cependant de la consistance,
et que diverses dispositions des troupes portugaises et de la Galice,
qui sont à Bragance et sur l'Esla, annoncent l'offensive; enfin vos
lettres des 18 et 21 faisant entrer l'armée d'Aragon dans les calculs du
secours que peut recevoir l'année du Midi, et mes dispositions, malgré
les énormes difficultés qu'elles présentent dans l'exécution, étant
faites pour une marche de quinze jours sur l'Aguada, déjà commencée, je
continue ce mouvement sans cependant, je le répète, avoir une
très-grande confiance dans les résultats qu'il doit donner.

«Je mets en mouvement la division du Tage pour la porter sur Placencia
en faisant répandre le bruit qu'elle se réunira avec l'armée par le col
de Peralès pour entrer en Portugal, et je pars d'ici avec trois
divisions; c'est tout ce que je puis porter sur l'Aguada, devant laisser
une division sur l'Esla pour faire face aux Portugais et à la Galice; le
général Bonnet n'attendant pour rentrer dans les Asturies que
l'ouverture des passages fermés par les neiges; devant occuper
constamment Astorga, Léon, Placencia, Valladolid et Zamora, sous peine
de voir ce pays en combustion et nos embarras s'accroître d'une manière
incalculable; devant conserver la communication de Burgos avec Madrid,
de Valladolid avec Salamanque, et de Salamanque avec l'armée; combattant
sur la Tormès, j'aurais une division de plus en ligne, ce qui ferait
cinq divisions, et le nombre de sept que Sa Majesté compte que je peux y
rassembler ne peut s'y trouver que lorsque l'armée du Centre aura avec
deux divisions, placées dans les postes avancés sur ces communications
et sur l'Esla, remplacé les deux divisions que j'en tirerais.

«J'ai écrit au général Dorsenne pour l'engager, si la chose lui est
possible, à porter une partie de ses troupes dans le sixième
gouvernement afin d'y remplacer les miennes et de rendre disponibles,
dans le mouvement à faire dans ce moment, celles qu'il aura relevées.
J'ignore s'il fera droit à ma demande, mais j'en doute, n'ayant pas
encore reçu les bataillons de marche qu'il doit m'envoyer et qui me sont
annoncés depuis longtemps.

«Monseigneur, je ne puis croire que Sa Majesté se fasse une idée exacte
de la difficulté de son armée du Portugal; elle lui accorderait les
secours qui lui sont si nécessaires, et les secours jusqu'à la récolte,
c'est de l'argent, seul moyen d'assurer la subsistance des troupes
réunies. L'armée de Portugal est incapable aujourd'hui d'aucune
offensive sérieuse, d'aucune opération suivie, et sa situation ne
changera que lorsqu'elle aura quelques magasins. L'économie du peu
d'argent nécessaire à assurer les opérations jusqu'à la récolte peut
être payée, d'ici à trois mois, bien cher en hommes et en argent.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

Paris, le 4 avril 1812.

«Votre aide de camp vous aura fait connaître que l'Empereur vous laisse
carte blanche; mais Sa Majesté a jugé convenable de confier au roi
d'Espagne le commandement des armées de Portugal, du Midi et de Valence,
pour les diriger vers un seul et même but, ainsi que la direction
politique des affaires d'Espagne.

«L'Empereur considère.................................... de troupes
qu'on puisse faire, sans quoi les brigands fileraient sur
Saint-Sébastien, et il faudrait employer contre eux six fois plus de
forces qu'il n'en faut pour occuper les Asturies.»



LE MARÉCHAL JOURDAN AU MARÉCHAL MARMONT.

«Talavera, le 9 avril 1812.

«Un commerçant qui arrive de l'Estramadure rapporte les nouvelles
suivantes:

«Le 22 du mois dernier, il se trouvait en _El Castain_, où il a ouï dire
que les troupes impériales de Badajoz empêchaient les Anglais de placer
leurs batteries.

«Le 22, ce commerçant se mit en route pour retourner à Talavera; il
passa par Médina de las Torrès, où auparavant étaient les Anglais, et,
lors de son passage, il n'y en avait aucun.

«A Guareña, il y avait des Anglais qui se retiraient vers Abajo. A
Medellin, il n'y avait ni Anglais ni Français. A Santo-Benito, les
Français y étaient, et à Miajadas, il y avait un petit parti de
Portugais.

«Il entendit le feu de la place jusqu'au 2 avril, époque où il se
trouvait à Miajadas. Par conséquent, la nouvelle de la reddition de
Badajoz, répandue avant, est fausse.»



LE GÉNÉRAL DORSENNE AU MARÉCHAL MARMONT.

«Pampelune, le 11 avril 1812.

«Monsieur le maréchal, je ne reçois qu'à l'instant la lettre que Votre
Excellence m'a fait l'honneur de m'écrire le 23 mars dernier pour me
prévenir que les ennemis paraissent décidément faire une entreprise sur
Badajoz; qu'elle se met en mouvement; qu'elle va, en conséquence, avoir
besoin d'augmenter ses forces, et que, pour les réunir, elle m'engage à
relever la grande communication, les garnisons de la province de
Palencia et celles de Valladolid.

«Il m'est extrêmement pénible d'être obligé de déclarer à Votre
Excellence que je ne puis faire dans cette occasion ce qu'elle désire.
_Les troupes qui me sont annoncées depuis deux mois ne sont pas
arrivées._ Partout mes _garnisons sont insultées_, et je n'ai pas un
régiment disponible pour agir. Si je ne reçois pas de renforts, j'ai
lieu de craindre de voir mes communications interceptées avant peu.

«Une preuve bien convaincante de ce que j'annonce à Votre Excellence,
c'est que les régiments de marche de son armée, que j'aurais dû lui
renvoyer depuis longtemps, n'ont pu encore être remplacés, ce qui m'a
obligé à les garder jusqu'à ce jour.

«Enfin, monsieur le maréchal, je dois vous prévenir qu'en supposant même
que le prince de Neufchâtel vous ait donné l'avis que je dois vous
secourir au besoin, il me serait impossible de le faire dans ce moment,
puisque je ne peux déplacer un seul homme sans compromettre ou évacuer
le pays (ce qui serait bien contraire aux intérêts et à la volonté de
l'Empereur), et que, partout où mes troupes sont établies, elles n'y
sont que trop faiblement.

«Je vais me rendre en Biscaye, afin de faire un effort pour vous
renvoyer vos deux régiments de marche, qui tiennent encore la ligne
d'Irun à Vitoria. Celui qui était à Pampelune doit vous avoir rejoint.
Si je réussis, je me trouverai heureux; mais je vous prie de ne pas me
supposer dans une position avantageuse.»



LE MARÉCHAL JOURDAN AU MARÉCHAL MARMONT.

«Madrid, le 13 avril 1812.

«Monsieur le duc, Sa Majesté me charge de vous dire qu'elle a reçu votre
lettre en date du 31 mars. Le roi pense, comme vous, que ce qu'il y a de
mieux à faire, c'est de continuer l'opération que vous avez commencée;
elle doit nécessairement produire une diversion utile à M. le duc de
Dalmatie, tandis que, si vous reveniez sur vos pas pour porter ensuite
des troupes sur la rive gauche du Tage, ce mouvement, nécessairement
très-long, serait vraisemblablement trop tardif.

«Le roi m'ordonne d'adresser à Votre Excellence copie d'un rapport qui
lui est parvenu de Talavera. Le rapport coïncide avec la nouvelle du
jour de Madrid, qui annonce que les Anglais ont suspendu le siége de
Badajoz, et qu'ils ont réuni leurs troupes pour s'opposer au maréchal
duc de Dalmatie, qui marche sur eux.

«On me mande de Talavera, sous la date du 9 de ce mois, qu'on n'avait
rien appris de nouveau du général Foy, et on ne savait pas où il était.»



LE MARÉCHAL SOULT AU MARÉCHAL MARMONT.

«Séville, le 14 avril 1812.

«Monsieur le maréchal, M. le général Foy a dû vous transmettre diverses
lettres que je lui ai écrites, et vous rendre compte que la place de
Badajoz avait été malheureusement emportée par assaut dans la nuit du 6
au 7 de ce mois. Je m'étais porté en Estramadure avec vingt-quatre mille
hommes pour secourir la place; le 7, j'arrivai à Villafranca, et mes
avant-postes furent poussés jusqu'à Fuente-Del-Maestro, Azeuchal,
Villalba et Almendralejo. Le 8, comme j'allais prendre position à
l'embouchure du Guadajira, j'appris la fâcheuse nouvelle de la prise de
Badajoz. Jusqu'alors je m'étais flatté que l'armée de Portugal, qui ne
pouvait douter que toute l'armée anglaise ne fût sur la Guadiana,
viendrait se réunir à celle du Midi pour livrer bataille aux ennemis.
J'étais fondé dans mon espoir par l'assurance que vous-même me donnâtes
le 22 février dernier. Mais, en même temps, j'appris, par des lettres du
général Foy des 30 et 31, que les moyens qu'il avait auparavant lui
étaient ôtés. J'étais en trop grande disproportion de forces avec
l'ennemi pour lui livrer bataille en Estramadure; je me suis donc
rapproché de l'Andalousie, où ma présence était des plus nécessaires:
Séville était investie par quatorze mille Espagnols, et les lignes de
Cadix étaient compromises.

«On dit que l'armée anglaise marche sur moi; si elle se présente, je la
recevrai en position, et je ferai en sorte qu'elle ait lieu de se
repentir d'être venue. S'il y avait en le moindre concert d'opération
entre l'armée de Portugal et celle du Midi, l'armée anglaise était
perdue et la place de Badajoz serait encore au pouvoir de l'Empereur. Je
déplore amèrement qu'il ne vous ait pas été possible de vous entendre
avec moi à ce sujet.»



LE MAJOR GÉNÉRAL AU MARÉCHAL MARMONT.

»Paris, le 16 avril 1812.

«J'ai mis sous les yeux de l'Empereur, monsieur le maréchal, vos lettres
des 22 et 23 mars.

«Par mes dépêches des 18 et 20 février, je vous prescrivais les mesures
nécessaires pour prendre l'initiative et donner à la guerre un caractère
convenable à la gloire des armes françaises, en lui ôtant ce tâtonnement
et cette fluctuation actuelles, qui sont déjà le présage d'une armée
vaincue. Mais, au lieu d'étudier et de chercher à saisir l'esprit des
instructions générales qui vous étaient données, vous vous êtes plu à ne
pas les comprendre et à prendre justement le contre-pied de leur esprit.
Ces instructions sont raisonnées et motivées, comme toute instruction
d'un gouvernement; elles étaient données à trois cents lieues et à six
semaines d'intervalle; elles vous supposaient vis-à-vis de l'ennemi et
vous précisaient de le contenir et d'obliger la plus grande partie de
son armée à rester dans le Nord, en concentrant votre quartier général à
Salamanque, et en tirant tous les jours des coups de fusil sous Rodrigo
et sous Almeida. Ces instructions vous disaient: «Si, dans cet état de
choses, l'ennemi reste devant vous avec moins de cinq divisions, marchez
à lui, suivez-le en queue; ses hôpitaux et magasins étant entre Lisbonne
et la Coa, il ne pourra les évacuer si rapidement, que vous ne puissiez
les atteindre.» Je vous y ajoutais que, dans cet état de choses, il
était absurde de penser que le général anglais pût abandonner tout le
Nord pour se jeter sur une place qui menaçait de cinq semaines de
résistance; qu'il pourrait y envoyer deux divisions, trois même, mais
qu'alors l'armée du Midi, secourue aujourd'hui par celle de Valence, qui
appuie sa gauche, serait suffisante.

«Mes dépêches sont arrivées le 6 mars, et alors vous aviez entièrement
perdu l'initiative; vous vous étiez retiré en arrière, de manière que
l'ennemi vous croyait sur Burgos. Lord Wellington avait évacué ses
magasins et ses hôpitaux sur Lisbonne; il avait entièrement disparu: il
avait alors dix jours d'initiative sur vous, et son mouvement sur
Badajoz était prononcé.

«Dans cet état de choses, vous vous êtes porté le 6 sur Salamanque; vous
avez fait partir du pont d'Almaraz, le 8, deux divisions, et êtes resté
cantonné sans faire aucun mouvement ni sur Rodrigo ni sur Almeida, ce
qui a décidé Wellington, aussitôt qu'il a vu que vous ne faisiez rien
sur Salamanque, à se porter sur Badajoz le 12; il la cernait le 16.

«Certes, il faut ne pas avoir les premières notions de l'art de la
guerre pour ne pas comprendre que, dans la position où vous étiez le 6,
l'ennemi ayant préparé tout son champ de bataille entre Lisbonne et
Salamanque, vous ne pouviez ôter les divisions d'Almaraz qui entraient
dans le système de Badajoz qu'en même temps votre tête n'eût marché sur
l'Aguada et sur Almeida. Vous ne pouviez vous décider à affaiblir
Almaraz, qui était une position propre à secourir Badajoz, en recevant
l'initiative de l'ennemi, qu'autant que vous ayez été décidé à marcher
sur Almeida, et en position de le faire, et de menacer réellement
Lisbonne. Mais faire un mouvement d'Almaraz sur Salamanque, pour rester
à Salamanque sans rien faire depuis le 6 jusqu'au 28, c'était
effectivement annuler toute l'armée à l'ouverture de la campagne;
c'était vouloir tout perdre, sans qu'on puisse en saisir le motif.

«Le 24, vous avez dû être instruit que le 16 lord Wellington avait cerné
Badajoz; cependant le 24 vous n'aviez pas encore bougé, et l'on voit,
dans les relations de l'armée anglaise, que lord Wellington remarque
bien, jour par jour, qu'aucun mouvement ne se fait à Salamanque;
n'était-il pas naturel alors, puisque vous étiez instruit que Badajoz
était cerné depuis huit jours, et que le feu était à la maison, que vous
vous portassiez à grandes marches sur Almaraz pour appuyer la division
Foy? Vous pouviez arriver le 10 avril à Badajoz, et vous auriez trouvé
l'armée anglaise fatiguée du siége, et dans la situation la plus
désirable pour lui livrer bataille. Cependant, aussitôt que l'Empereur
apprit la manière étrange dont vous considériez les choses, il me
chargea de vous écrire le 12 mars, et je vous renvoyai votre aide de
camp, qui est arrivé le 25. Mes instructions étaient précises. Nous
apprenons que le 28 vous étiez parti pour Rodrigo, avec quinze jours de
vivres, et que le 30 vous étiez devant cette place. Si vous vous portez
de là au pont d'Almaraz, vous pouvez encore arriver à temps pour sauver
Badajoz, qui, si elle est bien défendue, peut résister cinq à six
semaines. Vous n'aurez pas longtemps ajouté foi au débarquement des
Anglais à la Corogne.

«Toutefois, d'un moment à l'autre l'Empereur peut partir pour la
Pologne; il ne peut que vous recommander de seconder le roi, et de faire
de vous-même, par attachement pour sa personne et la gloire de ses
armes, tout ce qu'il vous sera possible pour empêcher que quarante mille
Anglais ne gâtent toutes les affaires d'Espagne; ce qui serait
infaillible si les commandants des différents corps ne sont pas animés
de ce zèle pour la gloire et de ce patriotisme qui seuls vainquent les
obstacles et empêchent de sacrifier jamais à son humeur et à des
passions quelconques l'intérêt public.

«Au retour de Pologne Sa Majesté ira en Espagne. Elle espère n'avoir
plus que des éloges à vous donner à ce que vous aurez fait, et que vous
aurez de nouveau bien mérité dans son estime.



LE MARÉCHAL MARMONT AU ROI JOSEPH.

«Fuenteguinaldo, le 21 avril 1812.

«Sire, Votre Majesté désire connaître si les pays que l'armée occupe
peuvent suffire à ses moyens de subsistance. Je ne puis mieux répondre à
cela qu'en assurant à Votre Majesté que l'on ne vit dans les
cantonnements qu'au moyen des plus grands actes de violence, que partout
la force seule peut donner les moyens journaliers de subsistance.

«La force, étant nécessaire pour assurer la subsistance, ne peut être
mise en usage pour former des magasins, et, par conséquent, il n'en
existe nulle part.

«La subsistance des troupes à Valladolid et dans toutes les villes est
toujours dans l'état le plus critique.--On ne peut plus faire rien qu'au
moyen d'achats, et cette dépense est tellement en disproportion avec les
ressources en argent dont on peut disposer, qu'après avoir épuisé le peu
d'argent de la solde qui est arrivée de France, il y a de quoi être
effrayé de l'avenir jusqu'à la récolte.

«L'Empereur vient d'ordonner au général Dorsenne d'envoyer de la
province d'Aranda huit mille quintaux de froment; mais le général
Dorsenne, qui craignait que je n'envoyasse chercher du grain dans cette
province, a fait tout enlever et conduire à Burgos. Je compte donc peu
sur cette ressource et cependant les événements les plus graves, les
plus désastreux, les plus calamiteux, peuvent être le résultat de cette
pénurie.

«D'après les documents de l'administration, les produits du territoire
qu'occupe l'armée de Portugal ne sont évalués qu'à un peu plus de moitié
des produits du pays qu'occupe l'armée du Nord, en supposant même que le
septième gouvernement, dont les produits sont réduits presqu'à rien par
la perte de Rodrigo, fût intact; et cependant l'armée du Nord n'est
guère que les trois cinquièmes de l'armée de Portugal.

«J'ignore quels motifs ont pu déterminer l'Empereur à un arrangement qui
refuse tout à ceux qui ont le plus souffert et qui ont à combattre,
tandis qu'il prodigue tout à d'autres, qui, par la nature de leurs
fonctions et par leur placement, ne sont destinés qu'à un rôle
secondaire.

«Votre Majesté, d'après cela, peut juger que l'armée de Portugal, dans
un territoire dévasté par l'armée du Nord qui l'a précédée, qui n'a
qu'un territoire insuffisant et sans proportion avec ses besoins, n'a
des ressources ni suffisamment en blés ni suffisamment en argent; que,
n'ayant point d'argent, elle ne peut faire venir du blé des autres
provinces, et qu'eût-elle des magasins, n'ayant pas de moyens de
transport, elle ne pourrait se faire suivre par des approvisionnements
en cas de mouvement.

«On peut cependant compter que, selon l'usage établi à l'armée de
Portugal, les soldais ont une réserve de quinze jours de vivres qu'ils
portent dans leurs sacs. Mais cet approvisionnement vient d'être
consommé pendant le mouvement que je viens d'exécuter, et il faudra du
temps et de nouveaux efforts pour pouvoir le reformer.

«Votre Majesté désire connaître où en est la solde de l'armée. Les six
premières divisions sont alignées au mois de juin 1811, et il leur est
dû dix mois de solde; la septième au mois de septembre, ainsi il lui est
dû huit mois; la huitième division au mois d'octobre 1810, ainsi il lui
est dû dix-huit mois. Ce seul exposé suffit pour faire connaître à Votre
Majesté dans quelle misère est l'armée.



LE GÉNÉRAL DORSENNE AU MARÉCHAL MARMONT

«Vitoria, le 21 avril 1812.

«Mon cher maréchal, je ne reçois qu'aujourd'hui la lettre que Votre
Excellence m'a fait l'honneur de m'écrire de la _Caritas_ le 6 février.

