Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires du maréchal Marmont, duc de Raguse (8/9)
Author: Marmont, Auguste Frédéric Louis Viesse de, duc de Raguse, 1774-1852
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires du maréchal Marmont, duc de Raguse (8/9)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



http://dp.rastko.net. This file was produced from images
generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica)



MÉMOIRES
DU MARÉCHAL MARMONT
DUC DE RAGUSE

DE 1792 à 1841


IMPRIMÉS SUR LE MANUSCRIT ORIGINAL DE L'AUTEUR
AVEC
LE PORTRAIT DU DUC DE REISCHSTADT
CELUI DU DUC DE RAGUSE
ET QUATRE FAC SIMILE de Charles X, DU DUC D'ANGOULÊME, DE L'EMPEREUR
NICOLAS ET DU DUC DE RAGUSE



TOME HUITIÈME



PARIS
PERROTIN, LIBRAIRE-ÉDITEUR
41, RUE FONTAINE-MOLIÈRE, 41

L'éditeur se réserve tous droits de traduction et de reproduction


1857


[Illustration: Lettre manuscrite datée du 18 Août 1830]



MÉMOIRES
DU
MARÉCHAL
DUC DE RAGUSE



LIVRE VINGT-TROISIÈME

1826-1829


SOMMAIRE.--Mesures sur la censure et sur les officiers généraux.--Sacre
du roi à Reims.--Anecdote sur Moncey.--Premiers symptômes du changement
de l'opinion publique.--Influence croissante du
clergé.--Anecdote.--Indemnité des émigrés.--Mort de l'empereur
Alexandre.--Circonstances qui accompagnèrent l'arrivée de Nicolas au
trône impérial.--Courage et inspiration heureuse de Nicolas.--Paroles de
l'impératrice-mère.--Je suis envoyé ambassadeur extraordinaire en
Russie.--La cour de Weimar.--La cour de Berlin.--L'armée
prussienne.--Charlottenbourg.--Berlin.--Environs de
Saint-Pétersbourg.--L'empereur
Nicolas.--L'impératrice.--Saint-Pétersbourg et Pierre le
Grand.--Inondations de Saint-Pétersbourg.--M. le comte de la
Ferronays.--Portrait de l'empereur Nicolas.--Ses idées sur l'éducation
de ses enfants.--Conspiration de Pestel.--Magnanimité de
l'empereur.--Manufactures d'Alexandrowski.--La Monnaie.--École des
mines.--Ponts et chaussées.--École du génie.--État-major.--Comité de
perfectionnement.--Hôpitaux militaires.--Arsenal.--Éducation
publique.--École des cadets.--Couvent des filles.--Palais, églises et
aspect de Saint Pétersbourg.--Cronstadt.--Promenade dans la
rade.--Château d'Oranienbaum.--Anecdote sur
Orloff.--Peterhof.--Zarskoie-Selo.--Colpina.--Schlusselbourg.--Funérailles
de l'impératrice Élisabeth.--Colonies militaires de
Wolcoff.--Novogorod.--Route jusqu'à Moscou.--Moscou.
L'impératrice-mère.--La grande-duchesse Hélène.--Arrivée de l'empereur à
Moscou.--Rapports entre l'empereur et l'impératrice-mère.--Garde
impériale.--Manoeuvres sous Moscou.--Généraux russes.--Arrivée inopinée
de Constantin.--Caractère de ce prince.--Son attitude.
--Réconciliation.--Sacre de l'empereur.--Cérémonies
touchantes.--Illumination du Kremlin.--Fête à la bourgeoisie.--Dîner
intime chez l'empereur.--Adieux de l'empereur.--Champ de bataille de la
Moskova.--Smolensk.--La Bérézina.--Le grand-duc Constantin à
Varsovie.--Son armée.--La princesse de Lovitz.--Retour dans les États
autrichiens.--Armée russe.--Retour à Paris.--Ma ruine.--Bontés du
roi.--Je vends Châtillon.--Mésaventure de Talleyrand.--Inhumation du duc
de Liancourt.--Revue de la garde nationale du 27 avril
1827.--Expressions du roi à cette occasion.--Anecdote.--Dissolution de
la garde nationale.--Camp de Saint-Omer.--Anecdote.--Nouvelles
élections.--M. de Villèle est renvoyé du ministère.--Nouvelle
administration.--Ministère Martignac.--Mouvement d'opinion en faveur des
Grecs.--Guerre des Russes et des Turcs.--Ministère Polignac.


Le nouveau règne commença sous les plus heureux auspices. Charles X, à
son entrée à Paris, fut accueilli par des expressions de joie sincère.
Quoique le temps fût mauvais, toute la population était venue à sa
rencontre dans les Champs-Élysées. Aussi cette entrée avait-elle l'air
d'un triomphe. Les cris de _Vive le roi!_ sortaient de toutes les
bouches, et une satisfaction véritable animait toutes les figures. On
attendait beaucoup du nouveau roi; en ce moment et pendant longtemps
encore il fut puissant sur l'opinion. On avait du goût pour lui et une
grande disposition à l'aimer. Son premier acte fut populaire, mais il
fut peut-être précipité. Se désarmer complétement de la censure, sans
rien mettre à sa place, fut imprudent, et tout homme de bonne foi
convient aujourd'hui du mal qui en est résulté. L'opinion, à Paris, se
développe quelquefois d'une manière capricieuse, et souvent un petit
nombre d'individus, placés d'une manière déterminée, suffit pour lui
donner une direction fâcheuse et une grande activité.

Les généraux de l'ancienne armée avaient toujours été l'objet de
l'intérêt public. Ils formaient, hélas! les seuls monuments restant de
notre grande époque! Depuis quelques années, objets d'une espèce de
réprobation de la cour, il y avait eu autant d'injustice envers eux que
d'oubli d'une bonne politique; ils crurent à une réparation à
l'apparition du nouveau roi. Ils ne demandaient qu'à le servir. Il les
accueillit avec cette bienveillance aimable qui caractérisait toutes ses
actions; mais, au lieu de voir leurs espérances réalisées, leur sort fut
encore pire, et une circonstance particulière sembla ajouter à la
rigueur des procédés du pouvoir envers eux.

Les officiers généraux à demi-solde, dépourvus de chevaux, avaient suivi
le cortége funèbre de Louis XVIII à pied. Charles X leur dit: «Vous avez
accompagné à pied les restes de mon frère; c'est à cheval que désormais
vous serez près de moi.» Que conclure de ces paroles, sinon d'y voir des
promesses d'activité et d'emploi? Peu de jours après, ils étaient mis à
la retraite. La réaction d'opinion qui en résulta ne saurait être
exprimée. Depuis longtemps cet acte inique était préparé dans les
bureaux. Le baron de Damas, ministre de la guerre, dont la carrière
s'était faite dans une bonne armée, et par des services réels[1],
n'avait pas voulu consentir à dépouiller de braves vétérans du prix de
leurs longs travaux et de leurs nombreuses blessures; mais le marquis de
Clermont-Tonnerre, son successeur, militaire de parade et de cour, sorti
des troupes napolitaines et espagnoles, se chargea de l'accomplir. On
supposa, au surplus, que cette mesure violente fut exigée par M. de
Villèle qui, jaloux de l'espèce de popularité que le roi venait
d'acquérir auprès des généraux, voulut montrer, sans retard, qu'en lui
seul résidait véritablement le pouvoir.

     [Note 1: En Russie. (_Note du duc de Raguse_.)]

La cérémonie du sacre eut lieu l'année suivante. Le roi s'étant rendu à
Reims, elle fut exécutée le premier dimanche de juin 1825. Elle présenta
une circonstance unique dans l'histoire. Il y avait juste cinquante ans
qu'elle avait eu lieu pour Louis XVI, frère de Charles X, et également
juste cent ans que leur grand-père commun, Louis XV, en avait été
l'objet. Quelquefois les générations se pressent tellement, comme sous
Louis XIV, qu'un espace de temps fort petit en renferme toute une suite.
Quelquefois elles s'allongent et semblent embrasser les temps.

La cérémonie fut belle et imposante. On en a vu les détails partout, et
je n'entreprendrai pas de les donner. Elle répondit à l'idée que je m'en
étais faite par sa pompe et par sa majesté. Une chose singulière est
l'aberration de certaines gens qui, en voyant de pareilles cérémonies,
n'en comprennent pas l'esprit et ne savent pas se rendre compte de la
pensée qui préside au spectacle qui se passe sous leurs yeux. Je vais en
citer un exemple donné par un personnage qui semblait, par sa position
sociale, devoir ne pas manquer d'intelligence. Le maréchal Moncey fut
choisi, comme doyen des maréchaux, pour représenter le connétable au
sacre. Sa fonction est de se tenir près du roi, avec l'épée nue, image
de la puissance militaire dont le roi est assisté et qui dépend de lui.
Eh bien, ce pauvre maréchal, ancien premier inspecteur de la
gendarmerie, pénétré sans doute de la pensée que rien n'était plus beau
que cette dernière espèce de fonctions, eut une tout autre idée. Il me
dit: «C'est l'image des dangers dont les anciens rois étaient autrefois
environnés au milieu des grands vassaux de leur couronne; le connétable
était chargé de les surveiller et de les contenir.» Et, en disant ces
paroles, il tournait la tête à droite et à gauche, en regardant comme un
factionnaire chargé d'une consigne; il se trouvait, à ses yeux, être
redevenu le chef de la gendarmerie.

Le lendemain du jour du sacre, le roi fut reçu grand maître de l'ordre
du Saint-Esprit, cérémonie d'une grande beauté. Nous fûmes ensuite reçus
chevaliers. Le troisième jour, le roi passa la revue de troupes peu
nombreuses, rassemblées dans un camp à quelque distance, il accorda
diverses récompenses, et nous obtînmes enfin qu'il les donnerait de sa
main, chose à laquelle il avait répugné jusque-là, et qu'il n'a pas
répétée depuis, moyen bien simple cependant d'en doubler le prix. Il
tint chapitre du Saint-Esprit, et une promotion eut lieu. Elle comprit
les maréchaux qui n'étaient pas décorés de cet ordre, à l'exception de
deux, le maréchal Gouvion-Saint-Cyr et le maréchal Molitor.

Le retour du roi à Paris et son entrée n'eurent pas à beaucoup près le
même éclat que celle de l'année précédente. L'opinion changeait déjà
d'une manière fâcheuse. Cependant jamais plus de liberté n'avait protégé
les citoyens. Le commerce florissait; les manufactures avaient doublé
leurs produits, et la consommation, résultat du bien-être général,
s'était élevée à leur hauteur. Les terrains, à Paris et dans les grandes
villes, avaient acquis un prix si élevé, que de grandes fortunes furent
la conséquence de la possession de quelques arpents de terre. On
construisit en un moment plus de sept mille maisons à Paris, non pas
destinées à une population nouvelle, mais à pourvoir aux besoins
nouveaux, produits par une augmentation de bien-être et de richesses
générale. Malgré cet état prospère dont la postérité ne pourra jamais se
figurer l'étendue, prospérité qui avait pour base le gouvernement le
plus légal, l'administration la plus régulière, une grande abondance de
capitaux, le bas prix de l'argent, enfin un mouvement, une activité
éclairée par les lumières Universellement répandues et les exemples d'un
pays voisin, malgré, dis-je, tant de biens réunis et de motifs d'être
heureux, une inquiétude sourde agissait sur les esprits. Une crainte de
l'avenir, une absence de sécurité, que rien ne motivait suffisamment,
était une véritable maladie morale qui affligeait la société.

Il faut le dire, l'action intrigante du clergé français se faisait
sentir partout. Or, si la nation française est religieuse et disposée à
rendre aux prêtres tout ce qu'on leur doit dans les intérêts de la
morale et de la religion, les prêtres lui deviennent antipathiques
aussitôt qu'ils se mêlent des affaires du monde; et cependant, chez
nous, c'est leur manie. On les trouvait, dans la campagne, intolérants
et insubordonnés envers leurs supérieurs, et, à la cour, saisissant
toutes les occasions d'intervenir dans les plus hautes questions
politiques. Quels que fussent les écarts de leur conduite, ils étaient
toujours assurés de l'impunité. Un mandement de l'archevêque de Rouen,
grand aumônier, le cardinal de Croï, brave homme, mais instrument passif
des intrigants dont il était entouré, mit tout en émoi. Dans cette
extravagante publication, il s'emparait de l'ordre civil et bouleversait
toutes les lois qui régissent le royaume. Il n'en résulta cependant rien
de fâcheux pour lui. Le prince de Metternich, alors à Paris, me dit à
cette occasion ces propres paroles: «À Vienne, le grand aumônier, pour
un fait semblable, aurait perdu sa charge et aurait été relégué dans un
séminaire.» Mais le cardinal de Croï n'eut pas même une expression de
mécontentement de la part du roi.

Cette action du clergé, si funeste, se faisait sentir partout et jusque
dans l'armée. Les aumôniers des corps avaient reçu un rang trop élevé,
qui humiliait les officiers. Ils faisaient des rapports réguliers au
grand aumônier. Ils envoyaient des notes sur la conduite des officiers,
et c'était souvent d'après ces notes que le ministre de la guerre
faisait les nominations. Plus d'une fois le travail du grand aumônier
l'a emporté sur celui des inspecteurs. On se demande dans quel pays un
système semblable aurait pu réussir.

L'immense prospérité du pays, le bon état de ses finances, permirent au
roi d'entreprendre l'exécution d'un grand acte de justice et de
proposer la loi sur l'indemnité aux émigrés. Malgré les efforts du parti
révolutionnaire pour la discréditer, elle était populaire, tant il est
naturel aux hommes d'aimer la justice quand leurs passions et leurs
intérêts ne s'y opposent pas. Indépendamment d'un grand acte d'équité
consacré, cette loi était politique; car c'est en réparant les désastres
et cicatrisant les plaies qu'on ferme le gouffre des révolutions. Elle
était encore une loi de finance et d'administration, puisqu'elle rendait
à une classe de propriétés une valeur dont l'opinion l'avait privée.
C'était enfin une disposition sage, humaine et louable de toute manière.
M. de Villèle l'exécuta avec un grand succès. Ce genre d'ouvrage était
particulièrement propre à la nature de son talent. Financier profond,
administrateur habile, il sut aussi bien concevoir son plan que le
défendre et l'exécuter, et il reçut une approbation universelle. Chose
remarquable! ceux qui ont le plus profité de son système et dont la
fortune a été réparée par ses soins ont le plus contribué à sa chute, et
en réalité l'ont renversé.

L'année 1825 était presque écoulée, lorsqu'on apprit la nouvelle de la
mort de l'empereur Alexandre, immense événement, vu la manière dont
l'Europe était accoutumée à plier sous ses volontés. Il se servait de la
magie d'une puissance morale, fondée sur ses nombreuses armées,
toujours prêtes à entrer en campagne, organisées en divisions, corps
d'armée, et munies de toutes choses comme si elles devaient combattre le
lendemain; du prestige qui accompagne nécessairement des États si
étendus et composés de la septième partie de la surface des continents
du globe, États invulnérables, ou au moins indestructibles, à cause de
leur position. Menacer souvent, frapper rarement, mais à coup sûr, d'une
manière qui fasse impression et laisse des souvenirs, voilà la politique
qui convient à la Russie et que l'empereur Alexandre a suivie pendant
les dernières années de son règne. Pendant les dix ans qu'Alexandre a
vécu depuis la seconde Restauration, il a gouverné le monde et fixé les
destinées de tous les peuples de l'Europe, sans engager un seul homme et
par la seule puissance de son nom.

L'état dans lequel il laissait la Russie, l'incertitude de la
succession, ajoutaient à l'importance du moment. Le testament
d'Alexandre donnait la couronne à Nicolas, le second de ses frères. Les
droits établis par la pragmatique de Paul investissaient au contraire
Constantin de cet immense héritage. Nicolas refusa d'abord. Il s'en tint
à la loi la plus ancienne et la plus reconnue. Il fit même prêter
serment à Constantin, qui résidait à Varsovie. Constantin se souvint
des promesses qu'il avait faites à Alexandre, de la haine que les écarts
de sa jeunesse avaient fait naître dans beaucoup d'esprits, et il
refusa. Dans ce combat de loyauté et de désintéressement entre les deux
frères, combat sans exemple dans l'histoire, Nicolas fut vaincu; il fut
obligé de se charger du fardeau. Les circonstances de son arrivée au
trône sont si remarquables et si dramatiques, qu'elles méritent d'être
racontées en détail. Nicolas, si jeune et si étranger jusque-là aux
affaires, déploya sur-le-champ le plus grand caractère et cette
puissance morale, ce courage dont l'âme et le for intérieur sont les
principaux éléments.

Le séjour des troupes russes en France avait porté ses fruits. Des idées
de réformes, de changements à opérer en Russie, remplissaient les têtes
d'un grand nombre d'officiers. L'empereur Alexandre, dont la vie se
composa de diverses phases sous le rapport politique, fut d'abord,
pendant un certain nombre d'années, ennemi acharné de Napoléon, puis,
pendant une autre époque, son admirateur passionné. Ensuite il devint
libéral fanatique. Enfin, plus tard, il se livra à la mysticité, et
revint aux idées de pouvoir absolu et de gouvernement despotique. Quand
il était dans la phase libérale, il avait encouragé toutes les idées
nouvelles et favorisé leur développement. Aussi divers projets
d'amélioration lui furent-ils soumis. Son changement déconcerta ses
anciens amis, et ils s'occupèrent à s'affranchir par eux-mêmes. Une
conspiration, dont les ramifications étaient fort étendues, fut ourdie.
Elle avait pris naissance dans la garde et avait pénétré dans presque
tous les corps de l'armée; mais, quand les projets furent connus, on put
voir quelles têtes folles les avaient conçus. Les idées les plus
extravagantes, les plus inexécutables, accompagnées des mesures les plus
atroces, avaient été adoptées.

La conspiration était au moment d'éclater quand l'empereur Alexandre
mourut. Ce changement de règne, quand l'incertitude de la succession
affaiblissait le pouvoir, était très-favorable aux conspirateurs. Je
l'ai déjà dit, Nicolas, malgré le testament d'Alexandre, qui lui donnait
l'empire, s'était empressé de faire prêter serment à Constantin.
L'officier envoyé à celui-ci pour le lui annoncer fut mal reçu et
réexpédié avec un refus formel. De retour, et ayant donné le titre de
_Majesté_ à Nicolas, il fut réprimandé. Spectacle singulier que cette
lutte, cette horreur du trône et cette colère, témoignée alternativement
au porteur d'une si grande nouvelle, ordinairement si bien accueilli et
si bien récompensé! Il n'en avait pas été ainsi à l'avènement de Paul,
qui donna le cordon bleu au comte Soubow, pour prix de la nouvelle de
la mort de sa mère, qu'il lui avait annoncée. La résistance était
sincère de part et d'autre, et les deux frères, en s'exprimant ainsi,
montrèrent le fond de leur coeur et s'honorèrent beaucoup; mais, lorsque
le refus opiniâtre de Constantin eut décidé Nicolas à prendre la
couronne, les conspirateurs saisirent avidement la circonstance, encore
obscure aux yeux du peuple, pour égarer l'opinion publique. Ils dirent
que Nicolas, usurpateur, profitait de l'absence de son frère pour
s'emparer d'un bien qui n'était pas à lui, comme si la conduite tenue
d'abord ne répondait pas d'avance à cette odieuse et injuste accusation.

Le 26 décembre la garde impériale ayant reçu l'ordre de prendre les
armes pour prêter serment au nouveau souverain, l'insurrection soufflée
par les conspirateurs éclata. Les premières troupes qui se présentèrent
sur la place étaient des révoltés. Nicolas, au premier bruit, sortit du
palais d'hiver, où à peine étaient trois cents hommes de garde, et se
porta sur la place, accompagné de quelques officiers. Là, seul et sans
défense, il ne pouvait connaître encore quelles troupes lui seraient
fidèles et jusqu'où irait l'insurrection. Un bataillon du régiment de
Moscou, commandé par le major Paskoff, après s'être présenté à la
forteresse, dont on lui avait refusé l'entrée, revenait sur ses pas.
L'empereur va à lui, et, à son apparition, les soldats crient: _Vive
Constantin!_ L'empereur, sans montrer la moindre crainte, et avec ce
calme imposant qui, dans le danger, agit si puissamment sur la
multitude, leur dit: «Ah! vous êtes de ces gens-là! Eh bien, votre place
n'est pas ici, elle est près du Sénat!» Et, prenant le ton du
commandement, il ajouta: «Par le flanc droit, marche!» Et le bataillon
continua sa route et s'éloigna.

Ce courage d'un ordre supérieur sauva Nicolas. S'il eût montré la plus
légère crainte, placé ainsi au milieu des révoltés, il eût été perdu. Un
moment plus tard, un autre régiment paraît: c'est celui d'Ismailowsky,
dont Nicolas, comme grand-duc, a été propriétaire. L'empereur s'avance
vers lui, et, trouvant les soldats mornes et silencieux, il leur dit:
«Mes amis, nous avions reconnu Constantin pour empereur; il a refusé la
couronne. Après lui elle me revient, et j'ai dû la prendre.» Même
silence; aucun des hourras d'usage ne se fait entendre. «Eh bien, il me
semble que vous êtes mal disposés pour moi; je veux voir jusqu'où ira
votre mécontentement.» Alors il ordonne de charger les armes et ajoute:
«Maintenant, que me répondez-vous?» Ce témoignage de confiance pénètre
les soldats, les remplit d'admiration; ils crient et répètent: «Vive
Nicolas!» Quelle inspiration sublime! Il y a courage, générosité et
profonde connaissance des hommes, surtout des gens de guerre, toujours
séduits par ce qui est magnanime.

Mais les heures s'écoulent, et, du côté du palais, les troupes fidèles
se rassemblent, tandis que les révoltés et les factieux se réunissent
sur la place du Sénat. Ainsi ils sont en vue les uns des autres, et une
assez courte distance les sépare. Le chef de l'entreprise, le prince
Trubezkoï, manque de coeur et ne paraît pas à la tête des mécontents.
Ceux-ci, sans direction, n'entreprennent rien. Nicolas leur envoie des
officiers pour les rappeler à leur devoir, mais ces officiers sont du
nombre des conspirateurs. Au lieu de remplir la mission qu'il leur a
donnée, ils exhortent les révoltés à persévérer, tandis qu'au retour ils
annoncent à l'empereur une prochaine soumission. Le but de ces officiers
traîtres était de gagner du temps, d'empêcher Nicolas d'employer des
mesures de rigueur, et d'arriver ainsi, sans combat, à la fin du jour.
Alors, avec les éternelles nuits de Saint-Pétersbourg dans cette saison,
ils avaient de la marge devant eux pour se concerter et donner plus
d'ensemble et d'énergie à la révolte.

Après des pourparlers inutiles pendant plusieurs heures, l'empereur,
sentant les dangers d'un plus long délai, se décide à agir. Une
batterie de six pièces de canon est avancée et placée à une demi-portée
de mitraille des révoltés. Ceux-ci, sans chef, attendent stupidement le
feu qui va commencer; ils ne font ni un mouvement en avant ni un
mouvement en arrière. Trois salves en tuent bon nombre et dispersent le
reste, qui fuit dans la direction du quai Anglais. La cavalerie est
lancée à leur poursuite pour achever de les détruire ou pour les faire
prisonniers.

Nicolas, jeune encore, tout nouveau au pouvoir, et dans une circonstance
si grave, qui présentait à l'esprit des conséquences si confuses et si
menaçantes, se trouva tout à coup à la hauteur de sa destinée. Il montra
une grande force d'âme, une grande modération et sut se résoudre à
employer les moyens de rigueur nécessaires et à répandre le sang au
moment où une fausse pitié aurait entraîné après elle de grands
malheurs. Le mélange de ses diverses qualités mises en action lui a
conservé le trône et a préservé la Russie de l'anarchie et d'une
horrible révolution. L'impératrice-mère, femme d'un grand caractère, et
qui avait présidé à l'éducation de Nicolas, dit, le soir de ce jour
célèbre, ces paroles mémorables: «Mon fils est sorti du palais jeune
adolescent: il y est rentré homme fait et monarque éprouvé.»

L'avènement de Nicolas au trône de Russie motiva l'envoi, de la part de
toutes les puissances, de personnes chargées de le complimenter. Plus
tard, il nécessita la nomination d'ambassadeurs extraordinaires pour
assister à son couronnement. Diverses personnes furent désignées pour la
France. Il fallait, de toute nécessité, un militaire dont le nom fût
connu et qui rappelât notre grande époque. En Russie, tout a le
caractère militaire; tout se résout, fêtes, cérémonies, etc., etc., en
parades et en exercices militaires. Un ambassadeur de l'ordre civil
serait étranger à tout. Il aurait moins de moyens qu'un autre de voir
l'empereur, de l'approcher et d'entrer dans une sorte d'intimité avec
lui. Il fallait, en outre, un homme du monde, ayant le goût et
l'habitude de la société. Le roi pensa que je remplissais la double
condition, et je fus choisi. J'en éprouvai une grande satisfaction.
Cette mission me remettait en évidence après tant d'années d'obscurité;
elle me donnait l'occasion de voir un pays que je ne connaissais pas, de
contempler de près et d'étudier cette puissance russe qu'un siècle a
rendue si redoutable, et qui, chaque jour, acquiert plus de force et
exerce plus d'action sur les destinées de l'Europe; enfin de voir le
commencement d'un règne où le souverain, si jeune encore et si nouveau
aux affaires, avait développé un si grand caractère et montré un si
grand courage. Cette mission était un agréable épisode dans ma vie. Elle
m'a fait passer cinq mois d'une manière brillante; elle m'a laissé
d'agréables souvenirs, mais elle a eu une influence fâcheuse sur mes
affaires de fortune; car mes entreprises si vastes, privées de ma
surveillance pendant un si long temps, ont d'abord périclité et sont
tombées ensuite dans un désordre qui a entraîné ma ruine.

Ce fut à la fin de février 1826 que le roi se décida à me nommer
ambassadeur extraordinaire en Russie. Je fis mes préparatifs pour le
représenter dignement. Des fonds considérables furent mis à ma
disposition. Tout ce qu'il y avait de distingué, parmi la jeunesse de
Paris, sollicita la faveur de m'accompagner. Quinze gentilshommes
d'ambassade me furent donnés, et parmi eux il y avait trois officiers
généraux[2]. Jamais ambassade ne fut organisée avec plus de choix et
même plus d'éclat. Tout étant disposé pour cette brillante mission, je
me mis en route. Je quittai Paris, le 19 avril, pour me rendre d'abord à
Berlin et ensuite à Pétersbourg.

     [Note 2: Liste des gentilshommes d'ambassade qui use
     furent donnés pour m'accompagner: Le vicomte de Talon, le
     comte de Damrémont, le vicomte de Broglie, maréchaux de camp;
     le comte de Caraman, le marquis de Castries, le marquis de
     Podenas, colonels; le comte Alfred de Damas, le vicomte
     Emmanuel de Brézé, le comte de Biron, le comte de Maillé, le
     vicomte de la Ferronays, le comte de Villefranche, le comte
     de Vogüé, le comte de Croï; et j'avais pour secrétaire un
     poëte illustre, M. Ancelot.
                                (_Note du duc de Raguse_.)]

Je rencontrai, le 22, sur la grande route le duc de Wellington, revenant
de Saint-Pétersbourg. Nous nous arrêtâmes et nous causâmes quelques
moments. Ces espèces de liaisons, formées entre généraux qui ont
combattu les uns contre les autres, sont dignes de remarque et d'un
intérêt particulier; car l'estime réciproque, résultant du souvenir des
actions passées, en fait la base, et à ce titre j'ai dû être flatté des
sentiments que le duc de Wellington n'a jamais négligé l'occasion de me
témoigner.

J'arrivai, le 25 avril, de bonne heure à Weimar. Je fus à la cour où je
passai la soirée, et vis le grand-duc et toute sa famille.

Cette petite cour, renommée par sa politesse, ne manque pas de
magnificence. Son étiquette ne trahit nullement l'intention de jouer le
grand souverain; bon calcul de la part de ces princes secondaires que
d'en agir ainsi. Quand il en est autrement, il en résulte souvent
beaucoup de ridicule. Lorsque, au contraire, leur existence simple les
rend accessibles à tous leurs sujets et les éloigne d'une représentation
prétentieuse, ils ont à la fois tous les avantages de leur situation
élevée et tous les charmes de la vie privée. Cette manière d'exister
convient d'autant plus à la cour de Weimar, que, remplie de gens de
mérite, l'amour des lettres, des sciences et des arts y est répandu
généralement. Le grand-duc avait appelé près de lui beaucoup de gens
distingués, et entre autres le célèbre Goethe, qui y a passé une grande
partie de sa vie. La grande-duchesse était une femme d'un mérite reconnu
et d'une grande autorité. Elle sauva, par sa conduite prudente et
courageuse, ses États après Iéna. Elle ne s'effaroucha pas des désordres
de la guerre. Elle attendit chez elle Napoléon, dont elle fit la
conquête par son esprit et par sa raison. Je fis ma cour à la
grande-duchesse Marie, épouse du prince héréditaire et soeur de
l'empereur de Russie. Elle me toucha profondément par la douleur dont
elle était pénétrée par la mort de l'empereur Alexandre. Au nombre de
ses enfants se trouvaient alors deux princesses charmantes, d'une rare
beauté et pleines d'attraits. Elles ont toutes les deux épousé deux
princes de Prusse, gens très-aimables et très-distingués, les princes
Charles et Guillaume.

Je retrouvai à la cour de Weimar le maréchal bavarois prince de Wrede,
qui revenait d'une mission à Pétersbourg. Compagnon de nos travaux, je
l'avais connu pondant nos campagnes, et je renouvelai connaissance avec
lui. Sa vue me fit faire cette réflexion, que les armées des puissances
du second ordre ont le singulier privilége d'être toujours victorieuses.
Elles entrent nécessairement dans un système politique, et s'attachent à
une grande puissance. Tant que la fortune couronne les efforts de
celle-ci, elles restent dans la même alliance; mais, dès que la chance
tourne, elles l'abandonnent pour en contracter une contraire, de manière
que le vaincu voit, après des revers, ses forces diminuées et celles de
son adversaire augmentées, ce qui assure à la nouvelle alliance une
série de victoires. Aussi les généraux qui les commandent ont-ils des
souvenirs communs avec tous les chefs des armées de l'Europe. De Wrede
se trouvait être mon camarade d'Austerlitz, de Wagram, etc.; et, s'il se
fût trouvé dans le même salon que Blücher, Schwarzenberg ou Sacken, il
aurait pu s'entretenir et se féliciter avec eux des combats livrés en
commun en 1813 et 1814.

Je partis, le lendemain, pour continuer ma route, et, le 25, j'arrivai à
Berlin. Je fus sur-le-champ présenté au roi et à la famille royale. Je
restai huit jours dans cette résidence pour voir tout ce que ce pays
présente de curieux ou de remarquable. Berlin donne comme un avant-goût
de Pétersbourg et de la Russie. Tout y a le caractère et la physionomie
militaire; mais l'ordre y règne plus qu'en Russie. En Prusse
l'administration est probe autant qu'éclairée, le système qui y est
adopté et strictement suivi quadruple les ressources et les moyens du
gouvernement.

En Prusse, le roi est, avant tout, le chef de l'armée. Son attitude, ses
moeurs, ses occupations, sont en harmonie avec ce titre et cette
fonction. Il entre dans le plus petit détail de ce qui concerne ses
troupes. Ses fils, ses frères, ses cousins sont autant de généraux
effectifs et d'inspecteurs qui remplissent avec zèle les devoirs qui
leur sont imposés. Le roi reçoit les rapports journaliers, comme un
généralissime. Il est accessible à tous les officiers qui veulent lui
parler. Loin d'adopter les moeurs du Midi qui isolent les souverains,
qui en font des individus à part et les rendent étrangers à tout ce qui
se passe, il donne fréquemment à dîner aux nationaux distingués et aux
étrangers de marque qui s'arrêtent chez lui. J'y fus invité, ainsi que
tous ceux qui m'accompagnaient.

L'étiquette place le roi au centre de la table. À ses côtés sont les
princes et princesses de sa famille suivant leur rang, et, comme la
maison de Prusse est très-nombreuse, elle remplit presque tout le côté
de la table où est le roi. L'étranger auquel le roi veut faire honneur
est sur le côté parallèle du sien et en face de lui. De cette manière il
peut lui adresser la parole et causer avec lui, la table étant peu
large. La princesse de Liegnitz, femme du roi, est une agréable
personne; mais, quoique reconnue, son existence équivoque, à moins qu'un
sentiment très-vif pour son mari ne remplisse son coeur, rend sa vie peu
digne d'envie. Elle n'a des grandeurs que les inconvénients, sans en
avoir les avantages.

Le roi fit exécuter devant moi de grandes manoeuvres par la garnison de
Berlin. Il y avait quatorze bataillons, vingt-deux escadrons, et une
artillerie proportionnée. Les mouvements furent faits avec une précision
et une rapidité extrêmement remarquables. Ce qui rendit à mes yeux ces
manoeuvres étonnantes, c'est que le tiers des soldats placés dans les
rangs se composait de recrues ayant rejoint leur régiment à la fin de
l'année précédente. En quatre mois ils avaient été dressés, instruits et
mis à l'école de bataillon. Les manoeuvres prussiennes, il est vrai,
sont aujourd'hui les plus simples de l'Europe. Autrefois tout était
fantasmagorie dans cette armée, tout y était compliqué. Après les revers
de 1806, on a abandonné ce système de charlatanisme. Des hommes
éclairés, des officiers habiles, après avoir cherché à reconnaître les
véritables besoins de la guerre, ont réduit l'ordonnance prussienne à
ses moindres termes, en supprimant tout ce qui est fait pour la parade
et destiné seulement à parler aux yeux. Ce programme était la
conséquence nécessaire du système militaire qui a été établi et dans
lequel, comme tout le monde le sait, on appelle successivement la
population entière sous les armes, système merveilleusement adapté à la
position faible, dépendante dans laquelle la Prusse était tombée par ses
malheurs.

Après la paix de Tilsitt, la Prusse était descendue au rang de puissance
de second ordre; mais elle avait tous ses souvenirs et toutes ses
passions nationales. Cela seul suffisait pour la rendre encore
redoutable. Napoléon savait bien que l'amour-propre humilié ne pardonne
pas: aussi se tint-il constamment en méfiance contre elle. La première
preuve qu'il en donna fut de limiter la force de l'armée du roi de
Prusse. Mais le gouvernement prussien, voulant de bonne heure préparer
les moyens de son affranchissement quand les circonstances le rendraient
possible, adopta, tout en semblant obéir, un mode de recrutement et de
congé qui préparait dans le silence une armée dont la force serait
immense en peu d'années. Le général Scharenhorst en fut l'auteur. On
borna à trois ans le service des hommes appelés sous les drapeaux. Ainsi
l'armée se renouvelait chaque année par tiers. Les cadres des régiments,
ainsi consacrés à instruire, devinrent une école pour la nation
entière. Napoléon ne s'aperçut pas de l'intention, tandis que les
Prussiens, qui devinèrent sur-le-champ le but de ce système, le reçurent
avec enthousiasme et y virent l'élément de leur salut. Les officiers et
sous-officiers, transformés tous en instructeurs, rendirent en peu de
temps des recrues animées d'un bon esprit, d'excellents soldats.

Quand, en 1815, la Prusse courut aux armes pour nous combattre, elle put
réunir en un moment deux cent mille vieux soldats sous les drapeaux, et
toute la jeunesse des écoles, pleine de passions généreuses et
patriotiques, vint compléter cette armée et lui donner cette énergie qui
la rendit si redoutable; car l'armée prussienne, à cette époque, nous
combattit avec plus de courage et plus d'acharnement que toutes les
autres.

Ce système, établi sous l'empire des circonstances exceptionnelles que
je viens d'indiquer, a été continué, et il existe encore au moment où
j'écris. Il exige, de la part des officiers et des sous-officiers, des
soins et des travaux presque incroyables, et que ne semblent pas
comporter des temps ordinaires. L'action personnelle du roi, le concours
de tous les princes de sa famille, ont maintenu jusqu'à présent le
mouvement imprimé au début. C'est un prodige qui cependant doit avoir un
terme; car il exige des efforts inouïs et toujours renouvelés de la
part des officiers de l'armée. On conçoit que le sentiment du salut
public donne, pendant un certain temps, un zèle soutenu et que nulle
fatigue n'arrête. Lorsque le but est atteint, on comprend que les
habitudes continuent encore pendant quelque temps; mais il y a un moment
où tout doit rentrer dans un ordre plus en rapport avec tes facultés de
tous. Les officiers et sous-officiers, indépendamment des devoirs du
service journalier, sont assujettis à faire sans relâche le métier
d'instructeur. Ils recommencent chaque année à instruire des hommes qui,
peu après, disparaissent pour être remplacés par d'autres, qu'il faut
instruire encore, et qui doivent, immédiatement après, les quitter à
leur tour; et ainsi constamment: travail décourageant et qui donne
l'idée du supplice des Danaïdes.

On ne saurait, au surplus, trop admirer des troupes que leur excellent
esprit et leur zèle ont maintenues et soutenues dans l'accomplissement
de devoirs aussi pénibles. Aussi ont-elles atteint le but qu'elles
avaient devant elles; car, je le répète, l'instruction est parfaite et
satisfait à tous les besoins de la guerre. La marche est excellente et
facile, les distances et les directions se conservent, les feux sont
vifs et réguliers. Il n'en faut pas tant pour livrer et gagner des
batailles.

Une chose cependant justifie, en Prusse, la permanence du système dont
j'ai démontré l'épouvantable fatigue pour les officiers et
sous-officiers des régiments: c'est la nécessité de former pour la
guerre toute la partie virile de la population. La monarchie prussienne,
dont la configuration est bizarre, n'a point de frontière défensive.
Vulnérable partout, elle peut être attaquée par son milieu et coupée en
deux par un premier succès. Elle doit donc pouvoir se défendre dans
chacune de ses parties. À cet effet, le pays tout entier doit être
considéré comme un camp, et la nation doit pouvoir se transformer en une
armée. Il faut que la population puisse partout se lever et se défendre,
et, pour qu'elle le fasse avec succès, il faut la maintenir organisée,
instruite et placée dans les cadres. Sans cela, elle ne pourrait ni se
mouvoir ni combattre. Dans ce système, et à quelque exception près, les
places ne sont que des lieux de dépôt et d'armement des corps d'armée,
où les approvisionnements de tout genre, faits d'avance, sont en sûreté.

J'allai visiter Postdam. Le roi voulut bien m'en faire voir la garnison.
Cette fois il ne fut plus question de manoeuvres, mais d'une parade avec
toutes les recherches d'une belle tenue. Les troupes étaient magnifiques
et défilaient devant le roi.

Le prince Albert, fils du roi, jeune homme de seize ans, était
lieutenant dans un régiment d'infanterie de la garde. Il défila à la
tête de son peloton: beau spectacle et hommage flatteur rendu au service
militaire, à son importance, à ses droits, et manière puissante de
rehausser la considération dont il doit jouir à tant de titres; enfin,
réponse péremptoire aux prétentions et aux ambitions désordonnées. Nous
sommes loin de là en France! Et il semble que la raison, la partie
pratique des affaires et du gouvernement, soient seulement connues dans
le Nord. Au Midi, tout est caprice et misère. Chez nous, on donnait, il
n'y a pas longtemps, à un enfant en jaquette et ne sachant pas lire, des
aides de camp! Contre-sens misérable et digne de pitié!

Après avoir dîné chez le roi, je parcourus Postdam, Sans-Souci, et vis
ce que le parc renferme de curieux. Tout est plein des souvenirs du
grand Frédéric, dont la mémoire est en vénération. Cinq aigles
françaises, prises en 1813 et 1814, sont déposées sur son tombeau:
hommage le plus digne de la mémoire d'un si grand capitaine.

Je visitai Charlottenbourg. Le château renferme le mausolée élevé à la
reine, ouvrage du célèbre Rauch. La statue de la princesse, couchée avec
grâce, est le morceau de sculpture dont la vue m'a fait le plus de
plaisir. On la dit ressemblante, ce dont je ne puis juger, n'ayant
jamais connu la reine. Mais son attitude est remplie de grâce; la
figure a une expression admirable; la vie et la mort s'y trouvent
réunies; car l'existence vient de finir, et cependant on voit encore des
traces d'un sentiment de douceur et de bienveillance.

Parmi les choses curieuses de Berlin, on doit mettre en première ligne
l'arsenal, beau bâtiment, renfermant de grands approvisionnements
d'artillerie de toute espèce, une immense salle d'armes, remplie de plus
de cent mille fusils. Le prince Auguste de Prusse, chef de toute
l'artillerie prussienne, m'en fit les honneurs.

À peine entré dans la salle, je fus frappé des trophées qui la
décoraient. Une immense quantité de drapeaux français s'y trouvait. Mon
premier mouvement fut de regretter d'être venu dans cette enceinte;
mais, une fois là, il fallait faire, contre mauvaise fortune, bon coeur.
Le nombre des drapeaux surtout me paraissait incroyable; mais ce nombre
lui-même servit à m'éclairer sur leur peu de valeur, et le peu de gloire
qui résultait de leur possession. Ces drapeaux avaient appartenu aux
régiments français, avant le moment où les aigles, contre lesquelles ils
avaient été échangés, leur eussent été données. Ainsi ils avaient été
trouvés dans un magasin, lors de l'occupation de Paris. Bien plus, dans
le nombre, se trouvaient des drapeaux de gardes nationales de village,
et jusqu'à un drapeau rouge destiné, d'après la loi de l'Assemblée
constituante, à être arboré lors des émeutes et de la proclamation de la
loi martiale. Tous ces drapeaux, ramassés partout et présentés avec
orgueil aux yeux des ignorants, n'attestaient pas autre chose que
l'entrée, en France et à Paris, des armées étrangères, ce dont tout le
monde est informé.

En général, il y a de l'esprit gascon chez les Prussiens, et beaucoup de
forfanterie. On vise à l'effet par des apparences. Les maisons semblent
des palais, et l'intérieur dément cette prétention. On peut appliquer au
gouvernement comme aux particuliers cette expression vulgaire de
«tapisser sur la rue;» mais, en reconnaissant cette vérité
incontestable, on ne peut s'empêcher de voir aussi à quel point la
raison, une sage économie, un admirable système d'administration et de
gouvernement distinguent ce royaume. Une vigilance dont rien ne peut
donner l'idée est le cachet de tout ce qui se fait en Prusse. Le
sentiment des bienfaits de cette administration et de sa justice est
sans doute bien profond et bien intime, puisqu'il a suffi à satisfaire
ce peuple après les promesses, restées sans effet, d'institutions qui
lui ont été prodiguées en 1815, dans le but de développer le mouvement
énergique d'alors. Tous les souvenirs et toute l'influence morale de la
France ont disparu devant le bien-être actuel. Personne ne pense plus à
des choses superflues, parce qu'on est en jouissance des meilleurs
résultats possibles; et peut-être aussi les secousses et les nouveaux
malheurs dont la France a été le théâtre ont-ils éclairé les peuples sur
leurs véritables intérêts. Souverains du monde, gouvernez bien, avec
fermeté, justice, raison, et vous n'aurez pas de révolutions.

Je me mis en route, le 3 mai, pour continuer mon voyage. Le pays que je
traversai est loin d'être beau. Des sables, presque toujours des sables,
et la tristesse que donne à la nature un soleil pâle et l'absence de
chaleur. La grande route, chaussée faite avec empierrement, était au
moment de son achèvement. Ce beau, grand et utile travail mettra en
communication avec le midi et l'occident de l'Europe ces peuples
éloignés et les rapprochera ainsi des foyers de la civilisation. La
campagne est couverte de blocs de granit erratiques, arrondis par les
frottements, et amenés là des Karpathes ou de la Suède par les
révolutions du globe. On brise ces blocs, seuls bons matériaux à portée,
et leurs débris servent à former l'empierrement de la route. Je
m'arrêtai à Mittau, où j'allai visiter le château, refuge de la famille
royale de France pendant plusieurs années. À combien d'autres
pèlerinages, plus pénibles encore, cette malheureuse famille
n'était-elle pas condamnée!

Je m'arrêtai un jour à Riga. J'y trouvai, comme gouverneur, un officier,
Italien de naissance, autrefois placé dans nos rangs, le général
Paolucci, homme d'esprit, et qui avait fait en Russie une fortune rapide
et extraordinaire. Il avait commandé dans cette place, sur cette
frontière, pendant la campagne de 1812, devant le maréchal Macdonald.
Cette place de Riga, peu de chose comme place de guerre et d'une force
très-médiocre, est importante comme débouché du commerce de la Russie
dans la Baltique. Il s'exporte, par la Dwina et le port de Riga, une
énorme quantité de produits. Enfin, j'arrivai à Saint-Pétersbourg, le
samedi 13 mai, 1er mai du calendrier russe, jour de joie et de plaisir,
où l'on célèbre la renaissance de la nature.

En approchant de Saint-Pétersbourg, on traverse une espèce de désert, un
vaste espace de terres incultes, de marécages et de plaines sans
habitants. Cet état de choses est loin d'annoncer le voisinage d'une
capitale. À commencer de Strella, on trouve, faisant face à la Newa, une
multitude de jolies maisons de campagne de petites dimensions, mais
propres, ornées et élégantes. Ces habitations sont la conséquence du
luxe et du bien-être de la classe riche et élevée; mais elles n'ont
point de rapport avec la population proprement dite, avec la masse des
habitants.

Arrivé à Saint-Pétersbourg, on trouve une ville de la plus grande
beauté, bâtie sur un plan régulier, avec des rues droites et larges.
Mais cette ville, bâtie par la volonté toute-puissante d'un homme, est
l'expression d'une pensée, mais non celle des besoins du pays. Or cette
dernière condition seule caractérise une capitale. Le temps, les
intérêts, les habitudes, la créent. Elle se fait par la seule puissance
des siècles, et non autrement. D'après cela, Saint-Pétersbourg n'est
qu'une résidence, une ville de commerce, mais non une capitale. Au
surplus Pierre le Grand n'a jamais eu la pensée d'y faire son séjour
habituel, et la preuve, c'est qu'il n'y a bâti, pour son usage, que de
chétives maisons. Les palais ont été construits par ses successeurs. Des
souverains, mal assis sur le trône, étrangers à la nation, ont dû
adopter le système de gouverner de loin. Entourés d'une garde fidèle et
nombreuse, séparés de populations qui pouvaient se mutiner et de grands
seigneurs redoutables, ils étaient comme dans une forteresse
inattaquable, entourée de déserts. Les ukases arrivaient avec le
prestige causé par l'éloignement et une espèce de mystère. Les
souverains de Russie, ainsi invisibles à leurs sujets, apparaissaient à
leurs peuples comme le destin et les interprètes des arrêts du ciel.

À mon arrivée, l'empereur Nicolas me fit complimenter par un de ses
aides de camp. Peu de jours après, j'eus mes audiences avec le
cérémonial accoutumé. L'empereur me reçut au palais de l'Ermitage.

Il m'est impossible de rendre ma sensation à la vue de ce jeune
souverain rempli de grâce et de majesté. Rien de plus imposant que sa
personne, rien de plus simple que ses manières. Il y a dans son regard
et dans son maintien une autorité impossible à dépeindre. Quand il est
hors de son cabinet, avec son chapeau sur la tête, personne, je pense,
n'éprouve la tentation de se trouver sur son chemin. C'est à lui que
l'on peut faire l'application de ces vers célèbres:

          «Quel qu'eût été le rang où le sort l'eût fait naître,
          Le monde, en le voyant, eût reconnu son maître.»

Mais dans le tête-à-tête sa politesse est exquise. Ses manières
affables, sa haute raison, provoquent la discussion, et l'on croit
presque, au bout de peu de moments, être avec son égal. Il me reçut
seul, et je fus dispensé de prononcer un discours public et solennel,
comme cela se fait en France. Il m'exprima sa satisfaction de me voir et
de faire la connaissance personnelle d'un général dont il avait souvent
entendu parler. Après avoir causé pendant une demi-heure de la France et
de la famille royale, de Napoléon et des guerres passées, il sortit, et
je lui présentai les quinze officiers qui m'accompagnaient, en qualité
de gentilshommes d'ambassade ou d'aides de camp.

Le lendemain je fus présenté à l'impératrice, au palais d'Aniskoff.
Cette princesse charmante, belle, aimable et séduisante, aurait des
succès aussi assurés dans la vie privée que sur le trône. Enfin, le
grand-duc Michel, frère de l'empereur, me reçut, et là se termineront,
pour le moment, mes présentations. Les deux impératrices Marie et
Élisabeth, ainsi que la grande-duchesse Hélène, se trouvaient alors dans
le midi de l'empire.

Peu après mon arrivée à Saint-Pétersbourg, on reçut la nouvelle de la
mort de l'impératrice Élisabeth. Cette princesse, tombée malade après la
mort d'Alexandre, avait fini par succomber à sa douleur. L impératrice,
sa belle-mère, partie pour aller la soigner, n'arriva pas à temps pour
lui fermer les yeux. Toute la famille impériale éprouva une grande
douleur de cette perte. Cet événement retarda le couronnement, me donna
l'occasion de voir la cérémonie funèbre qui en fut la conséquence, et me
fit prolonger mon séjour à Saint-Pétersbourg. Ainsi j'eus le temps et
l'occasion de voir en détail tout ce que cette ville et les environs
renferment de curieux, de voir fréquemment l'empereur à la parade et
d'assister aux manoeuvres de Zarskoïe-Sélo, où une partie de la garde
était réunie et campée.

La vue imposante de Saint-Pétersbourg, la connaissance des immenses
travaux de son fondateur, de ses entreprises si vastes et si variées,
n'ont pas ajouté à mon admiration pour Pierre le Grand. L'activité de ce
prince était prodigieuse, la force de sa volonté immense; mais son génie
était éminemment imitateur. Il a trop servilement calqué ses projets sur
ce qu'il avait vu ailleurs. Il a fait souvent de fausses applications.
Saint-Pétersbourg en est un des plus évidents exemples.

Une pensée-mère à ses veux était d'avoir un grand établissement
maritime, afin de mettre sa nation en communication prompte et facile
avec l'Europe. C'était certainement une pensée belle et féconde. Il
choisit d'abord les bords de la mer d'Azoff, dans ce but; les revers
éprouvés dans la guerre contre les Turcs, les cessions qui en furent la
suite, et que le traité du Pruth consacra, ayant mis obstacle à ses
projets, il prit l'extrémité opposée de son empire, circonstance d'un
grand bonheur pour lui, car il n'aurait tiré aucun parti dans le but
proposé d'un établissement dont l'action ne pouvait se faire sentir
d'une manière libre et efficace que sur les bords de la mer Noire,
habités par des peuples plus barbares encore que les siens. Les
Dardanelles et le Bosphore étant au pouvoir des Turcs, les rapports avec
l'Italie et la France devaient toujours être incertains et douteux. En
s'établissant sur la Baltique, il se trouva tout de suite en contact
avec toute l'Europe civilisée.

Une fois l'idée de placer sa ville de commerce sur le bord de la
Baltique arrêtée, le choix de l'embouchure de la Néva était bon. La
difficulté de la navigation du lac de Ladoga, suppléée par un canal
parallèle, travail d'une facile exécution, assura la communication par
eau avec l'intérieur de l'empire. Les circonstances naturelles du sol de
cet immense empire sont telles, d'ailleurs, qu'aucun obstacle ne
s'oppose à ce qu'on lie, par des canaux, les différentes rivières qui le
traversent. Ces rivières sont presque toutes navigables. Aussi,
aujourd'hui, la navigation intérieure existe-t-elle du Midi au Nord dans
toute son étendue, et Saint-Pétersbourg est devenu le lieu le plus
important de l'exportation des produits de l'empire. Cette exportation,
dont je donnerai plus bas l'indication, est immense. Elle est telle,
qu'elle semble au-dessus de toute vraisemblance.

Mais Pierre Ier a-t-il choisi à l'embouchure de la Néva le point le plus
convenable pour y fonder une ville? Il est possible de le révoquer en
doute. On ne peut même l'excuser de l'avoir placée de manière à rendre
son existence toujours incertaine et périlleuse à cause des
circonstances qui reviennent à des époques plus ou moins éloignées, mais
toujours constamment. Ces circonstances sont maintenant parfaitement
connues et constatées. D'abord ce sont des vents d'ouest violents qui
portent les eaux de la Baltique dans le golfe de Finlande et en élèvent
le niveau. Ce sont ensuite les vents du nord qui, leur succédant
immédiatement, refoulent les eaux du golfe de Bothnie et les accumulent
tellement à l'embouchure de la Néva, que la mer envahit le lit du fleuve
et s'élève à Saint-Pétersbourg à une hauteur telle, que la ville est au
moment de périr, et périrait infailliblement, si cette disposition des
vents durait deux jours après le moment où la crue se fait sentir et où
les quais sont envahis.

Pierre Ier connaissait ce phénomène, et à cette occasion je raconterai
une anecdote que les recherches faites après la dernière inondation ont
fait connaître. Pierre était dans l'île Basile et présidait au
commencement des travaux. Tout à coup, il remarqua une croix placée
au-dessus d'un arbre. Il s'informe à des pêcheurs de ce qu'elle
signifie. On lui répond qu'elle marque la hauteur des eaux de la
dernière inondation. Cette découverte était de nature sans doute à
modifier son ouvrage. Il réfléchit quelque temps et se borna à faire
couper l'arbre.

L'idée dominante, dans l'esprit de Pierre le Grand, a été, en
construisant sa ville, d'imiter Amsterdam. Il avait demeuré en Hollande,
et il voulut faire une ville hollandaise. Il ne vit pas que les
Hollandais n'avaient pas eu le choix de construire autrement et devaient
multiplier les canaux pour assainir les terrains et pour élever
l'emplacement de leur ville. Ces canaux, en communication avec le port
rempli de bâtiments de commerce de toutes les grandeurs, sont d'une
grande utilité pour les transports des marchandises dans les magasins
situés sur leurs bords; mais, à Saint-Pétersbourg, ces canaux sont sans
emploi; ils se comblent chaque jour et n'apportent que des éléments
d'insalubrité. Ensuite cette ville, consacrée dans le principe
uniquement au commerce, est placée en deçà d'une barre qui ne permet pas
aux bâtiments ayant plus de huit ou neuf pieds de tirant d'eau d'y
arriver.

Si Saint-Pétersbourg avait été placé où est aujourd'hui le château de
Peterhof, c'est-à-dire à six lieues plus bas, cette ville aurait été
dans un lieu sain, à l'abri des tempêtes et des eaux du fleuve. Son
port, placé en avant de la barre, aurait pu recevoir les bâtiments du
plus grand tonnage. Les eaux vives et abondantes, qui forment
aujourd'hui de belles cascades, auraient fourni à tous les besoins de la
population. L'emplacement des jardins du bas aurait pu servir à tous les
établissements maritimes, à construire des bassins pour les vaisseaux, à
creuser une darse et à tout ce qu'exige un grand port. Une simple digue,
les enveloppant, appuyée à la montagne en aval et en amont, les aurait
mis complétement à l'abri des accidents de la mer. Mais Pierre, servile
imitateur de ce qu'il avait vu, voulut copier et copia, sans motif et
sans raison, ce qui, par d'autres motifs et pour un but différent,
existait ailleurs.

Je ne prétends pas déprécier ce grand caractère, et je dirai que tout ce
qu'on voit à Saint-Pétersbourg de Pierre le Grand, tout ce qu'on raconte
de cet homme extraordinaire en Russie, prouve que jamais il n'a existé
une activité pareille à la sienne. Son ambition, appliquée à tout, était
sans bornes. Il voulait tout faire, tout savoir, tout entreprendre, tout
exécuter. Il ne répugnait à aucune fatigue, à aucun travail. Il voulut
être soldat, marin, ouvrier, artiste. Il prétendait suffire à tout et
rassembler en lui les facultés qui sont réparties chez les individus de
diverses classes de la société. Voilà ce qui le distingue éminemment
des autres hommes. Avec une disposition semblable, on fait de grandes
choses, on fait beaucoup; mais certes on ne suit pas la marche du génie.
Le génie s'élève au-dessus de l'action vulgaire; il conçoit, il ordonne,
il juge, et il lui reste du temps pour méditer. Pierre poussa la passion
de l'universalité du savoir jusqu'à vouloir être chirurgien et dentiste,
et l'on montre à Saint-Pétersbourg les instruments dont il s'est servi
dans ses opérations, et avec lesquels il martyrisait probablement ses
courtisans. Cependant, occupé de détails si petits et si misérables, il
faut le dire, il n'y a aucune des grandes choses que son empire
comportait alors dont il ne se soit occupé d'une manière efficace.
Fondation de villes, création de ports et d'arsenaux, construction de
canaux qui lient les diverses mers entre elles, formation d'une armée
disciplinée, soumission des grands du pays, jusque-là en révolte
habituelle, il a tout entrepris, il a tout exécuté, avec plus ou moins
de succès, et il est mort à cinquante-trois ans. La première partie de
son règne, partagée d'abord avec son frère, a éprouvé de grandes
difficultés et de grands obstacles. Une constitution forte et robuste
était l'auxiliaire que la nature lui avait donné, et une âme de feu dans
un corps de fer explique le spectacle qu'il a offert au monde.

Puisque je suis entré déjà en tant de détails sur le matériel de
Saint-Pétersbourg, je parlerai des moyens à employer pour mettre cette
grande et belle ville à l'abri des dangers qui la menacent. Le projet
ci-après m'a été communiqué par son auteur, le général Bazaine, Français
de naissance, ancien élève de l'École polytechnique, ingénieur des ponts
et chaussées très-distingué, chef des voies et communications sous
l'autorité du prince Alexandre de Wurtemberg. Son exécution est facile,
et il est incroyable qu'avec le sens droit et exquis de l'empereur, et
attendu l'importance du résultat, il ne soit pas déjà mis à exécution.

Les inondations de Saint-Pétersbourg sont causées par l'arrivée et
l'invasion des eaux de la mer quand elles s'élèvent, et non par la seule
suspension de l'écoulement des eaux de la Néva. C'est donc contre cette
action puissante qu'il faut diriger les précautions à prendre, et voici
ce que le général Bazaine propose. De la pointe de la côte, située sur
la rive gauche du fleuve, où est placé le château d'Oranienbaum, un banc
élevé et solide court perpendiculairement à la longueur du fleuve et le
barre dans son cours. Une passe, large et profonde, lui succède; ensuite
le banc se reproduit et vient aboutir à Cronstadt. Le général Bazaine
pense qu'en employant de gros morceaux de granit, faciles à tirer de
Finlande, et en construisant une digue sur le banc existant, à peine
couvert par l'eau dans les temps ordinaires, et en réduisant l'ouverture
de la Néva à la partie où elle est profonde, on élèverait les eaux de
trois pieds environ, ce qui donnerait les mêmes moyens d'écoulement qu'à
présent. Les eaux trouvant en hauteur l'équivalent de ce qu'elles
perdraient en largeur, quand les eaux de la mer s'élèveraient, elles
trouveraient la digue, qui les empêcherait de pénétrer. En outre, comme
dans ces circonstances l'élévation des eaux dans le lit de la rivière,
si menaçante pour la ville, n'est pas seulement le résultat de la
suspension du cours de la Néva, mais encore et surtout tient à
l'invasion des eaux de la mer, agissant avec une grande pression, le
rétrécissement de l'embouchure aurait pour effet, en diminuant la masse
des eaux introduites et leur pression, de diminuer les accidents, si
redoutables aujourd'hui. Il faudrait aussi barrer de même le bras de la
Néva qui sépare l'île de Cronstadt de la terre ferme. Ces travaux
rappelleraient parfaitement les _murazzi_ de Venise; ils seraient d'une
exécution plus facile, à cause du voisinage des matériaux, de leur
nature et des moyens qu'on emploie en Russie. Indépendamment de la
conservation de Saint-Pétersbourg, qui serait assurée, ce système aurait
encore d'autres avantages. Presque tous les bâtiments de commerce qui
naviguent sur la Baltique pourraient franchir la barre et arriver à
Saint-Pétersbourg tout chargés. Aujourd'hui, les marchandises se
débarquent à Cronstadt, et des alléges les apportent à la capitale.
Ensuite, le niveau de la rivière étant changé, la résistance des eaux de
la mer se trouverait plus bas dans son cours, et, par conséquent, les
dépôts dont la barre est augmentée chaque jour se feraient ailleurs et
ne contribueraient pas à l'accroître. En effet, la barre, à l'entrée de
tous les fleuves, est toujours le résultat du dépôt des terres charriées
et précipitées au moment où le repos est produit par le choc du courant
contre la mer. Ainsi la barre actuelle ne serait jamais augmentée. On
pourrait même y ouvrir un passage de quelques pieds, et, avant d'avoir à
redouter les effets de la nouvelle barre, on aurait la marge de quelques
milliers d'années.

Quand on pense aux immenses résultats d'un pareil travail, estimé par
les calculs du général Bazaine à neuf millions de francs et à trois ans
de temps pour être achevé, on se demande comment un souverain aussi
éclairé que Nicolas ne l'a pas encore ordonné. Il est vrai qu'en Russie,
comme ailleurs, les choses les plus simples et les meilleures
rencontrent des difficultés qui tiennent aux personnes, et le général
Bazaine me parlait avec douleur du triste sort d'un homme de métier dont
les projets sont soumis à l'opinion et à la volonté d'un prince amateur.
C'est ainsi qu'il désignait le prince Alexandre de Wurtemberg.

Je trouvai à Pétersbourg, comme ambassadeur de France, M. le comte de la
Ferronays, homme aimable et spirituel, qui occupait ce poste depuis
plusieurs années. Comme il est devenu ministre, j'entrerai dans quelques
détails sur son compte.

M. de la Ferronays est un gentilhomme breton. Après avoir émigré
très-jeune avec ses parents, il s'attacha au duc de Berry, le suivit
partout, devint son compagnon de plaisirs et son ami. Plus tard et
pendant la Restauration, madame de la Ferronays, étant dame d'atours de
madame la duchesse de Berry, eut une querelle pour la possession de la
layette d'un enfant de madame la duchesse de Berry, mort en naissant.
Cette querelle devint vive. Des mots offensants furent prononcés. Cela
décida M. le duc de Berry à se séparer de M. et madame de la Ferronays.
Cette circonstance a ouvert à ce dernier la carrière politique. Envoyé
d'abord en Danemark, il eut peu après la mission de Saint-Pétersbourg,
qu'il remplit d'une manière satisfaisante.

M. de la Ferronays est peut-être le seul émigré qui n'ait conservé
aucun vernis de l'émigration. Il a poussé même quelquefois trop loin les
opinions libérales, par besoin de popularité. Il est raisonnable et
désintéressé, mais rempli d'amour-propre et de vanité. Sa vie tout
entière a été consacrée à la séduction des femmes. C'est un métier qu'il
entend et qu'il a fait avec succès. Il aurait dû vivre à l'époque du
Louis XV. Il se fût alors trouvé dans l'atmosphère qui lui convient. Je
l'ai entendu professer la théorie de la séduction avec une grande
supériorité, et il m'a même, à cette occasion, raconté des histoires
fort curieuses et fort plaisantes. D'un physique agréable, son commerce
est facile et doux. Il a un talent prodigieux pour occuper les autres de
lui et pour se faire valoir. On conçoit qu'avec son habitude de tromper
les femmes son caractère a dû en recevoir quelque atteinte. Aussi
n'est-ce pas un de ses moindres succès que d'avoir obtenu cette
réputation de chevalier, qu'il possède peut-être à bon marché. Une tête
haute, un air confiant, ont fait naître cette illusion chez beaucoup de
gens. Je sais par expérience, et à mes dépens, que M. de la Ferronays
n'est pas toujours sincère. Quand il arriva au ministère, qu'au surplus
il n'avait pas désiré, il a été l'espérance de beaucoup de gens.
J'ignore si la tâche n'était pas au-dessus des forces humaines; mais au
moins il est certain que, malgré de très-bonnes intentions, il l'a
faiblement remplie.

Je vis avec détail tout ce que Saint-Pétersbourg présente de curieux;
mais ce qui, sans nulle comparaison, m'intéressa le plus était de voir,
d'étudier et de connaître l'empereur Nicolas. Cette haute raison à l'âge
où les passions ont tant de force et d'énergie, sa modération avec une
nature violente et emportée, cette domination qu'il exerce sur lui-même,
qui est si méritoire quand on peut impunément s'abandonner à ses
passions, doivent inspirer une sincère admiration. Il sait qu'il a des
devoirs à remplir, et que tout n'est pas jouissance et plaisir dans la
région élevée où il est placé. Je l'ai vu exercer ses troupes à
Pétersbourg, au camp de Zarskoïe-Sélo, et plus tard à Moscou. Je n'ai
jamais vu personne manier avec plus de facilite, d'aisance et un coup
d'oeil plus juste des masses de troupes considérables. Il entend
admirablement bien le mécanisme qui les fait mouvoir, et il en dirige
l'action avec une rare perfection. À son âge, avec ses goûts et ses
armées, on aurait dû croire qu'il chercherait les occasions de faire la
guerre; mais le temps a prouvé le contraire. Sa modération d'un côté, et
une philanthropie poussée à l'excès, de l'autre, sont des obstacles à ce
qu'il soit belliqueux. L'épreuve d'une campagne l'a éclairé, et il a eu
la haute vertu de s'abstenir d'un métier qu'il faisait volontiers, et
de laisser un de ses généraux, qu'il reconnaissait plus savant que lui,
acquérir une gloire qui aurait pu être sa propriété. Il lui a laissé le
champ libre, il lui a donné avec profusion les moyens de bien faire et
l'a récompensé sans jalousie avec magnificence, après le succès. Cette
conduite suppose une si haute vertu, qu'elle paraît au-dessus de
l'humanité.

Nicolas a été instruit avec soin. Il est modeste; il fait peu d'étalage
de ses connaissances; il parle avec simplicité et réserve de ses
actions. Il était peu aimé à l'époque ou j'étais en Russie, et j'en
éprouvais de l'indignation; mais on en trouve l'explication par le fait
suivant. Quoique destiné au trône par Alexandre, il n'avait été en rien
associé au gouvernement: chose étrange, et qui tenait peut-être au
mystère qui environnait le testament, dont on ne voulait pas divulguer
les dispositions. Mais, enfin, telle était sa condition. Sa seule
occupation était de commander une brigade de la garde, et alors,
apportant dans ces fonctions l'activité de son âge et l'énergie de son
caractère, il tourmentait beaucoup soldats et officiers. Il voulait
arriver à une perfection que l'on ne peut atteindre et qu'on doit se
dispenser de chercher. De là est résultée pour lui une réputation de
sévérité et de dureté qui avait donné de fâcheuses préventions sur son
caractère. Or les préventions motivées sur les premières actions d'un
homme qui commence sa carrière sont difficiles à détruire. Il avait en
outre devant lui un autre obstacle: c'était le souvenir de son
prédécesseur.

L'empereur Alexandre peut être l'objet de diverses critiques; mais une
qualité sur laquelle personne n'est en dissidence, c'est une bonté de
coeur sans limites. Son active bienveillance, son besoin de
bienfaisance, se montraient chaque jour et dans chaque occasion. Elle
tenait peut-être à une conscience timorée et au désir d'une âme tendre
de trouver des moyens de bénédiction. Des habitudes généreuses en
résultaient, et quelquefois elles approchaient de la prodigalité.
Nicolas, au contraire, mû par des sentiments de justice et d'économie,
véritables règles des souverains, a souvent été calomnié par les
courtisans avides.

Une chose admirable est l'éducation donnée par Nicolas à son fils,
prince charmant, d'une rare beauté, et dont le temps n'aura sans doute
fait que développer les qualités. Je demandai à l'empereur à lui être
présenté, et il me répondit: «Vous voulez donc lui tourner la tête. Ce
serait un beau motif d'orgueil pour ce petit bonhomme que de recevoir
les hommages d'un général qui a commandé les armées. Je suis fort
touché de votre désir de le voir, et vous pourrez le satisfaire quand
vous irez à Zarskoïe-Sélo. On vous fera rencontrer mes enfants. Vous les
examinerez et vous causerez avec eux; mais une présentation d'étiquette
serait une chose inconvenante. Je veux faire de mon fils un homme, avant
d'en faire un prince.» Tout l'état-major attaché à cet héritier d'un
grand empire consistait en un lieutenant-colonel, son gouverneur, et en
des maîtres chargés de l'instruire. Plus d'une fois l'empereur, en
apprenant les détails de l'éducation de M. le duc de Bordeaux, a gémi
avec moi de la pompe ridicule qui entourait ce prince dans sa plus
grande enfance.

Le grand-duc héritier est propriétaire de deux régiments de la garde, un
d'infanterie et celui des hussards; mais il y occupait alors un emploi
de sous-lieutenant et y paraissait en cette qualité dans les revues. Je
l'ai vu commander son peloton, composé de grenadiers dont la taille
était double de la sienne. Ses manières avaient de la gravité et de
l'autorité. Je l'ai vu défiler, à la tête de son peloton de hussards, et
se démener à merveille, sur son très-petit cheval, au milieu d'une
réunion de plusieurs milliers de chevaux. L'empereur me disait, en
regardant son fils avec l'expression de la sollicitude la plus tendre:
«Vous imaginez que j'éprouve de l'agitation et de l'inquiétude en
voyant cet enfant, qui m'est si cher, dans un pareil mouvement; mais
j'aime mieux m'y soumettre pour lui former le caractère et l'accoutumer
de bonne heure à être quelque chose par lui-même.»

Voilà ce qu'on peut appeler de bons principes d'éducation; et, quand ils
sont appliqués à l'éducation d'un homme destiné à être chef d'un grand
empire, on doit en prévoir les meilleurs résultats.

Les libéraux ont beaucoup accusé l'empereur Nicolas d'un excès de
sévérité à l'occasion de la conspiration qui a éclaté au moment où il
est monté sur le trône, et ils ont, en cette circonstance comme en mille
autres, été injustes et de mauvaise foi. Jamais conception plus
affreuse, plus odieuse que cette conspiration, n'est entrée dans la tête
des hommes. Jamais plus d'ingratitude ne s'est montrée à découvert.
Jamais entreprise plus folle n'a été commencée. Si quelque chose peut
surpasser la déraison des projets, c'est l'extravagance de la conduite
tenue dans l'exécution. Ourdie d'abord contre Alexandre, contre le
souverain le plus philanthrope, le plus doux, le plus rempli de
bienfaisance, contre un souverain qui avait dignement porté la couronne
et élevé si haut le nom russe, elle fut continuée ensuite contre
Nicolas, encore inconnu, et sur lequel on pouvait fonder des espérances
de bonheur public. Et quels sont les chefs de cette horrible
entreprise, dont la première conséquence, en cas de succès, était la
mort de tous les membres de la famille impériale? Ce sont des gens
comblés hors de mesure des bienfaits de cette auguste famille. Un d'eux,
nommé Pestel, avait été élevé dans l'intérieur du palais et d'une
manière privilégiée. Blessé à la Moskowa, il avait été soigné dans le
palais de l'impératrice-mère et traité comme aurait pu l'être son fils;
et cet homme fut un des plus atroces! Les uns voulaient la division de
l'empire; d'autres une république. Aucune idée raisonnable n'était
entrée dans les esprits; tout était confusion et frénésie. Le nombre des
coupables était grand, et l'empereur a réduit celui des condamnés tant
qu'il l'a pu. Le petit-fils de Souwarow était fortement compromis. Il
voulut l'interroger lui-même. Son but était de lui donner le moyen de se
justifier. Aussi, dès les premières réponses, il lui dit: «J'étais bien
certain qu'un Souwarow ne pouvait être complice d'une pareille infamie!»
Et à chaque réponse ce fut la même réplique. L'empereur a avancé cet
officier; il l'a envoyé faire la guerre dans le Caucase; il a ainsi
conservé un grand nom dans sa pureté et acquis un serviteur qui lui doit
plus que la vie.

J'étais à Saint-Pétersbourg pendant ce procès. Jamais instruction ne
s'est faite avec plus de soin, et jamais marche ne fut plus régulière,
au moins comme le comporte l'organisation politique et judiciaire en
Russie. Jamais condamnations ne furent plus justes et mieux méritées.
L'empereur a commué beaucoup de peines. Cinq individus, condamnés à être
pendus, furent seuls exécutés, et l'on a crié à la barbarie! A-t-on donc
oublié que l'empire avait été ébranlé et la famille impériale menacée
d'être massacré? Si Nicolas avait, par une exagération de douceur, fait
grâce à tous les coupables, il aurait donné une idée fausse de son
caractère: on aurait cru à une clémence motivée par la peur. Il fallait
une satisfaction publique, une réparation envers la société outragée,
menacée, compromise; il fallait une punition exemplaire; mais il fallait
aussi mettre des limites à la sévérité en ne faisant tomber la punition
que sur les vrais coupables. Tout homme de bonne foi conviendra qu'il en
a été ainsi. Les souverains doivent savoir punir. Institués pour
maintenir la paix entre les citoyens et conserver l'ordre public, ils ne
peuvent y parvenir s'ils n'effrayent les méchants et n'assurent le règne
des lois.

Quand la justice, premier besoin des peuples, leur est garantie, ils
chérissent le pouvoir qui la leur donne, et, si ensuite les souverains
s'occupent du bien-être des citoyens, ils sont considérés comme des
divinités sur la terre.