«Je dois lui répéter ce que je lui ai déjà annoncé le 11 de ce mois,
qu'il m'est impossible d'envoyer il Valladolid une de mes divisions
comme elle le désire, que les troupes qui me sont annoncées depuis deux
mois ne sont pas arrivées, et que, partout où mes garnisons sont
établies, elles n'y sont que trop faiblement.

«Je vais redoubler d'efforts, monsieur le maréchal, pour vous renvoyer
vos deux régiments de marche qui gardent encore les communications
d'Irun à Vitoria, et je n'estimerai heureux de pouvoir y réussir.»



LE ROI JOSEPH AU MARÉCHAL MARMONT.

«Madrid, le 1er mai 1812.

«Monsieur le maréchal, j'ai reçu en même temps vos lettres des 16 et 21
avril. Le mouvement que vous avez fait n'ayant pas eu l'effet qu'on
espérait, et ne pouvant pas rendre toute votre armée disponible en
ordonnant au général Dorsenne de remplacer vos troupes en Castille,
j'approuve fort la proposition que vous faites de vous rendre avec
quatre divisions dans la vallée du Tage pour opérer, par l'Estramadure,
en faveur de l'Andalousie. Je vous engage à hâter ce mouvement le plus
que vous pourrez.

«M. le maréchal Jourdan vous écrit en détail sur les moyens que l'on
peut tirer de Madrid et mettre à la disposition des troupes qui doivent
agir dans l'Estramadure pour se porter au secours de l'Andalousie.

«Je fais écrire au général Dorsenne, mais je ne pense pas qu'il envoie
aucunes troupes pour remplacer les vôtres.

«Je reçois l'avis qu'un régiment de l'armée d'Aragon est arrivé à Cuença
pour assurer la communication avec Madrid. L'arrivée de ce régiment
donne la possibilité de faire occuper par les troupes de l'armée du
Centre les postes et forts sur le Tage, et de rendre ainsi disponible la
division Foy. Une brigade de cavalerie de l'armée du Centre reçoit
l'ordre de se porter dans la vallée du Tage, où elle sera à vos ordres.
Je n'ai point encore avis du départ de Valence de la division que j'ai
demandée; elle sera aussi employée à secourir l'armée du Midi.»



LE MARÉCHAL MARMONT AU MAJOR GÉNÉRAL.

«Salamanque, le 2 mai 1812.

«Monseigneur, je reçois la lettre que Votre Altesse m'a fait l'honneur
de m'écrire le 16 avril. _Il est dur d'être accablé des reproches les
plus amers_ sans les avoir _mérités_. Vos instructions du 18 et du 21
février sont _rédigées d'une manière si impérative, qu'elles
suffiraient_ pour faire _condamner_ devant un _tribunal un général_ qui
ne s'y serait pas _conformé_. Elles consacraient formellement le cas où
l'ennemi serait en possession _de l'initiative; elles disaient même: «Si
lord Wellington marche avec toutes ses troupes sur Badajoz, laissez-le
aller, rassemblez votre armée, et il reviendra bien vite.»_ C'est
précisément ce que j'ai fait: toutes les raisons qui établissent que les
divisions auraient dû rester sur le Tage, je les ai senties, et elles
sont toutes consignées dans les lettres que je vous ai écrites: c'est
donc par pure obéissance que je les ai rappelées.

«Je ne puis donc être responsable du mauvais effet qui en est résulté.
J'ai mis mes troupes en mouvement pour Rodrigo aussitôt que j'ai pu
avoir des subsistances pour exécuter cette opération. J'ignore par
quelle magie on aurait pu la commencer plus tôt sans laisser hommes et
chevaux sur la route.

«Ayant une fois renoncé à la marche sur le Tage, je ne pouvais y revenir
brusquement, attendu qu'au même instant j'avais rappelé les officiers
que j'avais envoyés à Madrid avec des fonds pour presser l'envoi des
subsistances sur Almaraz, et qu'alors tous les envois avaient
complètement cessé. Avec quinze jours de vivres, j'aurais passé le Tage;
mais comment subsister ensuite avec les moyens du pays compris entre le
Tage et la Guadiana, le désert le plus affreux qui existe, et en
présence de l'ennemi? La destruction de l'armée en aurait été la
conséquence nécessaire. Il n'y avait que des envois prompts de Madrid
qui pussent pourvoir aux besoins de l'armée, et je ne pouvais y compter,
car je n'ai trouvé dans cette ville ni secours, ni force, ni volonté. A
l'époque où nous sommes, on ne peut pas faire un mouvement sur cette
frontière sans l'avoir préparé un mois d'avance, et, après que ce
mouvement a été exécuté, l'armée est incapable pendant longtemps de se
mouvoir de nouveau. Je crois l'avoir dit plus d'une fois, l'Empereur n'a
point d'armée ici; car, quoiqu'il ait de braves soldats, ils ne peuvent
ni se mouvoir ni se tenir réunis, faute de moyens de transport et de
magasins. Vous me dites que j'ai annulé l'armée au commencement de la
campagne; ce qui annule l'armée, c'est l'absence totale de moyens et le
refus que l'Empereur a toujours fait de lui en accorder, tandis qu'il
est assez connu que l'ennemi en a surabondance. On ne peut former des
magasins qu'avec de l'argent, et l'Empereur n'a jamais voulu en donner.
On nous a même enlevé les moyens de transport qui nous avaient été
accordés, au moment où ils nous étaient le plus nécessaires.
Permettez-moi de le dire: il n'y a peut-être pas d'exemple qu'une armée
ait été laissée dans un pareil abandon; peut-être même suis-je autorisé
à dire que, sans ma sollicitude et mes soins de tous les instants, il
serait déjà arrivé de grands malheurs. L'Empereur voit toujours, dans
son armée de Portugal, une armée nombreuse, une armée reposée et
disponible; mais il oublie que quatorze à quinze mille hommes sont
indispensables pour l'occupation du pays, ce qui réduit d'autant la
force pour combattre; que, comme nulle part un ordre, une simple lettre,
ne peuvent être portés que par cent cinquante ou deux cents hommes, et
qu'on n'obtient pas une seule ration sans l'action immédiate d'une force
imposante, la totalité des troupes se trouve continuellement en
mouvement, et elles se fatiguent réellement plus qu'elles ne le feraient
en campagne, quoiqu'elles paraissent tranquilles dans leurs
cantonnements. Il n'y a jamais eu dans ma conduite ni tâtonnement ni
fluctuation, mais bien le sentiment de la faiblesse de mes moyens
jusqu'à la récolte, et la conviction de la nécessité de se contenter de
chercher à arrêter l'ennemi dans ses opérations, ne pouvant le
maîtriser. Je le répète, jusqu'à la récolte, il n'y a que de l'argent
qui puisse rendre à l'armée quelque mobilité. Il semblerait que Sa
Majesté ignore la situation présente de l'Espagne, celle de son armée de
Portugal, le nombre et les forces toujours croissantes des guérillas, et
les difficultés épouvantables que présente ici le plus léger mouvement
exécuté en corps d'armée. Je supplie Votre Altesse de m'expliquer
pourquoi, dans un pareil ordre de choses, les ordres sont si précis et
si impératifs, si ce n'est pour qu'on les suive. En faisant ce que
l'Empereur trouve aujourd'hui que j'aurais dû faire, il est possible que
je n'eusse pas réussi à sauver Badajoz. Dans ce cas, de quel poids ne
seraient pas contre moi les reproches de l'Empereur et quelle
responsabilité n'aurais-je pas encourue? Ce n'est pas que je redoute la
responsabilité, je me sens au contraire toute la force de la supporter;
mais il faut qu'après m'avoir donné des moyens proportionnés aux besoins
de l'armée, on me laisse quelque latitude dans le mode de leur emploi.

«L'Empereur me compte, comme étant destinées à combattre l'armée
anglaise, deux divisions de l'armée du Nord, sa cavalerie et une partie
de son artillerie. J'ai demandé il y a six à sept semaines au général
Dorsenne de faire relever dans quelques postes les troupes que je me
proposais de conduire en Portugal. Non-seulement il n'a relevé aucun de
mes postes, mais même il ne m'a pas encore envoyé deux des trois
régiments de marche qu'il avait à moi; il m'a, de plus, déclaré qu'il
lui était absolument impossible de me promettre aucun secours pour
l'avenir. Ainsi, si l'armée marche aux Anglais, il faut, pour qu'elle
soit en situation de combattre, qu'elle évacue tout le pays et porte la
confusion à son comble, et, si elle ne prend pas cette mesure, elle se
trouve très-inférieure en nombre. D'après cela, Sa Majesté peut
apprécier ma position.

« Je ne pense pas que personne ait plus de patriotisme que moi, plus
d'attachement pour l'Empereur et mette à un plus haut prix la gloire de
ses armes. Ainsi donc Sa Majesté peut être assurée du zèle avec lequel
je seconderai le roi d'Espagne. Mais je prends acte ici que je ne puis
être responsable de ses dispositions, et l'Empereur trouvera sans doute
juste ma réserve lorsqu'il calculera les conséquences qui peuvent
résulter de la disposition que vient de prendre le roi pour conduire
trois divisions de l'armée de Portugal sur Séville par la Manche. »



LE ROI JOSEPH AU MARÉCHAL MARMONT.

Madrid, le 4 mai 1812.

«Monsieur le maréchal, j'ai sous les yeux votre lettre du 27 avril à M.
le maréchal Jourdan, et je reçois en même temps celle du major général
du 16, qui me donne connaissance des lettres qu'il vous a adressées le
12 mars et le 16 avril. Je sais par un aide de camp du duc de Dalmatie
que ce maréchal était le 27 avril à Séville, et qu'il avait réuni une
grande partie de ses forces, conservant toutefois le blocus de l'île de
Léon, Grenade, Malaga, etc ... et ayant sa droite à Anduxera et sa
gauche à l'île de Léon. Il n'avait pas encore reçu l'avis des
dispositions de l'Empereur qui me confient le commandement de ses
armées. Le maréchal Suchet n'avait pas envoyé la division que je lui
avais fait demander.

«Dans cet état de choses, je ne pense pas qu'il y ait autre chose à
faire aujourd'hui que ce qu'il eût été à désirer que l'on eût fait avant
la reddition de Badajoz. Je pense que les instructions de l'Empereur du
12 mars sont encore applicables, et qu'il faut faire, pour la
conservation de l'Andalousie, ce qu'elles prescrivaient pour Badajoz.

«Il est de fait que l'ennemi n'a fait aucune démonstration sur
Lugar-Nuevo, et je crois que lord Wellington est effectivement en
Portugal avec quatre ou cinq divisions, comme vous le pensez vous-même.
Dans cette hypothèse, monsieur le maréchal, vous devez le contenir et
l'occuper assez par des démonstrations et des mouvements offensifs sur
l'Aguada pour l'empêcher de se porter en Andalousie. Dans le cas où il
ne serait plus devant vous et qu'il porterait ses divisions sur la rive
gauche du Tage, vous vous porteriez à votre tour dans la vallée du Tage,
afin de passer ce fleuve à Almaraz, et marcher avec toutes les forces
disponibles, au secours de l'Andalousie.

«On continue à envoyer des subsistances à Lugar-Nuevo; mais vous
connaissez leur rareté. N'oubliez pas que le blé que vous devez faire
prendre à Ségovie, si votre mouvement se fait bientôt sur Lugar-Nuevo,
est destiné à l'approvisionnement des forts de Miravete, et qu'il ne
pourrait pas être remplacé jusqu'à la récolte.»



LE ROI JOSEPH AU MARÉCHAL DE MARMONT.

«Madrid, le 7 mai 1812.

«Monsieur le duc, j'ai reçu votre lettre du 5 mai par laquelle vous me
prévenez que lord Wellington se trouve avec cinq divisions sur la Coa.

«Je donne ordre au duc de Dalmatie de détacher le général Drouet avec le
tiers de l'armée du Midi; sa tâche sera d'observer les mouvements du
corps du général Hill, de l'arrêter sur la rive gauche du Tage, et de
passer ce fleuve à Almaraz si les troupes anglaises passaient sur la
rive droite; il se tiendra en communication avec le général chargé de
défendre Almaraz, Talavera, etc.

«J'ai chargé le général d'Armagnac, de ce commandement. Il fera occuper
les forts du Tage et rendra ainsi disponible la division Foy. Je dois
toutefois vous faire observer, monsieur le maréchal, que les forces que
commande le général d'Armagnac se réduisent à trois bataillons et à six
cents chevaux. Vous pouvez apprécier le genre de résistance qu'il peut
opposer à l'ennemi, s'il était attaqué, chose qui n'est pas impossible.
Si l'ennemi n'est pas en état d'entreprendre une opération générale
avant la récolte, il pourrait profiter de ce temps pour se porter
rapidement par Placencia sur Lugar-Nuevo, l'enlever, occuper ce point,
s'y fortifier et couper ainsi toute communication avec nos armées. Il
pourrait alors se livrer aux opérations de la campagne prochaine avec
beaucoup de facilité, soit qu'il se portai au Nord ou au Midi. Vous
devez donc donner ordre au général Foy de faire observer constamment la
communication de Placencia et de se tenir toujours en mesure de couvrir
les forts du Tage, dont vous devez mieux sentir que personne
l'importance, à moins que les mouvements de l'ennemi ne soient
totalement prononcés et que vous n'ayez plus aucun doute sur leur objet.
Je n'ai pas besoin de vous répéter que les blés et biscuits de Ségovie
sont destinés à l'approvisionnement des forts du Tage. Je les fais
enlever; ainsi vous n'avez pas besoin de vous en occuper.

«J'écris et je fais écrire de nouveau au général Dorsenne pour qu'il
exécute les dispositions prescrites par les ordres de l'Empereur dans le
cas où vous seriez attaqué. Mettez-vous aussi en communication avec lui
sur cet article.»



LE GÉNÉRAL CAFFARELLI AU MARÉCHAL MARMONT.

«Vitoria, le 13 mai 1812.

«Monsieur le maréchal, le courrier arrive, et j'apprends que M.
Grandsigne, colonel, chargé des dépêches de Votre Excellence, a été
attaqué entre Celada et Burgos. Son escorte, forte de cent vingt hommes
d'infanterie et cinquante hussards, s'est trouvée entourée par toute la
bande du curé, au nombre de seize cents hommes; elle s'est vaillamment
défendue, M. Grandsigne, laissé pour mort au milieu d'une charge, a été
dépouillé en un instant, on l'a transporté à Celada où il a expiré, le
10, lendemain de l'attaque. Tous les paquets dont il était chargé et
l'estafette sont perdus; la malle a été sauvée. Nous avons perdu deux
officiers, vingt-quatre hussards et deux soldats du 123e régiment tués,
et trente-sept chevaux. Le capitaine d'infanterie a si bien manoeuvré et
a fait si bonne contenance, qu'il a rallié les hussards et est entré à
Celada sans être entamé.

«Il se trouve dans les environs de Burgos plus de dix mille brigands, je
n'ai de disponibles que seize cents hommes et quatre cents chevaux, que
j'envoie manoeuvrer sur les flancs de la route pour rouvrir les
communications et éloigner les bandes.

«Je trouve toutes les troupes dispersées. J'attends le général
Vandermaesen et le général Palombini, et j'ignore où ils sont. Je pense
cependant que le premier rentrera bientôt.

«J'ai dû retenir le 13 le convoi de fonds et arrêter le régiment de
marche, ils auraient été trop compromis.--Le 15, le convoi de fonds est
en marche; il arrive dans trois jours. Je le ferai partir lorsqu'il y
aura sûreté, et que j'aurai assez de monde pour l'escorter; mais je prie
Votre Excellence d'envoyer au-devant d'eux jusqu'à Villa-Rodrigo.
J'aurai soin de l'en prévenir.»



LE GÉNÉRAL CAFFARELLI AU MARÉCHAL MARMONT.

«Vitoria, le 20 mai 1812.

«Monsieur le maréchal, j'ai été indirectement informé que, lors de la
dernière prise de Gijon par le général Bonnet, ce général y avait saisi
des papiers très-importants et notamment des plans par l'Angleterre,
contenant les opérations de cette campagne, et celles que l'armée
anglaise devait faire contre l'arrondissement de l'armée du Nord.

«Dans en moment, toutes les bandes sont en mouvement, et je ne puis
concevoir quel est le but de toutes les marches et contre-marches
qu'elles opèrent.

«Les communications sont pour ainsi dire interrompues, et Votre
Excellence sait que je n'ai point de troupes disponibles. Les papiers
que le général Bonnet avait saisis furent envoyés par duplicata à M. le
général Dorsenne; mais celui-ci ne les a pas reçus, ou bien il est parti
sans me les remettre et même sans m'en parler. Il est vrai qu'il était
extrêmement malade et peu en état de s'occuper de choses sérieuses.

«Je dois penser que Votre Excellence a connaissance de ces papiers, et
je la prie instamment de vouloir bien m'en envoyer une copie chiffrée
par duplicata.

«J'ai une si grande étendue de côtes à garder et si peu de moyens pour
empêcher un débarquement, que je suis forcé de prendre toutes les
précautions possibles pour me mettre à l'abri d'un événement.»



LE ROI JOSEPH AU MARÉCHAL MARMONT.

«Madrid, le 23 mai 1812.

«Monsieur le maréchal, votre aide de camp m'a remisée matin vos lettres
des 18 et 20 mai, et M. le maréchal Jourdan m'a communiqué votre lettre
du 19 de ce mois.

«J'ai envoyé à Talavera le général d'Armagnac dans un moment où vous
m'annonciez que toute l'armée anglaise s'était portée au nord du Tage,
et vous me préveniez que vous seriez sans doute obligé de rappeler la
division Foy pour la réunir au gros de l'armée, et il ne s'agissait donc
pas alors de faire relever la garnison des forts; mais il fallait encore
des troupes pour appuyer ces garnisons et un général pour les commander.
J'ai donc envoyé le général d'Armagnac avec trois bataillons, deux
régiments de cavalerie, des sapeurs, des canonniers, des officiers
d'état-major et des administrateurs.

«J'ai envoyé deux convois de subsistances dans la vallée du Tage, avec
les chevaux d'artillerie de ma garde. J'ai épuisé les magasins de
Madrid; le départ de ces convois a fait hausser considérablement le prix
du blé dans ma capitale, et j'ai la douleur d'apprendre tous les jours
qu'un grand nombre d'individus meurent de faim dans les rues. J'ai donc
du mettre une grande importance à la conservation de ces denrées, et je
les ai mises sous la surveillance du général qui était destiné à rester
dans la vallée du Tage, et non pas sous la surveillance du général Foy,
qui pouvait d'un instant à l'autre recevoir de vous l'ordre de se porter
partout ailleurs. Ces subsistances ont toujours été destinées à la
nourriture des troupes qui seraient appelées à opérer en Estramadure, et
non à nourrir la garnison de Talavera. Si M. le général d'Aultarme a
écrit le contraire à M. le général d'Armagnac, il a eu très-grand tort,
et, si M» le général d'Armagnac a destiné une partie des convois à cet
usage, il est très-répréhensible. Je vais me faire rendre compte de ce
qui a été fait à cet égard. Mais M. le général d'Armagnac, M. le général
Foy, et vous, monsieur le maréchal, vous auriez dû connaître mes
intentions sur la destination de ces convois par les lettres de M. le
maréchal Jourdan, qui ne laissent aucun doute à ce sujet, et on n'aurait
pas du s'arrêter à une lettre du général d'Aultarme, écrite trop
légèrement.

«Le premier convoi a été déchargé à Talavera, non pas pour nourrir la
garnison de cette place, mais pour faire revenir plus promptement à
Madrid les moyens de transport, afin de faire partir sans délai un
second convoi. Je n'ai pas cru qu'il fût absolument impassible de faire
porter peu à peu les subsistances de Talavera à Lugar-Nuevo. L'essentiel
était d'en envoyer promptement.

«M. le général d'Armagnac et le général Foy ne se sont pas entendus.
J'ai donc dû prendre un parti; il fallait donner l'administration à l'un
ou à l'autre: il m'a paru plus raisonnable de la confier à celui des
deux qui est destiné à rester constamment dans la vallée du Tage et à
garder les forts qu'à celui qui, d'un instant à l'autre, pouvait
recevoir une nouvelle destination. Vous dites à cela que, si le général
d'Armagnac est chargé de l'administration, la division Foy mourra de
faim: M. le général d'Armagnac en dit autant du général Foy. Je n'ai dû
croire ni l'un ni l'autre, et j'ai dû faire ce qui m'a paru le plus
convenable, surtout ayant la ferme volonté d'exiger de M. le général
d'Armagnac qu'il remplisse mes intentions à l'égard de la division Foy.
Je n'ai jamais pensé que cet arrangement pût faire retirer de la vallée
du Tage la division Foy, tant que sa présence y sera nécessaire, comme
vous semblez le supposer dans vos lettres.

«Cependant, monsieur le maréchal, si vous pensez que cette disposition
peut contrarier vos opérations, je rappellerai le général d'Armagnac à
Tolède avec l'infanterie de l'armée du Centre, et nous continuerons à
faire garder les forts par vos troupes; cela me convient d'autant plus,
que, n'ayant aucun secours à attendre du maréchal Suchet, qui ne peut
même faire occuper la province de Cuença, je n'ai pas des troupes pour
couvrir Madrid et faire ramasser, à l'époque de la récolte, les grains
des provinces environnantes; mais, si vous persistez à croire que la
présence des troupes du général d'Armagnac est nécessaire dans la vallée
du Tage, ce général restera gouverneur de l'arrondissement de Talavera;
faites-moi donc promptement connaître votre opinion.

«M. le maréchal Jourdan vous a prévenu que j'ai donné à M. le général
Treillard le commandement de la cavalerie de l'armée du Centre, qui est
dans la vallée du Tage. Si vous opérez en Estramadure, ce général sera
sous vos ordres; mais, si les circonstances vous rappellent dans le
Nord, le général Treillard ne suivra pas votre mouvement; vous avez
aussi été prévenu qu'à votre arrivée dans la vallée du Tage le général
d'Armagnac doit prendre vos ordres.

«Au surplus, cette lettre est peut-être inutile dans le moment actuel;
car, si l'ennemi s'est emparé des forts du pont du Tage, je devrai faire
d'autres dispositions; mais j'ai voulu entrer dans tous ces détails pour
vous prouver que, bien loin d'avoir voulu entraver vos opérations, j'ai
fait pour votre armée plus que je ne pouvais faire.

«Je pense, monsieur le maréchal, qu'au premier avis du général Foy vous
aurez fait soutenir sa division par la division Clausel, et que vous
vous serez porté vous-même dans la vallée du Tage, à moins que vous
n'ayez la certitude que le gros de l'armée est devant vous. Je n'ai
point reçu de nouvelles du général Foy depuis ses trois lettres du 19,
dont M. le maréchal Jourdan vous a envoyé des copies.»



LE MARÉCHAL MARMONT AU ROI JOSEPH.

«Salamanque, le 24 mai 1812.

«Sire, je reçois la lettre du 17 et du 18 de ce mois; Sire, Votre
Majesté avait daigné m'ordonner, _il y a six mois, époque à laquelle
j'ai quitté la vallée du Tage, de former un grand dépôt de vivres à
Lugar-Nuevo_. Je n'aurais pas été dans l'obligation d'envoyer des
troupes dans la province de Ségovie pour y réunir des vivres, pour les
mettre _en état de passer dans la vallée du Tage_. Ainsi ce qu'il peut y
avoir d'irrégulier dans cette disposition est plus que légitimé par
_l'urgence de nos besoins_.

«La conduite du colonel du 50e régiment est condamnable pour avoir
demandé des rations plus fortes que celles qui sont déterminées, et je
le punirai en conséquence; _mais, certes, il ne l'est pas pour avoir
employé les moyens de rigueur_, attendu que ce sont les seuls qui
donnent des résultats, et qu'il serait méprisable et coupable envers
l'Empereur et l'armée s'il n'avait pas pris les moyens nécessaires _pour
réunir promptement les approvisionnements_ que je lui ai fait donner
l'ordre _de former_; il n'a eu et ne peut avoir, non plus que moi,
l'intention _de manquer_ à Votre Majesté, _et j'ai_ donné assez de
preuves _du respect que je lui porte_ pour que toute justification à cet
égard soit superflue; mais il y a un premier devoir à remplir, c'est
celui qui se rattache immédiatement à nos succès et à l'honneur des
armes de l'Empereur.

«_Votre Majesté est la maîtresse de faire, relativement à moi_, la
demande qui lui conviendra; je n'ai rien fait que ne me commandassent ma
conscience, mes lumières et mon amour du bien public; ainsi rien ne
saurait _m'intimider_.

«_Votre Majesté trouve_ que les moyens que l'on emploie sont tout au
plus _tolérables dans un pays nouvellement conquis_; mais je ne sais pas
dans quelle catégorie on pense placer l'Espagne et si elle connaît _des
localités où l'on a pu obtenir quelque chose sous les baïonnettes_.»



LE ROI JOSEPH AU MARÉCHAL MARMONT.

«Madrid, le 28 mai 1812.

«Monsieur le maréchal, j'ai reçu votre lettre du 26 de ce mois, datée de
Fontiveros. Je vous ai prévenu, par ma lettre du 7 de ce mois, des
ordres que j'avais donnés le même jour au duc de Dalmatie pour former le
corps du comte d'Erlon du tiers de l'armée du Midi, en le chargeant
d'observer sur la Guadiana le corps du général Hill, de l'y contenir, de
le suivre, et même de passer le Tage si le général Hill passait sur la
rive droite.

«J'ai réitéré, le 26 de ce mois, et je renouvelle aujourd'hui ces mêmes
ordres, qui sont parfaitement applicables aux circonstances dont vous me
faites part et qu'ils avaient prévues.--J'espère qu'ils auront été
exécutés ou qu'ils le seront du moins assez à temps pour seconder vos
mouvements. Si le corps du général d'Erlon, par une suite de ces
dispositions, arrive sur la rive droite du Tage, il couvrira Médina, ou
se portera, suivant la marche de l'ennemi, sur le flanc de l'armée
anglaise pour agir de concert avec vous. Mais, tant qu'il ne sera pas à
portée de remplir l'un ou l'autre de ces deux objets, il m'est
impossible de vous donner la cavalerie de l'armée du Centre, qui se
trouve dans la vallée du Tage, où il ne resterait plus que trois
bataillons si elle la quittait.--Madrid ne serait pas à l'abri d'un coup
de main. Le général Treillard, qui commande actuellement dans cette
vallée, a l'ordre de se mettre en communication avec le général Drouet,
de tenir et d'approvisionner les forts de Miravete, s'ils ne sont pas
tombés au pouvoir de l'ennemi, comme on peut s'en flatter encore, afin
d'assurer cette communication, de voir s'il est possible d'établir un
pont volant à Almaraz avec ce qui peut être resté de celui que l'ennemi
a brûlé, s'il n'a pas pu le détruire entièrement; enfin, de faciliter,
autant que possible, les moyens de passer le Tage au pont du
l'Arzobispo, ou au moins de prévenir le général Drouet de l'état où est
ce passage. Tel est le résumé des ordres que j'ai donnés. Vous voyez
qu'ils tendent tous à vous dégager le plus possible, soit en retenant
sur la rive gauche du Tage le corps du général Hill, soit en vous
donnant l'appui du général Drouet, si lord Wellington appelait à lui le
général Hill; et ainsi, dans l'un ou l'autre cas, à vous donner les
moyens de combattre avec avantage l'ennemi, si, comme tout semble
l'annoncer, il se portait définitivement sur vous. Je n'ajouterai plus
qu'un mot. Il vous est facile, monsieur le maréchal, de juger que, tant
que le général Drouet ne sera pas sur le Tage, Madrid est entièrement à
découvert, malgré le petit corps que je laisse dans cette vallée. Ainsi
vous ne devez retirer et rappeler à vous qu'avec beaucoup de ménagements
la division Foy. Je n'ai pas besoin d'insister sur ce point: vous devez
sentir de quelle importance il est.»



LE MARÉCHAL JOURDAN AU MARÉCHAL MARMONT.

«Madrid, le 28 mai 1812.

«Monsieur le maréchal, le roi vient de recevoir votre lettre du 26. Sa
Majesté envoie derechef au duc de Dalmatie l'ordre de renforcer le plus
possible le corps du comte d'Erlon, afin de mettre ce général en état de
battre le corps du général Hill s'il reste sur la Guadiana, et lui
rendre l'ordre de faire marcher le corps du comte d'Erlon sur Miravete
si lord Wellington rappelle le général Hill à lui. Le comte d'Erlon
pourra vraisemblablement passer le Tage au pont de l'Arzobispo. Ce
passage est difficile pour l'artillerie; mais je ne le crois pas
impraticable. Si le corps du comte d'Erlon arrive sur la rive droite du
Tage, il sera destiné à couvrir Madrid et à se porter sur le flanc de
l'armée anglaise, suivant les circonstances. Jusqu'à l'arrivée de ce
corps, le roi ne peut pas vous donner la cavalerie que vous demandez,
puisque cette cavalerie, qui consiste en huit cents chevaux, est
destinée, avec trois bataillons, à garder la vallée du Tage. Ce sont les
seules troupes que le roi ait disponibles, et il ne peut pas les
éloigner sans s'exposer à avoir sa capitale insultée. Le roi prescrit au
général Treillard, qui commande les troupes de l'armée du Centre dans la
vallée du Tage, de tâcher de correspondre avec le comte d'Erlon. Il
désire que le général Foy corresponde avec ce général aussi longtemps
que le permettra la position de sa division.»



LE ROI JOSEPH AU MARÉCHAL MARMONT.

«Madrid, le 3 juin 1812.

«Monsieur le maréchal, vous avez déjà été instruit, par M. le prince de
Neufchâtel, que l'Empereur avait jugé à propos de me confier le
commandement de ses armées dans la Péninsule. M. le prince de
Neufchâtel, en partant pour le nord de l'Europe, me prévient, le 4 mai,
que le ministre de la guerre est chargé de recevoir à Paris la
correspondance des armées d'Espagne et de Portugal.

«L'Empereur est parti de Paris le 9. Au moment de son départ, Sa Majesté
a chargé son ministre de la guerre de me faire connaître ses intentions.

«M. le duc de Feltre m'écrit que l'Empereur n'avait pas cru devoir me
lier par des instructions impératives; qu'en général conserver les
conquêtes faites, s'occuper particulièrement du Nord, afin de maintenir
les communications avec la France; attendre, dans cette altitude
imposante, le moment de prendre l'offensive contre les Anglais, étaient
les vues de l'Empereur et le but qu'on devait se proposer dans la
conduite de la guerre en Espagne. J'ai besoin que vous mettiez autant
d'empressement à me seconder que je mettrai de zèle à remplir la tâche
qui m'est imposée.

«Vous devez, monsieur le duc, multiplier vos rapports avec moi, établir
vos communications avec Madrid, pour qu'ils puissent me parvenir
promptement, et que je puisse également vous transmettre mes ordres. Il
faut que je connaisse toujours la situation de l'armée que vous
commandez, l'emplacement de vos troupes, les forces et les mouvements de
l'ennemi que vous avez devant vous et l'état politique des provinces que
vous occupez.

«Je recevrai avec plaisir votre opinion sur ce que vous croirez
convenable de faire; je la provoque même dans la persuasion où je suis
que votre expérience peut m'être utile; mais, quand vous recevrez un
ordre de moi, vous devrez l'exécuter sur-le-champ, sans quoi vous
resterez responsable des événements.

«Vous donnerez l'ordre aux intendances de me rendre compte de
l'administration des provinces, comprises dans l'étendue de votre
commandement. Vous prescrirez aussi à l'ordonnateur en chef de l'armée
de me rendre également compte de l'administration militaire. Ils
m'adresseront d'abord un rapport sur la situation de l'administration,
et ensuite ils m'enverront les mêmes rapports qu'ils font passer au
ministre de la guerre à Paris.

«Veuillez, monsieur le maréchal, faire annoncer à l'armée que vous
commandez, par la voie de l'ordre du jour, que l'Empereur m'a confié le
commandement de ses armées dans la Péninsule, et nommé le maréchal de
l'Empire Jourdan chef de l'état-major général. Vous ordonnerez aux
gouverneurs et commandants des provinces, places et arrondissements,
d'adresser à mon état-major les rapports qu'ils étaient dans l'usage
d'adresser au prince de Neufchâtel, et à votre chef d'état-major d'y
faire passer copie de tous les ordres du jour.»



LE ROI JOSEPH AU GÉNÉRAL CAFFARELLI.

«Madrid, le 3 juin 1812.

«Monsieur le comte, M. le duc de Raguse m'a prévenu depuis longtemps
que, conformément aux instructions données par le prince major général,
le général en chef de l'armée du Nord doit faire soutenir l'armée de
Portugal par la cavalerie, son artillerie et deux divisions
d'infanterie, si l'armée anglaise marche sur cette armée. M. le maréchal
Jourdan a donc écrit par mon ordre, le 18 mai, à M. le comte Dorsenne de
se tenir prêt à aider le duc de Raguse de toutes les troupes dont il
pourrait disposer, et d'envoyer ces troupes au duc de Raguse à sa
première demande. Il paraît que nous touchons au moment où ces
dispositions doivent recevoir leur exécution. Tout annonce que l'armée
anglaise va prendre l'offensive sur celle de Portugal. N'ayant reçu de
vous ni de votre prédécesseur aucun état de situation de l'armée du
Nord, il m'est impossible de déterminer quelles sont les troupes que
vous pouvez envoyer au secours de l'armée de Portugal; mais je vous
donne l'ordre de réunir toutes celles que vous pourrez placer en échelon
entre Burgos et Valladolid, et de prescrire au général qui en aura le
commandement d'aller joindre le maréchal duc de Raguse au premier ordre
de ce maréchal. Vous sentez, monsieur le général, que, si l'armée de
Portugal perdait une bataille, les armées françaises en Espagne seraient
compromises; ainsi vous devez vous disposer à l'aider avec toutes les
troupes dont vous pouvez disposer. Vous laisserez sur les points
principaux de la communication les troupes nécessaires pour les garder,
et vous négligerez momentanément l'intérieur des provinces.»



LE MARÉCHAL JOURDAN AU MARÉCHAL MARMONT.

«Madrid, le 3 juin 1812.

«Monsieur le maréchal, j'ai reçu dans la nuit votre lettre du 29 du
mois, et je me suis empressé de la mettre sous les yeux du roi. Sa
Majesté me charge de vous adresser copie de la lettre qu'elle vient
d'envoyer à M. le général comte Caffarelli; pour plus grande sûreté
envoyez-lui une copie, et pressez-le d'exécuter les ordres du roi.

«Sa Majesté a demandé une division au général Suchet, mais elle n'a
encore aucun avis de sa marche. Elle a adressé par dix voies différentes
au duc de Dalmatie l'ordre de mettre le tiers de son armée sous les
ordres du comte d'Erlon, de prescrire à ce général de bien observer les
mouvements du général Hill sur la Guadiana, et de se porter rapidement
dans la vallée du Tage si lord Wellington rappelle à lui le général
Hill. Le roi va réitérer ses ordres et va les faire partir par un de ses
aides de camp.

«On répand ici le bruit que depuis plusieurs jours le général Bonnet est
entré dans les Asturies. Sa Majesté désirerait bien savoir si ce bruit
est fondé, et si cette division est toujours à portée de vous rejoindre
dans le cas où l'armée anglaise marcherait sur vous.

«J'ai reçu ce matin une lettre du général Foy, datée du pont de
l'Arzobispo, du 31 mai. Ce général est en marche pour se rapprocher de
vous. Conformément aux ordres que je lui ai donnés, il m'annonce que le
général Hill est toujours sur la rive gauche du Tage avec trois
divisions.»



LE MINISTRE DE LA GUERRE AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 9 juin 1812.

«Monsieur le maréchal, depuis la lettre que j'ai eu l'honneur d'écrire à
Votre Excellence le 2 du courant, l'Empereur m'a renvoyé vos dépêches
des 16 et 21 avril. Sa Majesté m'ordonne de vous mander que c'est
dorénavant le roi d'Espagne qui doit vous donner les directions, ainsi
que le prince de Neufchâtel l'a fait connaître et que j'ai eu soin de
vous le réitérer par mes lettres des 15 mai et 2 courant. Ceci répond
aux observations et aux demandes contenues dans votre première dépêche;
Sa Majesté espère que votre retraite s'est faite devant lord Wellington
suivant les règles de la guerre, en le contenant avec des masses et des
corps rassemblés.

«L'Empereur suppose que vous aurez conservé vos têtes de pont sur
l'Aguada[7], parce que cela seul peut vous permettre d'avoir des
nouvelles de l'ennemi tous les jours et de le tenir en respect. Sa
Majesté ajoutait, à cette occasion, que, si vous aviez mis un trop grand
intervalle entre l'ennemi et vous, vous auriez agi contre les principes
de la guerre en laissant le général anglais maître de se porter où il
voudrait, et que, perdant ainsi l'initiative des mouvements, vous
n'auriez plus la même influence dans les affaires d'Espagne. L'Empereur
pense que la Biscaye et le Nord se sont trouvés dans une situation
fâcheuse par les suites de l'évacuation des Asturies, dont la
réoccupation par la division du général Bonnet ne lui était point encore
connue. Le nord de l'Espagne s'est trouvé exposé, en effet, à des
événements malheureux, et il n'est pas douteux que la libre
communication des guérillas avec la Galice et les Asturies, par terre et
par mer, ne finit par les rendre formidables. _Tant que les Asturies ne
seront pas occupées en force par vos troupes_, ajoute Sa Majesté, _votre
position ne peut jamais s'améliorer_.

[Note 7: Toujours les mêmes idées insensées! Conserver des têtes de
pont sur l'Aguada quand l'armée prend forcément position sur la Tormès
et en arrière, et qu'un espace de vingt lieues de désert sépare les deux
armées! LE MARÉCHAL DUC DE RAGUSE.]

«Telle est l'opinion de l'Empereur, sur laquelle Sa Majesté insiste
d'autant plus, qu'elle ignorait, en écrivant, le retour du général
Bonnet dans les Asturies, que vos lettres postérieures lui auront
appris, et qui doit avoir une influence très-avantageuse sur l'état des
affaires dans le nord de l'Espagne.»



LE GÉNÉRAL CAFFARELLI AU MARÉCHAL MARMONT.