Pendant mon séjour en Russie, et malgré des souffrances très-vives de
rhumatismes opiniâtres, je ne manquai pas une seule fols d'aller à la
parade et aux manoeuvres où se trouvait l'empereur. Mon devoir était de
lui faire ma cour, de chercher à lui plaire et de consolider les bons
rapports existant entre lui et le roi de France. Je trouvais d'ailleurs
du plaisir et du charme à l'approcher. J'ai rencontré constamment chez
lui une bienveillance particulière pour moi, et une disposition pour la
France telle que je pouvais la désirer. Sa politique comme ses
sentiments le rapprochaient de nous. Et on conçoit cette politique:
jamais d'intérêts opposés entre les deux pays, aucune source de débats
et de discussions.

Si l'ambition venait s'emparer de son esprit, quelle meilleure alliance,
pour tenir ses ennemis en échec, que celle d'une puissance compacte,
placée aux confins opposés de l'Europe, et possédant une marine capable
de présenter un contre-poids à l'Angleterre? Si ses vues sont
pacifiques, modérées, quel gage de paix dans ces rapports favorables et
cette unité des vues! En pais et en guerre, hors le cas de révolution,
la France est l'alliée désirable pour la Russie; mais je ne conclurai
pas que la Russie doit être au même degré l'alliée naturelle de la
France.

Il a fallu les étranges écarts et les fautes inouïes du ministère la
Ferronays pour suivre la politique tenue en 1828. Le caractère modéré de
Nicolas s'est trouvé, au surplus, le correctif de cette politique si
fausse; car il est exact de dire que la modération comme la loyauté sont
la base du caractère de ce souverain. Je ne sais ce que l'avenir lui
destine. Il a passé déjà par bien des épreuves; son règne jusqu'ici n'a
pas été sans difficulté et sans de grands embarras; mais son début a été
une double bonne fortune. Il a dû se sentir, se juger, et il a appris
aux autres à le connaître. La droiture de ses intentions, l'énergie de
son caractère, sa modération et sa modestie sont d'utiles auxiliaires
pour surmonter les obstacles qu'il peut trouver sur sa route et vaincre
les difficultés qu'il aura encore à combattre. Il a justifié mon opinion
sur sa sagesse par la manière dont il a envisagé les projets
déraisonnables de M. de Polignac au moment où il les a connus, et le
blâme qu'il leur a donné démontre suffisamment à quel point il aurait
été loin de son esprit de les conseiller.

Tout porte à croire que Nicolas s'est imposé la tâche particulière de
régénérer l'intérieur en Russie et d'épurer l'administration. Cette
tâche est immense; il faut sa force, sa jeunesse et sa volonté pour
l'entreprendre avec espérance de réussir.

Tout le monde sait quelle corruption existait en Russie dans la haute
classe. Je m'abstiendrai d'en rien dire; mais je ferai observer
seulement, quant aux femmes, qu'il s'est fait, depuis vingt ans, une
grande révolution en faveur des moeurs: car les désordres qui avaient
lieu du temps de Catherine II ont à peine laissé des souvenirs.
L'exemple des souverains a toujours sur leur cour une grande influence,
et nulle part plus qu'en Russie cette influence ne se fait sentir. Aussi
l'impératrice-mère, dont la vie est au-dessus de tout soupçon, a-t-elle
exercé l'action la plus salutaire. Depuis, les vertus domestiques de
Nicolas et de l'impératrice ont corroboré des principes respectés par
tout le monde aujourd'hui. La société de Saint-Pétersbourg est
remarquable par une grande régularité. Quant aux hommes, la délicatesse
de moeurs, habituelle à l'occident de l'Europe, leur est encore
inconnue, et peut-être en trouverai-je une explication naturelle.

Les institutions et les circonstances dans lesquelles se trouvent les
sociétés sont dans des conditions déterminées. Les hommes en reçoivent
plus particulièrement l'empreinte. Or trois choses, à mon avis, ont
donné aux Allemands, aux Français et aux Anglais cette noblesse de coeur
qui les distingue.

Je place en première ligne la chevalerie et son esprit, cet effort des
temps barbares pour arriver à un état meilleur: association des bons
contre les mauvais, élan généreux vers la vertu la plus sublime, le
sacrifice de soi-même au profit des autres. Elle a dû avoir une grande
influence sur les moeurs; et, quand son but a été rempli, quand la
marche de la civilisation l'a rendue moins nécessaire, il en est resté
une galanterie, un respect de soi-même, une dignité personnelle qui, en
général, ont été et sont encore l'apanage des classes élevées.

Je place ensuite l'influence salutaire du clergé. Un clergé riche,
instruit et puissant, dont l'instruction supérieure a servi puissamment
au développement des lumières, a été, aux yeux des peuples, un exemple
vivant de dignité et d'indépendance morale. Ses hautes vertus et ses
enseignements ont épuré les moeurs; ses écarts mêmes ont semblé produire
le même résultat, car, si, à une époque déjà loin de nous, la corruption
s'y est montrée, la réforme en a été la suite, et alors le rigorisme a
remplacé le relâchement.

Enfin je mentionnerai une troisième puissance de la société, l'ordre
judiciaire. La magistrature, de bonne heure, s'est rendue respectable
par ses lumières et par son intégrité. La justice, on le sait, est le
premier besoin des hommes. Là où l'autorité l'assure, les individus se
dispensent de chercher à se la faire eux-mêmes; et il en résulte le
maintien du bon ordre et de la paix intérieure. Quand il en est
autrement, la confusion et les désordres en sont les conséquences; car,
sous prétexte de se faire justice, chaque individu, juge dans sa propre
cause, s'abandonne bientôt à ses passions, et alors il n'y a aucun frein
aux crimes, aux vengeances, à la corruption.

En Russie, ces trois éléments de bon ordre et d'éducation pour le peuple
ont manqué à la fois. La chevalerie n'y a jamais existé; le clergé est
ignorant et pauvre; la justice civile et criminelle avait un tarif pour
ses décisions. L'état de confusion, il est vrai, où se trouve la
législation, qui n'est qu'une collection des ukases rendus, en diverses
circonstances, pour des faits particuliers, véritable dédale où l'on ne
sait comment se retrouver; cet état de confusion, dis-je, se prête
merveilleusement à l'arbitraire, au caprice et à la corruption. Ce sera
un des plus grands bienfaits de l'empereur actuel envers ses peuples que
le code dont il a ordonné la rédaction. Il établira, dans peu d'années,
un mode régulier de jugement, et, en simplifiant les questions, il
garantira la surveillance du gouvernement, l'équité et la régularité des
décisions.

Les causes que je viens d'indiquer ont exercé une influence fâcheuse
sur les moeurs de la haute classe de la société. Si l'on ajoute à cela
la puissance immense du maître, qui, d'un mot, peut anéantir ce qu'il y
a de plus grand ou élever ce qu'il y a de plus petit, sa présence
partout, son action sur tout, on comprendra à quel point les caractères
ont pu se dégrader. On croira donc sans peine tout ce qui a été dit sur
la haute classe en Russie et répété trop souvent ailleurs, pour que j'en
parle davantage ici; mais je dirai que l'administration proprement dite,
les agents du gouvernement, dépositaires de deniers et de matières,
passent en général pour être dilapidateurs. On prétend qu'il n'y a pas
un régiment sur lequel le colonel ne spécule; pas un magasin dont le
gardien ne vende une partie à son profit; pas un administrateur qui
n'ait des intérêts personnels opposés à ceux du souverain. Tel capitaine
de vaisseau vendit, dans ses voyages, ses approvisionnements, ses agrès
et jusqu'à ses canons. Comme il n'y avait pas, lorsque j'étais en
Russie, au moins, de mode régulier et journalier de comptabilité, rien
ne garantissait la conservation des approvisionnements maritimes. Aussi,
au moment où l'empereur est monté sur le trône, il y avait trente ans
qu'aucune comptabilité n'avait été arrêtée. Nicolas, dont la pensée et
la volonté est de rétablir l'ordre, y parviendra s'il est dans la
puissance d'un homme de le faire. Actif, ferme, laborieux, ayant devant
lui un grand nombre d'années à y consacrer, il a entrepris un travail à
l'imitation de ceux d'Hercule.

Peu après mon arrivée à Saint-Pétersbourg, il envoya dans le port
d'Arkhangel un de ses aides de camp pour prendre une connaissance
détaillée des faits et de la situation des choses, et préparer des
poursuites. Ayant eu avis de graves dilapidations commises dans le port
de Cronstadt, il envoya, afin de les constater et de connaître les
coupables, un officier de confiance pour faire mettre devant lui les
scellés sur les magasins. Cette démarche annonçait une suite
d'opérations; mais tous ces calculs furent déjoués. Un incendie consuma
les magasins, et les comptables eurent ainsi bientôt rendu les comptes
de leur gestion pendant un grand nombre d'années. Les sages mesures de
l'empereur se trouvèrent dès lors sans effet.

Divers voyageurs ont rendu un compte détaillé des choses curieuses et
dignes de remarque que renferment Saint-Pétersbourg et les environs.
J'en dirai cependant un mot ici, et j'exprimerai succinctement les
réflexions que leur vue m'a inspirées.

La manufacture d'Alexandrowsky, premier établissement que je visitai,
est une filature de coton d'une grande beauté. Le nombre des ouvriers
s'élève à six mille. Il y règne un grand ordre. Les machines à vapeur
sont belles. En général cette manufacture offre un coup d'oeil
satisfaisant et présente l'idée d'une bonne direction. Un Anglais est
placé à sa tête. Les produits sont beaux; cependant les fils sont loin
d'atteindre la finesse obtenue en France et en Angleterre, et on a
renoncé à produire divers numéros.

Cette fabrique, appartenant à l'empereur, était sous la protection
particulière de l'impératrice-mère, et le personnel des ouvriers,
composé uniquement d'enfants trouvés. À vingt ans, ils sont libres et
s'engagent volontairement à la fabrique, ou la quittent, s'ils le
préfèrent. L'administration a pourvu, non-seulement à leur instruction
pour leur assurer les moyens de gagner leur vie par leur propre
industrie, mais encore elle tend à leur former, par des retenues sur le
prix de leurs travaux, un petit capital suffisant pour leur fournir une
première ressource. Par suite il se trouve que les enfants trouvés sont
véritablement une classe privilégiée. Un enfant légitime, fils d'un
paysan, ne peut être affranchi que par la volonté de son seigneur. Il
est tel paysan, livré au commerce et ayant acquis des millions, qui ne
peut, à aucun prix, obtenir sa liberté, tandis que l'enfant trouvé,
n'appartenant à personne, mais protégé par le gouvernement, entre dans
la société avec tous les droits d'un citoyen. D'après cela, avec le
temps, cette classe aura beaucoup contribué à la formation d'une espèce
de bourgeoisie enrichie par le commerce et l'industrie.

Malgré la belle apparence de cette fabrique, je la crois d'un faible
produit pour le gouvernement. Elle doit être plus à sa charge qu'à son
profit. En la considérant comme école pour les ouvriers, elle devrait
favoriser par tous les moyens les établissements particuliers et ne pas
leur présenter souvent une rivalité funeste.

En général, quand un gouvernement veut naturaliser chez lui une
industrie, il doit faire les premiers frais, parce qu'il est assez riche
pour supporter les pertes qui accompagnent toujours les débuts; mais,
quand l'éducation est faite, quand l'industrie, naturalisée, peut être
exploitée avec succès par les particuliers, il doit se retirer de la
concurrence et leur céder ses établissements. Tout le monde s'en trouve
bien; le gouvernement ne dépense plus, et les particuliers n'ont plus à
craindre un rival pourvu de trop d'avantages et trop favorisé. C'est
d'après ce principe qu'il y a bien des années, étant premier inspecteur
général de l'artillerie, j'ai décidé le gouvernement à renoncer à la
possession d'une manufacture d'armes de luxe, établie à Versailles,
fort dispendieuse, mais qui n'en a pas moins prospéré quand elle est
devenue propriété particulière.

La fabrique de glaces, que je vis ensuite, est remarquable par la
dimension des ouvrages qui en sortent; cette manufacture est productive
pour le gouvernement. On y polit les glaces à la machine; mais ce
polissage est moins parfait qu'en France, où il se fait à la main.

Là manufacture de porcelaine, située dans le voisinage, ne mérite aucune
mention et ne devrait pas être montrée aux étrangers.

La Monnaie, placée dans la forteresse, est très-belle et très-curieuse à
voir. Cet établissement a atteint un degré de perfection très-supérieur
à ce qui existe en France, ou au moins y existait il y a peu d'années.
Une machine à vapeur de la force de soixante chevaux, construite à
Saint-Pétersbourg, est une des plus belles et des meilleures que j'aie
jamais vues fonctionner. Les Anglais ne font pas mieux, et nous, nous
faisons beaucoup moins bien. Toutes les pièces de monnaie sont frappées
au moyen d'un moteur commun, et l'on en frappe jusqu'à six et sept à la
fois. Le travail relatif à l'épurement de l'or des mines de Sibérie
s'exécute au moyen de l'acide nitrique. Cette méthode est plus
économique que l'emploi du mercure, dont on fait usage dans d'autres
pays. Les pièces de monnaie sont assez belles. Elles présentent une
singularité remarquable. Elles ne sont pas à l'effigie du souverain.
Depuis Paul, les empereurs de Russie ont fait cet acte de modestie. Du
temps de Catherine II, elles portaient son image.

Une chose digne d'une grande admiration est l'école des mines. La
manière dont elle est tenue et organisée, ne laisse rien à désirer.
L'instruction donnée est complète et la place déjà à la hauteur de tout
ce qu'il y a de mieux en Europe en ce genre. Des galeries, construites à
l'imitation de celles d'exploitation, où les différents minéraux sont
placés dans leurs gangues habituelles, et avec leur physionomie
naturelle, complètent l'instruction des élèves et leur donnent, pour
ainsi dire, des connaissances pratiques.

Rien, au surplus, n'est d'un plus grand intérêt pour l'empire russe que
la formation de bons ingénieurs des mines. Les richesses immenses,
renfermées dans les monts Ourals, mises chaque jour davantage à
découvert, semblent destinées à compléter ses moyens de puissance.
Quand, aux avantages d'avoir à la fois des armées braves, nombreuses et
instruites, des peuples animés de ce dévouement sans bornes, apanage du
premier âge des nations sous une direction éclairée, il joindra encore
la possession de grands trésors, on se demande comment on pourra lui
résister.

Les résultats obtenus dans l'exploitation des mines d'or, en peu
d'années, et avant d'avoir un grand nombre d'ingénieurs suffisamment
instruits, sont à peine croyables. À l'exploitation des mines de fer a
été ajoutée celle des mines de cuivre, et maintenant voilà des mines
d'or tellement riches, qu'on était parvenu, à l'époque dont je parle, et
au moment où l'exploitation était encore dans l'enfance, à récolter par
an pour douze millions de francs d'or, quand les mines d'Amérique,
celles du Brésil, du Mexique et du Pérou, n'ont jamais donné, d'après M.
de Humboldt, que soixante millions par année. Au moment où j'écris, les
produits sont presque doubles.

Il y a deux natures d'exploitation, celle des mines en filon, et celle
des sables aurifères. Depuis le commencement de l'exploitation des mines
d'Amérique, le plus gros morceau d'or natif qu'on ait recueilli pèse
trente-six livres. Il est déposé au cabinet d'histoire naturelle de
Séville. À peine quelques coups de marteau avaient été donnés dans les
galeries des monts Ourals, qu'un morceau d'or de vingt-quatre livres a
été trouvé. Il est exposé à l'école des mines de Saint-Pétersbourg.
L'espace occupé par les sables aurifères présente une surface de deux
mille verstes carrées. L'exploitation de ces sables n'a rien de
dispendieux. Ils sont à la superficie. Ils rendent peu par le lavage;
mais, en traitant le minerai par le feu, avec le plomb ou au moyen du
mélange avec le mercure, les produits, d'abord tiercés, ont fini par
être décuplés.

Pour donner une idée de la progression des recherches utiles faites dans
les exploitations, je citerai, comme exemple, ce qui s'est passé sur les
terres d'un particulier russe, le comte Demidoff, dont le nom est assez
connu. Il y a trente ans, ses forges en Sibérie lui rapportaient quinze
cent mille francs. Les mines de cuivre, trouvées près de ses mines de
fer, ont doublé sa fortune; et celles d'or, reconnues ensuite, l'ont
augmentée encore d'une somme pareille.

L'école des mines, si utile, si complète, ne coûte presque rien à
l'État, et cette observation s'applique à bien d'autres établissements,
dont je rendrai compte; car leur bas prix est à peine croyable. Pour
celui-ci, l'empereur débourse seulement cent trente mille francs par an.
Avec cette somme, soixante-dix élèves, nommés par lui, sont entretenus.
L'établissement reçoit en outre trois cents étrangers payant huit cents
francs, qui y acquièrent l'instruction la plus étendue.

Un autre établissement, dont j'ai approfondi les détails avec un vif
intérêt, est celui des voies de communication, autrement dit, dans le
langage français, ponts et chaussées. Fondé par l'empereur Alexandre, au
moyen d'ingénieurs des ponts et chaussées français, mis à sa disposition
par Napoléon, il est sous les ordres de l'un d'eux, le général Bazaine,
son chef aujourd'hui. Homme d'un mérite supérieur, le général Bazaine
jouit avec raison d'une célébrité méritée. Cet établissement était alors
sous une sorte de surintendance du duc Alexandre de Wurtemberg, oncle de
l'empereur, homme d'esprit, mais dont l'intervention était plus nuisible
qu'utile. Instruit seulement d'une manière superficielle, il commettait
souvent de grandes erreurs qu'il soutenait par son esprit et sa
position.

Ce corps nombreux fait le service de tout l'empire. Il a été augmenté
depuis peu, et porté jusqu'à six cents ingénieurs. Les connaissances
exigées sont très-étendues, et peut-être trop étendues; car on y
comprend les connaissances propres aux ingénieurs militaires, afin de
les mettre à même de remplacer ceux-ci au besoin.

L'école se compose de cent élèves, dont quatre-vingt-dix sont entretenus
aux frais de l'empereur, et les dix autres à leurs propres dépens ou à
ceux de l'impératrice ou des princes de la famille impériale. Elle ne
coûte que cent trente mille francs par an. Les sommes consacrées aux
travaux publics sont fixées chaque année à six millions, dont moitié
pour entretien et moitié pour constructions nouvelles.

Une remarque faite par le général Bazaine, et dont il m'a fait part, est
digne d'être consignée ici. Les Russes sont par leur nature éminemment
gens d'imitation. Ils arrivent vite à un degré de connaissances assez
élevé, mais s'arrêtent à une limite qu'ils ne peuvent presque jamais
dépasser. La direction de cette école lui a donné l'occasion de faire
constamment cette observation.

La Russie est très-avancée pour sa navigation intérieure. Ses belles et
grandes rivières ayant peu de pente, l'absence des montagnes sur cette
immense surface, entre les monts Karpathes et les monts Ourals, a rendu
facile la construction des canaux qui lient la navigation des fleuves et
la complètent. On y ajoute encore chaque jour; mais dès à présent ou
d'ici à très-peu de temps on pourra aller, par les eaux intérieures, de
la Baltique à la mer Glaciale, des mers Baltique et Glaciale aux mers
Noire et Caspienne. Tous les travaux s'exécutent à si bas prix en
Russie, les moyens d'exécution sont si abondants, qu'il n'y a pas
d'entreprise qu'il ne soit facile de mener à bien. La nature même semble
s'y prêter par le peu d'obstacles que les localités présentent. On doit
donc trouver tout simple qu'ils soient déjà très-avancés.

Les principales communications, indépendamment de la navigation propre
de beaucoup d'autres rivières, sont les suivantes:

1º Communication de Saint-Pétersbourg avec le Volga et la mer Caspienne
par le canal de Ladoga.

2º Communication du Volga avec la mer Blanche et Arkhangel par la Dwina
du nord. Ainsi, dès à présent, un bateau partant de Saint-Pétersbourg
peut aller à Arkhangel et de là à Astracan.

3º On établit en ce moment une communication entre le Volga et la Dwina
du midi par la Moskowa.

4º On exécute une communication, entre la Vistule, le Niémen et la mer,
qui détournera ainsi tout le commerce dont Dantzig est l'entrepôt.

5º Enfin on lie le Don et le Volga de manière à établir une navigation
directe entre la mer Noire et la mer Caspienne.

De pareilles lignes de communication sont de puissants éléments de
richesse et de prospérité!

L'école du génie militaire est établie dans le palais Michel, dans ce
palais qu'occupait Paul, où il s'était fortifié et où il a péri. J'ai vu
cette école en détail, et je n'ai trouvé que des éloges à lui donner.
L'instruction des élèves m'a paru complète et à peu près la même que
celle des élèves de l'école de Metz. Le général Opperman, sous les
ordres duquel elle est placée, est un homme distingué. Des plans en
relief des places principales de l'empire, à l'instar de ce qui existe
aux Invalides, sont exécutés. On y voit la place de Swenborg en
Finlande, sans doute aussi forte que Gibraltar. On a représenté dans
cette collection de reliefs le champ de bataille de la Moskova. Des
reliefs de cette étendue ne satisfont pas l'esprit et ne donnent pas le
sentiment des localités. J'ai vu à cette école des planches en cuivre,
revêtues d'un enduit particulier, possédant les propriétés des pierres à
lithographier, et formant un appareil portatif et propre au service de
la guerre.

On me montra en détail l'établissement de l'état-major, dont les
attributions se composaient alors du personnel de l'armée, du mouvement,
des opérations et de la partie qui tient à l'art. Il rappelait assez
notre organisation sous l'Empire, où presque tout aboutissait au prince
de Neufchâtel, major général. Une chose passagère et accidentelle chez
nous, et qui tenait à ce que Napoléon était son véritable ministre et
s'occupait des moindres détails de son armée, avait été rendue
systématique et permanente en Russie. Le véritable ministre de la guerre
y était le major général, rendant ses comptes journaliers à l'empereur,
prenant ses ordres et les transmettant. Le ministre de la guerre était
chargé du matériel; mais l'empereur Nicolas a depuis détruit cette
organisation insolite. Le ministère de la guerre aujourd'hui renferme
dans ses attributions tout ce qui concerne l'armée. Comme l'armée est
constamment organisée en corps d'armée de deux ou trois divisions, avec
leur cavalerie, leur artillerie, leur administration, leurs ambulances,
etc., la correspondance avec les corps se fait par l'intermédiaire des
généraux qui commandent.

Le dépôt des cartes et des plans est extrêmement soigné. Tout ce qui
tient à la topographie ne laisse rien à désirer. Le général Diebitsch,
alors à la tête de l'état-major, avait des connaissances étendues et
donnait aux travaux une direction éclairée. Cent quatre-vingts commis
suffisaient à toute la correspondance. Toutes les branches des arts et
des sciences, qui ont rapport au service militaire, sont réunies dans
cet établissement. Il y a jusqu'à des ateliers pour la fabrication des
instruments de mathématiques et d'astronomie. Une imprimerie y est
attachée; mais, comme le service particulier pour lequel elle est créée
ne suffit pas à l'employer constamment, elle sert au public.

On a attaché à l'état-major un comité de perfectionnement, pour juger
toutes les inventions nouvelles. Je regarde cette dernière institution
comme une des meilleures et des plus utiles; nous en aurions grand
besoin en France; car autant il est sage de se préserver des innovations
qui ne sont pas suffisamment motivées, autant il est funeste de négliger
d'adopter les inventions dont les effets peuvent être salutaires. C'est
une vérité incontestable pour la société en général, mais dont
l'application est plus vraie encore pour l'art de la guerre à l'époque
où nous sommes, si féconde en découvertes et en applications utiles.
Comme un premier succès a souvent des conséquences graves pour l'avenir
et influe quelquefois puissamment sur la destinée des États, rien ne
doit être négligé pour l'obtenir.

Nous avons, en France, une beaucoup trop grande idée de notre
supériorité, et en général de tout ce que nous possédons. Par suite de
ce sot et ridicule orgueil, nous sommes habituellement en arrière de
toutes les autres puissances pour l'emploi des choses utiles. En Russie,
c'est le contraire. On est avide de connaître et on cherche avec
empressement le meilleur emploi de ses moyens. L'établissement de ce
comité de perfectionnement (idée heureuse), composé d'hommes capables, à
même de choisir, d'adopter, d'approuver ou de rejeter, offre
certainement de grands avantages. J'ai passé ma jeunesse à entendre
vanter notre artillerie, et nous avions certainement alors le plus
mauvais matériel de l'Europe. Si on s'est occupé d'une manière un peu
efficace des fusées à la Congrève, c'est à mes instances, à mon retour
de Russie, que la France en est redevable; c'est à une espèce
d'obsession et de violence que j'ai exercée auprès du ministre de la
guerre.

Parmi les choses les plus dignes d'éloges que renferment
Saint-Pétersbourg et les principales villes de Russie, je placerai les
hôpitaux militaires. On a adopté l'usage des hôpitaux régimentaires. Les
malades ont, pour garantie des soins dont ils sont l'objet, l'esprit de
famille propre aux corps militaires et la sollicitude de leurs chefs.
Chaque régiment a un établissement pour trois cents hommes qu'il
entretient au moyen d'un abonnement. Une journée de malade lui est payée
par l'État soixante-quinze centimes. Quand le régiment se met en marche,
il emporte avec lui une partie de son matériel, de manière à pouvoir
soigner quatre-vingts hommes. S'il ne doit pas revenir, il remet le
surplus à l'administration, qui lui en tient compte. Pour assurer la
bonne qualité des médicaments, l'État se charge de les lui fournir
d'après un tarif. Les hôpitaux, en général spacieux et aérés, présentent
l'aspect de soins satisfaisants et minutieux.

À Saint-Pétersbourg, il y a, indépendamment des hôpitaux régimentaires,
un grand hôpital pour douze cents hommes, destiné à recevoir, en cas de
mouvement, les malades que les corps seraient obligés de laisser en
arrière. Ce système régimentaire, bon partout, est indispensable dans un
aussi grand pays, où les villes sont rares et éloignées les unes des
autres. Aussi donne-t-il les plus admirables résultats. Les guérissons
sont promptes, les convalescences sont courtes, et l'armée russe, qui
est si nombreuse, ne compte pas en totalité, en y comprenant les troupes
sédentaires de police et tout ce qui reçoit ration par jour, plus de
vingt ou vingt-cinq mille malades.

J'ai en beaucoup moins de motifs d'admiration en visitant l'arsenal. Il
y a de grands magasins et de beaux ateliers, mais fort inférieurs à ce
que l'on voit dans nos grands établissements en France. La salle d'armes
cependant contient cent cinquante mille fusils. Ces fusils sont bons et
leur modèle se rapproche de celui des nôtres. Le prix en diffère
beaucoup. Ils coûtent de seize à dix-huit roubles, environ moitié du
prix de France. La forgerie est belle. Les pièces sont forées et tournées
en même temps. La fonderie est misérable. Elle est encore dans l'enfance
de l'art. Il est singulier que les diverses branches du même service
présentent de pareils disparates. Les chefs de l'artillerie m'ont paru
avoir une instruction théorique fort bornée, et je suis autorisé à
croire que les troupes de l'artillerie, très-fortes dans l'exécution
des manoeuvres, sont commandées par un grand nombre d'officiers dont
l'instruction théorique laisse beaucoup à désirer.

Une école d'artillerie assez bonne fournit une partie des officiers, et
ceux-là sont les plus instruits. On peut comparer leurs connaissances à
celles que l'on exigeait en France, pour le même service, à l'époque où
je suis entré dans l'artillerie. Le nombre des officiers admis par cette
voie est le plus petit de beaucoup. Ils reçoivent divers avantages, et,
entre autres, ils ont en entrant un grade supérieur à celui des
officiers qui sortent du corps des cadets ou des sous-officiers. Ceux
qui sortent du corps des cadets sont les plus nombreux, et leurs
connaissances théoriques sont à peu près nulles. Enfin, une troisième
classe tire son origine du corps des sous-officiers. On exige de ceux-ci
un examen à peu près semblable à celui que subissent les cadets. Ainsi
ce ne sont pas des savants; mais ces connaissances, ajoutées à celles
qui résultent de l'expérience et de l'habitude du service, leur donnent
une valeur réelle, et peut-être serait-il dans l'intérêt bien entendu du
service d'augmenter le nombre des emplois qui leur sont donnés, en
diminuant celui qui est dévolu aux cadets. Le corps des sous-officiers,
si important, en recevrait des encouragements et de la considération.

Il y a un autre établissement, où des fils de soldats d'artillerie sont
réunis. Ils reçoivent quelque instruction théorique, une plus grande
instruction pratique, et sortent de là pour entrer dans le corps comme
sous-officiers.

Mais j'arrive maintenant à ce qui m'a paru au-dessus de tout éloge:
c'est le système adopté, avec autant d'intelligence que d'économie, pour
venir au secours des serviteurs de l'État et donner une éducation
convenable à leurs enfants. Le premier besoin d'une société dont la
civilisation est encore reculée consiste dans l'instruction. Aussi la
première sollicitude du gouvernement, en Russie, est-elle de la
répandre. Jamais conceptions plus vastes n'ont eu lieu en ce genre, et
jamais résultats n'ont mieux répondu aux calculs et aux espérances. Ces
établissements, commencés sous Catherine II, continués sous Paul,
développés sous Alexandre, ne péricliteront pas sous leur successeur
Nicolas, dont les sentiments sont paternels et l'esprit juste, qui a du
positif dans tout ce qu'il entreprend, en sent toute l'importance, et
j'ai la conviction qu'il trouve une grande douceur à répandre un genre
de bienfait dont la distribution est si facile et dont les fruits sont
si assurés. Quel encouragement pour celui dont la vie est consacrée à la
défense de son pays, à la gloire de son souverain, que de voir le sort
de ses enfants assuré d'avance par l'empereur, chef de la grande
famille qui les adopte et se charge de leur avenir! Je ne connais rien
de plus touchant, de plus moral et de plus politique. Voici un aperçu de
ces établissements.

Le premier corps des cadets reçoit jusqu'à douze cents enfants. Admis
dès l'âge de huit ans, ils sont divisés en cinq compagnies. Au-dessus de
dix ans, on les place dans un local séparé; les autres sont soignés par
des femmes. Les plus âgés, c'est-à-dire de dix ans et au-dessus, divisés
en quatre compagnies, apprennent successivement le russe, le français et
l'allemand, la géométrie, la fortification, les éléments de chimie, de
physique et tout ce qui est relatif au service militaire. Quand ces
jeunes gens ont justifié qu'ils possèdent les connaissances exigées, ils
sont envoyés dans l'armée ou dans l'artillerie, où ils occupent des
emplois d'enseignes. Un musée, rempli de modèles de tous les genres, est
à leur disposition. Des reliefs de fortifications indiquent les divers
systèmes, comme aussi les travaux d'attaque et de défense de place, et
facilitent merveilleusement l'étude de cette partie de l'art de la
guerre. Cette manière d'étudier ne suffirait pas pour faire des
ingénieurs, mais elle satisfait à tous les besoins du service de la
ligne.

Trois autres établissements du même genre existent: le deuxième corps
des cadets, le régiment des nobles, les cadets de la marine, ainsi que
les pages, qui sont au nombre de cent quatre-vingts. L'empereur
entretient ainsi et pourvoit à l'éducation et au placement de quatre
mille enfants nobles ou fils d'officiers. Il y a d'autres établissements
semblables à Moscou et dans d'autres gouvernements. Ainsi un officier,
homme de coeur, peut faire le sacrifice de sa vie à l'État et mourir
pour l'empereur sans que des inquiétudes sur sa famille viennent le
détourner de ses devoirs et troubler ses derniers moments. Je le répète,
je ne connais rien de plus admirable, rien de plus utile au monde. Six
cents francs par individu sont les frais supportés par l'État.

Le complément de ces établissements de bienfaisance se trouve dans les
établissements destinés aux fils des soldats. Chaque régiment de la
garde a une école, et chaque chef-lieu de gouvernement a un
établissement semblable. Moscou possède l'établissement principal, il
renferme six mille enfants de tout âge, réunis dans la même maison. Le
nombre total des enfants des soldats entretenus et élevés aux frais de
l'empereur, était, à l'époque dont je parle, de soixante-cinq à
soixante-dix mille. Jamais bienfaisance n'a été plus éclairée et établie
sur une aussi grande échelle.

La première condition dans toutes ces écoles, c'est-à-dire la salubrité,
est remplie par de vastes salles bien tenues, une grande propreté, un
habillement convenable et une nourriture qui est saine et abondante sans
être recherchée. L'instruction se compose de l'étude de la langue russe,
du dessin, de la géométrie, de la musique, de l'arpentage et de quelques
autres arts. Une discipline sévère y est maintenue, et les soins les
plus minutieux se rencontrent constamment et partout. Des officiers de
l'armée et des élèves sortant de ces maisons d'éducation en sont les
chefs et les instituteurs.

L'économie est si bien observée dans ces établissements, que, quoiqu'ils
soient pourvus convenablement de toutes choses, la dépense totale, dans
un des lieux les plus chers, à Moscou, ne s'élève, en y comprenant tous
les frais quelconques, les appointements des chefs et l'entretien des
bâtiments, qu'à soixante francs par an et par individu. C'est une chose
à peine croyable, mais constatée. Quand on calcule les effets qui
doivent en résulter pour la prospérité intérieure, on ne saurait trop
admirer l'ingénieuse pensée, mère de cette création.

Les élèves, une fois formés, satisfont aux divers besoins de la société.
Une partie est envoyée dans les régiments pour y remplir les fonctions
de sous-officiers; d'autres sont placés comme arpenteurs-géomètres dans
les gouvernements; d'autres deviennent des musiciens dans les chapelles,
dans les théâtres, et enfin chaque propriétaire riche qui, pour ses
exploitations ou ses manufactures, à besoin d'individus intelligents et
instruits en demande et en obtient. Dans un certain nombre d'années, ils
auront contribué puissamment à la création d'une classe intermédiaire
dont la Russie est presque totalement privée.

Mais ces établissements ne sont pas les seuls sur lesquels la
bienfaisance de l'empereur s'est étendue. Elle embrasse aussi les
enfants de l'autre sexe. Le plus important est connu sous le nom de
couvent. Il renferme sept cents jeunes filles. Il est divisé en deux
parties distinctes: l'une, pour la noblesse, se composait de quatre cent
soixante individus; l'autre, pour la bourgeoisie et les filles de
sous-officiers faits officiers. Cette maison d'éducation était placée
sous la protection de l'impératrice-mère. Les enfants y sont reçus de
huit à dix ans. L'instruction qu'on y donne porte sur une multitude
d'objets; mais elle est très-superficielle et traite de choses fort
abstraites; elle-ne peut pas porter des fruits durables. De là sortent
les gouvernantes destinées à élever les enfants dans les grandes maisons
et dans les instituts particuliers et de province.

Les filles de beaucoup de généraux et de gens très considérables y sont
élevées. Elles y trouvent l'avantage d'être connues et distinguées par
l'impératrice et la famille impériale, qui portent un vif intérêt à cet
établissement. En général, les sujets qui en sortent répondent aux soins
dont ils ont été l'objet, principalement sous le rapport des moeurs et
de la religion. On leur apprend le russe, le français, l'allemand, la
littérature de ces langues, la géographie, l'arithmétique et la
géométrie, la physique, la chimie, l'histoire naturelle, le dessin, la
musique et les ouvrages de main. Elles chantent ensemble et en parties
sans instrument, jusqu'au nombre de deux cents, avant leur repas. Ces
belles voix fraîches et virginales, ces concerts, exécutés avec une rare
perfection, donnent un avant-goût de la musique des anges.

Les professeurs des sciences m'ont paru d'une instruction fort médiocre.
Madame Adelsberg, placée à la tête depuis vingt-cinq ans, est une femme
considérée et fort respectable. Elle a élevé dans leur premier âge
l'empereur actuel et le grand-duc Michel.

Une grande émulation se montre parmi toute cette jeunesse. Les punitions
sont très-rares, et les moyens d'encouragement fondés sur des
distinctions. Les fonds annuels formant la dotation du couvent montent
à cent mille francs. L'empereur y ajoute chaque année cent quatre-vingt
mille francs de sa cassette. Il nomme à cent places de demoiselles
nobles, et à autant de filles de bourgeois. Les autres places sont
remplies par des enfants élevés aux frais de leurs familles. Dans la
section des filles nobles, elles payent onze cent quatre-vingt-dix
francs par an, et dans celle des filles de bourgeois, six cents francs
seulement. Il y a aussi quelque différence dans l'étendue de
l'instruction de ces deux classes.

J'ai rendu un compte succinct des établissements de bienfaisance que
j'ai visités; mais je ne saurais trop faire l'éloge de tous les soins
éclairés et minutieux qui ont présidé à leur création, et qui sont
observés dans leur direction. Tout y est plus beau et mieux qu'ailleurs.
La cause en est facile à découvrir. On les a faits d'un seul jet et
assez récemment. On a pu tailler en plein drap. Avant de commencer, on a
pris pour modèles les meilleurs établissement de l'Europe, et l'on a
souvent apporté à ceux-ci des perfectionnements reconnus utiles. En
France, par exemple, et dans les vieux pays, la charité a fondé, il y a
plusieurs siècles, des hôpitaux; mais alors mille soins, dont
aujourd'hui on connaît l'importance, étaient inconnus. Ce sont d'anciens
bâtiments, dans de vieux quartiers, qui présentent peu de salubrité. On
les a améliorés sans doute, mais sans pouvoir détruire complétement les
vices primitifs. En Russie, c'est tout autre chose: on a trouvé table
rase, et tout a été fait sur un plan arrêté d'avance, après avoir tout
prévu.

Avant de rendre compte de ce que j'ai vu dans les environs de
Saint-Pétersbourg, je dirai encore un mot sur cette ville et sur le
caractère particulier de son matériel. Je consignerai ici les
observations qui me sont venues à l'esprit. Elle est sans contredit la
ville la plus régulière de l'Europe, ayant été construite comme on
ferait bâtir un château, après en avoir adopté le plan. Son architecture
est prétentieuse, et les colonnes, bel ornement des palais et des
établissements publics, ont été prodiguées partout. Chaque maison
particulière un peu importante a sa colonnade et son péristyle. Ces
péristyles ouverts, ces cotonnades entourant autrefois les temples des
anciens, étaient appropriés au climat et offraient un supplément de
logement et d'abri pour les subalternes et pour le peuple. Dans les
climats du Nord, elles présentent un contre-sens, et ici l'abus est
poussé à un excès dont on ne peut pas se faire idée. La grande largeur
des rues, le peu d'élévation des maisons, répandent la population sur
une surface immense. Cette ville, qui est au moins aussi grande que
Paris, n'a pas quatre cent mille habitants: on juge de l'effet. En
général, une ville est vivante par l'accumulation de sa population
réunie sur une petite surface. Pour cela les maisons doivent être
élevées et les rues étroites. Ici c'est tout juste l'opposé. On peut
bien avoir, comme à Paris, des quartiers à places et à rues de larges
dimensions, mais il faut d'autres quartiers où la population soit
entassée. Pendant le jour elle se déverse et circule dans les quartiers
moins populeux; elle leur donne ainsi la vie qui leur manque. Ensuite,
cette direction droite des rues, permettant d'embrasser un espace
immense d'un seul coup d'oeil, ajoute à la tristesse et à la monotonie
de cette ville, malgré son élégance et sa beauté.

Le palais, en le considérant dans son ensemble, c'est-à-dire avec
l'Ermitage, est très-vaste, beaucoup moins grand cependant que
l'ensemble des Tuileries et du Louvre. L'architecture du palais d'hiver
est lourde et de mauvais goût. Bâti à une mauvaise époque pour les
beaux-arts, vers le premier tiers du siècle dernier, plus grand dans ses
dimensions, il rappelle le palais de Berlin. On croirait ces deux palais
construits par le même architecte, curieux de répéter son premier
ouvrage. Des statues fort médiocres en décorent le faîte.
Saint-Pétersbourg, comme toutes les villes russes, renferme une
multitude d'églises, mais elles sont très-petites. Elles passeraient
chez nous pour des chapelles. La plus grande, d'une construction
récente, bâtie ou finie sous Alexandre, l'église de Kasan, est cependant
d'une certaine grandeur. Elle est obstruée par une multitude de colonnes
de granit qui occupent une grande partie de l'intérieur, dont la
dimension n'est en rapport ni avec l'élévation ni avec sa surface. On
s'occupe de la construction de l'église d'Isaac. Ici tout sera d'un
grand style et de la plus vaste dimension. Cette église, assure-t-on,
sera, après Saint-Pierre de Rome et Saint-Paul de Londres, la plus
grande de la chrétienté. Elle est construite toute en granit rouge de
Finlande. Quarante-huit colonnes de la même matière, de cinquante pieds
de hauteur, et chacune d'un seul morceau, la décoreront à l'extérieur.
Ces colonnes, du poids de deux cent cinquante mille livres, sont
transportées sur des bâtiments faits exprès, du port de cinq cents
tonneaux. Chaque bâtiment en reçoit deux à la fois. M. de Montgeraud,
architecte français, dirige tous les travaux. Il a imaginé les appareils
nécessaires pour mouvoir ces masses. Quarante-huit poêles doivent être
placés dans l'intérieur pour la chauffer; mais une partie sera placée à
la région supérieure, afin de rendre la température uniforme et
d'empêcher les vapeurs condensées de retomber en pluie, comme il arrive
quelquefois dans l'église de Kasan. On estimait alors la dépense totale
à vingt-cinq millions de francs, et le temps nécessaire à son
achèvement, à vingt-quatre ans. Ce sera un grand et beau monument, digne
de la capitale d'un grand souverain.

Beaucoup de choses encore sont à remarquer à Saint-Pétersbourg: le
palais de marbre, situé sur le quai, plus haut que l'Ermitage,
l'habitation du grand-duc Constantin, quand il venait à
Saint-Pétersbourg; le palais d'Anitchkov, situé sur la Perspective,
demeure du grand-duc Nicolas, avant son arrivée au trône; le palais de
la Tauride, construit par Potemkin pour donner une fête à l'impératrice
Catherine; le palais du grand-duc Michel, construction toute nouvelle,
délicieuse habitation, où le bon goût le dispute à la magnificence; le
musée, dont le vaste bâtiment désert attend les tableaux et les statues,
destinés sans doute un jour à l'orner; enfin de très-grandes et
très-magnifiques casernes, où quarante mille hommes peuvent être
sainement et commodément établis.

Il y a encore à Saint-Pétersbourg deux choses qu'on ne saurait trop
admirer. La première, la statue équestre de Pierre le Grand, ouvrage
immortel du fondeur français Falconet, la plus belle de cette espèce
existante au monde. Son attitude est sublime et correspond à la pensée.
Pierre, après avoir gravi le rocher qui sert de base, étendant la main,
semble dire: «C'est là que je bâtirai ma ville!» Et la seconde, le
superbe quai de la Néva, de près d'une lieue de longueur, d'une grande
largeur, revêtu du côté de la rivière par des constructions en granit,
dont chaque pierre est de quatre-vingts à cent pieds cubes, et bordé du
côté opposé par des palais ou de beaux hôtels. Cette immense rivière,
avec l'île Basile, équivalant elle seule à une ville, la forteresse et
les constructions de la rive droite forment un ensemble dont il est
impossible de se faire une idée quand on ne l'a pas vu. Mais une pensée
triste vient diminuer l'impression ressentie. Cette belle ville,
résultat de plusieurs milliards employés à sa construction, ne peut être
conservée qu'au pris de continuelles dépenses et de réparations
constantes à cause de la rigueur de son climat destructeur. Le jour où
l'éloignement du souverain, où l'abaissement de sa prospérité,
diminueraient les moyens consacrés à son entretien, sa perte serait
assurée. Ainsi on peut dire, s'il est permis de s'exprimer ainsi, que
cette ville est condamnée à une éternelle jeunesse ou à périr.

Une circonstance embellit Saint-Pétersbourg et y ajoute un charme qu'on
ne trouve que dans cette capitale. L'éloignement où Saint-Pétersbourg
est du centre de l'empire, les devoirs ou les intérêts qui fixent une
grande quantité de noblesse à la cour, empêchent beaucoup de grands
seigneurs d'habiter leurs terres, situées à de grandes distances. Il en
est résulté le besoin de créer une multitude de jolies maisons de
campagne dans les environs, et particulièrement dans les iles de la
Néva. Dans les autres capitales, dans la belle saison, ou un peu plus
tôt ou un peu plus tard, chacun s'éloigne. Ici on se contente de changer
de logement pour s'établir à une ou deux lieues au plus, et ce qui
compose la haute classe se trouve toujours réuni. On pourrait appeler
cette réunion de jolies campagnes dans les îles de Caminostro, de
Yelagin, etc, la _Ville d'Été_. L'empereur Alexandre avait une maison
charmante à Caminostro, et en a fait construire une autre à Yelagin.
Cette dernière est la plus délicieuse résidence que l'imagination puisse
créer. Il en fit hommage à sa mère, l'impératrice Marie. Elle est
meublée uniquement avec des produits des manufactures du pays. Tout y
est simple et magnifique à la fois. C'est la petite maison d'un
très-grand souverain.

Je commençai mes excursions autour de Saint-Pétersbourg par Cronstadt.
Ce point, par sa grande importance, méritait la préférence. Je me rendis
à Cronstadt sur un bateau à vapeur; ce fut la première fois que je fis
usage de ce moyen de navigation. C'est une admirable application de
cette nouvelle force, devenue, pour ainsi dire, intelligente, qui se
charge de produire tous les grands effets demandés, puissance nouvelle
qui change l'état des sociétés et dont l'hommage a été fait à Napoléon.
Il n'a tenu qu'à lui de s'en servir le premier pour l'exécution de ses
desseins contre l'Angleterre, et, sans doute alors, il aurait réussi;
mais son esprit routinier, si je puis m'exprimer ainsi sur un génie
aussi extraordinaire, l'emporta alors sur ses autres facultés: _sic
voluere fata_.

L'adoption de la navigation à vapeur diminue, en beaucoup de
circonstances, l'importance de la science de la marine, mais cependant
ne pourra jamais la détruire tout à fait. La sensation éprouvée sur un
bateau à vapeur est qu'aucune combinaison n'est nécessaire à sa
direction, tandis qu'elles sont si vastes, si variées et si multipliées
dans la conduite des bâtiments à voile. Un bâtiment est dirigé par son
timonier, comme un gros animal dompté obéit aux ordres et aux
indications de son conducteur.

Les effets produits par l'inondation de 1824 étaient encore visibles.
Deux forts, construits en bois, et destinés à la défense de la rade,
avaient été rasés et détruits de fond en comble par les eaux: un seul
était reconstruit. Un vaisseau de cent vingt canons, ayant été porté à
terre, n'avait pu être remis à flot, et on s'occupait à le démolir. Les
conditions naturelles de cet important établissement sont peu
favorables. Le projet du général Bazaine, dont j'ai rendu compte, y
remédierait en partie; car les vaisseaux pourraient mouiller dans la
passe en arrière de la digue, et, par conséquent, être garantis contre
une partie des grands efforts de la mer. En bâtissant des forts en
pierre pour protéger la rade dans le lieu même où sont les forts en
bois, on aurait d'autres abris d'un usage facile.

L'établissement de Cronstadt est grand et vaste, les casernes sont
considérables, les magasins en rapport avec les besoins; mais tout est
moins beau et beaucoup moins complet que dans nos grands ports: tout
semble avoir encore un caractère de provisoire. Il est vrai que presque
tout date de Pierre Ier. Une chose seulement est remarquable et digne
d'envie: c'est l'immense bassin divisé en huit formes, pouvant servir à
construire ou à radouber sept vaisseaux et une frégate à la fois.
Chacune de ces formes peut se vider séparément au moyen d'une machine à
vapeur.

L'armement de Cronstadt est très-considérable; mais les batteries du
côté de la mer sont trop basses et auraient de la peine à résister au
feu des vaisseaux. Il n'y a point de fourneaux à réverbère pour rougir
les boulets, et une grande partie des parapets est en bois. La rade est
défendue par divers forts, les uns en bois, les autres en pierre, qui
croisent leurs feux entre eux et avec ceux du corps de la place. Malgré
les mauvaises dispositions de détail, l'immense artillerie accumulée
rendrait toujours l'attaque de Cronstadt une affaire difficile et
chanceuse. Et puis, combien le grand éloignement des puissances qui
pourraient avoir intérêt et moyen de l'entreprendre, la nature de la mer
et de la côte, ajouteraient aux obstacles et aux dangers de cette
opération!

Il existe à Cronstadt une école de pilotage et de bas officiers. Elle
est bien tenue et établie sur un bon pied. L'instruction théorique qui y
est donnée est suffisante sans être poussée trop loin. Cet
établissement, comme tous les autres d'une nature analogue, est mené
d'une manière paternelle et avec une grande économie. Il est de la plus
grande utilité, et voici pourquoi: La navigation russe est encore peu
étendue; le commerce forme peu de matelots. Il ne peut donc pas, comme
en France et en Angleterre, offrir des ressources à la marine militaire
ni lui fournir des hommes propres aux fonctions de contre-maîtres et de
chefs d'équipage. Dès lors la prévoyance du gouvernement doit y
pourvoir.

En général, je le dis de nouveau, on ne saurait trop admirer les soins
pris en Russie pour l'éducation des enfants des serviteurs de l'État.
Fils de matelots, fils d'employés, fils de soldats, tous sont adoptés
par le souverain, qui se charge de les rendre utiles à son service et de
leur ouvrir la carrière de la fortune s'ils sont dignes de la parcourir.
Les soins pris par Alexandre pour l'éducation de la jeunesse peuvent à
peine se concevoir, monument durable et glorieux pour son coeur et son
esprit, conforme aujourd'hui aux plus grands intérêts de la Russie.

Peu de jours après ma visite à Cronstadt, l'empereur s'y rendit pour
inspecter la flotte, qui était au moment de sortir pour évoluer dans la
Baltique. Il me fit dire de me rendre dans la rade, sur le bateau à
vapeur, d'où je viendrais le trouver à bord de son yacht. L'escadre se
composait de trois vaisseaux de ligne et de neuf frégates. Je me rendis
près de l'empereur, et je l'accompagnai à bord des principaux bâtiments
dont il fit la visite. Ces bâtiments étaient assez bien tenus, mais on
pouvait reconnaître sans peine que les équipages étaient peu instruits.
J'en fus surtout frappé sur le yacht de l'empereur, alors à la voile et
monté par des marins de la garde. Les moindres manoeuvres semblaient
les embarrasser, et je fus au moment de donner mon avis sur la manière
d'orienter les voiles pour virer de bord, après que ce bâtiment eût
manqué à virer une première fois par la maladresse de l'équipage.
L'impératrice était à bord du yacht. Rien ne peut rendre son amabilité,
sa grâce et les agréments qui la distinguent. Combien ce couple, si
tendrement uni, est beau à voir, et qu'il est naturel de faire des voeux
pour son bonheur et sa prospérité!

L'empereur me fit remarquer que l'équipage du yacht était composé du
soldats mitraillés au mois de décembre. Je lui répondis: «Ah! Sire, on
fait des hommes ce que l'on veut, et vous avez pris le moyen de vous
assurer de leur fidélité par vos généreuses inspirations et votre
confiance noble et magnanime. Quand on les ressent et qu'on sait y céder
à propos, on a le génie du gouvernement!»

Au surplus, ces soldats révoltés de Saint-Pétersbourg ne doivent pas
être confondus avec les misérables qui les commandaient et les ont
entraînés dans la rébellion. Autant ceux-ci étaient infâmes et
criminels, autant les autres étaient dignes d'indulgence. De leur part
c'était un acte de vertu, et ils ont cru être des héros de fidélité et
se sacrifier à leur devoir. En effet, huit jours avant la révolte, ils
avaient prêté serment de fidélité à Constantin. On leur demande un
nouveau serment en vers un prince présent, et Constantin est absent. Ne
sont-ils pas autorisés à douter de la validité des droits, à craindre
une usurpation? Ils ne sont pas au fait de ce qui s'est passé. La
publicité est peu habituelle en Russie, et elle arrivé difficilement
jusqu'aux classes inférieures. Les événements qui venaient de se
succéder, presque incroyables pour les gens bien informés, étaient tout
à fait incompréhensibles pour ces soldats. Dès lors la défiance est
expliquée, même légitimée, et de là à la révolte il n'y a qu'un pas.
Induits en erreur par leurs propres officiers, ils persistent dans le
serment déjà prêté et sont victimes d'un sentiment louable de fidélité
et de constance à leur devoir, tandis qu'on les accuse du crime opposé.
Ces malheureux doivent inspirer une grande pitié, car ils ont été punis
pour une action dont le principe mérite une récompense. Ainsi, autant
les officiers conspirateurs doivent inspirer d'horreur, autant les
soldats sont dignes d'intérêt, et c'est ce que Nicolas a senti. Aussi
n'avait-il aucune inquiétude, aucune crainte, en se confiant de nouveau
à la garde de ceux-ci.

En revenant de Cronstadt, je visitai deux châteaux impériaux. Celui de
Oranienbaum, qui est fort peu de chose et très-délabré, rappelle
cependant deux événements importants. Catherine II, encore
grande-duchesse, faillit y périr en descendant une montagne russe. Le
char qui ta portait, étant sorti de sa rainure, allait être précipité,
quand Orloff, dont la force était prodigieuse, saisit le char en
mouvement et l'arrêta. Probablement cette circonstance a eu de
l'influence sur la puissance qu'il exerça sur elle et sur le rôle
politique qu'il a joué. Dans ce château Pierre III fut arrêté, précipité
du trône et confiné ensuite dans une prison, où peu après il trouva la
mort.

Peterhof, que je visitai ensuite, est à une assez faible distance
d'Oranienbaum, sur la même rive de la Néva. Le château est beau et
vaste, mais son architecture est mesquine. Le bâtiment est peu élevé; il
manque de grandeur et de dignité. Une rivière, riche en belles eaux, a
donné le moyen de faire des cascades magnifiques, des jets d'eau et
d'autres choses de cette nature, dont l'intention est de rappeler les
eaux de Versailles, sans cependant en approcher. Des jardins, situés
au-dessous du coteau où le château est bâti, sont grands, bien tenus et
dans le style des jardins de le Nôtre. Une petite maison en briques,
habitée par Pierre le Grand, y est conservée avec un respect religieux,
comme tout ce qui rappelle cet homme extraordinaire.

En général, les Russes, dont l'origine comme puissance est si nouvelle,
et qui sont admis à peine depuis un siècle dans la famille européenne,
attachent beaucoup de prix à se créer des souvenirs et à en préparer
pour leur postérité. Les peuples, comme les hommes privés, éprouvent le
besoin de reconnaître la source dont ils descendent et de se livrer aux
souvenirs qui s'y rattachent. On trouve un charme mystérieux à se livrer
à ces pensées et à conserver tout ce qui les réveille. Dans notre
vieille Europe, anciennement civilisée, dont l'histoire est présente à
notre esprit, nous trouvons à chaque pas des monuments qui en rappellent
les grandes époques, et les époques remontent jusqu'à celle de la
puissance romaine. En Russie, où tout est d'hier, tout, excepté le
Kremlin de Moscou, dont l'existence se lie avec l'invasion des Tartares
et la lutte des grands-ducs de Moscovie contre eux, tout date de Pierre
le Grand. Aussi on a recueilli avec soin ce qui lui a appartenu, ainsi
qu'à ses successeurs.

Dans tous les châteaux, et à Peterhof particulièrement, il y a une
grande quantité d'habits et de cannes de Pierre Ier; des robes de
Catherine Ire, d'Élisabeth; l'habit de cheval en taffetas vert que
portait Catherine Ire le jour où elle s'empara du pouvoir. Le trésor de
Moscou, plus riche en objets de souvenirs, remonte un peu plus haut;
maison dirait ici que l'on cherche à suppléer par le nombre des objets
au nombre de siècles qui manquent.

Peterhof est le lieu, chaque année, d'une fête populaire
très-remarquable. Elle est célébrée à une époque déterminée. Quand la
cour occupe le château, quarante ou cinquante mille individus viennent
se réjouir dans les jardins en toute liberté; ils s'y établissent, y
couchent, y restent pendant plusieurs jours et sont nourris aux frais de
l'empereur, avec son argenterie et par sa maison. L'empereur et sa
famille se promènent au milieu de cette foule sans garde et sans
appareil, et n'en sont que plus respectés. Une fête analogue a lieu à
Saint-Pétersbourg au 1er janvier de chaque année. Il y a un bal où tout
le peuple, sans exception, est admis dans le palais; il y vient un grand
nombre de milliers de personnes. Là, l'empereur est accessible au
dernier de ses sujets. Des repas servis en argenterie sont également
donnés, et jamais ni désordre, ni tumulte, ni vol, ne s'y commettent.
Ces fêtes populaires, instituées dans presque tous les pays soumis à des
gouvernements absolus et arbitraires, consacrent momentanément une
liberté sans limites pour le peuple, espèce d'indemnité donnée de la
perte de ses droits, et hommage rendu à la pensée qui représente le
souverain comme chef de la famille. C'est enfin un moyen de flatter, de
caresser l'opinion des masses et de conquérir leur affection, affection
précieuse et nécessaire; car cette espèce de souverain n'a d'autre appui
que la multitude et les soldats. Si cet appui, si cette affection,
venaient à leur manquer, si la haine succédait à l'amour, la révolte
serait immédiate et ferait crouler le trône. Quand, au contraire, les
gouvernements cherchent la base de leur puissance et la garantie de leur
durée dans un ordre régulier, dans le règne des lois et le respect pour
toutes les existences que la succession des siècles et les services
rendus à l'État ont grandies, ils ont des appuis moins variables, plus
solides, et ils conservent plus de dignité et de véritable indépendance.

J'allai passer une journée à Zarskoïe-Sélo, belle habitation, mais que
les Russes, comme toujours, pour ce qui les concerne, placent trop haut.
La comparaison de ce palais avec Versailles est une impertinence. Il est
fort vaste. Il présente un bel aspect, mais il n'a rien de ce grandiose
qui caractérise l'oeuvre de Louis XIV. Les jardins sont beaux, bien
dessinés et tenus dans une rare perfection. Il s'y trouve, comme
ornement et pour donner de la vie, des établissements d'agriculture. On
pourrait comparer ces jardins à ceux de Laxembourg, jardin impérial de
Vienne; ils les rappellent par leur nature et par la manière dont ils
sont soignés; mais il y a quelques mouvements de terrain naturels dans
ceux de Zarskoïe-Sélo, et des eaux rares et factices, tandis qu'à
Laxembourg tout est parfaitement plat, et les eaux abondantes et
magnifiques.

J'ai visité l'intérieur du palais et vu l'appartement qu'occupait
Alexandre. Tout y est resté intact, comme il l'a laissé en partant de
Zarskoïe-Sélo pour commencer le voyage où il a trouvé la mort. Il avait
le pressentiment d'une fin prochaine. Il parcourut, avant de partir,
toutes les allées de son jardin; puis, s'étant mis en route, il s'arrêta
à la distance dont on voit encore Zarskoïe-Sélo pour lui jeter un coup
d'oeil et lui faire un dernier adieu, inspiration inouïe, car il ne
devait plus revoir ce lieu qu'il chérissait. La chambre d'Alexandre à
Zarskoïe-Sélo renferme une très-petite bibliothèque, où les ouvrages de
Fénelon ont la place d'honneur. Les ouvrages de cet homme célèbre
devaient être dans le goût d'un souverain d'un coeur tendre, rempli de
douceur et de bienfaisance.

Je ne puis m'empêcher de revenir encore sur les souvenirs qu'il a
laissés en Russie. Il n'y a pas une famille à Saint-Pétersbourg qui ne
soit son obligée. Faire du bien était son premier besoin. Une mère de
famille lui demandait-elle une audience pour l'entretenir de ses
intérêts privés, il arrivait inopinément chez elle et s'occupait ensuite
à remplir le but de ses désirs. Il y avait chez lui quelque chose
d'angélique.

L'appartement occupé par Catherine II est délicieux: tout y respire la
volupté, et elle s'y entendait. La colonnade de marbre et la terrasse
donnant sur le lac devaient être, pour une cour gaie, spirituelle et
occupée de plaisirs, des lieux de réunion charmants à la fin d'une belle
journée.

J'ai vu, pour la première fois, dans le jardin de Zarskoïe-Sélo, les
enfants de l'empereur, et, en particulier, le grand-duc héritier. J'ai
déjà parlé de lui, et je dirai cependant combien sa vue m'intéressa, et
à quel point son air résolu me séduisit. Il maniait une petite barque
sur la rivière anglaise, et, un des officiers qui m'accompagnaient lui
ayant demandé de traverser cette rivière sur cette barque, la barque
fit, au moment où il s'embarqua brusquement, un mouvement si marqué, que
l'eau y entra. Un autre enfant de son âge aurait jeté un cri. Lui ne
montra pas la moindre émotion, saisit son crochet pour la pousser au
large, et ensuite ses rames pour la conduire. Il eut un aplomb et un
calme admirables. Que Dieu le conserve, et que ce jeune prince donne à
son père tout le bonheur qu'il a droit d'en attendre!

Après avoir vu en détail Zarskoïe-Sélo, j'allai visiter Paolowsky, situé
à peu de distance. C'était la résidence de prédilection de
l'impératrice Marie, le lieu qu'elle a habité avec Paul, du temps de
Catherine II. C'est aussi le lieu où Paul apprit son avènement au trône.
Bonne habitation, commode, agréable, un peu sauvage, parce qu'elle est
environnée de bois, mais donnant l'idée seulement d'appartenir à un
riche particulier. Les mouvements de terrain y sont plus prononcés qu'à
Zarskoïe-Sélo, où la nature se montre beaucoup moins que l'art. Ici les
bois sont venus d'eux-mêmes; à Zarskoïe-Sélo, c'est la main de l'homme
qui les a plantés.

Un des établissements les plus curieux situés dans les environs de
Saint-Pétersbourg, la manufacture de Colpina, est une des plus belles
fabriques que l'on puisse voir. Ses produits sont tous relatifs au
service de la marine. On y forge des ancres pour les vaisseaux; on y
construit des machines à vapeur, des affûts pour les canons, des
cuisines de vaisseau; on y lamine des cuivres pour le doublage des
bâtiments; on y fait des clous et des boulons en cuivre, des instruments
d'astronomie, etc. Enfin on s'occupe de tout ce qui tient à l'armement
et l'aménagement des vaisseaux.

Elle forme un immense fer à cheval, au milieu duquel est un grand bassin
servant de port, et d'où les bateaux se rendent sur la Néva, au moyen
d'une rivière navigable. Un Anglais, nommé Wilson, est chargé de diriger
cette fabrique. Un calculait alors qu'avec un travail de quatre années
et une dépense de quinze cent mille francs elle serait portée à sa
perfection.

Après avoir visité Colpina, j'allai voir Schlusselbourg, point ou le
canal de Ladoga débouche dans la Néva. De magnifiques écluses venaient
d'être achevées. L'activité de la navigation a obligé d'en réunir deux
ensemble pour le même objet. Dans quelques circonstances de l'année, on
doit ménager l'eau du canal, et en diminuer autant que possible la
consommation. À cet effet, on a imaginé un moyen fort ingénieux. Deux
écluses jumelles sont accolées l'une à l'autre. Quand les bateaux
descendants sont dans un des sas, au lieu de verser l'eau dans le canal
inférieur, avant d'ouvrir l'écluse, on la fait écouler dans l'écluse
voisine. Les eaux des deux sas se mettent de niveau alternativement, et
ce mouvement conserve une partie de l'eau, qui sans cela serait versée
dans le canal inférieur et serait perdue. Il y a plusieurs canaux en
France où ce moyen d'économiser l'eau devrait être employé. En portant
le nombre des écluses ainsi accolées à trois ou plus, on diminuerait
encore davantage la consommation de l'eau, dont la dépense serait ainsi
réduite a fort peu de chose.

Les exportations faites par ces débouchés sont si considérables et la
navigation si active, qu'année commune il passe par les écluses de
Schlusselbourg de vingt-six à vingt-huit mille bâtiments, du port de
cent vingt à deux cents tonneaux, ou des trains de bois qui les
représentent. Pour donner un terme de comparaison, je dirai que, dans
les meilleures années, la navigation du canal de Languedoc ne consiste
que dans le passage de quinze cents bateaux d'une moindre grandeur.

Élisabeth fit enfermer, depuis sa plus tendre enfance, dans le château
de Schlusselbourg, Ivan, petit-neveu de Pierre 1er, qui avait été
déclaré héritier du trône par l'impératrice Anne. Ce malheureux prince y
périt, par l'ordre de Catherine II, à l'occasion d'une entreprise faite
en sa faveur.

J'assistais habituellement aux manoeuvres de la garde quand elle
s'exerçait par brigade. Je vis successivement les régiments de
Préobragensky et de Moscou, les chasseurs de Finlande et les chasseurs
de la garde, les régiments d'Ismailowsky et Pawlowsky, enfin ceux
d'Alemanowsky, et les grenadiers du corps; infanterie superbe et fort
instruite; un peu lourde, un peu pesante, mais dont la composition, pour
la taille et la tournure des hommes, est admirable. Elle est, il est
vrai, l'objet d'un choix tout particulier, et recrutée dans les
grenadiers, qui sont eux-mêmes choisis dans l'armée, où les conditions
imposées sont remplies et au delà.

J'accompagnai l'empereur au camp de Zarskoïe-Sélo, où une grande partie
de la garde fut réunie. J'y passai trois jours à voir manoeuvrer les
troupes, que l'empereur commandait en personne. On y fit aussi la petite
guerre. J'eus l'occasion d'admirer l'aplomb et la facilité avec laquelle
l'empereur dirigeait les mouvements et son coup d'oeil pour remuer des
masses considérables; mais j'aurai l'occasion de traiter plus en détail
cet objet en parlant des manoeuvres de Moscou, et de donner des
renseignements circonstanciés sur l'armée russe.

Je fus frappé, en ce moment, de la promptitude et de la facilité avec
laquelle l'infanterie russe se fatigue. Après une marche de quatre
heures, les soldats semblaient aussi épuisés que les nôtres après une
journée entière. L'instruction remarquable des régiments, pris
séparément, est supérieure à celle des chefs. Les généraux ne m'ont pas
satisfait. L'empereur est le meilleur manoeuvrier de tous ceux que j'ai
vus à ces réunions.

Il y avait aussi de la cavalerie de la garde au camp de Zarskoïe-Sélo;
cavalerie superbe. Les cuirassiers, chevaliers-gardes et gardes à cheval
sont montés sur des chevaux immenses, qui cependant sont très-maniables
et ont une grande souplesse, la cavalerie légère, hussards, chasseurs,
lanciers et dragons, est montée plus haut que dans l'armée française;
mais ces différentes troupes doivent être considérées comme destinées à
combattre en ligne, attendu que les Cosaques suffisent à tous les
services des avant-postes et des reconnaissances. Aussi les hussards,
chasseurs, etc., n'ont ni l'habitude ni l'expérience de ce genre de
service.

L'arrivée du corps de l'impératrice Élisabeth fut suivie de ses
funérailles. Son entrée à Saint-Pétersbourg eut lieu avec la plus grande
solennité. L'empereur, l'impératrice, le reçurent à la barrière et
l'accompagnèrent à pied jusqu'à l'église de la forteresse, lieu de
sépulture des souverains russes depuis Pierre 1er. Le cortège était
immense et occupait plus d'une lieue de longueur. En faire la
description me serait impossible. Dans aucun autre pays, une cérémonie
semblable n'offre quelque chose d'aussi imposant, ni d'une aussi grande
pompe, ni d'un caractère plus religieux.

Le corps diplomatique y fut invité, et nous nous rendîmes tous à
l'église pour assister au service et à l'inhumation, église petite et
mesquine, dont la construction est récente comme celle de la ville. Le
terrain sur lequel elle est construite est si bas et si
rapproché des eaux, qu'il semble soumis à mille chances de destruction.
Les souvenirs des âges anciens n'y figurent pas, et cependant ces
impressions conviennent beaucoup aux solennités qui rappellent
l'éternité. Les restes mortels des souverains de ce grand empire,
déposés dans un lieu aussi moderne, sont un témoignage du peu
d'ancienneté politique de ce peuple. Il en résulte, pour ainsi dire, un
manque de dignité pour ce grand pays. Combien Moscou est préférable pour
recevoir les dépouilles des empereurs: vieille ville et véritable
capitale, dont l'action se fait sentir tout à la fois sur l'Asie et sur
l'Europe; vieux Kremlin et accumulation de tombes, dans l'église la plus
ancienne de cette ancienne résidence!

Quand l'empereur, le jour de son sacre, va faire, comme chose de
cérémonie, une station et une prière dans l'église de ses ancêtres,
remplie de leurs cercueils, on éprouve, malgré soi, un pieux
recueillement et une sainte émotion. Cette cérémonie parle tout à la
fois au coeur et à l'esprit.

Après les funérailles de l'impératrice Élisabeth, tout le monde se
disposa à partir pour Moscou. L'empereur se mit en route immédiatement
après le jugement définitif du procès de la conspiration et après avoir
fait tous les actes de clémence compatibles avec la justice et une bonne
politique. Je quittai Saint-Pétersbourg la veille du jour où les cinq
individus, condamnés à être pendus, devaient être exécutés; je pris ma
route par les colonies militaires, situées sur le Volcoff, que
l'empereur m'avait autorisé à visiter, et dont je vais rendre compte.

L'empereur Alexandre avait été frappé des avantages de toute nature que
l'empereur d'Autriche tire des régiments frontières, établis sur les
confins de ses États du côté de la Turquie. Le but de cette
organisation, indépendamment de la garde de la frontière, est
d'entretenir en temps de paix, et de former pour la guerre, un grand
nombre de soldats avec une faible dépense; de tirer d'une population
assez faible des soldats dans une proportion très-forte, mais à la
condition de les laisser habituellement dans leurs familles, et occupés
de leurs travaux, quand la guerre ne les appelle pas ailleurs. Dans les
provinces civiles d'Autriche, un régiment d'infanterie est entretenu par
une population de quatre cent mille âmes, et dans les provinces
militaires par une population de cinquante ou soixante mille âmes.
Celles-ci donnent donc huit fois autant de soldats que les premières. Le
succès de cette organisation en Autriche, dans l'intérêt du souverain,
dans l'intérêt de la population, de son bien-être et des progrès de la
civilisation, justifie la proportion adoptée, et prouve combien le
système est bon et salutaire.

Les faiseurs en Russie imaginèrent de coloniser des régiments sans les
placer au milieu d'une population correspondante par sa force aux
besoins qu'exige leur entretien. Chose inouïe! on prit pour base d'un
régiment une population de trois, quatre ou cinq mille âmes, soumise
violemment à ce régime; et cette population, d'ailleurs peu propre au
métier qu'on voulait lui faire faire, se composait en grande partie de
bateliers du Volcoff, riches de leur industrie; ainsi la nature et le
défaut de population, tout était contraire.

Ou avait donc renversé la question, et, au lieu de faire des soldats
avec des paysans, on faisait des paysans avec des soldats. Un régiment
étant placé dans un canton, la population lui fut donnée. Les filles
devinrent les femmes des soldats, et le soldat, institué chef de
famille, commanda dans la maison. Beau-père, belle-mère et belle-soeur,
tout lui fut soumis. On bâtit des villages en forme de camps baraqués,
et on donna aux familles des terres à défricher. De belles constructions
pour les officiers, pour les hôpitaux, pour les exercices à couvert,
furent exécutées avec magnificence, et de la manière la plus large et la
plus intelligente; mais tout, en définitif, n'était qu'une manière de
casernement. Ce système isolé ne pouvait se soutenir par lui-même. Ces
régiments, n'étant pas formés et entretenus par la population du
territoire, ne pouvaient rester au complet qu'au moyen de recrues
fournies par les provinces de l'empire. Les soldats enrôles,
indépendamment de leurs services militaires, étant tenus de consacrer la
plus grande partie de leur temps à cultiver la terre, formèrent ainsi
des colonies agricoles, organisées militairement, et non des colonies
militaires; corps de laboureurs recruté par l'armée, et non réunion de
soldats faite avec des laboureurs. Le troisième bataillon, attaché au
sol, ne devait jamais sortir, et cependant ceux qui le composaient
étaient assujettis aux mêmes exercices militaires: véritable
contre-sens. Il y a une grande différence à être soumis à l'autorité
militaire, comme en Autriche, à porter le nom de soldat afin d'en
prendre plus ou moins l'esprit, ou bien d'être obligé de remplir sa vie
des détails qui constituent ce métier, indépendamment des devoirs
imposés comme cultivateurs et comme colons. Il y avait donc autant
d'erreur dans l'application des principes et dans le régime que dans les
bases dont on était parti. Aussi a-t-on abandonné cette institution, et,
si elle n'est pas détruite formellement par un ukase, le respect porté
au nom de l'empereur Alexandre en est le seul motif. Les immenses
constructions exécutées n'ont d'autre destination aujourd'hui que de
loger des troupes de la garde ou de l'armée.

Les colonies militaires de cavalerie, situées en Ukraine, sont tout
autre chose. Établies sur des bases raisonnables, conduites par un homme
d'esprit, actif et éminemment propre à la direction de semblables
établissements, le général de Witt, elles ont obtenu le succès le plus
complet. J'aurai ailleurs l'occasion d'entrer dans quelques détails sur
ce sujet.