«Vitoria, le 10 juin 1812.

«Monsieur le maréchal, j'ai reçu à la fois les lettres que Votre
Excellence m'a fait l'honneur de m'écrire les 24 et 30 mai et le 5 juin.
Il paraît qu'il y en a eu d'égarées, car ce sont les premières que je
reçois depuis un mois.

«Je réunis en infanterie, cavalerie et artillerie tout ce que j'ai de
disponible, et je ferai tout ce qu'on peut attendre d'un bon serviteur
de l'Empereur.»



LE ROI JOSEPH AU MARÉCHAL MARMONT.

«Madrid, le 12 juin 1812.

«Monsieur le duc, deux jours après avoir reçu votre dernière lettre, du
5 de ce mois, par laquelle vous m'annoncez que vous regardez le
mouvement des Anglais sur vous comme très-prochain, j'ai eu des
nouvelles de l'Andalousie; le maréchal duc de Dalmatie mande, par sa
lettre du 26 mai, qu'il est positif que l'intention du général anglais
est de marcher sur l'Andalousie pour forcer l'armée du Midi à lever le
siége de Cadix: telles sont ses propres expressions. D'après cette
opinion, à laquelle le duc de Dalmatie paraît s'être arrêté, loin
d'avoir exécuté les ordres que je lui avais donnés de mettre le corps du
comte d'Erlon en mesure de contenir celui du général Hill en Estramadure
et de passer même le Tage si le général Hill le passait pour agir sur la
rive droite, il demande que l'armée de Portugal et celle d'Aragon
marchent au secours de l'armée du Midi.

«Comme cette opinion ne s'est point vérifiée jusqu'ici et qu'elle me
paraît même formellement démentie par les rapports que vous m'avez
adressés, je n'ai point révoqué mes premiers ordres; je les réitère, au
contraire, en pressant leur exécution.

«J'ai cru cependant qu'il était important de vous faire connaître ce que
m'écrit le duc de Dalmatie. Il est possible que les Anglais fassent par
la suite ce qu'ils n'ont pas fait aujourd'hui.

«Je vous recommande donc de ne pas vous laisser imposer par de fausses
démonstrations; s'il arrivait que celles que les Anglais ont faites
contre vous n'eussent eu d'autre objet que de masquer leur véritable
projet sur l'Andalousie, soyez toujours prêt à faire marcher, comme mes
instructions antérieures l'ont prévu, trois divisions de l'armée de
Portugal en Estramadure, dans le cas où lord Wellington se porterait sur
la rive gauche du Tage: c'est ce que vous êtes à portée d'observer. Le
général Caffarelli m'a écrit en date du 25 mai; il a dû entrer en
correspondance avec vous sur les secours que vous pouvez attendre de
l'armée du Nord; il paraît que vous avez peu à y compter, vu l'état de
faiblesse auquel, suivant ce que mande le général Caffarelli, l'armée du
Nord est réduite.»



LE GÉNÉRAL CAFFARELLI AU MARÉCHAL MARMONT.

«Vitoria, le 14 juin 1812.

«Monsieur le maréchal, je viens de recevoir les dépêches de Votre
Excellence du 8, primata et duplicata. Vous espérez livrer bataille; je
vous amènerai huit mille hommes et vingt-deux bouches à feu dès que les
troupes que j'attends de Navarre seront arrivées. Je me mettrai en
mouvement et je m'échelonnerai entre Burgos et Valladolid.»



LE MARÉCHAL JOURDAN AU MARÉCHAL MARMONT.

«Madrid, le 14 juin 1812.

«Monsieur le maréchal, le roi a reçu depuis quelques jours votre lettre
du 5-6. Sa Majesté vous a répondu hier par estafette; elle me charge de
vous adresser ci-joint le duplicata de sa lettre.--J'ai reçu ce matin le
duplicata de votre lettre du 1er juin et votre lettre du 2 du même mois;
je les ai mises sous les yeux du roi.

«Sa Majesté vous a fait connaître quelle est l'opinion de M. le duc de
Dalmatie sur les projets de l'ennemi. Ce maréchal croit qu'une bonne
partie de l'armée anglaise est sur la Guadiana, et que le générai
Darricaut mande, par ses lettres des 2 et 5 juin, que soixante mille
hommes sont au moment de pénétrer en Andalousie. Le roi est trop éloigné
pour juger qui est dans l'erreur, de vous ou du duc de Dalmatie. Sa
Majesté ne peut donc que vous réitérer que vous devez bien observer les
mouvements de l'ennemi, pour éviter d'être trompé par de fausses
démonstrations et vous tenir prêt à porter trois divisions au secours de
l'armée du Midi si lord Wellington se porte sur l'Andalousie. Le roi a
mandé la même chose au duc de Dalmatie, en lui réitérant l'ordre
d'envoyer le comte d'Erlon sur la rive droite du Tage si lord Wellington
appelle à lui le général Hill.

«J'ai mandé, par ordre du roi, au général Caffarelli de se préparer à
vous soutenir avec tout ce dont il pourra disposer dans le cas où
l'année anglaise prendrait l'offensive sur vous; mais, comme ce général
ne peut pas dégarnir sans danger les provinces dont le commandement lui
a été confié, le roi désire que vous ne l'appeliez à vous que quand vous
connaîtrez bien les projets de l'ennemi. Il a été écrit depuis longtemps
à M. le due de Dalmatie et au comte d'Erlon que le corps de l'armée du
Midi qui se porterait sur le Tage trouverait à Talavera de l'artillerie,
pourvu qu'on menât des chevaux pour l'atteler. Il est déjà arrivé dans
la vallée du Toge un grand bateau sur lequel on peut passer deux
voitures à la fois. Ce grand bateau est en réserve à Oropesa. On
s'occupe ici de la construction d'un pont volant; il sera envoyé à
Talavera aussitôt qu'il sera prêt. Le roi sent parfaitement qu'il serait
important de faire rétablir le fort de Lugar-Nuevo; mais le général
Treillard n'a pas assez des troupes sous ses ordres pour cela, et le roi
ne peut pas lui en envoyer d'autres. Sa Majesté me charge de vous
proposer d'envoyer un bataillon de cinq cents hommes à ce général, et de
suite on travaillera à rétablir Lugar-Nuevo en même temps qu'on
s'occupera de la construction des bateaux pour un pont. Si vous pouvez
faire passer une division dans la vallée du Tage, vous rendrez un
service de la plus grande importance.

«Le général Treillard, n'ayant pas assez des troupes pour faire réparer
et garder Lugar-Nuevo, est encore bien moins en état de faire ouvrir des
roules sur la rive gauche du Tage. Je lui en avais donné l'ordre depuis
longtemps; mais il ne lui a pas été difficile de démontrer qu'il était
dans l'impossibilité de l'exécuter.

«Les forts de Miravete doivent être approvisionnés pour deux mois dans
le moment actuel. Le général Treillard reçoit fréquemment des nouvelles
du commandant.»



LE ROI JOSEPH AU MARÉCHAL MARMONT.

«Madrid, le 18 juin 1812.

«Monsieur le duc, le maréchal Jourdan m'a communiqué votre lettre du 14.
J'espère que, si le général Hill s'est réuni au gros de l'armée
anglaise, le général Drouet aura suivi son mouvement et qu'il arrivera
bientôt dans la vallée du Tage. Je ne saurais supposer que le duc de
Dalmatie n'exécute pas les ordres formels que je lui ai donnés à cet
égard, et que j'ai si souvent réitérés. J'espère aussi que le général
Caffarelli vous enverra quelques secours.

«Je viens d'envoyer ordre aux troupes qui sont dans la Manche de venir
sur le Tage. Je les réunirai à celles qui sont sous le commandement du
général Treillard, ce qui formera un petit corps d'environ quatre mille
hommes, qui agira avec les troupes de l'armée du Midi, sous les ordres
du comte d'Erlon.

«Je pense que, si le général Hill est resté avec dix-huit mille hommes
sur la rive gauche du Tage, vous serez en état de battre l'armée
anglaise, surtout si vous recevez quelques secours de l'armée du Nord.
C'est à vous à bien choisir votre champ de bataille et de bien faire vos
dispositions; mais je conçois que, si le général Hill est réuni au gros
de l'armée anglaise, le succès pourrait être incertain si vous combattez
seul. Je pense que, dans ce cas, vous devez éviter de livrer bataille
avant l'arrivée des troupes du général Drouet et de celles que j'ai fait
demander au maréchal Suchet. Si les ordres que j'ai donnés à ce maréchal
et au duc de Dalmatie sont exécutés, le succès est certain. Il ne
faudrait donc pas le compromettre par trop de précipitation. Il serait
moins dangereux de céder un peu de terrain. J'ai cru devoir vous
adresser ces réflexions, afin que, suivant les circonstances, vous en
fassiez l'usage convenable. Je n'hésiterais pas même à vous donner
l'ordre positif de refuser la bataille si j'étais certain de l'arrivée
du général Drouet avec quinze mille hommes et de l'arrivée de la
division de l'armée d'Aragon; car alors l'armée anglaise serait
fortement compromise. Mais, dans l'incertitude où je suis à cet égard,
je ne puis que vous répéter que, si le général Hill est encore sur la
rive gauche du Tage, vous devez bien choisir votre terrain et bien faire
vos dispositions pour livrer bataille avec toutes vos forces réunies;
mais que, si le corps du général Hill est réuni à lord Wellington, vous
devez éviter de combattre aussi longtemps que cela vous sera possible,
afin d'attendre les secours qui sans doute arriveront. Je viens de
réitérer à cet égard mes ordres au maréchal Suchet et au duc de
Dalmatie, et je vais les réitérer au général Caffarelli.»



LE GÉNÉRAL BONNET AU MARÉCHAL MARMONT.

«Aguilard del Campo, le 20 juin 1812.

«Monsieur le maréchal, par ma lettre du 19, j'ai eu l'honneur de rendre
compte à Votre Excellence des motifs qui m'ont obligé d'évacuer Oviedo.
Je me suis rendu sur la Pisnarga, où j'attends vos ordres. Le général
Rey, gouverneur à Burgos, a répondu à l'avis que je lui avais donné de
ma position. Les bandes, dans ce pays, sont nombreuses et actives. Si je
n'avais craint de contrarier vos intentions, j'aurais dirigé ma division
sur Rioseco, quoique, dans la position qu'elle occupe, elle est sur
Burgos et peut se porter au secours de Santander.

«Un accident assez désagréable vient de m'arriver, et me mettra
peut-être dans le cas de me rendre à Burgos de ma personne. Je me suis
fendu la tête trop fortement pour croire qu'il me soit possible de
suivre les mouvements que ferait ma division. Il sera donc urgent de me
donner un successeur si elle devait agir de suite.»



LE GÉNÉRAL CAFFARELLI AU MARÉCHAL MARMONT.

«20 juin 1812.

«Hier les premières troupes dont je puis disposer sont arrivées ici;
elles sont parties aujourd'hui, ce matin; les autres arrivent de tous
les côtés à la fois; elles doivent se mettre en mouvement de suite;
j'apprends que les Anglais ont fait une expédition composée de onze
bâtiments, dont deux vaisseaux et six frégates, et avant-hier au soir
elle était devant le port de Motrico.

«D'un autre côté, Renovalès s'est porté à sept lieues de Bilbao; Pinto
en est à six, et Longa pas bien loin de là. Tous ces mouvements me
forcent à retarder celui de la majeure partie de l'infanterie; mais la
cavalerie et l'artillerie vont partir. J'attends des nouvelles à chaque
instant, et, dès que j'en aurai, je prendrai la détermination la plus
prompte et la plus sûre, celle de faire marcher contre cette expédition
et de la culbuter; cela portera un délai forcé de plusieurs jours à mon
arrivée, ce qui me contrarie bien; mais je ne prévoyais pas cette
circonstance, et, lorsque j'en ai parlé, j'étais loin de penser qu'elle
se présentât promptement.»



LE GÉNÉRAL CAFFARELLI AU MARÉCHAL MARMONT.

«26 juin 1812.

«Monsieur le maréchal, j'ai eu l'honneur d'informer Votre Excellence que
les ennemis avaient fait à la côte une forte expédition; que j'ai été
obligé de disposer des troupes qui étaient arrivées ici la veille; que
Bilbao était attaqué, tandis que Lequeitio l'était par mer et par terre,
et avait été emporté; que le général Bonnet, évacuant les Asturies, est
entré le 18 dans la province de Santander.

«J'ai appris, hier au soir, qu'il avait pris la route de Reynosa, que
l'expédition était composée de six vaisseaux de ligne, neuf frégates et
six bricks, qui se tiennent partie sur Santoña, partie sur la côte de
Biscaye. Les troupes débarquées à Lequeitio sont des troupes de terre
anglaises.

«Par l'évacuation des Asturies, à laquelle j'étais loin de m'attendre,
d'après les dernières lettres de Votre Excellence, je me trouve,
non-seulement découvert, mais hors d'état de conserver la province de
Santander. Tomasera livré à lui-même, la Biscaye est ouverte de partout,
et l'ennemi pourra en occuper tous les ports. Je suis entouré de bandes
très-fortes, peu dangereuses par elles-mêmes, mais bien par la
multiplicité de leurs mouvements sur les différents points de
l'arrondissement de l'armée.

«Dans cet état de choses, que puis-je faire, sans livrer le pays à
l'ennemi, sans lui abandonner les moyens de nous soutenir par la suite,
et toutes nos subsistances?

«J'envoie la cavalerie et l'artillerie, c'est tout ce qu'il est en mon
pouvoir de faire, et Votre Excellence est trop juste pour exiger autre
chose de moi. En ce moment, j'apprends que Bilbao est encore attaqué.

«Voilà ma position, monsieur le maréchal, elle est pénible sous tous les
rapports et, certes, je n'ai pas beaucoup de moyens de l'améliorer.»



LE GÉNÉRAL DE MONTLIVAULT AU MARÉCHAL MARMONT.

«Valladolid, le 28 juin 1812.

«Monseigneur, le mouvement du général Bonnet, ainsi que je vous
l'annonçais par mes lettres précédentes, est réel; il était il y a trois
jours à Aguilair del Campo, à dix-huit lieues d'ici. La lettre que j'ai
l'honneur d'envoyer ci-jointe à Votre Excellence vous en instruira plus
positivement. Le général Guérin, qui a également reçu une lettre du
général Bonnet, qui lui demande des nouvelles de ce qui se passe, a
daigné me consulter afin de s'éclairer sur les intentions de Votre
Excellence. Il rend compte au général Bonnet de la position de Votre
Excellence, et l'engage, dans le cas où il n'aurait pas d'ordres
contraires, à se porter en ligne le plus rapidement possible. Veuillez,
monseigneur, par le retour du paysan, envoyer des ordres pour cette
division et dire si l'on a rempli vos vues. Quant à l'armée du Nord, je
commence à perdre l'espoir de voir arriver le général Caffarelli, ni
aucunes troupes de son armée. D'après la lettre qu'a reçue le général
Guérin, il paraît positif que le 24 il n'y avait encore personne
d'arrivé à Burgos. Les bruits courants, dont j'ai eu l'honneur de rendre
compte à Votre Excellence, par mes lettres des 26 et 27, existent
toujours; mais plus le temps s'écoule, et moins ils méritent de
confiance. Depuis trois jours on répète les mêmes choses, et nous
n'avons pas aujourd'hui dos nouvelles plus positives que lors de mon
arrivée.

«Il paraît certain qu'un convoi de France est arrivé le 23 à Burgos, et
que les troupes qui l'escortaient ont rétrogradé sur-le-champ sur
Vitoria. Dans cet état de choses, monseigneur, je crois ma présence ici
complétement inutile, et supplie Votre Excellence de vouloir bien me
rappeler auprès d'elle. Car, ne pouvant remplir ici ses instructions, il
m'est extrêmement pénible, dans un moment comme celui-ci, de me trouver
éloigné de l'armée. Je ne puis aller plus loin, les communications
n'existant pas. La seule ressource qui me restait, le convoi, reste ici.
Quant aux nouvelles, le gouverneur et le commissaire de police ont plus
de moyens que moi d'en avoir et d'en faire passer à Votre Excellence.
J'implore donc de ses bontés de m'envoyer l'ordre, par le retour du
porteur, de rentrer près d'elle. Je n'ai négligé aucun moyen pour savoir
ce qui se passe. Je me suis abouché avec tous ceux qui pouvaient avoir
des nouvelles. J'ai fait partir les trois lettres de Votre Excellence
pour le général Caffarelli, et j'en ai moi-même écrit une quatrième par
un contrebandier très-adroit. J'espère que Votre Excellence aura reçu
mes quatre lettres, qui ont précédé celle-ci.--Des moissonneurs
galiciens arrivent aujourd'hui ici, disant que Astorga a été pris le 23
du courant et que l'armée de Galice s'avance, sans donner d'autres
détails.»



       *       *       *       *       *


LE MARÉCHAL JOURDAN AU MARÉCHAL MARMONT.

Madrid, le 30 juin 1812.

On trouvera le texte de cette lettre dans les _Mémoires du duc de
Raguse_, page 121 de ce volume.



       *       *       *       *       *


LE MARÉCHAL MARMONT AU GÉNÉRAL CAFFARELLI.

«Tordesillas, le 2 juillet 1812.

«Monsieur le comte, _le 10 juin_ vous m'avez écrit _que vous rassembliez
vos troupes pour venir à mon secours, et que vous feriez tout_ ce qu'on
peut attendre d'un bon serviteur de l'Empereur.

«_Le 14 juin_, vous m'avez donné _les mêmes assurances_ avec plus de
détail.

«_Le 20 juin_, en m'annonçant _que l'envoi d'une portion de l'infanterie
serait retardé_, vous m'annoncez _que la cavalerie et l'artillerie se
mettent en marche_; et aujourd'hui, _2 juillet_, _pas un soldat, pas un
canon de l'armée du Nord ne sont arrivés_.

«Il eût mieux valu, monsieur le comte, ne _rien promettre que ne rien
tenir_, car _ces promesses_ ont _influé_ sur _toutes les dispositions_
que j'ai prises.

«_Je ne sais quel sera le résultat de tout ceci_; s'il est _funeste_, je
laisse _à votre conscience_ à juger les causes qui _l'auront produit_,
et s'il était plus conforme aux intérêts de l'Empereur, _dans la crise
où nous sommes_, de s'occuper _à combattre Longa-Regnovalès ou lord
Wellington_.»



LE GÉNÉRAL CAFFARELLI AU MARÉCHAL MARMONT.

«Vitoria, le 11 juillet 1812.

«Monsieur le maréchal, j'avais tout disposé pour faire partir ce matin
de l'artillerie et de la cavalerie, et je devais les faire escorter par
un régiment d'infanterie jusqu'à Burgos, où, se ralliant à d'autre
cavalerie et à de l'artillerie, le convoi serait allé jusqu'à
Valladolid; les mouvements de l'ennemi m'en ont empêché. Le port de
Castro est pris, et en ce moment Portugalette, qui est à l'entrée de la
rivière de Bilbao, est vivement attaqué depuis trois heures du matin. Ce
n'est qu'avec la plus grande difficulté que je puis communiquer avec les
troupes; je ne puis avoir des nouvelles ni de San Andeo ni de Pampelune.
Les postes de l'Èbre sont attaqués; la communication avec la France est
interceptées. Ce ne sont plus des bandes, ce sont des corps de trois à
quatre mille hommes, organisés en bataillons, qui agissent sous la
direction des Anglais. Tout le pays prend les armes: je ne pense pas
cependant que cet état de choses puisse durer au delà de quelques jours.
J'attends une division qui devrait être arrivée à Logrono, et aussitôt
j'espère que les choses changeront de face. Croyez, monsieur le
maréchal, que je ne demande pas mieux que de vous seconder; mais, obligé
de garder une ligne extrêmement étendue et ayant peu de moyens, je me
suis vu forcé de différer les choses les plus pressantes et les plus
importantes: et je mets au premier rang celle de vous envoyer du monde.