Des colonies militaires, je me rendis à Novogorod, qui fut une ville
riche et prospère aux temps du moyen âge, avec laquelle les souverains
étaient obligé de compter, mais qui présente aujourd'hui le spectacle le
plus misérable, la grande enceinte qui la contenait à peine autrefois
existe encore; mais la plus grande partie de la surface qu'elle enferme
est un désert aujourd'hui, et la partie habitée elle-même ne présente
que quelques chétives cabanes; triste spectacle offert aux yeux du
voyageur par cette cité célèbre, qui fut autrefois république puissante.

Les villes de Russie que je visitai alors ne m'offrirent rien de
séduisant. Un peuple a besoin de la succession d'un grand nombre
d'années pour se policer et s'enrichir. Une aisance générale, un
bien-être universel, une grande sécurité, et la conscience d'une
protection efficace de la part du pouvoir, peuvent seuls donner le goût
d'embellir sa demeure. Des révolutions ayant autrefois détruit
Novogorod, des ruines l'ont remplacée, et, jusqu'à présent, aucune
circonstance n'en a favorisé lu renaissance.

Chose singulière et digne de remarque: la marche politique de la société
a été, en Russie, en sens inverse de celle du reste de l'Europe. Tandis
que l'Occident était soumis à la plus dure féodalité, tout le Nord était
libre. Les circonstances qui ont fondé chez nous la féodalité
l'expliquent: effet de la conquête, elle devint la base de l'ordre
social. Dans le Nord, berceau des conquérants, la liberté s'était
conservée; mais l'ordre de choses changea successivement en Occident, et
particulièrement en France et en Angleterre. La formation des communes
et leur affranchissement, l'alliance des souverains avec les peuples
modifia, diminua l'existence et les droits des seigneurs; et, tandis que
la marche progressive des temps protégeait ces peuples, un acte isolé
attacha les paysans russes à la glèbe. Sous le règne de Boris Godunow,
usurpateur qui s'empara du trône des czars en 1598 et ne régna que cinq
ans, un ukase changea le sort de toute la population. Sur la
représentation des seigneurs, pour empêcher les paysans de quitter leurs
villages et de laisser les terres sans culture, il fut ordonné que les
paysans ne pourraient s'éloigner à l'avenir et appartiendraient au sol
qui les avait vus naître. Le seigneur, maître du sol, devint ainsi
propriétaire de leurs personnes. Cet ukase, reçu sans contradiction,
devint et forme encore le fondement de la société en Russie.

De Novogorod, je continuai ma route pour Moscou, où j'arrivai en quatre
jours. Le passage des monts Valdaï coupe un peu la monotonie du voyage.
Ces monts, placés au point de partage des eaux qui se rendent dans la
Baltique et dans la mer Caspienne, présentent à peine à l'oeil une
élévation supérieure de deux ou trois fois à celle de Montmartre. Au
pied du versant méridional se trouvent de beaux et vastes lacs, dont la
navigation se lie à celle des rivières et des canaux qui traversent
l'empire.

Le pays que j'ai parcouru est souvent marécageux, d'autres fois riche et
bien cultivé. La plaine de Tarjock en présente un remarquable exemple.
On exécute une grande chaussée de Saint-Pétersbourg à Moscou, chose de
luxe, car les grands transports se font ou par les canaux et les
rivières, ou par le traînage en hiver. Cette route servira donc
seulement aux voyageurs. Au reste, l'importance de la communication
entre les deux capitales en justifie suffisamment la construction.
Toutefois, dans un but aussi restreint, elle m'a paru trop large; mais
tout, en Russie, se conçoit et s'exécute dans des dimensions
gigantesques. L'immense étendue de l'empire a sans doute accoutumé les
esprits à des nombres et des proportions supérieurs à tout ce que l'on
conçoit ailleurs. Ce bel ouvrage, qui était, à cette époque, au tiers de
son exécution, est terminé complétement aujourd'hui; mais alors on
parcourait encore deux cent quarante verstes de route sur des rondins,
espèce de route odieuse, produisant des secousses insupportables, et
cependant c'était le seul moyen d'arriver.

Ce genre de construction exige une énorme consommation de bois, car à
peine la durée des arbres employés est-elle de quatre ans. On rend les
chemins moins rudes en équarrissant les bois, mais ceux-ci alors
deviennent plus chers, soit à cause de la quantité de bois perdu, soit à
cause de l'accroissement de la main-d'oeuvre. Je m'arrêtai à Tiver,
l'une des villes les plus importantes de la Russie. Elle est grande,
mais dépeuplée: aussi offre-t-elle le spectacle le plus triste. Elle ne
porte le caractère ni d'une ville nouvellement bâtie, par la beauté des
édifices, ni celui d'une ancienne ville, par les vestiges d'une ancienne
population. Elle est située sur le Volga, fleuve qui traverse presque
toute la Russie en y portant l'abondance et la richesse. Ce fleuve est
la grande artère de cet immense corps.

Le 29 juillet, j'arrivai à Moscou, ville qui ne ressemble à aucune
autre, et dont la vue étonnerait même celui dont l'esprit serait le plus
prévenu. Son étendue immense, le caractère de ses édifices, les mille ou
onze cents dômes dorés ou peints qui s'élèvent dans les airs, les
intervalles cultivés, les vallons qui séparent les différents quartiers
et font de chacun une ville à part, trois boulevards circulaires
concentriques, plantés d'arbres, formant la plus magnifique promenade du
monde, enfin le Kremlin avec ses tours, ses créneaux et ses
fortifications du moyen âge, composent un ensemble dont il est
impossible de donner une juste idée. On dirait une agrégation de villes;
et cette ville est comme une image de l'empire lui-même, qui est une
agrégation de royaumes.

Le Kremlin, situé sur une élévation, domine un peu la ville. Tout y
porte le cachet du moyen âge. Ancien fort, ancienne résidence des
grands-ducs de Moscovie, il renferme encore aujourd'hui le palais
qu'habite l'empereur. Sa surface, assez peu étendue, contient cependant
huit églises, le palais et une place suffisante pour les parades
journalières. Diverses architectures, orientales et chinoises, ont été
suivies dans la construction de ces églises. Une d'elles renferme les
tombeaux des czars, dont elle est entièrement remplie.

Du haut des remparts, cette immense ville parle puissamment à
l'imagination. Mais quelle impression sa vue ne devait-elle pas faire
sur un Français! Comment ne pas se rappeler que cette ville avait été
entre nos mains, et que la puissance de nos armes s'était étendue
jusqu'au centre de l'empire russe, à l'extrémité de l'Europe, aux
confins de l'Asie, et cela, il y avait à peine quinze ans! Alors tout
pliait devant nous; alors tout se prosternait sur nos pas. Mais ce
triomphe d'un moment fut acheté au prix de quatre cent mille hommes
laissés dans les déserts, au prix de l'invasion de la France et de
l'entrée dans Paris des armées de toute l'Europe! Il me semblait voir
apparaître, avec un éclat extraordinaire, notre grandeur passée et
l'immense chute qui l'a suivie, dans ce lieu même où tant de souvenirs
sont encore récents. Grand exemple des vicissitudes humaines et de la
justice divine! L'abus de la force appelle une résistance légitime; la
résistance amène la victoire, et, bientôt après, la vengeance. Les
cendres de Moscou devinrent comme l'élément régénérateur de la monarchie
russe. Notre destinée avait été de parcourir toutes les périodes de la
fortune pour arriver aux plus grands malheurs. La compensation des maux
qui nous avaient frappés s'était trouvée dans la possession d'un
gouvernement doux et paternel, dans ta jouissance d'une liberté
véritable, d'un état tranquille et d'une prospérité sans exemple. Mais,
ces biens, mal apprécies au bout de seize ans, devaient nous être
enlevés pour faire place au chaos; et, tandis que les principaux auteurs
des grandes scènes passées disparaissaient du monde, Moscou, théâtre de
tant de désolation et de tant de calamités, plus belle et plus imposante
que jamais, était devenue le séjour paisible et brillant d'un empereur
éclatant de jeunesse et de beauté, au moral comme au physique.

L'impératrice-mère était restée à Moscou depuis la mort de l'impératrice
Élisabeth. Je fus présenté, immédiatement après mon arrivée, avec toute
mon ambassade, à cette princesse. Je fus frappé de son air imposant,
mais théâtral. Elle avait une sorte de grandeur dans les manières, un
air grave et digne. Elle cherchait évidemment à faire effet par ses
discours et quelques mots marquants. Sa grande gloire est d'avoir élevé
Nicolas: tâche qui, par la manière dont elle l'a remplie, honore sa
haute intelligence. Son esprit actif la rendait ambitieuse et avide de
pouvoir. Pour donner quelque aliment à ses facultés, elle s'était
chargée de la direction supérieure et de l'inspection de divers
établissements d'éducation, de bienfaisance et d'industrie. Au moment où
son jeune fils monta sur le trône, elle se crut destinée à régner sous
son nom; mais lui, malgré son respect religieux pour elle, sut bientôt
s'affranchir d'une dépendance que son droit, comme son devoir, lui
défendait de supporter.

La plus tendre union n'a jamais cessé d'exister parmi les membres de la
famille impériale. On l'attribue avec raison à l'autorité et à
l'influence constante de l'impératrice-mère sur ses enfants. On
l'accusait de manquer de franchise; j'ignore si cette accusation était
fondée. Son regard incertain ne contredirait pas cette assertion. Elle a
renouvelé, pour ainsi dire, la race de Romanow. Son mari, l'empereur
Paul, était horriblement laid, et aujourd'hui la maison impériale de
Russie est une des plus belles de l'Europe. Certes, cet avantage,
dédaigné habituellement dans notre Occident, est précieux et donne de
grands moyens d'action sur l'esprit des peuples. Elle l'a relevée aussi
au moral. La pureté de ses moeurs, la régularité de sa conduite, ont
effacé, pour ainsi dire, les souvenirs des désordres de Catherine.

Je vis ensuite la grande-duchesse Hélène, princesse charmante, remplie
de beauté et d'esprit; comme l'impératrice Marie, de la maison de
Wurtemberg, et tout à la fois sa petite-nièce et sa belle-fille,
princesse également remarquable par son amabilité, les grâces de son
esprit et ses avantages extérieurs.

L'empereur arriva enfin à Moscou, et y fit son entrée. Le cortège et les
équipages étaient médiocres. Les Russes, sentant le besoin de se
vieillir, portent jusqu'au ridicule l'emploi de choses qui chez nous
seraient mises au rebut. Ainsi, par exemple, de vilaines voitures, comme
on en avait il y a soixante ans, sont précieusement conservées à la cour
pour les cérémonies. On en ferait au besoin faire de cette forme, pour
être gâtées ensuite, plutôt que de faire usage de voitures élégantes et
commodes comme celles d'aujourd'hui. L'empereur, à cheval, avec son
état-major, par sa bonne grâce et son grand air, faisait tout l'éclat de
cette fête. De belles troupes en grand nombre bordaient la haie depuis
la barrière jusqu'au Kremlin.

L'empereur donna, peu de jours après son arrivée, la mesure de son
caractère, de sa volonté et de son jugement sain. Sa mère, éloignée de
lui depuis deux mois, et étrangère aux affaires, crut qu'à l'arrivée de
son fils tout lui serait communiqué et que tout serait soumis à sa
décision. Il en fut autrement, et les soins d'une tendresse active ne
furent entremêlés d'aucune confidence. L'impératrice s'en formalisa.
Elle s'en plaignit, et son fils, en lui montrant un tendre respect,
résista à ses volontés. Il lui dit: «Ma mère, des hommages, des soins,
de la tendresse, il sera toujours doux à mon coeur de vous les
témoigner, et ce sera même un de ses premiers besoins. Concourir à vos
désirs, vous donner les moyens de faire prospérer vos établissements de
bienfaisance, vos fabriques, etc., tout cela est sacré pour moi, et le
trésor de l'empire vous sera toujours ouvert pour cet objet; mais les
affaires de l'État me regardent, souffrez que je les fasse seul.» Et,
deux jours après, une revue de soixante mille hommes avait lieu. C'était
un hommage rendu à l'impératrice-mère. L'empereur défilait à la tête de
ses troupes et saluait sa mère: jamais il ne s'est écarté de cette
conduite.

Cette revue fut suivie de beaucoup d'autres, de manoeuvres et de petites
guerres. Le camp établi près de Moscou se composait de huit bataillons
de la garde, du corps de grenadiers de vingt-quatre bataillons, du
cinquième corps de dix-huit bataillons. Il y avait trente-trois
escadrons, dont dix-sept de la garde, et cent soixante-huit bouches à
feu attelées. Tous ces corps étaient au grand complet et présentaient un
effectif présent sous les armes de cinquante-trois mille sept cents
hommes. Je n'ai rien vu de plus beau en ma vie. Les troupes de ligne
pouvaient supporter sans inconvénient la comparaison avec la garde, et,
sous certains rapports, elles m'ont paru lui être préférables.
L'instruction y était meilleure et leurs officiers valaient évidemment
mieux. Ils étaient jeunes, comme ceux de la garde, matis savaient mieux
leur métier. Dans la garde, à cette époque, les soldats étaient
supérieurs aux officiers, aimables de salon, beaucoup plus occupés à
plaire aux femmes qu'à remplir les fonctions de leurs grades. L'empereur
Nicolas, dont la sollicitude est si grande pour tout ce qui est utile,
aura, j'en suis convaincu, modifié cet ordre de choses. Quand les
officiers de la garde vaudront leurs soldats, ce corps ne laissera
absolument rien à désirer.

Le goût de l'empereur et les usages de la Russie rendent les exercices
militaires l'objet de plaisirs journaliers. Tantôt c'était la cavalerie,
toute réunie et seule, qui manoeuvrait dans les grandes plaines
environnant Moscou; tantôt c'étaient vingt ou trente bataillons
d'infanterie; une autre fois, toute l'artillerie. On fit la petite
guerre à plusieurs reprises: une fois elle dura deux jours.

L'empereur commandait constamment lui-même. Je n'ai pas cessé d'admirer
son aplomb, son calme, son coup d'oeil, à lui qui n'avait jusque-là
commandé qu'une brigade. Il est né avec un instinct particulier pour
manier les troupes; mais il attache peut-être à des minuties plus
d'importance qu'il ne convient à un général d'armée et encore bien plus
à un souverain. La force de son caractère et son courage étaient déjà
prouvés. L'amour de la gloire, dans une âme comme la sienne, ne pouvait
pas être mis en doute. La bonté et la force de son armée lui donnaient
le moyen de se livrer à tous les calculs de l'ambition. Ainsi tout
devait le faire supposer amoureux de la guerre et avide de gloire
militaire. Une véritable et grande philanthropie semble être un
contre-poids à ces qualités, et détruire un instinct belliqueux, sans
lequel on ne fait rien de grand. Cette modification de son caractère est
sans doute un bienfait de la Providence pour assurer le repos du monde,
car personne plus que lui n'aurait pu le troubler. Sans doute il en
résultera aussi un grand bien pour ses peuples. Tout entier à ses
devoirs de souverain, éclairé par un esprit juste et par la voix de sa
conscience, soutenu par un zèle infatigable et la force de la jeunesse,
il régénérera son peuple et formera un ordre de choses meilleur que
celui qu'il a trouvé. Alors il aura rempli la tâche dont le succès
intéresse le plus la Russie. Les éléments qui composent ce pays, les
circonstances naturelles qui lui sont propres, garantissent suffisamment
la puissance que la Providence lui réserve dans l'avenir.

À l'occasion de ces exercices, j'ai beaucoup vécu avec les officiers
généraux russes, et je les ai souvent reçus chez moi. Il y eut
promptement entre nous une grande cordialité, resserrée par les
souvenirs du champ de bataille. Le métier des armes comporte et amène
une fraternité qui établit des rapporte faciles entre les gens de guerre
de tous les pays, et particulièrement entre ceux qui se sont vus en face
les uns des autres, noble mouvement du coeur humain, dont l'application
se trouve dans l'estime qui résulte en soi-même et aux yeux des autres
de l'accomplissement de ses devoirs; car les meilleurs juges en cette
circonstance sont ceux qui en ont été les victimes. On fait un triste
accueil à un général qui s'est laissé facilement battre, et lui-même ne
se rappelle une époque honteuse qu'avec embarras. On éprouve des
sentiments d'une tout autre nature pour celui qui nous a battu ou pour
celui qui, quoique battu, n'a cédé qu'à la puissance du nombre et a fait
une longue et vigoureuse résistance. Il est dans la nature de l'homme de
respecter ce qui a le caractère de la force. On redoute celle qui nous
menace; on chérit celle qui nous protège, et l'idée de la force porte
avec elle un caractère toujours imposant. Or rien ne la constate, rien
ne la caractérise davantage et ne l'embellit plus que le courage dans
les revers et dans le malheur. En rapportant ces observations à ce qui
me concerne, je dirai qu'en 1813 et 1814 j'ai presque constamment
combattu les Russes et les Prussiens, et que, quand je ne les ai pas
battus, je leur ai fait payer cher leur victoire. C'est à ces souvenirs
que j'attribue l'accueil personnel si favorable et si bienveillant que
j'ai reçu en Russie.

Je parlerai de l'état-major russe avec une grande réserve. Beaucoup
d'officiers généraux n'étaient ni à Pétersbourg ni à Moscou, et les
absents pouvaient être les plus distingués. Toutefois, après avoir cité
le comte Michel Woronzoff, exprimé la haute estime que je porte à son
caractère et à sa capacité, ainsi que l'étonnement qu'un homme de cette
distinction soit aussi peu employé, je dirai qu'en masse les généraux
que j'ai vus m'ont paru assez faibles. Je parle ici non de l'instruction
proprement dite, que j'ai été peu à même de juger à fond, mais de cette
physionomie à laquelle nous autres gens de guerre nous reconnaissons
assez vite les bons officiers. Toutefois j'ai remarqué un général
Vassiltchicoff qui a toute l'apparence d'un militaire distingué; le
général Benkendorf qui commandait une division de cuirassiers de la
garde; le général Tolstoï, homme de jugement et d'expérience. Il est
indubitable qu'il y a un grand nombre de généraux à la hauteur de ceux
que je viens de nommer.

Dans les grandes armées, après de longues guerres, il se forme
nécessairement beaucoup de généraux capables de conduire et de bien
commander huit à dix mille hommes; car, pour cet emploi, il ne faut que
trois choses: du courage, du bon sens et de l'expérience; mais, pour les
fonctions d'un ordre supérieur, il faut bien d'autres qualités. Aussi,
dans tous les pays et dans tous les temps, les gens capables de les
remplir sont rares.

Je dois parler ici du général Diebitsch dont la vie, quoique courte, a
été marquée par des succès brillants et des revers qui ont empoisonné
les derniers moments de sa carrière. Le général Diebitsch était un homme
très-distingué, très-instruit, ayant des idées saines et toutes les
bonnes doctrines sur la guerre. J'ai eu de très-longues conversations
avec lui, et je l'ai vu pénétré de ces principes simples qu'une
expérience plus longue que la sienne m'a montrés être l'essence du
métier. Son activité était extrême, sa bravoure brillante, sa volonté
forte. Il avait donc toutes les qualités nécessaires pour commander. La
mauvaise campagne de 1828, contre les Turcs, n'est pas son ouvrage.
Celle de 1829 lui appartient et lui fait honneur. Quant à sa campagne de
Pologne, la première partie, quoique malheureuse, a dépendu de
circonstances qui étaient en dehors des calculs qui devaient le diriger.
On ne peut, avec justice, le rendre responsable du mauvais succès; car
il a été le jouet des caprices de la fortune, auxquels tous les
événements de la guerre sont plus ou moins soumis. La seconde partie de
cette campagne peut seule être l'objet d'un blâme mérité. Il s'est
abandonné à une sécurité coupable. Le général Diebitsch avait la
confiance absolue de l'empereur Nicolas, et il m'a semblé la mériter.
Parmi les généraux que j'ai vus en Russie il n'en est pas un seul qui
pût lui être comparé, excepté le comte Woronzoff et le comte Paskewitz.
Et Nicolas n'avait pas pu faire un meilleur choix. Au reste, ce choix
avait été d'abord celui d'Alexandre.

À l'occasion des petites guerres aux environs de Moscou, je dois
raconter un fait qui peint le caractère russe. Le mot _impossible_ n'est
pas compris par les Russes; on est même en droit de supposer qu'il
n'existe pas dans leur dictionnaire. En conséquence, un ordre n'est
jamais commenté par les subalternes. On ne s'occupe que de son
exécution. Il est vrai que pour arriver au but, quel qu'il soit, on
prodigue les moyens. L'empereur avait déterminé, en arrêtant le plan
d'une opération, que le rassemblement d'un des corps se ferait sur un
point déterminé. Pour y arriver, il fallait traverser un vallon
marécageux d'une longueur de cent toises environ et un ruisseau. On y
accumula les travailleurs, qui se relevaient de deux en deux heures. On
passa la nuit à ce travail. Le lendemain, la digue et le pont étaient
achevés. En France, un pareil travail aurait duré quinze jours. Je fus
stupéfait du résultat, dont le souvenir ne s'est pas effacé de ma
mémoire. La volonté russe est une chose à part, et on ne saurait trop
l'admirer.

Le temps s'écoulait; le moment fixé pour le couronnement et le sacre
approchait. Il devait avoir lieu le dimanche 27 août. Quelques
circonstances particulières le firent remettre au dimanche suivant. Il
survint, sur ces entrefaites, un événement imprévu d'une grande
importance, l'arrivée inopinée du grand-duc Constantin. Pour en faire
bien comprendre toutes les conséquences, je vais reprendre les choses de
plus haut.

On se rappelle les circonstances de la révolte éclatée au moment où
Nicolas était monté sur le trône. Constantin s'était conduit loyalement
envers son frère et avait refusé une couronne qui lui était décernée,
mais à laquelle il avait déjà renoncé dans des temps antérieurs. En
faisant cet acte louable, il avait éprouvé un combat intérieur et un
regret secret de perdre un semblable héritage. Ces sentiments se
montrèrent dans mille occasions, et l'aigreur de sa correspondance avec
Nicolas en était un indice suffisant. Nicolas avait désiré voir
Constantin à Pétersbourg. La présence de son frère lui paraissait devoir
être une approbation solennelle de sa conduite, et une confirmation de
la reconnaissance de ses droits; mais celui-ci, sous différents
prétextes, s'y était constamment refusé. Il craignait, en paraissant,
disait-il, de causer des troubles. Il terminait habituellement ses
réponses en disant: «Cependant, si Votre Majesté me l'ordonne, je me
rendrai près d'elle,» mais de ce ton équivalant à un refus quand celui
auquel on écrit est résolu aux égards.

Nicolas avait renoncé à l'espérance de voir son frère céder à ses
désirs. Il en avait pris son parti. Après sa conduite envers lui à la
mort d'Alexandre, après la déférence que depuis il lui avait montrée, il
ne pouvait rien se reprocher; aussi se dit-il probablement: Mon frère
n'a pas voulu de la couronne, il faut que quelqu'un règne: je suis
chargé, malgré moi, du fardeau, mais je saurai le porter et me mettre
au-dessus de ses caprices.

Les choses en étaient là quand la réflexion, et peut-être plus encore
les sages conseils de la princesse de Lovitz[3] vinrent éclairer
Constantin. Il dut penser que l'indulgence de Nicolas aurait des bornes,
qu'après avoir respecté des caprices le maître pourrait parler, et
qu'alors sa position serait insupportable. La marche sage et prudente de
Nicolas assurait la durée de son pouvoir. Chaque jour le consolidait
davantage, Constantin résolut donc, par une démarche inopinée, de
réparer ses torts passés et de rentrer dans les bonnes grâces de son
frère. Il se mit en marche, sans être annoncé, pour Moscou, voyagea
rapidement, empêcha tous les courriers de le devancer, tomba comme une
bombe à Moscou, et se présenta inopinément au Kremlin et au palais de
l'empereur. Nicolas était occupé d'un travail avec le prince Galitzin,
gouverneur de Moscou, lorsqu'on lui annonça le grand-duc. L'empereur
répondit qu'il le recevrait après le travail qu'il faisait, croyant
parler du grand-duc Michel. Mais, comme on lui répliqua que c'était
Constantin, il se leva subitement en disant: «Constantin!» Et il courut
dans la pièce voisine et se précipita dans ses bras. Dans une heure,
cette ville immense de Moscou, et en deux heures tous les environs,
furent informés de son arrivée, tant cette nouvelle paraissait grande à
tous les esprits.

     [Note 3: Épouse morganatique du grand-duc Constantin.
                                   (_Note de l'éditeur_.)]

Constantin, en partant de Varsovie, avait cru remplir un devoir; mais,
comme il le faisait à contre-coeur, il voulait en restreindre autant que
possible les conséquences. Il avait calculé sa marche pour arriver la
veille du couronnement, et il comptait repartir le lendemain.
Heureusement, le couronnement avait été retardé de huit jours et
renvoyé au dimanche suivant. Constantin fut ainsi forcé de passer une
semaine entière à Moscou. Un symptôme de la violence qu'il s'était faite
se montrait dans sa physionomie et son humeur. On le voyait soumis aux
impressions les plus contraires, et on reconnaissait que les passions
les plus fortes et les plus opposées se combattaient dans son coeur.

Jamais événement de cette nature ne fit une impression plus vive et plus
universelle. Le peuple russe est fidèle par sa nature. La question des
droits de Nicolas n'était pas complètement claire aux yeux des masses.
Il y avait encore dans les esprits un fond d'inquiétude et de défiance.
L'arrivée volontaire de Constantin, sa présence au sacre, expliquaient
tout, confirmaient tout; aussi, dès ce moment, l'opinion la plus
favorable se prononça-t-elle en faveur du jeune empereur, et, le
lendemain, vingt mille individus étaient, rassemblés au Kremlin pour
assister à la parade et constater par leurs yeux un fait qui les
remplissait de joie et de bonheur.

Je me rendis à la parade suivant mon usage, et je revis le grand-duc
Constantin, que j'avais beaucoup connu à Paris en 1814 et 1815, et dans
plusieurs voyages faits depuis dans cette ville. Sa figure,
habituellement laide, animée par de mauvais sentiments, était devenue
atroce et indiquait évidemment des combats intérieurs. On voyait avec
quel regret il était venu à Moscou, dont le séjour lui était
insupportable. Après la parade, il me reçut chez lui. Il me fut facile
de reconnaître, à ses discours, ses véritables sentiments et la
confirmation de mes soupçons. Ses paroles étaient incohérentes. Il me
raconta ce qui s'était passé d'une manière confuse, me dit avoir été
blessé du doute qu'on avait sur la persévérance de ses résolutions. Au
surplus, ajoutait-il, il n'était pas fait pour régner et se sentait tout
à fait impropre aux soins du gouvernement. Il me fit, à cette occasion,
une comparaison triviale avec un domestique à lui, qui, ayant été quinze
ans cuirassier, avait refusé d'être fait brigadier, parce qu'il ne se
trouvait pas capable. Je le quittai, le laissant visiblement dévoré de
regrets et en proie à mille sentiments contraires.

L'empereur ne cessa d'être admirable pour le grand-duc Constantin, il
lui montra constamment la plus grande déférence; mais ce caractère
farouche recevait les soins dont il était l'objet sans en paraître
touché. Il y eut des grandes manoeuvres et des petites guerres. Il
prenait à tâche de tout critiquer d'une manière amère et à haute voix.
Son langage avait quelque chose de si inconvenant, que plusieurs fois je
m'éloignai pour ne pas l'entendre, et j'évitai habituellement d'être
auprès de lui. Mais, à la fin, les attentions délicates de Nicolas
parvinrent à le toucher. La satisfaction de l'impératrice-mère, qui lui
savait un gré infini de ce voyage, gage de la bonne harmonie qui
régnerait à l'avenir dans sa famille, la joie publique exprimée chaque
jour avec plus d'énergie, le sentiment universel que le principe des
troubles dont l'empire pouvait être menacé avait disparu pour jamais,
tout cela finit par l'émouvoir. Il se sut gré de ce qu'il avait fait; il
en reconnut l'utilité, non-seulement pour lui, mais encore pour le pays.
Il éprouva ce bonheur intérieur que produit une bonne conscience, et,
dès ce moment, ses impressions, devenues douces, se peignirent sur sa
figure. Cette figure prit une expression de contentement et de joie
extraordinaires; d'horrible qu'elle était, elle devint presque belle. Je
n'ai jamais vu une métamorphose pareille. Arriva le dimanche, 4, jour du
couronnement. Constantin y remplit les fonctions de premier aide de camp
de l'empereur. Sa bonne grâce, sa joie et sa satisfaction frappaient
tous les yeux, et la vue de sa personne dans de pareilles dispositions
donna un caractère particulier à cette cérémonie.

Lu petitesse de l'église où se fait la cérémonie, local peu favorable,
réduit nécessairement à peu d'individus le nombre des témoins de ce
spectacle auguste. Les autorités d'un ordre élevé y furent seules
placées. Cette église ne peut être comparée qu'à une chapelle. Pour
donner à la cérémonie plus d'éclat et y faire participer le peuple, on
eut soin de réunir, par un amphithéâtre en plein air, trois églises, que
l'empereur et sa famille vont visiter processionnellement. Six mille
spectateurs pouvaient y être placés. Les détails du couronnement et du
sacre ressemblent assez à ce qui se passe à Reims; mais la différence du
local y apporte des changements. Une chose digne de remarque consiste
dans ce que le couronnement du prince précède le sacre, tandis qu'en
France la couronne n'est placée sur sa tête et l'intronisation n'a lieu
qu'après le sacre. On conçoit les idées qui se rattachent à cette
différence et la motivent.

La partie morale de la cérémonie fut une des plus belles choses que
l'imagination puisse concevoir. L'empereur, placé sur son trône, reçut
les hommages de tous les membres de su famille. L'impératrice-mère la
première vint s'agenouiller devant lui. Alors l'empereur déposa le
sceptre et la main de justice, descendit du trône avec précipitation, et
baisa la main de sa mère qui l'embrassa et le serra dans ses bras.
Constantin vint à son tour pour baiser la main de son frère. Celui-ci
lui ouvrit les bras, l'embrassa et le serra dans de douces étreintes.
Plus tard, au moment où l'empereur descend du trône pour se rendre au
sanctuaire et aller à la communion, il remet son épée nue à l'aide de
camp de service. Constantin, remplissant ces fonctions, reçut cette épée
avec grâce. On eût cru, en la voyant entre ses mains, qu'elle était bien
gardée! Après les détails minutieux des cérémonies grecques, l'empereur
sortit avec son cortège, marcha au pied de l'amphithéâtre, se rendit à
l'église des ancêtres, où il fit une station et des prières. Lorsqu'il
parut ainsi en public, les plus vives acclamations, les transports de
joie les plus unanimes et les plus sincères, l'accueillirent. L'union de
la famille impériale complétait le bonheur général. Le temps était
magnifique. Jamais fête ne put avoir un plus grand éclat ni paraître
plus auguste.

Un repas d'étiquette eut lieu en public pour la famille impériale dans
les vieux appartements du Kremlin. Le soir une illumination, dont il est
difficile de donner une juste idée, vint terminer cette belle journée.

Le Kremlin, bâti sur un plateau, domine un peu la ville. Du côté de la
rivière, il est à pic. Ces fortifications du moyen âge ne manquent pas
d'élégance, et les vieux édifices qu'elles renferment leur servant
d'ornement. La tour d'Ivan, qui est fort élevée, domine le tout. Les
illuminations indiquaient l'architecture dans tous ses détails, et des
masses de feu, élevées au milieu des airs sur la tour d'Ivan,
couronnaient dignement ce spectacle et semblaient associer le ciel à la
parure de la terre. Le lieu le plus avantageux pour voir l'illumination
était le bord de la Moskowa, au point où la rivière fait un coude, et
d'où l'on voyait également la magnifique illumination de la promenade
au-dessous du Kremlin, au bout de laquelle se trouve l'immense salle
d'exercice.

Les fêtes d'usage eurent lieu après le couronnement, et voici dans quel
ordre:

La première fut donnée au Kremlin, et les premières classes seules y
furent admises. Cette réunion de toute la cour, qui fut fort belle et
très-nombreuse, fut aussi de peu de durée. À peine eut-on le temps de se
reconnaître. La famille impériale, après une courte apparition de moins
d'une heure, se retira.

La seconde fête, dédiée par l'empereur à la bourgeoisie, eut pour local
la salle du spectacle. Les femmes portaient, presque toutes, des
costumes de quelques provinces russes, costumes très-riches et fort
élégants. Les hommes étaient en uniforme, sans épée ou en domino. Rien
de plus beau que cette variété, en quelque sorte infinie, que la
richesse des costumes et la profusion de perles et de diamants dont les
femmes étaient couvertes.

Une table était dressée sur le théâtre pour la famille impériale. Les
ambassadeurs, les ambassadrices, les dames à portrait et le maréchal
Sacken y furent seuls admis.

La troisième fête fut donnée à l'empereur par les marchands. On choisit
l'immense salle d'exercice. Elle se composa d'un dîner, où huit cents
officiers furent invités. Le milieu de la salle, divisée en trois
parties, servait au banquet, et les deux extrémités étaient disposées en
jardin.

La quatrième fut celle de la noblesse. Elle eut lieu dans le bâtiment du
club de la noblesse, local magnifique, un des plus vastes et des mieux
disposés pour cet objet qui puissent exister. Elle se composa d'un bal
brillant et d'un souper avec l'étiquette d'usage. La réunion était
immense. Rien de plus splendide que cette fête.

Je donnai la cinquième. J'occupais le palais Kourakin, un des plus
grands de Moscou, un de ceux que le hasard a fait échapper à l'incendie
de 1812. Quoique vaste, il se trouva trop petit pour le nombre des
invités. Je fis construire une magnifique salle à manger, décorée en
tente, avec des trophées, et des ornements convenables à la
circonstance. Une cantate avait été faite exprès et préparée pour cette
fête; mais l'empereur me fit défendre de la donner. Toutes les femmes
recevaient des bouquets. Un ordre remarquable régna partout. Le service
se fit, pendant toute cette soirée, avec autant de facilité et de
précision que s'il eût été question d'une petite réunion.

L'empereur fut charmant et causa pendant plus d'une heure avec moi. Il
resta au bal jusqu'à deux heures, ce qui, pour lui, était sans exemple.
Il me combla de témoignages de bonté. Lors du souper, les femmes, qui
furent seules d'abord introduites aux diverses tables, présentaient un
coup d'oeil éblouissant à cause de la richesse de leurs parures et de
leurs bijoux. Dix-sept cents bougies éclairaient la salle et donnaient à
la lumière un éclat qui rappelait celui du soleil. Je ne quittai pas de
vue l'empereur, sans cependant le fatiguer de ma présence; mais je fus
toujours à portée de lui pour remplir ses moindres désirs. Enfin, je pus
croire qu'aucune fête n'avait mieux réussi et travail eu un plus grand
succès.

Les dernières furent celles du duc de Devonshire, ambassadeur
extraordinaire d'Angleterre. Celles-ci étaient médiocres et mal
dirigées: il y eut aussi peu de monde. Vinrent ensuite les fêtes des
grands personnages russes, celle du prince de Yousoupoff et celle de la
comtesse Orloff, où la plus grande magnificence fut déployée.

Tout fut enfin terminé par une fête populaire hors de la ville. Des
constructions considérables avaient été élevées exprès. Au milieu était
un beau pavillon pour l'empereur, sa famille et toute la cour; autour et
à distance se trouvaient des amphithéâtres, les uns garnis de musique,
d'autres remplis de comestibles dont la distribution se faisait au
peuple. On avait, en outre, réuni tout ce qui, en pareille circonstance,
doit amuser la multitude. La fin de la fête rappela ce qu'il y a encore
de sauvage dans les moeurs russes. Tout fut livré au pillage; chacun
emporta ce qu'il voulut des débris de toute espèce qui tombèrent sous sa
main.

Avant de quitter Moscou, je fis quelques excursions dans les environs
pour voir les principaux châteaux et les maisons de campagne du
voisinage. En général, elles sont assez peu nombreuses: il y en a
beaucoup moins qu'on ne devrait le supposer, à cause du nombre
considérable de grands seigneurs qui habitent Moscou, et dont les
fortunes passent pour immenses. Celle du comte Cheremetoff, située à
Staulies, à peu de distance de la ville, où il y a eu des fêtes
magnifiques autrefois, était dans un état de délabrement extraordinaire
L'intérieur est rempli d'objets d'art du plus grand prix, entassés avec
profusion, mais la maison menace ruine; et cependant le comte
Cheremetoff a un revenu de trois millions. Sa fortune, pendant sa
minorité, a été liquidée, et ses dettes ont été payées. On ne comprend
rien à ces fortunes russes; elles effrayent, pour ainsi dire,
l'imagination par leur chiffre; puis elles disparaissent et sont
remplacées par des dettes et la gêne.

La plus belle campagne des environs de Moscou, à mon goût, appartient à
un prince Galitzin. Elle est située à Kaulminik, sur un affluent de la
Moskowa. C'est un lieu délicieux; tout y est arrangé et entretenu avec
le plus grand soin. Cette campagne aurait une réputation, même dans les
environs de Paris et dans les environs de Londres. Le pays environnant
Moscou est ondulé; le plateau est creusé par les courants d'eau qui le
sillonnent. Des bois et des champs le divisent, et cependant il est
triste et monotone. Il y manque une population suffisante pour lui
donner la vie.

Le moment du départ approchait. L'empereur me donna l'ordre de
Saint-André pour témoignage de sa satisfaction et de son estime. Cet
ordre, le plus ancien[4] et le plus considéré en Russie, donne ceux de
Saint-Alexandre et de Sainte-Anne. Les Russes lui ont conservé une
grande valeur par la réserve avec laquelle il est distribué. À l'époque
où je l'ai reçu, il y avait seulement trente-cinq chevaliers de
Saint-André, y compris les étrangers. L'empereur y ajouta d'autres dons,
des objets de malachite et une pelisse de martre.

     [Note 4: Fondé par Pierre Ier in 1689.
                        (_Note du duc de Raguse._)]

L'empereur, qui m'avait donné à dîner comme ambassadeur et en
représentation, voulut me recevoir comme particulier. Je dînai chez lui,
moi cinquième, avec lui, l'impératrice, le prince Charles de Prusse, son
beau-frère, et le prince Philippe de Hesse, son parent. Rien ne peut
exprimer la simplicité de cet intérieur, le bon goût qui y préside et la
politesse qui y règne. L'empereur me dit en riant quand j'entrai: «Je
vous ai fait inviter à dîner sans façon; c'est chez madame de Nicolas
que vous venez dîner.» Il se montra maître de maison aimable et
bienveillant pour ses convives, plein de soins, de gaieté et
d'attention. Le grand-duc héritier vint, pendant le repas, voir ses
parents. Le dîner fini, il se retira; puis, peu après, il reparut avec
son habit de soldat et son fusil, et fit l'exercice devant nous.

Toutes les fêtes devaient être terminées par le feu d'artifice préparé
par l'artillerie de la garde. Ce spectacle fut sans contredit le plus
magnifique que j'aie jamais vu. J'en dirai deux mots. On vit d'abord,
comme partout, des pièces d'artifice de diverse nature, un temple, le
tout exécuté avec des feux de couleur d'une grande perfection; ensuite
on vit apparaître un cirque d'une vaste étendue avec des portiques
ouverts; trois chars de forme antique, couverts d'artifice, traînés par
des chevaux, conduits par des hommes aussi vêtus à l'antique, également
couverts d'artifice, étaient places dans l'intérieur, et s'y disputèrent
le prix de la course. Ils firent deux fois le tour du cirque. Le feu
d'artifice fut terminé par un bouquet dont l'imagination peut à peine
comprendre la dimension. Il y avait cinquante-quatre mille fusées et
cent mille serpenteaux; et toutes ces pièces, partant à la fois,
représentèrent l'éruption d'un volcan. Pendant que le feu d'artifice
parlait aux yeux, quarante pièces de canon, tirant continuellement,
parlaient aux oreilles.

Après ce beau spectacle, je pris un dernier congé de l'empereur. Il
m'embrassa avec une expression d'amitié et d'intérêt dont le souvenir ne
s'effacera jamais de ma mémoire. Il m'engagea, avec une bienveillance
toute particulière, à ne pas oublier la promesse que je lui avais faite
de venir le voir dans quelques années, promesse que j'ai été au moment
de tenir, mais sous des auspices bien différents de ceux sous lesquels
je l'avais faite. S'il plaît à Dieu, je la remplirai un jour. Le
lendemain je me mis en route pour Varsovie. Mes premiers pas sur cette
route me conduisirent sur le terrain de la bataille de la Moskowa.

Mon intention étant de visiter avec détail le champ de bataille de la
Moskowa, appelé par les Russes Borodino, et d'apprécier sur les lieux
les circonstances qui ont accompagné ce grand événement, j'emportai les
trois relations publiées sur cette bataille, celle de Chambrai, celle de
Ségur et celle de Boutourlin. J'avais, parmi les gentilshommes
d'ambassade, des officiers qui s'y étaient trouvés; j'emmenai plusieurs
officiers russes qui y avaient combattu: ainsi j'eus tous les moyens
possibles pour recueillir, sur le terrain même, les renseignements
désirables. Le champ de bataille est d'ailleurs assez petit; en peu de
moments on peut le traverser dons toute son étendue.

Des trois relations que j'ai citées, celle de Ségur est la meilleure, la
plus intelligible et doit être la plus vraie. Tout a dû se passer comme
il le dit. On voit le lieu où Napoléon s'est tenu pendant la bataille,
et l'on conçoit qu'il n'a rien pu voir, rien pu juger, rien pu ordonner
à propos. Les dispositions premières ont été faites évidemment avec
l'idée que la garde entrerait en ligne s'il était nécessaire, et
appuierait les corps de Davoust et de Ney. Avec cette condition, les
dispositions étaient bonnes. Quand on la demanda, elle fut refusée, ce
qui changea toute l'économie de la bataille. Si elle n'avait pas dû
marcher, la disposition était fautive; il y avait trop de troupes au
centre, où était une fausse attaque, pas assez à la droite, où devaient
se porter les grands coups et se faire le grand effort. Après
l'enlèvement des flèches qui couvraient le village de Semanovsky et la
prise de ce village, les corps de Davoust et de Ney étaient hors d'état
de combattre. Les pertes effectuées et la dispersion des hommes ôtaient
toute consistance à ces corps. Il fallait nécessairement des troupes
fraîches pour les soutenir et même pour les remplacer. La cavalerie,
faute de mieux, s'en chargea. Elle perdit beaucoup de monde par le feu
de l'ennemi. Elle culbuta cependant ce qu'elle avait devant elle; elle
tourna la redoute située au centre, s'en empara et la livra au vice-roi,
qui, dès ce moment, put déboucher.

Alors la bataille était gagnée; mais, pour avoir des résultats, il
fallait marcher franchement, avec des moyens compactes et réunis sur le
chemin de Moscou. Aucune résistance n'aurait été opposée aux troupes
françaises qui se seraient montrées sur ce point, parce que l'armée
russe, en cet instant, était dans le désordre et la confusion. C'est en
ce moment que le général Belliard vint trouver l'Empereur et lui
demander sa garde pour soutenir la cavalerie. Il la refusa, et l'on
perdit tout le fruit des succès obtenus. Aucun engagement sérieux
n'aurait eu lieu, et l'armée russe, hors d'état de se reformer et de
combattre, aurait été détruite ou prise en grande partie.

Assurément un général habile doit éviter de faire donner trop tôt ses
réserves. Il doit refuser le premier secours qu'on lui demande; car ceux
qui sont aux prises sont toujours empressés à en réclamer. Il faut tirer
de chaque individu tout le parti possible, forcer chacun à employer
toute l'énergie et toutes les facultés qu'il possède; mais il y a un
moment (et le talent est de le juger) où il est aussi important de faire
accourir le secours qu'auparavant il était utile d'en suspendre l'envoi,
et c'est en cela que Napoléon a failli à la Moskowa. Il a été
d'ailleurs, ce jour-là, infidèle à un principe que je lui ai entendu
établir et soutenir toute sa vie: c'est que les généraux qui conservent
les troupes pour le lendemain de la bataille sont toujours battus. Quand
le succès est complet, quand le jour est décisif, les réserves sont
superflues le lendemain. C'est donc au jour de la bataille, jour
véritable de la crise, qu'il faut tout sacrifier, sans s'occuper de
l'avenir. Alors Napoléon n'a pas agi ainsi quand il pouvait suivre et
appliquer son principe sans danger; car, je le répète, sa garde n'aurait
eu aucun engagement sérieux.

Napoléon, pendant toute cette campagne de Russie, n'était plus le même
homme, son génie militaire avait pâli, son activité avait disparu; une
grande insouciance, une grande apathie, avait remplacé sa sollicitude
d'autrefois; une irrésolution habituelle était devenue le fond de son
caractère; et M. de Ségur, tout en gémissant d'un si grand changement,
l'a peint avec vérité. Il est représenté en 1812 tel que je l'avais
trouvé en 1815. Le grand capitaine s'était survécu à lui-même.

Après avoir passé une journée entière sur le champ de bataille de la
Moskowa, je continuai ma route et je m'arrêtai à Smolensk. Mêmes
observations pour le combat malheureusement trop célèbre qui y fut
livré. On ne peut concevoir quel génie infernal a pu inspirer l'idée de
se ruer contre des murailles hautes de trente pieds, dans lesquelles il
n'y avait aucune brèche, et de les escalader sans échelles? Comment
a-t-on pu concevoir la pensée de les ouvrir avec des pièces de campagne?
Ces murailles sont très-épaisses et construites en briques. Aussi huit à
dix mille hommes restèrent sur la place et furent sacrifiés sans aucune
espèce d'utilité. Un homme raisonnable ne pouvait pas se faire illusion
à cet égard. Ceux qui virent Napoléon ce jour-là m'ont tous parlé de son
indifférence à tout ce qui se passait sous ses yeux, et de l'insouciance
dont chacune de ses paroles était empreinte.

Après Smolensk, j'allai voir la Bérézina, lieu tristement célèbre, où
tous les débris de l'armée semblaient devoir périr. La poursuite des
armées de Koutousoff et Wittgenstein fut molle et timide. L'armée
française, si peu en état de combattre, eût été facilement précipitée
dans la rivière si elle eût été attaquée avec un peu de vigueur; mais
une chose inexplicable, c'est la conduite tenue par l'amiral Tischakoff,
qui, avec une belle armée intacte, était placé sur la rive droite de la
rivière. Au moment même où il voyait l'armée française occupée de
préparer son passage et des travaux préliminaires, il donna ordre à la
division Chaplitz, placée en face, de s'éloigner, et en partant il ne
fit pas brûler les ponts établis sur les marais de la route de Wilna.
Leur destruction eût suffi pour mettre un obstacle insurmontable à la
marche de l'armée, après son passage de la Bérézina. Elle eût été alors
détruite sans combat; car, une fois établie sur la rive droite, elle
était dans l'impossibilité aussi bien d'avancer que de reculer. Un
enchaînement de circonstances si extraordinaires autorisa Napoléon à
croire, malgré tant de maux ressentis, que son étoile n'avait pas
renoncé à le protéger.

J'arrivai à Varsovie. Le lendemain j'allai voir le grand-duc Constantin,
qui me conduisit à la parade. Après la parade, nous allâmes voir le
corps polonais, tout entier sous les armes dans la plaine de Vola.
Pendant trois heures, cette armée exécuta de grandes manoeuvres avec une
rare perfection. Je n'ai vu des troupes aussi belles, aussi instruites,
que chez nous, dans notre beau temps et par exception. Elles ne
laissaient rien, absolument rien à désirer. Le lendemain et le jour
suivant, j'accompagnai de même le prince à la parade. Nous vîmes ensuite
la cavalerie réunie, et le jour d'après l'artillerie. Ces différentes
armes étaient à la hauteur de l'infanterie.

Si le grand-duc Constantin, comme on l'assure, n'était pas un grand
général (et à cet égard il lui manquait, dit-on, une des qualités les
plus essentielles), c'était certainement le meilleur inspecteur qui fût
jamais et l'homme le plus capable de former des troupes. Après avoir
rendu justice à son mérite personnel sous ce rapport, je ferai remarquer
que jamais général n'a eu, autant que lui, de moyens à sa disposition
pour créer de bonnes et belles troupes. La matière sur laquelle il
opérait est excellente; car les Polonais sont essentiellement
belliqueux et naissent gens de guerre. Bon nombre d'officiers de ces
troupes avaient servi et fait la guerre avec nous.

L'armée polonaise était campée, par divisions, dans la belle saison, aux
portes de Varsovie. Ces magnifiques camps baraqués m'ont rappelé le
camp de Zeist de ma jeunesse. On sait combien les réunions permanentes
contribuent à former l'esprit militaire et à compléter l'instruction.
L'armée polonaise, payée en argent, avait la solde française, et, eu
égard au prix des denrées, ces soldats étaient les plus riches de
l'Europe.

Le grand-duc Constantin nommait directement à tous les emplois, jusqu'au
grade de lieutenant-colonel inclusivement. Ce droit de promotion, donné
à un homme qui connaissait tous les officiers de cette armée, qui vivait
avec eux et était, plus que qui que ce soit, capable de les juger,
garantissait la justice et le discernement des choix. Enfin, pour donner
une idée de l'instruction exigée, je vais dire ce qui précédait la
nomination des sous-officiers au grade de sous-lieutenant. Le grand-duc
me présenta une trentaine de sous-lieutenants qui étaient nouvellement
promus après avoir satisfait aux conditions imposées et qui attendaient
des emplois vacants. Un sous-officier, avant d'être reçu officier,
devait d'abord commander un peloton, puis un bataillon, puis une
brigade. Quel que soit le prix mis à l'instruction, ici il y a
exagération. Aussi m'écriai-je, en répondant au grand-duc, que cette
troupe de généraux, si subalternes dans leurs véritables fondions,
serait bien difficile à contenter, à conduire, et deviendrait une
source d'embarras pour ses chefs naturels.

L'armée polonaise, dont le grand-duc avait l'entière disposition, se
composait de douze régiments d'infanterie à trois bataillons, de huit
régiments de cavalerie de quatre escadrons, et en outre de deux
régiments de troupes à cheval des gardes; enfin de six compagnies
d'artillerie.

L'armée polonaise était si bien instruite, qu'on aurait pu, en cas de
guerre, la dédoubler pour y placer un nombre de recrues égal à celui des
soldats. Au bout de trois mois, cette nouvelle composition aurait fourni
des troupes excellentes pour combattre.

J'eus occasion de juger, pour la première fois, du grand parti que l'on
peut tirer des fusées à la Congrève. Le tir en fut si juste et la
manoeuvre, avec des chevalets à main, si facile, que je fus frappé des
applications qu'on peut en faire. Cette nouvelle arme peut jouer, à la
première guerre, un rôle très-important.

J'en rendis compte à mon retour en France. Je pressai le gouvernement de
s'en occuper. Il l'a fait, et aujourd'hui la France est en mesure. Le
général d'armée qui s'en servira le plus habilement à la première
campagne aura une suite de succès non interrompus. La tactique moderne
recevra probablement des changements, et, par suite, l'organisation des
armes et les proportions existantes entre elles. Ces fusées feront
époque dans la science militaire. Je vais indiquer les causes et déduire
les principales conséquences de cette invention.

On connaît l'influence de l'artillerie aux jours de bataille, et le rôle
qu'elle joue à la guerre. Ce rôle est devenu de plus en plus important,
non-seulement en raison de son augmentation dans les armées, mais encore
à cause de son extrême mobilité qui donne le moyen de combiner ses
mouvements à l'infini: cependant cette mobilité a encore des limites, et
le nombre des canons à conduire à la guerre est borné, non-seulement par
la dépense, mais encore par l'embarras qu'un excès de matériel
apporterait avec lui; embarras pouvant être tel, qu'il dépasserait de
beaucoup en inconvénients dans les marches les avantages qu'il
promettrait pour le moment de l'action.

L'expérience a démontré que les limites à observer ne doivent pas
dépasser quatre pièces par mille hommes, et encore, ce principe suivi,
cette proportion se trouve-t-elle toujours franchie, après quelques mois
de campagne, la diminution du matériel n'étant pas soumise aux mêmes
causes que celle de l'infanterie et de la cavalerie. Les fusées à la
Congrève ont reçu successivement un grand perfectionnement. Dirigées
maintenant avec une assez grande justesse, elles forment aujourd'hui
une artillerie auxiliaire destinée à devenir bientôt une arme principale
par le développement qu'on peut lui donner dans son action.

En effet, quand l'arme se compose seulement du projectile employé, quand
aucune machine n'est nécessaire pour le lancer, et ne présente pas au
feu de l'ennemi de surface sur laquelle il puisse diriger ses coups;
quand enfin on peut, par des dispositions très-simples, donner
momentanément à ce feu un développement tel, que le front d'un seul
régiment soit couvert par une pluie de boulets qui représentent le feu
d'une batterie de cent pièces de canon; alors les moyens de destruction
sont tels, qu'il n'est plus possible de lutter contre eux, en suivant
les règles et les principes que l'état actuel de l'art de la guerre a
consacrés.

Voici comment je concevrais l'emploi des fusées à la Congrève. Je ferais
former dans chaque régiment six cents hommes au service de cette arme
nouvelle. Deux chariots suffisent pour porter cent chevalets tels que
les Autrichiens les ont adoptés, et, à l'ordre donné, ces cent
chevalets, servis chacun par trois ou quatre hommes, déploieraient un
feu dont l'imagination peut à peine concevoir l'idée. À un feu pareil
peut-on opposer et exposer des masses? même des troupes en bataille et
plusieurs lignes parallèles? Non assurément. Mais, le gain de la
bataille consistant à faire reculer l'ennemi, il faut marcher à lui et
traverser l'espace qui nous sépare de lui. Or, pour le faire avec le
moins de danger possible, on doit employer l'arme qui parcourt les
distances le plus rapidement. Dès lors la cavalerie doit être employée
de préférence, et cette cavalerie devra être soumise à une nouvelle
manière de manoeuvrer, afin de se présenter au feu de l'ennemi avec
moins de chances de destruction, c'est-à-dire éparpillée en tirailleurs,
et cependant prête à se réunir à un signal donné pour se préparer au
choc qui doit suivre la charge exécutée. Dans ce système de guerre et
dans cette nouvelle manière de combattre, l'infanterie, changeant de
rôle, devient l'auxiliaire dés fusées à la Congrève, ou plutôt ces
fusées sont sa véritable arme, et les fusils de simples accessoires pour
repousser ceux qui viennent l'aborder.

L'infanterie devra donc avoir une instruction toute différente. Elle
devra se diviser en deux parties: la première, chargée de tirer des
fusées; la seconde, destinée à appuyer la première et à lui servir de
point de ralliement au moment où elle sera en contact immédiat avec
l'ennemi. Alors la proportion des armes doit changer. Il faut plus de
cavalerie et moins d'infanterie. Il faut une cavalerie exercée d'une
manière toute différente de ce qu'elle l'est aujourd'hui. Il faut une
infanterie-artillerie, si je puis m'exprimer ainsi, et dont l'emploi
soit borné au service des fusées, à les soutenir et à les appuyer, à
occuper les postes retranchés, à défendre les places, à faire la guerre
de montagne.

Mais cette nouvelle artillerie prend une grande importance en mille
circonstances où l'artillerie à canon ne joue aucun rôle. Dans les
montagnes ou transporte aujourd'hui à grand'peine un petit nombre de
pièces qui y fait peu d'effet. Avec des fusées, on a une arme à longue
portée, facile à établir partout et à profusion sur la cime des rochers,
comme sur les plateaux inférieurs. Dans les plaines rases, chaque
édifice est transformé en forteresse, et la tour ou la terrasse d'une
église de village devient à volonté la plate-forme d'une batterie
formidable. Enfin cette invention, telle qu'elle est aujourd'hui, et
avec les perfectionnements qu'elle comporte, se prête à tout, se plie à
mille circonstances diverses, à toutes les combinaisons possibles et
doit prendre un ascendant immense sur le destin des armées.

Si les fusées sont servies par un corps spécial, si elles sont traitées
comme l'artillerie, étant nécessairement rares et leur direction
toujours un peu incertaine, elles ne produiront que peu d'effet. Un
développement immense leur donnera seul le moyen d'étonner et
d'épouvanter, de foudroyer; c'est ainsi seulement qu'elles peuvent être
employées avec utilité, et pour cela elles doivent devenir l'arme de
l'armée proprement dite.

Les hommes réfléchissent peu sur la nature des choses. On admet
volontiers et de confiance ce que d'autres ont déterminé. On agit
souvent par routine, sans avoir employé son intelligence à modifier et à
améliorer ce qui en est susceptible. Aussi ce ne sera qu'à la longue que
la puissance des fusées à la Congrève sera appréciée et sentie; mais, si
à la première guerre un général habile et calculateur entrevoit la
question dans tous ses développements, s'il embrasse toutes les
conséquences qu'il est permis d'en tirer, s'il prépare ses moyens dans
le silence pour les déployer sur le premier champ de bataille, il
obtiendra des succès tels, que, jusqu'à ce que l'ennemi ait employé les
mêmes moyens, rien ne pourra lui résister. Au moment de cette grande
expérience, le génie personnel du chef aura un grand ascendant, une
immense action sur le sort de la guerre.

Cependant, quoique tous les calculs de la raison, toutes les prévisions
puissent annoncer les résultats que je prédis, l'expérience seule
établira d'une manière incontestable le mérite de cette nouvelle
invention. Il y a tant de circonstances imprévues qui modifient les
prévisions les plus fondées, les apparences les plus séduisantes, que
l'homme sage et prudent ne sera convaincu dune manière absolue que
lorsque les faits seront venus réaliser ces espérances; mais les
apparences sont telles, les probabilités se montrent d'une manière si
concluante, qu'un général calculateur doit, à la première guerre,
préparer d'avance ses moyens, comme je l'ai dit, et étonner son ennemi
par leur emploi. S'il est seul à en faire usage, il est probable qu'il
sera maître de la campagne. Si son adversaire a été aussi prévoyant et
aussi vigilant que lui, il se garantira au moins d'être sa victime, et,
si les résultats ne correspondent pas complètement à ses espérances, il
en sera pour quelques travaux inutiles et pour quelques dépenses. Mais
la prévoyance doit embrasser, non-seulement l'emploi immédiat de cette
arme nouvelle, mais encore toutes les conséquences qui en résultent
relativement aux autres armes, à leurs proportions et à leurs
manoeuvres.

L'accueil du grand-duc avait été rempli d'amabilité pour moi; et, si je
pus me rassasier de jouissances militaires, il me donna aussi des
plaisirs d'un autre genre qui n'eurent pas moins de charmes à mes yeux.
Il me présenta à la princesse de Lovitz, sa femme. Chaque jour je dînais
avec elle et le grand-duc. Je passais trois ou quatre heures ensuite
dans leur intimité. Rien n'était comparable à la douceur, à la bonté et
à l'amabilité de cette femme charmante. La vivacité de son esprit n'en
était pas le principe, mais une douceur, une raison, une bonté, un
laisser aller simple et bienveillant que l'on ne saurait exprimer.

La princesse de Lovitz, sans être belle, sans être même très-jolie,
avait tout ce qui peut séduire. Sa douce influence avait calmé l'humeur
farouche de Constantin, adouci son caractère violent. Elle exerçait
d'une manière salutaire pour tout le monde son empire sur lui. Véritable
ange descendu sur la terre, la manière dont elle a fini confirme les
éloges que je donne à sa mémoire et que j'aurais voulu pouvoir offrir à
sa personne. Dans ces causeries familières, le grand-duc fut d'une
amabilité et d'une gaieté constantes. Il y aurait de quoi remplir un
volume des histoires qu'il m'a racontées, toutes plus ou moins remplies
d'intérêt pour moi, en raison des personnes et des lieux qui en étaient
l'objet. Enfin, après trois jours de manoeuvres et de cette société
intime, je continuai mon voyage pour Paris, en passant par Vienne.

Le royaume de Pologne jouissait déjà des fruits d'une administration
éclairée. De belles routes se traçaient de toutes parts. J'étais venu de
Breizt à Varsovie sur une magnifique chaussée. Il en existait une
pareille pour aller à Kalisch. Dans la direction que je suivis, elle
était moins avancée; mais déjà des parties considérables de route
étaient terminées, et, au moment où la révolution a éclaté, tout était
achevé. J'avais retrouvé plusieurs officiers polonais fort distingués
qui avaient anciennement servi avec moi, entre autres le général
Zimersky, et un capitaine ou major nommé Zemanovsky. J'eus grand plaisir
à les revoir. Je me rendis à Cracovie, où je passai la Vistule pour
entrer dans les États autrichiens.

Avant de poursuivre mes récits, je vais donner un aperçu sur l'armée
russe, telle qu'elle était à cette époque, qui pourra donner des idées
sur son organisation d'alors, son administration, ses moeurs et les
circonstances particulières dans lesquelles elle est placée. Depuis,
cette organisation a éprouvé de grands changements, et un autre ouvrage
renferme des documents complets à cet égard. Ces doubles renseignements
ne seront pas sans intérêt pour les militaires.

ARMÉE RUSSE.

La situation particulière de l'empire russe, son immense étendue, la
population répandue sur sa surface, qui, à quelques provinces exceptées,
est peu agglomérée, rendent le recrutement difficile et lent, et
forcent l'empereur de Russie, pour peu qu'il veuille jouer en Europe un
rôle en rapport avec sa puissance, à entretenir son armée toujours au
complet, et à avoir, en temps de paix, sous les armes tout ce qu'il faut
pour la guerre.

S'il agissait autrement (les événements arrivant d'une manière inopinée,
les prévisions de la politique étant facilement en défaut, et dans tous
les cas les moyens fort bornés), s'il devait les préparer seulement à
l'instant où il calcule leur emploi, il ne serait alors jamais prêt à
temps pour agir d'une manière efficace, et souvent les résultats
définitifs seraient obtenus au moment où il serait à peine en état de
les favoriser ou de les contrarier. J'ai vu tel soldat qui avait marché
pendant onze mois, en parlant de son village, pour rejoindre le corps
auquel il avait été destiné. Comme ces longues routes se font avec des
recrues fort jeunes, avec des hommes nouveaux et nullement accoutumés à
se tirer d'affaire au milieu de semblables difficultés, comme les
secours qui leur seraient nécessaires sont souvent incomplets, il en
résulte une perte d'hommes considérable, qui réduit souvent à moitié le
produit du recrutement ordonné. Ainsi cent mille hommes levés se
trouvent donner, dans les cadres, un effectif de cinquante mille hommes.
Ces cinquante mille hommes n'arrivent, terme moyen, que six mois après
avoir été levés, et encore il leur faut au moins, pour être dressés et
instruits convenablement, le double de temps nécessaire aux autres
soldats de l'Europe, et particulièrement aux Français, c'est-à-dire un
an pour l'infanterie, et deux ans pour la cavalerie.

Ainsi trois causes rendent les effets du recrutement lent et les levées
inapplicables aux besoins immédiats. Il faut donc, lorsque les
circonstances paraissent les plus simples, les besoins les plus faibles,
et quand la politique n'entrevoit aucun événement probable qui réclame
le concours des armes; il faut, dis-je, dans ces hypothèses, que l'armée
russe soit cependant au complet, prête à marcher effectivement, afin
que, le cas arrivant, elle puisse le faire. Or, comme la population de
la Russie est à présent de plus de cinquante millions d'habitants, elle
a ainsi la faculté de recruter de très-nombreuses armées. La
considération de cette puissance en Europe dépendant des forces qu'elle
déploie; de plus, quand elle agit au loin, ses armées devant être
d'autant plus fortes pour fournir les échelons dont elle ne peut se
passer et réparer les pertes que les longues marches occasionnent, il
lui faut avoir constamment de nombreux cadres au complet.

Il n'en est pas de même des puissances d'Occident, où la population
agglomérée permet de lever et de rassembler en peu de temps les recrues
dont on a besoin. En Autriche, où chaque régiment a son territoire, où
le cadre d'un bataillon reste toujours sur place, surveille les hommes
en congé qui sont envoyés dans leurs familles, et où on les réunit quand
il le faut pour les exercices prescrits, on a tout à la fois une armée
nombreuse pour la guerre et un nombre plus ou moins grand de soldats
dans la paix, suivant la volonté du souverain. Ainsi tous les avantages
se trouvent réunis, toutes les conditions sont remplies. En France, où
l'on n'a pas cette organisation élastique qui se prête à toutes les
circonstances, deux choses y suppléent: la grande population sur une
étendue de pays fort bornée, et la facilité avec laquelle les paysans
français deviennent soldats. Avec de bons cadres, on peut, en trois
mois, dresser des soldats pour la guerre et au bout de ce temps les
présenter à l'ennemi. J'en ai fait l'expérience plusieurs fois.

Pour appuyer par un exemple mes observations sur les lenteurs
indispensables du recrutement de l'armée russe, je citerai un fait
récent qui est sans réplique. À l'époque où je quittai la Russie,
l'armée russe était d'une force telle, qu'après avoir défalqué les
troupes d'Asie, de Finlande, et les garnisons de l'intérieur
indispensables, il y avait trois cent mille hommes de troupes de ligne
disponibles pour être portés partout, non compris l'armée polonaise et
les Cosaques. Les deux campagnes de Turquie ont consommé par les
maladies, la peste, etc., et le feu de l'ennemi deux cent mille hommes.
Cette évaluation paraîtra peut-être bien considérable; mais elle a été
faite par un des généraux les plus distingués de la Russie, un homme
vrai, capable de bien juger, et dont l'assertion est une autorité pour
moi, le général Woronzoff. L'état de l'Europe n'étant pas alarmant, on
ne se pressa pas de les remplacer. Arriva la révolte de Pologne en 1830,
et l'on ne put jamais parvenir à réunir plus de cent vingt mille hommes.
Dans le cours de cette guerre, qui a duré neuf mois, on n'eut pas la
faculté de mettre en action au delà de cent cinquante mille hommes, ce
qui prolongea la lutte. Ce grand complet de l'armée russe, en 1826,
était encore le résultat des levées extraordinaires de 1812 et de 1813,
disponibles seulement en 1815, et qui se sont conservées, la paix ayant
duré depuis cette époque.

Après être entré dans ces détails pour expliquer les principes sur
lesquels l'armée russe est fondée, je vais entrer dans ceux de son
organisation. L'infanterie de l'armée russe se composait alors de cent
quatre-vingt-trois régiments à trois bataillons, savoir:

Garde impériale, dix régiments;
Grenadiers, seize;
Carabiniers, sept;
Infanterie de ligne, cent;
Chasseurs, cinquante.

Total, cent quatre-vingt-trois.

Il y avait en outre vingt-quatre bataillons de garnisons détachés, qui
formaient deux divisions en Sibérie.

La cavalerie se composait de soixante-seize régiments, savoir:

Garde impériale, dix régiments;
Cuirassiers, huit;
Dragons, dix-sept;
Lanciers, vingt;
Chasseurs, huit;
Hussards, douze;
Cosaques de la garde, un.

Total, soixante-seize.

L'artillerie était formée, savoir:

L'artillerie à pied, de trente-deux brigades à cinq compagnies chacune;
L'artillerie à cheval, de trente-sept compagnies;
Les pionniers, de huit bataillons;
Le train, de quarante bataillons.

Enfin, il existait hors ligne cinquante-deux régiments de Cosaques à
pied ou à cheval.

En outre l'armée polonaise était formée de:

Régiments d'infanterie, huit;
Régiments de chasseurs à pied, quatre;
--de chasseurs à cheval, quatre;
--de lanciers, quatre;
Brigades d'artillerie, deux.

Dans lesquelles sont quatre compagnies à cheval.

Indépendamment de l'armée proprement dite, telle qu'on vient de la
dépeindre, il existe des troupes hors de ligne:

Soixante-seize bataillons de garnison;
Cinq cent quatre compagnies à district;
Douze _idem_ d'ambulance;
Quarante-deux _idem_.

L'armée était organisée en vingt-neuf divisions d'infanterie, qui,
ajoutées aux deux divisions des gardes et aux deux divisions polonaises,
formaient un total de trente-trois divisions. Chaque division était
formée de six régiments: quatre de ligne, deux de chasseurs, et se
composait de trois brigades. Beaucoup de ces régiments n'avaient que
deux bataillons dans la formation de ces brigades, quatre-vingt-seize
troisièmes bataillons étant organisés en divisions de réserve, et
employés à des travaux du gouvernement.

La cavalerie formait dix-huit divisions de quatre régiments chacune, et
chaque régiment à quatre escadrons. Toutes ces divisions étaient
organisées en divers corps d'armée, de deux ou trois divisions
d'infanterie, et d'une ou de deux de cavalerie. Ces corps d'armée
étaient celui de la garde, celui des grenadiers, et sept corps
distingués par leur taille et le choix des hommes. Ensuite existaient:
le corps de Lithuanie, celui de Finlande, celui du Caucase, celui de
Sibérie, et le corps d'Orembourg (ces deux derniers composés seulement
d'une division d'infanterie chacun, et de cavalerie irrégulière). À ces
corps il fallait ajouter l'armée polonaise. Tous ces corps, ceux de
Finlande, de Sibérie, d'Orembourg à part, formaient trois commandements.

Le premier, sous le nom de première armée, se composait de la garde, du
corps de grenadiers et des cinq premiers corps;

Le second, sous le nom de seconde armée, des sixième et septième corps;

Enfin le troisième, sous le nom d'armée polonaise, des troupes
polonaises et du corps de Lithuanie.

D'après des bases qui m'ont paru assez exactes et dont il serait trop
long de donner le détail ici, l'effectif approximatif des sept corps
d'armée et du corps de Lithuanie s'élevait à trois cent dix-huit mille
hommes d'infanterie et soixante-trois mille sept cents chevaux. Ainsi,
en ôtant les malades et non-valeurs de toute espèce, on est encore dans
la vérité en disant que l'empereur de Russie pouvait, à cette époque,
après avoir pourvu à tous les besoins de l'intérieur et des lignes du
Midi, agir hors de chez lui avec trois cent mille hommes, sans y
comprendre l'armée polonaise et les Cosaques.

L'artillerie attelée était, sur le pied de paix, alors de mille
quatre-vingt-douze bouches à feu, et devait être augmentée de moitié au
moment d'une entrée en campagne, en portant les batteries de huit à
douze bouches à feu.

Les bataillons étaient composés de quatre compagnies, chaque compagnie
forte par organisation de deux cent cinquante-huit hommes; cinq
officiers par compagnie, et deux officiers supérieurs par bataillon.
Chaque régiment de cavalerie était composé de six escadrons de campagne,
de cent quarante chevaux, sept officiers, et d'un septième escadron de
dépôt.

Excepté à Saint-Pétersbourg, à Moscou, et un fort petit nombre de villes
où il y a garnison et où les troupes sont casernées, l'armée russe est
placée dans des cantonnements. Ces cantonnements étant fort étendus, il
en résulte une grande dispersion qui nuit à l'instruction. Voici comment
on y supplée et ce qui se passe, chaque année, dans toutes les diverses
divisions de l'armée.


INFANTERIE.--Au 1er avril, les compagnies sont réunies au chef-lieu de
bataillon et exercées pendant un mois au détail. Les bataillons de
chaque régiment se réunissent au 1er mai, et l'on manoeuvre pendant
vingt jours par régiment.

Les manoeuvres par brigade ont lieu pendant les dix premiers jours de
juin, et les divisions sont campées et manoeuvrent en division du 10
juin au 10 juillet, et, après le 10 juillet, la dislocation a lieu; les
troupes retournent dans les cantonnements où elles ont passé l'hiver.
Les capitaines sont responsables de l'instruction de leur compagnie. On
calcule qu'il faut un an pour former un soldat d'infanterie.


CAVALERIE.--Au printemps on resserre les cantonnements pendant un mois,
et on fait manoeuvrer pendant ce temps les escadrons du même régiment.
En automne, les régiments se rapprochent, manoeuvrent par brigade
pendant quinze jours, ensuite par division pendant dix jours. Les
commandants d'escadron sont responsables de l'instruction de leurs
escadrons. Les principes d'équitation sont les mêmes qu'en Prusse. La
tenue est roide, et les chevaux sont assis sur leurs jarrets. Les
mouvements se font par trois, ce qui exige une grande précision pour les
demi-tours. Les officiers, à ce que l'on assure, étaient alors peu
instruits. Les corps d'armée, infanterie et cavalerie, doivent être
réunis tous les deux ans, et manoeuvrer pendant un temps plus ou moins
long.

Les ordonnances des manoeuvres d'infanterie et de cavalerie sont, à peu
de chose près, les mêmes qu'en France; mais l'ordonnance pour le
campement des troupes est entièrement différente de la nôtre et me
paraît préférable. Chez nous, les troupes campent en front de bandière,
et, en sortant du camp, elles sont naturellement formées en bataille. Il
en résulte que nos camps occupent un espace énorme et sont très-minces;
que les troupes ainsi étendues, si elles sont surprises par de la
cavalerie, peuvent être détruites. En Russie, le campement se fait en
colonne par bataillon; les rues du camp sont perpendiculaires au front
de bandière, et leur largeur permet aux soldats qui sortent de leur
tente de composer, par un à droite et à gauche, les deux sections du
peloton que leur réunion doit former. Ainsi, en un moment, toute l'armée
est formée en colonne par bataillon, prête à déboucher, et la profondeur
du camp en fait comme une forteresse contre la cavalerie. L'habitude de
faire la guerre contre les Turcs, les nécessités qui en sont la suite,
ont fait naître chez les Russes l'idée de cette manière de camper, qui
devrait être suivie constamment et partout; car, en sortant du camp, des
troupes doivent être formées, non pour combattre, mais pour marcher.