«J'apprends à l'instant qu'il est arrivé des troupes à Bayonne, et je
dois penser que, le 13, il en partira pour Vitoria. Je donne ordre au
1er régiment de hussards, au 31e de chasseurs et à un escadron arrivé
depuis peu, de partir avec huit bouches à feu pour se rendre à
Valladolid et d'y faire apporter du biscuit. J'ai prié Votre Excellence
d'envoyer de l'infanterie pour prendre ce convoi; il l'attendra à
Celada, car à peine ai-je en tout et sur tous les points six mille
hommes disponibles, que j'aurais envoyés à l'armée de Portugal sans ces
événements. Le 15e de chasseurs a quatre bouches à feu, qui sont ici et
qui partiront lorsque je pourrai les faire escorter. Je n'ai pas reçu de
lettres de Votre Excellence depuis le 2.»



LE GÉNÉRAL CAFFARELLI AU MARÉCHAL MARMONT.

«Vitoria, le 16 juillet 1812.

«Monsieur le maréchal, aujourd'hui la cavalerie, l'artillerie et le
convoi que j'ai eu l'honneur d'annoncer à Votre Excellence par ma lettre
du 11 ont dû se mettre en marche sous les ordres du général Chauvet, et
je pense qu'ils arriveront le 18 ou le 19 à Valladolid.

«Votre Excellence a envoyé l'ordre à la division Palombini, qui devait
se trouver à Aranda, d'aller joindre l'armée à Tordesillas, et c'était
l'intention de Sa Majesté Catholique; mais cette division, pour laquelle
j'avais envoyé des ordres à Aranda et à Soria, n'a communiqué avec
aucune place; elle est allée dans les environs de Soria, sur la
frontière d'Aragon, de là sur Tudela, d'où le général Palombini m'a
annoncé sa prochaine arrivée à Logrono: sa lettre est du 2. Je lui ai
envoyé l'ordre de venir le plus promptement possible; ma lettre est
arrivée le 6 à Tudela. Tous les jours on m'a annoncé sa prochaine
arrivée. Je lui ai envoyé ordres sur ordres; je n'ai pas reçu de ses
nouvelles. Avant-hier je lui ai encore écrit; je le fais encore
aujourd'hui. Je ne conçois rien à ses mouvements et à l'ignorance dans
laquelle il me laisse de sa situation.

«Le peu de troupes que j'ai envoyées sur les côtes a eu trois affaires
avec deux corps de trois à quatre mille hommes qui appuyaient les
opérations de l'escadre anglaise. Santonia va sous peu être abandonné à
lui-même. Tous les hommes en état de porter les armes sont enlevés; les
ennemis nous entourent de tous les côtés, et notre situation, sous tous
les rapports, est extrêmement critique.

«Au moment où cette lettre va partir, j'apprends que Mendizabal est
arrivé à Orduna, et que cette ville et les environs sont remplis de
troupes et que son projet est d'attaquer Vitoria de concert avec les
bandes de la Navarre et du Guipuscoa.

«Un voyageur m'apprend qu'il a rencontré la division Palombini à
Cerbera, près d'Agreda, le 13 au matin. Je ne puis comprendre les motifs
de ces mouvements.»



LE GÉNÉRAL CAFFARELLI AU MARÉCHAL MARMONT.

«Reçue au camp d'Aldea-Rubia, le 21 juillet 1812.

«Si j'avais une heure d'entretien avec Votre Excellence, elle verrait
que je ne mérite pas de reproches, et encore moins l'ironie amère avec
laquelle votre lettre du 2 est terminée. Je sens tout comme un autre de
quelle importance il est pour la gloire et pour les intérêts de
l'Empereur de battre lord Wellington de préférence aux bandes. Je suis
aussi attaché qu'un autre à les conserver, mais une forte expédition est
venue; je ne sais ce qui va venir des Asturies ou sur Burgos ou sur la
Castille, et j'ai très-peu de bonne infanterie. La cavalerie et
l'artillerie seraient parties si j'eusse pu les faire appuyer par de
l'infanterie; je les aurais fait joindre au général Bonnet si j'eusse
connu son mouvement. L'embarras est de se mettre en route, parce que
j'espère qu'elles seront appuyées par des troupes venant à leur
rencontre de Valladolid. Ce qu'il y a de certain, c'est que je suis
entouré d'ennemis, attaqué de tous côtés, et que, si j'eusse fait le
détachement que j'avais disposé et qui était à la veille de son départ,
l'ennemi serait maître de tout le pays et aux portes de la France.»



LE ROI JOSEPH AU MARÉCHAL MARMONT.

«Madrid, le 21 juillet 1812.

«Ayant perdu l'espérance de vous faire secourir par des troupes de
l'armée du Midi et de l'armée d'Aragon, j'ai pris le parti d'évacuer
toutes les provinces comprises dans l'arrondissement de l'armée du
Centre, et je n'ai laissé de garnison qu'à Madrid, Tolède et
Guadalaxara, et je pars ce soir avec un corps de treize à quatorze mille
hommes. Je vais me diriger sur Villacastin, Arevalo, et, de là, je me
porterai sur Ormedo pour m'unir à vous, ou sur Fontiveros et la Tormès,
pour menacer les communications de l'ennemi suivant les événements et le
parti que vous prendrez. J'ignore votre position, je n'ai pas de notions
bien précises sur celles de l'ennemi ni sur ses forces; je ne peux donc
pas juger de ce que vous pouvez faire, et, par conséquent, vous envoyer
des ordres formels: ainsi c'est à vous à me faire savoir ce que vous
êtes dans le cas d'entreprendre au moyen des secours que je vous mène,
et j'agirai en conséquence. Je vous fais seulement observer que je ne
veux pas être longtemps éloigné de ma capitale; il faut donc agir
promptement. Je vous préviens aussi que je ne peux me réunir avec vous
qu'autant que vous passerez le Duero, étant dans la ferme résolution de
ne pas passer la rive droite de ce fleuve, et de me tenir plutôt en
Andalousie pour y chercher l'armée du Midi, et revenir ensuite au centre
de l'Espagne et y livrer bataille à l'armée anglaise. Calculez, d'après
cela, ce que vous pouvez entreprendre, faites-le-moi savoir, et je ferai
tout ce qu'il me sera possible de faire avec le corps de troupes qui est
à moi. Je dois vous faire observer que, tant que je ne connaîtrai pas
vos intentions, je devrai agir avec circonspection, afin de ne pas
m'exposer à être battu ou au moins à reculer. Mon mouvement doit
nécessairement fixer l'attention de l'ennemi; il devra détacher des
troupes pour m'observer, c'est à vous à en profiter pour agir, afin de
ne pas laisser à lord Wellington la facilité de faire impunément un
détachement sur moi.

«Je vous ai développé plus haut les motifs qui m'empêchent de vous
donner des ordres précis; mais voici mon opinion sur la manière dont
vous devez agir: aussitôt que lord Wellington aura fait un détachement
sur moi, vous devez vous porter sur la rive gauche du Duero, soit par le
pont de Tordesillas, soit par le pont de Toro. Si vous passez par
Tordesillas, je me porterai sur Médina ou Valdestellas afin de me réunir
à vous, et ensuite nous agirons avec vigueur. Si vous passiez à Toro et
que vous vous portiez sur Salamanque, je me porterai sur Alba de Tormès
par Fontiveros. Cette dernière opération aurait l'avantage de forcer
lord Wellington à quitter les environs de Tordesillas pour se réunir à
Salamanque, et un premier mouvement rétrograde serait fort avantageux
pour l'opinion et nous donnerait la faculté de nous réunir. Il n'est pas
probable que lord Wellington se hasarde à passer sur la rive droite du
Duero par Tordesillas lorsqu'il verra que vous et moi nous nous portons
sur Salamanque, puisqu'il perdrait sa ligne d'opération sur le Portugal,
à laquelle il doit tenir beaucoup. Je n'hésiterais pas même à vous
donner l'ordre de vous porter rapidement sur Toro, et de là sur
Salamanque, si je savais ce qui se passe sur la rive droite du Duero, où
on dit qu'une armée espagnole est en opération. Cependant je ne puis me
dispenser de vous faire observer que cette armée sera bientôt dispersée
si nous parvenons à battre l'armée anglaise. Faites-moi donc savoir,
monsieur le maréchal, ce que vous croyez pouvoir entreprendre, et
comptez que de mon coté je ferai tout ce qui dépendra de moi.»



LE ROI JOSEPH AU MARÉCHAL MARMONT.

«21 juillet 1812.

«Monsieur le maréchal, je vous ai écrit par six différentes voies en
vous annonçant mon départ de Madrid dans le but de vous porter moi-même
les secours que je n'avais pu vous procurer des autres armées. J'avais
appris à Villacastin et on me confirme ici votre passage du Duero et la
retraite de l'armée anglaise sur Salamanque. Je suis impatient de
connaître par vous-même la vérité de ce qui se passe, et vos espérances
et vos projets. J'ai avec moi douze mille hommes, deux mille chevaux et
vingt bouches à feu. Je ne puis pas prolonger mon absence de ma
capitale, qui est réduite à une simple garnison; mais il n'y a rien que
je n'expose pour battre les Anglais.

«Ma cavalerie sera demain à Peñaranda, et l'infanterie à Fontiveros.
J'attends vos rapports.»



LE ROI JOSEPH AU GÉNÉRAL CLAUSEL

Blanco-Sancho, le 25 juillet, midi.

«Monsieur le général. M. le maréchal duc de Raguse m'annonce les
événements du 22 juillet, sa blessure et votre commandement.

«Je reçois en même temps votre lettre de ce matin d'Arevalo, et le
porteur m'assure n'être parti d'Arevalo qu'après vous avoir vu partir.
La lettre de M. le maréchal ne me parlait que de la perte de trois mille
hommes et m'assurait que celle de l'ennemi était plus considérable. La
vôtre, monsieur, me prouve que nos malheurs sont plus grands, puisqu'ils
ont pu vous déterminer à vous retirer sur la droite du Duero, me sachant
si près de vous, et à me déclarer que la réunion de mes troupes (de
quatorze mille hommes) ne suffirait pas pour attaquer les Anglais; que
vous ne resteriez sur le Duero que dans le cas où lord Wellington se
porterait sur Madrid. Je n'ai donc d'autre parti à prendre que de
ralentir la poursuite de l'ennemi par les mouvements que j'ordonnerai à
la cavalerie et par la lenteur que je mettrai dans mon retour sur
Madrid. Vous devez sentir combien je suis impatient de connaître l'état
de vos pertes et votre situation actuelle.»

(Par duplicata.)



LE MARÉCHAL MARMONT A NAPOLÉON.

«Tudela, le 31 juillet 1812.

«Sire, je viens de rendre compte au ministre de la guerre des événements
qui ont eu lieu depuis que les Anglais ont commencé à agir contre
l'armée de Portugal. Mon rapport contient le détail de mes opérations
jusqu'au moment où ma malheureuse blessure m'a privé du commandement.
J'ai cru devoir envoyer un de mes aides de camp, M. le capitaine
Fabvier, pour porter ce rapport à Paris. J'ai pensé aussi que Votre
Majesté ne désapprouverait pas que cet officier, qui est parfaitement au
fait de tout ce qui s'est passé et qui connaît l'état des choses, se
rendit près d'elle pour lui donner tous les renseignements qu'elle
pourrait désirer et répondre aux questions qu'elle daignerait lui faire.

«Sire, un combat s'est engagé le 22 juillet avec les Anglais; il a été
sanglant. J'ai été frappé auparavant, et au moment où tout nous
présageait des succès et où la présence du chef était le plus
nécessaire; mais la fortune, en m'éloignant de l'armée, a abandonné nos
armes. Que n'ai-je pu, Sire, conserver le commandement jusqu'à la fin de
la journée au prix de tout mon sang et de ma vie!»



LE MARÉCHAL MARMONT AU MAJOR GÉNÉRAL.

«Tudela, le 31 juillet 1812.

«J'ai cru devoir expédier un de mes aides de camp à Paris pour porter au
ministre de la guerre le rapport des événements qui se sont passés
depuis que les Anglais ont commencé à agir contre nous, et du résultat
du combat qui a eu lieu le 22 juillet en vue de Salamanque. J'ai pensé
que Sa Majesté ne désapprouverait pas que cet officier se rendit au
quartier impérial pour lui donner les renseignements qu'elle pourrait
désirer, et répondre aux questions qu'elle daignerait lui faire. Je l'ai
chargé, aussi d'avoir l'honneur de vous remettre le même rapport, et de
vous rendre compte des détails qui pourraient vous intéresser.

«Quoique les circonstances ne soient pas favorables pour faire des
demandes d'avancement, je vous rappellerai cependant, monseigneur, tous
les titres que M. Fabvier réunit pour en obtenir. C'est un officier
extrêmement distingué, d'une grande bravoure, plein d'ardeur et
remarquable par sa capacité. Il a rempli avec distinction une mission en
Perse, pour laquelle il n'a point obtenu de récompense. Il est à
regretter que cet officier ait été retardé dans sa carrière. Plusieurs
fois j'ai sollicité pour lui le grade de chef d'escadron. Votre Altesse
a daigné exprimer l'intérêt qu'elle mettrait à provoquer cette grâce de
Sa Majesté. Permettez-moi, monseigneur, de vous prier de nouveau de lui
en faire la demande.»



LE MARÉCHAL MARMONT AU MINISTRE DE LA GUERRE.

«Tudela, le 31 juillet 1812.

«Monsieur le duc, l'interruption des communications avec la France
depuis l'ouverture de la campagne m'ayant empêché de vous rendre des
comptes successifs des événements qui se sont passés, je ferai remonter
ce rapport au moment où les Anglais sont entrés en opération, et je vais
avoir l'honneur de vous faire connaître en détail tous les mouvements
qui se sont exécutés jusqu'à l'événement malheureux qui vient d'avoir
lieu, et auquel nous étions loin de nous attendre.

«Dès le mois de mai, j'étais informé que l'armée anglaise devait entrer
en campagne avec des moyens puissants. _J'en rendis compte au roi, afin
qu'il pût prendre les dispositions qu'il croirait convenables_; et j'en
prévins _également_ le général Caffarelli, pour qu'il pût se mettre en
mesure de m'envoyer des ses cours lorsque le moment serait venu.

«L'extrême difficulté des subsistances, l'impossibilité de faire vivre à
cette époque les troupes _rassemblées_, m'empêchèrent d'avoir plus de
huit à neuf bataillons à Salamanque; mais tout était à portée pour venir
me joindre en peu de jours.

«Le 12 juin, l'armée ennemie passa l'Aguada. Le 14, au matin, j'en fus
instruit, et l'ordre de rassemblement fut donné aux troupes. Le 16,
l'armée anglaise arriva devant Salamanque. Dans la nuit du 16 au 17,
j'évacuai cette ville, laissant toutefois une garnison dans les forts
que j'avais fait construire, et qui, par l'extrême activité qu'on avait
mise aux travaux, se trouvaient en état de défense. Je me portai à six
lieues de Salamanque, et là, ayant réuni cinq divisions, je me
rapprochai de cette ville. Je chassai devant moi les avant-postes
anglais et forçai l'armée ennemie à montrer quelle attitude elle
comptait prendre; elle parut résolue à combattre sur le beau plateau et
la forte position de San Christoval.

«Le reste de l'armée me rejoignit, je manoeuvrai autour de cette
position; mais j'acquis la certitude que partout elle nous présenterait
des obstacles difficiles à vaincre et qu'il valait mieux forcer l'ennemi
à venir sur un autre champ de bataille que d'engager une action avec lui
sur un terrain qui lui donnait beaucoup d'avantages; d'ailleurs divers
motifs me faisaient désirer de traîner les opérations en longueur, car
je venais de recevoir une lettre du général Caffarelli, qui m'annonçait
qu'il réunissait ses troupes et qu'il allait marcher pour me soutenir,
tandis que ma présence avait fait suspendre le siége du fort de
Salamanque. Les choses restèrent dans cet état pendant quelques jours
encore, et les armées en présence, lorsque le siége du fort de
Salamanque recommença avec vigueur. En égard au peu de distance qu'il y
avait entre l'armée française et la place, et, au moyen des signaux
convenus, j'étais chaque jour informé de la situation de la place. Ceux
du 26 au 27 m'informèrent que le fort pouvait tenir encore cinq jours;
dès lors je me décidai à exécuter le passage de la Tormès et à agir par
la rive gauche; le fort d'Alba, que j'avais précieusement conservé, me
donnait un passage sur cette rivière, une nouvelle ligne d'opérations et
un point de dépôt important; je fis des dispositions pour exécuter ce
passage dans la nuit du 28 au 29. Dans la nuit du 27, le feu redoubla
d'intensité, et l'ennemi, fatigué d'une résistance qui lui paraissait
exagérée, tira à boulets rouges sur les établissements du fort.
Malheureusement ses magasins renfermaient une grande quantité de bois de
démolition, ils s'enflammèrent, et dans un instant le fort fut le foyer
d'un vaste incendie; il fut impossible à la brave garnison qui le
défendait de supporter tout à la fois les attaques de l'ennemi et
l'incendie qui détruisait ses défenses, ses magasins et ses vivres et
mettait les soldats eux-mêmes dans la situation la plus épouvantable;
elle dut donc se rendre à discrétion après avoir eu la gloire de
repousser deux assauts, et de faire perdre à l'armée anglaise plus de
quinze cents hommes, c'est-à-dire plus du double de sa force. Cet
événement se passa le 28, à midi. L'armée, n'ayant plus d'objet dans son
opération au delà de la Tormès, et tout au contraire indiquant qu'il
était sage d'attendre les renforts annoncés d'une manière formelle par
l'armée du Nord, je me décidai à rapprocher l'armée du Duero, sauf à
passer cette rivière, si l'armée anglaise marchait à nous, et à y
prendre une bonne ligne de défense, jusqu'à ce que le moment de
l'offensive fût venu. Le 28, l'armée partit et prit position sur la
Guareña; le 29, sur la Trabanjos, où elle séjourna; l'ennemi ayant suivi
le mouvement avec toutes ses forces, l'armée prit position le 1er
juillet sur le Zapardiel, et, le 2, elle passa le Duero à Tordesillas,
lieu que je choisis pour le pivot de mes manoeuvres. La ligne du Duero
est excellente; je fis avec détail toutes les dispositions qui pouvaient
assurer la bonne défense de cette rivière, et je ne pouvais douter de
faire échouer toutes les entreprises de l'ennemi, s'il tentait le
passage. Le 3, lendemain du jour où nous avions passé le Duero, il fit
quelques rassemblements de forces et quelques légères tentatives pour
effectuer ce passage sur Pollos, point qui lui était fort avantageux.
Les troupes que je disposai, et quelques coups de canon, le firent
promptement renoncer à son entreprise.

«Tout en attendant les secours de l'armée du Nord, promis d'une manière
si réitérée et si solennelle, je cherchai à ajouter, par ma propre
industrie, aux moyens de l'armée. Ma cavalerie était bien inférieure à
celle de l'ennemi. Les Anglais avaient près de cinq mille chevaux,
anglais ou allemands, sans compter les Espagnols, formés en troupes
régulières; je n'en avais pas deux mille. Avec cette disproportion,
comment manoeuvrer son ennemi? Comment profiter des succès qu'on peut
obtenir? Je n'avais qu'un moyen d'augmenter ma cavalerie, c'était celui
de disposer des chevaux inutiles au service de l'armée et appartenant à
des individus qui n'avaient pas droit d'en avoir, qui en avaient un
nombre excédant celui que la loi leur accorde. Je n'hésitai pas à
prendre ce moyen, quelque rigoureux qu'il fût, puisqu'il s'agissait de
l'intérêt imminent de l'armée et du succès de ses opérations. J'ordonnai
donc l'enlèvement, sur estimation et moyennant le payement de leur
valeur, des chevaux qui se trouvaient dans la catégorie précitée. J'en
fis également enlever un grand nombre qui se trouvaient dans un convoi
venant d'Andalousie. Cette mesure, exécutée avec sévérité, donna, en
huit jours, mille hommes à cheval de plus, et ma cavalerie réunit plus
de trois mille combattants. Cependant, je n'en espérais pas moins les
secours de l'armée du Nord, qui continuait ses promesses, dont
l'exécution semblait être commencée, mais dont nous n'avions encore
aucun effet.

«La huitième division de l'armée de Portugal occupait les Asturies. Ces
troupes étaient complétement isolées de l'armée par l'évacuation de
toute la province de Léon et de Benavente; elles se trouvaient sans
secours et sans communication avec l'armée du Nord, parce que, d'un
côté, les trincadours, qui avaient du venir de Bayonne, n'avaient pu
être envoyés à Gijon, et que, de l'outre, le général en chef de l'armée
du Nord, quoiqu'il l'eût promis d'une manière formelle, s'était dispensé
de faire faire un pont sur la Daga et d'y établir des postes. Cette
division n'avait pu emporter que très-peu de munitions, faute de moyens
de transport. Elles étaient en partie consommées, et elle ne savait
comment les remplacer. Sa position pouvait devenir à chaque instant plus
critique si l'ennemi s'occupait d'elle sérieusement; tandis que, si elle
restait ainsi isolée, elle demeurait tout à fait étrangère aux
événements importants qui allaient se passer sur le plateau de la
Castille. Le général Bonnet, calculant dans cet état de choses, et
considérant, d'après la connaissance qu'il a du pays, qu'il est beaucoup
plus difficile de sortir des Asturies que d'y rentrer quand l'ennemi
veut s'opposer à l'entrée ou au départ, il se décida à évacuer cette
province et à aller prendre position à Reynosa. Là, ayant appris que
l'armée de Portugal était en présence de l'armée anglaise et qu'elle
était au moment de combattre, il n'hésita pas à se mettre en mouvement
et à la rejoindre.

«Fort de ce secours important, de l'augmentation que ma cavalerie venait
d'avoir, n'ayant plus rien de positif de l'armée du Nord, instruit,
d'ailleurs, de la marche de l'armée de Galice, qui, sous peu de jours,
devait nécessairement me forcer à un détachement pour l'éloigner, je
pensai que je devais agir sans retard. Je devais craindre que ma
situation, qui s'était beaucoup améliorée, ne changeât en perdant du
temps; tandis que celle de l'ennemi devait devenir meilleure à chaque
instant par la nature même des choses. Je résolus donc de repasser le
Duero; mais ce passage est une opération difficile et délicate; elle ne
peut être entreprise qu'avec beaucoup d'art et de circonspection, en
présence d'une armée en état de combattre. J'employai les journées des
13, 14, 15 et 16 juillet à faire beaucoup de marches et de
contre-marches qui trompèrent l'ennemi. Je feignis de vouloir déboucher
par Toro, et je débouchai par Tordesillas, en faisant une marche
extrêmement rapide. Ce mouvement réussit si bien, que toute l'armée put
passer la rivière, s'en éloigner et se former sans rencontrer un seul
ennemi. Le 17, l'armée prit position à Nava del Rey. L'ennemi, qui était
en pleine marche sur Toro, ne put porter rapidement que deux divisions à
Tordesillas de la Orden; les autres étaient rappelées de toutes parts
pour se réunir. Le 18 au matin, nous trouvâmes ces deux divisions à
Tordesillas de la Orden. Comme elles ne croyaient pas toute l'armée
rassemblée, elles pensèrent pouvoir gagner du temps sans péril.
Cependant, lorsqu'elles virent déboucher nos masses, elles
s'empressèrent d'opérer leur retraite sur un plateau qui domine le
village, et vers lequel nous marchions. Déjà nous les avions débordées;
si j'avais eu une cavalerie supérieure ou égale en nombre à celle de
l'ennemi, ces deux divisions étaient détruites. Nous ne les poursuivîmes
pas moins avec toute la vigueur possible, et, pendant trois heures de
marche, elles furent accablées par le feu de notre artillerie, que je
fis porter en queue et en flanc, et auquel elles purent difficilement
répondre; mais, protégées par leur nombreuse cavalerie, elles se
divisèrent pour remonter la Guareña, afin de la passer avec plus de
facilité.

«Arrivés sur les hauteurs de la vallée de la Guareña, nous vîmes qu'une
portion de l'armée anglaise se formait sur la rive gauche de cette
rivière. Dans cet endroit, les hauteurs de cette vallée sont
très-escarpées, et la vallée a une largeur médiocre. Soit que ce fût le
besoin de rapprocher ses troupes de l'eau, à cause de la chaleur
excessive qui se faisait sentir, soit pour toute autre raison que
j'ignore, le général anglais en avait placé la plus grande partie dans
le fond à une demi-portée de canon des hauteurs dont nous étions les
maîtres. Aussi, en arrivant, je fis mettre en batterie quarante pièces
de canon, qui, dans un moment, curent forcé l'ennemi à se retirer après
avoir laissé un grand nombre de morts et de blessés sur la place.
L'armée marchait sur deux colonnes, et j'avais donné le commandement de
la colonne de droite, distante de celle de gauche de trois quarts de
lieue, au général Clausel. Arrivé sur les lieux, le général Clausel,
ayant peu de monde devant lui, crut pouvoir s'emparer de deux plateaux
de la rive gauche de la Guareña et les conserver; mais cette attaque fut
faite avec peu de monde. Ses troupes n'étaient pas reposées et à peine
formées. L'ennemi s'en aperçut, marcha aux troupes qu'il avait ainsi
jetées en avant, et les força à la retraite. Dans ce combat, qui fut
d'une courte durée, nous avons éprouvé quelque perte. La division de
dragons, qui soutenait l'infanterie, chargea avec vigueur contre la
cavalerie anglaise; mais le général Carrié, un peu trop éloigné du
peloton d'élite du 13e régiment, tomba au pouvoir de l'ennemi.

«L'armée resta dans sa position toute la soirée du 18; elle y resta de
même pendant toute la journée du 19. L'extrême chaleur et la fatigue
qu'on avait éprouvées pendant celle du 18 rendaient nécessaire ce repos
pour rassembler les traînards. A quatre heures du soir, l'armée prit les
armes et défila par sa gauche pour remonter la Guareña et prendre
position en face de l'Olmo. Mon intention était de menacer tout à la
fois l'ennemi et de continuer à remonter la Guareña, afin de la passer
avec facilité, ou bien, si l'ennemi se portait en force sur la haute
Guareña, de revenir, par un mouvement rapide, sur la position qu'il
aurait abandonnée. L'ennemi suivit mon mouvement. Le 20, avant le jour,
l'armée était en marche pour remonter la Guareña. L'avant-garde franchit
rapidement cette rivière là où elle n'est qu'un ruisseau et occupa le
commencement d'un immense plateau qui se continue sans aucune modulation
jusqu'à peu de distance de Salamanque. L'ennemi chercha à occuper le
même plateau; mais il ne put y parvenir. Alors il se détermina à suivre
un plateau parallèle qui se rattachait à la position qu'il venait de
quitter, et qui lui offrait partout une position dans le cas où j'aurais
marché à lui. Les deux armées marchèrent ainsi parallèlement avec toute
la célérité possible, et tenant leurs masses toujours liées, afin d'être
à tout moment en état de combattre. L'ennemi, ayant cru pouvoir nous
devancer au village de Cantalpino, dirigea une colonne sur ce village,
dans l'espoir de pouvoir être avant nous sur le plateau qui le domine et
vers lequel nous marchions; mais son attente fut trompée: la cavalerie
légère que j'y envoyai et la huitième division, qui était à la tête de
la colonne, marchèrent si rapidement, que l'ennemi fut forcé d'y
renoncer. Bien mieux, le chemin de l'autre plateau le rapprochant trop
du nôtre, et celui que nous avions ayant l'avantage du commandement,
quelques pièces de canon, qui furent placées à propos, incommodèrent
beaucoup l'ennemi; car une bonne portion de l'armée fut obligée de
défiler sous ce canon, et le reste fut obligé de repasser la montagne
pour l'éviter. Enfin je mis les dragons à la piste de l'ennemi. L'énorme
quantité de traînards qu'il laissait en arrière nous aurait donné les
moyens de faire trois mille prisonniers s'il y eût eu plus de proportion
entre notre cavalerie et la sienne; mais celle-ci, disposée pour arrêter
notre poursuite, pour presser la marche des hommes à pied à coups de
plat de sabre, pour transporter même les fantassins qui ne pouvaient
plus marcher, nous en empêcha. Cependant il est tombé entre nos mains
trois à quatre cents hommes et quelques bagages. Le soir, l'armée campa
sur les hauteurs d'Aldea-Rubia, ayant ses postes sur la Tormès, et
l'ennemi reprit sa position de San-Christoval.

«Le 21, ayant été informé que l'ennemi n'occupait pas Alba de Tormès,
j'y fis jeter une garnison. Le même jour, je passai la rivière sur deux
colonnes, prenant ma direction par la lisière des bois et établissant
mon camp entre Alba de Tormès et Salamanque. Mon objet était, en prenant
cette position, de continuer le mouvement par ma gauche, afin de
déposter l'ennemi des environs de Salamanque pour le combattre avec plus
d'avantage. Je comptais prendre une bonne position défensive où l'ennemi
ne pût rien entreprendre contre moi, et enfin venir assez près de lui
pour pouvoir profiler des premières fautes qu'il ferait et l'attaquer
avec vigueur. Le 22 au matin, je me portai sur les hauteurs de
Calvarossa de Arriba pour reconnaître l'ennemi. J'y trouvai une division
qui venait d'y arriver; d'autres étaient en marche pour s'y rendre.
Quelque tiraillement s'engagea pour occuper des postes d'observation
dont nous restâmes respectivement les maîtres. Tout annonçait que
l'ennemi avait l'intention d'occuper la position de Tejarès, qui était à
une lieue en arrière de celle dans laquelle il se trouvait dans ce
moment, distante d'une lieue et demie en avant de Salamanque. Cependant
il rassembla beaucoup de forces sur ce point, et, comme son mouvement
sur Tejarès pouvait être difficile si toute l'armée française était en
présence, je crus utile de l'appeler, afin de pouvoir faire ce que les
circonstances commanderaient. Il y avait entre nous et les Anglais deux
mamelons isolés appelés les Arapilès. Je donnai l'ordre au général
Bonnet de faire occuper celui qui appartenait à la position que nous
devions prendre; ses troupes le firent avec promptitude et dextérité.
L'ennemi fit occuper le sien: mais il était dominé par le nôtre à la
distance de deux cent cinquante toises. Je destinai, dans le cas où il y
aurait un mouvement général par la gauche et où il y aurait une
bataille, ce mamelon à être le pivot et le point d'appui de droite de
toute l'armée. La première division eut ordre d'occuper et de défendre
le plateau de Calvarossa, qui est précédé et gardé par un ravin large et
profond. La troisième division était en deuxième ligne, destinée à la
soutenir, et les deuxième, quatrième, cinquième et sixième se trouvaient
à la tête des bois en masse derrière la position d'Arapilès, pouvant se
porter également de tous les côtés, tandis que la septième division
occupait la tête gauche du bois, qui formait un mamelon extrêmement âpre
et d'un difficile accès, et que je faisais garnir de vingt pièces de
canon. La cavalerie légère fut chargée d'éclairer la gauche et de se
placer en avant de la septième division. Les dragons restèrent en
seconde ligne à la droite de l'armée. Telles étaient les dispositions
faites vers le milieu de la journée.

«L'ennemi avait ses troupes parallèlement à moi, prolongeant sa droite
et se liant à la montagne de Tejarès, qui paraissait toujours son point
de retraite.

«Il y avait en avant du plateau occupé par l'artillerie un autre vaste
plateau facile à défendre, et qui avait une action bien plus immédiate
sur les mouvements de l'ennemi. La possession de ce plateau me donnait
les moyens, dans le cas où j'aurais voulu manoeuvrer vers la soirée, de
me porter sur les communications de l'ennemi sur Tamamès: ce poste,
d'ailleurs bien occupé, était inexpugnable et complétait même la
position que j'avais prise; il était d'ailleurs indispensable de
l'occuper, attendu que l'ennemi venait de renforcer son centre, d'où il
pouvait se porter en masse sur ce plateau et commencer son attaque par
la prise de ce point important. En conséquence, je donnai l'ordre à la
cinquième division d'aller prendre position à l'extrémité droite de ce
plateau, dont le feu se liait parfaitement avec celui d'Arapilès, à la
septième division de se placer en seconde ligne pour la soutenir, à la
deuxième de se tenir en réserve de celle-ci, et à la sixième d'occuper
le plateau de la tête du bois où restait encore un grand nombre de
pièces. Je donnai l'ordre également au général Bonnet de faire occuper
par le 122e un mamelon intermédiaire entre le grand plateau et le
mamelon d'Arapilès qui défendait le débouché du village d'Arapilès;
enfin j'ordonnai au général Boyer, commandant les dragons, de laisser un
régiment pour éclairer la droite du général Foy, et de porter les trois
autres régiments en avant du bois sur le flanc de la deuxième division;
de manière à pouvoir, si l'ennemi attaquait le plateau, le charger par
la droite de ce plateau, tandis que la cavalerie légère chargerait par
sa gauche. La plupart de ces mouvements s'exécutèrent avec irrégularité:
la cinquième division, après avoir pris le poste indiqué, s'étendit par
sa gauche sans motifs ni raison: la septième division, qui avait ordre
de la soutenir, se porta à sa hauteur; enfin la deuxième division se
trouvait encore en arrière. Je sentis toutes les conséquences que ces
irrégularités pouvaient avoir, et je résolus d'y remédier moi-même
sur-le-champ, ce qui était chose facile, l'ennemi n'ayant fait encore
aucun mouvement. En même temps je reçus le rapport que l'ennemi faisait
passer de nouvelles troupes de sa gauche à sa droite; j'ordonnai aux
quatrième et troisième divisions de se porter par la lisière du bois à
hauteur, afin que je pusse en disposer au besoin. Il était quatre heures
un quart, et je me portais au plateau qui allait être l'objet d'une
lutte opiniâtre; mais dans ce moment un boulet creux m'atteignit, me
fracassa le bras droit et me fit deux larges blessures au côté droit: je
devins ainsi incapable de prendre aucune espèce de part au commandement.
Ce temps précieux, que j'aurais employé à rectifier le placement des
troupes sur la gauche, se passa sans fruit. De l'absence du commandement
naît l'anarchie, et de là le désordre. Cependant le temps s'écoule sans
que l'ennemi entreprenne rien. Enfin à cinq heures, jugeant que la
situation est favorable, l'ennemi attaque avec impétuosité cette gauche
mal formée, les divisions combattant repoussent l'ennemi, en sont
repoussées à leur tour; mais elles agissent sans ensemble et sans
méthode: les divisions que j'avais appelées pour soutenir les premières
se trouvent dans le cas de prendre part au combat sans l'avoir prévu;
chaque général fait des efforts extraordinaires pour pouvoir suppléer
par ses dispositions particulières à ce que l'ensemble laisse à désirer;
mais, s'il peut y parvenir en partie, il ne le peut complétement.
L'artillerie se couvre de gloire, fait des prodiges de valeur et au
milieu de nos pertes l'ennemi en fait d'énormes; il dirige des attaques
sur Arapilès que le brave 120e défendait; il en est repoussé laissant
plus de huit cents morts sur la place; enfin l'armée se replie, évacue
les plateaux et se retire à la lisière du bois; là l'ennemi fait de
nouveaux efforts; la division Foy, qui se trouve par la nature des
choses chargée de couvrir le mouvement rétrograde, est attaquée avec
vigueur, repousse l'ennemi constamment. Cette division ainsi que son
général méritent les plus grands éloges. Dès ce moment la retraite
s'effectua sur Alba de Tormès, sans être inquiétée par l'ennemi. Notre
perte s'élève à six mille hommes environ hors de combat; nous avons
perdu neuf pièces de canon qui, étant démontées, n'ont pu être
transportées; tout le reste des bagages, tout le parc d'artillerie, tout
le matériel de l'armée a été emmené.

«Il m'est difficile, monsieur le duc, d'exprimer les divers sentiments
qui m'ont agité au moment où la fatale blessure que j'ai reçue m'a
éloigné de l'armée; j'aurais échangé avec délices cette blessure contre
la certitude de recevoir un coup mortel à la fin de la journée, pour
conserver la faculté du commandement, tant je connaissais l'importance
des événements qui allaient se passer, et combien en ce moment, où le
choc des deux armées semblait se préparer, la présence du chef était
nécessaire pour l'ensemble à donner au mouvement des troupes et pour en
diriger l'action.

«Ainsi un moment de malheur a détruit le résultat de six semaines de
combinaisons sages, de mouvements méthodiques, dont l'issue jusqu'alors
paraissait certaine et dont tout nous faisait présager de recueillir les
fruits.

«Le 25, l'armée fit sa retraite d'Alba de Tormès sur Peñaranda, en
prenant sa direction vers le Duero. Toute la cavalerie ennemie atteignit
notre arrière-garde, composée de cavalerie et de la première division;
cette cavalerie se replia et laissa cette division trop engagée; mais
elle forma ses carrés pour résister à l'ennemi. Un d'eux fut enfoncé,
les autres résistèrent, et celui du 69e notamment tua deux cents chevaux
à l'ennemi à coups de baïonnette; depuis ce temps il n'a fait aucune
tentative contre nous.

«Le général Clausel a le commandement de l'armée, et prendra les mesures
que les circonstances exigeront. Je vais me faire transporter à Burgos,
où j'espère qu'avec du repos et des soins je pourrai me guérir des
blessures graves que j'ai reçues, et qui m'affligent plus par
l'influence funeste qu'elles ont eue sur les succès de l'armée que par
les souffrances qu'elles me font éprouver.