Il existe à Saint-Pétersbourg une école de cavalerie, où les régiments
envoient des élèves, qui retournent à leurs corps comme écuyers.

Un régiment d'infanterie, connu sous le nom de régiment d'instruction,
est attaché à la garde. Il est composé de détachements de tous les corps
d'infanterie de l'armée. Ces détachements sont relevés et rapportent
ainsi dans leurs régiments respectifs une instruction uniforme.


AVANCEMENT.--L'avancement se fait, en temps de paix, à l'ancienneté,
jusqu'au grade de colonel: dans chaque régiment, jusqu'au grade de
capitaine inclusivement; jusqu'à celui de major dans la division, et
même quelquefois dans le corps d'armée. Les lieutenants-colonels et les
colonels roulent sur toute l'armée et peuvent changer d'armes. Les
avancements sont mis à l'ordre par le lieutenant général, en conséquence
des tableaux existants. Si un officier est absolument incapable, mais
n'a pas démérité au point d'être renvoyé du service, on prend celui qui
le suit sur le tableau, et le motif de cette disposition est mis à
l'ordre du jour. Cette obligation rend cette disposition très-rare.

Personne, sans exception, à quelque famille qu'il appartienne, ne peut
être officier sans avoir été soldat et sous-officier. Une école de
sous-officiers de la garde sert à donner aux jeunes gens protégés le
moyen de remplir la disposition de la loi sans compromettre leurs
moeurs. Après douze ans de service sans reproche et sans punition, un
sous-officier est de droit officier. Il reçoit un emploi de ce grade ou
une destination civile de ce rang. La qualité d'officier subalterne
donne les droits de la noblesse, mais non transmissibles. Huit cents
officiers à peu près sont nommés ainsi chaque année. L'officier de la
vieille garde (il y a cinq régiments d'infanterie vieille garde et six
de troupes à cheval) a deux grades au-dessus de son emploi. Ainsi le
capitaine est lieutenant-colonel, et passe souvent colonel dans l'armée;
le lieutenant est major et passe souvent lieutenant-colonel dans
l'armée; le sous-lieutenant est capitaine et passe major. Dans la jeune
garde, il n'y a qu'un grade au-dessus de l'emploi. L'avancement de la
garde est si rapide, qu'un jeune homme est, au bout de dix ans de
service, ordinairement colonel. Il prend alors son rang d'ancienneté
avec les colonels de l'armée.


ARMEMENT.--Les troupes sont munies de bonnes armes faites dans les
manufactures, sous la direction de l'artillerie. Les principales
manufactures sont à Toula. L'infanterie est armée avec un fusil du
modèle français, dit de 1777 corrigé. Les chasseurs ont des fusils de
deux pouces plus courts, mais garnis de baïonnettes de deux pouces de
plus de longueur. Les cuirassiers ont la double cuirasse comme en
France.


ADMINISTRATION.--L'administration de chaque régiment est entre les mains
du colonel. Il en rend compte au lieutenant général, qui remplit en même
temps les fonctions d'inspecteur général et d'intendant. Aucun autre
contrôle ne vient éclairer le gouvernement.

Les règles de l'administration n'ont rien de fixe. Les abus sont grands;
dans la cavalerie, ils sont pires que dans l'infanterie à cause des
fourrages, remontes, etc. Le prix des fourrages est basé sur les
mercuriales; mais les mercuriales sont fixées par les chefs de
l'état-major des corps d'armée, qui les augmentent d'après les besoins
des régiments. On voit quelle confusion doit exister dans les dépenses
et dans la comptabilité.

Les non-complets sont grands; ils favorisent les intérêts privés et
fournissent aussi aux besoins du corps. Ainsi, par exemple, le prix des
fourrages du septième escadron, qui ordinairement n'a pas de chevaux,
sert à compléter le prix des chevaux des remontes, pour lequel
l'empereur ne donne que cent vingt roubles. Les régiments de cavalerie
colonisés ont leurs remontes assurées au moyen des haras que ces
établissements renferment. Dans la garde, on prend un autre moyen pour
avoir des chevaux de grand prix. On accorde à un officier riche un congé
de six mois ou d'un an, qu'il demande, à condition de faire une remonte
de dix, quinze, vingt et trente chevaux pour le régiment, suivant sa
fortune. Les chevaux de remonte pour le régiment de la garde sont amenés
à la parade et vus par l'empereur, qui sait quel officier les a fournis.
Une grande émulation en résulte parmi les officiers, et souvent leur
congé leur coûte ainsi quinze à vingt mille francs.

Excepté à Saint-Pétersbourg, Moscou et un petit nombre de villes, les
troupes sont cantonnées. Les paysans nourrissent les soldats placés chez
eux, et doivent recevoir en indemnité les trois livres de farine de
seigle fournies par l'État. Mais habituellement le régiment ne donne
rien au paysan et vend la farine. On exige de l'administration des
seigneurs un certificat de la délivrance; mais ordinairement le
certificat est donné sans que la délivrance ait eu lieu.

Les rations de la caserne sont augmentées de quatre onces de gruau. Les
soldats achètent des choux aigres avec le prix d'une portion de la
farine. Ils boivent du _koas_, liqueur fermentée faite avec de la
farine. Les soldats casernés reçoivent la permission de travailler, ce
qui améliore un peu leur condition. La garde a, indépendamment des
distributions d'une livre et demie de viande et d'une demi-livre de
poisson par semaine, des légumes à discrétion au moyen de jardins qui
lui sont donnés, et qui sont cultivés par les soldats. Dans d'autres
localités, les régiments sont l'objet d'une semblable faveur, et ont des
terrains à leur disposition. Souvent les produits sont assez abondants
pour qu'une partie puisse être vendue au profit de l'ordinaire.

Une chose singulière est la dureté du régime journalier du soldat russe.
Les casernes n'ont aucunes fournitures, et les soldats couchent sur des
lits de camp en bois, comme en France les soldats dans les corps de
garde. Au surplus cette manière d'être se trouve conforme au goût de la
nation; car, dans les classes élevées, on se sert de matelas dont la
dureté est à peu près égale à celle du bois, et j'ai remarqué chez
l'empereur le même usage.

L'habillement des troupes russes est beau, de bonne qualité, et la forme
est élégante. La durée de l'habit n'est que de deux ans et de la capote
de trois. Dans la garde, les soldats ont un habit neuf tous les ans. La
solde des officiers subalternes est très-faible; celle des officiers
supérieurs, au moyen de diverses allocations, s'élève au même taux
qu'en France. Ainsi ces officiers sont plus riches que les nôtres.
Celle des soldats n'est que de dix roubles en papier par an; celle d'un
soldat de la garde, douze; celle du cavalier, douze. Les choses de
première nécessité et les objets de consommation des troupes sont à si
bas prix en Russie, que la dépense totale, faite par l'empereur pour
l'entretien d'un soldat d'infanterie, en y comprenant tous les éléments
qui le composent, ne s'élève, en mettant en ligne de compte l'armement à
remplacer tous les vingt ans; ne s'élève, dis-je, qu'à cent vingt
roubles en papier par an; la cavalerie avec l'entretien, la nourriture
et le remplacement qu'à.... Enfin la dépense approximative d'un
régiment d'infanterie, à trois bataillons sur le pied de paix, est de
deux cent trente-six mille huit cent quarante roubles, et celle d'un
régiment de cavalerie de six escadrons, composé de treize cents chevaux,
est de trois cent quatre-vingt mille. Si la situation de l'empire russe,
et les circonstances particulières dans lesquelles il est placé, exigent
indispensablement qu'il entretienne, en temps de paix, de très-grandes
forces sous les armes, le correctif se trouve dans le bas prix de
l'entretien des troupes. La puissance des États se compose d'éléments
variables. L'argent et la population, dans certaines proportions, se
tiennent comme en équilibre. Dans cette combinaison de forces, la
France est un des États les mieux partagés. Possédant une grande
population, agglomérée et belliqueuse, on peut réunir avec facilité la
portion réclamée par les besoins de l'armée, et elle possède des
ressources financières suffisantes pour faire face à toutes les dépenses
utiles.

J'ai déjà parlé ailleurs de l'artillerie; mais j'en dirai encore un mot.
L'artillerie est organisée en brigades de cinq compagnies. Une brigade
est attachée à chaque division de l'armée. Quatre compagnies doivent
servir chacune douze bouches à feu; la cinquième est au parc. Ainsi
chaque division doit avoir quarante-huit bouches à feu, ce qui fait au
delà de quatre bouches à feu par mille hommes, proportion la plus forte
qui jamais ait été admise, et qui n'est pas évidemment sans de grands
inconvénients. La répartition de toute l'artillerie dans les divisions
est d'ailleurs mauvaise; elle doit les rendre très-peu mobiles. Quand on
a besoin de grands effets d'artillerie, on en retire momentanément des
divisions; mais cette mesure doit amener toujours de la confusion.
L'organisation de cette arme doit consacrer deux espèces d'artillerie:
celle des divisions, qui doit être suffisante, mais sans excès, et celle
de réserve, qui doit être en dehors des divisions. Celle-ci doit
appartenir à toute l'armée. Elle est placée sous la main du chef
suprême, qui la met, par sa prévoyance, toujours à portée du lieu où
elle peut être la plus utile, sans en embarrasser la marche des
divisions dans leurs mouvements respectifs. Le mouvement d'une armée en
général est toujours lent. Aussi est-il indispensable pour un général
habile et manoeuvrier que les fractions de l'armée, c'est-à-dire les
divisions, puissent se combiner de diverses manières entre elles avec
rapidité.

La compagnie d'artillerie a avec elle ses attelages, qui en font partie
intégrante. Le nombre des canonniers servants, canonniers conducteurs,
etc., et des chevaux, se compose, par batteries de douze et de grosses
licornes, de trois cent vingt et un hommes et cent quatre-vingts
chevaux. Dans l'artillerie à cheval, la compagnie est de deux cent
soixante-six hommes et quatre cent un chevaux. Chaque batterie est
commandée par un colonel ou lieutenant-colonel, et il y a par compagnie
six officiers, savoir: un capitaine (en premier ou en second), deux
lieutenants en second et deux enseignes, un sergent-major et vingt-trois
sous-officiers. En général l'instruction théorique est faible; mais
l'exercice du canon, l'exécution des manoeuvres et la promptitude des
mouvements sont dignes des plus grands éloges.

L'avancement de l'artillerie a lieu, sur tous les corps, à l'ancienneté,
jusqu'au grade de général, qui est réservé au choix. Le grand maître de
l'artillerie fait le travail de ce corps avec le major général de
l'empereur. Il a sous sa direction supérieure l'instruction, les
arsenaux, les fonderies. Le service de tout l'empire est assuré par
quatre grands arsenaux, savoir: l'arsenal de Saint-Pétersbourg, celui de
Kazan, ceux de Kiew et de Biansk. Là se trouvent aussi les fabriques de
poudre. Des dépôts d'artillerie sont établis dans un grand nombre de
villes en raison de leur position géographique. Les parcs à la suite des
troupes sont placés au centre des cantonnements des corps d'armée; enfin
il existe aussi des compagnies d'artillerie de garnison sédentaires. Les
places fortes de l'empire se trouvent former onze arrondissements,
savoir: Saint-Pétersbourg, la vieille Finlande, la nouvelle Finlande, la
Livonie, Kiew, le Danube, le Sud, le Caucase, la Géorgie, Orembourg et
la Sibérie.

Je terminerai cet aperçu succinct sur l'armée russe en parlant de son
esprit. Parmi les soldats on trouve un grand patriotisme, un grand amour
du pays, un grand dévouement pour sa gloire et pour le souverain. Ce
sentiment appartient à la nation. Le paysan russe, serf et esclave, a
des sentiments pour la patrie qui l'honorent et qui surpassent souvent
ceux des peuples qui font de ce mot sacré la base de leur langage. Chose
bizarre! là où la nation n'a aucun droit personnel, les individus sont
dévoués, et ailleurs, quand il semble que la cause du souverain est la
sienne propre, on est moins sensible à ce qui la concerne. Tout est
contradiction dans le coeur humain; mais, en approfondissant ce
phénomène, on en trouve l'explication dans le fait suivant:

Dans l'état de barbarie, les hommes ne connaissent que les jouissances
naturelles, dont l'origine est placée dans la famille. Tout le charme
des souvenirs se trouve concentré dans le lieu qui les rappelle. En se
civilisant, le cercle des jouissances s'agrandit, et on se trouve
bientôt en communauté de sensations et de plaisirs avec des gens qu'on
n'a jamais vus. En faisant intervenir les passions et l'amour-propre
avec une vie qui matériellement est la même, il arrive un moment où il y
a plus d'analogie, des rapports plus naturels, et plus de sympathie
entre les mêmes classes des divers pays qu'entre les individus de
différentes classes appartenant à la même nation.

Au surplus, l'esclavage, chez les Russes, est moins dur que le nom ne
l'indique. En général, les paysans russes sont heureux matériellement.
La protection de leurs seigneurs leur est, non-seulement utile, mais
quelquefois si nécessaire, qu'il y a des exemples de serfs qui ont
refusé leur affranchissement. Une seule circonstance le rend dur, c'est
que le serf ne puisse pas s'affranchir ni se racheter quand il en a
réuni les moyens et lorsqu'il en a la volonté. Il y a des exemples de
paysans russes qui, autorisés par leurs seigneurs à s'établir à Moscou,
y ont fait fortune et sont devenus millionnaires. Le seigneur est fier
d'avoir un serf aussi riche, dont les biens pourraient lui appartenir,
mais dont cependant il ne le dépouille pas. Sans le mettre à
contribution, il lui refuse une liberté qui serait la garantie de son
avenir et le complément de son bien-être.

L'esprit de religion est général dans le peuple et dans l'armée. Pour
favoriser cet esprit et le satisfaire, on a établi dans chaque régiment
une chapelle sous l'invocation d'un saint. Les soldats célèbrent la fête
du patron de leur régiment, comme les paysans celui de leur paroisse.
Dans la garde on y met une grande solennité, et cette fête devient fort
touchante par la présence du souverain. L'empereur va au régiment,
assiste au service divin et prend place à un repas de corps donné par
les officiers, auquel sont invités un nombre déterminé de soldats, pris
parmi les plus anciens, les plus recommandables, et l'empereur les
embrasse. En général, rien n'est omis en Russie de ce qui peut honorer
ce métier, tout à la fois si beau et si dur, dont le prix et la
récompense ne peuvent se trouver que dans l'opinion et la considération
publique.

Une autre chose remarquable en Russie, qui n'existe nulle part ailleurs,
ce sont d'immenses salles d'exercice, établies à Saint-Pétersbourg, à
Moscou et dans quelques autres villes, qui permettent d'exercer les
troupes dans la mauvaise saison. Leur dimension donne la faculté à un
fort bataillon, joint à un détachement de cavalerie et d'artillerie, de
s'y former en bataille. Il peut y rompre et y défiler. La rigueur du
climat explique ces constructions, qui auraient peu d'utilité ailleurs.
Les charpentes de ces édifices, ordinairement faits d'après le système
de Philibert Delorme, sont des modèles de légèreté et de grâce. Paul Ier
fit établir les premières salles d'exercice.

Encore un mot sur le régime d'hiver. Pendant les grands froids, la
cavalerie n'exerce pas; les chevaux restent à l'écurie. On est parvenu à
les entretenir dans le meilleur état avec une ration extrêmement faible.
Au commencement de leur retraite, on les nourrit très-fortement en grain
pendant huit jours; ensuite on peut diminuer la ration à un point
extraordinaire, sans inconvénient. Les chevaux ne souffrent pas et se
conservent en bonne santé et dans un embonpoint suffisant.

Après avoir terminé cette digression sur l'armée russe, je reviens à mon
voyage.

Je pris congé du grand-duc Constantin et continuai ma route pour Vienne,
fort satisfait de ce que j'avais vu en Russie et en Pologne. Après avoir
traversé Cracovie, petite république dont la création a été l'objet d'un
singulier caprice de l'empereur Alexandre, je visitai les salines de
Wieliczka, les plus belles mines de ce genre existant au monde. Je
traversai la Silésie autrichienne, pays charmant, riche, peuplé et
prospère. Une grande industrie s'y trouve établie. Le pays est
pittoresque et les villes se touchent. Dès ce moment, on jouit d'un
spectacle qui ne cesse de s'offrir aux yeux des voyageurs dans les États
autrichiens, hors la Hongrie et la Galicie. On voit un peuple heureux,
riche, jouissant d'une véritable liberté, conduit avec douceur et
justice, soumis à l'ordre légal le plus régulier, pénétré de l'idée de
la protection spéciale dont il est l'objet, et profondément attaché à
son souverain.

J'eus un véritable bonheur à revoir Vienne. Le voyage que j'y avais
fait, il y avait sept ans, était encore bien présent à ma pensée. Je
renouvelai les expressions de ma reconnaissance à l'empereur pour les
bontés dont j'avais été l'objet. Je passai trois jours avec le prince
de Metternich, et je continuai ma route pour Paris, bien éloigné de
penser que, la première fois que je reviendrais à Vienne, ce serait sous
les auspices de mes malheurs personnels et des désastres de mon pays. Je
pressai ma marche pour être à Paris avant le jour de la Saint-Charles,
fête du roi, et j'y arrivai le 2 novembre.

Le roi me reçut avec une grâce parfaite, et me témoigna son entière
satisfaction de la manière dont je l'avais représenté et dont j'avais
rempli la mission qu'il m'avait donnée. Le dernier épisode brillant de
ma vie venait de finir.

Après avoir raconté à Paris ce que mon voyage avait eu d'agréable et
joui quelque temps des souvenirs encore vivants qu'il m'avait laissés,
j'eus bientôt des motifs de vifs chagrins. Pendant mon absence de cinq
mois, le désordre s'était mis dans mes affaires. Je les trouvai dans un
état déplorable. Après de nouveaux et incroyables efforts pour sortir
d'embarras, je dus me résoudre à voir tout l'édifice s'écrouler, à
prendre des arrangements avec mes créanciers, et à vendre le patrimoine
de mes pères, le lieu où j'étais né, que j'avais embelli et dans lequel
je croyais devoir passer les dernières années de ma vie avec
tranquillité et considération. J'espérais, pour prix d'une vie si
agitée, si laborieuse, jouir de ce qu'Horace vante avec raison, et
désigne ainsi: _Otium cum dignitate_. Mais il devait en être tout
autrement, et une horrible tempête devait encore troubler mon existence.
Après avoir arrêté la vente de tous mes établissements, de toutes mes
propriétés, j'affectai tous mes autres revenus à mes créanciers et ne
conservai que le nécessaire le plus strict pour vivre: douze mille
francs par an. Enfin le roi me prêta cinq cent mille francs pour
faciliter ces arrangements: j'omets à cet égard des détails inutiles
dont les souvenirs seraient pénibles. L'ordre établi fut suivi. Il en
était résulté une amélioration considérable dans ma position, quand la
Révolution de juillet vint tout détruire de nouveau. J'avais la
certitude, après avoir tout payé, de rentrer en possession du château et
du parc, seuls objets de mon ambition. Des conventions particulières,
faites avec le nouveau propriétaire, m'en avaient conservé le droit
pendant cinq ans; mais, la Révolution m'ayant privé des moyens de
liquidation, je n'ai pu jouir de cette faculté, qui alors formait la
plus chère espérance de ma vie.

Au commencement de 1827, un événement privé occupa tout Paris. M. de
Talleyrand étant allé, le 21 janvier, au service de Louis XVI, à
Saint-Denis, y reçut une insulte publique et trouva le prix d'un projet
criminel auquel sans doute il n'avait pas été étranger en 1814. Un
comte ou marquis de Maubreuil, gentilhomme d'une province de l'Ouest et
servant dans nos armées, avait montré une espèce de frénésie légitimiste
au moment de la Restauration. C'était un homme d'une moralité plus que
douteuse. Les entours de M. de Talleyrand, d'accord probablement avec
lui, MM. de Vitrolle et Roux-Laborie, lui proposèrent d'aller assassiner
Napoléon pendant son voyage à l'île d'Elbe. Sous divers prétextes, on
lui fit donner des ordres pour requérir les troupes alliées, et il se
mit en campagne.

Au lieu de courir après Napoléon, Maubreuil alla arrêter la reine de
Westphalie, et lui enleva ses diamants. Poursuivi pour ce méfait, il fut
mis en prison. Les diamants se retrouvèrent dans la Seine. Depuis,
Maubreuil rechercha en vain la protection de M. de Talleyrand. Fatigué
de démarches inutiles, il jura à celui-ci une haine éternelle, et
répandit partout le récit de la commission dont il avait été chargé,
mais qu'il n'avait acceptée, disait-il, que dans l'intention de sauver
Napoléon. Ne trouvant pas sa vengeance suffisante, il attendit son
ennemi dans une occasion solennelle pour le frapper. Après cet acte, il
n'essaya pas même de fuir. Il fut mis en jugement. Il raconta devant la
justice ses griefs et sa vengeance avec un grand calme. M. de Talleyrand
attachait beaucoup de prix à persuader qu'on avait voulu attenter à sa
vie; il insistait surtout pour établir qu'un horrible coup de poing lui
avait été asséné sur le front. Maubreuil répondit: «J'ai donné à M. de
Talleyrand un soufflet sur la joue gauche. Il a crié parce qu'il a eu
peur, et il est tombé parce qu'il a de mauvaises jambes.» Maubreuil fut
condamné à une détention, par voie de police correctionnelle, et chacun
rit de la mésaventure du grand personnage.

Quelque temps après cette aventure, des discussions s'élevèrent entre le
roi et la régence d'Alger. La guerre s'ensuivit. On parla d'une
expédition devenue nécessaire pour faire disparaître enfin la piraterie
à jamais, en détruisant les puissances barbaresques et en établissant
des colonies à leur place. Je me mis de bonne heure sur les rangs, pour
avoir le commandement, si l'expédition était jamais entreprise. J'étais,
il me semblait, indiqué par mes antécédents, par les divers
commandements que j'avais exercés et les expéditions auxquelles j'avais
pris part. On traita, à la fin de 1827, la question de savoir si cette
expédition était opportune: en ce moment, on conclut pour la négative;
mais je reçus l'assurance du roi et du ministère d'alors, dont M. de
Villèle était le président, que, si jamais elle était entreprise, ce
serait moi qui en serais chargé. J'attendais donc. Je fis divers
projets pour la préparer, et je m'occupai sans relâche à établir
l'opinion de sa nécessité. En même temps, j'eus la pensée, pour me créer
un intérêt permanent, de commencer la rédaction de mes Mémoires, et de
vivre ainsi de mes souvenirs.

L'année 1827 se montrait fertile en événements précurseurs et symptômes
de révolutions prochaines. L'influence de la Congrégation augmentait
chaque jour. Les jésuites, dont les établissements se multipliaient
rapidement, semblaient acquérir un pouvoir capable de tout envahir.
Aussi chaque circonstance était saisie avec empressement par les
mécontents pour manifester les sentiments dont ils étaient animés.

Le duc de Liancourt vint à mourir. C'était un homme de bien, un
philanthrope. Son nom était populaire et donnait à son insu de
l'autorité aux factieux, dont il encourageait sans le vouloir les
intentions coupables. Les honnêtes gens sont ainsi presque toujours
complices des révolutions. Eux seuls leur donnent le moyen d'éclore.
Leur critique fondée de la marche du gouvernement sert d'appui aux
ennemis de la société pour attaquer le pouvoir et en affaiblir l'action.
Quand, par la suite des événements, l'existence de celui-ci est
compromise, les honnêtes gens, effrayés de l'avenir, veulent le
soutenir; mais alors leurs efforts sont impuissants, et ils sont les
premiers qu'écrase l'édifice en venant à crouler. Le duc de Liancourt
avait déjà joué ce rôle d'opposant, et le recommençait au moment où il
termina sa carrière. De choquantes maladresses de la police
occasionnèrent une collision entre les jeunes gens des écoles et
l'autorité. Le refus de leur laisser porter le cercueil causa un
désordre momentané et une espèce de scandale. Avec la disposition des
esprits qui existait alors, le moindre événement prenait un caractère de
gravité extraordinaire. Mais, quelque temps plus tard, un événement
d'une bien autre importance eut lieu. Celui-ci prépara d'une manière
directe et puissante l'écroulement du trône et de la dynastie.

En commémoration de l'expression énergique des sentiments des habitants
de Paris au moment de la Restauration, Louis XVIII avait décidé que, le
3 mai de chaque année, anniversaire du jour de son entrée à Paris, le
service serait fait au château uniquement par la garde nationale. La
garde royale et les gardes du corps lui cédaient leurs postes, et le roi
livrait entièrement les soins de sa sûreté aux citoyens: prérogative qui
flattait leur amour-propre. Cet usage fut conservé par Charles X, et
l'exercice en fut fixé au 12 avril, jour anniversaire de son entrée en
1814. Ordinairement, une grande revue de la garde nationale avait lieu à
cette occasion. Effrayé des symptômes d'une opinion hostile, le roi
hésita à l'ordonner; mais, sur la représentation du maréchal duc de
Reggio, commandant en chef de la garde nationale, qui tenait à voir ce
corps conserver son importance, elle fut fixée au dimanche 27 avril. On
disposa tout pour en faire une fête publique.

En même temps, la Congrégation, toujours livrée à l'intrigue, ne cessait
d'afficher des craintes d'un danger alors purement imaginaire, et
voulait, à toute force, séparer le roi de son peuple pour l'empêcher de
céder à l'opinion. Un instinct funeste lui faisait désirer des troubles.
On disait que la vie du roi serait compromise à cette revue. On consigna
les troupes dans leurs casernes et on en mit dans des emplacements
retirés à portée du Champ de Mars, lieu de la réunion, après leur avoir
distribué des cartouches et choisi, pour le jour de la revue, le moment
où les régiments de la garde se relevaient et doublaient la force des
troupes présentes à Paris. Désirant juger par moi-même de l'état des
choses, quoique je ne fusse pas de service, je me décidai à accompagner
le roi et à rester très-près de lui pendant toute la revue.

Une affluence extraordinaire de peuple garnissait les amphithéâtres du
Champ de Mars. Jamais la garde nationale n'avait été si nombreuse.
Cinquante mille hommes d'une tenue superbe se trouvèrent réunis sous
les armes. Les choses se passèrent tout autrement qu'on l'avait supposé.
Des cris de _Vive le roi!_ se firent entendre avec la plus grande
unanimité. Dans trois légions seulement, on y joignit ceux de _À bas les
ministres! à bas Villèle!_ et quelques-uns: _À bas les jésuites!_ Dans
deux de ces légions ces cris étaient isolés; dans une seule ils furent
fort nombreux, et dans l'immense population située sur les tertres on ne
fit entendre que _Vive le roi!_ Ces faits sont de la plus exacte vérité.
Je déclare les avoir constatés moi-même.

La même chose arriva au moment du défilé. Neuf légions crièrent
uniquement _Vive le roi!_ et les trois autres exprimèrent les sentiments
qu'elles avaient montrés au moment où le roi avait passé devant leur
front. Le roi n'en reçut pas une trop mauvaise impression. Après le
défilé, le maréchal duc de Reggio s'approcha du roi pour prendre ses
ordres. Charles X lui répondit en ma présence: «Monsieur le maréchal,
vous ferez un ordre du jour où vous exprimerez à la garde nationale ma
satisfaction sur le nombre et la belle tenue de ceux qui l'ont composée
à la revue, ainsi que sur les sentiments qui m'ont été témoignés, en
exprimant mes regrets que quelques cris, pénibles à entendre, y aient
été mêlés.»

Le roi se mit en route pour tes Tuileries. Arrivé au château et ayant
mis pied à terre, il nous congédia au bas de l'escalier, connu sous le
nom d'escalier du roi. Il s'approcha de moi et me dit avec un air de
bonhomie qui lui était familier: «Enfin il y en a plus de bons que de
mauvais.--Comment! lui répondis-je, les trois quarts et demi sont bons.»
Telle était la disposition du roi, quand il rentra chez lui; mais la
légion de la Chaussée-d'Antin, celle dont les cris avaient été hostiles,
ayant passé sous les fenêtres du ministère des finances, cria avec
acharnement, tout en marchant: _À bas Villèle!_ Le ministre dînait chez
M. Appony, ambassadeur d'Autriche; il fut aussitôt informé de cette
insulte. Hors de lui, exaspéré par la colère, il sort de table, se rend
aux Tuileries et entraîne le roi à ordonner le licenciement de la garde
nationale. L'ordonnance est signée et remise au duc de Reggio, au moment
où il venait soumettre la rédaction de l'ordre du jour qui devait
exprimer la satisfaction du roi. Les hommes de service de la garde
nationale sont renvoyés brusquement et honteusement chez eux, au milieu
de la nuit, sans avoir même été relevés dans les postes qu'ils occupent.

Cet incroyable événement a eu une immense influence sur nos destinées.
Il a préparé et facilité la Révolution de juillet. On voit en cette
circonstance à quel point la colère conseille mal. On casse, on flétrit,
on chasse ignominieusement un corps de cinquante mille hommes, composé
de toute la bourgeoisie de Paris, quand quarante-cinq mille ont montré
les meilleurs sentiments, et cinq mille seulement se sont écartés du
respect dû au souverain. Singulière justice! on renvoie chez eux, sans
les désarmer, des individus vaniteux, après les avoir mécontentés et
offensés; singulière prudence! Enfin on oublie la politique la plus
vulgaire. Dans les époques de division, il est d'usage, quand on parle
de ses amis, d'en exagérer le nombre, et au contraire de réduire presque
à rien celui de ses ennemis, et ce manége a souvent un effet utile sur
l'opinion; ici c'est tout le contraire: on établit aux yeux de tout
Paris, à ceux du royaume, à ceux des étrangers, que le roi de France est
brouillé avec sa capitale! On ne sait quel nom donner à une pareille
mesure. La raison eût permis, commandé même, de casser deux légions pour
les réorganiser ensuite. On aurait fait ainsi, dans une mesure
convenable, un acte utile de sévérité.

Les deux légions coupables avaient pour colonels, toutes les deux, des
hommes de la cour, M. le comte de Boisgelin et Sosthène de la
Rochefoucauld. Par cette seule raison, elles devaient avoir un moins
bon esprit. Ces choix avaient été absurdes; mais alors on semblait
prendre à tache de tout faire en raison inverse du sens commun. Une
garde nationale, par sa nature même, ne peut être conduite ni par des
punitions ni par des récompenses; elle peut être soumise seulement à des
influences. Or on n'a d'influence qu'au moyen des rapports personnels
naturellement établis, et par conséquent entre gens de la même classe.
Un grand fabricant, qui emploie beaucoup d'ouvriers, un banquier qui
peut ouvrir des crédits, voilà les hommes appelés par la nature des
choses à ces commandements dans leurs propres quartiers; mais un grand
seigneur, qui traite les gardes nationaux avec hauteur, qui a des
exigences envers eux, comme avec des troupes de ligne, sera bientôt en
horreur, et on prendra à tâche de lui déplaire ou de le contrarier.
Enfin, pour achever ce triste chapitre de la garde nationale,
j'ajouterai encore un mot. Si l'on eût voulu seulement s'en débarrasser,
un moyen tout simple était de supprimer son service, en lui adressant
des remercîments et des compliments. Tout le monde eût été content, car
chacun était fatigué et désirait le repos. Mais il fallait toujours
maintenir l'organisation et conserver les contrôles; car dans tous les
cas il y a toujours un avantage immense pour l'ordre public et pour le
gouvernement à ce que cinquante mille hommes armés soient encadrés et
sous les ordres de chefs reconnus par eux et choisis par l'autorité. On
pouvait difficilement parvenir à leur retirer leurs armes, et, en cas de
trouble, on a action sur eux. Si la totalité n'est pas fidèle, une
grande partie reste au moins, et celle-ci est la force légitime,
régulière et légale.

Les événements dont je viens de rendre compte furent le principe et la
cause des sentiments constamment hostiles des Parisiens contre le roi.
Les électeurs, toujours contraires aux desseins de la cour, les
exprimèrent suffisamment, et, depuis, ces sentiments amenèrent
l'explosion du mois de juillet, explosion qui, faute d'une garde
nationale, ne put être combattue que par l'action directe de la force,
et qui, par suite de l'absence de moyens coercitifs suffisants réunis
d'avance, amena le renversement du trône.

Dans la session, le gouvernement avait présenté à la Chambre des pairs
un code de lois militaires. Deux commissions se divisèrent le travail,
et je fus nommé président de la commission principale, chargée de fixer
les peines, l'organisation des tribunaux et leur compétence. Un travail
consciencieux, auquel je pris une part active, et où je fus puissamment
secondé par un homme très-capable, de beaucoup de lumières et du
caractère le plus honorable, le général d'Ambrugac, membre de la
Chambre des pairs, fut le résultat de nos soins. Soumis à la Chambre des
députés, il n'eut pas le temps d'être voté avant la fin de la session et
resta imparfait. Jamais meilleur travail n'a été fait et ne sera fait
sur cette matière. Il est désirable qu'il soit consacré un jour par le
vote législatif.

Immédiatement après la fin de la session, une ordonnance royale rétablit
la censure. On ne peut pas disconvenir que le besoin de cette mesure ne
se fît sentir; mais aussi on doit regretter que le mouvement d'une
opinion opposée n'eût agi précédemment et détruit, deux ans auparavant,
une disposition que le temps aurait fini par consacrer.

Le roi se rendit ensuite au camp de Saint-Omer, où douze à quinze mille
hommes étaient rassemblés, et visita les principales villes de la
Picardie, de la Flandre et de l'Artois. Cette réunion de troupes, utile
à l'instruction de l'armée, avait été l'objet de mille discours. En
France on fait souvent de peu de chose beaucoup de bruit. On avait
prétendu que le roi, placé au milieu de ces troupes, devait réformer la
législation et modifier la Charte, bruits répandus à dessein pour agiter
l'opinion, mais sans aucun fondement.

Le roi fut bien reçu par les troupes et très-content de leur esprit. Un
léger mouvement de jouissance absolutiste s'empara de lui, et il dit, à
la fin d'un jour de manoeuvre, au duc de Mortemart: «Avec ces braves
gens, on pourrait se faire obéir et beaucoup simplifier la marche du
gouvernement.--Oui, lui répondit Mortemart; mais le roi ne devrait plus
descendre de cheval, et déjà il est fatigué.--Cela est vrai,» dit le
roi.

Le ministère Villèle, dans sa marche incertaine, avait déplu à tous les
partis. Si on pouvait contester au chef du cabinet de hautes vues
politiques, on ne pouvait cependant se dispenser de lui reconnaître une
grande capacité administrative et de la prudence. M. de Villèle, doué de
beaucoup de courage, d'un esprit fin et délié, louvoyait au milieu des
factions contraires et courait après la popularité, tout en cherchant à
conserver les faveurs de la cour, chose toujours difficile en temps de
partis, mais impossible à l'époque où il se trouvait. Une Chambre
servile, produit d'élections scandaleusement frauduleuses, l'avait
soutenu et servi avec un dévouement absolu. On peut reprocher au
ministère de n'avoir pas mis plus à profit sa docilité pour fonder des
institutions monarchiques et réformer les torts dont l'ordre de choses
existant était rempli; mais telle n'était pas la portée de son esprit.
Il se renfermait avec une sorte de passion dans les limites
administratives, et croyait avoir beaucoup fait pour le pays en
établissant, dans le budget voté, la spécialité, mesure funeste qui a
placé le gouvernement dans les Chambres; car, si l'ordre dans les
finances est un élément de stabilité pour le gouvernement, l'esclavage
des finances est un obstacle immense à la marche du pouvoir, dont il
entrave tous les mouvements. Dans un gouvernement semblable au nôtre, la
loi doit se borner à déterminer les grandes masses de dépenses. Ses
divisions doivent être fixées par le gouvernement; et autant une
spécialité minutieuse, consacrée par ordonnance, pouvant être au besoin
modifiée par une autre ordonnance, est utile, autant il est contraire au
bien public de la voir établir par une loi. Cette erreur funeste, une
des causes de la marche incertaine du gouvernement et de nos malheurs,
est l'ouvrage de M. de Villèle.

Cependant, malgré ses efforts, M. de Villèle était devenu impopulaire,
et l'opinion publique se retirait de lui. Il se soumit volontairement au
danger de nouvelles élections. Il fit ainsi un appel à l'opinion du
pays, mesure imprudente et que rien ne commandait, car la Chambre avait
encore deux années d'existence légale. Cette mesure était même hors de
son caractère circonspect. En même temps il nomma soixante-seize pairs
pour asseoir son pouvoir dans la Chambre haute. Cette nomination, que
rien ne justifiait, blessa l'opinion publique. Les élections lui furent
en partie contraires; elles rendirent la durée de son pouvoir
incertaine, tandis que des mouvements populaires hostiles, que je fis
réprimer avec assez de facilité, se succédaient dans la rue Saint-Denis.
Cependant le courage de M. de Villèle ne s'ébranlait pas; les nouveaux
obstacles qui se présentaient semblaient au contraire le développer, et
il comptait lutter avec succès contre ses ennemis; mais ceux qui
devaient le renverser étaient au milieu des rangs qui auraient dû le
soutenir.

Les ultra-royalistes, mécontents de sa modération, le parti dévot, les
intrigants ambitieux, dépourvus de talents et de lumières, mais infatués
de leur prétendu génie, à la tête desquels se trouvaient le prince de
Polignac et le duc de Rivière, n'eurent ni contentement ni repos qu'ils
ne l'eussent perdu dans l'esprit du roi, dans l'espérance de le
remplacer. Et c'étaient ces mêmes hommes envers lesquels M. de Villèle
venait de consacrer ce grand acte de justice, de l'indemnité des
émigrés, et d'exécuter avec une habileté et un succès inouïs cette
opération colossale! Ils croyaient bien hériter de son pouvoir; mais,
pour cette fois, ils se trompèrent.

Le roi, après avoir renvoyé M. de Villèle au commencement de 1828,
frappé de la physionomie de la Chambre, prit ses successeurs dans la
nuance de l'opinion libérale. MM. de la Ferronays, de Caux, Portalis,
Roi, Martignac, Saint-Cricq, Feutrier, Hyde de Neuville et Vatismenil
composèrent cette administration. Les deux derniers appartenaient à la
coterie connue sous le nom de la _défection_, et dont M. de
Chateaubriand était le chef. Cette administration, débile par le défaut
de talent, plus débile encore par la faiblesse des caractères, par la
jalousie d'amours-propres misérables, qui empêchèrent de nommer un
président, et par une rivalité bourgeoise, perdit toute espèce de
dignité au moment où une attaque de paralysie força M. de la Ferronays à
se retirer des affaires. Cependant, comme la modération était le
caractère dominant de ce ministère, il calma les esprits; et le roi,
ayant fait un voyage dans la Lorraine et l'Alsace, fut reçu en triomphe.
Partout on lui donna des preuves d'amour et d'une grande popularité.
Quelques concessions que le ministère avait faites avaient été blâmées
par la cour, mais aucune d'elles n'avait de graves conséquences. Le mal
véritable qui minait l'édifice nouvellement élevé était le peu d'appui
que lui prêtait le roi. On savait que les hommes de son affection et de
sa confiance intime restaient dans une opposition déclarée. Aussi ce
gouvernement, faible de sa nature, avait encore à combattre l'influence
du roi, employée à contrarier sa marche au lieu de la favoriser. Un
ordre de choses semblable ne pouvait pas avoir de durée, et cependant
une sorte de calme qui régnait dans les esprits aurait pu servir à
fonder quelque chose de stable.

Un des premiers actes de ce nouveau ministère fut de former un conseil
supérieur de la guerre, dans lequel je fus appelé. Trois maréchaux de
France s'y trouvaient. M. le Dauphin le présidait, et, sous lui, chacun
des maréchaux présidait une fraction du conseil, formée en commission.
Chargé particulièrement de la commission de cavalerie, je présidais
souvent le conseil dans ses travaux préparatoires. Nous nous livrâmes
avec ardeur aux recherches et aux discussions les plus approfondies. Il
n'est aucune question d'organisation que nous n'ayons abordée; mais
l'incapacité de M. le Dauphin neutralisa tout. Le seul et unique travail
qui obtint la sanction de l'autorité royale et son exécution fut
l'organisation de l'artillerie, telle qu'elle est aujourd'hui, véritable
chef-d'oeuvre, organisation qui satisfait à tous les besoins du service.
L'artillerie n'est plus divisée en personnel, en matériel et en
attelage. L'unité est la batterie, c'est-à-dire des pièces avec ce qu'il
faut pour les servir et pour tes traîner. Tout est placé sous les
ordres des mêmes officiers. Le matériel reçut aussi une simplification
impossible à porter plus loin, et je ne conçois aucun désir à former
dans l'intérêt d'un meilleur emploi de cette arme importante.

Nous avions voulu établir pour l'infanterie un système mixte qui se
rapprochât un peu de ce qui existe en Autriche. Nous avions divisé la
France on cinq grands arrondissements; les régiments qui s'y seraient
recrutés n'en seraient pas sortis habituellement. Ainsi ces régiments
auraient toujours été à portée de leurs moyens de recrutement et de
leurs bataillons de réserve. Ces derniers bataillons eussent été
composés uniquement des hommes ayant encore trois ans à servir, qui
devaient être envoyés en congé après avoir passé cinq ans sous les
drapeaux. Ces bataillons de réserve n'auraient dû comprendre que des
hommes du même arrondissement que ceux des corps dans lesquels ils
avaient été incorporés. Ainsi un régiment de trois mille hommes, par
exemple, aurait été composé de quinze cents hommes, ayant moins de cinq
ans de service, et présents au corps, venant de dix ou douze
départements différents, et de quinze cents hommes ayant plus de cinq
ans de service, absents du corps, appartenant à un seul et même
département. Ce système aurait eu presque tous les avantages du système
autrichien, sans avoir aucun des inconvénients qu'on peut lui reprocher:
mais tout resta indécis, et M. le Dauphin ne sut se résoudre à rien.

L'administration nouvelle avait consenti au démembrement du ministère de
la guerre, et M. le Dauphin avait voulu se charger du personnel. À cet
effet, M. de Champagny, un de ses aides de camp, avait été nommé
directeur et travaillait avec lui. Les promotions ainsi faites, les
nominations officielles étaient signées par le ministre qui acceptait
ainsi la responsabilité des choix du prince. Cette mesure impolitique
donna à M. le Dauphin l'odieux des refus, tandis que le ministre
semblait distribuer les faveurs. On ne peut blâmer les actes de M. le
Dauphin, qui étaient en général réguliers et légaux; mais les rapports
forcés, résultant de ses nouvelles fonctions, avec les officiers de
l'armée, lui firent, eu égard à ses manières naturelles, une foule
d'ennemis. Cette division de l'autorité affaiblit encore cette
administration déjà si débile.

Les affaires de la Grèce occupaient les esprits depuis plusieurs années.
La cause de la religion et de la liberté de ce peuple barbare semblait
la pensée intime de chacun. Singulière disposition de la nation
française, qui lui inspira subitement un engouement que rien ne
justifiait. Les libéraux exploitèrent cette mine et se mirent à la tête
de l'opinion. On s'associa au sort des Grecs; on fit des quêtes pour
eux; un comité se forma pour diriger les secours à leur donner, et il
semblait, à tes entendre, que les destinées du monde dépendaient de
quelques milliers de bandits qu'on aurait dû apprécier à leur juste
valeur. Je fus sollicité pour entrer dans ce comité grec; mais j'ai
toute ma vie répugné à faire partie des associations politiques
extra-légales, les croyant toujours composées de niais, de dupes et de
fripons, et ne voulant figurer ni parmi les uns ni parmi les autres.
Sans doute, les désordres de la Turquie et le sort des Grecs opprimés
devaient éveiller l'attention et inspirer de l'intérêt; mais la
politique devait suivre une autre marche.

Les puissances de l'Europe avaient à choisir entre deux partis: ou
intervenir dans le but simple de l'humanité, ou préparer le remplacement
de la puissance turque par une puissance nouvelle, forte et redoutable.
Dans le premier cas, il fallait obtenir du Grand Seigneur, en lui
conservant la souveraineté de la Morée, de donner à ce pays une
organisation se rapprochant de celle de la Valachie et de la Moldavie,
et les Grecs, affranchis d'une tyrannie journalière, auraient respiré en
paix. Dans le second, il fallait embrasser, dans ce nouvel ordre de
choses, une grande étendue de pays et former un corps d'État assez
puissant pour jouer un rôle politique et occuper un jour Constantinople
quand le destin aura amené le dernier jour de l'existence de ce trône en
débris. Au lieu de cela, on a rêvé un royaume là où il y avait à peine
des éléments pour une organisation provinciale; on a mis une couronne
royale sur la tête du chef d'une population de huit cent mille
malheureux mourant de faim; on a appelé à un régime constitutionnel une
masse d'individus qu'on ne peut conduire autrement que par la force. Une
organisation militaire, dont le but spécial eût été d'assurer
l'obéissance, était seule en rapport avec les besoins de cette
population. C'est le genre de gouvernement qui convient le mieux aux
barbares; il suffit que les chefs soient éclairés. Un tel système
économique, facile dans son jeu, prompt et puissant dans son action,
garantit l'ordre et prépare la civilisation. Ce petit pays, dans son
régime actuel, est et sera longtemps un embarras pour l'Europe.

Le système adopté s'est trouvé dans l'intérêt de la Russie, dont le but
devait être l'affaiblissement de l'empire ottoman. Il a été dans les
vues de l'Angleterre, qui, possédant les iles Ioniennes, a cru pouvoir
facilement y dicter des lois et en faire comme une annexe, chose dans
laquelle elle s'est trompée. Les vues seules de la Russie étaient saines
et selon les intérêts d'une politique personnelle éclairée. La France
et l'Angleterre ont joué, en cette circonstance, le rôle de dupes; mais
l'Angleterre a été trompée par ses calculs, et la France par l'illusion
de sentiments généreux, la puissance d'une opinion passagère, d'une mode
capricieuse et fugitive.

Dès le 20 octobre, les escadres française, anglaise et russe avaient
attaqué l'armée navale du Grand Seigneur et l'avaient réduite en cendres
à Navarin. Ainsi les deux États les plus intéressés à la conservation de
sa puissance navale avaient inconsidérément aidé une troisième, qui
était intéressée à la détruire. Mais la victoire navale n'empêchait pas
la Morée d'être occupée par l'armée égyptienne, alors fidèle au Grand
Seigneur. Pour terminer enfin cette affaire longue et pénible, une
expédition fut jugée nécessaire. Le commandement en fut donné au général
Maison. Son opposition directe aux Bourbons aurait dû l'empêcher
d'obtenir cette marque de confiance; mais ce faible ministère crut
obtenir, en choisissant ce général, le concours et l'appui de l'opinion
libérale. Maison, homme de nulle activité, général de peu d'ancienneté
et ne jouissant d'aucune action sur l'armée, ne lui apporta de secours
d'aucune espèce. Ce choix déconsidéra le pouvoir; mais le gouvernement
se déconsidéra bien davantage encore quand, plus tard, sans un seul
fait de guerre, le roi nomma maréchal un des généraux de l'armée qui y
avait le moins de droits. Je m'en expliquai avec abandon et franchise
avec Charles X, et lui demandai ce qu'il ferait pour un général qui
aurait sauvé le royaume, puisqu'il accordait une pareille récompense à
celui qui n'avait ni droits anciens ni droits récents à faire valoir.

Je m'étais fixé à la campagne, et j'y demeurais autant que mes
occupations du conseil de la guerre et mes devoirs de cour me le
permettaient. C'est dans le noble et vieux château Dépoisse, en
Bourgogne, chez de bons amis et à côté d'aimables voisins, M. et madame
de Guitaut, que je commençai, cette année, le travail que j'achève en ce
moment, et que les circonstances ont rendu d'un si grand prix pour moi.
Je m'établis aussi à Saint-Germain et au château de Grandchamp, situé
dans le voisinage, chez une famille que j'aime tendrement. Le mari, le
général de Damrémont, est mon parent; pendant plusieurs années il a été
mon premier aide de camp, et s'est formé à son métier près de moi. C'est
un officier distingué que j'honore et estime. Sa femme, personne remplie
de talents, fille du général Baraguey-d'Hilliers, est ma pupille, sa
famille m'ayant nommé son tuteur à la mort de son père en 1813, au
retour de la Russie. Le temps s'écoulait doucement, et j'attendais de
l'avenir une amélioration de ma position. Mes dettes se liquidaient; en
huit ans j'avais la certitude de les payer et de rentrer dans la
possession du manoir paternel, principale ambition dont mon esprit était
encore rempli, et but de mes efforts. Cependant la fortune sembla
vouloir m'accorder un sourire, m'offrir une occasion de sortir une
dernière fois du repos et de rentrer encore dans les enivrantes scènes
de la guerre. On parlait de nouveau de l'expédition d'Alger.

Au commencement de cette année, la guerre avait éclaté entre la Russie
et la Porte. Le 4 juin, l'armée russe avait passé le Danube et pris
Isastcha. Les portes de cette forteresse s'étaient ouvertes à la vue de
l'ennemi. Le passage d'un aussi grand fleuve, exécuté avec succès, avait
jeté la terreur et l'effroi parmi les Turcs. Aucun moyen de résistance
n'était préparé et les Russes n'avaient qu'à marcher; mais, chose
inouïe! les forces russes n'avaient pas été rassemblées d'avance, les
troupes disponibles ne parurent pas suffisantes pour s'avancer dans le
pays, et l'empereur resta avec une quinzaine de mille hommes, pendant
dix-huit jours, dans les lignes de Trajan. Le retard de l'arrivée des
troupes avant l'opération est impardonnable, et la suspension de
l'offensive, même avec des troupes peu nombreuses, l'est également.
Quinze mille hommes suffisent pour battre une grande armée turque, et
les Russes n'avaient alors personne devant eux. Dans une guerre
semblable, l'arrivée successive des troupes est fort avantageuse. On a
peu de moyens pour vivre, les communications sont naturellement
couvertes, et les pertes, constamment réparées, maintiennent les corps
dans un complet suffisant. On mit le comble aux fautes alors, en
s'occupant sans retard du siège de Brahilow, et en consacrant à cette
opération immédiate des moyens qui ailleurs auraient été employés plus
avantageusement. On suspendit donc une offensive qu'on n'aurait pu trop
hâter. Schumla, qui, au début de la campagne, était sans défense, eut le
temps de recevoir une garnison, et la campagne, manquée dès les
premières marches, ne se composa plus que d'une série de fautes.

En marchant vite, on aurait pris Schumla sans combat et on se serait
emparé des défilés du Balkan. La difficulté de cette guerre était
principalement dans le défaut de vivres: en ne s'arrêtant pas, on la
diminuait de beaucoup: en stationnant, comme on l'a fait, on éprouva de
grandes privations et de grandes souffrances. On eut la malheureuse idée
du siège de Varna, opération sans utilité et sans objet. Varna est un
mauvais port marchand; il ne peut être le lieu de rassemblement d'une
armée pour les Turcs, et n'était utile à rien aux Russes une fois entre
leurs mains. Se donner la peine d'en faire le siège était donc superflu;
autre chose eût été de s'emparer de la rade de Bourgas et du fort de
Sisopoli, qui en défend l'entrée. Mouillage excellent, propre à contenir
les plus grandes escadres au delà du Balkan, ce lieu était indiqué aux
Russes pour y faire un établissement de dépôt pour les vivres, les
blessés, les malades.

L'armée russe, maîtresse de ce point, avait, après le passage du Balkan,
une double ligne de communication et des magasins de toute espèce à
portée. Huit jours de travaux et six mille hommes de débarquement,
soutenus par une flotte, leur donnaient le moyen de s'y défendre contre
toutes les forces de la Turquie. Il fallait donc s'emparer d'abord de ce
point, puis passer le Balkan, et on dictait la paix ou on entrait à
Constantinople. On tint cette conduite en 1829. Les Turcs cependant, à
cette époque, avaient réuni quelques moyens, et ce qui alors fut exécuté
sans peine eût été fait encore d'une manière plus facile en 1828.

Le gouvernement français, disposé favorablement et avec raison, envers
la Russie, se laissa entraîner à concourir à ses vues, d'une manière
opposée à une saine politique. L'intervention de la France aurait dû
avoir lieu sous d'autres auspices.

La France a toujours le choix de deux alliances en Europe: elle peut
s'unir à la Russie, ou à l'Autriche. Cette dernière alliance lui donne
la garantie de la paix en Europe, car l'Autriche, puissance centrale,
modératrice, ne pouvant avoir l'ambition d'acquérir parce qu'elle
possède tout ce qu'elle peut raisonnablement désirer, est intéressée au
repos. À l'Autriche et la France se joint naturellement l'Angleterre, et
cette alliance contient la Russie, dont la puissance colossale, les
moyens immenses et l'ambition ne cessent de menacer l'Europe! Dans la
position particulière où était la maison de Bourbon, une alliance russe
promettait d'autres avantages, en favorisant un agrandissement dont la
France a besoin et qui eut popularisé sa dynastie. Le gouvernement
français pouvait hésiter entre le parti à prendre; mais, une fois décidé
à favoriser les Russes, il fallait faire valoir cette amitié, en tirer
parti et entamer une opération qui, en nous donnant les bords du Rhin et
le grand-duché, satisfit les intérêts moraux et matériels de la France.
Cette alliance seule peut un jour donner les moyens d'atteindre ce but.

L'Autriche est trop jalouse de la France, pour consentir volontiers à
augmenter ses forces. Elle a encore des souvenirs trop récents de son
humiliation, pour être disposée à la bienveillance. La Russie, au
contraire, éloignée et ayant devant elle un champ immense à exploiter,
ne saura jamais payer trop cher l'alliance et l'amitié de la France.

Un moyen terme était à prendre, et une politique circonspecte eût été
encore à la portée du gouvernement français. Il fallait, avant le
commencement des hostilités, effrayer la Turquie par une menace directe.
Il fallait envoyer une escadre dans le Levant avec quelques troupes,
s'interposer comme médiateur, et forcer le Grand Seigneur à faire
justice aux Russes, dont les réclamations étaient pour la plupart
fondées et motivées par la nécessité. Il fallait enfin traiter les Turcs
comme des enfants qu'on empêche de s'exposer à un danger qui doit les
faire périr. Mais on ne sut ni prendre un parti hardi, qui nous eût
remis au premier rang en Europe et nous eût préparé de grandes
destinées, ni s'établir en pacificateur prévoyant et prudent. On exprima
des voeux pour les succès des Russes; on s'y associa d'intention et
d'action même jusqu'à un certain point, en menaçant l'Autriche
d'intervenir contre elle si elle agissait dans l'intérêt des Turcs. On
contribua enfin puissamment à l'annihilation de la puissance turque,
sans spécifier pour la France ni garantir à cette puissance aucun
avantage; conduite inepte et sans aucune portée.

Pendant ce temps, le ministère se traînait péniblement. M. de Chabrol,
qui d'abord était entré dans sa composition, après là chute de celui de
M. de Villèle, auquel il appartenait, avait bientôt senti la nécessité
de se séparer d'une administration dont la nuance politique n'était pas
la sienne. Il avait, en conséquence, donné sa démission, et avait été
remplacé par Hyde de Neuville; mais, en quittant les affaires, M. de
Chabrol avait conservé la confiance du roi et restait en rapports
fréquents avec lui. Dix-huit mois d'une administration douce et calme,
mais faible et décolorée, s'étaient écoulés, et les ministres pleins de
sécurité, se confiant dans les expressions bienveillantes que le roi
leur adressait chaque jour, se virent tout à coup dépossédés, éloignés
des affaires et privés de leurs portefeuilles.

M. de Chabrol, dont l'ambition insatiable n'avait pu s'accoutumer au
repos, dont l'esprit et l'instinct le portaient à l'intrigue, quoique
son caractère ne manquât pas d'honnêteté, profitait de ses relations
avec le roi pour recevoir la confidence de son mécontentement, qu'il
aggravait par une approbation habituelle et par une critique journalière
des opérations du ministère. Il fut chargé de former un nouveau
ministère, dont M. de Polignac serait le chef; idée funeste, presque
folle, dont les conséquences devaient être la perte de la monarchie. M.
de Chabrol, en s'y prêtant, devint ainsi l'artisan de nos malheurs.
Entré lui-même dans ce ministère, il y associa quelques hommes
raisonnables, mais faibles, incapables d'arrêter le torrent auquel on
allait s'exposer. Les ministres nommés eurent peine à s'entendre, et le
ministère fut remanié et composé définitivement de MM. de Polignac, de
Chabrol, Courvoisier, Bourmont, d'Haussez, Montbel et Guernon de
Banville, jusqu'au moment, en 1830, où, l'époque des mesures violentes
approchant, M. de Chabrol et M. Courvoisier, voyant le précipice ouvert
devant eux et ne voulant pas s'y jeter avec le trône qu'il allait
engloutir, abandonnèrent leurs postes, lis furent remplacés par MM. de
Peyronnet, Chantelauze et Capelle. J'étais en Normandie, dans le château
de Dangu, chez une femme distinguée de mes amies, la comtesse de la
Grange, mariée à un général longtemps mon compagnon d'armes, quand parut
l'ordonnance funeste du 7 juillet. J'en fus atterré, et je n'en croyais
pas mes yeux. Dès ce moment, je ne prévis plus que malheurs et désastres
pour mon pays.



LIVRE VINGT-QUATRIÈME

1830-1831


SOMMAIRE.--Mes efforts pour faire entreprendre l'expédition
d'Alger.--Mes relations avec le général Bourmont et avec les autres
membres du ministère.--Déloyauté de Bourmont.--Plaisanterie de mauvais
goût du Dauphin.--Déceptions diverses.--Caractère du
Dauphin.--Ordonnances du 25 juillet 1830.--Ordre de me rendre à
Paris.--Occupation militaire de Paris.--27, 28, 29 juillet.--Je remets
le commandement à M. le Dauphin.--Situation d'esprit du roi.--Discussion
sur les opérations de Paris.--Discussion avec M. le Dauphin sur le
retrait des ordonnances.--Je fais un ordre du jour pour retenir les
troupes sous les drapeaux.--Scène violente du Dauphin.--Retraite du
roi.--Il arrive à Rambouillet.--Événement de Trappes--Je conseille au
roi l'abdication en faveur du duc de Bordeaux.--Arrivée des commissaire
auprès du roi.--Ils retournent à Paris.--Arrivée des colonnes
parisiennes.--Les commissaires sont introduits près du roi.--Départ de
Rambouillet.--Changement de résolution du roi.--Retraite sur
Cherbourg.--Voyage du roi.--Son embarquement à Cherbourg.--Appréciation
du ministère Villèle.--Des fautes qui ont amené la révolution de
1830.--Londres.--Je passe en Hollande, puis à Vienne.--Le prince de
Metternich.--Anecdote sur le duc d'Orléans.--Anecdote sur Eugène
Beauharnais.--L'empereur d'Autriche et sa famille.--La Société de
Vienne.--Le gouvernement autrichien.--Nos travaux.--Je rencontre le duc
de Reichstadt.--Conversation.--Mes rapports intimes avec ce prince.--Son
intelligence.--Son opinion sur sa position.--Mes récits des campagnes de
son père.--Ses adieux.--Sa maladie.--Sa mort.--Portrait du duc de
Reichstadt.--Voyage en Hongrie.--Lintz.--Ichll.--Salzbourg. Travaux de
la route entre la vallée du Rhin et celle du Pô.--La Suisse en
1833.--Îles Borromées.--Côme.--Milan.--Arc de triomphe.--Champ de
bataille de 1796.--Monument élevé par
Eugène.--Vérone.--Venise.--Question d'Orient.--Solution possible, où la
France aurait sa légitime part.


Huit mois d'un doux loisir s'étaient écoulés à la campagne. J'avais
retrouvé dans la délicieuse habitation du général de Damrémont une vie
d'intérieur, une vie de famille qui m'était inconnue depuis longtemps,
un bien-être et un calme tout nouveaux pour moi. Livré à la rédaction de
ces _Mémoires_, nourrissant mon esprit des plus beaux souvenirs, le
passé se présentait à moi sous des couleurs brillantes. Le moment de
quitter cette douce existence était venu, et, vers le 15 janvier, à mon
grand regret, je rentrai à Paris.

On se rappelle que, depuis le commencement des hostilités avec Alger, le
rêve de ma vie avait été de commander l'expédition qui, tôt ou tard,
serait dirigée contre cette ville. Les diverses administrations avaient
semblé consacrer en principe que moi seul je pouvais être chargé de
cette opération. Aussi je m'étais regardé constamment comme ayant des
droits acquis et comme le général désigné de cette expédition future.
Effectivement, je paraissais remplir mieux qu'un autre les conditions
exigées. Le grade de maréchal était jugé nécessaire pour un commandement
de cette nature, se composant de trente mille hommes de troupes de
terre, se compliquant de marine et devant s'exercer au loin. Les grades
n'ont pas été imaginés pour le plaisir de ceux qui en sont revêtus, mais
faits pour établir les commandements et assurer l'obéissance. En temps
de paix, dans les circonstances ordinaires, rien n'est plus facile à un
général que de se faire obéir; mais, au milieu des obstacles et des
complications de la guerre, rien n'est si difficile. Quand les dangers,
les passions, les souffrances, agissent sur les hommes, tout les arrête,
tout devient cause ou prétexte de résistance. Le chef doit être le plus
grand possible pour avoir plus de chances de tout surmonter. Il lui faut
l'autorité du grade, qui lui donne d'une manière constante une
supériorité sociale; il doit y ajouter l'autorité du caractère, celle de
l'opinion de sa capacité, fondée sur ses actions antérieures, et celle
de son crédit. Alors, s'il ne rencontre pas des obstacles réellement
supérieurs aux forces humaines, il réussira là où eût échoué un autre
général auquel aurait manqué quelques-uns de ces moyens d'action. C'est
ce qui fait que, à égalité de talents, de bravoure et de caractère, une
naissance illustre est encore un avantage, et qu'un général d'un sang
royal doit être préféré à tout autre.

Ce raisonnement, pris dans la nature même des choses, dans la
connaissance du coeur humain et dans l'expérience des conditions et des
nécessités de la guerre, suffisait pour démontrer que, pour le
commandement de l'expédition d'Alger, un maréchal devait être préféré à
un simple lieutenant général, qui n'apporterait ni l'autorité du grade
ni celle de la réputation, et dont le devoir, au milieu des difficultés
d'une guerre d'une nature nouvelle, serait de prononcer souverainement,
et au delà des mers, sur ses égaux.

Plusieurs circonstances militaient encore en ma faveur et me désignaient
particulièrement parmi les maréchaux: j'étais le seul qui eût fait la
guerre d'Égypte. Or la guerre qu'on méditait était de même nature.
J'avais été en outre longtemps en rapport avec les musulmans, et je
connaissais leurs moeurs. Il était question d'un siége, et j'avais
parcouru la première partie de ma carrière dans le service de
l'artillerie. Enfin ma position politique devait inspirer toute
confiance. Tout semblait donc me promettre qu'aucun changement ne serait
apporté aux résolutions antérieurement prises, et tout semblait me
garantir la réalisation de mes espérances.

À l'époque funeste où M. de Bourmont fut nommé ministre de la guerre,
j'abordai cette question avec lui. Je lui fis part des promesses faites
par le roi, de mes désirs et de ce que je croyais pouvoir appeler mes
droits. Je réclamai son concours et son appui. Il me promit l'un et
l'autre. Je lui parlai franchement de ce qui lui était personnel. Il me
déclara formellement, m'en déduisant les raisons, qu'il ne pensait pas
et ne pouvait penser pour lui à ce commandement. Il ne voyait que moi,
disait-il, qui pût en être chargé.

Je le remerciai, mais je lui répondis que je prenais cette déclaration
pour une politesse, et j'ajoutai qu'il me paraissait tout simple qu'un
ministre lieutenant général profitât de son crédit pour arriver à un
commandement dont le bâton de maréchal de France paraissait devoir être
la conséquence. Il persista dans ses dénégations, il renouvela ses
assurances, et avec des expressions telles, que je ne pouvais pas
raisonnablement douter de sa sincérité. Cette persuasion redoubla mon
zèle pour faire entreprendre l'expédition.

De temps à autre M. de Bourmont m'entretenait de ses projets relatifs à
l'expédition. Il demanda à me communiquer le mémoire qu'il avait fait
pour démontrer la nécessité de son exécution et en développer les
moyens. Je me rendis chez lui suivant ses désirs. Nous consacrâmes trois
heures à discuter son travail. En général, il me parut bon et mériter
d'être adopté, sauf quelques légères modifications. Mais les choses
n'avançaient pas, et cela par une première raison: c'est que M. de
Bourmont est par sa nature d'une lenteur inouïe; le temps s'écoule avec
lui sans emploi utile; il semble n'en pas connaître le prix. Aussi les
jours se succédaient sans qu'il fît aucune proposition sérieuse, et
cependant on avait toujours reconnu deux choses sur lesquelles tout le
monde était d'accord: que quatre mois au moins étaient nécessaires pour
les préparatifs, et que l'époque la plus favorable pour entreprendre
l'expédition était le commencement du mois de mai.

La fin de l'année approchait, mais je pressais fréquemment le ministre
de la guerre pour le décider à entrer en matière avec ses collègues, et
toujours inutilement. Il hésitait à élever sérieusement cette question
d'Alger, à laquelle il savait M. le Dauphin contraire.

Un jour, vers la fin de décembre, ayant été chez lui, il me prit à part
et me dit: «Notre affaire va mal; la marine ne veut pas de l'expédition
et présente obstacles sur obstacles. Elle prétend qu'il est trop tard
pour y penser cette année.--Mais l'amiral Mackau y est favorable,
faites-le venir, endoctrinez-le et mettez-le en avant.--Lui-même,
répondit-il, adopte l'opinion manifestée par son ministre.--Je le
verrai, répliquai-je, je ne conçois rien à ce changement de langage,
car, il n'y a pas longtemps, il m'a parlé tout autrement.»

Là-dessus je quittai le ministre. J'écrivis un petit mot à M. de Mackau,
et il vint chez moi. Il me dit ces propres paroles: «Jamais M. de
Bourmont ne nous a parlé de l'expédition d'une manière ni sérieuse ni
officielle. Étant à dîner avec lui chez le ministre de Suède, au moment
du café, il nous réunit, le ministre de la marine et moi, dans un coin
du salon et nous parla vaguement de l'expédition. Nous lui répondîmes
qu'il semblait rester peu de temps d'ici au printemps pour les
préparatifs; qu'aucune disposition première n'ayant été prise, avant que
tout ne fût en train, si on s'y résolvait, il s'écoulerait un temps bien
précieux.--Après dix minutes de conversation sur ce ton, ajouta-t-il,
nous nous séparâmes sans que rien n'annonçât l'intention de traiter cet
objet de nouveau.»

Je fus étonné, comme on le suppose, de cette explication, et la
conclusion entre M. de Mackau et moi fut que M. de Bourmont, ni
personne, hors moi, ne voulait de l'expédition. C'était un leurre, un
aliment pour l'opinion publique, mais il n'y avait aucun projet réel.

M. de Polignac avait eu l'étrange pensée de faire vider notre querelle
avec le dey d'Alger par le pacha d'Égypte, et de charger celui-ci de le
mettre à la raison au moyen d'un subside. L'idée était folle. Jamais le
pacha d'Égypte, placé à une si grande distance d'Alger, dépourvu alors
de moyens en matériel régulièrement construits, et d'un personnel
instruit, en rapport avec les besoins d'un siége, n'aurait pu réussir
dans une pareille entreprise. C'était M. Drovetti, consul de France,
lié d'intérêt avec le pacha, auquel il aurait fait gagner de l'argent
qu'il aurait partagé sans doute avec lui, qui avait suggéré cette idée
bizarre. M. de Polignac l'adopta. Un aide de camp du général
Guilleminot, nommé Huder, fut chargé de la négociation et envoyé à cet
effet à Alexandrie.

Bourmont m'en avait prévenu dans le temps, et, comme moi, il trouvait la
chose extravagante. Huder était venu prendre ses ordres. Il lui avait
parlé longuement et l'avait convaincu, me dit-il, des inconvénients de
ce projet. Il lui avait recommandé spécialement de faire sentir au pacha
les immenses difficultés de son exécution. Pour encourager cet envoyé
dans cette marche, opposée au but apparent de sa mission, il lui avait
donné d'avance la décoration de la Légion d'honneur.

Mais Méhémet-Ali, qui avait vu de bons millions à prendre et à garder,
car il en aurait été quitte pour une petite démonstration, endoctriné
d'ailleurs par Drovetti, avait accepté toutes les propositions, et
renvoyé M. Huder avec une réponse favorable.

Celui-ci étant arrivé au lazaret, Drovetti partit pour Toulon, afin de
conférer avec lui et de hâter l'accomplissement de ses désirs. On était
au 15 janvier, époque où, de retour de la campagne, j'étais établi pour
le reste de l'hiver à Paris. À mon arrivée, étant allé, suivant
l'usage, voir les divers ministres au jour de leur réception, celui de
la marine me parla vaguement d'Alger, ensuite me prit à part, et me dit:
«Monsieur le maréchal, vous avez beaucoup réfléchi sur cette opération,
je voudrais avoir l'occasion d'en causer avec vous d'une manière un peu
suivie et connaître votre opinion sur les moyens de son exécution.» Je
lui dis que j'étais à ses ordres, et lui offris de venir dès le
lendemain chez lui. Le rendez-vous pris, nous décidâmes d'y appeler M.
de Mackau.

Dans cette conférence, où tous les projets faits par diverses
commissions mixtes de terre et de mer furent lus, je démontrai à M.
d'Haussez qu'il y avait beaucoup d'exagération dans les demandes, en
prenant pour point de comparaison l'expédition d'Égypte, et en profitant
des diverses circonstances aujourd'hui en notre faveur. Je prouvai qu'il
ne fallait ni le nombre de bâtiments demandé, ni le nombre de chevaux,
ni, par conséquent, le temps indiqué comme nécessaire pour les
préparatifs. Cette conférence fit impression sur M. d'Haussez; mais,
tout à fait nouveau dans l'administration de la marine, et forcé pour
ainsi dire de s'en rapporter à ses bureaux et aux amiraux qui, en
général, étaient contraires à l'expédition, il hésitait encore dans
l'opinion qu'il devait adopter.

Je prévins M. de Bourmont de cette conférence, en l'engageant à chercher
à en tirer parti. Il me le promit, quoiqu'il me parût sans aucun espoir.
Les choses restèrent quelques jours dans cet état. Nous étions arrivés à
la fin de janvier. Encore quinze jours, et il n'y avait aucune
possibilité de rien entreprendre cette année. La conclusion de ce traité
ridicule avec le pacha d'Égypte paraissait devoir être immédiate, et
j'en gémissais à tous les titres.

J'avais souvent entretenu M. de Chabrol de mes désirs et de mes
espérances personnelles, lorsque, faisant partie du ministère Villèle
comme ministre de la marine, il avait participé à la résolution prise à
cette époque de me confier le commandement quand l'expédition aurait
lieu. Continuant à m'être favorable, je lui en reparlai de nouveau aux
Tuileries, le dimanche 31 janvier, et l'informai de la conférence que
j'avais eue avec M. d'Haussez. Il me dit:

«En avez-vous parlé à M. de Polignac?

--Non, lui dis-je.

--Je vous engage, répliqua-t-il, à le faire; cela est indispensable pour
le succès.»

À l'instant même je m'adressai à M. de Polignac, qui, étant souffrant ce
jour-là, venait seulement d'entrer dans le cabinet du conseil, et je lui
fis la demande d'un rendez-vous. C'était la première fois de ma vie que
j'allais l'entretenir d'une affaire importante et me rendre chez lui
pour autre chose que pour lui faire une simple politesse. Il fixa notre
entretien au lendemain lundi, 1er février, à midi.

J'entrai immédiatement en matière, en lui demandant pardon d'aborder de
moi-même des questions de politique et d'État que je n'étais pas appelé
à traiter; mais j'ajoutai: «Les circonstances de ma vie, les
connaissances qui en résultent, seront mon excuse.» Je lui dis ensuite:
«Le bruit public, prince, est généralement répandu que le gouvernement
est dans l'intention de charger, au moyen d'un traité et de subsides, le
pacha d'Égypte de venger notre querelle avec Alger, et d'obtenir pour
nous satisfaction. Je suis autorisé à penser, si ces bruits sont fondés,
que votre but ne sera pas atteint. Le pacha d'Égypte peut vous faire
telles promesses qu'il voudra, mais il est hors de sa puissance de les
tenir. Où est l'artillerie de siége qui lui est nécessaire? où sont ses
canonniers, ses sapeurs, ses officiers du génie, etc.? Une opération de
cette nature, aussi compliquée, est au-dessus des facultés des Turcs,
par les difficultés naturelles qu'elle présente et l'ensemble qu'elle
exige.

--Mais, répondit-il, son armée viendra par terre et son matériel par
mer.

--Mais, prince, il y a cinq cents lieues de distance d'Alexandrie à
Alger; il y a des déserts à traverser, il y a des régences à vaincre,
des tribus d'Arabes à subjuguer ou à séduire. La conquête de l'Asie par
Alexandre était plus facile à exécuter que celle de la côte d'Afrique
par Méhémet-Ali. Je suppose même non la conquête, mais une révolution en
sa faveur, ce que tant d'intérêts opposés rendent impossible, aurait-il
des myriades d'Arabes à ses ordres, les sept ou huit mille Turcs qui
sont dans Alger s'y défendraient avec succès.

--Mais la place d'Alger n'est pas forte par terre.

--Elle est imprenable pour des gens qui n'ont pas de canons ou qui n'ont
qu'une mauvaise artillerie mal servie. À la guerre, comme presque
partout ailleurs, rien n'est absolu, tout est relatif. Là où les moyens
d'attaque sont nuls, les moyens de défense sont faciles. Contre une
armée munie d'une mauvaise artillerie, de simples murailles sont
imprenables, tandis que Metz et Lille doivent succomber au bout d'un
temps donné devant les moyens que l'art de la guerre et le développement
des connaissances actuelles permettent de consacrer aujourd'hui au siége
des places.

--Mais la France pourrait fournir sa marine, les canonniers, les
officiers du génie, etc., etc.

--Oubliez-vous, prince, que l'armée protectrice qui tient la campagne
est toujours le principal, que l'artillerie, malgré sa haute importance
dans cette circonstance, n'est qu'accessoire? Ses opérations, quoique
spéciales, sont cependant subordonnées. Eh bien, la mettrez-vous sous
les ordres du pacha, et les troupes du roi de France seront-elles
réduites à être les auxiliaires d'un barbare ignorant? Leur sûreté
dépendra-t-elle de ses dispositions? Cela présenterait un scandale
capable de révolter l'armée entière. Il n'y a qu'une manière raisonnable
d'envisager la question: c'est de faire faire l'expédition par une armée
française, munie de tous ses moyens; et, si l'on veut y faire participer
le pacha d'Égypte, employer un corps de ses troupes comme auxiliaires.
Il faut retourner la question: agir avec une armée française sous le
commandement d'un Français, et y réunir un détachement d'Égyptiens.
Comme cela je comprends l'opération; comme cela je vois dans le concours
des Turcs une certaine utilité. Les opérations véritables sont faites
par l'armée. Les obstacles réels, c'est elle qui les surmonte, tandis
que le corps turc prouve, par sa présence, aux habitants de l'intérieur,
que nous ne faisons pas une guerre de religion. Des turbans aux
avant-postes doivent désarmer tous les Maures, laisser la milice turque
isolée et ainsi abandonnée à la haine dont partout elle est l'objet.
Tout autre système, croyez-moi, est pure illusion et n'aurait pas
d'autre résultat que d'enrichir le pacha et de nous rendre la fable de
l'Europe.»

M. de Polignac se rabattit sur l'impossibilité de rien entreprendre
cette année, eu égard à l'époque à laquelle on était arrivé et les
moyens immenses nécessaires à rassembler. Alors je lui fis voir qu'en ne
perdant pas un moment il était encore temps. On pourrait réduire sans
inconvénient les demandes qu'on avait faites, et qui étaient
véritablement exagérées; je choisis pour exemple les dispositions prises
lors de l'expédition d'Égypte. Je traitai à fond la question des moyens
d'exécution. Après quelques moments de réflexion, le prince me dit:
«Monsieur le maréchal, vous venez de changer toutes mes idées, et la
manière dont vous avez envisagé les choses est toute nouvelle pour moi.
Je vous demande d'y réfléchir et de vous en reparler.»

Le premier résultat de cet entretien fut l'abandon immédiat du projet de
Drovetti. On y substitua quelque chose d'analogue à ce que j'avais
indiqué à M. de Polignac. M. de Langsdorf, attaché d'ambassade, qui se
trouvait alors à Paris, fut envoyé sur-le-champ à Alexandrie pour rompre
à tout prix la négociation entamée avec Méhémet-Ali. Il devait proposer
au pacha un autre projet, dont la base était une expédition simultanée
par terre contre les régences de Tripoli et de Tunis. M. de Langsdorf,
malgré ses efforts auprès d'Ibrahim et de Méhémet-Ali, ne put réussir à
leur faire accepter ces nouvelles propositions. Le vice-roi craignait de
compromettre par cette alliance sa popularité parmi les populations
musulmanes. Cette négociation, qui avait vivement inquiété les agents
anglais, se perdit au milieu du fracas de l'expédition et de la prise
d'Alger.

Le mercredi suivant, 3 février, je reçus un billet de M. de Polignac qui
m'engageait à passer sur-le-champ chez lui. Il sortait du conseil et me
dit: «Vos raisonnements m'ont complétement convaincu. Cette conviction
est partagée par le roi et par mes collègues, et l'expédition est
résolue. Une commission de généraux de terre et de mer va se réunir pour
discuter, la plume à la main, quels sont les moyens d'exécution
indispensablement nécessaires. Si tous les calculs confirment votre
opinion, comme je n'en doute pas, on se mettra à l'oeuvre à l'instant
même. Je vous engage à voir le ministre de la guerre sans retard, pour
vous concerter avec lui, afin de fournir à cette commission, qui, dès
demain, commencera son travail, tous les renseignements dont elle a
besoin.»

Je lui parlai de mes intérêts propres et du commandement. Il me
répondit: «Je ne pense pas qu'il puisse être remis en de meilleures
mains, et c'est toute ma pensée; c'est aussi celle de mes collègues;
et, n'en doutez pas, vous ne trouverez aucune opposition du côté du roi;
il m'en a déjà parlé. Le seul conseil que j'aie à vous donner, c'est de
voir M. le Dauphin, et de lui faire parler.»

Je me rendis chez le ministre de la guerre, qui me confirma cette bonne
disposition, et me fit hommage d'un succès sur lequel il n'avait pas
compté. Je lui parlai de la réunion du lendemain. Il en désigna devant
moi tous les membres; mais il me dit qu'il croyait convenable à mes
intérêts de ne pas m'y mettre, pour ne pas irriter M. le Dauphin,
mécontent de la résolution prise, et qu'il m'attribuait. «En effet,
ajouta-t-il, M. de Polignac a dit au roi et au conseil que vous l'aviez
convaincu, et, comme il y est opposé, il vaut mieux ne pas mettre votre
nom constamment en avant.»

Cette précaution me parut de la bienveillance, et je l'en remerciai.
C'était, au contraire, un commencement de trahison envers moi.

Je sus, quelques jours après, que M. le Dauphin, dans son emportement,
avait dit: «Et de quoi se mêle le duc de Raguse? il n'est pas membre du
gouvernement; il n'est pas appelé à délibérer sur ces projets.
D'ailleurs, si cette expédition se fait, il ne la commandera pas.»

On travailla avec une grande activité à la discussion des projets.
J'entraînai plusieurs membres de la commission, et elle reconnut la
possibilité de l'expédition pour cette année. Le 7 février, les ordres
définitifs furent donnés aux ministres de la guerre et de la marine.

Il était assez naturel de faire d'abord le choix du commandant. Il
devait influer sur celui des principaux agents; mais le roi, me dit le
ministre de la guerre, avait ajourné cette nomination pour le moment. Il
ajouta: «Cela nous donnera le temps de tout arranger pour faire tomber
le choix sur vous. Ne faites aucune démarche. Laissez-moi les commencer,
en entretenir le roi et surtout M. le Dauphin.»

Je croyais encore à sa loyauté, et je gardai le silence. Cependant mes
réflexions et quelques avis firent naître des inquiétudes dans mon
esprit. J'eus une nouvelle explication avec Bourmont, qui n'hésita pas à
me renouveler les mêmes assurances.

M. de Polignac était ou paraissait être toujours dans la même conviction
pour ce qui me concernait.

Fatigué d'attendre en vain que Bourmont eût parlé, j'allai trouver M. le
Dauphin. Je lui rappelai ses promesses anciennes; je lui présentai et
lui fis valoir mes titres. Il m'accueillit bien, sembla m'écouter
volontiers, et me dit que, comme ma démarche avait été prévue, il avait
demandé au roi ce qu'il devait me répondre. Le roi lui avait dit de ne
prendre aucun engagement, et il se conformait à ses ordres, ne voulant
ni détruire des espérances qui peut-être étaient fondées, ni les
encourager, car peut-être aussi ne se réaliseraient-elles pas. Il ajouta
qu'il m'écoutait avec plaisir. Je terminai cette conversation par un
résumé de mes titres, et je lui dis en riant: «Monseigneur, si le
commandement de cette expédition m'est enlevé, j'en éprouverai, je
crois, un tel chagrin et un tel dégoût, qu'il ne me restera plus qu'à me
faire capucin.»

M. le Dauphin rit beaucoup de cette plaisanterie, et mon audience se
termina.

L'impression que j'avais reçue était assez favorable. Je n'ai jamais été
gâté par M. le Dauphin. Ce prince m'a même toujours montré peu de
bienveillance; mais ses manières brusques et habituellement déplaisantes
avaient disparu en ce moment, et je le crus favorable à mes désirs.
J'allai voir le roi le soir.

Le roi a toujours eu, pour tout le monde et pour moi en particulier, des
manières aimables et gracieuses. Je lui exposai ce qui m'amenait auprès
de lui. Il commença à répondre par des choses vagues sur l'incertitude
de l'expédition et sur son importance, qu'il cherchait à diminuer. Mes
réponses étaient faciles: j'établis mes droits. Quand je vins à ceux
que je fondai sur ma fidélité, il m'interrompit et me dit: «Oh! pour
ceux-là, je les reconnais!

--Et les autres, Sire! Est-ce donc rien d'avoir commandé en chef des
armées pendant dix ans, d'avoir été en Égypte, en Turquie, et d'être, de
plus, officier d'artillerie, quand il est question d'un siége?»

Le roi convint de tout cela et me fit une réponse obligeante, mais
vague. Je sortis de chez lui moins satisfait que de chez M. le Dauphin.
Cependant je ne pouvais pas mettre en comparaison le sentiment de l'un
et de l'autre pour moi. Les jours s'écoulaient, et cette nomination, qui
aurait dû précéder les autres, ne se faisait pas. Tout le travail
s'expédiait, et, la nomination des agents principaux, dont le contact
avec le général en chef est habituel, étant terminée, je crus y voir
l'indication positive d'un choix arrêté en secret et se portant sur le
général Bourmont. Je m'en ouvris à M. de Polignac, qui parut surpris et
ne pas le croire. Rien, me dit-il, ne le lui avait indiqué. J'ignore
s'il me trompait: mais je serais disposé à en douter; car le lendemain
il me dit, après avoir parlé au roi, qu'effectivement il y avait des
chances pour Bourmont, mais aussi pour moi, qu'il fallait attendre en
balançant les craintes par les espérances. Mais je m'aperçus enfin à
quel point j'étais dupe de ma crédulité et de ma bonne foi. Bourmont
n'avait pas voulu se mettre en avant pour faire décider l'expédition, de
peur de déplaire à M. le Dauphin. Il m'avait fait promesses sur
promesses pour m'engager à faire les démarches nécessaires à son
exécution. Ce but rempli, tous ses efforts tendaient à m'écarter afin de
se réserver à lui-même le commandement.

Après six semaines d'angoisses de ma part, il fut nommé.

J'ai rarement éprouvé en ma vie une peine aussi vive; je voyais
renversée l'espérance d'entendre encore prononcer mon nom avec louange,
et de rappeler les services passés par des services nouveaux, d'être le
vengeur de la civilisation sur la barbarie, d'effacer la honte séculaire
de la chrétienté; enfin de faire une guerre qui pouvait peut-être
contrarier la politique de quelque gouvernement, mais dont le succès
aurait les applaudissements du monde civilisé. Je m'étais bercé de
l'idée d'être l'agent d'un pareil bienfait pour l'humanité. Toutes ces
espérances disparurent comme un songe.

M. le Dauphin, dont le naturel l'a toujours porté à se livrer à des
sentiments hostiles aux autres, parut jouir dans cette circonstance de
ma déconvenue. Il eut bien soin de se rappeler la plaisanterie que je
lui avais faite six semaines auparavant. Comme j'étais absent, le soir
même, d'un grand cercle de la cour, madame la duchesse de Berry ayant
demandé où j'étais, M. le Dauphin prit la parole et répondit tout haut:
«Le maréchal! il s'est retiré dans un couvent et se fait moine.»

La plaisanterie ne fut pas comprise d'abord; mais, lorsqu'elle fut
expliquée, on la trouva de mauvais goût. Les gens qui n'avaient pas
d'amitié pour moi en portèrent le même jugement.

La peine que je ressentis de la nomination de Bourmont aurait été bien
plus vive encore si j'avais pu en deviner toutes les conséquences. Je ne
voyais et ne pouvais voir alors que la perte de grands avantages; mais
comment deviner la masse de maux dont une absence de Paris m'aurait
garanti!

Je fus un moment tenté de donner ma démission de la place de major
général. Un motif de délicatesse m'en empêcha. J'avais consacré presque
tous mes appointements à payer mes dettes. En les diminuant j'en privais
mes créanciers. Toutefois je m'absentai de la cour et n'y revins qu'au
1er mai, pour prendre mon service. Les ministres, et particulièrement M.
de Polignac, avaient senti combien ma situation était pénible, et à quel
point on avait été injuste envers moi; car mes droits au commandement
étaient incontestables, d'abord à raison de promesses anciennes,
ensuite, et c'était mon premier titre, parce que moi seul j'avais
démontré la possibilité de l'expédition et l'avais fait décider par mes
démarches. Elle était pour ainsi dire mon ouvrage. J'avais empêché la
plus fausse et la plus mauvaise des combinaisons, celle d'avoir recours
au pacha d'Égypte. Par là j'avais préservé le gouvernement d'un ridicule
ineffaçable et le ministère d'une responsabilité d'argent terrible; car,
à coup sur, les millions donnés à Méhémet-Ali n'auraient rien produit,
et leur emploi n'aurait jamais pu être justifié ni approuvé. Le
gouvernement, se sentant mon obligé, avait une dette à acquitter. Il le
reconnut, et l'assurance m'en fut donnée de toutes parts et à plusieurs
reprises. D'abord il fut arrangé qu'aussitôt la ville d'Alger conquise
le ministre de la guerre reviendrait, et qu'alors j'aurais la mission
d'achever la conquête de ce pays. Le gouvernement m'en serait donné, et
je serais chargé de fonder une colonie.

Mon amour-propre pouvait souffrir de cette combinaison; mais je me mis
au-dessus de considérations vulgaires. J'envisageai la beauté,
l'importance et les difficultés de la mission, sans me rappeler ce que
la conquête de la ville aurait ajouté à son éclat. Je fis ce
raisonnement. Dans un temps régulier et loin du moment de la conquête,
un semblable commandement, avec les pouvoirs qu'il comporte, serait
recherché par les individus de la plus haute position. Au moment où il
fallait fonder, établir, créer, il était plus beau, plus important, plus
difficile, par conséquent plus désirable, et, parce que l'éclat de la
première conquête en était séparé, ce n'était pas un motif pour le
dédaigner. Je me croyais éminemment propre à cette mission. La nature de
mon caractère, l'esprit de suite qui m'est propre, ma grande activité,
des connaissances dont je trouverais l'application à chaque instant, mon
aptitude à gouverner des peuples de divers degrés de civilisation,
prouvée par les succès obtenus dans les provinces illyriennes, où mon
nom est encore vivant et prononcé avec respect et bienveillance,
m'avaient décidé à accepter éventuellement cette mission. Je crus
pouvoir la regarder comme assurée après la reddition d'Alger, reddition
opérée après une canonnade de quatre heures contre le fort impérial, et
sans siége régulier.

J'attendais les ouvertures officielles de mon envoi prochain dans ce
pays, mais en vain. Tout avait été changé par l'influence de la
politique extérieure, qui empêchait d'y fonder une colonie.

Je fis exprimer le désir d'avoir l'ambassade de Russie, que la retraite
du duc de Mortemart devait laisser vacante, et à laquelle j'avais
l'espérance que l'empereur Nicolas me verrait arriver avec plaisir. Je
sus qu'elle serait donnée à un autre. Ainsi, cette dette reconnue envers
moi, on ne s'occupait pas de l'acquitter, et cependant on ne la niait
pas. Était-il donc déjà arrêté dans la pensée du gouvernement que ses
dons perfides envers moi se composeraient de la plus cruelle mission,
d'une mission qui aurait pour résultat de me mettre dans la position la
plus difficile, la plus déchirante dans laquelle un homme puisse jamais
être placé: position pire pour moi que pour tout autre, parce que mes
opinions bien connues, mes doctrines politiques, proclamées et
incontestables, étaient en tous points et en toutes choses opposées à la
marche du gouvernement. Le fond qu'on faisait sur moi était uniquement
basé sur mes sentiments d'honneur et ma religion à remplir mes devoirs,
mais non sur mes intérêts et ma conviction; chose honorable sans doute
et qui témoigne de l'idée qu'on s'était faite de ma loyauté, et qu'en
effet j'ai justifiée au prix de tout mon avenir.

La marche du gouvernement augmentait mes inquiétudes. L'extravagant
renvoi de la Chambre pour l'expression des sentiments quelle éprouvait,
droit qu'elle possédait et dont elle fit usage dans des formes
respectueuses; les doctrines, plus extravagantes encore, soutenues par
les journaux défenseurs du ministère, cette assertion insensée que le
renvoi à la Chambre nouvelle de deux cent vingt et un députés qui
avaient signé l'Adresse était une insulte faite au roi, prouvèrent
jusqu'à quel point d'aberration étaient tombés les dépositaires du
pouvoir. Aussi le sentiment de leur inconcevable incapacité était dans
la conscience publique. Un des traits les plus remarquables de cette
incapacité était leur confiance absolue au milieu des immenses
difficultés qui les entouraient. En effet, une grande confiance ne
résulte jamais que de deux choses: ou du sentiment de ses forces, qu'un
génie d'un ordre supérieur a presque toujours en lui-même, et de la
puissance qu'il exerce sur la multitude par les souvenirs qu'il lui
rappelle; ou de la stupidité qui ne voit rien, n'entend rien, ne
comprend rien, et se jette, sans s'en douter, dans l'abîme ouvert sous
ses pas. Dans la circonstance, l'incertitude entre ces deux explications
ne pouvait pas exister un moment.

Le spectacle présenté par la famille royale n'était pas plus rassurant.
On connaît la portée d'esprit de M. le Dauphin. Elle ne va pas jusqu'à
combiner deux idées; mais, en revanche, il y a, dans son absurdité, une
résolution, une volonté inimaginables, et cependant cette décision
absolue, qu'aucun raisonnement ne parvient à changer, c'est presque
toujours le hasard qui l'a fait naître. Aussi est-il impossible de mener
à bien avec lui la moindre affaire. Son concours au pouvoir était donc
funeste. Il empêchait d'apporter aucun remède efficace aux immenses
difficultés du moment. Le roi Charles X a de la douceur, de la
bienveillance; il sait que la nature, en lui donnant des avantages qui
le font aimer, ne l'a pas pourvu de ces qualités éminentes capables de
subjuguer et de tout maîtriser. Il est facile de remuer son coeur. On
agit même momentanément sur son esprit. L'action est fugitive, mais on
peut la renouveler. Il est d'ailleurs resté soumis à l'empire des
opinions de sa jeunesse. Je pourrais raconter mille traits qui
rappellent le prince de Coblentz dans toute sa pureté: mais enfin il y a
chez lui de la bonté et du mouvement. Eh bien, toutes ces qualités-là,
mises en oeuvre à propos, pouvaient le sauver et nous sauver; mais elles
étaient anéanties par la rudesse et par l'orgueil sauvage de son fils.

Mécontent pour ce qui me concernait personnellement, effrayé de
l'avenir, je ne rêvais qu'une chose, c'était mon éloignement. Aussi
attendais-je, avec la plus vive impatience, la fin de mon service. Le
1er septembre, je devais être libre.

J'avais tout disposé pour une longue absence, et j'avais résolu de
partir dès le mois d'octobre pour l'Italie. Je comptais y passer
l'hiver et le printemps. Mon intention était de revoir les immortels
champs de bataille de ma jeunesse. Là je trouverais des souvenirs qui me
dédommageraient des misères présentes, me rajeuniraient en me rappelant
les vives sensations que m'avait causées une gloire éclatante, en me
rappelant le premier âge dans le plus beau pays du monde. Si le
bouleversement de cette pauvre France fût arrivé pendant mon absence,
des devoirs impérieux n'auraient pas uni mon nom à la catastrophe.

C'est dans cette disposition d'esprit et au milieu de ces projets que
m'ont surpris les ordonnances tristement célèbres du 25 juillet.

Le plus profond secret fut gardé le dimanche, 25, et personne ne sut que
le roi venait de signer l'arrêt de mort de la monarchie. Le lundi, 26,
au matin, le _Moniteur_, à son arrivée, apprit la résolution de la
veille. Le roi venait de partir pour Rambouillet, et personne ne le vit
dans la journée.

Je me rendis à Paris. N'ayant pas encore vu le _Moniteur_, je le fis
demander chez le baron de Faguel, ministre des Pays-Bas, logé dans
l'hôtel qui touchait le mien. Ma surprise fut d'autant plus grande en
lisant ces ordonnances, que M. de Polignac avait donné sa parole à
l'ambassadeur de Russie, Pozzo di Borgo, dans la nuit du samedi au
dimanche, qu'il n'y aurait point de coup d'État. Témoin de l'agitation
générale dont tous les esprits étaient saisis, je rentrai à Saint-Cloud,
où le roi n'arriva qu'à dix heures trois quarts. En descendant de
voiture, il me demanda si j'avais été à Paris et ce qu'il y avait de
nouveau.

--Un grand effroi, un grand abattement, Sire, et une chute de fonds
extraordinaire.

M. le Dauphin suivait le roi, et me dit:

--De combien les fonds sont-ils tombés?

--Monseigneur, de quatre pour cent.

--Ils remonteront, me dit le prince.

Nous arrivâmes dans le cabinet; le roi me donna le mot d'ordre, et
sur-le-champ fut se coucher.

J'étais dans l'usage d'aller passer la journée du mardi dans les
environs de Saint-Germain, et je me disposais à m'y rendre quand un
message du roi m'apporta l'ordre de me rendre chez lui après la messe, à
onze heures et demie. Lorsque je fus entré dans son cabinet, le roi me
dit: «Il paraît que l'on a quelques inquiétudes pour la tranquillité de
Paris. Rendez-vous-y, prenez le commandement, et passez d'abord chez le
prince de Polignac. Si tout est en ordre le soir, vous pouvez rentrer à
Saint-Cloud.»

Cet ordre était la conséquence naturelle de mes fonctions. Il ne me
restait qu'à obéir. Je demandai mes chevaux et partis. Le prince de
Polignac me donna connaissance de l'ordonnance qui m'investissait du
commandement[5], et j'allai m'établir au logement du major général de
service.

     [Note 5: «Charles, par la grâce de Dieu, roi de France et
     de Navarre, salut Sur le rapport du président du conseil des
     ministres, Nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit:

     ARTICLE PREMIER.

     «Notre cousin le maréchal duc de Raguse est chargé du
     commandement supérieur des troupes de la première division
     militaire.

     ARTICLE II.

     «Notre président du conseil, chargé par intérim du
     portefeuille de la guerre, est chargé de l'exécution de la
     présente ordonnance.

     «Donné en notre château de Saint-Cloud, le 27 juillet de l'an
     de grâce 1830, et de notre règne le sixième.

     «_Signé_: CHARLES.

     Par le roi:

     «Le président du conseil des ministres, chargé par intérim du
     portefeuille de la guerre,

     «Le prince DE POLIGNAC.

     «Pour ampliation:

     «Le président du conseil des ministres, chargé par intérim du
     portefeuille de la guerre,

     «Le prince DE POLIGNAC.»]

Une grande agitation régnait dans les esprits. Du mouvement, des
groupes, se faisaient remarquer; mais d'abord aucunes dispositions
n'annonçaient des intentions éminemment hostiles. Cependant les
rassemblements de la rue Saint Honoré commencèrent à grossir; ils se
portèrent ensuite sur la place du Palais-Royal. Là, on jeta des pierres
aux gendarmes qui s'y trouvaient; on les assaillit; enfin on les mit
dans le cas de faire usage de leurs armes. Une trentaine de coups de
fusil furent tirés en cette circonstance. Ces événements pouvaient faire
craindre des choses plus graves pour la soirée.

Je donnai l'ordre à toutes les troupes de sortir des casernes et de
venir occuper les positions suivantes:

Le 1er régiment de la garde vint occuper le boulevard des Capucines,
avec deux pièces de canon et cinquante lanciers;

Le 3e, le Carrousel, avec quatre pièces de canon et cent cinquante
lanciers;

Les Suisses, la place Louis XV, avec six pièces de canon;

Le 15e occupa le pont Neuf;

Le 5e, la place Vendôme;

Le 50e, les boulevards Poissonnière et Saint-Denis;

Le 53e avec les cuirassiers, la place de la Bastille.

Toutes ces troupes étaient en position à cinq heures; elles se mirent en
communication entre elles par des patrouilles dans toutes les
directions, et ne rencontrèrent nulle part de résistance. Vers les sept
heures, des attroupements se portèrent encore dans la rue Saint-Honoré,
en arrivant par les rues transversales. Deux barricades, commencées
près des rues du Duc-de-Bordeaux et de l'Échelle furent détruites par
mon ordre. Les troupes s'étant retirées, on les recommença. Il fallut y
retourner. Des matériaux de construction, qui se trouvèrent là,
servirent d'armes contre les troupes. Quelques soldats furent blessés
par des pierres, et à deux reprises ils furent obligés de faire feu. Ces
hostilités de la part des Parisiens ne pouvaient pas être sérieuses, et
ces espèces de retranchements, construits si près des lieux où des
forces considérables étaient réunies, semblaient n'avoir d'autre but que
de provoquer et de juger les dispositions des troupes.

Des patrouilles ont pu avoir quelque rencontre ailleurs, et cela est
probable, puisqu'un homme a été tué vers la rue Feydeau; mais cependant
rien de plus important ne se passa dans cette journée.

À neuf heures, les groupes se dissipèrent d'eux-mêmes. Chacun rentra à
son logis, et, à dix heures et demie, toutes les rues devinrent libres.
La tranquillité étant parfaitement rétablie, rien absolument n'annonçant
des projets de désordre pour la nuit, les troupes reçurent l'ordre de
rentrer dans les casernes.

Le mercredi, 28, de grand matin, les groupes se reformèrent, et une
extrême agitation se manifesta dans la population. Les choses pouvant
devenir graves, j'expédiai des officiers à Versailles et à Saint-Denis
pour en faire venir les garnisons, et des courriers à Melun, Provins,
Fontainebleau, Beauvais, Compiègne et Orléans. J'envoyai un officier
au-devant du 4e régiment de la garde, venant de Caen et devant arriver
seulement le 3 août, afin de hâter sa marche.

L'agitation se changea bientôt en tumulte. Dès sept heures, les
désordres prirent le caractère le plus hostile. On brisait partout les
armes de France; on coupait les cordes des réverbères; on traînait les
drapeaux blancs des mairies dans le ruisseau, et on criait: _À bas les
Bourbons!_

J'écrivis immédiatement au roi pour l'informer de ce qui se passait.

J'envoyai partout l'ordre aux troupes de sortir des casernes aussitôt
après avoir mangé la soupe, et de s'établir de la manière suivante:

Le 1er régiment de la garde, boulevard des Capucines, avec deux pièces
de canon et cent lanciers;

Le 6e à son arrivée de Saint-Denis, devait se placer en réserve à la
Madeleine;

Le 3e de la garde et deux cents lanciers sur le Carrousel, aussitôt
après avoir été remplacé par le 2e régiment venant de Versailles, avec
le 2e de grenadiers à cheval;

Le 15e régiment fut placé sur le pont Neuf;

Le 5e et le 50e sur la place Vendôme;

Le 53e et les cuirassiers sur la place de la Bastille.

À huit heures, je fus informé que, par la plus étrange fatalité, deux
gendarmes d'élite, chargés de porter ma lettre au roi, l'avaient perdue.
Le mal était fait, il fallait se hâter de le réparer. J'écrivis une
autre lettre qui lui parvint sans retard [6].

     [Note 6: «Sire, j'ai déjà eu l'honneur de rendre compte à
     Votre Majesté de la dispersion des groupes qui ont troublé la
     tranquillité de Paris.--Ce matin, ils se reforment plus
     nombreux et plus menaçants.--Ce n'est plus une émeute, c'est
     une révolution. Il est urgent que Votre Majesté prenne des
     moyens de pacification. L'honneur de la couronne peut encore
     être sauvé.--Demain, peut-être, il ne serait plus temps.

     «Je prends mes mesures pour combattre la révolte. Les troupes
     seront prêtes à midi; mais j'attends avec impatience les
     ordres de Votre Majesté.»

     L'officier d'ordonnance, porteur de cette lettre, me dit, au
     retour, que, remise au moment où le roi allait à le messe,
     elle resta déposée sur un tabouret de la galerie, et ne fut
     ouverte par le roi qu'au retour de la chapelle. Il n'y fut
     pas fait de réponse.]

À neuf heures, un jeune homme, envoyé par le préfet de police pour
demander un renfort de troupes, s'informa près de mes officiers s'il
était vrai que la ville fût mise en état de siége. Prévenu de cette
question, j'envoyai chez M. de Polignac pour savoir ce que cela voulait
dire.

Sur ces entrefaites, et vers dix heures, je fus mandé chez le président
du conseil ou je trouvai les ministres réunis.

Ils me remirent l'ordonnance du roi, qui déclarait la ville de Paris en
état de siége[7]. Et, comme je ne connaissais pas au juste l'étendue des
pouvoirs que cette ordonnance me conférait, un des ministres me lut
l'article du Code, et ils me prévinrent que, pour faciliter leurs
rapports avec moi, ils allaient venir s'établir aux Tuileries, et me
demandaient de leur faire préparer des logements.

     [Note 7: «Charles, par la grâce de Dieu, roi de France et
     de Navarre, à tous ceux qui ces présentes verront, salut;

     «Vu les articles 53, 101, 102 et 103 du décret du 24 décembre
     1811;

     «Considérant qu'une sédition intérieure a troublé, dans la
     journée du 27 de ce mois, la tranquillité de Paris;

     «Notre conseil entendu,

     «Nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit:

     ARTICLE PREMIER.

     «La ville de Paris est mise en état de siége.

     ARTICLE II.

     «Cette disposition sera publiée et exécutée immédiatement.

     ARTICLE III.

     «Notre ministre secrétaire d'État de la guerre est chargé de
     l'exécution de la présente ordonnance.

     «Donné en notre château de Saint-Cloud, le vingt-septième
     jour de juillet de l'an de grâce 1830, et de notre règne le
     sixième.

     «_Signé_: CHARLES.

     «Par le roi:

     «Le président du conseil des ministres, chargé par intérim du
     portefeuille de la guerre.

     «Le prince DE POLIGNAC.

     «Pour ampliation:

     «Le président du conseil des ministres, chargé par intérim du
     portefeuille de la guerre,

     «Le prince DE POLIGNAC.»]

À midi, ne recevant aucune instruction de Saint-Cloud, et le désordre
croissant toujours, je crus urgent de mettre à profit la disposition
favorable des troupes, dont le bon esprit pouvait changer. J'étais
d'autant plus autorisé à le craindre, que soixante hommes du 50e
avaient, dès les huit heures du matin, abandonné leurs drapeaux, et
s'étaient réunis au peuple. Ce funeste exemple avait déjà été offert,
dès la veille, par quelques hommes du 5e régiment de ligne; je donnai
donc l'ordre de marcher sur les rassemblements et de les disperser.

Le général Saint-Chamans, chargé du commandement de la colonne de
gauche, devait suivre le boulevard jusqu'à la place de la Bastille,
disperser les rassemblements qui s'opposeraient à sa marche, rallier le
53e et les cuirassiers, prendre le commandement de ces corps, observer
le faubourg Saint-Antoine, et se mettre en communication avec la place
de Grève. Le général Talon devait aller, avec un bataillon du 3e de la
garde, un bataillon suisse, cinquante lanciers et deux pièces de canon,
occuper la place de Grève, en passant par l'île et débouchant par le
pont au Change. Il devait être soutenu au besoin par le 15e régiment,
placé au pont Neuf, et se mettre en communication avec les troupes qui
occupaient la place de la Bastille.

Le général Quinsonnas devait partir du Carrousel avec deux bataillons du
3e régiment, deux pièces de canon et des gendarmes, pour nettoyer la rue
Saint-Honoré, et occuper le marché des Innocents. Enfin, le général
Wall, avec un régiment de la ligne et des gendarmes, avait ordre
d'occuper la place des Victoires.

Tous ces chefs eurent pour instruction de disperser par leur marche tous
les rassemblements qui se trouveraient devant eux, de détruire les
barricades qui s'opposeraient à leur marche, et de ne faire usage de
leurs armes que s'ils étaient attaqués. J'ajoutai: «Vous entendez bien:
vous ne devez tirer que si on engage sur vous une fusillade; et
j'entends par fusillade, non pas quelques coups de fusil isolés, mais
cinquante coups de fusil tirés d'ensemble sur les troupes.»

Les colonnes s'ébranlèrent. À peine mises en mouvement, les groupes
placés devant elles se dispersèrent; mais une horrible fusillade sortit
des fenêtres de presque toutes les maisons. Les troupes ripostèrent et
exécutèrent les mouvements avec vigueur et résolution. Elles montrèrent
en cette circonstance un courage admirable.

J'appelai à moi le 6e régiment, et le 2e fut chargé d'occuper tout à la
fois la place Louis XV et la Madeleine. Je fis renforcer les troupes du
pont Neuf par un bataillon suisse, afin de mettre à l'abri de tout
danger ma communication avec la place de Grève. Cette marche des troupes
ne fut partout qu'un long combat. Cependant elles parvinrent à occuper
les postes qui leur avaient été assignés, et à s'y maintenir tout le
reste de la journée. La colonne du général Wall, n'ayant pas reçu de
coups de fusil dans la rue des Petits-Champs, n'en rendit pas, et, dans
sa marche, tout se passa d'une manière assez pacifique. Il n'y eut, de
ce côté, des hostilités qu'à la place des Victoires.

L'engagement du général Talon fut extrêmement vif à la place de Grève,
et l'Hôtel de Ville fut occupé. Le général Quinsonnas, qui avait ordre
de s'établir sur la place du marché des Innocents, et d'éclairer ensuite
la rue Saint-Denis, jeta imprudemment trop en avant un bataillon du 3e,
à la tête duquel se trouvait le colonel Plaineselves. Ce bataillon,
n'étant pas soutenu, se trouva séparé du reste de la colonne. Assailli
par un feu meurtrier, son colonel a la cuisse cassée. Ce brave bataillon
fait un brancard avec des fusils et emporte son chef toujours en
combattant. Obligé d'éviter le boulevard, où les barricades se sont
multipliées après le passage du général Saint-Chamans, il arrive
heureusement à l'hôpital de la garde au Gros-Caillou, après avoir passé
par la rue de Clichy. D'un autre côté, le général Quinsonnas était
bloqué. Il me fait informer de sa détresse par son aide de camp, le
capitaine Courtigis. Cet officier ne peut parvenir au quartier général
que déguisé, et après avoir couru les plus grands dangers.

J'envoie le bataillon suisse, placé sur le pont Neuf, pour le dégager.
Il y parvient, et le général Quinsonnas prend position sur le quai de
l'École.

À trois heures, l'affaire avait un caractère très-grave, et je dus en
informer le roi. Tous les calculs avaient été faits contré une émeute,
une insurrection partielle; mais, dès le moment où la population entière
prenait part à la révolution, il n'y avait d'autre ressource pour
rétablir l'ordre que des négociations; car, pour la soumettre, il eût
fallu d'autres moyens, et les moyens n'étaient pas à ma disposition.
L'insuffisance du nombre de troupes était évidente. Il eût donc été
nécessaire d'évacuer momentanément Paris, en convoquant la garde
nationale et lui confiant la police de la ville; d'établir ailleurs le
siége du gouvernement, etc, etc. Mais ce sont là des mesures de
gouvernement qui sont au-dessus des pouvoirs d'un général chargé du
commandement d'une ville; au surplus, je discuterai plus tard ce qui est
relatif aux opérations et à la direction qu'a reçue l'affaire militaire.
Toutefois le résultat n'était plus équivoque en ce moment. Il fallait
négocier et faire des concessions, en profitant, pour en diminuer
l'étendue, de l'effet moral produit sur les esprits par un combat
vaillamment soutenu, et la crainte que cet état de choses ne se
prolongeât.

J'étais occupé à écrire au roi quand on m'annonça cinq notables de
Paris. C'étaient MM. Casimir Périer, Laffitte, Gérard, Lobau et Mauguin.
Je les reçus immédiatement. Laffitte porta la parole; il me dit:
«Monsieur le maréchal, nous venons, au milieu des angoisses que nous
cause l'état des choses, vous demander de faire arrêter l'effusion du
sang.--Et nous adresser, ajouta le général Gérard, à un général qui a le
coeur français.

--Messieurs, leur répondis-je, je vous fais la même demande. Des
troubles graves se sont manifestés ce matin et ont présenté tous les
signes d'une rébellion. J'ai ordonné de disperser les rassemblements et
de rétablir le bon ordre. Les troupes, en se rendant sur les points qui
leur avaient été indiqués, ont été assaillies par une fusillade
meurtrière. Elles ont répondu à ce feu, et elles ont dû y répondre. Que
les Parisiens suspendent leurs hostilités, et les nôtres cesseront à
l'instant même. Ceux qui ont commencé doivent finir les premiers; cela
est de justice et de droit; on ne peut se laisser tuer sans se
défendre.»

Pour l'obtenir, me dirent-ils, il faudrait pouvoir annoncer le retrait
des ordonnances, et, dans ce cas, ils s'engageaient à employer leur
influence pour rétablir la paix. Je leur répliquai que, n'ayant pas de
pouvoirs politiques, je ne pouvais prendre aucun engagement à cet égard;
mais je leur proposai, s'ils faisaient cesser le feu des citoyens, de me
rendre à leur tête à Saint-Cloud pour donner plus de poids à leurs
réclamations. MM. Mauguin et Laffitte ayant voulu développer leurs
griefs contre la marche du gouvernement, je leur dis: «Messieurs,
n'entrons pas dans une discussion superflue et sans objet. Ce serait
perdre notre temps, car vous blâmeriez des choses que je suis loin
d'approuver; mais il y a une question militaire. En ce moment elle prime
toutes les autres à mes yeux, et je ne peux l'abandonner.»

J'interpellai mes camarades présents, les généraux Gérard et Lobau, et
ils ne purent s'empêcher de le reconnaître.

«Voyez, messieurs, quelle puissance j'aurais pour soutenir vos voeux si
le calme était rétabli! Au surplus la fatalité m'a chargé de ce cruel
commandement. C'était le plus grand chagrin qui pût accabler ma vie.
Mais je ne puis transiger avec mes devoirs, dussent la proscription et
la mort être le prix de leur accomplissement. Aidez-moi à tout concilier
en faisant cesser, de la part des habitants, des hostilités qui ont
prévenu et motivé celles des troupes.»

Là-dessus ces messieurs réclamèrent de moi d'envoyer au roi sur-le-champ
l'expression de leurs demandes, et je le fis immédiatement. Je leur
proposai de voir M. de Polignac, qui était dans la pièce voisine avec
tous les ministres. Ils l'acceptèrent; mais M. de Polignac s'y refusa.
Cette lettre importante, qui faisait connaître au roi le véritable état
des choses et la gravité des circonstances, fut confiée à mon premier
aide de camp, le colonel Komiérowski, avec ordre d'aller vite, de la
remettre lui-même au roi, et de donner des explications verbales sur la
situation de la capitale. Il partit avec une escorte de vingt-cinq
lanciers, et arriva à Saint-Cloud avant quatre heures. Il fut introduit
près du roi par M. le duc de Duras. Le roi lut la dépêche et lui dit
d'aller attendre sa réponse.

En sortant du cabinet, il fut entouré par les personnes de service à
Saint-Cloud. On y conservait une sécurité parfaite et on y était
incrédule sur le véritable état des choses.

Enfin, après vingt minutes d'attente, Komiérowski, qui savait la gravité
de la position, insista auprès du duc de Duras pour avoir une réponse du
roi. Le premier gentilhomme de la chambre allégua les règles de
l'étiquette qui ne lui permettaient pas de rentrer si promptement chez
le roi. Enfin Sa Majesté fit entrer Komiérowski. Le Dauphin et madame la
duchesse de Berry étaient dans le cabinet. Le roi dit au colonel pour
toute réponse: «Dites au maréchal qu'il réunisse ses troupes, qu'il
tienne bon et qu'il opère par masses.»

Ce sont les seuls ordres qui me furent rapportés et que le roi me
confirma par écrit, quelques heures après, dans la soirée[8].

     [Note 8:

     LE ROI CHARLES X AU MARÉCHAL DUC DE RAGUSE.

     «Mon cher maréchal, j'apprends avec grand plaisir la bonne et
     honorable conduite des troupes sous vos ordres.

     «Remerciez-les de ma part, et accordez-leur un mois et demi
     de solde.

     «Réunissez vos troupes, en tenant bon, et attendez mes ordres
     de demain.

     «Bonsoir, mon cher maréchal.

     «CHARLES.»

     ORDRE POUR LE MARÉCHAL DUC DE RAGUSE, COMMANDANT SUPÉRIEUR DE
     LA PREMIÈRE DIVISION MILITAIRE.

     «1º Rassembler toutes les forces entre la place des
     Victoires, la place Vendôme et les Tuileries;

     «2º Assurer le ministère des affaires étrangères, celui des
     finances et celui de la marine;

     «3º Assurer le voyage des ministres de Paris à Saint-Cloud,
     demain, 29, entre dix et onze heures;

     «4º Dans cette position, attendre les ordres que je serai
     dans le cas de donner dans la journée de demain;

     «5º Repousser les assaillants s'il s'en présente, mais ne
     point faire de nouvelles attaques contre les révoltés.

     «Fait à Saint-Cloud, le 28 juillet 1830.

     «CHARLES.»

     AU PRINCE DE POLIGNAC, PRÉSIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES.

     «D'après les ordres que j'envoie au maréchal duc de Raguse,
     le prince de Polignac et tous les ministres ses collègues se
     rendront demain, à onze heures et demie, à Saint-Cloud,
     escortés de manière à assurer leur voyage.

     «Le prince de Polignac et le ministre des finances auront
     soin de tout ce qui concerne le Trésor royal, ainsi que des
     moyens de pouvoir transporter les sommes en argent qui
     peuvent se trouver dans ce trésor.]

Il serait impossible d'expliquer cette conduite si je ne me rappelais
que M. de Polignac, après avoir refusé de recevoir les députés, me dit
qu'il allait écrire au roi.

En effet, j'appris plus tard que, pendant que j'écrivais au roi, un
homme d'écurie, un fouet à la main, entra dans le billard où se tenaient
les officiers de service, et demanda la dépêche qu'il devait porter. À
ce moment M. de Polignac sortit du cabinet et remit une dépêche à cet
homme.

Cette estafette dut nécessairement précéder la lettre que j'écrivais au
roi, puisqu'elle était portée par un courrier, et que mon aide de camp
avait l'entrave d'une escorte. Il me paraît très-probable que cette
lettre engageait le roi à persévérer dans la lutte et à ne point céder
aux conseils que je pouvais donner.

M. le duc de Guiche était en bourgeois chez M. de Polignac quand les
députés entrèrent chez moi. Il n'attendit pas la fin de ma conférence
avec eux, et partit de là à cheval pour Saint-Cloud. Lui aussi devait y
apporter les appréciations personnelles de M. de Polignac et y précéder
mon aide de camp.

Les ministres m'avaient présenté une liste de douze personnes à faire
arrêter, les considérant comme les chefs du mouvement. Elle avait été
ensuite réduite à six et se composait de MM. Laffitte, la Fayette,
Gérard, Marchais, Salverte et Puyraveau. Les ordres étaient déjà donnés.
Deux des personnes désignées faisaient partie de la députation. Quand
elle fut sortie, je déclarai à M. de Polignac que je ne ferais point
arrêter ces deux individus. Il y aurait eu une sorte de déloyauté à
faire mettre la main sur des gens qui venaient d'eux-mêmes se présenter.
Il y aurait eu un tort grave à les poursuivre, au moment où ils se
présentaient comme conciliateurs, et j'ajoutai: «Quand une population
entière est en armes, quand les maisons sont transformées en
forteresses, et les fenêtres en créneaux, qu'est-ce que des chefs? Il
n'en manquera jamais.»

Je dois à la vérité et à la justice de dire que M. de Polignac ne me
fit aucune observation. Voilà la vérité de cette affaire des
arrestations, qui a été racontée de diverses manières. Au surplus, toute
arrestation était déjà devenue impossible en ce moment dans Paris,
excepté celle des deux personnes désignées faisant partie de la
députation.

J'avais tenté la fortune d'après des calculs positifs, dont je donnerai
plus tard l'explication; mais tout annonçait une résistance telle, qu'il
n'était pas possible d'espérer de la vaincre. Puisque le développement
de mes forces et leur action la plus vigoureuse n'avaient rien produit,
je n'avais plus d'autre parti à prendre que de les concentrer à la nuit,
de les établir dans une bonne position défensive et d'attendre. Mais la
nuit arrivait lentement au gré de mes désirs. La marche du général
Saint-Chamans avait été suivie d'incroyables efforts, de la part des
Parisiens, pour le séparer complètement de moi. Les arbres du boulevard
coupés, des barricades multipliées, les boulevards dépavés, enfin une
défensive imposante, créée comme par enchantement, mettaient entre lui
et moi des obstacles insurmontables. D'un autre côté, toutes les
tentatives qu'il fit pour se mettre en communication avec le général
Talon, occupant l'Hôtel de Ville, furent impuissantes. La rue
Saint-Antoine, dépavée, barrée par un grand nombre de barricades, était
défendue par le feu des maisons. Tout mouvement de troupes était donc
devenu impossible dans cette direction. Cependant le général Talon avait
reçu l'ordre d'attendre le général Saint-Chamans pour se retirer. De
nouveaux ordres furent envoyée par des officiers déguisés, et la
retraite de ces deux principales colonnes s'opéra, celle du général
Saint-Chamans par le pont d'Austerlitz, les boulevards extérieurs, et
celle du général Talon par l'île et le pont Neuf.

Ces deux officiers distingués ramenèrent tous leurs blessés. Toutes les
troupes se trouvèrent ainsi réunies et concentrées, après un des plus
rudes combats qui se soient jamais livrés. Nous avions consommé la plus
grande partie de nos munitions. J'avais beaucoup d'artillerie à
Vincennes. La difficulté de traverser Paris m'avait empêché d'en
disposer. Je fis partir, mercredi au soir, le 2e régiment de grenadiers
à cheval, dont je n'avais pas cru devoir me priver jusqu'à ce moment
pour Vincennes, en le dirigeant par l'extérieur. Il était chargé d'y
prendre l'artillerie et des munitions et de les escorter; mais il ne put
nous rejoindre qu'après l'évacuation de Paris.

Dans ma longue carrière militaire, et au milieu d'événements de tout
genre dans lesquels j'ai été acteur, je n'ai rien éprouvé de comparable
aux tourments et aux anxiétés de cette journée. Mon quartier général
était établi sur la place du Carrousel. Je recevais à chaque moment une
multitude de rapports alarmants. À force de calme et de soins, j'étais
parvenu à pourvoir à tout, et la journée s'était terminée aussi bien que
possible, c'est-à-dire sans graves accidents; mais toute illusion devait
cesser pour un homme raisonnable, et, à moins que les réflexions de la
nuit, les pertes éprouvées, ne changeassent complètement l'esprit des
Parisiens, il n'y avait plus d'espérance possible que dans une
transaction très-prompte.

Les troupes, à la pointe du jour, prirent une position entièrement
défensive et concentrée. Je plaçai deux bataillons suisses dans le
Louvre. C'était la tête de ma ligne, et je considérais ce poste comme
une forteresse imprenable. Le 3e bataillon suisse, le 3e régiment de la
garde et le 6e étaient sur le Carrousel avec six pièces de canon. Le 1er
et le 2e régiment de la garde occupaient la place Louis XV et le
boulevard de la Madeleine avec deux pièces d'artillerie. Le 15e régiment
et le 50e étaient placés dans le jardin des Tuileries, et deux pièces de
canon étaient à la grille, en face de la rue de Castiglione. Le 5e et le
53e étaient sur la place Vendôme. Enfin j'établis des postes dans les
maisons à l'entrée des rues aboutissantes au Carrousel et à la place qui
sépare le Louvre des Tuileries.

Je plaçai une batterie dans la rue de Rohan. Elle enfilait la rue de
Richelieu et empêchait tout mouvement offensif de ce côté. Je mis un
détachement du 6e régiment de la garde dans les maisons de la rue de
Rohan, en face de la rue de Rivoli, pour empêcher les habitants de ces
maisons de fusiller les troupes qui se trouvaient dans cette dernière
rue.

J'en fis autant dans les maisons de la place du Carrousel, placées en
face du château des Tuileries. Une proclamation engagea les habitants à
se tranquilliser. Je convoquai les maires et les adjoints, en costume et
en écharpe, pour les envoyer parcourir les environs des Tuileries et
parler au peuple. Mais il est pénible de n'avoir à citer que MM.
Hutteaux d'Origny, maire du dixième arrondissement, Olivier, adjoint au
dixième, Petit, maire du deuxième, de la Garde, adjoint au onzième: ce
furent les seuls qui se rendirent à ma convocation.

Je défendis, de la manière la plus formelle, aux troupes de tirer
autrement que pour se défendre contre une attaque. Je provoquai la
réunion des ministres et leur déclarai que, dans l'état des choses, je
n'entrevoyais d'autres ressources, pour sauver la monarchie, que de
traiter et de rapporter les ordonnances. Ils me répondirent qu'ils n'en
avaient pas le pouvoir. Je les déterminai alors à se rendre sur-le-champ
à Saint-Cloud, et leur fournis une escorte. J'envoyai le général
Girardin au roi avec un mot qui lui donnait créance, et il avait pour
mission de représenter au roi l'urgence des circonstances. Enfin, MM. de
Sémonville et d'Argout étant venus me trouver, je les engageai à se
rendre également à Saint-Cloud, pour chercher à éclairer et à convaincre
le roi.

J'attendais à chaque moment des nouvelles et des pouvoirs. Si encore à
onze heures j'eusse été autorisé à promettre le retrait des ordonnances,
la dynastie était sauvée.

Dans une circonstance aussi critique, il était de la plus grande
importance de traiter quand on occupait encore Paris, quand le château
des Tuileries, véritable chef-lieu de la capitale, était encore en notre
possession; aussi étais-je décidé à tout risquer plutôt qu'à me retirer
volontairement. Cependant les circonstances devenaient toujours plus
pressantes. Quelques tiraillements insignifiants avaient eu lieu sur
plusieurs points; mais tout à coup un parlementage s'établit sur le
boulevard, et bientôt jusque sur la place Vendôme. M. Casimir Périer,
dont le nom a une grande autorité, s'avança, s'adressa aux régiments qui
l'occupaient. Après une courte, mais vive allocution, il les entraîna.
Cette défection était le destin de cette importante journée; car, si les
troupes fussent restées fidèles, ma défense pouvait encore durer
vingt-quatre heures.

Informé par le général Wall de ce funeste événement, je fis sortir du
jardin des Tuileries le 15e régiment et le 50e, qui auraient pu être
entraînés par cet exemple, et les renvoyai aux Champs-Élysées. Je ne
pouvais les faire remplacer par un bataillon du 2e régiment, déjà bien
faible pour garder les débouchés de la rue Royale et contenir les forces
venant du boulevard et du faubourg Saint-Honoré, tandis que les
insurgés, occupant le palais Bourbon et les avenues des ponts,
menaçaient les Invalides et semblaient se disposer à passer la rivière.
En conséquence j'envoyai le bataillon suisse, stationné sur la place du
Carrousel, à la grille de Castiglione pour la défendre, et un des deux
bataillons placés au Louvre en fut retiré pour occuper le Carrousel.
Tous les calculs militaires auraient été en ce moment pour l'évacuation
immédiate. Il n'y avait pas un moment à perdre; mais les calculs
politiques ordonnaient impérieusement de rester, et j'étais résolu d'y
demeurer jusqu'à l'extrémité. Je rendis compte au roi de ce nouvel
événement, et je renouvelai mes efforts pour faire cesser les hostilités
de la part des Parisiens.

Un groupe nombreux s'avançait dans la rue de Richelieu, faisant un feu
assez vif, et déjà était arrivé à la hauteur du passage Saint-Guillaume.
Le capitaine d'artillerie, commandant la pièce de canon placée dans
cette direction, me fit demander l'autorisation de tirer sur le
rassemblement.

Je me rendis moi-même près de la pièce et j'examinai avec attention ce
rassemblement, dont le feu redoubla à ma vue. Ayant remarqué des femmes
dans le groupe, je défendis de tirer. Voulant cependant arrêter les
hostilités sur ce point, je donnai l'ordre au chef de bataillon de la
Rue, mon aide de camp, d'aller parlementer et d'annoncer à ces individus
qu'on était en négociation, mais que s'ils avançaient davantage on
tirerait sur eux. Cet officier parvint à faire cesser le feu. Les
Parisiens crièrent: _Vive le roi! vive la Charte!_ et firent le même
accueil à M. Hutteaux d'Origny, l'un des maires, qui, l'ayant suivi
revêtu de son écharpe, bravait avec un grand sang-froid les balles qui
sifflaient et ricochaient le long des maisons.

Il était déjà une heure, tout paraissait enfin tranquille, lorsqu'une
vive fusillade se fit tout à coup entendre. J'étais encore en ce moment
dans la rue de Rohan. Peu après le feu cesse, un bruit confus frappe mes
oreilles et j'aperçois le bataillon suisse en désordre. Il avait évacué
précipitamment le Louvre, où de braves gens, comme les soldats qui le
composaient, auraient pu se défendre éternellement contre des ennemis
sans canons. La cause de cet événement inattendu fut d'abord un mystère
pour moi; mais l'ensemble des explications qui m'ont été données depuis
m'a fait connaître la manière dont les choses se sont passées. Le
bataillon auquel j'avais donné l'ordre de sortir du Louvre pour occuper
la place du Carrousel avait laissé en arrière une compagnie, placée à
l'angle de gauche du Louvre, du côté de la rue du Coq, où se trouvaient
des constructions qui favorisaient les approches. L'adjudant-major de ce
bataillon, étant allé chercher cette compagnie, la retira
inconsidérément, sans prévenir le colonel Salis qui l'eût fait
remplacer. Les Parisiens, ayant vu le poste dégarni, pénétrèrent et se
montrèrent à l'entrée des appartements, où ils tirèrent quelques coups
de fusil. Les Suisses, surpris, se retirèrent précipitamment. Le colonel
perdit la tête: au lieu de refouler et de faire prisonniers cette
poignée d'ennemis qu'il avait devant lui, frappé de l'idée du danger
d'être bloqué dans le Louvre, il en sortit en toute hâte et en désordre.
Une fois dehors, il voulut essayer de résister et de combattre, mais
vainement, et le désordre dégénéra bientôt en une véritable fuite. À la
vue de cette retraite précipitée des Suisses et de l'arrivée des
Parisiens qui les suivent; à la vue des coups de fusil partant des
maisons de la place du Carrousel, les troupes placées sur le Carrousel
se précipitent, infanterie, cavalerie et artillerie sous l'arc de
triomphe. La plus grande confusion en est la suite. Je monte à cheval et
passe le défilé un des derniers. Des hommes et des chevaux sont tués à
mes côtés, et j'arrive dans la cour du château. Là je rallie soixante
Suisses. Avec cette faible troupe je fais tête à ceux qui nous pressent,
afin de donner à la foule le temps de s'écouler par la porte de
l'Horloge. Les Parisiens pénètrent dans la cour même, et l'un d'eux
tombe percé d'une balle, au moment où, arrivé à dix pas, il venait de
tirer sur moi. Je les fais charger par quatre officiers qui
m'accompagnaient, et ils sont chassés. Je fais fermer la grille sous les
coups de fusil. Mes soixante Suisses restent maîtres du champ de
bataille.

J'envoie courir après les troupes, dont la retraite a été trop prompte.
Je fais revenir un bataillon déjà arrivé au Pont-Tournant. Je le place à
ta tête du quinconce pour protéger la retraite et faire l'arrière-garde,
et nous gagnons la place en bon ordre. J'y fais halte pendant le temps
nécessaire pour assurer la retraite des troupes venant du boulevard de
la Madeleine, et contenir les masses qui s'étaient rassemblées dans le
faubourg Saint-Honoré, et dont la tête occupait tous les débouchés. Une
fois qu'elles sont passées, nous continuons notre mouvement. Arrivés à
l'avenue Marigny, nous trouvons une barricade établie, d'où partent de
nombreux coups de fusil. On nous fusille aussi des jardins. Nous
continuons notre mouvement lentement, tandis que j'envoie l'ordre aux
troupes marchant en tête de s'arrêter à la barrière. D'un autre coté, la
cavalerie aux ordres du général Saint-Chamans avait dû se porter jusqu'à
la hauteur de la porte Maillot pour chasser les bandes de Neuilly,
Courbevoie, etc., rassemblées sur nos derrières. Enfin la masse des
troupes prend position à la barrière, et j'y arrive moi-même. J'occupe
la tête du faubourg du Roule, assuré que dans cette position personne ne
se présentera devant nous. En vue du château, ayant de l'artillerie dans
un lieu découvert, nous étions encore menaçants. C'était quelque chose
pour la négociation. Tant que nous étions en présence, nos paroles
avaient du poids.

Si la cour alors eût évacué Saint-Cloud et fût venue s'établir à
Saint-Denis, libres des soins de sa sûreté, nous aurions pu, une fois
rejoints par l'artillerie de Vincennes, dont l'arrivée devait avoir lieu
dans la journée; nous aurions pu, dis-je, aller prendre position à
Montmartre et de là foudroyer la ville, ou au moins la menacer. Au lieu
de cela, on en avait jugé autrement à Saint-Cloud, et je reçus en ce
moment la nouvelle que le roi avait donné le commandement de son armée à
M. le Dauphin. Celui-ci me prescrivait d'évacuer Paris, et de ramener
les troupes à Saint-Cloud. En conséquence, après quelques moments de
repos, elles continuèrent leur mouvement, et allèrent prendre les
nouvelles positions qui leur étaient assignées[9].

     [Note 9:

     LE DAUPHIN AU MARÉCHAL DUC DE RAGUSE.

     «Mon cousin, le roi m'ayant donné le commandement en chef de
     ses troupes, je vous donne l'ordre de vous retirer
     sur-le-champ, avec toutes les troupes, sur Saint-Cloud. Vous
     y servirez sous mes ordres. Je vous charge, en même temps, de
     prendre les mesures nécessaires pour faire transporter à[A]
     Paris toutes les valeurs du Trésor royal, suivant l'arrêté
     que vient d'en prendre le ministre des finances. Vous voudrez
     bien prévenir immédiatement les troupes qu'elles ont passé
     sous mon commandement.

     «De mon quartier général, à Saint-Cloud, le 29 juillet 1830.
     «LOUIS-ANTOINE.»]

     [Note A: Faute que nous conservons, parce qu'elle est
     dans l'original; car sans doute le prince a cru écrire DE
     Paris.]

En évacuant le Carrousel et les Tuileries d'une manière si brusque et si
inopinée, je ne pus faire retirer de toutes les maisons les postes
placés pour défendre l'entrée des petites rues. Plusieurs détachements,
voyant cette retraite forcée, eurent le temps de sortir et de rejoindre
leurs corps en mouvement. D'autres restèrent et se défendirent jusqu'à
extinction. Enfin il y en eut un du 6e régiment, commandé par le
lieutenant Ferrier, qui, resté ainsi en arrière, déboucha et traversa,
toujours en combattant, les masses qui occupaient déjà le Carrousel et
l'entrée de la rue de Rivoli. Il nous rejoignit aux Champs-Élysées,
amenant avec lui seulement vingt-deux hommes d'un détachement de
cinquante, le reste ayant péri. Cette action vigoureuse mérite de grands
éloges. Je pourrais encore citer beaucoup d'autres officiers pour le
courage qu'ils montrèrent dans ces deux journées difficiles.

Voilà l'exposé le plus exact des événements dans les journées des 27, 28
et 29 juillet, et des ordres qui furent donnés. Peut-être, dans leur
exécution, y a-t-il eu des fautes commises et des modifications
apportées par les circonstances; mais, les bouleversements politiques
m'ayant empêché de recevoir des rapports détaillés, je ne puis ni les
raconter ni en prendre sur moi la responsabilité. Dans une guerre de
cette nature, dans de pareils combats, comme dans les guerres dont les
pays coupés sont le théâtre, le chef qui, par la force des choses, perd
sur-le-champ ses colonnes de vue, n'a que deux choses à faire: ordonner
les dispositions générales, et parer aux grands accidents. C'est à ce
double devoir que j'ai dû me borner.

Je rencontrai M. le Dauphin entre Saint-Cloud et Boulogne. Il me reçut
froidement. Je lui expliquai succinctement ce qui s'était passé, il
continua sa marche au-devant des troupes, et moi, je me rendis près du
roi qui était en ce moment avec le prince de Polignac. Depuis quelques
heures il avait perdu beaucoup de terrain; ses intérêts étaient bien
compromis; eh bien, il n'était pas encore décidé à une transaction, ni à
renoncer à ce ministère qui perdait la monarchie, ni à ses funestes
ordonnances.

Je trouvai le roi triste, mais bon pour moi. Il me questionna. Je le
pressai vivement de ne pas perdre une minute. Je lui exprimai mon vif
regret de ce que la réponse aux propositions n'eût pas pu être faite, au
moins de la position de l'Étoile. C'eût été encore tout autre chose, et
on aurait été d'accord avant la nuit; mais au moins il fallait se hâter.
À cinq heures la résolution fut prise, et cependant ce fut à sept heures
du lendemain seulement que le duc de Mortemart partit pour Paris avec
des pouvoirs.

Les événements, après mon arrivée à Saint-Cloud, tenant à un tout autre
ordre de choses, je reviens à ce qui s'est passé à Paris. Les
conséquences en ont été si grandes, si immenses, ayant changé l'état de
la société, qu'elles ont dû être et devront être encore longtemps le
sujet d'une controverse.

Je vais démontrer que, malgré les résultats, je ne pouvais agir
autrement. Tout autre parti présentait des inconvénients plus graves en
apparence, sans offrir aucun des avantages que celui-ci promettait.

J'aborderai franchement toutes les questions, et je chercherai à
n'oublier aucun des arguments qui ont été faits contre la conduite
tenue, ni aucune des opinions manifestées sur ce que j'aurais dû et pu
faire.

Je commence par rappeler ce qui est établi plus haut et d'une manière
incontestable. Je n'étais dans le secret de rien. Je n'avais été
consulté sur rien. Par conséquent je n'avais rien pu préparer. Voici
maintenant l'état des forces dont je pouvais disposer:

RÉGIMENTS DE LA GARDE.

1er régiment de la garde.                                 800
 (Ce régiment fournissait le service de Saint-Cloud.)

2e régiment de la garde.                                1,200

3e _idem_.                                              1,200

6e _idem_.                                                800
 (Ce régiment fournissait la garnison de Vincennes.)

7e régiment suisse.                                     1,500
                                                        -----
Infanterie de la garde.                                 5,500
 (Seule infanterie parfaitement sûre.)

INFANTERIE DE LA LIGNE.

5e
50e          régiment.                                  4,000
53e
15e (léger).


Total de l'infanterie.                                  9,500

CAVALERIE.

Lanciers.                                                 400
Cuirassiers.                                              350
                                                          ---
Total de la cavalerie.                                    750

ARTILLERIE

Douze pièces de canon.


J'ajouterai que le service de Paris s'élevait à quinze cent vingt-six
hommes. Tant que Paris restait tranquille, on ne pouvait pas faire
rentrer les postes nécessaires au maintien du bon ordre et à la police
des rues. Aussi, lorsque la révolution éclata, comme elle se montra
partout à la fois, presque tous les postes furent désarmés, de manière
que ce fut au moins une diminution de douze cents hommes dans les forces
de la garnison.

Les libéraux ont prétendu que, revêtu d'un grand pouvoir, il fallait en
user dans l'intérêt du pays, et non dans l'intérêt de ceux qui m'en
avaient investi. Je devais déclarer au roi qu'il fallait céder à
l'opinion publique, rapporter les ordonnances, et, pour l'y contraindre,
faire arrêter les ministres et m'unir aux mécontents.

Ce projet m'a été apporté par des gens qui m'ont vivement sollicité de
l'exécuter le mardi et le mercredi; mais aucune illusion n'a masqué un
moment, à mes yeux, l'extravagant et l'odieux de ce projet.

Je répondis à ceux qui me parlaient ainsi: «Vous voulez que j'aille
trahir un vieillard qui a mis en moi sa confiance et sa foi. Infidèle à
mon mandat, je tournerais mes armes contre celui qui les a mises entre
mes mains! Y pensez-vous? Je serais l'artisan immédiat et volontaire de
la ruine de la monarchie. Quel nom aurais-je mérité, et quel nom
recevrais-je dans l'histoire? Je serais considéré comme le sauveur de la
monarchie, en prenant ce parti, dites-vous? Vous vous faites illusion.
Je sais mieux qu'un autre, et par expérience, ce qu'il en coûte pour
s'élever à des considérations de cette hauteur. Je sais quelle est la
récompense accordée aux actions les plus généreuses, les plus
désintéressées, les plus patriotiques, quand elles sont hors de la règle
des devoirs positifs. Les intérêts froissés sont sans miséricorde.
D'ailleurs, on n'est rien que par le droit; c'est à titre d'obéissance
que je commande; si je désobéis, je n'ai plus de droit à commander. Au
surplus, et vous le savez bien, mes opinions particulières sont opposées
aux coups d'État. Mes principes, non plus que mes affections, ne me
commandent pas en ce moment un dévouement aveugle. Ainsi il n'y a aucun
entraînement dans ma conduite, mais le sentiment d'un devoir pénible,
cruel, auquel je dois tout sacrifier. Ces raisons sont de nature à vous
fermer la bouche, à vous faire voir en moi une résolution inébranlable;
mais cette pensée criminelle, si elle pouvait me séduire un moment, ne
produirait pas l'effet que vous en attendez. Serais-je obéi, le
croyez-vous? Non, tout serait désorganisé, chacun irait de son côté. Le
roi serait livré sans défense, et je n'aurais aucun moyen d'arrêter un
mouvement qui emporterait tout. La ruine complète, qui serait le
résultat infaillible de cette conduite, serait donc attribuée à moi seul
et avec raison. Au lieu d'être un dictateur, comme vous le prétendez, je
serais un malheureux sans action, sans pouvoir, et couvert de mépris,
même aux yeux de ceux dont j'aurais servi les intérêts. Je serais,
dites-vous, porté en triomphe. Dieu me préserve d'un éclat ainsi
justifié, et d'un triomphe au prix de la malédiction et du mépris de la
postérité!»

Aujourd'hui que toutes les circonstances ont tourné contre moi, ma
conviction est encore plus vive, s'il est possible. Après avoir répondu
à cette étrange accusation de n'avoir pas parlé en maître, en imposant
ma propre volonté au roi, j'attaque la question des dispositions
militaires.

Le mardi, on ne peut élever de doute sur ce qu'il y avait à faire,
puisque tout rentra dans l'ordre, et, pour ainsi dire, sans effusion de
sang.

Le mercredi matin, c'était tout autre chose. Une grande insurrection se
manifestait. Des actes hostiles à la royauté étaient commis. Les cris
factieux proférés donnaient aux événements un caractère qui prescrivait
de grandes mesures.

Trois partis étaient à prendre dans ces circonstances difficiles: ou
employer la force pour comprimer l'insurrection;--ou prendre position et
négocier;--ou évacuer Paris, et traîner la guerre en longueur.

Ne pas attaquer une insurrection au moment où elle éclate, c'est en
assurer le succès. Le retard dans l'emploi des moyens de répression,
quand on n'a aucun secours important à recevoir immédiatement, double la
confiance des révoltés, et, par conséquent, leurs moyens de résistance,
et, en même temps, les mêmes retards agissent en sens inverse sur
l'esprit des troupes. Si les troupes, après avoir pris une position
défensive, fussent restées l'arme au bras pendant la journée, et témoins
tranquilles des outrages faits aux insignes de la royauté, elles eussent
été, dés le lendemain, moins disposées à agir. On n'aurait pas manqué
d'employer la séduction envers elles, et, au bout de trois jours, leur
fidélité et leur dévouement auraient été plus qu'ébranlés.

Dans des événements de cette nature, des troupes bien disciplinées sont
redoutables le premier jour; le second, elles sont moins bonnes, et
après leur valeur diminue à chaque moment. Si ensuite des fatigues, des
privations et des intrigues surviennent, elles vous abandonnent. Il est
donc dans la nature des choses et dans tous les calculs de la raison de
les faire agir le plus tôt possible, afin de s'en servir quand elles
sont au moment de toute leur valeur. Enfin, si j'avais ajourné l'action,
on n'aurait pas manqué de dire, et avec une grande apparence de vérité,
que ma lenteur, mon incertitude et ma faiblesse avaient fait triompher
la révolte, en lui donnant une confiance funeste et le temps de
s'organiser. Cette accusation m'aurait paru fort juste à moi; car, il
n'y a pas longtemps, lisant l'histoire de Lacretelle et discutant avec
quelques amis les événements du 14 juillet 1789, j'accusais M. de
Besenval de s'être retiré, le 11 juillet, dans les Champs-Élysées avec
des troupes fidèles, au lieu de les employer à attaquer et à combattre.

Entreprendre de négocier: on a déjà vu qu'à Saint-Cloud on ne le voulait
pas. Attendre: je n'aurais pas manqué de le faire si le roi avait été
aux Tuileries.

Alors on aurait pu supposer et croire que les insurgés, se portant sur
le château, viendraient en masse pour l'attaquer.

Dans ce cas, il eût été sage de les attendre pendant quelques heures
dans une position forte et concentrée, et, comme au 13 vendémiaire,
après les avoir reçus par un bon feu, de les poursuivre. Mais il n'y
avait pas de chances pour qu'il en fût ainsi. Le roi dehors, il n'y
avait nul but d'attaque pour les Parisiens. Leur objet était rempli,
quand la ville entière, sauf le quartier occupé par les troupes, avait
renoncé à l'obéissance envers le gouvernement, et que les nouvelles
couleurs étaient partout arborées.

On a dit qu'il ne fallait pas opérer par les petites rues. Les
boulevards, les places et les quais sont les champs de bataille les plus
favorables; les troupes ne peuvent pas en choisir de meilleur dans cette
ville. L'occupation des places est la première condition pour être
maître d'une ville; et, comme presque toutes les communications y
aboutissent, elle est indispensable.

Il fallait, a-t-on dit aussi, dès le mardi, juger l'importance de
l'insurrection, attaquer ce jour-là, et, n'ayant pu réussir à tout
soumettre, évacuer Paris le lendemain, prendre ensuite position à
Montmartre, canonner la ville, la brûler, etc.

Les désordres du mardi ont été peu de chose. Il eût été absurde et
atroce de tirer le canon dans les rues: on doit proportionner les moyens
à l'objet et au but. Tout a été pacifié en quatre heures, et, pour
ainsi dire, sans répandre de sang. Le but était donc rempli et l'emploi
de la force superflu. Évacuer Paris le mercredi à la vue de
l'insurrection eût été une opération impossible à justifier: c'était
donner gain de cause à la révolution; c'était faciliter l'organisation
de tous ses moyens et les rendre compactes. Le drapeau tricolore une
fois placé sur les Tuileries, la révolte en possession du château, de la
trésorerie, des ministères, etc., la révolution était faite. Les
troupes, retirées hors des barrières par ordre, se seraient crues
trahies et auraient été peu disposées à combattre plus tard. D'ailleurs,
j'avais été envoyé à Paris pour y maintenir l'ordre, pour le rétablir
s'il était troublé, et non pour évacuer cette ville. Le roi était à deux
lieues, et, s'il l'avait cru nécessaire, il me l'aurait fait connaître.

Occuper Montmartre le mercredi par de l'artillerie et canonner Paris
n'était ni praticable ni raisonnable. D'abord je n'avais pas eu le temps
de faire venir l'artillerie de Vincennes; elle ne pouvait arriver sans
escorte, et, le mercredi au soir seulement, j'ai pu disposer d'un
régiment pour cet objet. Ensuite, l'artillerie eût-elle été sous ma
main, je n'aurais pas pu, avec aussi peu de forces, occuper à la fois
Montmartre, le château et ses avenues, avoir des réserves aux
Champs-Élysées, assurer une communication avec Saint-Cloud et agir
immédiatement sur les insurgés. La tentative de les disperser et de les
soumettre en les attaquant corps à corps devait d'ailleurs toujours
précéder un parti aussi violent. Je ne pouvais pas raisonnablement
commencer les hostilités en m'en prenant tout d'abord à la ville en
masse, et il était indispensablement nécessaire d'avoir acquis
auparavant la certitude que la ville entière était ennemie. Le jeudi,
après avoir évacué, c'eût été différent, et ma station à la barrière où
j'avais pris position, où je voulais rester, était le commencement de
cette opération; mais, comme mes troupes étaient extrêmement réduites
par les pertes éprouvées et par l'abandon des régiments de ligne, il
aurait fallu, pour pouvoir occuper Montmartre, que la cour évacuât
Saint-Cloud et vînt s'établir à Saint-Denis. Alors l'artillerie étant
arrivée, et elle nous rejoignit vers les quatre heures du soir, on eût
pu prendre cette altitude menaçante. Mais, arrivé à la barrière, je
reçus tout à la fois l'avis officiel que M. le dauphin avait le
commandement général, et l'ordre de celui-ci de me rendre à Saint-Cloud
avec les troupes. Il ne me restait plus qu'à obéir; et, si ce mouvement
rétrograde peut être l'objet de la critique, elle ne doit pas tomber sur
moi.