«Je ne saurais trop faire l'éloge de la valeur avec laquelle les
généraux et les colonels ont combattu, et du bon esprit qui les a animés
dans cette circonstance difficile. Je dois faire mention particulière du
général Bonnet, dont au surplus la réputation est faite depuis
longtemps; je dois également nommer le général Taupin qui commandait la
sixième division. Le général Clausel, quoique blessé, n'a pas quitté le
champ de bataille et a donné l'exemple d'une grande bravoure, et a payé
de sa personne jusqu'à la fin. Le général d'artillerie Tirlet et le
colonel Dijeon, commandant la réserve d'artillerie, se sont
particulièrement distingués.

«Dans cette journée, toute malheureuse qu'elle est, il y a eu une
multitude de traits dignes d'être cités et qui honorent le nom français.
Je m'occuperai à les faire recueillir, et je solliciterai de Sa Majesté
des récompenses pour les braves qui s'en sont rendus dignes. Je ne dois
pas différer de citer la belle conduite du sous-lieutenant Gullimat, du
118e régiment, qui s'est élancé dans les rangs ennemis pour y enlever un
drapeau dont il s'est emparé, après avoir coupé le bras de celui qui le
portait, et qu'il a rapporté dans nos rangs malgré les coups de
baïonnette qu'il a reçus.

«Nous avons à regretter la perte du général de division Ferey, mort de
ses blessures, du général Thomières, tué sur le champ de bataille, et du
général Desgraviers. Les généraux Bonnet et Clausel, et le général de
brigade Menrse ont été blessés.»



LE MINISTRE DE LA GUERRE AU MARÉCHAL MARMONT

«Paris, le 18 août 1812.

«Monsieur le maréchal, M. Fabvier, votre aide de camp, arriva hier avec
vos dépêches des 31 juillet et 6 août; je les attendais avec une vive
impatience, les nouvelles anglaises, pleines d'exagération, ayant
devancé les vôtres à Taris. C'est à l'Empereur qu'il appartient de juger
tout ce qui est relatif à la fâcheuse affaire du 22 juillet; mais, quels
qu'en puissent être l'effet et les conséquences, je me persuade que
l'Empereur ne verra dans tout ce qui s'est passé que de nouvelles
preuves de votre dévouement pour son service, et que Sa Majesté sera
vivement touchée de l'accident qui, au commencement de la bataille du 22
juillet, vous a privé du commandement réel de l'armée de Portugal. Je
suis personnellement affecté de ce malheureux événement, et l'ancien
attachement que Votre Excellence me connaît pour elle ne lui laissera
aucun doute sur les sentiments pénibles qui m'agitent en ce moment. Je
me flatte, monsieur le maréchal, que vos blessures n'auront aucune suite
fâcheuse, et j'ai appris avec plaisir que votre état n'était point
dangereux. Je n'hésite point à accorder à Votre Excellence la permission
de rentrer en France et de se rendre à Paris si elle le juge à propos.
Si la fortune a trahi vos espérances, monsieur le maréchal, je vois, par
les lettres que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, que, ses coups
se sont arrêtés devant la noblesse de vos sentiments, l'élévation de vos
pensées, et qu'ils ne pouvaient porter atteinte à votre zèle pour le
service de l'Empereur, à votre attachement et à votre dévouement pour sa
personne.

«Un maréchal de l'empire va partir pour prendre le commandement de
l'armée de Portugal.»



LE MINISTRE DE LA GUERRE AU MARÉCHAL MARMONT.

«Paris, le 14 novembre 1812.

«Monsieur le maréchal, lorsque, le 18 août dernier, j'eus l'honneur de
répondre aux lettres que Votre Excellence m'avait adressées par son aide
de camp, M. Fabvier, pour me donner les détails relatifs à la bataille
du 22 juillet, j'eus soin de vous prévenir que c'était à l'Empereur
qu'il appartenait de juger tout ce qui était relatif à cette affaire,
sur laquelle je lui avais transmis tout ce que vous m'aviez adressé. Sa
Majesté, en me répondant, ma fait connaître sa manière de voir et de
juger les choses, et m'a ordonné à cette occasion de vous proposer
différentes questions, auxquelles l'Empereur exige de votre part une
réponse catégorique. Si j'ai tardé jusqu'à présent de vous adresser ces
questions, c'était pour attendre votre rétablissement et me conformer,
en ceci, aux intentions de Sa Majesté Impériale. Maintenant, je n'ai
plus qu'à m'acquitter du devoir que ses ordres m'ont imposé envers vous.

«L'Empereur, dans l'examen qu'il a fait de vos opérations, est parti
d'un principe que vous ne pouvez méconnaître: c'est que vous deviez
considérer le roi comme votre général en chef, et que vos mouvements,
étant subordonnés au système général adopté par Sa Majesté Catholique,
vous deviez toujours prendre ses ordres avant d'entreprendre des
opérations qui sortaient de ce système. Placé, par une suite des
dispositions générales, à Salamanque, il était tout simple de vous y
défendre si vous étiez attaqué; mais vous ne pouviez vous éloigner de ce
point de plusieurs marches sans en prévenir votre général en chef. Je ne
puis vous dissimuler, monsieur le maréchal, que l'Empereur envisage
votre manière d'agir dans le cas indiqué comme une insubordination
formelle et une désobéissance à ses ordres. Cependant vous avez fait
plus encore; vous êtes sorti de votre défensive sur le Duero, où vous
pouviez être secouru par des renforts de Madrid, pour prendre
l'offensive sur l'ennemi sans attendre les ordres du roi ni les secours
qu'il était à même de vous envoyer. Sans doute vous avez pensé qu'ils
vous étaient inutiles, et l'espérance du succès que vous avez cru
pouvoir obtenir seul vous a entraîné à agir sans attendre des renforts
dont la proximité du roi vous donnait la certitude: mais c'est
précisément ce que l'Empereur condamne, puisque vous vous êtes permis de
livrer bataille sans y être autorisé, et que vous avez compromis par là
la gloire des armes françaises et le service de l'Empereur. Si du moins,
en vous décidant à courir les chances d'un combat, vous aviez fait ce
qui dépendait de vous pour en assurer le succès, on pourrait supposer
que vous avez craint de laisser échapper une occasion favorable; mais,
par une précipitation que rien n'explique, vous n'avez pas même voulu
attendre le secours de la cavalerie de l'armée du Nord, qui vous était
si important et dont vous étiez certain, en retardant la bataille de
deux jours seulement. Cette conduite, si difficile à concevoir, a fait
d'autant plus d'impression sur l'Empereur, que Sa Majesté a vainement
cherché, dans votre rapport, les motifs qui vous ont fait agir; elle n'y
a rien trouvé qui lui ait fait connaître l'état réel des choses; et,
comme elle veut être éclairée à cet égard, elle exige de vous une
réponse précise et catégorique aux questions suivantes:

«Pourquoi n'avez-vous pas instruit le roi que vous aviez évacué
Salamanque de plusieurs marches, et demandé ses ordres sur le parti que
vous aviez à suivre?

«Pourquoi êtes-vous sorti de votre défensive sur le Duero et avez-vous
passé de la défensive à l'offensive sans attendre les renforts que vous
aviez demandés?

«Pourquoi vous êtes-vous permis de livrer bataille sans l'ordre de votre
général en chef?

«Enfin pourquoi n'avez-vous pas au moins retardé de deux jours, pour
avoir les secours de la cavalerie que vous saviez en marche?

«Je vous invite, monsieur le maréchal, à m'adresser, le plus tôt que
vous pourrez, une réponse à ces questions que je puisse mettre sous les
yeux de l'Empereur; je désire vivement qu'elle soit de nature à le
satisfaire et qu'elle lut donne des explications dont il a besoin pour
diminuer l'impression pénible que les événements ont dû nécessairement
produire sur son esprit.»



LE MARÉCHAL MARMONT AU MINISTRE DE LA GUERRE

«Bayonne, le 19 novembre 1812.

«Monsieur le duc, je viens de recevoir la lettre que Votre Excellence
m'a fait l'honneur de m'écrire le 14 novembre, je ne perds pas un moment
pour y répondre. La satisfaction de l'Empereur étant le but et la
première récompense de tous mes efforts, je ne saurais mettre trop de
hâte à répondre aux questions qu'il vous a donné l'ordre de me faire
dans la persuasion où je suis que les impressions défavorables que Sa
Majesté a reçues sur moi seront plus tôt effacées: j'ajouterai même que
j'éprouve beaucoup de regret de ne les avoir pas connues plus tôt, car
j'ose croire que je serais, depuis longtemps, rentré dans la plénitude
de ses bonnes grâces; mais je ne puis cependant me dispenser de
commencer par exprimer la reconnaissance que j'éprouve pour le motif qui
a fait retarder, jusqu'à ce moment, les questions qui me sont faites et
qui prouve que Sa Majesté a daigné prendre quelque intérêt à ma
conservation.

«Je rappellerai succinctement ici les instructions générales que j'ai
reçues à différentes époques, qui, toutes, me prescrivent de marcher et
d'attaquer l'ennemi, s'il prend l'offensive; celle du 13 décembre 1811
porte textuellement: «Si le général Wellington, après la saison des
pluies, voulait prendre l'offensive, vous pourriez réunir vos huit
divisions pour lui livrer bataille.» Et plus loin: «Si les Anglais
s'exposaient à avoir bataille, il faudrait, monsieur le maréchal, réunir
votre année et marcher droit à eux.» Celle du 18 février dit: «Si lord
Wellington marchait à vous, vous réuniriez sept divisions à Salamanque
avec votre artillerie et votre cavalerie, et il faudrait, après avoir
choisi votre position sous Salamanque, être vainqueur ou périr avec
l'armée française.» Ces expressions manifestent d'une manière suffisante
l'opinion de l'Empereur sur mes devoirs à remplir; mais, comme elles ont
été données à une époque antérieure à celle où le roi a eu le
commandement, je n'arguerai pas de ce qu'elles ont de favorable pour moi
pour justifier ce que j'ai fait et je me renfermerai dans le cadre même
qu'a tracé Sa Majesté, et me contenterai de prouver d'abord que je n'ai
en rien désobéi au roi, ni outre-passé les instructions qu'il m'a
données, mais que je les ai suivies littéralement, et je chercherai à
démontrer ensuite que ce que j'ai fait était démontré par les calculs de
la raison.

«PREMIÈRE QUESTION. Sa Majesté m'accuse d'avoir manqué à la
subordination en évacuant Salamanque sans en rendre compte au roi et de
n'avoir pas demandé ses ordres sur le parti que j'avais à suivre.

«Il est difficile de concevoir sur quel fondement cette accusation peut
être portée contre moi. Non-seulement j'ai rendu compte au roi de
l'évacuation de Salamanque, mais je l'avais même prévenu depuis
longtemps de la nécessité qu'il y aurait d'évacuer cette ville lorsque
l'ennemi se porterait sur la Tormès, parce que l'armée de Portugal, ne
pouvant y être réunie d'avance, ne serait point en état de le combattre
à son arrivée; le roi était informé de ma position comme moi-même. Les
lettres que j'ai eu l'honneur de lui écrire, ainsi qu'au maréchal
Jourdan, les 22, 24, 26 et 29 mai; 1er, 2, 5, 8, 12, 13 et 14 juin, qui,
toutes, jusqu'au 14 juin, lui sont parvenues, l'ont instruit dans le
plus grand détail de tout ce qui avait l'apport à l'armée de Portugal;
mais, pour lever tout doute à l'égard du peu de fondement de
l'accusation qui m'est faite, je joins ici un paragraphe de ma lettre au
maréchal Jourdan du 29 mai, dont le sens n'est pas équivoque. J'y joins
également la copie d'un paragraphe de ma lettre du 1er juin, qui lui
rappelle que l'évacuation de Salamanque sera nécessaire pour le
rassemblement de l'armée; enfin la copie de ma lettre du 14 juin qui lui
annonce que l'armée anglaise est en pleine marche, et que je vais
manoeuvrer conformément à ce que je lui ai annoncé par mes précédentes
lettres. Cette dernière lettre du 14 juin lui est également parvenue et
très promptement, car le roi m'a répondu à cette lettre le 18. Le
reproche qui m'est donc fait d'avoir évacué Salamanque sans en rendre
compte au roi est sans aucune espèce de fondement.

«Depuis mon départ de Salamanque, j'ai écrit au roi et au maréchal
Jourdan, les 22 et 28 juin, 1er, 6 et 17 juillet. Les quatre premières
ont été expédiées par triplicata, et, si elles ne sont pas parvenues, la
faute ne peut m'en être imputée.

«DEUXIÈME QUESTION. L'Empereur demande pourquoi je suis sorti de ma
défensive du Duero et pourquoi j'ai passé de la défensive à l'offensive.

«J'ai repris l'offensive: 1° parce que j'avais acquis la certitude que
je ne pouvais compter sur aucun renfort de l'armée du Nord; 2° parce
qu'aucun secours de l'armée du Centre ne m'était ni promis ni annoncé
que dans le cas où le général Hill se réunirait à lord Wellington; 3°
parce que l'armée de Galice avait passé l'Orbigo, que les milices
portugaises avaient passé l'Esla et qu'en différant peu de jours
j'allais me trouver dans la nécessité de détacher un corps de six on
sept mille hommes et de cinq cents chevaux pour leur faire tête et me
couvrir de ce côté, ce qui m'aurait affaibli d'autant vis-à-vis de
l'armée anglaise qui alors, sans doute, serait venue à moi; 4° parce que
les instructions écrites du roi en date du 18 juin, dont je joins ici
copie, me prescrivent d'attaquer lord Wellington si le général Hill n'a
point fait sa jonction avec lui et qu'une lettre du maréchal Jourdan du
30 juin (la dernière que j'aie reçue de Madrid), en m'exprimant
l'étonnement du roi sur ce que je n'avais pas encore attaqué les
Anglais, me pressait de le faire dans la crainte que le général Hill ne
rejoignit lord Wellington et que ma position ne s'empirât.

«Je vais donner sur chacun de ces articles les explications nécessaires.

«1° A l'ouverture de la campagne, le général Caffarelli me fit les plus
belles promesses; et j'étais autorisé, d'après ses premières lettres, à
croire que, dans le courant du mois de juin, je recevrais un puissant
renfort de l'armée du Nord. Ce fut en grande partie l'obligation où
j'étais de l'attendre, et d'autres circonstances que mon rapport a fait
connaître, qui occasionnèrent alors la prise des forts de Salamanque.
Les lettres des 20, 26 juin et 11 juillet, du général Caffarelli, en
exagérant d'une manière ridicule la force des bandes, le danger d'un
débarquement dont les côtes étaient menacées (débarquement qui s'est
réduit à peu près à rien, attendu que la flotte qui était en vue n'avait
pas quatre cents hommes de troupes à bord), m'annoncèrent successivement
la diminution des renforts qu'on devait m'envoyer; et enfin, par sa
lettre du 26 juin, il m'annonça que je ne pouvais plus compter sur un
seul homme d'infanterie. La copie de cette lettre est ci-jointe; elle
lèvera toute espèce de doute à cet égard. Restaient donc seulement la
cavalerie et l'artillerie, dont la promesse n'avait pas discontinué,
mais qui ne s'effectuait pas. Je crus cependant fortement à l'arrivée de
ce dernier secours, et j'attendis: mais je fus instruit bientôt qu'au
lieu de quatre régiments sur lesquels j'avais droit de compter la légion
de gendarmerie avait ordre de rentrer en France et ne viendrait pas, et
que le général Caffarelli, qui voulait conserver près de lui un corps de
cavalerie, j'ignore dans quel objet, gardait le 15e de chasseurs, et
qu'enfin ce secours, si solennellement promis, se réduisait à six cents
chevaux des 1er hussards et 31e chasseurs, et huit pièces de canon, qui
étaient réunies à Burgos depuis le 15 juin, mais dont le départ,
constamment annoncé, ne s'effectuait jamais. J'attendis encore, et tant
que le retard à mon mouvement n'empirait pas ma situation; mais, lorsque
j'eus la certitude que l'avant-garde de l'armée de Galice était arrivée
à Rioseco, et que, selon les apparences, j'aurais, sous peu de jours,
sur les bras quinze mille hommes, de mauvaises troupes sans doute, mais
qui me forceraient à un détachement de six à sept mille hommes et de
cinq cents chevaux, je n'hésitai pas à négliger un secours de six cents
chevaux, qui devenait nul, puisque j'étais obligé de l'opposer à l'armée
de Galice, et qui, pour l'avoir attendu, me forcerait à m'affaiblir de
six ou sept mille hommes d'infanterie. Le retard de l'arrivée de ces six
cents chevaux était inexplicable, car le général Caffarelli ne pouvait
en faire aucun usage. Aucun obstacle ne s'opposait à leur arrivée à
Valladolid, et, quoiqu'ils n'en fussent qu'à trois marches, je les
attendais vainement depuis un mois. Il ne pouvait donc y avoir que
l'ineptie la plus complète ou l'intention formelle de me tromper dans
tous mes calculs qui pût ainsi retarder sa marche. L'une et l'autre
hypothèse m'empêchaient également de prévoir quand ces délais auraient
enfin un terme; mais le péril était là, et chaque jour le rendait plus
imminent. Je ne pouvais donc pas tarder à me décider; mais, quand même
l'armée de Galice n'eût pas dû venir jusqu'à moi, la conservation
d'Astorga exigeait que je hâtasse mes opérations; car, quelque effort
que le général Bonnet eût fait pour approvisionner cette place, il
n'avait pu y réunir des vivres que jusqu'au 1er août. Cette place était
bloquée, et, pour la délivrer, je ne pouvais pas faire un détachement
moindre de sept ou huit mille hommes; mais ce détachement ne pouvait
être fait qu'après un succès sur les Anglais, et après les avoir
éloignés du Duero, car ce détachement, fait avant, aurait mis l'armée de
Portugal en péril; et, l'armée de Portugal battue, ce détachement, jeté
hors de sa ligne naturelle, eût été bien compromis. Il fallait donc
éloigner l'armée anglaise pour faire le détachement d'Astorga; et, si
l'on calcule qu'il fallait bien compter sur huit à dix jours en
opérations contre les Anglais, et que, de Salamanque, il y a huit
marches jusqu'à Astorga, on peut juger qu'il n'y avait pas de temps à
perdre, le 16 juillet, pour sauver une place qui n'avait de vivres que
jusqu'au 1er août. Aussi, le 16 juillet, n'ayant aucune nouvelle du
départ de Burgos des six cents chevaux et des huit pièces de canon de
l'armée du Nord, et, tout étant prêt pour mon passage du Duero, je
l'effectuai le 17 au matin.

«2° La lettre du roi du 18 juin m'annonce que les quatre mille hommes
que Sa Majesté faisait réunir dans la Manche se réuniraient au comte
d'Erlon pour venir au secours de l'armée de Portugal si celui ci était
dans le cas de venir s'y réunir: mais celui-ci ne devait y venir que
dans le cas où Hill rejoindrait Wellington: Hill n'avait pas rejoint
Wellington. Ainsi je n'avais rien à gagner à attendre, puisque je ne
devais être renforcé que dans le cas où l'armée ennemie aurait reçu un
accroissement à peu près de même force.

«3° Tout ce qui concerne les mouvements de l'armée de Galice vient
d'être expliqué plus haut, et n'a pas besoin de nouveaux détails.