Éviter de combattre dès le commencement, pour ensuite traîner la guerre
en longueur, n'était pas faisable davantage. Certaines gens, dont le
rêve était depuis longtemps la guerre civile, n'ont jamais voulu
comprendre qu'ils n'en avaient pas les éléments. Je ne conçois la guerre
civile, je ne la crois possible qu'avec des passions personnelles des
deux côtés. Le soldat doit être dans la cause tout aussi bien que le
chef suprême, et souvent plus que lui.

Aussi les guerres civiles les plus habituelles ont-elles été causées par
la religion. Des troupes recrutées dans la masse du peuple, d'après un
système régulier, et dont les individus ont été désignés par le sort, ne
peuvent avoir aucune propension à se battre contre la population même
qui les a fournies. On peut obtenir par l'empire de la discipline, par
l'esprit de corps, par les sentiments d'honneur, par de bons traitements
et des récompenses, etc., on peut, dis-je, arriver, par tous ces moyens
réunis, à pouvoir se servir des troupes contre les citoyens; mais cette
action doit être de courte durée. La réflexion relâchera promptement les
ressorts tendus avec peine, et en peu de jours il ne restera plus rien
des sentiments qu'on avait cru établis d'une manière durable. Ainsi
donc, quand les circonstances politiques exigent l'emploi de ces moyens,
on doit différer le moins possible à en faire usage, et tout retard
doit être funeste à celui qui les emploie. Une action semblable doit
être de la plus courte durée. Si un choc immédiat ne couronne pas les
efforts, il faut renoncer à en obtenir du temps; car, au milieu de ces
crises, les sensations se multiplient dans le coeur humain. Je vais
chercher à en dévoiler le mystère.

Chaque homme a une dose déterminée de force morale, qu'il dépense plus
ou moins vite, suivant la nature des événements. Quand des troupes, dans
une guerre ordinaire, ont éprouvé de grandes pertes, de grandes
fatigues, de grandes privations, elles se battent beaucoup moins bien
que lorsqu'elles n'ont pas souffert. Cependant le devoir est toujours
simple; il ne peut y avoir de discussions sur la conduite à tenir. Les
gens braves se soutiennent, mais c'est toujours le petit nombre; les
autres sont abattus, et ils conviennent tacitement par leur
découragement de l'effet produit sur eux, quoiqu'il n'ait rien
d'honorable. Mais, quand il s'agit d'une guerre de la nature de
celle-ci, où aucune passion n'entraîne, quand c'est contre des Français,
contre des compatriotes, des parents qu'on est appelé à combattre, c'est
tout autre chose. La peur, la fatigue, agissent de même, mais leur effet
est masqué par des sentiments honorables. Tel homme qui, la veille,
n'avait pas hésité à répandre du sang français en a tout à coup l'esprit
frappé et y répugne. Ces sentiments sont bons en eux-mêmes; je suis loin
de vouloir les condamner; mais, très-probablement, il se passe au fond
du coeur quelque chose de honteux. Quand les mots d'humanité, de
concitoyens viennent à être prononcés dans ces circonstances, quelle
puissance ils apportent avec eux! quelle éloquence les accompagne!

Dans la guerre ordinaire, l'éloignement de ses devoirs dégrade et
avilit; ici on se fait illusion sur le véritable motif qui nous dirige;
on se trompe soi-même en s'abandonnant à une action réprouvée par un
devoir positif, et dont cependant une espèce d'ovation est la
récompense. Certes on rougirait si on se rendait bien compte de ses
véritables impressions, et au contraire on prétend s'honorer.

Je crois avoir démontré, 1º que, le 27, il n'y avait pas d'autre
conduite à tenir que celle qui fut suivie, c'est-à-dire pacifier sans
combattre, puisque la force n'a pas été nécessaire; 2º qu'on ne pouvait
pas laisser, le 28, les troupes en présence de la révolte, sous peine de
les voir se pervertir, et la révolte se constituer et s'organiser; 3º
qu'on ne pouvait pas évacuer Paris, car c'était renoncer à tout, et
qu'il fallait agir tout en reconnaissant l'empire des circonstances et
les immenses difficultés à surmonter. On pouvait supposer, et c'était
mon opinion, que vingt à trente mille mécontents prendraient les armes,
se présenteraient aux troupes sur le boulevard et sur les places. Les
troupes, marchant avec des moyens organisés, devaient, si l'on
commettait contre elles des hostilités, tout renverser, tout pulvériser.
C'était la foudre qui sillonnait dans les principales directions, et
alors chacun rentrait chez lui pour y chercher un asile. Une crainte
salutaire rétablissait la tranquillité et tout était fini; mais, du
moment où les groupes se sont dispersés sans combattre et où les
hostilités sont parties des maisons, du moment où il est devenu évident
que la population entière prenait part à l'action, la question était
résolue et les armes n'avaient plus rien à faire.

Mais les troupes, une fois arrivées, ne pouvaient plus rétrograder avant
la nuit et suspendre leur feu, qu'au moment où les Parisiens auraient
cessé le leur. De là il est résulté un long combat.

Les troupes étaient insuffisantes pour remplir la tâche immense qu'on
leur avait préparée, et cependant elles ont pu exécuter tout ce que je
leur avais prescrit. Malgré le changement survenu dans les
circonstances, aucun danger ne les a arrêtées, et elles ont répondu à
tout ce qu'on pouvait attendre de braves et valeureux soldats. Il
fallait, pour rendre possible le succès de l'opération, n'avoir devant
soi, comme je l'ai dit plus haut, qu'une partie de la population de
Paris et non la population presque entière. On pouvait, et on devait le
croire, je l'ai cru et en cela je me suis trompé, mais il en était
encore bien autrement: c'était pour ainsi dire à toute la France qu'on
avait affaire. Partout et simultanément dans toutes les villes, la
révolte éclata. Versailles, Saint-Germain même, si près de Saint-Cloud,
fermèrent leurs portes aussitôt après la sortie des troupes qui les
occupaient et commirent des hostilités. L'insurrection, comme un
incendie, gagna les campagnes autour de Paris, et en un moment les
troupes ne possédaient plus que le terrain sur lequel elles étaient
campées.

Si l'on eût eu la certitude des dispositions hostiles de la population
entière et de sa résolution de combattre dans ses maisons, il fallait
sans doute ne pas attaquer et s'empresser de négocier; mais d'abord
comment le reconnaître avant d'avoir eu un engagement sérieux, et
ensuite, quand, après un combat aussi chaud, au moment où cette vérité
était bien démontrée, je n'ai pas pu l'obtenir, aurais-je pu avoir cette
autorisation avant le combat et quand on pouvait encore élever des
doutes sur le nombre des combattants à soumettre? Je le répète, de deux
choses l'une: ou l'on réussissait, et on ne pouvait pas espérer de
mettre plus de chance en sa faveur, puisque c'était l'instant où les
troupes étaient le plus ardentes et les moyens de leur résister le plus
incomplets; ou l'on ne réussirait pas, et il fallait négocier sans
perdre un moment, car on tombait nécessairement dans une défensive
impossible à faire durer longtemps, plus difficile encore à convertir en
siége, à cause de l'exiguïté et de la faiblesse extrême de nos moyens et
des effets de l'opinion. Il fallait négocier franchement le mercredi
soir, et tout était sauvé.

D'après ce qui précède, ma règle de conduite pour le jeudi, 29, fut et
devait être de prendre une bonne position concentrée, de ne point
commettre d'hostilités inutiles, de conserver le Louvre, le château et
les postes qui en sont les conséquences, et d'attendre les ordres du
roi, si souvent demandés. Malgré les souffrances des troupes, malgré les
pertes de la veille, j'aurais, j'en ai la certitude, gardé pendant
vingt-quatre heures encore la position prise si les troupes de ligne
fussent restées fidèles. Mes proclamations et les paroles de paix des
magistrats et des officiers envoyés auprès du peuple commençaient à
produire un effet utile. Enfin j'étais autorisé à avoir quelque sécurité
pour le moment, quand les 5e et 53e régiments, stationnés sur la place
Vendôme, nous abandonnèrent et fraternisèrent avec les Parisiens.

La fatigue et la lassitude des troupes les avaient mal disposées, mais
la voix de celui qui leur parla fit plus encore. M. Casimir Périer avait
de l'autorité, de la puissance dans l'opinion. L'effet de ses paroles
fut sans remède. Toutes les raisons militaires m'ordonnaient de quitter
et d'évacuer; mais je ne pouvais pas supposer qu'un ordre de traiter
n'arrivât pas enfin, tant était évident l'avantage de traiter encore en
possession du château, et non hors de Paris. Aussi sacrifiai-je tout à
cette pensée. L'événement a prouvé que le sacrifice devait être inutile
dans tous les cas. Notre défense, se fût-elle prolongée, n'eût servi à
rien, puisque je rencontrai à l'Étoile l'officier envoyé pour m'apporter
l'ordre d'évacuer Paris et de venir prendre position à Saint-Cloud.
Ainsi donc, si nous n'avions pas été forcés de quitter par les
circonstances de la guerre, nous l'aurions fait une demi-heure plus
tard, par suite des ordres de M. le Dauphin, et, sauf les inconvénients
d'une retraite forcée, c'eut été la même chose pour les intérêts
généraux. Ainsi, à Saint-Cloud, personne ne devait comprendre l'état de
la question, et le seul remède possible alors à tous nos maux.

Les souffrances des troupes avaient été extrêmes, et effectivement il
est difficile de s'en faire une juste idée. Le jeudi, elles étaient
depuis trente heures sous les armes, elles avaient eu à soutenir les
combats les plus opiniâtres et les plus sanglants. Une chaleur
épouvantable les avait exténuées. Le manque de subsistances avait
complété leurs souffrances, et je ne sais ce qui leur serait arrivé sans
quelques secours en vivres envoyés par l'hôtel des Invalides.

Je vais expliquer la cause de cette disette, et l'on verra s'il avait
été en mon pouvoir de l'empêcher.

Avec de l'activité et des ressources dans l'esprit, on fait beaucoup en
peu de temps; mais, comme le temps est un des éléments de tout, quand il
manque absolument, on ne peut rien.

On se le rappelle, c'est seulement le mardi, dans l'après-midi, que j'ai
pris le commandement. Les troupes étaient à jour pour les vivres, et il
n'y avait aucune réserve ni à l'École-Militaire ni à la manutention. Les
circonstances du mercredi matin empêchèrent de distribuer les vivres
fabriqués pendant la nuit. La manutention, quoique gardée, fut forcée
pendant la journée, et, ne l'eut-elle pas été, on n'aurait pu aller y
chercher des vivres sans livrer un combat. D'ailleurs, comment aurait-on
pu les transporter? Nous étions sans aucun moyen de transport. L'on ne
pouvait, dans une semblable circonstance et à une pareille distance,
envoyer des hommes de corvée. Il en était de même pour la viande.

Depuis plusieurs années, toutes nos institutions avaient perdu leur
caractère militaire. Sous le prétexte d'économie de combustibles, on
avait supprimé les marmites d'escouades portatives, pour les remplacer
par des marmites de compagnie, maçonnées dans les casernes. Ainsi c'est
dans les casernes seules que les troupes pouvaient manger la soupe. Dans
la circonstance, les casernes étaient ou trop éloignées ou enlevées, et
il fut impossible d'avoir recours aux ressources qu'elles présentaient.
Enfin, pour le fourrage, on avait imaginé, je ne sais par quel caprice,
d'établir le magasin de Bercy au-dessus de Paris, au lieu de le mettre
au-dessous, du côté de Grenelle, lieu de la plus grande consommation et
du rassemblement présumé des troupes. Il en résulta que les fourrages,
devant traverser tout Paris ou faire un long détour, on manqua de
nourriture pour les chevaux au moment même où, des divers points, la
cavalerie de la garde se réunissait aux Champs-Elysées. D'un autre côté,
les villages de la banlieue étaient insurgés et se refusaient à toute
espèce de fournitures. La force seule aurait pu les y contraindre.
Ainsi, dans ce moment si pressant, les troupes, hommes et chevaux,
furent privées de toutes ressources en vivres. Pour compléter le
tableau des difficultés sans nombre, accumulées dans ces misérables
circonstances, je dirai un mot de l'espèce de désorganisation introduite
comme à plaisir dans les troupes.

On connaît l'influence qu'exerce sur de bons résultats dans l'action des
troupes une organisation fixe et l'autorité des mêmes chefs. Eh bien!
d'abord les quatre lieutenants généraux commandant les quatre divisions
de la garde étaient absents à la fois. M. de Bourmont, en entrant au
ministère, n'avait pas voulu renoncer à sa division. Il l'avait encore
conservée quand il avait eu le commandement de l'armée d'Afrique, et
cette division, alors de service, était sans chef.

Le général Ricard, commandant la première division d'infanterie, était
également absent. Dix jours avant il avait obtenu un congé pour aller
aux eaux. Le lieutenant général Foissac-Latour, commandant la division
de cavalerie légère, avait été envoyé en mission en Normandie à
l'occasion des incendies, et avec deux régiments de la garde (4e
d'infanterie et 1er de grenadiers à cheval), en outre du 5e régiment, en
garnison à Rouen et dont il disposait. Enfin le général Bordesoulle,
commandant la grosse cavalerie, faisait son service de menin auprès de
M. le Dauphin.

Les divisions de la garde étaient donc commandées par des maréchaux de
camp, dont plusieurs, fort médiocres, avaient peu d'autorité sur
l'esprit des troupes. Le lieutenant général Coutard, commandant depuis
dix ans la garnison de Paris, était aux eaux. Pendant son absence, son
autorité avait été confiée à un vieil émigré, très-brave homme, mais
assez peu capable. Pour mettre le comble à tant d'ineptie, tous les
officiers de la garde qui étaient électeurs, et ils étaient en grand
nombre, avaient reçu des congés pour se rendre aux élections; et, mieux
que cela encore, ils avaient l'autorisation, pour éviter les frais de
voyage, d'attendre chez eux les congés de semestre. Ainsi plus de la
moitié des officiers supérieurs étaient absents. Dans beaucoup de
compagnies, il n'y avait qu'un seul officier. Malgré cela, la garde a
fait son devoir; mais on comprend que les moyens d'action, si
nécessaires dans des circonstances aussi difficiles pour lui conserver
son esprit, étaient bien diminues. C'est avec de tels instruments et
cette imprévoyance que M. de Polignac a osé tenter le coup le plus
hardi, le plus audacieux, un coup d'État dont le succès aurait été même
douteux après de puissants préparatifs.

Tel est le récit fidèle des événements pendant les trois jours de
Juillet. Tel est le tableau des souffrances inouïes auxquelles les
troupes ont été en proie. La garde s'est montrée digne de sa réputation
par son courage. Elle eût tout comprimé si elle n'eût eu affairé qu'à
une révolte partielle; mais elle avait l'universalité des citoyens à
combattre, et l'opinion l'a vaincue, beaucoup plus encore que le courage
de ses ennemis.

Une transaction, quand le véritable état des choses, à défaut des moyens
qu'on n'avait pas songé à préparer pour soutenir une pareille lutte, a
été connu, pouvait seule sauver la dynastie. Elle n'a été ni acceptée ni
proposée à temps, et tout a été perdu.

Je ne sais si je m'abuse; mais je crois n'avoir rien négligé pour
présenter la critique des opérations avec toute la force dont elle est
susceptible, et je crois y avoir répondu d'une manière victorieuse. Il
m'est donc permis de conclure que j'ai fait tout ce que le dévouement et
les calculs de la raison commandaient, au moment même où il le fallait,
et de manière à mettre quelques chances en notre faveur; et, s'il
demeure constaté que le seul remède à tant de maux n'était pas en ma
puissance, les résultats malheureux ne peuvent pas m'être attribués; il
faut d'abord s'en prendre à d'autres, et ensuite à la fatalité.

Après l'arrivée des troupes à Saint-Cloud, M. le Dauphin les répartit
depuis Sèvres jusqu'à Puteaux. Il ne fit pas occuper Neuilly ni couper
le pont que les habitants avaient barricadé.

Je fus voir les troupes de la garde le lendemain pour leur donner de la
confiance. Leur attitude n'était pas trop mauvaise pour la circonstance.
Je pourvus, autant que possible, à leurs besoins en vivres; mais une
chose me contraria beaucoup. Déjà la solde se trouvait en arrière, et
une gratification, ordonnée par le roi, n'avait été payée qu'en partie.

Dans la journée, quelques désertions eurent lieu. Vingt grenadiers du
1er régiment sur quarante, d'un poste en avant du pont de Boulogne,
laissèrent leurs armes aux faisceaux, et partirent pour Paris.

Ce commencement était de nature à inquiéter. Le bruit courait que
presque tous les soldats du 3e régiment en feraient autant pendant la
nuit suivante. Je m'occupai particulièrement de ce régiment, et je
rentrai à Saint-Cloud, assez content de l'effet que je croyais avoir
produit.

J'eus en ce moment une conversation avec M. le Dauphin. Il blâma le roi
d'avoir promis de retirer les ordonnances et de faire un nouveau
ministère.

«Mais quels sont vos moyens dans cette hypothèse? dis-je à M. le
Dauphin.

--N'importe, me répondit-il, il vaut mieux périr que de reculer!

--Mais périr, c'est la fin de tout; c'est quand on ne peut pas faire
autre chose, et il y a des ressources, si on veut en faire usage.

--Les électeurs ont fait une impertinence au roi, en renvoyant les
députés qui avaient voté l'adresse.

--Peut-être n'est-ce ni poli ni aimable pour le roi; mais, quand on est
occupé de la défense de ses droits, on n'en est pas aux politesses, et
le pays s'est défendu dans cette circonstance avec les armes que la
Charte lui a données.

--Enfin le roi est le maître, dit-il; mais je suis loin d'approuver ce
qu'il a fait.»--Et là-dessus il me congédia.

Ce court exposé ne justifie-t-il pas la réputation de sa faible
intelligence? On connaîtra bientôt sa justice et sa bonté.

Le reste du jour fut employé à des soins d'administration. Vers le soir,
je vis le roi. Je l'engageai à partir sans retard, avec tout ce qu'il y
avait de troupes réunies, pour s'éloigner de Paris, dont l'atmosphère
lui serait funeste, et à se rendre, sans s'arrêter, sur la Loire, à
Blois, par exemple. Il me parla de Tours, que je trouvai également
favorable; mais il me dit: «Il faut attendre les effets du voyage de
Mortemart.»

Je lui répondis que son silence depuis le matin devait faire concevoir
peu d'espoir de sa démarche. En s'éloignant promptement, on conserverait
les troupes. En rapportant officiellement les ordonnances, et convoquant
les Chambres sans retard dans un lieu quelconque, en appelant le corps
diplomatique près de lui, son gouvernement prendrait de l'aplomb, de la
dignité, et frapperait d'illégalité tout ce qui se ferait à Paris. Notre
conversation en resta là.--Je me retirai.

Il était six heures lorsque, entouré de plusieurs personnes du service
du roi, MM. le duc de Maillé, comte de Pradel, etc., etc., on
introduisit près de moi le général Tromelin, arrivant à pied de Paris,
et me prévenant qu'une attaque sur Saint-Cloud se préparait au moment de
son départ, et que, sur la route, il s'était croisé avec un certain
nombre de soldats de la garde rentrant à Paris sans armes.

Ces bruits, et surtout la désertion, étant de nature à causer les plus
grandes inquiétudes pour la sûreté du roi, je me décidai, pour remédier
au silence que M. le Dauphin avait gardé, à mon grand regret, vis-à-vis
de la troupe, à adresser un ordre du jour à la garde, sur laquelle se
bornait alors mon commandement. J'y faisais sentir aux troupes
qu'approchant du terme de leurs souffrances ce n'était pas le moment de
renoncer, en quittant leurs drapeaux, aux récompenses méritées. J'y
annonçais enfin que le duc de Mortemart, nommé premier ministre, s'était
rendu à Paris pour tout finir. Cet ordre du jour ne renfermait pas autre
chose.

J'avais d'abord eu la pensée d'aller le soumettre à M. le Dauphin; mais,
pour ne pas perdre une minute et afin que cet ordre fût lu dans les
bivacs avant l'appel du soir, je descendis à l'état-major et je le
dictai aux officiers présents, les capitaines Puibusque et de
Berteux[10].

     [Note 10: ORDRE DU JOUR.

     «Soldats! vous venez, dans ces jours de combats, de donner
     des preuves de courage et de dévouement. Le roi est content
     de vous. Des récompenses vont être accordées.--Les
     ordonnances sont rapportées.--M. le duc de Mortemart, nommé
     premier ministre, va assurer la pacification.--C'est le
     moment de serrer vos rangs autour du trône que vous avez si
     vaillamment défendu, et de rester près de vos drapeaux.

     «Le maréchal major général de la garde,

     «DUC DE RAGUSE.

     «Saint-Cloud, 29 juillet 1830.»]

Si l'on se rappelle le récit des événements passés depuis trois jours,
et si on lit attentivement ce qui suit, on verra s'il n'a pas été dans
ma destinée de connaître l'excès des misères humaines. M'étant rendu
chez le roi, vers neuf heures, pour prendre ses ordres pour le
lendemain, je lui rendis compte de ce que je venais de faire. Il me dit:
«Vous avez tort; il ne faut jamais parler politique aux troupes.

--Cela est vrai, répondis-je, quand tout est en ordre; mais, quand tout
se découd, il faut bien chercher à maintenir. La politique est forcément
dans l'esprit des soldats. Ce ne sont pas des automates; il faut parler
à leur intelligence, à leur honneur, à leurs intérêts.

--L'avez-vous dit à mon fils?

--Non, Sire; le temps pressait; je ne me suis adressé qu'à la garde, et
je me réservais d'en donner connaissance à monseigneur en venant à
l'ordre chez Votre Majesté.

Vous avez eu tort! Courez chez lui pour le lui apprendre.»

Je quittai le roi, et je fus chez M. le Dauphin.

M. le Dauphin était entré chez le roi au moment où j'en sortais, mais
par une autre porte. Je ne le rencontrai donc pas, mais je ne l'attendis
pas long-temps. Deux minutes à peine étaient écoulées, et il arriva avec
un air égaré. En passant devant moi, il me dit avec un air furieux:
«Entrez!»

À peine dans son salon, il me prend à la gorge en s'écriant:

«Traître! misérable traître! vous vous avisez de faire un ordre du jour
sans ma permission!»

À cette attaque subite, je le saisis par les épaules et le repousse loin
de moi; lui, redoublant ses cris et recommençant ses insultes:

«Rendez-moi votre épée!

--On peut me l'arracher, mais je ne la rendrai jamais!»

Il se jette sur moi, la tire; il semble vouloir m'en frapper, et
s'écrie:

«Gardes du corps, à moi! Saisissez ce traître; emmenez-le!»

Dire la sensation que j'éprouvai dans cet horrible moment est chose
impossible. Un sentiment d'horreur, d'indignation, de mépris, me domina....
Mais je m'arrête; car j'aurai cessé d'exister quand ces _Mémoires_
paraîtront. Le récit des faits sera, pour la postérité, ma seule
vengeance.

Je fus enveloppé par six gardes du corps et conduit ainsi dans mon
logement. Les six gardes du corps restèrent dans ma chambre, où je fus
retenu prisonnier.

Je cherchais la cause d'une semblable folie. Une susceptibilité
exagérée, surexcitée par les malheurs du moment, et la faiblesse
naturelle de ses organes, sont les motifs auxquels il faut s'arrêter
pour chasser le soupçon d'un calcul odieux par lequel il m'eût signalé à
l'opinion publique comme la cause véritable de la catastrophe. Cette
idée me vint cependant à l'esprit, et je crus fermement à ma fin
prochaine; mais, je puis le dire avec orgueil, je n'en fus pas agité,
tant les autres sentiments dont j'étais animé avaient envahi toutes mes
facultés.

Une demi-heure s'écoula dans cet état de choses. M. de Luxembourg,
capitaine des gardes de service, arriva, accompagné de tous les
officiers supérieurs des gardes du corps, me rapportant mon épée et
m'annonçant que le roi me demandait. Je me rendis chez lui sur-le-champ.

Le roi me dit: «Vous avez mal fait de publier un ordre du jour sans le
soumettre à mon fils; mais je conviens qu'il a été trop vif. Allez chez
lui. Convenez de votre tort; il reconnaîtra le sien.

--Trop vif, Sire! Est-ce ainsi que l'on traite un homme d'honneur? Voir
M. le Dauphin? Jamais! Un mur d'airain est désormais entre lui et moi.
Voilà donc le prix de tant de sacrifices, la récompense de tant de
dévouement! Sire, mes sentiments pour vous ne sont pas équivoques; mais
votre fils me fait horreur!

--Allons, mon cher maréchal, calmez-vous; n'ajoutez pas à tous nos
malheurs celui de vous séparer de nous,» me dit le roi avec une douceur
admirable, moi lui répondant avec l'indignation du dévouement outragé et
du désespoir. Alors, m'attirant par les deux mains, m'entourant de ses
bras, il me conduisit jusqu'au seuil de son cabinet, dont la porte avait
été laissée ouverte, sans doute avec intention, pour que tous les
officiers de service chez le roi fussent témoins de la réparation. Il
chargea le duc de Guiche de me conduire près du Dauphin.

Une fois seul avec le duc de Guiche, ma fureur me reprit, et j'ajoutai
avec une énergie dont je ne pourrais jamais donner la mesure: «Fasse le
ciel que la France ne tombe jamais dans les mains d'un pareil homme!»
Après un quart d'heure de débats et dans la triste circonstance où nous
étions, je vis bien la nécessité de me résoudre à obéir. J'allai chez M.
le Dauphin. Je lui dis avec hauteur et de la manière la plus solennelle:
«Monseigneur, c'est par l'ordre exprès au roi que je viens près de vous
et que je reconnais avoir eu tort en publiant un ordre du jour sans
votre assentiment.»

Il attendit un moment, et me répondit: «Puisque vous reconnaissez votre
tort, je conviens que j'ai été un peu vif.» Je ne répondis rien, et il
ajouta: «Au surplus, j'en ai été puni, car je me suis blessé avec votre
épée.» Et il me montra la coupure qu'il s'était faite à la main. Je lui
repartis vivement: «Elle n'avait pas été destinée à faire couler votre
sang, mais à le défendre.

--Allons, me dit-il, n'y pensons plus et embrassons-nous.» Il m'embrassa
avec difficulté, car assurément je ne pliai pas les reins pour me
rapprocher de sa taille. Il me prit la main, que je ne serrai pas. Je
fis une profonde révérence sans le regarder, et je m'en fus chez moi.

Tous les habitants du château vinrent dans mon appartement pour
m'exprimer la part que chacun prenait à cet événement et l'indignation
éprouvée par tout le monde. M. le baron de Damas, homme droit et loyal,
me toucha vivement par ses expressions. On vint me demander mes ordres;
je déclarai ne plus commander, ne voulant avoir aucun rapport quelconque
avec M. le Dauphin, mais ajoutant que je n'abandonnerais pas le roi,
tant que durerait cette crise. Cet horrible événement a eu peut-être sur
la destinée du roi et de sa famille une grande influence. Il m'a rendu
étranger à tout ce qui se passa le lendemain, et dont les effets ne
sauraient être calculés.

Le roi se décidant à partir à trois heures du matin pour Trianon, il
exigea que je prisse le commandement des quatre compagnies des gardes du
corps. M. le Dauphin resta avec les troupes; mais, au lieu de suivre le
roi à une heure d'intervalle, il eut la fantaisie de prolonger son
séjour jusqu'à onze heures. C'était une mesure impolitique et peu
militaire. Provoquer une espèce d'action au moment où il fallait éviter
jusqu'à la plus légère apparence d'un combat, c'était donner un prétexte
à la désorganisation, au désordre, et en quelque sorte vouloir les
faire naître.

J'ai déjà parlé de l'opinion dans les troupes au milieu des crises de la
guerre, il serait superflu d'y revenir. Seulement je dirai que les
trente-six heures écoulées depuis l'évacuation de Paris avaient donné le
temps aux esprits de fermenter, aux influences d'agir, aux exemples de
séduire. Aussi fallait-il, à tout pris, éviter l'apparence d'un combat
qui pouvait tout compromettre et tout détruire. Il fallait se retirer à
petites journées en pourvoyant à tous les besoins des troupes, et, une
fois arrivé assez loin pour être hors de l'influence de Paris, s'occuper
à changer leur esprit et à retremper leur moral; mais la pensée de cette
nécessité ne vint pas à M. le Dauphin. Si je fusse resté près de lui,
peut-être la lui aurais-je fait sentir, et, alors à quatre heures du
matin, nous aurions commencé notre mouvement. Au lieu de cela il voulut
se retirer en se battant, ce qui est toujours, même à la guerre, un pis
aller, et il eut le triste sort de se faire battre par les seuls
habitants de Sèvres.

Effectivement, quelques hommes armés de ce village, de Meudon et de
Boulogne, se présentèrent et tirèrent quelques coups de fusil. Un
bataillon du 3e régiment de la garde fut envoyé contre eux et refusa de
faire feu. Six compagnies du Ier régiment suisse, ayant reçu le même
ordre, mirent bas les armes. Deux pièces de canon, chargées de tirer sur
eux, passèrent le pont et se dirigèrent sur Paris.

Tel fut le résultat de ce séjour intempestif à Saint-Cloud, M. le
Dauphin mit en mouvement ses troupes et se dirigea sur Versailles. Dans
cette échauffourée, le duc d'Esclignac, excellent officier, reçut une
blessure qui entraîna la perte d'une jambe. Versailles, dont la basse
population a toujours eu de mauvais sentiments pour la famille royale,
était occupée par le général Bordesoulle, avec trois régiments de sa
division, savoir, les deux régiments de cuirassiers et le 2e de
grenadiers à cheval, le 1er étant en route pour revenir de la
Basse-Normandie. Les troupes avaient été travaillées par la population
d'une manière fâcheuse, et, au lieu de les enlever le plus promptement
possible à cette funeste influence, on les y avait soumises en y
prolongeant leur séjour.

Le roi quitta cette ville, et, sans s'arrêter, gagna Rambouillet. Il y
arriva après minuit avec ses gardes du corps. M. le Dauphin resta à
Trappes, où les troupes n'eurent ni vivres ni secours. Le lendemain,
dimanche, il amena l'infanterie et la cavalerie légère près de
Rambouillet. Il les plaça au hasard dans cet entonnoir, qui n'offre
absolument rien de défensif. Il laissa le 2e régiment suisse, arrivant
d'Orléans au village du Perey, et la division de grosse cavalerie à
Cognières. Cette division, dont le moral avait si fort souffert pendant
son séjour à Versailles, continuant à rester en communication avec cette
ville, fut bientôt entièrement séduite, et, chose remarquable, mais
déplorable, les colonels de ces trois régiments partirent à la tête de
leurs corps pour Paris, le lundi au matin, étendards déployés. Le
général Bordesoulle se rendit de sa personne à Rambouillet, en passant
au Perey. Il donna l'ordre au 2e régiment suisse, placé dans ce village,
de le suivre. Par cette disposition, Rambouillet se trouvait tout à fait
à découvert, à la merci de la première alerte et de la première terreur
panique qui pourrait s'emparer des esprits.

La défection si prompte et si criminelle des trois régiments de grosse
cavalerie de la garde s'explique par un fait qui est aujourd'hui
démontré, mais qui est venu seulement longtemps après à ma connaissance.
Le général Bordesoulle avait fait, dès le vendredi au matin, et quand le
roi était encore à Saint-Cloud, à la municipalité de Versailles, sa
déclaration de soumission au gouvernement établi à Paris.

Enfin, pour compléter le tableau de cette déplorable époque et faire
connaître l'esprit des troupes, je dois raconter ce qui se passa à
Trappes dès le dimanche au matin.

Ce jour-là donc les colonels des divers corps de la garde qui se
trouvaient à Trappes, et entre autres celui du 2e, Chérésies; celui du
4e, Farincourt; celui du 6e, Rével; Salis, colonel du 7e suisse;
Besenval, du 8e suisse; Fontenille, du 1er grenadier à cheval; Dandrié,
de la gendarmerie d'élite, et plusieurs autres se réunirent en conseil.
Rével, colonel du 6e exposa l'état de désorganisation des régiments, la
désertion allant toujours croissant, et le danger prochain où se
trouvaient les chefs en restant avec quelques officiers et les drapeaux
exposés aux insultes et aux attaques des paysans. Il proposa d'envoyer à
Paris pour conclure, avec le gouvernement provisoire, une convention par
suite de laquelle les régiments se rallieraient et retourneraient dans
leurs garnisons. Un autre, le colonel Farincourt, dit qu'aux motifs
exposés on devait ajouter la position particulière aux régiments
suisses. Lorsque les régiments français se seraient débandés, ces corps
se trouveraient seuls en butte à la haine populaire. Il s'offrit pour
être le négociateur et fut accepté. Deux ou trois colonels prirent peu
de part à la délibération, et, sans exprimer une opposition formelle,
eurent l'air de ne pas l'approuver. M. de Farincourt se mit en route
immédiatement pour les avant-postes. Cependant les observations du
général Bordesoulle, qu'il rencontra, et une sorte de pudeur,
l'empêchèrent de donner suite à ce projet pour le moment; mais les
colonels suisses s'y déterminèrent pour leur compte, ainsi qu'on le
verra plus tard. Cependant le désordre allait toujours croissant. Les
soldats désertaient par bandes. Les chefs, découragés, n'y mettaient
plus aucun obstacle.

Je restai tout à fait étranger à ce qui se faisait. Simple spectateur du
plus triste tableau, j'attendais avec anxiété la fin de cet horrible
drame. Une femme de mes amies m'écrivit de Paris pour me prévenir de
l'exaspération existante contre moi, et m'engagea à m'éloigner de ma
personne. Elle m'envoyait un homme sûr pour me conduire; elle m'offrait
de l'argent, tous les secours et toutes les garanties de sûreté
personnelle dont je pouvais avoir besoin. Je refusai ses offres, tout en
appréciant les sentiments qui les avaient dictées. L'honneur me
prescrivait de rester, quelles qu'en pussent être les conséquences.

Le duc de Mortemart n'avait pas pu donner de ses nouvelles. La
combinaison qui se rattachait à sa personne était évidemment manquée: il
ne fallait plus y penser. Girardin, revenu de Paris, avait annoncé que
M. le duc d'Orléans, auquel on offrait la couronne, déclarait n'en pas
vouloir; il avait dit et répété qu'il ne serait jamais un usurpateur.
Il fallait appeler au trône M. le duc de Bordeaux. Il est vrai,
ajoutait-il, qu'il ne voyait pas comment on pourrait obtenir
l'abdication de M. le Dauphin.

On était, le lundi matin, dans des angoisses, agité tout à la fois par
les nouvelles de Paris, par la vue de la défection des troupes et de
tout le désordre résultant d'une complète anarchie; car le commandement
nominal de M. le Dauphin n'avait eu rien d'effectif.

S'il y avait une planche de salut pour la dynastie, elle était
uniquement dans l'abdication en faveur de M. le duc de Bordeaux. Je
parlai avec chaleur à ce sujet dans le salon de Rambouillet. Le roi en
fut informé; il me fit appeler, et j'entrai dans son cabinet. J'abordai
la question sans mystère et sans détour; je lui dis que, pour essayer de
conserver la couronne dans sa maison, une abdication prompte en faveur
de son petit-fils me paraissait indispensable. «Avec le mouvement
imprimé, avec ce qui se passe, Sire, vous dire que vous pouvez encore
régner serait vous tromper. Chaque jour votre situation deviendra plus
fâcheuse, et j'ose dire plus misérable. Il y a encore de la grandeur à
s'élever volontairement et de soi-même au-dessus d'une grande infortune.
Que Votre Majesté ne se laisse pas arracher sa couronne qui tombe;
qu'elle sache s'en dépouiller elle-même, la prendre et la mettre sur la
tête de son petit-fils. Cette action peut rallier beaucoup de monde pour
lui; elle consacre le principe de la légitimité et ôte le droit à
l'Europe de se mêler de nos tristes affaires; elle conserve nos
institutions, seuls éléments de gouvernement et d'opinion qui nous
restent et peuvent nous préserver de l'anarchie. Cette résolution est un
grand acte de patriotisme, puisqu'elle peut sauver la France; elle est
un grand acte de prudence, puisqu'elle coupe court à d'immenses
difficultés, dont les conséquences sont au-dessus des prévisions
humaines.»

Le roi m'écouta avec calme et sang-froid. Il me remercia de la franchise
avec laquelle je venais de lui parler, et il entra en matière.

«J'ai déjà pensé à ce parti, me dit-il; mais il y a bien des
inconvénients: il faut d'abord que mon fils y consente, car ses droits
sont les mêmes que les miens; ensuite, ce pauvre enfant, il faudra le
confier aux soins de M. le duc d'Orléans.

--Sur la première question, répliquai-je, je ne puis supposer que M. le
Dauphin se sépare du roi dans une résolution jugée nécessaire au salut
de ses peuples. Quant à la seconde, c'est une mesure d'exécution; et,
certes, il n'y aura rien à négliger pour assurer sa vie et sa
conservation.»

Après avoir retourné cette question sous toutes les faces, donné de
nouveaux développements à cette idée, le roi me congédia en me
remerciant encore et me disant que peut-être il prendrait ce parti.

Une demi-heure après, sa résolution était arrêtée. Le général
Latour-Foissac nous avait rejoints la veille au matin, arrivant de
Normandie. Homme aussi bon dans le conseil qu'à la guerre et excellent
dans les rapports de l'amitié, il fut chargé de porter l'abdication du
roi et de M. le Dauphin à Paris. Le roi lui remit ses instructions à cet
effet, et M. le Dauphin lui donna les siennes pour défendre les intérêts
des troupes qui n'avaient point abandonné la famille royale. À trois
heures il était en route. Une fois cette grande résolution prise, le roi
me fit appeler pour m'en informer. Il me demanda de reprendre le
commandement. Il m'en coûtait beaucoup, mais, en ce moment, je n'avais
rien à lui refuser.

Étant descendu dans la cour du château pour y donner des ordres,
j'aperçus M. le Dauphin à l'une des fenêtres, regardant les préparatifs
de départ. Il me fit signe de monter près de lui. En l'abordant, il me
dit:

«Monsieur le maréchal, vous savez les résolutions prises par le roi, et
auxquelles je me suis associé; je suis donc destiné à ne jouer désormais
aucun rôle politique dans ce pays. Je vous demande maintenant, comme
chrétien et comme homme, d'oublier ce qui s'est passé entre nous.»

Le Dauphin me tendit alors la main; et, touché d'une aussi grande
infortune, je la serrai avec une émotion douloureuse.

M. le Dauphin eut le caprice de ne me remettre le commandement qu'à six
heures du soir. Ainsi je ne pus employer le reste de la journée à voir
les troupes et à les échauffer dans le sens de leur devoir. Cependant je
m'occupai tout de suite de pourvoir à leurs besoins, car elles
manquaient de tout. À six heures, l'acte d'abdication du roi étant
imprimé, je me rendis auprès de chaque régiment. J'en fis faire la
lecture. Je parlai aux officiers, sous-officiers et soldats réunis en
masse autour de moi. Je leur fis sentir quelle importance il y avait
pour la sûreté du roi, comme pour sa dignité, qu'il restât entouré du
plus grand nombre d'individus possible. C'était une tâche d'honneur et
de conscience pour chacun de nous. La résolution du roi était magnanime,
et il fallait lui en faire trouver le prix dans un redoublement de soins
et de respect de notre part. Je dis enfin tout ce qui me vint à l'esprit
et me semblait réclamé par la circonstance. Je recommençai mes discours
cinq ou six fois en faisant partout reconnaître Henri V.

À l'instant où je me trouvais sur la grande route, je vis arriver le 2e
régiment suisse, venant du Perey, d'après l'ordre du général
Bordesoulle, pour s'établir comme le reste des troupes à Rambouillet.
Cette disposition nous enlevait notre avant-garde, et les mécontents
pouvaient venir à cinq cents pas de Rambouillet tirer des coups de fusil
et y jeter l'alarme. Pareille chose eût fait naître un grand désordre
parmi des troupes campées d'une manière aussi confuse, avec l'immensité
de bagages et de voitures de toute espèce qui se trouvent toujours à une
cour comme celle de France. Je donnai l'ordre au colonel Besenval de
retourner sur ses pas avec son régiment, d'aller prendre position à
trois quarts de lieue dans un emplacement reconnu au sommet de la côte,
à la tête du parc, au lieu où le mur coupe à angle droite la grande
route; la droite était couverte par un étang. La position était bonne
pour le but qu'il fallait atteindre et pour la force du corps employé à
l'occuper. Jamais on ne vit un homme plus déconcerté et plus mécontent.
Il me donna diverses raisons pour ne pas exécuter mon ordre toutes plus
mauvaises les unes que les autres. C'était un homme terrifié, et
cependant ce régiment, arrivant d'Orléans et n'ayant pas combattu,
aurait dû être dans la fraîcheur de son zèle.

Il se trouvait qu'immédiatement après l'évacuation du Perey, le nommé
Poques (se disant aide de camp de M. de la Fayette, ancien garde du
corps de la compagnie de Raguse, dont il avait été renvoyé pour un acte
d'insubordination) était entré dans ce village avec cent à cent
cinquante paysans pris dans les campagnes voisines. Cette force
redoutable avait inspiré à M. de Besenval la terreur dont son esprit
était rempli. Je lui fis des raisonnements calmes d'abord. Enfin, ne
pouvant pas lui faire comprendre l'extravagance de sa conduite,
j'ordonnai impérativement et je le traitai avec plus de dureté qu'il
n'est dans mes habitudes d'en mettre avec un officier; mais, dans la
circonstance, il ne méritait aucun ménagement. J'établis le régiment
moi-même et je chargeai le général Vincent, homme de coeur, auquel
j'avais donné le commandement de toute l'infanterie réunie à
Rambouillet, des détails de la position.

Ce malheureux M. de Besenval se croyait perdu. Il dit au général Vincent
que, si trois coups de fusil étaient tirés, son régiment entier
partirait. Il se trompait, j'en suis sur; ce régiment était calomnié;
mais, avec un pareil chef dans des dispositions semblables, il ne
donnait pas une grande sécurité. Aussi envoyai-je chercher cent gardes
du corps pour les établir en avant du régiment, quoique assurément, au
milieu des bois, ce ne fut pas un poste de cavalerie; mais au moins
j'étais sûr qu'avec ces braves gens on attendrait l'attaque avant de
s'en aller, et qu'on ne se retirerait que si l'ennemi se présentait
réellement, et non sur le simple rêve d'une imagination malade.

Je venais de rentrer. J'avais rendu compte au roi de la tournée faite
dans les camps, quand arrivèrent à Rambouillet cinq commissaires envoyés
par le lieutenant général du royaume auprès de Charles X. C'étaient le
maréchal Maison, le duc de Coigny, MM. de Schonen, Odilon Barrot et le
colonel Jacqueminot. Le duc de Coigny vit le roi. L'objet de leur
mission était de veiller à sa sûreté. On avait annoncé à M. le duc
d'Orléans que tout le monde l'avait abandonné; et ils accouraient,
disaient-ils, pour suppléer par leur présence aux troupes qui lui
manquaient. Le roi répondit qu'il n'avait pas besoin d'eux, et ne
voulait pas les voir. Ces messieurs furent assez piqués de cette réponse
et demandèrent au duc de Coigny à me parler.

Celui-ci vint chez moi en exprimant leur désir, et je me rendis à leur
auberge pour éviter leur entrée dans le château. Ces messieurs me firent
part de l'objet de leur mission, je leur répondis que le roi n'était
point abandonné. Si quelques individus l'avaient quitté, il lui restait
plus de monde qu'il ne lui eu fallait pour sa sûreté. Il avait envoyé
dans la journée l'acte de son abdication. Infailliblement cette grande
résolution allait terminer tous nos embarras, et il fallait en attendre
les effets.

M. Odilon Barrot prit la parole et me dit que je me trompais et ne
connaissais pas l'état de l'opinion. Cette démarche ne produirait rien.
Les esprits étaient tellement prévenus contre te retour de la maison de
Bourbon, qu'on éprouvait la crainte, en déférant la couronne à M. le duc
d'Orléans, de le voir ta considérer comme un dépôt entre ses mains, pour
la rendre un jour au duc de Bordeaux, et qu'avant de la lui remettre on
exigerait de lui des assurances, des déclarations explicites et
formelles, pour être à l'abri de ce danger.

Là-dessus une discussion s'établit sur les intérêts de la France, par
rapport aux étrangers, de ne pas sortir de l'ordre naturel et légitime.
M. de Schonen prit part à la discussion, et pendant plus d'une heure je
soutins mon opinion contre tous mes interlocuteurs. En résumé, je leur
déclarai que le roi, n'ayant pas besoin d'eux, les remerciait et
remerciait M. le duc d'Orléans de sa sollicitude; qu'ils pouvaient à
leur choix rester ou se retirer.

Ils se décidèrent à partir en motivant leur départ sur une sorte de
délicatesse, ne voulant pas être accusés, dirent-ils, d'employer leur
influence à accélérer la dispersion des troupes. Le fait est et la
chose est devenue évidente pour moi, que la présence de Charles X à
Rambouillet gênait à Paris. On ne croyait pas qu'il eût autant de monde
avec lui, et on supposait que le témoignage d'intérêt qui lui était
donné hâterait son départ.--Les commissaires, se voyant trompés dans
leurs calculs, crurent de leur devoir de rentrer à Paris pour informer
le pouvoir et aviser à d'autres moyens.

À une heure du matin, les commissaires reprirent la route de Paris.

La désertion continua pendant la nuit, mais elle fut faible. Je parvins
par de grands efforts, à faire délivrer des vivres aux troupes pendant
la journée du 3, et, comme on manquait d'argent, je fis engager
l'argenterie du roi et abattre les bestiaux de la ferme royale de
Rambouillet.

On attendait avec impatience des nouvelles de l'effet produit par
l'abdication. Les nouvelles arrivèrent, mais ne répondirent pas aux
espérances. L'abdication était venue trop tard: deux jours plus tôt,
elle aurait été accueillie avec empressement. Alors elle ne fut qu'un
embarras de plus. Cependant la Chambre des pairs était au moment de
s'assembler, et cet acte allait y être mis en discussion. Il fallait
attendre.

La vue de ce château, où tant de grandeur se montrait encore dans tout
son éclat, il y avait à peine huit jours, cette tristesse profonde, cet
avenir incertain, cette perspective de dangers pire que la mort, ce
chaos succédant si promptement à l'ordre, tout cela fit sur moi une
impression profonde qui jamais ne s'effacera de mon esprit. Au milieu de
ces circonstances, l'attitude de Charles X était digne; elle avait
quelque chose de touchant. Sa résignation pieuse et calme, sa figure
noble, triste et bienveillante, complétaient un tableau qu'aucun peintre
ne saurait représenter. M. le Dauphin, par sa gaieté et une insouciance
qui tenait de la stupidité, présentait une disparate révoltante.
N'imagina-t-il pas de dire à Girardin: «Qu'est-ce que je ferai de mes
chiens?

--Monseigneur, vous avez d'autres intérêts qui passent avant ceux-là.

--Eh bien! je ne veux m'occuper que de mes chiens.

--Libre à vous, monseigneur; mais moi, je ne veux pas parler de chiens.»

Au surplus, M, le Dauphin est un homme indéfinissable, tranchant,
despote, susceptible et rempli d'amour-propre quand il avait du pouvoir.
Il a dit et répété depuis la catastrophe, et, je crois, avec sincérité,
que de tout cela il ne regrettait que ses chiens et ses chevaux.

La journée s'écoula paisiblement. À sept heures, je reçus un mot des
commissaires, daté de Cognières. Ils annonçaient leur retour et
réclamaient des ordres prompts pour empêcher leur marche d'éprouver
aucun retard, ayant une mission aussi importante qu'urgente à remplir
auprès du roi. Je prévins le roi et j'envoyai un aide de camp à leur
rencontre. Ils annoncèrent qu'un mouvement violent s'était déclaré à
Paris vers onze heures. Tout le monde s'était armé et avait crié: À
Rambouillet! pour y attaquer Charles X. La population entière s'était
ébranlée. Toutes les voilures de place avaient été prises pour la
transporter. Elle se recrutait de celle des villes et des villages
voisins, et ils avaient voyagé pendant quatre heures au milieu de cette
foule immense, dont la tête atteignait Cognières quand ils en étaient
partis.

Les commissaires, qui peut-être n'étaient pas tous étrangers à ce
mouvement, arrivaient maintenant pour le faire valoir et en tirer parti.
Ils en attendaient le départ du roi. Cela était clair; mais il était
clair aussi que le mouvement, quoique exagéré, était réel. Quelque peu
redoutables que fussent militairement les bandes tumultueuses qui
s'avançaient contre nous, nous n'étions pas en mesure, avec l'esprit
actuel des troupes, de les arrêter ni de les combattre. Il eut été tout
simple de marcher, avec mille chevaux et six pièces de canon, contre
cette masse sans organisation. Il eût été facile de la mettre en fuite,
sans même lui faire grand mal; mais, dans toute la cavalerie, nous
n'avions de troupes sûres que les gardes du corps, et leur destination
ne pouvait être changée. Ils ne pouvaient quitter la personne du roi.
D'un autre côté, pour pouvoir agir avec de la cavalerie, il fallait
aller à près de trois lieues, puisque les bois de Rambouillet s'étendent
jusqu'à cette distance du côté de Paris. Déjà la tête des Parisiens
était arrivée au Perey, c'est-à dire à l'entrée du bois: ils s'y
seraient trouvés en plus grand nombre au jour. La moindre troupe qui
aurait fusillé dans le bois aurait pu arrêter cette cavalerie. Il eût
donc fallu emmener avec soi un peu d'infanterie, et l'on vient de voir
que nous n'en avions plus. Rien donc de ce genre n'était possible.
L'offensive n'était pas praticable. D'un autre côté, comme défensive,
Rambouillet n'offre aucune espèce de position. C'est un entonnoir au
milieu des bois. On ne peut pas même y former régulièrement des troupes.
Que faire alors? La disposition des troupes était telle, qu'elle ne
promettait rien de bon. On ne pouvait que s'éloigner. Une échauffourée
aurait été quelque chose d'horrible à Rambouillet, et elle était assurée
à l'arrivée de la plus misérable tête de colonne, d'après l'esprit du 2e
régiment suisse, qui formait notre avant-garde et sur lequel reposait
notre sécurité.

Comme il est d'une grande importance historique de bien constater
l'esprit de découragement sans exemple qui s'était alors emparé des
troupes, je vais résumer les faits qui en sont la preuve.

1º Les troupes de ligne nous avaient abandonnés, moitié à Paris, le
jeudi, et le reste en masse le lendemain, à Saint-Cloud, en se
débandant;

2º À l'arrivée à Saint-Cloud, la désertion se mit dans la garde. Elle
commença dès le lendemain par le départ de vingt hommes faisant partie
d'un poste de quarante grenadiers du 1er régiment, situé en avant du
pont de Saint-Cloud, et depuis elle ne cessa pas;

3º Le samedi, 31, M. le Dauphin ayant ordonné à un bataillon du 3e de la
garde, à six compagnies du 1er régiment suisse (7e) et à deux pièces de
canon de repousser quelques habitants de Sèvres et de Meudon, qui
commettaient des hostilités, le bataillon du 3e refusa de tirer, les six
compagnies suisses mirent bas les armes et les deux pièces de canon
passèrent le pont et se rendirent à Paris pour rejoindre l'insurrection;

4º Le dimanche au matin, les colonels de la garde, présents à Trappes,
se réunirent en conseil, résolurent d'envoyer faire leur soumission à
Paris et demander des ordres. Cette résolution n'eut cependant pas de
suites immédiates, excepté de la part des colonels commandant les deux
régiments suisses;

5º Le lundi, 2, les trois régiments de grosse cavalerie de la garde,
restés à Cognières, passèrent aux insurgés, et dès ce moment les
avant-postes de ceux-ci furent composés en partie de la grosse cavalerie
de la garde.

6º On se rappelle l'esprit qui animait le 26e régiment suisse arrivant
d'Orléans. Il était tel, d'après la déclaration de son colonel, que je
crus nécessaire de faire couvrir par cent gardes du corps ce régiment en
position dans les bois.

7º Les colonels suisses avaient obtenu une sauvegarde écrite, réclamée
par eux, et, de plus, une feuille de route du gouvernement de Paris,
pour se retirer en Bourgogne. Ils étaient tellement pressés d'en
profiter, que, cette feuille de route et le sauf-conduit étant tombés
dans mes mains, ils osèrent les réclamer.

8º Enfin, la désertion avait fait de tels progrès, que les cinq
régiments d'infanterie française de la garde étaient réduits à rien. Le
6e, par exemple, n'avait pas plus de cent vingt hommes. Ces cinq
régiments, parmi lesquels étaient le 4e arrivant de Normandie et te 2e
qui n'avait eu aucun engagement sérieux, ne formaient plus qu'un total
de treize cent cinquante hommes.

Le seul parti à prendre était donc de se retirer, d'aller prendre
d'abord immédiatement position sur l'Eure, à Maintenon, et plus tard sur
la Loire. Je conduisis les commissaires chez le roi. Ils lui parlèrent
avec chaleur de ses dangers, et de la nécessité où il était de quitter
Rambouillet sans retard. M. Odilon Barrot fit un discours pathétique, et
le départ fut résolu. Je n'avais pas prévu une retraite aussi
précipitée, et rien disposé pour l'exécuter. Cependant, le moment devenu
pressant, il fallut pourvoir à tout. Les dispositions furent faites et
exécutées avec un ordre parfait, et tout se débrouilla avec rapidité. Je
fis partir le roi avec les gardes du corps pour Maintenon; les immenses
bagages, avec une escorte convenable, suivirent, et les troupes des
différentes armes ensuite, dans un ordre déterminé. Chacun marcha à son
tour et à son rang, sans confusion, et nous suivîmes le roi à Maintenon
où nous arrivâmes à quatre heures du matin. En une heure, tout avait
quitté Rambouillet, même l'arrière-garde. Les commissaires nous
précédèrent à Maintenon.

Le départ de Rambouillet était indispensable, et je l'avais conseillé.
J'avais pensé qu'arrive à Maintenon, et après un repos convenable, on
continuerait la retraite sur Chartres, pour aller gagner la Loire, et
qu'enfin on tenterait un essai de gouvernement de Henri V. Aussi
avais-je envoyé une avant-garde, commandée par le général Talon, sur
Chartres, et, dans cette ville, des officiers pour y faire préparer des
vivres; mais il devait en être autrement. Les commissaires, dans leur
allocution du soir, avaient parlé de la nécessité où le roi était de
quitter la France, annoncé des dispositions faites à Cherbourg pour le
recevoir. Des paquebots américains devaient s'y rendre pour le
transporter avec sa famille, dans le pays qu'il aurait choisi. Toutes
les précautions étaient prises pour la route. Enfin, si le nouveau
pouvoir désirait le départ de Charles X, c'était surtout en vue de la
sûreté personnelle de ce prince, qui était l'objet de ses plus vives
sollicitudes. Ces observations avaient germé dans l'esprit du roi. À mon
arrivée à Maintenon, étant allé lui demander ses ordres pour continuer
le mouvement, il m'annonça qu'il avait pris le parti de renoncer à
prolonger la lutte, qu'il n'irait pas sur la Loire, mais se rendrait à
Cherbourg pour s'embarquer; que le jour même il en prendrait la route,
et irait coucher à Dreux. Alors toute la question politique était
terminée.

Dans la marche de nuit de Rambouillet à Maintenon, un courrier, expédié
de Paris, apporta aux deux régiments suisses de la garde le
sauf-conduit du lieutenant général du royaume, pour se rendre à Châlons
et à Mâcon. Il y était dit qu'il était accordé, sur la demande faite par
le lieutenant-colonel de Maillardoz, au nom de ces régiments. Ce
sauf-conduit tomba entre les mains du général Vincent qui me l'envoya.
J'éprouvai un profond sentiment d'indignation, en voyant ces deux
régiments, comblés des bienfaits du roi, s'empresser de l'abandonner au
moment même où leur présence semblait lui être la plus utile et la plus
nécessaire.

On peut difficilement qualifier une démarche pareille; elle était bien
opposée à la prétention des Suisses d'être l'exemple de la fidélité. Je
le demande: quel avantage résultait-il pour les Bourbons d'avoir eu, à
prix d'or et en blessant l'opinion publique, des troupes bonnes, sans
doute, mais qui ne pouvaient assurément avoir la prétention d'être
supérieures aux troupes françaises? À quoi bon ces troupes privilégiées
qui étaient exemptes, dans divers cas, de service? À quoi tout cela
servait-il, si ces troupes ne se dévouaient pas au moins à la défense
personnelle du roi? En les prenant avec tant d'inconvénients, on avait
eu la pensée qu'elles seraient étrangères à la politique, et
échapperaient à l'influence des factions. Cela est clair, et voilà qu'au
premier cas échéant des circonstances prévues elles se retirent. Ce ne
sont pas des troupes qui se désorganisent, des soldats qui désertent,
ce sont des corps entiers, conduits par leurs colonels, qui abandonnent
le roi quand il réclame leur appui, et lorsque entouré d'eux il peut
trouver son salut! Et, pour avoir eu sitôt ce sauf-conduit, il fallait
l'avoir sollicité au moment même du départ de Saint-Cloud, ou au moins
pendant la marche de Saint-Cloud à Rambouillet, c'est-à-dire au milieu
même de la crise.

Le parti, pris par le roi, de renoncer à toute lutte et de se rendre à
Cherbourg pour s'embarquer rendant inutile de conserver les troupes
encore rassemblées, il décida leur renvoi, et je leur fis les adieux du
roi dans un ordre du jour.

Je dirigeai d'abord l'infanterie sur Chartres, où elle devait trouver
des vivres, et de là être envoyée dans ses garnisons pour y recevoir les
ordres du nouveau gouvernement. Elle était réduite: l'infanterie
française à douze cents hommes. La cavalerie légère, la seule qui
existât, se trouvait divisée. Les lanciers, les hussards et
l'artillerie, qui étaient près de Chartres, reçurent l'ordre de s'y
rendre et de rentrer ensuite dans leurs garnisons respectives, comme
l'infanterie. Restaient les chasseurs, les dragons, les gendarmes
d'élite et les gardes du corps.

Les chasseurs étaient désorganisés, et Alfred de Chabannes, en emmenant
avec lui son escadron à Paris, avait commencé la dislocation de ce
régiment. Les dragons, commandés par le lieutenant-colonel Cannuet,
officier très-distingué de l'ancienne armée, suivirent le roi, sans
qu'il restât un seul homme en arrière. Arrivé à Dreux, le roi renvoya
également ce brave régiment, exemple de bonne discipline et de fidélité,
et lui adressa des éloges qu'il venait de mériter. L'escorte du roi ne
se composa plus que des gardes du corps, de la gendarmerie d'élite et de
deux pièces de canon.

Arrivé à Dreux, le roi régla son itinéraire; mais il le composa de
journées si courtes et de tant de séjours, que son voyage eût été
éternel. Je fus chargé de communiquer cet itinéraire aux commissaires.
Ceux-ci demandèrent quelques changements qui furent l'objet
d'arrangements postérieurs. On commença par le suivre tel que le roi
l'avait donné, et le lendemain, jeudi, on alla coucher à Verneuil.

Nous trouvâmes, sur la route, au haut des clochers de tous les villages
et dans toutes les villes, le drapeau tricolore établi et les gardes
nationales parées des trois couleurs. Ce spectacle était extrêmement
désagréable au roi. Du reste, la population se montrait calme et
silencieuse, résultat de sa disposition personnelle, de son instinct et
aussi des recommandations des commissaires qui, nous précédant, avaient
soin de les renouveler constamment.

J'étais l'unique intermédiaire entre le roi et les commissaires. Je
cherchais à concilier des dispositions souvent opposées, surtout à
diminuer les angoisses d'un pareil voyage. Les commissaires m'avaient
fait connaître leurs pouvoirs pour faire payer aux troupes tout ce qui
leur était dû. On s'occupa d'abord de celles qui avaient été dirigées
sur Chartres et devaient retourner dans leurs garnisons. À Verneuil on
donna des à-comptes aux gardes du corps et aux officiers d'état-major,
réduits à un pressant besoin.

Les commissaires me chargèrent de faire l'offre au roi de tout l'argent
qu'il voudrait, en annonçant à Cherbourg un million à sa disposition.
J'en rendis compte au roi, qui m'ordonna de leur faire connaître son
refus. Il exigeait, au contraire, que l'on tint une note exacte des
dépenses de son voyage, pour qu'il pût en opérer plus tard le
remboursement.

Nous arrivâmes le vendredi, 6, à Laigle; le samedi, 7, à Merlerault; et
le 8 à Argentan. Notre manière de voyager était celle-ci: une heure ou
deux avant le moment fixé pour le départ du roi, je faisais partir les
bagages et les gens de la suite avec un détachement de gendarmes; le roi
entendait la messe, et jamais il ne s'en est dispensé, même quand il
partait à quatre heures du matin. Deux compagnies de gardes du corps
ouvraient la marche. Après elles, les voitures des enfants, des
princesses, de M. le Dauphin et celles du roi, où étaient avec lui le
duc de Polignac, premier écuyer, et le duc de Luxembourg, capitaine des
gardes de service. Venaient ensuite les deux autres compagnies des
gardes du corps et les gendarmes.

Je marchais à cheval à peu de distance de la voiture du roi.

On fit séjour à Argentan.

Chaque jour les commissaires venaient chez moi pour se lamenter sur la
lenteur de la marche, sur les inconvénients et les inquiétudes que l'on
en avait à Paris. Ils me montraient les lettres vives et presque dures
qui leur étaient adressées, enfin les accusations dont ils devenaient
l'objet.

Mille contes étaient faits à Paris sur ce voyage, et une circonstance
bizarre y avait donné lieu. Un rapport des commissaires, envoyé de
Verneuil, avait été mis à la poste sans adresse, et par conséquent
n'était pas parvenu au ministère de l'intérieur. Un autre rapport, porté
par un courrier, avait été retardé de trente-six heures. Pendant deux
jours, on avait été sans nouvelles aucune, ce qui avait fort alarmé. On
avait répandu le bruit que Charles X avait avec lui des forces
considérables, que les commissaires étaient arrêtés et détenus comme
otages, que l'intention du roi était de gagner le pays des Chouans et de
commencer la guerre civile. Quand ces bruits-là nous revinrent, je ne
pus m'empêcher d'en rire. Quels Chouans nous aurions été, avec cette
file de carrosses, cette nuée d'équipages et cette multitude de
cuisiniers et de marmitons!

Ensuite, on accusa les commissaires de tiédeur, et on annonça l'envoi
d'un quatrième commissaire pour stimuler leur zèle, M. de la Pommeraye,
député de Caen. Les commissaires demandèrent le renvoi des deux pièces
de canon. Ils insistèrent, et il fallut y consentir. Cette résolution
coûta beaucoup au roi. Je ne sais pas pourquoi ils l'exigèrent; c'était
plutôt une affaire de parade qu'une chose d'une utilité réelle.
Cependant, dans telle circonstance donnée, ces pièces eussent pu nous
sauver, quoique la véritable garantie du succès de notre voyage fût dans
la présence des commissaires, et non dans nos forces. Nous allions
entrer au milieu d'une population mal disposée, exaspérée par le
souvenir récent des incendies dont son territoire avait été le théâtre,
et dont les prêtres et les jésuites étaient accusés par la multitude
d'être les auteurs. Tout le pays est rempli de fabriques, et ces
populations sont les plus mutines et les plus difficiles à conduire en
temps de révolution.

Les commissaires étaient dans une position véritablement difficile. Ils
se conduisaient cependant avec respect et déférence pour le roi, en
cherchant à concilier ce qui pouvait lui convenir avec leurs
instructions. Ayant voulu faire valoir ces circonstances auprès de
Charles X, qui n'en était pas assez frappé, il me répondit en riant, à
Argentan, ces paroles: «Au fait et au prendre, ce sont deux coquins et
un renégat.»

Cette lenteur dans la marche avait pour prétexte de conserver les
chevaux, et d'arriver à Cherbourg avec tous les équipages.
Indépendamment de ces motifs en partie réels, il y en avait un autre
secret. On n'avait pas perdu l'espérance qu'une révolution rappellerait
M. le duc de Bordeaux: chimère véritable! mais elle existait et on
trouvait quelque charme à s'y abandonner. Elle fut fortifiée par
l'arrivée à Merlerault du colonel Cradock, attaché à l'ambassade
d'Angleterre, envoyé par lord Stuard, pour dire au roi que, M. le duc de
Bordeaux ayant encore des chances pour monter sur le trône, il fallait
plutôt ralentir la marche que l'accélérer.

Les rapports sur la disposition de la population sur cette route avaient
inquiété les commissaires, et ils proposèrent au roi, à Falaise, de
prendre une autre direction et de passer par Caen. M. de la Pommeraye,
qui arrivait de cette ville, assurait que tout y était tranquille, et
que le roi y serait bien reçu. Après un moment de délibération, on se
décida à ne pas changer de route et l'on fut coucher à Condé.

Les inquiétudes éprouvées à Paris, et dont la cause était dans le
silence accidentel des commissaires, avaient motivé quelques mesures qui
faillirent mettre tout en feu. On avait ordonné des mouvements de gardes
nationales pour flanquer la marche du roi, la suivre et s'interposer
entre la route qu'il tenait et les pays où on lui croyait des partisans.
Tous ces corps, dont une partie avait été mise en mouvement par ordre,
se recrutèrent, se multiplièrent, et il n'y eut pas une seule petite
ville qui ne voulût mettre son armée en campagne et fournir son
contingent.

Pendant ce temps-là le générai Hulot, voulant se faire valoir, se mit,
de son propre mouvement, en marche pour venir à notre rencontre avec
toutes les gardes nationales de la presqu'île et occuper Carentan. Ces
colonnes n'étaient pas composées de gens bien disposés pour les
Bourbons, et les chefs n'avaient pas été choisis parmi les meilleures
têtes du pays. C'était une espèce de chasse qui était au moment de
commencer. Les résultats en étaient fort à craindre. Mon nom fut mêlé à
toutes ces dispositions d'une manière toute particulière, et mon
arrestation ou ma vie paraissaient devoir être spécialement le prix de
la victoire. Ces nouvelles se répandirent à Condé, et effectivement
depuis cette ville commencèrent les dangers très-grands que je n'ai
cessé de courir pendant le reste de cette pénible route.

Nous arrivâmes le mercredi, 11, à Vire. De tout ce pays, c'est le lieu
où la population est la plus mobile, la plus difficile à manier et la
plus dangereuse. Cette population est très-considérable.

Des officiers supérieurs des gardes du corps, envoyés en avant pour le
logement, revinrent à ma rencontre et me dirent qu'ils avaient la
certitude d'un complot formé pour m'enlever. Des gens bien intentionnés
de la ville étaient venus les avertir que, si je traversais la ville
seul ou faiblement accompagné, je serais assassiné ou bien saisi et jeté
dans quelque repaire. Je fis mon profit de cet avis, et je ne marchai
qu'entouré d'un bon nombre d'officiers.

Le lendemain, nous allâmes à Saint-Lô. Cette population est plus douce
que celle de Vire. Nous vîmes distinctement à Saint-Lô des hommes de
Condé et de Vire attachés à nos pas, les mêmes qu'on m'avait désignés
comme lancés contre moi. Ainsi leur projet subsistait toujours. Enfin le
vendredi nous arrivâmes à Valognes. Il fut décidé de prolonger notre
séjour dans cette ville, jusqu'au moment où tout serait prêt à Cherbourg
pour notre embarquement.

Nous trouvâmes à la frontière du département de la Manche son préfet, le
comte Joseph d'Estourmel, qui était venu, comme dans des temps
ordinaires, prendre les ordres du roi, en habit de gentilhomme de la
chambre et avec la cocarde blanche, quand partout sur notre route nous
avions trouvé la révolution faite. Il s'était prononcé contre les
ordonnances, et fit preuve de courage et de loyauté jusqu'au bout. Nous
logeâmes dans sa préfecture à Saint-Lô, et il accompagna le roi jusque
sur le vaisseau.

Il était sage d'éviter de s'arrêter à Cherbourg, ville populeuse, animée
de sentiments hostiles très-exaltés. Aussi passâmes-nous deux jours à
Valognes, pour donner le temps de préparer l'embarquement du roi sur les
deux paquebots américains, la _Grande-Bretagne_ et le _Charles-Caroll_.
On dit qu'ils appartiennent à Joseph Bonaparte: quel singulier
rapprochement!

Je pris les ordres du roi, relativement à la maison militaire. Il fit un
ordre du jour, dont un exemplaire certifié fut remis à chaque individu
présent. Il est touchant, et devient par la circonstance un titre de
famille. Jamais corps n'a montré un plus admirable esprit. L'ordre, le
respect et le dévouement ont régné jusqu'au bout. Aucune exigence ne
s'est fait sentir. Quand, au commencement de cette triste campagne, les
moyens de subsistance et l'argent étaient insuffisants, les gardes du
corps refusaient d'être servis avant les troupes, dont les besoins,
disaient-ils, étaient plus pressants encore que les leurs. Je voudrais
pouvoir exprimer à chacun des gardes du corps des quatre compagnies
toute mon admiration pour leur noble conduite.

Les commissaires ne négligèrent rien pour adoucir à chacun les derniers
instants. Je leur fis à Valognes la déclaration qu'après avoir rempli ma
tâche auprès du roi je me croyais libre de mes actions. Je quittais
cependant la France par suite de l'exaltation populaire contre moi; mais
mon absence serait momentanée et uniquement motivée par les
circonstances. J'ajoutai qu'aussitôt qu'elles auraient cessé je
rentrerais dans ma patrie, dont je ne me séparais en ce moment qu'à
regret.

Le roi me demanda quels étaient mes projets. Je lui répondis qu'après
m'être embarqué avec lui, et lorsqu'il serait arrivé à la côte où il
voulait aborder, je prendrais congé, j'irais chercher quelque part un
asile jusqu'au moment où je pourrais rentrer en France. Il approuva
entièrement mes projets, mais ne s'informa pas de mes ressources pour
vivre. Je me gardai bien, par mille motifs de délicatesse et
d'indépendance, de lui faire aucune demande et d'exprimer aucun besoin.

Parmi les bruits sur les complots dirigés contre moi, on avait beaucoup
dit que, si j'échappais pendant la route, ce serait à Cherbourg que je
succomberais.

Ces bruits prirent beaucoup de force à Valognes. Je serais, dit-on, le
prix de la liberté du roi, et on ne le laisserait embarquer qu'après
m'avoir livré. Je ne pouvais supposer aucune arrière-pensée dans les
dépositaires du pouvoir; mais je pouvais craindre un mouvement
populaire. Un ancien garde du corps, propriétaire dans les environs, me
fit des offres pour ma sûreté. Je le remerciai. On me proposait, et les
commissaires eux-mêmes, comme ils l'avaient déjà fait précédemment,
m'engagèrent à quitter mon uniforme et à ne pas me montrer. Je m'y
refusai de même, et, quoique tout ce qui entourait le roi eût pris cette
précaution, je déclarai que, puisque je commandais, je voulais rester à
mon poste avec les gardes, et ne mettre bas mon uniforme que lorsque je
serais sur le bâtiment.

Les commissaires avaient demandé que les gardes du corps n'entrassent
pas à Cherbourg. Une simple escorte aurait accompagné le roi au port. Le
roi y avait consenti. Je représentai, vivement et à plusieurs reprises,
que le roi devait à sa maison de ne se séparer d'elle qu'au moment où la
terre manquerait sous ses pas. Après la conduite de tous les gardes du
corps, c'était un témoignage d'estime et d'affection qu'il leur devait;
c'était une question d'honneur pour eux. J'eus beaucoup de peine à
l'obtenir, mais j'y parvins enfin. J'avais encore un autre motif. En
traversant la ville de Cherbourg avec une simple escorte, rien ne
garantissait d'une insulte et de quelque entreprise, tandis que six
cents hommes déterminés, bien armés et marchant serrés, imposeraient une
crainte salutaire à la population.

Enfin, le lundi, 16, le départ eut lieu. L'heure fut calculée sur celle
de la marée. À neuf heures du matin nous nous mîmes en route et nous
arrivâmes, à midi et demi, à l'entrée de Cherbourg. J'avais grand soin
de faire marcher tout bien ensemble et dans le meilleur ordre. Tout à
coup la colonne s'arrête. Le prince de Solre fait dire de l'avant-garde
que toute la population est agglomérée sur la route. Une députation de
la garde nationale venait de se présenter, en assurant que, si l'on ne
prenait pas, pour entrer, la cocarde tricolore, elle ne répondait de
rien. Le sort était jeté. La seule chose à faire était d'avancer, et
nous continuâmes notre marche. Je crus à une catastrophe, et que cette
démarche devait en être le prélude et le prétexte; mais la belle
contenance des gardes du corps imposa. On vit le peu de sûreté à se
jouer à de pareils hommes. Notre entrée se fit tranquillement; mais,
près du port, les ouvriers de la marine vociférèrent et jetèrent les
cris les plus scandaleux au passage du roi. Je me sus bon gré d'avoir
insisté pour amener toute la maison du roi jusqu'au lieu même de
rembarquement. À cette précaution seule, nous devons d'avoir
heureusement fini notre voyage. Le roi monta immédiatement à bord de la
_Grande-Bretagne_. J'en fis autant, après de pénibles et touchants
adieux à ceux qui restaient. On mit à la voile et l'on se dirigea sur la
rade de Spithead. La couronne de Louis XIV venait de se briser pour la
troisième fois en moins de quarante ans.

Nous nous trouvâmes le mardi en face de Portsmouth. La marée et le veut
nous forcèrent à mouiller. Le lendemain matin nous arrivâmes en face de
Coves, dans l'île de Wight. Je pris congé du roi, de la famille royale,
et je partis pour Londres. Mon affection pour la personne du roi était
encore devenue plus vive pendant le voyage par la vue de son malheur et
de sa résignation touchante. Jamais souverain détrôné n'a eu, dans des
circonstances semblables, une attitude plus digne. Tout en gémissant sur
mes malheurs personnels, je sentais vivement les siens. Je le quittai
avec émotion. En me séparant de lui, il m'embrassa et me remit, comme
souvenir, l'épée qu'il portait, et, comme témoignage de sa satisfaction
et de ses sentiments, une lettre qui me sera toujours précieuse par les
expressions qu'elle renferme.

J'allai coucher le mercredi, 8, à Portsmouth, et dès ce moment je
commençai une nouvelle vie[11].

     [Note 11: Cette partie de mes _Mémoires_ a été rédigée à
     Amsterdam pendant le mois de septembre 1830.
                                      (_Note du duc de Raguse_.)]



COPIE DE LA LETTRE AUTOGRAPHE QUI M'A ÉTÉ ÉCRITE PAR LE ROI CHARLES X.

«Rade de Spithead, 18 août 1830.


«Je ne veux pas me séparer de vous, mon cher maréchal, sans vous répéter
ici, comme je le pense, que je n'oublierai jamais les bons, fidèles et
constants services que vous n'avez jamais cessé de rendre à la monarchie
depuis la Restauration. Je vous prie, en même temps, d'accepter l'épée
que je portais toujours lorsque j'étais avec les troupes françaises.

«Comptez pour la vie, mon cher maréchal, sur tous les sentiments qui
m'attachent à vous.

«Signé: Charles.»


RÉFLEXIONS SUR LE RÈGNE DE CHARLES X ET SUR LES FAUTES QUI ONT AMENÉ LA
CATASTROPHE.

Jamais règne ne commença sous des auspices plus favorables que celui de
Charles X. L'état de maladie où Louis XVIII se trouvait depuis longtemps
avait donné à la fin de son règne un grand caractère de faiblesse et
avait occasionné un assez grand mécontentement. On attendait beaucoup de
son successeur. Les manières ouvertes et aimables qui l'avaient toujours
distingué appelaient la confiance. On espérait trouver en lui un pouvoir
réparateur. Le peuple a si grand besoin d'espérer, il a tant de
dispositions à croire, à aimer! Il y a eu toujours en France une si
grande bienveillance pour le pouvoir, que ceux qui le possèdent sont
bien coupables ou bien maladroits quand ils ne se l'assurent pas d'une
manière durable. Les premiers moments de Charles X furent donc
brillants. Ses premières actions eurent de la popularité; mais à peine
en avait-il éprouvé les effets bienfaisants, qu'un mauvais génie sembla
s'être emparé de lui pour le faire travailler à les détruire. L'entrée
du foi à Paris fut accompagnée des plus vives acclamations. Il pleuvait,
et, nonobstant cette circonstance, la population entière était allée à
sa rencontre ou était dans les rues; mais à peine deux mots étaient
écoulés, et déjà l'opinion commença à changer.

Les officiers généraux de l'ancienne armée avaient beaucoup souffert à
la fin du dernier règne. Le gouvernement en employait le moins possible.
Un travail avait été préparé pour en mettre un grand nombre à la
retraite. Le baron de Damas, dont la carrière s'était faite hors de la
France, mais dans une bonne armée, et qui connaissait la valeur des
grades obtenus à la guerre, n'avait jamais pu se résoudre, quand il
était ministre de la guerre, à faire signer au roi et à signer lui-même
ce travail dur et injuste. Après lui, il en fut autrement. Son
successeur, M. de Clermont-Tonnerre, qui a vécu dans le temps de notre
gloire et de notre grandeur, mais dont l'existence a passé inaperçue
dans les derniers grades de la milice ou dans de misérables troupes
auxiliaires sans valeur et sans considération, M. de Clermont-Tonnerre
n'hésita pas. D'un trait de plume, il raya de l'activité cent cinquante
officiers généraux dont les deux tiers étaient pleins de force et de
santé, et dont les noms rappelaient les plus belles circonstances de nos
temps héroïques. Une sorte de pudeur et une sage politique eussent
commandé d'honorer leurs dernières années.

L'effet fut terrible dans l'opinion, et senti d'autant plus vivement,
que le roi avait autorisé toutes les espérances contraires. En effet, le
jour de son entrée, il avait fait inviter les généraux à l'accompagner.
Il les avait accueillis avec sa grâce accoutumée, et, rappelant le
pénible devoir qu'ils avaient rempli en suivant le cortége funèbre de
Louis XVIII à Saint-Denis, il leur avait dit ces paroles: «Vous avez
suivi à pied le roi mon frère; ce sera à cheval dorénavant que vous
m'accompagnerez!» Ce mot avait fait fortune. Chacun l'interprétait à sa
manière. Il y cul bien quelques personnes qui crurent n'y rien voir;
mais un plus grand nombre chercha une interprétation favorable à ses
intérêts, et l'on imagina que le roi avait voulu dire: Vous avez été
maltraités sous le dernier règne; il n'en sera pas de même sous le mien.
J'ai confiance en vous, et je vous emploierai. Effectivement, c'était la
seule explication raisonnable de cette expression figurée. Que l'on juge
donc de l'impression reçue par chacun des intéressés et par le public
même, lorsque, au lieu de voir réaliser ces espérances, parut une
ordonnance que l'on n'avait pas osé rendre sous le règne précédent. Cet
événement me sembla si extraordinaire et si condamnable, que j'accusai
M. de Villèle d'avoir été jaloux de la popularité du roi et d'avoir
voulu démontrer que ses promesses personnelles ne signifiaient rien;
enfin, qu'en lui seul résidait la puissance.

Si l'on se rappelle la marche tenue par ce ministère, la maladresse
qu'il avait eue de se heurter contre les opinions, en proposant les lois
les plus impopulaires; si l'on a présent à l'esprit quel mépris du bon
sens les dépositaires du pouvoir semblaient prendre à tâche de
manifester, on concevra les changements survenus promptement dans les
dispositions du peuple envers le nouveau roi. Cet insolent mépris de la
raison, cette tyrannie dans les petites choses, qui souvent est celle
qui irrite et blesse le plus, sans produire ni pouvoir produire aucun
résultat favorable, était éminemment du goût de M. de Corbières,
ministre de l'intérieur. Ainsi, par exemple, la chaire d'astronomie au
Collége de France, remplie par M. Delambre, devint vacante par sa mort.
L'état de sa santé avait forcé à nommer depuis cinq ans un membre du
bureau des longitudes[12] pour le suppléer. Eh bien, malgré les droits
incontestables de celui-ci, malgré les efforts de tout le monde pour le
faire choisir, M. de Corbières préféra, pour remplir cette place, un
individu qui, peut-être, ne connaissait pas le nom et l'usage des
instruments d'astronomie[13]; mais c'était un protégé de la
Congrégation.

     [Note 12: M. Matthieu.]

     [Note 13: M. Nicolette.]

Une place à l'Académie des sciences devint vacante. M. de Corbières
voulut y faire nommer un de ses protégés, indigne, bien entendu, d'être
l'objet d'un tel choix. L'Académie ne tint compte de sa recommandation,
et il dépouilla un savant illustre, un vieillard, l'honneur de ce corps,
M. Legendre, d'une pension sur laquelle était fondée l'aisance de ses
dernières années, parce qu'il l'accusa d'avoir eu quelque influence sur
la résolution prise par l'Académie.

Lorsque l'on privait l'armée des services des généraux distingués qui
l'avaient illustrée, on faisait occuper leurs places par des courtisans
tout à fait étrangers au service. On créait des sinécures et des emplois
dont le titre était ridicule. On donnait six aides de camp à M. le duc
de Bordeaux, enfant en bas âge. On peut former une maison civile à un
prince un peu plus tôt, un peu plus tard; mais l'entourer de grades
militaires qui lui sont subordonnés, lui donner des aides de camp quand
il ne commande rien et ne peut rien commander, ce sont des choses qui
choquent, révoltent et annoncent le parti pris par le prince de ne
suivre que ses caprices. Cependant le plus grand événement de cette
époque, cause de l'aliénation des sentiments des Parisiens pour le roi,
fut le fatal renvoi de la garde nationale. De ce moment data la guerre
entre cette ville et le roi, et c'est M. de Villèle qui doit en
supporter toute la responsabilité; car ce licenciement, si brusque, si
humiliant, et, j'ose le dire, si insensé, est particulièrement son
ouvrage.

Quand le ministère Martignac arriva au pouvoir, il y avait beaucoup de
moyens de salut; mais il manquait à cette administration de l'union et
de la force. Il lui fallait un chef qui imprimât une marche plus
uniforme, plus régulière et plus décidée; mais, certes, il ne fallait
pas en changer la couleur. Il fallait surtout que Charles X fût d'accord
avec son ministère et n'intriguât pas contre lui. Il aurait fallu aussi
que ceux des libéraux de la Chambre qui étaient bien intentionnés, et
qui auraient dû apprécier les difficultés dont ce ministère était
entouré, le soutinssent au lieu de le combattre; mais personne, à cette
époque, n'a eu le véritable sentiment de ses devoirs envers le pays, ni
même le sentiment de son propre intérêt. Quand le ministère du 8 août a
surgi, le péril est devenu immense, imminent, à cause de l'incapacité
inouïe de ceux qui le composaient, à cause de leur ignorance et de leurs
passions, à cause des noms qu'ils portaient, et qui étaient comme
l'emblème vivant des intentions, des projets et des espérances d'un
parti en horreur à presque toute la France. Le mal a toujours été en
augmentant, parce que les doctrines qui étaient professées
solennellement promettaient déjà tout ce qui est arrivé. Une ligue s'est
formée; les intérêts les plus opposés se sont entendus, se sont ralliés,
pour résister et combattre. Tout a été mis en oeuvre de tous les côtés
pour augmenter la tension de l'opinion. Le gouvernement a donné le
signal, et une explosion sans exemple a tout renversé.

La maison de Bourbon, et en particulier Charles X, s'était fait illusion
sur les sentiments qu'elle inspirait dans les derniers temps. Les moeurs
publiques, les besoins de la société, étaient d'accord avec les
institutions. On voulait les conserver; et, partant, cette famille était
nécessaire comme une des pièces de la machine constitutionnelle.

Charles X a brisé la machine; et cette pièce, qui en faisait partie,
n'étant plus soutenue par le mouvement, a dû tomber. En résumé, Charles
X n'a jamais connu la France actuelle. Il n'a jamais pu comprendre que
l'on pouvait lui être fidèle et aimer la liberté. Il est resté dans une
pureté de sentiments d'émigration au-dessus de toute croyance. Il ne
prenait pas la peine de la déguiser. Vivant familièrement avec lui, il
m'est souvent arrivé de lui faire remarquer les anniversaires de nos
victoires. Son impression était toujours pénible. On voyait se
renouveler, chez lui, celle qu'il avait ressentie la première fois. Son
frère en éprouva peut-être autant, mais il avait l'habileté de le
cacher, et même il avait l'air de s'associer à nos souvenirs.

Cette malheureuse dynastie a été perdue d'abord par le défaut absolu de
talent et le goût décidé chez elle pour la médiocrité; ensuite par son
éloignement invincible pour tout ce qui avait de la noblesse, de la
force et de l'élévation; par son ignorance des choses de ce monde; par
son mépris profond pour ce qui n'était pas elle; par cette faiblesse
innée envers tout ce qui composait son misérable entourage; par
l'influence du clergé, trop évidente, et dont l'action dans les affaires
est si en opposition avec l'opinion publique; par sa mauvaise foi dans
toutes ses démarches et le rêve continuel de pouvoir absolu qui aurait
mis entre les mains de pygmées, sous des auspices bien différents et
dans de bien autres circonstances, l'épée de Napoléon, dont le poids
seul les aurait écrasés; enfin, en dernier lieu, par cette ignorance du
prix du temps, qui a empêché de rien faire à propos, quoique cependant
on se soit toujours résolu à tout, mais toujours trop tard.

Au moment de la crise, le complément des causes de la chute a été dans
la stupidité, l'imprévoyance et l'infatuation des dépositaires du
pouvoir. Jamais M. de Polignac n'avait prévu la moindre chance de
résistance. Les prières, demandées à de saints archevêques pour le
succès de ses entreprises, lui avaient paru un moyen suffisant pour
l'assurer. Quoique d'une ignorance sans exemple, il avait pris sous sa
direction la présidence du conseil, le portefeuille des affaires
étrangères et celui de la guerre; et le malheureux était si étranger au
service militaire, qu'il ne savait pas lire dans un état de situation et
ne connaissait pas la différence de l'effectif au présent sous les
armes. Jamais imprévoyance semblable à la sienne ne présida à une
entreprise aussi sérieuse.

Même après le premier acte de la catastrophe, quelques chances de salut
existaient encore. Si les représentants des grands souverains de
l'Europe à Paris eussent eu du courage, de la présence d'esprit et du
dévouement à la cause de la légitimité, le jour même de l'évacuation de
Paris par les troupes royales, les ambassadeurs auraient dû en sortir et
se grouper autour du roi à Saint-Cloud. Leur attitude eût fait éprouver
une salutaire crainte aux factions, et M. le duc d'Orléans, qui est
circonspect par caractère, eût été frappé d'une protestation aussi
formelle. Il eût hésité à se charger du fardeau d'une couronne acquise
avec de si grands dangers. Le corps diplomatique, auprès de Charles X,
eût pris sur la conduite, sur les résolutions de ce prince, un ascendant
salutaire, et contribué à soutenir son courage et sa persévérance. Mais
aucun des représentants des grandes puissances ne se trouvait à la
hauteur de ses devoirs.

D'Appony, ambassadeur d'Autriche, honnête homme, mais dépourvu d'esprit
et de force, après avoir constamment caressé les illusions des
ultra-royalistes et des membres de la Congrégation, était peu propre à
prendre cette dictature. Stuart, ambassadeur d'Angleterre, dont
l'inimitié contre la France et les Bourbons ne s'est jamais démentie, ne
pouvait pas non plus exercer un grand pouvoir sur l'esprit de Charles X.
Restait donc Pozzo di Borgo, ambassadeur de Russie. Celui-là connaissait
bien les intentions positives et formelles de son souverain. Lui-même
voyait sa gloire intéressée à sauver une Restauration à laquelle il
avait puissamment contribué; mais, sans aucun courage personnel, il
perdit la tête dans le péril, et, occupé de ses richesses si récemment
acquises, il ne fut frappé que de la crainte de les perdre. On dit que,
pendant le combat du 27 au 28, il offrait le plus misérable spectacle
aux gens de sa maison. Il craignait la mort. Il craignait le pillage.
Aussi se tint-il caché pendant la crise, et, aussitôt qu'elle fut
passée, il courut au secours du vainqueur, dans l'espoir de contribuer
au crédit public, auquel sa fortune était fortement intéressée. Si Pozzo
eût été un homme de coeur, d'un caractère noble et élevé, qu'il eût
entraîné le corps diplomatique à sa suite à Saint-Cloud, il eût conservé
le trône à Charles X, ou au moins à son petit-fils. Il eût placé son nom
à une grande hauteur dans l'histoire. Mais qu'espérer d'un
révolutionnaire transfuge, toute sa vie ennemi de son pays, fauteur de
ses discordes et d'une avidité sans exemple et sans bornes?

J'ai été placé, en peu d'années, deux fois dans des circonstances qui ne
se renouvellent ordinairement qu'après des siècles. J'ai été témoin
actif de la chute de deux dynasties. La première fois le sentiment le
plus patriotique, le plus désintéressé, m'a entraîné. J'ai sacrifié mes
affections et mes intérêts à ce que j'ai cru, à ce qui pouvait et devait
être le salut de mon pays. La seconde fois, je n'ai eu qu'une seule et
unique chose en vue, l'intérêt de ma réputation militaire; et je me suis
précipité dans un gouffre ouvert dont je connaissais toute la
profondeur.

Peu de gens ont apprécié le mérite de ma première action. Elle a été au
contraire l'occasion de déchaînements, de blâmes et de calomnies qui ont
fait le malheur de ma vie. Aujourd'hui, je suis l'objet de la haine
populaire, et il est sage à moi de considérer ma carrière politique
comme terminée.

Ainsi se sera accomplie une prédiction que j'ai souvent faite à mes
amis, en voyant la maison de Bourbon marcher constamment à sa perte. Je
leur avais dit souvent: «Par suite de la bizarrerie de ma destinée,
après avoir brisé mon coeur en sacrifiant l'amitié à mon pays, je serai
réduit à combattre pour des opinions opposées aux miennes, et à mourir
pour des princes qui ne peuvent parler d'une manière puissante ni à mon
esprit ni à mes affections.»

En quittant la France, je m'étais séparé de ma famille militaire,
d'officiers dont plusieurs avaient été les compagnons de mes travaux
passés, et les autres, plus jeunes, partageaient seulement ma fortune
présente. J'en choisis un parmi les derniers, le baron de la Rue, chef
d'escadron, pour m'accompagner dans mon exil. En me suivant, il
regardait comme une faveur d'être admis à partager la vie décolorée que
j'allais mener, et que rien ne semblait devoir embellir. J'acceptai le
sacrifice qu'il me faisait et dont je sentais tout le prix. Il l'aurait
continué pendant toute ma vie si mon estime et mon affection pour lui ne
m'avaient déterminé à y mettre un terme. Un égoïsme condamnable eût pu
seul permettre qu'un officier aussi distingué, aussi intelligent, aussi
brave, et dans lequel il y a de si puissants éléments pour une carrière
brillante, se consacrât sans mesure à rendre des soins à un vieux chef
dont la vie politique et militaire était finie. Pendant dix-huit mois,
il a été mon compagnon d'infortune, et son amitié a été une grande
consolation pour moi. Mais, après ce temps, j'exigeai de lui qu'il allât
remplir la vocation d'un soldat, qui est de servir son pays, et qu'il
restât fidèle à la religion de la patrie. Il s'y est décidé, et, au
moment où je retouche ces _Mémoires_, je vois avec plaisir quels succès
constants ont signalé chacune de ses actions. Aucun étonnement n'en est
résulté pour moi, car je sais qu'il y a autant de hautes facultés dans
son intelligence que de nobles sentiments dans son coeur.

       *       *       *       *       *

De la rade de Spithead je me rendis à Portsmouth, et de là à Londres.
L'opinion, à Portsmouth, était en harmonie avec celle qui avait fait la
révolution de France. Elle rendait toute la population hostile aux
Bourbons. Des écriteaux insultants étaient placés dans toutes les rues,
et les trois couleurs arborées dans beaucoup de lieux. Je passai
vingt-quatre heures dans cette ville pour prendre quelques arrangements
de voyage, sans y éprouver cependant aucun désagrément particulier.

Portsmouth est du très-petit nombre des places fortes d'Angleterre. Le
pays, il est vrai, n'en a pas besoin. Défendu, comme il l'est, par une
multitude de citadelles flottantes et avec un peuple animé d'un si grand
patriotisme et de tant d'énergie, il n'a rien à craindre des étrangers.
Portsmouth se compose de diverses parties distinctes et séparées, mais
présentant un grand ensemble. La partie la moins complète m'a paru celle
qui défend la rive occidentale du port. Je n'ai pas vu cette ville assez
en détail pour pouvoir porter un jugement sur sa force; mais ce qui me
frappa, c'est la manière dont les fortifications sont entretenues; on y
trouve une recherche et des soins minutieux, cachet ordinaire de ce
qu'on voit en Angleterre.

J'arrivai à Londres le 19 août, et, malgré la stérilité apparente du sol
couvert de bruyère que je trouvai sur ma route, je fus frappé de
l'aisance et du bien-être, dont les signes étaient évidents partout, de
la grande quantité de jolies maisons de campagne dont le pays était
semé, et de l'élégance des petites villes que je traversai. L'entrée de
Londres ne parla pas à mon imagination. On se trouve dans cette grande
ville, pour ainsi dire, sans s'en douter. On rencontre une agglomération
immense d'habitations qui change plusieurs fois de nom, et, tout à coup,
on est au milieu de Londres, d'une manière presque imprévue. Il en est
de même de tous les côtés, et on est bientôt porté à se demander
comment une semblable multitude peut subsister.

Londres, sous divers noms, c'est l'immensité, c'est un grand pays tout
couvert d'habitations. Jusqu'à Greenwich, qui est à six milles de
Londres, on ne quitte ni les rues ni le voisinage des maisons. Il est
impossible de rendre la sensation d'un voyageur tout à la fois
susceptible d'impressions et de raisonnement. Assurément Paris est une
plus belle ville. Il y a chez nous plus de cette grandeur qui tient à la
dignité d'un grand peuple, à une ancienne puissance, au luxe, dont les
arts sont la parure. Nos habitations particulières ont quelque chose de
plus grandiose. Enfin Paris, l'ancienne capitale d'un grand royaume,
puissant depuis une succession de siècles, porte un caractère dont
Londres, d'une origine assez récente, est dépourvue. On reconnaît, en
cette ville, le produit d'un élément nouveau et variable dans sa nature,
le commerce et l'industrie.

Je passai dix jours à Londres, et, comme j'employai bien mon temps, ces
dix jours me suffirent pour voir tout ce qu'il y a de curieux. Les
établissements les plus remarquables, sans contredit, sont les docks,
ports creusés destinés à recevoir les bâtiments de commerce du plus
grand tonnage. L'étendue de chacun d'eux est telle, qu'elle égale et
surpasse même celle de nos ports de commerce les plus beaux, celle du
port de Marseille, par exemple. Des bâtiments les environnent dans tout
leur pourtour et servent de magasins vastes et commodes. Les docks
appartiennent à de simples compagnies.

J'admirai beaucoup le tunnel, ouvrage d'un ingénieur français, M.
Brunel, inventeur des plus belles machines employées dans les arsenaux,
et dont le génie a été consacré à la prospérité de l'Angleterre. Ce
tunnel, dont toute l'Europe s'est occupée, est exécuté à moitié. Il sera
besoin de grands efforts pour le terminer. Cet immense travail, s'il est
jamais fini, montrera ce que peuvent la volonté et l'intelligence de
l'homme. Les procédés ingénieux et hardis employés dans ces travaux sont
très-curieux et d'un vif intérêt; mais il serait trop long d'en faire le
récit et d'en raconter les détails.

Les constructions publiques à Londres, le palais de Saint-James,
Westminster, etc., m'ont paru sans grandeur et sans dignité. Les parcs
sont de grandes prairies fort vastes, mais décorées par peu d'arbres.
L'absence presque constante du soleil les rend, il est vrai, peu
nécessaires. En général, excepté dans le nouveau quartier de
Regent-Park, les façades des maisons sont sans architecture et sans
aucune élégance. La rue de Regent-Street, qui présente une double
colonnade formant des galeries devant les boutiques, a été créée
récemment dans un vieux quartier démoli. C'est aujourd'hui la plus belle
rue de Londres. Là se trouvent réunies les richesses mercantiles et la
population la plus active.

Je fus accueilli avec empressement et bienveillance par ce qu'il y a de
plus élevé en Angleterre, qui se trouvait alors à Londres. J'allai
chercher le duc de Wellington sans le trouver, mais il vint bientôt chez
moi et me fit une longue visite. Je lui racontai nos tristes événements,
dont il n'était encore informé que d'une manière assez confuse. Je lui
témoignai le désir de voir l'établissement de Woolwich, si célèbre, seul
établissement pour l'artillerie de terre, et où toute la magnificence
des Anglais dans les choses utiles se trouve déployée. Un officier fut
chargé de me conduire et de m'accompagner. J'avais cru faire cette
visite d'une manière obscure et modeste; mais, quand j'arrivai, je
trouvai toutes les troupes d'artillerie sous les armes, les
établissements ouverts, et tout me fut montré avec le plus grand détail.
Les troupes exercèrent pour me faire connaître leur méthode et me faire
juger leur pratique. Je partageai l'admiration de chacun, en voyant
toutes les richesses renfermées dans cet arsenal, le bon ordre qui y
règne, la bonne entente dans les arrangements, et je me convainquis que
cet établissement d'artillerie est le plus grand, le plus complet et le
mieux tenu de toute l'Europe.

J'avais d'abord eu la pensée de me rendre sur-le-champ d'Angleterre en
Russie. Les anciennes bontés de l'empereur Nicolas me faisaient espérer
d'y trouver un refuge et un appui. Cependant je pensai devoir rester
quelque temps à portée de la France, afin de connaître plus facilement
la marche que prendraient la révolution et les événements qui me
concernaient. Demeurer en Angleterre eût été ruineux. Je résolus de me
rendre en Hollande. Je me faisais une sorte de consolation de revoir ce
pays où j'avais commandé autrefois, et où j'avais été si heureux! En m'y
rendant j'espérais reprendre mes souvenirs dans l'ordre des actions de
ma vie passée. Je devais d'ailleurs y trouver l'avantage de correspondre
facilement avec mes amis, afin de m'entendre avec eux pour adopter, dans
mes intérêts, la meilleure conduite à tenir à l'occasion du procès des
ministres de Charles X, qui était au moment de commencer. En
conséquence, je partis pour Amsterdam.

Une fois arrivé et livré, dans le silence, à toutes les réflexions que
ma position présente, le passé et l'avenir pouvaient m'inspirer, je
scrutai profondément mon coeur, et je trouvai qu'il n'y avait pour moi
d'autre parti à prendre que de me vouer au repos, en renonçant d'une
manière absolue à tous les calculs de l'ambition. En supposant de la
part de quelque souverain étranger assez de bienveillance pour moi pour
m'offrir du service, il n'était ni dans les intérêts bien entendus de ma
réputation, ni dans la convenance de ma vie passée et de mes
antécédents, de recommencer ma carrière. La guerre ne pouvait plus
jamais avoir lieu qu'entre la France et le reste de l'Europe. Je ne
voulais pas, je ne pouvais pas porter les armes contre mon pays, ni me
battre contre l'armée où j'avais passé ma vie et à laquelle j'avais voué
toutes mes affections. Le service que je prendrais à l'étranger n'aurait
rien d'honorable pour moi, puisque aucune chance de gloire, comme aucune
charge, n'en serait la conséquence. Il y aurait en outre de l'injustice
à usurper, moi étranger, une dignité appartenant à ceux qui l'auraient
méritée sous leurs propres drapeaux. Enfin je cherchai à envisager les
choses sous leur vrai point de vue, à tirer nettement les conséquences
d'une position déterminée, et je conclus que la seule chose raisonnable
pour moi était de ne plus prétendre à rien, de vivre tranquille avec
quelques amis, au milieu de mes souvenirs, en faisant des voeux pour la
prospérité de mon pays, sans me séparer de lui, et de me placer en
esprit dans la postérité. Je serai sans doute fidèle à cette règle de
conduite pendant le temps qui me reste encore à vivre.

J'envoyai à Paris mon adhésion dans les limites du temps que la loi
avait prescrit. Mon but, en faisant cet acte, était de déclarer que,
sans vouloir servir le nouvel ordre de choses, ce à quoi j'étais bien
résolu, je ne conspirerais jamais contre lui. Je voulais aussi, en
gardant ma position légale, me réserver le droit, si la patrie un jour
était menacée de grands dangers, de venir lui offrir mon épée, mon bras
et mon sang pour la défendre.

Je me mis en route pour Vienne, où des affaires d'intérêt m'appelaient
d'abord. Mon seul moyen d'existence était ma rente sur le gouvernement
autrichien, et je devais m'en assurer la jouissance sans contestation.
De là, je comptais faire une course momentanée en Russie, motivée par
mon respect, mon attachement et ma reconnaissance pour l'empereur
Nicolas, et revenir m'établir à Vienne, ville destinée à devenir ainsi
ma seconde patrie, jusqu'à l'arrivée de temps plus heureux. Je partis
donc d'Amsterdam, et j'arrivai à Vienne le 18 novembre. Le voyage
d'hiver que je comptais faire à Saint-Pétersbourg, d'abord empêché par
la révolte de la Pologne, le fut ensuite par le choléra. Plus tard, il
ne me parut plus opportun, et je restai à Vienne.

Je trouvai, à mon arrivée à Vienne, le prince de Metternich, et je le
vis immédiatement. Son accueil fut bienveillant et amical. Je le mis au
fait de ma position et de la manière dont j'envisageais mon avenir. Il
y donna une approbation qui me confirma dans mes résolutions. Je lui
racontai, dans plusieurs conversations et avec le plus grand détail, les
événements qui venaient de changer la face de l'Europe, et dans lesquels
j'avais pris une si malheureuse part. Il comprit tout avec une sagacité
rare, et tel fut dans son esprit l'effet de ces récits, que voici son
jugement d'alors sur les Bourbons: «Les Bourbons ont perdu la France et
le pouvoir pour avoir été conduits et dominés par l'esprit d'émigration,
par l'ambition du clergé, et le complément s'est trouvé dans le manque
absolu d'esprit et de calcul qui a caractérisé toutes leurs actions.»

Ce jugement est le résumé le plus clair, le plus vrai du gouvernement de
la France depuis la Restauration jusqu'au 27 juillet 1830.

La question s'établit de savoir si M. le duc d'Orléans avait conspiré
contre le trône. Je dis au prince que je ne le croyais pas. Il n'avait
pas conspiré directement, et la preuve s'en trouvait dans le peu de
forces dont il avait été investi au moment où il avait eu le pouvoir;
mais je pensais qu'il avait prévu la révolution et s'était préparé de
bonne heure à en profiter. À cet effet, il n'avait négligé aucun moyen
de se populariser et de flatter les chefs libéraux. Il avait
certainement causé un grand tort au roi en blâmant trop haut la marche
du gouvernement; mais, pour une action directe, pour une entreprise
déterminée et dans un but immédiat, il en était innocent. Le prince fut
de mon avis, et à cette occasion il me raconta deux anecdotes assez
curieuses et qui prouvent combien la pensée de monter sur le trône un
jour, au moyen d'une révolution amenée par un mauvais gouvernement,
était ancienne dans l'esprit de M. le duc d'Orléans.

En 1815, et après le retour de Gand, M. le duc d'Orléans vint faire une
visite au prince de Metternich. Il lui dit qu'il devait connaître toute
l'impopularité des Bourbons de la branche aînée en France, et à quel
point ils étaient dépourvus de capacité; qu'une nouvelle chute se
préparait évidemment pour eux; et il lui demanda si les puissances
étrangères lui donneraient l'assistance de leur sanction, dans le cas où
lui-même serait appelé à les remplacer sur le trône.--Le prince lui
répondit négativement d'une manière formelle.

Plus tard M. le duc d'Orléans fit faire au prince Eugène l'ouverture
suivante. Il lui fit dire qu'il était superflu de démontrer que les
Bourbons ne pouvaient pas régner; lui, duc d'Orléans, et Eugène avaient
chacun leurs partisans, et il lui proposait de les réunir pour (le cas
d'une révolution arrivant) donner la couronne à celui des deux qui
aurait le plus de suffrages. Eugène répondit que, si jamais la France
était de nouveau en révolution, son influence serait au profit du fils
de son bienfaiteur. Eugène fit connaître cette démarche et cette réponse
à l'empereur d'Autriche.

En résultat, M. le duc d'Orléans a poussé de toutes ses forces à la
démolition de l'édifice, persuadé qu'il trouverait le moyen de se loger
dans ses décombres.

Quand j'arrivai à Vienne, la cérémonie du couronnement du roi de Hongrie
venait d'avoir lieu à Presbourg. Je regrettai beaucoup de n'avoir pas
hâté mon voyage afin d'en être témoin; mais à cette époque j'avais peu
d'attrait pour me présenter dans des lieux de réunion, d'éclat et de
fêtes. Cette cérémonie, une des plus curieuses et des plus augustes que
l'on puisse voir, est unique par les circonstances qui l'accompagnent.
Elle se fait en plein air et rappelle le moyen âge. La beauté des
costumes et des chevaux, la présence de cette noblesse libre et
guerrière, les serments prêtés par le souverain d'exécuter les lois du
pays et de défendre la patrie, l'arrivée du roi sur un tertre élevé,
d'où il fend l'air avec son sabre dans la direction des quatre points
cardinaux, annonçant ainsi qu'il saura faire face à tous ses ennemis,
les évêques et les prélats avec leurs ornements pontificaux, montés sur
des chevaux richement caparaçonnés, tout cela place l'origine de cette
cérémonie à l'époque où la nation hongroise était nomade et composait
une grande tribu.--Après avoir vu les sacres de Reims et de Moscou,
celui-ci eût été curieux à leur comparer; mais je n'eus pas d'abord la
pensée d'aller le voir, et, quand le désir m'en vint, il était trop
tard.

L'empereur vint à Vienne le 21. Deux jours après, il daigna me donner
audience. Ma position particulière, qui était si singulière, me fit
désirer de ne prendre aucun caractère et aucune couleur: car, si j'ai
reconnu le gouvernement actuel pour rester Français et conserver une
position sociale que quarante ans de travaux et beaucoup de sang versé
m'ont valu, mon intention n'est pas de le servir. L'empereur accueillit
cette demande avec bonté, et, chaque fois que je l'ai vu depuis, il en a
été de même. L'audience de l'empereur dura plus d'une heure. Il me fit
les questions les plus détaillées sur les événements de Juillet, sur la
retraite et le départ de la famille des Bourbons. Il blâma le manque de
foi montré par les ordonnances, l'imprévoyance et la faiblesse qui
avaient présidé à toutes les mesures, jugea d'une manière saine, mais
avec intérêt et pitié, la famille royale. De mon côté, j'établis les
faits avec vérité, mais avec mesure et réserve, et en indiquant plutôt
les fautes qu'en exprimant le blâme.

J'entretins l'empereur de ma situation personnelle, telle que je l'avais
conçue. L'empereur me parla du duc de Reichstadt avec éloge. Il l'aimait
beaucoup et avec raison; car, indépendamment de beaucoup de qualités, ce
jeune prince était charmant pour lui. L'empereur me dit: «Il est bon,
instruit, spirituel et dévoré de la passion du service militaire.» Il
avait exprimé, ajouta-t-il, de l'intérêt pour les Bourbons lors de la
catastrophe, et lui avait dit qu'il serait heureux de contribuer à les
remettre sur le trône. L'empereur m'ayant dit ce propos, _sa vérité est
incontestable;_ mais, depuis, j'ai demandé au comte Maurice
Dietrichstein si son élève lui avait montré ces sentiments. Celui-ci m'a
assuré que ceux qu'il éprouvait réellement étaient tout contraires. J'ai
conclu que le jeune homme, croyant et voulant être agréable à son
grand-père, avait exprimé, en cette circonstance, autre chose que sa
pensée. Au surplus, les sentiments du duc de Reichstadt étaient fort
différents en faveur de la branche aînée ou de la branche cadette. Il
reconnaissait à la première des droits; il avait été élevé avec le
respect qu'inspire la possession du pouvoir; mais, quant à la seconde,
c'était tout autre chose; et il a dit plus d'une fois: «Puisque ce ne
sont pas les Bourbons légitimes qui règnent, pourquoi pas moi? car moi
aussi j'ai ma légitimité.»

Cette révolution de Juillet, en lui révélant des droits que les
circonstances pouvaient l'amener à faire valoir, l'a remué profondément.
Elle a exalté ses facultés, son esprit, et contribué à développer la
maladie dont il est mort.

L'empereur me parla du projet adopté, dès cette époque, par Charles X et
sa famille de se retirer en Autriche, de l'accueil qu'il y recevrait et
de l'assentiment à cet égard de tous les souverains de l'Europe. Il
ajouta en riant: «Je lui ai offert la résidence de Brunn. S'il
l'accepte, je changerai de garnison mon petit-fils et je le placerai
ailleurs.» En ce moment Brunn servait d'habitation au duc de Reichstadt.

L'empereur me congédia et me donna l'assurance de sa protection, de ses
bontés, et du plaisir qu'il avait à me voir choisir ses États pour
asile.

J'allai voir l'archiduc Charles, dont j'ai l'honneur d'être connu depuis
longtemps. J'eus une conversation d'une heure avec lui sur les
événements de Paris, sur les campagnes auxquelles j'ai pris part, sur la
nouvelle organisation de l'artillerie en France, enfin sur les ouvrages
militaires dont l'archiduc est l'auteur, tous ouvrages classiques que
les gens de guerre ne sauraient trop lire et méditer.

Pendant notre conversation, l'archiduc reçut la visite de sa fille
l'archiduchesse Thérèse, aujourd'hui reine de Naples, charmante
princesse, âgée alors de quatorze ans. Il eut la bonté de lui dire en me
présentant à elle: «Si vous saviez bien l'histoire, vous connaîtriez
déjà le maréchal.»

J'ai pensé que dans ma position, et vu le peu d'exigences de la famille
impériale, je devais borner là mes visites aux princes qui la composent.
Je leur ai été seulement présenté dans le monde sans cérémonie. Plus
tard, je vis l'archiduc Jean chez lui; j'eus avec lui une longue
conversation que son esprit remarquable, ses connaissances et des
antécédents militaires qui nous étaient communs rendirent pleine
d'intérêt pour moi.

Le prince de Metternich me présenta dans les meilleures maisons. Ce fut
sous ses auspices que j'entrai dans la société. Cette société de Vienne
étant chose à part, il y a quelque intérêt à la faire connaître. D'abord
elle se compose de la plus haute aristocratie de l'Europe. C'est un
reste de cet ancien empire où l'empereur avait pour sujets et pour
serviteurs des princes, qui eux-mêmes étaient souverains. On rencontre
sans cesse des grands noms, des gens qui ont des alliances plus ou moins
rapprochées avec des maisons souveraines et des têtes couronnées. Un
Français éprouve une sensation extraordinaire, en entendant des gens du
monde parler familièrement d'un oncle, d'un beau-frère où d'un cousin,
qui est roi ou empereur, quand il réfléchit à l'effet singulier et
presque ridicule que fait, dans la meilleure compagnie à Paris,
l'arrivée du plus petit prince étranger. Ici il y a une atmosphère
d'égalité qui fait disparaître toutes les distances, et ne laisse
subsister que celles résultant de la bonne éducation et du sentiment des
convenances. Le nombre des individus qui composent la société étant
assez borné, il résulte de ce que je viens de dire une grande aisance et
une grande facilité dans les rapports habituels. On se voit beaucoup, on
se voit sans étiquette et sans façon. On se traite avec politesse et
bienveillance. On a l'air même de s'adorer, et puis, au milieu de tout
cela, il n'y a aucune intimité réelle.

La disposition du matériel de la ville de Vienne, et la manière dont
cette ville est habitée, contribuent aussi aux moeurs de la société.
Vienne, qui est la capitale d'un grand empire, et dont la population est
de trois cent cinquante mille âmes, se trouve cependant dans les
conditions d'une petite ville pour la haute classe, et elle en a les
moeurs. La ville, proprement dite, est enceinte d'un rempart à douze
bastions. Dans cette étendue ainsi fort restreinte, elle ne renferme
que cinquante-quatre mille habitants. Tous les grands seigneurs, tous
les gens riches, tous les magasins, en un mot, toutes les richesses, y
sont réunies. Les faubourgs sont habités par le peuple, et renferment
les ateliers et les ouvriers. Tous les membres de cette grande
aristocratie sont donc réunis forcément d'une manière intime, et se
rencontrent sans cesse. Chacun sait, à toute heure du jour, ce qui se
passe chez son voisin. Des nouvelles circulent sans cesse sur les
actions de tout le monde, sont colportées et répétées. Si l'empereur
Joseph eût fait démolir les remparts et concédé les glacis pour y bâtir,
les moeurs de Vienne seraient tout autres. Chaque grand seigneur eût
construit un palais dans le lieu de son choix. Libre et disposant d'un
grand emplacement, il eût donné à son habitation des dépendances en
rapport avec sa fortune, dépendances qui l'eussent isolé. Loin des
individus de sa caste, il aurait vécu pour lui-même, sans s'occuper des
autres. De riches bourgeois, établis dans son voisinage, seraient entrés
en rapport avec lui, et il se serait bientôt trouvé le centre d'une
société mixte, comme il en existe à Paris et à Londres. Alors la haute
classe n'eût plus été entièrement isolée. Une société plus nombreuse
aurait donné lieu à la composition de diverses coteries, dont les
éléments eussent été basés sur d'autres principes que la naissance.
Pour peu qu'on y réfléchisse, on est frappé des conséquences qui fussent
résultées de ce seul changement matériel pour l'ordre social.

J'ai expliqué la cause et la facilité des relations et des liaisons
superficielles; je vais dire maintenant pourquoi ces amitiés ne sont pas
plus profondes. D'abord la société, quoique assez peu nombreuse, l'est
trop cependant pour l'intimité, tout en admettant la familiarité.
Ensuite les familles elles-mêmes, composées d'un grand nombre
d'individus, suffisent aux liaisons véritables, et encore l'amitié
portée à un certain degré est-elle assez rare, même entre les femmes de
la même famille. Ajoutez à cela que les jeunes femmes ont une tenue
très-sérieuse et même sévère, et on comprendra qu'il en résulte beaucoup
de froid dans la société. Les femmes âgées étaient, assure-t-on, tout
autres dans leur jeunesse; mais les femmes de trente-cinq à
quarante-cinq ans, que l'on doit compter certainement parmi les femmes
de l'Europe dont la conduite est la plus régulière, sont au contraire
d'une pruderie extrême. Elle va jusqu'à ne point comprendre la
possibilité d'une amitié vive et pure entre les individus de différents
sexes. Mais la génération qui suit semble revenir aux anciens errements,
et rentrer dans les habitudes de ses grand'mères. Enfin toute cette
société de Vienne est parfois soumise à l'influence de quelques femmes
âgées qui y ont usurpé le pouvoir et y font la loi.

Un mot maintenant sur la manière d'être des hommes et des femmes sous
les rapports de l'esprit, de l'instruction et des qualités sociales. Une
si grande différence existe entre les deux sexes de la même classe,
qu'on a peine à la concevoir. Les hommes, à très-peu d'exceptions près,
ne sont pas distingués; leurs goûts sont vulgaires; ils aiment les
plaisirs faciles et mènent une vie dissipée. L'explication de ces
moeurs, pour ceux qui servent dans l'armée, se trouve dans la lenteur de
l'avancement et le séjour prolongé dans des villages de Hongrie, où les
jeunes officiers, privés de ressources, finissent par devenir étrangers
aux habitudes du monde. De retour à Vienne ils s'y trouvent gênés. Ils
prennent alors des goûts de mauvaise compagnie et ils vivent entre eux.
Les femmes ainsi abandonnées ne sont l'objet d'aucun hommage, d'aucun
soin, et cependant elles en méritent beaucoup. En général, celles-ci
sont belles et le sang de la haute classe est aussi remarquable que
celui de la classe inférieure. Les femmes reçoivent une éducation
extrêmement soignée. Leur instruction est étendue. Elles parlent le
français avec élégance et sans accent. Elles sont aimables dans
l'acception française la plus étendue. J'en ai compté jusqu'à vingt-huit
dans un cercle assez étroit, qui seraient avec raison très-remarquées à
Paris.

Les grands noms qu'elles portent font encore ressortir cette amabilité,
si rare ailleurs. On doit placer au premier rang de la noblesse
autrichienne, la maison de Liechtenstein. Le nombre des individus qui la
composent, les très-grandes richesses qu'elle possède, lui donnent une
grande importance. Elle est fière et orgueilleuse avec ses égaux, mais
elle est populaire dans le peuple et la bourgeoisie. Cette popularité
vient, en grande partie, de ce que tous les hommes de cette famille ont
toujours servi dans l'armée et ont bien rempli leur tâche dans les
longues guerres qui viennent de finir. On accuse le prince Jean de
Liechtenstein, dont les services militaires sont sans douté honorables
par la bravoure brillante qu'il a toujours montrée, mais dont les
talents peuvent être contestés, d'avoir signé, en 1809, les
préliminaires de la paix, qu'il était seulement autorisé à négocier.
Napoléon donna un grand éclata ces préliminaires qui devaient rester
secrets, et le mouvement de l'opinion publique en faveur de la paix
était trop prononcé, pour que l'empereur d'Autriche pût se dispenser de
la ratifier. À cette occasion le comte de Stadion, alors premier
ministre, ayant le portefeuille des affaires étrangères, donna sa
démission, ne voulant pas attacher son nom à la ratification d'un traité
de paix qu'il regardait comme désastreux pour l'Autriche, la croyant en
mesure de continuer la guerre. Le comte de Stadion désigna alors à
l'empereur François le prince de Metternich comme étant l'homme le plus
propre à le remplacer dans les circonstances présentes.

Les femmes de cette famille sont bien élevées, charmantes et fort
vertueuses. La princesse Jean de Liechtenstein, par sa taille et son
grand air, rappelle les matrones romaines, et sa nombreuse famille,
composée de onze enfants vivants, semble lui donner une sorte de
magistrature.

Toutes les femmes nées princesses de Schwarzenberg sont remarquables par
un esprit fin, une grande instruction et des manières charmantes. La
comtesse de Mier, dont l'âge avancé ne diminue en rien l'amabilité,
réunit à une grande douceur un adorable caractère, une grande indulgence
pour la jeunesse, un esprit étendu et une activité peu commune, activité
digne, car elle ne porte que sur des devoirs ou des choses utiles. Fort
instruite, elle prend part avec ardeur à tout ce qui concerne le
développement des facultés de l'esprit, et son âme se montre tout
entière à chaque occasion. Sa nièce, la comtesse Valentin Esterhazy,
n'était pas une nouvelle connaissance pour moi, je l'avais vue
anciennement à Paris; elle et son mari, le comte Valentin Esterhazy, me
firent l'accueil le plus cordial. Je trouvai dans cette famille le
bienveillant intérêt qu'il est si doux de rencontrer loin de son pays;
et, dans les tristes circonstances qui m'éloignaient de la France, j'y
fus doublement sensible. Jeune encore, la comtesse joint à la plus haute
raison l'amabilité la plus remarquable; aussi est-elle chérie de tout ce
qui la connaît. Une bienveillance universelle lui est acquise, et, quand
elle entre dans un salon, une expression de plaisir et de joie se montre
sur toutes les figures. Aucun devoir ne lui coûte, et jamais elle n'a
manqué à aucun; et cependant elle a, plus d'une fois dans sa vie, eu
l'occasion d'en remplir de pénibles. Le dévouement est dans sa nature,
comme la séduction qu'elle exerce partout. Jamais être au monde ne
mérita plus l'affection qu'elle inspire et la considération publique qui
est son apanage.

Enfin les femmes de Vienne présentent un ensemble qu'on ne rencontre
nulle part. Les étrangers distingués sont bien accueillis; mais, après
les premières politesses d'usage, il leur faut longtemps pour arriver à
obtenir d'entrer dans une certaine intimité. On croit y atteindre tout
d'abord, à cause de la politesse aisée qui règne partout; mais on est
dupe des apparences et d'une fausse bonhomie. Il leur faut longtemps
pour se faire adopter en réalité par une société qui semblait disposée
d'abord à les comprendre dans ses habitudes et ses affections. Ce n'est
qu'après un temps d'épreuve fort long qu'on atteint au but désiré, et
quelquefois on n'y arrive jamais.

L'indépendance de la société de l'influence de la cour ne saurait
s'exprimer. Comme la cour se montre rarement, et que dans les habitudes
de la vie on peut même dire qu'il n'y a pas de cour, la société est fort
peu en contact avec la famille impériale, et celle-ci peut difficilement
exercer une grande action, par ses manières, sur ce qui se passe. Jamais
donc, dans aucun pays, le gouvernement ne s'est moins mêlé qu'à Vienne
des affaires des particuliers. Cela tient aussi au caractère personnel
de l'empereur et aux moeurs de la famille impériale. L'empereur gouverne
comme la Providence. On ne le voit nulle part, et partout on sent sa
main protectrice. Aussi ce pays jouit-il d'une liberté véritable,
effective, et il n'y a que les ennemis de la société qui aient raison de
redouter le pouvoir. La richesse des hautes classes et leur dignité de
caractère contribuent aussi à cet esprit d'indépendance. Comme la loi
est égale pour tous, il n'y a aucune faveur à espérer, aucune injustice
à redouter, et personne n'imagine de faire la cour aux ministres. Chacun
est classé; ses droits sont établis, et l'on vit sans s'occuper de
savoir qui commande, je citerai un exemple presque incroyable, mais qui
prouve ce que j'avance d'une manière sans réplique.

J'avais dîné un jour chez la princesse Palffy avec dix ou douze
personnes, toutes de Vienne et appartenant à ce qu'il y a de plus
considérable. Une demi-heure après le dîner, entre un monsieur d'un
certain âge et de bonnes manières, que personne ne connaît. Tout le
monde s'interrogeait du regard, et un embarras général en était le
résultat, lorsqu'il se trouva parmi les convives un individu qui le fit
cesser, en prévenant le maître de la maison que l'inconnu était le comte
de Mittrowsky, grand chancelier de Bohême (ce qui répond à notre
ministre de l'intérieur), qui occupait cette place importante depuis
cinq ans. On n'accusera pas de se prosterner devant le pouvoir une
noblesse qui vit dans une pareille ignorance de ceux qui en sont les
dépositaires. En France, un homme qui a été ministre de l'intérieur
pendant quinze jours est connu de tout Paris et a reçu les hommages de
tout ce qui peut se présenter chez lui.

Tel est, en résumé, le caractère et la physionomie de la société de
Vienne; mais j'ajouterai encore un mot. Les rapports fréquents,
journaliers qui existent entre tout le monde, et les habitudes de
commérage, dont j'ai expliqué la cause, sont rarement animés par la
bienveillance. Les gens qui semblent le plus liés disent assez
volontiers du mal les uns des autres, et trouvent toujours des auditeurs
pour les écouter et pour répandre les médisances et les calomnies qu'ils
débitent. L'amitié, dont le devoir est avant tout d'être juste, ensuite
indulgente et discrète, qui, en France, est quelquefois si courageuse,
se tait ici, quand elle ne s'associe pas aux accusations. Les absents
ont presque toujours tort à Vienne; car rarement les présents sont
occupés ù les défendre. Tout se dit, se répète, se commente, et souvent
se travestit. C'est par excellence un pays de formes, où l'on trouve, en
fait de sentiments, les apparences beaucoup plus souvent que les
réalités. On conçoit que je ne parle qu'en générai. Sans doute il y a de
grandes et d'honorables exceptions si cet état de choses, si blessant
pour le coeur et si peu conforme aux besoins et aux charmes de la
société; j'en connais plusieurs, mais elles sont rares.

L'esprit du gouvernement est précisément l'opposé; tout y est réel et
positif; rien n'y est donné à l'apparence, tout marche d'une manière
régulière et systématique, mais aussi, il faut le dire, avec une
lenteur désespérante. Dans l'intérêt des masses, cela serait parfait si
la vie moyenne de l'homme durait cent cinquante ans.

Le gouvernement autrichien a un grand dédain pour l'opinion qu'on a de
lui à l'étranger. Il ne s'inquiète guère que l'on se trompe complètement
sur l'ordre de choses qui règne chez lui; il dédaigne une popularité
européenne, que la connaissance des faits établirait infailliblement
dans les esprits raisonnables. Ainsi, par exemple, en Europe, on croit
en général que le paysan autrichien vit dans une grande ignorance et
sous une oppression horrible, et il est, au contraire, le plus instruit,
le plus riche et le plus protégé de l'Europe. Tous savent lire et
écrire, et jouissent d'un bien-être matériel dont aucun autre peuple ne
présente l'exemple. Leur liberté est entière, et cependant elle s'allie
avec les intérêts du bon ordre. La classe qui souffre par l'effet du
mode de l'administration est celle des seigneurs. En raison des charges
publiques et des devoirs qui leur sont imposés, ils payent au moins
moitié plus que les paysans. Tous les actes faits par un paysan avec son
seigneur doivent être confirmés par l'autorité, tant on redoute l'abus
de l'influence qu'il peut exercer sur lui. Si le paysan a un procès avec
son seigneur, un avocat payé par l'empereur dans chaque cercle plaide
pour lui. Par suite de la jurisprudence établie, pour peu qu'un cas
soit douteux, la décision est contre le seigneur, comme dans le cas d'un
procès entre un seigneur et l'empereur, l'empereur perd toujours, à
moins que le droit ne soit tellement évident, qu'on ne puisse le
méconnaître sans mauvaise foi manifeste.

Les travaux publics, dont l'importance est si grande, ont pris chaque
jour, pendant ce long règne, un développement plus grand; et cependant
la plupart sont ignorés. Une route a établi une communication entre la
vallée de l'Adige et les sources de l'Adda par le Stelvio. Elle a exigé
des travaux immenses. C'est le passage le plus élevé de l'Europe rendu
praticable pour les voitures par la main des hommes, et ce magnifique
monument n'est connu que des voyageurs. Nous avions fatigué l'Europe par
le récit des travaux du Simplon, longtemps avant qu'ils fussent
terminés, et l'on n'a jamais parlé de ceux-ci, qui sont depuis plusieurs
années arrivés à leur perfection. Loin d'être charlatan comme nous le
sommes en France, et comme on l'est dans d'autres pays, le gouvernement
autrichien est trop modeste. Il suffirait qu'il fit connaître ses actes
pour qu'on l'admirât dans ses oeuvres.

Enfui, souvent, on voit ici en pleine exécution, et depuis longtemps,
des choses proposées ailleurs comme de hautes et nouvelles pensées.
Quand on vient en Autriche, on est tout stupéfait de ce que l'on y
trouve.

Lors de la réunion des savants d'Allemagne à Vienne, des géologues
français apportèrent un échantillon de cartes souterraines dont le but
était de faire connaître la composition des couches du globe, dans les
différente pays. On leur montra que, dans plusieurs provinces de
l'Autriche intérieure, cette carte existait depuis quelque temps et
s'exécutait dans les autres.

Une opinion, assez généralement répandue, a consacré que l'Italie
autrichienne est accablée d'impôts dont le produit s'envoie à Vienne.
D'après un travail officiel, que j'ai vu et dont la vérité est
incontestable, il est démontré que, sous l'administration française, la
masse des impôts était de moitié plus forte qu'à présent; et en même
temps qu'une somme très-inférieure était consacrée aux travaux publics
dans le pays.

Enfin, de quelque manière que l'on envisage la question, et sauf les
obstacles mis à la facilité du déplacement des individus, qui sont
portés trop loin, on ne voit que des choses utiles et raisonnables dans
les actes du gouvernement autrichien. Il agit en père vigilant au milieu
de ses enfants. Ennemi du bruit, il semble redouter la louange comme un
autre craindrait le blâme, et il cache ses bonnes actions comme il
serait dans la nature des choses de cacher les mauvaises. Il se contente
de faire le bien, et méprise une critique qui n'est fondée ni sur les
faits ni sur la raison. Le complément du bien-être dont jouit
l'Autriche, et sa garantie, étaient dans la popularité méritée de
l'empereur défunt auprès de ses sujets. Accessible à tout le monde,
livré sans réserve aux soins du gouvernement calme, persévérant,
raisonnable, il maintenait la règle et faisait tout ce qu'un souverain
pénétré de ses devoirs peut exécuter dans l'intérêt de ses peuples.
Grâce à cet esprit, son long règne a traversé de grands malheurs et
surmonté de grandes difficultés. Il se survit dans le règne actuel. Les
moeurs politiques maintiendront cet état de choses tant que le calme
durera; mais une secousse en Europe semblerait, de quelque côté qu'elle
vînt, devoir amener sur ce pays de grands malheurs.

Après avoir pris poste à Vienne, un intérêt d'affection et de curiosité,
tenant au plus beau temps de ma vie, devait me faire vivement désirer de
voir le fils de Napoléon. Comme il était encore séquestré du monde, je
n'imaginais pas pouvoir l'approcher: mais je désirais au moins
l'apercevoir. Il allait quelquefois au spectacle de l'Opéra, et je me
mis en mesure de m'y trouver un jour à portée de le contempler. Je ne me
doutais guère alors qu'une espèce d'intimité allait bientôt exister
entre nous deux. On me dit qu'il avait appris mon arrivée à Vienne avec
plaisir et désirait vivement me rencontrer et me connaître. Sa prochaine
entrée dans le monde devait bientôt en être l'occasion.

Le mercredi, 26 janvier, lord Cowley, ambassadeur d'Angleterre, donna un
grand bal, où presque toute la famille impériale se rendit. Le duc de
Reichstadt y vint avec elle. Mes yeux se portèrent avec avidité sur lui.
Je le voyais pour la première fois de près et avec facilité. Je lui
trouvai le regard de son père, et c'est en cela qu'il lui ressemblait
davantage. Ses yeux, moins grands que ceux de Napoléon, plus enfoncés
dans leur orbite, avaient la même expression, le même feu, la même
énergie. Son front aussi rappelait celui de son père. Il y avait encore
de la ressemblance dans le bas de la figure et le menton. Enfin son
teint était celui de Napoléon dans sa jeunesse, la même pâleur et la
même couleur de la peau; mais tout le reste de sa figure rappelait sa
mère et la maison d'Autriche. Sa taille dépassait celle de Napoléon de
cinq pouces environ.

Informé par le comte de Dietrichstein, son gouverneur, qu'il
m'aborderait pendant le bal et causerait avec moi, peu de moments
s'étaient écoulés, quand je le vis à mes côtés. Il m'adressa
immédiatement les paroles suivantes: «Monsieur le maréchal, vous êtes un
des plus anciens compagnons de mon père, et j'attache le plus grand prix
à faire votre connaissance.»

Je lui répondis que j'étais vivement touché de ce sentiment, que je
trouvais beaucoup de bonheur à le voir et à être près de lui. Là-dessus,
nous entrâmes en matière. Il me demanda si, comme il le croyait, j'avais
fait les premières campagnes d'Italie. Je lui répondis que oui; que mes
rapports de service et d'amitié avec Napoléon étaient d'une époque
encore plus reculée; qu'ils remontaient au delà du siège de Toulon; que
ma connaissance de sa personne datait de 1790, époque où il était
lieutenant d'artillerie en garnison à Auxonne, et moi occupé à Dijon à
achever mon instruction pour entrer dans le corps où il servait, et où
était également un proche parent à moi, son ami intime.

Il me fit quelques questions sur ces campagnes si célèbres, et je lui
répondis de manière à éveiller sa curiosité. Il me parla de l'Égypte, du
18 brumaire, de la campagne de 1814, etc., et je répondis succinctement
sur ces divers objets. J'eus bien soin de jeter promptement mes idées
générales sur le caractère et la carrière de Napoléon, qui présentent
des changements tellement complets dans sa personne, que l'on peut
considérer en lui deux hommes. Son élévation, due sans doute en grande
partie à ses talents, mais puissamment favorisée par le temps où il a
paru, fut l'expression, sentie par tout le monde, des besoins de la
société d'alors. À ce titre, chacun l'aida, le soutint et le favorisa;
tandis que sa chute fut son ouvrage et le résultat de ses efforts
constants. Enfin ce beau génie, si calculateur dans les premières années
de sa grandeur, fut obscurci par les illusions de l'orgueil, qui ont
faussé son jugement. À cette occasion, je lui citai tout de suite le mot
qu'il prononça le soir du combat de Champaubert, où il semblait prévoir
son retour prochain sur la Vistule, mot déjà rapporté dans mes récits,
en racontant les événements de la campagne de 1814.

Le duc de Reichstadt me parla avec une grande ardeur de sa passion pour
son métier, du désir qu'il avait de faire la guerre, et ajouta combien
il serait heureux de l'apprendre sous moi. En général, il caressait
souvent cette idée. Plus d'une fois il me l'a exprimée; rêve d'un enfant
qui se berçait d'espérances chimériques. La France et l'Autriche,
disait-il, pouvaient un jour être alliées, et leurs armées combattre
l'une à côté de l'autre. «Car, disait-il, ce n'est pas contre la France
que je puis et dois faire la guerre. Un ordre de mon père me l'a
défendu, et jamais je ne l'enfreindrai. Mon coeur me le défend aussi, de
même qu'une sage et bonne politique.»

Le vif intérêt qu'il montrait dans cette conversation, s'augmentant
toujours, l'amena à exprimer le désir de connaître avec détail par mes
récits les événements passés. Mais je crus prudent de ne pas prendre
d'engagements trop positifs à cet égard; car je ne pouvais savoir ce qui
conviendrait à l'empereur et au prince de Metternich. Autant par devoir
que par prudence, une grande circonspection dans ma conduite m'était
imposée, et je ne devais rien faire d'un peu important qu'avec
l'assentiment du pouvoir protecteur qui me donnait asile.

Notre conversation finit après avoir duré une demi-heure et avoir été
l'objet des remarques de tous les spectateurs. Une fois libre, le prince
de Metternich étant au bal, je lui soumis immédiatement la question. Il
me répondit ces propres paroles: «Il n'y a aucun inconvénient à ce que
vous voyiez le duc de Reichstadt et que vous lui parliez de son père. On
ne peut le mettre en meilleures mains que les vôtres. Je regarderais
comme une mauvaise action de ne pas lui faire connaître Napoléon tel
qu'il était et avec la supériorité qui le caractérisait d'une manière
si éminente; mais aussi il est bon qu'il sache quels ont été ses
illusions, son orgueil et son ambition, passions qui l'ont perdu et
conduit à démolir lui-même sa puissance. Vous, plus que tout autre, êtes
capable de lui faire connaître et sentir la vérité.»

Ce raisonnement si simple, si vrai, cette conduite si raisonnable, si
loyale envers ce jeune homme, est d'accord avec tout ce que j'ai pu voir
et répond victorieusement aux sottises débitées sur l'éducation du duc
de Reichstadt, éducation tout autre et l'opposé de ce qu'on a dit.

Je prévins immédiatement le duc de Reichstadt que j'étais en mesure de
le satisfaire, et que, quand il le voudrait, je lui raconterais les
campagnes d'Italie de 1796 et 1797. On va voir combien la raison et la
prudence étaient précoces chez ce jeune homme; il me dit: «Monsieur le
maréchal, dans nos positions respectives, il me semble convenable d'en
parler d'avance au prince de Metternich et d'agir avec son assentiment.»
Je répliquai: «Monseigneur, mes démarches ont devancé vos justes
observations, et c'est avec son approbation que je viens prendre vos
ordres.»

Nous primes jour pour le vendredi suivant 28, à onze heures du matin.
Depuis ce moment, et pendant trois mois environ, les lundis, vendredis
et quelquefois les mercredis, depuis onze heures jusqu'à une heure et
demie, étaient consacré; à mes récits, qui comprirent l'histoire de son
père et des guerres de notre temps. Quand les circonstances en faisaient
naître l'occasion, je faisais l'exposé des principes de l'art de la
guerre.

Avant d'entrer en matière et de raconter les immortelles campagnes de
1796 et 1797 en Italie, je commençai par lui apprendre les détails qui
concernent la première partie de la vie de son père, et, pour ainsi
dire, de son enfance politique et militaire, et les circonstances qui
l'amenèrent, presque indépendamment de sa volonté, en présence
d'événements qui ont été la base de sa fortune et qui ont formé le point
de départ de sa grandeur; car, ajoutai-je, nous appartenons en beaucoup
de choses à la destinée; mais cependant nous sommes souvent aussi
enfants de nos oeuvres. Pour arriver à faire de grandes choses, il faut
que les circonstances ne manquent pas aux hommes capables et que les
hommes ne manquent pas aux grandes circonstances qui s'offrent à eux.
Napoléon les a rencontrées telles qu'il pouvait les désirer, et lui même
s'est trouvé à leur hauteur. Cet accord nécessaire est rare, et, quand
la fortune le fait naître, il en résulte des choses qui étonnent le
vulgaire. Beaucoup d'individus possèdent les qualités nécessaires pour
devenir de grands hommes et meurent ignorés, sans doute faute d'occasion
de se faire connaître. La société aurait été préservée de beaucoup de
calamités si, dans les grandes crises, le caprice de la fortune n'avait
pas fait déposer souvent le pouvoir en des mains incapables de
l'exercer.

Toutes les idées du duc de Reichstadt étaient dirigées vers son père,
auquel il rendait une espèce de culte. Un coeur ardent et ce sentiment
primitif qui joue un si grand rôle dans les pays où la civilisation est
en retard, comme la Corse, lui était échu dans toute son énergie comme
un héritage.

Il m'est impossible d'exprimer avec quelle avidité il entendait mes
récits. Je m'excusai auprès de lui de parler souvent de moi; mais, en
racontant ce qui concernait son père, je ne pouvais pas l'éviter; car, à
cette époque, le cadre était petit, le nombre de ceux qui y étaient
compris peu considérable, et j'en faisais partie. Je racontai donc au
duc de Reichstadt les premières années de son père, l'occasion de ma
première connaissance avec lui, ma rencontre au siège de-Toulon et le
rôle important qu'il y joua bientôt, quoique alors seulement pourvu d'un
grade subalterne; puis sa nomination au grade de général dans le corps
de l'artillerie employé à l'armée de Nice; son importance personnelle,
les opérations qu'il dirigea et qui furent comme une première esquisse
de la campagne faite une année plus tard, son besoin d'activité
l'amenant à proposer une expédition maritime qui ne sortit pas à cause
des revers éprouvés par l'escadre; son voyage dans la ville de Gènes,
qu'il conseillait d'enlever par surprise; son arrestation comme partisan
de Robespierre, sa mise en liberté, son changement de destination, qui
l'amena à Paris, où je l'accompagnai, après m'être arrêté avec lui dans
ma famille pendant quelques jours, séjour qui l'empêcha d'arriver à
Paris à temps pour être compris dans le travail de l'artillerie, et le
fit renoncer à une activité qui ne lui convenait pas hors de ce corps.
Je fis observer au duc de Reichstadt combien il est remarquable qu'à
cette époque Napoléon ait été aussi soumis aux préjugés du corps dans
lequel il servait, préjugés qui semblaient devoir l'enlever à une grande
destinée et l'empêcher de suivre une carrière seule capable de le
conduire à la gloire et à la puissance. Ce fait est une des plus grandes
preuves de l'influence des opinions du premier âge sur les opinions de
toute notre vie. Il a fallu des événements hors de tous les calculs pour
en détruire l'effet chez lui.

Dans la seconde séance, je continuai à raconter au duc de Reichstadt ces
premiers temps de son père, si peu connus, et dont je suis aujourd'hui
le seul témoin vivant: son séjour à Paris, ses velléités de se faire
négociant, son espérance d'aller à Constantinople, qui ne se réalisa
pas, qui le fit ainsi trouver à Paris lors du 13 vendémiaire et l'amena
au commandement; enfin les circonstances qui lui firent avoir, au
printemps, le commandement de l'armée d'Italie, et son départ pour cette
destination.

Les séances suivantes furent employées à lui raconter, dans le plus
grand détail, les campagnes de 1796 et 1797. J'eus soin de faire
ressortir les difficultés résultant de l'infériorité numérique de
l'armée, de la pénurie de toutes choses, et plus encore du peu
d'autorité dans l'opinion que devait avoir, à son arrivée, un jeune
général qui, n'ayant jamais commandé une division, une brigade, ni même
un régiment, se trouvait avoir sous ses ordres des généraux âgés et
expérimentés. Je lui fis remarquer avec quelle promptitude soit autorité
se trouva établie, l'obéissance obtenue et la confiance universelle
inspirée. Après avoir posé quelques principes généraux de la grande
guerre, je lui lis comprendre quelle série de fautes les généraux
ennemis avaient commises et avec quelle habileté Bonaparte en avait
profité.

Pendant le cours de mes récits sur les campagnes d'Italie, et quand ils
furent terminés, je m'attachai à peindre Napoléon dans sa vie privée, et
tel que je l'ai connu: ayant de la bonté et une véritable bonté,
quoique ce soit loin de l'opinion consacrée, susceptible d'un
attachement durable et sincère pour ceux qui en étaient dignes.
J'ajoutai que sa sensibilité s'était émoussée avec le temps, mais sans
changer son caractère; et, pour preuve de la bonté qui lui était
naturelle, je lui racontai plusieurs circonstances de sa vie, entre
autres ce qui a rapport à Dandolo de Venise, lors de la paix de
Campo-Formio, et à Blanc, lors du départ de l'Égypte. Enfin, je ne
négligeai rien pour représenter Napoléon à son fils, tel que je l'ai
connu et aimé. Ces récits l'attachèrent beaucoup et l'intéressèrent à un
point impossible à exprimer.

Après le récit des guerres d'Italie, je commençai celui de la campagne
de 1814, les deux époques de la vie de son père, qu'il avait désiré
particulièrement connaître. Je lui présentai, en résumé, la situation
des choses, en novembre 1813; en quoi consistaient nos misérables débris
au moment de notre arrivée sur les bords du Rhin, débris qu'un horrible
typhus anéantissait. Je lui exposai alors les changements survenus dans
l'esprit de son père, et les illusions dont il était rempli, les rêves
qu'il nourrissait, et qui n'étaient fondés sur rien de réel; l'espoir
d'une offensive prochaine, quand il était évident que l'hiver entier
passé dans le repos lui donnerait à peine le moyen de créer les
éléments d'une défensive incomplète. Je lui rapportai l'unanimité des
opinions à cet égard, et lui citai le mot du général Drouot, rapporté
ailleurs, et qui peint si bien, et avec tant de mesure, notre situation
d'alors. Je lui fis remarquer le tort grave qu'eut Napoléon de ne pas
accepter immédiatement les propositions de paix apportées par M. de
Saint-Aignan, et les conséquences d'une obstination qui s'est renouvelée
plusieurs fois pendant la campagne et qui fut toujours aussi funeste.
Enfin, j'entrepris le récit des opérations militaires, à commencer par
le moment où l'ennemi passa le Rhin, à Bâle, le 19 décembre, et sur
toute la ligne du Rhin, le 1er janvier.

Ces récits nous amenèrent, à la fin de la campagne, au combat de Paris,
combat si honorable pour le petit nombre de soldats qui a soutenu,
pendant si longtemps, une lutte si inégale. Je lui fis l'exposé de
l'esprit qui régnait en France alors, et particulièrement à Paris; de la
faiblesse montrée par Joseph; de la capitulation qui eut lieu, et des
événements d'Essonne, des motifs qui m'ont dirigé, et des intentions
patriotiques qui, seules, m'ont animé. En un mot, mes récits, relatifs
aux événements d'alors, furent à peu près semblables à ce que j'ai
raconté dans mes _Mémoires_. Le duc de Reichstadt écouta avec une
attention profonde et une grande émotion. Il comprit tout et porta sur
tous les événements le jugement le plus sain. Il remarqua de lui-même la
faute faite par Napoléon de laisser tant de troupes dans les places
d'Allemagne, troupes qui, rentrées en France, auraient suffi pour
défendre le territoire. Il a eu depuis occasion de parler de ce qui
m'est personnel, et il a défendu ma conduite avec chaleur, comme je
l'aurais fait moi-même. Il a fait ressortir aussi la grande faute
commise d'avoir éloigné sa mère, dont la présence aurait tout sauvé.
Elle aurait imposé aux conspirateurs, ranimé la tendresse de son père,
provoqué les hommages d'Alexandre, parlé à son esprit chevaleresque, et,
par ces divers motifs, elle aurait empêché son fils d'être dépouillé.
Enfin, il prononça ces propres paroles qui sont remarquables par leur
concision et par la justesse de la pensée: «Mon père et ma mère
n'auraient jamais dû s'éloigner de Paris, l'un pour la guerre, et
l'autre pour la paix.»

Ces deux mots résument toute la conduite militaire et politique qu'il
eût été opportun de tenir. Le duc de Reichstadt ayant manifesté le désir
de voir mes récits embrasser la totalité de la vie de son père, je
revins en arrière, et je racontai la campagne d'Égypte. Je fis l'exposé
des circonstances personnelles au général Bonaparte. Je lui démontrai à
quel nombre de chances contraires il s'était abandonné; car il était peu
probable, au moment du départ, que cette traversée si longue, si
difficile, avec un convoi si nombreux, et de si mauvais bâtiments, pût
s'exécuter avec un succès qui tiendrait du miracle. Il comprit que la
prise de Malte fut un coup de fortune, hors de tous les calculs; qu'une
fois arrivé en Égypte, et le débarquement effectué, les difficultés
étaient vaincues, l'occupation et la conquête de ce pays devenaient
chose facile. Je lui expliquai en quoi consistaient les combats en
Égypte, combats auxquels on a donné à tort le nom fastueux de batailles,
et je lui racontai tout ce que mes _Mémoires_ renferment de curieux sur
les choses et sur les personnes, en un mot sur ce pays alors si peu
connu.