«4° La lettre du roi est formelle, elle me trace la marche que je dois
suivre; il est de mon devoir de ne pas m'en écarter. La lettre du 30
juin du maréchal Jourdan, écrite au nom du roi, devient plus pressante;
elle parait m'accuser de retard dans mes opérations, elle me presse
d'agir; sans doute qu'il était de mon devoir de le faire. Les originaux
de ces deux lettres sont entre mes mains, et les copies en sont
ci-jointes. Les craintes du roi, exprimées dans la lettre du maréchal
Jourdan, que le comte d'Erlon n'arrive pas en même temps que le général
Hill dans le bassin du Duero, étaient extrêmement fondées, et on ne peut
douter que, ce cas arrivant, le comte d'Erlon, quelque diligence qu'il
eût faite, ne fût arrivé quinze jours après le général Hill. En effet,
les Anglais avaient fait rétablir en charpente, par un travail de six
semaines et avec beaucoup de moyens, la coupure de quatre-vingt-dix-neuf
pieds faite au pont d'Alcantara; cette communication entre les mains des
Anglais donnait au général Hill le moyen de venir d'Albuera sur la
Tormès en huit ou neuf marches, et le pont, pouvant être détruit en un
moment, était enlevé au comte d'Erlon qui n'avait pas les moyens de le
rétablir. D'un autre côté, avant l'ouverture de la campagne, le général
Hill avait fait un coup de main sur le pont d'Almaraz, avait détruit les
barques et tous les agrès: il ne restait donc au comte d'Erlon d'autre
passage que le pont de l'Arzobispo, ou de venir par la Manche: mais la
route qui conduit au pont de l'Arzobispo n'est pas praticable pour
l'artillerie: il eût fallu la démonter, et ce travail eût demandé
plusieurs jours. S'il eût pris la route de la Manche, ce retard eût été
beaucoup plus long. Enfin, après avoir passé le Tage, il n'avait d'autre
chemin à prendre, pour se rendre dans le bassin du Duero, que celui du
Guadarrama, afin d'être plus facilement en liaison avec l'armée de
Portugal, et ce détour lui eût fait perdre encore plusieurs marches.
Ainsi, soit par les obstacles que le pays présentait, soit par les
détours qu'il était nécessairement obligé de faire, il devait arriver
longtemps après le général Hill; et cependant, que de chances encore,
comme la difficulté de subsister dans le désert qu'il avait à traverser,
etc., qui pouvaient arrêter sa marche. Rien n'était donc plus convenable
que de faire en toute hâte ce que le roi avait ordonné, c'est-à-dire
d'agir avant que Hill n'eût rejoint Wellington.

«TROISIÈME QUESTION. L'Empereur demande pourquoi je me suis permis de
livrer bataille sans l'ordre de mon général en chef?

«La lettre du roi du 18 juin, celle du maréchal Jourdan du 30, prouvent
que, loin de désobéir à mon général en chef, je n'ai fait qu'exécuter
ses ordres.

«QUATRIÈME QUESTION. Enfin, l'Empereur demande pourquoi je n'ai pas au
moins retardé de deux jours de donner bataille pour avoir les secours
que je savais en marche?

«La raison en est simple: je ne comptais pas donner bataille le 22
juillet; c'est l'ennemi qui a attaqué, et, sans ma blessure, il n'y en
aurait pas eu: ceci demande plus du développement.

«Je n'ai été instruit de l'itinéraire des six cents chevaux et de
l'artillerie de l'armée du Nord que le 21 dans la soirée. Dans ce
moment, presque toute l'armée avait passé la Tormès. Si j'eusse reçu
cette nouvelle cinq heures plus tôt, il n'y a aucun doute que je n'eusse
suspendu ce mouvement et que je n'eusse attendu dans le camp
d'Aldea-Rubia l'arrivée de ce renfort; mais, en ce moment, faire
rétrograder toute l'armée eut été une chose mauvaise dans l'opinion et
inutile, puisque je pouvais également prendre position sur la rive
gauche de la Tormès, et d'autant mieux que ce pays est peu favorable à
la cavalerie, dans laquelle j'étais inférieur, et ce mouvement
rétrograde eût été contraire à la suite des opérations, puisqu'il me
faisait abandonner l'avantage marqué que j'avais obtenu d'occuper sans
combat le sommet du plateau qui sépare Alba de Tormès de Salamanque,
plateau que je devais supposer qui me serait vigoureusement disputé, et
où j'avais gagné l'ennemi de vitesse, plateau extrêmement important,
puisque c'était par là seulement que je pouvais manoeuvrer l'ennemi avec
quelque apparence de succès, menacer sa communication avec Rodrigo et le
forcer à sortir des positions qui entourent Salamanque; enfin arriver au
but que je m'étais toujours propose, de le combattre en marche. Je me
décidai donc à prendre une bonne position défensive à la tête des bois
de Calvarossa de Arriba et à attendre là l'arrivée du secours qui était
près de moi. Le 22 au matin, je montai à cheval, avant le jour, pour
voir encore la position et rectifier ce qu'elle aurait de fautif. Il me
parut indispensable d'occuper par une division la hauteur de Calvarossa
de Arriba que je n'avais occupée le soir que par des postes, et je l'y
plaçai. Il me parut également nécessaire de faire occuper par un
régiment un des Arapilès et de le faire soutenir intermédiairement à la
forêt par le reste de la division, et je conservai les six autres
divisions à la tête des bois en les concentrant sur deux lignes. Pendant
la nuit, l'armée anglaise était venue prendre position à peu de
distance, et, après s'être formée, elle se plaça à portée de canon de
nous. La position de l'année anglaise était forte par les obstacles que
le terrain présentait pour arriver jusqu'à elle; mais la position que
l'armée française occupait, indépendamment du même avantage, avait celui
d'un commandement immédiat et à portée de canon, et, comme j'étais
supérieur en artillerie, je ne manquai pas de profiter de cet avantage;
je fis établir des batteries qui écrasèrent tous les corps ennemis qui
se tinrent à portée, et ils furent obligés de se retirer ou de se
masquer par les obstacles de terrain qui pouvaient les couvrir.
L'ennemi, qui craignait pour sa droite, qui couvrait son point de
retraite, retraite que je menaçais éminemment, puisqu'on deux ou trois
heures l'année pouvait être portée sur sa communication, renforça sa
droite vers le milieu de la journée. Aussitôt que je m'en aperçus, je
crus nécessaire d'occuper un plateau très-fort d'assiette qui complétait
ma position et d'où, avec des pièces de gros calibre, je pouvais gêner
les mouvements de l'ennemi et atteindre à ses ligues. En conséquence, je
retirai trois divisions du bois pour l'occuper, et j'y envoyai toute ma
réserve d'artillerie.

«Ce plateau était inattaquable, occupé par de pareilles forces, couvert
en partie et soutenu à droite par la hauteur d'Arapilès et à gauche par
les troupes de la tête du bois et une batterie considérable.
L'artillerie occupant ce plateau écrasa une première ligne qui se
trouvait sous son feu; mais les trois divisions, au lieu de se placer
comme je leur en avais donné l'ordre et de se concentrer,
s'éparpillèrent, une d'elles descendit même du plateau sans motif ni
raison. A l'instant où je m'en aperçus, je me mis en devoir de m'y
rendre afin de rectifier tout ce que cette position avait de vicieux, et
d'avoir une défensive aussi forte que possible et telle que le terrain
la comportait; mais, à l'instant où je m'y rendais, je reçus les fatales
blessures qui me mirent hors de combat: j'envoyai mes ordres, mais ils
ne furent point ou furent mal exécutés. L'ennemi ne fit aucun mouvement
offensif pendant trois quarts d'heure; mais, voyant enfin cette gauche
toujours mal formée, l'armée française sans chef, ce qu'il ne pouvait
ignorer, car, blessé dans un moment de tranquillité à deux cents toises
de l'ennemi et dans un lieu où je m'étais tenu longtemps de préférence,
parce qu'il me donnait la facilité de voir parfaitement tous les
mouvements de l'armée anglaise, il n'est pas douteux que Wellington n'en
ait été informé sur-le-champ; c'est cette double circonstance qui l'a
décidé à attaquer; si je n'eusse pas été blessé, la gauche eût été
formée en moins d'un quart d'heure, comme elle aurait dû l'être d'abord;
jamais il n'aurait osé concevoir l'espérance de la forcer, et il est
probable que dans la nuit il se serait retiré sur une position beaucoup
plus forte en arrière de celle qu'il occupait. Je serais resté le 23
dans cette position, et, le 24, ayant reçu mes renforts, je me serais
porté sur la route de Rodrigo pour le forcer à l'évacuer; alors de ses
mouvements naissaient de nouvelles combinaisons, etc. En général, le
système que j'avais pris avec l'armée anglaise, et qui me parait
incontestablement le meilleur, était de ne jamais l'attaquer en
position; mais d'être toujours formé et en mesure de le recevoir et de
manoeuvrer de manière à le forcer à se mouvoir et à changer de position,
parce que, connaissant par expérience la supériorité des troupes
françaises sur les troupes anglaises dans l'exécution des grands
mouvements, j'étais certain de trouver un jour ou l'autre l'occasion
d'un beau succès en en écrasant une partie; et, afin de pouvoir la gêner
dans ses opérations et être plus à même de maîtriser ses mouvements,
j'avais toujours campé le plus près possible d'elle, en prenant une
bonne position défensive et en cherchant toujours l'occasion, soit en
position, soit en marche, de l'incommoder du feu de mon artillerie et de
lui en faire sentir la supériorité.

«Monsieur le duc, cette lettre est bien longue; mais j'ai cru, dans une
circonstance aussi importante pour moi, devoir ne négliger d'exposer
aucune des raisons qui doivent me justifier dans l'esprit de l'Empereur.
J'ose espérer qu'il sera convaincu, d'après le narré sincère et
véritable des faits, que, loin de désobéir au roi, je n'ai fait que
suivre littéralement les instructions qu'il m'a données et exécuter ses
ordres, et que les dispositions que j'ai prises ont été commandées par
les calculs de la raison; enfin, que, si les résultats ont été
contraires à la gloire de ses armes, la cause en est dans la double
fatalité qui, d'un coté, a empêché de me parvenir les lettres par
lesquelles le roi me faisait connaître son changement, ainsi que les
nouvelles dispositions qu'il avait prises pour venir à mon secours, et,
de l'autre, m'a enlevé au commandement de l'armée au moment où j'y étais
le plus nécessaire.»



       *       *       *       *       *


OBSERVATIONS

Les explications précédentes font connaître d'une manière satisfaisante
tous les malheurs de cette triste campagne; il ne manquait plus qu'une
chose pour compléter les étranges aberrations de Napoléon, c'était de
faire peser sur moi la responsabilité d'un mouvement que je n'avais
exécuté que malgré moi et comme l'accomplissement d'un devoir impérieux
d'obéissance, et c'est ce qui n'a pas manqué d'arriver.

Les ordres impératifs sont du mois de février, et n'ont pu être exécutés
qu'à la fin du mois de mars.

A la fin de ce mois, ils me sont réitérés verbalement par le colonel
Jardet, mon aide de camp, que Napoléon me renvoie, et qui me rejoint le
25. Le 28, j'entre en campagne, ignorant encore l'investissement de
Badajoz. Le 4 avril, le prince de Neufchâtel m'écrit que l'Empereur me
laisse carte blanche, mais cette dépêche ne me parvient qu'après la
moitié du mois de mai.

Maintenant Napoléon, 10 avril, blâme l'opération exécutée, et dit que,
puisque le feu était à la maison, il fallait marcher par Almaraz; mais
c'est ce que je m'étais tué de lui représenter; c'est ce qu'il a blâmé
si directement et qu'il oublie; car si, six semaines plus tôt, le feu
n'était pas à la maison, il était facile de reconnaître qu'il y serait
mis bientôt, et alors il était sage de rester à portée pour pouvoir
l'éteindre; il ne veut pas se rappeler que l'armée n'avait aucune
mobilité et ne pouvait pas faire le moindre mouvement sans l'avoir
préparé longtemps d'avance.

Au surplus, au milieu de ses reproches, de ses blâmes et de son humeur,
il cherche une justification personnelle, et il prouve ainsi qu'il
reconnaît ses torts, en disant que les instructions étaient données à
trois cents lieues de distance, ce qui faisait croire sans doute, qu'à
ses yeux elles n'étaient pas impératives. Mais alors il ne fallait pas
les libeller d'une manière si précise; il fallait comprendre les raisons
absolues qui m'avaient obligé à adopter un système purement défensif, en
liaison et en combinaison constante avec le Midi, seul système qui put
remplir le triple objet de réunir promptement les troupes nécessaires
pour livrer bataille, de vivre en repos, mais d'être toujours prêt à
agir jusqu'à la récolte, en conservant précieusement les vivres
économisés pour les mouvements qui deviendraient nécessaires.

Je le répète, si j'eusse gardé cette position, Wellington n'aurait rien
osé entreprendre. Mais, du moment où le système d'une offensive
impuissante a prévalu, il a pu agir avec sécurité, et un secours direct
qui fut parti des bords de l'Agunda le 1er avril pour Badajoz, au moment
où j'ai appris le commencement du siège, n'aurait rien produit d'utile,
car je ne pouvais pas arriver à temps, puisque, dans la nuit du 6 au 7,
la ville a été emportée, et la défense a été si courte, que le maréchal
Soult, qui avait préparé les moyens de secours dont il pouvait disposer,
et n'était occupé que de ce soin, n'est arrivé avec ses troupes en face
des Anglais, à Almendralejo, à deux marches de Badajoz, que le 8,
c'est-à-dire deux jours après la reddition.

La fin de la lettre du prince de Neufchâtel pourrait peut-être faire
supposer que Napoléon attribuait à l'humeur la conduite que j'ai tenue;
s'il en était ainsi, il aurait été dans une grande erreur: car,
assurément, il n'y a eu d'autres mobiles dans ma conduite que de la
soumission; et cette soumission était d'autant plus méritoire, que j'en
connaissais d'avance les funestes effets.

L'examen des lettres du général Caffarelli, des 14, 20, 26 juin, et 11
juillet; celles du maréchal Jourdan et du roi d'Espagne terminent les
commentaires.

Par les premières, on voit d'abord la ferme résolution du général
Caffarelli d'envoyer à mon secours. On doit la croire sincère au moins;
mais cette intention se modifie bientôt. Les seuls mouvements des
guérillas, exécutés dans le but de faire une diversion, l'effrayent. Il
exagère les dangers, et bientôt, en homme faible, il perd la tête et
oublie son premier devoir, celui dont l'exécution touchait de si près au
salut de l'Espagne, et il reste absorbé par des intérêts misérables et
devant des dangers de nulle gravité. En définitive, l'armée de Portugal
reçoit l'assurance que l'armée du Nord ne lui apportera aucun secours de
quelque importance.

La correspondance du roi est, en général, raisonnable, et il donne des
ordres à chacun de me secourir suivant l'occurrence; mais ceux adressés
au général Caffarelli ne produisent aucun effet sur l'esprit de
celui-ci. Ceux envoyés au maréchal Soult n'ont pas été dans le cas
d'être exécutés. Cependant le roi a eu plusieurs torts, des torts tels,
qu'ils ont amené la catastrophe: d'abord, de ne pas penser plus tôt au
secours qu'il pouvait m'apporter, même hypothétiquement, de ne pas le
préparer et de ne m'en avoir pas informé, non plus que du parti qu'il
prendrait si les circonstances l'y forçaient; au contraire, il s'est
prononcé d'une manière tout opposée, et il m'a annoncé formellement,
sans équivoque, que le maréchal Suchet, n'obtempérant pas à ses
demandes, il ne pourrait rien faire par ses propres moyens. La lettre du
maréchal Jourdan, du 30 juin, est explicite: elle ne laisse aucun doute
et aucune espérance; elle me provoque même, d'une manière réitérée, à
livrer bataille sans retard. C'est la réception de cette lettre, celle
des dernières du général Caffarelli et la certitude qu'Astorga
achèverait la consommation de ses vivres avec la fin du mois, et la
crainte de voir arriver le général Hill se réunir à Wellington, qui
m'ont décidé à prendre l'offensive. D'après mes données, cette
résolution était opportune et bien calculée, malgré la disproportion des
forces; mais il se trouve qu'après m'avoir parlé d'une manière si
claire, le roi change d'avis sans _m'en prévenir_. C'est le jour même où
il part de Madrid qu'il m'annonce son mouvement. Évidemment, il a dû le
préparer pendant huit ou dix jours au moins, et il m'en a fait un
mystère. S'il m'avait seulement parlé de la possibilité d'un secours,
assurément je l'aurais attendu; et, sans même le promettre d'une manière
absolue, il ont pu me le laisser espérer. Au moment de son entrée en
campagne, j'aurais passé le Duero de manière à le couvrir quand il
déboucherait dans les plaines de la Vieille-Castille. Alors il pouvait
venir me joindre sans éprouver aucun danger; et nous eussions combiné
nos mouvements de manière à combattre avec avantage l'armée anglaise si
elle avait osé nous attendre.

Ainsi on ne peut expliquer la conduite du roi. Sa lettre du 21 ne dit
pas qu'il m'ait envoyé l'avis de ses préparatifs; c'est donc sans
transition, et vingt jours après m'avoir fait connaître officiellement,
par la lettre du 30 juin, du maréchal Jourdan, que je n'aurais aucun
secours à espérer, qu'il entre en campagne. Jamais, depuis qu'il existe
des armées, on n'a combiné de mouvements de cette manière, et cette
lettre du 21 et la nouvelle du mouvement du roi ne me sont parvenues que
le 25, le lendemain de la bataille.

Assurément ce n'est pas moi qui suis coupable du résultat. C'est aux
auteurs de cette confusion à en porter la responsabilité.

       *       *       *       *       *

Après ce qui précède, il est sans doute superflu de répondre à
l'interrogatoire que renferme la lettre du 14 novembre 1812, et aux
questions dont il se compose. Cependant je le ferai d'une manière
concise en forme de résumé.

1° J'ai rendu compte itérativement au roi de tous mes mouvements. Si
toutes mes lettres ne lui sont pas parvenues, cela tient à l'état où
était l'Espagne. Il a su par ma lettre du 14, dont il m'accuse réception
par sa lettre du 18, ma retraite sur le Duero. Je l'ai accablé de
demandes de secours, et la lettre du maréchal Jourdan du 30 prouve qu'il
les a toutes refusées.

2° J'ai expliqué en détail les motifs qui m'ont décidé à prendre
l'offensive; il serait superflu de revenir à cette question. Cette
résolution était commandée par la raison, par les calculs les plus
simples, et ce n'est pas de mon fait si j'étais placé dans les
conditions fâcheuses qui m'imposaient cette obligation.

3° J'ai livré bataille parce que j'ai été attaqué. L'ensemble de mes
mouvements prouve que je voulais, s'il était possible, forcer par des
manoeuvres les Anglais à la retraite, et ne combattre que dans des
circonstances très-favorables.

4° Je n'ai connu l'envoi d'aucun secours d'une manière certaine, et
j'étais autorisé à croire qu'il ne m'en arriverait aucun.

LE MARÉCHAL DUC DE RAGUSE.


FIN DU TOME QUATRIÈME.


[Illustration: CARTE pour suivre les opérations de L'ARMÉE DE PORTUGAL
sous les ordres du DUC DE RAGUSE.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires du maréchal Marmont, duc de Raguse (1774-1852) (4/9)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home