J'arrivai enfin au retour de l'expédition de Syrie, à la bataille
d'Aboukir, aux motifs qui firent prendre au général Bonaparte la
résolution de revenir sur-le-champ en France, et à tout ce que cette
traversée offrit de bizarre, d'obstacles apparents, obstacles qui
n'étaient qu'une combinaison favorable de la destinée, protégeant son
avenir et ses projets à son insu. Je lui fis un tableau vrai des
transports de joie causés par le retour en France de Bonaparte, de
l'accueil qu'il reçut en traversant les provinces et en se rendant à
Paris. Enfin, je lui fis connaître ce qui est relatif à la révolution du
18 brumaire, la chose la plus nationale, la plus populaire, que
l'opinion de la France entière avait appelée et qu'elle accepta avec
transport. Je mis un soin tout particulier à lui faire comprendre la
cause de l'arrivée si facile du général Bonaparte au pouvoir. Elle avait
été souhaitée universellement comme un moyen unique de salut, et, en
l'acceptant, il avait eu l'apparence de céder aux nécessités du pays, au
lieu d'agir seulement dans son intérêt propre. Tout avait été de
soi-même, tandis que tout aurait été obstacle pour lui si, avant
l'expédition d'Égypte, il s'était emparé de l'autorité.

Les séances suivantes furent employées au récit de la campagne de
l'armée de réserve, du passage de l'artillerie au mont Saint-Bernard,
ensuite sous le fort de Bard, passages mémorables, qui furent
spécialement mon ouvrage, et enfin de la bataille de Marengo. Je lui fis
connaître les dispositions militaires que le premier consul ordonna pour
l'occupation et la défense de l'Italie; enfin la campagne que je fis en
1800, comme commandant en chef l'artillerie de l'armée d'Italie, tout ce
qui tient aux opérations de cette armée, au passage du Mincio et de
l'Adige, et à l'armistice qui suivit, dont la négociation m'avait été
confiée.

Lui ayant parlé du poste de premier inspecteur général de l'artillerie,
dans lequel j'avais été placé à ma rentrée en France, je profitai de
cette occasion pour faire au duc de Reichstadt un exposé succinct des
principes du service de l'artillerie, service dont je fis l'application
dans les changements du matériel qui furent exécutés. J'arrivai ensuite
à la guerre avec l'Angleterre et aux projets formés par le premier
consul, projets dont l'exécution fut préparée avec une ardeur constante
peu commune et en harmonie avec la force de sa volonté.

Je donnai au duc de Reichstadt des détails très-circonstanciés sur les
armements faits alors, sur leur nature, et sur tout ce qui concerne
cette expédition, que quelques individus qui se prétendent bien informés
disent n'avoir jamais dû être exécutée. Je lui donnai des preuves
palpables du contraire, de la possibilité de sa réussite, qui ne tint,
quand plus tard on fut au moment de la tenter, qu'à l'irrésolution de
l'amiral Villeneuve.

Du récit de l'expédition d'Angleterre, je passai à celui de la campagne
de 1805, qui s'y lie immédiatement, et je fis le tableau des désastres
de l'armée autrichienne, détruite à Ulm par suite de la stupidité et de
la folie du général Mack, qui la commandait. Je racontai au duc de
Reichstadt à quelle occasion j'avais été envoyé en Dalmatie, les
événements militaires qui se passèrent dans ce pays, et j'entrai dans
le détail de tout ce que cette province renferme de curieux.

La campagne de 1809 arriva ensuite. Je lui fis le récit de ce qui
concernait l'armée de Dalmatie en particulier, jusqu'au moment où elle
se trouva confondue dans la grande armée et en ligne avec les corps qui
la composaient.

J'entrai dans de grands développements sur la bataille de Wagram. Je lui
fis comprendre les conséquences qui étaient résultées des incertitudes
et des changements divers survenus dans les projets de l'archiduc
Charles. Je lui parlai ensuite de ma mission dans les provinces
illyriennes, dont j'avais été gouverneur; cela me donna l'occasion de
l'instruire avec détail de ce qui concerne les régiments frontières,
dont l'organisation est si ingénieuse, si admirable, donne des résultats
si utiles au pays où ces régiments sont organisés et au souverain auquel
ils appartiennent. Je saisis cette occasion pour lui faire l'exposé du
système continental, système d'une conception grande et menaçante pour
l'Angleterre, d'une exécution difficile pour nous, mais devenue
impossible au moment où le seul intéressé à le maintenir y dérogea pour
le transformer en une série d'actes d'une tyrannie brutale qui ont rendu
la puissance française odieuse, insupportable, et qui ont ainsi
contribué puissamment, par les haines qu'elles ont développées, au
renversement de l'Empire.

Je l'entretins de l'époque de sa naissance, dont j'avais été témoin, et
des joies que sa venue au monde avait fait naître. Il parla de cette
prospérité éphémère avec le calme et la modération d'un philosophe et
d'un sage.

J'entrai en matière sur les affaires d'Espagne, l'état de ce pays et la
série de circonstances qui avaient amené les malheurs dont il était
accablé. Je lui fis un précis des événements politiques et militaires
qui s'y étaient passés depuis vingt ans. Après lui avoir fait comprendre
ce que le système de guerre et de commandement adopté par Napoléon pour
ce pays avait ajouté de difficultés à celles déjà si grandes qui
existaient naturellement, il conclut lui-même que, devenues
insurmontables, le résultat ne pouvait manquer d'être funeste.

J'entrepris le récit des deux campagnes que j'ai faites dans la
Péninsule en 1811 et 1812. En lui donnant, jour par jour, la marche des
événements et l'indication des ordres donnés, il put voir à quel point
Napoléon se refusa à comprendre la situation des choses en Espagne, et
reconnaître comment, en voulant conserver un pouvoir de détail, qu'il ne
pouvait exercer, Napoléon contribua, plus que tout autre, au triomphe
de la cause opposée et au succès de ses ennemis. Il vit aussi combien
funeste avait été l'influence de Soult dans plusieurs circonstances,
d'abord lorsqu'il renonça à détruire l'armée anglaise en Espagne, après
la bataille de Talavera; ensuite, lorsque après la bataille de
Salamanque, en 1812, ayant trouvé cette armée séparée en plusieurs
corps, éloignés les uns des autres, il ne pensa point à l'accabler avec
toutes ses forces, qui, en ce moment, se trouvaient réunies, et
formaient un effectif double de celui de l'ennemi; et enfin une
troisième fois devant Pampelune, en perdant la moitié de son armée sans
motif et sans raison.

Ces récits m'amenèrent à l'époque où, blessé et remplacé en Espagne, je
rentrai à Paris peu de jours avant l'arrivée de Napoléon lui-même, qui
venait d'échapper aux désastres de la campagne de Russie. Alors la
destinée de l'Empereur avait pâli; mais on pouvait encore espérer de la
grandeur dans l'avenir avec une conduite sage et mesurée. Je dis au
prince que je ne pouvais lui parler _ex professo_ de la campagne de 1812
en Russie, ne l'ayant pas faite, mais que le temps m'avait appris à
reconnaître, dans la relation écrite par Philippe de Ségur, l'ouvrage le
meilleur sur cette époque importante de notre histoire, l'ouvrage où il
y avait le plus de vérité dans les faits et dans la physionomie des
événements. J'ajoutai: «Ce n'est pas un critique sévère qui se livre à
des recherches, constate des faits et accuse, c'est un admirateur, un
ami, qui, trompé dans ses espérances et ses calculs, déplore des fautes
et cherche vainement à les excuser.»

Il ne me restait plus, pour compléter mes récits, que d'effectuer ceux
de la campagne de 1813. Je le fis avec détail. Après avoir fait
ressortir ce qu'il y eut de beau et d'éclatant pour le pays et le
souverain dans cette espèce de résurrection de l'armée française et dans
les succès qui marquèrent la première partie de la campagne, je lui fis
comprendre combien la seconde partie fut loin de la première, et
Napoléon différent de ce qu'il avait été autrefois. Je le lui montrai
alors tel que M. de Ségur le peint en 1812, c'est-à-dire abandonné à des
illusions constantes, qui servirent à l'égarer sous les rapports
politiques comme sous les rapports militaires.

Je terminai cette espèce de cours d'une durée de trois mois par la
lecture de ce que j'ai écrit sur les événements de 1830. Cette tâche
remplie, je dis au duc de Reichstadt que, n'ayant plus rien à lui
raconter qui pût l'intéresser, je prenais congé de lui. Il m'embrassa
tendrement en me remerciant. Il me déclara que je lui avais fait passer
les moments les plus doux qu'il eût encore goûtés depuis qu'il était au
monde, et me fit promettre de continuer à venir le voir de temps en
temps, devoir que je n'ai cessé de remplir.

Il m'envoya peu après son portrait fait par Daffinger: il est d'une
assez grande ressemblance, quoique un peu trop jeune. Le buste de son
père est en face, et il a écrit de sa main les vers de Racine ci-après:

           «Arrivé près de moi par un zèle sincère,
           Tu me contais alors l'histoire de mon père:
           Tu sais combien mon âme, attentive à ta voix,
           S'échauffait au récit de ses nobles exploits.»

Ce gage de son souvenir et de son amitié est une des choses les plus
précieuses que je puisse posséder. Il avait, comme son père, l'instinct
de se rendre agréable aux gens auxquels il voulait plaire.

Je continuai à le visiter environ tous les quinze jours, et chaque fois
j'étais reçu par lui avec l'expression du plaisir. Quand j'avais fait
une absence de Vienne, c'étaient de nouvelles étreintes. Dans mes
visites, la conversation roulait sur la politique, sur les nouvelles du
jour.

Je n'ai pas omis une seule occasion de lui donner les conseils que je
croyais sages et conformes à sa position particulière. Dans une des
premières conversations, je lui dis: «Monseigneur, vous voilà livré au
monde, libre de vos actions: croyez à mon tendre attachement pour vous
et aux voeux que je fais pour votre gloire et votre bonheur. Mettez-vous
en défiance contre les intrigants français qui vont chercher à vous
entourer et à s'emparer de vous; notre pays abonde en cette sorte de
gens. Leur influence sur vous, s'ils en acquéraient jamais, vous
mènerait à votre perte. Ils vous engageraient dans des combinaisons
impuissantes qui vous compromettraient infailliblement. Vous n'avez
qu'une ligne à suivre, une conduite à tenir. Grandissez dans l'opinion
par votre instruction, par une conduite droite et ferme; montrez-vous
apte à tout, et faites voir que le fils de Napoléon est doué par la
nature de hautes facultés et d'un grand caractère. Faites-vous des amis;
vous y réussirez facilement, car l'opinion vous est très-favorable, et
il y a, en général, une grande bienveillance pour vous dans le public.
Ne faites, dans aucun cas, la guerre à la France, afin de n'avoir
jamais, aux yeux des Français, une physionomie hostile, et attendez ce
que la Providence décidera de vous. Si elle a des desseins sur vous, si
vous êtes appelé à jouer un rôle politique, il faut que vous soyez une
nécessité du temps, une solution du problème, et qu'on vienne vous
chercher. C'est ainsi que votre père est arrivé au faîte du pouvoir sans
éprouver de difficultés. Les choses sont plus fortes que les hommes.
Quand on marche dans leur sens, quand on est soutenu par elles, tout
est aisé, tout est facile; quand on les contrarie, quand on marche dans
un sens opposé, on s'épuise en vains efforts, et un succès éphémère
n'est que le prélude d'une catastrophe. La règle de conduite que je
prends la liberté de vous conseiller est le résultat d'une longue
expérience et de réflexions dictées par mon attachement pour vous; elle
est conforme aux intérêts bien entendus de votre ambition, à ceux de
votre considération et de votre bonheur.»

Le prince me répondit sur-le-champ: «Ma position doit paraître
difficile. Eh bien, elle le serait pour une âme faible. Quand on a pris
une résolution, que l'on peut se rendre compte des conditions dans
lesquelles on est placé, tout devient facile. Je puis éprouver quelques
tourments par l'impatience de trouver une occasion d'acquérir de la
gloire, et, en conséquence, des embarras que ma position y apporte.
C'est un tribut que je paye à l'humanité, mais c'est un mal passager.
Jamais je ne sortirai de la ligne que vous m'indiquez, et qui est celle
que j'ai choisie; je ne ferai, dans aucune circonstance, la guerre à la
France: c'est une recommandation de mon père à laquelle je serai
toujours fidèle. Si la politique des souverains de l'Europe les
déterminait à me mettre en avant, je protesterais solennellement. Le
fils de Napoléon doit avoir trop de grandeur pour servir d'instrument,
et, dans des événements de cette nature, je ne veux pas être une
avant-garde, mais une réserve, c'est-à-dire arriver comme secours, en
rappelant de grands souvenirs. Voilà quels sont mes sentiments, quelle
est ma manière de voir et les règles de conduite que je me suis
invariablement tracées.»

Je lui exprimai la joie que j'éprouvais de le voir pénétré de sentiments
aussi nobles et d'idées aussi raisonnables. Il s'est réjoui avec moi des
espérances de paix. «La guerre, m'a-t-il dit, dans les circonstances
présentes serait, pour vous et pour moi, une source de chagrins, puisque
d'aucune manière ni l'un ni l'autre nous ne pourrions y prendre part.»

Nous discutâmes si, en principe, un chef suprême devait choisir ses
principaux instruments parmi les hommes capables, au lieu de les
chercher dans des gens du second ordre. On conçoit la pensée qui fait
choisir des hommes sans réputation, et il était assez incliné à adopter
de préférence cette opinion. Mais je lui fis sentir qu'écarter les
hommes supérieurs était une preuve de faiblesse et du sentiment de sa
propre infériorité; qu'avant tout il fallait ne rien négliger pour
assurer le succès de ses opérations, sauf à en partager la gloire avec
ses collaborateurs. Un devoir positif l'ordonne; mais d'ailleurs la
part du chef est toujours assez belle, quand il a attaché son nom au
triomphe. La conversation se termina par une réflexion spirituelle du
duc de Reichstadt. Je lui faisais remarquer combien le secret était
nécessaire dans les grandes affaires, car presque jamais on n'a regretté
le silence: qu'ainsi on devait se borner à confier ses projets au plus
petit nombre d'individus possible, et aux agents indispensables; il
ajouta: «Et quelquefois à ceux qui les ont devinés.»

Dans une autre conversation, dont les sujets avaient été variés, le duc
de Reichstadt traita une question abstraite et compara l'homme d'honneur
à l'homme de conscience. Il donnait la préférence à ce dernier, «parce
que, disait-il, c'est toujours le mieux et le plus utile qu'il désire
atteindre, tandis que l'autre peut être l'agent aveugle d'un méchant ou
d'un insensé.»--On se rappelle que j'ai rendu compte dans le récit de la
campagne de 1813, d'une conversation à Düben avec Napoléon sur le même
sujet; mais la conclusion était opposée. Je fus confondu de voir ce
jeune homme occupé de questions si élevées, et je trouvais quelque chose
de surnaturel à ce qui se passait, car je n'avais pas dit un mot de
cette conversation au prince.

Le duc de Reichstadt, ayant été nommé lieutenant-colonel du régiment de
Giulay, se livra avec ardeur au commandement du bataillon qui lui était
confié. À cinq heures du matin, il était à l'exercice. Cela n'empêchait
pas le travail du soir, qu'il continuait comme autrefois, et qu'il
poussait jusque bien avant dans la nuit. J'allai le voir exercer. Il
s'en acquittait bien. Cette activité, trop grande pour l'état de ses
forces, pour une poitrine faible, pour un tempérament en travail et
achevant de se développer, soumis à l'action maligne d'une humeur qu'il
avait reçue de son père, fit naître la maladie dont un an après il est
mort. Une extinction de voix, accompagnée de fièvre, survint. Le duc de
Reichstadt fut forcé, pendant quinze jours, de suspendre les manoeuvres
et de vivre dans la retraite; avertissement de la nature dont on aurait
dû profiter, en le faisant renoncer, pendant deux ans, à une vie qui lui
était funeste. On aurait dû aussi l'envoyer habiter des pays d'un climat
plus doux. Enfin, en ne négligeant rien, on aurait pu consolider une
santé chancelante et un tempérament faible.

Il est probable qu'on serait parvenu à conserver cet aimable jeune
homme; mais, au lieu de cela, on traita légèrement une indisposition
d'un caractère grave. Des gens mal intentionnés, entre autres un nommé
Kutschera, aide de camp général de l'empereur, prétendirent que le duc
de Reichstadt était efféminé et manquait d'énergie, puisqu'il se
laissait abattre si facilement. Ces propos lui étant revenus le
blessèrent profondément. Dès ce moment il fit volontairement des
imprudences pour prouver son courage. Il aimait la chasse et s'y livra
d'une manière inconsidérée et par le plus mauvais temps. Les effets de
ce régime furent prompts et terribles. Les accidents se multiplièrent,
et bientôt on ne put plus avoir l'espoir fondé de lui conserver la vie.
Je le vis alors plus souvent. Ma présence lui était agréable et lui
causait des distractions utiles.

C'était à Schoenbrunn, dans la chambre même où j'avais vu souvent
Napoléon, qu'il me recevait. Un jour il dormait et l'on me renvoya. On
le lui dit plus tard, et il répondit: «Pourquoi ne m'avez-vous pas
réveillé? C'est le seul homme dont la conversation m'amuse et
m'intéresse.»

Une autre fois, au mois de juillet, peu de jours avant sa mort, je me
rendis chez lui et l'on m'annonça. Il était horriblement faible et
souffrant, il répondit: «Dites au maréchal que je dors; je ne veux pas
qu'il me voie dans ma misère.»

Il mourut le 22 juillet, anniversaire de la bataille de Salamanque, jour
devenu ainsi doublement funeste pour moi.

Je terminerai cet article en essayant de faire le portrait de ce jeune
prince, qui n'a fait qu'apparaître au monde.

Le duc de Reichstadt est un des plus remarquables exemples des caprices
de la fortune. Né sur la marche du trône le plus élevé et le plus
puissant, destiné, selon les apparences, à régner sur une multitude de
peuples, son étoile, si brillante à son aurore, n'a jamais cessé de
pâlir. Chaque jour, durant sa vie, a vu obscurcir son avenir, et enfin
tout a fini pour lui à vingt et un ans, après avoir passé sa courte vie
dans une situation fausse, remplie d'oppositions, de contradictions et
de peines. Avec des apparences contraires, il reçut de la nature un
corps faible. Une crue extraordinaire, qui tenait à une espèce de
rachitisme, l'a beaucoup énervé. Plusieurs des organes les plus
importants ne se développèrent pas suffisamment, tandis que d'autres
semblèrent absorber toutes les puissances de sa vie. Son estomac était
extrêmement petit et son cerveau énorme. Un régime mal entendu, la
rareté de ses repas, d'abord faute d'appétit et ensuite résultat d'une
erreur de jugement, ont sans doute contribué à augmenter cet état de
souffrances.

Son éducation fut soignée et dirigée par un homme honorable, le comte
Maurice de Dietrichstein, son gouverneur. Elle aurait pu être mieux
entendue et de manière à en obtenir plus de fruit. Le résultat de ses
études fut médiocre. Il savait bien les langues vivantes; mais il avait
peu d'aptitude pour les sciences exactes. Une bonne mémoire avait
favorisé l'étude de l'histoire, qu'il savait assez bien. Les études
militaires étaient celles pour lesquelles il avait le plus d'attrait. Sa
passion pour le service militaire était extrême. L'éclat de la gloire de
son père semblait avoir sur lui l'effet d'un foyer brûlant. Il ne
concevait aucun bonheur sur la terre comparable à celui d'être soldat et
de faire la guerre. Il trouvait peu de charme dans les plaisirs du
monde, où cependant il était bien vu et bien reçu. Plus tard, son
développement étant complet, il en aurait sans doute été autrement; mais
une prétention de stoïcisme et de haute raison l'aurait pendant
longtemps mis en garde contre l'ascendant des femmes.

Le duc de Reichstadt était leste et adroit dans les exercices du corps.
Il montait bien à cheval, et avec beaucoup de grâce. Sa figure avait
quelque chose de doux, de sérieux, de mélancolique, et quelquefois un
regard perçant et dur qui rappelait celui de son père, quand il était
irrité. Son éducation, la position bizarre qu'il occupait, l'avaient
forcé de bonne heure à user de dissimulation. Aussi cette disposition de
son esprit était un trait marquant de son caractère. On l'a accusé
d'être faux et menteur. Cette accusation ne me paraît pas avoir été
fondée; mais son extrême réserve, une prudence au-dessus de son âge,
l'empêchèrent d'être jamais entraîné plus loin qu'il ne voulait. Enfin
ses manières, quelquefois caressantes, et la séduction qu'il exerçait
quand il voulait s'en donner la peine, ont pu autoriser, jusqu'à un
certain point, cette injuste accusation de la part de ses ennemis.

Pour donner une idée de la réserve et de la prudence qui ne
l'abandonnaient jamais, je raconterai le fait suivant:--Un de mes aides
de camp, le baron de la Rue, qui m'avait accompagné à Vienne, était au
moment de retourner à Paris. Le duc de Reichstadt l'avait rencontré
souvent dans le monde et fort bien traité. Lorsque M. de la Rue lui
annonça son départ prochain, il lui adressa en même temps cette phrase
banale qui est dans la bouche de tous les voyageurs, que, s'il avait des
commissions pour Paris, il s'en chargerait. Je vois encore le duc de
Reichstadt lui répondant avec expression et vivacité: «Pour Paris? je
n'y connais personne. Je n'y connais que la colonne de la place
Vendôme.»

Le surlendemain, au moment où M. de la Rue montait en voiture, le comte
de Dietrichstein, en venant lui-même renouveler, de la part de Son
Altesse Impériale, ses souhaits de bon voyage, lui remit un pli du
prince contenant ces mots:

«Quand vous reverrez la colonne, présentez-lui mes respects.»

Le duc de Reichstadt avait un esprit lucide et vif. Sa compréhension
était facile, ses aperçus prompts, ses applications justes. Il m'est
arrivé souvent de lui voir faire, lors de mes récits, des rapprochements
ingénieux de circonstances analogues, quoique à des espaces de temps
considérables, et des applications des principes posés qui avaient germé
dans son esprit. Il avait le défaut de viser trop à l'effet; et,
particulièrement dans le monde, ce défaut était sensible. Il hasardait
quelquefois légèrement des phrases ambitieuses et des paradoxes qu'il ne
pouvait pas soutenir avec succès; mais le temps l'aurait probablement
corrigé à cet égard. Ce jeune homme, malgré ses qualités et sa
séduction, n'était pas complet, et j'ignore si la nature l'avait doué
d'assez hautes facultés pour jouer un rôle de premier ordre au milieu
des complications de l'époque; mais il y avait des éléments précieux en
lui, et, en première ligne, le caractère, la grâce et la finesse,
qualités bien nécessaires dans la position difficile où il se trouvait.

Il chérissait son grand-père et avait le talent de pouvoir tout lui dire
sans lui déplaire. De son côté, l'empereur l'aimait tendrement, comme
toute la famille impériale. Sans aucune espèce de doute, les événements
de Juillet 1830 ont fait une puissante impression sur le duc de
Reichstadt. Ils ont développé chez lui des idées d'ambition qui
dormaient. Alors il s'établit dans son coeur un combat continuel, ce
tourment, le pire de tous, qui naît de désirs paraissant justes et
fondés et qui ne sont pas satisfaits. Il n'aimait pas les Bourbons, mais
il concevait leurs droits et leur grandeur. Ceux-ci mis hors de cause,
il répétait que, lui aussi, avait des droits et des droits plus clairs,
plus en harmonie avec la doctrine du temps que ceux de Louis-Philippe.
Ainsi, sous le rapport politique, il était tourmenté; sous le rapport
militaire, il ne voyait dans sa carrière rien de réel; car la réflexion
l'amenait facilement à reconnaître que, puisqu'il ne pouvait pas faire
la guerre à la France ni pour la France, il lui était interdit de la
faire jamais, et toute sa vie se passerait ainsi en exercices et en
manoeuvres. Dans d'autres moments, il lui est arrivé de s'abandonner à
une sorte de désespoir en réfléchissant qu'il ne pouvait y avoir de
guerre en Europe qu'entre la France et le reste des puissances du
continent. Alors il lui échappait de dire: «Mais est-ce que la gloire
acquise, même aux dépens des Français, ne me grandirait pas à leurs
yeux, et, si j'étais appelé un jour à les gouverner, n'en serais-je pas
plus digne, si j'avais prouvé ma capacité par mes actions?»

Et puis il revenait aux premières idées que le sang français devait être
sacré pour lui. Son père lui avait tracé la marche qu'il devait suivre
pendant toute sa carrière, durant toute sa vie, et il lui arrivait,
comme il arrive souvent dans le malheur, de s'abandonner à des
espérances vagues qui, n'étant basées sur aucune chose positive, ne sont
qu'une chimère envoyée par la Providence pour alléger les peines du
coeur et les souffrances de l'esprit. Sa mort, dans les circonstances où
elle a eu lieu, a été un grand événement politique. Le parti militaire,
en France, connu sous le nom de parti bonapartiste, n'a plus eu de lien
ni d'existence après la mort du duc de Reichstadt. Il n'avait de
consistance que par le fils de celui qui avait été l'étonnement du
monde; de manière que, pour le passé, il parlait aux imaginations, et,
pour le présent, il était présumé avoir l'appui d'un monarque puissant.
Sans l'Autriche, le parti bonapartiste n'était rien. Ce parti, réduit
aux autres membres de la famille de Bonaparte, n'a plus même une
existence nominale. Il a fini, et il n'en reste que des souvenirs.

       *       *       *       *       *

Je cherchai à mêler le travail de la rédaction de mes _Mémoires_ à des
distractions agréables et instructives, et je fis de temps en temps des
voyages dans les différentes provinces de la monarchie autrichienne.

Le premier objet de ma curiosité fut de voir la Hongrie. Je parcourus la
partie in plus voisine de l'Autriche avec un vif intérêt. Je n'en dirai
rien aujourd'hui, ayant déjà publié ailleurs mes remarques sur ce pays.

Quelques mois plus tard, j'allai voir la Haute-Autriche et le Tyrol
allemand. Je suivis la rive gauche du Danube jusqu'à Lintz, et partout
je ne pus trop admirer ce pays enchanteur, surtout depuis Mölk jusqu'à
Lintz.

À Lintz, je vis le commencement de ces travaux de fortification, en ce
moment exécutés, qui sont l'objet d'une si grande controverse. Les
éléments qui les composent, les tours dont l'enceinte est formée, sont
bien connues et faites avec soin. Les soins de détail, minutieux et
ingénieux, qui ont présidé à leur construction et à leur armement, leur
donnent une assez grande perfection. Leur ensemble forme un camp
retranché, imprenable quand il est défendu par une armée; mais, si
jamais on croyait pouvoir abandonner cet ensemble à lui-même, avec de
simples garnisons dans les tours, il résisterait à peine un moment. En
appliquant cette création à la défense de la frontière de l'Autriche,
je l'approuve complétement. L'emplacement est bien choisi. À cheval sur
le Danube, appuyé à des montagnes difficiles et d'un développement de
plusieurs lieues, ce camp retranché est impossible à bloquer. Les routes
nombreuses qui y aboutissent, les unes suivant les deux rives du Danube,
les autres se rendant en Bohême et dans le Tyrol, offrent des moyens de
manoeuvres faciles. Dans tous les cas, elles assurent l'arrivée des
secours de toute espèce et des renforts qui pourraient donner à une
armée battue ou inférieure le moyen de reprendre l'offensive. Une armée
s'y trouvera toujours en sûreté et y pourra, sans danger, attendre les
événements.

La création de ces moyens de défense et de manoeuvres est préférable à
la création d'une grande place. D'abord, elle aurait coûté quarante
millions et dix ans de travaux. Le camp retranché de Lintz est terminé
aujourd'hui et n'a pas coûté cinq millions. Je le crois donc bien conçu,
utile dans la circonstance; et, si en 1805 et en 1809 il eût existé, il
est probable et même certain que nous ne serions pas arrivés à Vienne,
ou au moins nous y serions arrivés beaucoup plus tard. Or un retard d'un
mois, dans les progrès d'une armée qui attaque une grande monarchie dont
les ressources ne demandent que du temps pour être mises en oeuvre,
change tout l'état de la question; et, dans la circonstance, à moins
d'avoir des forces quadruples de celles de l'ennemi, une armée venant de
la Bavière ne peut s'enfoncer dans la vallée du Danube et marcher sur
Vienne, quand le camp retranché de Lintz est occupé par des forces un
peu respectables.

De Lintz je me rendis à Gmünden et à Ischl, pays délicieux, pittoresque
et rempli de lacs, où un grand nombre d'habitants de Vienne vont passer
la belle saison. De là je fus à Salzbourg, pays plus beau encore, plus
ouvert, d'une extrême fertilité, d'une grande richesse. Je n'ai rien vu
de plus beau en ma vie, au climat près. Ce pays, quoique ouvert, est
coupé par des collines ornées de cultures et d'habitations. La vue se
termine à de hautes montagnes qui donnent à l'horizon une grande
étendue, et encadrent le plus beau tableau possible, de la manière la
plus imposante.

Indépendamment de la beauté de la nature, Salzbourg est un point du plus
haut intérêt sous les rapports militaires. Sous les rapports
stratégiques, il est merveilleusement placé. Intermédiaire entre Vienne
et le Tyrol, placé au noeud de plusieurs routes qui se rendent à
Inspruck, en Carinthie, en Styrie, il prend des revers sur la vallée du
Danube, et les troupes qui s'y trouvent sont libres dans le choix de
leurs mouvements. C'est un point naturel de réunion, dans une guerre
malheureuse, pour les troupes qui auraient défendu le Tyrol. En outre la
localité offre d'immenses avantages défensifs. Des rochers isolés,
susceptibles d'être occupé par des forts d'assez petites dimensions,
seraient imprenables, et formeraient l'enceinte. Ces rochers qui sont
tendres de leur nature, se coupent à pic avec facilité. De simples murs,
dans les rentrants, suffiraient pour établir la liaison entre eux. La
montagne, dite des Capucins, devrait être occupée de la même manière, et
fournirait des feux que l'on ne pourrait éteindre et qui défendraient le
front de la place du côté de la plaine. Enfin, on pourrait encore, mais
chose superflue, se procurer des inondations, et on aurait une place
vraiment imprenable, susceptible d'être occupée avec quinze cents
hommes, défendue avec six mille, capable de donner refuge à une armée de
soixante mille hommes, et cette place, qui remplit toutes ces
conditions, qui jouit d'immenses avantages, eu égard aux circonstances
naturelles des localités et en raison de tous les établissements
existant déjà, ne coûterait pas à construire cinq millions de francs. On
ne conçoit pas pourquoi le gouvernement autrichien ne l'a pas encore
fait construire.

De Salzbourg, je continuai ma route pour le Tyrol. Je vis Inspruck, le
Vorarlberg et les Grisons. Décrire ces différents pays serait superflu.
Ils sont connus de tout le monde; mais un objet d'admiration, peu connu
en France, est la quantité de routes qui traversent les différentes
chaînes, et ont fait tomber ces barrières naturelles dans l'intérêt du
commerce et des richesses.

La route du Splugen, ouvrant la communication entre la vallée du Rhin et
celle du Pô, est admirable à voir. De grandes difficultés ont été
surmontées. Rien n'est plus imposant que la partie de la route qui suit,
pendant plusieurs lieues, les bords du Rhin, roulant au-dessous avec
fracas, à une profondeur de plusieurs centaines de pieds, dans une gorge
étroite. Une double descente en Italie, sur Chiavenna et Bellinzona,
ouvre les portes de la Lombardie, tandis qu'une autre communication plus
belle encore, dans un pays plus difficile, et qui passe par le
Monte-Stelvio, passage le plus élevé de l'Europe, rendu praticable par
la main des hommes, établit une communication courte et directe entre le
coeur du Tyrol et Milan. Cette route lie les bords du haut Adige avec
ceux de l'Adda supérieure, côtoie cette rivière depuis sa source
jusqu'au lac de Côme, et les bords de ce lac jusqu'à l'Ecco.

Cette route est un des plus beaux monuments de notre époque. Il est
supérieur en difficulté et en exécution au Simplon. Au surplus, cette
route est purement militaire, et le commerce, malgré l'augmentation des
distances, préférera toujours suivre la direction de Trente, Vérone et
Brescia. Ces villes, qui sont autant de points de consommation, lui
créent des intérêts et lui offrent plus d'avantages. En prenant celle de
la Valteline, les seuls points de départ et d'arrivée ont de
l'importance; mais, pour faire jouer à cette route, sous le rapport
militaire, le rôle qu'on en attend, il est urgent de construire un fort
qui bouche la vallée et rende l'armée autrichienne maîtresse exclusive
de ce passage. Sans cela cette route ne servira à personne à la première
guerre, ou servira seulement à l'armée française. En effet, son action
doit particulièrement se faire sentir quand l'armée autrichienne,
chassée du Milanais, se retire dans le Tyrol. Si cette route ouvre un
passage court et facile pour la retraite, elle fournit à l'armée
française un passage non moins facile pour pénétrer. Les Autrichiens,
avec leur économie instinctive et leur respect pour des considérations
de second ordre, ne se résoudront jamais à la faire sauter en la
quittant. Mais, quand, après s'être réfugiés dans le Tyrol, après avoir
reçu des renforts et reprenant l'offensive, ils s'imagineront s'en
servir pour déboucher et marcher vers Milan, les Français, en se
retirant, ne se feront pas scrupule de la détruire, et en vingt-quatre
heures on peut y parvenir sur un développement de cinq cents toises. Je
le répète, elle sera pour les opérations ou nulle ou d'un effet
contraire au but qu'on s'est proposé en la construisant. La seule chose
à faire est d'établir une place qui la couvre et en interdire l'usage à
l'armée française. Quand on ouvre un passage il faut y mettre une porte
dont on garde la clef, afin d'en conserver l'usage en l'ôtant à
l'ennemi. Mais où cette place doit-elle être bâtie? Le plus près
possible du Monte-Stelvio.

J'ai entendu discuter cette question, et à mon avis elle ne peut être un
moment indécise. Placée dans le lieu où les difficultés d'en faire le
siége pour l'armée française sont augmentées par son éloignement de
Milan, elle se trouve plus à portée de recevoir des secours efficaces au
moindre mouvement offensif de l'armée autrichienne. Au contraire, si
elle était placée près de l'Ecco, comme on la proposé, on pourrait, en
réunissant beaucoup de moyens, la prendre avant qu'elle put être
secourue, parce que l'armée autrichienne ne peut venir du Tyrol à l'Ecco
qu'après une suite de succès décidés, tandis qu'il en est tout autrement
quand il s'agit d'arriver près de Bormio. En faisant entrer dans les
calculs le temps nécessaire pour transporter de si loin un matériel de
siége suffisant, on peut établir en fait qu'une place, moitié moins
forte, située ainsi en arrière, rendrait un service double d'une autre
beaucoup plus forte, placée plus en avant. En parcourant le pays, et
dans les idées que je viens d'exprimer, j'ai remarqué un défilé entre
Tirano et Bormio, où un fort pourrait être construit, et qui, défendu
par cinq cents hommes, remplirait le but indiqué.

Chaque année je consacrais ainsi la belle saison à visiter quelques
parties de la monarchie autrichienne, et particulièrement les environs
de Vienne.

En 1833, des devoirs d'amitié m'appelèrent en Suisse, et j'y passai près
d'un mois. À cette occasion, je visitai l'Oberland et j'admirai ce pays
enchanteur. Rien n'est au-dessus des bords du lac de Thun. Richesse,
élégance, calme, beautés pittoresques, tout s'y trouve réuni sous les
yeux. Le lac d'Interlachen, si renommé, me parut moins digne de sa
réputation. Après avoir traversé le lac de Brienz, remonté l'Aar, je me
rendis dans le Valais, en traversant le Grimsel. Je visitai les glaciers
d'où sort le Rhône, et j'entendis ces bruits remarquables, assez
fréquents, qui annoncent un travail continuel de la nature. Ils ont été
décrits trop de fois par les voyageurs et des physiciens pour que j'en
parle ici.

Je sortis du Valais en traversant le Simplon, route que j'avais déjà
parcourue en me rendant, en 1809, à Laibach, pour prendre le
gouvernement des provinces illyriennes. Alors les frontières de la
France étaient sur la Drave et contiguës à la Styrie, et, peu d'années
après, elles étaient à l'ouest de la Savoie. Triste rapprochement qui,
en un mot, exprime notre éclat passager, ainsi que notre humiliation et
notre infortune actuelles; funeste résultat de l'abus de nos succès;
monument de la fragilité des grandeurs du monde, quand elles ne sont pas
fondées sur la raison, la justice, la modération et la sagesse.

Je revis le sol de l'Italie avec transport. Que les impressions de la
jeunesse ont de durée et de puissance sur tout notre être! Que les
souvenirs de gloire sont puissants! Ils réchauffent le coeur; ils
raniment même des sens prêts à s'éteindre! Je croyais renaître à la vie
en respirant de nouveau l'air embaumé de l'Italie, en sentant l'action
des rayons de son soleil créateur, et en reposant mes yeux sur les
admirables paysages que son sol merveilleux offre sans cesse à la vue.

J'allai revoir les îles Borromées. Le caprice d'un homme riche a donné
naissance à l'Isola-Bella, qui est un ouvrage des hommes, et non une
création de la nature. Un rocher a servi de fondations à un palais, et
des voûtes très-hautes, fort étendues, construites sur pilotis dans le
lac, ont servi de base à un jardin d'une assez grande étendue. Une
immense quantité de terre a été apportée et a donné le moyen de le
livrer à la culture. Aujourd'hui, il est couvert d'arbres de toute
grandeur. Des orangers en pleine terre garnissent les terrasses du côté
du midi, et ces terrasses, pendant chaque hiver, sont transformées en
serres pour mettre les orangers en sûreté contre l'action du froid. On
me montra un beau cyprès sur l'écorce duquel on me dit que Napoléon
avait gravé le mot _bataille_ avec un couteau, avant la bataille de
Marengo. Des traits confus justifient l'opinion que quelque chose fut
écrit sur cet arbre; mais, si Napoléon s'en chargea, ce ne fut certes
pas à l'époque dite. Il n'alla pas et n'eut pas la pensée d'aller se
promener alors aux îles Borromées. D'autres soins absorbaient tous ses
moments.

J'allai à Côme, et j'admirai les bords enchanteurs du lac. Je les avais
parcourus en 1797 avec le général Bonaparte, madame Bonaparte, le
marquis de Gallo et d'autres étrangers de distinction. De nouvelles
villas y sont placées et les embellissent encore davantage. La villa
Sommariva, dont le jardin renferme plusieurs centaines d'arpents, est
orné d'objets d'art, de statues, de tableaux du plus grand prix, et,
entre autres, d'un magnifique bas-relief de Thorwaldsen représentant le
triomphe d'Alexandre exécuté dans d'autres temps pour Napoléon. La
villa Melzy est située en face; c'est une délicieuse habitation, moins
riche que la première, mais digne demeure d'un philosophe ami des
beaux-arts. Je revis la Plimiana, fontaine intermittente qui y existe
depuis bien des siècles, et je me rappelai qu'en 1797 on se perdit en
raisonnements pour expliquer ce phénomène. Aujourd'hui, il me paraît
tout simple, en supposant un siphon naturel existant dans la terre.

De Côme je fus à Milan, dont la vue, l'éclat et la prospérité me
frappèrent. J'y passai dix jours à voir tous les monuments, tous les
objets d'art qui y sont renfermés. Je n'en rendrai pas compte ici; je ne
pourrais faire mieux que le plus chétif itinéraire, mais je n'omis rien
de ce qui méritait la peine d'être vu. Je passai une journée entière à
examiner la magnifique cathédrale, objet le plus curieux de ce genre
après Saint-Pierre de Rome. Cette richesse de matériaux, ce peuple de
statues de toutes les dimensions, qui occupent toutes les parties du
temple (il y en a plus de cinq mille), ce fini extraordinaire dans le
détail des ornements, ces terrasses en marbre d'une étendue si grande,
couvrant tout l'édifice et permettant de circuler avec facilité, font de
cette église un des plus beaux monuments dont les hommes puissent se
glorifier.

L'arc de triomphe, à l'entrée de Milan, sur la route venant du Simplon,
commencé par Napoléon et fini par l'empereur François, allait alors
recevoir ses derniers décors. On posait le bas-relief de la partie
supérieure. On coulait les chevaux de bronze destinés à occuper la
plate-forme.

Ce monument présentera un fait curieux et honorable pour le souverain
qui l'a fini. Au lieu d'imiter Napoléon, qui faisait disparaître de tous
les monuments publics où il mettait la main les signes de ses devanciers
et y substituait les siens, pour faire naître chez la postérité
l'illusion qu'il les avait créés, l'empereur François a voulu que cet
arc de triomphe conservât le caractère et consacrât le souvenir des
temps où il avait été élevé. L'histoire ne peut périr. Au lieu de
changer les faits, elle doit les faire connaître dans l'ordre où ils se
sont passés. Ici on a suivi ce principe. L'arc de triomphe de Milan,
dans sa partie inférieure, représente Napoléon faisant son entrée à
Vienne; la partie supérieure montre l'empereur François entrant à Paris.
C'est toute l'histoire de nos temps en résumé! Heureux ceux qui ont
terminé l'édifice, les victorieux à la dernière heure de la bataille!
Cependant, tout en rendant justice aux intentions de l'empereur
François, on en a déguisé l'esprit dans l'exécution. Les bas-reliefs
faits par Napoléon sont bien restés en place, mais le livret qui
explique le monument applique à l'empereur François ce qui était relatif
à Napoléon. Or l'entrée de celui-ci à Vienne est censé représenter celle
de l'empereur d'Autriche à Milan. Cette manière d'interpréter le
bas-relief est la seule connue aujourd'hui et restera ainsi la seule
dans l'avenir.

Après Milan, j'allai revoir les champs de bataille de 1796. Quelle
source de jouissances pour moi! Je ne croyais pas mon pauvre coeur,
affaissé sous le poids de tant de souffrances, susceptible encore des
jouissances qu'il a ressenties. Ma mémoire me rappela tous les lieux que
quelques circonstances avaient caractérisés, et les détails les plus
minutieux se représentèrent à mon esprit. À Lodi, je reconnus
l'emplacement où j'avais, à la tête d'un régiment de hussards, culbuté
l'avant-garde autrichienne et pris ses canons. Je revis le lieu où,
envoyé en reconnaissance près de l'Adda, j'échappai comme par miracle au
feu d'une grande partie de l'armée ennemie; à Crémone, la place de ma
première rencontre avec des hulans; à Castiglione, le lieu où j'avais
placé toute l'artillerie à cheval de l'armée, mise sous mes ordres, et
qui culbuta la gauche de l'armée autrichienne; à Rivoli, les points les
plus marquants de cette glorieuse bataille; à Arcole, le terrain étroit
où pendant trois jours nous avons lutté contre des forces triples, et
le lieu où, aidé par Louis Bonaparte, je retirai d'un fossé plein d'eau
le général en chef qui venait d'y tomber, par suite du désordre et de la
confusion causés par un moment de retraite précipité. Je vis les restes
du monument élevé par Eugène, en mémoire du fait d'armes inventé du
passage du pont d'Arcole, qui jamais n'eut lieu. Ce monument a été privé
de ses inscriptions par l'autorité autrichienne, non comme consacrant un
fait faux, mais comme consacrant une action glorieuse pour nous. Ainsi,
dans l'un et l'autre de ces buts qui semblent opposés, tout est
charlatanisme, il en est ainsi de beaucoup d'actions des hommes.

En ce moment, Vérone était le théâtre de travaux importants. On a le
projet d'en faire une grande place, projet insensé, si on a la
prétention de faire une place véritable, destinée à se défendre
isolément et après avoir perdu ses communications; projet très-bien
conçu, si l'on se contente d'en faire une place de manoeuvre, un grand
camp retranché, d'où une armée puisse déboucher promptement et, sous son
appui, manoeuvrer à son aise. Dans le premier cas, elle exigerait une
très-grande garnison, à cause de son étendue. De plus, elle ne serait
jamais très-forte, à cause des localités qui lui sont contraires.
Mantoue, comme grande place de dépôt, suffit aux besoins de cette
frontière, et, en multipliant inutilement les grandes places, on
augmente les embarras d'une guerre malheureuse qui, en portant l'armée
en arrière, oblige de l'affaiblir encore par de grandes garnisons.
Considéré comme simple camp retranché, Vérone peut rendre inexpugnable
cette courte frontière, comprise entre le lac de Garda et le Pô, qui est
couverte par Peschiera, Mantoue et le Mincio. Alors une armée, appuyée à
l'Adige et débouchant de Vérone, a des moyens de mouvement si faciles et
si multipliés, qu'elle semble impossible à vaincre. Alors l'Italie de la
rive gauche de l'Adige me semble ne pouvoir être conquise que par une
armée débouchant par le Tyrol.

Je me rendis à Venise, où je passai huit jours. Jamais je n'avais vu
cette ville avec autant de détail. Les richesses qu'elle possède en
tableaux sont si étendues, que leur étude finit par établir une sorte de
confusion dans mon esprit. La décadence de cette ville afflige le
voyageur; mais, les circonstances qui l'ont créée et maintenue pendant
tant de siècles n'existant plus et ne pouvant plus renaître, il est
difficile d'espérer de la voir prospérer jamais. Indépendamment de la
difficulté de l'entrée et de la sortie du port, qui donne toujours à la
navigation des chances périlleuses, l'obstacle particulier à sa
prospérité est placé dans l'esprit nonchalant de ses habitants. Quoique
les intérêts de Trieste et de Venise soient de nature à pouvoir se
concilier, la prodigieuse activité des habitants de Trieste sait envahir
le domaine où le Vénitien peut exercer son industrie. Au moment où le
dernier se lève, le Triestin a déjà fini ses spéculations et les
démarches de sa journée. Deux circonstances cependant peuvent ranimer
Venise: c'est, d'une part, le chemin de fer de Milan à cette ville, qui
en ferait comme le port de Milan, le débouché nécessaire des produits de
la Lombardie et le port d'entrée et de distribution des denrées
coloniales; d'une autre part, ce sera la chute de l'empire ottoman, qui,
amenant un partage, rendrait forcément l'empire autrichien une puissance
maritime.

L'arsenal de Venise est suffisant pour servir à la création des plus
grandes escadres. Le port de Pola deviendrait le port d'armement et de
réparation des plus nombreuses flottes, tandis que les côtes de
l'Adriatique fourniraient tous les matelots nécessaires. Le jour où
l'Autriche mettra en mer des escadres, Venise, quoique déchue de sa
gloire de capitale, quoique privée des avantages de la présence du
gouvernement, retrouvera une nouvelle vie.

Je vis en détail les travaux destinés à défendre les lagunes contre
l'action de la mer, et j'admirai les _murazzi_, beau travail que je
place à côté de ce que le Nord-Hollande présente de plus remarquable. Je
traversai l'Adriatique dans le bateau à vapeur. Je revis Trieste avec
plaisir et intérêt; j'admirai sa prospérité toujours croissante, et je
revins à Vienne par Laybach et Grätz, au milieu de mille souvenirs
divers qui m'accompagnaient et en recevant à chaque pas des témoignages
touchants de la manière dont les habitants de ces contrées ont conservé
la mémoire de mon nom.

L'année 1833 était prête à finir. J'avais terminé les _Mémoires_ de ma
vie; je ne voyais aucune occupation d'un suffisant intérêt pour moi
pendant l'année 1834, et une famille à laquelle je suis tendrement
attaché, qui habitait Vienne, se disposait à partir pour l'Italie. Son
absence allait rendre pour moi le séjour de cette ville triste et
monotone. Sentant le besoin de distraction, je conçus le projet du long
voyage que j'exécutai. En l'entreprenant, je devais me créer de grandes
jouissances; en réveillant en moi d'anciens souvenirs, je m'en
préparerais de nouveaux pour les dernières années de ma vie; enfin, en
le terminant, je comptais retrouver en Italie les amis qui m'allaient
quitter. Je n'hésitai donc plus un moment, et toutes mes pensées ne
cessèrent d'être dirigées vers l'exécution de ce projet, auquel je me
préparai pendant l'hiver par des études suivies.

Je me mis en route le 22 avril. Je n'entrerai dans aucun détail à
l'égard de ce voyage; son récit, objet d'une publication particulière,
doit être considéré comme faisant partie de ces _Mémoires_[14].

     [Note 14: _Voyages du duc de Raguse._--Cinq volumes
     in-8º, publiés en 1838.
                              (_Note de l'Éditeur._)]

Je dirai seulement encore un mot sur la question politique de l'Orient,
que j'ai abordée dans mon ouvrage, mais que je n'ai cependant pas
traitée complétement. J'ai fait voir les avantages géographiques et
matériels, ainsi que les circonstances naturelles et d'opinion dont
jouissent les Russes: j'ai montré avec quelle habileté ils les ont mises
en oeuvre; j'ai démontré, je crois, que, la chute de l'empire ottoman
arrivant, l'Europe choisirait un mauvais champ de bataille en leur
disputant Constantinople, où, dans les circonstances présentes, tout est
en leur faveur. On a pu supposer que je ne voyais aucune possibilité de
leur résister et qu'il fallait subir leur joug. Il n'en est pas ainsi,
mais il ne faut pas se tromper sur le choix des moyens. Ceux qui lisent
avec attention ont pu remarquer ces paroles dans mon ouvrage: «Il faudra
trouver dans les combinaisons de la politique le moyen de concilier les
intérêts de la sûreté de l'Europe avec ceux de la sécurité de la
navigation de la Russie. Les politiques habiles doivent d'avance
chercher la solution de ce problème.»

Or voici mes idées à cet égard. La chute de l'empire ottoman arrivant,
l'empereur de Russie ne veut pas voir une puissance européenne s'emparer
de Constantinople. En conséquence, il s'établit dans cette ville, il se
l'approprie, et il veut la garder; mais on veut l'en chasser. Il me
paraît que les efforts de l'Europe y seront impuissants, car avec les
avantages de position, le passage du Bosphore et des Dardanelles est si
vital pour lui, qu'il ne doit répugner à aucun sacrifice, n'épargner
aucun effort pour s'en assurer la possession d'une manière durable. Mais
il n'a pas les mêmes titres à faire valoir ni des raisons aussi urgentes
pour s'emparer des provinces de la Turquie d'Europe, limitrophes de son
empire; car, si la convenance seule était un motif suffisant, il n'y
aurait aucune limite à mettre à ses prétentions; et d'ailleurs les
provinces qu'il peut convoiter ne sont pas tellement situées, que, seul,
il soit à portée de les envahir et en mesure de les défendre, le seul
enfin pour qui elles soient un champ de bataille avantageux. Les
provinces dont je parle sont celles qui sont voisines du Danube et de la
mer Noire.

La sûreté de l'Europe, son repos, son équilibre, sa liberté, tiennent à
ce que jamais la Russie ne possède la Moldavie, la Valachie, la
Bulgarie. Si donc, au moment du cataclysme politique, et quand cette
riche proie de l'empire ottoman devra être partagée, les puissances de
l'Europe sont sages, elles laisseront Constantinople et ses dépendances
à la Russie, sous la double condition de renoncer à toutes les îles de
la Méditerranée et de donner à l'Autriche la Moldavie, la Valachie, la
Bulgarie, la Servie et la Bosnie, ou de faire de ces provinces un État
indépendant, sous la protection de l'Autriche et de l'alliance
occidentale, alliance qui est destinée à être un jour la seule politique
de l'Europe; car, dans toutes les affaires du monde, les intérêts
compliqués se réduisent toujours à deux, qui se combattent et se
balancent. Chaque individualité entre nécessairement dans le système de
l'un ou de l'autre; et peut-être, dans assez peu d'années, la Russie
seule sera en mesure de contre-balancer le reste du monde.

L'Autriche, en possession de ce vaste territoire, ferait de Silistrie
une grande place, capable de la plus longue résistance. Un canal large
et profond, partant de ce point, irait à la mer Noire, près de la bouche
méridionale du Danube, où un port, creusé dans ce terrain facile,
recevrait les vaisseaux de commerce, des bâtiments de guerre de moyenne
grandeur. Ce port deviendrait l'entrepôt du commerce de l'Europe et de
l'Asie. Des forts intermédiaires entre le Danube et la mer Noire,
couvrant le canal et appuyés aux lacs placés sur les alluvions du
fleuve, élèveraient sur cette frontière un obstacle insurmontable, une
barrière impossible à franchir, et d'autant plus forte, que la frontière
de la Transylvanie prend sur elle des revers. La Russie, ainsi séparée
de Constantinople, ne tiendrait plus à cette ville que par des liens
maritimes ou de longues communications par l'Asie, autour de la mer
Noire. D'un autre côté, les îles de Lemnos et de Ténédos, qui seraient
données à la France ou à l'Angleterre, deviendraient des appuis
maritimes. Lemnos, fortifié avec soin, enfermerait, à l'instar de Malte,
de nombreuses escadres et des moyens de réparation, tandis que Ténédos
serait un point d'observation. La Macédoine, réunie à la Grèce antique,
à l'Albanie et à la plus grande partie des îles, formerait un état
susceptible d'acquérir une assez grande puissance. Les États actuels de
Méhémet-Ali, augmentés de Chypre et d'autres îles à portée, seraient
constitués eu royaume indépendant. Des dangers communs réunissant tant
d'intérêts divers dans un même but de résistance contre la Russie,
l'Europe pourrait vivre en repos et voir l'avenir avec sécurité.

La Russie menace-t-elle la Méditerranée et semble-t-elle vouloir y
dicter des lois; devient-elle redoutable à l'Italie et au midi de la
France; l'Europe, pour conserver sa liberté, doit-elle se résoudre à
livrer un combat corps à corps à la Russie? Alors l'alliance, avec les
points d'appui qu'elle possède, peut faire la guerre en Orient avec de
grands avantages. Tout lui devient favorable. Les bouches du Danube
infranchissables, les montagnes de Transylvanie faciles à défendre, et
la Russie séparée de ses lignes d'opération, l'alliance peut porter les
armes à son choix sur le Bosphore ou sur les Dardanelles. Pour nuire à
son ennemi, pour détruire son action offensive dans la Méditerranée, il
ne faut pas prendre Constantinople ou tel ou tel point. Il faut
s'emparer seulement d'un point quelconque, sur le bord du canal, qui
empêche de le franchir avec des escadres et des flottes; et, sur une
étendue pareille, la chose devient facile. Une armée autrichienne,
débouchant en Bosnie, opère sur Andrinople, tandis qu'un corps français,
appuyé d'une escadre, débarque dans la Chersonèse et occupe toute cette
presqu'île de Gallipoli. Alors toute action offensive des Russes cesse.
Quoique maîtres de la mer Noire, ils ne peuvent en sortir. Toute leur
puissance extérieure s'évanouit donc, et l'Europe peut lui dicter des
lois.

Voilà comment je conçois les ressources de l'avenir. Il faut concéder ce
qui est indispensable à l'un et ce que l'autre ne peut défendre, mais
prévoir l'abus qu'on peut faire des avantages concédés. Ainsi faut-il
laisser aux Russes une navigation sans laquelle ils ne peuvent vivre, en
se mettant à même de la leur enlever au moment où, au lieu de l'employer
seulement à leur prospérité, ils en feraient usage pour nous nuire.

En accordant à l'Autriche et à la maison de Bavière d'aussi grands
avantages, il faudrait sans doute assurer à d'autres États de l'Europe
une augmentation de puissance. La France pourrait reprendre la
possession des bords du Rhin et du grand-duché; la Prusse avoir la Saxe;
le roi de Saxe être envoyé pour régner ailleurs. Un même système
politique unissant par un traité la France, l'Angleterre, l'Autriche, la
Grèce et l'Égypte, créerait une masse de résistance capable d'assurer le
repos du monde. Son équilibre serait mieux garanti par le système
ci-dessus que par rétablissement précaire d'un nouveau souverain à
Constantinople et l'abandon des bouches du Danube et des provinces
limitrophes à la Russie.



PIÈCES JUSTIFICATIVES RELATIVES AU LIVRE VINGT-QUATRIÈME.


LE MARÉCHAL DUC DE RAGUSE À M. LE PRINCE DE POLIGNAC.

«Vienne, 26 mars 1833.

«Prince, il est des bornes aux égards que l'on doit au malheur; il faut
qu'il se respecte pour mériter d'être plaint. Je m'étais tu devant le
vôtre, plus longtemps même que ne le comportaient vos procédés à mon
égard, à l'époque de votre procès à la Chambre des pairs. Alors vous
défendiez votre vie. S'il n'est pas généreux à vous de chercher à
détourner sur une autre tête la foudre qui grondait sur la vôtre, j'ai
compris que l'imminence du danger avait pu vous entraîner, peut-être
vous paraître une excuse, et j'ai voulu que mon silence diminuât vos
périls. Depuis, les murs de votre prison m'avaient semblé une égide
contre laquelle devaient expirer les ressentiments les plus justes.
Aujourd'hui que vos publications en franchissent l'enceinte, aujourd'hui
que vous faites imprimer, que vous essayez d'étayer de votre signature
de calomnieuses suppositions contre moi, je rentre dans mes droits, et
je prends la parole.

«Ma réponse sera brève. Je n'examinerai point votre système politique.
La raison l'avait jugé avant les événements, et l'histoire le jugera à
son tour. Je ne viens point non plus faire le récit de ce qui s'est
passé en 1830. C'est un soin que je me réserve pour l'avenir, et c'est
de vous seul que je m'occupe en ce moment. Ai-je rempli tout entières
les obligations que m'imposaient mon devoir militaire et une triste
fatalité? Telle est la question que vous avez si odieusement soulevée,
telle est la question dans laquelle je me renferme.

«Vous dites qu'au mois de juillet la garnison de Paris était forte de
treize mille hommes. Elle ne présentait qu'un effectif, présent sous les
armes, de neuf mille trois cent vingt-quatre combattants, infanterie et
cavalerie. En y ajoutant les troupes de Saint-Denis, Versailles, Rueil
et Courbevoie, elle se montait à onze mille quarante hommes. Je n'y
comprends pas le service de Saint-Cloud, la garnison indispensable à
Vincennes, et les non-valeurs de chaque régiment. Mais je ne fais, au
surplus, que noter cette différence. Qu'était-ce que vos treize mille
hommes prétendus contre tout Paris en armes? Vous parlez de troupes que
vous aviez échelonnées aux environs de la capitale. Toutes celles que
vous citez étaient des troupes de la garde; les villes que vous nommez,
leurs garnisons habituelles, moins Sèvres, où il n'y avait et où il n'y
a jamais eu accidentellement qu'un escadron de cavalerie légère pour les
escortes, lorsque le roi habitait Saint-Cloud.

«Votre prévoyance n'avait donc abouti qu'à ne rien changer à un ordre
établi de tous les temps, et pour les époques les plus tranquilles.
C'est moi qui, dès le 28 juillet, au matin, envoyai en toute hâte des
ordres pour faire venir ces troupes à Paris. Deux régiments d'infanterie
et deux de cavalerie purent seuls arriver. Le soulèvement presque
général du pays qu'ils avaient à traverser, joint à l'éloignement où ils
se trouvaient, ne permirent pas aux autres corps de rejoindre avant
Saint-Cloud, Versailles et Rambouillet. Un régiment d'infanterie et un
de cavalerie de la garde ne purent pas même rejoindre du tout.
L'artillerie de Vincennes ne fut mise, dites-vous, en marche, vous ne
savez pourquoi, que pour se réunir à la hauteur de Rambouillet. Vous
savez très-bien, au contraire, que je la mandai, le 28, au soir, que je
dirigeai sur Vincennes un régiment entier pour l'escorter, et que, si
j'ai attendu pour cette opération la fin de la journée, c'est que cette
artillerie ne pouvait pas venir sans escorte, et qu'au milieu du combat
je ne pouvais pas me dégarnir des troupes nécessaires pour assurer sa
marche. Vous savez encore que cette artillerie, obligée à de très-longs
détours, ne put entrer à temps dans Paris, et qu'elle est arrivée, dans
l'après-midi du 29 juillet, à Saint-Cloud, où, depuis le matin, étaient
déjà les canons de Saint-Cyr, avec les élèves de cette école appelés
pour y rester.

«J'ai donc fait venir toutes les troupes qui étaient sous mon
commandement direct aussitôt que les développements de l'insurrection
nécessitèrent un déploiement de forces. Quelles troupes aviez-vous mises
en mouvement, vous, ministre de la guerre? Ce n'est que le 30 que
l'ordre est arrivé au camp de Saint-Omer de se mettre en marche sur
Paris.

«Je ne cherche pas dans quel but vous me dites que, dès le 27 au matin,
vous m'aviez remis mes lettres de service. Mieux que personne vous savez
que ce n'est qu'à une heure après midi que je suis arrivé auprès de
vous, et que le premier avis de ma nomination au commandement de Paris
ne m'avait été donné que peu avant midi par le roi lui-même. Quels
renseignements utiles ai-je reçus de vous alors? Quels autres m'ont été
fournis, pendant la durée de la lutte, par l'autorité qui avait mission
et devoir de me les procurer? Aucuns. Ainsi, tandis que je cherchais
toutes les chances que je pouvais me donner, je n'ai trouvé ni concours
ni assistance là où je devais les espérer. Réduit aux seules ressources
que je pouvais me créer, je n'avais pas à les calculer, mais à les
employer, et je l'ai fait. Le mardi, c'était une émeute, elle a été
réprimée; le mercredi, c'était une insurrection. J'ai dit au roi la
vérité sur son importance, et j'ai marché au-devant d'elle, parce que,
pour la vaincre, il fallait la combattre.

«Si, comme vous le voudriez aujourd'hui que vous avez résolu d'oublier
vos opinions et vos avis d'alors; si, dis-je, j'avais laissé les
insurgés, maîtres de tout Paris, s'y organiser et s'y établir librement;
si j'avais attendu que l'on vînt m'attaquer aux Tuileries, diriez-vous
qu'il fut fait ainsi au 13 vendémiaire? Vous me reprocheriez, et avec
raison, d'être resté spectateur bénévole de l'insurrection, et de
n'avoir pas tenté le moindre effort pour l'empêcher de s'accroître et de
s'affermir: vous me rappelleriez ce qui, deux ans auparavant, s'était
passé dans la rue Saint-Denis. Au 13 vendémiaire, la révolte organisée
marchait en colonne sur un seul point: c'était ce point unique que
Bonaparte avait à défendre. Ici, la révolution bouillonnait partout; il
fallait essayer de comprimer partout la menace avant qu'elle fût
devenue une réalité invincible. Quand j'ai vu nos efforts inutiles, je
me suis réduit à l'attitude défensive où vous prétendez que j'aurais dû
rester d'abord. Là, faisant abstraction de l'exaltation toujours
croissante de la population et de l'ébranlement croissant des troupes,
j'espérais tenir longtemps; et de cet espoir, que je vous avais exprimé,
vous concluez que vous aviez donc admirablement pourvu à tout, puisque
je pouvais garder ma position dans Paris. Le Louvre et les Tuileries,
attaqués et enveloppés par Paris tout entier, c'est ce que vous appelez
ma position! ce qui vous paraît la position du roi de France! C'était
pour arriver là que vous aviez fulminé les ordonnances fatales! Prince,
vous parliez avec moins d'assurance alors, et, en gardant le souvenir de
mes espérances du 28 au soir, aviez-vous perdu la mémoire du 29 au
matin, lorsque je vous conjurai de vous rendre à Saint-Cloud pour
éclairer le roi sur l'état de ses affaires, et lorsque je vous déclarai
qu'il était tel, que, sans un prompt rapport des ordonnances, le mal
deviendrait si grand, que rien ne pourrait plus le réparer?

«Aujourd'hui, la retraite précipitée de Paris vous est un mystère,
dites-vous. Voici la réponse que je vous fais: J'étais rue de Rohan, à
la tête de mon état-major, observant ce point, par lequel le peuple
aurait pu couper le Louvre des Tuileries, quand je vis tout à coup le
premier de ces palais au pouvoir des insurgés. Resté presque seul, avec
une poignée d'officiers et de soldats, je défendais encore de ma
personne et de mon épée la cour du Carrousel, que déjà les troupes qui
avaient quitté le Louvre étaient près de la place Louis XV.... Huit
jours de plus cependant, assurez-vous, et la monarchie était sauvée par
les mesures que vous aviez prises. Alors, prince, à votre tour,
expliquez-moi, si le salut de la monarchie tenait absolument à ce que je
fusse aux Tuileries, comment il se fait que l'ordre d'évacuer Paris ait
été rédigé à Saint-Cloud plus d'une heure avant que je l'aie
quitté.--Vous n'avez pu l'ignorer, cet ordre, car il a dû être délibéré
dans le conseil, et vous en étiez encore le président. Quand on le
signait, on ne pouvait pas même avoir appris que le passage dans les
rangs du peuple de deux régiments de la ligne rendait à peu près
intenable ma position aux Tuileries; on ne savait pas l'abandon imprévu
du Louvre. Moi, témoin de tous les revers, j'avais moins désespéré que
le conseil, et j'essayais de tenir de position en position.--Malgré la
défection de la ligne, je restais aux Tuileries; forcé de les quitter
par l'abandon du Louvre, je prenais une nouvelle position à la barrière
de l'Étoile, et c'est là que j'ai reçu cet ordre de quitter,
non-seulement les Tuileries, mais Paris, et de me rendre à Saint-Cloud.
Ainsi cette évacuation si funeste, selon vous, elle a été voulue, elle a
été prescrite, et les événements n'ont fait que la hâter d'une heure
tout au plus. Et c'est vous, prince, vous qui élevez la voix, vous qui
m'accusez!

«Ici je m'arrête. Innocent de l'entreprise qui a perdu la monarchie, je
n'aurais cependant pas soulevé volontairement ces souvenirs douloureux.
Douloureux, ils le sont pour moi; car, s'ils ne me retracent que de
cruels devoirs, honorablement remplis, ils me retracent par cela même ce
qu'il y a de plus pénible pour un soldat, le sang français versé par des
mains françaises.

«Vous qui avez fait tous ces maux, vous avez plus de courage. Continuez.
Déjà une fois victime de votre impéritie, rendez-moi encore responsable
de vos fautes, et cherchez à m'immoler, si vous le pouvez, à l'opinion.
Je dédaignerai, à l'avenir, de répondre à vos accusations. Je les livre
d'avance au jugement des gens de bien, et je leur laisse le soin de les
qualifier.

«LE MARÉCHAL, DUC DE RAGUSE.»


FIN DU TOME HUITIÈME.



TABLE DES MATIÈRES

LIVRE VINGT-TROISIÈME.--1824-1829.

Mesures sur la censure et sur les officiers généraux.--Sacre du roi à
Reims.--Anecdote sur Moncey.--Premiers symptômes du changement de
l'opinion publique.--Influence croissante du clergé.--Anecdote.--Indemnité
des émigrés.

Mort de l'empereur Alexandre.--Circonstances qui accompagnèrent
l'arrivée de Nicolas au trône impérial.--Courage et inspiration heureuse
de Nicolas.--Paroles de l'impératrice mère.--Je suis envoyé ambassadeur
extraordinaire en Russie.

La cour de Weimar.--La cour de Berlin.--L'armée
prussienne.--Charlottenbourg.--Berlin.--Environs de
Saint-Pétersbourg.--L'empereur
Nicolas.--L'impératrice.--Saint-Pétersbourg et Pierre le
Grand.--Inondations de Saint-Pétersbourg.--M. le comte de la Ferronays.

Portrait de l'empereur Nicolas.--Ses idées sur l'éducation de ses
enfants.--Conspiration de Pestel.--Magnanimité de l'empereur.

Manufactures d'Alexandrowski.--La Monnaie.--École des mines.--Ponts et
chaussées.--École du génie.--État-major.--Comité de
perfectionnement.--Hôpitaux militaires.--Arsenal.--Éducation
publique.--École des cadets.--Couvent des filles.--Palais, églises et
aspect de Saint-Pétersbourg.--Cronstadt.--Promenade dans la
rade.--Château d'Oranienbaum.--Anecdote sur
Orloff.--Peterhof.--Zarskoie-Selo.--Colpina.--Schlusselbourg.

Funérailles de l'impératrice Élisabeth.--Colonies militaires de
Wolcoff.--Novogorod.--Route jusqu'à Moscou.--Moscou.
L'impératrice-mère.--La grande-duchesse Hélène.--Arrivée de l'empereur à
Moscou.--Rapports entre l'empereur et l'impératrice-mère.--Garde
impériale.--Manoeuvres sous Moscou.--Généraux russes.--Arrivée inopinée
de Constantin.--Caractère de ce prince.--Son attitude.--Réconciliation.

Sacre de l'empereur.--Cérémonies touchantes.--Illumination du
Kremlin.--Fête à la bourgeoisie.--Dîner intime chez l'empereur.--Adieux
de l'empereur.--Champ de bataille de la Moskowa.--Smolensk.--La
Bérézina.--Le grand-duc Constantin à Varsovie.--Son armée.--La princesse
de Lovitz.--Retour dans les États autrichiens.--Armée russe.

Retour à Paris.--Ma ruine.--Bontés du roi.--Je vends
Châtillon.--Mésaventure de Talleyrand.--Inhumation du duc de
Liancourt.--Revue de la garde nationale du 27 avril 1827.--Expressions
du roi à cette occasion.--Anecdote.--Dissolution de la garde
nationale.--Camp de Saint-Omer.--Anecdote.

Nouvelles élections.--M. de Villèle est renvoyé du ministère.--Nouvelle
administration.--Ministère Martignac.--Mouvement d'opinion en faveur des
Grecs.--Guerre des Russes et des Turcs.--Ministère Polignac.

LIVRE VINGT-QUATRIÈME.--1830-1834.

Mes efforts pour faire entreprendre l'expédition d'Alger.--Mes relations
avec le général Bourmont et avec les autres membres du
ministère.--Déloyauté de Bourmont.--Plaisanterie de mauvais goût du
Dauphin.--Déceptions diverses.--Caractère du Dauphin.

Ordonnances du 25 juillet 1830.--Ordre de me rendre à Paris.--Occupation
militaire de Paris.--27, 28, 29 juillet.--Je remets le commandement à M.
le Dauphin.--Situation d'esprit du roi.

Discussion sur les opérations de Paris.--Discussion avec M. le Dauphin
sur le retrait des ordonnances.--Je fais un ordre du jour pour retenir
les troupes sous les drapeaux.

Scène violente du Dauphin.--Retraite du roi.--Il arrive à
Rambouillet.--Événement de Trappes.--Je conseille au roi l'abdication en
faveur du duc de Bordeaux.--Arrivée des commissaires auprès du roi.--Ils
retournent à Paris.--Arrivée des colonnes parisiennes.--Les commissaires
sont introduits près du roi.

Départ de Rambouillet.--Changement de résolution du roi.--Retraite sur
Cherbourg.--Voyage du roi.--Son embarquement à Cherbourg.--Appréciation
du ministère Villèle.

Des fautes qui ont amené la révolution de 1830.--Londres.--Je passe en
Hollande, puis à Vienne.--Le prince de Metternich.--Anecdote sur le duc
d'Orléans.--Anecdote sur Eugène Beauharnais.--L'empereur d'Autriche et
sa famille.--La Société de Vienne.--Le gouvernement autrichien.--Nos
travaux.

Je rencontre le duc de Reichstadt.--Conversation.--Mes rapports intimes
avec ce prince.--Son intelligence.--Son opinion sur sa position.--Ses
récits des campagnes de son père.--Ses adieux.--Sa maladie.--Sa
mort.--Portrait du duc de Reichstadt.

Voyage en Hongrie.--Lintz.--Ichll.--Salzbourg.--Travaux de la route
entre la vallée du Rhin et celle du Pô.--La Suisse en 1833.--Îles
Borromées.--Côme.--Milan.--Arc de triomphe.--Champ de bataille de
1796.--Monument élevé par Eugène.--Vérone.--Venise.--Question
d'Orient.--Solution possible, où la France aurait sa légitime part.

PIÈCES JUSTIFICATIVES DU LIVRE VINGT-QUATRIÈME.

Le maréchal duc de Raguse à M. le prince de Polignac (Vienne, 26 mars
1833).

FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES DU TOME HUITIÈME



L'éditeur des _Mémoires du duc de Raguse_, après avoir annoncé que la
publication formerait dix volumes, avait espéré pouvoir condenser dans
huit volumes le texte des _Mémoires_ et les pièces justificatives qui en
sont le complément indispensable. L'abondance des matières ne lui permet
pas de s'en tenir à cette dernière prévision, et l'oblige à ajouter aux
huit volumes déjà publiés un tome neuvième, qui contiendra, outre les
_fac-simile_ du duc d'Angoulême et de l'empereur Nicolas, le portrait
authentique du duc de Reichstadt.

Ce neuvième et dernier volume paraîtra le 6 avril.



Paris.--Imp. Simon Raçon et Comp., Rue d'Erfurth. 1.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires du maréchal Marmont, duc de Raguse (8/9)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home